Page 1


-)EDÏTO

Mauvaise Gnaine: la revue en constante mutation. Vous vor.ts souvenez sans doute du petit cahier format liliputien rnaigrichon" puis de l-a prise de poids, avant fa croissance au format 44. Des rubriques qui naissent puis disparaissent". "

Face à I'insuccès de "La parole à" " . " puisque

Ies auteurs sont tous aussi lâches f ace à l-a responsabilité, Morgane et moi avons décidé de suppri-mer cette partie de MG. Seulement, iI faut bien la rernplacer et en créer une nouvelle tout aussi r lqppârrte( ! ) Aussi, '\ le mois prochain, nous nous évertuerons à publier un dés texte par n" que vous n'auriez jamais dû voir apparaître dans MG- Nous risquons de nous faire

des ennemis" les auteurs en pJ-us d' être lâches " sont extrêrnement susceptibfes; tant pis pour eux! Je refuse" ainsi que Morgane, de me laisser embarquer sur de frêIes esqurfs sans f orce contre les vents du larEe, "l-es trourr-asques impitoyables. Notre drakkar a bravé bien des .Jang'ers, surmonté bien des obstacfes et je continue ile croir:e qu'iI nous mènera toujours tà où nous dêsir"ons nous rendre: sans grand heurt ni malheur. Je laj,sse 1 'espaee aux bel.ges " sans et même avec une certaine dtâlectation "

ïdALTER RUi{ j_l-]AI.I.il

ser=upuie


-3PORTRAI T Je regrette de n' avoir pas su sei:-re monsieur paul van Melle: ce vieil aigri - pour queique raison que ce soit; et on s'en fiche pas mal d'airreurs! - a dédaigné ce numéro de Mauvaise Graine consacré à la poésie be1ge. cera aurait pourtant êté plus juste qu'une eminenee grise des lettres belges se peine un peu pour ses compatriotes de poètes - mes appels à auteurs sont d'ail-leurs restés sans écho dans Ies revues co ncernées - que je connaJ_s finalernent bien nar. Tout ce qui- me venait à I'esprit rorsque |on me parJ-ait de li.ttérature belge, c'étaj-t la bande dessinée et Simenon. Après que madame Rol-ande cielny ait fustigé - pour ne pas dire fusillé - contre rnoi dans ses l-ettres écrites à I'encre ra plus nauséabonde tout droit puisée dans les cuves d'une station d'épuration d'eaux usagées, je n'avais prus guère d'espoir de faire ra connaissance d'auteurs belEes syrnpathi-ques. Jusqu' à ce que messieurs euinot et Laire se manifestent à morEn parler m'est dif ticile, j e l_es conna j s encore bien peu. Tout ce que je me sens capable d'affirmer, c'est que leurs textes témoignent d'une certaine candeur malEré leurs grands âges. Et puis cet enthousiasme amer face au monde, à 1' FIomme et à ses défauts, exprimé sous une forrne de cynisme enfantin er fort amusant. Mals je préfère encotre vous laisser juger. par vous même; il n'en sera que p"tus juste en\lers tout le nonde. Bonne lecture et au mois prochain" hÏALTER RUF{LMANT{


LE COIN

=

DE CAL T CPFE

- SPECIAL FOESIE EEI"GH RAYMOND QUINOT - MAX LAIRE

Tous Ies lundis, à I'aise, je lis Les pages sportives de mon journal (Je passe les lignes de Politique" Mensonges, ficell-es, bassesse et trique, Je passe Ies lignes de faits-divers,

Hold-ups, braquage, et vols et viols) Lundi dernier, je vis un tj-tre "Musée de Ia femme" et la Photo D'un chauve barbu lorgnant une nue" Je lus qu'un type avait ouvert Un musée où sont exPosées La femme vierge et la menstruée, La blanche, 1a noire et Ia bête, La femme à barbe et la lesbienne, La femme fatal-e et I'invisible.

