__MAIN_TEXT__

Page 1


SOMMAIRE Introduction .......................................................................................................................



Partie 1. Corpus de connaissances I. Le CECRL : S’approprier l’essentiel ................................................................................ Introduction au CECRL........................................................................................................ A LHV a[HVcO«V ............................................................................................................... % 'oPainHV niYHau[ Ht dHVcriStHurV............................................................................ C LHV coPS«tHncHV dH OȇaSSrHnant ............................................................................... ' Lȇ«YaOuation.................................................................................................................

     

II. Les Programmes de Collège et de Lycée ..................................................................... A   OHV SrHPiHrV mɋnouYHau[bSroJraPPHVɋ} ......................................................... %   dHV cKanJHPHntV ................................................................................... C b Oa rHIontH du coOOªJH ........................................................................................ ' CHrtiIicationV Ht H[aPHnV ¢bconna°trH .......................................................................

    

III. 2utils didactiTues : Conna°tre lesbincontournaEles .................................................. A '«IinitionV  coPSrHndrH Ht rHtHnir OHV PotVcO«V ..................................................... % La 3ratiTuH RaiVonn«H dH Oa LanJuH ou 3RL ............................................................. C CorSuV non H[KauVtiI dȇactiYit«V dȇaccªV au VHnV ..............................................................................................

   

Partie 2. L’Épreuve de Mise en Situation Professionnelle (MSP b 2e sous«preuve enbfran©ais I. Méthodologie de l’épreuve et analyse des rapports de jurys ..................................... A 3r«VHntation JOoEaOH................................................................................................... % LHV conViJnHV dH Oȇ«SrHuYH ......................................................................................... C CH TuH OH Mur\ attHnd dH YouV ..................................................................................... ' CH TuȇiO nH Iaut SaV IairH.............................................................................................

    

II. Exemples de sujets et suggestions de démarche ....................................................... A SuMHt nrb ..................................................................................................................... % SuMHt  .........................................................................................................................

  

Partie 3. L’Épreuve d’Entretien à partir d’un Dossier EED bb2e sous«preuve enbfran©ais I. Méthodologie de l’épreuve et analyse des rapports de jurys .....................................  A Introduction ................................................................................................................  % Lȇ«SrHuYH SroSrHPHnt ditH ........................................................................................  II. Exemples de sujets et suggestions de démarche .......................................................  A SuMHt nrb .....................................................................................................................  % SuMHt nrb .....................................................................................................................  Partie 4. Analyse de copies d’étudiants candidats au CAPES I. Sujet nrb ȂbEMSP Ȃ Collège Ȃ Palier   Cycle  ............................................................. A LHV docuPHntV............................................................................................................ % bCandidat A................................................................................................................... C Candidat %................................................................................................................... ' ‹tudH dHV SrHVtationV ................................................................................................

    

II. Sujet nrb ȂbEMSP Ȃ Collège Ȃ Cycle  ............................................................................ A LHV docuPHntV............................................................................................................ % Candidat nrb .............................................................................................................. C Candidat nrb ..............................................................................................................

   


' ‹tudH coPSaratiYH dHV dHu[ SrHVtationV ..................................................................  E 3iVtHV dȇH[SOoitation ....................................................................................................  III. Sujet nrb ȂbEE' ............................................................................................................. A LH doVViHr .................................................................................................................... % 3r«VHntation du candidat ........................................................................................... C AnaO\VH dH Oa SrHVtation du candidat ......................................................................... ' 4uHOTuHV SiVtHV dȇanaO\VH VuSSO«PHntairHV .............................................................

    

I9. Sujet nrb ȂbEE' ............................................................................................................. A LH doVViHr .................................................................................................................... % 3r«VHntation du candidat ........................................................................................... C AnaO\VH dH Oa SrHVtation du candidat ......................................................................... ' 4uHOTuHV SiVtHV VuSSO«PHntairHV .............................................................................

    

Conclusion générale ...........................................................................................................  Annexes I. ReIonte du collègeb: nouveau socle nouveaux programmes nouvelles modalités d'enseignement .................................................................................................................  II. 'ocuments relatiIs au CECRL .......................................................................................  A ‹cKelles de descriSteurs .............................................................................................  % Les coPSétences de lȇaSSrenant ...............................................................................  III. 'ocuments relatiIs au %accalauréat...........................................................................  A *rille dȇéYaluation de lȇe[Sression orale ....................................................................  % *rille dȇéYaluation de la Sroduction écrite .................................................................  IV. Autres documents relatifs à l’enseignement des langues ........................................  A LȇEuroSass ...................................................................................................................  % Le SortIolio euroSéen des langues ............................................................................  Bibliographie .....................................................................................................................  Index ................................................................................................................................... 


