Page 1

MARC

NEWSON ULTRA HYPE

ROBBIE WILLIAMS GLAM INTERVIEW BLAKE LIVELY

ERIC

GUERIN THE FREE ELECTRON

CELEBRITY MAKEUP TIPS​

MARLON

BRANDO THE GODFATHER FRENCH AND ENGLISH TEXT 19

WINTER TRENDS

WINTER ELEGANCE ​ FASHION | BEAUTY | LIFESTYLE | TRAVEL | CULTURE | PEOPLE

WINTER 2015


Printemps de la maison 64 bd Haussmann 75009 Paris 01 42 82 50 80

5, avenue Matignon 75008 Paris 01 42 25 94 19

Lafayette maison 35 bd Haussmann 75009 Paris 01 42 82 32 23

25, rue du fbg St-Antoine 75011 Paris 01 40 01 00 05

85, rue du Bac 75007 Paris 01 45 48 54 13

41, rue de la République 69002 Lyon 04 78 42 24 63

99, avenue du Maine 75014 Paris 01 43 21 65 70

2, quai Général Sarrail 69006 Lyon 04 78 24 90 90


PLOUM canapés. Création Ronan & Erwan Bouroullec. Catalogue : www.ligneroset.fr


MARC ROUGEMOND Directeur Général I Directeur de publication m.rougemond@prestigeinternational-paris.com MICHEALLE TORRES Rédactrice en Chef Europe I Europe Chief Editor redaction@prestigeinternational-paris.com CAROLE SCHMITZ Rédactrice en chef Usa l Usa Chief Editor carole@prestigeinternational-paris.com ANDRE BERCOFF Editorialiste I editorialist contact@prestigeinternational-paris.com ERIC BALONDRADE Directeur des Ventes | Sales Manager eric@prestigeinternational-paris.com RENE CLAVEL Directeur du développement International I International Development Manager rene@prestigeinternational-paris.com ANGELINA JOLIN Conseiller de la Rédaction USA I Editing Advisor USA angelina@prestigeinternational-paris.com Marz Atashi Fashion and Beauty I Mode & Beauté redaction@prestigeinternational-paris.com Tourisme I Chantal Cascalès chantal@prestigeinternationa-paris.com Carole Schmitz Contact@prestige-international.fr Art&Culture | Bernard Gouttenoire bernard@prestigeinternational-paris.com, Florence Batisse-Pichet florence@prestigeinternational-paris.com Décoration I Carole Schmitz contact@prestigeinternational-paris.com Gastronomie I Pierre Giscours rédaction@prestigeinternational-paris.com , Laura Glassberg, Zachary d’Aulène Automobiles et Art de Vivre, Evasion I Pierre Giscours pgiscours@prestigeinternational-paris.com Marc Rougemond m.rougemond@prestigeinternational-paris.com Business, Actualités, News I Nathalie Gatti ngatti@prestige-international.fr Carole Schmitz contact@prestigeinternational-paris.com Winter Issue : Laurent Fialaix, Suzanne Spiegoski, Olivia D’Anville - People US, Pages Shopping, Carla Scholtes - People / Deco -, Eugénia Hector, Margaux Frick Assistante de la Rédaction Marie Singletarry redaction@prestigeinternational-paris.com Fashion Stylist Marz Atashi, Mélissa Laskin L.A, Jennifer O’Bannon L.A Vivienne Moon, D.Webb New York, Tatiana Dumabin, Laurean Ossorio New York, Leslie Dumeix, Kristina Chanel Los Angelès, Tiffani Chynel Los Angeles, Jason Rembert NYC, Bertille Tabourot, Benjamin Orion, Sarah Delannoy, Aurore Donguy, Coline Peyrot, Aaron R.Tucker Ja’niya Walker, Stylist Assistant Rémi Lecuyer, Benjamin Sultan, Killian Vartore, Eric McNeal , Deborah Dutrain, , Malaika Marie Jeannne, Photographers I Photographes Amyn Nasser L.A, Gilles Decamps New York ,K.D Paris,Laurence Laborie Paris, François Matthys paris , Olivier Ribardière Paris, Antoine Verglas New York, Chrisma Lan, Tyler Kandel L.A, Marc Lagrange, François Berthier,, Ron Contarsy New York, Piotr Stoklosa, Louis Dalton New York, Louiza Vick Los Angelès, Tyler Kandel Los Angelès, Y.Zerb Paris, Nicolas Guérin, Véronique Kalfon, Brandon Powell, Fabrice Keusch, Sebastien Cottereau, Eric Hason NYC, Michèle Bloch-Stuckens, Assistant Photos : Morgane Lemat, Alberto Vargas NYC , Elisa & Julien Matzoyer, Camille Verrier, Giovanni Plozner, Models I Mannequins Lavinia Postolache@heylavi Model&Actress, Loriane Léger, Jonathan Dadoun, Camille Germain@Crystalmodelsmanagement, Bart Grzybowskie, Peter Ursich, Ulia Pratt@CityModels, Christelle T@premium Model Agency, Lisa Lois@Karin Models, Fréderk Kaltofft@EliteModels, Geoffrey Camus@SuccessModels, Elsa Oudshoorn@premium Models, Caroline Cléry@Metropolitan, , Alexia Giordano, Eva Bohatova & Sabina Zavodna@majormodels,, Micaela@wilhelmina New york, Anastasia Bondarenko@Karin Models, AGENTS : lovestoneagency@lovestoneagency.com, Photogenicsmedia.com Hair & Make up Harold James Paris, Whitney Grégory L.A, Loriane Léger Paris, Lucy Gedjeyan, Angie Moullin, Kasia Furtak, Shuko Sumida, Marie Nicolas, Sylvie Mainville, Sadek L, assistant Geoffrey Mingot, Leslie Dumeix, Sybille Kleber Agency,Garett Gervais @Opusbeauté Los Angelès , Inessa Parfeni, Fumoso for Rick Pipino Salon New York, Roberto Morelli for Link Nyla, Dina Calabrio/Artist by Next, Donna for Smashbox Cosmetics NYC, Nicolas Petiot, Maure From Carlos and Mauri Salon NYC, English Miss by Printin NYC, Daria Slusarczyk@B4Agency, Julie Gratade, Cyril Laforet, Manucure Noogie Thai, Binomial Artist, Laura Vignola, Jitka Klugova, Marjorie Forte, Akane Awaji, Takayoshi Tsukisawa, Post Production Nabila Jaadi contact@optimumretouch.com, Highmark Studios New York, Lyudmik Bitsoeva Los Angeles, Advertising l Publicité Marc Giscours +(33) 771689763 Marketing l Events Allens Tally Tél + 33 allens@prestigeinternational-paris.com | Veronique Kalfon vero@prestigeinternational-paris.com Subscriptions and back issue abonnement I Abonnement et Souscription contact@prestigeinternational-paris.com Thanks to I Remerciements Agences Mannequins : Karin Models, Elite, Oui Management, New Madison, Wilhelmina Image New York, New Model Management, Elite Miami, Hi Model Management, Muse Model Management, The Mountain Mermaid Los Angeles, City Models Agency, Matphot Paris, Studio Moderne Paris, Quinn Lipton Creativ Director Los Angelès, Hotel Régina Biarritz, Heidi Assi RP Paris, Hotel Odyssey Paris, Claude Dalle For Roméo, Eden Rock Hôtel St Barths, Loews Hôtel Miami Beach, The Artery Los Angelès, Ville de New York , Bisazza Flagship New York, Suomi Park Fujiwara Jimmy Esebag for his Bel Air’s Home Graphic Designer I Graphiste, maquettiste Vernès Marie-Christine mc@prestigeinternational-paris.com Cover : Robbie Williams By Julian Broad PRESTIGE INTERNATIONAL MAGAZINE / ISSUE 19 / Winter 2015 site web : www.prestigeinternational-paris.com Régie Pub Editions : Covent Group - 1 Berkeley Street London W1J8DJ - 10 Place Vendôme 75001 Paris Tél+33 (0) 9 60 11 04 46 Bureaux correspondants à Monaco - Genève – Londres - Montréal - New York – Miami contact@prestigeinternational-paris.com


TABLE OF CONTENTS • WINTER ISSUE 46 NATHALIE RHEIMS

12 CONTRIBUTORS

50 BOB SINCLAR

16 ROBBIE WILLIAMS

53 DIANA BROUSSARD

23 MARLON BRANDO

62 HAPPY TOGETHER

36 AL PACINO

72 PRECIOUS STORY

39 MARCHAL PAR MARCHAL

82 STORY FROM BEL AIR

PEOPLE | FASHION | BEAUTY | LIFESTYLE | TRAVEL | CULTURE

156 BLAKE LIVELY 166/177 LIVRE & EXPO 172 CORINE BLUE-BOSSELET 174 THOMAS LEMUT 182 LARA FABIAN


91 bd Sébastopol – 75002 Paris – 01 40 26 99 32 – paris.sebastopol@cinna.fr 189 bd St Germain – 75007 Paris – 01 44 39 07 00 – cinna.germain@cinna.fr 75 bd de Courcelles – 75008 Paris – 01 46 22 46 15 – paris.courcelles@cinna.fr 87 av du Maine – 75014 Paris – 01 43 22 72 56 – cinna.maine@noos.fr

www.cinna.fr


SOMMAIRE 窶「 hiver 104 SOHO NIGHT 113 WALLACE CHAN 118 FOREST PALETTE 126 FASHIONABLE MOMMY 141 BEAUTY

PEOPLE | MODE | BEAUTE | STYLE DE VIE | VOYAGE | CULTURE

194 MARC NEWSON

248 CHAMPAGNES

198 DECO

268 BUCHES DE NOテ記

213 VOYAGE

264 RECETTES CUISINE

218 KRISTINE SCOTT THOMAS

274 ERIC GUERIN

240 TRAVEL CHIC

282 ASTON MARTIN


In the heart of fashion, in the heart of Paris Au cœur de la mode, au cœur de Paris


Photography is all about technology and skill serving emotion. La Plateform’s studios are the best exemplification of such a statement. Of course, they provide most efficient expertise and up-to-date equipment. But there is also this special feel, this parisian atmosphere : the studios are located in the quiet back of a courtyard in the typical quartier des Batignolles, famous example of the french art of living. Fashion, gastronomy, luxury, culture or celebs : among the professional photographers, La Plateform is an adress shared by connoisseurs, a glamorous nest to build ideal images. La photographie, c’est de la technique au service de l’émotion. Les studios La Plateform en sont la meilleure illustration. Bien sûr, l’excellence matérielle et le sérieux des compétences sont au rendez-vous. Mais il y a aussi ce supplément d’âme, cette ambiance parisienne : les studios sont situés au fond d’une cour dans le quartier typique des Batignolles, emblématique d’un certain art de vivre à la française. Mode, gastronomie, luxe, culture ou people : dans le monde des photographes professionnels, c’est une de ces adresses que les initiés s’échangent, un cocon glamour où se fabriquent des images idéales. La Plateform Studios 29, rue de Saussure 75017 Paris - France 00 33 (1) 47 63 74 33 http://www.laplateform.com/ 4 studios de 40 à 200 m2 4 studios from 40 to 200 sq.m


THE CONTRIBUTORS Melissa Laskin Melissa est styliste de stars dans l’industrie du show-business depuis 15 ans, et a travaillé avec des clients tels que Brad Pitt, Leonardo DiCaprio, Cate Blanchett, Kate Winslet, Hilary Swank, Annie Lennox, Keith Urban et les Black Eyed Peas. Melissa a habillé de nombreux clients à l’occasion des Oscars, des Grammy Awards, des American Music Awards et des Country Music Awards. Elle a travaillé sur de nombreuses publicités pour des produits haut de gamme, des campagnes publicitaires, des vidéoclips, ainsi que sur plus de 40 couvertures de magazines et éditoriaux. Melissa est titulaire d’un diplôme de stylisme et travaille dans l’industrie de la mode depuis plus de 20 ans. ​ Melissa’s career in the entertainment business as a celebrity stylist spans 15 years, working with many clients such as Brad Pitt, Leo Di Caprio, Cate Blanchette, Kate Winslet, Hilary Swank, Annie Lennox, Keith Urban, and the Black Eyed Peas. Melissa has dressed clients for the Oscars, The Grammies, The American Music Awards, and The Country Music Awards. Melissa has done numerous high end product commercials, advertising campaigns, music videos, as well as over 40 magazine covers and editorials. She has a degree in Fashion Design,

Laurence Laborie Imaginez un enfant jouant dans un parc et de repérer une caméra Instamatic sur un banc de parc. Curieusement le ramasser, le mettre à son œil et snap! Un photographe est né. Avec un diplôme universitaire en génie sous sa ceinture et une carrière de mannequin dans sa vue arrière, Laurence Laborie n’a jamais eu son attention au large de la photo. Aujourd’hui vous pouvez trouver sa vie à Paris avec son mari, Sam et ses trois enfants. (photo et texte credits par ronarepresents.com) Picture a child playing in a park and spotting an instamatic camera on a park bench. Curiously picking it up, putting it to her eye and snap! A photographer is born.With a university degree in engineering under her belt and a modeling career in her rear view, Laurence Laborie never took her focus off the photo. Today you can find her living in Paris with her husband, Sam and her three kids. (photo and text credits via ronarepresents.com)

12


PRESBYTE FOREVER LUNETTES DE LECTURE / READING GLASSES

WWW.SEE-CONCEPT.COM

LetmeSee

BY


ROBBIE WILLIAMS... “Let me ENTERTAIN You !”

Robbie Williams has been named as the new ambassador for the Swiss coffee brand “Café Royal”, and plays a quite singular secret agent in their commercials. What better occasion to meet one of the sexiest men in show business? Currently in the middle of his storming world tour, he met up with us in London to talk about coffee, cinema, and of course music… __ Choisi par la marque suisse “Café Royal” pour être son ambassadeur Robbie Williams incarne dans les spots un agent secret bien particulier... Belle occasion pour rencontrer un des hommes les plus sexy de la planète showbiz... En pleine tournée triomphale, rendez vous est pris à Londres... pour parler café, cinéma et bien entendu musique...

Pourquoi avoir accepté le rôle d’agent secret pour “Café Royal” ? Robbie Williams : Tout d’abord parce qu’ils m’ont offert une belle somme d’argent… -Merci à eux !(rires). Ce qui, vous vous en doutez, fut pour moi une excellente raison d’accepter, car c’est une chance pour ma famille. Par ailleurs, je suis un grand buveur de café, j’adore le café. C’est, avec le football, une des constantes dans ma vie. Et puis, je dois le reconnaitre, avoir la chance de travailler avec une maison comme « Café Royal » était une très belle opportunité, il aurait été idiot de passer à côté. Et enfin, parce que j’ai aimé le scénario qui m’a été proposé, à la fois bien ficelé et plein d’humour.

Why did you accept the secret agent role for “Café Royal”? Robbie Williams: First of all because they offered me a large amount of money! “Thanks, guys!” (laughs). You can probably understand the financial side was an excellent reason to accept the offer, both for me and my family. I’m also something of a coffee-addict, I just love it! Along with soccer it’s one of the constant passions in my life. And I have to admit that working with a brand like “Café Royal” was a huge opportunity. It would have been foolish to pass it up. I also really liked the screenplay I was offered. It’s well-crafted and full of humor! What is it like to be a brand’s “Royal” ambassador? R.W.: It’s a first for me! I had never been a brand ambassador before, and I can say that the whole experience so far has been smooth and great fun. I was lucky enough to visit Paris to launch my work with “Café Royal”. I wore a sharp suit, I got to sing the song I had written for the brand and I drank some great coffee. I was treated like a star, which was a real ego-boost! So far, so good!

Comment est-ce d’être le “royal” ambassadeur d’une marque ? R.W. : Ce fut une première pour moi. Je n’avais jamais été l’ambassadeur d’une marque avant cela. Et je peux vous dire que pour l’instant ce fut sans douleur et que je me suis beaucoup amusé. Pour lancer ma collaboration avec « Café Royal », j’ai eu la chance de venir à Paris, de porter un beau costume, de pouvoir chanter la chanson que j’avais écrite, j’ai bu du café, j’ai été traité comme une star… tout cela a gentiment flatté mon égo ! Ce n’est donc que du bonheur !

16


Surely you don’t have to be a “Royal” ambassador to be treated like a star? R.W. : You’re probably right, but it was a totally new life experience. Taking part in the project was fascinating, being both and actor and a spectator. And above all I never felt I was making a mistake, or that I would regret it later. That’s really comforting. Is James Bond one of your favorite characters? Did you dream of being 007 as a child? R.W. : Who doesn’t dream of being James Bond at least once? Especially for a British guy like me, it’s as natural as breathing! Wanting to be him and being able to draw inspiration from him is something everyone dreams about. So imagine how I felt when I had the chance to realize a small part of this dream! Who are your real or fictional heroes? R.W. : I have quite a few heroes… Chuck D from “Public Enemy”, Elvis, Freddy Mercury, Jay Z, Fred Astaire, Gene Kelly, Frank Sinatra, Dean Martin, Sammy Davis Jr., Tom Jones and Tina Turner. I could go on for a while! These are all people who have inspired me and enabled me to become who I am today.

Je ne pense pas qu’il vous faille être un « Royal ambassadeur » pour être traité comme une star… R.W. : Vous avez sans doute raison. Mais pour moi ce fut une nouvelle expérience de vie. J’ai trouvé cela fascinant de participé à ce projet, d’être à la fois acteur et spectateur. Et surtout, je n’ai pas le sentiment de m’être fourvoyer dans quelque chose que j’aurais pu regretter plus tard, et cela fait du bien. James Bond est-il un de vos personnages préféré et enfant rêviez-vous d’être ce personnage ? R.W. : Qui ne voudrait pas être James Bond au moins une fois dans sa vie ? Surtout pour un anglais comme moi, c’est presque aussi naturel que de respirer. Vouloir être lui, s’inspirer de lui, tout le monde en rêve, alors imaginez moi ayant la chance de toucher de prêt à ce rêve… Quel pourrait être votre héros réel ou de fiction ? R.W. : Des héros j’en ai beaucoup… Chuck D de « Public Enemy », Elvis, Freddy Mercury, Jay Z, Fred Astaire, Gene Kelly, Franck Sinatra, Dean Martin, Sammy Davis Jr, Tom Jones, Tina Turner… et je pourrais continuer encore et encore. Toutes ces personnes m’ont inspiré et m’ont permis de devenir qui je suis.


Let’s talk music. Can you tell us about your recent album “Under the Radar”? Why did you decide to only release it for download? R.W. : “Under the Radar” is a collection of songs I could have included on my previous studio albums, but too many things got in the way. We didn’t have enough time to perfect them, sometimes we hadn’t chosen the right songs at the start, or we had chosen the right ones but there were too many of them. I just really wanted to do something with these leftover tracks. I had put my mind, body and soul into them, and I didn’t want to leave them in a folder on my computer where only I could listen to them! I’m lucky enough to have a career that allows me to share these tracks with as many people as possible through my website. And I chose to only release them for download because it’s so much easier that way. I didn’t want to deal with complicated middle-men. Above all I wanted to share these tracks with my real fans, my diehard supporters. And as one good thing leads to another, of all my albums, this one has received the best press reviews in England, Australia, Asia, everywhere! I still can’t believe it!

Parlons musique à présent. Que pouvez vous nous dire de votre récent album “Under the Radar”... Pourquoi avoir choisi de ne le diffuser qu’en téléchargement ? R.W. : « Under the Radar » est une collection de chansons qui auraient pu figurer sur mes précédents albums qui étaient des albums « studio ». Malheureusement ce ne fut pas le cas, et ce pour diverses raisons : manque de temps pour les travailler un peu plus, peut être aussi parce que nous n’avions pas initialement choisi les bonnes chansons, ou parce que nous avions choisi les bonnes mais qu’il y en avait trop. Bref, toutes ces chansons sur les quelles j’ai travaillé avec passion, que j’aime, dans les quelles j’ai mis toutes mes tripes, j’avais envie d’en faire autre chose que de les laisser dans un dossier quelque part sur mon ordinateur et d’être le seul à pouvoir les écouter. Par chance, j’ai une carrière que me permet de pouvoir les partager avec le plus grand nombre par le biais de mon site web. Quant à la raison pour laquelle j’ai choisi de ne le diffuser qu’en téléchargement, c’est uniquement parce que c’est plus simple ainsi. Je ne voulais pas d’intermédiaire compliqué. Et surtout, j’avais envie de partager ces chansons avec mes vrais fans, les purs, les durs. Et comme un bonheur n’arrive jamais tout seul, c’est parmi mes albums, celui qui à ce jour a obtenu la meilleure revue de presse que ce soit en Angleterre, en Australie, en Asie… je n’en reviens toujours pas !

You haven’t performed in France for a long time. Do you have a good relationship with your French fans? R.W. : I honestly couldn’t tell you. If you believe what you read on Wikipedia, my albums have been successful in France. But when I’m on stage in Paris I never know if the venue is filled with French people or English people who have travelled to watch me. It’s kind of unnerving, especially for someone who doubts themselves as much as I do. I’m actually always surprised by my success, wherever I go.

Il y avait longtemps que vous ne vous étiez pas produit en France. Quel est votre rapport à vos fans français ? R.W. : Pour être honnête avec vous, je suis incapable de vous répondre à cette question. Si j’en crois Wikipédia, mes albums ont eu du succès en France, mais lorsque je suis sur scène à Paris, je ne sais jamais si la salle est remplie de français ou d’anglais qui auraient fait le déplacement. C’est assez déroutant, surtout pour quelqu’un comme moi qui doute beaucoup. D’ailleurs où que je sois je suis toujours surpris par le succès que je rencontre.

Frank Sinatra is one of your favourite artists. Have you ever considered following in his footsteps and becoming an actor while continuing your singing career? R.W. : I have to admit I’ve always been kind of lazy! I’ve actually had the chance to act before, but I find it really boring. You spend a lot of time waiting around, and repeating the same scenes over and over again. I also think there aren’t many good movies out there, at least not many I’d be proud to act in. So to answer your question, I don’t think I’m made to be an actor, even though I’ve been offered roles before. Some of them were big as well! But I’m not close-minded. Things can change and I might reconsider! Everything in life is about meeting people and seizing opportunities.

18


Franck Sinatra est un de vos artistes préférés, avez vous déjà pensé comme lui devenir un acteur tout en restant chanteur bien sur ? R.W. : Je dois avouer que je suis assez fainéant et que je l’ai toujours été. Par ailleurs, j’ai eu l’opportunité de me retrouver sur un tournage, et j’ai trouvé cela vraiment très ennuyeux. On passe beaucoup de temps à attendre, ou a faire et refaire des scènes. Et puis, je pense qu’il y a peu de bons films, en tout cas peu pour lesquels en sortant d’une projection je pourrais me dire que j’aurais aimé faire parti de la distribution. Donc pour répondre à votre question, je ne dois pas être né pour « faire l’acteur » même si l’on m’a souvent proposé des rôles dont certains étaient mêmes importants. Cependant, je ne suis fermé à rien, les choses peuvent évoluer et je peux changer d’avis ! Tout dans la vie est une questions de rencontres et d’opportunités.

Frank Sinatra is one of your favourite artists. Have you ever considered following in his footsteps and becoming an actor while continuing your singing career? R.W. : I have to admit I’ve always been kind of lazy! I’ve actually had the chance to act before, but I find it really boring. You spend a lot of time waiting around, and repeating the same scenes over and over again. I also think there aren’t many good movies out there, at least not many I’d be proud to act in. So to answer your question, I don’t think I’m made to be an actor, even though I’ve been offered roles before. Some of them were big as well! But I’m not close-minded. Things can change and I might reconsider! Everything in life is about meeting people and seizing opportunities. Who would you say are the five biggest popstars of all time? R.W. : Michael Jackson, Elvis, Frank Sinatra, Freddy Mercury and Madonna, without a second thought.

Selon vous quelles sont les 5 plus grandes pop stars de tous les temps ? R.W. : Sans hésiter, je dirais : Michael Jackson. Elvis, Franck Sinatra, Freddy Mercury et Madonna.

While there isn’t a secret recipe for writing a hit single, do you think the perfect song exists? R.W. : That’s an interesting question. I’d say that “Bohemian Rhapsody” is really close! I’m sure I could think of others if I really tried, at least to the extent that perfection exists! But it’s so subjective. Something I think is close to perfection might be completely different to what others see as perfect!

Bien qu’il n’y ait pas de recette pour écrire un hit, pensez vous que la chanson parfaite existe ? R.W. : C’est une question interessante… Je dirais que « Bohemian Rhapsody » s’en approche furieusement… même si il y en a sans doute d’autres en y réfléchissant bien et bien sur, tant et si bien que la perfection existe ! Mais tout cela est tellement subjectif, car bien entendu ce qui s’approche de la perfection pour moi peut être loin de ce que d’autres imaginent être parfait !

19


As the highest-selling artist in the UK, how do you feel about your success? R.W. : I find it too overwhelming to understand. I don’t believe it, even when the numbers tell me it’s true! And I still think it’s a random mistake. But it’s just so unbelievable cool. I’m really happy to be number one and not number five, even though being the 50th highest-selling artist in the UK would have been a big achievement! But I am number one, and I have to accept it. It’s terrifying, it’s incredible, it’s monumental, and maybe I should stop questioning it. I should just say “this is me”, and take things as they come.

Vous êtes l’artiste ayant vendu le plus d’albums au Royaume Uni. Que vous inspire ce succès ? R.W. : C’est trop énorme pour que je puisse le comprendre et y croire malgré les statistiques qui le confirment. Et quand bien même j’y croirai cela ressemblerait à une anomalie. Mais c’est super méga cool et au fond je suis content d’être le 1er et non le 5e, même si être le 50e artiste au classement des ventes d’albums au Royaume Unis aurait déjà été bien… mais je suis le 1er et il faut que je l’assume. C’est effrayant, c’est énorme, monumentale et peut être devrais-je me poser moins de question , me dire « c’est tel que je suis » et juste prendre les choses comme elles viennent…

You are celebrating the 20th anniversary of your solo career this year. What have been the most significant moments for you over the years? R.W. : “Angles”, my first big hit. The experience of going from small rooms to big venues, then from big venues to stadiums was another exciting time. And my tribute to Frank Sinatra at the Royal Albert Hall in London was probably the height of my career. It was so different to anything I’d done before.

Vous fêtez cette année vos 20 ans de carrière solo. Quels ont été pour vous les moments les plus forts au cours de ces années ? R.W. : « Angels », mon premier gros succès. Ensuite, le fait d’être passé de petites salles à des Zénith, puis de Zénith à des stades. Il y a aussi eu « le Tribute » à Franck Sinatra au Royal Albert Hall qui fut probablement le summum de ma carrière. Ce fut tellement différent.

After all these years, who is the real Robbie behind Mr. Williams? R.W. : I really think I’m the same, super sensitive, vulnerable, narcissistic, sincere, friendly, warm person I’ve always been, whether on stage or in life in general.

Qui est Robbie derrière Mr Williams après toutes ces années ? R.W. : Je pense que je suis sans aucun doute le même être ultra sensible, vulnérable, narcissique, entier, sympathique, chaleureux que j’ai toujours été que ce soit sur scène ou dans la vie.

Which question do you hate being asked? R.W. : Do you still have hemorrhoids? (Laughs)

Quelle est la question que vous ne supportez pas que l’on vous pose ? R.W. : Avez-vous toujours des hémorroïdes ! (Rires)

And which question do you wish a journalist would ask you, but never does? R.W. : How are your hemorrhoids?!

Et celle que vous reverie qu’un journaliste vous pose, mais qui n’arrive jamais ? R.W. : Comment vont vos hémorroïdes ?

Par Carla Scholtès

20


Marlon Brando Dernières confidences

Dans un documentaire exceptionnel, « Listen to me Marlon »*, la star de légende se raconte lui-même, onze ans après sa mort, grâce à des centaines d’heures d’enregistrements personnels retrouvés. Subjectif, mais passionnant !

du cinéma s’est enregistrée sur cassettes pendant des centaines d’heures, souvent lors de séances d’auto hypnose qu’il jugeait plus efficace que n’importe quel rendez-vous chez un psy. Alors, sous les images réunies par Stevan Riley, Brando se livre. De sa naissance en avril 1924 dans une famille modeste du Nebraska jusqu’à sa retraite dans l’île qu’il s’est offerte, à Tahiti. De ses débuts théâtraux jusqu’aux derniers films qu’il juge sans retenue, tant pis si ça blesse…

De Marlon Brando on connaissait les nombreux chefs d’œuvre et même les navets, l’immense beauté puis l’obésité morbide, le goût de plaire et celui de déplaire. De la star de légende on savait les caprices, les colères terribles, les engagements politiques, la longue liste de ses maitresses et même celle de ses amants, sa vie de famille mouvementée qui s’acheva en chaos. Une vie faite de gloire, la vieillesse en naufrage. De lui on pensait vraiment tout savoir… Jusqu’à « Listen to me Marlon », un documentaire signé du Britannique Stevan Riley, disponible en DVD. Une pure merveille découverte au Festival de Sundance et récompensé du prix du « Meilleur Film » au Traverse City Film Festival créé par Michael Moore.

Sa mère est actrice, alcoolique, très bohème. Marlon l’adore et se fait une raison quand, devenu grand, il doit la faire sortir de prison. Ou quand il l’extirpe des bouges dans lesquels elle s’est effondrée, bien trop ivre pour en repartir seule et debout… En réaction tout de même, il se jurera (sans s’y tenir bien longtemps!) de ne jamais fumer, de ne jamais boire. Autoritaire, infidèle, son père la bat. Marlon le déteste, le menace quand il surprend sa violence. Ce n’est que bien plus tard, à l’heure des premiers bilans, que le fils – s’apercevant qu’on ne peut décidément pas faire grand chose contre l’hérédité – pardonnera enfin à ce père dont il a pris, dit-il, bien des défauts.

En un peu plus d’une heure trente « Listen to Me Marlon » renouvelle le genre du Biopic et laisse à voir Brando sous un angle inédit. Construit autour des archives personnelles de celui que l’American Film Institue a classé « 4eme acteur de légende » (derrière Humphrey Bogart, Cary Grant et James Stewart), « Listen to me Marlon » laisse l’entière parole à son sujet. C’est sa seule voix que l’on entend, son unique éclairage que l’on suit. l’on entend, son unique éclairage que l’on suit. La légende

23


A cette époque, Marlon Brando multiplie les petits boulots, devient acteur par accident lorsqu’il s’inscrit dans une université dont il s’apercevra qu’elle est en réalité le refuge de juifs en fuite, tous venus de l’Europe en guerre. L’une de ses professeurs, Stella Adler, le remarque et comprend aussitôt le potentiel du gamin timide qu’il paraît être. Elle lui apprend à se découvrir, à se mettre en avant. Pendant ce temps Marlon raconte dormir dehors, ses chaussettes trouées sur les bancs new yorkais. « J’observais les gens, j’allais fouiller dans leur regard, leurs gestes, ce qui ne se voyait pas, ce qui se devinait à peine. ». Le travail de l’acteur est en marche… Rapidement il s’installe chez Stella, sa prof de théâtre qui l’aide jour après jour à grandir. Et à se faire un nom.

En cette fin des années 60, délaissé par les studios après plusieurs échecs successifs, un brin amer ou bien aigri, Brando préfère prendre de la distance face à ce milieu qui ne lui convient plus vraiment. Il s’engage auprès de Martin Luther King dans la bataille des droits civiques, s’implique sans compter, est menacé de mort par les intolérants. « Je ne défends pas que les Noirs. Je défends la race humaine », leur répond-il. Brando, pour s’apaiser, trouve refuge sur l’ile de Tetiaroa qu’il a acheté après le tournage des « Révoltés du Bounty ». « Je ne me suis jamais senti propriétaire. J’ai voulu payer pour avoir le privilège de la visiter », dit-il dans un élan d’amour qu’on peut trouver « too much »… Après ces vibratos pleins de miel pour son île et l’archipel de Tahiti, Brando revient vite à la raison et, dans le documentaire de Riley, détaille sa filmographie sans beaucoup de considération pour ceux qui l’ont aidé à la construire. Sans considération mais avec une certaine lucidité. Ainsi, du film « Candy » du français Christian Marquand, (un navet, il est vrai »), il dit : « Comment peut-on s’infliger ça ? Je n’avais donc plus aucune fierté. J’ai perdu mon public ! »

Rapidement, il devient acteur. De théâtre. Puis de cinéma. En 1951, il n’a pas beaucoup d’expérience quand Elia Kazan lui offre, d’abord sur les planches puis sur grand écran, le rôle de Stanley Kowalski dans « Un tramway nommé désir ». Un triomphe absolu qui le propulse au rang d’icône, de star internationale. Et de sex-symbol. Alors les propositions pleuvent, les rôles s’enchaînent. « Viva Zapata ! », « L’Equipée sauvage », « Jules César », « Sur les quais », « L’Homme à la peau de serpent », « La vengeance aux deux visages » (qu’il réalise lui-même), puis « Les Révoltés du Bounty », « La Poursuite impitoyable », « Reflets dans un œil d’or »… Une filmographie prodigieuse, en dépit de quelques choix hasardeux, de films ratés.

De fait, Brando est alors au creux de la vague. Il faudra attendre que Francis Ford Copolla lui propose (contre l’avis de ses producteurs ») le rôle que l’on sait dans « Le Parrain » (en 1972) pour que l’acteur retrouve son aura. Mais, pour cela, et pour la première fois de sa carrière il lui faut passer un casting. « C’est humiliant. Je n’étais pas sûr d’être pris ! (…) La pire crainte d’un acteur c’est la peur. La peur d’être jugé. » Récompensé d’un Oscar (qu’il refusera en raison du traitement réservé aux Amérindiens dans l’industrie du cinéma), Brando reprendra de plus belle sa carrière, à sa façon. Il refuse de jouer dans « Le Parrain 2 », demande un cachet astronomique pour participer à « Superman » sans même se donner la peine d’apprendre son texte qu’il lira sur des post its collés sur le front de ses partenaires. Puis il en tourne la suite avant de refuser qu’on intègre les scènes au film.

Peu importe, Brando est d’ores et déjà considéré comme l’un des plus grands acteurs du siècle, le modèle de bien des comédiens de sa génération (de James Dean à Steve McQueen en passant par Paul Newman ou Robert Redford). Tous le respectent, et les réalisateurs se l’arrachent. Pourtant Brando ne les aime pas beaucoup, ces réalisateurs. Dans « Listen to me Marlon », il confie sa méfiance et justifie son insoumission : « Ils ne savent pas comment faire passer des émotions et se contentent d’être autoritaires, de donner des ordres. » Un peu plus tard, ce sont tous ceux qui gravitent autour des acteurs qui en prennent pour leur compte : « Agents, avocats, publicitaires… C’est des conneries ! Ils ne pensent qu’à l’argent ».

24


Il ne se retient plus dans ses caprices, ni dans ses colères démesurées. Heureusement, « Apocalypse Now » vient lui offrir son dernier grand rôle, quand bien même quelques films sans trop d’envergure suivront. Marlon Brando a beaucoup grossi, obligeant Coppola à le filmer en contre-plongée tout au long de ce qui deviendra tout de même l’un des plus grands chefs d’œuvre de l’histoire du cinéma. Alors, le réalisateur le raconte lors de la promotion du film ; Brando ne lui pardonne pas : « J’ai accepté de tourner dans son film, je lui ai tout donné. Pour qui se prend-il, celui-là ? ». La suite est réservée aux colonnes des faits divers. Brando va bientôt devoir se confronter aux problèmes judiciaires de l’un de ses fils, Christian, condamné à dix ans de prison pour avoir tué le petit ami de sa demi-sœur Cheyenne, alors enceinte de 7 mois. Puis, Cheyenne se suicide à tout juste 25 ans. L’acteur ne s’en remettra jamais. Il finira sa vie entre son atoll tahitien et sa grande maison de Beverly Hills dont il ne sortira plus, passant son temps allongé devant la télévision. Mais de ces dernières années il n’en est pas question dans « Listen to me Marlon ». Comme il n’est pas question des côtés sombres de l’homme, des imbroglios familiaux, des haines tenaces, des bassesses de celui qu’on savait ingérable. Ni de la longue liste de ses conquêtes. En choisissant la subjectivité du seul regard (forcément complaisant) de Brando, le réalisateur dut aussi renoncer à l’exhaustivité. Pour autant, c’est un pur chef d’œuvre qu’il nous donne à voir. Captivant. Bouleversant. Sur l’une des stars les plus légendaires qui soit, mais aussi les plus mystérieuses et contradictoires qu’il nous ait été donné de connaître. Une star qui marque encore de son empreinte toutes les générations d’acteurs qui ont suivi. « Listen to me Marlon » de Stevan Riley est disponible chez Universal Pictures Video.

Par Laurent Fialaix

26


Marlon Brando Famous last words

In the exceptional documentary “Listen to me Marlon”* the legendary star himself talks about his life. Eleven years after his death, this project was made possible by the discovery of hundreds of hours of personal recordings. Subjective, but fascinating!

Marlon Brando is remembered for both a range of masterpieces and failures, incredible beauty and morbid obesity, love and hate. We all know the legendary actor’s history of tantrums, terrible rages, political causes, endless mistresses and lovers, and his troubled family life that ended in tragedy. A glorious life concluded by his devastated final years. We thought we knew everything about him, but that was before “Listen to me Marlon”, a documentary created by British director Stevan Riley and now available on DVD. This gem was discovered at the Sundance Film Festival, and won the award for “Best Film” at Michael Moore’s Traverse City Film Festival.

sis sessions that he saw as more effective than consulting an actual therapist. Through the images edited by Riley, Brando confesses all. From his birth in 1924 into a modest family in Nebraska until his retirement on an island he purchased off the coast of Tahiti. From his stage débuts to his final films, which he judges without mincing his words… His mother was an actress, an alcoholic, and a true bohemian. Brando loved her, and as he grew up learned to come to terms with her. He once had to get her out of prison, and often dragged her out of dive bars when she was too drunk to stand. His mother’s lifestyle affected him, and he swore never to drink or smoke. His father was domineering, unfaithful, and beat Brando’s mother. Brando hated him, and threatened him when he discovered his father’s violent side. It was only later during his first sessions that Brando realised he had inevitably inherited many of his father’s defaults, and forgave him for them.

Lasting just over 90 minutes, “Listen to me Marlon” has reinvented the biopic genre by presenting Brando in a brand new light. Crafted using the personal archives from the man ranked fourth on the list of “100 Greatest Screen Legends” by the American Film Institute (beaten only by Humphrey Bogart, Cary Grant and James Stewart), “Listen to me Marlon” gives its subject the floor, and Brando’s is the only voice we hear throughout. The film star recorded himself for more than one hundred hours, often during self-hypno-

31


As a young man Brando worked a range of jobs, and only stumbled upon acting when he signed up for university, which he discovered was something of a refuge for Jewish people fleeing from the war in Europe. One of his professors, Stella Adler, noticed him and immediately saw that the then-shy Brando had potential. She taught him to understand himself and how to stand out. During this period of his life, Brando tells of how he would sleep on park benches in New York, with his socks filled with holes. “I used to watch people, I studied the way they looked around, how they moved, things you couldn’t normally see, or only just.” And so the actor was born. He soon moved in with his drama teacher Stella, who helped him grow from day to day and finally make a name for himself.

The late 1960s saw Brando abandoned by the studios after a series of failures. Bitter, he decided to move away from a profession he no longer liked, and began working alongside Martin Luther King in the fight for civil rights. He threw himself into the cause, and received a number of death threats. “I’m not just defending black people, I’m defending the entire human race”, he said. Needing to get away from it all, Brando then moved to the island of Tetiaroa near Tahiti, which he had bought after filming “Mutiny on the Bounty”. “I never felt like I owned it, I just wanted to pay for the right to visit it”, he said in a perhaps exaggerated bout of emotion. After these teary declarations for his island and the Tahiti archipelago, Brando quickly sees sense, and in Riley’s documentary he runs through his filmography with little consideration for those who helped him build it. Although he does speak with a certain lucidity. When talking about French director Christian Marquand’s film “Candy” (a true flop), he says: “How could I have done that to myself? I lost all my pride. I lost my audience!”

Brando quickly became a stage actor, before moving swiftly on to cinema. Despite his relative lack of experience, Elia Kazan offered him both the stage and screen roles of Stanley Kowalski in “A Streetcar Named Desire”. This unprecedented triumph saw Brando shoot to international fame, as well as immediately making him a sex symbol. From then on the offers came flooding in. “Viva Zapata!”, “The Wild One”, “Julius Cesar”, “On the Waterfront”, “The Fugitive Kind”, the self-directed “Return to Eden”, “Mutiny on the Bounty”, “The Chase” and “Reflections in a Golden Eye” all make up a prestigious filmography, despite the occasional poor choices and flops.

His career certainly took a turn for the worse, and it wasn’t until Francis Ford Copolla offered him the nowiconic role in “The Godfather” (against the advice of his producers) that Brando began to rebuild his reputation. But in order to win the part, he had to take part in his first ever casting session. “It was so humiliating. I didn’t know if I’d get it or not! An actor’s worst fear is fear itself. The fear of being judged.” He won an Oscar for his performance (although he refused it in a stand against how Native Americans were treated in the film industry), and his career picked up again, all be it à la Marlon Brando. He refused the role for “The Godfather II”, and demanded an astronomical price to appear in “Superman” but didn’t bother to learn his lines, preferring to read them from post-it notes stuck to his co-stars’ foreheads. He finished filming and then refused to allow his scenes to be used in the final cut.

Unruffled by any of his failures, Brando was soon considered to be one of the century’s greatest actors and a model for other actors in his generation, from James Dean and Steve McQueen to Paul Newman and Robert Redford. Everyone respected him, and directors couldn’t book him up fast enough. Yet Brando didn’t particularly like directors, and in “Listen to me Marlon” he explains his dislike for them: “They don’t know how to express emotion. They just know how to be domineering and shout orders.” Further along in the documentary he turns his scorn to all those who were linked to actors: “Agents, lawyers, publicists, it’s all bullshit. All they think of is money.”

32


His whims knew no bounds, and neither did his uncontrollable rages. Fortunately Copolla came back to offer him a final prestigious role in “Apocalypse Now”, although he also starred in several minor flops afterwards. By this point Brando had put on a significant amount of weight. Copolla was forced to film him using low-angle shots throughout the film, which nevertheless became one of the greatest masterpieces in cinematic history. Copolla shared this anecdote during the film’s promotion, and Brando took it rather badly: “I accepted the role in his film, I gave him everything. Who the hell does he think he is?” The rest of his life resembles a tabloid story. Brando soon found himself involved in the legal battles of his son Christian, who was sentenced to ten years in prison for the manslaughter of his half-sister Cheyenne’s boyfriend. She was seven-months pregnant at the time, and after her boyfriend’s death she killed herself at just 25. Brando never came to terms with it. He lived out his days between his Tahitian island and his Beverly Hills mansion. He rarely went outside, and preferred to spend all his time lying on the sofa in front of the television. But these dark times are not mentioned in “Listen to me Marlon”. Nor are his demons, his complex family issues, his hatred, his low-points, his rages or his countless conquests. By choosing the sole subjectivity of Brando’s (obviously flattering) self-perspective, Riley was forced to sacrifice any form of exhaustiveness. Nevertheless, this documentary is a captivating, overwhelming masterpiece. A record of one of the most legendary stars we have ever known, and one of the most mysterious and contradictory men in the history of cinema. A man whose influence can be felt in every generation of actors since. “Listen to me Marlon” by Stevan Riley is available from Universal Pictures Video.

