Page 1


2

Édito Homo erectus... Je ferais peut-être bien de me lever moi aussi. D’abord pour dire bonjour, c’est quand même plus poli. Donc, je me présente : Bruno Bernard, netsurfeur à Mauvaise Graine. C’est quand même mieux que la rubrique des poèmes écrasés, non ? Une bonne place. Pas bien payée, mais bon... au moins, le directeur me fiche la paix. Surtout en ce moment : il s’est offert quelques semaines de vacances au bord de la mer. En partant il m’a dit : « Tu gardes la boutique ! » Si vous aviez vu comme j’étais fier... Seulement voilà : nous sommes le 1er février et il n’est pas rentré. À moi de me débrouiller avec ce numéro ! Un premier édito, c’est un peu comme un premier rendez-vous, c’est très intimidant. Dans Mauvaise Graine ce mois-ci, vous allez donc faire connaissance avec un auteur dramatique canadien, David Gobeil Taylor*. Il a écrit à ce jour cinq pièces à propos de l’homosexualité, du sida, du coming-out**, essaie de dessiner les contours de la frontière entre hétéro- et homo-sexualité. Il décrit aussi cette communauté (?), tantôt avec sympathie, tantôt de façon passablement désabusée. Dans ses pièces, chacun des personnages a une réelle épaisseur. Ils sont humains, forts, faibles, enviables ou ridicules, bien avant d’avoir une quelconque définition x-sexuelle. Si ses dialogues sont pertinents, il ne s’en dégage pas moins une bonne dose d’humour et d’autodérision. On savait que les anglo-saxons standard pouvaient rire de leurs propres travers et les mettre en scène. Avec David Gobeil Taylor, on apprend que les pédés anglo-saxons ont cette même capacité. Car en effet, j’allais oublier de le mentionner, David est lui-même homosexuel. Bonne lecture, et écrivez-moi pour commander le T-shirt : « Ich bin ein Haïtien ! » * Prononcez « Goh-Bay », il y tient. ** Coming-out : sortir de sa coquille, ne plus se cacher.

Homo erectus... I should stand up, too. To say hello, first. It’s more correct. So, I introduce myself : Bruno Bernard, netsurfer in Mauvaise Graine. All the same, it’s better than writing nothing but fillers, isn’t it ? A good situation. Not a well-paid one, but... at least, the manager leaves me alone. Especially now : he has treated himself to some weeks’holidays at the seaside. When he went off, he told me : « Keep an eye on the place ! » If you should see as I was proud... But now : we are on February, the first, and he’s not back yet. I have to sort things out myself ! A first edito is like a first rendez-vous, a very intimidating experience. In Mauvaise Graine this month, we meet a Canadian playwright, David Gobeil Taylor*. He has written five plays about homosexuality, aids, coming-out, and try to explore the border between heteroand homo-sexuality. He also describes this community (?), now with liking, now with disillusionment. The characters of his plays don’t lack substance. They are human, strong, weak, enviable or ridiculous, before to get any x-sexual definition. Dialogues are pertinent, and rich of humour and self-derision. We’ve already known that the straight Anglo-Saxon authors can laugh about their own failings and stage them. With David Gobeil Taylor, we learn that queer Anglo-Saxon authors have the same ability. Because, I was just forgetting to specify this point : David is gay. Good reading, and write me to order the T-shirt : « Ich bin ein Haitian ! » * Pronounce « Goh-Bay », he insists to it.

Bruno Bernard

2


Portrait by the author, from his web site Homo Erectus was the second play I wrote (after Zarathustra is Dead), and the first time I used theatre to acknowledge my homosexuality. I had a difficult 'coming out' process; I was unhappy as a heterosexual, and the moment I realized I was gay I thought that all my problems were over. WrongBeing gay is not just a question of who you have sex with; it's a culture, a lifestyle, a community. I didn't feel part of heterosexual culture, but that doesn't mean I immediately fit into to gay culture. I was like Harry in Homo Erectus in everything about the way many gay people thought and acted was new to me, and I could observe it with a critical eye.I still observe the queer community with a critical eye, because I still don't think I fit in — which is fine, not everybody can. I have been accussed of (of all things) being homophobic or self-loathing in my plays because I criticize some of the way gay people behave. Well, I don't criticize them because they're gay--I criticize them because they're people. They're human; they're fallible. That is their strength and their weakness. And homosexuality should never absolve anyone from the need to take a long, hard look at oneself.In Homo Erectus, the criticism is quite minor; I parallel my own comingout process with Harry's, who doesn't quite buy into everything Tom does. In my later plays, I have been far less subtle; in Reagan II I deal with with intensity of self-loathing that is almost required in gay culture, in Homo Alone I deal with the fanatical belief that homosexuality is innate and irreversible and in Waiting for Homo I deal with the unhealthy martyrdom of AIDS victims.Rereading Homo Erectus, I am happy with the work even though my writing has progressed in the last three years. I think it shows a generosity toward its characters — a generosity that I so often find missing in everyday life. I feel like Tom, Dick and Harry have journeyed with me in my more recent work and life — and I reinvent them, and myself, in every character I write.

par l’auteur, d’après son site web Homo Erectus est la deuxième pièce écrite (après Zarathustra is Dead), et la première dans laquelle je parle de mon homosexualité. Mon affirmation fut difficile ; j’étais malheureux en tant qu’hétérosexuel, et dès l’instant où j’ai réalisé que j’étais gay, j’ai pensé que tous mes problèmes étaient terminés. C’était faux, être homo n’est pas uniquement une question de savoir avec qui on va faire l’amour ; c’est une culture, un style de vie, une communauté. Je ne me sentais pas à l’aise avec la culture hétérosexuelle, ce qui ne veut pas dire que je me sois senti bien tout de suite dans le monde gay. J’étais comme Harry dans Homo Erectus car la façon dont les homos pensaient et agissaient était nouvelle pour moi, et il m’a été possible de l’observer avec un œil critique. C’est toujours ce que je fais, parce que je ne crois toujours pas être en phase avec la culture gay — ce qui est plutôt bien, ce n’est pas donné à tout le monde. J’ai été accusé (parmi d’autres choses) d’homophobie ou de décrire un dégoût de moi-même dans mes pièces parce que je critique certaines des façons dont les gays agissent. Mais je ne les critique pas parce qu’ils sont gays, mais parce que ce sont des gens. Ils sont humains, pas infaillibles. C’est leur force et leur faiblesse. Et l’homosexualité ne devrait jamais empêcher quiconque de porter un regard intransigeant sur quelqu’un. Dans Homo Erectus, la critique est assez mineure : je mets en parallèle mon propre « coming out » avec celui de Harry qui ne prend pas pour argent comptant tout ce que fait Tom. Dans mes dernières pièces, j’ai été beaucoup moins subtile : dans Reagan II, je montre avec intensité que le dégoût de soi-même est presque nécessaire dans la culture gay, dans Homo Alone je traite de l’idée fanatique que l’homosexualité est innée et irréversible, et dans En attendant Homo je parle du martyre malsain des victimes du SIDA. En relisant Homo Erectus, je suis heureux du travail réalisé, même si mon écriture a progressé durant les trois dernières années. Je crois que cette pièce montre une forme de générosité envers ses personnages, une générosité si souvent absente dans la vie de tous les jours. Il me semble que Tom, Dick et Harry ont voyagé avec moi dans mes oeuvres plus récentes et dans ma vie, et je les réinvente, ainsi que moi-même, dans tous les personnages que je crée.

David Gobeil Taylor e-mail : deegeetee@hotmail.com


Homo Erectus a one-act play by David TIME: Now. PLACE: A nameless Big City. CHARACTERS: TOM, 21. Campy, streetwise, burned his bridges (and his closets) long ago. DICK, 45. A Leather queen. Heard it, seen it, done it. Bartender and owner of Dix, a gay bar. HIV positive. HARRY, 24. Small-town boy just moved to the big city. SCENE 1: PROLOGUE (A black stage. In the distance, we hear the beginning of "Also Sprach Zarathustra" by Richard Strauss. Slowly, back lights fade up to reveal Tom, Dick and Harry, who "queen snap" at the cadence.) DICK: Fag. Noun. One: An exhaustive or boring task. Two: A cigarette. TOM: Faggot. Noun. One: A bundle of sticks for firewood bound together. Two: A bundle of pieces of wrought iron. Three: A ball or stick of chopped pig's liver, onions and seasonings. HARRY: Queer. Adjective. One: Strange, eccentric, odd or peculiar. Two: Arousing suspicion. Three: Unwell or sick. DICK: Queen. Noun. One: The wife of a king or a female monarch. Two: The fertile female of social insects. Three: A playing card or chess piece. TOM: Fruit. Noun. One: The enlarged or developed reproductive body of a seed plant. Two: offspring or progeny. HARRY: Fairy. Noun. One: A small supernatural being. Two: A boat or ship used to transport people and vehicles for short distances. DICK: Gay. Adjective. One: merry, cheerful and light-hearted. Two: Bright in colour. Three: Pleasure-loving. ALL: (simultaneously) Homosexual. Adjective. Characterized by or involving sexual attraction felt by a person for another person of the same sex. SCENE 2: HARRY ENTERS THE CITY (Dick is behind the bar washing glasses. Harry enters, glances around nervously, then sits at the bar.) HARRY: Hi. DICK: (pauses, looks him over.) Hello. HARRY: Hello. DICK: (pause) Would you like anything, or were you just browsing? HARRY: Yeah, um... (picks drink list off bar, reads it.) DICK: A beer? HARRY: Yeah, a beer. Please. DICK: What kind? HARRY: What kind? DICK: Of beer. Would you like. HARRY: Umm... oh, anything. You choose. DICK: (gets him a beer, opens it, stares at him) Your first time at chez Richard. HARRY: Yeah. DICK: I never forget a face. Names, always; faces, never. (suddenly) What do you think?

Gobeil Taylor

HARRY: About the beer? DICK: About the bar. HARRY: (looks around) It's... nice. Nice. DICK: (teasing him) Nice. Nice. Puppy dogs are nice. Ice cream on a Sunday afternoon is nice. Nutrasweet is nice! HARRY: I'm sorry. It's not nice. DICK: I should hope not. Nice is the cruelest four-letter word in the English language. (thinks about it) Okay, the second. Love is the cruelest. So you like my bar. HARRY: Yeah, it's... great. Your bar? DICK: Hook, line and sinker. What's so great about it? HARRY: Oh, well... it's... DICK: ...got great atmosphere, an intimate yet unoppressive ambiance, a subtle homelike decor, an eclectic, worldly and occasionally gorgeous clientele, and the friendliest, sexiest, most talkative owner-slash-bartender in the city. Something like that? HARRY: Yeah, something like that. DICK: You're new in town. HARRY: Is it that obvious? DICK: Naah. Call it a hunch. Small town? HARRY: What? DICK: Where you're from. A small town? HARRY: Yep. Population 5,425... if you count the dogs. DICK: (Nods, pause) So what's the story? HARRY: The story? DICK: Whenever anyone moves to the city, there's a story. HARRY: Well, when you leave a small town, where else you going to go but a big city? DICK: Depends on why you leave. HARRY: Because its small? DICK: Then you've made the right decision. HARRY: Among other reasons. DICK: Thought so. HARRY: Why? DICK: It's a big city. Thousands of bars. And you walked into this one. HARRY: Yeah. I did.(drains his bottle and slaps some money on the table) Well, thanks for the beer. DICK: Thanks for the money. HARRY: What did you say the name of this place was? DICK: (pause, thinking) I believe I said Chez Richard. HARRY: That's not what it says outside. DICK: I know. (Harry starts to leave) Listen, there'll be dancing later on tonight. HARRY: Maybe I'll stop by. (He leaves) SCENE 3: CHEZ RICHARD DICK: Chez Richard. I haven't thought of that name in years. I thought it up one night during sex. I do all my thinking in bed, which might explain my lack of imagination these days. Nowadays, my bed's strictly for sleeping. Where was I? Oh yeah, having sex. This was about twenty years ago, and my trick that night was French... don't look so shocked, these days you can't swing a leather whip without hitting and possibly exciting someone

who's hustled at least once. Twenty years and thirty pounds ago, it paid my rent. So anyways, my trick that night was French and he insisted on calling me Richard, instead of Dick like my charming friends do. He wasn't all that attractive, so I had ample time to free-associate while he was doing his thing. Richard. It reminded me of those cafés you'd always see in those old black & white movies set in Paris, starring Audrey Hepburn or whoever. That's when it hit me. Chez André or Chez Louis or Chez Pierre... so why not chez Richard? My bank account was nearing five figures at the time -- I was good at what I did -- and I was running out of ideas as to how I could spend it. My ravishing good looks were already starting to fade, and I knew I wasn't going to have enough to last me till sixty-five. Then I knew, clear as day, what to do: open a bar. Those days, gay bars were a sorry sight. Nobody put any thought into the décor, as if it was enough that gays had a place to congregate, never mind what it looked like. I imagined something out of those old films: oak paneling, tasteful trimming, dainty wicker tables and chairs. Now I've been accused of a lot of things, but stupidity ain't one of them. Once I got my act together and stopped hustling, I realized it would never work. With bars opening and closing every two weeks, I needed something that would suit a more... heterogeneous crowd. So I opened this place. A little wood, a little steel, a little atmosphere, a little dancing, a little sex... drag queens, leather queens, regular everyday run-of-the-mill queens, the occasional lesbian, the occasional straight... or so they like to believe... and I called it Dick's. D-I-X. Not very classy, but it gets the point across. I must be doing something right. I've been in business for fifteen years. Show me another bar owner, gay or straight, who can say the same. Maybe it's the atmosphere, maybe it's the décor, maybe it's just the catchy name... but it'll always be Chez Richard (taps head, then things better of it and taps chest) in here. SCENE 4: ANOTHER NIGHT AT DIX (Tom enters the bar) TOM: Hi Dick! What's the count? (Seeing Tom, Dick immediately pours a beer) DICK: Two hundred something. Yourself? TOM: No idea, thank God. Lemme have a beer. (Dick gives him the beer) So what's new? DICK: What's ever new? TOM: Same old bar, same old people... don't know why I keep coming back. DICK: Must be the conversation. TOM: Must be. Hey, it's getting late. When's the dancing gonna start? DICK: When I'm good and ready. TOM: To dance? That'll be the day.


