Issuu on Google+

REPENSER LE SECTEUR

MÉTRO LONGUEUIL UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE Réalisé par

Samuel Lozeau

Travail présenté à Ossama Khaddour Dans le cadre du cours URB 3519 - Projet Terminal 23 Mai 2012 Institut d’urbanisme


TABLE DES

Synopsis

MATIÈRES

Partant de l’hypothèse que dans notre réalité moderne, où la ville est trop souvent considérée comme un assemblage d’objets individuels soit sans liens ou bien seulement en lien en terme de transport et de développement économique, il est de notre devoir d’analyser l’espace au-delà de ces limites physiques et temporelles pour trouver des solutions afin de bâtir une ville durable.

INTRODUCTION

Synopsis

1

MISE EN CONTEXTE

Une position stratégique Un secteur interpellé De nouvelles tendances

2 3 5

Un secteur destructuré

6

VISION

Une vision du secteur métro Longueuil - Université de Sherbrooke

10

CONCEPT

Une nouvelle logique

12

Le nouveau secteur métro Longueuil- Université de Sherbrooke Distribution des activités Des passages piétons, partie intégrante du réseau d’espace public Un réseaux d’espace vert L’activitée commerciale comme levier Une architecture distincte Les phases et les acteurs du projet

14

Un peu de recul Bibliographie

34

PROBLÉMATIQUE

INTERVENTIONS

MISE EN OEUVRE CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

Dans cette optique, mon projet analyse les composantes et les liens du secteur métro Longueuil Université de Sherbrooke avec son environnement afin d’y trouver les éléments problématiques. Je veux profiter des potentiels existants pour réaménager ce secteur tout en tirant profit de son accessibilité, de ses activités et de ses caractéristiques spatiales et architecturales. Je veux y développer un milieu de vie dynamique, misant sur l’originalité, la proximité et la mixité des formes et des activités autour d’un réseau d’espaces publics.

18 20 24 28 29 30

36 LE SECTEUR MÉTRO LONGUEUIL ACTUELLEMENT

1


UNE POSITION

UN SECTEUR

STRATÉGIQUE

INTERPELLÉ

LOCALISATION

LA VOLONTÉ DE LA VILLE

Le secteur Métro Longueuil - Université de Sherbrooke attire de nos jours beaucoup d’attention vis-à-vis de son développement futur dû à sa localisation, ses atouts et ses potentiels.

Le secteur du métro Longueuil - Université de Sherbrooke et ses alentours bénéficient d’une position géographique importante sur la Rive-Sud de Montréal et au sein de la région métropolitaine de Montréal. Il se situe à proximité du Centre-ville de Montréal et de l’effervescence de ses activités ce qui en fait une importante porte d’entrée à partir de la Rive-Sud vers Montréal.

Il est considéré par la ville de Longueuil comme un pôle économique multifonctionnel important à proximité de Montréal et connecté aux autres grands pôles de l’agglomération Longueuil. Selon leur schéma d’aménagement et de développement, il est identifié comme un secteur structurant à consolider et à mettre en valeur. Les objectifs de ce schéma mentionnent entre autres la consolidation dans un esprit de centre-ville d’une variété d’activités et de miser sur une forte densité. Le schéma prône aussi le besoin de définir des liens fonctionnels et d’améliorer l’accessibilité entre le secteur, la rive du fleuve Saint-Laurent et le reste de l’agglomération.

Il se trouve dans l’arrondissement du Vieux-Longueuil de la ville de Longueuil et est délimité par l’autoroute 132 au nord, le boulevard Taschereau au sud et à l’est ainsi que par le pont Jacques-Cartier à l’ouest.

POSITION DU SECTEUR MÉTRO LONGUEUIL AU SEIN DE LA GRANDE RÉGION DE MONTRÉAL

CONTEXTE STRATÉGIQUE

Dans un contexte de rareté du foncier et d’évolution de la mobilité, sa localisation est un réel atout, d’autant plus que de grandes infrastructures autoroutières métropolitaines l’entourent, mais aussi parce qu’il est desservi par l’unique station de métro sur la Rive-Sud soit la station Longueuil - Université de Sherbrooke. Le secteur occupe aussi une position stratégique sur le territoire de la Rive-Sud du fait qu’il possède un important terminus d’autobus faisant la connexion entre Montréal, la Rive-Sud et divers autres pôles régionaux, tels Québec et les ÉtatsUnis. PROXIMITÉ DU SECTEUR MÉTRO LONGUEUIL QUANT AU CENTREVILLE DE MONTRÉAL ET AUX GRANDS AXES ROUTIERS

2

SCHÉMA D’AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DE L’AGGLOMÉRATION DE LONGUEUIL

L’OPINION DES CITOYENS

Du point de vue des citoyens, des résidants et des usagers, son aménagement actuel est mal perçu. On le qualifie souvent de désagréable ou d’enclavé et l’on critique son manque d’animation, et ce, à toute période de l’année ou moment de la journée. VISION DES CITOYENS EXPRIMÉE SUR LE FORUM MTLURB.COM

3


DE NOUVELLES

UN SECTEUR

TENDANCES

INTERPELLÉ

Dans les prochaines décennies, nos environnements urbains vont faire face à des tendances futures qui créeront de nouveaux enjeux urbains. Dans certains cas, elles commencent déjà à affecter notre façon de planifier l’espace.

TRANSFORMATION DE LA MOBILITÉ

LE DÉVELOPPEMENT DE PROJETS PRIVÉS

Plusieurs propositions de projets ont été lancées par le passé ou sont présentement en cours afin de répondre aux demandes de la ville de Longueuil. Des plans de réaménagement et de design architectural ont été présentés par de grandes firmes tel Plania/Desseau et plus récemment des projets d’autres promoteurs privés ont été acceptés pour y construire de grandes tours à condos sans lien réel avec l’espace public du secteur. En matière de transports, le gouvernement ,via l’entremise du ministère des Transports, a relancé en début d’année l’ouverture d’études de faisabilité afin de permettre une accessibilité accrue vers l’intérieur du secteur métro Longueuil - Université de Sherbrooke pour les autobus et lors d’embouteillages engendrés par le pont Jacques-Cartier.

