ON Magazine - Guide HiFi 2015

Page 1

Edition 2015

Magazine

Le magazine des audiophiles

LA VRAIE HI-FI POUR TOUS 10 Platines Vinyles à l’essai Audio-technica, Avid, Clearaudio, Lenco, Marantz, Numark, Pro-Ject, Rega, Teac, Thorens 8 préamplis phono, cellules et accessoires pour platines vinyles

Clearaudio, Creek Audio, Goldring, Lehmann, Moon by Simaudio, Ortofon, Pro-Ject, Rega

7 enceintes acoustiques

Amphion, Dali, Linn, Rega, Russell K., Sonus Faber, Triangle

6 amplificateurs intégrés

Cambridge Audio, Denon, Linn, Lyngdorf, NAD, Yamaha

+ Les ON-TopModels

de l’audio High End


Sublimez votre expérience vinyle! Un bras coudé en “J” inspiré de ses modèles originaux des années 60 & 70, une cellule exclusive AT95Ex, un tapis amortissant épais... Audio-Technica présente sa nouvelle platine à entraînement direct AT-LP5 destinée aux audiophiles. Associant technologie et lignes épurées, la platine AT-LP5 est l’équilibre parfait entre performances et élégance, elle trouvera assurément sa place en harmonie avec votre intérieur. Entre héritage analogique et tendances contemporaines, l’AT-LP5 vous fera vivre une expérience Hi-Fi unique.

www.audio-technica.com


3

ON Magazine - Guide audio connectée 2015

SOMMAIRE

Platines vinyles

Amplificateur intégré

p 6 : Audio-technica AT-LP5 p 8 : Avid Ingenium p 10 : Clearaudio Performance DC & TT5 p 12 : Lenco L-175 p 14 : Marantz TT15S1 p 16 : Numark TT250USB p 18 : Pro-Ject RPM9 Carbon p 20 : Rega RP3 p 22 : Teac TN-300 p 24 : Thorens TD203

p 50 : Cambridge Audio CXA80 p 51 : Denon DRA-100 p 48 : Lyngdorf TDAI-2170 p 56 : NAD C316BEE p 57 : Yamaha A-S1100

Préamplis phono, cellules et accessoires

ON-TopModels

Système Hi-Fi p 54 : Linn Majik System 140 p 66 : le défilé des stars de l’audio High End

p 28 : Clearaudio Professional Analogue Toolkit p 28 : Creek Audio OBH-15 MKII p 29 : Goldring Eroica LX p 29 : Lehmann Black Cube p 30 : Moon LP 110 p 30 : Ortofon Quintet Black p 32 : Pro-Ject Phono Box RS p 32 : Rega Elys 2

Enceintes acoustiques p 36 : Amphion Argon0 p 38 : Dali Opticon 6 p 40 : Rega RX3 p 42 : Russell K. red 50 p 44 : Sonus Faber Chameleon B p 46 : Triangle Elara LN05 Ce guide vous est offert par ON Magazine. Vous avez le droit de le consulter, l’imprimer, le diffuser, le redistribuer dans son intégralité sans restriction. Cependant, tout découpage, tout retrait et toute modification sont interdits sauf autorisation préalable de notre part. On participé à ce numéro : Manuel Courbo (régie Catset), Nicanor Haon, Dominique Mafrand et Pierre Stemmelin



PLATINES VINYLES

Elles tournent encore et toujours...


6

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

AUDIO-TECHNICA AT-LP5

Réputée mondialement pour ses cellules phonolectrices et ses microphones, la société japonaise Audio-Technica crée l’événement au salon IFA 2015 de Berlin avec le lancement de sa nouvelle platine vinyle LP5, plus audiophile que ses aînées professionnelles LP120 et LP1240.

450 € La LP5 à entraînement direct ne peut donc renier sa descendance professionnelle. Le moteur à courant continu dispose d’un couple élevé pour une mise en vitesse inférieure à 2 secondes. L’arrêt quasi immédiat de la rotation est assisté d’un freinage électronique. Le plateau en fonte d’aluminium est directement inséré par couplage conique sur l’axe du moteur, celui-ci est monté de façon rigide dans le socle composite avec amortissement interne précisément positionné. Un couvre plateau de 5 mm à base de caoutchouc amortit efficacement les résonances très basses fréquences. Les quatre pieds souples ajustables en hauteur découplent la LP5 du support. Un capot AT-LP5DT est proposé en option. Le bras de lecture à profil en J et pivots à roulements reprend le design original des années 60 du fabricant. Il reçoit un porte cellule amovible AT-HS10 de type universel SME et monté de série avec une cellule AT95EX à double aimant mobile conçue exclusivement pour la LP5. La connectique arrière de la platine comprend une paire de connecteurs RCA qui délivrent un signal

Spécifications

•Système d’entraînement : direct et moteur DC •Vitesses (tr/mn) : 33, 45, arrêt par frein électronique •Pleurage et scintillement : 0,2% •Rapport signal sur bruit : 50 dB •Force d’appui recommandée : 2 g •Niveau de sortie Phono : 4 mV (1 kHz, 5 cm/sec) •Niveau de sortie Line : 150 mV (1 kHz, 5 cm/sec) •Sortie numérique USB : 16 bits/48 kHz •Adaptateur secteur : 230 VCA •Consommation : 6 W (en service) •Dimensions : 450 x 352 x 157 mm •Poids : 7,4 kg

commutable entre celui de la cellule ou de l’étage RIAA interne, et une fiche USB-B qui offre une version digitalisée 16 bist/48 kHz du microsillon. L’embase IEC secteur est plus intéressante qu’il n’y paraît car c’est également le point d’alimentation du pré phono, des essais de câbles secteur pourront donc être envisagés. Une remarque qui prend du sens quand on commence à écouter la LP5 testée avec son propre cordon secteur. Déjà la consistance du son, l’équilibre très linéaire du grave à l’aigu et l’excellente qualité des timbres élèvent l’AudioTechnica au-dessus de la mêlée des platines testées autour de 400 euros. La texture vocale de Yves Montand sur «Les Bijoux» retrouve de la crédibilité harmonique, avec plus de corps et d’ampleur. L’introduction de «Synchronicity» par Police montre une dynamique de bon calibre sur les frappes nerveuses de la caisse claire et une excellente définition sur les résonances des cymbales et leurs extinctions. La scène sonore place les musiciens de manière cohérente dans un studio aux dimensions convaincantes. La proposition LP5 de Audio-Technicabouleverse la hierarchie de l’entrée de gamme vinylique. Ses excellentes performances de base franchiront un cap supplémentaire avec l’usage d’un petit câble secteur de qualité. Une réussite.

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt


Nouvelle gamme d’enceintes REGA RX Toujours plus haut dans la musicalité

RX 1

RX 5

RX 3

REGA est distribué par Sound & Colors - GT Audio 31-33 boulevard Gouvion Saint-Cyr 75017 Paris - Tél.: 01 45 72 77 20 info@soundandcolors.com - www.soundandcolors.com


8

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

AVID Ingenium

Restée très discrète en France depuis pas mal de temps, la marque Avid est pourtant une des plus innovantes dans le domaine des platines de lecture analogique. Son dernier modèle en date a été lancé en 2013, il s’agit de la platine Ingenium qui constitue l’entrée de gamme du catalogue du constructeur britannique. Mais une entrée de gamme qui passerait facilement pour un vaisseau amiral chez pas mal de concurrents...

Acronyme de « A very interesting design », Avid a été créée en 1995 par Conrad Mas. Mais la véritable origine du lancement de l’entreprise germa quelques années plus tôt, quand Conrad acquit une platine Connoisseur BD-1 à laquelle il implémenta avec succès plusieurs de ses améliorations techniques.

Comment décliner un produit moins coûteux à partir d’un concept de référence ? Cette question résume en quelques mots la philosophie de conception de Conrad Mas pour qui le développement cohérent d’une gamme de produits ne peut se faire que par la déclinaison raisonnée d’un produit totalement abouti. En d’autres termes, quelles sont les modifications minimales à apporter à une réalisation sans compromis pour arriver à un prix de vente donné. Une démarche appliquée aussi bien aux platines qu’aux électroniques dédiées à l’égalisation phono

RIAA. La platine Ingenium descend du modèle Diva II luimême conçu à partir du très haut de gamme Acutus mis sur le marché en 1999. Elle abaisse le ticket d’entrée chez Avid grâce à une réduction des coûts de fabrication in situ qui n’entame en rien l’esprit de la marque. On retrouve ainsi une construction rigide avec un socle en forme de T constitué de deux pièces massives en aluminium solidement fixées l’une à l’autre. Cette structure légère repose sur trois pieds souples de découplage en élastomère. Pas de possibilité de réglage en hauteur, il faudra donc niveler le support qui accueillera la platine.

L’Ingenium utilise le même roulement inversé à bille en carbure de tungstène que la Diva II ! Cette bille en carbure de tungstène est placée dans un logement semi-sphérique au sommet de l’axe de rotation en inox. Un palier avec bague en saphir


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

2000 € recouvre l’ensemble. Il est solidaire d’un contre plateau en aluminium entraîné par une courroie torique courte et le moteur synchrone déporté à couple élevé. Celui-ci est alimenté par le secteur via un câble équipé d’un interrupteur de puissance en forme de grosse olive, comme celui d’une lampe de chevet. Le changement de vitesse de rotation s’effectue par déplacement de la courroie sur une des deux gorges de la poulie en bout de l’axe du moteur. Le plateau de 2 kg est réalisé dans un panneau de médium et recouvert d’une épaisseur de liège. Un palet presseur vissable de 500 g est livré avec la platine. L’Ingenium est livrée de série avec un bras en fibre de carbone Pro-Ject 9 Carbon, et il est possible d’évoluer vers un bras SME moyennant supplément. L’embase du bras est montée sur la branche longue du socle. Un câble phono Pro-Ject à connecteur DIN 5 broches s’insère sous l’embase, il se termine par deux RCA à l’autre extrémité.

L’Avid Ingenium révèle une authentique neutralité de restitution. Équipée d’une cellule MM Nagaoka MP110 et associée à un préampli phono Cambridge 651P puis au plus performant Moon 110LP, cette platine anglaise s’est montré étonnamment transparente, fluide et expressive dans le phrasé musical. Le rendu est très détaillé sur toute la bande audible. Les violoncelles sur l’Adagio de «la Symphonie du Nouveau Monde» sonnent parfaitement boisés et immédiats. Le grave est tenu et ne déteint pas sur le médium aux timbres subtils et justes. La Nagaoka trouve un pilote d’expérience avec l’Avid, celle-ci harmonise le discours de la cellule notamment dans l’aigu qui perd le caractère mat des entrées de gamme MM. La scène sonore est assez remarquable de précision et de focalisation. Yves Montand est distinctement présent sur les planches de l’Olympia, la Avid nous transporte au sein du public en 1981 avec une aération et un souci du détail qui créent l’illusion d’y être. Et l’Ingenium est suffisamment transparente pour laisser librement s’exprimer la personnalité du reste des maillons et notamment des préamplis phono. La conception haut de gamme démocratisée de l’Avid Ingenium en fait une platine particulièrement vivante et fidèle à l’écoute. La construction atypique mettant en avant le contrôle des résonances par la rigidité et le découplage plutôt que par la masse s’avère payante. Une réussite à découvrir.

Spécifications

•Système d’entraînement : par courroie et moteur AC •Vitesses (tours/minute) : 33, 45 •Équipement : bras Pro-Ject 9 Carbon, cellule Nagaoka MP110 •Alimentation externe : 230VAC •Consommation : 10 W en service •Dimensions : 370 x 305 x 130 mm •Poids : 5,9 kg •Prix de la cellule Nagaoka MP110 seule : 150 €

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt

9


10

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

CLEARAUDIO Performance DC & TT5 L’ensemble Clearaudio que nous avons pu tester ne sera pas disponible avant la fin de cette année. Mais l’originalité technique qu’il présente valait que nous l’incluions dans notre dossier. En effet, il s’agit d’un package qui regroupe une platine Performance DC et un tout nouveau bras tangentiel baptisé TT5. Ce bras présente deux intérêts majeurs, sa méthode de fonctionnement simplissime et son prix étudié. La lecture d’un vinyle se heurte au problème de la position de la pointe de la cellule dans le sillon. Avec les bras traditionnels droits en rotation autour d’un pivot, la pointe décrit un arc de cercle entre le début et le fin du sillon ce qui crée une erreur de lecture. Un bras long réduit cette erreur par augmentation du rayon de l’arc décrit, mais une erreur subsiste.

Le principe du bras tangentiel apporte une réponse radicale à ce problème. Le fonctionnement du bras TT5 est très simple. Il est constitué d’un cylindre vertical de fixation, inséré et fixé lui-même dans un socle spécifiquement étudié pour être vissé sur la Performance DC. Sur ce cylindre est monté le support du bras sous lequel est installé un bras très court et très léger en fibre de carbone. Ce support est en deux parties coaxiales, une fixée au cylindre, l’autre pivotant autour de la première pour basculer le bras. Une fois le support parfaitement horizontal (niveau à bulle intégré), le bras glisse sans aucune friction le long d’un rail par deux roulements miniatures logés dans une gorge sous le support. Vous l’aurez compris, la rotation du vinyle va donc entraîner la pointe de lecture du début à la fin du microsillon. L’orifice du socle de la Performance DC où est inséré le cylindre de fixation du bras est excentrique. La rotation du socle permet ainsi de régler grâce à une jauge fournie la position du bras pour parvenir à la perpendicularité parfaite de la droite décrite par la cellule dans le sillon.

La Performance DC ouvre les portes du très haut de gamme au plus grand nombre. Cette platine Clearaudio nous ouvre à des sphères vinyliques supérieures par l’emploi de technologies innovantes. Son plateau de 40 mm en POM (polyoxyméthylène) repose sur un contre plateau en aluminium. Celui-ci est couplé à un roulement inversé CMB (Ceramic Magnetic Bearing) avec

4300 € palier en bronze, axe en céramique et suspension magnétique. Pas de contact donc au niveau de l’axe de rotation, et de fait beaucoup moins de bruit. Le socle à résonance contrôlée est un sandwich de bois fortement compressé entre deux plaques d’aluminium. Le moteur à courant continu est monté découplé dans le socle et entraîne le contre plateau par une courroie plate. La Performance DC repose sur des pieds en aluminium ajustables en hauteur.

Montée avec une cellule Concept MC, l’ensemble Clearaudio joue dans la cour des grandes platines. L’association avec un pré phono Clearaudio Smart Phono H V2 n’a absolument pas démérité, bien au contraire, même si la configuration avec le bras TT5 aurait explosé avec un pré phono plus sophistiqué. Il n’a pas fallu longtemps pour entendre la «différence», le «plus» apportée par la lecture tangentielle. Le phénomène perçu à l’écoute pourrait être mis en parallèle avec la qualité d’une mise au point en photographie. L’écoute du TT5 procure une sensation de netteté et de précision holographique remarquable, comme une photo


11

nette à l’infinie jusqu’au fin fond de l’arrière plan. C’est comme un infime flou, une imprécision presque subliminale devenue évidente et qu’on n’aurait pas forcément aperçue avec un bras pivotant. La Concept MC donne le ton au niveau de la justesse des timbres et de la splendeur des couleurs tonales. Yves Montand semblait être entre les enceintes en chantant «Les Bijoux», tout comme Sting interprétant «Roxanne» « unplugged » en concert sur le disque «The Secret Policeman’s Concert» se tenait debout à quelques rangs devant. La réponse dynamique est très large et notamment sur les signaux de très faible amplitude particulièrement bien définis. Les frottés pianissimo d’archer sur les violons durant l’Adagio de «la Symphonie du Nouveau Monde» dirigée par Karajan restent distincts avec une excellente différenciation des harmoniques. Cette proposition très originale d’un package Clearaudio livré avec une platine Performance DC, dont on connaissait le potentiel musical, et cet étonnant bras tangentiel TT5 nous a totalement emballés. Elle s’avère particulièrement alléchante, intelligente et redoutable pour la concurrence car même au prix proposé qui ne la destine pas à Monsieur Tout Le Monde, elle va bousculer la hiérarchie haut de gamme en place.

