Issuu on Google+

2013

mĂŠdecins du monde

Rapport

moral


MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

sommaire » 04

Le mot du président

»

10

Les axes prioritaires

»

16

Le plaidoyer et les campagnes

» 22

Les programmes internationaux

Les programmes d’urgence et de long terme

24

26 Planisphère

28

Afrique du Nord et Moyen-Orient

34

Afrique subsaharienne

42

Amérique latine et Caraïbe

48 Asie 54 Europe

60

Opération Sourire

»

64

Les missions en France

»

80

Les délégations régionales

»

86

L’adoption

»

90

Le réseau international

»

96

Le financement

» 104

Le conseil d’administration

» 106 Remerciements » 108 Glossaire

3


4

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Le mot du président

« Celui qui désespère des événements est un lâche, mais celui qui espère en la condition humaine est un fou. »

Philippines © Sébastien Duijndam

© Fabrice Giraux / MdM

© Fabrice Giraux / MdM

A. Camus

» Dr Thierry Brigaud Président de Médecins du Monde France

2013, année encadrée par deux interventions militaires de l’armée française, l’une au Mali, et l’autre en Centrafrique. Année marquée par une détérioration effrayante et constante de la situation humanitaire en Syrie. Année marquée aussi par le typhon qui a dévasté l’archipel des Visayas, aux Philippines, nous rappelant que les catastrophes climatiques pourraient être un marqueur du siècle. Année marquée enfin par la disparition de Nelson Mandela, qui disait : « Ce qui est fait pour nous, sans nous, est fait contre nous. » Hommage à lui et à ses mots qui doivent fonder notre action et guider nos programmes pour la santé et les droits des plus démunis, en France et dans le monde.


6

La crise durable : nouveau paradigme de gouvernance ? Avec la crise syrienne, le droit international est durablement bafoué. Les populations civiles ne sont pas protégées. En près de trois ans, cette guerre civile affiche un bilan effarant : 150 000 morts, 3 millions de réfugiés, 5 millions de déplacés internes. Il vient souligner l’incapacité des instances internationales à régler politiquement ce conflit et à imposer le respect du droit même quand l’arsenal chimique est mobilisé. Faut-il penser cyniquement que l’émergence de zones grises, de zones de non-droit devient un mode de gouvernance dont nos démocraties s’accommodent ? Quel rôle jouent alors les organismes non gouvernementaux issus de la société civile laïque ? Participonsnous de fait à la cristallisation de ces zones de non-droit ? Ou au contraire, par nos témoignages et notre plaidoyer sur les situations infra-­humaines que nous croisons quotidiennement, serons-nous capables de contraindre la communauté internationale à y mettre un terme ? Il faut bien constater que la liste s’allonge : Somalie, Afghanistan, Irak, Syrie, NordMali, RCA, Soudan du Sud, Nord-Kivu… En 2013, nous avons décidé d’intervenir massivement dans ces zones grises. Nous avons fait le choix d’accepter des fonds issus de divers bailleurs institutionnels internationaux, ce qui explique notre croissance, avec un budget prévisionnel de 84 millions d’euros pour 2014. C’est notre réponse pour faire face aux besoins humanitaires de ces populations en plein désespoir. Ces choix justes nous engagent auprès de ces popu-

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

risquaient de se retrouver associées, malgré elles, aux objectifs des forces armées coalisées luttant contre des « terroristes » désignés à Paris. MdM a fait le choix de ne pas se mettre ainsi au service de l’armée franLa crise syrienne çaise. Le choix s’est porté sur le maintien de En Jordanie, en Turquie et au Liban, nous nos activités là où nous étions déjà présents poursuivons notre aide aux centaines de mil- avant l’intervention militaire française et sur liers de réfugiés qui continuent d’arriver dans la zone Nord, MdM Belgique a maintenu ces pays. Nous maintenons également nos ses propres projets à Gao et Kidal. Par la interventions à l’intérieur de la Syrie. Dans le suite, dans la région des cercles de Mopti, Nord, nous prenons en charge directement nous sommes intervenus pour réactiver des les populations déplacées. En parallèle, nous centres de santé qui avaient pu être momenapportons un soutien aux réseaux d’aide qui tanément délaissés. La situation sécuritaire se sont développés à l’intérieur de la Syrie, dans la zone sahélienne est préoccupante où les personnes qui portent secours et qui pour nos équipes, qui poursuivent leurs soignent sont suspectées d’appartenir à la interventions au Mali, au Burkina et au Niger. rébellion. Le péril est grand pour nos équipes RCA et nos partenaires. Au Liban, le choix de travailler en partenariat Dès juillet 2013, avec d’autres associations avec l’association Amel porte ses fruits. Nous humanitaires, nous dénoncions des condisoutenons une société civile libanaise qui ac- tions de survie toujours plus critiques des cueille les réfugiés syriens dans un contexte populations centrafricaines : un état délid’équilibre politique extrêmement fragile. La quescent, un système de santé dévasté et présence de plus d’un million de réfugiés des indicateurs de santé plus alarmants que syriens au Liban met à mal le pays du Cèdre. dans d’autres pays en guerre. Nous avons En chaque occasion, nous continuerons de donc décidé d’appuyer des dispensaires témoigner sur ce drame et ne cesserons encore en activité autour de Bangui. Travail d’exiger de tous les belligérants le respect rendu difficile par une insécurité chronique du droit humanitaire international. Viendra, je qui contraint les équipes à la plus grande l’espère, le temps de la paix et de la justice. prudence. Là encore, fin 2013, pour prévenir ce qu’elle annonçait comme un « risque Mali de génocide », la France s’est vu confier une Au Mali, une intervention de l’armée fran- mission de maintien de la paix et de protecçaise a été décidée par le président de la tion des populations. Comment croire à une République en janvier 2013. Elle fait suite à amélioration durable si les forces françaises la liste déjà longue des guerres prétendues et africaines se donnent le rôle de gendarmes justes : Rwanda, Bosnie, Libye… Les ONG dans un pays divisé, particulièrement pauvre lations, mais nous imposent aussi d’interroger en permanence les conditions de notre présence, et de veiller scrupuleusement à notre indépendance.

et sans système judiciaire fonctionnel ? Comment reconstruire si la démocratie n’est pas au rendez-vous ? Là comme ailleurs, les équipes de Médecins du Monde s’engagent sur le chemin difficile de la réponse aux besoins des populations tout en soutenant un processus d’émancipation sociale favorable au droit à la santé. À défaut, nous risquerions d’être assimilés à des occupants venus du « monde globalisé » distribuant quelques « miettes de survie » aux exclus des zones délaissées.

Un humanitaire au plus près des populations à l’international, le souci d’accompagner le changement social est en marche.

Le partenariat dans les urgences Après le passage du typhon Haiyan aux Philippines, Médecins du Monde a rapidement ouvert un programme sur l’île dévastée de Leyte pour répondre à l’urgence et pallier la destruction de 90 % des structures de santé. Médecins du Monde a choisi cette île en concertation avec le ministère philippin de la Santé, pour pouvoir accéder aux populations les plus éloignées et les plus vulnérables, et a réalisé environ 1 000 consultations par jour. Le choix d’accompagner les autorités locales et de ne pas faire seul ou à leur place a été facilité par la présence à Manille d’une équipe de long terme qui connaissait bien la réalité des Philippines et l’organisation du système de santé.

Réduction des risques En Tanzanie, dans la commune de Temeke à Dar es-Salaam, ce sont les municipalités, les

élus locaux et les équipes de santé, qui mobilisent leurs énergies pour faire avancer la réduction des risques. Ils connaissent trop bien leur réalité. Dans notre centre d’échange de seringues à Temeke, 67 % des femmes usagères de drogues sont séropositive au VIH, et 27 % sont coinfectées par le VHC. Nous apprenons avec les élus locaux tanzaniens à faire avancer le droit à la santé. L’humanitaire autrement se concrétise. Des alliances s’organisent pour le changement dans la prise en charge des usagers de drogues. En Tanzanie, et demain peut-être ailleurs en Afrique. Ce travail de réduction des risques ne prend entièrement son sens que si les bénéficiaires gagnent en autonomie et vont vers l’empoderamiento. Écoutons Z., 26 ans, ancien usager de drogues et éducateur-pair en Birmanie : « Ici, j’ai tout appris sur le sida et la manière de se protéger. J’aurais préféré savoir tout ça avant. Je n’aurais pas partagé les seringues. Mais bon. Aujourd’hui, mes connaissances, je les transmets à mes amis, au centre ou en dehors. Et ce rôle d’éducateur me donne un but dans la vie, autre que celui de la recherche de drogue, qui a régi les dix dernières années de mon existence. »

doit coïncider avec la lutte pour la santé des plus vulnérables. Là encore, il nous faut soigner, mais surtout décrire les situations intolérables que nous rencontrons, et porter sur les migrants un regard universaliste qui fait du parcours migratoire une histoire gagnante pour le pays de départ, pour le migrant, pour le pays d’accueil.

Santé sexuelle et reproductive

Lors de la fermeture du projet d’accessibilité financière au Sahel, les maires des communes où nous étions présents ont affirmé vouloir poursuivre la mise en place de la gratuité des soins pour les plus fragiles. Prendre en charge financièrement les accouchements, comme c’est déjà le cas dans le district de Djibo au Burkina, est une dynamique désormais soutenue par les élus locaux. Pour 2014, nous avons imaginé une campagne pour le droit des femmes à décider librement d’avoir ou non des enfants. 50 000 femmes meurent chaque année dans le monde des suites d’un avortement illégal parce que non médicalisé. Nous avons décidé d’exprimer notre indignation dans une campagne qui nous permettra de préparer la mobilisation autour de la conférence internaSanté des migrants tionale du Caire + 20 à New York, qui envisage à Istanbul, un colloque organisé par notre de redéfinir les axes internationaux de la santé partenaire turc a permis aux différents acteurs sexuelle et reproductive (SSR). Reprise par impliqués autour du thème de la migration de certaines équipes et dans le réseau internase réunir. Qu’ils viennent du secteur France, tional, cette campagne entrera en résonance des projets internationaux, du réseau de MdM, avec les 26 projets que nous déployons sur des associations partenaires, tous ont pris le le thème de la SSR. temps de confronter leurs approches. Le droit des migrants à la santé pendant leur parcours Dans le quotidien de l’Opération Sourire, migratoire, et aussi dans leur pays d’accueil, dans le parrainage des enfants hospitali-


8

sés, dans l’accompagnement des familles qui adoptent des enfants, les équipes de Médecins du Monde partagent leur humanité. Ainsi, Médecins du Monde conjugue la solidarité sur un mode pluriel.

tribution de la CMU au seuil de pauvreté pour simplifier l’accès aux droits, rendre efficaces les dispositifs des Pass, développer des dispositifs d’accès aux soins de proximité, créer des places supplémentaires dans les hébergements d’urgence et les centres d’accueil Accompagner le changement de demandeurs d’asile, faire de l’accès au social en France logement une priorité, développer la médiaComme chaque année, c’est notre légi- tion sanitaire et sociale, lancer des projets timité de terrain, et le formidable réseau innovants en santé mentale et précarité, oude soutien aux actions de Médecins du vrir des salles de consommation à moindres Monde, qui fait notre force dans nos prises risques selon le plan prévu par la Mission de parole. La Journée internationale de interministérielle de lutte contre la drogue lutte contre la misère a été de nouveau et la toxicomanie, renoncer au projet de loi l’occasion de dénoncer l’augmentation de de pénalisation des clients, qui affecterait les la pauvreté en France. travailleurs du sexe, questionner les enjeux de précarité spécifiques aux départements Nos vingt Caso fonctionnent comme des et territoires d’outre-mer. sentinelles, comme des lieux de vigilance citoyenne, tout comme nos maraudes et La crise ne doit pas servir de prétexte au nos actions dans les squats et les bidon- repli sur soi, à l’abandon de la mixité sociale. villes. Nous ne pouvons accepter que les La santé pour tous, dans chaque recoin du femmes enceintes que nous rencontrons territoire, sans discrimination ni stigmatisasoient mal suivies dans notre pays alors tion, reste une exigence. De nouveaux lieux qu’elles présentent des grossesses à risque. d’intervention se dessinent dans les zones Nous ne pouvons pas assister en silence à rurales, où l’on parle de néoruraux relégués, la lente progression de « l’en-rue », cet en- mais aussi dans nos banlieues où le nombre fermement extérieur des plus pauvres, des de professionnels de santé va en diminuant. plus marginaux, mais aussi désormais des femmes et des enfants qui ne trouvent plus Agir ensemble JMF 2013 d’héber­gement. Un an après l’annonce du Plan de lutte contre Les journées des missions France à Sète la pauvreté et pour l’inclusion sociale et mal- ont été une réussite aussi bien pour leur gré les quelques avancées recensées dans organisation, leur convivialité que pour leur le récent rapport Chérèque, Médecins du contenu. Nous y avons été conviés à être Monde constate toujours des insuffisances à la fois soignants, juristes, militants et lobpour l’accès aux soins des plus pauvres et byistes. En interrogeant la place qu’ont dans réitère ses propositions : relever le seuil d’at- nos programmes nos « bénéficiaires », ces

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

journées proposaient de sortir de la relation asymétrique soignant-patient pour aller vers une relation réellement intersubjective, où chacun devient un acteur de plein droit.

Réseau international Le réseau de Médecins du Monde à l’international est en pleine mutation. La recherche commune de financements est au rendezvous, et a permis à MdM France de financer des projets sur les urgences. MdM Belgique, en croissance, a décidé d’ouvrir une section au Luxembourg et nous voulons les accompagner dans cette dynamique. Face à la crise économique, MdM Espagne et MdM Grèce ont su résister tout en augmentant leur plaidoyer pour les plus vulnérables. MdM Portugal est en difficulté. Mais surtout le réseau européen se structure autour du rapport européen de l’accès aux soins avec lequel cette année nous avons remporté une belle victoire puisque les instances européennes ont repris dans leurs textes nos axes de plaidoyer en matière de droits des migrants intra et extra-européens.

Gouvernance à la suite de l’assemblée générale de 2013, Pierre Salignon m’a confirmé sa volonté de quitter Médecins du Monde. Son parcours avec nous, dans un moment de transition, a sécurisé notre association et sa mission sociale. Olivier Lebel lui succède et a pris ses fonctions au moment même de la construction budgétaire 2014. Avec le nouveau directeur général, nous travaillerons sur la mise en place d’un plan stratégique 2015-2018. Je tiens à les remercier tous les deux ainsi que

France © Constance Decorde

tiques, non-cumul des mandats et limitation de leur durée. Pour créer du lien entre les acteurs de l’association, porter leur ambition commune auprès des partenaires et instances, nous mettons en chantier un long processus Projet associatif participatif qui aboutira, je l’espère, au nouLors de son séminaire de septembre 2013, veau projet associatif et politique de Médecins le conseil d’administration a décidé de pour- du Monde pour les années à venir. suivre la réflexion autour du « nouveau » projet associatif initié en 2011. Celui-ci traduira En guise de conclusion l’avancée des chantiers engagés ces der- Médecins du Monde fait le pari de l’innières années : régionalisation, statuts des dépendance et de la solidarité dans un responsables de mission, réorganisation des monde en plein bouleversement. Il faut garopérations internationales, approches théma- der le cap d’un humanitaire engagé auprès

Thierry Barthélemy, directeur financier et des systèmes d’information, et Gilbert Potier, directeur des opérations internationales, qui ont assuré l’intérim pendant quatre mois.

des plus vulnérables, pour les soigner et accompagner leur désir de changement social. C’est ce projet ambitieux qui anime l’association depuis plus de trente ans. Nous avons la responsabilité d’en écrire chaque année une nouvelle page. La dynamique associative, le sens de nos projets nous permettent d’envisager l’avenir et d’écrire le cadre d’un projet renouvelé mais tout aussi militant.

9


10

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Les axes prioritaires Médecins du Monde est une association qui accompagne le changement social. Elle agit dans des contextes d’urgence, mais elle crée aussi des programmes de long terme. Audelà de garantir l’accès aux soins pour les plus vulnérables, MdM a défini quatre axes d’intervention prioritaires pour développer ses programmes sur le terrain : crises et conflits, santé sexuelle et reproductive, réduction des risques et migrants.

Philippines © Lâm Duc Hiên

11


12

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Crises et conflits En cas de conflits ou de catastrophes naturelles, Médecins du Monde réagit rapidement pour envoyer une équipe d’urgence et du matériel sur le terrain afin de répondre aux besoins de santé immédiats. L’association s’appuie sur les équipes des projets long terme, si elles sont présentes dans le pays, pour renforcer son efficacité et agir plus vite. Parfois Médecins du Monde reste ensuite sur le terrain, quand l’impact médiatique des

Santé environnement La thématique « santé et environnement » figure au côté des quatre priorités retenues par MdM dans son cadre d’intervention. Elle marque la volonté de l’association de répondre aux impacts de la dégradation de l’environnement sur la santé des plus vulnérables. Deux programmes s’intègrent aujourd’hui dans cette thématique : diminution des risques liés aux catastrophes naturelles à Madagascar et réduction des risques environnementaux chez les recycleurs informels de déchets électroniques à Manille, aux Philippines.

urgences est retombé, pour travailler sur les programmes de reconstruction. En 2013, la cellule urgences internationales (CUI) a été créée, permettant d’augmenter la réactivité de l’association dans la réponse aux urgences. Cette instance politico-opérationnelle réunit en circuit court six personnes qui décident d’intervenir puis activent le desk urgences pour l’organisation de la mission. Elle est désactivée quand les opérations sont stabilisées. En veille, un espace de réflexion sur les urgences et les crises (Eruc) se réunit régulièrement pour discuter de questions très transversales et complexes : certaines crises oubliées dans les pays où l’association n’est pas présente, les urgences autrement avec les partenaires locaux et dans des niches innovantes (santé environnementale).

ger davantage pour donner la possibilité aux femmes de décider de leur vie et d’avoir accès à une santé sexuelle et reproductive de qualité. Dans ce cadre, MdM développe depuis quatre ans un programme transversal visant à améliorer l’accès et la qualité de l’offre de soins dans ses projets, à promouvoir les droits sexuels et reproductifs des femmes, mais également à renforcer sa visibilité et devenir un La santé sexuelle et reproductive (SSR) acteur phare de la SSR. Les efforts de cette concerne différents aspects de la santé des année ont notamment porté sur la prévention femmes et du couple : santé maternelle et in- et la prise en charge des grossesses non fantile, prévention et prise en charge des gros- désirées (planification familiale et interruption sesses non désirées, lutte contre les infections volontaire de grossesse), avec par exemple sexuellement transmissibles, prévention de la l’organisation d’un atelier d’échanges réutransmission mère-enfant du VIH… Plus de nissant une quinzaine de projets de MdM sur 25 projets de MdM sont impliqués dans cette cette thématique clé et trop souvent mise de thématique et l’association souhaite s’y enga- côté dans nos contextes d’intervention.

Santé sexuelle et reproductive

13

Jordanie © Clément Mahoudeau


14

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Réduction des risques Depuis de nombreuses années, Médecins du Monde agit auprès des populations à risques telles que les usagers de drogues et les travailleuses et travailleurs du sexe. Du fait de la stigmatisation, de la marginalisation et de la criminalisation dont elles sont victimes, ces personnes sont exposées à de nombreux risques tels que les maladies, les violences, le harcèlement policier… Afin de répondre aux difficultés qu’elles rencontrent, MdM développe depuis 1989 des programmes de réduction des risques (RdR) liés à l’usage de substances psychoactives d’une part, et aux pratiques sexuelles d’autre part, en apportant une réponse médicale, psychosociale et communautaire. Dans ce cadre, MdM développe depuis quatre ans un programme transversal visant

Migrants

Birmanie © William Daniels/Panos Picture

L’association travaille depuis plus de vingtcinq ans auprès des migrants, en France, en Europe et plus récemment sur des projets spécifiques en Afrique ou au Moyen-Orient ; avec l’objectif de prendre en compte et témoigner de l’impact négatif, sur la santé des migrants, des politiques européennes de lutte contre l’immigration. Pour cela, Médecins du Monde a développé différents projets, centres de soins de santé primaires, équipes mobiles allant au contact des migrants dans leurs lieux de vie, dispositifs spécifiques de prise en compte de la souffrance psychique et de l’état de stress post-traumatique. Les enjeux sont d’offrir des espaces de répit, de parole, la

à améliorer la qualité et la visibilité des projets de RdR ainsi qu’à renforcer l’implication des bénéficiaires, de la société civile et des autorités, dans une optique de changement social. Les priorités d’action sont de promouvoir la RdR en Afrique, où les services sont quasi inexistants, et de poursuivre le plaidoyer pour un accès au diagnostic et au traitement de l’hépatite C.

Déterminants socioculturels Loin d’être universel, l’accès aux soins des populations bénéficiaires de nos programmes dépend étroitement des normes, des valeurs, des représentations et des savoirs propres à chaque communauté. Prenant acte du fait que la représentation de la maladie est différente selon les cultures et selon les sociétés, le groupe DSC se saisit de la question des déterminants socioculturels de l’accès aux soins dans un souci éthique d’amélioration de la qualité des programmes.

possibilité d’une halte thérapeutique, des lieux de soins somatiques et d’orientation sociale, de décrire aussi la diversité des parcours, les obstacles rencontrés, les ruptures de soins pour des pathologies chroniques ou l’impact négatif sur la santé d’une trajectoire de migration toujours personnelle et donc unique.

15


16

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Le plaidoyer les campagnes Une fois de plus, en 2013, la lutte contre les discriminations et les situations d’exclusion a été plus que jamais indispensable. Tout au long de l’année, Médecins du Monde a mené des campagnes de sensibilisation pour rappeler que l’accès aux soins pour tous est une priorité. Association de solidarité internationale, MdM poursuit son action. Avec la campagne « Droit des femmes à décider librement d’avoir ou non des enfants », pensée en 2013, l’ONG se mobilise, en 2014, en faveur de l’accès universel à la contraception et à l’avortement sûr et légal.

Côte d’Ivoire © Sébastien Duijndam France © Boris Swartzman

17


18

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Crises et conflits » Syrie : une crise qui s’éternise Depuis le début de la révolution syrienne en mars 2011, les conditions de survie en Syrie ne cessent de se dégrader. Devenu une véritable guerre civile, le conflit a déjà fait plus de 130 000 victimes et on estime à 6,5 millions le nombre de déplacés. Face à la recrudescence des violences qui affectent la population, le personnel médical et les structures de soins, les Syriens n’ont eu d’autre choix que de fuir et de trouver refuge dans les pays voisins, car, en Syrie,

« aujourd’hui, seules les bombes ont accès aux populations civiles ». En avril 2013, MdM demandait l’arrêt des hostilités pour porter secours à ceux qui en ont besoin et voir l’accès de l’aide internationale facilité et renforcé. L’objectif est de soigner les civils et les blessés sans discrimination et de refuser l’inacceptable. Médecins du Monde poursuit et renforce son action afin de venir en aide aux réfugiés syriens qui, vivant loin de chez eux dans des conditions précaires et sans ressources, ont besoin d’un accès gratuit aux soins.

France » Médecins du Monde, médecins de tout le monde Chaque année, partout en France, les bénévoles de Médecins du Monde soignent et accompagnent plus de 50 000 personnes dans 30 villes. En mai dernier, l’association a lancé sa campagne « Médecins du Monde, médecins de tout le monde », à travers laquelle elle milite pour des valeurs solidaires en mettant en lumière les situations d’exclusion. L’ONG propose un véritable état des lieux de la précarité et de l’exclusion en France, et dresse un panorama de son travail de proximité auprès des personnes les plus défavorisées. Le rapport annuel sur l’accès aux soins des plus démunis en France, publié à l’occasion du 17 octobre, Journée internationale du refus de la misère, révèle à quel point la misère et les inégalités territoriales et sociales de santé continuent de s’aggraver. La solidarité reste donc plus que jamais indispensable.

© DR/MdM

En Grèce, MdM a lancé le projet « Enough », qui vise à promouvoir la tolérance et lutte contre les violences racistes.

» étrangers précaires : accès aux soins en Europe en temps de crise et de montée de la xénophobie En Europe, l’accès aux soins des plus pauvres devient extrêmement difficile. Face aux mesures d’austérité décidées par les gouvernements européens, les personnes

en situation de précarité voient leurs filets sociaux de sécurité se réduire, voire disparaître. Grèce © Giorgos Moutafis Cette situation, conjuguée à une hausse du chômage et de la pauvreté en Europe, a fait émerger des déclarations stigmatisantes et xénophobes à l’égard des migrants. Crise économique et baisse des niveaux de protection sociale conduisent trop souvent à pointer du doigt les groupes les plus pauvres, déjà souvent touchés par l’exclusion sociale avant la crise.

Dans son rapport sur l’accès aux soins des plus précaires en Europe, publié en avril 2013, MdM revendique le droit de dispenser des soins de santé, conformément à l’éthique médicale, dans le respect de l’intégrité des patients et des malades, indépendamment de leur statut social ou de leur origine ethnique, et appelle au maintien de systèmes de santé publique nationaux reposant sur la solidarité, l’égalité et l’équité, accessibles à toute personne vivant sur le territoire européen, en particulier les plus pauvres, et non des systèmes fondés sur une logique de profit.

© DR/MdM

19


20

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

» Personnes se prostituant : Stop aux

© Boris Swartzman

à Paris, les personnes se prostituant ont manifesté devant l’assemblée nationale contre le délit de racolage.

lois qui rendent malades ! En mars 2013, Médecins du Monde s’est mobilisé pour défendre la santé des personnes se prostituant en disant « Stop aux lois qui rendent malades ». La loi pour la sécurité intérieure (LSI) a instauré en 2003 le délit de racolage. Depuis les conditions de vie des personnes se prostituant se sont dégradées. Médecins du Monde demande donc l’abrogation immédiate du délit de racolage public et rejette tout projet de pénalisation des clients qui favoriserait le développement d’une prostitution dans des lieux plus isolés. Cette clandestinité rendrait l’exercice de la prostitution plus dangereux en termes de santé et de sécurité. En novembre, à la veille de l’examen de la proposition de loi visant à pénaliser les clients, MdM a envoyé à chaque député un DVD rassemblant les témoignages de personnes se prostituant afin de faire entendre la voix de toutes celles et ceux que cette loi fragiliserait davantage.

Réduction des risques » Hépatite c : Missing Chan Un mois avant le 28 juillet, Journée mondiale contre l’hépatite, MdM avait lancé une pétition (signée par plus de 4 000 personnes dont le Prix nobel de médecine Françoise Barré-Sinoussi, www.hepcoalition.org) appelant le Docteur Margaret Chan, directrice générale de l’OMS, à agir en urgence pour améliorer l’accès universel aux outils de prévention, de diagnostic et de traitement de l’hépatite C (VHC). Véritable bombe virale à retardement, le VHC a déjà fait plus d’un million de morts depuis 2010, alors que la maladie est curable. Aujourd’hui, plus de 185 millions de personnes sont infectées par le virus, contre lequel il n’existe aucun vaccin préventif. Il existe pourtant des traitements efficaces, et l’hépatite C pourrait être éra-

diquée. Malheureusement, seule une infime partie des personnes se sachant porteuses du virus ont accès au traitement. Le principal obstacle est le prix exorbitant de celui-ci. à l’occasion de la Saint Valentin, MdM a lancé l’action « Ayez du cœur, sauvez mon foie ! », demandant aux géants pharmaceutiques Merck et Roche de réduire drastiquement les prix qu’ils pratiquent sur l’interféron pégylé, traitement contre le virus. Depuis plus de vingt ans, MdM développe une approche de réduction des risques (RdR) auprès des individus consommant des drogues et des personnes se prostituant. En juin dernier, Médecins du Monde avait déjà exposé ses programmes lors de la Conférence internationale sur la réduction des risques, à Vilnius.

Mali © David Delaporte

Migrants » « LES VOYAGEURS » ,

© DR/MdM

un web-documentaire sur la vie de migrants en Turquie, en Algérie et au Mali Médecins du Monde intervient auprès des populations vulnérables, dont les migrants, depuis 1986. Pauvreté, discriminations, violences et conflits entraînent des déplacements de population et rendent l’accès aux soins difficile. En Turquie, en Algérie et au Mali, de nom-

breux migrants tentent d’atteindre l’Europe sans toujours y parvenir. D’autres, qui sont arrivés jusqu’au Vieux Continent, sont parfois expulsés après plusieurs années de vie et de travail et sont rejetés par leur communauté une fois de retour chez eux. Médecins du Monde et ses partenaires locaux leur apportent donc un soutien psychosocial à Istanbul, Alger et Bamako. Dans le cadre de son mandat « soigner et témoigner », Mé-

decins du Monde a donné la parole à ces migrants rencontrés au cours de leur parcours migratoire. Le web-documentaire Les Voyageurs, cofinancé par la Commission européenne, présente la réalité du terrain et les enjeux actuels de la migration.

21


22

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Les programmes internationaux sommaire

RCA © Sébastien Duijndam

» 24

Les programmes d’urgence et de long terme

» 26

Planisphère

» 28

Afrique du Nord et Moyen-Orient

» 34

Afrique subsaharienne

» 42

Amérique latine et Caraïbe

» 48

Asie

» 54

Europe

» 60

Opération Sourire

23


24

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Les programmes d’urgence et de long terme Médecins du Monde s’est attaché en 2013 à apporter de façon proactive des éléments de réponse dans des zones de conflits et de catastrophes. Fidèle à son engagement, l’association continue de renforcer l’accès aux soins des populations les plus vulnérables.

2013 aura été une année de challenge. En votant le budget prévisionnel de l’année, le conseil d’administration a envoyé un message fort : il faut accroître le volume et la pertinence des projets sur les missions internationales. Une réorganisation fonctionnelle du travail a été nécessaire, mais le message est passé puisque Médecins du Monde a fait progresser de près de 20 % son volume opérationnel et a mené une vingtaine de missions exploratoires en Amérique latine, en Afrique, en Europe et en Asie. Les projets mis en œuvre se sont concentrés sur les axes prioritaires de l’association. La santé sexuelle et reproductive (continuum de soins – prénataux, postnataux et du nouveau-né –, prise en charge médicale des complications des avortements incomplets, accès à la contraception…) a été au centre des actions de MdM en 2013. Un programme a notamment ouvert au Pérou sur la réduction de la mortalité maternelle liée aux grossesses non désirées. L’association a aussi privilégié une approche novatrice de réduction des risques (RdR) à travers des projets pilotes ou à valeur d’exemplarité menés auprès des populations atteintes par l’épidémie d’hépa-

tite C et notamment les usagers de drogues par voie intraveineuse. Le succès du programme en Tanzanie a été dupliqué au Kenya et MdM, fort de son expérience, oriente son plaidoyer sur la promotion des services de RdR sur tout le continent africain. Les migrants, et plus spécifiquement les conséquences sur la santé des politiques antimigratoires, ont été mis en avant avec l’organisation d’une conférence sur ce sujet à Istanbul, et la sortie d’un web-documentaire sur les programmes au Mali, en Algérie et en Turquie. Enfin, le volet santé mentale prend de l’ampleur. En 2013, il a été pris en compte dans l’offre de soins proposée, et ce dès le premier niveau de prise en charge des populations, notamment en Syrie auprès des victimes de violences, en Jordanie, au Liban ou encore en Palestine.

Réponse à l’urgence humanitaire En 2013, plusieurs situations d’urgence ont nécessité l’intervention de MdM. Au Mali, l’association a pris en charge les populations déplacées en raison du conflit armé qui a éclaté dans le nord du pays en 2012. Aux Philippines, après le passage du typhon Haiyan, l’ONG a envoyé rapidement une

Face cachée des actions, la logistique est essentielle pour assurer leur bon déroulement.

à partir du travail de développement mené par les équipes de MdM s’organisent les interventions d’urgence.

Colombie © Nadia Berg

équipe sur place pour un diagnostic des besoins avant de décider de son action en partenariat avec le ministère de la Santé philippin. Cette réponse rapide et organisée a été réalisée notamment grâce à la cellule d’urgence internationale (CUI), créée le 12 avril 2013, pour accroître la réactivité de Médecins du Monde face aux urgences. L’expérience de l’équipe gérant les urgences, qui avait déjà été fortement mobilisée par la crise syrienne en 2012, a également été déterminante pour le bon déroulement des actions. Au Mali comme aux Philippines, MdM était déjà présent sur le terrain dans le cadre de ses projets de développement dits de long terme. Une collaboration s’est naturellement mise en place entre les équipes « long terme » et les voltigeurs de l’urgence pour organiser au mieux la réponse à ces crises. Ainsi, à partir du travail de développement mené par les équipes de MdM s’organisent les interventions d’urgence. à cet égard, il est nécessaire de renforcer l’équipe de coordina-

tion générale du pays concerné et également d’harmoniser les modes opératoires, bien que les temporalités entre l’urgence et le développement ne soient pas comparables.

Le partenariat, clé des projets Sauf cas particulier, l’ONG travaille avec les autorités sanitaires du pays d’intervention. En cas d’urgence humanitaire, les services de santé et le ministère de la Santé sont en général les partenaires privilégiés. Une réponse coordonnée et organisée peut ainsi être mise en œuvre en cas de crise ou de catastrophe. Partenaires locaux, associations, société civile sont également sollicités, notamment dans les pays où des projets long terme sont implantés. Développer les projets en partenariat est le mode de fonctionnement privilégié de l’association. Par ailleurs, le partenariat au sein du réseau international a permis à MdM de poursuivre et d’amplifier ses actions dans un certain nombre

de pays. Dans la région du Sahel, des actions sont menées au Mali et au Burkina Faso avec l’aide de MdM Belgique et MdM Espagne. Au Laos, le partenariat avec MdM Japon se poursuit. Avec une réunion annuelle privilégiant l’échange de pratiques et l’évaluation des actions, l’Opération Sourire continue d’animer le réseau avec cinq délégations participantes. Ce partenariat est présent dans d’autres régions du monde ou continents : au Moyen-Orient, avec les projets communs de MdM Suisse et MdM Espagne, en Haïti avec MdM Espagne… En 2013, Médecins du Monde, à travers ses projets, a réaffirmé les valeurs qui sont les siennes : aider de façon indépendante les populations les plus vulnérables et témoigner des entraves à l’accès aux soins et aux droits.

25


26

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

CARTE des programmes internationaux Russie

Roumanie Bulgarie

Géorgie Afghanistan

Turquie Syrie

Liban Tunisie Palestine Égypte

Mexique Mali Guatemala Nicaragua

Haïti Guinée

Niger

Burkina Faso

Laos Pakistan

Tchad

Birmanie

Programme de long terme (une couleur par région d’intervention)

Liberia

Rwanda Kenya RDC Tanzanie

Côte d'Ivoire Pérou

Philippines

Inde

RCA Colombie

Népal

Jordanie

Algérie

Somalie

Angola

P Programme d'urgence

Madagascar

Uruguay

27


28

MÉDECINS DU MONDE

Syrie Médecins du Monde se mobilise depuis trois ans auprès des victimes du conflit syrien, tout en dénonçant les atteintes aux droits et à la santé.

RAPPORT MORAL 2013

nos programmes en

Afrique du Nord Moyen-Orient �� Les pays de la région ont connu une année mouvementée avec des contextes de violence plus ou moins marqués. La Syrie s’enfonce toujours plus dans l’horreur, la Palestine fait face à la violence des colons, l’Égypte se remet difficilement du printemps arabe… Médecins du Monde maintient donc sa présence auprès des plus vulnérables et développe davantage le soutien psychosocial.

© Richard Delaume


30

MÉDECINS DU MONDE

FRANCE

Mer Noire

BULGARIE

ITALIE

GÉORGIE ALBANIE

ARMÉNIE

ESPAGNE GRÈCE

Turquie

Mer Méditerranée

CHYPRE

Syrie

Liban Tunisie

MAROC

RAPPORT MORAL 2013

RUSSIE

ISRAËL

IRAK

Palestine

» Algérie » Égypte » Jordanie » Liban » Palestine » Syrie » Tunisie » Turquie

Jordanie Algérie LIBYE

ARABIE SAOUDITE

MAURITANIE

MALI NIGER ÉRYTHRÉE

TCHAD

SOUDAN

ÉTHIOPIE

» crise syrienne Soigner en Syrie, malgré les violences La Syrie est plongée depuis maintenant trois ans dans un conflit destructeur et meurtrier, dont l’issue semble chaque jour plus incertaine. Sur le terrain et malgré des risques sécuritaires croissants, Médecins du Monde a renforcé et étendu ses activités afin de répondre à la crise humanitaire sans précédent qui touche l’ensemble du pays mais aussi la région, en particulier le Liban et la Jordanie.

Égypte

Djibouti

faits marquants

Retrouvez les fiches détaillées des différents programmes en Afrique du Nord et au Moyen-Orient dans le CD interactif joint à ce rapport

Syrie Depuis le début du conflit, Médecins du Monde apporte un soutien au personnel soignant resté en Syrie, qui se fait de plus en plus rare et qui manque de tout. Des relations de confiance ont été progressivement tissées avec plusieurs organisations médicales syriennes, gérant des hôpitaux et des centres de santé dans les régions d’Alep, de Damas et de Deraa. Aujourd’hui, ce sont des Syriens (médecins, infirmiers, volontaires) qui opèrent, soignent, délivrent des médicaments à la plupart des blessés et malades en Syrie. Médecins du Monde travaille avec sept organisations syriennes, leur fournissant de manière régulière matériel médical et médicaments.

Ce ne sont pas seulement les bombes qui tuent aujourd’hui en Syrie. Des patients souffrant d’insuffisance rénale qui n’ont pas pu se rendre à leur séance de dialyse, des patients souffrant d’un cancer ou atteints de diabète meurent chez eux faute de soins. Il est également de plus en plus difficile de prévenir et de traiter des maladies contagieuses communes ou de pratiquer un accouchement dans de bonnes conditions. La couverture vaccinale a chuté, entraînant la réapparition de maladies telles que la polio, qui avait disparu du pays depuis une dizaine d’années. Dans ce contexte, l’accès aux soins de santé primaires, la prise en charge des femmes en-


32

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

» Algérie / Turquie

ceintes et la vaccination des enfants sont plus que jamais indispensables. Dans le nord d’Idlib, près de la frontière turque, Médecins du Monde a ouvert neuf centres de santé qui accueillent des Syriens déplacés et installés dans des camps de fortune. Un centre pour les femmes et les enfants a également été mis en place pour accompagner les femmes tout au long de leur grossesse et après l’accouchement.

