Page 1

urbanne MODE & STYLE • NANTES

Gastronomie

NANTES À LA TABLE DES GRANDS

Cathédrale

VIVE LA VIE DE QUARTIER !

Tendance

AU CŒUR DU STYLE PALOMA

Pornic

LA CÔTE DE JADE DONNE DES AILES

Déco

LES VACANCES TOUTE L’ANNÉE

Au bras de Mister France LA MODE PRINTEMPS-ÉTÉ FAIT MONTER LA TEMPÉRATURE

#07


Urbanne

SOMMAIRE

EDITO

L’année du héron Pour l’horoscope chinois, c’est l’année de la Chèvre. Pour les Nantaises et les Nantais, ce sera peut-être l’année du Héron. L’Arbre aux Hérons, gigantesque sculpture d’acier et de bois, qui doit mesurer 30 m de haut et 50 de large, refait son apparition. Dans l’esprit de certains. Pour se faire une idée de ce que pourrait être cette nouvelle œuvre, mise sur la table depuis des années par les Machines de l’Île et la Compagnie La Machine, il suffit de se rendre aux Nefs de l’Île de Nantes : une branche prototype y est installée depuis des années. Il y en aura 21 autres comme celle-là. Reste à trouver les 35 millions d’euros nécessaires à sa réalisation. Certains y voient une dépense inutile, d’autres l’équivalent nantais de la Tour Eiffel. On pourrait au moins s’accorder sur une chose : ça aurait de la gueule. La ville de Nantes qui s’empare du symbole de l’Arbre et de celui du Héron. Des racines bien ancrées dans la terre, une cime qui se déploie pour capter la lumière et au sommet, un échassier qui rend possible tous les grands écarts. Ça inspire, ça donne la marche à suivre. Y compris (modestement) pour nous. Dans ce numéro de printemps, focus sur la terre du Val nantais qui nous offre des produits vantés par tous, à retrouver dans le dossier que nous consacrons à la gastronomie à la nantaise. Cette terre a également vu s’élever, il y a des siècles, la cathédrale et son quartier historique qui revit aujourd’hui. La lumière, nous sommes allés la capter à Pornic lors d’un vol au-dessus des côtes aux multiples facettes de la ville. Le grand écart que nous nous sommes permis, c’est celui de placer notre édito de mode printemps-été au cœur du manège du centre équestre de La Gourmette à Sautron. L’Arbre aux Hérons, c’est aussi le changement et l’innovation. Urbanne change et innove également avec une toute nouvelle maquette. Une maquette sans grand écart mais avec une ambition : vous faire toujours plus plaisir. Bonne lecture ! On vous embrasse, L’équipe Urbanne.

Sommair e

6 - L e s Te n d a n ce s by Pa l om a 10 - M od e : u n e s a is on d e cou l e u r s ! 40 - S a r m a n ce : l a v ig n e n ou s re n d b e l l e ! 52 - A l a re c h e rc h e d e l a cu is in e n a n ta i se 66 - Por n ic : b a l ad e e n tre cie l e t m e r 84 - Ur b a n n e cu is in e e n Te r re d e J ad e 120 - V ie d e qu a r tie r a u tou r d e l a c a t h éd r a l e 132 - Is tr ie, l ’ a u tre Croa tie Urbanne Mode & Style - Magazine gratuit. N°7 - Dépôt légal en cours Un magazine des éditions MGI (SAS) 176 route de Vannes, 44700 Orvault Crédit photo : P. Kyriazis, J. Moyon, D.R Christophe Bornet by Kristo - Le goût et les couleurs (pgages 52 - 53 - 54) Impression : Union Européenne Tirage : 25 000 exemplaires Régie publicitaire : Prana’Com - spotin@pranacom.fr Chefs de publicité : Camille Schkiwisk - Gaëtane Bonnet Rédaction : Pierre-Baptiste Vanzini - Julie Moyon - Yves Pouchard Illustrations de Marina Le Ray Directeur de Publication : Stéphane Potin - 06 16 28 33 67 Création : Achromac El Kouri - 06 75 20 66 91 La reproduction des textes et photos est interdite. Ne pas jeter sur la voie publique

contact@urbanne.fr

www.facebook.com/MagazineUrbanne 4

urbanne


Interview

TENDANCES

INTERVIEW

UNE SAISON chez Paloma

Pour essayer de mieux comprendre la collection printemps-été 2015, quoi de mieux que de poser quelques questions à l’une de celles qui « font » cette mode ? Nous sommes allés à la rencontre de Sandrine Tauban, la créatrice de la marque Paloma, implantée à Nantes. La marque propose du prêt-à-porter de milieu de gamme, les vêtements de tous les jours de la femme active. Ce sont des pièces joyeuses et colorées, non seulement parce que c’est la tendance de cette saison mais aussi parce que c’est dans l’ADN de cette maison. Rencontre.

Sandrine Tauban dans son atelier de Chantenay qui déborde d’idées

Quel aperçu pouvez-vous nous donner de la mode de cet été ? Cet été, on porte de l’imprimé, des choses graphiques ou alors des petites fleurs. Il y a également beaucoup de dentelle. Qu’est-ce qu’on ne porte plus, alors, cet été ? L’année dernière, en entrée de saison, on avait une mode noire et blanche. C’était une vraie tendance qui aujourd’hui a complètement disparu. Le legging est devenu franchement démodé. Par contre, on pourra porter davantage de robes. Et quelles vont être les couleurs de cet été, chez vous ? On va voir par exemple des pièces abricot clair. Chez nous, nous sommes toujours très gai, très coloré, très imprimé. Tout le temps. Même l’hiver ! C’est notre particularité. Il se trouve que c’est aussi la mode. On est sur des pièces très fraîches, très voluptueuses. Notre mode s’adresse à toutes les femmes, y compris celles qui n’ont pas une silhouette de rêve. Nos clientes nous disent qu’elles consomment presque avec gourmandise la couleur et la fraîcheur. C’est une mode qui fait du bien au moral.

« On revient aujourd’hui à des fabrications moins éloignées de la France. La Chine, c’est finalement hors de prix ! » 6


La gaieté, pour vous, c’est important ? De toutes façons, la mode, c’est forcément être jolie. Mais la question qu’il faut se poser c’est : jolie comment ? Jolie sophistiquée, jolie décontractée… Notre cliente est, je pense, plutôt décontractée. Elle ne va pas sortir forcément jusqu’à cinq heures du matin dans des boîtes branchées mais plutôt aller faire son marché le dimanche matin avec son panier en paille avant d’aller boire un verre avec ses amis. C’est une femme qui a des enfants, qui court partout. Son dressing, c’est des vêtements à vivre au quotidien. Nous nous positionnons sur ce marché de moyenne gamme, celui des femmes qui ne veulent pas forcément se ruiner quand elles s’habillent. Le milieu de gamme, c’est un segment qui est très concurrentiel … Oui, mais où l’on ne trouve que peu d’indépendants. Aujourd’hui, la cliente a soit le choix de s’habiller dans une enseigne nationale ou multinationale de moyenne gamme, soit chez les indépendants qui sont le plus souvent sur un créneau supérieur. Chez nous, tous les jours on nous dit « c’est une petite boutique et ce n’est pas cher ». En fait, c’est ça, vraiment, notre créneau. Nous sommes vraiment sur une petite niche. Votre force, vous le dites, c’est votre rapport avec vos clients. Un rapport que vous êtes encore en train de renforcer ? Notre ADN, c’est la proximité. On s’est demandé ce qu’on pouvait faire mieux. Depuis début mars, j’ai mis en place un programme qui s’appelle « programme morpho ». Je veux que nos conseillères en vente soient capables de déceler la bonne silhouette à proposer aux clientes suivant les différents types de morphologie, de carnation, de couleur… Toute l’équipe de vente vient au siège pour être formée par des professionnels. Il faut donner toujours davantage de conseil. C’est pour ça que nous avons un taux de fidélisation remarquable. Vous parlez énormément de vos boutiques, comment parvenez-vous à résister face aux boutiques en ligne ? Notre site web est en ligne depuis le mois de juin 2014. Maintenant que le site Internet vit, on se rend compte que c’est un service en plus : on est vraiment dans le « web to store ». Notre cliente va sur Internet, regarde le catalogue, et ensuite se rend en boutique. Elle n’achète pas vraiment sur Internet. C’est un vrai plus pour nos boutiques : les responsables nous expliquent que les clientes sont très contentes d’avoir un véritable catalogue en ligne. C’est un vrai plus.

Mais pour vous, plus généralement, Internet est-il en danger pour les magasins « physiques » ? Je ne pense pas. Je dirais que plus la consommation se fait dans l’anonymat, plus la proximité a de l’importance. L’anonymat dessert le commerce, à mon avis. Mais de toute façon, le consommateur d’aujourd’hui est un consommateur qui est intelligent et qui compare. C’est à nous de nous adapter. Sur vos étiquettes, on aperçoit un drapeau tricolore. C’est important ? Nous sommes extrêmement exigeants en termes de finition et de qualité. Je travaille de plus en plus le « made in France ». Aujourd’hui, chez les grandes marques, tout est fabriqué en Chine ou dans les pays émergents. Moi, comme je fais fabriquer mes propres modèles, je peux aller frapper à la porte des ateliers parisiens. Ça va être fabriqué en France et deux ou trois semaines après, je suis livrée. C’est du bonheur ! Parce que pour une livraison en provenance de la Chine, il faut attendre trois mois. C’est pour ça qu’on revient de plus en plus aujourd’hui à des fabrications moins éloignées de la France. La Chine, c’est finalement hors de prix ! Pour terminer, pouvez-vous nous donner un aperçu de la mode automne-hiver ? Il y a beaucoup de camel, de mordoré, de kaki… On va voir aussi je pense le retour du prune. C’est une couleur qui avait disparu des collections depuis un certain temps et qui revient. On va également avoir énormément de pièces en maille, très cocooning. Ce sera par exemple de grands gilets qui se mettront sur des robes en viscose. J’ai hâte !

www.boutique-paloma.fr

Clisson - 11, rue des Halles Vallet - 25, place Charles de Gaulle Ste Luce sur Loire - place du 11 novembre Château d’Olonne - 4, avenue du maréchal Juin

urbanne


Nantes Bouge

PORTRAIT

PORTRAIT

LE PLUS BEL HOMME de France est Nantais !

Il a un an pour convaincre, se faire une place au soleil et atteindre l’objectif pour lequel il a tout plaqué : être modèle. Nous avons pris deux aspirines avant d’aller rencontrer Aurélien Giorgino, le Mister parti à la conquête de la France.

C’est vrai qu’il ne passe pas inaperçu. Aurélien Giorgino, c’est 1,85 m de beau brun au corps musclé que-plus-ce-seraitgâché avec dans le regard ce je ne sais quoi qui fait craquer. Mister France 2015 n’est pas enflé et surtout pas des chevilles. Il a même en lui le sérieux de celui qui veut réussir, de celui qui a pris une décision et qui s’y tient. « Lors d’un voyage aux USA, en octobre 2013, j’ai eu la révélation. Je me suis dis «il faut que je me lance». Je crois que j’ai été un peu rattrapé par l’esprit « Yes We Can» qui règne là-bas », racontet-il. Plus jeune, aux alentours de ses 18 ans, il a décroché quelques contrats de mannequin, fréquenté le Conservatoire d’art dramatique, attiré, dit-il, « par le côté artistique et le côté mode ». Puis il termine sagement ses études. « J’étais chargé de recrutement après avoir fait droit-écogestion. À 25 ans, je me suis rendu compte que je ne faisais pas forcément ce que j’aurais voulu faire. C’est pour ça que j’ai décidé de me lancer dans le mannequinat

8

à plein temps : je me suis dit que je n’aurais rien à regretter puisque j’avais déjà une formation et un métier ». C’est à ce moment qu’il tombe, un peu par hasard, sur le concours de Mister France. Au début, il doute un peu. Mister France est en sommeil depuis 3 ans, après avoir connu son apogée en 2003 avec une diffusion de l’élection sur TF1 (où la présentatrice, Laurence Boccolini a rencontré son futur mari, Mister Thaïti devant 5 millions de téléspectateurs). « J’avais peur que ce concours soit uniquement axé sur la plastique, le type Chippendale ou téléréalité. Mais j’ai vu qu’il fallait aussi amener un projet auquel Mister France servirait de tremplin. Idéal pour ma reconversion dans le mannequinat ». Après avoir été sélectionné par les Internautes, c’est devant un jury présidé par Clara Morgane qu’il doit conquérir son titre. « Je faisais partie des finalistes. Sur le coup, j’étais content : on avait tous nos chances de gagner. J’étais 5ème

après le vote des Internautes. Tout s’est vraiment joué au spectacle au Théâtre la Bruyère à Paris. J’ai offert des roses au jury exclusivement féminin, c’est peut-être ça qui a fait la différence », rigole Aurélien Giorgino . Après avoir défilé en costume, en boxer et t-shirt « Je suis Charlie » et finalement en jean et torse nu, c’est lui qui décroche le titre. « Ça a été un tremplin pour le mannequinat, j’ai aujourd’hui cinq agences sur Paris. Médiatiquement, ça a été très bien repris sur le web et sur les réseaux sociaux. J’ai été invité à l’émission Les Pieds dans Le Plat, aux Grosses Têtes, à Touche Pas à Mon Poste. Aujourd’hui, il me faut faire durer ce pic d’intérêt dans le temps. Si je ne suis pas acteur de mon titre, je peux toujours attendre à côté de mon téléphone ».

urbanne


Mode

PRINTEMPS ÉTÉ

Merci au centre équestre La Gourmette pour nous avoir ouvert les portes de son club et au personnel pour son accueil (www.lagourmette-nantes.com) Mannequin : Léa Nicolas (www.leani.book.fr) Stylisme : Maïté Rivière Make up : Solene Gomes Coiffure : Bruno pour Dessange (9 rue de la Paix, Nantes) Mannequin homme: Aurélien Giorgino Mister France 2015 www.aureliengiorgino.com Couverture Pornic Elle : Robe graphique Sportalm chez Est ce Par Hasard (18 rue de Verdun , PORNIC) Lui : Costume bleu nuit et chemise Azzaro chez East River ( 2 rue Piron , Nantes)

Robe rouge en soie issue du commerce équitable, perfecto en cuir recyclé, headband Adeli Paris chez Les Trésors Partagés (10 rue des 3 croissants, Nantes)

10


MODE

Couleurs vives, Noir et Blanc couture, dentelles romantiques… sont au rendez vous pour réveiller nos sens et nous sortir de la torpeur de l’hiver. Des tendances printemps-été 2015 variées qui raviront tous les styles, pour des Nantaises pretty ou casual, mais toujours très chic ! Notre garde-robe guette les derniers froids pour ranger nos cachemires et mitaines dans leurs écrins jusqu’à l’hiver prochain… Et ainsi laisser place aux légers cardigans, petites robes fleuries, chemisiers ajourés, qui dévoilent une peau en quête de lumière estivale. Si, si le printemps est tout près, et nous avons fait le tour de vos boutiques afin d’y dénicher quelques pièces qui mettront l’hiver au placard !

urbanne


Mode

PRINTEMPS ÉTÉ

Blouson de coton, jean slim et bijoux Liu Jo, blouse imprimée Rich & Royal, boots Basta Cosi chez 5th Avenue (12 rue Aristide Briand et Galerie Océane, Rezé)

12

urbanne


Paloma

Of Bienfvreehdeh nue

-10 €

h

sur votr

e 1er a

code chat en ligne URBApromo NNE

un dressing pour elle www.boutique-paloma.fr

VALLET 25LhPlacehCharleshdehGaulle 44330hVallethh

SAINTE-LUCE/LOIRE

CLISSON

Placehduh11hnovembreh

11LhruehdeshHallesh

44980hSainte-Luce-sur-Loire

44190hClisson

CHATEAU D'OLONNE CentrehcialhGéanthCasino

85180hChâteauhd3Olonne


Mode

Ensemble jean blanc et blouse imprimĂŠe, sac besace chez Paloma (place du 11 Novembre, Ste Luce sur Loire)

14

urbanne


By

Boutique HIGH

Claire

Campbell

3 Rue Fanny Peccot, Nantes

high-everydaycouture.com


Mode

Smoking souple et richelieu chez CotĂŠlac (19 rue de la Fosse, Nantes)

16

urbanne


CHERCHEURS DE BEAUTÉ

OFFREZ UNE INVITATION CADEAU POUR UN SOIN-MASSAGE INSPIRÉ DES RITUELS DE BEAUTÉ DU MONDE® SPA CINQ MONDES NANTES, 4, Rue Anizon 44000 Nantes, T: +33 2 40 73 05 24 LISTE DES 1000 POINTS DE VENTE ET BOUTIQUE EN LIGNE SUR : WWW.CINQMONDES.COM

UB INSTITUTIONAL_NATES_133,5x90mm.indd 1

26/02/15 12:05


Mode

Top Blanc, pantalon souple La Fée Maraboutée, bracelet noir chez Préférence (8 rue Louis Gaudin, Ste Luce sur Loire)

18

urbanne


Prêt-à-Porter

Chaussures - Accessoires

A.P.C. - Aurélie Bidermann - Cédric Charlier - Robert Clergerie - Douce Gloire - Equipment - Hudson Hunter - JBrand - Jérôme Dreyfuss - Jil Sander Navy - Karl Lagerfeld - Les Prairies de Paris Marc by Marc Jacobs - Michel Vivien - Paul & Joe - Rag & Bone - See by Chloé - Stuart Weitzman SOON N°11 - Rue Franklin NANTES - Tél. 02 40 47 33 17 / Retrouvez la collection sur www.soonnantes.fr


Mode

Chino blanc, t-shirt, chapeau chez High (3 rue Fanny Peccot, Nantes), lunettes Jérémy Tarian (édition limitée) chez A Vue d’Oeil (1rue de la Fosse, Nantes)

20

urbanne


Mode

Robe dentelle APC, sandales See by Chloé, sac Jérôme Dreyfuss chez Soon (11 rue Franklin, Nantes)

22

urbanne


14 rue Boileau 02 40 48 64 01 9 rue scribe 02 40 69 32 57 Nantes

www.lunet-optique.com

14 rue Scribe Nantes - Graslin 02 51 89 43 65 Atlantis le Centre St-Herblain 02 40 43 49 06

www.boutiqueteo.fr


Mode

Lui : blouson et t-shirt Bill Tornade, jean Imperial, chaussures Paul & Joe, chèche Patrizia Pepe chez Mod’Men (20 rue Contrescarpe, Nantes) Elle : chino blanc, t-shirt, manteau et baskets chez High (3 rue Fanny Peccot, Nantes)

24


urbanne


Mode

26


Elle : tunique ajourée, pantalon imprimé chez TeO (14 rue Scribe, Nantes, et Atlantis le Centre), sac Furla chez Tendance (Atlantis le Centre) Lui : costume bleu nuit et chemise Azzaro chez East River SC (2 rue Piron, Nantes)

urbanne

BOUTIQUE ICODE 10 RUE RUBENS - NANTES TEL. 02 40 84 02 56


Mode

Robe blanche à nœuds chez I.Code (10 rue Rubens, Nantes), parapluie Chantal Thomass chez Tendance (Atlantis le Centre) 28

urbanne


LANCEL LONGCHAMPS FURLA MICHAEL KORS... Atlantis le centre 02 28 07 88 50


Mode

Robe Kocca jeywen chez Maison de Prune (15 rue de Verdun, Nantes)

30

urbanne


Amoureux de marche, de randonnée et de montagne, découvrez votre nouvel espace

SERVICES+CONSEIL+CHOIX

chaussures - textile - accessoires - bagagerie - navigation La marche, notre passion

405, ROUTE DE CLISSON - 44230 SAINT-SÉBASTIEN-SUR-LOIRE 02 40 73 47 21 - nantes@capoutdoor.fr - www.capoutdoor.fr Ouvert le lundi 14h00-19h00 / du mardi au vendredi 10h00-12h30 - 14h00-19h00 / le samedi 10h00-19h00


Mode

ACCESSOIRES

01

LE STYLE FEMME

BShoppez chic et malin ! Shopping bag pliable en cuir et toile chez Cotélac (19 rue de la Fosse, Nantes)

02

03 04

01 Parapluie « Toilet Paper » chez La Cerise (16 passage d’Orléans, Nantes) 02 Ceinture made in USA « Bands for L.A » chez Les Trésors Partagés (10 rue des 3 Croissants, Nantes) 03 Tennis New Balance ou No Name chez Outre Mesure (13 rue Contrescarpe, Nantes) et Shoes Bar (3 rue Rubens, Nantes) 04 Soyez bling bling en diable ! Escarpins en python, talons plaqués en or 18 carats, sortis de l’imagination d’un créateur nantais. Sur commande : contact@vrmithy-paris.com

32

urbanne


DEPUIS 2012

des marques pointues pour éviter le déjà vu

Moscot

Randolph

Super by retrosuperfuture

OPTIQUE STE-THÉRÈSE 2 ROUTE DE VANNES - 44100 NANTES TRAM L3 - ARRÊT A. VINCENT / STE-THÉRÈSE T 02 51 78 08 45 www.optiquesaintetherese.fr

Création graphique : studio 7h34

Oliver Peoples


Sélection

ENFANTS

1. Trousse de toilette Enfants des Collines - Les Douces Angevines On craque pour cette trousse de toilette 100% nature pour nos chérubins. Un nettoyant et un soin accompagnés de trois lingettes en coton bio, le tout made in Pays de Loire.

