Issuu on Google+

M. L ascar magazi n e - seco n d ed iti o n

Wi nter 2013


TO BREAK THE RULES, YOU MUST FIRST MASTER THEM. THE WATCH THAT BROKE ALL THE RULES, REBORN. IN 1972, THE ORIGINAL ROYAL OAK SHOCKED THE WAT C H M A K I N G W O R L D A S T H E F I R S T H A U T E HOROLOGY SPORTS WATCH TO TREAT STEEL AS A PRECIOUS METAL. TODAY THE NEW ROYAL OAK COLLECTION STAYS TRUE TO THE SAME PRINCIPLES SET OUT IN LE BRASSUS ALL THOSE YEARS AGO: “BODY OF STEEL, HEART OF GOLD”. OVER 130 YEARS OF HOROLOGICAL CRAFT, MASTERY AND FINE DETAILING LIE INSIDE THIS ICONIC MODERN E X T E R I O R ; T H E P U R P O S E F U L R O YA L O A K ARCHITECTURE NOW EXPRESSED IN 41MM DIAMETER. FROM AVANT-GARDE TO ICON.

ROYAL OAK

IN STAINLESS STEEL. SELFWINDING MANUFACTURE MOVEMENT.


SIMON BAKER


THE NEW FRAGRANCE FOR MEN


Il faut parfois savoir faire des choix pour être au plus près du marché. Cet objet de culture, véritable ouvrage pensé pour durer et rester dans une bibliothèque de passionné tel un jalon dans la grande histoire de l’horlogerie, a pour ambition de fournir le plus d’informations possible aux passionnés. Il exprime, plus que jamais, le désir de la Maison M. Lascar de s’inscrire dans l’air du temps sans perdre de vue le futur. C’est la mission de notre Maison d’être le plus transparent possible. Nous avons voulu, dans ces pages, présenter en majesté les plus beaux fleurons des marques dont nous sommes les ambassadeurs. A travers les pages de ce magazine hors norme, nous avons tout mis en œuvre pour décrypter le message subliminal de ces instruments qui vont au-delà du simple fait de donner l’heure. Nous avons pris le parti de montrer l’invisible et d’évoquer les grandes avancées faites dans le métier horloger tant du point de vue technologique, mécanique, que de celui purement esthétique. Nous avons également souhaité lever le voile sur un

certain savoir-faire, plonger au cœur des associations qui lient les horlogers aux sports comme l’automobile, la voile ou le football. Cette horlogerie de haute volée, à la croisée des chemins, entre modernité et tradition, nous y croyons et nous la défendons. Voilà pourquoi, en tant qu’ambassadeurs de ce métier qui nous passionne, nous avons souhaité rappeler combien les pièces représentées ici sont, au-delà de leur dimension d’objets chargés d’émotions, des biens patrimoniaux aisés à transmettre. En outre, ces produits de collection, ayant souvent une forte valeur financière, peuvent se révéler de formidables placements qu’il est bon de respecter et d’entretenir pour en conserver la cote intacte. Nous espérons que vous prendrez plaisir à lire ce nouvel opus d’un ouvrage conçu et assemblé comme une montre, pour vous conter des histoires de marques grandioses et poser un regard aiguisé sur le métier dans un esprit de partage de passion et de connaissance.

Sometimes, choices are to be made in order to meet the changing requirements of the market. This cultural object, true work of art, conceived so as to last and remain in the library of an aficionado just like a milestone in the history of horology, means to provide every horology lover with as much info as possible. More than ever, it expresses the desire of The House of M. Lascar, which is to go along with current trends without losing sight of the future. We endeavour to be as transparent as possible. Within these pages, we wish to set forth, in all their beauty, the finest jewels of the brands we represent. Through the pages of this atypical magazine, we have tried our best to decipher the subliminal messages conveyed by these tools which action goes beyond the mere function of giving time. We have chosen to show the invisible and to write about the great strides made in horology. Be it on a technological, mechanical or even purely aesthetic note. We also wanted to expose to view a specific know-how, to

plunge into this world of collaborations between watchmakers and sports such as motorsport, sailing and football. We do believe in high-class watchmaking and stand for it. The one, that finds itself right at the crossroads, where modernity and tradition meet. Hence why, playing our role as ambassadors of this metier we are passionate about, we wish to point out that, the pieces, shown here, besides being emotionally charged, are heritage assets easy to pass on. Moreover, because of their high financial value, those collectibles may eventually prove to be extraordinary investments. They should then be respected and looked after so as to maintain their rating. We hope that you will enjoy going through this creative work, designed and assembled like a watch, made to tell you stories about grandiose brands and to take a sharp look at the metier. And all of this was done in a spirit of shared passion and knowledge.

Stéphane & Thierry Verhoogen

Stéphane & Thierry Verhoogen


Breguet, créateur.

Classique Hora Mundi - 5717 Comme une invitation au voyage, au gré des continents et des océans illustrés sur son cadran finement guilloché à la main et laqué, la Classique Hora Mundi est la première montre mécanique à fuseau horaire instantané. Grâce à un système breveté de mémoire mécanique à deux cames en forme de cœur, elle indique instantanément la date et l’heure du jour ou de la nuit d’une ville sélectionnée à l’aide du poussoir. L’histoire continue ...


EDITOR RESPONSIBLE - THE NEWS & MODERN EDITIONS -1345 CHEE DE WATERLOO - 1180 UCCLE - BELGIUM - T. +32 (0)2 374 67 44 - WWW.NMEDITIONS.COM - MAXIME DEMOITELLE - MEHDI BISSAR / EDITORIAL - EDITOR IN CHIEF - VINCENT DAVEAU / EDITORS - PATRICK DELAROCHE - FRED JARRY - ALAIN DE JONG / MARKETING & ADVERTISING - PROJECT MANAGER - MAXIME DEMOITELLE - MAX@NMEDITIONS.COM - T. +32 (0)488 98 52 18 / GRAPHICS & DESIGN CHARLES BERARD / AN INITIATIVE OF M.LASCAR - STEPHANE & THIERRY VERHOOGEN 57 B BLVD DE WATERLOO - 1000 BRUSSELS - BELGIUM - T. +32 (0)2 513 49 44 - WWW.LASCAR.BE / COVER free difusion PHOTOGRAPHER - WWW.FREDSABLON.COM - library Alan Lee @UberDigital

0 11

M. LASCAR / AVoir le désir de transmettre BREGUET / LE TOURBILLON

029

M. LASCAR / plus de 50 ANS d’histoire sur le boulevard de waterloo JAEGER LE COULTRE / 180 ANS dune histoire EN mouvement

03 9

075 0 83 0 93 10 9

ROLEX / DAYTONA HISTORY

07 1

PORSCHE / PANAMERA S E-HYBRID

081

ROLEX / DAYTONA ANNIVERSARY

HUBLOT / l’histoire d’un succès interview / RICARDO guadalupe

089

RICHARD MILLE / LE Sens de l’avenir

0 97

DROIT AU BUT

BREITLING FOR BENTLEY

15 5

131

panerai / classic yacht master CHOPARD / avoir la course dans le sang

1 47

117

M. Lascar / le service, l’ultime expression du luxe PANERAI / how it’s recognizable

133

061

AUTOMOBILE ET HORLOGERIE / TOUS EN PISTE

BREITLING EMERgency ii

125

041

BACK IS BEAUTIFULL AUDEMARS PIGUET / CARBON IS BLACK

069

031

interview / janek deleskiewic GIULIO PAPI / le petit prince de l’horlogerie

04 5

021

141

interview/ K.F.Scheufele interview / Olivier martins

15 3

vertu / Communiquer est un luxe

16 3

Tudor & ducati

SPECIAL THANKS TO AQUA DI PARMA - ASPRIA - AUDEMARS PIGUET - BREGUET - BREITLING - BUBEN & ZORWEG - CHOPARD - FLAMANT - GIVENCHY - HUBLOT - JAEGER LE COULTRE - PANERAI - PORSCHE - RICHARD MILLE - ROLEX - VERTU CONTRIBUTORS Anastasia Almakaeva - VERONIQUE BASTIN - CLAUDE BLANC - Bernard VAN BELLINGEN - ELISA BRETTEREBNER - ANNE CARLIER - DENIS CHAUVE - HEIDI CLERBOUT - THIERRY DEMUELENAERE - SARAH GARCIA DELPORTE HANS DEKKERS - GAETAN GAYE - QUINTA GELAUDIE - JEAN GOOSSENS - jean heinen - BERNARD HERTOGHE - Teuta HOXHAJ - MARCEL KOK - Natacha LACROZE - JOSIANE LA SOE - OLIVIER LAURIAN - BENOIT LECIGNE SOLENE LIENGME - BERNARD LOUF - ANTHONY MAGNIN - STEVE MERICO - nicolas metens - SAVINA MOENS - KARIM MOUSSAVI - ANDREAS NESTELE - MIREILLE PUTTEVILS - BILNAZ SALTEKIN - THOMAS SCHALK - RAPHAEL SCHERER - Coralie TEBOUL - HELENE THOURAUD - Christel TROSCH - NANDE VAHEKENI - GERALDINE VANDEPAER - bram robichez - gaetan van calster - ERIC Vanheurck


h o r l o g e r i e

A voir le d ĂŠ sir de transmettre

M. LASCAR > P 011

h a ute


h a ute

h o r l o g e r i e

5 7 b . B ld de W aterloo - 1000 B ruxelles - + 32 2 513 49 44 - www . lascar . be


Au moment de céder le relai de la vie à votre enfant vous aurez à cŒur de lui transmettre votre savoir, votre expérience, vos valeurs… Vous aurez également la volonté de lui céder un certain patrimoine, fruit d’une vie de travail. La constitution de ce patrimoine aura été semée de nombreuses embûches et en limiter l’érosion, voirE de le développer aura été le fil conducteur de votre gestion « en bon père de famille ». Parmi

les

valeurs

que

vous

souhaiterez

transmettre à votre héritier, votre montre tiendra une place toute particulière. Ce garde-temps qui a égrené les heures de votre vie aura accumulé une charge émotionnelle exceptionnelle en vous ayant accompagné au quotidien. C’est dans le regard de votre enfant qui passera votre montre à son poignet que vous mesurerez l’importance de cette valeur. L’immense fierté qu’il ressentira à ce moment précis sera votre plus belle récompense. Stéphane Verhoogen

A voir le d é sir de transmettre WHEN COMES TIME TO HAND OVER TO YOUR CHILD, YOU MIGHT BE EAGER TO PASS ON YOUR KNOWLEDGE, YOUR EXPERIENCE, YOUR VALUES…. YOU MIGHT ALSO WISH TO LEAVE HIM ASSETS GAINED AFTER A LIFETIME OF WORK. YOU HAVE PROBABLY BEEN THROUGH TRIALS AND TRIBULATIONS, BUILDING THIS WEALTH AND, TRYING TO PROTECT IT, OR EVEN TO INCREASE IT WAS PROBABLY KEY TO YOUR MANAGEMENT CHOICES AS A “PATER FAMILIAS”. AMONGST THE VALUABLES YOU WISH TO PASS ON TO YOUR HEIR, YOUR WATCH MIGHT HOLD A PARTICULAR PLACE. DAY AFTER DAY WHILE COUNTING THE HOURS AND KEEPING YOU COMPANY, THIS TIMEKEEPER HAS BECOME EMOTIONNALY CHARGED. WHEN WEARING YOUR WATCH AROUND HIS WRIST, YOUR CHILD WILL LOOK AT YOU IN A WAY THAT WILL HELP YOU TAKE THE FULL MEASURE OF THIS VALUABLE. THE IMMENSE PRIDE YOU WILL EXPERIENCE AT THIS PARTICULAR MOMENT, WILL BE YOUR REWARD. Stéphane Verhoogen

M. LASCAR > P 013


L’horlogerie a atteint un tel niveau qu’une Maison telle que la nôtre devient une sorte de conseiller financier quand elle propose des montres de grande valeur. Conseiller l’acquisition d’une pièce avoisinant ou dépassant un montant de 100 000 euros devient un véritable exercice de style car à ce stade il s’agit d’une opération financière dans laquelle il est important d’intégrer des valeurs de décote éventuelle, de progression de la valeur dans le temps, de produit de placement… Dans le même ordre d’idée, certaines institutions financières proposent à leurs clients des investissements en vins, œuvres d’art ou plus récemment en horlogerie. Bien entendu, à ce stade, le conseil du professionnel sera déterminant car l’acheteur privé n’a pas le recul du marché. La Maison M.Lascar, en sa qualité d’expert de la Haute Horlogerie, ayant ce bagage lui permettant de discerner les marques à haut potentiel, réalise tout naturellement des sélections pour les collectionneurs qui lui font confiance. Elle répond aux besoins des amateurs désireux de posséder, à la fois un objet d’art, mais également un instrument qui puisse se révéler, avec

les années, un excellent produit financier. Aux côtés de Rolex dont tous les collectionneurs connaissent l’aura, la Maison M. Lascar propose également Breguet, manufacture réputée pour le caractère patrimonial de ses collections classiques, la richesse et le luxe des pièces féminines, mais également appréciée pour le potentiel que représente la très récente et très prometteuse gamme Tradition. A sa façon, Officine Panerai connaît également une très belle progression et les «Paneristi », adeptes de la marque, ne ratent jamais une occasion de faire l’acquisition d’un modèle un peu hors norme. Cet engouement fait grimper la cote des pièces anciennes, mais favorise également les collections contemporaines dont les références les plus représentatives sont garanties de passer à la postérité à court terme. Le ratio entre l’intérêt pour cette entreprise au niveau mondial et le taux de production relativement réduit plaide en faveur d’une croissance en valeur des montres bien nées, autrement dit celles étant dotées de calibres de manufacture, et réalisées en petites séries (bronze, céramique, séries spéciales et complications). Les merveilles proposées par la manufacture Audemars Piguet sont dans le même

contexte. Petite production, prix élevés à l’achat, importante demande, sont les ingrédients à même de transformer un garde-temps de série en objet de collection d’ici à une dizaine d’années. A titre d’exemple, les modèles Royal Oak datant des années 1972 et suivantes ont atteint une vraie cote et sont très recherchés si tant est qu’ils soient en belle condition. Dans un autre registre, les Grandes Complications proposées à seulement quelques exemplaires ou les modèles Jules Audemars dotés de fonctionnalités engageantes, devraient faire de beaux résultats dans les salles des ventes dans une dizaine voire une quinzaine d’années. Les produits n’atteignent leur pleine maturité qu’une fois la moitié des références statistiquement disparues ou accidentées, soit environ une quinzaine d’années après l’arrêt du modèle en question. Comme on s’en doute, des marques plus génériques et à plus forte production comme Breitling ou Jaeger-LeCoultre peuvent espérer voir les réalisations les plus recherchées faire de belles performances dans le futur. On avance, chez les professionnels, que la collection Duomètre de Jaeger-LeCoultre devrait faire parler d’elle dans les années à venir car les finitions de haute


Dans le domaine de la collection, les choses sont claires. Comme le soulignait encore Stéphane Verhoogen : « les produits horlogers que nous vendons sont sélectionnés pour leur potentiel de gagner dans le temps une valeur supérieure à celle qui était la leur au moment de l’achat. Seulement, il faut avoir à l’esprit que la croissance des prix d’une montre ne se fait pas de façon normée. En dehors de quelques marques comme Rolex et le plus souvent de références atypiques comme celles proposées en éditions limitées, les pièces millésimées, les tourbillons ou les répétitions minutes, la majorité des garde-temps voient leur cote baisser durant la première dizaine d’années suivant l’acquisition. Puis, en raison de la rareté et de la pression des collectionneurs, le cours de la montre acquise remonte, et voir même dépasse la valeur indiciaire. Cela n’arrive pas pour tous les instruments, mais ceux que nous sélectionnons ont toutes les chances de passer les années sans perdre en valeur. Nous proposons à nos clients des produits qui leurs sont adaptés et nous les conseillons au mieux de leurs attentes. Comme je le répète toujours à nos clients,

une montre rare passe toujours ou presque par le stade de l’occasion avant de devenir un « collector ». Voilà pourquoi, il est essentiel de se demander combien de temps on compte garder son acquisition, car de ce vecteur dépend la valeur que l’on en tirera au moment de s’en dessaisir. L’achat d’une montre est une dépense pour celui qui en fait l’acquisition et devient un plaisir au moment de la porter. Les années passant, elle devient pour la génération suivante un bien chargé d’émotion en même temps qu’un véritable placement. Plus tard encore, de placement, elle passe au stade d’objet de collection. De l’esprit qui anime la Maison M. Lascar on retiendra le souci permanent de faire d’une dépense un placement, de l’achat d’une montre un investissement coup de cœur. Les montres et les marques représentées par la Maison M.Lascar ont toutes ce potentiel d’être des produits « collectors ». La question en suspens demeure de savoir quand cela arrivera. Nul ne le sait vraiment mais, comme le dit Stéphane Verhoogen : « cela arrivera, tout n’est finalement qu’une question de temps…. »

M. LASCAR > P 015

horlogerie associées à une production très limitée devrait faire conserver sa valeur à cette nouvelle gamme de la manufacture que les gens de la Vallée de Joux appellent la «Grande Maison ». Mais cela n’enlève rien aux références comme la Reverso ou les plus belles pièces de la collection Master qui tiennent une belle cote aussi bien en occasion que dans l’univers de la collection, les modèles un peu compliqués ou rares se vendant parfaitement en salle à des prix parfois inattendus. On est également en droit d’imaginer que des éditions en toutes petites séries comme le sont celles de la manufacture L.U.C de Chopard, seront appelées à un brillant avenir. Mais leur jeunesse ne permet pas de faire des parallèles avec des pièces plus anciennes vendues en salle. Tout laisse supposer cependant, une belle progression de pareille maison familiale possédant des valeurs dans lesquelles les collectionneurs aiment se projeter. Plus récentes, des entités comme Richard Mille ou Hublot peuvent laisser sceptiques des passionnés de produits plus traditionnels. Ces entreprises statutaires ont l’avantage d’avoir inventé un style. Et à ce titre, elles peuvent, l’une comme l’autre prétendre passer à la postérité.


Horology has reached such a level that a house like ours could be seen as some kind of financial advisor as we offer great value-watches. Counselling customers in buying a piece at a price close to 100 000.00 € is actually an exercise in style because, at this level, we are concluding a financial operation in which, potential discount or progression of the value must be taken into account together with the idea of it being an investment product … On a similar note, clients of financial institutions are now being offered investments in wines, works of art, or, more recently in horology. Needless to stress the importance of counselling here, since the lay buyer doesn’t have any knowledge of the market. Thanks to their expertise in high quality horology, the House of M.Lascar have the knowledge required to ”spot out” High potential brands, and can, thus, help collectors who trust them in selecting pieces. Here, horology lovers looking for a work of art, that could eventually prove to be, after years, an excellent financial product, can fulfil their needs. Besides Rolex, a brand with renowned reputation among collectors, the House of M. Lascar also offers Breguet, manufacturer whose reputation is based on the patrimonial touch of their classic collections, on the richness and luxury in ladies watches, and is now appreciated for high potential new Tradition series. In its own way, Officine Panerai is also experiencing good improvement and «Paneristi », the brand lovers, never miss the opportunity to purchase a slightly unconventional model. This craze contributes to boosting the value

of vintage pieces but is also beneficial for contemporary collections whose most representative models will, decidedly, rapidly become notorious. The ratio of global interest for this manufacturer to relatively low production rates, calls for a growth in the value of these noble watches, in other words, watches endowed with a manufacture calibre, and produced in small series (bronze, ceramic, special series and complications). The wonders offered by manufacturer Audemars Piguet are in the same context. Small production, High purchase price, high demand, those are the very elements required to turn a timekeeper into a collectible within few years. As an example, Royal Oak pieces produced during few years from year 1972 on, have now a significant value and are sought-after items, provided they are in good condition. On another note, Grande Complications, of which only a few hundred were crafted; Or Jules Audemars models, endowed with engaging functionalities, should reach great values in auction rooms in ten or fifteen years. Products become mature only after half of the references are statistically missing or damaged i.e., about fifteen years after production has stopped. As one might expect, more generic brands with higher production such as Breitling or Jaeger-LeCoultre, may hope to see their most sought-after productions achieve great performances in the future. Among professionals, It is argued that Jaeger-LeCoultre Duomètre collection should become a conversation piece in the years to come, because the fine watchmaking finishes combined with a

T he keenness to pass on very limited production should maintain the value of this new line of the manufacture, called «Grande Maison » by the people of the valley of Joux. But this will in no way detract anything from the value of references such as Reverso or such as the most beautiful pieces of the Master collection who also maintain a good value. Be it as second-hand items or as collectibles. Complex or rare models do sell sometimes at unexpected prices in auction rooms. One can also picture that small series edition such as the ones from Chopard L.U.C manufacture will have a bright future. But because of their young age, they don’t compare to vintage pieces sold in auction rooms. Nonetheless, everything suggests that family manufacture like this one have valuables in which collectors like to project themselves and can thus expect a good growth. Traditional products enthusiasts will probably remain sceptical in front of recent entities like Richard Mille or Hublot. These statutory companies deserve some credit for creating a style. Hence may hope for notoriety. When it comes to the sector of collection, things are clear. Has would point Stéphane Verhoogen: «the horology productions sold here are selected under the assumption that they might reach, in the future, a value, higher than their purchase value. But, one should keep in mind that there is no norm for the price growth of a watch. Besides few brands such as Rolex or mostly atypical models like the ones produced in limited editions, vintage pieces, tourbillon or minute repeaters, the value of

most of timekeepers decrease during the first ten years following their acquisition. Then, due to their rarity and to the pressure from collectors, the value of the watch goes up again, some times even higher than the index basis. It doesn’t go this way for every item, but odds are pretty good that the ones we select will go through the years without losing value. We offer our customers, products that are suitable for them and we provide them with the counselling they expect. As I often tell them, most of the time, a rare watch, before it becomes a “collectible”, goes through the phase of being a second hand item. Hence the need to know how long one intends to keep their purchase for. What value is the watch when one divests himself of it depends on that time. Buying a watch is an expense for the person who purchases it and becomes a pleasure when the watch is worn. Years after years, it becomes, for the next generation, an emotionally charged object as well as a good investment product. Later again, it goes from being an investment product to becoming a collectible. About the spirit of the house of M. Lascar, what one should keep in mind, is the constant desire to turn an expense into an investment, and make buying a watch something special. Watches and brands represented by the house of M.Lascar all have this potential to become collectibles. The question is :”when?”nobody really knows. But, as would Stéphane Verhoogen say: “It will happen, it is just a matter of time…”

M. LASCAR > P 016


h a ute

h o r l o g e r i e

5 7 b . B ld de W aterloo - 1000 B ruxelles - + 32 2 513 49 44 - www . lascar . be


Š Peter Lippmann


Magical Forest - Limited Edition A free interpretation by photographer Peter Lippmann

www.baobabcollection.com


L e S tourbillon S

comme symbole chronom é trique

Les tourbillons dont le but premier est de réduire ou d’annuler les différences de marche des montres de poche lorsqu’elles fonctionnent dans la position verticale ont toutes leur place dans le domaine de la chronométrie de très haut niveau et dans l’horlogerie technique d’exception. A l’origine et vu leur difficulté de réalisation, ces garde-temps ont été créés pour la chronométrie expérimentale et réservés aux grands concours d’observatoires. Difficiles à fabriquer, ces instruments demeurent une rareté. Pour parler chiffres, on retiendra qu’en 1986, on en comptait à peu près 670. En 1996, le CETEHOR annonçait le chiffre de 1000 pièces. En 10 ans, il s’en était fabriqué près de 350. Aujourd’hui, en 2013, eu égard à la croissance de la très haute horlogerie, la plupart des grandes marques produisent

annuellement environ 500 de ces pièces d’exception. En tout état de cause, cette croissance de la production reste très modeste en comparaison de la totalité de la production mondiale de montres de qualité. Les méthodes de fabrication ont changé et les machines à commandes numériques simplifiant un peu la réalisation des cages de tourbillon hautement complexes, permettent d’en produire un plus grand nombre. Toutefois, l’intervention humaine reste prédominante et si la machine s’est naturellement imposée pour leur fabrication, la taille réduite des cages pour des montres de bracelet impose des procédés chers et longs à mettre en œuvre. Le tourbillon est une pièce horlogère de chronométrie. Quelle que soit sa taille,

ses qualités horaires doivent être dignes d’un des meilleurs chronomètres conventionnels. Dans ces échelles, sans avoir recours à la technologie, il serait vain de croire pouvoir y parvenir. Le tourbillon a aujourd’hui un peu plus de 210 ans d’existence et fait toujours autant rêver. Il a démontré dans le passé qu’un instrument horaire portatif pouvait être d’une précision sans faille. De ce fait, il marque un jalon dans l’histoire de l’horlogerie comme l’a marqué le spiral réglant inventé par Christiaan Huygens en 1675. Tout progrès se doit d’être consigné pour servir de base à de nouvelles découvertes. Le tourbillon, dans sa conception, ne se justifie peut-être plus aujourd’hui pour accroître la précision des montres bracelets, mais la mise au point de ce système sur

des montres de petit diamètre et de faible épaisseur, la création de nouveaux tourbillons encore plus complexes pour compenser les mouvements dus au port des garde-temps de poignet, a imposé aux ingénieurs d’aujourd’hui d’aller de l’avant dans le domaine de la microtechnique. Ce système destiné à l’origine à faire gagner quelques secondes de précision offre la possibilité de faire gagner aujourd’hui à toute l’horlogerie quelques microns dans la précision de fabrication. Ces quelques microns, ce sont quelques secondes de mieux d’une précision horaire toujours en croissance. Le tourbillon est, pour cette raison, le symbole par excellence de la haute horlogerie, du talent des maîtres à se dépasser, de la capacité des ingénieurs à toujours innover. Le propre des symboles est de faire rêver… Voilà qui est gagné ! Vincent Daveau


Beaucoup d’auteurs, depuis l’invention du tourbillon, l’ont critiqué comme étant une curiosité trop compliquée à réaliser et par conséquent trop chère pour les avantages qu’elle offre. Si cette merveille de technique ne se justifie aujourd’hui plus en raison des progrès cumulés réalisés depuis 1801 et depuis l’adoption de la montre de bracelet, elle demeure intéressante car elle marque la fin de l’ère de l’empirisme des recherches dans la course à la précision pour les montres. A sa façon, le tourbillon exprime en volume le concept de science horlogère. Mais la cage de tourbillon induit pour les amateurs la notion de précision et cet organe d’une grande finesse incarne cette valeur difficile à vérifier en l’absence d’instrument de mesure scientifique. Dans les faits et pour les amateurs en présence d’un pareil instrument, une montre régulée par un tourbillon est empiriquement et par essence d’une grande précision, mais également d’une grande rareté.

