Issuu on Google+

“Space lib”, des clés pour une nouvelle urbanité

Au-delà du défi La poursuite de la collaboration ESSEC-ESA dans le cadre des ACU se situe dans un partenariat plus large entre les deux formations. Cette collaboration se nourrit d’une réflexion innovante et d’une recherche commune sur la conception urbaine et les méthodes de projet, qui intègre les différentes dimensions de la ville et leurs inter-relations. Le thème soumis aux étudiants consistait à questionner le logement et l‘habitat dans leurs rapports aux mobilités. Les évolutions de la famille, du travail, de la vie urbaine etc. multiplient les besoins et les exigences de mobilités, entendues au sens large et non pas réduites aux seuls déplacements. Proposer la question « et si le logement était au service de la mobilité et non un frein ? » était un véritable défi lancé aux étudiants. Nous savions néanmoins que plusieurs manières d’aborder partiellement le sujet restaient possibles. Mais la réponse globale apportée par les étudiants a dépassé nos attentes. Très vite, ils ont appréhendé la problématique par une réflexion confrontant modes de vie et mode de ville. Leur réponse propose de nouvelles manières d’être de la ville et apporte une autre dimension au territoire. Une urbanité qui joue de la hauteur et du temps pour offrir de nouvelles libertés individuelles et collectives. De nouvelles formes urbaines qui expriment l’urbanité d’une société en réseaux.

 

   

1  


Comment   la   mobilité   façonnera-­‐t-­‐elle   l’Île   de   France   de   2030  ?   Comment     articuler   la   mobilité   et   le   logement,   qui   est   traditionnellement   associé   à   l’idée   de   stabilité  ?   Quel   avenir   pour   l’urbain,   comment   éviter   certaines   ségrégations  et  ruptures  à  tous  les  échelles  de  la  ville  ?  Comment  créer  du   lien  dans  la  ville  ?   Au   sein   de   notre   groupe   enrichi   de   nationalités   et   d’expériences   variées,   nous  avons  confronté  nos  visions  de  la  ville,  telle  qu’elle  nous  l’imaginons.     Que  devient  la  ville  si…?    

Le   droit   à   la   propriété,   déjà   affirmé   dans   la   déclaration   des   droits   de   l’homme   et   du   citoyen   de   1789,   a   influencé   les   modes   de   logement   tout   au   long   du   XXème   siècle.   Les   difficultés   de   l’accès   au   logement   entravent   la   mobilité.       A   l'ère   de   l'avènement   des   nouvelles   technologies,   des   transports   et   des   télécommunications   à   grande   vitesse   et   à   prix   abordables,   une   tendance   urbaine   nouvelle   émerge   ainsi.   Celle   de   l'érosion   du   sédentarisme,   des   hypermobilités  et  de  la  déspatialisation  des  lieux  urbains.     Les  nouvelles  mutations  sociétales  posent    question.     Que  devient  la  ville  si…  ?     Cette    question  interroge  les  fondements  même  de  la  ville,  dans  tout  ce  qui   la  constitue.     Que   devient   la   ville   si…   le   logement   est   pensé   pour   favoriser   et   accompagner  les  mobilités  ?     Imaginer  un  ou  plusieurs  scénarios  répondant  à  cette  question  ne  peut  se   faire   sans   préalablement   définir   différentes   notions   indispensables   à   la   compréhension  des  enjeux  liés  au  logement,  aux  mobilités,  mais  surtout  à   la  ville  dans  son  intégralité.  

1 Des  mobilités  à  la  mobilité   1.1 Mobilités    

Les  mobilités  que  peinent  à  s’exprimer  dans  la  ville  aujourd’hui  sont  loin   de  se  limiter  à  la  personne  qui  se  déplace  par  exemple  de  chez  elle  à  son   lieu  de  travail.  Nous  pensons  à  la  mobilité  dans  son  sens  le  plus  large  :  ce   qui   se   déplace   peut   être   de   l’information,   des   connaissances,   des   marchandises,   des   espaces.   On   y   retrouve   les   PIGS   :   les   People,   Information,   Goods   and   Spaces   dont   Yasmine   Abbas   décrit   les   mobilités    

2  


quand  elle  parle  des  nÊo-­�nomades.  Dans  le  cadre  de  notre  rÊflexion,  nous   avons   arrêtÊs   cinq   types   de   mobilitÊ  :   la   mobilitÊ   sociale,   la   mobilitÊ   Êconomique,   la   mobilitÊ   dans   la   gouvernance,   la   mobilitÊ   culturelle   et   la   mobilitÊ  physique.    

