Page 1

enseignement TRADUCTION ET ANALYSE LINGUISTIQUE CAPES D’ANGLAIS

en enseigme s r e u s nco ncour nseign ign o c ent ent coours e s ensenem m e r onc oncou enseig seig eigneignem c s t n en tc en rs ns se our ours eeignemnemenoncou cours seigne oncrs ens enseigment c nt conurs ens ense c t e n e r u s co en em conco ncour nseigneignemt con concou enseig s ent ent coours e s ens nemenment cours urs en g m e r ign ignemt conc oncou enseig eigne nt con conco ensei n e entSimonin se men nt c urs s ens emOlivier urs urs e n o e c e n o m e r n nco nse ne t coDupont urs seign ignem conc ncou nseig eigJocelyn n t o e s n e e ent coours e s c n n e s s e t e m r n s n e nc ncour n em Pickford our ours eeignemneme oncou cours seign iSusan o n c g co s e tc on en nc se ns eig ent t coours e rs ens nemenment ccours urs en gnem ement ncour our co nc on co nc sei ne ou ign eig t co t concrs ens enseigment c nt conurs ens ense ement ent coours e en ncou ours igne neme onco cour seign gnem conc ncou m e n t co onc ense seig ent c con s en nsei ent nt co rs c u e m r n s e nt en em ement ncour ours eeignemneme concou cours seigneignemt concoonco c s e n c ig n t co on en seigment nt conurs ens ense emen ent c ours rs ens neme ment ncour c e e g n u o m e r ign ignemt conc oncou enseig eigne nt con conco ensei nseign ent co t con en cou en em tc urs s e ens me ent rs nse


Remerciements ...........................................................................................................

5

Préface .........................................................................................................................

11

Avant-propos ...............................................................................................................

13

Introduction .................................................................................................................

15

Sujet type 1 ..................................................................................................................

21

Thème : Jean Giono, Le Hussard sur le toit .............................................................

21

Enduring Love ...................................................................... anything et any ..................................................................... Fait linguistique n° 2 : couldn’t ................................................................................. Fait linguistique n° 3 : You know what they are ? (subordonnées interrogatives, relatives en –wh). ...................................................................................................... Version : Ian McEwan,

24

Fait linguistique n° 1 :

28 30 32

Sujet type 2 ..................................................................................................................

35

Thème : Fred Vargas, Debout les morts ..................................................................

35

The Lawless Roads .......................................................... Fait linguistique n° 1 : had been travelling (pluperfect et progressif) ....................... Fait linguistique n° 2 : another three years’ loneliness (génitif en ’s) ......................... Fait linguistique n° 3 : it appeared that he had monkeys (extraposition)..................

38

46

Sujet type 3 ..................................................................................................................

49

Thème : Irène Némirovsky, Suite française .............................................................

49

The Darling ....................................................................... a muscular, barefoot giant of a boy

52

Version : Graham Greene,

Version : Russell Banks, Fait linguistique n° 1 :

42 44

( , ordre des adjectifs) .............................................................................................

of

56

Fait linguistique n° 2 :

as if waking from a nap (as et if) .......................................... Fait linguistique n° 3 : Woodrow was sweating and smelled of anxiety and fear

59

(prétérit simple, prétérit progressif) .........................................................................

61

Sujet type 4 ..................................................................................................................

63

Thème : Claude Michelet, Des Grives aux loups .....................................................

63

The Second Skin ................................................................. Fait linguistique n° 1 : every direction (every)............................................................ Fait linguistique n° 2 : might have been .................................................................... Fait linguistique n° 3 : heaving them off into the flurry (participiale en –ing) .........

66

Version : John Hawkes,

70 72 74

Sujet type 5 ..................................................................................................................

77

Thème : Albert Memmi, La Statue de sel ................................................................

77

Version : Hunter S. Thompson,

The Rum Diary ....................................................... would.....................................................................................

80

Fait linguistique n° 1 :

84

7

S OMMAIRE

SOMMAIRE


TRADUCTION

et analyse LINGUISTIQUE : CAPES d’anglais

few et a few ........................................................................... Fait linguistique n° 3 : We… mumbled off to our beds..............................................

86

Sujet type 6 ..................................................................................................................

91

Thème : Jean-Dominique Bauby, Le Scaphandre et le papillon..............................

91

Version : Patrick McGrath,

Dr Haggard’s Disease..................................................... there ...................................................................................... Fait linguistique n° 2 : formes V-en après be (participes passés,

94

Fait linguistique n° 1 :

98

adjectifs attributs) .....................................................................................................

100

I abandoned the idea (the) ....................................................

103

Sujet type 7 ..................................................................................................................

105

Thème : Gil Courtemanche, Un Dimanche à la piscine à Kigali ..............................

105

The Thing in the Forest” ......................................................... Fait linguistique n° 1 : daylight (nom composé, Ø) ; .............................................. Fait linguistique n° 2 : considerably vaster than the vast terrace (comparaison)....... Fait linguistique n° 3 : needn’t go..............................................................................

108

S OMMAIRE

Fait linguistique n° 2 :

Fait linguistique n° 3 :

Version : A. S. Byatt, “

88

112 114 116

Sujet type 8 ..................................................................................................................

119

Thème : Maryse Condé, La Migration des cœurs ...................................................

119

Version : John Banville,

Birchwood............................................................................ would not open ...................................................................... Fait linguistique n° 2 : see her sitting motionless (complémentation d’un verbe

122

Fait linguistique n° 1 :

126

de perception)...........................................................................................................

128

Fait linguistique n° 3 :

a strange glossy black blossom humming on its struts

(détermination nominale, ordre syntaxique) ...........................................................

131

Sujet type 9 ..................................................................................................................

135

Thème : Paule Constant, White spirit ......................................................................

135

Therapy ................................................................................ Fait linguistique n° 1 : a poker-player’s pallid, impassive face (générique, génitif en ’s ) .............................................................................................................. Fait linguistique n° 2 : giving her a slightly tarty look (participiales en –ing,

138

relatifs « de phrase ») ...............................................................................................

145

Should I be ? (should) ............................................................

147

Version : David Lodge,

Fait linguistique n° 3 :

142

Sujet type 10 ................................................................................................................

149

Thème : Jean-Christophe Rufin, Rouge Brésil .........................................................

149

MissWyoming ............................................................. something to write with (infinitives circonstancielles

153

Version : Douglas Coupland, Fait linguistique n° 1 :

et relatives) ...............................................................................................................

156

Fait linguistique n° 2 :

She’d always felt (pluperfect) ................................................. Fait linguistique n° 3 : keys, wallet, ID, cell phone, photos and mints

158

(Ø, dislocation) ..........................................................................................................

160

8


Sujet type 11 ................................................................................................................

163

Thème : Jacques Chessex, L’Ogre............................................................................

163

Version : Tom Wolfe,

I am Charlotte Simmons .......................................................... the bigger suitcase (comparatif, the) ...................................... Fait linguistique n° 2 : as if she were blushing (be –ing (prétérit modal)................... Fait linguistique n° 3 : the jouncing of the dollies (nominalisations en –ing ) ..........