BREGUET • Classique • Pink gold Platinum • Self-winding extra-thin tourbillon movement

L e tourbillon

une sculpture cin é tique en hommage à la chronom é trie

BREGUET > P 021

REF : 5377BR / 12 / 9WU


Le tourbillon comme complication horlogère fait partie des événements remarquables de l’art horloger de haute volée. Breveté par Louis Abraham Breguet en 1801, ce système extraordinaire apprécié pour son esthétique et ses avantages en matière de précision, méritait bien une étude et quelques explications. En prenant son brevet sur le régulateur à tourbillon le 26 juin 1801 (7 messidor An IX car nous sommes en pleine Révolution française), Louis Abraham Breguet pose les conditions nécessaires à la résolution des problèmes de précision des montres de son temps avant de proposer sa solution technique. Cette introduction sobre, concise prouve de

façon évidente la parfaite compréhension du maître pour tout ce qui touche à la technique de la chronométrie. Ce dépôt de brevet se présente comme un manifeste du travail déjà effectué depuis au moins 1795. En effet, à cette date, Louis Abraham Breguet fait mention de l’invention du tourbillon dans une lettre qu’il envoie à son fils. Pourtant, le premier régulateur à tourbillon a été construit presque 10 ans plus tard, sur un mouvement de John Arnold et a été offert la même année, à John Roger, le fils de cet horloger anglais de génie et l’ami de A.L. Breguet. La pièce porte l’inscription : « 1° régulateur à tourbillon de Breguet réuni à un des premiers ouvrages d’Arnold. Hommage de Breguet à la mémoire révérée d’Arnold offert à son fils ; an 1808 ».

complication ultime


Dans le tourbillon, le groupe de régulation formé d’un balancier et de son spiral mais également de l’ancre et de sa roue, fonctionnent dans une cage tournante sur laquelle est fixé le pignon de mobile de seconde en prise avec le rouage primaire. Dans le schéma de Breguet, la roue de seconde est rendue solidaire de la platine au moyen de vis. Le pignon du mobile d’échappement tourne autour de cette roue comme le satellite d’un engrenage épicycloïdal. La rotation de la cage entraîne donc le pignon d’échappement autour de la roue de seconde et reçoit ainsi le couple nécessaire pour faire osciller le balancier. Ce dispositif tournant sur 360° dans un temps imparti (généralement une minute) permet au balancier d’occuper successivement toutes les positions verticales. Louis Abraham Breguet savait que lorsqu’une montre fonctionne en position verticale,

la fréquence du balancier est influencée par les défauts d’équilibre du couple balancier-spiral. Ces défauts sont très difficiles à éliminer complètement puisqu’ils sont dus au défaut d’équilibre du balancier et au déplacement du centre de gravité du spiral pendant les oscillations du balancier. Dans le principe, la cage de tourbillon doit participer à corriger le défaut d’équilibre du système balancier-spiral. Et l’astuce était de faire effectuer à l’organe réglant une révolution de 360° dans un intervalle de temps très court, de une à quelques minutes, pour que tous les points du balancier se trouvent une fois au moins par tour sur l’axe horizontal passant par le centre du balancier. Ce que le maître ne savait pas, mais que les scientifiques découvriront plus tard, c’est que ce système permet de soustraire l’organe réglant aux influences de la gravitation universelle…

BREGUET > P 023

le t ou rbil l on


Classic collection extra-thin white gold 5140BB /12 / 9W6

MARINE collection large date Steel 5817ST / 92 / 5V8

CLASSIc collection GRANDE COMPLICATION with perpetual calendar steel 5327BA / 1E / 9V6

Reine de Naples collection power-reserve & phases of the moon white gold 8908BB/52/864 D00D


Complicated marine collection with tourbillon pink gold 5837BR / 92 / 5ZU

Tradition collection manual winding white gold 7057BB / 11 / 9W6

hora mundi classic collection pink gold 5717BR / AS / 9ZU

NEWSWATCH

Type XXII collection flyback chronograph steel 3880ST / H2 / 3XV


www.aspria.be

Welcome to your clu A club to workout. A club to relax. A club to meet friends. A club to have fun. A club to be more.


M . L A S C A R - 5 7 b . B ld de W aterloo - 1000 B ruxelles - + 32 2 513 49 44 - www . lascar . be


Paris a son avenue Montaigne, New York sa Fifth Avenue et Bruxelles son prestigieux boulevard de Waterloo. Au XIXe siècle, toutes les grandes capitales avaient leur promenade bourgeoise. La haute société fréquentait les salons de thé, les glaciers et les restaurants qui s’y installaient en nombre. Puis viendront les enseignes de luxe, la première, et donc, la plus ancienne, la Maison M. Lascar. Pionnière, une superbe maison de maître héberge dès 1962 l’enseigne M.Lascar, véritable écrin trônant sur le Boulevard de Waterloo. Cette adresse de marque institue le statut haut de gamme du boulevard. Certes, le numéro 57 du Boulevard n’était pas la première adresse de Marcel Lascar, fondateur de la Maison du même nom. Le sud de Bruxelles et le centre-ville avaient accueilli l’enseigne M.Lascar reconnue dans le milieu pour avoir lancé les montres Rolex et Chopard en Belgique. Finalement, la Maison M.Lascar s’installe sur le célèbre boulevard de Waterloo. Sur le boulevard de Waterloo, l’épouse de Marcel Lascar, Marguerite, s’investit et prend à cœur le développement de cette nouvelle adresse. Cette maison appartenant à la famille Lascar donne le ton sur le Boulevard et attire les regards de la haute société. Impressionnée par ce succès, la célèbre griffe Chanel décidera plus tard de s’installer dans le quartier.

h a ute

Le boulevard de Waterloo a été créé en 1823, dans la continuité de la fondation de l’avenue Louise, tracée par Léopold II, le «Roi bâtisseur». Lors de son inauguration, on décida de le nommer boulevard de Waterloo, en souvenir de la bataille du 15 juin 1815, remportée par les Alliés contre Napoléon. A la fin du siècle, le boulevard est ainsi devenu la promenade la plus prestigieuse de Bruxelles. La haute société vient admirer le style architectural du boulevard qui se partage de façon relativement harmonieuse entre néo-rococo, néo-classique et néo-renaissance. Petit à petit les plus grandes marques de luxe choisissent cet espace bordé de maisons de maître pour y loger leurs enseignes. Mais, c’est la Maison M. Lascar qui symbolise la véritable pérennité sur le boulevard de Waterloo et ce, avec le plus d’éclat. En 1992, la Maison M.Lascar cède le relai à Stéphane et Thierry Verhoogen, qui en temps que nouveaux propriétaires, maintiennent l’enseigne sous la même identité. 20 ans plus tard, en 2012, une nouvelle étape est franchie. Stéphane et Thierry Verhoogen font l’acquisition des murs qui ébergent leur enseigne depuis 50 ans, assurant ainsi la pérennité de la Maison M.Lascar à la même adresse. Le futur de la Maison M.Lascar reste à écrire…

Quel bel exemple de conservation et de mise en valeur de notre patrimoine ! Les immeubles du boulevard de Waterloo sont riches en maisons et hôtels de maître, occupés par des commerces de prestige, accueillant les marques les plus connues… Bruxelles peut donc, grâce à ce quartier, se féliciter de figurer sur la liste très sélective des capitales qui accueillent les plus belles enseignes du luxe. Cette artère me tient à cœur, et ce pour plusieurs motifs : tout d’abord pour des raisons de proximité, puisque j’ai le plaisir d’habiter à un jet de pierre de ce boulevard. J’ai donc pour ce lieu une affection particulière : c’est en effet un quartier qui a su garder son âme et son identité, grâce à sa richesse patrimoniale, tout en restant un lieu de vie et de rencontres. C’est une des nombreuses parcelles de la Ville de Bruxelles dont nous, Bruxellois, sommes fiers. Mais le boulevard de Waterloo, pour les initiés, constitue également le chemin réussi vers des lieux que peu, pas assez de gens connaissent : il suffit en effet d’emprunter le passage de Milan, un espace insoupçonné qui mène au magnifique Parc d’Egmont… Et de là, tout naturellement, pour les promeneurs en quête de beauté, c’est le Sablon qui s’offrira à eux… C’est ça aussi, la magie de Bruxelles : une quantité de lieux si proches les uns des autres…

h o r l o g e r i e

O ver 5 0 years on the B oulevard of W aterloo Paris has got Avenue Montaigne, New York has got Fifth Avenue and Bruxelles has its prestigious Boulevard de Waterloo. In the nineteenth century, all the major capitals had their chic promenade. High society people frequented tearooms, glaciers and restaurants that settled there in numbers. Then, high-end retailers among which the first, and therefore the oldest, House of M. Lascar would join in. A Pioneer. Since 1962, the brand store finds itself in a magnificence mansion, a true gem, towering over Boulevard of Waterloo. This is when high-class status of the Boulevard was established. True, Number 57 on this boulevard wasn’t the first address of Marcel Lascar, founder of the House. Brussels south, the city centre and Avenue Louise, were homes to the brand M.Lascar whose reputation had been made with the introduction of Rolex and Chopard watches in Belgium. Eventually, the House M.Lascar moved to famous boulevard of Waterloo. On Boulevard of Waterloo, Marcel Lascar’s spouse, Marguerite, gets involved and takes to heart the development of this new address. This house, property of the Lascar family, sets the tone on the Boulevard and attracts high society people. Impressed with this success, the renowned House of Chanel will also move in the

Geoffroy Coomans de Brachène Echevin de l’Urbanisme et du Patrimoine à la Ville de Bruxelles en charge de la Centrale d’Achats.

neighbourhood. The boulevard of Waterloo was created in 1823, in the continuity of the foundation of avenue Louise, traced by Léopold II, the «builder king». During the inauguration ceremony, it was given this name, in tribute to the battle of june15 th 1815,when the armies of the Seventh Coalition defeated Napoleon. At the end of the century, the Boulevard had become Brussels most prestigious promenade. High society people would come to admire the architectural style of the boulevard, a relatively harmonious mix between neo-rococo, neo-classical and neo-renaissance. One after the other, luxury brands chose to settle in this area lined with mansions. But continuity on this boulevard of Waterloo is actually symbolized by the House of Marcel Lascar and in the most vivid way. In 1992, The House of M.Lascar is passed on to Stéphane and Thierry verhoogen who, as new landlords, decide to keep the name. 20 years later, in 2012, a new step is being taken. Stéphane and Thierry Verhoogen buy the building where the brand has been hosted during 50 years, making this a lasting address for the House of M Lascar. The future of the House of M.Lascar is yet to be written.

What a fine example of preservation and enhancement of our heritage! The buildings of the boulevard of Waterloo are rich with town houses and mansions occupied by high-end boutiques where renowned brands are sold… Brussels may, thanks to this neighbourhood, be put on the select list of capitals hosting the most prestigious luxury brands. This street is dear to my heart, and there are many reasons to that: first, proximity reasons. Since I have the pleasure to live a stone’s throw away from this boulevard, I have a particular regard on that place: And this neighbourhood has managed to keep its soul and identity thanks to the heritage, whilst at the same time remaining a living environment where people meet. It is one of the numerous areas of the city we, Brusselers, are proud of. But for insiders, Boulevard of Waterloo, is also the path to places that only few people know about: For instance, passage de Milan, an unsuspected path to the magnificent Egmont park … And from then, for strollers looking for beauty, the Sablon… That’s the magic of Brussels: places that are so close to one another…


J aeger - lecoultre > P 0 3 0

Acteur majeur de l’histoire de l’horlogerie

en 1844 (instrument capable de mesurer le

depuis le XIX e siècle, l’activité de Jaeger-

micron), puis de centaines de brevets. Le

LeCoultre débute en 1833 au Sentier, petit

petit atelier grandit vite. Au fil des années,

village niché au fond de la vallée de Joux,

et à force de connaissances accumulées,

une rude contrée du Jura suisse, suite à

l’atelier

l’invention par l’horloger autodidacte

renommée bientôt surnommé « la Grande

Antoine

à

Maison» de la Vallée de Joux. Il faut dire,

tailler les pignons pour les instruments

l’entreprise occupe, en 1888, déjà près de

d’horlogerie. Celle-ci est bientôt suivie de

500 horlogers, techniciens et artistes, ce

dizaines d’autres dont le Millionomètre

qui se révèle considérable pour l’époque.

LeCoultre

d’une

machine

se

mue

en

une

manufacture


jaeger-lecoultre • Atmos Classique Transparante Phase de lunE

rEf. 5145201

J aeger - lecoultre > P 0 3 2


180 ANS

d ’ une histoire en mouvement

De cette histoire, il faut retenir ceci : en 180 ans, l’entreprise Jaeger-LeCoultre a créé et fabriqué dans ses ateliers plus de 1200 calibres différents présentés aujourd’hui, pour la plupart, dans une fresque originale installée dans le musée privé de la manufacture. Mais cette « Grande Maison » a également déposé près de 400 brevets et compte à son actif des premières mondiales en matières horlogères dans l’univers de l’extra plat en particulier. Elle est également à l’origine de nombreuses montres de légende comme la Reverso, garde-temps toujours en production, de la Memovox aujourd’hui intégrée à la ligne Master. Avec l’intégration de la manufacture au sein du Groupe Richemont à l’aube des

années 2000, la « Grande Maison » a passé un cap. Les premières années du troisième millénaire comptent ainsi parmi les plus fécondes de toute l’histoire de Jaeger-LeCoultre. En 13 ans, la manufacture a créé plus de 75 nouveaux calibres, parmi lesquels des grandes complications, tourbillons, répétitions minutes, chronographes, quantième perpétuels, et mouvement à longue réserve de marche (15 jours), les premiers calibres dépourvus de lubrifiant, etc. Ces inventions ont donné lieu au dépôt de plus de 80 brevets, tant dans le domaine des mouvements que dans celui des boîtiers. Le XXI e siècle marque également une autre étape majeure de l’histoire de Jaeger-LeCoultre : la création des pre-

mières montres-bracelets à grandes complications (soit au moins trois complications majeures dans une montre). En 2004, les horlogers de la Manufacture créent la Gyrotourbillon I. Montre superlative, elle offre un tourbillon gravitant sur deux axes, un calendrier perpétuel à indicateurs double rétrograde et une équation du temps marchante. Pour couronner le tout, elle offre une autonomie de huit jours. Son Calibre Jaeger-LeCoultre 177 ne compte pas moins de 679 composants. Quant aux quelque 100 composants du tourbillon sphérique, ils pèsent à peine un tiers de gramme. A sa façon, la manufacture Jaeger-LeCoultre compte au nombre des entre-

prises horlogères les plus inventives du marché. Elle s’impose aujourd’hui comme la référence parmi les marques présentes dans l’univers de la Grande Horlogerie avec ses collections de haute joaillerie, en passant par les Atmos compliquées, les Amvox, Master Compressor Diving, Reverso Squadra ou encore Duomètre. Créative et à la pointe de la technologie, elle a la fierté du travail bien fait dans les règles et de produire l’intégralité de ses collections dans ses murs grâce aux talents conjugués de plus de 1000 personnes maîtrisant tous les métiers de l’horlogerie, du décolletage de précision au montage de tourbillons comprenant plus de 100 composants pour un poids inférieur au gramme… qui dit mieux ? Vincent Daveau


grande reverso 976 pink gold 373 24 20 • Grande Reverso Ultra Thin Duoface STEEL 378 85 70 Grande Reverso Ultra Thin tribute to 1931 PINK GOLD LTD ED 500 278 25 21 • Grande Reverso Lady Ultra Thin Duetto Duo steel 330 84 21


NEWSWATCH

Master HOMETINE ASTON MARTIN STEEL 162 84 7N • Master tourbillon dualtime with a redesigned tourbillon 156 25 21 Master Ultra Thin Jubilee platinium lTD ed 880 129 65 20 • MOON CALENDAR DUOMETRE with the revolutionary «dual-wing» concept pink gold 604 25 20


Comme le Janek, fort de 26 ans de pratique du design au sein de la manufacture : « Une montre a une valeur intrinsèque qui tient en partie à son prix ou à sa rareté, mais elle possède également une valeur affective. Toutefois, les créations de la manufacture possèdent également une valeur d’usage. Cette force née est du fait qu’elles incarnent, pour ceux qui les choisissent, une certaine idée du raffinement et sont une expression faite matière d’un certain accomplissement. On n’est pas à l’origine de cela, le consommateur décide si telle ou telle montre est à son image. Ainsi, les Belges adorent la marque car elle est traditionnelle, mais bien intégrée dans le monde d’aujourd’hui avec cette capacité d’exprimer aux yeux de tous cette idée d’exclusif, née de la possibilité de les personnaliser. Et la personnalisation dans un monde souvent conformiste est l’expression de la différence. Et comme la différence est une richesse… »

Cette richesse faite de différence se retrouve-t-elle dans la nouvelle collection Duomètre ? « Avec la Duomètre, on a voulu offrir quelque chose d’autre. Quelque chose de moderne et de traditionnel, à la fois qui soit une montre innovante et dans son temps comme la Reverso ou la Memovox étaient deux produits bien dans leur époque avec ce qu’il fallait de sophistication. La Duomètre c’est l’envie de faire de l’horlogerie de haute volée tout en échappant à l’idée d’une montre traditionnelle. La question était de trouver une « saillance » à ce développement pour le faire comprendre. Le but : mettre en perspective la double fonction associée au double barillet. Résultat : on peut développer autant de fonctions que l’on veut en se renouvelant, sans pour autant sortir du style Jaeger-LeCoultre. Je me suis inspiré des montres de poche et j’ai combiné cela avec une vision contemporaine. Au final, le calibre de la Duomètre est démonstratif, mais résolument moderne. La Duomètre signifie pour nous une prodigieuse montée en gamme, mais elle nous a projetés dans une nouvelle dimension avec une grammaire stylistique affirmée et parfaitement identifiable. Evidemment, on a communiqué pour imposer la collection, parfois même avec des slogans que certains ont considérés comme un peu arrogants : « avez-vous déjà porté une vraie montre »… Mais le but c’est de dire : nous avons envie de faire découvrir un produit de qualité et un vrai produit. C’est une idée ayant une dimension de partage…. Et c’est ce qui fait nos valeurs et en vrai, notre vie… Car on pourrait en parler longtemps, mais tout l’intérêt de l’horlogerie c’est de vivre son produit…

entretien avec

J anek D eleskiewicz

autour du design chez J aeger - L e C oultre

Première montre de l’histoire de l’horlogerie dotée de trois cadrans animés par un seul mouvement, la Reverso grande complication à triptyque interprète trois dimensions temporelles. Sur son recto, l’heure civile est rythmée par un tourbillon isomètre à ellipse. Son verso offre une équation du temps et le calendrier zodiacal. Son troisième cadran est intégré à son brancard : un calendrier perpétuel instantané est actionné toutes les 24 heures, à minuit sonnant. En 2008, Jaeger-LeCoultre rend hommage à l’esprit pionnier de ses fondateurs en créant quatre séries limitées en or rose, chacune pourvue de complications emblématiques de l’histoire de la marque : la répétition minutes, le calendrier perpétuel, le tourbillon et le calibre ultraplat. Réplique des Memovox Polaris de 1965 et 1968, la Memovox Tribute to Polaris rappelle les grandes heures de l’histoire de Jaeger-LeCoultre dans le domaine des montres de plongée. Une collection prodigieuse d’Atmos ouvre de nouveaux horizons pour la fameuse pendule perpétuelle qui célèbre ses 85 ans. Quant à la Reverso Gyrotourbillon 2, elle offre pour la première fois à l’illustre montre réversible un tourbillon sphérique. Elle ajoute au jeu du retournement de son boîtier la rotation savante de son tourbillon sur 2 axes, rythmé par les battements d’un spiral cylindrique : nouvelle étape dans la précision horlogère des montres mécaniques qui s’exprime dorénavant en fractions de seconde par jour.

En 2013, 180 ans d’inventions au service de la Haute Horlogerie Depuis 180 ans, décennie après décennie, à mesure que de nouveaux savoir-faire ont été intégrés à la Grande Maison de la Vallée de Joux, les bâtiments se sont ajoutés les uns aux autres, dans le prolongement de l’atelier originel d’Antoine LeCoultre, au cœur du village du Sentier, à un jet de pierre de l’endroit où Pierre LeCoultre acquit son premier terrain en 1559. Les toits de la Manufacture se sont multipliés pour former un ensemble architectural complexe qui, bien plus qu’un sanctuaire de la Belle Horlogerie, constitue aujourd’hui un prodigieux espace de création. Sous les toits de la Grande Maison, chaque jour, 180 savoir-faire horlogers et plus de 20 technologies inventent, conçoivent, fabriquent, assemblent, règlent, sertissent, gravent ou émaillent des garde-temps uniques qui font rayonner et renouvellent en permanence la grande tradition horlogère suisse. Vincent Daveau J aeger - lecoultre > P 0 3 6


jaeger-lecoultre • Grande Reverso Ultra Thin Tribute to 1931 • Pink Gold

ref. 2782521


RICHARD MILLE • TOURBILLON RM 27-01 • titanium and bridges in aluminum - lithium • ref. 2782521


Véritable prince dans le monde des concepteurs de montres rares, Giulio Papy a imposé au fil des années et à force de défis répétés sa vision des complications horlogères. Rencontre avec un passionné visionnaire à qui l’on doit quelques-unes des plus belles expressions mécaniques du temps qui s’écoule… Toujours attentionné, prêt à raconter sa passion, Giulio Papi est un homme à la fois de terrain, d’établi, et un véritable communicant. On le connaît tous, on le sait associé à Audemars Piguet, on l’a croisé sur les salons, mais qui est cet homme qui, toujours le sourire aux lèvres, prend plaisir à vous accompagner dans un parcours initiatique à la découverte de la signification des choses horlogères et sait, en quelques mots choisis, expliquer chacune des subtilités d’une complication ? Pour Giulio, le métier s’est imposé comme une nécessité à une époque où l’horlogerie était en crise. Passionné par les belles mécaniques, un peu doué en math et surtout de ses mains, habitant la Chaux-deFonds, il semblait prédestiné à rejoindre l’école d’horlogerie. Brillant, et surtout seul en première année, son maître Jean-Claude Nicolet, lui fait directement suivre les cours de 4ième année. « Une fois mes humanités terminées, je suis allé postuler chez Audemars Piguet car ils étaient pratiquement les seuls, à l’époque, à faire des complications. Seulement, il existe une différence entre le rêve et la réalité. « A l’embauche, ils me disent qu’il faut commencer par la base et me confient le montage des mouvements à quartz avec la charge d’écluser un stock de mouvement en un an. Impatient de faire mes armes en horlogerie véritable, j’ai expédié l’affaire en 3 mois ». Fort de cette performance, le jeune horloger obtient de passer à l’atelier « anglage et squelettage ». « C’est là que j’ai rencontré Dominique Renaud et que j’ai appris bien des choses en matières de terminaisons. C’est là aussi que j’ai pris conscience que la qualité n’est pas une somme de temps passé, mais l’expression d’une aptitude ». Au bout de 18 mois d’apprentissage, je suis allé aux RH pour demander à rejoindre les équipes qui développaient les quantièmes perpétuels, mais on me dit que ce poste ne me serait accessible que dans 5 ans… Et les Répétitions Minutes, dans 20 ans… Vincent Daveau