La migration à l’honneur en 2013

Aux frontières Le conflit alimente un exode à grande échelle : plus de 2,5 millions de Syriens ont fui leur pays pour trouver refuge en particulier au Liban, en Jordanie, en Turquie et en Irak. Déjà fragilisés, ces pays ont des difficultés croissantes à faire face à cet afflux de population et à accueillir dignement les réfugiés. à mesure que la crise se prolonge, les ressources financières des réfugiés syriens s’amenuisent et avec elles la possibilité de se soigner dans des services de santé souvent inaccessibles. Depuis début 2012, afin d’assurer l’accès aux populations syriennes réfugiées mais aussi aux populations locales les plus vulnérables, Médecins du Monde a ouvert trois centres de santé en Jordanie et soutient au Liban 5 centres de santé primaire gérés par des partenaires.

» Égypte

La thématique de l’accès aux soins pour les migrants est une priorité d’action pour Médecins du Monde, qui a choisi de lui donner de la visibilité et de nourrir son plaidoyer.

Du personnel (environ 80) de santé palestinien sera formé à la santé mentale.

© Clément Mahoudeau

normalement. En Algérie, MdM sensibilise les professionnels de santé aux besoins spécifiques des migrants et à leur droit à la santé. Un réseau de soignants travaillant dans les différentes structures de santé a été créé. Ils assurent un rôle de médiateurs pour l’accueil et la prise en charge médicale des migrants. Des médiateurs de santé sont également identifiés parmi les migrants pour faire de l’éducation à la santé et du référencement. En Turquie, MdM soutient un centre médico-social, à Istanbul, dans le quartier de Kumkapi, géré par l’association partenaire Tohav. Ce centre accueille toute personne exclue des dispositifs publics de soins, dont une grande majorité de migrants sans papiers, de demandeurs d’asile et de réfugiés.

» Palestine Santé mentale en Cisjordanie

Plus de 200 000 consultations de santé primaires ont été réalisées dans les centres soutenus par MdM.

En Cisjordanie, les violences des colons envers la population palestinienne ne cessent d’augmenter, entraînant des besoins de soutien psychologique importants. En 2012, le ministère palestinien de la Santé a donc intégré la santé mentale au sein des soins de santé primaires. MdM France et MdM Suisse soutiennent cette initiative en développant un programme dont l’objectif est d’inclure la santé mentale dans 25 centres médicaux du gouver-

Activités réduites MdM a mené quelques activités en 2013 dans l’attente de l’approbation du gouvernement pour le lancement d’un programme de santé mentale auprès des plus vulnérables : débriefing du personnel des ONG partenaires à

En 2013, un intérêt particulier a été porté à la thématique d’accès aux soins et aux droits pour les migrants en deux occasions. D’abord médiatiquement, au travers d’un webdocumentaire intitulé Les Voyageurs, qui, par des films et des photos, donne la parole à des migrants en Algérie, en Turquie et au Mali. Puis lors d’un colloque à Istanbul sur les répercussions sanitaires des parcours migratoires, où se sont réunies les équipes de Médecins du Monde concernées par le sujet. L’objectif était de faire un état des lieux des activités, de partager des expériences et de dégager des propositions d’engagements pour les années à venir. Les programmes « migrants » se sont poursuivis

la suite des violences et à la situation tendue du pays ; formation des médecins du ministère et des partenaires ; activités théâtrales avec les travailleurs sociaux et les bénéficiaires pour lutter contre les a priori sur la santé mentale… © MdM

norat de Naplouse ainsi qu’au niveau communautaire en réhabilitant les centres et en formant le personnel. Travaillant déjà sur cette thématique, MdM France avait mis en place un projet pilote de réponse psychosociale d’urgence aux victimes d’attaques de colons, avec un volet de renforcement de la capacité de résilience, en 2012. Au regard des bons résultats et face aux besoins grandissants, le projet a été étendu à 18 villages au sud de Naplouse.


34

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

burkina faso Dans le district de Djibo, MdM mène deux programmes, l’un sur la prise en charge de la malnutrition infantile, l’autre d’assistance aux réfugiés et demandeurs d’asile.

nos programmes en

Afrique subsaharienne �� Avec une vingtaine de projets, l’Afrique subsaharienne est la région du monde rassemblant le plus de programmes de Médecins du Monde. Entre l’urgence, au Mali, en RCA, en Somalie, et le long terme, RdR en Tanzanie et au Kenya, SSR en Côte d’Ivoire et au Tchad, migrants au Mali, les quatre axes d’intervention prioritaires de l’association sont représentés.

© Mylène Zizzo


36

ALGÉRIE

LIBYE

SAHARA OCCIDENTAL

MÉDECINS DU MONDE

ÉGYPTE

RAPPORT MORAL 2013

MAURITANIE

Mali Niger

GAMBIE GUINÉEBISSAU

ÉRYTHRÉE

Tchad

SÉNÉGAL

Guinée SIERRA LEONE

SOUDAN

Burkina Faso

DJIIIBO BOU O OU UTI UT U BÉNIN

Côte d'Ivoire

NIGERIA TOGO

ÉTHIOPIE

République centrafricaine

GHANA

Liberia

CAMEROUN

Somalie GUINÉE ÉQUATORIALE

OUGANDA

Kenya

Rwanda

GABON

République démocratique du Congo

CONGO

BURUNDI

OCÉAN INDIEN

Tanzanie

OCÉAN ATLANTIQUE

COMORES

Angola

» Angola » Burkina Faso » Côte d’Ivoire » Guinée » Kenya » Liberia » Madagascar » Mali » Niger » RCA » RDC » Rwanda » SAHEL » Somalie » Tanzanie » Tchad

MALAWI ZAMBIE

ZIMBABWE NAMIBIE

BOTSWANA

SWAZILAND

LESOTHO AFRIQUE DU SUD

MOZAMBIQUE

Madagascar

Retrouvez les fiches détaillées des différents programmes en Afrique subsaharienne dans le CD interactif joint à ce rapport

faits marquants

» sahel

La gratuité fait ses preuves

© Mylène Zizzo

Les autorités sanitaires se sont approprié de nouvelles politiques d’accès aux soins.

Après quatre années d’activité, le programme régional au Sahel a pris fin. Les réflexions sur les perspectives sont en cours. Le 31 octobre prenait fin le programme régional au Sahel, dont l’objectif était l’amélioration de l’accès aux soins de santé primaires pour les femmes et les enfants de moins de 5 ans dans les districts de Djibo au Burkina Faso, Keita au Niger et Koro au Mali. Un événement de clôture réunissant tous les acteurs du projet (équipes, autorités, bailleurs…) a permis de faire un bilan et de présenter les bons résultats obtenus, notamment à Djibo, où la gratuité complète des accouchements est devenue effective à travers la forte implication des com-

munes. MdM espère que l’idée fera tache d’huile dans le pays, car le taux d’accouchements assistés est passé de 56 % en début de projet à 68 % un an plus tard grâce au programme et aux nouvelles modalités de prise en charge proposées. Dans les trois districts, le système de référencement et d’évacuation sanitaire s’est amélioré, réduisant ainsi la mortalité maternelle et infantile. MdM souhaite continuer à agir dans les trois pays et reste en soutien aux trois districts pour superviser les activités mises en place pendant les quatre années du programme régional.


38

» RCA

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

» mali

De nombreux blessés par flèches, machettes, grenades, armes lourdes… sont accueillis dans les centres de santé.

Entre transferts et urgence

Urgence après le coup d’état Le système de santé en RCA est défaillant et la crise actuelle le fragilise davantage. L’accès aux soins de santé primaires est une urgence pour la population. © Sébastien Duijndam

Après le coup d’état du 24 mars 2013, Médecins du Monde, absent du pays depuis dix ans, a souhaité retourner en République centrafricaine afin d’agir auprès des populations les plus vulnérables. Un projet d’urgence de quelques mois a été mis en place en août 2013, avec deux partenaires locaux en soutien à quatre structures de soins de santé primaires et de santé sexuelle et reproductive à Bangui et en périphérie. MdM

a fourni des médicaments, de l’équipement et formé le personnel local. En parallèle, l’association, en proche collaboration avec le ministère de la Santé, a mené des évaluations sur les besoins en santé. Cette phase d’installation, d’évaluation et d’appui à des partenaires a permis de bien analyser le contexte sécuritaire et humanitaire, de se faire connaître par les différents acteurs et de s’insérer dans une dynamique de coordi-

nation existante. Le 5 décembre, une nouvelle tentative de coup d’État a eu lieu avec un pic de violences dans tout le pays, entraînant une réadaptation du projet afin de répondre au mieux aux besoins immédiats de la population. Ainsi l’offre de soins de santé a été renforcée dans les 4 sites de regroupement rassemblant plusieurs milliers de personnes. Tout en continuant de poser les bases d’une intervention à moyen terme.

L’année 2013 a été un tournant pour les programmes de MdM au Mali. Deux d’entre eux, accès aux soins et aux droits pour les migrants et prise en charge des fistules obstétricales se sont terminés et un programme d’urgence a débuté à la suite du conflit.

Migrants Pendant cinq ans, Médecins du Monde a accompagné et formé quatre associations partenaires afin qu’elles soient capables d’assurer un accueil, une écoute et une orientation médicale adaptés aux migrants. Au Mali, pays de départ, de transit et de retour forcé, MdM a sensibilisé les populations sur la migration et ses conséquences afin de lutter entre autres contre les discriminations dont sont victimes les migrants. Fin 2013, ce programme a été mis en attente, mais l’association reste en veille active en cas d’expulsion massive depuis l’Algérie. Près de 2 000 femmes ont été opérées de fistules et accompagnées dans leur réinsertion.

Urgence En réponse au conflit engagé en 2012 et aux déplacements importants de population fuyant le Nord, Médecins du Monde a décidé de venir en appui à des centres de santé à Mopti et dans le district de Tenenkou tout en y accompagnant la politique de gratuité des soins ciblée instaurée par le gouvernement. MdM a effectué quelques réhabilitations et a approvisionné les structures en médicaments, consommables, équipements, a dépisté et pris en charge la malnutrition aiguë d’enfants de moins de 5 ans… Malgré la fin du conflit, la zone reste très affectée, l’association reste donc en appui et veut profiter de 2014 pour porter le plaidoyer sur la pérennité de la gratuité des soins.

» ANGOLA

Désengagement réussi Depuis 2010, MdM France et MdM Espagne menaient, en consortium, un programme de réduction de la mortalité maternelle et néonatale. Les deux ONG intervenaient dans quatre districts de la province de Kwanza Norte en

partenariat avec les autorités sanitaires pour renforcer l’offre de santé et les compétences du personnel local. De nombreuses formations sur la planification familiale, le suivi de grossesse, la prise en charge du VIH ont eu lieu. Un travail

Fistules Le programme de prise en charge des fistules obstétricales dans la région de Mopti est un programme historique pour Médecins du Monde. Depuis 1993, l’association a apporté son appui à l’hôpital régional de Mopti, d’abord à travers des missions chirurgicales, puis à travers une prise en charge globale, médicale et psychosociale. Le transfert de compétences avec l’hôpital de Mopti sur le volet médical est effectif, une équipe de chirurgiens maliens est formée à la prise en charge des fistules, même des cas complexes. Un volet psychosocial était également développé avec de l’accompagnement psychologique, des ateliers de sensibilisation… Il est en cours de reprise par une ONG locale, Iamaneh. Des formations et un échange de compétences avec MdM ont déjà commencé.

a également été effectué avec les leaders communautaires, les accoucheuses traditionnelles et les jeunes dans les écoles pour qu’ils participent à la sensibilisation. Fin décembre, MdM s’est désengagé laissant des autorités mieux organisées, formées et un taux d’accouchement institutionnel en augmentation. Un nouveau programme devrait voir le jour en 2014. © David Delaporte


40

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

» tanzanie

» kenya

La Réduction des risques s’implante en Afrique Le premier programme de réduction des risques, mené par MdM en Afrique se déroule au mieux grâce à la mobilisation des autorités et des partenaires sur place.

La réduction des risques auprès des usagers de drogues est une thématique nouvelle en Afrique que l’association veut promouvoir largement. Le programme pilote de MdM en Tanzanie, à Dar es-Salaam, est une réussite tant sur le plan médico-social que politique. En 2013, le président de Médecins du Monde s’est rendu en Tanzanie, où il a rencontré le président tanzanien ; cette rencontre faisait suite à la venue de parlementaires tanzaniens en France. Les auto-

Duplication de programme rités sont très ouvertes à la discussion et encouragent la RdR dans leur pays. MdM a mis en place un centre où une centaine d’usagers se rend chaque jour pour se laver, se reposer, s’informer, se faire dépister ou vacciner, prendre du matériel d’injection, voir une infirmière ou un psychologue, s’insérer dans une activité génératrice de revenus… Le centre est également un lieu de formation pour le personnel médical des structures de santé, la police, les leaders communautaires et les ONG locales. En complément, une unité mobile va à la rencontre des plus marginalisés ou des femmes, qui demeurent moins visibles. Cette année, un groupe d’autosupport, Tanpud, a été créé pour que les usagers s’expriment et fassent eux-mêmes du plaidoyer. Un partenariat a été développé avec l’association Mukikute pour qu’elle intègre la RdR dans ses activités, afin d’élargir l’accès aux services dans la ville de Dar es-Salaam.

4 200 usagers de drogues ont bénéficié des services de MdM en 2013. © William Daniels/Panos Picture

Le programme de réduction des risques auprès des usagers de drogues de Nairobi est le petit frère du programme pilote en Tanzanie. Le contexte étant plus difficile, les activités ont eu du mal à démarrer en 2013. Un centre fixe accueille les usagers pour différents services (matériel d’injection, accompagnement social…) mais il va déménager pour toucher plus de personnes. Une équipe mobile va à la rencontre des plus isolés et cherche de nouveaux sites où intervenir. En 2014, le programme devrait prendre de l’ampleur, tout comme le volet plaidoyer auprès des autorités.

» liberia

Dix ans d’accompagnement

© Georges Gobet/AFP

majeurs avec succès. L’ONG a d’abord été un moteur dans la reconnaissance et l’intégration au système de la santé mentale. Elle a ensuite Après dix ans d’activité au Liberia, l’un des programmes soutenu la formation de personnel médical en créant un système de bourse dont les bénéfihistoriques de MdM s’est terminé en 2013. Les activités menées en partenariat avec le gouvernement ont été entièrement reprises, ciaires (une cinquantaine sur cinq ans) s’engageaient à travailler deux ans dans les structures MdM laisse un personnel mieux formé, un hôpital opérationnel… du comté de Bong. L’hôpital de CB-Dunbar a été construit et est devenu l’hôpital de référence pour les soins obstétricaux et néonataux dans à la fin de la deuxième guerre civile au Libe- et reproductive, de santé mentale et des forma- la région. Enfin, deux maisons d’attente materria, en 2003, MdM a démarré un programme tions, dans 10 puis 16 structures de santé. En nelles ont vu le jour à proximité d’un centre de d’accès aux soins dans le nord et le nord- 2006, après l’élection d’Ellen Johnson Sirleaf à santé pour permettre d’héberger des femmes est du comté de Bong. D’abord destiné aux la présidence, MdM a accompagné le gouver- sur le point d’accoucher. En août 2013, toutes anciens enfants-soldats, le projet s’est rapide- nement dans la mise en œuvre de la politique les activités ont été transférées au ministère de ment élargi à toute la population en proposant nationale de santé. Au cours de ces dix ans la Santé et en 2014, un nouveau programme des soins de santé primaires, de santé sexuelle de présence, MdM a mené quatre chantiers s’implantera dans les bidonvilles de Monrovia.


42

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Guatemala Présent au Guatemala depuis 1987, MdM vient de terminer un programme de SSR auprès des travailleuses d’industries d’exportation.

nos programmes en

Amérique latine et Caraïbe �� Pour les programmes de Médecins du Monde dans la région, l’année 2013 a été synonyme de changement. La réflexion autour du projet régional s’est engagée, un programme a démarré au Pérou tandis que celui du Guatemala s’est terminé. Une constante demeure, les programmes sont principalement développés autour de la santé sexuelle et reproductive.

© Michel Redondo


44

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013 ÉTATS-UNIS

faits marquants

BAHAMAS CUBA

Mexique

RÉPUBLIQUE DOMINICAINE

JAMAÏQUE BELIZE

Haïti

Guatemala HONDURAS SALVADOR

OCÉAN ATLANTIQUE

Nicaragua

COSTA RICA

» Colombie » Guatemala » Haïti » Mexique » Nicaragua » Pérou » Uruguay

VENEZUELA

PANAMA

GUYANA SURINAME

Colombie

GUYANE FRANÇAISE

ÉQUATEUR

Pérou BRÉSIL

BOLIVIE

OCÉAN PACIFIQUE

CHILI

PARAGUAY

Uruguay ARGENTINE

Retrouvez les fiches détaillées des différents programmes en Amérique latine et Caraïbe dans le CD interactif joint à ce rapport

» amérique latine et caraïbe

La région se dote d’un programme commun Les projets du continent latino-américain portent principalement sur la santé sexuelle et reproductive et la lutte contre les avortements clandestins. MdM a décidé de renforcer son action à travers un programme régional. © Michel Redondo

Dans la continuité du projet Uruguay (partenariat avec des associations pour un accès à un avortement sûr et légal et aux droits sexuels et reproductifs), Médecins du Monde a souhaité construire un projet régional en Amérique latine, où l’avortement est une problématique importante. L’objectif est de créer une dynamique autour de la prévention des grossesses non désirées. Ce projet comprend trois volets. D’abord le renforcement des compétences du personnel de MdM et des structures de santé soutenues, pour la planification familiale,

la prise en charge des avortements et des soins post-avortement… Ensuite, le développement de l’éducation à la santé des populations en créant du matériel et une communication adaptés. Enfin, la mise en œuvre d’un plaidoyer régional en partant des projets nationaux, notamment avec le Clacai, réseau latino-américain contre les avortements à risque. 2013 a permis de formaliser ce projet, de rencontrer les partenaires, d’expliciter la démarche d’appui, de complémentarité et non de remplacement. En 2014, des ateliers et des formations auront lieu.


46

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

» mexique

» Haïti

Droits pour les migrantes

Entre accompagnement et création de projet 2013 a été une année de transition faisant suite aux programmes post-séisme. Dans le cadre des activités dans les cliniques mises en place après le séisme, les équipes avaient constaté un nombre important de grossesses non désirées entraînant une pratique fréquente des avortements clandestins. Les complications post-avortement seraient responsables d’un tiers de la mortalité maternelle en Haïti. Une évaluation a été lancée sur Port-au-Prince, qui débouchera en 2014 sur un projet de préven-

tion, de sensibilisation et de plaidoyer en santé sexuelle et reproductive (SSR). Dans la Grande Anse, MdM a continué l’accompagnement des autorités locales dans la reprise des activités de soins de santé primaires, nutrition et SSR. L’épidémie de choléra étant toujours active, l’association reste en appui à la direction sanitaire sur la réponse aux flambées de la maladie par le biais d’une équipe mobile d’urgence.

» COLOMBIE

© Lahcène Abib

» pérou

Lutte contre les grossesses non désirées Dans le cadre de son projet régional, Médecins du Monde a ouvert début 2013 un programme à Lima sur la problématique des avortements illégaux et incomplets.

Au Pérou, l’avortement est illégal. Pourtant, 400 000 interruptions volontaires de grossesse seraient pratiquées tous les ans. Dans les rues de Villa El Salvador, à Lima, des affiches proposent des « solutions immédiates à un retard menstruel ». Les femmes ont également accès au misoprostol (pilule abortive) sans ordonnance, mais également sans informations sur les dosages. Les cas d’avortements incomplets ou de complications sont importants. Médecins du Monde a donc ouvert un programme de prévention et de prise en charge

des grossesses non désirées. Elle soutient une association locale, Promsex, qui est une ligne téléphonique d’information pour les femmes. Elle forme aussi des promotrices de santé à la planification familiale et du personnel médical à la prise en charge des avortements incomplets. MdM travaille également sur un plaidoyer avec les universités péruviennes, les collèges médicaux, les pharmaciens… pour que le protocole de prise en charge des avortements incomplets soit mis en place et que l’avortement devienne légal en cas de viol.

© Nadia Berg

Au-delà du médical, la présence de MdM est rassurante et protectrice pour les populations.

Recrudescence des violences Les équipes de Médecins du Monde doivent sans cesse s’adapter au contexte colombien pour continuer à soutenir les populations victimes du conflit. Malgré les négociations de paix entre les Farc et le gouvernement colombien, les violences augmentent et le contexte sécuritaire influe sur le programme de Médecins du Monde dans les provinces du Meta, du Nariño et du Guaviare. Les équipes réalisent plus régulièrement des réponses à des urgences ponctuelles (épidémies respiratoires…) en parallèle de leurs actions habituelles. Toujours aux côtés

des populations isolées ou déplacées en raison du conflit, elles apportent des soins de santé primaires, des soins de santé sexuelle et reproductive et un soutien psychologique face au stress occasionné par les violences. Fin 2013, un volet nutrition pour les femmes enceintes et les enfants a été développé ainsi qu’un travail communautaire pour renforcer les compétences et la résilience des populations.

Dans l’extrême sud du Mexique, MdM travaille auprès des femmes migrantes devenues employées domestiques, travailleuses du sexe, serveuses, pour améliorer leur accès aux services de santé, sociaux et psychologiques. Le projet est entré dans sa deuxième phase en 2013, plus axée sur le plaidoyer auprès des autorités et de la police, pour les sensibiliser à la situation des femmes migrantes et pour améliorer l’accès à la santé à travers un réseau de référencement plus efficace. MdM souhaite également élargir sa zone d’intervention à plusieurs villes frontalières.

» Guatemala Fin du projet SSR

Depuis 2008, MdM agissait dans les fincas (exploitations agricoles) dans le sud du Guatemala en faveur du droit à la santé sexuelle et reproductive (SSR) des femmes y travaillant. Des soins médicaux, et des séances de sensibilisation étaient proposés, ainsi que la formation de promotrices de santé pour celles qui le souhaitaient. Fin 2013, le programme s’est terminé. MdM réfléchit à un nouveau projet plus en lien avec le contexte de violence dans le pays. Une mission exploratoire aura lieu en 2014 pour évaluer les besoins des femmes victimes de ces violences.


48

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

inde En Andra Pradesh, MdM soutient l’ONG locale Sitara pour la prise en charge des populations tribales victimes du conflit naxalite.

nos programmes en

Asie �� En Asie, Médecins du Monde intervient dans une dizaine de pays, avec une forte présence en Birmanie et au Pakistan. Les programmes de réduction des risques et d’accès aux soins pour les déplacés qui sont menés dans ces deux pays ont continué à fonctionner normalement en 2013. En Birmanie, mais aussi au Laos et au Népal, Médecins du Monde œuvre pour la levée des barrières financières pour l’accès à la santé sexuelle et reproductive. L’année a été marquée par la réponse d’urgence aux Philippines, à la suite du typhon, par la fermeture de deux programmes phares en Russie et en Afghanistan et par des missions exploratoires au Vietnam et au Sri Lanka.

© Joan Coleman/MdM


50

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

faits marquants » Afghanistan » Birmanie » Géorgie » Inde » Laos » Népal » Pakistan » Philippines » Russie (Grand

Russie

KAZAKHSTAN MONGOLIE

OUZBÉKISTAN

Géorgie ARMÉNIE

TURKMÉNISTAN

AZERBAÏDJAN

Nord)

CORÉE DU NORD KIRGHIZISTAN CORÉE DU SUD

TADJIKISTAN

JAPON

» Géorgie

Plaidoyer pour l’accès au traitement du VHC La Géorgie possède une législation répressive à l’encontre des usagers de drogues, nombreux dans la capitale. L’accès aux services de réduction des risques et au traitement contre l’hépatite C y est très limité. En 2012, Médecins du Monde a mené une étude sur l’hépatite C à Tbilissi. Celle-ci a montré que 92 % des usagers de drogues sont atteints par le virus de l’hépatite C, dont 24 % souffrent d’une fibrose hépatique sévère. En 2013, ces résultats ont été diffusés lors de plusieurs conférences sur la réduc-

tion des risques (RdR) aux niveaux local, européen et international. La publication récente de l’étude dans la revue scientifique International Journal of Drug Policy va permettre de diffuser encore plus largement ces résultats, et de renforcer le plaidoyer de l’association sur l’accès au traitement de cette épidémie silencieuse. Le programme de RdR en Géorgie a été reconduit pour trois ans afin de renforcer le partenaire New Vector en termes de compétences techniques, managériales et financières, en prévision du retrait de MdM.

CHINE

Afghanistan IRAK

IRAN

Pakistan

BHOUTAN

Népal TAÏWAN

ARABIE SAOUDITE

OCÉAN PACIFIQUE

E.A.U.

Birmanie

Inde

OMAN

Laos

BANGLADESH

Retrouvez les fiches détaillées des différents programmes en Asie dans le CD interactif joint à ce rapport

» inde Soins de santé pour les déplacés

THAÏLANDE YÉMEN

CAMBODGE

OCÉAN INDIEN

VIETNAM

SRI LANKA MALAISIE

Philippines

En avril 2013, MdM a ouvert un programme d’accès aux soins de santé primaires pour les populations tribales déplacées en Andra Pradesh. Chassées de l’État du Chhattisgarh par le conflit naxalite, elles se retrouvent isolées dans la forêt dans un État qui ne reconnaît pas leur citoyenneté, contrairement aux lois nationales de discrimination positive à leur

égard. Avec l’ONG locale Sitara, MdM a mis en place des cliniques mobiles, la formation de relais communautaires, des séances de sensibilisation et d’éducation à la santé dans 17 villages auprès de 2 000 bénéficiaires. MdM porte également un plaidoyer auprès de l’État d’Andra Pradesh pour qu’il reconnaisse les droits de ces populations déplacées.


52

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Une fois que les structures sanitaires seront remises en état de fonctionnement, MdM clôturera le projet.

» Russie

» Philippines

Grand Nord

Fin du programme

Un pays victime de catastrophes écologiques © Sébastien Duijndam

sur l’île de Leyte en ciblant cinq zones prioritaires. L’objectif était d’appuyer les communes et les postes de santé avancés dans des zones isolées en effectuant des réhabilitations d’urgence (réparation de toits, portes, fenêtres), en fournissant matériel et médicaments, et en mettant en place des activités de soutien psychologique pour le personnel soignant. Au final, 5 cliniques mobiles sont venues en renfort du système de santé, plus Urgence de 45 tonnes de matériel ont été envoyées et des Le 8 novembre 2013, le typhon Haiyan, l’un des kits choléra et paludisme ont été disposés au plus puissants jamais enregistrés, touchait les Phi- niveau régional en prévision d’une épidémie. lippines, occasionnant des dégâts considérables et plusieurs milliers de morts et de déplacés. Déjà Santé et environnement présent dans le pays avec un programme long Depuis l’été 2013, le projet de prévention des terme, Médecins du Monde a mobilisé immédia- risques environnementaux auprès des recytement des coordinateurs médicaux et logistiques cleurs informels de l’agglomération de Manille est pour évaluer les besoins. En partenariat avec le entré dans sa phase opérationnelle. Sur chacun ministère philippin de la Santé, MdM France, en des quatre sites où MdM intervient, un groupe collaboration avec MdM Espagne, s’est installé « noyau » de recycleurs a été identifié et porte dé-

Grâce aux équipes présentes depuis un an aux Philippines, la réponse à l’urgence provoquée par le typhon a été rapide et efficace.

» Vietnam Mission exploratoire

Deux missions exploratoires ont été menées à Hanoi avec pour objectif de développer un programme de plaidoyer pour l’accès au traitement de l’hépatite C pour les usagers de drogues par voie intraveineuse. En effet, la prévalence de la maladie atteindrait 97 % au

sormais l’ensemble des activités menées sur site, interagissant quotidiennement avec les animateurs et agents communautaires de MdM. Chacun des sites portant des particularités et disparités qui lui sont propres, les niveaux d’avancement ne sont pas homogènes. Des groupes ont ainsi d’abord demandé de l’équipement et organisé une journée nettoyage dans leur quartier pour changer la perception des habitants sur leur activité. D’autres groupes ont préféré être formés sur les déchets électroniques et les risques courus. Si, à terme, toutes les activités seront menées sur les 4 sites, chacun avance à son rythme et MdM implique ses bénéficiaires qui doivent pouvoir s’approprier le projet. L’objectif de 2014 est la reconnaissance et l’existence légale des associations de recycleurs par les autorités ainsi que la promotion d’espaces dédiés au démantèlement des déchets électroniques afin d’éloigner les produits toxiques des lieux de vie des recycleurs et de leur famille.

sein de cette population, qui n’a pas accès au dépistage ni au traitement, qui coûte très cher, de 9 000 à 20 000 dollars (6 500 à 14 500 euros) selon les pays.

Après quasiment vingt ans d’action dans le Grand Nord russe, MdM termine son programme en faveur des populations autochtones. D’abord axé sur la formation d’agents de santé communautaires parmi les nomades, le programme a évolué vers la prévention de l’alcoolisation, et du suicide dans les villages isolés. MdM a aidé à la création de l’association Community Health Partnership, rassemblant des médecins et des psychologues, pour étendre le projet à plusieurs régions et permettre la diffusion des formations et des échanges de bonnes pratiques.

» Afghanistan

Transfert d’un programme pilote Après sept ans de présence à Kaboul auprès des usagers de drogues, MdM a transféré ses activités, en septembre, au partenaire local Afga et au ministère de la Santé. Ce premier programme de réduction des risques a permis la création d’un centre d’accueil, de soins et d’activités mobiles où les usagers ont accès à un ensemble de services (matériel d’injection, dépistage, soins de santé primaires, accompagnement social…). L’action de MdM aura

permis la prescription des premiers antirétroviraux aux usagers en avril 2009 et des premiers traitements de substitution à la méthadone. Plus de 500 professionnels afghans (ONG, représentants communautaires, institutions judiciaires et sanitaires) ont également été formés aux bonnes pratiques de la réduction des risques.

Le programme de RdR à Kaboul est devenu un modèle, dupliqué depuis, en Afrique notamment.

» Sri Lanka

Aux côtés des femmes tamoules En 2012, Médecins du Monde démarrait un partenariat avec Caritas autour de cliniques mobiles apportant des soins de santé primaires et un soutien psychologique aux femmes du nord du Sri Lanka. Ce partenariat a été effectif toute l’année 2013 et répond aux besoins liés aux post-traumas dans une zone à 80 % militarisée, où les violences liées au genre sont importantes. Il sera reconduit pour six mois en 2014. En parallèle, MdM conduira une mission d’implantation en vue d’un nouveau projet dans le Nord et/ ou dans les plantations de thé du centre du pays où les femmes tamoules ont peu accès aux soins et aux droits. © Robin Hammond/Panos Picture


54

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

serbie Grâce à son expertise sur le thème de la migration, MdM pourrait ouvrir un programme en Serbie, pays qui connaît un afflux de migrants.

nos programmes en

Europe �� 2013 a été une année charnière pour les programmes en Europe. Des réflexions ont été menées pour redéfinir les projets, apporter une nouvelle dynamique et créer de nouveaux programmes en adéquation avec les besoins. Les fondations ont été posées pour des projets plus solides dans les années à venir.

© Benoît Guenot


56

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

faits marquants

BIÉLORUSSIE

» Bulgarie » Roumanie » Russie

POLOGNE

(Tchétchénie)

UKRAINE

SLOVAQUIE

Migrants aux portes de l’Europe

MOLDAVIE HONGRIE

Russie Roumanie

CROATIE BOSNIEHERZÉGOVINE

» serbie

SERBIE

KOSOVO

Mer er Adriatiquee Ad

Dans le cadre de sa stratégie d’action et de plaidoyer sur les conséquences des politiques migratoires sur la santé, Médecins du Monde s’intéresse à la migration européenne et réfléchit à l’élaboration d’un programme en Serbie.

Mer Noire

MONTÉNÉGRO

Bulgarie

GÉORGIE

MACÉDOINE ALBANIE

ARMÉNIE

GRÈCE TURQUIE

Mer Méditerranée

CHYPRE

Retrouvez les fiches détaillées des différents programmes en Europe dans le CD interactif joint à ce rapport

L’accès aux soins et aux droits pour les migrants est l’une des thématiques prioritaires de Médecins du Monde. Dans ce contexte, une étude a été menée en 2013 sur la migration aux portes de l’Europe dans quatre pays : la Bulgarie, la Pologne, la Roumanie et la Serbie. Les résultats ont montré un afflux de migrants en Serbie, dans des conditions de vie particulièrement difficiles. En 2013, 5 000 demandes d’asile ont été déposées auprès du gouvernement, contre 80 en 2008. Les migrants arrivent principalement du Moyen-Orient, d’Asie et du Maghreb, via la Grèce ou la Turquie pour se rendre en Europe. Une mission exploratoire a donc eu lieu en septembre pour évaluer les besoins et la faisabilité d’un programme. Un

projet d’accès aux soins et de plaidoyer est en réflexion, mais les migrants sont difficiles à approcher car ils sont très mobiles, passent la frontière hongroise dès que possible et sont victimes de violences policières et de xénophobie de la part des populations hôtes. L’objectif est de nouer un partenariat avec une association locale qui effectue de l’assistance juridique, d’y ajouter un volet médical et peut-être logistique (distribution de kit de survie, création d’abris…). Un plaidoyer local serait mis en œuvre pour que les migrants bénéficient du même accès aux soins que les Serbes tandis qu’un plaidoyer européen focaliserait sur la lutte contre les violences institutionnelles liées aux rétentions et aux réadmissions.


58

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

» Moldavie

Lutte contre l’alcoolisation fœtale

» bulgarie

© Gaëlle Girbes

Santé sexuelle et reproductive à Sliven Le programme d’amélioration de la santé des Roms a évolué vers un programme de santé sexuelle et reproductive pour les populations précaires de Sliven. Médecins du Monde est présent à Sliven, dans le ghetto rom de Nadezhda, depuis 2004. Cette année la nécessité de « désethniciser » le programme est apparue, car ce ne sont pas seulement les Roms qui n’ont pas accès aux soins, mais toute la population précaire de Sliven (25 000 personnes). Le diagnostic a été complété par un rapport sur les déterminants socioculturels de cette population. Le projet a été retravaillé pour être plus

en adéquation avec les besoins des bénéficiaires. Il se concentrera sur la santé sexuelle et reproductive, pour lutter notamment contre les grossesses non désirées, très fréquentes, et répondre à la demande de contraception des femmes. La mairie a mis à disposition un local que MdM a réhabilité en centre de planification familiale. En 2014, des groupes de paroles et de sensibilisation auront lieu et une infirmière

En Moldavie, la consommation excessive d’alcool est un souci majeur, surtout pour les femmes qui ne connaissent pas les risques et continuent de boire pendant leur grossesse. L’identification de la consommation à risque et les modalités de prise en charge de la dépendance à l’alcool offerte par les services de santé sont très limitées. MdM a donc élaboré en 2013 un programme de sensibilisation et de prévention de l’alcoolisme dans le district de Nisperoni, qui devrait débuter en 2014, en s’appuyant sur les communautés. Les professionnels de santé seront formés au repérage précoce des personnes à risque et à l’intervention brève dans la prise en charge de la dépendance à l’alcool. La réduction des syndromes d’alcoolisation fœtale est particulièrement visée.

» Roumanie

La mission exploratoire menée en fin d’année identifie de nombreux besoins. Les habitants de ce quartier sont dans une logique de survie, avec d’importantes difficult��s d’accès aux soins. 80 % des habitants ne sont pas couverts par une assurance santé. Parmi les priorités identifiées Malgré son adhésion à l’Union européenne dans le quartier : les soins de santé primaires, la et les réformes structurelles entreprises santé sexuelle et reproductive (suivi de grossesse, dans les années 1990, la Roumanie reste l’un planification familiale…), la réduction des risques des pays les plus pauvres d’Europe. En 2013, (VIH, hépatites) et le dépistage de la tuberculose. l’ambassade de France en Roumanie a sollicité Ce diagnostic est partagé avec le ministère de Médecins du Monde pour effectuer un diagnos- la Santé et l’ambassade de France, qui veulent tic sociosanitaire dans le quartier de Ferentari, à démontrer qu’avec de la volonté et des moyens, Bucarest. Proche d’être un ghetto, ce quartier a il est possible d’inverser la tendance à Ferentari, vu les autorités démissionner, faute de moyens. puis de dupliquer ce modèle s’il est une réussite.

MdM appelé à intervenir à Bucarest Présent en Roumanie auprès de l’association Copii depuis plusieurs années, MdM souhaite élargir son champ d’action dans le pays.

» Tchétchénie

Santé materno-infantile Le projet d’amélioration de la santé materno-infantile dans le district de Vedeno, commencé en juillet 2012 a suivi son cours en 2013. Les équipes mobiles de gynécologues sont allées à la rencontre des femmes dans les centres de santé primaire. 540 femmes ont bénéficié d’un suivi de grossesse et 554 accouchements ont eu lieu. Les équipes locales ont été formées pour renforcer leurs compétences dans la prise en charge et la planification familiale. Ce qui a entraîné un regain de confiance de la part des femmes, qui hésitent moins à se rendre dans les centres de santé. Le projet sera clos en juillet 2014 après une période d’évaluation et de capitalisation d’expérience.

viendra renforcer l’équipe de médiateurs pour orienter les femmes vers des praticiens financés par la mairie, pour des soins gratuits. En Bulgarie, où les taux de mortalité maternelle et d’avortement sont le double de la moyenne européenne, MdM portera les trois prochaines années un plaidoyer pour un meilleur accès aux soins de santé sexuelle et reproductive, avec l’association bulgare de planning familial. © MdM


60

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

nos programmes

Opération Sourire �� Depuis la première intervention réalisée en 1989 au Cambodge, l’Opération Sourire s’est développée progressivement. Aujourd’hui, les équipes de Médecins du Monde effectuent des missions de chirurgie plastique et reconstructrice en Afrique et en Asie. L’objectif est de redonner le sourire à des personnes, plus particulièrement à des enfants, atteintes de pathologies congénitales ou acquises, et de promouvoir la formation du personnel médical national. Au-delà de l’acte chirurgical, il s’agit aussi de favoriser la réinsertion sociale des personnes opérées, au sein de leur communauté.

Niger © Catherine Henriette


62

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Les missions sont annoncées par les médias locaux, entraînant une affluence de futurs patients.

au Burundi, en Birmanie, en Sierra Leone et en Guinée-Bissau. Grâce à elles, 764 personnes ont bénéficié d’une intervention chirurgicale. De son côté, MdM France a repris une mission chirurgicale auprès des femmes victimes de brûlures par jets d’acide au Pakistan, mais a dû reporter deux missions (Tchad et Madagascar) du fait d’un contexte très défavorable qui ne permettait pas de garantir la sécurité des équipes.

Sur chaque mission, les chirurgiens forment les équipes locales pour renforcer leurs compétences.

