ON-mag : Guide Hifi pour tous 2020

Page 1

mag Edition 2020/2

HiFi POUR TOUS

21

TESTS platines vinyles, amplis, enceintes, accessoires...


*Au-delà du son

*

ENCEINTES HAUTE- FIDÉLITÉ

I

CH O R A

La ligne Chora offre à tous les amoureux de musique un son pur, ample et généreux, servi par un design moderne. La membrane Slatefiber exclusive des haut-parleurs combine innovation, performance et caractère avec son effet « ardoise » unique.

Entrez dans la Haute-Fidélité Découvrez l’expérience Focal chez un de nos revendeurs : www.focal.com/store


3

ON mag - hifi pour tous 2020

SOMMAIRE AMPLIFICATEURS STÉRÉO

ACCESSOIRES

p.6 : Denon PMA-150H p.8 : Cambridge Audio CXA81 p.10 : NAD D3020 V2 p.12 : Taga HTA-700B V.3

p.58 : Audioquest PowerQuest 2 et 3 p.62 : Chord Electronics Huei p.64 : Ortofon MC Quintet Blue p.58 : Viablue Spikes et Absorbers

PLATINES VINYLES p.18 : Audio-technica AT-LP5X p.22 : Edwards Audio TT5 p.24 : Perpetuum Ebner PE 1000 p.28 : Pro-Ject X1 p.30 : Roberts RT200 ENCEINTES ACOUSTIQUES p.34 : Amphion Argon 1 p.36 : Dali Menuet SE p.38 : Davis Mia 20 p.40 : JM Reynaud Lucia p.44 : Martin Logan Motion 15i p.46 : Q Acoustics Q3030i p.48 : Triangle Borea BR08 MINICHAÎNE HIFI p.54 : Yamaha MCR-B270/370

Ce magazine vous est offert par ON-Mag.fr Vous avez le droit de le consulter, l’imprimer, le diffuser, le redistribuer dans son intégralité sans restriction. Cependant, tout découpage, tout retrait et toute modification sont interdits sauf autorisation préalable de notre part. Communication : Manuel Courbo (régie Catset), mcourbo@gmail.com, 06 61 09 14 46 Rédaction : Alexandra Bellamy, Manuel Courbo et Pierre Stemmelin



LES AMPLIFICATEURS


6

ON mag - Hifi pour tous 2020

DENON

1200 €


ON mag - Hifi pour tous 2020

7

PMA-150H Le Denon PMA-150H est un petit amplituner Hifi moderne extrêmement bien connecté. Sous un gabarit compact, il intègre un lecteur réseau Heos, propre à la marque et particulièrement riche en fonctionnalités tandis que ses étages d’amplification numériques délivrent une puissance de 2 x 70 watts sous 4 ohms, déjà confortable. par Pierre Stemmelin

Le PMA-150H est le plus gros des amplis de la série Design de Denon. Il n’en demeure pas moins très compact dans son élégant châssis au format «boîte à chaussures». Ce dernier bénéficie d’un habillage luxueux et fort soigné. Il est doté d’une façade noire brillante avec afficheur Oled monochrome et pavé de commandes tactiles ainsi qu’un capot et un fond en aluminium satiné de 5 mm d’épaisseur. Le Denon PMA-150H n’est pas compatible Chromecast Audio. Il est effectivement plus rapide de dire ce qu’il ne fait pas. Pour le reste, il est difficile de se plaindre. AirPlay 2 et Spotify Connect répondent présents. Le pilotage vocal depuis un appareil Alexa ou Google Assistant est possible tandis que l’application de pilotage multiroom Heos, propre à Denon et Marantz, donne accès à Deezer, Tidal, Napster, Soundcloud, Amazon Music ou encore TuneIn pour les webradios. La lecture des fichiers audio disponibles sur le réseau local en mode DLNA est aussi possible, même si ce n’est pas la fonction la mieux mise en valeur sur l’appli Heos. En plus du tuner FM/DAB intégré, la connectique du Denon PMA-150H est assez polyvalente. Elle comporte une prise casque de qualité (avec gestion du gain), plusieurs entrées analogiques, le Bluetooth AptX et des entrées numériques d’une résolution montant jusqu’au 32 bits/384 kHz et DSD256 (11,2 MHz). Tout ce petit monde ainsi que les fonctions réseau se gèrent simplement depuis la télécommande, le pavé tactile en façade, les menus déroulants de l’afficheur ou encore depuis un smartphone. Le PMA-150H est très agréable et facile à utiliser. Sur ce point, Denon a tout compris. Pendant nos essais, nous n’avons rencontré qu’une seule fois une coupure de son. Il faut juste penser à allumer manuellement l’appareil pour qu’il soit disponible et reconnu sur le réseau. À l’intérieur, les circuits privilégient une approche tout numérique. Ils font état d’un haut niveau d’intégration et d’une implantation très propre. L’alimentation possède un petit transformateur en C ainsi qu’une section à découpage de forte capacité. En entrée, on trouve une puce de réception Xmos haut de gamme (8U7C10), une interface de suréchantillonnage AKM (AK4137) et un ADC Burr Brown (PCM9211). En sortie est présent

un convertisseur Burr Brown audiophile (PCM5120) et des étages de puissance pilotés par une puce Qualcomm DDFA (CSRA6620). Ces derniers revendiquent 2 x 35 watts sous 8 ohms et 2 x 70 watts max. sous 4 ohms.

Un ampli Hifi compact, ultra connecté et qui en a un peu dans le ventre Le Denon PMA-150H est parfaitement à l’aise pour alimenter de petites ou grosses enceintes de bibliothèque ou encore de petites colonnes. Nous l’avons entre autres raccordé (avec des câbles AudioQuest Rocket 33) à une paire de JBL L100 qui vaut cinq fois son prix. Cela nous a permis de voir ses limites. Il n’a absolument pas été ridicule. Il délivre un son qui a la pêche avec des timbres bien équilibrés, ne mettant pas un registre en avant au détriment d’un autre. Ses basses sont un peu courtes, mais d’une bonne tenue, avec de la dynamique. Le niveau de détails est correct. L’image stéréo est stable et concise. Le son est propre, sans stridence ou crispation. Le Denon PMA-150H ne cherche pas l’ultra haute performance, mais il est plaisant à écouter.

n

Spécifications

•Type : ampli Hifi connecté Puissance : 2 x 35 watts sous 8 ohms, 2 x 70 watts sous 4 ohms •Connectique : 2 entrées Ligne analogiques, une sortie subwoofer, 2 entrées numériques optiques, entrée numérique coaxiale, port USB-DAC, port USB-Host, Bluetooth AptX, antenne FM/DAB, Wi-Fi, Ethernet •Résolution numérique : jusqu’en 32 bits/384 kHz et DS256 (11,2 MHz) •Fonctions réseau : AirPlay 2, Spotify Connect, Heos, DLNA •Consommation électrique : 60 watts •Dimensions : 280 x 337 x 104 mm •Poids : 4,8 kg

Notre avis Construction

Fonctions

Performances

Musicalité


8

ON mag - Hifi pour tous 2020

CAMBRIDGE AUDIO

1250 €

CXA81 Cambridge Audio est une marque historique du marché des électroniques audiophiles à prix abordables. L'année dernière, elle nous avait surpris et totalement conquis avec ses produits très haut de gamme de la série Edge lancés à l'occasion de ses 50 ans. Cette année, elle revient à des choses plus raisonnables en renouvelant son milieu de gamme avec la série CX 2. Pour l'occasion, la marque britannique a remanié en douceur l'ampli Hifi phare de cette gamme. Le CXA80 se voit remplacé par le CXA81 qui, à notre avis, va plus loin en termes de performances pures ainsi que de musicalité et a toutes les chances de s'imposer comme un intégré stéréo de référence dans sa catégorie. par Pierre Stemmelin

Au fil de ses décennies d'existence, Cambridge Audio a montré qu'il est l’un des rares acteurs européens à être en mesure de tenir tête aux grandes marques japonaises sur le segment de la Hifi et du Home Cinéma haut de gamme grand public. Avec l'ampli stéréo intégré CXA81, il propose un appareil en phase avec les attentes actuelles des audiophiles exigeants, mais qui ne disposent pas d'un budget démesuré.

Une puissance ainsi qu'une connectique pas négligeables En matière de qualité de présentation et de finition, le Cambridge Audio CXA81 n'a rien à envier à des modèles de marques de l'acabit de Denon, Marantz, Yamaha ou Onkyo. Le design est la fois sobre et élégant. La teinte "gris lunaire" donne une petite touche d'originalité, de même que le large pied


ON mag - Hifi pour tous 2020

support frontal en arc de cercle qui affine grandement la silhouette. L'intégré stéréo CXA81 est annoncé pour une puissance RMS de 2 x 80 watts sous 8 ohms et 2 x 120 watts sous 4 ohms. Il est donc déjà relativement costaud et prêt à s'attaquer à de grosses enceintes acoustiques de type colonnes. Le CXA81 n'est pas un ampli connecté, ce qui s'explique par la présence d'un lecteur réseau indépendant dans la série CX 2. Il ne dispose pas non plus d'entrée Phono, ce qui est un peu plus dommage, d'autant que Cambridge Audio a récemment lancé sa première platine vinyle, Alva TT. En contrepartie, l'arrière de l'appareil comporte une entrée symétrique analogique qui ne nous semble pas très utile. Pour le reste, pas de souci : entre les cinq entrées analogiques, les quatre entrées numériques (optiques, coaxiale et USB), le Bluetooth AptX HD et le double bornier haut-parleurs (groupes A et B), on a le nécessaire (et suffisant) pour un usage moderne.

Une évolution technique en douceur La topologie interne du Cambridge Audio CXA81 est extrêmement proche de celle de son prédécesseur CXA80. L'électronique s'organise autour d'un gros transformateur toroïdal central surmesure, de 10 cm de diamètre sur 7 cm de haut. Le filtrage d'alimentation utilise 4 condensateurs de 6800 µF sous 63 V. La réserve d'énergie, nerf de la guerre pour un ampli Hifi, est donc conséquente. On constate par ailleurs que les ingénieurs de chez Cambridge Audio ont réalisé un travail d'optimisation par rapport au CXA80, en affinant le choix de plusieurs composants. La section de puissance n'en demeure pas moins toujours polarisée en classe A/B. Chacun de ses canaux travaille à partir d'un push-pull de transistors Darlington de chez Sanken (STD03P et STD03N, capacités maximales de 160 V, 15 A, 160 W chacun). L'étage numérique possède une interface USB asynchrone Xmos, un transmetteur AKM 4113 et un convertisseur 32 bits/384 kHz, compatible DSD256, ESS Sabre ESS9016K2M.

Une restitution sonore qui allie maîtrise et superbe dynamisme Nous avons associé l'ampli Cambridge Audio CXA81 à nos enceintes points de repère Kelinac Kel 714 MG avec des câbles haut-parleurs AudioQuest Type 4. Sa restitution sonore est particulièrement vigoureuse. Cet intégré stéréo est

9

très dynamique et percutant tout en faisant preuve d'une excellente tenue et maîtrise. Il réalise un parfait mariage avec de grandes enceintes Hifi colonnes qui demandent à être un peu bousculées tout en étant bien tenues pour pleinement s'exprimer. Avec lui, les enregistrements de musique en live sont pétillants de vie. Les ambiances, l'énergie du direct sont très bien mises en valeur. La scène stéréophonique est concise, presque compacte, d'une bonne précision, mais absolument pas étouffée. La musique s'exprime avec vigueur sans déraper vers de l'agressivité, car le Cambridge Audio CXA81 donne beaucoup de matière aux timbres. Les instruments et les chanteurs s'incarnent avec véracité et présence. Le son n'est absolument pas décharné, d'autant que le CXA81 a du poids et du ressort dans le grave. Il délivre des basses amples et rapides. Les graves sont finement modulés et détourés tout en ayant de la consistance et de la profondeur. L'énergie qu’insuffle cet ampli Hifi est communicative. On est vite pris par la musique. C'est une réussite.

■ Spécifications •Type : ampli intégré stéréo •Puissance : 2 x 80 RMS sous 8 Ω, 2 x 120 watts RMS sous 4Ω •DAC : ESS Sabre ES9016K2M •Entrées analogiques : 4 Ligne RCA, 1 XLR •Entrées numériques : S/PDIF coaxiale, 2 optiques Toslink, USB-Audio, Bluetooth AptX HD •Compatibilité numérique : jusqu'à 32 bits/384 kHz et DSD256 •Sorties : double sortie haut-parleur (A et B), prise casque mini-jack, préampli, subwoofer •Consommation max./veille : 750 W/< 0,5 W •Dimensions : 430 x 115 x 341 mm •Poids : 8,7 kg

Notre avis Construction

Équipement

Performances

Musicalité


10

ON mag - Hifi pour tous 2020

NAD

500 €

D3020 V2 NAD est une marque Hifi historique qui ne s'endort pas sur ses lauriers. Que ce soit dans le domaine des électroniques stéréo ou Home Cinéma multicanal ou encore de l'audio connectée avec sa marque sœur Bluesound, elle sait parfaitement coller aux attentes du marché sans perdre son âme audiophile. Son modèle D3020 V2 est la vision moderne de son intégré stéréo iconique, le 3020 lancé en 1978, qui se serait vendu à plus d'un million d'exemplaires. Ultra compact, il est doté de circuits d'amplification numériques hybrides et dans sa nouvelle version V2, il est pourvu d'une entrée Phono pour platine vinyle. Par Pierre Stemmelin Le NAD D3020 V2 est vraiment minuscule pour un intégré stéréo. Il est possible de l'installer à la verticale et on peut le qualifier d'ampli Hifi de bibliothèque. Il ne prend pas plus de place qu'un gros bouquin. Son utilisation est également simplissime. Le dessus du boîtier est tactile et donne accès à deux fonctions : l'allumage et la sélection de la source. À l'avant, un bouton rotatif sert à ajuster le volume. En complément une petite télécommande donne accès à un mode "bass boost". Étant donné la petite taille du boîtier, les connexions du NAD D3020 V2 sont en nombre limité, mais il y a tout ce qu'il faut pour un usage d'aujourd'hui en exemplaire unique : une prise casque sur mini-jack à l'avant et à l'arrière une

entrée analogique Ligne, une entrée Phono MM pour platine vinyle, une entrée numérique optique Toslink, une entrée numérique coaxiale. En bonus, trois petits ports mini-jack apportent une sortie subwoofer, une sortie préampli et une liaison Trigger 12 V.

Une intégration poussée autour d'étages de puissance numériques hybrides capables de pousser jusqu'à 2 x 150 watts sous 2 ohms en dynamique Le NAD D3020 V2 est un poids plume. Il pèse moins de 2 kg et n'en revendique pas moins une puissance en régime continu de 2 x 30 watts sous 8 ohms et en dynamique de 2 x 150 watts sous 2 ohms, ce qui est


ON mag - Hifi pour tous 2020

le signe d'importantes capacités en courant. Pour cela, il intègre une alimentation à découpage à haut rendement et un module d'amplification UcD102 de chez Hypex. Le pilotage est confié à un octuple convertisseur (Cirrus Logic CS42528) travaillant sur 24 bits/192 kHz Le boîtier est réalisé en matériau plastique. À l'intérieur, l'électronique est d'un haut niveau d'intégration. Une plaque métallique de blindage sépare les circuits audio de l'alimentation à découpage. Elle a pour rôle d'éviter les interférences et celui de dissipateur thermique, même si le NAD D3020 V2, de par sa conception, chauffe très peu.

À l'écoute : du punch, du mordant et une image stéréophonique bien matérialisée Le NAD D3020 V2 n'est pas très puissant, mais se montre suffisamment costaud pour alimenter de petites enceintes colonnes ou de gros modèles de bibliothèque. Son équilibre tonal est légèrement physiologique. Il se caractérise par des graves pêchus et assez ronds ainsi que des aigus incisifs. Le registre médium n'en est pas pour autant laissé pour compte. Les voix, féminines notamment, bénéficient d'un bon effet de présence. À bas niveau, le NAD D3020 V2 est particulièrement agréable à écouter. Les basses ne manquent pas de chaleur ni de générosité et le haut du spectre est pétillant. En poussant le volume, on note un petit manque de définition dans les aigus. Néanmoins la restitution reste propre avec un bas du spectre qui a du mordant. Le mode "Bass Boost" est bien dosé. Il

11

accentue le haut grave, lui donnant plus de chaleur, sans baver, ce qui est parfait pour donner du corps à des petites enceintes qui en manquent. Mais l’une des plus grosses qualités du NAD 3020 V2 tient dans l'image stéréophonique qu'il développe. Celle-ci est particulièrement stable, avec une excellente focalisation des éléments sonores entre les deux enceintes. Ajoutez à cela la bonne sensation de présence que procure cet ampli et vous obtenez une scène sonore d'une très belle définition quasiment holographique.

