Page 1

C E D O SS I E R E ST P U B L I É PA R S M A R T M E D I A E T N ' E N G AG E PA S L A R E S P O N S A B I L I T É D E S É D I T E U R S N I D E L A R É D AC T I O N D E L A D E R N I È R E H E U R E

AOÛT ‘19

MA FAMILLE

Joëlle Scoriels

Comme une terre d’amour à explorer

Bougez jeunesse!

Les bénéfices d’une activité physique

Caroline Waucquez

Rentrée anticipée = rentrée sereine

BENOÎT POELVOORDE « Je pense que l’on passe de l’adolescence à l’âge adulte lorsqu’on accepte l’échec. »

DÉCOUVREZ-EN PLUS SUR FR.FOKUS-ONLINE.BE • #FOKUSMAFAMILLE

gé t

Stér ls vé o

-

www.vistalife.be

au x

10 0 %

ue

n ol dimi r é t s e l o Mon ch ement ! ll nature

-

turel na

100% naturel actif contre l’excès de cholestérol sans problèmes musculaires !

Stérols végétaux purs en comprimés

60 comprimés chez votre pharmacien


02

ÉDITO JOËLLE SCORIELS

FR.FOKUS-ONLINE.BE

Comme une terre d’amour à explorer

J

maman, c’est une succession de petites

Pendant les premiers temps de ma vie professionnelle, j’étais tellement excitée (à l’idée qu’on croie que je puisse être utile à quoi que ce soit) que j’ai accepté le moindre boulot qu’on me proposait, quitte à saturer mon agenda. Je suis hostile à l’à-peu-près, aussi j’ai toujours travaillé avec zèle et conscience. Ça demande du temps. Il y a eu des périodes de jonglage délicates, où l’équilibre familial était menacé, je dois le dire.

imperfections.

14

06 Quand votre animal a mal

Aujourd’hui, l’un de nos chantiers, à la maison, c’est de trouver des solutions « écran ». Sacha a bientôt 11 ans, il me voit consulter ma tablette pour y glaner toutes sortes de menues infos, et il est avide d’autonomie « internautique »; il est donc temps que je lui offre un accès sécurisant à l’Internet; mais je crains l’addiction et surtout les pièges tout moches que comporte le web… Voilà ma prochaine mission parentale. J’ai bien l’impression que ce ne sera ni la plus simple, ni surtout la dernière…

ininterrompue

08 04 Bougez jeunesse!

Alors, tout récemment, quand on m’a fait une proposition magnifique en radio, j’ai réussi non sans fierté à dire « non » pour – à mon avis – la première fois depuis que je suis née. Ce projet m’aurait privée de tous mes matins chaotiques et merveilleux avec mes enfants. Je suis une maman pas zen du tout; les cris et les grincements de dents, ça nous connaît, mais Sacha et Estelle comprennent aussi que mon rêve le plus profond consiste en ce que la somme de tous nos petits moments, plus ou moins réussis, fassent d’eux des personnes équilibrées et nuancées.

Ma vie de

06

CONTENU...

Je me souviens que, lorsque je suis devenue la maman de Sacha, cinq ans avant la naissance d’Estelle, je jetais les bras au ciel en criant ma joie inouïe: j’étais la conquistadora de terres d’amour inexplorées.

e découvrais une nouvelle qualité de lien affectif, une nouvelle consistance d’amour, que je n’aurais jamais pu soupçonner... Et que, bien sûr, tous les parents éprouvent – en fait, je suis affreusement banale. Et pourtant pas: mon amour pour mes enfants, il est inimitable et irremplaçable. Ne fût-ce que par les maladresses dont je me rends « coupable » jour après jour; nous y voici: ma vie de maman, et donc notre vie de famille, c’est une succession ininterrompue de petites imperfections des uns et des autres, autour desquelles il faut bien composer, ajuster, et continuer à s’amuser. Bref, jour après jour, si mes enfants grandissent, moi aussi.

04

TEXTE JOËLLE SCORIELS, ANIMATRICE (LA DEUX) CHRONIQUESE (LA PREMIERE)

08

Interview: Benoît Poelvoorde

10

Les écrans pas si nocifs que ça !

12 Panel d’experts: L’assiette familiale 14

Caroline Waucquez: Rentrée anticipée

ÉQUIPE. COUNTRY MANAGER: Christian Nikuna Pemba RÉDACTEUR EN CHEF: Ellen Van Hoegaerden ÉQUIPE ÉDITORIALE: Louis Matagne Frédéric VanDeCasserie PHOTO EN COUVERTURE: Filip Van Roe / Charlotte Studio LAYOUT: Baïdy Ly IMPRESSION: IPM Group

SMART MEDIA AGENCY SMART STUDIO Leysstraat 27, 2000 Anvers Tel +32 3 289 19 40 redactie@smartmediaagency.be studio@smartmediaagency.be

Bonne Lecture Cyril Bagot Project Manager

ADVERTORIAL Vos allocations familiales de 0 à 25 ans pour tous les enfants domiciliés en Wallonie, selon les montants et les conditions détaillés sur www.famiwal.be

Un nouveau système et de nouveaux montants pour les enfants nés à partir du 01/01/2020, les autres enfants restant dans l’ancien système

Votre caisse publique d’allocations familiales en Wallonie Des suppléments possibles en fonction de vos revenus ou de votre situation personnelle (ex. handicap)

Demande de votre prime de naissance sur www.famiwal.be

www.famiwal.be

0800 13 008

6 bureaux régionaux

(Numéro gratuit)

(Charleroi, Mons, Liège, Namur, Wavre, Libramont)

Une caisse publique à votre disposition via un gestionnaire personnel, un accès sécurisé en ligne à votre dossier, un bureau régional près de chez vous, etc

Suivez-nous sur les réseaux sociaux


ADVERTORIAL

Une chaleur agréable ? Optez pour le gaz ! L’électricité est à ce point devenue indispensable qu’il est à présent impensable de vivre sans. Vous vous êtes sans doute déjà senti « handicapé » lors d’une de panne de courant. Mais lorsqu’il s’agit de cuisiner ou de chauffer votre maison, vous pouvez opter pour une autre source d’énergie, à savoir le gaz. L’un des fournisseurs de gaz les plus connus sur le marché belge est Antargaz.