Nous faisons face à des changements en terme de mobilité avec les constantes hausses du prix de l’essence et l’amplification du phénomène de congestion. Cette tendance devrai contribuer à réduire l’utilisation de l’automobile individuelle pour laisser une place plus importante aux transports en commun, mais aussi aux divers transports actifs et surtout à la qualité des réseaux d’espaces publics.

Cependant, ces projets bien élaborés sont toujours tournés autour d’un réaménagement basé sur une densification maximum et économique de l’unique secteur à l’intérieur de ses limites, sans considération aucune au jeu d’échelles et atouts de son contexte spatial. D’une autre part, la prédominance de la question du transport automobile et des autobus a souvent éclipsé la question de l’espace public et des accès piétons et de l’échelle humaine. Ces éléments sont actuellement problématiques dans le secteur et sont sous la pression de nouvelles tendances demandant leur requalifiacation.

ÉVOLUTION DE LA LOGIQUE COMMERCIALE

REPRÉSENTATION DU PROJET DE PLANIA/DESSEAU

La logique commerciale est, en évolution avec le début d’une perte d’intérêt pour les grandes surfaces difficiles de réadaptation et leur construction sans réelle valeur que nous avions connu jusqu’à présent. La logique commerciale se tourne maintenant vers les grandes surfaces pour des établissements commerciaux incorporant une mixité d’activités (résidence et bureau), une mixité de dimension de locaux plus réadaptable et qui sont tournés vers l’espace public. BESOIN PRAGMATIQUE D’ESPACE VERT ET D’AGRICULTURE LOCALE

4

On note aussi l’apparition de nouveaux besoins pragmatiques dans notre monde urbain en matière d’espaces verts de qualité et de plus d’espaces publics conviviaux. De plus, la relation que nous accordons avec les aliments que nous consommons prend de plus en plus d’importance avec la hausse de la compréhension sociale du coût environnemental de l’importation. Les avantages de l’agriculture locale peuvent maintenant devenir accessibles pour tous.

5


UN SECTEUR

6 pour1

DESTRUCTURÉ

Ces grandes tours forment un tissu urbain composé de grands gabarits du à l’implantation de ces bâtiments sur de grands îlots ayant une hauteur importante. Cette spécificité physique se distingue du tissu longueuillois traditionnel des alentours plus compact et aux ilots de formes plus rectangulaires et régulières.

DES ESPACES MONO-FONCTIONNELS

À travers les nombreux faits urbains des époques moderne et automobile, le secteur métro Longueuil - Université de Sherbrooke a développé son tissu urbain en lien avec les réalités, modes et expériences de l’époque lui procurant ainsi certaines particularités morphologiques et spatiales. On observe la répartition des activités du secteur dans de grandes tours ségréguées à une seule fonction, tel résidentiel ou de bureau. Ces tours comportent tout de même régulièrement une base composée d’activités mixtes tels de petits commerces ou la présence d’une institution. De par ce fait, on peut être porté à croire qu’il y existe une certaine mixité d’usage. Cependant, il est important de comprendre le fonctionnement de ces immeubles pour réaliser que cette mixité est minime et elle favorise uniquement les usagers de l’actuel bâtiment.

DE GRAND GABARITS ET DE GRANDE IMPLANTATIONS

DES ESPACES SOUS-UTILISÉS ET VACANTS Résidentiel Commercial Bureau Accès

6

SCHÉMA TYPIQUE DE LA LOGIQUE DE CIRCULATION D’UN COMPLEXE DU SECTEUR

DE GROS GABARITS

LES TOURS ET LEUR ESPACES NON ACCESSIBLE

Ces commerces sont presque toujours tournés uniquement vers les couloirs intérieurs des bâtiments et n’ont aucun lien fonctionnel ou accès vers l’espace public extérieur. De plus, ces complexes comportent toujours des espaces verts privés non accessible à tous qui n’incitent pas l’utilisation des espaces publics se retrouvant au niveau du sol.

57%

Au fil du temps, l’ère automobile à engendré de nombreux espaces vacants avec le pourtour des infrastructures routières et la création de stationnements au sein du secteur, créant une déstructuration avec son environnement et d’importantes discontinuités. Aujourd’hui, cette déconnexion avec les alentours se pose comme un tampon entre les grands gabarits du secteur et le tissu serré du Vieux-Longueuil, mais elle pose problème en termes d’accessibilité.

LES ESPACES SOUS-UTILISÉS ET VACANTS

7


UN MANQUE DE RELATION AVEC LES POTENTIELS ADJACENTS

En observant les liens actuels du secteur vers l’extérieur, il est possible d’observer qu’il n’existe que 3 accès physiques. Ces points d’entrée et de sortie sont en prédominance destinés à l’échelle automobile et comportent peu d’espace pour les piétons et les autres transports actifs. Les espaces piétons sont peu convenables en terme de dimension, ils manquent d’encadrement et sont désagréables pour l’usager. Pourtant, dans chacune de ces directions se trouvent des potentiels importants qui ne sont aucunement en lien direct avec le secteur. Vers l’est sur la rue Saint-Charles l’on retrouve la vitalité commerciale de quartier de cette artère commerciale qui se situe juste un peu trop loin du secteur pour y avoir un impact direct. Au sud-est, le centre commercial de la Place Longueuil est complètement coupé par l’emprise autoroutière du boulevard Taschereau. Du coté ouest, ce trouve le collège Champlain et une école secondaire qui eux aussi sont coupés du secteur par l’emprise du pont Jacques-Cartier et un important lot de stationnement. Enfin, de l’autre côté de l’autoroute 132 se situe les berges du fleuve Saint-Laurent qui comprennent actuellement une piste cyclable, des activités nautiques et offrent un contact direct avec le fleuve. Seulement, ces berges ne sont aucunement accessible directement à partir du secteur.