Spécifications •Type : ampli stéréo intégré •Puissance en régime continu : 2 x 30 watts •Puissance dynamique IHF : 2 x 60 watts sous 8 ohms, 2 x 100 watts sous 4 ohms, 2 x 150 watts sous 2 ohms •Entrées : Phono MM, auxiliaire analogique, numérique optique Toslink, numérique coaxiale •Sortie : casque, préampli, subwoofer •Dimensions : 5,8 x 18,6 x 21,9 cm •Poids : 1,38 kg

Notre avis Construction

Équipement

Performances

Musicalité


12

ON mag - Hifi pour tous 2020

TAGA

HARMONY

550 €

HTA-700B V.3 L'ampli Taga Harmony HTA-700B troisième du nom est, comme ses prédécesseurs, un petit ampli stéréo au format boîte à chaussures de type hybride, c'est-à-dire utilisant un étage de préamplification à tubes et une section de puissance à transistors. Il gagne quelques centimètres en largeur par rapport au modèle de seconde génération et apporte quelques fonctions en plus. Est-ce pour autant une vraie évolution du point de vue technique ? Pierre Stemmelin Taga Harmony est une marque d'électroniques et d’enceintes Hifi polonaise. Lors de nos premiers contacts avec elle, en 2017, nous étions un peu dubitatifs quant à son avenir et son réel intérêt. Nous avions l'impression d'avoir affaire, encore une fois, à un acteur sans grande légitimité, sélectionnant ses produits sur le marché chinois afin de pratiquer des prix très attractifs, sur spécifications et pour le look audiophile qui va bien, sans trop se soucier de la qualité du son et de la musicalité. La suite nous a donné tort. Au fil du temps, nous nous sommes rendu compte que

Taga Harmony est bien plus que ça. La société a de l'ancienneté. Elle est née dans les années 1990. Nous avons eu l'occasion de rencontrer ses équipes et de discuter avec elles lors des salons High End de Munich de 2017, 2018 et 2019. À mesure des articles et tests que nous avons publiés, nous avons pu constater que les productions de Taga Harmony sont originales, bénéficient d'un véritable suivi dans le temps, d'une conception propre à la marque, dictée par une démarche humble et une volonté de constante amélioration.


ON mag - Hifi pour tous 2020

Un appareil qui prouve que Taga Harmony c'est du sérieux et que la marque a de la suite dans les idées Nous avons déjà rencontré quelques amplis de l'espèce du HTA-700B V.3. Séduisants sur le papier, ils étaient rarement réussis. Mais ce modèle Taga Harmony nous a d'emblée surpris par sa qualité de réalisation. Quelques points pourraient être améliorés, comme les inscriptions trop petites et difficilement lisibles de la façade. Pour le reste, cet appareil mérite beaucoup de compliments. D’une largeur de 20 cm désormais contre 17,7 cm auparavant, ses proportions nous semblent plus élégantes et équilibrées. Son châssis est en outre construit comme un petit coffre blindé, extrêmement solide et bien immunisé contre les vibrations ou rayonnements parasites. Sur le dessus dont dépassent les deux tubes 12AU7 de préamplification, le transformateur d'alimentation est logé dans une coque d'aluminium de 3 mm d'épaisseur. Les autres circuits s'en trouvent séparés et isolés. Leur coffret utilise pour son assemblage des panneaux d'aluminium de 5 mm et des cornières, également en aluminium, extrêmement solides. Seul le fond est en acier, mais demeure bien rigide grâce à sa bonne épaisseur. L'usinage de l'ensemble est propre et soigné. En façade, le HTA-700B V.3 gagne deux réglages de tonalité grave et aigu par rapport au HTA700B V.2. Sa connectique est également plus fournie. Pour l'analogique, 2 entrées Ligne sont disponibles ainsi qu'une sortie préampli qui pourra éventuellement servir à brancher un ou

13

deux caissons de basses actifs. Côté audionumérique, on dispose d'une entrée optique Toslink et d'un port USB optionnel. Enfin, la prise jack 6,35 mm, capable d'alimenter des casques d'une impédance jusqu'à 300 ohms, est toujours présente en façade, de même que la liaison sans fil Bluetooth.

���

Spécifications •Type : ampli stéréo intégré, hybride en classe A/B •Tubes de préamplification : 2 x 12AU7 •Puissance : 2 x 45 W sous 4 ohms, 2 x 26 W sous 8 ohms •Convertisseur 24 bits/192 kHz •Liaison Bluetooth 4.0 •Entrées numériques : optique et USB (en option) •Connectique analogique : 2 entrées Ligne, sortie préampli •Sortie casque : compatible 32 à 300 ohms, puissance de 300 mW sous 300 ohms •Consommation max. : 150W •Dimensions : 14 x 20 x 27 cm •Poids : 5,2 kg •Prix : 550 €, 600 € avec USB

Notre avis Construction

Équipement

Performances

Musicalité


14

ON mag - Hifi pour tous 2020

Une évolution qui n'est pas uniquement de façade Ce n'est pas uniquement l'extérieur qui change, mais également l'intérieur. Les circuits du Taga HTA700B V.3 ont été totalement redessinés et grandement améliorés. Les tubes de préamplification ne sont plus tout à fait les mêmes. L'alimentation part toujours d'un très sérieux transformateur toroïdal, fort généreusement dimensionné pour un amplificateur de cette puissance. Sa section de filtrage a gagné en capacité. L'étage de traitement numérique, de type 24 bits/192 kHz, emploie un convertisseur plus récent et performant, un AKM AK4430, associé à un contrôleur USB Savitech SA9123. Pour finir, chaque canal de puissance est animé par un module transistorisé TDA7296 capable de délivrer jusqu'à 60 watts. Toutes les améliorations se traduisent par une prise de poids de pas moins de 1 kg au total.

Un intégré Hifi lumineux et qui a grand cœur Nous avons essayé le Taga Harmony HTA-700B V.3 sur plusieurs paires d'enceintes, raccordées en AudioQuest Rocket 11 cette fois-ci. L'association avec les Q Acoustics 3030i n'a pas été très heureuse. Le son était trop coloré et trop gras à notre goût. En

revanche, cet ampli Taga a fait un excellent mariage avec les Dali Menuet SE. Il s'est également très bien débrouillé avec nos Kelinac Kel 714 MG qui sont pourtant de grandes colonnes déjà relativement exigeantes. Cela prouve que le HTA-700B V.3 en a dans le ventre et mérite d'être accompagné d'enceintes Hifi de qualité. Sa restitution est un peu typée, mais il a un caractère charmant, si ce n'est charmeur. Ses timbres sont ronds, rutilants et lumineux. On retrouve quelques-unes des qualités que l'on attribue aux tubes sans leur défaut. Le son a beaucoup de matière, il est plein, riche tout en étant très ouvert. En revanche, le grave n'est pas court et les aigus ne sont pas aigrelets, voire sifflants comme c'est souvent le cas avec certains amplis tout à lampes bas de gamme. Avec cette version de troisième génération, Taga Harmony nous livre un appareil extrêmement abouti, un peu plus cher que son prédécesseur, mais la différence de prix en vaut le coup. L'agrément d'utilisation est au rendez-vous, souligné par la luxueuse télécommande tout en aluminium. Mais surtout, le Taga Harmony HTA-700B V.3 sonne avec beaucoup d'élégance, de force et de présence. Son image stéréophonique ne favorise pas la précision, mais elle présente une ampleur très agréable. La musicalité est au rendez-vous. Le Taga Harmony HTA-700B V.3 est un petit intégré audiophile bien né.



- Conception Positive World -

X1 Le nouveau luxe audiophile accessible Là, tout n’est qu’ordre et beauté Luxe, calme et volupté.

L'initiation au Voyage, Charles Baudelaire.


LES PLATINES VINYLES


18

ON mag - Hifi pour tous 2020

AUDIO

TECHNICA 400 €

AT-LP5X La nouvelle Audio-technica AT-LP5X a pour mission de remplacer l'AT-LP5 que nous avions testée en 2015 et qui se classait à l'époque parmi les meilleures platines vinyles de sa catégorie. L’ AT‑LP5X apporte plusieurs modifications, notamment l'ajout de la compatibilité avec les cellules MC à son préampli phono intégré (ce qui est très rare, voire inédit). Dans le même temps, son tarif est en baisse. Mais cela sera-t-il suffisant pour rester en tête de course ? Pierre Stemmelin Disons-le tout de suite, l'esthétique n'est pas la première des qualités de cette platine vinyle. Sa réalisation est certes très propre, d'un grand sérieux, mais le coffret en plastique noir mat de la base peut sembler un peu économique. De même, le plateau

en aluminium moulé apparaît assez basique. Heureusement, il est amorti par un tapis en caoutchouc très épais (5 mm) tandis que le bras de lecture possède un système de pivot à roulement et cardan qui respire un peu plus le haut de gamme.


ON mag - Hifi pour tous 2020

Ce bras est constitué d'un tube en aluminium en J. Sa force d'appui s'ajuste par le biais d'un contrepoids rotatif associé à une molette graduée qui permet un réglage simple, rapide, précis et stable. La cellule est montée sur un porte-cellule amovible, AT-HS6 au standard SME. Il s'agit d'une cellule ATVM95E habituellement vendue seule à un peu moins de 50 €. Elle est à aimant mobile (MM), mais l'ATLP5X est également prête à accueillir une cellule à bobine mobile (MC) plus haut de gamme. C'est en effet la seule platine vinyle que nous connaissions dont le préampli Phono intégré soit compatible avec les cellules MM et les cellules MC. En général, un préampli Phono MC, qui doit avoir plus de gain qu'un simple préampli Phono MM, est relativement coûteux et uniquement disponible en un élément séparé. Avec son double préampli Phono intégré et sa cellule livrée d'origine, l'Audio-technica AT-LP5X est prête à l'emploi. Elle gagne même une sortie numérique 16 bits/48 kHz sur sortie USB pour pouvoir enregistrer des vinyles sur ordinateur. Grâce au sélecteur de vitesse rotatif placé à l'avant gauche de la base, le moteur donne aussi bien la possibilité de lire des vinyles 45 tr/min que 33 tr/min ou 78 tr/min. Il s’agit d’un moteur à entraînement direct ; il n'utilise pas de courroie. Il est placé juste en dessous du plateau tourne-disque qui s'y emboîte par le biais d'une bague de couplage conique en bronze. Son montage est légèrement découplé de la base par une plaque circulaire en acier et de petits joints en mousse. On remarque également la présence d'une plaque en acier de lestage et amortissement au fond du boîtier de la base. La base elle-même est enfin découplée du support par quatre gros pieds à patins en plastique et âmes en caoutchouc.

Une restitution sonore propre, nerveuse et très bien spatialisée Par rapport à la précédente mouture, l'Audiotechnica AT-LP5X n'a plus un moteur de platine DJ à couple élevé. Elle consomme 3 watts au lieu de 6 watts. Son alimentation est externalisée dans un petit transformateur secteur externe. Elle démarre et s'arrête toujours presque aussi vite, son bras est agréable à manipuler et elle est censée être plus silencieuse, avec moins de bruits parasites et vibrations pouvant perturber la lecture des vinyles. D'après nos expériences, ses pieds amortissent bien les grosses secousses (la cellule ne déraille pas), mais elle reste sensible aux effets microphoniques.

19

Une tape du doigt sur le support où repose la platine provoque un "poum" bien audible dans les enceintes. Il vaut donc mieux que l'Audio-technica AT-LP5X ne soit pas installée directement à proximité d'une des enceintes de l'installation. À l'écoute, le préampli Phono intégré à l'Audiotechnica AT-MP5X n'est pas exceptionnel, mais déjà de bon niveau et cohérent avec ce qu'est en mesure de produire cette platine vinyle. Nous l’avons donc utilisé pour réaliser la plupart de nos tests. La restitution sonore se caractérise par une grande propreté et un équilibre relativement linéaire. Elle est nerveuse, rapide, mais pas non plus trop acérée. La réponse en fréquence est assez étendue et le bas du spectre bénéficie d'une bonne assise. L'aigu file avec aisance sans se montrer insistant ou trop brillant et en conservant une certaine douceur. Le médium est également bien mis en valeur avec des timbres justes, sans les couleurs très artificielles que favorisent certaines autres platines vinyles. Le message est direct, franc, sans enluminures trompeuses.

���

Spécifications •Type : platine vinyle à entraînement direct, avec préampli Phono MM/MC intégré et cellule Audio-technica AT-VM95E •Vitesse : 33, 45 et 78 tr/min. •Moteur à courant continu (CC) •Plateau en aluminium moulé sous pression •Bras de lecture en J •Système de freinage : électronique •Fluctuation de vitesse <0,2 % •Rapport signal/bruit : 50 dB •Gain du préampli Phono : 36 dB (RIAA égalisé) en MM, 56 dB (RIAA égalisé) en MC •Niveau de sortie : 4 mV (Phono), 250 mV (Ligne) •Convertisseur A/D pour la sortie USB : 16 bits/48 kHz •Consommation : 2 watts •Dimensions : 45 x 35,2 x 15,7 cm •Poids : 7,3 kg

Notre avis Construction

Équipement

Performances

Musicalité


20

ON mag - Hifi pour tous 2020

L'Audio-technica AT-LP5X n'est pas une championne de précision cherchant à révéler les moindres petits détails d'un enregistrement. Cependant, sa restitution apparaît d'une bonne définition et d'une grande cohérence. Cette cohérence est particulièrement remarquable en ce qui concerne l'image stéréophonique. Cette dernière est extrêmement stable et concise. Les chanteurs s'installent légèrement en retrait par rapport au plan formé par les enceintes acoustiques. Ils se répartissent admirablement, tant en largeur qu'en profondeur. Sur certains disques, ils peuvent être très resserrés au centre tandis que sur d'autres, la scène sonore devient beaucoup plus vaste et aérée, débordant largement sur les côtés des enceintes. Sur des enregistrements de Pop-Rock anciens tels ceux des Beatles ou de Roxy Music, l'Audio-technica met parfaitement en valeur la technique de prise de son et de mixage que l'on peut qualifier de multi-

monophonique. On entend parfaitement que chaque instrument et chanteur ou groupe a été enregistré seul puis replacé ensuite lors du mixage dans une scène stéréophonique. Les différences d'acoustique entre les différentes prises de son mixées ensembles sont parfaitement audibles tout en conservant un rendu homogène, naturel et agréable.

Conclusion L'Audio-technica AT-LP5X n'est peut-être pas la platine vinyle la plus belle, la plus précise, la plus musicale ni la plus performante de sa catégorie. Mais elle sonne déjà très bien, elle fait preuve d’indéniables qualités de franchise et de spatialisation et compte tenu de son niveau d'équipement et de son prix, elle reste un must.


Nouveautés 2019

Armonia Evolution

Sensa

Swing

Distributeur desmarques: Apertura -Audience -Chord Câbles-CH Precision Dr Feickert-Edwards Audio -Exposure www.pi-music.fr // contact@pi-music.fr

// 06 637505 64

PA de lʼOseraye – 2 avenue du Cœur de lʼOuest– 44390PUCEUL


22

ON mag - Hifi pour tous 2020

EDWARDS AUDIO

630 €

TT5 Edwards Audio by Talk Electronics est un constructeur britannique de produits Hifi dont la principale spécialité est la conception de platines vinyles audiophiles et démocratiques. Sa gamme est beaucoup plus restreinte que celle de cadors de l'espèce de Rega ou Pro-Ject, et il est naturellement beaucoup moins connu que ces derniers. Cependant, il commence à faire son trou en France chez pas mal de magasins de Hifi indépendants qui trouvent en lui une alternative intéressante à l'offre habituelle. Nous le découvrons avec son nouveau modèle TT5. par Pierre Stemmelin

L'Edwards Audio TT5 est une platine vinyle totalement originale tant par son apparence que par sa conception. Bien qu’elle reste très épurée, elle affiche un style immédiatement reconnaissable. Sa base, réalisée dans un panneau de médite de 18 mm d'épaisseur, est inhabituellement large et profonde, ce qui lui confère un profil d'une grande finesse. Cette impression de finesse est renforcée par des champs biseautés et une découpe en arc de cercle, au centre, à l'avant, qui ont vraisemblablement pour bienfait de casser certains modes de résonances parasites.