DICK: To turn on the music. Must be getting old, I'm getting headaches. TOM: (concerned) Headaches? DICK: Nothing a little aspirin won't fix. Mind the shop, I'll go get some. And I'll turn on the music. SCENE 5: WHEN HARRY MET TOMMY (Dance music. Harry is standing, holding a beer, drinking occasionally, watching people dance. Tom passes by, also holding a beer, checks him out. Music fades to background.) TOM: Excuse me. HARRY: Yes? TOM: Are you a friend of Tom? HARRY: Tom? No. I don't... I don't know him. TOM: You don't know anyone named Tom? HARRY: No, I mean... Yes, I do, but I don't anyone here named Tom. TOM: Oh. I thought maybe you were standing here waiting for him. HARRY: No, I'm not. Sorry. TOM: (Takes a drink) This must be your first time here. HARRY: Yes. How'd you know? TOM: If you'd ever been here before, you'd obviously know Tom. He's what you might call a permanent fixture. HARRY: Is that right? TOM: (quickly) So who are you waiting for? HARRY: What? TOM: You're standing here watching everyone dance. Since you're not dancing yourself, I figured you must be waiting for someone. HARRY: No, I'm not waiting for anyone. TOM: Don't you like to dance?


breakfast. (Gets up) How do you like your eggs, Jimmy? HARRY: Harry. TOM: You like your eggs hairy. HARRY: No... my name is Harry. TOM: Oh... sorry. HARRY: I'm not hungry. I'm not feeling very well. TOM: What's wrong? HARRY: Hangover, I guess. I must have been pretty drunk last night. TOM: If you say so. Look, I wasn't going to say anything, but I've given you plenty of opportunities to agree with me on the dĂŠcor, and you haven't said a word. You're not trying to hurt my feelings, are you? HARRY: No. I'm sorry. Nice... great place. TOM: Thank you, Johnny. (Kisses him. Still no reaction.) HARRY: Harry. TOM: (Quickly) Harry. So if you don't want breakfast, what are we going to do? Lie around in bed till noon? Actually, that sounds wonderful. HARRY: Actually, I have to go. (Starts to get up) TOM: What? HARRY: (Dressing quickly) I've got a million things to do today. I just moved in town, and... TOM: (Pause) Yeah, I understand. Call me sometime? HARRY: Yeah, sure. (There is a painfully awkward pause while Tom watches Harry quickly getsdressed. Finally Harry holds out his hand as if to shake.) Well, goodbye. TOM: (KissesHarry's hand) 'Bye now. (Harry leaves) Of course, you didn't ask for my number. (Closes his eyes) SCENE 7: BACK IN THE BAR (Back in the bar. Harry is drunk.) HARRY: (to Dick) So I just told my mom, look, I'm leaving, I'm going to the city, and she couldn't believe it, she's speechless, but not for long... she starts crying and yelling and pleading, and my Dad's just sitting there with his face buried in his mashed potatoes not saying a word, you know, just sort of oozing disapproval, and my brothers and sisters aren't eating a thing, they're just staring at me, and Mom says, You're crazy to give up your job, what kind of work are you going to get with just a high school diploma?, and finally I leave the table and pack my bags and catch the bus at six o'clock the next morning, and here I am. DICK: So you didn't tell her? HARRY: Tell her what? DICK: That you're gay. HARRY: 'M not gay! DICK: You're not? HARRY: No. I'm bisexual, I guess. DICK: Ah. If I had a nickel for every time I've heard that one... HARRY: What one? DICK: Never mind. (Tom enters) DICK: Tom. TOM: Dick. (sits down) Harry. HARRY: Hi. TOM: I'm glad to see you're getting so much done. HARRY: What? TOM: (casually) Your million things you had to do today. This the million-and-first? HARRY: Mmm.

TOM: Dick, lemme have a beer. I think I'll accomplish something too. Why should today be a total waste? HARRY: I'll buy it for you. TOM: No, that's okay. HARRY: Look... TOM: Listen, Harry -- I practiced saying your name all morning -- I'm sorry. HARRY: I...(surprised) Sorry? What for? TOM: That was your first time last night. HARRY: That obvious, huh? Sorry if I disappointed you. TOM: No, you didn't disappoint me. I had a better time with you than I've had with some men who've been doing nothing else for twenty years. DICK: (who has been pretending to be busy and not listening) I resemble that remark! TOM: Look -- do you want to go somewhere for coffee? HARRY: Coffee? Why? TOM: You look like you could use some coffee. Among other things. HARRY: Like what? TOM: A friend. (pause) C'mon, lets go. (They stand) See you later, Dick. DICK: Don't do anything I wouldn't do. TOM: Is that possible? (They leave) DICK: You already have. SCENE 8: THE LOVE SCENE (during this monologue, we see Tom and Harry in Tom's bed, making love.) DICK: (sitting in a chair in front of the bar) I didn't exactly fall in love with the first man I ever slept with. Actually I more sort of... ran screaming from him. You have to remember that this was in a time when nobody knew a thing about homosexuality... I'd never even heard the word before, let alone did I know what it meant. So my coming out wasn't exactly a storybook romance... the fact that he was a forty-plus year old traveling salesman didn't help. I spent the next few months... shall we say, less than perfectly sane. I eventually dropped out of school and moved to the city. It was here that I discovered that my good looks and athletic build (believe it or not) could be used to my advantage. I spent months having sex with older men just for the affection until I realized that they would more than happily pay me upwards of three figures a night for it. It sure beat working at McDonald's. I don't get out much nowadays. The only contact I have with other people is right here at this bar. I remember something I overheard a while ago: a couple of guys were debating whether homosexuality is, let me see if I can remember the exact words: genetic or environmental. Topics of conversation certainly have changed since I was young. I remember laughing to myself and thinking, well, you certainly couldn't find anyone more heterosexual than my father. But thinking back on it now: how could my environment have made me gay? I didn't know what gay was, and I figured it out on my own. I had no role models or anyone at all to tell me it was okay, much as I could have used it then. Whatever the reason is for my homosexuality, it comes from inside. Look at that fellow who just left with Tom. I'm from a small town too, I know what they're like. I'm sure if he had a choice he'd still be


TOM: Ooo, there's something written here. "To Harry, with all my heart, our love will last forev--" (He is cut off as Harry quickly grabs the book from him) Hey! HARRY: Never mind that. TOM: Who was that from? HARRY: ... my ex-girlfriend. TOM: Ah. HARRY: (pause) Guess she was wrong, huh? TOM: Nothing lasts forever. Some things even less so than others. Harry, I'm sorry if I... HARRY: No, don't apologize. It's in the past. And a million miles away. TOM: Did you love her? HARRY: (pause) I don't know. I thought I did. What's the difference? TOM: There's a difference. You know when you're in love. HARRY: Can we talk about something else? TOM: Something other than love? HARRY: Something other than her. TOM: Sure. I'm sorry. HARRY: I said don't apologize! TOM: I'm sor... you know. (Pause) You get any vacation time from work? HARRY: Yeah. Two weeks. TOM: We should go somewhere. HARRY: Yeah. Sounds great. Where? TOM: I don't know. HARRY: Well, we're done moving. What do you want to do now? TOM: What do you want to do? HARRY: I don't know, what do you want to do? TOM: Don't start that. We could unpack. HARRY: We could. TOM: Or we could... HARRY: ... what? TOM: What do you think? HARRY: You know what I think. TOM: Mmm-hmm. (They kiss. Blackout.) SCENE13: JUST A JOKE (The Bar. Dick and Tom are laughing at a joke: Tom appreciatively, Dick uproariously, perhaps even disproportionately. Harry enters.) HARRY: What's so funny? TOM: Oh, nothing. HARRY: What do you mean, nothing? What are you guys laughing at? TOM: It's nothing, really. You wouldn't understand. HARRY: I wouldn't understand? What does that mean? DICK: It was a joke. HARRY: What? TOM: A joke. We were laughing at a joke. HARRY: Well, what's the joke? TOM: Never mind. HARRY: Tom... DICK: It's okay, Tom. Tell him. TOM: (pause) All right. Why should AIDS research be handled by the Department of Agriculture? HARRY: Why? TOM: Because it turns fruits into vegetables. (silence) HARRY: Oh. TOM: What's the matter? HARRY: I didn't think it was funny. TOM: No? HARRY: No. Actually, I a little surprised you'd say something like that. TOM: For chrissakes, Harry, it's just a joke.

HARRY: Don't you think it's sort of... insensitive? TOM: Tell me something, Harry. How many PWAs do you know? HARRY: PWAs? TOM: Persons-with-AIDS. HARRY: Okay, none. So what? I suppose you know hundreds. TOM: (pause) No. Just one. HARRY: Who? TOM: Forget it. HARRY: Do I know him? TOM: I said forget it. I don't want to talk about it! DICK: I know quite a few. HARRY: What? DICK: People with AIDS. I collect AIDS jokes to tell to some of them. I know it sounds crazy, but some of them are... comforted by being able to laugh at their situation. HARRY: How can you laugh about something like that? DICK: (pause) I don't know. Just one of those strange things that makes life so interesting. SCENE 14: GRID2AIDS2NOW DICK: I never understood why Andrew enjoyed those jokes so much. I found it... morbid that he'd laugh so hard at them, since they were ridiculing his sexuality and his disease. But I guess I understand now. It's the feeling that nothing is so horrible that it can stop you from laughing; it's the realization that if you can laugh at a clever turn of phrase despite its subject matter, you can enjoy every day you live even though your body is wasting away beneath you. Andrew came down with pneumonia. I remember thinking it was so odd that an athletic non-smoker who religiously played racquetball every second afternoon could get a lung infection. We didn't think it was serious, because this was the twentieth century, and no one died from pneumonia anymore. But it didn't go away. The doctor was baffled. Then he told us about a new syndrome that had been documented -it was called GRID in those days, Gay Related Immune Deficiency, can you believe it? It wasn't until a few years later when ordinary everyday heterosexual folks started dying that they came up with the name AIDS. Right after Andrew's funeral I prayed for the first time in my life. I prayed to God, wishing more than anything else in the world that I could be normal, that I could have a 9-to-5 job, a little house in the suburbs, a little wife to go with my little house, two point five kids, one point five pets, a lawnmower, a lawn, the works. I went to sleep praying to God to either make me normal or strike me dead. Needless to say, when I woke up, I was neither. You can only go on so long thinking that way. Eventually I stopped. Eventually I got my act together and opened my bar. Eventually I had sex again. Eventually I even enjoyed it. Funny, isn't it? That after all these years I find myself collecting those jokes again -- and laughing at them this time. Enjoying them for his sake... and for my own. SCENE 15: A PHONE CALL (The apartment. Harry enters.) HARRY: Hi honey, I'm home. (Tom enters from another room, wearing an apron and wiping a plate clean.)

TOM: I'll bet you always wanted to say that. (They kiss) How was your day? HARRY: Same as always. Overworked, underpaid. Any messages? TOM. No. Yeah. Some woman called for you. HARRY: A woman? Who? TOM: I don't know. Said her name was... Amy. HARRY: Amy? Are you sure? TOM: Yep. I never forget a woman's name, I hear them so rarely. HARRY: I wonder how she got this number. TOM: Who is she? HARRY: Oh, a friend. From back home. TOM: Ah. The ex-girlfriend. HARRY: (pause) Am I so transparent? TOM: Yes. Here's her number. (Gives it to him) Note the hotel room. HARRY: She must be in town. TOM: She must. Are you going to call her back? HARRY: I don't know. TOM: I assume she doesn't know. HARRY: Know what? TOM: All the words to Over the Rainbow, Harry. HARRY: You mean, does she know that I'm gay? TOM: Yes, Harry, I mean, does she know that you're gay. HARRY: The last time I saw her, I didn't know I was gay! TOM: Well, if you call her back, I think you should tell her. HARRY: Why? TOM: Oh, I don't know. Self-respect, that sort of thing. HARRY: Maybe I just won't talk about sex. Shouldn't be too hard... no pun intended. TOM: It's not about sex, Harry. HARRY: No? What's it about, Tom? TOM: Identity. HARRY: Identity. TOM: Yes, identity. If you talk to her without telling her you're gay, you're lying to her and you're pretending to be something you're not. HARRY: Come on, Tom. Don't you think that's a bit extreme? I just won't talk about it at all. That's not pretending to be heterosexual. TOM: Yes it is! The last time you saw each other, both of you thought you were straight. If you don't tell her you're not, she'll assume you are. And that's a lie. HARRY: You know, I'm not just a homosexual. I'm a person. TOM: You're a homosexual person. You can't have one without the other. HARRY: I'm not going to go around introducing myself as, "Hi, I'm Harry, a homosexual person." TOM: Then you'll essentially be lying to everyone you talk to. HARRY: I can't believe you're making these sweeping judgements. How are you going to get anyone to accept you if you throw your sexuality in their face? TOM: How are you going to get anyone to accept you if you hide your sexuality? You have to be accepted for what you are -- for everything you are, or I'm sorry, you're not being accepted at all. HARRY: (pause) I can't believe we're arguing like this. Okay... okay, fine, I'll tell her. Happy now?


TOM: So you are going to call her back. HARRY: (exasperated) Yes! No! I haven't decided yet. TOM: Do yourself a favour, Harry. Don't call her, don't see her. There's no point. You'll just hurt her and yourself. HARRY: There's no point? She's one of my oldest friends. I'll hurt her if I ignore her. Look: I'll call her, I'll tell her and I'll bet she'll be happy for me. Why don't you come along? I'm sure she'd love to meet you. TOM: Hold it right there. That's where I draw the line. I don't do lunch with ex-girlfriends. HARRY: Fine then. I'll tell her about me, I'll tell her about you, I'll tell her you're too heterophobic to eat in her presence. TOM: Do me a favour, don't mention me at all. HARRY: You know, Tom, not everyone is as obsessed as you are about your sexual preference. TOM: Preference? Sexual preference? Do you prefer me over her just like you prefer white bread over whole wheat? HARRY: Preference, orientation, whatever. Don't change the subject. TOM: I'm going to have to change the subject, because I refuse to have this conversation any longer! I refuse to discuss anything with anyone who won't accept my sexuality! Do you smell that? HARRY: What? TOM: The lasagna! It's burning! HARRY: That's okay. I think I'll make alternate dinner plans. (He leaves) TOM: (pause) That could have gone better.

wheelchair now. Don't get me wrong, I'm happy for you. (To Harry) How was it? HARRY: It was okay. TOM: Mom seemed to like him. Not for his conversational skills, though. He hardly said three words all evening. DICK: Didn't like the food? HARRY: No, the food was great. Reminded me of home. TOM: I pity you if you grew up on instant mashed potatoes. (to Dick) Mom's cooking hasn't been the same since Dad left. Must be the lack of constant criticism. DICK: It's different when you're used to cooking for someone, then all of a sudden you're just cooking for yourself. Your standards suffer. HARRY: Did you...? DICK: Been there, done that, bought the TShirt. So, the two boys stop in my bar after a good, wholesome home-microwaved meal. Will wonders never cease? HARRY: Actually, we just stopped in to say hi. TOM: Yeah, we can't stick around. We're getting up early tomorrow morning. DICK: Going to meet his parents? TOM: That'll be the day. HARRY: No, we're going to go pick up some new curtains tomorrow. There's this goingout-of-business sale and we want to avoid the crowds. DICK: Stop it, will you? All this domesticity is giving me a rash. Why don't you just register your china patterns and have done with it? TOM: Very funny, Dick. We'll stop by tomorrow.

