Page 1

dossier pédagogique saison 2012-2013

Mathieu

Guilhaumon

Peer

Gynt création

En deux mots Accompagné de la fameuse partition orchestrale d’Edvard Grieg, Mathieu Guilhaumon revisite le « poème dramatique » d’Henrik Ibsen où se mêlent truculence populaire et questionnement philosophique, féérie et réalité.

Contacts Flora Klein • tél + 33 (0)3 88 75 48 54 • courriel • fklein@onr.fr Hervé Petit • tél + 33 (0)3 88 75 48 79 • courriel • hpetit@onr.fr Opéra national du Rhin • 19 place Broglie BP 80 320 • 67008 Strasbourg Photo www.benoitpelletier-diabolus.fr


P Chorégraphie Mathieu Guilhaumon Musique Edvard Grieg

Ballet de l’OnR Spectacle présenté avec des musiques enregistrées

Décors et costumes Christelle Reboulet Lumières Thierry Robert

mulhouse

Colmar

illkirch

je 13 juin 14 h 30 * et 20 h ve 14 juin 14 h 30 * et 20 h

je 20 juin 14 h 30 * et 20 h 30 ve 21 juin 14 h 30 * et 20 h 30

je 27 juin 14 h 30 * et 20 h 30 ve 28 juin 14 h 30 * et 20 h 30

la sinne

la manu

Durée approximative : 1 h 15 Conseillé à partir de 6 ans : élémentaire, collège et lycée * Représentations réservées aux groupes scolaires : réservations département jeune public

l’illiade


Peer Gynt Loin bien loin, tout au nord, dans un pays de fjords, en Norvège, un jeune homme d’à peine vingt ans rêve de devenir prince, roi ou même – on ne se refuse rien – empereur ! Menteur, prétentieux, effronté et discourtois, il sacrifie tout à son ambition. Son cas s’aggrave : enlèvement de jeune fille, tractations douteuses avec une sorcière, affrontement à main armée avec le roi des trolls… Rien ne l’arrête. Au cours de ses voyages, il exerce toute sorte de métiers mais jamais ceux de prince, roi ou empereur. Peut-être finira-t-il par comprendre que la vie recèle bien d’autres trésors…

La collaboration entre le compositeur et l’auteur C’est Henrik Ibsen qui demande à Edvard Grieg, de dix ans son cadet, de composer une musique d’accompagnement pour sa pièce. Une partie des numéros écrits en 1888 seront retravaillés et livrés en 1891 par Grieg. Les deux suites portent respectivement les numéros (opus) 46 et 55. En concert, elles sont chaque fois ovationnées jusqu’à nos jours où le Morgenstemning (Atmosphère matinale) fait partie de la culture populaire.

Synospis Peer Gynt a une vingtaine d’années. Il est à la recherche d’une vie idéale bien loin de ce monde et tente par tous les moyens d’arriver à ses fins, érigeant le mensonge comme un dogme. Il est sur le point d’obtenir la main de la jeune et fidèle Solveig. Il enlève et abuse d’Ingrid lors de son mariage. Voilà Peer Gynt contraint de fuir son village natal. Il rencontre une des filles du roi de Dovre, qui est séduite et l’entraîne dans le monde des trolls et des démons. Il rencontre ainsi le roi des montagnes de Dovre, dont les autres filles sont des gnomes. Afin d’épouser la princesse et d’accéder à la gloire, il souscrit à la devise des trolls : « Suffis-toi toi-même », et abandonne sa condition d’humain. Sa vie semble basculer quand il prend la fuite. Il vagabonde dans les montagnes, dévoré d’ambition et d’orgueil. Il retrouve Solveig qui erre elle aussi par monts et par vaux. Peer rentre chez Åse, sa mère, qu’il trouve moribonde. Dans son esprit, il transforme la mort en chevauchée fantastique. Il emporte lui-même au paradis l’âme de sa mère et la confie à Saint Pierre, puis quitte la Norvège. On retrouve Peer Gynt près de vingt ans plus tard en Afrique, au Maroc où il a fait fortune. Devenu marchand d’esclaves, il est considéré comme gardien de l’éthique et comme un exemple de vertu. Il est en fait un débauché que l’argent a corrompu. Projetant un retour grandiose, il prépare un navire qui déborde de richesses. Mais le bateau est volé par son associé en affaires et coule, emporté par la tempête. Peer, redevenu vagabond, survit entre les bêtes de la brousse, partage sa vie avec des singes et devient prophète d’une tribu d’hommes primitifs. Il se tourne alors vers Dieu. Il a affaire aux trolls, se retrouve dans le désert et se réfugie dans une oasis. Il visite l’Arabie et séduit la belle Anitra. Mais elle lui vole ses derniers biens. Peer finit dans un asile égyptien au Caire. Il se proclame « empereur des fous ». Il voit en songe Solveig dans son pays natal. Peer prend le bateau pour renter au pays. Il fait la connaissance du mystérieux fondeur de boutons. Celui-ci est sensé reprendre son âme pour la rendre au maître de toute chose. Mais comme il n’est qu’un bouton mal fait, il faut le refondre dans le grand chaudron. Peer se révolte contre ce constat et cette décision. Le navire fait naufrage en cours de route. Vieux, pauvre, il retrouve sur sa terre natale la fidèle Solveig, qui elle aussi a vieilli. Elle le console et le berce tandis qu’il se meurt. Elle lui murmure alors : « Ton voyage est fini, Peer, tu as enfin compris le sens de la vie, c’est ici chez toi et non pas dans la vaine poursuite de tes rêves fous à travers le monde que réside le vrai bonheur. »