Une conception originale par des audiophiles qui suivent leur propre voie La base est montée sur 3 pieds (deux à l'avant et un au centre, à l'arrière) en caoutchouc, relativement fermes. L'Edwards Audio TT5 est une platine à entraînement par courroie. Le moteur est installé sous le plateau et vissé fermement à la base. Sa courte courroie de section ronde n'entraîne pas directement le plateau, mais un contre-plateau fait d'une pièce en aluminium pesant 270 g. L'axe de ce contre-plateau plonge profondément dans une


ON mag - Hifi pour tous 2020

gorge en laiton, elle aussi très solidement arrimée à la base et la traversant de part en part. Il repose sur une bille en acier de 5 mm. Le démontage de la platine montre un usinage de précision de ces pièces. Bien que la descente se fasse avec quelques à-coups, l'effet d'amortissement hydraulique lorsque l'axe plonge dans la gorge est bien marqué. L'Edwards Audio TT5 possède comme unique commande un bouton d'allumage placé en dessous de la base sur le côté gauche. Le changement de vitesse de rotation (33 ou 45 tr/min) se fait en déplaçant la courroie d'une poulie à l'autre sur l'axe du moteur. Le bras est également entièrement manuel. Il s'agit là encore d'une réalisation maison. De type unipivot, il est fait d'un tube d'aluminium monté d'un porte-cellule taillé dans une sorte de plexiglas. Enfin, le plateau tournant de 11 mm d'épaisseur est en acrylique, ce qui représente une solution haut de gamme. Encore une fois, il s'agit d'une pièce réalisée en interne dans les ateliers du constructeur. L'Edwards Audio TT5 est totalement "made in UK".

À l'écoute : un son qui a du punch et de l'expressivité L'Edwards Audio TT5 est fournie sans cellule Phono. Elle nous a été livrée pour nos essais avec une Audio-technica AT440MLB, un modèle ancien, assez haut de gamme, désormais remplacé par la VM540ML vendue à 260 €. Il nous a fallu monter et régler cette cellule. Si vous n'êtes pas à l'aise avec cette opération, il ne faut pas hésiter à demander à votre revendeur de l'effectuer. L'antiskating s'ajuste par le biais d'un petit poids qui pousse sur le bras par l'entremise d'une tige métallique. La force d'appui se règle à partir d'une masse excentrée de 105 g en acier. Il faut obligatoirement une balance ad hoc pour effectuer ce réglage qui n'est ici pas évident à réaliser précisément, car le contrepoids a

23

tendance à bouger un peu lorsqu'on veut le verrouiller. Sur le plan pratique, c'est le seul vrai reproche que nous ayons à adresser à cette platine. Reliée à notre système habituel par un câble AudioQuest Golden Gate, l'Edwards Audio TT5, équipée de la cellule Audio-technica AT440MLB, s'est caractérisée par un équilibre tonal légèrement physiologique. Sa bande passante subjective est relativement étendue pour une platine de cette classe de prix. La réponse ne favorise pas uniquement le registre médium. Au contraire, elle a du poids dans le bas du spectre et un registre aigu assez piquant qui reste agréable sans tomber dans une douceur mièvre et artificielle. La TT5 concilie chaleur et vivacité. Sa restitution est propre et dynamique, malgré une petite sensibilité aux effets microphoniques transmis par voie solide (vibration du support sur lequel est posée la platine) ou aérienne (son des enceintes). Elle peut présenter une légère tendance à lisser le message, ce qui n'est absolument pas désagréable, car la définition est en même temps de bon niveau. L'image stéréophonique est bien campée, stable, avec une répartition uniforme en largeur et de la profondeur. L'Edwards Audio TT5 ne cherche pas la neutralité absolue. Néanmoins, elle ne manque pas de franchise et elle a un bon caractère. Sa restitution est ouverte, chaleureuse, avec de l'entrain et du punch.

Spécifications •Type : platine vinyle à entraînement par courroie •Base en médium de 18 mm •Plateau en acrylique de 11 mm avec contre-plateau en aluminium massif •Moteur 24 V AC, alimentation externe (contrôle électronique de vitesse en option) •Roulement en bronze avec bille en acier de 5 mm •Bras unipivot en aluminium avec contrepoids excentré en inox de 105 g et porte-cellule en plexiglas •Changement de vitesse manuel (déplacement de la courroie) : 33 et 45 tr/min. •Cellule non fournie •Cellule utilisée pour le test : MM Audio-technica AT440MLB •Dimensions et poids : n.c.

Notre avis Construction

Finition, design

Performances

Musicalité


24

ON mag - Hifi pour tous 2020

PERPETUUM

EBNER

1500 €

PE 1000 Nous avons déjà rencontré plusieurs fois les platines vinyles allemandes Perpetuum Ebner à l'occasion de salons Hifi à l'étranger. À chaque fois, leur qualité de fabrication et leurs prestations sonores nous ont interpellés. Nous étions donc impatients de pouvoir tester une platine de la marque. Son modèle PE 1000 a-t-il confirmé nos premières très bonnes impressions ? par Pierre Stemmelin Perpetuum Ebner n'est pas une marque récente. Ses origines remontent à plus de 100 ans. Elle a été créée le 3 octobre 1911 par Josef Steidinger (18671925) et s'appelait alors simplement Perpetuum. En 1936, elle a été reprise par la société Albert Ebner & Co qui lui a donné son nom complet, Perpetuum Ebner. Dans les années 1950, elle a connu un grand moment de gloire avec son tourne-disque PE REX, logé dans une petite valise et intégrant des hautparleurs comme les fameuses productions de la marque française Tepaz. À son apogée, Perpetuum Ebner comptait jusqu'à 1500 employés dans ses ateliers de St. Georgen im Shwarzwald dans le Bade-Wurtemberg (Allemagne). Puis elle a connu une descente en pente douce avant de s'éteindre en 1973. Elle n'a revu le jour qu'en 2015 sous l'impulsion de Wolfgang Epting, un entrepreneur audiophile passionné, tout d'abord avec le modèle très haut de

gamme PE 4040 (4500 €), puis PE 2525 (3000 €), PE 1010 (2500 €), PE 800 (à partir de 1000 €) et enfin PE 1000 (à partir de 1500 €) qui nous intéresse ici.

Une base biplan, un gros plateau en POM et un bras en fibre de carbone de haute qualité Toutes les platines Perpetuum Ebner adoptent une base d'une structure similaire. Seules la qualité et l'épaisseur des matériaux changent d'un modèle à l'autre. Cette structure consiste en une base formée de deux panneaux distincts en médium de forte densité (MDF), couplés par un joint en matériau de synthèse. Le panneau de gauche occupe à peu près deux tiers de la largeur (31,5 cm contre 15 cm pour celui de droite). Il porte le moteur et le palier de rotation, tandis que le panneau de droite accueille le bras de lecture et la connectique audio à l'arrière. Sur la Perpetuum Ebner PE 1000, ces deux


ON mag - Hifi pour tous 2020

25

TE 2016, il est comme le moteur réalisé sur cahier des charges spécifique à la marque. Il s'articule autour d'un très sérieux tube en fibre de carbone tressée avec porte-cellule rapporté en métal et matériau de synthèse. Là encore, l'usinage des pièces semble fort précis et soigné. Les mouvements du bras et de son pivot présentent une grande fluidité avec un minimum de frottement.

Une platine vinyle qui sait jouer de l'harmonie, de la légèreté et de la douceur La Perpetuum Ebner PE 1000 est livrée avec un câble de raccordement de qualité audiophile doté d'une liaison de masse. Son bras est monté d'une cellule de type MM, Ortofon 2M Red (d'une valeur d'un peu plus de 100 €). Le réglage de hauteur de ce bras est déjà effectué. Il reste à réaliser celui de la force d'appui. Une balance spéciale (non fournie) est nécessaire pour réaliser cette opération. La force d'appui s'ajuste avec un contrepoids qui se visse sur une bague en caoutchouc ; cela permet un réglage très précis et bien stable. À l'utilisation, en pratique, seul un élément se montre agaçant au début : l'axe d'entraînement du

��� panneaux ont une épaisseur de près de 40 mm. Ils sont couplés (ou plutôt découplés) par une plaque d'environ 0,5 mm de large semblant faite de POM (polyoxyméthylène). L'ensemble repose sur trois gros pieds en métal massif montés sur des billes en caoutchouc et réglables en hauteur. Grâce à sa structure "biplan", la base présente des caractéristiques mécaniques fort intéressantes. Elle allie rigidité, masse inertielle importante, ainsi qu'un découplage limitant efficacement la transmission des vibrations entre le moteur, le bras de lecture et le support sur lequel repose la platine vinyle. Le plateau tournant est lui aussi en POM et atteint une épaisseur de 3 cm, ce qui commence à faire beaucoup. Son poids est presque de 3 kg. Il est entraîné par une courroie plane et repose sur un contre-plateau en aluminium muni d'un axe large de 1 cm s'enfonçant dans une gorge en bronze et reposant sur une bille certainement en acier. L'usinage des pièces est particulièrement précis. L'effet d'amortisseur hydraulique lorsque l'on enfonce l'axe dans la gorge est bien marqué, sans àcoup pendant la descente. Le mouvement du plateau est extrêmement bien huilé. Le moteur à courant continu (DC) alimenté par un sérieux transformateur externe 15 V/2 A est également une belle pièce de fabrication européenne. Mais c'est la qualité du bras de lecture qui impressionne le plus. Portant la référence PO

Spécifications •Type : platine vinyle à entraînement par courroie •Base : biplan en médium de 4 cm d'épaisseur •Moteur : à courant continu (DC) 15 V avec sélecteur de vitesse 33/45 tr par min et contrôle de vitesse électronique •Plateau en POM avec contre-plateau en aluminium : environ 3 kg au total •Bras de 9 pouces en fibre de carbone, développé sur cahier des charges •3 pieds ajustables en hauteur •Cellule montée d'origine : Ortofon 2M Red de type MM •Dimensions capot inclus : 470 x 175 x 340 mm •Poids : 10 kg •Prix : 1500 € en finition unie, 1600 € en finition biton ou placage noyer

Notre avis Construction

Équipement

Performances

Musicalité


26

ON mag - Hifi pour tous 2020

moteur est bombé et non en creux. Cette forme a certainement pour bénéfice d'éviter les frottements. Mais, outre le fait que cela ne facilite pas la mise en place de la courroie, celle-ci, du fait de l'inertie importante du plateau, a tendance à dérailler au démarrage du moteur. Pour éviter ce désagrément, il ne faut pas hésiter à lancer manuellement le plateau avant d'enclencher le moteur. En dehors de ce point, la platine vinyle Perpetuum Ebner est fort agréable à manipuler. La mécanique du bras est parfaitement bien pensée et réalisée. Même l'antiskating, assuré par un petit poids accroché au bout d'un fil de pêche, ne nous a pas perturbés, alors qu'habituellement il s'agit d'une solution dont nous ne sommes pas fans. Au début de nos tests, lorsque nous avons déballé la PE 1000, nous nous sommes demandé si le distributeur qui nous l'avait prêtée ne s'était pas trompé. Nous souhaitions tester des produits à moins de 1500 € pour notre guide "Hifi pour tous" et cette platine nous semblait coûter plus cher, mais après double vérification, elle est bien vendue à 1499 € précisément dans sa finition unie. La PE 1000 est par ailleurs présentée par son fabricant comme une platine pour débutant, mais à l'écoute, elle joue véritablement dans la cour des grandes. Reliée à un préampli Phono de haute voltige, Chord Electronics Huei, et montée de sa cellule Ortofon 2M Red, elle dévoile une

personnalité sonore très touchante. Sa restitution sonore présente une immense douceur avec des timbres forts élégants. Elle fait ressortir une foule de détails insoupçonnés de galettes noires que l'on pensait pourtant déjà bien connaître. Les voix et les instruments acoustiques sont aériens. L'image stéréophonique prend une profondeur peu commune. Tout n'est qu'harmonie et volupté. Le son est à la fois plein et léger. Les basses sont denses, mais évitent toute lourdeur. Les aigus n'ont pas une once d'agressivité tout en restant filés et aérés. Il s'agit d'une approche extrêmement séduisante, mais certains audiophiles pourront regretter un petit manque de hargne et de dynamique. Heureusement, la Perpetuum Ebner PE 1000 est capable d'aller encore plus loin. Nous l'avons associée à une cellule Ortofon MC Quintet Blue (environ 400 €). Elle nous a alors révélé un tempérament beaucoup plus dynamique et percutant sans perdre ses timbres fort harmonieux. La différence était nette et bien marquée, prouvant la transparence de cette platine et son grand silence de fonctionnement. Donc, à notre humble avis, la Perpetuum Ebner PE 1000 n'est pas une platine pour débutant, mais bien un modèle pour audiophile confirmé et exigeant.


F300/F301/F302/F303

EXPERI ENCEFYNEAUDI O

www. hamysound. com Tél .:0970405999 I nf or mat i onetpoi nt sdevent e


28

ON mag - Hifi pour tous 2020

PRO-JECT

800 €

X1 La nouvelle X1 de Pro-Ject accompagnée de sa cellule Ortofon spécialement conçue sur cahier des charges a été élue meilleure platine vinyle de la saison 2019/2020 par le jury de l’EISA. Elle joue effectivement l’élève parfaite. Vendue à moins de 1000 €, avec tous ses accessoires et sa cellule déjà montée, elle est de conception presque minimaliste, mais accepte aussi bien les disques 33 et 45 tr/min que les galettes en 78 tr/min, tandis qu’elle délivre un son très pur, rapide et nuancé. par Pierre Stemmelin

Pro-ject est la marque audiophile autrichienne à laquelle tout semble réussir. Fondée en 1991, elle est de celles à avoir le mieux profité du retour en grâce du disque vinyle ces dernières années. Elle s’est imposée comme un leader dans ce domaine. Elle fabrique des platines pour de nombreuses autres marques. Avec sa douzaine de lignes de platines, ses dizaines d’électroniques stéréo, ses quelques enceintes, sans compter les produits de Musical Fidelity dont elle est maintenant propriétaire, Pro-ject propose un catalogue pléthorique. Et pourtant, il semble ne rien y avoir à jeter ni à oublier dans ce catalogue. Ce n’est pas la nouvelle Pro-Ject X1 qui nous contredira.

Un moteur à entraînement par courroie bien découplé et un lourd plateau en acrylique au mouvement bien huilé La Pro-ject X1 est une platine vinyle à entraînement par courroie d’une construction très épurée. Elle n’est cependant pas totalement manuelle. Si le bras doit être déplacé avec les doigts, le changement

de vitesse pour les 33 et 45 tr/min, lui, s’effectue à l’aide d’un petit bouton. On a même la possibilité de lire des 78 tr/min et ce n’est que dans ce cas que l’on doit changer la courroie plate par la ronde (également fournie), pour la placer sur la seconde gorge de la poulie du moteur qui se trouve en dessous du plateau. La base de la platine est réalisée dans un panneau de médium (MDF) assez dense de 3,5 cm d’épaisseur, revêtue, au choix de l’acquéreur, d’une laque piano noire 8 couches ou d’un placage en bois verni satiné. Elle repose sur trois pieds réglables en hauteur, chacun formé de deux petits billots d’aluminium prenant en sandwich un épais joint en Sorbothane. Ces pieds sont assez rigides, mais à l’usage ils s’avèrent très efficaces, limitant de façon étonnante la transmission de vibrations ou de bruits microphoniques parasites. Le moteur est placé dans un évidement de la base, suspendu par des élastiques et silentblocs. Son alimentation externe est un petit transformateur 15 V à courant continu. Le lourd plateau (1,5 kg) est taillé dans de


ON mag - Hifi pour tous 2020

l’acrylique translucide connu pour ses qualités d’amortissement. Il est recouvert d’une feutrine et son entraînement se fait par l’entremise d’un sousplateau en matériau synthétique, lui-même mis en mouvement par la courroie plane du moteur, entraînée par une poulie en aluminium. L’axe du sous-plateau est en inox plongeant dans une gorge en bronze avec un palier en téflon. L’usinage des pièces est de haute précision (0,001 mm de tolérance). Cela se remarque immédiatement par l’effet ventouse assez marqué qui se produit lorsque l’on extrait ou replace le sousplateau.