Expertise Antargaz fait partie d’UGI Corporation, une société américaine cotée en bourse fondée en 1882 et spécialisée dans les solutions énergétiques dans le monde entier - outre le gaz, elle fournit également de l’électricité depuis peu. Antargaz - anciennement Shell Gas Benelux - est actif en Belgique depuis les années 1950 et a accumulé une grande expertise durant toutes ces années. La société fournit plus de 650 000 tonnes de gaz par an à plus de 3 250 000 clients en Belgique, aux Pays-Bas, au Luxembourg et en France. Son siège est sis à Diegem, mais Antargaz possède plusieurs filiales réparties dans la région où elle opère. « Point d’ébullition » « Certes l’électricité est indispensable, mais pour chauffer toute une maison, c’est une solution plus coûteuse », explique Wendy Binst, responsable des ventes pour le Benelux. « Le gaz s’avère alors être une alternative plus écologique et plus économique. » Mais qui doit choisir quel type de gaz ? Et pourquoi ? « Lorsque le gaz naturel est disponible, il s’agit du choix le plus évident », poursuit Binst. Une habitation ne peut pas être raccordée au réseau de gaz naturel ? L’on peut alors opter pour du gaz butane ou du gaz propane.

Il s’agit de gaz équivalents : leur application est identique et ils sont disponibles en bouteilles ou en réservoirs. Ils peuvent être utilisés pour chauffer une maison et pour cuisiner. La différence entre les deux - sans devenir trop technique - réside dans le « point d’ébullition ». Le gaz est toujours fourni sous forme liquide, mais un processus physique le fait « bouillir » ou s’évaporer. C’est ainsi qu’est obtenue la forme qui s’écoule dans vos tuyaux de gaz et dont vous avez besoin pour cuisiner. La plupart des gens connaissent le gaz butane, car il s’agit du gaz qui est habituellement utilisé dans les bouteilles à l’intérieur de l’habitation. Le propane est généralement stocké dans des réservoirs souterrains ou en surface auxquels sont ensuite raccordés un ou plusieurs appareils ménagers. Souterrain ou en surface ? « Un réservoir en surface est la solution la moins coûteuse, car vous ne devrez pas payer de frais d’enfouissement, mais il s’agit également de l’option la moins esthétique. En général, seul le modeste couvercle vert d’un réservoir enterré est visible. Un réservoir peut être acheté ou loué. Les réservoirs souterrains sont généralement achetés et pris en compte par le notaire en cas de vente de la maison. Les réservoirs en surface sont loués.

www.antargaz.be

Nous aidons généralement les clients à déterminer la taille de leur réservoir à partir de certains paramètres : la taille et la composition de la famille, la taille et l’âge de la maison (les maisons plus anciennes sont moins bien isolées, ce qui engendre une consommation un peu plus élevée). » Ensemble et pourtant séparément Antargaz fournit également des réservoirs de gaz en réseau. Ce sont des réservoirs installés afin de raccorder plusieurs utilisateurs. Pensez aux appartements, aux campings, aux maisons de vacances, etc. « Les réservoirs sont installés en surface ou dans le sol et chaque utilisateur paie pour sa consommation, ce qui signifie qu’il reçoit également un compteur individuel et une facture séparée ». Pourquoi le gaz ? Pourquoi opter pour le gaz ? « Parce que c’est une solution simple et multifonctionnelle qui vous permet de vous chauffer, de cuisiner, de chauffer la piscine, d’allumer un barbecue au gaz, de faire brûler un foyer à gaz... avec une forme d’énergie durable. Le gaz émet nettement moins de suie, de CO2 et de NOx et vos appareils tiennent aussi plus longtemps. De plus, c’est une formule sans souci pour le client,

car Antargaz installe, remplit et entretient le réservoir. L’option de télémétrie nous permet de mesurer à distance le niveau du réservoir afin que vous ne tombiez jamais à court de gaz. » Antargaz dispose également d’une plateforme en ligne qui permet au consommateur de contrôler son niveau d’énergie ou de faire le suivi de son relevé de compteur. Utilisation correcte « La sécurité n’est pas un problème, » explique Binst, car « le gaz est absolument sûr tant qu’il est utilisé correctement. » Le placement des installations est donc confié exclusivement à des professionnels formés et contrôlés par Antargaz. Placer une bouteille de butane est d’ailleurs simple comme bonjour. Il suffit de visser l’adaptateur ou le déclencheur fourni sur la bouteille de gaz. Les bouteilles sont contrôlées chaque fois qu’elles sont reprises avant d’être rechargées. « Les gens ont parfois une peur injustifiée du gaz », conclut Binst. « En effet, si vous mettez un allume-cigare, qui contient du butane, dans votre poche, vous ne vous attendez pas à ce que votre pantalon explose. Il en va de même pour le gaz. Tant que vous l’utilisez correctement, vous ne risquez rien. »


04

BONNE SANTÉ LE SPORT

FR.FOKUS-ONLINE.BE

Bougez jeunesse! Au sein d’un modèle de société toujours plus sédentaire, les enfants paient les pots cassés en se détournant largement des activités physiques. Un drame quand on sait les bénéfices durables du sport chez les plus jeunes. Heureusement, ce désamour n’a rien d’une fatalité.

D

epuis des années, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) classe la sédentarité dans sa liste des dix principaux facteurs de risque de mortalité dans le monde. Un risque particulièrement élevé chez les jeunes puisque 81 % des adolescents ne bougeraient pas assez. En cause, un mode de vie trop statique, axé sur la voiture et les écrans, mais aussi une urbanisation croissante qui peut décourager la pratique d’une activité d’extérieur. Le problème est pourtant très sérieux, quand on sait l’impact qu’il peut avoir sur toute une vie. « Les bénéfices d’une activité physique chez l’enfant sont à la fois physiques, psychologiques et sociaux », explique Frédéric Piérart, responsable du Programme d’Encadrement pédiatrique du Sport (PEPS) au CHC de Liège. En effet, la pratique d’une telle activité soutient la croissance et l’ossification, améliore la fréquence cardiaque et les défenses immunitaires, régularise la tension, et favorise la ventilation respiratoire. Elle prévient aussi de maux comme le surpoids et son lot de pathologies associées. « Sur un autre plan, cela diminue le stress et améliore le sommeil. De plus, le sport est un vecteur de rencontre et d’intégration