Spécifications

•Bras tangentiel TT5 : disponible fin 2015 •Entraînement : par courroie et moteur DC •Vitesses (tours/minute) : 33, 45 (78 en option) •Rapport signal sur bruit : 92 dB •Niveau de sortie Concept MC : 0,4 mV à 5 cm/s •Force d’appui recommandée : 2 g +/- 0,2 g •Séparation des canaux : > 30 dB •Impédance : 11 ohms •Adaptateur secteur : 230 VCA / 12 VDC •Consommation : 0,5 W (veille), 1,6 W (en service, 3,3 W maxi) •Dimensions : 420 x 330 x 143 mm (platine seule) •Poids : 11,5 kg •Prix cellule Clearaudio Concept MC seule : 700 €

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt


12

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

LENCO L-175 La société Lenco a été créée en 1946 par Fritz et Matie Laeng. La réputation de la marque fut notamment bâtie sur la fiabilité des platines et leur grande qualité de fabrication. Acquise en 1997 par le hollandais STL Group, elle couvre désormais toute l’électronique grand public. Connu des mélomanes aux cheveux blancs pour ses platines vinyles vendues également sous d’autres noms (Bogen, Goldring-Lenco), Lenco se fait rapidement un nom dans les années 50 avec des modèles comme la L60 avec un plateau de 4 kg, énorme pour l’époque. En 1970, la L75 adopte un innovant bras à contrepoids découplé, le modèle est un des best seller de la marque. Aujourd’hui le catalogue s’est élargi avec des enceintes Bluetooth, radio MP3, tablettes et autres caméras façon Go Pro. La platine L-175 est un modèle à entraînement direct, le plateau en aluminium et son couvre plateau en matériau caoutchouteux étant directement montés sur l’axe du moteur à courant continu. Le socle en bois à bords inclinés est surmonté d’une plaque de verre qui alourdit et amortit l’ensemble reposant sur des pieds souples. Le bras droit tubulaire monté sur pivots à roulements reçoit un porte-cellule amovible livré avec une cellule MM économique et un contrepoids de forme conique. L’arrière de la L-175 comporte l’interrupteur de mise sous tension, une sortie analogique par fiches RCA, deux interrupteurs

Spécifications

•Système d’entraînement : direct et moteur DC •Vitesses (tours/minute) : 33, 45 •Force d’appui recommandée : 2,5 g •Sortie numérique USB : 16 bits/48 kHz •Adaptateur secteur : 230 VCA / 24 VDC •Consommation : <1 W (veille), 25 W maxi (en service) •Dimensions : 420 x 340 x 110 mm •Poids : 5,1 kg

400 €

à glissière (sortie directe ou par le pré phono embarqué, mise en action d’un arrêt du plateau en fin de disque) et une fiche USB-B qui fournit le vinyle sous forme numérique (PCM 16 bits/48 kHz) grâce au convertisseur A/D intégré. Raccordée avec son pré phono, la Lenco se caractérise par une restitution alerte et légèrement lumineuse dans le haut. Les cuivres de batteries sur «Synchronicity» par Police sonnent clairs, on évite toutefois la monochromie sonore grâce à la définition correcte des détails harmoniques qui donne un minimum d’épaisseur au message. Les extrémités de la bande passante sont courtes sans que le médium ne soit mis en avant. Yves Montand chantant «les bijoux» n’a pas trop rajeuni pour autant et la chaleur de son timbre vocal est immédiatement reconnaissable. La dynamique est limitée et les attaques sont un peu sur la réserve, mais la Lenco fait illusion sur les timbales de l’Adagio de «la Symphonie du Nouveau Monde» de Dvorak dirigée par Karajan. Le potentiel musical de la Lenco L-175 ne demande qu’à s’exprimer, dommage que la cellule cheap freine ses ardeurs. Au final et avec une autre cellule, un bon choix musical et esthétique pour « microsillonneur » débutant.

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt


CD

SAT

TV

ORDINATEUR

PLATINE

DISCREET HUB DISCREET

iPHONE/ANDROID

LITÉ

DISTRIBUTION CD

SAT

TV

SÉLECTIONNEUR DE HIFI D’EXCEPTION DEPUIS 1978

HUB DISCREET

ORDINATEUR

PLATINE

iPHONE/ANDROID

CD

SAT

TV

ORDINATEUR

LITÉ HUB DISCREET

STREAMING TRÈS STREAMING HAUTE DEPUIS TRÈSQUALITÉ HAUTE QUALITÉ ® DEPUISet iPHONE iPhone© Android ™

DISTRIBUTION ET ANDROID ™

SÉLECTIONNEUR DE HIFI D’EXCEPTION DEPUIS 1978

LITÉ

Si 3 SERIES DISCREET

DISCREET

le système de streaming sélectionné pour vous garantit et distribue en exclusivité les marques

Liste de nos points de vente disponible sur laudiodistribution.fr

STREAMING

iPHON


14

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

MARANTZ TT15S1

Le monde du vinyle connaît une belle effervescence depuis quelques années, une opportunité inespérée pour les grands constructeurs de matériel audio qui en ont profité pour élargir leurs gammes de produits aux platines et accessoires associés. La Marantz TT15S1 a été commercialisée dès 2006, année encore balbutiante pour la galette noire. Le fabricant a néanmoins persévéré sentant que les foudres du microsillon gronderaient à nouveau.

La Marantz TT15S1 est née d’une collaboration entre Marantz Europe et Clearaudio qui fabrique le modèle dans son usine de Erlangen en Allemagne sous la marque Marantz.

Un design qui n’est pas sans rappeler la platine Clearaudio Emotion… … dont la TT15S1 reprend les ingrédients technologiques. À commencer par le socle réalisé dans une plaque en acrylique blanc satin, translucide, de 20 mm d’épaisseur. Il repose sur trois pieds en aluminium particulièrement massifs fixés rigidement au socle, des patins en feutre les séparent du support où est posée la platine. Un orifice à l’arrière du socle permet d’insérer le moteur synchrone disposant de son propre boîtier. Sa mise sous tension secteur est contrôlée par un interrupteur sur le boîtier. Un tore souple entoure le moteur mais quand il est bien installé, ni lui ni le tore ne touche le socle. Il entraîne par l’intermédiaire d’une courroie en silicone le plateau en métacrylate de 30 mm d’épaisseur recouvert d’un feutre. Une poulie à deux gorges en bout de l’arbre moteur permet de passer manuellement en 33 ou en 45 tours/minute.

Technique Clearaudio jusqu’à la pointe de la cellule Virtuoso MM Le plateau repose sur un roulement dont le palier en bronze poli reçoit un axe en acier trempé posé sur une bille en céramique. Le montage entièrement rigide des éléments du socle de la TT15S1 impose un support extrêmement bien amorti et isolé des sources de vibrations. Le bras est une variante du Clearaudio Satisfy. Le

tube droit en aluminium anodisé bascule autour de roulements au saphir d’origine suisse, le câblage est en Clearaudio Direct Wire ininterrompu depuis les fiches à brancher au dos de la cellule jusqu’aux connecteurs RCA, et l’anti-skating est magnétique. Marantz soigne le client en adjoignant de série une cellule Clearaudio Virtuoso Wood MM dont le corps est en ébène. Elle se fixe sur une première pièce en aluminium faisant office de lève-bras, cette dernière est ensuite vissée en bout de bras. Un palet presseur Souther Clever Clamp en plastique est également livré, cette petite pièce à deux francs six sous se place sur l’axe de rotation qu’elle pince pour plaquer efficacement le disque sur le plateau.


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

La platine Marantz fait preuve d’une belle nervosité sur les transitoires Écoutée alternativement avec un préampli phono Clearaudio Smart Phone H V2 puis un Creek OBH-15 MK2, la TT15S1 a dévoilé un caractère plutôt percutant et assurément vivant. La dynamique ne manque pas de vitamines, et cette bonne santé se ressent dans sa facilité à transmettre le rythme. Sur «Synchronicity» par Police, toutes les attaques émanant de la batterie (baguettes sur les caisses, frappe sur la grosse caisse) sont restituées avec une énergie communicative, et notre pied se met soudainement à battre la mesure. L’extrême grave en retrait et les extinctions de notes plus courtes avec la cellule Virtuoso MM qu’avec la Concept MC par exemple lui confère un petit côté brutal pas inintéressant du tout sur la musique moderne. Sur les voix, comme celle caractéristique d’Yves Montand chantant «Les Bijoux», la Marantz propose des timbres et des couleurs plutôt équilibrés. Tout juste note-t-on une balance tonale très légèrement en avant dans le haut du spectre (sifflantes légèrement brillantes) sans déséquilibre notable à l’écoute. La scène sonore qui s’installe paraît moins ample qu’avec les autres modèles haut de gamme de notre dossier, la faute à l’extrême grave en retrait ? La focalisation demeure cependant impeccable (Sting, Copeland et Summers sont bien à leur place sur «Synchronicity») et la définition très satisfaisante. Conçue et fabriquée par un des plus grands spécialistes actuels de la platine vinyle, la Marantz TT15S1 est un produit parfaitement abouti. L’esthétique est très réussie et les performances sonores sont au rendez-vous avec notamment un sens du rythme et une vitalité adaptés à la musique moderne.

1600 €

Spécifications

•Système d’entraînement : par courroie et moteur AC •Vitesses (tours/minute) : 33, 45 •Rapport signal sur bruit : 80 dB •Niveau de sortie Virtuoso Ebony MM : 3 mV à 1 kHz •Force d’appui recommandée : 2 à 2,2 g •Alimentation : 230VCA •Dimensions : 440 x 350 x 110 mm •Poids : 8,9 kg

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt

16


16

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

NUMARK TT250USB Spécialisée dans le matériel pour disc jockeys, la société Numark produit quatre platines vinyles dont ce nouveau modèle TT250USB équipé d’une sortie USB. Agitation nocturne ne rime pas avec écoute mélomane, mais un produit pour boîte de nuit peut-il néanmoins répondre à nos exigences audiophiles ? Créée en 1971, l’entreprise de Cumberland aux États-Unis s’est imposée auprès des pros de la nuit grâce à ses réalisations en accord avec les technologies du moment. On peut citer le DM1775, premier mixer pour DJ à sampler intégré, ou le DMC-1, software de simulation de sources pour DJ. Cependant le vinyle a toujours été un support de prédilection pour les DJs et la platine n’a jamais vraiment disparu de leur boîte à outils. La TT250USB est un modèle à entraînement direct. Le moteur synchrone piloté par quartz présente un couple très élevé qui permet un démarrage instantané. La vitesse de rotation est atteinte en moins de 1 seconde. Le plateau en fonte d’aluminium est recouvert d’un couvre plateau épais, il s’insère directement dans l’axe du moteur solidement fixé dans le socle en matériau synthétique. Un stroboscope illumine la périphérie graduée du plateau afin de contrôler la vitesse voire de la modifier avec le curseur de pitch placé sous le bras, une manipulation propre au DJ qui recherche l’enchaînement parfait entre deux morceaux. L’ensemble repose sur quatre pieds

Spécifications

•Système d’entraînement : direct et moteur AC •Vitesses (tr/mn) : 33, 45 avec réglage pitch +/- 10% •Pleurage et scintillement : 0,09% •Rapport signal sur bruit : 55 dB •Adaptateur secteur : 230 VCA / 12 VDC •Consommation : 15W (en service) •Dimensions : 450 x 352 x 124 mm •Poids : 7,5 kg

322 €

souples. Le bras en S est articulé autour de quatre roulements, son embase est réglable en hauteur sur une course de 6 mm. Le porte cellule amovible est équipé d’une cellule MM standard. La sortie USB convertit les vinyles en fichiers PCM 16 bits/48 kHz, un câble de modulation à fiches RCA fournit le signal corrigé au travers d’un préampli RIAA intégré. A l’écoute, le contrôle drastique de la vitesse de rotation insuffle un sens du rythme remarquable à la Numark qui donne le sentiment d’un tempo plus tonique que ses concurrentes à courroie. La qualité globale des timbres est satisfaisante malgré un équilibre à tendance ascendante qui rajeunit quelque peu le regretté Yves Montand. La scène sonore légèrement en arrière-plan présente une ampleur satisfaisante, l’image stéréo reste précise. Le remplacement de la cellule par un modèle plus adapté à une transcription audiophile qu’au « beats per minute » élèvera sans aucun doute les performances musicales de cette platine. La Numark TT250USB propose un éventail intéressant de performances récompensé par une restitution qui n’a absolument pas à rougir de la concurrence dans sa tranche de prix. Une découverte.

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt



18

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

PRO-JECT RPM9 Carbon

Parmi les sept gammes de platines vinyles proposées au catalogue du constructeur autrichien Pro-Ject, la série RPM est probablement la plus innovante, la plus audacieuse, la plus contemporaine. Tous ces « plus » ne seraient rien sans validation à l’écoute, et si le jury de l’EISA a décerné cette année le prix du meilleur produit « Platine Vinyle » à la RPM 3 Carbon, ce n’est pas sans raison. Au sommet de la gamme RPM, aux côtés de la reine RPM 10.1 Evolution (l’ultime aboutissement du concept RPM), prend place la RPM 9 Carbon. Une belle pièce de mécanique soigneusement mise au point par les ingénieurs de Pro-Ject pour remplacer la déjà excellente RM9.2.

Une conception entièrement fondée sur la masse élevée et l’équilibrage des éléments. Pro-Ject partage la démarche de très nombreux fabricants pour qui la masse et la densité des matériaux utilisés pour le socle et le plateau doivent être élevées, histoire de repousser les résonances récalcitrantes très bas en fréquence et hors du spectre audible. Et côté masse, la RPM 9 Carbon en impose. Son châssis en forme de goutte de plus de 9 kg est constitué d’un sandwich de MDF usiné par machine numérique et de billes en acier. Un traitement thermique est appliqué avant la mise en place d’un superbe revêtement de surface en fibre de carbone. Quant au plateau en aluminium massif, il reçoit une couronne inférieure amortissante en TPE (ThermoPlastic Elastomer) et pèse plus de 7 kg. Recouvert d’un couvre plateau en vinyle, il tourne autour d’un roulement inversé à bille en céramique à très faible friction. Le beau bébé est assis sur trois pieds massifs en aluminium à suspension magnétique, donc sans contact mécanique vertical. Ces pieds vissés sous le socle découplent la RPM 9 Carbon du support et permettent de régler son horizontalité.

Pro-Ject a équipé la RPM 9 Carbon d’un magnifique bras lui aussi en carbone. La platine est livrée avec un bras Pro-Ject 9 cc Evolution de haute qualité. Le tube conique en fibre de carbone à partir duquel il est réalisé contient de la fibre de carbone entrelacée qui réduit les résonances. L’embase à quatre roulements inversés pivote au sein d’un support en C qui améliore la précision de l’ajustement en hauteur du bras et de l’angle de suivi.

Plusieurs contrepoids cylindriques sont fournis et un connecteur DIN à 5 broches est monté sous l’embase pour y raccorder un cordon de modulation adapté. L’entraînement par courroie torique souple est assuré par un moteur synchrone externe posé sur une embase en acier très lourde. Il est alimenté en basse tension sinusoïdale reconstituée par une Speed Box intégrée qui convertit la tension continue issue du bloc secteur « plug in ». La vitesse est régulée et changée de 33 à 45 tours/minute électroniquement avec visualisation par diode LED bleue (clignotante pendant le changement de vitesse et fixe une fois la vitesse atteinte).