I17RO'8C7IO1 Cet ouYrage sȇadresse au[ candidats au CA3ES e[terne dȇAnglais ou au CA3L3 trªs SrocKe sur le Slan des ÊSreuYes de didactiTue. Il conYiendra tout dȇaEord au[ Êtu diants nȇa\ant Sas encore eu dȇe[SÊrience SrolongÊe dans le Pilieu de lȇenseignePent. En effet, le concours devenant de plus en plus professionnalisant, il est parfois diffi cile pour un candidat de se Pontrer ¢ la Kauteur des attentes du Mur\, en terPes de connaissances didactiques et de projection pÊdagogique. 4ue vous nȇa\e] encore jaPais reŠu de forPation universitaire en didactique, ou que vous a\e] dÊj¢ EÊnÊficiÊ dȇun enseignePent durant votre cursus, vous trouvere] dans cet ouvrage tout ce quȇun candidat au CA3ES doit Pa°triser. 1ous avons essa\Ê de proposer une partie tKÊorique qui ¢ la fois e[plicite les Eases et approfondit lȇanal\se. 3our ceu[ dȇentre vous a\ant dÊj¢ eu une e[pÊrience professionnelle, et souKaitant se Paintenir ou se rePettre ¢ niveau en terPes de didactique et de pÊdagogie de lȇensei gnement des langues, cet ouvrage constituera une bonne base de rÊvisions. Les Êpreuves dȇadmission, au nombre de deu[, se subdivisent cKacune en  parties, lȇune en langue anglaise, lȇautre en franŠais, Êvaluant bien s½r la capacitÊ dȇanal\se, de s\ntKªse et de raisonnement du candidat, jaugeant Êgalement sa connaissance du s\stªme Êducatif, des instructions officielles, mais aussi sa ma°trise de la didactique. Et cȇest bien l¢ que le b¤t blesse  comment se montrer pÊdagogue sans avoir d’expÊrience de la pratique d'enseignement ? Cet ouvrage a pour ambition vous fournir les outils afin de rÊpondre à cette question. Ainsi, une premiªre partie vous apportera lȇapport scientifique et tKÊorique indispen sable. Avant de se projeter dans une salle de classe ou dans un projet pÊdagogique, il faut dȇabord ma°triser les te[tes. ‚ cette fin, vous trouvere] un apport de t\pe m cours magistral } mais Êgalement des suggestions de mise en pratique, avec notamment des e[emples de dÊveloppement dȇune activitÊ de 3RL ¢ travers divers documents. 9ous pourre] ainsi vous entra°ner avant de vous reporter ¢ la suggestion proposÊe. Au dÊbut des parties  et , consacrÊes cKacune ¢ une Êpreuve, vous trouvere] une prÊsentation dÊtaillÊe de celleci, mais aussi des conseils stratÊgiques pour la rÊussir et les piªges ¢ Êviter. 8ne anal\se des rapports de jur\ des sessions de  ¢  vous permettra dȇ\ voir plus clair. Les secondes et troisiªmes parties vous proposeront ensuite m clÊ en main } des sujets des deu[ Êpreuves de didactique, lȇEMS3 et lȇEE', tous deu[ accompagnÊs dȇune suggestion de traitement, qui nȇa pas valeur de corrigÊ type mais bien de rÊalisation possible. La quatriªme partie se veut tre davantage une mise en application des conseils dis pensÊs dans les parties prÊcÊdentes  quatre autres sujets sont prÊsentÊs, mais ¢ tra vers le prisme de copies de candidats ¢ ce mme concours. Ainsi, vous alle] pouvoir rÊflÊcKir en tant que jury, pour mieu[ cerner les e[igences de lȇÊpreuve. Ces presta tions seront ensuite analysÊes, afin que vous puissie] prendre du recul par rapport ¢ votre jugement initial et vous entra°ner ¢ crÊer un projet ÊclairÊ. Cet ouvrage est donc un toutenun, compagnon de route de votre annÊe de prÊpara tion au concours, un professeur de pocKe disponible ¢ tout moment. Alors, au travail, et en route vers lȇadmission 

7


Partie 

Corpus de connaissances


Partie 

I. LE CECRL  SɒA33RO3RIER LɒESSE17IEL Introduction au CECRL 1- 4u’est-ce que le CECRLb? Le CECRL, Cadre EuropÊen Commun de RÊfÊrence pour les Langues, est un ouvrage crÊÊ au sein du conseil de lɒEurope par les membres de la division des politiques lin guistiques ¢ Strasbourg, en . Son antÊtitre est mɋApprentissage des langues et citoyennetÊ EuropÊenneɋ}. Son soustitre est mɋApprendre, Enseigner, ‹valuerɋ}. Il a ÊtÊ publiÊ en . Depuis la ɋORL GɒRULHQWDWLRQ HW GH SURJUDPPH SRXU OɒDYHQLU GH OɒFROHɋ}  ao½t  , le CECRL dÊfinit une base commune pour les programmes de langues. Il est donc ¢ lɒorigine de ces derniers.

