Issuu on Google+

Western winner

Ruth Kelly plays to win

Lauréate de l’Ouest Ruth Kelly joue pour gagner

Women on top

The magazine advantage How mags have the edge

Events bring in the bucks

Femmes de tête

L’avantage magazine

Fêtes bien pensées

More & Best Health beat the odds More et Best Health misent juste

Les magazines se démarquent

Smart parties

Des événements payants

Small but mighty

The magazine advantage

Petits, mais musclés

L’avantage magazine

Cultural mags shine

Les magazines culturels brillent

How mags have the edge

Les magazines se démarquent

Make print pop! l’imprimé s’éclate!

13

eye-catching solutions

13

solutions accrocheuses

Pull here Tirez ici

spring 2012 / printemps 2012


PULL

Our high-impact 3-Dimensional and Interactive solutions are the most powerful print medium you can use to achieve your communication goals.

www.informationpackaging.ca

20 years of paper engineering expertise enables us to interpret your needs and translate them into the right design for you. This Snapper™ magazine cover, along with the two other interactive inserts in this issue, are just three dynamic examples of this unique interactive medium from Information Packaging. The interactivity of our solutions stimulates the target’s curiosity, creates a greater impact and leaves a deeper impression on the reader’s mind. The result… a dramatic and positive effect on image, awareness, recall, response and return on your investment.

MAGAZINE INSERTS

DIRECT MAIL

It is a proven fact that highimpact interactive magazine inserts generate dramatically higher recall than traditional flat ads. They stand out in the publication and being interactive they can hold the reader’s attention for up to 45 seconds.

This 3-Dimensional and Interactive medium can achieve double-digit response rates. They break through the clutter, grab attention, and dramatically enhance consumer and B2B readership. The bottom line: they drive results.

SALES AIDS

PRESENTATION KITS

Our innovative Sales Aids can be dimensional as well as incorporate different interactive devices. They are designed to capture and hold your audience’s attention as well as significantly boost message comprehension and retention.

High quality, innovative presentation support materials allow for the efficient organization and display of materials. This reinforces brand image and ensures the most effective delivery of your message.

The delivery medium you use is as important as the message itself.

PULL

USB WEBKEY

Our unique WebKey can unlock the marketing power of your website when you combine this powerful tool with one of our many of highimpact designs. This results in website visits that consistently reach double digits. By including an analytics program, it can provide invaluable marketing information and results for your campaign.

1 Banigan Drive, Toronto, Canada M4H 1G3

TEL

416.422.2134 or 1.800.446.5742

www.informationpackaging.ca

If you can imagine it, we can help you create it.

TM


SAVE! Register before May 4, 2012

CANADA’S MAGAZINE CONFERENCE / LA CONFÉRENCE CANADIENNE DES MAGAZINES JUNE 5–8, 2012 IN TORONTO MAGNET.MAGAZINESCANADA.CA

FOCUSING FORWARD CONNECT WITH COLLEAGUES

• Learn from the best • Grow your business • Expand your brand • Celebrate magazines • Monetize content • Network, network, network SESSIONS STARTING AT JUST $60 IN:

• Print • Digital • Design • Circulation • Advertising • Management • Production

Be there!


Spafax Interactive Digital content and platforms Contenu et plateformes numériques

Advertiser-funded content, branded blogs, digital publications, e-newsletters, apps, online magazines, walled gardens, microsites, UX design... We create content and digital platforms that help brands tell their stories and engage with their customers. Contenus à orientation publicitaire, blogues de marque, publications numériques, infolettres, applications, magazines en ligne, domaines privés, microsites, design d’expérience utilisateur... Nous créons du contenu et des plateformes numériques qui aident les marques à raconter leurs histoires et à communiquer avec leurs clients.

Start the conversation / Entamez la conversation :

www.spafax.com www.sparksheet.com


Contents Contenu

p. 44 Features / ARTICLES DE FOND

35 KA-POW!

56 Beyond the Paywall

Printing solutions that grab and hold readers’ attention

Finding better means to monetize content

BOUM !

Au-delà du modèle payant

Des solutions d’impression qui attirent et retiennent l’attention des lecteurs.

En quête de nouvelles façons de monétiser le contenu.

cover / couverture : © masterfile rf

44 Women on Top

Two magazines for women grow up gracefully

femmes de tête

Deux magazines pour femmes évoluent avec grâce.

51 Show Time

Magazine events bring in the bucks – and help build a stronger brand

En Scène !

Les événements portant sur les magazines génèrent des profits et consolident la marque.

On the Cover / en couverture

The SnapperTM! For more on this and other innovations, go to page 35.

Le SnapperMC ! Pour tout savoir sur cette innovation et plus encore, allez à la page 35.

magazinescanada.ca

5


p. 16

p. 64

p. 31

62

Public Affairs Affaires publiques

Building community through our arts and literary publications

13 Profile / Profil

24 Technique / Technique

Ruth Kelly et ses possibilités infinies.

Questions et réponses : les publications spécialisées.

Ruth Kelly and her endless possibilities

16 Trend / Tendance Canadian magazines continue to repatriate readership

Les magazines canadiens continuent de rapatrier le lectorat.

18 Insight / Point de vue Media’s changing landscape and how magazines fit in

Le paysage en mutation et la place des magazines dans ce contexte.

21 Roundup / Synthèse

A look at regional association news

Un survol de l’actualité des associations régionales.

22 Digital / numérique

What is “cloud computing”?

Qu’est-ce que « l’informatique en nuage » ?

6

magazinescanada.ca

Q&A: Special Interest Publications

26 Spotlight / Pleins feux

Success secrets behind Geez and Ryerson Review of Journalism

Les secrets du succès de Geez et de Ryerson Review of Journalism.

31 Campaigns / Campagnes

Three notable accomplishments in the world of Canadian magazines

64

Professional Development

développement professionnel Shining the spotlight on B2B magazine design

La création de magazines B2B sous les feux de la rampe.

Trois réussites notoires dans l’univers des magazines canadiens.

66

32 Advocate / défenseur

Cultural Magazines

Donna Braggins dishes on art direction

Donna Braggins partage ses réflexions sur la direction artistique.

33 Toolbox / Boîte à outils Digitization in the magazine industry

La numérisation dans l’industrie du magazine.

magazines culturels

Small budgets, big results

Petits budgets, grands résultats.

photos by / de Curtis Trent and / et ©Masterfile rf

Departments / Les départements

Établir une communauté par l’intermédiaire de publications artistiques ou littéraires.


BIENVENUE DANS L’ÈRE DE L’ACTIVATION MARKETING

WELCOME TO THE MARKETING ACTIVATION ERA


Inside, Online and Upcoming

À l’intérieur, en ligne et à venir

Contributor Spotlight

CALENDAR

calendrier

Notre collaboratrice

March 24 / 24 mars

Linda Kay

Alberta Media Summit

Occupation: Department chair and associate profes-

A free event on today’s pressing media issues. Moderator: Jacqueline Howe, Howe Brand. Panellists: Gary Davies, RedPoint Media; Jenn Rempel, Lethbridge Living; and Rob Tanner, Tanner Young Publishing Group. Un événement gratuit qui focalise sur les enjeux des médias. Modératrice : Jacqueline Howe, Howe Brand. Panélistes : Gary Davies, RedPoint Media ; Jenn Rempel, Lethbridge Living ; et Rob Tanner, Tanner Young Publishing Group. albertamagazines.com/conference

March 28 / 28 mars Cultural Magazines Webinar / Webinaire sur

sor (Journalism, Concordia University) Home base: Montreal, Quebec You ♥ mags? I love magazines for their depth, detail and wealth of information – for their ability to teach me about so many different subjects. They are “schools” in a sense. On a completely different note, I also love magazines for their portability. I can roll them up and carry them everywhere. Fave? My current favourite Canadian magazine is Sportsnet. It’s doing everything right: The writing is very good and there’s material you won’t see anywhere else; the art inside is lively and the covers are dynamic; there’s a mix of in-depth profiles, scientific information on sport and tongue-in-cheek humour. Fonction : Directrice du département et professeure agrégée (journalisme, Université Concordia) Port d’attache : Montréal, Québec Vous ♥ les magazines ? J’aime les magazines pour la profondeur, le détail et l’abondance de l’information qu’on y trouve, pour leur capacité de m’informer sur divers sujets. Ce sont, en quelque sorte, des « écoles ». Sur une note complètement différente, j’aime également les magazines pour leur portabilité. Je peux les enrouler et les emporter n’importe où. Un favori ? Mon magazine canadien favori actuel est Sportsnet. Tout y est bien fait : l’écriture est très bien ficelée, et on y trouve un contenu que vous ne lirez nulle part ailleurs ; les éléments visuels sont vivants et les couvertures sont dynamiques ; il offre une combinaison de portraits fouillés, d’information scientifique sur le sport et d’humour pince-sans-rire.

les magazines culturels

In this Magazines Canada webinar, Daniel Wells, publisher of CNQ: Canadian Notes and Queries, talks about managing a redesign on a tight budget. Dans le cadre de ce webinaire de Magazines Canada, Daniel Wells, éditeur de CNQ : Canadian Notes and Queries, traite de la gestion d’une refonte astreinte à un budget serré.

Online at Magazines Canada

en ligne chez MAGAZINES CANADA

magblast is a video podcast series focused on how magazine advertising works. It features topics and speakers from across the magazine and advertising industries. View the latest magblast at magazinescanada.ca/advertising/newmagblast. magblast est une série de baladodiffusions vidéo portant sur le fonctionnement de la publicitémagazine et qui propose des sujets présentés par des conférenciers issus des industries du magazine et de la publicité. Visionnez le tout dernier magblast sur magazinescanada.ca/ advertising/newmagblast. (En anglais seulement.)

magazinescanada.ca/ development/webinar_series

June 5 to 8 / Du 5 au 8 juin MagNet: Canada’s Magazine Conference / magNet : la conférence canadienne des magazines

Sessions, events and keynote speeches featuring global publishing leaders. Sessions, événements et allocutions par des chefs de file mondiaux de l’édition. magnet.magazinescanada.ca

Find interviews with our industry’s best and brightest in AudioMag, an audio podcast series featuring news, views and timely information. Download episodes from iTunes podcasts or visit magazinescanada.ca/audiomag. Écoutez des entrevues avec l’élite de notre industrie grâce à AudioMag, une série de baladodiffusions audio présentant l’actualité, des points de vue et une information de pointe. Téléchargez les épisodes sous forme de balados iTunes ou visitez magazinescanada.ca/ audiomag. (En anglais seulement.) erratum In the profile piece of Deborah Morrison (“Trapping success?”, CMC, issue #2), the figures reported for Kayak ’s circulation were incorrect. It currently has a circulation of 7,000. We apologize for the error. Dans le portrait de Deborah Morrison (« Le succès pris au piège », CMC, no 2), les données relatives à la diffusion de Kayak étaient inexactes. Le tirage du magazine est actuellement de 7 000 numéros. Nous vous prions de nous excuser.

8

magazinescanada.ca


LIFE CYCLE ASSESSMENT Cascades’ small environmental footprint is impressive. But don’t take our word for it. We are proud to share the results. Ask for the Brochure at infofinepapers@cascades.com or go to www.cascades.com/papers.

100 %

La petite empreinte écologique des papiers fins de Cascades est impressionnante. Mais ne nous croyez pas sur parole, nous somme fières de partager les résultats.

Printed on Rolland Enviro100 Satin, which contains 100% post-consumer fibre, is FSC, EcoLogo and Processed Chlorine Free certified and is manufactured using renewable biogas energy. Imprimé sur du Rolland Enviro100 Satin, contenant 100 % de fibres postconsommation, certifié FSC, ÉcoLogo et Procédé sans chlore en plus d’être fabriqué à partir d’énergie renouvelable, le biogaz.

ANALYSE DU CYCLE DE VIE

Demandez votre brochure à infopapiersfins@cascades.com ou allez directement sur cascades.com/papiers. ®

FSC® C009908


Editor-in-Chief / Rédactrice en chef Chantal Tranchemontagne Art Director / Directrice artistique Ingrid Paulson

Deb Morrison Canada’s History (Board Chair / Présidente)

Editorial Consultant / Conseillère en rédaction Kim Pittaway

Nancy Bradshaw Reader’s Digest

Managing Editor / Directrice adjointe de la rédaction Brianne DiAngelo

Michael Fox Marketing (Treasurer / Trésorier)

Copy Editing / Révision Veronica Schami Editorial Services (English and French) Services linguistiques Veronica Schami inc. (français et anglais)

Mark Jamison Magazines Canada

design and production / conception et Production Spafax translators / Traducteurs Charles Girard (French / français), Christopher Korchin (English / anglais) contributors / Collaborateurs Kevin Brooker, Harry Cepka, Evan Dickson, Linda Kay, Rowland Lorimer, Craille Maguire Gillies, Dave Mitchell, Jim Sutherland, Lesley Young PROOFREADING / CORRECTION Magazines Canada (English / anglais) Isabelle Vialle-Soubranne (French / français) publisher / Éditrice Barbara Zatyko Publishing Consultant / Conseillère à l’édition Deborah Rosser Business Development & Advertising / Développement-publicité Barbara Gould Advertising sales / ventes publicitaires Jessie Johnston Paper / Papier Cascades Photography / Photographie Masterfile printing / Impression Dollco Integrated Print Solutions digital edition / Numérisation Spafax Interactive Strategic Partners / Partenaires stratégiques

Canadian Magazines Canadiens was made possible with the support of the Ontario Media Development Corporation on behalf of the Ministry of Tourism and Culture. La publication de Canadian Magazines Canadiens a été rendue possible grâce au soutien de la Société de développement de l’industrie des médias de l’Ontario, au nom du ministère du Tourisme et de la Culture.

ISSN 1925-7287

10

Board of Directors / Conseil d’administration 2011-2012

magazinescanada.ca

Joyce Byrne Alberta Venture

Niel Hiscox Canadian Auto Dealer

Doug Knight Toronto Life Samantha Legge TV Week

Pierre Marcoux Style at Home Kirby Miller Canadian House and Home Stephen Osborne Geist Jocelyn Poirier Clin d’œil Terry Sellwood Explore (Past Chair / Ancien président) Melony Ward Azure Lisa Whittington-Hill This Magazine Grant Young Downhome (Secretary / Secrétaire)

Staff / Personnel Mark Jamison Chief Executive Officer / Chef de la direction mjamison@magazinescanada.ca Barbara Zatyko General Manager & Publisher / Directrice générale et éditrice bzatyko@magazinescanada.ca

Edra Sefton Manager, Professional Development & Events / Directrice, perfectionnement et événements esefton@magazinescanada.ca Chris Chambers Manager, Retail Accounts & Ontario Sales Representative / Directeur, comptes de détail et représentant commercial en Ontario cchambers@magazinescanada.ca

Gary Garland Executive Director, Advertising Services / Directeur général, services publicitaires ggarland@magazinescanada.ca

Gavin Babstock Manager, Warehouse / Directeur, entrepôt gbabstock@magazinescanada.ca

Jim Everson Executive Director, Public Affairs / Directeur général, affaires publiques jeverson@magazinescanada.ca

james gunn Coordinator, Warehouse / Coordonnateur, entrepôt jgunn@magazinescanada.ca

Barbara Bates Executive Director, Circulation Marketing / Directrice générale, marketing de la diffusion bbates@magazinescanada.ca

Evan Dickson Coordinator, Member Services / Coordonnateur, services aux membres edickson@magazinescanada.ca

Ben Samia Director, Information Technology / Directeur, technologie de l’information bsamia@magazinescanada.ca Yuri Shegera Director, Finance and Administration / Directeur, financières et administratives yshegera@magazinescanada.ca Rick Miller Financial Advisor / Conseiller financier rmiller@magazinescanada.ca Masood Abid Accountant / Comptable mabid@magazinescanada.ca Brianne DiAngelo Manager, Communications / Directrice, communications bdiangelo@magazinescanada.ca

Chantal sweeting Coordinator, Advertising Services / Coordonnatrice, services publicitaires csweeting@magazinescanada.ca VICTORIA SALVAS Coordinator, Direct Marketing & Digital Newsstand / Coordonnatrice, marketing direct et kiosque numérique vsalvas@magazinescanada.ca Chris Sorenson Coordinator, Distribution Accounts / Coordonnateur, comptes de distribution csorenson@magazinescanada.ca HARRY CEPKA Administrative Coordinator / Coordonnateur administratif info@magazinescanada.ca

Printed on Rolland Enviro100 Satin, 80 lb., which contains 100% post-consumer fibre, is FSC®, EcoLogo and processed chlorine free certified and is manufactured in Canada by Cascades using biogas energy. This paper choice enabled us to save 24 trees, 88,389 L of water, 1,339 kg of waste and 3,480 kg of CO2 compared to printing on paper containing 100% virgin fibre. Le magazine est imprimé sur du Rolland Enviro100 Satin, 160M texte, un papier fait de fibres 100 % postconsommation certifiées FSC® Recyclé, ÉcoLogo et procédé sans chlore en plus d’être fabriqué à partir d’énergie locale et renouvelable, le biogaz. En choisissant Rolland Enviro100 Satin plutôt que son équivalent vierge, nous avons sauvé 24 arbres, 88 389 litres d’eau, 1 339 kg de déchets et 3 480 kg d’émissions atmosphériques.


Environmental responsibility is not just a slogan. It’s a commitment. La responsabilité environnementale n’est pas qu’un slogan. C’est un engagement. The magazine you are holding is printed on Rolland

Enviro100 Satin, 80 lb. paper, which contains 100% postconsumer fibre and has enabled us to save 24 trees, 88,389 litres of water, 1,339 kilograms of waste and 3,480 kilograms of CO2, when compared to printing on paper containing 100% virgin fibre. That’s where magazines are going, for two reasons: 1) Canadians want – and will always want – print magazines; and 2) our industry is committed to it. We are not achieving our environmental goals as quickly as we would like, but we are headed in the right direction. Magazines Canada’s recent comprehensive strategic planning process resulted in a number of action points, including a new pan-Canadian approach to managing environmental needs and policies. What we are looking for is more clarity in government policy on issues such as blue box regulation, policy that supports innovation, that is fair and equitable and that recognizes the important contribution Canadian magazines make to our country’s economic and cultural vitality. Enjoy Issue 3. Read. Share. Recycle.

Mark Jamison CEO, Magazines Canada

Got feedback?

Write to us with your comments, suggestions and ideas for future issues:

cmceditorial@magazinescanada.ca

Le magazine que vous avez en main est imprimé sur du papier Rolland Enviro100 Satin, 80 lb. qui contient 100 % de fibres recyclées après consommation et nous a permis de sauver 24 arbres, 88 389 kg de déchets et 3 480 kg de CO2, en comparaison avec l’utilisation d’un papier contenant 100 % de fibres vierges. Telle est la direction que suivent les magazines, pour deux raisons : 1) les Canadiens veulent, et voudront toujours, des magazines imprimés ; et 2) notre industrie s’engage à combler leur attente. Nous n’atteignons pas nos objectifs environnementaux aussi rapidement que nous le souhaiterions, mais nous sommes engagés dans la bonne voie. Le récent processus de planification stratégique établi par Magazines Canada s’est traduit par diverses mesures, dont une approche pancanadienne de la gestion des besoins et politiques en matière environnementale. Nous préconisons une plus grande clarté de la politique gouvernementale à l’égard de divers enjeux, dont la réglementation portant sur les bacs verts, une politique d’appui à l’innovation qui soit juste et équitable et qui reconnaisse la contribution importante des magazines canadiens à la vitalité économique et culturelle de notre pays. Bonne lecture de ce troisième numéro. Lisez. Partagez. Recyclez.