5. Ballerines - Acebo’s La petite marque espagnole de Palladium nous propose une ballerine tout cuir avec semelle en caoutchouc. Bienêtre et style assuré ! (Pointure du 28 au 34)

2. Stickers géants et tableaux - Série Golo Des stickers et des tableaux pour rendre nos murs bien plus rigolos. Toute une collection à découvrir pour s’amuser.

6. Draisienne Bikloon Janod Pneus gonflables et selle réglable de 40 à 44 cm, ces draisiennes de compèt’ apprennent à nos bouts de choux à maîtriser leur équilibre avec beaucoup d’allure.

3. Robe Papillon - Catimini Robe en percale finement doublée en voile de coton et dos entièrement pressionné. Une jolie robe aux couleurs de l’optimisme pour célébrer toutes les belles journées.

7. Bottes de pluie - Be only Parce que par chez nous, les premiers soleils s’accompagnent de Madame la pluie, ces bottes sont indispensables pour sauter dans les flaques avec panache ! (Pointure du 22 au 27)

4. Sac Cabas - Isabelle Kessedjian En polypropylène imprimé intérieur et extérieur, on aime la petite poche zippée intérieure et son volume idéal (34 x 40 x 13 cm). Retrouvez bien d’autres modèles tout aussi adorables en boutique.

8. Puzzle 3D Bateau Pirate HCM Kinzel Un puzzle qui change des puzzles : reconnaître les 101 pièces différentes n’est pas une mince affaire… Même avec le dessin ! Un loisir qui pourrait assurément déconnecter nos « geeks »…

01 Mon Bio’Ty Bar - 8 avenue de Bretagne, Ste Luce sur Loire - 02 51 13 77 02 02 Sous Les Toits - 277 route de Vannes, St Herblain - 02 40 63 50 58 03 Carré de Sable - 25 bis rue du Maréchal Foch, Pornic - 02 40 82 58 10 04 Les Enfants du Brok - 7 rue St Pierre, Nantes - 02 49 44 78 32 05 Kids Shoes - 13 rue de Verdun, Pornic - 02 40 82 70 87 06 Le Bonhomme de Bois - 32 rue de Verdun, Nantes - 02 28 08 59 74 07 Zig et Puce - 9 place du Pilori, Nantes - 02 40 20 37 38 08 La Têtàtoto - 1 rue du Château, Nantes - 09 80 47 88 50 09 Les P’tits Bobos - 33 rue Léon Jamin, Nantes - 02 40 48 05 40 34

urbanne


9. Ensemble vaisselle Banjo - Atomic Soda Une nouvelle collection très tendre tout en cÊramique chez Atomic Soda pour enchanter ses premiers repas.


Lumières

d’ été

Look printemps-été 2015 Le look maquillage Camille Albane « Lumières d’été » joue sur les effets de lumière. Un teint naturel et solaire, des lèvres glossy et colorées, des yeux satinés et lumineux, un total look qui capte la lumière pour révéler la beauté de chaque femme en toute simplicité.

camillealbane.com

GEORSAND - SEBISA : Entreprises indépendantes membres du réseau Camille Albane

MASQUE RÉVÉLATEUR DE BOUCLES À LA MANGUE Ce masque fondant nourrit, protège et redonne du ressort aux cheveux. Légères et brillantes, de belles boucles se dessinent sans frisottis.

Découvrez les Happy Days dans votre salon Camille Albane de Nantes 4, rue Jean Jacques Rousseau

15% offert*

sur la coloration et le balayage les mardis et mercredis ! *offre non cumulable, valable uniquement dans le salon Camille Albane de Nantes Jean-Jacques Rousseau.

COIFFEUR

COLOR ISTE

MAQUILLEUR


GEORSAND - SEBISA : Entreprises indépendantes membres du réseau Camille Albane

4, rue Jean Jacques Rousseau - NANTES - 02 40 89 70 16 2/4, rue du Couedic - NANTES - 02 40 08 00 55 COIFFEUR

COLOR ISTE

MAQUILLEUR


Beauté

TENDANCE

BEAUTÉ

CHEZ MURMURES… La coupe esprit « Tomboy »

Moment de beauté

Par Greg, co-gérant du salon Murmures…

Pour qui ? Idéal sur cheveux fins et pour des visages fins et ovales. L’idée Une coupe féminin/masculin avec une nuque courte et des mèches plus longues sur le dessus. Effet de matière sans chercher le volume. Une coupe qui souligne le regard et révèle toutes les facettes de votre féminité, pour une allure mutine et espiègle que l’on peut coiffer et décoiffer selon l’humeur.

Soin n°1 : Masque Moisture Velvet Shu Uemura À l’huile de camélia, il hydrate sans alourdir le cheveu. Soin n°2 : Sérum Thicker Hair Sérioxyl L’Oréal Professionnel Pour épaissir la fibre avant chaque brushing. Soin n°3 : Shape Paste - Shu Uemura Baume coiffant texturisant pour modeler le volume et obtenir un effet naturel.

Secrets de Greg Un make up smoky et des lèvres nude Un jeu de couleurs sur la chevelure indispensable pour garder le côté chic (type balayage sur base naturelle) Accessoiriser avec des boucles d’oreilles Entretien régulier de la coupe (toutes les 4 à 6 semaines) À éviter sur cheveux à tendance grasse, épais ou frisés

Murmures… 21 rue Mercœur Nantes 02 51 82 62 47

38

urbanne


Beauté

TENDANCE

BEAUTÉ

SARMANCE

Quand la vigne bio devient produit de beauté Sarmance, c’est une plongée dans un univers d’une richesse incroyable : celui du sarment de vigne. C’est un concentré de polyphénols. Les produits, qui comportent au minimum 30 % d’eau florale, possèdent des concentrations en acide gallique deux à trois fois supérieures au jus d’orange, de pamplemousse ou de pomme. Une découverte qui nous vient du vignoble nantais. Rencontre.

Elle sera disponible fin avril dans les parapharmacies, les magasins bio, les hôtels-restaurants et… chez les cavistes ! Sarmance, gamme de produits de beauté issus de la vigne, a été inventée par deux trentenaires, Jérôme Bretaudeau et Benjamin Bellet. Sa particularité ? « Nous utilisons un principe actif que nous extrayons du sarment de vigne, explique Jérôme Bretaudeau. La vigne est une liane, elle pousse énormément et nous devons tailler. Auparavant, le sarment était en partie laissé sur le sol pour servir d’engrais organique, mais aujourd’hui, on a su trouver le moyen de valoriser ce produit. Les vertus antioxydantes sont très intéressantes ». Jérôme sait de quoi il parle : il est vigneron. Il est installé depuis une dizaine d’années dans le vignoble nantais. Il fait partie de cette génération qui a décidé de prouver que ce terroir pouvait produire de grands vins. Il travaille ses vignes en « bio » et même en biodynamie. Cela permet aujourd’hui à la nouvelle maison de cosmétiques de pouvoir garantir des produits totalement exempts de pesticides et de décrocher le label Ecocert. 40

« Ce qui est très important pour nous, c’est que l’on est vraiment identifié à notre territoire, souligne Benjamin Bellet. Nous sommes capables d’avoir une vraie traçabilité sur l’ensemble de nos produits. La matière première vient de chez Jérôme et la transformation se fait ensuite dans la région des Pays de la Loire ». Suite logique de cette démarche, pour éviter les déchets, la marque propose immédiatement des recharges pour ses produits qui vont du gel lavant pour les mains au lait nourrissant, en passant par les soins exfoliants. Entre le vin et les produits cosmétiques finalement, il n’y a peut-être qu’un flacon d’écart : comme pour une grande bouteille, la gamme est en effet millésimée « 2014 ».

« Les vertus antioxydantes sont très intéressantes ». urbanne


Beauté

C’EST NOUVEAU

BEAUTÉ

Mes cheveux Des huiles, émulsions, baumes ou sprays pour redonner de l’équilibre à toutes les natures de cheveux, puis les dompter au naturel avec le meilleur des nouveautés de ce printemps.

Spray Lissit + Artist(e) Eugène Perma Un spray lissant à mémoire de forme qui lisse les cheveux pendant 72 heures et assure un résultat ultra naturel, sans effet cartonné, tout en les protégeant de l’humidité.

Oil Non Oil - Davines Un gel fluide hydratant qui donne de la texture pour un effet naturel, anti-frisottis et idéal pour obtenir le look « wet » très tendance encore ce printemps. Sans paraben. Les Beaux Baumes 8 rue Marivaux - Nantes 09 81 39 20 00

Latitude Coiffure 3, rue Jean Duplessis La Bernerie en Retz 02 40 82 71 03

Styling Balm AntiFrizz La Biosthetique Pour dompter toutes les crinières, voici un baume qui vous garantit une mise en forme et une matière brillante pendant 48 heures ! Emmanuel Chanu 60 rue de Bretagne - Sautron 02 51 77 11 47

Gamme Cheveux - La Cosmétologie Climatique Inspirée de la médecine traditionnelle chinoise, voilà une gamme pour prendre soin de nos cheveux en respectant leur équilibre selon les saisons. Actifs 100% naturels. Madame Sophie 18 rue du Général De Gaulle Pornic 06 13 43 19 30

42

Huile Ressourçante Secret Professionnel By Phyto Idéal pour apaiser les cuirs chevelus sensibles. Une association d’huiles essentielles d’ylang-ylang calmante et régénérante et d’orange douce relaxante, purifiante, pour adoucir, tonifier et rétablir l’équilibre du cuir chevelu. Capilis 4 rue Frère Henri - Nantes 02 40 52 13 71

urbanne


Beauté

C’EST NOUVEAU

BEAUTÉ

Mon corps

Que ce soit pour faire fondre votre silhouette, l’apaiser ou l’envelopper de textures et de fragrances ressourçantes, voilà une sélection de soins qui vous veulent du bien…

Gamme Source - Crabtree & Evelyn London Une collection parfaite pour revitaliser le corps et l’esprit, aux extraits marins botaniques, sels minéraux et algues riches en nutriments. Une gamme qui nous chouchoute de la tête aux pieds. Marie Beauté 163 rue des Hauts Pavés - Nantes 02 40 40 16 13 Autres instituts à Nantes et Vertou sur www.mariebeaute.fr

Haute Beauté Corps Techno Led - Carita Le trio minceur exceptionnel de ce printemps ! Un gommage qui se transforme en huile enveloppante et tonifiante, un sérum aux actifs puissants ultra-ciblés sur les capitons et les rondeurs, et une crème généreuse aux effets raffermissants et tenseurs. Des formules haute précision à l’efficacité «Led Like» inédite. L’Institut Carita 1 rue Jean de la Fontaine Nantes 02 28 01 40 30 Spa du Béryl 55 boulevard de l’Océan St Brévin les Pins 02 28 53 20 04

44

Huile SOS® - Acorelle Un véritable soin premier secours à adopter d’urgence pour parfaire le rituel épilatoire ! Composée d’huiles végétales bio (argan et rosier muscat), d’extrait de boswellia serrata et de bisabolol, cette huile apaise les démangeaisons et laisse la peau nourrie et assouplie.

Gamme Spa - La Biosthetique Des actifs de lait et de yaourt pour nourrir la peau et lui permettre de conserver un équilibre biologique sain avec un parfum unique par l’association du yin et yang, des notes masculines et féminines… Une gamme corps pour le bienêtre, tout simplement. Emmanuel Chanu 60 rue de Bretagne - Sautron 02 51 77 11 47

Gommage Crumble du Verger - Terre de Cocagne Une texture épaisse et malléable hautement concentrée en cristaux de sucre blond, en association avec un extrait naturel de pomme à utiliser sur peau humide pour une peau douce, tonique et oxygénée. On aime cette marque aux produits délicieusement gourmands. Pil’ Poil Pour Vous 66 boulevard Jean XXIII - Nantes 02 51 89 07 86

En pharmacie et magasin bio urbanne


30/04/15


Beauté

C’EST NOUVEAU

BEAUTÉ

Mon visage

Objectif lumière ! Crèmes, sérums et élixirs les plus précieux nous donnent les résultats les plus surprenants pour une peau sublimée et rayonnante.

La Princesse des Crèmes Académie Scientifique de Beauté L’Académie Scientifique de Beauté fête ses 125 ans avec la réédition de sa crème visage culte. Lys blanc, huile d’avocat, acide hyaluronique et beurre de karité font de cette crème anti-âge un soin complet au parfum subtil de mandarine, d’iris, de rose, de patchouli et de vanille.

Contour Regard Irido-Radiant - ApoT.Care Un traitement anti-âge exceptionnel pour les yeux. À base d’acide hyaluronique, d’astaxanthine, et enrichi en complexe NAC-A®, ce baume généreux et très frais dégonfle les poches sous les yeux, estompe les rides et efface les cernes pour un regard éclatant. Chic&Unic 9 rue Franklin - Nantes 09 82 56 81 27

Secret Institut 24 rue Mercœur - Nantes 02 40 89 23 28

Elixir de Jour Soin embellisseur - Lady Green Le soin hydratant, matifiant et rééquilibrant d’une petite marque toute nouvelle pour les peaux grasses à imperfections. Aloe vera, neem, jojoba, poudre de riz, pêche et fleur d’oranger pour donner un joli teint vitaminé ! Mon Bio’Ty Bar 8 avenue de Bretagne Ste Luce sur Loire 02 51 13 77 02

Masque High Tech Bal Masqué des Sorciers - Garancia Un masque dont la texture gel-crème est magique ! À l’application elle devient blanche et on ressent alors de fines bulles qui pétillent progressivement sur la peau. Extrait de mélèze, pulpe de concombre, écorces de saule argenté et extrait de jus de citron frais, le meilleur des sortilèges pour notre peau.

Sérum Lumière Sublime Cinq Mondes Véritable soin traitant triple action (anti-âge, anti-tâches et anti-UV) grâce à l’efficacité d’un complexe de magnolia et licorice, d’huile vierge de rose du Japon, de vitamines (B, C, E et P) et d’acides gras (oméga-9). Spa Cinq Mondes 4 rue Anizon - Nantes 02 40 73 05 24

En parfumerie et pharmacie

46

urbanne


Beauté

C’EST NOUVEAU

BEAUTÉ

Mon bien-être Baume qui rassure, séances de relaxation et bonnes résolutions diététiques, tout un programme pour vous ressourcer et vous revitaliser.

Baume À Bobos Douces Angevines Né d’une antique recette de grand-mère, ce baume apaise et répare tous les petits bobos de la vie quotidienne. De la résine de benjoin du Laos, du millepertuis sauvage, avec les huiles essentielles les plus actives pour apporter un vrai réconfort de toute urgence. Mon Bio’Ty Bar 8 avenue de Bretagne Ste Luce sur Loire 02 51 13 77 02

Gamme de déodorants Dr Hauschka Deux nouveaux déos : Rose, doux et protecteur à la rose, et Sauge Menthe, rafraîchissant et longue durée. Des textures crémeuses et non grasses aux actifs naturels qui régulent la transpiration tout en préservant l’équilibre de la peau. So’Zen 2 rue du Dr Auguste Guilmin Pornic 09 53 57 38 21

Diet Box - BodySano Un programme minceur complet de deux semaines comprenant compléments alimentaires, plan diététique personnalisé et fiches conseils. Une box ludique qui nous motive pour reprendre notre silhouette en main. Existe aussi : spécial Homme et spécial Vacances ! BodySano 19 rue des Vieilles Douves - Nantes 09 84 12 87 29 Vertou sur www.mariebeaute.fr

48

Mandalas en musique - Edition Mango Bien-être Une pause créative en musique… Préparez vos crayons de couleur, choisissez un mandala et lancez-vous bercer par une musique apaisante… Parmi les 100 créations proposées, vous en trouverez pour vous relaxer, vous concentrer, apaiser votre stress ou exprimer votre créativité. Nature et Découvertes Passage Pommeraye - Nantes 02 40 89 22 22

Massage du Monde Quinté « Cens » - Quintessia Un massage à base d’effleurages, d’étirements doux avec l’utilisation de tampons aromatiques chauds pour une détente profonde du corps et de l’esprit. Un moment de plénitude qui éveillera vos sens… Quintessia Resort &Spa 24 chemin des Marais du Cens Orvault 02 40 76 84 02


Beauté

C’EST NOUVEAU

BEAUTÉ

Mon make up Couleurs chatoyantes, tendances ludiques et nomades, textures lumineuses, effluves de liberté… En avant pour un make up à l’effet papillon.

Mascara 3 en 1 Butterfly Effect Lavera Une brosse innovante pour ce mascara efficace même sur les cils les plus fins avec sa formule soin, enrichie en cire d’abeille et huiles de ricin, de tournesol et de jojoba bio.

Crayon Color Kajal - Givenchy Trois crayons simples à utiliser, vert, bleu et violet, permettant une multitude de résultats make up. Liner intense ou ombre à paupières d’une incroyable couvrance. Une formule longue durée pour une texture délicate qui intensifie et définit votre regard.