G iulio P api

T he little prince of horology Years after years and through repeated challenges, Giulio Papy, a real prince in the world of rare watches designers, has imposed, his vision of watchmaking complications. Meeting with a visionary an a passionate to whom we owe many of the most beautiful time dedicated machineries … Always thoughtful and ready to talk about his passion, Giulio Papi has extensive field experience but is also a workbench man with a great sense of communication. Everybody knows him, It is a known fact that he is associated with Audemars Piguet, we met him at exhibitions, but who is that man who, with a smile on his lips, takes you along an initiatory journey meant to understand more of the things of watchmaking and who manages with few chosen words, to explain every subtlety in a complication? For Giulio, the metier has become a necessity at a time when watchmaking was going through a crisis. Passionnate about beautiful mechanics, with a gift for mathematics, skilful hands, and living in la Chaux-de-Fonds, one could say that he was destined to join the School of Watchmaking. Giulio was a bright student and the only one attending the first year. His master, Jean-Claude Nicolet, had him following 4th year classes. “Once I had finished with my humanities, I applied for a job by Audemars Piguet because, in those days, there were only very few watchmakers to make complications. But there is a difference between dreams and reality. “When I got hired, I was told that I had to start at the basis and was appointed to quartz mechanisms with the charge to get rid of a stock of quartz movements in a year. I was so eager to learn about real watchmaking that I completed my mission in 3 months. Strong with this achievement, the young watchmaker is allowed to move on to the « Chamfer and skeleton» workshop. «This is where I met Dominique Renaud and learned many things about assembling. This is also where I learnt that quality wasn’t the result of the time spent at doing something but the expression of an aptitude. ». After 18 months of training I went to see human resources and ask to join the perpetual calendar teams, but I was told that I could only reach this position after 5 years… And Minute Repeaters in 20 years… Vincent Daveau giulio papi > P 0 4 1


Dans une montre de qualité, la plupart des surfaces en acier font l’objet de finitions minutieuses dans le but de capter la lumière. Le poli noir est le terme employé par les horlogers pour désigner le traitement de surface le plus abouti. Le polissage est tellement parfait que la surface apparaît noire à la lumière. Le but est d’obtenir un polissage parfaitement plan permettant aux reflets lumineux d’être diffusés dans une seule direction. Selon l’orientation des pièces, ils sont uniformément noirs, gris ou blancs. La surface en acier trempé revenu apparaît noire lorsque la lumière tombe de façon parfaitement à la perpendicu-

laire de la pièce. Pour arriver à ce résultat, les composants en acier à traiter sont polis de nombreuses fois à l’aide d’abrasifs de plus en plus fins sur des surfaces parfaitement lisses et planes… Le résultat est bluffant et nécessite de la part de l’horloger la plus grande attention car la moindre marque, la moindre poussière vient réduire à néant un travail de plusieurs heures… Le polissage noir, en fermant les pores du métal, limite l’oxydation naturelle du métal tant que celui-ci reste exempt de toute matière adhérente (graisse ou poussière) pouvant retenir les molécules d’eau…

R I C H A R D M I L L E - flyback chronograph components

A nglage

A U D E M A R S P I G U E T - 2 9 1 3 - perscadran - P R

Ce travail consiste à réaliser un chanfrein sur les arêtes de certains composants de la montre afin d’en souligner le dessin par un trait de lumière. Ce travail peut être fait à la machine lors de l’usinage, mais les maisons de qualité font exécuter ces finitions à la main par des artisans habiles ce qui permet de les polir et de les rendre par conséquent plus brillantes. Pour bien garantir que ces traitements sont manuels, les marques exploitent des formes imposant d’avoir recours à la main de l’homme. Dans le jargon, on

L e poli noir

R I C H A R D M I L L E - R M 0 3 6 M ouvement

appelle cela des anglages rentrants autrement dit des finitions dont la réalisation n’est possible qu’à la main… On notera que ces travaux presque invisibles demandent des heures d’un patient labeur (parfois jusqu’à 10 heures pour une seule pièce) fait à l’envolée à l’aide de cabrons, brunissoirs, pierres et tourets à polir en poirier ou en médium. Le résultat est toujours saisissant et ne s’apprécie véritablement que lorsque les pièces sont mises en parallèles d’autres laissées brutes.


l ’ â m e d ’ une entreprise Dépité, j’ai alors roulé ma bosse et cherché ailleurs. Devant l’inertie des uns et des autres, je prenais la décision de me mettre à mon compte avec Dominique Renaud, fin 1985, pour créer nos propres montres comme l’avait fait George Daniels. On a fondé notre entreprise au Locle et créé une première complication de Quantième Perpétuel. Ensuite on a créé notre manufacture car des marques comme Audemars Piguet s’intéressaient à nos développements. La Maison voulait les complications nouvelles, mais ne voulait pas gérer leur développement. Le Brassus était prêt à acheter nos mouvements et nos idées… Nous, on leur a dit oui. C’est la folie de la jeunesse. On a acheté des machines, des tas de trucs et on a engagé du personnel. On est partis d’une feuille blanche et on a été débordés. Mais on est arrivés en 92 à livrer 25 montres. En 1998, on avait tout remboursé. C’est à cette date

que Dominique est reparti, AP a pris 78,4 % des parts de l’entreprise, et moi 20% tandis que Fabrice Deschanel prenait la casquette de Directeur Général. Moi je suis le Directeur Technique car j’aime être dans les complications. C’est pour cela que j’ai fondé la manufacture. Depuis, on travaille main dans la main avec la manufacture Audemars Piguet au développement des produits atypiques, de pièces uniques ou de références éditées pour célébrer le potentiel de cette auguste Maison dans l’art des complications. Mais nous travaillons également avec d’autres entreprises à la mise au point de calibres spéciaux. C’est le cas avec Richard Mille dont certains développements mis au point par nos soins, se retrouvent ultérieurement dans des instruments portant l’estampille AP (par exemple le sélecteur de fonctions pour la couronne de remontoir).

l ’ art de S finitions Pédagogue et passionné, Giulio Papi, le fondateur de la manufacture Renaud & Papi devenue depuis APRP (Audemars Piguet–Renaud & Papi) a réalisé un ouvrage retraçant le processus de réalisation des différentes finitions horlogères. Ce livre extraordinairement documenté est une véritable « bible » en la matière et devrait servir de livre de chevet à bien des horlogers en quête de la finition idéale. L’amateur en revanche découvrira dans ses pages combien il faut de doigté et d’années d’expérience pour réaliser des finitions qui, la plupart du temps demeurent plus ou moins invisibles à la vue. Cet opus fascinant et très bien organisé se révèle une mine, et impose de prendre le temps d’en pro-

fiter pour, comme une véritable plongée au cœur des choses, devenir un outil de référence. Car, au vrai, c’est bien d’un document de travail dont il s’agit, mais réalisé comme le serait un ouvrage d’art. Mieux qu’un long discours, c’est tout le savoir et la passion de cet homme brillant et créatif que l’on découvre au fil des pages de ce merveilleux livre et on ne saurait trop encourager les amateurs véritables à se le procurer au plus vite car il est un concentré de savoir et de savoir-faire, une sorte d’extension contemporaine de la fameuse Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, l’œuvre de référence sur les arts et les métiers, le savoir scientifique et technique, éditée au XVIIIième siècle.

A P - T O U R B I L L O N A N D C H R O N O G R A P H C A L I B R E 2912 H A N D-W O U N D

giulio papi > P 0 4 3


Depuis la nuit des temps, en tout cas depuis qu’elles existent, les montres fascinent car les mécanismes délicats qu’elles contiennent défient l’entendement. Le nom même des montres vient de ce que leurs propriétaires avaient l’habitude de montrer à leurs connaissances les mécanismes contenus à l’intérieur. D’ailleurs, les fabricants de boîtes usaient dès le XVIIième siècle de charnières pour permettre de les extraire de leur logement sans leur faire prendre trop de risques. Plus tard, dans le courant du XIXième siècle, les horlogers devaient couvrir les mouvements de glaces en verre sous les cuvettes mobiles des montres de poche, pour autoriser leurs propriétaires à dévoiler à quelques observateurs choisis, les merveilles mécaniques sans leur faire prendre la poussière. Ensuite, avec l’avènement des montres-bracelets, l’habitude s’est perdue de présenter le mouvement de son instrument en même temps que croissait le besoin de rendre hermétiques et étanches les boîtiers. Cette pratique de rendre transparent le fond des montres à porter au poignet est donc récente. Elle s’est imposée après les années 1990, soit après la crise du quartz. Dans le courant de cette décennie, il fallait rassurer la clientèle quant à

back is beautifull la valeur du calibre embarqué, faute de pouvoir trouver un horloger ayant encore « pignon sur rue » prêt à garantir de ses qualités pour l’avoir vu. Les entreprises horlogères ont donc pris l’habitude dès cette date, et comme le faisait Patek Philippe précédemment pour ses créations d’envergure, d’ouvrir le fond de la montre et d’y installer une glace afin d’offrir aux amateurs de voir les éléments du mouvement sans lui faire prendre le moindre risque. Depuis cette époque, la plupart des maisons, y compris Rolex avec le modèle « Prince », dévoilent les calibres de leurs créations. Cette façon de valoriser la mécanique a permis à cette dernière de voir les traitements largement progresser car certaines marques ont fait de ces terminaisons parfois strictement cosmétiques, des arguments de vente. Depuis, les signatures de haute volée rivalisent d’adresse pour se distinguer les unes des autres et emploient des artisans brillants pour enjoliver les composants afin qu’ils donnent une valeur ajoutée à des mouvements déjà compliqués. Dans le métier, tout le monde s’accorde à le dire, ces finitions peuvent accroître le prix de la montre de plus de 25% à 50% car chaque détail nécessite souvent de nombreuses heures d’un patient travail.

Boîtier or rouge, 45mm de diamètre, anses à fil amovibles brevetées. Mouvement mécanique à remontage manuel P.2002/10, 8 jours de réserve de marche, 28 800 alternances par heure.

Fonctions heures, minutes, petite seconde, date, second fuseau horaire, indicateur linéaire de la réserve de marche, indicateur 24H. Cadran brun avec chiffres et index luminescents, bracelet alligator.


Visible par le fond transparent de cette montre en or rouge, le calibre référencé P.2002, entièrement conçu et réalisé par Officine Panerai est un mouvement à remontage manuel disposant de la date, d’un second fuseau horaire et d’un dispositif de remise à zéro des secondes. La longue réserve de marche de huit jours a pour objectif de réduire les manipulations sur la couronne de remontoir. Couronne qui, dans le passé, soit dans les années 1940, disposait d’un joint d’étanchéité à la longévité discutable. Sur le calibre P.2002, ici rendu partiellement visible, la réserve de marche est garantie par la présence de trois barillets montés en série (bre-

Panerai

R adiomir 8 D ays G M T O ro R osso vet Officine Panerai). Ils assurent une énergie optimale et constante sur toute la période de 8 jours. D’un diamètre de 13 lignes ¾ , le calibre P.2002 comprend 21 rubis, un dispositif antichoc Kif Parechoc® et un balancier oscillant au rythme de 28 800 alternances par heure. On notera sur ce modèle, l’importance des ajourages des ponts de rouage et le travail effectué au niveau des anglages de ces pièces intégralement retravaillées à la main. A observer également lors du remontage manuel, le mouvement que fait le ressort de l’un des trois barillets à travers le découpage de son couvercle.

back is beautifull > P 0 4 5


back is beautifull > P 0 4 6


JULES Audemars

chronom è tre avec é cha p peme nt audermars piguet

Les experts noteront que le système de remontage visible est très inspiré de ceux des montres de poche, en particulier le traitement des roues de rochet (les deux grandes roues avec une creusure satinée appelée en jargon horloger : une gouge). Ils apprécieront le magnifique traitement du rochet doté en son centre de deux cliquets en prise avec une roue à dents de scie. A noter également la présence de rubis maintenus en place par des chatons vissés comme on en trouvait dans les pièces d’antan. Les roues ont leurs bras anglés à la main et les ponts très aériens sont évidés pour rendre l’ensemble de la mécanique la plus aérienne possible. Les puristes constateront que l’échappement ne se trouve pas au dos comme souvent, mais a été placé côté pont en raison de sa technicité.

Boîtier or rose 18 carats de 46 mm de diamètre Mouvement chronomètre à remontage manuel avec petite seconde et échappement spécial Audemars Piguet à haute fréquence : 43 200 alternances par heure. Glace et fond saphir avec traitement anti-reflets, étanche à 20 mètres.

Cadran émaillé noir, compteur de petite seconde en or laqué noir, chiffres décalqués blancs, aiguilles en or rose. Bracelet en alligator cousu main


Calibre RM 56-01 : mouvement à tourbillon à remontage manuel avec heures, minutes, indicateur de réserve de marche sur 70 heures, indicateur de couple et sélecteur de fonction. Dimensions : 50,50 x 42,7 x 16,75 mm. Sélecteur de fonction situé au centre de la couronne de remontoir avec indicateur de sélection au cadran. Boîtier en saphir usiné dans la masse. Bracelet en matière synthétique Aerospace nano®

richard mille R M 5 6- 01 Cette montre offre la très étonnante particularité d’en offrir moins à voir par le fond de son boîtier transparent que par la face avant. C’est une particularité des mouvements Richard Mille qui a bien compris que les montres se portent le plus souvent au poignet et qu’il est donc essentiel d’offrir au possesseur de pareil instrument d’avoir le meilleur rendu possible de la mécanique du côté le plus aisé pour en profiter. Le fond transparent comme l’est finalement l’intégralité de la montre offre donc au regard le train de rouage qui apparaît comme si la pièce était observée aux rayons X. Une observation attentive permettra de noter la délicatesse des finitions, le soin apporté aux anglages et aux polissages. On notera également que les vis ne sont pas usinées de façon classique, mais possède nt une forme particulière imposant à l’horloger réparateur le recours à des têtes de tournevis spécifiques.

back is beautifull > P 0 4 8


INTERV

jaeger le coultre

MASTER GRANDE TRADITION TOURBILLON

CYLINDRIQUE A QUANTIEME PERPETUEL JUBILEE Calibre mécanique à remontage automatique calibre JLC 985 avec masse oscillante en or 22 carats. Affichage de l’heure mais également des informations calendaires perpétuelles avec lecture de la date, du mois, du jour, des phases de lune et de l’année bissextile. A noter la présence de l’année en cours de façon numérique affichée dans deux guichets. Visible côté cadran : le tourbillon volant à spiral cylindrique portant la trotteuse de seconde.

Boîtier en platine extra blanc Cadran argenté grené mat, index bâtons et minuterie traditionnelle décalquée

Bracelet alligator cousu main

On remarque pour cette pièce dotée d’un calibre mécanique à remontage manuel la présence de traitements et finitions des plus classiques. En particulier, on appréciera les Côtes de Genève radiant, partant du point de centre du tourbillon volant dont on voit le pignon d’entraînement. Sobre, cette platine-pont est partiellement couverte par une masse oscillante très travaillée pour compenser la sobriété du calibre de référence mis au point pour célébrer les 180 ans de la fondation de la société. On notera que le centre du rotor en or 22 carats guilloché « soleil » avec son « ex-libris » s’inspire de la médaille d’or remportée par la maison lors de l’Exposition Universelle de Paris de 1889. Une observation fine permettra aux adeptes des belles choses de noter que les têtes de vis sont bleuies au feu une fois finies car les fonds des entailles destinées au passage de la lame de tournevis sont également bleuis, signe manifeste d’un travail réalisé à l’ancienne. Egalement visible sur le côté du dos vissé, le numéro de limitation de cette pièce produite à seulement 180 exemplaires.

back is beautifull > P 0 5 1


BREITLING FOR BENTLEY 6. 7 5 Calibre mécanique à remontage automatique certifié chronomètre par le COSC Cal. 44B. Trois compteurs et grande date à 12 heures.

Boîtier en acier de 49 mm de diamètre, lunette tournante à crémaillère avec tachymètre variable. (Règle à calcul circulaire)

Cadran Royal Ebony ou différent selon modèle. Bracelet cuir, caoutchouc ou bracelet métallique Speed.

On notera pour cette pièce d’inspiration mécanique automobile le recours à un rotor de masse oscillante spécialement mis au point pour reprendre la forme d’une jante en alliage d’un de ces bolides de luxe dont le logo est fondamentalement très proche de celui de la marque horlogère. Fini avec soin, cet organe permettant de remonter le ressort contenu dans le barillet du calibre grâce aux mouvements du bras du porteur de la montre, laisse voir certains des composants de ce cœur de belle facture réglé avec soin pour répondre aux spécifications du COSC, le Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres.


back is beautifull > P 0 5 3


Calibre mécanique à remontage manuel cal. 574 de 14 lignes avec 45 rubis. Réserve de marche de 60 heures. Echappement silicium, spiral en silicium, échappement sur pivots magnétique. Précision élevée. Indicateur de réserve de marche. Boîtier en or rose de 41 mm de diamètre ; fond transparent. Version également disponible en or blanc. Bracelet en alligator cousu main. Boucle déployante.

BREGUET

chronometrie 7 7 2 7 Breguet propose, cette année, la montre Classique Chronométrie 7727 à haute fréquence (10 hz). Traditionnelle dans son aspect, cette pièce dont le fond ouvert laisse deviner la complexité du mécanisme, se dote au niveau du groupe de régulation protégé par un pare-choc inspiré de ceux du Grand Breguet, de contre-pivots magnétiques. Leur but : créer une sorte de gravité artificielle à l’aide des flux magnétiques pour permettre à l’axe de balancier de ne plus percevoir les différences de position de la montre et ainsi osciller dans des conditions de pivotements en permanence identiques, propices à améliorer de façon très sensible la chronométrie.

back is beautifull > P 0 5 4


Calibre de chronographe mécanique à remontage automatique de manufacture Cal. 4130. Roue à colonne et embrayage vertical. Trois compteurs, sans date. Boîtier : de 40 mm de diamètre en platine massif, fond plein, lunette en Cerachrom poussoir et couronne vissée. Etanche à 100 mètres. Cadran bleu glacier spécifique pour le platine Bracelet Oyster en platine massif.

Rolex

O Y S T E R P erpetual C osmograph D aytona P latine Ce chronographe ne dispose pas d’un fond ouvert comme l’essentiel de la production de chez Rolex (les montres Prince ont le fond ouvert). Il n’en demeure pas moins que le calibre de chronographe automatique référence 4130 installé à bord de cet instrument est réalisé dans la plus pure tradition en faisant appel à une roue à colonne, mais en retenant également des solutions contemporaines comme l’embrayage vertical pour améliorer les rendements. Fini avec soin, ce mouvement - comme tous les autres proposés par la manufacture à la couronne - fait la fierté de la maison et répond à toutes les attentes des horlogers rhabilleurs (les réparateurs). Car chaque composant tombe juste et est construit en suivant une logique propice à permettre une maintenance rapide et efficace. Précis, réalisé avec des matériaux de premier choix, ce cœur mécanique fonctionne dans les normes chronométriques et garantit une précision optimale dans le temps. Un calibre Rolex est la somme de presque un siècle d’expertise et le résultat d’années de développement durant lesquelles chaque composant et chaque fonctionnalité sont testés à l’interne avant d’être proposés aux consommateurs en droit d’être exigeants.

back is beautifull > P 0 5 6


Boîtier de 45 mm de diamètre en titane traité noir, série limitée à 99 exemplaires. Lunette rapportée par 6 vis en titane de forme H noyées polies-bloquées. Calibre de manufacture à remontage manuel squeletté avec tourbillon réf. MHUB6010H1. Nombre de composants : 155 et 19 rubis. Fréquence : 21 600 alternances par heure. 120 heures de réserve de marche. Bracelet : alligator et caoutchouc. Boucle déployante en acier PVD noir.

HUBLOT

C lassic F usion S quelette T ourbillon Finalement, avec les montres squelettes, lorsque le travail est fait avec soin et en respectant un minimum la mécanique, le plaisir de découvrir les composants est double car ce qui est visible côté cadran l’est aussi, dans la majorité des cas, du côté fond. Dans le cas présent, les horlogers ont développé ce calibre avec comme objectif de mettre en valeur du côté du cadran ce qui est habituellement seulement aperçu par le fond. Cela permet aux amateurs de jouir des composants essentiels sans avoir à enlever la montre du poignet. Par ailleurs, le traitement très contemporain du découpage fini à la main dans les ateliers Hublot de Nyon, en Suisse, concourt à renforcer l’aspect architectural de ce calibre d’exception. L’ensemble très équilibré est un ravissement pour l’œil, et un élément de fierté pour celui qui aura choisi ce modèle à la virilité tout en subtilité.

back is beautifull > P 0 5 9


Consciente de l’im p or tance d e p r op oser à sa client èle d es inst r u ments h or l ogers dans l’ es pr it d e la ten d ance , la man ufac ture A u demar s Pi g u et s ’est t r è s t ôt mise en qu ête de mat é r ia u x inn ovants a p p ortant la ga r antie d’ u ne t otale inalt é r abilité de leur teinte n o i re face a u x alé as d e la vie .

Il faut avouer, les Royal Oak et plus particulièrement les versions «Offshore » sont prédisposées à être portées dans des conditions un peu viriles. Il fallait donc à la manufacture faire le maximum pour offrir aux amateurs des produits dotés de carrures ou de boîtiers ayant comme particularité d’être usinés dans des matériaux denses et pratiquement inaltérables ou teintés à cœur. En recourant à la technique du Carbone Forgé, un composite à base de nano fibres de carbone employé en Formule 1 et en aéronautique, la manufacture du Brassus, un petit village situé dans les montagnes jurassiennes, ouvrait la voie en matière d’exploitation de matériaux d’avant-garde. Léger, pratiquement indéformable et très résistant, ce polymère demandant une importante manutention dans sa mise en œuvre, une cuisson sous très haute température et très haute pression, a permis la fabrications de pièces ultra sportives comme des montres de plongée étanches à 300 mètres ou même des « Concept watches » ayant marqué leur temps. Pour protéger cette matière susceptible d’être rayée par des matériaux durs comme le titane ou les minéraux denses, Audemars Piguet l’a associée à la céramique teintée noire dans la masse, au caoutchouc et au titane traité DLC. Depuis peu, la manufacture réalise également une partie de ses pièces à caractère sportif totalement en céramique. C’est le cas du chronographe Royal Oak Offshore 44 mm de diamètre et de la montre de plongeur Royal Oak Offshore Diver 42 mm, dont la lunette mais également la carrure sont réalisés dans cette matière dense et pratiquement inaltérable. On retiendra que l’usinage de ces composants dans cette matière à la dureté proche de celle du diamant, demande près de 8 fois plus de temps qu’il n’en faut pour travailler l’acier. Mais le résultat est là : les montres de luxe ainsi parées sont pratiquement garanties de ne pas subir les affres des ans et de rester aussi belles qu’au premier jour. Dans un monde où chaque chose est vouée à connaître une certaine obsolescence, oser l’inaltérabilité est un vrai luxe qui garantit à la pièce étant dotée de cette qualité, de conserver une valeur supérieure aux modèles traditionnellement réalisés en acier, en titane traité noir en surface, ou même en or. Vincent Daveau

CArBON IS BLACK > P 060

audemars piguet • ROYAL OAK OFFSHORE CHRONOGRAPH • forged carbon ref. 26176FO.OO.D101CR.02


C A R B O N is B L A C K


aP • ROYAL OAK OFFSHORE Self Winding Tourbillon Chronograph • Forged Carbon

aP • ROYAL OAK OFFSHORE DIVER • Forged Carbon

ref. 26550AU.OO.A002CA.01

ref. 15706AU.00.A002CA.01


C onsci ou s of how im portant it is to offer thei r c u stomers, timepieces that are in the s p i r it of the tren d, manufacturer Audemar s Pi g u et has, since ea rly, been looking f or inn ovative mate rials able to ensure f u ll

inalterabilit y

to

thei r

black

hue

a g ainst li fe hazards

One must admit that Royal Oak watches and especially offshore models are worn in quite manly situations. The manufacturer thus had to do the maximum so as to provide enthusiasts with products endowed with frames or cases with the particularity of being tinged in bath or fabricated in dense and virtually unalterable material. By using the technique of Forged Carbon, a composite made of carbon nano fibres, used in Formula 1 and the aviation industry, the manufacture, established in Brassus, a little village located in the mountains of the Juras, has blazed a trail in the sector of advanced material. Lightweight, dimensionally stable and highly resistant, this polymer requires substantial handling during implementation and hast to be treated under extremely high temperature and pressure to produce Sport watches such as 300 meters waterproof diver’s watches or even « Concept watches ». To ensure protection from scratches caused by hard material such as titanium or dense mineral, Audemars Piguet combines it with black tinged-in-bath ceramic, rubber and DLC treated Titanium. Recently, the manufacturer has started producing some ceramic-only sport pieces. Like Royal Oak Offshore 44 mm diameter chronograph and diver’s watch 42 mm Royal Oak Offshore Diver. A watch with both bezel and frame, made out of this dense and almost unalterable material. It should be pointed out that machining of those parts in a material presenting hardness close to the one of a diamond, takes almost 8 times longer than machining of steel. But result is: luxury watches trimmed like this, are almost guaranteed to resist against the throes of time and to remain as beautiful as on day one. In a world where every thing is bound to experience some kind of obsolescence, inalterability is a real luxury and offers the piece with such characteristic, the ability to maintain a value at a higher level than would the ones traditionally cut into steel, black treated titanium or even gold. AP • ROYAL OAK GMT TOURBILLON CONCEPT Forged Carbon

Vincent Daveau

ref. 26560IO.OO.D002CA.01

CArBON IS BLACK > P 063

aP • MILLENARY CARBON ONE • Forged Carbon ref. 26152AU.OO.D002CR.01


NEWSWATCH

ROYAL OAK OFFSHORE stainless steel 26400SO.OO.A002CA.01 • ROYAL OAK CHRONOGRAPH stainless steel 26320ST.OO.1220ST.03 ROYAL OAK offshore diver black ceramic 15707CE.OO.A002CA.01 • ROYAL OAK stainless steel 15400ST.00.122OST.03


ROYAL OAK OFFSHORE CHRONOGRAPH black ceramic 26402CE.OO.A002CA.01 • Ladie’s royal oak pink gold 67651OR.ZZ.1261OR.01 ROYAL OAK openworked stainless steel 15305ST-OO-1220ST-01 • millenary 4101 Pink gold 15350OR.OO.D093CR.01


It’s what we call an electrifying relationship. The new Panamera S E-Hybrid. Emotion meets efficiency. In a plug-in hybrid with system performance of 306 kW (416 hp). The new lithium-ion battery can be charged externally, enabling an electric range of up to 36 km. With an average fuel consumption of 3.1 l/100 km. Just as you would expect from a technology leader.