1.2 Handicaps   L’histoire   du   logement   au   20e   siècle   a   ÊtÊ   marquÊe   par   une   logique   de   sÊdentarisation,  de  stabilitÊ,  par  une  forme  particulière  de  cellule  familiale,   multipliant  les  entraves  aux  mobilitÊs.  

1948

1918

1850 Loi dĂŠfinissant les conditions de salubritĂŠ et donnant le droit aux conseils municipaux de dĂŠfinir les travaux Ă  effectuer SRXUDVVDLQLUOHVORJHPHQWV

1908 /RL5LERWTXL IDFLOLWHO¡DFKDW GXWHUUDLQ

Loi completÊe en 1919 par la loi /DXFKH/HYDVVHXU&HV ORLVHQWUDvQHQWO¡LQGLIIpUHQFH des propriÊtaires pour O¡HQWUHWLHQGHOHXUVELHQV Logement jugÊ non 1934 rentable par le secteur Suppression des crÊdits SULYp à la construction et abrogation des mesures GHEORFDJHGHOR\HU

/RLDVVXUDQWXQHKDXVVH rÊgulière et raisonnable des loyers compatible avec les ressources des KDELWDQWV

'X;,;HVLqFOHjO¡LPPpGLDWDSUqVJXHUUH

CrĂŠation du service public du ORJHPHQW

Loi Siegfried : CrÊation des comitÊs locaux G¡KDELWDWLRQVjERQ PDUFKp +%0 5HPSODFpHHQ SDUODORL6WUDXVV



Loi Malraux crĂŠant les secteurs sauvegardĂŠs et favorisant la restauration, dans ces ensembles urbains, des immeubles GHTXDOLWp

Lois de dÊcentralisation : "Les communes, les dÊpartements, les rÊgions dÊfinissent dans le cadre de leurs compÊtences respectives, OHXUSULRULWpHQPDWLqUHG¡KDELWDW

1954

1976

Programme de 12 000 logements neufs en FLWpVG¡XUJHQFH

VIIème Plan mettant O¡DFFHQWVXU O¡DPpOLRUDWLRQ TXDOLWDWLYHGHO¡KDELWDW

Des anĂŠes 50 aux anĂŠes 80

DXMRXUGKXL 5pIRUPHGHO¡DFFHVVLRQjOD SURSULpWpDLGpH /RLG¡RULHQWDWLRQUHODWLYHj la lutte contre les exclusions consistant à supprimer un certain nombre de dispositions existantes et à mettre en place un prêt à WDX[]pUR

Des annĂŠes 90 Ă  DXMRXUGKXL

1945

1912

1894

1962

1928 /RL/RXFKHXUTXLSUpYRLW la rĂŠalisation sur 5 ans de 200 000 logements +%0HWORJHPHQWV jOR\HUPR\HQ

1977 5pSDUDWLRQG¡HQYLURQ 5pIRUPHGXILQDQFHPHQW XQPLOOLRQGHORJHPHQWV du logement et mise en Creation du "Fonds SODFHG¡XQHSROLWLTXHGH 1DWLRQDOG¡$PpOLRUDWLRQ 1957 O¡KDELWDWDQFLHQ GHO¡+DELWDW )1$+  Loi du 7 aoÝt 1957, la politique GHV=83TXLSUHQGHQFRPSWHOD FUpDWLRQGHORJHPHQWVHWG¡pTXLSHPHQWV SXEOLFVQpFHVVDLUHVHQGpFRXOH 0LVHHQSODFHG¡XQSURJUDPPHGH FRQVWUXFWLRQGHORJHPHQWV+/0 2EMHFWLIORJHPHQWVSDUDQ

 /RL%HVVRQPHWWDQW en oeuvre le droit au logement /RLUHODWLYHjO¡KDELWDW DFKDWGHV+/0SDUOHVORFDWDLUHV WUDQVIRUPDWLRQGHVEXUHDX[HQORJH 

Elle   a   contribuÊ,   par   l’enchaÎnement   des   lois   et   des   dispositifs,   à   limiter   de   fait  le  droit  au  logement  et  à  la  mobilitÊ  des  citadins.  