Nutri’Ongles et vernis Masters Colors un soin nomade qui renferme dans son stylo, eau émolliente, huile nourrissante et sérum fortifiant (Huile de Camélia,amande douce, glycérine végétale, D-Panthénol et vitamine F) avec le vernis rouge irisé longue tenue pour des mains sublimées.. Beauté Nantaise 53 quai de la Fosse - Nantes 02 40 73 55 79

Marie Nature 2 rue Paré - Nantes 02 40 75 86 21

Cubes Lumières - The Body Shop Une édition limitée de 4 ombres à paupières aux couleurs aussi éclatantes qu’étonnantes par leur association. On ose la version « jaune » qui suit la mode de ce printemps. The Body Shop 12 Rue Boileau, Nantes 02 51 86 15 02 50

L’Extase - Nina Ricci Créé par le parfumeur star Francis Kurkdjian, ce floral oriental musqué composé de rose, baies rose, benjoin, cèdre, musc et ambre est LE parfum du moment. Une fragrance d’un tout autre univers pour la maison Nina Ricci qui nous invite à jouir du moment présent. On se libère avec plaisir… En parfumerie et aux Galeries Lafayette

Phyto Lip Twist - Sisley Un baume teinté dans un crayon XXL qui ne se taille pas. Coloré comme un rouge à lèvres et brillant comme un gloss. Des teintes faciles à porter qui s’appliquent en un seul twist et laissent les lèvres lissées et repulpées grâce à son cocktail d’actifs d’origine végétale. Marie Beauté 163 rue des Hauts Pavés - Nantes 02 40 40 16 13 Autres instituts à Nantes et Vertou sur www.mariebeaute.fr

urbanne


Dossier

CUISINE À LA NANTAISE

DOSSIER

CUISINE À LA NANTAISE Cuisine à la Nantaise

Le toit de l’école d’architecture, le Jardin des plantes, le Passage Pommeraye… Ils ont été transformés, le temps d’une soirée, en salle de restaurant éphémère. Ces Dîners Secrets, qui font bruisser la ville jusqu’au dernier moment, puisque le lieu n’est dévoilé que quelques heures avant que la première assiette ne soit déposée sur la table, ne sont pas qu’un événement de plus proposé par le Voyage à Nantes. C’est presque un acte politique et militant : mettre en avant la qualité des chefs locaux et invités qui œuvrent en cuisine, mais avant tout défendre un terroir et une certaine idée de la gastronomie, à la fois abordable, inventive et de haute tenue. C’est Richard Boussay, complice de longue date de Jean Blaise au Lieu Unique, qui est à la manœuvre. Avec son titre, certainement unique en son genre, de « chargé de promotion culinaire », il tente d’expliquer au monde, ce que nous savons déjà : ici, on mange bien. Rencontre.

Dîner secret au cœur des vignes du muscadet

52


Vous êtes « chargé de promotion culinaire ». Ça veut dire quoi ? Nous avons inventé ce terme avec Jean Blaise. Ça veut dire pas mal de choses : quand on travaille sur la question du tourisme en France, on s’aperçoit que l’assiette et le verre sont très importants. À une époque pas si lointaine, Nantes n’existait pas sur la carte culinaire. Non pas qu’il ne se passait rien, mais la ville n’était pas « repérée ». Quand on demandait à un Toulousain ce qu’il allait manger à Nantes, il n’y avait pas d’image qui ressortait. Ni en mal ni en bien. L’idée a été de faire exister cette identité culinaire par l’événementiel. Il y a une vraie dynamique culinaire à Nantes aujourd’hui ? Nous avons lancé le festival Les Goûts Unique, Les Dîners secrets… Nous avons rassemblé les acteurs locaux, les chefs, les producteurs. Avec notre guide, Les Tables de Nantes, nous avons mis en avant les tables qui travaillent bien, selon nos critères. Mais c’est un travail de long terme. Les choses commencent à se structurer et on commence à montrer qu’il n’y a pas que Toulouse ou Strasbourg, que nous avons nos propres richesses. Justement, la gastronomie nantaise, ça représente quoi, pour vous ? Pour moi, les vraies richesses viennent de la production agricole, notamment le légume. Sur le monde végétal, nous sommes plutôt assez bons. L’autre axe, ce sont les produits de la mer. Il y a assez peu de métropoles qui peuvent bénéficier de ces variétés de poissons ultra frais, surtout à ces prix-là ! Il y a donc une vraie identité à Nantes ? Plus ça va, plus la gastronomie nantaise pourrait se définir comme un état d’esprit : « Nantes is tasty ». C’est cette idée que Nantes, c’est du goût, une notion de fraîcheur aussi. Une idée de rapport qualité-prix. Une cuisine de plaisir mais pas une cuisine d’élite. Nantes, ce n’est pas Lyon ou Bordeaux, sans vouloir critiquer. On a un étoilé dans la ville, mais ce n’est pas ça qui nous caractérise. Nous avons une foule de bons restaurants où l’on trouve des choses fantastiques pour 15-20 euros le midi. Le rapport qualité-prix est vraiment top. C’est ce qu’on veut promouvoir au sein du Voyage à Nantes : nous n’avons pas un grand bâtiment comme le musée Guggenheim à Bilbao ou le MontSaint-Michel, mais plein de choses à visiter. Le guide des Tables de Nantes est de plus en plus attendu chaque année. Que voulez-vous mettre en avant ? Nous sommes dans la critique positive. Nous ne sommes pas là pour démonter les gens qui ne sont pas, selon nous, dans une démarche vertueuse. Notre rôle, c’est vraiment d’accompagner les restaurants qui sont des atouts pour Nantes en tant que destination. En revanche, les restaurants qui font la démarche mais qui ne sont pas sélectionnés, je leur propose toujours de les rencontrer. Vous assumez vos choix… Oui. La vraie problématique, c’est de tirer un maximum d’établissements vers le haut. Un bon indicateur, par exemple, c’est le muscadet. Nous avons beaucoup travaillé là-dessus dans Les Tables de Nantes, et nous avons mis en place un petit macaron « I Love Muscadet » quand l’établissement propose un choix de 5 muscadets. Beaucoup l’ont fait au début pour être dans le guide, mais au final ils redécouvrent par eux-mêmes les qualités de ce vin-là.

urbanne


Dossier

CUISINE À LA NANTAISE

C’est vrai que la défense du muscadet, c’est l’un de vos combats ! On ne le ferait pas si, en face, le vin n’était pas de qualité. Et puis, il faut avoir conscience qu’avoir un vignoble près de sa ville, c’est une vraie chance ! Ailleurs, à Toulouse, à Bordeaux, tous les restaurants mettent en avant le vin de leur région. Ici, il y a eu un vrai rejet du vignoble local. C’est une aberration qui commence à prendre fin notamment grâce au travail des vignerons. Il y a aujourd’hui un vrai engouement autour de la gastronomie à Nantes. La preuve, vos Dîners Secrets ont rencontré un succès immédiat… Il y a une euphorie autour de la cuisine en ce moment, la demande est très importante. Je subis d’ailleurs le même reproche que pour certains concerts, lorsque la jauge était trop petite : les places partent à une vitesse complètement folle. D’où une frustration pour ceux qui n’arrivent pas à trouver de places à table. Mais je peux vous dire qu’on joue le jeu, il n’y a de privilégié : ma copine n’a pas pu y aller l’an dernier. Mais nous ne pouvons pas faire mieux, nous proposons une tablée de 200 convives et par rapport au travail que l’on demande aux chefs, c’est beaucoup ! Il faut dire que ce que vous proposez est alléchant… Ce n’est peut-être pas la formule ultime, mais c’est une formule qui est pertinente. C’est un peu prétentieux de dire ça parce que c’est vraiment mon truc, mais c’est une super proposition. On découvre la cuisine de chefs hyper créatifs. Il y a toujours un chef local et un invité. On soigne le niveau, on montre ce qui existe, ce qui se fait en France, à l’international. Et puis c’est ludique : le lieu est tenu secret jusqu’au bout, c’est toujours un endroit 54

surprenant et agréable. On a une tarification qui, selon moi, reste accessible, il ne faut pas brader la cuisine. Dans un restaurant étoilé classique, on paierait peut-être deux fois plus cher. Surtout, il y a un véritable ping-pong entre les chefs.

Richard Boussay emmène les Nantais à la découverte de nouvelles saveurs dans des cadres inédits.

Car il y a cette complicité qui doit être présente en cuisine... Chacun fait une entrée, un plat et un dessert. Ils doivent travailler autour de thèmes imposés. En 2012, c’était par exemple les produits bruts avec le bœuf en entrée, la langoustine en plat et le petit pois en dessert. On essaie de créer des binômes qui fonctionnent, il faut qu’il y ait une affinité culinaire et personnelle. Ils sont accompagnés par un traiteur d’Ancenis qui est un peu le troisième larron et qui permet de « sortir » tous les plats pour 200 personnes. Quels regrets nourrissezLes candidatures pour vous quant à la gastronomie figurer dans le guide Les nantaise aujourd’hui ? Tables de Nantes, qui Il faut que les choses se paraîtra en octobre prochain, mettent en place, mais ça sont ouvertes en ligne prend du temps. Mais je n’ai jusqu’au 30 avril. pas vraiment de doutes ou de www.lestablesdenantes.fr regrets. Ce qu’on appelle le jeu « à la nantaise » pour le foot, un jeu collectif, fonctionne en cuisine. On arrive à embarquer pas mal de gens dans l’aventure. Les artisans, les chefs, le public, tout le monde répond présent. Plus qu’un regret, j’aurais une envie : redémarrer le Festival des Goûts Uniques, qui a été mis entre parenthèses. Mais quoi qu’il en soit, il ne faut pas être passéiste. À Nantes, il y a toujours plein de projets, plein d’idées. C’est un peu dans l’ADN de la ville. urbanne


Dossier

CUISINE À LA NANTAISE

Christophe François, chef des Chants d’Avril. Les carottes, il est fan.

CUISINE

RENCONTRE

À la recherche de la cuisine nantaise Ceux qui en parlent le mieux sont souvent ceux qui la font. Nous avons poussé la porte de quatre établissements nantais, et découvert autant de manières d’appréhender la cuisine, telle qu’elle est servie aujourd’hui sur les différentes tables de la ville. Nous sommes allés rencontrer Christophe François, le pape de la bistronomie au restaurant les Chants d’Avril, Emmanuel Peignelin, le chef de My Resto, Dany Robin, celui du B.N., et enfin Charles-Henry Le Gaillard, qui vient d’ouvrir le Charles H, place Graslin. Ils n’ont pas forcément la même vision de ce que doit être une assiette, mais ils ont un point en commun : tout commence par le produit. Regards croisés.

«ANantes, on a la chance d’avoir à portée de main des légumes qu’on est en train de redécouvrir» Sur le coin de son fourneau, dans la cuisine des Chants d’Avril, un jus se corse depuis des jours. Sur les plans de travail, le poisson pêché par les petits bateaux vendéens dialogue avec la courge et l’huître végétale. Christophe François, le premier à avoir mis à la carte à Nantes un menu Mystère que l’on suit les yeux fermés, compose des assiettes chaque jour différentes. Il ne s’ennuie pas et nous non plus. « À Nantes, nous avons une véritable palette de couleurs et d’odeurs à proximité. Nous pouvons faire une cuisine de maraîchage : on a la chance d’avoir à portée de main des légumes qu’on est en train de redécouvrir. Je parlais hier avec mon maraîcher de Saint-Hilaire, et il me disait qu’il allait faire du daïkon, du pourpier claytone ou des mini-capucines. On nous propose en permanence de nouvelles variétés de légumes. Les maraîchers avec qui nous travaillons pourraient se cantonner à faire de la carotte, des tomates, de la mâche et des oignons, mais ils savent qu’il y un mouvement et qu’on le suit ». Il ne s’agit pas ici de travailler de nouveaux produits juste pour épater la galerie et s’engouffrer dans une sorte de snobisme de l’assiette. « Les produits nouveaux et retrouvés nous donnent plus de choix, plus d’envies, plus d’idées. J’ai par exemple créé un dessert avec de la courge butternut sucrée accompagnée d’une glace vanille. C’est quelque chose que je ne faisais pas avant. Nous avons remis à la carte le maquereau ou le mulet, ce ne sont pas des produits de luxe mais ils nous permettent d’exprimer autre chose. Il faut utiliser toute cette palette de produits ». 56

urbanne


Dossier

CUISINE À LA NANTAISE

Charles-Henry Le Gaillard regard plongeant sur la fontaine de la Place Graslin

Charles-Henry Le Gaillard regard plongeant sur la fontaine de la Place Graslin.

Le vrai enjeu du moment, c’est à la fois de se servir de tous ces goûts mais de ne pas s’y perdre. « La cuisine a beaucoup évolué, elle a pris beaucoup de couleurs et de goûts, mais il ne faut pas oublier qu’on est là pour manger. J’ai peur qu’on revienne à une cuisine minimaliste comme dans les années 80. À mon avis, ce n’est pas le bon chemin à prendre. Je pense plutôt qu’à l’avenir, il y a une vraie place pour un retour à la cuisine de pure tradition », estime Christophe François. C’est justement la direction qu’a choisi de prendre Charles-Henry Le Gaillard. Après 4 ans d’efforts, il vient d’ouvrir le Charles H, place Graslin. Une brasserie dans la plus pure tradition, au décor soigné et à la vue imprenable. « C’est vrai que notre carte est hyper-classique. C’est voulu. Je pense qu’il y a vraiment une attente, une demande de revenir aux grands classiques et de sublimer des plats qui semblent très simples. Ce n’est d’ailleurs pas parce que l’assiette est simple qu’il n’y a pas de travail, au contraire ». Ici aussi, l’idée de base est d’une simplicité évidente : l’assiette ne doit pas mentir. « En salle, nous devons être capable d’expliquer de A à Z notre assiette, pouvoir dire que même les bases de fond de veau sont faites maison. Nous n’avons que deux jours de stock dans les frigos et pas de congélateur : nous pouvons tomber en rupture de certains 58

plats. Aux clients, nous devons expliquer que c’est un signe positif : cela veut dire qu’une terrine doit prendre le temps de rassir, que la souris d’agneau doit confire un certain temps dans le jus de thym... Pour moi, la cuisine, c’est vraiment ça, la cuisine comme elle se faisait à l’époque des forts des halles. Aujourd’hui, il faut une vraie valeur ajoutée dans l’assiette parce que même si on est place Graslin, les clients peuvent aller voir ailleurs ». C’est sur ces bases que la cuisine nantaise est en train de se faire une place. « Si l’on veut être honnête avec le client, il faut réduire notre offre, c’est notre ligne directrice », souligne Emmanuel Peignelin, le chef de My Resto. Ici, on ne s’interdit rien. La cuisine oscille entre l’hyper-local et le voyage, au gré des envies des clients et des propositions à la carte. « La carte change souvent, comme les suggestions à l’ardoise, explique le chef. Ici, nous ne voulons pas d’une cuisine guindée, c’est un espace de liberté ». « Il y a un élan. Je ne sais pas s’il faut parler de nouvelle école nantaise, mais il y a une nouvelle offre, c’est certain », note Dany Robin, le chef du B.N., le Bistronome Nantais. Le restaurant fait face au Château des Ducs de Bretagne et se doit d’être à l’image du monument fraîchement restauré : à la fois ancré dans son époque et fier de ses racines. « À Nantes, nous ne sommes peut-être pas à la hauteur de la gastronomie lyonnaise

ou bordelaise, mais nous sommes en train de monter. Il faut jouer à fond la carte du Produit Nantais. Avec deux majuscules. Il faut faire plus qu’un bistrot, apporter d’autres propositions dans l’assiette, mais sans tomber non plus dans la restauration gastronomique pour garder une proximité avec ceux qui s’assoient à nos tables ». Et si c’était ça, la cuisine nantaise, un rapport qualité-prix imbattable ? Des restaurants multifacettes, de la crêperie tradi à l’étoilé Michelin, entourés d’une nuée de professionnels qui font bon et bien ? Tout cela crée une émulation de bon aloi. « La ville évolue, assure Dany Robin, la concurrence se fait plus pressante, et c’est tant mieux : il faut exister plus fort ».

«Ce n’est pas parce que l’assiette est simple qu’il n’y a pas de travail. Au contraire.»

urbanne


Dossier

CUISINE À LA NANTAISE

CUISINE

PATRIMOINE

Les mythes de la cuisine nantaise Chaque région a ses spécialités et Nantes n’en manque pas : héritage du terroir et de son histoire liée au commerce lointain, on mélange joyeusement le beurre, le lait et le sucre pour créer des recettes qui ont traversé les siècles ! Tour d’horizon.

Le beurre blanc Comme souvent les monuments de la gastronomie, le beurre blanc a sa légende. Il se murmure que celle qui présida à son invention, Clémence Lefeuvre, voulut faire une sauce béarnaise mais oublia d’y glisser estragon et jaune d’œuf. Ce qui lui vaudrait encore aujourd’hui, près de Saint-Julien-de-Concelles, sur les bords de Loire où cette sauce est née en 1890, le nom de « beurre raté ». En tous les cas, cette sauce qui marie beurre, vin blanc et échalotes est une sorte de merveille pour accompagner les poissons. Les bonnes adresses se murmurent entre initiés. Une petite escapade à la recherche du beurre parfait sur les bords de Loire, le long de la Divatte où les anciennes gargotes reprennent vie, est un pur bonheur.

Le Curé Nantais C’est encore un produit baptisé « nantais » mais né à Saint-Julien-de-Concelles. Et c’est encore une légende qui préside à sa création : ce serait, vers 1880, sur les conseils d’un curé que Pierre Hivert a inventé un fromage. Il lui donne un nom dans la tendance de l’époque, le Régal des Gourmets. Quelques années plus tard, en hommage à ce curé qui reste aujourd’hui mystérieux, on baptise le fromage, Fromage du Curé, puis Curé Nantais. Il est de nos jours fabriqué de manière toujours artisanale, grâce à du lait cru de vache des environs de Pornic, où la fromagerie s’est installée.

Le Petit Beurre et le Choco BN Il y a ceux qui commencent par manger les oreilles et ceux qui les laissent pour la fin. Il y a ceux qui essaient de décoller les deux biscuits pour lécher le chocolat qui s’y cache et ceux qui le font fondre dans leur bol. Le p’tit LU et le Choco BN, c’est à coup sûr un souvenir d’enfance, de goûter d’école ou de boîte à gâteaux dans le placard de grand-mère. C’est surtout le souvenir de ces biscuiteries qui seront l’un des emblèmes de la cité de ducs. On parle évidemment la Biscuiterie Nantaise et de la biscuiterie Lefèvre-Utile, née en 1846, qui a embaumé pendant plus d’un siècle la ville de Nantes. Il reste aujourd’hui uniquement la Tour LU, phare du Lieu Unique, le reste de l’immense biscuiterie ayant été démoli à partir des années 70. 60


Le berlingot et la Rigolette Le berlingot aurait pu s’appeler « tétraèdre », mais c’était tout de même moins rigolo. Nantes est l’une des places forte du sucre en France. C’est donc naturellement que les confiseurs y ont fait leur miel. Le berlingot, c’est du sucre cuit et de l’arôme. Et puis c’est bon. Il y a eu Nantes, dans les années 20, jusqu’à sept confiseries du côté de Malakoff. Il reste aujourd’hui la confiserie BontéPinson, installée à Saint-Herblain. Quant à la Rigolette, c’est un peu le berlingot des amateurs de cœurs tendres : dans une coque de sucre vient se nicher une confiture de fruit. Il parait que le nom du bonbon vient de celui… de la chatte de son inventeur, Charles Bohu. On trouve toujours ces merveilles dans une boutique magique du cœur de Nantes. Le gâteau nantais C’est encore un leg de l’histoire navale de Nantes et de son commerce triangulaire. C’est du sucre (encore et toujours), de la poudre d’amande, du beurre (beaucoup) et… du rhum ! L’alcool en fait un gâteau de voyage : il se conserve très bien. C’est d’ailleurs ce glaçage au rhum qui lui donne toute son identité. On remercie chaleureusement Rouleau, maître fouacier qui l’a inventé autour de 1820, rue Saint-Clément.

urbanne


Dossier

CUISINE À LA NANTAISE

CUISINE

LE MUSCADET so sexy !