sociale », complète le pédiatre. Dans ce contexte, donner le goût du mouvement aux plus jeunes constitue une mission d’utilité publique essentielle. En Fédération WallonieBruxelles, l’ADEPS en a fait un de ses credo depuis très longtemps. « Nous voulons offrir à l’enfant la possibilité

découverte soit durablement associée à une sensation de bien-être, l’ADEPS compte sur un encadrement de qualité à tous les niveaux. « Nous offrons des infrastructures sûres, des équipements de qualité et des moniteurs qui sont tous diplômés en éducation physique », précise Michel Masson. Afin d’amener

de multiplier les expériences sportives dès son plus jeune âge », témoigne Michel Masson, responsable du centre d’Engreux, situé au cœur des Ardennes et spécialisé dans les stages familiaux. « L’important c’est qu’il touche à tout et qu’il développe sa psychomotricité pour peut-être, dans un second temps, déterminer le sport qui lui plaît le mieux et s’y fixer. » Et pour que cette

de la variété, les enfants sont pris en charge par différents encadrants sur la journée. Et afin de personnaliser le suivi, les groupes ne dépassent pas les 15 participants pour un stage multisport. « Durant les pauses et les temps libres, la beauté du site et la disponibilité des moniteurs permettent de créer une ambiance conviviale. » Structure de référence, l’ADEPS n’est

pas pour autant la seule à proposer un premier contact de qualité avec le sport à des tarifs intéressants. Les provinces et les communes, mais aussi de nombreuses ASBL et clubs sportifs étalent des offres qui peuvent convenir aux familles pour initier leurs enfants au bonheur de bouger. Et s’ils n’accrochent à aucun sport traditionnel, ou que le prix demandé par les clubs sportifs est hors budget, tout n’est pas perdu pour autant. « On fait une distinction entre “activité physique” et “sport organisé” », explique Frédéric Piérart. « L’essentiel, c’est la première. Un enfant ne doit pas nécessairement être inscrit dans un club de sport pour être en bonne santé. L’important c’est de sortir de chez soi, de courir, nager, jouer au jardin, grimper aux arbres, aller à l’école à vélo, bref de bouger et d’y prendre plaisir. » Les parents, bien sûr, gardent un rôle central dans le procédé. « Ils doivent être des modèles et encourager leurs enfants à sortir, en leur montrant que c’est agréable, par exemple en organisant des sorties à vélo avec les voisins, ou en allant nager le week-end avec eux. » D’ailleurs, bonne nouvelle: il n’est jamais trop tard pour se mettre au sport! Et c’est toujours plus agréable en famille. TEXTE FRÉDÉRIC VANDECASSERIE

ADVERTORIAL

P

arce que produire naturellement et consommer sainement devient une nécessité. Et Coprosain vous propose la saveur des produits en plus. Vous trouverez chez nous, des viandes naturelles, des charcuteries extra-savoureuses, des volailles de ferme, des légumes bio, des pains bio, des fromages fermiers ou bio.

Magasins à Ath, Braine l’Alleud et Mons 21 marchés Hainaut , Bruxelles et Brabant Wallon

www.coprosain.be


ADVERTORIAL

7122 ® Marque déposée d’une sociéte du groupe Melitta

! z e n g a g & z e Jou

t e n . m o d ee r .t a tt i l e m . www

Melitta existe 111 ans et plante pour cette occasion 11.100 arbres en Tanzanie. Ces arbres absorbent le CO2 et renforcent l’écosystème local à long terme. Achetez un paquet de filtres à café Melitta® et jouez au jeu CO2 Melitta®. Gagnez l’un de ces 11.100 arbres et un voyage pour 2 personnes en Tanzanie (d’une valeur de 10.000 € !). Plantez votre arbre et suivez sa croissance en ligne. Allez vite sur www.melitta.treedom.net ! #LetsGreenThePlanet

www.melitta.be

(255)5410178002648(3900)001

111 ANS MELIttA. 11.100 ARBRES. 1 SAFARI.

-1,00€

iltres® Sur les f litta à café me

Valable jusqu’au 31/10/2019 Avis à MM. les détaillants: Melitta België N.V. s’engage à vous rembourser en espèces la valeur de ce bon pour autant que les conditions de cette offre aient été respectées. Cette offre est non cumulable et valable uniquement sur le produit renseigné ci-contre. Les bons sont à renvoyer à HighCo DATA, Kruiskouter 1, 1730 Asse pour contrôle et remboursement avant le 30/04/2020. Valable uniquement en Belgique et au Grand-Duché du Luxembourg.


06

FOCUS VOTRE ANIMAL

FR.FOKUS-ONLINE.BE

Quand votre animal a mal! Si, tout comme nous, nos compagnons à quatre pattes sont exposés à des dangers spécifiques durant la saison estivale, il ne faut pas oublier non plus les maux qui les touchent toute l’année, au premier rang desquels une arthrose qui peut s’avérer destructrice si l’on n’y prend garde! Soigner l’alimentation de son chien en été! En été, le chien peut connaître des carences en nutriments tels que les vitamines, les minéraux, ou encore les acides aminés, qui peuvent avoir des conséquences plus ou moins préoccupantes sur sa santé et son état général. De nombreux compléments alimentaires pour chiens ont ainsi été développés pour pallier les différentes carences dont ils peuvent souffrir. Consultez un vétérinaire pour adapter l’alimentation de votre animal domestique!

Ne jamais laisser un animal dans la voiture! Une étude vient de montrer que lorsque le thermomètre affichait une température extérieure de seulement 22° C, la température intérieure d’une voiture garée au soleil montait à quelque 50° C en moins d’une heure. Et lorsque les températures extérieures dépassaient les 40° C, un thermomètre placé dans la voiture pouvait monter jusqu’à 100° C ! Tandis que le fait de laisser les fenêtres entrouvertes ne permettrait que de ralentir le phénomène… d’à peine plus d’une minute.

