Issuu on Google+

www.vcds.dnd.ca/cic

The Leadership

Magazine of the Canadian Cadet Movement

Issue 5 • Spring • 2002

We’ve got them, but can we keep them? A look at recruiting and retention in the Canadian Cadet Movement

Adapting to a Changing World Developing a cadet training program that will serve youth today and tomorrow

Brave New World Adventure training is the way of the future

Don’t Jump Ship! Policy and practice reviews will mean ‘smoother sailing’ for officers


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

10

16

20 24 On the cover: Taken last summer at the army cadet summer training centre in Valcartier, QC, by photographer Capt Philippe Gélinas, the cover photo shows a lot of happy cadets. But can we keep them? As articles in this issue attest, retention of cadets — and officers — in the cadet movement is an issue.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

In Every Issue

Roll call

Opening notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 When writing for Cadence, keep the professional development of our leaders in mind By Lt Ginette Thibodeau

Mail bag. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 March past . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 News from across the cadet movement

Viewpoint. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

Cover Stories Recruiting and retention in the Canadian Cadet Movement We are not alone! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 The need for a strategic approach to recruiting and retention in the cadet movement

Perfect targets. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Prairie Region hopes to hit the bulls-eye by targeting senior cadets as new officers

How big is your pool?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Demographics are key to measuring the success of your cadet recruiting campaign

Recruiting — without the vegetables . . . . . . . . . 16 Cadet leaders play a role in cadet recruiting and retention By CPO1 Sacha Pilgrim

By the numbers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Retaining cadets — not recruiting them — is the problem By LCdr Gerry Pash

Redefining recruiting . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Positioning ourselves to attract the general public By Maj Carlo De Ciccio

Warm reception in the North . . . . . . . . . . . . . . . 20 Close links with a community school help recruiting and retention in one northern corps By Elisabeth Mills

Who is responsible for recruiting? . . . . . . . . . . . 22 Ideally, it’s a joint effort of the commanding officer and sponsoring committee By Kim McDonald

What works for them! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Sharing recruiting and retention strategies

Out of the box . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

Understanding the cadet retention problem By Maj Robert Lyon

Forum: New ideas, best practices and lessons learned . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Running a good recruiting campaign By SLt Steven Vachon

Web talk . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Perfection is not the goal! Readability is. By Capt Ian Lambert

Becoming better officers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 What’s up with the CIC? By Capt June Bowser

On the horizon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Leadership, ethics and risk management in the Canadian Cadet Movement

All The Rest Don’t jump ship! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Major policy reviews should have an impact on CIC recruitment, selection, training and retention By Capt(N) Jennifer Bennett and Maj Harold Mendes

Brave new world . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Adventure training is a ‘sea of opportunity’ for delivering more exciting cadet training By Capt Dallas West

Testing the waters. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Would extra DND support to the Duke of Edinburgh’s Award program encourage more cadets to take part? By Capt Bruce Jarvis

Adapting to a changing world . . . . . . . . . . . . . . . 38 Ensuring the cadet movement meets the needs and wants of Canadian youth By Lt Ginette Thibodeau

Ideas to increase cadet retention

‘Reality’ rules! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Realistic expectations and goals, and delivering on promises, are important to cadet retention

3


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

Opening notes Learning from others’ experience By Lt Ginette Thibodeau

The best tips come from people with experience. Who better to learn from? Helping officers, civilian instructors, senior cadets and volunteers improve their skills as instructors and administrators of the cadet program is what Cadence is all about. To accomplish this goal, feedback from people who work directly with cadets is essential.

Y

our suggestions, tips and ideas could help solve someone else’s problem. Don’t dismiss your thoughts. Call us! We can help guide you through your article or include your idea in a bigger story.

you’re describing. We want to know what happened, but also how you got through it. Tell us how you solved your problem (if there was one to solve). What tools did you use to fix it and where did you find them?

Not all ideas are broad enough to create a single article, but most can be incorporated into a larger theme. Contact the editor before you write anything down. If you tell us your ideas, we can then show you how your story fits into the magazine.

Some articles won’t fit into the professional development mandate of the magazine, or into the “March Past” national news section. Many of these events, awards or achievements are important, but belong on cadet Web sites and in your local newspapers. Can you think of a better way of letting everyone know how good your cadets are? You may even recruit a few new cadets!

Another factor to take into consideration is the theme. In “On the Horizon” on the last page of each issue, you will find a preview of the next two themes. Don’t wait until the last minute to give us your ideas. If your article arrives after the deadline, it will be too late to print it. The leaders of the cadet movement need information to help them do their job. When you write articles for Cadence, keep the reader in mind. What questions would you ask if you had to face this problem or situation today? Writing a professional development article requires a lot of thought. You have to bring the reader through each step of the situation

4

The amount of training cadet movement leaders receive is limited. Time is a huge factor and our most precious resource. Many leaders cannot find enough time to do all their work, let alone find time to go on a course! But maybe, they can find the time to read Cadence and enhance their skills through expert advice and through the experiences of others dealing with similar situations. b – Lt Thibodeau is the assistant editor of Cadence.

The leadership magazine of the Canadian Cadet Movement Issue 5 Spring 2002 This publication is produced on behalf of the Canadian Cadet Movement by the communication cell in the directorate of cadets at National Defence Headquarters. It is a professional development tool for officers of the Cadet Instructors Cadre (CIC), as well as other leaders in the cadet movement, including civilian instructors, senior cadets, members of the three Cadet Leagues, parents and sponsors. Regular Force and Reserve Force members (other than CIC officers) and others are also encouraged to read Cadence. It is produced with direction from the CIC Branch Advisory Council. Views expressed in this publication do not necessarily reflect official opinion or policy. Cadence is published four times a year. We welcome submissions of no more than 1,000 words, as well as photos. We reserve the right to edit all submissions for length and style. For further information, please contact: Editor, Cadence, Directorate of Cadets, National Defence Headquarters 101 Colonel By Drive Ottawa, ON, K1A 0K2. Internet e-mail: cadence@cadets.net; or ghscott@netcom.ca. Phone: 1-800-627-0828 Fax: 613-996-1618

Editorial Staff Co-publishers: Col Jon Ambler, Director of Cadets Capt(N) Jennifer Bennett, Director of Reserves, CIC branch co-advisor Editor: Marsha Scott Assistant Editor: Lt Ginette Thibodeau Translation: Translation Bureau, Public Works and Government Services Canada Distribution: Address changes and distribution queries should be directed to Lt Ginette Thibodeau at 1-800-627-0828 or ad403@issc.debbs.ndhq.dnd.ca Art direction: Director General Public Affairs Creative Services 2001CS-0632

CADETS

CANADA


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Mail bag Army just another four-letter word? The Cadets pamphlet The Cadet Experience (Fall 2001, Good Review for Cadets pamphlet) is indeed an excellent tool for communicating what the Canadian Cadet Movement is about. It is unfortunate that it includes a glaring omission that jumped off the page to both the officers and cadet non-commissioned officers of my corps. We were all surprised that the pamphlet omitted the objective of promoting an interest in the Canadian Forces. Now, whenever the subject of using this pamphlet arises, I find myself calming my cadets’ concerns that Cadets Canada has decided that “army is just another four-letter word”. – Capt Steve Bedford Commanding Officer 2402 (Governor General’s Horse Guards) Army Cadet Corps, Toronto

Bravo! Keep on playing! Capt Jermaine Downey is to be commended for his “persistence” and courage throughout his cadet and CIC career, in the face of such unacceptable racism. His tenacity is no doubt matched by his skills with the pipes and drums. Having grown up in Nova Scotia where most communities include a black population, I witnessed first-hand the prejudice that goes on, though I never understood it. I recall feeling quite pleased when as a teen I finally had the chance to cultivate a few black friends (through playing sports). Sadly, on the flip side, I also remember knowing that my father would probably not react very well, had he known, when I was dating a black man. As a CIC officer, I am extremely protective of the presence and value of minorities and/or diversity in our cadet unit. Tolerance is neither adequate nor appropriate; we all need to embrace and celebrate our different cultures, colours, languages and so on. As a footnote, if ever my family chooses to include those wonderful bagpipes at a wedding (or similar event), it will be our privilege to invite Capt Downey to do the honours. – 2Lt Chris Chassé 101 Air Cadet Squadron Moncton, NB

Opening minds I am writing about the article in the winter issue entitled “Sensitive issue needs sensitive leaders”. I think you have written a great (and very important) article. The article states that in 1996 sexual orientation was added to the Canadian Human Rights Act. That’s true, but it may be more significant to note that while a printed copy of the Canadian Charter of Rights and Freedoms does not have sexual orientation included, sexual orientation was in fact “read into” the Charter of Rights and Freedoms several years ago. The Canadian Human Rights Act is a federal act and is therefore limited in its application, while the Charter of Rights and Freedoms is part of the Constitution and applies to every Canadian. The article suggests that corps/squadron and cadet summer training centre staffs may want to refer cadets who approach them to “human rights advisors, medical staff or pastoral care workers.” I must disagree with you, at least in part. While a human rights advisor may be able to discuss these issues with a cadet, the cadet must be set at ease that being gay (or bisexual, or thinking he/she may be) is not a cadet harassment and abuse prevention (CHAP) issue. Also, I think referring a cadet to medical professionals could be somewhat dangerous. While medical professionals may be equipped to discuss this matter with a cadet, there is just as much chance that they are not. In addition, we do not want to give the cadet the impression that homosexuality is a medical issue, or a disease to be cured. Similarly some pastoral care workers might not address these topics adequately. Unfortunately, there are still many people in religious fields that are homophobic and base this homophobia on their “religion”. I feel it is very important for us to be familiar with the personnel around us who will be equipped with the resources to address the topic of homosexuality with cadets. It is also important to be able to recognize within ourselves our level of comfort in dealing with cadets or others who may wish to reveal their sexual orientation. I was happy to see that the article included the advice from the Canadian Health Network. It would also be a good idea and a positive step to provide some links on the National Cadet Website to the following: www.pflag.ca; www.glsen.org; www.youth.org; and www.outproud.org. These are just a few of the excellent resources for youth and parents, teachers and other leaders. We have come a long way in the cadet movement and in society in general over the last 10 years. There is still room for improvement, and articles like this one will help us move in the right direction with open minds. – Capt Sandy MacDougall, Commanding Officer, 342 (Bedford Lions) Air Cadet Squadron, Bedford, NS b

5


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

March past: News from across the cadet movement Cadet becomes best amateur pilot in Canada When Sancho McCann became an air cadet, he didn’t know he would fall in love with flying. But he did and last August, the 18-year-old was named the best amateur pilot in Canada. WO McCann, 170 (St. James Kiwanis) Air Cadet Squadron in Winnipeg, was the youngest candidate to compete in the contest, sponsored by Air Canada and organized by the Canadian Sport Aeroplane Association. He won after completing a flying test and a written examination, demonstrating pilot navigational skills, flight planning and practical skills such as take-offs, landings and in-flight exercises. The second-year computer science student at the University of Manitoba says he’s lucky to have found something he is passionate about. Although he aged out as a cadet last fall, he currently volunteers with his unit and has applied to become a CIC officer. McCann earned his gliding wings at the air cadet summer training centre in Penhold, AB, in the summer of 1999. On a power flying scholarship in 2000, he earned his power wings at Edmonton Flying Club. He received his commercial pilot’s licence last fall and hopes to fly for a major airline some day. Air Canada has already agreed

WO Sancho McCann, the best amateur pilot in Canada in 2001

to interview him for a job, after he has met certain experience requirements. McCann said he needs about 3,000 hours of flight time before that will happen. In the meantime, he has the Webster Memorial Trophy and two tickets to anywhere Air Canada flies. The annual John C. Webster Memorial Trophy Competition strives to encourage excellence in amateur piloting skills. Interested cadets, officers and volunteers may get further information at www.webstertrophycompetition.netfirms.com, by e-mail at ecarter@netcom.ca, or by phone at (613)257-7712. b – Adapted from an article by Mia Rabson in the Winnipeg Free Press.

A first-hand account of Northern Ireland’s peace process By WO2 Amanda Best and Sgt Valerie Meilleur Last December, we had the opportunity of a lifetime. We were among six cadets who heard a first-hand account of the decommissioning and peace process in Northern Ireland from Canadian Gen (Ret’d) John de Chastelain, chair for the Independent International Commission on Decommissioning. We attended a Canadian Club luncheon where Gen de Chastelain explained that since he was assigned to his position, significant progress has

6

been made in the long struggle towards decommissioning. Assuming you’re like us and don’t really follow world issues, you may be confused as to what decommissioning is. Decommissioning involves rendering arms ‘completely and verifiably’ beyond use. In an attempt to cease violent acts in Northern Ireland, efforts are being made to decommission all of the Irish Republican Army’s weapons. The lack of trust between the unionists and the IRA is the main obstacle.

The interesting and informative speech enticed us to familiarize ourselves with the background of the issue.

(Leitrim) Army Cadet Corps in Orleans, ON; and WO Sebastian Meloche, 3018 Army Cadet Corps in Orleans, ON.

Among those attending the event were the Irish and U.S. Ambassadors to Canada, Martin Burke and Paul Cellucci, respectively, as well as the British High Commissioner to Canada, Sir Andrew Burns. Other cadets included PO2 Matthew Rochon and PO2 Stephen Rebeiro, 40 (Falkland) Sea Cadet Corps in Ottawa; WO Danny Gernon, 2951

Founded in 1903, the Canadian Club meets throughout the year to hear distinguished Canadians speak on important issues. b – WO2 Best and Sgt Meilleur are from 872 (Kiwanis) Air Cadet Squadron in Kanata, ON.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

From gold star to piping star By Jeremy Blackburn ast October, I returned home to a large note tacked on my door from a film company working in Halifax. The note read, “Jeremy, we have an audition for you to play your bagpipes in a film being shot in Halifax. Call me. Kyle, production supervisor.”

L

At the audition, the casting manager told me the film was called Touch and Go — a romantic comedy starring Truro native,

Jeff (“Joe Canadian”) Douglas and Patricia Zentilli (New Waterford Girl, LEXX). The film follows three 20-somethings grappling with love and friendship at the twilight of their final summer before the realities of adulthood set in. My job would be to fire up the bagpipes every time someone was having a difficult time — to add “texture” to the scene. I told the casting manager that even though I would enjoy doing the part, I would greatly appreciate his auditioning a young army cadet piper who I knew could play the part — Sgt Peter Allen, 2501 (Halifax Artillery) Army Cadet Corps. “If the young piper is unsatisfactory,” I said, “then I will be more than pleased to do the part.” One week later, Sgt Allen marched up to me and said, “Mr. Blackburn, I got the part in the movie.” I was struck with a deep sense of satisfaction, knowing a cadet piper had what it took to do the job. Touch and Go will be out for the next film fest circuit, and broadcast licences are already lined up with The Movie Network, Movie Central and Showcase. The piper, who will be playing in a number of scenes and will also have his name up in the credits, will be Sgt Peter Allan. I know cadets across Canada will enjoy listening to one of their own. b

Sgt Peter Allan will play his bagpipes in the upcoming movie Touch and Go. At left, pipe instructor Reserve Force MBdr Jeremy Blackburn plays his practice chanter.

– Mr. Blackburn is a pipe instructor with 2501 Army Cadet Corps in Halifax.

International coaching experience benefits biathlon program An Eastern region CIC officer was the assistant coach to the Canadian Forces national biathlon team at the military world championship in Slovenia from Feb 25 to March 2. Capt Sandrine Charron, of 2907 (La Patrie)Army Cadet Corps near Sherbrooke, QC, competed for the position after the Canadian Forces Biathlon Excellence Centre invited a CIC officer to work at the Conseil international du sport militaire (CISM) biathlon championships. The initiative was intended to promote CISM within the

cadet movement; give international coaching experience to a CIC officer to better develop the cadet movement’s biathlon program; and to initiate the coach to the level of expertise required to work at this level of competition. A CIC officer since 1991, Capt Charron has been deeply involved in the cadet biathlon program and loves it. She believes it contributes enormously to the development of youth. “Biathlon is among the most appreciated nationally directed training, due, in part, to dedicated

and experienced coaching staff,” says Maj Bruce Covington, in charge of national programs and outreach at directorate of cadets. “We would like to participate with CISM again next year to build up our depth of coaching experience in all regions of Canada over time.” b – For further information contact Maj Covington in Ottawa at (613)996-1221. Capt Sandrine Charron was the assistant coach to the Canadian Forces national biathlon team at the military world championship in Slovenia.

7


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

First Canadian to walk in space is really “down to earth” undreds of cadets, as well as parents and officers, were the benefactors during a recent visit of Canadian astronaut Col Chris Hadfield to Canada. He is currently living in Russia, where he is NASA’s director of operations at the Gagarin Cosmonaut Training Centre.

H

“He was so down to earth,” said Sgt Anneke Vink, 517 Air Cadet Squadron in Greenwood. NS, who thanked him on behalf of the Nova Scotia cadets he talked to in January. He talked about his career as an astronaut, as well as his space missions in 1995 and in April 2001, when he walked in space for a total of 14 hours and 54 minutes while orbiting the earth 10 times. He also went on to speak to cadets in Prince Edward Island. Col Hadfield talks to youths across the country as part of the Canadian Space Agency’s Youth Awareness and Education program. He has not forgotten his years with the air cadet squadron in Milton, ON. When the Air Cadet League requested a message from Col Hadfield to stimulate interest in the league’s effective speaking competition, there was a willing reply. “Effective speaking requires well-formulated thought, understanding of language, strength of voice and confidence of idea. Throughout life, your ability to convey your thoughts and feelings to others will determine how well you connect with the rest of humanity,” he wrote. The entire message, along with more information on this year’s contest, can be read at the League’s Web site: www.aircadetleague.com. b

Sgt Anneke Vink presents a model aircraft used in air cadet training to Canadian Astronaut Col Chris Hadfield. (Photo by Cpl Grant Rivalin, 12 Wing Imaging)

No longer a ‘pipe dream’ Morgan Page joined Air Cadets with the intention of earning her pilot’s licence. Instead, she’s become a topflight bagpipe player. The Air Cadet League of Canada named FSgt Page, 570 (Sir Winston Churchill) Air Cadet Squadron in Edmonton, the best air cadet bagpiper in Canada in January.

8

Last year, FSgt Page was pipe major in the Prairie Region cadet honour band, which toured Western Canada. It was the first time the band had a female pipe major. She also played for Prince Edward and his wife Sophie Rhys-Jones in Calgary last year. “They were very nice and funny, but I can’t remember now what we talked about,” she admits.

FSgt Page recently traded in her vintage 1963 pipes for a new set from Scotland. “They cost about $3,500,” she says. “I was on the staff at the cadet summer training centre in Penhold (AB) last summer and that earned me some money.” She also earned money by playing the bagpipes at weddings. Her piping instructor, civilian Cam Prowse, says FSgt Page is the kind of student pipers

dream of having. “You get one like her once a lifetime — if you’re lucky,” he says. “She has both enthusiasm and talent.” You can learn more about the national contest from the Air Cadet League of Canada at 1-877-422-6359 or by e-mail at leaguehq@aircadetleague.com. – Adapted from an article by Paul Cowan of the Edmonton Sun. b


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Image and substance — By Kim McDonald The Army Cadet League of Canada is taking a unified and proactive approach to changing its image and how the League is perceived by others. In the past year, the League has taken a long, hard look at its organization, reviewed and revised its objectives and developed a mission and role. It has established an easily recognizable corporate identity — on letterhead, business cards and other materials — across the country. The League is committed to becoming a “one membership” organization — inclusive of all army cadet program supporters. To have one strong and

effective voice, a national organization must have a united membership — not 12 individual branches vying to be heard. Look for a proposal on a League membership policy at the 2002 annual general meeting. The League is determined to obtain federal government approval for a financing proposal that would provide provincial branches with the resources needed to effectively meet the mandate set by the Minister of National Defence. O-Group is the League’s new bi-annual publication aimed at all army cadet program leaders. Its intent is to help leaders work together towards common goals and enhance relations

among parents/sponsoring committees, CIC officers, League members and so on. The army cadet quarterly newsletter, On Target, has two new cadet co-editors — WO Bradley Flynn, 2295 (Royal Winnipeg Rifles) Army Cadet Corps in Winnipeg, and WO Kristy Lang, 2815 (Naicam Legion) Army Cadet Corps in Naicam, SK. Written by cadets, for cadets, this newsletter is also sent to cabinet ministers, senators and members of parliament with a letter updating them on army cadet and League activities. Favourable responses from Parliament Hill show our proactive communications are paying off.

In its effort to more openly support army cadets, the League successfully co-sponsored international expeditions in 2000 and 2001. Another step in the right direction is the League’s plan to reach out and establish relations with corporate Canada in support of army cadet programming. The League will continue its quest to improve and better itself, its programs and what it can offer the army cadet program. But change won’t happen overnight. The League is aware that image isn’t everything — substance is! b – Ms McDonald is the League’s national communications officer.

Cadets fly in ‘soaring capital of the world’ “I now know that I will be a glider pilot for the rest of my life,” said FSgt Scott Elgert as he emerged from “flying in silence among the clouds” at the Schweizer Aircraft Corporation Headquarters soaring school in Elmira, NY. “There’s pleasure in the knowledge that you can soar among the clouds and remain up there all day. It’s a feeling unequalled by power aircraft flight.” The cadet from 819 (Skyhawk) Air Cadet Squadron in Delta, BC, was one of six cadets who earned the expense-paid trip to New York as top graduates of the regional gliding schools last summer. He was joined by FSgt David Parker, 742 (National Capital) Air Cadet Squadron, Ottawa; Sgt Ben Hornett, 774 Air Cadet Squadron, St. Anthony, NF; FSgt Jeremy Bruns, 604 (Moose) Air Cadet Squadron, Calgary, AB; Sgt Andy Ernewein, 201 Air Cadet Squadron in Dorchester , ON; and Sgt David Rancourt, 14 Air Cadet Squadron in Shawinigan, QC. The cadets expanded their flying experience by soaring — something they cannot do at the regional gliding schools where soaring is prohibited to maximize the number of flights for each cadet. On his first solo flight in Elmira, however, Sgt Rancourt stayed aloft for 58 minutes He also did two solos in a one-seat glider, which, he says, “was really stressful because we didn’t have any instructor behind.” “It was an amazing introduction to soaring,” said FSgt Bruns. “The combination of ridge lift and thermals here can allow a pilot to stay up for hours.”

Though their feet were on the ground for this photo, these top glider pilots soared to great heights last summer in the “soaring capital of the world”, Elmira, NY. From left, are FSgt David Parker; Sgt Ben Hornett, FSgt Jeremy Bruns, Sgt Andy Ernewein, FSgt Scott Elgert, and Sgt David Rancourt.

Although Schweizer no longer produces gliders, the three Schweizer brothers started the construction of their first glider in 1929 and produced more than 2,000 gliders — more than any other aircraft manufacturer in the United States. The Air Cadet League of Canada owns 62 Schweizer 2-33s (the largest fleet in the world), operated by the Department of National Defence on their behalf. The top cadets are chosen from the 320 cadets selected each year to receive the glider scholarship. b

9


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

Recruiting

10


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

& Retention in the Canadian Cadet Movement We are not alone! By Marsha Scott

Remember the good old days when R & R meant rest and relaxation? Not any more. In the cadet movement — and everywhere else it seems — the ‘R words’ that come to mind these days are recruiting and retention. veryone’s talking about recruiting and retention — the cadet movement and other youth organizations, the Canadian Forces, the American Armed Forces, businesses and not-for-profit organizations.

E

Even though the membership of Scouts Canada stands at slightly under 200,000, its membership has declined steadily from 320,000 since the mid-1960s, says Phil Newsome, president and chief executive officer of Scouts Canada. And although half a million children play hockey in Canada — more than any other country in the world — the dropout rate skyrockets at age 12, according to a Globe and Mail series of articles on Canadian hockey, called “Game in Crisis”. One article stated that 75 per cent of the youth who start playing hockey by age five or six have quit by age 15.

The Canadian Cadet Movement is not experiencing significant declining numbers. In fact, the cadet population has increased slightly since the federal government’s Youth Initiatives Program (YIP) set a goal of 70,000 cadets in 1998. However, we are well under that target and many believe Cadets is also not attracting its ‘fair market share’ of the teenage population. There is evidence of cadet retention problems, as well as CIC officer recruiting and retention problems. The cadet movement has tried to tackle these issues at various levels, but it lacks sufficient data to approach them strategically.

A need for concrete data Late last year, the partnership action team recommended that a joint task force be

formed as soon as possible to study and develop a strategic plan to improve recruiting and retention of cadets, officers, civilian instructors and volunteers in the Canadian Cadet Movement. It recommended that the task force consider the following:

• we have no accurate evaluation of the effectiveness of our current recruiting process; • we have no national strategic plan for recruiting cadets; and • everyone involved in the cadet movement needs to understand their role in recruiting.

• targets for cadet population growth are not being met; • growth targets for cadets are not based on demographics or identified local needs; • views on whether or not we have trouble recruiting cadets are based on anecdotal evidence and differ from region to region; • we have no concrete data to support a clear national picture of recruiting/retention issues in the cadet movement

A permanent working group of the National Cadet Advisory Group was formed last November to consider these recommendations, as well as others in the partnership action team report. The working group is composed of one representative from each of the Leagues, as well as a representative from the directorate of cadets, on behalf of the Canadian Forces. The working group will co-ordinate the development of continued on page 12

11


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

continued from page 11

initiatives to resolve issues of concern to one or more partners, which cannot be resolved by routine staffing. A list of outstanding and concluded tasks — with information on their status and current

Josh McCulloch, a cadet at Albert Head Air Cadet Summer Training Centre last summer, is one of approximately 54,000 cadets in the movement. Cadet movement numbers are well under target.

agenda — will be posted at www.cadets.ca in the near future so everyone can be aware of what’s happening. In the meantime, we have a starting point.

A starting point • According to annual statistics for 2000-2001, our cadet population is 54,181 — well below the 1998 YIP target of 70,000 cadets within three years. • Annual statistics also tell us that the CIC officer population at the local headquarters level is 5,082. That’s 583 officers more than the year before; however, it’s also well below the current quota of 7,342. The quota is the total of registered officer quotas for the 1,126 units across the country. (The CIC officer quotas are determined on a sliding scale that shifts with a corps’/squadron’s cadet population. For example, a unit having 30 cadets or less is allotted five paid

positions, whereas a unit of between 270-299 cadets is allotted 14 paid positions.) • Currently, we have 2,000 civilian instructors, some of whom are paid to fill vacant CIC positions. We also have other volunteers, whom, according to the Leagues, are becoming harder and harder to find. The modern management comptrollership review in 2000 stated that eliminating the CIC officer shortage was a key first step towards increasing the cadet population. It recommended that feedback be obtained from CIC leadership at regional and unit levels to determine what dissatisfying recruiting/training/retention issues might be contributing to the critical shortage. Among other things, it recommended that the CIC occupational analysis include factors pertinent to increasing recruitment and decreasing attrition. The job descriptions in the occupational analysis, completed last

May, are helping to identify the job dissatisfiers so attrition problems can be addressed.

‘Big picture’ improvements In the past two years, the Canadian Forces have examined their recruiting and retention policies to expand recruiting and improve retention for both the Regular and Reserve Forces. According to Maj Harold Mendes, the CIC human resources officer with the directorate of reserves, any improvements in the ‘big picture’ are bound to result in improvements for CIC officers. In the past, many have complained that the recruiting, selection and enrolment process for CIC officers is so bogged down in bureaucracy that people become discouraged and leave. The process — from the time a commanding officer sees a candidate to the time the candidate is in uniform — is supposed to take from eight to 12 weeks. The reality

It’s time to ask some hard questions t(N) Angele Caporicci, executive officer of 101 (Tiger) Sea Cadet Corps in Timmins, ON, wrote an article for this issue on why cadets and officers stay in Cadets. Her article was based on comments from her cadets and her own experiences, as well as those of her training officer SLt Steve Vachon. The pair have spent a large part of their lives in the cadet movement. SLt Vachon loved being a cadet so much that he found himself changing step when walking with his friends. As for Lt(N) Caporicci, she said Cadets was ingrained in her soul.

L

The executive officer said little has changed over the years. The reasons for joining and staying in Cadets echo through time. The comments she received from her cadets were similar to the responses she would have given in the 1980s when she was a cadet.

12

“Offering cadets a challenge, something to strive for and a goal to achieve is what makes cadets come

back week after week,” said Lt(N) Caporicci. “What keeps officers, civilian instructors and volunteers coming back is the gratification of seeing cadets succeed in their goals.” We could not carry Lt(N) Caporicci’s article in full, but her story was evidence of one thing. It’s easy for those who love the cadet movement — whether officers, civilian instructors, cadets, or volunteers — to understand why people are attracted to and stay in the cadet movement. What’s not so easy, and perhaps most important, is understanding why they don’t. That is our challenge. b

Lt(N) Angele Caporicci


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement is it can take as long as five or six months. The main bottlenecks seem to be paperwork and the lack of a standardized approach across the country. To speed up recruiting and enrolment of all officers, the Canadian Forces now conduct preliminary medical testing, interview and aptitude testing during an applicant’s first visit. The ‘verifications of former Regular Force service’ process is quicker. As well, recruiters are receiving professional sales training, and a centralized call centre makes recruiting information available around the clock, seven days a week. On-line application services, including an on-line service for CIC officers, have also been developed. A simple improvement that will speed up the CIC officer application process is the approval for use last September of standardformat letters of reference. “They are great and it’s a lot easier for people to get the formatted letter filled in, says Cdr Murray Wylie, head of the administration tiger team. Both Cdr Wylie and Maj Mendes met with representatives of the Canadian Forces Recruiting Group in February to dovetail Canadian Forces’ ‘big picture’ improvements with specific CIC officer needs. The important thing is ensuring communication between the cadet movement and recruiters.

A learning process Some see a more aggressive recruiting campaign as the answer to the officer shortage. Public opinion research and focus testing in 1999 found that a large majority of

Canadians who knew about Cadets did not realize they could become leaders in Cadets. In response to this and faced with a severe shortage of CIC officers, the directorate of cadets conducted national advertising campaigns in 1999 and 2000. According to an after-action report following the first national advertising campaign, the CIC benefited from increased exposure in the newspaper ads, but poor planning and coordination caught many people off guard at recruiting centres and cadet detachments. The lessons learned were applied to a recruiting campaign in Eastern Region in March of 2000 with enhanced results. Follow-on recruiting has targeted communities where CIC shortages have been identified, with special attention to rural areas where retention is more challenging. In addition, the telephone numbers of area cadet officers — considered better suited to guiding potential applicants through the enrolment process — replaced a national 1-800 number in advertising. Area cadet officers were also asked to collect data on how interested individuals heard of the CIC program.

New research In an attempt to collect further data, the Canadian Forces conducted the Canadian Forces Contact Survey “Who’s that knocking at my door?” between June 2000 and June 2001 to assess trends impacting on recruiting. The director of reserves is using the survey results to determine factors motivating people to join, remain, or leave the Primary

Eliminating the CIC officer shortage is a key first step towards increasing the cadet population. This photo was taken at Vernon Army Cadet Summer Training Centre last summer. (Photo by Wayne Emde, Vernon Army Cadet Summer Training Centre)

Reserve/Cadet Instructors Cadre. The cadet movement will take an even more active role in the renamed Canadian Forces Prospect Surveys, which are expected to become an annual source of valuable CIC recruiting and retention data. The cadet movement may or may not reach its target of 70,000 cadets, but one thing is certain. If articles in this issue are any indication, the movement has a ‘can do’ attitude towards recruiting and retention of both cadets and officers. And the recognition of the needs for concrete data and a strategic approach to recruiting and retention should go a long way towards ensuring the growth of one of Canada’s most valued youth development programs. b

The Canadian Forces Prospect Surveys are expected to become an annual source of valuable CIC recruiting and retention data. 13


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

Perfect targets Prairie Region targets senior cadets as new officers Prairie Region hopes to have a “mass” enrolment of CIC officers in April. The target recruits are cadets who have aged out and expressed an interest in belonging to the cadet instructors cadre. “

e are extremely shortstaffed each year at the cadet summer training centres in particular,” says Capt Rusty Templeman, Prairie Region’s cadet personnel officer. “We need a fresh variety of officers available to train the new generation of cadets coming through.”