By Laurent Fialaix

35


Al Pacino’s

outstanding stage performance This season’s must-see theatrical event is currently taking place on Broadway, as the immense Al Pacino makes his triumphant return to the stage… __ L’événement théâtral de la saison se déroule à Broadway. L’immense Al Pacino y fait actuellement son grand retour sur les planches…

A

l Pacino will forever be remembered as Michael Corleone from “The Godfather and the unforgettable Tony Montana from “Scarface”. He will also go down in cinema history for playing the incorruptible cop in “Serpico”, a man submersed in the gay S&M scene in New York in “Cruising”, an inexperienced bank robber in “Dog Day Afternoon”, and his roles in “Heat”, “The Devil’s Advocate”, “Donnie Brasco” and “Scent of a Woman”, which won him his only Oscar to date in 1992. Needless to say, Al Pacino has a staggering filmography, which has secured his status as a living legend and an actor of mythologi-

cal proportions. And his less-successful films have hardly tarnished his reputation, despite racking up several spectacular failures over the last few years. Regardless of his poor choices, we can forgive Al Pacino anything! At 75 years old, the actor could easily restore his recent filmography to its former glory, and is in fact in the next Scorsese film alongside Robert De Niro and Joe Pesci. “The Irishman” will be filmed in 2016, and is already set to be a storming Pacino classic.

36


Venice” in 2010. Despite this glittering CV, it is actually Al Pacino’s complicity with the great playwright David Mamet which truly changed his career. Together they have launched no less than five projects, including the 2012 play “Glengarry Glen Ross”, and “China Doll” at the Gérald Schoenfeld Theater which started a few weeks ago. The latter sees Al Pacino playing a multi-millionaire on the brink of retirement, who has just given his young fiancée an airplane. At the end of his last day at work, just as he is about to leave the office, he receives a phone call that will change his life. Any guesses as to what happens? The audience are on their feet every night, and it seems Al Pacino’s legend is set to continue for a while yet.

But in the meantime? After three years away the star has just climbed back onto the stage on Broadway! First and foremost a thespian, he has previously said he could never stay away from theatre acting for too long. And his passion hasn’t wavered since his first audition at the Actors Studio in the mid-1960s. He was refused for his first roles, but didn’t give up. He joined Herbert Berghof’s acting classes where he met his friend Charles Laughton, before studying under Lee Strasberg in 1966. Al Pacino then enjoyed his first theatrical success alongside Robert de Niro two years later. From that moment onwards, the roles came flowing in. He played Shakespeare’s “Richard III” in 1977 and “Julius Cesar” in 1988. He then acted in Oscar Wilde’s “Salome” in 1992 before returning to Shakespeare in “The Merchant of

By Laurent Fialaix

« China Doll », Gérald Schoenfeld Theater, 236 West 45th Street, New York NY 10036. Jusqu’au 31 janvier 2016.

Al Pacino triomphe sur les planches

I

Depuis sa première audition à l’Actors Studio au milieu des années 60, la passion reste intacte. D’abord recalé il insiste, entre au cours Herbert Berghof où il rencontre son ami Charles Laughton, puis intègre enfin les cours de Lee Strasberg en 1966. C’est là, deux ans plus tard, qu’aux côtés du copain De Niro il connaît ses premiers succès théâtraux. Les rôles s’enchaînent. En 1977 il joue « Richard III », et en 1988 « Jules César », deux pièces de Shakespeare. En 1992, il participe au « Salomé » d’Oscar Wilde, et rejoue Shakespeare dans « Le Marchand de Venise » en 2010. Pour autant c’est sa complicité avec le grand dramaturge américain David Mamet qui marquera Al Pacino à jamais. Ensemble, ils ont bâti pas moins de cinq projets, dont « Glengarry Glen Ross » en 2012. Et, depuis quelques semaines, « China Doll » sur la scène du Gérald Schoenfeld Theater. Al Pacino y incarne un multimillionnaire à l’aube de la retraite, qui vient d’offrir un avion à sa jeune fiancée. Lors de son dernier jour de travail, alors qu’il s’apprête à quitter définitivement son bureau, un appel va bouleverser sa vie. Devinez quoi ? Le public lui réserve chaque soir un triomphe. Pas de doute, la légende Pacino n’est pas prête de s’éteindre…

l demeurera pour l’éternité le Michael Corleone du « Parrain » et l’inoubliable Tony Montana de « Scarface ». L’histoire du cinéma se souviendra de lui aussi pour avoir été le flic incorruptible de « Serpico », celui qui plonge dans les milieux gays S.M. new-yorkais dans « La Chasse » ou le braqueur dilettante d’«Un après-midi de chien ». Sans oublier ses rôles dans « Heat », « L’Associé du diable », « Donnie Brasco ». Et dans « Le Temps d’un weekend » qui lui offrit en 1992 son unique Oscar. La filmographie d’Al Pacino laisse rêveur. Une légende vivante. Le mythe absolu. Un statut jamais altéré en dépit des films ratés, des échecs spectaculaires qui ces dernières années se sont un peu succédés. Peu importe les mauvais choix, on pardonne tout à Al Pacino ! D’autant qu’à 75 ans, l’acteur pourrait bien retrouver les sommets et renouer avec le succès. Il sera à l’affiche du prochain Scorcese aux côtés de Robert de Niro et de Joe Pesci. « The Irishman » se tournera dans le courant de 2016 et s’annonce déjà dans la veine des grands Pacino. D’ici là ? Après trois ans d’absence, la star vient de retrouver les planches à Broadway. Homme de théâtre avant tout, il confie ne jamais pouvoir se passer longtemps des vibrations de la scène.

Par Laurent Fialaix

“China Doll”, Gérald Schoenfeld Theater, 236 West 45th Street, New York NY 10036. Until 31 January 2016.

37


MARCHAL PAR MARCHAL

Portait intime Aussi complice à la ville qu’à l’écran.

Vous avez abordé tous les sujets sans tabous... était-ce le deal ? C.M.: Pas vraiment un deal, la question ne s’est pas posée, c’était naturel. Tout était une question de confiance, parler de tout en sachant que rien ne serait utilisé, détourné à charge ou à décharge, que le regard serait juste, ni complaisant, ni cruel. O.M.: Je me suis laissé porter. Comme un acteur qui se met au service de son réalisateur. Je savais dans quoi je me lançais. Je savais aussi qu’il n’y aurait pas de « haute trahison » dans le résultat. Même si elle est allé chercher des choses très personnelles…

Catherine, vous venez de réaliser un documentaire : « Marchal par Marchal », et ce n’est autre qu’un portrait de votre mari, Olivier. Qu’est ce qui vous a donné envie d’accepter la réalisation ce documentaire ? Catherine Marchal : Certainement le défi. Je n’avais jamais pensé réaliser quoique ce soit un jour. L’idée est venue d’un producteur Guillaume Galliot et je me suis dit qu’il était certainement un peu fou mais que je n’aurai peut-être pas d’autres occasions de répondre à une telle demande alors j’ai accepté. Je pense qu’au départ je l’ai fait pour moi, pour savoir de quoi j’étais capable.

Qu’auriez vous aimé mettre d’autre dans ce doc ? C.M.: Je pense avoir abordé tous les sujets qui me tenaient à coeur. J’aurai peut-être aimé davantage insister sur le côté joyeux, fanfaron et tendre d’Olivier et comment il utilise ces humeurs dans certains des personnages qu’il interprète. Il y a des fous rires mémorables, des personnages hyper-touchants qu’il a joué au théâtre. J’ai manqué d’archives et aussi de temps, 52 minutes c’était trop court. J’ai du également sacrifier certains intervenants qui font partie de sa famille de cinéma, ses techniciens. Il faudrait un épisode II.

Et vous Olivier quelle a été votre réaction concernant ce projet ? Olivier Marchal : J’ai d’abord été très touché qu’une chaîne comme 13ème Rue me consacre un mois entier. Même s’ils ont toujours été fidèles et ont toujours soutenu mes projets depuis mon premier court métrage jusqu’à mon dernier long métrage. Ensuite, très heureux pour Catherine qu’elle se retrouve à la tête de ce documentaire. Curieux de voir le résultat. En tout cas très confiant dans ce qu’elle allait faire et dans la qualité de son travail. C’est une énorme bosseuse et une perfectionniste. Et c’est vrai qu’elle était la seule à pouvoir livrer quelque chose de nouveau, d’inattendu…

39


On connait vos univers souvent très noirs dans vos films Olivier, mais une fois les lumières éteintes qui êtes-vous vraiment ? O.M.: Je suis ce que le documentaire montre. Un homme en morceaux qui aurait rêvé de rester un petit garçon. Avec sa timidité, sa connerie, ses éclats, ses paroles parfois maladroites, son côté gamin, irresponsable, chien fou, rêveur et qui ne sera jamais heureux de ce qui lui arrive. Je ne suis ni bon ni mauvais. Juste quelqu’un qui cherche la perfection. Et qui sait qu’il ne l’atteindra jamais… C.M. : C’est ce que le film montre. C’est un portrait intime. Avec pudeur mais sans concession, j’ai voulu expliquer la raison de cette noirceur mais aussi montrer ce que l’on connait moins de lui, sa timidité, ses complexes, et une part de sa personnalité très joyeuse.

Catherine est la seule comédienne que l’on retrouve régulièrement dans vos films, pourquoi ? O.M.: Parce que je la connais par cœur. Que c’est une excellente comédienne. Qu’elle m’a donné et apporté énormément de choses. Et qu’il est normal que je lui apporte la seule chose dans laquelle je me sens le mieux. Partager ce rêve de cinéma ensemble. Avec les gens que j’aime… Vos projets à l’un et à l’autre ? C.M.: je travaille actuellement sur une série de minidoc “Brèves de flics” sur des anecdotes émouvantes drôles ou cocasses vécues au quotidien par les flics. La mise en scène d’une nouvelle comédie au théâtre pour l’année prochaine mais surtout je suis très fière de faire partie de la distribution de Section Zéro une nouvelle série d’anticipation écrite et réalisée par Olivier pour canal+ dont la diffusion est prévue pour avril 2016. O.M.: J’attends la diffusion de Section Zéro. Et j’écris deux longs métrages. CARBONE et BRONX. Encore deux polars. Pour le cinéma. J’ai aussi un projet théâtre en tant qu’acteur avec Nicolas Duvauchelle au théâtre du Rond Point début 2017. Une pièce mise en scène par Benoît Lavigne. « Visite d’un père à son fils » écrite par un immense auteur Jean-Louis Bourdon…

Il est vrai Olivier que vous êtes drôle et enjoué dans la vie, mais aussi pudique. Auriez-vous accepté de faire ce portrait de vous si ce n’avait pas été avec Catherine ? O.M. : Certainement. Mais ça aurait été autre chose… Cette expérience pourrait elle, Catherine, vous donner envie de passer à la réalisation d’un court ou long métrage dans un futur proche ? C.M. : Une fiction franchement, je ne m’y vois pas du tout. Par contre pendant le montage j’ai eu effectivement pleins d’idées d’autres documentaires. Mais j’étais dans une énergie un peu euphorique. Faire un film et encore plus un documentaire demande un investissement énorme en temps et en énergie. Il faut beaucoup de persévérance et de détermination, je ne suis pas certaine de m’y remettre toute suite. Mais vous savez entre ce qu’on dit et ce qu’on fait...

Pour ceux qui auraient raté la diffusion de ce documentaire sur 13e rue, pourra t-on le voir en replay ou en DVD ? C.M.: Malheureusement je ne sais pas encore, il y aura des rediffusions sur la chaine bien sûr pour ceux qui sont abonnés à Canal SAT. Pour le reste j’imagine que ça va dépendre du succès et des demandes.

Par Carla De Wendel

Pour une fois les rôles ont été inversés, cette fois c’était Catherine le “Boss” sur le tournage, s’il n’y avait qu’une chose à retenir de cette expérience, quelle serait-elle ? O.M.: Elle a fait un super boulot. Avec une immense bienveillance. Le plus beau des compliments que je puisse faire, c’est que ça ne ressemble pas à un premier documentaire…

40


MARCHAL BY MARCHAL

An intimate interview Thick as thieves, in town and on-screen

Catherine, you have just finished filming a documentary called “Marchal by Marchal”, and it’s actually a portrait piece about your husband Olivier. What made you want to do this documentary? Catherine Marchal : the challenge was a big part of it. I had never thought about creating something like this. The idea was put forward by a producer called Guillaume Galliot. I thought it was a bit crazy, but I also thought I may never have the chance to work on a project like this, so I accepted. I think I first accepted for myself, to see what I was capable of achieving.

knowledge that nothing would be used or twisted, that the perspective would be balanced without complacency or cruelty. O.M.: I just went with it. Just like an actor who follows the director’s lead. I knew what I was getting myself into! I also know there would be no “betrayal” in the final cut, even though she did ask me about very personal matters. What else would you have liked to include in the documentary? C.M.: I think I addressed every subject I cared about. I would have liked to put more emphasis on Olivier’s joyful, swaggering, tender side, and how he uses these aspects of his personality in some of the roles he plays. He has given us both unforgettable bouts of hysterical laughter and truly moving characters in plays, but I didn’t have enough archived material nor enough time – 52 minutes wasn’t enough! I also had to cut several interviews with his friends from the cinema and his technicians. I need to make a “Part II”!

Olivier, what was your reaction to this project? Olivier Marchal : At first I was incredibly moved that a channel such as 13ème Rue wanted to dedicate a whole month just to me, even though they have always been loyal fans and have always supported my projects since from my first short film to my latest full-length film. I was also very happy that Catherine was heading up the documentary, and I couldn’t wait to see the result! I had complete faith in Catherine and the quality of her work. She works unbelievably hard and is a complete perfectionist. And it has to be said she’s the only one to have delivered something new and unexpected. You adopted a “no taboos” approach. Was that the deal? C.M.: There was no deal, really. We didn’t even have a talk, it was just natural. Everything came down to trust, being able to speak about everything in the

41


For once the roles have been reversed, and this time Catherine was the “boss” on set. What is the main thing you have taken away from this experience? C.M.: She did an amazing job. And she was kind and gentle throughout. The greatest compliment I could give her would be to say it doesn’t look anything like a first documentary film.Catherine is the only actress who regularly appears in your films. Why is that? O.M.: Because I know her by heart. Because she is an excellent actress and she has given me so much. It’s only natural I give her back the only thing in which I feel good. I am sharing this cinematic dream with her and the other people I love.

O.M.: I’m currently waiting for Section Zéro to be released, and I’m writing two full-length films called CARBONE and BRONX. They’re both crime films for cinema. I also have an acting project for a play alongside Nicolas Duvauchelle at the Théatre du Rond Point in early 2017. The play is called “Visite d’un père à son fils” (“A visit from a father to his son”). It was written by the incredible Jean-Louis Bourdon and will be directed by Benoît Lavigne. Can those who missed the documentary on 13ème Rue watch it again or purchase it on DVD? C.M.: I don’t know unfortunately. The documentary will of course be reshown on the channel for those who have a Canal SAT subscription. As for everyone else, I think it will depend on the documentary’s success.

What are your current projects? C.M.: I’m currently working on a series of mini-documentaries called “Brèves de flics” (“Cop stories”), which recounts moving, strange or funny anecdotes experienced by police officers. I’m also directing a new comedy play for next year, but I’m especially proud of being part of the distribution team for Section Zéro, a new suspense series written and directed by Olivier for Canal+. It’s set to come out in April 2016.

By Carla De Wendel

42


NATHALIE RHEIMS

« Il m’aura fallu dix-sept romans pour enfin trouver la liberté !»

Dans son dernier roman, l’écrivain conte l’histoire d’amour d’une très jeune fille avec un sociétaire de la Comédie Française de trente ans son aîné. La fille du grand commissaire-priseur et historien d’art Maurice Rheims dévoile ici un pan inconnu et sulfureux de sa vie, qui a fait grincer quelques dents au moment de la sortie du livre. Elle nous en parle.

Ces critiques vous ont-elle peinées ? Non. Il m’aura fallu dix-sept romans pour enfin trouver la liberté et me ficher éperdument de l’idée de ne pas être aimée. Dix-sept romans pour enfin crever mes abcès. J’avais déjà commencé avec « Laisser les cendres s’envoler », mon précédent livre, dans lequel je parlais de la relation mère-fille, de ma mère qui est partie quand j’avais seize ans, et des blessures folles que cela peut engendrer. Ici je parle de cette histoire, et je brise en même temps l’un de mes derniers tabous : raconter le sexe. Je n’avais jamais écrit de scène purement sexuelle. J’aurais mis le temps !

Depuis la sortie de « Place Colette » (éditions Léo Scheer), si beaucoup vous ont dressé des lauriers d’autres ont été choqués et ont crié au scandale. C’est l’une des premières fois que vous suscitez de telles réactions, non ? La première, vous pouvez le dire ! A lire certains d’entre eux, franchement je n’ai pas l’impression d’avoir écrit le même livre que celui qu’ils ont lu. Certains parlent de viol, de détournement de mineure, que sais-je encore... C’est faux. Ce n’est en aucun cas Pierre qui attire la jeune fille dans ses filets, mais l’inverse. D’ailleurs, au départ je voulais appeler ce livre « Détournement de majeur ».

Tous vos livres sont très personnels ; « Place Colette » ne serait-il pas le plus intime ? « Laisser les cendres s’envoler » l’était encore davantage, je pense. Mais il l’est, bien sûr… Ecrire sur ses 12 ans lorsqu’on en a 56 est une chose très particulière. Il faut retrouver celle qu’on a été, les sentiments qui nous animaient, nos désirs, nos colères. C’est une drôle de chose ! C’est pour cette raison que sur le bandeau du livre j’ai tenu à mettre une photo de moi à l’époque, et pas une image d’aujourd’hui.

Pourquoi avoir voulu raconter cette histoire ? J’avais envie de raconter la renaissance de cette jeune fille après trois années de longue et douloureuse maladie. Elle a souffert, s’est trouvée enfermée dans une chambre d’hôpital, alitée, prisonnière d’un corset. Et elle renait enfin. Elle a besoin de se prouver qu’elle n’est plus prisonnière de l’image dégradée qu’elle avait d’elle-même jusque là. Cela passe par le théâtre, dont elle veut faire son métier. Et par cette histoire d’amour qui peut déranger certes, mais qui est salvatrice. « Place Colette », c’est l’histoire d’une chrysalide qui – sous les yeux de cet homme beaucoup plus âgé qu’elle – va devenir peu à peu papillon.

45


Pourquoi présenter ce livre comme un « roman vrai », l’inverse d’une auto-fiction ? Parce que c’est bien un roman, même si la narratrice me ressemble, et même si les personnages ressemblent à ceux qui m’entouraient. J’y raconte des faits réels, certes, mais je m’arrange avec eux, je fais mon travail d’écrivain. Après, ce que les gens pensent vrai ou pas, cela ne me regarde plus. Ainsi, dans la vraie vie, Pierre ne s’appelle pas Pierre. Cependant, j’ai donné suffisamment d’indices pour que ceux qui y tiennent vraiment puissent trouver son vrai nom. Mais est-ce que le savoir changera quelque chose à l’histoire ?

hommes que j’ai aimés. D’ailleurs, c’est leur part de féminité qui me touche le plus. Un père, j’en avais déjà un. Une mère c’était moins évident… Mes quelques grandes histoires, et même les quelques amants que j’ai eus (il n’y en a pas eu beaucoup, un ou deux !), avaient tous une grande part de féminité en eux. On se dit que « Place Colette » ferait un joli film… Des producteurs me l’ont dit aussi, mais je ne sais pas si c’est possible. Porter cette histoire à l’écran de nos jours, ce n’est pas évident. Nous sommes dans une époque si bien pensante… Quand je repense au film de Claude, « Un moment d’égarement », avec Jean-Pierre Marielle et - à l’époque - la toute jeune Agnès Soral… Aucun scandale, tout est passé sans grincement de dents. Nous étions en 1977, il y a donc presque quarante ans. Quand, cette année, Thomas Langman a voulu produire un remake, ils se sont pris une volée de bois vert ! C’est devenu vraiment compliqué…

L’auriez-vous écrit si ce fameux Pierre était encore en vie ? Jamais. Pas davantage s’il avait eu des enfants et que ceux-ci étaient encore en vie. Mais il était seul, sans descendance. Rien ne m’y empêchait, donc… De toute façon, il m’est très difficile d’écrire sur les vivants. Mes parents, mon frère, Claude Berry, Pierre… Je m’efforce de ressusciter dans mes livres ceux que j’ai aimés. J’ai toujours aimé les hommes plus âgés que moi, ce n’est un secret pour personne. J’ai toujours aimé les hommes, tout court. En amour comme en amitié je préfère leur compagnie à celles des femmes. C’est simple : hormis deux femmes qui me sont très proches, ceux qui m’entourent sont tous des hommes.

Ce livre est aussi un cri d’amour pour le théâtre. Jouer vous manque ? Oui, c’est une part importante du livre, dont les gens parlent peu. J’ai adoré mon apprentissage chez Jean Périmony. J’ai adoré joué. J’ai aimé croiser sur les planches ou dans la vie tous ces acteurs et ces metteurs en scène dont je parle : Isabelle Adjani, Robert Hirsch, Michel Aumont, Maria Casarès… Mais, non, jouer ne me manque pas du tout. Ce qui ne m’empêche pas d’aimer toujours aussi passionnément le théâtre ! J’y vais très régulièrement. Et je ne prends jamais autant de plaisir que d’assister à une excellente pièce. Comme, d’ailleurs, je ne m’emmerde jamais autant que devant une mauvaise… (rires).

Sans vouloir faire de la mauvaise psychologie, ne peut-on voir ici une recherche effrénée du père ? Le vôtre, Maurice Rheims, était plutôt absent, non ? Pas tant que ça. Il était très aimant, surtout. Nous nous aimions beaucoup. Non, c’est plutôt le regard d’une mère que j’ai toujours recherché à travers les

Par Laurent Fialaix

46


NATHALIE RHEIMS “It took me 17 novels to find my freedom!”

Writer Nathalie Rheims has used her most recent novel to tell a love story between a young girl and a member of the Comédie Française thirty years her senior. In this work the daughter of the great auctioneer and art historian Maurice Rheims reveals a small, scandalous part of her life, which certainly ruffled a few feathers when it was published. We met up with her to find out more.

Since the publication of Place Colette (Editions Léo Scheer), many have lauded your work while others have been shocked and scandalised. Is this one of the first times you have inspired such reactions? It’s the very first! When I read some of the reviews I feel like I didn’t write the same book these people read. Some talk about rape, corruption of a minor and God knows what else. But none of that is true. Pierre did nothing to ensnare the young girl, it was quite the opposite! I actually originally wanted to call this novel “Corruption of an adult”.

Were you hurt by the shocked reviews? No. It took me 17 novels to finally find my freedom, and not care at all about the idea of not being liked. Seventeen novels to get over my problems. I’d started the process with my previous novel Laisser les cendres s’envoler, in which I discussed motherdaughter relationships, my own mother – who left when I was 16 – and the horrible effects something like that can have. In my latest novel I also talk about this theme, and simultaneously break one of my final taboos: talking about sex. I had never written a purely sexual scene, and I can tell you it took me a while!

Why did you want to tell this story? I wanted to tell the story of a young girl’s rebirth after three years with a long, painful illness. She suffered, she was bedridden in a hospital room, imprisoned in a medical corset. And then she got better. She needed to prove to herself she was no longer a prisoner, no longer the deteriorated image she had of herself. Theatre helped with her psychological recovery, as she wanted to be an actress. This love story also helped, and while it may bother some people, it actually saved her. Place Colette is the story of a chrysalis which – watched over by a much older man – slowly became a butterfly.

All your books are very personal. Do you think Place Colette is the most intimate? I think Laisser les cendres s’envoler was even more personal. But of course this one is as well. Writing about your 12-year-old self when you are 56 is very strange. You have to search for the person you used to be, the things you felt, your desires, your anguish. It’s very odd! That’s why I wanted to put an image of myself at the time on the front cover, and not one of me today.

48


Why did you present this book as a “true novel” as opposed to a work of auto-fiction? Because it is in fact a novel, even if the narrator is much like myself, and even if the characters seem to be a lot like my entourage at the time. Of course I recount actual facts, but I recount them as a writer. And as for what people think is true or not, that’s none of my business. For example, “Pierre” is not his real name. But I have left enough clues for those who care enough to find out who he actually was. But would knowing that change the story in any way?

They say that Place Colette would make a beautiful film… Certain producers have told me the same thing, but I don’t know if it will happen. It would be difficult to put this story on the big screen in today’s society. We are in a very self-righteous time. When I think back to Claude’s film Un moment d’égarement with Jean-Pierre Marielle and a very young Agnès Soral, I remember there was no scandal whatsoever! No feathers ruffled at all! And that was in 1977, almost 40 years ago. But when Thomas Langman remade it this year, he got hauled over the coals! Everything has become so complicated nowadays…

Would you have written if this “Pierre” was still alive? Never. And certainly not if had had children who were still alive. But he was single, with no children, and so there was nothing stopping me. I actually find it very hard to write about people who are still alive. I’ve written about my parents, my brother, Claude Berri, Pierre. I try and revive those I’ve loved through my writing. I’ve always liked older men, that’s no secret. And I’ve always liked men in general. Whether in love or friendship, I prefer their company to that of women. Other than two women I am incredibly close to, my entourage is composed entirely of men.

This book is also a declaration of love for the theatre. Do you miss acting? Yes it is, and it’s an important part of the book people rarely bring up. I loved my lessons at the Jean Périmony School. I loved acting, going on stage, spending time with these actors and directors I mention, such as Isabelle Adjani, Robert Hirsch, Michel Aumont and Maria Casarès. But no, I don’t miss acting itself at all, although it doesn’t stop me loving the theatre, or regularly going to see plays. I’m never happier than while watching an excellent performance. Just as I’m never more bored than while watching a bad one (laughs).

Without wanting to play the psychologist, is it fair to say the book is a search for a father figure? Is it right to say your father Maurice Rheims was rather absent? Not really, no! He was above all a very loving man. We loved each other dearly. It in fact a mother’s gaze I have always search for in the men I have loved. And it’s their feminine sides that have moved me the most. I already had a father. My mother was a little more complicated… The people I have loved the most, and even the few lovers I have had (not many, maybe just one or two!) have all had a very pronounced feminine side.

By Laurent Fialaix

50


51


BOB SINCLAR « FEEL THE VIBE !

Il a du charme et un sourire ravageur, charismatique l’artiste est également un redoutable homme d’affaires. Si le tennis fut sa première passion, c’est le mixage aux platines, qui lui aura permis de sortir de l’ombre. Il débute sa carrière de DJ à 18 ans et commence par animer des soirées parisiennes. En 1987, il est promu DJ du prestigieux Palace sous le pseudonyme de Chris the French Kiss. Depuis, sa notoriété n’a fait que fructifier. Oui, Bob Sinclar est l’une des stars mondiales de la musique française et cartonne aux quatre coins de la planète. Rencontre avec un personnage « burlesque » toujours entre deux avions…

Parlez nous de « Paris by night »… Bob Sinclar : A la suite de « groupille » le single que j’ai réalisé l’an passé et dont le clip était inspiré de « The artist », j’ai samplé dans un catalogue de musique de film italien « Pinocchio ». Je dois avouer que j’ai toujours eu envie de faire une musique de film, j’ai donc imaginé une fausse B.O. : burlesque, très Paris-Paris en samplant Charly Chaplin, les Négresses Vertes, Nina Simone. J’ai voulu une ambiance cabaret, burlesque, très titi parisien, une sorte d’Amélie Poulain sur des rythmes club. Comment imaginez vous l’avenir du business de la musique ? Bob Sinclar : Je suis en quelque sorte spectateur. Nous sommes à un tournant en terme de consommation musicale. Je suis comme celui qui consomme, j’essaye donc de comprendre quelle est la meilleure façon de consommer. Aujourd’hui les gens regardent la musique, particulièrement sur Deezer et YouTube qui sont les plates-formes les plus utilisées. Il y a également « Trac Source » et « Beat Port » spécialisées pour les Djs.

Le CD a t il encore un avenir ? Bob Sinclar : Non plus aucun, bien que le CD soit le meilleur son que l’on ait jamais eu.! Et je dirais même que je pense que le Vynil a plus d’avenir que le CD. Le Vynil est un objet culte. Quel est le rôle de la musique aujourd’hui ? Bob Sinclar : La musique a un rôle fédérateur, c’est quelque chose de communautaire. C’est une chose que l’on remarque particulièrement dans le clubbing. Le club est quelque chose de sacrée, les gens se réunissent en laissant leurs soucis et la crise au dehors, n’ayant qu’une envie : écouter une musique qu’ils aiment et qui les fait voyager. Quelle est la musique qu’écoute « Christophe » lorsque Bob Sinclar reste au vestiaire ? Bob Sinclar : Mes goûts sont très éclectiques. J’aime le jazz, la soul, le rap Tylor The Creator, Les négresses Vertes, Bob Dylan, ACDC, Serge Gainsbourg et bien d’autres choses aussi. J’aime ce qui groove et qui me provoque de l’émotion.


Revons à votre album « Paris by night ». Le mot « burlesque » revient souvent, qu’est ce que le burlesque pour vous ? Bob Sinclar : Le burlesque est mon idée du moment de la fête. C’est quelque chose de saugrenu, d’imprévisible, d’improbable mais avec une enveloppe glamour. Chose que nous avons un peu perdu au cours des années.

Certains DJ comme vous sont mondialement connus... et sont payés à prix d’or... comment expliquez vous ce phénomène ? Bob Sinclar : Notre musique s’écoute facilement à l’international, ce qui facilite notre popularité, nous sommes d’ailleurs devenus des marques grâce à cela. L’image ainsi créée génère de l’argent, fait venir des gens… Faire venir un DJ lors d’une manifestation, garantit une salle comble. Et puis, le DJ bénéficie d’une image cool. C’est quelqu’un qui voyage et qui gagne bien sa vie en faisant ce qu’il aime… Par ailleurs, je suis également assez fier de générer des vocations parmi la jeune génération. Et puis, il ne faut pas oublier que la musique française, c’est 80 millions d’euros dans le monde et ce n’est pas avec «Le Boléro» de Ravel, mais grâce aux titres de David Guetta, Martin Solveig ... Pourtant, malgré ce success, le monde de la musique ne nous reconnaît pas à notre juste valeur.

Vous parlez également beaucoup de métissage ? Bob Sinclar : En effet, car c’est le mot d’ordre de ma musique. J’aime mixer des sonorités improbables à travers ma musique et amener cela sur le dancefloor. Charly Chaplin, Jessie Garonne…. Qu’est que l’expérience musicale parisienne ? Bob Sinclar : C’est comment mettre une enveloppe, une couleur, une image au travers de mon imagination à une fausse musique de film titi-parisienne. Mais il ne faut surtout pas l’intellectualiser.

Quelles sont vos envies aujourd’hui ? Bob Sinclar : Toujours les mêmes, faire de la musique, partager avec d’autres musiciens et faire danser. Et ne pas perdre de vue que nous travaillons pour les DJs et non pas pour les radios !

Pourquoi Paris fait elle toujours tant rever ? Bob Sinclar : C’est vrai, Paris fait rêver le monde entier à l’exception des parisiens eux-mêmes, qui comme nous l’évoquions, ne font plus la fête, sont un peu triste car il ne faut plus faire de bruit, plus fumer, plus boire… Mais Paris c’est aussi la Tour Eiffel, Pigale, Le Pont Neuf, la mode, la gastronomie, la culture, le goût des choses rien que des choses qui font rêver… Cela fait parti de l’ADN de cette ville.

J’ai lu que vous aimiez créer des univers et vous mettre en scène, est-ce exact ? Bob Sinclar : C’est juste, car lorsque je fais de la musique j’ai toujours des images qui me viennent. Des idées pour le clip.

Que vous évoque Paris by night ? Bob Sinclar : J’aime beaucoup l’émission « Paris Dernière », pour moi Paris By Night c’est cela, une multitude de petits endroits où l’on peut rencontrer toutes sortes de gens très différents.

Et si le cinéma vous faisait un appel du pied ? Bob Sinclar : Oh ! Pourquoi pas… a condition que ce soit un super héros bien sur… et qu’en plus je signe la B.O. : (rires)… J’adore le cinéma c’est une évidence, mais ce n’est surtout pas un message que je souhaite faire passer !

Etes vous un oiseaux de nuit ? Bob Sinclar : Contrairement à ce que l’on peut imaginer, je ne suis absolument pas un oiseau de nuit ! Je déteste être fatigué… Certes, c’est antinomique avec mon métier, mais ce que j’aime avant tout c’est faire dancer les gens, mixer.

Par Carla de Wendel

Aujourd’hui vous considérez vous comme un musicien ? Bob Sinclar : Je suis avant tout DJ et je le revendique, et ensuite, producteur et musicien, dans la mesure où le musicien est celui qui assemble des sons.

Et pour en savoir plus : www.bobsinclar.com, mais également Twitter et Instagram

54


BOB SINCLAR « FEEL THE VIBE ! » As well as his charm and his ravishing, charismatic smile, Bob Sinclar also has a keen business sense. While tennis was his first love, it was spinning decks that pushed him firmly into the limelight. He started his career as a DJ at 18 by performing at Parisian clubs and parties, before becoming the head DJ at the prestigious nightclub Le Palace in 1987, where he went by the name of Chris the French Kiss. And his reputation has continued to grow ever since. If you didn’t already know, Bob Sinclar is now an internationally-renowned name in French music who enjoys resounding success wherever he goes. We met this “burlesque” character who always has a flight to catch…

Can you tell us about “Paris by night”? Bob Sinclar : I created my single “Groupie” last year and drew my inspiration for the music video from the film “The Artist”. After that I began sampling a music catalogue from the Italian film “Pinocchio”. I have to admit I’ve always wanted to make film soundtracks, and so I developed a fake burlesque soundtrack. It’s very Parisian, and I use samples from Charlie Chaplin, Les Négresses Vertes and Nina Simone. I was looking for a cabaret, old-school Parisian ambiance, a bit like “Amélie Poulain” set to club beats.

think records have more of a future than CDs, thanks to their “iconic object” status. What role is played by music today? Bob Sinclar : Music is unifying, it’s something that creates a community. You can really see it on the clubbing scene. Nightclubs are sacred places where people meet up and leave their problems at the door. Clubbers only want one thing: to listen to the music they love together. What does “Christophe” listen to when Bob Sinclar has finished for the night? Bob Sinclar : I have very eclectic tastes. I like jazz, soul, rappers like Tyler the Creator, Les Négresses Vertes, Bob Dylan, ACDC, Serge Gainsbourg and so many others. I love anything that grooves and inspires emotion.

Where do you think the music business is headed? Bob Sinclar : I’m something of a witness to the current changes. We’re at a crossroads in terms of music consumption. And I’m a consumer, so I’m trying to understand the best ways to consume. People nowadays watch music on popular platforms such as Deezer and YouTube. There’s also “Trac Source” and “Beat Port” which are more for DJs. Is there any future for CDs? Bob Sinclar : None whatsoever, even though the CD has given us the best sound we’ve ever heard! I even 55


Going back to “Paris by Night”, the word “burlesque” comes up a lot. What does burlesque mean to you? Bob Sinclar : Burlesque is my concept of a party. It’s something absurd, unpredictable, unlikely, but wrapped in glamour. I think we’ve lost our burlesque side a little over the years.

Some DJs like yourself are world-famous and are paid their weight in gold! Can you explain this phenomenon? Bob Sinclar : Our music is easy to export, which explains our huge popularity. That’s actually why we have become brands ourselves. The image we create generates money and attracts crowds. Getting a DJ to play at an event guarantees a full house. And DJs enjoy a cool aura, they’re seen as people who travel and earn a good living doing what they love. I’m actually very proud of inspiring young people to follow in my footsteps. And don’t forget that French music represents 80 million euros across the world, and that’s not generated by Ravel’s “Le Boléro”, but by artists like David Guetta and Martin Solveig. But despite this success, I don’t think the music world gives us enough credit.

You also talk a lot about “mixing”. What do you mean by that? Bob Sinclar : That’s one of the foundations of my music. I love mixing completely improbably sounds in my music, and presenting it on the dancefloor. Samples from Charlie Chaplin and Jesse Garonne are just two examples. What is the “Parisian Musical Experience”? Bob Sinclar : It’s an expression of how I use my imagination to combine packaging, colour and images with a fake soundtrack reminiscent of an old Parisian film. But there’s nothing intellectual about it.

What are your current projects? Bob Sinclar : They’re still the same! I want to keep making music, sharing it with other musicians and getting people dancing! And I don’t want to forget that we work for DJs, not for radio stations!

Why has Paris always been a city of dreams? Bob Sinclar : It’s true that Paris is seen as a dreamlike city by everyone in the world except the Parisians, who don’t party anymore, who are a bit depressed because we can’t make noise, can’t smoke, can’t drink… But Paris is also the Eiffel Tower, Pigalle, Pont Neuf, fashion, gastronomy and culture. The fabric of dreams themselves! It’s part of the city’s core.

I once read that you like creating musical worlds and really putting on a performance. Is that true? Bob Sinclar : Completely! I always have so many images in my head while I’m making music. They’re ideas for the music video. What would you say if the film industry came calling? Bob Sinclar : Why not?! But I’d only agree to play a superhero, and I’d be the one producing the soundtrack (laughs). I love films, I think that much is clear, but I’m certainly not trying to hint at anything here!

What does Paris by Night mean to you? Bob Sinclar : I drew a lot of my inspiration from the television programme “Paris Dernière”. That’s what Paris is about: a host of little hidden places where you can meet so many different people. Are you a night owl? Bob Sinclar : Despite what most people think, I’m really not a night owl! I hate being tired! I know it kind of goes against my profession, but what I love more than anything is getting other people to dance while I DJ.

By Carla de Wendel

Do you currently consider yourself to be a musician? Bob Sinclar : I’m first and foremost a DJ, and proud of it. Next I’d say I’m a producer. I suppose I’m a musician in the sense that I bring sounds together.

You can find out more by visiting www.bobsinclar.com or by logging on to Twitter and Instagram.

56


FASHION


Portrait par Suzanne Spiegoski

Southern Charm Meets Italian Chic in Classic New York

DIANA

BROUSSARD

Born in West Palm Beach, Florida, but with Cajun-French (both from Parisian and Louisianan) roots, Diana grew up in Dallas, Texas. The youngest in her family of four children, Diana Broussard had initially planned to attend Julliard to become a flute soloist, however, her dreams drastically changed when her father had a bad stroke when she was 16. Growing up she always sewn her own clothes and read Vogue, and also always been surrounded by the technology world being her father was a physicist, had immediately committed to her new ambition in becoming a designer. Holding a B.S. in textile chemistry from LSU with further education at FIT, Diana has become one of the most successful New York designer specializing in accessories. She’s worked for luxury goods companies such as Gucci, Dior, Calvin Klein, Armani, Carolina Herrera, and JP Tods – her experience is impressive. From one idea she does many things, with her exquisite jewelry to her impeccably chic shoe line, each concept is clear and her work speaks for itself. Luxury at its finest, it is also yet personal, taken with great care, and is full of heart.

__

Née à West Palm Beach en Floride, mais d’origine acadienne et française (de Paris et de Louisiane), Diana a grandi à Dallas, au Texas. Cadette d’une famille de quatre enfants, Diana Broussard avait d’abord pour ambition d’intégrer The Julliard School pour devenir soliste de flûte. Mais son rêve a basculé lorsque son père est décédé d’une attaque alors qu’elle n’avait que 16 ans. En grandissant, elle a toujours cousu ses propres vêtements et était une fervente lectrice de Vogue. Son père étant physicien, elle a toujours été entourée de technologies. Ce sont ces influences diverses qui ont éveillé en elle l’envie de devenir créatrice. Titulaire d’un diplôme en chimie des textiles de l’université d’État de Louisiane, et d’une formation complémentaire au Fashion Institute of Technology, Diana est devenue l’une des créatrices new-yorkaises les plus accomplies du moment – avec une spécialisation dans les accessoires. Son expérience est impressionnante : Diana a travaillé pour des maisons de luxe telles que Gucci, Dior, Calvin Klein, Armani, Carolina Herrera et J.P. Tods. Ses idées se déclinent à l’infini : bijoux sublimes ou encore superbe ligne de chaussures de luxe. Chaque concept est parfaitement défini et le résultat parle de lui-même. Son travail est synonyme de luxe et de raffinement, mais il conserve également une touche très personnelle, à la fois soignée et sensible.


At which point in your life did you realize you wanted to become a designer? Was there any sort of pinnacling point for you? I decided when I wasn’t going to be a Classical soloist, I was going to be a designer. I was committed in learning the craft, and to just do it! You had to be competitive back then. So I think when my father had a stroke and kind of left me and my mom in a more difficult situation where it changes your life, I think that it kind of pulled the rug out from under my feet where I felt like I had to be able to be independent on my own. And in return that made me more competitive having been through that trauma, of him having this bad stroke at a young age (for him). When I moved to New York, the first main job that set up my entire career was working for Calvin Klein. I thought I was going to design collection clothes. Nope. He wanted me to design underwear! And this is where I created all the CK logo underwear (remember the Marky Mark days?!). After that I started working on the women’s too. When I began to design separates, in knits to wear, nobody had really done that, and Calvin had to fight with the department store to get them to display it out where you can buy a camisole or the t-shirt to go with the legging or the short, because it was always being sold in sets of pajamas. Afterward Calvin liked my taste so much, he wanted me to designs shoes! He sent me to work with Diego Della Valle at his factory in Italy. And then he wanted me to do jewelry – so I think that’s why today I can’t settle on one specific thing, but I’m technically I’m a shoe designer. Back then, you learn to make the last, you learn to make the heel. The more highend a shoe is the more handmade/hands-on it is. So when you’re working for a designer company, you make the last yourself, you design the last, you design everything. Nothing is premade. This was over seven years of this training, sometimes four weeks at a time. Having spent so much time in Italy, I now know Florence even better than New York. I could quite design and become a tour guide in Paris and Florence. That’s my back-up job.