T

out d’abord, qui dit été, dit possibles soucis saisonniers! « Je résumerais en disant que ces problèmes potentiels, liés à la belle saison, sont au nombre de cinq: le barbecue, les coups de soleil, le sel marin, les parasites et la chaleur », observe Jean-Marc Gouthière, co-administrateur de la clinique vétérinaire Champ du Roi. « Si votre animal se brûle la truffe ou les pattes avec les cendres d’un barbecue, passez la zone brûlée sous l’eau froide, recouvrez avec un linge propre humide, et rendez-vous chez le vétérinaire. » Ensuite, on l’oublie parfois, mais les chiens et les chats blancs sont, eux aussi, sujets aux coups de soleil sur les zones dépourvues de poils. Il est donc indispensable de les protéger avec une crème solaire adaptée. Comme chez l’homme, l’application doit se faire avant l’exposition au soleil, et être renouvelée toutes les deux heures ou après chaque baignade. Puis, pour les toutous qui aiment se baigner, une douche à l’eau tiède s’impose en rentrant de la plage. Car le sel marin irrite la peau et peut entraîner des problèmes dermatologiques.

Toujours au rayon des soucis de peau, dans les champs et en forêt, bonjour les parasites! Bref, en rentrant de balade ou quand il revient seul d’un raout dans la nature environnante, toujours bien inspecter la fourrure de votre animal! Enfin, nos animaux domestiques sont plus sensibles que nous à la chaleur! Attention donc aux coups de chaleur et à la déshydratation. « Et dans tous les cas, veillez également à prévoir une gamelle et de l’eau pour que votre chien puisse boire à la

signes d’arthrose, et 20 % des chiens âgés de plus d’un an souffrent d’arthrose en lien avec des malformations de la hanche ou du coude. Sans oublier que jusqu’à 90 % des chats de 12 ans et plus présentent également des lésions d’arthrose et manifestent de la douleur. » Bref, l’arthrose représente l’un des soucis principaux pour la santé de nos animaux domestiques! Si votre animal semble présenter de l’arthrose, un examen vétérinaire et

Les animaux domestiques sont exposés à cinq risques supplémentaires durant l’été! — JEAN-MARC GOUTHIÈRE plage. Sans négliger les autres soucis de santé à la merci desquels votre compagnon peut se trouver! », conclut J.M. Gouthière. Message parfaitement reçu (et partagé) par Jacques Guérin, président du Conseil national des Vétérinaires. « En Belgique, 45 % des chiens âgés entre 8 et 12 ans présentent des

la prise de radiographies s’imposent. Car ils permettront de mieux caractériser l’origine de la douleur. Il existe de nombreuses sortes de médication que l’on peut prescrire à long terme pour aider à soulager l’animal. Et puis, de manière générale, pour préserver au mieux votre animal contre les soucis de santé, et même si

personne n’aime les vaccins, il est important de le faire passer par la case vétérinaire. « Car ces quelques piqûres pourraient lui sauver la vie! », ajoute J. Guérin. Question délais, durant les deux mois qui suivent sa naissance, le chiot, par exemple, est protégé par les anticorps de sa mère. Ensuite, la primovaccination se réalise généralement en deux injections à un mois d’intervalle. Et il faudra se montrer très prudent pendant ce mois qui va s’écouler entre les deux injections. Car votre chiot ne sera vraiment protégé qu’après la seconde injection. Il faudra donc éviter qu’il soit en contact avec des chiens non vaccinés, ou qu’il renifle les selles ou les urines dans la rue ou la forêt. Car elles peuvent être porteuses de maladies. Et puis, comme chez l’être humain, afin que votre chien continue à être protégé toute sa vie, il sera nécessaire de procéder à des rappels annuels, voire tous les six mois en fonction de votre lieu d’habitation. C’est le (modeste) prix à payer pour passer une tranche de vie au poil avec votre compagnon à quatre pattes! TEXTE FRÉDÉRIC VANDECASSERIE


ADVERTORIAL

ADVERTORIAL

Le jardinage automatique Arrosage et entretien du jardin avec une seule App

Rendez-vous sur Gardena.com

Adv Fokus Ma fillia 22.indd 2

6-8-2019 15:52:01


08

INTERVIEW BENOÎT POELVOORDE

FR.FOKUS-ONLINE.BE

Q

uel type de relation entretenez-vous avec votre mère? « Je n’ai jamais vraiment coupé le cordon ombilical. Après le pensionnat, je suis retourné chez ma mère jusqu’à l’âge de 27 ans. Je suis parti quand je me suis marié, mais maintenant, je vis tout près de chez elle. Je vois ma maman tous les jours. C’est encore elle qui me repasse mes chemises et qui me fait à manger. Je suis un fils à sa mère, et puis voilà! » Si vous aviez eu des enfants, quel père auriez-vous pu être dans la vie? « Du genre inquiet. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je n’ai pas eu d’enfants, j’ai une telle propension à l’inquiétude que j’aurais été incapable de faire preuve de calme et de sérénité avec les miens. Je suis parrain d’une multitude de filleuls et je me surprends toujours à surveiller qu’ils ne courent pas dans les escaliers… même quand ils ont 17 ans! »

« Je n’ai jamais coupé le cordon… » Une relation fusionnelle avec sa mère, un père disparu trop tôt, pas de projets d’enfants et une carrière haute en couleur, Benoît Poelvoorde dit tout sur sa vision des relations familiales, qui ont forcément été chamboulées. Et pas toujours pour le meilleur… TEXTE FRÉDÉRIC VANDECASSERIE

PHOTO FILIP VAN ROE / CHARLOTTE STUDIO

J’aurais été un père du genre inquiet. On peut évoquer la mort de votre père? Vous n’en parlez jamais… « Je n’en parle jamais parce que je trouve qu’on met trop en avant les épreuves qu’on a vécues. Ça fait racoleur, le chagrin. Surtout à la télé, c’est une compression de la pensée. Si c’est pour dire: “J’ai perdu mon papa quand j’étais petit et ça m’a fait de la peine”, quel intérêt? J’ai encore beaucoup de pudeur là-dessus. Ça a été bizarre. J’avais 12 ans. Pour la première fois j’étais confronté à la mort, pour la première fois, j’ai compris: “C’est ça mourir”. Il était routier, c’était un accident. Je l’ai appris comme

Et le nettoyage devient un plaisir. Vue à la télé

CLEAN TWIST Mop Le meilleur nettoyeur des sols.