2- 4uelle est l’ambition du Cadreb? • Son amEition est douEle Signalons dɒabord que le Cadre a ÊtÊ conŠu comme un outil permettant de dÊvelop per des pistes de rÊfle[ion sur lɒenseignement des langues, et ce ¢ un niveau europÊen. Lɒenjeu est de parvenir ¢ une dÊmarcKe pÊdagogique commune dans les Êtats membres de la communautÊ EuropÊenne. Ainsi, des questions primordiales sont soulevÊes dans le Cadre, appelant la rÊfle[ion  ɋComment aider les apprenants ¢ e[ploiter leurs forces et ¢ surmonter leurs faiblessesɋ"ɋ}, ɋComment rÊconcilier la diversitÊ des personnalitÊs avec les contraintes que subissent et quɒimposent les systªmes Êducatifsɋ"ɋ}1. 8ne ambition claire du cadre est Êgalement de promouvoir le plurilinguisme, qui est selon les concepteurs lɒobjectif majeur de lɒenseignement des langues. Mais quɒestce que le plurilinguismeɋ" Il sɒagit dÊsormais dɒune ɋcertaine capacitÊ ¢ communiquer dans plusieurs languesɋ}. Ainsi, par rapport ¢ une dÊfinition plus littÊraire de ce mme concept, ɋcapacitÊ ¢ parler plusieurs languesɋ}, Dictionnaire Le Petit Robert , lɒon remarque que lɒaccent est mis sur la communication, mais Êgalement sur lɒabsence dɒe[igence quant ¢ la ma°trise linguistique de la langue, au profit justement de cette interaction. mɋOn passe donc dɒune logique de ma°trise quasitotale dɒune seule langue ¢ une logique dɒinteraction entre les diffÊrentes langues, quel que soit le niveau de ma°trise de ces derniªres.ɋ} Lɒon voit dɒailleurs quɒune application de cette promotion du plurilinguisme a ÊtÊ mise en place dans lɒorganisation de lɒenseignement des langues au lycÊe depuis , mise en application depuis 1 , avec souvent la fusion de lɒenseignement de la L91 et de la L9 en un seul groupeclasse, avec un niveau diffÊrent dɒe[igence au baccalaurÊat. 3lus rÊcemment, cɒest peuttre ce mme objectif qui est visÊ dans certains aspects de la rÊforme du collªge, mise en place dªs septembre 1, notamment lɒinstauration dɒune L9 dªs la e, mais aussi avec lɒapparition des E3I Enseignements 3ratiques Inter disciplinaires , dans lesquels les langues ont une place de cKoi[, puisquɒelles peuvent appara°tre dans cKacun des  tKªmes de travail inscrits dans les programmes. 1Ʌ1ote de lɒauteurb sauf mention contraire, les citations de ce cKapitre sont e[traites du CECRL.

10


CECRL SÉ’approprier SÉ’approprierlÉ’essentiel lÉ’essentiel É‹ I.I.leleCECRL

Enfin, cette ambition plurilingue transpara°t Êgalement dans Lɒorganisation des  do maines du nouveau Socle Commun, qui doit lui aussi tre applicable ¢ la rentrÊe 1. En effet, les langages constituent un domaine dans lequel sont regroupÊes la langue franŠaise, les langues Êtrangªres et les langues rÊgionales, avec comme soustKªme lɒintitulÊ ɋsɒe[primer et communiquerɋ}, rejoignant la dÊfinition donnÊe par le CECRL du plurilinguisme.

3- Le CECRL boutil novateurb? ‚ la sortie de lɒouvrage qui se voulait rÊsolument novateur, certains linguistes, socio linguistes ou didacticiens ont manifestÊ leur retenue quant au caractªre novateur de ce dernier. 3our vous aider ¢ vous positionner, un regard rapide sur lɒÊvolution des mÊtKodes dɒenseignement sɒimpose.

•  Si lɒon se pencKe sur lɒÊvolution Kistorique, lɒapprocKe communicative et cognitive de 1 mettait dÊj¢ en avant  objectifs  communicationnel, culturel et conceptuel ou cognitif . Cette approcKe, connue Êgalement sous le terme notionnel fonctionnel , envisage de passer du sens ¢ la forme, contrairement ¢ la grammaire traditionnelle qui passait de la forme au sens. On dÊcouvre la grammaire inductive, induire la rªgle en observant la langue . LɒÊcrit devient alors moins majoritaire, et on place pour la premiªre fois lɒÊlªve ɋau centre de son apprentissageɋ}, on lɒincite ¢ e[primer ce quɒil a besoin dɒe[primer. On doit cette approcKe communicative ¢ 1. CKomsNy, qui va sɒopposer au[ structura listes, en arguant quɒil nɒy a pas plusieurs systªmes distincts mais une seule grammaire universelle, et que cKacun possªde les capacitÊs innÊes de dÊcrypter ce code langagier. Cɒest lɒapprocKe constructiviste qui point  lɒacquisition dɒune langue se fait en un pro cessus de construction progressif, et en communiquant.