Environmental information (rD 19/03/2004) : www.porsche.be

AvErAgE consumpTIon (l/100 km) : 3.1 / co2 EmIssIons (g/km) : 71


www.porsche.be


un monde où les qualités mécaniques sont sublimées et où l’adrénaline coule à flot sur fond de valeurs ayant une portée universelle. L’occasion pour tous

ces protagonistes de se mesurer entre eux sur un autre terrain pour savoir qui aura la pole position… A vos marques … Prêt… Go !

dant de la course automobile sachant que la marque est déjà largement impliquée dans l’univers de l’Endurance en ayant un partenariat historique avec les 24 Heures de Daytona, en Floride (USA) et en ayant reconduit sa présence aux 24 heures du Mans, en tant que Montre Officielle pour plusieurs années. Voilà qui devrait contribuer à renforcer son image auprès d’un jeune public et à permettre de célébrer avec faste le cinquantenaire du célèbre Chronographe Oyster Perpetual Cosmograph Daytona dont la production a débuté en 1963.

présence sur les circuits et ainsi profiter plus efficacement encore de l’aspiration créée par la présence de Rolex dans le même univers. Mais attention, il a fallu également compter avec d’autres protagonistes dans cette fantastique course médiatique autour de la voiture, objet qui reste par excellence, le jouet pour adulte. Si les trois ténors sont bien cernés, d’autres maisons horlogères ont également affiché leurs prétentions. Ainsi, la manufacture Hublot qui a perdu son image associée à la F1, a fait tout son possible pour la renforcer comme partenaire de Ferrari (depuis 2011) et affiche sa présence comme chronométreur de la Scuderia Ferrari à grand renfort de logos sur les meilleurs emplacements. Dans la même veine, et parce qu’il serait injuste d’oublier les efforts faits par des maisons comme Oris, il est important de rappeler que cette société horlogère indépendante basée à Hölstein en Suisse alémanique, a renouvelé pour la 11 ème année consécutive, son contrat qui la lie au Team Williams et en tire des bénéfices à travers son marketing.

© Mark Horsburgh / Reuters

Les marques horlogères, toujours en course pour conquérir un nouveau public, sont nombreuses, cette année, à jouer la carte de l’univers automobile :

Depuis longtemps les marques horlogères s’intéressent à la Formule 1, discipline reine des sports automobiles car elle offre de réunir un nombre considérable d’amateurs lors de chaque course. Seulement, l’audience dans ce secteur semble avoir connu une baisse sensible en 2012 et perdu, sur le demi milliard officieux de spectateurs annoncé, près de 15 millions de fans que l’on dit Chinois. Qu’importe, le nombre de clients potentiels demeure considérable et l’on sait à quel point un spectateur est en situation d’absorber des informations commerciales de façon indirecte quand il est pratiquement hypnotisé par une mise en scène fantastique ou le suspens est vécu en «live». Ce bon résultat n’a pas échappé aux entreprises qui, en concurrence les unes avec les autres, ont besoin d’une visibilité importante pour entretenir leur notoriété, mais également se faire connaître d’un plus large public. Et c’est Rolex qui, à la fin de l’année passée -le 5 décembre très exactement-, a annoncé avoir signé un partenariat de plusieurs années avec la Formule 1 et en être le Chronométreur Officiel et la Montre Officielle. Dans une conjoncture où il devient de plus en plus difficile d’imposer avec force son image tant les relais médiatiques sont nombreux, Rolex a donc mis la main sur les retransmissions audiovisuelles des 20 grands Prix comme l’avait fait TAG Heuer en son temps, de 1992 à 2003. Seule différence avec les années passées, huit des Grands Prix, contre trois en 2000, se courent dans des pays dits stratégiques pour les horlogers. De toute évidence, être en première ligne médiatiquement parlant, contribue à renforcer sa position sur les marchés déjà bien établis et à imposer avec force son image auprès des adeptes des sports automobiles vivants dans des pays dans lesquels la marque n’est pas depuis longtemps implantée. Ce puissant positionnement permet à Rolex d’étendre encore son influence dans le monde trépi-

Tous sur la grille de départ On connaît la marque de montres en « pole position » dans cette compétition où l’enjeu est d’avoir la meilleure image médiatique dans l’univers des sports automobiles. En cette fin de saison, il est intéressant de savoir si les autres maisons présentes sur les circuits ont su bénéficier de l’effet d’aspiration créé par la présence de Rolex sur les circuits. On sait que TAG Heuer était présente à Monaco en partenaire privilégié de l’ACM, l’automobile club de la Principauté, mais c’est l’écurie Mercedes AMG Petronas qui a remporté la victoire, soit le partenaire d’IWC. Donc, le gain de la présence de TAG Heuer sur ce circuit ne s’est fait que très moyennement sentir puisque les retombées médiatiques dans le secteur horloger ont surtout vanté la victoire d’IWC aux cotés de l’écurie dont elle est l’un des nombreux sponsors. Mais qu’importe, car l’année a surtout été l’occasion de célébrer deux cinquantenaires de modèles d’envergure : celui du chronographe Oyster Perpetual Cosmograph Daytona de Rolex et du chronographe Carrera de TAG Heuer… Une entreprise dont on dit, dans les paddocks, qu’elle pourrait renforcer son partenariat avec McLaren, histoire d’augmenter sa

L’univers du GT Mais la présence de Rolex dans tous les univers de l’automobile et à des emplacements stratégiques permettant d’être vu du grand public ne donne que bien peu de chance à la concurrence de rivaliser. Ainsi, la présence aux 24 heures du Mans de TAG Heuer aux côtés de l’écurie Audi, ne lui permet pas véritablement de tirer son épingle du jeu car la simple évocation des 24 heures du Mans ou des 24 Heures de Daytona renvoie, dans l’imaginaire du public, à Rolex. Il faut dire, la marque ne lésine pas en matière d’affichage pour imposer visuellement sa présence. Et cela fonctionne à merveille. Résultat : les marques concurrentes n’ont qu’à bien se tenir ou à se trouver des univers secondaires dans lesquelles elles peuvent exprimer leur passion


A uto et H orlogerie

tous en piste > P 0 6 9

tous en piste

pour les courses automobiles et tenter de conquérir les passionnés en créant des pièces qui, à l’instar, du chronographe Blancpain 8886F Supertrofeo Flyback sont nées de la compétition et de l’investissement de Blancpain au sein du Lamborghini Super Trofeo. Un univers qui semble plaire à la marque horlogère puisqu’elle est également « sponsor titre » pour les Blancpain Endurance Series et la Montre Officielle des ADAC GT Master, un championnat automobile Pro-Am. Evidemment, d’autres entreprises -et elles sont nombreuses-, occupent le segment. Parmi celles qui proposent des produits inspirés de cet univers des GT, on citera Tudor qui, depuis le début de l’année, n’est pas seulement le « Timing Partner » du constructeur italien de moto Ducati, mais également la gardienne du temps au sein du Championnat du Monde d’Endurance FIA (en anglais World Endurance Championship : WEC), né de l’association de Jean Claude Plassart, ancien Président de l’Automobile Club de l’Ouest (ACO) et de Jean Todt, Président de la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA). Ce partenariat qui célèbre avec éclat le renouveau d’une discipline parmi les plus exigeantes et palpitantes dans l’univers des sports mécaniques s’est exprimé, à Silverstone, mais également, le 4 mai, sur le circuit de Spa-Francorchamps, dans les Ardennes belges et a trouvé son plein développement les 22 et 23 juin, durant les 24 heures du Mans. On sait par ailleurs et depuis l’association créée entre Breitling et Bentley que filer la métaphore entre automobile et horlogerie peut rapporter gros. Cette année, la marque souligne son association avec le constructeur britannique en présentant le chrono Breitling for Bentley Light Body Midnight Carbon : une référence puissante et racée, tout à fait dans la veine des GT les plus tendances parées de carrosseries noires mates… Preuve que l’horloger préféré des pilotes a pris l’option de les conquérir tous, qu’ils sévissent dans les airs ou sur terre…

L’art de faire d’hier le futur de demain On sait que le relationnel qu’entretiennent les horlogers avec l’automobile est lié à la belle mécanique. Seulement, celle-ci s’incarne plus particulièrement dans l’univers des voitures de collection. C’est ce qu’a parfaitement compris la maison Chopard qui, aujourd’hui codirigée par Caroline et Karl-Friedrich Scheufele, a parfaitement analysé ce qui liait les uns aux autres. Voilà pourquoi elle s’implique comme partenaire du rallye des Mille Miglia depuis 1988 et propose, comme à chaque fois, un nouveau chronographe spécialement édité pour l’événement. Le modèle de cette année, racé et efficace, dispose de poussoirs de chrono inspirés des boutons des tableaux de bord des voitures de sport d’antan. Les compteurs de chrono se réfèrent aux tachymètres des tableaux de bord des racers du passé. Mais c’est indéniablement le bracelet, reprenant le profil d’un pneu Dunlop des années 60, qui comme un fil conducteur, rend particulièrement cohérente cette collection auprès des amateurs. Et parce que le lien fonctionne bien, Chopard a étendu le concept à la ligne Superfast : une collection plus jeune d’esprit, dotée de calibres de manufacture de nouvelle génération, dont le principe est qu’elle incarne les valeurs du Grand Prix de Monaco Historique, une course réputée dont la maison familiale est également le sponsor et chronométreur officiel. Autre horloger très présent dans le secteur : Richard Mille. Il a été, cette année encore, le partenaire principal du Grand Prix Historique de Pau (10 au 12 mai) et le partenaire principal du Grand Prix de Pau Moderne (18-20 mai), mais également et pour la première fois, celui du rallye de Spa Classic, en Belgique (24 au 26 mai).

A l’occasion de cette compétition qui s’est déroulée sur la célèbre piste vallonnée très réputée pour son tracé sinueux, le propriétaire, collectionneur de voitures de sport anciennes a dévoilé la RM011 Spa Classic, une édition limitée à 50 pièces de son chronographe automatique Flyback avec compte à rebours, quantième annuel et rotor à géométrie variable. Et parce que la passion des belles choses est fédérative, la maison Audemars Piguet a choisi d’être présente comme sponsor du rallye Gstaad Classic qui a eu lieu du 25 au 28 septembre. En revanche, la maison indépendante du Brassus a renoncé au Tour Auto, rallye se déroulant en France. Et parce que le métier n’aime pas le vide, c’est Hublot qui a repris le flambeau avec, en prime, un chronographe dédié : le Classic Fusion Tour Auto Chrono, un instrument automatique au dessin associant des lignes classiques à d’autres plus contemporaines pour faire de lui un produit totalement d’actualité. Evidemment, d’autres maisons sont également présentes dans ce secteur très porteur de l’automobile, mais elles occupent des niches que les ténors ont laissées libres. Ce faisant, la notoriété qu’elles en tirent est à l’aune de ce positionnement. Il n’y a pas à discuter, et tout le monde l’aura compris à la lecture de ce dossier, le relationnel entre horlogerie et automobile est efficace s’il est d’envergure et touche un large public, ou une clientèle dûment ciblée et reconnue comme susceptible de céder à la tentation de s’offrir un produit faisant référence à la passion des potentiels acheteurs. Ne pas parvenir à atteindre cette équation serait contre-productif… Dans le cas des grandes marques, leur notoriété sort toujours grandie des partenariats qu’elles entreprennent et ces actions permettent également à terme de créer la légende des produits associés… Patrick Delaroche


avoir la passion de la vitesse

A passion for speed

Cette année, le chronographe de Rolex dans la gamme Oyster, plus connu sous la seule dénomination de « Daytona », fête cinquante ans de passion pour la vitesse et l’univers du sport automobile. L’occasion de retracer l’histoire de ce garde-temps parmi les plus recherchés au monde, et dont les différentes déclinaisons proposées par Rolex au fil des ans ont toujours autant fasciné les passionnés de belle mécanique.

This year, Rolex Oyster collection chronograph better known by the single name « Daytona » celebrates 50 years of passion for speed and the world of motorsports. An opportunity to trace the history of this timekeeper, one among the most globally sought-of pieces. Its numerous versions, offered by Rolex along the years, have continuously fascinated lovers of beautiful mechanics.

Cet instrument que Rolex a dédié en 1963 aux pilotes et aux passionnés de sports mécaniques a un temple : ce mythique circuit créé en Floride en 1959 de 4 kilomètres de circonférence, aux virages relevés de 31 degrés pour permettre aux voitures d’atteindre des vitesses prodigieuses. C’est sur cet anneau d’asphalte que se courent le Daytona 500 et la Rolex 24 at Daytona, une épreuve d’endurance, véritable pendant des 24 heures du Mans, en France, et considéré par les meilleurs pilotes internationaux comme étant l’une des courses les plus difficiles du monde.

In 1963, this timepiece was dedicated to pilots and motorsports enthusiasts and it has a shrine: A mythical 4 kilometres long speedway, created in Florida in 1959 with a banking that goes up to 31 degrees permitting cars to reach stupendous speeds. This asphalt ring, is home to Daytona 500 and the Rolex 24 at Daytona, a sports car endurance race, true counterpart of the 24 hours of Le Mans in France, and is, according to the best international racing drivers, one of the world’s most challenging endurance races.

Né sur la piste

Born on the track

C’est sur ce circuit exigeant, héritier de l’une des plus formidables histoires de la course automobile, que la légende du Cosmograph Daytona de Rolex s’est écrite. Seulement, pour comprendre l’engouement pratiquement immédiat du public pour ce modèle, il faut se replonger à l’aube des années 60. l’Amérique vit alors en pleine Guerre Froide et le mot d’ordre est à la conquête spatiale. Le nom choisi par Rolex pour son chronographe est alors parfaitement réfléchi. Il concentre les deux obsessions des hommes de cette époque : l’espace et la compétition automobile en portant le nom de Cosmograph et de Daytona. Ce choix rendait la pièce mécanique d’autant plus attractive que les pilotes des deux disciplines étaient, en ces temps-là, de véritables idoles. Par projection, le porteur de la montre pouvait espérer profiter un peu de cette aura. Ce nom composé a sans doute permis à celui dont finalement le public n’a retenu que la titulature de « Daytona » de faire partie de ces légendes inclassables. Objet passionnel, il représente une sorte de jalon dans le dessin des instruments de mesure du temps très spécialisés du début des années 60. Esthétiquement, ce garde-temps incarne l’idéal de son temps et se veut à la confluence de toutes les aspirations d’une époque. L’attirance qu’il exerce sur les amateurs s’explique par le fait que, très typé avec son puissant graphisme, ce modèle sportif de Rolex allait graviter dans un univers automobile, chose qui devait plutôt bien lui réussir.

This challenging speedway, in line with one of the greatest stories of racing, was the cradle to legendary Rolex Cosmograph Daytona. But, in order to understand the almost instant craze it created, one has to go back to the beginning of the 60’s.America is at the knife’s edge of the cold war and watchword is the conquest of space. The name picked by Rolex for their Chronograph is perfectly thought out. It is the combination of two things men are then most concerned about: space and motor race: Cosmograph and Daytona. This choice would make the mechanical piece all the more attractive that both types of pilots were real idols in those days. In some kind of mimicry the watch bearer could hope for the same type of fame. It is probably due to this compound name that the item solely called Daytona by the public has become part of these unclassifiable legends. Object of passion, it is a kind of milestone in the highly specialized design of time measuring instruments of the early 60s. On an aesthetic note, this timekeeper embodies the ideal of its time and sets itself at the confluence of all the yearnings of an era. The attraction it exerts on lovers, finds an explanation in the powerful graphics and in the fact that it is very distinctive. This sport model by Rolex was going to gravitate in an automotive universe, what seemed to be of good omen.

R o le x C h r o n o g r a p h O y ste r Pe r p et u al C o sm o g r a p h Da y t o na

ROLEXDAYTONA DAYTONA > P 071


Chronologie d’une icône en perpétuelle évolution Ce chronographe mythique sur lequel beaucoup de choses ont été écrites, disponible à ses débuts en acier puis très vite en or massif (et pour la première fois en platine pour ses 50 ans), a aujourd’hui une vraie chronologie établie par la marque qui lui a donné vie. Il a donc été lancé en 1963, soit il y a tout juste 50 ans et un an après la course lancée en 1962, baptisée Rolex 24 at Daytona. Le modèle datant de 1963 présente un cadran noir à compteurs blancs, une lunette externe gravée et des poussoirs champignons non blindés. Comme cela devrait être sur tous les modèles de cette époque qu’il est possible de croiser en salle de vente, le bracelet en acier est à maillons en métal plié, aujourd’hui appelé bracelet riveté (très rare en bon état). L’une des caractéristiques de ce modèle, de sa création à 1977, a été de jouer sur le contraste de couleur entre le fond du cadran noir ou blanc et celui des trois compteurs placés à 3, 6 et 9 heures. A l’époque, le calibre mécanique à remontage manuel employé par la manufacture, dont le pont de roues de chronographe

nances par heure et la date est supprimée par souci de fiabilisation. Le nouveau calibre 4030 qui en résulte est ainsi équipé d’un oscillateur avec balancier à inertie variable avec écrous de réglage Microstella et un spiral à courbe Breguet. Le module de remontage automatique inventé par la marque en 1931 remplace celui du calibre initial. Ce mouvement est soumis à la certification officielle pour obtenir le titre de Chronomètre, gage de précision supérieure. Le nouveau modèle peut dès lors arborer de manière généralisée sur son cadran les mentions Oyster Perpetual Cosmograph Daytona, mais aussi les indications : Superlative Chronometer Officially Certified. Le renouvellement de ce modèle va cependant bien au-delà de la technique. Son esthétique remaniée pose les bases de l’apparence moderne du Cosmograph Daytona, empreinte de prestance et d’élégance. Ainsi, le diamètre de son boîtier Oyster passe de 36 mm de diamètre à 40 mm et intègre un épaulement de protection de la couronne. Par ailleurs, la lunette tachymétrique est élargie et gravée d’une échelle graduée jusqu’à 400 unités. L’instrument reçoit également de nouvelles aiguilles, de nouveaux index, les compteurs sont cerclés afin de donner au cadran plus de modernité sans rien lui faire perdre de son style inimitable. On notera également le choix de signer

était signé Rolex, était fourni par la manufacture de mouvement Valjoux, réputée pour la robustesse et la qualité de ses mouvements. Ceux employés par Rolex à l’époque étaient non certifiés chronomètres et portaient les références Cal. 72B (première série) puis cal. 722 de 1961 à 1965 et cal. 727 de 1965 à 1988.

Les variantes à partir de 1965 Mais, même chez Rolex, les choses évoluent parfois assez vite. Ainsi, conformément à la chronologie proposée par la manufacture, le chronographe Oyster Perpetual Cosmograph Daytona de 1965 dispose, dès cette date avancée, de poussoirs blindés pour augmenter l’étanchéité. L’instrument présente en revanche ce fameux cadran blanc à compteurs noirs (ou l’inverse) qui s’impose comme une sorte de marque de fabrique et que l’on dit avoir été mis au point pour améliorer la lecture instinctive en raison du faible éclairage de nuit sur le circuit de Daytona. On retient également la présence de cette fameuse lunette noire avec une graduation tachymétrique en

Daytona, présent au-dessus du compteur des heures écoulées, en lettres rouges. Le nouveau Oyster Perpetual Superlative Chronometer Cosmograph Daytona est né et va rencontrer un fantastique succès, au point que la référence 16 520 en acier va, dès lors, manquer en permanence.

Le Daytona pur produit de manufacture En l’an 2000, le chronographe Daytona entre dans un nouveau millénaire avec une modification d’envergure : un mouvement chronographe automatique de nouvelle génération, entièrement conçu et fabriqué par Rolex : le calibre 4130. Original, il fait appel à des solutions techniques innovantes et brevetées. Robuste et fiable, il adopte un embrayage vertical pour enclencher la fonction chronographe. Ce choix technique permet un départ et un arrêt parfaitement précis de la seconde du chronographe, sans aucun à-coup. Le chronographe peut également fonctionner de manière prolongée sans impact négatif sur la précision de la montre. Par ailleurs, avec le calibre 4130, les ingénieurs Rolex sont parvenus à réduire de 60% le nombre de composants

plexiglas noir n’allant que jusqu’à 200 units/ heure. Rappelons également qu’à l’époque, les bracelets de ces modèles sont encore rivetés. Apparaît également au cadran l’inscription Oyster (inexistante sur la version de 1963). Elle se généralisera sur le cadran en complément de l’indication Cosmograph. Par ailleurs, la mention Daytona, initialement limitée aux pièces destinées au marché américain, aurait été ajoutée à la demande de la filiale de Rolex aux EtatsUnis pour marquer le lien avec le circuit de Daytona International Speedway, en Floride, en tant que Montre Officielle, et pour symboliser l’ancrage du modèle au monde de la course automobile.

Production et variantes Rolex a également équipé certains chronographes Daytona de cadrans différents de ceux de série. Ces références originales et exotiques (de 1963 à 1978), dont fait partie le célèbre et très recherché cadran Panda dit « Paul Newman » à fond blanc et compteurs noirs, a eu pour objet initial d’améliorer encore plus la lisibilité des fonctions du chronographe dans les

le mythe Paul Newman L’appellation « Paul Newman » est une invention des collectionneurs qui ont associé les rares cadrans dits « Panda » à l’acteur. On rapporte qu’il portait le chronographe avec ce cadran dans le film Winning de 1969 (« The best of Time Rolex Wristwatches » par James Dowling & Jeffrey Hess), mais rien n’est moins certain. En revanche, il existe un grand nombre de photos de lui en course d’endurance -car il était également pilote chevronné- où il porte son chrono. Pour information : les plus belles se trouvent dans le livre « Paul Newman, les images d’une vie » par Yann-Brice Dherbier et Pierre-Henri Verlhac aux éditions PHYB et soutenu par Rolex, en 2006.


conditions difficiles de course. Ce cadran apprécié de Paul Newman qui était également pilote de course, se caractérise par une échelle des secondes autour du cadran, imprimée sur une bande de la même couleur que les trois compteurs. On notera que dans certains cas, la graduation est décalquée en rouge. Les compteurs, quant à eux, se différencient des modèles courants par la présence à la fois d’index mais également de marqueurs carrés sur les divisions des compteurs pour faciliter, une fois encore, la lecture instinctive.

Tendre vers l’automatisme En 1988, le modèle Oyster Cosmograph Daytona à remontage manuel voit sa production cesser. Mais un mythe ne peut pas disparaître après 25 années d’une belle aventure et il revient, la même année, modernisé et doté d’un mécanisme de chronographe à remontage automatique provenant de la manufacture Zenith. Pour répondre au cahier des charges de Rolex dont la normalisation du SAV est l’un des éléments de sa puissance mondiale, le calibre Zenith El Primero cal. 400 est modifié à 50% pour osciller à 28 800 alter-

SAGADAYTONA

nécessaires au mécanisme de chronographe. Ils ont simplifié le système des compteurs des minutes et des heures en les intégrant en un seul module judicieusement placé d’un seul côté du mouvement avec un embrayage décentré. Cette solution brevetée permet par exemple de réduire de cinq à un seul le nombre d’ajustements excentriques pour régler le chronographe. Ce gain de place interne a permis d’augmenter substantiellement l’autonomie du mouvement et de le passer à 72 heures contre une cinquantaine d’heures auparavant. Le mécanisme de remontage automatique a reçu un système d’inverseurs de nouvelle génération permettant un remontage dans les deux sens. L’oscillateur, doté d’un balancier de taille agrandie est équipé du système de réglage micrométrique par écrous Microstella et se trouve maintenu par un pont traversant, fixé de part et d’autre pour offrir une meilleure résistance aux chocs et aux vibrations. Le spiral Parachrom, développé, breveté et entièrement fabriqué par Rolex dans un alliage de niobium et de zirconium, lui est associé. Le groupe de régulation possède, in fine, des caractéristiques exceptionnelles à même de décupler la précision du mouvement en améliorant sensiblement sa résistance aux perturbations environnementales.


U n chronographe anniversaire Pour célébrer sa riche histoire, Rolex a choisi, cette année, de présenter un chronographe Oyster Perpetual Cosmograph Daytona en platine ; une matière noble, précieuse et inaltérable que Rolex n’avait jamais employée pour ce modèle. Pour l’occasion, la nouvelle version arbore un cadran bleu glacier exclusif aux montres Rolex dans ce métal. Il reçoit également une lunette monobloc en Cerachrom de couleur brune (associée au rappel de compteurs), une innovation Rolex aux exceptionnelles propriétés de résistance et d’une esthétique incomparable. Luxueux, ce produit ouvre un nouveau chapitre dans l’histoire de ce garde-temps dont la légende s’écrit quotidiennement au poignet de tous ceux qui l’ont choisi.

COSMOGRAPH le saviez - vous ? Le nouveau calibre 4130 est le premier chez Rolex à arborer le nom du modèle qu’il équipe gravé sur la masse oscillante : un Daytona en lettres rouges et en demi-cercle, qui fait écho à celui sur le cadran. Par ailleurs, les experts noteront que le nouveau calibre 4130 présente au cadran une différence par rapport aux modèles précédents. On remarque que la petite seconde, habituellement à 9 h, a été déplacée à 6 h. Par ailleurs, les compteurs horizontaux des minutes et des heures ont été légèrement relevés par rapport au centre du cadran, une signature esthétique qui renforce l’équilibre visuel du cadran et souligne le soin extrême du détail typique de Rolex.