SCENE 16: POST-MORTEM (Later that night. Tom is in bed., watching TV. He channel surfs for a while, accelerating in speed and frustration, until he hears Harry entering the apartment. He quickly shuts off the TV and feigns sleep. Harry enters., sees him, starts to get undressed.) TOM: How was dinner? HARRY: It was okay. (pause) I didn't tell her. TOM: Why not? HARRY: One fight was enough for today. TOM: (pause) Our first fight. HARRY: Yep. TOM: The pacific ocean. HARRY: What? TOM: I've always wanted to see the pacific ocean. HARRY: What does that... TOM: When we take our vacation, let's go somewhere on the west coast. HARRY: Okay. Fine by me. Anywhere, as long as I'm with you. TOM: You know what we're going to have to do now. HARRY: What's that? TOM: Kiss and make up. (They do so)

SCENE 18: HI MOM (In the darkness, a phone rings three times. We hear an answering machine.) TOM: (recorded voice) Hi there! We're not able to take your call, but talk dirty to us and we'll phone you back! (beep) VOICE: (prerecorded) Harrison, this is your mother. That must be some social life you've found yourself, since you're never home and don't have time to return my calls. (Tom enters) So, if you ever feel like talking to your mother,... TOM: (quickly answering) Hi Mrs. Ford, Harry's right behind me... Yeah, this is Tom... Fine, thanks, yourself? (Harry enters) (To Harry, whispered) It's your mother. HARRY: (taking the phone) Mom, hi!... Yeah, I'm sorry, I've been really busy... I know, I know... how's Dad?... uh-huh... (whispered to Tom, who is trying to get his attention) What? TOM: (whispered) Tell her! HARRY: (whispered) Tell her what? TOM: (whispered) What do you think? (Flamboyantly snaps) HARRY: (whispered) No! Not now! (to phone) Yes, Mom, I'm listening... TOM: (out loud) Tell her! HARRY: (whispered) Will you shut up? (to phone) I'm sorry Mom, my room-mate's trying to... TOM: (grabbing phone) Harry'll call you back, Mrs. Ford. HARRY: (grabbing the phone back) Tom! What the hell's the... (sees Tom's face and talks to phone ) Mom, I'll call you right back. No, everything's okay, I just have to... talk to Tom. Yes, I promise I'll call back. No, I won't

SCENE 17: DIX REVISITED (The bar. Harry and Tom enter.) TOM: Hey Dick, what's the count? DICK: Two-oh-something and holding steady. What's up? TOM: We just came from Mom's. DICK: That a new restaurant? TOM: No, I mean from my Mother's place. DICK: You're kidding. TOM: No, why would I be kidding? DICK: If I had brought my boyfriend over for dinner at your age, I'd be walking around in a

call collect. 'Bye. (Hangs up, pause. To Tom) I have no idea how I'm going to explain that. (pause) What's wrong? TOM: (coldly) Your room-mate? HARRY: What else am I going to tell her? TOM: Oh, I don't know... the truth? HARRY: I can't... TOM: Yes you can. Yes you must. How can you respect yourself if you don't? How can you respect her? How can you respect me if you don't? (silence) Call her back, tell her over the phone, it'll be easier that way, she'll have a chance to think it over before she says anything to your face. Will you do it? HARRY: ...I don't know. TOM: I'm going to go for a walk. I'll be back in an hour. (He leaves) HARRY: (picks up phone, stares at it for a very long times, then dials.) Hi, mom. (lights quickly down) SCENE 19: MOTHERS HARRY: (to audience) I told her. I called her back, and we chatted about the neighbours and about the dog for ten minutes... then I told her. TOM: (to audience) I told my Mom last year. I'd known for six years, and I'd lived on my own for two, so I figured I should tell her. DICK: (to audience) I haven't seen my mother for twenty years. Fifteen years ago I wrote her a letter. HARRY: She was so quiet. I didn't dare say a word. I just sat there, listening to her breathe. TOM: I went back home for supper. After she served the pot roast, I said, "Mom... (pregnant pause) ...pass the salt please." DICK: I wrote: "I'm sorry I haven't written for a few years, but I've had a lot on my mind. I just started a business, and it's going well. I'm paying my bills." HARRY: I realized eventually that she was crying. I started to say something, but she immediately told me to come home right away, that the city wasn't right for me, that it was doing things to me. TOM: Mom passed the salt, and as our fingers touched, I said "I'm gay." DICK: I wrote a few more paragraphs about my finances. Then I signed my name. HARRY: I tried to explain, but she didn't want to listen. TOM: I didn't dare look up. I just sat there, salting my pot roast. DICK: Then I wrote, P.S. I'm a homosexual. Mother wouldn't have known what gay meant. HARRY: Finally she just hung up the phone. Ten minutes later, Dad called me from work. TOM: Finally, after a few minutes and enough salt to give an ox high blood pressure, she said, "Is that why you've never had a girlfriend, Tom?" DICK: I wrote the return address on the envelope and mailed it. HARRY: He yelled at me for upsetting Mom. He yelled at me for leaving home. He said I don't know what I want out of life. TOM: I said, "Yes, Mom. That's why I've never had a girlfriend." DICK: I never got a letter back. That's the last she's ever heard from me. HARRY: Finally we hung up. He never once said the word "gay". TOM: Then she said, "That's good. I was afraid there was something wrong with you."


SCENE 20: AN UNFORTUNATE INCIDENT (PART ONE) (Dance music.Harry and Tom are drinking at the bar,boy-watching. Dick is serving.) TOM: (pointing) How about that one? HARRY: Naah. Too muscular. TOM: Too muscular? HARRY: Yeah. I'd be scared to death to get into bed with him. (pointing) Check him out. TOM: Not bad. HARRY: Not bad? TOM: If you're into that perfect body, perfect complexion model type. HARRY: (looking Tom over) Obviously not. TOM: Bitch. HARRY: (looks at watch) Hey, it's getting late. I better go. TOM: It's only midnight. HARRY: I have to work in the morning. TOM: On a Saturday? HARRY: Yeah. On a Saturday. There's some stuff that needs to be loaded, and it didn't get to the warehouse till four o'clock today. TOM: Let me get this straight... HARRY: You've never gotten anything straight in your life. TOM: Ha ha. Not only are you the only gay forklift operator in the world, you're certainly the only gay forklift operator to ever work on Saturday morning. Come to think of it, you're the first gay man in history to get up before noon on Saturday. Dick, what time you getting up tomorrow? DICK: Around three. TOM: See? HARRY: Look, if you want to stay... TOM: Damn right I do. Somebody's gotta scope the new blood around here. HARRY: As long as all you do is window shop. TOM: Yeah, yeah, Look but don't touch, you break it you bought it, et cetera et cetera. C'mon, I'll walk you outside. (They leave) SCENE 21: AN UNFORTUNATE INCIDENT (PART TWO) HARRY: Taxi! Damn. TOM: Never around when you need them. HARRY: Always there when you don't. TOM: (seeing someone walk in the bar) Hello! HARRY: Go on back inside. It's freezing out here. TOM: No, I'll wait with you till you get a cab. HARRY: Come on, Tom, I know you're just dying to find out who that guy is. TOM: Am I so transparent? HARRY: Yes. TOM: What time will you be home tomorrow? HARRY: Early, I hope. TOM: Okay. I'll try not to make too much noise coming home. If I come home, that is. HARRY: You better. (Grabs him for a long kiss) Good night. TOM: Without you, mediocre night. But I'll manage. Sweet dreams. (He leaves) HARRY: Tax...i... (Harry wipes the sludge that the taxi has just sprayed him with off his pants. A stranger approches him, played by Dick who reads the part offstage. Harry reacts to him as if he were there in front of him.) DICK: 'Scuse me. HARRY: Yes?

DICK: Y'got a quarter? HARRY: No, sorry. DICK: How 'bout a cigarette? HARRY: (pauses) Yeah, okay. (Reaches in his pocket for pack.) (Sound effect [LOUD!] of a knife being pulled) DICK: Well, look what we got here. TOM: (another assailant) How 'bout that? DICK: A little faggot out on the streets alone. TOM: Didn't your mommy tell you the streets ain't safe at night? HARRY: Look, you want my wallet? Here... TOM: We don't want your fuckin' wallet, man! DICK: We want you, faggot! HARRY: Look, guys, here's my wallet, (drops it) take it, and I'll just--TOM: You ain't goin' nowhere! DICK: Put your hands up, man! TOM: Higher! DICK: OVER your head, you stupid fuck! TOM: Dumb-ass fuckin' faggot! DICK: Stupid cocksucker! Wandrin' the streets alone at night... TOM: Givin' us your fuckin' wallet... DICK: LOOKIT ME WHEN I'M TALKIN' TO YOU, MAN! TOM: Fuckin' little faggot... HARRY: Look... DICK: SHUT THE FUCK UP! TOM: Listen, faggot. You do exactly as we say, unnerstan'? HARRY: Yeah. TOM: I can't hear you! HARRY: Yes! (short pause) TOM: Lookit' that. One gen-yoo-ine first-class ho-mo-sexual! DICK: You like to suck dicks, faggot? TOM: He likes to fuck dicks. DICK: You like it in your ass, faggot? That turn you on? You look at me, you want to stick your dick up my ass? TOM: No man, he wants your dick up his ass. DICK: You sick little fucker. Didn't your mommy tell you what your asshole's for? TOM: Probly wishes he was a woman. DICK: You wish you had a cunt? Huh? TOM: We could slice you one. DICK: Dont need that dick if you got a cunt. We could take care of that for you. TOM: I'm game for a little surgery. I washed my hands and everything. DICK: Let's go, Faggot. Show us your dick and we'll cut it off for you. TOM: Probly two inches long. DICK: Why ain't you movin, faggot? Ashamed of your dick? TOM: Let's go faggot, show us your dick! DICK: Let's see it, faggot! TOM: Show us your dick! DICK: Show us your dick! HARRY: (suddenly, softly, to audience) That's very strange. I always thought a knife would shine... like the one Dad uses to slaughter the pigs. I guess they don't take care of it like Dad does, keeping it sharp and shiny... it's more cold. More dull, metallic, inhuman. If I'm going to die, I'd rather it be by a human knife, like my Dad's... I wish he woudln't keep waving it around like that, just hold it steady, that would be a lot scarier, or just stick it in me, isn't that why he has it? To kill me? Just get it over with. I'd rather die than be here, staring at that thing. I'd rather... (blackout)

SCENE 22: OUT OF THE HOSPITAL (The bar. Tom enters) TOM: Hey Dick. What's the count? DICK: (pause) A hundred something. TOM: (pause) Shit. DICK: Never mind me. Harry's getting out of the hospital today, isn't he? TOM: Yeah. I'm picking him up at four. DICK: Is he okay? TOM: The doctor said it looked a lot worse than it actually was. The muscles will heal, and no internal organs were damaged. It's a good thing he ran away. Once he got out into the street, the bastards ran off. DICK: That's not what I meant. Is he okay? TOM: (pause) The only reason he stayed in the hospital so long is because he wouldn't eat anything. He wouldn't see me. I called his mom, and she flew in right away, and he wouldn't see her. He wouldn't see me, he wouldn't see her, she wouldn't talk to me -- it was a very crowded and quiet emergency ward. DICK: Are you okay? TOM: Who, me? I'm... peachy. (Finishes his beer) Well, I'd better go. (Starts to leave, turns back.) Oh... DICK: I'm fine. TOM: We'll talk later. (Leaves) SCENE 23: HOMECOMING (PART ONE) (Tom helps Harry into his apartment.) TOM: Sorry about all the stairs. That's what we get for living on the tenth floor. Ten for the view, zero for practicality. We'll have to speak to the super about that damn elevator. Here, lie down. (Helps him lie down with great difficulty. Goes back in the hall to get Harry's suitcase.) It's too bad you had to be wheelchaired out of the hospital. If they'd let you walk, we could have avoided that scene with your mother. Good thing the nurse was there to break the impasse and wheel you out herself. I was all for giving Mommy dearest one handle, but no, she had to have the whole thing. And of course you were no help at all. If you had wanted your mother to wheel you out, I wouldn't have minded. She's known you longer. But I'll be damned if I'm going to let her pretend I'm not even there. Could you believe it? I could have taken all my clothes off and done the jitterbug in front of her, and she'd have looked just past my left shoulder and make like there was no one else in the room! Look at me, doing all the talking as usual, and you can't get a word in edgewise. I'm absolutely addicted to the sound of my own voice. Well, go ahead. Your turn. (pause) How was the food? Oh that's right, you weren't hungry. For three days. (pause) Your doctor seemed nice. The moment I saw him, I thought, oh, that's why Harry's staying in the hospital, he wants to look at those gorgeous blue eyes as long as he can. I was insanely jealous. After all, how can I compete with a good-looking doctor? (pause) Look, you just rest, I'll get some groceries. Shop'n'save is having their annual Meat Madness sale, so I'll make you mon fameux boeuf bourgignon ce soir. (pause) The remote for the TV is right there. (pause) I'll be back in a little bit. (He leaves) (Harry stares at the audience, then stands. Blackout. Lights up, and Tom enters with a


bag of groceries. He puts them down and picks a note up off the bed. Lights fade while he reads it.) SCENE 24: HOMECOMING (PART TWO) (Tom enters the bar.) TOM: Dick. DICK: Tom. Haven't seen you 'round these parts much lately. What happened to, "Hey Dick, what's the count?" TOM: (pause) I didn't think I should ask you anymore. DICK: What, just because I have less than two hundred T-cells per cubic whatever, you stop caring? TOM: No. I guess... I just can't believe it's happening. I mean, I knew you were HIV positive, but I never pictured you... DICK: ... with AIDS. TOM: Yeah. DICK: Well, if you're taking it this bad already, you'd better brace yourself. 'Cause I got some more bad news today. TOM: From your doctor? DICK: From my mirror. (Lifts his shirt. There is a KS lesion.) TOM: Is that...? DICK: My first visible symptom. TOM: Oh, Dick... DICK: Kaposi's sarcoma, toxoplasmosis, pneumocystitis.. one thing you can say about this whole experience, it's increased my vocabulary. Enough about me, what about you? TOM: Dick, who cares about me? DICK: Who cares about you? TOM: I mean, my problems don't even begin to compare with... DICK: Tom. I really don't want to talk about me any more. Once again: how are you doing? TOM: (pause) Okay, I guess. DICK: Still hurts, huh? TOM: Of course. I haven't heard a thing from him. Christ, the last thing I heard him say was, "Taxi!" DICK: Have a few beers. Meet a few nice men. TOM: Beers, yes; men no. Not yet. DICK: Doth mine ears deceive me? What did I just hear from the mouth of the Queen of the Rebound? TOM: That was before. I finally met someone I could care about for more than two weeks, and... DICK: ... yeah. Life ain't fair, Tom. I figured that out a while ago.

TOM: I know you did. Well, there's someone coming to look at the apartment. I'd better go let them in. DICK: You're moving? TOM: Yeah. DICK: Listen, there'll be dancing later on. TOM: Maybe I'll stop by. (Exits) (after a few seconds, Harry enters.) HARRY: Hey Dick. DICK: Harry. HARRY: What's the count? DICK: Still three digits. HARRY: What does that mean? DICK: Skip it. Haven't seen you in a while. HARRY: Yeah. I went back home for a bit. DICK: How was it? HARRY: It was nice. Great. It was terrible. DICK: Tom was in here earlier. HARRY: Oh. DICK: He might be back tonight. HARRY: Oh. DICK: But you won't be. HARRY: No. DICK: Shame. HARRY: You remember something I said to you a long time ago? DICK: Maybe. Refresh my memory. HARRY: I said I wasn't gay. DICK: You said you were bisexual, you guessed. HARRY: And you said if you had a nickel for every time you heard that one... DICK: ... I'd be a rich man. HARRY: Well, I'm not. DICK: Gay? HARRY: Bisexual. DICK: You tried. HARRY: The spirit was willing, but the flesh... actually, come to think of it, I guess the spirit wasn't all that willing. DICK: So what'll you do now? HARRY: Move somewhere. Anywhere. Not home. Not here. Too many ghosts. I kept looking over my shoulder the whole way here. DICK: I understand. HARRY: I'd better get going. My bus only had an hour layover and it took me twenty minutes to walk here. DICK: Where you going? HARRY: West. I've always wanted to see the Pacific Ocean. DICK: Ah. HARRY: You know, Dick... DICK: Yeah? HARRY: When it was happening to me, when I had the knife in my face... you know what went through my mind? DICK: Yeah. I do. HARRY: You do.