Un bras sandwich en aluminium et fibre de carbone, haut de gamme, monté d’une cellule Ortofon MM sur-mesure Le bras de lecture de la Pro-Ject X1 est une superbe pièce formée d’un tube de 8,6 pouces à structure sandwich en aluminium et fibre de carbone tressée. Il est moulé d’une pièce avec son porte-cellule. Il possède un double cardan qui permet des déplacements horizontaux avec un minimum de friction grâce à un axe horizontal maintenu dans une très solide pièce métallique en «U» et se terminant par des pointes. L’antiskating est assuré par un petit poids accroché à un fil «de pêche» en nylon. C’est le seul élément un peu trop à l’ancienne et manquant de praticité et notre goût. À partir de deux petites vis, on a la possibilité de régler la hauteur du bras et donc le VTA (Vertical Tracking Angle) ainsi que l’azimut. Mais rassurez-vous, lors de la réception de la platine, l’utilisateur n’a pas à se soucier de ces réglages. Une cellule Phono est déjà montée et ajustée. Il s’agit du modèle MM (à aimant mobile) Pick It S2, spécialement conçu pour Pro-Ject par Ortofon, dérivé de la série OM et doté d’un diamant elliptique.

Une association platine vinyle/cellule offrant un équilibre sonore des plus réussis La Pro-ject X1 est livrée avec une paire de gants blancs, un capot en plexiglas transparent ainsi qu’un câble de raccordement de qualité audiophile. Sa mise en œuvre est relativement facile et il est aisé de la faire évoluer en changeant de câble ou en l’équipant d’une cellule MC par exemple. Mais en l’état, elle est déjà parfaitement équilibrée. La rotation se lance par un interrupteur placé sous la base vers l’avant à gauche. On apprécie le lève-bras qui s’abaisse pour poser tout en douceur la pointe de la cellule sur le disque, le sélecteur de vitesse de rotation ou encore l’absence de courroie apparente, ce qui évite de la faire dérailler accidentellement. La restitution sonore est particulièrement propre. Le soin apporté à l’amortissement et à la lutte contre les frictions parasites s’entend

29

instantanément. Cette platine a un fonctionnement particulièrement silencieux. Le son est clair, d’une grande transparence. On entend énormément de détails de la qualité d’enregistrement et de gravure du disque vinyle en lecture. Cette transparence ne s’exprime pas au détriment d’une certaine douceur. La restitution bénéficie d’une très belle fluidité. L’image stéréophonique n’est pas trop ample, mais concise, avec une fort agréable sensation de profondeur et un rendu très réaliste des acoustiques. Contrairement à d’autres platines concurrentes, la Pro-Ject X1 n’appuie pas sur la chaleur, mais, encore une fois, cela ne s’exerce pas au détriment de la qualité des timbres qui sont particulièrement élégants, délicatement nuancés et d’une grande richesse. La dynamique et le suivi rythmique sont aussi parmi les meilleurs. Sur l’album jazzy, «Glow», de Robyn Bennet, que nous a fait découvrir M Com’Musique dans sa M Box du mois d’octobre 2019, on est tout de suite pris par le swing de l’interprétation avec une envie irrésistible de claquer des doigts. La Pro-Ject X1 est une platine vinyle un peu haut de gamme, d’une conception fort sérieuse et savante, totalement audiophile et réellement très réussie.

n

Spécifications

•Type : platine vinyle à entraînement par courroie •Vitesses de rotation : 33, 45 et 78 tr/min •Variation de vitesse : 0,25 à 0,3 % •Pleurage et scintillement : 0,13 à 0,15 % •Plateau en acrylique de 20 mm d’épaisseur, de 1,5 kg •Axe en acier inoxydable et gorge en bronze •Bras : - de 8,6 pouces, en carbone et aluminium - Longueur effective : 21,85 mm •Cellule Pick It S2 MM (par Ortofon) - Diamant elliptique - Réponse en fréquence : 20 Hz à 20 kHz - Tension de sortie : 7 mV - Force d’appui recommandée : 1,8 g •Accessoires : transformateur 15 V DC 0,8 A, tapis en feutrine, câble RCA de raccordement, courroies •Consommation : 5 watts •Dimensions : 415 x 125 x 335 mm •Poids : 7 kg

Notre avis Construction

Fonctions

Performances

Musicalité


30

ON mag - Hifi pour tous 2020

ROBERTS

400 €

RT200 Roberts, marque devenue emblématique grâce à ses petits postes de radio rétro portant le sceau de "l'Appointment" de la Couronne britannique, n'en est pas à sa première platine vinyle des temps modernes. Nous avons testé son premier modèle RT100 en 2018. Si le design de l'objet nous avait immédiatement séduits, en revanche ses performances audiophiles nous avaient un peu laissés sur notre faim. La marque semble avoir entendu nos reproches. La nouvelle Roberts RT200 est dotée d'un entraînement direct, d'un bras en carbone, d'une base plus travaillée et d'une bonne cellule Audio-technica. Pour seulement 100 € de plus, elle devrait être bien meilleure. par Pierre Stemmelin Encore plus belle et améliorée techniquement en de nombreux points La nouvelle Roberts RT200 reprend la même base que la RT100, c'est-à-dire l'élément le plus réussi. De 4,5 cm d'épaisseur, celle-ci est habillée d'un beau placage en bois véritable semblant être du chêne blond avec finition vernie satinée. La RT200 y ajoute une plaque avant en aluminium de 3 mm d'épaisseur qui porte le logo Roberts et qui a certainement pour effet de parfaire l'amortissement des vibrations parasites. Construite en panneau de médium de 20 mm d'épaisseur, la base est creuse pour loger l'électronique. Le dessous est refermé par une plaque d'isorel de 3 mm semi-souple montée sur quatre pieds en caoutchouc. L'ensemble assure un amortissement fort efficace. La lecture du vinyle ne saute pas dès que l'on effleure le support sur lequel est posée la platine. C'est une très bonne chose. La première grosse différence entre la RT200 et la RT100 est le système d'entraînement direct (et non à courroie) vissé fermement, avec un découplage minimal, à la base. Il entraîne le plateau en

aluminium moulé par l'intermédiaire d'une gorge en laiton s'évasant. La seconde différence de taille tient dans le bras de lecture beaucoup plus haut de gamme puisqu'il est en fibre de carbone et non plus en simple aluminium. Son porte-cellule rapporté est de type SME ; il accueille une bonne petite cellule Audiotechnica de type MM, similaire au modèle VM95e (d’une valeur d'environ 50 €).

Toujours aussi pratique La Roberts RT200 se veut éminemment simple et pratique d'utilisation. Elle intègre un préampli Phono MM désactivable pour pouvoir se brancher sur l'entrée Ligne ou Phono d'un ampli Hifi ou d'une paire d'enceintes amplifiées. Elle est aussi équipée d'un port USB pour permettre d'enregistrer en numérique les vinyles depuis un ordinateur. L'étage de sortie est similaire à celui de la RT100, mais le boîtier d'alimentation extérieur 24 V et son filtrage sont plus haut de gamme. De fait, à l'écoute de la RT200, nous n'avons pas remarqué la petite « ronflette » que nous avions notée lors de notre


ON mag - Hifi pour tous 2020

test de la RT100. La Roberts RT200, comme la RT100, est toujours une platine semi-automatique. Lorsqu’on lève le bras et qu'on le place au-dessus du disque, la rotation (33 ou 45 tr/min.) se lance automatiquement et elle s'arrête quand le bras est en fin de course. C'est une fonction bien pratique pour ne pas laisser la platine tourner pendant des heures si on oublie de l'éteindre. Nous avons également apprécié le système de descente en douceur du bras sur le vinyle ainsi que la facilité de réglage de la force d'appui par le biais du contrepoids rotatif à bague graduée, ou encore la molette d'ajustement de l'antiskating. Sa cellule étant prémontée et ajustée d'origine, la Roberts RT200 est l’une des platines vinyles les plus agréables à manipuler.

Une platine vinyle pleine de bonnes ondes sonores qui met en joie Même constat à l'écoute de la Roberts RT200 reliée en mode Ligne à un ampli Primare i25 par cordon AudioQuest Golden Gate, alimentant une paire d'enceintes Kelinac Kel 714 MG avec des câbles AudioQuest Star Quad Type 9. Elle est l’une des platines vinyles les plus agréables à écouter de sa catégorie. Sans chercher l'ultra performance, elle délivre un son naturel et chaleureux. Son fonctionnement est très silencieux et ne génère aucun bruit de vibration parasite gênant. Les timbres sont riches avec une belle assise dans le bas du spectre. Tout semble harmonieux et couler de source. Le registre médium est ouvert, les aigus présentent beaucoup de douceur. Le message n'en est pas pour autant trop édulcoré. La dynamique est présente. Ça pulse et ça swingue. Il y a de l'énergie. La Roberts RT200 ne gratte pas pour aller chercher les moindres petits détails d'un enregistrement. Elle est moins tranchante et incisive que certains modèles Pro-ject de cette classe de prix ou encore (dans une moindre proportion) que les modèles

31

Rega. Sa restitution privilégie l'homogénéité et la cohérence. Les détails sont bien là, mais plus discrets, plus intégrés. En outre, la Roberts RT200 n'étouffe absolument pas le son. Cela se ressent dans sa superbe image stéréophonique qui est à la fois profonde, vaste et très aérée. La Roberts RT200 est donc une platine vinyle touten-un qui coche beaucoup de bonnes cases. Elle est belle, très conviviale à utiliser et elle délivre un son particulièrement séduisant. C'est incontestablement l’une de nos préférées parmi les platines vinyles à moins de 500 €.

Spécifications •Platine vinyle à entraînement direct semi-automatique •Vitesse : 33 et 45 tr/min. (bouton de sélection à l'avant de la base) •Base en bois de 4,5 cm d'épaisseur •Plateau en aluminium moulé •Tapis en caoutchouc •Bras en fibre de carbone •Préampli Phono MM et ADC (convertisseur analogiquenumérique) intégrés •Alimentation externe 24 VDC •Sorties : analogique sur RCA (niveau Ligne ou Phono), USB audionumérique •Dimensions : 450 x 140 x 370 mm •Poids : 6,3 kg

Notre avis Construction

Design - finition

Performances

Musicalité


DALI MENUET SE

Une célébration de la stéréo compacte Construite sur l’héritage de la DALI MENTOR MENUET et la DALI MENUET, nous vous présentons avec fierté leur sœur à l’allure sauvage; DALI MENUET SE, l’enceinte compacte la plus impressionnante que nous avons fabriquée. En utilisant nos connaissances et notre expérience, nous avons amélioré la qualité sonore et créé une nouvelle finition époustouflante pour MENUET SE. Cette enceinte est notre hommage à la stéréo compacte haute performance.

www.dali-speakers.com


LES ENCEINTES ACOUSTIQUES


XXX 34

ON mag - Hifi pour tous 2020

AMPHION

1350 €

Argon1 Chez ON-Mag, ne nous en cachons pas, il y a dans l'équipe quelques fans de la marque finlandaise Amphion. Nous avons toujours été très satisfaits du niveau de performance et de la qualité de fabrication de ses enceintes Hifi. Cela a valu à son modèle Argon3S un ON-topaudio Award en 2017. Nous nous intéressons aujourd'hui au modèle juste en dessous, l'Argon1. par Pierre Stemmelin Amphion est un constructeur spécialisé dans les enceintes acoustiques à la fois de monitoring, pour les studios d'enregistrement, et pour la Hifi. L'Argon1 reprend le style caractéristique, très uniforme, très sobre et soigné de toutes les enceintes Hifi Amphion. C'est une deux voies. Son ébénisterie d'un usinage impeccable, aux arêtes adoucies, est proposée en trois finitions : peinture satinée blanche ou noire, ou placage en noyer véritable. En complément, ses caches haut-parleurs sont disponibles sur commande dans une large palette de couleurs. Le tweeter de l'Argon1 prend place au sein d'une large amorce de pavillon, usinée dans le bois, du même diamètre que la grille métallique du boomer. Son dôme en titane de 25 mm avec suspension souple rapportée est lui aussi protégé par une grille

métallique, comportant une petite lentille de mise en phase acoustique. Le boomer de 13,5 cm est un modèle SEAS fabriqué en Norvège. Il s'agit d'un transducteur relativement haut de gamme. Avec sa membrane en aluminium, son châssis en métal moulé et son ogive solidaire d'un puissant moteur, il ressemble beaucoup au modèle SEAS H1141-08 L15RLY/P. Mais il s'agit d'une référence légèrement différente, certainement réalisée sur cahier des charges, dont la bobine en aluminium plaqué cuivre est d'une impédance nominale de 7 Ω. L'ébénisterie de l'Argon1 est enfin fort sérieuse. Elle est construite en panneaux de médium de 19 mm à 25 mm d'épaisseur pour le baffle support. À l’intérieur de l’ébénisterie, son évent tubulaire d'accord bass-reflex est solidement arrimé à un


ON mag - Hifi pour tous 2020

35

panneau de renfort ajouré, lui aussi épais de 19 mm. La construction et l'amortissement bénéficient d'attentions rares pour une enceinte de ce type. Le coffret est plus profond que large et l’intérieur est tapissé de mousse alvéolaire comportant des découpes comme dans une chambre anéchoïque.

détaillé, le médium est ouvert. L'image stéréophonique respecte des proportions réalistes. Elle ne s'étale pas dans tous les sens avec nonchalance. Tout est en place et parfaitement "phasé" comme pourrait l’écrire notre collègue Pierre-Yves Maton. Livrées avec des bouchons en mousse que l'on peut À l'écoute : une grande définition pour des placer dans les évents si les graves sont trop enceintes parfaitement "phasées" qui se présents, les Amphion Argon1 font partie des rares plient à l'espace enceintes Hifi qui s'adaptent à de toutes petites pièces et à des écoutes de grande proximité. On Nous avons testé les Amphion Argon1 reconnaît à nouveau là leur parenté avec des alternativement avec un vieil ampli Copland CSA14 moniteurs de studio. (ancêtre du CSA28) et un tout récent Primare i25, Elles sont également en mesure de sonoriser de dans les deux cas avec du câble AudioQuest plus grands espaces et, à ce titre, elles affichent une StarQuad Type 9. Mais ces enceintes peuvent très très bonne tenue en puissance. Lorsque l'on pousse bien se satisfaire de configurations plus modestes. franchement le volume, elles ne deviennent pas Par leur transparence et leur précision, elles mettent criardes, agressives ou bourdonnantes. Elles bien en valeur les qualités des maillons associés tout conservent une très bonne tenue. Tout juste note-ten étant peu discriminantes vis-à-vis de maillons on un phénomène d'écrêtage en douceur, de léger faibles. tassement de la dynamique. Dans tous les cas, on remarque une très belle Les Amphion Argon1 sont des enceintes Hifi qui définition et un équilibre tonal linéaire d'une grande font preuve de beaucoup de distinction et de neutralité. Les Amphion Argon1 sont sobres et ne rectitude tout en étant franches, fermes, avec une colorent pas le son. On reconnaît leurs origines excellente tenue. Elles ne sont pas typées et semi-professionnelles. Leur rôle n'est pas d'inventer, conviendront aux audiophiles qui écoutent tous les mais d'être justes avec l'enregistrement. Elles le font genres de musique, cherchant une restitution avec beaucoup de douceur, sans emphase ni "carrée" et précise tout en étant d'un grand mollesse. Le bas du spectre est ferme, l'aigu est agrément.

Spécifications •Type : enceinte compacte, 2 voies, bass-reflex dorsal •Tweeter : 25 mm à dôme en titane •Boomer : 13,5 cm à membrane en aluminium •Réponse en fréquence : 45 Hz à 20 kHz à -6 dB •Sensibilité : 86 dB •Fréquence de coupure du filtre : 1,6 kHz •Puissance recommandée : 25 à 150 watts •Puissance max. admissible : 200 watts •Poids : 8 kg •Dimensions : ~ 16 x 31,5 x 26,5 cm •Fabriqué en Finlande

Notre avis Construction

Design - finition

Performances

Musicalité


36

ON mag - Hifi pour tous 2020

DALI Menuet SE La Dali Menuet SE, dont nous avons déjà fait un test en 2017, figure dans notre sélection des meilleures enceintes Hifi du marché. Malgré sa taille lilliputienne, elle est capable d'une restitution sonore sacrément bien campée, avec beaucoup d'ampleur et de poids. Le constructeur danois vient d'en sortir une version "Special Edition".

