Page 1

le magazine qui rend hommage aux beautés colossales

Spécial mariage Plump a testé la robe sur-mesure

DIY

PIMPEZ VOS FAIRE-PART

CUISINE

3

Wedding RECETTES guys

AYEZ LA CLASSE LE JOUR J !

PASSE EN CABINE, & BEAUTY, MÉLOMANE, VERY FAT TRIP, ET SI ON SURFAIT CE SOIR, TRANSPIRE…

Interview

KAOUTAR MOUHIM


3//JAN/FÉV/MARS 2014

L’édito 500

Comment perdre grammes en deux secondes !

Tous ce qu’il faut savoir sur le régime du D Vomito r

L’été sera chaud... avec

-10 kilos !

Fuyez toutes ces injonctions et feuilletez Plump !

L’

équipe de Plump est d’humeur douce et romantique pour ce numéro 5 ! Et oui, nous nous sommes penchées sur ce thème qui en fait rêver plus d’une.... le mariage ! Et oui Mesdames et Messieurs (oui oui, il y en a aussi pour Monsieur), voici quelques idées, astuces et conseils pour aborder ce jour J de manière la plus sereine possible : faire-part, robe, petits fours, tout y est ! Mais n’oublions pas nos classiques ! Lulu vous donnera ses conseils pour rester zen, voyagez un peu aux USA, découvrez les must-have beauté de Plump et bien sûr, bougez votre corps sur du bon son ! Voilà de quoi affronter la fin de l’hiver dans de bonnes conditions. Un petit plaid, un petit thé, un bon Plump et le tour est joué ! Julie & Laurène

Plump // Chefs de projet : Julie Conduché et Laurène Hoffmann // Modèles rubrique Mode : Constance, Medjo, Lætitia, Éric et Julie // Photographies rubrique Mode : Lily Hook // Photographies rubrique Report : J. Images et Créations // Illustrations rubriques Very Fat Trip, Transpire, Socio et Chaud devant : Pauline de Turckheim // Maquilleuse rubrique Mode : Julie Sanchez // Coiffeuse rubrique Mode : Floriane Dronneau // Photos et recettes rubrique Is in the kitchen : Sophie Blot (http://lostinmykitchen.blogspot.fr) // Maquettiste : Julie Conduché // Correctrice : Coralie Roussel et Maud Foutieau // Rédacteurs : Audrey Bourret (www.myprettylittleboudoir.blogspot.fr/), Marion Lamarque, Jérémie Hummel, Rosa Philadelphia, Monempersand.com, Audrey Gaillard (http://big-or-not-to-big.over-blog.com/), Laurène Hoffmann, Sarah Nathan, Margaux Triplet, Cyril Trigoust, Aude Premier . Le magazine et chacun des éléments qui le composent (les marques, graphismes, textes, photographies...) relèvent de la législation française et internationale notamment celle relative aux droits d’auteur, aux bases de données et à la propriété intellectuelle. En particulier, la marque PLUMP qui est enregistrée à titre de marque en France. Toutes les autres marques citées sont la propriété de leurs titulaires respectifs. Toute reproduction, représentation, publication, transmission, ou plus généralement toute exploitation non autorisée du magazine et/ou de ses éléments engage votre responsabilité et est susceptible d’entraîner des poursuites judiciaires, notamment pour contrefaçon. Tout lien avec ce magazine doit faire l’objet d’une autorisation préalable de PLUMP. Contact : juloproject@gmail.com • http://plump-lemag.blogspot.fr • https://www.facebook.com/plumplemag


Socio Grossophoquoi ? Chaud devant « Déja qu’à deux c’est dégueulasse ! » Transpire Yo girls ! C’est l’heure du Yoga ! & Beauty Les « must-have » de Plump Passe en cabine Rester sexy l’hiver ? Si, si, c’est possible ! Mode The big day Report Plump se marie pour vous ! Coach 10 conseils pour ne pas se louper le jour J !  uys G Hey baby ! I think I’m gonna marry you… Is in the kitchen Les recettes little wedding de Plump DIY Je pimpe… mes faire-part ! Entreview Kaoutar Mouhim, plus size model Melomane Bouge ton boule ! Websurfer Et si on surfait ce soir ? Aime et partage Les kifs de la rédac Dit merci !

5//JAN/FÉV/MARS 2014

Sommaire

6 10 14 16 18 20 22 32 38 40 44 48 50 56 58 60 62

Very fat trip Tour d’horizon américain


v

ip r t t a f y r e

tour d’horizon am Hello from Chicago ! C’est un plaisir de vous retrouver pour vous faire partager la vision américaine sur des questions qui nous concernent. Aujourd’hui, on se penche sur la place faite aux curvy girls dans la presse féminine.

M

e voici donc partie en vadrouille pour mener ma petite enquête. Ici, comme au Royaume-Uni, les magazines s’achètent surtout dans les supermarchés et les grandes surfaces car les librairies se concentrent essentiellement sur la vente de livres. Mais la sélection dans des supermarchés comme Walgreens et Dominick’s est réduite aux incontournables et aux meilleures ventes par souci d’espace. Pour avoir une idée plus juste et plus pointue sur le sujet, je décide donc de me rendre dans le plus grand Barnes & Noble de Chicago (accessoirement la plus grande chaîne de librairies des États-Unis) sur State Street, en plein cœur de la Goldcoast, quartier considéré comme étant le plus européen et également l’un des plus chers de la ville. L’endroit est immense – jusqu’ici pas de grande surprise – et la presse recouvre la totalité du mur du fond de la boutique.

Tout y est : presse masculine, presse féminine, sport, auto, cuisine, bien-être, mode, bricolage, psycho, etc. Je tombe sur la section mode féminine. Je fouille, je refouille, je farfouille. Je trouve de la presse spécialisée sur les beautés blacks, les lesbiennes, les sportives, les artistes, les jeunes... mais rien sur les belles voluptueuses. Je demande à parler à une conseillère pour en savoir plus. Elle s’occupe de mettre en rayons tous les mags féminins. Elle s’y connaît bien, elle fait ça depuis des années, et travaille chez Barnes & Noble depuis plus de cinq ans. Elle me dit n’avoir jamais vraiment vu de mags dédiés spécifiquement aux curvy girls. Ça n’existe pas.


7//JANV/FÉV/MARS 2014

éricain Il y a bien sûr des articles sur le poids, voire le surpoids, mais bien souvent ce sont des articles orientés vers le culte des canons de beauté actuels, et qui juste posent la question : « Comment atteindre le poids idéal dans un corps idéal ? » Toujours ce désir de toucher la perfection, ellemême orientée vers une idée bien cadrée et bien codée de la notion de beauté. Pourtant, les journaux féminins ciblant un public sportif et lesbien fournissent une image moins clichée et plus réaliste sur la question. Les corps photographiés sont plus naturels

et moins retouchés que dans les magazines de mode classiques. L’approche du corps est donc plus vraie, plus personnelle.

sembler à tous ces mannequins d’aujourd’hui, comment sera perçu le fait d’acheter un mag prônant l’acceptation de soi, peu

« Les journaux féminins ciblant un public sportif et lesbien fournissent une image moins clichée et plus réaliste sur la question.  » En poussant un peu la réflexion, on se rend compte qu’avec cette société qui nous demande très souvent de rentrer dans un moule, il n’est pas toujours facile de se singulariser. Même si certaines filles aimeraient sans doute avoir accès à un magazine plus ouvert, quelles sont véritablement ses chances de réussite ? S’il est bien vu de se rendre à la gym et de se pomponner pour res-

importe son tour de taille ? Pas sûr que tout le monde soit prêt à se confronter au regard des autres au moment de passer à la caisse. Le jugement est encore trop pesant pour la majorité. Ambivalence quand tu nous tiens… Si on peut voir le célèbre message Be yourself fleurir un peu partout, il existe toujours une certaine réticence à être totalement soi-même au milieu de la culture de masse qui dicte encore beaucoup les apparences et les attitudes à adopter. En fait, cela semble presque insinuer : « Sois toi-même… mais dans les limites de l’image que l’on a dessinée pour toi. » Bien sûr, des gens plus éclairés vous prouveront le contraire mais ceux-ci font partie de groupes dits « secrets », se considérant en marge de tous les credo de la


ip r t t a f y r e

v

société, poussant la liberté du corps et de l’esprit un peu plus loin que de coutume, justement par réaction envers ce culte du respect des normes préétablies. Bon, on a bien compris, on s’accepte mais pas totalement ouvertement. Du coup, je suis allée voir la presse du côté de la toile… Les pages Facebook bourgeonnent ! Curvy Girls Appreciation et Plus Size Worldwide envoient des messages ultra positifs et mettent en ligne des photos sexy. Curvy Kate, Curvy Market et Curvy Chic Closet sont des pages de ventes de vêtements mais proposent aussi des news sur la mode et sur le fait d’être curvy et pretty. Parmi les e-mags en

ligne, il faut jeter un œil à http://thecurvyfashionista.com, site super complet, lisible et sympa qui, en plus, offre des liens vers des magazines plus size comme http://www.naturamagazineusa.com, http://www.curvymagazine.com ou encore http://www.plus-model-mag. com/. Les magazines pour curvy girls ont d’abord commencé à paraître au Royaume-Uni, le but étant de fournir des sujets variés pour un public qui s’aime tel qu’il est et qui s’assume. Pour les US, le total des vues et d’abonnés sur les réseaux sociaux de ces magazines démontre bien qu’un lectorat existe et semble être bel et bien friand de ces lectures rafraîchissantes !