(pause) DICK: You'd better go, you'll miss your bus. HARRY: Yeah. Thanks. (starts to leave) DICK: Make sure and send me a postcard. HARRY: Oh, sure, what's the address here... never mind, you can read Tom's. DICK: Sure. (Harry exits) SCENE 25: EPILOGUE DICK: It was good to see Harry. He's strong, resilient country stock, so I knew he'd be okay, but it's nice to see the evidence right before your eyes. Not that he's okay yet... but he will be. And what he's dealing with they don't teach you in grammar school. The last trick I ever had beat me to within an inch of my life. I guess he got his kicks that way. I healed on the outside, and eventually on the inside. It takes time. Anyways, I've been there. I've done that. I bought the Tshirt. I guess I just didn't feel like hustling anymore after that. You know, hustling isn't as easy as it looks. Hell, in this city, if any of my tricks had been remotely attractive, they wouldn't have had to pay for it. I just had to close my eyes, point my ass at the ceiling and think of England. Anyways, I got out of the business, met Andrew, buried Andrew, opened my bar... and here I am. HARRY'll be okay. He just needs time to heal, and that ain't easy to do in a world that doesn't want you to. Oh, yeah, you know what was going through his mind when he was stabbed? He was wishing he wasn't there. It's that simple. Of course the brain goes nuts with that idea, and you start wishing someone else was there in your place, like there was some sort of cosmic karma happening and somebody had to be on the receiving end of it. So he wished it were me getting stabbed, or Tom, or John Q. Public... Q for queer. That's the worst part, is the guilt. How do I know? What do you think went through my mind when I was diagnosed with HIV? I wished it were anyone else I knew, even Tom... even Andrew's son. You know what Andrew's favorite joke was? This was in the early days of AIDS, when everybody thought that only homosexuals, heroin addicts and Haitians were at risk. Let me see if I can remember how it went... oh, yeah, what's the toughest thing about having AIDS? Convincing your parents that you're Haitian. Will you look at that. Closing time already. David Gobeil Taylor, 1994


Homo Erectus une pièce en un acte de David ÉPOQUE : aujourd’hui LIEU : une grande ville sans nom PERSONNAGES : TOM : 21 ans, follasse habituée de la rue, a coupé les ponts et s’est affirmé depuis longtemps. DICK : 45 ans, une tante cuirée. Il a tout vu, tout entendu et tout fait. Propriétaire et barman au Dix, bar homo. Séropositif. HARRY : 24 ans. Un garçon issu d’une ville de province, fraîchement arrivé dans la grande ville. SCÈNE 1 : PROLOGUE (Une scène sombre. On perçoit au lointain l’ouverture de « Also Sprach Zarathustra » par Richard Strauss. Les lumières du fond de la scène s’éteignent progressivement pour ne laisser paraître que Tom, Dick et Harry qui se trémoussent en cadence.) DICK : Tapette. Nom féminin. Un : Petite tape. Deux : Palette d’osier tressé, à long manche, pour battre les tapis. Trois : Souricière, ratière à ressort qui tue les rongeurs en les assommant. TOM : Folle. Adjectif et nom. Un : Dont le comportement semble tout à fait déraisonnable. Deux : Qui est hors de son état normal. // Un : Personne atteinte de démence. HARRY : Bougre. Nom masculin. Un : Individu, gaillard. Deux : Pour renforcer une injure. DICK : Tante. Nom féminin . Un : Sœur du père ou de la mère. Deux : Femme de l’oncle. TOM : Phoque. Nom masculin. Un : Mammifère carnivore marin, fréquent dans les mers boréales, à la fourrure rase, aux pattes postérieures inaptes à la marche. HARRY : Frégate. Nom féminin. Un : Ancien bâtiment de guerre à trois mâts. Deux : Oiseau des mers tropicales au plumage sombre, possédant un bec long et crochu. DICK : Gai. Adjectif. Un : Personne qui a de la gaieté, qui est enclin à la bonne humeur. Deux : Chose qui marque, qui exprime, qui inspire la gaieté. TOUS LES TROIS : Homosexuel. Adjectif et nom. Qui trouve la satisfaction de ses désirs sexuels avec des individus du même sexe. SCÈNE 2 :HARRY ARRIVE EN VILLE. (Dick est derrière le comptoir du bar en train de laver des verres. Harry entre, jette des coups d’œil autour de lui nerveusement, puis s’assied au bar.) HARRY : Salut. DICK : (marque une pause, le dévisage.) Salut. HARRY : Salut DICK : (silence) Vous désirez quelque chose à boire ? Ou vous êtes juste venu jeter un coup d’œil ? HARRY : Euh, oui... (attrape la carte des boissons, posée sur le comptoir, et la lit.) DICK : Une bière ? HARRY : Oui, une bière, s’il vous plaît. DICK : Quel genre ? HARRY : Comment quel genre ? DICK : Quel genre de bière vous voulez ?

Gobeil Taylor

HARRY : Euh... oh, peu importe. Comme vous voulez. DICK : (lui atteint une bière, décapsule la bouteille et le regarde droit dans les yeux) C’est la première fois que vous venez « Chez Richard » HARRY : Oui. HARRY : Je n’oublie jamais un visage. Les noms, ça, oui, toujours. Les visages, jamais. (brusquement) Qu’est-ce que vous en pensez ? HARRY : De la bière ? DICK : Du bar. HARRY : (regarde autour de lui) C’est... Sympa. Oui, sympa. DICK : (se moque) Sympa. Sympa. Les chiots sont sympas. Manger une glace un dimanche après-midi c’est sympa. Le Canderel®c’est sympa ! HARRY : Désolé, ce n’est pas sympa. DICK : J’espère bien que non. Sympa est le mot de cinq lettres le plus cruel dans le vocabulaire français (il réfléchit) D’accord, le second, . Amour est le plus cruel. Alors, vous l’aimez mon bar ? HARRY : Ouais, il est... génial. Votre bar ? DICK : Tout ce que vous y voyez. Qu’est-ce qu’il a de si génial ? HARRY : Et bien... Il a... DICK : ... une atmosphère formidable, une ambiance intime encore que non oppressive, un décor subtil et familier, une clientèle éclectique , cosmopolite et vraiment mignonne à l’occasion et le barman le plus amical, le plus sexy et le plus bavard de la ville. Quelque chose comme ça ? HARRY : Oui, quelque chose comme ça. DICK : Vous êtes nouveau en ville. HARRY : Est-ce que ça se voit tellement ? DICK : Nan ! Appellez ça de l’intuition. D’une petite ville ? HARRY : Quoi ? DICK : D’où vous venez. D’une petite ville ? HARRY : Ouais. Population : 5425... si l’on prend les chiens en compte. DICK : (hoche la tête, silence) Alors, quelle est votre histoire ? HARRY : Mon histoire ? DICK : Dès que qulequ’un déménage vers une grande ville, il a une histoire. HARRY : Ben, lorsque l’on quitte une petite ville, où voudriez -vous que l’on aille ailleurs que dans une grande ville ? DICK : Cela dépend pourquoi l’on part. HARRY : Parce que c’est petit. DICK : Alors vous avez fait le bon choix. HARRY : Parmi d’autres raisons. DICK : Je me disais aussi... Hary : Pourquoi ? DICK : C’est une grande ville. Il y a des miliers de bars. Et vous entrez dans celui-ci. HARRY : Ouais. C’est ce que j’ai fait. (vide sa bouteille et flanque de l’argent sur le comptoir) Et bien, merci pour la bière. DICK : Merci pour l’argent. HARRY : Quel nom vous m’avez dit que ce bar avait déjà ? DICK : (silence, réfléchit) Je crois vous avoir dit Chez Richard. HARRY : Ce n’est pas ce que l’enseigne dit.

DICK : Je sais (Harry s’aprête à partir). Ecoutez, il y a une soirée dansante un peu plus tard ce soir. HARRY : Peut-être passerai-je faire un tour. (il s’en va). SCÈNE 3 : CHEZ RICHARD. DICK : Chez Richard. Je n’ai pas pensé à ce nom depuis des années. Il m’est venu à l’esprit pour la première fois en faisant l’amour. Toutes mes pensées me viennent quand je suis au lit avec quelqu’un, ce qui explique mon manque d’imagination ces derniers temps. A présent, mon lit est strictement reservé au sommeil. Où en étais-je ? Ah oui, faire l’amour. C’était il y a vingt ans et j’avais levé un français cette nuit là... n’ayez pas l’air aussi choqué, de nos jours on ne peut pas faire claquer un fouet sans heurter personne et probablement exciter quelqu’un qui a été prostitué au moins une fois dans sa vie Il y a vingt ans et huit kilos de moins, ça payait mon loyer. Enfin bref ! J’avais donc levé un français cette nuit là et il insistait pour m’appeler Richard au lieu de Dick comme mes charmants amis le font. Il n’était pas tellement séduisant aussi eus-je tout le loisir de laisser libre cours à des associations d’idées pendant qu’il s’occupait de moi. Richard. Cela me rappelait certains troquets que l’on voit souvent dans ces films en noir et blanc avec Audrey Hepburn ou qui sais-je encore, dont l’histoire se situe à Paris. C’est alors que ça m’est venu. Chez André ou Chez Louis ou Chez Pierre... alors pourquoi pas Chez Richard ? Mon compte en banque avoisinait les cinq chiffres à l’époque - j’étais bon dans ce que je faisais - et j’étais à court d’idées quant à savoir ce que je pourrais bien faire de cet argent. Mes ravissants atouts physiques commençaient déjà à s’évanouir et je n’ aurais pas eu assez d’argent pour survivre jusqu’à soixante cinq ans. J’ai alors su ce qu’il me restait à faire, c’était clair comme de l’eau de roche : ouvrir un bar. A l’époque, les bars gais étaient vraiment lamentables. Personnes n’avait de fine idée quant au décor, un peu comme s’il était déjà bien suffisant que les homos aient un endroit pour se réunir , quel qu’en soit l’état. J’imaginais quelque chose comme ce que l’on voit dans ces vieux films : des lambris de chêne, des tentures du meilleur goût, des tables et des chaises en osier délicat. C’est vrai, j’ai été accusé d’un bon nombre de choses, mais l’idiotie n’est pas l’une d’entre elles. Une fois après m’être pris en main et avoir arrêté de me prostituer, j’ai réalisé que ça ne fonctionnerait jamais. Avec les bars qui ferment dès qu’ils sont ouverts, toutes les deux semaines, il me fallait trouver quelque chose qui convienne plus à une ... clientèle hétérogène. Alors, j’ai ouvert cet endroit. Un peu de bois, un peu d’acier, un peu d’ambiance, un peu de danse, un peu de sexe... des drag-queens, des folles de cuir, les folles moyennes de tous les jours, habituées, les lesbiennes éventuelles, les hétéros éventuels... ou bien tels qu’ils veulent se nommer... et j’ai appelé ce bar Dick’s. D-I-X. Pas très classe, mais ça fait passer la pillule.


Je dois bien me débrouiller. Je suis dans le commerce depuis quinze ans. Montrez-moi un autre propriétaire de bar, qu’il soit homo ou hétéro, qui peut en dire autant. Peut-être est-ce l’ambiance, ou le décor, peut-être est-ce juste le nom accrocheur... mais ce sera toujours « Chez Richard » (il se tapote la tête, puis en réflechissant, se tapote la poitrine) là-dedans. SCÈNE 4 : UNE AUTRE NUIT AU DIX. (Tom entre dans le bar) TOM : Salut Dick ! On en est a combien ? (en voyant Tom arriver, Dick lui verse immédiatement une bière) DICK : Deux cents. Et toi ? TOM : Aucune idée, Dieu merci. Donne moi une bière. (Dick lui tend sa bière.) Alors, quoi, de neuf ? DICK : Que veux-tu qu’il y ait de neuf ? TOM : Le même vieux bar, les mêmes visages,... je ne sais pas pourquoi je continue à venir. DICK : Ce doit être pour discuter. TOM : Ce doit être ça. Hé , il se fait tard. A quelle heure la soirée commence ? DICK : Lorsque je serai fin prêt. TOM : Prêt à danser ? J’aimerais voir ça. DICK : Prêt à mettre la musique en marche. Je dois vieillir, elle me donne des maux de tête. TOM : (inquiet) Des maux de têtes ? DICK : Rien qu’une petite aspirine ne puisse calmée Garde la boutique, je vais en chercher. Et je mettrai la musique en marche. SCÈNE 5 : QUAND HARRY RENCONTRE TOMMY. TOM : Excuse-moi. HARRY : Oui ? TOM : Es-tu un ami de Tom ? HARRY : Tom ? Non... je ne le connais pas. TOM : Tu ne connais personne nommé Tom. HARRY : Non. Enfin, si, j’en connais, mais pas ici. TOM : Oh, je pensais que tu l’attendais à te voir rester debout comme ça. HARRY : Non, pas du tout, désolé. TOM : (prend un verre) Ce doit être la première fois que tu viens . HARRY : Oui, comment le sais-tu ? TOM : Si tu étais déjà venu, tu connaîtrais forcément Tom. C’est ce qu’on appele une partie du décor. HARRY : Vraiment ? TOM : (rapidement) Alors, qui attends-tu ? HARRY : Quoi ? TOM : Tu restes ici, debout, à regarder tout les autres danser. Alors que tu ne danses pas toimême. Je pensais que tu attendais quelqu’un. HARRY : Non, je n’attends personne. TOM : Tu n’aimes donc pas danser ? HARRY : Oh si, j’aime ça... mais je ne suis pas d’humeur. TOM : D’humeur ? HARRY : Pour danser. TOM : Alors je dirais plutôt que tu t’es trompé d’endroit. HARRY : Probablement. TOM : Alors, pourquoi ne pas s’en aller ? HARRY : Hmmm... pardon ? TOM : Je connais cet endroit très proche d’ici. Un merveilleux décor, du personnel sympa, on n’y danse pas et on s’y amuse bien. Je ne pense pas être d’humeur non plus pour danser - alors que dis-tu de te joindre à moi ? HARRY : (silence) Ok ! Ça m’a l’air cool. TOM : Oh, crois moi, ce le sera. On y va ?

HARRY : Oh, au fait, je suis Harry. TOM : J’en jugerai par moi même. HARRY : Comment tu t’appeles ? TOM : Oh, je pensais que tu le savais, Tom. SCÈNE 6 : QUAND HARRY QUITTE TOM. (Le lendemain matin. Tom et harry sont au lit, ils dorment dos à dos. Harry se réveille lentement, se retourne et voit Tom à ses côtés, il s’allongent à nouveau en prétendant dormir alors qu’il analyse la situation. Tout ce mouvement réveille Tom qui s’asseoie et allume une cigarette. Harry bouge.) TOM : Bonjour. HARRY : B’jour. TOM : J’avais raison ; n’est-ce pas ? HARRY : Hein ? TOM : Merveilleux décor, personnel sympa, on ne danse pas... et on s’amuse bien. (il se penche vers Harry pour l’embrasser. Pas de réaction). Je vais préparer le petit déjeuner (il se lève) . Comment veux-tu tes œufs, Jimmy ? HARRY : Harry. TOM : Tu veux tes œufs arides HARRY : Non... moi, c’est Harry. TOM : Oh... désolé. HARRY : Je n’ai pas faim. Je ne me sens pas bien. TOM : Qu’est-ce qui ne va pas ? HARRY : Gueule de bois. Je devais être plutôt ivre hier soir. TOM : Si tu le dis. Ecoute, je n’allais rien dire, mais je t’ai tendu tout plein de perches pour que tu sois d’accord avec moi quant au décor et tu n’as pas relevé. Tu n’essaies pas de me blesser ; n’est-ce pas ? HARRY : Non, désolé. C’est sympa. C’est un endroit génial. TOM : Merci, Johnny (il l’embrasse. Il ne réagit pas). HARRY : Harry. TOM : (rapidement) Harry. Bon alors si tu ne veux pas petit déjeuner, qu’allons-nous faire ? Nous prélasser au lit jusqu’à midi ? Ça m’a l’air très bien en fait. HARRY : Je dois partir maintenant (il commence à se lever). TOM : Quoi ? HARRY : (il s’habille rapidement) J’ai un million de choses à faire aujourd’hui. Je viens juste d’arriver en ville et... TOM : (silence) Ouais, je comprends. Tu m’appeles plus tard ? HARRY : Ouais, bien sûr. (un silence long et affreux s’installe pendant que Tom regarde Harry s’habiller. Finalement, Harry lui tend la main comme pour lui dire aurevoir) Et bien, aurevoir. TOM : (embrasse la main de harry) Salut. (Harry part) Bien sûr, tu ne m’as même pas demandé mon numéro (il ferme les yeux). SCÈNE 7 : DE RETOUR AU BAR. (Au bar à nouveau. Harry est ivre.) HARRY : (à Dick) Alors,tout ce que j’ai dit à maman c’est, écoute, je pars, je vais vivre en ville, et elle n’a pas pu y croire, elle ne savait plus que dire, mais pas pour très longtemps... elle s’est mise à pleurer, crier et supplier, et mon père était assis bêtement, la tête enfoncé dans sa purée sans dire un mot, tu sais, cette espèce de désapprobation à peine audible, et mes frères et soeurs qui ne touchaient pas à leurs assiettes, ils ne savaient que me dévisager, alors maman a dit que j’étais fou de laisser tomber mon emploi, que je ne savais pas quel genre de travail je pourrais avoir avec un bac ? Finalement, j’ai quitté la table