166

Fait linguistique n° 1 :

170 172 174

Sujet type 12 ................................................................................................................

177

Thème : Jean Echenoz, Au Piano .............................................................................

177

Version : John Banville,

The Untouchable................................................................. I did fear these things (do) .................................................... Fait linguistique n° 2 : It is a good thing I was trapped on train (extraposition) ...... Fait linguistique n° 3 : in this world if not the next (this) .........................................

180

Fait linguistique n° 1 :

184

Sujet type 13 ................................................................................................................

186 189 191

Thème : Ringuet, Trente arpents..............................................................................

191

Money ................................................................................... Fait linguistique n° 1 : Just the one (one, the)............................................................ Fait linguistique n° 2 : I sat drinking (verbe de position et forme simple) ............. Fait linguistique n° 3 : I’ve got to stop being young ...................................................

195

Glossaire.......................................................................................................................

205

Index .............................................................................................................................

213

Bibliographie sélective................................................................................................

219

Version : Martin Amis,

9

198 200 202

S OMMAIRE

Sommaire


Cette partie comporte des recommandations afin de se préparer à l’épreuve de manière optimale, ainsi que des conseils de méthode à suivre le jour du concours. Nous abordons d’abord la traduction, avant de nous concentrer sur l’analyse linguistique (liée à des considérations d’ordre contrastif), et nous préciserons chemin faisant certains choix de présentation qui ont été faits pour le présent ouvrage.

I. Traduction La préparation aux épreuves de traduction est un travail de longue haleine dont les bases doivent être jetées bien avant la période de préparation proprement dite. Une grande maîtrise du vocabulaire dans les deux langues est une condition nécessaire (mais non suffisante) pour réussir cette épreuve ; chaque lecture, chaque film vu en VO offre l’occasion d’étendre ses compétences dans ce domaine. Il est primordial de se sentir à l’aise dans des domaines et des registres très différents : il peut être utile de consulter les recueils de lexique, mais l’apprentissage du vocabulaire doit se pratiquer au quotidien, en puisant dans une grande variété de sources afin de s’exposer à un maximum de styles, de registres et de domaines lexicaux. S’il est évidemment nécessaire de maîtriser le lexique et la syntaxe et de savoir manier les procédés de traduction, il peut également être utile au candidat de maîtriser quelques notions de narratologie qui lui permettront d’identifier, par exemple, des passages en style indirect libre et donc de reproduire cet effet dans sa traduction. Il convient également que le candidat se prépare à l’éventualité de lacunes de vocabulaire. Une réaction de panique face au « trou de vocabulaire » risque de déstabiliser le candidat. Or, sachant que l’omission pure et simple d’un syntagme est plus fortement pénalisée que toute tentative de traduction, si fautive fût-elle, il peut être utile de développer des stratégies de contournement. Il est pardonnable de la part d’un candidat de ne pas connaître l’équivalent anglais du « néflier du Japon » (thème n° 12 : texte d’Echenoz) ; il est en revanche moins pardonnable de ne pas maîtriser les techniques de traduction qui permettront au candidat de proposer un syntagme alternatif en passant par un synonyme, un hyperonyme ou une traduction explicative, l’essentiel étant de s’assurer que le choix reste cohérent dans le cadre diégétique du texte (pas de baobabs si le texte se passe à Paris, par exemple). À noter que si le calque reste le plus souvent une stratégie hasardeuse, cette technique aura plus de chances de fonctionner dans le cas de mots (ou de suffixes) ayant une racine grecque ou latine. On est en terrain relativement sûr en osant

splenectomy pour splénectomie. Les textes choisis Les textes de thème, d’une longueur allant de 210 à 250 mots environ, sont classés par ordre de difficulté. Les extraits ont été choisis dans la perspective d’exposer

15

INTROD U C TION

INTRODUCTION


TRADUCTION

et analyse LINGUISTIQUE : CAPES d’anglais

INTROD U C TION

le candidat à un large éventail de types d’écrits correspondant à ceux proposés lors des épreuves de traduction. Les textes couvrent une période chronologique assez large, allant des années 1930 à nos jours. Plusieurs auteurs sont issus de la francophonie (Canada, Suisse, Maghreb, Antilles) ; leurs textes font parfois état de variantes linguistiques par rapport au français métropolitain. Ces variantes doivent rappeler à l’apprenti traducteur que le travail de traduction porte aussi sur la capacité à saisir les nuances de sa propre langue. Les extraits choisis représentent également une diversité importante de styles, allant d’un discours relativement relâché relevant de l’oralité transcrite à l’écrit (Fred Vargas) à une structure syntaxique complexe faisant état d’un registre soutenu (Ringuet). La majorité des textes sont issus de romans, mais nous avons également choisi un extrait à caractère autobiographique. Dans tous les cas, le candidat doit commencer par cerner la nature du texte et de sa diégèse, qui aura un impact déterminant sur les choix de traduction, notamment au niveau du lexique. À noter que les traductions proposées en thème sont en anglais britannique. Le candidat peut parfaitement préférer privilégier l’anglais américain (le choix d’une autre variante, telle que l’anglais australien, indien…, paraît pour l’instant plus hasardeux), à condition de maintenir ce choix de manière cohérente tout au long du texte, y compris au niveau des divergences paralinguistiques (ponctuation des dialogues…). Les textes de version retenus sont de longueur comparable à ceux qui composent la sélection de thème, dans un souci de respect du format de la nouvelle épreuve de traduction du CAPES. Trois objectifs majeurs ont présidé au choix des extraits : tout d’abord la recherche d’un équilibre entre anglais britannique et américain, deuxièmement une langue moderne couvrant une variété de registres (de l’anglais précis et savoureux de Graham Greene au bruit et à la fureur de Martin Amis), troisièmement, une diversité de niveaux de langue à travers un mélange de langue littéraire soutenue et de spontanéité orale, avec une place certaine accordée aux dialogues. Cette sélection met en avant certains prosateurs contemporains, tels John Banville, Douglas Coupland, Hunter S. Thompson ou Patrick McGrath, qui trouvent ici leur place à côté des nouveaux « classiques » que sont devenus A. S. Byatt, Ian McEwan ou David Lodge, également à l’honneur dans ces pages. Pour le thème comme pour la version il arrive que plusieurs solutions soient proposées, lorsque toutes semblent acceptables.

