Issuu on Google+

Forêt dense de l’Est Cameroun © PALLISCO

L’AFD ET LE SECTEUR FORESTIER AU CAMEROUN

Appuyer la gestion durable des forêts et de la biodiversité


APPUYER LA GESTION DURABLE DES FORÊTS 

Le Cameroun 43 % de la superficie du Cameroun soit 22,5 millions d’hectares sont couverts de forêt dont 16,9 millions d’hectares de forêts denses. Le pays se positionne ainsi comme le troisième massif forestier du Bassin du Congo après ceux du Gabon et de la RDC. Le Cameroun recèle une variété d’habitats forestiers, comprenant d’une part un domaine forestier permanent et d’autre part le domaine non-permanent, présentant une riche diversité biologique : mammifères, oiseaux, reptiles et plantes supérieures. Le secteur forestier est d’une importance fondamentale pour le Cameroun. Il contribue à plus de 6 % du PIB. Les exportations de produits forestiers représentent environ 30 % des exportations nationales non pétrolières. La contribution du secteur à l’emploi est significative : environ 13 000 personnes dans le secteur formel et 150 000 dans le secteur informel. La production nationale totale formelle de bois d’œuvre en 2011 serait d’environ 2,3 millions m3 équivalent bois rond à travers l’octroi de différents titres d’exploitation forestière. Environ 75 % des surfaces concernées par ces titres constituent des « Unités forestières d’aménagement » (UFA), dont l’exploitation est concédée au secteur privé selon des règles garantissant leur gestion durable. Pour renforcer la protection de son patrimoine forestier et faunique, le Cameroun, au sortir de la conférence internationale de Rio de Janeiro sur la forêt en 1992, a procédé à une revue de sa politique forestière et de ses instruments de pilotage et de planification stratégique. Malgré ces réformes, le secteur forêt et faune au Cameroun se heurte encore à certaines menaces : braconnage, interférence des activités minières, absence de données statistiques fiables, insuffisantes capacités humaine et matérielle de l’administration et croissance des surfaces agricoles. Ces menaces sont responsables de 80 % de la disparition du couvert forestier au Cameroun.

AMÉLIORER LA QUALITÉ DES PLANS D’AMÉNAGEMENT FORESTIER 20 ans d’intervention de l’AFD dans le secteur forestier dans le Bassin du Congo ont permis de renforcer l’aménagement des forêts comme l’un des outils essentiels à la réduction durable de la déforestation et l’amélioration des performances socio-économique et environnementale du secteur.

© Francis Lauginie

Dans le cadre du second appui du premier C2D au programme sectoriel forêt environnement (PSFE), l’AFD finance à hauteur de 7 Mds FCFA (10,7 M€) un projet de trois ans (2013-2015) portant sur l’aménagement et le suivi du couvert forestier en lien avec la stratégie REDD+. À la fin du projet, il est notamment attendu : le renforcement des capacités de plus de 230 agents de l’administration forestière ; des gestionnaires forestiers du secteur privé et des étudiants en master bénéficieront de formations sur les thématiques liées à l’aménagement des forêts ; la mise en place d’un observatoire économique de la filière forêt et faune pour améliorer la connaissance de la filière et développer des outils d’aide à la prévision et à la décision ; d  ans le prolongement de l’aménagement, le développement de la certification des concessions forestières ; des manuels et des formations seront réalisées pour encourager les plus petits opérateurs à avancer à moindre frais dans le processus de certification.

Bois Certifié FSC à l’exportation

Par ailleurs, l’AFD a accompagné par des financements adaptés des entreprises (et notamment la société Pallisco) dans la mise en place de plans d’aménagement durable de leurs concessions et l’obtention d’une certification forestière reconnue au niveau international. Le dispositif de garanties ARIZ, mis en œuvre en partenariat avec des banques camerounaises, favorise l’octroi de crédits aux PME du secteur forestier.


APPUYER LA MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME SECTORIEL FORÊT ENVIRONNEMENT (PSFE) 13,6 Mds FCFA (20,7 M€) ont été mobilisés dans le cadre du premier contrat de désendettement développement (C2D) entre la France et le Cameroun pour la mise en œuvre du Programme sectoriel forêt environnement (PSFE), qui fédère les financements de l’État camerounais et de ses partenaires. Par ces financements, l’AFD a contribué à hauteur de 6,6 Mds FCFA (10 M€) aux mécanismes de financements communs du PSFE. Ce montant a été réparti à parts égales entre un fonds commun et de l’appui budgétaire. La contribution de l’AFD au fonds commun aux côtés d’autres bailleurs aura permis la réalisation d’une large gamme d’activités, parmi lesquelles on peut citer : la mise en place d’un système national d’informations environnementales disponible en ligne (www.‌sie-cameroun.‌com)  ; l’appui au processus d’élaboration, d’actualisation des lois et réglementations dans le secteur ainsi que le classement et l’aménagement de plus de 65 unités forestières d’aménagement pour une superficie d’environ 5 392 133 ha ; l’appui à la mise en place de brigades nationale et régionales de contrôle forestier et faunique, ainsi que le renforcement de leur équipement technique ; l’appui à l’élaboration d’un système de suivi écologique pour dix aires protégées ; l’appui à la réhabilitation de quatre structures nationales de formation ; le renforcement des capacités de plus de 1 000 agents du MINFOF et du MINEP sur des thématiques diverses (FLEGT, changement climatique, écotourisme, contrôle forestier, élaboration et suivi de la mise en œuvre des plans d’aménagement…) ;

© Pallisco

d  ’importantes études réalisées en appui à la prise de décision dans le secteur.