Pas de cellule fournie avec la RPM 9 Carbon, mais l’importateur dispose d’un choix de roi. Sans cellule livrée d’origine, la RPM9 nous a été livrée pour nos tests avec une Ortofon Quintet Black MC. La platine a été associée à un préampli phono Pro-Ject Phono Box RS pour rester en


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

19

2700 € famille. Après deux jours d’écoute afin de débrider la Quintet et la Box RS sorties de leurs cartons, la RPM 9 Carbon a commencé à chanter, vraiment. C’est d’emblée le suivi mélodique, le filé des notes et la densité tonale qui flattent les sens. Ça chante vraiment. Yves Montand sur scène à l’Olympia a retrouvé toute sa maturité, tout son charme vocal, tout son timbre, ce timbre unique pour lequel a succombé Simone Signoret, et on la comprend. Les mots sont prononcés jusqu’au dernier souffle, le lien entre les notes ne veut pas se rompre, on entend les prises et les fins de respiration, on frissonne. La plage de variations dynamiques est assurément large, très large. Les attaques sont franches sans paraître foudroyantes, car la RPM 9 Carbon propose une texture sonore extrêmement fluide, avec une palette « haute définition » de couleurs tonales. La partition de la batterie de Stewart Copeland sur «Synchronicity» sonne de manière plus dense. Les cuivres et les caisses produisent un éventail de sonorités plus variées les unes que les autres, l’ampleur du message croît avec réalisme holographique garanti. Proposée à moins de 2000 € sans cellule et à un peu plus de 2700 € avec une Ortofon Quintet Black MC, la Pro-Ject RPM 9 Carbon est un parfait exemple de platine haut de gamme accessible. C’est de la technologie de qualité, bien pensée et bien réalisée, faîte pour durer et pour prendre beaucoup de plaisir, longtemps.

Spécifications

•Système d’entraînement : par courroie et moteur AC avec Speed Box DC/AC •Vitesses (tours/minute) : 33, 45 (78 en option) •Rapport signal sur bruit : 75 dB •Équipement : bras carbone Pro-Ject 9 cc •Evolution, pas de cellule •Alimentation externe : 15 VDC / 800 mA •Consommation : <0,3 W (veille), 13 W max •Dimensions : 440 x 325 x 180 mm Poids : 16,7 kg •Prix de la platine sans cellule : 2000 €

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt


20

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

REGA RP3 & Elys 2 Très apprécié des audiophiles du monde entier, le fabricant britannique Rega met un point d’honneur à concevoir différemment des autres sans pour autant assommer financièrement le client. La platine RP3, que nous avons reçue équipée de la cellule Elys2 proposée « factory installed » en option, est un excellent exemple de cette approche originale. Sans chercher à réinventer l’eau tiède, Rega dépoussière les fondamentaux de la platine vinyle.

835 €

La platine RP3 n’est pas une nouveauté en soi puisqu’elle est apparue au catalogue Rega en 2011. C’est un milieu de gamme récompensé à de multiples reprises (What Hifi, Stereophile) qui préfigure la philosophie Rega reprise sur les platines haut de gamme du constructeur.

Courroie, quand tu nous tiens L’entraînement par courroie adopté par Rega sur toutes ses platines reste une technique largement utilisée par tous ses concurrents. On sait en revanche moins que c’est le hollandais Philips (encore lui…) qui a inventé les bases de ce principe en 1950 avec le modèle HX301a. L’ingénieur Louis Christian Kalff mit au point un système de transmission à partir d’un moteur séparé du socle de la platine, et de deux galets, un pour chaque vitesse 33 et 78 tours/minute. L’idée fut de relier ces trois éléments par une courroie qui frottait également sur un bon quart du plateau, par l’intermédiaire d’une poulie appelée «idler wheel» servant d’embrayage avec le moteur. Le système fut amélioré par la suite pour aboutir au moteur et la courroie entraînant directement le plateau ou le contre-plateau comme dans le cas de la RP3.

Remplaçante de la célèbre Planar 3, la RP3 en reprend l’esprit avec quelques améliorations techniques importantes. Le socle est différent de celui de la Planar 3 introduite sur le marché en 1978. Il est construit à partir d’une plaque très solide sur et sous laquelle sont positionnés deux renforts de 4 mm en matière phénolique extrêmement rigide. Ils couplent le bras et le roulement central, la rigidité est ainsi accrue et concentrée là où elle doit l’être. Cette technique parachevée avec le modèle RP10 rappelle la

«différence» de Roy Gandy qui prône la légèreté rigide plutôt que la masse d’un châssis très lourd. Le roulement est de nouvelle génération, il supporte le contre-plateau en matériau synthétique sur lequel le plateau en verre et son couvre plateau en feutre sont posés. Également utilisable avec l’alimentation haut de gamme optionnelle TTPSU, le moteur synchrone 24V à très faible bruit est monté de façon rigide dans le socle, sans découplage, tout comme le roulement. Seuls trois pieds en caoutchouc suspendent l’ensemble, il faudra donc attacher beaucoup d’importance au support sur lequel on posera la RP3. Le changement de vitesse manuel s’effectue par déplacement de la courroie sur la poulie du moteur. Le bras est désormais un RB303 dont le tube en aluminium très dense dissipe plus efficacement


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

les résonances. La platine fournie avec un capot peut être livrée sans ou avec une cellule Elys2 pour une différence de budget de 110 euros.

Des performances sonores plus en rapport avec une platine de prix supérieur Le duo RP3 et Elys2, associé à un pré RIAA Rega Fono, propose ce que nous oserions appeler l’alchimie sonore Rega, ce mélange subtil entre justesse de l’équilibre tonal agrémentée d’un petit extra de chaleur. Quand les voix sud-africaines du Ladysmith Black Mambozo entament «Homeless» avec Paul Simon, on a presque l’impression qu’ils sont à quelques pas devant nous. Leurs timbres nous enveloppent littéralement. Le team Rega sait aussi être rapide. Les cuivres de batterie frappés par Stewart Copeland sur «Synchronicity» sont restitués avec une définition très satisfaisante. Les impacts sont secs et énergiques, ils génèrent pas mal de détails qui construisent le paysage sonore. La batterie apparaît ainsi en arrière-plan dans le studio d’enregistrement même si l’effet de profondeur n’est pas aussi marqué qu’avec la platine Clearaudio ou la Pro-Ject. Sans être explosive, la dynamique est convaincante avec des cuivres expressifs sur le 3ème mouvement molto vivace de la Symphonie du «Nouveau Monde» de Dvorak. La cellule Elys2 démontre par la même occasion d’excellentes capacités de lecture sur ce genre de musique dense en informations. La technologie Rega plus complexe qu’il n’y paraît quand on découvre la RP3 démarque celle-ci de la concurrence. Associée à la cellule Elys2, la RP3 offre une écoute des plus musicales pour un prix somme toute mesuré. L’entrée dans le monde du vinyle par une grande porte.

Spécifications

•Système d’entraînement : par courroie et moteur AC •Vitesses (tours/minute) : 33, 45 (78 en option) •Niveau de sortie Elys 2 MM : 6,8 / 7,2 mV •Force d’appui recommandée : 1,75 g •Adaptateur secteur : 230 VCA / 24 VCA •Dimensions : 440 x 360 x 100 mm (platine seule) •Poids : 8,2 kg •Prix : 835 euros (le pack platine+bras+cellule), 725 euros (platine+bras), 180 € (cellule seule)

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt

21


22

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

TEAC TN-300 Le constructeur japonais Teac est bien connu dans les milieux professionnels grâce à la marque Tascam, et dans l’univers de la haute fidélité haut de gamme avec Esoteric. Il réalise sous son propre nom Teac des produits grand public de qualité dont cette platine TN-300 équipée d’une sortie numérique. La TN-300 est une platine à entraînement par courroie, une technologie très appréciée des audiophiles. Le socle en MDF est disponible en différentes finitions, naturel vernis, merisier vernis ou en couleur laquée (noir, rouge ou blanc). Il repose sur quatre pieds en aluminium avec entretoise et pied souples. Un roulement en inox dans une cage en bronze reçoit le plateau entraîné via une courroie en néoprène par un moteur à courant continu découplé. Les deux vitesses 33 et 45 tours/ minutes ainsi que la mise en rotation du plateau sont commandées par deux boutons placés près du bras. Un couvre plateau en caoutchouc couple le microsillon à la platine. Le bras droit à contrepoids axial et antiskating à molette est monté sur pivots à roulements. La coquille amovible en aluminium est livrée d’origine avec une bonne «petite» cellule MM Audio-Technica AT95E. La mise sous tension s’effectue à l’arrière de la platine, là où se raccorde le fil de l’alimentation «

Spécifications

•Système d’entraînement : par courroie et moteur DC •Vitesses (tours/minute) : 33, 45 •Pleurage et scintillement : 0,2% •Rapport signal sur bruit : 67 dB •Force d’appui recommandée : 2 g +/- 0,5 g •Niveau de sortie EQ THRU (cellule) : 2,5 mV +/- 3 dB •Niveau de sortie EQ ON (pré phono) : 155 mV •Sortie USB numérique : 16 bits/48 kHz •Adaptateur secteur : 230 VCA / 12 VDC •Consommation : 0,5 W (veille), 1,5 W (en service) •Dimensions : 420 x 356 x 117 mm •Poids : 4,9 kg

400 €

plug in ». Le constructeur a équipé la TN-300 d’un préampli phono RIAA, astucieux pour raccorder directement la TN-300 à un ampli intégré par exemple. Un commutateur est prévu pour passer outre ce préampli et utiliser un préampli phono externe. Une sortie USB-B permet également de numériser les galettes au format PCM 16 bits/48 kHz grâce à un convertisseur analogique vers numérique embarqué. En écoute autonome, sans préampli RIAA externe, la TN-300 produit un son dynamique et bien timbré. Sur «Synchronicity» du groupe Police, les impacts de baguettes sur la batterie sont restitués avec une énergie très convaincante. La bande passante large ne présente pas de fluctuation audible marquée, l’équilibre tonal très légèrement montant reste satisfaisant. La voix de Yves Montand sur «Les Bijoux» conserve de l’épaisseur sans nasillement gênant. La quantité de détails reproduits sur la gravure directe «Going Home» par The L.A. Four est la preuve d’une définition très satisfaisante. À moins de 400 euros, la platine Teac TN-300 est un produit polyvalent qui intéressera les jeunes audiophiles souhaitant découvrir le son vinyle en gardant l’option numérique à portée de câble USB…

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt



24

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

THORENS TD 203 La marque Thorens fait partie des légendes de l’histoire de la haute fidélité quand on évoque la platine vinyle. Fondée en 1883, l’entreprise suisse de Hermann Thorens a commencé par fabriquer des boîtes à musique avant de lancer son premier phonographe en 1903. Le modèle le plus emblématique de la marque reste la TD124 produite dès 1957, conçue pour les professionnels puis adoptée par les audiophiles. La TD203 est la plus récente production lancée en octobre 2014. Introduction à la platine haute fidélité Thorens de nouvelle génération, elle utilise la technique de l’entraînement par courroie avec contre plateau synthétique sur lequel le plateau en matériau composite repose.

circuit logé sous la platine. Le moteur est monté excentré et découplé sur une petite couronne cylindrique fixée de manière rigide dans le socle en MDF laqué. Ce montage permet le cas échéant de modifier la tension de la courroie par simple rotation de la couronne.

Un moteur excentré permettant d’ajuster la tension de la courroie

Le bras qui équipe la TD203 est un nouveau modèle, le TP82, à embase de type unipivot dont la pointe en carbure repose sur cinq minuscules billes. Le tube en aluminium est pré-équipé en usine d’une cellule MM Thorens TAS257, le contrepoids d’équilibrage excentré abaisse le centre de gravité

Commutable entre 33 et 45 tours/minute par un switch, la vitesse de rotation du moteur à courant continu est contrôlée électroniquement par un

Nouveau bras TP82 à embase unipivot, associé à une cellule maison


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

700 €

de l’ensemble. Un poids suspendu crée l’antiskating. La platine fournie avec un couvercle en Perspex transparent est livrée pour ainsi dire « plug and play ».

Ecoute vivante avec de la matière Associée au préampli phono Thorens MM008 ADC, la TD203 propose un son vivant, à tendance clair mais non exempt de matière. La voix de Montand chantant «Les Bijoux» conserve la maturité suffisante pour être crédible. Les timbres sont satisfaisants même si l’aigu manque de fouillé et de variété. Les cuivres de batterie sur «Synchronicity» par Police semblent un peu plus lourds qu’avec la Rega, ils résonnent un peu moins longtemps aussi mais sonnent «épais» comme il se doit et développent des couleurs tonales plausibles. La scène sonore paraît un peu plus proche qu’avec les platines plus coûteuses du dossier, un effet de présence s’installe qui n’est pas désagréable du tout. Proposée «prête à l’emploi» à moins de 700 euros, la séduisante Thorens TD203 s’installe habilement dans un créneau de prix où il existe peu de produits. Les performances sont globalement bonnes même s’il existe des modèles plus musicaux à peine plus coûteux.

Spécifications

•Entraînement : par courroie et moteur DC •Vitesses (tours/minute) : 33, 45 •Niveau de sortie Thorens TAS 257 MM : n.c. •Force d’appui recommandée : 2 g •Alimentation externe : 230VCA / 12 VDC •Dimensions : 400 x 320 x 92,6 mm •Poids : 3,5 kg

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt

25



ACCESSOIRES POUR PLATINES Car elles le méritent bien...


28

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

TOUT POUR LE VINYLE Clearaudio

Professional Analogue Toolkit

1000 €

Le montage et le réglage d’une platine qui arrive en pièces détachées sont toujours des moments délicats voire angoissants. Fixer la cellule en bout de bras puis l’aligner, équilibrer le bras, vérifier l’exactitude de la vitesse de rotation, bref autant de manipulations qui requièrent les bons outils. Clearaudio a concocté « la » valise adaptée à tous ces besoins, ou presque. Ce Toolkit inclut à peu près tout ce dont vous auriez aimé disposer à portée de main le jour du montage de votre platine... Niveaux, pèse-cellule électronique, jauge d’alignement pour bras de lecture, disque stroboscopique et sa source d’émission lumineuse, disque avec signaux de test, visserie et outillage divers, la liste n’est pas exhaustive mais l’essentiel est là. Il manque juste quelques contrepoids d’équilibrage pour atteindre la perfection. Pas donné, mais indispensable pour les vrais pros.

Notre avis :

Creek Audio

Pré phono OBH-15 MK2 Livré avec son alimentation murale universelle, le OBH15 MK2 emploie un nouveau circuit à base de transistors bipolaires sur la section MC et de circuit intégré sur la partie MM. Logés dans un boîtier en aluminium extrudé silver ou noir, les circuits disposent d’une adaptation de charge résistive et capacitive réglable par micro switches accessibles sous l’appareil. Les entrées MM et MC sur RCA sont indépendantes avec une borne de masse commune. Le OBH-15 MK2 produit un son délié, bien timbré et d’un bel équilibre. Écouté avec les deux technos de cellules, il demeure très transparent pour ne pas masquer leurs qualités mais également leurs défauts. La dynamique évolue librement, la palette tonale est soignée malgré un petit manque de chatoiement dans le fouillé harmonique. Un produit sérieux et sans mauvaise surprise.