II. Analyse linguistique et choix de traduction La tradition anciennement établie au CAPES pour les faits de langue à l’oral était de donner, autant que possible, un fait se rapportant à chacun des trois grands domaines : le groupe nominal, le groupe verbal, la syntaxe. Celle-ci semble devoir perdurer en venant s’appliquer à la nouvelle épreuve de « traduction et explication des choix de tra-

16


Introduction

linguistiques », plutôt que « faits de langue », tout simplement afin de faire pendant au titre « analyse linguistique ». De même, dans la pratique d’analyse de faits linguistiques, il est courant de proposer des points doubles, (indiqués dans le texte par de petits numéros) c’est-à-dire d’attirer l’attention du candidat sur deux segments soulignés qu’il convient alors de traiter en regard l’un de l’autre, souvent de façon oppositive. Par exemple, pour le premier texte de version (McEwan,

Enduring Love), le même mot, anything, est souligné à deux endroits

différents. Il convient de s’interroger sur le fait que la même forme puisse véhiculer deux sens différents, que l’on peut respectivement rendre en français par « quoi que ce soit » et « (tout et) n’importe quoi ». Un même marqueur traduit de deux façons distinctes met en évidence un problème linguistique intéressant. De manière semblable, un prétérit simple et un prétérit progressif traduits tous deux par un imparfait invitent à s’interroger sur la valeur de ces temps, de l’aspect progressif et de l’aspect global (/simple). Le nouveau format du concours, qui privilégie l’approche contrastive, paraît propice au développement des points doubles. Pour chaque segment souligné il est recommandé de commencer par une analyse linguistique serrée, suivant la méthodologie d’analyse des faits de langue de l’ancien CAPES (précisée dans les ouvrages destinés à préparer à cette ancienne épreuve orale), avant de finir sur une justification de son choix de traduction, à laquelle viennent naturellement s’ajouter des remarques d’ordre contrastif, en fonction du segment souligné. Chacun des segments doit être traité suivant quatre grandes étapes (les trois premières correspondent à l’analyse grammaticale) : 1. Description : il s’agit de décrire le segment souligné d’un point de vue syntaxique. Quelle est sa nature (ou catégorie linguistique) ? Quelle est sa fonction ? S’agit-il d’un fragment de constituant (de groupe verbal, par exemple) ? En outre, il convient également de préciser le rôle de ses constituants dans la mesure où cela est pertinent : inutile de dire, pour un fait de syntaxe, ce qu’est chacun des mots d’une longue proposition – on

that he bred turkeys est une proposition dans It appeared that he bred turkeys, par exemple (version 2, fait n° 3). Parfois, l’interprétation de la fonc-

pourra se contenter de dire que

tion d’un segment souligné fait partie de l’analyse ; elle ne doit alors pas être donnée au moment de la description (on parle ainsi souvent de subordonnées introduites par ou par un pronom en

that

wh–, pour éviter de poser d’emblée que ce sont des complétives,

des relatives ou autre). En revanche, il est nécessaire d’indiquer si un nom (ou un nom propre) est dénombrable ou indénombrable, et si un adjectif est attribut ou épithète. Enfin, il faut clore sa description en précisant le contexte linguistique où apparaît le segment souligné : si l’on a un verbe ou un groupe verbal, quel est son sujet, quels sont ses compléments ? Si l’on a un groupe prépositionnel ou une proposition subordonnée,

17

INTROD U C TION

duction ». Nous l’avons respectée dans la sélection de ce que nous avons nommé « faits


TRADUCTION

et analyse LINGUISTIQUE : CAPES d’anglais

INTROD U C TION

à quels éléments ceux-ci se rapportent-ils ? Notons au passage une convention que nous adoptons dans cet ouvrage : nous utilisons le terme groupe verbal (GV) non pour désigner un prédicat, qui inclut le verbe et ses compléments, comme il est d’usage dans l’analyse en constituants immédiats, mais pour dénoter l’ensemble des verbes, comprenant les auxiliaires en plus du verbe lexical, c’est-à-dire le prédicat moins les compléments du verbe (dans

I’ve done it, le syntagme ’ve done it est le prédicat, et ’ve done le GV).

2. Problématique : chaque segment souligné pose un problème particulier, que le candidat se doit d’identifier. Pour

It appeared that he bred turkeys, que nous venons d’évo-

quer, le verbe inaccusatif induit l’extraposition d’une proposition qui se conçoit comme Sujet logique. Plutôt que de se poser la question de l’analyse de l’extraposition, qui contient déjà la réponse dans sa formulation, il est plus productif de s’intéresser à la construction de cet énoncé, ce qui conduit logiquement à se poser aussi la question de la fonction de l’extraposition. Dégager la problématique liée à un segment souligné mobilise à la fois la faculté de raisonnement et l’expérience acquise par la fréquentation des ouvrages de linguistique et des recueils de faits de langue. Parfois, la problématique est double (voire triple), comme lorsque les points qui méritent élucidation paraissent liés l’un à l’autre. Pour une forme comme

couldn’t (version 1, fait n° 2), la problématique

pourra être la valeur du modal, du prétérit, et la portée de la négation, tous ces points étant interdépendants dans la construction du sens. 3. Analyse : c’est le cœur même de l’exercice. Les deux parties qui précèdent, bien plus courtes, servent simplement à l’amener de façon naturelle et appropriée. Le cheminement analytique est souvent dicté par la problématique choisie et il n’existe pas de règles fixes, si ce n’est que sont préconisés l’articulation des observations à des concepts théoriques et le recours à des manipulations ou gloses afin de faire affleurer les valeurs et de justifier ce que l’on avance. On ne se refusera pas de proposer des énoncés qui sont peu, ou pas du tout, acceptables (respectivement indiqués un point d’interrogation ou d’exclamation, et par un astérisque : *). Ceux-ci peuvent être tout aussi utiles que des énoncés manipulés d’une acceptabilité sans reproche. Les candidats ne pouvant vérifier leurs jugements d’acceptabilité, une grande prudence leur est recommandée, quitte à employer des précautions rhétoriques au besoin. Les outils théoriques doivent être utilisés avec discrimination : plutôt que de mentionner des mots relevant du jargon (car non compris), il est demandé aux candidats de montrer leur maîtrise des notions et des concepts qu’ils invoquent. Mieux vaut une explication claire sans mention d’un concept que l’inverse. Pour étayer l’analyse, relever les indices contextuels qui autorisent à trancher en faveur d’une valeur plutôt que d’une autre (le sens d’un modal peut se déduire en fonction du contexte) est aussi important que d’utiliser des gloses à bon escient, afin de contraster de manière éclairante la forme donnée avec une autre, ou bien de démontrer la justesse d’une interprétation. 4. Choix de traduction : la justification de ce choix dépasse le cadre du fait de langue et de l’analyse grammaticale. Il fait souvent appel à des connaissances en linguistique

18


Introduction

souhaitées dans les années à venir). On pourra mentionner dans cette partie les autres choix possibles, et indiquer pourquoi l’un ou l’autre emporte finalement notre suffrage. Cette étape vient couronner les précédentes, les prolongeant – à moins que l’on décide d’intégrer la traduction choisie à l’analyse parce qu’elle contribue à la faire avancer. Pour la clarté de la présentation, nous avons toujours séparé cette étape et l’analyse grammaticale en soi. Pour des raisons pédagogiques, nous nous attardons fréquemment sur les différents choix de traduction envisageables et nous tendons à l’hypertrophie pour certains points de l’analyse en tentant d’être le plus explicite et didactique possible. Mis à part cela, le candidat pourra suivre le modèle que nous lui donnons au fil des corrigés des Sujets types.