Pratique de techniques d’exploitation forestière à impacts limités par des professionnels

Par ailleurs, l’appui budgétaire mobilisé par le C2D a permis de renforcer les capacités institutionnelles et matérielles de l’administration forestière à travers la construction et l’équipement de 8 délégations régionales des forêts et de la faune et la fourniture de matériels roulants et de 2 400 tenues d’éco gardes forestiers.

© Amy Pokempner

ET DE LA BIODIVERSITÉ

Chimpanzés dans leur habitat naturel

APPUYER LA PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ ET LES MÉCANISMES INNOVANTS DE FINANCEMENT La réserve forestière de Deng Deng, située à proximité du projet de barrage-réservoir de Lom Pangar dans la région de l’Est du Cameroun, est peuplée de gorilles, espèce figurant sur la liste rouge des espèces en danger établie par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). L’AFD a octroyé une subvention de 492 M FCFA (750 000 €) qui a permis de créer le Parc national de Deng Deng afin de protéger les gorilles des braconniers et de l’installation des ouvriers du barrage. Ce financement a aussi contribué à améliorer l’état des connaissances scientifiques sur les grands primates. Dans le cadre du financement par l’AFD du plan de ­gestion environnemental et social (PGES) du barrage de Lom Pangar, 3,3 Mds FCFA (5 M€) sont, en outre, consacrés à la gestion du massif forestier de Deng Deng. L’AFD a participé, en 2011, à hauteur de 2 Mds FCFA (3 M€) à la capitalisation de la Fondation du Tri-National de la Sangha, aires protégées contiguës au Congo, à la République centrafricaine et au Cameroun. Par ce concours, l’AFD a contribué à la mise en place d’un mécanisme de financement particulièrement innovant, dont le modèle pourrait être répliqué.

RENFORCER LA PERFORMANCE DES INSTITUTIONS SECTORIELLES À la demande du MINFOF et du Secrétariat exécutif de la COMIFAC, l’AFD a mobilisé 1,75 M€ (1,1 Md FCFA) pour leur apporter un appui institutionnel à travers la mise en place d’une assistance technique internationale permanente au niveau national (MINFOF/MINEPDED) et régionale (SE COMIFAC). Au niveau régional, la subvention de l’AFD pour cette mission d’assistance technique a permis : d  ’accompagner cinq pays (Cameroun, Congo Brazzaville, République démocratique du Congo, République centrafricaine, Gabon) dans le processus de négociation et de signature de l’accord volontaire de partenariat avec l’Union européenne sur le FLEGT (Forest Law Enforcement, Governance and Trade) ; la mise en place d’un groupe de travail régional apportant un appui-conseil à la COMIFAC sur les sujets liés à la gouvernance forestière ; le développement d’outils d’appui organisationnel et institutionnel auprès du SE de la COMIFAC. Au niveau national, la mission d’assistance technique auprès du MINFOF a contribué entres autres à (i) la traduction dans les textes nationaux des conventions internationales sur l’environnement, (ii) la constitution de bases de données sur le secteur et (iii) la mise en place d’un plan d’action d’urgence sur les aires protégées.


© WCS Cameroon

Pour préserver les forêts du Bassin du Congo, 2e poumon de la terre, une subvention de 6,2 Mds FCFA (8,5 M€) a permis de mettre à disposition des pays de la sous région des images satellitaires pour le suivi du couvert forestier. Par ces images, les pays disposeront des informations utiles pour la mise en œuvre de leur stratégie nationale de lutte contre le changement climatique, et en particulier pour la mise en place du mécanisme de réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+). La licence d’utilisation des images satellitaires Spot pour le suivi du couvert forestier au Cameroun a ainsi été signée en juin 2012 entre le MINEPDED et la société française Astrium. Cette licence permet au ministère d’utiliser les produits SPOT et de les mettre à disposition des utilisateurs finaux de REDD+.

AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT (AFD)

De manière complémentaire, l’appui financier de l’AFD au processus REDD+ à travers le PSFE permettra : la création d’un centre de ressource pour le traitement et la diffusion d’images satellitaires qui seront fournies par Astrium et par le projet « Surveillance de l’environnement assistée par satellite » (SEAS) au Gabon ; la création d’un centre de compétence en télédétection pour la recherche, la formation et le développement de services opérationnels pour le suivi des forêts et de l’environnement au Cameroun ; la mise en place d’un système de mesure, notification et vérification (MNV), et des projets pilotes REDD+ permettant de tester des méthodologies au niveau local ; l’accompagnement de 3 institutions de formation (ENEF, Dschang, CRESA Forêt Bois) pour des formations spécifiques destinées à créer une expertise nationale dans le domaine de la télédétection appliquée au secteur. L’AFD a par ailleurs consacré 6,5 Mds FCFA (10 M€) à la définition des stratégies REDD+ des pays du bassin du Congo et à l’abondement du Fonds de partenariat pour le carbone forestier (FPCF).

AFD CAMEROUN

5 rue Roland Barthes – 75598 Paris Cedex 12 – France Tél. : +33 1 53 44 31 31 – Fax : +33 1 44 87 99 39 www.afd.fr

Plateau Atémengué – BP 46 Yaoundé Tél. : (237) 22 22 00 15 / 22 22 23 34 Fax : (237) 22 23 57 07 afdyaounde@afd.fr http://cameroun.afd.fr

Cette publication a été imprimée dans le respect de l’environnement avec des encres végétales et sur du papier PEFC™ (gestion durable des forêts).

Exécution : Planet 7 – Mars 2013

PROMOUVOIR LES TECHNOLOGIES SPATIALES POUR LE SUIVI DU COUVERT FORESTIER EN LIEN AVEC LE REDD+


L'AFD et le secteur forestier au Cameroun