-

Non seulement cela est toléré (On ne parle pas d'attentat aux moeurs Ni même d'injure à la Pudeur, De fermeture et de sanction)

Mais on invite à Y al-ler. La vierge est la fille du Patron Et a tout juste atteint quinze ans Sa femme y figure tête et tronc" II a mis défense de toucher Et espère un subside d'Etat. Inutile de continuer: C'est Ia fin de f 'EmPire Romain" Et Ie comble mes chers agneaux, C'est que ce musée (c'est que ce hordel-) Se trouve à Bruxelles" -

Rue Quinaux.

RAyIvTCNU 8ir

L lr,

j,j


r

-JL)n Mondag6, cnol, I ,rc,an Thz iW4'U bec,t/innt ,î,n my ne,e\pa,pe/L (I don't, t@ad. th.nough po,ùùbiot

L,iel, tnir-lvl, nLeannqJ', awd &u,Ldg,i,r1g"

I

dnn't, tead, thtnuegh evewtt HoLd,-upl, yti,e.hup, an"d na&&el,y, avld napôrWt). Laat, MonLay, I 6ant tttit ù[,tùLe: 'The Mwleurn o$ Tlve. Wornnn' and" &he. pi,utu^Ê. O$ a 6old Leann^ed man oghing I nead, thatt a gug had" opewed,

A

ut a nahed, wtma,ll.

rnuaeurn whetne

The o'inq,i,n and the. m.en/rtnwted u)oNnen The wlui"te, the Mar,h, an"d ttæ. dna&t an?Ât The &ean^d,ed one, anà" th.e. lptt&tan, Thz. pmme &a/t/tlz,, an"d, the. i,nu,i*ô&te Ane. olnwn.

Not, owLy ttùit 4A tntowtpÀ (No-onæ talkt ai/thot og oSpræe agaivvst, deneneg on o$ ôrutuln

down, and, oanr,t,ton) But, evaryon&' 6 wel,æmeÀ. CLo+i,ng

Th.e o'i,,tg'i,n 'iA An"d

tlw

&o56'6 dau4lvtell

hat iu,tt, teacheÀ $i,[tczn.

H'ûs w,i,$e't tlrpi"e lve.a.d and, t/tÀttlk.

l1e waatz no tnuntving And hopet fut a ow\oentuinw" No nezd tn tag mo4,e: Thaft'o th,e enà o$ tttc Romaru Eywpirte" And tlrc uto4ae mg 4,ooat l,s thnn ilvia mtaeum (tlùU wlrn4c,iwrme) It ,in tsry*yelt" Ru.e Qwi,nau,x.


-6MEIVIE

IJI\

AI\IA.I-PHA.BETE

COLLER.

IJI\IE

AF-F I CIIE

E\-/E/V A|\/ TLLTTERATE BTLL <>|\/7O A UJALL.

PEIJT

.

A

CA/\/ STZCK

:lÉ :lÉ :#

R I EIV

P I-IJS

DE

C I TVIET I ER.E

A

\,2

I,A

ÇIIJ ' TOIJ S SA I T{T I \,ZAIVA-

IJI\T

-7-HAN AI<>THZIVG' S AA<>RE LI\)ELV CIAAETRV D(JRZIVG ALL S7-S' DAV.

A

:fÉ :É :tÉ

IL

SAI\T SJ JA[.{A IL

IV'AIT.4E

JAIVIA I S

Er\

LES

PAS

N'AIIVIE

EIV

BR.EF-

SOMGMR.AI\TCE

I S

EIV

A\ZO I F< IVIAI\IGEI I-ES

PAS

ESCAR.GC)]]S JIJIF"S

A\,ZO I R, RENTC:ON-JRE

rr-

rvE s;E

FrE

-

SJAI\TS .