Conclusion ? Il serait assez intéressant de voir comment une version papier d’un de ces e-mags pourrait faire évoluer les mentalités. Pour l’instant, Internet est encore précurseur du changement car les infos sont diffusées à moindre coût – voire gratuitement – et que c’est certainement moins « risqué » d’être vu en train de consulter un site que d’acheter ce genre de lecture. La presse pour rondes semble avoir de l’avenir sur la toile, les e-magazines sont de plus en plus nombreux et complets et Plump en est le parfait exemple ! Vous n’êtes pas d’accord ? Sarah Nathan


9//JANV/FÉV/MARS 2014


SOCIO

Grossophoquoi ?

Grossophobie ! Le mot qui fait mal aux gros, le mot dont beaucoup ignorent encore la signification et ce en quoi ça « consiste »…  Il nous semblait donc évident de faire le point sur cette discrimination méconnue et qui, pourtant, gagne du terrain.

C’est quoi, la grossophobie ?

Le terme semble pourtant clair, mot à mot, ça donnerait : la peur des gros. Quand on tape « grossophobie » sur internet, on se retrouve confronté à un sacré paradoxe – ça commence bien ! –, car le premier résultat nous amène à la page Wikipédia de « L’acceptation des gros ». Gros, gros paradoxe donc… La page en question nous en apprend quand même un peu plus sur ce phénomène qui prend lentement, mais sûrement de l’ampleur : le terme « grossophobie », en français, daterait de 1989 et entre concrètement dans le vocabulaire commun en 1994, avec la publication de Coup de gueule contre la grossophobie, un essai sur la difficulté d’être une personne ronde dans un monde qui vénère carrément les lignes sveltes. L’ouvrage a été écrit par Anne Zamberlan, décédée en 1999, qu’on pourrait appeler la

Big Beauty du siècle dernier. Elle portait superbement ses formes, les assumait tant et si bien qu’elle est devenue l’égérie de Virgin Megastore. Et pourtant, en dépit de ce tremplin, les esprits semblaient toujours assez étriqués à l’époque au vu des critiques essuyées par la campagne… Ouverture d’esprit qui semble être encore très mince aujourd’hui (et n’y voyez aucun jeu de mots). Aux États-Unis, la grossophobie a apparemment débuté dans les années 1970, pays à l’image « plumpy  ». Il peut sembler étrange que le phénomène trouve ses origines sur le nouveau continent et pourtant, 40 ans après, la grossophobie semble gagner du terrain. En octobre dernier, un groupe d’hommes se déclarant ouvertement homophobes et sexistes, les « Return of Kings » (ils sont bien loin d’arriver à la cheville d’Aragorn), ont lancé la première « Fat-shaming week »,


nauté « pro ana » (prônant l’anorexie), très présente sur Twitter. Un bon passage à tabac, de masse, au vu et au su de tous. Les journaux et autorités ont tout de même mis un mois à s’intéresser à ce phénomène qui a eu le temps de faire souffrir un nombre incalculable de femmes à travers le pays.

due, décomplexée et, paradoxalement, impunie. À l’instar de l’homophobie et la xénophobie, délits punissables et plutôt bien médiatisés, la grossophobie reste un non-dit. Internet devient alors la seule tribune pour partager ses expériences humiliantes. Ainsi, en cherchant sur la toile, vous serez rapidement amenés

« La grossophobie est une discrimination exprimée parfois avec froideur et dédain mais de plus en plus souvent avec violence, verbale voire physique  » Discrimination méconnue

Vous l’aurez compris, la grossophobie est une discrimination exprimée parfois avec froideur et dédain mais de plus en plus souvent avec violence, verbale voire physique. Si vous êtes en dehors du modèle dicté par la société, point de salut mais pluie d’insultes, sortez vos pébroques ! Elle est de plus en plus répan-

à lire des témoignages édifiants : « On t’insulte, j’ai eu droit à tous les qualificatifs quand j’étais ado.  Je me souviens même qu’une fois, je suis allée dans une auto tamponneuse, aucun problème avec le système de sécurité... mais ceux qui étaient autour, et que je connaissais, se sont “amusés” à me rentrer dedans avec une violence inouïe, une violence que jamais je n’avais vue dans un

Grossophobie hi hi ! Ne pas confondre humour et grossophobie. Mais, me direz-vous, où est la limite ? Là où on se l’impose, vous répondrai-je. Par chez nous, on appelle un gros chat, un gros chat et plaisantons facilement sur notre « condition » physique, au même titre que Ju porte des lunettes et que Lo est un peu blonde. Cela « passe » car nous sommes bien concernés, certes, et que nos congénères de rondeurs ont de l’humour. L’autodérision est a priori un signe d’acceptation, ouf ! Plus sérieusement, l’art est aussi dans la manière, donc même une bonne blague sur les gros pourrait mal passer si elle sort de la bouche d’une Marine ou de son père.

11//JANV/FÉV/MARS 2014

soit une semaine où tous les coups sont permis envers les rondes : insulter et violenter les femmes devient ainsi l’apanage de la ligue pendant la semaine dédiée (oui, les hommes ont été épargnés). Ce mouvement a très bien marché, surtout sur les réseaux sociaux. Le hashtag #FatShamingWeek a été repris en masse, dans le sens revendiqué par les « Return of Kings », avec en prime, un coup de pouce de la commu-


IO SOCautre circuit (j’ai arrêté, et je ne

parviens plus à remonter dedans). » (Source  : Yahoo Answers, l’une des réponses à la question : « Que savez-vous de la grossophobie ? »)

Salve de préjugés

Un gros ne peut être gros que parce qu’il mange à longueur de journée, sans remuer son boule, profondément installé dans son canapé. Sauf que, combien d’entre eux ont eu un petit bonus suite à un problème de santé ? « Je suis grosse (1,55 m pour 80 kg). Parce que je mange trop ? Non. Parce mon corps a décidé de détruire ma thyroïde, glande de régulation du poids, maladie incurable. J’ai un traitement qui fait que je ne grossis plus. Je suis au régime à cause de nombreuses allergies alimentaires qui mettent mes intestins en vrac donc pas de produits laitiers, pas de gras, peu de sucre... Est-ce que je fais du sport ? Oui, je bouge mon tas de graisse. Je devrais maigrir, pensezvous ? Mais non, mon médecin m’a dit que je ne maigrirai jamais. Étant grosse, je subis les discriminations quotidiennes (pas de petit ami, remarque de la famille et des amis, regards des vendeuses dans les magasins de vêtements, rien à ma taille, etc.). Et oui je passe pour une grosse bouffe. Injuste, la vie ?! Mais non, voyons ! » (Commentaire extrait des réactions à l’article « La grossophobie, une discrimination méconnue, BondyBlog) Combien d’entre eux se font

RATÉ C’est pourquoi tu es toujours choisi en dernier, petit gros. infantiliser à longueur de journée : «  Mange pas ça ! », « Tu dis ça parce que tu es grosse », « tu serais tellement mieux si tu étais plus maigre » … Ah !? mais ce sont tes double foyers qui te permettent de voir à travers les couches de graisse ? Tu vois la maigre qui est en moi mais pas l’être humain… ? Certain(e)s se voient même refuser un job, alors que leur CV frôle la perfection. Facile de les stigmatiser quand, après une longue journée de remarques humiliantes, le job du siècle passé sous le nez, ils trouvent un peu de réconfort dans une religieuse au café. Qui ne s’est jamais remonté le moral avec une douceur me jette la première pierre ! Parce que c’est bien connu, la purée de brocolis, ça ne réconforte pas des masses, hein. La société rappelle tous les jours aux grosses et gros qu’ils ne sont qu’un amas de cellules adipeu-

ses, un estomac sur pattes, une personne qui n’a ni retenue (« tu ne sais pas t’arrêter de te bâfrer ») ni rigueur (« t’as vu ce que tu manges ? »). Un gros, une grosse, ça n’a ni cœur ni amour-propre. Les gros sont réduits à des punching-balls à disposition, tout moelleux, dans lequel on peut envoyer son mépris. Les marques de vêtements ne sont pas en reste en ignorant sciemment les « grandes tailles ». Saventelles que la Française moyenne porte du 42 ? On est bien loin du 34-36 affiché sur les podiums et dans la presse féminine et beaucoup plus près des fameuses « grandes tailles » qui démarrent au 44-46… Hey, les gars !? Cela ne révélerait-il pas un GROS manque à gagner ? Je dis ça, je dis rien...

Et le corps médical ? On en parle ?

Oui, on en parle et même qu’on dénonce ! On ne compte plus


plus en profondeur, cela éviterait bien des dégâts psychologiques à la sortie des cabinets médicaux !

Nous sommes tous différents et heureusement !