Quand avez-vous pris conscience que vous souhaitiez devenir créatrice ? Y a-t-il eu un événement marquant ? Lorsque mon rêve de devenir soliste s’est brisé, j’ai décidé de devenir créatrice. J’étais déterminée à apprendre les ficelles du métier et à y parvenir. À l’époque, il fallait avoir l’esprit de compétition. Et je crois que le décès de mon père, qui nous a laissé ma mère et moi dans une situation difficile bouleversant totalement nos vies, m’a littéralement coupé l’herbe sous le pied et m’a par conséquent poussée à prendre mon indépendance. La perte traumatique de mon père, parti à un si jeune âge, m’a rendue encore plus compétitive. Quand j’ai emménagé à New York, le premier travail qui a lancé ma carrière a été pour Calvin Klein. Je pensais que j’allais créer des vêtements pour les collections. Pas du tout. Il voulait que je crée des sous-vêtements ! Et c’est à ce moment-là que j’ai conçu la ligne de sous-vêtements portant le logo CK (vous vous souvenez de l’époque Mark Wahlberg ?). Après cela, j’ai commencé à travailler également sur la ligne pour femmes. Quand j’ai créé des ensembles à coordonner, c’était nouveau, et Calvin a dû se battre avec les grands magasins pour qu’ils les placent là où on peut acheter un caraco ou un t-shirt pour aller avec un legging ou un short, car ils les mettaient toujours avec les pyjamas ! Calvin a tellement apprécié mon style qu’il m’a ensuite demandé de créer des chaussures ! Il m’a envoyée travailler avec Diego Della Valle dans son atelier en Italie. Puis il m’a à nouveau sollicitée pour créer des bijoux – ce qui explique peut-être pourquoi je suis aujourd’hui encore une véritable touche-à-tout. Mais techniquement, je suis créatrice de chaussures. À l’époque, on apprenait à faire la forme, à faire le talon. Plus la chaussure est haut de gamme, plus le travail est fait à la main. Alors quand on travaille pour une maison de création, on fabrique la forme soi-même, on la conçoit, on crée tout. Rien n’est préfabriqué. Cette formation a duré sept ans, parfois quatre semaines d’affilée. J’ai passé tellement de temps en Italie que je connais Florence mieux que New York désormais. Je pourrais abandonner mon travail de créatrice et devenir guide touristique à Paris et à Florence. C’est mon plan B.

59


Quand le charme du sud rencontre l’élégance italienne à New York

Could you describe your design process for your collection a little further? Sure! It’s kind of an ongoing collection that doesn’t finish but, mainly I look for a new tech-nique. I start with a color palette as well. Right now I’m applying a thin layer of mirror with the Lucite and from there I look for what colors you can change and with what shapes. I was working a lot with the dégradé concept. So I was doing different versions of dégradé how you can do it transparent, opaque.

Pouvez-vous décrire davantage le processus de création de votre collection ? Bien sûr ! C’est une collection continue qui n’a pas réellement de fin, je recherche plutôt une nouvelle technique. Je commence avec une palette de couleurs. En ce moment, j’applique une fine couche de plexiglass, puis je regarde quelles couleurs et quelles formes changer. J’ai beaucoup travaillé le dégradé. J’ai fait plusieurs versions de dégradés, en les rendant transparents, opaques.

Where did the inspiration behind your signature necklaces come from? I think it’s because I’ve always loved the jewelry of Yves Saint Laurent, like in the 70s and 80s, and there was a certain woman; it was very runway, and it’s very rich. And when I had interviewed to come to school in New York, there was this retrospective at the MET and I would always look at his pieces and he was doing these big gold chains. So I asked myself, ‘what would be a cool way to interpret this in a more definitive feminine quality? And so I made the first one, and in all honesty, it came out a bit larger than I had thought. But then the more I looked at it, it worked! I had to go with this. We’ve done a small version but the larger ones keep living on!

Qu’est-ce qui est à l’origine de vos colliers signatures ? Je crois que mon inspiration vient des bijoux d’Yves Saint Laurent dans les années 1970 et 1980. Il y avait une vision particulière de la femme, très couture, très riche. Quand j’ai passé mon entretien pour l’école à New York, le MET présentait une rétrospective : j’ai observé ses pièces et il faisait de grosses chaînes en or. Alors je me suis demandée comment réinterpréter cela de façon légère avec une touche résolument plus féminine. J’ai donc réalisé le premier collier, et pour être tout à fait honnête, le résultat était un peu plus gros que ce que j’avais prévu. Mais plus je le regardais, plus il me plaisait ! J’ai décidé d’aller dans cette direction. Nous avons créé une version plus fine, mais elle ne remplace pas les plus gros !

What made you want to incorporate technology into your collection? Well, my father was the brilliant mind of the family. Because he was a physicist, we were in Florida for Honeywell, Texas for Texas Instruments, NASA, etc. Since he was in the tech world I think my idea to introduce this ‘TechLuxe’ bag lay deep somewhere in my subconscious be-cause immediately after showing my mother the bag, she was very excited and was the one to kind of put it together and mentioned my father perhaps having some influx on me.

Pour quelle raison avez-vous intégré des technologies à votre collection ? Mon père était le cerveau de la famille. Nous avons vécu en Floride pour Honeywell, au Texas pour Texas Instruments, la NASA, etc. Comme il travaillait dans les technologies, je crois que l’idée d’introduire ce sac « TechLuxe » était enfouie quelque part dans mon inconscient. Lorsque je l’ai montré à ma mère, elle était très emballée, et c’est elle qui a souligné la première que j’avais probablement été influencée par mon père.

60


Quels sont les créateurs qui vous inspirent ? Par le passé, j’ai été très inspirée par Claire McCardell. Je regarde encore ces créations. Ses robes affichent une certaine pureté et un certain style que j’adore. Je suis également fascinée par Bernard Rudofsky, qui est à la fois architecte, designer et créateur de chaussures, et qui a écrit sur la mode en adoptant un point de vue sociologique. Je citerais aussi Roger Vivier, à l’époque où il créait des chaussures chez Dior ou pour sa propre marque. Et enfin, Geoffrey Beene.

Which designers inspire you? In the past there was Claire McCardell. I still am always looking at her designs. There is a cer-tain purity and style to the dresses that I love. Bernard Rudofsky who is an architect, product-designer, shoe designer, who wrote sociologically about fashion, is really fascinating. The real Roger Vivier, when Roger Vivier designed shoes, also for Dior, for himself. And Geoffery Beene.

À votre avis, quelles seront les tendances de l’année prochaine ? J’y réfléchis actuellement. Côté vêtements, je pense que les jupes vont rester longues. Je pense que rester minimaliste et monochrome est toujours une valeur sure pour une femme, mais il faut également un peu d’audace, de modernité et d’élégance. Personnellement, je ne suis pas fan du style négligé ou bohème – je mise toujours sur le même style. Plus c’est épuré, mieux c’est. Il faut rechercher la sophistication, avec une petite touche d’originalité. Par exemple, j’ai une nouvelle veste perle, et quand je l’ai montrée à une amie, elle m’a dit : « Très chic, mais un peu excentrique ! ». C’est comme les imprimés avec des animaux, ils sont comiques, mais c’est ce qui fait tout leur charme. Et il faut trouver un moyen de redonner un coup de jeune au look. Il se passe énormément de choses en ce moment dans l’univers de la mode : Dior va avoir un nouveau créateur, Lanvin aussi. Les changements à venir dans ces deux grandes maisons vont considérablement inspirer et influencer le travail des autres. Comme chez Gucci : au départ, tout le monde était choqué par son nouveau créateur un peu loufoque, et aujourd’hui, c’est une réussite totale. J’ai hâte de voir ce que la suite nous réserve.

What are your trend predictions for next year? I’m currently working on that right now. I think for clothing, the skirts are going to stay long. I always stay with the minimalistic monochromatic way to dress women, but you also need it to stay a little edgy, downtown but also where you feel put together. I’m not really into like a sloppy, kind of bohemian sensibility myself, I stay on the same path. Cleaner is better. That fine line of sophistication. And it has to have a little quirkiness to it. For example I have this new pearl vest and I showed it to a friend and she said, ‘oh very chic, but it’s a slightly kinky!’ Or with the animals, it’s a little bit comical but it’s what makes it fun. And there’s got to be some sort of shift where things look fresh again. There’s so much out there in the clothing world that it’s going to be really interesting because Dior is going to be having a new designer, Lanvin too, so that’s a huge influence for everyone else in terms of what they’re doing. Those two major houses have a huge shift coming up so I think that will further inspire people and branch out more changes. Like Gucci, with the funky new designer, at first everyone was shocked and yet in the store right now, it looks right. I’m excited to see where things are headed.

Pour conclure, si vous deviez décrire Diana Broussard en trois mots, quels seraient-ils ? Créative. Entreprenante. Téméraire.

In conclusion, if you had to describe Diana Broussard in three words, what would they be? Creative. Entrepreneurial. And a risk-taker.

By Suzanne Spiegoski

61


HAPPY

TOGETHER PHOTOGRAPHE Franรงois Matthys ASSISTร‰ PAR Boris Kolo STYLISTE Vivienne Moon MAKE UP ARTIST Maniacha HAIRDRESSER Sadek L. MODELS Premium model agency (Christelle Y.) (dark skin girl) Karin models (Lisa Lois) Elite models (Frederik Kaltoft) Success models (Geoffrey Camus) (dark skin boy) For the apartment location big thanks to: Suomi Park Fujiwara Development and strategy director PRESTIGIOUS www.prestigious.fr PRESTIGIOUS www.prestigious.fr 33 rue Chevert 75007 Paris 157 rue Faubourg Saint Antoine 75011 Paris Cell : +33678820824 Tel : +33184178224

62


Christelle Dress CELINE Shoes CELINE Headpiece TILMANN GRAWE Lisa Dress ELLIE SAAB Body CHRISTIAN DIOR VINTAGE Shoes BERNARD CHANDRAN


Frederik Fur coat Aerobatix T-shirt Alexandre Wang Jeans Acne Studios Shoes Alberto Guardiani Lisa Sweater Celine Pants Mad about Eve Shoes Celine Earring Celine Christelle Leather coat and boots Christian Dior Geoffrey Jacket and t-shirt Aerobatix Pants Philipp Lim 3.1 Shoes Acne Studios


Geoffrey Jacket and shirt Ermengildo Zegna Pants and shoes Dior Homme Tie Lanvin Lisa Top, pants, shoes and earring, all Celine Bracelet Alexandre Delima


Dress CHRISTIAN DIOR Headpiece TILMANN GRAWE


Boys Suits and shirts PIERRE TALMON Christelle Headpiece TILMANN GRAWE Dress CELINE


Dress ALEXANDRE DELIMA Shoes JIMMY CHOO


Dress DOLCE&GABBANA Earrings MAGIA DI GAMMA Jacket and pants PIERRE TALAMON Shirt and shoes DIOR HOMME Tie AEROBATIX


Dress DOLCE&GABBANA Earrings MAGIA DI GAMMA Jacket and pants PIERRE TALAMON Shirt and shoes DIOR HOMME Tie AEROBATIX


luxury

www.luxery.info


PRECIOUS STORY PHOTOGRAPHE K.D STYLIST Marz Atashi MAKEUP Loriane Leger HAIR STYLIST Jonathan Dadoun MODELS Camille Germain @crystalmodelsmanagement Bart Grzybowski @ elitemodel ASSISTANTS STYLE Remi Lecuyer


Jeager LECOULTRE Montre Rendez-vous tourbillon en or gris 18 carats / cuir alligator , mécanique à remontage automatique, 547 diamants (9.0ct.). Prix public : 381 000 Euros


Bague haute Joaillerie PIAGET « collection Mediterranean Garden » Or Blanc sertie de 44 diamants taille marquise, 18 diamants taille baguette et d’une émeraude à taille (14,67cts). Prix sur demande.


Joaillerie DIOR Bague Rose Dior Pre Catelan en or rose, diamants et quartz rose. Bague Miss Dior en or blanc, diamants et amĂŠthyste. Bague Gourmande Libellule en or blanc et quartz rose.


BOUCHERON Bracelet bangle Serpent Bohème pavÊ de diamants, sur or blanc. prix sur demande.


Joaillerie CHANEL Collection ÂŤ Plume de Chanel Âť Collier en or blanc 18K serti de 3062 diamants taille brillant pour un poids total de 34 carats. Prix sur demande. Robe en dentelle vintage Dsquared2.


VAN CLEEF & ARPELS Collier Snowflake en platine et diamants. Prix sur demande


CHAUMET Bague en or rose, sertie d’opale rose et peau d’ange, de tourmalines roses navette, de saphir rose et diamants taille brillant, ornée d’un diamant taille coussin de 1,01 carats de la collection Hortensia. Prix sur demande. Boucles d’oreilles en or rose, serties d’opale peau d’ange et rose, de tourmalines roses navette et de diamants taille brillant de la collection Hortensia. Prix sur demande. Soutien-gorge dentelle et perles KS Paris, Pantalon en cuir Jitrois.


POIRAY JOAILLERIE Collection Flower Poiray – Bague monture or blanc saphir jaune (1,30 carats) et diamants blancs . Prix sur demande.. Escarpins Pigalle vernis noir CHRISTIAN LOUBOUTIN


CHRISTIANO BURANI SILK JACKET ROCK REVIVAL JEANS AVANT TOI SWEATER LANVIN MESH NECKLACE DANNIJO NECKLACE PLUMA BRACELETS ZACK LO SHOES


STORY FROM BEL AIR Lavinia & Peter

PHOTOGRAPHS & DIRECTION AMYN NASSER AMYNNASSER.COM @AMYNNASSER FASHION STYLIST MELISSA LASKIN MELISSALASKIN.COM @ELVISLASKIN TALENT LAVINIA POSTOLACHE (MISS WORLD ROMANIA 2010) @HEYLAVI PETER URSICH @PETERURSICH MAKEUP BY WHITNEY GREGORY @WHITNEY_MUA USING NARS COSMETICS AND MAC COSMETICS HAIR BY LUCY GEDJEYAN @LUCY_GEDJEYAN USING ORIBE AND KEVIN MURPHY SPECIAL THANKS JIMMY ESEBAG FOR THE USE OF YOUR BEL AIR HOME AND ESTATE

83


Her ECRED LABEL LEOPARD TOP MARIA LUCIA HOHAN LACE BODYSUIT PARKER SMITH JEANS G-STAR VEST OUTHOUSE GOLD NECKLACE ARTURO RIOS HAT ISABEL MARANT EARRINGS D & G BELT Him AVANT TOI SWEATER AVANT TOI JEANS


G-STAR OVER-ALLS MARIA LUCIA HOHAN BLACK NET TOP ELLEN BROOK SILK SCARF OUTHOUSE NECKLACE PLUMA BRACELETS


AVANT TOI SWEATER ANDREW HANSON T-SHIRT ARTURO RIOS HAT


ARTURO RIOS HAT G-STAR DENIM VEST ECRED LABEL LEOPARD TOP MARIA LUCIA HOHAN LACE BODYSUIT OUTHOUSE GOLD NECKLACE ISABEL MARANT EARRINGS


AVANT TOI SWEATER ANDREW HANSON T-SHIRT DIESEL JEANS PRADA SHOES ARTURO RIOS HAT


CHRISTIANO BURANI SILK JACKET


G-STAR JEANS G-STAR LEATHER JACKET NUVALA FRINGE TOP ZACK LO SHOES BALENCIAGA CHOKER DOLCE & GABBANA SUNGLASSES


Her ARMANI BLUE FUR VEST ROCK REVIVAL JEANS AVANT TOI SWEATER ZACK LO SHOES OUTHOUSE BRACELETS Him AVANT TOI VEST PRADA VINTAGE BLACK SWEATER ROCK REVIVAL JEANS AVANT TOI SCARF BRUNO CARLO GLOVES ARTURO RIOS HAT PRADA SHOES


JAD GHANDOUR JACKET CYNTHIA ROWLET JEAN TOP DREAM LEATHER SHORTS HUE MESH FISHNETS ZACK LO SHOES PLUMA BRACELET TOMOMI MATSUNAGA NECKLACE FLAVIA ELEONORA MICHELUTTI RECTANGULAR NECKLACE


ECRED LABEL CROPPED JACKET MARIO BODYSUIT CYNTHIA ROWLEY SKIRT LA CRASIA SHORT GLOVES ZACK LO BOOTS PLUMA CHOKER/NECKLACE


AVANT TOI SWEATER G-STAR JEANS G-STAR LEATHER JACKET CHRISTIAN DIOR VINTAGE SUNGLASSES


EMPORIO ARMANI VEST NUVALA TOP


AVANT TOI SWEATER AVANT TOI JACKET DIESEL JEANS GUCCI SHOES


EMPORIO ARMANI VEST NUVALA TOP G-STAR JEANS ZACK LO SHOES PLUMA BRACELETS D & G BELT


Her JAD GHANDOUR LEATHER JACKET CYNTHIA ROWLEY TOP DREAM LEATHER SHORTS HUE MESH FISHNETS ZACK LO SHOES PLUMA BRACELET Her ROCK REVIVAL JEANS ANDREW HANSON SHIRT AVANT TOI JACKET AVANT TOI SCARF PRADA SHOES


Her NUVALA TOP PARKER SMITH JEANS TAYLOR SAYS SHOES ERICKSON BEAMON EARRINGS PLUMA BRACELETS HUE STRIPED TIGHTS Him ROCK REVIVAL JEANS AVANT TOI SWEATER G-STAR JACKET DOLCE & GABBANA SHOES


ROCK REVIVAL JEANS ANDREW HANSON SHIRT AVANT TOI JACKET AVANT TOI SCARF PRADA SHOES


palace pub


THE GIRL

FROM OUTER SPACE PHOTOGRAPHER Chrisma Lan CONCEPTION VISUEL Tuan Taiko STYLIST Aurore Donguy MODEL Silvia W @ Women Management MAKE UP STYLE Alexandra Leforestier @ Sybille Kléber HAIR STYLE Cyril Laforet @ Backstage DIGITAL OPERATOR Vincent Lootens ASSISTANT PHOTO Vincent Thibault ASSISTANT STYLIST Laura Cenci DIGITAL RETOUCHING CL Production Thanks to : KUBE HÔTEL PARIS, Director Peter NOCKER http://www.kubehotel-paris.com


TOP HARRY HALIM


SOUTIEN-GORGE DEMENT TOP HARMONY PANTALON CACHAREL BOOTS APERLAI


VESTE ET JUPE HARRY HALIM SOUTIEN-GORGE ERES MANCHETTE LIENS EN OR ROSE ET DIAMANTS CHAUMET BAGUE LIENS EN OR ROSE ET DIAMANTS CHAUMET


ROBE AZZARO PANTALON JITROIS MONTRE EN OR BLANC ET DIAMANTS AVEC BRACELET EN ALLIGATOR NOIR CHANEL JOAILLERIE BOOTS CHRISTIAN LOUBOUTIN


ROBE CACHAREL BAGUE POSSESSION MOTIF CHAÎNE EN OR BLANC 18K,SERTIE DE DIAMANTS PIAGET BAGUE POSSESSION MOTIF CHAIÎNE EN OR JAUNE 18K PIAGET


ROBE ISSEY MIYAKE CHEMISE CARVEN COLLANT FALKE BRACELET «CAMÉLIA GALBÉ» EN OR BLANC 18K SERTI D’UN DIAMANT TAILLE BRILLANT ET CÉRAMIQUE NOIRE CHANEL JOAILLERIE BRACELET «CAMÉLIA GALBÉ» EN OR BLANC 18K SERTI D’UN DIAMANT TAILLE BRILLANT ET CÉRAMIQUE BLANCHE CHANEL JOAILLERIE BOOTS AZZEDINE ALAIA


TOP CELINE COLLIER SNOWFLAKE EN PLATINE ET DIAMANTS VAN CLEEF & ARPELS


ROBE ZUHAIR MURAD CRÉOLES QUATRE RADIANT EDITION PAVÉES DE DIAMANTS SUR OR BLANC BOUCHERON BAGUE QUATRE BLACK EDITION LARGE EN OR BLANC ET PVD NOIR BOUCHERON ESCARPINS GIUSEPPE ZANOTTI


SOHO NIGHT... Par GILLES DECAMPS www.gillesdecamps.com STYLISME Laura T. MAKE UP ARTIST Austen Parker (www.theparkertwinsmakeup.com) HAIR Sheree Lee

MAKEUP CHANEL Cosmetics Robe à paillette noir PETER HIDALGO Escarpins argent “Bandita” BETTINA VERMILLON Collier en argent “Duo Complice” CHRISTOFLE Bague “Psydelic BACCARAT Pochette enveloppe en aligator turquoise ETHAN K pour l’Eclaireur


MAKEUP CHANEL Cosmetics Black Jacket Gold Zip ELISABETTA FRANCHI Legging 2 zips en cuir stretch JONATHAN CUKIERMAN Chaussures BCBG MAX AZRIA Collier SWAROVSKI Bracelet CHRISTOFLE Bagues BACCARAT & CARTIER Minaudière “Le chant des sirènes” SYLVIA TOLÉDANO pour l’Eclaireur


MAKEUP MAC Cosmetics Robe trapèze BCBG MAX AZRIA Chaussures DIANA BROUSSARD Collier en argent massif “Palmaceae” CHRISTOFLE Bracelet manchette “Rivage” CHRISTOFLE Bague “Psydelic” : Baccarat Sac DIANA BROUSSARD


MAKEUP DIOR Cosmetics Robe en soie JÉROME L’HUILLIER Escarpins Pump Facett Effet Caviar BETTINA VERMILLON Sautoir en argent SANDRA San Bracelet “Duo Complice” CHRISTOFLE Bague “Medicis” BACCARAT


MAKEUP DIOR Cosmetics Top BCBG MAX AZRIA Collier GINETTE NY pour PIERRE GUIBERT Sac SIDONIE LARIZZI Bague pyrite droozy SYLVIA TOLÉDANO


MAKEUP MAC Cosmetics Jupe noir sequins dorés ELISABETTA FRANCHI Blouson en cuir JONATHAN CUKIERMAN Soutien Gorge VICTORIA SECRET Bottines noires bouts ouverts VIC MATIE Collier DIANA BROUSSARD Bagues : CARTIER, SYLVIA TOLÉDANO, BACCARAT


MAKEUP Yves Saint Laurent Cosmetics Robe argent HERVÉ LÉGER Chaussures YVES SAINT LAURENT Bague or CARTIER & bague or pavée diamants AKILLIS BO pendantes diamants, balle or rose sertie Sac PRECIOUSLY PARIS


MAKEUP Yves Saint Laurent Cosmetics Top BCBG MAX AZRIA Pantalon en soie ALEXIS MABILLE Chaussures SIDONIE LARIZZI Bracelet or jaune DIANA BROUSSARD Montre CARTIER Bague “Louxor” BACCARAT


WALLACE CHAN Strange & Magic.

Sculptor and Master Jeweller Wallace Chan only creates unique pieces in a spectacular combination of poetry and technology. Intensely sought-after by Asian collectors, the designer has shined an incontestably innovative light on today’s precious jewellery scene with the highest expertise and finest gemstones. His jewellery sets, in which gold is replaced with titanium, are universal, incredibly symbolic works of art. __ Sculpteur et maître joaillier, Wallace Chan ne crée rien que des pièces uniques où se mêle de manière spectaculaire poésie et technologie. Très appréciées des collectionneurs en Asie, le créateur apporte sans conteste, aux bijoux précieux d’aujourd’hui un esprit nouveau, une maîtrise du savoirfaire et des gemmes exceptionnelles. Ses parures, où l’or est remplacé par le titane, sont de véritables oeuvres d’art universelles et hautement symboliques.

You started out as a sculptor. What attracted you to jewellery? Wallace Chan : I spent my childhood learning to master Oriental sculpture as well as the Western art of gemstones. Over time I honed my methods and invented the “Wallace Cut”: a carving technique which creates an illusion in transparent materials by combining medieval cameo and intaglio into 3-dimension engraving. This unprecedented cutting technique won me the Hong-Kong Jewellery Design Grand Award, and confirmed my position in my art. I simply redefined jewellery as innovative and sophisticated sculptural art.

Vous avez débuté comme sculpteur, qu’est-ce qui vous a séduit dans la joaillerie ? Wallace Chan : J’ai passé ma jeunesse à apprendre et à maîtriser la sculpture orientale, ainsi que l’art occidental des gemmes. Au fil du temps j’ai affiné ma méthode et inventé la « Wallace Cut » : « une image gravée utilisant les techniques des camées, des intailles et du facettage des pierres en 3D ». Cette technique de ciselure sans précédent m’a valut le « Hong-Kong Jewelry Design Grand Award » et m’a ainsi confirmé dans mon art. En fait, j’ai simplement redéfini le bijou comme un art sculptural, innovant et raffiné. Vous citez souvent le penseur chinois Mencius qui dit « Grand est celui qui ne perd pas son cœur innocent ». Que représente cette phrase pour vous ? Walace Chan : Le « cœur innocent » dans ce contexte signifie l’amour. Avec l’amour on peut tout faire et tout accepter. L’amour englobe toutes les choses de l’univers. L’amour peut aussi être un gage de réussite, et en aidant les autres à réussir, on réussit soi-même. Un artiste ou un créateur qui ne connaît pas ou ne comprend pas l’amour ne peut comprendre le ciel et la terre et donc ne peut pas ni s’oublier ni se détacher des choses pour créer. C’est à travers cet oubli de soi que naissent les idées.

You often quote the Chinese philosopher Mencius, who said “The great man is he who does not lose his child’s heart”. What does this mean to you? Wallace Chan : The “child’s heart” in this context means love. And with love we can do and accept anything. Love surrounds everything in the universe. It can also be proof of success, and helping others to succeed means we succeed ourselves. Artists and designers who do not know or understand love cannot understand heaven and earth, and therefore cannot forget or detach themselves in order to properly create. It is through this “forgetting oneself” that ideas are born.

113


Etrange & Magique. You use an innovative setting method. Can you tell us more about it? Wallace Chan : I actually use a method called “material on material” as opposed to “mounted material”. For example, the “Innocent Heart” ring showcases one of my innovative setting methods called “diamond claw setting”. I don’t use traditional metal claws, so that the diamonds and gemstones themselves are used as links, thereby revealing their true purity and richness. You use titanium in your creations. What are the advantages of this material? Wallace Chan : The main advantage is that the human body has a very high tolerance to titanium, which explains why it is increasingly used in medicine. The mass of titanium is also around 1/6 of that of gold, which means six times more exploitable mass. And there is no need to galvanise it to change its colour. You simply have to rework the chemical structure of its surface and you can have up to seven different colours!

Vous utilisez une méthode novatrice de sertissage, pouvez vous nous l’expliquer ? Walace Chan : En effet, la méthode que j’utilise est « matière sur matière » et non « matière sur support ». Par exemple, la bague « Innocent Heart » met en pratique une de mes méthodes novatrices de sertissage, appelée « par griffes diamant ». Les griffes en métal traditionnelles sont exclues, pour que diamants et pierres soient utilisées comme attaches, révélant ainsi toute la pureté et la richesse de la pierre principale. Vous utilisez le Titane dans vos créations, quels sont les avantages de ce matériau ? Walace Chan : Le premier avantage est que le corps humain tolère très bien le titane, ce qui explique d’ailleurs qu’en médecine on l’utilise de plus en plus. Par ailleurs la masse du titane équivaut à 1/6e de celle de l’or, ce qui permet donc 6 fois plus de masse exploitable. Et enfin, il est inutile de galvaniser la matière pour obtenir une autre couleur il suffit de changer la structure chimique de la surface du titane pour obtenir jusqu’à sept couleurs différentes.

114


115


Vous avez une prédilection pour les pierres précieuses, pourquoi ? Walace Chan : Chaque pierre à sa propre personnalité dirais-je. En fait quelque soit la pierre, je la regarde encore et encore jusqu’à m’oublier devant cette pierre, à cette instant là elle devient vie. En résumé, je peux aimer toute pierre dès lors que je peux communiquer avec celle-ci. Les pierres précieuses rouges vont m’apporter de l’élan et de l’énergie, les bleues m’apporteront plus de calme… etc…

You seem to have a penchant for precious stones. Can you tell us why? Wallace Chan : I see each stone as having its own personality. Whatever the stone, I stare at it again and again in order to forget myself. And at that very moment it comes to life. I can love any stone as long as I can communicate with them. Precious red stones give me enthusiasm and energy, while blue ones calm me down, for example. And are we right in saying you work a lot with jade? Wallace Chan : Yes! I really like jade, both the green and the white varieties. It’s a fantastic material and very enjoyable to work with.

Vous travaillez également beaucoup le jade … Walace Chan : Oui c’est juste, j’aime beaucoup le jade, aussi bien le vert que le blanc. C’est une matière fabuleuse, très agréable à travailler. Vos bijoux sont de véritables « œuvres » uniques qui défient tous les codes de la joaillerie classique. Quelles sont les raisons de ce positionnement ? Walace Chan : C’est juste, mais cela ne signifie pas que je sois contre les traditions, bien au contraire car notre vie est basée sur la tradition, ce que je veux c’est essayer d’explorer et d’utiliser les traditions afin de me retrouver moi même. Je cherche à explorer la beauté de la nature afin de découvrir encore plus de choses. Je pars du concret que j’emmène vers l’abstrait pour revenir au concret. C’est une réinterprétation en somme. Pour avoir un bel avenir, il faut le créer.

Your jewellery creations are truly unique “works of art” that defy all the codes of traditional jewellery. Why did you take this stance? Wallace Chan : That’s right, but it doesn’t mean I’m against traditions. Quite the opposite! Our lives are based around tradition. What I want is to try to explore and use traditions in order to find myself. I’m looking to explore the beauty of nature to discover so much more. I take our solid foundations and make them abstract, in order to return to reality afterwards. It’s a reinterpretation, if you like. If you want a good future, you have to create it yourself.

ByEugénia Hector 116


THE FOREST

RÉALISATION PHOTOGRAPHER ASSISTANT P ASSISTANT STY MODÈLE Elle Dowling@ MAKEUP ARTISTE Yoan HAIR STYLIST

118


T PALETTE

N Marz Atashi R Laurence Laborie PHOTO Sam YLE Remi Lecuyer @Mademoiselle Agency na TG using Mac cosmetic Yumiko Hikage

119


1.

2.

3.

4.

5.

6.


1- Sac bandoulière cuir bleu Klein, CARVEN. 2Mini sac modèle Carine medium en python vert, MICHAEL MICHAEL KORS. 3- Sac en velours vert et chaine, VERSACE. 4- Foulard en pashmina imprimé, MEESHA. 5- Petite valise roulante en cuir, TUMI. 6- Sac cabas en cuir bleu pétrole, LANCEL.

121


7- Pochette en cuir métallisé estampé « loewe », LOEWE. 8- Sac rectangulaire Nappa en cuir rouge et chaine dorée, EMANUEL UNGARO. 9- Sac bandoulière en cuir matelassé rouge et chaine argent, GEORGES HOBEIKA. 10- Sac seau en cuir rouge, LANCEL. 11- Sac Diorama porté sur l’épaule modèle Crocodile Marquetry rouge et prune à chaine, DIOR. Mini pochette bouche vernis rouge, RODOLPHE MENUDIER. 13- Derbies à talons et lacets en cuir rouge et bordeaux, BLUGIRL. 14- Sac nappa en cuir rouge et bandoulière à chaine, VERSACE. 15- Sac bandoulière cuir rouge corail, CARVEN. 16- Sac Diorama Exotic skin bi-couleurs, DIOR.

122


8. 9.

7.

11.

10.

12.

16.

14.

15.

Robe longue en mousseline de soie et jupon en tulle, GEORGES HOBEIKA. 123

13.


28.

25. 26.

30.

29.

23. 24.

27.

Robe cocktail en brocard couleur taupe, GEORGES HOBEIKA. Veste poncho en fourrure de renard roux, PLEIN SUD. Escarpins modèle Circus City gold, CHRISTIAN LOUBOUTIN. 124


17.

17- Pochette baguette modèle Toblerone camel rubis, LOUIS VUITTON. 18- Sac cabas check en toile enduite et cuir, BURBERRY. 19- Escarpins modèle Dorissima Clair de lune, CHRISTIAN LOUBOUTIN. 20- Escarpins en cuir vernis noir et boucle chaine, EMANUEL UNGARO. 21- Pochette entièrement brodée de sequins, L.K BENNETT. 22- Sandale à talons en cuir bronze, VIC MATIE. 23- Sac rectangulaire modèle Go14 métal argent, LOUIS VUITTON. 24- Mini sac bandoulière modèle Sweet Charity, CHRISTIAN LOUBOUTIN. 25- Grand sac Lady DIOR en veau et Ayers, DIOR. 26- Pochette baguette cuir vernis, CARVEN. 27- Mini sac blanc en cuir rigide, ELISABETHA FRANCHI. 28- Bottes grise talons rectangulaire, MARNI. 29- Collier ras de cou fleurs métal et strass, GIUSEPPE ZANOTTI. 30- Sac à main en cuir vernis noir, BLUGIRL.

18.

21.

20.

19.

22.

125


FASHIONABLE

MOMMY

CREATIVE DIRECTOR & FASHION EDITOR Marz Atashi PHOTOGRAPHER Olivier Ribardière www.olivier-ribardiere.com MAKEUP ARTIST Harold James used pour le teint Smooth Finish Flawless fluid Laura Mercier | Yeux: Velvet Shadow stick Nars | Lèvres Diorific haute couture Dior HAIR STYLIST Sadek L. used Bumble and bumble | Eléonore Greyl MANICURE Sadek L. ASSISTANTS STYLIST Remi Lecuyer|Ingrid Bonardin-Cadet| Killian Vartore ASSISTANT PHOTO Morgane Lemat ASSISTANT HAIR STYLIST Benjamin Sultan MODELS Joy Hellinga @ChrystalAgency| Danielle Meissner @MastersModels MODELS KIDS Elian Atashi 2 ans | Carla 4 ans | Shyrelle 4 ans | Marceau 7 ans. LOCATION Studio La Plateform www.laplateform.com DÉCOR Meuble en velours rouge & cheval de manège ANTIQUITÉS LASSAUSSOIS www.antiquiteslassaussois.com| Lustre en cristal & paravent métallique IKEA | Tapis zébré & chandelier doré MAISON DU MONDE| Malles grand format monogramme LOUIS VUITTON | Peluches JellyCat http://www.jellycat.com


Joy Robe drapée en mousseline dévorée dorée. HOUSE OF CB London. Escarpins ajourés crème en cuir, GIUSEPPE ZANOTTI. Collier à fleurs strass incrusté, GIUSEPPE ZANOTTI. Marceau Chemise bleue à empiècement gris, LITTLE MARC JACOBS. Nœud de papillon satiné gris, GRAIN DE BLE. Pantalon chino en gabardine beige, CARREMENT BEAU.Baskets à scratch bleu marine, HUGO BOSS.


Joy Trench coat en coton mélangé couleur nude, HOUSE OF CB London. Robe en soie imprimée seventies, BCBG MAX AZRIA. Crop top crème en nylon, HOUSE OF CB London. Sac en poulain et cuir rouge bi-matière, BLUMARINE. Sandales à talons en cuir nude, CHRISTIAN LOUBOUTIN. Collier à cristaux blancs, SHOUROUK.


Joy Robe en soie imprimé plissée à, ETRO. Manteau en jacquard bleu à bordures patchwork, Total look ETRO. Bottes en dentelle ajourés noir, GIUESEPPE ZANOTTI. Sac bandoulière en cuir graphique, FURLA. Danielle Manteau en jacquard à imprimé seventies, ETRO. Chemise bleue et noire, GAUCHERE Paris. Pantalon imprimé patchwork, ETRO. Sandales à talons bordeaux à sequins dorés, TOMMY HILFIGER Collection.


Joy Cape en laine vierge à sequins rose ; Robe chasuble en laine brodée de sequins ; et Salomés incrustés de cristaux crème, total look DOLCE & GABBANA. Carla Robe chasuble rose en laine brodée de sequins ; Ballerines salomés incrustés de cristaux en cuir vernis, total look DOLCE & GABBANA Kids. Chaussettes blanches à dentelles, FALKE. Marceau Chemise en coton à imprimé urbain ; Veste bleu quadrillé noir ; Pantalon gris quadrillé, total look PAUL SMITH. Casquette bleu marine, COS. Baskets à scratch bleu marine, HUGO BOSS.


Joy Robe longue noire en velours et gabardine de laine ; Collier à pompon et ornements strass noir ; Boucles d’oreilles pendantes à franges noires, Total look LANVIN. Salomés transparentes à bordures noires en PCV, CHRISTIAN LOUBOUTIN. Danielle Manteau rouge en laine mélangée ; Robe à décolleté sans manches avec ceinture bordeaux ; Sandales à talons bordeaux à sequins dorés, Total look TOMMY HILFIGER Collection. Bas en voile noir WOLFORD. Sac cabas Paloma en cuir noir rouge et léopard, CHRISTIAN LOUBOUTIN. Carla Robe multicolore en crêpe de soie et tulle, BABY DIOR. Collant rouge, FALKE. Mocassins noires en cuir verni à nœud, JACADI.


Joy Caban en laine effilé bleu marine ; Robe en coton et soie corail ; Cuissardes en cuir souple bleu et noir à talons carré ; Sac «Diorissimo» en cuir de vachette et python, rouge, Total look CHRISTIAN DIOR. Danielle Manteau imprimé floral marron, BLUGIRL. Pantalon large satiné rose, INDIE. Top déstructuré orange, INDIE. Escarpins en cuir rouge, CHRISTIAN LOUBOUTIN. Collier de perles émeraude PHILIPPE FERRANDIS.


Danielle Chandail en maille fine noir et mauve ; Pantalon en velours imprimé ; Boots pointus en cuir noir à chaussettes ; Echarpe en fourrure bicolore, Total look SONIA RYKIEL. Carla Manteau en laine rose saumon, CHLOE. Robe en soie à volants ros, CHLOE. Bonnet en laine tricotée blanc et rose, Z GENERATION. Mocassins noires en cuir verni à nœud, JACADI. Chaussettes en laine rose, FALKE. Marceau Pull en cachemire zippé, noir et rouge, Junior GAULTIER. Pantalon rouge en velours côtelé Junior GAULTIER. Baskets noir à lacets bicolores, HUGO BOSS.


Joy Robe longue en soie bleue électrique, ANDREW GN. Collier à grosses perles vertes, PHILIPPE FERRANDIS. Escarpins transparentes et noires en PCV, CHRISTIAN LOUBOUTIN. Shyrelle Manteau bleu marine, JEAN BOURGET. Robe dorée avec ceinture à nœud noir, TARTINE & CHOCOLAT. Chapeau en feutre bleu marine, CARREMENT BEAU. Ballerines à brides en cuir verni noir, JACADI. Collants blanc à fils dorés, FALKE.


Shyrelle Manteau bleu marine, JEAN BOURGET. Robe dorée avec ceinture à nœud noir, TARTINE & CHOCOLAT. Ballerines à brides en cuir verni noir, JACADI. Collants blanc à fils dorés, FALKE. Elian Veston/gilet noir en coton mélangé, KARL LAGERFELD kids. Chemise en coton blanche, LITTLE MARC JACOBS. Pantalon noir, 3 POMMES. Baskets en cuir de vachette, CYRILLUS.


Joy Combinaison en soie, verte et noire, ROBERTO CAVALLI. Ceinture en cuir noire JITROIS. Sandales à talons bordeaux à sequins dorés, TOMMY HILFIGER. Danielle Pull en laine imprimé abstrait gris et vert ; Chandail en laine imprimé abstrait gris et vert ; Pantalon gris métallisé, Total look MARC CAIN. Derbies à talons rouge et noir, BLUGIRL. Carla Veste en cuir, Junior GAULTIER. Robe à tulle rouge à pois, Junior GAULTIER. Mocassins noires en cuir verni à nœud, JACADI. Chaussettes en laine blanche, FALKE.


Shyrelle Gilet en laine à pompons multicolores ; Jupe en tulles à pompons multicolores Total look BILLIBLUSH. Col en fourrure nude, CARREMENT BEAU. Ballerines à brides en cuir verni noir, JACADI. Chaussette à motifs multicolores, JEAN BOURGET. Serre-tête à ruban bleu et vert, clips à cheveux et collier, COS. Marceau Sweater en coton noir à motifs blancs, KENZO kids. Pantalon en denim gris, LITTLE MARC JACOBS. Baskets imprimés, BILLYBANDIT. Chapeau haut de forme noir MURMUR BY SPIRIT.


pub lover skin

BEAUTE

Come Explore Southwest Florida’s Gulf Coast

A Little Corner of the World we call paradise3 R

elax on a private beach, swim in the Gulf of Mexico or kayak with the manatee and dolphins in the natural beauty of this romantic oasis. • All-suite accommodations • Private balconies • Voted best waterfront restaurant on the island

www.LoversKey.com


NOTRE BEAUTY EDITOR VOUS A SÉLECTIONNÉ PLUSIEURS IDÉES CADEAUX POUR CÉLÉBRER NOËL EN BEAUTÉ.

BEAUTY EDITOR Marz Atashi PHOTOGRAPHER Gilles Voisin ASSISTANT Remi Lecuyer

BEAUTY

Coffrets ultra-limités, flacons légendaires revisités ou encore palettes make-up collectors…


1-Mini rouge à lèvres The Sofia, MARC JACOBS BEAUTY. Prix : 28,95 €. En vente chez Sephora. 2- Vernis à ongle #Big Apple Red, OPI. Prix : 13,95 €. 3- Vernis à ongle #Red, OPI. Prix : 13,95 €. 4- Vernis à ongles Le Vernis #18 Rouge Noir, CHANEL. Prix: 24 €. 5- Eau de toilette Boss The Scent, HUGO BOSS. Prix : 80,50 €. 6- Vernis à ongles In Love #Madame Tulipe, LANCOME. Prix : 18,50 €. 7- Dolce Matte Lipstick #Blood 644, DOLCE & GABBANA. Prix: 34 €. 8- Eau de parfum Féerie Rubis, VAN CLEEF & ARPELS. Prix : 98 €. 9- Eau de parfum Intense Essenza, ROBERTO CAVALLI. Prix : 100 €. 10- Vernis à ongles #Fiamma, DOLCE & GABBANA. 23 €. 11- Le Vernis couleur intense #07 Grenat Inité, GIVENCHY. Prix: 24 €. 12- Baguette de 6 gloss, SEPHORA. Prix: 9,95 €. 13- Clinique Pop Rouge intense + Base #07 Passion pop, CLINIQUE. Prix: 23 €. 14- Rouge à lèvres Kiss Me #Magic Dessert, SEPHORA. Prix: 6,95 €. 15- Kit de maquillage à lèvres, TOO FACED. Prix: 23,95 €. En vente chez Sephora. 16- Le Rouge crème galbant KissKiss #345, GUERLAIN. Prix: 36 €.

