Page 22

22

HUMOUR JUIF

Mais c’est quoi être Juif ? dis-moi. Par SARAH CATTAN

J

uif. Des noms me viennent à l’esprit : Anne Franck. Daniel Pearl, Ilan, Arié, Gabriel, Myriam, Sarah. Et toi, et toi, et toi : tués parce que Juifs. Mais c’est aussi, pêlemêle, Violette Silberstein mon amie sauvée du camp grâce à son violon, et puis ceux-là, juifs vivants, cibles permanentes d’une haine indicible, à preuve ce reportage récent de la Télévision jordanienne présentant les Rothschild comme contrôlant le monde et faisant que les Juifs garderaient pour eux les remèdes contre le cancer et le sida, à preuve les tenants du BDS, mais c’est encore Woody et son Dieu n’existe pas, mais nous sommes son peuple, Barbara, Steeve Jobs, Chagall, Soutine, Michel Jonasz et son quartet qui veulent faire danser les âmes, mes potes du Beit Haverim, ceux de Israël is forever, et puis l’humour d’un Benoît Rayski qui pro-

posa que les Juifs, au lieu de se plaindre, jouent à populariser l’idée que les Arabes aussi avaient de l’argent, précisant que c’était pour rire, car lorsque les choses sont à ce point tristes, mieux vaut en rire qu’en pleurer. Juif, c’est aussi les Haredim ou craignant Dieu, ce monde à part, ces ultra-orthodoxes tout de noir vêtus et vivant un judaïsme rigoriste et coupé de la modernité, ces espèces de Tyrans, et puis c’est aussi les pubs des radios juives, celles qui me font toujours un peu honte et sourire à la fois, avec leur Donnez, donnez, donnez, et Dieu vous le rendra, chanté par Enrico. Et puis heureusement, Juif, c’est encore toi, et toi, et toi, et puis toi aussi. C’est qu’on en est toujours là : C’est quoi, être Juif demandera toujours celui-là, une fois l’amitié établie, pendant que tel autre inlassablement s’enquerra sans fin : peut-il critiquer les Juifs sans

TRIBUNEJUIVE.INFO - SEPTEMBRE / OCTOBRE 2017

être taxé d’antisémitisme ; c’est que ça le taraude. So what ? Après avoir revisité Sartre, Lévinas et Blanchot1, et m’être offert un détour par L’identité juive selon Josy Eisenberg qui expliqua en 2014 qu’être juif, c’était appartenir à un peuple au destin singulier, être membre du Peuple élu, citant Tristan Bernard qui disait : Peuple élu, Peuple élu, un peu en ballottage tout de même, et évoquant ces moments où les Juifs, entrant dans les chambres à gaz, avaient dû le maudire, ce dur bonheur d’être juif, je me suis éclatée avec le fabuleux projet d’ Esther, dite Esti, née en Israël et vivant en France, pas pratiquante, et qui chercha à savoir pourquoi, dès lors, l’identité juive lui collait tant à la peau : Esther, c’était le prénom de la sœur aînée de son grand père paternel, tuée par les nazis, avec ses six petits enfants, et elle,

TJ-Info Magazine N°70 - Septembre/Octobre  
TJ-Info Magazine N°70 - Septembre/Octobre  
Advertisement