Accès

LOCALISATION DES POTENTIELS ADJACENTS PAR RAPPORT AUX ACCÈS

Berges du fleuvre Zone commerciale Zone institutionnelle

3 1

2

8

1 SAINT-CHARLES EST

autos sens-unique • 21 voies voie auto virage prioritaire • 1 trottoir depour pour • piéton et vélo1.5à métres double sens • Aucun encadrement

2 CHARLES-LEMOYNE

autos dans chaques directions • 24 voies entrées/sorties • 1 viaduc bétonnéd’autoroutes • 1 troittoir de 1.5 mètres dans chaque • direction terre-plein bétonné • 1Aucun • encadrement

3 SAINT-CHARLES OUEST

voies autos dans chaques directions • 3Emprise pont Jacques-Cartier • 1 viaduc du • 1 troittoirbétonné de 1.5 mètres dans une • seule direction bétonné • 11 terre-plein accès piéton tablier du pont • Encadré par duaustationnement •

LES ATTRAITS VISUELS

Des points de vue exceptionnels sont possibles à partir du secteur sur la végétation, la faune et les activités nautiques que procure le fleuve Saint-Laurent ainsi que sur les impressionnantes structures du parc d’attraction, la Ronde, où se déroule chaque été des compétitions internationales de feux d’artifice. Il est également possible d’apercevoir du secteur l’imposante structure du pont Jacques-Cartier, les gratte-ciels du centre-ville de Montréal et le flanc du Mont-Royal.

9


UNE VISION DU

MÉTRO LONGUEUIL - UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

La vision de mon projet tire profit des potentiels spatiaux et architecturaux ainsi que de l’accessibilité existante du secteur pour y développer un milieu de vie dynamique, misant sur la mixité et la proximité des activités et du bâti, le tout permettant un lien direct entre les différentes parties et composantes du secteur.

• RECONNECTER LE SECTEUR À SON ENVIRONNEMENT • DÉVELOPPER UN CADRE DE VIE SELON DES CRITÈRES DE MIXITÉ ET DE PROXIMITÉ

• REQUALIFIER LES ESPACES SOUS-UTILISÉS DU SECTEUR VUE D’ENSEMBLE DU PROJET

10

• PROFITER DES POTENTIELS SPATIALS ET ARCHITECTURAUX • INTÉGRER LES BESOINS PRAGMATIQUES D’ESPACES VERTS ET D’AGRICULTURE LOCALE


UNE NOUVELLE

3

LOGIQUE projet comporte plusieurs grandes intentions 1 Leservant de ligne directrice aux multiples

interventions. La première intention du projet concerne l’accessibilité automobile. Il est important de la maintenir puisque l’accès aux différentes autoroutes est un atout majeur pour les résidents et les établissements commerciaux. Cette accessibilité joue aussi en faveur du secteur pour permettre l’accès du transport collectif de la Rive-Sud vers le terminus et le métro LongueuilUniversité de Sherbrooke.

Concentration de l’activité commerciale

Disposition des bâtiments tournées vers l’espace public

Le secteur

L’ACTIVITÉE COMMERCIALE COMME LEVIER

Accès automobile

Friches aménagées en espaces verts de qualité

MAINTENIR L’ACCESSIBILITÉ AUTOMOBILE

Intégration des espaces verts via les même axes que le réseau d’espaces publics

métro Longueuil-Université de Sherbrooke 2 Leconstitue un autre des atouts majeurs du secteur.

Favorisant le transport actif et collectif, le projet veut étendre son influence outre les limites du secteur ainsi que dans toutes ses extrémités. Pour se faire, l’intention est de créer un réseau de parcours piétons et cyclables, articulés autour du métro et de sa grande place publique. Ce réseau sera composé de places publiques, de passerelles et de passages de qualités et intégrés avec les bâtiments actuels ainsi que les nouvelles constructions afin de rythmer le réseau et de permettre la traversée des obstacles autoroutiers d’une façon viable et agréable.

Le métro Longueuil - Université de Sherbrooke et sa place publique

PÉNÉTRATION DE L’ESPACE VERT

Intégration du paradigme de l’agriculture

5

Parcours du réseau d’espaces publics

CRÉER UN RÉSEAUX D’ESPACES PUBLICS

Un cadre bâti tourné vers l’espace public

RENFORCER LE RAPPORT À L’ESPACE PUBLIC

12

4

La ligne jaune du métro

Le réseau d’espaces publics que le projet instaure est également une façon de palier aux discontinuités commerciales engendrées par les autoroutes. À partir du métro la vitalité commerciale s’étendra le long des grands axes du réseau d’espaces publics en s’atténuant vers les extrémités de celui-ci où les passages publics franchissent les emprises autoroutières. Le passage vers le sud-est et l’axe de la rue Saint-Charles comporteront une importance commerciale sur toute leur longueur puis qu’ils sont les liens directs entre le métro et les équipements commerciaux à l’extérieur du secteur. Ce réseau d’espaces publics, mis en valeur par l’activité commerciale, permettra de mettre en lien le cadre bâti et les espaces verts. De nombreux espaces vacants végétalisés entourent présentement le secteur. Le projet vise leur réaménagement afin de concevoir des espaces verts de qualité et de les rendre accessibles à tous. Empruntant les mêmes axes que le réseau de passages piétons, ces espaces végétalisés permettront de faire pénétrer la végétation vers l’intérieur du secteur et d’amener des liens verts jusqu’aux extrémités. L’aménagement de ces espaces verts intégrera des endroits pour la pratique du paradigme de l’agriculture urbaine à l’intérieur même et aux abords du secteur afin de reconnecter la population avec l’agriculture, mais aussi de rendre ce besoin primordial accessible à tous.