8

5 7

9

1

2

3

4

6


12

15 10 13

11

14

16


17- Dolce Lipstick collection Sisilian Jewels #Topaze, DOLCE & GABBANA. Prix : 34 €. 18- Eau de parfum Santal Royal, GUERLAIN. Prix : 145 €. 19- Eau de parfum N°5, CHANEL. Prix : 71,50 €. 20- Eau de parfum Goldea, BULGARI. Prix : 98 €. 21- Eau de Parfum pour femme The One, DOLCE & GABBANA. Prix : 90,50 €. 22- Eau de parfum Le Ballet de Noel, REPETTO. Prix : 91,50 €. Édition limitée. 23- Eau de parfum First Rosée D’Or, VAN CLEEF & ARPELS. Prix : 85 €. 24- Eau de parfum J’adore Touche de Parfum, DIOR. Prix : 93 €. 25- Coffret Parfum Daliah Divin Le Parfum en Musique, GIVENCHY. Prix : 129 €. En édition limitée. 26- Ombre à paupières Perfect Mono #Beige Gold, DOLCE & GABBANA. Prix : 32 €. 27- Vernis Diorific #227 Gris-Or, DIOR. Prix : 26,50 €. Noël 2015 Edition Limitée. 28- Rouge à lèvres Diorific Mat #430 Radieuse. Dior. Prix : 36,90 €. Noël 2015 Edition Limitée. 29- Vernis Diorific #001 State of Gold, DIOR. Prix: 26,50 €. Noël 2015 Edition Limitée. 30- Eau de parfum Minuit d’Or, LOLITA LEMPICKA. Prix : 99,50 €. 31- Chubby Stick Illuminateur Visage Teinte: 01 Hefty Highlight, CLINIQUE. Prix: 24 €. 32- Vernis In Love Top Coat 555 Gold, LANCOME. Prix : 18,90 €. 33- Pot de paillettes pour visage et corps #Gold, SEPHORA. Prix : 6,95 €. 34- La poudre libre 29 faubourg Saint Honoré, LANCOME. Prix : 48 €. 35- Eau de parfum vaporisateur 24K Brillant Gold, MICHAEL KORS. Prix : 96,50 €. 36- L’édition limitée des Météorites Flocons Enchantés, GUERLAIN. Prix : 65 €. 37- Fond de teint Eclat Correction Teint SPF15 Even Better #06 Honey, CLINIQUE. Prix: 36,95 €. 38- Gloss Lèvres Glacées #Bronze Gold Accent, LAURA MERCIER. Prix: 27 €. 39- Fond de teint peau nue Teint Miracle #05, LANCOME. Prix : 45,50 €. 40- Vernis à ongles #Beige, DOLCE & GABBANA. 23 €.

23 25

20 18

22

24

17

19

21

26


39 35

30

36

38

31

32 34

29

27

37

28

40 33


41- Lipsticker Shine #No Shame, NARS by STEVEN KLEIN. Prix: 26 €. 42 - Pot de paillettes pour visage et corps #Silver, SEPHORA. Prix : 6,95 €. 43- Eau de parfum Intense Au Masculin, LOLITA LEMPICKA. Prix : 84,90 €. 44- Ombre à paupières #Mortal, NARS by STEVEN KLEIN. Prix : 25 €. 45- Duo d’ombres à paupières Le Chrome Luxe #Tobet, CHANTECAILLE. Prix : 57 €. 46- Coffret Eau de Toilette Gentleman Only casual chic, GIVENCHY. Prix : 82 €. 47- Baume après-Rasage Gentleman Only casual chic, GIVENCHY. Voir coffret N°46. 48- Poudre Pressée d’Exception Météorites Voyage, GUERLAIN. Prix : 133 €. 49- Eau de parfum Deca¬dence, MARC JACOBS. Prix : 110 €. 50- La palette glacée pour les yeux, 6 couleurs, GIVENCHY. Prix : 65 €. 51- Démaquillant Express pour les Yeux Rinse-Off, CLINIQUE. Prix : 23,95 €. 52- Palette 5 ombres à paupières Hypnose #ST10, LANCOME by ANTHONY VACCARELLO. Prix : 50,95 €. 53- Vernis à ongle #Vert Sapin, OPI. Prix : 13,95 €. 54- Vaporisateur Universel, SEPHORA. Prix : 9,95 €. 55- Le baume couleur hydratant Repulpant KissKiss Roselip #R329, GUERLAIN. Prix: 34,50 €. 56- Palette ombres à paupières 8 couleurs, CLINIQUE. Prix: 43 €. 57- Concentré Réparateur Action Sur Mesure Clinique Smart, CLINIQUE. Prix : 74,50 €. 58- Le rouge couleur intense #305 Rouge Egérie, GIVENCHY. Prix: 35,50 €. 59- Vernis à ongle #Bleu Roi, OPI. Prix : 13,95 €.

50 46 47 43

41

44 42

48 45

49


57 51

54 53

56

52

59

55 58


60- Brillant à lèvres Kiss The Moon, SEPHORA. Prix : 3,95 €. 61- Eau fraîche La Petite Robe Noir Ma Robe Pétales, GUERLAIN. Prix : 72 €. 62- Eau de toilette L’Homme Idéal Cologne, GUERLAIN. Prix : 62 €. 63- Eau de parfum Shalimar Souffle de Parfum, Edition Limitée, GUERLAIN. Prix : 96,50 € 64- Eau de parfum Boucheron place Vendôme White Gold, BOUCHERON. Prix : 125 € 65- Eau de parfum Aromatic In White, CLINIQUE. Prix : 102 €. 66- Nailift La Base Soin Perfectrice et Protectrice, GUERLAIN. Prix : 22,90 €. 67- Gold Baume de rose parure, BY TERRY. Prix : 27,90 €. Vente exclusive chez Sophora. 68- Le baume couleur hydratant Repulpant KissKiss Roselip #R371, GUERLAIN. Prix: 34,50 €. 69- Vernis à ongle #Blanc cassé, OPI. Prix : 13,95 €. 70- Rouge à lèvres complet d’exception Rouge G #867 Merveilleux rose, GUERLAIN. Prix : 45,50 €. Noël 2015 Edition Limitée. 71- Vernis à ongle #Rose poudre, OPI. Prix : 13,95 €.

63

61

60

62 64


65

69

66

68

71

67

70


Beauty News...

par Margaux Frick

LIÉRAC, Hydragenist Skincare Range Oxygen stimulates the activity of cells able to synthesise moisture sensors used to rehydrate the skin from within. A new beauty treatment has been developed based on this technique: tissue oxygenation. It consists of applying oxygen combined with hyaluronic acid and vitamins. This boost of oxygen and vitamins plumps and moisturises the skin on both a deep and superficial level. Moisturises and plumps, smooths little wrinkles and gives a radiant complexion. Moisturising Gel-Cream: €38 / Moisturising Aqua Balm: €38 / Moisturising Serum: €40. www.lierac.fr LIÉRAC, Gamme Hydragenist L’oxygène stimule l’activité des cellules capables de synthétiser les capteurs d’eau pour réhydrater la peau de l’intérieur. S’inspirant de ces bienfaits, une nouvelle technique esthétique a vu le jour : l’oxygénation tissulaire. Elle consiste à pulvériser dans la peau de l’oxygène associé à de l’acide hyaluronique et des vitamines. Ce flash d’oxygène et d’actifs permet de repulper la peau en profondeur et en surface. Hydrate et repeuple, lisse les ridules et donne un teint éclatant. Gel-Crème Hydratant :38€ / Aquabaume Hydratant : 38€ / Sérum Hydratant : 40€. www.lierac.fr

KARAWAN, Beautiful Feet : Perfect for enjoying steam room rituals and treatments at home. This box contains : 1 Powdered Alum Stone – Crafted using mineral salts extracted from natural quarries. Used as a natural deodorant and aftershave, it regulates secretions and neutralises odours while allowing the skin to breathe. Does not contain aluminium oxide or ammonium. 1 Natural volcanic pumice stone – For soft, gentle skin and increased hydration. The Karawan exfoliating glove smooths and softens skin while stimulating cell regeneration and blood circulation. Nigella Oil – Also known as Black Cumin, this product is a real miracle cure for skin problems. Suitable for all skin types, especially greasy or damaged skin. Renowned for regenerating the skin and reinvigorating the scalp. It can be used pure or diluted with sesame oil. 1 Organic cotton Fouta towel – A perfect companion for daily bathing and relaxation routines. This Tunisian towel is also very useful for baby care, and its light, absorbent qualities make it a must-have for the modern traveller. Depending on your need, it can be used as a towel, a cover, a paréo, a tablecloth or a massage sheet. It dries quickly and can be easily folded up and stored in a bag. Price: €42. www.karawan.fr KARAWAN, Beauté des Pieds : Pour reproduire chez vous les rituels de soins du Hammam. Ce coffret comprend : 1 Pierre d’Alun en poudre - Formée de sels minéraux extraits de carrières naturelles. Utilisée comme déodorant naturel et comme après rasage, elle régule les sécrétions et neutralise les odeurs tout en laissant la peau respirer. Sans oxyde d’aluminium et sans amonium. 1 Pierre ponce volcanique brut - La peau retrouve sa douceur et une meilleure hydratation. Le gant exfoliant de gommage Karawan lissent la peau, en affinent le grain et stimulent le renouvellement des cellules ainsi que la circulation du sang. Huile de Nigelle - Dénommée aussi Cumin noir, c’est une véritable panacée pour les maux cutanés. Convient à tous types de peaux, en particulier grasses ou à problèmes. Reconnue pour regénérer la peau et tonifier le cuir chevelu. S’utilise pure ou diluée avec l’huile de sésame. 1 Fouta en coton biologique - Elle accompagne les gestes quotidiens du bain et de la détente… Également très pratique pour le soin des bébés sa légèreté et ses qualités absorbantes en font aussi le compagnon du voyageur moderne. S’adapte selon les besoins en serviette, plaid, paréo, nappe, drap de massage… Sèche rapidement et se plie facilement dans un sac. Prix : 42€. www.karawan.fr

150


WONDERSTRIPES, Moisturising mask: The Wonderstripes hyaluronic moisturizing booster face mask made of bio-cellulose and collagen is suitable for all skin types. Bio-cellulose is very fine, flexible natural Nano-fibre which adapts to the contours of the face like a “second skin” with a high absorption capacity. For instantly youthful, deeply moisturised and smooth skin with a healthy glow. Price: €14.90 individually and €59.90 for five. www.wonderstripes.fr WANDERSTRIPES, Masque hydratant : Le Masque en biocellulose pour le visage à l’acide hyaluronique et au collagène Wonderstripes est adapté à tous types de peaux. La biocellulose est une nano-fibre naturelle très fine et flexible qui s’adapte aux contours du visage comme une «seconde peau» ayant une capacité d’absorption élevée. La peau est instantanément lumineuse, hydratée en profondeur et lissée pour une peau jeune et rayonnante. Prix : 14,90€ l’unité et 59,90€ les 5. www.wonderstripes.fr

STRIVECTIN, Advanced Night Art : The Advanced Retinol Night Treatment Cream from StriVectin is a cream that targets signs of aging and keeps skin looking younger. Adapted for more mature skins, this cream is created with a combination of NIA-114 formula and retinol to provide an extra powerful treatment. The Advanced Retinol Night Treatment Cream from StriVectin will make your skin look younger with a fresh, healthy glow. Price: €105. www.sephora.com STRIVECTIN, Art night advanced : La Crème de Nuit Advanced Retinol Night Treatment de StriVectin est une crème qui lutte contre les effets de l’âge et le vieillissement de la peau. Adapatée aux peaux matures, cette crème est formulé à l’aide du complexe NIA-114, et du retinol pour une action optimale. La Advanced Retinol Night Treatment de StriVectin est une crème qui va rajeunir votre peau, pour un teint frais et éclatant de santé. Prix : 105€. www.sephora.com

CHANEL, Sublimage L’Extrait : Intensive Recovery Treatment with proven results. In every drop of SUBLIMAGE L’Extrait, Chanel has developed a highly-concentrated essence of a natural treasure: Vanilla Planifolia. A treatment with the texture of precious oils which repairs and regenerates skin in just four weeks. Price: €471. www.chanel.com CHANEL, Sublimage L’Extrait : Traitement Reconstituant Intense d’une efficacité démontrée, SUBLIMAGE L’Extrait concentre dans une seule goutte tout le pouvoir d’un trésor naturel dont CHANEL a extrait la quintessence : Vanilla Planifolia. Une cure à la texture huile précieuse pour une réparer immédiatement et reconstituer en 4 semaines. Prix : 471,00€. www.chanel.com

151


L. RAPHAËL

Une ligne de soins cosmétiques étoiles

5

L. Raphaël, c’est à la fois une ligne de cosmétiques premium et des adresses prestigieuses sur Genève, Cannes, New York et Moscou.

La vie ne tient qu’à un fil et peut orienter un destin. C’est ainsi qu’à la suite d’une brûlure du visage à l’âge de 18 ans que Ronit Raphael s’est littéralement passionnée pour les soins de la peau. À l’origine de la marque éponyme L.RAPHAEL qu’elle lance Genève en 1986, elle reçoit le Ernst & Young Entrepreneur de l’Année en 2003. Depuis, elle n’a cessé son expansion et les ouvertures d’instituts.

152


E

n collaboration avec le Docteur Gumener, spécialiste dans le domaine de la médecine esthétique et une équipe de recherche de haut niveau dirigée par le Professeur Shinitzky, Ronit Raphael a mis au point des traitements et produits spécifiquement formulés pour pénétrer au-delà de la surface de la peau, et stimuler la production de collagène afin d’inverser les signes visibles du vieillissement. Précurseur dans les traitements à base d’oxygène et d’ultra-sons, la marque a ainsi révolutionné la science des soins de la peau avec son brevet exclusif LEC 40, un complexe lipidique alliant lécithine, omega-protéines et vitamines. La cosmétique en douceur et à fleur de peau, telle pourrait être la signature de L.Raphael. Car l’effet d’un soin à base d’oxygène est un luxe extrême dont le résultat immédiat

est sidérant. Une expérience à découvrir ! Sofia Coppola, Emma Watson, Julianne Moore, Shakira, Tilda Swinton, Meg Ryan, Bill Murray, Ray Liotta, Princesse Noor de Jordanie… sont les clientes les plus chics et célèbres de la marque qui, après un premier institut en 2004, rue du Rhône, la plus prestigieuse rue commerçante de Genève, a installé un deuxième centre à New York sur 250m2 avec vue panoramique sur Central Park. La marque privilégie aussi le concept des beauty spas, du Grand Hyatt Hôtel Martinez à Cannes sur la Croisette, au Four Seasons de New York jusqu’à Moscou à l’Hotel Nikol’skaya. Pour en savoir plus : www.l-raphael.com

Par Florence Batisse-Pichet

153


L. RAPHAテ記

A five-star line of cosmetics


L. Raphael is both a top-end line of cosmetics and a list of prestigious institutes in Geneva, Cannes, New York and Moscow.

Life hangs by a thread, and the smallest event can change someone’s destiny. Case in point, after Ronit Raphael suffered facial burns at the age 18 she developed an intense passion for skin treatments. After launching her brand L. RAPHAËL in Geneva in 1986, she received the Ernst & Young Entrepreneur of the Year Award in 2003. She has continued expanding her brand and opening institutes ever since.

W

orking alongside Doctor Gumener, a specialist in the field of aesthetic medicine, and a high-level research team headed by Professor Shinitzky, Ronit Raphael developed treatments and products specifically designed to penetrate beneath the skin and stimulate collagen production to reverse the visible signs of aging. The brand is a pioneer in oxygen- and ultrasound-based treatments, and revolutionised the field of skin treatments with its exclusive, patented LEC 40 formula – a hydro-lipid complex combining lecithin, omega-proteins and vitamins. Gentle, sensitive cosmetics have become L. Raphael’s signature. The effect of an oxygen-based treatment is a true luxury whose immediate results are overwhelming. We can’t recommend it enough! Sofia Coppola, Emma Watson, Julianne Moore, Shakira, Tilda Swinton, Meg Ryan,

Bill Murray, Ray Liotta, Princess Noor of Jordan are among the brand’s highly chic and famous clients. After launching its first institute in 2004 on the rue du Rhone – Geneva’s most prestigious shopping street – the brand opened a second space in New York, spanning 250m² and offering panoramic views of Central Park. L. Raphael is also present in beauty spas in establishments such as the Grand Hyatt Hotel Martinez on the Promenade de la Croisette in Cannes, the Four Seasons in New York and even the Hotel St. Regis Nikolskaya in Moscow. Visit www.l-raphael.com to find out more.

Par Florence Batisse-Pichet

155


Beauty secrets from…

BLAKE LIVELY Quite simply beautiful ! The sensual and magical Blake Lively elegantly embodies all the modern codes of Hollywood glamour. She has become a leading beauty icon for an entire generation and is now one of the L’Oréal Paris ambassadors, representing the hair treatment range Elvive Fibrology and the hair colour ranges Prodigy and Préférence Glam Highlights. __ Sensuelle et magique, Blake Lively incarne, avec élégance, tous les codes modernes du glamour hollywoodien. Devenue une véritable icône de beauté pour toute une génération, elle fait aujourd’hui partie des égéries de L’Oréal Paris, représentant la gamme de soins cheveux Elsève Fibralogy ainsi que les

156


Belle, tout simplement ! Her beauty icon : Her mother, because her style has developed over time and has always suited her age. She never seems to age. She loves the natural, effortlessness. It’s particularly seductive as she never looks like she has spent hours in front of the mirror, and everything suits her.

Son idole de Beauté : Sa mère car son style évolue avec le temps et qu’elle est toujours bien dans son âge, sans avoir l’air de vieillir du tout. Elle adore ce côté naturel, sans effort, c’est si séduisant car elle n’a jamais l’air de passer beaucoup de temps à s’apprêter et tout lui va.

Her perfume : The feminine, bubbly Burberry fragrance “The Beat”. A floral, woody musk with notes of tea and iris flowers.

Son parfum : la fragrance féminine et pétillante Burberry « The Beat ». Un floral-boisé musc aux notes de thé et d’iris.

Her beauty tip : Coconut oil: she admits she took this idea from her mum! Every time she shampoos she adds a little coconut oil to her hair tips and behind her ears for extra nourishment. Another surprising tip is to mix the oil with blueberries to make your own exfoliant scrub. And according to Blake, coconut oil also enriches skin cells!

Son astuce beauté : L’huile de coco : Elle avoue tenir cette habitude de sa mère. Elle en met avant chaque shampoing au niveau des pointes et derrière les oreilles pour nourrir ses cheveux. Plus surprenant, elle la mélange également avec des myrtilles, pour fabriquer son propre exfoliant. Selon ses dires, l’huile de coco enrichit les cellules de la peau.

Her best treatment : Crème de la Mer body lotion: She says it’s her BEST tip for silky soft skin. According to Blake, this lotion gives you soft skin all day long.

Son soin : La Crème de la Mer : Elle l’assure, c’est SON astuce pour avoir une peau de bébé. Selon Blake, cette crème procure une sensation de douceur durant toute la journée.

Her recipe for great skin : “Oxygen facials”, a unique technique (a serum mixed with oxygen) which really penetrates the skin.

Sa recette belle peau : « L’oxygen facials », une technique particulière (un sérum mélangé à de l’oxygène) qui permet de nettoyer la peau en profondeur.

Her makeup : Subtle but glamourous. She starts with a base of moisturising cream and a little Chanel foundation (always the same colour as her complexion), which she likes using for its smoothness. She applies a few retouches with a concealer twice as light as her complexion in order to give her face a bit more glow. The then puts on a little pink blush with a large brush, starting at her cheekbones and moving up to her temples. The finishing touch is a lip-gloss from the brand “Tarte”.

Son make up : Sobre mais glamour. Elle commence par poser une crème hydratante, un peu de fond de teint (surtout de la même couleur que sa carnation) Chanel dont elle apprécie l’onctuosité. Quelques retouche à l’aide d’un crayon correcteur d’une teinte deux fois plus claire que celle de sa peau pour éclairer son visage. Et enfin, du blush rose appliqué avec un gros pinceau en débutant sur la pommette et remonte vers les tempes. Touche finale, du gloss de la marque « Tarte ».

Her eyes : She adds a sensual side to her stare by applying a silvery shadow to the edges of her eyelashes under her eyes. One line of eyeliner and two layers of mascara and she’s done!

Son regard : Pour ajouter une touche sensuelle à son regard, elle pose une ombre argentée à la lisière de ses cils, sous l’oeil. Un trait d’eye-liner, deux couches de mascara et voilà ! 157


“Beauty comes from self-confidence.” Her skin protection : The “Awakening” cheek stain by Tarte

Her advice for staying fresh after getting off the plane Homeoplasmine cream for moisturising her lips, a little splash of perfume, and whatever she does, no makeup! Her “tricks” for radiant hair: To keep her hair shining and silky, Blake washes her hair every day with “Elvive Fibrology” shampoo. And to avoid too much waviness, she applies a nourishing smoothing balm to her wet hair. Her hairstyling tip : To get that wavy effect, she personally takes care of her waves. Her trick is to use sea water + pre-dry + a little mousse (to set them). She then puts her hair up in a bun, before letting them go all over her shoulders. And that’s it!

Her sport : Yoga and meditation. As Blake sees it, sport is more for keeping her mind healthy than her body. Her treat : She loves cooking and eating! It’s actually one of the things she loves most! Her little secrets : She uses the hairbrush from “Mason Pearson” to give that gorgeous mane a bit more volume and body. Every 6 or 8 weeks she goes to see her hair colourist Rona O’Connor, who is a real artists when it comes to keeping her colour in shape. Her advice: let your roots show a little to give the impression your highlights are natural.

Her obsession : Nails! Her bathroom actually looks like a nail salon! She loves showing off bubbly colours such as yellow, turquoise and coral in the summer. But when she’s on the red carpet she prefers to not match her nails with her outfit, as she thinks it’s sexier to leave her nails natural.

By Olivia d’Anville

158


Son conseil pour rester fraîche à la sortie de l’avion Homéoplasmine pour hydrater ses lèvres, remettre du parfum… mais surtout pas de maquillage ! Ses « trucs » pour des cheveux brillants : Pour conserver une chevelure brillante et soyeuse, Blake se lave les cheveux quotidiennement avec le shampooing « Elseve Fibrology ». Et pour éviter que ses cheveux n’ondulent trop, elle applique un baume lissant nourrissant sur sa chevelure mouillée. Son astuce coiffure : Pour obtenir un effet wavy, elle entretient elle-mêmee ses ondulations. Sa recette : de l’eau de mer + un pré-séchage + une noisette de mousse (pour les fixer). Ensuite, elle attache ses cheveux en chignon, avant de les relâcher en cascade sur ses épaules. Et voilà, le tour est joué ! Son obsession : Les ongles ! Sa salle de bain ressemble à un véritable salon de manicure. L’été elle aime pouvoir mettre des couleurs pop, jaune, turquoise, corail. En revanche, sur tapis rouge, elle n’aime pas trop assortir son vernis à sa tenue, car elle trouve plus sexy de laisser ses ongles naturels. Sa protection solaire : le stick à joues « Awakening » de Tarte Son sport : Le yoga et la méditation. Pour elle, le sport c’est davantage un moyen d’entretenir son mental que son physique.

«La beauté s’enracine dans la confiance en soi.»

Son plaisir : Elle adore cuisiner et manger ! C’est même un de ses principaux plaisirs dans la vie Ses petits trucs confidentiels : Elle utilise la brosse de chez « Mason Pearson » pour donner volume et matière à sa crinière. Toutes les 6 à 8 semaines elle se rend chez sa coloriste, Rona O’Connor qui est une véritable artiste afin d’entretenir sa couleur. Son conseil : laisser les racines apparentes pour donner l’illusion que ses reflets sont authentiques.

Par Laurent Fialaix

159


Perfumes... by Margaux Frick

Parfums... par Margaux Frick

Perfume is writing, ink, a choice made in the first person, the dot on the i, a weapon, a courtesy, an element of an instant, a consequence. Beauty is the moment we look up. And to this day I am incapable of defining it. - Serge Lutens -

Hermès, Le Jardin de Monsieur Li : Le Jardin de Monsieur Li paints a picture of a Chinese garden between dreams and reality. A haven of meditation where meandering and thought are as one, where each step unshackles the imagination. Price: €100. Hermès, Le Jardin de Monsieur Li : Le Jardin de Monsieur Li raconte un jardin chinois entre réel et imaginaire. Un lieu de méditation où flânerie et pensée sont soeurs, où chaque pas libère l’imagination. Prix: 100€

Attache-moi, It Was a Time That Was a Time : Born of a joint-project between British artist Shezad Dawood and the French perfumer Nicolas Bonneville, this perfume offers marine harmonies and notes of smoky grey amber sprinkled with a pinch of immortality, and it a truly unique specimen. Price: €120 www.parfumsattachemoi.com Attache-moi, It Was a Time That Was a Time : Né de la collaboration entre l’artiste britannique Shezad Dawood et le parfumeur français Nicolas Bonneville, ce parfum aux accords marines,aux notes d’ambre gris fumé saupoudré d’une touche d’immortelle, est unique. Prix :120€ www.parfumsattachemoi.com

Chanel, Bleu : A spectacular story. An unexpected masculine spirit. Bleu de CHANEL is an ode to Man and his freedom. Created by Jacques Polge, the Head Perfumer at CHANEL, this perfume boasts three sensory facets: Freshness (Harmony of citrus fruits, Vetiver, Rose Pepper), Energy, with an intense climax to galvanise the senses (Grapefruit, Dried Cedar Notes, Labdanum), and Senses (Incense, Ginger, Sandalwood). Price: €77.50. www.chanel.com Chanel, Bleu : Un scénario spectaculaire. Un esprit masculin inattendu. Bleu de CHANEL incarne l’éloge de l’homme et de sa liberté.Composé par Jacques Polge, le Créateur des Parfums de CHANEL, ce parfum se déploie en 3 actes olfactifs : La fraîcheur (Accord agrumes, Vétiver, Baies roses), l’énergie : une ascension d’énergie piquante galvanise les sens. (Pamplemousse, Notes Cédrées sèches, Labdanum), les sens (Encens, Gingembre, Bois de Santal). Prix : 77,50€. www.chanel.com

160


Diana Broussard, Detaille : This elegant, sophisticated perfume exudes delicate woody notes. Its body is crafted around saffron and Moroccan cedar, complemented by subtle harmonies of bergamot cistus, tobacco, oud wood and patchouli. Price: €140. www.diana-broussard.com Diana Broussard, Detaille : Elégant et sophistiqué, ce parfum est délicatement boisé. Son cœur est construit autour du safran et de cèdre marocain, ajouté à quelques accords de bergamote, ciste, tabac, oud et de patchouli. Prix : 140€. www.diana-broussard.com

Diptyque, Oud Palao : Bulgarian rose, Laotian oud wood, Indian cypriol, Somalian incense, Madagascan vanilla, Sri Lankan sandalwood, Spanish cistus and Indonesian patchouli. Developed as carefully as a mosaic, Oud Palao combines the iconic fragrances of East and West. The oud wood resin, also known as “liquid gold”, marries with rose, vanilla, incense and cypriol to create an intense, hypnotic aura. Price: €105. www.diptyque.com Diptyque, Oud Palao : Rose bulgare, oud laotien, cypriol indien, oliban somalien, vanille malgache, santal sri lankais, ciste espagnol, patchouli indonésien- Imaginé avec soin tel un zellige, Oud Palao mêle les effluves emblématiques de l’Orient et de l’Occident. Le bois de oud, également appelé or liquide, se métisse à la rose, la vanille, l’encens et le cypriol. Un sillage intense et hypnotique. Prix : 105€. www.diptyque.com

Lalique, Encre Noire A l’Extrême : Bergamot, cypress, incense, vetiver (Java & Haiti), sandalwood and patchouli. This perfume reinvents masculine sensuality with a powerful harmony of cypress and vetiver. A new, woody intensity for a unique, unforgettable fragrance. Price: €110. www.lalique.com Lalique, Encre Noire A l’Extrême : Bergamote, cyprès, encens, vétiver (Java & Haïti), santal, patchouli. Ce parfum réinvente la sensualité masculine par un accord puissant de cyprès et de vétiver. Une nouvelle intensité boisée, pour un sillage unique et inoubliable. Prix : 110€. www.lalique.com

Maison Margiela, By the Fireplace : This perfume draws its inspiration from winters in Courchevel in the early 1970s. To conjure up the perfect time and place, combining the snow outside and the warmth of an open fire, this fragrance boasts frosted notes of chestnut and smoky wood. Price: €85. www.colette.fr Maison Margiela, By the Fireplace : s’inspire d’un hiver à Chamonix au début des années 1970. Pour évoquer ce moment et ce lieu, entre la neige au dehors et la chaleur d’un feu de cheminée, il contiendrait des notes givrées, de la châtaigne et des notes de bois brûlés. Prix : 85€. www.colette.fr 161


Diana Vreeland, Daringly Different : Inspired by Diana Vreeland travels in North Africa, this perfume opens out with notes of violet, iris, lily. It develops to reveal oud wood and moreish nuances of Turkish rose, before finishing on hints of Tonka bean and leather notes to create a truly hypnotic perfume experience. Price: €215. www.colette.fr Diana Vreeland, Daringly Different : Inspirée des voyages de Diana Vreeland en Afrique du Nord, ce parfum s’ouvre sur des notes de violette, d’iris, de fleur de lys, Vient ensuite l’oud avec des nuances de rose turque addictives, puis les fèves de tonka et des notes de cuir pour créer une expérience de parfum hypnotique. Prix : 215€. www.colette.fr

By Kilian, Voulez vous Coucher avec Moi : Designed to prolong the magic of love in the early hours of the morning, this perfume is both intense and festive. The vial is as black as night to accentuate the mysterious feelings of desire. Neroli, Gardenia, Ylang-Ylang, Tuberose and Bulgarian Rose combine beautifully with Sandalwood, Cedar and Vanilla. Price: €125. www.bykilian.com By Kilian, Voulez vous Coucher avec Moi : Conçu pour prolonger la magie de l’amour dans les petites heures, ce parfum à la fois intense et festif. La bouteille est noire comme la nuit la plus sombre et accentuant ainsi le côté mystérieux du désir. Néroli, Gardénia, Ylang-Ylang, Tubéreuse et Rose bulgare se mêlent au Santal, au Cèdre, et à la Vanille. Prix 125€. www.bykilian.com

Baccarat, Rouge 540 : This exceptional creation is for the House’s 250th anniversary. The eau de parfum Rouge 540 Baccarat awakens the senses with its delicate crystal and fruity aura. Limited edition 250 available. Price: €3,000. www.baccarat.fr Baccarat, Rouge 540 : Création exceptionnelle pour les 250 ans de la Maison, l’eau de parfum Rouge 540 Baccarat met les sens en éveil par son cristal délicat et son sillage fruité. Edition limitée de 250 exemplaires. Prix : 3.000,00 €. www.baccarat.fr

162


The essence of sheer luxury.

w w w. c o n s t a n c e h o t e l s . c o m


Lutens, Section d’or : Far more than a collection, Section d’Or is an exceptional product worthy of Serge Lutens. There are 5 fragrances to discover: “Cannibale”, “Cracheuse de Flammes”, “L’Haleine des Dieux”, “Renard Constrictor” and “Sidi Bel-Abbès”. These mysterious names and the accompanying fragrances leave no one indifferent, and Serge Lutens has pushed elegance to the extreme. The vial is crafted in beautifully dark mass-coloured glass, presented on an origami base. Price: from €480. www.sergelutens Lutens, Section d’or : Au-delà d’une collection, Section d’Or est la signature d’exception de Serge Lutens. 5 fragrances à découvrir : « Cannibale », Cracheuse de Flammes », « L’Haleine des Dieux », Renard Constrictor » et « Sidi Bel-Abbès ». Des noms plein de mystères et des fragrances qui ne laissent pas indifférents. Serge Lutens pousse ici l’élégance à son comble. Le flacon est en verre teinté dans la masse - présenté dans un écrin en origami. Prix : à partir de 480€. www.sergelutens.com com


3 Questions for… 3 Questions à… “Et pendant ce temps Simone veille”: A feminine masterpiece!

One half of this winning female duo is an author, stage director and actress, and was a journalist for a programme called “Le Fou du Roi” on the France Inter radio station. The other half enjoys regular second and third roles in films such as “Amélie”, “Yves Saint Laurent” and “Les Profs”. She is also a stage actor, and was nominated at the Molière Awards in 2010 for her role in Jean Anouilh’s “Colombe”. Trinidad and Fabienne Chaudat are currently working together on stage, alongside Serena Rinaldi and Agnès Bove, in “Et pendant ce temps, Simone veille…”, a feminist, feminine comedy as hilarious as it is moving. The play shot to success at the Avignon Theatre Festival this summer, and is currently in Paris. __ L’une, auteur, metteur en scène et comédienne, fut longtemps chroniqueuse dans « Le Fou du roi » sur France Inter. L’autre est abonnée aux deuxièmes et troisièmes rôles au cinéma (« Le fabuleux destin d’Amélie Poulain », « Yves Saint Laurent », « Les Profs »…). Au théâtre aussi : elle fut même nommée aux Molières en 2010 pour son rôle dans « Colombe » de Jean Anouilh. Trinidad et Fabienne Chaudat sont actuellement réunies sur scène (aux côtés de Serena Rinaldi et Agnès Bove) dans « Et pendant ce temps Simone veille… », une comédie féministe et féminine, hilarante et tendre, qui a triomphé au Festival d’Avignon l’été dernier. Et qui passe actuellement par Paris.

166


What inspired this play? Trinidad : During the DSK scandal I heard a renowned journalist say the whole thing was just a spot of “chambermaid chasing”. I almost fainted! How can we still be saying such things in 2011? With that in mind, I decided to write this play. It certainly deals with feminism, but it’s really a play about women more than anything else. And it’s funny, I promise! It’s not about teaching people lessons!

Is this play mainly aimed at women? T. : Certainly not! Quite the opposite in fact; many men have come to see us perform. I think it’s a play that speaks to everyone. F.C. : A man came backstage after the show the other day, and he had tears in his eyes. We felt like we’d achieved our goal. We want to reach out to everyone and inspire emotions and awareness about this topic which is still so relevant today.

What story are you trying to tell? Fabienne Chaudat : The play follows the lives of three women and their descendants, from the 1950s up to today. And there is no judgement, only laughter. And it’s not mean, of course. I play Simone, who represents both the concept of memory and the orchestrator of the show. She regularly appears to remind everyone of the progress made in women’s rights. * Studio Hébertot, 78bis bd des Batignolles, 75017 Paris. Until 10 January, then back in the spring.

« Et pendant ce temps Simone veille » : Absolument féminin !

Comment est née cette pièce ? Trinidad : En pleine affaire DSK, lorsque j’ai entendu un célèbre journaliste dire que tout cela n’était qu’une « petite affaire de détroussage de domestique » j’ai cru m’évanouir. Comment, en 2011, pouvait-on en être encore là ? Alors, j’ai décidé d’écrire cette pièce qui parle de féminisme certes, mais surtout des femmes. De façon drôle, j’insiste bien. Hors de question de donner des leçons !

Cette pièce s’adresse donc avant tout aux femmes ? T. : Pas du tout ! Au contraire. Beaucoup d’hommes viennent nous voir ! La pièce parle à chacun, je crois. F.C. : L’autre jour, un homme est venu après une représentation. Il avait les larmes aux yeux. Notre objectif était atteint : nous voulons toucher tout le monde et provoquer des émotions, une prise de conscience sur ce sujet toujours brûlant !

Qu’y racontez-vous ? Fabienne Chaudat : On suit le destin de trois femmes et de leurs descendances, des années 50 à nos jours. Sans jamais les juger. En en riant toujours. Avec bienveillance, évidemment. A leurs côtés, se trouve Simone, que je joue et qui est à la fois la mémoire et la Madame Loyal du spectacle. Elle vient régulièrement rappeler les grandes avancées de la cause des femmes.

* Studio Hébertot, 78bis bd des Batignolles, 75017 Paris. Jusqu’au 10 janvier, puis au printemps.

167


And that’s not all… Et aussi…

PARIS The fabulous Catherine Frot

Catherine Frot “Fleur de Cactus” is a comedy crafted according to true boulevard theatre traditions! Impeccably on-point and hilarious, the play is directed by the colourful Michel Fau. With lies, misunderstandings, and slamming doors, everything sparks and bubbles with fun. The eight actors have been unanimously praised, and Catherine Frot is, as ever, fabulous in her role. A real must-see.

CATHERINE FROT SUBLIME Fleur de cactus, une comédie dans la plus pure tradition du boulevard. Impeccable de justesse et d’humour, la pièce est mise en scène par le truculent Michel Fau. Mensonges, quiproquos et portes qui claquent... Tout ici est piquant et éclatant de gaîté. Les huit comédiens font un tabac et Catherine Frot est, comme toujours, extraordinaire dans son rôle ! * Théâtre Antoine, 14 Boulevard de Strasbourg 75010 Paris

168


NEW YORK A terrified Bruce Willis Bruce Willis’ latest role is waiting to be discovered on the stage of the Broadhurst Theater in New York, and film buffs and lovers of crime fiction will just love it. Bruce Willis plays Paul Sheldon, the author terrorised by his number one fan in “Misery”, adapted from Stephen King’s bestseller. Laurie Metcalf plays the second role originally given to Kathy Bates in the cinematic adaptation. Metcalf has previously appeared in Oliver Stone’s film “JFK” and in television programmes such as “Desperate Housewives” and “Grey’s Anatomy”.

Broadhurst Theater, 235 West 44th Street, New York, NY 10036. Until 14 February.

Bruce Willis terrorise C’est sur la scène du Broadhurst Theater que Bruce Willis se laisse découvrir. Dans un rôle bien connu des cinéphiles comme des amateurs de romans noirs. Il joue Paul Sheldon, l’auteur harcelé par sa fan numéro un dans « Misery » adapté du best-seller de Stephen King. Dans le rôle tenu à l’écran par Kathy Bates, Laurie Metcalf, vue au cinéma dans le « JFK » d’Oliver Stone et à la télévision dans « Desperate Housewives » et « Grey’s Anatomy ». Broadhurst Theater, 235 West 44th Street, New York, NY 10036. Jusqu’au 14 février.

169


Paris, London, Amsterdam and Frankfurt

The magical Cirque du Soleil

The Cirque du Soleil has returned to the French capital! Nestled in the Parc de Bagtelle under the Big Top, the Quebecer group present “Amaluna” (“mother” and “moon”). The story is set on a mysterious island governed by lunar cycles, and under the rule of the Amaluna goddesses. The show is an homage to femininity and mother-daughter relationships, weaved with magic, poetry and a pinch of the supernatural. Three quarters of the roles are played by women, set to the music of a fully-female band. Running until 3 January, the Cirque will then move to the Royal Albert Hall in London from 16 January onwards, before moving to the Amsterdam Arena on 17 March and arriving in Frankfurt in May.

Le Cirque du Soleil : Magique !! Le Cirque du Soleil a pris ses quartiers parisiens. Installé au Parc de Bagatelle sous le Grand Chapiteau, la troupe québécoise présente « Amaluna » (« mère » et « lune »). L’histoire se déroule sur une île mystérieuse régie par les cycles de la lune, sous l’emprise de déesses, les Amaluna. Une ode à la féminité et la relation mère-fille faite de magie, de poésie et de surnaturel, interprétée aux trois quarts par des femmes, sous la musique d’un groupe exclusivement féminin. Le spectacle se joue là jusqu’au 3 janvier, après quoi il s’installera au Royal Albert Hall de Londres à partir du 16. Puis près de l’Arena d’Amsterdam à compter du 17 mars. Et à Francfort en mai. Plaine des Jeux de Bagatelle, Route de Sèvres, 75016 Paris.

170


STANDING I N T E R N A T I O N A L

PARIS - CÔTE D’AZUR

LOCATION DE VOITURES AVEC CHAUFFEUR SERVICE RÉSERVATION (ouvert 24h/24 - 7j/7)

Catégorie Élégance Mercedes Classe C à partir de 79€

Catégorie Van Mercedes Viano à partir de 119€

Tél. : +33(0)1.64.77.48.01 +33(0)6.66.73.20.00 +33(0)6.66.35.20.00 Mail : contact@standinglimousines.com

Catégorie Luxe Mercedes Classe E à partir de 99€

Catégorie Prestige Mercedes Classe S à partir de 149€

POURQUOI NOUS CHOISIR ● Accueil personnalisé à l'aéroport ou à la gare ● Aucune file d'attente ● Chauffeur présentable, courtois, discret et professionnel ● Prise en charge de vos bagages par le chauffeur ● Véhicule luxueux, propre et banalisé ● Tarif fixe, communiqué lors de la réservation, quelque soit la durée du trajet www.standinglimousines.com


CORINE

BLUE-BOSSELET “A good actor is someone who hasn’t severed the link with the child they used to be.”

As well an actress, director, producer and author, Corine Blue-Bosselet is also one of our most famous artistic coaches. Despite being busy with the publication of her book “Acteur”*, she took some time out to talk with us. __ Actrice, réalisatrice, metteur en scène et auteur, Corine Blue-Bosselet est aussi l’une de nos plus célèbres coachs artistiques. Tandis que son livre, « Acteur »* vient de sortir, elle nous a reçus.

What inspired your new book “Acteur”? I wanted to explain the method I use in my courses and private coaching sessions. Other than Stanislavski, nothing like that had been published in France. “Acteur” was first published in 1999, and quickly sold out! I’ve now offered an updated version, with the addition of a chapter on the interplay between stage and screen, as well as around 15 new monologues and more than 30 practical exercises. I’ve also developed the themes of coaching and casting sessions.

De quelles intentions est né votre livre, « Acteur » ? J’avais envie de poser sur papier la méthode que j’utilise dans mes stages et dans mes coachings privés. Aucune (hormis celle de Stanislavski) n’avait été publiée en France. « Acteur » est paru une première fois en 1999 ; il a été rapidement épuisé. J’en propose une version réactualisée, enrichie d’un chapitre sur la différence de jeu entre cinéma et théâtre ainsi qu’une quinzaine de monologues inédits et plus de trente exercices pratiques. J’ai développé le thème du coaching aussi. Et celui des castings.

172


Corine Blue-Bosselet famously starred in the film “Savage Nights”, and also published “L’Oiseau Libre” (Ed. Nil Editions/J’ai Lu), in which she tells the story of her brother’s disappearance and her relationship with Cyril Collard. She then went on to write “Séparable” (Ed. JBZ & Cie), a cruel literary fable about passionate love. Trained at the Actors Studio by Lee Strasberg and Susan Batson, she now passes down what she learned in Los Angeles and New York to a vast range of artists. Valéria Bruni-Tedeschi, Guillaume Gallienne, Julie Gayet, Christian Vadim, Léa Drucker and Axelle Red are just few to have studied under her. Au cinéma, on a notamment vu Corine Blue-Bosselet dans « Les Nuits fauves ». En librairies elle signa naguère « L’oiseau libre » (Nil Editions/J’ai Lu), dans lequel elle racontait son frère disparu ainsi que son histoire avec Cyril Collard. Puis « Séparable » (éd. JBZ & Cie), une fable littéraire et cruelle sur l’amour-passion. Formée à l’Actors Studio par Lee Strasberg et Susan Batson, elle transmet à de nombreux artistes ce qu’elle a appris entre Los Angeles et New York. Valéria Bruni-Tedeschi, Guillaume Gallienne, Julie Gayet, Christian Vadim, Léa Drucker ou encore Axelle Red ont suivi son enseignement.