également à poursuivre le développement de la qualité des programmes et à promouvoir son approche singulière de la chirurgie plastique et reconstructrice dans les pays d’intervention. Le travail de formation du personnel médical national ainsi que l’éva© Catherine Henriette » Perspectives et enjeux luation des missions (pour analyEn 2014, les équipes de l’Opération Sourire projets long terme avec une base d’accueil sur ser le bénéfice des opérations effectuées) seront prévoient de réaliser 29 missions terrain, place. Cela facilite la logistique, le recrutement/ au cœur des priorités. Enfin, 2014 sera la date dont trois exploratoires. suivi des patients, les autorisations/conventions anniversaire des 25 ans de l’Opération Sourire. L’idée est toujours de privilégier les missions de partenariat, mais aussi la sécurité et l’enca- Dans ce cadre, un travail de sensibilisation et de dans les pays où MdM a déjà une implantation de drement des équipes. Médecins du Monde tient communication sera réalisé.

» Mission Pakistan © Catherine Henriette

Rendre un visage et favoriser la réinsertion sociale L’Opération Sourire s’inscrit dans une logique de solidarité vis-à-vis des publics les plus défavorisés, ayant une altération de leur apparence. Par ces actions, les équipes de quatre associations du réseau international de Médecins du Monde (Allemagne, France, Japon, Pays-Bas) contribuent à redonner confiance aux patients et favorisent leur réinsertion sociale.

En 2013, les équipes ont opéré 1 075 patients lors de 20 missions, organisées dans 10 pays. MdM France a réalisé 9 missions dans cinq pays : Bénin, Cambodge, Madagascar, Mongolie, Pakistan. Elles ont permis la prise en charge de 311 patients souffrant principalement de fentes labio-palatines et de séquelles de brûlures. MdM Allemagne, MdM Japon puis MdM Pays-Bas ont mis en place leurs propres opérations chirurgicales au Cambodge, au Bangladesh,

Après six ans d’interruption, Médecins du Monde a repris son programme Opération Sourire au Pakistan, en septembre dernier. L’équipe a opéré 17 femmes, toutes victimes de brûlures par jets d’acide. Deux partenaires locaux ont travaillé sur le recrutement et la sélection des patientes : la Family Planning Association of Pakistan (FPAP), organisation ayant pour vocation d’aider les femmes et les enfants par le biais d’un réseau de Charity Hospital, et Acid Survivors Foundation (ASF), organisation

RESPONSABLES

»A  ssociatif : Docteur François Foussadier »S  iège : Sophie Poisson

PAYS D’INTERVENTION

à but non lucratif qui soutient les victimes de l’acide au Pakistan. Les brûlures volontaires et criminelles par acide (vitriol ou acide sulfurique) sont, dans cette partie du monde, relativement fréquentes et responsables de mutilations extrêmement graves chez les femmes qui en sont victimes. Il s’agit d’un crime d’honneur qui tend à mutiler une femme ou une fille dont le comportement est considéré comme contrevenant aux normes de la société au sein de laquelle elle vit.

»B  angladesh, Bénin, Birmanie, Burundi, Cambodge, GuinéeBissau, Madagascar, Mongolie, Pakistan, Sierra Leone

BUDGET

» 592 558  € partenaire

» Fondation d’entreprise L’Oréal

© Isabelle Eshraghi


64

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Les missions en France sommaire

Paris © Véronique Burger/Phanie

» 66

Les missions en France

» 68

Carte

» 69

Observatoire de l’accès aux soins

» 70

Bidonvilles

» 72

Migrants

» 73

Réduction des risques

» 74

Prostitution

» 76

Prévention VIH-hépatites-IST-tuberculose

» 77

Parrainage des enfants hospitalisés

» 78

Santé-habitat

65


66

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Les missions en France Les conséquences de la crise économique sur la santé et l’accès aux soins des plus précaires sont prégnantes en France. Les inégalités sociales de santé s’accentuent dans un contexte où, de surcroît, on peut observer des réponses publiques souvent plus sécuritaires que sociales, notamment envers les migrants, les personnes se prostituant et les usagers de drogues. Ces personnes accèdent de plus en plus difficilement au système de soins, avec pour conséquence une détérioration de leur état de santé.

Simplifier l’accès aux soins et aux droits L’activité globale des Centres d’accueil, de soins et d’orientation (Caso) ne cesse d’augmenter, avec notamment une hausse inquiétante et constante de l’effectif des mineurs depuis 2008. Les personnes accueillies cumulent difficultés financières, précarité des conditions de logement, problèmes de santé et d’accès aux soins. 43 % de nos patients recourent trop tardivement aux soins et 22 % ont même renoncé à se soigner au cours des douze derniers mois. Ces deux indicateurs, en progression depuis plusieurs années, prouvent la dégradation de l’accès aux soins et de la santé des populations les plus précaires. Depuis 2012, des décisions politiques allant dans le sens d’une amélioration de la situation ont été observées, avec notamment la suppression du droit d’entrée de 30 euros pour l’aide médicale d’État (AME). Le Plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale marque aussi une volonté de lutter contre les inégalités sociales et territoriales de santé, avec des annonces concernant le champ sanitaire : relèvement du seuil de la CMUc (couverture maladie universelle complémentaire), renforcement des Permanences d’accès aux soins de santé (Pass), simplification des procédures de domiciliation. Cependant, l’impact concret de

Le droit à l’hébergement et l’inconditionnalité de l’accueil ne sont pas toujours respectés.

ces mesures reste insuffisant, tandis que la santé des migrants n’a pas été suffisamment abordée. De manière générale, il est nécessaire de simplifier l’accès aux droits et aux soins, des mesures telles que la fusion de l’AME et de la CMU et le renforcement des Pass et des dispositifs de proximité doivent être envisagées. Vers des logements pérennes Concernant l’hébergement, le gouvernement s’est aussi engagé à augmenter le nombre de places dans les Centres d’accueil de demandeurs d’asile (Cada) et à mettre fin aux plans saisonniers, ce qui reste encore un effet d’annonce sans traduction concrète dans certaines régions. De plus, le droit à l’hébergement et l’inconditionnalité de l’accueil ne sont toujours pas respectés partout. Des femmes et des enfants dorment encore dehors. Il faut réellement en finir avec la gestion saisonnière de l’hébergement d’urgence et créer des structures d’hébergement ouvertes toute l’année en nombre suffisant, avec un accompagnement social vers le logement pérenne. Les destructions de bidonvilles sans alternative de relogement continuent malgré la circulaire du 26 août 2012 censée anticiper et accompagner les démantèlements de campements. Le droit au séjour pour raison médicale des étran-

La part de mineurs rencontrés dans les Caso, augmente tous les ans.

Paris © Véronique Burger/Phanie

gers résidant en France a été vidé de son contenu par la loi Besson de 2011. Désormais, il suffit que le traitement médical existe dans le pays d’origine du malade pour l’y renvoyer, indépendamment de l’effectivité de l’accès à ce traitement. De fait, des étrangers atteints de maladies graves sont renvoyés dans leurs pays même si un pronostic vital est engagé à court ou moyen terme. Médecins du Monde demande donc le rétablissement de la protection des étrangers gravement malades en revenant à la législation de 1998. Prévention auprès des usagers de drogues Depuis plus de vingt ans, Médecins du Monde est engagé auprès des usagers de drogues et des personnes se prostituant dans une démarche de réduction des risques. Il s’agit

d’intervenir avec et auprès d’eux, dans le but de leur proposer un accès à des services de santé adaptés à leurs besoins, tout en travaillant à faire évoluer leur statut social et légal. Le débat autour de l’usage des drogues en France, contraint pendant des années par une politique plus répressive que préventive, a empêché la mise en place de dispositifs adaptés à la prévention de la transmission des hépatites, en particulier de l’hépatite C. Pourtant, des réponses efficaces peuvent être apportées, notamment en autorisant l’ouverture expérimentale de salles de consommation à moindres risques, pour limiter l’épidémie d’hépatite C chez les usagers de drogues par voie intraveineuse. Il faut aussi légaliser au plus vite l’utilisation de tests rapides d’orientation diagnostique pour l’hépatite C.

À l’heure de la réforme du droit d’asile, de l’application de la loi Alur sur le logement et du projet de loi sur le système prostitutionnel (proposant l’abrogation du délit de racolage public tout en instaurant la pénalisation du client qui renforcera les difficultés d’accès aux soins et aux droits des personnes se prostituant), Médecins du Monde rappelle la nécessité de respecter les principes de santé publique et les droits fondamentaux au sein des politiques publiques. Nous attendons, seize ans après la première loi de lutte contre les exclusions, la mise en œuvre effective d’une politique médico-sociale solidaire et efficace, quel que soit le statut administratif des personnes.


68

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

ROYAUME-UNI

Nord-Pasde-Calais

Rouen

Observatoire de l’accès aux soins

Dunkerque

Calais

BELGIQUE

Valenciennes

ALLEMAGNE LUX.

Saint-Denis

Le Havre

Metz

Normandie Colombes Île-deFrance

Paris

» les missions en France

Lorraine Nancy

L’Observatoire de l’accès aux soins de la Mission France a été créé en 2000 pour témoigner des difficultés d’accès aux dispositifs de droit commun des populations accueillies par l’association. L’Observatoire constitue un outil de connaissance sur les populations vulnérables, par ailleurs ignorées par les statistiques officielles de santé publique, mais également de pilotage des programmes de l’association et de plaidoyer. Il permet d’élaborer des propositions au regard de données objectives et de l’expertise de terrain, à partir desquelles MdM interpelle les acteurs politiques, institutionnels et professionnels de santé pour améliorer l’accès aux droits et aux soins des populations précaires ou en situation d’exclusion.

Strasbourg

Alsace FrancheComté

Pays de la Loire Angers

Besançon

Nantes Centres d'accueil de soins et d'orientation

SUISSE

Poitiers

Centre de soins pédiatriques

Rhônes-Alpes, Bourgogne, Auvergne

PoitouCharentes

Parrainage des enfants hospitalisés

Combrailles

Angoulême

Actions mobiles dans la rue, les bidonvilles, auprès des migrants...

» Lyon

Aquitaine

MidiPyrénées

Bayonne

44 232

consultations médicales ont été assurées »3   685

LanguedocRoussillon

ProvenceAlpesCôte d’Azur

consultations dentaires

»1  4 000

Nice

consultations sociales

Toulouse

» L ’âge moyen des patients

Pau

»

Montpellier ESPAGNE

Aix-en-Provence Corse Marseille

Saint-Denis Mayotte

Cayenne

Mamoudzou

Ajaccio

est de 33

ans

Le centre de soins pédiatriques

» les activités L’Observatoire de l’accès aux soins apporte un appui à l’ensemble des missions France pour élaborer des recueils de données et/ou des enquêtes spécifiques dans le but de recueillir des données permettant de communiquer et témoigner sur la base de données objectives. Chaque année, l’Observatoire réalise un rapport, publié à l’occasion de la Journée internationale du refus de la misère (17 octobre), qui présente un état des lieux de l’activité des Caso et des populations accueillies dans ces structures. Il est élaboré à partir des recueils médico-sociaux des Caso, de témoignages recueillis par les équipes de terrain, d’observations sur les dispositifs d’accès aux soins et les difficultés existantes, du suivi des dispositifs législatifs et réglementaires.

de Mayotte a reçu

» les perspectives

et assuré 2 060 consultations médicales.

• Poursuivre les activités de l’Observatoire auprès des missions France afin d’harmoniser les outils de recueil de données et de consolider les données recueillies. • Mener des enquêtes sur des thématiques spécifiques. • Poursuivre le plaidoyer de Médecins du Monde à partir de données objectives recueillies sur les terrains.

1 276 enfants

» 6 0,6 % des enfants reçus avaient moins de 3 ans.

»1  2,6 %

ont moins de 18 ans

»9  4,5 %

sont d’origine étrangère

SURINA

Saint-Pierre

de 63 212 passages

Bordeaux

Actions auprès des usagers de drogues

La Réunion

29 960 patients différents, au cours

ITALIE

Grenoble

Actions auprès des personnes se prostituant

20

Les Caso ont reçu au total

Témoigner des difficultés d’accès aux soins des personnes en situation de précarité et/ou d’exclusion

»9  6 % vivent sous le seuil

Guyane

de pauvreté

BRÉSIL

Sources de financement

» Fonds propres de MdM, Direction générale de la santé et Direction générale de la cohésion sociale.


70

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Bidonvilles » les missions en France

L’année 2013 a été marquée par une augmentation des expulsions de bidonvilles sans alternative de relogement et sans diagnostic social préalable, accompagnées parfois de violences privées. Les conditions de vie très précaires sont préoccupantes, car elles exposent les populations à des risques sanitaires majeurs. Leur accès aux droits (AME) reste difficile. La circulaire du 26.08.2012 censée améliorer les conditions de démantèlement de campements reste inégalement appliquée sur l’ensemble du territoire, malgré un travail de concertation avec la Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement (Dihal).

Bénéficiaires

» plus de 6 000 personnes

Intervenir auprès des habitants des bidonvilles pour un meilleur suivi sanitaire

Nombre de bénévoles

» 173

Sources de financement

» Fonds propres de MdM, agences régionales de santé, conseils généraux, conseils régionaux, mairies… Partenaires

» Romeurope, comités de soutien, centres d’hébergement, PMI… localisation des missions

» Saint-Denis, Bordeaux, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Strasbourg et Toulouse.

» les activités • Veilles sanitaires et sociales : aide à l’ouverture des droits, soins de santé primaires et orientations vers le droit commun. • Sanitation : démarches auprès des communes pour améliorer les conditions d’hygiène sur les terrains (ramassage des ordures, accès à l’eau…). • Périnatalité : prévention des IVG, suivi des grossesses, information sur la contraception, vaccination des enfants, accompagnements en PMI et dans les centres de planification familiale. • Campagnes de vaccination notamment contre la rougeole (Seine-Saint-Denis, Marseille). En 2013, MdM et d’autres associations ont poursuivi et achevé une recherche-action de médiation sanitaire démarrée en 2011 dans l’objectif de faciliter l’accès des femmes et des jeunes enfants aux structures et dispositifs sanitaires et d’améliorer leur accueil dans ces dispositifs sur quatre sites : Lille (Areas), Fréjus (Sichem), Nantes (MdM), Val-d’Oise (Asav). Les résultats de cette expérimentation démontrent la pertinence de cet outil et recommandent la reconnaissance de la profession de médiateur pour améliorer l’accès à la santé de ces populations. Le Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, en reconnaissant la pertinence de la médiation sanitaire pour faire face aux inégalités sociales, valide cette option opérationnelle.

» Les perspectives Favorable à une politique de résorption des bidonvilles qui respecte la dignité des personnes et s’appuyant sur l’application de la circulaire du 26 août, MdM insiste sur la nécessaire anticipation des démantèlements de campements avec diagnostics sociosanitaires et propositions d’alternatives de relogement pérennes. MdM prône la stabilisation des terrains (accès à l’eau et à l’hygiène, débarrassage des ordures) lorsqu’il n’y a pas de risque de péril sanitaire et lorsqu’il n’y a pas d’alternative proposée pour des logements dignes et pérennes. © Steven Wassenaar


72

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Migrants » les missions en France

L’accès à la protection maladie pour les étrangers précaires est toujours rendu difficile par de nombreux obstacles administratifs (demandes abusives de pièces justificatives par les CPAM, multiplication des conditions d’accès à l’AME, non-reconnaissance de la domiciliation). Malgré la suppression du forfait de 30 euros pour l’accès à l’AME, les retards de recours aux soins sont encore trop importants (43 %). Il est nécessaire de simplifier l’accès aux droits (domiciliation, fusion AME-CMU) et d’améliorer le dispositif d’accès aux soins encore insuffisant (Pass).

Réduction des risques » les missions en France

Alors qu’en septembre 2013, la Mildt publiait son nouveau Plan gouvernemental de lutte contre la drogue et la toxicomanie 2013-2017, dans lequel est prévue, à titre expérimental, la mise en place de la salle de consommation à moindres risques, le Conseil d’état rendait un avis négatif recommandant au gouvernement d’inscrire dans la loi le principe de ce dispositif pour plus de garantie juridique, en différant ainsi de plusieurs mois le projet porté par Gaïa Paris, MdM et la mairie de Paris. En 2013, MdM s’est également attaché à poursuivre le développement de l’analyse de drogues, comme outil de RdR, au sein des Caarud.

Aux côtés des étrangers en situation de précarité » 94 % des patients reçus la 1re fois dans les Caso sont étrangers. » 31 % des patients reçus la 1re fois dans les Caso sont concernés par une demande d’asile (qu’ils aient ou non déposé leur demande, que celle-ci ait abouti favorablement ou non). » 87 % des étrangers n’ont pas de droits ouverts à la couverture maladie lorsqu’ils viennent la première fois consulter dans un Caso. » Près de 3 000 contacts auprès des migrants en transit dans le nord littoral et plus de 300 auprès des travailleurs agricoles de Berre. Nationalités les plus représentées

» Roumanie, Algérie, Maroc, Tunisie, Cameroun… Nombre de missions

» les activités • En lieux fixes (Caso) : consultations médicales, sociales, prévention et orientation vers les dispositifs sociosanitaires de droit commun. • Actions mobiles auprès des publics : soins infirmiers et consultations médicales, promotion de la santé, prévention, RdR… • Plaidoyer pour la mise en place de structures adaptées aux besoins des patients : Pass, lits halte soins santé… • Recueil de données sociales et médicales, et témoignages sur les conditions de vie et les difficultés d’accès aux soins, à la prévention et aux droits de ces populations. • Durant toute l’année 2013, MdM a dénoncé les conditions de vie précaires des migrants aussi bien à Calais, où le Défenseur des droits1 a dénoncé le harcèlement policier dont ils sont victimes, qu’à Mayotte, où l’accès aux soins n’est pas effectif pour les mineurs étrangers.

» les perspectives Après avoir participé à une concertation nationale sur l’accueil des demandeurs d’asile fin 2013, MdM restera vigilant pour que la réforme de l’asile prévue pour 2014 prenne en compte ses recommandations. MdM reste mobilisé sur la nécessité de simplifier l’accès aux droits et de renforcer les dispositifs d’accès aux soins, tant pour les étrangers précaires que pour les demandeurs d’asile.

» L’ensemble des programmes Nombre de bénévoles

» 1 979

1. Avis 2011-113 du 13 novembre 2012.

Types de produits

» Alcool, cannabis, ecstasy, cocaïne, LSD, amphétamines, héroïne, substances anesthésiques… Nombre de bénéficiaires

» Près de 11 400 contacts en milieu festif et 1 300 dans les squats bayonnais, marseillais et parisiens. 120 bénéficiaires d’Erli. 340 produits analysés par la mission XBT. Nombre de bénévoles

» 107

Sources de financement

» Fonds propres de MdM, agences régionales de santé, conseils régionaux, Mildt… Partenaires

» ANRS, Techno Plus, Aides, Act Up, Espace Indépendance, Sida Paroles, Bizia, Gaïa Paris, Bus 31/32, La Case, AFR…

La réduction des risques liés à l’usage de drogues » les activités Depuis 1997, MdM mène une action de prévention et de réduction des risques liés à l’usage de produits psychoactifs en milieu festif et urbain : –– en free parties et clubs transfrontaliers ; –– en squats ; –– auprès des usagers de drogues par voie intraveineuse, en développant la mission Erli ; –– en développant l’analyse de drogues par CCM (chromatographie sur couche mince). Par ailleurs, en 2013, la recherche-action sur l’accompagnement et l’éducation aux risques liés à l’injection (Aerli), en partenariat avec Aides et l’Inserm de Marseille et soutenue par l’ANRS, s’est terminée.

» les perspectives • Transfert auprès des partenaires d’autosupport et Caarud des dispositifs de RdR en milieu festif. • Pérennisation et renforcement du dispositif existant dans les squats. • Publication des résultats sur la recherche-action Aerli, en partenariat avec Aides, l’Inserm Marseille et l’ANRS. • Publication des résultats de la recherche sur le Skenan® et promotion de la CCM comme outil de RdR. • Soutien à la mise en place d’une salle de consommation à moindres risques et à visée éducative à Paris.

Partenaires

» Associations membres de l’ODSE, collectif MOM, CFDA, coordinations associatives locales ou régionales… Sources de financement

» Fonds propres de MdM, agences régionales de santé, conseils généraux, conseils régionaux, mairies…

localisation des missions

» 4 missions Rave : Bayonne, Méditerranée, Montpellier et Toulouse ; » 2 actions dans les squats à Bayonne, Marseille et 1 programme à Paris ; »1  programme de coordination nationale du dispositif d’analyses de drogues basé à Paris et 6 pôles d’analyses de drogues (Bayonne, Colombes, Marseille, Nice, Paris et Toulouse) ; » 1 mission d’éducation aux risques liés à l’injection (Erli) en IDF.


74

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Prostitution » les missions en France

Dix ans après la mise en application de la loi de sécurité intérieure1, le constat des associations travaillant avec les personnes se prostituant est unanime : le délit de racolage public pénalise lourdement les personnes se prostituant et les rend plus vulnérables. Une proposition de loi sur le système prostitutionnel (PPL), adoptée en première lecture à l’Assemblée nationale, vise à renforcer les moyens de lutte contre le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle. Cette proposition prévoit aussi l’abrogation du délit de racolage public, mais propose la pénalisation des clients, qui, de notre point de vue, renforcera les difficultés d’accès aux droits et aux soins des personnes qui se prostituent.

Bénéficiaires

» Près de 2 000

Accompagner et faciliter l’accès aux soins des personnes se prostituant

Nombre de bénévoles

» 116

» les activités

Sources de financement

• Organisation de tournées nocturnes et diurnes en unité mobile sur les lieux de prostitution, de permanences et d’ateliers santé, afin de mettre à disposition du matériel de prévention, d’informer sur les risques liés aux IST, VIH et hépatites, et d’offrir un espace d’écoute. • Recrutement d’animatrices de prévention (travailleurs pairs) ayant une approche, une expertise et des compétences issues du milieu prostitutionnel. • élaboration d’un suivi plus individualisé. • Accompagnement physique dans les dispositifs de santé du droit commun. • Réalisation d’une enquête par les équipes du Lotus Bus auprès de 86 femmes chinoises se prostituant à Paris, sur les violences qu’elles subissent. 75 % d’entre elles ont fait l’objet d’une arrestation au motif de racolage au cours des douze derniers mois.

» Fonds propres de MdM, agences régionales de santé, conseils généraux, conseils régionaux, mairies… Partenaires

» Aides, Arcat, CDAG, Cimade, Droits d’urgence, Strass, collectif Droits et Prostitution et les personnes proposant des services sexuels tarifés… Localisation des missions

» Montpellier, Nantes, Paris, Poitiers, Rouen

» les perspectives Deux enquêtes sont à l’étude et pourraient être réalisées en 2014 : –– l’une sur l’état des connaissances, attitudes et pratiques des personnes proposant des services sexuels tarifés vis-à-vis du VIH, des hépatites et autres IST ; –– la seconde sur l’impact de la PPL sur l’accès aux soins et aux droits des personnes se prostituant. La proposition de loi étudiée au Sénat courant 2014, pourrait être promulguée début 2015. Dans l’attente, l’ensemble des équipes MdM intervenant auprès des personnes proposant des services sexuels tarifés et leurs partenaires terrain se mobilisent pour informer, au travers d’auditions notamment, les parlementaires et institutions indépendantes sur l’impact négatif que pourraient avoir certaines dispositions de cette PPL. 1. LSI : Loi n° 2003-239 du 18 mars 2003 pour la sécurité intérieure.

© Jérôme Sessini/Magnum photos/MdM


76

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Projet Prévention

VIH-Hépatites-IST-Tuberculose

Parrainage

des enfants hospitalisés

» les missions en France

» les missions en France

Les équipes de MdM rencontrent des patients en situation précaire, essentiellement des migrants, qui viennent de régions à forte prévalence du VIH, des hépatites et de la tuberculose et sont donc particulièrement exposés à ces pathologies. En France, ils représentent 47 % des découvertes de séropositivité au VIH. La prévalence des hépatites B et C est 3 fois plus importante chez les patients précaires bénéficiaires de la CMUc. Les cas de tuberculose chez les personnes nées à l’étranger sont environ 9 fois supérieurs à celui des personnes nées en France (36,1/100 000 vs 4,1/100 000).

De nombreux enfants, souvent de milieux défavorisés, venant de France et du monde entier, sont régulièrement hospitalisés dans les établissements de la région parisienne, en Guyane et à La Réunion, pour des pathologies qui ne peuvent être traitées près de chez eux. Afin d’atténuer certains troubles psychologiques liés aux carences affectives de la séparation parfois brutale avec les parents, et d’aider l’enfant à mieux affronter la souffrance, la présence des bénévoles de la mission Parrainage est reconnue comme primordiale, et améliore grandement la qualité de la prise en charge. De plus en plus fréquemment, la mission accompagne aussi des enfants dont les parents sont présents, mais doivent faire face à des difficultés de vie croissantes

Bénéficiaires

» Les personnes fréquentant les missions pilotes, soit près de 28 088 bénéficiaires Sources de financement

» Direction générale de la santé, Sidaction et fonds propres de Médecins du Monde localisation des missions qui participent au programme

» Caso : Bordeaux, Cayenne, Lyon, Marseille, Nantes, Nice, Paris, Rouen, Saint-Denis, Strasbourg, Toulouse » Missions prostitution : Lotus Bus Paris, Nantes » Missions SDF : Metz, Lyon, Angoulême » Missions auprès des usagers de drogues : Programme d’éducation aux risques liés à l’injection (Erli), Paris et Colombes, mission Rave Bayonne

Lutter contre le VIH, les IST, les hépatites et la tuberculose » les activités • Renforcer la prévention : équipement des missions en matériel de prévention (flyers, préservatifs…), entretiens individuels ou animations collectives. • Améliorer l’accès au dépistage : incitation des patients à se faire dépister, partenariats avec des Centres de dépistage anonyme et gratuit (CDAG) ou des laboratoires de ville, proposition de tests rapides d’orientation diagnostique (Trod) du VIH et du VHC dans certaines missions. • Faciliter l’accès aux soins���: partenariat avec les structures de droit commun, accompagnement physique des patients. • Témoigner de la situation des personnes au regard de ces pathologies. En 2013, MdM a lancé de nouvelles interventions : • Les Caso de Rouen et Marseille ont mis en place des actions de dépistage à l’aide de Trod VIH. Le Caso de Marseille propose aussi des Trod VHC. • Ainsi, ce sont maintenant 9 programmes qui proposent des Trod VIH : Cayenne, Nice, Strasbourg, Bordeaux, Nantes, Metz, Bayonne, Rouen et Marseille, certains en partenariat avec Aides. La mission Rave de Bayonne propose aussi des Trod VHC aux usagers de drogues dans les locaux du Csapa/Caarud de l’association Bizia.

» les perspectives • Poursuivre et élargir en métropole et en Guyane la mise en place des Trod VIH et VHC, dans une stratégie globale de dépistage et pour développer l’accès au dépistage de manière adaptée et innovante. • Développer le dépistage des infections sexuellement transmissibles autres que le VIH et l’hépatite B. • Consolider nos partenariats avec les CDAG.

Accompagner les enfants malades et isolés Nombre d’enfants parrainés en 2013

» 145 » En région parisienne : 115 » En Guyane : 24 » à La Réunion : 6 Nombre de bénévoles

» 118 » En région parisienne : 90 » En Guyane : 19 » à La Réunion : 9 Centres en région parisienne

» Centre des Côtes Les-Loges-en-Josas, hôpital d’enfants Margency-Croix-Rouge française, hôpital de pédiatrie et de rééducation de Bullion, fondation Paul Parquet Neuilly-sur-Seine, centre médical de jeunes enfants de Montreuil, centre de rééducation pour tout-petits à Antony, centre de rééducation de Saint-Maurice, Institut Gustave-Roussy à Villejuif, hôpital du Kremlin-Bicêtre En Guyane

» Centre hospitalier Andrée-Rosemon à Cayenne, Centre hospitalier de l’Ouest guyanais Franck-Joly à Saint-Laurentdu-Maroni à la Réunion

» Centre hospitalier Félix-Guyon à Saint-Denis de La Réunion

» les activités Pour aider l’enfant à mieux affronter la solitude, la souffrance et la maladie, le parrainage doit être mis en place le plus tôt possible. Le parrainage comporte trois types de missions : –– mission de prévention : atténuer certains troubles psychologiques liés aux carences affectives de la séparation parfois brutale d’avec les parents ; –– mission de soutien ; –– mission de lien, en maintenant les liens quelquefois distendus entre l’enfant et les parents, d’une part, et les acteurs médico-sociaux d’autre part. Pour ce faire, les bénévoles sont amenés à rendre visite à l’enfant 3 fois par semaine dont une fois durant le week-end, à organiser des sorties selon son état de santé et à accompagner éventuellement les enfants lors des retours sur leurs lieux de vie. Dans près de 20 % des cas, les bénévoles sont amenés à faire un accompagnement de fin de vie.

» les perspectives • Œuvrer en appliquant la Déclaration des droits de l’enfant et la Charte européenne des droits de l’enfant hospitalisé. • Consolidation de notre présence en Guyane et à La Réunion, avec la perspective d’une seconde antenne de la mission à Saint-Pierre (97), sous réserve de l’obtention de son financement par l’ARS.

Partenaires En Île-de-France

» Hôpitaux de Paris : hôpital Necker-Enfants malades AP-HP, hôpital Armand-Trousseau AP-HP, hôpital Robert-Debré AP-HP, hôpital Saint-Louis AP-HP, Clinique médicale et pédagogique Édouard-Rist, Institut Curie Sources de financement et soutiens

» Fonds propres de MdM, Fondation Bouygues, Air France, Air Austral et Air Caraïbe


78

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Santé-habitat » les missions en France

Sept ans après la mise en œuvre de la loi Dalo en 2007, la France compte encore plus de 3,5 millions de personnes1 non ou très mal logées. D’après l’Insee, 141 500 personnes sont sans domicile en France et leur nombre a doublé en dix ans2. Malgré l’augmentation du nombre de places d’hébergement d’urgence, l’offre reste nettement insuffisante pour couvrir la demande et les modalités d’accueil (séparation des familles ou des couples, contraintes horaires, non-acceptation des animaux de compagnie…), et les conditions d’hébergement (locaux dégradés, promiscuité, recours à l’hôtel…) dissuadent les personnes d’y avoir recours.

Nombre de bénévoles

» 333

Contacts avec les personnes sans abri et mal logées

»P  rès de 18 000 contacts pour près de 6 000 bénéficiaires ; »7  0 % des personnes vues dans les Caso ne disposent pas d’un logement stable ; » 31 % des personnes vues dans les Caso sont sans abri ou hébergées par un organisme/association pour une durée supérieure à 15 jours ou en hébergement d’urgence (pour une durée ≤ à 15 jours) ; »2  3,6 % des mineurs sont à la rue ou en hébergement d’urgence pour une durée ≤ à 15 jours ; »6  9,5 % vivent dans des logements temporaires/précaires.

Prendre en compte l’impact du non et du mallogement sur la santé » les activités • Actions de soins, de prévention et d’accompagnement dans la rue et dans les squats via des actions mobiles (à bord d’un véhicule ou dans des structures partenaires) et via les Caso de MdM. • Soutien à la mise en place d’équipes mobiles institutionnelles adaptées aux besoins des personnes (Pass mobiles, EMPP…). • Promotion des dispositifs d’hébergement et de logement adaptés aux besoins des publics (lits halte soins santé, LAM…). • Participation au collectif des associations unies (CAU) sur le triptyque prévention-hébergement-logement. à partir de sa mobilisation, MdM témoigne des conséquences néfastes sur la santé du non ou mal-logement. MdM milite pour une amélioration qualitative et quantitative des conditions d’hébergement d’urgence et une politique d’accompagnement vers du logement plus pérenne.

Sources de financement

» Fonds propres de MdM, ARS, conseils régionaux, conseils généraux, mairies… principaux Partenaires

» Associations membres du Collectif des associations unies pour une nouvelle politique du logement, associations locales (La Péniche, les Amis de la rue, le Fournil, le GAF, Enfants du mondedroits de l’homme…), associations d’autosupport, PMI…

© Jérôme Sessini/Magnum photos/MdM

» les perspectives MdM continuera sur la même lancée en 2014 et suivra la mise en place et l’avancée des mesures annoncées dans le Plan quinquennal de lutte contre la pauvreté et les exclusions en lien avec le CAU.

1. Rapport 2013 sur l’état du mal-logement en France, fondation Abbé Pierre, février 2013 et Insee, recensement de la population en 2006 qui a dénombré 133 000 personnes sans abri ; Drees, enquête Établissements sociaux (ES) 2008 ; sources administratives. 2. Enquête sur l’hébergement des sans-domicile en France en 2012, Insee, juillet 2013.


80

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Les délégations régionales Espace de l’action politique d’une région en lien avec et en délégation du CA, les délégations régionales ont d’abord eu besoin de s’affirmer en garantissant une cohérence et un suivi des actions avant de se projeter dans un projet territorial stratégique.

Bordeaux © Constance Decorde

81


82

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

La dynamique associative en région L’année 2013 a d’abord été marquée par un important renouvellement des collèges régionaux dont les membres ont vite été rattrapés par le rythme des sollicitations et l’impérieuse nécessité de l’action. Un accompagnement spécifique (stage de prise de fonctions, formation des trésoriers) leur a été proposé, en adéquation avec leurs responsabilités croissantes. Responsabilités auxquelles se sont vite confrontés les membres du jeune collège Nord-Pas-de-Calais, qui, avec l’ouverture de la délégation à Lille, ont généré beaucoup d’attentes en termes de renforcement des équipes et d’appui aux missions. Pour ce faire, ils s’appuient sur les bonnes pratiques de structuration du recrutement et du parcours des bénévoles que les délégations ont soutenu et renforcé via une politique de formation régionale (intégration des nouveaux, cadre réglementaire, recueil de données, plaidoyer, gestion de la violence, droits sociaux…), complétant ainsi les offres nationales.

Rhône-Alpes, organisation d’un colloque santé et migration à Istanbul, projets en réflexion en Aquitaine et Midi-Pyrénées) qui animent les délégations.

Former, sensibiliser et témoigner

Réel enjeu pour l’avenir, la formation et la sensibilisation des générations futures et des professionnels aux questions de santé et précarité se sont multipliées au niveau régional.

Accueillir, accompagner et valoriser Les 2 000 bénévoles actifs dans les délégations régionales de Médecins du Monde en France ont fait l’objet d’une attention toute particulière du point de vue de la valorisation de leur contribution en nature. Avec le déploiement au niveau de chaque délégation d‘un logiciel facilitant la gestion des bénévoles et améliorant le recueil des heures réalisées par ces derniers, l’association estime de plus en plus précisément la contribution du bénévolat, insistant ainsi sur la richesse du modèle de MdM. La nécessité de développer une communication interne multifacette garantissant l’échange et l’interconnaissance des équipes a vu naître de nouvelles lettres d’information régionales (La Cigogne et l’Horloge pour l’Alsace/FrancheComté, le Fil info en Pays de la Loire, Le Fil en Île de France, La Bazarette en Paca) à côté de la régulière Lettres et débats de Midi-Pyrénées ou du Raban de Rhône-Alpes. Mais c’est dans la tenue de soirées-débats, forums ou autres moments conviviaux que les militants nourrissent les

idées et positions qui alimentent les dynamiques de pensée traversant l’ensemble de la structure.

Développer des actions à l’échelle du territoire régional En réaction aux besoins de santé croissants des populations vulnérables et à l’exposition des équipes à des contextes en tension, les questionnements sur la qualité, l’éthique et le sens de leurs actions se sont multipliés. Ainsi, l’organisation de séminaires de réflexion et d’échanges de pratiques (à la fois interne à chaque mission mais également régionale, voire nationale) s’est concrétisée par la réorganisation de nombreuses missions (comme les Caso de Bordeaux, Lyon, Paris, Ajaccio, l’action bidonville de Montpellier, la mission SDF à La Réunion) et une extension des locaux (Bordeaux, Rouen, Grenoble, Ajaccio, Nice). Cet existant renforcé, c’est l’exploration de nouveaux champs (mission exploratoire en milieu rural en Lorraine et Languedoc-Roussillon) et le maintien du lien avec l’international (nouvelle mission internationale en Palestine portée par la délégation

Réel enjeu pour l’avenir, la formation et la sensibilisation des générations futures et des professionnels aux questions de santé et précarité se sont multipliées au niveau régional : intervention dans les instituts de formations en soins infirmiers, écoles de sages-femmes, facultés de médecine ; collaboration dans la coordination de diplôme universitaire (« santé, précarité », « parcours de soins », « pratique de santé publique »), accueil de stagiaires infirmiers, internes en médecine, étudiants en master 2… La représentation de l’association dans les forums des métiers ou lors de semaines de la solidarité permet parallèlement de présenter les actions et de parler des métiers de Médecins du Monde à des publics différents. C’est finalement par des interventions dans des débats et/ou l’organisation de colloques (médiation sanitaire et sociale à Bordeaux et Nantes ; toxicomanie, hépatites, sida (THS) et précarité, précarité et prévention ; prostitution ; éthique et action humanitaire) que les délégations maintiennent leur esprit critique et affinent leur plaidoyer (Pass ; bidonvilles ; au sein du Conseil de l’Europe ; pour le respect de la trêve hivernale). La mission de témoigner est donc parfaitement assumée par les délégations et se décline en fonction des situations locales sous forme d’enquêtes (sur l’hygiène auprès des populations sans abri à Strasbourg ; les Pass pédiatriques à Paris ou encore sur l’accès à la contraception et à l’IVG des patientes de MdM) ou d’événements de communication externe avec leur participation à des festivals (comme les rencontres inattendues à Marseille, ManifestO à Toulouse, Musiques Métisses à Angoulême…) ; la tenue d’expositions photographiques (« Caso de Lyon : des mots des

à Rouen, les maraudes de MdM proposent soins et soutien aux personnes à la rue.