Afin d’augmenter la qualité de l’ambiance piétonne du secteur, le projet vise par ailleurs à accentuer le rapport à la rue des bâtiments, notamment par le rétablissement de fronts bâtis contigus sur les rues du secteur. Ce front bâti offrira des façades intéressantes, des vitrines commerciales et des accès aux bâtiments de qualité. Ce nouveau cadre bâti permettra de mieux définir l’espace et de structurer les îlots actuels composés d’espaces libres et de voirie. Celui-ci sera aussi d’un gabarit important sans toutefois bloquer la perméabilité de l’espace par l’instauration dans leurs designs de passages, entre les bâtiments, mais surtout vers le réseau d’espaces piétons publics.

13


LE NOUVEAU SECTEUR

Nouvelles constructions Bâtiments existants

Pont Jacques-Cartier

MÉTRO LONGUEUIL UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

Au

Espaces verts

to

ro

ut

e1

32

Espaces non touchés par le projet Réseau d’espace public Réseau routier

Ru

eS

ain

t-C

ha

rle

s

Agriculture urbaine

es-Lemoy

ne

Fleuve Saint-Laurent

Rue Charl

Plage publique

et oli eJ urent

Ru

Rue Saint-La

14

Boul. Ta

u scherea

te

Le nouveau secteur métro Longueuil Université de Sherbrooke est la concrétisation de toutes les intentions et l’intégration de tous les éléments de cet ambitieux projet.

Ru

e

Sa

in

t-

Ch

ar

le

s

PLAN D’ENSEMBLE DU NOUVEAU SECTEUR MÉTRO LONGUEUILUNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

15


L’ARTICULATION DES ÉLÉMENTS

Le projet prévoit l’implantation de nouveaux bâtiments à des endroits précis ciblant les espaces qui sont actuellement sous-utilisés ou vacants. La création d’espaces verts le long des berges du fleuve instaure une nouvelle qualité de vie au secteur permettant la venue de nouvelles activités telle que l’agriculture et la baignade. Le tout est articulé autour d’un réseau d’espaces publics structurant et hiérarchisé sur le territoire par l’entremise de multiples places publiques et de parcs. On retrouve d’ailleurs la création de 3 nouvelles passerelles aux caractères distincts permettant de franchir les emprises et de lier le secteur.

OCCUPATION DU SOL PAR LE CADRE BÂTI

photo espace vacant actuel

ESPACES ACTUELLEMENT SOUS-UTILISÉS

Le nouveau cadre bâti proposé par le projet prend la forme d’une gradation des volumes, où l’on retrouve les plus forts gabarits autour des grands espaces publics et des axes centraux afin de bien les encadrer et les dynamiser. Les gabarits importants, se situant à l’intérieur d’une tranche de COS 2 à 7, visent aussi à densifier de façon plus importante les abords du métro et à s’insérer dans le cadre bâti de tours actuelles. Ceux-ci tirent profit des grandes parcelles du secteur afin d’y construire de façon dense et de conserver les particularités morphologiques du cadre bâti actuel. Des hauteurs importantes sont aussi prévues le long de l’autoroute 132 de façon à maximiser les vues sur Montréal et ses attraits, tout en laissant les berges du fleuve dégagées de construction. Ceci permet au projet de rester financièrement viable et de laisser les berges disponibles à la création d’espaces verts.

La hauteur des nouveaux bâtiments met en valeur des points de vue exceptionnels, tout en laissant des espaces verts et des places publiques.

La diminution de la gradation vise une intégration harmonieuse du cadre bâti avec les limites à l’ouest, au sud et à l’est du secteur où les tissus limitrophes sont composés de plus petits gabarits. PLAN DIRECTEUR DES HAUTEURS POUR LE NOUVEAU CADRE BÂTI (EN NOMB. D’ÉTAGES)

SCHÉMA DE L’ARTICULATION DU PLAN D’ENSEMBLE

16

Place publique encadré et pavé intégrant de la végétation

Parc public et zones naturelle

Noeud dans le réseau d’espaces publics (place publique d’envergure secondaire)

Zone d’implantation de nouveau bâti

Grands axes du réseau d’espaces publics

Limite autoroutière franchie

17


DISTRIBUTION DES

ACTIVITÉS Une plurialité d’activités réparties de facon mixte, articulées autour d’un réseau d’espaces publics.

Le projet incorpore des aires diversifiées de nouvelles constructions composées d’une proportion variée d’activités résidentielle, commerciale, de bureau et d’agriculture afin de créer un environnement mixte, dynamique et viable. Le positionnement de chaque activité vient d’une volonté de tirer profit de la localisation de chaque espace tout en créant une complémentarité entre chacune d’elles. Cette distribution des activités est en lien avec le réseau d’espaces publics et est judicieusement positionnée pour mettre en valeur les activités de bureau et commerciale directement sur les grands axes du réseau.

RÉSIDENTIEL

Les composantes résidentielles du secteur incluent divers types de logements afin d’accommoder les besoins actuels et futurs du secteur. Ceci inclut l’ajout d’unités en matière de logements pour étudiants afin de combler les besoins des divers campus universitaires présents. Le projet prévoit aussi des logements destinés aux familles, offrant des logements allant de 1200 à 2000 pi2. Il est aussi prévu de réserver un pourcentage de logements destinés à des populations à faible revenu. L’incorporation de ces divers types de logements permet d’atteindre un niveau de mixité viable au sein même de la sphère résidentielle.

25%

60%

BUREAU & INSTITUTIONNEL

En ce qui a trait à l’activité de bureau et aux institutions, le projet propose de fournir de l’espace aux institutions académiques actuelles et leurs expansions tout en incluant un important nombre de locaux à bureau profitant de la position stratégique du secteur métro Longueuil - Université de Sherbrooke. Une petite part d’espace sera aussi destinée aux services hôteliers en vue d’accommoder les besoins des bureaux d’affaires ainsi que le besoin en terme touristique que le réaménagement du secteur va encourager.

+ de 1800 logements

+ de 21 000 m2 de surfaces commerciales

18

Résidentiel

Commercial

Bureau & Institutionnel

Agriculture

10%

45%

COMMERCIAL

Au niveau commercial, une importante part de commerces de proximité sera ajoutée à l’intérieur du secteur afin de répondre à ce besoin manquant et de desservir la nouvelle population. De plus, une proportion majoritaire de commerces de destination sera conservée et bonifiée autour de la Place Longueuil puisque ces commerces profitent actuellement de la localisation du secteur près des grandes autoroutes et près de l’unique station de métro sur la RiveSud de Montréal.