« Un bon acteur ? C’est quelqu’un qui n’a pas coupé le lien avec l’enfant qu’il a été. » Who is it aimed at? Beginners or experienced actors? Both! It’s an introductory manual for beginners and a memory-aid for experienced actors. I wanted to make my work accessible to all. With all of its exercises, “Acteur” is in fact a way of searching within one’s self, one’s own truth and the feelings different roles require. It’s also a way approaching these challenges with a fresh mindset, enthusiasm and the passion we all feel at the start. It can also be useful for anyone looking to develop their potential.

A qui s’adresse-t-il ? Aux débutants ou aux acteurs confirmés ? Aux deux. C’est à la fois un manuel de base pour les débutants et un aide-mémoire pour les acteurs confirmés. J’ai souhaité rendre ce travail accessible à tous. En fait, « Acteur » - avec ses exercices - permet d’aller chercher en soi, dans sa vérité, tous ces sentiments qu’un rôle demande. Et de l’aborder toujours avec la fraîcheur, l’enthousiasme et la passion de la première fois. Ce travail peut aussi servir à toute personne désireuse de développer son potentiel.

What do you think makes a good actor? I’d say it’s probably someone who hasn’t severed the link with the child they used to be, who has kept their ability to be amazed. Someone who can share both their strength and fragility, and who is open to “world” and able to replicate it through their characters.

C’est quoi, pour vous, un bon acteur ? C’est probablement quelqu’un qui n’a pas coupé le lien avec l’enfant qu’il a été, qui a gardé sa capacité d’émerveillement. Quelqu’un qui est capable de partager sa puissance et sa fragilité et qui est disponible au « monde » pour le restituer dans ses personnages.

Who are the greatest actors in your opinion? Al Pacino, Gérard Depardieu and Isabelle Adjani are all obvious choices. I also have a soft spot for Marilyn Monroe and the gracefulness of Vanessa Paradis.

A vos yeux, qui sont les plus grands ? Al Pacino, évidemment. Gérard Depardieu, évidemment. Isabelle Adjani, évidemment. J’ai une tendresse particulière pour Marylin Monroe et pour la grâce de Vanessa Paradis.

What are your projects for the future? I have a novel which is ready to be published. I also wrote a play I would like to act in with Yaman Okur, the break dancing world champion and one of Madonna’s dancers and choreographers. We’re currently looking for a producer so let me know if you think of anyone!

Des projets ? J’ai un roman prêt à être publié. J’ai aussi écrit une pièce de théâtre que j’aimerais jouer avec Yaman Okur, champion du monde de break dance, danseur et chorégraphe pour Madonna notamment. Nous cherchons un producteur. Avis aux amateurs !

By Laurent Fialaix 173


174


Thomas Lemut memory games

The Parisian designer has set off into the labyrinth of his family memories. His first exhibition Atlas Ad Memoriam* is as intimate as it is poetic, and will be in Paris until mid-January 2016. __ Le designer parisien est parti sur les traces labyrinthiques de sa mémoire familiale. Sa première exposition, « Atlas Ad Memoriam »*, intimiste et poétique, se tient à Paris jusqu’à la mi-janvier.

W

S

hile he may not be the most renowned French designer, Thomas Lemut is probably the best-known when it comes to creating elegant furniture and accessories, boasting bold, geometric dimensions and often animated with mechanical systems. The artist has opened up another side to his personality for his first exhibition: as part of Atlas Ad Memoriam he is offering a varied labyrinth based on paternal figures, death, past wars such as the First World War and the wars of the Former Yugoslavia. Thomas Lemut uses notepads, photographs, tree bark, artillery shell fragments and polished steel pierced by gunfire to delve into the traces of his own existence, his past and his family history, probing this forgotten time with perfectly positioned delicacy and poetry.

’il n’est pas le plus connu des designers français Thomas Lemut est sans doute l’un des plus reconnus qui créé meubles et accessoires épurés, larges et géométriques, en les animant souvent de pièces mécaniques. Le temps d’une exposition (sa toute première), l’artiste laisse toutefois découvrir un nouveau pan de sa personnalité. Tout au long d’ « Atlas Ad memoriam, » il propose un ensemble labyrinthique hétéroclite tourné autour des figures paternelles, de la mort, et de guerres passées (celle de 14-18, ainsi que le conflit en ex-Yougoslavie). Carnets de notes, photographies, écorces d’arbres, éclat d’obus, acier brossé transpercé par un tir, l’homme part sur les traces de sa vie, de son passé, de son histoire familiale surtout, et sonde ainsi le temps perdu dans une mise en espace d’une infinie délicatesse et d’une belle poésie.

Jeux de mémoires

“Unlike my furniture, my other creations are generally quite small. The exhibition will showcase some 25 pieces, including this map of the trenches I took from my grandfather’s journal. He drew it on tracing paper when he was on the front in 1917. I symbolically placed butterflies on his sketch, brown ones for the German trenches and violet-blue ones for the French. I transformed it into a war of butterflies…

« Au contraire de mes meubles, mes créations sont généralement petites. Il y aura environ vingt-cinq pièces à découvrir. Comme ce plan des tranchées que j’ai pris dans le journal intime de mon grand-père et qu’il avait dessiné sur papier calque alors qu’il était au combat, en 1917. J’y ai symboliquement accolé des papillons, marrons pour situer les tranchées allemandes, bleus violets pour les françaises. C’est devenu une guerre de papillons...

175


On another piece I drew a map of the 6th arrondissement in Paris. It’s not just any district. It’s mine. It includes all the places that mean something to me, such as my home, my favourite boutiques and restaurants and the places I went regularly as a child. I generally only use materials that have a direct link with my memory or that of my family. They include wood (my father worked with wood, just as I use it to make my furniture pieces), my grandfather’s war journals and photos from my childhood. I also use materials from nature, and objects that are linked all these memories.”

had changed a lot, even when I went back to it long afterwards. I suppose in a way I’ve become a sculptor again, a sculptor of my creations and my furniture. This exhibition is both the next step in my work and a rebirth. That explains why I’m so scared with the exhibition just days away!” Sur une autre pièce j’ai dessiné un plan du 6ème arrondissement. Pas n’importe lequel. Le mien. Il comprend tous les lieux qui comptent ou ont compté pour moi. Ici, c’est là où je vis. Là, une boutique ou un restaurant que j’apprécie. Là encore, un lieu qu’enfant je fréquentais souvent… En fait, j’utilise essentiellement des matériaux en prise directe avec ma mémoire ou celle de ma famille. Le bois (mon père en avait fait son métier comme aujourd’hui je l’utilise pour mes meubles), les carnets de guerre de mon grand père, les photos de mon enfance. J’y joins aussi des éléments de la nature, des objets en lien avec tous ces souvenirs. »

This intimate, personal mise en abyme is of course intended to be universal. “I’m not looking talk about myself. That would only interest me! Diaries and journals aren’t meant to be shared, and I only do it so other people can see something from their own history. I really hope a large number of people will be able to relate to the exhibition.” Thomas Lemut is certainly atypical, and his background speaks for itself. “My father was worried about me becoming an artist. I insisted and became a sculptor. Then I went a bit wild. I dabbled in everything, I gave it all up and worked dozens of different jobs, from labourer to art director. I was even a film producer for a while. I finally ended up going back to design. But my other experiences certainly weren’t a waste of time. My creative process had been working all along without me even realising it. I noticed that my art

Cette mise en abime intimiste et personnelle, l’artiste la souhaite évidemment universelle. « Je ne cherche pas du tout à me raconter. Cela n’intéresserait que moi ! Les journaux intimes ne sont pas faits pour être partagés. Si je le fais, c’est que j’aimerais que les gens y voient eux aussi quelque chose de leur histoire. J’espère vraiment qu’elle parlera au plus grand nombre. ».

By Laurent Fialaix

*Galerie 24b., 24bis, rue Saint Roch, 75001 Paris. From 10 December 2015 to 16 January 2016. And you can visit www.thomas-lemut.com to find out more about Thomas Lemut’s work.

Par Laurent Fialaix

* Galerie 24b., 24bis, rue Saint Roch, 75001 Paris. Du 10 décembre au 16 janvier 2016. Et pour en savoir plus sur le travail de Thomas Lemut : www.thomas-lemut.com

176


And that’s not all… Et aussi…

PARIS

“Picasso.Mania” One hundred Picasso masterpieces (some of which have never been exhibited) will be confronted with the grand masters of contemporary art such as David Hockney, Jean-Michel Basquiat, Roy Lichtenstein, Jeff Koons and Andy Warhol. Works by contemporary “successors” will act as artistic responses to Picasso’s renowned styles and finest works such as Les Demoiselles d’Avignon and Guernica.

Grand Palais, Galeries nationales, 3 avenue du Général Eisenhower 75008 Paris. Until 29 February 2016. Visit www.grandpalais.fr for further information

“Picasso.Mania” One hundred Picasso masterpieces (some of which have never been exhibited) will be confronted with the grand masters of contemporary art such as David Hockney, Jean-Michel Basquiat, Roy Lichtenstein, Jeff Koons and Andy Warhol. Works by contemporary “successors” will act as artistic responses to Picasso’s renowned styles and finest works such as Les Demoiselles d’Avignon and Guernica.

Grand Palais, Galeries nationales, 3 avenue du Général Eisenhower 75008 Paris. Jusqu’au 29 Février 2016. Plus d’infos sur www.grandpalais.fr

177


LONDON

“Goya: The Portraits” The anti-conformist artist Goya is one of the most renowned Spanish painters, and was revered by Delacroix, Degas, Manet and Picasso. But as his history seen through his portraits has never been represented, the National Gallery has decided to create a special exhibition. Goya: The Portraits showcases 70 of the artist’s most extraordinary works, including canvases, drawings and miniature creations never before seen in London. This collection is a fine homage to the Master’s incredible career. The National Gallery, Trafalgar Square, London WC2N 5DN. Until 10 January 2016. Visit www.nationalgallery.org.uk for further information

« Goya : The Portraits » Anticonformiste, et vénéré par Delacroix, Degas, Manet et Picasso, Goya est l’un des peintres espagnols les plus célèbres. Pourtant, son histoire vue à travers ses portraits n’a jamais été racontée au travers d’une exposition. La National Gallery comble le manque. « Goya : The Portraits » présente 70 des plus extraordinaires pièces de l’artiste, parmi lesquelles des toiles, dessins et miniatures jamais vues à Londres. Tous en disent long sur l’incroyable parcours du maitre. The National Gallery, Trafalgar Square, London WC2N 5DN. Jusqu’au 10 janvier 2016. Plus d’infos sur : www.nationalgallery.org.uk

178


PARIS

“Warhol Unlimited” The renowned Shadows by Andy Warhol are being presented for the first time in Europe. Those wanting to (re) discover his oeuvre can visit the exhibition at the Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, where more than 200 of his works will be showcased. As well as the 102 prints in 17 colours stretching 130 metres, the M.A.M. will also be presenting other series such as Electric Chair, Jackie, Flower and Mao. Yet another example of how the most mediatised artist of the 20th century can still amaze us today… Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 11 Avenue du Président Wilson, 75116 Paris. Until 7 February 2016. Visit www.mam.paris.fr for further information

« Warhol Unlimited » Alors que, pour la première fois en Europe, sont présentés ses fameux « Shadows » en intégralité, Andy Warhol se laisse (re)découvirir au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris : plus de 200 de ses œuvres y sont réunies. Car le M.A.M. ne présente pas que ces 102 toiles sérigraphiées de 17 couleurs différentes (sur une longueur de plus de 130 mètres). D’autres séries aussi, comme les Electric Chairs, les Jackies, les Flowers, les Maos. Ou comment s’étonner encore du travail signé du plus médiatisé des artistes du XXème siècle… Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 11 Avenue du Président Wilson, 75116 Paris. Jusqu’au 7 Février 2016. Plus d’infos sur : www.mam.paris.fr

179


AMSTERDAM

Anish Kapoor & Rembrandt The general public in France discovered Anish Kapoor several months ago thanks to his Dirty Corner sculpture (nicknamed The Queen’s Vagina) which sparked a scandal in Versailles. Kapoor is now being exhibited at the Rijksmuseum in Amsterdam, where the artist’s textured works created using layers of red and white resin and silicone conjure up images of strips of blood-streaked, sinewy flesh. The Dutch museum has created a dialogue between this visceral work and Rembrandt, using pieces such as The Sampling Officials and the Self-Portrait as the Apostle Paul. Fascinating. Rijksmuseum, Museumstraat 1, 1071 XX Amsterdam. Until 6 March 2016. Visit www.rijksmuseum.nl for further information

Anish Kapoor & Rembrandt Le grand public, en France, l’a découvert il y a quelques mois grâce à son « Dirty Corner » (surnommé « Le Vagin de la Reine ») qui fit scandale à Versailles. Anish Kapoor s’expose au Rijksmuseum d’Amsterdam. Les travaux en relief de l’artiste britannique, créés à partir de couches de résines rouges, blanches et de silicone, évoquent des images de lambeaux de chair tendineux et sanguinolents. Le musée hollandais a créé un dialogue entre ce travail viscéral et les dernières œuvres de Rembrandt, tels que « Les Syndics de la Guilde des Drapiers » ou encore l’« Autoportrait en apôtre Paul ». Fascinant. Rijksmuseum, Museumstraat 1, 1071 XX Amsterdam. Jusqu’au 6 mars 2016. Plus d’infos sur : www.rijksmuseum.nl 180


Lara Fabian

Le chant du bonheur ! La chanteuse fait son retour avec « Ma vie dans la tienne », un album lumineux et intimiste qu’elle présentera bientôt sur les scènes européennes.

Loin la surdité passagère qui la toucha il y a deux ans, menaçant sa carrière. Loin les tourments de l’auto-production, quand elle dut défendre sans la force des majors à ses côtés son album « Le Secret », sorti la même année. C’est tambour battant et sourire radieux accroché aux lèvres que Lara Fabian effectue ces temps-ci son retour au premier plan. Son nouveau CD, « Ma vie dans la tienne », est plus qu’une simple collection de chansons, la photographie d’une vie, la sienne. Une vie apaisée. Allégée. Qui va bien. « Ce sont des chansons sur l’histoire de ma vie sous forme d’une grande déclaration d’amour », explique-t-elle. Et d’amour il est effectivement beaucoup question dans cet opus solaire et intimiste… Mariée depuis juin 2013 avec Gabriel di Giorgio (un magicien d’origine sicilienne), Lara est heu-

reuse et veut que cela se sache. Elle le chante notamment dans « L’Illusionniste », beau cadeau de mariage à celui qui a changé sa vie (« A l’heure où rien n’aurait pu me plaire/Il est arrivé dans la lumière/ Et comme un ange tombé du ciel/Il m’a recouverte de ses ailes/Faisant apparaître l’essentiel). Elle le raconte aussi dans le tendre « Le Cœur qui tremble », une ode à sa fille Lou qui vient de fêter ses 8 ans : fait-elle les bons choix pour elle, lui dresse-t-elle le meilleur chemin ?, s’interroge-t-elle. On l’aura compris : si Lara chante sa vie elle chante aussi beaucoup de la nôtre…


Oh, bien sûr on ne change jamais tout à fait ! Aussi lumineuse soit-elle redevenue, Lara confie sa faiblesse pour « L’Oubli », une bouleversante chanson qui clôt l’album et évoque la solitude, la perte de soi qui en découle, quand on vient à s’oublier soi-même, à vouloir disparaître pour ne plus souffrir. On a beau être heureuse, il est forcément des douleurs qui laissent des traces, qui creusent de profondes cicatrices. Heureusement, au milieu du chaos la musique était là qui épaulait, accompagnait, qui s’est faite résilience. Ecrit aux côtés de David Gategno et d’Elodie Hesme, « Ma vie dans la tienne » est sans doute l’album le plus personnel de la chanteuse. Celui qui nous parle le plus de nous, aussi. Pour mieux le partager Lara partira bientôt sur les routes européennes. Et passera immanquablement par les pays de l’Est qui, depuis longtemps, lui réserve le triomphe que l’on sait. « Ma vie dans la tienne », (Warner). Par Laurent Fialaix

183


Une première mondiale ! Lara Fabian called on the services of renowned street artist Phil Macquet for her album cover. Macquet created an illustration using “digital imprints”, which form beautiful digital tattoos that can be read by smartphones. By looking at the album cover through a smartphone camera, you can enjoy videos, images and music in real-time created by the singer herself. It’s certainly a gadget, but it’s also stunningly innovative. Fabian has just offered the world it’s very first interactive album cover! Phil Macquet’s other work can be discovered by visiting www.macquet.net.


Lara Fabian Songs of happiness ! Lara Fabian is back with “Ma vie dans la tienne”, a bright, intimate album she will soon be presenting in Europe.

She has overcome the struggles with her hearing that threatened her career two years ago. She’s also survived the trials of self-producing her album “Le Secret”, which she released the same year. Alive and kicking with a glowing smile, Fabian has well and truly bounced back. Her new album “Ma vie dans la tienne” is far more than a simple collection of songs, but a snapshot of her life. A peaceful, easier life in which things are getting better. “These songs are about my life, presented as a monumental declaration of love”, she says. And love is certainly one of the core themes of her new work. Married to Sicilian magician Gabriel di Giorgio since June 2013, Fabian is happy and wants the world to know about it. Her joie de vivre is particularly noticeable in her track “L’Illusionniste”, which stands as a beautiful

185

wedding present to the man who changed her life. (“At a time when nothing was right / He arrived in a flash of light / And like an angel from on high / his wings lifted me into the sky / To show me I didn’t have to cry.”) And in the heart-warming “Le Coeur qui tremble” she sings of her daughter Lou as she turns 8. Is she making the right choices for her, is she a good mother? These selfsearching questions show that while Fabian is singing about her own life, she is also singing about the lives of many others.


But things aren’t all roses! Despite her newfound radiance, Fabian says she has a soft spot for “L’Oubli”. This overwhelming song rounds off the album, and confesses loneliness, the resulting loss of self, the curse of forgetting oneself and wanting to disappear to stop the suffering. Any happiness is of course inevitably accompanied by pain that leaves its marks and scars. Luckily for Fabian, music was always there to guide her, help her and make her strong. Written alongside David Gategno and Elodie Hesme, “Ma vie dans la tienne” is certainly the singer’s most personal album, and also the one we can most relate to. Fabian will soon be setting off on her European tour, with a special stop in Eastern Europe and her fans who have helped make her the triumph she is today. “Ma vie dans la tienne” (Warner). By Laurent Fialaix

A world premier ! Lara Fabian called on the services of renowned street artist Phil Macquet for her album cover. Macquet created an illustration using “digital imprints”, which form beautiful digital tattoos that can be read by smartphones. By looking at the album cover through a smartphone camera, you can enjoy videos, images and music in real-time created by the singer herself. It’s certainly a gadget, but it’s also stunningly innovative. Fabian has just offered the world it’s very first interactive album cover! Phil Macquet’s other work can be discovered by visiting www.macquet.net.


And that’s not all… Et aussi...

Dave Gahan & SoulSavers

« Angels & Ghosts »

Depeche Mode’s frontman regularly goes travelling to record solo albums or joint projects alongside British band SoulSavers. And the trio are back together three years after their last release. “Angels & Ghosts” is a 9-track album offering darker sounds, a far cry from the songs that first made Gahan famous. There’s no electro, but a healthy serving of blues and rock combined with gospel influences. And of course the great Dave Gahan’s unique voice sings out through the entire work. (Columbia/ Sony Music)

Le leader de Depeche Mode s’offre régulièrement quelques escapades, le temps d’albums solos ou enregistrés aux côtés du duo britannique SoulSavers. Ainsi, trois ans après leur précédente collaboration le trio se reforme. « Angels & Ghosts » propose ainsi neuf morceaux plutôt sombres, loin de l’univers du groupe qui l’a rendu célèbre. Car pas d’électronique ici, seulement du blues, et du rock mâtiné de belles influences gospel. Le tout mené par la voix si particulière du grand Dave Gahan. (Columbia/Sony Music)

188


Jabberwocky “Lunar Lane”

There’s nothing in their name or their music that gives much away, but Jabberwocky is a fully French band made up of three former medical students who ended up deciding that music was the best cure. After the success of their first album “Photomaton”, then the second “Pola”, they have returned with “Luna Lane”. This album provides often slower tempos and sensual voices set to spacy electro beats. Make sure you check out “Fog” and “Dizzy Youth”. This CD is brimming with emotion, and one of the rare albums that should quickly find an international audience. (Polydor/Universal)

Ni leur nom ni leur musique ne peuvent d’emblée l’indiquer : Jabberwocky est un groupe made in France, formé par trois anciens étudiants en médecine qui ne trouvèrent finalement « que » la musique pour remède. Après le succès de leur premier titre, « Photomaton », puis celui de « Pola », ils nous offrent « Lunar Lane », un album fait de tempos souvent lents et de voix sensuelles sur des rythmes électros toujours planants. Mention spéciale à l’entêtant « Fog » et au groovy « Dizzy Youth ». Un CD riche de beaucoup d’émotions. De ceux, rares, qui devraient rapidement s’exporter. (Polydor/Universal)

189


Lizz Wright

“Freedom & Surrender”

We hadn’t heard anything from singer, pianist and composer Lizz Wright for four years. But she’s back with a chic, sophisticated and beautifully elegant album produced by Larry Klein (who also produced stars such as Joni Mitchell, Tracy Chapman and Madeleine Peyroux). “Freedom & Surrender” is an ode to love presented in some ten original songs and a few covers. An opus glorified by the American singer’s suave voice, which swings between jazz, gospel and soul with such gracefulness and sensuality it give you shivers! (Concord Records/Decca)

Chanteuse, pianiste et compositrice, Lizz Wright n’avait pas fait parler d’elle depuis quatre ans. Elle nous revient avec un album chic, raffiné, très élégant produit par Larry Klein (Joni Mitchell, Tracy Chapman, Madeleine Peyroux…). « Freedom & Surrender » se consacre à l’amour en une dizaine de chansons originales et quelques reprises. Un opus habité par la voix suave de l’Américaine qui oscille toujours entre jazz, gospel et soul avec une grâce et une sensualité à vous donner le frisson. (Concord Records/Decca)

190


Vintage Trouble “1 Hopeful Rd”

Surfing steadfastly on the “back to old-school” wave, these four Americans have been a hit in the USA, England and Japan for a long time. The boys are now stopping in France after a world tour supporting AC/DC, and their songs are perfectly streamlined masterpieces reminiscent of Otis Redding, Tom Jones and James Brown. Don’t miss out! (Blue Note Records)

Chanteuse, pianiste et compositrice, Lizz Wright n’avait pas fait parler d’elle depuis quatre ans. Elle nous revient avec un album chic, raffiné, très élégant produit par Larry Klein (Joni Mitchell, Tracy Chapman, Madeleine Peyroux…). « Freedom & Surrender » se consacre à l’amour en une dizaine de chansons originales et quelques reprises. Un opus habité par la voix suave de l’Américaine qui oscille toujours entre jazz, gospel et soul avec une grâce et une sensualité à vous donner le frisson. (Concord Records/Decca)

191


Kids United

« Un monde meilleur »

Some of them have come to us from “The Voice” and “France’s got Talent”, while others still unknown. Six children between the ages of 8 and 15 have got together in aid of UNICEF to create this cover album of fantastic French songs. Their goal is to spread a message of peace, love, and above all, hope. Francis Cabrel, Zaz, Stromae, Michel Berger, Daniel Balavoine and Pharell Williams are all covered by these young yet impressive talents. (Play On/M6 Interactions)

Certains nous viennent de « The Voice » ou de « La France a un incroyable talent ». Les autres sont encore inconnus du grand public. Six enfants (de 8 à 15 ans) sont réunis au profit de l’Unicef dans cet album consacré à quelques grandes chansons françaises qui invitent à la paix, à l’amour et qui surtout parlent d’espoir. Francis Cabrel, Zaz, Stromae, Michel Berger, Daniel Balavoine ou Pharell Williams sont ainsi repris par ces voix certes jeunes mais déjà imposantes. (Play On/M6 Interactions)

192


photos © www.sxc.hu

Et si l’impossible n’existait pas ?

Le créateur d’évènements sur mesure 193 www.soleidad.com


Marc Newson... The design world’s enfant terrible !

Marc Newson is seen by many as one of today’s best designers, and is part of a list of the 100 most influential people in the world. The style showcased by this museum darling and auction superstar stands out through its daring, pure shapes and tight, aerodynamic lines. Newson is fond of new, technical materials such as carbon, steel and composite materials, but also uses wicker, string and cardboard. Viewed by some a design phenomenon, his works boast undeniable eclecticism and range from highly-precise creations to consumer goods. He is one of the most expensive designers on the market, and his limited series go for record prices at auctions. Newson’s futuristic, sensual, unique world has also infiltrated the pop culture scene, and his products have appeared in Madonna’s music videos and the Austin Powers films. __ Considéré comme l’un des meilleurs designers au monde, Marc Newson compte parmi les 100 personnes les plus influentes de la planète. Star des musées et des ventes aux enchères, son style se reconnaît par son audace, la pureté de ses formes, par de ses lignes tendues et aérodynamiques. Marc Newson apprécie les matériaux nouveaux et techniques comme le carbone, l’acier, les matériaux composites... mais aussi le rotin, la ficelle, ou le carton. Catalogué comme un phénomène pour certains, ses créations témoignent d’un indéniable éclectisme allant de créations ultra pointues au design de produits de grande consommation. Il est l’un des designers les plus chers du marché : ses séries limitées atteignent des prix records dans les ventes aux enchères. Son univers futuriste, sensuel et original n’a pas manqué d’investir l’univers “ultra-hip” du monde de la culture pop apparaissant dans les clips videos de Madonna ou encore dans Austin Powers.

194


L’enfant terrible ! What do you hate the most when it comes to décor? Marc Newson : Overdesign!

Que détestez-vous le plus en matière de décoration ? Marc Newson : L’ « over design » !

Which designers, past or present, do you admire the most? Marc Newson : There are quite a few, but overall I’d say the designers I admire the most are Achille Castiglione and Enzo Mari. As for artists I really like Bruno Murani’s work. I admire most of my contemporaries, but Jasper Morrisson and Jonathan Ive really stand out.

Quels sont parmi les designers d’hier et d’aujourd’hui ceux dont le travail vous sensibilise le plus ? Marc Newson : Ils sont nombreux, mais je citerai en particulier Achille Castiglione et Enzo Mari pour ce qui est des designers et, en tant qu’artiste, j’aime beaucoup le travail de Bruno Murani. Concernant mes contemporains, j’admire le travail de la plupart d’entre eux et particulièrement celui de Jasper Morrisson et Jonathan Ive.

Which designers or other artists have influenced your work? Marc Newson : I’m not really influenced by the work of other designers and artists, as talented as they may be. I think I’m more influenced by pop culture and its variations in different countries across the world. What do you think are the most beautiful objects of the decade? Marc Newson : I couldn’t tell you. An object for object’s sake has never interested me. I don’t collect “designer” objects just for their design, but for how they can be used in day-to-day life.

Quels sont les designers ou autres artistes qui ont pu influencer votre propre travail ? Marc Newson : Je ne suis pas vraiment influencé par le travail d’autres designers ou artistes aussi talentueux soient-ils. Je dirais que je suis davantage influencé par la culture populaire, et ce, dans différents pays à travers le monde. Quels sont, pour vous, les plus beaux objets de cette décennie ? Marc Newson : Je ne saurais vous répondre. L’objet pour l’objet ne m’intéresse pas. Je ne collectionne pas les objets « design » pour leur seul design, mais bien plus pour leur utilité dans la vie courante.

And which object do you wish you had designed? Marc Newson : The egg! Without a second thought! Which of your creations are you most proud of? Marc Newson : I think all my creations are important. I can’t say I prefer one more than another, or that I’ve enjoyed one more than the others. I’ve taken so many positive things from so many projects. I’m actually really pleased with everything I’ve created! But I admit I have a soft spot for “Talby”, the mobile phone I designed for KDDI.

Quel est celui que vous auriez aimé avoir dessiné ? Marc Newson : Sans hésiter : un œuf !

195


What has new technology brought to the world of design? Marc Newson : More possibilities, that’s for sure! I personally like to add new technologies, materials and processes to my design projects. The latest example is the interface used for “Talby”. One of the things I enjoy most about my job is learning new things in different fields. What are your favourite materials? Marc Newson : I enjoy working with different materials. I recently worked with marble, for example. It’s a material that has such powerfully legendary and sensual qualities. I’ve also been working with “micarta”, a brown composite made using fabric and resin exposed to ultraviolet lights. It naturally changes colour over the years, it’s just magnificent. What is your favourite colour? Marc Newson : I’ve got quite a few! I really like orange – 021C is my favourite Pantone reference. Do you think we are currently in a creative lull? Marc Newson : I hope not! I personally need to constantly move forward and mix things up. Travelling the world is one of my main inspirations. I love watching how people live and observing the shapes and styles around them. It’s a very enlightening experience. Parmi les vôtres, quelle est la création dont vous êtes le plus fier ? Marc Newson : Chacune de mes créations est importante à mes yeux. Il m’est impossible d’en privilégier un par rapport à un autre et de prétendre qu’il m’a apporté plus de satisfaction que les autres. Nombreux sont les projets que j’ai réalisés m’ont transmis des choses positives. En fait, je suis ravi de tout ce que j’ai créé... Ceci étant, j’ai un petit faible particulier pour « Talby », le téléphone portable que j’ai dessiné pour KDDI.

Is the role played by designers going to change in the years to come? Marc Newson : I really hope the role of designers will keep evolving, and that designers will always focus on improving the quality of their work.

Qu’ont, selon vous, apporté les nouvelles technologies au design ? Marc Newson : Plus de possibilités, sans doute ! En ce qui me concerne, j’aime associer de nouvelles technologies, de nouveaux matériaux, de nouveaux procédés à mes projets en matière de design. Le dernier exemple est l’interface utilisée pour le « Talby ». L’un de mes plus grands plaisirs dans mon métier est d’avoir l’opportunité d’apprendre des choses nouvelles dans différents domaines. Quels sont vos matériaux préférés ? Marc Newson : J’aime travailler avec différents matériaux... Récemment, j’ai travaillé le marbre, c’est un matériau qui pour moi a de formidables qualités mythiques et sensuelles. J’ai également travaille le « micarta » un composant brun riche en lin et résine et dont l’exposition aux rayons ultraviolets. Il change de couleur naturellement au fil des années. C’est magnifique. 196


How would you define design? Marc Newson : Design is a work of creation which is used to industrially determine the qualities of the objects produced. But these qualities must go far beyond the exterior and the aesthetic. They have to relate to structure and function, and make the object a coherent whole.

What designer objects do you dream of having? Marc Newson : I’m not obsessed with the actual design. When I need something but I don’t like how it’s designed, I don’t buy it. And I’m fine with that! That’s also why I like being able to design and develop different objects. It means I can create the things I like.

What do you think houses will be like in the future? Marc Newson : To be honest I’ve never really thought about it…

Which country is currently offering the most avantgarde design inspirations? Marc Newson : I honestly haven’t a clue!

What is your motto? Marc Newson : I don’t have one!

What is the most tasteless thing in the world of design? Marc Newson : All these huge atrocious buildings, there’s really nothing uglier!

What essential quality do you need to be a “good” designer? Marc Newson : The way I see it, a designer should always be creating, doing things, and above all want to do things. And know how things are made. Those are what I see as the most important criteria.

By Carla Scholtès

How would you define design? Marc Newson : Design is a work of creation which is used to industrially determine the qualities of the objects produced. But these qualities must go far beyond the exterior and the aesthetic. They have to relate to structure and function, and make the object a coherent whole.

What designer objects do you dream of having? Marc Newson : I’m not obsessed with the actual design. When I need something but I don’t like how it’s designed, I don’t buy it. And I’m fine with that! That’s also why I like being able to design and develop different objects. It means I can create the things I like.

What do you think houses will be like in the future? Marc Newson : To be honest I’ve never really thought about it…

Which country is currently offering the most avantgarde design inspirations? Marc Newson : I honestly haven’t a clue!

What is your motto? Marc Newson : I don’t have one!

What is the most tasteless thing in the world of design? Marc Newson : All these huge atrocious buildings, there’s really nothing uglier!

What essential quality do you need to be a “good” designer? Marc Newson : The way I see it, a designer should always be creating, doing things, and above all want to do things. And know how things are made. Those are what I see as the most important criteria.

Par Carla Scholtès

197


Objects of pleasure... by Margaux Frick HERE IS A LITTLE SELECTION OF SOPHISTICATED, INSPIRING IDEAS TO HELP YOU REWRITE DESIGN CODES AND BOOST TRENDS…

“Co&Co”: Lamp crafted in hammered wrought iron, with a dark brown patina. Interior coated with gold-leaf. Price: €1,480. www.editionlimiteeparis.com “Co&Co” : Lampe en Fer forgé martelé, patiné brun foncé. Intérieur doré à la feuille d’or. Prix : 1480€. www.editionlimiteeparis.comm

“Hypercube”: Metal sculpture by Benoit Lemercier. Price on request. www.benoitlemercier.com “Hypercube”... Sculpture en métal signée Benoit Lemercier. Prix sur demande. www.benoitlemercier.com

Between mechanics and nature : Created in the late 1950s by Gianfranco Frattini, the Albero Bookshelf is a little-known design icon that Poltrona Frau is now reproducing in a 55-piece limited series. Freestanding, revolving and completely modular, this piece is more of a sculpture than a mere shelving unit. Price on request. www.poltronafrau.com Entre mécanique et nature : Conçue à la fin des années 50 par Gianfranco Frattini, la bibliothèque Albero est une icône peu connue, que Poltrona Frau propose en réédition limitée de 55 pièces. Autoportante, pivotante, librement modulable, elle relève davantage de la sculpture que d’une simple bibliothèque. Prix sur demande. www.poltronafrau.comcom


Timeless: Burnished steel and leather armchair created by Thomas Lemut, Limited edition, 8 available. (Price: €23,000 for the pair). www.thomaslemut.com. Intemporel... Fauteuil en acier bruni et cuir créé par Thomas Lemut, édition limitée à 8. (Prix : 23 000 € la paire). www.thomaslemut.com.

Entertaining : A prestigious version of the ancestral Chinese game of Mah-Jong, which means “the game of sparrows” in Mandarin. The tiles are crafted in leather and weighted for better stability. These tiles are presented in a solid rosewood case covered in printed leather, which also offers rosewood rulers, rosewood tally sticks encrusted with sycamore, ebony dice and hand-sculpted wind tiles. Price on request. www.hermes.com Divertissant : Une version prestigieuse du mah-jong, jeu ancestral chinois signifiant, en mandarin, « moineaux se chamaillant ». Les tuiles sont réalisées en plein cuir et lestées pour une meilleure stabilité. Rangées dans un coffret en palissandre massif recouvert de cuir imprimé, elles s’accompagnent de réglettes en palissandre, de bâtonnets de comptage en palissandre incrusté de sycomore, de dés en ébène et d’indicateurs des vents sculptés à la main. Prix sur demande. www.hermes.com

Sculptural: “Peacock” was created by designer Dror Benshetrit. Although it imitates the shape of a peacock’s tail feathers, the chair is also reminiscent of a giant sea shell. This piece is crafted entirely in felt, which is used original unique ways – layered and undulated – to create a unique strip that is then pleated and fixed to a metal base. (Price: from €7,000). www.cappellini.com Sculptural... Créé par le designer Dror Benshetrit, et bien qu’imitant la roue du paon, le fauteuil “Peacock” évoque souvent un coquillage géant. Entièrement réalisé en feutre, ce dernier est utilisé de manière assez inédite : en accumulation et en ondulation. Une unique bande est ainsi froncée puis fixée à un socle métallique. (Prix : à partir de 7000€). www.cappellini.com 199


Objets de plaisir.... par Margaux Frick POUR NE PAS HÉSITER À ÉMANCIPER LES CODES ET BOOSTER LES TENDANCES, VOICI UN PETIT FLORILÈGE D’IDÉES RAFFINÉES ET INSPIRÉES ...

Original: “The Coco” Wall Plates offer a unique concept for decorating your walls and setting a beautiful table. Created by Paula Juchem for “Non Sans Raison”. (Price: €1,300). www.nonsansraison.com Décalé... « The Coco » Wall Plates, une idée originale pour décorer vos murs et faire une jolie table. Réalisé par Paula Juchem pour « Non Sans Raison ». (Prix : 1300€). www.nonsansraison.com

An enlightening idea: Lawrance has been an artisan ironworker for 20 years, and decided to rework our old lightbulbs using salvaged materials to bring out their best. He has created lamps whose amber light adds a touch of warmth to your interior. (Price: €195) www.monampoulevintage.com Une idée lumineuse... Artisan ferrailleur depuis 20 ans, passionné, Lawrance a entrepris d’habiller nos vielles ampoules Rétro, de les sublimer, à partir de matériaux de récup, créant des lampes qui donneront une note chaleureuse à votre intérieur, grâce à leur lumière ambrée. (Prix : 195€) www.monampoulevintage.com

“Drop”: Created by the atypical designer Patrick Naggar, who drew his inspiration from the myth of Psyche. This little Drop will light up your interior with poetry. Price: €1,300. www.veronese.com “Drop” : Imaginée par le designer atypique Patrick Naggar qui s’est inspiré de la légende de Psyché, la “Petite Goutte” éclairera votre intérieurs de poésie. Prix : 1300€ . www.veronese.com

200


“Koningskleed”: Astonishing rug inspired by mildew marks, designed by Lizan Freijsen. This technique showcases beauty where you least expect it. Price on request. www.leclaireur.com “Koningskleed” : Etonnant tapis inspiré de taches de moisissures imaginé par Lizan Freijsen. Une pratique qui vient déceler la beauté là où elle n’est pas toujours évidente. Prix sur demande. www.leclaireur.com

“Nébuleuse”: A mirror boasting energetic, elegant lines, designed by Hervé van der Straeten. (Price: on request) www.vanderstraeten.fr « Nébuleuse » : Miroir aux lignes nerveuses et élégantes, dessiné par Hervé van der Straeten. (Prix sur demande) www.vanderstraeten.fr

Poetic : Painting by Japanese artist Hiroko Koshino. –Paint and fabric on wood–. Price: €300. www.hirokokoshino.com Poétique : Tableau signé par l’artiste japonaise Hiroko Koshino. -Peinture et tissus sur bois-. Prix : 300€. www.hirokokoshino.com

201


A desire for…Candles

Radiating their gentle light throughout your home, candles have become highly desirable objects for winter evenings. Whether casually decorative or discretely glowing for a party or a romantic moment for two, here are this season’s new must-haves… By Margaux Frick Armani: Ghost. Price on request. www.casaarmani.com Armani : Ghost. Prix sur demande. www.casaarmani.com

Astier de Villatte: Villa Médicis. Price: €98. www.astierdevillatte.com Astier de Villatte : Villa Médicis. Prix : 98€. www.astierdevillatte.com

Esteban: Légende d’Orient. Price €30. www.esteban.fr Esteban : Légende d’Orient. Prix 30€. www.esteban.fr

Jean Jullien x Colette: Pas de fumée sans feu. Price: €30. www.colette.fr. Prix: 325€. www.millerharris.com Jean-Jullien x Colette : Pas de fumée sans feu. Prix : 30€. www.colette.fr

202


Fornasetti: Agata. Price: €165. www.leclaireur.com Fornasetti : Agata. Prix : 165€. www.leclaireur.com

James Heeley: La glace au pain d’épices. Price: €57. www.jamesheeley.com James Heeley : La glace au pain d’épices. Prix : 57€. www.jamesheeley.com

By Kilian: Turkish Coffee. Price: €135. www.bykilian.com By Kilian : Turkish Coffee. Prix : 135€. www.bykilian.com

Quintessence: February by Reem Kherici. Price: €57 www.quintessence-paris.com Quintessence, February by Reem Kherici. Prix : 57€. www.quintessence-paris.com

The purest form of luxury... Le luxe à l’état pur...

Miller Harris: Bois Noisette. Limited series: 60 available. 24-carat gold lid. Price: €325. www.millerharris.com Miller Harris : Bois Noisette. Editée à 60 ex, couvercle or 24 carat. Prix: 325€. www.millerharris.com

Baccarat: Rouge 540. Crystal candle holder. Price: €375. www.baccarat.fr Baccarat : Rouge 540. Photophore en cristal. Prix : 375€. www.baccarat.fr

203


Envie de... Bougies

Pour donner une douce lumière à votre intérieur, les bougies sont devenues de véritables objets de convoitise qui accompagnent nos soirées hivernales. Nonchalamment posés ou discrètement allumés pour une soirée de fête ou un tête à tête romantique, voici les nouveaux must haves de la saison… Par Margaux Frick

Mitzensir: Vétiver de Java. Price: €65. www.mizensir.ch Mitzensir : Vétiver de Java. Prix : 65€. www.mizensir.ch

Habitat: Sentier de Jade. Price: €36.60. www.habitat.com Prix: 325€. www.millerharris.com Habitat : Sentier de Jade. Prix :36,60€. www.habitat.com

Maison Emmanuel Galéa: Amarum Dulcis. Price: €52. www.emmanuelgalea.com Maison Emmanuel Galéa : Amarum Dulcis. Prix : 52€. www.emmanuelgalea.com

Cire Trudon: Odeurs d’hiver. Limited Edition. Price: €150.www.trudon.com Cire Trudon : Odeurs d’hiver. Edition Limitée. Prix: 150€.www.trudon.com

204


Kelly Hoppen: One Travel. Price: €45. www.kellyhoppen.com Kelly Hoppen : One Travel. Prix : 45€. www.kellyhoppen.com

Maison Francis Kurkdjian: Mon Beau Sapin. Price: €55. www.franciskurkdjian.com Maison Francis Kurkdjian : Mon Beau Sapin. Prix: 55€. www.franciskurkdjian.com

Christofle: Jardin d’eden. Price: €50. www.christofle.com Christofle : Jardin d’eden. Prix: 50€. www.christofle.com

Durance: Galette des rois. Price: €15.95. www.durance.fr Durance : Galette des rois. Prix : 15,95€. www.durance.fr

Diptyque: Sapin. Price: €58. www.diptyque.com Diptyque, Sapin. Prix : 58€. www.diptyque.com

205


Objects of pleasure... by Margaux Frick Objets de plaisir.... par Margaux Frick

Tailor-made : Gift set of tailor-made shirts, Swann&Oscar. Price: From €90. www.swannetoscar.com. Sur mesure : Coffret cadeaux de chemises sur mesure, Swann&Oscar. Prix : A partir de 90€. www.swannetoscar.com.