BENOÎT POELVOORDE INTERVIEW

#FOKUSMAFAMILLE ça, brut… Il me reste une seule image de l’enterrement, c’est d’avoir joué au football contre un mur avec mon frère. On faisait attention à ne pas salir nos vêtements noirs. Le reste, je ne m’en souviens pas du tout. Mon cerveau a zappé. J’ai des souvenirs de mon père, et puis le trou, et puis l’adolescent qui vit sans son père. » Comment se construit-on avec ce manque-là? On recherche d’autres modèles? « J’ai un rapport très intriguant à l’amitié, à la virilité amicale et à l’autorité. Je suis fidèle en amitié, et tous mes amis sont des personnages forts, virils et compétents. Je suis admiratif des compétences, des gens qui possèdent un art. J’ai besoin d’admirer. Un jour, un mec est venu réparer la chaudière à gaz chez moi, j’ai passé une heure à me faire expliquer la chaudière à gaz. Sa manière de m’expliquer simplement me fascinait. Bon, après, chaque fois que je le revois, il veut m’inviter aux démonstrations de chaudières à gaz, ça va, là. (rires) » En fait, vous aimez qu’on vous transmette un savoir, comme le font les pères à leurs fils. « Vous avez raison. Le mien est, de fait, parti trop tôt pour me transmettre beaucoup, et ma mère, c’est la crème des crèmes, c’est la bonté sur terre, c’est une sainte, mais elle se retrouvait seule avec trois enfants… Alors on m’a placé un peu partout dans des internats. Et dans les internats, on ne transmet pas beaucoup, on dirige. Mais personne n’a pu avoir d’autorité sur moi. Personne, à part mon père, n’a pu me dire: “Tu marches comme ça”. Alors je suis devenu ce que je suis, quelqu’un de sauvage, d’égoïste, de transgresseur d’autorité. » Avec vos filleuls ou les jeunes acteurs, aimez-vous être dans la transmission?

« Je ne cherche pas à communiquer un savoir parce que le mien tient sur un bout de papier, mais j’avoue qu’avec les plus jeunes je révèle facilement un côté “docte”. Même si je dis en rigolant: “Tu sais, petit, quand j’ai commencé dans ce métier…”, cela traduit avant tout un besoin de rassurer l’enfant avec qui je joue. À bien y réfléchir, c’est toujours de l’inquiétude. Pour qu’ils n’oublient pas leur texte, je le leur fais répéter. Mais ce qui est amusant, c’est que je ne le fais jamais avec mon propre texte! » C’est vrai que votre mère vient faire le ménage chez vous chaque semaine? « Oui, le mardi ou le jeudi. On adore ça, on a tous les deux le même symptôme. Je trouve ça compliqué de parler avec sa maman: si on s’assoit autour d’une table, on se dit: “Ça va?” Et très vite, on n’a plus rien à se dire. Alors que quand je frotte et que ma mère récure, on parle de tout, de mon frère, de ma sœur, de la vie… On bouscule la barrière de la pudeur de l’amour. » S’affranchit-on un jour du regard de ses parents? « Non. Je crois que même l’homme le plus sûr de lui y reste sensible. J’ai malheureusement perdu mon père assez jeune, mais je suis souvent allé chercher la bénédiction dans le regard de quelques pères de substitution. Quant à ma mère, elle a beau ne rien y connaître en cinéma, son jugement est toujours très important. Elle ne voit pas tous mes films. Mais, dans tous ceux qu’elle a vus, elle s’accorde à penser que je suis le meilleur! Je suis un peu amoureux d’elle, en quelque sorte. » Et quand vous étiez ado, vous avez beaucoup aimé? « J’avais un rapport à l’amour idéal et prétentieux. J’étais très pédant, avec en plus un physique pas facile. J’en ai pris des

râteaux, une vraie cabane à jardin! Je pense que l’on passe de l’adolescence à l’âge adulte lorsqu’on accepte l’échec. Quand tu commences à accepter le râteau, c’est bon signe. Je suis resté très romantique en assimilant l’échec. » Le rire vous a servi avec les filles? « Le rire m’a toujours servi. L’humour sert à rendre la vie plus supportable. Depuis que je suis petit, le rire m’a permis de contourner les obstacles. J’ai beaucoup vécu en internat, entouré de gens plus grands, plus forts. En général, les grands sont très cons, mais ils sont rieurs. Alors tu vas les mettre de ton côté. J’aime toujours m’amuser. Je ne veux plus rester avec des gens ennuyeux ou qui font la gueule. Il y a des gens tristes comme des menhirs qui sont à pleurer de rire, mais les gens conformes, lisses, emmerdants, qui viennent dire des lieux communs dans les pince-fesses, je ne peux pas supporter. Le rire, c’est un effort. Parfois, j’ai envie de ne pas sortir de mon lit ou de dire “Je capitule. ”, mais je choisis d’en rire. C’est une arme, non… une arme c’est guerrier! Je dirais plutôt que c’est une pudeur, voire une élégance. C’est peut-être pour remercier d’avoir été gâté par la vie… »

SMART FACT. Si je n’avais pas été acteur… « Je suis dingue de BD. Ma première vocation était dessinateur mais je n’étais pas à la hauteur. Laborieux! Pas de talent! Il faut avoir de l’humilité par rapport à ça. Acteur, c’est plus facile que n’importe quoi d’autre, même si je sais que je ne peux pas tout jouer. D’ailleurs, je veux toujours arrêter de faire du cinéma. Mais depuis le temps que je le dis, on ne me croit plus… »

« Maintenant, je vais me poser un peu… » « Avec 4 films sortis cette année-ci, j’ai bien bossé. Là, j’ai bien l’intention de rester chez moi, et de ne rien faire d’autre que le tour de ma chambre. Je vais prendre un long break pour rester dans mes pénates, pour bouquiner, pour glander… Le cinéma, c’est usant, je suis un peu à bout, fatigué. C’est un métier qu’il faut faire avec enthousiasme, sinon ça ne marche plus. Et là, je vais voir de quoi l’avenir sera fait… »

« Je me suis disputé une seule fois avec ma mère! » « Ma maman m’a dit, un jour: “Ton problème, c’est que tu ne crois en rien.” Je ne me suis jamais disputé avec ma mère, sauf le jour où elle m’a sorti ça. Ma maman, elle croit en Dieu, en l’homme, en la vie. Elle a même installé des pots de fleurs sous l’abribus qui se trouve en face de chez elle, pour donner du bonheur aux gens. Elle a la foi! Moi, j’aime rire, mais je suis d’un pessimisme absolu. »

09


010

TOPIC DES ÉCRANS

FR.FOKUS-ONLINE.BE

Les écrans pas si nocifs que ça ! Ordinateurs, téléphones, tablettes ou consoles de jeux... les écrans se sont multipliés, et sont souvent accusés de tous les maux envers nos enfants. Alors que ces nouveaux outils peuvent aussi se révéler très bénéfiques pour les plus jeunes. A condition d’apprendre à les utiliser !

