Issuu on Google+

LE PETIT JOURNAL DU SPECTATEUR QUI PREND DE LA HAUTEUR I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I ME 2 · JE 3 · VE 4 OCTOBRE 2013 · 20H

Le

Passe-Plat

Histoires condansées de et par

Foofwa d’Imobilité

Recette maison

Mise en bouche

Il

C

existe l’homme orchestre, l’homme canon. Foofwa d’Imobilité, c’est l’homme danse! Il incarne de façon virtuose toutes les facettes de son art qu’il ne cesse d’interroger et réinventer avec flamme, humour, impertinence. La profession ne s’y est pas trompée qui lui a remis, il y a une dizaine de jours, la distinction de Danseur exceptionnel lors de la cérémonie des nouveaux Prix suisses de danse, parrainée par la Confédération. Ce soir, il deviendra Isadora Duncan, Martha Graham, Vaslav Nijinsky, Merce Cunningham, mais je vous encourage à le suivre aussi dans ses propres chorégraphies car ce sont chaque fois d’inoubliables «invitations à la danse»!

© Gregory Batardon

Robert Bouvier | directeur

omme le propose Marcel Duchamp dans Le processus créatif, Foofwa d’Imobilité considère «les deux pôles de toute création artistique: d’un côté l’artiste, de l’autre le spectateur qui, avec le temps, devient la postérité». Il s’intéresse à l’héritage artistique comme un bien commun, public dès l’origine d’une œuvre. Il questionne la loi de la représentation, afin de comprendre la manière dont ce qui passe par le corps du danseur appartient de toute façon au public. Avant d’aborder l’histoire de la danse du XXe, il tentera de répondre à quelques questions, comme par exemple, pourquoi la danse est une activité et un art depuis le début des temps, et il parlera des premières danses, celles des astres, celles de l’antiquité...

Durée: 1h45

équipe de création concept, montage audio-visuel, texte, costumes et performance Foofwa d’Imobilité lumière et scénographie Jonathan O’Hear

production Cie Neopost Foofwa

soutiens Ville de Genève République et Canton de Genève Pro Helvetia


I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I ME 2 · JE 3 · VE 4 OCTOBRE 2013 · 20H

Entrée d é m a r c h e l’on accepte l’idée que la danse est une attention et une pratique du corps en tant que véhicule, que le corps dans son ensemble est une somme qui dépasse le nombre des éléments qui le constituent et que ces éléments peuvent intervenir dans l’action les uns des autres, on se trouve en présence d’un art complexe, qui nécessite un intérêt particulier pour un langage dont les lois sont sans cesse revues et corrigées, réinventées et indéfinies. Foofwa d’Imobilité donne à voir comment l’on tisse l’histoire de la danse. C’est un

langage de signes qu’il connaît sur le bout des doigts, de pieds comme de mains. Il prend souvent plaisir à marier des figures antinomiques, il peut placer des formules sacrées au cœur de situations profanes, il s’amuse à chahuter les styles... mais toujours, il sait qu’il n’est qu’un maillon dans la chaîne de la connaissance. Pour lui, la danse ne se conçoit pas sans une pointe d’humour, qu’on retrouve jusque dans le nom d’artiste qu’il s’est choisi dans les années 90 et qui évoque un «fou imobile», avec un seul «m».

Plat principal

Frédéric Gafner en 1969, Foofwa d’Imobilité a étudié à l’Ecole de Danse de Genève où il faisait partie du Ballet Junior. Il a dansé au ballet de Stuttgart de 1987 à 1990 avant de devenir un danseur important de la compagnie de Merce Cunningham à New York entre 1991 et 1998. Il entame ensuite une carrière solo et fonde en 2000 Neopost Ahrrrt à Genève, une organisation à l’enseigne de laquelle il réalise des performances en solo, des pièces de groupe, des œuvres

«F

A louer par la compagnie Peeping Tom Jouée sur les plus grandes scènes européennes, ce spectacle inclassable en impose d’emblée par son décor grandiose. Mais il touche aussi par sa fragilité... L’un des événements de la saison! me 20 · je 21 novembre | 20h

p a r c o u r s

vidéo et des projets pédagogiques. Foofwa d’Imobilité a remporté différents prix internationaux de danse, notamment l’International Dance Competition à Jackson, Mississipi, en 1986, puis le Prix professionnel au Prix de Lausanne en 1987, le célèbre Bessie Award à New York en 1996 pour ses prestations artistiques exceptionnelles dans les œuvres de Merce Cunningham, et enfin le Prix suisse de danse et de chorégraphie en 2006.

Dessert oofwa d’Imobilité est un danseur qui fait voler les conventions en éclats: sa radicalité artistique est servie par une technique exceptionnelle que le public suisse et étranger a régulièrement l’occasion d’admirer. Virtuose dans l’âme, Foofwa d’Imobilité se joue des barrières

d a n s e

© Herman Sorgeloos

Si

Prochainement

Passage de midi – rencontre Pierre Micheletti, au cœur des contradictions de l’action humanitaire. Professeur à l’Institut d’études politiques de Grenoble, l’ancien président de Médecins du Monde France parle de générosité et de cynisme, d’idéal et de politique.

c r i t i q u e

stylistiques et est tout aussi à l’aise dans les grandes oeuvres du répertoire classique que dans les pièces plus contemporaines.» Karin Hermes | membre du jury pour le Prix suisse de danse 2013

me 30 octobre | 12h15 · petite salle

En bref La Compagnie du Passage sera à Paris pour jouer Doute de Shanley – du 10 octobre au 4 janvier au Théâtre du Petit Hébertot.

pour les gourmands

Foofwa d’Imobilité sera de retour au Passage samedi 29 mars prochain, hors saison, avec sa toute nouvelle création: Utérus, pièce d’intérieur. Infos sur www.adn-scene-ouverte.ch

Retrouvez-nous sur

Pour d’autres plats, avant ou après les spectacles

Le Passe-Plat se déguste aux couleurs de

/theatrepassage /theatrepassage

032 717 79 07 | billetterie@theatredupassage.ch | www . theatredupassage . ch | application iPhone/Android


Saison 13-14 | Histoires condansées