W

That’s why the region set up a recruiting working group in December to tackle its CIC officer shortage head-on. The working group — composed of the region’s personnel officer, army and air training officers, area operations officer, support services officer, Youth Initiatives Project (YIP) coordinator and public affairs officer — decided to focus its efforts on the senior cadet target market. “These are the people who have the knowledge, enthusiasm and expertise in the cadet program,”

14

says regional public affairs officer Lt(N) Tracey Roath.

some pamphlets to include in the recruiting package.

“Our primary focus was to increase the number of officers attending summer training centres,” says Capt Templeman. “Having a smaller generation gap between cadets and officers may make the transition for cadets attending for the first time a little easier.”

The YIP coordinator and Capt Templeman sent the potential applicants the recruiting package, explaining the need for officers and the process they would need to follow if they decided to enroll, as well as enrolment documents.

The working group established a framework and timeline, and various officers within the regional headquarters and detachments took on specific tasks. The group first identified cadets who turned 18 by last December. Then it began to design a database that the detachments could use for tracking the senior cadets as they enrolled. Lt(N) Roath helped ‘get the word out’ that the region wanted to retain senior cadets as officers and she produced

Detachment staffs then followed up with calls to those who received the packages. Establishing a co-ordinated effort to begin and complete enrolment was key. The detachments were encouraged to handle new recruits uniformly to ensure more seamless processing. The Canadian Forces Recruiting Centre in Winnipeg was extremely supportive, saying that a senior cadet should be able to enrol in 35 days, if all the necessary paperwork was provided at the same time.

“We’re helping the detachments send these cadets to the recruiting centre better prepared, so there won’t be any undue delays, or doubling up of work,” says Capt Templeman. Based on the number of potential applicants, the recruiting centre will open on specific Saturdays in April with all the staff they need for medicals and interviews. Regional cadet staff will also be there to answer any questions. The April enrolment has been timed with training in mind. Depending on the number of senior cadets interested, the region’s cadet instructor school has agreed to run an extra basic officer qualification course in the first few weeks of June to precede the start of cadet summer training centres. The new officer cadets can then take the military occupation course or junior officer leader’s course at their own convenience. b


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

How big is your ‘pool’?

People were lined up down the block when close to 900 people showed up for 107 Squadron’s open house last September.

Demographics are key to measuring the success of your cadet recruiting campaign “ f you don’t know how big your pool is, how do you know how well you’re doing?” asks Maj Ray Richards, commanding officer of 107 Air Cadet Squadron in Saskatoon.

I

Maj Richards, who has the largest air cadet squadron in Saskatchewan and one of the largest in Canada, believes demographics are essential to conducting a strong recruiting campaign. That’s why he went to the Saskatoon school system to find out how big his ‘pool’ is. “I was flabbergasted when I got the numbers,” he says. Saskatoon has 7,000 grade six and seven students alone. And if I count everyone up to grade 12, there are about 18,000 youth. That’s the size of my ‘pool’! And I thought we were doing well to attract 50 cadets every year!” When Maj Richards took over the squadron two years ago, 70 cadets were in the final parade. This year, he has 210 cadets. He expects that with natural attrition and graduates, he’ll begin September of 2002 with around 140 cadets. He’ll try and recruit another 125 cadets then.

• Over the summer, he had 7,000 “Wanted” flyers printed for $150. He calls them “in-your-face” flyers promoting Cadets and his open house. The idea was to get people out to his open house so they could be educated about Cadets. • He counted the posters into class-size envelopes and delivered them to the school board. The school board delivered them to the schools, for handout by teachers. At the open house, the new recruits who’d heard about the open house through the flyer were asked what school they were from. That way, Maj Richards could track which schools and teachers had handed out the flyers. Maj Richards believes aggressive recruiting is needed to attract youth to Cadets. “You don’t have to tell a kid what hockey is about, but you do have to tell them what Cadets is about,” he says. “If I can get them for two hours and tell them what we’re about, then they can make an informed decision about whether or not they want to join. I don’t want anyone in Saskatoon reaching the age of 35 without knowing about Cadets.” b

Last September, he had to cap his first-year enrolment at 180 cadets. Close to 900 people showed up at last year’s open house. “People were lined up down the block,” he says. “And we gave out more than 250 applications.” Some of the applicants went on a waiting list. Others were given a hand-out that referred them to other squadrons and corps in Saskatoon. “I like to think that the others benefited from our recruiting campaign,” says Maj Richards. “I know for a fact they did.” What was behind the campaign’s success? • Maj Richard’s personally contacted the school divisions to find out the size of his pool and ask for their co-operation in promoting Cadets.

15


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

Recruiting

without the ‘vegetables’ Cadet leaders play a role in recruiting and retention By CPO1 Sacha Pilgrim he first time someone tried to recruit me into Cadets, I looked at him as if he was an evil salesperson. He set this fancy platter of goodies before me, without telling me I had to eat my vegetables. I believed there had to be a catch. The funny thing is I have been in Sea Cadets now for six years and though I’ve eaten all of the goodies, I still haven’t been forced to eat any vegetables. In my opinion, there are many opportunities in Cadets and very few disadvantages. I feel completely honest when I stand in front of 12-year-olds and tell them Cadets is the place to be.

T

When I became a chief petty officer, first class, I set a personal goal. I wanted to recruit as many cadets as possible and then keep them interested in staying in Cadets. I believe all cadet leaders have a responsibility to help recruit and retain other cadets.

Recruiting is easy The key thing to remember when recruiting is that you are talking to a 12-yearold. Most young people of that age are just starting to

16

open their eyes to the world around them. They are full of bright ideas and they are anxious to begin to explore them. Last fall, I wrote an article for my town’s newspaper about my personal experience in Cadets. I talked about sea cadet summer training centres and gaining high school credits for going there. I talked about experiencing 24 hours of daylight while travelling to Greenland on a Canadian Coast Guard ship and spending five weeks this past summer sailing the United States Eastern Sea Board on the

CPO1 Pilgrim at the throttle of the United States Coast Guard Cutter Eagle during a manoeuvring drill last summer. The cadet leader wrote an article about her experience for the local newspaper. It helped recruit 30 new cadets to her Newfoundland corps.

United States Coast Guard Cutter Eagle. Eagle is a beautiful 295-foot, 23-sailed vessel. Being part of her crew was the most educational, exciting experience I have ever had in Cadets. The trip was virtually priceless and the life lessons I learned will be of great value. That article — which gave readers my own telephone number to call if they were interested — sparked the interest of many parents. A man in another town even called me to ask if I would give a presentation there on the sea cadet program. The man

said, “All my children are grown up and gone away, but I figure some other parents would love to see their children take part in such a great organization. I just wish my children had a chance to be part of such a wonderful group.” Last fall, we successfully recruited about 30 new cadets.

Retention is tougher Keeping cadets interested is a more difficult task. First of all, I’ll let you in on a very important point — Cadets isn’t for everyone.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement Some young people are going to quit despite all of the reasons you give them for staying. Don’t worry about this because young people who don’t want to be in Cadets probably won’t make good cadets. In most cases, you need to like what you’re doing to be good at it. For those who do want to be in Cadets, we need to make parade night classes as interesting as possible. For example, I give the cadets in my leading cadets leadership classes a chance to take turns teaching the class. I sit down with them and help them prepare a lesson plan and then go over the important concepts they need to remember when teaching a class. When it is time for the class, I sit in and watch how they do. I then grade them on such things as patience, organization, use of media, and so on. When I teach classes I try to use as many media as possible. I also try not to use the chalkboard, because cadets often get bored with that. A fun thing to do is play a game relating to the lesson.

I know in other corps have quit Cadets for a part-time job or because schoolwork is getting too difficult. I think it is very important to talk to cadets when they give these reasons for quitting. As a senior cadet who has a part-time job and is involved in many extracurricular activities, it’s easy for me to tell these cadets that I firmly believe that the money they make from a part-time job will never add up to the life experiences and lessons learned from Cadets. The things Cadets teaches — leadership, physical fitness, discipline and responsibility — will benefit them their whole lives. And they will have the chance to travel and see the world too. The schoolwork reason is more difficult to deal with. I think the best approach is for an officer to talk to the cadets’ teachers to determine if they are having a hard time in school. If they are, don’t dwell

on the fact that they are quitting Cadets. Instead, be proud of them for making such a decision. The best advice I can give is to tell them they are welcome to return when they feel they are capable of handling Cadets again.

Good leadership key to cadet retention Perhaps the most important responsibility of cadet leaders in retaining cadets is being the best leader possible. I would like to challenge other senior cadets to make it their goal this year. It is a hard task, especially when you don’t see results right away. But I can promise cadet leaders that their hard work and dedication will make a positive impact on at least one child. I know because I was once that child. I used to be a shy little girl with barely any self-confidence. But because of good leadership in Cadets, I know I can

the money they make from a part-time job will never add up to the life experiences and lessons learned from Cadets. accomplish my goals if I have confidence in myself. Anyone can. Cadets made me who I am today and I feel good about myself. As cadet leaders, we do more than bawl out a few orders. We are both friend and teacher. And as cadet leaders we need to give something back to Cadets. What could be better then recruiting and helping retain other cadets? b – CPO1 Pilgrim is a cadet with 212 Sea Cadet Corps in Grenfell, NF.

I am beginning to notice a trend in senior cadets. Many cadets that

The Eagle .

17


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

12345678 By the numbers Number of 12 to 18 year olds in Canada 12 Years — 407,350 13 years — 409,525 14 years — 408,125 15 years — 406,850 16 years — 407.000 17 years — 413,100 18 years — 412,900 Total — 2,864,850 About 9.5% of Canadian total population of 30,300,425 Cadet establishment: 70,000 or 2.44% of eligible age group

– Statistics Canada July 1, 1998

18

Retaining cadets — not recruiting them — is the problem. It’s time to take stock. By LCdr Gerry Pash tatistics Canada reports that there are about 3 million youth in Canada aged 12 to 18 years. The establishment for Royal Canadian Sea, Army and Air Cadets is 70,000. If every cadet unit in the land were at its maximum capacity, fewer that 2.5 per cent of the teenage population are able to be accommodated and thereby participate in the program. Why then is there not a wait-list to enrol in the cadet program at every one of the 1,126 corps and squadrons?

S

The purpose of this article is not to answer that question but to generate discussion. Until recently there was a point of view that the cadet program “is one of the nation’s best-kept secrets.” Yet the CROP Survey on the cadet program published in February 2000, revealed that fully 97 per cent of adults and 87 percent of teens know about sea, army and air cadets as an activity for youth.

Sometimes the program is oversold to potential recruits. No amount of advertising and promotion can make up for a product that doesn’t deliver as advertised. It is incumbent upon unit leadership to take stock of their capability to deliver the program at the beginning of each year. Losing an experienced training officer, for instance, will have an impact on what you are able to do. By taking the time to interview cadets who quit the program early, unit leadership can be better able to affect the rate of attrition and address the conditions that lead to cadets leaving the program early. b – LCdr Pash is the regional public affairs officer (Pacific)

With the ability to accommodate only less than two and a half percent of the available market and having close to 100 per cent public awareness, it is evident that the cadet program does not have a recruiting problem. It does have a retention problem. Some of the questions that we need objective answers to include: Why do cadets leave at Christmas? Why do some not come back in the fall? Why does a change in adult leadership cause a cadet unit to grow or diminish? What impact do the size and nature of the cadet meeting accommodation have on retention? Does providing uniforms in a timely fashion affect retention? Why do some cadet units flourish with a few adult leaders and others with a full staff of officers; and why can the opposite be a fact as well? What can the organization control, and what aspects of the problem have no solution?

As cadets get older, part-time jobs, more schoolwork and extracurricular activities compete for their spare time, creating a retention problem. (Photo from 111 Air Cadet Squadron, Richmond, BC.)


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Redefining

recr u i t i ng Positioning ourselves to attract the general public By Maj Carlo De Ciccio f we are to ensure the continued growth of the Canadian Cadet Movement, we must raise our profile and broaden the Canadian public’s knowledge of this federal program for training young people.

I

Historically and traditionally, cadet units were always able to ensure their survival and renewal by ‘word of mouth’. Officers could be recruited almost exclusively from the ranks of cadets who had turned 18 years of age, and parents volunteered their time as a matter of course.

In adopting a global concept of ‘attraction’, we will create community support and demonstrate that we are a dynamic, interesting and stimulating organization for everyone.

To recycle a well-worn expression, “The world has changed”. Today, young people between the ages of 9 and 12 are widely sought after to participate in a myriad of activities. Starting at the age of 15, teenagers can find part-time work to satisfy their everexpanding appetites for goods and they can juggle a number of activities at the same time. Even if many senior cadets do become officers at the age of 19, there is a strong likelihood that they will move; most of them will leave their cadet unit to pursue higher education or seek employment. Finally, persuading parents to volunteer their time is becoming much more difficult. Hectic work schedules and other social obligations make parents much more discriminating when it comes to investing their remaining time in volunteer activities. For all these reasons, we now have to view our organization as a business that needs to call attention to itself and wants to position its product and services to interest its target populations in joining the cadet movement. We therefore must redefine our concept of recruiting. To achieve our membership growth objectives, we must ensure that our organization

consistently enjoys greater exposure in our local communities and among the general public. We must encourage our concept of recruiting — which currently targets only cadets and CIC officers — to expand to a concept of attraction that will spark new interest in supporting or joining the movement, either as cadets, officers and League members, or simply as parents or volunteers in their local cadet unit. To achieve this objective, Regional Cadet Support Unit (Eastern) has struck a joint public affairs/public relations committee comprising a representative from each provincial League and the regional public affairs officer. The mandate of this joint committee is to develop, recommend and ensure the implementation of a joint provincial communications strategy designed to achieve the following objectives: • to promote and raise the profile of the cadet movement; • to increase the general public’s knowledge and support of the cadet movement; • to enhance the understanding of internal and external audiences of the role and mission of each of the partners responsible for the cadet movement in the province of Quebec; and

• to make the movement more attractive to potential cadets, officers and volunteers with the Leagues and related committees. Guided by a two-year strategic public affairs plan, the partners responsible for the cadet movement in Eastern Region are anticipating that a higher profile and a better understanding of our organization will help build support in local communities and among the general public. By adopting a concept of general attraction that does not depend solely on recruiting, we will be able to demonstrate that we are a dynamic, interesting and stimulating organization open to everyone. The task of recruiting and retaining movement members can no longer be approached without planning or an overall intervention strategy. The world has changed. Young people have changed. We must adapt quickly and adopt a style of leadership that will enable us to convince the Canadian people that the cadet movement is worthy of their investments. b – Maj De Ciccio is the regional public affairs officer, (Eastern).

19


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

Warm reception in the North

Close links with a community school help recruiting and retention in one northern corps By Elisabeth Mills hen the local army cadet corps starts up each September in Rae-Edzo, NT, youth come out in droves to enrol. Much of that is due to the close link that 2961 (Rae-Edzo) Army Cadet Corps has with the community school and the fact that cadets and students are one and the same.

W

“We can’t say that the cadet program is a school extra-curricular activity. It isn’t. It really is a community activity,” says Rita Mueller, principal of Chief Jimmy Bruneau Regional High School, the corps’ home. “But the reality is that everyone who is involved with it is somehow

linked to our school, either a staff member or a student.” Located approximately 100 kilometres north-west of Yellowknife, Rae and Edzo are Dogrib (one of the tribes that belongs to the Dene nation of aboriginal peoples)

Civilian Instructor Seana Stewart, commanding officer of 2961 Corps, does not wish to become a CIC officer.

20

communities with a combined population of about 1,800 people. A total of 342 students, coming from both communities, attend kindergarten to grade 12 in the school. While Northern Region cadets may account for only about one per cent of the cadet population across Canada, youth within smaller communities often make up a high percentage of eligible cadets. Currently, the corps has about 50 cadets and is run exclusively by civilian instructors, all teachers. Since it began in 1978, the corps has always been closely linked with the school. Today, the school continues to sponsor the corps by offering space and facilities for training. Commanding Officer and Civilian Instructor (CI) Seana Stewart says the cadet program has woven itself into daily life at the school: announcements about Cadets are made during school hours, students ask what they are doing that evening at Cadets and what to wear, and school buses transport cadets back and forth from the community of Rae.

Is Cadets the right program for the North? Absolutely, says CI Stewart, who suggests that sometimes teaching methods and training have to be adapted. “People have to understand that the north is totally opposite to everything in the south and you can’t always expect southern things to work. You can’t even expect the same discipline and time to work up here.” She says about half of her 25 grade seven students are involved with Cadets and the other half wish they were. “As teachers, we make it sound interesting, we talk about things, the kids write about it in their journals and that entices others to join.” She adds that those involved go away for summer camp and spend time in the bush, which is an important part of the Dogrib way of life. She also believes the cadet program offers added benefits to girls, who traditionally may not get to do things like using rifles. “When we go out for an exercise, I don’t treat girls differently from boys and I expect the same thing from both. I think


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

that’s a really positive thing. And I’m always one to push that.” Add to that other incentives, such as an occasional day off school for cadet exercises and CI Stewart says students come out in droves at the beginning of the year. Although Ms. Mueller is not personally involved with Cadets, her words leave no doubt as to her passion and commitment to the students and staff who are involved. “Young people get involved more in their community, feel better about themselves, take pride in themselves, and learn to act a little more responsibly,” says Ms. Mueller. “We see that behaviour here in the school and I think that’s really terrific.” One student, who received a school suspension due to

behavioural problems, would normally have lost extracurricular activity privileges and missed two weeks of Cadets. But the school administration said ‘No, we want you to go to Cadets, because that’s something that’s going to help you out’. The student was allowed to show up for Cadets, but not for school. The cadets realize that the school is an integral part of the corps. They know they wouldn’t be able to use the computers or classrooms and would otherwise have to compete for space with other youth at the local recreation complex. “If we didn’t have the school, I don’t think Cadets would be run as well as it is,” says CI Stewart. “They have a place to go, they have people who

want to be with them, they have the respect of adults and other kids.” “Often kids join something and drop out right away or three months later,” says CI Stewart. “But the kids that are involved in Cadets, for the most part, are dedicated and want to be there.” Despite the corps’ success, the commanding officer faces challenges similar to those in other northern corps and squadrons, including retention of cadets past grade eight and a shortage of adult volunteers from the community. She and her staff are trying to think of new ways to tackle the retention problem such as including more hands-on activities, more outdoors training and theme nights. The difficulty in getting volunteers from the community is

another reason why Cadets is so closely linked to the school. “The school staff has always been willing to help out,” says CI Stewart. “I think part of the reason why Cadets works here is because the staff is really involved in making sure the kids have something to do.” Working with the corps also gives teachers the added advantage of getting to know some of the students better. The cadet program has changed CI Stewart’s way of thinking. Although she is not interested in becoming a CIC officer, she says her perspective of the military and Cadets has totally changed since she’s been involved…for the better. b – Elisabeth Mills is the unit information officer, Regional Cadet Support Unit (Northern).

Some people don’t want to become officers wenty-four CIC officers and 82 civilian instructors lead the approximately 500 cadets in Northern Region.

T

Recruiting officers in the North is extremely difficult and many civilian instructors prefer not to become officers for a number of reasons: • They do not want to wear uniforms. • They are unsure of how becoming officers, as opposed to civilian instructors, would benefit the northern youth. • Many are teachers already and feel they don’t need training in how to instruct. • They are not interested in money (or paperwork).

• Those who lead Cadets are also involved in many other community activities. They just can’t do more. • The timing of courses at the regional cadet instructor schools often conflicts with their northern schedules/jobs. Many of the civilian instructors are teachers, and school can begin as early as Aug 3 in Nunavut. Schools have flexible opening and closing dates, depending on geographical and longitudinal differences that affect daylight and darkness. • Many Inuit adults work on the land and are not available for the required training. • Many don’t meet the education standards required for an officer. b

21


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

Who is responsible for

recruiting? Ideally, it’s a joint effort of the commanding officer and the sponsoring committee By Kim McDonald f you ask different stakeholders in the cadet movement, “Who is responsible for recruiting?” you are likely to get several different answers.

I

In fact, the term “recruiting” has created misunderstanding among the partners — the three Leagues and the Canadian Forces — in identifying roles and responsibilities at all levels.

• recruiting suitable persons to be cadets; and • making recommendations to the appropriate region commander regarding the appointment, promotion, transfer or release of cadet instructors.

Let’s look at some pertinent regulations as they apply to recruiting:

It appears that the Leagues are responsible for recruiting cadets, and no one is responsible for recruiting officers and civilian instructors. How is that possible?

According to Chapter 2, section 4 of Queens Regulations and Orders (Cadets) — Cadet Corps — Canadian Forces, Cadet Leagues and Local Sponsors — Responsibilities, the Canadian Forces have a number of responsibilities, among them:

Ideally, recruiting cadets and instructors should be a joint effort of the commanding officer and the sponsoring committee. In reality, however, only the commanding officer is recruiting officers and probably, cadets too.

• policy on the enrolment, appointment, promotion, transfer and release of cadet instructors. The Leagues, as supervisory sponsors, also have responsibilities, among them:

Provincial Leagues and divisions do what they can with limited resources, but have little success.

• recommending suitable persons for enrolment in the Canadian Forces and employment as cadet instructors;

22

As Leagues, we need to be more diligent in making sure local sponsors are fulfilling their obligations to their corps. For sponsors to meet their commitments and for squadrons and corps to be successful in recruiting and retaining cadets, there must be ongoing dialogue between the sponsoring committees and the commanding officers.

Public relations is another important responsibility of the Leagues. Public relations can often be an inexpensive way of raising awareness of a local corps and its activities throughout the community.

Another observation is that officers, for the most part, are not recognized or appreciated for their hard work and dedication throughout the year. These officers devote many volunteer hours each year to their cadet corps and, needless Leagues can also aid in the to say, lack of recognition is retention of cadets by focusing not conducive to retention. efforts on effectively supporting optional training programs Again, joint efforts by local and advising and consulting sponsoring committees and the Canadian Forces on elecommanding officers to recruit ments of mandatory training. from the community-at-large and retain current officers is The largest and most glaring the ideal solution. roadblocks to recruiting CIC officers are the recruiting centres Recommendations on recruiting and the enrolment process itself. and retention of both cadets and officers — made by the Most League representatives partnership action team — indicate that recruiting centres are currently under review by in their respective areas do not a national working group. make prospective applicants aware of the opportunity to Until such time as changes are become a CIC officer within approved and implemented, the Reserves. QR (Cadets) remains the document we live by, and the Making matters worse is the Leagues and the Canadian time it takes from when an Forces must continue working applicant submits the necestogether as partners to meet sary paperwork to actual the needs of cadets. b enrolment — typically months (and in some cases, years!). – Ms. McDonald is the communications officer with the Meanwhile, the cadet movement national office of the Army is losing much needed men and Cadet League of Canada. women who are interested in working with youth and want to become CIC officers.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

What works for them! Sharing recruiting and retention strategies ord of mouth does the trick for 151 (Chadburne) Air Cadet Squadron in Oshawa, ON, which hasn’t had a recruiting campaign for 12 years, says Commanding Officer Maj Robert Forbes. The unit’s current effective strength is 211 cadets, limited only by the size of the squadron’s accommodation.

W

Chadburne is so well known in the community that between 80 to 120 young people “just show up” each year to apply. The squadron hasn’t held any special recruiting campaigns to attract its officers or 45 civilian instructors either. Maj Forbes says there are three good reasons for this: • activities every night of the week to keep the cadets happy; • a positive-value, professional military environment, where everyone is “family”; and • respect and a high profile in the community based on the squadron’s community service. “Work-life balance” and spreading out the workload helps retain officers at 47 (Captain Vancouver) Sea Cadet Corps in Vancouver. Commanding Officer Lt(N) Chris Hauta says his hardest job is sometimes saying “no” to the never-ending requests for participation in community events. “Balance, combined with a professional staff and

a healthy dose of fun for the officers makes Captain Vancouver a corps officers want to join,” he says. “It is imperative that the corps not over-extend itself in trying to do too much,” he says. The corps must be happy with what it is doing. It has grown from 30 cadets five years ago to more than 90 on parade. And its attrition rate has fallen from 20-30 per cent to an average of 10 per cent. Telling cadets like it is and good supervision help retention at 856 Air Cadet Squadron in Pickering, ON, which has a strength of 119 cadets. Commanding Officer Maj Colette Blight’s philosophy is to inform new recruits right from the start about the “reality” of Cadets. “We tell them ‘it’s not just flying the whole time’,” she says. She gets uniforms for the cadets as soon as she can to give them a sense of belonging. And if cadets leave, she asks why. Knowing that “browbeating” can cause retention problems,

47 Corps shipwright cadets, supervised by Lt(N) Steve Cowan, construct a 12-foot skiff during last August’s wooden boat festival in Vancouver. The corps’ attrition rate has fallen to 10 per cent.

she’s big on supervision — but not over-supervision — as a preventative measure. “You can pull back on monitoring as your cadets develop the skills to handle situations,” she says. She keeps her finger on the pulse by getting to know her cadets and what they are capable of. Separating potential recruits from their parents during an open house last fall helped recruit cadets for 107 Air Cadet Squadron in Saskatoon. During the open house, parents were encouraged to walk around, get information, ask questions and watch a parade, while potential cadets were matched in groups of two or three with a cadet host of similar age. “We encourage ‘kid buy-in’ instead of parents making the decision,” says Commanding Officer Maj Ray Richards. “By the end of the night, the kid has made friends, feels part of a group and is more apt to join and stay.”

Maj Richards had to cap his recruitment at 180 new cadets. A ‘Come fly with us’ billboard brought several recruits into 758 (Argus) Air Cadet Squadron in Brampton, ON, last year. According to Commanding Officer Capt Duane Linford, the billboard — standing along the highway for a month and referring people to a phone number and a web address — “scored” the squadron a couple of officers, three civilian instructors and from 15 to 20 cadets. The squadron has doubled its cadet numbers in the past year, a turnaround from the previous seven years when numbers tumbled due to staff problems. “People may have some great attributes, but still have a personality that puts people off,” he says. But that’s sorted out now and every time he and his cadets are in uniform, they grab the opportunity to recruit, or educate people about Cadets. b

The squadron handed out more than 250 applications during its last open house and

23


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

Out of the box Ideas to increase cadet retention

B

ob Robert, executive director of the Ontario Provincial Committee of the Air Cadet League of Canada, has proposed some “out of the box” solutions to increase retention and consequently the number of cadets in the cadet movement. As a member of the partnership action team, he asked that his proposals be tabled in the team’s final report last fall Would increasing the number of billets at cadet summer training

Mr. Robert believes increasing the cadet population will centres help cadet retention? (Photo from Albert Head Air Cadet Summer Training Centre in Victoria) continue to be a difficult and elusive goal for a number of reasons. He cites the shortage of officers, weak sponsoring committees in some areas, and facilities that are Mr. Robert also suggests how to modify the rank pyramid and not conducive to much expansion. Even if all of those elements increase summer course billets by shortening some courses. are positive, he says, there remains a limit to expansion. This limit can be the choice of the adult leadership, the population These suggestions were a little too ‘out of the box’ for partnerbase, the fund-raising potential, the remoteness of the unit ship action team cohort Ken Garbutt, one of the team’s Army (limiting activities) and so on. Cadet League representatives. He responded with his own notes in the final partnership team report. He disagreed with “tinkering” “It is very doubtful that the increases in population sought with the rank pyramid. could be achieved only by tweaking existing units,” he says. So, increasing numbers would also be required, which would He said he believes there are two standard causes for retention bring about challenges of staffing, adequate affordable facilities problems across the country: competition with other youth and of sponsoring — all in limited supply. organizations, many of them sports oriented; and teens’ need for pocket money. He suggests that the cadet movement consider modifying its rank pyramid and increasing the summer course billets He believes one of the keys to retention is the quality of training to 55 per cent of the cadet population. received at cadet summer training centres. “The reduction of the three- and six-week courses so that more cadets could attend Mr. Robert argues that the rank pyramid is élitist and many cadets leave after two to four years because they see themselves summer camps,” he said, “will be at the expense of course content and therefore counterproductive.” He added that the costs as passed over and failures. “They leave with their development of sending more cadets to summer training centres would be incomplete,” he says. astronomical. He says the insufficient number of ‘summer camp’ billets is also “We know we have the best youth program in Canada and a problem. For example, in Ontario last summer, 41 per cent of perhaps the world,” he said. “If we start watering it down, those who applied to go to cadet summer training centres were we will not last long.” b refused. “The basic camp applicants suffered their first rejection and started to become a retention challenge,” he says.

24


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

‘Reality’

rules!

Procedures and policies on promotion and selection for summer training should be fair and seen to be fair.

Setting realistic expectations and goals, and delivering on promises, are important to cadet retention he Air Cadet League of Canada wants to increase the number of air cadets from 25,000 to 35,000 in the next three years.

T

This prompted the League’s Ontario Provincial Committee (OPC) to examine current recruiting and retention practices at its annual general meeting last October. A group of top senior cadets from the province, as well as commanding officers, sponsoring committee and League members, and members of the Canadian Forces, held workshops on recruiting and retention. In the first workshop, cadets discussed what would be required to attract cadets in numbers to significantly increase squadron strengths each fall and what changes in structures, operations, programs and attitude would be required to retain cadets until age 18. The cadets felt a “massive influx” of young people into the cadet program would not benefit the program and that a recruiting campaign should attract quality rather than quantity. The cadet program is not for everyone, they said.

Among their suggestions was a more aggressive national advertising campaign, a single telephone number and web site for information; a recruiting video that shows what the entire program is really like; and the use of the best officers and cadet instructors for recruiting. The senior cadets made a number of suggestions that they thought would encourage cadets to stay longer. They included: • not raising new cadet expectations beyond the reality; • helping cadets set realistic cadet goals and life-time goals; and • delivering on promises made to cadets. They also thought retention would be improved if parent groups (support groups or sponsoring committees) did not become too involved in cadet training and remained at arm’s length in the areas of promotion, awards and selection for cadet summer training centres. Among other things, they felt procedures/policies

on promotion and selection for summer training should be fair and be seen to be fair — free of “bias, manipulation and influence”. The consensus at the second workshop was that the cadet movement does not have a significant problem recruiting cadets, but does have a problem retaining them. The League had solid statistics to back its conclusions. The results of a national survey conducted in 2000 showed the highest drop-out rate occurs during the first year of training, including the cadet summer training centre period. This was attributed to new cadets’ unrealistic expectations. The group concluded that this reinforces the importance of having a well-developed recruit education/training program. Throughout the forum, recurring themes included: • making recruiting and retention of squadron staff the first priority of the League and Canadian Forces; • investing time in developing an effective recruiting program geared to the interests of young people, not adults;

• giving potential recruits accurate information about the entire program, not just special events; • using qualified instructors (cadets or officers) to deliver an interesting and challenging program; • encouraging cadets to develop expertise and then use that expertise to help other cadets and the squadron; • reviewing the current promotion policies, in recognition that promotion is the most obvious way to recognize cadet accomplishments, commitment and involvement; and • ensuring that cadets see themselves as moving along a ‘career path’ that helps them develop expertise in one or more areas. According to Craig Hawkins, past chairman of the League’s OPC, the self-examination and reflection were useful and hopefully, a means of effecting change in the program. b

25


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

Viewpoint Understanding the cadet retention problem By Maj Robert Lyon

Every year the cadet movement experiences a substantial turnover in membership. In most cadet corps and squadrons, fewer than half of the young people who join in any given year are still attending two years later. Yet despite four decades of redesigning our programs, only Air Cadets has had a limited success in slowing this attrition. ttrition occurs in three stages. The first stage comprises those recruits who, having sampled the program, decide it’s not for them. The second stage comprises those who survive recruit training but become dissatisfied within the first two years. The third stage comprises those cadets whom we lose beyond the end of the second year because we can neither promote them nor provide them suitable local and summer programs.