HERE IS A LITTLE SELECTION OF SOPHISTICATED, INSPIRING IDEAS TO HELP YOU REWRITE DESIGN CODES AND BOOST TRENDS…

Innovative design : “Tank MC Squelette” by Cartier. It combines a resolutely masculine case with the modernity of the skeleton movement. Price: €51,000. www.cartier.fr Design innovant : Montre « Tank MC Squelette » de Cartier. Elle associe à son boîtier résolument masculin, la modernité du mouvement squelette. Prix : 51.000€. www.cartier.fr

Chic : “Le Flaneur” bicycle by Hermès with leather bags. Ultra-light, crafted in carbon fibre. Price on request. www.hermes.com Chic : Vélo « Le Flaneur » d’Hermès avec ses sacoches en cuir. Ultra léger, car en fibre de carbone. Prix sur demande. www.hermes.com

Inflated : “AIRFLOWER” designer chair by Fabrice Berrux for Roche Bobois. Can be used indoors and outdoors. Price: €190. www.roche-bobos.com Gonflé : Fauteuil « AIRFLOWER », design de Fabrice Berrux pour Roche Bobois. Utilisation intérieur et extérieur. Prix : 190€. www.roche-bobos.com

206


Magical : Ring from the “La Désirable” collection crafted with Gold South Sea pearls and Akoya pearls. Mikimoto. Price on request. www.mikimoto.com Magique : Bague de la collection « La Désirable » composée de perles Gold des mers du et perles Akoya. Mikimoto. Prix sur demande. www.mikimoto.com

Elegant : Navy blue crocodile Derby shoes. Baldinini. Price €1,800. www.baldinini.com Elégant : Derbie en crocro bleue marine. Baldinini. Prix 1800 euros. www.baldinini.com

Timeless : “Cocktail party in a box” glassware series by Baccarat. An avant-garde offer that is far more than just a set of glasses, but the chance to organise elegant parties with friends. Price: €1,200. www.baccarat.com Indémodable : Série de verres « Cocktail party in a box » de Baccarat, une proposition avant-gardiste qui ne se résume pas seulement à un coffret de verres mais offre la possibilité d’organiser des fêtes entre amis.Prix : 1.200€ .www.baccarat.com

Instantaneous : Designer and original, the Instax mini70 is the perfect high-tech gift for Christmas! Price: €130. www.fujifilm.eu Instantané : Design et original, l’instax mini 70 est le cadeau high tech parfait pour Noel ! Prix : 130€. www.fujifilm.eu

207


POUR NE PAS HÉSITER À ÉMANCIPER LES CODES ET BOOSTER LES TENDANCES, VOICI UN PETIT FLORILÈGE D’IDÉES RAFFINÉES ET INSPIRÉES ...

Gourmet : “La Truffe” gift set with truffle oil, a truffle cream, truffle-infused cashew nuts and a generous black truffle with its famous grater. Faye Gastronomie. Price: €175. www.faye-gastronomie.com/fr Gourmet : Coffret « La Truffe » avec une huile de truffe, una crema tartuffata, les noix de cajou à la truffe, et une généreuse truffe noire et sa fameuse rappe Faye Gastronomie. Prix : 175€. www.faye-gastronomie.com/fr

Sparkling : “Dog Collar” bracelet by Hermès bracelet crafted in alligator leather and diamonds. Price on request. www.hermes.com Etincelant : Bracelet « Collier de chien » Hermes en aligator & diamants. Prix sur demande. www.hermes.com

Creative : “Reflex Memories” by Eric Haze, a pioneer on the New York graffiti scene. 121x121cm canvas. Price on request. www.wallworks.fr Créatif : « Reflex Memories » de Eric Haze, un pionnier de la scène graffiti new-yorkaise. Toile de 121x121cm. Prix sur demande. www.wallworks.fr

Spellbinding : Home fragrance with woody notes, “The Colette Stock 22” by Lola James Harper. Price: €35 .www.colette.fr Envoutant : Parfum d’ambiance aux notes boisées « The Colette Stock 22 » de Lola James Harper. Prix : 35€ .www.colette.fr

208


Tribal : Samsung has launched its new “June Lee” speakers, which use Wi-Fi and Bluetooth to provide high-quality 360° sound. This designer gadget boasts beautiful curves and an original oval shape. Price: from €399. www.samsung.com Tribal : Samsung lance cette nouvelle enceinte « June Lee » Wi-Fi et Bluetooth diffuse un son de haute qualité et de manière homogène à 360°, et se singularise également par ses courbes et sa forme ovoïdale. Prix : A partir de 399€. www.samsung.com

Hedonistic : Patrón tequila is one of the world’s most sophisticated alcohols, and has teamed up with Lalique to create a unique new product: Patrón en Lalique: Série 1. Limited Series, 500 bottles available. Price: on request at concierge@patronspirits.com. www.lalique.com Hédoniste : La tequila Patrón, l’un des alcools les plus raffinés au monde, et Lalique se sont alliés pour présenter le résultat d’une collaboration unique : Patrón en Lalique : Série 1. Série limitée à 500 bouteille. Prix : sur demande à concierge@patronspirits.com. www.lalique.com

Designer : “M”, the Montblanc pen revisited by Marc Newson. Price: €495. www.montblanc.com Design : « M », le Stylo Montblanc revisité par Marc Newson. Prix : 495€. www.montblanc.com

Strategic : ArmaniCasa Chess Set. Price on request. www.casaarmani.com Stratégique : Jeux d’échec ArmaniCasa. Prix sur demande. www.casaarmani.com


Precious : Platinum “Ecume” vase by Bernardaud. Price: €415. www.bernardaud.com Précieux : Vase « Ecume » platine de Bernardaud. Prix : 415€. www. bernardaud.com

In the “Mood” : Christofle has rewritten the traditional codes of culinary arts, offering an avant-garde, elegant 24-piece set for 6 people in a beautiful case. Price: €950. www.christofle.com In the “Mood” : Christofle bouscule ici les codes traditionnels de l’art de la table. Ensemble avant gardiste et épuré de 24 pièces pour 6 personnes dans son écrin. Prix : 950€. www.christofle.com

Luminous : The “Peacock” suspended light interprets the past to send it into the future. In creating this 12-branch lighting feature, Noé Duchaufour-Lawrance has combined design, technology, tradition and modernity. Price: €3,960. www.voltex.fr Lumineuse : Suspension « Peacock » Interprète le passé et le projette dans le futur. En imaginant ce luminaire à 12 branches, Noé Duchaufour-Lawrance allie design, technologie, tradition et modernité. Prix : 3.960€. www.voltex.frv

Eternal : “Royal Oak” watch crafted in yellow gold. Its octagonal design stands out from the rest. Audemars Piguet. Price on request. www.audemarspiguet.com Intemporelle : Montre « Royal Oak » en or jaune. Son design octogonal est reconnaissable entre tous. Audemars Piguet. Prix sur demande. www.audemarspiguet.com

210


Delicate : “The Blowing Man”, an incredibly beautiful collection of glass objects designed by Antonio Aricò, and blown by Massimo Lunardon. Price on request. www.leclaireur.com Fragile : « The Blowing Man », très belle collection d’objets en verre dessinée par Antonio Aricò, et soufflée par Massimo Lunardon. Prix sur demande. www.leclaireur.com

Exclusive: Skateboard revisited with a triptych Basquiat design. Artéum. Price: €400. www.arteum.com Exclusif : Skate board revisité par un dessin de Basquiat en tryptique. Artéum. Prix : 400€. www.arteum.com

Trendy : Ring & Cuff Bracelet by Sylvia Tolledano for l’Eclaireur. Price on request. www.leclaireur.com Trendy : Bague & Manchette Sylvia Tolledano pour l’Eclaireur. Prix sur demande. www.leclaireur.com

Arty : “Les Chaperons” painted plaster sculpture by Laurence Bonnel. Price on request. www.laurencebonnel.com Arty : Sculpture en plâtre peint « Les Chaperons » de Laurence Bonnel. Prix sur demande. www.laurencebonnel.com


VOYAGE 213


A deliciously

romantic hideaway at the H么tel Napol茅on

214214


Places with a history tell the best stories. And they’re often linked to figures from the past. Tell-tale signs guide you through their lives, as if taking you back in time to unravel their secrets. This is certainly the case at the Hôtel Napoléon, located on the Avenue de Friedland in Paris’ 8th arrondissement. Its construction in 1928 actually set the scene for a spectacular love story. Russian entrepreneur Alexander Pavlovich Kliaguine was in Paris on business when he met a beautiful young Parisian girl at a literary fair. The ruffled Russian could think of nothing better to give her than a prestigious hotel to host her events and receive the smart set of the time. Literary Nobel Prize Winner Ivan Bounine, Prince Yusupov (one of the men behind Rasputin’s assassination), actor Jean Gabin, artist Salvador Dali, writers Steinbeck and Hemingway and leading names from American cinema such as Errol Flynn, Orson Welles and Audrey Hepburn were just a few big names to have stayed at Hôtel Napoléon.

T

he Kliaguine family is still head of this luxury establishment, which is one of the last independently-owned five-star Parisian hotels. Driven by its CEO Ludovic Corpechot, renovation works have showcased the hotel’s Napoleonic art and trademark Directoire-era ambiance. The building’s façade has been entirely redone and the interiors changed to reflect a classic style. The 130m² imperial suite on the 7th floor offers views over the Eiffel Tower and Arc de Triomphe, and the Joséphine Baker and Yusupov suites are stunningly luxurious. All of the rooms boast their own distinct ambiance with a vast palette of colours ranging from soft orange and plum or turquoise, to lively, elegant anise green. Elegance is everywhere, including furniture crafted in sculpted mahogany and solid wood, burnished brass lighting, handmade folded taffeta lampshades, wallpaper from Osborne et Little and an abundance of luxury fabrics such as sets of curtains, drapes and canopies by Jab, Frey, Nobilis, Casamance, Osborne et Little, Dedar, Designer Guild, Manuel Canovas, Carlucci, Sahco and Zimmer + Rhode. And top it all off with sumptuous class, the Anthron-fibre carpet boasts a pattern created especially for the hotel. The lobby showcases an Empire style and a large fireplace,

offering Parisians a perfect spot for winter rendezvous. The same attention to detail can be seen in the décor, making this place a veritable little palace. Features include mahogany and gold-leafed furniture, elegant mouldings, gilded bronze finishes, exquisite velvets and taffetas, tiebacks and trimmings, and marble flooring covered with magnificent carpets from Braquenié. The delicate lighting is perfectly positioned in the form of LED lights and ceiling fixtures. And of course no stay at the Hôtel Napoléon would be complete without stopping by the restaurant Le Bivouac Café, named in homage to soldiers at rest and headed up by Chef Olivier Legentil. With the combined histories of Napoleon and Joséphine, and the love story between the first owners, this hotel is perfect for romantics and honeymooners. And pleasure aside, business also has its place in the hotel’s stunning conference and meeting spaces. Hôtel Napoléon, 40 avenue de Friedland, Paris 8th www.hotelnapoleon.com

By Florence Batisse-Pichet


CH AMPAGN E

Bivouac romantique à l’Hôtel Napoléon, Paris VIII ème

216


Les lieux qui ont une âme racontent de belles histoires. Le plus souvent, ils sont attachés à des figures du passé. Des signes, ici et là, guident sur leurs traces, comme pour remonter le temps, le décrypter. Il en va ainsi de l’Hôtel Napoléon, situé sur l’avenue de Friedland. Nul autre que Cupidon a présidé à sa construction en 1928 ! L’heureuse victime de sa flèche est Alexander Pavlovich Kliaguine, un entrepreneur russe, venu à Paris pour ses affaires. Tombé sous le charme d’une jeune parisienne dans un salon littéraire, il ne trouve rien de mieux à offrir en dot à sa future épouse qu’un hôtel prestigieux. Elle pourra ainsi tenir salon et recevoir la haute société de l’époque. Du prix Nobel de littérature russe Ivan Bounine, au Prince Youssoupov - à l’origine de l’assassinat de Raspoutine – en passant par les grands noms du cinéma américain - Errol Flynn, Orson Wells, Audrey Hepburn, Steinbeck, Hemingway… mais aussi Dali, Jean Gabin…, les plus illustres personnalités séjournent au Napoléon.

A

ujourd’hui encore, la famille Kliaguine demeure à la tête de cet écrin, l’un des derniers hôtels 5 étoiles parisiens à être encore indépendant. Sous l’impulsion de son directeur général, Ludovic Corpechot, une rénovation met désormais en valeur l’art napoléonien et le style directoire, griffe de l’établissement. Ainsi la façade a été entièrement refaite et les intérieurs revisités dans un style classique. Au-delà de la suite impériale de 130m2 du 7ème étage avec vue sur la tour Eiffel et l’Arc Triomphe, et des Suites Joséphine Baker et Youssopov, chaque chambre possède sa propre ambiance dans un éventail de couleurs - orange et prune -, douces - turquoise - ou carrément toniques avec un beau vert anis. Partout le raffinement est de mise : mobilier en acajou sculpté ou en bois massif peint à la main, luminaires en laiton patiné et abat-jours plissés en taffetas faits à la main, papier peint de chez Osborne et Little, tissus en abondance - jeux de rideaux et sous-rideaux, ciels de lit -, signés de grands noms - Jab, Frey, Nobilis, Casamance, Osborne et Little, Dedar, Designer Guild, Manuel Canovas, Carlucci, Sahco, Zimmer et Rhode. Ultime touche d’élégance : la moquette en fibre Anthron avec un motif réalisé spécialement pour l’hôtel.

Style empire dans le spatieux lobby qui, pour les parisiens, sera une adresse idéale de rendez-vous en hiver, avec sa large cheminée. Toujours même souci du détail dans la décoration qui fait de ce lieu un vrai petit palais : acajou et feuille d’or dans le mobilier et les corniches, détails en bronze doré, velours et taffetas précieux, embrases et passementeries, sol en marbre recouvert de magnifiques tapis de chez Braquenié. Délicate, la lumière se décline partout sous forme de leds ou encore de plafonds lumineux. Enfin une halte gourmande s’impose au restaurant Le Bivouac Café, ainsi nommé en clin d’œil au repos des guerriers, sous la houlette du chef Olivier Legentil ! Entre le couple mythique de Napoléon et Joséphine et celui de ses premiers propriétaires, cet hôtel fera le délice des romantiques ou honey-mooners. Mais le business a aussi sa place avec de très beaux salons pour séminaires et réunions. Hôtel Napoléon, 40 avenue de Friedland, Paris 8ème www.hotelnapoleon.com

Par Florence Batisse-Pichet

217


Kristine Scott Thomas A Grand Dame

Knighted by Queen Elizabeth II last March and decorated with the Légion d’Honneur in France in July, Kristin Scott Thomas can’t choose between London and Paris (nor does she want to!). Both elegant and prestigious, this actress imposes her personal style in all circumstances. She is also the current ambassador for the cosmetics brand “Lierac”, and is living proof that beauty has no age. Kristin Scott Thomas is a strong, passionate woman who wears her history, beauty and her age with pride. Despite her busy schedule, she sat down with us to answer a few questions about travelling. Anoblie par la reine Elizabeth II en mars dernier, décorée de l’Ordre National de la Légion d’honneur en juillet, Kristin Scott Thomas ne peut, ni ne veut choisir entre Londres et Paris… Elégante et racée, la comédienne impose son style en toute circonstance. Aujourd’hui splendide égérie de « Lierac », elle est la preuve vivante que la beauté n’a pas d’âge, bien au contraire. Femme de tête et de coeur, elle assume parfaitement son histoire, sa beauté et son âge. Souvent en déplacement, la comédienne a accepté, pour nous,de se prêter à quelques questions sur le « voyage ». Propos recueillis par Olivia D’Anville

218


Qu’évoque pour vous le voyage ? KST : Ce n’est pas quelque chose de forcément très agréable pour moi, car souvent lié au travail. Le voyage évoque pour moi l’éloignement de la maison, mais en même temps je suis consciente du plaisir que l’on doit avoir une fois installé dans sa chambre dans un lieu étranger où l’on s’occupe bien de vous, c’est très agréable aussi.

What does travelling inspire in you? KST : “Travelling” doesn’t necessarily mean “enjoyment” for me. It more often means I have to work, and usually far from home. But there are good sides to it. I love settling into my room in a new place, and the services and attention that come with it are also very pleasant. And what about the word “hotel”? KST: Hotels also mean travelling, of course. And as I said, my travels are often linked to filming, which also inspires feelings of exhaustion! And a huge suitcase! (Laughs). But hotels also mean a warm welcome, which has to be immediate as I hate being left waiting in the entrance hall. I like it when people come and see me, take care of me. It’s something very important, and it quickly shows how a place functions. Days spent filming are often very long and emotionally draining, which is why I enjoy spending time in establishments that are full of character, peaceful and revitalising. I recharge my batteries in the intimacy of familiar spaces, where I feel protected and able to prepare for the next day.

Et le mot « hôtel » ? KST : L ‘hôtel c’est le voyage bien entendu, et comme dit, le voyage pour moi est souvent lié à un tournage, ce qui m’évoque donc la fatigue… et une grosse valise (rire), Mais l’hôtel, c’est aussi l’accueil, qui doit être immédiat, car je déteste me sentir abandonnée dans le hall, j’apprécie que l’on vienne me voir, que l’on s’occupe de moi, c’est très important, et très révélateur du fonctionnement de l’endroit. Les journées de tournage sont souvent longues et parfois épuisantes émotionnellement, c’est pourquoi j’aime me retrouver dans des lieux chargés d’âme, apaisants et ressourçants. Dans l’intimité d’un cadre familier, protégée où je peux reprendre des forces pour attaquer la prochaine journée.

219


Une Grande Dame What does “luxury” mean in a hotel? KST: Without a second thought, I’d say silence, a sophisticated welcome and exquisite bedlinen.

Pour vous, qu’est ce que le « Luxe » dans un hotel ? KST : Sans hésiter, pour moi le luxe dans un hôtel c’est le silence, un accueil raffiné et une bonne literie.

What is your favourite hotel so far? KST: It’s hard to say, because I “visit” so many. But there is a hotel I just love in Tangier called “Le Mirage”. It’s a magnificent place. And there’s another very sophisticated hotel in Bangkok called “Muse”. Trains or planes? KST: Trains, every time! I hate taking the plane. It’s not that I don’t like flying, but I’m not a fan of airports. The whole process before and after the flight is often endless! What is your favourite destination? KST: I don’t really have one. I have phases of wanting to be a culture vulture, and others when I want wild beaches. Everything depends on the time.

220

Un hôtel coup de coeur ? KST : C’est difficile, car j’en « visite » tellement… cependant il y a cet hôtel à Tanger que j’adore, « Le Mirage ». C’est un endroit magnifique. Et cet autre à Bangkok : « le Muse », très raffiné. Etes-vous plutôt train ou plutôt avion ? KST : Train à 100% ! Je déteste l’avion non pas à cause du vol, mais des aéroports… Tout le processus avant et après le vol est souvent interminable. Votre destination préférée ? KST : Je n’en ai pas, il y a des périodes dans ma vie ou j’ai envie d’une vie culturelle et d’autres fois où j’ai envie de plages sauvages, tout dépend des moments.


Do you like to travel light? What does your suitcase look like? KST: Yes, or at least I try to travel as light as possible. I have two suitcases. One is a “Rimowa” it’s really light, simple and practical. I’m not the sort of person who travels with a whole collection of designer suitcases, although I think it’s very chic. My other “suitcase” is actually a bag. I love it. It’s a men’s weekend bag by Vuitton, it’s just stunning. Are you inevitably jet-lagged after each journey? KST: Yes, and it’s just awful. It’s one of the main reasons I don’t like taking the plane, because it means I have to travel very far. I’m all for travelling, but I prefer to do it in Europe, where I can take the train or the plane without switching time zones!

By Olivia D’Anville

Etes vous du genre à voyager léger, et quoi ressemble votre valise ? KST : Oui, en tout cas j’essaie de voyager léger le plus possible. Quant à ma valise, j’en ai deux, l’une est une « Rimowa », super légère, très simple et pratique, car je ne suis vraiment pas du genre à voyager avec des valises de marque dans toutes les tailles, bien que je trouve cela très chic. Quant à mon autre « valise » ou plus exactement mon sac, que j’adore, c’est un sac de Week-end, un sac d’homme Vuitton qui est sublime.

Le « Jet-lag » est-il pour vous une fatalité ? KST : L’horreur, c’est une des raisons majeures pour lesquelles je n’aime pas voyager en avion, car voyager en avion implique d’aller très loin. Voyager, oui, mais en Europe, ainsi je peux prendre le train… ou l’avion sans décalage horaires !

Par Olivia D’Anville

221


s r a t S n e v e he S

T

Zen luxury ! When you think of Japan, the first things that often come to mind are speed, a people stuck in a constant race against the clock, fighting an unpredictable climate, unstable, trembling ground, terrifying winds and a vicious sea, and trying to live amongst both a hostile and beautiful environment. We in Europe watch this frenetic, whirling population in awe as it drinks in its own vitality. But once off the beaten tracks of Osaka-Kyoto-Tokyo, an entirely different country is waiting to be discovered. Welcome to Kyushu. Souvent le Japon rime avec vitesse, on imagine la population au prise dans une course éperdue contre la montre, contre le temps, contre un climat capricieux, ou un sous-sol mouvementé, contre des vents terrifiants, ou une mer cannibale, contre une géographie à la fois séduisante et hostile. Civilisation de l’extrême raffinement au bord d’un gouffre permanent. Depuis la Vieille Europe, on observe cette population frénétique, tourbillonnante, grisée de sa propre alacrité. Mais sortie de l’axe Osaka-Kyoto-Tokyo, c’est un tout autre pays que vous découvrez. Ainsi Kyushu...

222


K

S

yushu is the southernmost island of the main Japanese regions, and also the most unknown. It boasts the unparalleled charm of gentle living, and a calm, beautifully natural atmosphere takes visitors far from the noise of Tokyo or the highly stylised “Zenitude” of Kyoto. Aiming to attract both a Japanese and an international clientele, the Kyushu Railway Company decided to create a luxury tourist train for travelling across the island and exploring its hidden wonders. All aboard the Seven Stars.

i Kyushu est l’île la plus méridionale des grandes régions japonaises elle est aussi la plus méconnue. Elle possède un charme à nul autre pareil : celui de la douceur de vivre. Il y règne une atmosphère apaisée, calme et délicieusement naturelle, loin des éclats de Tokyo ou de la « zenitude » très stylisée de Kyoto. Aussi afin de séduire le public japonais et international, la Kyushu Railway Company a décidé de créer un train touristique et luxueux, qui parcourrait l’île pour en traverser et explorer les merveilles : le Seven Stars.

The journey begins in the comfortable private lounge in Fukuoka station, the island’s largest city. In a similar way to the Orient Express, guests are welcomed in a decidedly colonial fashion, and served teas or fruit cocktails. Everyone is then invited to discover the train, which is an exceptionally comfortable replica of the express trains from the heyday of locomotive travel. The long, prune-coloured machine eases gracefully into the station, and its interior is entirely crafted in wood. Guests with a traditional suite walk into a charming little mahogany cabin, reminiscent of old British smoking rooms in gentlemen’s clubs. Large armchairs (which transform into beds), a desk, a range of storage spaces, curtains and lampshades all showcase autumnal, earthy tones. And the bathrooms are masterpieces in themselves. Installing the vast showers in such confined spaces is no mean feat. The luckiest passengers can reserve a luxury suite in the last carriage. They boast entire bedrooms adjoined to lounges, and the largest version offers an enormous bay window at the back of the train and incredible views over the tracks and the surrounding landscapes.

Le voyage démarre dans le confortable salon privé de la gare de Fukuoka, la première ville de l’île. Comme pour l’Orient-Express, on vous accueille avec une componction toute coloniale, en vous servant thé ou cocktails de fruits. Puis vient la découverte du train, réplique moderne et très confortable des express de la grande époque. Cette longue chenille de couleur prune s’étire sur le quai avec élégance. À l’intérieur, tout est en bois. Si vous disposez d’une suite traditionnelle, vous entrez dans un charmant petit cabinet d’acajou qui n’est pas sans rappeler le fumoir d’un club anglais. Amples fauteuils (convertibles en lits), bureau, nombreux rangements, rideaux, abat-jour... le tout dans des tons automnaux de terre et d’écorce. Les salles de bains sont en soi des tours de force : faire tenir ces vastes douches dans des espaces si confinés est assez étonnant. Les plus chanceux pourront choisir une des deux suites de luxe, qui occupent la dernière voiture. On y trouve de véritables chambres, jouxtées de salon. La plus grande étant agrémentée d’une immense baie vitrée donnant sur la voie, en queue de train. La sensation est saisissante !

223


Le luxe Zen ! The dress code for the restaurant is rather strict, and tshirts, shorts and trainers are not accepted. Guests gaze out of the windows as the train shoots through vast, tropical forests, while enjoying sophisticated, unique cuisine. The menu offers up Okyoto salad, tofu (of course), mullet filets, langoustines sprinkled with bottarga and caviar, and even the legendary fugu, which was said to have been forbidden at the Emperor’s meals, as an incorrect preparation of the fish can make it deadly. Those looking to continue their evening can stop by the Blue Moon Bar, where a pianist and a violinist play old Western music classics in a perfectly cosy ambiance. Lulled by the train’s gentle rhythm (it never goes faster than 80km/h), every evening it a truly relaxed delight. But while the Seven Stars is an attraction in itself, it also takes visitors to discover the finest treasures on the island of Kyushu, and guided tours are organised at every stop. Nagasaki is one such stop, and passengers will adore this beautiful fishing port which was Japan’s historical gateway to the West. From here the train dives into the depths of the island and its paradisiacal, dense forest. However, despite its impressive appearance, there is nothing to fear within. The forest begins to thin before the next stop at Mount Aso, where the guests can admire the green, bare hills, lush, lichen-filled basins and herds of horses walking elegantly through the mist. Sakurajima is a breathtaking volcano (one of the most active in the world), and looms over the city of Kagoshima, reminiscent of Vesuvius. Adrenaline and excitement abound as you look over this sleeping giant, which regular spits out plumes of grey smoke. The town’s inhabitants are ironically proud to show visitors the kilos of ash that are swept off the streets every day, once again proving that in Japan, poetry and disaster are beautifully intertwined.

By Eugénia Hector


Au restaurant, un dress code assez strict est de mise (teeshirts, shorts et baskets sont prohibés). Le front appuyé à la vitre, traversant des grandes forêts humides, on déguste une nourriture sophistiquée et dépaysante : salade d’okyoto, l’inévitable tofu, des filets de mulet, de la langouste saupoudrée de poutargue et de caviar et aussi le mythique fugu (fameux poisson qu’on dit interdit à l’empereur car une préparation hasardeuse peut le rendre mortel). Pour prolonger la soirée, le Blue Moon Bar, où une pianiste et un violoniste joueront quelques vieux standards de la chanson occidentale dans une atmosphère tout simplement cosy. Bercé par le rythme doux de ce train qui ne dépasse pas les 80 kilomètres à l’heure la nuit s’annonce sous les meilleurs auspices. Mais si le Seven Stars en une attraction en soi, il permet surtout de plonger dans les trésors de l’île de Kyushu, chaque halte donnant lieu à une visite organisée. Nagasaki se révèle être un joli port de pêche qui longtemps fut la porte du Japon vers le lointain Occident. Puis, le train s’enfonce dans les profondeurs de l’île. Véritable éden de sève, la forêt est ici épaisse sans être une jungle. Dense, elle ne possède rien d’agressif. En arrivant au mont Aso, la forêt se fait rare. Les collines vertes et pelées, ces cuvettes de verdures et de lichen, ces chevaux qui paissent, perdus dans la brume. Puis, dominant la ville de Kagoshima, le Sakurajima, impressionnant volcan (l’un des plus actifs du monde), qui rappelle le Vésuve. On ne peut retenir un sentiment d’inquiétude et d’excitation devant ce géant couché, qui crache une fumée grise à intervalles réguliers. Les habitants de la ville vous montrent même avec une fierté ironique les kilos de cendres qui sont chaque jour récoltés dans les rues de la ville, comme on cueillerait des fleurs aux champs ! Au Japon, la poésie est toujours soeur du cataclysme.

Par Eugénia Hector


Around the World End 2015 on top with our pick

of the best destinations and experiences from the four corners of the globe

From exciting bullfights to tempting tapas, Madrid is always a good choice for a quick weekend getaway. The atmosphere is warm and the elegant doors of the Ritz Madrid welcomes its guests with timeless luxury. Built in 1910 as an iconic landmark, Hotel Ritz, Madrid is at the heart of the city and very close to Madrid’s key attractions. Enter through the rich open lobby and experience an authentic and extravagant Belle Époque palace. A leisurely walk from the hotel are the three famous art museums that give Madrid the title “City of Art.” Stroll through nearby parks and shop at contemporary boutiques in the Golden Triangle of Art. A lively gathering place for Spanish high society, its restaurants and bars are a constant buzz of activity. _ Madrid est toujours un bon choix pour un petit week-end. L’atmosphère est chaleureuse et les élégantes portes de l’hôtel Ritz Madrid accueille ses hôtes avec le luxe intemporel. Construit en 1910 comme un monument emblématique, l’Hôtel Ritz, Madrid est au cœur de la ville et très proche aux principales attractions de Madrid. Entrez par la riche salon et l’expérience d’un authentique palais et extravagante Belle Époque. Une promenade de l’hôtel sont les trois célèbres musées d’art qui donnent Madrid le titre de «Ville d’Art». Promenez-vous dans les parcs à proximité et faire du shopping dans les boutiques contemporaines dans le Triangle d’Or de l’Art. Un lieu de rencontre animé pour la haute société, ses restaurants et bars sont un buzz constant d’activité.

F

rom deluxe rooms to grand suites, the hotel’s large spaces embody luxury with open courtyard and city views along with generous amenities in every room. Decorated with gilded chairs, king-size beds and marble baths, the rooms at Ritz Madrid are a true reflection of European luxury. Suites are meticulously designed with attention to detail featuring rich handmade carpets and elegant decor in every space. Stunning views offer guests the ultimate European elegance. After a full day of shopping and sight-seeing in the city, each guest can relax in opulence and style. But the most impressive room is the Royal Suite, which connects two spacious bedrooms to a lavish living room with a private sitting room and three marble bathrooms. The suite is luxuriously decorated with ornate paintings and beautiful antiques – definitely fit for a king.

Of course, a trip to Spain is never complete without a taste of its delicious cuisine and dining at the Ritz is a taste of what Spanish gastronomy is all about. Experience different atmospheres of the hotel with sunny al fresco dining at the Ritz Garden, light refreshments and tea at The Hall, and a taste of legendary Krug Champagne at The Krug Bar. Make a reservation at the famous Goya restaurant and treat yourself to a gourmet experience. The avant-garde menu options at this renowned Spanish is where Chef Jorge Gonzalez shows his Spanish creations with French and Basque influences. The wine list is superb and the service is exactly what one would expect from a Ritz hotel.

226


C

hambres de luxe, grandes suites, de grands espaces de l’hôtel incarnent luxe avec vue sur la cour et de la ville ouverts ainsi que de nombreux équipements dans chaque chambre. Décoré avec des chaises dorées, des grands lits et de baignoires en marbre, les chambres du Ritz Madrid sont un reflet fidèle de luxe européenne. Suites sont méticuleusement conçus avec une attention aux détails, avec des riches tapis faits main et une décoration élégante dans chaque espace. Une vue imprenable offrent aux clients l’élégance européenne ultime. Après une journée de shopping et les visites touristiques dans la ville, chaque client peut se détendre dans l’opulence et le style. Mais la pièce la plus impressionnante est la Suite Royale, qui relie deux chambres spacieuses à un salon somptueux avec un salon privé et trois salles de bains en marbre. La suite est luxueusement décorées avec des peintures et ornés de belles antiquités - certainement digne d’un roi. Bien sûr, un voyage en Espagne est jamais complète sans un avant-goût de sa cuisine délicieuse et dîner au Ritz est un avant-goût de ce que la gastronomie espagnole est tout au sujet. Expérience différentes atmosphères de l’hôtel avec ensoleillée repas al fresco au jardin Ritz, des rafraîchissements légers et du thé à la salle, et un goût du légendaire Champagne Krug au Bar Krug. Faites une réservation au célèbre restaurant Goya pour une expérience gastronomique. Les options de menu d’avant-garde dans ce renommée espagnol est où le Chef Jorge Gonzalez montre ses créations espagnoles avec des influences françaises et basques. La liste des vins est superbe et la service est exactement ce que l’on attend d’un hôtel Ritz.

By Michealle Torres

227


Rome, Italy The Eternal City of Rome is perfect for a romantic holiday amidst its beautiful fountains and historical monuments. “La dolce vita,” the sweet life, is best experienced at the Westin Excelsior, built in one of the city’s most imposing palaces, rich in history and located on one of the most celebrated and talked about streets of Rome, close to the main attractions: the legendary Via Veneto, nestled between the Spanish steps and the Borghese Gardens & Gallery. The Westin Excelsior’s magnificent and imposing dome unveils the most spectacular and opulent suite in Europe – the unparalleled Villa La Cupola offering the elite a truly ‘Roman Emperor ‘experience. Set on two floors the suite combines breath taking views of the city with sumptuous splendors throughout. La ville éternelle de Rome est parfait pour un séjour romantique au milieu de ses belles fontaines et les monuments historiques. «La dolce vita», la douceur de vivre, est le mieux connu à l’hôtel Westin Excelsior, construit dans l’un des plus imposants palais de la ville, riche en histoire et situé sur l’un des plus célèbre et a parlé de rues de Rome, à proximité de la principale attractions: la légendaire Via Veneto, niché entre les « Spanish Steps » et « Borghese Gardens. » Magnifique et imposant, la dôme de The Westin Excelsior dévoile la suite la plus spectaculaire et opulent en Europe - l’incomparable Villa La Cupola offrant l’élite une expérience vraiment « empereur romain ». Situé sur deux étages la suite, offre une vue imprenable sur la ville avec splendeurs somptueux partout.


L

ocated under the Cupola of the hotel on the corner of the façade are our three Via Veneto Suites. Enhancing the Biedermeier style décor is the comfortable signature bed, Bohemian chandeliers and Empire style furniture. With 281 guest rooms and 35 suites, guests at this hotel have plenty of choices when it comes to luxury accommodations. Each room will welcome you with maximum comfort and technology, equipped with high-speed Internet, LCD flat screen televisions, pay-per-view movies and much more. Adorned with a white-and-gold ceiling, crystal chandelier, sumptuous wall coverings and lush carpets, the rooms at the Westin Excelsior are decorated in either Empire or Biedermeier style. The sumptuous damasks on the walls in shades of red, green, or beige have been renewed along with the luxurious carpets and curtains. When it comes to dining, this hotel has your health in mind with their unique “Eat Well” program. Fuel your body with delicious their signature SuperFoodsRx™ dishes packed with nutrients and energy. Created together with doctors and nutritionists, this special menu cultivates “food synergy,” the pairing of certain foods to increase their nutritional value, to give you the focused energy you need to meet the challenges of your day. A fresh selection of fruit juices and a healthy selection for children are also offered to guests who prefer a rejuvenating stay. One of the most interesting services that the Westin Excelsior offers is an insider tour of Rome. Discover the city’s secrets with a private guide. From hidden temple ruins to cozy Italian bistros, your stay in Rome is sure to be something you will never forget.

By Michealle Torres

229


230


S

itué sous la Coupole de l’hôtel sur le coin de la façade sont nos trois Via Veneto Suites. Améliorer la décoration de style Biedermeier est le lit de la signature confortable, des lustres de Bohême et de meubles de style Empire. Avec 281 chambres et 35 suites, les clients de cet hôtel ont beaucoup de choix quand il vient à l’hébergement de luxe. Chaque chambre vous accueillera avec un maximum de confort et de la technologie, équipé d’Internet haut débit, un téléviseur LCD à écran plat, pay-per-view et beaucoup plus. Orné d’un plafond blanc et or, lustre en cristal, les revêtements muraux et de somptueux tapis luxuriants, les chambres du Westin Excelsior sont décorées dans un style Empire ou Biedermeier. Les somptueux damas sur les murs dans les tons de rouge, vert, ou beige ont été renouvelés avec les luxueux tapis et rideaux. Quand il vient à manger, cet hôtel a votre santé à l’esprit avec leur programme unique «Bien manger». Alimenter votre corps avec de délicieux plats leur signature « SuperFoodsRx » riche en nutriments et de l’énergie. Créé en collaboration avec les médecins et les nutritionnistes, ce menu spécial cultive «synergie de la nourriture», le jumelage de certains aliments pour augmenter leur valeur nutritive, pour vous donner l’énergie dont vous avez besoin ciblé pour relever les défis de votre journée. Une nouvelle sélection de jus de fruits et une sélection saine pour les enfants sont également proposés aux clients qui préfèrent un séjour revigorant. L’un des services les plus intéressants que le Westin Excelsior offre est une tournée d’initié de Rome. Découvrez les secrets de la ville avec un guide privé. De cachés ruines du temple de bistros italiens confortables, votre séjour à Rome est sûr d’être quelque chose que vous ne serez jamais oublier.

By Michealle Torres

231


Manila, Philippines Where East meets West, Manila is a vibrant city where traditional Filipino culture meets urban ideals. At the heart of the city’s financial district, Seda hotel offers a new experience in hospitality. Seda BGC, the brand’s flagship property which opened in December 2012, introduces guests to this fresh concept where seamless service, exceptional value, and exciting destination weave a highly remarkable accommodation experience for guests. Seda is the Filipino word for «silk», a lustrous yet strong fabric that perfectly represents their commitment to providing a seamless accommodation experience. Group General Manager Andrea Mastellone says that Seda aims to provide each visitor an “optimal guest experience” through state-of-the-art technology and the personable service that has distinguished the work of Filipinos in the hospitality industry worldwide. From the moment a guest is picked up from the airport by a hotel car, he is transported to a world of technological conveniences beginning with a touchscreen tablet he can use on the way to the hotel. _ Où Est rencontre l’Ouest, Manille est une ville dynamique où la culture traditionnelle philippine rencontre idéaux urbains. Au cœur du quartier financier de la ville, hôtel Seda offre une nouvelle expérience dans l’hôtellerie. Seda BGC, la propriété qui a ouvert en Décembre 2012, introduit invités à ce nouveau concept où un service sans faille, une valeur exceptionnelle et destination passionnante tissent une expérience d’hébergement très remarquable pour les clients. Seda est le mot philippin «soie», un tissu encore forte brillant qui représente parfaitement leur engagement à fournir une expérience d’hébergement transparente. Directeur Général du Groupe Andrea Mastellone dit que Seda vise à fournir chacun un visiteur « Expérience client optimale» grâce à la technologie state-of-the-art et le service personnalisé qui a distingué le travail des Philippins dans le secteur de l’hôtellerie dans le monde entier. Dès l’instant où un client est ramassé à l’aéroport par une voiture de l’hôtel, il est transporté dans un monde de commodités technologiques commençant avec une tablette tactile, il peut utiliser sur le chemin de l’hôtel. »

232


C

P

heck-in, sans papier, est standard, Seda BGC un des premiers hôtels dans les Philippines pour le faire. WiFi gratuit assure une connectivité ininterrompue, tandis que le e-salon et de sa banque ordinateurs dans le hall permet aux clients de surfer ou de consulter ses emails à leur convenance. Tous ceux-ci sont astucieusement intégrés dans ses intérieurs contemporains qui sont propres et rationalisé et pourrait bien être une vitrine de la conception philippine. Des pièces d’artistes philippins sont fièrement dans le hall, les chambres, restaurant et bar, un témoignage de l’engagement de la marque de mettre en évidence le talent des Philippines et de l’excellence. La relation intime entre les environnements intérieurs et extérieurs se poursuit au bar Straight Up sur la terrasse sur le toit, qui offre une vue spectaculaire sur les toits de la ville. Cette ambiance, avec de la bonne musique, des boissons géniales et des plats délicieux, a fait Straight Up points les plus chauds de la nuit à Manille. Fidèle à son nom, Seda, ou «soie», garantit une nouvelle et fluide expérience de l’hospitalité qui représente le caractère unique de l’hospitalité philippine.

aperless check-in is standard, Seda BGC one of the first hotels in the Philippines to do so. Complimentary WiFi ensures uninterrupted connectivity, while the e-lounge and its bank of computers at the lobby allows guests to surf or check emails at their convenience. All these are cleverly incorporated into its contemporary interiors which are clean and streamlined and could well be a showcase of Philippine design. Pieces by Filipino artists are proudly displayed in the lobby, guestrooms, restaurant and bar, a testament to the brand’s commitment of highlighting Filipino talent and excellence. The intimate relationship between the indoor and outdoor environments continues at Straight Up bar on the roof deck, which offers a spectacular view of the city skyline. This ambiance, together with good music, great drinks and delicious food, has made Straight Up the hottest night spots in Manila. True to its name, Seda, or “silk”, guarantees a new and fluid hospitality experience that represents the uniqueness of Filipino hospitality.

By Michealle Torres

233


A S U , s a g e V Las The bright lights of Las Vegas that shine strongly over the Nevada desert has always attracted the world’s VIPs and celebrities. At any given time, something is always happening in Las Vegas – whether it’s the most awaited concert of Celine Dion, the magical act of David Copperfield or the heavyweight title boxing match of Manny Pacquiao. Towering over the Las Vegas Strip are the mega-hotels that are legendary and, often times, chaotic. The newly-opened Cromwell hotel is a breath of fresh air in this city that can sometimes leave you gasping for breath.

234


A

s the latest addition to the Caesar’s Group, The Cromwell Las Vegas is the first boutique hotel that is located right in the middle of where all the action is. With only 188 rooms and suites, it might be considerably smaller than its neighbors, but what it lacks in size, it makes up for in ambience and excellent service. The rooms are luxuriously furnished, with Parisian budoir-inspired décor, plush sofas, hardwood floors, dramatic lighting and an enviable vanity table. A 55-inch television gives guests a cinematic viewing experience, for those nights when you want to stay in and relax. If you’re planning a weekend with your friends, The Cromwell’s Gallery Suite is perfect for an intimate party, complete with a spacious living room, state-of-the-art sound system, a dining area and a bar. Las Vegas is celebrity-central and The Cromwell is no exception. Its restaurant is helmed by Emmy-Award winning celebrity chef Giada de Laurentiis and is one of the mostcoveted tables in town. At Giada, Italian food is served with Californian influences, prepared by chefs in open kitchens that display their culinary skills. Here the dishes are light and fresh, all the while staying true to Giada’s traditional Italian recipes. The restaurant is warm and inviting, and features large windows that give diners an amazing view of the Bellagio fountains and the iconic Caesar’s Palace. By Michealle Torres

235


FLIGHT TIME ON... Openskies

New York is the city that never sleeps and one of the world’s most popular destinations. Fascinating, electric, extravagant, visitors can take a huge bite out of the Big Apple whatever the season, and the city is filled with unexpected flavours. For those looking to travel from Paris to New York, we have tested “Openskies” for you. This airline is a fully-owned subsidiary of the British Airways group, and provides daily direct flights from Paris to New York. __ New York, la ville qui ne dort jamais… C’est une des destinations les plus prisée au monde. Captivante, électrique, démesurée... celle que l’on surnomme «Big Apple» se croque en toutes saisons et s’avère, comme promis, pleine de saveurs insoupçonnées. Pour faire le voyage depuis Paris, nous avons testé pour vous « Openskies » qui est une compagnie aérienne, filiale à 100 % du groupe British Airways. Elle opère quotidiennement des vols directs entre Paris & New-York.