Mark Jamison Chef de la direction, Magazines Canada

vous avez Des commentaires ?

Écrivez-nous pour nous faire part de vos commentaires, suggestions et idées de sujets pour nos prochains numéros.

cmceditorial@magazinescanada.ca

magazinescanada.ca

11


Profile Profil

Endless Possibilities Possibilités infinies The road to the top isn’t always straightforward and smooth Le chemin qui mène au sommet n’est pas toujours le plus court et le plus facile. By / par Jim Sutherland

photos by / de curtis trent and / et © V&A Images / Masterfile

Ruth Kelly is telling the story of how she became a

regional magazine magnate and, yes, there’s the odd hand of high-stakes poker in there, but what it really sounds like is a game of snakes and ladders. Ladder – ​t he future founder of Edmonton-based Venture Publishing graduates with a degree in literature; but snake – ​ her specialization is in experimental Canadian poetry. Ladder – ​K elly gets a job at an advertising agency; but snake – ​s he realizes she can’t stand it. Ladder – ​s he lands at a nice company that taps her passion for writing and editing; but snake – ​w hat she works on are industrial training manuals where the theme is “Push the red button twice.” A job or two later, ladder – ​Kelly comes to a realization about what she wants to do, which is to work at a magazine; but snake – ​“I’m in Edmonton, where there’s almost no magazine publishing.” Except that . . . ​ladder – ​a new cable TV channel is launching a magazine and posts an ad looking for an assistant; snake – ​w ith experience in advertising, printing and editing, Kelly is overqualified; but ladder – ​t he classified is so small that hardly anyone else sees it.

Ruth Kelly raconte comment elle s’est hissée parmi les magnats des magazines régionaux et comment elle a dû composer avec les enjeux importants d’un tel parcours, qui ressemble à un jeu de serpents et échelles ! Échelle : la future fondatrice des éditions Venture Publishing, d’Edmonton, obtient un diplôme universitaire en littérature ; mais, serpent : ses études sont spécialisées en poésie canadienne. Échelle : Kelly décroche un poste dans une agence de publicité ; mais, serpent : elle conclut rapidement que cela ne lui convient pas. Échelle : elle poursuit sa route dans une entreprise agréable qui apprécie sa passion pour l’écriture et l’édition ; mais, serpent : ce qu’elle rédige, ce sont des manuels de formation industrielle aux sujets guère motivants . . . Un ou deux emplois plus tard, échelle : Kelly met enfin le doigt sur sa véritable ambition : travailler pour un magazine ; mais, serpent : « Je suis à Edmonton, où il ne se publie pratiquement aucun magazine. » Pourtant, échelle : un canal de télédistribution lance un magazine et publie une annonce pour un poste d’adjointe ; serpent : son expérience en publicité, impression et édition en fait une candidate surqualifiée ; mais, échelle : l’annonce est si petite que presque personne d’autre ne la voit. magazinescanada.ca

13


Échelle : un an et demi plus tard, Kelly dirige l’entreprise, où elle restera pendant un autre 11 ans ; mais, serpent : profitant de la prospérité de l’économie albertaine au début des années 1990, elle décide de lancer un magazine d’affaires provincial, mais juste au moment où un ralentissement de l’exploitation pétrolière est sur le point de frapper sérieusement l’économie provinciale. Sauf que… échelle : le lancement d’un magazine s’avère si coûteux et complexe qu’on se retrouve en 1997 lorsque Alberta Venture fait ses débuts, juste au moment où l’économie provinciale amorce sa relance. Échelle : le magazine connaît un succès instantané ; mais, serpent : dans les semaines qui suivent les événements du 11 septembre, les revenus En 2012, avec 46 employés et un revenu publicitaires chutent de annuel prévu de 7,5 millions de dollars, près de 40 %, menaçant la survie de l’entreprise. Sauf Kelly entrevoit des perspectives que… échelle : quelques prometteuses à l’horizon. mois auparavant, Kelly avait diversifié ses activités en faisant de la sous-traitance en édition, ce qui la sauve. Échelle : plus tard au cours de la décennie, Kelly remarque Ladder – ​the magazine is an instant success; but snake – ​in que, avec la reprise économique, les employeurs et les the weeks after 9/11, ad revenues drop almost 40%, which travailleurs ne focalisent plus seulement sur le travail, mais threatens to kill the company. Except that . . . ​ladder – ​months aussi sur l’épanouissement personnel et l’équilibre travailearlier, Kelly had diversified into contract publishing, which famille. Elle décide alors de lancer unlimited, preuve qu’un saves her. magazine national de haute qualité peut bel et bien être publié Ladder – ​later in the decade, Kelly notes that, with the en Alberta. Sauf que… serpent : survient alors une récession economy exploding, the focus of both employers and workers is débilitante, et le travail revient au centre des préoccupations. shifting away from mere work toward personal fulfillment and Quand même, Kelly acquiert une autre publication : Alberta Oil. work–life balance, and so launches unlimited, which, among D’autres serpents se présentent, mais aussi une échelle : other things, proves that a high-quality national magazine can l’expérience précoce et intensive des médias électroniques be published out of Alberta. Except that . . . ​snake – ​along comes avec le saut du magazine unlimited sur l’Internet, un média qui a crippling recession, which shifts the focus back to mere work. devient rapidement un facteur important pour l’entreprise. En Regardless, Kelly buys another publication: Alberta Oil. 2012, avec quelque 46 employés, un revenu annuel projeté de Yet more snakes ensue, but also a ladder – ​early, intensive l’ordre de 7,5 millions de dollars et le 15e anniversaire d’Alberta experience with electronic media as unlimited is shifted to the Venture à célébrer, Kelly voit principalement des échelles à Internet, a medium that is rapidly becoming a significant focus l’horizon. D’autres voient venir des serpents. « Chaque fois for the company. In 2012, with some 46 employees, projected que j’entre dans une pièce, je lis de la pitié dans le regard des annual revenues of about $7.5 million, and the 15th anniversary gens : “Oh ! Tu es propriétaire d’une maison d’édition. Que of Alberta Venture to celebrate, Kelly foresees mostly ladders. prévois-tu faire ?” » Still, she allows, others see mostly snakes. “I walk into any given Et, en effet, que prévoit faire Kelly ? « Manifestement, room, and people look at me with a sense of pity in their eyes: passer à l’attaque », dit-elle, explorant de nouvelles façons de ‘Oh, you own a publishing company. What are you going to do?’” répondre aux besoins des lecteurs et des annonceurs et, en So what is Kelly going to do? “I absolutely push back,” she quelque sorte, s’apprêtant à jeter de nouveau les dés. « Nous says, eyeing a multiplicity of new ways to meet the needs of vivons une période exceptionnellement riche en occasions readers and advertisers, and figuratively gathering the dice pour les éditeurs de magazines. »  for yet another roll. “It’s a time of tremendous opportunity Ladder – ​a year and a half later, Kelly is running the company, where she stays for another 11 years; but snake – ​ with the Alberta economy booming in the early 1990s, she decides to launch a provincial business magazine even as an oil patch downturn is about to cripple the provincial economy. Except that . . . ​ladder – ​launching a magazine proves to be expensive and complicated, so it’s 1997 when Alberta Venture finally debuts, just as the provincial economy is taking off.

In 2012, with 46 employees and projected annual revenues of $7.5 million, Kelly foresees even more success.

for magazine publishers.”

14

magazinescanada.ca


magazines engage consumers like noTHing else. With augmented reality, 3D images, audio/video capability and more, magazine advertising has the power to capture attention like never before.

See for yourself – plug in this webkey to witness the unparalleled power of today’s magazine advertising.


Trend

tendance

The Spill on U.S. Spill

Le point sur le débordement américain

Canadian magazines continue to repatriate readership Les magazines canadiens continuent de rapatrier le lectorat. By / par Gary Garland

16

The Past

Le passé

It wasn’t too long ago that U.S.-based publishers dominated the Canadian magazine landscape. In the early 1990s, 520 Canadian consumer titles were published in this country. However, 485+ U.S. titles were also spilling across the border – ​many with large circulations competing for each reader’s time and wallet.

Encore tout récemment, les éditeurs situés aux États-Unis dominaient le milieu du magazine canadien. Au début des années 1990, 520 titres grand public canadiens étaient publiés chez nous. Toutefois, plus de 485 titres américains débordaient concurremment en territoire canadien, dont plusieurs, à grande diffusion, faisaient concurrence aux magazines d’ici en accaparant une part du temps et du budget magazine des lecteurs canadiens.

The Present

Le présent

Canadian publishers now produce nearly 1,300 consumer titles. Hundreds of Canadian magazine launches later, publishers have learned a valuable lesson: If you build a magazine for and by Canadians about topics Canadians are interested in, readers will come. Canadian magazines continue to regain readership that once defaulted to foreign titles. Since 1983, when measuring began, spill has declined 41%. Despite 450+ U.S. spill titles and a handful of split-run titles still crossing the border, only three titles make Canada’s Top 100 list (by circulation), and together total only 2.1% of the circulation generated by those 100 titles.

Les éditeurs canadiens produisent aujourd’hui environ 1 300 titres grand public. Quelques centaines de lancements de magazines canadiens plus tard, les éditeurs ont tiré une leçon précieuse de l’expérience : si vous créez un magazine conçu par des Canadiens pour les Canadiens, qui présente les sujets intéressant les Canadiens, les lecteurs seront au rendez-vous. Les magazines canadiens continuent de récupérer un lectorat qui leur échappait au profit de magazines d’ailleurs. Depuis 1983, année où ont commencé les mesures du lectorat, le débordement a affiché un déclin de 41 %. Malgré la présence de plus de 450 titres américains et d’une poignée de titres à tirage dédoublé qui traversent la frontière, seuls trois titres figurent parmi les 100 magazines les plus populaires (selon la diffusion), et ces titres réunis ne représentent que 2,1 % de la diffusion totale produite par ces 100 titres.

magazinescanada.ca


100 % 93 % 86 % 80 % 76 %

74 %

72 % 68 % 59 %

1983

1989

1998

2000

2002

2004

2006

2008

2010

Total Spill Index (1983=100%)

Indice de débordement total (1983 = 100 %)

The Reason

La raison

Canadians see value in great Canadian content. ■■ 92% agree that Canadian magazines play a significant role in informing Canadians about each other. ■ ■ 88% feel it is personally important that a magazine have editorial content created specifically for Canadian readers. ■■ 90% feel that U.S. titles don’t effectively cover Canadian issues. In addition, reader attitudes toward advertising effectiveness are equally strong. ■■ 77% agree that they are more inclined to look for information in Canadian magazines than U.S. magazines when in the market to purchase a product. ■■ 83% agree that advertisements in Canadian magazines are more relevant to them than advertisements in U.S. magazines.

Les Canadiens prennent conscience de la valeur d’un bon contenu canadien. ■■ 92 % reconnaissent que les magazines canadiens jouent un rôle de premier plan pour informer les Canadiens sur les réalités d’ici. ■■ 88 % estiment important qu’un magazine présente un contenu créé à l’intention des lecteurs canadiens. ■■ 90 % estiment que les titres américains ne couvrent pas adéquatement les réalités canadiennes. L’attitude des lecteurs à l’égard de l’efficacité de la publicité est également éloquente. ■■ 77 % reconnaissent être plus portés à rechercher l’information dans les magazines canadiens que dans les magazines américains lorsqu’ils prévoient acheter un produit. ■■ 83 % reconnaissent que la publicité paraissant dans les magazines canadiens est, selon eux, plus pertinente que celle figurant dans les magazines américains.

Sources: Statistics Canada; Totem Research

Sources : Statistique Canada ; recherche Totem

magazinescanada.ca

17


Insight

point de vue

Media on the Move

Médias en mouvement Marketing consultant Judy Franks on media’s changing landscape and how magazines fit in La spécialiste-conseil en marketing Judy Franks traite du paysage en mutation et de la place des magazines dans ce contexte.

“We grew up in a time when we

were taught that every single media platform was separate and distinct. Now media are becoming much more similar than dissimilar; in other words, all media can serve content in digital platforms and can express themselves on a screen. If you understand that media are converging, then playing at the centre of convergence is a wonderful place to be – ​because all of a sudden, a single media brand can serve many more needs for its audiences than ever before. And that is really exciting. “There has been a paradigm shift from consumer as ‘recipient’ to consumer as ‘accelerant.’ We’ve always known that word of mouth is the most powerful marketing channel, and that hasn’t changed. But prior to a socially networked ecosystem, word of mouth couldn’t travel very far, very fast. If someone really liked something, she could pick up the phone and call her friends. Now, especially among the younger generations, someone with 500+ Facebook friends can take content and, by virtue of one action, expand its reach exponentially. Word of mouth is accelerated by the power of our social networks and the speed of our connections.

18

magazinescanada.ca

“The interesting thing is that the printed form is now the only distinguishing characteristic left for media, and I think magazines have a leg up. Magazines have always created content that is much more closely tied to the brand and less to the platform. Look what happened to MySpace when Facebook came along. People jumped right off the platform and migrated to a new one. If magazines do a good job of curating a content experience that is unique, memorable, branded and makes the reader feel like he can’t get the content elsewhere, that’s a great thing.” Judy Franks is author of Media: From Chaos to Clarity. She consults through her firm The Marketing Democracy and is a faculty member of Medill Northwestern University’s Integrated Marketing Communications program in Chicago.

« Nous avons grandi à une époque

où l’on nous enseignait que chaque plateforme de média constituait une entité distincte, unique. Aujourd’hui, les médias ont plus de points communs que de différences ; autrement dit, tous les médias peuvent être mis au service d’un contenu sur des plateformes numériques et s’exprimer par le biais d’un écran. Si vous avez compris que les médias sont convergents, vous comprendrez

également qu’intervenir au centre de cette convergence est quelque chose de merveilleux, car, tout à coup, une même marque peut desservir une plus grande part des besoins de ses audiences. Le paradigme du consommateur vu comme un « destinataire » a été troqué pour celui du consommateur « accélérant ». Nous avons toujours su que le boucheà-oreille est le canal de marketing le plus puissant, et cela n’a pas évolué. Mais avant l’ère de l’écosystème des réseaux sociaux, le bouche-à-oreille avait une portée restreinte et circulait lentement. Aujourd’hui, surtout parmi les jeunes générations, celui ou celle qui compte plus de 500 amis sur Facebook peut saisir du contenu et, d’un seul geste, le mettre à la portée d’un réseau dont l’ampleur est exponentielle. Le bouche-à-oreille est accéléré par la puissance de nos réseaux sociaux et la vitesse de nos connexions. Il est intéressant de noter que la forme imprimée est aujourd’hui la seule caractéristique distinctive dont disposent les médias, et je crois que les magazines ont un atout. Les magazines ont toujours créé un contenu plus étroitement lié à la marque, et moins à la plateforme. Il suffit de voir ce qu’il est advenu de MySpace lorsque Facebook a vu le jour. Les gens ont aussitôt délaissé la première plateforme pour la nouvelle. Si les magazines prennent soin de bien peaufiner une expérience de contenu à la fois unique, mémorable, propre à la marque et qui sache convaincre le lecteur qu’il ne trouvera ce contenu nulle part ailleurs, leur mission sera accomplie. » Judy Franks est l’auteure de Media : From Chaos to Clarity. Elle offre des services-conseils par l’intermédiaire de sa firme, The Marketing Democracy, et est membre du corps enseignant au programme de Communications marketing intégrées de la Medill Northwestern University, à Chicago.


Les magazines d’ici sont captiva nts.

Ils ne manqueront pas de vous surprendre. Nous publions des centaines de titres : vous avez ainsi l’assurance d’en trouver un à votre goût. Rendez-vous simplement dans un kiosque à journaux, recherchez le logo Magazine canadien, exclusivement réservé aux magazines authentiquement d’ici, et lancez-vous dans la lecture !

Rendez-vous au magazinescanada.ca/kiosque ou aux kiosques à journaux pour découvrir votre nouveau magazine préféré.


photo: Adrian Dorst

Give your readers what they want. A product they feel good about buying • A greener option at a competitive price • Healthy forests and a stable climate •

choose eco-paper Visit Canopy’s Eco-Paper Database and explore your options for free.

www.canopyplanet.org


Roundup

synthèse

Cross-Canada Checkup Bilan de santé

A look at regional association news Un survol de l’actualité des associations régionales.

AQEM and SODEP members are attracting new subscribers with the help of Magazines Canada’s “Buy 2 Get 1 FREE” campaign. The bilingual marketing push generated 1,300 new subscriptions from francophones last year, testing marketing tactics that participants can adopt for their own promotions. This year’s campaign attracted a wide range of Quebec titles, from consumer heavyweights such as Sélection and 7 Jours to special interest magazines, including Québec Science, Les Explorateurs, Espace and Reflet de Société. Les membres de l’AQEM et de la SODEP attirent de nouveaux abonnés au moyen de la campagne

Achetez 2 abonnements, OBTENEZ-EN 1 GRATUIT. Plus de 60 titres ! Ne manquez pas le grand solde annuel de magazines. COMMANDEZ MAINTENANT ! Abonnez-vous aujourd’hui au 1gratuit.magazinescanada.ca ou en appelant au 1-866-289-8162 Code d’offre spéciale : PAFA Conservez les 3 abonnements ou OFFREZ-EN en cadeau. Abonnements imprimés ou numériques. Avec un tel choix, il est facile de trouver les meilleurs titres à lire ou à partager.

Captez ce code et courez la chance de gagner un iPad.

« Achetez-en 2, obtenez-en 1 GRATUIT » de Magazines Canada. Cette opération de marketing a généré 1 300 abonnés francophones supplémentaires l’année dernière, en expérimentant des tactiques de marketing que les participants peuvent adopter pour leurs propres promotions. Cette année, la campagne a attiré de nombreux titres québécois, dont des poids lourds du magazine grand public, tels que Sélection et 7 Jours, et des magazines spécialisés comme Québec Science, Les Explorateurs, Espace et Reflet de Société.

The Manitoba Magazine Publishers’ Association (MMPA) launched its digital newsstand with

support from the Manitoba Department of Culture Heritage and Tourism, Arts Branch and the Canada Periodical Fund. There are 15 MMPA members participating and 19 titles will be featured on the Manitoba Magazines newsstand. The site sells digital and print subscriptions as well as single-issue digital copies. “We are excited to offer our members this opportunity to expand their reach and potential subscription and advertising sales,” says MMPA president Dorothy Dobbie, of Pegasus Publications Inc. La Manitoba Magazine Publishers’ Association (MMPA) a lancé son kiosque numérique

avec le soutien de la Direction des arts du ministère de la Culture, du Patrimoine et du Tourisme du Manitoba, et du Fonds du Canada pour les périodiques. La MMPA compte 15 membres participants, et 19 titres seront représentés au kiosque numérique des magazines du Manitoba, qui vend des abonnements numériques et imprimés ainsi que des exemplaires numériques de numéros uniques. « Nous sommes enthousiastes d’offrir ainsi à nos membres l’occasion d’augmenter leur portée et les ventes d’abonnements et de publicité », nous dit la présidente de la MMPA, Dorothy Dobbie, de Pegasus Publications inc. The Magazine Association of BC appointed new executive director Sylvia Skene

following Rhona MacInnes’ resignation last June. “I look forward to taking on the challenges of supporting the members of the Magazine Association of BC as we grapple with issues such as investigating and adopting new publishing and advertising platforms and models, diversifying funding and sponsorships, and finding and keeping the best people for our magazines,” she says. Previous to her new post, Skene worked for the Advanced Education Media Acquisitions Centre at Vancouver’s Langara College. La Magazine Association of BC a nommé Sylvia Skene directrice générale à la suite de

la démission de Rhona MacInnes, en juin dernier. « J’ai hâte de relever les défis associés au soutien aux membres de l’Association alors que nous appréhendons des enjeux comme l’exploration et l’adoption de nouveaux modèles et de nouvelles plateformes éditoriales et publicitaires, la diversification des sources de financement et de commandites, ainsi que la recherche et la conservation des meilleurs talents pour nos magazines », reconnaîtelle. Auparavant, Mme Skene travaillait au Advanced Education Media Acquisitions Centre, au Langara College de Vancouver.

magazinescanada.ca

21


Digital

numérique

Not So Nebulous Pas si nébuleux

The term “cloud computing” has been floating around the publishing industry, but are we clear on what it is and what it means for magazines? Thomas Erl, editor of Service Technology Magazine, best-selling IT author and founder of SOASchool.com and CloudSchool.com, fills us in on the details L’expression « informatique en nuage » circule dans l’industrie

de l’édition, mais savons-nous vraiment ce dont il s’agit et ce que cette technologie représente pour les magazines ? Thomas Erl, rédacteur en chef de Service Technology Magazine, auteur à succès en TI et fondateur de SOASchool.com et de CloudSchool.com, nous donne quelques précisions.