A

Excluding personal factors like family relocation or the need to improve performance at school, much of our attrition is attributable to problems of age, leadership, and program. Many 12- and 13-year-olds lack the learning readiness to participate in a para-military culture. If they had joined a year later, or had attended camp a year later, more of them might have stayed. The problem is exacerbated

26

when the attitudes and leadership styles of adolescent noncommissioned officers (NCOs) prove ill suited to the training of pre-pubescent children. It is further exacerbated by the fact that we now turn out 14-yearold sergeants where we used to turn out 15-year-old corporals. In lowering the joining age, we unwittingly also lowered the age of leaving.

still have to do their weekly training ‘on the cheap’ — because the Canadian Forces Scale of issue for cadets (CFS 8) no longer provides any equipment that can generate interesting and age-appropriate hands-on military activities. On a typical parade night, it is often only drill without arms, or sports, that break the monotony of uninspired and uninspiring classroom lectures.

Weekly training ‘on the cheap’

The air rifle, for example, does not lend itself to tests of elementary training. And a Silva compass has little use in a Legion hall. When I recently asked a Sea Cadets commanding officer what technical naval equipment he could demand on CFS 8, he offered only the terse one-word answer: “Rope.”

We have rightly insisted that local training, not summer courses, is the heart of our program. This insistence reflects the fact that, for young teens, what counts is their immediate experience: what holds or repels them is what they do every Wednesday night, week after week, in the basement of the local Legion hall. However, despite the $150 million spent annually on the movement, cadet corps

Many successful cadet corps conduct at least one weekend activity every month, as well as a second weekly training night for band, shooting, and so on. Although such intense activity (about 60 days per year)

can keep the numbers up, it is beyond the resources of many cadet corps. Most importantly, the need for it betrays the poverty of our mandatory weekly programs.

Army cadets are either ‘up’ or ‘out’ The best example of thirdstage attrition occurs among Army Cadets — who are said to have a four-year program. They don’t. What they really have is a two-year program of general military training (GMT) followed by a leader-instructor

In most cadet corps, fewer than half of the young people who join in any given year are still attending two years later.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement program that serves only those few cadets for whom ability, summer training opportunities, and NCO vacancies create upward mobility. After two years of GMT, the career progression for Army Cadets is either ‘up’ or ‘out’. Those who will become the ‘out’ group serve as the fodder on which the ‘up’ group get to practise their instructional and leadership skills. In actual practice, fostering the ‘up’ group is the primary focus of army cadet summer courses. We used to advertise the army cadet program as “first steps to an adult world”, but since the star system was introduced in the 1960s, the army cadet program has progressively withdrawn any age-appropriate training and equipment that could encourage the retention of older cadets as ‘career corporals’. By contrast, years 3 and 4 of the air cadet program contain technical training that is not focussed on turning all trainees into leaders and instructors. But even there, teaching airframes and aeroengines from slides is as bad pedagogically as teaching rifle drill with broomsticks.

skills and the profile of the movement. But because corps officer slates do not include dedicated bandmaster positions, the success of a corps’ music program can only occur at the expense of an officer position elsewhere in the corps.

military trades that focus on actual service at local community events. Such activities may also foster career interests. A blue star stream, parallel to silver and gold, would protect such activities from being monopolized by the upwardly mobile.

Older sea cadets could be retained by mature activities involving powerboats, pilotage, small engines, marine communications, and preparation for a small craft operator’s permit. Air cadets would benefit from historical restoration projects, flight simulator labs, and the issue of hands-on engine and airframe training aids. Army cadets desperately need an all-terrain vehicle that can compete with sailboats and airplanes.

The recent Army Cadets focus on adventure expeditions offers age-appropriate challenges that deserve to be encouraged, but it cannot solve the retention problem, for such activities mainly reward the upwardly mobile, and will have minimal impact on the Wednesday night routine at the Legion hall. This focus also continues to disregard the fact that it is the ‘Army’ in ‘Army cadets’ that attracts our members.

In Army Cadets, a well-trained and well-equipped communications troop, medical section, or historical re-enactment platoon could retain some cadets through a concentration on

Improving retention must begin, therefore, with a close examination of the local headquarters program that leads to significant enhancements of CFS 8, more hands-on parade night activities, expansion of

Despite the $150 million spent annually on the movement, cadet corps/squadrons still have to do their weekly training ‘on the cheap’. the scope of directed optional training, encouragement to hire technical specialists and music instructors, and to a re-thinking of the role of cadet summer training centres. – Maj Lyon has been detachment commander for Central Ontario Area (Toronto) since 1997. He is a former high school teacher and has been involved in Cadets since 1953. b

Holding their interest Some sea and air units have better retention because of strong band programs, where 17-year-old career corporals happily participate in parades and public concerts — improving both their performance

The author believes army cadets need an all-terrain vehicle that can compete with sea cadets' sailboats and air cadets' airplanes to improve army cadet retention.

27


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

Forum New ideas, best practices and lessons learned

Running a good recruiting campaign An inter-corps challenge and some triple whammy advertising help Tiger Corps double its numbers By SLt Steven Vachon ast fall, 101 (Tiger) Sea Cadet Corps in Timmins, ON, doubled its cadet numbers.

L

Celebrating its 60th anniversary this year, our corps has a history of successful recruiting drives. Through a process of trial and error, we have learned that our most successful recruiting strategy is to blanket the city in a one-week intensive recruiting campaign. Some of our strategies are geared to a smaller city, but even if you’re in a larger centre, you may be able to apply some of them to your own campaign. Recruiting drives require a strategic approach, good timing, funding, organization and publicity.

Strategic approach • Before we plan our recruiting campaign, we try to foresee how many cadets will age out over the next two years. If a large number

28

of cadets are aging out, we plan a massive recruiting campaign.

Timing • For Tiger Corps, midNovember to the beginning of December is best for our one-week recruiting campaign. Prolonging recruiting over a longer period would add to our unit’s administrative burden. Delaying our campaign until the late fall gives our staff and cadets time to get the unit up and running. ‘Beginning of the year’-type tasks don’t conflict with our recruiting efforts. And we’ve had enough time to get funds, create a mission and review staff tasks. Also, our local Remembrance Day parade and ceremonies, as well as our Christmas parade have taken place. These events are free advertising, giving our corps visibility and sparking a natural interest among other teens.

Phone calls and walk-ins are always more frequent in this period. • We designate one parade night as ‘recruiting night’. We invite interested people to our open house and tell the cadets to bring a friend. They are more motivated to do so at a time designated specifically for that purpose. As well, potential recruits are more at ease in the company of other recruits.

Funding • We try to get as much free publicity as possible. However, we also allocate funds for our recruiting drive. It’s an investment.

Organization • Staff, sponsors, parents and most importantly, cadets are informed of the recruiting drive and everyone is involved. The more involved the better.

• We designate an officer, a sponsor member, a parent, or even a senior cadet as the ‘recruiting co-ordinator’. This person ensures that tasks are distributed and that there is no duplication of effort. Our co-ordinator makes his or her home telephone (or cell phone) number available during the recruiting campaign. There’s nothing worse than having an armoury or school contact number on recruiting material if you are only there on your parade night, if other units share the same line, or if you don’t check it daily. Remember too that interested cadets or parents may not be inclined to leave a message on an answering machine. The co-ordinator’s voice on the other end of the line could be key to success. • We make recruiting an intercorps challenge. This year, our cadets are competing


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement in a contest that will award $100 to the year’s top recruiter. Points are awarded based on the number of new recruits each cadet brings in. (The recruited cadet must stay with the corps until the annual review and must be in the corps at least two months prior to the annual review.) Two points are awarded for each recruit brought in on the actual recruiting night, as this is considered the best time to bring someone in. One point is awarded for each recruit brought in at other times. A half point is awarded for each recruit brought in after the twomonth deadline, but at least one month prior to the annual review. A point is awarded for each recruit brought in as a result of a “joint recruiting effort” the cadets have taken part in. For example, two cadets may make a presentation at a school. If 10 cadets join as a result (and stay until the annual review), each cadet is given five points.

Publicity • We get our recruiting materials from our regional public affairs officer, or recruiting detachment. An officer with some well-dressed cadets places the posters in store fronts and on buses in an hour or two after school. • We supplement the recruiting posters and flyers provided by directorate of cadets and League sponsors with our own personalized flyer containing local information. This year we arranged to have a funky neon green flyer inserted into the community newspaper one or two days before the recruiting night.

The flyer was a great way to sell what has been working at our unit in our community. Our cadets also posted additional flyers around the city in places like arenas, bus stands, parent workplaces, school cafeterias and even under the wipers of cars in parking lots. • We prepare a media release about our recruiting night. We distribute it by various means to local media, inviting them to publicize our event. This year, articles appeared in all three local newspapers, and four local radio stations announced our recruiting night date. Information also appeared in a weekly flyer that circulates in local coffeehouses, and in an announcement placed on the visual bulletin board of our local television station. • Perhaps a more unique approach to publicity was to arrange for five cadets to be asked a specific question for the ‘Streetwise’ opinions section of our daily newspaper. The newspaper asked them, “Why should a person join your cadet unit?” The day prior to our open house, photos of the five cadets appeared in that section with their

answers. It was the same day that the newspaper article promoting our drive appeared and that our flyer was inserted in the newspaper. This had a triple whammy effect on readers. The key is to use all media — radio, television, newspapers, billboards, city buses and Internet. The more people hear about it, the more inclined they are to attend the open house. • On the weekend before recruiting night, we set up an information kiosk at the local shopping mall. It’s just one more chance to be seen and heard. • Presentations in the school are an important part of our publicity. First, we seek approval from the school boards to contact the principals of our local schools. We ask for permission to make presentations to the students during class time. This is important, as there’s not enough time to make presentations during lunch or recess. A day or two before

the recruiting drive, an officer and two cadets visit five to 10 schools with a video, a poster and some hand-outs. • Our recruiting team always has a business card handy. It looks professional and you never know when you’re going to run into a prospective recruit, or their parent. Even when our recruiting drive has been successful — bringing a large number of recruits into our unit — we realize our work is not done. We devise a long-term cadet retention plan so we can maintain our recruits’ interest. If we think our elemental phase one program will not effectively stimulate their interest, we rethink our optional subjects, planning fun activities in the early stages of their careers to get them hooked. We are aware that each influx of new cadets gives us an opportunity for a fresh new beginning and vision for our unit. b – SLt Vachon is the training officer with 101 Sea Cadet Corps.

29


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

Don’t ‘jump ship’ Major policy and practice reviews should have a positive impact on officer recruitment, selection, training and retention. By Capt(N) Jennifer Bennett and Maj Harold Mendes ecruitment and retention are two extremes of the same continuum with selection and training sandwiched between them as equal partners in any human resource (HR) management process. This article presents four HR processes that apply to the Cadet Instructors Cadre (CIC) and provides insight into how related policy review projects impact these processes now and in the future.

R

Recruitment/ Attraction Recruitment is the art of attracting applicants to fill vacant positions. The recruiting objective for this year is to attract about 900 applicants to fill CIC positions in the 1,126 corps and squadrons across Canada. The typical applicant pool has been, for the most part, cadet program graduates. Other applicants include transfers from either the Regular or Reserve Forces

30

and a smaller number of recruits with no previous cadet or military experience. This diverse mix of applicants is what makes CIC officers so well suited to carry out their mandate of supervising, administrating and instructing cadets. A recent project undertaken by the Canadian Forces to attract more recruits was to “kick open the doors to new recruits for both Regular and Reserve Forces”. At the same time, recruiting centres “fine-tuned the recruiting process to ensure that qualified applicants are enrolled as rapidly and as easily as possible”. These welcome changes have assumedly benefited CIC applicants, if for no other reason than to have the applicants’ files processed more rapidly, once they get to the recruiting centre. Other benefits include having a centralized call centre and reducing the processing time of applicants with former service. In other words, by kicking

open the door to recruitment and reducing processing bottlenecks, all applicants are being processed more rapidly — including CIC applicants whose files have been forwarded to the recruiting centre by the appropriate authorities.

Selection/ Enrolment Selection is the art of identifying the best talent available for the job. The CIC job requires professionalism and competency to operate a youth development program. To achieve these objectives, the selection process must identify, in the applicant, both the ‘profes-

sional officer’ characteristics and the competencies needed to supervise, administer and instruct cadets. The characteristics of professional officers include, most importantly, accepting the statutory responsibility for the care and well-being of personnel under their authority. Competency requirements, on the other hand, are the skills, abilities and knowledge needed to conduct youth developmental programs. One way to assess the two criteria is to use appropriate interviews and tests. However, these assessment instruments must be able to ‘screen in’ suitable applicants and ‘screen out’ other applicants. For these


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement reasons, the selection practices remain critically important to achieving these objectives, fitting the person to the organization rather than simply fitting the person to the job. The selection process for CIC applicants is outlined on the Cadets Canada Web site at www.cadets.ca under “Join us” and then “I want to be an instructor”. Selection includes a series of personnel interviews conducted at the corps/squadron and a diagnostic assessment done at the recruiting centre/detachment. Applicants must also submit documents to prove that they meet the citizenship, education, medical, and security criteria. On a positive note, it has been said that the changes that have been implemented at the recruiting centres have had an equally positive impact on CIC applicant selection and enrolment processes. These assumptions, although evident, must be supported by more objective findings.

Training Training is aimed at improving the standard of knowledge of officers and allows them to be better able to instruct cadets and pursue the objectives of the cadet program. To determine training, the competencies of CIC officers must be assessed against what is

required to meet current and future challenges. Only by doing so will it be possible to determine the officers’ training and development needs and enhance the organization’s human resource planning. The CIC Military Occupational Structure Change Project has the mandate to examine both training and human resource needs of officers. A number of reports have already been produced by the CIC Qualification Standard Writing Board. One of these reports defines the core jobs CIC officers must do at the entry level — at the rank of naval cadet, or officer cadet. Other reports are expected to be available by this spring. At the same time, several human resource policies and practices are being reviewed under the Reserve Force Employment Project. The RFEP recommendations should also be available this spring. Policies being reviewed include those dealing with remuneration, performance assessment at the corps/ squadron level, benefits for Class A personnel, employment outside the cadet movement and career management.

Retention Retention is affected by both the attractions to remain with the organization and opportunities found elsewhere in other organizations. These ‘push’

The issue of CIC officer retention needs to be addressed more systematically before being able to draw any firm conclusion or action plan.

The general feeling is that the jobs of CIC officers are sufficiently different from those of the Regular and Primary Reserve Forces to convince CIC officers not to ‘jump ship’. and ‘pull’ factors affect members of any organization but are particularly strong in the Reserves where there is competition for personal time and talent in the CIC and civilian commitments. Retention is a greater challenge to the Reserve Force and is an important area of study as the CF invests a great deal in members and hopes for a longer term ‘return on investment’. At this point in the project to increase Reserve retention and improve CF recruiting in the Reserve and Regular Force, it is difficult to determine whether the ‘open for business’ policy of the CF will impact or not on the retention of CIC officers. The general feeling is that the jobs of CIC officers are sufficiently different from those of the Regular and Primary Reserve Forces to convince CIC officers not to ‘jump ship’. Regardless of that feeling, the issue of CIC officer retention, specifically, needs to be addressed more systematically before being able to draw any firm conclusion or action plan. Recruitment and retention are linked by a common thread. To strengthen this link, the organization must attract and recruit

the right people, train them well, treat them well, develop their skills, and offer them challenging opportunities that will encourage them to stay as committed and dedicated youth leaders. By doing so, it is anticipated that the entire cadet movement will benefit from the contribution of professional officers and competent leaders who are dedicated to supporting the cadet program. It is encouraging that major policy reviews and changes are being conducted to include the CIC and there has been significant positive progress in our tenures. To increase our potential attraction, recruiting and retention, policy review projects must continue to move in that positive direction. The training review will also provide us with some of the missing tools and links to make more positive progress in other policy reviews. We look forward to your input and providing you with future updates. b – Capt(N) Bennett is the director of reserves. Maj Mendes is the CIC human resources officer with the directorate of reserves.

31


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

Brave new world Adventure training is a ‘sea of opportunity’ for delivering more exciting army cadet training By Capt Dallas West he past several years have been a time of tremendous change for the army cadet program. The introduction of adventure training as a training delivery vehicle represents a giant leap forward in the evolution and diversity of our program.

T

Those of us who have been involved in the movement for some time will state without reservation that the future of our program promises to be both challenging and exciting for everyone involved. When you consider the endless possibilities represented by adventure training, you can almost imagine how Christopher Columbus felt as he sailed off into the horizon in search of the New World. We, as leaders, are rewriting the book. We are pioneers on a sea of opportunity. In short, we are creating an environment where leaders are limited only by their imagination in safely providing unique and challenging training opportunities to the organization’s members.

32

training opportunities offered in the past have been directed only at senior cadets at the regional and national levels. The fact is that as with any new initiative, adventure training is taking some time to catch on at the grass roots level. This is not to say that the opportunity to offer this type of rich and diverse training at the local headquarters is non-existent but rather that as leaders we have a responsibility to embrace the opportunity that adventure training presents. General Colin Powell says that, “Leadership is the art of accomplishing more than the science of management says is possible.” We must think outside the box and focus on developing a new mindset in terms of how we train cadets. Can we accomplish such a seemingly insurmountable task? Absolutely! Adventure training is the way of the future and there is no time like the present to get started.

Unit commanding officers must seize the initiative and encourSome of you may age their staff to incorporate be quick to point out that most of the adventurous activities such as attractive adventure canoeing, abseilling, orienteering

Exercise Adventure Race Enduro required race participants to orienteer while running, mountain biking and canoeing over challenging terrain.

and mountain biking (to name just a few) into their unit’s training weekends. We must remember that although the types of activities that fall under the umbrella of adventure training may differ from region to region, the end result will remain the same — cadets will be much happier with the program. Adventure training is not meant to replace mandatory training. It is simply the vehicle with which we will deliver our mandatory training in a fashion that is much more exciting to the cadet. Only through challenging our cadets will we keep them interested. In fact, in adopting this approach, we will test both our officers and cadets while at the same time increasing our units’ recruiting and retention. The bottom line is that a challenging and diverse training syllabus is the key to success for any cadet unit. In Saskatchewan last year, we conducted five detachment/ zone-level adventure training exercises in as many months. These activities ranged from

adventure racing to scuba diving and orienteering. During the long weekend in May we conducted Exercise Adventure Challenge. This activity involved 160 cadets and 40 officers from throughout the province. The training syllabus included abseilling, canoeing, mountain biking, orienteering and expedition backpacking.

Mrs. Eddie Matthew, the executive director of The Army Cadet League of Canada (Saskatchewan), crosses the finish line last September during the Smoky Lake orienteering competition.


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

We followed up in June by entering one officer and five cadets in a Subaru adventure race in Alberta. Race participants had to orienteer while running, mountain biking and canoeing over very challenging terrain. September was also a busy time for our office. We conducted a provincial scuba diving expedition during which 15 cadets and four officers from the province earned their basic scuba diver certification. That same weekend 24 cadets, three officers

and the executive director of the Army Cadet League of Canada (Saskatchewan) participated in an orienteering competition in Smoky Lake, AB. Finally, the top six cadets and two officers from that exercise were chosen to represent Saskatchewan in the national orienteering championships in Manitoba in October. Cadets from all four star levels participated in these activities. We also encouraged maximum officer and league participation. The army league in Saskatchewan provided funds for some of our adventure training activities.

League involvement has been important to laying the groundwork for future adventure training in Saskatchewan. The provincial league is thoroughly excited about adventure training and plans to provide financial assistance for at least one activity per year from now on. Great stuff! It would be unfair to ask commanding officers to shoulder the challenge of implementing such an imaginative program without encouraging my peers to do their part. As area cadet officers we must strive to sell the adventure training concept

to local level officers and cadets. The best way to sell adventure training is by conducting one or more of these activities at our level first. Plan an activity and assign each unit vacancies. This will mean extra work but it is well worth it. When you see the smiles on the faces of the officers and cadets, you will know that you are on the right track. The future of army cadet training is very bright indeed. I am confident that in time all commanding officers will begin to use adventure training to breathe new life into an already fantastic program. My optimism is tempered only by the knowledge that we must follow up by providing them with the encouragement and support needed to make it work. We must do everything possible to assist where and when they need it most. In doing so I am confident that together we will take the program to a level it has not seen in a long time. b – Capt West is the area cadet officer (land) for Regional Cadet Support Unit (Prairie) Detachment Regina.

Fifteen cadets and four officers earned their Professional Association of Diving Instructors basic scuba diver certification during an expedition to Lovering Lake, SK, last September.

33


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

Web talk

www.vcds.dnd.ca/cic

Perfection is not the goal! Readability is. By Capt Ian Lambert he whole purpose behind having a web site is communication in some form or another. For communication to occur, the information placed on a web site must be accessible to the user. Too often web site managers and web masters forget that not everyone is using the same browser. It is important that we build web sites that allow users to access the content and to have a comparable web ‘experience’ across the various browsers being used. To do so is actually a lot easier that you may think!

T

First we need to validate our hypertext mark-up language (HTML). Validating is somewhat like running a grammar check in MS Word and involves checking the structure of the various HTML tags to ensure that they are used in accordance with industry-accepted standards. Writing code to standard maximizes its readability across the wide range of browsers. The World Wide Web Consortium — the governing body for web publishing standards — provides a great validator on its web site at http://validator.w3.org/. Validate to HTML 4.01 Transitional as it is the federal government standard.

34

Remember to include the document and content type declarations on each of your pages <META http-equiv=“Content-type” CONTENT=“text/html;charset =iso-8859-1”> and <!DOCTYPE HTML PUBLIC “-//W3/DTD HTML 4.01 Transitional//EN” “http://www.w3.org/TR/html4 /loose.dtd”> so the validator can do its job. You may be surprised by the results. You may find as I have that many commercial HTML editors are not as good with HTML as we may have first thought. Another step you may wish to try is to install several browsers on the computer you use to develop your web site. Netscape and Internet Explorer are two very special creatures, and validated code can look different between them and among their various versions. Though most of us have a preference for one or the other, we cannot force a user to use a specific browser. Users too have their preferences or may not even have control over the browser they use. Generally speaking, I find little difference between Internet Explorer 5.x and 6.x but find incredible differences across the various versions of Netscape, most notably with the way it treats margins. Downloads of the different browsers are available on the Netscape and Microsoft web sites for free.

As you test your web site in various browsers, you may notice that not all features are supported in all browsers, and features used in one browser may cause an entirely different effect in another. What is important is that a page be still readable even if a specific feature — non-graphic mouseovers in Netscape 4.01 is a great example — does not work well or at all. You may find, depending on your level of coding skills, that Cascading Style Sheets and browser

detection scripts can help you build web sites that work well across the spectrum of browsers and versions. If the general layout of your web site is similar across the various browsers and browser versions and the content is readable, then consider the effort a success. Perfection here should never be the goal. b – Capt Lambert is the national web site manager at directorate of cadets at lambert.it@forces.ca


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement

Becoming better

officers What’s up with the CIC? By Lt(N) June Bowser

If you are interested in “What’s up with the CIC”, then stop, make yourself comfortable and read on.

The qualification standard writing board in Trenton.

he qualification standard writing board — the project that will determine the quality of future instruction for CIC officers — convened in Trenton, ON, last November. The project is expected to take about six months.

CIC officer training based on what they thought an officer should know. That was the old way of doing business. Now we can develop CIC officer training at the national level, based on what officers have actually told us they do in their jobs.

T

The qualification standards will guide the design, development, conduct, evaluation and validation of the entire CIC officer training program. They will describe the tasks officers must learn to perform, the condition under which they must be performed and the standards of performance needed to support the goals and requirements of the cadet program. The board will verify each task list for the applicable jobs identified in last May’s Occupational Analysis Report. So how did we get here? Some of you may remember filling out a huge survey last year asking what you do in your job. The information was compiled into a list of tasks

for each job, which told us exactly what a CIC officer does. More importantly it tells the rest of the Canadian Forces just what a CIC officer does and what we can do! We found that CIC officers perform a high percentage of the same tasks as other CF officers. The time spent performing these tasks is different. Of course it is — the majority of us work only part time! This information is located in a document called the CIC Occupational Specification that lists all the tasks, knowledge and skills required for each job. Most other CF occupations have an occupational specification that guides their performance standards and requirements. This is the first time a document like this has been developed for the CIC occupation. A huge step in the right direction! The QS writing board is using the tasks found in this occupational specification to develop the QS documents.

Board members have extensive experience at all corps and squadron levels, as well as at cadet summer training centres. Regional representatives are Lt(N) Nancy Chisholm, Atlantic; Capt Karyne Richard, Eastern; Capt Jeremy Bonnar, Central; Capt Linda Lohmaier, Prairie; Capt Tad Nicol, Pacific; and Maj David Rodriguez, Northern. The chairperson is Maj Danny Dinn, from Newfoundland. Others board members include Capt Dawn Gillan, training development, directorate of cadets; as well as Capt Michael Blackwell and myself, staff officers for the occupational structure implementation plan and Maj John Torneby, representing the CIC Branch Advisory Council. The board is under the direction of Maj Serge Dubé, CIC training development, directorate of cadets. These individuals have come together to develop performance standards for the CIC of the future. So, what’s the difference? In the past experienced individuals in the regions have developed

When I consider the possibilities and the future of the cadet instructors cadre, I can’t help but get excited. We have been given a great opportunity to put ourselves on track to continued success. This project will allow us to tackle many issues that will secure the future of the cadre. We will continue to facilitate stimulating and challenging opportunities for the betterment of Canadian youth and in turn, all of society. b – Lt(N) Bowser worked with various corps in Nova Scotia, cadet summer training centres and regional headquarters (Atlantic) before her employment with directorate of cadets.

35


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

Testing the waters Would extra DND support encourage more cadets to take part in the Duke of Edinburgh’s Award program? By Capt Bruce Jarvis pproximately 3,200 sea, army and air cadets are involved nationally in The Duke of Edinburgh’s Award program. And an initiative is currently underway in Atlantic Region to test whether additional Department of National Defence (DND) support would increase those numbers.

A

The Duke of Edinburgh’s Award is a voluntary, non-competitive program of practical, cultural and adventurous activities, designed to support the personal and social development of young people aged 14 to 25, regardless

of gender, background or ability. It encourages young people to undertake exciting, constructive, challenging and enjoyable activities in their free time. The program started in 1956 and its founder and patron is His Royal Highness,The Duke of Edinburgh. The program has three progressive levels depending on age: bronze, 14 and over; silver, 15 and over; and gold, 16 and over. The award is earned for activity in designated areas: • service (helping other people in the local community);

• skills (covering almost any hobby, skill or interest); • physical recreation (sport, dance and fitness); • expeditions (training for, planning and completing a journey); and • residential project, gold award only, (a purposeful enterprise with people not previously known to the participant). The award is widely recognized by employers and people involved in education. Some benefits to young people

ix cadets and one CIC officer from Atlantic Region received Duke of Edinburgh gold awards in December from Governor General Adrienne Clarkson. It was the first Duke of Edinburgh event that the Governor General has presided over since becoming Governor General of Canada and national chairperson of the award program in October of 1999. Here, she presents the gold award to MWO Krista Singleton, 2895 (Enright Memorial) Army Cadet Corps in St. Catherines, NF. Other award winners were CIC officer Capt Krista Tucker and CWO Matthew Moores, 2415 (Gonzaga High School) Army Cadet Corps in St. John’s, NF; CPO1 Mark Whiffen, 67 (Windsor) Sea Cadet Corps in Grand Falls-Windsor, NF; and WO Gregory Davis, MWO Jessica Linehan and CWO David Lewis, all of 2895 Corps. CIC officers LCol Tom McGrath, Maj Paul Westcott and Capt(ret’d) Paul LeBlanc were also recognized for their years of service to the 36 awards program. b

S

include developing or discovering a sense of achievement; new skills and interests; selfconfidence and self-reliance; leadership skills and abilities and exciting opportunities. Others include friendship; experience of teamwork, problem-solving and decisionmaking; increased motivation; enhanced self-esteem; development of communication skills; a network of local, national and international connections; and enjoyment. The Atlantic Region pilot project is designed to test


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement the impact of DND financial, promotional and other support on participation levels in the award program. The pilot project will observe the participation, retention and attrition rates of cadets in the program. In turn, this will give the cadet movement an insight into the best possible way to promote the program in cadet corps and squadrons. Currently, corps/squadrons and cadets pay Duke of Edinburgh program fees in different ways. Sometimes, units pay the fee with unit/sponsor funds; sometimes the Leagues help out; other times, cadets themselves are responsible for them. To complicate matters further, the fee differs from province to province, and in some provinces, fees are required for renewal from year to year.

Pilot project The pilot project has three distinct test groups, each including three air cadet squadrons, three army cadet corps and three sea cadet corps. These corps and squadrons have been selected at random from the four Atlantic provinces. The provincial representation is equal for all

provinces, except for New Brunswick and Prince Edward Island, which have been combined. Numbers of cadets on strength, as well as geographical location, were taken into account when selecting units in all three test groups. The cadet units in the first test group are being completely funded to participate in the program. The Department of National Defence will pay a fee of $15 per cadet to the provincial branches of the Duke of Edinburgh program. This test group will measure the impacts of the cadet movement paying the full administrative cost of the program. The corps and squadrons in the second test group are not being funded to participate in the program. The units (or the cadets themselves) pay a standard fee of $15 per cadet. Like the first group, this group receives a promotional package about the program. This test group will measure the impacts of a well-marketed program. Units in the third test group are not supported financially,

The Duke of Edinburgh Award can be earned for training for, planning and completing an expedition.

nor do they receive any promotional information over and above what is currently distributed to corps and squadrons across the country. This is the control group against which results from the other two test groups will be measured. This trial, in conjunction with meetings with key officials of the national Duke of Edinburgh’s Award office, should enable the cadet movement to develop a strategy for national-scale financial, promotional or other support to the program. LCol Tom McGrath, the area CIC officer (army) for Newfoundland and Labrador is the liaison between the Duke of Edinburgh National Council and the cadet movement. A council member and president of the Duke of Edinburgh’s Award, Newfoundland and Labrador Division, LCol McGrath says many cadet activities complement the Duke of Edinburgh’s Award. “For cadets, it’s often just a matter of completing the

necessary enrolment before beginning the activity and recording the completion in a participant record book to earn the award.” The award is considered a prestigious award for young people. “As with any cadet optional subject, the CIC officer plays an integral role,” says LCol McGrath. “Units that have great success with the program often appoint a unit CIC officer to oversee and manage the program as a secondary duty.” Periodically provincial and territorial councils offer leader training. It is expected that the pilot project results will be evaluated by June 2003 and based on the results, the cadet movement will make a decision on the extent of future involvement with The Duke of Edinburgh’s Award program. b – Capt Jarvis is the special projects officer, Regional Cadet Support Unit (Atlantic).

37


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

Adapting to a changing world By Lt Ginette Thibodeau he cadet movement’s aims and vision are the foundation of the cadet program. Eighty members from every level of the movement took one week out of their busy schedules to help design a vision-based development framework to guide future cadet training along a path that meets the program’s aims. From Jan 25 to Feb 3, officers from local corps/squadrons and regional/national headquarters, along with Navy League, Army Cadet League and Air Cadet League members, came together as the Cadet Training Parameters Working Group. The working group’s goal was to create a guide to help develop a better cadet program in the context of today’s and tomorrow’s youth.

T

Cadet leaders know that any changes to the cadet training program will affect how Cadets is perceived and influence cadet recruiting and retention. An overriding concern is that the cadet movement adapt to changing society so that it remains relevant.

Remaining relevant The values of youth change depending on the events that influence their lives, but their activities fluctuate more than the core values they adopt from society. Last year, Youth Culture Research, a division of Youth Culture Group, administered a survey to youth across Canada. The TRENDSCAN survey is helping companies and organizations understand what youth want. The survey shows that the importance of music, friendships and team sports is common to youth nation wide, while the importance of other things is specific to certain areas.