DAYTONA

DAYTONA > P 075


OYSTER PERPETUAL Datejust Yellow Rolesor 116243 • OYSTER PERPETUAL datejust Everose gold 116135 OYSTER PERPETUAL Datejust Lady Yellow gold 179138 • OYSTER PERPETUAL Datejust Everose gold 116285 BBR

OYSTER PERPETUAL GMT-Master II steel 116710 BLNR • OYSTER PERPETUAL Datejust II Yellow Rolesor 116333 OYSTER PERPETUAL Submariner Date White gold 116619LB • OYSTER PERPETUAL Cosmograph Daytona White gold 116509


OYSTER PERPETUAL Lady-Datejust Yellow Rolesor 116233 • OYSTER PERPETUAL Lady-Datejust Pearlmaster Everose gold 80315 OYSTER PERPETUAL Datejust Special Edition White gold 81319 • OYSTER PERPETUAL Datejust Lady Everose Rolesor 178341

NEWSWATCH

OYSTER PERPETUAL Cosmograph Daytona Everose gold & ceramic bezel 116515LN • OYSTER PERPETUAL Datejust II White Rolesor 116334 OYSTER PERPETUAL Day-Date II Everose gold 218235 • OYSTER PERPETUAL Yacht-Master II Everose Rolesor 116681


the watch that defies the elements. the watch designed to dismantle records. the watch that was born to r ace.

OYSTER PERPETUAL COSMOGRAPH DAYTONA IN PL ATINUM

the fi formula i logo is a trademark of formula one licensing bv, a formula one group company.

discover the story behind the cosmograph daytona on the rolex daytona app for ipad.


T he perfect combination of prestige and ecology The second-generation Porsche Panamera not only impresses with inspiring design and complete equipment, but is also packed with innovative technology where the expected performance is combined with a remarkably thrifty and clean functioning. Above all, the Panamera S Hybrid E-plug-in hybrid drive flaunts impressive figures. Pairing of a 3-liter V6 petrol engine with an electric motor ensures a capacity of 416 total system horsepower and provides a top speed of 270 km/h and an acceleration from 0–100 km/h in 5.5 seconds. While the average fuel consumption remains at the level of 3.1 L / 100 km with CO2 emissions

of just 71g/km! In all-electric driving, Panamera SE Hybrid has a range of 36 kilometers and still reaches a maximum speed of 135 km/h. “Electric motor is definitely the future of Porsche, but also the brand’s DNA”. Says Bertrand Van Bellingen, PR & Training manager by D’IterenPorsche Import. Let’s not forget that in 1900, Dr Ferdinand Porsche’s initial project was The Lohner-Porsche Hybrid vehicle. “ Now, our most recent models also resort to electric motorization even though, here we have a hybrid setup where it is combined to a petrol engine. Moreover, not only Panamera S E Hybrid, but also 918 Spyder,

a super sports car to be put on sale in 2014, makes use of a plug in hybrid engine. They are, as it were, spokesmen of “Porsche Intelligent Performance” which perfectly reconciles efficiency, performance and sportsmanship ”.  Panamera S E-Hybrid costs 113 619 € and offers numerous tax advantages with a deducibility of 90%, a gross monthly benefit in kind of 325 € and, in Flanders, a road tax of only 41 €.

Alain De Jong


©Philippe Buissin / imagellan

P anamera S E - H ybrid

Jean Heinen (CEO Porsche Import)

A utomotive and watch - making , S ame P assion According to Porsche CEO, automotive and watch making have a lot in common. “They both stand for two worlds people have always been passionate about Men and women. In either instance, it is all about fine machines. The difference is that one can be worn everyday and the other, used to go around. But people always vibrate in the same way” One could find here the explanation to numerous collaborations between brands of automobiles and horology. Their respective clienteles are, indeed very similar.

“Porschists often wear beautiful horology”, he points out. “As I realize when we take part to events. As a matter of fact, when we organize an event, we like to involve horology brands ”. This year, Porsche 911 celebrates 50 years. We have then asked Jean Heinen to play a little game. If Porsche 911 were a watch, it would be…. - “A Rolex, for the accuracy and longevity of their watches- just like Porsche 911, Daytona was first produced 50 years ago. Moreover, the Swiss horologist is the Official Timekeeper of the 24 Hours of Le Mans where Porsche will be making a return in 2014 ”.

- “ A Jaeger-LeCoultre, because of their variety and numerous calibers- Just like our Porsche 911 and its 17 versions with various engines and looks ”. - “ A Patek Philippe for their slogan: “ You never actually own a Patek Philippe, you merely look after it for the next generation.” Since Porsche 911 introduction in 1963, there have been 800,000 copies of the car, 70% of which are still on the road today. “ Meaning that there are also Porschists who pass them on from generation to generation ”, says Jean Heinen as a conclusion. Patrick Delaroche


HUBLOT

L a vision du futur


La manufacture Hublot installée à Nyon en Suisse, fait partie de ces marques dont on parle parce qu’elles sont atypiques et pilotées par des personnalités dont la force tient à leur parfaite maîtrise du métier et des marchés. Aujourd’hui, Ricardo Guadalupe, successeur en 2012 de Jean-Claude Biver à la tête de cette entreprise rachetée par LVMH en 2008, nous entraîne dans la découverte de cette maison en

pleine croissance, à travers quelques modèles choisis pour leur coloration automobile…

Pour Hublot, l’avenir semble radieux. Fière d’un succès à faire pâlir la concurrence, la marque a présenté cette année, à Baselworld, un relifting de son produit de référence: le fameux chronographe Big Bang Unico. Produit atypique au design puissant,

il incarne ce désir d’entretenir chez les consommateurs cette attirance pour la nouveauté. Mais la marque a également marqué le coup en osant élargir sa gamme avec des produits à la fois plus classiques comme la ligne Classic Fusion, et la collection dédiée à Ferrari. Et cerise sur le gâteau, si l’on peut dire, la manufacture nous a offert de découvrir deux montres extraordinaires. La première baptisée Hublot Masterpiece MP-05

«la Ferrari », est inspirée de l’univers automobile et dispose d’un calibre ultra original capable de fonctionner sans être remonté durant 50 jours. La seconde est une évolution de la montre créée en l’honneur de la machine d’Anticythère : la montre Hublot Antikythera Sunmoon. Devant tant de nouveauté, il semblait intéressant de plonger au cœur de cette entreprise avec pour guide Ricardo Guadalupe en personne.

HUBLOT > P 085

l ’ histoire d ’ un succ è s

A success story Because they are atypical and driven by characters whose strength relies in their perfect mastery of both the metier and the market, Hublot manufacture, established in Nyon, Switzerland, is one of the brands people talk about. Today, Ricardo Guadalupe, successor to Jean-Claude Biver since 2012 as CEO of the firm, purchased by LVMH in 2008, guides us through the workings of this fast

growing company, with help of few models chosen for their automotive touch…

Future looks bright for Hublot. The company boasts great success, and has introduced, this year, in Baselworld, a relifting of their reference product, famous chronograph Big Bang Unico. An unusual product with a powerful

design, Big Bang embodies the desire to sustain craving for newness. But the brand also made a splash by expanding their range with more classical products such as Classic Fusion line and a line dedicated to Ferrari. And icing on the cake, if we may say, the manufacturer has offered us to discover two extraordinary watches. The first one, called Hublot Masterpiece MP-05 «the Ferrari »,

draws on automotive universe and features an extremely original calibre with 50 days of power reserve. The second one is an evolution of the watch designed in tribute to the Antikythera Mechanism», Hublot Antikythera Sunmoon. Faced with so many new pieces, we got eager to discover more about this company with Ricardo Guadalupe himself, as a guide.


our approach was quite different from the one proposed by the competition. One must bear in mind that roughly 7000 Ferrari cars are sold, each year by the brand’s dealers and these buyers are potential customers for us. But Hublot is totally committed to the automobile brand. We work together in synergy and we, Hublot, are, in one way or another, present at every dealer’s. We are also partners of events of the manufacturer and partners of Ferrari Challenge as the official Ferrari Timekeeper. Dedicated products sell well and this year, we have even proposed a vanguard piece, in the spirit of the car brand: Hublot Masterpiece MP-05 also called: «Ferrari ».

“More over, we are also sponsor of Tour Auto. This is how we fully embrace the world of automotive by taking into account contemporary cars lovers and those who only have eyes for vintage cars.” There is also the question of the positioning of the brand towards women. Here again, Ricardo Guadalupe is very clear. « Women purchases represent more or less 30% of sales and this result is partially linked to the introduction of colourful pieces and also to the interest shown by Eastern women and Latin women ».

© FOTO STUDIO COLOMBO

« This year, the launching of Big Bang Unico collection, creates the opportunity to give a new dimension to this line of sport products endowed with a “ in-house calibre”, » The design has evolved and the strap attachments include a highly valuable and quick dismounting system. But we have also created a second pillar by developing Classic Fusion collection. The goal here: to implement a product segment that is sport chic and dynamic at the same time. With this new generation series, we come back to the brand’s fundamentals. Moreover, we really did shine some light on the collection Hublot & Ferrari. As Ricardo Guadalupe would point out: « With Ferrari,

L es collections en devenir

HUBLOT > P 086


W hat ’ s next ?

« Cette année, le lancement de la collection Big Bang Unico offre l’opportunité de donner une nouvelle dimension à cette gamme de produits sportifs avec un calibre « maison », un design renouvelé et un bracelet doté d’un système de démontage rapide particulièrement appréciable. Mais nous avons aussi créé un deuxième pilier en développant la collection Classic Fusion. Le but : mettre en place un segment de produit à la fois plus sport chic, mais tout aussi dynamique. Avec cette série de nouvelle génération, on revient aux fondamentaux de la marque. Et puis on a également mis un vrai coup de projecteur sur la collection Hublot et Ferrari ». Comme le souligne, Ricardo Guadalupe : « l’approche qui a

été la nôtre avec Ferrari est très différente de celle proposée par la concurrence. Il faut savoir qu’environ 7000 Ferrari sont vendues chaque année par les concessionnaires de la marque. Ces acquéreurs sont de potentiels clients pour Hublot. Mais l’investissement de Hublot avec la marque automobile est totale. On fonctionne en synergie et nous sommes présents d’une façon ou d’une autre chez 100% des concessionnaires. Nous sommes également partenaires des événements du constructeur et partenaires du Ferrari Challenge comme Official Timekeeper Ferrrari. Les produits dédiés fonctionnent très bien et nous avons même proposé cette année une pièce d’avant-garde dans l’esprit de la

marque automobile au travers la Hublot Masterpiece MP-05 dite aussi : « la Ferrari ». « Par ailleurs, nous sommes également sponsor du Tour Auto. C’est une façon d’embrasser l’univers automobile sur 360° en considérant les fans de voitures contemporaines et ceux qui n’ont d’yeux que pour les anciennes ». La question se pose également du positionnement de la marque avec les femmes. Là encore, Ricardo Guadalupe est très clair. « les femmes représentent environ 30% des ventes et ce résultat est en partie lié à l’introduction des pièces de couleurs et à l’engouement de la marque auprès des femmes de l’Est et des femmes latines ».


L a vision du futur « Bref, tout fonctionne plutôt bien et notre production de l’ordre de 35 000 pièces par an, tous produits confondus, nous situe en bonne place parmi les marques de référence en haute horlogerie. On vise à terme les 50 000 exemplaires en production, mais c’est le nombre maximum pour une marque exclusive et puis notre politique est de progresser avant tout en termes de qualité. Aujourd’hui, la diffusion de nos créations se fait par le biais de revendeurs spécialisés ayant une grande expertise, mais également de nos 60 boutiques réparties à travers le monde. Dans un futur proche, le but est d’atteindre 100 boutiques et de proposer des produits à 75% équipés de nos mouvements. Et quant à ce qui est de l’avenir, nous ne sommes pas inquiets, notre équipe de Recherche et Développement est toujours avec un train d’avance sur la concurrence et nous offre de toujours nous projeter dans l’avenir aussi bien en matière de « talking pieces » qu’en matière d’invention pour les collections standard… Mais le futur c’est aujourd’hui et déjà demain… Nous sommes une marque qui incarne bien cette projection dans le présent et dans un futur proche sans renoncer à faire de la tradition horlogère une valeur ajoutée. C’est notre force de savoir être à la confluence des attentes des consommateurs impliqués d’aujourd’hui. Nous avons notre créneau,

notre histoire et notre façon de voir l’horlogerie. Cela fonctionne bien, il n’y a pas de raison pour que nous changions de stratégie… ».

« In short, everything goes pretty well and our production of approximately 35 000 pieces per year, all products combined, puts us in a good position among high horology reference brands. Our long term goal is to manufacture 50 000 pieces but this is the maximum number for an exclusive brand, plus our policy aims, above all at improving quality. Today, our creations are distributed through specialized retailers with great expertise, but also through our 60 stores worldwide. In a near future, we aim at reaching 100 stores and to offer 75% of products equipped with our movements. And as far as future is concerned, we are not worried. Our research and development team is always ahead of the competition and grants us the possibility to project ourselves in the future, be it for “talking pieces” or standard collections … But Future is today and already tomorrow … Our brand does embody this projection in the present and in the near future without giving up the idea of making horology tradition an added value. It is our strength to be able to be at the junction of expectations from nowadays-involved consumers. We have our niche, our history and our vision about watchmaking. It works out

fine. There is no reason why we should change our strategy… ».

Magic Gold Présenté en 2011, ce nouvel alliage a été mis au point pour offrir à l’or des boîtiers de montres, une résistance égale ou supérieure aux matériaux les plus techniques employés par la manufacture. Pratiquement inrayable cet or aux couleurs d’un bronze chaud a une dureté de près de 1000 Vickers contre 400 Vickers lorsqu’il s’agit d’or 18 carats traditionnel. Pour atteindre cette dureté, l’or est injecté à très haute pression dans une matrice en céramique (carbure de bore) ultra légère et très poreuse. Une fois la fusion sous très haute pression réalisée, il ne reste plus à Hublot qu’à finaliser le composants ainsi travaillé. Pour information, le Magic Gold est un or 18 carats comprenant la même quantité d’or 999 pour mille que les versions classiques, bien moins résistantes. Cet alliage est aujourd’hui réalisé dans la fonderie Hublot, en interne et devrait voir sa production se développer avec l’extension des bâtiments en 2015. Vincent Daveau

HUBLOT > P 088 MAGIC GOLD Introduced in 2011, this new alloy was developed to give the gold used in watch cases, a resistance equal or superior to the one of the more technical materials used by the manufacture. Virtually scratchproof, this hot bronze colour gold has a hardness of about 1000 Vickers (VS. 400 Vickers when it comes to traditional 18 carats gold). To reach this hardness, the gold is injected at very high pressure in a lightweight and highly porous ceramic matrix (boron carbide). Once the smelting is carried out under very high pressure, Hublot then have to finalize the components. For your information, Magic Gold is a 18-carat gold containing the same amount of gold (999/mille ) than traditional, much less resistant ones. This alloy is now made in the in-house foundry Hublot,and production is expected to grow with the expansion of the buildings in 2015. Vincent Daveau

V ision of the future


HUBLOT • BIG BANG FERRARI • Ceramic ref. 401.CX.0123.VR


NEWSWATCH

KING POWER USAIN BOLT ceramic LTD ed 250 703.CI.1129.NR.USB12 • big bang unico titanium ceramic chronograph 411.NM.1170.RX big bang ferrari king gold carbon unico manufacture chronograph LTD ED 500 401.OQ.0123.VR • big bang GOLD ZEBRA BANG LTD ED 250 341.PX.7518.VR.1975


classic fusion Tourbillon king gold lTD ed 99 505.OX.80.LR • classic fusion aerofusion chronograph black magic ceramic 525.CM.0170.RX classic fusion aerofusion chronograph king gold 525.OX.0181.LR • BIG BANG JEANS DIAMONDS LTD ED 250 341.5X.2710.NR.1140JEANS


A moins d’un an de la prochaine Coupe du Monde de la FIFA Brésil 2014 TM les montres de luxe sont déjà entrées dans le match. Exemples chez Hublot et Richard Mille, les deux marques préférées des stars du ballon rond. Chronométreur officiel de l’Euro et de la Coupe du Monde de football depuis 2006, Hublot a lancé le chronomètre du prochain Mondial en dévoilant cet été sur la plage de Copacabana l’un des trois comptes à rebours officiels de la compétition, œuvre du mythique architecte brésilien Oscar Niemeyer récemment disparu. Entre-temps, le coup d’envoi de son offensive horlogère a déjà été donné sur tous les terrains lors de la reprise des championnats européens. Quarante montres Hublot ! C’est avec ce « petit cadeau » que le président du Paris Saint-Germain Nasser Al-Khelaïfi est venu encourager ses troupes à leur retour de vacances. Peut-être une façon pour Zlatan Ibrahimovic, Cavani, et leurs partenaires de partir à armes égales avec leurs adversaires durant cette saison ? Pour le titre de Ligue 1, ils croisent le fer cette année avec l’AS Monaco et son prodige colombien Falcao, depuis peu parrain d’une Classic Fusion collector (100 pièces) dont le produit de la vente soutiendra le travail des Nation Unies dans leur lutte anti-drogue. Et que dire des adversaires potentiels du PSG en Champions League ? C’est par équipes entières qu’ils se fournissent chez Hublot: Manchester United en Angleterre, Bayern de Munich en Allemagne, Ajax d’Amsterdam aux Pays-Bas, sans oublier la plus récente recrue de l’horloger, la Juventus de Turin. Chronométreur officiel et montre Officielle de la « Vecchia Dona » depuis l’an dernier, Hublot vient récemment d’offrir à ses supporters la montre qu’ils attendaient : un chronographe King Power en fibre de carbone aux couleurs du club, édité à 200 exemplaires. Cette pièce ultralégère malgré sa taille imposante (48mm de diamètre !) possède la particularité d’avoir deux aiguilles de chrono positionnées au centre : l’une égrène de façon classique les secondes, tandis que l’autre compte les 45 minutes d’une mi-temps.

droit au but Extra time

HUBLOT • King Power Bayern Munich • Titanium ref. 716.NX.1129.RX.BYM12

Autre marque de prestige, autre stratégie. Quand Richard Mille s’associe à un sportif connu, cela le conduit toujours à relever un nouveau challenge horloger proposé par ce partenaire. C’est encore le cas avec la RM 11-01 Chronographe Flyback Roberto Mancini dévoilée au Salon de la Haute Horlogerie 2013 à Genève. L’ancienne gloire de la Squadra Azzura qui jusqu’en mai dernier, entraînait Manchester City souhaitait disposer d’un garde-temps pouvant l’aider à gérer son coaching avec précision. Au cours d’un match de football, les tactiques se décident en effet selon le temps de jeu restant, ce qui dans la majorité des cas ne se limite pas au compte à rebours de la durée réglementaire d’une mi-temps. S’y ajoutent de possibles prolongations, et surtout le temps additionnel résultant des arrêts de jeu. La RM 11-01 totalise tout cela de façon extrêmement simple. Son cadran indique les temps de jeu sur une base de mi-temps de 45 minutes et jusqu’à 15 minutes d’arrêts de jeu. Pour chaque période, une seule pression sur le poussoir à 4 heures active la fonction flyback et replace l’aiguille à 12 heures, prête à démarrer pour la seconde mi-temps. En cas de prolongation, la montre indique les 15 minutes de jeu et jusqu’à 5 minutes de temps additionnel. Nul doute qu’avec cette pièce unique en horlogerie, Richard Mille est bien parti pour marquer durablement ce sport de son empreinte, comme il l’a fait avec la F1, le tennis, le golf et la voile. Certains millionnaires du foot, comme Karim Benzema, sont déjà des aficionados de la marque, qui par ailleurs est récemment devenue chronométreur officiel de Manchester City. Patrick Delaroche droit au but > P 0 9 3


WITHIN ONEYEAR OF THE NEXT FIFA WORLD CUP BRAZIL 2014TM, LUXURY WATCHES HAVE ALREADY ENTERED THE GAME. HERE ARE EXAMPLES WITH HUBLOT AND RICHARD MILLE, TWO OF THE FOOTBALL STARS’FAVORITE BRANDS. Official Timekeeper of the Euro and football World Cup since 2006,Hublot has launched next world cup timer last summer, by revealing, on Copacabana beach, one of the three official countdowns of the tournament, work of Late legendary Brazilian architect Oscar Niemeyer. In the mean time, their offensive, as watchmaker, was kicked-off on every field upon the beginning of the new European league season. Forty Hublot watches to encourage the troops! The « little something » that Paris Saint-Germain President, Nasser Al-Khelaïfi had chosen to present his players with after they had returned from vacation. Maybe a way for Zlatan Ibrahimovic, Cavani, and their partners to be on an equal footing with their opponents during this season? For league 1 championship, this year, the will be jousting with AS Monaco and their prodigal Colombian player, Falcao, recently appointed ambassador of a Classic Fusion collector (100 pieces). Sales proceeds will be used to support UN in combatting organized crime and drug trafficking. And what about PSG possible opponents in the Champions League tournament? Hublot watches are provides to whole teams: Manchester United in England, FC Bayern Munich in Germany, Amsterdam Ajax in the Netherland, without forgetting the watchmaker most recent recruit, Juventus FC in Turin. Official Timekeeper and official watch of «Vecchia Dona » since last year, Hublot have recently offered their supporters the watch they have been expecting: carbon fibre King Power chronograph in the colours of the club, of which 200 pieces were produced. This lightweight piece (despite its impressive size, 48mm of diameter!) is endowed with two centre Chrono hands: the first indicates the seconds, and the other hand, indicates the time elapsed during the 45 minutes of each half.

S traight to the goal EXTRA TIME Other exclusive watch, other strategy. When Richard Mille teams up with a famous athlete, it always leads him to a new horology challenge set by his partner. This time, it applies again with RM 11-01 Chronograph Flyback Roberto Mancini, revealed during in Geneva Time exhibition 2013. Former legend of “la Squadra Azzura”, then, coach of Manchester City until May 2013 he wished to own a time keeper that would support him with precision in his job. During a football game, tactics are decided according to the remaining time. Which, in most cases is more than just the countdown of the official time of play of a half-time. Have to be taken into account, extra times, and above all, added time resulting from time-outs. RM 11-01 watch totals everything in an extremely simple way. The dial displays match time on the basis of two 45-minute halves and up to 15 minutes of stoppage time. For each half, pressing the pusher at 4 o’clock once actuates the Flyback function and repositions the hand at 12 o’clock, ready to start the second half. In case of extra-time, the watch display 15 minutes of extra match time and up to 5 minutes of added time. No doubt that with this unique horology piece, Richard Mille is poised to leave a lasting impression on his sport, like he did with F1, tennis, golf and sailing. Some football millionaires, like Karim Benzema, are already among the brand’s aficionados .By the way, the brand has just been recently appointed Official Timekeeper of Manchester City. Patrick Delaroche droit au but > P 0 9 4

Richard mille • RM 11-01 Roberto Mancini Chronographe Flyback • RED GOLD ref. 549.45.91-1


le sens de l’avenir Concepteur autant de sa propre marque que du renouveau de la haute horlogerie à l’aube du troisième millénaire, Richard Mille a su laisser une empreinte dans son époque. Depuis 2001, son nom constitue une référence dans le métier, et auprès du public, pour avoir osé une approche horlogère futuriste. Assurément, l’audace de ce créateur a fait se remettre en cause bien des maisons horlogères attachées de façon trop rigide à une certaine orthodoxie des principes mécaniques. Sûr de son analyse des marchés et sentant avec finesse les désirs des amateurs de montres, Richard Mille manifeste une détermination qui l’a porté dès ses débuts en tant que marque indépendante. Pour autant, il ne renie pas les soutiens reçus de la part de ses amis fidèles comme Dominique Guenat, propriétaire des montres Valgine, une société plus que centenaire implantée aux Breuleux, un petit village reculé du Canton du Jura, en Suisse. Ensemble, ils fondent Horométrie SA, initialement adjointe à Montres Valgine pour des raisons pratiques. Associés dans une recherche de la perfection et du renouveau du métier, les deux entités horlogères ont conjugué leurs efforts et leur savoir-faire pour mettre en place de la production, la coordination, l’entretien et la distribution des montres Richard Mille dans le monde entier.