Q{J'A

-

(..l--)Zl-f4{>t-,lT HE D<>ES^/',Z EAT- S|\/Arl-S EVEIV TRVTAIG. U)Z-THÔLJ-IJEU)S HE D<>ES,.\J"T LTKE E\/E/V I\AEE7-ZAIG A/,IJV HIS HE ()/\/L\I GÔE.S BV Z/\/ BRIEF, zG^/<)RA^/cE-


-7LASSE DE TOUJOURS LE VOIR TRAINER DERRIERE LUI. IL MIT SON PRINCIPAL REMORD EN PANNE. CE DERNIER, TRAINANT TOUJOURS DERRIERE LUI UNH BOITE A OUTILS SE REFARA. ET

LE

RATTRAPA.

WEARV ÔF ALTÀ)AVS HAVTNG TT BEHTND HIM, f]E BROUGHT F/TS MAIN REMORSE T(). IHIS ÔNË, ALI^)AVS HAUING A TôAL BOX BEHIruû FTXED ITSELF. AND CAUGHT HTM uP, ?t ?t ?t

MAX LAIRE

EXTRAITS DE VISIOI{S


l- i \r" J>

'i

: i^jCN

SIVJNVUd/SrVremV+'USSNVUJU, T U{lOd

TVNCIt,lVl'JHH.lÀli':,v(it'Jvt^i

HVd 'gNrvJrlodou,tghi gJNyud YT Hflod ,[,vcNVI4l nrj HnÔ:{Fiii Nv.l ".rI.dûOT (T-ru zi) NV Àn Uftoe-{ 'lNglrùiltùÀlof]ij "

HffNtï^l TfiOJ,HYd HHf}ffi T H-T'S T ff

gT SNVC ,lg iFHfiSNITIË 'HHfi'IVHHJ,IT-T gC HTTEftSNHITI HftAHH : HfrtIYHn SnruA XHNI\T()HH ES IVAfiVI^] V

\

-J

t-, nlr '\b sq 1*


-9LA NOUVELLE

ORTHOGRÀPFTE

Nénuphar, nénuphan, nénuphar-, Tu étals une fleur merveilleuse Su I'étang de la poêsie"

Nénufar, nénuf,ar" nênufar, Pourquoi pas neznufard Neznufard, nez nufard, nez nu fard?

IHE NEU

ORTHAGRAPH

W@te^ Li,l,g,

waten ùùf,g, we,futu Wg,

Vou wetn a

&eata.ùt$wt ful"awe:t

On the pon"d o$

W

attli{Â, watrttÂtf,,

poe.t"ng"

u}tut /f.i{,,

Wh,E not, watt,f, \il etA, wa,t',f,n uta' t'

4,?

ï?AYtijûND Çul:t\OT.

,;l--Fi: D' iiN POiNT, DE VUE CULTIJI1EL. l_,II l;I-IDHONES N ' ONT pAS ,:li?ilRE LIE REFORyIE ; _ -.îGRAPHTQllE, I4AIS TRONQTTENT ET SIGLENT DE . - -: :.i ?'US l_.Ei_lR -.:Cijê-fiLt-At.liFj I

"


-10IJn ckLien. cornE)or-te

er-l

grénéral en sol_d.a-t d-i scip_I"

I n çtener-a-L . a dog €r rnre-l--l- di_sc_1_p_l_inecf.

se ané

_

lcekra.\,zes; ë[s so_l_d j_er- -

:lÉ :t :Ë

I t f a.r-rt D) ' a(-cor-d_ One OK !

r-endï-e - rna_i s

l_ ' â.rne _ à_ qui ?

hra_s to gri\r'e uE) But rnzhich orre?