•  Cette approcKe Êtait donc novatrice ¢ plusieurs Êgards, notamment en ce quɒelle privi lÊgiait lɒinteraction, le conte[te, en se centrant sur lɒapprenant. Cela dit, cette premiªre approcKe a subi un ÊcKec. 3ourquoiɋ" 3euttre parce que lɒinteractivitÊ prÊdominante a trop pris le pas sur lɒÊcrit et la grammaire. La grammaire inductive, encore peu abou tie ou en laquelle les enseignants ne croyaient peuttre pas encore, engendrait un manque dɒapport tKÊorique, qui parfois se soldait par des parentKªses magistrales durant lesquelles lɒenseignant comblait les lacunes grammaticales de lɒapprenant. 3our pallier cette dÊrive, une seconde mouture de lɒapprocKe communicative et cogni tive a ÊtÊ pensÊe au dÊbut des annÊes quatrevingtdi[ɋ les 4 compÊtences furent mises en place dans un ordre prÊcis  comprÊKension Orale, comprÊKension Êcrite, production orale et production Êcrite, selon le principe quɒil valait pieu[ progresser du plus simple vers le plus comple[e la production Êtant alors considÊrÊe comme plus comple[e que la comprÊKension, et lɒÊcrit moins abordable que lɒoral . La e compÊ tence, mÊtKodologique, ne fut pas omise afin de maintenir cette idÊe ma°tresse de cen tration sur lɒapprenant et de construction de lɒautonomie. Enfin, la grammaire retrouve toute sa place. Cɒest ¢ cette Êpoque que lɒon se tourne en grande partie vers la gram maire Ênonciative, qui considªre que le cKoi[ dɒune structure langagiªre dÊpend avant

É…7KĂŠories structuralistes portĂŠes par ). De Saussure ou %.). SNinner  8ne langue structures comple[es imbriquĂŠes les unes dans les autres.

8n systÂŞme de

11


Partie 2

I. MÉTHODOLOGIE DE L’ÉPREUVE ET ANALYSE DES RAPPORTS DE JURYS A) Présentation globale 1- Durée de l’épreuve ȏɄbKeures de prépa pour les  sousépreuves ȏɄ1 Keure de passage,  minutes par sousépreuve ȏɄ minutes d’e[posé, 1 minutes d’entretien

2- Contenu du dossier Les passages en italiques ont été tirés des rapports de jurys. Les surlignages effectués par l’auteur ont pour but de réactiver les motsclés étudiés dans la premiªre partie et de réitérer leur importance dans ces épreuves. «bL’épreuve prend appui sur plusieurs documents proposés par le jury se rapportant ¢ une des notions culturelles des programmes de collªge ou de lycée. Ces documents peuvent ¬tre des te[tes, des documents iconograpKiques, des enregistrements audio ou vidéo.b}

B) Les consignes de l’épreuve Voici comment l’épreuve est définie par les jurys dans les rapports de la derniªre ses sion du CAPESb «bL’épreuve consiste en la proposition de pistes d’e[ploitation didactiques et pédagogiques de ces documents, en fonction des compétences linguistiques le[icales, grammaticales, pKonologiques qu’ils mobilisent et des activités langagières qu’ils permettent de mettre en pratique. L’e[posé est suivi d’un entretien en fran©ais au cours duquel le candidat est amené ¢ justifier ses cKoi[.b} Nous vous invitons dªs ¢ présent ¢ analyser les motsclés présents dans la consigne du sujet de la seconde partie de l’EMSP, et de vous reporter ¢ la premiªre partie de cet ouvrage s’ils ne sont pas totalement ma°trisés. Voici l’intitulé du sujet, qui varie généra lement trªs peu d’une année sur l’autreb «b‚ Partir de ces supports, vous définire] des objectifs communicationnels, culturels et linguistiques pouvant ¬tre retenus en cycle  en classe deȐ, en vous référant au[ programmes. En vous appuyant sur la spécificité des supports, vous dégagere] des stratégies pour développer les compétences communicatives des élªves.b} Comme vous pouve] le constater, les motsclés sont nombreu[ et les attentes com plªtes. 4uelques mots sur la spécificité des supportsb comme nous l’avons déj¢ mis en évidence dans le cKapitre sur la PRL, c’est en partie le support qui va déterminer des cKoi[ ¢ entreprendre. Mais la spécificité du support ne se limite pas ¢ sa natureb vidéo ou peinture , elle peut ¬tre d’un autre ordre. La question ¢ se poser avant de mettre en place un projet est la suivanteb qu’estce que ce document a de particulierb" 4u’estce qui le rend unique, différent des autres documents vidéos ou des autres peinturesb"

80


I. Méthodologie de l’épreuve et analyse des rapports de jurys ɋ

C’est une bonne analyse de départ qui va déterminer un bon projet. Si la spécificité du support n’est pas saisie, vous risque] de mettre en place un projet qui ne sera pas forcément irrecevable, mais qui sera passé ¢ c¶té de l’essentiel, de ce pourquoi le créa teur de sujet a cKoisi ce document. Dans l’optique du concours, vous deve] absolument tenter de décrypter les motivations du concepteur de sujet, tout comme le linguiste énonciativiste doit décrypter les intentions de l’énonciateur ou du coénonciateur afin de saisir le fonctionnement de la langue.