poème dramatique

féérique

aventure


« Suffis-toi toi-même » Le personnage de Peer Gynt est fantasque, rêveur, poète, il est aussi voleur, imbus de sa personne, roublard, menteur, voire même violent. Sa rencontre avec tous les personnages de son épopée est l’occasion d’une adaptation et d’un enrichissement ou de pertes, qui peuvent d’ailleurs être purement pragmatiques. Les personnages qu’il croise sur son chemin sont l’occasion de poser la question de l’identité : « Qu’est-ce qu’être soi-même ? » : est-ce être marginal, capitaliste, prophète ou même au dessus des lois de la nature et des humains ? Revenu au point de départ, en Norvège, il constate la vacuité de l’existence et se rattache à celle qui n’a cessé de l’aimer. Est-ce grâce à elle qu’il a pu vivre toutes ces aventures ?

Les personnages de la pièce ▪ Åse,veuve d’un paysan, mère de Peer ▪ Peer Gynt, son fils ▪ Deux vieilles femmes ▪ Aslak, un forgeron ▪ Les invités de la noce ▪ Un maître cuisinier ▪ Un violoniste ▪ Un homme et une femme ▪ Solveig, leur fille ▪ Helga, la jeune sœur de Solveig ▪ Le fermier de Hægstad ▪ Ingrid, sa fille ▪ Le jeune marié ▪ Les parents du marié ▪ Les trois crémières ▪ Une femme vêtue de vert ▪ Une princesse troll ▪ Le vieux de la montagne, roi des trolls dit Roi de Dorve, massif de montagne norvégien

▪ La cour des trolls ▪ Les jeunes trolls, garçons et filles ▪ Un couple de sorciers ▪ Lutins, ondines, gnomes, etc. ▪ Un vilain garnement ▪ Le Grand Courbe, la voix dans les ténèbres : troll qui a l’aspect d’un serpent gluant et qui est un obstacle pour les voyageurs ▪ Kari, la femme d’un métallier ▪ Master Cotton ▪ Monsieur Ballon ▪ M. von Eberkopf ▪ M. Trumpeterstrale ▪ Gentlemen voyageurs ▪ Un voleur ▪ Un receleur ▪ Anitra, fille d’un chef bédouin ▪ Des Arabes ▪ Des esclaves ▪ Des danseuses

1876

Henrik Klausen dans le rôle de Peer Gynt pour la première au Théâtre national de Christiania le 24 février 1876

▪ La statue de Memnon ▪ Le Sphinx de Gizeh ▪ Le docteur Begriffenfeldt, directeur de l’asile d’aliénés du Caire ▪ Huhu, un réformateur de la langue de la côte de Malabar ▪ Hussein, un ministre oriental ▪ Plusieurs fous et leurs gardiens ▪ Un skipper norvégien ▪ Les membres de l’équipage ▪ Un étrange passager ▪ Le pasteur ▪ Des gens dans un cortège funèbre ▪ Le ministre du culte ▪ Le mouleur de boutons ▪ Une personne maigre

2012

Grégoire Daujean, danseur au Ballet de l’OnR, dans le rôle de Peer Gynt Essais juin 2012 - photo Nis & For