the

Çrhc:st

-

:# :Ë :lÉ

II €l r-âïé s€r rzi_erneli*s ra-t e j a.rna_ i s l_lne occa_ s -i c>nr-a-conter-

ne cf e

He spoi _l_ed tr j_ s o\^/r-l_ -j_ i f e n-e\zerrniss a, ti_rne to te>l_l

]cr.t i_ï

:NÊ :frÉ

:k

_L

ar


-l_l_ïÔï rn ' â. appr- j-s ëts =ez Arzec €ln-irna-u>< ]-es EI A.]_ITTEIen àel ]-e lcien urne recette par- r.l-rle esca.Iope corrlrrlença-nt

fvla. rnère

d.e \/ea.u

-

rrLA ,TùLLùTù tct ocArlzt wùe t<> Lre l<.4,n^d toctza.a.cLa a,rz,i,rrta.4a- U),LtlL cL,uee4lce 4 (zea, <><t2YL, ct rt cl, ct <>eco4 edeazLc>fJe t<> '>taztû <ttitlz.\)ezgt

gt c)Lt YLgt

,

(llorgane adore pour Ie cynisme; et moi donc! :É:È

une f a.rni -l- l-e rés erlzo i r-s

)

est

corr6)osée d.e es sen_ces d_' d-e Ar-rssi inf Ia.rnrna,lcles . Lor-s r- e c orrrrrr6rrr d- é est iI rétrnions d. ' étince]-les f a-ir-e de ne pas

A $.a.nzi4-gr L+ j a,.t.t -

T (ztt5 ,

reco)TLnta.rtd-e-d-

<>{> gra6<>4in e ôs rn ee.t î-YLg6 ,Lt

e<>rrLfJc>aecL u.>hn)4e

rz<>t t<> 4e-û. 6rcct4+",6 (y'a tl<*r<

MÀX LAIRE

:XTRAITS DE REFLEXIONS


-1 2A BAS LES

RIMES

Au tout début amour toujours. Vingt ans plus tard amour humour. Vingt ans plus tard Cal-ifornie Non

colonie Lituanie

Monotonie mé]ancolie Tyrannie et misanthropie. Vingt ans plus tard les pharmacies L'anarchie et l-es maLadies Cacophonie et lie vomie

Chirurgie scie et estropie. Vingt ans plus tard reste 1'agoni-e La tragédie qui crucifie Et la momie qui terrifie Au j ournal l-a nécrologie. *** DOUN I^)ITH THE RHVMES

At tlrz, vaty di.wt Love pt, evdl. aea^ LarteL Love'5 ooù1. Twentg Aea^ ,l"otz,L CoùWnwda No co,l.ong Li,thlaruin Monotnw n@Lanoho'l,g Twentty

aoana an"d rrui,,santthnopy. Twentg Aeoll l.anz^ th.e elwrrubAvi,ett T

Annnchg and ô4lnettes Cacophnny and

teg

ootwi.ted

Suhgdly Satoing ùp,irvta. Twervty Aeaha ,t.atdl tt,iful, agong

thatt enpi,bi.st AnÀ tlte. trlununA thart te/vuffie^ T+aged,u

Ln the pap?/L th.e neetoLogA.

RAYMOND QUINOT


-1"3A p r- è s

;.--r i r--] <> t--l eâ d. i sE)a.r-ër1.-t re c<)rrlrrlÉè Llrl j or*re à- Trrotl-r-" i r.* * Çt\r i e;!-

\z

v" ,i- tr

c>

l:-"

É::

(=:rr f anrt

"

-t-

Al>û,erv fc4a.a"f-ytgr 4.d"a.zd-yt6tr, a{ô+cz.y->l:}€.-.t*.tt 4.t*te ct, e*uL4cl <t>h.c> yt.{.r:*gt* c{.p-4r{m-gç ^ ?q: ?cÉ

îFs

() zg,Ln çr ct&e>vz** &t..e.. tlzrx{.{e-.s 4t'e..{3r>.t.tz pe rc>}:J'{,(. (><> L4c>t tt,t)vn.g tt" -?"d.drd-'a.>!-?"J " t tvzle.vv<>{.t}r't. t- <) yrLljt c<,

tLe,

<tvlz'{-r:,:.&-t-

f

'{"r.>t-'ç7..ç1

ô(;}

v'rù.*,,{',r:{2.

*

"

>4" ".4' 1fr.

.I

I

l_:-)al-:.; E; :

'"

j .-=)

.

é_

,

et 11

'.''