20%

50%

40%

20% 30%

PROPORTION DÉTAILLÉE DES ACTIVITÉES DU SECTEUR

+ de 28 000m2 de surfaces de bureau + de 13 000 m2 de surfaces agricoles 19


DES PASSAGES PIÉTONS PARTIE INTÉGRANTE DE L’ESPACE PUBLIC

PLAN DES PASSAGES PIÉTONS DU SECTEUR ET LEURS CARACTÉRISTIQUES

L’aire d’attente et de débarquement du terminus Longueuil sera réaménagée à l’aide d’une place publique faissant le lien entre le terminus et l’axe commercial de la rue Saint-Charles. L’aire d’attente sera aussi liée à une place publique surélevée construite au-dessus des stationnements incitatifs souterrains de l’agence métropolitaine de transport. Cet espace de débarquement conservera ses espaces d’attente et de stationnement temporaire ainsi que son espace dédié au taxi et aux vélos.

La rue Saint-Charles sera réaménagée en véritable artère commerciale comprenant de larges trottoirs permettant un accès facile et mettant en valeurs les locaux commerciaux au niveau du rez-de-chaussée des nouvelles constructions. Ses trottoirs et son terreplein seront revégétalisés et incluront un nouveau système d’éclairage adapté à l’échelle humaine et non automobile. Ces aménagements permettront l’instauration de nouveaux éléments marquant l’ambiance de la rue telles les stations de vélo libre partage (Bixi) et des terrasses lors de la période estivale.

20

Une passerelle extérieure non close et plantée sera construite au dessus de l’autoroute 132 afin de donner accès au parc des berges du fleuve Saint-Laurent et ses activités. Elle sera connectée au toit de la piscine de l’hôtel Radisson par un petit jardin public donnant sur des bureaux et des chambres d’hôtel. Puis elle se terminera vers la grande place publique du métro. La passerelle constituera en tout, trois articulations différentes, formant un unique parcours entre le métro et les berges.

La place du métro et le parc central (Jardins du Métro) seront réaménagés afin de devenir plus accessibles. Les passerelles actuelles, fermées, qui les traversent seront ouvertes par l’entremise de grands escaliers afin de les lier directement à l’espace public au niveau du sol. L’escalier de la place du métro incorporera un petit café, tandis que celui du parc central fera le lien avec l’esplanade de la tour à l’autre extrémité du parc.

Une passerelle unique permettra de traverser l’autoroute 132 à partir de l’atrium du bâtiment donnant sur les Jardins du Métro vers une tour d’agriculture verticale. Elle sera composée d’un grand passage vitré sur chacun de ses 3 étages de hauteur. Ces étages pourront abriter des fonctions commerciales et de bureaux pour ceux qui désirent acquérir des espaces uniques offrant une vue impressionnante. La passerelle fait partie intégrante du réseau d’espaces publics puis qu’elle relie les berges du fleuve au secteur d’une façon qui s’intègre avec le cadre bâti, mais aussi elle relie une importante part de l’activité agricole au secteur. Elle ne sera pas seulement un élément de passage comme les passerelles actuelles, mais un véritable lieu de destination en elle-même, de par ses activités et sa vue panoramique. L’esplanade et l’atrium de cet immeuble seront accessibles au public, bien que privés, ils seront gérés à l’exemple des couloirs et accès du terminus et métro Longueuil. Ces espaces seront la porte d’entrée donnant accès à la passerelle et se veulent d’une envergure importante qui sera accueillante et dynamisée par de l’activité commerciale et les mouvements de va-et-vient piétons entre l’intérieur et l’extérieur. Une nouvelle place publique d’envergure sera créée à l’intersection de la rue Saint-Charles et Joliette. Elle permettra l’articulation de l’espace public entre l’axe piéton Saint-Charles, les espaces du centre commercial Place Longueuil et les espaces verts.

Une passerelle couverte sera érigée au-dessus du boulevard Taschereau afin de lier directement le secteur à la place Longueuil. Elle sera connectée à une nouvelle aile de la Place Longueuil à l’aide d’ascenseurs vitrés et d’escaliers permettant l’accès direct au centre commercial ainsi qu’au réseau d’espaces publics de part et d’autre du boulevard autoroutier.

21


L’espace public sera la fusion entre les passages piétons et les espaces verts, créant des espaces agréables et à l’échelle humaine en tout temps. APPROPRIATION DES PASSERELLES VERS L’ESPACE PUBLIC

VUE DE NUIT DE L’INTÉGRATION DE L’ESPACE PUBLIC À L’EST DU SECTEUR

L’espace public sera accessible, agréable et valorisé à tout moment de la journée et peu importe la saison, par les activités qui y sont reliées et les vues qu’il procure. 14

PIÈTRE QUALITÉ DE L’ESPACE PUBLIC ACTUEL

23


UN RÉSEAU

D’ESPACES VERTS

Les berges du fleuve seront revitalisées en y incorporant de la végétation, un parcours de passage piéton et une réfection de la piste cyclable. Elles deviendront un espace de destination offrant des points de vues intéressants sur le fleuve, le pont JacquesCartier, la Ronde et le centre-ville de Montréal.

Un grand espace dédié à l’agriculture sera aménagé au-dessus de l’actuel terminus. Contrairement aux espaces agricoles qui seront situés sur les berges, celui-ci sera entouré d’une promenade publique permettant aux usagers d’observer les gens dans leurs activités de jardinage et de se reposer. Cette promenade sera liée à la nouvelle tour et son parc voisin, tout en étant directement liée au terminus et au métro Longueuil.

Le concept d’agriculture urbaine sera rendu accessible à tous par la construction d’espaces aménagés sous la formule de jardins communautaires. Cette formule se retrouvera à plusieurs endroits sur le territoire, mais sera principalement concentrée près des berges et dans le parc situé au-dessus du terminus Longueuil. L’installation de jardins communautaires sur les terrains privés sera aussi valorisée dans les constructions résidentielles.