et préparé mes bagages. J’ai pris le bus le lendemain à six heures, et me voilà. DICK : Alors tu ne le lui a pas dit ? HARRY : Lui dire quoi ? DICK : Que tu es gai. HARRY : J’suis pas gai. DICK : Vraiment ? HARRY : Non, je suis bisexuel sans doute. DICK : Ah, si j’avais reçu un sou à chaque fois que je l’ai entendu celle là... HARRY : De quoi ? DICK : C’est pas grave. (Tom arrive) DICK : Tom. TOM : Dick (s’asseoie) Harry. HARRY : Salut. TOM : Je suis heureux de voir que tu as fait tout ce que tu voulais. HARRY : Quoi ? TOM : (désinvolte) Les millions de choses que tu avais à faire aujourd’hui. C’est la million et unième ça ? HARRY : Hmm ! TOM : Dick, file moi une bière. Je crois qu’il me faille faire quelque chose aussi. Pourquoi aujourd’hui devrait être totalement gâché ? HARRY : Je te l’offre. TOM : Non, c’est bon. HARRY : Ecoute. TOM : Non, toi écoute, Harry - je me suis entraîné toute la matinée pour me souvenir de ton nom je suis désolé. HARRY : Je... (surpris) Désolé ? Pourquoi ? TOM : C’était ta première fois hier. HARRY : C’est tellement évident ? Hé ! Désolé si je t’ai déçu. TOM : Non, tu ne m’as pas déçu. J’ai passé un moment plus agréable avec toi qu’avec d’autres hommes qui n’ont fait que ça pendant vingt ans. DICK : (qui prétendait être occupé et ne pas écouter) C’est pour moi que tu dis ça ? TOM : Ecoute, est-ce que tu veux aller prendre un café quelque part ? HARRY : Un café ? Pourquoi ? TOM : Tu as l’air de quelqu’un qui en a vraiment besoin. Parmi d’autres choses. HARRY : Comme quoi ? TOM : Un ami (silence). Allez, on y va. (ils se lèvent). A plus tard, Dick. DICK : Ne faites rien que je ne ferais pas. TOM : Est-ce possible ? (ils partent). DICK : Vous l’avez déjà fait. SCÈNE 8 : LA SCÈNE D’AMOUR. (pendant le monologue, nous voyons Tom et harry, dans le lit de Tom, en train de faire l’amour). DICK : (assis sur une chaise devant le bar) Je ne suis pas réellement tombé amoureux du premier homme avec qui j’ai couché. En fait, j’ai plutôt... fuis en criant. Il faut se souvenir qu’à l’époque personne ne savait quoi que ce fût au sujet de l’homosexualité... Je n’en avais d’ailleurs jamais entendu parler. Mon affirmation en tant qu’homo n’a rien de romanesque... le fait qu’il était représentant commercial de quarante et quelques années n’a aidé en rien. J’ai passé les quelques mois suivants... comment dire, bien moins que parfaitement stable. J’ai finalement laissé tomber les cours et suis venu vivre ici. C’est là que j’ai réalisé que mon physique agréable et ma carure d’athlète (libre à vous de me croire) pouvaient tourner à mon avantage. J’ai passé des mois à baiser avec des hommes plus âgés rien que pour l’affection, jusqu’à ce que je


me rende compte qu’ils accepteraient de me payer des centaines pour une nuit, sans aucune gêne . C’était certainement une meilleure rémunération qu’au McDo. Je ne sors plus des masses aujourd’ hui. Le seul contact que je puisse avoir avec autrui est bien ici, juste devant ce bar. Je me souviens d’avoir entendu une conversation, il y a quelques temps : un couple de garçons discutaient pour savoir si l’homosexualité est, laissez voir si je me souviens des termes exacts, génétique ou due au milieu. Les sujets de conversation ont certainement changé depuis ma jeunesse. Je me souviens d’avoir ri et pensé : « et bien, vous ne trouveriez pas plus hétérosexuel que mon père. » Mais en y songeant, avec le recul, comment mon milieu aurait pu faire de moi un homo ? Je ne savais pas ce que « gai » signifiait et je l’imaginais seul dans mon coin. Je n’avais aucun modèle sur lequel copier mon comportement ou justifier mes agissements, autant que j’aurais pu agir alors. Quel que soit la raison pour laquelle je suis homo, elle vient du tréfonds de moi-même. Regardez par exemple, ce type qui vient de partir avec Tom, je suis d’une petite ville moi aussi, et je les connais bien ces types là. Je suis sûr que que s’il avait eu le choix, il serait encore chez lui en train de se taper une pompom girl. Cependant, il est ici et fait ce qui lui plaît... ce qu’il a à faire. Ne le sommes-nous pas tous ? SCÈNE 9 : NOCES DE PAS GRAND’ CHOSE. (Le bar. Tom entre.) TOM : Hé Dick, on en est à combien ? DICK : Comme la semaine dernière. Où étais-tu passé ? TOM : (s’asseoie). Dans le coin. Occupé. DICK : Tu m’étonnes. Je n’ai pas vu... comment c’est déjà, Harry ? ... depuis une semaine non plus. TOM : Quelle coïncidence. DICK : Coïncidence mon cul. TOM : Arrête ! (Harry entre). Tiens, quand on parle du loup. HARRY : Salut Tom (il l’embrasse). Salut Dick (il s’asseoie). DICK : Tom m’a annoncé la bonne nouvelle. Félicitations. HARRY : Merci. Ça m’en enlève de sur la patate. TOM : Ce n’est pas de cette façon que j’aurais dit ça, mais on se comprend. HARRY : Je n’ai plus à me soucier de savoir que dire à maman quand elle m’appele tous les jours pour savoir où en sont mes recherches. TOM : Ta maman ? HARRY : Oui. Eh, attend. Comment le savais-tu ? TOM : Comment ça comment le savais-je ? J’étais là si tu n’as pas remarqué ? HARRY : Où ? TOM : Au lit ! Juste à côté, au-dessus, en dessous, derrière, ou à un angle de 90° par rapport à toi. HARRY : Au lit ? Ça s’est passé sur le port ! TOM : Le port ? DICK : Qu’est-ce qui s’est passé sur le port ? HARRY : J’ai trouvé du boulot. DICK : Je suis heureux qu’on se soit mis sur la même longueur d’ondes. TOM : Tu as du boulot ? HARRY : Oui. A quoi tu pensais ? TOM : Quel genre de boulot ? HARRY : Je conduis un chariot élévateur. Pour décharger les bateaux, ces trucs là. TOM : Boulot macho.

HARRY : Ben, c’est un boulot. Peut-être que maintenent je vais pouvoir songer à déménager du Y.M.C.A. et trouver une piaule. TOM : Mon petit ami, conducteur de transpalette. Ça prendra du temps avant que je m’y habitue. DICK : C’est beaucoup moins prestigieux que vendeur de disques. TOM : CD, Dick. Personne n’a vendu de disque depuis des années. Qu’est-ce que tu as fait ces derniers temps ? DICK : J’étais occupé (à Harry). C’est bien payé ? HARRY : Pas trop mal. TOM : Joyeux anniversaire au fait. HARRY : Quoi ? TOM : Nous nous fréquentons régulièrement depuis une semaine. Ne me dis pas que tu as oublié. HARRY : Je ne suis pas bon pour ces trucs là. DICK : C’est la première fois que vous fêtez ça ? HARRY : (en même temps que Tom) Non. TOM (en même temps que Harry) Oui. HARRY : ... c’est la première fois avec un garçon. TOM : C’est sa première fois. Et bien, Harry, j’ai dépensé mon salaire pour acheter une bouteille de champagne formidablement chère ; alors que dirais-tu de rentrer et d’aller la boire ? HARRY : Ben, est-ce qu’on ne pourrait pas faire autre chose pour changer ? TOM : Quoi d’autre ? HARRY : Mon nouvel employeur avait deux entrées pour aller voir un match de base ball ce soir et il ne pouvait pas y aller, alors il me les a donné. TOM : Un match de base ball ? HARRY : Oui. C’est dans les gradins, mais ce peut être drôle. DICK : Ne me dis pas que tu n’es jamais allé à un match de base ball. TOM : J’avais autre chose à faire. Comme si tu avais déjà vu un match toi. DICK : Je suis allé en voir un il y a à peu près dix ans. Je ne me souviens plus qui jouait. L’équipe locale, quelle qu’elle soit. TOM : (à Harry) Dis-moi que tu plaisantes. HARRY : Allez, ce sera drôle. Une nouvelle expèrience. TOM : Ce n’est pas parce que tu en a vécu une cette semaine que je dois moi aussi me jeter à l’eau. DICK : Ne critique pas avant d’avoir essayé, Tom. Vous devriez tous être d’accord là-dessus ici. TOM : (silence) Bon... d’accord, si tu insistes, j’irai. (A Dick) Tu vois comme je suis arrangeant. DICK : Il est arrangeant, Harry ? HARRY : Il l’est certainement. TOM : Et de plus d’une manière (Harry et Tom sortent.) SCÈNE 10 : EMMÈNE-MOI AU MATCH. (Dans le noir, on entend la voix d’un présentateur sportif de télé). LA VOIX : C’est la fin du neuvième tour de batte, le score est serré et Gonzalez tient la batte avec trois balles et deux coups. Il frappe et... Wahoo ! Il a certainement obtenu quelque chose de cellelà. Elle vole, elle vole, et fini ! pour le neuvième tour de circuit de Gonzalez cette saison... Il y a un admirateur chanceux dans les gradins, félicité par sa petite amie... euh ! non, ce n’est pas sa petite amie... et bien voyons les résultats de l’American League aujourd’hui. (Harry et Tom entrent dans l’appartement de Tom qui rapporte tout un attirail ridicule d’objets en rapport avec le match, y compris la balle qu’il a attrapée).

TOM : Attends que je raconte à Dick comment j’ai attrapé cette balle. Il ne le croira jamais. HARRY : Je n’arrive toujours pas à croire que nous soyons sortis de ces gradins vivants. TOM : Bah ! Ces estomacs pleins de bière étaient trop saouls pour se tenir debout. HARRY : C’est pareil, ils n’ont pas trop apprécié notre petite célébration. TOM : Je dois dire que c’est la première fois que j’ai été embrassé sur une chaîne de télé nationale. HARRY : Merde, j’espère que papa ne regardait pas le match. TOM : J’espère que personne ne regardait. Je n’y survivrai jamais. Imagine, moi, à un match de base-ball. HARRY : Arrête, tu as aimé ça. TOM : J’étais heureux d’être avec toi. HARRY : Lequel d’entre nous a gigoté en criant « Hé batteur, batteur, batteur ! » TOM : J’admets avoir été un peu entraîné par l’ambiance. HARRY : Tu t’es amusé, Tom, admets-le. TOM : D’accord, d’accord, j’ai vraiment pris mon pied. Satisfait ? HARRY : Presque. (Il l’attrape et l’embrasse.) TOM : Satisfait maintenant ? HARRY : On s’en approche (Il l’embrasse à nouveau). Joyeux anniversaire. (Il essaie de se dégager). TOM (le rattrape) : Attends un peu, je n’en ai pas encore fini avec toi. SCÈNE 11 : LA RECHERCHE. (Le bar. Harry entre.) HARRY : Salut Dick. DICK : Quoi de neuf Harry ? HARRY : Pas grand-chose malheureusement. On penserait que dans une ville aussi imposante, il existe au-moins un appartement convenable. DICK :Ta chasse n’a rien donné. HARRY : Non ! Écoute, est-ce que je peux utiliser ton téléphone ? Il me reste un numéro à appeler. DICK : Pas de problème. (Harry passe derrière le comptoir pour téléphoner. Dick passe devant pour le nettoyer. Tom entre.) TOM :Salut Dick. On en est à combien ? DICK : Deux cent cinquante. C’est une bonne semaine. HARRY (raccroche) : Ça sonne occupé depuis le début de la semaine. Salut Tom. TOM : Salut Harry. Je ne t’avais pas vu là derrière. Comment se sont passées tes recherches ? HARRY : Horrible ! J’ai essayé tous les numéros dans les petites annonces et les appartements proposés sont tous soit trop chers, soit délabrés, soit les deux. TOM : J’ai pensé à toi aujourd’hui. HARRY : Ben, c’est sympa à entendre. TOM : Je veux dire, à notre situation. Et il m’est venu une idée... HARRY : Laquelle ? TOM : Viens t’installer chez moi. HARRY : Zut ! Tom, je n’en sais rien... TOM (surpris) : Pourquoi pas ? HARRY :Nous ne nous connaissons que depuis un mois. TOM : Disons que c’est temporaire en attendant que tu trouves quelque chose. Au moins tu pourras quitter le Y.M.C.A. HARRY : Bon... TOM : En plus, ce ne sera pas un déménagement difficile. Tu n’as pas de meuble et la quasi totalité de ton linge se trouve chez moi. (à Dick :) La


plupart est sale, me dois-je d’ajouter. Tiens, tu as même ton joli costume dans ma penderie. DICK : Je ne savais pas que tu avais une penderie, Tom. TOM : Je ne l’ai pas utilisée depuis des années. (à Harry) Alors, qu’est-ce que tu en dis ? HARRY : J’y songerai. Il va me falloir aller là-bas à pied puisque ce téléphone est toujours occupé. Si ça ressemble à tout le reste, je crois ne pas avoir d’autre choix que d’accepter. TOM : C’est bien dit. (il l’embrasse.) Appelle moi plus tard. HARRY : Pas de problème. Salut Dick. DICK : Salut. (Harry part.) Alors, tu veux t’installer à cette étape de ta vie, Tom ? TOM : Arrête, Dick, c’est seulement temporaire. DICK : Oh, oh ! (il s’éloigne, un plateau à la main.) SCÈNE 12 : HOMO SWEET HOMO. (Tom et Harry entrent dans l’appartement de Tom. Chacun portant une caisse.) HARRY : Bien, c’était la dernière. TOM : Je t’avais dit que ce ne serait pas difficile (Il pose la caisse à terre et en tire un almanach de fin d’année.) C’est quoi ? HARRY : L’almanach de ma dernière année au lycée. TOM : Tu plaisantes. Je n’en avais même pas acheté un quand j’ai été diplômé. Voyons où se trouve ta photo... Ah, la voilà ! Hmm, tu n’as pas du tout changé. HARRY : Ça ne fait pas si longtemps. TOM : Base-ball, football, course... Ciel, on était athlète ? HARRY : Ouais, ben, je ne critiquais pas les équipements sportifs. TOM : Oh, il y a quelque chose d’écrit là : « À Harry, avec tout mon cœur, notre amour durera tou... » (Il est interrompu par Harry qui lui retire l’almanach rapidement des mains.) Hé ! HARRY : T’en fais pas pour ça. TOM : De qui était-ce ? HARRY : ... mon ex-petite amie. TOM : Ah bon. HARRY : (Silence.) Je crois bien qu’elle avait tort, hé ! TOM : Rien ne dure toujours. Certaines choses encore moins que d’autres. Harry, je suis désolé si j’ai... HARRY : Non, ne t’excuse pas. C’est du passé. Et à des millions de kilomètres d’ici. TOM : Est-ce que tu l’as aimée ? HARRY : (silence) Je ne sais pas. Je pensais que oui. Quelle différence cela fait de toute façon ? TOM : Il y a une différence, tu sais quand tu es amoureux. HARRY : Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose ? TOM : D’autre chose que d’amour ? HARRY : D’autre chose qu’elle. TOM : Certainement. Désolé. HARRY : Je t’ai dit de ne pas t’excuser. TOM : Je suis dé... enfin tu comprends. (silence) Tu as des congés à prendre ? HARRY : Ouais. Deux semaines. TOM : On devrait aller quelque part. HARRY : Ouais. C’est une bonne idée. Où ? TOM : J’ en sais rien. HARRY : Bon, ben, on a terminé le déménagement. Qu’est-ce que tu veux faire maintenant ? TOM : Qu’est-ce que tu veux faire ? HARRY : Je sais pas, qu’est-ce que tu veux faire ?