Il est de certaines réputations comme les vieux chewing-gums : elles sont réputées indécollables. Il y a 10 ans, personne (ou presque, heureusement) n’aurait parié un kopeck sur le muscadet. Vin blanc bas de gamme uniquement destiné aux plateaux de fruits de mer et aux papys à casquettes cochant, la langue légèrement sortie, leurs tickets de tiercé sur une table en formica au PMU de Chantenay. Le cliché est un peu fort, pensezvous ? En fait, non, il est à l’image de celui qui entoure encore aujourd’hui ce vin. Un vin qu’il faudra un jour se décider à considérer comme un grand blanc. Dans les caves mal éclairées du Vignoble, on murmure des explications : on a trop planté de vignes, même sur des parcelles destinées, au mieux, à nourrir des chèvres. On a trop laissé le négoce, qui achète par cuves entières leur production aux viticulteurs, tirer l’image de ce vin vers le bas pour en faire justement, un choix d’entrée de gamme. On a trop produit et mal.

Muscadet cuvée Gaïa du Domaine de Bellevue. Élevé dans une cuve en forme d’œuf, il symbolise l’audace du vignoble.

« ENORME ! Extravagant ! Puissant ! Il vous claque dans la figure et vous met à genoux ».

Le muscadet est la carte des trois étoiles et même du Noma, réputé meilleur restaurant du monde. La bonne nouvelle, c’est que ce vin sort aujourd’hui de l’ombre et de l’accompagnement de la douzaine d’huîtres. Il retrouve même, en toute simplicité, le zinc des comptoirs nantais. « Je suis Nantaise et c’est vrai que, chez moi, c’était juste le vin du dimanche avec les huîtres. Pour l’apéro, je préférais boire un verre de vin rouge. Tout a changé quand on m’a fait goûter des «bons» muscadets, raconte Louise, qui vient de se faire servir un verre Tout cela est vrai. Mais il ne faudrait pas non au Café du Cinéma. J’ai vraiment découvert plus oublier que Nantes, la grande ville, a aussi ce vin. Aujourd’hui, je suis une vraie fan. tourné le dos à « son » vignoble. Certains J’en commande presque systématiquement : restaurants n’en proposent plus à la carte. Les c’est léger, frais… ». C’est convivial, aussi, un Nantais et les Nantaises n’en sont pas fiers. vin qu’on commande par bouteille pour la Vous imaginez une seconde cela possible à tablée. « Le muscadet, aujourd’hui, c’est même Bordeaux ? Qui a passé une soirée avec un branché, s’amuse Marie Chartier-Luneau qui Bordelais sait bien que non. Comme nul n’est a cofondé l’association Les Vignes de Nantes prophète en son pays, il faut attendre que le pour promouvoir quelques-uns des meilleurs New York Times, par la plume d’Eric Asimov, vignerons. Aujourd’hui, les gens sont curieux, mette le muscadet sur le devant de la scène ils voyagent, ils vont au resto. Si par bonheur, internationale pour que le respect commence ils goûtent un bon muscadet, ils en deviennent à poindre. Son article, daté de 2006, débutait les meilleurs ambassadeurs. C’est tant mieux. ainsi : « BIG ! Extravagant ! Powerful ! C’est normal d’être ambassadeur de sa région ! ». Smack you in the face and knock you off your feet ! ». Les plus anglophones auront traduit : « ENORME ! Extravagant ! Puissant ! Il vous PS : L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer claque dans la figure et vous met à genoux ». avec modération. PPS : Réclamez du muscadet au restaurant ou au bar. S’il n’y en a pas, expliquez patiemment que les temps ont changé…

62

urbanne


100%

Fraîcheur & Créativité

15 %

Tomate confite

35 % Thon 40

% Guacamole d’Avocat

10 % Roquette 02 40 48 51 39 7 rue Franklin, Nantes contact@brisontraiteur.com


Nantes Bouge

PORTRAIT

PORTRAIT

« J’VEUX UN MEC ! » La web serie qui catonne

Valentine est plutôt du genre décidé. Depuis deux saisons, elle clame haut et fort « J’veux un mec » dans la web-série qu’elle a créée et financée de sa poche. Une motivation qui paye : ses saynètes ont dépassé le million de vues. Rencontre.

« Je suis la femme lambda : ni jeune ni vieille, ni grosse ni mince, pas moche pas belle, pas riche pas pauvre… Je représente la femme française, celle qu’on ne voit pas dans Elle », affirme d’entrée de jeu la jeune femme. Ses vidéos sont à la fois un coup de gueule et un pied de nez à la dictature des canons de beauté imposés par les magazines et par la télé. « Nous sommes le pays de la mode et de la minceur. À la une des journaux féminins, on nous rabâche comment perdre notre cellulite, mais pas comment devenir moins conne ou moins raciste, souligne-t-elle. C’est vrai aussi pour mon métier de comédienne. J’ai frôlé des rôles de malade. Je les ai seulement frôlés parce que j’étais ronde. Je m’en suis sortie en écrivant un one woman show, tout Paris m’a vue et personne ne m’a jamais rien proposé. Il n’y a jamais dans un film un mec qui tombe amoureux d’une ronde comme dans la vie. Moi, les rôles que j’ai eus, il fallait les justifier : ce n’était que des rôles où je bouffais du chocolat ou des hamburgers. Des rondes qui rencontrent plein de mecs, ça ne s’est jamais vu. On a l’impression que la ronde n’a pas de sexualité ! ». Dans ses vidéos, elle ne se ménage pas. Elle y va même carrément à fond. On peut l’apercevoir sauter désespérément pour attraper sa petite culotte ou terminer un épisode transformée en boudin de porte géant. « Je ne suis absolument pas dans la séduction, ce qui est très bizarre quand on est comédienne. J’amène un côté burlesque, explique-t-elle, ma matière, c’est mon corps. Cette série est marrante s’il n’y 64

a pas de limites. Je veux aller au bout, faire le truc sans complexe, ça surprend tellement. Les gens se disent «waouh, c’est osé», mais on se dit aussi «elle est folle». Je n’en ai rien à faire : je sais que je suis grosse, mon but premier c’est de faire rire les gens ». Ce pari totalement décalé fonctionne : en plus d’avoir dépassé le million de vues sur Internet, Valentine a décroché deux fois la récompense de la meilleure web-série, dans la catégorie humour. La deuxième saison de ses aventures en forme de déboires est déjà écrite et les « guests » se bousculent pour apparaître à ses côtés. « Là, je viens de tourner avec Pierre-Emmanuel Barré de Canal +, un tournage est prévu avec Laury Thilleman, mais aussi avec Gunther Love ou Chantal Ladesou, si elle arrive à trouver un moment ». Vous ne verrez sans doute jamais ces épisodes sur TF1, mais la comédienne essaie aujourd’hui de faire rire par-delà les frontières. Elle vient de vendre la saison 1 en Belgique. « Il y a très peu de dialogues. C’est drôle visuellement, ça pourrait marcher en Angleterre ou en Espagne où il n’y a pas les mêmes réticences qu’en France ». Elle a déjà réussi à s’exporter au Canada : le festival de Montréal va diffuser ses vidéos. Sans complexes. www.jveuxunmec.com

urbanne


Hors sĂŠrie

urbanne Mariage MODE & STYLE

Magazine Gratuit Indispensable

Avec vous pour rĂŠussir le plus beau jour de votre vie

Automne 2015


Pornic

LA CÔTE DE JADE

PORNIC

LA CÔTE DE JADE Magie entre ciel et terre

C’est vu du ciel qu’on se rend compte de la diversité des paysages de Pornic. Le fond de la Ria n’est qu’un point de départ vers un horizon presque sans fin. Le regard bute seulement sur Noirmoutier et sur ces pointes rocheuses qui dissimulent les criques où l’on adore débarquer l’été. Pornic aime garder ses mystères, impossible de tout embrasser d’un seul regard. Même du haut des cieux, il faut tout un cheminement pour tout apercevoir. C’est ce chemin du ciel que nous vous proposons de parcourir avec nous.

66


urbanne


Pornic

LA CÔTE DE JADE

À chaque marée, le paysage change. Le temps qui passe reste inscrit dans le sable par les ancres des bateaux au mouillage. Jusqu’à ce que la mer remonte et que les pêcheries redeviennent des îles.

68

urbanne


Pornic

LA CÔTE DE JADE

Loin des grandes plages, les criques invitent au repos et aux dĂŠcouvertes dans les rochers.

70

urbanne


meubles salons décoration literie

Conception : OC COM’UNIQUE 06 18 02 55 73

meubles salons décoration literie 4bis, rue de l’auditoire - 44680 SAINTE-PAZANNE 02 40 02 43 66 • www.boizanne.fr


Pornic

LA CÔTE DE JADE

PORNIC

LE SEL RENAÎT dans le Pays de Retz

Le Pays de Retz, c’est le pays du sel. Vous ne le saviez pas ? C’est normal : le dernier saulnier a cessé son activité en 1970. Pourtant, dans ces marais du fond de la baie de Noirmoutier, on produisait du sel depuis le Moyen Âge. Ça a même été le premier port international pour le trafic de sel à une époque où il était pratiquement le seul moyen de conservation. Les bateaux de la Hanse germanique venaient jusqu’ici. Mais voilà, la baie s’est envasée, les bateaux ont cessé de venir et le lent déclin a commencé. Jusqu’à ce qu’un couple s’installe à nouveau et renoue avec une tradition millénaire.

400 m de long, 60 de large, vue du ciel, la saline revèle son dessin unique

72

urbanne


Pornic

LA CÔTE DE JADE

La fleur de sel aux aromates et infusion culinaire : gros sel et aromates à plonger directement dans l’eau de cuisson.

« Nous proposons véritablement un sel de cru. On propose une vraie traçabilité »

Les fins cristaux trouvent leur place dans les cuisines pour élaborer des marinades ou des préparations.

L’avantage quand on est le premier, c’est qu’on peut s’appeler comme on veut. Emmanuel Violeau et Nathalie Lechat ont choisi de s’appeler Paludiers. « Historiquement, le saulnier négociait le sel et le paludier travaillait le marais. Pour nous, le paludier, c’est ce qui se rapproche le plus de ce que nous sommes », racontentils. C’est sûr que ce marais, ils l’ont travaillé. Quand l’aventure a commencé en 2002, il ne restait pas grand-chose des œillets où l’on récolte le sel. Il ne subsistait en fait qu’un marais avec un système d’écluse qui sert à le remplir et le vider. Les paysans s’en servaient pour faire grandir des civelles. Le temps et la vase ont tout effacé. Et quand Emmanuel décide de se lancer, c’est un véritable travail de Titan qui l’attend. Il faut retirer 80 cm de vase sur une surface de 400 m de long et 60 de large. Le calcul est vite fait, ça représente près de 20 000 m3. Les machines sont là mais il faut refaire tous les fonds, tous les ponts à la main. « Au début, on ne sait pas faire. Ça prend énormément de temps et en plus, il faut souvent tout reprendre derrière. Mais c’est comme ça qu’on apprend », sourit Nathalie. 74

Rien n’aurait été possible sans les cousins de Guérande. C’est dans la formation mise en place là-bas qu’Emmanuel a tout appris. « C’est ce qui nous a sauvés. C’est là qu’on nous a donné tous les conseils techniques que l’on a appliqués ». Au fil du temps, année après année, la saline de Millac prend forme. Elle arrive juste aujourd’hui, avec ses 58 œillets, à sa pleine capacité. Reste maintenant un autre challenge : se faire une place. Pour cela, le couple mise non seulement sur la qualité de son sel mais également sur sa diversité. On trouve le gros sel, les fins cristaux (le gros sel tamisé), le sel fin, la fleur et… la nacre. « La nacre de sel a la même nature que la fleur, simplement grâce à une combinaison particulière de vent et d’humidité, les cristaux vont grossir pour atteindre une taille bien plus importante que celle de la fleur », explique Nathalie. C’est juste parfait par exemple pour accompagner une côte de bœuf et sentir casser les cristaux sous la dent. Le couple a également déposé un brevet pour une infusion culinaire à base de sel. Dans un sachet qui se présente un peu comme celui d’une tisane, on trouve juste la

quantité de sel et d’aromates nécessaires à la création d’un litre ou d’un litre et demi de bouillon qui va permettre de cuire du poisson, des légumes, du riz ou des pâtes. Le sel des salines de Millac trouve égalent sa place des préparations comme le pain d’épice, le caramel ou, pour la cinquième année, dans les conserves de la Paimpolaise. « Ce qui compte chez nous, expliquent-ils, c’est que nous proposons véritablement un sel de cru. Tout notre sel vient d’un endroit précis. On propose une vraie traçabilité ».

Les Salines de Millac Chemin des Jaunais Les Moutiers en Retz 06 11 23 87 75

urbanne


MAISON SUR MESURE

MAISON BOIS

EXTENSION

SURÉLÉVATION

02 40 21 82 90 - www.macoretz.fr


Pornic

LA CÔTE DE JADE

PORNIC

DES PIGEONS de haute volée !

Nichés dans la campagne de Pornic, les pigeonneaux de l’élevage Cassard font le bonheur des restaurants triplement étoilés de Paris à Saint-Tropez en passant par Courchevel. C’est Marie-Samuelle Cassard, représentante de la deuxième génération, qui est aujourd’hui à la tête de l’entreprise familiale.

« Il faut partir pour se rendre compte que c’était mieux là où on a grandi. Il a fallu que je voie autre chose pour comprendre la chance que j’avais ». Marie-Samuelle Cassard a quitté l’élevage familial de Pornic pour s’installer à Nantes pendant de longues années et se lancer dans le commerce de meubles. C’est quand l’heure de la retraite approche pour ses parents que l’idée de revenir et de prendre sous son aile les petites bêtes à plumes fait son chemin. « Aujourd’hui, j’ai une qualité de vie que je n’avais pas avant dans mes magasins de meubles, sourit-elle. J’ai le temps de m’arrêter et de boire un café avec mon père, de voir grandir mes enfants. Je suis assoiffée de liberté ». Surtout, elle s’est prise de passion pour ses pigeons. Il faut dire que le rendement n’est pas forcément la devise de la maison. « On travaille sur un produit de luxe et de qualité, assure-t-elle sans forfanterie. J’élève un peu mes pigeons à l’état sauvage, presque en plein air : il y a juste un petit grillage qui les empêche de passer. Les couples sont libres, ils couvent leurs œufs eux-mêmes. Ils donnent à leurs pigeonneaux ce qu’on appelle le «lait de jabot», de bec à bec. 76

C’est vraiment différent de la couveuse ! Et puis, il y a l’air marin », sourit-elle. C’est peutêtre ça, le secret de cet élevage qui a séduit les plus grands chefs. Les clients se nomment ici Alain Passart, Ducasse, Loiseau, Trois-Gros mais aussi Anne de Bretagne à La Plaine sur Mer et le Château de la Gressière à La Bernerie en Retz. « Chaque client qui goûte, je le garde, rigole Marie-Samuelle Cassard. Tout le monde me dit que mes pigeonneaux n’ont pas le même goût qu’ailleurs, ils sont plus tendres, plus parfumés. Nous sommes arrivés à en faire vraiment un produit luxe. Aujourd’hui, c’est moi qui fixe mon prix ». Entre 500 et 700 volatiles sortent de l’élevage chaque semaine. Le seul souci, c’est que pour déguster cette viande délicate, il faut aller au restaurant : l’élevage ne fait pas de vente directe.

« Nous travaillons sur un produit de luxe et de qualité » urbanne


Pornic

LA CÔTE DE JADE

PORNIC

MADE IN PORNIC C’est nouveau, c’est beau

Ça bouge à Pornic ! On invente, on créé, on améliore… De la sculpture au Curé Nantais en passant par l’art de torréfier le café, petite revue de détail de tout ce que vous ne trouverez qu’ici. Ou presque.

Philippe Roy sculpte l’énergie du temps

Philippe Roy a posé ses valises. Dans le cas de ce sculpteur, ce n’est pas juste une formule. En s’ancrant dans le pays de Pornic, il s’est également libéré d’un poids. « En arrivant, je me suis dit que c’était ici que j’avais envie de construire. Je travaille le béton et quand on parle de «construire», le terme ne peut pas être plus adapté. Je n’ai plus peur de faire des choses monumentales et «lourdes». Ce n’est plus un souci, je n’ai plus besoin d’un baluchon. C’est le sentiment d’être arrivé qui me permet aujourd’hui de me lâcher, d’être serein », sourit-il. La preuve de cette évolution dans son travail, c’est la taille des sphères et des totems qu’il aime travailler. Les sphères qui faisaient au maximum 80 cm de diamètre flirtent allègrement aujourd’hui avec les 2,5 mètres. « J’ai le sentiment d’avoir fait des maquettes, presque du modélisme jusqu’à présent. Je vois mes sculptures grandir de jour en jour. J’aime les choses fortes, le sensations intenses, aller au bout des choses, les exploiter au maximum. C’est mon objectif en tant que sculpteur : transmettre cette force au public ». C’est d’ailleurs cette notion non pas de force mais d’intensité qui domine dans le travail de Philippe Roy. Le métal inoxydable dialogue avec le béton. On pourrait y voir, au travers de l’utilisation de ces matières indestructibles, l’envie de durer, d’aller à la conquête de l’immortalité mais ce serait une erreur : le sculpteur s’attache davantage aux vibrations transmises. « Mon travail, je l’oriente vers l’énergie, pas sur la notion de durée. Je veux qu’en touchant mes sculpture on ait la sensation de récupérer l’énergie du temps ». Ce travail monumental va prendre toute sa dimension dans le parc du Château de la Gressière où il sera exposé jusqu’au mois d’octobre. Philippe Roy Sculpture Avenue de la Noue Fleurie - La Bernerie en Retz www.philippe-roy-sculpture.com Exposition au Château de la Gressière à partir de début avril

78

urbanne


Pornic

LA CÔTE DE JADE

L’art de brûler

C’est une odeur qui tend à disparaître. Celle du café lentement torréfié. Une chaleur maîtrisée qui va permettre au futur breuvage d’exhaler tous ses arômes. C’est tout l’art de Sandrine et Christophe Lavois, qui se sont lancés dans l’aventure de la torréfaction au Clion sur Mer. Mais si les artisans torréfacteurs respectent la tradition, ils ne sont pas moins bien ancrés dans leur siècle : ils ont acquis une machine, véritable bijou de technologie, qui permet une torréfaction hyper-pointue grâce à l’assistance d’un ordinateur. La courbe de cuisson est adaptée aux cafés des petits producteurs du Pérou, d’Ethiopie ou du Brésil avec qui ils travaillent. Une merveille également disponible dans de nombreux points de vente à découvrir sur leur page Facebook La Brûlerie de Pornic.

Du beurre et du sucre

La Brûlerie de Pornic 3, rue de Verdun (Le Clion sur Mer) Pornic 06 51 25 33 38

S’il vous faut une preuve supplémentaire que Pornic a des attaches profondément bretonnes, il vous suffit de goûter le kouign amann de Bertrand Gavet pour vous en convaincre. Craquant, onctueux, à faire pâlir d’envie un Douarneniste. La maison Gavet, installée à Pornic depuis 1978, ne se contente pas de réussir ce délice breton (nature ou à la pomme), elle fait aussi dans le macaron, l’éclair miniature et… les chocolats ! Un détour par le salon de thé est aussi conseillé pour prendre à la fois une portion de douceur et une part de nostalgie, tant le lieu semble intemporel.