Une oasis urbaine avec promenade piétonne et espace de repos sera construite en lien avec les nouveaux bâtiments ainsi que l’actuel jardin surélevé de l’université de Sherbrooke. Celui-ci sera ouvert à tous et sera directement accessible du terminus et du métro Longueuil par plusieurs points d’accès formés d’escaliers et d’ascenseurs.

La ferme verticale sera reliée à un grand complexe végétalisé fournissant les installations nécessaires à la population afin d’avoir accès à des services tels que ceux de cuisines communes, d’équipements de lavage et de stockages des aliments.

La grande place du métro Longueuil dont le réaménagement est déjà en cours se poursuivra. Il sera quelque peu modifié afin d’intégrer le nouvel escalier ouvrant la passerelle et de la nouvelle végétation.

Une plage publique sera aménagée dans la baie naturelle ou la qualité de l’eau est bonne, offrant une ouverture directe pour tous les citoyens à reprendre contact avec le fleuve Saint-Laurent. Elle sera aussi un élément structurant au niveau touristique pour le secteur, mais aussi pour la marina de Longueuil et son camping qui sont situés non loin de l’extérieur du secteur.

Les Jardins du métro seront réaménagés afin de s’intégrer avec le nouvel escalier donnant accès à la passerelle. Il sera aussi mis en valeur avec l’intégration de l’esplanade menant à l’importante passerelle habitée. Le parc comprendra de nouveaux passages dans la logique du réseau d’espaces publics et un nouvel espace de détente comprenant un étang.

24

Un centre spécialement dédié à l’agriculture sera implanté et relié via la passerelle à plusieurs niveaux. Ce centre comportera une section destinée à l’éducation de la population sur des thèmes touchant l’agriculture urbaine en général. Il sera aussi un lieu d’expérimentations et de cultures pour l’agriculture en hauteur.

L’espace vert formé par l’emprise de la rampe autoroutière donnant accès au pont JacquesCartier qui entoure des bâtiments résidentiels sera densément végétalisé afin de former une bande antibruit naturelle et esthétique ainsi que d’éviter toute érosion dans cette pente abrupte.

PLAN DU RÉSEAU D’ESPACES VERTS ET DE LEURS CARACTÉRISTIQUES

Une estrade sera construite dans le but de recevoir différentes représentations culturelles et de permettre le visionnement des feux d’artifice pendant la période estivale, qui attirent actuellement une foule importante. Cet espace sera lié avec le secteur par les aménagements piétons de la rue Saint-Charles et la nouvelle grande place publique à l’intersection de la rue Joliette.

25


RÉFÉRENT D’UNE TOUR DÉDIÉE À L’AGRICULTURE EN CONSTRUCTION À LINCÖPING EN SUÈDE

VUE D’ENSEMBLE DES ESPACES VERTS AU-DESSUS DU TERMINUS LONGUEUIL

LES BERGES TRANSFORMÉES EN PARC PUBLIC ET ACCESSIBLE DIRECTEMENT DEPUIS LE SECTEUR

La passerelle plantée permet de donner un accès facile et agréable aux berges et leurs activités, dans une ambiance unique. 26

EXEMPLE D’OPPORTUNITÉ LORSQU’UN ACCÈS DIRECT AU FLEUVE EST POSSIBLE

L’agriculture est intégrée aux espaces verts du secteur de façon à être accessibles et de faciliter les intéractions avec les aliments que nous consommons.

L’agriculture est mise en valeur puisqu’elle est visible de partout et est facile d’accès grâce aux services d’aides fournis.

VUE D’ENSEMBLE DES ÉLÉMENTS DÉDIÉS À L’AGRICULTURE SUR LES BERGES

27


L’ACTIVITÉ COMMERCIALE

COMME LEVIER

Les commerces qui seront implantés aux abords des grands axes du réseau d’espaces publics et le long de la rue SaintCharles assureront une importante pièce du puzzle pour la création d’un dynamisme en lien avec l’espace public. Les rez-de-chaussée commerciaux abriteront une variété de typologie de locaux et d’établissements commerciaux afin de maintenir un niveau d’activité du matin jusqu’à tard dans la nuit. Ceci rendra le secteur plus sécuritaire et attrayant tout en améliorant l’ambiance de l’espace public. Les façades de ces locaux seront principalement vitrées afin de créer un effet de transparence entre l’espace public et le cadre bâti, élargissant l’espace tout en instaurant un sentiment d’être vue et de voir, ce qui rend l’espace plus sécuritaire et agréable. Les façades seront aussi rythmées dans leur conception afin de ne pas créer de monotonie nuisant à l’ambiance de l’espace public.

DÉBUT DE L’IMPLANTATION DE CE TYPE DE COMMERCES DANS LE COMPLEXE DE L’UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

28

UNE ARCHITECTURE

DISTINCTE

VUE DE L’ESPACE PUBLIC COMPRENANT DES FACADES COMMERCIALES À LA SORTIE DE LA PASSERELLE MENANT À LA PLACE LONGUEUIL

EXEMPLE DE FORMES PROPOSÉES

Le projet s’inspire de l’architecture contemporaine des projets à proximité. Incluant des extrusions de plusieurs étages et des décrochés rappelant le concept des passerelles.