© Marine Lebrun

visages », « Femmes après coups » à Marseille) ou taine, le Languedoc-Roussillon et les Pays de encore la célébration des 25 ans de MdM à Nancy. la Loire, ce sont l’Alsace/Franche-Comté et le Nord-Pas-de-Calais qui en bénéficient). Vers une autonomisation ? Si 2013 s’est ainsi donné le temps d’installer les La tenue de commissions paritaires dans plus de nouveaux cadres régionaux, 2014 les amènera la moitié des délégations a été perçue comme probablement au bout du processus de régioune avancée positive permettant de définir et nalisation en leur proposant d’affirmer leur projet défendre leurs intentions politiques et opération- politique, de proposer leur stratégie et de décider nelles dans le cadre de la politique régionale et de leur budget. de la construction budgétaire nationale. Pour une partie d’entre elles, le déploiement de postes de coordinateurs régionaux en appui aux collèges a entériné cette démarche (après l’Aqui-

83


84

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Annuaire des délégations régionales » Alsace / Franche-Comté

» Lorraine

» Paca

24, rue du Maréchal-Foch 67000 STRASBOURG T : 03 88 14 01 00 F : 03 88 14 01 02 alsace@medecinsdumonde.net

5, rue de l’Armée-Patton 54000 NANCY T : 03 83 27 87 84 F : 03 83 28 42 55 lorraine@medecinsdumonde.net

4, avenue Rostand 13003 MARSEILLE T : 04 95 04 59 60 F : 04 95 04 59 61 paca@medecinsdumonde.net

» Aquitaine

» Midi-Pyrénées

» Pays de la Loire

2, rue Charleroix-de-Villiers 33300 BORDEAUX T : 05 56 79 13 82 F : 05 56 52 77 69 aquitaine@medecinsdumonde.net

5, boulevard Bonrepos 31000 TOULOUSE T : 05 61 63 78 78 F : 05 61 62 04 15 midi-pyrenees@medecinsdumonde.net

33, rue Fouré 44000 NANTES T : 02 40 47 36 99 F : 02 51 82 38 09 pays-de-la-loire@medecinsdumonde.net

» Corse

» Nord-Pas-de-Calais

» Poitou-Charentes

Boulevard Danielle Casanova 20 000 AJACCIO T : 04 95 10 25 49 F : 04 95 10 25 49 corse@medecinsdumonde.net

25, rue Henri-Kolb 59000 LILLE T : 09 72 38 88 14 nord-pas-de-calais@medecinsdumonde.net

22, allée du Champs-Brun 16000 ANGOULÊME T : 05 45 65 07 47 F : 05 45 61 18 85 poitou-charentes@medecinsdumonde.net

» Île-de-France

» Normandie

» Rhône-Alpes / Auvergne /

62 bis, avenue Parmentier 75011 PARIS T : 01 48 06 63 95 F : 01 48 06 68 54 ile-de-france@medecinsdumonde.net

5, rue Elbeuf 76000 ROUEN T : 02 35 72 56 66 F : 02 35 73 05 64 normandie@medecinsdumonde.net

»

 Languedoc-Roussillon 18, rue Henri-Dunant 34090 MONTPELLIER T : 04 99 23 27 17 F : 04 99 23 27 18 languedoc-roussillon@medecinsdumonde.net

» Océan Indien

Bourgogne

13, rue Sainte-Catherine 69001 LYON T : 04 78 29 59 14 F : 04 26 84 78 08 rhone-alpes@medecinsdumonde.net

250 bis, rue du Général-Rolland SHLMR Bouvet – Bât K 97400 SAINT-DENIS T : 02 62 21 71 66 F : 02 62 41 19 46 ocean-indien@medecinsdumonde.net

Retrouvez les fiches détaillées des différentes délégations régionales dans le CD interactif joint à ce rapport

Mission migrants Nord-littoral © J��rôme Sessini/Magnum photos/MdM


86

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

L’adoption Habilité comme Organisme autorisé pour l’adoption (OAA) depuis 1988, Médecins du Monde favorise l’adoption d’enfants dont les droits ne peuvent être assurés dans leur pays d’origine. à travers la mission adoption, MdM s’engage pour la défense des droits fondamentaux de l’enfant : le droit de grandir dans une famille, le droit à l’accès aux soins et le droit à l’éducation.

© Virginie Vican

87


88

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

l’intérêt de l’enfant pour lui trouver une famille en accord avec ses besoins. Il faut donc être très vigilant pour éviter les erreurs. Se tromper dans un diagnostic peut détruire, au-delà de l’enfant, toute une famille. Un grand investissement dans la formation des équipes est donc nécessaire. Chaque année, pas moins de 10 000 euros sont ainsi investis dans la formation continue et des outils pédagogiques sont créés pour préparer les couples à la parentalité adoptive.

et pour la qualité de son suivi. Médecins du Monde est notamment intervenu à l’École nationale de magistrature et au colloque Enfances et psy. La revue du même nom a par la suite publié la contribution de Geneviève André-Trévennec, pédiatre, sur l’accompagnement dans l’adoption internationale. 2013 n’a pas seulement été l’année de la reconnaissance pour la mission adoption de MdM.

Elle a aussi marqué celle de la contribution à des groupes de travail ministériels et à des travaux de recherche scientifique. L’association a ainsi mis son expertise au service du public. Médecins du Monde est désormais un acteur majeur dans la nouvelle vision de la protection de l’enfance de l’adoption internationale et pourrait le devenir dans celle de l’adoption nationale.

» la mission adoption en 2013, c’est :

Accompagner les familles dans l’adoption, avant mais aussi après, est essentiel pour MdM.

L’adoption : cette autre manière de faire famille Seule ONG humanitaire médicale en France habilitée comme Organisme autorisé pour l’adoption, Médecins du Monde est en capacité d’accompagner des adoptions « classiques » mais aussi des adoptions « complexes » d’enfants à besoins spécifiques (EBS).

La très forte diminution des enfants adoptables à l’international et l’augmentation importante des EBS (enfants présentant des pathologies médicales, enfants en fratries et enfants grands) donnent à la mission adoption de MdM toute sa légitimité. Plus de 205 professionnels préparent les candidats pour ces adoptions complexes. 17 % sont des médecins et 33 % des psychologues. L’équipe compte également des paramédicaux, des travailleurs sociaux, des juristes et bien d’autres professions encore. Tous ensemble, ils aident à la construction ou à la reconstruction

© DR/MdM

de la vie de ces enfants qui ont, le plus souvent, vu leurs droits bafoués dans leur pays d’origine.

» L’accompagnement :

• Une présence dans tous les départements de France métropolitaine. • L’adoption de 68 enfants par 59 familles et une expérience de plus de 4 000 adoptions depuis 1988. • 76,5% d’enfants à besoins spécifiques (EBS) adoptés, contre 40,5 % en 2011 et 32 % en 2010. • Des enfants arrivés du Vietnam, de Chine, des Philippines, de Madagascar, de Côte d’Ivoire, de Haïti, de Colombie, du Brésil, d’Ukraine, de Bulgarie et d’Albanie.

» Événements marquants : En 2013, Médecins du Monde a fait figure d’exemple dans le monde des Organismes autorisés pour l’adoption. à plusieurs reprises, l’organisation a été reconnue pour ses compétences © Éric L’Helgouac’h/Jean-Baptiste Desveaux

la grande force de la mission adoption de Médecins du Monde

Assuré par des professionnels tout au long de la procédure sans discontinuité, l’accompagnement dans l’adoption est essentiel chez Médecins du Monde. Un suivi de proximité est indispensable avant et après l’adoption auprès des parents et des enfants afin de prévenir les risques d’échec. L’éthique de l’association s’appuie sur

RESPONSABLES

»R  esponsable de la mission : Dr G. André-Trévennec (pédiatre) »D  irecteur général : P. Salignon puis O. Lebel Membres du Comité d’adoption représentant le conseil d’administration

»D  r T. Brigaud (médecin de prévention), Dr L. Jarrige (médecin anesthésiste)

SOURCES DE FINANCEMENT

» Familles adoptantes, essentiellement, subventions publiques du ministère des Affaires étrangères et européennes – mission adoption internationale (MAI), MdM et donateurs privés BUDGET

» 517 155  €

PAYS D’INTERVENTION

» Albanie, Brésil, Bulgarie, Chine, Colombie, Côte d’Ivoire, Haïti, Madagascar, Philippines, Ukraine, Vietnam » Pays non opérationnels : Russie depuis avril 2010 et Colombie depuis juillet 2013

EFFECTIF

» 205 personnes, dont 98 % de bénévoles, travaillent pour la mission adoption, réparties entre le siège et 15 antennes régionales

89


90

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Le réseau international Le réseau international de Médecins du Monde compte 14 associations1 qui, avec une charte commune, poursuivent les objectifs de soigner et témoigner. La direction du réseau international (DRI) a pour mission de coordonner et de développer le réseau international de Médecins du Monde. Elle accompagne les différentes associations dans leurs développements institutionnels respectifs en fonction de leurs besoins et de leurs moyens. Par ailleurs, les 10 associations de Médecins du Monde présentes en Europe portent un plaidoyer commun auprès des autorités de l’Union européenne.

Papouasie-Nouvelle-Guinée © MdM Allemagne

1. Allemagne, Argentine, Belgique, Canada, Espagne, États-Unis, France, Grèce, Japon, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Suède et Suisse

91


92

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

CARTE des programmes du réseau international

Russie Suède

Canada Pays-Bas Belgique Allemagne France Suisse Roumanie

Royaume-Uni

» les associations

Portugal

Grèce

» Médecins du Monde Allemagne Président : Pr Jochen Zenker www.aerztederwelt.org

Algérie

Président : Pr Michel Roland www.medecinsdumonde.be

Guatemala Salvador Nicaragua

» Médecins du Monde Espagne Président : Dr Alvaro Gonzalez www.medicosdelmundo.org

» Médecins du Monde États-Unis Président : Pr Ron Waldman www.doctorsoftheworld.org

» Médecins du Monde France Président : Dr Thierry Brigaud www.medecinsdumonde.org

» Médecins du Monde Grèce Présidente : Dr Liana Maili www.mdmgreece.gr

» Médecins du Monde Japon Président : M. Gaël Austin www.mdm.or.jp

Honduras

Colombie

» Médecins du Monde Canada Président : Dr Nicolas Bergeron www.medecinsdumonde.ca

Haïti République dominicaine

Mexique

Président : M. Gonzalo Basile www.mdm.org.ar

Équateur

» Médecins du Monde Pays-Bas Président : M. Paul Meijs www.doktersvandewereld.org

» Médecins du Monde Portugal Président : Dr Abílio Antunes www.medicosdomundo.pt

Pérou

Mauritanie

Géorgie Turquie

Liban Tunisie Palestine

Maroc

» Médecins du Monde Argentine

» Médecins du Monde Belgique

Bulgarie

Espagne

États-Unis

Syrie Jordanie

Égypte

Mali

Niger Sénégal Tchad Burkina GuinéeFaso Bissau Guinée Bénin RCA Sierra Somalie Leone Cameroun Ouganda Togo Liberia Kenya Côte Rwanda d'Ivoire São Tomé Burundi RDC e Príncipe Tanzanie Angola

Bolivie

Japon Afghanistan Pakistan

Népal Inde

Birmanie Bangladesh

Laos Cambodge

Philippines

Indonésie Timor Leste

PapouasieNouvelle-Guinée

Mozambique Madagascar

Paraguay

» Médecins du Monde Royaume-Uni Présidente : Mme Janice Hughes www.doctorsoftheworld.org.uk

» Médecins du Monde Suède

Présidente : Mme Hedda Iseline Gasser www.lakareivarlden.org

»M  édecins du Monde Suisse Président : Dr Bernard Borel www.medecinsdumonde.ch

Uruguay Argentine

Programmes internationaux Siège d'une association Médecins du Monde et programmes nationaux

Retrouvez les fiches détaillées des différentes associations du réseau international dans le CD interactif joint à ce rapport


94

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Panorama des programmes des associations du réseau international L’activité du réseau international de Médecins du Monde a été forte durant toute l’année avec une mobilisation commune face à la crise en Europe, et aux urgences en Syrie et Philippines. Le réseau s’est également doté d’une communication commune.

1. Allemagne, Belgique, Espagne, France, Grèce, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Suède et Suisse

Mobilisation européenne face à la crise économique et sociale Dans les 10 pays européens1 où nous intervenons, l’année 2013 a été marquée par la continuité de la crise sociale et économique. Les mesures d’austérité ont un impact significatif sur les programmes de protection sociale, y compris ceux ayant trait aux soins de santé. Nous avons observé une progression des comportements et des lois xénophobes en Grèce et dans d’autres pays européens. Un autre effet de l’augmentation de la pauvreté est la hausse des migrations internes. Les ressortissants européens qui sont démunis ou qui n’ont pas de couverture maladie n’ont pas plus de chances d’accéder aux soins que les migrants sans papiers provenant de pays tiers s’ils ont besoin de soins médicaux. Les patients rencontrés quotidiennement dans ces 10 pays européens, qu’il s’agisse de ressortissants du pays ou de migrants, d’enfants ou de personnes âgées, de femmes enceintes ou de malades chroniques, continuent à être en général en moins bonne santé que la population dans son ensemble. Alors que la population en général est confrontée à une pauvreté grandissante, les partis politiques populistes tirent parti de cette situation, et en font porter la responsabilité aux migrants démunis, qui représentent des boucs émissaires faciles.

Dans le même temps, les groupes déjà confrontés à de nombreux facteurs de vulnérabilité avant la crise, tels que les migrants sans papiers, les demandeurs d’asile, les usagers de drogues, les travailleur(se)s du sexe, les ressortissants européens démunis et les sans-abri ont connu une réduction, voire une rupture des filets de sécurité et des réseaux sociaux qui leur assuraient une assistance de base. Les mécanismes de couverture santé se sont dégradés, laissant une part toujours plus grande à la charge de chaque patient, fut-il sans ressources financières. Cette injustice qui remet en cause le socle social de la solidarité en Europe doit être combattue. En tant que professionnels de santé, nous sommes mobilisés à l’échelle européenne. Nous exigeons clairement le droit de fournir des soins de santé, conformément aux codes de déontologie des professions médicales, à tous les patients, sans considération du statut administratif, de l’origine ethnique ou des ressources financières. Nous appelons à la création de systèmes de santé nationaux fondés sur la solidarité, l’égalité et l’équité, ouverts à toutes les personnes vivant dans l’UE : ces systèmes doivent être renforcés en temps de crise au lieu d’être lentement démantelés. Nous demandons un accès équitable pour tous aux programmes de vaccination nationaux ainsi qu’aux soins pédiatriques. Nous demandons que toutes

les femmes enceintes, et en particulier les plus vulnérables, aient accès aux soins pré- et postnataux. En 2013, nous avons interpellé les institutions européennes. • Même si « la santé est une compétence formelle des États membres », tant la Commission Européenne que le Parlement européen ont un rôle important à jouer pour encourager les États membres à protéger les systèmes de santé et les mécanismes de protection sociale en temps de crise et les rendre encore plus accessibles. • L’Agence de l’Union européenne pour les droits fondamentaux (FRA) est porteuse d’espoir pour de nombreux citoyens en ces temps de crise : nous demandons aux États membres de mettre pleinement en pratique les opinions exprimées. • Le Conseil de l’Europe a un rôle important à jouer dans la protection des droits fondamentaux en Europe. Le Comité européen des droits sociaux a donné un signal fort en confirmant que le droit aux soins de santé décrit dans la Charte sociale européenne s’applique clairement à chaque personne, quelle que soit sa situation administrative.

Campagnes de plaidoyer et de communication en commun Par-delà les différences culturelles ou les pratiques en matière de communication en vigueur dans chaque pays, le réseau international de Médecins du Monde souhaite aujourd’hui s’exprimer d’une seule voix. Une présence accrue sur les réseaux sociaux permet d’allier la proximité avec le public de chaque pays à des messages universels portant nos valeurs et nos combats. Ainsi, en 2013, Médecins du Monde a lancé plusieurs appels sur la situation en Syrie relayés dans les 14 pays du réseau international (et souvent au-delà). Renforçant notre identité commune, ces campagnes à dimension internationale ont aujourd’hui

plus d’impact. Une téléconférence mensuelle et des échanges quasi-quotidiens des responsables de la communication du réseau permettent de mutualiser les savoir-faire. Depuis un séminaire en septembre 2013, chaque semaine, tous les Médecins du Monde publient dans les réseaux sociaux la « photo de la semaine » proposée spontanément par les équipes de communication du réseau. Courant 2013 a été mise au point une campagne internationale sur la santé des femmes et leur droit à décider librement d’avoir ou non des enfants. Cette campagne s’inscrivant dans la perspective de la conférence internationale Le Caire + 20 sera diffusée en 7 langues et dans 12 pays sur toute l’année 2014.

Une mutualisation des ressources dans les urgences En 2013, s’appuyant sur ses principaux centres opérationnels (Paris, Madrid, Bruxelles…), le réseau international de Médecins du Monde s’est mobilisé dans son ensemble pour répondre aux principales crises humanitaires. Les risques de sécurité sur certains pays (Syrie, Mali…) ainsi que les montants budgétaires nécessaires pour intervenir sur des zones isolées (Philippines…) ont rendu indispensable une réponse globale aux principales crises. Par le biais d’une communication globale (sites internet, réseaux sociaux, communiqués de presse…), nous mobilisons des ressources financières et humaines au niveau international. En 2013, plusieurs associations du réseau ont contribué au soutien des actions en Syrie par la mobilisation de dons privés ou publics, dans leur pays (notamment en provenance d’Allemagne ou du Royaume-Uni). Nos équipes terrain sont aujourd’hui complètement internationales. Elles disposent ainsi des moyens nécessaires pour

mettre en œuvre des programmes de soins dans des situations complexes. Au total, les 12 800 acteurs du réseau international de Médecins du Monde mènent 316 programmes dans 78 pays. à l’international le réseau Médecins du Monde intervient sur 147 programmes selon la répartition suivante : • Afrique subsaharienne : 54 programmes dans 26 pays • Amériques : 41 programmes dans 13 pays • Asie : 28 programmes dans 14 pays • Moyen-Orient et Maghreb : 26 programmes dans 8 pays • Europe : 3 programmes dans 3 pays Au niveau des programmes nationaux, Médecins du Monde mène 169 programmes qui se répartissent de la façon suivante : • Amériques : 12 programmes dans 3 pays • Europe : 154 programmes dans 10 pays (dont le projet transversal de plaidoyer européen) • Asie : 3 programmes dans 1 pays C’est ainsi que la cohésion et la cohérence du réseau continuent de se renforcer année après année, grâce à de multiples échanges entre les acteurs des différentes associations Médecins du Monde, que ce soit sur le terrain, lors de séminaires de travail ou d’actions militantes communes.

Pour plus d’informations sur les programmes des associations du réseau international de MdM, www.mdm-international.org

»d  ri@medecinsdumonde.net + 33 1 44 92 14 80


96

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Le financement Médecins du Monde peut développer des programmes en France et à l’étranger grâce au soutien d’institutions internationales mais surtout à la générosité des donateurs particuliers, qui assurent l’indépendance financière de l’association.

RCA © Sébastien Duijndam

97


98

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

2013 en chiffres

BUDGET MDM FRANCE 67,1 M€ BUDGET MDM réseau international 114 M€

Réseau international

RESSOURCES HUMAINES*

EN FRANCE

PROGRAMMES INTERNATIONAUX

147

3 799

20 Caso 1  centre de soins

11 700 000 personnes ciblées

2 101  acteurs sur nos

missions en France

» 2 000 bénévoles » 87 salariés sur le terrain » 14 salariés au siège 312  acteurs en support

auprès des » 5 programmes personnes se prostituant d’accès » 1 programmes aux soins et aux droits en milieu rural

de parrainage » 1 programmes des enfants hospitalisés

1 programme national

transversal de prévention du VIH, des IST, des hépatites et de la tuberculose

aux opérations

» 200 cadres associatifs bénévoles

» 112

salariés au siège

* Chiffres au 31 décembre 2013

70 programmes dans 32 villes *

* Le fait de passer de 98 programmes en 2012 à 70 en 2013 ne reflète aucunement une baisse de notre volume d’activité : nous avons simplifié la classification des programmes en 2013, en regroupant certaines actions menées dans une même ville au sein d’un même programme.

Répartition géographique des programmes

22 Afrique............................... 12 Afrique du Nord et Moyen-Orient.................. 8  Amérique latine et Caraïbe.............................. 15 Asie.................................... 3 Europe...............................

Projets divers

» 87 salariés expatriés » 61 salariés au siège

auprès » 7 programmes des usagers de drogues

Europe

internationale

migrantes ou non, non ou mal logés, en demande d’asile…

Asie

» 1 224 salariés nationaux » 14 volontaires de solidarité

hors Caso

rogrammes auprès » 34 pdes populations précaires,

Amérique latine / Caraïbe

Allemagne Argentine Belgique Canada États-Unis Espagne France Grèce Japon Pays-Bas Portugal Royaume-Uni Suède Suisse

Afrique du Nord / Moyen-Orient

associations du réseau

de nos programmes

48  programmes

Afrique

sur nos missions internationales

2 800 000 bénéficiaires

Europe

1 386  acteurs

pédiatriques

Asie

14

Répartition

Amérique latine / Caraïbe

dans 14 pays

» 60 programmes » 41 pays

par nos programmes

Afrique du Nord / Moyen-Orient

169 projets nationaux

acteurs MdM

Afrique

programmes internationaux dans 64 pays

Répartition géographique des dépenses des PROGRAMMES internationaux

dans 15 pays dans 8 pays dans 7 pays dans 9 pays dans 3 pays

44 % Afrique 22 % Afrique du Nord et Moyen-Orient 11 % Amérique latine et Caraïbe 16 % Asie 3 % Europe 3 %  Projets divers (Opération Sourire,missions explora-

toires, missions internationales régionales, projets transversaux et missionsexploratoires)

99


100

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

MdM s’engage sur des principes de gestion financière Rigueur de gestion et transparence financière MdM est agréé par le Comité de la charte du don en confiance et s’attache­ tout particulièrement à respecter les principes du Comité de la charte, dont la rigueur de gestion et la transparence financière.

Contrôles par des organismes externes MdM est soumis au contrôle de la Cour des comptes et les comptes de l’association sont certifiés par le commissaire aux comptes, le cabinet Deloitte. Des audits approfondis sont menés par les bailleurs de fonds publics français, européens (notamment l’Agence française de développement et la DG Echo, l’agence humanitaire de la Commission européenne) ou internationaux, comme les Nations unies.

Le Comité des donateurs MdM s’appuie sur un comité des donateurs indépendant qui analyse et interroge régulièrement le travail de l’association.

Le périmètre financier Le périmètre financier de MdM France comprend également les flux financiers avec certaines associations du réseau international de Médecins du Monde : MdM Allemagne, MdM Belgique, MdM Canada, MdM Espagne, MdM États-Unis, MdM Japon, MdM Pays-Bas, MdM RoyaumeUni, MdM Suède. Le rapport financier très détaillé de l’association est accessible sur le site internet : www.medecinsdumonde.org

Népal © Stéphane Lehr

dépenses/RESSOURCES MDM FRANCE DÉPENSES 79 % missions sociales 15 % recherche de fonds 6 % fonctionnement

RESSOURCES 60,5 % générosité du public 34 % subventions publiques 5 % subventions privées et mécénat 0,5 % autres

101


102

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Les financements publics et institutionnels Les liens avec les institutions internationales sont indispensables pour les ONG actives dans le domaine humanitaire. Ces institutions sont à la fois des bailleurs importants et des instances politiques de premier plan. Médecins du Monde développe des partenariats avec certaines institutions lui permettant d’influencer les politiques internationales. L’association participe par ailleurs à différents collectifs d’ONG facilitant l’accès aux instances de décision internationales.

L’Union européenne (UE) Parmi les différents organes de l’Union européenne, les deux principales institutions de solidarité de la Commission européenne sont l’Office d’aide humanitaire (DG Echo) et le programme d’aide au développement et à la coopération (DG DevCo), dont les financements sont assurés par les instruments d’EuropeAid (AIDCo). • Le mandat de la DG Echo consiste à porter assistance et secours d’urgence aux victimes de catastrophes naturelles ou de conflits en dehors de l’UE. La DG Echo intervient à travers près de 180 partenaires (ONG européennes, réseau Croix-Rouge, agences spécialisées des Nations unies). En 2012, Echo a consacré près de 1,2 milliard d’euros au financement de projets humanitaires, dont une moitié est attribuée aux ONG. • La mission de la DG DevCo via EuropeAid est de mettre en œuvre les instruments d’aide extérieure de la Commission européenne, un des principaux contributeurs en matière d’aide publique au développement.

• Depuis plusieurs années, MdM est une ONG majeure du collectif Voice, basé à Bruxelles, interface entre les ONG européennes humanitaires et les institutions de l’UE (Commission européenne/DG Echo, Parlement européen, États membres). Voice regroupe près de 80 ONG européennes dont les plus importantes en taille et en influence. MdM France, au nom du réseau MdM, est actif dans différents groupes de travail de Voice (« FPA Watch Group », « suivi du Budget européen », « suivi du Consensus européen sur l’aide humanitaire »). • MdM intervient auprès d’EuropeAid par l’intermédiaire de Concord (Confédération européenne des ONG d’urgence et de développement) via le collectif français des ONG Coordination SUD, qui assure un lobbying auprès des institutions de l’Union et participe à l’élaboration de positions communes sur la politique de développement européenne et les grands enjeux des relations Nord-Sud. • Le Conseil de l’Europe (COE) regroupe 46 États européens. Le réseau

pour lutter contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Depuis 2002, le Fonds mondial a fourni un traitement antisida à 4,2 millions de personnes, un traitement antituberculeux à 9,7 millions de perNations unies (ONU) sonnes et 310 millions de moustiquaires • Le Conseil économique et social imprégnées d’insecticide destinées à la (Ecosoc) est l’organe principal de coor- prévention du paludisme dans 150 pays dination des activités économiques et pour soutenir des programmes de prévensociales de l’ONU et de ses organismes et tion, de traitement et de soins à grande institutions spécialisés. Le réseau interna- échelle de ces trois maladies. tional de MdM dispose du statut consultatif de rang 1 lui permettant de mener des Agence Française actions de lobbying, notamment auprès de de Développement (AFD) la Commission des droits de l’homme. Il Institution financière, l’Agence française de a le statut d’observateur dans cet organe développement (AFD) fait partie du dispositif français de l’aide publique en faveur des subsidiaire de l’Ecosoc. • Le réseau international de MdM as- pays pauvres. Sa mission est de participer sure une représentation au sein du Haut- financièrement à des projets de dévelopCommissariat aux réfugiés (HCR), de pement. Dans le cadre de la réforme génél’Organisation mondiale de la santé (OMS) rale des politiques publiques, l’AFD s’est et du Bureau de la coordination des affaires vu déléguer à partir de 2009 une nouvelle mission : le financement des ONG. Cela humanitaires des Nations unies (Ocha). • MdM est membre du Conseil in- s’est traduit par la création de la Division du ternational des agences bénévoles partenariat avec les ONG (DPO), qui pilote (ICVA), réseau d’ONG qui concentre le partenariat avec les ONG et assure le ses efforts sur les questions humanitaires suivi des initiatives portées par celles-ci. relatives aux réfugiés. ICVA regroupe plus de 80 ONG internationales. Le Conseil Le Centre de crise (CDC) intervient auprès des instances onu- Le Centre de crise du ministère des siennes, en abordant différents dossiers Affaires étrangères et européennes gère thématiques tels que l’articulation entre les crédits publics français destinés aux humanitaires et militaires ou la protection actions humanitaires d’urgence (Fonds humanitaire d’urgence ; FUH). des civils dans les conflits armés. international de MdM bénéficie du statut consultatif auprès du COE et fait partie d’OING Service, une plateforme de liaison et d’animation des ONG ayant ce statut.

Le Fonds Mondial Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme est une institution financière internationale multilatérale créée en 2002 qui alloue des subventions

les CONVENTIONS-PROGRAMMES entre l’AFD et MdM Médecins du Monde mène des projets relatifs à la santé maternelle et infantile, à la planification familiale, à la lutte contre les IST, le VIH et le paludisme, et s’engage dans un développement plus structuré et un renforcement transversal de ses actions touchant à la santé sexuelle et reproductive et à la réduction des risques liés à l’usage de drogues et aux pratiques sexuelles. Les projets de réduction des risques existent à MdM depuis 1989, ce qui lui confère une expertise certaine sur la thématique, en France et à l’international. Ainsi, à la suite de la convention-programme sur les violences liées au genre (2007-2010), MdM et l’Agence française de développement (AFD) ont signé en 2010 deux conventionsprogrammes pour une durée de deux ans, l’une concernait la santé sexuelle et reproductive et l’autre la réduction des risques. En 2012, deux nouvelles conventions-programmes ont été signées pour compléter un partenariat de quatre ans (2010-2014) pour une contribution totale de l’AFD de 8 millions d’euros. Ces conventions ont pour objectif de renforcer ces thématiques au sein de MdM, par le développement d’approches transversales, tout en apportant un cofinancement à une douzaine de projets. Ainsi, grâce à ce financement, MdM a pu démarrer des projets de réduction des risques en Géorgie, au Kenya et en Tanzanie, et de santé sexuelle et reproductive au Mexique, au Guatemala et au Laos. Conformément aux engagements pris par la communauté internationale dans le cadre de l’harmonisation de l’aide et aux orientations stratégiques de l’AFD, les approches sectorielles harmonisées constituent un cadre privilégié pour renforcer les systèmes de santé. Pour MdM, la coopération avec l’AFD pour la mise en œuvre de programmes transversaux de santé sexuelle et reproductive et de réduction des risques permet, d’une part, de renforcer les programmes déjà existants, et d’autre part, de rendre MdM plus visible sur la scène internationale, garantissant ainsi un soutien financier et institutionnel de ses actions, inscrit dans la durée.

103


104

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Le conseil d’administration L’assemblée générale élit pour trois ans les membres du conseil d’administration (CA), au nombre de douze, auxquels s’ajoutent trois suppléants. Le CA élit en son sein, pour un an, le président et le bureau de l’association : les vice-présidents, le trésorier adjoint, le secrétaire général et le secrétaire général adjoint. Le CA, organe exécutif de l’association, se réunit mensuellement et prend toutes les décisions d’orientation de l’association. à l’issue de l’assemblée générale du 25 mai 2013, l’association a élu son conseil d’administration :

»P  résident

Docteur Thierry Brigaud Médecin de prévention

»V  ice-présidents

Docteur Françoise Sivignon Médecin radiologue

Docteur Luc Jarrige La direction de Médecins du Monde au 31 décembre 2013

Philippines © Lâm Duc Hiên

» Directeur général : Olivier Lebel » Directeur des opérations internationales : Docteur Gilbert Potier » Directeur des missions France : Docteur Jean-François Corty » Directeur financier et des systèmes d’information : Thierry Barthélemy » Directrice des ressources humaines : Anne-Claire Deneuvy » Directeur administratif et juridique : François Rubio »D  irecteur de la communication et du développement : Luc Evrard » Directrice de l’adoption : Docteur Geneviève André-Trévennec » Secrétaire général du réseau international : Jean Saslawsky

Praticien hospitalier

»S  ecrétaire général

Docteur Patrick Beauverie Pharmacien hospitalier

»S  ecrétaire générale adjointe Maria Melchior Épidémiologiste

»T  résorier

Christophe Adam Médecin généraliste

»T  résorier adjoint Gérard Pascal Chirurgien

»M  argarita

Sont membres du conseil d’administration : »P  atrick

David

Médecin anesthésiste réanimateur »A  riane

Sont membres suppléants au conseil d’administration :

Junca

Gonzalez

Infirmière »P  hilippe

de Botton

Endocrinologue »D  octeur

Frédéric Jacquet

Médecin inspecteur de santé publique

Médecin anesthésiste »C  hristian

Laval

Sociologue »A  ndrea

Brezovsek

Infirmière »O  livier

Maguet

Consultant

105


106

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Nous remercions NOS PARTENAIRES PRIVÉS Les fondations et entreprises

American Express Japon, Fellissimo Japon, Fondation Annenberg, Fondation Drosos, Ichiyoshi Shoken Japon, Fondation McCall Mac Bain, Mitsui Japon, Open Society Foundation, Fondation Sternstunden, Fubon Cultural & Educational Foundation, Catapult, Elton John Foundation Aide de l’Église norvégienne (AEN), Air France, BVA, Fondation Air France, Association Ouest France Solidarité, Aviation Club de France, Bärchen, Bred, CIC, Crédit mutuel, Crédit coopératif, Fondation Bouygues Telecom, Fondation L’Occitane, Fondation de Lille, Fondation d’entreprise L’Oréal, Fondation d’entreprise Optic 2000, Fondation d’entreprise Veolia Environnement, Fondation Sanofi Espoir, GCE Fidélisation, Imerys Ceramics France, l’Acoustics SA, Ivoire, Les Éditions Maréchal, Vinci, le Programme européen pour l’intégration et la migration (Epim), une initiative conjointe du réseau des fondations européennes (NEF). NOS PARTENAIRES PUBLICS Organismes multilatéraux Union européenne (DG Echo, DG DevCO/ EuropeAid), agences des Nations unies (Pnud, Fnuap, HCR, Unicef, Ocha, Onusida, UNODC, PAM, OMS), Fonds mondial de lutte

contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Banque mondiale, 3 Diseases Fund (3DF). Organismes bilatéraux • En Europe : Coopération allemande (AAAH – urgence), Coopération britannique (DFID), Coopération espagnole (AECID), Coopération monégasque (DCI), Coopération norvégienne, Coopération suisse (DDC), Coopération danoise (Danida). • En France : Agence française de développement (AFD), centre de crise du ministère des Affaires étrangères (CDC), ambassades de France, France Expertise Internationale (FEI) • Autres : Coopération américaine (USAID), Coopération canadienne (ACDI), Coopération japonaise (Jica). • Collectivités françaises : région RhôneAlpes, Safer de l’Île-de-France, conseil général de La Réunion, conseil général du Val-d’Oise, conseil général de Haute-Garonne, conseil régional d’Alsace, conseil régional Paca, conseil régional Nord-Pas-de-Calais, les communautés d’agglomération du bassin d’Aurillac, du Grand Angoulême. • Les mairies : Paris, Ploufragan, Hagondage, Eguilles, Auray, Leers, Nevers, Rungis, Talange, Blanquefort, Annemasse De nos missions internationales régionales

Conseils généraux : Bouches-du-Rhône, Alpes-de-Haute-Provence, Gironde, Charente-Maritime, Vosges, Doubs, La Réunion ; conseils régionaux : Midi-Pyrénées, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes ; présidence des régions, préfecture de la région Guadeloupe. De nos missions France Agence nationale de recherche sur le Sida (ANRS), agences régionales de santé (ARS), conseils généraux, conseils régionaux, mairies, Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), caisses d’allocations familiales (CAF), caisses maladie régionales (CMR), caisses primaires d’assurance maladie (CPAM), caisses régionales d’assurance maladie (Cram), centres communaux d’action sociale (CCAS), centres de dépistage anonyme et gratuit (CDAG), conseils généraux, conseils régionaux, communes, Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé), direction générale de la Santé (DGS), direction générale de la Cohésion sociale (DGCS), directions régionales de la jeunesse et de la cohésion sociale (DRJCS), directions départementales de la cohésion sociale (DDCS), Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), Permanences d’accès aux soins de santé (Pass), armée

de terre, Direction de l’action sociale, de l’enfance et de la santé (Dases), Observatoire de l’égalité femmes-hommes de la mairie de Paris, Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt), Département santé et société (DSS), unions régionales des caisses d’assurance maladie (Urcam), centres hospitaliers, caisse générale de sécurité sociale de la Guyane (CGSS), la Mutualité sociale agricole (MSA), Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). NOS PARTENAIRES ASSOCIATIFS

Act up-Paris, Aides, ALC Nice, Amnesty International, Anef, Arvel, Association de communication et d’action pour l’accès aux traitements, Association des régions de France, Association française de réduction des risques (AFR), Association des familles victimes du saturnisme (AFVS), Association d’autosupport et de réduction des risques des usagers de drogues (Asud), Association des gens du voyage, Santé sans frontières, Association des inadaptés des PO, Association des médecins du Pays de Retz, Association Cercle central, Association Gérer son stress, Association médicale Pascal, Association Partage et Fraternité, Association Régul 31, Association Rencontre avec des hommes remarquables, Association Une foulée pour la vie, association

Le Foyer, association Setton, association Sanatatea, Association Sida Paroles, Association Gaïa Paris, ATD Quart-Monde, Avenir et Coopération, Banque humanitaire, Bus 31/32, centre Primo Lévi, centre de planification des Pays de la Loire, Coordination française pour le droit d’asile (CFDA), Collectif des associations unies pour une nouvelle politique du logement, Cimade, Collectif Alsace d’associations intervenant auprès des personnes se prostituant, Collectif interassociatif sur la santé (Ciss), collectif Romeurope, collectif Migrants outre-mer (MOM), collectif Alerte, Collectif de soutien aux victimes de Bam, Comede, Comité des amis d’Emmaüs, Communauté mariste, Cordaid, la Croix-Rouge, CSF, Coordination française pour le droit d’asile (CFDA), Coordination nationale des réseaux (CNR), Cyclamed, Dom’asile, Droit au logement (DAL), D’une rive à l’autre, DHL Liens, Emmaüs, Entraide majolane, Équipe mobile Rimbaud, Fondation Abbé Pierre (FAP), Fédération des associations pour la promotion et l’insertion par le logement (Fapil), Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (Fnars), foyer Sonacotra, foyer Saint-Benoît, Groupe d’information et de soutien des immigrés (Gisti), International Harm Reduction Association (Ihra), Ordre de Malte, La Case, les Amis du

bus des femmes, les Mondes solidaires, les Restos du cœur, Ligue des droits de l’homme (LDH), Max Havelaar, Novib, Observatoire du droit à la santé des étrangers (ODSE), Observatoire international des prisons (OIP), Pact, Passerelle-La Santé sans frontières, Pharmacie humanitaire internationale (PHI), Plateforme contre la traite des êtres humains, Secours catholique, Sidaction, Sid’espoir, Solidarité Sida, Sidaction, SOS Drogue international (SOS DI), SOS Femmes, Rasko, le syndicat du travail sexuel (Strass) Techno Plus, Uniopss, Veille sociale, Vialtis, Tourism for Development (TFD), AS Kiwanis Club, Addocuiation, Les Jardins du livre, association école de Karaté traditionnel, Rotary Club Saint-Nazaire Atlantique, Association Notre-Dame des Aides. Au niveau européen : Picum, EATG, ECDC, FRA, CPME… TOUS NOS AUTRES PARTENAIRES AINSI QUE CEUX QUI NOUS ONT SOUTENUS PAR L’INTERMÉDIAIRE D’UN LEGs OU D’UNE ASSURANCE-VIE DANS NOS ACTIONS EN FRANCE ET À L’ÉTRANGER AU COURS DE L’ANNÉE 2013, SANS OUBLIER NOS DONATEURS PARTICULIERS.