Quels sont les Handicaps liÊs au logement...? SÊdentaritÊ Accès

Manque de diversitĂŠ

Famille

Rapport public / privĂŠ

CoĂťt QualitĂŠ de vie inĂŠgale

 

Emploi

Absence d’interaction

Environnement

Exclusion / SĂŠgrĂŠgation InstabilitĂŠ

Droit de l’urbanisme

Logement Ă  vie

TemporalitĂŠ

StabilitĂŠ

Individualisme

3  


2 Space  Lib’  :  des  clés  pour  une  nouvelle  urbanité              

  L’idée  sur  laquelle  repose  le  concept  que  nous  proposons  est  très  simple  et   innovante  :   afin   de   s’affranchir   des   handicaps   aux   mobilités   liés   au   logement,   nous   nous   inspirons   de   la   tortue   qui   transporte   son   habitat   constamment  avec  elle.    

                                              2.1 Le  concept  et  sa  faisabilité    

 

4  


2.1.1 Modularité  du  dispositif  

 

 

  Ce   concept   est   un   dispositif   fondé   sur   une   structure   de   base   ou   «  infrastructure  »   sur   laquelle   viennent   se   greffer   librement   des   «  modules  ».  Les  modules  auront  différents  usages.     Nous   avons   choisi   de   représenter   notre   dispositif   sous   la   forme   d’une   maquette   en   Lego,   car   ceux-­‐ci   nous   donnent   la   flexibilité   indispensable   pour  exprimer  notre  idée.  Cependant,  la  forme  proposée  n’est  en  aucun  cas   l’architecture  choisie  pour  le  bâtiment.  Il  s’agit  seulement  d’un  concept,  qui   pourra   être   mis   en   place   sous   différentes   formes   adaptées   au   territoire   d’implantation,  aux  besoins  de  la  commune…    

 

5  


2.2 Nouveaux  modes  de  vie,  nouvelle  urbanité   2.2.1 Urbanité     Dans  une   démarche  prospective  sur  la  ville,   comment  proposer  de  nouvelles   formes  d’urbanité  dans  un  monde  en  pleine  mutation  ?    

       

Qu’est-­‐ce  qui  fait  l’urbanité  ?   -­‐ les  habitants,  les  communautés  ;   -­‐ le  bâti  ;   -­‐ les  espaces  publics,  collectifs,  privés  ;   -­‐ les  services  ;   -­‐ les  infrastructures,  les  équipements  ;   -­‐ la  géographie,  l’environnement,  l’histoire  ;   -­‐ les  flux,  les  mobilités.       L’urbanité   est   la   qualité   des   lieux   urbains.   Ce   sont   les   habitants   qui   la   font,   et  pas  l’inverse.    

 

 