1

Brush up on the basics

The “cloud” itself is a collection of extremely powerful computers, and related hardware and software. Cloud computing (CC) allows publishers to share computing abilities that are managed by a cloud provider. For some, CC is a practical alternative to investing in computer hardware and assuming the ongoing responsibility of administering and maintaining it. Instead, you lease resources that are owned and maintained by others. Many companies are drawn to CC solely as a means of providing central storage of their business information. Innovative technologies allow clouds to provide inexpensive, high-performance storage solutions that enable companies to move information away from their on-premises IT departments and open up new avenues for different teams to share the information. A word of caution: This is a business model that needs to be carefully studied. There have been cases where companies have realized that leasing costs went beyond what it would have cost to own and operate comparable computer hardware themselves.

22

magazinescanada.ca

Rudiments du concept

Le « nuage » est une somme d’ordinateurs très puissants, d’équipements et de logiciels interreliés. L’informatique en nuage (IN), également appelée « informatique dématérialisée », permet aux éditeurs de partager des ressources informatiques qui sont gérées par un fournisseur de nuage. L’IN peut constituer une solution de rechange pratique à l’investissement dans de l’équipement informatique et à la responsabilité de sa gestion et de son entretien. Cette technologie vous permet de louer les ressources, qui appartiennent à des tiers, qui en assurent également l’entretien. Plusieurs entreprises se tournent vers l’IN dans le seul but de l’utiliser pour stocker leurs informations commerciales. Grâce à diverses technologies novatrices, les nuages offrent des solutions de stockage peu coûteuses et très efficaces qui permettent aux entreprises de stocker leur information à l’extérieur de leurs services de TI internes et d’avoir accès à de nouvelles avenues pour permettre à leurs équipes de partager l’information. Attention toutefois : il s’agit d’un modèle d’affaires qui doit faire l’objet d’une étude préalable approfondie. Certaines

entreprises ont constaté que les coûts de location étaient supérieurs à ceux qu’elles auraient engagés dans l’achat et la gestion d’un équipement informatique comparable.

2

Look beyond the Web

If you’ve already worked with Web-based applications, CC may not sound that impressive. But what’s especially important about CC is that it is “scalable and measured.” Let’s look at a cloud-based collaboration program. Imagine that over the next few weeks your publication takes on new employees or freelancers, each of whom will share documents and information on a big project. The cloud-based collaboration program can automatically accommodate this increase in usage (known as “scaling”) without your having to do anything at all. Cloud providers effectively lease out the computing abilities of their clouds so customers are billed for the amount of usage that they actually incur. Going back to the previous example, as the number of freelancers or staff members


publications. You can build your own subscription system into these types of platforms and make use of automatic advertisement features to generate additional revenue. Other cloud-based options exist to make your publications available on alternative reading devices, such as tablets and smartphones. Songez à une solution personnalisée

using the cloud increases or decreases, the costs are automatically adjusted.

illustration by / de © Ikon Images / Masterfile

Voir au-delà du Web

Si vous avez déjà utilisé des applications Web, l’IN vous laisse peut-être tiède. Mais un aspect particulièrement important de l’IN est son caractère « mesurable ». Voyons, à titre d’exemple, ce que serait un programme de collaboration basé sur l’informatique en nuage. Imaginez qu’au cours des prochaines semaines, votre publication embauche de nouveaux employés ou pigistes, chacun étant appelé à partager des documents et de l’information dans le cadre d’un vaste projet. Le programme de collaboration fondé sur l’informatique en nuage peut automatiquement prendre en charge ce surcroît d’utilisation (cela s’appelle « mise à l’échelle »), sans que vous n’ayez à intervenir. Les fournisseurs de nuages louent la capacité de traitement informatique de leurs nuages, les utilisateurs paient selon la quantité d’utilisation de cette capacité. Dans l’exemple précédent, à mesure qu’augmentera le nombre de

pigistes et de membres du personnel utilisant le nuage, les coûts seront automatiquement rajustés.

3

Consider a custom fit

As a magazine publisher, you can build your own cloud-based programs or use one of the many existing programs to support your publications. But the real question is: “What types of cloud-based programs are relevant to magazine publishers?” The type of collaboration program described earlier allows your publishing team to work together on each issue, even if each member of the team is in a different location. However, one of the most successful uses of CC by magazine publishers is in online publishing and distribution. Magazines can publish their issues using their own cloud-based solutions or third-party programs, such as Issuu.com or HP’s MagCloud.com. These options allow you to upload an electronic copy of a magazine that can then be made available as part of a catalogue of international

À titre d’éditeur de magazines, vous pouvez mettre sur pied vos propres programmes fondés sur la technologie du nuage, ou utiliser un des nombreux programmes existants pour soutenir vos publications. La véritable question à vous poser : « Quels types de programmes d’informatique en nuage conviennent le mieux aux éditeurs de magazines ? » L’exemple de programme de collaboration dont nous venons de traiter permet à votre équipe d’édition de collaborer à la préparation de chaque numéro, même si les membres de l’équipe se trouvent à des endroits différents. Toutefois, une des utilisations les plus réussies de l’IN par les éditeurs de magazines est l’édition et la diffusion en ligne. Les magazines peuvent publier leurs numéros en utilisant leurs propres solutions fondées sur l’informatique en nuage ou les programmes de tiers, dont Issuu.com ou le programme MagCloud.com de HP. Ces options vous permettent de téléverser une version électronique d’un magazine, qui pourra dès lors être offerte dans un catalogue de publications internationales. Vous pouvez bâtir votre propre système d’abonnements en utilisant ces types de plateformes et utiliser des fonctionnalités de publicité automatique pour générer des revenus supplémentaires. Il existe d’autres options d’utilisation de la technologie de l’informatique en nuage offertes pour d’autres dispositifs de lecture, dont les tablettes et les téléphones intelligents. magazinescanada.ca

23


Technique technique

Special Interest Publications Publications spécialisées A Q&A with Maryam Sanati, editorial director, special projects at Toronto Life Une foire aux questions avec Maryam Sanati, directrice de la rédaction, projets spéciaux, chez Toronto Life.

Why should a publisher consider producing an SIP?

The fundamental reason to do an SIP is to serve the reader. SIPs allow us to publish a series of books on very specific topics that we know our readers would be interested in buying. At Toronto Life, we focus very rigorously on local content because we know our readers want high-quality service journalism with an urban focus. What are the benefits?

Aside from serving the reader, SIPs present an opportunity to increase revenues, strengthen the brand, attract new readers and strengthen your authority on a particular subject area. This is an extra chance to articulate your brand vision and expand your readership. Are they costly to produce?

Repurposing or repackaging content is a long-standing strategy for SIPs, so the production costs mainly depend on how much you will reuse from the main book and how much new editorial content you will generate. If, for example, you are a magazine like Chatelaine or Canadian Living and you publish recipes in every issue, you’ll have a vault of repurposable materials. At Toronto Life, we use a mix of existing and new content, have a very lean staff base, look at very efficient book sizes and are lucky to have SIPs that appeal to a strong local advertising base. Essentially, I think it’s fair to say that SIPs can make a handsome profit if you manage your content well.

24

Pourquoi un éditeur devrait-il envisager la production d’une PS ?

La raison fondamentale de la diffusion d’une publication spécialisée (PS) est d’offrir un service au lecteur. Les PS nous permettent de publier une série de livres sur des sujets très pointus que nos lecteurs souhaiteraient acheter. Chez Toronto Life, nous nous centrons rigoureusement sur un contenu local, parce que nous savons que nos lecteurs privilégient un journalisme de haute qualité à orientation urbaine. Quels en sont les avantages ?

En plus de constituer un service pour les lecteurs, les PS sont une occasion d’augmenter les revenus, de dynamiser l’image de marque, d’attirer de nouveaux lecteurs et d’établir votre compétence dans un secteur particulier. C’est une occasion supplémentaire d’articuler la vision de votre publication et d’augmenter votre effectif-lecteurs. Leur production est-elle coûteuse ?

La réorientation ou le réaménagement du contenu est une stratégie de longue date pour les PS. Les coûts de production dépendent ainsi principalement de la quantité de contenu de la publication principale que vous réutiliserez et de la quantité de nouveaux contenus que vous produirez. Si, à titre d’exemple, votre publication est un magazine tel que Châtelaine ou Canadian Living et que vous publiez des recettes dans chaque numéro, vous avez en main une mine de contenus réutilisables. Chez Toronto Life, nous utilisons une combinaison de contenu existant et de nouveaux contenus, nous avons un personnel très limité, nous recherchons des formats de présentation efficients et nous avons la chance d’avoir des PS qui intéressent une base très solide d’annonceurs locaux. Essentiellement, je pense qu’il est juste de dire que les PS peuvent être une source de profits intéressants si vous gérez bien votre contenu.

Final words?

Le dernier mot ?

Closely monitor how well your SIPs are doing on the newsstand. It’s an indicator of brand success and a measure of how well you’re resonating with the public.

Suivez étroitement les résultats de vos PS en kiosque. Ils sont un bon indicateur du succès de votre marque et vous donnent la juste mesure de l’intérêt que vous suscitez chez le public.

magazinescanada.ca


3012124 © egorr / Crestock

crestock.com

ROYALTY-FREE IMAGES FROM JUST $1

RÉDACTION CHARLES GIRARD INC. SERVICES DE RÉDACTION PROFESSIONNELLE // PROFESSIONAL COPYWRITING

DEPUIS 25 ANS • Rédaction et conception • Traduction/adaptation de l’anglais vers le français • Révision, réécriture et correction d’épreuves

FOR 25 YEARS • Copywriting and creative copy (French) • Translation/adaptation from English to French • Editing, rewriting and proofreading (French)

Membre//Member Membre Member

MF_CanadianMag_ad_2012.indd 1

RÉDACTION CHARLES GIRARD INC. //2459, RUE MARIE-ANNE EST //MONTRÉAL (QUÉBEC) //H2H 1N5 T 514.609.6167 //E CHARLES.GIRARD@VIDEOTRON.CA

12-02-06 1:54 PM


Spotlight

pleins feux

That’s the Spirit

Tel est l’esprit

A Winnipeg magazine raises holy mischief Un magazine de Winnipeg sème la zizanie. By / par Dave Mitchell

Six years after co-founding Geez magazine, editor Aiden Enns’s biggest regret is . . . ​not enough controversy. “I regret we don’t get more flak from Christian fundamentalists,” Enns says with characteristic irreverence. “My favourite story is when a conservative U.S. radio station took some jabs at us on-air. Our former editor, Will Braun, contacted the guy and offered him a full page in Geez to rant about us. At first he didn’t trust us, but then we ran his ‘Top 10 reasons Geez gets up my nose’ (by Todd Friel).” Since then, the reaction from conservatives has been muted. Nothing, it seems, quiets your critics like taking them seriously. Geez, based in Winnipeg and published quarterly, bills itself as a sanctuary for the “over-churched, un-churched and maybe even the un-churchable.” Blending engaging design, compelling writing, provocative awareness-raising campaigns and a principled stand against advertising, the magazine explores the intersection of spirituality and social action from a marginally Christian perspective. Enns describes the magazine’s vantage point, and its intended readership, as “post-Christian”: “If you think you don’t have to go to church to be saved, but you think your salvation (sense of wholeness, interconnectedness, the sense of peace that can absorb and transform violence) is wrapped up in the alleviation of the suffering of others, you might be post-Christian.” In its half-dozen years of publishing, Geez has attracted readers and accolades from both sides of the border. The magazine boasts a subscriber base of 1,500, an Utne Press

26

magazinescanada.ca

Six ans après avoir cofondé le magazine Geez, le plus grand regret d’Aiden Enns est… de ne pas avoir suscité plus de controverse. « Je regrette que nous n’attirions pas davantage les foudres des fondamentalistes chrétiens », confie-t-il, avec son irrévérence caractéristique. « Mon article favori est celui qui se rapporte à une station de radio américaine qui nous a asséné quelques jabs sur les ondes. Notre ancien rédacteur en chef, Will Braun, a contacté le responsable et lui a offert une pleine page dans Geez afin qu’il puisse fulminer à souhait à notre sujet. Initialement, il ne nous fit pas confiance, mais nous avons par la suite publié son article “Les 10 principales raisons pour lesquelles Geez me fait monter la moutarde au nez ” (par Todd Friel). » Depuis, la réaction de la frange conservatrice s’est traduite par un silence opaque. Rien, semble-t-il, ne cloue autant le bec à vos critiques que de les prendre au mot. Geez, situé à Winnipeg et publié trimestriellement, s’affiche comme un sanctuaire pour les « sursaturés de la pratique religieuse, les non-pratiquants et peut-être même les irréductibles opposants à la pratique religieuse ». Amalgamant une présentation visuelle attrayante, un style rédactionnel irrésistible, des campagnes provocantes et un étendard antipublicitaire, ce magazine explore la croisée entre la spiritualité et l’action sociale, d’un point de vue animé par un christianisme marginal.


Award for best spiritual coverage (2009) and enthusiastic attention from such media programs as CBC’s Sunday Morning and Tapestry. For associate publisher Melanie Dennis Unrau, the magazine is more than just a job: “I’ve been a Geez reader since almost the beginning. Born to be a feminist but raised in a patriarchal, fundamentalist church, I’ve spent my adult years looking for feminist, queer-positive and social justice-oriented ways of being in a faith community. Geez has been an important resource for me as I feel my way. “I’m also finding my way as an editor,” she adds. “I was a volunteer proofreader at Geez for a couple of years before I became a contract worker this summer. I’m also guest editing Geez 24 on privilege.” Perhaps because of its principled stance (and its shoestring budget), the magazine attracts younger writers and volunteers – ​which, for Enns, is a big part of the payoff. “The most rewarding thing for me is to create a platform for others to shine. I get a vicarious thrill when others put out their writing, art, ideas and passion.”

Enns décrit l’angle que privilégie le magazine et le bassinlecteur qu’il vise par le qualificatif de « post-chrétien » : « Si vous estimez que vous n’avez pas à fréquenter l’église pour obtenir votre salut, mais croyez que ce salut (sentiment de plénitude, d’interconnexion, de paix qui vous permet d’accueillir et de transformer la violence) se résume à la capacité d’éviter la souffrance à autrui, vous êtes probablement post-chrétien. » Au cours de sa demi-douzaine d’années de publication, Geez a su attirer les lecteurs et susciter leur enthousiasme, des deux côtés de la frontière. Ses abonnés sont au nombre de 1 500, il a obtenu un prix Utne Press Award pour l’excellence de sa couverture de la vie spirituelle (2009) et il a su attirer l’attention d’émissions telles que Sunday Morning et Tapestry de la CBC. Pour l’éditrice adjointe Melanie Dennis Unrau, le magazine représente plus qu’un simple emploi : « Je lis Geez depuis l’époque de ses premiers jours. Née pour être une féministe, mais élevée selon les principes d’une église patriarcale et fondamentaliste, j’ai consacré mon âge adulte à rechercher des façons d’évoluer dans une communauté animée par la foi, selon une vision féministe, singulièrement positive et axée sur la justice sociale. Geez a été une ressource importante qui m’a aidée à trouver ma voie. Je trouve également ma voie à titre d’éditrice, ajoutet-elle : « J’ai été correctrice d’épreuves bénévole chez Geez pendant quelques années avant de devenir employée contractuelle cet été. Je collabore également à l’édition du Geez 24 à titre privilégié. » Probablement à cause de ses principes (et de son budget restreint), le magazine attire les jeunes rédacteurs et bénévoles, ce qui, pour Enns, est un atout important. « L’ aspect le plus gratifiant de mon travail est qu’il me permet d’offrir une plateforme où chacun peut briller. J’éprouve un plaisir vicariant à voir les gens proposer des textes et faire valoir leur art, leurs idées et leur passion. » magazinescanada.ca

27


Spotlight

pleins feux

Print Positive

Impression positive

Ryerson’s J-School students get the words out Les étudiants de l’école de journalisme à l’université de Ryerson se passent le mot. By / par Kevin Brooker

Long before unpaid internships became a distasteful option for emerging careerists, veteran magazine editor and now emeritus professor Don Obe founded the Ryerson Review of Journalism (RRJ). For Ryerson University’s School of Journalism in Toronto, it was a brilliant idea in 1984 and it remains so today. Its mission is unchanged: to encourage senior journalism students to make in-depth explorations of their chosen field while applying the highest possible professional standards. The result is a twice-yearly, perfect-bound magazine devoted to examining all facets of Canadian media life – ​something no grown-up publication even bothers to do. And frankly, it is anything but sophomoric. The RRJ has become a must-read for working journos; has garnered dozens of awards, often against fully professional teams; and has earned kudos from eminences such as Robert Fulford and the late Pierre Berton. Haley Cullingham is the editor of the most recent edition, Winter 2012. “Our team of 13 started conceptual work back in May,” she says of the gruelling schedule, overseen by faculty member (and, importantly, working journalist), Tim Falconer. “By October, the final drafts are due – ​t his time we had 12 features from 2,500 to 4,000 words.” Subjects range broadly. Cullingham has short items about Twitter ethics, online updating policy and the special challenges for female war correspondents. Her cover, on the state of media in the North, is actually three separate stories. “We don’t have any editorial budget, so all three writers paid their own way to the Arctic and took their own photographs.”

28

magazinescanada.ca

Bien avant que les stages non rémunérés en entreprise ne deviennent une option peu alléchante pour la relève, le rédacteur de magazine chevronné et aujourd’hui professeur émérite Don Obe a fondé le programme Ryerson Review of Journalism (RRJ). Pour l’école de journalisme de l’université Ryerson, à Toronto, il s’agissait, en 1984, d’une idée brillante, qui le demeure tout autant aujourd’hui. Sa mission reste inchangée : inciter les étudiants adultes en journalisme à explorer en profondeur le secteur qu’ils ont choisi tout en respectant les normes professionnelles les plus rigoureuses. Il en a résulté la publication semestrielle d’un magazine relié sans couture portant sur toutes les facettes des médias canadiens, mission dont aucune publication accomplie ne s’investit. Le RRJ est devenu un incontournable pour les journalistes professionnels, a récolté des dizaines de prix après avoir rivalisé avec des équipes professionnelles, et a été salué maintes fois par des sommités telles que Robert Fulford et feu Pierre Burton. Haley Cullingham est rédactrice en chef de la plus récente édition, celle de l’hiver 2012. « Notre équipe de 13 collaborateurs s’est mise au travail de conception en mai », soulève-t-elle en évoquant le calendrier exténuant, supervisé par un membre du corps professoral (et, il faut le souligner, journaliste


professionnel), Tim Falconer. « Fin octobre, les textes finaux doivent être prêts : cette fois-ci, nous avions 12 articles de 2 500 à 4 000 mots. » Les sujets sont diversifiés. Mme Cullingham traite brièvement de l’étiquette sur Twitter, de la politique de mise à jour en ligne et des défis particuliers que doivent relever les correspondantes de guerre. Sa couverture de l’état des médias dans le Nord comporte en réalité trois articles distincts. « Nous n’avons pas de budget de rédaction, et c’est ainsi que les trois rédacteurs ont payé leur propre voyage dans l’Arctique et pris leurs propres photographies. »

Sometimes cheeky, sometimes blistering in its critiques, the RRJ has never shied away from controversy. Tantôt culotté, tantôt acerbe dans ses critiques, le RRJ n’a jamais craint la controverse.