La Terre est peuplée d’êtres tous différents, tous uniques. Moi, j’ai « pris  » au niveau des hanches, toi, tu dépasses tout le monde d’une tête, lui n’a pas mangé assez de soupe, elle, elle a la peau plus foncée que la mienne… Pourquoi vouloir vivre dans un monde à modèle unique, sans variété ni saveur ? Mais attention, personne ne doit tolérer et dédramatiser la grossophobie. La prochaine fois

« …pas de petit ami, remarques de la famille et des amis, regards des vendeuses dans les magasins de êtements, rien à ma taille, etc.).  » mon poids était responsable de mon cycle anarchique, alors que j’av a i s u n e t u m e u r d e l’hypophyse… » (En réponse à SOS cherche gynéco non grossophobe dans le 57 sur le forum de Vive les Rondes) On le sait, être gros peut engendrer des problèmes de santé mais certains problèmes de santé occasionnent des problèmes de sur-poids. Et ça ne se devine pas dans les replis d’un ventre charnu. Le sur-poids est la partie émergée de l’iceberg, si l’on pouvait explorer un peu

qu’on vous fait une remarque, RÉ-A-GIS-SEZ. Vous n’êtes pas un défouloir ou un objet sur lequel on passe son stress et ses craintes. Vous êtes un être HU-MAIN. Plump eurs, Plumpeuses, montrez que vous existez et que vous êtes fiers de vous, tel que vous êtes et qu’il est bon et doux d’ajouter un peu plus de rondeur à ce monde carrément dingue ! Et pour ceux qui sont des timides de la repartie cinglante, vous pouvez renvoyer du tac au tac une bonne remarque avec

le sourire. Moi-même, je suis passée à l’action lors des fêtes car ma famille adore me rappeler que mes cuisses sont bien trop présentes : « Quoi, mes cuisses ? Elles s’appellent Ben et Jerry. Les mecs en sont fans ». Et hop, technique « miroir magique », certes, un peu puérile mais terriblement efficace. Ambiance autour du sapin ! Co-écrit par Margaux Triplet et Julie Conduché

SUR LA TOILE

ASSOCIATION Allegro Fortissimo http://www.allegrofortissimo.com/

Pages Facebook

L’observatoire de la grossophobie et du body shaming https://www.facebook.com/pages/ Observatoire-de-la-Grossophobieet-du-BodyShaming/586673048034635 Espace safe de parole contre la grossophobie https://www.facebook.com/ groups/376046679196750/

À lire

Grosse, 5 choses que vous pensez savoir sur moi au premier coup d’oeil, Constance Caylar http://www.huffingtonpost.fr/ constance-caylar/5-choses-quevous-pensez-_b_4432089.html Coup de gueule contre la grossophobie, Anne Zamberlan, Ramsay

13//JANV/FÉV/MARS 2014

les témoignages relatant la désobligeance, le manque de tact et pire : la culpabilisation sortie de la bouche de certains praticiens. Gynécos, kiné, médecins traitants… et bientôt les oto-rhinos ? « Il y a certains gynécos qui, quoi que tu leur dises, incriminent systématiquement ton poids et refusent d’aller chercher ailleurs. Tu as des problèmes d’ovulation ? C’est ton poids. Des règles anarchiques ? C’est ton poids. Tu n’arrives pas à être enceinte ? C’est ton poids. Tu as mal avant les règles ? C’est ton poids. Ton cycle est trop court ? C’est ton poids. Il est trop long ? C’est ton poids. […] Dans mon cas, si j’étais tombée sur un médecin grossophobe, il m’aurait dit que


t n a v e d d u Cha

« …Déjà qu’à deux c’est dégueulasse ! » Aujourd’hui, on parle plan à trois. Moi, je pensais que c’était un peu comme la religion : beaucoup de croyants et peu de pratiquants. D’après un sondage de Marie Claire, seuls 7 % des Français auraient déjà testé. J’ai rencontré des paroissiens occasionnels, et même de fervents pratiquants…

P

remier cas de figure : une amie m’a raconté que ça avait commencé comme un jeu. Avec une bonne copine et son mec, ils rigolaient sur leur faux ménage à trois. Et puis un soir, il y avait de l’alcool, et il y avait une envie surtout, donc ils sont passés à l’acte en toute camaraderie. C’est un peu l’image d’Épinal du plan à trois : la soirée entre potes qui dérape, la bonne ambiance. Dans cette optique, Ubisoft a lancé début 2011 un jeu Wii appelé Petits flirts entre amis. Le concept : 40 minijeux « hilarants » et propices aux rapprochements physiques, comme « Même sous la pluie, il est possible de séduire à Venise ! » où deux joueurs placent une manette entre leur corps et doi-

vent éviter la pluie tout en se balançant sans faire tomber la manette. Le jeu a été un flop complet, les critiques lui reprochant d’être trop « timide ». Mais il a au moins eu le mérite de fournir une stratégie d’approche aux couples voulant essayer les plans à plusieurs. « Vous faites quoi samedi soir ? Parce qu’on a acheté un nouveau jeu qu’on aimerait bien tester avec Marion… » Et si la plupart des plans à trois dont j’ai entendu parler impliquaient de l’alcool, c’est bien sûr pour le côté désinhibant. Dans les magazines féminins (mais aussi chez certaines de mes amies), deuxième cas de figure : dans un couple, le mec a envie et la fille pas trop. C’est marrant, parce que souvent, les

mecs n’imaginent même pas une seconde que le plan à trois n’implique pas forcément deux filles. Je pense que ça vient du fait que si le mec se trouve embringué dans un plan à trois avec deux filles qui ne se touchent pas, il serait déçu… Le fait que les deux filles fassent des trucs ensemble fait intrinsèquement partie du fantasme trioliste masculin. Alors que la fille fantasme généralement sur un plan à trois avec deux mecs, parce qu’elle se dit qu’elle sera au centre de l’attention. Le fait que les deux mecs fassent des trucs entre eux peut bien sûr accroître son excitation, mais n’est pas un point crucial du fantasme féminin. Donc mesdames, si votre moitié insiste lourdement pour faire un « truc à trois, allez, ça peut


15//JANV/FÉV/MARS 2014

être marrant » (et que vous tenez tout de même à le garder dans votre vie malgré sa subtilité d’éléphanteau), vous pouvez toujours répondre que vous êtes partante, mais avec un mec. Un de ses potes, même. Jérôme, il est pas mal, non ? Tu le trouves comment, Jérôme, il te plaît ? Ben, pourquoi tu t’en vas ?

Est-ce qu’il va falloir multiplier ce genre d’expériences pour éviter d’avoir l’impression de tomber dans la routine ? Plus j’y réfléchis, plus je me dis que non. C’est comme la messe de Noël. C’est la plus funky des célébrations catholiques, avec les chants et la crèche vivante,

« …Jérôme, il est pas mal, non ? Tu le trouves comment, Jérôme, il te plaît ? Ben, pourquoi tu t’en vas ?» Moi, ma grande question, ça a toujours été l’après, dans le cadre du couple qui décide pour cette fois d’inviter une troisième personne dans leur lit (peu importe son sexe). Le lendemain soir, quand ils se retrouvent à nouveau en tête à tête dans leur lit, leur façon de faire l’amour a-telle changé ? Est-ce que le sexe à deux ne paraît pas un peu ennuyeux ou même plan-plan par rapport au sexe à trois ?

et elle n’a lieu qu’une fois par an. Sa rareté multiplie le plaisir qu’on y prend. La même fréquence me paraît appropriée pour le triolisme. C’est simple, sur le calendrier, mettre une croix à côté du 24 décembre : messe de minuit et plan à trois. Aude Premier


tr

e r i p ans

Yo girls ! C’est l’heure du yoga !

« Mon ventre est dé-ten-du, mes intestins et mon estomac sont dé-ten-dus… ». On ne rigole pas, c’est très sérieux ! Quand on pratique le yoga, on se relaxe en parlant à notre organisme. Cela peut paraître un peu dingo mais ça fonctionne. Comment je le sais ? Parce que le yoga, c’est ma nouvelle lubie. Je vous emmène avec moi ?

Tandoori a priori

Côté détente, on est relaxé dès l’entrée du centre. Encens, musique douce, odeurs d’épices, donnez-moi un sari et je vous rejoue une scène de Bollywood ! À l’accueil comme dans les salles, les professeurs sont zen et souriants. Parfait ! Moi qui cherchais à fuir le stress, je suis agréablement surprise par cet endroit atypique. « Je vais vous prendre un naan au fromage ! » Ah non, c’est vrai que je suis là pour le yoga. Restons concentrée ! N’ayant jamais pratiqué le yoga auparavant, je commence par un cours pour débutants. Armée d’une tenue ample et d’un

tapis de sol, j’entre dans une grande salle lumineuse à la déco épurée et à l’ambiance exotique.