107


108

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

H

Glossaire A

AC Japan : Advertising Council Japan Acabef : Association centrafricaine du bien-être familial Aerli : Accompagnement et éducation aux risques liés à l’injection AEN : Aide des églises norvégiennes AED : Aide à l’enfance défavorisée AFD : Agence française de développement Afga : Afghan Family Guidance Association AFR : Association française pour la réduction des risques liés à l’usage de drogues AGR : Activités génératrices de revenus AIDCo : EuropeAid Cooperation Office Aides : Association de lutte contre le VIH/sida et les hépatites AME : Aide médicale de l’État ANRS : Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales Aracem : Association des refoulés d’Afrique centrale au Mali Arcat : Association pour la recherche et la communication pour l’accès aux traitements Areas : Association régionale d’étude et d’action sociale auprès des gens du voyage ARS : Agence régionale de santé ARV : Antirétroviraux ASA : Accueil Santé Asile Asav : Association pour l’accueil des voyageurs ASCP : Agent de santé communautaire polyvalent Asem : Association de soutien et d’entraide aux migrants ASF : Acid Survivors Foundation Aura : Associations unies de Rhône-Alpes

C

CA : Conseil d’administration Caarud : Centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour les usagers de drogues Caso : Centre d’accueil, de soins et d’orientation Cada : Centre d’accueil de demandeurs d’asile CAU : Collectif des associations unies Causs : Coordination des acteurs de l’urgence sanitaire et sociale CCM : Chromatographie sur couche mince (technique de chimie) CDAG : Centre de dépistage anonyme et gratuit CDC : Centre de crise

CEDCF : Community Development and Environment Conservation Forum Cemea : Centre d’entraînement aux méthodes d’éducation active Cenhosoa : Centre hospitalier de Soavinandriana (Madagascar) Cesvi : Cooperazione e sviluppo (Coopération et développement), association italienne CFDA : Coordination française pour le droit d’asile CFTA : Cultural and Free Thought Association, association palestinienne CHP : Community Health Partnership CHR : Centre hospitalier régional CHU : Centre hospitalier universitaire Cimade : Comité inter-mouvement auprès des évacués - service œcuménique d’entraide Clacai : Consorcio Latinoamericano Contra el Aborto Inseguro (Consortium latinoaméricain contre les avortements à risque) Clae : Centre de loisirs associé à l’école CLE : Collectif interassociatif de lutte contre l’exclusion CMF : Centre for Micro Finance CMP : Centre médico-psychologique CMU : Couverture maladie universelle CMUc : Couverture maladie universelle complémentaire COE : Council of Europe/Conseil de l’Europe Conasan : Coordination nationale catholique de santé Concord : Confédération européenne des ONG d’urgence et de développement CPAM : Caisse primaire d’assurance maladie CPCT : Centre psychanalytique de consultation et traitement CPMI-NFED : Centre de prise en charge médicale intégrée du nourrisson et de la femme enceinte atteints de drépanocytose CPN : Consultations prénatales Cren(i) : Centre de récupération et d’éducation nutritionnelle (infantile) Crenas : Centre de récupération nutritionnelle ambulatoire pour la malnutrition sévère Crips : Centres régionaux d’information et de prévention du sida Csapa : Centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie CSCOM : Centre de santé communautaire CSIKK : Centre de santé intégrée de Koupa CSPS : Centres de santé et de promotion sociale

HCR : Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés

I D

Dalo : Droit au logement opposable Dev-co : Programme d’aide au développement et à la coopération DFID : Department for International Development Dihal : Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement DoH : Department of Health DPO : Division du partenariat avec les ONG DRI : Direction du réseau international DSC(-AS) : Déterminants socioculturels (et accès aux soins) DU : Diplôme universitaire DUA : Dar ul-Aman

E

EBS : Enfants à besoins spécifiques Echo : European Commission Humanitarian Office/Office d’aide humanitaire de la Commission européenne (DG Echo : Directorate-General Echo, Dipecho : Disaster Preparedness Echo) Ecosoc : Economic and Social Council/Conseil économique et social des Nations unies EDM : École des maris EMPP : équipe mobile psychiatrie précarité EPSMR : établissement public de santé mentale de La Réunion Erli : Éducation aux risques liés à l’injection ES : établissements sociaux ESC : école supérieure de commerce

F

Fed’LH : Fédération des étudiants havrais FIFDH : Festival du film et forum international sur les droits humains FPA Watch Group : Framework Partnership Agreement FPAP : Family Planning Association of Pakistan FRA : Agence de l’Union européenne pour les droits fondamentaux FUH : Fonds humanitaire d’urgence

G

GAF : Groupe Amitié Fraternité Gams : Groupe pour l’abolition des mutilations sexuelles GRC : Gestion des risques et des catastrophes

Iamaneh : International Association for Maternal and Neonatal Health, ONG malienne ICVA : International Council of Voluntary Agencies/ Conseil international des agences bénévoles IDF : Île-de-France IDH : Indice de développement humain (IDH), indice statistique, compris entre 0 et 1, créé par le Programme des Nations unies pour le développement pour évaluer le niveau de développement humain de 187 pays du monde. L’IDH se fonde sur trois critères majeurs : l’espérance de vie, le niveau d’éducation et le niveau de vie.) IDPs : Internally Displaced People Ifrass : Institut de formation, recherche, animation sanitaire et sociale IEP : Institut d’études politiques Ifsi : Institut de formation en soins infirmiers Insee : Institut national de la statistique et des études économiques Inserm : Institut national de la santé et de la recherche médicale ISDP : Integrated Services for Displaced People Isped : Institut de santé publique, d’épidémiologie et de développement IST : Infection sexuellement transmissible IUT : Institut universitaire de technologie IVG : Interruption volontaire de grossesse

MAS : Malnutrition aigüe sévère Masc : Malnutrition aigüe sévère avec complications MdM : Médecins du Monde Mildt : Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie MIR : Mission internationale régionale Mofa : Ministère des Affaires étrangères allemand MoH : Ministry of Health MOM : Migrants d’outre-mer MMC : Mission médico-chirurgicale MSPP : Ministère de la Santé publique et de la Population Mysu : Mujer y Salud (femme et santé)

Nape : Nouvelles approches sur la pauvreté et l’exclusion dans le Nord-Pas-De-Calais Nascop : National Aids/STI Control Program

O

T

N

OAA : Organisme autorisé pour l’adoption Ocha : Office de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies ODSE : Observatoire du droit à la santé des étrangers OING : Organisation internationale non gouvernementale OMS : Organisation mondiale de la santé/WHO ONG : Organisation non gouvernementale ONU : Organisation des Nations unies OVHA : Orissa Voluntary Health Association

P

LADDH : Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme LAM : Lits d’accueil médicalisés LSD : Diéthylamide de l’acide lysergique LSI : Loi pour la sécurité intérieure

M

R

JKSMS : Jan Kala Sahitya Manch Sanstha

K

KAD : Kindianaise d’assistance aux détenus KIA : Kachin independence army/Armée pour l’indépendance du Kachin KPK : Khyber Pakhtunkhwa, province du Pakistan Kenpud : Réseau national d’autosupport au Kenya

L

MAG : Malnutrition aigüe globale

S

SDF : Sans domicile fixe Sida : Syndrome d’immunodéficience acquise Solipam : Solidarité Paris maman Sonub : Soins obstétricaux et néonataux d’urgence de base SSR : Santé sexuelle et reproductive Strass : Syndicat du travail sexuel

Paca : Provence-Alpes-Côte d’Azur Pass : Permanence d’accès aux soins de santé PCC : Palestinian Counseling Center PCI : Prise en charge de la malnutrition en interne PCMA : Prise en charge communautaire de la malnutrition PCIME : Prise en charge intégrée des maladies de l’enfant PEV : Programme élargi de vaccination PHI : Pharmacie humanitaire internationale PMI : Protection maternelle et infantile Pnud : Programme des Nations unies pour le développement/UNDP PPL : Proposition de loi Praps : Programme régional d’accès à la prévention et aux soins PDSD : Plan du développement sanitaire du district PTME : Prévention de la transmission de la mère à l’enfant PS : Permanence santé

J

RRC : Réduction des risques des catastrophes RDC : République démocratique du Congo RdR : Réduction des risques Reejer : Réseau des éducateurs des enfants et jeunes de la rue Revah : Réseau VIH de l’agglomération havraise RM : Responsable de mission RSM : Réseau Santé Migration

RCA : République centrafricaine

Tanpud : Réseau national d’usagers de drogues en Tanzanie Tetu : Tri, évaluation et traitement d’urgence THS : Traitement hormonal substitutif Trod : Tests rapides d’orientation diagnostique

U

UDVI : Usagers de drogues par voie intraveineuse UE : Union européenne UK : United Kingdom Unadev : Union nationale des aveugles et déficients visuels Unicef : Fonds des Nations unies pour l’enfance Unipa : Unidad Indígena del Pueblo Awá Unops : United Nations Office for Project Services

V

VHAI : Voluntary Health Association of India VHC : Virus de l’hépatite C VIH : Virus de l’immunodéficience humaine Voice : Collectif d’ONG européennes

W

Waha : Women and Health Alliance WFP : World Food Programme/PAM

X

109

XBT : Xénobiotropie (analyse des drogues)


110

directeur de la publication Dr thierry Brigaud Coordination Nolwenn roussier Comité éditorial luc evrard Stéphanie Derozier Emmanuelle Pons Hugo Tiffou

rédaction Nolwenn Roussier Catherine Silva

Réalisation graphique et iconographie Aurore Voet

Secrétaire de rédaction Thérèse Benoit

Réalisation des fiches sur CD isabelle martija-ochoa

cartographie Antoine Levesque

Production E-Graphics\France

remerciements à tous ceux qui ont participé à l’édition 2013


© Sébastien Duijndam

Les programmes internationaux » Afrique du nord ET MOYEN-ORIENT

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Algérie

ESPAGNE

MAROC

Espérance de vie 73,4 ans IDH 0,713 rang 93

Alger

Source : Pnud 2013

LIBYE POPULATION

Santé sexuelle et reproductive pour les femmes migrantes subsahariennes

»B  énéficiaire : 5 000 »C  ible : 30 000  à 40 000

MALI NIGER

Pendant longtemps, l’Algérie a été un pays de transit vers l’Europe. Désormais, c’est un pays de destination pour des personnes au bout de leurs forces dans leur parcours migratoire une fois arrivées en Afrique du Nord. Plusieurs dizaines de milliers de migrants subsahariens sont présents en Algérie, et parmi eux, 9 000 à 10 000 sont installés, plus ou moins durablement (la durée moyenne de séjour est de trois ans), dans le nord du pays. » Alger, Oran, Annaba

© Sébastien Duijndam

» historique

Médecins du Monde 62, rue Marcadet 75018 Paris Tél. 01 44 92 15 15 Fax. 01 44 92 99 99 www.medecinsdumonde.org

Le programme a démarré en 2011 avec une première implantation à Alger. Un travail de cartographie des lieux de vie des migrants couplé à un travail de cartographie sanitaire a permis de mettre en place des actions d’orientation des migrants vers des centres de santé publics. Des éducateurs pairs migrants recrutés par le programme permettent un contact régulier avec les populations ciblées. Des actions de sensibilisation du personnel soignant des centres de santé de référence ont été mises en place pour améliorer l’accueil des migrants.

» les activités En 2013, MdM a poursuivi ses actions pour faciliter l’accès aux soins des migrants, en particulier l’accès aux soins de santé sexuelle et reproductive des femmes migrantes (suivi de grossesse, santé de la mère et du nourrisson, contraception, accès au dépistage et au traitement des pathologies liées aux IST/VIH/sida). Un soutien matériel a été dispensé régulièrement aux migrantes les plus vulnérables (kits d’hygiène, couvertures, couches) et des consultations psychologiques ont été ouvertes. Un groupe de parole pour femmes migrantes a été mis en place. Des conseils juridiques ont été offerts aux migrants en partenariat avec des avocats de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) et un guide des droits des migrants a été produit. Sources de financement

»E  uropeAid, MdM

Budget

»2  013 : 225 310 €

MdM a participé à la réalisation d’un web documentaire sur l’accès aux soins pour les migrants (http://lesvoyageurs.medecinsdumonde.org/).

» les résultats 1 214 migrants orientés ou accompagnés vers des centres de santé. 11 centres de santé sensibilisés à Alger. 600 migrants ont bénéficié de séances d’éducation à la santé. 640 kits d’hygiène femmes distribués.

» les perspectives Sur la période 2014-2015, MdM travaillera à l’implantation de ses actions à Oran et à Maghnia (zone frontalière avec le Maroc) en partenariat avec l’Association de protection contre le sida, tout en maintenant le même niveau d’activité à Alger. MdM projette également de mettre en place un programme destiné aux jeunes Algériens en échec de migration et aux familles de migrants disparus en mer.


Les programmes internationaux » Afrique du nord ET MOYEN-ORIENT

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Egypte

ISRAËL

LIBYE

Le Caire / Gizeh

Espérance de vie 73,5 ans IDH 0,662 rang 112 Source : Pnud 2013

Les programmes internationaux » Afrique du nord ET MOYEN-ORIENT

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Jordanie

LIBAN

PALESTINE

Accès aux soins de santé mentale pour les groupes à risque

SOUDAN

L’instabilité politique perdure depuis la révolution. Elle rend plus vulnérable encore les groupes à risque (enfants handicapés, femmes victimes de violences, enfants des rues). MdM soutient 6 ONG égyptiennes et le ministère de la Santé pour rendre accessible à diverses populations à risque les services de santé mentale au sein de leurs communautés et des centres de santé primaire de leurs quartiers. » Le Caire et Gizeh

IRAK

Zaatari

ISRAËL

POPULATION

»B  énéficiaire : 1 600 »C  ible : 2 500

SYRIE

King Abdullah Park / Ramtha

Espérance de vie 73,5 ans IDH 0,7 rang 100 Source : Pnud 2013

POPULATION

»B  énéficiaire : 89 528

Soins de santé primaires et soutien psychosocial pour les réfugiés syriens 

ARABIE SAOUDITE

Contraints à fuir la guerre civile qui ravage leur pays depuis mars 2011, plus de 575 000 Syriens sont désormais réfugiés en Jordanie. Beaucoup n’ont plus de revenus, vivent dans des conditions très précaires et sont hantés par les violences dont ils ont été témoins. Les services de santé jordaniens étant de plus en plus saturés, Médecins du Monde propose aux Syriens et aux Jordaniens vulnérables des soins de base et des médicaments gratuits ainsi qu’une aide psychosociale. » Ramtha et camp de King Abdullah Park (gouvernorat d’Irbid), camp de Zaatari (gouvernorat de Mafraq)

» historique

» les résultats

» historique

MdM travaille en Égypte depuis huit ans. Après un projet pour améliorer l’accès aux soins pour les enfants des rues en lien avec le ministère de la Santé et des ONG égyptiennes, MdM a poursuivi ces partenariats en 2013 en soutenant l’intégration de la santé mentale au niveau communautaire et au niveau des soins de santé primaires. En effet, les services de santé mentale sont aujourd’hui limités aux hôpitaux des grandes villes et donc inaccessibles à la majorité de la population, dans les bidonvilles comme en zone rurale.

15 médecins et 54 travailleurs sociaux ont été formés en santé mentale.

MdM travaille auprès des Syriens réfugiés en Jordanie depuis mars 2012. L’ONG approvisionne d’abord les points médicaux des premiers camps de transit mis en place par les autorités jordaniennes pour les réfugiés syriens. À partir de l’été 2012, l’arrivée massive de réfugiés conduit à l’ouverture du camp de Zaatari, où MdM installe un centre de santé assurant près de 2 500 consultations médicales de base par mois. En juillet 2012, l’association ouvre également un centre de santé à Ramtha, ville située à quelques kilomètres de la frontière syrienne et refuge de nombreux Syriens dès le début du conflit.

» les résultats

» les activités

» les perspectives

En avril 2013, MdM ouvre un deuxième centre de santé à Zaatari, afin de mieux couvrir les besoins médicaux des habitants du camp (ils sont désormais 100 000). L’organisation des trois centres de santé de MdM est repensée et rationalisée, permettant une plus grande efficacité dans la prise en charge des patients. Les équipes médicales, principalement jordaniennes et syriennes, sont formées en continu, ce qui garantit la qualité des soins. De nouveaux services médicaux sont mis en place par MdM dans ses centres : suivi des personnes atteintes de maladies chroniques, éducation à la santé, vaccination, planning familial, soins anténataux et postnataux. Un volet santé mentale est également développé. Des psychologues

MdM va faciliter l’accès aux soins de santé primaires à plus de 189 000 bénéficiaires, dont 42 000 en santé sexuelle et reproductive pour les femmes en âge de procréer, à travers : –– des médicaments essentiels et des services de vaccination, de soins psychosociaux et de santé mentale ; –– une formation continue et le renforcement des capacités du personnel local médical et non médical (MdM et de nos partenaires) ; –– un renforcement des capacités de réponse aux besoins en santé de la communauté (ciblant les Syriens et les Jordaniens les plus vulnérables).

» les activités Un manuel pour la prise en charge de la santé des enfants des rues a été diffusé à tous les partenaires. En parallèle, un site internet a été mis en place pour un groupe de professionnels de la santé spécialisé dans la prise en charge des enfants des rues. Des formations et débriefings pour le personnel des ONG partenaires ont été organisés. Les populations à risque ont pu être initiées à l’utilisation du théâtre pour faciliter leur expression.

Sources de financement

»F  ondation Drosos, MdM

Budget

» 2013 : 127 995 €

» les perspectives Avant de pouvoir développer le projet dans son ensemble, MdM doit obtenir une autorisation des autorités égyptiennes.

Sources de financement

» Fondation Sternstunden, conseil régional, Mofa, SDC, CDC, DFID, Echo, Mairie de Paris, Wallonie

Budget

sont présents dans les centres de santé. Les médecins généralistes des centres sont formés à la détection des troubles mentaux. Dans le camp de Zaatari, une équipe d’agents communautaires identifie les personnes pouvant avoir besoin d’un soutien psychologique.

81 037 consultations de santé primaire dispensées dans les centres de soins de MdM. 573 personnes ont bénéficié de consultations individuelles avec des psychologues de MdM.

» 2013 : 1 980 768 €


Les programmes internationaux » Afrique du nord ET MOYEN-ORIENT

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Liban

El Qaa El Aïn

BeyrouthSud

Source : Pnud 2013

Kamed El-Loz

Soins de santé primaires et soutien psychologique

Espérance de vie 72,8 ans IDH 0,745 rang 72

SYRIE

»B  énéficiaire : 20 272 »C  ible : 51 200

Fin 2013, plus de 800 000 Syriens sont enregistrés comme réfugiés au Liban. Leurs ressources financières limitées les contraignent de plus en plus à vivre dans des campements, des appartements surpeuplés, des bâtiments abandonnés ou en construction. Éparpillés sur des centaines de municipalités libanaises, souvent dans les régions les plus pauvres du Liban, les réfugiés syriens souffrent d’un accès difficile aux services essentiels. » Bekaa-Nord (villages de El-Qaa et El-Ain), Bekaa-Ouest (village de Kamed el-Loz), Beyrouth-Sud (quartier de Hay el-Sellom)

Depuis mai 2012, MdM travaille avec des organisations libanaises afin d’améliorer l’accès des Syriens et des Libanais vulnérables à des soins médicaux de base de qualité. Dans la région particulièrement vulnérable de la Bekaa, MdM soutient trois centres de santé, dont deux de l’association Amel, partenaire historique de MdM au Liban. L’appui de MdM permet aux patients vulnérables de recevoir des soins et des médicaments gratuits. MdM a organisé également des formations aux premiers secours pour des volontaires libanais dans cinq villages de la Bekaa.

» les activités À partir d’avril 2013, MdM élargit son action au Liban en soutenant un centre de santé supplémentaire de l’association Amel au sud de Beyrouth puis, en août 2013, une clinique mobile couvrant les campements et villages autour de Kamed el-Loz, dans la Bekaa. Depuis août 2013, des psychologues de MdM sont présents dans les centres de santé afin de prendre en charge les souffrances psychosomatiques des patients, par le biais de consultations individuelles et d’un suivi thérapeutique. Pour des troubles mentaux graves, les patients sont référés par les psychologues vers des services spécialisés. Une équipe médico-sociale mobile est mise en place pour améliorer le recueil de données médicales pertinentes dans les centres de santé

Palestine

soutenus par MdM. L’équipe analyse ces données afin d’anticiper toute épidémie ou d’intervenir si nécessaire.

» les résultats 63 934 consultations dispensées dans les centres de santé soutenus par MdM. 282 personnes ont bénéficié d’une ou plusieurs consultations avec un psychologue MdM.

» les perspectives Sur les deux années à venir, MdM va poursuivre son soutien aux quatre centres de santé et à la clinique mobile. Un centre de santé supplémentaire sera soutenu courant 2014. Une seconde équipe médico-­sociale mobile sera constituée et pourra être déployée rapidement en cas d’urgence médicale. Des agents de proximité seront présents au sein des communautés pour identifier les personnes souffrant de troubles mentaux et les orienter vers les psychologues.

» Fondation Sternstunden, conseil régional, Mofa, SDC, CDC, DFID, Echo, mairie de Paris, Wallonie

Budget

» 2013 : 1 320 854 €

Espérance de vie IDH 0,67 rang 110

Naplouse

73 ans

Source : Pnud 2013

ISRAËL

Soutien psychosocial aux populations vulnérables à la violence liée au conflit

POPULATION

JORDANIE

»B  énéficiaire : 6 000 »C  ible : 120 000

ÉGYPTE

Le gouvernement Netanyahu a clairement réaffirmé sa volonté d’étendre les colonies après la réélection de la Knesset (Parlement israélien) en 2013. En Cisjordanie, de janvier à août 2013, le bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies a répertorié 278 incidents impliquant la violence des colons. Sur cette même période, 253 Palestiniens ont été blessés : 143 par l’armée israélienne1 (incluant des enfants) et 110 par des colons (4 fois plus qu’en 2012). » Cisjordanie, gouvernorat de Naplouse, 18 villages situés au sud de Naplouse

» historique

» les résultats

Face aux résultats positifs de l’approche pilote mise en œuvre en 2012 et aux besoins grandissants, le projet a été étendu en 2013 à 18 villages. Ainsi Médecins du Monde apporte une réponse psychosociale aux victimes des attaques de colons et renforce leur capacité de résilience.

81 évaluations post-attaque réalisées. 760 personnes prises en charge dont 15 groupes de soutien pour femmes, 10 auprès des hommes et 6 groupes auprès d’enfants et adolescents. 157 cas référés vers des associations de protection.

» les activités

» les perspectives

Plusieurs équipes mobiles ont été mises en place pour assurer l’évaluation post-attaque et les premiers secours psychologiques dans les 72 heures après une attaque. Ces équipes sont associées à des groupes de paroles auprès des femmes, des hommes et des enfants. Par ailleurs, un réseau d’acteurs communautaires chargés de la protection des populations (activités conjointes avec d’autres associations) a été développé. Les victimes d’attaques sont accompagnées et orientées auprès d’associations pouvant apporter une assistance légale, aider à la réparation de bâtiments et terrains endommagés par les colons ou déployer une présence protectrice… Tous les cas suivis sont documentés et permettent d’alimenter le plaidoyer.

L’intervention de MdM dans ces villages va s’étendre à de nouvelles zones marquées par la violence des colons. MdM souhaite consolider son intervention avec des groupes de support plus importants. Enfin, partant du principe que le témoignage et la documentation des situations sont essentiels pour faire avancer le respect des droits humains, la proposition d’intervention 2014 intégrera une approche de plaidoyer plus forte.

1

Sources de financement

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

POPULATION

ISRAËL

» historique

Les programmes internationaux » Afrique du nord ET MOYEN-ORIENT

Pendant des incidents impliquant colons israéliens et populations palestiniennes Délégation internationale

»M  dM Suisse

Sources de financement

» Echo, CDC, Mofa, AFD, MdM

Budget

» 2013 : 221 747 €


Les programmes internationaux » Afrique du nord ET MOYEN-ORIENT

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Palestine

Espérance de vie IDH 0,67 rang 110

Naplouse

73 ans

Source : Pnud 2013

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Palestine

Espérance de vie IDH 0,67 rang 110

73 ans

Source : Pnud 2013

ISRAËL

ISRAËL

Développement et intégration de la santé mentale dans les soins de santé primaires

Les programmes internationaux » Afrique du nord ET MOYEN-ORIENT

POPULATION

JORDANIE

»B  énéficiaire : 5 000 »C  ible : 300 000

ÉGYPTE

Les besoins en santé mentale dans la zone sont très importants. Le ministère de la Santé a validé dans sa stratégie 2012-2014 l’intégration de la santé mentale au sein des soins de santé primaires. Face aux besoins, Médecins du Monde France et Médecins du Monde Suisse soutiennent la politique du ministère de la Santé à travers un projet de trois ans mis en place dans le gouvernorat de Naplouse, en partenariat avec une association de la société civile, Palestinian Counseling Center (PCC). » Cisjordanie, Naplouse-centre et 25 villages

POPULATION

Amélioration des dispositifs d’urgence sanitaire

Gaza

JORDANIE

»B  énéficiaire : 75 890 »C  ible : 247 150

ÉGYPTE

Malgré un niveau de violence plus bas en 2013 que ces dernières années, le contexte humanitaire et politique se dégrade. La chute du gouvernement des Frères musulmans en Égypte, principal allié du Hamas, a entraîné la fermeture des tunnels entre Gaza et l’Égypte par lesquels transitaient 60 % des denrées et produits de base. Dans ce contexte, il est essentiel de soutenir les services d’urgence des centres de santé pour être au plus près des populations en cas de crise. » Gaza, Deir el-Balah, El-Bureij, El-Nuseirat

» historique

» les résultats

» historique

» les résultats

MdM intervient depuis 2002 dans le gouvernorat de Naplouse et a mis en place pendant la seconde intifada une clinique visant à prendre en charge les victimes du conflit. Cette clinique a été transférée au ministère de la Santé en 2004. MdM a ensuite orienté sa stratégie d’intervention sur le renforcement des capacités du ministère de la Santé pour détecter et prendre en charge les personnes atteintes de troubles psychologiques par la mise en place de centres médico-psychologiques. Depuis 2009, MdM travaille à l’intégration de la santé mentale aux soins de santé primaires.

Dans la première phase de ce programme, l’équipe a signé presque la totalité des accords de collaboration, recruté le personnel manquant et développé les programmes de formation. 25 centres de soins de santé primaires partenaires ont été sélectionnés.

MdM est présent en Palestine depuis 2002. En plus du travail dans les cliniques, MdM prépare également les acteurs communautaires aux situations d’urgence à travers des dispositifs de prise en charge et de premiers secours. À la suite de l’opération militaire israélienne « Piliers de la défense » en novembre 2012, et d’une évaluation de l’efficacité des dispositifs mis en place, MdM a réorienté son activité plus spécifiquement dans les zones tampons où de nombreux habitants sont régulièrement victimes d’incidents et de tirs de la part de l’armée israélienne et égyptienne.

De septembre à décembre 2013 : –– 115 cas d’urgences reportés par les volontaires communautaires ; –– 22 276 actes médicaux d’urgence réalisés dans les 3 cliniques ; –– 147 cas d’urgence orientés vers les hôpitaux.

» les perspectives Les activités de suivi institutionnel et de supervision clinique seront mises en place. 80 professionnels de santé du ministère de la Santé seront formés. Le partenaire local sera soutenu pour le plaidoyer.

» les activités

Les activités se concentrent sur le renforcement des capacités à différents niveaux : formation et suivi aux premiers secours de 400 pêcheurs et fermiers vivant et travaillant dans les zones tampon ; formation et suivi aux soins d’urgences (premiers soins, triage, chocs et hémorragies, traumatismes, sutures, brûlures, évacuations d’urgence) de 25 ambulanciers et 50 personnels de santé, médecins et infirmières des 3 cliniques. De plus, l’équipe de MdM travaille à la consolidation des plans d’urgence en étroite collaboration avec les autorités sanitaires. Des stocks de médicaments d’urgence et autres équipements pour les cliniques, ambulances et volontaires communautaires ont été distribués. Enfin, une campagne radio et d’envoi de SMS pour informer la population de l’existence de services d’urgence dans les 3 cliniques a été mise en place.

Le projet a débuté le 1er mai 2013 avec l’évaluation des réhabilitations et aménagements à apporter au centre médico-psychologique pour y intégrer un département pédiatrique. 25 villages ont été sélectionnés et la formation pour les 25 centres de soins de santé primaires a été préparée.

Délégation internationale

»M  dM Suisse, Palestinian Counseling Center (PCC) et le ministère de la Santé

Sources de financement

»E  cho, CDC, Mofa, AFD, MdM

» les activités

Budget

» 2013 : 221 747 €

Sources de financement

»E  cho, CDC, Mofa, AFD, MdM

Budget

» 2013 : 487 477 €

» les perspectives L’extension du projet de préparation aux urgences, la mise en place d’une stratégie de sortie et le déploiement d’une nouvelle intervention dans les zones tampon de Gaza permettra de coordonner une réponse humanitaire en centralisant les besoins vitaux des victimes d’incidents de tirs et de proposer des solutions de court et moyen terme via un système de référence vers des services existants.


Les programmes internationaux » Afrique du nord ET MOYEN-ORIENT

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Palestine

Espérance de vie IDH 0,67 rang 110

73 ans

Source : Pnud 2013

Les programmes internationaux » Afrique du nord ET MOYEN-ORIENT

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Palestine

ISRAËL

Espérance de vie IDH 0,67 rang 110 Source : Pnud 2013

Bethléem

ISRAËL POPULATION

Préparation d’un projet de santé sexuelle et reproductive

Gaza

»B  énéficiaire : 81 JORDANIE

ÉGYPTE

À Gaza, l’utilisation des services de santé sexuelle et reproductive est très faible, l’accès à l’information est limité, les conceptions sur les méthodes de contraception sont erronées. Selon le Population Reference Bureau, 12 % des grossesses seraient non désirées et 26 % inopportunes pour l’ensemble des femmes palestiniennes en 2006. Par ailleurs, la menace de voir les avortements à risque augmentés est réelle, car l’accès à l’avortement est très restreint par la loi. » Gaza, Deir el-Balah, El-Bureij, El-Nuseirat

73 ans

Amélioration de l’accès aux soins des jeunes diabétiques

POPULATION

JORDANIE

»B  énéficiaire : 60 »C  ible : 150

ÉGYPTE

Un projet a été mis en place par MdM visant à améliorer la prise en charge et l’accompagnement des jeunes patients diabétiques à Bethléem. Il s’inscrit dans le cadre d’un partenariat entre le gouvernorat de Bethléem et le conseil général de l’Isère. Les enfants et jeunes adultes diabétiques de type 1 en Cisjordanie constituent une population très vulnérable, notamment au regard de l’accès aux soins (problèmes de déplacement et d’accès aux structures) et de la stigmatisation de la maladie. » Bethléem

» historique

» les résultats

» historique

» les perspectives

À la suite d’une évaluation sur la santé sexuelle et reproductive à Gaza démontrant les grands besoins dans ce domaine, il a été décidé de mettre en place un projet sur cette thématique. Le sujet étant nouveau pour MdM dans la région et sensible à Gaza, MdM a décidé de travailler avec une association palestinienne reconnue (CFTA) pour identifier, détailler et créer un projet de référence à mettre en œuvre conjointement en 2014.

1 accord de partenariat avec CFTA et 1 projet de référence ont été produits. 50 personnes de centres pour femmes ont été formées en prévention et contrôle des infections. 9 groupes de discussions/sessions d’information ont été conjointement menées avec CFTA.

Le projet, démarré en 2013, qui s’étend sur une durée de trois ans, a été mis en œuvre pour améliorer la qualité de la prise en charge des diabétiques par l’association DFS et les acteurs sanitaires locaux, de mieux sensibiliser le grand public et les acteurs médicaux sur le diabète et enfin d’appuyer l’association DFS pour consolider l’expérience acquise.

MdM souhaite développer un volet sensibilisation du grand public et poursuivre la formation des acteurs de santé et du camp thérapeutique d’été tout en renforçant les capacités et compétences de l’association DFS.

» les activités

» les perspectives

» les activités

En 2014, MdM démarre le projet pour une première période de deux ans et souhaite renforcer les compétences médicales de CFTA et du ministère de la Santé sur la santé sexuelle et reproductive ainsi que sensibiliser les communautés vivant dans les zones isolées sur cette thématique.

Une formation dispensée conjointement par une diabétologue du CHU de Grenoble et des formateurs palestiniens a réuni en mars des professionnels de santé en contact avec les patients diabétiques de type 1 de Bethléem. Un camp thérapeutique d’été a permis à 25 enfants et jeunes adolescents de bénéficier de cours d’éducation à la santé, de discussions et d’activités sportives et récréatives.

MdM a amélioré dans 2 centres de santé de CFTA la prévention et le contrôle des infections. Dans ces centres ainsi que ceux du ministère de la Santé, MdM et CFTA organisent des groupes de discussions avec les femmes pour bien comprendre leurs besoins. Des séances de travail entre les 2 associations ont ensuite permis de construire ensemble un projet sur la problématique des grossesses non désirées.

Sources de financement

» Echo, CDC, Mofa, AFD, MdM

Budget

» 2013 : 42 280 €

Sources de financement

»C  onseil général de l’Isère, consulat général de France en Palestine, MdM

Budget

» 2013 : 15 000 €


Les programmes internationaux » Afrique du nord ET MOYEN-ORIENT

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Syrie

TURQUIE

Espérance de vie IDH 0,648 rang 116

Qah

76 ans

Source : Pnud 2013

LIBAN

Damas IRAK

Accès à la santé pour les populations déplacées et soutien aux médecins syriens

»B  énéficiaire : 87 344 JORDANIE

ARABIE SAOUDITE

» Gouvernorat de Deraa, nord d’Idlib, nord-est d’Alep, sud de Damas

Dès le début des violences en Syrie, des réseaux de médecins et de volontaires se sont constitués pour tenter de faire face aux besoins médicaux d’urgence. Depuis avril 2012, MdM les soutient en leur envoyant des médicaments essentiels, du matériel médical et des kits chirurgicaux. Depuis juillet 2012, MdM soutient un centre postopératoire et de rééducation à la frontière turco-syrienne qui prend en charge les blessés. En octobre 2012, MdM a ouvert un centre de santé dans le camp de déplacés de Qah, dans le Nord de la Syrie.

» les activités Fin 2013, neuf centres de santé proposent gratuitement des consultations, des soins de base et des médicaments essentiels, ainsi que des vaccinations. En mars 2013, MdM a ouvert un centre pour les femmes et les enfants dans le village de Qah où sont accessibles des services de santé sexuelle et reproductive (soins prénataux, postnataux et obstétricaux, services de planification familiale…). Le soutien au centre postopératoire et de réhabilitation est maintenu avec un renforcement des capacités du personnel en matière de soins postopératoires et de physiothérapie ainsi que l’approvisionnement du centre en médicaments, équipement et matériel. Grâce à sa présence dans le nord de la Syrie,

Sources de financement

»F  ondation Sternstunden, conseil régional, Mofa, SDC, CDC, DFID, Echo, Mairie de Paris, Wallonie

Budget

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Tunisie

Kasserine

Espérance de vie 74,7 ans IDH 0,712 rang 94 Source : Pnud 2013

POPULATION

Depuis mars 2011, la situation humanitaire en Syrie n’a cessé de se dégrader. Massacres, attentats, bombardements ont coûté la vie à plus de 100 000 personnes. Quelque 6,5 millions de Syriens sont déplacés à l’intérieur du pays. Attaques aériennes sur les hôpitaux, violence contre les professionnels de santé s’occupant des blessés, utilisation de structures médicales comme lieux de torture et de répression et problèmes d’approvisionnement ont causé l’effondrement du système de santé syrien.

» historique

Les programmes internationaux » Afrique du nord ET MOYEN-ORIENT

Diagnostic de situation sur l’accès aux soins de proximité en milieu rural

POPULATION

ALGÉRIE

»C  ible : 40 000 LIBYE

Après la « révolution du jasmin », le pays s’est retrouvé dans une situation d’instabilité. Le retard particulièrement important de l’accès aux soins des populations du Centre-Ouest en demande d’un appui en matière de santé est à l’origine de cette mission de diagnostic de situation réalisée conjointement avec Santé Sud.

» Kasserine au Liban et en Jordanie, MdM consolide les liens professionnels et de confiance établis avec différents réseaux de médecins et de volontaires syriens. MdM approvisionne ainsi des structures médicales dans le nord de la Syrie, à Damas et Deraa.

» les résultats 62 238 consultations dans les centres de santé primaires de MdM et 13 969 consultations pour des soins postopératoires et de réhabilitation réalisées. 398 femmes accueillies après leur accouchement avec leurs nouveau-nés.

» les perspectives Au vu des besoins médicaux croissants en Syrie, MdM maintiendra et renforcera ses différentes activités dans les mois à venir. Un nouveau centre postopératoire sera soutenu. Les capacités de réponse de MdM aux demandes de ses partenaires syriens seront accrues.

» 2013 : 2 426 508 €

» historique

» les résultats

Début 2012, des contacts entre le gouvernorat de Kasserine (où la révolution du jasmin a été plus intense qu’ailleurs en Tunisie) et la région Paca ont été noués, donnant lieu à une convention de coopération. L’une des demandes majeures des Tunisiens concernait l’accès aux soins des populations jusqu’ici éloignées ou exclues du système de santé. MdM et Santé Sud ont été sollicités pour mener une évaluation en lien étroit avec un groupe référent de professionnels de santé kasserinois.

L’évaluation a conduit à l’élaboration d’un programme d’accompagnement à la médecine de proximité dans le gouvernorat de Kasserine dont l’objectif général est d’améliorer la santé des populations rurales de deux circonscriptions : El-Ayoun et Hassi el-Ferid, soit 40 000 habitants.

» les activités Un diagnostic de situation (2012-2013) a été réalisé sur les deux missions en Tunisie regroupant d’une part 3 médecins puis 1 médecin et 1 infirmière. Un atelier de réflexion mixte (ONG + partenaires kasserinois) de 3 jours à Marseille a été organisé.

Sources de financement

»C  onseil régional Paca, MdM

Budget

» 2013 : 20 000 €

» les perspectives La mise en œuvre opérationnelle du projet est prévue en févriermars 2014 avec le départ des premières équipes de compagnonnage médicale (médecins, infirmier et sage-femme).


Les programmes internationaux » Afrique du nord ET MOYEN-ORIENT

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Turquie

RUSSIE

Espérance de vie 74,2 ans IDH 0,722 rang 90

Istanbul

Accès aux soins et aux droits des populations migrantes à Istanbul

Source : Pnud 2013

SYRIE IRAK

Du fait de sa situation géostratégique, de son influence commerciale et de sa proximité avec les côtes grecques, la Turquie attire des migrants venus des pays du Maghreb, de l’Afrique subsaharienne, du Moyen-Orient et de l’Asie. Le renforcement des politiques antimigratoires européennes et la crise qui sévit actuellement en Grèce font d’Istanbul un point d’arrêt forcé, à plus ou moins long terme, dans le parcours des migrants. » Istanbul

Initié en 2012 avec l’association Tohav (de défense des droits de l’homme, qui travaille principalement auprès de ressortissants turcs et kurdes), le projet est maintenant développé en partenariat avec l’Association de soutien et d’entraide aux migrants (Asem), association turcoafricaine. Le programme s’adresse aux personnes fragilisées par le système politico-juridique qui les écarte de toute possibilité de régularisation, d’accès aux soins et de prise en charge adaptée.