“Money is always tight,” admits Lynn Cunningham, another Ryerson prof and industry veteran who will oversee the Spring 2012 edition. “Ads from corporate sponsors are shrinking, and it’s still very expensive to get a quality print run of only 1,000 copies.” Though they obviously lack the funds for true circulation research, Cunningham believes there is a robust pass-along rate in the corridors of journalism. Sometimes cheeky, sometimes blistering in its critiques, the RRJ has never shied away from controversy. Cunningham fondly remembers one cover that still adorns the cubicles of working journalists she knows. On the subject of police reporting, its text-only cover screamed, “I never knew what an asshole I was until I became a journalist.” As for the world that Haley Cullingham and her cohort are about to graduate into, she remains optimistic: “People will still want to read magazines. I don’t believe quality is going to go away. It will just take other forms, like iPad versions. And that’s exactly where our generation has to get creative.”

« L’argent est toujours une contrainte », reconnaît Lynn Cunningham, une autre professeure de Ryerson et pionnière de l’industrie, qui supervise l’édition du printemps 2012. « Les annonces des commanditaires commerciaux sont en baisse, et il demeure très coûteux d’obtenir un tirage limité à 1 000 exemplaires. » Bien que les fonds nécessaires pour mener des études sur la diffusion manquent à l’appel, Mme Cunningham croit que le taux de lecteurs secondaires est musclé dans les corridors du journalisme. Tantôt culotté, tantôt acerbe dans ses critiques, le RRJ n’a jamais craint la controverse. Mme Cunningham se souvient bien de cette couverture qui orne aujourd’hui encore les cubicules de journalistes actifs qu’elle connaît bien. À propos de la question des rapports de police, cette couverture exclusivement typographique clamait : « Je n’ai su à quel point je n’étais qu’un moins que rien que le jour où je suis devenu journaliste. » Quant à l’univers où la cohorte de Haley Cunningham s’apprête à entrer, elle demeure optimiste : « Les gens vont continuer de vouloir lire des magazines. Je ne crois pas que la qualité disparaîtra. Elle prendra simplement d’autres formes, comme celle des versions pour iPad. Et c’est là que notre génération devra faire preuve de créativité. » magazinescanada.ca

29


Ex h

so

wmm

ib

ld ition ou area t

REgistER as a dElEgatE today

worldwide

media marketplace The world’s greatest publishing opportunity London • 29–30 May 2012

Register at wmm.net get your pre-launch copy of

licEnsing & syndication ExplainEd by contacting claire@ fipp.com


Campaigns

campagnes

Savvy Success

mission accomplie

Three notable accomplishments in the world of Canadian magazines Trois réussites notoires dans l’univers des magazines canadiens.

On July 13, culture-jamming magazine Adbusters published a blog post on their website that called for 20,000

people to #OccupyWallStreet. By mid-September, the movement spread through social media sites, including Twitter and Facebook. The first protests started in New York and swelled to more than 900 cities around the world. “We always thought of ourselves as the catalyzers, the people who set that meme, as we like to call it, in motion,” said publisher Kalle Lasn in an interview with The Tyee. Adbusters was not only able to tune into people’s anger at social and financial inequality, but also to further prove the power of social media. Le 13 juillet, le magazine culturel Adbusters publiait un affichage sur le blogue de son

site Web, invitant 20 000 personnes à participer au mouvement #OccupyWallStreet. À la mi-septembre, le mouvement s’est répandu dans les sites des médias sociaux, dont Twitter et Facebook. Sa première manifestation a eu lieu à New York et a été imitée dans plus de 900 villes du monde. « Nous nous sommes toujours perçus comme des catalyseurs, ceux qui ont donné un élan à ce mème, comme nous aimons désigner ce mouvement », dit l’éditrice Kalle Lasn dans une entrevue avec The Tyee. Adbusters a su non seulement se mettre au diapason de la grogne de la population contre l’injustice sociale et financière, mais également démontrer le pouvoir des médias sociaux.

PHOTO OF IPAD BY / PHOTO DU IPAD DE © Masterfile rf

In September, TVA Publications strengthened their magazine brands with several new digital offerings. The Clin d’œil tablet application, for Apple and Android platforms, makes them the first Canadian fashion magazine to offer a custom tablet edition app, complete with exclusive audio, behind-the-scenes videos and shopping guides. In addition, the French media publisher launched websites for Chez soi (chezsoimagazine.com), Les Idées de ma maison (ideesdemamaison.com) and Rénovation-Bricolage (magazinerenovationbricolage.com). En septembre, TVA Publications a augmenté la portée de ses magazines en les dynamisant

grâce à plusieurs offres numériques. L’application pour tablette de Clin d’œil, offerte pour les plateformes Apple et Android, fait de cette publication le premier magazine de mode canadien à offrir une application pour tablette personnalisée, assortie de clips audio, de vidéos d’arrière-scène et de guides de magasinage. De plus, cet éditeur de langue française a lancé des sites Web pour Chez soi (chezsoimagazine.com), Les idées de ma maison (ideesdemamaison.com) et Rénovation-Bricolage (magazinerenovationbricolage.com). To celebrate their 35th anniversary, L’actualité underwent a sweeping

redesign. The September issue celebrated a fresh look with a graphic template that allows for more white space and photography as well as new columns from JeanHughes Roy (technology), Mathieu Charlebois (music) and Nadia Fournier (wine). Quebec’s number one bestselling news magazine also launched an iPad edition and a multiplatform promotional campaign that included QR code-accessed content, radio spots and a Twitter presence. Pour célébrer son 35e anniversaire, L’actualité a entrepris une refonte

complète de la facture du magazine. Le numéro de septembre projetait une image rafraîchie grâce à une plateforme graphique plus aérée, accordant plus de place à la photographie, et proposait de nouvelles rubriques de Jean-Hughes Roy (technologie), Mathieu Charlebois (musique) et Nadia Fournier (vin). Le magazine d’actualité le plus vendu au Québec a également lancé une édition pour iPad ainsi qu’une campagne promotionelle multiplateforme utilisant la technologie du code QR, des annonces radio et une présence sur Twitter. magazinescanada.ca

31


Advocate

défenseur

21st Century A.D. D.A. du 21e siècle

Donna Braggins guides the development of future art directors and illustrators as a Bachelor of Applied Arts, Illustration professor at Sheridan College in Toronto. Over her 20+-year career, she has won numerous awards, including the National Magazine Awards for art direction, and served as A.D. for Maclean’s and Canadian Business magazines. Donna Braggins supervise le perfectionnement de futurs directeurs artistiques et illustrateurs à titre de professeure en illustration dans un programme de baccalauréat en arts appliqués, au collège Sheridan, à Toronto. Au cours de sa carrière de plus de 20 ans, elle a remporté plusieurs prix, dont le Prix du magazine canadien en direction artistique, et elle a été directrice artistique (D.A.) aux magazines Maclean’s et Canadian Business.

I often think of an art director as a visual journalist. Like editors and writers, art directors and designers are engaged in using language to tell stories to a well-defined audience of readers. Editors use words to convey ideas; art directors use visual language. The combination of structure and image choice allows an A.D. to create tone, just as a writer does in the telling of a story. The Internet and new media platforms make information and entertainment available in increasingly dynamic forms. One of the biggest challenges for art directors is adapting to these new forms. They have to consider how each magazine platform affects the structure and pacing of an issue. When laying out pages

32

magazinescanada.ca

and assigning images, they have to understand the way a page works when it can be translated to a device that moves both vertically and horizontally. This is an age of visual literacy. There are so many people who are knowledgeable about design tools, such as Photoshop or typography, and this audience has an appetite for engaging and well-designed experiences. Art directors require an increasingly sophisticated skill set to meet their expectations. Fortunately, art directors have always been on the front line of any change in technology, whether this meant the move from metal type to phototype or the advent of desktop publishing and the introduction of digital images.

Je vois souvent le directeur

artistique (D.A.) comme un journaliste visuel. À l’instar des rédacteurs, les directeurs artistiques et les concepteurs visuels utilisent un langage qui leur est propre pour raconter des histoires à un lectorat bien défini. Les rédacteurs utilisent les mots pour véhiculer des idées ; les directeurs artistiques utilisent le langage visuel. La combinaison de structures et d’images permet au D.A. d’établir un ton, tout comme le rédacteur le fait pour raconter une histoire. Internet et les nouvelles plateformes de médias proposent de l’information et du divertissement sous des formes de plus en plus dynamiques. Un des plus grands défis que doivent relever les directeurs artistiques est de s’adapter à celles-ci. Ils doivent considérer l’impact de chaque plateforme de magazine sur la structure et le rythme de déroulement d’un numéro. Au moment de la mise en page et du choix des images, ils doivent comprendre les règles qui régissent les pages lorsque celles-ci sont appelées à être affichées sur un dispositif présentant le contenu selon un déroulement vertical et horizontal. Nous vivons une époque de littératie visuelle. On ne compte plus le nombre de personnes qui connaissent bien les outils de conception visuelle, dont Photoshop ou la typographie. Les directeurs artistiques doivent avoir des compétences de plus en plus spécialisées pour répondre aux attentes de cette audience, toujours avide d’expériences stimulantes et bien ficelées. Heureusement, les directeurs artistiques ont toujours été à l’avant-garde de la technologie, comme ils l’ont démontré en passant de la typographie utilisant le métal à la photocomposition, ou encore en adoptant précocement l’édition électronique et les images numériques.


Toolbox

boîte à outils

Finding Presence

En quête de présence

illustration by / de © Ikon Images / Masterfile

Establishing a successful online presence for your magazine might seem like a daunting task, but a recently launched series of online courses can help demystify the process. Developed by the Cultural Human Resources Council and Magazines Canada, the courses cover four areas of magazine publishing: editorial, production, ad sales and circulation. They are led by experts in each field, including Jacqueline Howe, chief publishing officer, Howe Brand; Jacqueline Kovacs, former deputy editor, Today’s Parent; Kim Latreille, group director, production, St. Joseph Media; and Jon Spencer, ■■ La numérisation de la fonction president, Abacus Circulation Inc. publicitaire dans l’édition des magazines est un cours qui explore Établir avec succès la présence en ligne de votre magazine les nouvelles formes de médias avec peut vous paraître un défi de taille, mais une série de cours lesquelles doivent composer les en ligne lancée récemment peut vous aider à démystifier le spécialistes des ventes publicitaires processus. Créés par le Comité des d’aujourd’hui et qui couvre divers sujets ressources humaines culturelles clés tels que le nouveau vocabulaire du et Magazines Canada, ces marketing, le rôle des mesures et l’art de cours couvrent quatre volets tirer parti des atouts de votre magazine. de l’édition de magazines : ■■ La numérisation de la fonction le contenu, la production, les rédactionnelle dans l’édition des ventes publicitaires et magazines est un cours qui traite la diffusion. Ils sont pilotés de l’art de bien adapter les articles par des spécialistes de chacun imprimés au contexte du Web et de ces secteurs, dont Paule qui circonscrit les outils qui vous permettront d’établir un rapport de Beaugrand-Champagne, fidélisation et de partage avec vos spécialiste et consultante en lecteurs pour mieux répondre à leurs information et journalisme.

■■ The Digitization of the Advertising Function in Magazine Publishing course explores the new forms of media challenging magazine sales people today and covers such key topics as marketing’s new vocabulary, the role of metrics and how to leverage your magazine’s assets. ■ ■ The Digitization of the Editorial Function in Magazine Publishing course looks at how to best translate print stories for the Web and identifies the tools to engage and share with your readers to better serve them online as well as in print.

■■ The Digitization of the Production Function in Magazine Publishing course introduces you to new technologies and platforms and helps you to develop effective production management processes to move your content online. ■■ The Digitization of the Circulation Function in Magazine Publishing course delves into the ways in which circulation management professionals can assess new opportunities in the digital realm and how they can anticipate and react to this evolving market.

besoins, en ligne et par l’imprimé. ■■ La numérisation de la fonction de la production dans l’édition des magazines est un cours qui vous présentera les nouvelles technologies et plateformes et qui vous aidera à mettre en place des processus efficaces de gestion de la production pour offrir votre contenu en ligne. ■■ La numérisation de la fonction de la diffusion dans l’édition de magazines est un cours qui explore diverses façons, pour les professionnels de la gestion de la diffusion, d’évaluer les nouvelles occasions qu’offre l’univers numérique, ainsi que l’art de prévoir les tendances de ce marché évolutif et d’y réagir.

For more information or to sign up, go to magazinescanada.ca/go/courses.

Pour plus d’information ou pour vous inscrire, rendezvous au magazinescanada.ca/go/cours.

magazinescanada.ca

33


700-03448765 Š Harald Vorsteher / Masterfile

awesome find stock images faster with

search tools

masterfile.com

Canadian Centre for Studies in Publishing The Canadian Centre for Studies in Publishing is a joint universityindustry centre for teaching, research and innovation. The ccsp strives to be at the forefront of change whether that change is in technology, business, design, editing, or policy. Most recently, it has revamped its graduate curriculum to integrate digital realities into all courses. At the undergraduate level it is mounting courses MF_CanadianMag_ad_2012.indd 1 that explore the explosion of self-publishing and social media examining, technology, business, and personal dynamics.

Master of Publishing

Undergraduate Publishing Minor

SFU Publishing Workshops

The Master of Publishing program prepares post-secondary graduates to become publishing professionals or pursue research in publishing with a solid understanding of professional practice.

The Undergraduate Publishing Minor prepares students to move into entry-level jobs and to further their education in the discipline.

The SFU Publishing Workshops provide both an introduction to the industry and opportunities for publishing professionals to add skills to their repertoires.

For further information contact: e ccsp-info@sfu.ca t 778.782.5242 w www.ccsp.sfu.ca

For further information contact: e ccsp-info@sfu.ca t 778.782.5242 w www.ccsp.sfu.ca

For further information contact: e pubworks@sfu.ca t 778.782.5241 w www.ccsp.sfu.ca/pubworks 12-02-06 2:08 PM

faculty of communication, art & technology

mpub&spw_HalfPage_CanMag.13FEB12.indd 1

2/13/12 1:08:04 PM


Make some noise . . . Ça va sauter !

photo by / de © masterfile rf

Say hello to super cool, innovative printing solutions that grab and hold readers’ attention. Des solutions d’impression super-rafraîchissantes et innovatrices qui attirent, puis retiennent l’attention des lecteurs.

magazinescanada.ca

35


You’d be surprised what you can do with

the printed page these days. Your imagination – or, rather, your budget – is the limit. Of course, we’re not talking about paper-thin television (remember Entertainment Weekly’s widely publicized video in print?) or the e-ink technology that makes words flash on a printed page. (Esquire reportedly splashed out six figures hiring an engineer just to make a battery to power its limited 75th edition e-ink cover in 2008.) These kinds of investments are neither practical nor realistic for a Canadian magazine. However, with the help of a few experts*, we’ve identified mind-blowing, splurge-worthy print solutions. Says Andrew MacEachern, president of Toronto’s Information

Packaging Inc., “Interactive print solutions are effective when they are an integrated component of a strong communications program or incorporated as a powerful design element in editorial.” In other words, when done right, they can more than make up for their cost in impact. For example, a whopping 90% of readers surveyed returned to high-impact ads, and 96% remembered seeing the ad, according to GfK Starch Ad Readership Studies. So get ready to think outside the ho-hum everyday page with these options.

p a K * Go to magazinescanada.ca/cmc/spring for a list of our panel of experts.

On the Cover / suR LA COUVERTURE

BOUM

What: A new innovation in print: the Snappertm! How: One cleverly folded page that snaps out into a DPS on a cover or interior page of a mag or DM piece. Seen In: CANADIAN MAGAZINES CANADIENS . To our knowledge, this is the first use on a magazine cover. Price tag: For a cover, $1.50–$2.00 per unit for lower quantities; under $1.25 for larger numbers.

For an insert, $1.00–$2.00 per unit for lower quantities; under $1.00 for larger numbers. Quoi : Une innovation de l’imprimé: le Snapper mc ! Comment : Une page pliée, qui explose en une double page

de couverture ou en une double page intérieure, dans un magazine ou sur une pièce de marketing direct. Vu dans : CANADIAN MAGAZINES CANADIENS. À notre connaissance, c’est la première utilisation faite sur une couverture de magazine. Prix : Pour une couverture, 1,50 $ – 2,00 $ l’unité pour les faibles quantités; moins de 1,25 $ pour les grandes quantités. Pour un encart, 1,00 $ – 2,00 $ par unité pour les petites quantités ; moins de 1,00 $ pour les plus grandes quantités.


! w o p ! / By

par

le Les

ou yY

ng

BOUM

Toutefois, avec l’aide de quelques spécialistes*, nous avons recensé des solutions d’impression époustouflantes qui valent la dépense. Selon Andrew MacEachern, président de l’entreprise torontoise Information Packaging Inc. : « Les solutions Vous seriez étonné de ce qu’il est possible de d’impression interactive sont efficaces lorsqu’elles font faire de la page imprimée par les temps qui courent. Il partie d’un programme de communications solide ou n’y a de limite que votre imagination, ou plutôt, votre lorsqu’elles sont intégrées comme élément dynamique budget. Bien sûr, il n’est pas ici question de la version de conception au contenu. » Autrement dit, quand télé sur papier (souvenez-vous de la vidéo sur papier elles sont bien exécutées, leur impact peut compenser largement publicisée d’Entertainment Weekly) ou largement leur coût. À titre d’exemple, une proportion de la technologie de l’encre électronique qui fait énorme de 90 % des lecteurs sondés ont consulté à scintiller les mots sur une page imprimée. (Esquire nouveau les annonces à grand impact, et 96 % se sont aurait dépensé dans les six chiffres en embauchant souvenus d’avoir vu l’annonce, selon les études de GfK un ingénieur, uniquement pour produire une batterie Starch sur le taux de lecture des annonces. Préparezpouvant alimenter la couverture à encre électronique vous donc à faire preuve d’imagination en tirant profit de son édition limitée du 75e anniversaire en 2008.) Les de ces options novatrices. investissements de cette nature ne sont ni pratiques ni * Voyez la liste de notre panel de spécialistes sur possibles pour un magazine canadien. magazinescanada.ca/cmc/printemps.

Exploding page Page explosive What: You’ve just experienced it! How: A four-page insert that, when opened,

Quoi : Vous venez d’en faire l’expérience ! Comment : Un encart de quatre pages qui,

triggers a configuration of creases and microperforations that expands to almost twice its original size. Seen in: Vogue, Self, Vanity Fair, Bon Appétit, Lucky and People en Español. Price tag: 0.35–$0.50 per unit (for 300,000+ run); $1.50–$2.00 for fewer.

une fois ouvert, déclenche l’ouverture d’une configuration de plis et de microperforations et se déploie pour atteindre le double de sa taille initiale. Vu dans : Vogue, Self, Vanity Fair, Bon Appétit, Lucky et People en Español. Prix : 0,35 $ – 0,50 $ l’unité (pour un tirage de plus de 300 000) ; de 1,50 $ à 2,00 $ pour un tirage moindre.