+ En outre, les passages signalés par le logo suivantt

+

+

proposent des analyses plus

fines, sur lesquels le lecteur soucieux de se concentrer sur les points les plus importants pourra glisser rapidement lors d’une première lecture. Il s’agit de ceux qui seraient susceptibles d’une bonification au concours. L’analyse linguistique relève de la logique et de la technique, aussi est-il utile de s’y entraîner assidûment. La plupart des candidats présentent des lacunes en syntaxe, alors que c’est une discipline que l’on peut dominer au prix de peu d’efforts. L’analyse en constituants immédiats est trop souvent méconnue, alors que son abord n’est pas difficile. De même, il est bon que le candidat connaisse les procédés de traduction fondamentaux que sont la transposition (dont le chassé-croisé), la modulation et l’étoffement, afin de pouvoir décrire et justifier ses choix de traduction avec précision. Le candidat pourra profiter de la consultation de divers manuels et ouvrages spécialisés dans les domaines de la linguistique et de la traduction. Une bibliographie indicative est fournie en fin d’ouvrage.

19

INTROD U C TION

contrastive, voire en traductologie (des connaissances en ce domaine pourraient être


Le Hussard sur le toit

THÈME n ° 1

SUJET TYPE 1

THÈME Présentation de l’extrait : Cet extrait du célèbre roman de Jean Giono met en scène le personnage principal, Angelo, qui est témoin des préparatifs d’une cérémonie religieuse que l’on devine être un enterrement. Bien qu’il s’agisse d’une narration omnisciente à la troisième personne, nous voyons l’action en quelque sorte à travers le regard d’Angelo, qui doit se trouver sur les hauteurs, lui offrant une perspective des collines ainsi qu’une vue plongeante sur les rues en contrebas, où les habitants font l’objet d’une comparaison filée : les femmes sont des fourmis, les prêtres des scarabées dans leurs carapaces dorées.

Bien longtemps avant que le soleil se lève, une petite cloche se mit à sonner dans les

1

collines. Il y avait de ce côté-là, sur une éminence couronnée de pins, un ermitage

2

semblable à un osselet. La lumière encore relativement limpide permettait de voir

3

un chemin qui y montait en serpentant à travers une forêt d’amandiers gris. Le petit

4

vitrail commença à transmettre par le tremblement de ses verres dans leurs cercles de

5

plomb une sorte d’agitation qui bougeait dans les profondeurs de l’église. Les grandes

6

portes sur lesquelles on avait vainement frappé la veille s’ouvrirent. Angelo vit s’aligner

7

sur la place des enfants vêtus de blanc et qui portaient des bannières. Les portes

8

des maisons commencèrent à souffler quelques femmes noires comme des fourmis.

9

D’autres venaient par les rues qu’il voyait en enfilade. Au bout d’un moment, en tout

— 10

et pour tout, ils devaient être une cinquantaine, y compris trois prêtres recouverts de

— 11

carapaces dorées qui attendaient. La procession se mit en marche en silence. La cloche

— 12

sonna longtemps des coups espacés. Enfin, les bannières blanches apparurent sous

— 13

les amandiers gris, puis les carapaces qui, malgré l’éloignement, restèrent dorées, puis

— 14

les fourmis noires. Mais, pendant que tous ces petits insectes gravissaient lentement le

— 15

tertre, le soleil se leva d’un bond.

— 16

Jean Giono, Le Hussard sur le toit © Éditions Gallimard, 1951

21

— 17


THÈME n° 1 : TR A DUCTI O N

TRADUCTION

et analyse LINGUISTIQUE : CAPES d’anglais

TRADUCTION du texte de Jean Giono, Le Hussard sur le toit A small/little bell1 began to ring in the hills well/long before sunrise/dawn/ daybreak/first light/the sun rose. On that side/in that direction2 was a hermitage, which lay on a pine-crowned knoll like a small bone/knucklebone/piece from a game of jacks3. The light was still relatively clear4, revealing/offering5 a view of a path/track snaking/winding up6 [to it7] through a forest of grey almond trees. Some sort of stir/disturbance/commotion [taking place/going on] in the depths of the church set the panes8 in the round lead frames/lead circles of the small stained-glass windows9 trembling. The large doors, on which they

1

2

3

4

5

6 7

8

9

Nous avons choisi de rétablir l’ordre canonique de la phrase, plus respecté en anglais qu’en français, en déplaçant le complément circonstanciel de temps en fin de phrase. Thématisation de la direction pour renforcer le lien de localisation entre le son de la cloche évoqué dans la première phrase et l’ermitage qui en est l’origine. Osselet étant polysémique, nous proposons des traductions correspondant à chacun des sens possibles. Si l’on comprend osselet dans le sens du jeu, il convient d’éviter une traduction simple par jack, élément du jeu jacks, car ce mot est à son tour trop polysémique (cric de voiture, valet dans un jeu de cartes, cochonnet dans un jeu de boules, jack électronique…) pour permettre une compréhension aisée de la comparaison. C’est pourquoi nous privilégions une traduction exégétique, qui traduit non pas le mot, mais sa définition. Limpid ne s’emploie guère en collocation avec air. Il qualifie plus facilement l’eau, et a également une large acception métaphorique (a limpid style). Affording a view of ne serait pas une solution acceptable, car elle décrirait une situation permanente (a terrace affording a view of the ocean) ; or, la situation décrite est sujette à l’évolution de la lumière. Cas typique de chassé-croisé pour traduire un verbe de mouvement suivi d’un complément de manière. L’antécédent de ce it étant éventuellement ouvert à l’ambiguïté (it = the light ?), nous envisagerions soit simplement d’omettre la localisation, soit de répéter le référent (winding up to the hermitage), voire de le modifier en winding up the knoll. Nous pratiquons ici un glissement métonymique du matériau glass vers l’objet pane afin d’éviter la répétition de glass, nécessairement présent dans stained-glass window. Nous apportons trois modifications significatives à la structure de la phrase. Tout d’abord, nous plaçons le GN ayant fonction de COD en position de sujet. Ensuite, nous regroupons en un long GN le sujet français (le petit vitrail) et un élément du GN en complément de manière (ses verres dans leurs cercles de plomb, en instaurant une relation de possession entre les deux) en position de COD, ce qui permet d’éviter le problème du placement du complément de manière par le tremblement… en anglais, sachant qu’il ne pouvait pas garder sa place entre le verbe transmettre et le COD français une sorte d’agitation. Finalement, nous pratiquons une transposition pour traduire le tremblement, qui devient un verbe, l’aspect inchoatif étant marqué par la structure set sth + v-ing.