Notre avis :

450 €

Spécifications : •Courbe de réponse :

0,5 Hz - 100 kHz à +/- 0,5 db •Gain MM : 40/50 dB •Gain MC : 60/70/80 dB •Séparation des canaux : > 70 dB •Impédance d’entrée MM : 47 KΩ / 100 et 200 pF •Impédance d’entrée MC : 100 et 510 Ω/100 et 1100 pF •Niveau de sortie : 6,1 V RMS maxi (100 Ω) •Poids : 1 kg •Dimensions : 95 x 60 x 180 mm


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

555 €

Notre avis : Spécifications : •Bande passante : 20 Hz- 30 kHz à +/- 2 dB •Niveau de sortie : 0,5 mV à +/- 1 dB (1 kHz) •Compliance : 18 mm/N •Impédance de charge : 100 Ω à 500 pF •Impédance interne : 8 Ω •Poids : 5,5 g •Force d’appui recommandée : 1,7 g

29

Goldring

Cellule Eroica LX

La célèbre marque de cellules fait son grand retour en France. Créée en 1906 en Allemagne par les frères Scharf qui fabriquent des phonographes, elle s’installe en Angleterre en 1933 et dévoile, en 1954, sa première cellule MM, la Goldring 500. L’Eroica LX d’aujourd’hui est un modèle à bobine mobile et faible tension de sortie. Elle utilise un aimant puissant au néodyme qui concentre le champ dans l’entrefer très étroit « pole shoe ». Cette configuration qui réduit les pertes magnétiques permet d’abaisser la masse de l’aimant et par conséquent celle de la cellule montée dans une coquille en Pocan, une résine polyster. Le stylet se termine par une pointe de lecture à profil Gyger II dont l’empreinte quasi « rectangulaire » duplique celle du burin graveur. Les signes particuliers de l’Eroica LX sont un son plein et matériel ainsi qu’une palette tonale très étoffée.

Lehmann

Pré phono Black Cube Produit depuis 1995, le Black Cube est un must du pré phono reconnu dans le monde entier comme une véritable affaire. L’appareil livré avec son petit boîtier d’alimentation universel, celui que nous avons testé, est « upgradable » en version SE avec une alimentation plus musclée disponible en option. Il devient carrément redoutable pour le prix. Tel quel, sa correction RIAA passive est insérée entre deux étages actifs à base d’amplis op THAT1510 à entrée différentielle et OPA134 à étage d’entrée à j-fet. L’adaptation de la charge est réalisée par micro switches sous l’appareil. Le petit boîtier amagnétique est amorti mécaniquement pour éviter toute microphonie. A l’écoute, le Black Cube est une électronique très dynamique bourrée de vie. La définition est élevée sans même considérer le prix du produit. L’écoute est fouillée, réaliste, on est pris dans le tourbillon musical. Alors, imaginez le résultat avec l’alimentation « de course »… Adopté !

Notre avis :

500 € Spécifications : •Gain : 46 dB (MM), 66 dB

(MC) •Séparation des canaux : > 85 dB (10 kHz) •Rapport signal sur bruit : 71 dB (MM), 63 dB (MC) •Impédance d’entrée : 100 / 1 K / 47 K plus 1 charge «custom» •Capacité d’entrée : 100 pF•Impédance de sortie : 47 ohms •Poids : 0,4 kg •Dimensions : 113 x 108 x 45 mm •Option alimentation PWX : 340 €


30

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

Moon

Pré LP 110 Le pré 110 LP est l’introduction Moon au monde du vinyle. Logé dans un élégant boîtier habillé d’une face avant en aluminium et disponible en silver ou en noir, l’appareil est structuré autour d’un schéma symétrique utilisant un ampli d’instrumentation INA163 et un ampli opérationnel LME49720 par canal. Les composants CMS triés et soudés sur un circuit imprimé double face à pistes en cuivre pur réduisent le trajet du signal pour un rapport signal sur bruit amélioré. L’adaptation de la charge et le passage entre MM et MC s’effectuent par straps en interne, le démontage du boîtier est donc requis. Le 110 LP restitue la musique avec rigueur et transparence. Du grave bien détouré à l’extrême aigu piqué, l’équilibre est roi. Il manque peut-être un soupçon d’onctuosité à une lecture toujours très définie, mais ça, c’est une affaire de goût.

Notre avis :

500 €

Spécifications : •Gain : 40 dB (MM), 60 dB (MC)

•Séparation des canaux : > 97 dB (1 kHz) •Réponse en fréquence : 20 Hz – 20 kHz à +/- 0,5 db •Rapport signal sur bruit : 104 dB (gain 40 dB), 87 dB (gain 60 dB) •Impédance d’entrée : 100 / 47 K •Capacité d’entrée : 0 / 100 pF •Niveau de sortie : 3 V RMS maxi (50 ohms) •Poids : 1,1 kg •Dimensions : 127 x 74 x 165 mm

Ortofon

Cellule Quintet Black Voici presqu’un siècle que la compagnie danoise a vu le jour. Sous le nom d’Electrical Phono Film Company, elle met au point le premier burin graveur monophonique en 1946, et la première cellule MC au monde en 1948. Ortofon A/S est créée en 1951 avec l’apparition de la SPU en 1959. La série Quintet qui remplace la série Rondo est apparue en 2013, c’est la plus récente gamme forte de cinq modèles à bobine mobile introduite au catalogue du fabricant. La Black est la plus performante. Logée dans un boîtier en aluminium et ABS, elle repose sur une pointe en diamant à profil Nude Shibata à l’extrémité d’un cantilever en boron, plus rigide et plus léger que l’aluminium. Le fil de la bobine est en Aucurum, un cuivre très pur de grade 6NX plaqué or. Signes distinctifs de la Quintet Black à l’écoute : beau délié dans la lecture, grande justesse de timbres, remarquable focalisation des sources sonores.

Notre avis :

720 € Spécifications : •Bande passante : 20 Hz25 kHz à - 3 dB •Niveau de sortie : 0,3 mV (1 kHz) •Compliance : 15 um/mN •Impédance de charge : > 20 Ω •Impédance interne : 5 Ω Poids : 9 g •Force d’appui recommandée : 2,3 g


La nouvelle série 800 Diamond n’est pas devenue meilleure par hasard. Elle a été améliorée par le changement 868 changements pour être précis. bowers-wilkins.fr

Découvrez la nouvelle série 800 diamond chez votre revendeur agréé: 01 · Hifi Link (Meximieux) - 04 37 86 33 04 06 · Easylounge Store (Antibes) - 04 97 21 76 91 13 · La Maison de la Hifi - 04 42 26 25 37 25 · Audio Fidélité (Besançon) - 03 81 88 09 11 31 · Play (Toulouse) - 05 62 73 53 63 33 · Club Hifi (Bordeaux) - 05 56 48 06 70 34 · La Boite à Musique (Montpellier) - 04 67 60 69 92 35 · Hifi 35 (Rennes) - 02 23 20 54 23 38 · Maurin Audiovisuel (Grenoble) - 04 76 47 79 81 44 · L’Auditorium (Nantes) - 02 40 20 53 09 59 · Sonor (Lille) - 03 20 14 50 30 66 · Audio Vidéo Passion (Perpignan) - 04 68 34 40 91 67 · Le Salon Acoustique (Strasbourg) - 03 88 32 51 48 68 · Les Artisans du Son (Mulhouse) - 03 89 46 43 75 69 · Musikit (Lyon) - 04 78 95 04 82 74 · Next Hifi (Annemasse) - 04 50 84 05 86 75 · Elecson KLS (Paris) - 01 43 40 34 84 75 · Présence Audio Conseil (Paris) - 01 44 54 50 50 77 · Espace Cinema (Mouroux) - 01 64 03 83 38 97 · Central Electronics (Ile de la Réunion) - 02 62 28 77 77

Pour tous renseignements: B&W Group France - 04 37 46 15 00 - info@bwgroup.fr


32

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

Pro-Ject

Pré Phono Box RS

800 €

Le Phono Box RS se démarque de la concurrence avec son double circuit d’égalisation répondant aux normes RIAA (la correction appliquée à l’industrie du vinyle depuis 1954) et DECCA (utilisée par quelques éditeurs comme Decca London, Archiv Productions ou Philips dans les années 60). Le schéma intégralement dual mono est basé autour du circuit SSM2019 d’Analog Devices en étage d’entrée à ultra faible bruit et du LT1010 de Linear Technologies en étage buffer, l’égalisation RIAA ou DECCA sélectionnée par un interrupteur en face avant étant passive entre les deux. L’entrée commune aux deux types de cellules MM et MC est dirigée vers un réseau d’adaptation d’impédance R et C. À noter le réglage de résistance de charge fixe par commutation de micro switches placés à l’arrière ou variable par un potentiomètre ajustable à la volée. A l’écoute, le pré Pro-Ject Phono Box RS propose une restitution superlative avec une très large bande passante, des registres très définis et une haute qualité de timbres. Mais dynamique un peu retenue dans l’absolu.

Notre avis :

Spécifications : •Courbe RIAA : 20 Hz – 20 kHz à +/- 0,15 dB •Gain MM / MC : 40 / 50 / 60 dB (RCA), 46 / 56 / 66 dB (XLR) •Rapport signal sur bruit : > 91 dB-A •Impédance d’entrée : 10 et 47 K (fixe), de 10 à 1,2 K (variable) •Capacité d’entrée : 100 / 200 / 300 / 420 / 520 pF•Impédance de sortie : 50 ohms •Poids : 2 kg •Dimensions : 206 x 72 x 210 mm

Rega

Cellule Elys 2 Assemblé in situ à la maison Rega, la cellule Elys 2 à aimant mobile est logé dans une coque en Pocan de couleur bleue, une couleur qui l’identifie immédiatement parmi les modèles du catalogue. Elle se fixe par deux voire trois vis sur les bras prévus à cet effet. Les bobinages utilisent une technique propre à la marque avec mise en parallèle de deux enroulements, ce qui permet de réaliser une économie de 30% sur les besoins en fil de cuivre. L’opération minutieuse est suivie d’une batterie de tests et de contrôles pendant 48 heures afin de s’assurer du respect des paramètres électriques. L’entrefer très serré d’environ 0,25 mm augmente la densité de flux magnétique. La pointe est à profil elliptique. Signes distinctifs de la Elys 2 à l’écoute : un bel équilibre général, une excellente dynamique, une lisibilité très satisfaisante et de la matière sur les notes.

Notre avis :

500 €

Spécifications :

•Niveau de sortie : 6,8 à 7,2 mV •Force d’appui recommandée : 1,75 g


Anot herdayi npar adi se

Per f or manc eDC

NanoPhonoV2

Smar tPhonoV2

Hi ghpr ec i s i onl evel gauge

Bas i c+

Ac c upowers uppl y+

Ac c es s oi r espourl er ĂŠgl age etl ' ent r et i en

www. c l e a r a udi o . f r


Performance sonore et design Sonus faber. Haut niveau de finition. Conception et fabrication en Italie. Parois latérales interchangeables.

6 Couleurs de Flans : .Bleu métalisé .Gris métalisé .Orange .Rouge .Blanc .Noir

Liste des revendeurs sur : www.europe-audio-diffusion.com - info@europe-audio-diffusion.com - 03.86.33.01.09


ENCEINTES ACOUSTIQUES

La musique a besoin d’interprêtes


36

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

AMPHION Argon0

900 €

La marque finlandaise, Amphion, propose une large gamme de petites enceintes de bibliothèque, de moniteurs de studio et, maintenant, quelques colonnes. Grâce à un style sobre et épuré, de jolies finitions, des grilles interchangeables de couleur, elle s’est fait remarquer sur de nombreux salons internationaux. Mais ses enceintes offrent aussi des performances sérieuses. Nous avons pu le vérifier avec la petite Argon0.

Amphion, n’est pas d’une consonance très heureuse pour les francophones, mais a un sens beaucoup plus glorieux qu’il n’y paraît. Dans la mythologie grecque, c’était le nom d’un des deux fils jumeaux de Zeus et Antiope. L’autre s’appelant Zéthos. Amphion devint un grand poète et musicien et, à l’instar d’Orphée, qui avait le pouvoir d’entraîner les animaux par son chant, il pouvait par le même moyen déplacer des pierres (extrait tiré de Wikipédia). Le reste de l’histoire est un plus dans l’esprit de la tragédie grecque, avec quelques morts et vengeances familiales, mais en tous cas, le lien avec la musique est tracé. La marque Amphion n’est certes pas grecque, mais s’intéresse donc à la musique. Elle officie aussi bien dans le secteur de la Hi-Fi que dans le domaine pro. On retrouve d’ailleurs sur tous ses produits, même ceux destinés au grand public, une conception qui s’apparente à celle de moniteurs de studio. Cela se remarque sur la petite Argon0 avec son tweeter logé au fond d’une large amorce de pavillon circulaire, ou encore dans la finition en peinture granitée mate, résistante aux traces et salissures.Cette petite enceinte de bibliothèque, que l’on pourra facilement installer de chaque côté d’un téléviseur ou d’un grand écran d’ordinateur, est un modèle deux voies, accordé en bass-reflex

Spécifications

•Type : compacte , 2 voies, bass-reflex, évent dorsal •Haut-parleurs : tweeter à dôme titane de 25 mm, boomer de 11,5 cm à membrane aluminium •Impédance nominale : 8 Ω •Sensibilité : 86 dB/1 W/1 m •Puissance recommandée : 25 à 120 watts •Réponse en fréquence (±3 dB) : 50 Hz à 20 kHz •Dimensions/poids : 25,9 x 13,2 x 22 cm/6 kg

par évent tubulaire arrière. D’une finition très propre et construite en panneau de médium de 19 mm, son ébénisterie intègre à l’arrière des pas de vis pour une fixation murale. Elle accueille deux transducteurs de qualité. Le petit boomer de 11,5 cm de diamètre est doté d’une membrane en aluminium, d’un solide châssis en métal moulé et d’un puissant moteur dont l’aimant ferrite est aussi large que la membrane. Le tweeter adopte de son côté un dôme en titane de 25 mm et dispose d’une chambre d’amortissement arrière. Sur le terrain, les Amphion0 sont parfaitement adaptées pour une écoute de proximité. En raison de leur petite taille, leur sensibilité est limitée et le grave n’est pas hyper profond. Cependant, il se débrouille déjà très bien, il a une tenue en puissance étonnante et se montre même assez généreux grâce à un renforcement dans le basmédium qui ajoute une touche de chaleur, certes artificielle, mais pas désagréable. Le reste du spectre est très propre, avec une subtile touche de brillance dans le haut du spectre. Les timbres sont équilibrés, les voix sont claires, les jeux des instruments acoustiques sont limpides, l’image stéréophonique est précisément focalisée. De plus, les Amphion0 sont très à l’aise sur de la musique moderne. Elles nous ont offert un excellent groove, à des niveaux sonores conséquents, sans aucune trace de désunion, sur le morceau «Beat Goes On» de Chill Bump.

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt


NOUVEAU

E L A R A UNE ÉCOUTE, UN STYLE

W W W. T R I A N G L E H I F I . C O M


38

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

La nouvelle série Opticon, dont on a beaucoup parlé cet été, est une démonstration de savoir-faire de la part du constructeur danois Dali, qui l’ancre définitivement parmi les acteurs les plus importants du marché de l’enceinte Hi-Fi, non loin des Bowers & Wilkins, Focal, Klipsch, JBL… Il s’agit d’une démonstration de savoir-faire, dans le sens, où elle met à la portée de presque toutes les bourses des technologies de haut-parleurs habituellement réservés au produit haut de gamme, et ce, sur des modèles «made in Europe» (plus précisément au Danemark).

Une construction optimisée pour offrir des performances de haut niveau pour un prix très compétitif

1700 €

DALI Opticon 6

Dali est l’étoile qui monte sur le marché des enceintes Hi-Fi. Avec sa nouvelle série Opticon utilisant des technologies de haut-parleurs, propriétaires, haut de gamme, et proposant des produits abordables, fabriqués en Europe, elle nous démontre qu’elle n’a plus grand-chose à envier aux cadors internationaux du secteur.