6  


«La   ville   est   une   somme   de   fragments   contradictoires   et   complémentaires»  (Ungers,  Berlin  as  a  green  archipelago,  1977).   Aujourd’hui   ces   fragments   de   ville   sont   dispersés,   ne   disposent   d’aucune   unité,  ne  dialoguent  pas  entre  eux.  Il  nous  semble  indispensable  d’inventer   une  nouvelle  forme  d’urbanité  qui  lierait  ces  fragments  entre  eux.     2.2.2 Des  nouveaux  modes  de  vie,  des  nouveaux  modèles  sociaux  qui   impliquent  de  nouveaux  besoins.   L’évolution   des   modes   de   vivre   ensemble,   des   formes   familiales,   de   la   démographie  implique  des  changements  dans  les  besoins  de  logement.  Par   exemple  :   le   vieillissement   de   la   population   engendre   des   situations   d’esseulement  des  seniors,  les  nouveaux  modèles  de  la  famille  recomposée   et   de   la   famille   monoparentale   conduisent   les   enfants   à   demeurer   alternativement  dans  plusieurs  foyers.  La  colocation  est  rendue  nécessaire   par   l’allongement   des   études   et   la   faiblesse   des   revenus   pendant   cette   période,   mais   aussi   par   d’autres   choix   ou   contraintes   de   vie   des   célibataires,   personnes   âgées   etc.   Les   besoins   sont   aussi   transformés   par   l’instabilité  croissante  des  situations  professionnelles,  des  revenus,  par  la   déconnexion  spatiale  des  activités  quotidiennes  ou  professionnelles  etc.   Toutes   ces   évolutions   se   traduisent   par   des   besoins   spécifiques   de   conception   et   d’usage   du   logement,   auxquels   notre   proposition   essaie   de   répondre  d’une  façon  innovante.     2.2.3 Un  nouveau  mode  d’habiter.   Nous   proposons   un   nouveau   mode   d’habiter,   un   nouveau   type   de   lieu   de   vie   qui   rompt   avec   les   principes   habituels   de   l’immobilier   et   favorise   les   différentes   mobilités   (physique,   professionnelle,   intellectuelle,   sociale,   économique,  culturelle…).     Et   cela   de   par   la   forme,   la   mixité   des   usages,   l’interopérabilité   et   la   flexibilité  du  modèle  économique  d’une  structure  bâtie  originale.   Dans   un   siècle   où   la   mobilité   est   de   plus   en   plus   à   la   fois   imposée   ou   choisie,   il   est   temps   que   le   logement   la   favorise   au   maximum,   qu’il   offre   aux  individus  un  fonctionnement  facile  et  flexible  pour  leurs  localisations   et  relocalisations  mais  aussi  une  souplesse  de  définition  de  leur  habitat  et   de  son  coût.   Concrètement  nous  proposons  un  système  de  bâtiment  qui  physiquement   s’appuie   sur   un   pilier   central,   lieu   de   vie   commune.   Ce   pilier   porte   un   squelette   qui   propose   des   emplacements   sur   lesquels   des   modules   à   usages  différents  (de  vie,  de  travail,  de  loisir)  viennent  se  greffer.  Chaque   emplacement   peut   accueillir   tous   les   types   de   modules.   La   structure   centrale   fournit   tous   les   branchements   nécessaires   (eau,   énergie…)  :   la   pose   des   modules   se   fait   en   mode   «  plug   and   play  ».   Les   modules   sont   totalement  mobiles,  facilement  déplaçables  d’un  pilier  central  à  un  autre  :   il  suffit  d’un  camion-­‐grue  adapté.    

7  


2.2.4 La  rencontre  du  privé,  du  public  et  du  collectif    

Au  sein  du  dispositif,  les  espaces  privés,  publics,  collectifs  se  rencontrent,   se   mêlent,   se   côtoient…   La   ville   rentre   dans   la   structure,   le   privé   est   installé   au   centre   du   public…   Le   collectif   sert   d’articulation   à   l’ensemble,   de  point  de  connexion  entre  les  habitants…    

     

 

 

8  


La  colonne  centrale  du  dispositif,  ou  infrastructure  est  le  lieu  où  sont  mis   en   place   les   équipements   collectifs,   à   disposition   des   habitants   des   modules   «  logement  ».   Des   services   tels   que   des   voitures   collectives,   une   garderie,  un  centre  multimédia,  un  espace  cuisine  collective  peuvent  ainsi   être   proposés.   La   présence   de   services   collectifs   permet   d'avoir   des   logements   adaptés   en   prise   directe   avec   la   vie   collective,   pour   des   personnes  handicapées  ou  âgées  par  exemple.  Elle  favorise  aussi  le  choix  

d’un   mode   de   vie   qui   ne   repose   pas   sur   l’acquisition   et   l’intégration   au   logement   d’équipements   souvent   peu   rentabilisés   et   de   réduire   le   besoin   de  surface  et  d’entretien  de  ce  logement.    

2.2.5 Mixité  des  usages  et  optimisation  des  occupations    

L’urbanité   étant   la   somme   de   différents   fragments,   aux   usages   variés,   plusieurs  usages  peuvent  être  mis  en  place  au  sein  du  dispositif  pour  créer   une  nouvelle  forme  d’urbanité.   Les  usages  proposés  ici  sont  :   -­‐ logement  ;   -­‐ atelier  ;   -­‐ potager  ou  jardin  ;   -­‐ bureau  ;   -­‐ commerce.    