Move your body mais doucement

Chaque séance débute par u n e p e t ite re l a x at i on . Allongée, les yeux fermés, on respire. Ça peut paraître bête mais prendre conscience de son souffle et le maîtriser est la base de la détente. Le plus difficile est de penser au moment présent et non au dossier Dupond ou à la soirée déguisée de samedi soir. Au bout de cinq minutes de respiration, je me sens déjà moins tendue. La suite est un

peu moins tranquille puisque le yoga est notamment très efficace pour rester souple (ou espérer le devenir, dans mon cas), diminuer le mal de dos ou encore se tonifier. Il faut un peu bouger son body mais en dou-ceur. Évidemment, en tant que ronde, je ne peux pas réaliser toutes les positions pour l’instant, mais j’ai fait la pince, le triangle ou encore le chat ! Pour la pince, assise les jambes allongées, je tente de tou-


« Mes pieds sont dé-ten-dus, mes mollets et mes genoux sont dé-ten-dus… » Et ainsi de suite jusqu’aux organes internes ! Puis, on doit se visualiser comme source de lumière bienfaisante (pour les mégalos, bonjour les che-

« …À quatre pattes (comme le chat et n’allez pas imaginer autre chose), j’alterne entre creuser et arrondir mon dos.  » Keep calm and be happy

Après une bonne heure d’exercices qui demande effort puis réconfort, on termine par une longue relaxation. Le corps est relâché, la lumière tamisée, on respire à nouveau doucement et on répète mentalement :

villes !). À la sortie du cours, j’avais l’impression de marcher sur un nuage. Et ça a duré tout le chemin jusqu’à chez moi. Mais quand j’ai vu le tas de linge sale sur le lit, j’ai un peu perdu patience. Comme quoi, devenir yogi n’est pas une sinécure… Rosa Philadelphia

Faire du yoga chez soi Attention, le yoga doit être pratiqué avec quelqu’un de compétent. Il existe cependant quelques postures simples sans risque de se tromper. Placez les genoux au sol, puis, avec votre corps, couchez-vous sur vos cuisses et laissez les bras le long du corps, mains vers les pieds. Relaxez-vous et respirez doucement. Cette posture, pratiquée avant de dormir pendant deux ou minutes, favorisera votre endormissement.

17//JANV/FÉV/MARS 2014

cher mes pieds. Ça tire derrière les cuisses ! À quatre pattes (comme le chat et n’allez pas imaginer autre chose), j’alterne entre creuser et arrondir mon dos. C’est divin pour soulager le dos et aucun besoin de muscle.


ty u a e &b

Les « must have » de Plump Shopping

Poudre de pierre d’alun - Aromazone - 3,50 € les 100 g Pierre d’alun du Panama - Laino - 9,50 € les 75 g Argile verte ventilée (poudre) - Cattier - 3,50 € les 250 g Masque à l’argile verte - Floressance - 6,00 € les 75 ml Huile d’amande douce - Melvita - 11,60 € les 50 ml


Marion Lamarque

Le masque à l’argile Connue depuis la nuit des temps, l’argile, qu’elle soit blanche, rose ou verte, possède des propriétés presque miraculeuses ! Absorbante, matifiante, cicatrisante, purifiante, en masque, cataplasme ou diluée dans le bain, en pâte ou en poudre… il y en a définitivement pour tous les goûts !

Les + Produit tout-terrain, l’argile s’utilise en masque sur les cheveux, pour les adoucir et les purifier ; sur le visage, pour matifier, éclaircir et unifier le teint ; en cataplasme (pansement) sur les bobos, pour accélérer la cicatrisation ; ou directement dans le bain pour adoucir la peau.

Les -

L’argile a tendance à assécher la peau et les cheveux. N’en abusez pas si vous avez la peau sèche ou sensible.

Plump Les conseils

Ne laissez pas sécher un masque à l’argile, humidifiez-le régulièrement à l’aide d’un brumisateur. Les effets n’en seront que meilleurs !

La pierre d’alun La pierre d’alun est un minéral présent naturellement dans la nature et utilisé pour ses propriétés astringentes, hémostatiques et bactéricides.

Les +

Sous forme solide et polie, elle peut être utilisée comme déodorant, notamment parce qu’elle combat les bactéries responsables des mauvaises odeurs. On peut également l’appliquer sur les pieds (avant d’enfiler ses ballerines !) pour les mêmes raisons, ou sur les petits boutons disgracieux pour qu’ils cicatrisent en douceur. Sous forme de poudre, on la dilue dans l’eau pour se concocter un bon petit bain de pieds assainissant.

Les Au cours des utilisations, la pierre a tendance à perdre ses principes actifs. À renouveler régulièrement donc.

Plump Les conseils

N’hésitez pas à saupoudrer un peu de poudre d’alun dans vos chaussures, effet purifiant et désodorisant assuré !

L’huile d’amande douce Nourrissante et adoucissante, l’huile d’amande douce est un produit tout doux à appliquer sur le visage, le corps et les cheveux.

Les + Sur peau sèche, sensible ou occasionnellement irritée, l’huile d’amande douce sera parfaite pour nourrir, apaiser et adoucir. Elle peut aussi être appliquée sur les pointes des cheveux secs et cassants toute l’année, ou l’été, après un bain de soleil, pour les réparer et les nourrir. Enfin, quelques gouttes dans l’eau du bain offrent un véritable moment de détente et rendent la peau douce et satinée.

Les L’huile d’amande douce est particulièrement grasse, à éviter donc sur les peaux grasses.

Plump Les conseils L’huile d’amande douce est idéale pour le démaquillage !

19//JANV/FÉV/MARS 2014

On a toutes nos produits chouchou : le rouge à lèvres canon qui illumine un sourire, le masque visage cocooning que l’on n’a pas envie de rincer, le fond de teint « peau parfaite » ou encore le lait pour le corps qui donne une peau de bébé. Malgré tous ces produits miracles qu’on n’arrêterait d’utiliser pour rien au monde, il existe des incontournables, des produits passe-partout que chaque fille, en général, et chaque Plumpette, en particulier, se doit de posséder dans sa trousse de beauté ! Voici une sélection spéciale Plump !


e n i b n ca

e e ss pa

Rester sexy l’hiver ? Si si, c’est possible !

Parce que tout simplement, le sex-appeal, ça passe par l’attitude et par ce petit détail qui tue, alors peu importe ce qu’on porte, on peut rester sexy même avec -10 °C ! Plump revisite vos chouchous de l’hiver anti-glamour pour être belle et sexy même cachée sous trois épaisseurs ! Par Audrey Bourret - www.myprettylittleboudoir.blogspot.fr

Le cardigan-châle bien couvrant

Oui, on parle de ce grand truc informe qui réchauffe bien et que l’on met un peu sur tout en guise d’énième couche… Alors pas de soucis, mais on opte pour un modèle un peu décalé qui tombe en cascade sur le devant. Sinon, on le choisit de préférence à motifs s’il est en grosse maille ou avec des franges, et on le porte sur un short en jean ou un slim en cuir.

K

Asos

Scarlett

Le pull col roulé ou col Shar-Pei

Bon là, question sexytude, on repassera… Pour être au top, il suffit de jouer sur quelques détails : on choisit par exemple un pull avec des finitions dans le dos (boutons, laçages, nœuds...) ou bien des manches courtes forme pagode par-dessus un top à manches longues pour casser un peu les codes. On joue surtout sur les volumes, avec du large en haut et du skinny en bas, ou inversement.

K


K

Pour rester coquette sans se les geler en jupe l’hiver, on peut mettre des collants en laine bien chauds. Oui mais alors pour ne pas faire « mamie en bas de contention », on évite les couleurs grèges et les effets tricotés. On zappe aussi les longueurs qui arrivent en dessous du genou. Pour un sans-faute, on opte pour un collant en laine noir avec une jupe mi-cuisse.

ardiane La BottepoG m intures.coK

K

lesbelles

Roxy

Les bottes fourrées ou dites à moumoute

La frileuse du peton est souvent tentée d’acquérir ce genre de bottes mais attention DANGER DE MODE ! Quand elles ressemblent trop à des chaussons, il faut les fuir ! L’idéal, ce sont les bottes fourrées style sauvageonne que l’on porte sur un jean slim avec un pull ample d’esprit ethnique, sans oublier sa panoplie de bijoux Pocahontas !

Sorel

La doudoune « Bonhomme Michelin »

Si votre doudoune est courte alors on met un pantalon qui mettra votre postérieur en valeur, avec des bottines à talons en mode « mate-moi ce boule ! ». On la choisit de préférence cintrée ou resserrée à la taille. Par contre, si votre doudoune est longue, eh bien là malheureusement, il n’y a pas grand-chose à faire, à part vous cacher sous un bonnet peut-être !

K

jusqu'au 4

K

Castalu8na!

Hip

K

K

tures.com lesbellespoin

La Redo6u0t!e jusqu'au

ken p o P a l l U

K

Le pyjama pilou pilou

Certes, on ne va pas mettre une nuisette satinée par 0 °C mais quand on se respecte un minimum, on fait un effort, alors exit le pyjama nounours ! On choisit des couleurs unies et pas trop criardes ou avec un léger imprimé, et on opte pour des matières toutes douces que l'on a envie de caresser. Si on préfère les motifs, on les prend en dépareillé que l'on accorde avec un uni et on couvre le tout d’un cardigan style mohair.