» les activités MdM apporte, par l’intermédiaire de son partenaire Asem, une aide médico-sociale pour les populations migrantes en situation irrégulière vivant dans le quartier de Kumkapi. L’offre de service de proximité conjugue écoute, soins, aide sociale et juridique, orientation vers des structures spécifiques turques. Par ailleurs, une action de prévention-sensibilisation a été initiée dans une démarche de réduction des risques (IST, précarité et hygiène de vie, alimentation…). En outre, une activité de plaidoyer est développée à partir de l’expérience de terrain pour une prise en compte des droits de ces personnes tant au niveau local qu’européen. MdM a mené une importante étude sur les conditions d’accès des migrants aux soins de santé et a recueilli des témoignages sur le vécu à Kumkapi et sur les parcours de migration.

»C  onseil général des Bouches-du-Rhône, Association Verso Il Kurdistan et MdM

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Angola

R.D.C.

Espérance de vie 51,5 ans IDH 0,508 rang 148

Kwanza Norte

Source : Pnud 2013

ZAMBIE

Amélioration de la santé et du droit à la santé des femmes et des jeunes

POPULATION

»B  énéficiaire : 25 576 »C  ible : 254 800

NAMIBIE

Depuis la fin de la guerre civile en 2002, le processus de reconstruction s’accélère en Angola grâce, notamment, aux revenus du pétrole. La richesse ne profite cependant pas à tous et le manque de personnel compétent reste un problème majeur. Dans les zones rurales, les difficultés à décentraliser les soins au niveau périphérique et à assurer l’exercice du droit à la santé de la population, en particulier des femmes et des jeunes, limite l’accès aux soins. » Province de Kwanza Norte – District de Samba-Cajú, Ambaca, Lucala et Cazengo

» historique

Sources de financement

Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

Budget

Enfin, Asem et MdM participent ensemble au renforcement de la société civile turque et à la promotion des droits de l’homme, dont le droit à la santé.

» les résultats 1 483 consultations médicales, 723 entretiens sociaux et juridiques et 384 orientations médicales vers le dispositif de santé turc réalisés. 6 missions de suivi et supervision du projet et d’accompagnement du partenariat ont eu lieu au cours de l’année.

» les perspectives L’offre de service offerte aux personnes migrantes quel que soit leur statut administratif à Istanbul va se poursuivre en 2014. Une attention spécifique au public féminin sera apportée. Des actions de plaidoyer comme outil de changement tant au niveau opérationnel (modifier les législations en vigueur en Turquie, faciliter le respect des droits) qu’au niveau politique vont se poursuivre. Le livre sur l’accès aux soins des étrangers en Turquie va être publié à Istanbul puis en France.

» 2013 : 100 000 €

» historique

» les résultats

Démarré en 2010, le projet s’est d’abord concentré sur le renforcement des compétences des professionnels de santé et l’accompagnement des autorités sanitaires de la province dans l’organisation du système de santé. L’équipe a ensuite décentralisé son appui aux structures de santé de proximité dans 4 districts. En parallèle, différentes études ont été menées pour mieux comprendre l’organisation communautaire et l’exercice du droit à la santé par les différents groupes de la société.

346 professionnels de santé formés à la santé sexuelle et reproductive (SSR). 100 étudiants formés aux techniques de sensibilisation à la SSR. 5 000 personnes sensibilisées aux droits sexuels et reproductifs. 11 organisations de la société civile formées sur le diagnostic de l’exercice du droit à la santé.

» les activités

Clôturé en décembre 2013, le projet devrait entamer une nouvelle phase courant 2014 en s’appuyant sur l’expérience de ces trois années d’intervention et en renforçant notamment l’approche communautaire, l’articulation entre les différents acteurs et avec les mécanismes de concertation citoyenne.

Afin de renforcer les structures sanitaires existantes, les activités se sont poursuivies non seulement au travers de nombreuses formations des professionnels de santé pour la prise en charge, le référencement et la collecte de données, mais aussi à travers un appui au quotidien et une dotation en matériel des structures de santé. Par ailleurs, des activités de promotion du droit à la santé auprès des communautés et particulièrement des jeunes et des femmes permettent également de renforcer la demande de soins et de favoriser l’exercice du droit à la santé. Un travail a été engagé avec les différents acteurs et collectivités territoriales pour renforcer le lien entre ces derniers et les sensibiliser aux difficultés d’accès aux services de SSR et à la nécessité de rechercher des solutions conjointes

Délégation internationale

»M  dM Espagne

Sources de financement

»E  uropeAid, MdM

» les perspectives

Budget

» 48 249 €


Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Burkina Faso

MALI

Djibo

NIGER

Espérance de vie 55,9 ans IDH 0,343 rang 183 Source : Pnud 2013

BÉNIN GHANA CÔTE D'IVOIRE

TOGO

POPULATION

»B  énéficiaire : 934 »C  ible : 83 975

Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Burkina Faso

MALI

Djibo

NIGER

Espérance de vie 55,9 ans IDH 0,343 rang 183 Source : Pnud 2013

BÉNIN GHANA CÔTE D'IVOIRE

TOGO

POPULATION

»B  énéficiaire : 92 504 »C  ible : 444 220

Prise en charge de la malnutrition infantile

Assistance aux réfugiés et demandeurs d’asile

Le district sanitaire de Djibo est situé dans la région du Sahel, où les problèmes de sécurité alimentaires sont récurrents. Les indicateurs de prise en charge de la malnutrition en intra-hospitalier ainsi que les taux de malnutrition aiguë sévère (MAS) et de malnutrition aiguë globale (MAG) demeurent préoccupants. En 2011, le taux de décès y était supérieur à 18,95 %. Par ailleurs, le personnel est insuffisamment formé à la prise en charge.

Fin janvier 2012, les combats opposant l’armée malienne aux groupes armés dans le nord du Mali ont entraîné d’importants déplacements de population à l’intérieur du pays et vers les pays voisins. La province du Soum au Burkina Faso a enregistré une arrivée importante de réfugiés. Présent dans cette province depuis 2010, MdM a pris en charge l’assistance médicale aux réfugiés de Mentao et de Damba, camps de regroupement des populations de la province. » Région du Sahel, district de Djibo

» Région du Sahel, Djibo

» historique

–– formation de 120 agents de santé sur la prise en charge de la malnutrition en interne (PCI), le tri, l’évaluation et le traitement d’urgence (Tetu), la prise en charge communautaire de la malnutrition (PCMA) et la prise en charge intégrée des maladies de l’enfant (PCIME) ; –– organisation de rencontres mensuelles sur la référence et contreréférence des cas de Masc et d’ateliers de plaidoyer avec les autorités administratives, communales, religieuses, les coordinations féminines de la province, les associations, les agents du district.

Commencée en 2013, la première phase du programme a consisté en la réhabilitation et l’équipement du centre de récupération nutritionnelle en interne (Creni) ainsi qu’au recrutement et à la formation du personnel dédié à la prise en charge de la malnutrition. Elle porte également sur le tri-évaluation et le traitement des urgences et la prévention des infections en milieu hospitalier. La deuxième phase s’est orientée vers le renforcement de la prise en charge gratuite des cas de malnutrition aiguë sévère avec complications (Masc) des Centres de santé et de promotion sociale (CSPS) vers le Creni.

» les résultats

» les activités

934 enfants avec Masc ont bénéficié d’une prise en charge gratuite au Creni, et 670 d’entre eux en sont sortis stabilisés.

Au cours de l’année 2013, les principales activités réalisées ont été les suivantes : –– réhabilitation et équipement du Creni de Djibo ; –– achat de médicaments et d’aliments thérapeutiques ; –– don de Kits de couchage et de kits d’hygiène ; –– prise en charge des frais de référence des enfants avec Masc des CSPS) au Creni et des frais des examens de laboratoire ; –– sensibilisation dans les communes d’Arbinda, Djibo, Pobé Mengao et Tongomayel ;

Délégation internationale

»M  dM Espagne (travail en consortium)

Sources de financement

» Echo, Fondation Sternstunden, UNHCR, Ville d’Annemasse

» les perspectives En 2014, l’unité de pédiatrie devrait intégrer le Creni de Djibo et un nouveau Creni devrait ouvrir ses portes à Arbinda. Il est prévu de transférer progressivement les activités de prise en charge des Masc aux partenaires et aux autorités sanitaires locales du district.

Budget

»2  013 : 563 971 €

» historique Le projet d’urgence et d’assistance aux réfugiés maliens a été mis en œuvre en avril 2012. Dans sa phase initiale, le projet couvrait deux camps de réfugiés, Mentao et Damba, totalisant quatre centres de santé fonctionnant 7j/7j et 24h/24h : 3 à Mentao et 1 à Damba. Le camp de réfugiés de Damba a été relocalisé à Mentao en mars 2013. Son centre de santé est fermé depuis la fin de la relocalisation. Au sein des centres de santé, le personnel médical est composé de médecins, d’infirmiers(ères) diplômés d’État et de sages-femmes/maïeuticiens d’État.

» les activités L’assistance aux réfugiés maliens par MdM a consisté à fournir des soins de santé primaires aux populations réfugiées et aux populations hôtes des villages environnants. Au cours de l’année 2013, les principales activités réalisées ont été les suivantes : –– soins médicaux et infirmiers ; –– références/évacuations vers les structures secondaires à l’aide d’ambulances de MdM ; –– accouchements assistés ; –– sensibilisation et service de planification familiale, –– consultations pré- et postnatales ;

Sources de financement

»E  cho, Fondation Sternstunden, UNHCR, Ville d’Annemasse

Budget

»2  013 : 896 441 €

–– –– –– ––

prévention de la transmission mère-enfant du VIH ; traitement des infections sexuellement transmissibles ; traitement du VIH/sida en collaboration avec le district sanitaire ; vaccination de routine pour les enfants de moins de 1 an et les femmes enceintes ; –– prise en charge en ambulatoire des malnutris ; –– organisation de séances de sensibilisation portant sur des thèmes de santé variés.

» les résultats 71 157 personnes reçues dans les postes de santé de MdM. 220 accouchements assistés. 57 malnutris aigus modérés et 48 malnutris sévères pris en charge.

» les perspectives De janvier à juin 2014, MdM couvrira les besoins en soins de santé primaires de 12 270 réfugiés maliens et de 3 500 personnes hôtes en situation vulnérable vivant à proximité du camp de réfugiés de Mentao. Les élections s’étant bien déroulées au Mali, un retour progressif des réfugiés est à envisager en fin d’année 2014 si le conflit entre les groupes armés et les autorités maliennes est résolu.


Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

Côte d’Ivoire

RAPPORT MORAL 2013

MALI

BURKINA FASO

GUINÉE

GHANA LIB LI LIB BE BERIA

San Pédro

Espérance de vie IDH 0,432 rang 168

56 ans

Source : Pnud 2013

Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Guinée

Mise en place de la gratuité ciblée Après dix ans d’instabilité, la Côte d’Ivoire a connu une crise postélectorale en 2011 qui a mis à mal le système de santé dans tout le pays. L’absence d’investissement en infrastructures, personnels et médicaments a réduit considérablement la qualité de l’offre de soins. Les taux de mortalité maternelle, néonatale et infantile sont alarmants. MdM intervient pour renforcer le système sanitaire et la politique de gratuité ciblée envers les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans.

Espérance de vie 54,5 ans IDH 0,355 rang 178

Kindia

Source : Pnud 2013

SIERRA LEONE

POPULATION

»B  énéficiaire : 78 000 »C  ible : 187 000

MALI

SÉNÉGAL GUINÉEBISSAU

Santé en milieu carcéral

POPULATION

»B  énéficiaire : 235 détenus LIBERIA

La tenue d’élections législatives, maintes fois reportées, en septembre 2013 laisse espérer une stabilisation de la situation politique et économique. Néanmoins, des violences sporadiques continuent d’éclater dans différents lieux sans qu’une amélioration de la situation soit ressentie par la population. Dans ce contexte, l’appui de MdM à l’action de la Kindianaise d’assistance aux détenus (KAD) reste indispensable pour améliorer les conditions de détention. » Kindia

» District du Bas-Sassandra, régions de Gboklé, Nawa et San Pédro

» historique En septembre 2011, en partenariat avec le ministère de la Santé, MdM a démarré son programme dans 17 structures de santé, avec des appuis en formation du personnel de santé et avec la réhabilitation de bâtiments. En septembre 2012, le projet s’est étendu à l’ensemble des 43 centres de santé des zones concernées, avec un soutien accru aux autorités sanitaires locales pour les aider à réaliser leurs activités de supervision et d’encadrement. L’approche communautaire a également été développée pour mieux impliquer les différentes communautés dans les activités sanitaires.

» les activités En 2013, les activités se sont concentrées sur : –– la formation des professionnels de la santé en soins obstétricaux néonataux d’urgence ; –– la prise en charge des maladies de l’enfant ; –– la collecte et analyse des données épidémiologiques, et gestion des médicaments ; –– la fourniture des médicaments essentiels pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans ; –– l’appui aux stratégies mobiles pour apporter les soins au plus près des communautés éloignées ; Sources de financement

»E  cho, OMS

Budget

»2  013 : 962 488 €

–– la réparation d’ambulances pour faciliter le transport des parturientes référencées ; –– la construction d’infrastructures d’eau et d’assainissement (puits, latrines, incinérateurs), avec l’implication des communautés ; –– l’appui à la planification, la supervision et l’évaluation des activités des centres de santé avec les équipes cadre des districts ; –– le plaidoyer pour améliorer la mise en œuvre de la gratuit ciblée.

» les résultats 15 000 accouchements assistés, 78 000 enfants de moins de 5 ans consultés et 43 centres de santé équipés en matériel médical. Infrastructures d’eau et d’assainissement construites pour 24 centres de santé.

» les perspectives MdM va poursuivre son appui auprès des autorités sanitaires de la région, en intégrant un nouveau district sanitaire, soit un total de 120 structures de santé. MdM souhaite également développer sur Abidjan un projet auprès des usagers de drogues, afin d’améliorer leurs accès aux soins, en particulier la prise en charge des hépatites.

» historique

» les résultats

Depuis 2001, MdM soutient la KAD, association guinéenne, dans sa mission d’assistance aux détenus de la prison de Kindia. Le projet vise l’amélioration des conditions de détention : l’environnement (hygiène, réhabilitation, réparation), la santé (approvisionnement en médicaments, consultations médicales) et la réinsertion (enseignement, activités génératrices de revenus [AGR]). Les conditions de détention en termes sanitaires et d’accès aux soins sont désormais meilleures, même si l’implication des autorités carcérales reste insuffisante.

L’accès aux soins des prisonniers a été assuré, ainsi que l’alphabétisation des détenus par des pairs. 82 cas de malnutrition légère ont été pris en charge.

» les activités Une légère amélioration au niveau de l’alimentation des prisonniers a permis de concentrer l’action sur l’accès aux soins et la maintenance des installations sanitaires. En partenariat avec Prisonniers sans frontières, une formation sur les droits des prisonniers a été proposée à des responsables de la prison. Les AGR constituent le défi à relever en raison du ralentissement de toutes les activités économiques dans le pays.

Sources de financement

»M  dM

Budget

»2  013 : 14 000 €

» les perspectives Le plaidoyer mené par la KAD a pour ambition de faire assumer par les autorités carcérales leurs obligations en matière de droits des prisonniers. L’autonomisation financière de la KAD grâce au développement des AGR est l’objectif prioritaire pour l’année à venir.


Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Kenya

SOUDAN

ÉTHIOPIE SOMALIE

OUGANDA

Nairobi

Espérance de vie 57,7 ans IDH 0,519 rang 145 Source : Pnud 2013

Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Liberia

GUINÉE SIERRA LEONE CÔTE D'IVOIRE

Gbarnga

POPULATION

Lutte contre le VIH/sida et les hépatites auprès des usagers de drogues

TANZANIE

»B  énéficiaire : 400 »C  ible : 34 000

Le Kenya est l’un des pays comptant le plus d’usagers de drogues par voie intraveineuse. Le taux de prévalence du VIH au sein de cette population est très élevé, alors qu’il n’existe pas de réponse globale à ses besoins. L’infection par une hépatite virale est l’un des principaux risques de ce mode de consommation. Les usagers sont fortement stigmatisés par la population et les professionnels de la santé, ce qui les marginalise encore davantage. » Nairobi

Présent au Kenya depuis plus de vingt ans, MdM a démarré en mai 2013 un projet de réduction des risques (RdR) auprès des populations vulnérables, à la suite d’une étude de situation et d’une mission exploratoire réalisées à Nairobi en novembre 2011. Ce projet s’attache à renforcer les compétences des acteurs kényans et se veut un projet modèle pour le pays. À plus long terme, il vise à contribuer au développement d’une dimension régionale, notamment avec la Tanzanie, afin de mettre en place des formations et des plaidoyers communs.

» les activités Dans la première phase du projet, MdM a défini les besoins et les zones prioritaires d’intervention. Le programme s’est ensuite concentré sur le recrutement du personnel médical et d’un conseiller psychosocial ainsi que le recrutement et la formation de travailleurs de proximité et d’éducateurs pairs. Un lieu fixe propose depuis juillet 2013 un dépistage des maladies infectieuses, des séances de vaccination, la distribution de kits d’injection stériles, une orientation vers des structures de santé et des activités de soutien psychosocial. L’équipe propose des sessions de sensibilisation sur la RdR.

»A  FD, MdM

Source : Pnud 2013

POPULATION

»B  énéficiaire : 40 638 »C  ible : 333 500

Réduction de la pauvreté et amélioration de l’accès aux soins

Le Liberia affiche un taux très élevé de mortalité maternelle et néonatale dû à la pénurie de personnel soignant qualifié et à la pratique d’accouchement à domicile, répandue dans les zones rurales. Depuis 2011, MdM intervient aux côtés des autorités sanitaires du comté de Bong pour améliorer la santé des femmes et des enfants à travers la formation du personnel soignant, la construction et l’appui aux structures sanitaires. » Comté de Bong, ville de Gbarnga

» historique

Sources de financement

Espérance de vie 57,3 ans IDH 0,388 rang 174

Budget

»2  013 : 226 028 €

Une unité mobile va à la rencontre des usagers les plus précarisés. Du matériel de prévention et du matériel d’éducation à la santé leur est proposé. L’équipe permanente travaille en étroite collaboration avec les structures locales, le National AIDS/STI Control Program (Nascop) et le réseau national d’autosupport (Kenpud) pour le développement de politiques nationales, de matériel de communication ciblé, etc.

» les résultats 62 usagers/mois en moyenne fréquentent le DIC. 11 000 seringues distribuées (juillet-déc. 2013).

» les perspectives En 2014, la file active sera développée de manière contrôlée, notamment par l’extension des services mobiles et le déménagement du drop in center dans un lieu plus adapté. Le dépistage de l’hépatite C sera étendu en collaboration avec les partenaires. Les capacités des structures locales et de plaidoyer seront renforcées.

» historique Depuis 2011, MdM intervient dans 10 structures sanitaires du Bong en mettant en œuvre le paquet complet de soins. Le programme a réhabilité les centres de santé, construit un hôpital-maternité et un foyer pour accueillir les femmes enceintes résidant loin de la structure. La formation du personnel soignant et des agents communautaires de santé a été assurée. La sensibilisation des sages-femmes traditionnelles et l’appui au système de référence ont permis d’augmenter le nombre d’accouchements en milieu médical.

» les activités

avec les autorités sanitaires locales et nationales, une passation graduelle des activités à l’équipe cadre de santé du Bong a été organisée au cours des supervisions conjointes. Le programme a pris fin en août 2013 après la passation des activités aux autorités sanitaires du comté de Bong et aux organisations nationales partenaires.

» les résultats 94 % des enfants de moins de 1 an vaccinés au Pentavalent. 77 % des urgences obstétricales prises en charge dans les structures sanitaires.

Un second foyer pour femmes enceintes a été construit avec une forte participation communautaire. La pilule contraceptive d’urgence a été introduite comme méthode contraceptive dans la zone couverte. Le personnel de santé formé en santé mentale a assuré les consultations dans les structures, tout en bénéficiant de l’accompagnement du programme. Les agents communautaires de santé, les sages-femmes traditionnelles formées et le personnel soignant ont poursuivi les séances d’éducation pour la santé dans les structures sanitaires et dans les communautés sur l’utilisation des services et l’accouchement en milieu médical avec l’appui de MdM. Dans le cadre de la fermeture du programme planifiée

Sources de financement

» AFD, EuropeAid, Fondation McCall MacBain, MdM

Budget

»2  013 : 1 745 700 €


Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

Madagascar

RAPPORT MORAL 2013

COMORES MOZAMBIQUE

Antananarivo

Espérance de vie 66,9 ans IDH 0,483 rang 151 Source : Pnud 2013

Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

Madagascar

RAPPORT MORAL 2013

Sambava Antalaha MOZAMBIQUE

Maroantsetra

Source : Pnud 2013

POPULATION

»B  énéficiaire : 636

Chirurgie réparatrice cardiaque pédiatrique

Espérance de vie 66,9 ans IDH 0,483 rang 151

POPULATION

Gestion des risques liés aux catastrophes naturelles

Vangaindrano

»B  énéficiaire : 221 546 »C  ible : 941 505

La situation politico-économique de Madagascar semble trouver une issue entre l’élection présidentielle de la fin de l’année et l’investiture du nouvel élu en janvier 2014. Les bailleurs attendent la constitution du nouveau gouvernement pour redébloquer des fonds en faveur du pays. À la fin de l’année 2013, les pouvoirs publics restaient démunis.

La situation politico-économique de Madagascar semble trouver une issue entre l’élection présidentielle de la fin de l’année et l’investiture du nouvel élu en janvier 2014. Les bailleurs attendent la constitution du nouveau gouvernement pour redébloquer des fonds en faveur du pays. À la fin de l’année 2013, les pouvoirs publics restaient démunis.

» Antananarivo

» Sambava, districts d’Antalaha, de Maroantsetra et de Vangaindrano

» historique Depuis 1994, en partenariat avec le Centre hospitalier de Soavinandriana (Cenhosoa), l’équipe réunionnaise de MdM, composée d’un chirurgien cardiaque, de deux réanimateurs anesthésistes et de 2 ou 3 cardiologues, réalise à Madagascar une mission médico-chirurgicale (MMC) deux fois par an. L’objectif est de réduire la mortalité des enfants de moins de 16 ans atteints de cardiopathie. Ce programme vise à autonomiser l’équipe du Cenhosoa dans la prise en charge de l’opération à cœur fermé.

hosoa. Ce dernier a construit au sein de l’hôpital un bâtiment de chirurgie cardiaque comprenant une salle de bloc opératoire, une salle de réanimation et deux salles de consultation échographique.

» les résultats 636 consultations réalisées. 22 enfants opérés à cœur fermé dont 18 cas opérés par l’équipe malgache sous la supervision de l’équipe de MdM. 33 enfants opérés à cœur ouvert.

» les activités

» les perspectives

La 32e et la 33e MMC ont été réalisées au Cenhosoa, comprenant : –– des consultations cardio-pédiatriques ; –– des opérations à cœur fermé avec continuation d’une formation par compagnonnage du personnel du Cenhosoa ; –– un programme de formation pendant six mois à La Réunion pour renforcer la capacité d’un personnel du Cenhosoa sur la chirurgie cardiaque (anesthésie) ; –– des opérations à cœur ouvert prises en charge par MdM et ses partenaires en France métropolitaine et en Europe ; –– la réalisation conjointe avec le Cenhosoa des travaux de finition et l’équipement du bâtiment de la chirurgie cardiaque au sein du Cen-

Une formation d’un an est organisée conjointement avec la faculté de médecine d’Antananarivo, la faculté de La Réunion et MdM. Des formations de 5 professionnels de santé du Cenhosoa à La Réunion et à Marseille sont prévues pour le renforcement de leurs capacités. Le bloc opératoire du bâtiment de chirurgie cardiaque au sein du Cenhosoa devrait être fonctionnel en avril 2014.

Sources de financement

» État de Monaco, EuropeAid, Echo, AFD, Fondation Niarchos, Care, MdM

Budget

»2  013 : 120 986 €

» historique MdM met en œuvre depuis 2008 un programme de réduction des risques des catastrophes (RRC) pour préparer les communautés aux conséquences des dépressions tropicales. Le projet pilote, mené dans un premier temps à Maroantsetra, a été dupliqué dans la région de Sava en 2010. Par la suite, la zone d’intervention, commune avec les autres organismes partenaires financés par DipEcho, a été élargie à une commune du district de Vangaindrano dans la région d’Atsimo-Atsianana.

» les activités La troisième phase du programme est arrivée à son terme en décembre 2013. Au cours du projet, 3 volets ont été développés : soutien au système de santé (veille sanitaire au niveau communautaire, suivi épidémiologique, amélioration du système de communication), prise en charge des victimes des catastrophes naturelles (formation de secouristes et d’une équipe médicale d’urgence, élaboration d’un plan de contingence, dotation de matériel) et impulsion d’une dynamique communautaire de RRC (renforcement et consolidation des comités de gestion des risques liés aux catastrophes, analyse participative des vulnérabilités, sensibilisation au travers d’un concours de chant traditionnel, microprojets communautaires). Sur ce dernier volet, l’accent a été mis sur la pérennisation via :

Sources de financement

ȃ  tat de Monaco, EuropeAid, Echo, AFD, Fondation Niarchos, Care, MdM

Budget

–– l’autonomisation des comités de gestion des risques liés aux catastrophes (GRC) ; –– le renforcement des liens entre les différents acteurs de soins et avec les comités GRC.

» les résultats 3 300 personnes sensibilisées. 33 infrastructures de mitigations réalisées. 18 plans de contingence et matrices de réaction rapide opérationnels. 4 districts dotés d’équipes d’urgence et de plans d’organisation de secours.

» les perspectives Un projet, en partenariat avec Care, dans le district de Vatomandry, a été déposé auprès de DipEcho. Il s’agira de mettre en œuvre les activités santé/RRC au sein d’un programme de gestion des risques liés aux catastrophes mené par Care.

»2  013 : 399 314 €


Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Mali

ALGÉRIE

Espérance de vie 51,9 ans IDH 0,344 rang 182

MAURITANIE

Mopti

SÉNÉGAL

Prise en charge globale des femmes souffrant de fistules obstétricales

NIGER BURKINA FASO

GUINÉE

CÔTE D'IVOIRE

Source : Pnud 2013

Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Mali

ALGÉRIE

Source : Pnud 2013

SÉNÉGAL

Bamako

POPULATION

»B  énéficiaire : 193 »C  ible : 342 006

Espérance de vie 51,9 ans IDH 0,344 rang 182

MAURITANIE

Amélioration de l’accès aux soins des populations migrantes en situation de retour forcé

GUINÉE

NIGER BURKINA FASO

POPULATION

»B  énéficiaire : 2 850

CÔTE D'IVOIRE

Présent depuis plus de vingt ans au Mali, Médecins du Monde (MdM) a développé un programme de prise en charge globale des femmes souffrant de fistules obstétricales. La crise politique majeure qui a secoué le pays en 2012 et la dégradation du contexte sécuritaire ont rendu plus difficile l’accès à l’hôpital et, a fortiori, l’accès à une prise en charge chirurgicale pour les femmes dans la région de Mopti.

Le Mali est en proie à une crise politico-socio-sécuritaire depuis le début de l’année 2012. Présent depuis plus de vingt ans dans le pays à travers des programmes de développement, Médecins du Monde a développé fin 2009 un programme d’amélioration de l’accès aux soins en faveur des migrants en situation de retour forcé. Depuis le début de la crise dans le nord du pays, les déplacés internes, arrivés nombreux à Bamako, sont également devenus bénéficiaires du projet.

» Région de Mopti, ville de Mopti

» Bamako

» historique

» les résultats

» historique

Le projet a vu le jour en 1993. En 2010, la millième femme a été prise en charge à l’hôpital Sominé Dolo de Mopti, partenaire du programme. La prise en charge couvre les volets médicaux, chirurgicaux, psychologiques et sociaux. Un volet de sensibilisation et de prévention a été créé depuis 2008 pour informer sur les causes de la fistule.

113 femmes opérées par MdM en collaboration avec l’hôpital Sominé Dolo de Mopti. 100 fistules fermées, soit un taux de réussite de 88,49 %.

Depuis 2009, un programme d’accès aux soins des populations migrantes en situation de retour forcés au Mali est mis en œuvre à Bamako. L’objectif général de ce programme est de réduire les conséquences sanitaires et psychologiques des phénomènes d’expulsion, de refoulement et de transit des migrants dans leurs différents parcours entre l’Afrique et l’Europe.

» les activités MdM a poursuivi la prise en charge médico-chirurgicale des femmes et la sensibilisation des populations sur les causes de la maladie et les possibilités de soins offerts par MdM à travers l’hôpital de Sévaré. Les femmes souffrant de fistules ont pu bénéficier d’un suivi psychologique. Une session de prise en charge « de masse » a été organisée en décembre 2013 pour permettre de toucher un nombre plus important de femmes, notamment venant des régions nord du pays, dont le suivi avait été perturbé par la crise.

Sources de financement

»A  EN, Echo, OMS, ville de Rungis, ville de Crolles, MdM

Budget

» les perspectives Après vingt ans d’engagement dans ce projet, MdM a stoppé ses activités de prise en charge en janvier 2014. L’ONG nationale Iamaneh lui succède dans ses actions. MdM reste toutefois une organisation ressource dans le domaine de la prise en charge des fistules obstétricales.

»2  013 : 143 057 €

» les activités MdM a poursuivi son appui à l’Association malienne des expulsés (AME), à l’Association des refoulés d’Afrique centrale au Mali (Aracem) et au Forum pour un autre Mali-Centre Amadou-Hampâté Bâ (Foram-­Cahba) pour l’accueil, la prise en charge psychologique et médicale faite à travers deux centres de santé communautaire (CSCOM). Il en a été de même pour l’association Direh Ben de Gao qui joue un rôle important dans le suivi du circuit des migrants et la surveillance du flux frontalier en cas d’arrivées massives. En 2012, le nombre de migrants à Bamako a considérablement baissé et MdM a porté assistance aux déplacés internes arrivés à Bamako en provenance du Nord. Un atelier sur l’élaboration d’un plan de contingence en cas d’arrivées massives a été réalisé en décembre 2013 avec tous les acteurs susceptibles de participer à la prise en charge des migrants en cas de refoule-

Délégation internationale

»M  dM Belgique

Sources de financement

» AEN, Echo, OMS, ville de Rungis, ville de Crolles, MdM

ments massifs en provenance d’Algérie. Une formation sur « la gestion du stress » pour les intervenants des associations partenaires a également été réalisée en octobre 2013.

» les résultats À travers le projet migrants, les deux CSCOM de Djélibougou et de Faladjé ont assuré 111 consultations médicales et pris en charge 281 personnes déplacées.

» les perspectives Le programme rentre dans sa troisième phase. Les partenaires de MdM se sont organisés en « commission de veille ». Cela constitue la prolongation des activités du programme migrants, permettant ainsi la mise en place d’un système d’alerte et d’un plan de contingence en cas d’arrivées massives.

Budget

»2  013 : 160 884 €


Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Niger

LIBYE

ALGÉRIE

Espérance de vie 55,1 ans IDH 0,304 rang 186 Source : Pnud 2013

MALI

Améliorer l’accès aux services de santé et la prise en charge médico-nutritionnelle

BURKINA FASO

Illela / Tahoua NIGERIA

TCHAD

Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Niger

BÉNIN

Espérance de vie 55,1 ans IDH 0,304 rang 186 Source : Pnud 2013

MALI

POPULATION

»B  énéficiaire : 220 626 »C  ible : 391 262

LIBYE

ALGÉRIE

Renforcement des systèmes de référencement évacuation sanitaire

BURKINA FASO

Illela / Tahoua NIGERIA

TCHAD

POPULATION

»B  énéficiaire : 7 124 »C  ible : 2 925 555

BÉNIN

Le Niger affiche un indice de fécondité parmi les plus élevés au monde (7,6 enfants/femme). Grossesses rapprochées et grossesses adolescentes ont des conséquences délétères sur la santé des femmes et de leurs enfants. Le pays connaît également une situation de crise nutritionnelle chronique. Depuis 2011, MdM développe un programme de prise en charge de la malnutrition et de promotion de méthodes modernes de planification familiale dans le district d’Illéla.

Depuis 2005, l’État nigérien a décidé de rendre les soins gratuits pour les populations vulnérables. Mais cette stratégie de gratuité couvre uniquement les coûts des soins, et non les coûts de référencement. Depuis novembre 2013, MdM mène pour une durée de deux ans un projet d’appui à l’implication des collectivités locales de la région de Tahoua dans le système de référencement et d’évacuation sanitaire des populations vulnérables, des femmes enceintes et des enfants en particulier.

» Région de Tahoua, district d’Illéla

» Région de Tahoua, districts de Keita et d’Illéla

» historique MdM est présent au Niger depuis 2006, dans la région de Tahoua, avec un programme de soins de santé primaires développé à Keita. Un programme d’appui au district sanitaire d’Illéla pour améliorer l’accès aux services de santé de la mère et de l’enfant a été mis en œuvre d’avril 2011 à décembre 2013 sur financement Echo. Le programme mis en œuvre en 2013 est la suite logique du projet de recherche-action plaidoyer qui s’est déroulé de 2007 à 2010.

» les activités MdM apporte un appui au plan de développement sanitaire du district (PDSD) d’Illéla pour améliorer l’accès aux services de santé de la mère et de l’enfant. Ce programme est composé d’un volet nutrition centré sur la prise en charge médico-nutritionnelle des enfants malnutris sévères en y intégrant la promotion de la planification familiale. Les principales activités mises en œuvre au cours de l’année 2013 : –– renforcement des activités de routine au niveau des 22 centres de récupération nutritionnelle ambulatoire pour sévères (Crenas) et du Creni à travers la mise à disposition des agents de santé ; –– renforcement des capacités par la formation et la supervision ; –– promotion de la planification familiale ; –– sensibilisation des populations avec l’implication des leaders religieux, à travers des caravanes de prêche ; Sources de financement

»A  FD, PAM, Echo, EuropeAid, Fnuap, Oxfam

Budget

»2  013 : 975 460 €

–– émissions radiophoniques ; –– mise en place des « écoles des maris » (EDM) pour la promotion de la planification familiale ; –– mise en place de la stratégie matrones.

» les résultats De 2012 à 2013 : –– le taux de guérison en Creni est passé de 78 % à 89 % ; –– le taux d’abandon, de 6,9 % à 1 % ; –– le taux de mortalité est passé de 11 % à 9 %.

» les perspectives Une poursuite des activités de prise en charge médico-nutritionnelle est prévue pour l’année 2014 sur financement Echo. Il est envisagé un appui aux activités de santé de la reproduction, en particulier la promotion de la planification à travers le travail avec les leaders religieux et communautaires, « l’école des maris » et la stratégie matrones.

» historique

» les résultats

Médecins du Monde est présent au Niger depuis 2006 dans la région de Tahoua, avec un programme de soins de santé primaires développé à Keita. Une expérience pilote a vu le jour à partir de mai 2009 dans le district de Keita, où MdM a développé une stratégie de référencement « centime additionnel ». MdM a renouvelé cette expérience dans le district d’Illéla.

De 2012 à 2013, le nombre de cas évacués est passé de : –– 529 à 1 278 dans le district d’Illéla ; –– 688 à 990 à Keita.

» les activités Le lancement du projet a eu lieu en novembre 2013. Les premières activités du projet ont été les suivantes : –– 6 sessions d’information des 475 élus locaux (des districts de Keita, Illéla, Bouza, Konni, Madoua) et régionaux sur le fonctionnement du système de référencement de référencement pour les évacuations sanitaires ; –– 6 sessions de formation des élus régionaux et locaux (Keita, Illéla, Bouza, Konni, Madoua) sur les budgets et la gestion financière des fonds des évacuations sanitaires ; –– ateliers départementaux de mise en place du système de référencement dans les départements de Madoua, Bouza et Konni ; –– formation-mobilisation des organisations de la société civiles en plaidoyer en faveur du système de référencement de référencement pour les évacuations sanitaires dans la région de Tahoua.

Sources de financement

»A  FD, PAM, Echo, EuropeAid, Fnuap, Oxfam

Budget

»2  013 : 9 511 €

» les perspectives L’implication, dès l’origine du projet des partenaires, doit permettre un transfert continu et progressif des capacités nécessaires à la poursuite des activités. Ce montage multipartenarial permet aussi la poursuite et la consolidation de l’action à un faible coût. Il est également prévu d’étendre le système de référencement aux districts de Bouza, Konni, Madoua. L’accent fort mis sur le plaidoyer doit inciter les autorités et les partenaires à poursuivre et accentuer l’amélioration de l’accès aux soins des populations.


Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

RCA

SOUDAN TCHAD CAMEROUN

République centrafricaine Réduction de la morbidité et de la mortalité des personnes affectées par la crise

Bangui

Espérance de vie 49,1 ans IDH 0,352 rang 180 Source : Pnud 2013

POPULATION

CONGO

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

»B  énéficiaire : 148 547 »C  ible : 192 945

Depuis le coup d’état des forces de la Séléka, en mars 2013, une crise sécuritaire et humanitaire est venue s’ajouter à la crise politique. Le système sanitaire, déjà très fragile, s’est totalement effondré. Les populations, terrorisées par les violences, fuient leurs villages pour se réfugier en brousse. Médecins du Monde intervient pour revitaliser les structures de santé primaire et secondaire, en se concentrant particulièrement sur la santé sexuelle et reproductive. » Bangui et périphérie

MdM a développé en RCA des activités de prévention VIH/sida de 1996 à 2000 et a ouvert le premier centre de dépistage volontaire anonyme et gratuit pour le VIH à Bangui. Ce centre de référence des IST et de dispensation des ARV a été transmis en 2000 au ministère de la Santé publique et de la Population et fonctionne encore aujourd’hui. À la suite du coup d’État du 24 mars 2013, MdM a souhaité retourner en RCA afin de mettre en place des projets auprès des populations les plus vulnérables.