9  


2.2.6 Vivre  dans  et  avec  la  structure    

Paris,  le  5  juillet  2030.   Federica   fait   l’acquisition   d’un   module   de   logement   meublé   de   longue   durée  et  décide  de  le  placer  dans  une  structure  à  Montigny-­‐Bretonneux.  En   tant   que   peintre,   ce   lieu   lui   convient   parfaitement   comme   source   d’inspiration.   En   raison   de   la   tranquillité   et   des   vues   naturelles,   deux   autres   artistes   David   et   Ariane,   décident   de   s’installer   dans   la   même   structure.  Un  an  plus  tard,  ces  deux  amies  et  d’autres  artistes  qui  ont  vécu   dans   la   structure,   décident   d’acquérir   un   module   supplémentaire   pour   y   aménager  un  atelier  de  peinture.  Ils  déplacent  leurs  modules  au  sein  de  la   structure   afin   d’être   aussi   proches   que   possible   les   uns   des   autres.   Le   dispositif  leur  permet,  grâce  à  l’existence  de  lieux  de  rencontre,  d’exposer   leurs  œuvres  et  même  d’ouvrir  une  galerie  pour  vendre  leur  art.    

10  


Pour   des   raisons   personnelles,   Federica   doit   déménager   pour   pouvoir   répondre   aux   besoins   de   sa   famille.   Elle   décide   de   se   rapprocher   de   sa   sœur.   Elle   part   donc   s’installer   à   Orsay.   En   2046,   Federica   acquiert   deux   modules  logement  pour  ses  enfants  Nikola  et  Guillermo.     5   ans   plus   tard,   Nikola   est   un   excellent   guitariste.   Il   déplace   son   module   dans   une   structure   localisée   dans   un   quartier   qui   est   en   train   d’émerger   pour   sa   scène   musicale.   Il   fait   là-­‐bas   la   connaissance   de   plusieurs   musiciens   avec   qui   il   crée   un   groupe   musical.   Ensemble,   ils   achètent   plusieurs   modules   commerciaux   afin   de   les   placer   dans   la   structure   et   créer  des  salles  de  répétition  et  d’enregistrement  pour  leur  groupe,  qu’ils   louent  aussi  à  d’autres  musiciens  de  leur  quartier.      

 

2.3 Nouveau  modèle  économique,  nouveaux  métiers  urbains     2.3.1 Comment  ça  marche  ?     L’usager,  pour  trouver  le  lieu  où  il  pourra  s’implanter,  a  accès  à  un   portail   de   service   via   Internet   ou   via   une   application   smartphone,   où   il   peut   chercher  les  emplacements  disponibles  et  faire  son  choix  d’acquisition  ou   de  location  de  module  en  fonction  de  ses  besoins  et  de  ses  moyens.  

 

11  


S’il  choisit  de  louer  un  module  déjà  installé,  il  choisit  sa  localisation   géographique  (sa  structure),  le  type  de  module  qu’il  souhaite  (logement   meublé  ou  non,  atelier  ou  bureau,  potager,  commerce…)  et  sa  surface,  la   temporalité  de  location  (court  ou  long  terme,  reconductible  ou  non…)  etc.   Mais  il  peut  aussi  choisir  dans  une  structure  un  emplacement  qu’il  louera   directement  pour  y  faire  poser  lui-­‐même  un  module  qu’il  aura  acheté  ou   qu’il  loue  indépendamment  de  sa  localisation.     Le  fonctionnement  du  système  paraît  très  simple  à  l’usager  :  la  plateforme   est  un  guichet  unique,  qui  fédère  l’ensemble  des  entreprises  concernées   dans  une  procédure  unifiée.   Cependant,  le  fonctionnement  réel  et  l’articulation  entre  ses  différents   acteurs  sont  beaucoup  plus  élaborés.     2.3.2 Gouvernance  :    

Le   concept   repose   sur   la   conjonction   d’une  diversité   d’acteurs   et   sur   le   fait   que   la   spécialisation   de   chacun   correspond   à   un   seul   type   de   risque.   Chaque   «  métier  »   que   notre   modèle   crée   peut   ainsi   maîtriser   «  son  »   risque   dans   un   modèle   économique   qui   lui   est   propre   et   être   assuré   de   rentabiliser  son  investissement.   Les   risques   de   base   sont   ceux   du   foncier   (disponibilité   et   coût),   de   l’investissement   et   de   la   gestion   de   la   structure   porteuse,   de   la   gestion   des   modules   locatifs,   les   uns   et   les   autres   incluant   un   risque   de   vacance   dépendant  notamment  des  durées  de  location.     Le  schéma  des  acteurs  et  de  leur  articulation  est  le  suivant  :    

     