21//JANV/FÉV/MARS 2014

Le collant en laine de Mamie

Asos


méociadl e g

The BIG dAY

Sp weddin


23//JAN/FÉV/MARS 2014


méociadl e g

Sp weddin

Chemise blanche d’homme, Gap 34,95 € // Jupon “Constance”, Pauline et Julie 290,00 € // Boots Minelli 159,00 €


25//JAN/FÉV/MARS 2014


mĂŠociadl e g

Sp weddin


27//JAN/FÉV/MARS 2014


méociadl e g

Sp weddin

Robe de mariée “Blanche”, pièce unique à la commande, Pauline et Julie 2150,00 € (Capuche et ceinture amovibles)


29//JAN/FÉV/MARS 2014


mĂŠociadl e g

Sp weddin


31//JAN/FÉV/MARS 2014 Robe et boléro créés sur mesure Les Amants en Goguette 1300,00 € et 900,00 € // Headband “Cassiopée”, Rhapsodie 989,00 €


rt o p e r pécial ing S wedd

Plump pour vous ! se marie Vous y voici, vous y voilà. Le plus dur est fait, vous avez trouvé le prince charmant… mais il reste encore une étape et non des moindres… le choix de LA robe ! Parce que oui, vous voulez être belle plus que les autres, sexy mais pas trop, à l’aise mais pas en jogging : le pitch d’un nouvel épisode de Mission: Impossible. Plump vous propose la robe sur-mesure, avec l’aide précieuse des Amants en Goguette, petit duo à l’avenir très prometteur. On a testé !


33//JAN/FÉV/MARS 2014


rt o p e r pécial ing S wedd

Inspiration « Gatsby »


vous, le prix n’est pas forcément aussi exorbitant que vous ne l’imaginez… Nous avons donc rencontré Chloé et José qui ont accepté de faire partie de l’aventure Plump. Direction le premier rendezvous, pour un premier contact. José et Chloé aiment connaître la future mariée, afin de cerner ses exigences, ses craintes concernant la robe, ses envies, ses complexes… oui oui, les complexes sont toujours là, même (et surtout ?) pour le plus beau jour de votre vie. C’est pourquoi nos deux compères vous permettront de vous sentir magnifaïque-ma-chérie le jour J, avec une robe qui vous collera à la peau. Mission pour le deuxième rendez-vous : apporter des images, des couleurs, des idées, des ambiances, des visuels de robes que l’on aime/déteste. José et Chloé se font donc une idée plus précise des goûts de la future mariée et sauront vers quel style se tourner pour dessiner LA robe.

35//JAN/FÉV/MARS 2014

I

l existe sur le marché de la robe de mariée un nombre incalculable de marques et de créateurs, de rapports qualité/prix pas toujours très honnêtes et qui ne font pas forcément dans la grande taille… Nous vous proposons donc une autre possibilité : la robe sur-mesure. Outre le fait que vous aurez une robe unique, elle sera surtout adaptée à vos formes, qui elles aussi sont uniques ! Et détrompez-


rt o p e r pécial ing S wedd

Laissons un peu le temps à José de travailler, oui, c’est du boulot ma bonne dame, et retrouvons-nous une grosse semaine plus tard, pour découvrir, des étoiles plein les yeux, les différents croquis proposés par José : nous y trouvons du court, du long, du décolleté, du moins décolleté, bref l’embarras du choix. L’avantage, c’est que l’on peut mélanger ce décolleté avec cette longueur, les manches courtes, trois quarts, ou pas de manche tout simplement. Mais attention à ne pas mixer n’importe comment, José est là pour nous guider dans nos choix sans nous risquer ! Roulement de tambours… tadam ! Les propositions sont sous nos yeux et l’une d’entre elles est une évidence… ce sera celle-là. Rendez-vous est pris pour la prochaine étape  : prise de mesures et rencontre avec le modéliste.


Un peu de technique. Le modéliste est celui qui, à partir du croquis, élabore un patron et construit le prototype du vêtement. Le modéliste, Rodrigo, a donc besoin des mesures très précises de notre future mariée (qui n’est autre – fin du suspens – que notre Julie préférée). Mètre à la main, le voici en train de parcourir le corps de Julie (Grrrrrr miaou !) et de noter au centimètre près les tours de taille, de hanches, de poitrine, la longueur de jambes, etc. Nous en profitons également pour découvrir les

entièrement finie, avec les dernières finitions.

Quinze jours plus tard, nous découvrons la robe dans son tissu final. Les formes de Julie sont sublimées et cette robe met parfaitement en avant sa silhouette généreuse. Julie en profite pour tester les chaussures qu’elle portera le jour J. En plein dans le mille, Chloé, José et Rodrigo ! Une équipe de choc pour un résultat au top. Nous avons hâte de découvrir la robe

Laurène Hoffmann Photos : J. Images et Créations

Conclusion, nous avons testé et nous approuvons haut et fort la robe sur-mesure. Une bonne compréhension entre le styliste et vous, et le tour est joué ! Bon, comme vous avez pu le constater, c’est beaucoup de travail, mais cela en vaut la peine. Vous aurez LA robe, la seule, l’unique, qui vous ira à merveille et que vous aurez choisie dans les moindres détails… surtout que vous ne risquerez pas de la voir sur les fesses d’une autre, José et Chloé ne font jamais la même robe !

Qui se cache derrière Les Amants en Goguette ? José, passionné de mode et de voyages, décide de réaliser son rêve et se forme à ESMOD International. C’est le styliste du duo, le créateur de votre robe. Chloé est la consultante qui saura vous conseiller sur l’organisation de votre mariage. Sa formation artistique à la manufacture des Gobelins et ses années d’expérience dans le milieu de l’art et de la gestion de projets sont ses meilleurs atouts pour vous laisser guider ! Ce duo a un sens de l’écoute et du conseil qui ne peut que vous mettre en confiance.

www.lesamantsengoguette.fr

37//JAN/FÉV/MARS 2014

tissus proposés par José et voir s’ils colleront au teint de notre mariée. Deux semaines plus tard, nous trépignons d’impatience pour notre prochaine rencontre. Julie va essayer la robe sur un tissu prototype et nous allons entrevoir le résultat ! Et le résultat est sans appel : la mariée est convaincue ! Il faut imaginer la robe dans un tissu plus léger et plus fluide, il épousera encore mieux les formes de Julie. Quelques retouches sont à prévoir, Rodrigo raccourcit un peu le bas de la robe, ajuste les franges et le tour est joué !


h c a co l

10 conseils ! r e p u o l e s s a p pour ne

Spéciwaedding

le jou r J

1

Pour faire les repérages de LA robe de vos rêves, évitez d’écumer les boutiques un samedi sans rendez-vous mais plutôt à un créneau peu demandé car les conseillères auront plus de temps pour vous, vous subirez moins de stress et vous aurez plus de choix.

©Xposure

Pour celles qui veulent couvrir leurs bras, inutile de vous dire que les manches ballons sont à proscrire, à moins de vouloir ressembler à Gretchen, la tavernière allemande. Optez plutôt pour des manches légèrement volantes et transparentes.

3

Le jour J, prévoir un nécessaire à couture avec fil, aiguille et épingles à nourrice, car on a toutes eu des expériences de boutons, coutures and Co. qui lâchent dès la première sortie. Pensez donc que votre robe sera réellement portée pour la première fois le jour J, et que ce kit peut vous sauver !

5

2

Lors des essayages de LA robe, il faut se laisser guider et ne pas uniquement se focaliser sur ses envies, ou des préjugés, car on peut parfois être surprise par des formes ou des modèles qu’on voulait absolument bannir ! Pour ne pas avoir mal aux petons, choisissez des talons ne dépassant pas les 6-7 cm de hauteur et portez-les avant le jour J. Vous pouvez jouer l’originalité en les prenant de la couleur de votre bouquet par exemple. Dans tous les cas, n’oubliez pas votre stick Compeed.

4

6

Petite vérification de rigueur sur le siège de la mariée, il faut qu’il soit assez large pour y tenir votre postérieur + votre robe de mariée. Si si, c’est important que tout tienne car si votre choix penche vers une robe volumineuse, celui de vos fesses risque de doubler.


39//JAN/FÉV/MARS 2014

Quand on a le ventre dodu, on évite les robes avec un effet plissé devant car il peut vite se transformer en effet bourrelets et accentuer le volume. On essaie de marquer la taille avec un empiècement sous la poitrine ou un corset, et on rabat le volume au niveau des hanches.

7 8

Pour vos dessous, vous pouvez opter pour une lingerie invisible ou couleur chair si vous voulez aller à la simplicité mais si vous voulez vous la jouer femme fatale, pensez à la guêpière qui, en plus d’être sexy, maintient la poitrine et resserre bien la taille. La belle lingerie a un coût, ça, on le sait mais a contrario de la robe que l’on ne portera qu’une seule fois, les sous-vêtements peuvent se remettre par la suite donc il ne faut pas négliger cet achat, peu importe ce qu’on choisit de porter…

9

« Il faut souffrir pour être belle », l’adage de nos grand mère n’a pas sa place dans le choix de votre robe ! Ne mettez pas de côté votre confort. Une mariée à l’étroit qui a la démarche d’un déménageur, très peu pour vous !!

Pour les Bridezillas en devenir, n’oubliez pas que ce n’est qu’un jour dans votre vie et que, pour que tout se passe bien, il faut rester zen et relativiser. La clé d’un mariage réussi, c’est avant tout un couple uni et épanoui, surtout que le lendemain tout redeviendra citrouille.