Une manufacture à son nom Aujourd’hui la maison Richard Mille franchit une nouvelle étape en se dotant de ses propres murs. L’entreprise a su acquérir une renommée méritée, et en 12 années d’expérience, une certaine maturité dans la manière de concevoir et de produire ses collections. Le moment est donc venu de repenser son outil industriel avec un lieu élaboré selon ses besoins. Répondant au processus de développement de la marque, mais également dans la logique actuelle de regroupement des actifs de construction, il permet à la société de se positionner encore d’avantage dans un marché ultra segmentant. La construction de 3000 mètres carrés, conçue par le bureau d’architecte Chavanne et sobrement baptisée Proart, abrite désormais les destinées de l’entreprise. Cette architecture ultra contemporaine et dépouillée, se pose dans un écrin de verdure, à l’image de la majorité des industriels travaillant dans le secteur et dont les ateliers donnent le plus souvent sur une nature propice à conserver aux horlogers la quiétude dont ils ont besoin pour créer des montres de haute volée. Véritable « maison d’horlogerie », l’endroit intègre à merveille dans la modernité de ses espaces la plupart des spécialités du métier, regroupées comme on le faisait dans les manufactures d’autrefois. Mais dans ces ateliers en plein développement, on sent l’impulsion du maître qui les a voulus fonctionnels et efficaces, et aussi évolutifs. Ces bâtiments laissant entrer à plein la lumière sont donc susceptibles d’évoluer selon les besoins d’une manufacture en devenir. Pour l’instant, une partie des équipes seulement est installée sur place depuis avril 2013, réalisant les boîtiers des montres, et également certains composants du mouvement. Une trentaine de spécialistes des réglages des machines à commandes numériques, sont déjà à pied d’œuvre, ainsi que les contrôleurs et les polisseurs. Reste encore à intégrer une partie des personnels pour le montage, le réglage et le contrôle final des montres de haute volée et des pièces de série. Les recrutements sont en cours et l’usine devrait être parfaitement opérationnelle en avril 2014. L’organisation des surfaces a été optimisée de façon à organiser au mieux les déplacements et les flux de production. Car une montre, malgré sa taille, requiert une logique de construction, pas seulement dans son élaboration technique, mais aussi dans la succession des opérations de montage pour faire gagner un temps précieux aux horlogers. également au sein de l’entreprise pour que les horlogers gagnent un temps précieux lors du montage. Ici, rien n’a été laissé au hasard, et les ateliers spacieux et lumineux, en cela conformes à la nécessité horlogère, ont été réfléchis pour répondre aux normes les plus exigeantes en matière de protection de l’environnement.

richard mille > P 0 9 6


le sens de l ’ avenir

une manufacture Ă  son nom


le savoir - communiquer

de R ichard M ille


Comme il créé ses montres, Richard Mille élabore ses stratégies de communication de façon totalement novatrice. Désireux de fonder un relationnel inédit entre sa marque et ses ambassadeurs, il a su impliquer personnellement chacun des partenaires dans ce qu’il appelle «la RM Family » en leur faisant porter la montre créée pour eux durant les compétitions afin de tester ses performances en conditions réelles, faisant du poignet de ces champions des terrains d’expérimentation extraordinaires. Certains ont même participé à l’élaboration de l’instrument leur étant dédié. Parmi les plus célèbres, on peut citer Rafael Nadal, Yohan Blake, Felipe Massa ou encore Sébastien Loeb. Par ailleurs, Richard Mille s’associe à de nombreux événements sportifs, notamment dans l’automobile, pour le « Mans Classique » ou le Grand Prix de Pau Historique. Il est également partenaire de l’écurie Lotus F1 Team. Cette étroite et fructueuse collaboration a aussi donné naissance à une montre spécifique. D’autres modèles ont été pensés en lien avec la voile, la manufacture étant présente comme sponsor principal de la 4 ème édition des Voiles de Saint Barth. En 2013,Richard Mille a été en plus le partenaire majeur du tournoi « Lacoste Ladies Open 2013 ». Mais également celui de Terre Blanche, l’unique étape française de l’European Senior Tour.

richard mille > P 0 9 9


Richard mille • RM 039 FLYBACK CHRONOGRAPH


L es produits phares Autre merveille : La RM 031 qui affiche sans fausse modestie l’ambition d’atteindre une variation de précision de l’ordre de seulement 30 secondes par mois. Dans cette configuration, le train de rouages du mouvement à remontage manuel a été optimisé et l’organe de régulation se trouve être un échappement AP à impulsion cadencé à 36 000 alternances par heure. La régularité dans le fractionnement du temps fait de cet échappement l’organe clé dans la course à la performance. Cette optimisation permet un rendement d’autant plus optimal que le mouvement en ARCAP évolue dans un environnement sous argon, gaz

heures et un poussoir pour le réglage de date à 10 heures. Doté de 50 heures de réserve de marche, ce cœur est le premier d’une famille appelée à s’étoffer. Parmi les pièces d’exception, on notera également la présence de la fameuse et iconique RM27-01, une nouvelle pièce éditée à 50 exemplaires avec la collaboration de Rafael Nadal. Après de nombreux mois d’études et de développement, les ingénieurs-mouvement Richard Mille ont donné vie à un mouvement dont la platine est reliée au boîtier par quatre câbles

A noter également la présence de la montre tourbillon RM 039 Aviation E6-B Chronographe Flyback. Véritable outil de navigation pour pilotes, elle reprend les matériaux et les codes visuels de l’aviation. Son mouvement à remontage manuel régulé par un tourbillon impose le respect avec ses différentes fonctions. Les énumérer est déjà un programme car il permet de lire les heures, les minutes et les secondes à 6 heures. Il affiche également la date en grande taille, possède un chronographe flyback avec compteur secondes, minutes au centre et heures à 9h, dispose de la fonction UTC,

du ressort du barillet à l’activité de l’utilisateur. L’autre modèle, baptisé RM11-01 est dédié à Roberto Mancini, ancien joueur de football. Embarquant également un calibre de chronographe automatique avec fonction flyback, ce garde-temps en titane et étanche à 50 mètres n’est pas régulé par un tourbillon, mais dispose tout de même d’une complication bien utile au quotidien : celle de quantième annuel. On retiendra par ailleurs que cet outil sera utile aux passionnés de foot car le chrono est doté d’un compteur indiquant les temps de jeu de 45 minutes et permet également de calculer le temps des arrêts de jeu jusqu’à 15 minutes.

noble, chimiquement inerte et au fort coefficient d’isolation thermique qui est comparable à une atmosphère sous vide. Pour cette montre, la maison Richard Mille a créé un diplôme de performance interne pour certifier les résultats des 10 pièces produites qu’il faut 61 jours (soit deux mois pleins) pour obtenir. Mais cette année a également été celle de la présentation du premier calibre développé à l’interne. Baptisé CRMA1, il est génétiquement un pur produit Richard Mille. Elaboré en titane, il dispose d’une platine squelettée ; d’une date surdimensionnée à 12 heures et de poussoir pour la sélection des fonctions à 4

d’acier tressés d’une épaisseur de seulement 0,35 mm de diamètre. Combinant rigidité et souplesse, cette structure protège des chocs et vibrations le mouvement dont le poids n’excède pas 3.5 grammes. Parée de titane grade 5 pour la platine comme la cage de tourbillon, mais également d’aluminium-lithium pour les ponts de barillet et de rouages, cette montre RM 27-01 atteint le poids record de 19 grammes, bracelet Velcro® compris. Un exploit rendu possible grâce à l’utilisation d’un boîtier monobloc à forte concentration de nanotubes de carbone.

embarque un décompteur sans oublier le sélecteur de fonctions et un indicateur de réserve de marche. Toutes ces fonctions sont à l’origine d’un calibre comprenant 750 composants inédits, assemblés autour de 6 boutons poussoirs permettant de profiter de chaque fonction qu’offre cette montre aviation. Et, avec les 200 pièces de son le boîtier, la RM 039 Aviation E6-B Chronographe Flyback compte au nombre des montres les plus compliquées du marché et les plus rares car elle est proposée en une série limitée de 30 pièces disponibles en titane avec cornes en titane.

richard mille > P 1 0 1

Engagé dans la construction de sa nouvelle structure de production, Richard Mille n‘en a pas moins continué de proposer des nouveautés horlogères à ses adeptes. Cette année, deux pièces portaient un numéro identique mais sous des nomenclatures différentes. Ainsi la nouvelle RM 011 se pare d’un boîtier en Nitrure de Silicium, un matériau emprunté aux technologie de pointe des Formule 1 et emporte le maintenant fameux calibre tourbillon chronographe automatique flyback qui, doté d’un rotor à géométrie variable -une exclusivité Richard Mille-, permet d’adapter de manière optimale le remontage

de l ’ ann é e


RM 56-01 tourbillon sapphire lTD ED 5

RM 011 felipe massa flyback red gold

RM 011-01 roberto macini flyback chronograph full titanium

RM 029 automatic oversize date red gold


RM 010 automatic titanium

RM 030 automatic with decluchtable rotor red gold

RM 011 felipe massa flyback CHRONOGRAPH carbon

RM 011 FLYBACK CHRONOGRAPH brown silicon nitrid automatic

NEWSWATCH


www.richardmille.com


CALIBER RM 003 CARBON FIBRE DUAL TIME TOURBILLON Carbon nanofiber baseplate Hand-wound movement Power reserve Torque indicator Variable inertia balance Fast rotating barrel Second time zone Function selector Case of carbon nanofibers Limited Edition of 5 pieces


DÉCOUVREZ LA BARBERIA D’ACQUA DI PARMA

LE RAFFINEMENT DU STYLE ITALIEN


Au coeur de Milan, il y a une adresse réservée aux amateurs du style à l’italienne. C’est la Boutique Acqua di Parma. A l’intérieur, c’est une scénographie qui révèle dans le moindre détail une culture artisanale caractérisée par une longue histoire. Des espaces dessinés avec un goût essentiel, parfaitement équilibrés entre une sensibilité contemporaine et un grand patrimoine de tradition et de culture. Les pièces et les salons de cette maison italienne raffinée nous plongent dans un monde d’émotions et de services exclusifs conçus pour les clients de la boutique. En arrière-plan, un espace intime, meublé avec une élégance typiquement masculine, attire l’attention. C’est la Barberia d’Acqua di Parma. Les parois revêtues de bois de wengé et de cachemire, du tissu classique des costumes réalisés dans les célèbres ateliers de couture italiens. Ici le temps s’arrête et tout permet de jouir d’un rituel de rasage selon la tradition italienne classique. Le vrai fauteuil de coiffeur, les crèmes, l’huile et le baume de rasage et les soins. Toutes les formules qu’Acqua di Parma a créé pour accompagner chaque instant d’un rituel célébré par un barbier expert, avec ses gestes précis

et savants. Après avoir réuni l’expérience et les suggestions des spécialistes du rasage, Acqua di Parma crée cette collection innovante et luxueuse, parfaite pour les exigences et les attentes des hommes. Le style italien le plus pur se reconnaît essentiellement dans les gestes, les choix et les habitudes. Un style authentique, fruit d’une classe innée qu’Acqua di Parma exporte depuis presque cent ans dans le monde entier. Un ensemble de petits rituels luxueux à s’accorder grâce à des créations qui résument une tradition riche et prestigieuse. Collezione Barbiere. Une synthèse conçue pour l’homme moderne, bien équilibrée entre design élégant, textures raffinées et packaging soigné. Plus qu’une collection, un vrai rituel de grand charme qui exprime une élégance virile. Des formules et des accessoires conçus pour ceux qui aiment se réserver chaque jour un moment de bien-être avant de commencer la journée. Un cérémonial intemporel auquel même les hommes des nouvelles générations aiment s’abonner. Des hommes exigeants, qui soignent attentivement leur aspect en privilégiant le visage, qui considèrent un rasage parfait comme le signe d’un style impeccable. Le style de Collezione Barbiere reproduit la même atmosphère raffinée d’un ancien salon de barbier italien.


I nitiales

Breitling et Bentley, deux grands créateurs de belles mécaniques fêtent en 2013 leurs dix ans de partenariat. Entretien croisé avec Bernard Hertoghe (Breitling Belux) et Thierry du Parc (Bentley Belgique).

Signe de leur bonne entente, c’est au siège bruxellois du constructeur britannique que les deux marques viennent de fêter les dix ans d’un mariage heureux. L’occasion pour elles de montrer à la presse belge leurs plus récentes nouveautés : chez Breitling for Bentley, les chronographes « 30 secondes », GMT et Unitime équipés de moteurs maison ; chez Bentley, la Flying Spur, une quatre portes tout confort mais au tempérament de feu. « C’est un vrai projet commun qui nous réunit» dit Bernard Hertoghe. « Breitling est présent dans les Bentley à travers leur horloge de bord, conçoit des montres dont les détails s’inspirent des voitures, et nous apparaissons souvent ensemble à l’occasion d’évènements, comme ce fut le cas lors du dernier salon de l’auto de Genève. » Pour la maison suisse, l’accord conclu en 2003 avec l’une des marques automobiles les plus exclusives du monde s’est traduit par l’apparition d’une collection « premium », désormais servie aussi par une distribution tout aussi exclusive. Du côté de Bentley, on apprécie particulièrement le souffle de jeunesse qu’apporte le partenariat avec Breitling. « La première chose qui me frappe chez eux, c’est leur dynamisme » remarque Thierry du Parc. « Bentley est une marque ancienne qui souhaite rajeunir son image, et ce co-branding avec Breitling y participe. Depuis notre reprise il y a douze ans par le groupe VW, nos clients ont changé et le produit lui-même a beaucoup évolué. Certes il y a toujours la Mulsanne qui représente la tradition comme on l’a toujours connue chez Bentley; mais la Continental GT, avec ses différentes motorisations, incarne une volonté de rajeunir notre clientèle. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous nous relancerons en compétition GT3 l’an prochain, avec Breitling comme partenaire ». Et Thierry du Parc d’ajouter : « Notre image actuelle ne reflète pas toujours la réalité. Beaucoup de gens pensent qu’il faut au moins 300 000 euros pour acquérir une Bentley. Or pour un peu plus de la moitié vous avez déjà une Continental GT fort joliment équipée ».

breitling for bentley > P 1 0 8


B reitling F O R B E N T L E Y


A l’instar des 8500 automobiles qui sortent chaque année de l’usine anglaise de Crewe, les trois nouveaux chronographes qui viennent d’apparaître dans la ligne Breitling for Bentley incarne un haut degré de finition, de technicité, et une certaine rareté sans laquelle il n’y a pas de luxe authentique. Du point de vue esthétique, ces créations reprennent et développent des fondamentaux, établis lors du lancement de la collection en 2003, - l’année même à laquelle Bentley sortait la Continental et se relançait avec succès aux « 24 heures du Mans ». C’est dire que plusieurs détails de ces montres découlent directement de composants caractéristiques des Bentley, comme la lunette et le fin treillis des cadrans dont le dessin rappelle les calandres. Mais dix ans plus tard, une nouvelle étape est franchie avec l’entrée en

scène de mouvements automatiques entièrement créés, développés et produits chez Breitling Chronométrie. Ces calibres de chronographes automatiques partagent des caractéristiques communes (roue à colonne, embrayage vertical, réserve de marche supérieure à 70 heures de marche), et sont bien entendu certifiés chronomètre par le COSC, le « juge de paix » international en matière de précision et de fiabilité. A côté de cela, chacun d’eux est pourvu de fonctions particulières, conçues dans un esprit pratique. Les calibres BO4 GMT et B05 Unitime s’adressent en priorité aux grands voyageurs, obligés sans cesse de jongler avec les fuseaux horaires ; le tout nouveau calibre BO6 « 30 secondes » quant à lui révèle à travers la vitesse de rotation inhabituelle de sa trotteuse un dispositif ingénieux pour pouvoir lire clairement le 1/8e de seconde sur le cadran.

« Deux de ces mouvements existaient déjà », précise Bernard Hertoghe. « Le B04 est initialement apparu dans le Chronomat, et le B05 dans la Transocean Unitime. Par contre, le B06 a été spécialement développé pour Breitling for Bentley. Ce chronographe « 30 secondes » s’inspire en fait d’un brevet Breitling datant de 1926 ». Comme les trois autres calibres, sa finition est exemplaire. Mais son fond transparent révèle en plus un spectacle étonnant : celui d’une masse oscillante créée à l’image d’un jante Bentley, avec un polissage dans trois directions, bien visible sous la loupe. Dieu est dans les détails. Le luxe authentique aussi.

NEWSWATCH

bentley light body midnight caRbon black titanium V2536722 • bentley b05 unitime red gold RB0521U4 BENTLEY supersports light body titanium E2736522 • BENTLEY b06 RED GOLD RB061112

Patrick Delaroche


breitling for bentley > P 1 1 1

luxe de d é tails

Bentley B05 Unitime le monde pour horizon Pour ceux qui ont fait du voyage un art de vivre, Breitling for Bentley a créé la Bentley B05 Unitime, un chronographe à heure universelle doté d’un mouvement manufacture avec mécanisme breveté. Grâce à son système de double disque, cet instrument au confort d’emploi sans précédent permet de lire à tout moment, et d’un seul regard, l’heure dans les 24 fuseaux horaires. Lorsqu’on change de fuseau, il suffit de faire tourner la couronne vers l’avant ou vers l’arrière, par crans d’une heure, pour corriger d’un seul geste toutes les indications – avec ajustement automatique de la date sur l’heure locale. La lunette des 24 villes com-

porte des indications permettant de tenir compte de l’heure d’été. Le cadran noir ou blanc mat s’orne d’une mappemonde artistement sculptée renforçant l’invitation aux voyages. Le mouvement de chronographe hautes performances, certifié chronomètre par le COSC (Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres), mesure les exploits sous tous les cieux de la planète. Il est animé par une masse oscillante très originale en forme de jante, visible à travers le fond transparent. Proposée en acier ainsi qu’en or rouge, la nouvelle Bentley B05 Unitime se porte sur un bracelet en métal, en caoutchouc ou en crocodile.


Bentley B06 un chronographe très exclusif Parfait emblème de l’esprit Breitling for Bentley, le nouveau chronographe Bentley B06 allie une esthétique de grand style au Calibre manufacture B06. Il se distingue par son système ingénieux de «chronographe 30 secondes», inspiré d’un brevet Breitling de 1926, avec une aiguille centrale effectuant un tour de cadran en une demi-minute – ce qui assure une lecture très précise des temps chronométrés au 1/8 de seconde. Autre exclusivité mondiale: le «tachymètre variable», avec lunette tournante, permet de calculer une vitesse moyenne quels que soient le temps écoulé, la distance parcourue ou la vitesse atteinte – contrairement aux

tachymètres usuels, limités aux observations basées sur un temps inférieur à 60 secondes. Le relief moleté de la lunette, hommage aux célèbres calandres Bentley, est repris en écho par le décor ajouré du cadran laissant entrevoir le moteur hautes performances. L’originalité se poursuit au dos du boîtier avec un fond transparent dévoilant une masse oscillante spectaculairement sculptée en forme de jante sur 360°. La Bentley B06 est disponible en acier ou en or rouge, avec le choix entre bracelets métallique, crocodile ou caoutchouc doté d’un relief central accordé à la lunette.


Bentley B04 GMT à l’heure des méridiens Montre des hommes d’affaires et des passionnés d’exploits, vivant et communiquant sous toutes les longitudes, la nouvelle Bentley B04 GMT se démarque par son système de double fuseau horaire d’une extrême fonctionnalité, allié à un chronographe automatique hautes performances. Derrière la calandre de son cadran noir ou argent finement ajouré bat un mouvement manufacture conçu avec toute la science des plus beaux moteurs – et officiellement certifié chronomètre par le COSC. Pour ajuster l’aiguille principale des heures sur l’heure locale, l’utilisateur doit simplement tirer la couronne et

la faire tourner dans un sens ou dans l’autre par crans d’une heure – sans perdre la précision de la minute et avec correction automatique de la date en avant comme en arrière. Pendant ce temps, l’aiguille à pointe rouge conserve l’heure du lieu de domicile sur 24 heures, ce qui permet de distinguer le jour de la nuit. La Bentley B04 GMT décline son esthétique puissante dans des modèles en acier ou en or rouge, avec fond transparent dévoilant une masse oscillante ciselée en forme de jante.


British chic, Swiss excellence: Breitling for Bentley combines the best of both worlds. Style and performance. Luxury and accomplishment. Class and audacity. Power and refinement. Perfectly epitomising this exceptional world, the Bentley B06 chronograph houses a Manufacture Breitling calibre, chronometer-certified by the COSC (Swiss Official Chronometer Testing Institute), the highest benchmark in terms of precision and reliability. It is distinguished by its exclusive “30-second chronograph� system enabling extremely precise readings of the measured times. A proud alliance between the grand art of British carmaking and the fine Swiss watchmaking tradition.

breitling for bentley.com


THE ESSENCE OF BRITAIN Made in Switzerland by BREITLING

BENTLEY B06


B reitling E mergency I I

breitling > P 1 1 7


la montre S aint - B ernard

B reitling E mergency I I Lancée en 1995, la montre Emergency a posé Breitling comme un acteur incontournable dans l’univers de l’aviation. Cette pièce, à quartz pour plus de robustesse et de précision, de celles dont ont besoin les pilotes contemporains et les militaires volant à plus de Mach 1, embarque dans son boîtier un microémetteur de détresse. Calé sur la fréquence servant à l’international pour les appels d’urgence 121,5 MHz, il a pour but de servir le porteur de la montre en cas d’accident ou de détresse. Portées au quotidien par près de 40 000 professionnels et aventuriers des temps modernes, ces montres ont déjà permis de sauver de nombreuses vies. Aujourd’hui, la Breitling Emergency II se présente comme une montre professionnelle doublée d’un instrument de survie pour tous ceux prenant des risques au quotidien. L’instrument de 51 mm de diamètre réalisé en titane est un garde-temps d’homme. Viril dans son dessin, il embarque un calibre à quartz cal Breitling 76 officiellement certifié par le COSC doté de différentes fonctions utiles, comme le chronographe précis au 1/100ième de seconde, d’un second fuseau horaire (pilotes, voyageurs, baroudeurs), d’un calendrier multilingue et d’un compte à rebours. Par sécurité, l’engin est doté d’un indicateur de fin de vie de la pile et de sa fameuse balise. La pièce est équipée d’un émetteur bi-fréquence (406 et 121,5 mégahertz) qui assure une émission durant 24 heures, selon les prescriptions Cospas-Sarsat. Pour parvenir à cela, Breitling a mis au point une batterie rechargeable capable de produire un courant pour faire fonctionner les deux émetteurs de la balise dont l’antenne est intégrée dans le boîtier sous le capuchon, à des puissances bien différentes. Avant-gardiste, cet instrument vendu avec son chargeur testeur, se porte sur un bracelet en titane ou en caoutchouc.

breitling > P 1 1 9


breitling > P 1 2 0

Introduced in 1995, Emergency watch has set Breitling as a key player in the world of aviation. This time-piece, a quartz watch, more robust and accurate is the kind needed by contemporary pilots and military aircrew flying at over Mach 1, with a built-in emergency micro-transmitter broadcasting on the 121.5 MHz aircraft frequency, and is designed to help the bearer of the watch signal help following a crash or in case of distress. Worn day after day by 40 000 professionals and modern times adventurers, those watches have already saved many lives. Now, Breitling Emergency II sets itself as a professional watch packed with a survival tool, meant for those taking risks on a daily basis. The 51 mm diameter titanium tool is a man’s timepiece. With a masculine design, equipped with a COSC certified quartz cal Breitling 76 and va-

rious useful functions, such as 1/100th second chronograph, 2nd time zone (pilots, travellers, backpackers), a multilingual calendar and timer. For safety reasons, the device comes with a battery end-of-life indicator and the renowned beacon. The model is equipped with a dual frequency transmitter (406 and 121,5 MHz) broadcasting over a 24-hour period in accordance with Cospas-Sarsat requirements. For this to be achieved, Breitling developed a brand-new rechargeable battery able to deliver enough power for the beacon dual frequency transmitter operating at very different power levels. The beacon antenna is housed in the lower part of the watch. This is an Avant-garde timepiece endowed with a charger-tester and fitted with a titanium bracelet or a rubber strap.


B reitling E mergency I I

T he S aint - B ernard W atch


transocean chronograph QP RED gold R2931012 • chronospace steel a7836534 • galactic steel / ping gold C71356L2 • superocean chronograph m2000 steel A73310A8

transocean chronograph unitime red gold rb0510U4 • transocean chronograph 1461 steel A1931012 • galactic steel / pink gold c71340L2 • superocean steel a1736402


navitimer world steel a2432212 • Transocean chronograph steel ab015212 • galactic steel a71340L2 • chronomat steel ab014012

NEWSWATCH

navitimer 01 red gold ab012012 • superocean steel A17391A8 • montbrillant 01 red gold RB013012 • chronomat gmt steel ab041012


exclusive waranty

5 YEARS


h a ute

h o r l o g e r i e

le service ,

l ’ ultime expression du luxe


Not r e d é si r d e repou sser tou jours les limites du possible afin d ’ offrir u n se r vice à la hau teu r des ma rques d’excepti on qu e nou s rep résentons , n ou s amè ne a u jou rd’hu i à nou s pencher su r le princi pe mê me d u se rvice d é d i é à n ot r e clientè le .

M . L A S C A R - 57 b . B ld de W aterloo - 1000 B ruxelles - + 32 2 513 49 44 - www . lascar . be


Convaincus de nos choix et confiant dans les produits horlogers que nous vendons, nous avons pris l’option de garantir, à titre personnel, et pour une durée de 5 ans (garantie constructeur comprise), les montres et téléphones acquis chez nous. Cette extension de garantie, véritable service commercial d’exception, est destinée à assurer à nos clients une totale quiétude d’esprit pratiquement jusqu’à la première révision. Ce service exclusif s’entend pour tout dysfonctionnement susceptible d’altérer le bon fonctionnement d’une pièce dans le cadre d’un emploi conforme à l’usage attendu. Pour valider cette extension de garantie, l’étanchéité et la bonne marche de la montre devront être annuellement vérifiées auprès de l’horloger de la Maison. Ce choix d’offrir ce que, dans bien des cas, même l’argent ne permet pas d’obtenir, nous tient à cœur car notre souhait le plus cher est d’entretenir avec les passionnés de belle horlogerie qui nous font confiance, un relationnel qui dépasse le cadre du seul commerce. Pour nous, c’est une évidence : écouter nos clients est le meilleur moyen de toujours mieux les servir et même de devancer leurs désirs.