Le projet se permet de proposer une ligne directrice quant à la disposition et aux formes des futurs bâtiments. Ceux-ci devraient incorporer des retraits, des dégradés et des porte-à-faux permettant de créer des espaces uniques utilisables par les habitants, mais aussi des passages piétons dans le tissu urbain. C’est éléments architecturaux permettront aussi de symboliser le concept des passerelles qui fut instauré dans le secteur durant les décennies antérieures, mais d’une façon offrant un meilleur rapport entre le cadre bâti et l’espace public. RÉFÉRENT D’UNE ARCHITECTURE SIMILAIRE À CELLE RECHERCHÉE PAR LE PROJET

29


LES PHASES ET LES ACTEURS

L’utilisation des terrains disponibles et l’instauration d’un premier lien piéton constituent le point de départ du développement du secteur métro Longueuil-Université de Sherbrooke. L’aménagement des berges sera lancé par la ville de Longueuil ayant fait l’acquisition des terrains pour y aménager la végétation, les activités touristiques et agricoles communautaires. Ce premier geste rendra plus attrayant les berges pour ainsi rendre logique la construction du premier lien piéton, son intégration à l’hôtel Radisson et sa connexion au métro Longueuil. Le tout se fera en collaboration avec la ville de Longueuil, les promoteurs et le propriétaire de l’hôtel.

DU PROJET

Les terrains actuellement libres pourront accueillir de nouvelles constructions dès la transformation des berges. Situé au carrefour de la rue Saint-Charles et Joliette le terrain d’un ancien garage automobile sera l’opportunité pour un promoteur privé de construire des bâtiments résidentiels en lien avec les futurs développements qui se feront aux abords. Par ailleurs, le terrain situé au cœur du secteur, à côté du l’Université de Sherbrooke sera lui aussi développé par un promoteur privé dans la même vision que le bâtiment de l’Université, comprenant des commerces au rez-de-chaussée. Il sera aussi en lien avec le réaménagement piétonnier de la rue Saint-Charles déjà entrepris par la ville de Longueuil.

PHASE 1

• AMÉNAGEMENT DES BERGES ET DE LEURS ACTIVITÉS • CONSTRUCTION DE LA PREMIÈRE PASSERELLE • DENSIFICATION DES TERRAINS DISPONIBLES 30

Lorsque les premières constructions et les aménagements de la première phase seront terminés, ils apporteront de la pression pour le réaménagement de l’intersection et du viaduc de la rue Saint-Charles et Joliette. Le viaduc sera réaménagé afin de doubler l’espace piéton et de créer un espace spécifique pour les cyclistes. Un nouvel escalier sera aussi installé afin de relier la rue directement à l’espace culturel comprenant les grands gradins multifonctionnels. Au niveau de la même intersection, la ville de Longueuil entamera le réaménagement des bretelles de virage à droite pour y récupérer de l’espace dans le but d’aménager la grande place publique. Une fois la place publique planifiée, le gestionnaire du centre commercial de la Place Longueuil pourra procéder en collaboration avec des promoteurs privés à la construction de bâtiments mixtes respectant les critères abordés dans le projet. Il sera intéressé à procéder ainsi après la démonstration que cet aménagement va mettre en valeur ses établissements et sera un véritable investissement pour le futur. De l’autre côté de boulevard Taschereau, le terrain de stationnement appartenant au bâtiment du gouvernement du Québec pourra être vendu ou loué à des promoteurs privés attirés par les actions précédemment entreprises. Ensuite, lorsque qu’une densité importante de bâtiments mixte sera atteinte des deux coté du boulevard Taschereau il sera viable pour le Ministère des Transports d’allouer la construction de la passerelle reliant la Place Longueuil au secteur, le tout à la demande des promoteurs, de la direction du centre commercial et de l’appui de la ville de Longueuil. En ce qui à trait à l’autre extrémité du secteur, les stationnements incitatifs de l’agence métropolitaine de transport (AMT) seront en partis enfouis et intégrés dans un complexe de bâtiments que l’AMT pourra louer, en collaboration avec la ville, les locaux à des commerçants, des compagnies et des développeurs résidentiels afin de se financer et de répondre à la logique de mixité du projet.

PHASE 2

• 1ère PHASE DE DÉVELOPPEMENT MIXTE • RÉAMÉNAGEMENT DU VIADUC ST-CHARLES • INTÉGRATION DE LA PLACE LONGUEUIL À

L’ESPACE PUBLIC ET AU SECTEUR (2e PASSERELLE)

31


Grâce au dynamisme déjà en place, le dernier grand axe du réseau d’espaces publics sera mis en branle. Premièrement, l’actuel stationnement à proximité des Jardins du Métro sera modifié au zonage afin d’inciter un promoteur à y construire un bâtiment d’envergure mixte relié au parc par une grande esplanade et prêt à recevoir l’intégration de la dernière passerelle. Un espace des berges sera laissé par la ville de Longueuil pour y construire la tour de recherche en matière d’agriculture urbaine et verticale qui sera financée en partenariat entre les instances fédérale et provinciale en matière de la gestion d’agriculture et d’alimentation. Une fois ces deux éléments entamés, la passerelle pourra être construite par un promoteur privé avec le financement du gouvernement et de la ville, le tout sous la surveillance du ministère des Transports. Ce promoteur pourra y louer les locaux afin de financer l’investissement avec obligation de maintenir public une partie de la passerelle. Durant la même période, les terrains de stationnements incitatifs de l’AMT pourront être vendus ou loués à des promoteurs privés afin de consolider l’activité commerciale et la densité résidentielle de l’axe de la rue Saint-Charles. Ceci sera rendu possible puisque dans la phase précédente une importante contre partie de stationnement incitatif aura été aménagée dans le nouveau débarcadère du terminus Longueuil.

Afin de consolider le projet déja bien implanté, la zone de nouvelles constructions située à l’intersection de la rue SaintCharles et du pont Jacques-Cartier sera complétée avec l’ajout de bâtiments principalement résidentiels. La partie restante du stationnement appartenant au gouvernement du Québec sera aussi densifiée de bâtiments mixtes afin de compléter l’axe de la rue Saint-Charles. Le terrain de stationnement devant l’hôtel Radisson sera aussi densifié en conservant une activité hôtelière et complétant le dernier tronçon d’espace public manquant. L’emprise autoroutière de la voie de jonction entre la 132 et le boulevard Taschereau qui sera cédée par le ministère des Transports servira à insérer les dernières constructions résidentielles sur le secteur. En raison du dynamisme créé par le projet, il est espéré que le réaménagement de secteur métro Longueuil-Université de Sherbrooke aura un effet effervescent sur la densification et l’intégration des autres terrains adjacents tels ceux aux abords de la rue Saint-Laurent et les terrains au-delà du pont Jacques-Cartier.