38

Does the vision of the cadet program represent those values deemed

important by the 12- to 18-year-olds of today? Leadership and citizenship are key. Volunteering becomes more important around the ages of 14 or 15, while leadership skills come into play around the age of 16. Having a lot of friends is also important to this group of teens. They tend to have larger groups of friends than the last generation. They like to hang out in groups. When they see a youth alone (especially in advertising), they view him or her as a loser. Multiculturalism is deeply valued. Teens strongly agree with the statement presented to them during the survey that “one of the best things about Canada is the way we welcome people of different races and cultures into our society….” It is crucial to develop a cadet program that continues to speak to youth, while meeting the goals and objectives of the Federal Government. Does the cadet movement provide the activities youth want? For today’s youth, team sports are at the top. Sports rank

Teens like to hang out in groups. (Albert Head Cadet Summer Training Centre photo)

higher among the 12- and 13-year olds. Soccer and basketball are the most popular sports for both genders, while hockey is still very popular with young boys. Both males and females enjoy the challenge of outdoor activities, but sailing is more popular with girls and more boys are interested in flying. When recruiting, corps and squadrons should ensure that they identify sports as part of the cadet program, as it is important to our recruit target group.

Youth in Central Canada want more artistic challenges. Teens from Quebec want to learn more about music. The arts are also very popular in Ontario and British-Columbia. The fact that youth across Canada have different interests means corps and squadron commanding officers should tailor their recruiting messages to fit the local area. Education is important. Youth start worrying about their future even as young as 12. They know the price


The Leadership Magazine of the Canadian Cadet Movement of education is rising. They want help with tuition fees. Even though they worry about where to find money for their future endeavours, money is not an issue during their teenage years. Tuition money can’t be given to all cadets; however, cadets can develop job market skills through the cadet program.

Retention Retention is an important issue for many corps and squadrons. New recruits come in but don’t stay. Cadets leave during the first year, after a few years and even as senior cadets. Cadet surveys and focus groups held last December in Halifax, Montreal (in French), Toronto and Brandon, MB, showed that most cadets joined not knowing what to expect of the program. Their expectations formed after they joined. Those few who did have expectations wanted to make new friends, get a pilot’s licence, keep in shape and travel. Most of the focus group participants said they joined when they were 12 and 13. Most joined because a friend or sibling was in Cadets. Training had a limited impact on their decision to join.

In focus groups, Cadets was defined as incorporating discipline, responsibility, physical fitness, experience, learning, community recognition, membership, pride and leadership. Cadets also see promoting an interest in the Canadian Forces as an essential part of the cadet experience. Cadets are very loyal to the program and see it as superior to other youth activities. They think that Cadets is more fun and that they learn more. They think the program prepares youth for the future by making them more responsible, better disciplined (includes self-disciplined) and more confident individuals with good leadership skills. Cadets also understand the importance of physical fitness and teamwork. Not everything is perfect. The focus groups helped point out the weaker aspects of the continued on page 40

he new framework will help resolve some program issues raised by cadets taking part in focus groups in recent months. The cadets suggested the following improvements to the cadet program:

T

• Conduct more hands-on training (shooting, flying, sailing). The classroom setting is boring. • Increase predictability (too many uncertainties in the schedule). Cadets have a hard time planning around cadet unit activities. • Improve and increase the equipment available at the unit level. • Increase exchanges and special opportunities. • Relax the dress code. • Increase tri-service (purple) activities. • Increase military-type training, but decrease drill. • Increase challenges at each level (trade group). and create a new program for senior cadets. • Increase flexibility on attendance.

The way teenagers think r. Robert Sylwester, professor of education at the university of Oregon, explained that adolescents are learning to use their developing frontal lobes responsible for thinking and decisionmaking. Adolescence is the time when youth “gradually explore the wide variety of survival problems and solutions that independent life will later present”.

D

Dr. Sylwester believes the cadet movement provides a good environment for youth to explore and develop their decisionmaking skills and a safe environment in which to interact and learn from each other. Youth have different interests, depending on their age. This can be attributed to their stage of brain development. When cadets are 12 or 13 years of age, they are still developing the frontal lobe of their brain. This is the area that is responsible for helping us to make complex decisions and solve problems. Practical, or hands-on activities, are of interest to this group.

What cadets want Cadet surveys and focus groups have shown that the cadet population enjoys most cadet program activities and views the cadet experience as ‘fun’. They most like summer programs, exchanges (opportunities to travel), meeting people and making friends. The hands-on activities, such as band, pilot training, marksmanship and team sports, are very important to them.

What cadets want

Soccer and basketball are the most popular sports for both genders. (Whitehorse Army Cadet Summer Training Centre photo by Capt Jennifer Lafrenière)

At the ages of 14 and 15, equipped with fully developed frontal lobes, youth want more thoughtful challenges. Interest in active learning remains high, but they are also prepared to do more discovery learning. They want to learn to use these new thinking skills. Once they reach 16 to 18 years of age, youth have honed their decision-making and problem-solving skills. They are eager to act as more independent leaders. They want responsibility!! One thing that is common to youth of all ages is their need for social interaction and acceptance. This is something the cadet program has successfully been providing since its inception.

39


Cadence • Issue 5 • Spring • 2002

continued from page 39

Adapting to future generations

cadet training program. Cadets love cadet summer training centres, but think the local training program is lacking and too repetitious. This is a particular problem with the cadets who joined at the age of 12 or 13. Other problems such as poor quality of instruction, a lack of equipment available at the unit and not enough hands-on activities cause many cadets to become disinterested. Cadets don’t like the Cadet Harassment and Abuse Prevention program, but still think it’s important. They find classroom work is a boring way to learn and poor instructors don’t help.

The framework arrived at in February is the first step in ensuring the cadet movement meet the needs and wants of Canadian youth. By keeping in mind those needs and wants, as well as the focus group recommendations, this framework will ensure that cadet training adequately serves our youth and provides a base for an even stronger program for future generations. The next issue of Cadence will provide more information on the leadership aspects of the training program, within the context of the Cadet Training Parameters Framework Working Group. b

Cadets find classroom work is a boring way to learn.

On the horizon Leadership development is a journey, not a destination. The world’s most successful organizations build leaders at every level — regardless of role or title. – Soderquist Center for Leadership and Ethics, John Brown University, Arizona.

The four characteristics of leadership that are most admired are honesty, competency and the abilities to be forward-looking and inspire. Most of us are willing to follow leaders who exhibit these traits. – James Kouzes and Barry Posner in their widely-acclaimed book, The Leadership Challenge. oes the Canadian Cadet Movement build leaders at every level and do they exhibit the traits that would inspire others to follow?

D

We invite your input into our summer issue, which looks at leadership in the cadet movement, including leadership models, ethics and risk management.

40

Copy deadlines are April 26 for the summer issue and July 26 for the fall issue (support to the cadet movement theme). The editor MUST receive notice of planned submissions.


www.vcds.dnd.ca/cic

La revue du

leadership du Mouvement des cadets du Canada

Numéro 5 • Printemps • 2002

Ils sont là, mais resteront-ils?

S'adapter à un monde en perpétuel changement

Coup d'œil sur le recrutement et le maintien à l'effectif dans le Mouvement des cadets du Canada

On n'arrête pas le progrès

Élaborer un programme pour les jeunes d'aujourd'hui et les générations futures

La formation par l'aventure est la voie de l'avenir

Ne désertez pas le navire! Les examens des politiques et des pratiques amélioreront la situation


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

10

16

20 24 Sur la page couverture : On voit beaucoup de cadets heureux sur la photo de la une prise l’été dernier au centre d’instruction d’été des cadets de l’Armée à Valcartier (Qc) par le capt Philippe Gélinas. Saurons-nous toutefois les maintenir à l’effectif? Comme en font foi les articles du présent numéro, le maintien à l’effectif des cadets – et des officiers – est une question à examiner.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Présentation des articles

Dans tous les numéros Mot d’ouverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 Lorsqu’on écrit un article pour Cadence, il ne faut pas oublier qu’il doit être centré sur le perfectionnement professionnel des leaders par le lt Ginette Thibodeau

La boîte aux lettres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 Défilé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

Articles-vedette Nous ne sommes pas seuls! . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Recrutement et maintien à l’effectif dans le Mouvement des cadets du Canada

Des cibles parfaites. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 La Région des Prairies cible les cadets supérieurs en tant que nouveaux officiers

Combien grand est votre bassin? . . . . . . . . . . . . 15 Les données démographiques sont un élément clé de la mesure du succès de votre campagne de recrutement

Recruter – sans avoir à manger ses légumes . . . 16 Les cadets-chefs jouent un rôle dans le recrutement et le maintien à l’effectif par le pm 1 Sacha Pilgrim

Quelques chiffres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 C’est le maintien à l’effectif qui pose problème, pas le recrutement : le temps est venu de faire le point

Nouvelles glanées à travers le Mouvement des cadets

Point de vue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Idées originales pour accroître le maintien à l’effectif par le maj Robert Lyon

Forum : idées novatrices, pratiques exemplaires et leçons retenues . . . . . . . . . . . . . . 28 Mener une campagne de recrutement efficace par l’ens 1 Steven Vachon

Parlons Web . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Le but n’est pas la perfection, mais la lisibilité par le capt Ian Lambert

Perfectionnement des officiers . . . . . . . . . . . . . . 35 Qu’est-ce qui se passe du côté du CIC? par le ltv June Bowser

À l’horizon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Le leadership, la déontologie et la gestion des risques dans le Mouvement des cadets du Canada

par le capc Gerry Pash

Le recrutement – un concept à redéfinir. . . . . . . 19 Se placer de façon à séduire le grand public par le maj Carlo De Ciccio

Un accueil chaleureux dans le Nord . . . . . . . . . . 20 L’étroite relation entre un corps du Nord et une école communautaire facilite le recrutement et le maintien à l’effectif par Elisabeth Mills

Qui est responsable du recrutement? . . . . . . . . 22

Autres articles Ne désertez pas le navire! . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 D’importants examens des politiques et des pratiques devraient avoir un effet bénéfique sur le recrutement, la sélection, l’instruction et le maintien à l’effectif des officiers par le capv Jennifer Bennett et le maj Harold Mendes

On n’arrête pas le progrès. . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

Le recrutement devrait être la responsabilité conjointe du commandant et du comité des répondants

La formation par l’aventure : une mer de possibilités où pêcher pour mettre du piquant dans l’instruction des cadets

par Kim McDonald

par le capt Dallas West

Des moyens de recrutement efficaces . . . . . . . . 23 Des stratégies de recrutement et de maintien à l’effectif qui donnent de bons résultats

Point de vue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Quelques idées personnelles pour accroître le maintien à l’effectif

Confrontation avec la réalité. . . . . . . . . . . . . . . . 25 Susciter des attentes et des buts réalistes et tenir nos promesses s’imposent pour le maintien à l’effectif des cadets

Tâtons le terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Si le MDN appuyait davantage les cadets, la participation au Programme des prix du Duc d’Édimbourg augmenterait-elle? par le capt Bruce Jarvis

Il faut s’adapter à un monde en perpétuel changement . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Comment s’assurer que le Mouvement des cadets répond aux besoins et aux attentes de la jeunesse canadienne par le lt Ginette Thibodeau

3


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

Mot d’ouverture Il faut tirer profit de l’expérience des autres par le lt Ginette Thibodeau

Les meilleurs conseils viennent de gens d’expérience. Qui saurait mieux nous instruire? Cadence vise à aider les officiers, instructeurs civils, cadets supérieurs et bénévoles à améliorer leurs compétences en tant qu’instructeurs et administrateurs du Programme des cadets. Pour atteindre ce but, nous avons absolument besoin du feedback de ceux et celles qui travaillent directement auprès des cadets. os suggestions, conseils et idées pourraient aider à résoudre le problème d’un autre. N’écartez pas vos idées. Communiquez avec nous. Nous pouvons vous aider à rédiger votre article ou incorporer vos idées à un article plus long.

décrit. Le résultat nous intéresse, mais nous voulons aussi savoir comment vous vous y êtes pris pour y parvenir. Dites-nous comment vous avez réglé le problème (s’il y a lieu), quels outils vous avez utilisés et où vous les avez trouvés.

Les idées n’ont pas toutes assez d’envergure pour créer un seul article, mais la plupart peuvent être intégrées à un thème plus vaste. Communiquez avec la rédactrice en chef avant de mettre vos idées sur papier. Si vous nous faites part de vos idées, nous pouvons vous montrer comment votre histoire s’intègre à la revue.

Certains articles ne satisfont pas au mandat de perfectionnement professionnel de la revue, ni à la rubrique « Défilé » qui donne des nouvelles des cadets à l’échelle nationale. Beaucoup d’événements, de prix ou de réalisations dont vous nous informez sont importants, mais les articles devraient être publiés dans les sites Web des cadets ou dans les journaux locaux. Y a-t-il un meilleur moyen de vanter les mérites de vos cadets à tout le monde? Cela vous permettra peut-être même de recruter quelques nouveaux cadets.

V

Le thème est un autre facteur dont il faut tenir compte. La rubrique « À l’horizon », qui figure à la fin de la revue, donne un aperçu des deux thèmes suivants. N’attendez pas à la dernière minute pour nous communiquer vos idées. Si votre article nous parvient après la date de tombée, il ne sera pas publié. Les leaders du Mouvement des cadets ont besoin de renseignements qui les aideront à accomplir leur travail. Lorsqu’on rédige un article pour Cadence, il faut penser au lecteur. Quelles questions poseriezvous si vous aviez à régler ce problème ou ce cas aujourd’hui? Il faut beaucoup réfléchir pour rédiger un article sur le perfectionnement professionnel. Il faut guider le lecteur d’une étape à l’autre de la situation qu’on

4

Les leaders du Mouvement des cadets reçoivent une formation restreinte. Le temps est un élément très important et notre ressource la plus précieuse. Bien des instructeurs ne peuvent trouver assez de temps pour accomplir toutes leurs tâches. Ils en trouveront encore moins pour suivre un cours, mais peut-être trouveront-ils le temps de lire Cadence et s’amélioreront-ils grâce aux conseils éclairés et à l’expérience des autres qui sont dans la même situation qu’eux. b – Le lt Thibodeau est rédactrice adjointe à la revue Cadence.

La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada Numéro 5 Printemps 2002 La présente publication est produite pour le compte du Mouvement des cadets du Canada par l’Équipe des communications de la Direction des cadets au Quartier général de la Défense nationale. C’est un instrument de perfectionnement professionnel destiné aux officiers du Cadre des instructeurs de cadets (CIC) et à d’autres leaders du mouvement des cadets, y compris les instructeurs civils, les cadets supérieurs, les membres des trois ligues de cadets, les parents et les répondants locaux. Les membres de la Force régulière et de la Force de réserve (autres que les officiers du CIC) sont aussi invités à lire Cadence. La revue est produite sous la direction du Conseil consultatif de la branche du CIC. Les points de vue exprimés dans la présente publication ne reflètent pas nécessairement les opinions et la politique officielles. Cadence est publiée quatre fois par année. Vous êtes invités à nous faire parvenir des articles de 1000 mots au plus et des photos. Nous nous réservons le droit d’abréger tous les articles reçus et d’en adapter le style. Pour plus amples informations : Rédactrice en chef de Cadence Direction des cadets Quartier général de la Défense nationale 101, promenade Colonel-By Ottawa (Ontario) K1A 0K2. Adresse électronique : cadence@cadets.net ou ghscott@netcom.ca. Téléphone : 1-800-627-0828 Télécopieur : 613-996-1618

Rédaction Coéditeurs : Le col Jon Ambler, directeur des Cadets Le capv Jennifer Bennett, directrice de la Réserve, coconseillère de la Branche du CIC Rédactrice en chef : Marsha Scott Rédactrice : Le lt Ginette Thibodeau Traduction : Bureau de la traduction, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada Distribution : Pour signaler un changement d’adresse et pour toute question ayant trait à la distribution, communiquez avec le lt Ginette Thibodeau au 1-800-627-0828 ou ad403@issc.debbs.ndhq.dnd.ca Direction artistique : Services créatifs de la direction générale des affaires publiques 2001CS-0632

CADETS

CANADA


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

La boîte aux lettres Le terme « Armée » est-il devenu un mot comme un autre? La brochure des Cadets intitulée L’expérience cadet (Automne 2001, « Excellente critique de la brochure sur les Cadets ») est effectivement une excellente source de renseignements sur le Mouvement des cadets du Canada. Malheureusement, elle comporte une omission qui a sauté aux yeux des officiers et sous-officiers cadets du corps de cadets que je dirige. Nous avons tous été surpris de constater qu’on a oublié de dire dans la brochure que le Mouvement a notamment comme objectif de susciter un intérêt pour les Forces canadiennes. Chaque fois qu’il est question d’utiliser cette brochure, il me faut rassurer des cadets inquiets à l’idée que le terme « Armée » soit devenu un mot comme un autre pour Cadets Canada. – Le capt Steve Bedford Commandant Corps des cadets de l’Armée 2402 (Governor General’s Horse Guards), Toronto

Bravo! Continuez à jouer! On ne peut que louer le Capt Jermaine Downey de la persistance et du courage dont il a fait preuve pendant toute sa carrière chez les Cadets et dans le CIC en dépit d’un racisme aussi inadmissible. Sa ténacité n’a sans doute d’égal que son talent de cornemuseur et de tambour. Originaire de la Nouvelle-Écosse où il y a des gens de race noire dans presque toutes les localités, j’ai été directement témoin de la discrimination dont on fait preuve à leur égard, mais sans jamais comprendre. Je me souviens que j’étais très heureuse à l’adolescence d’avoir enfin la chance d’avoir quelques amis de race noire (grâce à la pratique des sports). Malheureusement, à l’envers de la médaille, je me rappelle aussi que je savais que mon père ne réagirait probablement pas très bien s’il savait que mon petit ami était un homme de race noire. En tant qu’officier du CIC, je suis très protectrice à l’égard de la présence et de la valeur des minorités ou de la diversité dans notre unité de cadets. La tolérance n’est ni suffisante ni satisfaisante; nous devons tous embrasser et célébrer nos différences culturelles, raciales, linguistiques et autres. J’ajouterai que si jamais ma famille décide de faire appel à ces merveilleuses cornemuses pour une réception de mariage (ou un événement similaire), ce sera un privilège pour moi d’inviter le capt Downey à nous faire l’honneur de jouer. – Le slt Chris Chassé Escadron des cadets de l’Air 101 Moncton (N.-B.)

Ouvrir les esprits Je vous écris au sujet de l’article intitulé Des chefs sensés face aux questions délicates paru l’hiver dernier. J’ai trouvé qu’il s’agissait là d’un article formidable (et très important). Selon l’article, la question de l’orientation sexuelle a été inscrite dans la Loi canadienne sur les droits de la personne en 1996. Cela est vrai, mais il est peut-être plus important de noter que même si la question de l’orientation sexuelle ne figure pas dans la version imprimée de la Charte canadienne des droits et libertés, on considère qu’elle en fait implicitement partie depuis plusieurs années. La Loi canadienne sur les droits de la personne est une loi fédérale dont l’application est par conséquent limitée; la Charte canadienne des droits et libertés, par contre, fait partie de la Constitution et elle s’applique à tous les Canadiens. L’article donne à penser que le personnel des corps/escadrons et des centres d’instruction d’été devrait peut-être demander aux cadets qui les abordent de s’adresser « aux conseillers en droits de la personne, au personnel médical ou aux agents de pastorale ». Je ne suis pas tout à fait de cet avis. Même si un conseiller en droits de la personne peut être en mesure d’aborder ces questions avec un cadet, il est important que le cadet sache que le fait d’être (ou de penser être) homosexuel (ou bisexuel) n’est pas une question qui relève de la prévention du harcèlement et des abus. Je pense aussi que l’idée de demander à un cadet de s’adresser à un professionnel de la santé comporte des risques. Il se peut en effet que le professionnel de la santé ait ce qu’il faut pour aborder ces questions, mais il se peut aussi que cela ne soit pas le cas. Par ailleurs, il ne faut pas donner aux cadets l’impression que l’homosexualité est un problème de santé ou une maladie. Il se pourrait aussi que des agents de pastorale ne puissent pas aborder correctement ces sujets. Malheureusement, beaucoup de religieux homophobes justifient encore leur homophobie en s’appuyant sur la « religion ». Je crois qu’il est très important de connaître les gens autour de nous qui ont les ressources voulues pour aborder la question de l’homosexualité avec les cadets. Il faut aussi que chacun détermine pour soi s’il se sent capable de s’occuper de cadets ou d’autres personnes qui souhaiteraient révéler leur orientation sexuelle. J’ai trouvé intéressant que l’article reproduise les conseils du Réseau canadien de la santé. Je crois aussi qu’on aurait intérêt à prévoir dans le site Web national des cadets les liens suivants : www.pflag.ca; www.glsen.org; www.youth.org; et www.outproud.org. Les jeunes, les parents, les enseignants et les chefs y trouveront de très utiles renseignements. Depuis une dizaine d’années, le Mouvement des cadets et la société en général ont fait des progrès considérables. Il reste encore matière à amélioration, et des articles comme celui-ci nous aideront à avancer dans la bonne direction, l’esprit ouvert. – Le capt Sandy MacDougall Commandant Escadron des cadets de l’Air 342 (Bedford Lions) Bedford (N.-É.) b

5


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

Défilé Nouvelles glanées à travers le Mouvement des cadets Un cadet est proclamé le meilleur pilote amateur du Canada Quand Sancho McCann s’est joint aux Cadets de l’Air, il ignorait qu’il allait se passionner pour le pilotage. C’est pourtant ce qui est arrivé, et, en août dernier, il a été proclamé le meilleur pilote amateur du Canada, à l’âge de 18 ans. L’adj McCann, de l’Escadron des cadets de l’Air 170 (St. James Kiwanis) à Winnipeg, était le plus jeune concurrent de la compétition commanditée par Air Canada et organisée par l’Association canadienne du sport de l’aéroplane. Il a remporté la compétition après avoir passé un test de pilotage et un examen écrit qui lui ont permis de faire valoir ses compétences en pilotage, en navigation et en préparation de plans de vol ainsi que son adresse au décollage, à l’atterrissage et aux manœuvres en vol. Étudiant de deuxième année en informatique à l’Université du Manitoba, il s’estime chanceux d’avoir trouvé une activité qui l’enthousiasme. Même s’il est trop vieux maintenant pour être un cadet, il travaille bénévolement pour son unité et il a posé sa candidature comme officier du CIC. McCann a obtenu son brevet de pilote de planeur au Centre d’instruction d’été des cadets de Penhold (Alb.), à l’été de 1999. Boursier en pilotage motorisé en 2000, il a obtenu son brevet de pilote d’avion de l’Edmonton Flying Club.

L’adj Sancho McCann, meilleur pilote amateur du Canada en 2001.

Il a reçu sa licence de pilote professionnel l’automne dernier et il espère travailler un jour pour un grand transporteur aérien. Air Canada a déjà accepté de lui faire passer une entrevue d’emploi dès qu’il aura satisfait à certaines exigences. McCann dit qu’il devra faire auparavant environ 3000 heures de vol. Pour l’instant, on lui a remis le trophée commémoratif Webster et deux billets pour toute destination desservie par Air Canada. La John C. Webster Memorial Trophy Competition qui a lieu tous les ans encourage l’excellence en matière de pilotage amateur. Les cadets, officiers et bénévoles intéressés peuvent obtenir plus amples informations au www.webstertrophycompetition.netfirms.com, par courriel à ecarter@netcom.ca, ou en appelant le (613) 257-7712. b – Adapté d’un article de Mia Rabson paru dans le Winnipeg Free Press.

Comte rendu de première main du processus de paix en Irlande du Nord par l’adj 2 Amanda Best et le sgt Valérie Meilleur En décembre dernier, nous avons eu « la chance de notre vie ». Nous étions au nombre des six cadets qui ont entendu le général (retraité) John de Chastelain, président de la Commission indépendante internationale sur le désarmement, parler du désarmement et du processus de paix en Irlande du Nord. Nous avons assisté à un déjeuner du Canadian Club où le gén de Chastelain a expliqué que des progrès appréciables avaient été faits dans la longue campagne en vue du désarmement

6

depuis qu’il avait été nommé à son poste.

les unionistes et l’IRA est le principal obstacle.

Si, comme nous, vous ne suivez pas beaucoup la situation internationale, la question du désarmement ne vous est peutêtre pas familière. Le désarmement suppose que des armes soient rendues complètement inutilisables et que cela puisse être vérifié. Dans l’espoir de mettre un terme à la violence en Irlande du Nord, des efforts sont faits pour assurer le désarmement de l’Armée républicaine irlandaise. Le manque de confiance entre

Intéressant et informatif, le discours nous a incitées à nous renseigner davantage sur cette question. Assistaient notamment à l’événement les ambassadeurs d’Irlande et des États-Unis au Canada, Martin Burke et Paul Cellucci, ainsi que le haut-commissaire de Grande-Bretagne, sir Andrew Burns. Les autres cadets étaient le pm 2 Matthew Rochon et le m 2 Stephen Rebeiro, du Corps des cadets de la Marine 40

(Falkland) à Ottawa, l’adjuc Danny Gernon, du Corps des cadets de l’Armée 2951 (Leitrim) à Orléans (Ont.) et l’adjuc Sebastian Meloche, du Corps des cadets de l’Armée 3018 à Orléans (Ont.). Fondé en 1903, le Canadian Club se réunit tout au long de l’année pour entendre d’éminents Canadiens parler de questions importantes. b – L’adj 2 Best et le sgt Meilleur appartiennent à l’Escadron des cadets de l’Air 872 (Kiwanis) à Kanata (Ont.).


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

L’Étoile d’or et l’étoile montante de la cornemuse par Jeremy Blackburn n octobre dernier, j’ai constaté, en rentrant à la maison, qu’une société cinématographique tournant à Halifax avait laissé à ma porte le message suivant : « Jeremy, nous aimerions vous auditionner pour vous faire jouer de la cornemuse dans le film que nous tournons actuellement à Halifax. Appelez-moi. Kyle, superviseur de la production. »

E

À l’audition, le responsable de la distribution m’a expliqué que le film s’intitulait Touch and Go et qu’il s’agissait d’une comédie sentimentale

mettant en vedette Jeff Douglas (« Joe le Canadien »), originaire de Truro, et Patricia Zentilli (« New Waterford Girl » et « LEXX »). Le film relate les histoires d’amour et d’amitié de trois jeunes dans la vingtaine, pendant leur dernier été d’insouciance avant la vie adulte. Ma tâche devait consister à jouer de la cornemuse chaque fois que quelqu’un passait par un moment difficile – pour donner du « relief » à la scène. J’ai dit au responsable de la distribution que j’aimerais bien jouer dans le film, mais que j’apprécierais beaucoup qu’il auditionne un jeune cadet cornemuseur de l’Armée qui, j’en étais convaincu, pouvait tenir le rôle – le sgt Peter Allen, du Corps des cadets de l’Armée 2501 (Halifax Artillery). « Si le jeune cornemuseur ne convient pas, ai-je dit, il me fera grand plaisir d’accepter le rôle. » Une semaine plus tard, le sgt Allen est venu me voir pour me dire qu’il avait obtenu le rôle. J’ai éprouvé un profond sentiment de satisfaction en songeant qu’un cadet cornemuseur avait les qualités voulues pour faire le travail.

Le sgt Peter Allan jouera de la cornemuse dans le film Touch and Go bientôt à l’affiche. À gauche, l’instructeur de cornemuse de la Force de réserve le bdrc Jeremy Blackburn joue du chalumeau mélodique.

Touch and Go va sortir à temps pour le prochain festival du film, et plusieurs maisons – The Movie Network, Movie Central et Showcase – sont déjà intéressées aux droits de diffusion. Le cornemuseur qu’on verra dans plusieurs scènes et dont le nom figurera au générique est le sgt Peter Allen. Je sais que les cadets du Canada apprécieront tous entendre l’un des leurs. – M. Blackburn travaille comme bénévole au sein du Corps des cadets de l’Armée 2501 à Halifax.

Une expérience internationale qui profite au programme de biathlon Un officier du CIC de la Région de l’Est a été l’entraîneur adjoint de l’équipe nationale de biathlon des Forces canadiennes au championnat militaire mondial, en Slovénie, du 25 février au 2 mars. Le capt Sandrine Charron du Corps de cadets de l’Armée 2907 (La Patrie), près de Sherbrooke (Qc), a concouru pour le poste après que le Centre d’excellence en biathlon des Forces canadiennes eut invité un officier du CIC à travailler au championnat de biathlon du Conseil international du sport militaire (CISM). L’initiative visait à faire connaître le CISM dans le Mouvement des cadets, à donner une expérience

de l’entraînement au niveau international à un officier du CIC pour améliorer le programme de biathlon du Mouvement des cadets et à familiariser l’entraîneur avec le degré d’expertise exigé à ce niveau de compétition. Officier du CIC depuis 1991, le capt Charron est très engagé dans le programme de biathlon des cadets et elle adore son rôle. Elle croit que le biathlon aide énormément les jeunes à se développer. « Le biathlon est l’une des disciplines nationales les plus appréciées et cela tient en partie au dévouement et à l’expérience des entraîneurs », explique

le maj Bruce Covington, responsable des programmes et de la sensibilisation nationale à la direction des cadets. « Nous espérons travailler encore l’an prochain avec le CISM pour approfondir notre expérience de l’entraînement dans toutes les régions du Canada au fil du temps. » b – Pour plus amples informations, contactez le maj Covington à Ottawa au (613) 996-1221.

Le capt Sandrine Charron a été l’entraîneuse adjointe de l’équipe nationale de biathlon des Forces canadiennes au championnat militaire mondial, en Slovénie.

7


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

Le premier Canadien a marcher dans l’espace très « terre à terre » es centaines de cadets ainsi que des parents et des officiers ont accueilli récemment au pays un astronaute canadien, le col Chris Hadfield. Chris Hadfield vit actuellement en Russie, où il travaille comme directeur des opérations de la NASA au centre d’entraînement de cosmonautes Gagarin.

D

« Je l’ai trouvé très terre à terre », a indiqué le sgt Anneke Vink, de l’Escadron des cadets de l’Air 517 à Greenwood (N.-É.), qui l’a remercié au nom des cadets de la Nouvelle-Écosse auxquels il s’est adressé en janvier. Chris Hadfield leur a parlé de sa carrière d’astronaute et de ses missions dans l’espace en 1995 et en avril 2001, où il est sorti dans l’espace pendant 14 heures et 54 minutes au total, faisant à cette occasion 10 fois le tour de la terre. Il s’est aussi adressé aux cadets de l’Île-du-Prince-Édouard. Le col Hadfield s’adresse aux jeunes du pays dans le cadre du programme d’éducation et de sensibilisation des jeunes de l’Agence spatiale canadienne. Chris Hadfield n’a pas oublié son passage à l’Escadron des cadets de l’Air de Milton (Ont.). Quand la Ligue des cadets de l’Air lui a demandé un message pour stimuler l’intérêt des cadets pour le concours d’art oratoire de la Ligue, il n’a pas hésité à répondre. « Pour bien parler en public, il faut avoir une pensée claire, comprendre la langue, parler fort et avoir confiance dans ses idées. Pendant toute votre vie, votre capacité d’exprimer vos pensées et vos sentiments aura une influence sur la qualité de vos rapports avec vos semblables », a-t-il écrit. On pourra trouver le texte intégral du message du Col Hadfield et de plus amples renseignements sur le concours de cette année dans le site Web de la Ligue, à l’adresse www.aircadetleague.com. b

Le sgt Anneke Vink, de l’Escadron des cadets de l’Air 517 à Greenwood (N.-É.), remet un modèle de l’avion utilisé dans l’instruction des cadets de l’Air au col Chris Hadfield, astronaute canadien (photo du cpl Grant Rivalin, Imagerie de la 12e Escadre).

Cornemuseur hors pair Morgan Page s’est jointe aux Cadets de l’Air dans l’intention d’obtenir son brevet de pilote, mais elle est devenue une joueuse de cornemuse hors pair. En janvier, la Ligue des cadets de l’Air du Canada a proclamé le sgt s Page, de l’Escadron des cadets de l’Air 570 (Sir Winston Churchill) à Edmonton, le meilleur cornemuseur des Cadets de l’Air du Canada.