What: Superimposed computer-generated

images interplay with printed pages to create an immersive experience. How: Instructions on a print ad direct readers to download an app to a smartphone or computer, which is unlocked and activated by the camera on the smartphone or desktop when it is held over a tag (GIF) or the entire image itself (image recognition). Programs create an interactive (potentially 3-D) experience between the media and the print ad, such as steering a car (the phone) down a road. Seen in: Cover story on Sidney Crosby and feature on Newfoundland’s car versus moose problem in Maclean’s second annual ReThink issue; covers of Sueddeutsche Zeitung Magazin (Germany); BBC Worldwide’s Focus (United Kingdom); CAR magazine (South Africa); and an entire issue of Esquire (United States). Price tag: Bare minimum for program (including 3-D) and tag $50,000; image recognition could be double.

38

magazinescanada.ca

Quoi : Des images produites par ordinateur entrent en interaction avec les pages imprimées pour produire une expérience d’immersion. Comment : Les instructions d’une annonce imprimée dirigent les lecteurs vers une application à télécharger sur leur téléphone intelligent ou leur ordinateur, qui est déverrouillée et activée par la caméra du téléphone intelligent ou de l’ordinateur lorsque l’appareil est tenu au-dessus d’un marqueur (GIF) ou de l’ensemble de l’image (reconnaissance d’image). Les programmes créent une expérience interactive entre l’appareil et l’annonce imprimée, telle que, par exemple, la conduite d’une auto (le téléphone) sur une route. Vu dans : Article de couverture sur Sidney Crosby et article sur le problème de collision entre autos et orignaux à Terre-Neuve dans le deuxième numéro annuel ReThink de Maclean’s ; couvertures du Sueddeutsche Zeitung Magazin (Allemagne) ; de la publication mondiale Focus de la BBC (RoyaumeUni) ; magazine CAR (Afrique du Sud) ; et un numéro complet du magazine Esquire (États-Unis). Prix : Strict minimum pour le programme (y compris le 3-D) et le marqueur, 50 000 $ ; la reconnaissance d’image peut atteindre le double.

photo of cellphone by / photo du cellulaire de © aflo relax / masterfile

Augmented reality Réalité augmentée


Webkeys Clés Web

What: Fully customizable and trackable die-cut

paper-based USB webkeys. This is not a flash drive with storage, but a key the reader pulls off the page and inserts in any PC or MAC USB Port. It routes and automatically launches a web browser to a specific web location (microsite, game, etc.). How: Small chip is layered between two pieces of paper so it is almost paper-thin. Can be perfect bound, saddle-stitched, dropped in as an insert or even used in a belly wrap. Seen in: CANADIAN MAGAZINES CANADIENS (see page 15), advertisements in HealthScape, Medscape, Crutchfield: The Magazine (United States). Price tag: Anywhere from $1.50 to $3.00 per unit.

Quoi : Clés Web USB matricées (die-cut) sur papier, entièrement personnalisables et repérables. Il ne s’agit pas d’une clé USB de stockage, mais bien d’une clé que le lecteur détache de la page et insère dans le port USB de n’importe quel ordinateur personnel ou MAC. Elle achemine et lance automatiquement un logiciel de navigation Web vers un emplacement sur le Web (microsite, jeu ou autre). Comment : Un petit circuit intégré est placé entre deux feuilles de papier, de telle sorte qu’il a presque l’épaisseur d’une feuille de papier. Peut être relié sans couture, agrafé à cheval, encarté ou même utilisé dans un bandeau enveloppant. Vu dans : CANADIAN MAGAZINES CANADIENS (voir page 15), publicités dans HealthScape, Medscape, Crutchfield: The Magazine (États-Unis). Prix : De 1,50 $ à 3,00 $ l’unité.

magazinescanada.ca

39


Magnets Aimants

What: FSC-certified fully customizable magnetic paper.

Feels almost as thin as normal paper, and even tears like paper. You can print editorial on the backside, or sell another ad. How: Proprietary magnetic coating on paper, which can be perforated, die-cut and laminated, and perfect bound, saddle-stitched or glued on. Seen in: Clear, Every Day with Rachael Ray, TV Guide, National Geographic. Price tag: $0.62 per sheet.

40

magazinescanada.ca

Quoi : Papier magnétique homologué FSC et entièrement personnalisable. Sa texture ressemble à celle du papier ordinaire, et il se détache même comme du papier. Vous pouvez imprimer du texte au dos ou vendre une autre annonce pour cet emplacement. Comment : Pellicule magnétique brevetée sur le papier, qui peut être perforé, matricé (die-cut) et laminé, et relié sans couture, agrafé à cheval ou collé. Vu dans : Clear, Every Day with Rachael Ray, TV Guide, et National Geographic. Prix : 0,62 $ par feuille.


Ombro cinema Cinéma Ombro

What: Old technology making a comeback – moving

images activated by the reader (think back to those small Cracker Jack tilt cards). How: The reader slides a corrugated sheet of acetate (must be provided in magazine) over an image that has many tiny lines (fractional animation built into an image by designers), which creates a simple repeat motion, such as a smiling face or a biscuit being dunked in milk. Seen in: Cover of Wallpaper (United Kingdom). Price tag: $0.70 to $0.90 per unit.

Quoi : Le retour d’une ancienne technologie : le déplacement d’images par le lecteur (pensez aux petites cartes Cracker Jack que l’on faisait défiler rapidement). Comment : Le lecteur fait glisser une feuille d’acétate ondulée (doit être fournie dans le magazine) sur une image qui comporte plusieurs lignes fines (animation fractionnelle qui doit être structurée par des graphistes), ce qui produit un mouvement répétitif simple, tel qu’un visage qui sourit ou un biscuit qui est trempé dans du lait. Vu dans : La couverture de Wallpaper (Royaume-Uni). Prix : De 0,70 $ à 0,90 $ l’unité. magazinescanada.ca

41


Sensory “reveal” Révélateur sensoriel What: Printed pages that reveal (usually through touch) elements on

the printed page that engage the human senses of taste and smell. How: Taste strips are tipped on to the page in a foil pouch; scent is

infused onto paper and activated by scratch; heat-sensitive ink is “removed” (scratched or rubbed) to reveal another image underneath. Seen in: Taste strips – CBS ad in Rolling Stone and Welch’s ad in People; scented paper, the cover of Esquire (Spain); heat-sensitive paper, the cover of Wallpaper and inside Google’s Think Quarterly. Price tag: $0.10 to $0.65 per unit for taste strips; $0.90 per unit for scent on paper; $0.50 to $0.60 per unit and up for heat-sensitive ink. Quoi : Des pages imprimées qui révèlent (habituellement au toucher) des éléments de la page imprimée qui stimulent le sens du goût et de l’odorat. Comment : Les bandelettes aromatisées sont collées sur la page dans un sachet métallique ; l’odeur est infusée dans le papier et dégagée en grattant la surface ; de l’encre sensible à la chaleur est « dégagée » (grattée ou frottée) pour révéler une image cachée. Vu dans : Bandelettes aromatisées : annonce de CBS dans Rolling Stone et annonce de Welch dans People ; papier aromatisé : la couverture d’Esquire (Espagne) ; papier sensible à la chaleur : la couverture de Wallpaper et à l’intérieur de Think Quarterly de Google. Prix : De 0,10 $ à 0,65 $ l’unité (bandelettes aromatisées) ; 0,90 $ par unité (papier aromatisé) ; de 0,50 $ à 0,60 $ l’unité et plus (encre sensible à la chaleur).

If the sky were the limit… Si le budget est illimité… E-ink Rare technology that makes words on a printed page flash. Six figures. Video on the page Paper-thin video technology that carries 70 to 80 minutes of footage and is rechargeable. It’ll cost you – up to $33 per unit for a 50,000-circ magazine.

Encre électronique

Technologie rare qui fait scintiller les mots imprimés sur une page. Six chiffres. Vidéo sur page

Technologie de vidéo de l’épaisseur d’une feuille de papier qui contient de 70 à 80 min de piétage et qui est rechargeable. Il vous en coûtera jusqu’à 33 $ par unité pour un magazine diffusé à 50 000 exemplaires. Multisensoriel

42

Multisensory Sound, lights and wind sensory-activated technology for about $3 per unit. Example: CW Network ran an ad in Entertainment Weekly that played eerie music and lit candles with a touch sensor, and allowed readers to blow out the candles with a wind sensor.

Technologie à activation par capteur de son, lumière et vent, pour environ 3 $ l’unité. Exemple : CW Network a publié dans Entertainment Weekly une annonce qui faisait entendre une musique aux accents aériens et allumait des bougies au moyen d’un capteur de toucher, puis permettait aux lecteurs de souffler sur les chandelles grâce à un capteur de souffle.

Flipbook A pull-tab opens up a tipped-in mini-book up to 12 pages. 50,000 units and under will run in the range of $2.50 to $3.50. Anything over will come in at $1.75 to $2.25.

Un onglet à tirer ouvre un mini-livre pouvant contenir jusqu’à 12 pages. 50 000 unités et moins coûteront de 2,50 $ à 3,50 $. Tout tirage supérieur coûtera de 1,75 $ à 2,25 $.

magazinescanada.ca

Folioscope


CONTENT FOR A MULTIPLATFORM WORLD CONTENU POUR UN MONDE EN MULTIPLATEFORME We specialize in creating engaging content using print, digital, video and audio media. Meaning we reach readers everywhere they happen to be. / Nous sommes spécialisés dans la création de contenu accrocheur à l’aide de médias imprimés, vidéo, numériques et audio; nous rejoignons les lecteurs, partout où ils se trouvent. YOURS TO KEEP

CE MAGAZINE EST À VOUS

I NSI D E Tips, tricks and true stories: Your guide to flying solo

DANS NOS PAGES Astuces et anecdotes : le guide complet du voyageur solitaire

STT

US VIRGIN ISLANDS LOREM IPSUM US VIRGIN ISLAND, LOR IPSUM DAT VITAM DEL JANUARY JANVIER

2012

ENROUTE.AIRCANADA.COM

WISH YOU WERE HERE An iconic trench can evoke London’s venerable past, while a Moroccan-influenced necklace dripping with jewels is as lively as the vibrant souks you will remember forever. Come away with us in travel-inspired clothing and accessories that feel both new and as if they have always been with you. BY ALIYAH SHAMSHER

GLOBE-TROTTING Clockwise (from top left): Burberry London felted coat ($1,295); Hermès twill scarf; Louis Vuitton textured purse ($3,250) and key chain ($415);

Salvatore Ferragamo cosmetic case ($295); 3Lab Super “H” Serum ($350); Hermès Rouge Hermès ($400); Omega Seamaster Aqua Terra ($10,400); Tiffany Elsa Peretti Aegean 18k link necklace ($25,400); Gucci riding boots ($1,265); Guerlain Idylle Eau de Toilette ($75); Louis Vuitton cat-eye sunglasses ($560); Valentino leopard-print bag ($2,595); BCBG Harlow snakeskin clutch ($82) and Leighton Box clutch ($154); Tiffany 18k Notes cuff ($9,100); Lancôme Absolue Ultimate Bx ($145) and Absolue Ultimate Night Bx ($155); YSL Beauty Matt Touch compact SPF 20 ($57) and semi-loose powder ($60); Louis Vuitton vintage gold pump ($945); Alberta Ferretti turtleneck ($495); Chanel necklace ($6,900).

22

FAIRMONT MAGAZINE

FAIRMONT MAGAZINE

23

WHAT WE DO

NOS EXPERTISES

Print, digital and mobile content • Design, development and production of all media • Ad sales and sponsorships • Video and audio production

Contenu imprimé, numérique et pour appareils mobiles • Création, développement et production, peu importe le média • Ventes publicitaires et commandites • Production vidéo et audio

SOME OF OUR CLIENTS / NOTRE MONDE Air Canada • Bell • Bombardier • DirectTV • Fairmont Hotels & Resorts • Investors Group • LAN • Mercedes-Benz • Tourism Toronto

Start the conversation / Entamez la conversation :

www.spafax.com


Women on Top

femmes de tête

Two magazines for women grow up gracefully Deux magazines pour femmes évoluent avec grâce. By / par Linda Kay

44

magazinescanada.ca


magazinescanada.ca

45


When Linda Lewis left Today’s Parent to edit a new

Canadian magazine published by TC Transcontinental, she confronted both a scary prospect and a fantastic opportunity. Bonnie Munday faced the same scenario when she was selected to launch a new magazine under the Reader’s Digest Canada banner. Both magazines were conceived in a rosy fiscal climate; however, when the market skidded, Lewis and Munday had to guide these new publications through a deep recession. Against the odds, both More and Best Health, which debuted in 2007 and 2008 respectively, managed to navigate rough economic waters and ride a wave to success.

Lorsque Linda Lewis a quitté Today’s Parent pour devenir rédactrice en chef d’un nouveau magazine canadien publié par TC Transcontinental, elle se trouvait confrontée à la fois à une perspective inquiétante et à une occasion exceptionnelle. Bonnie Munday était dans la même situation lorsqu’elle fut choisie pour lancer un nouveau magazine sous la bannière de Reader’s Digest Canada. Les deux magazines ont été conçus dans un climat économique plutôt optimiste ; toutefois, lorsque les marchés ralentirent, Mmes Lewis et Munday durent piloter ces nouvelles publications dans un contexte de récession importante. Contre toute attente, les magazines More et Best Health, lancés en 2007 et en 2008, parvinrent à faire leur chemin et à signer une réussite. « Je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait », confie Mme Lewis, rédactrice en chef de More. « C’était vraiment un acte de foi. » Mme Munday, rédactrice en chef de Best Health, renchérit : « Nous n’avions aucun modèle. Nous souhaitions simplement être aussi uniques que possible. » Bien qu’ayant un format et une mission très différents, More et Best Health ont réussi grâce à des facteurs identiques, notamment un cadre de travail propice au démarrage d’une publication, un contenu rédactionnel solide axé sur un message cohérent et une solide présence Web intégrant les médias sociaux comme outil de fidélisation. Alors qu’elle s’affairait à préparer son premier numéro, l’équipe de rédaction de Best Health pouvait s’appuyer sur la réputation de Reader’s Digest (RD) dans sa nouvelle entreprise. Le personnel de More pouvait, lui, s’inspirer d’une publication sœur du même nom aux États-Unis, puisque TC Transcontinental avait établi une entente avec la société Meredith, l’autorisant à publier la version canadienne du magazine. RD et TC Transcontinental avaient mené des études de marché afin de déterminer si les publications proposées étaient viables. Les résultats révélaient un vide dans le marché, qu’ils entreprirent de combler. More s’adresse aux femmes de plus de 40 ans, une catégorie qui, selon Mme Lewis, avait été négligée au Canada. « Il s’agit de lectrices avisées, accomplies », dit-elle. More courtise ce groupe cible avec, en couverture de chaque numéro, une Previous page: Professional aerialist Victoria Mihalyi, once featured in the pages of More, gives a daring performance at the magazine’s first-anniversary celebration in 2008. This page: Cover girl Michaëlle Jean, then Governor General, chats with Linda Lewis, editor-in-chief of More.

Page précédente : Victoria Mihalyi, qui a un jour fait l’objet d’un article dans More, offre une performance éblouissante dans le cadre de la célébration du premier anniversaire du magazine, en 2008. Cette page : Photographiée en couverture en 2010, Michaëlle Jean, alors gouverneure générale du Canada, converse avec Linda Lewis, rédactrice en chef de More.

46

magazinescanada.ca


“I had no idea how it would go in the beginning,” reveals Lewis, editor-in-chief at More. “It was truly a leap of faith.” Munday, editor-in-chief at Best Health, says, “We had no template. We just wanted to be as unique as we could be.” Although More and Best Health are strikingly different in format and mission, they share several factors that have contributed to their success, including a supportive framework for a start-up publication, solid editorial content focused on a consistent message and a strong web presence that incorporates social media as a tool of engagement. As they plotted their first issues, the editorial staff at Best Health had the trusted Reader’s Digest name behind their new venture. The staff at More could look for inspiration to a sister publication with the same name in the U.S., as TC Transcontinental had secured a licensing agreement with Meredith Corporation to publish the Canadian version of the magazine. Both RD and TC Transcontinental conducted consumer research to determine whether the proposed publications would be viable enterprises. Their efforts identified a void in the market that they set out to fill. More targets women over 40, a category that Lewis believes had previously been shortchanged in Canada. “I’m dealing with a savvy reader, an accomplished woman,” she says. More appeals to that specific demographic by featuring on the cover of every issue an arresting photograph of an over-40 celebrity or well-known woman of accomplishment, such as Michaëlle Jean. Editorial content built around fashion, health, travel and finance is designed to resonate with women between 40 and 59. Aside from the cover story, usually a celebrity interview generated by the magazine’s U.S. edition, More’s inside pages reflect a uniquely Canadian perspective. According to Lewis, More readers tell her: “Finally, a magazine that speaks to me, that gets me and my life.” The age demographic skews younger for Best Health, which appeals to women 25 to 45 who want to read a “healthy lifestyle magazine” that is not filled with medical jargon, according to Munday. The magazine splits neatly into four content areas that appear in every issue – Look Great, Get Healthy, Eat Well and Embrace Life. Munday says, “We perceived a gap in the market for a woman’s health magazine that did not offer extremes, but offered a balanced approach to living better and feeling good. That’s what we’ve tried to shape.” Both magazines have been rewarded for their editorial efforts. More has won two golds, two silvers and 15 honourable mentions in Canada’s annual National Magazine Awards for everything from illustration to short features. Best Health, too, has scored at the National Magazine Awards, earning three honourable mentions (2008, 2009 and 2011), and winning a Canadian Online Publishing Award in 2010 for Best Community Feature. Best Health has also grabbed

Bonnie Munday heads up Best Health, a brand that lives in print, online and with products like a home workout book.

Bonnie Munday pilote Best Health, un titre offert en versions imprimée et électronique et avec des produits tels qu’un livre de conditionnement physique à la maison.

photographie frappante d’une femme célèbre accomplie de plus de 40 ans, telle que Michaëlle Jean. Le contenu rédactionnel, axé sur la mode, la santé, les voyages et les finances, est conçu pour intéresser les femmes de 40 à 59 ans. Hormis l’article-couverture, qui est habituellement une entrevue avec une célébrité, produite par l’édition américaine du magazine, les pages intérieures de More présentent un point de vue exclusivement canadien. Selon Mme Lewis, les lectrices de More expriment leur enthousiasme : « Enfin un magazine qui s’adresse à moi, me parle de ma réalité et de ma vie. » Best Health cible un lectorat plus jeune, des femmes de 25 à 45 ans souhaitant lire « un magazine sur l’art de vivre » exempt de jargon médical, selon Bonnie Munday. Son contenu est magazinescanada.ca

47


notice for its innovative (and tastefully racy) covers; it places a nude model on the yearly themed issue “Love Your Body.” Significantly, both magazines have used social networking and other digital tools to create a conversation that keeps the editors connected to their readers between the eight yearly issues. “We built that into our plan from Day 1,” maintains Lewis. Munday says, “Right from the start, we’ve benefited from a multi-platform approach. We’ve used social networking very well.” Best Health has taken the multi-platform approach even further by consciously building a brand around the magazine. “Right out of the gate, it wasn’t to be a stand-alone magazine,” says Nancy Bradshaw, group director of sales and marketing solutions for Best Health. “We envisioned a brand that lives in print, online and with Best Health

Against the odds, More and Best Health managed to navigate rough economic waters and ride a wave to success. Contre toute attente, les magazines More et Best Health parvinrent à faire leur chemin et à signer une réussite.

products (including a home workout book),” Bradshaw adds. “People could find us where they wanted, when they wanted and how they wanted.” In August 2009, besthealthmag.ca and its French counterpart online plaisirssante.ca (which only operates in digital format) became the health and fitness channel for Sympatico.ca, a partnership that drives up the magazine’s website traffic considerably, along with all the contributors at Best Health blog. “There are only so many pages in the magazine and so many optics,” says Munday, “so it’s great to be able to blog. It’s easy to track with readers that way and we get a lot of great feedback.” Best Health augments its website content with a digital biweekly newsletter. As Bradshaw readily admits, “Some people just know the magazine online, but in this day and age, some people will only connect with you on one of those platforms.”