TOM : Arrête ça. On pourrait ranger. HARRY : On pourrait... TOM : Ou on pourrait... HARRY... quoi ? TOM : A quoi tu penses ? HARRY : Tu sais à quoi je pense . TOM : Mmm- hm. (ils s’embrassent. La lumière s’éteint.). SCÈNE 13 : LA BLAGUE. (Le bar. Dick et Tom rient après s’être raconté une blague : Tom, avec plaisir ; Dick, aux éclats, peut-être même de façon disproportionnée. Harry entre). HARRY : Qu’est-ce qu’il y a de si drôle ? TOM : Oh rien. HARRY : Comment ça rien ? De quoi est-ce que vous riez ? TOM : Non, c’est rien, vraiment. Tu ne comprendrais pas . HARRY : Je ne comprendrais pas ? Ça veut dire quoi ? DICK : C’était une blague. HARRY : Quoi ? TOM : Une blague. Nous riions d’une blague. HARRY : Bon, ben, c’est quoi cette blague ? TOM : Rien. HARRY : Tom... DICK : Ça va, Tom. Raconte lui. TOM : (silence) D’accord. Pourquoi le problème du S.I.D.A. devrait être confié au Ministère de l’Agriculture ? HARRY : Pourquoi ? TOM : Parce qu’il a le don de changer les fruits ¬ en légumes. (silence) HARRY : Oh. TOM : Quoi ? HARRY : J’ai pas trouvé ça drôle. TOM : Vraiment ? HARRY : Non. En fait, je suis un peu surpris que vous disiez des choses pareilles. TOM : Nom de Dieu, Harry. C’est juste une blague. HARRY : Vous ne croyez pas que ce soit un peu... insensible ? TOM : Dis-moi, Harry. Combien de P.A.S. tu connais ? HARRY : P.A.S. ? TOM : Personnes Atteintes du S.I.D.A. HARRY : D’accord, aucune. Et alors ? Je suppose que tu en connais des centaines. TOM : (silence) Non, juste une seule. HARRY : Qui ? TOM : Oublie ça, tu veux. HARRY : Je la connais ? TOM : Je t’ai dit de ne plus y penser . DICK : J’en connais quelques unes. HARRY : Quoi ? DICK : Des personnes atteintes du S .I.D.A. Je collectionne les blagues qui traitent du S.I.D.A. pour les leur raconter. Je sais, ça paraît dingue mais certaines d’entre elles sont... rassurées d’être capable de rire de leur état. HARRY : Comment pouvez - vous rire d’un tel sujet ? DICK : (silence) Je ne sais pas. C’est simplement une autre des choses étranges qui rend la vie plus intéressante.

[NdT] «fruit», en anglais, signifie «fruit» mais aussi «tapette», «pédale»... ¬

SCÈNE 14 : 2DIRGOSIDAOPRÉSENT. DICK : Je n’ai jamais compris pourquoi Andrew appréciait tant ces blagues . Je trouvais ça... morbide qu’il puisse en rire dés l’instant où elles

se moquaient de sa sexualité et de sa maladie. Mais je crois comprendre maintenant. C’est le sentiment que rien n’est assez horrible pour t’empêcher de rire ; c’est en fait que si tu peux rire à une tournure de phrase intelligente malgré le sujet, tu peux jouir de chaque jour que tu vis bien que ton corps se désagrège sans que tu ne t’en aperçoives. Andrew avait attrapé une pneumonie. Je me souviens avoir pensé qu’il était étrange qu’un sportif non-fumeur qui jouait au tennis invariablement tous les deux après-midi souffre d’une infection pulmonaire. Nous ne pensions pas que ce fût sérieux parce que nous étions au 20 ème siècle et que personne ne mourait plus de pneumonie. Mais ça n’a pas été mieux. Le médecin était perdu. Puis, il nous a parlé d’un nouveau syndrome qui avait été répertorié - on l’appelait DIRG à l’époque : Déficience Immunitaire Relative aux Gais, vous vous rendez compte ? Ce n’est que quelques années plus tard, lorsque les premiers quidams hétéros ordinaires commencèrent eux aussi à succomber, que l’on parla du S.I.D.A. Juste après l’enterrement d’Andrew, j’ai prié pour la toute première fois de ma vie. J’ai prié Dieu, espérant plus que tout autre chose au monde que je pourrais être normal, que je pourrais avoir un boulot de fonctionnaire, une petite maison de banlieue, une petite femme pour s’occuper de ma petite maison, deux virgule cinq enfants, un virgule cinq animaux domestiques, une tondeuse à gazon, une pelouse, et tout le reste. Je suis allé me coucher en priant Dieu qu’il fasse de moi une personne normale ou me tue sur le champ. Inutile d’ajouter que lorsque je me suis réveillé, je n’étais ni l’un ni l’autre. On ne peut que continuer de penser de cette façon. Finalement, j’ai arrêté. Finalement, je me suis pris en main et ai ouvert ce bar. Finalement, j’ai encore fait l’amour. Finalement, j’ai même apprécié. C’est drôle, non ? Qu’après toutes ces années ce soit moi qui collectionne ces blagues - et en ris cette fois. Les apprécier pour son salut... et le mien. SCÈNE 15 : LE COUP DE FIL. (L’appartement. Harry entre.) HARRY : Salut chéri. Je suis rentré. (Tom sort d’une autre pièce habillé d’un tablier et essuyant une assiette.) TOM : Je parie que tu as toujours voulu dire ça. (Ils s’embrassent.) Comment s’est passé ta journée ? HARRY : Comme d’habitude. Trop travaillé. Sous-payé. On a appelé pour moi ? TOM : Non. Si. Une femme t’a appelé. HARRY : Une femme ? Qui ? TOM : Je ne sais pas... Elle a dit que son nom était Amy. HARRY : Amy ? Tu es sûr ? TOM : Ouais. Je n’oublie jamais le nom d’une femme. J’en entends si rarement. HARRY : Je me demande comment elle a eu mon numéro. TOM : Qui est-ce ? HARRY : Oh, une amie d’enfance. TOM : Ah, l’ex petite amie. HARRY : (Silence...) Est-ce si évident ? TOM : Oui. Voilà son numéro. (il le lui donne.) Note bien la chambre d’hôtel. HARRY : Elle doit être en ville. TOM : Oui, vas-tu la rappeler ? HARRY : Je n’en sais rien. TOM : Je suppose qu’elle ne sait pas. HARRY : Qu’elle ne sait pas quoi ?


TOM : Toutes les paroles de « Over The Rainbow », Harry. HARRY : Tu veux dire, sait-elle que je suis gai ? TOM : Oui Harry, je veux dire sait-elle que tu es gai ? HARRY : La dernière fois que je l’ai vue, je ne le savais pas moi-même. TOM : Eh bien, si tu la rappelles, je crois que tu devrais le lui dire. HARRY : Pourquoi ? TOM : Oh, je sais pas. Respect de soi-même, un truc comme ça. HARRY : Peut-être ne parlerai-je pas de sexe du tout. Ce ne devrait pas être trop dur... sans vouloir faire de jeu de mot. TOM : Il ne s’agit pas de sexe, Harry. HARRY : Ah non ? De quoi s’agit-il alors, Tom ? TOM : D’identité. HARRY : D’identité ? TOM : Oui, d’identité. Si tu lui parles sans lui dire que tu es gai, tu lui mens et tu prétends être quelqu’un que tu n’es pas. HARRY : Allons, Tom, tu ne crois pas que c’est un peu extrême ? Je n’en parlerai pas du tout, voilà. Ce n’est pas prétendre être hétéro. TOM : Si, ça l’est. La dernière fois que vous vous êtes vus, vous deux pensiez être hétéros. Si tu ne lui dis pas que tu ne l’es pas, elle pensera que tu l’es. Et ça, c’est mentir. HARRY : Tu sais, je ne suis pas seulement homosexuel, je suis un individu. TOM : Tu es un individu homosexuel. Tu ne peux pas être l’un sans l’autre. HARRY : Je ne vais pas aller me présenter partout ainsi : « Salut, moi c’est Harry, je suis un individu homosexuel ! » TOM : Alors tu mentiras à toutes les personnes que tu rencontreras. HARRY : Je n’arrive pas à croire que tu portes de tels jugements. Comment pourrais-tu te faire accepter de qui que ce soit si tu leur jettes ta sexualité au visage ? TOM : Comment pourrais-tu te faire accepter de qui que ce soit si tu caches ta sexualité ? Tu dois être accepté pour ce que tu es, pour tout ce que tu es, ou alors désolé, mais tu n’es pas accepté du tout. HARRY : Je n’arrive pas à croire que nous puissions nous disputer ainsi. D’accord... d’accord, ça va, je le lui dirai. Heureux ? TOM : Alors tu vas la rappeler. HARRY : (exaspéré) Oui ! Non ! Je ne sais pas encore. TOM : Rends-toi service, Harry. Ne la rappelle pas. Ça n’en vaut pas la peine. Tu vous blesserais l’un et l’autre. HARRY : Ça n’en vaut pas la peine ? C’est l’une de mes plus anciennes amies. Je la blesserais si je l’ignorais. Écoute : je vais la rappeler, je le lui dirai et je suis sûr qu’elle sera heureuse pour moi. Pourquoi ne viendrais-tu pas aussi ? Je suis sûr qu’elle aimerait te connaître. TOM : Attends un peu. C’est là où je ne suis plus d’accord. Je ne déjeune pas avec les anciennes petites amies. HARRY : D’accord. Je lui dirai pour moi, je lui parlerai de toi, je lui dirai que tu es trop hétérophobe pour manger en sa compagnie. TOM : Rends-moi service, ne parle pas de moi du tout. HARRY : Tu sais, Tom, personne n’est aussi obsédé que toi par sa préférence sexuelle. TOM : Préférence ? Préférence sexuelle ? Est-ce que tu me préfères à elle comme tu préférerais le pain blanc au pain de seigle ?

HARRY : Préférence, orientation, peu importe. Ne change pas de sujet. TOM : Il va falloir que je change de sujet parce que je refuse de poursuivre cette conversation plus longtemps. Je refuse de discuter de quoi que ce soit avec quiconque n’accepte pas ma sexualité. Tu sens ça ? HARRY : Quoi ? TOM : Les lasagnes ! Ça brûle ! HARRY : Très bien, je crois que je vais aller dîner ailleurs. (Il part.) TOM : (Silence.) Ça aurait pu mieux se passer. SCÈNE 16 : POST MORTEM. (Plus tard dans la nuit. Tom est au lit, il regarde la télé. Il zappe pendant un moment, accélérant au fur et à mesure de sa frustration, lorsqu’il entend Harry rentrer. Il éteint la télé et fait semblant de dormir. Harry entre, le voit et commence à se déshabiller.) TOM : Comment s’est passé ta soirée ? HARRY : Pas mal. (Silence.) Je ne le lui ai pas dit. TOM : Pourquoi pas ? HARRY : Une dispute suffisait pour ce soir. TOM : (Silence.) Notre première dispute. HARRY : Ouais. TOM : L’océan Pacifique. HARRY : Quoi ? TOM : J’ai toujours voulu voir l’océan Pacifique. HARRY : Qu’est-ce que cela... TOM : Lorsque nous prendrons des vacances, allons quelque part vers la côte Ouest. HARRY : D’accord. Ça me va. N’importe où dès l’instant où je suis avec toi. TOM : Tu sais ce qu’il nous reste à faire ? HARRY : Quoi ? TOM : S’embrasser et oublier. (C’est ce qu’ils font.) SCÈNE 17 : LE DIX REVISITÉ. (Le bar. Harry et Tom entrent.) TOM : Salut Dick, on en est à combien ? DICK : Deux cent quelque chose et c’est stable. Qu’est-ce qui se passe ? TOM : Nous revenons de chez ’Man. DICK : C’est un nouveau restaurant ? TOM : Non, je veux dire de chez ma mère. DICK : Tu plaisantes ? TOM : Non, pourquoi plaisanterais-je ? DICK : Si j’avais ramené mon petit ami chez moi pour le dîner, je serais dans une chaise roulante à l’heure qu’il est. Mais ne te méprends pas, je suis heureux pour toi. (à Harry :) Comment ça s’est passé ? HARRY : Ça a été. TOM : Maman a semblé l’apprécier. Pas pour ses talents de conversation cependant. Il n’a quasiment pas dit trois mots de la soirée. DICK : Tu n’as pas trouvé la cuisine à ton goût ? HARRY : Non, la cuisine était super, ça m’a rappelé la maison. TOM : Je te plains si on t’a élevé à la purée de pommes de terre instantanée. (à Dick :) La cuisine de maman n’est plus la même depuis que papa est parti. Ce doit être à cause du manque de critique perpétuelle. DICK : C’est différent lorsque l’on a l’habitude de cuisiner pour quelqu’un, puis que d’un seul coup on cuisine pour soi-même. Tes standards en prennent un coup. HARRY : Est-ce que tu... ? DICK : J’ai fait ci et ça... Alors, ces deux garçons s’arrêtent dans mon bar après un bon repas complet fait maison au micro-ondes ! Ça tient du miracle !