8

L’an dernier, le sgt s Page était cornemuseur-major dans la musique d’honneur des Cadets de la Région des Prairies, qui a fait une tournée de l’ouest du Canada. C’était la première fois que le cornemuseur-major de la musique était un cadet de sexe féminin. Morgan Page a aussi joué pour le prince Edward et son épouse, Sophie Rhys-Jones, à Calgary, l’an dernier. « Ils ont été très aimables et drôles, mais je n’arrive plus à me rappeler ce dont nous avons parlé », admet-elle.

Le sgt s Page a récemment troqué sa vieille cornemuse de 1963 pour une flambant neuve d’Écosse. « Une cornemuse coûte environ 3500 $, explique-t-elle. Je faisais partie du personnel au centre d’instruction d’été de Penhold (Alb.) l’été dernier et j’ai fait un peu d’argent. » Elle a aussi gagné de l’argent en jouant de la cornemuse à des mariages. Son instructeur de cornemuse, Cam Prowse, explique que le sgt s Page est le genre d’élève que tout professeur rêve d’avoir.

« On ne rencontre des élèves comme elle qu’une fois dans la vie, et encore si l’on est chanceux, affirme-t-il. Elle a à la fois de l’enthousiasme et du talent. » Vous pouvez obtenir des informations sur le concours national de la Ligue des cadets de l’Air du Canada en composant le 1-877-422-6359 ou par courriel à leaguehq@aircadetleague.com. b – Adapté d’un article de Paul Cowan paru dans le Edmonton Sun.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Image et substance – par Kim McDonald La Ligue des cadets de l’Armée du Canada est en train de prendre des mesures concertées et proactives pour changer son image et la façon dont on perçoit la Ligue. L’an dernier, la Ligue a longuement et rigoureusement étudié son organisation, examiné et révisé ses objectifs et défini sa mission et son rôle. Partout au pays, elle s’est donné une image de marque reconnaissable – papier à en-tête, cartes d’affaires, etc. La Ligue s’est engagée à devenir une organisation « unifiée » qui regroupe tous les sympathisants du programme des Cadets de l’Armée. Pour n’avoir qu’une seule voix et se faire entendre clairement, une organisation nationale doit

être unie – et non pas formée de 12 bureaux individuels qui doivent rivaliser pour avoir voix au chapitre. Une proposition relative à la politique d’adhésion à la Ligue sera soumise à l’assemblée générale annuelle de 2002. La Ligue est résolue à faire accepter par le gouvernement fédéral une proposition de financement qui fournirait aux bureaux provinciaux les ressources nécessaires à l’exécution du mandat fixé par le ministre de la Défense nationale. Nouvel organe semestriel de la Ligue, O-Group s’adresse à tous les chefs du programme des Cadets de l’Armée. La publication vise à aider les chefs à travailler ensemble à la réalisation de buts communs et à améliorer les relations entre les parents/comités

de répondants, les officiers du CIC, les membres de la Ligue, etc.

Ligue a coparrainé avec succès des expéditions internationales en 2000 et 2001.

Le bulletin trimestriel des Cadets de l’Armée, Droit au but, a deux nouveaux corédacteurs : l’adj Bradley Flynn, du Corps de cadets de l’Armée 2295 (Royal Winnipeg Rifles) à Winnipeg et l’adj Kristy Land, du Corps 2815 (Naicam Legion) à Naicam (Sask.). Rédigé par et pour des cadets, le bulletin est aussi envoyé à des ministres, sénateurs et députés accompagné d’une lettre pour les tenir au courant des activités des Cadets de l’Armée et de la Ligue. Des réactions favorables de la Colline du Parlement montrent que nos efforts de communication valaient la peine.

Autre pas dans la bonne direction, la Ligue prévoit entrer en contact avec des entreprises canadiennes et nouer des relations avec elles dans l’intérêt du programme des Cadets de l’Armée.

Soucieuse d’appuyer plus ouvertement les Cadets de l’Armée, la

La Ligue poursuit son développement et s’efforce d’améliorer ses programmes et ce qu’elle peut apporter au programme des Cadets de l’Armée. Les choses ne changeront cependant pas du jour au lendemain. La Ligue sait que l’image n’est pas tout : c’est la substance qui compte! b – Mme McDonald est l’officier des communications nationales de la Ligue.

Des cadets volent dans la « capitale mondiale du vol à voile » « Je sais maintenant que je serai pilote de planeur toute la vie », affirme le sgt s Scott Elgert en s’extrayant de son planeur, après avoir « volé en silence dans les nuages », à l’école de vol à voile du siège de la Schweizer Aircraft Corporation, à Elmira (N.Y.). « C’est formidable de penser qu’on peut planer dans les nuages toute la journée. C’est un sentiment qui ne se compare pas à celui que procurent les avions à moteur. » Membre de l’Escadron de cadets de l’Air 819 (Skyhawk) à Delta (C.-B.), Scott Elgert est l’un des six cadets qui ont mérité un voyage à New York toutes dépenses payées en qualité de meilleurs diplômés des écoles régionales de vol à voile l’été dernier. Les autres étaient le sgt s Davis Parker, de l’Escadron des cadets de l’Air 742 (Capitale nationale) à Ottawa; le sgt Ben Hornett, de l’Escadron des cadets de l’Air 744, à St. Anthony (T.-N.), le sgt s Jeremy Bruns, de l’Escadron des cadets de l’Air 604 (Moose) à Calgary; le sgt Andy Ernewein, de l’Escadron des cadets de l’Air 201 à Dorchester (Ont.); et le sgt David Rancourt, de l’Escadron des cadets de l’Air 14 à Shawinigan (Qc). Les cadets en ont profité pour faire de nouvelles expériences en s’adonnant à la recherche de courants aériens – ce qu’ils ne peuvent pas faire dans les écoles régionales de vol à voile, où l’on s’efforce d’accroître le nombre de vols par cadet. À son premier vol solo à Elmira, le sgt Rancourt est resté en altitude pendant 58 minutes. Il a aussi fait deux vols solo dans un planeur monoplace; il a trouvé l’expérience « très stressante, parce qu’il n’y avait pas d’instructeur derrière ». « Ce fut une initiation extraordinaire, ajoute le sgt s Bruns. L’effet combiné des courants de pente et des courants ascendants d’origine thermique ici permet à un pilote de planer pendant des heures. »

Même s’ils avaient bien les pieds sur terre quand cette photo a été prise, ces pilotes de planeur de haute volée ont atteint des sommets l’été dernier à Elmira (N.Y.), « capitale mondiale du vol à voile ». À partir de la gauche : le sgt s David Parker, le sgt Ben Hornett, le sgt s Jeremy Bruns, le sgt Andy Ernewein, le sgt s Scott Elgert et le sgt David Rancourt.

Les trois frères Schweizer ont commencé à construire leur premier planeur en 1929. La société Schweizer ne fabrique plus de planeur, mais elle en a produit plus de 2000 – plus que tout autre avionneur des États-Unis. La Ligue des cadets de l’Air du Canada possède 62 Schweizer 2-33 (la plus grande flotte du monde); la gestion des planeurs a été confiée au ministère de la Défense nationale. Les meilleurs cadets sont choisis parmi les 320 cadets sélectionnés chaque année pour recevoir une bourse de pilote de planeur. b

9


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

Recrutement et

10


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

maintien à l’effectif dans le Mouvement des cadets du Canada

Nous ne sommes pas seuls! par Marsha Scott

Vous souvenez-vous du bon vieux temps où les lettres R et R signifiaient repos et récupération. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Dans le Mouvement des cadets – et partout ailleurs semble-t-il – les mots commençant par « R » qui viennent à l’esprit ces jours-ci sont « recruter » et « retenir ». out le monde parle du recrutement et du maintien à l’effectif – le Mouvement des cadets et d’autres organismes de jeunesse, les Forces canadiennes, les Forces armées américaines, les entreprises et les organismes à but non lucratif.

T

Même si Scouts Canada compte tout près de 200 000 membres, ses effectifs diminuent régulièrement depuis le milieu des années 1960 où ils s’établissaient à 320 000, selon Phil Newsome, le président-directeur général de l’organisme. Et même s’il y a un demi-million de jeunes qui jouent au hockey au Canada – ce qui est plus que dans tout autre pays du monde – le taux d’abandon monte en flèche lorsque les jeunes arrivent à 12 ans selon une série d’articles sur le hockey au Canada qui ont été publiés dans le Globe and Mail sous le titre de Game in Crisis. On mentionne dans un des articles que 75 p. 100 des jeunes qui commencent à jouer au hockey à 5 ou 6 ans ont abandonné à 15 ans.

Les effectifs du Mouvement des cadets du Canada n’ont pas diminué de façon marquée. Il y a plutôt eu une légère hausse de la population de cadets depuis que le programme Initiatives Jeunesse du gouvernement du Canada a fixé un objectif de 70 000 cadets en 1998. Nous sommes toutefois bien en deçà de cet objectif et bien des gens estiment que le Mouvement n’attire pas non plus sa « juste part du marché » des adolescents. Nous avons de toute évidence de la difficulté à retenir les cadets tout comme nous en avons à recruter et à retenir les officiers du CIC. Le Mouvement des cadets a tenté de s’attaquer à ces problèmes à divers niveaux, mais il n’a pas assez de données pour les aborder de façon stratégique.

Il nous faut des données précises Tard l’année dernière, l’équipe d’intervention responsable du partenariat a recommandé qu’un groupe de travail mixte soit

constitué le plus rapidement possible pour étudier la question du recrutement et du maintien des cadets, des officiers, des instructeurs civils et des bénévoles dans le Mouvement des cadets du Canada et établir un plan stratégique en vue d’obtenir une amélioration sur ce plan. Elle a recommandé que le groupe de travail se penche sur les points suivants : • Les objectifs d’accroissement de la population de cadets ne sont pas atteints. • Les objectifs de croissance relatifs aux cadets ne sont pas fondés sur des données démographiques ou sur les besoins locaux définis. • Les opinions sur la difficulté qu’aurait le Mouvement sur le plan du recrutement des cadets sont fondées sur des preuves anecdotiques et varient d’une région à l’autre. • Nous n’avons pas de données précises pour étayer une image nationale claire des problèmes liés au recrutement et au maintien dans le Mouvement des cadets.

• Nous n’avons pas d’évaluation exacte de l’efficacité de nos méthodes de recrutement actuelles. • Nous n’avons pas de plan stratégique national de recrutement des cadets. • Toutes les personnes intéressées au Mouvement des cadets doivent comprendre leur rôle à l’égard du recrutement. Un groupe de travail permanent relevant du Groupe consultatif national des cadets a été constitué en novembre dernier pour étudier ces recommandations ainsi que d’autres figurant dans le rapport de l’équipe d’intervention responsable du partenariat. Le groupe de travail se compose d’un représentant de chacune des ligues et d’un membre de la Direction des cadets, représentant les FC. Le groupe de travail suite à la page 12

11


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

suite de la page 11

coordonnera l’élaboration de projets visant à régler les questions préoccupant un ou plus d’un partenaire que la dotation systématique ne peut résoudre. Une liste des tâches en suspens et des tâches achevées – comportant de l’information sur

Josh McCulloch, qui a participé au Centre d’instruction d’été des cadets de l’Air d’Albert Head, l’été dernier, fait partie des quelque 54 000 membres du Mouvement des cadets. Les effectifs ne diminuent pas, mais ils sont encore bien en deçà de l’objectif visé.

l’état d’avancement des travaux et l’ordre du jour actuel – sera mise dans le site www.cadets.ca dans un proche avenir afin que tous soient au courant de la situation. Dans l’intervalle, nous avons un point de départ.

Un point de départ • Selon les statistiques annuelles pour 2000-2001, notre population est de 54 181 cadets – ce qui est de beaucoup inférieur à l’objectif d’avoir 70 000 cadets dans un délai de trois ans fixé par le programme Initiatives Jeunesse en 1998. • Les statistiques annuelles nous révèlent aussi que la population d’officiers du CIC au niveau du quartier général local s’établit à 5082, ce qui représente 583 officiers de plus que l’année précédente. C’est toutefois bien au-dessous du contingent actuel de 7342. Le contingent est le total des contingents d’officiers inscrits pour les 1126 unités du pays. (Les contingents d’officiers du CIC sont déterminés selon une échelle mobile qui varie en fonction de la population de cadets du corps/de l’escadron. Par exemple, on attribue

5 postes payés à une unité comptant 30 cadets ou moins alors qu’on en attribue 14 à celle qui en compte entre 270 et 299.) • Nous avons actuellement 2000 instructeurs civils, dont certains sont rémunérés pour remplir des postes vacants du CIC. Nous avons aussi d’autres bénévoles qui sont, selon les ligues, de plus en plus difficiles à trouver. Dans le cadre de l’examen de la fonction de contrôle moderne de 2000, on a déclaré qu’éliminer le manque d’officiers du CIC est une première étape clé de l’augmentation de la population de cadets. On recommandait d’obtenir une rétroaction des dirigeants du CIC à l’échelon des régions et des unités pour déterminer les sources d’insatisfaction à l’égard du recrutement, de l’instruction et du maintien à l’effectif qui sont susceptibles de contribuer au manque critique. On recommandait, entre autres, d’inclure dans l’analyse des groupes professionnels militaires (GPM) du CIC des facteurs relatifs à l’augmentation du recrutement et à la diminution des départs. Les descriptions de travail figurant

dans l’analyse des GPM, dont la rédaction a pris fin en mai dernier, aident à définir les éléments d’insatisfaction liés à l’emploi en vue de régler les problèmes liés à l’attrition.

Amélioration de la situation dans son ensemble Au cours des deux dernières années, les FC ont examiné leur politique de recrutement et de maintien à l’effectif en vue d’obtenir une amélioration sur ce plan, tant dans le cas de la Force régulière que dans celui de la Réserve. Le maj Harold Mendes, l’officier des ressources humaines du CIC, Direction des réserves, estime que toute amélioration de la situation dans son ensemble devrait entraîner une amélioration de la situation dans le cas des officiers du CIC. Dans le passé, beaucoup se sont plaints que le processus de recrutement, de sélection et d’enrôlement des officiers du CIC est si embourbé dans les formalités administratives que les gens se découragent et s’en vont. Le processus – à compter du moment où un

Le temps est venu de répondre à quelques questions difficiles e ltv Angele Caporicci, commandant en second du Corps des cadets de la Marine 101 (Tiger) à Timmins (Ont.), a rédigé pour ce numéro un article sur les raisons pour lesquelles les cadets et les officiers restent dans le Mouvement. Son article s’inspire des commentaires de ses cadets, de sa propre expérience et de l’expérience de son officier de l’instruction, le l’ens 1 Steve Vachon. Les deux ont passé une grande partie de leur vie dans le Mouvement des cadets. L’ens 1 Vachon a tellement aimé son expérience de cadet qu’il s’est souvent vu changer de pas en marchant avec des amis. Quant au ltv Caporicci, elle déclare que le Mouvement est ancré en elle.

L

Selon le second, les choses ont peu changé au fil des ans. Les raisons d’adhérer au Mouvement et d’y demeurer sont toujours les mêmes. Les commentaires qu’elle a reçus de ses cadets ressemblent aux réponses qu’elle aurait données ans les années 1980 quand elle était elle-même dans les rangs des cadets.

12

« Offrir aux cadets des défis à relever et des buts à atteindre les incite à revenir semaine après semaine,

explique le ltv Caporicci. Quant aux officiers, aux instructeurs civils et aux bénévoles, ils trouvent satisfaction à voir les cadets atteindre leurs objectifs, et cela les encourage à rester. » Il ne nous a pas été possible de reproduire au long l’article du ltv Caporicci, mais son témoignage prouve une chose : il est facile pour ceux qui aiment le Mouvement des cadets – officiers, instructeurs civils, cadets ou bénévoles – de comprendre pourquoi des gens sont attirés par le Mouvement et souhaitent y rester. C’est le contraire qui n’est pas facile. C’est peut-être là pourtant que résident la véritable question et le défi que nous devons relever.

Le ltv Angele Caporicci


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada commandant rencontre un candidat et celui où ce dernier endosse l’uniforme – est censé prendre de huit à douze semaines. Dans les faits, il peut durer de cinq à six mois. Les principaux goulets d’étranglement semblent être la paperasse et l’absence d’une méthode uniforme pour le pays. Pour accélérer le recrutement et l’enrôlement de tous les officiers, les FC font maintenant subir un examen médical, une entrevue et un test d’aptitude préliminaires au candidat à l’occasion de sa première visite. Le processus de vérification des états de service des anciens membres de la Force régulière est aussi plus rapide. De plus, les recruteurs reçoivent une formation technique dans le domaine de la vente et un centre d’information centralisé permet de se renseigner sur le recrutement à toute heure du jour et de la nuit sept jours par semaine. Des services de demande d’enrôlement en ligne, y compris un service en direct pour les officiers du CIC, ont aussi été mis au point. Les lettres de recommandations types dont l’utilisation a été approuvée en septembre dernier constituent une amélioration simple qui accélérera le processus de demande d’enrôlement des officiers du CIC. « Ces lettres sont géniales et c’est beaucoup plus facile de remplir la lettre mise en forme », indique le capf Murray Wylie, directeur de l’équipe spéciale – Administration. Le capf Wylie et le maj Mendes ont tous deux rencontré des représentants du Groupe de recrutement des FC en février pour faire concorder l’amélioration de la situation générale des FC avec les besoins précis en officiers du CIC. L’important, c’est d’assurer la communication entre le Mouvement des cadets et les recruteurs.

Un processus d’apprentissage Certains estiment qu’une campagne de recrutement plus

dynamique réglera le problème du manque d’officiers. Le sondage de l’opinion publique et la mise à l’essai auprès de groupes-cibles de 1999 ont révélé qu’une grande majorité des Canadiens qui connaissaient le Mouvement des cadets ne savaient pas qu’ils pouvaient y être chefs. En réaction à cela et parce qu’il manque beaucoup d’officiers au CIC, la Direction des cadets a lancé des campagnes de publicité nationales en 1999 et en 2000. Selon un compte rendu après action rédigé après la première campagne de publicité nationale, le CIC a profité d’une exposition accrue dans les annonces publiées dans les journaux, mais parce que la planification et la coordination laissaient à désirer, dans beaucoup de centres de recrutement et de détachements de cadets, on a été pris au dépourvu. Les leçons retenues de cette campagne ont été appliquées à une campagne de recrutement qui s’est tenue dans la région de l’Est en mars 2000, et les résultats ont été meilleurs. Le recrutement consécutif a ciblé les localités où l’on avait défini un manque d’officiers du CIC et une attention toute particulière a été portée aux régions rurales où le maintien à l’effectif est plus difficile. En outre, on a remplacé un numéro national 1 800 dans la publicité par les numéros de téléphone de cadets-officiers de la région – jugés mieux placés pour guider les candidats éventuels au cours du processus d’enrôlement. On a aussi invité les cadets-officiers de la région à recueillir des données sur la façon dont les personnes intéressées avaient entendu parler du programme du CIC.

Nouvelles recherches En vue de recueillir plus de données, les FC ont mené entre juin 2000 et juin 2001 le Sondage sur l’intérêt à l’égard des FC : ‘Qui frappe à ma porte?’ pour évaluer les tendances influant sur

Éliminer le manque d’officiers du CIC est une première étape clé de l’augmentation de la population de cadets. Cette photo a été prise au Centre d’instruction d’été des cadets de l’Armée, à Vernon, l’été dernier. (Photo Wayne Emde, Centre d’instruction d’été des cadets de l’Armée à Vernon (C.-B.).)

le recrutement. La direction des Réserves utilise les résultats du sondage pour déterminer les facteurs motivant les gens à adhérer à la Première réserve ou au Cadre des instructeurs de cadets, à y demeurer ou à en partir. Le Mouvement des cadets participera encore plus activement aux sondages auprès des personnes intéressées aux FC qui devraient devenir une source annuelle de données précieuses sur le recrutement et le maintien à l’effectif. Nous ignorons si le Mouvement des cadets atteindra son objectif de recruter 70 000 cadets, mais une chose est certaine : les articles publiés dans le présent numéro indiquent que le Mouvement a une attitude positive à l’égard du recrutement et du maintien à l’effectif, tant des cadets que des officiers. De plus, la reconnaissance du besoin de données précises et d’une méthode stratégique de recrutement et de maintien à l’effectif devrait assurer dans une grande mesure la croissance d’un des programmes de développement des jeunes les plus appréciés au Canada. b

Les sondages auprès des personnes intéressées aux FC devraient devenir une source annuelle de données précieuses sur le recrutement et le maintien à l'effectif des officiers du CIC.

13


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

Des cibles parfaites La Région des Prairies cible les cadets supérieurs en tant que nouveaux officiers La Région des Prairies espère enrôler un grand nombre d’officiers du CIC en avril. Les recrues visées sont les cadets qui sont trop âgés pour faire partie du Mouvement et qui se sont dits intéressés à adhérer au Cadre des instructeurs de cadets. «

ous sommes très à court de personnel chaque année et tout particulièrement aux centres d’instruction d’été des cadets », constate le capt Rusty Templeman, l’officier du personnel des cadets de la région des Prairies. « Il nous faut un éventail frais d’officiers disponibles pour former la nouvelle génération de cadets. »

« Notre premier objectif était d’augmenter le nombre des officiers participant aux centres d’instruction d’été, relate le capt Templeman. Le fait d’avoir un écart de génération plus étroit entre les cadets et les officiers aidera peut-être les cadets qui participent au camp pour la première fois à faire la transition. »

C’est pourquoi la région a mis sur pied un groupe de travail sur le recrutement chargé de s’attaquer au manque d’officiers du CIC.

Le groupe de travail a établi un cadre pratique et un échéancier, et divers officiers du quartier général et des détachements régionaux se sont chargés de tâches précises.

N

Le groupe de travail – composé de l’officier du personnel de la région, des officiers de l’instruction de l’Armée et de la Force aérienne, de l’officier régional des opérations, de l’officier des services de soutien, du coordonnateur du programme Initiatives jeunesse et de l’officier des affaires publiques – a décidé de concentrer ses énergies sur le marché cible des cadets supérieurs. « Ceux-ci connaissent le Programme des cadets, ont l’enthousiasme voulu et ont de l’expérience », affirme le ltv Tracey Roath, l’officier des affaires publiques de la région.

14

Le groupe a d’abord défini les cadets ayant atteint l’âge de 18 ans en décembre dernier. Il a ensuite commencé à construire une base de données que les détachements pourraient utiliser pour suivre les cadets supérieurs au fur et à mesure de l’enrôlement. Le ltv Roath a aidé à faire savoir que la région souhaitait retenir les cadets supérieurs en tant qu’officiers et a produit quelques prospectus à inclure dans la trousse de recrutement. Le coordonnateur du programme Initiatives jeunesse et le capt

Templeman ont envoyé la trousse de recrutement aux candidats éventuels, en leur expliquant le besoin d’officiers et la façon de procéder pour s’enrôler, ainsi que les documents relatifs à l’enrôlement. Le personnel des détachements ont ensuite fait un suivi en téléphonant aux personnes à qui les trousses avaient été envoyées. La coordination des tâches du début à la fin de l’enrôlement a été essentielle. Les détachements ont été invités à traiter les nouvelles recrues de façon uniforme pour garantir un traitement plus homogène. Le Centre de recrutement des Forces canadiennes à Winnipeg nous a beaucoup aidés en nous disant qu’un cadet supérieur devrait pouvoir s’enrôler en 35 jours si toute la paperasse était faite en même temps. « Nous aidons les détachements à envoyer ces cadets au centre de recrutement mieux préparés pour qu’il n’y ait pas de retards excessifs ou de duplication du travail », indique le capt Templeman.

Selon le nombre des candidats éventuels, le centre de recrutement ouvrira certains samedis d’avril avec tout le personnel nécessaire pour les examens médicaux et entrevues. Le personnel des cadets de la région sera aussi sur place pour répondre aux questions. La date de l’enrôlement en avril a été fixée en fonction de l’instruction. Suivant le nombre des cadets supérieurs intéressés, l’École régionale d’instructeurs de cadets (Prairies) a accepté de donner un cours supplémentaire de qualification élémentaire d’officier pendant les premières semaines de juin, avant l’ouverture des centres d’instruction d’été des cadets. Les nouveaux élèves-officiers pourront ensuite suivre le cours de perfectionnement professionnel ou le cours de leadership à l’intention des officiers subalternes lorsque cela leur conviendra. b


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Combien grand est votre ‘bassin’?

En septembre dernier, près de 900 personnes se sont présentées à la journée d’accueil de l’Escadron 107. On faisait la queue le long de la rue.

Les données démographiques sont un élément clé de la mesure du succès de votre campagne de recrutement. «

i vous ignorez la taille de votre bassin, comment savez-vous si vous avez du succès »? demande le maj Ray Richards, commandant de l’Escadron des cadets de l’Air 107 à Saskatoon.

S

Le maj Richards, qui commande l’un des plus nombreux escadron des cadets de l’Air de la Saskatchewan, et peut-être du Canada, est d’avis que les données démographiques sont indispensables pour mener une bonne campagne de recrutement. C’est pourquoi il s’est dirigé vers le système scolaire de Saskatoon pour déterminer la taille de son bassin de candidats. « Ça m’a sidéré de connaître le nombre des élèves, dit-il. Saskatoon compte 7 000 élèves de sixième et de septième années seulement et si je compte tous les élèves jusqu’à la douzième année, il y en a environ 18 000. Voilà la taille de mon bassin. Et je pensais que nous réussissions bien en recrutant 50 cadets par année. » Lorsqu’il a pris les commandes de l’escadron il y a deux ans, il y avait 70 cadets au rassemblement de fin d’année. Cette année, son groupe compte 210 membres. Il prévoit, compte tenu des départs naturels et du départ de ceux qui terminent leurs études, qu’en septembre 2002, il entreprendra l’année avec environ 140 cadets. Il essayera alors d’en recruter 125 autres.

• Pendant l’été, il a fait imprimer, au coût de 150 $, 7000 « Avis de recherche » qu’il appelle prospectus « réalistes » mettant le Mouvement des cadets en valeur et annonçant la journée d’accueil. L’idée était d’amener les gens à la journée d’accueil pour leur fournir de l’information sur les cadets. • Il a réparti les prospectus dans des enveloppes correspondant à la taille des classes et les a livrés au conseil scolaire qui s’est chargé de les remettre aux écoles pour qu’ils soient distribués par le personnel enseignant. À la journée d’accueil, on a demandé aux nouvelles recrues ayant reçu l’information par l’intermédiaire du prospectus de fournir le nom de leur école, ce qui a permis au maj Richards de déterminer quelles écoles et quels enseignants en avaient fait la distribution. Il est d’avis qu’il faut recruter de façon dynamique pour attirer les jeunes aux Cadets. « Il n’est pas nécessaire d’expliquer à un jeune ce qu’est le hockey, mais il faut lui expliquer ce qu’est le Mouvement des cadets, relate-t-il. Si je peux les amener à me consacrer deux heures pour leur fournir de l’information, ils pourront ensuite décider de façon éclairée s’ils sont intéressés à en faire partie. Je veux que personne à Saskatoon n’arrive à 35 ans sans avoir entendu parler des Cadets. » b

En septembre dernier, il a dû limiter son enrôlement de première année à 180 cadets. Près de 900 personnes se sont présentées à la journée d’accueil l’an dernier. « Les gens faisaient la queue, indique le maj Richards, et nous avons remis plus de 250 demandes d’enrôlement. » Certains des candidats ont été mis sur une liste d’attente et d’autres ont reçu un document les aiguillant vers d’autres escadrons et corps à Saskatoon. « J’aime penser que notre campagne de recrutement a été utile aux autres, signale-t-il, et je suis certain qu’elle l’a été. » À quoi doit-on attribuer le succès de la campagne de recrutement? • Le maj Richards a communiqué avec les divisions scolaires pour se renseigner sur la taille de son « bassin de candidats » et leur demander de collaborer à la campagne publicitaire concernant les cadets.

15


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

Recruter – sans avoir à manger ses « légumes » Les cadets-chefs jouent un rôle dans le recrutement et le maintien à l’effectif par le pm 1 Sacha Pilgrim

a première fois que quelqu’un a essayé de me recruter dans les Cadets, je l’ai regardé comme s’il était un vendeur méchant. Il m’a présenté sa belle assiette de « friandises » sans me dire qu’il me fallait manger mes légumes. Je me suis dit qu’il y avait sûrement anguille sous roche. Ce qu’il y a de drôle c’est que je fais partie des cadets de la marine depuis bientôt six ans et que même si j’ai mangé toutes les friandises, on ne m’a pas encore obligée à manger des légumes. D’après moi, le Mouvement offre de nombreuses possibilités et ne comporte à peu près aucun désavantage. Je me sens parfaitement à l’aise de me présenter devant un groupe de jeunes de 12 ans pour leur dire que les Cadets sont le mouvement dont il faut faire partie.

L

Lorsque je suis devenue premier maître de première classe, je me suis fixé un objectif personnel. Je voulais recruter le plus grand nombre de cadets possible et ensuite les maintenir dans le Mouvement. Les cadets-chefs ont, à mon avis, la responsabilité d’aider à recruter d’autres cadets et à les retenir.

C’est facile de recruter L’essentiel, c’est de se rappeler qu’on fait affaire avec des jeunes de 12 ans. La plupart des jeunes de cet âge commencent à

16

peine à ouvrir les yeux sur le monde qui les entoure. Ils débordent de bonnes idées et ont hâte de commencer à les explorer. L’automne dernier, j’ai rédigé un article sur mon expérience personnelle chez les cadets pour le journal local. J’y ai parlé des centres d’instruction d’été des cadets de la marine et des crédits d’études secondaires que ma participation m’a permis d’obtenir. J’ai parlé des journées pendant lesquelles le soleil brillait jour et nuit alors que je voyageais vers le Groenland à bord d’un navire de la Garde côtière canadienne et des cinq semaines que j’ai passées l’été dernier à parcourir la côte est des États-Unis à bord

Le pm 1 Pilgrim aux commandes du garde-côte Eagle de la Garde côtière des États-Unis, au cours d’un exercice de manœuvre l’été dernier. Le cadet-chef a écrit un article sur son expérience pour le journal local, ce qui a aidé son corps, à Terre-Neuve, à recruter 30 nouveaux cadets.

du garde-côte américain Eagle. Le Eagle est un beau navire de 295 pieds à 23 voiles. Faire partie de son équipage est l’expérience la plus instructive et la plus excitante que j’ai eue en tant que cadet. Le voyage a été pour ainsi dire inestimable et les leçons de vie que j’ai apprises seront précieuses. Cet article – dans lequel j’ai mis mon propre numéro de téléphone pour permettre aux intéressés de me joindre – a suscité l’intérêt de bien des parents. Un homme de l’extérieur de la ville m’a même téléphoné pour m’inviter à venir présenter dans sa localité un exposé sur le Programme des cadets de la marine. Il m’a dit

que tous ses enfants étaient maintenant adultes et avaient quitté la maison, mais qu’il pensait que d’autres parents aimeraient que leurs enfants soient membres d’un organisme aussi formidable. « J’aurais aimé que mes enfants aient pu faire partie d’un groupe aussi extraordinaire. » L’automne dernier, nous avons réussi à recruter environ 30 nouveaux cadets.