10

Par Audrey Bourret - www.myprettylittleboudoir.blogspot.fr


© Topman - www.topman.com

guécyials g Sp weddin


I think I’ m gonna marry you… Le temps vient de ralentir de façon alarmante. Non, vous n’êtes pas un mutant tout droit sorti du dernier X-Men découvrant fébrilement ses nouveaux pouvoirs : vous avez un genou à terre et vous vous rendez compte que sans protection, ça commence vite à faire mal. Vous croisez les doigts pour que votre tendre moitié ne se brise pas les dents avec le fondant piégé aux diamants. Ou encore, vous vous apercevez avec effroi qu’elle a fait « cul sec » avec votre coupe de champagne surprise. Les secondes semblent durer des heures alors que vous attendez sa réponse. Vous vous dites que vous vivez là l’un des moments les plus intenses de votre vie. Oh, attendez qu’elle ou il dise « oui », et là seulement, vous vivrez les moments les plus intenses de votre vie. Pour soulager l’enf…, la béatitude dans laquelle vous devez certainement nager le sourire figé aux lèvres, je vais vous donner quelques astuces pour vous vêtir comme un demi-dieu. Oui, demi. Le côté complet de la divinité est réservé à votre moitié, qui n’est plus si tendre que ça…

41//JAN/FÉV/MARS 2014

Hey baby !


guécyials g Sp weddin

tout pour ne pas fournir à vos proches des photos compromettantes sources de futurs chantages). Mais attention, sérieux ne rime pas avec uniformalisme. Vous devez vous plaire, et plaire à votre moitié. Si vous rêvez d’un mariage gothique où le cuir, le noir et les ténèbres régneront en maîtres, foncez. Si quelque chose de plus classique vous tente, vous pouvez y ajouter quelques touches hypes pour vous rendre mémorable.

Le « go to » costume est sans conteste celui qui possède trois pièces : veste, pantalon et gilet. Choisissez-le dans des couleurs sombres pour amincir votre silhouette : le noir pour les plus classiques cherchant à devenir des copies carbones de leur effigie trônant sur la pièce montée, le bleu pour les plus tendances. Votre tenue doit être ajustée, le pantalon de coupe droite et la veste offrir deux boutons. La question du gilet est plus délicate, mais le plus adapté sera assurément celui en forme de U et de la même couleur que le reste de votre costume. Si vous préférez le côté classique de la force, optez pour une forme plus conventionnelle et une couleur assortie à votre combo cravate + pochette. Et rappelez-vous que les couleurs claires attirent l’attention tandis que les sombres la détournent.

© Topman - www.topman.com

S’

habiller pour un mariage ne doit surtout pas se faire à la va-vite. Si dans un autre temps, tous les regards étaient tournés vers la robe blanche, la mode change. Les robes ne sont plus forcément immaculées, et il se peut même qu’elles soient tout bonnement absentes de la cérémonie. Autant de raisons pour prendre avec sérieux la recherche de la tenue idéale pour l’un des jours les plus importants de votre vie (et sur-

Je veux être comme le mini-moi sur le gâteau


43//JAN/FÉV/MARS 2014

Je veux des fleurs moi aussi !

La mariée et les tables ne sont plus les seules détentrices du flower power. Vous aussi avez le droit à votre orgie de pétales. Il suffit de bien choisir votre fleur : elle peut être assortie au thème floral de votre big day, de la même teinte que les yeux de votre promis(e), détentrice d’une signification particulière (ma petite préférée : la fleur de pêcher pour dire « je suis ton prisonnier »). Vous vous en faites ensuite une boutonnière que vous porterez sur le revers de votre veste : voilà, vous sentez bon et affichez vos convictions environnementales. Évitez par contre de copier le lancer de bouquet avec, ce serait voler la vedette à qui vous savez et sa vengeance pourrait bien être terrible.

Je veux des trucs comme des perles, et des tiares aussi !

Les accessoires ne sont pas réservés à toutes les Miss Fine en puissance, Monsieur Sheffield a lui aussi le droit à sa ferraille. Une fois le dilemme cravato-nœud-papillonique tranché (indice : il n’y a pas de mauvais choix, juste une question de goût), il devient possible d’accessoiriser le cou : pince à cravate ou bijoux de col à cliper sous le nœud papillon. Mais

pourquoi s’arrêter là ? Autant ajouter des boutons de manchette, une montre de poche dans le gilet, une pochette, des bagues ou même des bracelets pour les plus téméraires. Gardez uniquement en tête le sage conseil de Tata Coco : « Quand tu accessoirises, retire toujours la dernière chose que tu as ajoutée. » Enfin, sauf quand il s’agit de votre toute nouvelle alliance. Jérémie Hummel


n e h c t he ki

is ipéncialt ing

Les recettes w e ddin e l t g it l de Plump

S wedd

Qui dit mariage, dit buffet et qui dit buffet, dit bonnes petites choses à grignoter. Plump vous propose trois recettes qui vont régaler vos convives. Simples, mais raffinées, elles sauront vous faire craquer ! Par Lost In My Kitchen - http://lostinmykitchen.blogspot.fr

Au menu

Petits roulés de concombre au saumon frais • Salsa de mangues aux crevettes • Petits choux chantilly


45//JAN/FÉV/MARS 2014

Petits roulés de concombre au saumon frais Pou r 40 rou lés 3 concombres // 800 g de saumon frais // 3 citrons // 2 bouquets de ciboulette // Sel & poivre Coupez les extrémités des concombres. À l’aide d’une mandoline, réalisez de belles lanières. Placez-les sur du papier absorbant afin de les faire dégorger. Détaillez le saumon en petits dés. Arrosez de jus de citron, ajoutez la ciboulette ciselée puis salez et poivrez généreusement. Laissez mariner 1 heure puis égouttez.

V varier ous pouvez en le saumremplaçant on par des c conco revettes ou mbre le courge par de la tte.

Découpez chaque lanière de concombre en trois parties. Formez des tubes et placez-les sur des petites cuillères. Remplissez de tartare de saumon. Réservez au frais avant de servir.


n e h c t he ki

is ipéncialt ing S wedd

Salsa de mangues aux crevettes Pou r 40 petites ve rr i n es

V pouve ous de fine z ajouter de poi s lanières vro et un pns rouges guaca eu de mole.

1 kg de tomates // 3 échalotes // 3 mangues bien mûres // 4 citrons verts // Sauce nuoc-mâm // 2 bouquets de coriandre fraîche // 2 kg de crevettes // 6 cc d’huile de sésame // Sel & poivre Coupez les tomates en dés. Émincez les échalotes puis ajoutez-les aux tomates. Salez et poivrez. Épluchez les mangues et coupez-les en dés. Ciselez finement la coriandre fraîche. Ajoutez-les dans le mélange précédent. Arrosez de jus de citron vert et de sauce nuocmâm.

Épluchez les crevettes si nécessaire. Faites-les mariner 1 heure avec du jus de citron vert, de l’huile de sésame et de la sauce nuoc-mâm. Poivrez. Faites griller les crevettes dans un grand wok puis réservez-les.

Dressez les verrines. Placez la salsa de mangues dans le fond et déposez sur le dessus une ou plusieurs crevettes. Réservez au frais avant de servir.


47//JAN/FÉV/MARS 2014

Petits choux chantilly Pou r 40 petits choux 100 ml de lait // 150 ml d’eau /1 cs de sucre // 1 pincée de sel // 100 g de beurre // 150 g de farine // 4 œufs // 50 cl de crème fleurette // 60 g de sucre glace // 150 g de mascarpone // Décorations en sucre Dans une casserole, versez le lait, l’eau, le sucre et le sel. Ajoutez le beurre coupé en morceaux et portez doucement à ébullition. Versez ensuite la farine et mélangez vigoureusement l’ensemble pour former une pâte qui va se détacher de la paroi de la casserole. Ajoutez 2 œufs entiers et mélangez afin de bien les incorporer. Renouvelez avec 1 œuf supplémentaire. Ajoutez le dernier œuf seulement si la pâte reste accrochée à une cuillère en bois. Dans le cas où la pâte à choux finit par tomber de la

cuillère, pas besoin d’un quatrième œuf. Préchauffez le four à 180 °C (th. 6). Placez une feuille de papier sulfurisé sur deux plaques de cuisson. Versez la pâte à choux dans une poche avec une douille lisse et réalisez 40 petits choux environ. Enfournez les plaques de cuisson pour 25 min de cuisson. 5 min avant la fin, laissez la porte du four entrouverte afin que les choux ne retom-

bent pas à la sortie. Réalisez la chantilly au mascarpone. Dans un grand saladier, versez la crème fleurette et montez-la en chantilly à l’aide d’un batteur électrique. Dès que l’ensemble commence à devenir ferme, ajoutez le sucre glace et le mascarpone. Mélangez délicatement. Découpez le dessus des petits choux et garnissez-les de chantilly à l’aide de la poche. Décorez selon votre inspiration.

Ré deuxièalisez une voire t me fourn du nomrois en fon ée, ction bre de plut c les proôt que de m onvives u colora portions. A ltiplier j n t obteni alimenta outez du ire po r une c u s’adap te à unhantilly qui r maria thème de ge.