F

t X

-1,

.:t

:f i- E rl

: i. arl-t.

ê

c'=:

.--*.

!-:i r:.:l A4

t-: -[-€-È E.}i:3 -r-- t- -i-

(; ii

<>.s.t ù1,

:{t.<=.

11

fz"i-*

4.'i,.{ye

]--

(}}'a,

€:,<-}e-4 frr:tr.lvtr}. *l.'i-wz

t'-::

-t-: Cî} S=;

_j ;=tt'r..: -i l"=; e+ -[- i c;+ t'f €;

yrt

,

J:rt{-J j

*

-

é

*ue z


llA

, /t Æ .T- *T

ç. t\ttï .r'*rt rï-i t'Hï*n r-"t I T \-"' J, i. r r-i Tl

SPARES. MICKAEL M-ARSHAI.L S}lLi{ir _illlËiit_çt;,.,i_.-ï=ï _i_â.-_-=?jq

cir (r; : i]l*,,jf -r..,?-i-i- t. i,an devenir documentaire. L'hrlsto.t,ue: coi.n.t€1 en',:ï'Ë.) ;i a,.ir: Runner et Le Fugitif , Jack Ri1l,13i ,r- 'r,,eul ' :la'rivetï" L.es gosSeS: deS cl-ones de gosseË L-:i,; I-,-r:r,î.,r i,j.]i]imÊ: pfiI'ëajç: 'Liii,i.f' palier à toute éventualjté û ,..l.-rc;i-u.:a;l: rir;:;, i-e.ur:: iri.).1-L,,clr; seraient victimes: the stares i i<;s rei--iran,ies)" Enr_t*.e intrigue, humour noir, cori.,t 3:l r-.:rui s*,r.'i-.e, li . Fr. il;n:',a;1 iiii.].s entraine dans un univers p; s - i.i:ir t-!:;-,-: i ri;:.: lil-i lt:)':..1'tl parf ols les cauchemars ;.i i-'.'.; ,-1;1.;r,i ;1:- , :,,,r, -j. :i,: Ce roman est un bi j ou: une f

i

i--

i- i

:

TANKER

8.

SUPPLEMENT_Gi?è'J:.; ] 'i

I

-HAUS/ RESISTANCE. QU,jr_!Lij.],_,-,,, 75018 PARIS. FRAI,ICE.

i

i

li.r,,-..,=É.li

-

ilçi!-i

-L

ir,

.:,si-i"l.--..-,

Un supplément fort i:ieir ËI'âr'r:i

E.A. Poe. C'est un ;,re[j ';- ',.: de toute insipidj LÉ! har-, de connaître un p1 ., r t titre évocateur": " q*..:.ilii 1

LE

:!'

.:.{:

'"'._

..-.

-

COEUR S' OEE'1]Uf;.,._-ir-,!j:'

Le coeur s',alil:,: I.:::f1 ::a'i- ,. i digne de cel . +::-. i.':it.;ê.t'='-,,:r paSSlOnné. ,j)-: i)+ti i'- 1,.,,.: i d'aSSeZ j,a.i:).1 € ,,,:j; rJ.-;; r..f ,.r:

1''')

firl:

,

;-

af:i:l

.;r-,'

"7 i-'.1_ i-t:a

i_

'i.-r'lÊ)ii

i:ii!::ijll r

l-

i:L'

l-:::ii'l

ilili

;ii.: 1 a-r I er:

,ii':r;:

r

i-'i )

:.-)