S

ix ans après avoir livré un avis sur la question, l’Académie des sciences, en France, s’est associée aux académies de médecine et des technologies du même pays pour lancer, le 9 avril dernier, « un appel à une vigilance raisonnée sur les technologies numériques ». Tout en mentionnant les effets délétères de leur usage excessif, cet appel évoque tout autant les effets positifs. « Nous avons voulu éviter les messages du tout bon ou tout mauvais », résume l’immunologiste Jean-François Bach, coordinateur de cet appel de vingt-six pages. Signe que les choses changent, et de quoi relancer l’éternel débat quant aux conséquences négatives et positives des écrans sur les enfants. « On voit trop souvent les aspects négatifs que les écrans suscitent, mais il existe aussi beaucoup d’aspects positifs », reprend Jean-François Bach. Bref, il est avant tout nécessaire de prendre conscience de la révolution de cette culture numérique et des bouleversements qu’elle induit sur le fonctionnement de notre cerveau. « L’intelligence numérique pourrait être plus fluide, plus rapide et multitâches que la culture littéraire classique, plus lente mais plus profonde », explique même Olivier Houdé, psychologue spécialiste du développement de l’enfant. Mais ces deux cultures ne sont pas incompatibles, et si nos enfants

« apprennent à jongler avec les deux, à les combiner, ils accompliront des merveilles dont les générations précédentes seraient incapables », estime-t-il. Bilan : non seulement les écrans ne sont pas

veut pas pasteuriser l’environnement numérique des enfants », reprend Olivier Houdé. « Il faut surtout éduquer les enfants aux écrans dès le plus jeune âge. En évitant une exposition « pas-

Il faut éviter les messages du tout bon ou du tout mauvais. — JEAN-FRANÇOIS BACH, PSYCHOLOGUE

totalement nocifs, mais la pratique de certains jeux et applications pourraient même transformer le cerveau des plus jeunes dans le bon sens ! En fait, et allant à total contre-courant des mises en garde prônées en chœur par tous les responsables de l’aide à la petite enfance, et même chez les bébés de moins de deux ans, les experts de l’Académie se refusent à préconiser une interdiction totale d’écrans. « On ne

sive », comme les laisser seuls devant la télévision, sans expliquer et dialoguer avec eux sur les images qu’ils reçoivent. Mais là, nous sommes à cheval entre l’exposition aux écrans et l’éducation aux médias. » Quant aux jeux vidéo en général, s’ils peuvent déboucher sur des excès parfois « pathologiques » et sont vite montrés du doigt comme responsables de tous les maux, ils améliorent aussi les capa-

cités d’attention visuelle, la flexibilité et la prise de décision rapide. « En tant que médecin, si je propose une recommandation et pas un traitement, c’est bien que le malade ne va pas si mal. C’est donc une bonne nouvelle ! », sourit Serge Tisseron, psychiatre et psychologue spécialisé dans ce secteur. « La première erreur à éviter est de considérer que nos enfants ont les technologies numériques dans le sang et les laisser se débrouiller. Sinon, on arrive à la situation catastrophique actuelle où trop d’enfants découvrent les technologies numériques tout seuls, au prix de douloureuses erreurs », estime-t-il. Toutefois, il ne faut pas non plus considérer les enfants comme des petits êtres à protéger envers et contre tout, mais plutôt les prendre comme des partenaires, avec des capacités et des désirs », recommande le psychiatre. « Il existe des pratiques excessives. Mais pas toutes, loin de là. C’est à chaque parent de voir comment agir avec ses enfants. En sachant bien que, de toute façon, et comme en tout, rien de tel que d’interdire pour donner encore plus envie. » Bref, comme en tout, l’exposition aux écrans doit se faire avec intelligence et modération dans la voie d’une certaine sagesse. TEXTE LOUIS MATAGNE


ADVERTORIAL

Comment sais-tu que ton papa ou ta maman t’aime fort ?

1 enfant sur 10 ne peut pas répondre à cette question. Plus de 220 millions d’enfants dans le monde grandissent sans leur père ou leur mère. SOS Villages d’Enfants agit pour changer cela. Chaque jour, SOS Villages d’Enfants redonne à des enfants en difficulté une personne à qui s’attacher, un toit et un avenir. Et nous continuerons jusqu’à ce que chaque enfant ait une vie d’enfant. Changez la vie d’un de ces enfants en devenant parrain ou marraine sur sos-villages-enfants.be

ADVERTORIAL ADVERTORIAL

Soutenez plus de 15.000 enfants défavorisés en un don ! Vous connaissez l’Opération Arc-en-Ciel et l’idée vous plaît de soutenir une association qui vient en aide à plus de 15.000 jeunes et enfants défavorisés ? Rien de plus simple ! Depuis 65 ans, Arc-en-Ciel met tout en œuvre pour favoriser le développement et l’épanouissement des enfants notamment en leur offrant à tous, un accès à des loisirs actifs et éducatifs. Soutenir Arc-en-Ciel, c’est sortir chaque année des centaines d’enfants et de jeunes de leurs institutions et de leur quotidien monotone. Grâce à votre geste, vous aiderez près de 370 associations des secteurs de l’enfance, de la jeunesse et de l’aide à la jeunesse en Belgique francophone. Vous êtes ouvrier, employé ou non, indépendant, de profession libérale, en société ou autre et vous cherchez à faire des frais (déductibles) d’ici au 31 décembre ? N’hésitez plus à faire un don à Arc-en-Ciel sur le compte BE41 6300 1180 0010. Une attestation fiscale vous est délivrée pour tout don à partir de 40€ !