Cette gamme Opticon, compte sept références, dont trois enceintes colonnes parmi lesquelles l’Opticon 6, que nous testons ici, est celle du milieu. Proposée à moins de 2000 € la paire, l’Opticon 6 est déjà d’une carrure qui en impose. Elle utilise quatre haut-parleurs (2 boomers de 16,5 cm, un tweeter et un super-tweeter) dans une charge accordée en bass-reflex. La construction est particulièrement bien pensée afin d’offrir des performances de haut niveau tout en conservant des coûts de production maitrisés et donc un prix de vente très compétitif. L’ébénisterie (en panneau de médium de 19 à 25 mm d’épaisseur) adopte une finition simple avec un revêtement vinylique imitant le bois et une façade laquée, uniforme, avec juste un petit biseau sur l’arrête supérieure donnant une touche d’élégance. Cependant, la réalisation est soignée, tous les éléments sont précisément assemblés. Les deux évents tubulaires arrière sont même solidement vissés au coffret afin d’éviter les vibrations ou fuites d’air. De même, le filtre utilise des composants classiques, mais très largement dimensionnés (grosses selfs sur air, résistance céramique) dans un assemblage judicieux, presque artisanal, avec plaque support en isorel et câblage «en l’air».

Une combinaison de haut-parleurs directement inspirée du haut de gamme On retrouve sur les enceintes Dali Opticon, comme sur les modèles plus haut de gamme de la marque danoise, une section aigüe comportant un beau tweeter à dôme et un super-tweeter. Il s’agit d’une solution coûteuse pour détailler le haut du spectre. Sur la colonne Opticon 6, ces transducteurs sont de belle qualité. Montés au plus proche l’un de l’autre, ils sont reliés par une plaque en aluminium, sur un support en matériau synthétique, type ABS et non en métal comme sur les gammes Epicon ou Rubicon. Le tweeter dispose d’un large diaphragme en textile de 36 mm (suspension périphérique incluse) associé à un puissant moteur à aimant ferrite de 7 cm de diamètre. Il descend relativement


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

bas en fréquence (2,2 kHz) et il est épaulé, audelà de 14 kHz, par le super-tweeter, équipé d’un ruban d’environ 20 x 50 mm avec chambre d’amortissement arrière close. Les deux boomers reprennent quant à eux les célèbres membranes de teintes brunes, en pulpe et fibres de bois, et les circuits magnétiques SMC optimisés, propres à Dali. Eux aussi sont des éléments de belle facture, construits autour de solides saladiers en métal moulé et non en vulgaire plastique, avec de gros moteurs à aimant ferrite de 10 cm de diamètre pour 2 cm d’épaisseur. Ces deux boomers fonctionnent en tandem jusqu’à 800 Hz, tandis qu’un seul (celui du haut) poursuit jusqu’à la jonction avec le tweeter à 2,2 kHz.

Une restitution généreuse, forte et claire Sur le terrain, les Dali Opticon 6 sont des enceintes plutôt faciles à vivre, pas spécialement compliquées à alimenter (un petit intégré économique peut leur suffire), mais qu’il est aussi facile de pousser vers des performances de haut niveau grâce à un ampli haut de gamme. Nous avons notamment pu nous en rendre compte avec le Lyngdorf TDAI-2170 qui les a littéralement transcendées. Ces enceintes peuvent sonoriser de grand volume. Elles ont une bonne tenue en puissance. Les petits espaces ne leur conviendront pas forcément car leurs basses sont assez généreuses et pourront alors avoir tendance à devenir envahissantes. L’équilibre tonal que propose les Dali Opticon 6 est légèrement physiologique, avec un grave qui a de la corpulence, du poids et de l’impact. Les registres médium et aigu sont d’une agréable fraicheur, d’une belle fluidité, avec un peu de brillance dans le haut du spectre et une agréable clarté générale. La fusion de ces deux registres est très réussie et permet d’obtenir une image stéréophonique à la fois vaste, précise et ouverte. Les voix féminines sont très joliment retranscrites. Les Dali Opticon 6 ne sont pas tout à fait neutres, mais sont très vivantes. Outre leurs basses chaleureuses, elles offrent des timbres claires, propres et bien posés. Cela convient aussi bien à la musique classique notamment pour les sections de cordes d’orchestres symphoniques qui peuvent s’exprimer avec aisance, sans être coincées ou étriquées. Cela fonctionne aussi très bien sur de la musique Electro qui a besoin d’énergie, mais aussi de maîtrise pour ne pas devenir agressive. Les Dali Opticon 6 sont des enceintes polyvalentes, d’une conception fort soignée et intelligente qui en offre beaucoup pour leur prix tout en se montrant conciliantes et agréables à vivre.

Spécifications

•Type : colonne, 3,5 voies, bass-reflex, évents arrière •Haut-parleurs : super-tweeter à ruban de 17 x 45 mm, tweeter à dôme textile de 28 mm, 2x boomers de 16,5 cm à membrane en fibre de bois •Impédance nominale : 4 Ω •Sensibilité : 89 dB/1 W/1 m •Puissance recommandée : 25 à 200 watts •Réponse en fréquence (±3 dB) : 49 Hz à 32 kHz •Dimensions : 100 x 19,5 x 33 cm •Poids : 18,9 kg

Notre avis Construction

Performance

Musicalité

Intérêt

39


40

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

REGA RX3

La RX3 est une jolie petite colonne. Élégante et discrète, elle a aussi grand cœur et affiche un caractère plein de vitalité. Elle prouve, s’il en était encore besoin, que Rega est désormais aussi un constructeur d’enceintes Hi-Fi sur lequel il faut compter. Le constructeur britannique Rega est apprécié des audiophiles depuis plusieurs décennies pour ses platines vinyles et ses excellents petits amplis intégrés stéréo. Par contre, pour ce qui est des enceintes acoustiques, pendant longtemps ce n’a pas était son fort. Mais heureusement, les choses ont changés à partir de 2008 avec l’arrivée de la gamme RS. Le modèle RS10, sorti en 2011, confirma ensuite que Rega était sur la bonne voie. Et aujourd’hui avec les nouvelles RX1, RX3 et RX5, remplaçantes respectives des RS1, RS3 et RS5, la marque anglaise enfonce encore peu plus le clou.

1800 €

Un petit bijou d’enceinte colonne Le chemin parcouru par Rega dans le domaine de l’enceinte acoustique est fort intéressant. Patiemment, avec persévérance, sans dévier de son cap, la marque a développé ses idées, son savoirfaire restant toujours fidèle au même objectif qui se résume en deux mots : simplicité et musicalité. La RX3, plus petite colonne de la nouvelle gamme Rega, est ainsi une enceinte d’une grande maturité et particulièrement aboutie, tant sur le plan esthétique qu’au niveau de ses prestations sonores. Relativement discrète, elle mesure à peine 80 cm de hauteur pour 16 cm de large. Son ébénisterie arbore un luxueux habillage en placage de bois véritable, à la finition très soignée. La version ambrée (façon noyer), avec son grain et ses belles veinures, est superbe, mais des versions en bois clair ou teinté noir sont également disponibles. Par rapport au modèle RS3, les petits pieds proéminents, en bas, sur les côtés, ont disparu sans que cela ne semble affecter la stabilité de l’enceinte. L’ensemble est construit en panneaux de médium de 18 mm d’épaisseur et accordé par un évent bassreflex, dont l’embouchure en façade est protégée par un disque de tissu. Le test de la frappe avec la pulpe du doigt, fait entendre un son mat, très prometteur quant au comportement vibratoire de l’enceinte.

Une configuration deux voies et demie à partir de transducteur optimisés La RX3 fonctionne en configuration 2,5 voies à partir de haut-parleurs spécifiquement étudiés et optimisés par Rega. On retrouve la disposition qui est désormais la marque de fabrique du constructeur britannique : un transducteur de médium/grave en haut de la façade, surplombant le tweeter et un boomer, exclusivement dédié aux basses fréquences, sur un des flancs de l’enceinte. Le tweeter et le transducteur de médium/grave, sont implantés au plus prés l’un de l’autre, pour un bon calage en phase, reliés par une plaque métallique ajourée, qui aménage une protection en forme de triangle pour le tweeter. Le médium/ grave, de même que le boomer est, de son côté, abrité derrière un cache en tissu rond, monté sur un anneau métallique maintenu par de puissants aimants. Si le boomer de 12,5 cm (modèle Rega RR125.8), avec sa membrane rugueuse en pulpe de cellulose imprégnée, est très proche de celui de l’ancienne RS3, en revanche le médium/grave, est différent


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

et totalement nouveau. Portant la référence Rega DX-125, il possède une membrane en papier enduit et chargé, avec une ogive antitourbillonnaire solidaire du moteur. Le tweeter porte enfin la référence Rega ZRR (Zero Rear Reflection). Il est équipé d’une large chambre d’amortissement arrière, de forme conique, afin d’éviter les réflexions parasites à l’arrière du dôme.

À l’écoute : un talent rare Relativement facile à mettre en oeuvre et à alimenter, les Rega RX3 sont comme un met raffiné que l’on déguste en laissant parler ses sens. Nous les avons écoutées accompagnées d’un ampli Rega Elicit-R et d’un lecteur CD Rega Saturn-R. Contrairement à beaucoup de leurs concurrentes, elles ne cherchent pas la performance pure, mais avant tout le plaisir et la musicalité. Équipées de haut-parleurs de taille réduite, les RX3 ont d’ailleurs une tenue en puissance un peu limitée. Elles ne sont pas conçues pour ceux qui veulent sonoriser de grands espaces ou déchaîner les watts et les décibels sur de la musique Electro ou du Rap US rageur. En revanche, leur restitution est le fruit d’une savante alchimie entre douceur, spontanéité, chaleur, délicatesse et vitalité. Elles excellent particulièrement sur les styles de musique enregistrée en acoustiques ou de façon naturelle. Les Rega RX3 nous ont ainsi fait redécouvrir avec beaucoup de bonheur, un vieux disque de musique sacrée «Cant de la Sibil·la» (Astrée E8705) avec Montserrat Figueras et l’ensemble La Capella Reial dirigé par Jordi Savall. La transcription du second mouvement «Sibil·la Latine» était d’un charme hypnotique, nous plongeant dans l’acoustique religieuse de la chapelle où a été réalisée la prise de son. Les enceintes Rega sont en effet capables de délivrer une image sonore en trois dimensions, quasiment holographique. Même remarque sur le morceau «Hijaz» du Hadouk Trio, la définition de l’espace est tellement poussée, avec beaucoup de relief et de profondeur, que l’on en a parfois l’impression d’écouter un système d’enceinte multicanal. Il n’y a pourtant aucun effet de déphasage. La scène sonore est d’une disposition naturelle avec une belle ouverture et aération. Les jeux de percussions au début du morceau sont pleins de nuances, à la fois bien rythmés et tout en légèreté. Le son du doudouk, sorte de flûte à anche ou de petit hautbois, qui arrive ensuite, a des inflexions et des timbres presque humains ou animaux. Les RX3 ont ce talent de nous faire voyager au cœur de la musique et au plus près des interprètes.

Spécifications

•Type : colonne, 2,5 voies, bass-reflex, évent frontal •Haut-parleurs : Tweeter Rega ZRR à dôme textile de 20 mm, médium Rega DX-125 de 13,5 cm, boomer Rega PR125.8 de 12,5 cm •Impédance nominale : 6 Ω •Sensibilité : 89 dB/1 W/1 m •Puissance admissible : 100 watts •Réponse en fréquence (±3 dB) : n.c. •Dimensions : 16 x 80 x 25,8 cm •Poids : 11,5 kg

Notre avis Construction

Performance

Musicalité

Intérêt

41


42

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

RUSSELL K. Red 50

Toute jeune, avec seulement deux modèles d’enceintes compactes à son catalogue, la marque Russell K. a déjà séduit la presse britannique. Et pour cause, ses réalisations, très finement optimisées, rappellent beaucoup certains moniteurs de légende de la BBC.

1300 €

La jeune marque britannique Russell K. est née sous l’impulsion de Russell Kauffman un vieux loup de la Hi-Fi, qui compte plus 30 ans d’expérience dans ce domaine et a notamment été directeur technique chez le fabriquant israélien de haut-parleurs et enceintes haut de gamme, Morel. Elle n’a pour l’instant lancé que deux modèles, deux enceintes compactes, Red 50 et Red 100. Ces produits sont désignés en Angleterre et fabriqués en Europe, plus précisément en Pologne.

Une réalisation qui regorge de petites astuces audiophiles La Red 50, la «petite» de la gamme, que nous testons ici, est une deux voies compactes (ou de bibliothèque) qui regorge de plein d’astuces audiophiles. Son ébénisterie est habillée d’un très beau placage en bois véritable (ou revêtu de laque, selon la finition choisie) avec un baffle peint qui semble pouvoir s’en détacher et des vis apparentes. Elle fait immédiatement penser à la fameuse LS3/5A, une enceinte de monitoring conçue pour la BBC dans les années 70 et qui, selon les légendes audiophiles, est restée une référence pour beaucoup de spécialistes et amateurs. Construite en panneau de médium de 16 mm (19 mm pour le baffle support), cette ébénisterie est

plaquée sur ses deux faces (interne et externe) afin d’éviter le cintrage lors de variation d’hygrométrie ou de température, mais aussi permettre un meilleur amortissement des vibrations et résonnances parasites. Car pour éviter que le son ne soit étouffé, le volume interne ne comporte aucune autre matière amortissante. Il intègre juste un filtre acoustique, une plaque de bois percée d’une multitude de petits trous (comme chez le français Mulidine) qui sépare l’arrière du boomer de la sortie de l’évent tubulaire dorsal. Des haut-parleurs classiques, mais savamment tweakés Le tweeter est un modèle à dôme textile de 25 mm et à bobine en argent cuivré avec un support non pas en métal comme le laisse penser son apparence, mais en une résine chargée de fibre de verre. Le boomer, de 12,5 cm, reste pour sa part fidèle à la membrane en papier traité avec une bobine mobile de 25 mm, un moteur à double aimant et anneau de cuivre central pour éviter les effets de distorsion de Faraday. Enfin, le filtre est très étudié avec un montage d’atténuation de type Zobel pour le tweeter et un transformateur sur noyau pour le boomer. De cette manière, pour chaque haut-parleur, pas plus d’un


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

composant ne se trouve sur le trajet du signal.

Une restitution musicale très libre et expressive Cette conception, où chaque élément pouvant parasiter ou freiner la musique a été éliminé ou minimisé, se traduit à l’écoute par un sentiment de grande liberté et d’aération. La restitution des Russell K. Red 50 a de l’ampleur. Elle est très expressive, brillante même, légèrement emphatique, et donne la possibilité de couvrir un espace déjà relativement important, compte tenu de la taille réduite des enceintes. Les interprètes bénéficient d’une impression de présence assez exceptionnelle. On a la sensation qu’un voile, un écran de fumée, a été retiré entre nous et les artistes. La définition dans le registre médium est de très haut niveau avec une belle fluidité des timbres et un moelleux certains dans le haut-grave/basmédium. Les Russell K. pêchent un peu au niveau de la tenue en puissance, mais sont déjà capables de niveaux acoustiques conséquents et surtout, elles ont la classe, un vrai sens de la nuance et du phrasé musical. Elle devrait particulièrement plaire aux mélomanes amateurs de Classique ou de Jazz, mais ne se sont pas non plus inintéressantes pour de la Soul ou de la musique moderne.