à propos de la pièce Peer Gynt d’Henrik Ibsen Peer Gynt est désigné par Ibsen lui-même comme un poème dramatique. C’est le rythme des répliques et des séquences, c’est l’alternance de dialogues qui crépitent et de longs monologues, c’est l’invraisemblable chaos des situations et c’est enfin le dessein d’Ibsen d’exprimer théâtralement non seulement sa connaissance des différents courants de pensée de son époque (Kant, Hegel, etc.), mais aussi son point de vue personnel sur ces diverses théories. Peer Gynt est un conte philosophique. Peer Gynt est un homme qui n’hésite pas à regarder différentes facettes de son « moi » en les pelant comme un oignon sans jamais en trouver le noyau. Source : résumé et couverture de l’édition Flammarion datant de 1999

Les trolls Les trolls font partie de la mythologie nordique. Ce sont à l’origine des géants incarnant les forces naturelles. On peut les comparer aux Titans. La croyance de leur existence persiste malgré la christianisation des pays nordiques. Ils sont devenus dans l’imaginaire collectif des petits êtres qui agissent notamment dans la structure accidentelle du paysage. Le mot français « drôle » serait issu de leur nom.

Grégoire Daujean, danseur au Ballet de l’OnR, en Peer Gynt Essais juin 2012 - photos Christelle Reboulet


Grieg Edvard

Edvard Grieg naît à Bergen en Norvège le 15 juin 1843, d’une famille aisée, son père étant commerçant et consul d’Angleterre. Il étudie le piano dès l’âge de 6 ans. Ses premières compositions datent de 1858, date à laquelle il rentre au Conservatoire de Leipzig où il a des professeurs remarquables. Il le quitte en 1862 après avoir présenté ses Quatre pièces pour piano (opus 1) à l’examen. Il rencontre le maître de l’école romantique scandinave Niels Gade, ami de Félix Mendelssohn et de Robert Schumann, puis il s’associe aux compositeurs Nordraak, Christian Frederik Horneman et Gottfred Matthison-Hansen pour fonder le groupe « Euterpe », qui promeut la musique scandinave. à Oslo, ville alors appelée Christiana, il fonde l’Académie norvégienne de musique et milite en faveur d’un art national. En 1866, Grieg visite Leipzig et se rend à Rome où il rencontre pour la première fois Henrik Ibsen qui y vit. Avec le critique Otto Winter-Hjelm, il crée la fondation de l’ Académie Norvégienne de Musique qui ouvre ses portes en 1867. Cette même année, il se marie avec Nina Hagerup, sa cousine. En 1868, il rencontre Liszt qui l’invite à Weimar. Pianiste et chef d’orchestre, il parcourt l’Europe pour diffuser sa culture à travers des concerts. En janvier 1874, Ibsen lui demande de composer la musique de scène pour Peer Gynt. à Sandviken, mais aussi au Danemark et à Leipzig, il se consacre à cette composition. La partition est achevée en juillet 1875, la première de Peer Gynt a lieu le 24 février 1876. Il est de 1880 à 1882 chef à la Société Philharmonique de Bergen. Il compose beaucoup et accomplit une tournée de concerts en Allemagne et en Hollande. Sa femme et lui s’installent dans leur maison en 1885. Il partage sa vie entre la composition, les concerts et ses amis. En 1891, il devient membre et correspondant de l’Institut de France. En 1893, il est docteur honoris causa à Cambridge. En 1896, à l’occasion de concerts à Leipzig ou Vienne, il rencontre Brahms. En 1898, il organise et dirige le premier festival de musique norvégienne à Bergen. En 1906, il est nommé docteur honoris causa à Oxford. Il meurt à Bergen le 4 septembre 1907.


g

Henrik Ibsen naît le 20 mars 1828. Il quitte le domicile familial en 1843 pour s’installer à Grimstad, où il travaille comme préparateur en pharmacie. Marqué par la révolution de 1848, il écrit cette année-là sa première pièce, Catilina, publiée en 1850 à compte d’auteur et enfin jouée pour la première fois en 1881 à Stockholm. Le 1er avril 1850, il se rend à Christiana (Oslo), y passe son baccalauréat et entre à l’université. Il entame une nouvelle pièce, Le Tertre des guerriers. Le 26 septembre 1850, elle est jouée pour la première fois alors qu’il écrit sous le pseudonyme de Brunjolf Bjarme. En 1851, il publie Norma, et s’intéresse à la politique. La même année, il accepte le poste de directeur artistique au Norske Theater de Bergen, où il s’installe. Il voyage à Copenhague et Dresde, pour se familiariser avec les techniques du théâtre. En 1858, il épouse Suzannah Thorensen et devient conseiller artistique au Christiana Theater. En 1860, une bourse du gouvernement lui est refusée et les demandes répétées pour sa démission le plongent dans la dépression. En 1862, le Christiana Theater ferme ses portes. Il voyage notamment dans l’Ouest de la Norvège, et s’y documente sur les légendes populaires scandinaves. En 1864, il gagne Rome et ne revient en Norvège que vingt-sept ans plus tard. Il voyage en Europe : Allemagne, Autriche et Italie, et son écriture s’oriente vers le réalisme social. En 1866, il publie Brand, une pièce destinée à la lecture. Le succès est au rendez-vous. L’année suivante, il fait publier Peer Gynt. Une Maison de poupée, publié en 1879, obtient un succès international. En 1881, Les Revenants, qui aborde maladies vénériennes, inceste et euthanasie, est vivement critiqué. Entre 1882 et 1888, il publie quatre pièces qui font sa renommée : Un Ennemi du peuple, Le Canard sauvage, Rosmersholm, un chefd’œuvre, puis La Dame de la mer. Il est de retour en Norvège en 1891. Ses 70 ans sont célébrés dans toute l’Europe. Ses œuvres complètes sont éditées et des représentations de ses pièces sont jouées dans tous les plus grands théâtres. En 1900, victime d’une attaque cérébrale, il cesse d’écrire. Il décède le 23 mai 1906.