Arc-en-Ciel ASBL - Rue du Bien Faire 41, 1170 Bruxelles Tél. : 02 675 73 11 - www.arc-en-ciel.be - info@arc-en-ciel.be


012

PANEL D’EXPERTS RÉGIME ÉQUILIBRÉ

FR.FOKUS-ONLINE.BE

L’ASSIETTE FAMILIALE:

entre équilibre et plaisir Manger sain, un vœu pieux? Pas toujours facile en effet d’éviter les écarts, ni de concilier tous les goûts sous le même toit. Relax! Selon nos experts, il faut surtout savoir s’écouter et varier les aliments. Et il est tout à fait possible d’embarquer les enfants.

LAURENCE CHASSEUR.

MÉLISSA MORETTI.

ARABELLE MEIRLAEN.

Psychologue-diététicienne

Diététicienne-nutritionniste spécialisée en diététique des enfants et adolescents

Cheffe étoilée proposant une cuisine intuitive et santé

Quels conseils donneriez-vous aux parents d’enfants qui n’aiment pas les découvertes? « Tous les enfants passent par une période de sélectivité alimentaire, généralement marquée entre 4 et 7 ans. Les aliments qui posent problème sont souvent les fruits et les légumes, les viandes, et ce qui a un goût relevé. Dans ce contexte, l’attitude des parents est importante car les enfants fonctionnent par imitation. Pour l’amener à manger ce qu’il n’aime pas, je recommande d’être patient et persévérant avec l’enfant, sans jamais le forcer. Introduisez un nouvel aliment à la fois, de façon répétée, et en l’associant avec des choses qu’il aime. Quand il mange, gratifiez-le. Je ne parle pas de récompenses matérielles mais de félicitations, de reconnaissance. »

« Le plus important, c’est d’impliquer l’enfant à différentes étapes et de rendre les choses ludiques. C’est bien de l’emmener faire les courses et de lui laisser choisir des aliments, la composition de certains repas. Allez aussi avec lui sur les marchés, cuisinez ensemble, demandez son aide pour le barbecue! Pour rendre les choses amusantes, vous pouvez également réaliser un potager avec lui, il mangera plus facilement des choses qu’il a lui-même fait pousser. Ensuite, je conseille de jouer avec le visuel parce que les enfants mangent avec les yeux. Si vous voulez leur donner envie de manger des fruits, par exemple, présentez-les en brochette, c’est attractif et ça peut rappeler des brochettes de chiques. »

« Selon mon expérience, les enfants n’aiment pas trop manger des légumes. Alors je prépare des soupes. Quand elles sont bien mixées ça passe, et je peux même y intégrer subtilement des découvertes comme des fleurs, des orties, des épices ou de la spiruline. Ensuite, j’essaie de cuisiner des choses naturelles qui plaisent aux enfants, comme du poisson pané ou des pommes au four avec un tout petit peu d’huile. Avant, quand mes filles étaient plus difficiles, je leur promettais toujours une activité ou un moment ensemble en échange. Je pense également que le plus tôt vous habituez vos enfants à faire des découvertes, plus ce sera facile après. »

D’après vous, qu’est-ce qu’un régime équilibré? « En tant que psychologue, je pense qu’il faut savoir relativiser ce sujet, et sortir de certaines croyances, comme par exemple le fait que c’est mauvais de manger deux fois chaud. L’équilibre alimentaire est quelque chose qui change fort d’une culture à l’autre et qu’il faut considérer sur une journée complète. Et là, je crois que le corps “sait” ce qui est bon pour lui, et tend naturellement vers cet équilibre. C’est pour ça que chez l’enfant, il faut savoir faire confiance en ses besoins et ne pas le forcer. C’est pareil chez l’adulte, sauf évidemment lorsqu’on constate une pathologie, comme des problèmes endocriniens, qui biaisent le message du corps. Dans ce cas, il existe bien entendu des régimes spécifiques. »

« L’équilibre, ça veut dire que rien n’est interdit mais qu’il faut savoir varier. Vous pouvez manger de tout, y compris des repas moins sains tels que les plats en sauce, gratinés, ou même des fritures, mais de manière occasionnelle. L’idéal, c’est un plat avec une petite portion de protéines et autant de légumes que de féculents. Chez, l’enfant, il y a une spécificité, c’est qu’il a droit à un féculent à chaque repas parce que c’est de là qu’il tire l’énergie nécessaire à sa croissance, sa concentration et ses activités sportives. Il faut compléter ces repas de fruits et légumes, de produits laitiers les plus naturels possible, et surtout limiter la consommation de viandes, volailles, poissons et œufs à maximum une fois par jour. »

« Je préfère parler de plat bien-être et de vitalité. Pour rester en bonne santé le plus longtemps possible, je propose une cuisine très vitaminée avec beaucoup de légumes et d’épices, mais aussi moins de protéines animales. J’ai créé un potager afin d’être certaine de cuisiner des produits qui soient les plus frais et naturels possible. J’ai également fait le choix de diminuer le gluten, le lactose et le sucre. Il y a toujours du pain à table, mais à base de céréales plus digestes comme l’épeautre, et je travaille beaucoup avec de l’huile d’olive. En fait, je me base sur les médecines alternatives comme l’ayurveda indienne. J’essaie de respecter les saisons, les équilibres et de manger en pleine conscience. »

Quels snacks choisir pour se faire plaisir tout en restant dans une dynamique saine? « Le plaisir, c’est important, et on ne peut pas le détourner. Donc, qu’est-ce qui vous fait vraiment plaisir? Beaucoup de gens ont des pulsions alimentaires, et je pense qu’il faut savoir assumer et s’écouter. Parfois des patients me disent qu’ils ont eu envie de chips et qu’ils ont combattu ça en mangeant des fruits et des biscuits, pour finalement quand même manger des chips. Du coup, c’est pire, l’apport calorique est supérieur à ce qu’il aurait été si la personne s’était vraiment écoutée au départ. Chez l’enfant, questionnez ses désirs et proposez-lui du choix, sans tomber dans la restriction. De manière générale, évitez les additifs, comme les exhausteurs de goût, et ce qui est trop sucré. »