» les activités Après une mission exploratoire menée en juillet, la 1re phase du projet a débuté, consistant à réimplanter MdM dans le pays, tant au niveau administratif (enregistrement) qu’au niveau sanitaire et social. Tout au long de cette phase, terminée en fin d’année, MdM a évalué de nombreuses structures sanitaires sur Bangui ainsi que dans le Sud-Ouest du pays et rencontré les acteurs de tous les niveaux (publics, associatifs, nationaux et internationaux). MdM a également soutenu 2 associations nationales : l’Association centrafricaine du bien-être familial (Acabef), qui dispense des soins de santé sexuelle et reproductive, et la Coordination nationale catholique de santé (Conasan), qui dispense des soins de

»C  DC, MdM

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

RDC

SOUDAN

RCA

CONGO

République démocratique du Congo

Goma

Espérance de vie 48,7 ans IDH 0,304 rang 186 Source : Pnud 2013

POPULATION

ANGOLA

»B  énéficiaire : 115 000 »C  ible : 1 000 000

Programme intégré de lutte contre le VIH/sida Le système de santé en RDC a été affaibli par des années d’insécurité chronique et d’importants dysfonctionnements institutionnels. Les taux d’accès aux soins sont loin derrière les moyennes subsahariennes et le VIH reste un grave problème de santé publique. Ces dernières années, les ressources internationales ont diminué, sans être compensées par des ressources nationales supplémentaires, réduisant ainsi les espoirs de voir infléchir la courbe de l’épidémie. » Province du Nord-Kivu, zones de santé de Goma et Karisimbi

» historique

Sources de financement

Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

Budget

»2  013 : 311 211 €

santé primaires. Cet appui a pris la forme de dotations en médicaments essentiels, équipement médical, petites réhabilitations, formations du personnel de la Conasan et financement de deux postes de l’Acabef.

» les résultats 5 402 consultations de planification familiale. 288 personnes victimes de violences prises en charge. 785 cas de paludisme pris en charge. 399 enfants vaccinés. Entre le 15 et 30 décembre : –– 270 consultations prénatales dans les sites de regroupements ; –– 34 accouchements dans les sites de regroupements.

» les perspectives Le projet vise à appuyer les différents niveaux de la pyramide sanitaire nationale (communautaire, primaire, secondaire), en priorisant le volet de formation tout comme la prise en charge des personnes les plus vulnérables et les urgences vitales. MdM souhaite également être en mesure de réagir aux urgences potentielles (épidémies, déplacements de population, violences…) sur les lieux d’intervention.

» historique

» les résultats

Ce programme de prise en charge intégrée du VIH se développe depuis 2003 en partenariat avec les autorités sanitaires et les acteurs de la société civile. Après une première phase de mise en place d’un dispositif qualitatif de lutte contre le VIH (2003-2006), MdM a étendu ce dispositif (2007-2009). Aujourd’hui, l’association finalise son transfert aux acteurs nationaux (2010-2015).

2 394 personnes ont accès aux traitements ARV. 9 500 dépistages ont été réalisés.

» les activités

» les perspectives D’ici à la fin 2014, MdM entend finaliser le transfert de pilotage du programme aux acteurs institutionnels et à la société civile congolaise. La dernière année du programme permettra de consolider le positionnement de la société civile au sein des dispositifs de pilotage.

Alors que les questions de gouvernance sont essentielles au bon fonctionnement du dispositif de lutte contre le VIH/sida, MdM a su montrer qu’une approche collective et partagée du pilotage de projets de santé pouvait présenter une alternative pertinente. Ainsi, tout en poursuivant l’appui à un dispositif de prévention et de prise en charge, le renforcement de la société civile se poursuit. Il vise à promouvoir, à terme, son rôle au sein des organes de pilotage. L’accroissement des ressources internationales et nationales est un enjeu majeur pour pouvoir réduire l’incidence du VIH en RDC. MdM s’est beaucoup mobilisé pour un plaidoyer en ce sens en 2013, avec notamment pour résultat la prise en compte du niveau communautaire et des populations les plus à risque dans le nouveau plan national stratégique de lutte contre le VIH. Sources de financement

»F  ondation Fubon, Fonds mondial, AFD, Fondation Sternstunden, ambassade du Japon, Unicef, Maehol, Pnud, PAM, Fnuap, MdM

Budget

»2  013 : 556 042 €


Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

RDC

RCA

Espérance de vie 48,7 ans IDH 0,304 rang 186

CONGO

République démocratique du Congo

SOUDAN

Source : Pnud 2013

Kinshasa POPULATION

ANGOLA

»B  énéficiaire : 5 000 »C  ible : 24 200

Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

RDC

RCA CONGO

Nord Kivu

République démocratique du Congo

SOUDAN

Espérance de vie 48,7 ans IDH 0,304 rang 186 Source : Pnud 2013

POPULATION

»B  énéficiaire : 4 105 ANGOLA

Promotion de la santé des filles vivant dans les rues

Santé mentale communautaire et lutte contre les violences liées au genre

Selon la dernière enquête réalisée en 2009, plus de 20 000 enfants vivent dans les rues de Kinshasa. Près de la moitié sont des filles et leur nombre a augmenté depuis. Population marginalisée et vulnérable, vivant souvent de la prostitution et parfois soumise à des viols à répétition, les jeunes filles font face à des besoins importants en protection et en soins de santé de la reproduction.

Depuis vingt ans, les conflits se succèdent dans l’est de la RDC. Avec plus d’un million de déplacés internes, le Nord-Kivu est la province la plus affectée. Cette situation a profondément déstructuré les liens sociaux entre communautés. Les schémas traditionnels de régulation des conflits ne suffisent plus depuis longtemps. Les populations ont de plus en plus de mal à reconstruire des parcours de vie trop souvent affectés par cette violence chronique.

» Kinshasa

» Province du Nord-Kivu

» historique Depuis 1999, MdM cherche à garantir aux enfants un accès à des services médico-sociaux de qualité. Aujourd’hui, MdM privilégie, auprès des filles vivant dans la rue et de leurs nouveau-nés, une approche de réduction des risques associés aux comportements sexuels non protégés. Après plusieurs années d’accompagnement de nos partenaires sur ces questions, les activités de capitalisation et de diffusion des bonnes pratiques constituent un enjeu déterminant. Le but est de transférer des responsabilités opérationnelles et financières liées au programme en particulier à l’Aide à l’enfance défavorisée (AED) et au Réseau des éducateurs des enfants et jeunes de la rue (Reejer).

» les activités Avec l’appui de MdM, l’association partenaire AED a ouvert un nouveau centre de protection pour les jeunes filles vivant dans les rues et leurs enfants, permettant ainsi l’accueil d’un plus grand nombre de filles tout en assurant une certaine pérennité aux activités menées par l’AED. Nombre d’activités essentielles ont été transférées aux partenaires en 2013, même si l’appui de MdM reste important en santé sexuelle et reproductive, en particulier concernant le suivi des grossesses, le dépistage et la prise en charge des IST, dont le VIH, et les soins post-avortement. Un colloque organisé par MdM à Kinshasa sur le thème « enfants en Sources de financement

»F  ondation Fubon, Fonds mondial, AFD, Fondation Sternstunden, ambassade du Japon, Unicef, Maehol, Pnud, PAM, Fnuap, MdM

Budget

situation de rue en RDC, une approche basée sur la promotion de la santé » a rassemblé les acteurs congolais ainsi que plusieurs acteurs africains. MdM reste également mobilisé auprès des organisations de la société civile congolaise sur un plaidoyer pour la légalisation de l’accès à la contraception pour les mineurs.

» les résultats 1 955 consultations réalisées en santé de la reproduction, dont 124 pour un suivi de grossesse. 161 filles ont adopté une méthode contraceptive.

» les perspectives En 2014, MdM poursuivra l’appui de ses partenaires opérationnels pour les soins de santé sexuelle et reproductive ainsi que l’implication des bénéficiaires au sein du programme. La dissémination de « bonnes pratiques », la supervision des soins et la formation du personnel seront progressivement reprises par le Reejer, acteur de coordination congolais.

»2  013 : 715 998 €

» historique

» les résultats

En 2007, lors d’une enquête socioanthropologique, MdM a rencontré des acteurs de la société civile congolaise qui, spontanément et souvent bénévolement, malgré l’extrême pauvreté qui sévit dans la province, contribuent à la prise en charge des victimes de violences liées au genre. En lien étroit avec ces acteurs, MdM a construit un programme visant l’amélioration de cet accompagnement et la promotion de la santé mentale au sein des communautés.

2 972 personnes victimes de violences sexuelles prises en charge par les conseillers psychosociaux formés. 15 organisations de société civile appuyées.

» les activités En lien avec les résultats atteints en 2011 et 2012, les activités suivantes se sont poursuivies : renforcement de compétences des conseillers psychosociaux, des acteurs communautaires de prise en charge des victimes de violences ; intégration des problématiques de santé mentale au cœur des communautés via des projets mis en œuvre par les partenaires et soutien à un réseau d’associations de la société civile aujourd’hui constitué en collectif. Décembre 2013 marque la fin d’un cycle de projet, les enjeux autour de la création de ce collectif sont fondamentaux. Véritable garantie de l’appropriation des activités et des objectifs du programme par les acteurs locaux, le projet associatif en construction est en voie de se faire une place autonome dans le paysage de la lutte contre les violences dans le Nord-Kivu. Sources de financement

»F  ondation Fubon, Fonds mondial, AFD, Fondation Sternstunden, ambassade du Japon, Unicef, Maehol, Pnud, PAM, Fnuap, MdM

Budget

» les perspectives Fort de cette expérience communautaire dans la prise en charge psychosociale, MdM souhaite développer un programme mettant l’accent sur le développement de la formation des acteurs communautaires et sanitaires et renforçant les liens entre ces acteurs pour permettre une prise en charge intégrée de la santé mentale dans les soins de santé primaires.

»2  013 : 530 306 €


Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

Rwanda Soutien psychologique aux rescapés du génocide des Tutsis

RAPPORT MORAL 2013

OUGANDA

Espérance de vie 55,7 ans IDH 0,434 rang 167

R.D.C.

Kigali TANZANIE BURUNDI

Source : Pnud 2013

POPULATION

»B  énéficiaire : 3 498 »C  ible : 472 396

Les souffrances psychologiques liées au génocide et à ses conséquences restent prégnantes dans la société rwandaise. MdM a mis en place un programme pour lutter contre les traumatismes du génocide et pour renforcer les compétences des professionnels de la santé mentale.

Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Sahel

ALGÉRIE

MAURITANIE

Burkina Faso, Mali, Niger

Koro

Keita

(MALI)

GUINÉE

(NIGER)

Djibo

(BURKINA FASO)

Amélioration de l’accès aux soins de santé primaires

NIGERIA

Espérance de vie (AN) BF : 55,9 / M : 51,9 / N : 55,1 IDH BF : 0,343 / M : 0,344 / N : 0,304 rang BF : 183 / M : 182 / N : 186 Source : Pnud 2013

POPULATION

»B  énéficiaire : 334 175 »C  ible : 477 179

En novembre 2010, MdM a mis en œuvre un projet régional dont l’objectif global était de contribuer à l’amélioration de l’état de santé des populations des districts de Keita au Niger, Koro au Mali et Djibo au Burkina Faso à travers le renforcement de l’accessibilité géographique, physique et financière des populations aux soins de santé de base. Les femmes en âge de procréer et les enfants de moins de 5 ans ont constitué la cible privilégiée de ce programme.

» Ville de Kigali et 15 districts dans les 4 provinces du Rwanda » Districts de Djibo (Burkina Faso), Koro (Mali), Keita (Niger)

» historique

» les résultats

Le dispositif de soutien psychologique a été mis en place en 2005 dans le cadre du partenariat entre MdM, Ibuka France et Ibuka Rwanda. La première phase a permis l’accompagnement psychologique des rescapés du génocide pendant et après les juridictions populaires « gacaca », ainsi que la formation et la supervision des psychologues et des conseillers en traumatisme d’Ibuka. À partir de 2012, la deuxième phase a permis de diffuser l’expérience auprès des associations membres du collectif Ibuka, de renforcer les compétences de leurs psychologues et de former des superviseurs cliniques.

32 psychologues ont bénéficié d’une formation continue et de supervisions cliniques mensuelles. 10 psychologues ont suivi une formation de superviseurs.

» les activités Un système de compagnonnage a été mis en place : les psychologues d’Ibuka ont coanimé des groupes thérapeutiques avec leurs homologues du collectif afin de leur transmettre leurs savoir-faire et savoir-être en matière d’animation de groupes thérapeutiques. De plus, des formations accompagnées de supervisions ont été dispensées aux psychologues du collectif, et une formation certifiante a été donnée aux psychologues d’Ibuka formés à la supervision depuis 2012.

Sources de financement

»M  dM

Budget

»2  013 : 127 929 €

» les perspectives Cette expérience construite au fil des années a donné une place particulière à la coconstruction d’une pratique pertinente, qui peut être modélisée et mise à la disposition des personnes concernées par les traumatismes. MdM souhaite appuyer la création d’une association rwandaise de psychothérapeutes capable de créer une dynamique de réseau et de plaider pour la prise en charge des souffrances post-génocide.

» historique

» les résultats

Mis en œuvre de novembre 2010 à octobre 2013, l’objectif du programme était d’améliorer l’accès aux soins de santé primaires des populations des districts sanitaires de Djibo, Koro et Keita. Ce projet visait également à améliorer l’organisation des soins et à encourager les autorités sanitaires à se réapproprier de nouvelles politiques d’accès aux soins.

Le système de référencement s’est amélioré. Les autorités sanitaires se sont approprié de nouvelles politiques d’accès aux soins : gratuité des accouchements à Keita et gratuité des césariennes et accouchements à Djibo.

» les activités Les activités du projet se sont développées autour des questions de santé sexuelle et reproductive (SSR) et de la lutte contre la mortalité maternelle. Les principaux axes de travail ont porté sur l’amélioration de l’accès aux soins, tant sur les plans financiers que géographiques, l’amélioration de la qualité et de l’organisation des services et la promotion de nouvelles politiques de santé en faveur de la levée des barrières financières à l’accès aux soins. Un effort particulier a été fourni sur les problématiques de référencements pour les évacuations, en mettant en place des systèmes de contribution locale, en particulier des mairies, qui permettent d’envisager un système pérenne.

Sources de financement

»E  uropeAid, AFD

Budget

»2  013 : 1 265 656 €

» les perspectives Une réflexion sera menée pour envisager les suites à donner à ce programme. Par ailleurs, une concept note a été déposée à l’Union européenne pour le Burkina Faso et le Niger sur la thématique de la SSR.


Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

Somalie

RAPPORT MORAL 2013

DJIBOUTI

Bosaso ÉTHIOPIE

Espérance de vie 51,5 ans IDH NC rang NC Source : Pnud 2013

Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Tanzanie

OUGANDA

BURUNDI

Offrir des services de santé materno-infantile de qualité

KENYA

Espérance de vie 58,9 ans IDH 0,476 rang 152 Source : Pnud 2013

R.D.C.

POPULATION

»B  énéficiaire : 200 000 »C  ible : 350 000

KENYA

RWANDA

Réduction des risques auprès des usagers de drogues

Dar es-Salaam

ZAMBIE

POPULATION

»B  énéficiaire : 6 300 »C  ible : 12 000

MALAWI

Le Puntland est confronté à un afflux massif de personnes déplacées en provenance de zones de guerre du sud et du centre de la Somalie. Cet afflux s’est récemment intensifié en raison de la sécheresse dans la Corne de l’Afrique. De nouveaux déplacés sont alors venus rejoindre les camps déjà saturés et en ont créé de nouveaux, portant leur nombre à 33 dans la ville de Bosaso. Les besoins en santé des déplacés et des populations hôtes sont importants.

En Tanzanie (un des hauts lieux de transit du trafic d’héroïne), la pratique d’injection s’est fortement propagée, et avec elle, la transmission du VIH (prévalence de 75,5 % chez les usagers injecteurs) et des hépatites. MdM a contribué depuis 2010 à faire reconnaître la problématique de santé des usagers de drogues et la réduction des risques (RdR) au niveau national. Cependant, les services existants restent limités, la stigmatisation des usagers de drogues demeure importante et les arrestations par la police sont quotidiennes.

» Région du Puntland, Bosaso

» Dar es-Salaam

» historique MdM est présent en Somalie depuis 2007. À la suite de la fermeture du projet Merka en 2011, des missions exploratoires se sont déroulées en 2011 et 2012, qui ont conclu à l’absence de structures médicales susceptibles d’offrir des services de qualité aux déplacés (50 000 personnes) et à la population locale de Bosaso. MdM travaille en partenariat avec l’ONG somalienne Integrated Services for Displaced People (ISDP).

» les activités MdM soutient les services de maternité et de chirurgie de l’hôpital général de Bosaso (BGH), et 6 centres de santé mère-enfant en fournissant médicaments, équipements et consommables. Les équipes médicales bénéficient de formation. Le centre de santé Isnino permet une prise en charge plus complète de la population et des femmes en particulier, en proposant des soins obstétricaux et néonataux d’urgence de base (Sonub). Un second centre de santé a été construit et offrira les mêmes services. Un système de référencement vers le BGH a été établi pour les cas d’urgences gynécologiques et obstétricales par la mise en circulation d’une ambulance. En parallèle, dans le cadre du volet nutrition, MdM délivre des séances d’éducation à la santé nutritionnelle et distribue des rations alimentaires

Sources de financement

» Fondation Sternstunden, PAM, DFID

Budget

»2  013 : 1 411 203 €

aux femmes enceintes, aux femmes allaitant ainsi qu’aux enfants de moins de 2 ans. Un système de référencement pour les cas de malnutrition aiguë sévère, ainsi qu’un mécanisme de dépistage et d’enregistrement de la population vulnérable et/ou déplacée ont été mis en place.

» les résultats 1 119 accouchements réalisés. 377 césariennes. 12 752 consultations prénatales. 6 874 femmes enceintes vaccinées contre le tétanos. 30 835 enfants ont reçu un dépistage nutritionnel.

» les perspectives La phase 3 du projet vise à renforcer les activités mises en place depuis 2011, notamment par l’extension de la gamme de services offerts et leur accès à une plus grande partie de la population, et à préparer la stratégie de sortie par la passation du projet à notre partenaire ISDP.

» historique MdM est présent en Tanzanie depuis 1992 et a contribué à étendre l’accès au conseil et au dépistage volontaire, à la prévention de la transmission mère-enfant et aux traitements antirétroviraux. MdM a démarré en 2010 des activités de RdR. Le projet cible les usagers de drogues et les travailleurs du sexe les plus touchés par l’épidémie du VIH/sida et pour lesquels aucune réponse appropriée en termes de services de prévention et de soins n’est apportée.

» les activités Le centre d’accueil propose des actions de prévention, un dépistage des maladies infectieuses, des seringues neuves, des activités psycho­ sociales, une orientation vers des structures de santé. Des outils d’éducation et de communication y sont créés par les pairs de l’équipe éditoriale. Le bus de MdM continue d’aller au-devant des usagers les plus précarisés. Il leur est proposé du matériel de prévention, mais aussi un dépistage, qui fournit également l’occasion de les inviter à se rendre au centre. Le centre de ressources et de formation a formé le personnel médical des structures de santé partenaires et les ONG intéressées, non seulement de Tanzanie mais aussi d’autres pays d’Afrique subsaharienne. De nombreux acteurs ont été sensibilisés, y compris des parlementaires et membres des gouvernements.

Sources de financement

»A  FD, mairie de Paris, Fondation Open Society, Onusida, UN-ILO, USAID, MdM

Budget

Un réseau national d’usagers de drogues (Tanpud), créé en janvier 2013, se mobilise pour sensibiliser les pairs, le grand public et les décideurs politiques.

» les résultats 4 200 usagers de drogues (et 2 000 travailleurs du sexe) ont bénéficié des services. 33 pairs éducateurs et plus de 3 000 acteurs formés et sensibilisés à la RdR, dont 1 630 policiers. 37 femmes ont participé aux activités génératrices de revenus. 25 000 seringues et 18 000 préservatifs distribués par mois.

» les perspectives MdM et l’ONG tanzanienne Mukikute développeront les activités de RdR sur l’ensemble de la ville de Dar es-Salaam, tout en menant un plaidoyer avec d’autres acteurs tanzaniens sur la question de la mobilisation des ressources financières. La société civile doit jouer son rôle de veille et promouvoir les droits des usagers, notamment en termes de prévention du VIH et des hépatites.

»2  013 : 639 444 €


Les programmes internationaux » AFRIQUE subsaharienne

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Tchad

LIBYE

Espérance de vie 49,9 ans IDH 0,34 rang 184

NIGER

Kanem

Source : Pnud 2013

Les programmes internationaux » AMÉRIQUE LATINE et caraïbe

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Colombie

VENEZUELA

Meta / Guaviare

Espérance de vie 73,9 ans IDH 0,719 rang 91 Source : Pnud 2013

SOUDAN

Appui aux services de santé et au renforcement de la participation communautaire

POPULATION

NIGERIA

CAMEROUN

RCA

»B  énéficiaire : 32 651 »C  ible : 295 749

Avec un taux de mortalité maternelle très élevé (1 100 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes) et un faible taux de prévalence contraceptive (4,8 %), le Tchad reste très en retard en termes d’accès aux soins de santé maternelle et néonatale. Dans ce contexte, Médecins du Monde s’inscrit dans la nouvelle politique de santé que prône l’État tchadien pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle et néonatale. » Région du Kanem, districts de Mao et de Mondo

Depuis 2009, Médecins du Monde est présent dans le Kanem (région située au nord-ouest de N’Djamena), où l’association porte un projet de réduction de la mortalité maternelle et néonatale ainsi que de réduction de la morbidité liée aux fistules obstétricales, dans 15 zones de responsabilité et à l’hôpital régional de Mao.

» les activités

–– appui aux équipes-cadres des districts de Mao et de Mondo dans l’organisation et la planification des activités sanitaires des districts ; –– réhabilitation de salles d’accouchement dans 4 centres de santé ; –– prise en charge médico-chirurgicale et psychosociale des femmes victimes de fistules obstétricales.

» les résultats 574 accouchements ont eu lieu en 2013, contre 451 en 2012.

Médecins du Monde France a poursuivi ses activités dans les 15 zones de responsabilité des districts de Mao et de Mondo, notamment : –– sensibilisation des communautés villageoises, des jeunes dans les collèges et les lycées de Mao à la santé sexuelle et reproductive (SSR) et à la vaccination ; –– formation et renforcement des compétences du personnel médical et paramédical sur le paquet minimum d’activités au niveau des centres de santé et sur le paquet complémentaire d’activité au niveau de l’hôpital régional de Mao ainsi que sur la SSR et la santé infantile ; –– mise en place de moyens de référencement adaptés sur la base d’une gestion communautaire (référencement par charrettes communautaires) ;

»E  uropeAid, SDC, Unicef, Fnuap

ÉQUATEUR

BRÉSIL

»B  énéficiaire : 18 000 »C  ible : 50 000

PÉROU

Depuis les cinq dernières décennies, la population civile colombienne est victime d’une grave crise humanitaire (recrutement de garçons et de filles, enlèvements, disparitions forcées, déplacements internes, assassinats) provoquée par le conflit armé interne. La Colombie subit également l’impact de catastrophes naturelles : inondations, éruptions volcaniques, sécheresses, tsunamis et tremblements de terre. » Départements de Meta, Guaviare et Nariño

» historique

Sources de financement

Accès aux soins de santé primaires des populations rurales victimes du conflit armé

POPULATION

Nariño

Budget

»2  013 : 853 284 €

» les perspectives MdM a pour perspective : –– l’affectation de sages-femmes dans les centres de santé ; –– l’introduction d’un volet de prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant (PTME) ; –– le lancement d’activités de planning familial ; –– la mise à l’échelle du volet de référencement par charrettes communautaires.

» historique MdM a démarré ses activités en 1990 avec des projets auprès des indiens apaporis et des enfants des rues à Bogotá. En 2004, MdM s’est tourné vers la santé materno-infantile et les soins de santé primaires incluant la santé sexuelle et reproductive, le suivi de la croissance et du développement des enfants, les maladies tropicales, la médecine générale, les violences liées au genre et au conflit et le soutien psychosocial.

» les activités MdM déploie des cliniques mobiles dans les départements de Meta, Guaviare et Nariño, au sein des communautés particulièrement affectées par le conflit. Dans le Nariño, territoire des indigènes awas, MdM travaille en étroite collaboration avec le service de santé géré par l’association indigène de l’Unipa. Dans les 3 zones, les équipes de MdM proposent des soins de santé primaires (vaccinations, suivi nutritionnel, consultations prénatales, planification familiale, détection de cas de paludisme et de tuberculose…) ; et une attention particulière est portée aux femmes en âge de procréer, aux enfants de moins de 5 ans ainsi qu’aux victimes de violences et à leurs familles. L’intervention de MdM inclut également des activités de prévention et promotion de la santé, de renforcement des capacités locales à travers

Sources de financement

»A  CDI, Echo, OMS, Unicef, MdM

Budget

»2  013 : 1 317 575 €

la formation de leaders communautaires et la prestation de services d’appui psychosocial. Un volet de plaidoyer est mis en place dans les organismes décisionnels à Bogotá pour s’assurer que les politiques publiques sont appliquées.

» les résultats 24 000 consultations médicales. 2 500 consultations en santé sexuelle et reproductive. 2 100 consultations psychologiques. 300 personnes victimes de violences accompagnées. 120 promoteurs de santé formés.

» les perspectives MdM va continuer à accompagner les populations victimes du conflit armé. Dans le contexte actuel, des dialogues de paix, la stratégie d’intervention, passant de l’urgence au soutien du système de santé publique, va être adaptée. Cette nouvelle approche n’est toutefois pas immédiatement envisageable, le contexte sécuritaire empêchant toujours les populations d’avoir accès aux services de santé étatiques.


Les programmes internationaux » AMÉRIQUE LATINE et caraïbe

MÉDECINS DU MONDE

Guatemala

RAPPORT MORAL 2013

BEL LIIZE MEXIQUE

Espérance de vie 71,4 ans IDH 0,581 rang 133 Source : Pnud 2013

Escuintla

Accès aux droits sexuels et reproductifs des travailleuses des industries d’exportation

HONDURAS

SALVADOR

Les programmes internationaux » AMÉRIQUE LATINE et caraïbe

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Haïti

BAHAMAS

Source : Pnud 2013

POPULATION

»B  énéficiaire : 6 500 »C  ible : 7 500

Depuis 2006, MdM s’efforce de promouvoir le respect des droits des femmes employées dans les nombreuses entreprises d’exportation et exploitations agricoles présentes au Guatemala. Aux difficultés que rencontrent les travailleuses pour faire valoir leurs droits à la santé, il faut ajouter un important tabou sur le corps et la sexualité. Par conséquent, beaucoup de femmes méconnaissent leurs droits et n’ont pas accès aux services de santé sexuelle et reproductive. » Département d’Escuintla

Espérance de vie 62,4 ans IDH 0,456 rang 161

CUBA

Réponse à l’épidémie de choléra

Grande Anse

RÉP. DOM.

POPULATION

»B  énéficiaire : 11 574 »C  ible : 438 654

La Grande Anse figure parmi les zones les plus affectées par l’épidémie de choléra, détenant le deuxième taux de létalité globale le plus élevé du pays depuis le début de l’épidémie. En 2013, on dénombre 4 920 cas de choléra, contre 3 060 en 2012. D’importants problèmes de capacité de prise en charge de l’épidémie ont persisté au sein des structures de santé. Le département a été fortement touché par les flambées de la saison cyclonique 2013. » Département de la Grande Anse

» historique

» les résultats

» historique

» les résultats

MdM est présent au Guatemala depuis 1987, à l’origine sur des projets de soins de santé primaires et axés sur la formation de promoteurs de santé auprès des populations déplacées internes. À partir de 1993, MdM accompagne les réfugiés venant du Mexique et se réinstallant sur leurs terres. Depuis 2006, l’association appuie l’accès à la santé sexuelle et reproductive des femmes qui travaillent dans les fincas et les maquilas.

798 femmes ont reçu des soins médicaux dans le centre de santé de la femme à Escuintla. 1 895 consultations médicales réalisées par MdM. 59 femmes ont été formées et ont renforcé leurs connaissances en SSR. 495 femmes ont participé à des séances d’éducation à la SSR dans leurs communautés.

9 676 personnes sensibilisées sur le choléra. 4 920 patients hospitalisés, dont 1 898 pris en charge directement par MdM.

» les activités

» les perspectives

Depuis le début de l’épidémie en 2010, MdM intervient sur la réponse au choléra. Le projet de renforcement des capacités de la direction sanitaire et d’appui à la réponse au choléra mené en 2012 a permis d’assurer un support auprès du service de veille épidémiologique du département, de favoriser une réponse rapide et de diminuer les risques de flambée lors de l’apparition de foyers. Les équipes de MdM sont venues en soutien aux structures du ministère de la Santé en cas d’alerte ou de pics épidémiques, via une équipe mobile travaillant sur l’ensemble du département.

MdM organise des consultations médicales en santé sexuelle et reproductive (SSR) dans les entreprises d’exportation et les exploitations agricoles. Une permanence médicale ouverte aux travailleuses est également assurée chaque dimanche dans les locaux de MdM. Des promotrices de santé sont formées et accompagnées pour relayer des messages en santé, sur le droit du travail et les droits humains au sein de leurs communautés. Les professionnels des institutions publiques et privées sont sensibilisés aux difficultés d’accès à la santé des travailleuses et les femmes victimes de violences sont identifiées, accompagnées et orientées vers des services adaptés.

MdM ferme ce projet fin 2013 et souhaite continuer des activités de promotion des droits sexuels et reproductifs des femmes à Escuintla. En 2014, une mission exploratoire pour évaluer les orientations stratégiques dans le pays sera organisée.

Sources de financement

»A  FD, MdM

Budget

»2  013 : 210 996 €

» les activités MdM a poursuivi son action en 2013 en matière d’appui à la réponse au choléra et de renforcement des acteurs sanitaires locaux, afin d’offrir une prise en charge de qualité intégrée dans les structures de santé. Dans tout le département, la veille épidémiologique et la prise en charge ont été renforcées par la formation continue du personnel de santé, la mobilisation des réseaux communautaires et la coordination étroite avec la direction sanitaire. Les supervisions menées par l’équipe mobile d’urgence, le déploiement de personnels médicaux en appui aux structures de santé en cas de flambée ainsi que l’appui logistique pour l’approvisionnement en intrants ont permis d’améliorer la rapidité et la qualité de la prise en charge et de limiter les risques de contamination sur les sites.

Sources de financement

»A  FD, Ocha, Echo, Unicef, OMS, MdM Espagne, Caritas, ambassade de France, MdM

Budget

»2  013 : 51 806 €

» les perspectives MdM souhaite reconduire en 2014 l’action en consortium menée en 2013 avec MdM Belgique et MdM Espagne, sur la base de trois axes renforcés : un système de surveillance permettant le déclenchement d’alertes précoces et systématiques (en particulier dans les zones enclavées), un système de réponse rapide coordonné avec les acteurs spécialisés en eau et assainissement, ainsi qu’une équipe d’urgence de soignants et d’hygiénistes disponibles pour des interventions en cas de flambée.


Les programmes internationaux » AMÉRIQUE LATINE et caraïbe

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Haïti

BAHAMAS

Espérance de vie 62,4 ans IDH 0,456 rang 161

CUBA

Source : Pnud 2013

Réduction de la mortalité et de la morbidité materno-infantiles

Grande Anse

RÉP. DOM.

Les programmes internationaux » AMÉRIQUE LATINE et caraïbe

MÉDECINS DU MONDE

Mexique

POPULATION

»B  énéficiaire : 60 015 »C  ible : 142 601

Entre 2005 et 2012, le taux de mortalité infantile est passé de 68 à 59 pour 1 000 naissances vivantes et la malnutrition aiguë globale des enfants de moins de 5 ans de 9 à 5 %. Néanmoins, la situation de la population en Haïti demeure préoccupante : 47 % de la population n’a toujours pas accès aux soins, seulement 18 % des femmes en âge de procréer ont accès à des méthodes modernes de planification familiale, et 25 % des accouchements ont lieu en milieu institutionnel. » Département de la Grande Anse

RAPPORT MORAL 2013

Accès à la santé sexuelle et reproductive pour les femmes migrantes

ÉTATS-UNIS

Espérance de vie 77,1 ans IDH 0,775 rang 61 Source : Pnud 2013

Huixtla / Tapachula

BELIZE

POPULATION

»B  énéficiaire : 4 041

GUATEMALA

Chaque année, le Mexique accueille autour de 40 000 migrants centraméricains. Parmi les femmes migrantes, toutes ne continuent pas leur route migratoire vers le nord, mais certaines restent temporairement dans la région du Soconusco, au Chiapas, notamment dans les villes de Tapachula et Huixtla. Elles sont travailleuses domestiques ou travailleuses du sexe dans des bars, souvent en situation de grande précarité. » État du Chiapas, région du Soconusco, Tapachula et Huixtla

» historique

» les résultats

» historique

» les résultats

MdM appuie les autorités sanitaires du département particulièrement isolé de la Grande Anse depuis 2006 afin d’améliorer l’accès aux soins des populations les plus vulnérables, assurant notamment la gratuité des soins aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 5 ans. Cette intervention a permis la mise en œuvre de diverses actions en santé primaire, en santé sexuelle et reproductive et en nutrition, ainsi que des interventions d’urgence en réponse aux désastres affectant le département et le reste du pays.

48 611 consultations générales de femmes et d’enfants de moins de 5 ans réalisées. 25 318 dépistages d’enfants en malnutrition aiguë, dont 463 soignés pour des cas sévères. 673 accouchements institutionnels réalisés.

MdM a ouvert sa première mission dans l’État de Chiapas en 1994. MdM y développe plusieurs projets auprès des personnes déplacées entre 1998 et 2000. À partir de 2002, MdM met en place des programmes de formation en direction des acteurs de santé et soutien le système de santé communautaire afin d’améliorer l’accès aux soins des populations indigènes. Depuis 2010, l’association développe un programme d’amélioration de l’accès à la santé sexuelle et reproductive des femmes travailleuses du sexe et des travailleuses domestiques en partenariat avec l’association Fray Matias.

1 812 femmes migrantes ont participé à des ateliers de sensibilisation et 3 344 ont reçu des visites de sensibilisation, orientation. 1 025 travailleuses du sexe et 209 femmes migrantes ont été orientées vers des centres de santé. Les autorit��s locales ont été sensibilisées.

» les activités Les actions développées ont concerné l’ensemble du continuum de soins : mise en réseaux des acteurs communautaires en vue de renforcer les liens avec les structures de santé, formations continues des prestataires de soins, soutien à la prise en charge des patients atteints de choléra, réhabilitation des structures de santé, dotation en équipements et matériels, etc. MdM s’est également mobilisé sur un plaidoyer en vue de l’adoption et de la mise en application dans la politique de santé de l’État de la gratuité des soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans. Bien que cette gratuité figure parmi les orientations annoncées par l’État haïtien, les ressources nécessaires pour sa mise en application font cruellement défaut et dépendent encore largement du soutien financier des acteurs internationaux. Délégation internationale

»B  elgique, Espagne, Argentine, Suisse, Canada

Sources de financement

»A  FD, Ocha, Echo, Unicef, OMS, MdM Espagne, Caritas, ambassade de France, MdM

» les perspectives Médecins du Monde entend renforcer, en 2014, son travail auprès de la société civile haïtienne afin que cette dernière puisse jouer une part active dans le processus de changement du système de santé et dans le plaidoyer sur l’accès aux soins auprès des autorités sanitaires. Une étude en ce sens est envisagée sur le terrain début 2014.

» les activités Depuis janvier 2011, MdM met en place des campagnes de sensibilisation auprès des femmes migrantes travailleuses du sexe ou travailleuses domestiques dans la région du Soconusco, sur les thèmes de la santé sexuelle et reproductive, des violences, des addictions et de l’estime de soi. Ces femmes sont orientées vers les centres de santé pour des actes de prévention et de soins. Pour les plus vulnérables, un accompagnement physique est assuré. Par ailleurs, MdM forme les professionnels de santé afin de les sensibiliser aux problématiques de cette population marginalisée, pour le respect de leurs droits et plus particulièrement pour promouvoir le droit à la santé des femmes migrantes.

Budget

»2  013 : 1 215 535 €

Sources de financement

»A  FD, MdM

Budget

»2  013 : 231 367 €

» les perspectives MdM renforcera ses actions de formation, supervision et plaidoyer auprès des autorités administratives et sanitaires du Chiapas pour que les droits des migrantes soient mieux pris en compte dans les politiques de santé.


Les programmes internationaux » AMÉRIQUE LATINE et caraïbe

MÉDECINS DU MONDE

Nicaragua

RAPPORT MORAL 2013

HONDURAS

Puerto Cabezas

Espérance de vie 74,3 ans IDH 0,599 rang 129 Source : Pnud 2013

Les programmes internationaux » AMÉRIQUE LATINE et caraïbe

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Pérou

ÉQUATEUR

BRÉSIL

Amélioration de la santé sexuelle et reproductive

COSTA RICA

Espérance de vie 74,2 ans IDH 0,741 rang 77 Source : Pnud 2013

Lima

POPULATION

»B  énéficiaire : 17 600 »C  ible : 67 000

COLOMBIE

Réduction de la mortalité et morbidité causées par les grossesses non désirées

POPULATION

BOLIVIE

»B  énéficiaire : 31 500 »C  ible : 126 000

Puerto Cabezas est la capitale de la Région autonome de l’Atlantique Nord (Raan). C’est l’une des régions les plus pauvres et les plus vulnérables du Nicaragua, où les indicateurs de santé comptent parmi les pires du pays, en particulier ceux relatifs aux droits sexuels et reproductifs des femmes de tout âge. Le projet actuel vise ainsi à améliorer la santé sexuelle et reproductive des personnes de 27 communautés de Puerto Cabezas.

Les grossesses non désirées et l’avortement clandestin affectent de nombreuses femmes, surtout les plus vulnérables. MdM soutient les autorités sanitaires afin d’améliorer l’accès à la prévention et à la prise en charge des grossesses non désirées. En partenariat avec la société civile, L’association mène des actions de plaidoyer en faveur d’un protocole pour l’avortement thérapeutique, la distribution gratuite de la contraception d’urgence et la dépénalisation de l’avortement en cas de viol.

» Région autonome de l’Atlantique Nord, Puerto Cabezas

» Villa El Salvador, périphérie de Lima

» historique

» les résultats

» historique

» les résultats

MdM est présent dans cette région du Nicaragua depuis 1987. Les premiers projets développés concernaient les soins de santé primaires, la formation aux promoteurs de santé et l’appui institutionnel puis les violences intrafamiliales et sexuelles entre 2006 et 2010 et enfin les droits et la santé sexuelle et reproductive.

Les personnes suivantes ont été formées : –– 58 sages-femmes traditionnelles et 25 leaders en santé communautaire ; –– 54 adolescents et jeunes du milieu rural ; –– 135 femmes promotrices de santé ; –– 15 infirmières et infirmiers ; –– 49 conseillères et conseillers des écoles ; –– 30 jeunes hommes du milieu urbain de Bilwi ; –– 108 leaders communautaires et religieux.