22


had pounded/banged/thumped in vain the day before, swung open10. Angelo saw some children, dressed in white and carrying banners, lining11 up in a row on the square.The doors of the houses began to open, pouring out12 a few13 women dressed in black14, who looked15 like ants. Others were arriving along the row of streets that he could see. After a while, there must have been about fifty people all told/in all/altogether waiting for them, including three priests, covered with gilded carapaces. The procession moved off in silence/without a sound. The bell kept tolling for a long while16, with a long gap between each knell. Eventually/ at length, the white banners appeared/could be seen beneath the grey almonds, followed by the carapaces – still golden17, despite the distance – then the black ants. But as all these tiny insects were slowly climbing/ascending the hill/knoll, the sun suddenly leapt up [into the sky]/rose in a single bound.

10 Il s’agit d’une structure résultative : verbe d’action + adjectif (qui indique un résultat : à la fin de l’action, les

portes sont ouvertes).

ing : focalisation sur l’action dans sa globalité (BV) ou dans son déroulement (v-ing). Comme le regard d’Angelo se déplace des enfants vers les rues et les femmes, créant un effet de travelling cinématographique, nous pensons qu’il ne regarde qu’une partie du processus et que l’on peut souligner ce fait : nous préférons donc recourir à une forme en -ing. Si l’image est assez insolite en français, sa traduction littérale, *houses puffed out women, paraît difficilement acceptable en anglais. Or, une traduction comme Women poured out of the doors… représenterait un lissage stylistique au point d’être une sous-traduction. Nous proposons de maintenir l’effet stylistique en choisissant une formulation insolite prenant poured comme verbe transitif et attribuant un rôle d’objet non agentif à women. Ce rôle est facilité par la comparaison avec les fourmis, qui sert dans une certaine mesure à déshumaniser les femmes. Quoi qu’il en soit, blow out est irrecevable car renvoyant au sens souffler [une bougie]. Le texte suggère, quelques lignes plus bas, qu’elles sont encore peu nombreuses. Cette lecture est imposée par une connaissance extra-linguistique de l’univers de l’auteur et du texte. En effet, il est très peu probable que Giono, chantre de la Provence, songe ici à des femmes d’origine africaine. Étoffement nécessaire pour éviter le sens habillées en noir comme le seraient des fourmis. Toll, verbe à forte connotation funèbre, s’impose dans ce contexte. L’étoffement par la structure kept + v-ing permet de signifier son itération – la répétition des coups de cloche. Pour traduire ces coups de cloche, chime, clang, ring ou stroke auraient pu convenir, mais nous choisissons knell, mot qui évoque de nouveau un contexte funéraire. Peal est exclu, car il renvoie à plusieurs cloches qui carillonnent ensemble, et a par ailleurs des connotations plutôt joyeuses. Gold = en or, golden = qui a l’apparence de l’or, gilded = recouvert d’or.

11 Verbe de perception suivi de la BV ou de la forme en -

12

13 14

15 16

17

23

THÈME n° 1 : TR A DUCTI O N

Le Hussard sur le toit

SUJET TYPE 1


TRADUCTION

et analyse LINGUISTIQUE : CAPES d’anglais

V ERS ION n° 1

VERSION Présentation de l’extrait : Ce texte du célèbre écrivain britannique Ian McEwan, tiré de son roman Enduring Love (1997), présente une variation quelque peu incongrue sur le thème de l’interrogatoire de police. La tension qui s’instaure entre les deux personnages donne lieu à un échange crispé dans lequel le narrateur fait montre d’une ironie savamment contrôlée. La langue est calibrée, précise, et d’une grande idiomaticité. Le traducteur doit naviguer entre la spontanéité des dialogues et la subtilité des passages narratifs.

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10 — 11 — 12 — 13 — 14 — 15 — 16 — 17 — 18 — 19 — 20 — 21 — 22 —

‘Which of the men was taller?’ ‘The one with the gun.’ ‘Was he thinner?’ ‘I’d say they were both of medium build.’ ‘Can you remember anything1 about their hands?’ I couldn’t2, but I went through the motions, frowning, turning my head, closing my eyes. Neuroscientists report that subjects asked to recall a scene while under a magnetic resonance imaging scanner show intense activity in the visual cortex, but what a sorry picture memory offers, barely a shadow, barely in the realm of sight, the echo of a whisper.You can’t examine it for fresh information. It folds under scrutiny. I saw the sleeves of long black coats, as dim as blurred daguerreotypes and at the end of the sleeves, nothing. Or rather, anything1. Hands, gloves, paws, hooves. I said, ‘I don’t remember a thing about their hands.’ ‘Just keep trying for me. Was there a ring for example?’ [… ] I said, ‘I can’t remember.’ Then I added, ‘I think I’ll leave,’ and I stood up. Wallace stood up too. ‘I’d like you to stay and help us.’ ‘I’d like you to help me.’ He came round the desk. ‘Parry isn’t behind this, believe me. Although I’m not saying you don’t need help.’ As he spoke he was fishing in his jacket pocket. He pulled out a silver blister pack of pills and waved it right in front of my face. ‘You know what they are3? Me, I take two before breakfast. Forty milligrams. A double dose, Mr Rose.’ 24


Enduring Love

As I hurried away down the corridor I felt again that shrinking, isolated feeling. Perhaps it was self-pity after all: a maniac was trying to kill me and all the law could suggest was Prozac.

— 23 — 24 — 25 — 26

Ian McEwan, Enduring Love © Random House, 1998

25

— 27

V ERS ION n° 1

SUJET TYPE 1


VERSION n° 1 : TR A DUCTI O N

TRADUCTION

et analyse LINGUISTIQUE : CAPES d’anglais

TRADUCTION du texte de Ian McEwan, Enduring Love

– Lequel des deux hommes était le plus grand ? – Celui qui tenait le pistolet/qui était armé. – Était-il plus maigre que l’autre1 ? – Je dirais qu’ils étaient tous deux de taille/carrure moyenne. – Vous rappelez-vous quoi que ce soit à propos de leurs mains ? Je n’y arrivais pas/Rien ne venait, mais je fis semblant d’essayer : je fronçai les sourcils, tournai la tête, fermai les yeux. Les experts en neurosciences/neurologues ont observé que les sujets auxquels on demande de se remémorer/rappeler un événement alors qu’ils passent un scanner à résonance magnétique/IRM2 manifestent une activité intense au niveau du cortex optique, mais quelle piètre3 image (que celle que) nous offre la mémoire, à peine une ombre, aux confins du domaine de la vision, l’écho d’un murmure. Impossible de la sonder pour y puiser des données nouvelles4. Elle se dérobe à l’examen. Je voyais les manches de longs manteaux noirs, aussi indistinctes qu’un daguerréotype flou, et au bout des manches, rien. Ou plutôt, (tout et) n’importe quoi. Des mains, des gants, des pattes, des sabots.