16066-Banner DH-45x235mm_02.indd 1

« Tant que ça ne devient pas une habitude, je conseille tout simplement de prendre son snack préféré, et pas nécessairement d’aller dans du light. Je ne crois d’ailleurs pas trop en l’utilité des gammes “light”. Cet aliment plaisir ne doit pas être consommé pour son intérêt nutritionnel mais pour satisfaire une envie. L’essentiel est de le savourer. C’est en effet plus sain de prendre le temps de manger lentement et de vraiment profiter du moment en restant raisonnable dans les portions. Ça doit aussi rester occasionnel, ce qui n’est pas le cas si on met un biscuit tous les jours dans la boîte à tartine de son enfant, par exemple. »

« Il y a des choses plus gourmandes et qui sont très rapides à faire. Par exemple une poêlée de légumes, que vous faites rissoler avec de l’ail et des épices de votre choix. L’important, c’est d’y mettre ce dont vous avez envie sur le moment même. Qu’est-ce que votre corps réclame à l’instant présent? Sinon, pour les enfants, il y a des recettes de gâteaux qui sont très chouettes. Pour réduire le gluten, on peut utiliser des farines variées, comme des farines de riz, de coco et de châtaigne, ou de la maïzena. S’ils veulent de la glace, j’utilise plutôt des laits végétaux, mais je fais surtout des sorbets purs fruits ou des glaçons à base de jus de fruit. »  TEXTE LOUIS MATAGNE

Les bonnes habitudes alimentaires se retrouvent chez nous !

11/07/19 09:22


DÉCOUVREZ-EN PLUS SUR

FR.FOKUS-ONLINE.BE #FOKUSMAFAMILLE

ADVERTORIAL


014

CHRONIQUE CAROLINE WAUCQUEZ

FR.FOKUS-ONLINE.BE

Rentrée anticipée = rentrée sereine

La fin des vacances approche, bientôt la rentrée des enfants… et la vôtre aussi. L’anxiété se mélange à l’excitation? Comment préparer une rentrée zen et sereine? Voici quelques pistes pour vous y aider.

C

houette, la rentrée! Notre état d’esprit a une influence plus importante sur nous et nos enfants que la situation elle-même. Changez donc de regard! En créant une ambiance de joie de la rentrée comme si vous accueilliez le printemps. Parlez-en

le changement de rythme, en prévoyant le dîner et le coucher de plus en plus tôt, de même que le réveil matinal. Et anticiper le cadre, rappeler les règles qui s’appliqueront pendant l’année scolaire, créer ou recréer les routines qui faciliteront la vie. Bravo, tu grandis! Associez

d’accueillir ces émotions et se poser avec son enfant pour les vivre, simplement, en respirant, en écoutant, en lui offrant un peu de temps. La tentation est grande de lui donner des conseils? Pensez plutôt à lui dire votre confiance en lui pour trouver ses propres solutions.

Pensez plutôt à lui dire votre confiance pour trouver ses propres solutions. avec vos enfants de manière détendue et sans moraliser, profitez de ces moments partagés avec eux. Valorisez le plaisir: plaisir d’apprendre, de comprendre, de faire de nouvelles connaissances, de découvrir les lieux, mais aussi de retrouver les copains, des professeurs appréciés… Anticiper, c’est gagner! De la même façon qu’on s’inquiète à l’avance, on s’apaise en prenant de l’avance. Commencer petit-à-petit les courses, la préparation du matériel, le planning, vous permet de cocher les cases de la « check list » et de vous sentir prêt(e)s. Vous pouvez également anticiper

votre enfant aux préparatifs, choisissez ensemble le matériel dans le respect de vos limites, permettez-lui de personnaliser ou de faire seul ce qui peut l’être pour qu’il se sente impliqué et plus autonome. Félicitez-le pour les progrès réalisés. Invitez-le à être curieux et ouvert à ce qui va se passer… Grandir n’est pas toujours confortable. La rentrée scolaire suscite aussi des émotions moins agréables chez les enfants, surtout si c’est la première ou une nouvelle école. Anxiété, mauvaise humeur, tristesse… C’est normal! Il suffit

Et si le stress pointe le bout de son nez? RE-LA-TI-VISEZ! Vous n’envoyez pas votre enfant dans le Grand Nord ou le désert saharien… Les difficultés qu’il rencontrera lui apprendront… la vie! Tout simplement.

TEXTE CAROLINE WAUCQUEZ, COORDINATRICE DU PROJET LEARN TO BE ZEN @ SCHOOL


ADVERTORIAL

Observez ses griffes, regardez ses dents. Un dinosaure bipède, coureur, capable d’atteindre 30 à 55 km/h ! Arkhane était svelte, agile, plutôt léger, entre 700 et 1500 kg « seulement ». Arkhane, ce prédateur magnifique, est un squelette authentique à voir au Muséum des Sciences naturelles jusqu’au 31 mars 2020. Un tout nouveau dino découvert par la science, en première mondiale à Bruxelles !

www.sciencesnaturelles.be


liste monte-escalier : 1 Option garantie à vie

2 150 ans

d'expérience = qualité

3 Stannah est

VU À LA

TV

fabricant

VOS ESCALIERS SONTILS UN PROBLÈME POUR VOUS? Un monte-escalier Stannah vous redonne la liberté d'utiliser toute votre maison, d'utiliser votre énergie pour les choses importantes de la vie, pas pour vos escaliers ! Depuis plus de 150 ans nous cherchons des solutions pour vous faciliter la vie.

Installation gratuite Installation en une demi-journée Recevez des informations sans engagement Sécurité et autonomie

N’HÉSITEZ PLUS, ET DEMANDEZ NOUS UN DEVIS GRATUIT ET SANS ENGAGEMENT.

0800 54 105

info@stannah.be . www.stannah.be

Oui,

L'information est pour : Nom : Mme/M.

envoyez-moi des informations sans engagement sur les monte-escaliers Stannah.

Rue : Numéro de maison : Ville : Numéro de Téléphone :

MA FAMILLE  DH

Adresse e-mail :

Vous pouvez envoyer ce coupon dûment rempli à l'adresse ci-dessous : Stannah, Poverstraat 208,1731 Relegem

Profile for Smart Media Agency | Fokus

Fokus Ma Famille  

Supplement de Smart Media avec La Dernière Heure

Fokus Ma Famille  

Supplement de Smart Media avec La Dernière Heure

Advertisement