12  


Le  foncier  tenu  par  les  collectivités.   Il   nous   est   paru   nécessaire   de   laisser   aux   collectivités   publiques   un   droit   de   regard   sur   la   structure,   un   pouvoir   de   contrôle   afin   d’éviter   un   détournement   des   objectifs   de   mixité   des   usages,   mixité   sociale   et   de   mixité   des   mobilités   qui   nous   paraissent   intrinsèques   au   projet.   Le   propriétaire  du  foncier  serait  alors  un  acteur   spécifique,  dans  la  majorité   des   cas   une   collectivité   locale,   qui   à   travers   un   bail   emphytéotique   laisserait  à  un  autre  opérateur  -­‐  le  gestionnaire  d’infrastructure  –  le  droit   d’usage   du   terrain.   La   possession   publique   du   terrain   permet   aussi   de   proposer  des  baux  raisonnables,  afin  de  favoriser  la  diversité  de  l’offre  de   modules  et  de  services  et  la  qualité  de  la  gestion  de  l’opérateur  central.   Un   cahier   des   charges   négocié   est   associé   au   bail   emphytéotique,   qui   permet  à  la  collectivité  de  moduler  les  objectifs  publics  et  les  contraintes   urbaines  imposés  au  gestionnaire.     La  colonne  centrale  construite  et  gérée  par  une  entreprise  spécialisée.   C’est   le   «  nouveau   métier  »   le   plus   original   du   dispositif.   Le   gestionnaire   d’infrastructure,  probablement  adossé  à  un  investisseur,  sera  responsable   de  la  construction  de  l’infrastructure  centrale,  de  son  aménagement  et  de   son   entretien   mais   aussi   de   sa   gestion.   Dans   la   colonne   centrale   sont   installés  des  escaliers  et  ascenseurs,  des  équipements  collectifs  comme  des   cuisines   et   laveries,   des   espaces   publics   à   la   base   et   sur   le   toit   etc.   Les   colonnes   ont   un   fonctionnement   dit   «  plug   and   play  »   tant   vis-­‐à-­‐vis   des   modules  que  pour  elles-­‐mêmes  :  elles  se  branchent  sur  un  socle  au  niveau   duquel  sont  disposés  tous  les  dispositifs  d’alimentation  en  eau  et  énergie   ou  d’évacuation  des  eaux  usées  et  déchets.     Le  gestionnaire  loue  les  emplacements  de  cette  infrastructure  aux  acteurs   qui   souhaitent   y   greffer   des   «  modules  ».   Les   supports   de   modules   et   leurs   branchements   sont   produits   selon   un   modèle   unique   pour   assurer   l’interchangeabilité  des  modules.  On  arrive  ainsi  à  un  système  similaire  à   celui   des   relations   entre   Réseau   Ferré   de   France   et   la   SNCF   par   exemple,   RFF  étant  le  propriétaire  des  rails  et  percevant  une  redevance  de  la  part  de   la  SNCF  en  échange  du  droit  d’usage  des  voies.     Le  gestionnaire  rentabilise  son  dispositif  en  disposant  un  grand  nombre  de   structures  en  des  lieux  névralgiques  d’Île  de  France.  Il  bénéficie  de  la  triple   facilité  de  moduler  le  nombre  de  supports  de  modules  d’une  structure,  de   déplacer  les  structures  en  fonction  des  demandes  et  de  négocier  la  location   foncière   selon   le   contexte   de   marché   mais   aussi   les   objectifs   publics   locaux.        

 