1400 €

par Pierre Stemmelin

On ne présente plus la Dali Menuet qui est à nos yeux une des enceintes Hifi de taille mini les plus réussies du marché. Sa version "Special Edition" qui vient d'être commercialisée coûte 340 € de plus la paire. Son premier argument est une finition bien plus luxueuse. La Menuet classique profite déjà d’un habillage haut de gamme, mais là on passe un cran nettement au-dessus et on entre dans le monde du luxe. La Menuet classique est disponible en laque noire ou blanche ainsi qu'avec un placage bois satiné "Rosso" ou noyer. La Dali Menuet SE adopte quant à elle un placage en ronce de noyer sauvage, ce qui est beaucoup plus original et distingué. Son épaisse laque multicouche, au fini miroir impeccable, ainsi que sa plaque distinctive dorée à l'arrière, lui donnent un aspect un peu bling-bling rococo. Elle devrait beaucoup plaire aux amateurs de dorures, de boiseries et de marqueteries. Mais les améliorations de la version SE ne sont pas uniquement esthétiques. Si les haut-parleurs semblent identiques, le boomer est néanmoins légèrement différent puisqu'il adopte un support de bobine mobile plus léger en fibre de verre. Le filtre bénéficie aussi d'un câblage plus haut de gamme, de type point à point, d'une self surdimensionnée et d'une capacité de chez Mundorf, la marque de référence en la matière. Pour le reste, on retrouve les particularités de la Dali Menuet classique, enceinte 2 voies, bass-reflex arrière, dotée d'un tweeter à dôme textile de 28 mm et d'un boomer de 10,5 cm en papier et fibre de bois.

Toujours une démonstration d'autorité, un poil de finesse et d'harmonie en plus Reliées à un ampli Primare i25 par des câbles AudioQuest Quad Star Type 9, les petites Dali

Menuet SE nous ont offert une démonstration de savoir-faire. On retrouve cette autorité, cette fermeté incroyable compte tenu de la taille des coffrets, que nous avions déjà notées avec les Dali Menuet standard. À l'écoute, les apports de la version SE sont subtils, mais réels. Le grave gagne légèrement en tenue, mais surtout l'aigu est plus fin. La restitution sonore est moins brute. La liaison entre le haut et le bas du spectre est plus fluide, plus naturelle. Les Dali Menuet SE sont capables d'une image stéréophonique très large. L'ampleur est sans commune mesure avec des enceintes compactes ou de bibliothèque habituelles, même plus grosses. Les timbres ont beaucoup de matière, d'énergie, d'impact. Le son est plein, charnu, velu, enthousiasmant. Les Dali Menuet SE s'imposent, de la même manière que les Dali Menuet classiques, comme de très grandes enceintes sous un format mini.

Spécifications •Type : enceinte de bibliothèque, 2 voies, bass-reflex •Transducteurs : tweeter à dôme textile de 28 mm, boomer à membrane papier/fibre de bois de 10,5 cm •Réponse en fréquence : 59 Hz à 25 kHz (±3 dB) •Sensibilité : 86 dB pour 2,83 V/1 m •Accord bass-reflex : 63 Hz •Impédance nominale : 4 Ω •Dimensions : 150 x 250 x 230 mm •Poids : 4 kg

Notre avis


Acclamée. Performante. Contemporaine. AT-LP5X. • Moteur à faible bruit à entraînement direct. • Fonctionnement entièrement manuel à trois vitesses : 33-1/3, 45 et 78 tr/min. • Cellule stéréo à double aimant mobile AT-VM95E avec diamant remplaçable. • Porte-cellule léger AT-HS6. • Bras de lecture en forme de J, conçu pour minimiser les erreurs de lecture. • Préamplificateur de qualité intégré commutable MM/MC.

audio-technica.fr

AT-LP5X


38

ON mag - Hifi pour tous 2020

DAVIS ACOUSTICS Mia 20

Les Davis (Club) Mia 20 sont vendues à moins de 200 € la paire. Mais cela reste de vraies enceintes HiFi. Nous avons testé et fortement approuvé. par Pierre Stemmelin L’ensemble est monté au sein d’ébénisteries en panneaux de médiums de 9 mm avec des façades de 16 mm d’épaisseur.

200 € Les Mia 20, de la marque française Davis Acoustics, ont été lancées à 200 € la paire, mais au moment de notre test, on les trouvait facilement pour moins de 150 €. À ce prix-là, on pourrait croire que ce sont des enceintes conçues au rabais, à la va-vite, à partir des premiers haut-parleurs trouvés en solde sur le marché chinois. Bref, on se dit que cela ressemble de loin à de la HiFi, mais que ça ne doit pas vraiment en être. Du coup, lorsque l’on découvre en vrai et touche pour la première fois les Davis Mia 20, on est surpris par le sérieux qui se dégage de ces petites enceintes. Certes, leur habillage n’est pas luxueux, mais leur finition est très propre. Le vinyle imitation bois de leurs flancs a une certaine prestance, de même que le vinyle satiné gris sombre de leur baffle. Leurs caches en tissu amovibles, montés sur des cadres en bois aux bords arrondis sont parfaitement tendus. En façade, les châssis des transducteurs sont montés en affleurement, de même que l’évent bassreflex, solidement collé, dont l’embouchure semilaminaire donne une petite touche d’originalité. La finition et le design des Davis Mia 20 n’ont donc rien d’indigent. Il en va de même pour les transducteurs. Chaque enceinte est dotée d’un vrai tweeter à dôme en textile imprégné de 25 mm avec aimant néodyme refroidi par petit radiateur. Ce tweeter est accompagné par un boomer de 13 cm installé au plus près de lui pour une bonne cohérence de phase, à membrane en fibre de verre tressée teintée jaune pour rappeler le Kevlar utilisé sur les autres productions de Davis Acoustics.

À l’écoute, les Davis Mia 20 sont de vraies enceintes HiFi qui ont beaucoup de charme. Elles n’ont pas une grosse sensibilité (le rendement et la réponse en fréquence annoncées dans les spécifications nous semblent assez optimistes), mais leur tenue en puissance est bien plus que correcte. Les moteurs de leurs boomers utilisent des aimants ferrite de diamètre modeste. Le grave n’est donc pas très tenu et ferme. En contrepartie, il descend relativement bien, donne de la rondeur et de l’ampleur à la restitution sonore. L’image stéréophonique remplit bien l’espace. Le son n’est pas trop clair ou étriqué. Les aigus concilient douceur et définition. Le registre médium est frais et alerte. Les Davis Mia 20 ne cherchent pas à être ultra précises ou neutres, mais produisent un son harmonieux, vivant et homogène. Pour le prix auquel elles sont proposées, on ne trouve pas grand-chose à redire. On en connaît de beaucoup plus chères qui sonnent nettement moins bien.

n

Spécifications

•Type : enceinte de bibliothèque ou à accrocher au mur, deux voies, bass-reflex accordé par évent frontal semi-laminaire •Tweeter : à dôme textile de 25 mm •Boomer : de 13 cm à membrane en fibre de verre •Réponse en fréquence : 55 Hz à 20 kHz •Rendement : 88 dB •Puissance admissible nominale/max. : 80/100 watts •Dimensions : 27 x 16,5 x 20 cm •Poids : 2,65 kg

Notre avis


Savez-vous que vous étranglez votre ampli ?

Quasiment tous les câbles d’enceinte ont une impédance caractéristique – et je ne parle pas là d’impédance, plus fréquemment connu sous le nom de résistance CC. Je parle des caractéristiques du câble qui est de 75Ω pour votre connectique de câbles et de 300Ω pour votre antenne bifilaire. L’un des réels défis de notre monde audio est que l’impédance des enceintes n’est jamais homogène sur l’ensemble de la gamme audio ni sur la totalité de la bande passante qui est nécessaire à une bonne réponse transitoire. Ceci explique pourquoi au niveau des enceintes, il est spécifié “impédance nominale” - et également pourquoi il n’existe aucune valeur d’impédance caractéristique des câbles d’enceinte qui est bonne. Il n’y a qu’un seul moyen d’éliminer l’effet “mélasse” engendré par l’impédance caractéristique des câbles d’enceinte étranglant ainsi la capacité de l’amplificateur à fournir du courant – et c’est d’éliminer toute impédance caractéristique. Les câbles d’enceinte Technologie ZERO de chez AudioQuest éliminent l’interaction entre le positif et le négatif qui définit l’impédance caractéristique d’un câble – lorsqu’il n’y a pas d’interaction, il ne peut y avoir d’impédance caractéristique. Les câbles Tech ZERO bénéficient des mêmes ingrédients de design superbes utilisés dans les autres modèles AudioQuest: la Diélectrique par Polarisation, la Dissipation du Bruit, les métaux de Surface Parfaite etc., mais optimisés comme jamais auparavant. Bonne écoute à vous quand vous aurez enfin l’opportunité de vraiment entendre votre amplificateur ! William E. Low


40

ON mag - Hifi pour tous 2020

JM REYNAUD Lucia

680 €

Jean-Marie Reynaud est un constructeur d’enceintes Hifi français de dimension semi-artisanale. La Lucia est son plus petit modèle, celui d’entrée de gamme, mais elle est déjà réalisée avec beaucoup de soin, d’attention et d’amour. Voyons si cela s’entend. par Pierre Stemmelin La Jean-Marie Reynaud Lucia est une enceinte compacte, à poser sur un meuble ou un pied adapté, simple, pas prétentieuse, conçue et fabriquée intégralement en France. On peut dire qu’elle est une représentante de la Hifi locale, équitable et durable. Contrairement à beaucoup de marques de grande diffusion pour lesquelles on se demande si quelqu’un en interne à au moins pris le temps d’essayer et écouter le produit en conditions réelles, ici, avec la JMR Lucia tout indique l’attention portée à son étude, son optimisation pour une

enceinte avec laquelle il fera bon vivre pendant de nombreuses années.

De la simplicité et une attention portée à chaque petit détail Contrairement à l’année dernière concernant la grande sœur, Folia Jubilé, nous n’aurons cette fois rien à redire sur les proportions de la JMR Lucia, car nous les trouvons juste parfaites. Cette enceinte ne propose pas de luxueuse finition en


ON mag - Hifi pour tous 2020

41

Spécifications

•Type : enceinte de bibliothèque, 2 voies, accordée en bass-reflex par évent frontal laminaire •Haut-parleurs : boomer de 13 cm à membrane en papier, tweeter à dôme textile de 25 mm •Bande passante : 65 Hz à 18 kHz •Impédance : 6 ohms (minimum) •Sensibilité : 85 dB/2 V/1 m •Type de filtrage : 12dB/octave, fréquence de raccordement à 3500 Hz •Dimensions : 18 x 23 x 37 cm (l’unité) •Poids : 7 kg (l’unité)

Notre avis

bois véritable, mais la laque blanche, légèrement nacrée, dans laquelle nous l’avons reçue pour notre test lui va à ravir soulignant sa ligne d’une beauté élémentaire. Par ailleurs, chaque petit détail semble avoir été étudié avec beaucoup d’attention. Le dessin de l’embouchure de l’évent laminaire bass-reflex, en bas de la façade, se marie à merveille au cache en tissu aux extrémités en arc de cercle et au baffle dont les arrêtes gauche et droite sont arrondies. Cette embouchure est bordée d’un petit tapis de feutre, comme le pourtour des haut-parleurs afin de limiter les bruits d’écoulement d’air et les effets de bord. Les haut-parleurs sont fabriqués sur cahier des charges et d’origine française. Le boomer est de 13 cm de diamètre. Il possède une membrane en papier enduit avec bobine mobile sur support aluminium de 25 mm et une ogive centrale en

Construction

Design - finition

Performances

Musicalité

caoutchouc solidaire du moteur à double aimant. Le tweeter à dôme textile de 25 mm est logé au fond d’une petite amorce de pavillon et dispose d’une chambre arrière d’amortissement. Le bornier simple câblage de la JM Reynaud Lucia n’a rien d’excentrique, par contre les éléments qui ne se voient pas de l’extérieur, mais qui font la différence à l’écoute, on fait l’objet d’une étude très sérieuse et approfondie. Cela commence par la charge acoustique (l’ébénisterie) réalisée en panneaux de médium de bonne épaisseur (19 mm), tapissée intérieurement de plaques de bitume et de mousse. Cela se poursuit par le filtre de répartition des fréquences entre le boomer et le tweeter. Ce filtre utilise des composants haut de gamme, d’origine Jantzen, d’une qualité rare dans cette catégorie de prix.

uuu


42

ON mag - Hifi pour tous 2020

Le timbre juste, le tempo leste, les basses alertes... le bonheur quoi ! Il ne faut que quelques secondes pour se rendre compte à l’écoute que ces enceintes Jean-Marie Reynaud Lucia sonnent merveilleusement bien. Elles sont d’un pouvoir de séduction exceptionnel, dans leur catégorie de prix, mais aussi bien au-delà. Nous les avions déjà écoutées lors d’une de leurs premières présentations au public en 2017. Nos nouveaux essais nous ont totalement confirmés nos très bonnes premières impressions. Certes, ces enceintes ont un rendement modéré ainsi qu’une bande passante et une tenue en puissance pas démesurées. Mais pour le reste, elles touchent à la perfection. Leur équilibre tonal n’appelle strictement aucun reproche. La restitution musicale est fluide, spontanée, d’une vitalité et d’un naturel que l’on ne rencontre que très rarement. Nous avons soumis les JM Reynaud Lucia à

tous les styles de musique, aussi bien sur des enregistrements acoustiques les plus neutres possibles de Classique ou de Jazz qu’à d’autres de R’n B ou Electro ultra trafiqués. Nous les avons fait tourner pendant des heures et des heures, leur avons demandé de rejouer nos playlists et morceaux préférés à n’en plus finir, en remontant très loin dans notre catalogue. Jamais, elles ne nous ont déçues, que ce soit pour une écoute de musique de fond ou à régime plus soutenu pour des auditions plus pointues. Avec les JM Reynaud Lucia la musique s’écoule de façon évidente. Elles ne font pas tout. Elles ne sont pas artificiellement démonstratives, ne cherchent pas à battre des records techniques. Mais, avec elles, la musique s’écoule de façon totalement évidente sans que l’on ne ressente de frustration ou de fatigue. Le tempo, les timbres, l’image stéréophonique... tout est en place... c’est le bonheur.

n


FOREVER CLASSIC . NAD . , NAD

.

,

,

,

Classic

lassi .

C3 8

Hybrid Digital

C 368

Hybrid Digital

C

C 338

Hybrid Digital

C 388 C distributeur exclusif

Z.A. La GĂŠode - 20 rue des 4 vents - 91690 Guillerval - France - Tel. : + 33 1 60 80 95 77 - Fax : + 33 1 69 58 83 69 - contact@francemarketing.fr - www.francemarketing.fr


44

ON mag - Hifi pour tous 2020

MARTIN LOGAN

850 €

Motion 15i La marque américaine Martin Logan s'est imposée comme le plus grand et presque l'unique spécialiste des enceintes à panneau électrostatique. Profitant d'une distribution revigorée en France, nous avons récemment testé son modèle ElectroMotion ESL auquel nous avons décerné un ON-topaudio Award. Ce que l'on sait moins, c’est que Martin Logan propose aussi, pour son entrée de gamme, une série d'enceintes électrodynamiques plus traditionnelles, mais qui ne manquent pas d'attrait. La Motion 15i que nous vous présentons ici en est le plus petit modèle. par Pierre Stemmelin

La série Motion i de Martin Logan, évolution et remplaçante de la série Motion, a été lancée durant l'été 2019. Elle compte 7 références : 2 modèles de bibliothèque, 3 colonnes et 2 voies centrales. Elle est donc aussi bien adaptée à une utilisation Hifi

stéréo que Home Cinéma multicanale. Les prix de ses modèles s'étagent de 850 à 3400 € la paire. Il ne s'agit donc pas de produits bas de gamme. On est déjà dans une approche un peu luxueuse et techniquement assez recherchée.