48

magazinescanada.ca

réparti en quatre volets : l’apparence, la santé, l’alimentation et l’art de vivre. Selon Mme Munday : « Nous avons relevé dans le marché une lacune à combler par un magazine sur la santé des femmes qui ne présenterait pas les extrêmes, mais plutôt une approche équilibrée sur l’art de mieux vivre et de se sentir bien. C’est ce que nous avons tenté de créer. » Les deux magazines ont été récompensés pour leur contenu rédactionnel. More a remporté deux fois l’or, deux fois l’argent et 15 mentions d’honneur aux Prix annuels du magazine canadien, pour tous les aspects de la publication, de l’illustration aux articles courts. Best Health a, lui aussi, été honoré aux Prix annuels du magazine canadien, remportant trois mentions d’honneur (2008, 2009 et 2011), ainsi que le prix Meilleur article communautaire aux Canadian Online Publishing Awards de 2010. Best Health a également attiré l’attention par ses couvertures novatrices (racées et de bon goût) ; il présente un modèle nu sur le numéro thématique annuel « Aimez votre corps ». Fait à remarquer, les deux magazines ont utilisé les réseaux sociaux et d’autres outils numériques pour établir un lien conversationnel entre les rédacteurs et leurs lecteurs entre les huit numéros annuels. « Nous avons inscrit cette démarche dans notre planification dès le premier jour », soutient Linda Lewis. Bonnie Munday ajoute : « Dès le départ, nous avons tiré profit d’une approche sur plateformes multiples. Nous avons fait bon usage des réseaux sociaux. » Best Health a exploité à fond l’approche sur plateformes multiples en établissant une notoriété de marque du magazine. « Dès le départ, il était clair que ce ne serait pas un simple magazine », dit Nancy Bradshaw, chef du groupe des ventes et des solutions de marketing pour Best Health. « Notre vision était celle d’une marque qui prendrait vie sous forme imprimée, numérique, mais aussi de produits Best Health (y compris un livre de conditionnement physique à la maison), ajoute Mme Bradshaw. « Les gens pourraient ainsi nous trouver là où ils le souhaiteraient, au moment voulu, de la façon voulue. » En août 2009, besthealthmag.ca et son homologue francophone plaisirssante.ca (offert exclusivement en format numérique) sont devenus le canal santé et bien-être de Sympatico.ca, un partenariat qui stimule considérablement l’achalandage sur le site Web du magazine, et le nombre de collaborateurs du blogue Plaisirs Santé. « Le nombre de pages du magazine est limité alors qu’il y a tant à dire », confie Mme Munday. « C’est pourquoi il est si pertinent de pouvoir bloguer. Il est ainsi facile de faire un suivi auprès des lectrices, et nous recevons beaucoup de commentaires précieux. » Best Health enrichit le contenu de son site Web d’un bulletin numérique présenté aux deux semaines. Comme l’admet d’emblée Nancy Bradshaw : « Certains ne connaissent que le magazine en ligne, mais à notre époque, certaines personnes n’utilisent que l’une ou l’autre de ces plateformes pour établir le contact. »


Circulation – 131,000 Twitter followers – 2,985 Facebook friends – 744 Website – more than 54,000 unique  visitors per month e-Newsletter Haute Flash – 49,000 subscribers Vita Circulation – 95,000

Tirage – 131 000 Adeptes sur Twitter – 2 985 Adeptes sur Facebook – 744 Site Web – plus de 54 000 visiteurs uniques par mois Bulletin en ligne Haute Flash – 49 000 abonnés Tirage de Vita – 95 000

Circulation – 102,560 Twitter followers – 141,000 Facebook friends – 4,374 Website – 544,000 unique visitors per month Three English-language biweekly e-newsletters –​  more than 95,000 subscribers combined Plaisirs Santé – Two French biweekly  e-newsletters – more than 70,000  subscribers combined

Tirage – 102 560 Adeptes sur Twitter – 141 000 Adeptes sur Facebook – 4 374 Site Web – 544 000 visiteurs uniques par mois Trois bulletins électroniques de langue anglaise  publiés toutes les deux semaines – plus de 95 000  abonnés combinés Deux bulletins électroniques de langue française  Plaisirs Santé publiés toutes les deux semaines –  plus de 70 000 abonnés combinés

More has taken a similar approach with its online offerings and has, in addition, expanded the print product in Canada with the creation of a French version of the magazine. Also published by TC Transcontinental, Vita launched in the fall of 2008; the More spinoff is identical in its appeal to women over 40, but contains content specially tailored to French Canada. More and Vita each seek to build connections beyond the print publication with a website and a digital newsletter called Haute Flash, launched in 2008. Editor-in-chief Lewis tweets and writes a personal note for Haute Flash. How important are the online features to More’s success? Do they attract new readers? “We really have no way of measuring this,” states Catherine Gray, online content director for TC Transcontinental’s English consumer sites, “but we have a very engaged audience of women we presume are More magazine readers.” Says Lewis, “It’s certainly an element of our success. When you’re in different forms of media, you stay in the reader’s mind.” Both editors see a bright future for their publications – and the industry. “Just the fact that we’ve done well is good for the industry,” says Munday. “We want to keep building the Best Health brand and diversifying. I think the magazine’s personality has developed. We want more success.” Lewis, too, believes that the best is yet to come. “It’s been an adventure, and that adventure still has lots of exciting episodes,” she says. “We’re still a preschooler and there are still new things to learn.”  ■

More a utilisé une approche similaire pour son contenu en ligne et a, en outre, bonifié le produit imprimé au Canada en créant une version française du magazine. Également publié par TC Transcontinental, Vita a été lancé à l’automne 2008 ; ce dérivé de More exerce le même attrait sur les femmes de plus de 40 ans, mais contient des volets adaptés au Canada français. More et Vita visent tous deux à établir des liens au-delà de la seule forme imprimée grâce à un site Web et à un bulletin numérique nommé Haute Flash, lancé en 2008. La rédactrice en chef Mme Lewis gazouille et rédige une rubrique personnelle pour Haute Flash. Quelle est l’importance de la contribution des articles publiés en ligne au succès de More ? Ces articles attirent-ils de nouvelles lectrices ? « Nous n’avons aucune façon de le mesurer », reconnaît Catherine Gray, directrice du contenu en ligne pour les sites grand public anglophones de TC Transcontinental, « mais nous avons une audience de femmes qui, croyons-nous, sont des lectrices de More. » Selon Mme Lewis : « C’est sans contredit un facteur de notre succès. Lorsque vous êtes présent dans divers médias, vos lectrices vous ont en tête. » Les deux rédactrices en chef voient des perspectives prometteuses pour leur publication, mais aussi pour l’industrie. « Le seul fait que nos publications se portent bien est bon pour l’industrie », dit Bonnie Munday. « Nous entendons continuer d’établir la marque de Best Health et de nous diversifier. Je pense que la personnalité du magazine s’épanouit. Nous sommes avides de succès. » Linda Lewis croit également que le meilleur est à venir. « On peut parler d’une vraie aventure, qui comporte beaucoup d’épisodes réjouissants à venir », dit-elle. Nous n’en sommes qu’au début, et il y a encore beaucoup à apprendre. »  ■ magazinescanada.ca

49


gain with CDS Global CDS Global delivers the stability and full-service solutions you need to propel your business into the future. • Order Management • eCommerce • Customer Service • Warehousing & Distribution • Mailing Services • Business Intelligence & Reporting • Payment Processing • Data Capture Contact us today to get on board.

Christine Simpson Vice President, General Manager CDS Global salesinfo@cds-global.com

FAST | FOCUSED | FEARLESS

www.cdsglobal.ca


Show Time En Scène !

How magazine events bring in the bucks – and help build a stronger brand Comment les événements portant sur les magazines génèrent des profits et consolident la marque. By / par Jim Sutherland

magazinescanada.ca

51


Back in the 1990s, when I was the editor of Vancouver

magazine, our annual critics’ poll restaurant awards feature was such a reader favourite that we were fond of calling it a “publishing event.” Some of us wanted to turn it into a real event, complete with an awards ceremony, but the publisher wasn’t so sure. Ad sales paid the bills, he thought, while parties were just expensive PR. Eventually he relented, tossing a couple of thousand dollars toward a budget. Our ad sales reps found a venue and some suppliers willing to barter, our art director designed invitations and I hired an intern to pull it all together. Basically, it was the old Mickey Rooney–Judy Garland, “Hey, my dad has a barn – let’s put on a show!” approach. At the last moment, the intern begged for another $100 to bring in a young musical act to add a little pizzazz. We didn’t realize it then, but we were part of an industrywide trend that has only gathered steam in the years since. About the same time we were stumbling toward our little gala, Quarto Communications was debuting its Cottage Life Spring Show, with a much more ambitious aim. Soon after launching Cottage Life, Al Zikovitz came to the surprising revelation that “not everyone reads magazines.” Accordingly, if he was going to own his market, as he was determined to do, he had to branch out into other media. Cottage Life already had a branded TV show, so a consumer show seemed the next logical step. And a very good step it proved to be. With more than 30,000 attendees and close to 500 exhibitors every spring, the Cottage Life Show is now Canada’s largest weekend consumer show, says Zikovitz, and it has also precipitated a fall version that encompasses all four of Quarto’s magazines, Cottage Life, Explore, Canadian Home Workshop and Outdoor Canada. Quarto has even pitched in to help Halifax-based Saltscapes magazine start a similar show, while in Toronto, Green Living followed the company’s lead with a consumer show of its own. Where consumer magazines once looked upon events primarily as brand-building exercises and ad buy add-ons, today the goal has more to do with making money. Cottage Life’s shows account for about 35% of revenues and 70% of profit, says Zikovitz, while generating all sorts of cross-

52

magazinescanada.ca

Mag events were once brand-building exercises and ad buy add-ons. Today, they make money too.

Les événements liés aux magazines ont déjà été des exercices de valorisation de la marque et de stimulation des ventes publicitaires. Aujourd’hui, ils sont également rentables en soi. Dans les années 1990, quand j’étais rédacteur en chef du magazine Vancouver, notre rubrique annuelle de vote de la critique pour l’attribution de prix en restauration était si populaire que nous la qualifiions d’« événement du milieu de l’édition ». Certains voulurent en faire un réel événement, avec cérémonie de remise des prix, mais l’éditeur avait des réserves. Selon lui, les ventes publicitaires permettaient de régler les factures, alors que les célébrations n’étaient que de coûteuses activités de RP. Il céda toutefois, réservant quelques milliers de dollars pour le budget. Nos représentants des ventes publicitaires ont alors trouvé un endroit et des fournisseurs prêts à faire du troc, notre directeur artistique a créé des invitations et j’ai embauché une stagiaire pour la préparation. Ce fut en quelque sorte la bonne vieille approche « Hé ! Mon père a une grange. Montons un spectacle ! » de Mickey Rooney et Judy Garland. À la dernière minute, la stagiaire a demandé 100 $ supplémentaires pour ajouter un numéro musical. Nous nous inscrivions alors inconsciemment dans une tendance de l’industrie qui s’est ensuite affirmée au fil des ans. Tandis que nous préparions notre petit gala, Quarto Communications inaugurait son ambitieux Cottage Life Spring Show. Peu après le lancement de Cottage Life, Al Zikovitz constata hélas que « tout le monde ne lit pas des magazines ». Donc, pour conquérir le marché, il fallait utiliser d’autres médias. Comme Cottage Life avait déjà une émission de télé éponyme, l’étape suivante était, logiquement, de préparer un événement grand public. La décision s’avéra judicieuse. Réunissant plus 30 000 participants et quelque 500 exposants chaque printemps, le Cottage Life Show est aujourd’hui le plus important événement de week-end grand public au Canada, dit M. Zikovitz, et il a suscité la création d’une version automnale regroupant les quatre magazines de Quarto : Cottage Life,


platform opportunities. No Canadian figures are available, but in the U.S., Folio magazine’s 2010 publishers’ survey pegged events as the second-fastest growing area for consumer magazines, after electronic ad sales, accounting for about 7% of total revenues. The numbers may be even higher on the trade side, where events have long played an important role. Edmonton-based Venture Publishing runs about 20 events a year, says publisher Ruth Kelly, all of them profit centres. In Halifax, Progress Media’s Progress magazine tiptoed into the events field 14 years ago with a reception tied to its annual listing of Atlantic Canada’s 101 biggest companies. The affair limped along as a brand builder and networking opportunity for a few years, says magazine founder Neville Gilfoy, prompting him to consider cancelling it. When sales reps objected, new, higher budgets were set, and promptly met. The magazine has subsequently expanded with separate receptions in each of the four Atlantic provinces. Meanwhile, the magazine’s annual Face to Face conference — essentially an issue of the magazine brought to life, says Gilfoy — has attracted more than 800 entrepreneurs over 13 years despite a registration fee now set at $1,185, and, in

It was the old “Hey, my dad has a barn – let’s put on a show!” approach. Ce fut en quelque sorte la bonne vieille approche « Hé ! Mon père a une grange. Montons un spectacle ! »

Explore, Canadian Home Workshop et Outdoor Canada. Quarto a même proposé d’aider le magazine Saltscapes de Halifax à organiser un événement similaire, alors qu’à Toronto, Green Living emboîtait le pas à sa façon. Si les magazines grand public voyaient d’abord dans les événements un moyen d’établir la notoriété de la marque et

Reader’s Digest reaches more than 8 million Canadians every month

RD MagNet ad Mar2012 final.indd 1

Sélection du Reader’s Digest joint plus de 8 million de Canadiens tous les mois

06/02/12 12:13 PM

magazinescanada.ca

53


Top: Progress magazine’s Face to Face conference has attracted more than 800 entrepreneurs over 13 years. In 2011, its first French-language version, Conférence de Face à Face, was launched. Above: Cottage Life’s shows account for about 35% of revenues and 70% of profit.

Photo du haut : La conférence annuelle Face to Face du magazine a attiré plus de 800 entrepreneurs sur une période de 13 ans. En 2011, une version en langue française, la Conférence de Face à Face, voyait le jour. Ci-dessus : Les événements de Cottage Life comptent pour environ 35 % des revenus et 70 % des profits. 2011, its first French-language version was launched. Events now account for about 13% of Progress Media revenues, says Gilfoy, with margins that in some cases approach 50%. As for those restaurant awards, they too have proved to pay their way. While the advertising market is flat at best, says

54

magazinescanada.ca

d’accroître les ventes publicitaires, on vise aujourd’hui davantage leur rentabilité financière. Les événements de Cottage Life représentent quelque 35 % des revenus et 70 % des profits du magazine, confie M. Zikovitz, et ils génèrent diverses occasions d’activités croisées entre diverses plateformes. Aucune donnée canadienne n’est disponible, mais aux États-Unis, selon l’étude de 2010 du magazine Folio sur les éditeurs, les événements sont le deuxième secteur d’activité des magazines affichant la croissance la plus rapide, après les ventes publicitaires électroniques, et ils représentent environ 7 % des revenus totaux. Les chiffres pourraient même être plus favorables dans le marché spécialisé, où les événements jouent un rôle prépondérant depuis longtemps. La maison Venture Publishing d’Edmonton organise environ 20 événements par année, tous rentables, révèle Ruth Kelly. À Halifax, le magazine Progress de Progress Media a discrètement fait son entrée dans le secteur des événements il y a 14 ans en tenant une réception reliée à l’établissement de sa liste annuelle des 101 plus importantes entreprises du Canada atlantique. Cette activité tardant à être fructueuse en termes d’établissement de la notoriété de la marque et de réseautage, Neville Gilfoy voulut annuler la démarche. Devant l’opposition des représentants des ventes, de nouveaux budgets plus substantiels furent accordés, et rapidement respectés. Puis, le magazine étendit le projet en organisant des réceptions dans les quatre provinces atlantiques. Entre-temps, la conférence annuelle Face to Face du magazine, qui était en quelque sorte une expression vivante d’un numéro du magazine, dit M. Gilfoy, a attiré plus de 800 entrepreneurs sur une période de 13 ans, malgré des frais d’inscription atteignant aujourd’hui 1 185 $ et, en 2011, une version en langue française de l’événement voyait le jour. Les événements représentent aujourd’hui quelque 13 % des revenus de Progress Media, confie Neville Gilfoy, avec des marges avoisinant parfois 50 %. Quant aux prix de la restauration, ils ont également fait leurs frais. À l’heure où le marché publicitaire se maintient tout au mieux au seuil de rentabilité, dit l’éditeur Kim Peacock, la journée


publisher Kim Peacock, the awards day has turned into a significant revenue generator, attracting about 1,000 attendees, with virtually all the expenses picked up by sponsors of various sorts. There’s also a splashy after-party, paid for by yet another set of sponsors. And, if only my old publisher could have known, it’s otherwise impossible to get so many restaurateurs together in the same place, so the magazine now runs a trade show in association with the awards, with about two dozen exhibitors ponying up as much as $50,000 for packages that in many cases include an advertising buy. Meanwhile, the success of Vancouver’s restaurant category that the awards helped cement led the magazine to launch separate wine awards, which help carry another issue and facilitate another profitable event. Indeed, looking back at that first humble affair, inarguably things have worked out well. The magazine has built itself a franchise. Sarah Bancroft, the intern to whom we paid so many dozens of dollars a day, went on to found the popular online lifestyle magazine Vitamin Daily. And as for the act she hired, you’ve probably heard him sing too – a guy named Michael Bublé.  ■

de prix s’avère une source importante de revenus, attirant quelque 1 000 participants, l’ensemble des dépenses étant pratiquement couvert par les divers commanditaires. Sans oublier une célébration postévénement, également financée par un autre groupe de commanditaires. Et – si seulement mon ancien éditeur l’avait su – il est autrement impossible de réunir autant de restaurateurs dans un même endroit, c’est pourquoi le magazine organise maintenant une foire commerciale en association avec les prix, avec une vingtaine d’exposants versant jusqu’à 50 000 $ pour des forfaits qui, dans plusieurs cas, comprennent des achats publicitaires. Dans l’intervalle, le succès de la catégorie des restaurants de Vancouver, auquel les prix ont contribué, a inspiré au magazine le lancement de prix distincts pour les vins, d’où la création d’un autre numéro et l’organisation d’un autre événement profitable. Quand on jette un regard rétrospectif sur cette modeste entreprise, force est de reconnaître sa réussite. Le magazine s’est établi une franchise. Sarah Bancroft, la stagiaire dont nous parlions plus haut, a entrepris de fonder le populaire magazine sur l’art de vivre Vitamin Daily. Quant à l’artiste qu’elle a engagé, vous le connaissez sûrement : il s’appelle Michael Bublé.  ■

You engage consumers in PRINT, on the WEB and on the GO They

Vous vous adressez aux consommateurs via l’IMPRIMÉ, le WEB ou les RÉSEAUX MOBILES

you on Facebook and you on Twitter

IIs vous aiment sur Facebook et vous suivent sur Twitter

Vous faites partie de leur vie 7 jours sur 7, 24 heures sur 24

You’re part of their lives 24/7

Tell the story of your brand with ABC’s Consolidated Media Report

Profitez du Rapport ABC des médias consolidé pour raconter toute l’histoire de votre marque

Advertisers will like what they see.