C’est d’ailleurs le propos d’une Maison d’horlogerie multimarque de disposer d’une pluralité de produits pour augmenter le potentiel de séduction. Oser la diversité revient à offrir un vrai service VIP. Car, en somme, le détenteur de la boutique devient l’interprète des marques et il se met au service de celui qui vient

solliciter son expertise, afin de lui proposer parmi les pièces différentes en provenance de sociétés toutes concurrentes, le produit le plus adapté à sa personnalité. Au final, ce qui fait la différence entre les boutiques de marques et la Maison Lascar, c’est la faculté de comprendre et de répondre aux besoins véritables des clients. Mais pour y parvenir réellement, il faut être disponible, à l’écoute et prêter attention à chaque détail d’une discussion. Etre multimarque, revient à offrir l’opportunité aux amateurs qui le désirent de comparer des produits entre eux. Mais en y réfléchissant bien, la pluralité permet d’élargir le champ des spécificités, et par conséquent laisse supposer qu’il sera plus aisé, dans un pareil lieu, de trouver la montre traduisant le mieux son caractère. Pour parvenir à pareil résultat, pour saisir l’instant et l’envie, il faut idéalement avoir toujours le même interlocuteur afin de créer une connivence au fil des années. Et qui dit continuité dans le service entend continuité dans la démarche de reconnaissance. L’accueil personnalisé associé à la diversité des instruments proposés, parfois même concurrents, est la force de la boutique multimarque car cette somme de concordances permet d’offrir aux amateurs d’être à la confluence des tendances, et aux forces de vente de répondre le plus exactement possible aux attentes des consommateurs indécis ou à ceux souhaitant élargir leurs sensations horlogères.

M. LASCAR > P 127


As we are positive about our choices and do trust the horology pieces we sell, we have chosen to offer, on a personal level, a 5 year warranty (manufacturer’s warranty included) on watches and telephones bought in our store. This extended warranty is an exceptional commercial service and is meant to ensure full tranquillity to our customers almost until the first revision. This exclusive service is defined for any malfunction which may affect the proper functioning of a part used for its planned and intended purpose. For this warranty extension to be validated, watertightness and proper functioning of the watch should be checked annually by our watchmaker. It is important to us, to offer what, in many cases, not even money can buy, since our fondest wish is to maintain a relationship that goes beyond mere trade with the connoisseurs of fine watchmaking who trust us. For us, this goes without saying: Listening to our customers is always the best way to serve them better and even anticipate their desires. Moreover, it is the purpose of a multi-brand watchmaking retailer to offer a plurality of products in order to enhance their potential of seduction. To dare diversity is equivalent to providing real VIP service. Because, in other words, the shop owner becomes the brands’ interpreter and engages in serving those who seek his

expertise, by offering, among various products from competing companies the item best suited to their client. In fine, the difference between brand-stores and the house of M.Lascar lies in the ability to understand and respond to the real needs of the customers. But for this to be actually achieved, one must be available and sensitive to each detail of a conversation. Being multibrand also means providing an opportunity for lovers who so desire, to compare between products. But on reflection, plurality broadens the scope of specific features, and thus, implies that it will be easier, in such a place, to find a watch, which truly reflects one’s personality. To achieve such a result, to seize the moment and envy, one must ideally always deal with the same contact person so as to create complicity over the years. And to ensure continuity in service, one must sustain continuity in the recognition process. The strength of a multi-brand boutique lies in the combination of personal service with the variety of the pieces offered (sometimes competing) because, putting those concordances together makes it possible for the aficionados to be at the junction of trends and for sales forces to meet the needs of undecided consumers or of those who would like to expand their horology-linked sensations in the most accurate way possible.

M. LASCAR > P 128


O u r d esi r e to always push the limits of what is possible in ord er to p r ovid e a se rvice that matches the excepti onal brands we rep resent, b r in g s u s , this day, to taking a look at the very princi ple of se rvice , as d e d icate d to ou r cu st omers.

M . L A S C A R - 5 7 b . B ld de W aterloo - 1000 B ruxelles - + 32 2 513 4 9 44 - www . lascar . be


HOW IT’S


OFFICINE PANERAI Cette maison fondée en 1860 à Florence, réunissant une boutique, un atelier et une école d’horlogerie au nom d’Officine Panerai, a fourni des années durant, différents instruments de précision à la Marine militaire italienne. Mais cette entreprise est entrée dans l’histoire de l’horlogerie pour avoir produit les montres étanches Luminor et Radiomir des commandos de plongeurs de combat à partir de 1936. Ces pièces d’horlogerie rares et longtemps protégées par le secret militaire, ont vu leur existence rendue publique en 1997, lors du rachat de la société par le Groupe Richemont. Consécutivement à cette reprise devait suivre le lancement de nouvelles collections sur le marché international. Un moment, plutôt réservées aux amateurs appréciant les montres militaires dotées d’un dessin viril, ces références ont vu leurs gammes s’étoffer de créations aux designs efficaces et puissants à la confluence de l’histoire et du design italien qui, tout en restant toujours dans les codes graphiques des quelques modèles d’origine, ont su renouveler son style avec talent. Aujourd’hui, Officine Panerai développe et fabrique ses propres mouvements de montres dans le respect de

la tradition horlogère suisse, au sein de sa manufacture ouverte en 2002 à Neuchâtel, en Suisse et les distribue à travers le monde grâce à un réseau exclusif de revendeurs agréés et de quelques boutiques dédiées ouvertes dans des villes réputées pour avoir un rôle historique pour la marque, ou rassembler un nombre d’amateurs justifiant leur présence. Attachée à son passé et aux composantes qui font d’elle une manufacture unique, Officine Panerai investit considérablement dans le développement de mouvements de manufacture de haute qualité, dans la recherche de matériaux ultra-performants et innovants, et travaille avec assiduité à la conception de nouveaux produits grâce à sa cellule de recherche et développement intégrée. Dans un futur proche, et grâce à la création d’une nouvelle manufacture Officine Panerai toujours basée près de Neuchâtel, à Pierre-à-Blot exactement, et qui sera inaugurée en 2014, une plus grande place sera accordée aux activités du Laboratoire d’Idées. Dédiés à l’art de la mesure du temps, ces nouveaux ateliers refléteront le positionnement de la marque florentine dans le monde comme l’une des manufactures incontournables de montres de sport de haute horlogerie. Vincent Daveau

RECOGNIZABLE Les signes distinctifs Certaines montres, en raison d’un design particulier et d’aspérités graphiques à même de retenir l’attention du public, ont une identité plus marquée que d’autres et un succès d’estime jamais démenti au fil des années. C’est le cas des Panerai dont la taille et les formes ont su, à la toute fin des années 90, imposer leur style dans un marché alors en pleine progression. La Maison a su surfer sur la rareté des pièces d’origine et saisir la puissance de leur dessin. En intégrant le Groupe Richemont en 1997, la marque connue des seuls collectionneurs de garde-temps militaires est passée du « secret défense » (des années 1930 aux années 1990) à la lumière. Le succès, avec une architecture aussi abrupte, n’était pas garanti, mais la somme du story telling, autrement dit la légende entourant ces références militaires et l’impact visuel qu’elles produisent, a contribué à installer une notoriété d’image. Une notoriété, jamais démentie depuis. On retiendra de ces montres leur dessin que certains voient comme l’extrapolation des boîtiers « coussin » et étanches des premières Rolex Oyster Bubble Back, des années 30. Les Panerai, instruments militaires étanches et top secret étaient dans le passé et pour la petite histoire, équipées de mouvements mécaniques à remontage manuels en provenance de la marque à la couronne. Ce n’est plus le cas depuis longtemps. Toutefois, l’esprit des produits comme le dessin ont su être conservés et subtilement retravaillés pour ne rien perdre de leur force native et de cette identification qui fait une part de leur incroyable notoriété. Parmi toutes les qualités retenues et présen-

tées comme des points ayant contribué à faire retenir une pièce de cette marque italienne, il faut noter : la présence, pour les modèles Luminor, du pontet rapporté-vissé permettant de mettre en compression la couronne de remontoir. Pour les Radiomir, la qualité et la sobriété du cadran sont les éléments les plus souvent cités par les amateurs. Ces éléments essentiels, constitués d’un sandwich de feuilles de métal enserrant une couche de matière luminescente (aujourd’hui non radioactive) permettent de différencier ce modèle d’autres produits issus de la concurrence que l’on devine avoir été inspirés par des formes distinctives. Les aiguilles sobres et lisibles sur fond noir mat comme le sont les compteurs des avions de chasse, l’implacable chiffrage interdisant toute erreur de lecture, l’aspect massif et robuste du boîtier semblant taillé pour l’action et le fort bracelet de cuir piqué sellier, sont des éléments renforçant encore le caractère martial et fonctionnel de cet instrument de mesure du temps que l’on devine suffisamment intemporel pour passer les années sans prendre une ride. Ces montres italiennes possèdent donc un style bien à elles et inimitable, cet esprit rare de la référence « tout terrain » prête à suivre son propriétaire, aventurier urbain du quotidien, sur tous les fronts et sous toutes les pressions rencontrées… Mais il est logique que ces pièces y parviennent, elles ont été créées pour des nageurs de combats prêts à défier les éléments et à se mettre dans des situations périlleuses par conviction. Ces garde-temps, par leur design minimaliste et leurs fonctionnalités simples et efficaces, en ont conservé l’esprit.


PANERAI > P 133

PC L AAS SNI C EY ARC HAT SI C H A L L E N G E En hommage à son passé lié à la mer, Officine Panerai s’investit depuis plusieurs années dans la promotion et la culture de la voile classique en sponsorisant le Panerai Classic Yachts Challenge, le principal circuit international de régates pour voiliers d’époque. Mais la société ne s’est pas limitée à soutenir et promouvoir, elle a également contribué à la préservation du patrimoine mondial de la « belle plaisance » en achetant et en restaurant le ketch bermudien Eilean, un navire construit en bois, en 1936, dans les légendaires chantiers Fife de Fairlie. Ce fier vaisseau amiral, aujourd’hui ambassadeur de la marque lors des rassemblements de voiliers d’époque, est de toutes les régates et emporte régulièrement à son bord des invités et différentes personnalités. C’est sur ce bateau hors norme, où chaque détail est soigné, où les bois précieux renvoient aux bronzes de l’accastillage, qu’a été présentée la toute nouvelle Panerai Luminor 1950 3 Days Chrono Flyback Titanio. Cet instrument, à la fois chic et tactique, est habillé de titane pour offrir ce qu’il faut de légèreté à un produit horloger compliqué. Equipé du premier calibre chrono automatique de manufacture (P.9100R), cette pièce est en outre dotée d’une fonctionnalité qui séduira les amateurs de voile et de régates : le compte à rebours programmable. En effet, tous les adeptes des joutes nautiques à bord de leur voilier n’entendent pas appliquer les règles de l’ancienne America’s Cup qui voulait que le départ soit donné après 10 minutes de pré-course. Les temps applicables sont fonction de la classe des voiliers et de la volonté des « comités de course », des clubs nautiques. Disposer d’un instrument, étanche à 100 mètres, capable de faire le juste décompte du temps retenu, semblait essentiel à Panerai pour offrir tous les atouts aux skippers ayant l’orgueil de disposer des outils traditionnels autorisant à se placer au mieux sur la ligne de départ au moment où retentit le coup de canon. On retiendra de cette pièce, à porter sur caoutchouc, sa facilité de mise en œuvre, l’existence d’une fonction chronographe assortie d’un dispositif flyback, et du poussoir placé à 4 heures, permettant d’une simple pression de régler à la minute près le décompte. Par ailleurs, et parce que trop n’est jamais assez, la lunette a été subtilement gravée d’une échelle offrant au skipper qui ne disposerait pas des instruments électroniques aujourd’hui habituels sur une belle unité, de pouvoir calculer sa vitesse en nœuds grâce à la fonction chronographe.


PANERAI > P 134

P A N E R A I CLASSIC YACHTS CHALLENGE In tribute to his historical link to the sea, Officine Panerai has invested many years in promoting and cultivating classic sailing by sponsoring the largest international circuit of regattas reserved for classic yachts: the Panerai Classic Yachts Challenge. But the company’s action was not limited to supporting and promoting. Panerai also contributed to the preservation of World Heritage of « belle plaisance » by buying and restoring Bermudian ketch Eilean, a wooden boat built in 1936, in legendary Fairlie Shipyard of Fife & Son. This proud flagship, is now the brand’s ambassador at all major vintage yacht gatherings, takes part to all regattas and regularly takes guests and various personalities on board. It is on this extraordinary boat, where every detail is thought of, where precious wood responds to the chandlery bronzes, that brand new Panerai Luminor 1950 3 Days Chrono Flyback Titanio was launched. To ensure a bit of levity to a complicated horology device, this chic and tactic tool, was covered with titanium. Equipped with the first manufacture automatic Calibre P.9100/R. This timepiece also comes with a functionality that will be highly appreciated by regattas and sail lovers: regatta countdown function. Indeed, participants to nautical races have no intention to follow the old America’s cup rules according to which, departure would be given after a 10 minute pre-start. Times were set according to the boat category and depending on the will of Yacht clubs « racing committees». For all the skippers who could enjoy the pride of owning the traditional tools required to be well placed on the start line when the starter pistol is fired, Panerai believed it would be beneficial to have a100 m water resistant tool, able to perform a perfect countdown of the elapsed time. What one should remember about this watch (fitted with a rubber strap): the ease of use, a chronograph with flyback function and a pusher at 4:00 which, when pushed, operates countdown to the minute. More over, and because too much is like not enough, the bezel was subtly engraved with a correspondence scale, allowing the skipper to calculate his speed in knots thanks to the chronograph function, in case he wouldn’t have the electronic tools usually provided with a beautiful device.


NEWSWATCH

LUMINOR 1950 10 DAYS brushed steel PAM 00270 • RADIOMIR 1940 3 DAYS polished red gold PAM00515 • TUTTONERO black ceramic PAM00438 • LUMINOR 1950 3 DAYS CHRONO FLYBACK AUTOMATIC polished red gold PAM00525 • LUMINOR SUBMERSIBLE 1950 3 DAYS AUTOMATIC black ceramic PAM00508 • RADIOMIR 1940 3 DAYS polished steel PAM00514 • LUMINOR 1950 REGATTA 3 DAYS CHRONO FLYBACK AUTOMATIC brushed titanium PAM00526 • LUMINOR 1950 3 DAYS GMT POWER RESERVE AUTOMATIC brushed steel PAM00321 • LUMINOR 1950 3 DAYS GMT AUTOMATIC black ceramic PAM00441 • RADIOMIR 1940 polished steel PAM00512 RADIOMIR 1940 polished red gold PAM00513 • LUMINOR 1950 3 DAYS CHRONO FLYBACK AUTOMATIC brushed steel PAM00524


pa n e r a i . c o m

radiomir 1940 3 days (ref. 514) available in steel and red gold


Mediterranean Sea. “Gamma� men in training. The diver emerging from the water is wearing a Panerai compass on his wrist.

history a n d heroes.


Depuis 25 ans, la maison Chopard se passionne pour la belle mécanique et les voitures de collection. Partenaire fidèle de la course Mille Miglia depuis 1988, cette entreprise familiale est également le chronométreur officiel du Grand Prix Historique de Monaco. Cette constance dans ce relationnel passionnel est le témoin du lien intime liant la Maison genevoise au monde de la compétition automobile et le point de départ de trois collections horlogères distinctes.

aussi bien être son épouse que son proche ami Jacky Ickx. Son père, Karl Scheufele III, président d’honneur de Chopard, s’engage lui aussi régulièrement dans la compétition. Ce lien entre la plus réputée des courses historiques et la marque remonte à 1988, année à laquelle Chopard est devenu partenaire de l’épreuve, un rôle qu’elle n’a jamais plus quitté et auquel elle a rajouté le titre de chronométreur officiel.

Pour Chopard, le rallye des Mille Miglia est une aventure familiale. Karl-Friedrich Scheufele, Co-président de Chopard, collectionneur d’automobiles anciennes et coureur sur rallyes classiques, participe chaque année à cette course mythique. Son copilote peut

Ergonomie optimale et soin du détail

CHOPARD • GRAND PRIX DE MONACO HISTORIQUE • 2012 EDITION IN TITANIUM ref. 168992-3032

Cette course a donné lieu très tôt à la création par Chopard de montres commémorant l’événement.


CHOPARD C’est dans la continuité de cette sorte de tradition que l’entreprise propose cette année encore, un chronographe Mille Miglia millésime 2013 en série limitée à 2013 exemplaires en acier et à 250 pièces en or rose. Servie par un calibre automatique, cette référence se voit adjoindre une fonction de second fuseau horaire sur 24 heures et dispose également d’une date, désormais inscrite dans cette flèche rouge qui est le logo de la course, héritée des panneaux de signalisation qui permettaient aux coureurs de s’orienter sur la route qui mène de Brescia à Rome et retour.

montée d’une généreuse lunette de 44mm gravée d’une échelle tachymétrique (permet le calcul de vitesse). Cette ingénieuse association permet de garder toute sa présence à la montre tout en rendant son assise plus confortable sur les poignets plus fins.

Cette recherche d’ergonomie optimale a également amené à la refonte des cornes. Courtes et plongeantes, elles tombent bien et l’ensemble est parfaitement assujetti au poignet grâce à un bracelet en caoutchouc reprenant le profil de pneu de compétition Dunlop des années 60.

D’un diamètre de 42,8mm, la boîte de la Mille Miglia 2013 intégralement redessinée, est sur-

avoir la course dans le sang


CHOPARD • SUPERFAST POWER CONTROL • STAINLESS STEEL ref. 168537-3001


CHOPARD > P 143 Il y a maintenant un peu plus de 15 ans, soit en1996, sous l’impulsion de Karl-Friedrich Scheufele, la maison Chopard faisait le choix de développer ses propres calibres de haute horlogerie et fondait sa manufacture à Fleurier, en Suisse. Continuant dans cette démarche traduisant sa volonté de verticalisation, l’entreprise familiale devait mettre en place, en 2008, les ateliers Fleurier Ebauche. D’une capacité actuelle de 5000 mouvements, cette entité installée à proximité des bâtiments du L.U.C (Manufacture Louis Ulysse Chopard) entend atteindre une production d’environ 15 000 mécanismes par an dans le courant de l’année 2015. Avec ses 160 employés couvrant 15 métiers essentiels à la production de calibres mécaniques, cette entreprise a pris les moyens de ses ambitions avec la mise en production de la collection Superfast : des montres inspirées par les courses de Formule 1 des années 50 à la fin des années 70. Les modèles Superfast sont par conséquent plus imposants. Ils assument, selon les propres termes du responsable du département « design », des lignes franches pour un design résolument viril. Ainsi, les références à l’univers de la compétition automobile sont nombreuses sur ces trois nouvelles Superfast déclinées en or rose ou en acier. Le cadran de chacune des pièces affiche des lignes verticales anthracites sur fond noir. Elles évoquent les ailettes de refroidissement que l’on trouve sur les calandres protégeant les radiateurs des moteurs de course. Sur le rehaut, les chiffres s’inspirent de compte-tours et indicateurs de vitesse. Mais on relève encore bien d’autres évocations. Ainsi, la lunette ornée de vis « Imbus » se veut l’extrapolation d’une jante de voitures de courses des années 70. En regardant attentivement, on note la présence

C ollection S uperfast

vitesse pure d’un décor en forme de volant sur la couronne de remontoir surmoulée de caoutchouc. Dans cet univers horloger, tout est sujet à inspiration, y compris le bracelet en caoutchouc naturel dont le dessin reprend le profil lisse des pneus « slick », si typiques de la F1. Mais le plus intéressant reste à découvrir, caché au cœur des boîtiers : les calibres de nouvelle génération réalisés dans les ateliers de Fleurier Ebauches. Ils ont bénéficié d’une finition inédite surlignée de rouge, visible par le fond de boîtier transparent. Elle fait référence aux finitions laquées, aux culasses des bolides d’antan. Ce traitement rompt avec la tradition et confère une vraie présence à ces trois nouveaux calibres de manufacture. Ainsi, la Superfast Automatic est équipée du calibre à remontage automatique Chopard 01.01-M. Certifié chronomètre COSC, il dispose d’une réserve de marche de 60 heures et est protégé par un boîtier de 41 mm de diamètre en acier, étanche à 100 mètres. Une autre version de ce mouvement exceptionnel équipe également le modèle Superfast Power Control. Baptisée Chopard 01.02-M, cette évolution propose les fonctions heures, minutes, petite seconde à 6h, quantième dans un guichet à 3h et indicateur de la réserve de marche dans une section à 9h. Encore plus imposante, sa carrure en acier affiche un diamètre de 45 mm. Tout aussi puissante et dotée d’un boîtier de 45 mm de diamètre, la Superfast Chrono abrite le calibre Chopard 03.05-M, un mouvement mécanique à remontage automatique proposant les fonctions heures, minutes, petite seconde à 6h, quantième à guichet à 4h30, échelle tachymétrique gravée sur la lunette et chronographe avec trotteuse au centre, compteur des minutes à 3h et des heures à 9h.

CHOPARD • SUPERFAST POWER CONTROL • PINK GOLD ref. 161291-5001


Equipant pour la première fois les modèles de la collection Classic Racing, les mouvements Chopard des modèles Superfast sont issus des ateliers de Fleurier Ebauches. Propriété du groupe Chopard, la société a été fondée en juillet 2008 à Fleurier, dans le Val-deTravers (NE) pour la production industrielle de mouvements à destination des collections de la marque. Quelques mois auparavant, en décembre 2007, Chopard faisait l’acquisition d’un terrain de 6 000 m2 sur lequel se trouvait déjà un immeuble industriel d’une capacité de 5 100 m2 de surface de production. Entièrement rénové et équipé d’un parc machines de dernière génération, le bâtiment a été inauguré en février 2009.

Courue de 1927 à 1961 sous forme d’épreuve de vitesse sur route ouverte, la Mille Miglia s’est aujourd’hui transformée en rallye. Plus question de traverser l’Italie du Nord aller et retour en moins de 20 heures. L’épreuve s’étale désormais sur trois jours. Mais il ne s’agit pas d’une simple partie de plaisir pour autant. La course est bien réelle, la route sinueuse et les automobiles puissantes et capricieuses comme on peut l’attendre de ces gloires d’antan. En effet, seules sont admises à la compétition les modèles de voitures ayant participé aux épreuves originelles de 1927 à 1957. Les équipages ne peuvent se reposer que sur leur science de la conduite, les indications de leur road-book et leur instrument de mesure du temps. Le chronographe Mille Miglia 2013 est ainsi pensé pour être un acteur de la course, au même titre qu’un moteur, une jauge ou une suspension.

CHOPARD • MILLE MIGLIA • eDITION 2012 STAINLESS STEEL ref. 168550-3001

CHOPARD > P 144


U ne ĂŠ tape de plus vers

l ’ ind Ê pendance

les M ille M iglia


K . F . S cheufele

les passions d ’ un homme impliqu Ê


Co-Président de Chopard avec sa sœur Caroline, Karl-Friedrich Scheufele est un homme occupé et discret qui parle peu de lui, encore moins de sa famille et très rarement de ses passions. On sait de lui qu’il est marié à Christine et qu’ils ont trois enfants. Très modeste, mais foncièrement impliqué et visionnaire, il a très tôt dans les années 1990, senti l’importance qu’il y avait à créer une manufacture horlogère pour se rendre indépendant des fournisseurs extérieurs et augmenter la valeur de ses créations. Aujourd’hui, l’histoire a démontré la pertinence de ses choix et le futur lui donne encore plus raison. S’il a indubitablement la passion de la mécanique, de l’horlogerie de haute volée, il sait aussi échapper à l’emprise que peut avoir une société importante et prendre des respirations en s’adonnant à ses passions. Comme son père, il est passionné d’automobiles anciennes. A la question de savoir combien, à eux deux, ils possèdent de belles voitures d’époque, la réponse est simple et laconique : « même ma femme ne le sait pas ». On sait juste que ce pilote entouré de ses amis aime prendre part, au volant de l’une de ses automobiles de collection aux grands rassemblements et rallyes comme les Mille Miglia, course à laquelle la marque participe comme partenaire depuis 1988. Mais tout le monde a droit à son jardin secret.