ON mag - Hifi pour tous 2020

Une mini enceinte à l'allure distinguée dotée de haut-parleurs peu communs Cette approche se remarque tout de suite avec la Martin Logan Motion 15i. Son coffret, dont la paroi supérieure est inclinée de quelques degrés vers l'arrière, lui confère un look singulier que nous trouvons pour notre part particulièrement réussi. La finition est proposée en blanc mat, noir laqué ou placage noyer tandis qu'un bandeau façon aluminium brossé souligne le bas de la façade. L'ébénisterie est de constitution sérieuse, réalisée en panneaux de médium de 15 à 18 mm d'épaisseur. Le baffle de 15 mm est doublé d'un second panneau bien amorti de 6 mm qui assure l'habillage du pourtour des haut-parleurs et leur aménage des amorces de pavillon. Les haut-parleurs sont également relativement haut de gamme. Le tweeter est à ruban, ou plutôt à membrane plissée en accordéon de 26 x 36 mm. Il s'apparente à un modèle de type Air Motion Transformer. Le boomer de 13,5 cm utilise une membrane en aluminium teinté noir associé à un solide saladier en métal moulé, un généreux moteur à aimant ferrite de 9 cm de diamètre et un cachenoyau rigide, semi-convexe, couplé à une chambre d'amortissement interne asymétrique. Son accord bass-reflex est réalisé par un évent tubulaire arrière. En jetant un œil à l'intérieur du coffret, on remarque aussi le soin apporté à l'élaboration du circuit de filtrage. Il utilise des composants de qualité (capacités au polypropylène en série, selfs à faible inductance) et dispose d'une protection thermique contre les surtensions.

À l'écoute : de l'emphase et beaucoup de cœur À l'écoute, les Martin Logan Motion 15i ne sont pas des championnes de neutralité, mais font état de qualités enthousiasmantes. Elles ont une bande passante subjectivement très étendue pour de si petites enceintes. L'aigu file très haut tandis que le registre grave bénéficie d'une générosité et d'un aplomb surprenants. Associées à notre amplificateur repère et à des câbles AudioQuest haut de gamme Type 5, elles ont beaucoup de rondeur et de chaleur. Elles n'en sont pas pour autant molles ou nonchalantes. Au contraire, elles ont de l'énergie à revendre. Avec les Martin Logan Motion 15i, les basses sont naturellement un peu écourtées, du fait de la compacité de leurs coffrets, mais elles pulsent avec vigueur et il n'y a pas de sensation de manque. L'équilibre tonal est très réussi. Il est légèrement physiologique. Le médium a de belles couleurs. Les voix des sœurs Haim du groupe éponyme timbrent juste un peu plus bas que ce que l'on a l'habitude d'entendre. Cela leur donne beaucoup de corps,

45

une agréable incarnation. La tenue en puissance de ces petites enceintes Martin Logan est également de très bon niveau. On peut pousser assez fort le son avant qu'il ne se désunisse. Par ailleurs, l'image sonore est particulièrement vaste et ample. Dans une pièce de bonne dimension (plus de 40 m2), les Motion 15i arrivent à remplir l'espace de façon inhabituelle pour des enceintes de ce gabarit. Elles ont beaucoup d'emphase et parviennent même à créer des effets surround latéraux sur certains morceaux. Pourtant l'image stéréophonique reste cohérente avec des éléments sonores correctement focalisés. Les Martin Logan Motion 15i sont des enceintes remarquables pour leur catégorie.

Spécifications •Type : enceinte de bibliothèque deux voies, bass-reflex à évent arrière •Tweeter : Fold Motion à diaphragme plissé de 26 x 36 mm •Boomer : 13,5 cm à membrane en aluminium •Réponse en fréquence : 60 Hz à 25 kHz (±3 dB) •Amplification recommandée : 20 à 200 watts •Sensibilité : 92 dB/2,83 V/1 m •Impédance : 5 ohms •Fréquence de coupure du filtre : 2,7 kHz •Poids : 5,4 kg •Dimensions : 29 x 17,3 x 24 cm

Notre avis Construction

Design - finition

Performances

Musicalité


46

ON mag - Hifi pour tous 2020

Q ACOUSTICS 3030i La 3030i est la dernière arrivée dans la gamme 3000i de la marque anglaise Q Acoustics. Reprenant la topologie et la forme de la 3020i que nous avons testée l'année dernière, elle cherche à offrir plus de puissance acoustique et des basses plus profondes grâce à un volume de charge multiplié par deux. par Pierre Stemmelin, Sans surprise, la 3030i reprend le profil caractéristique des enceintes de bibliothèque de Q Acoustics. Son coffret, plus profond que large afin de favoriser l'amortissement progressif des ondes internes, possède des arêtes très fortement arrondies. On peut l'obtenir en habillage vinyle blanc (Arctic White), noir (Carbon Black), gris (Graphite Grey) ou façon noyer (English Walnut). Accordé en bass-reflex par un évent tubulaire arrière, il présente un volume interne deux fois plus important que celui de la 3020i. La Q Acoustics 3030i est ainsi une grosse enceinte de bibliothèque, mais elle conserve des dimensions encore raisonnables. Il est possible de la poser sur un buffet ou de la monter sur son pied dédié (3030FSi à 200 € la paire). Comme nous l'ont montré nos tests, un écart à partir d'une vingtaine de centimètres du mur arrière peut suffire pour qu'elle commence à fonctionner correctement. En façade, les 2haut-parleurs sont protégés par un cache en tissu au cadre très fin, maintenu par des aimants. Toutes leurs vis sont dissimulées par des enjoliveurs en plastique à la finition chromée. Le tweeter, à dôme et anneau concentriques en textile imprégné totalisant 35 mm de diamètre, est identique à celui de la 3020i. Le boomer est en revanche plus large (16,5 cm contre 12,5 cm), mais toujours à membrane en papier enduit. L'ébénisterie qui accueille ces haut-parleurs est toujours construite en panneaux de médium d'une épaisseur inhabituelle (jusqu'à 25 mm) pour une enceinte de ce gabarit. Sur son dos, on remarque une évolution par rapport à la 3020i. Les élégants borniers propriétaires, acceptant fils dénudés, fourches ou prises bananes, dépassent très peu du coffret (de moins de 1 cm).

À l'écoute : des enceintes qui en veulent dans les graves Nous avons testé les Q Acoustics 3030i avec un ampli Primare i25 et des câbles AudioQuest Star Quad Type 9 qui nous servent en ce moment de mètres étalons. La restitution de ces enceintes a

500 €

beaucoup d'ampleur et de générosité, notamment dans les basses fréquences. À ce titre, elles ne conviennent pas à de toutes petites pièces d'écoute (moins de 15 m2). Si leur rendement ne semble pas très élevé, en revanche leur tenue en puissance est plutôt bonne. La définition des timbres pourrait être plus poussée. Les 3030i ne sont pas à cheval sur les petits détails. Leur signature acoustique n'en demeure pas moins relativement bien équilibrée. Le grave est profond, fort présent et chaleureux, sans pour autant étouffer le reste du spectre audio. L'image stéréophonique a beaucoup d'ouverture. Sur ce point encore, les enceintes Q Acoustics font preuve de largesse, dressant de vastes panoramas sonores. Il est en outre un type de musique sur lequel les 3030i font beaucoup d'effet. Il s'agit de l'ElectroPop synthétique. Nous avons été particulièrement surpris par leur enthousiasme sur la chanson "The World" de la chanteuse japonaise virtuelle Miku Hatsune, délivrant une ambiance électrique, très entraînante.

Spécifications •Type : enceinte compacte, 2 voies, bass-reflex dorsal •Haut-parleurs : boomer de 16,5 cm à membrane en papier, tweeter à dôme textile de 22 mm •Réponse en fréquence : 46 Hz à 30 kHz à ±3 dB •Impédance : 6 Ω nominale, 4 Ω minimale •Sensibilité : 88 dB pour 2,83 V/1 m •Volume de charge : 12,5 litres •Dimensions : 325 x 200 x 329 mm •Poids : 6,4 kg

Notre avis


Le meilleur des deux mondes. Les ingénieurs Marantz ont puisé dans l’expérience acquise lors du développement de la gamme Premium pour l’appliquer à ce remarquable lecteur numérique, premier en son genre. Le ND8006 offre le son Marantz légendaire à partir de littéralement toutes les sources de musique disponibles, en passant par les services de streaming en ligne, la technologie multiroom HEOS, les fichiers audio haute résolution stockés en local, les CD audio, l’AirPlay, le Bluetooth et plus encore. Because Music Matters.

« […] un superbe appareil avec lecteur réseau et lecteur CD à la sonorité chaleureuse ! »

HIGHLIGHT 04/2018

Lecteur CD réseau audiophile ND8006


48

ON mag - Hifi pour tous 2020

TRIANGLE

900 €

Borea BR08 La BR08 est une des plus grandes et plus grosses enceintes de la nouvelle série Borea, qui constitue désormais l'entrée/milieu de gamme de la marque d'enceintes acoustiques française Triangle. La Borea BR08 fonctionne en 3 voies avec 4 hautparleurs, ce qui est ambitieux et même plutôt hasardeux pour une colonne d'une conception à coût serré. Alors va-t-elle nous réserver une bonne surprise... ou pas ? par Pierre Stemmelin


ON mag - Hifi pour tous 2020

Nous avons découvert la série Borea en avantpremière l'an dernier en testant le gros modèle de bibliothèque BR03. On peut saluer le travail de développement technique qui a été réalisé pour la concevoir. Si sans surprise la fabrication est chinoise, tous les éléments sont propres et exclusifs à la marque française. L'habillage et la structure du coffret sont le fruit de son propre laboratoire installé en France, de même que les haut-parleurs, l'évent et bien sûr la topologie du filtre.

Une enceinte colonne qui met à l'honneur l'ADN de la marque française La Triangle Borea BR08 est une colonne au gabarit déjà relativement imposant, aux proportions bien équilibrées se caractérisant par un coffret plus profond que large, ce qui évite de le faire paraître trop massif. Nous l'avons reçue dans sa version habillée d'un vinyle façon noyer au rendu lisse satiné qui est, à notre avis, plus réussi que les versions noire et blanche revêtues d'un vinyle uni granité. Le baffle, entièrement recouvert d'un cache en tissu détachable maintenu par des aimants, est bien rempli. En bas se trouvent les deux boomers à cône en fibre de verre enduite de 16 cm de diamètre. Juste en dessous, l'évent bass-reflex est doté d'une embouchure évasée fermement arrimée qui de par sa forme limite les bruits parasites d'écoulement d'air. Sa position en face avant permet de placer l'arrière de l'enceinte très proche d'un mur sans subir de gonflement trop important des basses. En haut du baffle, le tweeter de type EFS (Efficient Flow System) est à dôme en textile imprégné de 25 mm avec de petites pièces de mise en phase latérales qui, au passage, le protègent des doigts innocents et inquisiteurs. Entre eux (boomers et tweeter), la pièce maîtresse est un haut-parleur de médium de 16 cm qui se charge de la plage de fréquence à laquelle l'oreille humaine est la plus sensible. La Borea BR08 reprend ainsi une grande tradition de la marque Triangle créée en 1980 par Renaud de Vergnette. Ce transducteur de médium est à membrane blanche en pulpe de cellulose naturelle (papier non teinté). Sa suspension relativement raide est faite de tissu imprégné, fidèle aux traditions historiques de Triangle. Tous ces haut-parleurs sont implantés en affleurement du baffle, entourés de bagues en caoutchouc soulignées par des baguettes courbes en aluminium afin d'éviter les effets de bord. L'ébénisterie de la Borea BR08 est également fort sérieusement construite à partir de panneaux de médium de 20 mm d'épaisseur. À l'intérieur, le

49

transducteur de médium y dispose de sa propre charge close, grâce à un compartiment isolé qui constitue tout le quart supérieur de l'enceinte. Des entretoises viennent en outre prendre appui à l'arrière des moteurs des boomers pour leur assurer une référence mécanique bien stable. Tout cela concourt à offrir au coffret une très bonne inertie et à limiter les résonances pouvant être sources de colorations sonores parasites. Enfin, le filtre de la Triangle Borea BR08 n'est pas en reste. Se répartissant sur deux circuits, il n'est pas conçu à l'économie de bouts de chandelle. On y remarque des composants sérieux, dont des selfs bien dimensionnées et quelques condensateurs au polypropylène.

Des enceintes Hifi pleines de très bonne volonté, de générosité et extrêmement bien mises au point Pour ne pas changer nos repères, nous avons testé les Triangle Borea BR08 avec un ampli Primare i25 et des câbles haut-parleurs AudioQuest Star Quad Type 9. D'emblée, nous devons à nouveau saluer le travail de mise au point de ces enceintes colonnes.

���

Spécifications •Type : enceinte colonne, 3 voies, 4 haut-parleurs, bassreflex frontal •Tweeter : de type EFS, à dôme textile de 25 mm •Médium : 16 cm à membrane en pulpe de cellulose naturelle et suspension en tissu imprégné •Boomers : 2 x 16 cm à membrane en fibre de verre enduite et suspension caoutchouc •Sensibilité : 92 dB/W/m •Bande passante : 40 Hz à 22 kHz (±3 dB) •Puissance admissible : 150 W •Impédance nom./min. : 8/3 Ω •Dimensions : 206 x 1020 x 314 mm •Poids : 21,2 kg

Notre avis Construction

Design - finition

Performances

Musicalité


50

ON mag - Hifi pour tous 2020

Avec elles s'expriment tout le talent et la sensibilité de l'équipe de R&D de la marque française. Alors certes, on peut leur faire tout un tas de petits reproches. Le grave pourrait être un poil plus ferme et avoir plus d'impact. L'aigu pourrait avoir légèrement plus de finesse. Quelques colorations dans le registre médium pourraient être estompées. Mais pour une paire d'enceintes à moins de 1000 €, le travail de conception reste admirable. Nous avons rarement entendu de grandes enceintes colonnes dans cette classe de prix sonner avec autant d'homogénéité, de cohérence et de spontanéité. Le rendement est de haut niveau, la tenue en puissance plutôt bonne et la réponse en fréquence relativement large. Quand le morceau de musique le nécessite, les basses sont généreuses et pulsent bien. Le grave n'est pas pour autant dégoulinant ou envahissant. Il est festif, rythmique, plein d'entrain. On apprécie également la très bonne ouverture dans le registre médium. Les voix donnent une très

belle sensation de présence, d'énergie et d'aération. On retrouve bien là l'esprit Triangle qui lui a permis d'acquérir sa personnalité à part entière et sa réputation. Le registre aigu est bien intégré, il n'en fait pas trop. S'il est un point sur lequel les Triangle Borea BR08 se dissocient de la signature acoustique originale de Triangle, c'est bien celui-là et c'est tant mieux. On a reproché pendant longtemps aux enceintes Triangle de sonner trop clair, d'être trop incisives dans le haut du spectre. Ici, ce n'est plus le cas. L'aigu demeure bien présent, suffisamment virulent, absolument pas étouffé, mais en évitant de se montrer trop insistant. Encore une fois, nous saluons l'excellent travail réalisé sur les Borea BR08 avec des contraintes de coût serré. Ces enceintes font partie des meilleurs choix pour ceux qui recherchent de grandes colonnes Hifi dans leur classe de prix. Leur restitution est fort agréable et enthousiasmante.


MyConnect

60

L’unique classe

AB

All-In-One . Amplificateur 2x60W . Lecteur réseau multiroom. Lecteur CD . Tuner FM et DAB+ . Entrée phono . Bluetooth . Apps iOS & Android

ADVANCE PARIS

www.advanceparis.com


PLATINE CONNECTÉE MULTIROOM

Profitez de votre musique dans toutes vos pièces ! MusicCast est une révolution dans le monde du multiroom. Une application ergonomique, une gamme complète de produits compatibles, Barres de son, Home Cinema, Hi-Fi, Smart-Audio et des possibilités multiples : Bluetooth, AirPlay 2, Wi-Fi… MusicCast : toute la musique, partout, pour tous.


LA MINICHAÃŽNE


54

ON mag - Hifi pour tous 2020

YAMAHA

CRX-B270D/370D Que peut-on attendre d’une minichaîne à 400 € ? S’agit-il d’un système véritablement Hifi ? Yamaha, spécialiste japonais de l’audio domestique, présent sur presque tous les segments de marché et toutes les tranches de budget, nous propose sa réponse avec la CRX-B270D et sa version PianoCraft CRX-B370D. par Pierre Stemmelin Les minichaînes Yamaha CRX-B270D et CRX-B370D partagent la même unité centrale au format boîte à chaussures. Celle-ci s’habille d’une élégante façade en aluminium. Logée dans un solide châssis en métal, elle accueille un lecteur de CD-Audio, un tuner pour les radios FM et DAB+ et un récepteur Bluetooth compatible avec le codec AAC. La dotation est complétée par une entrée numérique optique, une entrée analogique sur mini-jack, une prise casque, une sortie subwoofer et un port USB Host permettant de lire des fichiers Hi-res jusqu’en 24 bits/192 kHz. Une grande télécommande, d’une bonne ergonomie, pilote toutes les fonctions.