4ue deve]-vous chercher à obtenirb?

Ö Un projet qui permette de travailler plusieurs activités langagiªres, avec une ou deu[ dominantes. Ö Pour lesquelles des objectifs seront déterminésb objectifs linguistiques le[icau[, grammaticau[, pKonologiques , objectifs pragmatiques situations de communica tions, voir pages 1 . Ö Pour parvenir ¢ une t¤cKe «bactantielleb} ou «bactionnelleb} non obligatoire mais de plus en plus demandée . Ö T¤cKe dont l’e[écution prouvera que l’élªve a acquis un degré supplémentaire d’au tonomie objectif métKodologique, transférabilibté des acquis tout en ayant intégré un point ou repªre culturel.

C) Ce que le jury attend de vous 1- Au niveau des connaissances «b Le jury s’attend ¢ ce que les candidats aient une connaissance approfondie du cadre institutionnel programmes, réformes, Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues mais également qu’ils ma°trisent les concepts de didactique des langues (approche actionnelle, tâche finale, stratégies, compétences).b} Comme vous pouve] le constater ¢ la lecture de cet e[trait, les connaissances dévelop pées dans le premier cKapitre ne sont pas superflues, mais bien l’essentiel ¢ connaitre.

2- Au niveau du contenu de la présentation Voici, sous forme de motsclés, des notions piliers de votre e[posé. Lise]les attentive ment, et mémorise]les. Une courte analyse e[plicative cl¶t cette partie. 1- Spécificité des supports 2- Objectifs 3- Construction et étapes clés 4- Stratégies d’accès au sens 5- Activités Parte] toujours de la spécificité des supports afin de b¤tir votre projet. Une analyse des documents est donc nécessaire. Dans cette seconde souspartie, elle a déj¢ été effectuée en anglais, et les conclusions établies peuvent le doivent souvent servir de point de départ ¢ votre réfle[ion pédagogique. N’oublie] pas que tout est lié dans cette épreuve. Les objectifs doivent ¬tre clairement énoncés en début de présentation.

81


Partie 3

I. MÉTHODOLOGIE DE L’ÉPREUVE ET ANALYSE DES RAPPORTS DE JURYS A) Introduction 1- PrĂŠsentation globale Č?É„DurĂŠe de l’Êpreuveb –ɄbKeures de prĂŠpa pour les bsousĂŠpreuves –Ʉ1bKeure de passage, bminutes par sousĂŠpreuve –Ʉ1bminutes d’e[posĂŠ, 1bminutes d’entretien Č?É„Contenu du dossierb productions autKentiques d’ÊlÂŞves bsituation d’enseignement bĂŠlĂŠments de conte[te pĂŠdagogique, ĂŠducatif etou institutionnel .

2- Les consignes de l’Êpreuve Voici un extrait des derniers rapports de jury sur le but de l’Êpreuveb  ɇCette ĂŠpreuve permet de vĂŠrifier la capacitĂŠ du candidat, ¢ partir de l’analyse de productions d’ÊlÂŞves, dans leur dimension culturelle, pragmatique et linguistique ¢ prendre en compte les acquis et les besoins des ĂŠlÂŞvesɇ}. Consignes sur le sujetb ɇen lien avec la tKĂŠmatique retenue, vous procĂŠdere] ¢ l’ana lyse des documents a et b les productions . Vous vous demandere] notammentb Č?É„dans quelle mesure les compĂŠtences linguistiques, culturelles et pragmatiques y sont mobilisĂŠes au service de la production du sens, compte tenu du contexteb Č?É„quelles actions pĂŠdagogiques il serait possible et souKaitable d’entreprendre afin de consolider les acquis des ĂŠlÂŞvesb Č?É„dans la conduite de votre rĂŠfle[ion, vous pouve], si vous le voule], faire rĂŠfĂŠrence au documentb1.ɇ} Attentionɇ Le piÂŞge serait de partir de ce document. Un conseil serait de l’occulter. Si une rĂŠfĂŠrence pertinente s’impose, vous pourre] l’insĂŠrer ¢ propos dans le courant de votre e[posĂŠ. 8n petit rappel concernant la compĂŠtence pragmatiqueb Č?É„C’est l’une des bcompĂŠtences langagiÂŞresb Linguistique, Sociolinguistique et Prag matique. Č?É„La compĂŠtence pragmatique est scindĂŠe en b discursive et fonctionnelle. –ɄCompĂŠtence pragmatique discursiveb elle fait rĂŠfĂŠrence ¢ l’organisation et coKĂŠ rence du discours. –ɄCompĂŠtence pragmatique fonctionnelleb du grec pragma qui veut dire action, cette compĂŠtence concerne l’adaptation des connaissances ¢ l’objectif visĂŠ le ɇpour faireɇ} . La langue au service de l’action ¢ mener. C’est ¢ cette compĂŠtence que font appel les objectifs communicationnels mentionnĂŠs dans les consignes de la seconde partie de l’Êpreuve de mise en situation professionnelle. –ɄAttentionb  le registre de langue fait partie de la compĂŠtence sociolinguistique. Certains candidats placent son ĂŠtude ¢ tort dans la compĂŠtence pragmatique.