Vos annonceurs y trouveront leur compte.

www.accessabc.ca

Contact Marian Robertson 416 962-5840 x226 marian.robertson@accessabc.com

magazinescanada.ca

55


56

magazinescanada.ca


Beyond the Paywall Au-delà du modèle payant Finding better means to monetize content En quête de nouvelles façons de monétiser le contenu.

illustration by / de © Ikon Images / Masterfile

By / par Craille Maguire Gillies

Last year, amid debate about the pros and cons of paywalls and the challenges of charging for online content, the Canadian Media Research Consortium tried to find hard and fast numbers. Partnering with market research firm Vision Critical, CMRC surveyed 1,682 Canadians about whether they would pay for news online, what types of stories they would pay for and how they might pay. The results seemed to confirm many publishers’ worst fears: only 17% of respondents said they would “definitely or probably” pay for digital access to a national magazine (French readers were marginally more likely to pay than English readers). The kicker: Willingness to pay was typically 10% lower for magazines than newspapers. “Publishers of daily newspapers were all over the study,” says Donna Logan, president of CMRC and founding director of UBC’s Graduate School of Journalism, but she adds, “We did not hear from a single magazine publisher.” Logan concedes, “It is fair to say, based on our studies, that the idea of paying for content – ​ particularly news – ​is gradually gaining recognition, but not necessarily acceptance.” According to Martin White, former publisher of Time Canada and former associate publisher of Toronto Life, this puts the magazine industry at about the same place that the music industry was in the

L’année dernière, dans le cadre du débat sur les avantages et les inconvénients des modèles payants et des défis liés à la facturation du contenu en ligne, le Consortium canadien de recherche sur les médias (CCRM) a tenté de recueillir des chiffres éloquents. En partenariat avec la firme de recherche Vision Critical, le CCRM a sondé près de 1 682 Canadiens afin de savoir s’ils seraient prêts à payer pour obtenir des nouvelles en ligne et, si oui, pour quelles catégories d’articles et avec quel mode de paiement. Les résultats ont alors confirmé les pires craintes des éditeurs : seuls 17 % des répondants se sont déclarés « clairement ou probablement » prêts à payer pour l’accès à un magazine national électronique (légèrement plus de lecteurs francophones que de lecteurs anglophones). Une nuance : la volonté de payer était généralement inférieure de 10 % pour les magazines par rapport aux journaux. « Les éditeurs de quotidiens étaient présents dans l’ensemble de l’étude », dit Donna Logan, présidente du CCRM et directrice-fondatrice de l’école de journalisme de l’université de Colombie-Britannique, mais en ajoutant : Nous n’avons entendu aucun éditeur de magazines. » Mme Logan précise que : « D’après nos études, l’idée de payer pour du contenu, surtout pour de l’actualité, fait progressivement son chemin, mais n’est pas nécessairement acceptée. » magazinescanada.ca

57


1990s, when free – ​and often pirated – ​downloads had music companies scratching their heads about how to monetize their product. Then came iTunes, and the industry was reborn. White has been evangelizing the potential of digital media for almost a decade. He helped launch time.ca and torontolife. com at a time when magazine websites were in their infancy. Today he runs the consulting company Online Magazine Marketing and works with publications across the country through Magazines Canada’s travelling consultant program on how to transition from print to digital. “The classic lament is that nobody is making money on the Web,” he says. “That’s not true. Amazon has been around for 10 years and look at where it started and where it is now. It’s an extraordinary example of embracing opportunity and innovation.”

Some publications are successful in the digital realm because they provide niche content readers can’t get for free. Certaines publications réussissent dans l’univers numérique grâce à leur contenu spécialisé introuvable gratuitement ailleurs.

Such innovation, White and other digital natives agree, will come as more publications develop online content, mobile apps and other products such as e-books that customers can’t get anywhere else – ​common business sense sometimes forgotten in the rush to develop mobile apps, interactive websites and multimedia content. “Audiences are savvy and realize that there’s a cost for the content available on the Web,” says Jennifer Holgate, senior vice-president of digital for Starcom MediaVest Group, a brand communications firm in Toronto. “The dilemma for publishers is that consumers have access to hundreds of sources of ‘general’ content, so their willingness to pay comes from the value of the content they provide.” Holgate learned this first-hand as a vice-president at CanWest when it launched a paywall for canada.com’s 11

58

magazinescanada.ca

Selon Martin White, ancien éditeur de Time Canada et ex-éditeur adjoint de Toronto Life, l’industrie du magazine se trouve au même plan que l’industrie musicale dans les années 1990, où les téléchargements gratuits, et souvent piratés, incitaient les entreprises du secteur musical à chercher une façon de monétiser leur produit. C’est alors qu’iTunes fut créé, redynamisant l’industrie. M. White a fait valoir le potentiel des médias numériques pendant près d’une décennie, participant au lancement de time.ca et de torontolife.com à une époque où les sites Web de magazines en étaient à leurs prémices. Aujourd’hui, il dirige la firme-conseil Online Magazine Marketing et travaille avec diverses publications du pays par l’intermédiaire du programme Conseillers itinérants de Magazines Canada. « La revendication classique porte sur le fait que personne ne fait de profits sur le Web », dit-il. Mais cela n’est pas vrai. Amazon existe depuis 10 ans, et il faut voir l’évolution qu’a connue l’entreprise. C’est un exemple extraordinaire d’entreprise qui a su profiter de l’occasion et innover. » Un tel niveau d’innovation, reconnaissent Martin White et d’autres pionniers des médias numériques, se verra de plus en plus à mesure que davantage de publications créeront du contenu en ligne, des applications mobiles et divers autres produits tels que les livres électroniques, inaccessibles ailleurs ; le sens des affaires le plus élémentaire est parfois laissé pour compte dans la course au développement d’applications mobiles, de sites Web interactifs et de contenu multimédia. « Les audiences sont avisées et comprennent qu’il y a un coût lié au contenu offert sur le Web », souligne Jennifer Holgate, viceprésidente principale des services numériques chez Starcom MediaVest Group, une firme de communications torontoise spécialisée dans la diffusion des marques. « Le dilemme des éditeurs, c’est que les consommateurs ont accès à des centaines de sources de contenu d’intérêt général, et que leur volonté de payer dépend de la valeur du contenu offert par les éditeurs. » Mme Holgate l’a appris alors qu’elle était vice-présidente chez CanWest, lorsque cette entreprise a lancé un service payant pour les 11 principaux quotidiens de Canada.com et pour le National Post. Le nombre de visiteurs uniques et de consultations de pages a chuté plus fortement que prévu et le service payant a donc été retiré. Selon Jennifer Holgate, il y a tant de contenu gratuit que : « Pour que le consommateur accepte de payer, le contenu doit avoir un positionnement et une proposition de valeur uniques. Ce sont des principes fondamentaux du marketing. » (En 2011, la nouvelle mouture de CanWest, Postmedia Network Canada, a expérimenté l’utilisation de systèmes de mesure pour le journal The Gazette de Montréal et pour le Victoria Times Colonist et a annoncé son projet d’appliquer son modèle payable à l’utilisation à d’autres journaux.) Des publications telles que Harvard Business Review et National Geographic réussissent dans l’univers numérique


illustration by / de © Ikon Images / Masterfile

major daily newspapers and the National Post. Unique visitors and pageviews dropped more than expected and the paywall was removed. The takeaway, according to Holgate, was that there is so much free content available that, “For the consumer to pay for it, it has to have a unique positioning or value proposition – ​t hose are the fundamentals of marketing.” (In 2011, the new incarnation of CanWest, Postmedia Network Canada, experimented with metered systems for the Montreal Gazette and Victoria Times Colonist and announced plans to expand its pay-perview model to other papers.) Publications such as Harvard Business Review and National Geographic are successes in the digital realm, she says, because they provide niche content readers can’t get for free. Case in point: National Geographic’s iPad app offers 360-degree photos and videos that bring stories to life, along with zoomable maps with timelines, all pegged to a particular print issue. Such interactivity creates high reader engagement, leading to greater traffic – ​clearly a key ingredient to monetize content. In late 2011, the magazine announced it had reached 100,000 paid digital subscribers. The same week, its “7 Billion” app, a companion to its issue about world population, was the most downloaded free iPad app. These kinds of products suit a growing tablet industry, which may turn out to be a kind of iPod for the magazine industry as a younger generation comes of digital age. “We’re always looking at consumer patterns,” Holgate says, “and the pattern is that people say ‘I want my content when, where and how I want it.’ That’s why the tablet will be a huge opportunity for scalability.” After all, as White had pointed out, iTunes and MP3 players resurrected music, one 99-cent download at a time. Magazines with few resources to create fancy and expensive digital content are finding simple – ​some might say old-fashioned – ​ways to raise money while simultaneously connecting with readers. Edmonton-based speculative fiction magazine On Spec is developing a sponsorship

grâce à leur contenu spécialisé introuvable gratuitement ailleurs. Ainsi, l’application iPad de National Geographic offre des photos et vidéos à 360 degrés donnant vie aux articles, accompagnés de cartes offrant une fonction de zoom et d’échéanciers, le tout relié à un numéro imprimé particulier. Un tel niveau d’interactivité stimule l’engagement du lecteur et le trafic, et constitue ainsi un ingrédient clé qui permet de monétiser le contenu. À la fin de 2011, le magazine a annoncé qu’il atteignait le chiffre de 100 000 abonnés payants. La même semaine, son application « 7 milliards », accompagnant son numéro sur la population mondiale, devenait l’application iPad gratuite la plus téléchargée. Ces catégories de produits conviennent à l’industrie en croissance des tablettes, qui pourrait devenir en quelque sorte un iPod de l’industrie du magazine, à mesure qu’une génération plus jeune émane de l’ère numérique. « Nous sommes toujours à l’affût des tendances des habitudes de consommation », dit Mme Holgate, et il semble que les jeunes souhaitent avoir accès à leur contenu au moment, à l’endroit et de la façon qui leur convient. C’est pourquoi la tablette constituera une occasion exceptionnelle d’adaptabilité. » Après tout, comme le faisait valoir M. White, iTunes et les lecteurs MP3 ont ressuscité l’activité dans le domaine de la musique, un téléchargement à 0,99 $ à la fois. Les magazines ayant peu de ressources pour créer un contenu numérique recherché et coûteux trouvent des façons simples, certains diront « à l’ancienne », de produire des revenus tout en établissant le contact avec les lecteurs. Le magazine de fiction spéculative On Spec d’Edmonton met actuellement au point un programme de commandite et une campagne de soutien qui n’est pas sans rappeler les événements de financement diffusés par les réseaux de télévision publics. La campagne de soutien s’inspire en partie du programme d’abonnement « B-Hive » de Bitch, qui recueille 85 000 $ par année. On Spec, qui prévoit lancer ses modèles de financement en 2012, entend utiliser les fonds pour créer un forfait éducatif pour les écoles secondaires. magazinescanada.ca

59


program and sustainer campaign that is reminiscent of membership fundraising drives by public broadcasting. The sustainer campaign is partly inspired by Bitch’s “B-Hive” membership subscription program, which raises US$85,000 a year. Hoping to introduce its fundraising models in 2012, On Spec plans to use the funds to develop an education package for high schools. These kinds of scrappy, community-building approaches excite White. “The opportunities are enormous,” he says, “to generate value for the community and monetize it.” One of his clients, Music Works, publishes three times a year and each issue includes a CD with rare recordings of experimental music – ​a valuable niche product. Yet its shelf life is only as long as the publication remains on newsstands, so White is helping the magazine develop online products that capitalize on its vast archive. Meanwhile, it relaunched its website in the winter of 2011 with streaming audio, blogs and community sections that will connect reader-listeners with composers and performers. Repackaging archives creates multiple options to monetize content. Last year, The New Yorker plundered its

Les approches de cette nature, destinées à établir une communauté, suscitent l’enthousiasme de Martin White. « Les possibilités sont énormes », dit-il, pour créer une valeur pour la communauté et pour monétiser cette valeur. » Un de ses clients, Music Works, publie trois fois par année un numéro qui comprend un CD avec des enregistrements rares de musique expérimentale, produit spécialisé d’une grande valeur perçue. Toutefois, son cycle de vie en magasin tient à la durée de sa présence en kiosque, et c’est pourquoi M. White aide le magazine à créer des produits en ligne qui tireraient parti de l’importance de ses archives. Entretemps, le magazine a relancé son site Web à l’hiver 2011 en le dotant de fonctionnalités de flux audio, de blogues et de sections communautaires qui rapprocheront les lecteurs-auditeurs et les compositeurs et exécutants. Le reconditionnement des archives est une source de multiples options susceptibles de permettre de monétiser le contenu. L’année dernière, The New Yorker a puisé dans sa base de données pour créer des livres électroniques thématiques, commandités par des entreprises comme American Express et BMW, et pour la plupart vendus 2,99 $ U.S. sur iTunes (ou offerts gratuitement aux abonnés). Wired, entre-temps, proposait

Winner of 11 Canadian Online Publishing Awards and a National Magazine Award for Best Digital Design

Good ideas about content, media and marketing

Content informs design; design without content is decoration.

Publishing is about taking a financial risk to bring an idea to the world. It’s not about printing.

Jeffrey Zeldman Seth Godin

Getting a handle on your community and understanding how you can serve their needs is the challenge for any content creator today.

If you are a journalist and wish to earn a living, you better figure out a way to become a brand. Bob Garfield

Nora Young

My job is to reach the most people possible with information that is useful. Ann Curry

Branding for me is like the practice of calling a city a market. I write, people read. Roger Ebert

More good ideas at sparksheet.com

60

CMC_Spring2012_Sparksheet_Feb-21-2012_Final.indd 1

magazinescanada.ca

12-02-21 5:53 PM


database to create themed e-books. They were sponsored by companies such as American Express and BMW and most sold for US$2.99 on iTunes (or were free for subscribers). Wired, meanwhile, ushered a “commemorative” e-book on Steve Jobs to publication within a week of his death. Hearst Magazines tried a similar, though less newsworthy, approach with Good Housekeeping’s cookbooks, which David Kang, its creative director of content extensions, described as “content windowing.” As he explained to Paid Content, “We initially launch the large cookbook, and then we try to find parts of the audience that might be more focused.” All for the price of a candy bar. These examples illustrate the kind of philosophical change that magazine publishers need to make. “Think back to Napster and Kazaa,” White says, “when music companies lamented dropping CD sales. Then jump-cut to today.” With this his voice quickens. “How many billions of downloads take place on iTunes alone?” If magazine publishers want to make money from digital content, they need to think more like the Apples of the world. The market for paid content is there – ​it’s just waiting for someone to take a bite out of it.  ■

Management Software

Magazine Manager

Bundled with FileMaker® Pro software

Windows 7 / Vista / XP, Mac OS X, and iPad cross platforms

un livre électronique « commémoratif » sur Steve Jobs, publié dans la semaine suivant son décès. Les magazines Hearst ont tenté une approche similaire, mais toutefois moins d’actualité, pour les livres de recettes de Good Housekeeping, que David Kang, directeur de la création des dérivés de contenu, décrivait comme des « fenêtres sur le contenu ». Comme il l’expliquait à Paid Content : « Nous avons lancé le grand livre de recettes, puis nous avons essayé de trouver des segments de l’audience qui pourraient être plus ciblés. » Le tout pour le prix d’une friandise. Ces exemples illustrent la nature du changement de philosophie que les éditeurs de magazines doivent entreprendre. « Songez à Napster et à Kazaa », dit M. White, à l’époque où les entreprises musicales déploraient le ralentissement des ventes de CD. Puis voyez la réalité d’aujourd’hui. » Sa voix s’anime aussitôt : « Combien de milliards de téléchargements se font sur la seule plateforme iTunes ? » Si les éditeurs de magazines souhaitent faire des profits sur la vente de contenu numérique, ils doivent davantage opter pour la façon de voir des Apple de ce monde. Une pomme qui n’attend que d’être croquée à belles dents.  ■

❏ One program manages your entire company process ❏ Enter data once and use it many times ❏ Enhances advertiser service ❏ Work smart, work efficiently ❏ Increases speed and accuracy of advertiser contracts ❏ Retain subscribers through automated renewals ❏ Promotes teamwork ❏ Eliminates duplication of effort ❏ Saves time and resources

Bard Business solutions inc. Online tours: www.bardsolutions.com email: info@bardsolutions.com

416-410-BARD (2273) Building Custom Management Software since 1995

magazinescanada.ca

61


Canada’s creative economy contributes $84.6 billion, or 7.4%, to Canada’s GDP in terms of hard dollars and creates 1.1 million jobs.

Public Affairs

Affaires Publiques Building community through our arts and literary publications Établir une communauté par l’intermédiaire de publications artistiques ou littéraires.

Assessing the real value of

cultural industries can be difficult. Economists have yet to find a way to value information, a product all magazines deal in. Nonetheless, Canada’s cultural magazines are part of a creative economy that contributes greatly to the country’s economic and social capital – recognized by sociologists and economists as the creation and maintenance of communities and social cohesion. Some of these contributions are measurable, but others aren’t. Here’s a snapshot: Canada’s creative economy contributes $84.6 billion, or 7.4%, to Canada’s GDP in terms of hard dollars and creates 1.1 million jobs (Magazines Alberta: Vibrancy, Growth, Interactive Community Leadership, Alberta Magazine Publishers Association). These statistics don’t account for the social capital cultural magazines generate by virtue of the information they create and spread. Cultural publishers help create and maintain social networks of readers and creators, which represent the foundation upon which business and innovation grow. Nor do the GDP and job figures reflect the growth engine dynamics of the creative sector that have also been recognized as significant (Valuing Culture: Measuring and Understanding Canada’s Creative Economy, Conference Board of Canada).

62

magazinescanada.ca

Il peut être difficile d’établir la valeur réelle des industries culturelles. Les économistes n’ont pas encore trouvé de façon d’établir la valeur de l’information, pierre angulaire de tous les magazines. Néanmoins, les magazines culturels du Canada participent à une économie de la création qui apporte une contribution importante au capital économique et social du pays, capital qui est reconnu par les sociologues et économistes comme celui de la création et du maintien de communautés et de la cohésion sociale. Certaines de ces contributions sont mesurables, d’autres non. Voici un coup d’œil rapide : L’économie canadienne de la création représente un apport de 84,6 milliards de dollars à l’économie, soit 7,4 % du PIB du Canada en dollars, et crée 1,1 million d’emplois (Magazines Alberta : Vibrancy, Growth, Interactive Community Leadership, Alberta Magazine Publishers Association). Ces statistiques ne tiennent pas compte du capital culturel que produisent les magazines culturels par l’information qu’ils créent et diffusent. Les éditeurs culturels contribuent à créer et à maintenir des réseaux sociaux de lecteurs et de créateurs, qui représentent le fondement sur lequel repose la croissance des activités commerciales et l’innovation. Les données sur le PIB et l’emploi ne reflètent pas non plus la dynamique

illustration by / de © Masterfile rf

By Rowland Lorimer, Director, Canadian Centre for Studies in Publishing, Simon Fraser University Par Rowland Lorimer, directeur, Canadian Centre for Studies in Publishing, université Simon Fraser


L’économie canadienne de la création représente un apport de 84,6 milliards de dollars à l’économie, soit 7,4 % du PIB du Canada en dollars, et crée 1,1 million d’emplois.