13  


Les  modules.   Les   modules   sont   des   entités   physiques   habitables   une   fois   greffées   sur   une   colonne.   Ils   seront   produits   par   des   sociétés   spécialisées,   selon   les   normes   qui   garantissent   leur   interchangeabilité   et   selon   la   créativité   des   designers.   Le   gestionnaire   d’infrastructure   a   deux   types   d’interlocuteurs   possibles,   qui   vont   greffer   des   modules   sur   sa   colonne   centrale   en   y   louant   des   emplacements:   - des  opérateurs  propriétaires  de  modules  qu’ils  louent  à  des  usages   temporaires  :  ils  garantissent  au  gestionnaire  une  durée  et  quantité   intéressante  de  locations  et  peuvent  bénéficier  d’un  tarif  adapté  ;   - des  utilisateurs,  propriétaires  (ou  locataires)  d’un  module  :  leur  tarif   dépendra   étroitement   de   la   nature   de   leur   bail   (durée   de   location   et   facilité  de  résiliation).    qu’ils  installent  eux-­‐mêmes..     Les  modules  proposés  par  des  opérateurs  privés  ou  publics.   Dans  le  premier  cas  de  figure,  un  opérateur,  propriétaire  bailleur,  installe   des   modules   dans   tout   ou   partie   du   territoire   régional   selon   les   besoins   observés,   selon   la   «  demande  »   au   sens   économique   du   terme.   Les   opérateurs   seront   généralement   spécialisés   selon   le   type   de   module   et   la   nature  des  baux  (notamment  la  durée  de  location),  afin  de  bien  maîtriser   leur  marché  et  leur  modèle  économique.  Dans  tous  les  cas,  les  risques  de   vacance  sont  limités  par  la  possibilité  de  déplacer  les  modules,  voire  de  les   retirer  momentanément  du  marché..  Les  opérateurs  seront  le  plus  souvent   privés,  mais  on  peut  penser  aussi,  par  exemple,  à  des  organismes  publics   d’habitat   social,   à   des   associations   gérant   des   logements   adaptés   ou   d’insertion,  à  des  collectivités  locales  proposant  des  locaux  partagés  pour   jeunes  entrepreneurs  etc.     On   peut   envisager   une   plateforme   juridique   et   financière   de   transaction   commune  entre  tous  ces  types  d’opérateurs,  qui  permettrait  à  l’utilisateur   d’avoir   un   interlocuteur   unique   (interface   Internet   et   agence)   pour   une   multitude  de  services  gérés  en  réalité  par  autant  d’opérateurs  qu’il  existe   de  type  de  services.     Les  modules  en  propriété  directe.   Dans  le  deuxième  cas  de  figure,  l’utilisateur  achète  son  module  auprès  d’un   fabriquant  et  loue  directement,  auprès  du  gestionnaire  d’infrastructure,  un   emplacement   pour   greffer   son   module.   Sa   location   sera   généralement   de   moyenne   ou   longue   durée.   Il   peut   adapter   sur   place   son   installation   à   l’évolution  de  ses  besoins  ou  «  déménager  »  en  emportant  son  module.  Ou   encore  revendre  sur  place  son  module  en  transférant  son  bail.   Des  modules  peuvent  être  achetés  en  commun  :  chambre  d’amis  partagée   par   plusieurs   ménages   proches,   chambres   d’adolescents   entre   deux   conjoints  séparés,  atelier  pour  plusieurs  architectes,  potager  etc.  

 

14  


On  peut  également  imaginer  que  des  entreprises  proposent  en  location  des   modules  non  localisés.  L’utilisateur  bénéficie  alors  de  la  double  souplesse   de  la  location  de  son  module  et  de  celle  de  son  emplacement.  Rien  ne   l’empêche  de  combiner  la  propriété  de  sa  cellule  d’habitation  principale  et   le  location  de  modules  complémentaires  selon  ses  besoins  (enfants,   travail…).     2.3.3 Coût  

  La  modularité  réduit  le  coût  du  logement  lui-­‐même,  on  s'adapte  facilement   à   une   interprétation   limitée   de   ses   besoins   strictement   "privés"   et   on   mutualise   le   reste   dans   des   espaces   collectifs   (groupe   familial,   d'amis,   de   collègues...)  ou  publics,  tout  en  multipliant  les  manières  de  vivre  possibles   entre   "logement",   "habitat"   et   "quartier".   Ce   nouveau   comportement   est   bien  producteur  de  nouvelles  sociabilités  urbaines.   Il  est  possible  de  trouver  dans  un  même  ensemble  des  modules  de  niveau   de   prestation   et   donc   de   coût   différent,   ce   qui   facilite   la   réponse   à   des   besoins   sociaux   divers   (une   collectivité   peut   fournir   le   module   et   subventionner   la   location   de   l'emplacement,   une   association   peut   accompagner  les  occupants  etc.).     2.3.4 Durabilité.     Ce   que   nous   proposons,   dans   la   lignée   de   la   réflexion   menée   par   Marina   Trayser   dans   son   mémoire   «  De   l’éphémère   au   durable  »,   est   un   modèle   durable  dont  la  forme  est  éphémère.     En   réponse   à   une   ville   figée,   le   dispositif   que   nous   proposons   permet   la   mobilité   dans   la   ville   et   dans   les   villes   et   aussi   dans   les   formes   urbaines.   Les   colonnes   et   les   modules,   démontables   et   recyclables,   sont   facilement   déplaçables  ;   le   dispositif   dans   sa   globalité   prend   des   formes   uniques   en   fonction   de   l’agencement   des   modules  ;   les   modules   sont   adaptables   aux   besoins  changeants  d’une  population  mobile.  Outre  une  mobilité  physique,   notre  dispositif  permet  une  mobilité  dans  le  temps  des  formes  de  la  ville.     La   souplesse   du   dispositif   et   la   liberté   de   localisation   des   modules   permettent  d’optimiser  la  surface  et  le  volume  occupés  :  au  sol  grâce  à  la   verticalité   de   l’ensemble   mais   aussi   par   chaque   usager   grâce   aux   espaces   et  services  mutualisés  et  à  l’évolutivité  de  son  espace  propre.     Au   total,   les   gains   énergétiques   et   de   consommation   de   ressources   de   toute   sorte   sont   probablement   très   importants,   si   l’on   considère   l’ensemble   du   cycle   de   vie   des   composants   du   dispositif   et   des   ménages   eux-­‐mêmes,.    