Ibsen Henrik


biographies Mathieu Guilhaumon, Chorégraphie Né en 1979 à Perpignan, il débute sa formation au Conservatoire national de danse de Perpignan puis a l’école de danse Martine Limeul et Matt Mattox de la même ville et à l’Alvin Ailey American Dance Center de New York. Il intègre l’école atelier Rudra Béjart à Lausanne et le Groupe 13, formé par Maurice Béjart. En 2001, il rejoint le Stadttheater Bern Ballet, où il danse les ballets de Félix Duméril, Jiří Kylián, Stijn Cellis et Jo Strømgren, entre autres ; il y chorégraphie également les pièces Entertaining Angels, en 2002, et Le Humane Passioni en 2004, dans le cadre des Soirées Jeunes chorégraphes et assiste la chorégraphie de la comédie musicale Hello Dolly en 2003. Il passe ensuite un an au Ballet Theater Augsburg et participe à une production avec la compagnie Karine Saporta à Paris. Mathieu Guilhaumon intervient depuis 2004 dans différents stages internationaux, assurant les ateliers pratiques autour de la danse. Il rejoint le Ballet de l’Opéra national du Rhin comme danseur en 2006. Au Ballet de l’OnR, il chorégraphie Le Jardin du prince en 2009, il participe à la chorégraphie de Danseurs et magiciens en 2010, réalise Songe... d’une nuit d’été en 2011 et Tea for six (or ten) en 2012. Il réalise également la chorégraphie de Der Rosenkavalier, mis en scène par Mariame Clément, en 2012.

Christelle Reboulet, Décors et costumes Issue de l’atelier scénographie à l’École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg, Christelle Reboulet mène un parcours à plusieurs facettes. Parallèlement à son poste de dessinatrice conceptrice en agencement de commerces pour la Centrale Système U Est, elle participe à de nombreux projets destinés au jeune public dans les domaines de la danse, du livre et du cinéma. En 2006, elle crée le story-board et les personnages du film d’animation Le Costume de papa produit par Sarafilm. Elle réalise les illustrations et la conception graphique du livret destiné au jeune public Le Métier de Mathis avec l’OnR en 2006, les illustrations des livres Mon petit frère qui n’est jamais né de Sylvie de Mathuisieulx et Le temps qui court de Corinne Albaut aux éditions de l’Oxalide (Nancy) en 2010. En 2007, se noue une collaboration féconde entre la dessinatrice et le Ballet de l’OnR. Elle conçoit les costumes des ballets L’Histoire du soldat et Le Carnaval des animaux pour l’édition de Rêves 3, Mathis le danseur pour l’édition de Rêves 4, Pierre et le loup pour Rêves 5, Danseurs et magiciens pour Rêves 6, et Songe… d’une nuit d’été pour Rêves 7. Elle réalise également les décors et costumes de Tea for six (or ten) au Ballet de l’OnR en 2012.


Arts du son

▪ Les suites orchestrales de Peer Gynt ▪ La « chanson de Solveig » ▪ Les contrastes de tempo et de caractère des différentes parties ▪ Musique descriptive ou narrative ▪ Le romantisme

Arts du langage

▪ La pièce d’Ibsen, le conte philosophique ▪ Une histoire fantastique ▪ L’anti-héros

Arts du spectacle vivant

▪ La chorégraphie de Mathieu Guilaumon

prolongements pédagogiques

s


Dossier pédagogique Peer Gynt  

Dossier pédagogique Peer Gynt

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you