In short, even though $84.6 billion assesses the direct, indirect and induced effects of the sector, it still dramatically undervalues magazine publishing and, particularly, cultural magazine publishing. The Canada Council for the Arts works towards being a leader in supporting cultural magazines, a mandate that’s followed closely by many provincial arts councils. These granting agencies provide infrastructure investment that addresses the shortfalls in the microeconomics of cultural production where, in general, workers are paid less than minimum wage and, in general, government investment leverages three times its value in direct expenditures associated with public consumption (A Guide to the Canada Council Benchmarks for Canada Magazines, Rowland Lorimer and Jane Hope). Stable, year-over-year investment by the Canada Council has sustained Canada’s cultural magazines in numbers that otherwise would be much diminished. In return, cultural publishers contribute to Canada’s social, economic and intellectual fabric in ways both obvious and subtle, but certainly undeniable. For the complete Benchmarks study, go to magazinescanada.ca/cultural/ benchmarks-study.

de moteur de croissance qu’offre le secteur créatif, dont l’importance a été reconnue (Valuing Culture : Measuring and Understanding Canada’s Creative Economy, Conference Board du Canada). En bref, bien que la somme de 84,6 milliards de dollars soit une estimation des effets directs, indirects et induits du secteur, elle représente une sous-évaluation importante de l’édition de magazines et, particulièrement, des magazines culturels. Le Conseil des Arts du Canada s’attache à devenir un chef de file du soutien aux magazines culturels, mandat suivi de près par plusieurs conseils des arts provinciaux. Ces agences subventionnaires fournissent un investissement dans les infrastructures qui est axé sur les manques à gagner liés à la microéconomie de la production culturelle où, en général, les travailleurs touchent une rémunération inférieure au salaire minimum et où, en général, l’investissement gouvernemental produit trois fois sa valeur en dépenses directes associées à la consommation publique (Étude sur les points de référence du Conseil des Arts du Canada pour les périodiques canadiens, Rowland Lorimer et Jane Hope). Un investissement stable, d’année en année, par le Conseil des Arts du Canada a soutenu les magazines culturels canadiens à des niveaux qui auraient autrement été bien moindres. En retour, les éditeurs culturels contribuent au tissu social, économique et intellectuel du Canada de façons à la fois évidentes et subtiles, mais incontestablement indéniables. Pour consulter l’ensemble de l’étude sur les points de référence, consultez magazinescanada.ca/cultural/ etude-sur-les-points-de-reference. magazinescanada.ca

63


We want the journalism to speak loudest – ​design is best when you don’t know it’s there.

Professional Development

Développement professionnel

Magazines Canada’s professional development programming – ​and the prestigious kickoff to MagNet 2012 – ​shines the spotlight on B2B magazine design Le programme de perfectionnement professionnel de Magazines Canada et le prestigieux coup d’envoi de MagNet 2012 placent la création de magazines B2B sous les feux de la rampe. By Barbara Zatyko, General Manager and Publisher Par Barbara Zatyko, directrice générale et éditrice

Richard Turley, Bloomberg Businessweek creative director, on redesigning and reinventing It’s kind of nerdy, but the biggest thing for me in redesigning BB was choosing a typeface that would make the magazine easily navigable (Christian Schwartz’s Hass Helvetica). A business magazine should look like a magazine. Celebrate that it’s on paper! BB provides a two-tiered reading experience, so readers can either graze or read it cover to cover. We use colour cues for section starts and small markers such as doodles and arrows in the front for clarity. We play around and experiment quite a lot with layout and cover design and, about 50% to 60% of the time, those experiments end up in the magazine. We want the journalism to speak loudest – ​design is best when you don’t know it’s there. Richard Turley is the 2012 MagNet Marquee speaker on June 5 in Toronto.

Domenic Macri, Report on Business art director, on

using infographics and alternative story forms For inspiration and variety, I visit sites like Infopornographic (bit.ly/99bGSZ) and David McCandless’s Information Is Beautiful (informationisbeautiful.net). Their visuals are surprising and entertaining, rather than

64

magazinescanada.ca

Richard Turley, directeur de la création de Bloomberg Businessweek, sur la refonte et la réinvention C’est un peu le point de vue d’un accro, mais selon moi, l’aspect le plus stimulant de la refonte de BB aura été de choisir une police de caractères qui facilite la consultation du magazine (Hass Helvetica de Christian Schwartz). Un magazine d’affaires doit ressembler à un magazine. Célébrez le fait qu’il soit sur papier ! BB propose une expérience de lecture à deux niveaux : en butinant ici et là ou en parcourant le magazine d’un bout à l’autre. Des codes couleur marquent le début des sections et de petits marqueurs (griffonnages ou flèches) apportent plus de clarté. Nous jouons avec la conception de la maquette et de la couverture et, 50 % à 60 % du temps, nos expériences trouvent leur place dans le magazine. Nous voulons donner une voix plus sonore au journalisme. Le design est réussi lorsqu’il passe inaperçu. Richard Turley est le conférencier de marque de MagNet 2012, le 5 juin, à Toronto.

Domenic Macri, directeur artistique de Report on Business, sur l’utilisation de l’infographie et de formes de rechange pour la présentation des articles Pour puiser de l’inspiration et de la variété, je consulte des sites tels qu’Infopornographic (bit.ly/99bGSZ) et Information Is Beautiful de David McCandless (informationisbeautiful.net). Leurs visuels,


Nous voulons donner une voix plus sonore au journalisme. Le design est réussi lorsqu’il passe inaperçu.

mind-numbingly complex. I find that the most memorable and successful graphics are often the simplest. Decorating a page with complicated infographics can confuse and annoy readers, so know your audience. I sometimes interpret stories or columns into a series of charts and graphs that make the same point as the narrative, while adding layers of related information for texture. The first obstacle to this approach is convincing an editor to try it; the second is getting someone to do all the research!

étonnants et divertissants, sont loin d’être complexes et déroutants. Les visuels les plus mémorables sont souvent les plus simples. Tapisser une page d’effets infographiques complexes peut ajouter de la confusion et ennuyer le lecteur. Il importe de bien connaître son audience. Parfois, j’interprète les articles et les rubriques dans une série de tableaux et diagrammes reflétant les mêmes idées, en y ajoutant des couches d’informations connexes qui enrichissent la texture de la présentation. Le premier obstacle est de convaincre l’éditeur d’essayer cette approche ; le deuxième est de trouver quelqu’un pour faire toute la recherche !

Domenic Macri will speak about processes and strategies to develop infographics and ASFs at MagNet 2012: magnet.magazinescanada.ca.

Domenic Macri traitera de processus et de stratégies de création infographique et d’ASF à MagNet 2012 : magnet.magazinescanada.ca.

Hambly & Woolley, Inc. design director, on designing Precedent, a magazine for young lawyers, and winning two Golds at the 2011 Kenneth R. Wilson Awards We use three tenets. First: Be strategic. Keep the reader, the editorial formula and the brand in mind, and deliver consistency from front to back. Second: Be a critical reader. Unless you know what the story means, you haven’t a hope of delivering compelling design. Work with your editor closely and push back on the words, and even the supplied visuals, so that the art and editorial are closely integrated. Third: Be resourceful. Don’t just rely on run-of-the-mill stock imagery – ​u se your network, read credits and call up other image-makers to see if you can obtain secondtime printing rights. Use type to its greatest effect (it creates texture and can often substitute for visuals). Finally, draw on references from pop culture to history to the vernacular to find new points of departure for design. Presto!

Barb Woolley, directeur du design, Hambly & Woolley, Inc., sur la création de Precedent, un magazine destiné aux jeunes avocats, et lauréat de deux prix Or Kenneth R. Wilson 2011 Nous suivons trois principes clés. Premièrement : être stratégique. Toujours avoir en tête le lecteur, l’approche rédactionnelle et la marque, être cohérent de la première à la dernière page. Deuxièmement : être un lecteur exigeant. Une bonne compréhension du sens de l’article est essentielle pour livrer une conception visuelle irrésistible. Collaborez étroitement avec votre rédacteur en chef et prenez du recul quant au poids des mots, et même des éléments visuels reçus, afin de bien intégrer la présentation visuelle et le contenu. Troisièmement : soyez inventif. Ne vous contentez pas des banques d’images facilement accessibles : utilisez votre réseau, lisez les références photographiques et sollicitez d’autres producteurs d’images pour obtenir les droits d’une deuxième impression. Exploitez pleinement les fontes pour le meilleur effet possible (elles sont une source de texture et peuvent souvent remplacer les visuels). Enfin, n’hésitez pas à évoquer la culture pop, l’histoire et le quotidien pour trouver de nouveaux points de départ à votre démarche créative. Presto !

Barb Woolley’s webinar, “Beauty and Brains: Successful Design for B2B” is at magazinescanada.ca/cmc/beauty-and-brains.

Le webinaire de Barb Woolley, « Beauty and Brains : Successful Design for b2b » peut être consulté au magazinescanada.ca/cmc/beauty-and-brains.

Barb Woolley,

magazinescanada.ca

65


cultural magazines have been pushing through these austere times with resilience, determination and innovation.

Cultural Magazines

magazines culturels

Small budgets, big results Petits budgets, grands résultats.

By Brianne DiAngelo, Manager, Communications PAR BRIANNE DIANGELO, DIRECTRICE DES COMMUNICATIONS

Canada’s cultural magazines are flourishing. Although the economy hasn’t been merciful to small business in general, cultural magazines have been pushing through these austere times with resilience, determination and innovation. Here are a few examples of the quality and creativity of cultural magazines with modest budgets, but ambitious goals. Kudos to them all! With impressive production values, Calgary’s Dandelion magazine has raised the bar with a recent monolithic mapping-themed issue. Using full-colour, great print stock, a contemporary aesthetic and even including a bonus DVD, Dandelion cut no corners. Also noteworthy: The New Quarterly and Arc poetry journal smashed their collective atoms together

66

magazinescanada.ca

Les magazines culturels canadiens sont en plein essor. Malgré une économie peu clémente pour les petites entreprises, les magazines culturels ont traversé cette période d’austérité en faisant preuve de résilience, de détermination et d’innovation. Voici quelques exemples de magazines culturels à budget modeste, mais aux objectifs ambitieux. Arborant des valeurs impressionnantes au chapitre de la production, le magazine Dandelion de Calgary a hissé la barre avec son récent numéro à thématique monolithique. Utilisant la quadrichromie, un papier de haute qualité, une esthétique contemporaine et même l’insertion d’un DVD en supplément, Dandelion n’a pas lésiné sur la qualité. Également digne de mention : The New Quarterly et le journal de poésie Arc ont uni leurs atomes collectifs pour créer Quarc, une publication littéraire non récurrente produite conjointement. Les magazines culturels de longue date ne sont pas seuls à faire preuve d’ambition : de nouveaux journaux ont également laissé leur empreinte. Après quatre numéros, le journal Poetry Is Dead de Vancouver a déjà établi son universalité et son caractère résolument local : son numéro le plus récent se joint à divers projets culturels d’une belle variété commandés par la ville de Vancouver pour célébrer son 125e anniversaire. Ailleurs au pays, deux magazines culturels du Québec, Vallum et Matrix, font preuve d’une ambition toute mondiale dans leurs récents numéros. Vallum, dont la signature est « nouvelle


les magazines culturels ont traversé cette période d’austérité en faisant preuve de résilience, de détermination et d’innovation.

to create a one-time collaborative literary edition. It is not only veteran cultural magazines that are producing ambitious work: Newer journals are also making their mark on Canada’s literary periodical scene. Four issues in, and Vancouver’s Poetry Is Dead has already established both its universality and its firm locality: Its most recent issue joins a distinguished variety of cultural projects commissioned by the City of Vancouver to celebrate and honour its 125th anniversary. Across the country, two of Quebec’s cultural magazines – Vallum and Matrix – demonstrate global ambition in recent issues. Vallum, whose tagline is “new international poetics,” publishes poems in English and Chinese, while Matrix explores the theme of translation, publishing material originally written in languages from French to Galician to Yiddish. Now to the East Coast and then back to the Prairies: Pick up a copy of St. John’s Riddle Fence for its excellent art direction – the visual art curation is varied, thoughtful and pleasing to the eye – and Saskatchewan’s Grain magazine for its classy, readable layout and striking cover designs. Twenty-five years in any business is a serious accomplishment. So let’s close off by recognizing Inuit Art Quarterly, which recently celebrated its 25th anniversary. Not only has IAQ, helmed throughout by Marybelle Mitchell, faced the usual challenges of publishing a niche art magazine in Canada, it has also taken as its subject an art practice that originated and is predominantly situated in the isolated North. Congratulations to IAQ for its continued and successful promotion of the Inuit art form. The year 2011 has been another remarkable one for Canada’s cultural magazines. Let’s all look forward to what will only get better with time.

poésie internationale », publie des poèmes en langues anglaise et chinoise, alors que Matrix explore le thème de la traduction, publiant du contenu initialement rédigé en langues diverses, dont le français, le galicien ou encore le yiddish. Sur la Côte Est, puis de retour dans les Prairies : faites un détour pour acheter un numéro de Riddle Fence de Saint-John et apprécier l’excellence de sa direction artistique, bien pensée et agréable à l’œil, ou encore du magazine Grain de la Saskatchewan, pour sa présentation visuelle élégante, agréable à lire, et l’impact de ses couvertures. Pour toute entreprise, 25 ans d’activités, c’est un exploit. Concluons donc en rendant hommage à Inuit Art Quarterly, qui célébrait récemment son 25e anni­ versaire. Non seulement IAQ, dirigé de main de maître par Marybelle Mitchell, a-t-il relevé les défis qui vont de pair avec la publication d’un magazine d’art au Canada, mais il a également choisi de se consacrer à une pratique artistique issue du Nord lointain et propre à cette région. Félicitations à IAQ pour son œuvre de promotion continue de l’art inuit. L’année 2011 a été, encore une fois, exemplaire pour les magazines culturels du Canada. Tournons maintenant nos regards vers un avenir plus que jamais chargé de promesses. magazinescanada.ca

67


Marketplace: Where the industry shops.

Place des marchés : Là où l’industrie magasine. Magazinescanada.ca/cmc, cmc@magazinescanada.ca 416 504.0274 ext. / poste 227

Got an Alberta magazine? We are an industry association that works to: promote • advocate • support • educate on behalf of members and the Alberta magazine publishing industry. Join or learn more:

www.albertamagazines.com

SYLVAINE GOMBERT

Notre mission? Promouvoir le développement de l’industrie du magazine au Québec et défendre les intérêts de nos membres!

www.magazinesquebec.com

Discover your Celtic Roots through CelticLife magazine & www.CelticLife.ca/ www.CelticLife.com

68

magazinescanada.ca

CONSULTANTE EN MARKETING DIRECT ET DIFFUSION DE MAGA INES MAGA INE PUBLISHING CONSUMER MARKETING CONSULTANT

• STRATÉGIE • PLANIFICATIONS D’AFFAIRES • PUB • CRÉATION • INFOGRAPHIE • • STRATEGY • BUSINESS PLANS • ADVERTISING • CREATION • DESIGN •

T. 514 887.5114 F. 450 227.0695 bzzz@xplornet.com

The Circulation Management Association of Canada is a non-profit organization formed to help circulation professionals by providing training and professional development.

MARKETING

INC.

Seminars Newsletters Networking Awards & More


Marketplace: Where the industry shops.

Place des marchés : Là où l’industrie magasine. Magazinescanada.ca/cmc, cmc@magazinescanada.ca 416 504.0274 ext. / poste 227

mediag r services oup

Complete Circulation Fulfillment Software Part of an Integrated Suite of Publishing Software

•Consumer and Trade Publications •Controlled and Paid Circulation •Print and Digital Media •Volume/Issue and Time-based Subscriptions

•e-Commerce •A/R and Credit Management •Single Copy Sales and Newsstand with Integrated Financials

PublicationPartners.pdf

8/8/11

1:35:06 PM

Phone: 1.800.234.4674 | e-mail: info@msgl.com | Web: www.msgl.com/circ

C

M

Y

CM

MY

CY

CMY

K

Providing support for Atlantic Canada magazines For information: www.AtlanticMagazines.ca Jonathan Cresswell-Jones Graphic Designer

www.JCJdesign.ca

JCJ

Magazine | Website | Visual Identity (416) 694-3220 jcresswell-jones@sympatico.ca

magazinescanada.ca

69


Impressions Impressions

“Best features of printed magazines: layout that aids content, not ad clicks, not seeing the # of Likes/tweets/+1s, no inane reader comments.”

40% Percentage of app users who take action on advertising by purchasing either directly through the application, via a website, at a store or through a catalogue. [Source: “Who Is the Mobile Magazine Reader?,” 2011 Texterity-BPA All-Mobile Survey]

@JeremiahLee, tweep [Source: Twitter, October 23, 2011

2,295

Number of paid digital subscriptions for Canadian House & Home, the highest in the country. Paid digital subs account for 1.4% of their total paid subscriptions. [Source: ABC Statements, June 2011]

Need a translation? Go to

« Hier, nous étions producteurs et distributeurs de contenus, sur papier puis sur le Web ; aujourd’hui, nous sommes devenus des éditeurs et producteurs de marques médias… Comme le disent les Américains : “ATAWAD : anytime, anywhere, any device.” »

magazinescanada.ca/impressions.

Besoin d’une traduction ? Allez au 

Marie-Odile Amaury, présidente, Groupe Amaury

[Données : Discours, Office de justification de la diffusion, France, 24 mars 2011]

magazinescanada.ca/impressions.

“If you had told me two years ago that we would have a chance of more than $10 million of consumer revenue from digital, we wouldn’t have thought it would be possible.” David Carey, president of Hearst Magazines. He expects to reach the $10-million mark for e-subscriptions by summer 2012. [Source: American Magazine Conference panel discussion, October 4, 2011]

Pourcentage des gens qui sont intéressés par la lecture numérique des magazines et qui continuent de souhaiter une version imprimée. [Données : CMO Council, 2010]

1,2 million

%

Nombre de lecteurs pour chaque numéro de qu’est-ce qui mijote La revue conserve sa première position comme magazine ayant le plus important lectorat au Québec.

70

magazinescanada.ca

[Données : Print Measurement Bureau, automne 2011]


Always lighter. Now whiter. KALLIMA® COATED COVER C1S AND C2S

Your trusted line of lighter Kallima® Coated Cover C1S, C1S Plus and C2S paperboard now comes in a whiter shade. Get brighter, richer colors on the paperboard that gives you 20% more yield over competitors with the same capacity to print quality, creative jobs. You still get more for your money — all that with the reassurance that you’re buying FSC®-certified Cert no. SW-COC-1899 paperboard that comes from well-managed forests.

For more information, visit www.kallima.com today.

FSC®-Certified Kallima® C2S 8 pt. is proud to be the cover stock for this issue of CANADIAN MAGAZINES CANADIENS.

Cert no. SW-COC-1899


together, Magazine Publishing Solutions At Dollco, we’re hip to the magazine publishing business. We give you more than the other guys: the best quality in the market; talented account management and customer support; most reliable turnarounds; and an innovative partner that helps you win new revenue. Printing is our product. Relationship is our business. Dollco’s Magazine Publishing Solutions make all the difference. Visit www.dollco.com

© 2012 Dollco Integrated Print Solutions


Magazines Canada Spring 2012