Page 1

I Position du problème

O

n dit parfois : « Il se peut que les preuves tradition  nelles de l’existence de Dieu, telles qu’elles sont exposées par saint Thomas, soient démonstratives, mais il est très difficile de l’établir. » Que penser de cette manière de voir ? Ne confond-elle pas les preuves savantes présentées de façon à répondre à toutes les objections faites dans l’esprit du positivisme, ou du subjectivisme ou encore du point de vue d’hypothèses non vérifiées, avec les preuves traditionnelles simplement conformes aux principes de la raison naturelle connus de tous, et capables de soi d’engendrer une vraie certitude selon les exigences de ces principes ? Nous avons longuement traité ces questions dans un ouvrage dont la première édition parut en 1915  : Dieu, La dernière de son existence et sa nature, solution thomiste des antino- édition cet ouvrage parut en 1950. mies agnostiques. Nous voudrions ici procéder plus sim- n. d. e. plement, et souligner la valeur d’un principe capable de fonder une preuve de l’existence de Dieu qui contient


2

Dieu accessible à tous

virtuellement toutes les autres, et qui est d’une grande force aux yeux de la raison naturelle. Est-il si difficile de trouver une preuve accessible à tous, qui procède d’un principe rationnel fort simple, communément admis, et qu’on peut toujours approfondir, une preuve qui englobe toutes les autres depuis celle qui part du mouvement local jusqu’à celle qui part des fruits incontestables de la sainteté telle qu’elle est apparue dans le Christ et les plus grands saints ? On serait ainsi conduit par une progression ascendante non seulement à affirmer l’existence de Dieu, auteur de la nature, connu par les plus grands philosophes, mais l’existence de Dieu tel que le conçoivent les chrétiens et tel que les fruits les plus certains de la sainteté le manifestent déjà à la droite raison, abstraction faite de la foi surnaturelle. Nous ne dirons ici que l’essentiel, et nous rappellerons la remarque qui a été faite bien des fois : les jeunes professeurs enseignent assez souvent plus qu’ils ne savent, les professeurs d’âge moyen enseignent tout ce qu’ils savent, les vieux professeurs enseignent surtout ce qui est utile à la formation de l’esprit : les principes et leurs conséquences les plus importantes. Rappelons d’abord quelle est la doctrine de l’Église sur la possibilité de la démonstration de l’existence de Dieu, puis l’enseignement commun des théologiens sur la facilité de cette démonstration par rapport à la raison naturelle.


II Doctrine de l’Église sur la possibilité de la démonstration rationnelle de l’existence de Dieu

L

e Concile du Vatican a solennellement défini :   « La sainte Église tient et enseigne que par la lumière Sess. iii, c. 2 naturelle de la raison humaine, Dieu, principe et fin de (D 1 785) toutes choses, peut être connu avec certitude au moyen des choses créées ; car « depuis la création du monde, ses invi- Rm 1, 20 sibles perfections sont rendues visibles à l’intelligence des hommes, par le moyen des êtres qu’il a faits », et que cependant il a plu à Dieu, à cause de sa sagesse et de sa bonté, de se révéler lui-même et les éternels décrets de sa volonté, par une autre voie, voie surnaturelle. » Le canon correspondant du même Concile porte  : « Ana­thème à qui dirait que le Dieu unique et véritable, D 1 806 notre créateur et Seigneur, ne peut être connu avec certitude par la lumière naturelle de la raison humaine au moyen des choses créées. »


4 1er sept. 1910 (D 2 145)

Dieu accessible à tous

Le serment antimoderniste, prescrit par saint Pie X, par le motu proprio Sacrorum antistitum, a expliqué et précisé cette définition du Concile du Vatican en disant : « J’admets fermement et je reçois [ firmiter amplector et recipio] toutes les vérités qui ont été définies, affirmées et déclarées par le magistère infaillible de l’Église, et en particulier les points de doctrine qui s’opposent directement aux erreurs de notre temps. Et tout d’abord, je professe [profiteor] que Dieu, principe et fin de toutes choses, peut être connu avec certitude et même démontré par la lumière naturelle de la raison, au moyen des êtres qu’il a faits, c’est-à-dire par les œuvres visibles de la création, comme la cause est connue et se démontre par ses effets. » On voit par les premières paroles de ce serment et ensuite par le mot profiteor, qu’il s’agit d’une profession de foi. Cela se confirme par ce qui est dit au début de la troisième proposition de ce même serment : « Tertio firma pariter fide credo… »

• D’après cette définition ainsi expliquée, la raison humaine peut arriver ainsi à une véritable certitude de l’existence du vrai Dieu, principe et fin de toutes choses. Ce n’est pas douteux, car, dans les séances préparatoires du Concile, six amendements qui demandaient la suppression du mot certo, dans l’expression certo cognosci, furent repoussés à une très grande majorité. De plus, dans le rapport qu’il présenta au Concile, au nom de la


La doctrine de l’Église

5

Députation de la Foi, Mgr Gasser désigna explicitement l’erreur à condamner : « L’erreur fort répandue d’après laquelle l’existence de Dieu n’est démontrée par aucune preuve indubitable, ou ne peut être prouvée avec une entière certitude, et que les arguments qui ont été si estimés de tout temps ne sont pas au-dessus de toute discussion. » L’erreur visée selon ce rapport, est celle « des premiers partisans de la philosophie critique d’Allemagne », c’est-à-dire celle du kantisme, et celle aussi du Cf. Vacant, Études sur le positivisme. Concile du I, 286, Est-ce que, selon le Concile, cette ferme certitude de Vatican, 610 & 657 l’existence de Dieu à laquelle la droite raison peut ainsi parvenir par ses propres forces est possible dans l’état actuel où se trouve l’humanité ? Le schéma de la commission prosynodale que nous venons de citer, répond affirmativement  : « Les enseignements que nous donnons ici doivent être regardés comme vrais en général, qu’on prenne l’homme dans Cf. ibid., l’état de nature pure ou dans l’état de nature déchue. » pp. 289 & 658

Extrait dieu accessible à tous  
Extrait dieu accessible à tous  
Advertisement