HARRY : Nous nous sommes en fait juste arrêtés pour dire bonjour. TOM : Ouais, on peut pas rester. Nous devons nous lever tôt demain. DICK : Vous allez voir ses parents ? TOM : Quand les poules auront des dents. HARRY : Non, on va acheter de nouveaux rideaux demain. Il y a cette liquidation et nous voulons éviter la foule. DICK : Arrêtez, enfin ! Tout cet attachement aux tâches ménagères me donne de l’urticaire. Pourquoi ne pas dresser votre liste de mariage et vous en contenter ? TOM : Très drôle, Dick. On repasse demain... SCÈNE 18 : SALUT ’MAN. (Dans le noir, un téléphone sonne trois fois. On entend un répondeur.) TOM (voix enregistrée) : Salut ! Nous ne sommes pas là pour le moment, mais dites-nous des cochonneries et nous vous rappellerons ! (Bip) VOIX : Harrison, c’est ta mère. Tu dois avoir une vie sociale bien remplie puisque tu ne nous appelles plus et n’as plus le temps de nous rappeler. (Tom entre.) Alors, si jamais tu as envie de parler à ta mère... TOM (répond rapidement) : Bonjour Mme Ford, Harry est juste derrière moi... Oui, c’est Tom... Bien, merci, et vous-même ? (Harry entre.) (bas, à Harry :) C’est ta mère. HARRY (prend le combiné) : Bonjour maman ! ... Oui, je suis désolé, j’ai été très occupé... Je sais, je sais... Comment va papa ? ... Oui, oui (Bas à Tom qui essaie d’attirer son attention :) Quoi ? TOM (bas) : Dis-lui ! HARRY (bas) : Lui dire quoi ? TOM (bas) : Qu’est-ce que tu crois ? HARRY (bas) : Non ! Pas maintenant ! (À sa mère :) Oui maman, j’écoute... TOM (fort) : Dis-lui ! HARRY (bas) : Vas-tu te taire ? (à sa mère :) Désolé maman, c’est mon colocataire qui essaie de... TOM (attrape le combiné) : Harry vous rappellera plus tard, Mme Ford. HARRY (reprend le combiné) : Tom ! Qu’est-ce que tu fous ? (il voit le visage de Tom et parle dans le combiné :) Maman, je te rappellerai plus tard. Non, tout va bien, j’ai juste à... parler à Tom. Oui, je te promets. Je te rappellerai. Non, pas en PCV. Au revoir. (il raccroche. Silence. À Tom ) Je ne sais vraiment pas comment je vais pouvoir expliquer ça. (silence.) Qu’est-ce qu’il y a ? TOM (froid) : Ton colocataire ? HARRY : Qu’est-ce que je peux lui dire d’autre ? TOM : Je ne sais pas... La vérité ? HARRY : Je ne peux pas... TOM : Si tu peux. Et tu dois. Comment peux-tu te respecter sinon ? Comment peux-tu la respecter ? Comment peux-tu me respecter autrement ? (Silence.) Rappelle-la, dis-le lui au téléphone, ce sera plus simple de cette façon, elle aura du temps pour y penser avant de te dire quoi que ce soit en face. Vas-tu le faire ? HARRY : ... Je n’en sais rien. TOM : Je vais faire un tour. Je serai de retour dans une heure. (il part.) HARRY (attrappe le téléphone, le regarde pendant un très long moment, puis compose le numéro.) Maman ? (les lumières s’éteignent vite.) SCÈNE 19 : LES MÈRES. HARRY (au public) : Je lui ai dit. Je l’ai rappelée et nous avons bavardé au sujet des voisins et à propos du chien pendant dix minutes... puis je lui ai dit.


TOM (au public) : Je l’ai dit à ma maman l’année dernière. Je l’ai su pendant six ans et j’ai vécu seul pendant deux ans, alors j’ai réalisé qu’il valait mieux que je le lui dise. DICK (au public) : Je n’ai pas vu ma mère pendant vingt ans. Il y a quinze ans, je lui ai écrit. HARRY : Elle était si silencieuse. Je n’osais dire un mot. J’étais juste assis là et écoutais sa respiration. TOM : Je suis rentré à la maison pour le dîner. Après qu’elle eut servi le rôti, j’ai dit... « Maman... (terrible silence)... est-ce que tu peux me passer le sel, s’il te plaît ? » DICK : J’ai écrit : « Je suis désolé de ne pas vous avoir contacté ces dernières années, mais j’ai eu l’esprit très occupé. Je viens de créer une entreprise et elle marche bien. Je règle mes dettes. » HARRY : J’ai fini par réaliser qu’elle pleurait. J’ai commencé à parler mais elle m’a immédiatement ordonné de rentrer, que la ville n’était pas bonne pour moi, qu’elle me faisait des choses. TOM : Maman m’a passé le sel et tandis que nos doigts se touchaient, je lui ai dit « Je suis homo ». DICK : J’ai écrit quelques autres paragraphes à propos de mes finances. Puis j’ai signé la lettre. HARRY : J’ai essayé de lui expliquer, mais elle n’a pas voulu écouter. TOM : Je n’osais pas lever les yeux. Je restais juste assis là, salant ma tranche de rôti. DICK : Puis, j’ai écrit en post-scriptum « Je suis homosexuel ». Ma mère n’aurait pas compris le mot « gai ». HARRY : Elle a finalement raccroché le téléphone. Dix minutes plus tard, papa m’appelait depuis son travail. TOM : Finalement, après quelques minutes et assez de sel pour donner une bonne hypertension à un bœuf, elle a dit : « Est-ce pour cette raison que tu n’as jamais eu de petite amie, Tom ? » DICK : J’ai inscrit mon adresse sur l’enveloppe et j’ai posté la lettre. HARRY : Il m’a crié après pour avoir peiné Maman. Il m’a rouspété pour avoir quitté la maison. Il m’a reproché de ne pas savoir ce que j’attendais de la vie. TOM : J’ai répondu : « Oui Maman, c’est pour cette raison que je n’ai jamais eu de petite amie. » DICK : Je n’ai jamais eu de réponse. C’était la dernière fois qu’elle entendait parler de moi. HARRY : Nous avons finalement raccroché. Il n’a jamais prononcé le mot « gai ». TOM : Alors elle a dit : « Tant mieux ; j’avais peur qu’il y ait quelque chose qui n’aille pas chez toi. » SCÈNE 20 : UN MALENCONTREUX INCIDENT 1ÈRE PARTIE (Dance music. Harry et Tom sont au bar en train de boire et de regarder les garçons. Dick sert.) TOM (en montrant un) : Et celui-là ? HARRY : Non. Trop musclé. TOM : Trop musclé ? HARRY : Ouais, je serais mort de peur de coucher avec lui. (Il montre un garçon) Regarde ça. TOM : Pas mal... HARRY : Pas mal ? TOM : Si on est intéressé par le corps et la peau parfaite d’un top model. HARRY (dévisageant Tom) : Apparemment non. TOM : Pétasse. HARRY : Oh, il se fait tard. Je devrais y aller. TOM : Il est seulement minuit. HARRY : Je dois travailler demain matin. TOM : Un samedi ?

HARRY : Oui. Un samedi. Il y a des trucs qui doivent être chargés et qui n’ont pas été emmagasinés avant quatre heures aujourd’hui. TOM : Laisse-moi voir ça clairement... HARRY : Tu n’as jamais rien vu de clair dans ta vie. TOM : Ha ha... Tu n’es pas seulement l’unique opérateur de monte-charge homo dans le monde, tu es certainement le seul opérateur de montecharge homo dans le monde à travailler un samedi matin. En y pensant bien, tu dois être le premier homo à te lever avant midi un samedi. Dick, à quelle heure tu te lèves demain ? DICK : Vers trois heures. TOM : Tu vois ? HARRY : Écoute, si tu veux rester... TOM : Un peu que je veux rester. Quelqu’un doit jauger les nouveaux venus ici. HARRY : Dès l’instant où tu te contentes de faire du lèche-vitrines... TOM : Ouais ouais, on touche avec les yeux, si tu casses tu achètes, et cetera et cetera... Allez, je t’accompagne dehors. (Ils partent) SCÈNE 21 : UN MALENCONTREUX INCIDENT 2ÈME PARTIE HARRY : Taxi ! Flûte. TOM : Jamais là quand on a besoin d’eux. HARRY : Toujours là dans le cas contraire. TOM (voit quelqu’un entrer dans le bar) : Sa lut ? HARRY : Allez, retourne à l’intérieur. Il gèle ici. TOM : Non, je vais attendre avec toi ici jusqu’à ce que tu attrapes ce taxi. HARRY : Allez Tom, je sais que tu meurs d’envie de savoir qui est ce type. TOM : Est-ce si évident ? HARRY : Oui. TOM : À quelle heure tu rentres demain ? HARRY : Tôt, j’espère. TOM : D’accord. J’essaierai de ne pas faire trop de bruit en rentrant. Si jamais je rentre. HARRY : Tu ferais mieux. (Il l’attrape pour un long baiser) Bonne nuit. TOM : Sans toi ce sera une nuit médiocre. Mais ça ira. Fais de beaux rêves. (Il part) HARRY : Taxiiiii ! (Harry essuie la boue de neige fondue que le taxi vient de lui envoyer sur le pantalon. Un étranger approche, joué par Dick qui lit son texte en coulisses. Harry réagit comme si l’homme était sur scène.) DICK : ‘scuse-moi. TOM : Oui ? DICK : T’as 25 cents ? HARRY : Non, désolé. DICK : Une cigarette ? HARRY : (Silence) Ouais, d’accord... (Il fouille sa poche) (Effet sonore [FORT !] d’un couteau sorti.) DICK : Regardez c’qu’on a là ! TOM (un autre agresseur) : Pas mal, ça ? DICK : Un p’tit pédé seul dans la rue ! TOM : Ta maman t’a pas dit qu’les rues étaient pas sûres la nuit ? HARRY : Écoutez, vous voulez mon portefeuille ? Le voici. TOM : On veut pas d’ton putain d’portefeuille, mec. DICK : C’est toi qu’on veut, pédé ! HARRY : Écoutez les mecs, voilà mon portefeuille, (il le laisse tomber) prenez-le et moi je m’en vais... TOM : Tu vas nulle part !

DICK : Lève les mains, mec ! TOM : Plus haut ! DICK : Par dessus la tête, espèce d’enculé ! TOM : Trou du cul d’pédé ! DICK : Connard de suceur de bites ! Marcher dans la rue tout seul la nuit... TOM : Et nous donner ton putain d’portefeuille... DICK : R’GARDE-MOI QUAND J’TE CAUSE, MEC ! TOM : Sale petit pédé ! HARRY : Écoutez... DICK : FERME TA GUEULE ! TOM : Écoute, pédé : tu vas faire c’qu’on t’demande, compris ? HARRY : Ouais. TOM : J’t’entends pas ! HARRY : Oui ! (léger silence) TOM : R’garde ça. Un vrai pédé de premier choix ! DICK : Tu aimes sucer des bites, pédé ? TOM : Il aime s’en foutre plein. DICK : T’aimes en avoir dans ton cul, pédé ? Ça t’excites ? Tu m’regardes, tu veux foutre ta bite dans mon cul ? TOM : Non mec, il veut ta bite dans son cul. DICK : Espèce de sale enculé. Ta maman t’a pas dit à quoi servait ton cul ? TOM : Il aimerait sans doute être une gonzesse. DICK : T’aimerais avoir une chatte ? Hein ? TOM : On pourrait t’en faire une. DICK : T’aurais pas besoin d’une bite si t’avais une chatte. On pourrait s’en occuper pour toi. TOM : Je m’sens d’humeur à jouer au docteur. J’me suis lavé les mains et l’reste. DICK : Allez, pédé. Montre-nous ta bite et on la coupera pour toi. TOM : Doit pas faire plus d’cinq centimètres. DICK : Pourquoi tu bouges pas, pédé ? T’as honte de ta bite ? TOM : Allez pédé, mont’nous ta bite ! DICK : Fais-la voir, pédé. TOM : Mont’nous ta bite ! DICK : Mont’nous ta bite ! HARRY (soudain s’adresse au public, doucement) : C’est très étrange. J’ai toujours pensé qu’un couteau brillerait... comme celui que papa utilisait pour tuer les cochons. Je suppose qu’ils ne l’entretiennent pas comme papa qui le garde bien affûté et brillant... C’est plus froid. C’est plus terne, métallique, inhumain. Si je meurs, je préférerais que ce soit par un couteau humain, comme celui de Papa... J’aimerais qu’il arrête de le faire bouger comme ça, qu’il le tienne bien droit, ce serait beaucoup plus effrayant, ou bien qu’il l’enfonce directement, n’est-ce pas ? Pourquoi il l’a avec lui ? Pour me tuer ? Allez, vas-y. Je préférerais mourir que d’être ici, à regarder cette chose, je préférerais... (obscurcissement de la scène) SCÈNE 22 : SORTIE D’HÔPITAL. (Le bar. Tom entre.) TOM : Salut Dick. On en est à combien ? DICK : (Silence) Une centaine. TOM : (Silence) Merde. DICK : T’en fais pour moi. Harry sort de l’hôpital aujourd’hui, n’est-ce pas ? TOM : Ouais, je passe le prendre à quatre heures. DICK : Il va bien ? TOM : Le docteur a dit que son état avait paru pire qu’il n’est en fait. Les muscles vont guérir et aucun organe n’a été touché. Il a bien fait de


courir. Une fois dans la rue, les salauds se sont enfui. DICK : Ce n’est pas ce que je voulais dire. Est-ce qu’il va bien ? TOM : (Silence) La seule raison pour laquelle il est resté à l’hôpital si longtemps c’est parce qu’il ne voulait rien avaler. Il ne voulait pas me voir. J’ai appelé sa mère et elle arrivée tout de suite mais il n’a pas voulu la voir. Il ne voulait pas me voir, il ne voulait pas la voir, elle n’a pas voulu me parler... C’était une veille aux urgences très encombrée et très calme. DICK : Et toi, ça va ? TOM : Qui, moi ? J’ai... la pêche. (Il finit sa bière) Bon, je ferais mieux d’y aller. (Il part) Oh... DICK : Ça va... TOM : On en parlera plus tard. (Il part)

SCÈNE 23 : RETOUR À LA MAISON 1ÈRE PARTIE. (Tom aide Harry à intégrer son appartement) TOM : Désolé pour tous les escaliers. C’est ce qu’on obtient qu’on on vit au dixième étage. Dix pour la vue, zéro pour l’accessibilité. Il faudra parler au concierge au sujet de ce satané ascenseur. Là, allonge-toi. (il l’aide à s’allonger avec difficulté. Il retourne dans le couloir chercher la valise d’Harry.) C’est vraiment trop cloche que tu aies dû sortir de l’hôpital en chaise roulante. S’ils t’avaient laissé marcher, on aurait pu éviter cette scène avec ta mère. C’est une bonne chose que l’infirmière ait été là pour arranger les choses et te pousser elle-même dehors. J’aurais fait n’importe quoi pour donner à ta chère maman un coup de main des plus gracieux, mais non, il a fallu qu’elle s’en occupe toute seule. Et bien sûr tu n’as été d’aucune aide. Si tu avais laissé ta mère te pousser, ça ne m’aurait pas dérangé. Elle te connaît depuis plus longtemps que moi. Mais ça me ferait chier de la laisser croire que je n’existe pas. Je n’en suis pas revenu ! J’aurais pu enlever tous mes vêtements et faire un boogiewoogie devant elle qu’elle serait passée à côté de moi et aurait prétendu qu’il n’y avait personne d’autre dans la pièce qu’elle-même ! Non mais regarde-moi, je cause, je cause, comme toujours, et tu ne peux pas en placer une. Je suis absolument fou du son de ma propre voix. Bon ben vas-y. À ton tour ! (Silence) Comment t’as trouvé la bouffe ? Ah oui, c’est vrai, tu n’avais pas faim. Pendant trois jours. (Silence) Ton médecin m’a paru sympa. Dès l’instant où je l’ai vu, j’ai pensé « Oh c’est pour ça que Harry reste si longtemps à l’hôpital, il veut pouvoir profiter de ces charmants yeux bleus aussi longtemps qu’il peut ! » J’étais sacrément jaloux. Après tout, comment puis-je rivaliser avec un si beau docteur ? (Silence) Écoute, repose-toi, je vais faire des courses. À Shop’n’Save ils font leurs soldes annuelles sur la Folie de la Viande, alors je te ferai mon fameux bœuf bourguigon ce soir. * (Silence) La télécommande de la télé est juste là. (Silence) Je serai de retour dans un instant. (Il part.) (Harry regarde le public fixement puis se lève. La scène plonge dans le noir. Les lumières se rallument, Tom entre avec un sac à provisions rempli. Il le pose à terre et ramasse un message posé sur le lit. Les lumières s’éteignent pendant qu’il les lit.) * en français dans le texte original SCÈNE 24 : RETOUR À LA MAISON 2ÈME PARTIE. (Tom entre dans le bar.)