1

2

3 4

Là où le texte original propose une forme en apparence comparative bigger/thinner, il faut bien prendre soin de traduire par un superlatif. Deux termes sont opposés, et l’anglais a recours au comparatif dans ce cas, mais pas le français, pour lequel un étoffement s’impose. Un bel exemple de nom composé, que le français peut simplement traduire par un acronyme parfaitement lexicalisé (MRI, l’abréviation de magnetic resonance imaging, se trouve également en anglais). Emploi peu courant de l’adjectif sorry, synonyme ici de poor, indiquant une qualité médiocre. Information est toujours au singulier en anglais, étant indénombrable. La traduction ici proposée est astucieuse, puisqu’elle introduit le lexème « nouvelles », mais en tant qu’adjectif pour traduire fresh dans l’original.

26


Enduring Love

SUJET TYPE 1

– Encore un effort, je vous prie. L’un d’eux portait-il une bague, par exemple ? – Je ne m’en souviens pas, dis-je. Je pense que je vais y aller, ajoutai-je en me levant. Wallace se leva également. – J’aimerais que vous restiez pour nous aider. – J’aimerais que vous, vous5 m’aidiez. Il fit le tour du bureau. – Parry n’a rien à voir avec ça, croyez-moi. Mais je ne suis pas en train de dire que vous n’avez pas besoin d’aide. Tandis qu’il parlait, il cherchait quelque chose au fond (de la poche) de sa veste. Il en retira une plaquette argentée de pilules qu’il brandit/agita juste sous mon nez. – Vous savez ce que c’est ? Moi, j’en prends deux avant le petit déjeuner. Quarante milligrammes. Une double dose, M. Rose. Alors que je descendais le couloir en toute hâte pour regagner la sortie6, je fus à nouveau assailli par ce sentiment d’oppression et de solitude. Après tout, peut-être que je m’apitoyais sur mon propre sort : un psychopathe7 était à mes trousses et tout ce que la loi/police avait à proposer, c’était du Prozac.

5

6

7

L’emphase de l’anglais, qui serait tout à fait perceptible à l’oral, doit être rendue par une répétition du pronom dans une tournure qui doit être la plus idiomatique possible (il s’agit de la traduction d’un dialogue). Traduction précise d’une tournure verbale dynamique, où chaque terme doit être rendu par transposition. Notons ici que l’emploi de down n’indique pas de mouvement vertical descendant. C’est un usage courant, que l’on retrouve en français lorsque l’on dit que l’on « descend les Champs-Élysées ». Maniac est un faux-ami indiquant la folie en anglais, qu’il convient ici, pour une question de registre, de traduire par psychopathe, plus parlant et plus contemporain. Jusqu’au début du XXe siècle, on pouvait employer le terme maniaque pour caractériser une grande partie des troubles mentaux chez l’homme.

27

VERSION n° 1 : TR A DUCTI O N

– Non, aucun souvenir de leurs mains, déclarai-je.


FAIT LINGU IS TIQU E n ° 1

TRADUCTION

et analyse LINGUISTIQUE : CAPES d’anglais

FAIT LINGUISTIQUE n° 1 Can you remember anything about their hands? l.11 I saw the sleeves of long black coats… and at the end of the sleeves, nothing. Or rather, anything. l.5

Description

anything est employé dans une question au discours direct, puis dans une phrase nominale. Dans le premier cas, anything est objet de remember ; dans le second, il se comprend comme objet coordonné (grâce à or) à nothing, dépendant du verbe saw. Le pronom (pro-forme)

Problématique Composition du mot

anything ; valeur du marqueur any en contexte.

Analyse

anything est composé du marqueur any et du morphème lexical thing. Il foncCan you remember any detail(s)… et Or rather, any kind(s) of thing(s). Les deux segments substitués à anything correspondent à des GN. C’est un rôle de pronom ou de pro-GN que anything remplit, car il remplace, il s’emploie comme (pro = « pour ») un GN. 2. Thing désigne un référent non animé de manière extrêmement abstraite, si bien que 1. Le mot

tionne comme un GN. On aurait pu dire

toute entité non animée peut se couler sous ce signe. Il permet de rester dans un espace de qualification très général, où la détermination sémantique est minimale.

thing se retrouve, en outre, dans la série des pronoms indéfinis (pour les anything fait partie : something, nothing, everything. On notera que any detail(s), glosant le premier anything, restreint la référence en proposant une

L’élément

entités inanimées) dont interprétation.

3.

Any indique une opération de parcours où les choix possibles sont envisagés sous le mode de l’indifférenciation ; il traduit un nivellement entre eux. Any signifie un choix, sans exclure la possibilité d’autres choix : « un choix ou un autre » (ce qui motive

s

certainement l’absence systématique de marque - pour

anything). Le locuteur peut

considérer une quantité donnée aussi bien qu’une autre (emploi quantitatif : ici, le nombre de détails dont le narrateur se souvient), mais également un référent tout autant qu’un autre (emploi qualitatif : l’identité du souvenir n’a pas d’importance). 4.

Any est susceptible de recevoir une interprétation quantitative dans le premier cas seulement, même si anything ne peut pas porter de marque du pluriel (contrairement 28


A NALYSE LINGUISTIQU E

SUJET TYPE 1

details dans any [number of] details). Peu importe le nombre de choses qui reviennent à la mémoire, l’essentiel est qu’il y en ait au moins une. Any quantitatif suggère ainsi une quantité minimale, il produit un effet minorant. 5. En outre, à

any quantitatif ne dit même pas qu’une quantité existe. Contrairement

some, il ne présuppose pas l’existence d’un référent. D’où son affinité souvent

remarquée avec les questions, qui restent dans le domaine de l’hypothétique, de la conjecture. Si la question avait été

Can you remember something about their hands ?,

la question aurait été orientée. Le policier se serait attendu à ce que l’allocutaire se souvienne de quelque chose se rapportant à l’aspect des mains. 6. La première occurrence de

anything peut aussi recevoir une interprétation qualita-

tive, comme nous l’avons suggéré : un souvenir/détail ou un autre. Les valeurs quantitative et qualitative se superposent alors. La deuxième occurrence de

anything est

purement qualitative. Le référent est qualitativement indéterminé du fait du flou de l’image mentale. Il pourrait être de bien des natures, dont certaines sont explici-

hands, gloves, paws, hooves). Le narrateur se place dans le

tement passées en revue (

monde de la mémoire reconstruite, qui lui permet d’envisager une référence d’un point de vue virtuel, et par là-même une multitude de possibilités (s’opposant au

nothing de la fin de la phrase qui précède). À telle enseigne que everything aurait presque pu remplacer anything, impliquant un parcours de l’intégralité des référents envisageables mais sans souligner le caractère virtuel de la référence, ni l’interchangeabilité de ces référents. Cela fait que la substitution n’aurait pas été heureuse, ni

+

+

+

même acceptable.

anything constitue un seul mot, contrairement à any details ou any ideas, par exemple. Le marqueur any renvoie au virtuel tandis que thing désigne un inanimé de la manière la plus générale qui soit. L’abstraction et l’indétermination de la référence qu’impliquent any et thing en font

7. Pour conclure, nous proposons d’expliquer pourquoi 7

des morphèmes complémentaires qui ont pu se combiner en un seul mot.