DIYial

Spéc wedding

Je pimpE mes… Faire-part !

Ça y est, il vous a enfin demandé votre main ! Maintenant, il va falloir descendre de votre petit nuage et penser à l’annoncer au monde entier… ou aux proches, ce qui est déjà pas mal ! Réalisez-les vous-même et pailletez le tout. Ça fera son petit effet.


49//JAN/FÉV/MARS 2014

Après avoir introduit un rouleau de scotch pour surélever l’intérieur de l’enveloppe, trempez le pinceau dans la colle et badigeonnez la partie visible à l’intérieur de l’enveloppe.

Parsemez copieusement la partie encollée de paillettes. Laissez sécher quelques minutes. C’est prêt !

Pour encore plus de paillettes, utilisez la même technique pour le carton d’invitation. Choisissez un mot simple, écrivez-le puis, avec un pinceau très fin, posez de la colle sur les lettres. Pailletez, laissez sécher et soufflez. C’est prêt !

Matér i e l Budget pour 10 enveloppes : 10 € // Temps par enveloppe : 5 min Une belle enveloppe aux couleurs du mariage // des paillettes en accord avec la couleur de l’enveloppe // de la colle // un pinceau Plus de DIY SUR http://monampersand.blogspot.fr/


w e i v e Entr

KAOUTAR MOUHIM PLUS SIZE MODEL Cela vous aura peut-être échappé, mais Plump a participé à la première conférence « Mannequinat grande taille : mode d’emploi ». Participation partagée avec la plus belle intervenante de l’assemblée, Kaoutar Mouhim, mannequin grande taille. Cette belle plante (le mot est faible) se dévoile à travers quelques questions.

Photographe : David Ekue pour Girly’s Magazine


51//JAN/FÉV/MARS 2014


w e i v e Entr

Bonjour Kaoutar ! Pour celles et ceux qui parcours a-t-il été facile ou as-tu dû batailler ne te connaîtraient pas encore, peux-tu te pour t’imposer ? présenter en quelques lignes ? J’ai eu de la chance certainement, j’ai fait les bonnes

Tu as de magnifiques rondeurs et pour beaucoup, tu as les formes idéales. As-tu rencontré des difficultés à les assumer ? Oh c’est adorable, mais vous savez, tout est une question de point de vue et de goût. J’ai bien sûr dû affronter plus jeune et même encore aujourd’hui le regard de personnes malveillantes mais je n’y accorde plus du tout le même intérêt et j’assume parfaitement qui je suis.

Tu fais partie des figures les plus connues dans le monde du mannequinat grande taille français. Comment en es-tu arrivée là ? Ton

rencontres, mais surtout j’ai de la détermination et du professionnalisme, même si je n’ai pas réussi à atteindre tous les objectifs que je me suis fixés. Il n’est pas toujours évident d’entendre les critiques et/ou les défauts que les clients nous trouvent et malgré cela, il faut garder le sourire.

On te voit évoluer dans différents médias : télé, catalogues, magazines... As-tu une préférence pour l’un d’entre eux ? Lequel t’a paru le plus compliqué à aborder ? Tous, car ils sont tous différents mais tous enrichissants. On découvre l’envers du décor des émissions de télévision, on rencontre des animateurs et des animatrices, on se balade dans les loges, on se fait chouchouter par des maquilleuses et des coiffeurs adorables, on apprend sur son métier davantage grâce à toutes ces différentes expériences.

« J’aimerais entrer dans une boutique et y voir plusieurs tailles disponibles et ne pas avoir besoin d’aller dans une boutique spécialisée ou un corner caché pour y trouver des tailles supérieures au 44 » © David Ekue

Bonjour, j’ai 33 ans, je suis mannequin grande taille depuis dix ans maintenant (que le temps passe vite), j’ai travaillé en Europe, en Australie et aux États-Unis. J’habite entre Paris et Biarritz.


© David Ekue

53//JAN/FÉV/MARS 2014


w e i v e Entr Quels sont les bons et les mauvais côtés du mannequinat ? Le plus compliqué, quand on décide de se lancer, ce sont les contrats aléatoires, on ne sait jamais quels seront nos revenus d’un mois à l’autre. Les bons côtés sont les rencontres, les chouchoutages, les voyages et les souvenirs incroyables.

Nous savons que « la durée de vie » d’un mannequin est limitée. Sais-tu déjà quel chemin tu aimerais prendre par la suite et pour quelles raisons ? Je crois que j’aimerais beaucoup travailler à la télé ou à la radio et pourquoi pas organiser des concours de mannequins grande taille afin de valoriser l’image des femmes. J’ai déjà mon agence (KMA) qui propose diverses activités allant du changement de look, au shooting photo en passant par le conseil.

Effectivement, ce métier est encore méconnu en France, contrairement aux pays anglo-saxons. Les réactions sont souvent les mêmes : « Je ne savais même pas que cela existait », « c’est une bonne idée » ou, plus drôle, « mais tu es grande à ce point-là ? » Je dirais que le retour est positif, les gens sont en demande de profils différents.

Quel regard poses-tu sur la «size» et son évolution ? Je ne suis pas encore satisfaite de ce qui se fait, malheureusement. J’aimerais que cela soit aussi beau à voir que ce qui se fait en haute couture, que cela soit récurrent et pas seulement occasionnel. J’aimerais entrer dans une boutique et y voir plusieurs tailles disponibles et ne pas avoir besoin d’aller dans une boutique spécialisée ou un corner caché pour y trouver des tailles supérieures au 44. Enfin, que les modèles aient des coupes plus sympathiques. Je sais que ce n’est pas évident de créer pour des rondes car nous

© David Ekue

Le mannequinat grande taille n’est pas encore très connu par le public « non averti ». Comment réagissent les gens qui découvrent cet angle du mannequinat ?

sommes toutes faites différemment, c’est beaucoup plus complexe, mais pourquoi ne pas essayer de proposer des coupes différentes sur un même produit ?

Quels conseils donnerais-tu aux femmes rondes pour qu’elles s’assument ? Je pense qu’il faut trouver les parties qu’on aiment le plus chez soi et apprendre à les mettre en valeur, ne pas hésiter à changer de maquillage, de coiffure, de couleur, pour se redonner un coup de peps. Se voir à travers l’objectif d’un photographe peut être, pour certaines, un déclencheur et cela permet d’avoir un beau souvenir ! Et pourquoi pas, dans certains cas, changer ses fréquentations. (rires)


55//JAN/FÉV/MARS 2014

Entre nous

Ton pire souvenir culinaire enfant ?

Je crois en avoir plusieurs à vrai dire ! Les choux de Bruxelles, l’omelette à la cervelle, le poisson (j’ai failli m’étouffer avec une arête à l’âge de 6 ans, j’ai mis des années à m’en remettre).

Le film qui te fait pleurer / triper à coup sûr ?

Je dois dire que j’ai la larme facile, je peux pleurer devant un Disney (oui, je sais, la honte ! rires). Le film qui me fait pleurer à coup sûr (déjà vu au moins cinq fois), c’est The Notebook. Une belle histoire d’amour. Mais aussi Sur la route de Madison. En plus hard, La Ligne verte que j’évite de revoir car il me déchire le cœur.

La chanson qui te met la patate pour toute la journée ? Chaque période a sa chanson, celle qui fonctionne en ce moment, c’est Happy de Pharell Williams.

Ton expression favorite (qui peut être un gros mot) ?

Pareil, ça dépend des périodes, quand j’en tiens une, je la place à toutes les sauces et en ce moment, mon expression pas forcément favorite mais qui me colle à la bouche d’après mon chéri, c’est : Oh c’est mignoooon ! (rires)

© David Ekue

Le lieu où tu rêves d’aller (quand tu auras gagné au Loto, ou pas…) ?

Partout !! J’adore voyager… Mais si vraiment je gagne au Loto, j’adorerais louer plusieurs villas sur pilotis sur une île paradisiaque avec famille et amis et profiter de dix jours de bonheur, déconnectée de la réalité.


M

e n a m élo

Bouge ton boule

Pop, rock et électro se bousculent sur cette sélection des meilleurs albums du moment. Pour un hiver en musique, suivez le guide. Par Cyril Trigoust - http://watchingmachine.fr/ Ibrahim Maalouf Yves Saint Laurent Trompettiste incontournable, jazzman génial mélangeant dans ses albums des influences aussi diverses que le hip-hop ou le métal, Ibrahim ajoute de la magie au film consacré au célèbre couturier. Une bande originale remarquable.

The Beatles BBC vol. 2 Les minettes hystériques dans des stades pleins ne sont que le dommage collatéral de ce pilier de l’histoire pop rock. Ils ont d’abord bossé dur et enregistré pour la BBC des dizaines de reprises présentées en partie dans cet album.

Within Temptation Hydra La diva hollandaise Sharon den Adel revient avec son groupe sur les terres du métal symphonique avec quelques consonances gothiques, peu flamboyantes pour les corbeaux, mais toujours aussi mélodiques, efficaces, et un chouia ampoulées.

Bruce Springsteen High Hopes Le dix-huitième album du boss est plus que porteur d’espoir pour les fans de Rage Against the Machine que nous sommes. Impulsé par Tom Morello, le guitariste du groupe, les nouvelles compos ont un goût métal que l’on adore.