MADE IN PORNIC

Pâtisserie Gavet 64 quai Leray - Pornic - 02 40 82 02 49

Quand le curé se fait fumer

Le Curé Nantais est une institution (lire p. 58). Mais une institution qui ne se laisse pas scléroser par le poids du passé. La preuve, un nouveau venu vient de faire son apparition dans la gamme proposée par la fromagerie de Pornic : le Curé Nantais fumé. Le fromage est passé au fumoir juste le temps que sa croûte capte la puissance des copeaux de bois en train de se consumer. L’intérieur garde lui sa pâte moelleuse. Le tout en fait un produit réellement original dont les chefs ne manqueront pas de s’emparer : en croquant, c’est le goût fumé qui domine, avant d’être adouci par l’onctuosité de la pâte. Au passage, le Curé Nantais retrouve sa forme carrée originelle. Pour l’instant, on trouve uniquement le fromage en vente à la fromagerie à Pornic. C’est le cas d’ailleurs d’autres spécialité de recettes de Curé Nantais, élaborées par exemple avec des herbes ou des algues. Le Curé Nantais - Fromagerie artisanale 16 rue du Dr Auguste Guilmin - Pornic 02 40 82 28 08 www.curenantais.com

110 ans, ça se fête

Passé un siècle, on peut considérer que l’on fait partie du patrimoine. Les Galette SaintMichel fêtent cette année leur 110ème anniversaire. L’histoire se compte donc en générations. Contrairement à ce que croient beaucoup de néophytes, les galettes Saint-Michel n’ont rien à voir avec le Mont du même nom (qui est en Normandie). Ce nom leur a été donné par leur inventeur, le Maître pâtissier Joseph Grellier. Déjà adepte du marketing territorial, il donna pour patronyme à ses galettes rondes, fondantes et dorées celui de la ville où il était installé : Saint Michel Chef Chef. Les premières fournées furent vendues aux belles dames de Paris venues prendre les eaux sur la côte de Pornic en juillet 1905. L’entreprise familiale compte aujourd’hui 7 sites de production en France (dont une usine à Saint Michel Chef Chef et une autre à Saint Père en Retz) et bénéficie au passage du label Origine France Garantie. Les galettes sont toujours produites sans colorants, conservateurs, huile de palme ni matière hydrogénée, mais Les Délices de St Michel 8, rue du Chevecier- St Michel Chef Chef - 02 51 74 75 44 80

urbanne


Pornic

LA CÔTE DE JADE

À FAIRE À PORNIC

AFFAIRES

de famille à Pornic

À la recherche de la fraise parfaite

La Fontaine aux Bretons : au plus près de la nature

La Fraiseraie Zone de l’Europe (à droite après le Comptoir de la Mer) Pornic 02 40 82 08 21 www.lafraiseraie.com

La Fontaine aux Bretons Chemin des Noëlles - Pornic 02 51 74 07 07 www.auberge-de-la-fontaine.com Ouvert toute l’année. Visites libres, accès gratuit.

Mieux qu’un collier de nouilles !

C’est moi qui conduis !

Plus que quelques semaines de patience et la Fraise (avec un F majuscule) va faire son retour dans les champs de la Fraiseraie. C’est en tous cas ce qui devrait se passer si la météo ne nous joue pas des tours. Un vrai bonheur de farfouiller entre les plans en famille. La première cueillette devrait se dérouler au mois de mai. On pourra ensuite les récolter jusqu’à fin août tous les mercredis et samedis de 9h à midi. On peut également visiter l’atelier de confitures : ce sera à partir du 6 juillet, du lundi au jeudi à 14 h 30 et 15 h 30 (fermé le 14 juillet). À défaut, une glace à la fraise, sur le port, ça reste la base.

La Faïencerie de Pornic ne fait pas que produire ces jolis bols ornés de prénoms qui ont fait le tour du monde. Elle propose également de s’initier, au sein de l’atelier de la boutique, à l’art de la peinture sur faïence. Une décoratrice patentée se charge de l’initiation à ce savoir-faire si délicat. Les œuvres produites sont ensuite émaillées et cuites par la Faïencerie. On les récupère quelques jours plus tard. Attention, cet atelier n’est pas réservé qu’aux enfants ! Les réservations sont obligatoires. Faïencerie de Pornic Rue de la Faïencerie à … Pornic ! 02 51 74 19 10 www.faiencerie-pornic.fr

82

Il faut visiter l’incroyable potager de l’auberge. Tous les légumes sont soignés, tirés au cordeau. On voit encore ici l’esprit des Frères de Saint Jean Baptiste de la Salle qui occupèrent le lieu. Il s’agit d’un potager ornemental recréé en 1999, qui sert également à fournir les cuisines de l’auberge. Entre 30 et 40 sortes de légumes sont cultivés ici chaque année. De petites pancartes permettent aux néophytes de s’y retrouver. Une jolie balade avant la visite aux animaux qui ravira les plus jeunes. Les races locales sont mises en avant comme la vache nantaise ou le mouton des Landes de Bretagne.

Faire la course en famille. À ne pas confondre avec « faire les courses en famille », synonyme, parfois de prise de tête de au supermarché. Ici, c’est tout le contraire, chacun peut s’aligner sur la ligne de départ et tenter d’affoler le chronomètre. C’est aussi une bonne occasion casser les stéréotypes et de montrer que maman peut aller plus vite que papa, un volant entre les mains. Ici, pas de contestation possible : chaque tour est dûment chronométré ! C’est aussi un moyen de s’amuser, tout simplement, au ras du bitume. Racing Kart Jade 14 rue des Forgerons (ZAC de la Princetière) St Michel Chef Chef 02 40 82 11 12 www.rkj.fr

urbanne


Urbanne

84

EN CUISINE


Pressé de tourteau et Bonbons de Jade, petit tartare de tomates et pesto basilic CUISINE

DÉCOUVERTE en Terre de Jade

C’est l’histoire d’un coup de tête. André Dalmas et son épouse ont quitté leur restaurant de Rennes pour venir s’installer sur la Côte de Jade il y a tout juste un an. Tout s’est passé lors d’un salon à Nantes quand leur associé Marc Guillemot a tenu absolument à leur présenter le château. Un établissement qui a eu son heure de gloire dans la région mais qui commençait à glisser lentement dans l’oubli. Le couple a décidé de mettre un vrai coup de frais à la déco et au mobilier de cette bâtisse du XIXe siècle. Un coup de frais qui permet également au col de chemise de s’ouvrir. « Je ne voulais pas un restaurant où l’on vienne obligatoirement en costume cravate, souligne le chef. Je voulais proposer une carte accessible avec par exemple un menu à 15 euros le midi ». André Dalmas, qui a gardé l’accent chantant de son Tarn natal, veut ici créer sa « maison ». Il veut travailler ce qu’il appelle la « vieille » cuisine, une cuisine solide sur ses bases. Elles lui viennent d’un parcours qui l’a mené notamment dans le Gars, d’où il a ramené un vrai savoir-faire pour le foie gras et… le cassoulet ! Ça vaut le coup de réserver, pour déguster ce plat roboratif : tout est fait maison, du confit aux haricots ! Mais le chef s’inspire également du paysage que l’on aperçoit depuis les fenêtres. L’océan imprime sa marque. C’est ainsi qu’on va retrouver dans l’assiette un mi-cuit de foie gras aux langoustines avec son chutney d’algues et d’orange confite. Ce dialogue entre la terre et l’océan, on le retrouve dans le nom choisi pour le restaurant : Terre de Jade. Une terre qui sera d’ailleurs bientôt mise à contribution pour remplir les assiettes : une partie du parc du château va être transformée en potager pour fournir la cuisine en légumes frais. Cela devrait aider André Dalmas à atteindre son nouvel objectif : décrocher le titre de Maître restaurateur. C’est pour bientôt.

urbanne


Urbanne

EN CUISINE

Le truc en plus

C’est parti ...

Pour le pressé de chair de tourteau Hacher finement une botte de ciboulette, ciseler deux échalotes. Réaliser une mayonnaise terminée par un jus de citron vert. Mélanger le tout avec la chair de tourteaux. Rectifier l’assaisonnement. Pour le Bonbon de Jade Découper les feuilles de brick en quatre parties égales. Placer sur chaque morceau une demi-feuille de basilic recouverte par une langoustine crue. Rouler bien serrer et faire tenir le bonbon par un cure-dent. Comptez deux Bonbons de Jade par personne. Ingrédients Pressé de tourteau 500 g de chair de tourteau (on peut remplacer le tourteau par des pinces de crabe, moins embêtantes à décortiquer). Une botte de ciboulette. Deux échalotes. Sel, poivre. Un jus de citron vert. Une mayonnaise bien relevée en moutarde. Bonbon de Jade Deux langoustines de bonne taille fraîche par personne. Feuilles de brick. Feuilles de basilic frais. Fleur de sel. Tartare de tomates Tomates. Pignons de pin concassés. Ail. Ciboulette. Huile d’olive. Une pointe de vinaigre balsamique. Sel, poivre. Pesto 20 feuilles de basilic. Trois gousses d’ail. 100 à 150 g d’huile d’olive. Une cuillerée à soupe de pignons de pin torréfiés.

86

Pour le tartare de tomates Ouvrir les tomates et ôter les pépins. Découper tranquillement la chair en tout petits dés. Il n’est pas utile d’ôter la peau. Ajouter des pignons de pin torréfiés et concassés finement au couteau. Terminer en ajoutant la ciboulette hachée et l’huile d’olive. Ajouter une pointe de vinaigre balsamique avant de rectifier l’assaisonnement. Pour le pesto Mettre une vingtaine de feuilles de basilic, trois gousses d’ail, une cuillère à soupe de pignons de pin, et 100 à 150 g d’huile d’olive dans le blender. Mixer pour obtenir la consistance voulue.

Si on n’a pas d’emporte-pièces en inox à la maison, on peut facilement les remplacer par un tuyau en plastique qui sert en principe en plomberie. Il suffit juste d’être un peu bricoleur pour les couper à la dimension souhaitée. La surface est lisse et peutêtre récurée sans souci.

Conseils du chef

On remplace le vinaigre par le jus de citron dans la mayonnaise pour éviter le côté trop acide. Le citron se marie parfaitement avec le tourteau. Il suffit de deux ou trois minutes pour que le Bonbon de Jade soit cuit dans son bain de friture. Lors de la cuisson, les deux côtés tournent tout seuls, c’est qui va leur donner leur forme finale. Pour décortiquer une langoustine crue, il faut d’abord enlever la tête. Il faut ensuite ôter les deux premiers anneaux de la carapace. Il suffit après de pincer la queue de la langoustine de haut en bas, fermement, et de tirer pour que toute la carapace se détache. Pour que le tartare de tomates soit réussi, il faut ôter au maximum l’eau contenue dans le fruit. Je laisse s’égoutter les tomates avant de les enfermer dans un torchon bien serré pour leur faire rendre leur dernière eau.

Le dressage Disposer le pressé de tourteau dans un emporte-pièce. Faire frire le Bonbon de Jade. Décorer avec le pesto puis finir avec une ou deux quenelles de tartare de tomates.

urbanne


Urbanne

EN CUISINE

PressĂŠ de tourteau et Bonbons de Jade, petit tartare de tomates et pesto basilic

88

urbanne


Urbanne

EN CUISINE

C’était comment ? Sophie : Je suis fière du chef et fière de nous ! C’est très appétissant, original et tout en finesse. Tessy : Si un jour on m’avait dit que j’arriverais à faire ça ! C’est très original. Ça va avec le cadre. Nous avons passé un vrai bon moment. C’est très convivial. Très détendu. Ça fait du bien !

Allez-vous le refaire à la maison ?

Sophie : Évidemment, chez moi, ils n’attendent que ça, que je refasse la recette ! Tessy : Et de toute façon, si on n’y arrive pas du premier coup ou si on a oublié une chose ou une autre, on pourra toujours revenir au château pour goûter !

Comment avez-vous trouvé vos élèves ? Je dirais qu’il y en avait une qui était assez sage et l’autre plus indisciplinée (rires). Je dois dire que le défi mayonnaise que j’ai lancé à Sophie a été largement relevé. Un litre de mayonnaise à la main, chapeau ! Au début, on ne se connaissait pas, on ne s’était jamais parlé et finalement on a passé un très bon moment, c’est ça qui est sympa, en cuisine. J’aime ce côté convivial. Chez moi, la cuisine est ouverte aux clients.

C’est bon comment ? Sophie : Je trouve qu’il y a vraiment tout dans cette assiette : du chaud, du froid, de l’acidulé, et même un petit goût sucré. C’est vraiment très bon. Tessy : C’est vrai qu’il y a un petit côté acidulé que j’adore. On est vraiment tout en finesse. C’est vraiment une recette parfaite pour l’été.

Restaurant Terre de Jade Château de la Gressière Avenue de la Noue Fleurie La Bernerie en Retz 02 51 74 60 06 www.lagressière.com

90

urbanne


Urbanne

FAN DE GOUT

01

FAN DE GOUT

Carõmiel Vrai coup de cœur pour cette création d’Alain Rey, l’apiculteur des Ruchers du Pays Blanc, à Herbignac. Le miel du parc de Brière vient remplacer le sucre pour ce délice sucré allégé. En bouche, le côté caramel éclate avant que l’on ne ressente la douceur du miel. Le roi du petit-déjeuner ou du goûter ! À découvrir chez ABC Terroir (5 place Saint-Pierre, Nantes)

02

03

04

01 Fleur de sel au poivre La Maison Charteau place depuis des années la qualité au centre de ses valeurs. Un véritable sel de cru au cahier des charges draconien s’allie ici avec un poivre soigneusement sélectionné, encore gorgé d’huiles essentielles. De la haute couture ! Maison Charteau (12 Kercadoue, St Molf) 02 Le Caméléon

Amusant caméléon en chocolat blond garni (une partie des bénéfices de la vente de ce Caméléon sera reversée à l’association Mirana « Enfants de lumière », venant en aide aux familles malgaches). Vincent Guerlais (11 rue Franklin, Nantes) 03 Macarons Nouveau venu dans la sphère des pâtissiers nantais, Pierre Morel nous ravit les papilles avec ses macarons, mais faites vite le dimanche matin, seuls les lève-tôt auront accès aux petits gâteaux tant convoités. Pierre Morel Pâtisserie (4 rue des Halles, Nantes) 04 Œufs de Pâques Perles de hareng fumé Arenkha Œufs de saumon sauvage Kaviari O’ Saumon (3 bis rue Copernic, Nantes)

92

urbanne


Fan d’intérieur

VISITE

DÉCO

TOUS LES JOURS en vacances

Redonner des couleurs à un intérieur. Le blanc n’est plus la réponse évidente quand on a envie de lumière et d’espace. Il faut oser les couleurs franches. Leçon de mise en perspective dans une villa de Pornic où le blanc a laissé la place au bleu. Des volumes soulignés et une profondeur retrouvée. Découverte.

94


NOUVEAU À REZÉ

TENDANCE

GRAPHIQUE

ÉLÉGANTE

AGENCEMENT SUR MESURE RÉNOVATION INTÉRIEURE BAIN - CUISINE - RANGEMENT 75 rue Ernest Sauvestre - Rezé

02 51 70 10 14 - www.macoconcept.fr urbanne


Fan d’intérieur

VISITE

« Au début, les propriétaires s’orientaient davantage vers une couleur taupe, un peu pour ne pas se tromper et ne pas faire de faute de goût. Mais c’est une maison de bord de mer et le bleu est très tendance cette année. J’ai eu envie de leur présenter cette nuance. »

Vivre à la fois dans sa maison de vacances et sa résidence principale est un peu le sentiment qui doit habiter les heureux propriétaires de cette maison. Construite il y a quelques années, à quelques encablures de la mer près de Pornic, elle affiche clairement son parti pris et ses racines du Sud. La piscine, les palmiers, les oliviers centenaires, la minéralité rosée de la terrasse qui s’harmonise parfaitement avec les façades ocres ne dépareraient pas en effet sur une autre côte plus lointaine, celle de la Méditerranée. Tout invite ici à vivre dehors. Le plan de cette maison de 250 m² a d’ailleurs été articulé pour que les barrières s’effacent entre l’intérieur et l’extérieur. Dès les premiers beaux jours, les baies vitrées sont grandes ouvertes et l’on circule en permanence entre terrasse et pièces à vivre. Cette impression d’espace a été également soigneusement entretenue à l’intérieur. Dans le séjour, dès l’imposante entrée passée, on arrive dans un volume immense où le plafond prend des allures de cathédrale. Ce séjour a été le véritable défi qu’a dû relever Claudine Bellavoir. La décoratrice d’intérieur a en effet été chargée de mettre cet espace en couleur. Lors de sa construction il y a huit ans, la maison avait été simplement peinte en blanc. Une couleur que l’on retrouvait du sol en marbre au plafond, et qui a fini par lasser les propriétaires. « Ils avaient envie de donner une ambiance à la maison. Ça tombe bien, j’adore travailler la couleur, sourit la décoratrice. Au début, les propriétaires s’orientaient davantage vers une 96

couleur taupe, un peu pour ne pas se tromper et ne pas faire de faute de goût. Mais c’est une maison de bord de mer et le bleu est très tendance cette année. J’ai eu envie de leur présenter cette nuance que j’ai dénichée chez Ressource. C’est une couleur créée par Robert Gervais au sein de la gamme Cohérence. C’est vraiment ce qui a été le point de départ du travail que j’ai réalisé ici. Il m’a permis de structurer cette maison aux volumes magnifiques, mais qui n’étaient pas suffisamment mis en avant par cette couleur blanche qui uniformisait tout ». Le pari est carrément réussi. Le bleu semble même porter l’escalier de marbre et vient conférer une allure très moderne aux rambardes de verre. Il s’accorde très facilement avec le blanc, le taupe et le vert qui contribuent à remodeler cette pièce. L’autre défi a été d’habiller les quelque 6,50 m de hauteur sous plafond. À l’origine, des spots avaient été intégrés dans les pentes de cette toiture cathédrale. La vraie bonne idée a été de les remplacer par des luminaires de différentes tailles. « J’ai vraiment eu envie de sculpter l’espace et de le rythmer, souligne Claudie Bellavoir. Grâce à la gamme signée Foscarini Tress, j’ai pu jouer sur les formats de hauteur et de longueur sur les huit suspensions que j’ai installées. Certaines mesurent 1,20 m, d’autres 90 cm. Les diamètres évoluent également pour concentrer ou diffuser la lumière. Cela offre une véritable palette pour transformer l’espace ».

urbanne


Fan d’intérieur

VISITE

Ce revêtement acoustique absorbe le bruit et diminue l’écho du séjour.

Le liège revient à la mode. Dans cette entrée, il est plaqué sur une feuille d’aluminium et renvoie la chaleur et la lumière. Chez Elitis.

Il a également fallu penser à retoucher l’acoustique de cette pièce. Les propriétaires s’étaient en effet rendu compte que lorsqu’il recevait quelques amis, les murs avaient tôt fait de renvoyer un écho désagréable. Le problème a été réglé ici en utilisant un revêtement à la fois esthétique et technique. Il s’agit d’un revêtement mural capitonné de couleur taupe, qui absorbe le bruit, et qui vient recouvrir le mur opposé à celui de l’escalier. Les propriétaires ont conservé leur salon blanc tout en courbes qui apporte un peu de rondeur dans cet espace très anguleux. Le meuble qui abrite la hi-fi a été réalisé sur mesure par l’entreprise Merceron (Loire-Atlantique). La décoratrice a fait recouvrir l’intérieur du meuble d’une laque bleue qui rappelle celle des murs. La classe.

98

Dans la cuisine aussi le bleu est présent, par petites touches. Un magnifique îlot central fait face à la grande baie qui joue encore une fois à rapprocher les espaces intérieurs et extérieurs. Le végétal y prend toute sa place et s’accorde parfaitement à la fois avec les couleurs choisies dans le salon et la faïence sombre de chez Porcelanosa. En haut de l’escalier, la mezzanine fait partie du spectacle. Elle est parfaitement visible dès l’entrée, et du séjour. Le mur du fond, peint lui aussi en bleu, permet de donner toute sa place au volume. La couleur jaune des fauteuils s’harmonise parfaitement avec l’ensemble, et les tableaux aux couleurs vitaminées accrochés de manière non symétrique ajoutent une touche gaie à cette pièce qui n’avait jusqu’alors qu’un rôle de transition entre les espaces.

urbanne


Fan d’intérieur

VISITE

«C’est une maison de bord de mer et le bleu est très tendance cette année. J’ai eu envie de présenter cette nuance aux propriétaires. »

Un bleu tout à fait exceptionnel a été choisi pour transformer les espaces. Gamme Cohérence par Robert Gervais, pour Ressource.