Spécifications

•Type : enceinte de bibliothèque, 2 voies, bass-reflex, évent arrière tubulaire accordé à 55 Hz •Haut-parleurs : tweeter à dôme textile de 25 mm, boomer de 12,5 cm à membrane en papier imprégné •Impédance nominale : n.c. •Sensibilité : n.c. •Puissance recommandée : n.c. •Réponse en fréquence : 45 Hz à 22 kHz •Dimensions : 21,7 x 20 x 31 cm •Poids : 5,3 kg •Prix : à partir de 1 300 € la paire (grilles de protection des haut-parleurs en option : 170 € la paire)

Notre avis Construction

Performance

Musicalité

Intérêt

43


44

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

SONUS FABER

Chameleon B Les Sonus Faber Chameleon se sont fait remarque lors du salon High End de Munich, en mai dernier, grâce à leur design original et luxueux ainsi que leur esthétique personnalisable. Mais leur apparence séduisante est loin d’être leur unique qualité, elles ont aussi une vraie personnalité sonore, comme nous avons pu nous en rendre compte avec le modèle de bibliothèque Chameleon B. La série Chameleon constitue l’entrée de gamme chez le facteur italien d’enceintes acoustiques, Sonus Faber. Elle se compose de trois modèles : la belle colonne Chameleon T (2 300 € la paire) à quatre haut-parleurs, dont deux woofers de 18 cm ; la voie centrale Chameleon C (530 € l’unité), avec un boomer de 15 cm accordé par un radiateur passif ; et le modèle de bibliothèque Chameleon B (1 000 € la paire) que nous testons ici. Ces enceintes ont pour points communs des ébénisteries dont les côtés sont de section trapézoïdale et sont dotés de joues de couleur, que l’acquéreur peut choisir dans la teinte qu’il désire et changer à sa guise : noir, gris, bleu, blanc, rouge ou orange. D’où l’appellation Chameleon.

Une histoire d’artisanat et d’industrie à l’italienne La petite Sonus Faber Chameleon B est à notre avis le modèle le plus attractif de cette série, mais aussi une des petites enceintes de bibliothèque les plus réussies parmi les produits lancés en 2015. Nous avons eu l’occasion de visiter l’usine Sonus Faber et de constater que la Chameleon B est le résultat d’un superbe travail d’artisanat, dans la pure tradition de

l’industrie du luxe italien. Les coffrets, en panneaux de médiums de 16 à 19 mm, sont fabriqués dans une usine d’ébénisterie italienne. Une fois réceptionnés dans les ateliers Sonus Faber, ils sont intégralement tapissés par des mains expertes de feutre et d’une peau synthétique, façon cuir, du plus bel effet. Ils reçoivent également plusieurs pièces de renfort en plastique moulé et sont ainsi très bien immunisés contre les vibrations et résonnances parasites. Leurs joues rapportées, maintenues par des tétons sur embases caoutchoutées proviennent d’un fabricant italien de meubles de cuisine haut de gamme. Les haut-parleurs sont réalisés sur cahier des charges. Le boomer de 15 cm de diamètre est doté d’une membrane en polypropylène avec cache noyau en forme d’ogive, semble-t-il, en métal. Le tweeter utilise une bobine de 29 mm associée à un diaphragme dont la largeur totale (suspension comprise) atteint 36 mm. Après montage de ces haut-parleurs, dans les ateliers Sonus Faber, les enceintes Chameleon B reçoivent leurs derniers habillages et passe au contrôle de qualité acoustique piloté par un logiciel Clio de chez Audiomatica, une société italienne encore une fois…


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

Sonus Faber Chameleon B : des enceintes à haute valeur humaine ajoutée Les Chameleon B sont donc des enceintes à haute valeur humaine ajoutée et à l’écoute elles font preuve d’un très bon caractère. Leur restitution est chaleureuse, avec de bonnes petites basses, une image stéréophonique qui a de l’ampleur, des aigus définis et tout en douceur. C’est un cocktail tonique, de bonne humeur, particulièrement réussi et cohérent. Avec elles, tous les styles de musique passent avec égal bonheur, sans que l’on se pose de questions. Les Chameleon B réussissent le tour de force d’être relativement neutres, polyvalentes, tout ayant une vraie personnalité sonore, rayonnante et chaleureuse. En les écoutants, on ne s’ennuie pas une minute, car elles ont toujours quelque chose d’intéressant à apporter à la musique. On ne se fatigue pas non plus, car ces enceintes ne tombent jamais dans l’excès ou la caricature. La musique est simple, vivante, spontanée, avec de l’assise dans le grave, un registre médium très chantant, des timbres riches. Les Sonus Faber Chameleon B font partie des miracles de la Hi-Fi. Elles ne sont certes pas parfaites, mais conjuguent avec homogénéité, conviction et cohérence plein de paramètres que l’on trouve rarement réunis dans une même enceinte : élégance de la réalisation semi-artisanale, sérieux de la construction, performance sonore, musicalité et personnalité affirmée.

1000 € Spécifications

•Type : enceinte de bibliothèque, 2voies, bass-reflex, évent débouchant en dessous du coffret •Haut-parleurs : boomers de 15 cm à membrane polypropylène, tweeter à dôme textile de 29 mm •Impédance nominale : 4 Ω •Sensibilité : 87 dB/2,83 V/1 m •Puissance recommandée : n.c. •Réponse en fréquence (±3 dB) : 50 Hz à 25 kHz •Dimensions : 18,7 x 31,8 x 29,2 cm •Poids : 6,3 kg

Notre avis Construction

Performance

Musicalité

Intérêt

45


46

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

TRIANGLE Elara LN05

Avec sa nouvelle gamme Elara, la marque française Triangle, propose trois enceintes très abordables, à la fois compactes, élégantes et soignées. Nous avons eu la possibilité de tester son modèle colonne LN05 en avant-première.

900 €

La nouvelle gamme Elara du français Triangle se compose de quatre modèles, une enceinte de bibliothèque (LN-01), deux colonnes (LN-05 et LN-07) et la voie centrale (LN-02). Disponibles en finition laquée blanche ou noire, elles sont à des prix très abordables, compris entre 400 € et 1 200 € la paire. Pour autant, leur conception apparaît immédiatement fort sérieuse. Si la fabrication est chinoise, les enceintes Elara n’en gardent pas moins leur légitimité et leur origine française. Triangle a choisi de faire des produits simples, mais de qualité, à partir de composants qui lui sont propres. L’Elara LN-05 que nous avons reçue pour test est une colonne relativement compacte avec une touche d’élégance discrète bien dans l’air du temps. Elle est équipée de trois hautparleurs : un tweeter à dôme en soie tissée de 25 mm de diamètre et deux petits boomers de 14 cm, sérieusement motorisés. Autour de ces transducteurs, aucune vis n’est apparente. Le tweeter possède une petite amorce de pavillon.

Spécifications

•Type : colonne, 2 voies, bass-reflex, évent frontal •Haut-parleurs : tweeter à dôme textile de 25 mm, 2x boomers de 14 cm à membrane papier •Impédance minimale : 4,5 Ω •Sensibilité : 90 dB/1 W/1 m •Puissance admissible : 90 watts •Réponse en fréquence (±3 dB) : 47 Hz à 22 kHz •Dimensions/poids : 16,5 x 23,3 x 90 cm/12,7 kg

Les boomers sont dotés de membranes concaves en papier enduit et d’anneaux en matériau caoutchouteux. Cela donne un dessin très épuré, et permet aussi de limiter les effets de bords parasites. L’ébénisterie est accordée en bass-reflex par un petit évent tubulaire frontal et construite en épais panneaux de médium de 18 mm à 21 mm d’épaisseur. Elle est montée sur un large socle, qui assure une stabilité correcte. Toute sa façade peutêtre couverte par le cache en tissu fourni, maintenu par des aimants invisibles. Mais celui-ci est d’allure un peu trop économique, surtout dans sa version blanche, salissante. L’enceinte est à notre avis plus séduisante sans son cache. À l’écoute, les Triangle Elara LN05 ne sont pas des produits difficiles, ultra-transparents ou incisifs. Elles préfèrent la douceur et la générosité à la précision et à la haute définition. Leur restitution est spontanée, enjouée avec des graves chaleureux qui ont parfois un peu d’embonpoint, mais sont globalement très agréables. Sur de la musique Pop, du R’nB, les ELara LN05 sont particulièrement à l’aise. Elles savent délivrer un niveau sonore déjà conséquent avec un bon équilibre des timbres, des sonorités harmonieuses. Leur image stéréophonique, comme pour le reste, ne cherche pas la haute précision, mais elle est cohérente, bien en place. Les Elara LN05 sont donc des enceintes d’une conception sérieuse et sont fort sympathiques à l’écoute. Avec elle, on ne se prend pas la tête. La musique est restituée avec une bonne énergie et du rythme. Cela fait plaisir.

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt


nad masters

statement of the art

conçu pour les audiophile 2.0 24/192 NATIF . CONNECTIVITE NUMERIQUE UNIVERSELLE . DAC DIRECT DIGITAL ZERO JITTER AMPLIFICATEUR HYBRID DIGITAL ZERO-BRUIT . STREAMING RESEAU AUDIO HAUTE DEFINITION COMPATIBLE MULTI-ROOM BluOS . OPTION DE STOCKAGE POSSIBLE. APPS IOS + ANDROID

distributeur exclusif Z.A. La Géode - 20 rue des 4 vents - 91690 Guillerval - France - Tel. : + 33 1 60 80 95 77 - Fax : + 33 1 69 58 83 69 contact@francemarketing.fr - www.francemarketing.fr


Gamme CX Nouveau design, courbes épurées, performances audiophiles, la nouvelle gamme CX tire le meilleur de plus de 40 ans d’expérience haute fidélité.

PPL Importateur d’émotions®

www.pplaudio.com - Tél. : 04 50 17 00 49


AMPLIFICATEURS INTÉGRÉS Sans puissance la musique n’est rien...


50

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

DENON DRA-100

1000 € D’un format compact et d’un poids plume (seulement 28 cm de large pour 4,8 kg), le Denon DRA-100 soigne les apparences. Son coffret est en partie en plastique, mais il dispose d’une superbe façade «glossy» et son capot ainsi que son socle sont formés de deux épaisses plaques d’aluminium de 5 mm. Denon a déjà beaucoup d’expérience dans le domaine des amplis connectés. Ses amplituners Home Cinéma le sont depuis longtemps et il fut un des premiers (début 2011) à lancer une minichaîne AirPlay. C’était la CEOL. Cela se ressent immédiatement dans l’ergonomie du DRA-100. La sélection des sources, l’accès aux webradios se font facilement depuis le pavé tactile en façade. La télécommande de son côté permet d’entrer dans le menu de paramétrage. Ce dernier est lui aussi relativement simple. On n’y navigue sans difficulté depuis l’écran de l’appareil. La configuration de la connexion Wi-Fi se fait aisément d’autant que des modes automatiques (WPS et iOS) peuvent être activés à l’aide de petits boutons disponibles à l’arrière. Le DRA-100 comporte aussi une liaison Bluetooth et un port réseau Ethernet ne demandant aucun paramétrage. Il est homologué AirPlay, Spotify Connect et DLNA 1.5. Que ce soit depuis le réseau ou à partir de son port USB frontal, il est en mesure de lire des fichiers audio Hi-Res jusqu’en 24 bits/192 kHz ou DSD128 à 5,6 MHz.

Spécifications

•Puissance : 2 x 70 W sous 4 Ω, 2 x 35 W sous 4 Ω •Connectique : Wi-Fi, Ethernet, USB, Bluetooth AptX compatible NFC, 3 entrées numériques (2 optiques et 1coaxiale), 2 entrées analogiques, sortie casque, sortie subwoofer •Protocoles compatibles : AirPlay, Webradios, Spotify Connect, DLNA 1.5 •Dimensions : 28 x 10,4 x 33,7 cm •Poids : 4,8 kg

Avec le DRA-100, Denon propose un ampli intégré de 2 x 70 watts sous 4 ohms totalement tourné vers la modernité et les usages connectés. L’appareil est capable de lire des fichiers Hi-Res en PCM ou DSD, tout en étant compatible avec les protocoles réseau DLNA et AirPlay. Le pilotage de lecture DLNA peut se faire depuis un smartphone ou une tablette grâce à l’appli «Denon HiFi Remote». Il aurait été intéressant de pouvoir utiliser le système de gestion multiroom Heos by Denon, mais il semble que (contrairement à chez Yamaha) le rapprochement entre Hi-Fi, Home Cinéma et multiroom ne soit pas encore à l’ordre du jour chez Denon. En complément de ses liaisons réseau et sans-fil, le DRA-100 possède quelques entrés analogiques et numériques ainsi qu’une sortie subwoofer. L’intérieur de l’appareil est très épuré. Les circuits d’alimentation à découpage et les étages d’amplification, utilisant la technologie DDFA (Direct Digital Feedback Amplifier Technology), développée par les laboratoires CSR, ne prennent pas beaucoup de place. Sur le terrain, la puissance développée par le Denon DRA-100 n’est pas très importante et il peut être intéressant de l’associer à un caisson de grave. Cependant, la restitution sonore ne démérite pas. Cet amplificateur fera un bon compagnon pour des petites enceintes de bibliothèque. Il délivre de jolis timbres avec une belle définition. Le registre médium est agréable, d’une nature chantante. Les aigus sont à la fois doux, précis, et l’image stéréophonique est d’une bonne stabilité avec des dimensions réalistes. Le grave, sans être extrêmement profond, est dynamique et vif, présentant quelques rondeurs assez plaisantes. Le Denon DRA-100 est donc un amplificateur connecté agréable à utiliser et écouter. On regrette juste son prix un peu élevé.

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

CAMBRIDGE CXA80

51

1100 €

L’anglais Cambridge Audio est depuis plusieurs années un des constructeurs les plus appréciés des acquéreurs qui recherchent un appareil audiophile, d’une conception de très bonne qualité, pour un budget raisonnable. Son modèle CXA80 de nouvelle génération est en adéquation avec cette définition. Le CXA80 est annoncé pour une puissance de 2 x 80 watts sous 8 Ω et 2 x 120 watts sous 4 Ω, ce qui est déjà très confortable et permet d’alimenter à peu près tous les types d’enceintes classiques, du petit modèle de bibliothèque à la grosse colonne. L’appareil ne propose pas de fonctions «connectées», cela est réservé au lecteur de musique en réseau Cambridge Audio CXN, mais sa connectique tant en analogique qu’en numérique est déjà très bien fournie. En façade, une entrée pour baladeur et une sortie casque sont disponibles sur mini-jack. À l’arrière on remarque le port USB pouvant accueillir un dongle Bluetooth, l’entrée analogique symétrique sur prises XLR, la sortie subwoofer, ou encore l’entrée USB-Audio accompagnée d’un sélecteur donnant le choix entre un couplage de masse commune ou flottante. Le convertisseur intégré au Cambridge Audio CXA80 est un Wolfson WM8740, un modèle réputé pour sa musicalité, montant jusqu’à 24 bits/192 kHz. Il est interfacé avec un module Xmos asynchrone pour l’entrée USB. La construction des autres circuits est très soignée. La topologie est de type symétrique. Le gros transformateur toroïdal d’alimentation (11,5 cm de diamètre pour 7,5 cm de haut) prend place au centre entre les radiateurs en aluminium qui forment

comme une cheminée de refroidissement. Il est suivi de quatre condensateurs de filtrage spécifiques à Cambridge Audio, chacun d’une valeur de 6800 µF sous 63 V. Les transistors de puissance sont des modèles assez particuliers, des Sanken STD03N et STD03D, intégrant leur propre système de thermorégulation de la polarisation afin que l’amplificateur fonctionne en permanence aux meilleurs de ses capacités. À l’écoute, on retrouve la fluidité, la vivacité que nous apprécions beaucoup sur les intégrés stéréo Cambridge Audio. Par rapport aux modèles de précédentes générations, le CXA80 semble en outre avoir gagné en maîtrise et en nuance dans le bas du spectre. L’équilibre tonal est toujours très neutre, peut-être un peu sobre penseront certains, mais toujours clair et lumineux. Les timbres sont d’une grande définition, sans acidité ou embonpoint mal placé. Cet amplificateur Cambridge Audio ne cherche pas à imposer sa personnalité. Il détaille la restitution avec beaucoup de finesse et de transparence. L’image stéréophonique est superbement posée. Les chanteurs et musiciens sont à l’aise, ne semblent pas flotter et s’incarnent naturellement. Le Cambridge Audio CXA80 est donc un appareil, subtil, emprunt de flegme britannique, mais qui sait aussi se lâcher et faire passer les émotions. Un cocktail réussi.