102


I. l’épreuveet etanalyse analysedes desrapports rapportsde dejurys jurys ɋ I. Méthodologie de l’épreuve

Un petit rappel concernant la compétence culturelleb bien qu’elle n’e[iste pas en tant que telle dans le CECRL, puisqu’elle est désormais devenue partie intégrante de la définition m¬me d’une langue, les languescultures , elle e[iste dans les programmes et te[tes officiels, qui parlent de «ɇSynergie communicationcultureɇ}. L’e[périence lan gagiªre d’un individu est considérée dans un conte[te culturel, et ce dans une approcKe plurilingue et pluriculturelle pr¶née par le CECRL. Donc il est nécessaire pour l’élªve de s’approprier des connaissances civilisationnelles et culturelles liées ¢ la spKªre anglo pKone, mais aussi et surtout, ¢ travers les sujets étudiés, de manier et réflécKir sur les notions et tKématiques des programmes appelées «ɇcontenu culturelɇ} ou «ɇentrée culturelleɇ} . Un dernier petit rappel concernant la compétence linguistiqueb elle comprend une compétence le[icale, grammaticale, ortKograpKique, ortKoépique1 et pKonologique. Revenons ¢ la consigneb prendre en compte les acquis et les besoins des élªves, c’est ¢direɇ" Vous alle] devoir analyser ces productions d’élªves en tenant compte des autres éléments du dossier.

3- Les productions Nombre de productions ben général,   si interaction oraleb benregistrements [bbélªves . La présence de plusieurs productions invite le candidat ¢ les mettre en regard et ¢ ne pas les considérer séparément. ȏɄDeu[ types de cas bproductions,  élªves différents bproductions syncKroniques ĺ étudier les ]ones de convergence et de divergence entre les  ĺ permettra de mettre ¢ jour la diver sité au sein du groupe classe et de considérer les acquis et les besoins des élªves de maniªre différenciée. bproductions, mais du m¬me élªve bdiacKroniques ĺ dans ce cas, il faudra prendre en compte l’évolution des acquis au cours d’une séquence. bproductions de type différent d’un m¬me élªve ĺ inviteront le candidat ¢ étudier le profil linguistique de l’élªve analyse de son interlangue2, ¢ l’écrit comme ¢ l’oral . ȏɄDeu[ types de productionsb –Ʉissues d’évaluationɋ –Ʉissues d’e[ercices d’entra°nement. Dans le cas de production issue d’évaluation, il faudra bien s½r différencier l’évaluation sommative de l’évaluation formative.

B) L’épreuve proprement dite 1- Principe de base La langue est un moyen et non pas une fin, c’est le sens du message produit par les élªves qui doit primer dans la démarcKe du candidat. On doit se concentrer sur le sens et l’intelligibilité qui se dégage des productions. 1ɅUne définition simplifiée de la compétence ortKoépique serait la capacité de bien lire ¢ Kaute voi[. 2Ʌ)orgé par le professeur SalinNer en 2, ce terme désigne la «ɇlangue intermédiaireɇ} de l’apprenant, ¢ micKemin entre la langue maternelle et la languecible. Elle est évolutive et son analyse est révélatrice du processus d’apprentissage.

103


Partie 4

Dans cette partie, nous vous proposerons bsujets. 2bsujets d’EMSP, pour lesquels vous trouvere] une analyse comparative de 2bcandidats, et 2bsujets d’EED, pour lesquels la prestation d’un seul candidat sera passée en revue, avec des suggestions de remédiation ou d’amélioration.