100

urbanne


com

Urbanne-03-15-Exe.indd 1

25/02/2015 15:16


Fan d’intérieur

VISITE

À côté de la piscine, une aile indépendante accueille le Spa et l’espace bien-être imaginé par les propriétaires.

Lampes posées sur les meubles. Chez Laurie Lumières. Rideaux réalisés en suédine vert bourgeon. Chez Designers Guild.

102

urbanne


Le Très Bel Anniversaire.

2 500 € D’AVANTAGES

*

PRIVILÉGIÉS

Pour l’achat de votre cuisine

JUSQU’AU 28 MARS Cuisines Pascal Bonnet 275, route de Vannes - st Herblain - Nantes - Tél : 02 40 54 83 29 - www.arthur-bonnet.com * Jusqu’à 2500€ d’avantage 2 au 28 mars 2015 pour l’achat d’une cuisine dans les magasins Arthur Bonnet participant à l’opération. Pour un achat d’une valeur comprise entre 6000€ et 8500€ TTC hors pose, hors livraison, remise d’une valeur de 500€ ; pour un achat d’une valeur comprise entre 8501€ et 10500€ TTC hors pose, hors livraison, remise d’une valeur de 1000€; pour un achat d’une valeur comprise entre 10501€ et 12500€ TTC hors pose, hors livraison, remise d’une valeur de 1500€ ; pour un achat d’une valeur comprise entre 12501€ et 15000€ TTC hors pose, hors livraison, remise d’une valeur de 2000€ ; pour un achat d’une valeur supérieure à 15001€ TTC, hors pose, hors livraison, remise d’une valeur de 2500€. Offre non cumulable avec toutes autres remises ou promotions en cours, non valable sur foires et salons commerciaux.


Fan d’intérieur

VISITE

Dans la suite parentale, c’est un autre bleu qui est mis à l’honneur. Plus intense et plus mystérieux, il s’accorde parfaitement à la nuit. « Ce bleu, on le retrouve également dans le couloir qui dessert cette suite parentale, souligne Claudie Bellavoir. Ici encore, que ce soit le sol ou le lit, tout était blanc. Il fallait davantage marquer les espaces. C’est pour ça que j’ai opté pour ce revêtement mural en soie avec ses liserés blancs. Cela permet d’accentuer le côté chic et marin tout en misant sur l’élégance ». Ce revêtement est très particulier. La soie change de teinte en fonction de l’heure de la journée et renvoie même la chaleur et la lumière. La salle de bains, auparavant ouverte sur la chambre, a été simplement séparée par un rideau comme on pourrait en trouver au théâtre. Les tables de nuit, dessinées pour les propriétaires et créées par le menuisier-agenceur, font dans le minimalisme : ce sont de simples tablettes disposées de part et d’autre du lit. Encore une fois, cette pièce fait face à la piscine. De quoi se sentir en vacances dès l’ouverture des volets. Et si c’était ça, le vrai luxe ?

Claudie Bellavoir 06 82 44 06 23 beforeafter-home.fr

104

urbanne


RCS Bourg-en-Bresse 545 920 076

CE SONT LES 10 JOURS LIGNE ROSET. DU 13 AU 23 MARS

15, rue Arche Sèche - Nantes Centre - 02 40 20 45 58 - nantes@roset.fr Route de Thouaré - Sainte Luce sur Loire - 02 40 97 51 98 - ste-luce@roset.fr

11 jours de shopping et de loisirs en plein

Far-west

a vivre en famille et entre amis

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

www.foiredenantes.fr


Bientôt chez moi

BAZAR AVENUE

DÉCO

01

02

03 04

05

Bazar Avenue (283 Route de Vannes Saint-Herblain)

06

01 Fat Boy lampe Edison avec cover cappie 02 Fat Boy pouf junior 03 Fermob double banc Luxembourg 04 - 05 Rösle barbecue grill 06 Fermob table Costa

106

urbanne


Bientôt chez moi

MADE HOME

DÉCO

01

02

03

Made.Höme (7 rue Voltaire, Nantes)

01

01 Tête de cerf et animal manga Koori en poudre de marbre et résine 02 Tête d’hippopotame en résine 03 Boîtes en céramique empilables à oreilles de lapin

108

urbanne


DU 13 AU 23 MARS

LES JOURS

Fauteuil HARRY Créé par Eric Jourdan

2 rue des deux Ponts – 44000 Nantes – 02 40 20 45 58 – nantes@cinna.fr Route de Thouaré – 44980 Ste Luce sur Loire – 02 40 97 51 98 – ste-luce@cinna.fr

www.cinna.fr

AP_LES_JOURS_MARS_URBANNE_190X133.indd 1

28/01/2015 11:14:47


Bientôt chez moi

DÉCONNECTÉ - DÉMESURE

DÉCO

01

03 Déconecté (15 rue de Verdun, Nantes)

02

01 Plateau et pots - Mr & Mrs Clynk 02 Service Ming pivoine - Ibride 03 Console autruche - Ibride

01

Démesure (42 bis rue Henri Delahaye, Vertou)

02 01 Canapé Ghost - Gervasoni (par la designeuse italienne Paola Navone) 02 Living Arbre (meuble TV avec porte coulissante et bibliothèque en chêne plaqué et laqué) - Démesure (design sur mesure) 110

urbanne


Mobilier DĂŠcoration


Bientôt chez moi

SOUS LES TOITS

DÉCO

01

02

Sous Les Toits (277 route de Vannes, St Herblain)

03 01 Chaises Oh Chair - Umbra (existe en différents coloris) 02 Chaise et bureau d’écolier - Les Gambettes 03 Canapé d’extérieur - Cooper (made in France)

112

urbanne


TÉL. 06 60 83 62 89

Changez votre vie sans changer de maison.

Mieux qu’un simple bassin, votre piscine Caron est la nouvelle pièce maîtresse de votre maison : un espace de vie à part entière qui offre de nouvelles perspectives d’ambiance et de styles de vie. De la mini-piscine pour les configurations les plus urbaines au bassin de nage, toutes les intégrations à votre habitat sont possibles. Plus personnalisée, plus déco, plus sûre, plus écologique, une piscine Caron est toujours le prolongement naturel de votre intérieur. V

O

U

S

M

É

R

I

T

E

Z

B

STRUCTURE

100% BÉTON

Assurance ET garantie décennales

I

E

N

P

L

U

S

Q

U

U

N

www.piscines-caron.com I e-mail : contact@piscines-caron.fr I Rond-point La Belle Étoile I 44484 CARQUEFOU CEDEX

E

P

I

S

C

I

N

E


Bientôt chez moi

ORIGIN’MAISON

DÉCO

01

02 03

Origin’Maison (Zone de l’Europe - 5 rue du Traité de Paris, Pornic)

04 01 Chaises intérieur/extérieur (existent en différents coloris) 02 Canapé cuir 03 Table basse dépliable 04 Fauteuil cuir et repose-pieds (piétement acier) 04 Fauteuil laine grise (piétement bois) 114


Bientôt chez moi

ARTHUR BONNET

DÉCO

ALICE, LA NOUVELLE merveille d’Arthur Bonnet

C’est un design assurément féminin qui a été imaginé par Christian Ghion pour Arthur Bonnet. La marque sort encore une fois des sentiers battus pour cette nouvelle cuisine de la ligne Signatures. L’esprit des meubles emprunte au style Louis XV avec ses pieds joliment galbés. La table et l’îlot central forment une passerelle vers le reste de la pièce à vivre. « C’est un vrai exercice de style. Nous cherchons à nous démarquer, souligne Pascal Bonnet. Nous ne sommes pas dans la course à la super-production mais dans un esprit plus créatif qu’industriel ». La vraie bonne idée c’est que cette cuisine aux laques mates (14 coloris créés sur mesure) est faite pour s’intégrer parfaitement dans le séjour. Arthur Bonnet a développé commodes et tables basses qui effacent les frontières entre les pièces. « L’idée c’est de montrer que la cuisine n’est plus une pièce de travail mais une pièce de plaisir, explique Pascal Bonnet. La salle à manger devient cuisine à manger ». Au-delà de son aspect pratique, la cuisine devient l’élément central du séjour et donne le ton d’une décoration intemporelle. Cuisine à voir à partir de mi-avril chez Arthur Bonnet et avant cela sur le stand de la marque à la Foire Internationale de Nantes, du 3 au 15 avril.

Arthur Bonnet 275 route de Vannes, St Herblain 02 40 54 83 29 www.arthur-bonnet.com

urbanne


Bientôt chez moi

MOBALPA

DÉCO

Mobalpa 176 Route de Vannes Orvault

116

urbanne


Nous sommes spécialistes de la cuisine, des arts de la table et de la décoration grâce aux plus grandes marques françaises et à un large choix de produits. Dans nos 3 magasins de Nantes, Rennes et le Mans, vous rencontrerez des équipes passionnées qui mettront à votre service une solide connaissance des produits et une maîtrise parfaite de leur utilisation.

Venez découvrir en exclusivité la nouvelle collection Fermob dans notre magasin

nantes 283 Route de Vannes 44800 Saint-Herblain tél. 02 28 01 72 33 www.bazaravenue.com


Bientôt chez moi

ALL BY MYSELF

DIY

COMPOSITION PIQUÉE : mon jardin printanier

Il vous faut :

1.

Disposez la mousse, préalablement bien imbibée d’eau, dans le contenant. Laissez dépasser la mousse d’environ 1 cm au-dessus du contenant afin de venir piquer le feuillage à l’horizontale. Disposez ainsi les feuilles de salal de manière irrégulière en créant des masses et des espaces de volumes différents.

• Un contenant de forme carrée à rebords de 20 à 25 cm de côté et de 3 à 5 cm de profondeur • 1 à 2 pains de mousse synthétique • 2 belles branches de cerisier • 2 ou 3 branches de salal ou feuillage « calme » • 3 ou 4 trachéliums • 3 ou 4 tiges d’hypericum rose (rouge à défaut) • 1 botte de renoncules de couleurs différentes • 3 ou 5 ornithogales • Oiseaux décoratifs

2. Coupez les trachéliums pour ne

garder que 3 cm de tige et couvrir la totalité de la mousse synthétique. Disposez ensuite les branches de cerisier l’une en face de l’autre en veillant à en garder une plus haute et plus dense que l’autre.

3. Coupez ensuite les hypericums

assez court pour les disposer à la base entre feuillage et trachéliums. Vous pouvez remplacer le trachélium par du viorne obier, ou simplement de la mousse végétale frisée que vous disposerez de manière à obtenir une base irrégulière.

4.

Disposez à différentes hauteurs les renoncules en suivant l’orientation des branches de cerisier.

5.

Coupez alors les ornithogales plus court, puis placez-les harmonieusement à la base des renoncules.

6. Piquez un ou plusieurs oiseaux décoratifs selon leur grosseur pour enchanter ce jardin printanier très dansant.

118

Attention : veillez à garder la mousse synthétique suffisamment humide pour prolonger votre composition florale, à raison d’1/2 verre d’eau par jour. urbanne


Quartier

CATHEDRALE

La cathédrale illuminée : une première saluée par des dizaines de milliers de personnes.

120


QUARTIER CATHEDRALE

BIENVENUE au cœur de Nantes

C’est dans ce quartier coincé entre le château, la préfecture, la mairie, avec la cathédrale en son centre, que se concentre depuis des siècles le cœur du pouvoir à Nantes. Un quartier que l’on redécouvre aujourd’hui. Il a été restauré, bichonné, quelque peu apaisé après la mise à deux voies de la rue de Strasbourg, ancienne autoroute urbaine à trois voies. Surtout, il retrouve des couleurs à mesure que les Nantais foulent son pavé. L’arrivée du Busway place Louis XVI (couramment appelée place du Maréchal Foch par les urbanistes et les touristes) en fait un lieu de passage et de migration pendulaire. Surtout, il retrouve pleinement son esprit de village avec l’ouverture de petits commerces, et leurs commerçants qui donnent envie de s’y attarder. Découverte.


Quartier

CATHEDRALE

Le souffle de l’Histoire Anne de Bretagne y a certainement joué enfant. Ses parents sont enterrés dans la crypte de la cathédrale Saint-Pierre et Nicolas Fouquet, surintendant des Finances de Louis XIV, plus riche que le roi, y a été arrêté par D’Artagnan. Autant dire que niveau historique, c’est du lourd. Nous avons demandé à Ghislain de la Gatinais, amoureux de Nantes qui a fait de cet amour un métier en devenant (entre autre) guide-conférencier, de nous guider dans le quartier.

Le printemps se fait encore attendre et c’est tout naturellement dans le café Saint-Pierre, sur la place du même nom à côté de la cathédrale éponyme, que nous retrouvons notre guide. « De toute façon, tout s’appelle Saint-Pierre dans le quartier, rigole-t-il d’entrée. La frontière est d’ailleurs matérialisée par la Porte SaintPierre, la seule trace de l’ancienne muraille ». Si l’on avait une pyramide sous la main, on aurait pu dire que de son sommet les siècles nous contemplent. Mais nous n’avons que la cathédrale, c’est déjà pas mal, et depuis son parvis, on peut mesurer les transformations subies par la ville au fil des siècles : les grands boulevards du XIXème et les maisons à pans de bois qui ont échappé à la destruction moderniste et aux bombes alliées près du château. « Depuis la cathédrale, nous sommes à équidistance de la préfecture, du château et de la mairie. C’est ici le quartier du pouvoir. Nantes avait toutes les cartes en main au XVème siècle pour devenir une grande capitale. Mais il y a eu une sorte de cassure à la fin des guerres de religion au XVIème siècle, et Nantes a perdu son poids politique au profit de Rennes », raconte Ghislain de la Gatinais. Ce sont donc les marchands qui prennent en main la destinée de la ville et le quartier de la cathédrale perd de son aura au profit des bords de Loire, du quartier de la Bourse et des hôtels particuliers des armateurs. « On ne peut pas dire qu’il y a deux centres-villes,

mais plutôt deux vies de Nantes. Avec cette redécouverte du quartier Saint-Pierre, c’est la redécouverte de ce passé lié au pouvoir. On l’a oublié parce que Nantes est une ville marchande avec une vraie mentalité de marchands : un vieux bateau, on le désarme et on en construit un autre. On a eu cette mentalité dans notre rapport à la ville. La preuve, la rue Jean-Jacques Rousseau qui menait vers la Loire et l’Atlantique a été terminée bien avant la rue Crébillon, qui mène vers le vieux Nantes : le lien avec l’ancienne ville, on s’en fout ! ». Aujourd’hui avec la remise en beauté du quartier, on se penche sur ce passé qui est ici partout, dans chaque cour. Des heures entières seraient nécessaires pour rattraper le vent de l’Histoire qui y est passé. « Ce qui est intéressant, c’est que le mouvement de mise en valeur va continuer autour de la mairie ou de l’école des beauxarts. Cela correspond également à la «mise en tourisme de la ville». Les touristes recherchent de l’authentique. Et cela rencontre une envie profonde des habitants : le Nantais aime flâner ». Pour autant, tout dans le quartier n’a pas retrouvé son lustre d’antan. Il reste des endroits où le plumeau

des bâtiments de France n’est pas passé. C’est le cas de la rue des Carmélites, qui abrite le Cinématographe. « C’est encore le Nantes des années 80, sourit Ghislain de la Gatinais. Il faut en profiter, parce que ça ne va pas durer : Nantes vise aujourd’hui la clientèle européenne ».

Pour se replonger dans l’ambiance du Nantes disparu, le livre de Ghislain de la Gatinais « Le dernier argument des rois » sera réédité dans quelques semaines aux éditions Opéra.

Le tombeau des Ducs de Bretagne : la pointe de l’art Dans la crypte de la cathédrale reposent les parents de la duchesse Anne. Certains le savent mais beaucoup ignorent que c’est l’une des premières traces en France de l’arrivée de la Renaissance. Anne de Bretagne, alors reine de France, était mariée à Louis XII qui, en revenant des Guerres d’Italie, avait ramené l’esprit de la Renaissance italienne avec lui. C’est ainsi que le gisant de style gothique bénéficie d’un décor Renaissance. Et c’est carrément avant-gardiste : la Renaissance c’est avec François Ier, soit… une génération après ! 122

urbanne


Quartier

CATHEDRALE

QUARTIER CATHEDRALE

La Crèmerie des Carmélites, Viagi, 920, la cave à manger. Les petits commerces se réinstallent dans le quartier. Il ne manque plus que le boucher et le poissonnier !

Pour sonder l’âme d’un quartier, il suffit souvent de discuter avec ceux qui le font vivre : les commerçants. On sent tout de suite l’état d’esprit du lieu. En poussant la porte de la crèmerie des Carmélites, outre la bonne odeur du fromage, c’est le sourire de Fabien Gergaud qui nous accueille. « Quand je me suis installé ici il y a un peu plus de deux ans, c’était un pari maîtrisé. Une façon de voir le potentiel du quartier. C’était un peu le démarrage, la boulangerie d’à côté me servant de locomotive. Aujourd’hui, je suis ravi de m’être installé là. Je crois que ce quartier avait en lui la volonté de se développer ». Aujourd’hui, autour de lui, le crémier voit le caviste, le traiteur italien, le primeur. « Un quartier doit vivre par le cœur du ventre, sourit-il. L’alimentaire, ce n’est pas que du conseil, c’est aussi du lien social ». Depuis qu’il s’est installé, le quartier a retrouvé les pieds impatients des Nantais. « L’arrivée du Busway et du Chronobus nous a amené du mouvement matin et soir. Et puis il y a aussi le tourisme, détaille-t-il, ça c’est la 124

LA VRAIE VIE de quartier

bonne surprise. La ligne verte du Voyage à Nantes est toujours là et elle fait le lien avec le quartier Decré ». « Avant ce n’était pas vraiment le centre-ville, reconnaît Guillaume Pimienta, l’opticien président de l’Association des commerçants du quartier cathédrale. Dans la rue de Strasbourg, on avait trois voies de circulation dans le même sens avec un feu. C’était une frontière. Aujourd’hui, les gens reviennent, c’est plus passant. Malheureusement, pour l’instant, ça ne marche bien qu’entre la rue de Verdun et la rue du Château. Il nous faudrait des trottoirs décents sur cette artère : ils sont en pente et trop petits. Ça viendra », croitil. Cet optimisme est lié à l’émulation qui est née ici. « Il y a une vraie dynamique, il y a beaucoup d’indépendants. Chez nous, ce qui compte, c’est le bonhomme, souritil. On rencontre toujours les mêmes têtes. Ici, on discute ». « Nous ne nous serions pas installés ailleurs », assurent, la main sur le cœur, Luigi et Nicolas, qui viennent d’ouvrir une jolie épicerie italienne. Ici, on est complémentaires. Il y a une vraie

approche du travail de qualité. On retrouve l’ambiance du marché d’antan : c’est devenu un petit village gourmet. C’est pour ça que nous faisons goûter, déguster », explique Luigi en nous faisant découvrir « un petit blanc d’Italie qu’on ne trouve nulle part ailleurs ». Unique. Comme ce quartier.

« Un quartier doit vivre par le cœur du ventre »

urbanne


Quartier

CATHEDRALE

QUARTIER CATHEDRALE

LE ROI DE LA PHOTO... argentique

Bertrand Hardy ne tient pas un musée mais une boutique. Tous ses appareils sont vivants !