Spécifications

•Puissance : 2 x 80 W sous 8 Ω, 2 x 120 W sous 4 Ω •Connectique : USB-Audio, 3 entrées numériques (2 optiques et 1coaxiale), 6 entrées analogiques (4 sur RCA, 1 sur mini-jack, 1 sur XLR), sortie casque, sortie subwoofer, sortie préampli •Dimensions : 11,5 x 43 x 34,1 cm •Poids : 8,7 kg

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt


52

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

LYNGDORF

TDAI-2170 Lyngdorf, dès les années 1990, a été un des premiers dans le monde de la Hi-Fi à s’intéresser de prés à l’amplification numérique et aux systèmes de correction de l’acoustique. Il possède aujourd’hui une des meilleures expertises dans ces domaines. Il nous livre aujourd’hui l’ampli stéréo intégré TDAI-2070, de 2 x 170 watts sous 4 ohms, un produit haut de gamme, parfaitement abouti et domestiqué, utilisant ces deux technologies.

2800 €

Un produit entièrement numérique, intelligent et parfaitement «domestiqué»

RoomPerfect, un système de correction pointu, mais facile à mettre en œuvre

Fini l’époque où les produits Tact Audio (l’ancêtre de Lyngdorf) donnaient l’impression d’être des bêtes de course audionumérique et faisaient presque peur. Le Lyngdorf TDAI-2170 est un produit haut de gamme parfaitement «domestiqué», ouvert au grand public, sobre, élégant, convivial et facile à utiliser. Les fonctions de l’appareil sont simples et évidentes. Sur la façade, on ne trouve qu’un petit bouton de veille, un gros potentiomètre de volume et une molette de sélection des sources, accompagnée d’un petit afficheur. Une télécommande accompagne l’appareil et donne accès à plusieurs modes d’égalisation «Voicing» ainsi qu’à des menus de paramétrage. Une appli de pilotage sous iOS est également disponible. Certes, les commandes avancées ne sont pas d’une ergonomie folle et le petit écran en façade affiche des informations assez succinctes et limitées, mais on n’a pas à y revenir tous les jours. Le paramétrage ne se fait normalement qu’une seule fois lors de la première installation.

Le système de correction acoustique RoomPerfect, intégré au Lyngdorf TDAI-2170, fonctionne de façon automatisée. Il suffit de brancher le microphone fourni avec son pied et lancer la procédure de paramétrage. Des informations s’affichent à l’écran pour guider l’utilisateur. Le seul petit bémol est le câble XLR du microphone qui se branche à l’arrière de l’ampli et non à l’avant sur un jack ce qui aurait été plus pratique. Lors de la phase de paramétrage, il faut tout d’abord placer le microphone au niveau du point d’écoute puis répéter l’opération en différents points de la pièce, de façon aléatoire, jusqu’à ce que le système annonce avoir acquis plus de 90% de connaissance de l’acoustique de la pièce (RoomKnowledge). En général, de six à neuf points de mesure suffisent. Contrairement au système comme l’Audissey MultEQ que l’on rencontre sur beaucoup d’ampli Home Cinéma, il n’est en outre pas nécessaire de placer le microphone de façon très précise. Au contraire, pour acquérir une connaissance complète de la pièce d’écoute,


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

Lyngdorf conseille de faire des mesures avec le microphone orienté dans plusieurs directions différentes, vers le plafond, les murs, le sol, dans les coins…

Des modules et évolutions adaptés aux temps modernes et à la musique dans le «Cloud» Dans sa configuration de base, le Lyngdorf TDAI2070 est déjà doté de plusieurs entrées analogiques et numériques (2 coaxiales et quatre optiques). Il possède aussi une sortie stéréo sur laquelle il est possible de connecter un second ampli de puissance ou un caisson de grave. Le menu du TDAI-2170 comporte d’ailleurs un réglage de fréquence de coupure pour un subwoofer et des enceintes satellites. On peut ensuite demander en option des modules HDMI, USB ou audio analogique symétrique. Le module HDMI comporte quatre entrées et une sortie compatibles ARC et CEC, donc parfaite pour fonctionner en liaison automatisée avec un lecteur de Blu-ray, une Box TV, un téléviseur, une console de jeu… Le module USB est l’équivalent d’un DAC USB audiophile. Il est prévu pour y raccorder un ordinateur et il accepte les flux PCM jusqu’à 32 bits/384 kHz ainsi que les flux numériques DXD ou DSD64 et 128. Enfin, le module analogique symétrique comporte trois entrées asymétriques supplémentaires sur RCA et une entrée symétrique sur XLR, toujours en stéréo, naturellement.

53

Des technologies d’amplification numériques optimisées et maitrisées Nous avons, comme à notre habitude, jeté un œil sous le capot du Lyngdorf TDAI-2170. Le châssis est solide, formé d’épaisses plaques d’aluminium. La construction est entièrement réalisée au Danemark et les circuits sont d’une grande propreté. À l’intérieur de l’appareil, ce n’est pas la crise du logement. Chaque composant semble avoir été soigneusement sélectionné pour ne conserver que ce qu’il y’a de mieux. Les circuits d’alimentation sont à découpage et les étages d’amplification fonctionnent réellement en numérique, non en simple classe D. Lyngdorf qualifie le TDAI-2170 de «True Power DAC». Cela signifie qu’il se comporte exactement comme un convertisseur numérique/analogique, mais avec une puissance de sortie suffisamment importante pour alimenter tous types d’enceintes acoustiques. L’avantage est que la dynamique du signal est intégralement conservée, quel que soit le volume, tandis que le bruit de fond est extrêmement bas. Il n’augmente pas avec le volume, comme nous avons pu le vérifier à l’écoute. Les étages d’amplification fonctionnent à partir d’une solution et de composants Equibit de chez Texas Intruments, en PWM à une fréquence d’échantillonnage de 390 kHz, sans aucune contre-réaction globale. Le réglage de volume de l’appareil leur permet de travailler jusqu’à +12 dB par rapport au 0 dB numérique, ce qui est très utile pour disposer de la pleine puissance sur des


54

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

enregistrements dont le niveau est faible. À cela s’ajoute un traitement ICC (Inter-sample Clipping Correction), propre à Lyngdorf, qui a pour but de prévenir les micro-écrêtages du signal numérique et de lui redonner toute son ampleur dynamique.

Lyngdorf TDAI-2170 : un intégré qui magnifie le potentiel des enceintes acoustiques Pour nos essais, nous avons tous d’abord procédé au calibrage RoomPerfect. Nous n’avons rencontré strictement aucune difficulté, ce qui est d’autant plus étonnant que les conditions de bruits extérieurs n’étaient pas idéales et auraient perturbé la plupart des systèmes de correction acoustique essayés jusqu’à présent dans nos locaux. La correction RoomPerfect étant désactivable à volonté, nous avons ensuite pu juger à loisir de son effet. Celui-ci apparaît immédiatement très net et positif. Mieux encore, il marche à merveille avec des enceintes placées dans les coins de la pièce. Nous avions à notre disposition pendant nos essais une paire de belles colonnes Dali Opticon 6, qui se laissent facilement aller à quelques débordements dans le grave. Le TDAI-2170 les a immédiatement matées et prises en main pour tirer les meilleures performances. À moins que l’on utilise les courbes d’égalisation «Voicing», l’amplificateur Lyngdorf ne cherche absolument pas à dénaturer la personnalité des enceintes, mais au contraire lui permet de s’exprimer pleinement. Lorsque le système RoomPerfect est désactivé,

Spécifications

•Puissance : 2 x 170 watts sous 4 ohms, 2 x 85 watts sous 8 ohms •Connectique standard : 2x entrées analogiques sur RCA, sortie préampli sur RCA, 2x entrées numériques coaxiales RCA, 4x entrées numériques optiques Toslink, sortie numérique coaxiale RCA, •Carte d’entrées USB, HDMI et XLR en option •Dimensions : 45 x 10 x 36 cm •Poids : 8 kg •Prix : 2800 € (version standard), 3300 € avec un module de connectique supplémentaire, 3700 € pour deux et 4000 € pour trois

le TDAI-2170 est déjà un bon ampli intégré. Sa restitution est d’une grande neutralité sans pour autant imposer trop de rigueur, de sécheresse ou de fermeté. Les timbres sont d’une bonne cohérence. La dynamique n’est pas exacerbée, mais le son est naturel et vivant, toujours très propre à la fois doux, léger et raffinée, sans aucune agressivité ou excès. La puissance disponible ne se traduit pas par une impression de force brutale. Elle ne paraît pas démesurée, mais l’appareil semble toujours très à l’aise même sur de grosses enceintes colonnes.

Et avec le RoomPerfect, qu’est-ce que cela donne ? Mais l’activation du RoomPerfect apporte des améliorations radicales, si bien qu’il est très dur de s’en passer ensuite. Les aigus gagnent en clarté et en lisibilité. Ils affichent une agréable et discrète brillance qui renforce l’impression de présence tout en restant doux. Le registre médium et l’ensemble du spectre paraissent encore plus fluides. Les timbres gagnent encore en cohérence. Surtout, les basses sont plus posées, plus fermes, dégraissées de tous leurs effets de lourdeurs, traînages ou bourdonnements. Elles ont plus de densité et d’impact tout en restant très souples. Le Lyngdorf TDAI-2170, avec son flegme danois, n’est jamais violent ou excessif. Enfin, l’image stéréophonique est totalement redessinée. Sa précision et sa focalisation sont grandement accrues. On ne perd pas en espace, mais les voix sont recentrées. Pendant nos essais, l’effet du RoomPerfect fut particulièrement flagrant sur le morceau «You’re Lost Little Girl» de The Doors. La voix de Jim Morisson souvent restituée de façon un peu éthérée est devenue d’une présence singulière, beaucoup mieux matérialisée, plus proche de nous, rendant hommage à la magie de l’interprétation et de la prise de son.

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt


www. hamysound. com TĂŠl . :0147884702 i nf ormati onsetpoi ntsdevente


56

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

YAMAHA A-S1100 Revenu en force depuis quelques années dans le domaine de la Hi-Fi, Yamaha propose désormais plusieurs intégrés stéréo haut de gamme, qui avec leur look volontairement vintage, évoquent quelques modèles de référence de marque comme Accuphase, McIntosh ou Luxman. L’A-S1100 un des derniers nés de la famille est aussi un des ses membres les plus accessibles. Le Yamaha A-S1100, proposé à 1 700 €, est le moins chers des amplificateurs à vumètres de Yamaha. Néanmoins, il n’a rien d’un «petit» appareil. Au contraire, il est déjà fort imposant et d’un poids qui frise les 25 kg. Vue de l’extérieur, sa qualité de construction force le respect. La façade en aluminium brossé est d’un dessin très soigné avec ses deux petits vumètres centraux, ses clés à bascule et ses boutons de réglage aux formes anguleuses. Les joues en bois vernis ajoutent un aspect fort luxueux. À l’intérieur, même si le câblage n’est pas aussi soigné que sur des modèles Accuphase, Luxman ou McIntosh, on constate que de gros moyens ont été mis en œuvre. La structure de l’appareil est de type double-mono, excepté pour le transformateur d’alimentation qui est commun aux deux canaux. Ce dernier est un énorme modèle en C, de 15 x 11 x 9,5 cm. Il est suivi de quatre capacités de filtrage, de 18000 µF/63 V chacune (ce qui est colossal), amorties par une grosse entretoise de mousse. Les étages de puissance, montés sur de larges radiateurs en aluminium extrudé, installés sur les flancs, fonctionnent en configuration double pushpull, à partir de transistors Mos-Fet à très forte capacité en courant (Sanken MLE20 et MJD20, 150 watts et 15 A max. chacun), selon un montage de type «Yamaha Floating Balanced», propre à la marque. Les fonctions de l’A-S1100 sont volontairement simples. Cet amplificateur ne possède pas d’entrée numérique, ni de connexion réseau. Il aurait presque pu être conçu au siècle dernier. Aussi, pour bien marquer son aspect intemporel et durable, Yamaha l’a doté d’une entrée phono avec sensibilité réglable, MM ou MC, ce qui est rare.

1700 €

À l’écoute, le Yamaha A-S1100 impressionne par sa force et sa maîtrise. Il est capable de tenir d’une poigne de fer des enceintes un peu difficiles. Ses basses sont profondes, très fermes, avec beaucoup d’impact. Les registres médium et aigu sont ultra-définis, d’une grande transparence et l’image stéréophonique est ample, majestueuse. Les timbres manquent d’un soupçon de douceur et d’onctuosité, mais ils sont assurément d’une extrême propreté. Sur le plan des performances pures, le Yamaha A-S1100 est irréprochable. Il est en outre d’une très grande neutralité, à l’aise sur tous les styles de musique. Un bon choix, pour ceux qui recherchent un amplificateur intégré très costaud, capable de driver de grosses enceintes, de délivrer une puissance importante avec classe et décontraction.

Spécifications

•Puissance : 2 x 105 watts sous 8 Ω et jusqu’à 2 x 220 watts sous 2 Ω •Connectique : 4 entrées analogiques, dont une phono MM et MC, 2 sorties préamplis, sortie casque •Dimensions : 43,5 x 15,7 x 46,3 cm •Poids : 23,3 kg

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

NAD

400 €

C316BEE

Fidèle à la tradition des petits intégrés stéréo NAD, le C316BEE est un appareil à l’apparence très sobre et économique, mais doté de circuits soigneusement optimisés pour offrir de très bonnes performances et une haute musicalité pour un prix ultra serré. Les audiophiles la connaissent bien NAD marque créée en 1972 à Londres. Son premier modèle, l’ampli intégré stéréo 3020, a marqué son époque et fut le produit le plus vendu de l’histoire de la Hi-Fi avec prés d’un million d’exemplaires écoulés. Le C316BEE, que nous testons ici est le descendant de ce petit prodige. Il n’est pas nouveau (son lancement remonte à quelques années), mais il reste un des intégrés audiophiles d’entrée de gamme les plus intéressants du marché. NAD est certes, maintenant, devenue canadienne, suite au rachat par le groupe Lenbrook. Mais elle a gardé la même philosophie. D’ailleurs, les trois lettres «BEE» en fin de la référence du C316 sont les initiales de Bjørn Erik Edvardsen, créateur du 3020. Comme son ancêtre, le NAD C316BEE est d’une approche minimaliste et va à l’essentiel. Doté d’un châssis très compact, avec une simple façade en plastique et un capot en tôle, il évite les fioritures inutiles. Ses fonctions sont également relativement basiques à l’image de la télécommande. Néanmoins, le panneau avant propose quelques éléments intéressantes. Outre les boutons de sélection des sources, on y trouve des réglages de tonalité grave et aigu (désactivables) et une entrée mini-jack pour un baladeur ou un smartphone. On remarque également que l’interrupteur général est placé à l’arrière. Cela encourage à laisser le C316BEE en permanence en veille, pour éviter le temps de chauffe à l’allumage, et obtenir immédiatement les meilleures performances musicales. Les intégrés NAD sont connus pour leur fiabilité et les circuits internes du C316BBE sont particulièrement propres. Il paraît évident que les efforts de la marque se sont portés en priorité sur la qualité des composants et non sur l’habillage. L’appareil possède un beau transformateur toroïdal (9,5 cm

57

de diamètre pour 5,5 cm de haut) couplé à deux condensateurs de 10 000 µF sous 63 V et à deux lampes halogènes. Ces derniers ont pour rôle de décupler les capacités en courant instantané de l’alimentation, appliquant la technologie PowerDrive-S exclusive à NAD. Le NAD C316BEE annonce une puissance de 2 x 40 watts en régime continu, mais serait capable de fournir 2 x 100 watts en régime dynamique sous 8 Ω et presque 2 x 200 watts sous 2 Ω ! Sur le terrain le NAD C316BEE n’est pas d’une puissance colossale, mais s’identifie immédiatement par sa restitution très énergique, dynamique et nerveuse. Il n’a pas son pareil pour réveiller des enceintes de bibliothèques ou des petites colonnes un peu trop sages. L’image stéréophonique n’est pas des plus précise, elle privilégie l’ampleur plutôt que la concision. Néanmoins, la définition est très correcte, les timbres ont du grain, de la matière et le NAD C316BEE a un sens du swing inégalé dans sa catégorie. Les amateurs de Rock devraient l’adorer, mais il ne démérite pas non plus sur de la musique Classique, du Jazz ou de l’Electro. Le NAD C316BEE est donc fidèle à la réputation de la marque. Il sait faire de la musique avec un enthousiasme communicatif, une spontanéité vivifiante et un sens du rythme qui ne se dément jamais.