La différence tient juste dans la finition des enceintes La finition de l’unité centrale est soignée et une visite sous son capot montre des circuits simples, mais sains et d’une grande propreté. L’alimentation à découpage est séparée des autres circuits par une plaque de blindage afin d’éviter les interférences. L’interface audionumérique est de type 24 bits/216 kHz (Burr Brown PCM9211). L’amplificateur est un petit module travaillant en classe D, Texas Instruments TPA3118, capable de délivrer jusqu’à 2 x 30 watts sous 8 ohms. Chacune des deux enceintes qui accompagnent cette unité centrale possède un coffret construit

400 €

en panneaux de bois aggloméré d’environ 10 mm d’épaisseur avec un baffle doublé d’une plaque en matériau plastique. Pour la Yamaha CRXB270D, l’habillage des coffrets est un simple vinyle noir imitant les veinures du bois. Pour la version PianoCraft CRX-B370D, les enceintes ont droit à une finition plus chic constituée d’un épais revêtement synthétique brillant façon laque piano. Ce détail explique les 50 € de différence entre les prix des deux versions. Les enceintes fonctionnent dans les deux cas en deux voies et à partir des mêmes haut-parleurs : tweeters à diaphragme conico-sphérique synthétique de 25 mm et boomers de 10,5 cm à membrane polypropylène, accordés en bassreflex par des évents tubulaires arrière. À noter : les coffrets des enceintes ont des façades très ramassées, mais ils sont assez allongés et donc profonds, certainement pour de bonnes raisons acoustiques (plus de volume de charge, meilleur amortissement interne).

Aparté sur l’absence de fonctions connectées et sur la durabilité On peut regretter que Yamaha n’ait pas intégré dans sa minichaîne CRX-B270D/370D son système audio connecté MusicCast. Cela aurait pu être intéressant de remplacer le lecteur CD par un


ON mag - Hifi pour tous 2020

lecteur réseau. Il est possible d’avoir les deux, mais en se tournant vers le modèle supérieur dans la gamme, la minichaîne Yamaha MusicCast MCRN470B (600 €). Compte tenu des tarifs de la CRX-B270D/370D, on peut comprendre le choix de Yamaha. Les licences à payer auprès d’Apple, Google et consorts pour proposer un produit connecté sont fort coûteuses. Par ailleurs, un produit non connecté n’est-il pas plus durable ? Certes, la mécanique de lecture des CD de la minichaîne CRX-B270D/370D n’est pas garantie pouvoir tenir plusieurs décennies, mais l’espérance de vie de l’ensemble ne sera pas limitée dans le futur par l’obsolescence des fonctions réseau. Enfin, pour profiter de la musique en réseau, on peut toujours s’équiper d’un petit lecteur connecté complémentaire, beaucoup moins cher à renouveler que tout un système lorsqu’une mise à jour «hardware» s’impose.

Une minichaîne simple et modeste, mais qui sonne bien et redonne goût à la stéréo Sur le terrain, la simplicité d’utilisation de la minichaîne Yamaha CRX-B270D/370D apparaît évidente et à l’écoute on sent rapidement que de bonnes oreilles se sont penchées sur sa conception. La puissance acoustique disponible n’est pas très importante, mais déjà suffisante pour animer une petite soirée. Par rapport à certaines enceintes touten-un, par exemple la Sonos Play 5 dont les hautparleurs travaillent en configuration active gérée par DSP, les enceintes passives alimentées par un ampli traditionnel de la minichaîne Yamaha apportent un peu moins de profondeur et d’impact dans les basses. Cependant, ce registre n’est absolument pas maigre. Il bénéficie déjà d’une très bonne ampleur et il a un bon punch. L’équilibre global est légèrement physiologique, chaleureux avec une

55

petite pointe de brillance dans les aigus. Les timbres affichent une belle cohérence. Le rendu est vivant, naturel et harmonieux. Sur ce point, peu d’enceintes tout-en-un savent faire aussi bien. En outre, avec la minichaîne Yamaha, on bénéficie d’une véritable image stéréophonique. Celle-ci ne peut être aussi large qu’avec un gros système Hifi, mais sa construction est déjà stable et précise. L’écartement idéal entre les deux enceintes se situe aux alentours d’un mètre et elles sont parfaitement adaptées à une écoute de proximité dans une pièce de petite ou moyenne superficie.

n

Spécifications

•Type : minichaîne Hifi •Sources intégrées : lecteur de CD, tuner FM/DAB+ •Connectique : entrée numérique optique, entrée analogique sur mini-jack, sortie casque sur jack 6,35 mm, sortie subwoofer sur RCA, USB Host, Bluetooth AAC •Puissance : 2 x 20 watts sous 6 ohms •Enceintes : 2 voies, bass-reflex, boomers de 10,5 cm, tweeters de 25 mm •Dimensions : 180 x 118 x 322 mm pour l’unité centrale, 123 x 192 x 298 mm par enceinte •Poids : 2,7 kg pour l’unité centrale, 2,2 kg par enceinte •Prix : 400 € pour la version MCR-B270D, 450 € pour la MCR-B370D

Notre avis Construction

Équipement

Performances

Musicalité


CX 2


LES ACCESSOIRES


58

ON mag - Hifi pour tous 2020

AUDIOQUEST

250 €

350 €

PowerQuest 2 et 3 La marque américaine AudioQuest, leader mondial des câbles audiophiles, a récemment lancé deux nouvelles barrettes secteur, la PowerQuest 2 et la PowerQuest 3. Ces deux barrettes interpellent immédiatement par leur niveau d'équipement, la multiplicité des systèmes de protection et de filtrage des bruits parasites qu'elles intègrent, ainsi que leur tarif. Ces prix sont certes déjà élevés, mais paraissent fort raisonnables par rapport à ceux de beaucoup de produits concurrents et rendent ces multiprises accessibles à presque toutes les bourses. Nous avons essayé les AudioQuest PowerQuest 2 et PowerQuest 3 pour savoir si elles tiennent leurs promesses. par Pierre Stemmelin Dans le monde de la Hifi haut de gamme, si la plupart des audiophiles s'accordent à reconnaître l'utilité de câbles et d’un système d'alimentation de qualité, bien dimensionnés, en revanche les débats font rage dès qu'il s'agit de reconnaître les performances de tel ou tel accessoire parfois vendu à prix d'or. En effet, vu les tarifs astronomiques

pratiqués par certaines marques, on peut souvent s'interroger sur leur honnêteté et leurs arguments parfois plus ésotériques que scientifiques. Néanmoins, s'il est un acteur dans ce secteur qui inspire plus confiance que d'autres, c'est bien AudioQuest. Ce constructeur américain, qui a aussi des ateliers d'assemblage en Europe, propose un


ON mag - Hifi pour tous 2020

des catalogues les plus vastes, s'étendant de modèles réellement démocratiques à quelques euros jusqu'à des références véritablement High End coûtant plusieurs milliers d'euros. Il est le leader incontesté du marché et se caractérise par son approche toujours très pragmatique étayée par des éléments en partie mesurables (voir notre article sur "l’influence de la liaison avec le courant secteur pour les installations audiophiles").

59

les protéger. Elles intègrent donc deux protections. La première coupe en moins d'un quart de seconde le courant dès que la tension du secteur dépasse 270 VAC. Cette protection se désactive ensuite dès que la tension redescend à la normale. La seconde prévient les décharges, comme celles provoquées par la foudre. Elle est non "sacrificielle", ce qui signifie qu'il n'y a pas de fusible ou autre élément à

Prises optimisées pour les hauts courants, la vidéo 4K/8K, mais aussi pour la charge USB ainsi que le réseau Ethernet Les AudioQuest PowerQuest 2 et PowerQuest 3 se présentent sous la forme de conditionneurs secteur allongés, mais attention ce ne sont pas à proprement parler des conditionneurs et encore moins des onduleurs. Leurs boîtiers sont accompagnés d'un socle détachable. On peut les poser à l'horizontale ou à la verticale ou encore les accrocher au mur. Leur solide coque en matière plastique comporte des inserts et des patins amortissants pour cela. Le modèle PowerQuest 3 est un peu plus volumineux que le PowerQuest 2. Il possède plus de branchements. Il est équipé de 8 prises de courant contre 6, de quatre ports USB d'alimentation 5 V contre 2, et il gagne une entrée ainsi qu'une sortie Ethernet RJ45 afin de filtrer les parasites du réseau informatique. Les prises secteur de ces deux barrettes n'ont pas de broche centrale de raccordement à la terre. Cette liaison est assurée par des glissières métalliques sur les côtés. Cela donne la possibilité de choisir le sens du branchement et donc la phase, ce qui peut être utile avec certains appareils audio afin d'optimiser les performances. En outre, les prises secteur des PowerQuest 2 et 3 n'ont pas toutes la même fonction. Elles sont toutes soumises à un système de filtrage linéaire différentiel qui réduit le bruit de 22 dB entre 30 kHz et 1 GHz. Mais deux d'entre elles sont optimisées pour les hauts courants que nécessitent les amplis Hifi et Home Cinéma, les soundbars ou les caissons de grave, tandis qu'une autre (deux sur la PowerQuest 3), dédiée aux téléviseurs 4K et 8K, ajoute un étage de filtrage supplémentaire.

Spécifications •AudioQuest PowerQuest 2 : 6 prises secteur (dont 2 pour les hauts courants et 1 pour les appareils vidéo 4K/ 8K), 2 ports USB de charge 5 V, protections contre les décharges et surtensions, filtrage linéaire du bruit, 250 € •AudioQuest PowerQuest 3 : 8 prises secteur (dont 2 pour les hauts courants et 2 pour les appareils vidéo 4K/ 8K), 2 ports USB de charge 5 V, entrée et sortie Ethernet RJ45, protections contre les décharges et surtensions, filtrage linéaire du bruit, 350 €

Des multiprises qui protègent Le rôle des barrettes secteur AudioQuest n'est pas uniquement d'apporter un courant propre à vos électroniques, nettoyé de parasites, mais aussi de

���

Notre avis


60

ON mag - Hifi pour tous 2020

changer pour réarmer, et elle supporte jusqu'à 6000 V/3000 A.

Pas de dégradation et des bienfaits parfois non négligeables Nous n'allons pas vous dire que ces barrettes secteur font des miracles, vous raconter qu'avec elles on a l'impression qu'un système Hifi semble passer des performances d'une 2 CV à celles d'une Ferrari. Dans certaines conditions de courant secteur favorable et à partir d'appareils Hifi dont la section d'alimentation est bien conçue, leur effet ne change pas grand-chose, et c'est déjà un bon point. Contrairement à d'autres solutions incorporant des protections contre les surcharges et surtensions, les AudioQuest PowerQuest 2 et 3 ne dégradent pas les performances sonores. On ne constate pas de tassement de la dynamique ni de ralentissement dans l'exécution musicale comme si le message sonore était freiné. Par ailleurs, dans des conditions de courant secteur moins favorable, pollué par de nombreux parasites, ces barrettes PowerQuest peuvent apporter un petit plus. Nous avons fait l'essai en chargeant la mule :

en raccordant plusieurs smartphones sur les prises USB, en branchant divers transformateurs pour alimenter des éclairages avec variateur ainsi que plusieurs sources audio analogiques et numériques, en approchant un téléphone sans fil DECT que nous connaissons être la source de beaucoup de perturbations. Dans cette configuration, par rapport à une multiprise basique vendue en grande surface, les PowerQuest nous ont bien semblé apporter plus de propreté à la restitution sonore, des graves plus amples et mieux tenus, des aigus plus doux et définis, un médium plus ouvert. Les différences sont subtiles, on ne les remarque pas à tous les coups, mais sur le long terme elles peuvent améliorer sensiblement l'expérience d'écoute. Ajoutons que les multiprises AudioQuest PowerQuest inspirent particulièrement confiance à l'usage. Elles paraissent très sérieuses et robustes. Le contact et la tenue mécanique au niveau des prises sont excellents. On ne rencontre aucune difficulté pour brancher et débrancher. Le câble de raccordement à une prise secteur murale est la fois d'une bonne longueur (plus de 2 mètres) et d'une bonne souplesse.


3000i Series Très acclamée par la critique, la Série 3000i par Q acoustics. “Exemplaire”

“Plaisir absolu”

“Toujours meilleure”

“Expressive”

What Hi-Fi? 3010i

What Hi-Fi? 3020i

What Hi-Fi? 3050i

What Hi-Fi? 3010i Cinema Pack

“Puissance et équilibre”

“Remarquable”

Expert Reviews 3010i

Trusted Reviews 3020i

“De grande valeur”

“Mise à jour magistrale”

Hi-Fi Choice 3050i

Home Cinema Choice 3050i Cinema Pack

“Spéciale”

“Excellente”

Hifi World 3050i

Q Magazine 3010i

“Joyau audiophile”

“Fantastique”

Stereo Magazine 3050i

Trusted Reviews 3050i Cinema Pack

qacoustics.co.uk/3000i


62

ON mag - Hifi pour tous 2020

CHORD

ELECTRONICS

1250 €

Huei En annonçant, il y a un an, son préampli Phono Huei, Chord Electronics a créé la surprise. En effet, jusqu'à présent, ce constructeur britannique d'électroniques Hifi haut de gamme, voire audio High End, s'est surtout fait remarquer pour ses technologies audionumériques. C'est donc la seconde fois à notre connaissance, après l'ultime Symphonic, qu'il propose un appareil dédié au support roi de l'analogique, le disque vinyle. Et il n'y a pas que cela qui est surprenant. Après l'avoir écouté, nous pouvons également affirmer que le Chord Huei a un tempérament sonore totalement inattendu. par Pierre Stemmelin Mais commençons par le début. Le préampli Phono Huei se présente sous la forme d'un petit boîtier extrêmement solide taillé dans un billot d'aluminium massif et présentant des parois très épaisses afin de prémunir l'électronique interne de toutes formes de parasites externes. Pour le moment ça n'est pas une surprise, car il s'agit exactement du même boîtier que celui du DAC Qutest, qui arbore les mêmes touches en verre opalescent s'illuminant de toutes les couleurs et l'épais hublot sur le dessus qui fait loupe sur le circuit intégré. Nous avons appris d’une source bien informée que Chord Electronics prévoyait d'ajouter sous peu à la série un ampli stéréo du même gabarit et un petit rack permettant d'empiler les trois appareils afin de former une minichaîne Hifi de luxe.

Le Chord Electronics Huei est un préampli Phono compatible avec les cellules de types MM et de MC. Par ordre d'entrée, ses quatre touches lumineuses servent à sélectionner le type de cellule MM ou MC, actionner le filtre anti-rumble (pour éliminer certaines ronflettes inhérentes au mode de lecture des disques vinyles), ajuster le gain et sélectionner le module de charge (uniquement disponible en mode MC). En complément, un petit interrupteur est disponible à l'arrière du boîtier et d’ailleurs pas très bien placé. Sa proximité avec la prise de raccordement au transformateur d'alimentation à découpage externe rend sa manipulation un peu acrobatique. Le réglage de gain permet un ajustement sur 8 paliers, tandis que le réglage de charge propose six


ON mag - Hifi pour tous 2020

63

niveaux d'impédance avec ou sans module capacitif (2,2 µF) additif. À l'arrière du Chord Electronics Huei, la connectique se compose d'une entrée pour la platine vinyle avec borne vissante pour la masse et de deux sorties : asymétrique sur RCA et symétrique sur XLR. À l'intérieur de l'Huei, l'électronique est d'une propreté impeccable, comme toujours chez Chord Electronics qui accorde un soin extrême à l'optimisation de l'implantation des composants. L'arrivée d'alimentation est sérieusement filtrée de manière à minimiser les bruits. Les commandes et leur ribambelle de relais haut de gamme Omron sont pilotées par un microprocesseur à très faible bruit (PIC18F24K50). L'amplification est réalisée par des amplis Op triés sur le volet (notamment des OP276 d'Analog Devices). Il n'y a rien d'inutile et c'est du très bel ouvrage "made in Britain" exploitant beaucoup de composants de surface.