126

Franchie la porte du magasin, tout est intriguant. C’est une véritable plongée dans les années 70-80, un monde où le mot de « numérique » ne disait rien à personne. Même les dialogues au comptoir sont improbables : − « Je vais vous prendre une pellicule, je voudrais du 400 ASA. » − « Quelle marque ? C’est pour du noir et blanc ou de la couleur ? » − « Du noir et blanc. Ça me fait penser, vous auriez un déclencheur souple ? » Dans les vitrines, sagement alignés, on retrouve des Leica, des Canon, des Nikon. Tous ont la même particularité : ils ne fonctionnent que grâce à des pellicules. Ici, on vend le matériel, on le répare, on fait laboratoire... « J’ai fait le pari en 2004 d’abandonner le numérique pour ne me consacrer qu’à l’argentique, il faut être passionné pour faire ça, sourit Bertrand Hardy. Tout le monde nous a traité de fous. Mais c’était déjà le retour du vintage. Les jeunes se

remettaient à acheter des vinyles ». C’est pour ça que dans la boutique, toutes les tranches d’âge se bousculent, de l’étudiant fasciné par une technologie inconnue aux vieux passionnés qui ne délaisseraient le piqué de leur appareil argentique pour rien au monde. « On nous a vendu la photo numérique en nous disant que l’argentique était mort. Le marketing a conditionné tout le monde, mais c’est faux. Déjà, quand Daguerre avait présenté ses premiers clichés, tout le monde s’était écrié : «la peinture est morte !»», rigole le photographe.

urbanne


Urbanne

JOURNÉE DE RÊVE

Pour cette nouvelle Journée de Rêve, nous avons emmené Hélène et Julie aux quatre coins de la ville pour de vraies découvertes. Nos testeuses d’un jour n’ont pas chômé : massage et soin chez Institut Carita, piscine et sport chez O35, découverte et dégustation au 920 - La cave à manger, vitesse et luxe dans le tout nouveau cabriolet BMW… Relaxant, décoiffant, époustouflant. Bravo et merci à nos partenaires pour leur accueil et leur gentillesse !

JOURNÉE DE RÊVE

Réveil en douceur à l’Institut Carita Annaïck, de l’Institut Carita

« Ce soin découverte de 30 minutes est un premier pas dans l’univers Carita. Il permet d’expérimenter un maximum de choses. Cela va nous permettre également de guider notre cliente vers un soin qui va lui convenir. C’est en quelque sorte une découverte mutuelle ! C’est l’esprit de la maison : il n’y a pas de soin basique. Ils sont toujours personnalisés en fonction de chaque cas particulier. Nous commençons systématiquement par un massage. Cela vous permet de faire la transition, de vous rappeler que vous êtes là pour vous détendre. Ensuite, on va vous donner du résultat en matière de soin. Ce n’est pas ce que je propose, c’est ce que je promets ! Je suis suffisamment sûre de moi pour ça (rires). Ce matin je leur ai fait découvrir le gommage Carita qui existe depuis 1956. C’est un produit professionnel. Le résultat est juste époustouflant : il y a un avant et un après soin rénovateur. »

Hélène

« C’est vraiment très agréable. On commence par un massage décontractant. Elle part du buste avant de masser les cervicales puis le crâne. On est dans un lit chaud, enveloppée dans une couette. Un vrai cocon ! Annaïck m’a promis que j’allais me rendre compte des résultats de ce soin découverte dès demain. On a vraiment l’impression que la peau travaille en profondeur, notamment lorsqu’elle utilise l’appareil à vibration. Ça donne envie de revenir ! »

128

Julie

« On ressort vraiment détendue ! Ce qu’il y a de très agréable, c’est l’ambiance ! Annaïck nous explique tout ce qu’elle fait, elle nous accompagne. On sent au fur et à mesure les bénéfices de ce soin. La peau se détend, elle est réactive, mais je n’ai pas eu le sentiment « d’agression ». On se sent protégée et en même temps, très soignée. La gentillesse jusqu’au bout : parce qu’elle savait que nos lectrices allaient se dépenser dans l’eau après le soin, Annaïck leur a offert une crème à mettre après la piscine !

L’Institut Carita 1 RUE JEAN DE LA FONTAINE NANTES 02 28 01 40 30


Matinée dynamisante chez O35 Batiste, créateur et coach de O35

J’ai voulu faire découvrir à Hélène et Julie notre circuit cardio. Nous alternons trois ateliers : l’aquabiking, le trampoline et la boxe. L’intérêt de pratiquer ces sports dans l’eau, c’est que ce n’est pas traumatisant pour les muscles ou les articulations. L’effort est assez doux mais il ya un vrai résultat à la clé ! C’est l’idéal lorsqu’on veut reprendre une activité physique. En plus le lendemain, on peut marcher, on n’est pas perclus de courbatures. Le fait de travailler dans l’eau a un autre avantage : les mouvements rapides dans ce milieu ont un effet massant et drainant. On travaille ainsi sur la cellulite et la peau d’orange.

Julie

On a vraiment la sensation de travailler. Chaque atelier est physique si on le fait à fond, mais en même temps, l’effort ne dure pas longtemps : on passe vite à autre chose. Changer d’activité permet de reprendre son souffle avant de le perdre à nouveau (rires). En fait, je pense que le fait de s’amuser nous rend plus courageuses ! C’est une vraie séance cardio tout en étant ludique, j’adore ! Batiste nous accompagne vraiment, il est près de nous, corrige les positions au fur et à mesure. On n’est pas à l’usine mais davantage dans un cours privé.

Hélène

C’est à la fois énergisant et fatiguant. Après l’effort, on a la sensation d’avoir effectué une bonne dépense physique. J’ai vraiment aimé la succession des ateliers : c’est à la fois complet et varié, ce n’est pas monotone, on ne fait pas que de l’aquabike, par exemple. J’ai été surprise par le trampoline : je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi physique. On a la sensation de faire du sport en s’amusant, le côté ludique est vraiment sympa. Batiste fait beaucoup pour que la séance se passe bien, il a le sourire, il nous coache bien.

Le centre O35 35 RUE SAINT-LÉONARD NANTES WWW.O35.FR 02 40 35 39 22

urbanne


Urbanne

JOURNÉE DE RÊVE

Voyage immobile au 920, avec l’ancien chef sommelier de Bernard Loiseau Emmanuel Emonot « Après 25 ans de métier, j’ai vraiment eu l’envie Julie de transmettre ma passion du vin. J’ai créé ma salle de dégustation un peu comme une petite chapelle hyper reposante. C’est comme si on était dans la cave d’un grand restaurant en train de prendre l’apéritif. Ici, la star, ce n’est pas moi, ce sont les vignerons. Je propose des dégustations thématiques sur mesure : ça peutêtre sur le Bourgogne, sur la vallée du Rhône ou un tour de France des terroirs. À Julie et Hélène, j’ai voulu donner les clés pour réaliser une dégustation. Une école du vin technique mais hyper-facile : il y a trois étapes, le visuel, l’olfactif, le gustatif. En quelques instants, on peut avoir une foule d’informations sur le vin. Je me suis rendu compte que les Nantais avaient soif de comprendre ce qu’ils ont dans leurs verres. Je propose 920 vins différents dont des choses fabuleuses, entre 7 et 35 euros. »

Hélène

« C’était un moment initiatique au vrai sens du mot. J’ai fait une découverte. Manu m’a parlé du vin avec des mots simples et accessibles, pas dans un jargon professionnel. Il s’adapte aux gens en face de lui. L’endroit est convivial et original à la fois. J’ai eu un sentiment de déconnection totale, on était hors de la ville et du temps. Désormais, je regarderais la robe du vin, je le sentirais avant de le boire. Le plaisir est décuplé ! Il nous a donné un document où tout est résumé. Je vais prendre mon temps pour le lire. C’est vraiment un nouveau monde qui s’est ouvert pour moi. » 130

« Ce moment éveille drôlement la curiosité. Ça m’incite vraiment à aller chercher autre chose dans le vin : Emmanuel nous invite à nous concentrer, nous force à aller plus loin. Ça nous permet d’apprécier complètement la dégustation. C’est tout un univers qu’on découvre. On ne boit pas juste un verre d’alcool, on déguste un morceau de savoir-faire. En plus, c’est vrai que le lieu est magique. Il y règne une température fraîche et il a pensé à tout : on des plaids moelleux pour se tenir chaud et se concentrer sur son verre. La sélection de fromages et de charcuteries était juste à tomber ! Ces produits accompagnent merveilleusement le moment »

920 La cave à manger 2 BIS RUE DU CHÂTEAU - NANTES 02 44 88 00 23

Merci à Jean Tessier, le fleuriste voisin de la rue du Château, qui a embelli ce moment avec un magnifique bouquet blanc.


Tout nouveau : le cabriolet BMW Série 2 C’est la remplaçante de la Série 1 Cabriolet. Elle vient tout juste d’arriver en concession et annonce les beaux jours ! L’envie de rouler cheveux au vent est indéniable quand on à la chance, comme Hélène et Julie, de pouvoir être parmi les premières à l’essayer.

Quelle a été votre première impression quand vous avez aperçu cette voiture ? Julie : c’est une impression d’élégance sobre. C’est ce que j’appelle la vraie classe. Elle est fine et sportive, elle a vraiment une ligne magnifique. Hélène : c’est vrai qu’elle a vraiment une belle ligne. Elle arrive à la fois à paraître classique et moderne. Je lui trouve même un côté féminin. Ce n’est pas la voiture de monsieur Tout-le-monde, elle est racée. Vos premières sensations, une fois installées à l’intérieur ? Julie : elle est assez basse. Ça ajoute encore au côté sportif. L’assise est vraiment formidable. L’intérieur a un petit côté épuré, presque masculin. Elle est franchement intuitive au niveau des commandes. Il n’y a pas de tralala, on va à l’essentiel. Moi qui suis grande, j’étais très bien installée. Les places à l’arrière ne seraient pas suffisantes, malheureusement, pour que je puisse emmener toute la famille en vacances. Hélène : Julie a raison, je suis également plutôt grande et j’étais vraiment très bien installée à l’avant. C’est confortable, on ne se sent pas engoncée. J’ai beaucoup apprécié le dossier, qui offre un bon maintien.

Y a-t-il un détail de cette voiture qui vous a tapé dans l’œil ? Hélène : l’ordinateur de bord. Il donne des indications sur tout, même sur la pression des pneus. C’est une vraie sécurité d’avoir cette assistance à la conduite. Il y a aussi le volant large, très agréable. On a la sensation d’être en prise directe avec la voiture. Julie : j’ai été bluffée, comme Hélène, par l’ordinateur de bord qui ressemble à une tablette tactile. Il se transforme en écran pour afficher une vue de l’arrière de la voiture quand on recule. Le créneau devient presque trop facile ! Comment avez-vous ressenti comportement sur la route ?

son

Julie : on sent les 160 chevaux sous le capot. On appuie à peine sur la pédale d’accélération et on s’envole ! La tenue de route est superbe : on a enchaîné les virages, elle les avalait. Elle n’est pas lourde, on l’amène où on veut, on peut se faufiler sans avoir peur de rayer la voiture.

Hélène : elle réagit bien, on se sent en sécurité, la voiture est très stable. La tenue de route est à la hauteur de la vocation sportive de la voiture. La conduite est aussi agréable en centre-ville que sur les grandes routes. Et une fois qu’elle est décapotée, ça donne quoi ? Hélène : un sentiment de liberté, de bienêtre. C’est très agréable de rouler capote ouverte et fenêtres fermées : l’air ne nous brasse pas en permanence. Julie : je ne suis pas fan des décapotables, mais j’ai changé d’avis : c’est super agréable. Comme dit Hélène, on n’est pas du tout gêné par les remous. Le toit, c’est le ciel !

BMW

Pays de Loire Automobiles AVENUE DES LIONS (PORTE DE SAUTRON) ST HERBLAIN - 02 40 16 94 30 WWW.PAYS-DE-LA-LOIRE-AUTOMOBILES.COM

urbanne


Evation

ISTRIE

EVASION

ISTRIE,

la Croate de toutes les couleurs Plus grande péninsule croate, au nord du pays, l’Istrie résume en elle toutes les facettes de la Croatie, plus un zeste d’ambiance de Provence française et beaucoup d’Italie, la voisine, et en particulier Venise, à portée de bateau. Une douceur de vivre qui prend toute son ampleur en suivant le V de son littoral adriatique, de Opatija, la belle des années folles, à Porec, la byzantine, en passant par Pula, la romaine, et Rovinj, la merveille fortifiée. Dobrodosl !

132

urbanne


Evation

ISTRIE

La balade idéale Beaucoup croient tout connaître de la Croatie, une destination appréciée des Français. Les charmes de Dubrovnik, de Split, des îles à foison, des parcs naturels ou de Zagreb, la capitale, ne sont plus à vanter. Pourtant, il est un endroit oublié de bien des visiteurs, pressés de descendre au sud : l’Istrie. Erreur grave à réparer ! La péninsule, qui jouxte la Slovénie, est une destination à elle seule pour qui aime la mer bleue, les paysages verdoyants, la pierre blanche des maisons, les vestiges historiques et la gastronomie ensoleillée. Soyons franc : l’intérieur de la région intéressera essentiellement les fans d’architecture sociale au carré à la Tito, l’ancien maître de la feue Yougoslavie, ou les usines surdimensionnées en ruines, traces d’une époque révolue pas si ancienne. Mais on peut le supporter pour rejoindre quelques jolis villages nichés au sommet de pitons. Alors, pour respirer à coup sûr l’Istrie qui vit avec bonheur le mariage d’une histoire millénaire et du XXIème siècle, direction le littoral. A l’est, tout près de Rijeka, la station balnéaire Opotija laisse pantois par son agréable décor suranné de villas du XIXème construites notamment par de riches Autrichiens. Autrefois surnommée « la Nice autrichienne », Opotija, villégiature de nombreuses célébrités de la Belle époque, se parcourt à pied pour ne rien manquer des décors, parfois un rien kitch, qui habillent les maisons de maître et hôtels, et les jardins délicieusement arborés et fleuris. Le tourisme moderne est né ici mais il a longtemps

été réservé à quelques happy few fortunés et chanceux. Reste un cadre exceptionnel d’où l’on s’arrache à contrecœur mais pour la bonne cause : rencontrer les vrais Istréens. Route sud donc pour Rabac, la populaire. Comme souvent en Croatie, c’est une rue abrupte et sinueuse qui mène au petit port. Les terrasses s’y étalent, idéales pour siroter un verre ou déguster des poissons ramenés par les pêcheurs locaux dans un décor typique, bercé par les mouvements de modestes embarcations et de quelques vieux gréements d’excursion. Sur la gauche, s’ouvre une longue promenade ombragée en bord de mer, et des boutiques de tout et n’importe quoi, pour un plaisant cheminement à plat qui permet de découvrir les multiples aspects changeants de la baie. « Ne regardez pas à droite, interpelle Dragan depuis son échoppe de glaces. Nous non plus, n’en sommes pas très fiers ! » Du menton, il désigne trois verrues de béton, hôtels et résidences d’appartements, qui polluent le paysage, construits par des promoteurs pressés d’héberger les premières tirelires sur pattes, je voulais dire touristes, de l’après éclatement de l’ex-Yougoslavie. « Il faut les oublier et garder le plaisir du vieux port », poursuit-il. Il a raison : Rabac a finalement gardé son âme.

Il faut embarquer pour découvrir la côte d’un point de vue unique : celui de la mer.

l’Istrie vit avec bonheur le mariage d’une histoire millénaire et du XXIème siècle.

134

urbanne


Evation

ISTRIE

A éviter L’Italie étant considérée par la majorité des 250 000 habitants de l’Istrie comme une seconde patrie, éviter de dénigrer pour quelle que raison que ce soit ce pays. Evoquer l’éclatement de l’ex-Yougoslavie est aussi du plus mauvais goût pour un étranger. La guerre entre les différentes nations constituant le pays disparu débuta par de rudes combats entre Croates et Serbes avec, de part et d’autres, des exactions guère avouables.

Farniente : un art italien qui a su très bien s’acclimater.

136

Rome et Byzance Tout au sud de la presqu’île, Pula revendique fièrement son statut de capitale historique de l’Istrie. Autrefois plus grand port de guerre de l’empire austro-hongrois, la cité en a gardé une activité maritime importante et l’ambiance qui en découle. Mais c’est aux Romains qu’elle doit sa réputation internationale. L’imposant amphithéâtre, une ellipse de 130 mètres sur 105, est l’une des plus belles arènes laissées par César et ses successeurs. Dans la vieille ville, l’arc de Sergius et le temple d’Auguste confirment l’emprise de l’empire romain... bousculé par les maisons vénitiennes qui s’y sont collées quand le temps des marchands a pris le pas sur celui des militaires. C’est aussi cette architecture que l’on retrouve en remontant à l’ouest vers Porec. Normal, de là, la Sérénissime se rejoint d’un coup d’hydroglisseur en 2h30 de croisière (même durée en voiture par la route !). Durant cinq siècles à partir de 1267, Venise dirigea la ville, alors baptisée Parenzo. En souvenir, les rues de Porec s’affichent en italien, on se salue d’un « Ciao » et les pastas envahissent les assiettes. Sobre à côté des cathédrales gothiques bretonnes, la basilique Euphrasius témoigne, elle, d’une autre époque, celle de l’occupation par les Byzantins. Ses caves et sous-sols, meilleur moment de la visite, recèlent de vestiges rares des débuts du christianisme, et des mosaïques exceptionnelles. Au port, une langue de terre à peine rattachée au reste de la cité, les bateaux de promenade se disputent le client. Pour une partie de pêche ou mieux, l’excursion incontournable dans le fjord de Lim sur la route maritime vers Rovinj.

La perle Rovinj Formation géologique envahie par la mer il y a plus de 12 000 ans, le fjord (en Bretagne, on dirait ria ou aber) de Lim s’enfonce de 9 km dans les terres. On y navigue sereinement entre élevages de moules et de poissons sur les 600 mètres de large. Un port ostréicole à son extrémité signale le moment de faire demitour et de rejoindre, entre les collines boisées, la haute mer pour, enfin, débarquer dans le joyau de l’Istrie, Rovenj. Bien avant d’arriver au port, la ville se découvre sur toute sa longueur de façades ocres, jaunes, rouges... Chacun sent tout de suite que la rencontre va être inoubliable. Ile jusqu’en 1763, date où le chenal qui la séparait du continent a été comblé, Rovinj, construite sur un éperon rocheux, a depuis toujours séduit les artistes et artisans d’art, encore nombreux. Les venelles étroites et imbriquées mènent jusqu’au sommet où trône la basilique Sainte-Euphémie avec son style baroque si particulier. Du baroque qui se mélange élégamment un peu partout dans le cœur de ville avec l’architecture moyenâgeuse, byzantine et vénitienne. Le coucher de soleil sur les maisons qui encerclent le port de pêche et de plaisance se déguste d’une terrasse, bercé par un bel canto. Istrémement heureux. Yves Pouchard


urbanne


Evation

ISTRIE

A table ! L’Istrie fait une large part à la cuisine italienne, en y ajoutant une touche locale. On y trouve aussi toutes les spécialités des autres régions de Croatie, pays d’une belle gastronomie injustement méconnue. A découvrir, entre autres, le veau façon peka, cuit des heures sous cloche dans son jus... un régal de fondant et de parfums. Pour changer des restaurants classiques, une adresse rare : Stancija Bursic à Vodnjan, 10 km au nord de Pula. La famille de Milan Bursic fait sa propre huile d’olive, son vin, ses légumes et sa charcuterie, qu’elle cuisine, sert à table et vend dans sa boutique adjacente. La réputation de leur « prosciutto », jambon sec originaire d’Italie, a franchi les frontières. Milan est d’ailleurs le président de l’association des producteurs de prosciutto d’Istrie. www.istarskiprsut.com

« Rovinj, construite sur un éperon rocheux, a depuis toujours séduit les artistes et artisans d’art »

138


déclinent en diverses origines et couleurs : la blanche est la spécialité locale mais les noires, grises, brunes se trouvent aussi, vendues par deux ou trois dans de petits flacons de verre pour des prix aussi variables que leur qualité. Un rien de connaissance s’impose mais le tarif sera toujours bien plus intéressant que dans l’Hexagone.