Il est plus difficile de conserver les effectifs Retenir l’intérêt des cadets est plus difficile. Je vais vous dévoiler


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada un secret, quelque chose de très important – Le Mouvement des cadets n’est pas fait pour tout le monde. Il y a des jeunes qui partiront en dépit de toutes les raisons que vous leur donnerez de rester. Ne vous inquiétez pas à ce sujet, car ceux qui ne veulent pas faire partie des Cadets ne deviendront probablement pas de bons cadets. Dans la plupart des cas, on réussit lorsqu’on aime ce qu’on fait. Il faut rendre les cours que nous donnons à l’occasion des rassemblements à ceux qui veulent être cadets le plus intéressant possible. Par exemple, je donne dans mon cours sur l’art du leadership pour les cadetschefs la possibilité d’enseigner la matière à tour de rôle. Je prépare avec eux un plan de leçon. Je fais ensuite une récapitulation des concepts importants à garder en mémoire lorsqu’on enseigne. J’assiste ensuite au cours et je regarde comment ils se débrouillent. Je les note ensuite en fonction de leur patience, de l’organisation, de leur utilisation de matériel didactique et ainsi de suite. Pendant mes cours, j’essaie d’utiliser le plus de matériel didactique possible. J’essaie aussi de ne pas utiliser le tableau parce que cela ennuie souvent les cadets. J’aime faire participer les élèves à des jeux se rapportant au cours.

pour travailler à temps partiel ou parce que le travail scolaire devenait trop difficile. Il est très important, à mon avis, d’avoir une conversation avec les cadets qui donnent ces raisons pour expliquer leur départ. En tant que cadet occupant un emploi à temps partiel et participant à de nombreuses activités parascolaires, il m’est facile de dire à ces cadets que je suis fermement convaincue que l’argent que rapporte un emploi à temps partiel ne fera jamais la somme de l’expérience qu’ils acquerront et des leçons qu’ils apprendront chez les Cadets. Ce qu’on apprend dans le Mouvement – le leadership, le conditionnement physique, la discipline et le sens de la responsabilité – sert toute la vie. Et on a en plus la possibilité de voyager et de voir du pays. Il est plus difficile de régler la question des travaux scolaires. La meilleure façon de procéder est sans doute d’envoyer un officier rencontrer les enseignants dont relève le cadet pour déterminer s’il a de la difficulté dans ses études. Si c’est le cas, n’insistez pas sur le fait qu’il quitte les

L’argent que rapporte un emploi à temps partiel ne fera Un bon leadership jamais la somme est essentiel au maintien à l’effectif de l’expérience La tâche la plus importante des qu’ils acquerront cadets-chefs en ce qui concerne le maintien à l’effectif, c’est d’être et des leçons le meilleur chef possible. J’aimerais proposer aux autres cadets supérieurs de chercher à atteinqu’ils apprendront dre cet objectif cette année. C’est difficile, surtout lorsque chez les Cadets.

Cadets. Soyez fier qu’il ait pris une telle décision. Le meilleur conseil à donner à ces cadets est de leur dire qu’ils peuvent revenir lorsqu’ils s’en sentiront capables.

les résultats se font attendre. Je peux toutefois promettre aux cadets-chefs que leur dur labeur et leur dévouement auront une influence positive sur au moins un enfant. Je le sais parce que j’ai été un jour cet enfant. J’étais une petite fille timide ayant très peu de confiance en soi, mais à cause du bon encadrement que j’ai eu chez les cadets, je sais que je peux réaliser mes ambitions si j’ai confiance en moi. Tout le monde peut le faire. C’est grâce

au Mouvement des cadets que je suis ce que je suis aujourd’hui et je suis fière de moi. En tant que cadets-chefs, nous faisons plus que de lancer quelques ordres. Nous sommes l’ami et le professeur. Et en tant que cadets-chefs, nous devons remettre quelque chose en échange de ce que nous avons reçu. Qu’y a-t-il de mieux que de recruter et d’aider à retenir d’autres cadets? b – Le pm 1 Pilgrim est membre du Corps de cadets de la Marine 212 à Grenfell ( T.-N.)

Je commence à remarquer une tendance qui se dessine chez les cadets supérieurs. Bien des cadets d’autres corps que je connais ont quitté le Mouvement

Le Eagle .

17


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

Nombre des jeunes de 12 à 18 ans au Canada 12 ans – 407 350

12345678 Quelques chiffres C’est le maintien à l’effectif qui pose problème, pas le recrutement. Le temps est venu de faire le point.

13 ans – 409 525 14 ans – 408 125 15 ans – 406 850 16 ans – 407 000 17 ans – 413 100 18 ans – 412 900 Total – 2 864 850 Cela représente environ 9,5 % de la population totale du Canada, qui est de 30 300 425 habitants. Effectif des cadets : 70 000 ou 2,44 % du groupe d’âge admissible

– Statistique Canada, le 1er juillet 1998

par le capc Gerry Pash elon Statistique Canada, le pays compte environ 3 millions de jeunes de 12 à 18 ans. L’effectif des Cadets de la Marine, de l’Air et de l’Armée s’établit à 70 000. Si les unités de cadets atteignaient toutes leur capacité maximale, moins de 2,5 pour 100 des adolescents du pays pourraient participer au programme. Pourquoi donc n’y a-t-il pas de liste d’attente dans chacun des 1126 corps et escadrons?

S

Cet article ne vise pas à répondre à cette question, mais plutôt à susciter un débat. Récemment encore, certains disaient du programme des cadets qu’il était « l’un des secrets les mieux gardés du pays ». Pourtant, un sondage CROP dont les résultats ont été publiés en février 2000 a révélé que 97 pour 100 des adultes et 87 pour 100 des adolescents savent que les Cadets de la Marine, de l’Armée et de l’Air offrent des activités pour les jeunes.

En prenant le temps d’interroger les cadets qui quittent prématurément le programme, les chefs d’unité seront mieux à même d’agir sur le taux d’attrition et de remédier aux problèmes qui poussent les cadets à quitter prématurément le programme. b – Le capc Pash est l’officier régional des affaires publiques (Pacifique).

Un programme en mesure d’accueillir moins de 2,5 pour 100 des jeunes et qui est connu de près de 100 pour 100 de la population ne peut manifestement pas avoir de problème de recrutement. Le Mouvement a par contre un problème de maintien à l’effectif. Il nous faut répondre objectivement à certaines questions, et notamment aux suivantes : Pourquoi les cadets quittent-ils le Mouvement à Noël? Pourquoi certains ne reviennent-ils pas à l’automne? Pourquoi un changement de chef amène-t-il l’effectif d’une unité de cadets à augmenter ou à diminuer? Quel est l’effet de la taille et de la nature des lieux de rassemblement des cadets sur le maintien à l’effectif? Fournir les uniformes en temps utile change-t-il quelque chose au maintien à l’effectif? Pourquoi certaines unités de cadets se développent-elles avec seulement quelques chefs adultes et d’autres avec un effectif complet d’officiers? Pourquoi l’inverse peut-il être tout aussi vrai? Qu’est-ce que l’organisation peut contrôler, et quels sont les aspects insolubles du problème? Il arrive parfois qu’on vante trop le programme aux recrues éventuelles. Aucune publicité ne peut compenser les promesses non tenues. Il revient donc aux chefs d’unité de faire le point, au début

18

de chaque année, sur le programme qu’ils sont en mesure d’offrir. Le fait de perdre un officier d’instruction d’expérience, par exemple, aura un effet sur ce qui peut être fait.

Plus les cadets avancent en âge, les emplois à temps partiel, les travaux scolaires plus abondants et les activités parascolaires se disputent leurs moments de loisirs, ce qui crée un problème sur le plan du maintien à l’effectif. (Photo : Escadron 111 des cadets de l’Air à Richmond (C.-B.))


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Le recrutement

un concept à redéfinir

Se placer de façon à séduire le grand public

par le major Carlo De Ciccio i nous voulons assurer la croissance des effectifs du Mouvement des Cadets du Canada (MCC), il faut améliorer notre visibilité et accroître les connaissances du grand public sur ce programme fédéral de formation pour les jeunes.

S

Historiquement et traditionnellement, l’unité de cadets pouvait assurer sa survie et le renouvellement de ses effectifs par le « bouche à oreille ». Le recrutement des officiers pouvait se faire presque exclusivement à partir des cadets qui atteignaient leur 18 ans et

En adoptant un concept global d’«attraction», nous obtiendrons l’appui de la collectivité et montrerons que le Mouvement des cadets est un groupe dynamique, intéressant et stimulant pour tous.

de parents bénévoles. Cela était tout à fait normal. Pour reprendre une expression célèbre « le monde a changé ». Aujourd’hui, les jeunes de 9 à 12 ans sont sollicités de toutes parts et peuvent s’inscrire et participer à une multitude d’activités. Nous savons aussi qu’à partir de 15 ans, les ados veulent se trouver un travail à temps partiel pour combler leurs besoins de consommation sans cesse grandissant et qu’ils mènent de front plusieurs activités. Même si plusieurs cadets seniors deviennent officiers à 19 ans, leur stabilité géographique est très précaire et une majorité quitteront leur unité pour poursuivre leurs études ou pour chercher un emploi. Enfin, la sollicitation des parents comme bénévoles est beaucoup plus difficile. Les horaires de travail chargés et les autres obligations sociales rendent les parents beaucoup plus sélectifs lorsqu’il s’agit d’investir le temps qu’il leur reste dans des activités bénévoles. Pour toutes ces raisons, il faut dorénavant considérer notre organisation comme une entreprise qui doit se faire connaître et qui veut positionner son produit et ses services pour intéresser ses publics cibles à joindre le MCC. Il faut donc redéfinir notre concept de recrutement. Pour atteindre les objectifs de croissance de nos effectifs,

il faut assurer une visibilité plus constante et plus intense du MCC au sein des communautés locales et de la population en général. Nous devons faire évoluer notre concept de recrutement – qui ne cible actuellement que les cadets et les officiers du CIC – à un concept d’attraction qui permettra de stimuler l’intérêt de nouveaux membres de la communauté à appuyer ou à joindre le MCC comme cadets, officiers, membres des Ligues, ou tout simplement comme parent ou personne bénévole au sein de l’unité de cadets de sa localité.

• stimuler l’attraction de nouveaux membres comme cadets, officiers ou bénévoles pour œuvrer au sein des Ligues des cadets et des comités répondants.

Pour atteindre cet objectif, la Région de l’Est s’est dotée d’un comité conjoint d’affaires publiques et de relations publiques formé d’un représentant de chaque Ligue provinciale de cadets et de l’officier régional des affaires publiques. Ce comité conjoint a comme mandat d’élaborer, recommander et assurer la mise en œuvre d’une stratégie provinciale conjointe de communication qui permettra de rencontrer les objectifs suivants :

qui ne repose pas seulement sur le recrutement nous serons en mesure de démontrer que nous sommes une organisation dynamique, intéressante et stimulante pour tous. Le recrutement et le maintien à l’effectif du MCC ne peuvent plus être envisagés sans planification et sans stratégie globale d’intervention.

• favoriser la promotion et la visibilité du MCC; • accroître la compréhension et le soutien de la population sur le MCC; • accroître la compréhension du public interne et externe sur le rôle et la mission de chacun des partenaires responsables du MMC au Québec;

Guidé par un plan stratégique d’affaires publiques pour les deux prochaines années, les partenaires responsables du MCC au sein de la Région de l’Est misent sur une meilleure visibilité et une meilleure compréhension de notre organisation pour susciter des appuis dans les communautés locales et le grand public. En adoptant

un concept d’attraction globale

Le monde a changé. Les jeunes ont changé. Nous devons nous ajuster rapidement et adopter un leadership qui permettra de convaincre la population canadienne que cela vaut la peine de s’investir auprès du MCC. b – Le maj De Ciccio est l’officier régional des affaires publiques de la Région de l’Est

19


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

Accueil chaleureux dans le Nord

L’étroite relation entre un corps de cadets du Nord et une école communautaire facilite le recrutement et le maintien à l’effectif par Elisabeth Mills

orsque le Corps des cadets de l’Armée du district de Rae-Edzo (T. N.-O.) reprend ses activités chaque année, en septembre, les jeunes arrivent en foule pour s’inscrire. C’est en grande partie à cause des liens étroits existant entre le Corps des cadets de l’Armée 2961 (Rae-Edzo) et l’école communautaire et parce que les cadets et les élèves, c’est exactement la même chose.

L

« Nous ne pouvons dire que le Programme des cadets est une activité parascolaire. Ce n’est pas le cas. C’est réellement une activité communautaire », indique Rita Mueller, directrice de l’école secondaire régionale Chief Jimmy Bruneau, qui abrite le corps. « En fait, tous ceux qui y participent sont liés d’une façon ou d’une L’instructeur civil Seana Stewart, commandant du Corps 2961 ne souhaite pas devenir officier du CIC.

20

autre à l’école, soit en tant que membres du personnel soit en tant qu’élèves. » Les localités de Rae et d’Edzo, situées à environ 100 km au nord-ouest de Yellowknife, sont habitées par les Dogrib (une des tribus de la Nation dénée des peuples autochtones) et leur population regroupée se chiffre

à environ 1800 personnes. Au total, 342 élèves, venant des deux localités, fréquentent les classes de la maternelle à la douzième année de l’école. Si les cadets de la Région du Nord ne représentent qu’un pour cent de la population de cadets du Canada, les jeunes des plus petites localités constituent souvent un pourcentage élevé des cadets admissibles. À l’heure actuelle, le corps compte environ 50 cadets et est géré exclusivement par des instructeurs civils, qui sont tous membres du personnel enseignant. Depuis sa création en 1978, le corps a toujours été étroitement lié à l’école. Aujourd’hui l’école continue de parrainer le corps en lui offrant des locaux et des installations pour l’entraînement. Seana Stewart, commandant et instructeur civil (IC), indique que le Programme des cadets s’est intégré à la vie de tous les jours à l’école : les annonces concernant les cadets se font pendant les heures de cours, les élèves se renseignent sur ce qui se passera le soir à la réunion des cadets et sur ce qu’ils doivent y porter et les autobus scolaires transportent les cadets aller-retour de la localité de Rae à l’école.

Les cadets sont-ils le programme dont le Nord a besoin?Absolument, affirme l’IC Stewart, qui laisse entendre qu’il faut parfois adapter les méthodes d’enseignement et l’entraînement. « Les gens doivent comprendre que le Nord est tout à fait l’opposé de tout ce qui existe au Sud et l’on ne peut toujours s’attendre à ce que ce qui se fait dans le Sud fonctionne ici. On ne peut même pas s’attendre à utiliser la même discipline et les mêmes facteurs temps ici. » Selon Mme Stewart, à peu près la moitié des ses élèves de septième année sont membres des cadets et que les autres aimeraient en faire partie. « En tant qu’enseignants, nous parlons des cadets avec enthousiasme, nous parlons des activités, les jeunes écrivent à ce sujet dans leur journal et cela en entraîne d’autres à y adhérer. » Elle ajoute que les membres vont au camp d’été et passent du temps dans les bois, ce qui est une partie importante du mode de vie des Dogrib. Elle estime en outre que le Programme des cadets offre des avantages supplémentaires aux filles, qui traditionnellement ne peuvent s’adonner à des activités, telles que le tir au fusil. « Au cours des exercices, je traite les filles de la


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

même manière que les garçons et je m’attends à ce que tous fassent de même. Je pense que cela est très positif et j’insiste toujours sur ce point. » « Les autres mesures incitatives, telles qu’un jour de congé occasionnel pour les exercices des cadets, amènent les élèves en foule au début de l’année », reconnaît l’IC Stewart. Même si Mme Mueller ne participe pas au Mouvement des cadets, ses paroles indiquent clairement sa passion et son engagement envers les élèves et le personnel enseignant qui en sont membres. « Les jeunes s’engagent davantage dans la collectivité, se sentent mieux dans leur peau, sont très fiers d’eux et apprennent à agir de façon un peu plus responsable, explique-t-elle. Nous le constatons ici à l’école et c’est, à mon avis, vraiment magnifique. » Un élève avait été suspendu de l’école à cause de troubles de comportement. Normalement

il aurait perdu le privilège de participer aux activités parascolaires et aurait été exclu des réunions des cadets pendant deux semaines. Les administrateurs scolaires lui ont toutefois dit qu’ils souhaitaient qu’il y participe, car cela l’aiderait. L’élève a donc été autorisé à se présenter aux activités des cadets, mais pas aux cours. Les cadets se rendent compte que l’école fait partie intégrante du corps. Ils savent que si ce n’était pas le cas, ils ne pourraient utiliser les ordinateurs ou les salles de classe et devraient faire concurrence à d’autres jeunes au centre récréatif local pour obtenir des locaux. « Sans l’école, le Mouvement des cadets ne fonctionnerait pas aussi bien, affirme l’IC Stewart. Les jeunes ont un endroit où aller, il y a des gens qui veulent être avec eux et ils ont le respect des adultes et des autres jeunes. »

« Bien souvent, les jeunes s’inscrivent à une activité et l’abandonnent tout de suite ou trois mois plus tard, signale l’IC Stewart. Les jeunes qui adhèrent au Mouvement des cadets sont, pour la plupart, sérieux et intéressés à y participer. » Malgré le succès que connaît le corps, le commandant rencontre des obstacles semblables à ceux que doivent surmonter les autres corps et escadrons du Nord, y compris la difficulté de garder les cadets après la huitième année et un manque de bénévoles adultes de la communauté. Elle essaie avec son personnel de trouver de nouvelles façons de régler le problème du maintien à l’effectif, en augmentant, par exemple, le nombre des activités pratiques, des exercices d’entraînement à l’extérieur et des soirées thématiques. La difficulté de trouver des bénévoles dans la communauté

explique aussi l’étroite relation entre le Mouvement et l’école. « Le personnel de l’école a toujours été disposé à aider, indique l’IC Stewart. Le fait que le personnel s’engage réellement sur le plan des occupations des jeunes est une des raisons du succès du Mouvement des cadets. » Le fait de travailler en collaboration avec le corps permet aussi au personnel enseignant de mieux connaître les élèves. Le Programme des cadets a changé la façon dont Mme Stewart voit les choses. Même si elle n’est pas intéressée à devenir officier du CIC, elle dit que son point de vue des militaires et des cadets a changé du tout au tout depuis qu’elle s’est engagée… pour le mieux. b – Elisabeth Mills est l’officier d’information de l’Unité régionale de soutien des cadets (Nord).

Il y a des gens qui ne veulent pas être officiers ingt-quatre officiers du CIC et 82 instructeurs civils dirigent les quelque 500 cadets de la Région du Nord.

V

Il est extrêmement difficile de recruter des officiers dans le Nord et bien des instructeurs civils préfèrent ne pas être officiers, et ce, pour de nombreuses raisons : • Ils ne veulent pas porter l’uniforme. • Ils ne voient pas exactement comment cela aiderait les jeunes du Nord qu’ils soient officiers plutôt qu’instructeurs civils. • Bon nombre sont déjà enseignants et estiment ne pas avoir besoin d’apprendre à donner de l’instruction. • L’argent ne les intéresse pas (et la paperasse non plus). • Les leaders des cadets participent aussi à bien d’autres activités communautaires. Ils ne peuvent tout simplement en faire plus.

• Les heures des cours donnés dans les écoles régionales des instructeurs de cadets sont souvent en conflit avec leur emploi du temps/emploi dans le Nord. D’autre part, bien des instructeurs civils font partie du corps professoral et les cours peuvent commencer dès le 3 août au Nunavut. Les dates d’ouverture et de fermeture des écoles varient en fonction des différences géographiques et longitudinales qui influent sur la lumière du jour et l’obscurité. • Beaucoup d’Inuits adultes travaillent la terre et ne peuvent se libérer pour suivre les cours requis. • Beaucoup ne satisfont pas aux normes de scolarité exigées pour devenir officier. b

21


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

Qui est responsable du

recrutement? Le recrutement devrait être la responsabilité conjointe du commandant et du comité des répondants par Kim McDonald

S

i vous demandez à divers intervenants du Mouvement des cadets qui est responsable du recrutement, vous obtiendrez vraisemblablement plusieurs réponses différentes.

• de faire les recommandations au commandant de la région compétent au sujet de la nomination, de la promotion, de la mutation ou de la libération d’instructeurs de cadets.

En fait, le terme « recrutement » a été à l’origine d’un malentendu parmi les partenaires – les trois ligues et les Forces canadiennes – au sujet de la définition des rôles et des responsabilités à chacun des niveaux.

Il semble donc que les ligues soient responsables du recrutement des cadets, mais que personne ne soit responsable du recrutement des officiers et des instructeurs civils. Comment cela se peut-il?

Jetons un coup d’œil à quelques règlements relatifs au recrutement.

Théoriquement, le recrutement des cadets et des instructeurs devrait être la responsabilité conjointe du commandant et du comité des répondants. Dans les faits, toutefois, seul le commandant recrute les officiers – et probablement les cadets aussi.

Selon la section 4 du chapitre 2 des Ordres et règlements royaux des cadets du Canada – Corps de cadets – Forces canadiennes, ligues de cadets et répondants locaux – Responsabilités –, les FC ont de nombreuses responsabilités et elles doivent notamment : • s’occuper de la politique d’enrôlement, de nomination, de promotion, de mutation et de libération des instructeurs de cadets. Les ligues, ainsi que les répondants, ont notamment la responsabilité : • de recommander des personnes qualifiées pour s’enrôler dans les Forces canadiennes et travailler comme instructeurs de cadets; • de recruter des personnes qualifiées pour devenir des cadets;

Les ligues et les divisions provinciales font de leur mieux avec des ressources limitées, mais elles n’obtiennent que des succès mitigés. Les ligues doivent faire preuve de plus de diligence pour s’assurer que les répondants locaux s’acquittent de leurs obligations envers les corps et les escadrons dont ils ont la responsabilité. Pour que les répondants respectent leurs engagements et que les corps et les escadrons réussissent à attirer et à garder des cadets, il faut que les comités des répondants et les commandants entretiennent un dialogue permanent. Les relations publiques sont une autre responsabilité importante

22

des ligues. Les relations publiques offrent souvent un moyen peu coûteux de faire connaître à la communauté un corps de cadets et ses activités.

Il appert aussi que les efforts et le dévouement des officiers ne sont souvent ni reconnus ni appréciés. Pourtant, ces officiers consacrent bénévolement un grand nombre d’heures chaque Les ligues peuvent aussi conannée à leur corps de cadets. tribuer au maintien à l’effectif Inutile de dire que ce manque des cadets en s’efforçant surtout de reconnaissance ne favorise d’appuyer les programmes d’inspas le maintien à l’effectif. truction facultative et en veillant à conseiller et à consulter les Je tiens à répéter que la solution Forces canadiennes au sujet réside dans la conjugaison des des éléments de l’instruction efforts des comités des répondants obligatoire. locaux et des commandants, tant sur le plan du recrutement dans Les obstacles les plus manifestes la communauté en général que au recrutement des officiers du du maintien des officiers en poste. CIC sont les centres de recrutement et le processus d’enrôleUn groupe de travail national ment proprement dit. étudie actuellement les recommandations sur le recrutement Les représentants des ligues et le maintien à l’effectif des s’entendent pour dire que les cadets et des officiers qui ont centres de recrutement de leur été faites par l’équipe d’intervenrégion n’expliquent pas aux tion responsable des partenariats. candidats éventuels qu’ils pourraient se joindre à la Réserve D’ici à ce que des modifications comme officiers du CIC. soient approuvées et appliquées, les OR (Cadets) vont demeurer Le temps qui s’écoule entre notre guide, et les ligues et les le moment où un postulant Forces canadiennes devront présente les documents nécescontinuer de travailler en partesaires et l’enrôlement ne fait nariat à s’occuper des besoins qu’aggraver les choses, puisque des cadets. b le processus demande généralement des mois (et parfois des – Mme McDonald est l’officier années!). des communications au bureau national de la Ligue Dans l’intervalle, le Mouvement des cadets de l’Armée des cadets perd des ressources du Canada. dont il aurait bien besoin : des hommes et des femmes intéressés à travailler avec les jeunes et à devenir des officiers du CIC.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Des moyens de recrutement efficaces Des stratégies de recrutement et de maintien à l’effectif qui donnent de bons résultats e bouche à oreille suffit dans le cas de l’Escadron 151 (Chadburne) des cadets de l’Air, à Oshawa (Ont.), qui n’a tenu aucune campagne de recrutement depuis 12 ans, selon le maj Robert Forbes, commandant du groupe. L’unité compte actuellement 211 cadets et seule la superficie des locaux de l’escadron en limite le nombre.

L

L’Escadron Chadburne est si bien connu dans la localité qu’entre 80 et 120 jeunes « se présentent tout simplement » chaque année pour s’enrôler. L’escadron n’a pas tenu non plus de campagne de recrutement spéciale pour attirer ses officiers ou ses 45 instructeurs civils. Le maj Forbes estime qu’il y a trois bonnes raisons pour cela : • Il y a des activités tous les soirs de la semaine, ce qui garde les cadets heureux. • Un milieu militaire professionnel et positif où chacun fait partie de la « famille ». • L’escadron est respecté et jouit d’une très bonne réputation dans la localité à cause des services qu’il a rendus à la collectivité. L’équilibre entre les besoins professionnels et personnels et la répartition de la charge de travail aident à retenir les officiers au Corps des cadets de la Marine 47 (Captain Vancouver), à Vancouver. Le ltv Chris Hauta, commandant, affirme que sa tâche la plus difficile est de refuser quelquefois les invitations interminables à participer aux activités communautaires. « L’équilibre, jumelé à un personnel professionnel et à une bonne dose de plaisir pour

les officiers font du Corps Captain Vancouver un corps dont les officiers veulent devenir membres. ». « Il est impératif que le corps ne dépasse pas les limites raisonnables en essayant d’en faire trop », soutient le ltv Hauta. Le corps doit être satisfait de ce qu’il fait. Ses effectifs sont passés de 30 cadets il y a cinq ans à plus de 90 aujourd’hui. Et son taux d’attrition a chuté de 20 à 30 p. 100 pour s’établir à 10 p. 100 en moyenne. Dire les choses telles qu’elles sont et une bonne surveillance facilitent le maintien à l’effectif à l’Escadron des cadets de l’Air 856, à Pickering (Ont.), qui compte 119 cadets. Le maj Colette Blight, commandant, suit le principe qu’il faut informer les nouvelles recrues dès le début de la « réalité » des Cadets. « Nous leur disons qu’ils ne passeront pas tout leur temps à piloter. ». Elle fournit des uniformes aux cadets le plus rapidement possible pour leur donner un sentiment d’appartenance et quand des cadets partent, elle leur demande pourquoi. Sachant que « l’intimidation » peut nuire au maintien à l’effectif, elle insiste beaucoup sur la surveillance – sans toutefois

Au cours du festival des bateaux en bois qui se tenait en août à Vancouver, le Corps des cadets charpentiers de marine 47 a construit une yole de 12 pieds sous la surveillance du ltv Steve Cowan. Le taux d’attrition du corps a baissé et s’établit maintenant à 10 p. 100.

exagérer – en tant que mesure préventive. « On peut relâcher la surveillance à mesure que les cadets acquièrent les compétences dont ils ont besoin pour se débrouiller. » Elle se tient au courant de la situation en apprenant à connaître ses cadets et leurs capacités. Le fait de séparer les recrues éventuelles de leurs parents au cours d’une journée d’accueil l’automne dernier a facilité le recrutement à l’Escadron des cadets de l’Air 107, à Saskatoon. Pendant la journée d’accueil, les parents ont été invités à circuler, à poser des questions et à regarder un défilé pendant que deux ou trois cadets éventuels étaient jumelés à un cadet hôte d’à peu près le même âge qu’eux. « Nous encourageons les jeunes à prendre la décision au lieu de laisser les parents décider pour eux, indique le maj Ray Richards, commandant. À la fin de la soirée, le jeune s’est fait des amis, sent qu’il fait partie d’un groupe et est plus susceptible d’adhérer au Mouvement et d’y rester. » L’escadron a distribué plus de 250 demandes d’enrôlement pendant la journée d’accueil et le maj Richard a dû se limiter à recruter 180 nouveaux cadets.

Un panneau-réclame invitant les jeunes à s’envoler avec les cadets a amené plusieurs recrues à l’Escadron (Argus) des cadets de l’Air 758, à Brampton (Ont.), l’an dernier. Selon le capt Duane Linford, commandant, grâce au panneau publicitaire – précisant un numéro de téléphone et une adresse électronique qui a été placé au bord de l’autoroute pendant un mois – l’escadron a recruté quelques officiers, trois instructeurs civils et de 15 à 20 cadets. L’escadron a doublé le nombre de ses effectifs de cadets au cours de la dernière année, ce qui est un renversement de la situation par rapport aux sept années antérieures au cours desquelles des problèmes liés au personnel avaient entraîné une baisse des effectifs. « Certains ont de grandes qualités, mais une personnalité qui éloigne les gens », relate le capt Linford. Tout cela est maintenant réglé et chaque fois que ses cadets et lui sont en uniforme, ils saisissent l’occasion pour recruter et renseigner les gens au sujet des cadets. b

23


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

Point de vue Idées personnelles pour accroître le maintien à l’effectif ob Robert, directeur exécutif du Comité provincial de l’Ontario de la Ligue des cadets de l’Air du Canada, a proposé quelques solutions originales pour accroître le maintien à l’effectif et, par conséquent, le nombre de cadets dans le Mouvement. Membre de l’équipe d’intervention responsable des partenariats, M. Robert a demandé que ses propositions figurent dans le rapport final de l’équipe.

B

M. Robert croit qu’il sera toujours difficile d’accroître l’effectif des cadets, et ce pour diverses raisons comme le manque d’officiers, les carences des comités de répondants dans certains secteurs et le fait que les installations ne se prêtent pas beaucoup à un accroissement de l’effectif. Même si ces questions étaient toutes réglées, il ajoute qu’il subsisterait d’autres limites à l’expansion : le choix des chefs adultes, la base démographique, le potentiel de financement, l’éloignement de certaines unités (qui limite les activités), etc.

S’il y avait plus de postes aux centres d’instruction d’été des cadets, cela améliorerait-il le maintien à l’effectif? (Photo par le Centre d’instruction d’été Albert Head des cadets de l’Air, à Victoria)

« Il est peu probable qu’on pourra atteindre l’effectif voulu en modifiant seulement les unités actuelles », déclare M. Robert. Il faudrait donc augmenter le nombre des unités, ce qui entraînerait des problèmes sur le plan du personnel, des locaux convenables à des coûts abordables et des répondants – aucune de ces ressources n’étant inépuisable. Selon lui, le Mouvement des cadets devrait envisager de modifier sa structure de grades et de porter l’effectif admissible à l’instruction d’été à 55 pour 100 de la population des cadets. Selon M. Robert, la structure des grades est élitiste, et de nombreux cadets quittent le Mouvement après deux, trois ou quatre ans à la suite d’échecs ou parce qu’ils ont l’impression d’avoir été laissés pour compte.« Ils quittent le Mouvement avant d’avoir terminé leur formation. » M. Robert déplore qu’il n’y ait pas assez de places dans les camps d’été. Par exemple, en Ontario l’été dernier, 41 pour 100 des cadets qui espéraient aller dans un centre d’instruction d’été ont été refusés. « Les cadets dont la demande a été refusée se sont sentis rejetés pour la première fois, cela va devenir problématique », poursuit-il.

24

M. Robert a aussi proposé des façons de modifier la structure des grades et d’accroître le nombre de places à l’instruction d’été en abrégeant certains cours. Ces suggestions ont paru un peu trop originales à un autre membre de l’équipe d’intervention responsable des partenariats, Ken Garbutt, l’un des représentants de la Ligue des cadets de l’Armée au sein de l’équipe. M. Garbutt a fait part de ses réactions à ces propositions dans le rapport final de l’équipe d’intervention responsable des partenariats. Il s’est opposé à l’idée de « rafistoler » la structure des grades. Selon lui, le problème de maintien à l’effectif au pays tient à deux causes fondamentales : la concurrence que livrent au Mouvement d’autres organisations jeunesse dont beaucoup ont une vocation sportive et la nécessité pour les jeunes d’avoir de l’argent de poche. M. Garbutt croit que la solution réside en partie dans la qualité de l’instruction offerte aux cadets dans les centres d’instruction d’été. « Réduire les stages de trois et de six semaines afin de permettre à un plus grand nombre de cadets de participer aux camps d’été, argue-t-il, ne pourrait se faire qu’au détriment du contenu des cours et irait par conséquent à l’encontre du but recherché. » Il a ajouté que l’admission d’un plus grand nombre de cadets dans les centres d’instruction d’été entraînerait des coûts astronomiques. « Nous savons que nous avons le meilleur programme jeunesse du Canada et peut-être même du monde, a-t-il conclu. Si nous commençons à l’édulcorer, nos jours sont comptés. » b


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Confrontation avec la

réalité

Les procédures et les politiques de promotion et de sélection des cadets pour l’instruction d’été devraient être équitables et vues comme telles.

Susciter des attentes et des buts réalistes et tenir nos promesses s’imposent pour le maintien à l’effectif des cadets a Ligue des cadets de l’Air du Canada veut faire passer l’effectif des cadets de l’Air de 25 000 à 35 000 dans les trois prochaines années.

