__MAIN_TEXT__

Page 100

IMPASSE CULTURELLE Écrit noir sur blanc dans son programme de campagne : « Nous créerons un Pass Culture. Il permettra à chaque Français de dix-huit ans d’effectuer cinq-cents euros de dépenses culturelles (cinéma, théâtre, livres...) ». Avec la promesse d’ouvrir les bibliothèques en soirée et le week-end, c’était la seule mesure concrète dans le domaine culturel du candidat Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017. Considérant cette classe d’âge comme les «  grands oubliés de la politique culturelle » sans que l’on sache de quelle étude pouvait bien émaner une telle affirmation, le leader du mouvement En Marche justifiait ainsi sa proposition : « Ce sont ceux qui en ont pourtant viscéralement besoin, au moment de l’entrée dans l’âge adulte qui est aussi celui de la citoyenneté ». Répondre à cet appétit par « une sorte de carte de crédit prépayée pour consommer des produits », comme la CGT Culture qualifiera le dispositif, c’était curieusement ignorer les nombreux avantages tarifaires offerts par les institutions culturelles à

100 REGARDS AUTOMNE ÉTÉ 2016 2018

l’ensemble des jeunes. Et ce, depuis un bail. Ne serait-ce que pour les musées relevant de l’État, c’est-àdire les plus connus, l’accès gratuit des moins de dix-huit ans est gravé dans le marbre depuis 2002. Souvent étendue aux expositions et aux autres structures, municipales ou départementales, depuis 2009, sur décision du président Sarkozy, la gratuité est pareillement applicable aux 18-25 ans résidant en Europe. ARGENT DE POCHE Pour les cinémas, des formules existent en faveur de cette tranche d’âge. Idem pour les théâtres, y compris privés, comme à Paris où sont proposées des places à dix euros pour les moins de vingtsix ans. La Ville a mis en place le Kiosque Jeunes qui, chaque jour, propose des réductions et invitations pour des spectacles et des concerts. Jusqu’à la Comédie-Française, théâtre public national, qui offre tous les lundis des places gratuites aux moins de vingt-huit ans. Partout, les initiatives de ce type existent et, dans les lieux culturels,

on ne compte plus les événements dédiés, souvent pour étudiants. S’il y a une ségrégation, elle serait plutôt de ce côté : frange la plus favorisée, financièrement et culturellement, elle est de plus minoritaire parmi la population jeune. Quant aux livres, s’ils sont chers, ils ne sont pas inaccessibles, grâce justement au réseau des bibliothèques. Penser faciliter l’accès des jeunes à la culture par le simple biais d’un pass – en réalité, de l’argent de poche – semble bien naïf. Qui plus est, limité à ses seuls dix-huit ans. Il y a quelques années, le ministère de la Culture a mené une étude sur les dispositifs de cartes et chèques culture délivrées gratuitement ou à tarif préférentiel par les collectivités territoriales depuis le milieu des années 1990. Elle en dénombra plus de quarante, pour moitié émanant de régions, qui ciblaient en priorité les jeunes. Si l’étude faisait état d’un foisonnement de propositions, elle en montrait également les limites : « De manière générale, les dispositifs tentent avant tout d’agir sur l’obstacle financier et tendent à délaisser

Profile for Regards Regards

Trimestriel Regards n°48 - Automne 2018  

Trimestriel Regards n°48 - Automne 2018  

Advertisement