Au fil des rues, un symbole nous accompagne : le drapeau du pays. Le rouge et blanc est partout !

Shopping Avec la forte fréquentation des Italiens et des Allemands, l’euro est accepté dans nombre de boutiques. Le mieux est tout de même d’utiliser la monnaie locale, la kuna (1€ = 7,70 hrk), pour des tarifs plus avantageux. Impossible de revenir de Croatie sans une cravate. Le mot cravate est en effet une déformation de croate. Ce sont des hussards croates portant une écharpe blanche autour du cou et embauchés par Louis XIII, qui apportèrent cet élément vestimentaire en France. Louis XIV, qui avait du mal à dire le mot, baptisera ce régiment Royal-Cravates et lancera la mode à la cour. Côté boutiques, rien de bien différent de ce que l’on trouve partout en Europe, juste un peu moins cher. Avec des tenues plus légères et fleuries pour les femmes, à la mode italienne. Je ramène quoi ? Un plaisir de bouche forcément ! Deux produits accaparent les étals des marchés : le miel et les truffes. Des centaines de goûts de miels différents, issus de fleurs rares par chez nous, attendent les gourmands. Les truffes se

Où boire un verre ? Sans hésiter sur l’une des multiples terrasses du port de plaisance de Rovinj. Se laisser guider par le serveur pour un verre de vin blanc local servi bien frais. Le vignoble d’Istrie rivalise sans complexe avec bien des vins français. Plus un petit parfum de raisin bien méditerranéen.

Y aller Spécialiste de la Croatie depuis la France, Visit Europe propose de nombreuses formules de séjours, circuits, auto-tours, croisières en Istrie ou avec passage en Istrie. Les tarifs varient selon les dates et la destination finale. Au départ de Nantes (et de Paris pour un peu moins cher), on trouve par exemple un séjour all inclusive à Rabac (arrivée à l’aéroport de Pula) en avril pour 689€, ou à Porec en demi-pension à 764€. www.visiteurope.fr Pour un vol sec vers l’Istrie, passage par un aéroport de Paris avec escale à Zagreb pour atterrir à Pula (200 à 400).

urbanne


Sortir

CA VIENT D’OUVRIR / CA VIENT DE CHANGER

Les Beaux Baumes

Montres & Cabas

BY CHLOÉ - DEPUIS NOVEMBRE 2014

BY ISABELLE - DEPUIS DÉCEMBRE 2014

Coiffure intimiste La bonne idée : pour toutes celles et ceux qui souhaitent faire de leur passage chez le coiffeur un moment ultra personnel, loin des salons vibrants d’activité… Les Beaux Baumes va devenir votre adresse de beauté préférée ! Dans ce salon-appartement, situé à deux pas de la place Graslin, on entre dans un univers aux nuances apaisantes, orné de tableaux aussi chaleureux que poétiques. Ici, chacun dispose de sa cabine, de son bac, de son espace tout simplement... C’est un salon intimiste où l’on vient avec son histoire de cheveux, ses envies de coiffure, et où l’on profite de la sérénité du lieu pour se relaxer assurément. Isabelle se plaît ainsi à vous dorloter du shampooing à la mise en beauté finale, offerte à celles et ceux qui le souhaitent, pour faire de ce moment une parenthèse de détente où l’on se sent comme chez soi. Isabelle propose aussi une gamme de produits capillaires exclusifs à découvrir absolument : Davines, marque italienne bio militant pour une beauté durable. Des produits conçus et élaborés pour minimiser l’impact sur l’environnement, dans un esprit artisanal avec des technologies de pointe, qui prennent soin de votre bien-être comme de vos cheveux et prolongent le plaisir jusqu’au prochain rendez-vous…

Montres, bijoux et maroquinerie La bonne idée : déjà présente à Paris, cette nouvelle boutique nantaise va devenir le passage obligé pour vos achats prestige. Montres Ice-Watch, Jean Paul Gaultier, Kenzo, Lacoste et Daniel Wellington, bijoux APM et Scooter, et maroquinerie Christian Lacroix ou Le Temps des Cerises. Classique ou sport, une alliance d’accessoires toujours chics et branchés de haute qualité. Mantra : « À vos marques, jouez votre style ! » 6 rue Contrescarpe, Nantes - 09 81 82 31 64 Facebook : MontresetCabas Nantes Du mardi au vendredi de 10h30 à 13h et de 14h30 à 19h, le samedi de 10h à 13h et de 14h30 à 19h le samedi

Via Gi

BY LUIGI ET NICOLAS DEPUIS DÉCEMBRE 2014

Mantra : « L’espace secret privilégié pour vous et vos cheveux»

8 rue Marivaux, Nantes - 09 81 39 20 00 www.lesbeauxbaumes.com Du mardi au mercredi de 10h à18h, jeudi et vendredi de 9h à 19h et le samedi de 9h à 17h 140

Épicerie fine italienne La bonne idée : deux amis, une épicerie, et tout l’amour de l’Italie. Découvrez de prestigieuses marques (nouvelles à Nantes) : Pasta Mancini ou le must des pâtes, la Tordera, meilleur vin pétillant rosé du monde, Bellini, le célèbre cocktail du Harry’s Bar de Venise (à la pulpe de pêche fraîche), ou encore Barista pour le seul café qui vous veut du bien. Ici, on vous fait déguster le meilleur de l’Italie, comme la charcuterie bio finement tranchée, et bientôt une gamme sans gluten. On craque pour les plats salés et sucrés cuisinés et mitonnés sur place qui nous font fondre de gourmandise. Offrez-vous le voyage ! Mantra : « La finesse à l’italienne, l’amour de l’authentique » 21 rue de Strasbourg, Nantes 02 28 08 99 23 Du lundi au dimanche de 10h30 à 20h


Sortir

East River SC

CA VIENT D’OUVRIR / CA VIENT DE CHANGER

Sous Les Toits

BY LAURENCE - DEPUIS FÉVRIER 2015

BY SANDRINE - DEPUIS MARS 2015

La mode pour l’homme La bonne idée : une boutique multimarques chic et branchée, de l’allure et de la fantaisie, voilà un magasin qui ravira nos hommes de 15 à 89 ans. Paul & Joe, Azzaro, Billtornade, Marciano Guess, Palenzo, Joe San (en exclusivité sur Nantes), Calvin Klein, Lords &Fools et bien d’autres à découvrir au rythme des saisons et de vos envies. Mantra : « Allure, élégance et expression libre » 2 rue Piron, Nantes (quartier Graslin) - 02 40 35 58 03 Facebook : East River SC Le lundi de 13h30 à 19h, de 10h à 19h du mardi au samedi

Gaston

BY JULIE ET NICOLAS - DEPUIS JANVIER 2015

Décoration et ameublement La bonne idée : Sous Les Toits, c’est le nouveau nom d’Hémisphère Sud, mais c’est surtout la même équipe, les même fournisseurs, et la même envie de faire plaisir en plus moderne ! Il y a dans ces magasins tout ce qu’il faut pour agrémenter sa maison. De fabrication française et européenne, retrouvez une collection de meubles et articles de décoration pour ravir toutes vos envies. Retrouvez les nouvelles chaises Soft & Soda de Mobitec avec les derniers tissus qui se détachent juste avec un chiffon mouillé, vous serez conquis ! Mantra : « S’amuser à décorer sérieusement » 277 route de Vannes, St Herblain - 02 40 63 50 58 10 rond-point de la Corbinerie, Rezé (CC Leclerc Océane) - 02 28 96 04 44 www.souslestoits.com Magasin de St Herblain : du lundi au samedi de 10 h à 19h Magasin de Rezé : du lundi au samedi de 9h30 à 20h30 Changement d’enseigne du magasin de Nantes fin juillet

Les Enfants du Brok

BY KATIA - DEPUIS SEPTEMBRE 2014

Brasserie La bonne idée: un mélange rétro-moderne inspiré des brasseries parisiennes pour tous les amoureux de « La Grande Bouffe » à l’image de ce portrait de la famille Gaston ! Le chef Guillaume Chappuy vous concocte des plats d’une générosité épicurienne avec un menu du jour à savourer sans attendre. Une sélection de grands crus en plus de la carte des vins est à découvrir au gré des saisons.

Mobilier et objets vintage La bonne idée : des créations locales à portée de tous ! Petit mobilier, déco et accessoires en pagaille dans cette boutique aux allures de brocante, un univers atypique à partager où vous retrouverez notamment la marque Orla Kiely.…….. Mantra : « Une poésie de créations à partager… »

Mantra : « Ris, chante et bois, on ne vit qu’une fois ! » 15 rue de Strasbourg, Nantes - 02 40 48 13 30 Facebook : Gaston Brasserie Midi et soir du lundi au samedi à partir de 12h et 19h. Du lundi au mercredi jusqu’à 23h et jusqu’à 0h00 du jeudi au samedi.

7 rue St Pierre, Nantes - 02 49 44 78 32 www.lesenfantsdubrok.com Du lundi au samedi de 12h à 19h urbanne


Sortir

CA VIENT D’OUVRIR / CA VIENT DE CHANGER

Le Pepp’s d’Est-ce par hasard

BK Club

BY KATY ET BEN - DEPUIS JANVIER 2015

BY VALÉRIE ET SON ÉQUIPE - OUVERTURE AVRIL 2015

Reconversion de garde-robe La bonne idée : achetées hors soldes à la boutique, vous pouvez désormais remettre vos anciennes tenues en vente et bénéficier d’un bon d’achat du montant de la revente à valoir sur tout le magasin. Un nouvel espace ambiance dressing VIP est dédié à cette nouvelle prestation et redonne ainsi vie à des tenues plus évènementielles ou peu portées. En parallèle, pour les clientes les plus fidèles, des séances d’optimisation de garde-robe vous sont proposées pour vous aider à revisiter vos tenues, à moduler votre look selon vos nouvelles envies. Valérie et son équipe vous accompagnent et vous conseillent pour donner un second souffle à vos coups de cœur passés et vous redonner du Pepp’s !

Discothèque sélect La bonne idée : idéalement placé sur la plage du Porteau, ce club privé, à la clientèle sélectionnée, vous propose une ambiance chic et décontractée dans un décor à la fois feutré et moderne. Un espace VIP est réservé pour les plus de 35 ans, pour tous ceux qui désirent de belles soirées avec un service à la hauteur des lieux. Un collectif de DJ vous assure des ambiances différentes avec des soirées à thèmes toute l’année, pour vous faire vibrer jusqu’au bout de la nuit. Mantra : « Le plus vibrant des clubs chics » Plage du Porteau (Ste Marie sur Mer), Pornic - 06 07 60 17 43 Facebook : BK Club Ouvert tous les week-ends, du jeudi au dimanche pendant les vacances et du mardi au dimanche à partir de cet été

Mantra : « La liberté et le plaisir de changer de silhouette »

La P’tite Crêpe Rit

BY MARINE ET NICOLAS - DEPUIS MI-MARS 2015

Crêperie gourmande La bonne idée : une crêperie qui n’a rien de traditionnel ! Un décor branché, dynamique et coloré dans une ambiance joviale et familiale. Des crêpes garnies généreusement de produits frais et savoureux. La spécialité à déguster absolument : les pancakes à l’anglaise, au jambon ou au saumon fumé, accompagnés d’une salade verte. Cet été, découvrez aussi un espace jardin sur les hauts de Pornic et profitez de la vue ! 18 rue de Verdun, Pornic 02 40 82 67 65 www.est-ce-par-hasard.fr (rubrique Pepp’s) Du lundi au samedi de 10h à 12h30 et de 15h à 19h, le dimanche de 10h à 12h30, et séances sur rendez-vous

142

Mantra : « Un lieu de gourmandises » 40 rue des Sables, Pornic - 02 40 64 49 36 Facebook : La p’tite crêpe rit Toute la semaine de 12h à 14h30 et de 19h à 22h (fermé le mercredi)


Sortir

Pierre Morel Pâtisserie

BY PIERRE ET STÉPHANIE - DEPUIS DÉCEMBRE 2014

Pâtisserie fine La bonne idée : spécialiste du macaron et du millefeuille, Pierre nous régale de son univers aussi délicieux pour nos yeux que pour nos papilles, en réalisant toutes ses pâtisseries avec des ingrédients de grande qualité et des fruits frais. L’adresse essentielle de vos instants gourmands. Mantra : « Le goût avant tout » 4 rue des Halles, Nantes 02 40 75 27 91 Facebook : PierreMorelPatissier Du mardi au jeudi de 10h à 13h puis de 14h30 à 19h, de 10h à 19h le vendredi et le samedi

920 - La cave à manger BY EMMANUEL - DEPUIS DÉCEMBRE 2014

CA VIENT D’OUVRIR / CA VIENT DE CHANGER

Alfredo Vaez

BY ALFREDO - DEPUIS JANVIER 2015

Boutique mariage, cocktail et tenues habillées pour elle La bonne idée : de l’élégance sur mesure pour votre mariage, de l’audace pour sublimer vos plus belles soirées et bien plus encore dans un décor superbement spacieux. Ici, Alfredo vous cocoone dès votre arrivée pour faire de votre visite une parenthèse de plaisir. Des évènements à thème, tels des vernissages ou expos de marques luxueuses et créateurs chics rythment l’année pour vous faire découvrir de bien belles autres collections…On cède à l’enchantement. Mantra : « Un moment de rêve unique » 4 place Edouard Normand, Nantes - 06 42 30 52 51 Facebook : Alfredo Vaez Du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 19h

Charles H

BY CHARLES HENRY ET SON ÉQUIPE DEPUIS JANVIER 2015

Caviste sommelier La bonne idée: un sommelier hors du commun qui vous reçoit dans son salon pour vous présenter sa merveilleuse cave. Emmanuel, chef sommelier chez Bernard Loiseau pendant onze ans, raconte le vin et vous le fait partager comme personne pour vous aider à choisir le vôtre. Découvrez également ses trois forfaits Initiation Sommelier (Néophyte, Confirmé et Premium) et profitez de la cave VIP pour vivre une thalassothérapie de vins. Mantra : « Une cave, un sommelier, un partage » 2 bis rue du Château, Nantes - 02 44 88 00 23 www.920lacaveamanger.com (site en cours de construction) Du lundi au samedi de 9h à 21h

Restaurant brasserie La bonne idée: un duplex intimiste à la parisienne, une cuisine bistrot avec une carte saisonnière, des plats mijotés et généreux préparés par le chef Michael Thil, auparavant chef de grandes tables parisiennes. L’équipe chaleureuse vous accueille dans ce bel endroit face à la place Graslin pour faire de vos déjeuners et dîners des moments privilégiés. Mantra: « La brasserie selon Charles »

1 place Graslin, Nantes - 02 51 83 24 88 www.restaurant-charlesh.fr 7j/7 de 12h à 14h et de 18h à 22h toute la semaine et jusqu’à 23h le samedi

urbanne


By Night

NOS PLUS BELLES SOIRÉES

Jeudi

11

Décembre

Soon

«Nelly et Nadine ont eu le plaisir de convier leurs clientes pour un cocktail, suite à une journée Événement Aurélie Bidermann, créatrice parisienne de bijoux, avec la participation de Lolita et Laura, membres de son équipe. Inès Lafarge, créatrice de la marque Douce Gloire spécialisée dans les étoles en cachemire, a également fait le déplacement «

11 RUE FRANKLIN, 44000 NANTES 02 40 47 33 17

144


By Night

NOS PLUS BELLES SOIRÉES

jeudi

22

Janvier

The North Face Le 22 janvier dernier, Arnaud et Violaine, gérants de la nouvelle boutique The North Face à Nantes, ont ouvert leurs portes en nocturne, à l’occasion de leur soirée d’inauguration. L’animation de la soirée débutait dès la rue des Carmes avec cette immense tente pouvant accueillir jusqu’à 10 couchages! Dans une ambiance conviviale, amis, voisins, commerçants, clients et partenaires ont répondu présents pour fêter l’arriver de la marque Californienne en décembre dernier à Nantes. Au programme, goodies, remises exceptionnelles le tout accompagné de la bonne bière locale de la brasserie du Bouffay et de délicieuses mignardises de la boulangerie d’Antan. A l’issu de la soirée, un tirage au sort a été effectué : à gagner un sac Base Camp Duffel et des bonnets The North Face pour avoir bien chaud tout l’hiver!

THE NORTH FACE 18 RUE DES CARMES 44 000 NANTES

urbanne


By Night

NOS PLUS BELLES SOIRÉES

Mardi

03

Février

Mobalpa

Venez découvrir le nouvel espace MOBALPA fraichement rénové et entièrement dédié à l’aménagement de l’habitat (Cuisine, salle de bains, Dressing, Living et Suites parentales). Vous y découvrirez des idées de cuisines, de salles de bain, de rangement ou bien encore une suite parentale grâce au nouveau concept appartement situé à l’intérieur du magasin. VOUS AVEZ ENVIE DE VOUS SENTIR BIEN CHEZ VOUS ET DANS TOUTES LES PIÈCES DE VOTRE INTÉRIEUR ? MOBALPA VOUS PROPOSE LES MEILLEURES SOLUTIONS POUR OPTIMISER ET SUBLIMER VOTRE HABITAT (Cuisine, Salle de bain, Rangement, Suites parentales) Parce que le confort est une préoccupation majeure chez Mobalpa, nos cuisines sont pensées dans les moindres détails pour vous apporter toute l’ergonomie et la pérennité que vous êtes en droit d’attendre. Nos concepteurs imaginent des solutions toujours plus innovantes et de nombreux équipements de série qui font toute la différence au quotidien. VOUS VOULEZ PLUS D’ESPACE ? VOTRE CONCEPTEUR SAURA ÉGALEMENT VOUS AIDER À OPTIMISER CHAQUE PIÈCE DE VOTRE INTÉRIEUR. Pour obtenir davantage d’espace, il existe de multiples solutions : des rangements astucieux par exemple ou des suggestions d’agencement comme l’optimisation d’un couloir ou l’abattement d’une cloison. Quels que soient vos projets quand vous viendrez nous voir, nous partagerons le même objectif : faire de votre habitat une source de mieux-vivre. Christophe PICHON et toute son équipe seront heureux de vous accueillir dans ce qui se fait de plus beau sur la route de Vannes ! Vous serez accueillis chaleureusement et vous serez conquis par nos projets.

Votre équipe MOBALPA Route de Vannes (Natia, Manuel, Thibault, Christophe, Valérian, Muriel, Olivier et Patricia)

Philippe CROSET Directeur d’enseigne MOBALPA et Christophe PICHON Gérant du magasin Route de Vannes/Orvault

Emery JACQUILLAT et sa femme / Président CAMIF MATELSOM

MOBALPA 176, route de Vannes 44700 Orvault 02 40 16 05 35 www.mobalpa.com Vue ambiance extérieure de la soirée Stéphane POTIN (Magazine Urbanne) et Franck GABORIEAU (Gérant société MIP)

Madame et Monsieur BEAUMOND (les gagnants du jeu « une cuisine à gagner » d’une valeur de 6425 €)

146

urbanne


Urbanne Nantes #7  
Advertisement