15  


2.4 Dialogue  avec  la  ville.    

Aujourd’hui   la   Région   Ile   de   France   a   pour   centre   Paris.   Notre   dispositif   permettrait  de  décentraliser  et  de  multiplier  les  polycentres,  de  signaler  et   de  valoriser  une  organisation  en  réseau  de  l’espace  régional,  réseau  urbain   des  nouveaux  réseaux  familiaux,  sociaux  et  professionnels.  

 

  Il  paraît  opportun  de  placer  les  dispositifs  à  proximité  de  gares  ou  d’autres   nœuds   de   transports,   surtout   s’ils   sont   en   position   de   centralité   urbaine   locale  :   - la  souplesse  du  dispositif  permettant  d'optimiser  les  localisations  en   fonction  des  évolutions  de  la  vie,  on  peut  en  espérer  une  réduction   globale  des  déplacements,  au  moins  des  déplacements  automobiles   grâce  à  la  conjugaison  «  nœud  de  transports  publics  /  proximité  de   quartier  » - permettre  un  on  peut  en  espérer  un  déplacement  des  modules  par   l’intermédiaire  du  réseau  ferré. .       Les  dispositifs  sont  pensés  pour  optimiser  les  mobilités  et  s’intégrer  dans   les   dynamiques   urbaines   de   leurs   lieux   d’implantation,   l’idée   principale   étant  d’intensifier  chaque  site.      

 

16  


Pour   développer   un   exemple   de   notre   dispositif,   nous   avons   choisi   le   faisceau  sud-­‐ouest  comme  site  d’étude  et  retenons  des  sites  d’implantation   situés  sur  la  limite  entre  la  zone  urbaine  et  la  zone  rurale.    

 

       

 

17  


Le  dispositif  permettra  de  répondre  aux  besoins  de  chaque  territoire,  pour   devenir  un  vecteur  d’intégration  dans  le  quartier  et  dans  la  ville.  Le  rez-­‐de-­‐ chaussée,   réservé   à   des   usages   publics   pourrait   par   exemple   accueillir   une   coopérative  pour  permettre  aux  producteurs  de  la  région  de  vendre  leurs   produits,   dans   le   cas   d’une   implantation   en   zone   rurale.   Nous   pourrions   aussi   imaginer   des   locaux   destinés   à   des   associations   étudiantes   dans   le   cas  d’une  implantation  à  proximité  d’une  université.    

 

 

Le   concept   de   Space   Lib’   n’est   pas   une   structure   établie   prête   à   être   installée   dans   n’importe   quelles   conditions   sur   n’importe   quel   territoire.   Ce  dispositif  ne  peut  être  mis  en  place  sans  une  étude  approfondie  du  site   d’implantation   afin   d’identifier   les   besoins   et   les   aspects   à   intensifier   sur   place.   Une   nouvelle   urbanité   et   un   nouveau   mode   de   vie   ne   peuvent   se   développer   sans   un   dialogue   avec   le   quartier,   la   ville,   le   territoire.   Les   habitants   et   acteurs   du   dispositif   pourront   laisser   leur   empreinte   sur   ce   lieu   de   vie   pour   des   durées   très   variables,   l’urbanité   se   réinventant   à   chaque  instant.            

 

18  


« space lib’, des clefs pour une nouvelle urbanité »