Paris-NY in Prem Plus Class : While you wait : Feel free to enjoy the VIP lounge! On-board : We have to admit this is the most comfortable class in its category. There is 1.20m of space for your legs and a large seat you can incline to 130° if you want to stretch out. There are only two seats either side of the aisle, and a double armrest to ensure everyone is as comfortable as possible. On the entertainment side of things, every passenger has their own personal iPad, as well as sockets for plugging in laptops and mobile phones, which is always practical! NY-Paris in Biz Bed Class : While you wait : The “Pre-Flight Supper” offers a delicious buffet in the Galleries lounge, so you can sleep for as long as possible during the flight. On-board : This class is made up of just 20 extremely comfortable seats. While they are only 51cm wide, they can be transformed into completely horizontal beds with a 1.80m space for your legs. In-flight staff are more than happy to fold down the bed for you one you are in the air. This class also offers Egyptian cotton duvets and pillows for extra comfort. Just as with “Prem Plus” passengers all have an iPad for entertainment, universal sockets for plugging in electrical devices, and the option of having two pieces of hold luggage. These two classes also give you access to a private lounge at both Orly and JFK airports while you wait to board.

Le Temps d’un

By Lauran Glassberg

PROS : + Fast and easy boarding + Comfortable leather seats, even in Eco. + Excellent on-board service + Large choice of boutiques + More space + Attractive prices for Prem Plus and Biz Bed + The possibility of two 23kg pieces of hold luggage without any additional charges + Fewer queues at customs upon arriving at the airport + VIP treatment for the return flight with Sky Priority boarding for passing through customs at JFK + The “Sleeper” service CONS : + Seats are slightly narrow in Biz Bed. + Certain passengers in “Biz Bed” are given a set of “pyjamas”… but not everyone! OUR ADVICE : If you can, on Paris-New York flights, make the outbound journey in “Prem Plus” and the return journey in “Biz Bed”. That way you’ll arrive fresh and ready in Paris. OPENSKIES PRICES : All their flights offer three classes: Eco, Prem Plus and Biz Bed. For the direct Paris-NY flight: - OpenSkies Eco Class: from €468 return per person. - OpenSkies Prem Plus Class: from €987 return per person. - OpenSkies Biz Bed Class: from €2,584 return per person.

238


Paris / NY en Classe Prem Plus : En attendant le vol : Vous pouvez profiter du salon VIP. A bord : Il faut l’avouer, c’est tout simplement la classe la plus confortable de sa catégorie. Espace de 1,20m pour les jambes, large fauteuil inclinable à 130° qui permet d’allonger ses jambes. Seulement 2 sièges de part et d’autre du couloir et un double accoudoir qui permet d’être vraiment à l’aise. Pour se divertir, chaque passager dispose d’un iPad individuel mais également une prise électrique pour brancher son ordinateur ou son téléphone portable, ce qui est toujours très pratique. NY / Paris en Classe Biz Bed : En attendant le vol : « Le pre-flight Supper » vous permet de profiter du buffet gourmand du salon Galleries afin de maximiser le temps de sommeil en vol. A bord : Celle-ci n’est composée que de 20 sièges très confortables. Et si ces sièges ne mesurent que 51cm de large, ils ont l’avantage de se transformer en lits parfaitement plats et horizontaux avec un espace de 1m80 pour les jambes. Lits que le personnel de bord propose de vous installer dès que vous êtes dans les airs (Duvet en coton égyptien et surmulets pour plus de confort). Comme en « Prem Plus », vous disposez d’une prise universelle pour brancher vos appareils électroniques, un iPad pour vous divertir, et la possibilité d’avoir 2 bagages en plus.

Vol sur...

Openskies

Enfin ces deux classes, vous donnent accès à un salon privé à Orly et à New York en attendant d’embarquer. Par Lauran Glassberg

LES PLUS : + Embarquement rapide et simple + Le confort des sièges en cuir, y compris en “Eco”. + Excellent service à bord + Grand choix de magazines + Plus d’espace + Des tarifs intéressants pour la Prem Plus et la Biz Bed + La possibilité d’avoir deux bagages de 23kg en soute sans supplément. + Moins de queue à l’arrivée à la douane à l’aéroport + Traitement VIP au retour avec la File Sky Priority pour le passage en douane à JFK + « Le Sleeper service » LES MOINS : + Siège un peu étroit en Biz Bed. + Certains passagers en « Biz Bed » ont eu droit à un « pyjama »… et d’autre pas ! NOTRE CONSEIL : Si vous en avez la possibilité, pour un Paris/New-York/Paris, faites l’aller en “Prem Plus” et le retour en “Biz Bed”, vous arriverez frais et dispo à Paris. LES TARIFS D’OPENSKIES : Tous leurs appareils ont 3 niveaux de confort : la Classe Eco, la Classe Prem Plus et la Classe Biz Bed… Pour le vol direct Paris - NY: - Classe Eco OpenSkies : à partir de 468€ A/R par personne - Classe Prem Plus OpenSkies : à partir de 987€ A/R par personne. - Classe Biz Bed OpenSkies : à partir de 2584€ A/R par personne.

239


Whether on the train of the plane, here are few must-haves for staying elegant in all circumstances ! En train ou en avion, voici quelques indispensables pour être élégante en toutes circonstances !

For staying warm: Cardigan crafted in 8-ply cashmere and lined with mink. (Price upon request). www.hobbscashmere.com Pour ne jamais avoir froid : Cardigan en cachemire 8 fils doublé de vison rasé. (Prix sur demande). www.hobbscashmere.com

For staving off the cold: “Imperial Feather” scarf from Lalique & Fabric Frontline, crafted in cashmere and silk (Price: €790, 140cmx140cm). www.lalique.com Pour vous protéger des coups de froid : Foulard “Plumes Impériales” signé Lalique & Fabric Frontline, en cachemire et soie (Prix : 790€ en 140x140cm). www.lalique.com

For the softest hands: For listening to your favourite music: This “Pryma” headset offers a combination of exceptional sound quality and unique design. Hand-made in Italy and available at Colette. (Price: €500). www.colette.fr Pour écouter la musique que vous aimez : Ce casque audio “Pryma”qui reproduit un son exceptionnel, associé à un design unique. Fabriqué à la main en Italie, disponible chez Colette. (Prix : 500€). www.colette.fr

TRAVEL CHIC... 240


For taking notes: Don’t forget a thing with these beautiful notepads from ArmaniCasa. (Price upon request) www.armanicasa.com Pour prendre des notes : ... et ne rien oublier ces jolis carnet de chez ArmaniCasa. (Prix sur demande ) www.armanicasa.com

For the softest hands: The Swedish brand Byredo offers this “Vetyver” shea butter cream, which hydrates and perfumes your hands beautifully (Price: €45). www.colette.fr Pour la douceur de vos mains : La marque suédoise Byredo, propose cette crème “Vetyver” au beurre de karité, elle hydrate, adoucie et parfume agréablement les mains (Prix : 45€). www.colette.fr

For moisturising your skin: The “Cassiopeia” boxset from Aesop, containing three parsley-seed facial treatments. (Price: €141). www.aesop.com Pour hydrater votre peau : Le coffret “Cassiopeia” chez Aesop, contenant trois soins visage à la graine de persil. (Prix : 141€). www.aesop.com


For your total comfort: The “Travel Kit” containing a bag with a sleeping mask, a travel pillow and a cover. (Price upon request) www.armanicasa.com Pour votre confort : Le “Kit de Voyage” comprenant un sac avec un masque occultant, un coussin de voyage et un plaid. (Prix sur demande ) www.armanicasa.com

For capturing every instant: The Limited Edition Yellow Corner Lumix “CM1” camera. (Price upon request). www.yellowkorner.com Pour capter tous les instants : L’appareil photo Lumix “CM1” en Edition Limitée Yellow Corner. (Prix sur demande). www.yellowkorner.com

For keeping everything to hand: The timeless “Keepall” from Vuitton (Price: €1,300). www.fr.louisvuitton.com Pour ne rien oublier : L’indémodable “Keepall” de Vuitton (Prix : 1300€). www.fr.louisvuitton.com 242


Paris-Maurice : le plus beau drive du monde avec

it Transport gratu golf*. de votre sac de Mordus de golf, Air Mauritius vous donne toutes les raisons de vivre à fond votre passion sur les superbes fairways de l’Ile Maurice. Un choix exceptionnel d’horaires avec jusqu’à 18 vols non-stop par semaine de nuit ainsi que le transport gratuit de votre sac de golf. Traitement VIP aux aéroports Roissy Charles de Gaulle 2F et à Maurice pour les passagers voyageant à bord de notre nouvelle classe Affaires, sans oublier à tout instant, la légendaire hospitalité mauricienne.

*1 pièce jusqu’à 20 kg, au départ de 14 villes en France.


Palace life at the Château de Chailly Hotel and Golf Resort From a medieval residence to a hotel listed as a Historic Monument: 900 years of history The majestic Château de Chailly**** and its grounds span 100 hectares, and staying here to indulging in a spot of “palace life” for a touristic, gastronomic or sporty few days will inevitably take you back in time in this 12th-century residence. Transformed into a fortress in the 15th century, boasting four towers and a drawbridge, it was only several decades later that the Château became an elegant Renaissance dwelling, and this character can still be felt today. During the French Revolution of 1789, the Château was used by a Lord, who was the mayor of Chailly and the “Criminal Lieutenant” of the nearby town of Arnayle-Duc. He acquired the château in 1796, and it was sold in 1889 to the Chalon family, who passed it down through the generations up until 1987. It seemed the palace life was over! But this characterful space won

over a Japanese businessman and Burgundy enthusiast Mike Sata, who purchased the Château with the aim of turning it into a luxury hotel and golf resort. He commissioned the talents of around 100 French citizens, who worked for more than 80,000 hours over 18 months to breathe life back into this authentic site and Historical Monument. The Château now offers 45 rooms including 8 suites, a bar, a billiards room, an outdoor pool, a tennis court and an 18-hole golf course, and has become one of the jewels of the Burgundy hotel sector.

244


Foodies will not be disappointed, as Chef Jean-Alain Poitevin – who trained at the prestigious hotel Les Crayères in Reims – heads up the gastronomic restaurant L’Armançon and the simpler Le Rubillon which serves simpler dishes. Wine buffs will also be thoroughly spoiled, and history enthusiasts can enjoy the visits to Dijon, Beaune, the Fontenay Abbey and the Château Bussy-Rabutin. And while earthly pleasures are certainly on the menu, spirituality still has its place in this establishment. Guests are welcome to visit the “Dôme du Cosmos”, an ecumenical chapel that the owner built in 1990. The chapel offers mosaics crafted using 22-carat gold leaf, and a splendid fountain in the centre. Proof that the Château de Chailly is a truly heavenly institution in every way.

By Florence Batisse-Pichet

Château de Chailly Allée du Château 21320 Chailly-sur-Armançon Tél. 03 80 90 30 30 www.chailly.com

245


Vie de château à l’Hôtel Golf

du château de Chailly


De la résidence médiévale à la demeure classée Monument Historique : 900 ans d’histoire Majestueux, le Château de Chailly**** s’impose sur 100 hectares. S’il est plaisant d’y séjourner et de s’offrir « la vie de château » pour une escapade touristique, gastronomique ou sportive, impossible de ne pas remonter le temps de cette résidence qui date du XIIème. Transformée au début du XVème en une forteresse, dotée de quatre tours et d’un pont-levis, c’est seulement quelques décennies plus tard, qu’elle prend l’allure d’une élégante demeure de la Renaissance, dont elle a gardé le cachet. Sous la Révolution de 1789, le château est exploité par un «Fermier de Seigneurie», maire de Chailly et «Lieutenant Criminel» à Arnay-le-Duc, qui en devient le propriétaire en 1796. Revendu en 1889 à la famille Chalon, il sera conservé jusqu’en 1987 par les héritiers. Fini alors la vie de château ! Mais ce lieu chargé d’âme suscite un coup de cœur, chez un homme d’affaires japonais, Mike Sata, amoureux de la Bourgogne. Il l’acquiert avec le projet de le réhabiliter et d’en faire un hôtel-golf de luxe. Le talent d’une centaine de compagnons de France qui y travailleront plus de 80 000 heures pendant 18 mois, va permettre de faire renaître cette authentique

demeure, classée Monument Historique. Transformé en un complexe de 45 chambres dont 8 suites, avec bar, billard, piscine extérieure, tennis et parcours 18 trous, le château ainsi métamorphosé est devenu l’un des fleurons hôteliers de Bourgogne. Pour se restaurer, Jean-Alain Poitevin qui a fait ses classes aux Crayères de Reims, supervise L’Armançon, la table gastronomique et le Rubillon, pour des formules plus légères. Pendant leur séjour, les amateurs de vins seront gâtés mais côté patrimoine, entre la visite de Dijon, de Beaune, l’Abbaye de Fontenay ou le château Bussy-Rabutin, les passionnés d’histoire auront l’embarras du choix. Si les nourritures terrestres sont au programme, la dimension spirituelle n’est pas oubliée. Petit écrin que le « Dôme du Cosmos », une chapelle œcuménique que le maître des lieux a fait construire en 1990 : des mosaïques travaillées à la feuille d’or 22 carats, avec en son centre une fontaine. Preuve que château de Chailly est un lieu qui a gardé son âme.

Par Florence Batisse-Pichet

Château de Chailly Allée du Château 21320 Chailly-sur-Armançon Tél. 03 80 90 30 30 www.chailly.com

Le luxe Zen 247

!


GASTRONOMIE


CHAMPAGNE !!! Champagne used to be reserved for royal families, but today it’s open to all! This festive refreshment enjoys a prestigious, luxury reputation, and is often seen as even more extravagant abroad. Here are a few ideas to help you make the right choice for the end-of-year celebrations… CSC. __ Exclusivement réservé autrefois aux familles royales, le champage est désormais accessible à tous. Breuvage à l’aura festive et au luxe prestigieux, l’or pétillant rayonne partout dans le monde et jouit parfois d’une image encore plus fastueuse à l’étranger. Pour vous guider dans le choix de vos bulles pour les fêtes, voici quelques uns parmi les Champagnes… CSC.

“Cuvée R. Lalou 1999”: a sparkling golden shimmer that captures the light. Price: €145 (www.ghmumm.com) « Cuvée R. Lalou 1999 » : Une robe au bel éclat doré qui capture la lumière. Prix : 145€ (www.ghmumm.com)

“Belle Epoque” : Those looking for pleasure will enjoy this champagne’s combined charm and creativity. This wine boasts a full body, notes of white flowers, honey and brioche. It’s rich taste is accentuated by almond and nougat flavours. (Price: €161). www.perrier-jouet.com « Belle Epoque » : A la recherche du plaisir, un champagne dans les règles de l’art entre charme et création. C’est un vin avec beaucoup de matière qui offre au nez des notes de fleurs blanches, de miel et de brioche. Dans la bouche, il est riche, marqué par des notes d’amande et de nougat.. (Prix : 161€). www.perrier-jouet.com

250


“La grande Dame” by Veuve Cliquot is a pure and perfectly balanced champagne. Its sophistication lends it a unique style dominated by Pinot Noir grapes. This combination of 8 prestigious crus provides an impressive complexity and finesse. A powerful, well-crafted vintage. (Price: €155). www.veuve-clicquot.com « La grande Dame » de Veuve Cliquot est un Champagne à l’équilibre pur et parfait. Grande finesse, pour un style unique ou domine le pinot noir. Un assemblage de huit crus historiques lui confère complexité et finesse absolue. Un millésime puissant et structuré. (Prix : 155€). www.veuve-clicquot.com

« Boizel by Memo » : Une petite malle de voyage imaginée par Clara Molloy (éditée à 200 ex.) pour un Champagne de caractère à l’effervescence généreuse et aux bulles très fines, le Blanc de Blancs a une texture soyeuse, d’une grande élégance. www.boizel.com « Belle Epoque » : A la recherche du plaisir, un champagne dans les règles de l’art entre charme et création. C’est un vin avec beaucoup de matière qui offre au nez des notes de fleurs blanches, de miel et de brioche. Dans la bouche, il est riche, marqué par des notes d’amande et de nougat..(Prix : 161€). www.perrier-jouet.com


« Black & White Christmas ». Pour les fêtes de fin d’année, la Maison de Champagne Duval-Leroy a créé un coffret iconique autour de ses deux cuvées stars : Fleur de Champagne Brut Premier Cru & Brut Réserve. Il faudra choisir entre le Pinot Noir ou le Chardonnay ou succomber au charme des deux. (Prix : 200€). www.duval-leroy.com « Black & White Christmas ». Pour les fêtes de fin d’année, la Maison de Champagne Duval-Leroy a créé un coffret iconique autour de ses deux cuvées stars : Fleur de Champagne Brut Premier Cru & Brut Réserve. Il faudra choisir entre le Pinot Noir ou le Chardonnay ou succomber au charme des deux. (Prix : 200€). www.duval-leroy.com


“MUMM 3D” designed by Renato Montagner is an exclusive presentation of the Cordon Rouge Jeroboam. This case conjures up modernity, daring and innovation, three of the core values championed by the G.H.Mumm champagne House. (Available to order at barpremium.com for €3,000). www.mumm.com « MUMM 3D » signé Renato Montagner dédié au jéroboam Cordon Rouge. Ce coffret évoque la modernité, l’audace et l’innovation, trois valeurs chères à la maison G.H.Mumm. (disponible sur commande sur barpremium.com au prix : 3000 €). www. mumm.com


“Brut Régence 300ans”: This champagne’s offers an elegant pale yellow colour and elegantly delicate bubbles. Hints of fruit and white flowers leading to brioche and citrus notes. This well-rounded wine with a touch of freshness that revives the palate reveals a deep, complex structure with a long finish. Perfect for an aperitif. (Price: €300). www.brimoncourt.com « Brut Régence 300ans » : Une robe élégante jaune paille, avec un cordon élégant qui témoigne de la finesse des bulles. des arômes de fruits fleurs blanches pour finir sur des notes de brioche et d’agrumes. Et enfin, une belle rondeur avec une pointe de fraîcheur qui tonifie le palais et qui révèle une structure ample et complexe, portée par une belle longueur. Idéal pour l’apéritif. (Prix : 300€). www.brimoncourt.com

“ Vintage 2006 ”. Dom Pérignon 2006 case, limited edition, designed by Björk and Chris Cunningham. This heady, powerful champagne boasts an impressive finish coupled with a beautifully sophisticated hint of bitterness. The overall taste is extremely harmonious, and will become even more elegant with age. (Price: €160). This case is also available in the “Millésime Dom Pérignon Rosé 2004” (price: €290). www.domperignon.com « Vintage 2006 ». Coffret Dom Pérignon 2006, en édition limitée signé Björk et Chris Cunningham. Le champagne vineux et puissant, la finale est impressionnante de puissance avec une jolie petite amertume noble. L’ensemble est très équilibré. Il vieillira en prenant plus d’élégance. (Prix : 160€) . Ce coffret se décline également en version « millésime Dom Pérignon Rosé 2004 ». (prix : 290€). www.domperignon.com

254


This elegant champagne cooler is designed by Ron Arad. Only 600 have been produced, and each one is numbered and signed by the artist. Just five of them are available for sale, offered alongside a case containing a magnum of Ruinart Blanc de Blancs, a cleaning kit and a pair of white gloves. (Price: 5,000 euros). www.ruinart.com Vasque dessinée par Ron Arad, éditée à 600 exemplaires tous numérotés et signés. Seules 5 d’entre elles sont vendues dans le monde, dans une malle avec un magnum de Ruinart Blanc de Blancs, un kit de nettoyage et des gants blancs. (Prix : 5 000 euros). www.ruinart.com

A few recommendations for getting the best out of your champagne…

Quelques conseils pour bien déguster son Champagne…

- Champagne should be enjoyed cold, not frozen : We advise against putting the bottle in the freezer. This will destroy the aromas and flavours. You should place the bottle in a champagne cooler filled with water and ice cubes. Between 15 and 20 minutes are enough to cool the champagne. Alternatively you can place the champagne flat in the fridge four hours before serving.

- Le champagne se boit frais, jamais glacé : Il est donc très fortement déconseillé de placer la bouteille au congélateur, qui annihile les arômes et les saveurs. Il faut plonger cette dernière dans un seau rempli de glaçons et d’eau. 15 à 20 minutes suffisent pour rafraîchir le champagne. Sinon, il convient de placer le champagne (bouteille couchée) au réfrigérateur au moins quatre heures avant le service.

- The temperature depends on the champagne’s maturity : It is important to take the champagne’s maturity into account and serve it at the correct temperature. A young, vivacious champagne should be enjoyed cool, at 8°C, whereas a more mature, vintage champagne should be served a little warmer, at 10°C.

- La température dépend de la maturité du champagne : Il est important de prendre en compte la maturité du champagne pour entrevoir la bonne température. Un champagne vif et jeune se boit frais, à 8°C, tandis qu’un champagne mature ou millésimé se boit moins frais, à 10°C.

- Use tulip champagne flutes : The volume and height of these “tulip” champagne flutes are the perfect environment for allowing the bubbles to develop. And contrary to popular belief, you should not use widemouthed flutes, as the champagne’s aromas evaporate too quickly.

- Utiliser des verres tulipes : Le volume et la hauteur des verres « tulipes » sont idéaux pour permettre aux bulles d’évoluer. Par ailleurs, contrairement aux idées reçues, ne pas utiliser de coupe qui laisse s’évaporer trop rapidement les arômes à cause des bords évasés.

- Wash the flutes without washing-up liquid : Simply use warm water and leave them to drain dry. Residual washing-up liquid removes the champagne foam and its aromas and flavours.

- Laver les verres sans produit de vaisselle, à l’eau chaude, et les laisser égoutter. Les résidus du produit de vaisselle éteignent la mousse du champagne. - Ne remplir le verre qu’à moitié : Le champagne doit être servi qu’à moitié du verre, pour laisser place aux arômes. Il est important de regarder le champagne et sa robe couleur or, avant de le déguster.

- Only fill the flute up half-way : Champagne should only be served in half-glasses in order to allow the aromas to develop. You should observe the champagne and its golden colour before tasting it.

255


“Krug Grande Cuvée” : Making a bottle of Krug Grande Cuvée takes 20 years, as only this amount of time and patience can achieve Joseph Krug’s ultimate brut champagne. This cuvée is crafted from the exceptional combination of 120 champagnes from 10 different vintages, some of which have been aged for 15 years. (Price: €136). www.krug.com « Krug Grande Cuvée » : Il faut 20 ans pour réaliser une bouteille de Krug grande cuvée. Seule cette patience permet d’atteindre le brut ultime de Joseph Krug. Cette cuvée naît de l’assemblage exceptionnel de 120 vins issus de 10 millésimes, dont certains peuvent avoir été conservés pendant 15 ans. (Prix 136€). www.krug.com

“Nocturne” by Taittinger is a festive, dry, rich and creamy champagne which evokes smoothness, tenderness and passion. (Price: €39). www.taittinger.com/ « Nocturne » de Taittinger est un champagne de fête sec, riche et onctueux qui dégage suavité, tendresse et passion. (Prix : 39€). www.taittinger.com/

256


Champagne can be enjoyed throughout the meal, you just have to know which one to start with… For the aperitif: Extra-brut or Blanc de blancs This is the traditional champagne. It is crafted using different grape varieties and years. Its strength will certainly give you an appetite. Keep the Blanc de blancs for aperitifs with canapés such as fish and seafood. For the starters and mains: Millésimés, Millésime or Blanc de noirs This title is often found on the lables. “Millésimés” champagnes are created using different years that are chosen for their quality, in order to make a wine with a particular character. Bottles bearing the title “Millésime” are crafted using one sole year which is chosen for its particularly exceptional quality. This gives a truly delicious wine, but these champagnes are naturally more expensive. We highly recommend accompanying your meal with a five- or six-year-old “Millésime” champagne. Blanc de Noirs champagnes are made using black grapes, and are “full-bodied” wines. For the dessert: Blanc de blancs, demi-secs or rosé For more sugary dishes we recommend sweet, light champagnes. Blanc de Blancs champagnes are an excellent choice, as they are crafted exclusively with white Chardonnay grapes. Rosé champagnes are a perfect match for desserts using red fruits, as these wines offer fruity notes.

__ Le champagne peut se boire durant tout le repas, il suffit simplement de savoir par lequel commencer … A l’apéritif : Extra-brut ou blanc de blancs C’est le champagne classique. Il est issu de plusieurs cépages et de plusieurs années. Sa force vous mettra en appétit. Gardez le blanc de blancs pour des entrées apéritives à base de fruits de mer ou de poisson. Pour les Entrées et les plat : Millésimés, Millésime ou Blanc de noirs Cette mention se trouve notamment sur l’étiquette. Les champagnes millésimés sont issus de plusieurs années choisies pour leur qualité afin d’obtenir un vin avec un caractère particulier. Les bouteilles portant la mention d’une seule année sont des millésimes. L’année choisie est particulièrement exceptionnelle et donne un vin délicieux. Bien sûr, ce sont aussi les bouteilles les plus chères. Vous pouvez déguster avec votre repas des millésimes de 5 ou 6 ans. Le blanc de noirs, issu de raisins noirs, ont du «corps». Pour le Dessert : Blanc de blanc, demi-secs ou rosé Avec des notes sucrées, privilégiez des champagnes doux et légers. C’est le cas du blanc de blancs élaboré exclusivement avec du raisin blanc du chardonnay. Le rosé accompagnera à merveille les entremets à base de fruits rouges, ce vin ayant des notes fruitées.

257


Oh my log ! The yule log (“Bûche” in French) is the dessert celebrity of the festive season. With this in mind, the most renowned Chefs, Pâtissiers and Chocolatiers have got together to offer you exceptional creations filled with colour and flavour. To be enjoyed with(out) moderation! _ En cette période de fêtes, la bûche est la star des desserts. Alors pour combler vos yeux et vos papilles certains des plus célèbres Chefs Pâtissiers et Chocolatiers ont redoublé d’efforts pour vous proposer des créations exceptionnelles hautes en couleur et en saveurs… A déguster pour le plaisir !

01- Bûche « Petit H », Lenôtre Alliance de fondant, avec des couches de mousse et ganache chocolat/Yuzu, et de croustillant avec son biscuit «Succès» à base de meringue aux amandes Valencia. Une compotée épicée aux agrumes, poivre Timut et miel des ruches des ateliers Lenôtre accompagnent le tout. Série limitée numérotée du 12 au 24 décembre. Prix : 130 € pour 10 personnes. www.lenotre.com. Bûche « Petit H », Lenôtre The Lenôtre workshops offer a combination of fondant, with layers of chocolate/Yuzu and mousse, and crunch, with the “Succès” biscuit made using meringue and Valencia almonds. Accompanied by a spicy citrus fruit compote, Timut pepper and honey. Limited, numbered series available from 12 to 24 December. Price: €130 for 10 people. www.lenotre.com.

1

02- Bûche “Perpétua”, Pierre Hermé The centre of this powerful chocolate structure inspired by artist Giuseppe Penone’s “Spazio di Luce” hides a soft heart of chocolate sponge imbibed with chocolate syrup, ganache and cream. Pure Origine Brésil Plantation Paineiras dark chocolate Chantilly cream, nougatine with pieces of cocoa beans, Infiniment Chocolat shortbread. Limited edition, price on request, www.pierreherme.com Bûche «Perpétua», Pierre Hermé Au creux de la structure puissante taillée dans le chocolat, inspirée de l’oeuvre «Spazio di Luce» de Giuseppe Penone, se dévoile un cœur tendre : biscuit au chocolat imbibé au sirop chocolat, ganache et crème Chantilly au chocolat noir Pure Origine Brésil, Plantation Paineiras, nougatine aux éclats de fèves de cacao, sablé Infiniment Chocolat. Edition limitée, prix sur demande, www.pierreherme.com

2 03- Bûche “Sucrée-Salée”, Brasserie Frame This revisited version is from Californian Chef Andrew Wigger and his Chef Pâtissier Éloi. The duo have done away with the traditional sweet yule log to create and sweet/savoury remake. The fully textured peanut butter mousse is sprinkled with crunchy spicy chocolate, covering a centre filled with a delicate quince jelly, foie gras, chestnut cream and figs. This surprising and original sweet and savoury combination is the perfect discovery for the end-of-year celebrations. Price: €38. www. framebrasserie.fr Bûche « Sucrée-Salée », Brasserie Frame Dans une version revisitée par le Chef Californien Andrew Wigger et son Chef pâtissier Éloi, oubliée la bûche traditionnelle sucrée, celle-ci se révèle sucrée-salée. Texture d’une mousse de beurre de cacahuètes parsemée du craquant du chocolat épicé dévoilant en son coeur une délicate gelée de coing où foie-gras, crème de marron et figues trônent. Un surprenant mariage sucré-salé pour les fêtes de fin d’année à découvrir pour son originalité. Prix 38€. www.framebrasserie.fr

258

3


4 04- “Véritable Bûche de nos Forets”, Yannick Begel Covered in a cocoa glazing, this creation reveals a 70% dark chocolate mousse which melts into a creamy cepinfused centre. The crunchy hazelnut sponge conjures up delicious forest flavours. Price: €15 per piece. www.etangscorot.com « Véritable Bûche de nos Forets », Yannick Begel Enrobée d’un glaçage au cacao, cette création dévoile une mousse au chocolat noir 70% qui se fond à un coeur crémeux aux cèpes.Quant au croustillant du biscuit à la noisette, il fait une nouvelle fois écho aux saveurs forestières. Prix : 15€ la part. www.etangs-corot.com 05- Bûche “Chic & Choc”, Ludovic Chaussard – Gateaux Thoumieux Cocoa, fleur de sel, hazelnut praline, Tahiti vanilla mousse and Venezuela chocolate mousse with natural notes and smoked woody flavours. Price: €85 for 6 people. www. thoumieux.fr Bûche « Chic & Choc », Ludovic Chaussard – Gateaux Thoumieux Biscuit cacao fleur de sel, praliné noisette, mousse de vanille de Tahiti et mousse chocolat du Vénézuela aux notes végétales et saveurs de bois fumé. Prix : 85 € pour 6 personnes. www.thoumieux.fr

5

6

06- Bûche “Résille Abysse Noir”, Gérald Passedat This year the Chef has chosen to pay homage to the work of architect Rudy Cicciotti with a 75% dark chocolate lace symbolising the MuCEM museum in Marseille. A lightly chocolate-covered almond Dacquoise biscuit, ganache with honey and orange blossom, almond paste and orange jelly. Price: €40 for 6 people. www.passedat.fr Büche « Résille Abysse Noir », Gérald Passedat Le Chef a choisi cette année de rendre hommage au travail de l’architecte Rudy Ricciotti à travers une dentelle de chocolat noir 75 % symbolisant l’architecture du MuCEM. Dacquoise amande légèrement cacaotée, ganache au miel et fleur d’oranger, pâte d’amande et gelée d’orange. Prix : 40€ pour 6 personnes. www.passedat.fr 07 – “La bûche fait le mur”, Anne-Sophie Pic Cream, mousse with pieces of chocolate, soft sponge with tarragon, chocolate glazing. Orders placed by calling +33 (0)1 42 60 40 40 between 1 and 15 December to be collected from 18 December. Price: €65 for 6/8 people. « La bûche fait le mur », Anne-Sophie Pic Crémeux, mousse aux éclats de chocolat, biscuit moelleux punché à l’estragon, glaçage au chocolat. Commande à passer au 01 42 60 40 40 entre le 1er et le 15 décembre pour un retrait à partir du 18 décembre. Prix : 65 € pour 6/8 personnes

7


Bûche oh ma bûche !… 08- Bûche “Grand Froid sur la Banquise”, Café de la Paix Developed by Christophe Raoux, Executive Chef, and Dominique Costa, Chef Pâtissier at the Café de la Paix, this “glazed” yule log is both fun and magical, and its igloo shape gives nothing away! Its interior is actually made of a madeleine sponge topped with generous alternating layers of blackcurrant and chestnut. It boasts a light, creamy texture. Limited edition – just 50 pieces available. Price: €65 for 6/8 people. www.cafedelapaix.fr Bûche « Grand Froid sur la Banquise », Café de la Paix Imaginée par Christophe Raoux, Chef Exécutif, et Dominique Costa, Chef Pâtissier du Café de la Paix, cette bûche « glacée » à la fois ludique et féérique et sa forme d’igloo ne laisse rien présager de son intérieur composé d’un biscuit madeleine surmonté de généreuses couches de cassis et marron alternées. Sa texture est légère et onctueuse. Edition limitée à 50 pièces. Prix : 65€ pour 6 à 8 personnes. www.cafedelapaix.fr

8

09 - Bûche “boules” La Réserve Paris Choose between “Crunchy dark chocolate shell, Equateur 70% chocolate mousse, creamy salted caramel and a light chocolate sponge” and “Crunchy white chocolate shell, Madagascar vanilla mousse, diced mango and passion fruit and a light almond sponge”. Limited edition. Orders by email at restaurant@lareserve-paris.com and collected at the La Réserve Paris-Hotel and Spa, 42 Avenue Gabriel 75008 Paris. Price: €70 for 6 people. Bûche « boules », La Réserve Paris Au choix, «Coque craquante chocolat noir, mousse chocolat Equateur 70 %, crémeux caramel beurre salé-tonha, biscuit léger cacao» ou «Coque craquante chocolat blanc, mousse vanille de Madagascar, brunoise mangue-passion, biscuit léger amande». Bûche pour 6 personnes en édition limitée à commander sur restaurant@lareserve-paris.com et à venir chercher à La Réserve Paris-Hotel and Spa, 42 Avenue Gabriel 75008 Paris. Prix : 70 € pour 6 personnes. 10- “Fantastik Mr Kristmas” Christophe Michalak This milk chocolate Father Christmas has a marshmallow beard hiding a sponge infused with blackberry tea, crunchy cocoa beans and fleur de sel. Price: €60 for 8 people. www. « Fantastik Mr Kristmas », Christophe Michalak Sous sa barbe en guimauve, ce Père Noël au chocolat au lait cache un biscuit imbibé au thé à la mûre et un croustillant de fèves de cacao et fleur de sel. Prix : 60 € pour 8 personnes. www.

9

10


11 - “Renne ni vu ni connu” A la Mère de Famille Either 65% dark chocolate or 36% milk chocolate, garnished with pearls of praline chocolate. Price: €39/400g. www.alameredefamille.com « Renne ni vu ni connu », A la Mère de Famille Chocolat noir 65 % ou au lait 36 % garni de perles de chocolat praliné. Prix : 39 € les 400g . www.alameredefamille.com

11

12 - Bûche “Merveilleuse”, Sébastien Gaudard Vanilla meringue, whipped chocolate cream and chocolate flakes. Price: €46 for 6 people. www.sebastiengaudard.com Buche « Merveilleuse », Sébastien Gaudard Meringue à la vanille, chocolat en crème fouetée et copeaux. Prix : 46 13 - Bûche « Marron », Dominique Saibron Une génoise aux amandes parfumée à la vanille bourbon de Madagascar, garnie d’une mousse aux marrons enrichie de marrons glacées… Prix : 5,40 € la bûchette individuelle, de 29,70 € à 57 € la bûche de 4 à 12 personnes. www.dominique-saibron.com Bûche “Marron”, Dominique Saibron An almond sponge infused with Madagascar bourbon vanilla, topped with a chestnut mousse and preserved chestnuts. Price: €5.40 per individual mini-log, from €29.70 to €57 for logs for 4 to 12 people. www.dominique-saibron.com

12

13


14

14 - Bûche “Peau d’Ane”, Les Fées Pâtissières This yule log is garnished with a dark chocolate and vanilla mousse, a soft almond and citrus fruit sponge, a chocolate sponge, a crunchy grain and chocolate shortbread, a mandarin jam and mandarin coulis. Price: €90 for 6/8 people . www.lesfeespatissieres. com Bûche « Peau d’Ane », Les Fées Pâtissières Bûche est garnie d’une mousse au chocolat noir, d’une mousse à la vanille, d’un biscuit moelleux aux amandes et agrumes, d’un biscuit chocolaté, d’un sablé croustillant aux céréales et chocolat, d’une confiture de mandarine et d’un coulis de mandarine. Prix : 90 € la bûche pour 6 à 8 personnes. www.lesfeespatissieres.com 15- Bûche “La Skoulptoura” Inspired by Russian art, this dessert is particularly delicious thanks to its balanced marriage of different flavours and textures. A true work of art that almost looks too good to eat, harmoniously combining pears poached in salted caramel with vanilla. For 8 people. Price: €96. www.cafe-pouchkine.fr. Bûche la Skoulptoura, Inspirée de l’art moscovite. Elle se voudra gourmande grâce à un mariage harmonieux entre différentes textures et parfums. Cette bûche est une peinture à croquer qui allie harmonieusement les saveurs de poire pochée, de caramel au beurre salé et de vanille. Bûche pour 8 personnes. Prix de vente : 96€ TTC. www.cafe-pouchkine.fr. 16- Bûche “De Luxe”, Popelini With this exclusive limited series (just 100 available, numbered from 1 to 100), Popelini offers its very first yule log. This delicious desert promises an explosion of flavours, and its harmonious combination of different textures and tastes makes it a true delicacy! Price on request. www.popelini.com Bûche de Luxe, Popellini En exclusivité et en série limitée (de 100 exemplaires, numérotés de 1 à 100), Popelini vous propose sa toute première bûche de Noël. Une délicieuse bûche, qui vous procurera une explosion de saveurs en bouche. Elle se voudra gourmande grâce à un mariage harmonieux entre différentes textures et parfums. Prix sur demande. www.popelini.com

16

15


17 - “Bûche d’Enfer”, Jean-Paul Hévin Almond and chocolate sponge, Madagascar dark chocolate mousse, Chiboust cream, nougat and buckwheat honey. Base crafted in dark chocolate. €36 for 5 people (without base), €59 for 5 people (with base), €46 for 7 people (without base), €77 for 7 people (with base). www.jeanpaulhevin.com « Bûche d’Enfer», Jean-Paul Hévin Biscuit chocolat aux amandes, mousse chocolat noir au cacao d’origine Madagascar, crème chiboust, nougat et miel de sarrasin. Socle en chocolat noir. 36 € pour 5 personnes (sans socle), 59 € pour 5 personnes (avec socle), 46 € pour 7 personnes (sans socle), 77 € pour 7 personnes (avec socle). www.jeanpaulhevin.com 18 - “Bûche Pure”, Cyril Lignac Composed of an almond sponge, a banana and passion fruit compote, a milk chocolate mousse and delicate chocolate leaves, this yule log is an undeniably delicious masterpiece. Price: €6 for individual mini-logs, €55 for 6/8 people. www.lapatisseriecyrillignac.com « Bûche Pure », Cyril Lignac Composée d’un biscuit aux amandes, d’une compotée banane passion, d’une mousse au chocolat au lait et coco et de fines feuilles de chocolat, cette bûche est a n’en pas douter une «pure» gourmandise. Prix : 6 € le format individuel, 55 € pour 6/8 personnes. www.lapatisseriecyrillignac. com

17

19 - Bûche “Père Noël”, Pierre Mathieu Designed by the Chef Pâtissier at the Mandarin Oriental and the artist Mambo, this yule log is composed of a crunchy hazelnut base, topped with a Dacquoise biscuit, a lemon cream, a vanilla cream and a praline biscuit. The entire dessert is enveloped in a hazelnut mousse and garnished with an adorable chocolate hat which hides a surprise! Limited edition. Price: €98 for 8 people. Orders to be placed 48 hours in advance by calling +33 (0)1 70 98 74 00. Buche « Père Noël », Pierre Mathieu Imaginé par le Chef Pâtissier du Mandarin Oriental et l’artiste Mambo, cette buche est composée d’une base en croquant de noisettes, surmontée d’une dacquoise aux noisettes, un crémeux citronné, une crème vanillée et un palet praliné maison. L’ensemble est enveloppé d’une mousse aux noisettes et surmonté d’un bonnet en chocolat cachant une surprise. Edition Limitée. Prix : 98 € pour 8 personnes. Commande 48h à l’avance au 01 70 98 74 00

18

19

263


ANNE SOPHIE PIC

Oyster tartare, Revisited cheese fondue

Le tartare d’huîtres, fondue de fromage revisitee

INGREDIENTS : Serves 4 Preparation time: 20 mins Cooking time: 1 min

INGREDIENTS : 4 personnes Temps de préparation : 20 min Temps de cuisson : 1 min

The oyster tartare : 12 n°3 oysters A few pansy flowers 1 handful of tarragon leaves 10cl oyster juice A 2.5g sheet of gelatine

Le tartare d’huîtres : 12 huîtres n°3Quelques fleurs de pensée 1 branche d’estragon 10 cl de jus d’huître 1 feuille de gélatine de 2.5 g

The cheese fondue : Black pepper Salt 2 tablespoons kirsch 50g Comté cheese 50g Beaufort cheese 1g agar-agar 6cl milk 10cl cream ½ garlic clove 5cl white wine

La fondue de fromage : poivre sel 2 cuil. à soupe de kirsch 50 g de comté 50 g de beaufort 1 g d’agar agar 6cl de lait 10 cl de crème 1/2 gousse d’ail 5 cl de vin blanc

264


METHOD : 1. The oyster tartare : Open the oysters, collect the juice and cut the oysters into small pieces. Place them in glass ramekins along with the pansy petals and finely chopped tarragon leaves. Measure out 10cl of the oyster juice and heat for 1 minutes. Hydrate the gelatine in cold water, add to the oyster juice and stir until it melts. Leave to cool before pouring gently onto the tartare. Place in the fridge for 30 minutes. 2. The cheese fondue : Rub the inside of a fondue pot or saucepan with the ½ garlic clove and pour in the white wine. Add the Comté and the grated Beaufort and leave to melt. Finish the mixture by stirring in the milk. Bring to the boil and stir for 5 minutes. In a separate saucepan bring the cream to the boil with the agar-agar and pour onto the melted cheese mixture. Add salt and pepper to taste before pouring in the kirsch. 3. Presentation : Pour the cream into the canister and insert the gas cartridge. Shake well, then leave in the warm, in a bain-marie for example. Just before serving, squirt the foam onto the oyster tartare. Bon appétit!