L

Cette décision a incité le Comité provincial de l’Ontario (CPO) de la Ligue à faire un examen des pratiques de recrutement et de maintien à l’effectif en vigueur, lors de son assemblée générale annuelle d’octobre 2001. Un groupe de cadets supérieurs choisis parmi les meilleurs de la province ainsi que des commandants, des membres de comités de répondants, des membres de la Ligue et des membres des Forces canadiennes ont participé à des ateliers sur le recrutement et le maintien à l’effectif. Dans le premier atelier, les cadets ont parlé des mesures à prendre pour attirer des jeunes en nombre suffisant afin d’augmenter sensiblement l’effectif des escadrons chaque automne ainsi que des changements qu’il faudrait apporter aux structures, aux activités, aux programmes et aux attitudes pour garder les cadets à l’effectif jusqu’à ce qu’ils aient 18 ans. Les cadets croient qu’un « afflux massif » de jeunes ne profiterait pas au programme et que la campagne de recrutement devrait être plus axée sur la qualité

que sur la quantité. Selon eux, le programme des cadets ne s’adresse pas à tout le monde. Les cadets ont notamment suggéré qu’on fasse une campagne de publicité nationale plus dynamique, qu’on adopte un numéro de téléphone unique et qu’on crée un site Web d’information; ils ont aussi suggéré qu’on produise une vidéo de recrutement qui donne une idée juste de tout le programme et que les meilleurs officiers et instructeurs de cadets soient affectés au recrutement. Les cadets supérieurs ont suggéré un certain nombre de mesures susceptibles d’encourager les cadets à rester plus longtemps à l’effectif : • ne pas susciter d’attentes irréalistes chez les nouveaux cadets; • aider les cadets à se fixer des buts réalistes comme cadets et dans la vie; • tenir les promesses faites aux cadets. Les cadets ont en outre dit qu’on pourrait améliorer le maintien à l’effectif en demandant aux groupes de parents (groupes de soutien ou comités de répondants) de ne pas trop se mêler de l’instruction et de demeurer indépendants au sujet des questions de promotion, de récompense et de sélection des

cadets pour les centres d’instruction d’été. Ils estiment notamment que les procédures et les politiques de promotion et de sélection des cadets pour les centres d’instruction d’été devraient être équitables et vues comme telles – être exemptes « de partialité, de manipulation et d’influence ». Un consensus s’est dégagé du second atelier : le Mouvement des cadets n’a pas de problèmes notables de recrutement, mais il a bel et bien un problème de maintien à l’effectif. La Ligue avait des statistiques solides à l’appui. Les résultats d’une enquête nationale menée en 2000 révèlent que le taux d’abandon le plus élevé se produit pendant la première année d’instruction, y compris pendant la période de participation à l’instruction d’été. Cela tiendrait au fait que les nouveaux cadets ont des attentes irréalistes. Le groupe en a conclu que cela confirme l’importance d’avoir un programme de formation des recrues bien pensé. Parmi les thèmes qui sont revenus pendant le forum, soulignons les suivants :

• consacrer du temps à créer un programme de recrutement axé sur les intérêts des jeunes et non des adultes, et donner aux recrues éventuelles des renseignements exacts sur l’ensemble du programme, et non pas uniquement sur des activités spéciales; • utiliser des instructeurs qualifiés (cadets ou officiers) pour offrir un programme intéressant et stimulant; • encourager les cadets à acquérir des connaissances, puis à les mettre en pratique pour aider d’autres cadets et leur escadron; • revoir les politiques de promotion en gardant à l’esprit que la promotion est le moyen tout désigné de souligner les réalisations, l’engagement et les efforts des cadets; • s’assurer que les cadets ont l’impression de progresser dans un « cheminement » qui les aide à se développer dans un ou plusieurs domaines. Selon Craig Hawkins, ancien président du CPO de la Ligue, cet exercice d’examen et de réflexion a été utile, et l’on peut espérer qu’il contribuera à améliorer le programme. b

• recruter et maintenir en poste le personnel des escadrons devrait être la grande priorité de la Ligue et des Forces canadiennes;

25


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

Point de vue Comprendre la question du maintien à l’effectif par le maj Robert Lyon

Le Mouvement des cadets subit un important renouvellement de personnel à chaque année. Dans la plupart des corps et escadrons, moins de la moitié des jeunes gens qui se joignent à l’organisation y sont toujours deux ans plus tard. Pourtant, malgré quatre décennies de restructurations, seuls les Cadets de l’Air ont connu un succès, quoique mitigé, en matière de conservation du personnel. a réduction de l’effectif se produit en trois étapes distinctes : d’abord, il y a les recrues qui ont essayé le programme et qui se rendent compte qu’il n’est pas fait pour eux; puis, il y a les cadets qui ont survécu à l’instruction de base et qui deviennent insatisfaits; enfin, il y a ceux qui quittent après deux ans au sein du programme parce qu’ils n’obtiennent pas de promotion ou qu’on ne leur fournit pas de locaux adéquats ou de programmes de formation d’été à leur mesure.

L

À l’exception de facteurs personnels comme les déménagements ou le besoin d’améliorer son rendement scolaire, la plupart des jeunes quittent en raison de leur âge, par manque de leadership ou à cause de carences dans les programmes. Nombreux sont les jeunes de 12 et 13 ans qui ne sont pas prêts à tremper dans une culture paramilitaire. S’ils s’étaient joints aux Cadets un an plus tard ou s’ils avaient subi leur camp d’entraînement un an plus tard, certains auraient peut-être poursuivi. Le problème est aggravé par l’attitude et le style de leadership des sousofficiers adolescents qui ne conviennent pas à la formation

26

des pré-adolescents. Le problème s’amplifie du fait qu’on promeut des sergents à 14 ans, alors qu’il n’y a pas si longtemps on donnait la promotion à caporal à 15 ans. En abaissant l’âge pour se joindre aux Cadets, on a aussi inconsciemment abaissé l’âge de leur départ.

L’entraînement hebdomadaire « à rabais » On a insisté, à juste titre, que ce soit la formation locale, et non pas l’instruction d’été, qui soit au cœur de notre programme. On doit comprendre que, du point de vue des jeunes, leur réalité se fonde sur leur expérience immédiate : ce qui les inspire ou les répugne, ce sont les activités de chaque mercredi soir, semaine après semaine, dans le sous-sol de la Légion locale. Malgré des dépenses annuelles du Mouvement de 150 millions de dollars, les corps de cadets continuent à faire de l’entraînement hebdomadaire « à rabais » – parce que les demandes d’équipement par le Barème de distribution des FC (CFS-8) ne contient rien pour permettre de mener des activités militaires

pratiques qui conviennent aux divers groupes d’âge. Lors d’un rassemblement typique, seuls le drill sans armes et les sports viennent interrompre la monotonie des cours en salle de classe – des cours peu inspirants qui manquent d’inspiration. La carabine à air ne se prête pas à des tests d’entraînement élémentaire et une boussole Silva n’a pas beaucoup d’utilité dans un local de la Légion. Quand j’ai récemment demandé à un commandant d’un corps de cadets de la Marine quel équipement technique naval il pouvait commander selon le CFS-8, il m’a tout bonnement répondu : « des cordes ». De nombreux corps de cadets qui ont du succès insistent sur l’importance d’avoir une activité de fin de semaine par mois, ainsi qu’un second rassemblement hebdomadaire pour la poursuite d’activités comme la musique et le tir. Quoique ces activités intenses (une soixantaine de jours par année) permettent de conserver un effectif élevé, cela dépassent les ressources de plusieurs corps de cadets. Qui plus est, le besoin de ces activités révèle les lacunes de nos programmes hebdomadaires formels.

Les cadets de l’Armée montent en grade ou sortent Le meilleur exemple pour illustrer la troisième étape de réduction de l’effectif se trouve chez les cadets de l’Armée – qui se vantent d’avoir un programme échelonn�� sur quatre ans. L’ont-ils? Ce qu’ils ont vraiment, c’est un programme d’instruction militaire générale (IMG) de deux ans, suivi d’un programme de chefinstructeur à l’intention d’une poignée de cadets pour qui les

Dans la plupart des corps de cadets, moins de la moitié des jeunes qui adhèrent au cours d’une année donnée sont encore membres deux ans après.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada habiletés, les possibilités d’entraînement d’été et les postes de sous-officiers à combler leur ouvrent la voie aux promotions. Après deux ans d’IMG, la progression de carrière des cadets de l’Armée est de prendre du galon ou de sortir. Ceux qui partent n’auront finalement servi qu’à exercer les compétences en instruction et en leadership du groupe d’élite. En réalité, les cours d’été des cadets de l’armée ne sont conçus que pour la progression de ceux qui vont rester. La publicité du programme des cadets de l’Armée a déjà eu comme slogan « les premiers pas dans le monde des adultes », mais depuis l’introduction dans les années 1960 du système d’étoiles, le programme des cadets de l’Armée a progressivement retiré la formation et l’équipement axés sur les groupes d’âge qui pourraient favoriser le maintien à l’effectif des « caporaux de carrière ». En revanche, les troisième et quatrième années du programme des cadets de l’Air contient une formation technique qui n’a pas comme ambition de faire de tous les stagiaires des chefs et des instructeurs. Quand même, l’enseignement sur les cellules et les moteurs d’avions à partir de diapositives produit le même effet pédagogique que celui du maniement des armes avec des balais.

s’épanouissent dans des défilés et des concerts publics – perfectionnant leur talent musical tout en rehaussant le profil du Mouvement. Mais puisque la liste des officiers des corps ne comprend aucun poste réservé au chef de musique, le succès du programme de musique ne peut se réaliser qu’aux dépens d’un autre poste réservé ailleurs au sein du corps. On pourrait maintenir à l’effectif plus de cadets de la Marine si on offrait aux plus âgés plus d’activités relatives aux embarcations à moteur, au pilotage, aux petits moteurs, aux communications de trafic maritime, et qu’on les préparait à obtenir leur permis d’opérateur de petites embarcations. Les cadets de l’Air pourraient tirer profit de projets de restauration d’aéronefs historiques, de laboratoires de simulation de vol et de l’aide à l’instruction pratique sur les moteurs et les cellules. Il est essentiel de doter les cadets de l’Armée de véhicules tous terrains qui puissent faire concurrence aux voiliers et aux avions. Chez les cadets de l’Armée, une troupe des communications, une section médicale ou un peloton de reconstitution historique

bien entraîné et bien équipé pourrait maintenir certains cadets à l’effectif par des activités articulées autour de métiers militaires. Ces activités, qui se dérouleraient au cours d’événements communautaires, pourraient mousser l’intérêt envers certaines carrières. Un programme courant d’étoile bleue, parallèlement à ceux d’argent et d’or, protégerait ces activités du monopole vers des activités pour ceux qui gagnent du galon. La formation par l’aventure des cadets de l’Armée offre à divers groupes d’âge des défis qui méritent d’être encouragées. Pourtant, elle ne peut pas résoudre le problème, car elles récompensent pour la plupart ceux qui se dirigent vers le haut de la pyramide et a un impact minimal sur la routine du mercredi soir dans les locaux de la Légion. Cette formation continue de faire abstraction du fait que c’est le mot « armée » dans « cadets de l’Armée » qui attire nos membres. Pour maintenir plus de cadets à l’effectif, on se doit d’examiner de plus près le programme du quartier général local afin d’accroître l’accès à plus d’équipement par le CFS-8

Malgré les 150 millions de dollars consacrés au Mouvement annuellement, les corps et escadrons de cadets doivent toujours s’entraîner « avec les moyens du bord » chaque semaine. et d’organiser des activités hebdomadaires pratiques, d’élargir la portée de l’entraînement facultatif dirigé, d’encourager l’embauche de spécialistes des domaines techniques et d’instructeurs de musique et de repenser au rôle des centres d’instruction d’été des cadets. b – Le maj Lyon est commandant du détachement, Secteur du Centre (Toronto) depuis 1997. Un ancien professeur du secondaire, il est associé aux Cadets depuis 1953.

Maintenir leur intérêt Certains unités des cadets de la Marine et de l’Air réussissent mieux à maintenir les cadets à l’effectif parce qu’ils ont des programmes intenses de musique, où des caporaux de 17 ans

Selon l'auteur, les cadets de l'Armée ont besoin d'un véhicule tous-terrains capable de rivaliser avec les bateaux à voiles des cadets de la Marine et les avions des cadets de l'Air afin de maintenir les cadets de l'Armée à l'effectif.

27


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

Forum Idées novatrices, pratiques exemplaires et leçons retenues

Mener une campagne de recrutement efficace Un défi inter-corps et une publicité tous azimuts aident le Corps Tiger à doubler son effectif par l’ens 1 Steven Vachon ’automne dernier, le Corps des cadets de la Marine 101 (Tiger) à Timmins (Ont.) a doublé son effectif de cadets.

L

e

Célébrant cette année son 60 anniversaire, notre Corps a connu maintes réussites dans ses campagnes de recrutement. C’est à l’expérience que nous avons appris que la meilleure stratégie de recrutement dans notre cas consiste à inonder la ville de messages pendant une semaine, dans le cadre d’une campagne de recrutement intensive. Certains des éléments de notre stratégie sont conçus pour une petite ville, mais vous pourrez sans doute les utiliser dans votre campagne, même si vous vous trouvez dans un grand centre. Toute campagne de recrutement comporte cinq volets : une approche stratégique, le choix du moment, le financement, l’organisation et la publicité.

28

Approche stratégique • Avant de planifier notre campagne de recrutement, nous essayons de déterminer combien de cadets vont devoir quitter le Corps en raison de leur âge dans les deux prochaines années. Si de nombreux cadets doivent nous quitter, nous planifions une campagne de recrutement massive.

Choix du moment • La période de la mi-novembre au début de décembre est celle qui convient le mieux à la campagne de recrutement d’une semaine du Corps Tiger. En faisant durer la campagne plus longtemps, nous accroîtrions le fardeau administratif de l’unité. En reportant la campagne à la fin de l’automne, nous laissons le temps au personnel et aux cadets de mettre l’unité en branle; de plus, les tâches qui coïncident avec le début de l’année n’entrent plus en conflit avec nos efforts de recrutement. Par ailleurs, nous avons eu à ce

moment-là assez de temps pour recueillir des fonds, définir une mission et revoir les tâches du personnel. De plus, les cérémonies locales du jour du Souvenir et le défilé de Noël ont déjà eu lieu à cette époque. Ces événements sont une source de publicité gratuite, ils donnent de la visibilité au Corps et ils éveillent la curiosité naturelle des adolescents. Les visites et les appels téléphoniques sont toujours plus nombreux à cette époque de l’année. • Nous désignons une soirée de rassemblement comme « soirée de recrutement ». Nous invitons les personnes intéressées à assister à la soirée portes ouvertes et nous demandons aux cadets d’inviter un ami. Les cadets sont plus motivés à le faire quand un moment a été expressément choisi à cette fin. Les recrues éventuelles se sentent en outre plus à l’aise en compagnie d’autres recrues.

Financement • Nous essayons d’obtenir le plus de publicité gratuite possible, mais nous affectons

aussi des fonds à notre campagne de recrutement : c’est un investissement.

Organisation • Le personnel, les répondants, les parents et, surtout, les cadets sont informés de la campagne de recrutement, et chacun y participe. Plus il y a de participation, mieux cela vaut. • Nous désignons un officier, un répondant, un père/une mère ou même un cadet supérieur comme « coordonnateur de la campagne de recrutement ». Celui-ci s’occupe de répartir les tâches en évitant les doubles emplois. Il communique son numéro de téléphone à la maison (ou son numéro de cellulaire) pendant la campagne. Il faut à tout prix éviter de donner, dans le matériel de recrutement, le numéro de téléphone d’un manège ou d’une école s’il ne s’y trouve quelqu’un que les soirs de rassemblement, si d’autres unités utilisent le numéro ou si les messages ne sont pas vérifiés tous les jours. Il ne faut pas oublier non plus que des cadets et des


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada parents intéressés ne seront peut-être pas tentés de laisser un message à un répondeur. Parler avec le coordonnateur de la campagne de recrutement peut faire toute la différence. • Nous transformons la campagne de recrutement en un défi inter-corps. Cette année, les cadets participent à un concours dans le cadre duquel le meilleur recruteur de l’année recevra un prix de 100 $. Les points sont attribués en fonction du nombre de recrues de chaque cadet. (Les cadets recrutés doivent demeurer dans le Corps jusqu’à la revue annuelle et s’y être joint au moins deux mois avant la revue annuelle.) Deux points sont attribués pour chaque recrue enrôlée à la soirée de recrutement, puisque cette soirée est considérée comme la meilleure occasion d’enrôlement. Un point est attribué pour chaque recrue enrôlée à un autre moment. Un demi-point est attribué pour chaque recrue enrôlée après le délai de deux mois, mais au moins un mois avant la revue annuelle. Un point est attribué pour chaque recrue enrôlée à la suite d’un « effort de recrutement collectif » auquel des cadets ont participé. Par exemple, si deux cadets font un exposé dans une école et que dix adolescents s’enrôlent (et demeurent à l’effectif jusqu’à la revue annuelle), chacun des cadets obtient cinq points.

Publicité • Nous obtenons le matériel de recrutement de l’officier régional des affaires publiques ou du détachement de recrutement. Un officier et quelques cadets en uniforme mettent les affiches dans des vitrines et des autobus, après l’école, en une heure ou deux. • Nous ajoutons aux affiches de recrutement et aux dépliants publicitaires de la Direction des cadets et des répondants de la Ligue nos propres circulaires contenant des renseignements d’intérêt local. Cette année, nous avons fait insérer

dans le journal local une circulaire vert fluo un jour ou deux avant la soirée de recrutement. La circulaire nous a offert un moyen formidable de faire connaître les bons coups de notre unité dans notre communauté. Les cadets ont aussi mis des circulaires un peu partout dans la ville : stades, arrêts d’autobus, lieux de travail de parents, cantines scolaires, pare-brise d’automobiles. • Nous préparons un communiqué au sujet de la soirée de recrutement. Nous le distribuons par divers moyens aux médias locaux et invitons ceux-ci à annoncer l’événement. Cette année, des articles ont paru dans les trois journaux locaux, et quatre postes de radio locaux ont annoncé la date de la soirée de recrutement. Des renseignements ont aussi été diffusés dans une circulaire hebdomadaire qu’on peut trouver dans les cafés locaux et au canal d’annonces de la télévision locale. • L’aspect le plus notable de notre campagne de publicité a probablement été d’amener cinq cadets à répondre à une question dans la section « opinions de la rue » du journal local. Le journaliste leur a posé la question suivante : « Pourquoi une personne devrait-elle se joindre à votre unité de cadets? » La veille de la soirée portes ouvertes, la réponse et une photographie de chacun des cinq cadets ont paru dans le journal.

Le jour même, le journal publiait l’article faisant la promotion de notre campagne, et notre circulaire était insérée dans le journal. Nous avons ainsi obtenu un triple effet sur les lecteurs. L’important est de faire appel à tous les médias – radio, télévision, journaux, panneaux publicitaires, autobus et Internet. Plus les gens en entendent parler, plus ils sont enclins à aller à la soirée portes ouvertes. • La fin de semaine avant la soirée de recrutement, nous montons un kiosque d’information dans le centre commercial local. Cela nous donne une occasion de plus d’être vus et entendus. • Les exposés en milieu scolaire sont aussi un aspect important de notre campagne de publicité. Nous demandons d’abord la permission aux conseils scolaires de communiquer avec la direction de chacune des écoles. Nous demandons ensuite l’autorisation de présenter des exposés aux élèves, en classe. Cela est important, car il n’y a pas assez de temps le midi ou entre les cours pour faire un exposé. Une journée ou deux avant la campagne de

recrutement, un officier et deux cadets se présentent dans cinq à dix écoles avec une vidéo, une affiche et des dépliants à distribuer. • Notre équipe de recrutement a toujours des cartes d’affaires à portée de main. Cela donne un air sérieux, et l’on ne sait jamais quand on va rencontrer une future recrue ou ses parents. Même si notre campagne de recrutement a bien fonctionné – et que de nombreux jeunes se sont joints à notre unité –, nous savons que notre travail ne s’arrête pas là. Nous définissons un plan de maintien à l’effectif à long terme afin de soutenir l’intérêt des recrues. Si nous pensons que le programme élémentaire de la première phase ne stimulera pas leur intérêt, nous repensons les matières facultatives et nous prévoyons au début des activités amusantes qu’ils ne voudront pas abandonner. Nous sommes conscients de ce que chaque nouvel afflux de cadets nous fournit l’occasion de repartir à neuf et de rafraîchir notre vision. b – L’ens 1 Vachon est l’officier de l’instruction du Corps des cadets de la Marine 101.

29


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

Ne désertez pas le navire D’importants examens des politiques et des pratiques devraient avoir un effet bénéfique sur le recrutement, la sélection, l’instruction et le maintien à l’effectif des officiers par le capv Jennifer Bennett et le maj Harold Mendes e recrutement et le maintien à l’effectif sont les deux extrêmes d’un continuum où ils encadrent deux autres éléments tout aussi importants de la gestion des ressources humaines (RH) : la sélection et l’instruction. Cet article porte sur quatre aspects de la gestion des RH qui s’appliquent au Cadre des instructeurs de cadets (CIC) et il donne une idée de l’influence qu’auront sur eux un certain nombre d’examens de politiques connexes.

L

Recrutement Le recrutement est l’art d’attirer des personnes susceptibles de combler des postes vacants. Cette année, notre objectif de recrutement est d’attirer environ 900 personnes qui occuperont des postes du CIC dans les 1126 corps et escadrons de cadets du Canada. Les candidats au CIC sont pour la plupart des anciens du Mouvement des cadets. D’autres candidats viennent de la Force régulière ou de la Réserve, et un petit nombre de recrues n’ont aucune expérience des cadets ou du milieu militaire.

30

Cette diversité explique que les officiers du CIC sont si bien placés pour s’acquitter de leur mandat : superviser, administrer et instruire des cadets. Pour attirer plus de recrues, les Forces canadiennes ont récemment lancé un projet destiné à ouvrir toutes grandes les portes aux éventuelles recrues de la Force régulière et de la Réserve. Parallèlement, les centres de recrutement ont retouché le processus de recrutement pour faire en sorte que les candidats qualifiés soient enrôlés aussi rapidement et facilement que possible. Ces changements bienvenus ont sans doute profité aux candidats au CIC, ne serait-ce qu’en accélérant le traitement des dossiers dans les centres de recrutement. La création d’un centre d’appel unique et la réduction du délai de traitement de la candidature des anciens militaires comptent parmi les autres avantages de la réforme. Ainsi, en ouvrant les portes toutes grandes et en éliminant certains goulots d’étranglement, on a réussi à traiter plus rapidement les demandes – et notamment

celles des candidats au CIC, dont le dossier a été transmis aux centres de recrutement par les autorités compétentes.

Sélection et enrôlement La sélection est l’art de reconnaître les personnes les mieux qualifiées pour faire le travail. Le CIC a besoin de personnes qui savent faire marcher un programme de développement de jeunes avec professionnalisme et compétence. Pour atteindre cet objectif, il faut que le processus de sélection permette de reconnaître chez les candidats les caractéristiques d’un « officier professionnel » et les compétences qu’exigent la supervision, l’administration et l’instruction de cadets. L’officier

professionnel doit avant tout accepter la responsabilité légale de s’occuper des personnes placées sous ses ordres et de voir à leur bien-être. Les compétences désignent les capacités, les aptitudes et les connaissances que requiert la conduite de programmes de développement de jeunes. Pour évaluer ces deux critères, on peut par exemple demander aux candidats de passer des entrevues et des tests. Il faut cependant que les instruments d’évaluation permettent de retenir les candidats qualifiés et d’écarter les autres. C’est pourquoi les pratiques de sélection continuent de jouer un rôle si important dans la réalisation de ces objectifs en fournissant des personnes qui


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada répondent aux besoins de l’organisation et non pas uniquement aux exigences de l’emploi. Le processus de sélection des candidats du CIC est décrit dans le site Web des cadets du Canada, à l’adresse www.cadets.ca, sous « Joignez-vous à nous », puis « Je veux être instructeur! ». Il comprend une série d’entrevues menées à l’unité (corps ou escadron) et une évaluation diagnostique qui se fait au centre/ détachement de recrutement. Les candidats doivent aussi produire des documents attestant qu’ils satisfont aux critères de citoyenneté, d’éducation, de santé et de sécurité. Il vaut la peine de souligner que les changements qui ont été apportés dans les centres de recrutement ont apparemment eu aussi un effet bénéfique sur la sélection et l’enrôlement des candidats au CIC. Bien qu’elles semblent évidentes, ces observations restent à être confirmées plus objectivement.

Instruction L’instruction vise à étendre les connaissances des officiers et à faire en sorte qu’ils soient mieux à même d’instruire les cadets et de poursuivre les objectifs du programme des cadets. Pour déterminer la formation requise, il faut tout d’abord évaluer les officiers du CIC du point de vue des compétences dont ils auront besoin pour relever les défis qui les attendent, aujourd’hui et demain. Cette évaluation est la seule façon d’établir les besoins des officiers en matière de

formation et de perfectionnement et d’améliorer la planification des ressources humaines de l’organisation. Le projet de modification de la structure des groupes professionnels militaires du CIC a comme mandat d’examiner les besoins des officiers sur le plan de l’instruction et des ressources humaines. Le Comité de rédaction des normes de qualification des officiers du CIC a déjà préparé plusieurs rapports dont l’un définit les tâches de base que les officiers du CIC doivent remplir au niveau d’entrée, c’est-à-dire au grade d’aspirant de marine ou d’élève-officier. D’autres rapports doivent paraître au printemps. Parallèlement, plusieurs politiques et pratiques de gestion des ressources humaines sont en train d’être revues dans le cadre du Projet d’emploi de la Force de réserve (PEFR). Les recommandations du PEFR devraient être disponibles au printemps. Les politiques en cours d’examen sont notamment celles qui intéressent la rémunération, l’évaluation du rendement au niveau du corps ou de l’escadron, les avantages sociaux du personnel en service de classe A, l’emploi à l’extérieur du Mouvement et la gestion de carrière.

Maintien à l’effectif Le maintien à l’effectif est tributaire des facteurs qui poussent le personnel à demeurer au sein

La question du maintien à l’effectif des officiers du CIC devra être étudiée plus systématiquement avant qu’on puisse tirer des conclusions ou envisager un plan d’action précis à son sujet.

On estime généralement que le travail des officiers du CIC est assez différent de celui des membres de la Force régulière et de la Première réserve pour convaincre les officiers du CIC de ne pas déserter le navire. de l’organisation et des possibilités qu’offrent d’autres organisations. Ce phénomène touche les membres de toute organisation, et il est particulièrement marqué dans la Réserve, où les officiers doivent partager leurs temps libres et leurs talents entre le CIC et leurs obligations civiles. Le maintien à l’effectif présente un défi de taille pour la Réserve et il constitue un important domaine d’étude dans la mesure où les FC investissent beaucoup dans les réservistes et espèrent que cet investissement sera « rentable » à long terme. Au point où en est le projet d’accroissement du maintien à l’effectif des réservistes et d’amélioration du recrutement de la Réserve et de la Force régulière, il est difficile de dire si la politique d’ouverture des FC aura ou non un effet sur le maintien en poste des officiers du CIC. On estime généralement que le travail des officiers du CIC est assez différent de celui des membres de la Force régulière et de la Première réserve pour convaincre les officiers du CIC de ne pas déserter le navire. Quoi qu’il en soit, la question du maintien à l’effectif des officiers du CIC devra être étudiée plus systématiquement avant qu’on puisse tirer des conclusions ou envisager un plan d’action précis à son sujet. Le recrutement et le maintien à l’effectif présentent un dénominateur commun. Pour renforcer ce dénominateur, l’organisation doit

attirer et recruter les bonnes personnes, les former comme il faut, les traiter comme il faut, développer leurs compétences et leur offrir des possibilités stimulantes qui les inciteront à continuer de travailler avec ardeur auprès des jeunes. Tout le Mouvement des cadets pourrait alors compter sur des officiers professionnels et des chefs compétents et soucieux d’appuyer le programme des cadets. Il est encourageant de constater que d’importants examens et changements des politiques en cours englobent le CIC et que des progrès appréciables ont été accomplis relativement à notre mandat. Si nous voulons accroître notre capacité de recrutement et de maintien à l’effectif, il faudra que les projets d’examen des politiques continuent d’aller dans ce sens. L’examen de l’instruction nous fournira par ailleurs un certain nombre d’outils et de chaînons manquants qui nous permettront de mieux progresser dans l’examen d’autres politiques. Nous espérons que nous pourrons compter sur votre contribution et nous verrons quant à nous à vous tenir au courant. b – Le capv Bennett est la Directrice – Réserves. Le maj Mendes est l’officier des ressources humaines (CIC) de la Direction.

31


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

On n’arrête pas

le progrès La formation par l’aventure : une mer de possibilités où pêcher pour mettre du piquant dans l’instruction des cadets par le capt Dallas West e programme des Cadets de l’Armée a connu des changements considérables ces dernières années. L’adoption de la formation par l’aventure comme véhicule d’instruction a marqué un bond en avant dans l’évolution et la diversification de notre programme.

L

Ceux d’entre nous qui sommes associés au Mouvement depuis quelque temps déjà n’hésiteront pas à dire que le programme des Cadets promet d’être stimulant et captivant. À penser aux innombrables possibilités qu’offre la formation par l’aventure, on peut presque imaginer ce que ressentait Christophe Colomb quand il a pris la mer en quête du Nouveau Monde. En tant que chefs, nous sommes en train de réécrire l’histoire. Nous sommes devenus des pionniers devant une mer de possibilités. Bref, nous sommes en train de créer un contexte dans lequel les chefs seront limités uniquement par leur capacité d’imaginer des formes d’instruction uniques et stimulantes tout en étant sécuritaires.

comme toute nouvelle mesure, prend un certain temps à atteindre les éléments de la base. Cela ne veut pas dire que les unités locales n’ont pas la possibilité d’offrir cette forme d’instruction si riche et si variée; cela signifie plutôt que, en tant que chefs, nous avons la responsabilité de saisir les possibilités qu’offre la formation par l’aventure. Le général Colin Powell a dit que le leadership est l’art d’obtenir plus qu’il n’est possible en théorie selon la science de la gestion. Nous devons sortir des cadres et adopter une nouvelle attitude à l’égard de l’instruction des cadets. Pouvons-nous relever ce défi apparemment insurmontable? Bien sûr! La formation par l’aventure est la voie de l’avenir, et il n’y a pas de meilleur moment qu’aujourd’hui pour nous y engager.

Les commandants d’unité doivent saisir l’occasion et encourager leur personnel à intégrer des activités d’aventure comme le canotage, le rappel, la course d’orientation Certains diront que, jusqu’ici, et le vélo de montagne (pour n’en les possibilités de formation par nommer que quelques-unes) à l’aventure les plus intéressantes leurs fins de semaine d’instrucont été pour la plupart réservées tion. Nous devons nous rappeler aux cadets supérieurs du niveau que, même si les activités qui régional et national. entrent dans la formation par Il est vrai que la forl’aventure peuvent différer d’une mation par l’aventure, région à l’autre, le résultat

32

L’exercice d’aventure Race Enduro requiert de la part des participants qu’ils s’orientent en terrain accidenté tout en courant, pédalant et pagayant.

obtenu demeurera le même : les cadets seront plus satisfaits du programme. La formation par l’aventure ne vise pas à remplacer la formation obligatoire, elle fournit simplement un moyen d’offrir l’instruction obligatoire d’une manière plus captivante. Pour que nos cadets demeurent intéressés, nous devons leur proposer des activités stimulantes. En fait, la formation par l’aventure mettra à l’épreuve aussi bien les officiers que les cadets, en plus d’améliorer le recrutement et le maintien à l’effectif. Bref, l’adoption d’un programme d’instruction stimulant et varié est la clé du succès de toute unité de cadets.

comportait des exercices de rappel, du canotage, du vélo de montagne, une course d’orientation et une grande randonnée pédestre. En juin, nous avons inscrit un officier et cinq cadets à la course d’aventure Subaru en Alberta. Les participants devaient se livrer à une course d’orientation à pied, en vélo et en canot, sur un terrain très exigeant.