Metronomy Love Letters Nous avons découvert il y a deux ans les ballades electro pop de The English Riviera, pourtant le troisième album du groupe. Depuis, nous les suivons de près, tout comme les remixes de Joseph Mount.

Muse Live at Rome Olympic Stadium Certainement le plus grand groupe de rock du moment. Si les albums n’ont cessé de perdre en qualité depuis Absolution (dix ans déjà), les prestations scéniques restent incomparables grâce à la virtuosité de Bellamy.


Mogwai Rave Tapes Le rock n’est pas toujours de rage et de fureur, il peut aussi être de grâce et de douceur, ainsi avance le groupe écossais pour son huitième album. Qu’il soit qualifié de post, ambient ou alternatif, ce rock est avant tout créatif et ardent.

Cascadeur Ghost Surfer Notre sélection de ce mois-ci fait dans l’éthéré plus que le brutal. Les ritournelles du personnage créé par Alexandre Longo, Cascadeur, nous ont plu dès le premier album. Une sorte de Tellier ayant troqué la barbe contre le casque.

Julien Doré Løve Le bichon semble se transformer en lion, à en croire la pochette, mais ces chansons toutes torturées (hormis « Platini ») font de lui un animal encore fragile. Ce bonheur perdu lui donne un nouveau souffle (pop) rédempteur.

Détroit Horizons Loin des polémiques, traitons cet album pour ce qu’il est : une errance rock prise dans les doutes, les tourments et la souffrance. La voix de Cantat, organique et envoûtante, reste l’élément vibrant de l’album.

La machine à surveiller

57//JUIN/JUIL/AOÛT

Yes Studio Album 1969-1987 Un coup de cœur pour ce coffret reprenant les meilleurs albums de ce que le rock progressif a fait de mieux avec Pink Floyd, Genesis et King Crimson. On vous l’accorde, ce n’est pas tout jeune, mais ce style trop rare nous manque diablement.

http://watchingmachine.fr/

L’actu ciné, musique, bande dessinée, jeux vidéo, sans fard et sans œillère…


r e f r bSu

We

Po p & So d a Cuisine, DIY et autres petites rubriques, Pop & Soda est un blog inspiré, créatif et plein de bonnes idées ! Des plats originaux et bien présentés qui nous donnent envie de reproduire illico la recette chez nous (grâce aux explications toujours très claires), des DIY pour occuper ses mimines… Pop & Soda, c’est un blog à visiter d’urgence ! http://www.popandsoda.com/

Dom i n o Dollho u s e Domino Dollhouse, c’est un e-shop grandes tailles américain pas tout à fait comme les autres… En effet, si vous aimez l’originalité, le style pin-up ou encore les vêtements colorés qui donnent la pêche, cet e-shop est ce qu’il vous faut ! Robes, jupes, tops et mêmes accessoires, Domino Dollhouse propose une belle sélection avec toujours le petit « truc » qui fait la différence. http://www.dominodollhouse.com

G i g g l e s th e C at Si notre chat pouvait parler, voici certainement ce qu’il nous enverrait comme texto. On dit souvent qu’il ne leur manque que la parole, ainsi ce tumblr répare cette injustice de la nature ! Et on rigole bien souvent face à des situations qui sentent le vécu pour tous ceux qui ont approché un chat de près ou de loin. http://gigglesthecat.tumblr.com/

O l i v i a ( à Par i s ) Olivia (à Paris), c’est un chouette blog BD vivant et pétillant ! À travers ses bandes dessinées, Olivia nous raconte, toujours avec bonne humeur, des tranches de vie quotidienne, des anecdotes de maman ou encore des moments vécus dans la rue. Olivia (à Paris), un blog à parcourir pour passer un bon moment et parfois se reconnaître dans certaines situations… http://blog.oliviaaparis.com/


Entièrement consacré au DIY, comme son nom l’indique, ce blog vous donnera de quoi faire travailler vos dix petits doigts ! Décoration (avec de très nombreux posts sur ce sujet), DIY à thème (Noël, Saint-Valentin, etc.), idées d’activités à faire avec les enfants, ce blog est très complet et fourmille d’idées pour occuper ses mains ! http://www.avecses10ptitsdoigts.com

L a u l i n e a a fa i t d e s p hoto s Photographie, voyage, lifestyle, voici le très beau programme de ce blog ! Laurène, qui est derrière ce très chouette site, partage avec nous ses sublimes photos, des tranches de vie, ses voyages… Un blog avec lequel on fait le plein d’évasion et où chaque image est un ravissement ! http://laulineafaitdesphotos.com/

G i rl w i th c u r v e s Tanesha, la jeune femme américaine qui se cache derrière le blog Girl with curves, nous propose à travers celui-ci sa vision de la mode : pour elle, le style doit aller au-delà de la taille des vêtements… Un joli principe que Tanesha applique pour elle-même en montrant notamment sur son blog ses tenues qui savent toujours très bien mettre ses jolies courbes en valeur et qui nous donnent à nous aussi envie de faire pareil… http://girlwithcurves.com

B y th e W ay Un blog qui aborde la musique, la mode, la photographie, les voyages, l’illustration, l’architecture, le design, la décoration, l’humour... reprise de souffle - le tout justement illustré par de superbes photos d’hier et d’aujourd’hui. À dévorer simplement entre deux coups de fil important. http://frenchie-pop.blogspot.fr/

Ga b i fr e s h Pour celles qui ne connaissent pas encore le blog de Gabi, c’est le moment de courir y jeter un œil ! Gabi, c’est une jeune femme américaine qui est passionnée de mode et qui, à travers son blog, nous propose de belles tenues qui nous donnent à nous aussi envie de sublimer nos rondeurs ! Et si son visage vous dit quelque chose, c’est normal car, cet été, Gabi a lancé en collaboration avec Swimsuit for All (marque de maillots de bain américaine) une superbe collection de maillots disponibles en grandes tailles, dont un très beau modèle galaxie… http://www.gabifresh.com/

59//JAN/FÉV/MARS 2014

Avec ses dix ptits doi gts


e g a t r a p t ee

Aim

Ça bou g e ! Vous n’avez pas remarqué ? Ça bouge dans le milieu de la size. Nous avons l’agréable surprise de découvrir de nouveaux créateurs bourrés de talent, qui montent, qui montent… Anna Poe pour un style chic et original. N’SQOL qui propose un style ethno-chic irrésistible. Pauline et Julie que l’on ne présente plus… Solange Ameyl, créatrice prometteuse ! Tika Soomak et ses super créations simples et élégantes. Nos voisins belges ne sont pas en reste avec Deux Pouces, qui vous propose une collection alléchante. Bref : que du positif !

www.annapoe.fr http://nsqol.wordpress.com

www.paulineetjulie.com

www.etsy.com/shop/Solangeameyl?ref=search_shop_redirect

www.tika-soomak.fr

www.deuxpouces.com


61//JAN/FÉV/MARS 2014

Cou p de crayon

www.anaisdaumard.com © Anaïs Daumard

© Anaïs Daumard

Nous vous invitons à découvrir cette jeune illustratrice dont le talent – comme toutes les personnes que nous citons dans cette page – nous a littéralement enchantées ! Anaïs travaille sur demande, pour les professionnels et les particuliers. Certaines des œuvres présentées sur son site sont en vente. N’hésitez donc pas une seconde à faire un tour sur son site et un détour sur sa page Facebook. Régalez-vous !

Banan e et ab r icot Un titre doux et sucré pour un blog hot and spicy ! Voilà un blog qui nous remet les idées en place. Et pas n’importe lesquelles ! Ces jeunes bloggeurs nous parlent de sexe, simplement, sans chichis et sans passer par quatre chemins ! Et qu’est-ce que ça fait du bien ! Fini les tabous ! http://bananeabricot.com

Le coup de

3 bon n es nouve lles e n 1 : Violeta !

Un nom qu’il vous faut retenir car c’est la collection grande taille de Mango ! (Et d’une bonne nouvelle !) Et la mise en ligne, c’est maintenant ! De la taille 40 au 52… (Et de deux bonnes nouvelles !) Vous pouvez retrouver la ligne dans certaines boutiques Mango mais pas que ! Des boutiques Violeta poussent un petit peu partout ! (Et de trois !!!!) Quand on vous dit que ça bouge ! Et c’est pour notre plus grand plaisir. http://www.mango.com/violeta/index.php


! i c r t me

di

et de 5 ! Qui l’aurait cru ! Nous terminons le numéro 5 et nous sommes toujours en vie ! C’est une fois encore grâce à notre fine et fidèle équipe  : Élise, Julie et Floriane pour la partie technique et artistique, Éric qui a su se mettre à nu pour Plump, Lætitia, Constance et Medjo qui ont accepté de jouer le jeu et de nous héberger pendant les soldes, Maud et sa petite famille pour leur accueil, Julien qui ne nous refuse jamais rien, Camille, José, Rodrigo et Chloé pour leur talent, et Ju qui a bravé les 6°. Sans oublier nos rédacteurs et collaborateurs à qui l’on doit tant !


63//JUIN/JUIL/AOÛT

Plump#5  

Et de 5 ! Spécial Mariage !

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you