I. SUJET Nrb1 –bEMSP – Collªge - Palier 1  Cycle 1 A) Les documents DOCUMENT A NoZ one day, a Kandsome young prince Zas riding tKrougK tKe Zoods. He Keard tKe ZitcK call out to Rapunt]el and Ke ZatcKed Ker climb up tKe toZer. After tKe ZitcK Kad gone, tKe prince came to tKe bottom of tKe toZer and Ke called up, ȊRapunt]el, Rapunt]el, let doZn your Kair,ȋ and Ke climbed up quicNly tKe sKining golden plait. You can imagine Rapunt]el’s astonisKment ZKen sKe saZ tKe Kandsome prince standing in front of Ker but sKe Zas soon laugKing at Kis stories. :Ken Ke left, Ke promised to come again tKe ne[t day, and Ke did. And tKe ne[t, and tKe ne[t, and soon tKey Kad fallen in love ZitK eacK otKer. One day as tKe ZitcK clambered up Rapunt]el e[claimedb ȊYou are sloZ TKe prince doesn’t taNe nearly as long to climb up tKe toZer,ȋ but no sooner Zere tKe Zords out tKan sKe reali]ed Ker terrible mistaNe. TKe ZitcK sei]ed tKe long, long golden plait and cut it off. SKe drove Rapunt]el far far aZay from tKe toZer, and tKen sKe sat doZn to aZait tKe prince. :Ken tKe ZitcK Keard Kim calling, sKe tKreZ tKe golden plait out of tKe ZindoZ. Imagine tKe prince’s dismay ZKen Ke sprang into tKe room only to discover tKe Korrible ZitcK instead of Kis beautiful Rapunt]el :Ken tKe ZitcK told Kim Ke Zould never see Kis Rapunt]el again, in Kis grief Ke flung Kimself out of tKe toZer. He fell into some brambles, ZKicK scratcKed Kis eyes so Ke could no longer see. And tKus Ke Zandered tKe land, alZays asNing if anyone Kad seen Kis Rapunt]el. After seven long years, Ke came to tKe place ZKere sKe Kad Kidden Kerself aZay. As Ke stumbled doZn tKe road, Rapunt]el recogni]ed Kim and ZitK a great cry of joy sKe ran up to Kim and tooN Kim gently by tKe Kand to Ker little cottage in tKe Zoods. As sKe ZasKed Kis face, tZo of Ker tears fell on tKe prince’s eyes and Kis sigKt came bacN. And so tKey Zent bacN to Kis palace and lived Kappily ever after. TKe ZitcK, you Zill be pleased to Kear, Kad not been able to get doZn from tKe toZer, so sKe did NOT live Kappily ever after “Rapuntzel” in Five-Minute Stories, Miles Kelly, 2011

1ɅLes paliers s’étant mués en cycles voir pages 1-2 nous serions ici en cycle , a[e de l’imaginaire classe de e ou en cycle , a[e des langages les contes de fées comme langage littéraire , pour une classe de e. Le palier ou le cycle vous sera précisé lors de l’épreuve. N’Késite] pas ¢ présenter au[ jurys les entrées culturelles correspondant au[ anciens paliers et celles des nouveau[ cycles.

124


Sujetnrb1 nrb1ȂbEMSP ȂbEMSPȂȂCollège Collège- -Palier Palier11 Cycle Cycle33 ɋ I.I.Sujet

DOCUMENT B

Vous allez maintenant avoir la possibilité de vous transformer en jury. Voici 2bprojets d’exploitation de 2bcandidats au Capes. Lisez chacun d’eux et réfléchissez aux points forts de la démarche pédagogique proposée, ainsi qu’aux écueils ou ce qui vous semble avoir été omis. *ardez à l’esprit les 3bcritères suivantsb cohérence, progression, transférabilité. Comparez ensuite vos réflexions avec celles proposées aux pp.ɋ131-133. Vous pourrez procéder de m¬me avec le second sujet et les prestations des pp.ɋ13138, avant de vous reporter à la p.ɋ13.

125


Annexes

ANNEXES

I. RE)ONTE DU COLLŠGEb NOUVEAU SOCLE, NOUVEAUX PROGRAMMES, NOUVELLES MODALITÉS DɒENSEIGNEMENT Le nouveau socle commun de connaissances, de compÊtences et de culture - Derniªres modiȴcations du 1 juin 21. Publics concernÊsb Êlªves en cours de scolaritÊ obligatoire des Êcoles ÊlÊmentaires, des collªges et lycÊes publics et privÊs sous contrat de lɒÉducation nationale et de lɒenseignement agricole, et, pour lɒanne[e, les enfants instruits dans la famille ou dans les Êtablissements dɒenseignement privÊs Kors contrat. Objetb publication du nouveau socle commun de connaissances, de compÊtences et de culture. EntrÊe en vigueurb  le te[te entre en vigueur ¢ compter de la rentrÊe scolaire de septembreb21. Noticeb le dÊcret prÊvoit un nouveau socle commun de connaissances, de compÊtences et de culture destinÊ ¢ remplacer le socle commun de connaissances et de compÊtences actuellement en vigueur. RÊfÊrencesb le prÊsent dÊcret est pris en application de lɒarticle L. 122-1-1 du code de lɒÊducation dans sa rÊdaction issue de lɒarticle 1 de la loi nr 21- du  juillet 21 dɒorientation et de programmation pour la refondation de lɒÉcole de la RÊpublique. Le code de lɒÊducation modiȴÊ par le prÊsent dÊcret peut tre consultÊ, dans sa rÊdaction issue de cette modiȴcation, sur le site LÊgifrance KttpZZZ.legifrance.gouv.fr). Article 1 - Les articles D.b122-1 ¢ D. 122- du code de lɒÊducation sont remplacÊs par les dispositions suivantesb b Art.b D.b 1221.b b Le socle commun de connaissances, de compÊtences et de culture prÊvu ¢ lɒarticle L.b122-1-1 est composÊ de cinq domaines de formation qui dÊfinissent les grands enjeu[ de formation durant la scolaritÊ obligatoireb b1r les langages pour penser et communiquerb ce domaine vise lɒapprentissage de la langue franŠaise, des langues Êtrangªres et, le cas ÊcKÊant, rÊgionales, des langages scientifiques, des langages informatiques et des mÊdias ainsi que des langages des arts et du corpsb b2r les mÊtKodes et outils pour apprendreb ce domaine vise un enseignement e[plicite des moyens dɒaccªs ¢ lɒinformation et ¢ la documentation, des outils numÊriques, de la conduite de projets individuels et collectifs ainsi que de lɒorganisation des apprentissagesb br la formation de la personne et du citoyenb ce domaine vise un apprentissage de la vie en sociÊtÊ, de lɒaction collective et de la citoyennetÊ, par une formation morale et civique respectueuse des cKoi[ personnels et des responsabilitÊs individuellesb