En Saskatchewan, nous avons organisé cinq exercices de formation par l’aventure au niveau du détachement ou de la zone en cinq mois. Les activités ont pris les formes les plus diverses, de la course d’aventure à la plongée autonome en passant par la course d’orientation. Pendant la longue fin de semaine de mai, nous avons organisé un exercice baptisé Défi-aventure auquel ont participé 160 cadets et 40 officiers de tous les coins de la province. Le programme

Mme Eddie Matthew, directeur exécutif de la Ligue des cadets de l’Armée du Canada (Saskatchewan), franchit la ligne d’arrivée lors d’une course d’orientation à Smoky Lake (Alb.), en septembre dernier.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Nous avons aussi été très occupés en septembre. Ce mois-là, nous avons organisé une expédition provinciale de plongée autonome au cours de laquelle 15 cadets et 4 officiers de la province ont obtenu leur qualification de plongeur autonome (niveau de base). La même fin de semaine, 24 cadets, 3 officiers et le directeur exécutif de la Ligue des cadets de l’Armée du Canada (Saskatchewan) ont participé à une course d’orientation à Smoky Lake (Alb.). Enfin, les six meilleurs cadets et deux officiers ayant participé à cet exercice ont

été choisis pour représenter la Saskatchewan au championnat national de course d’orientation au Manitoba, en octobre.

enthousiasme la ligue provinciale, et celle-ci prévoit dorénavant appuyer financièrement au moins une activité par an. Formidable!

Des cadets des quatre niveaux d’étoiles ont participé à ces activités. Nous avons aussi encouragé le plus grand nombre possible d’officiers et de ligues à y participer. La Ligue des cadets de l’Armée de la Saskatchewan a fourni des fonds pour certaines de nos activités de formation par l’aventure. La Ligue a joué un rôle important dans les efforts qui ont été faits pour jeter les bases de l’avenir de la formation par l’aventure en Saskatchewan. La formation par l’aventure

Il serait injuste de demander aux commandants de s’attaquer à la mise en œuvre d’un programme aussi audacieux sans encourager mes pairs à faire leur part. En tant qu’officiers des cadets du secteur, nous devons nous efforcer de vendre le concept de la formation par l’aventure aux officiers et aux cadets des unités. La meilleure façon d’y parvenir consiste à organiser une ou plusieurs de ces activités dans les unités. Planifiez une activité et fixez le nombre de participants de chaque unité. Cela demandera

plus de travail, mais l’effort en vaut bien la peine. Quand vous verrez des sourires éclairer les visages des officiers et des cadets, vous saurez que vous êtes sur la bonne voie. L’avenir de l’instruction des cadets de l’Armée s’annonce très prometteur. J’ai la conviction que les commandants vont tous finir par recourir à la formation par l’aventure pour insuffler une ardeur neuve à un programme qui est déjà fantastique. Une seule chose tempère mon optimisme : je sais que nous devrons donner suite à cet effort en fournissant les encouragements et le soutien nécessaires à sa réussite. Nous devons faire tout ce qui est en notre possible pour aider, là où cela importe le plus. J’ai la certitude que, ce faisant, nous allons porter ensemble le programme à de nouveaux sommets. b – Le capt West est l’officier des cadets du secteur (Terre) de l’Unité régionale de soutien aux cadets (Prairies), détachement de Regina.

Quinze cadets et quatre officiers ont obtenu leur qualification de plongeur autonome (niveau de base) au cours d’une expédition à Lovering Lake (Sask.), en septembre dernier.

33


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

Parlons Web

www.vcds.dnd.ca/cic

Le but n’est pas la perfection, mais la lisibilité par le capt Ian Lambert i l’on a un site Web, c’est pour communiquer sous une forme ou une autre et, pour que la communication s’établisse, il faut que l’information mise dans un site soit accessible à l’utilisateur. Les webmestres et administrateurs Web oublient trop souvent que les gens n’utilisent pas tous le même navigateur. Il importe de créer des sites Web permettant aux utilisateurs d’accéder au contenu et d’avoir une expérience comparable dans le Web quel que soit leur navigateur. C’est en fait beaucoup plus facile qu’on le pense.

S

Il faut d’abord valider son document HTML (langage hypertexte). Valider c’est un peu comme faire une vérification grammaticale dans MS Word. Il faut vérifier la structure des divers marqueurs HTML pour s’assurer que ceux-ci sont utilisés conformément aux normes acceptées dans le secteur d’activité. Si le code est écrit selon les normes, cela maximise sa lisibilité pour le large éventail de navigateurs. Le W3C – l’organisme dirigeant dans le cas des normes de publication dans le Web – fournit un excellent vérificateur dans son site Web, à l’adresse http://validator.w3.org/. Validez jusqu’à la norme HTML 4.01 transitoire qui constitue la norme du gouvernement fédéral. N’oubliez pas de déclarer le type de document et de contenu sur

34

chacune de vos pages <META http-equiv=“Content-type” CONTENT=“text/html;charset =iso-8859-1”> et <!DOCTYPE HTML PUBLIC “-//W3C//DTD HTML 4.01 Transitional//EN” “http://www.w3.org/TR/html4/ loose.dtd”> pour que le vérificateur puisse faire son travail. Les résultats pourraient vous surprendre. Vous constaterez peut-être comme moi que de nombreux éditeurs HTML commerciaux ne sont pas aussi efficaces avec le HTML que nous le pensions au début. Vous pourriez aussi essayer d’installer plusieurs navigateurs sur l’ordinateur dont vous vous servez pour créer votre site Web. Netscape et Internet Explorer sont deux logiciels très spéciaux et un code validé peut paraître différent à chacun d’eux et aux différentes versions de ceux-ci. Même si nous avons pour la plupart une préférence pour l’un ou pour l’autre, nous ne pouvons forcer un utilisateur à utiliser un navigateur en particulier. Les utilisateurs ont aussi leurs préférences et peuvent même ne pas avoir le choix d’utiliser un navigateur plutôt qu’un autre. En règle générale, les versions 5.x et 6.x d’Internet Explorer sont presque identiques, mais il y a, d’après moi, des différences incroyables entre les différentes versions de Netscape, et surtout du point de vue du traitement des marges. On peut télécharger les différents navigateurs gratuitement à partir des sites Web de Netscape et de Microsoft.

Lorsque vous ferez l’essai de votre site Web au moyen de divers navigateurs, vous remarquerez peut-être que les caractéristiques ne sont pas toutes soutenues par tous les navigateurs, et que les caractéristiques utilisées dans un navigateur peuvent produire un effet tout à fait différent dans un autre. L’important c’est qu’un document reste lisible même si une caractéristique précise – dont l’effet de survol en mode texte de Netscape 4.01 est un exemple parfait – ne fonctionne pas bien ou ne fonctionne pas du tout. Vous constaterez peut-être, selon votre degré de compétence en codage, que

les feuilles de style en cascade et messages de détection du navigateur peuvent vous aider à créer des sites Web adaptés à tous les navigateurs et à leurs différentes versions. Si la disposition générale de votre site est semblable peu importe le navigateur et la version utilisés et que le contenu est lisible, ditesvous que vous avez réussi. Dans le cas qui nous occupe, il ne faut jamais viser la perfection. b – Le capt Lambert est l’administrateur national du site Web de la Direction des cadets. Son adresse électronique est lambert.it@forces.ca.


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada

Devenir de meilleurs

officiers Qu’est-ce qui se passe du côté du CIC? par le ltv June Bowser

Si vous êtes intéressé à savoir « ce qui se passe du côté du CIC », cessez vos activités, installez-vous confortablement et lisez ce qui suit. e comité de rédaction des normes de qualification – le projet qui régira à l’avenir la qualité des cours de formation à l’intention des officiers du CIC – s’est réuni à Trenton (Ont.), en novembre dernier. Le projet devrait s’échelonner sur environ six mois.

L

Les normes de qualification guideront la conception, l’élaboration, la mise en oeuvre, l’évaluation et la validation du programme de formation des officiers du CIC au complet. Elles décriront les tâches que les officiers doivent apprendre à accomplir, les conditions dans lesquelles il faut les accomplir et les normes de rendement à respecter pour atteindre les objectifs et se conformer aux exigences du Programme des cadets. Le comité vérifiera chaque liste des tâches des emplois pertinents qui sont définis dans le Rapport d’analyse des Groupes professionnels militaires de mai dernier. Comment avons-nous procédé pour nous rendre là? Certains d’entre vous se souviennent peut-être d’avoir répondu l’an dernier à un long questionnaire demandant de décrire ses tâches. Les renseignements fournis ont

été regroupés dans une liste de tâches pour chaque emploi, ce qui a permis de savoir exactement ce que fait un officier du CIC. La liste précise surtout au reste des FC le travail que fait un officier du CIC et ce que nous pouvons faire! Nous avons constaté que bon nombre des tâches des officiers du CIC sont identiques à celles des autres officiers des FC. Le temps consacré à l’accomplissement de ces tâches est toutefois différent… bien entendu, car nous ne travaillons, pour la plupart, qu’à temps partiel. On trouve ces renseignements dans un document intitulé Description de groupes professionnels militaires du CIC, où l’on énumère toutes les tâches, connaissances et habiletés exigées pour chaque emploi. La plupart des autres emplois des FC sont assortis d’une description de groupe professionnel militaire qui énonce les normes et exigences de rendement s’y appliquant. C’est la première fois qu’un document de ce genre est rédigé pour le CIC. C’est un pas énorme dans la bonne direction! Le comité de rédaction des NORQUAL rédige les documents sur les normes de qualification à

partir des tâches énoncées dans cette description des groupes professionnels militaires. Les membres du comité ont une vaste expérience à tous les échelons des corps et des escadrons, ainsi qu’aux centres d’instruction d’été des cadets. Le ltv Nancy Chisholm représente la Région de l’Atlantique, le capt Karyne Richard, celle de l’Est, le capt Jeremy Bonnar, celle du Centre, le capt Linda Lohmaier, celle des Prairies, le capt Tad Nicol, celle du Pacifique, et le maj David Rodriguez, celle du Nord. Le Comité est présidé par le maj Danny Dinn, de TerreNeuve. Mentionnons parmi les autres membres du Comité le capt Dawn Gillan, Développement de l’instruction, Direction des cadets, le capt Michael Blackwell et moi-même, officiers d’état-major chargés du Plan de mise en oeuvre de la structure des groupes professionnels militaires et le maj John Torneby, representant du Conseil consultatif de la Branche du CIC. Le Comité est sous la direction du maj Serge Dubé du Développement de l’instruction du CIC à la Direction des cadets. Ces personnes se sont réunies pour mettre au point des normes de rendement pour le CIC de l’avenir.

Le comité de rédaction des normes de qualification à Trenton.

Quelle est donc alors la différence? Dans le passé, des membres des régions ayant de l’expérience ont mis au point les cours d’instruction des officiers du CIC d’après ce qui leur semblait important qu’un officier du CIC connaisse. C’était là l’ancienne façon de procéder. Aujourd’hui, nous pouvons élaborer les cours d’instruction des officiers du CIC à l’échelon national en fonction des tâches que les officiers nous ont dit accomplir. Quand je pense aux possibilités et à l’avenir du CIC, je ne peux m’empêcher d’être stimulée. Nous avons une occasion merveilleuse de nous mettre sur la voie du succès continu. Ce projet nous permettra de nous attaquer à de nombreuses questions qui assureront l’avenir du Cadre. Nous continuerons de faciliter des occasions stimulantes et motivantes en vue de l’amélioration de la jeunesse canadienne et par ricochet de toute la société. b – Le ltv Bowser a travaillé auprès de divers corps en Nouvelle-Écosse, dans les centres d’instruction d’été des cadets et au QG de la Région de l’Atlantique avant d’être employée à la Direction des cadets.

35


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

Tâtons le terrain Si le MDN appuyait davantage les cadets, la participation au Programme des prix du Duc d’Édimbourg augmenterait-elle? par le capt Bruce Jarvis rès de 3200 cadets de la Marine, de l’Armée et de l’Air participent à l’échelle nationale au Programme des prix du Duc d’Édimbourg. Un projet visant à déterminer si un appui accru du ministère de la Défense nationale (MDN) ferait augmenter ce nombre est en cours dans la Région de l’Atlantique.

P

Le prix du Duc d’Édimbourg est un programme à participation volontaire et non concurrentielle à des activités pratiques, culturelles et aventureuses conçues pour favoriser le développement personnel et social des jeunes de 14 à 25 ans, sans égard au sexe, à l’origine ou à la capacité physique. Il invite les jeunes à participer

à des activités excitantes, constructives, motivantes et amusantes dans leur temps libre. Le programme a été créé en 1956 par Son Altesse Royale le Duc d’Édimbourg, qui en est le président d’honneur. Le programme comprend trois niveaux progressifs reposant sur l’âge : Bronze pour les jeunes de 14 ans et plus, Argent, pour ceux de15 ans et plus, et Or, pour ceux de 16 ans et plus. Le prix est décerné pour l’accomplissement d’activités dans des domaines désignés : • service communautaire (aider d’autres membres de la collectivité locale)

• habileté (comprend presque tous les passe-temps, habiletés ou intérêts) • loisirs sportifs (sport, danse et conditionnement physique) • expédition (s’entraîner en vue d’un voyage, le planifier et le réaliser) • projet de résidence (l’Or seulement) (réaliser un projet significatif avec des personnes qu’on ne connaissait pas antérieurement). Le programme est bien reconnu par les employeurs et les gens du milieu de l’éducation et il permet aux jeunes de développer un sentiment de satisfaction, de nouvelles habiletés et de nouveaux intérêts, d’être plus

n décembre, Mme Adrienne Clarkson, gouverneure générale du Canada, a remis le Prix Or du Programme des prix du Duc d’Édimbourg à six cadets et à un officier du CIC de la Région de l’Atlantique. C’était la première fois depuis qu’elle a commencé à exercer les fonctions de gouverneure générale et de présidente nationale du Programme des prix du Duc d’Édimbourg en octobre 1999 qu’elle présidait la cérémonie de remise des prix. On la voit ici présenter le Prix Or à l’adjuc Krista Singleton, du Corps de cadets de l’Armée 2895 (Enright Memorial) à St. Catherines (T.-N.). Des prix ont aussi été remis au capt Krista Tucker, officier du CIC et à l’adjuc Matthew Moores du Corps de cadets de l’Armée 2415 (Gonzola High School) à St.John’s, au pm 1 Mark Whiffen du Corps des cadets de la Marine 67 (Windsor) à Grand Falls-Windsor (T.-N.) et à l’adjuc Gregory Davis, l’adjum Jessica Linehan et l’adjuc David Lewis, tous du Corps 2895. Le lcol Tom McGrath, le maj Paul Westcott et le capt (ret) Paul LeBlanc ont aussi été reconnus 36 pour leurs années de service consacrées au programme. b

E

sûrs d’eux et plus autonomes, d’acquérir des compétences en leadership et des qualités de chef tout en leur offrant la possibilité de participer à des aventures excitantes. Mentionnons parmi ses autres avantages l’amitié, l’expérience du travail en équipe, de la résolution de problèmes et de la prise de décisions, une augmentation de la motivation et de l’estime de soi, une formation en communication, l’établissement d’un réseau de relations sur le plan local, national et international et la possibilité de s’amuser. Le projet-pilote lancé dans la Région de l’Atlantique est conçu pour vérifier l’incidence du soutien


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada financier, publicitaire et autre sur les taux de participation au programme. Il permettra d’observer les taux de participation, d’engagement et d’abandon des cadets inscrits au programme, ce qui donnera à son tour au Mouvement un aperçu des meilleurs moyens possibles de faire connaître le programme dans les corps et escadrons de cadets.

Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard, qui ont été regroupées. On a tenu compte du nombre des cadets à l’effectif ainsi que de l’emplacement géographique au moment du choix des unités formant chacun des trois groupes expérimentaux.

Actuellement, les droits d’inscription sont payés de différentes façons par les corps/escadrons et cadets. Parfois les unités les acquittent au moyen des fonds fournis par l’unité ou le répondant, les ligues offrent quelquefois leur aide et, dans d’autres cas, ce sont les cadets eux-mêmes qui doivent les payer. Pour compliquer davantage la situation, les droits varient d’une province à l’autre et dans certaines provinces, il faut payer des droits de renouvellement chaque année.

La participation des unités de cadets du premier groupe expérimental au Programme du prix du Duc d’Édimbourg est financée au complet. Le MDN versera un droit de 15 $ par cadet aux sections provinciales du programme. Ce groupe servira à vérifier l’incidence sur la participation du paiement de tous les frais administratifs du programme par le Mouvement des cadets.

Projet-pilote Le projet-pilote comprend trois groupes expérimentaux distincts comprenant chacun trois escadrons de cadets de l’Air, trois corps de cadets de l’Armée et trois corps de cadets de la Marine qui ont été choisis au hasard dans les quatre provinces de l’Atlantique. La représentation provinciale est identique pour toutes les provinces, sauf dans le cas de deux, soit le

Les corps et escadrons du deuxième groupe ne sont pas financés pour participer au programme. Les unités (ou les cadets eux-mêmes) paient une contribution standard de 15 $ par cadet. Ce groupe, à l’instar du premier reçoit une trousse promotionnelle au sujet du programme. Il permettra de mesurer l’incidence sur la participation d’un programme qui a été bien mis en marché. Les unités du troisième groupe expérimental ne reçoivent pas d’appui financier, ni plus de

On peut se voir décerner le prix du Duc d'Édimbourg en s'entraînant en vue d'une expédition, en la planifiant ou en y participant.

renseignements publicitaires que ce qui est actuellement distribué aux corps et escadrons du pays. Elles constituent le groupe témoin par rapport auquel les résultats des deux autres groupes expérimentaux seront mesurés. Cet essai, conjointement avec des réunions avec des représentants officiels clés du bureau national du Programme des prix du Duc d’Édimbourg, devrait permettre au Mouvement des cadets d’élaborer une stratégie visant à fournir un appui financier, promotionnel et autre au programme à l’échelle nationale. Le lcol Tom McGrath, officier du CIC (armée) du secteur de Terre-Neuve et du Labrador, assure la liaison entre le Conseil national du Programme des prix du Duc d’Édimbourg et le Mouvement des cadets. Le lcol McGrath, qui est membre du Conseil et président de la Division de Terre-Neuve et du Labrador du Programme des prix du Duc d’Édimbourg, affirme que beaucoup d’activités des cadets sont le complément du programme : « Il suffit parfois aux cadets de remplir les formulaires d’inscription

nécessaires avant d’entreprendre l’activité et d’en consigner l’achèvement dans un registre du participant pour obtenir le prix. » Le prix est considéré comme un prix prestigieux pour les jeunes. « Comme dans le cas de tout sujet facultatif du programme des cadets, l’officier du CIC joue un rôle intégral, indique le lcol McGrath. Lorsqu’une unité obtient beaucoup de succès dans le cadre du programme, il y a souvent un officier du CIC de l’unité qui veille et gère le programme en tant que tâche secondaire. » Périodiquement, les conseils provinciaux et territoriaux offrent de la formation au commandement. L’évaluation des résultats du projet-pilote devrait être terminée d’ici juin 2003 et, suivant les résultats, le Mouvement des cadets prendra une décision sur l’étendue de sa participation future au Programme des prix du Duc d’Édimbourg. b – Le capt Jarvis est l’officier des projets spéciaux de l’unité régionale de soutien des cadets (Atlantique).

37


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002

S’adapter à un monde en perpétuel changement par le lt Ginette Thibodeau

es objectifs et la vision du Mouvement des cadets sont le fondement du Programme des cadets. Quatre-vingts membres de tous les niveaux du Mouvement ont pris une semaine de leur emploi du temps chargé pour aider à élaborer un cadre de mise en valeur axé sur la vision pour orienter l’instruction future des cadets sur une voie conforme aux objectifs du programme. Du 25 janvier au 3 février, les officiers des corps et escadrons locaux et des quartiers généraux régionaux et nationaux se sont réunis avec des membres des ligues des cadets de la Marine, de l’Armée et de l’Air en tant que groupe de travail sur les paramètres d’instruction des cadets. Le groupe de travail avait pour objectif de créer un guide pour aider à élaborer un meilleur programme pour les cadets dans le contexte de la jeunesse d’aujourd’hui et de demain.

L

Les leaders des Cadets savent que toute modification du programme d’instruction des cadets aura une incidence sur la façon dont le Mouvement est perçu ainsi que sur le recrutement et le maintien à l’effectif. La nécessité pour le Mouvement des cadets de s’adapter à la société en perpétuel changement afin de conserver sa pertinence est une préoccupation prépondérante.

Demeurer pertinent Les valeurs des jeunes évoluent en fonction des événements qui marquent leur vie, mais leurs activités fluctuent plus que les valeurs fondamentales qui leur sont transmises par la société. Recherches sur la culture des jeunes, une division du Groupe de la culture des jeunes, a fait un sondage auprès des jeunes du Canada, l’an dernier. Le sondage TRENDSCAN aide les entreprises et organismes à comprendre ce que veulent les jeunes. Ce sondage révèle que la musique, les amis et les sports d’équipe intéressent les jeunes de tout le pays tandis que l’importance d’autres facteurs varie selon la région.

38

La vision du Programme des cadets représentet-elle les valeurs qui

ont de l’importance pour les jeunes de 12 à 18 ans d’aujourd’hui? Le leadership et le civisme sont des éléments clés. Le bénévolat prend plus d’importance à l’âge de 14 ou 15 ans alors que les compétences en leadership entrent en jeu vers l’âge de 16 ans. Les jeunes de ce groupe estiment aussi qu’il est important d’avoir beaucoup d’amis. Ils ont tendance à avoir plus d’amis que ceux de la génération précédente. Ils aiment se réunir en groupes. Ils considèrent les jeunes qui sont seuls (surtout dans les annonces publicitaires) comme des perdants. Le multiculturalisme est une valeur importante pour les jeunes. Les ados sont tout à fait d’accord avec l’énoncé du questionnaire de sondage qu’un des meilleurs aspects du Canada est notre façon d’accueillir les gens de races et de cultures différentes dans notre société. Il est crucial d’élaborer un programme qui continue d’attirer les jeunes tout en atteignant les objectifs à court et à long termes du gouvernement fédéral. Le Mouvement des cadets fournit-il les activités que veulent les jeunes? Pour la jeunesse d’aujourd’hui, les sports d’équipe viennent au premier rang. Ce sont les jeunes de 12 et 13 ans qui

Les jeunes aiment se réunir en groupe. (Photo par le Centre d’instruction d’été des cadets à Albert Head)

accordent le plus d’importance au sport. Le soccer et le basket sont les sports les plus populaires auprès des jeunes des deux sexes tandis que le hockey demeure très populaire auprès des jeunes garçons. Les garçons et les filles aiment le défi qu’offrent les activités de plein air, mais la voile est plus populaire auprès des filles et le pilotage auprès des garçons. Les corps et escadrons qui font du recrutement devraient s’assurer de définir les sports en tant qu’élément du Programme des cadets, car ils sont importants pour notre groupe cible de recrues. Les jeunes du centre du Canada souhaitent plus de défis dans le

domaine artistique. Les ados du Québec veulent en savoir davantage sur la musique. Les arts sont aussi très populaires en Ontario et en Colombie-Britannique. Étant donné que les jeunes du Canada ont des intérêts différents, les commandants des corps et escadrons doivent adapter leurs messages de recrutement à la localité. L’éducation est importante. Les jeunes commencent à songer à leur avenir dès l’âge de 12 ans. Ils savent que le coût de l’instruction augmente. Ils veulent de l’aide pour payer leurs droits de scolarité. Même si les jeunes s’inquiètent de savoir où ils


La revue du leadership du Mouvement des cadets du Canada trouveront de l’argent pour leurs projets futurs, l’argent n’est pas une source de préoccupation au cours de l’adolescence. Il est impossible de payer les droits de scolarité de tous les cadets. Les cadets peuvent toutefois acquérir les compétences dont ils auront besoin sur le marché du travail dans le cadre du Programme des cadets.

Le maintien à l’effectif Le maintien à l’effectif est une question importante pour de nombreux corps et escadrons. Il y a de nouvelles recrues, mais elles ne restent pas. Des cadets quittent le Mouvement au cours de la première année, après quelques années et même en tant que cadets supérieurs. Selon les sondages menés auprès des cadets et les groupes de discussion qui se sont tenus en décembre dernier à Halifax, à Montréal (en français), à Toronto et à Brandon (Man.), la plupart des cadets adhèrent au Mouvement sans savoir ce à quoi ils doivent s’attendre. Leurs attentes se forment après leur adhésion. Les cadets peu nombreux qui avaient des attentes voulaient se faire de nouveaux amis, obtenir un permis de pilotage, se tenir en forme et voyager. La plupart de ceux qui ont participé aux groupes de discussion ont dit avoir adhéré au Mouvement lorsqu’ils étaient âgés de 12 ou de 13 ans. La plupart y ont adhéré parce qu’un ami ou un de leurs frères et soeurs en faisait partie. L’instruction a eu peu d’incidence sur leur décision.

des amis. Les activités pratiques, telles que la musique, les cours de pilotage, l’adresse au tir et les sports d’équipe sont très importants pour eux. Dans les groupes de discussion, le Mouvement a été défini comme intégrant la discipline, le sens des responsabilités, l’aptitude physique, l’expérience, l’apprentissage, la reconnaissance de la communauté, l’appartenance, la fierté et le leadership. Les cadets considèrent aussi le fait de susciter un intérêt pour les FC comme un aspect essentiel de l’expérience d’être cadet. Les cadets sont très loyaux envers le programme et sont d’avis qu’il est supérieur aux autres activités pour les jeunes. Ils estiment qu’il est plus amusant de faire partie du Mouvement, qu’ils y reçoivent une meilleure formation et que le programme prépare les jeunes pour l’avenir en faisant d’eux des personnes plus responsables, plus disciplinées (ce qui comprend l’autodiscipline) et plus sûres d’elles qui possèdent une bonne aptitude au leadership. Ils comprennent aussi l’importance de l’aptitude physique et du travail en équipe. Tout n’est pas parfait. Les groupes de discussion ont aidé à faire suite à la page 40

e nouveau cadre aidera à régler quelques problèmes liés au programme qui ont été soulevés par les cadets participant aux groupes de discussion au cours des derniers mois. Les cadets ont proposé que les modifications suivantes soient apportées au programme :

L

• Donner plus de cours pratiques (tir, pilotage, navigation). Les cours en salle de classe sont ennuyeux. • Accroître la prévisibilité (le programme comporte trop d’incertitudes). Les cadets ont de la difficulté à planifier en tenant compte des activités des unités de cadets. • Améliorer et augmenter le matériel disponible à l’échelon de l’unité. • Multiplier les échanges et les occasions spéciales. • Relâcher le code vestimentaire. • Augmenter le nombre des activités interarmées. • Accroître l’entraînement de type militaire, mais diminuer les exercices. • Augmenter les défis à chaque niveau (groupe professionnel) et créer un nouveau programme pour les cadets supérieurs. • Assouplir les règles relatives aux présences.

Comment pensent les adolescents obert Sylwester, professeur en éducation à l’Université de l’Oregon, explique que les adolescents apprennent à utiliser leurs lobes frontaux en développement, qui orientent la pensée et les décisions. L’adolescence est la période où un jeune explore graduellement toute la gamme des problèmes et des solutions liés à la survie que l’autonomie lui présentera plus tard.

R

Selon M. Sylwester, le Mouvement des cadets fournit un bon environnement où les jeunes peuvent explorer et développer leur aptitude à la décision et un milieu sûr où ils peuvent interagir avec les autres et apprendre les uns des autres. Les intérêts des jeunes diffèrent selon leur âge. Cela est attribuable à leur stade de développement intellectuel. À 12 et 13 ans, les cadets en sont toujours au stade de développement du lobe frontal de leur cerveau. C’est la région qui est responsable de nous aider à la prise de décisions complexes et à la résolution de problèmes. Ce groupe s’intéresse aux activités pratiques. À l’âge de 14 et 15 ans, leurs lobes frontaux étant complètement développés, les jeunes commencent à chercher des défis qui exigent plus d’attention. Leur intérêt pour l’apprentissage pratique demeure élevé, mais ils sont aussi enclins à expérimenter l’apprentissage par la découverte. Ils veulent apprendre à mettre en pratique ces nouvelles capacités de raisonnement.

Ce que veulent les cadets Les sondages menés auprès des cadets et les groupes de discussion nous ont révélé que les cadets aiment la plupart des activités prévues au programme et jouissent de leur expérience dans le Mouvement. Ils aiment surtout les programmes d’été, les échanges (les possibilités de voyager), rencontrer des gens et se faire

Ce que veulent les cadets

Le soccer et le basket-ball sont les sports les plus populaires tant chez les garçons que chez les filles. (Photo par le capt Jennifer Lafrenière du Centre d’instruction d’été des cadets à Whitehorse)

Entre 16 et 18 ans, les jeunes ont perfectionné leurs compétences en matière de prise de décisions et de résolution de problèmes. Ils sont impatients d’agir comme chefs autonomes. Ils veulent des responsabilités! L’interaction sociale et l’acceptation sont des besoins communs à tous les groupes d’âge des jeunes. Le programme des cadets a toujours su combler ce besoin depuis sa formation.

39


Cadence • Numéro 5 • Printemps • 2002 suite de la page 39

Les cadets trouvent que le travail en classe est un moyen d’apprentissage ennuyeux

ressortir les aspects les plus faibles du programme d’instruction du Mouvement. Les cadets aiment les centres d’instruction d’été, mais trouvent que le programme d’instruction local laisse à désirer et est trop répétitif. Ce problème est particulier aux cadets qui ont adhéré au Mouvement à l’âge de 12 ou 13 ans. D’autres problèmes, tels que la mauvaise qualité de l’instruction, un manque d’équipement à l’unité et l’insuffisance d’activités pratiques amènent beaucoup de cadets à se désintéresser. Les cadets n’aiment pas le Programme de prévention du harcèlement et de l’abus des cadets, mais le jugent important. Ils trouvent que le travail en classe est un moyen d’apprentissage ennuyeux et que, s’il y a de mauvais instructeurs, cela n’arrange pas grand-chose.

S’adapter pour les générations futures Le cadre établi en février constitue la première étape visant à garantir que le Mouvement répond aux besoins et aux attentes des jeunes du Canada. S’il tient compte de ces besoins et attentes et des propositions des groupes de discussion, ce cadre permettra de s’assurer que l’instruction des cadets sert bien nos jeunes et fournit une base sur laquelle construire un programme encore plus solide pour les générations futures. Le prochain numéro de Cadence fournira plus de renseignements sur les aspects du leadership du programme d’instruction dans le contexte du groupe de travail sur les paramètres d’instruction des cadets. b

À l’horizon « Le développement des qualités de chef est un voyage et non une destination. » Les organismes qui obtiennent le plus de succès dans le monde forment les chefs à tous les niveaux – quel que soit leur rôle ou leur titre. – Le Soderquist Center for Leadership and Ethics, John Brown University, Arizona.

Les quatre caractéristiques les plus admirées du leadership sont l’honnêteté, la compétence, la capacité de se tourner vers l’avenir et la capacité d’inspirer. Nous sommes pour la plupart prêts à suivre les chefs qui manifestent ces traits de caractère. – Extrait traduit librement du livre de James Kouzes et Barry Posner, The Leadership Challenge, acclamé par tous. e Mouvement des cadets du Canada forme-t-il à tous les niveaux des chefs manifestant des traits de caractère qui en inspireraient d’autres à les suivre?

L

Vous être invités à contribuer à notre numéro de l’été, qui portera sur le leadership dans le Mouvement des cadets, y compris les modèles de leadership, la déontologie et la gestion des risques.

40

La date de tombée du numéro de l’été est le 26 avril et celle du numéro de l’automne (qui porte sur le soutien au Mouvement des cadets), le 26 juillet. La rédactrice en chef DOIT être informée des articles prévus.


2002 1