Spécifications

•Puissance : 2 x 40 watts sous 8 ohms •Connectique : 6 entrées analogique, dont une sur mini-jack en façade, sortie casque •Dimensions : 435 x 80 x 287 mm •Poids : 5,52 kg

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt


a tribute to purity

NA8005 • Lecteur Réseau DAC USB Marantz s’est donné depuis longtemps pour mission de reproduire fidèlement la musique comme les artistes l’ont conçue à l’origine en nous offrant toutes les émotions de leurs auteurs. Pour perpétuer cette tradition, Marantz n’a eu de cesse d’améliorer ses gammes d’appareils stéréo. Le lecteur réseau NA8005 est doté d’un port USB et fait également office de DAC pour écouter votre musique préférée avec une grande pureté et un équilibre sans pareil depuis n’importe quel support de stockage. Extrêmement facile d’emploi grâce à son écran large et l’application Marantz Remote pour iOS et Android ; le NA8005 incarne le summum de la polyvalence. Découvrez la série primée 8005 de Marantz chez votre revendeur agréé le plus proche.

PM8005

SA8005

www.marantz.fr


SYTÈME HI-FI

C’est de concert qu’il faut jouer


60

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

LINN Majik 140 System La marque écossaise Linn maîtrise depuis longtemps la conception et la fabrication de tous les éléments d’une chaîne Hi-Fi, des platines vinyles aux enceintes acoustiques en passant par les lecteurs réseau et les filtres numériques. Ses réalisations peuvent être acquises séparément, mais sont spécialement optimisées pour fonctionner ensemble. Il nous a donc semblé logique de vous en présenter un système complet, composé de l’ampli/lecteur réseau Majik DSM et d’une paire d’enceintes colonnes Majik 140. Linn est une marque de Hi-Fi haut de gamme qui conçoit et produit tout à la maison, dans ses laboratoires et usines en Écosse. Si certaines de ses productions sont considérées comme des références en tant que maillons séparés, ses appareils sont aussi, et avant tout, conçus comme les éléments de systèmes parfaitement cohérents à la fois très simple d’utilisation, mais aussi mettant en œuvre plusieurs technologies propriétaires particulièrement avancées.

Linn Majik DSM : un lecteur réseau et ampli audiophile au look sage, mais aux technologies numériques de pointes Le Majik 140 System que nous avons testé se compose d’une paire de grosses enceintes colonnes Majik 140 et d’une électronique Majik DSM qui est à la fois un ampli intégré de 2 x 90 watts et un lecteur réseau (l’appareil existe aussi sous la version Majik DS, sans étages de puissance, intégrant uniquement la partie lecteur réseau). Le Majik DSM est d’une apparence très sobre, avec un châssis relativement compact, mais propose des équipements et fonctions particulièrement évolués.

5870 € Cela commence par une connectique configurable, prête aussi bien à accueillir les sources analogiques que celles numériques audio (entrées optiques et coaxiales) ou vidéo (prises HDMI). Parmi les nombreuses possibilités de l’appareil on remarque la possibilité de transformer une entrée Ligne en entrée Phono MM (MC en option), les sorties pour attaquer un caisson de grave actif ou des blocs de puissance extérieurs ainsi que la liaison Exakt Link, propre à la marque, permettant d’évoluer vers une configuration multi-amplifiée active. La partie lecteur réseau est elle aussi particulièrement polyvalente, elle est compatible avec les protocoles DLNA ou AirPlay et accepte les fichiers audio Hi-Res jusqu’à une résolution de 24 bits/192 kHz.

Un exemple d’intégration et de sobriété Sur le plan technique, la réalisation du Majik DSM est impeccable, sans luxe ni habillages ostentatoires, mais plutôt avec une approche qui fait penser à un appareil se destinant à un usage professionnel. Tous les composants sont développés en interne, jusqu’au moindre circuit


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

imprimé, même celui des liaisons HDMI. Ce qui explique le prix relativement élevé de l’appareil. Contrairement à ce que l’on a l’habitude de rencontrer dans cette gamme de prix, le Majik DSM est relativement léger (moins de 5 kg), car tout est minutieusement intégré et optimisé tandis que la part belle est faite au numérique. Le coffret possède une façade en fonte métallique évidée très sobre (on aurait aimé que ses boutons plastiques soient un peu plus luxueux) tandis que le châssis et le capot sont composés d’épaisses tôles (2 mm) pliées, ce qui lui confère une très bonne rigidité. À l’intérieur, on ne trouve pas de circuit d’alimentation linéaire avec transformateur toroïdal, mais un étage d’alimentation à découpage, de forte capacité en courant, disposant de son compartiment isolé. Il s’agit d’une solution plus légère, mais aussi plus coûteuse et compliquée à maîtriser, mais dont Linn est devenu spécialiste de longue date. Les étages d’amplification sont quant à eux fixés sur une série d’ailettes de refroidissement, en tôles ajourées, comme nous n’en avons jamais vu encore. Ils fonctionnent selon la technologie Chakra, propre à Linn, à partir de transistors bipolaires traditionnels (Sanken 2SA1386 et 2SC3519) qui jouent le rôle de «booster» en combinaison avec des modules DMOS «monolithic» de chez STMicroelectronics (TDA7293)

61

Linn Majik 140 : une solide colonne d’un étonnant rapport qualité/prix La Linn Majik 140 est une imposante colonne de prés d’un mètre de hauteur. Elle fonctionne en configuration quatre voies et ce qui saute immédiatement aux yeux est son module tweeter/ super-tweeter «2K Drive Array». Celui-ci est monté sur un support en matériau synthétique moulé, en haut de la façade, devant un réflecteur, ressemblant à une large bouche, qui optimise la directivité et limite les effets de bords. Il se compose d’un supertweeter à dôme en soie de 16 mm et d’un tweeter/ médium à dôme PU (polyuréthane). Les deux transducteurs sont protégés par de fines grilles métalliques. Viennent ensuite un boomer et un woofer de même taille, 16 cm de diamètre, mais de nature différente. Le boomer est un modèle Peerless à membrane en papier renforcé et châssis en tôle, fonctionnant en charge close. Le woofer utilise, quant à lui, un cône de structure sandwich papier/fibres de verre avec un châssis métallique moulé par injection et un moteur blindé. Il est accordé en bass-reflex par le gros évent tubulaire débouchant à l’arrière de l’enceinte. Encore une fois, ces deux haut-parleurs sont protégés par des grilles rondes, et non un cache frontal couvrant toute la façade, ce qui donne un style particulier et une élégance certaine à


62

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

l’enceinte, cassant un peu son aspect massif. L’ébénisterie est habillée d’un plaquage en bois véritable d’une finition haut de gamme. Plusieurs essences sont disponibles au choix. La structure est réalisée à partir d’épais panneaux de médium (jusqu’à 25 mm d’épaisseur pour le baffle support), renforcée par plusieurs cloisons et entretoises internes. Compte tenu de tous ces éléments, le prix de la Linn Majik 140 apparaît particulièrement compétitif.

Un produit éminemment convivial, mais aux possibilités très avancées et aux performances rares Le système Linn Majik est particulièrement convivial. Nous avons eu le loisir de l’essayer pendant plusieurs jours à domicile. Son utilisation est d’une grande simplicité. Tous les membres de la famille, même les enfants, l’ont immédiatement adopté tant ses commandes sont évidentes. La connectique extrêmement bien fournie du Majik DSM permet de raccorder toutes sortes de sources audio et vidéo et les fonctions réseau peuvent se piloter de plusieurs manières. On peut passer par l’application Linn Kinsky, un peu ancienne, ou se tourner vers sa version plus récente Linn Kazoo pour tablette et smartphone. L’interface de cette dernière est limpide et bien pensée. Il est également possible de lire de la musique directement depuis un appareil iOS ou un ordinateur Mac en mode AirPlay, ou encore de faire appel à une application tierce pour le pilotage DLNA. Il n’y a pas vraiment de restriction. En outre, le Linn Majik DSM dispose aussi d’une face cachée, de possibilités de paramétrage très

avancées, qui font toute la différence aussi bien en terme d’usage que de performance acoustique. Cela passe par un logiciel propriétaire, Linn Konfig, sur ordinateur Mac ou PC

Linn Konfig et Space Optimisation : pour optimiser votre système selon vos besoins, vos enceintes et l’acoustique de la pièce Destiné aux utilisateurs avertis ou aux revendeurs professionnels qui se feront un plaisir de venir installer et paramétrer votre système Linn chez vous, le logiciel Konfig donne tout d’abord la possibilité de renommer et assigner à sa guise toutes les entrées et sorties du Linn Majik DSM. Mais surtout, donne accès au menu «Space Optimisation» qui permet d’optimiser le fonctionnement de l’appareil selon les enceintes et l’acoustique de la pièce. L’interface pour ce faire est un peu fastidieuse et pas automatisée (un mode automatique avec microphone de mesure aurait été le bien venu), mais très efficace. On y enregistre les dimensions de la pièce d’écoute, la nature des murs, du sol et du plafond, la position des enceintes et la référence de ces dernières. Le système «Space Optimisation» calcule ensuite les corrections à apporter et génère une courbe d’égalisation que l’utilisateur a la possibilité de retoucher à partir de plusieurs filtres agissant sur la courbe globale ou à des fréquences précises avec intensité et facteur Q ajustables.

Le son Linn dans toute sa magie Le système Linn Majik DSM fonctionnait déjà à merveille avant que nous ayons effectué le réglage de «Space Optimisation». Mais il est devenu


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

réellement magique une fois paramétré. On retrouve avec lui le grand son Linn qui fait le succès de la marque depuis des années. La restitution est à la fois vivante et parfaitement maîtrisée. La définition de l’image et des timbres est exemplaire pour un système à ce prix. Tout est bien en place, la scène n’est pas vaporeuse, mais au contraire très stable tout en conciliant une très belle sensation d’espace. Votre chanteur ou chanteuse préféré reste bien campé au centre, entre les enceintes. Il ne se balade pas aléatoirement de gauche à droite ou de haut en bas selon la hauteur des notes. Ses musiciens gardent leur position en arrière-plan, donnant une très bonne impression de profondeur et de relief. Les différents registres, bien que les enceintes soient des modèles quatre voies, sont d’une grande cohérence. La transition se fait de façon imperceptible entre chacun d’entre eux. Aucun ne joue plus fort qu’un autre. La restitution est toujours très propre, jusqu’à des volumes sonores très importants. L’aigu associe précision et douceur, ne dérape jamais vers de l’agressivité. Enfin, le bas du spectre est toujours un des gros points forts de Linn. Il a une densité, une puissance, une aisance, une matière que l’on ne retrouve pas chez d’autres marques. Musclé et nuancé, il donne une assise et des fondements très stables, inébranlables, à la restitution sonore. Imposant, généreux, il évite aussi les effets de lourdeurs ou d’embonpoint. C’est du grand art. Vous l’aurez compris, le Linn Majik 140 System et un ensemble haut de gamme, de grande classe, avec lequel nous nous sommes régalés tant à l’usage qu’à l’écoute. En conséquence, nous lui attribuons notre label coup de cœur sans aucune réserve.

Spécifications Linn Majik DSM

63

•Puissance : 2 x 90 watts •15 entrées analogiques et numériques sur prises minijack, RCA, coaxiales S/PDIF optiques Toslink et HDMI •Entrée phono MM •Sorties casque, subwoofer et préampli •Deux liaisons Linn Exakt et système de calibrage «Space Optimisation» •Lecteur réseau compatible DLNA, AirPlay supportant les fichiers PCM jusqu’à 24 bits/192 kHz •Connexion réseau par Ethernet •Prix : 3 530 €

Spécifications Linn Majik 140

•Type : enceinte colonne, 4 voies, bass-reflex •Haut-parleurs : super tweeter à dôme soie de 16 mm, tweeter/médium à dôme PU de 30 mm, boomer de 16 cm à membrane papier, woofer de 16 cm à membrane sandwich fibre de verre/papier •Dimensions : 25 x 97,5 x 33,5 cm •Poids : 21,3 kg •Prix : 2 340 € la paire

Notre avis Construction

Fonctions

Qualité du son

Intérêt



POUR RÊVER UN PEU

Les ON-TopModels de l’audio High End


66

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

AVANTGARDE ACOUSTIC

Zero 1

Enceinte active et sans-fil avec 500 watts et 3 transducteurs à haut rendement. Prix : 12 000 € la paire On en parle sur on-mag.fr


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

BANG & OLUFSEN Beolab 90

LancĂŠe pour les 90 ans de la marque. Enceinte active et sans-fil avec amplificateurs de 8 400 watts et 18 transducteurs. Prix : non communiquĂŠ - On en parle sur on-mag.fr

67


68

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

BOWERS & WILKINS 803 Diamond D3

Enceinte phare de la nouvelle 800 Series Diamond 3. Nouvelle têtes en aluminium, transducteur Continuum, ébénisterie inversée. Prix : 17 000 € la paire On en parle sur on-mag.fr


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

CLEARAUDIO

Master Innovation + TT1

Platine vinyle lestée d’un plateau de 36 kg, avec bras tangentiel. Prix : à partir de 25 600 € On en parle sur on-mag.fr

69


70

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

FOCAL

Sopra n°1 & 2

Enceintes haut de gamme « made in France », équipées d’un le tweeter avec charge arrière infinie de type pavillon inversé. Prix : 8 000 et 12 000 € la paire On en parlera sur on-mag.fr


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

THE GRYPHON Diabo 300

Amplificateur intégré de 2 x 300 watts. Prix : 15 000 € On en parle sur on-mag.fr

71


72

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

LINN

530 Exakt

Enceintes actives et sans-fil avec housses imprimĂŠes interchangeables Prix : 16 100 â‚Ź la paire On en parle sur on-mag.fr


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

McINTOSH

74

C47, MC152, MCT450, MHP1000 et XR50 Chaîne McIntosh complète avec lecteur CD/SACD, préamplificateur stéreo, amplificateur deux canaux de 150 watts, casque et enceintes 3 voies. Prix : environ 30 000 € - On en parle sur on-mag.fr


74

ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

WILSON AUDIO Sabrina

Enceintes trois voies dotées d’ébénisterie X-Material. Prix : 21 500 € la paire On en parle sur on-mag.fr


ON Magazine - Guide Hi-Fi 2015

YG ACOUSTICS Hailey 1.2

Enceintes trois voies, dont le coffret et les membranes des haut-parleurs sont usinés dans la masse de blocs d’aluminium. Prix : 50 000 € la paire On en parle sur on-mag.fr

75


L ’

LA GAMME OPTICON

M

U

S

I

Les grands tableaux appartiennent aux musées, les œuvres théâtrales méritent une belle scène et les œuvres musicales doivent être écoutées grâce à des enceintes acoustiques qui admirent l’art musical: Entrez chez OPTICON

C

A

L

Chez DALI nous croyons que l’enceinte est la galerie d’art du son, la musique reste intacte, elle est reproduite tel que l’artiste l’a souhaité, mise en valeur dans sa présentation ; le spectre sonore est vaste ; les nuances et les timbres varient mais OPTICON est le canevas qui célèbre l’ensemble : un son éblouissant, manufacturé pour vous. www.dali-speakers.com/opticon