L’autre passion de Karl Friedrich n’est autre que l’œnologie. L’origine de son amour pour le vin remonte à son enfance. Toutefois, ce vif intérêt induisant une sociabilité plus importante que les sports mécaniques, l’a incité dès 1996, à fonder avec l’un de ses amis, la Galerie des Arts du Vin, un petit commerce de vin bordelais. En 1999, porté par son engagement et des résultats fantastiques, il acquiert le Caveau de Bacchus qui comprend alors deux boutiques implantées au cœur de Genève. Face au succès, cet entrepreneur décide d’améliorer le service en réunissant en 2004 les deux boutiques genevoises en une seule à Rive. Plus spacieuse, elle offre plus de choix que les trois adresses originelles. Dans ce nouveau cadre, il met son enthousiasme en exergue et s’entoure d’un personnel dédié et professionnel. Amateur de vins de Bourgogne et passionné de Bordeaux, Karl-Friedrich Scheufele n’en dédaigne pour autant pas les vins suisses auxquels il a su donner une place dans son univers œnologique. La cave personnelle de Karl-Friedrich est une vraie caverne aux trésors et recèle, dit-on, plusieurs dizaines de milliers de bouteilles. Mais ce que ne dit pas cet homme discret, c’est qu’il est également propriétaire, depuis l’an passé, du château Monestier La Tour, un domaine en Gironde (France), dont la production est estimée à 150 000 bouteilles dans l’appellation Bergerac. Fort de cette expérience, Karl-Friedrich organise tous les ans, à l’occasion de Baselworld et sur son stand, une dégustation de grands crus classés où les clients et les journalistes du monde entier peuvent venir apprécier les sélections proposées par le maître des lieux. Vincent Daveau

CHOPARD > P 147


LA STRADA collection pink gold & diamonds 419398.5001 • classic racing MILLE MIGLIA eDITION 2013 steel 168555.3001 L.U.C elegance XPS red gold 161920.5002 • HAPPY SPORT STEEL & diamonds 287509.3009


NEWSWATCH

HAPPY SPORT red gold & diamonds 274808.5004 • CLASSIC collection white gold 161278-1004 CLASSIC collection classic manufacture yelLow gold & diamonds 171289.5001 • classic racing MILLE MIGLIA 2013 red gold 161292-5001


LIFE IS A SMILE H A P P Y S P O R T A U T O M AT I C


Avocat d’Assises, Olivier Martins fait partie des meilleurs pénalistes aujourd’hui en activité. Exerçant à Bruxelles, ce grand professionnel apprécié pour sa compétence, connaissant et maîtrisant ses dossiers sur le bout des doigts, est aussi un adepte de belle horlogerie et un client fidèle de la Maison M. Lascar. Le rencontrer nous donne l’occasion de suivre le parcours d’un amateur éclairé dans l’univers parfois complexe de l’horlogerie de haute volée et offre l’opportunité de saisir comment se construisent les choix des passionnés de montres.

Olivier Martins, homme public et brillant avocat d’Assises exerçant à Bruxelles, né à Perpignan en 1971, fait naturellement ses études à l’université de Montpellier, puis une fois celles-ci terminées, il se rend à Bruxelles pour y parfaire sa formation. Jeune et volontaire –il a alors tout juste 23 ans-, il progresse rapidement et fait le choix de s’installer dans cette ville vivante et culturelle qui apprécie son talent d’orateur et de grand professionnel. Mais cet avocat pénaliste renommé est connu pour ne jamais ménager sa peine et ses dossiers sont toujours extrêmement bien préparés et défendus avec passion. De l’aveu de cet homme réputé pour défendre ses clients comme s’il défendait ses amis : l’un de ses « petits » plaisirs lorsqu’il a fini une plaidoirie importante ou lorsqu’il a gagné un procès est de passer se changer les idées dans les salons de la Maison M. Lascar. Comme il le disait justement avec ce petit accent méridional qu’il a toujours conservé et sait cultiver pour rappeler ses origines : « Pour moi, la Maison M. Lascar, propriété de Stéphane et Thierry Verhoogen, est un lieu à part, un endroit préservé, où le temps semble suspendu et où, tout naturellement se vendent des instruments de mesure du temps ». Grand habitué de la Maison et très admiratif des objets d’art assemblés par des artisans passionnés, il reconnaît avoir craqué en montrant son poignet : « ma première montre a été une Rolex parce que j’apprécie par dessus tout les objets efficaces et robustes. Selon moi, la montre Rolex est à l’horlogerie ce qu’est Porsche à l’automobile. J’apprécie énormément les voitures de sport, à la fois rapides et robustes, fiables et efficaces. Ma vie est dans cet esprit : l’efficacité dans l’intensité ! Les objets qui m’entourent et m’accompagnent doivent, par la valeur perçue ou l’image qu’ils véhiculent, donner la plus juste image de la personne que je suis. Voilà pourquoi, ces instruments de mesure du temps, tout en étant le reflet de la personnalité de leurs propriétaires, se chargent d’un véritable potentiel émotionnel. Pour les générations futures, en plus d’un produit patrimonial, cette charge émotionnelle ajoute une valeur inquantifiable. Mais Olivier Martins, dont la vie professionnelle est, de toute évidence, une course contre la montre, se révèle au fil de la discussion être un véritable épicurien. Pour souligner ce que l’on devine et à la question de savoir quelles sont ses passions, il montre du doigt les sacs avec lesquels il est arrivé au rendez-vous : « j’ai ici, dans ces sacs, fruit d’une course faite avant d’arriver, une dizaine de bouteilles de Whisky de grande tradition. Amateur de cet alcool j’avoue prendre plaisir à découvrir ses différents parfums et je confesse avoir, je crois, plus de 120 bouteilles différentes des plus grands whisky du monde ». Il répond ensuite à la question de savoir quelles sont ses motivations pour choisir l’une ou l’autre de ses montres : « J’avoue aimer profiter de chaque instant de la vie et j’aime changer de montre en fonction de l’humeur, de la journée ou de mes activités. Ainsi, si je pars en voyage, je prendrai ma Rolex GMT-Master. J’adore cette pièce, elle me suit partout. Reconnaissable entre mille partout dans le monde, elle n’a jamais montré la moindre faiblesse. Sobre, efficace et connue de tous, elle garantit, où que ce soit dans le monde, d’être considéré comme un amateur éclairé par d’autres amateurs ».

Cet avocat vivant à 100 à l’heure avoue aussi effectuer des voyages intérieurs ; des voyages qui l’emmènent finalement dans un autre univers sans jamais être très loin du Palais de justice. Ainsi il confie adorer se détendre dans les salons de la Maison M.Lascar pour le seul plaisir d’essayer une montre ou de découvrir de nouvelles collections. Il dit alors en baissant un peu la voix : « Je me permets de faire cela car je me sens un peu comme chez moi dans ce magnifique espace… un peu comme si j’étais en famille… » J’ai acquis toutes mes montres chez Stéphane et Thierry Verhoogen, toujours astucieusement guidé par leurs conseils de vrais professionnels. Dans ce lieu, ou l’accueil et le service sont irréprochables, j’ai mes habitudes et Jean-Noël, l’un des responsables des ventes, s’occupe plus particulièrement de moi car il a compris quels étaient mes goûts à force d’échanges au fil des années. Il en est arrivé à finalement avoir la capacité de solliciter mon attention sur des produits inattendus ou que je n’imaginais pas susceptibles de répondre à mes attentes. C’est ainsi qu’il m’a vendu ma première Audemars Piguet Royal Oak Chronographe. J’affectionne particulièrement cette montre et je la trouve à la fois chic et sport… C’est selon moi, une référence qui exprime parfaitement qui je suis quand il est important pour moi d’être en costume un peu strict ». Fondamentalement passionné, cet homme toujours pressé n’a malgré tout pas la prétention d’être un collectionneur. Il le dit avec sincérité : « je ne possède pas des dizaines de montres et n’ai pas la prétention d’en vouloir autant, mais celles que j’ai eu le plaisir d’acheter sont toutes très régulièrement portées et répondent très exactement à mes attentes ». D’ailleurs, comme il le soulignait encore en souriant sans doute de se remémorer une action récente : « je les choisis en fonction d’une plaidoirie, en fonction de la rencontre du jour, en fonction des actions que j’ai à entreprendre. Il peut même m’arriver d’utiliser ma montre pour faire, comme qui dirait, diversion lors d’un procès, en faisant se focaliser l’attention de la partie adverse sur un produit à forte charge émotionnelle, capable de dire pour qui sait les traduire, un grand nombre de choses et par conséquent, capable de révéler une part de ma personnalité, réelle ou plus drôle, supposée… Mais c’est là l’art du rhéteur, savoir distiller les informations d’une façon ou d’une autre pour atteindre son but ». Olivier Martins n’est donc pas un collectionneur, mais il répond tout de même à la question de savoir quelle sera sa prochaine acquisition qu’il rêve d’un garde-temps différent de ceux qu’il possède aujourd’hui. Peut-être plus sage, moins démonstratif mais réellement statutaire. Il le dit sans hésiter, une Breguet ou une Patek Philippe. Probablement plus classique, mais sûrement une de ces pièces qu’on appelle « grande complication » dans le jargon horloger. On l’aura compris, l’affection d’Olivier Martins pour l’horlogerie n’est pas en soi liée au nombre de modèles possédés, mais à la passion qu’il a eu de les acquérir et de les porter en des situations importantes. Encouragé par de vrais professionnels à l’écoute de leurs clients, cet amateur, appréciant passer, régulièrement dans les salons M.Lascar, fait partie de ces adeptes éclairés, fidèles à leur conseiller, qu’ils savent à la fois sincère et toujours de bon conseil… Vincent Daveau

INTERVIEW > P 152


L ’ art de l ’ é coute , de l ’ accueil et du service


TUDOR > P 154

concentr é d ’ adr é naline Il faut parfois s’investir dans des univers inattendus pour atteindre sa cible. C’est le cas de Tudor qui est aujourd’hui associée à Ducati, le fabricant italien de motos. La raison de cet engouement est pluriel, mais on retiendra comme principale motivation de la maison horlogère née en 1926 son désir de se rapprocher d’urbains en quête d’un garde-temps susceptible de répondre à leurs attentes et ayant un caractère propre, dégageant une franche virilité et surtout ayant une histoire à raconter. Si toutes les marques sérieuses surfent sur l’univers automobile lors même que les grandes métropoles sont saturées, l’idée de s’associer à un constructeur motocycliste devrait porter ses fruits.


TUDOR DUCATI

&


TUDOR > P 156

NEWSWATCH Pelagos titanium 25500TN • FASTRIDER BLACK SHIELD chronograph STEEL 42000D • Fastrider Black Shield black ceramic 42000CN • Heritage Black Bay steel 79220R


De nos jours, la circulation en ville est devenue pratiquement impossible en voiture, en raison d’un trafic allant toujours en se densifiant. Pour échapper aux interminables bouchons, pour atteindre une destination rapidement, la seule solution est aujourd’hui de circuler dans toutes les métropoles, en deux roues. La question du choix entre un vulgaire scooter ou une moto de prestige est fonction des motivations du citadin. Seulement, l’image de soi et la notion de plaisir, même

pour se rendre au travail, est importante. Aussi le choix de son véhicule est aussi essentiel que celui du garde-temps que l’on passe au poignet. L‘idée, par cette association atypique est de suggérer aux amateurs de la marque Tudor qu’ils pourraient être en phase avec leur image s’ils pilotaient une Ducati en portant leur Tudor Fastrider Black Shield au poignet et aux fanatiques de Ducati qu’ils auraient tout intérêt à cultiver le look « biker » du troisième millénaire

s’équipant pour piloter, en plus de leur combinaison habituelle, du chronographe automatique en céramique actuellement le plus emblématique du marché. Pour information : depuis le 30 juin 2011, la maison Tudor dont l’identité a été redéfinie en 2009 est devenue le « timing Partner » de Ducati. Ce partenariat original s’impose comme une évidence en raison des nombreuses concordances existant entre les deux

maisons. On retiendra qu’elles sont toutes deux nées en 1926 et que leur lancement officiel l’a été également. Ainsi le Cucciolo, le premier moteur Ducati a été lancé en 1946, date où Tudor voyait officiellement le jour avec le lancement de ses premiers produits. Dans ces conditions, la publicité de 1952 où un motard portait une Tudor pour évoquer la robustesse et le caractère rebelle du modèle, était à considérer comme l’avant-goût d’une histoire qui s’écrit aujourd’hui…


43 YEARS

1970

1973

In nearly half a century TUDOR has left its mark on the history of the chronograph. From the 1970s, sports watch aficionados were won over by the sleek models that have contributed to the reputation of the Swiss brand. With its achievements, by awakening passions and creating watches emblematic of their era, TUDOR has built an exceptional reputation in the world of chronographs: a reputation built on four product families. In 1970, the memorable TUDOR Oysterdate chronograph (Ref. 7031) attracted immediate attention with its pentagonal hour markers and striking grey, black and orange colours. Three years later, a version of the Oysterdate (Ref. 7169) known by collectors as the “Montecarlo”,

OF CHRONOGRAPHS

1976

1989

featuring a bidirectional bezel in blue anodized aluminium and a grey and blue dial, would make a lasting impression. 1976 saw the launch of the Chrono Time (Ref. 9420/0), TUDOR’s first chronograph with a self-winding mechanical movement; it too was to become a legend. Finally, in 1989 the Prince Oysterdate chronograph (Ref. 79160), also with a self-winding mechanical movement, made a powerful impression with its cream counters on a black dial. Each of these four TUDOR chronograph families has become a classic in its own right; the ongoing interest of collectors the world over is testament to this. In just a few decades, TUDOR has become an integral part of the history of the chronograph.


REVISITING THE PAST AND INJECTING A CONTEMPORARY SPIRIT INTO THE ICONS OF TOMORROW The TUDOR Heritage range draws strength and substance from the brand’s most iconic models. Far from being merely new versions, the TUDOR Heritage watches are a true reinterpretation, a stylistic fusion of past, present and future. While keeping the aesthetic codes that defined the historic models, the modern touches added by TUDOR inject a contemporary spirit to create the “icons of tomorrow”.

Another distinct feature is the two counters in blue trapezoidal shapes at 3 o’clock for the small seconds hand and at 9 o’clock for the famous 45-minute counter that marked the history of TUDOR chronographs in the 1970s. Waterproof to a depth of 150 m (500 ft), the 42 mm steel case (compared to the original’s 40 mm) has a bidirectional bezel with a blue anodized aluminium insert. Under its sapphire crystal, it houses a self-winding mechanical chronograph movement with a 42-hour power reserve.

In 2013 the “Montecarlo” Oysterdate takes centre stage in the form of the TUDOR Heritage Chrono Blue, a reincarnation of the legendary chronograph imbued with the chic and sophistication of holiday destinations of the 1960s and 1970s. Inspired by the past but completely redesigned, the dial features new threedimensional hour markers with two bevelled metallic edges that define an area filled with SuperLuminova for greater impact and optimal legibility.

TUDOR HERITAGE CHRONO BLUE Self-winding mechanical movement, waterproof to 150 m (500 ft), 42 mm steel case. Comes with a steel bracelet and a reinforced fabric strap.


BRUSSELS Grote Zavel 36 Place du Grand Sablon BRUSSELS at Inno Nieuwstraat 111 Rue Neuve SINT-GENESIUS-RODE Brassinelaan 2 Avenue Brassine KNOKKE-ZOUTE Kustlaan 110-114 SINT-MARTENS-LATEM Kortrijksesteenweg 117 LIÈGE Rue Saint-Adalbert 5 ANTWERPEN Koetshuis van het Paleis op de Meir 50 GENT Henegouwenstraat 4

WWW.FLAMANTSHOP.COM

WWW.FLAMANT.COM WWW.FACEBOOK.COM/FLAMANTFRIENDS

PARIS | LONDON | HAMBURG | MILANO | ZÜRICH | VIEN NA | N ICE | S AINT PE TE R S BU R G


Véritable ouverture sur le monde, le smartphone de Vertu se décline dans une nouvelle collection aux lignes minimalistes et raffinées. Conçu comme toujours avec des matériaux d’exception, mettant en œuvre un savoir-faire artisanal combiné aux dernières technologies, ce produit réalisé à la main dans les ateliers de la marque en Angleterre, présente une nouvelle orientation en matière de design. Fin et épuré, tout en restant identifiable, il impose son caractère élégant. Son style contemporain, annonçant sa fonction à servir dans un monde global, a été imaginé pour séduire aussi bien les hommes que les femmes. A l’extérieur, c’est un modèle de durabilité : son écran tactile haute définition est protégé par un verre saphir de 5,1 pouces enchâssé dans une carrure en titane grade 5, métal à la fois léger et plus résistant que l’acier. Ce boîtier de 142,2 par 70,4mm, pour une épaisseur de seulement 11,2mm, s’habille de cuir de veau décliné en cinq coloris : cappuccino, noir, orange, moka et framboise. Les meilleures peaux des Alpes ont été sélectionnées par Vertu auprès d’une tannerie ayant plus de 150 ans d’expérience. Une fois ce bel objet en main, l’utilisateur pourra apprécier la qualité de la technologie embarquée et de ses services associés.

VERTU SMARTPHONE IS A REAL GATEWAY TO THE WORLD. THE NEW COLLECTION COMES IN MINIMALIST AND REFINED LINES. As usual, designed with outstanding material, making use of skilled craftsmanship combined with the latest technologies, hand made in the brand’s workshops in England, this product marks a turning point in design. By being thin, light while remaining identifiable, it puts refinement forwards. Its contemporary style symbolizes its function as a tool meant to be used globally and was designed to enthral both men and women. On the outside, it is a showpiece of sustainability: a 5,1 inch crystal sapphire, embedded in a grade 5 titanium frame protects the high definition touch screen. A metal that is both lighter and stronger than steel. This 142,2 by 70,4mm case with a thickness of 11,2mm is swathed in calf leather and available in five colours: cappuccino, black, orange, mocha and raspberry. Best leathers were selected by Vertu and imported from a tannery with more than 150 years of experience in the Alps. When holding this beautiful piece in hand, the user will be able to value the quality of the embedded technology and associated services.

VERTU > P 162


communiquer est un luxe

C ommunication is a luxury


In the design process of this smartphone, nothing was left to chance. Strong with fifteen years of experience, Vertu endows their telephones with the best digital supports for their special services. Choices of ringtones were made according to the brand’s conception of exclusivity. The melodies offered were composed on Vertu’s demand and performed by London symphonic orchestra. But if your preference goes to birdsongs, you may enjoy the unheard of acoustic clarity of this tool, product of Vertu’s engineers’ know-how in audio telecommunications. Sound quality is guaranteed with or without the use of extra device such as headphones or Bluetooth® headsets. In addition to this, HD pictures contribute to crea-

ting optimum communication comfort for the owner of a Vertu constellation phone who can also have access to the exclusive world of Vertu services, available in 21 languages. Vertu Life provides in real time a customized selection of privileges and direct and unlimited access to red carpet events. Vertu certainly is a data protection system developed with expert partners. Making data’s exclusively accessible by customer. With those extraordinary features, Vertu constellation offers its owner, an unsuspected mastery of the world around them. Extraordinary, is the inspirational theme behind new communication campaign created by renowned photographer Kristian Schuller.

A concierge in your pocket


1998

Création de la marque Vertu par Frank Nuovo, avec l’accord du conseil d’administration de Nokia. Les quatre années suivantes vont servir à développer le concept d’un téléphone de luxe, et à travailler sur les éléments du boîtier, comme le verre saphir de grande dimension, et en intégrant des savoir-faire empruntés à l’horlogerie.

L es grandes dates V ertu Vertu Ti premier smartphone développé sous Android TM. . Les services se complètent avec Vertu Life et Vertu Certainty, l’un pour l’accès personnalisé de l’utilisateur, et l’autre pour la sécurité de ses données. Toutes ces dernières innovations équipent le modèle Constellation lancé en octobre, nouveauté de la marque, et premier produit de l’entreprise en nom propre depuis son rachat par le groupe EQT

2013

Rien n’a été laissé au hasard dans l’élaboration de ce smartphone. Forte de ses quinze années d’expérience, l’entreprise Vertu offre à ses appareils les meilleurs supports numériques pour donner vie à son univers de services. Rien que le choix des sonneries suggère l’idée d’exclusivité chère à la marque, proposant des mélodies spécialement composées pour elle et interprétées par l’orchestre symphonique de Londres. Mais on peut préférer des chants d’oiseaux qui mettront en valeur la clarté acoustique sans précédent de l’engin, fruit de l’ingénierie audio téléphonique des ingénieurs de Vertu. La qualité sonore est garantie aussi bien en écoute directe, qu’avec un casque ou des écouteurs Bluetooth®. Le son s’associant à une image haute définition, le possesseur du Constel-

2002

lation de Vertu aura accès avec un confort optimal à ses communications et à l’accompagnement exclusif de Vertu, disponible en 21 langues. Le service Vertu Life propose une sélection personnalisée de privilèges, et un accès illimité à des évènements d’élites disponibles directement sur le téléphone et mis à jour en temps réel. Le service Vertu Certainly est un système de protection des données, développé avec des partenaires experts, garantissant au client d’être le seul à pouvoir en disposer. Avec ses capacités totalement hors du commun, le Constellation de Vertu offre à son propriétaire une maîtrise insoupçonnée du monde qui l’entoure. Ce thème de l’extraordinaire a inspiré la nouvelle campagne de communication créée par le photographe de renom Kristian Schuller.

Présentation à Paris du modèle Signature, premier téléphone portable de luxe proposé avec un service exclusif de conciergerie en ligne. Rapidement, les séries spéciales, pour hommes et femmes ou autour de différents univers, apparaissent. Collection Ascent, inspirée des voitures de sport

2006

Première génération de la ligne Constellation

lancement de la collenction Ascent Ti

2009

Le Signature reçoit le prestigieux Red Dot Award pour son design ; la marque se diversifie en lançant une gamme d’accessoires. Premier modèle à clapet : le Constellation Ayxta Premier smartphone : le Constellation Quest

2011

2004

premier téléphone à écran tactile

2007 2010

VERTU > P 165

U n concierge de poche


V ertu en plein renouveau

V ertu experiencing a renaissance


VERTU > P 167

Rachetée par le groupe EQT l’année dernière, Vertu a effectué une restructuration ces douze derniers mois pour devenir une entreprise autonome, tout en continuant de proposer des nouveautés à ses clients. Le téléphone Constellation constitue le deuxième lancement majeur de produit cette année. Massimiliano Pogliani, anciennement Directeur du Marketing de la société, est devenu le nouveau PDG de Vertu en juin. Jonathan Sinclair, jusqu’ici chez Jimmy Choo, l’a rejoint en tant que Directeur des Opérations. Massimiliano Pogliani explique : « C’est une période de transformation positive de l’entreprise, au cours de laquelle nous avons défini notre future gamme de produits, rationalisé nos activités internationales et avons fait en sorte que notre collection de téléphonie mobile de luxe fasse l’objet d’un développement continu, satisfaisant au mieux nos clients ».

Sold to EQT group, last year, Vertu has been through a twelve-month long restructuration in order to become an autonomous company whilst at the same time, offering new products to their customers. Vertu constellation is the second major product launching of this year. Massimiliano Pogliani, previously head of marketing of the company is, since June, new CEO of Vertu and was joined by Jonathan Sinclair, operation manager, who has been working so far for Jimmy Choo. Massimiliano Pogliani says: « It is a positive period of conversion for the company during which, our future product range has been designed and our activities on an international level, rationalized. During this period, our line of luxury mobile phones was continuously developed so as to better meet the needs of our customers.”


VERTU TI PURE BLACK 0023B48 • VERTU ti RED gold 0023W87


VERTU ti ferrari 0023W57 • VERTU CONSTELLATION ORANGE LEATHER 0024D21


T he new T I M E M O V E R

the success story continues

The «must have» for every passionate watch collector comes with a new control module and a multitude of detailed improvements A new generation of the legendary TIME MOVER® modules from the House of BUBEN&ZÖRWEG is pushing onto the market. The passionately innovative market leaders for watch winders have once again set new standards and introduced them to ardent lovers of fine timepieces around the world. A well-structured and clearly arranged control panel which is easily operated via a cursor field and designed as a multi-lingual LCD display unit is the central element of the new TIME MOVER® technology. It is used to configure every function of the TIME MOVER® – for up to six TIME MOVER® modules individually via a single control unit. «Now it is possible to program each individual module. Optimally adjusted for the automatic watches in each module and unique to the entire market of watch winders“, says a pleased Christian Zörweg, President of BUBEN&ZÖRWEG.

Perfect imitation of wearing behaviour TIME MOVER® from the House of BUBEN&ZÖRWEG offer every function to perfectly simulate «real life» wearing behaviour for automatic watches. And there is more – the functionality parameters of the TIME MOVER® are freely configurable and enable ideal adjustment to the specific requirements of each watch; they offer a much greater precision than the human wrist could afford during everyday wearing behaviour. There again, the sophisticated, pre-programmed auto-mode of every TIME MOVER® module offers everything the watch aficionado could possibly desire in the vast majority of cases.

®


atelier-zuppinger.ch

Couronne Symbole royal ou remontoir de montre ? Découvrez l’univers de l’horlogerie d’exception, sur www.hautehorlogerie.org

Couronne | La couronne de remontoir est un bouton de formes variées, moletée ou cannelée que l’on saisit entre le pouce et l’index pour remonter la montre. Certaines couronnes incluent un poussoir mobile pour déclencher le mécanisme du chronographe, ou le couvercle d’une boîte savonnette.

PARTENAIRES DE LA FONDATION | A. LAnge & Söhne | AuDEmARS PIguET | BAume & mercier | BOvET 1822 | cArtier | ChANEL | chopArD | ChRISTOPhE CLARET corum | DE BEThuNE | girArD-perregAux | gREuBEL FORSEy | hArry WinSton | hERmèS | iWc | JAEgER-LECOuLTRE | LouiS Vuitton | mONTBLANC | pAnerAi PARmIgIANI FLEuRIER | piAget | RALPh LAuREN WATCh & JEWELRy | richArD miLLe | ROgER DuBuIS | tAg heuer | vAChERON CONSTANTIN | VAn cLeef & ArpeLS


Classic Fusion Aero Chronograph. Mouvement chronographe automatique squelette. Boîtier réalisé dans un nouvel alliage d'or rouge unique : le King Gold. Bracelet en caoutchouc et alligator noir.

twitter.com/hublot •

facebook.com/hublot


WATCH - Edition 2013