Afin de répondre aux besoins existants d’espaces verts en continuité avec les développements adjacents, le terminus d’autobus sera densifié afin d’augmenter la superficie des jardins surélevée de l’Université de Sherbrooke et de compléter l’aménagement des derniers jardins communautaires publics. Ceci impliquera une entente entre la ville de Longueuil, l’AMT, la société de réseau de transport de Longueuil (RTL), les différents CIT et des promoteurs privés.

PHASE 3

32

• 2e PHASE DE DÉVELLOPEMENT MIXTE • DÉVELLOPPEMENT AU-DESSUS DU TERMINUS • INTÉGRATION FINALE DE L’AGRICULTURE URBAINE • RÉAMÉNAGEMENT DES 2 PLACES PUBLIQUES • CONSTRUCTION DE LA 3e PASSERRELLE

PHASE 4

• 3e PHASE DE DÉVELLOPEMENT MIXTE • OPPORTUNITÉ DE DÉVEOPPEMENT SUBSÉQUENT

33


UN PEU DE RECUL FACE

AU PROJET INTÉGRATION DU PROJET À L’ÉCHELLE MÉTROPOLITAINE

Le secteur métro Longueuil-Université de Sherbrooke est déjà le point d’ancrage d’une importante passerelle entre la Rive-Sud et Montréal par l’entremise du métro et du pont Jacques-Cartier. Le réaménagement proposé par le projet pour le secteur crée des changements majeurs à toutes les échelles. À l’échelle du Vieux-Longueuil, il assure d’abord une meilleure continuité avec son environnement audelà des grandes voies autoroutières. Le projet profite de l’accessibilité du secteur pour instaurer de la densification et de la mixité dans le secteur en tirant profit de ses grandes parcelles disponibles et de son cadre bâti permettant de grands gabarits. Il développe aussi un milieu de vie dynamique par le réaménagement et l’ajout d’espaces publics de qualité, de nouveaux passages piétons agréables et des

LE SECTEUR EST UN POINT DE REPÈRE

espaces verts accueillants. Ces nouveaux passages comportent entre autres, trois nouvelles passerelles aux caractères distinctifs et offrant de nouveaux liens directs au-dessus des obstacles autoroutiers reliant les différents attraits à des places publiques et au métro Longueuil. On peut par ailleurs noter la présence, autour du projet, d’autres terrains sous-utilisés et vacants qui pourraient faire l’objet de redéveloppement dans le futur. Dans un contexte de rareté du foncier dans les secteurs centraux et suivant la mise en place des principaux éléments du projet, il deviendra rentable et avantageux de réaménager ces terrains en lien avec le projet actuel. Cela pourrait conduire à la revitalisation de la rue Saint-Laurent, de la multitude de stationnements de la Place Longueuil ainsi que des espaces entourant le collège Champlain.

34

D’une façon générale, autant dans sa mise en œuvre que dans sa vision, le projet s’harmonise avec les objectifs poursuivis par la ville de Longueuil et la Communauté métropolitaine. Établi comme un point névralgique multifonctionnel à proximité du centre-ville de Montréal par le schéma métropolitain récemment adopté, le secteur connaitra une diversification accrue de ses activités et poursuivra une densification viable, tel que prôné par les différents paliers gouvernementaux. Le réaménagement du secteur métro Longueuil-Université de Sherbrooke, par sa volonté de favoriser les déplacements actifs, le redéveloppement du sol et l’instauration d’espaces verts et agricoles, rejoint les principes de développement durable, aux aussi prônés par toutes les instances politiques. En s’appuyant sur ces principes, le projet propose un changement clair du rapport entre l’espace public, la mobilité et la mixité. Il s’inscrit comme un geste fort pouvant donner suite à une série d’autres interventions sur le territoire longueuillois et même montréalais. Avec le bouillonnement d’idées pour divers secteurs connexes, tels le réaménagement du boulevard Taschereau et les développements aux abords du pont Jacques-Cartier dans l’arrondissement Ville-Marie, il apparaît clair que les choses vont bouger dans l’environnement du secteur. Non seulement le nouveau secteur du métro Longueuil-Université de Sherbrooke participe à ce changement, mais il entend en être une pièce maitresse. 35


BIBLIOGRAPHIE Sources des photos :

Samuel Lozeau, sauf lorsque autrement indiqué P. 27 Référent d’agriculture urbaine. Source : www.plantagon.com

Publications

Le Plan métropolitain d’aménagement et de développement de la CMM - Proposition de l’agglomération de Longueuil : http://projet.pmad.ca/fileadmin/user_upload/pmad2011/documentation/20110325_proposition_longueuil.pdf

Le Programme particulier d’urbanisme du pôle central de Longueuil :

http://www.longueuil.ca/vw/asp/attachements/MESSAGES-MSG_FICHIER-36418-4.PDF

Le Schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération de Longueuil : http://www.longueuil.ca/vw/asp/attachements/MESSAGES-MSG_FICHIER-10265-1.PDF

La recherche de URBATOD 2006 Ville de Longueuil : Place Charles-Lemoyne :

http://www.forumurba2015.com/4_urbatod/4.2_urbatod_2006/etudes_cas/terrain/Ville%20de%20Longueuil_Québec.pdf

Sites internets www.mtlurb.com www.rtl-longueuil.qc.ca www.verticalfarm.com www.plantagon.com www.tvrs.ca/actualites/place-charles-lemoyne-le-mtq-autorise-les-etudes-davant-projet-texte-alexandre-lampron-courrier-du-sud www.hebdosregionaux.ca/monteregie/main+fr+01_300+Projet_dimplantation_dun_complexe_hotelier_et_dimmeuble_a_ condos_a_la_place_CharlesLemoyne.html?JournalID=34&ArticleID=718530

36


Repenser le secteur Métro Longueuil - Université de Sherbrooke