Un fnini - r:1.; ;;ilin-'Iri-;i.,'i.O qiitl :'i' i].il:!rr,) Ltt iitrit-r ::lt'.: j' entfe ciub rllri, :J']i.i:ii- iiir'..-' j:: r-l i:: ;i, r i ,-4i:1,t,;:"i-,: mon{f e l- :be-lra i arol--i:,Ê.iïr, ct',,lin " '-lir i':i:r"t a.;-n com3;:ie i ;ll i" b : *ir,111,:é:i:i;-l e ; r-.r.:r:.j :tl-t I l'i; .i ; "i-, l' je I'e5-ire1r"c.]-

l)n;rr:r'r Rl-;acki if leic:"r,i:ai;s/ ,!li,:s.: rstënijs !l-_-l{itiÊ t:t l!i.l]i;lTi_ __E:i:_ii:jj.4ë-.E:. di:,jr-,5i ...-i}.liE_i:l-ië!]] :i'= Fl:: c iîr::-'.r'ii.r'.. . :r ,l , j:'.:g::: ij.:r 'iÂj"l!il:;L:.

puL.-i_e

UÇl,=ls -.r:Ill

ria; tcr,

i:ji:.lr.rir..r:': i.-ii:; I. JijÈ:', ,.-+,1

ljr

11;!,É:-in -:!

!:È

.:. -,":


LA FAR#LH A" I

il

LA t)ER l)ESi ûiitr - MORGANE !:'1] LE iIKIFIG

Morgane: - Pourquoi ia fj n ie LA auteurs n'ont-ils plus r^ier, i:. di-re',"

PÀF{]i,Ë

A

:

i-eË

Le Viking: - Les auter-rrs, ,lil, y:ari"iculiel- les prlètes,

sont d'une lâcheté et d'r:lr: ttypr-rcrisie inotiïes - er: pJ-us d' une f ainéantr r;e ,:aecerhee: ie i:r';:vaii de' l'écriture l-eur fait periî {::tv ij-s i-:r'tifti;.'ei'rt Ce Lnin s€-: complaire dans Ia f acii :-r-é rlu i--.1){ [es i:cr-ii-'r$ " :i.li]r: iiu€,r aucùne portée à Icng 'tcrnL'*r, Fii !ùrr r: i '.]i , qu'esî-cre I'acte d'écrire? M: (eIIe a un peu de mal, réflêchit. " " ) - Un instant d'immobilité dans lequel sont déversés et crisallisés Ies sentiments primaires (Haine et Amour) et leurs petits frères tarés. Mais cette personnalisation des textes ne Les rendent-ils pas hermétiques pour l-es ^rr+-^^o

'"i: - Evidement, je me sens très proche de ta vision; je ne suj-s certainement pas Ie seu1" II est maintenanl: certain que des l-ecteurs vont se sentir exclus des textes qu'ils ne comprennent pas, qui ne les touchent pas, dans lesquels ils n'ont aucune aisance (envie?) à se plonger. Langage codé, imaqes fl-oues " nébuleuses, plus pour brouillage de prstes: I'on écrit bien souvent sor-même que pour autrui; tous les auteurs en ont fait Ies f rars . D ' cù i ' i-ntérêt de voir ce qu'il se passe ail-l,eurs, mêrne si cet aillettrs peut souvent nous confor:er dans no*lre idée que Ie nombrilisme et 1'autopsychana-1'se son: plus intéressants, bien que trop hermétr-ques. Queis sont tes critères pour Ie choix des :extes cars ce casî M: - J ' attends d ' un texte qr'r' il me traumat j se, rrne martyrr-3€ .-,'-; nÊ: lasse :-: r'e. ne dei"ilnEe gr-rrtout " R j-e:-i n' est !,j 'is aéso.l an1, e!-, 'rrn *Lexïe st-àrl I e qui ne J i:i =sera en toi aucune t-;'ace. ; part i'r-:nvis cie -t-il-e;,iutre c5-ose" En défi-i'ii,if.

.luj es'. -l,r: vji<jni:?

