4 minute read

Eurométropole de Strasbourg

UNE PANOPLIE D’ACTIONS POUR REDONNER VIE AUX COURS D’EAU

Thierry Schaal, outre ses fonctions de maire de Fegersheim depuis 2014, est vice-président de l’Eurométropole de Strasbourg en charge de l’eau, de l’assainissement et de la Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations (GEMAPI). Sa mission principale est la renaturation des cours d’eau et il ne faut pas le pousser beaucoup pour qu’il devienne très disert sur un sujet qui, manifestement, le passionne…

Advertisement

La fonction qu’occupe Thierry Schaal transcende à l’évidence les courants politiques et il est patent que cette gestion des cours d’eau de l’Eurométropole a toujours été une source d’attention pour les élus, au fil du passé. « Il y a bien sûr une nécessité constante » souligne Thierry Schaal. « Elle se matérialise dans le cadre d’un aspect réglementaire qui prévoit que le cours d’eau, à un certain moment, doit être retravaillé pour des raisons techniques et administratives, le reméandrage ou le travail sur les berges, mais aussi, et c’est important, pour être remis à la disposition des publics, à certains endroits pour pratiquer des sports, je pense au canoë ou, à d’autres endroits, pour plus simplement pouvoir y nager ou y pêcher. Concernant l’état général de nos cours d’eau sur le territoire eurométropolitain, je dirais que nous sommes en devenir sur le retour au bon état écologique global. Notre priorité est de mettre en œuvre un maximum de bassins de rétention capables de recueillir un maximum de pluies d’orage, ces premières pluies qui lessivent les voiries, je dirais… Par ce biais, les eaux vont se purifier en s’infiltrant peu à peu, et nous

pourrons les laisser ensuite retourner aux cours d’eau.

Tout cela s’est construit dans un schéma directeur d’assainissement doté d’une centaine de millions d’euros qui a été décidé lors du mandat précédent et qui se terminera aux alentours de 2027/2028 où nous pourrons alors évaluer, dans le cadre de la directive-cadre de loi sur l’eau, les paramètres de retour au bon état écologique global dont je parlais à l’instant, c’est-à-dire la réduction de l’impact humain sur le milieu naturel… »

REMÉANDRAGE ET INNOVATION

En matière de projet devant permettre d’optimiser considérablement les paramètres eurométropolitains, il y a la mise en œuvre d’une nouvelle station d’épuration. « Les travaux débuteront en 2025 » précise l’élu, « la station se situera au sud du ban communal d’Illkirch-Graffenstaden, elle devrait être opérationnelle en 2027 ou 2028. Elle permettra d’améliorer notre réseau d’assainissement et de diminuer les rejets naturels que nous constatons au niveau de nos cours d’eau

« CONCERNANT L’ÉTAT GÉNÉRAL DE NOS COURS D’EAU SUR LE TERRITOIRE EUROMÉTROPOLITAIN, JE DIRAIS QUE NOUS SOMMES EN DEVENIR SUR LE RETOUR AU BON ÉTAT ÉCOLOGIQUE GLOBAL. »

Thierry Schaal

quand les réseaux sont saturés et que l’eau s’échappe par les bassins d’orages. Il nous faut strictement réduire ces rejets, c’est une obligation réglementaire qui nous échoit pour l’horizon 2027… »

Par ailleurs, l’Eurométropole s’est engagée dans un immense travail concernant la renaturation de ses cours d’eau. « C’est en effet tout le retravail que nous faisons sur leur linéaire, on agit énormément sur ce que nous appelons le reméandrage, c’est-à-dire la mise en œuvre de “virages” qui permettent de réduire la vitesse d’écoulement pour éviter que le lit du cours d’eau ou les berges soient ravinés. On fait en sorte que la nature reprenne un peu le dessus sur toutes les actions que l’homme a pu exercer depuis, disons, les années quatre-vingt… »

Tout cela nécessite bien sûr de faire appel à la mémoire grâce à des cartes qui existent dans chaque commune voire dans des ouvrages que les différentes collectivités ont conservés. « On voit ainsi très bientôt ce qu’il faut retravailler, notamment dans le cadre de la prévention des inondations… »

Tout cela mobilise bien sûr d’importantes sommes d’argent, à grands coups

« IL FAUT VRAIMENT ALLER AVEC PRÉCISION SUR LE TERRAIN À LA RENCONTRE DES HABITANTS QUI VIVENT DANS CES ENDROITS-LÀ… »

d’études à réaliser et de la création de zones d’expansion de crues capables d’anticiper les effets des phénomènes naturels qui entrainent notamment l’acquisition de parcelles privées. « On est dans de la véritable dentelle » souligne Thierry Schaal, c’est un domaine où on ne peut pas avoir une vue macro. Il faut vraiment aller avec précision sur le terrain à la rencontre des habitants qui vivent dans ces endroits-là… »

Dans ce domaine, les règles « s’empilent de plus en plus, les dossiers sont de plus en plus difficiles à préparer », tout cela pour que les projets entrent bien dans les grandes lignes directrices du Plan EauClimat, permettant aux collectivités de déclencher les financements.

Sans oublier l’innovation, comme cette « voirie infiltrante », un macadam poreux permettant à l’eau de pluie de s’infiltrer naturellement. « Ce n’est pas beaucoup plus cher qu’un enrobé classique » précise Thierry Schaal en remettant sa casquette de maire de Fegersheim, sa commune ayant été une des premières à tester cette nouvelle solution.. a