TOM : Dick. DICK : Tom. On ne t’a pas vu traîner beaucoup dans le coin ces derniers temps. Qu’est-ce qui est arrivé à « Salut Dick, on en est à combien » ? TOM : (Silence) J’ai pensé qu’il valait mieux ne plus te le demander. DICK : Quoi, juste parce que j’ai moins de 200 lymphocytes T par je-ne-sais-quoi au cube, tu arrêtes de t’en faire ? TOM : Non, je crois... je n’arrive pas à imaginer que ça arrive. Je veux dire, je savais que tu étais séropo. Mais je ne t’avais jamais imaginé avec... DICK : ...avec le sida. TOM : Ouais. DICK : Ben, si tu prends ça déjà aussi mal, tu ferais mieux de t’accrocher. Car j’ai des nouvelles encore plus mauvaises aujourd’hui. TOM : De ton médecin ? DICK : De ma glace. (Il soulève sa chemise. Il a une lésion.) TOM : Est-ce... ? DICK : Mon premier symptôme visible. TOM : Oh, Dick... DICK : Sarcome de Karposi, toxoplasmie, pneumocystite... Il y a une seule chose positive dans tout ça, ça a enrichi mon vocabulaire. Mais c’est assez de moi, comment vas-tu ? TOM : Dick, qui se soucie de moi ? DICK : Qui se soucie de toi ? TOM : Enfin, mes problèmes n’ont pas d’égal avec... DICK : Tom, je ne veux vraiment plus parler de moi. Encore une fois, comment tu te sens ? TOM : (Silence) Pas trop mal je crois. DICK : Encore triste, hein ? TOM : Bien sûr, je ne l’ai pas revu. Ciel, la dernière chose que je l’ai entendu dire fut « Taxi » ! DICK : Bois quelques bières. Essaie de rencontrer quelques mecs sympas. TOM : Les bières d’accord. Les mecs, non. Pas encore. DICK : Mes oreilles me tromperaient-elles ? Que viens-je d’entendre de la bouche de la Reine du Rebond ? TOM : C’était avant. J’ai enfin rencontré quelqu’un que je peux vraiment aimer pendant plus de deux semaines et... DICK : Ouais. La vie n’est pas juste, Tom. Je me suis dit la même chose il y a quelques temps. TOM : Je sais. Bon, quelqu’un vient visiter l’appartement. Je ferais mieux d’y aller. DICK : Tu déménages ? TOM : Ouais. DICK : Il y a une soirée plus tard. TOM : Peut-être repasserais-je. (Il sort.) (Quelques secondes plus tard, Harry arrive.) HARRY : Salut Dick. DICK : Harry. HARRY : On en est à combien ? DICK : Toujours trois chiffres. HARRY : Ça veut dire quoi ? DICK : Oublie ça. On t’a pas vu depuis un moment. HARRY : Ouais. Je suis rentré chez mes parents quelques temps. DICK : Comment ça s’est passé ? HARRY : C’était sympa. Génial. C’était horrible. DICK : Tom était là il y a un instant. HARRY : Oh ! DICK : Il se peut qu’il revienne ce soir. HARRY : Oh ! DICK : Mais pas toi. HARRY : Non. DICK : Dommage.

HARRY : Tu te souviens de ce que je t’avais dit il y a longtemps ? DICK : Peut-être. Rafraîchis-moi la mémoire. HARRY : Je t’ai dit que je n’étais pas gay. DICK : Tu m’as dit penser être bisexuel. HARRY : Et tu m’as répondu que si on t’avais donné un sou à chaque fois que tu avais entendu ça... DICK : Je serais riche. HARRY : Eh bien, je ne le suis pas. DICK : Homo ? HARRY : Bisexuel. DICK : Tu auras essayé. HARRY : Mon esprit voulait, mais ma chair... En fait, quand j’y pense, je crois que mon esprit ne voulait pas tant que ça. DICK : Qu’est-ce que tu vas faire maintenant ? HARRY : Déménager quelque part. N’importe où. Pas chez mes parents. Ni dans cette ville. Trop de fantômes. Je n’arrêtais pas de me retourner sur le chemin jusqu’ici. DICK : Je comprends. HARRY : Je ferais mieux d’y aller. Mon bus ne fait qu’une heure d’arrêt et il m’a fallu vingt minutes pour venir ici à pied. DICK : Tu vas aller où ? HARRY : Vers l’ouest. J’ai toujours voulu voir l’Océan Pacifique. DICK : Ah ! HARRY : Tu sais, Dick... DICK : Oui ? HARRY : Quand tout ça s’est passé, quand j’avais ce couteau devant mon visage... tu sais ce qui m’a traversé l’esprit ? DICK : Ouais, je sais. HARRY : Tu sais. (Silence) DICK : Tu ferais mieux d’y aller, tu vas manquer ton bus. HARRY : Oui. Merci. (Il s’apprête à partir.) DICK : N’oublie pas de m’envoyer une carte postale. HARRY : Bien sûr. C’est quoi l’adresse ici... C’est pas grave, tu pourras lire celle de Tom. DICK : Bien sûr. (Harry s’en va.) SCÈNE 25 : ÉPILOGUE. DICK : Ça fait du bien d’avoir revu Harry. Il est fort, c’est un bon gars de la campagne, aussi savais-je que tout irait bien pour lui, mais c’est rassurant d’en avoir la preuve. Encore qu’il ne soit pas tout à fait sorti d’affaire... mais ça viendra. Et ce qu’il à affronter, on ne l’enseigne pas au lycée. La dernière passe que j’ai faite a bien failli me coûter la vie. Je pense que mon client a dû prendre son pied. J’ai guéri extérieurement et intérieurement aussi. Ça m’a pris du temps. Enfin, j’ai fait ci et ça. Je crois que je n’avais plus envie de me prostituer après ça. Vous savez, se prostituer n’est pas si facile que ça en a l’air. C’est terrible dans cette ville. Si l’un ou l’autre de mes clients avait été un bon coup, personne n’aurait eu à payer quoi que ce soit. Je n’avais qu’à fermer les yeux, dresser mon cul vers le plafond, et penser à l’Angleterre. N’importe comment, je me suis arrêté, j’ai rencontré Andrew, je l’ai enterré, j’ai ouvert le bar, et voilà où j’en suis. Harry s’en sortira. Il lui faut simplement du temps pour guérir et ce n’est pas évident de guérir dans ce monde qui ne veut pas que vous guérissiez. Oh, oui, vous savez ce qui lui a traversé l’esprit lorsqu’il a été attaqué ? Il espérait ne pas être là. C’est aussi simple que ça. Bien entendu, le cerveau ne tourne pas rond en face du danger et on commence à souhaiter que


quelqu’un d’autre soit là, à sa place, comme s’il y avait un quelconque karma cosmique prenant pied et que quelqu’un soit à sa queue. Alors il a souhaité que je sois poignardé à sa place, ou Tom, ou John Q. Public... Q pour Queer. C’est bien là la partie la plus horrible, la culpabilité. Comment puis-je le savoir ? Que croyez-vous qui m’ait traversé l’esprit lorsque l’on m’a diagnostiqué séropositif ? J’ai espéré que ce soit n’importe qui d’autre de mon entourage, même Tom... même le fils d’Andrew. Vous savez quelle était la blague préférée d’Andrew ? C’était au tout début que le sida était apparu et que les scientifiques pensaient que la maladie ne touchait que les homosexuels, les héroïnomanes et les Haïtiens. Voyons si je peux m’en souvenir... Oh oui, quelle est la chose la plus difficile lorsque l’on est atteint du sida ? Convaincre ses parents que l’on est Haïtien. À bon entendeur. C’est déjà l’heure de fermer. Traduction française : Walter Ruhlmann, 1997


Notes AN AMZER n° 21 . Novembre 1997. Patrice Fath 70, rue Victor Hugo 29200 BREST. France. Revue éclectique qui offre des chroniques et des textes riches et intéressants à lire. Au sommaire de ce numéro : le palmarès du 13ème concours, un mini-dossier fort bien construit sur la fable. L’édito du fondateur, A. Leroux, nous parle du temps - qui si j’ai bien compris est la traduction française du titre de cette revue bretonne - d’une façon poético-philosophique . Belle revue, dommage qu’elle ne paraisse que deux fois l’an... DOCKERNET n°3. H. R. WILKENS 86, rue de Montbrillant1202 GENEVE. Suisse. Troisième volet de ce courier poétique international qui se veut définitivement humanitaire, de la façon la plus violente. Si Harry Wilkens avait lui même largué des sacs de riz en Somalie ou ailleurs, je crois entendre qu’il se serait fait un malin plaisir de les faire s’écraser sur le pif des GI’s américains et des meneurs de « jeu ». CHIEN VELU n°4. Décembre 1997 ; Lire c’est vivre 4, résidence des Chênes 64600 ANGLET France. Retrouver l’enfance par le biais de cette équipe hors du commun est un véritable plaisir. Ce trimestre, il nous plongeait dans le chocolat. Un vrai délice ! Et aussi les rubriques habituelles dont l’horoscope de Shizuka, les commentaires du capitaine Achab... Revisiter les contes et les programmes télé pour enfants, l’actualité, le monde même, est une de leurs préoccupations majeures. Bravo à eux. Abonnez donc vos enfants, petits enfants, nièces, neveux, filleuls... à Chien Velu, ils verront la vie sous un autre jour. Et des meilleurs, important à leur âge ! (160F pour 2 ans soit 8 nii ; 80F pour un an soit 4 nii.) AXOLOTL n° 13. Automne 1997. Jean Grin Miremont 8, 1009 PULLY. Suisse. La revue est fidèle à elle-même, avec son lot d’auteurs hélvètes que j’affectionne tant et les autres que nous connaissons tous plus ou moins. Encore un souriant Daniel Thürler et son entreprise de dépoétisation. J’aimerais mieux le connaître... Enfin, Julien Burri rencontre Philippe Saire lors d’une interview bien gentille et qui cadre si bien dans cet autre numéro d’Axolotl... **** Notre ami Jérémy Bérenger, auteur, entre autres, de La rousseur des bananes à l’été finissant, aux éditions Sol’Air, nous envoie deux compilations de ses textes : le n° 1 de Nos z’amis les bêtes - y’a-t-il eu un n°2 ? - et le Best of Bérenger, ou plutôt, Bérenger Beast Of., tel qu’il est écrit. Ces textes, je ne les aurais pas devinés. C’est avec joie que nous les avons lus (le mot me semble fade) et allons bientôt les publier dans Mauvaise Graine, affaire à suivre... **** En décembre dernier, l’association Press-Stances décernait son prix à Chantal Couliou pour son recueil Le chuchotement des jours ordinaires, paru aux éditions L’épi de seigle.

Walter Ruhlmann


Mauvaise Graine sur(f) le web

J’ai donc surfé pour vous sur le site de David Gobeil Taylor, hébergé par Geocities, THE espace planétaire de liberté. l’accueil est sympathique, les pages sont claires et bien organisées. L’ensemble du site s’articule autour des pièces écrites par David : une biographie, des notes, des extraits, une revue de presse. On peut ainsi y apprendre l’histoire de l’écriture de ses pièces : Juin 1993 Juin 1994 Juin 1995 Juin 1996 Juin 1997 Juillet 1997

Représentation au Montreal Fringe Festival de Zarathustra is Dead, par Thus Spake Superman Productions. Mise en scène de Eliot W. Smith, avec David Gobeil Taylor. Représentation au Montreal Fringe Festival de Homo Erectus, le plus grand succès commercial local de l’année. Produit par le Out-to-Lunch Theatre, mise en scène de Derek Ray-Hill, avec Russ Justason, Jacques Viau et Wayne Ward. Représentation au Montreal Fringe Festival de Reagan II. Produit par le Out-to-Lunch Theatre, mise en scène de Derek Ray-Hill, avec Brian Edison, Julius Chapple, Robert Boulanger et Kevin Fenlon. Représentation spéciale au Montreal Fringe Festival de Homo Alone, le plus grand succès commercial local de l’année. Présenté par Goliath Productions, produit par Jeremy Hechtman, avec Lisa Lenihan, Matt MacFadzean et Jacques Viau. Homo Alone, réécrite et étendue (ajout de quatre scènes), et présentée pour recueillir des fonds pour le Montreal Fringe Festival au Centaur Theatre, Montréal. Mêmes comédiens, metteur en scène et producteur qu’en Juin 1996. Fin de l’écriture de Waiting for Homo. Représentation par Goliath Productions prévue en novembre 1997.

Ici, pas de décor pompiers, pas d’images animées, on n’est pas dans un clip. Alors que tant de sites web (et si cela ne concernait qu’Internet !) se contentent de quelques slogans tapageurs dont le raffinement de la mise en page ou le soin apporté au choix d’une typographie ostentatoire cachent mal la maigreur du discours, celui-ci garde la sobriété presque désuète du début des années 90 : c’est le contenu qui compte. La Pride * du futur site web de Mauvaise Graine sera de proposer aux internautes un lien vers la David Gobeil Taylor Page : http://www.geocities.com/WestHollywood/Heights/6647/ (* fierté)

I surfed for you the site of David Gobeil Taylor, hosted by Geocities, THE freedom world space. Warm welcoming, clear and well-organized pages. The entire site hinges on David’s plays : a biography, some notes, excerpts, reviews. So we read his playwriting story : June 1993 June 1994 June 1995 June 1996 June 1997 July 1997

Zarathustra is Dead presented at the Montreal Fringe Festival. Presented by Thus Spake Superman Productions, directed by Eliot W. Smith, featuring David Gobeil Taylor. Homo Erectus presented at the Montreal Fringe Festival, ending up the best-selling local play that year. Presented by Out-to-Lunch Theatre, directed by Derek Ray-Hill, featuring Russ Justason, Jacques Viau and Wayne Ward. Reagan II presented at the Montreal Fringe Festival. Presented by Out-to-Lunch Theatre, directed by Derek Ray-Hill, featuring Brian Edison, Julius Chapple, Robert Boulanger and Kevin Fenlon. Homo Alone presented in a sold-out run at the Montreal Fringe Festival, ending up the best-selling local play that year. Presented by Goliath Productions, produced by Jeremy Hechtman, featuring Lisa Lenihan, Matt MacFadzean and Jacques Viau. Homo Alone rewritten and extended (four scenes added), and presented as a fundraiser for the Montreal Fringe Festival at the Centaur Theatre, Montreal. Same cast, director and producer as June 1996. Finished writing Waiting for Homo. Presentation by Goliath Productions planned for November 1997.

Here, no pretentious setting, no animated pictures, were are not in a video. Whereas so many web sites (Hmm... I think it’s not a feature of Internet...) content us with some obtrusive slogans which sophisticated design or carefull selection of ostentatious fonts can’t hide the poorness of the speech, this one keeps the nearly outdated sobriety of the early 90’s : the main thing is the content. The Pride of the future web site of Mauvaise Graine will be to suggest to the netsurfers a link to the David Gobeil Taylor Page : http://www.geocities.com/WestHollywood/Heights/6647/

Bruno Bernard


MAUVAISE GRAINE - REVUE MENSUELLE ET BILINGUE DE LITTÉRATURE - N° 19 - FÉVRIER 1998 ISSN : 1365 5418 - DÉPOT LÉGAL : À PARUTION - IMPRIMERIE SPÉCIALE - DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : WALTER RUHLMANN, ASSISTÉ DE MORGANE ET DE BRUNO BERNARD.

©

MAUVAISE GRAINE ET LES AUTEURS, FÉVRIER 1998.

8 RUE DE LA MARE - 14860 AMFREVILLE - FRANCE / E-MAIL : mauvaisegraine@yahoo.com ABONNEMENT POUR UN AN (12 NUMÉROS) : 100 FF - INDIVIDUELLEMENT, LE NUMÉRO : 12 FF RÈGLEMENT PAR CHÈQUE OU MANDAT POUR LA FRANCE, PAR MANDAT INTERNATIONAL POUR L'ÉTRANGER


Mauvaise graine # 19  

February 1998 issue

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you