Choix de traduction Pour la première occurrence de

anything, la locution quoi que ce soit traduit bien le

chevauchement de la valeur qualitative et de la valeur quantitative, avec un effet minorant. Il est bien question d’une quantité minimale, envisagée sous l’angle du virtuel, qui ne laisse rien présager de la nature du référent. Il est d’ailleurs possible que le narrateur n’ait rien vu. Pour la seconde occurrence, (tout et) n’importe quoi insiste sur le très large éventail de possibilités qui s’ouvre quant à la nature (qualitative) de la référence.

29

FAIT L INGU IS TIQU E n ° 1

à


FAIT LINGU IS TIQU E n ° 2

TRADUCTION

et analyse LINGUISTIQUE : CAPES d’anglais

FAIT LINGUISTIQUE n° 2 l.6

I couldn’t.

Description

can conjugué au prétérit, à la forme négative (contractée), dont le sujet est I,

Auxiliaire

sans complémentation apparente.

Problématique Valeur de l’auxiliaire, du prétérit, et portée de la négation.

Analyse 1.

Can est un auxiliaire modal. Combiné au marqueur de la négation not (présent sous la forme contractée n’t), il signifie ici l’impossibilité de se souvenir d’un détail. Could reprend donc de manière implicite le contenu notionnel de la partie non conjuguée du prédicat de la phrase précédente :

remember anything about their hands.

2. Cette impossibilité vaut pour le moment-repère correspondant à la progression de l’intrigue : le moment de la narration. Ce moment de référence situé sur le fil de la trame narrative est antérieur au moment d’énonciation (T0), lui-même défini par l’acte de narrer. Le prétérit de

can renvoie au révolu, il a une valeur temporelle (il indique

un décrochage/décalage temporel). 3. Bien que le verbe modal porte la marque de la négation, il arrive que ce soit le pro-

You must not leave, la négation ne se must ; il ne s’agit pas de non-obligation, mais d’obligation de ne pas partir, qui aurait pu être signifiée par You must stay. Voici deux

cès concerné par la modalité qui soit nié. Dans rapporte pas à l’obligation véhiculée par

gloses permettant de déterminer sur quel constituant porte la négation : A/ sur le modal : Il ne m’était pas possible de me souvenir de quelque chose. B/ sur le procès : Il m’était possible de ne pas me souvenir de quelque chose. Seule la glose (A) rend compte du sens de l’énoncé. Exprimer celui développé en (B) aurait impliqué un emploi marqué, avec une forme pleine, non contracté pour

not, qui

aurait reçu un accent de phrase. La négation porte donc sur le modal. 4. L’emploi du modal est-il radical ou épistémique ? La modalité radicale a trait aux conditions de l’action, et le plus souvent à ce qui permet à un sujet d’accomplir un acte (ou ce qui l’en empêche). Ici, la capacité du sujet à se rappeler un détail est niée. Ce que sa mémoire a enregistré ne le lui permet pas. La modalité épistémique a trait au calcul des probabilités de l’accomplissement d’un procès donné, effectué par

30


A NALYSE LINGUISTIQU E

SUJET TYPE 1

Sue must be home now, le locuteur estime très haute la probabilité

que Sue soit à la maison. On le voit, la modalité épistémique concerne un procès dans

Sue is home), tandis que la modalité radicale invite à se concentrer sur un (ou plusieurs) éléments impliqués dans le procès, comme le sujet de l’énoncé (I). son intégralité (

Cette différence explique le comportement différent des deux types de modalité avec les gloses suivantes :

For X to : It is not possible for me to remember anything. That : It is certain that Sue is home. Avec une modalité radicale, il est (normalement) possible de mettre en relief le sujet à l’aide d’une construction en une complétive en

for X to. Pour la modalité épistémique, il faut recourir à

that, qui présente le procès de manière homogène. Cette solution *It is not possible that I remember any-

n’est pas compatible avec une lecture radicale (

thing). C’est là un test classique pour distinguer les deux grandes familles modales. 5. L’impossibilité s’applique à une tentative spécifique, contrairement, par exemple, à

can’t (l.10) dans un contexte générique : il n’est jamais possible de sonder sa mémoire pour obtenir des informations nouvelles. Le couldn’t de l’énoncé fait écho au can de la ligne précédente. On déduit de l’impossibilité évoquée que l’acte ne s’est l’emploi de

pas accompli. Bien qu’il s’agisse d’une tentative spécifique, on privilégie ce qui fonde la réussite ou l’échec de l’acte : sa possibilité (matérielle, physique…) ou son absence,

can see, hear, qui souligne la possibilité de la per-

qui débordent le moment où s’effectue sa vérification (comme pour l’emploi de avec les verbes de perception tels que

ception). Le paragraphe se poursuit suivant cette idée : il est question du pouvoir de la mémoire, de capacité mentale. Bien que

I didn’t manage to soit acceptable, il aurait

été peu heureux d’un point de vue stylistique.

Choix de traduction L’anglais tend à revenir au fondement, à exprimer la possibilité (ou l’impossibilité) d’un acte pour dire qu’il s’est déroulé (ou non) dans le contexte d’une tentative spécifique. Le français ne présente pas cette tendance. La question adressée au narrateur fait l’économie d’un verbe comme pouvoir. Pour éviter une répétition du verbe utilisé dans cette question (rappeler), le recours à une explicitation (du sens implicite) paraît tout indiqué, en signifiant directement la tentative et son échec : Je n’y arrivais pas.

31

FAIT L INGU IS TIQU E n ° 2

l’énonciateur. Dans


FAIT LINGU IS TIQU E n ° 3

TRADUCTION

et analyse LINGUISTIQUE : CAPES d’anglais

FAIT LINGUISTIQUE n° 3 l.21

You know what they are ?

Description Proposition subordonnée introduite par un pronom en

wh-, complémentant le verbe know.

Problématique Structure et fonction de la proposition en

wh-.