RECETTE : 1. Le tartare d’huîtres : Ouvrez les huîtres, récupérez le jus, puis découpez-les délicatement en petits morceaux (tartare). Déposez-les au fond des verrines avec des pétales de pensées et les feuilles d’estragon finement coupées. Avec un verre doseur, mesurez 10 cl de jus d’huître, faites-le chauffer pendant 1 min. Ajoutez-y la gélatine - préalablement ramollie dans de l’eau froide - pour la faire fondre. Laissez refroidir puis versez délicatement sur le tartare. Placez au réfrigérateur pendant 30 min. 2. La fondue de fromage : Frottez une casserole avec la demi-gousse d’ail puis ajoutez-y le vin blanc, faites chauffer à feu moyen puis ajoutez le comté, le beaufort râpé et laissez fondre. Terminez en incorporant le lait. Mixez au robot électrique pour obtenir une texture lisse. Faites bouillir le mélange 5 min en remuant. Dans une casserole, portez à ébullition la crème avec l’agar-agar, puis versez sur le mélange de fromages fondus. Rectifiez l’assaisonnement et ajoutez le kirsch. 3. La présentation : Versez la crème obtenue dans le siphon, enclenchez la cartouche de gaz, secouez puis mettez de côté au chaud, dans un bain-marie par exemple. Au dernier moment pressez sur le bec du siphon et faites sortir l’émulsion sur le tartare. Dégustez aussitôt.

265


ERIC GUÉRIN Roasted loin of red scorpion fish Dos de chapon rôti

Whiskey infused jus, parsley and Kampot pepper foam Jus d’arêtes au whisky, émulsion de persil au poivre de Kampot

Serves 4 : Preparation: 25 minutes Marinade : overnight Cooking time: 1 hour 20 minutes

Pour 4 Personnes : Préparation : 35 Minutes. Marinade : une nuit. Cuisson : 1 h 20

4 loins of red scorpion fish, 100g each 2 salsifies 2 pears 20g yuzu juice (found in Japanese supermarkets or online)

4 pavés de chapon (rascasse) de 100 g chacun 2 salsifis 2 poires 20 g de jus de yuzu (se trouve dans les magasins de produits japonais ou sur Internet)

Parsley foam 5g grains of black Kampot pepper 1 bunch of flat-leaf parsley 1 bunch of curly-leave parsley 50g of sparkling water

L’émulsion de persil : 5 g de poivre noir de Kampot en grains 1 botte de persil plat 1 botte de persil frisé 50 g de Badoit®

The jus : a few red scorpion carcasses and trimmings ½ bird’s eye chili 2g grains of black pepper 3 peeled shallots 2 whole garlic cloves 50g white wine 1 tablespoon of oyster sauce 15cl whiskey 1 litre of veal base

Le jus D’arêtes : quelques carcasses et parures de chapon 1/2 piment oiseau 2 g de poivre noir en grains 3 échalotes épluchées 2 gousses d’ail entières 50 g de vin blanc 1 cuillerée à soupe de sauce d’huître 15 cl de whisky 1 litre de fond de veau

266


Miscellaneous Chicken stock, olive oil, Guérande fleur de sel, ground black pepper, salted butter, chopped shallot, fresh chopped parsley. Peel and wash the salsifies and cut them into strips. Cook them in a little chicken stock making sure they stay crunchy (15-20 minutes), then set aside to cool in their jus. For the parsley foam, mix the pepper in a Thermomix® (or blend them roughly with a pestle and mortar or a coffee grinder) in order to extract all the flavours. Add the leaves from the two bunches of parsley and the sparkling water. If you do not have a Thermomix® then mix the crushed pepper and other ingredients in a blender. Blend for 1 minutes, pass through a strainer, season to taste and place in the fridge. Cut the pears in to long 4mm-wide strips without peeling them. Add salt and pepper, place them flat in a bag to be vacuum bag, and then add the yuzu juice before gently sealing the bag. Leave to marinate overnight. For the jus, sear the fish carcasses and trimmings in a large pan with very hot olive oil. Add the chili and pepper and leave to brown, taking care not to burn the sides of the pan. Cut the shallots long ways into 6 pieces each and add them with the whole garlic cloves. Leave to cook for a few seconds. Deglaze with the white wine, add the oyster sauce, the whisky and the veal base. Bring to the boil, reduce the heat and leave to simmer for 45 minutes. Leave to cool before passing through a strainer. Season to taste. Whisk 30g butter into the jus and place in the fridge. Place the loins of red scorpion fish in a shallow pool of olive oil. Bring to 65°C and cook the loins for 15 minutes. Finish by browning the loins in a frying pan with a little butter. Use a knife to check if they are cooked correctly. Sauté the salsifies in butter, add a little of the chopped shallot and fresh parsley. Heat up the pears under the grill. Presentation Place a large spoonful of parsley foam in the centre of a hot plate. Slide the fish gently onto it and garnish with the pears and salsifies. Add the hot whiskey infused jus and serve. Divers Bouillon de volaille, huile d’olive, fleur de sel de Guérande, poivre du moulin, beurre demi-sel, échalote ciselée, persil frais ciselé Épluchez, lavez les salsifis et taillez-les en bâtonnets. Faites-les cuire dans un peu de bouillon de volaille en les gardant croquants (15 à 20 minutes), puis réservez-les au frais dans leur jus. Pour l’émulsion de persil, mixez le poivre dans un Thermomix® (ou pilez-le grossièrement dans un mortier ou un moulin à café) pour bien en extraire les saveurs, puis ajoutez les feuilles des deux bottes de persil et la Badoit. À défaut de Thermomix®, réunissez dans le bol d’un blender le poivre concassé et les autres ingrédients. Mixez pendant 1 minute, passez au chinois, rectifiez l’assaisonnement et réservez au frais. Taillez les poires sans les peler en fines tranches longitudinales de 4 mm d’épaisseur. Salez-les, poivrez-les, introduisez-les à plat dans un sac pour cuisson sous vide, ajoutez le jus de yuzu et pratiquez un sous-vide léger pour la soudure. Laissez mariner une nuit. Pour le jus d’arêtes, saisissez les carcasses et les parures de chapon sur feu vif dans une grande sauteuse à l’huile d’olive fumante. Ajoutez le piment et le poivre, et laissez colorer en évitant de brûler les bords du récipient. Taillez les échalotes en 6 dans le sens de la longueur, ajoutez-les ainsi que les gousses d’ail entières, et laissez revenir quelques secondes. Déglacez avec le vin blanc, ajoutez la sauce d’huître, le whisky et le fond de veau. Portez à ébullition, baissez le feu et laissez cuire 45 minutes à frémissement. Laissez refroidir avant de passer au chinois. Rectifiez l’assaisonnement ; montez le jus avec 30 g de beurre et réservez au frais. Déposez les pavés de chapon dans un bain d’huile d’olive. Portez la température à 65 °C et laissez cuire 15 minutes. Terminez en faisant colorer les pavés à la poêle avec un peu de beurre. Vérifiez la cuisson avec la pointe d’un couteau. Faites sauter les salsifis au beurre, ajoutez un peu d’échalote et de persil frais ciselés. Faites réchauffer les poires sous le gril du four. Dressage Déposez une grosse cuillerée d’émulsion de persil au poivre sur une assiette chaude, glissez-y délicatement le poisson, puis habillez-le de poire et de salsifis. Ajoutez le jus d’arêtes au whisky bien chaud.

267


ALAIN PASSARD Grilled Saint-Jacques scallops with bay leaves

Grillade de coquilles Saint-Jacques au laurier

Serves 4 Ingredients

pour 4 personnes Ingrédients

16 Saint-Jacques scallops in their shells 16 bay leaves 100g shallots 2 leeks 100g butter 10cl white base sauce

16 noix de Saint-Jacques 16 feuilles de laurier 100 G d’échalote 2 poireaux 100 g de beurre 10 cl de fond blanc

Method Open the shells, remove any fat and leave the scallop in the shell. Clean the scallops in cold water and then remove from the shell, making sure to keep the nerve intact. Cut the bay leaves in half, remove the central vein and make a single cut into each side in order to attach them to each other and wrap around the scallops. Finely chop the shallots and brown them in a frying pan. Pour in the white base sauce and leave to reduce to a syrup. Cut the leeks long ways in half, rinse to remove any grit and cut them into ½ centimetre slices. Stew the leeks in 30g of butter in a frying pan, cover with baking paper and leave to sweat on a very low heat. In the meantime, place the scallops under the grill for around 2 minutes, turning them regularly. Serve the scallops with the leeks and the shallots, sprinkled with ground nutmeg. Réalisation Ouvrir les coquilles, enlever les bardes en laissant la noix dans la coquille, nettoyer les noix à l’eau claire et les enlever de leur coquille en prenant soin de laisser le nerf. Couper les feuilles de laurier en deux, enlever la nervure et faire des entailles de chaque côté afin de les emboîter et ceinturer les noix de Saint-Jacques. Tailler les échalotes et les faire colorer dans un sautoir puis verser le fond blanc et laisser réduire jusqu’à obtention d’un sirop. Tailler les poireaux en deux dans la longueur, les rincer pour enlever le sable et les couper en tronçons d’un ½ centimètre. Dans un sautoir faire fondre les poireaux dans 30 g de beurre, couvrir d’un papier sulfurisé et laisser suer à feu très doux. Parallèlement, placer les noix de Saint-Jacques sur la grillade pendant environ 2 minutes en les retournant régulièrement. Servir les noix de Saint-Jacques avec un copeau de frais et accompagnées des poireaux et échalotes parsemés de muscade râpée.

268


GERALD PASSEDAT Spider crab soup Soupe d’esquinade de jesus

Serves 4 Preparation time: 1 hour Cooking time: 15 minutes

pour 4 personnes Temps de préparation : 1h Cuisson : 15mn

INGREDIENTS 1 spider crab (around 1kg) with its eggs. 2 cloves of garlic 500g fish stock 1 stem of thyme 1 shallot 50g Passedat olive oil 1 bouquet garni (leek, thyme, parsley, bay) Salt and pepper

INGREDIENTS 1 araignée (esquinade) d’environ 1kg avec des oeufs 2 gousses d’ail 500 g de fumet poisson 1 branche de thym 1 échalote 50 g d’huile d’olive Passedat 1 bouquet garni (poireau, thym, persil, laurier) Sel, poivre

METHOD Using a knife, kill the spider crab with an incision to the top of the head. Cut off the legs and blanch them in the shallow fish stock with the bouquet garni for two minutes. Remove and shell, and keep with the stock to one side. Remove the interior of the shell to recover the coral and place in the fridge. Prepare the bisque by lightly frying the ground meat, chopped shallot, crushed garlic and thyme in olive oil. Then add the fish stock, reduce by half and pass through a food mill. Finally, mix with the coral. Season with salt and pepper to taste. Form a cylinder of crab meat using a pastry cutter. Top with the eggs after lightly frying them in olive oil. Serve in the shell before adding the bisque. PRESS CONTACT - SHORTCUT RP - Catherine Bienvenu - c.bienvenu@shortcut.fr - Tel. : +33 (0)1 53 58 99 99 GÉRALD PASSEDAT - Le Petit Nice – 17, rue des Braves 13007 Marseille PROGRESSION DE LA RECETTE A l’aide d’un couteau, tuer l’araignée en incisant la tête. Couper les pattes, les blanchir dans un court bouillon de poisson avec le bouquet garni pendant 2 min. Les décortiquer et réserver. Oter l’intérieur de la carapace pour récupérer le corail et le réserver au frais. Pour préparer la bisque, faire revenir dans un sautoir avec l’huile d’olive, l’intérieur de l’araignée concassé, ajouter l’échalote émincée, l’ail écrasé en chemise, la branche de thym puis ajouter le fumet de poisson, faire réduire de moitié puis passer à la moulinette et enfin mixer avec le corail. Rectifier en sel et en poivre. Monter à l’aide d’un petit cercle, un gâteau de chair d’araignée surmonté de ses oeufs légèrement revenus à l’huile d’olive. Dresser dans la carapace puis ajouter la bisque d’esquinade. CONTACT PRESSE - SHORTCUT RP - Catherine Bienvenu - c.bienvenu@shortcut.fr - Tel. 01 53 58 99 99 GÉRALD PASSEDAT - Le Petit Nice – 17, rue des Braves 13007 Marseille 269


MARC HAEBERLIN “Pigeon Chops with Kale and Truffles” “La Cotelette de Pigeon Au Chou et aux truffes”

Serves 4

pour 4 personnes

4 deboned pigeon breasts 4 squab legs 2 teaspoons cognac 2 tablespoons port 2 tablespoons Pinot Gris 25cl chicken base 12 leaves green kale 80g foie gras 4 strips of truffle 180g pork caul 1 tablespoon of peanut oil Salt and pepper

4 suprêmes de pigeon désossés 4 cuisses de pigeonneau 2 cuillères à café de cognac 2 cuillères à soupe de porto 2 cuillères à soupe de Pinot Gris 25 cl de fond de volaille 12 feuilles de chou vert frisé 80 g de foie gras 4 lamelles de truffe 180 g de crépine de porc 1 cuillère à soupe d’huile d’arachide sel, poivre

For the stuffing

Pour la farce

100g poultry meat 50g deboned pork rib 100g fatty pork 20g foie gras 50g chicken liver 1 egg 1 tablespoon cognac 1 tablespoon port 1 tablespoon truffle jus Salt and pepper

100 g de chair de volaille 50 g d’échine de porc désossée 100 g de lard gras 20 g de foie gras 50 g de foie de volaille 1 oeuf 1 cuillère à soupe de cognac 1 cuillère à soupe de porto 1 cuillère à soupe de jus de truffe sel, poivre

270


Place the breasts on a plate, add the cognac and Pinot Gris. Add the salt and pepper and leave to marinate for 20 minutes. Pour the chicken base into a frying pan, bring to the boil and add the squab legs. Simmer without covering for 10 minutes then leave to cool. Prepare the stuffing: pass the meats, the fatty pork and cleaned-out livers through a mincer. Add the alcohols, the truffle jus, the egg, the sale and the pepper. Mix thoroughly. Heat the oven to 210° (gas mark 6). Lightly oil an ovenproof dish just big enough for the four breasts. Soak the pork caul in cold water. Blanch the kale leaves in salted boiled water for 2 minutes, the remove and drain. Prepare the chops: coat each leg in foie gras, place a slice of truffle on top and place the preparation in the breast. Wrap each prepared chop in a kale leaf, and then in the stuffing. Wrap the entire preparation tightly in pork caul. Place the chops in an oiled ovenproof dish and put into the oven. Cook for 13 minutes before turning off the oven and leaving for a further 10 minutes. Serve hot, surrounded with Périgueux sauce and a portion of fondue of chopped kale sweated with butter.

Mettez les suprêmes dans une assiette, ajoutez le cognac, le Tokay – Pinot Gris. Salez, poivrez et laissez macérer 20 minutes. Versez le fond de volaille dans une sauteuse, portez à ébullition et ajoutez les cuisses de pigeon. Laissez-les mijoter 10 mn à couvert puis laissez-les refroidir. Préparez la farce : passez les viandes, le lard et les foies nettoyés au hachoir à viande. Ajoutez les alcools, le jus de truffe, l’œuf, du sel et du poivre. Mélangez bien. Allumez le four à 210° (thermostat 6). Huilez légèrement un plat à four pouvant juste contenir les suprêmes. Faites tremper la crépine de porc dans de l’eau froide. faites blanchir 2 mn les feuilles de chou à l’eau bouillante salée, puis rafraîchissez-les et épongez-les. Montez les côtelettes : enrobez chaque cuisse de foie gras, posez dessus une lamelle de truffe et entourez la préparation du suprême. Enrobez chaque côtelette ainsi garnie d’une feuille de chou puis de farce. Serrez la côtelette ainsi formée dans un morceau de crépine. Posez les côtelettes dans le plat huilé et glissez dans le four chaud. Laissez cuire 13 mn puis éteignez le four et laissez-y reposer les côtelettes 10 mn. Servez chaud entouré d’une sauce Périgueux et d’une fondue de chou vert ciselé, puis étuvé au beurre.

271


Recipe by Pierre Gagnaire Recette de Pierre Gagnaire

Roasted flour shortbread, basil-infused raspberry coulis Sablé à la farine torréfiée, framboise au basilica

Ingredients (serves 6) :

Marché (pour 6 portions environ) :

120g butter 30g icing sugar 1g salt 25g cooked and sieved egg yolks (roughly 2 eggs) 5g rum 20g almond powder 90g roasted flour 30g flour type 55 3g baking powder

120 g de beure sec 30 g de sucre glace 1 g de sel 25 g de jaunes d’oeufs cuits tamisés (2 p d’œufs) 5 g de rhum 20 g de poudre d’amande 90 g de farine torréfiée 30 g de farine T55 3 g de levure chimique

272


Method : Roast the flour in an oven at 180°C. Stir occasionally to obtain a regular colour throughout. Boil the eggs in their shells until hardboiled. Remove the cooked yokes and press through a sieve (25g yolks for the recipe) Knead the butter until it softens, add the salt, icing sugar, cooked and sieved egg yolks and rum. Sieve the almond powder, the two different flours and the baking powder together and add. Mix well. Spread out to 4mm thickness, then cut out the shapes and sizes desired. Cook in the oven at 150°C for around 20 minutes. Raspberry coulis : 100g raspberries 20g sugar (dependent on sweetness of the fruit) 10g lemon juice (depended on acidity of the fruit) Mix the raspberries with the sugar and lemon juice before filtering. Add more sugar and lemon to taste if necessary. Fruits : 600g raspberries 1 bunch basil Chop the basil leaves. Mix the raspberries with the coulis, then add the chopped basil. Presentation : Garnish the plate with the raspberry-basil mixture. Place the shortbread on top. Méthode : Torréfier la farine dans un four à 180°C en mélangeant de temps en temps pour obtenir une couleur homogène. Cuire les œufs dans l’eau pour faire des œufs durs. Récupérer les jaunes, puis passer au tamis. (peser 25 g pour la recette) Travailler le beurre pour obtenir une texture pommade, ajouter le sel, le sucre glace, jaunes d’oeufs cuits tamisés, le rhum. Ajouter les farines et la levure chimique tamisées ensemble. Mélanger et débarrasser. Etaler à 4mm, puis détailler la taille souhaitée. Cuire au four à 150°C environs 20 min. Coulis framboise : 100 g de framboises 20 g de sucre ( en fonction des fruits) 10 g de jus de citron ( en fonction des fruits) Mixer les framboises avec le sucre, le jus de citron, filtrer. Rectifier le goût. Fruits : 600 g de framboises 1 botte de basilica Ciseler les feuilles de basilic, Mélanger les framboises avec le coulis, puis ajouter les basilic ciselés. Dressage : Garnir l’assiette du mélange de framboise-basilic. Poser le sablé dessus.

273


Eric Guérin An unstoppable creative force… A charming hotel and a sophisticated restaurant are waiting for you in the heart of the Brière Regional Natural Park. There is only one rule here: Indulge yourself! Eric Guérin runs the establishment, and the cuisine created by this young, passionate chef is comparable to art or even poetry! He and this magical place are intrinsically linked. __ En plein marais de Brière, un hôtel de charme, une maison raffinée. Ici, un seul objectif : « Faites vous plaisir ! ». Eric Guérin est le maître de ces lieux, un jeune chef passionné, un artiste... un poète même ! Il est autant lié à ce lieu, que ce lieu est lié a lui...

274


Un Jardin extraordinaire… Some see him as hypersensitive, others consider him an artist. Guérin is one of the new generation of chefs who delight shaking up traditions. His elegant goatee and earrings conjure up an image of a contemporary musketeer. As a truly free spirit focused on pleasurable cuisine, his driving objective is to help his clients rediscover a sense of extravagance.

Écorche vif pour les uns, véritable artiste pour les autres, c’est avant tout un hyper sensible. Eric Guerin fait parti de cette nouvelle génération de chefs qui se plaisent à bousculer les traditions. Sa fine barbichette et ses boucles d’oreilles lui donne l’allure d’un mousquetaire des temps modernes. Electron libre de la cuisine plaisir, il veut avant tout redonner la notion de fête à ses clients.

A true, “wild” gourmet… A fan of both Star Wars and Serge Gainsbourg, an incorrigible night owl and a lover of the fascinating stories that often lie behind his dishes, Guérin has built his restaurant on the foundation of his passions.

Fan de Star Wars et de Serge Gainsbourg, noctambule impénitent et fan de petites histoires souvent a l’origine de ses créations culinaires, Eric Guerin a construit son restaurant autour de ses passions.


A sensory adventure… He first discovered and fell in love with the region while hunting at the age of 16. He originally wanted to study Fine Art (his mother actually owns a gallery in Normandy), and his love of travel almost inspired him to become a hunting guide in Sierra Leone. He later studied at the Ecole Hôtelière de Paris, and worked at restaurants such as La Tour d’Argent, Taillevent and Le Jules Verne. His flair in the kitchens quickly opened doors to the most prestigious Parisian gastronomic establishments, and at just 25 he already had a plan. He wore his personality with pride, decided to not take part in the usual race for Michelin stars, and in 1995 he moved back to where he used to go on holiday as a teenager. Top of his class, Guérin opened his restaurant “La Mare aux Oiseaux” in the Brière Natural Park. But the early stages were no picnic. Faced with closed-minded responses to his “insolent” recipes, he began to panic. He was beginning to wonder whether he should close his restaurant, when the Michelin guide awarded him his first star! His stubbornness, passion and imagination had finally paid off. Twelve years on, Guérin has been distinguished with the French Ordre National de Mérite for his work. And his passion has only grown stronger. He interplays textures, respects the flavours of his products, knows how to justify his sometimes provocative dishes, and admits drawing his inspiration from talented Catalan chef Ferran Adria’s limitless imagina-

tion À and 16 ans, lovec’est of risk. en cuissardes et le fusil a l’épaule que le jeune homme connaît un véritable coup de foudre pour cette région qu’aujourd’hui il affectionne tout particulièrement. À l’origine, il souhaite faire les Beaux-Arts –sa mère tient une galerie en Normandie-. Puis, passionne de voyage, il faillit devenir guide de chasse en Sierra Leone. Plus tard, élève de l’école hôtelière de Paris. Il fit son apprentissage à la Tour d’Argent, chez Taillevent et au Jules Verne. Une voie royale au sein des plus grandes maisons s’ouvre très vite a lui. Il a 25 ans et déjà véritablement de la suite dans les idées en assumant les extrêmes de sa personnalité, car il fait le choix de ne pas sassocier à la « course aux étoiles » du monde de la cuisine pour s’installer là où, petit, il aimait passer ses vacances. Nous sommes en 1995, Eric Guerin quitte son allure de premier de la classe et décide d’installer ses cuisines au cœur des marais Brierons. C’est à cet endroit qu’il ouvre son propre restaurant, « La Mare aux Oiseaux ». Les débuts se rapprocheront davantage de l’enfer que du paradis... Les raisons : une mentalité bien trop étriquée pour « l’insolence » de ses recettes. Les crises de nerfs se succèdent et le dépôt de bilan le guette lorsqu’en 2000, l’incontournable Petit Guide Rouge lui offre sa première étoile. Enfin son obstination, sa passion et son imagination sont récompenses. Douze ans plus tard, ce sont les insignes de Chevalier de l’Ordre National du Mérite qu’Eric Guérin se voit décerner pour l’ensemble de son parcours. Toujours en ébullition, il joue des textures, respecte les saveurs des produits, ne se contente pas de provocation juste par provocation et admet avoir pris chez le talentueux catalan Ferran Adria, le goût du risque et une imagination débordante.

Voyage des sens .....

A slice of heaven…


Un coin de paradis… His cuisine is completely wild. As the chef says himself, it’s a sort of “instant autobiography”. It explodes in a festive yet subtly harmonious whirlwind. Every single element has a reason to be in his culinary world, and everything flits from the ocean to the surrounding marshlands. Guérin’s identity is plain to see, and that’s the way he wants it. He has never stopped growing, and his dishes have matured beautifully. He enjoys being surrounded by nature, and its products inspire his delicious creations. Working in his restaurant La Mare aux Oiseaux, the young chef combines products from the marshlands, the sea and the land with spices, herbs and citrus fruits, while showcasing local produce such as prawns, langoustines, ham from Vendée, lambs lettuce from Nantes, frogs, ducks, peat-smoked purée (a regional delicacy), lobsters from Brittany, caramel and butter with salt from Guérande. But as we said before, the chef is also a traveller.

L’Archi-gourmet et « sauvage » ... Sa cuisine est totalement azimut. C’est une sorte « d’autobiographie instantanée » comme il nous l’explique lui-même. Elle explose comme une fête au travers d’harmonies subtiles. Dans son univers, chaque chose a une raison d’être, et tout oscille entre, marais et océan. Son identité est là, et il la revendique. En perpétuelle évolution, ses recettes ont assurément gagne en maturité. Il aime le contact de la nature dont les produits lui inspirent de succulents plats. Dans son restaurant La Mare aux oiseaux, le jeune chef mélange dans sa marmitte bretonne les saveurs des produits du marais, de la mer et de la terre avec des epices, des herbes et des agrumes. Il met en œuvre les produits locaux : crevettes, langoustines, jambon de Vendée, mâche nantaise, grenouilles, canards, purée fumée à la tourbe (l’or noir de la Brière), homard breton, caramel et beurre au sel de Guérande. Mais, « l’oiseau » est aussi migrateur...


A slice of heaven… Looking to inject a little fun, colour and discovery into his cuisine, he explores the world for inspiration. Influenced by recipes from Morocco, Spain, Japan and Asia in general, he cooks up his experiences to create visual, cultural and culinary surprises without pretention. Guérin is relentlessly passionate about cuisine, and proud to admit it! But his recipe for personal happiness goes much further. His personality is deep and layered, and its various facets have no doubt made him the fascinating, unique man he is today. The beauties of nature combine to make this timeless setting and exceptional environment where Guérin feels most at home. Guest are guaranteed a culinary slice of heaven in the restaurant! And the hotel is as charming as its surroundings, and offers exceptional rooms in cabins on stilts. The flamboyant variety of colours are reminiscent of faraway African plains, while the softer tones conjure up Asian sophistication and combine with the contrasts of the Brière region. Pure romanticism and poetry are everywhere you look.


Voyage des sens ... Il aime que sa cuisine soit ludique, très colorée et métissée. Alors, il se ballade aux quatre coins du monde et s’inspire avant de créer ses propres recettes. Tour à tour, influence par la cuisine marocaine, espagnole, nippone ou plus largement asiatique, il cuisine ce qu’il vit et crée ainsi des chocs visuels, culturels et gustatifs... mais sans fioritures. Eric Guerin est un vrai passionne de cuisine et il le revendique fièrement, mais sa recette du bonheur ne se limite pas seulement à cela... Les facettes de sa personnalité sont nombreuses et interagissent l’une dans l’autre continuellement, ce qui sans nul doute fait la richesse de cet homme pas tout a fait comme les autres... Une île, une mare, des oiseaux... un lieu hors du temps, un environnement d’exception ou l’homme semble retrouver sa vraie nature. Paradisiaque pour les papilles... c’est garantie ! Et cote hôtel, le charme du lieu séduit totalement avec ses cabanons sur pilotis qui abritent les chambres. Palette de couleurs flamboyantes rappelant les terres africaines, tons douçâtres suggérant le raffinement asiatique et contrastes évocateurs brierons. Partout entre ces murs flotte un romantisme pur et une vraie poésie.


His cuisine is therefore understandably hedonistic and artistic – he actually draws every dish before making it. This chef is a rock star waiting to welcome you into his world, where his undeniable talent has room to express itself. Guérin has also been working in La Baule for the restaurant Le Season’s since 2011, developing an original, decidedly untraditional and simple gastronomic menu. But his latest success came in November 2012, when he opened a hotel and restaurant called Le Jardin des Plumes in Giverny. The establishment is a stunning combination of stone and glass, Art Deco and contemporary furniture. The restaurant is a true gem, offering a beautiful range of flavours which marry suitably with the setting. It’s no surprise the Michelin guide awarded him a star in 2015.

By Carole Schmitz Photos : Matthieu Cellard

To find out more:

Address: La Mare aux Oiseaux 223, rue du chef de l’île, Fédrun 44720 St Joachim Tel.: +33 (0)2 40 88 53 01 Le Jardin des Plumes 1 Rue du Milieu, 27620 Giverny Téléphone : 02 32 54 26 35 www.auberge-du-parc.com And that’s not all: www.jardindesplumes.fr www.seasons-labaule.com/restaurant


Un coin de paradis… Sa cuisine est donc hédoniste, artistique (il dessine toujours ses plats avant de les réaliser), ce chef est une rock star, qui vous accueille dans un univers à sa mesure, où son indéniable talent peut pleinement s’exprimer. Depuis 2011, il est aussi les pieds dans l’eau à La Baule au restaurant le Season’s où il signe une carte originale, décomplexée des codes habituels de la gastronomie, plus déliée et simple. Mais il couronne surtout cette réussite par l’ouverture en novembre 2012 d’un hôtel-restaurant à Giverny : Le Jardin des Plumes. Ici, les vieilles pierres côtoient le verre, l’Art Déco et le mobilier contemporain. Le restaurant est une petite merveille proposant une jolie palette de saveurs qui se marie aux lieux avec pertinence, sans nul doute, la raison pour laquelle le guide Michelin lui a décerné une étoile dans son édition 2015. Par Carole Schmitz Photos : Matthieu Cellard

Pour en savoir plus :

Voyages, émotions, cuisine Editions de la Marinière Où le trouver ? La Mare aux Oiseaux 223, rue du chef de l’île, Fédrun 44720 St Joachim Tel : 02.40.88.53.01 Le Jardin des Plumes 1 Rue du Milieu, 27620 Giverny Téléphone : 02 32 54 26 35 www.auberge-du-parc.com Mais aussi : www.jardindesplumes.fr www.seasons-labaule.com/restaurant


Queen of The Road

I

t was not love at first sight. It was beautiful, of course, but how could it not be? Coming from a long line of iconic predecessors, the V12 Vantage S bears the iconic wings of the Aston Martin family. From the outside, everyone can appreciate the sleek body, the carbon-fibre grill and the 10-spoke

alloy wheels fitted on this sports car, looking menacingly low. From afar, everyone with a Pirelli calendar will turn their heads and appreciate its similarities to the DBS with its pronounced hood vents and classic muscle car looks. But that is about as far as everyone goes. Because this car is not for everyone.

282


Stepping inside the warm interior of the V12 Vantage S, my heart begins to skip a beat. The fine-grain leather interior, trimmed with shining metal, the smooth surface of the driving panel, the soft luminosity of the organic lighting and the hi-tech systems installed make me begin to realize why one would want to get behind the wheel of this car. And when you slide the glass key in its place, when the engine starts, my pulse goes faster - I finally understand why one would want to be in command of a car such as this. Not everyone. But one. The one who appreciates subtlety and doesn’t give a damn about getting people to look. The one who appreciates the fine craftsmanship of the interior for his own enjoyment (and his date, of course) and not for the benefit of others. The one who knows that underneath that hood lies Aston Martin’s most powerful, 6.0-litre V12 engine packed into its lightest, most compact sports car. The one who recognizes the beast in the tuxedo and only aims master it.

This feat is made possible by the new 573 PS AM28 6.0-litre V12 engine, featuring the latest generation Bosch engine management system, making the car capable of reaching its top speed of 205 mph. Another aspect of its performance is the new Sportshift III AMT (Automatic Manual Transmission), which enables driving the rear wheels and switching gears at only 70 milliseconds, ensuring the car’s sporting ability. Threestage adaptive damping also makes its debut on this car, with Normal, Sport and Track modes that the driver can select depending on how much he wants to push. And he must push. Whoever drives the V12 Vantage S should be worthy and ready of its power. If you can’t handle what this car has to offer – inside more than outside – then walk away. If you’re in it for bling and not for passion – then keep walking. Stay with your 911s or 488s. You are not the one.

Described as its most extreme sports car to date, the V12 Vantage S takes you from 0-60mph in 3.7 seconds – leaving your breath twenty miles behind you. By Michealle Torres

283


La reine de la route

I

l n’a pas été le coup de foudre. Il était beau, bien sûr, mais comment pourrait-il en être autrement? Issu d’une longue lignée de prédécesseurs emblématiques, le V12 Vantage S supporte les ailes emblématiques de la famille Aston Martin. De l’extérieur, tout le monde peut apprécier le corps lisse, la grille en fibre de carbone et les

roues en alliage sur cette voiture de sport. De loin, tout le monde avec un calendrier Pirelli va tourner la tête et d’apprécier ses similitudes avec la DBS, avec ses évents capot prononcées et la style de « muscle car » classique. Mais qui est à peu près aussi loin que tout le monde va. Parce que cette voiture n’est pas pour tout le monde.

284


En pénétrant dans l’intérieur chaud de la V12 Vantage S, mon cœur commence à sauter un battement. L’intérieur en cuir à grain fin, garni de métal, la surface lisse du panneau conduite brillant, la luminosité de l’éclairage organique et les systèmes de « hi-tech » installées, me faire commence à comprendre pourquoi on voudrait prendre le volant de cette voiture. Et lorsque vous faites glisser la clé à sa place, lorsque le moteur démarre, mon pouls va plus vite - je comprends enfin pourquoi on voudrait être aux commandes d’une voiture comme celle-ci. Pas tout le monde. Mais un. Celui qui apprécie la subtilité et ne donne pas une regarde à amener les gens à regarder. Celui qui apprécie l’artisanat d’art de l’intérieur pour son propre plaisir (et sa femme, bien sûr) et non pas pour le bénéfice des autres. Celui qui sait que sous le capot que se trouve le plus puissant de 6,0 litres V12 Aston Martin emballé dans son plus léger, plus la voiture de sport compacts. Celui qui reconnaît la bête sous le smoking et ne vise maîtriser. Décrite comme la plus extrême voiture de sport à ce jour, la V12 Vantage S vous prend de 0-60mph

en 3,7 secondes - laissant votre souffle vingt miles derrière vous. Cette prouesse est rendue possible par le nouveau moteur PS AM28 V12 de 6,0 litres de 573, avec le dernier système de gestion du moteur Bosch génération, rendant la voiture capable d’atteindre sa vitesse de pointe de 205 mph. Un autre aspect de sa performance est la nouvelle III AMT Sportshift (transmission manuelle automatique), ce qui permet d’entraîner les roues arrière et de commutation engrenages à seulement 70 millisecondes, assurer la capacité sportive de la voiture. D’amortissement adaptatif à trois étages fait aussi ses débuts sur cette voiture, avec Normal, Sport et Suivre modes que le conducteur peut choisir en fonction de combien il veut pousser. Et il doit pousser. Celui qui entraîne la V12 Vantage S doit être digne et prêt de son pouvoir. Si vous ne pouvez pas gérer ce que cette voiture a à offrir - à l’intérieur qu’à l’extérieur plus - puis à pied. Si vous êtes là pour bling et non pour la passion - puis continuer à marcher. Restez avec vos 911s ou 488s. Vous n’êtes pas le seul.

Par Michealle Torres 285


Franck Metzger Franck Metzger and his brother Olivier are the third-generation of a family of renowned butchers, and are passionate about continuing traditions of skilled work, respect for the product and the highest quality. The pair have just opened another “boutique” in Neuilly-sur-Seine, and we met up with Franck to talk to about his profession. _ Avec son frère Olivier, Franck Metzger incarne la troisième génération d’une famille de bouchers renommés dont il perpétue le savoir faire, le respect du produit et la meilleure qualité… Alors qu’il vient d’ouvrir un nouvel “écrin” à Neuilly-sur-Seine, il nous reçoit pour nous parler de son métier avec passion.

288


“Quality above all else!” What made you want to take up the family torch? I’m the third generation of a family of butchers. My father used to take me into his butcher’s shops during the school holidays when I was six or seven. I quickly felt at home in that environment and I started learning the trade when I was 17.

“La qualité avant tout !” Qu’est-ce qui vous a poussé à reprendre le flambeau familial ? Je suis la 3ème génération d’une famille de boucher. Quand j’avais 6/7 ans, j’avais pour habitude d’aller avec mon père dans ses boucheries pendant les vacances scolaires. Ce milieu m’est rapidement devenu naturel et c’est ainsi qu’à 17 ans j’ai commencé mon apprentissage à la boucherie de détail.

You have offered a new vision by creating a sorting centre in Rungis Market for exceptional meats used by gastronomic restaurants. What gave you this idea? When my brother Olivier and I founded “Metzger” in 1994, we were immediately hit by the effects of the BSE crisis. We had to really think about what our position would be in the meat market. Consumers had lost trust, and we suffered from a significant lack of exceptional meat in Europe. This context drove us to search for the finest meats across the world, with a particular focus on traceability, origin and faultless quality.

Vous avez apporté une nouvelle vision des choses, en créant sur le marché de Rungis un centre de tri de viandes d’exception pour la grande restauration. Qu’est ce qui vous a donné cette idée ? Lorsqu’en 1994, nous avons fondé “Metzger” avec mon frère Olivier, nous avons tout de suite été touchés par la crise de la viande bovine. Une réflexion s’imposait quand au positionnement que nous voulions avoir dans la viande. La clientèle n’avait plus confiance et nous avons tout de suite souffert d’un déficit de viande de qualité dans la communauté européenne. Nous sommes donc mis en quête des meilleures races à viande dans le monde entier en privilégiant : traçabilité, origine et grande qualité.

When people talk about the “Metzger” butcher’s, they often mention their traditional methods. Why is that? I’ve always respected my grandfather’s traditions. He was a butcher in the 1950s, and always bought his animals alive. He understood that in order to have high-quality meat, he had to monitor meat from farm to fork. I’ve continued in his footsteps, and now monitor the entire process from start to finish.

Lorsque l’on parle des boucheries “Metzger”, on parle souvent de boucherie à l’ancienne, pourquoi cela ? Je suis resté fidèle à la tradition de mon grand-père qui faisait de la boucherie dans les années 50, il achetait ses animaux vivants, il était tout à fait conscient que pour avoir une viande de qualité il devait surveiller du prés à l’assiette, aujourd’hui je contrôle comme lui la filière en vertical et en horizontal.

What are your quality criteria? High-quality fattening, which means more taste! What are your “signature” meats? There are several, but the ones that have really built our reputation with gastronomic restaurants are the matured Simmental beef from Bavaria and the Black Angus beef from the United States.

Quels sont vos critères de qualités ? Un bon engraissement donc le goût ! Quelles sont vos viandes “signatures” ? Il y en a plusieurs, mais celles qui nous ont faites connaître dans la grande restauration sont : le boeuf simmental de bavière maturé et le boeuf black angus des USA.

289


Your butcher’s have become must-visit sites for lovers of incredible meat. You must be incredibly proud ? As a butcher, if I’m seen as someone who sells exceptional meat, of course I’m proud! The problem now is that there are too few people in the business. This accolade is my identity in this profession, and I’ll never change it.

Vous êtes une adresse incontournable pour les amateurs de viande d’exception, est ce une fierté ? Si je suis reconnu comme quelqu’un qui vend de la viande d’exception j’en suis évidemment fier. Maintenant, nous ne sommes peut-être pas assez nombreux à le faire. Personnellement, c’est mon identité dans ce métier et je ne la changerai jamais.

Following on from Boulogne-Billancourt, you have just opened a new butcher’s in Neuilly-sur-Seine. Can you tell us more? The new site in Neuilly has been built according to the same model as the shop in Boulogne, but with one difference: in Neuilly we can now cook our exceptional meats, but we also offer organic vegetables to provide our clientele with a more varied range of pleasures. As consumption of meat has now dropped to two or three times per week, I thought it was logical to offer the largest delicatessen range possible and serve vegetable-based delicacies as well.

Après Boulogne Billancourt, vous venez d’ouvrir une nouvelle boutique à Neuilly, pouvez vous nous en parler ? La nouvelle boutique à Neuilly est construite sur le même modèle que celle de Boulogne avec une variante en plus : à Neuilly nous pouvons, d’une part, cuisiner nos viandes d’exception mais également des végétaux bio et détox et ainsi proposer un choix plus large et à notre clientèle afin qu’elle puisse varier ses plaisirs. La consommation de viande aujourd’hui étant passée de 2 à 3 fois par semaine maximum, il m’a paru logique de varier au maximum le rayon traiteur et de proposer aussi un cuisine gourmande à base de végétaux.

“La qualité avant tout !”

290


Vos deux adresses ne sont pas de simples boucheries, mais elles sont pensées comme des “écrins”. En quoi est-ce important pour vous ? Je veux que mes magasins soient à l‘image des produits que je vends. Il me semble donc normal d’attacher autant d’importance au contenant qu’au contenu.

Your two addresses are more than just butcher’s shops. They’ve been designed like boutiques! Why was this initiative so important? I want my shops to be designed in the image of the products I sell. I think it’s important to put as much effort into the container as the contents. What best defines you in your profession? I am incredibly rigorous when it comes to the product, and very attached to family traditions. I’m trying the pass down the ancestral skills to young people who work with me. You never know, perhaps my sons will be the fourth generation of “Metzgers”. People are increasingly giving up meat to become vegetarians. What is your position on this trend? I’ve done the opposite. I try and convince vegetarians to start eating meat again! Many people have gone off eating meat due to a lack of information about traceability and because many meats on offer lack taste. Unfortunately there are too few people doing their jobs correctly, and along with the media attention consumers are changing their minds about meat. My priority is producing quality, not quantity.

Boucherie Metzger 104 rue du Point du Jour 92100 Boulogne-Billancourt +33 (0)1 46 08 04 86 191 boulevard Bineau 92200 Neuilly-sur-Seine +33 (0)1 41 92 19 19

Qu’est ce qui vous définit le mieux ? Je suis rigoureux par rapport au produit, et très attaché aux traditions familiales, j’essaie aujourd’hui de transmettre le savoir-faire des anciens aux jeunes qui m’entourent et travaillent avec moi, ainsi qu’à mes fils qui seront peut-être la 4 ème génération de “Metzger”. De plus en plus de gens délaissent la viande pour devenir végétariens, comment vous positionnez vous par rapport à cela ? Je fais l’inverse, je remets les végétariens à la viande. Beaucoup de gens se sont détournés de la viande par manque d’information sur la traçabilité, mais aussi parce que beaucoup des viandes proposées manquent de goût. Malheureusement, peu font leur métier comme il le faudrait et les médias aidant, le consommateur s’est détourné de la viande. Pour moi il ne s’agit pas de produire de la quantité mais de la qualité.

By C.S.C.

www.boucherie-metzger.com

291


BRIA MURPHY

HOLLYWOOD’S NEXT IT GIRL THE SEASON’S BEST TRENDS

FASHION BEAUTY & LIFESTYLE

CONVERSATIONS WITH

JERÔME L’HUILLIER TRAVEL LONDON

NEW YORK

PARIS

EXTRÊME MODE

AUTOMNE 2015

FRENCH AND ENGLISH TEXT 18

FASHION | BEAUTY | LIFESTYLE | TRAVEL | CULTURE | PEOPLE AUTUMN

2015

PRESTIGE INTERNATIONAL MAGAZINE IN YOUR IPAD

Buy next issue on : www.prestigeinternational-paris.com


� � � .�� �l��.���

Paris : 44 rue François 1er Paris 8ème

Cannes : 3 Boulevard de la Croisette

Bordeaux : 25 cours de l’intendance

Genève : 19 quai du Mont Blanc


PIM Winter Issue 15  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you