170


I. Refonte du collègeb Nouveau socle ɋ

«b r les systªmes naturels et les systªmes tecKniquesb  ce domaine est centréb sur lɒapprocKe scientifique et tecKnique de la Terre et de lɒUniversb il vise ¢ développer la curiosité, le sens de lɒobservation, la capacité ¢ résoudre des problªmesb «br les représentations du monde et lɒactivité Kumaineb ce domaine est consacré ¢ la compréKension des sociétés dans le temps et dans lɒespace, ¢ lɒinterprétation de leurs productions culturelles et ¢ la connaissance du monde social contemporain.b} b«bArt.bD.b1222.bbCKaque domaine de formation énoncé ¢ lɒarticle D.b122-1 comprend des objectifs de connaissances et de compétences qui sont définis en anne[e ¢ la présente section. «bCKacun de ces domaines requiert la contribution transversale et conjointe de toutes les disciplines et démarcKes éducatives. «bLes objectifs de connaissances et de compétences de cKaque domaine de formation et la contribution de cKaque discipline ou enseignement ¢ ces domaines sont déclinés dans les programmes dɒenseignement prévus ¢ lɒarticle L.b11-1 et suivants.b} b «b Art.b D.b 122.b b Les acquis des élªves dans cKacun des domaines de formation sont évalués au cours de la scolarité sur la base des connaissances et compétences attendues ¢ la fin des cycles 2,  et , telles quɒelles sont fi[ées par les programmes dɒenseignement. «bDans le domaine de formation intitulé «bles langages pour penser et communiquerb}, cette évaluation distingue quatre composantesb langue fran©aiseb langues étrangªres et, le cas écKéant, langues régionalesb  langages matKématiques, scientifiques et informatiquesb langages des arts et du corps. «bLɒacquisition et la ma°trise de cKacun de ces domaines ne peuvent ¬tre compensées par celles dɒun autre domaine. Les quatre composantes du premier domaine, mentionnées dans lɒalinéa ci-dessus, ne peuvent ¬tre compensées entre elles. «bEn fin de cycle , le dipl¶me national du brevet atteste la ma°trise du socle commun.b} Articleb2 - Lɒanne[e du présent décret remplace lɒanne[e de la sectionb1 du cKapitrebII du titrebII du livre Ier du code de lɒéducation. Articleb3 - Le code de lɒéducation est ainsi modiȴéb 1r ‚ lɒarticle D. 11-11, les termesb «bD. 122-1b} sont remplacés par les termesb «bD. 122-2b}b 2r Dans toutes les dispositions réglementaires en vigueur, les motsb « socle commun de connaissances et compétences } et les motsb « socle commun de connaissances et de compétences } sont remplacés par les motsb « socle commun de connaissances, de compétences et de cultureb}.b Articleb4 - Les dispositions du présent décret sont applicables ¢ :allis-et-)utuna, en Polynésie )ran©aise et en Nouvelle-Calédonie ¢ lɒe[ception, pour ce dernier territoire, des classes de lɒenseignement primaire.b Articleb5 - Le présent décret entre en vigueur ¢ compter de la rentrée scolaire 21. b Articleb  - La ministre de lɒÉducation nationale, de lɒEnseignement supérieur et de la RecKercKe et la ministre des Outre-Mer sont cKargées, cKacune en ce qui la concerne, de lɒe[écution du présent décret, qui sera publié au Journal oɝciel de la République fran©aise.b

171


Profile for TO Groupe

La didactique au CAPES d'anglais, A.-I. Pineda - Editions Ophrys  

Que vous n’ayez jamais reçu de formation universitaire en didactique ou que vous ayez bénéficié d’un enseignement durant votre cursus, vous...

La didactique au CAPES d'anglais, A.-I. Pineda - Editions Ophrys  

Que vous n’ayez jamais reçu de formation universitaire en didactique ou que vous ayez bénéficié d’un enseignement durant votre cursus, vous...

Profile for togroupe
Advertisement