Analyse 1. Une proposition introduite par

what peut être une proposition relative ou une subor-

donnée interrogative (et parfois une exclamative). Dans le contexte présent, la question est rhétorique et orientée. Elle n’est rien d’autre qu’une demande de confirmation, le policier ne cherchant rien de plus qu’un simple assentiment. Il présume que le narrateur sait ce que sont les médicaments qu’il montre, tout comme lui ; d’où l’absence de recours à l’auxiliaire avoir :

do dans la proposition gouvernante (on aurait pu

Do you know what they are). Celle-ci est non seulement le signe d’un niveau de

langue plutôt relâché, mais surtout de l’orientation de la question, et de l’attente d’un savoir de la part de l’allocutaire. 2. S’il y a une interrogation dans cet énoncé, celle-ci doit être attribuée à l’allocutaire, dont le locuteur relaierait le point de vue. En première analyse, la subordonnée en

wh- peut être une interrogative indirecte non prototypique, ou bien éventuellement une relative, à défaut d’interrogation véritable (une lecture exclamative étant exclue dans ce contexte). 3. Quelle que soit l’interprétation syntaxique donnée à la subordonnée,

what remplit en

son sein le rôle d’un attribut du sujet. La proposition peut se réécrire sous une forme d’indépendante canonique, comme :

They are a (given) type of pill. Le GN a (given) type of pill remplit la fonction d’attribut. La même conclusion vaut pour le pronom what à l’intérieur de la subordonnée. 4. On dit fréquemment de what, comme de tout pronom en wh-, qu’il implique un déficit informationnel. En d’autres termes, il signale un appel à détermination, auquel répond le (contenu du) reste de la subordonnée. Ainsi, l’ensemble référentiel visé par

what est qualifié par l’équivalence posée ; il s’agit des médicaments qui sont montrés, they.

dénotés par

32


A NALYSE LINGUISTIQU E

SUJET TYPE 1

that au segment souligné démontre

que ce dernier s’assimile à un GN :

You know that? (En reprise : that permet de ne pas répéter la subordonnée) La proposition what they are remplit la fonction d’objet direct de know ; c’est une proposition nominale. 6. Selon une interprétation relative de la subordonnée, le pronom

what n’ayant pas

d’antécédent, la relative est une relative nominale (ou sans antécédent, ou à anté-

What cumule le rôle d’antécédent à celui de pronom relatif : You know | the (type of) pill | (that) | they are? | what | Comme toute relative nominale, what they are contribue à restreindre la référence (du GN) en voie de construction. Sinon, what pourrait référer à tout inanimé. La relative cédent fusionné).

est restrictive (déterminative). 7. Même en remplaçant la proposition par un GN comprenant une relative, on s’aperçoit que la demande de confirmation demeure, ce qui suggère que le locuteur continue de considérer que son allocutaire puisse avoir un questionnement d’ordre épistémologique concernant l’identité (la classe) du référent montré (Leonarduzzi, 2004). Le pronom interrogatif peut alors faire une réapparition dans un sens équivalent, à la tête d’une subordonnée interrogative :

You know the (type of) pill (that) they are? You know what (type of) pill they are? Sans pronom en wh-, on parle de question cachée. La glose suivante montre que la subordonnée relève bien de l’interrogation :

You know the answer to the question: what are they? 8. Il reste toutefois que l’on peut encore postuler une ambiguïté entre une lecture interrogative et une lecture relative. Selon une interprétation de relative nominale, la subordonnée pourrait se remplacer par un GN au sémantisme précis, répondant au questionnement épistémologique sur la nature du médicament :

You know Prozac (pills)? Le sens change alors : on ne s’intéresse plus à un savoir d’ordre propositionnel (traduit par savoir : « Vous savez ce que c’est ? »), mais à une connaissance de la substance, de l’ordre de l’expérience (traduit par connaître : « Vous connaissez le Prozac ? »). De plus, l’énoncé attire moins l’attention sur l’identité du médicament montré que sur la catégorie générale, dont il se trouve être un représentant. Ces deux observations militent contre une lecture relative de la subordonnée.

33

FAIT L INGU IS TIQU E n ° 3

5. La substitution possible du pronom (pro-GN)


TRADUCTION

et analyse LINGUISTIQUE : CAPES d’anglais

FAIT LINGU IS TIQU E n ° 3

Choix de traduction La traduction peut être quasiment littérale : ce que c’est. Elle a ceci de très intéressant qu’elle montre que ce que est employé dans les interrogatives indirectes avec les inanimés, alors que l’on utilise le pronom qui seul avec les animés : tu sais qui c’est ? Avec les inanimés, donc, la subordonnée interrogative se confond de par sa forme à une relative, étant introduite par ce que. Pour l’emploi relatif, ce représente l’antécédent et que le pronom relatif. La raison de cette confusion pour ce que entre les subordonnées relatives et interrogatives est sujette à débat parmi les linguistes travaillant sur le français. Le calque syntaxique anglais qui lui équivaut, désuet (et agrammatical ici), serait

that

which, que l’on peut trouver lorsqu’on a une interprétation relative de la subordonnée (ex : Less need be said about what/that which is now regarded as a minor issue).

34


TRADUCTION ET ANALYSE LINGUISTIQUE A CAPES D’ANGLAIS A Cet ouvrage s’adresse aux étudiants candidats au CAPES externe d’Anglais nouvelle formule. D’une façon plus générale, le livre s’adresse également à toute personne souhaitant s’entraîner à la traduction à un niveau L3/Concours, ou à l’analyse de faits de langue pour tout étudiant en linguistique. L’épreuve de CAPES est modifiée depuis novembre 2010, date à laquelle la première session a eu lieu. Cet ouvrage, préfacé par Geneviève Girard-Gillet – Professeur à Paris 3, est donc totalement conforme à l’esprit et aux nouvelles exigences attendues par le jury pour cette épreuve de l’écrit. Les auteurs ont eu le souci de proposer un livre très riche soulignant les différents points de l’épreuve de « traduction et explication des choix de traduction ». Les étudiants trouveront donc une présentation complète de l’épreuve, des conseils et repères méthodologiques, mais aussi un éventail de sujets types corrigés suivant un ordre de difficulté croissant. Organisation de l’ouvrage • Une introduction présentant l’épreuve dans le cadre du nouveau CAPES d’Anglais. • Un avant-propos détaillant son contenu, comprenant de nombreux conseils de méthode pour se préparer au concours ainsi qu’un repérage des princi paux écueils pour les étudiants. • Un sommaire reprenant notamment les textes. • 13 sujets types corrigés regroupant pour chacun d’eux : - un thème et sa traduction commentée - une version et sa traduction commentée - une analyse linguistique de trois segments soulignés, incluant une justification du choix de traduction retenu. • Un glossaire des concepts théoriques utilisés. • Un index analytique. Olivier Simonin, Maître de conférences en linguistique anglaise à l’Université de Perpignan, de la licence au Master 2, préparant au concours du CAPES d’Anglais. Membre du jury du CAPES de 2008 à 2009. Jocelyn Dupont, Maître de conférences à l’Université de Perpignan, enseigne la littérature, la traduction littéraire. Susan Pickford, Maître de conférences en thème anglais, Université Paris 13. Préparation aux épreuves de traduction du CAPES externe et de l’agrégation interne d’Anglais.

www.ophrys.fr

978-2-7080-1317-9

9 782708 013179

Profile for TO Groupe

Traduction et analyse linguistique. Capes anglais, O. Simonin - Ed Ophrys  

Cet ouvrage, issu de l’expérience de trois enseignants impliqués dans la préparation au CAPES, s’adresse aux étudiants candidats au capes ex...

Traduction et analyse linguistique. Capes anglais, O. Simonin - Ed Ophrys  

Cet ouvrage, issu de l’expérience de trois enseignants impliqués dans la préparation au CAPES, s’adresse aux étudiants candidats au capes ex...

Profile for togroupe
Advertisement