V: - 'ienl I r.l' ea; L p.ls iiio-i qll- âJ| ,:oi]lnrr'-i;c.:{* ii\l*(: ce ffi/1"-iic} délj-rei Mais l' jdêe a plu et te I'aj arnpl1 f,iee, aussi 'i-on grâcr: â aide ini,lgjnalive- l-{:' ',rri<,l;:g es" peut-êi:::e ce querri-er I ettré qui v j,err*r- se Lratire conti. e l-a niai-seï'ie des textes Fr:nclus rr.rît: t.a riu;i'art des sci... disan'i:s auteuns iie pacctil lei .-jans Èrlus auc-rr-rne tr-ipc" Un pe'.r Ie chrrut:Çj.(:)ri a:s'flt, l----i';r- Jt;ib.r:'; r-;,"uctrsflr'-,-iira quj tend ,à. donner un nô'dveau t*r'nit à la poés.j-e ectueiJe" E1Lo j , e;<p"ique -tll uri r,**u ,ir*r f,1,,)]:{1.'l ,r :.

: - "Morgaile Css L*-étls", sûr"ti,e de:+ i)j:,..rifte].t d' Ëiv;*-r,-on, e;: quê i es Fr-ê'L r'Éiti i"t€r ,'iéî=;enirent paii i a . ::r i-ê i;nii1u"a i:t absc,lue, Êt ts.,.âF,rj:-'i i.ê* al.rrs pa-r' j.:..rS bons solns. ae sorcièr"e. F,iie eîl- -i celie G-le,L' on : -: :tns -l es conteg .:l{ali-t j-rs eY- 'j,!Ç: r. 'on e-t:T,r: i;-Jc5p .i ' r rr' -i,. te iri)t:lt =cil r-:cnbat e i sli: t ui-er.i; lLt -t es i,

.'l

r r'-.la r appe i


f i.naiement qrre r -e^

UeI SOIlIldqe

*a détresse C u;r .

I rr^ ^UrUsi

r-rrÉâ.i 6 ,,.,.'. lrulttcttli

ôeiie qui nantô Brocéiiaftce t'r chante:

. eniil() ..li r-l-'r '' .l .:1:ir : i,:l

"J'étais un pell sèJ.v;ia-r-' Tu me voulais câlincr J'étais un peu sorcLel-Éj Tu voulais Melusine. " * iiAftiir),-'14 "FAI-rTllNBA1)

a'.- --_'- ..'a. :'-

_: ! :-a. :_1 _,:_-1- a 1,:

!

.,1

,. ! :,.

-_a: ,

a.

The New Bestiary / Le Nouveau Bestiaire William Brown & Lucien Suel vient dc paraître aux Editions

Station Urderground d'Emerveilleinent Littéraire GrcNttre,: sttr bois de {4/illictm Brown et poèmes de Itrcien Suel comptinc du loup-garo'r. L'ours, complaintc du pain pcrdu, Le castor, comptinc du chamcau, Le chat dc Guarbccquc, comptine de l,orignal et du chcval (ioual), Club dc rcncontres, Lc macareux, Le kipper mystique. 20cm x 2Ocm, 32 pages. bilingue, introduction par G. Maricn Prix : 30.00F (ajouter 8.00F pour le poft)

Station Underground d'Emerveillement Littéraire l02 rue de Guarbecque F-62330 Isbergues

MAUVAISIi GRAINË. itE\ltlE $ifrNSUrr.l.LF;

OCTOER]] IqE / OCTOIIRE'i-'497 PIJBLii-lÀ:'I,.?N iC

)

PIAI-i\.rA

:

-

fji l-i 54.t_

i,Mi:'R1i/iHRtE SFEr-jiALii. û,IALTER RUtrLFtAtùl\'

iSE ;lii.lilirii:,

"

All$l_SiTF:

I D

i ï{Frclllxùlt

lJH:

MÛIIGA]\T

O(-llri-rl'iiihl

1"486û p,f/lI."RHVii_1_8, irRAtrcE.

--

:') 'io i:1

-_r?Eai

PRO{JUÀIllf irr\NS ivli i;TAI:ill'::,rFiÀi iïij i A-, 5rJ I3-';il:lriEl::i . ir!lgSrllTT:r. ;jl\il .LIAi".;.i

,i i ,, !,.:-ij\t:

,

i-}8 "

l_ê

Mg15 1097  

Mauvaise graine issue 15 -- October 1997

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you