Et puis, on ne peut pas taxer le Chord Huei de mollesse. Il nous l'a démontré avec la cellule MC Quintet pour laquelle nous avons retenu après essai le réglage de charge 100 Ω + 2,2 µF. Il est capable de dynamisme et de se révéler fort percutant. Avec cette cellule, la réponse en fréquence s'est beaucoup étendue. Les aigus se sont montrés plus filés et détaillés. Le grave a nettement gagné en poids et en punch. Dans tous les cas, le Chord Electronics Huei s'est fait remarquer par l'absence de souffle et ronflette parasite, par son sens poussé du détail. Assurément, il s'agit d'un préampli Phono très séduisant, au caractère atypique, qui aura certainement de nombreux fans malgré son prix dans l'absolu légèrement élevé.

Des timbres "de toute beauté" et une scène sonore comme sur un nuage

•Type : préampli Phono RIAA pour cellules MM et MC •Impédance d'entrée : 47 kΩ en MM, 100 à 3700 Ω en MC •Plage de gain : 21 à 42 dB en MM, 49 à 68 dB en MC •Bruit en entrée : 1,1 nV/Hz •Niveau de sortie max. 20 V RMS •Précision de la courbe RIAA d'égalisation : ±0,1 dB •Réponse en fréquence : 12 Hz à 25 kHz •Filtre Rumble : -24 dB par octave en dessous de 50 Hz •Impédance de sortie : 520 Ω •Alimentation : 12 V •Dimensions : 41 x 160 x 72 mm •Poids : 657 g •Prix : 1250 €

Nous avons testé le Chord Electronics Huei avec une platine vinyle Perpetuum Ebner PE 1000 associée alternativement à une cellule MM Ortofon 2M Red et une cellule Ortofon MC Quintet Blue. Dès les premières minutes d'écoute, ce préampli Phono nous a enchanté par la douceur de ses timbres, la suavité de sa restitution, son caractère ouvert et aérien allié à une sensation presque contradictoire de corps et de densité. Venant de Chord Electronics qui nous a plus habitués à un son survolté et parfois acéré, c'est étonnant. En outre, autant de douceur est encore plus étonnante à partir de la cellule Ortofon 2M Red réputée plutôt incisive, voire sèche et même raide, de l'avis de certains. Le Chord Huei n'est donc pas totalement neutre, mais difficile de rester insensible à son charme. Il délivre des timbres d'une beauté magique, d'une grande finesse, très ouverts et nuancés. Son image stéréophonique nous a paru comme posée sur un nuage, nous délivrant du cadre formé par les enceintes, repoussant l'espace en profondeur et sur les côtés.

Spécifications

Notre avis Construction

Fonctions

Performances

Musicalité


64

ON mag - Hifi pour tous 2020

ORTOFON

409 €

MC Quintet Blue Avec Audio-technica, Ortofon est l’un des deux leaders du marché des cellules Phono pour platines vinyles. Tout comme son concurrent japonais, ce constructeur danois plus que centenaire propose une gamme pléthorique composée de plusieurs dizaines, voire centaines de références. Au sommet de cette gamme, dans la section Hifi, trônent les modèles à bobine mobile (de type MC pour Moving Coil). Mais qu'apportent-ils vraiment ? Nous avons essayé de le savoir avec l'Ortofon MC Quintet Blue. par Pierrre Stemmelin Dans le monde des cellules Phono, en entrée de gamme, on ne trouve que des cellules à aimant mobile (MM pour Moving Magnet). Cela signifie que leur pointe, ou stylus, porte des aimants. Lors de la lecture d'un disque vinyle, ces aimants sont mis en mouvement au rythme de la musique gravée dans le microsillon. Ils sont placés entre des bobines fixes logées dans le corps de la cellule. Leur mouvement, par un principe électrique simple, génère ainsi dans les bobines le courant correspondant au signal audio. Les cellules Phono MM (on dit parfois cartouche qui est la traduction littérale de "cartridge") présentent l’avantage d'être peu coûteuses à fabriquer. On en trouve à partir de quelques dizaines d'euros et elles délivrent un niveau de sortie élevé ne nécessitant qu'un préampli Phono basique pour attaquer un ampli Hifi. A contrario, les cellules Phono MC, dont ce ne sont plus les aimants mais les bobines qui sont mobiles, sont onéreuses. On n'en trouve pas à moins de 100 €, la plupart coûtant plus de 200 € et jusqu'à plusieurs milliers d'euros. Leur niveau de sortie est beaucoup plus faible, ce qui implique que l'on doit les relier à un préampli Phono spécifique plus puissant, plus complexe et plus cher. Enfin, leur stylus ne peut se remplacer facilement, contrairement à celui des cellules MM. Vues ainsi, les cellules MC ne semblent donc cumuler que des désavantages, mais c'est sans compter sur les résultats sonores. Les cellules Phono MC, dont le premier brevet remonte à 1948 et revient à Ortofon, du fait de leur faible masse en mouvement (celle des bobines), seraient beaucoup plus sensibles et précises.

Il n'y a pas photo, les prestations sonores sont bien supérieures Pour en avoir le cœur net, nous avons essayé une cellule Ortofon MC Quintet Blue en remplacement d'une Ortofon 2M Red sur une platine vinyle Perpetuum Ebner PE 1000, le tout étant relié à un

excellent préampli Phono MM/MC Chord Electronics Huei disposant de nombreux réglages. L'Ortofon MC Quintet est une réalisation fort sérieuse, qui ne laisse pas de place au bricolage. Ce n'est pas un hasard si Ortofon, avec sa division Microtech, est un spécialiste reconnu de la micromécanique de haute précision. À l'écoute, l'écart entre la cellule 2M Red et la MC Quintet Blue saute immédiatement aux oreilles. Avec la MC Quintet Blue, on gagne sur tous les plans. La bande passante subjective est nettement plus large avec un grave plus profond, mieux tenu et surtout beaucoup plus percutant. Les aigus sont plus fluides tandis que les médiums profitent d'une grande définition. Chaque détail semble mieux à sa place. L'image stéréophonique est incontestablement plus stable, plus incarnée, mieux dessinée, plus précise. On ne perd rien en profondeur tout en gagnant en relief et en présence. Comme nous l'avons précisé dans notre test de la platine vinyle Perpetuum Ebner PE 1000, on franchit un cap important. D'après nous, l'Ortofon MC Quintet Blue est une cellule Phono MC fort réussie. Ajoutez à cela le sérieux de sa réalisation, son impédance interne relativement basse qui permet de l'utiliser facilement sur la plupart des préamplis Phono MC et vous obtenez l’un des choix actuels les plus intéressants de sa catégorie.

Spécifications •Type : cellule Phono MC•Diamant : Nude elliptique •Tension de sortie : 0,5 mV (1 kHz, 5 cm/sec) •Séparation des canaux : >21 dB à 1 kHz, >14 dB à 15 kHz •Réponse en fréquence à ±2,5 dB : 20 Hz à 20 kHz •Force d'appui recommandée : 2,3 g •Impédance de charge recommandée : 20 Ω •Poids : 9 g

Notre avis


Hifi : Série Ti T/Zéro

T/5i

T/7i

T/9i

Depuis 30 ans, le caisson de référence.

Home Cinema : Série HT

HT/1205

HT/1508 Predator www.europe-audio-diffusion.com

-

info@europe-audio-diffusion.com

HT/1003 -

03.86.33.01.09


66

ON mag - Hifi pour tous 2020

VIABLUE

120 €

120 €

53 €

Absorber et Spikes Dans le domaine des accessoires Hifi (câbles, pointes, supports, traitements du courant secteur...), il existe de très nombreuses marques. Si les produits qu'elles proposent ne sont pas uniquement des accessoires et peuvent pour certains apporter un gain qualitatif non négligeable à la restitution sonore, beaucoup d'audiophiles restent méfiants à leur égard. Et ils n'ont pas tort, car dans ce domaine, les prix sont parfois totalement indécents tandis que les arguments avancés sont techniquement bien légers et les résultats difficiles à apprécier. Néanmoins, beaucoup de marques prennent également la chose très au sérieux, s'efforçant d'être consciencieuses et rigoureuses, de pratiquer des prix justes. Le constructeur Viablue, que nous découvrons ici avec ses pieds Absorber UFO ainsi que ses pointes de couplage Spikes HS et QTC pour enceintes acoustiques, nous semble être de cette famille. par Pierre Stemmelin Viablue n'est pas très connu en France, mais ce n'est pas pour autant un débutant. Fondée par Jörg Loidl, la marque a débuté ses activités en 2001 et ses produits sont aujourd'hui distribués dans une quarantaine de pays.

Du prêt-à-porter au sur-mesure pour les amateurs de "Do It Yourself" Une grande partie des produits Viablue sont fabriqués en Allemagne. Le catalogue de la marque comporte des centaines de références. On y trouve des câbles tout montés, prêts à l'emploi, pour tous les usages audiophiles : modulation, audionumérique, haut-parleurs, courant secteur, USB, HDMI, Ethernet. Les prix pratiqués pour ces câbles sont certes élevés, mais déjà plus raisonnables que ce que l'on rencontre chez beaucoup d'autres marques d'accessoires audiophiles. Les tarifs des câbles audionumériques démarrent à 70 €, ceux des câbles de modulations à 107 €, ceux pour haut-parleurs à 156 € (en 2 x 3 m) tandis que les prix des câbles secteurs s’étendent de 293 € à 393 €.

Viablue propose aussi des connecteurs de toutes sortes à l'unité ainsi que du câble au mètre. L'offre devient alors encore plus intéressante. Le câble haut-parleur SC-2 Silver par exemple, doté de deux conducteurs en cuivre OFC argenté de 4 mm2 de section, plus deux conducteurs de masse, coûte 12 € le mètre. Le câble secteur blindé Viablue X-25, doté de conducteurs en cuivre argenté de 2,5 mm2, est de son côté vendu à 20 € le mètre. Mais aujourd'hui, nous nous intéressons aux pieds et pointes de couplage Viablue pour enceintes acoustiques. La marque en propose trois types : des pointes, des triples pointes et des pieds amortissants. Les triples pointes sont des éléments assez originaux. De faible hauteur, elles permettent une emprise au sol plus large et une meilleure stabilité que de simples pointes. Chaque jeu de quatre accepte jusqu'à 200 kg, coûte environ 120 € et peut être fourni avec des coupelles de protection adaptées pour les parquets. Les pointes et les pieds absorbants sont quant à eux disponibles en deux tailles, standard (à 53 € le jeu de quatre) et XL (à 120 € le jeu de quatre). Les tarifs sont ceux de produits haut de gamme, de vocation


ON mag - Hifi pour tous 2020

audiophile, mais encore une fois, ils restent relativement raisonnables comparativement aux produits de certains concurrents.

67

Des accessoires efficaces

Comme vous l'aurez compris, en termes de qualité mécanique, les pointes HS et QTC de Viablue ainsi Une construction très sérieuse et solide pour que les pieds Absorber UFO ne nous ont des pointes et pieds amortissants qui absolument pas déçus. Il en a été de même pour ce s'adaptent à la plupart des enceintes qui concerne les résultats sur le rendu sonore. Ces accessoires d'optimisation ne sont pas des gadgets Nous avons essayé les pointes Viablue HS et facturés 36 fois leur valeur. Certes, des pieds ou QTC XL ainsi que les pieds Viablue Absorber UFO pointes sous des enceintes ne transfigurent pas et UFO XL sous nos enceintes colonnes Kelinac totalement les performances acoustiques de votre Kel 714 MG. Ces dernières disposent d'origine sous système Hifi. Il n'y a pas de miracle. Ces éléments leurs socles de 4 inserts pour visser des pointes. agissent à la marge et leur action dépend de la Pour que les pointes et pieds Viablue puissent se nature du sol ainsi que de celle des enceintes. Mais visser sur différentes tailles d'inserts ou encore sous cette action n'est pas forcément négligeable. des enceintes ne possédant pas d'inserts, Viablue D'après nos essais, ces accessoires peuvent se propose plusieurs vis d'adaptation de diamètre (M4, révéler d'une excellente efficacité pour éliminer M6, M8, M10, M12 - à 9 € le jeu de 4). certains problèmes. Cela va de la petite vibration Les pieds et pointes Viablue sont disponibles en agaçante qui se produit par exemple lors de finition argent ou anodisée noire. Ils sont réalisés en l'émission de son autour de 80 Hz, jusqu'au acier de haute dureté. Nous avons pu constater que dégraissage de l'ensemble du bas du spectre. Dans l'usinage est extrêmement soigné et précis. Il n'y a nos conditions, que ce soit avec les pointes ou les aucun jeu, le mouvement des pas de vis est pieds Viablue, nous avons constaté des graves plus impeccable. On a vraiment affaire à des éléments propres et plus fermes sans perdre trop en chaleur. de haute qualité. Les bouts des pointes sont faits de Nous avons tout particulièrement apprécié les pieds pièces en acier inoxydable de grande dureté et ils Absorber UFO XL sur parquet flottant en chêne. Ces sont extrêmement pointus. Si jamais ces "bouts de pieds sont à la fois très fonctionnels et efficaces, pointes" venaient à s'émousser, il est possible de les nous avons gagné en impact, mais aussi en remplacer. Ils se dévissent et on peut en précision de l'image stéréophonique, qui paraît commander quatre de rechange pour 10 €. De légèrement plus ample, profonde et en relief. même, il est possible de commander des patins de rechange pour les pieds Viablue Absorber UFO. En règle générale, les pointes sont indiquées sur sol Spécifications dur : carrelage, moquette ou parquet rigide collés •Jeu de 4 pieds Viablue UFO, supporte jusqu'à 100 kg, sur du béton. Sur parquet ou carrelage, on peut 35 mm de diamètre chaque pied, en acier avec patins abutiliser les coupelles de réception afin d'éviter les sorbants de 2,8 et 7,4 mm d'épaisseur, 53 € rayures. Les pieds amortissants conviennent plus de leur côté aux sols souples ou tendres : parquet •Jeu de 4 pieds Viablue UFO XL, supporte jusqu'à 300 kg, flottant, revêtement PVC ou lino. 65 mm de diamètre chaque pied, en acier avec patins abLes pointes Viablue HS mesurent 25 mm de sorbants de 4,4 et 11,9 mm d'épaisseur, 120 € diamètre et supportent 100 kg par jeu de 4, tandis que les Viablue QTC sont larges de 35 mm et •Jeu de 4 pointes Viablue HS, supporte jusqu'à 100 kg, peuvent soutenir 200 kg (toujours pour un jeu de 4). en acier avec extrémité en inox durci, 20 mm de diaPour les premières, la hauteur est annoncée comme mètre, plage de réglage de hauteur de 1 mm (35,8 à réglable sur 1 mm et pour les secondes sur 2 mm. 36.8 mm), 53 € Dans la réalité, on est plus proche du double. Les pieds Absorber UFO mesurent 35 mm de •Jeu de 4 pointes Viablue QTC, supporte jusqu'à 200 kg, diamètre et les UFO XL font 65 mm de large. Ils en acier avec extrémité en inox durci, 35 mm de diasupportent respectivement 100 kg et 300 kg mètre, plage de réglage de hauteur de 2 mm (47,5 à toujours par jeu de quatre. Ils ne proposent pas de 49,5 mm), 120 € réglage de hauteur. En contrepartie, ils sont dotés sur leurs deux faces de patins de différentes épaisseurs (jusqu'à près de 12 mm pour les UFO XL). Ces patins sont formés d'un élastomère élastique, Notre avis selon une recette patentée de Viablue, qui, à notre avis, présente un excellent compromis souplesse/ rigidité/adhésion et permet de récupérer quelques irrégularités du sol.


Stream 67 tout-en-un avec RT200 platine

RT200 Platine: La RT200 est une platine vinyle parfaite, permettant d’aborder le monde du disque LP dans les meilleurs conditions - bras de lecture en fibre de carbone, moteur à entraînement direct, pré-amplificateur phono intégré, fonctionnement semi-automatique. Le

STREAM67 - Système HiFi tout-en-un, CD, connecté

châssis en bois et la façade en aluminium soulignent un design rétro et chic, hissant la platine en pièce maîtresse dans la

CERISIER

NOYER

ARGENT

décoration de votre maison.

Stream 67: Votre musique en qualité hifi, en un seul écrin au design délicieusement vintage. Profitez de vos morceaux préférés en Streaming, accédez à plusieurs milliers de radios Internet et podcasts, écoutez vos émissions préférées en FM ou DAB+, lisez vos CD, streamez votre discothèque en Bluetooth ou USB, marche avec platine RT100 ou RT200. www.robertsradio.com/fr #smartineverysense