MdM a démarré ses activités au Pérou à la fin des années 1980 avec des actions de lutte contre les grandes maladies. Entre 2006 et 2010, MdM a mis en place un projet de santé sexuelle et reproductive auprès des adolescents dans trois districts du sud de Lima. Depuis 2013, MdM développe un projet de prévention et de prise en charge des grossesses non désirées à Villa El Salvador, dans la périphérie de Lima, qui facilite l’accès des femmes aux services sanitaires et à l’information pour qu’elles puissent faire valoir leur droit à la libre décision en matière de procréation.

130 professionnels de santé ont été formés pour les urgences obstétricales, y compris l’avortement incomplet. 75 agents communautaires ont été formés en SSR. 2 500 femmes informées sur la prévention et la prise en charge des grossesses non désirées.

» les activités Les activités du projet se concentrent sur la formation en matière de droits et de santé sexuelle et reproductive, d’éducation à la sexualité, de prévention de la violence liée au genre, de lutte contre les stéréotypes du genre par la sensibilisation de groupes d’hommes, etc. La formation s’adresse aux adolescentes, femmes, hommes leaders de quartiers et de communautés, conseillers et conseillères des écoles, acteurs communautaires de santé et au personnel de santé des 27 communautés.

Sources de financement

»J  unta de Andalucía, MdM

Budget

»2  013 : 110 478 €

» les perspectives Après les formations réalisées et les capacités des partenaires renforcées, MdM décide de fermer le projet. Les organisations partenaires du projet continueront le processus de formation des groupes bénéficiaires sur les droits et la santé sexuelle et reproductive.

» les activités Des accords ont été passés avec le ministère de la Santé afin de renforcer la formation du personnel de santé dans la prévention et la prise en charge des grossesses non désirées, y compris la prise en charge des avortements incomplets, d’améliorer la formation des agents communautaires en santé sexuelle et reproductive et de faciliter l’accès à l’information sur les grossesses non désirées dans le district. MdM a également contribué à l’approvisionnement de matériel médical nécessaire dans trois centres de santé, afin d’éviter l’engorgement de l’hôpital de référence. Avec les organisations de la société civile, MdM a participé à la rédaction du rapport alternatif Caire + 20 et a réalisé une recherche de terrain sur l’usage du misoprostol (médicament utilisé pour les IVG) dans la prise en charge des grossesses non désirées. Sources de financement

»M  dM

Budget

»2  013 : 170 084 €

» les perspectives MdM entend soutenir le travail du personnel de santé pour la prise en charge des avortements incomplets et le conseil post-avortement, celui des promotrices de santé dans le domaine de la SSR et des organisations de la société civile pour la dépénalisation de l’avortement suite à un viol et l’adoption du protocole national d’avortement thérapeutique. Par ailleurs, l’association souhaite créer un réseau de pharmacies « sûres » en formant les professionnels des pharmacies à la bonne utilisation du misoprostol et à la bonne orientation en cas de complications.


Les programmes internationaux » AMÉRIQUE LATINE et caraïbe

MÉDECINS DU MONDE

Uruguay

RAPPORT MORAL 2013

ARGENTINE BRÉSIL

Espérance de vie 77,2 ans IDH 0,792 rang 51 Source : Pnud 2013

Les programmes internationaux » ASIE

MÉDECINS DU MONDE

Afghanistan

Accès aux services de santé sexuelle et reproductive de qualité, incluant l’IVG

Montevideo

OUZBÉKISTAN TURKMÉNISTAN

TADJIKISTAN

Kaboul IRAN

POPULATION

»B  énéficiaire : 96 547 »C  ible : 359 100

RAPPORT MORAL 2013

Réduction des risques auprès des usagers de drogues

Espérance de vie 49,1 ans IDH 0,374 rang 175 Source : Pnud 2013

POPULATION

PAKISTAN

»B  énéficiaire : 95 »C  ible : 120 000

Dans un contexte régional marqué par le manque de reconnaissance des droits sexuels et reproductifs, l’Uruguay se distingue par deux lois récentes offrant sur tout le territoire des services de santé sexuelle et reproductive incluant l’interruption volontaire de grossesse. Ce cadre légal progressiste vient d’être mis en place et rencontre des difficultés tant d’une partie de l’opposition politique que de la part de professionnels de santé.

L’Afghanistan, premier producteur d’opium au monde, compte 1,5 million d’usagers de drogues pour une population de 35 millions d’habitants. La consommation de drogues, notamment des opiacés, augmente de façon exponentielle depuis dix ans dans les zones urbaines et rurales. Les injecteurs d’héroïne, estimés à 120 000 personnes, constituent un vecteur majeur de transmission du VIH/sida et d’hépatites virales.

» Ensemble du territoire national

» Kaboul

» historique Le programme a démarré en 2010 en soutenant les efforts de deux partenaires : une organisation de professionnels de la santé, Iniciativas Sanitarias, et une organisation féministe, Mujer y Salud en Uruguay (Mysu). Depuis 2012, une loi dépénalise l’IVG : un des résultats tangibles du plaidoyer mené par nos partenaires. En 2013, le programme s’est orienté sur le maintien de notre appui aux partenaires en y incluant une ligne téléphonique d’information.

» les activités Renforcement des compétences du personnel de santé : –– 4 ateliers de sensibilisation sur l’IVG ; –– 3 journées de formation sur l’IVG et 2 rencontres nationales sur la SSR ; –– monitoring et informatisation des données du service de SSR du plus grand hôpital public de Montevideo. Information et sensibilisation de la population : –– 2 journées de sensibilisation sur la SSR ; –– 2 dépliants à destination des femmes expliquant les modalités pratiques de l’IVG. Plaidoyer : –– 3 journées de la coalition pour la santé et les droits sexuels et

Sources de financement

»M  dM

Budget

»2  013 : 256 541 €

reproductifs, avec plus de 167 organisations sociales ; –– campagne contre le référendum visant à faire annuler la loi autorisant l’IVG ; –– une étude sur le vécu des femmes ayant accès aux prestations en SSR et à l’IVG ; –– réalisation du web-documentaire Libres de choisir sur les avortements clandestins.

» les résultats 100 personnels de santé sensibilisés. 152 professionnels de santé formés sur l’IVG. 6 matériels de sensibilisation sur les droits sexuels et reproductifs réalisés. Les sites internet de MdM et de nos partenaires ont reçu 139 200 visites.

» les perspectives La ligne téléphonique de Mujeres en el Horno sera lancée afin d’offrir aux femmes information et accompagnement. Les actions de sensibilisation et de formation du personnel par le partenaire Iniciativas Sanitarias vont s’intensifier. Mysu coordonnera une plateforme d’organisations sociales dans le cadre d’une campagne en faveur des droits sexuels et reproductifs.

» historique Entre avril 2006 et septembre 2013, MdM a mis en œuvre, à Kaboul, un projet de réduction des risques (RdR) dans le cadre du programme national de lutte contre le VIH/sida. Il s’articule autour de deux volets, la prise en charge des usagers de drogues d’une part et la promotion de la RdR à l’échelle nationale d’autre part. Les premiers antirétroviraux (ARV) du pays ont été prescrits en mai 2009, et les premiers traitements de substitution par la méthadone ont été délivrés en 2010 en partenariat avec les autorités de santé.

» les activités En 2013, le transfert progressif des activités du projet à une association nationale, Afghan Family Guidance Association (Afga), s’est mis en marche. Il concerne les services au sein du drop in center et les activités hors les murs. En parallèle, MdM s’est attaché à renforcer les capacités du personnel d’Afga pour la prescription et la distribution de méthadone ainsi que le suivi des usagers. En février 2013, trois ans après la première prescription de méthadone dans le centre de MdM, le ministère de la Santé avait annoncé la mise à l’échelle du traitement de substitution à 850 injecteurs de drogues sur l’ensemble du pays (350 à Kaboul, dont 200 sur le projet de MdM). Malgré la réelle volonté du ministère de la Santé afghan d’élargir l’accès

Sources de financement

»F  onds mondial, Banque mondiale, ambassade de France, MdM

Budget

à la méthadone, le processus de mise à l’échelle continue de se heurter à d’importantes réticences politiques et seul un nombre très restreint d’usagers a accès au traitement.

» les résultats 60 usagers sous traitement de substitution.

» les perspectives MdM a finalisé le transfert de ses activités à Afga, remis le stock de méthadone restant aux autorités de santé et s’est retiré du projet en septembre 2013. La composante du projet liée à la distribution de méthadone a été reprise par une autre ONG afghane, OTCD en novembre 2013, sur décision du ministère de la Santé. En 2014, Médecins du Monde maintiendra un bureau et une personne à Kaboul afin d’assurer une veille sur l’évolution du contexte. MdM souhaite maintenir sa présence dans le pays et envisage de mener une mission exploratoire en deuxième partie d’année.

» 2013 : 176 779 €


Les programmes internationaux » ASIE

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Birmanie

CHINE INDE BANGLADESH

État du Kachin LAOS

Prévention et soins auprès des déplacés

THAÏLANDE

Espérance de vie 65,7 ans IDH 0,498 rang 149 Source : Pnud 2013

Les programmes internationaux » ASIE

MÉDECINS DU MONDE

Birmanie

RAPPORT MORAL 2013

CHINE INDE

LAOS

POPULATION

»B  énéficiaire : 11 000 »C  ible : 70 000

En juin 2011, alors même que le gouvernement amorçait un processus de transition démocratique, la guerre civile entre l’armée birmane et l’Armée indépendante du Kachin reprenait dans le nord du pays, après dix-sept années de cessez-le-feu. Plus de 90 000 personnes déplacées par le conflit vivent à ce jour dans des campements de fortune. MdM met en œuvre un programme de soutien aux soins de santé primaires pour ces populations. » État du Kachin

Renforcement des systèmes de santé communautaire

Espérance de vie 65,7 ans IDH 0,498 rang 149

BANGLADESH

Pyapon

THAÏLANDE

Source : Pnud 2013

POPULATION

»B  énéficiaire : 265 718 »C  ible : 313 642

La bande côtière du delta de l’Irrawaddy a été très affectée par le cyclone Nargis en mai 2008. Environ 140 000 personnes ont péri et 450 000 maisons et 630 centres de santé ont été détruits. Aujourd’hui, la reconstruction est loin d’être achevée. Certains villages n’ont pas retrouvé les conditions de vie qu’ils avaient avant le cyclone. Les bateaux de pêche font défaut, les rizières sont toujours endommagées et les cheptels n’ont pas été reconstitués. » Township de Pyapon

» historique

» les perspectives

» historique

» les résultats

MdM est présent dans le Kachin depuis 1996 avec un projet VIH. En mai 2013, avec la baisse d’intensité des combats, MdM a proposé d’intervenir auprès des déplacés en consortium avec l’ONG italienne Cesvi, qui intervient sur les aspects eau et assainissement dans les camps.

En 2014, l’action s’étendra à la formation du personnel de santé travaillant dans les centres de santé. Ces actions de formation devront permettre l’autonomisation des acteurs locaux et la pérennisation des actions au-delà de la présence de MdM, qui doit s’achever à la mi-2014. MdM maintiendra une veille sanitaire sur zone de par la continuité de sa présence sur le projet de réduction des risques dans le Kachin.

À la suite du passage du cyclone Nargis, en mai 2008, MdM a répondu à l’urgence dans le township de Pyapon. En 2009, des activités en soins de santé primaires ont été développées pour renforcer les capacités des travailleurs communautaires et des comités de santé villageois. Couvrant initialement 99 villages, le projet a été étendu, en 2010, à 137 villages touchant environ 145 000 habitants. À partir de mars 2011, de nouvelles activités ont été mises en place pour renforcer l’accès à des soins pré- et postnataux et l’assistance par du personnel qualifié lors des accouchements. Le projet est confié à MdM Hollande en mai 2012, qui le rétrocède à MdM France en juin 2013.

Formation de 50 auxiliaires sages-femmes et 50 agents de santé communautaire. Formation de 60 pêcheurs aux premiers secours. Mise en place d’un système de référencement permettant la levée des barrières financière à l’accès aux soins.

» les activités MdM soutient plusieurs centres de santé établis dans des camps de déplacés le long de la frontière entre la Birmanie et la Chine, en partenariat avec des acteurs locaux. Le soutien inclut l’approvisionnement en médicaments, la réhabilitation des centres de santé et le paiement des frais médicaux et de transport liés au référencement des urgences vers des hôpitaux de la région. Au besoin, les équipes de MdM effectuent des consultations générales, pré- et postnatales, avec le personnel de santé ainsi que de la petite chirurgie.

» les résultats 8 687 consultations médicales réalisées. 3,5 tonnes de médicaments envoyés vers les centres de santé de 7 camps de déplacés. 7 centres de santé réhabilités.

Sources de financement

»E  uropeAid, USAID, Fonds mondial, Unops, PAM, Echo, Fnuap

Budget

» 2013 : 132 234 €

» les activités MdM intervient auprès de 232 villages disposant de peu de structures de santé afin d’y former des agents de santé communautaire. MdM supervise un réseau de travailleurs en santé communautaire ainsi que les comités de santé villageois éparpillés sur le canton de Pyapon. En collaboration avec le personnel local du ministère de la Santé, l’association mène une surveillance sanitaire et une formation sur l’éducation à la santé, en mettant l’accent sur la santé maternelle et infantile.

Sources de financement

»E  uropeAid, USAID, Fonds mondial, Unops, PAM, Echo, Fnuap

Budget

» 2013 : 454 514 €

» les perspectives Avec 5 autres ONG internationales de santé, chacune opérant sur des townships différents, ce projet s’inscrit dans un objectif global de soutien au ministère de la Santé dans la mise en œuvre de sa politique de décentralisation. Par un renfort technique mais aussi logistique, l’objectif est d’autonomiser en gestion chaque township d’ici à 2016.


Les programmes internationaux » ASIE

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Birmanie

CHINE INDE BANGLADESH

État du Kachin LAOS

Prévention et soins des IST et du VIH/Sida

Yangon

THAÏLANDE

Espérance de vie 65,7 ans IDH 0,498 rang 149 Source : Pnud 2013

»B  énéficiaire : 19 643 »C  ible : 179 000

» Yangon et État du Kachin

Géorgie

RUSSIE AZERBAÏDJAN

Tbilissi

Espérance de vie 73,9 ans IDH 0,745 rang 72 Source : Pnud 2013

POPULATION

Réduction des risques et des dommages liés à la consommation de produits psychoactifs

ARMÉNIE TURQUIE

»B  énéficiaire : 1 185 »C  ible : 4 100

Depuis plusieurs années, la Géorgie connaît une forte consommation de drogues de la part de sa population. Il y aurait 45 000 usagers de drogues par voie intraveineuse, dont environ 27 000 à Tbilissi. Parmi eux, 70 à 90 % seraient infectés par l’hépatite C. Afin d’enrayer l’épidémie, MdM a développé un programme de réduction des risques.

» Tbilissi

» historique MdM a établi ses premiers contacts dès 1991. Après quelques missions ponctuelles, l’État du Kachin a été identifié comme une zone d’intervention du fait de la forte présence d’usagers de drogues par injection. Le projet a débuté en 1996 par des activités de prévention. En 1998, un projet similaire s’est ouvert dans l’État de Shan, fermé en 2000, après le démarrage des activités à Yangon auprès des travailleurs du sexe hommes et femmes. Le projet a évolué au fil du temps pour aboutir à une approche globale de la prise en charge du VIH/sida en développant des services de prévention et de soins.

» les activités MdM offre une prise en charge médicale, psychologique et sociale à ses usagers, en s’appuyant sur une équipe de professionnels de santé et d’éducateurs pairs issus des communautés. MdM gère actuellement 3 cliniques dans l’État du Kachin et une à Yangon. Les services proposés vont de l’éducation à la santé et de la distribution de préservatifs ou de seringues stériles, au dépistage du VIH et des hépatites et au traitement antirétroviral. MdM met également en œuvre de nombreuses activités sociales, visant par exemple à rétablir l’estime de soi, des conseils juridiques, ou encore un accès au traitement de substitution à la méthadone.

»E  uropeAid, USAID, Fonds mondial, Unops, PAM, Echo, Fnuap

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

POPULATION

Malgré la récente transition démocratique, la Birmanie doit encore faire face à de réels défis. Le sous-investissement chronique de l’État dans le domaine de la santé a eu des conséquences désastreuses. Le pays connaît aujourd’hui une des épidémies de sida les plus importantes d’Asie du Sud-Est où près du tiers des usagers de drogues et des travailleurs du sexe sont infectés par le VIH. Près de 60 000 personnes en besoin urgent d’antirétroviraux n’ont toujours pas accès au traitement.

Sources de financement

Les programmes internationaux » ASIE

Budget

MdM a su tisser des liens forts non seulement avec les organisations communautaires ou issues de la société civile, mais aussi avec les autorités sanitaires, et fait aujourd’hui partie des acteurs reconnus de la réduction des risques en Birmanie.

» les résultats 1 557 personnes sous antirétroviraux. 680 usagers de drogues sous méthadone.

» les perspectives MdM doit continuer de contribuer aux avancées dans le domaine de la substitution à la méthadone, à élargir ses actions à la prévention et à la prise en charge de l’hépatite C, à soutenir la naissance d’acteurs locaux issus des communautés et à impliquer les usagers dans ses actions de prévention. MdM participe à un processus national visant à renforcer la capacité du ministère de la Santé à offrir des traitements antirétroviraux.

» 2013 : 1 377 920 €

» historique

» les résultats

MdM est implanté en Géorgie depuis 2004. En 2007 et 2008, deux missions exploratoires ont permis de mieux comprendre dans le contexte géorgien, l’évolution des modes et pratiques de consommation de substances psychoactives. MdM a décidé d’intervenir en mettant en œuvre un projet de réduction des risques par le biais d’une association d’usagers locale, New Vector. Une coopération étroite s’est installée avec le Réseau géorgien de réduction des risques, auquel MdM participe sur les volets de formation et de plaidoyer.

1 678 usagers ont bénéficié des services de MdM et New Vector. 494 366 seringues distribuées. 812 consultations médicales. 1 232 consultations dentaires. 103 consultations psychologiques. En 2013, sur le nombre total de personnes dépistées, 60 % étaient infectées par le virus de l’hépatite C.

» les activités

En 2014, MdM va développer une stratégie de renforcement des capacités du partenaire New Vector et poursuivre son plaidoyer pour l’accès au traitement contre l’hépatite C et la décriminalisation des usagers de drogues.

MdM a poursuivi son soutien à l’association d’autosupport New Vector dans la gestion de son centre d’accueil pour usagers de drogues, où il offre des services de réduction des risques tels que la distribution de matériel stérile, le dépistage et des consultations médicales et dentaires. Les équipes se rendent aussi sur les lieux de consommation pour fournir du matériel et transmettre des messages de prévention. Les données relatives à l’enquête Hépatite C, réalisée en octobre 2012, ont été diffusées et constituent un support aux actions de plaidoyer. MdM a mis au point une stratégie pour la nouvelle phase du projet qui vise à renforcer les compétences techniques, managériales et administratives du partenaire New Vector en vue de son autonomisation d’ici à trois ans.

Sources de financement

»A  FD, MdM

Budget

» 2013 : 375 633 €

» les perspectives


Les programmes internationaux » ASIE

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Inde

CHINE

NÉPAL

BHOUTAN

Andrah Pradesh

Espérance de vie 65,8 ans IDH 0,554 rang 136 Source : Pnud 2013

Les programmes internationaux » ASIE

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Inde

CHINE

NÉPAL

BHOUTAN

Jaïpur

BANGLADESH

Source : Pnud 2013

BANGLADESH POPULATION

Accès aux soins de santé primaires pour les populations tribales déplacées

Espérance de vie 65,8 ans IDH 0,554 rang 136

»B  énéficiaire : 2 104 »C  ible : 2 104

POPULATION

»B  énéficiaire : 3 000 »C  ible : 5 000

Santé materno-infantile

SRI LANKA

Le conflit naxalite touche plusieurs États de l’Inde et affecte les populations tribales du Chhattisgarh, qui ont dû trouver refuge dans l’État voisin, l’Andhra Pradesh. En passant la frontière, les populations déplacées perdent une partie de leurs droits, sont victimes de discrimination, ne parlent pas la langue locale, et s’installent dans des campements très isolés avec un difficile accès aux soins. MdM contribue à améliorer la situation sanitaire des populations tribales en renforçant le système existant. » État de l’Andhra Pradesh, district de Khammam

SRI LANKA

Si l’Inde est reconnue comme une puissance économique, une part importante de la population continue d’être exclue des processus de développement. Dans les bidonvilles de Jaipur, un enfant sur 12 meurt encore avant l’âge de 5 ans. Face à cette situation, MdM a mis en place un programme de santé materno-infantile dans 11 bidonvilles de Jaipur.

» État du Rajasthan, Jaipur

» historique

» les résultats

» historique

» les résultats

À la suite d’une évaluation des besoins réalisée fin 2012, MdM a ouvert en juin 2013 un premier programme, financé par Echo, en Andhra Pradesh avec une ONG partenaire indienne, Sitara. Le renforcement des capacités et l’autonomisation du partenaire indien sont les objectifs de MdM. La stratégie développée se fonde sur le plaidoyer auprès des autorités locales pour une meilleure prise en charge des populations tribales déplacées particulièrement vulnérables.

123 cliniques mobiles organisées. 2 016 consultations effectuées.

Commencé en 2007, le programme de santé materno-infantile est porté par la délégation Midi-Pyrénées de Médecins du Monde, en partenariat avec JKSMS dans 11 bidonvilles de Jaipur, dans le Rajasthan. Les objectifs principaux sont l’amélioration de la santé materno-infantile et du niveau de conscience des populations sur l’état de leur santé afin qu’elles adoptent les bons réflexes pour bien se soigner.

En 2013, le pourcentage de femmes bénéficiant de trois visites prénatales est de 76 %, alors qu’elles n’étaient que 20 % au début du programme, en 2007.

» les activités Depuis le recrutement des équipes et l’ouverture de la base en juin, 2 cliniques mobiles se rendent 2 fois par mois dans les 17 villages cibles pour fournir des soins de santé primaires aux populations tribales déplacées. Les équipes de MdM et de Sitara font également le lien avec les structures sanitaires locales pour que les cas plus graves et les femmes enceintes soient pris en charge dans le système indien. MdM et Sitara impliquent les autorités sanitaires pour un meilleur investissement auprès des populations déplacées et aident à une meilleure compréhension des spécificités de ces populations. Une étude anthropologique, menée au début du programme, a permis de mieux connaître les populations tribales déplacées et de mettre en place des outils de sensibilisation adaptés.

Sources de financement

»E  cho, MdM

Budget

» 2013 : 162 155 €

» les perspectives Mise en place d’agents de santé issus des communautés pour relayer les messages de sensibilisation des équipes de MdM entre les cliniques mobiles et faciliter le référencement des patients. En 2014, l’accent sera mis sur le paludisme : prévention, sensibilisations et soin. Le plaidoyer et les relations avec les autorités aident à améliorer la prise en charge des populations déplacées et leur réintégration à l’offre de soins.

» les activités MdM, en collaboration avec son partenaire indien JKSMS, a finalisé la formation des 40 agents de santé issus de la communauté vivant dans les bidonvilles. Ainsi, en 2013, plus de 90 % des activités, auparavant mises en place par les travailleurs sociaux de JKSMS, sont désormais sous la responsabilité des agents de santé communautaires. La population bénéficiaire s’est approprié le programme. La plupart des habitants des bidonvilles connaissent maintenant l’ensemble de leurs droits, en particulier ceux concernant la santé. Les habitants connaissent les structures de santé qui peuvent les accueillir et savent solliciter les agents de santé communautaires quand ils rencontrent un problème de santé. Ils reconnaissent le bien-fondé et le rôle d’agent comme guiderelais de santé indispensable, qui facilite le lien entre eux-mêmes et les structures de soins.

Sources de financement

»E  cho, MdM

Budget

» 2013 : 82 272 €

» les perspectives Afin de transférer complètement ses activités aux communautés et à la société civile, MdM poursuivra son soutien à son partenaire indien JKSMS pour convaincre les autorités de Jaipur de reprendre tout ou partie du programme.


Les programmes internationaux » ASIE

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Inde

CHINE

NÉPAL

BHOUTAN

Espérance de vie 65,8 ans IDH 0,554 rang 136 Source : Pnud 2013

Orissa

Les programmes internationaux » ASIE

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Laos

CHINE VIETNAM BIRMANIE

Source : Pnud 2013

BANGLADESH

THAÏLANDE

POPULATION

»B  énéficiaire : 23 900 »C  ible : 83 500

Accès aux soins de santé primaires

Programme pilote de maternité sans risque

Champassak

SRI LANKA

Le projet de MdM en Orissa intervient sur la bordure du « croissant rouge de l’Inde », territoire d’obédience naxalite, mouvement indien maoïste en rébellion. Les populations tribales des zones rurales sont particulièrement vulnérables et les indicateurs de santé très dégradés. Les taux de mortalité infantile et maternelle sont bien plus élevés que la moyenne nationale.

» État de l’Orissa, district du Kalahandi

»B  énéficiaire : 41 950

Malgré la forte augmentation des dépenses publiques consacrées à la santé, passant de 4,1 à 9 % du budget total, la situation sanitaire reste extrêmement préoccupante. Le taux de mortalité maternelle est un des plus élevés d’Asie du Sud-Est, 405 pour 100 000 naissances. Les objectifs du millénaire pour le développement fixaient ce taux à 185 pour 100 000. Dans les districts d’intervention, 80 % des femmes accouchent à domicile, pour la plupart sans assistance médicale. » Province de Champassak, districts de Soukhouma, Mounlapamok, Khong et Champassak

» les perspectives

» historique

Depuis 2011, MdM et Voluntary Health Association of India (Vhai), une fédération d’ONG de santé présentes dans chaque État de l’Inde développent, en partenariat avec le gouvernement de l’Orissa, un programme d’accès aux soins de santé primaires dans 6 structures de santé publiques. L’objectif principal est de contribuer à l’amélioration de l’état de santé de la population rurale et de rétablir et promouvoir l’offre de soins.

L’engagement de MdM en Orissa est prolongé d’un an pour permettre, notamment, la mise en place d’actions de plaidoyer et une poursuite durable des projets en cours. En 2014, Vhai a transféré la responsabilité opérationnelle des actions à son bureau régional, l’Orissa Voluntary Health Association (Ovha).

Le projet a débuté en avril 2011 dans 2 districts du sud du pays. MdM a réhabilité 10 centres de santé et 2 hôpitaux, assuré la formation de sages-femmes communautaires, de volontaires et du personnel de santé et a mis en place un système de gratuité des soins pour les femmes enceintes. La seconde phase du projet, en partenariat avec MdM Japon, a débuté en octobre 2012. Elle inclut 2 nouveaux hôpitaux, assure un appui aux soins obstétricaux d’urgence et comprend un volet de prévention de la transmission mère-enfant du VIH/sida.

» les activités Des formations pour le personnel médical, des sessions d’éducation à la santé – principalement sur la santé sexuelle et reproductive – auprès des communautés, des consultations médicales ont été mises en place. Le dispensaire principal a été réhabilité et des actions de plaidoyer au niveau du district et de l’État se sont développées pour sensibiliser les pouvoirs publics sur les conditions de vie des populations tribales et marginales.

» les résultats 12 723 consultations de soins de santé primaires effectuées.

»M  dM

POPULATION

CAMBODGE

» historique

Sources de financement

Espérance de vie 67,8 ans IDH 0,543 rang 138

Budget

» 2013 : 103 987 €

» les activités Le programme vise à réduire la mortalité materno-infantile à l’accouchement et celle des enfants de moins de 5 ans. Les activités déployées permettent aux femmes enceintes de bénéficier d’un suivi de grossesse de qualité, d’un accouchement réalisé par du personnel qualifié et cela sans poids financier supplémentaire puisque la gratuité des soins est assurée par le système de chèques santé mis en place en collaboration avec la Croix-Rouge lao. Le chèque est distribué par les volontaires villageois et couvre les consultations pré- et postnatales, l’accouchement et les complications liées à la grossesse. Il inclut également des prestations non médicales telles que le transport pour aller accoucher dans une structure de santé ou pour se rendre dans une structure de référence en cas de complications obstétricales. délégation internationale

»M  dM Japon

Sources de financement

»A  FD, MdM

L’extension du projet, début 2013, aux enfants de moins de 5 ans permet également aux familles de bénéficier de la gratuité des soins pour leurs enfants.

» les résultats Taux d’accouchement institutionnel : 22 %, soit 822 accouchements pratiqués dans les centres de santé. 2 257 premières consultations prénatales réalisées ; 89 % de ces consultations réalisées via les chèques distribués. 910 consultations post-partum (dans les 6 premières semaines après l’accouchement) réalisées. 9 318 consultations gratuites pour des enfants de moins de 5 ans réalisées. 110 promoteurs de santé en moyenne à chacune des 6 formations organisées.

» les perspectives Le projet va développer des formations aux soins obstétricaux et néonataux d’urgence avec le ministère de la Santé pour le personnel de santé des hôpitaux, renforcer les activités d’éducation à la santé pour continuer à informer la population de l’importance d’un suivi médical et renforcer le système de référencement d’un point de vue médical, administratif et financier.

Budget

» 2013 : 439 673 €


Les programmes internationaux » ASIE

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Népal

CHINE

Sindhupalchok

Espérance de vie 69,1 ans IDH 0,463 rang 157 Source : Pnud 2013

Les programmes internationaux » ASIE

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Pakistan

TADJIKISTAN

Renforcer l’accès et l’utilisation des services de santé sexuelle et reproductive

INDE BANGLADESH

Espérance de vie 65,7 ans IDH 0,515 rang 146

KPK AFGHANISTAN

Source : Pnud 2013

POPULATION

»B  énéficiaire : 28 000 »C  ible : 58 000

CHINE

Assistance médicale pour les populations victimes des crises

POPULATION

IRAN INDE

»B  énéficiaire : 135 000 »C  ible : 300 000

Le Népal a réalisé d’importants progrès dans le champ de la santé sexuelle et reproductive : la mortalité maternelle a été réduite de près de 60 % entre 2001 et 2010 et la mortalité infantile de presque deux tiers. Néanmoins, le coût et les difficultés d’accès aux services de SSR représentent un obstacle majeur pour beaucoup de femmes issues des communautés isolées des régions montagneuses.

La province du Khyber Pakhtunkhwa (KPK) accueille des vagues successives de déplacés fuyant les combats entre insurgés et armée pakistanaise ou entre groupes rivaux dans les zones tribales à la frontière de l’Afghanistan. En 2013, on estimait à 1,5 million le nombre de déplacés dans le KPK. Le système de santé ne peut faire face à l’augmentation de la demande. Les taux de malnutrition (17 %), de mortalité maternelle (380/100 000) et infantile (87/1 000) dans la province sont particulièrement alarmants.

» 10 cantons du district de Sindhupalchok

» Province du Khyber Pakhtunkhwa (KPK)

» historique MdM intervient depuis 2007 auprès des communautés isolées, particulièrement des femmes en âge de procréer, du district du Sindhupalchok avec pour objectif d’accroître l’utilisation des services de santé publique en matière de SSR et de réduire les facteurs favorisant la mortalité maternelle et néonatale. Les femmes sont amenées à prendre conscience de l’importance d’avoir recours aux services de santé et améliorent leur autonomie financière par une meilleure gestion du budget familial, l’anticipation des dépenses de santé et l’accès à un fonds d’urgence obstétrical.

» les activités Le projet de Médecins du Monde prévoit d’assurer la disponibilité des services de santé de qualité au niveau communautaire (rénovation et équipement des structures, formation du personnel soignant, référencement) et de renforcer les capacités des femmes dans leur accès aux services de santé. Le programme permet de lier la participation des femmes à des activités de microfinance et à des sessions d’éducation aux questions de prévention et de prise en charge de la grossesse, de l’accouchement et du post-partum. MdM travaille en partenariat avec 2 associations nationales : CEDCF, qui intervient en tant que partenaire opérationnel, et CMF, qui assure l’assistance technique sur le volet microfinance. MdM a également développé Sources de financement

»F  ondation Sanofi, MdM

Budget

» 2013 : 310 912 €

une étroite collaboration avec Planet Finance, qui partage son expertise dans le domaine de la microfinance au travers de formations, d’évaluations et de conseils. En 2013, MdM a participé à la rénovation de 2 structures de santé supplémentaires sur le district et assuré la formation continue de 33 membres du personnel de santé.

» les résultats 4 600 femmes ont participé à des séances d’éducation à la santé et à la microfinance. 85 femmes ont eu accès au fonds d’urgence obstétrical. 400 femmes ont accouché dans les 10 centres de santé suivis par MdM.

» les perspectives La fin du projet est prévue pour juin 2014. Une enquête CAP (connaissances, attitudes et pratiques) sera menée en avril-mai. MdM envisage éventuellement de poursuivre ses activités auprès des femmes des villages isolés du district de Sindhupalchok.

» historique À la suite des déplacements massifs de population depuis la vallée de Swat, MdM a démarré en 2009 un programme d’accès aux soins de santé primaires pour les personnes les plus vulnérables, en particulier les femmes et les enfants dans 2 districts du KPK. Depuis, MdM a réorienté ses équipes et activités dans 7 autres districts de la province pour répondre aux besoins d’accès aux soins des populations déplacées à la suite de nouveaux conflits dans les zones tribales, d’inondations et d’épidémie de choléra.

» les activités Les équipes médicales mobiles de MdM travaillent en appui aux structures de santé des districts pour assurer les consultations de médecine générale, de santé sexuelle et reproductive, améliorer la couverture vaccinale, détecter les enfants souffrant de malnutrition et dispenser des sessions d’éducation à la santé. MdM assure la formation du personnel soignant, l’approvisionnement en médicaments et en aliments thérapeutiques prêts à l’emploi, et prend en charge le référencement des patients vers d’autres structures de santé si nécessaire. En 2013, MdM a renouvelé son intervention sur le district de Kohat à la suite d’une nouvelle vague de personnes déplacées (80 000 au total,

Sources de financement

»A  mbassade du Danemark, Mofa, Echo

Budget

» 2013 : 1 057 321 €

dont 40 000 à Kohat) et s’est implanté à Peshawar. De même, MdM a apporté son soutien à de nouvelles structures de santé particulièrement isolées et au plus près des zones tribales (Tank et Thall).

» les perspectives En 2014, MdM continuera à assurer l’accès aux soins de santé primaires des populations déplacées dans le KPK et à répondre aux urgences éventuelles.


Les programmes internationaux » ASIE

MÉDECINS DU MONDE

Pakistan

RAPPORT MORAL 2013

TADJIKISTAN

CHINE

Espérance de vie 65,7 ans IDH 0,515 rang 146

AFGHANISTAN

Source : Pnud 2013

Punjab

Prise en charge des femmes victimes de violences domestiques

IRAN

Les programmes internationaux » ASIE

MÉDECINS DU MONDE

Philippines

RAPPORT MORAL 2013

Manille

INDE

Au Pakistan, les agressions envers les femmes, et en particulier les violences domestiques, demeurent une dramatique réalité. En 2011, 8 539 cas de violences liées au genre ont été enregistrés dans le pays, dont 6 188 sur la seule province du Punjab. Malgré l’annonce de mesures législatives en faveur des droits des femmes et l’adoption par le Sénat d’un projet de loi contre les violences domestiques fin 2011, il n’existe toujours pas de cadre normatif effectif de protection des femmes contre ces violences. » Province du Punjab

69 ans

Source : Pnud 2013

POPULATION

»B  énéficiaire : 20 000

Espérance de vie IDH 0,654 rang 114

POPULATION

»B  énéficiaire : 418 »C  ible : 2 114

Réduction des risques sanitaires et environnementaux du recyclage des déchets électroniques

MALAISIE

Aux Philippines, 22 % de la morbidité et 6 % de la mortalité est imputable, en partie, au recyclage informel des déchets électroniques et électriques. À court terme, des problèmes respiratoires et cutanés se font ressentir, en plus des blessures générées par l’activité de recyclage. À long terme, ces produits engendrent des problèmes neurologiques, immunologiques, affectent le système reproductif et sont responsables de différents cancers. » Région métropolitaine de Manille, villes de Manille, Malabon et Caloocan

» historique

» les perspectives

» historique

Depuis 2004, MdM intervient en appui au Département des affaires sociales du Punjab pour améliorer la prise en charge des femmes – et de leurs enfants – qui, à la suite de violences, ont décidé de quitter le foyer familial et ont trouvé refuge dans l’un des 35 Dar ul-Aman de la province.

En 2014, MdM continuera progressivement à former le personnel du Département des affaires sociales et à renforcer le volet de protection du programme, notamment par le renforcement des compétences du personnel pour la mise en place de mécanismes systématiques de prévention, détection, déclaration et prise en charge des cas de violation des droits de l’Homme perpétrées dans les Dar ul-Aman. Un important travail d’évaluation est également prévu pour la dernière année de ce programme.

En 2012, le groupe santé et environnement a décidé d’intervenir dans le cadre de sa réflexion sur la réduction des risques d’exposition à des produits toxiques des personnes vulnérables. Le projet a été ouvert en juillet 2012 à Manille et MdM a été enregistré auprès des autorités l’année suivante. Ce projet s’est construit en partenariat avec la fondation Veolia, qui apporte un appui financier et une expertise technique au travers d’un mécénat de compétences sur la gestion des déchets toxiques.

41 recycleurs formés sur les dangers du recyclage. 60 recycleurs actifs dans la formation d’organisations communautaires. 4 clean-up drive.

» les activités

» les perspectives

Fin 2013 marque le lancement des activités au sein des communautés de recycleurs dans 4 zones urbaines pauvres de Manille : Bagong Silang, Camarin, Capulong et Longos. Les travailleurs communautaires de MdM ont pris ancrage dans les communautés et ont identifié avec elles la nature de leurs difficultés (économiques, d’accès aux soins), ainsi que leurs vulnérabilités et pratiques à risque. MdM a encouragé la formation de groupes de recycleurs, devenus de vrais partenaires pour la mise en œuvre du projet. Une série de formations a commencé pour ces groupes afin de renforcer leurs capacités organisationnelles et de représentation. Parmi les activités organisées en partenariat avec les groupes de recycleurs, on trouve : des sessions d’information sur les risques du recyclage suivies

Début 2014, des assemblées générales pour fonder les organisations de recycleurs, préalable requis pour une reconnaissance officielle auprès des autorités, seront organisées. Le projet devra développer sa composante médicale par la formation du personnel médical des centres de santé primaire et des travailleurs de santé communautaires pour les sensibiliser à la thématique et améliorer l’accès aux soins des recycleurs.

» les activités MdM a amorcé mi-2011 le transfert du projet aux autorités du Punjab et concentre désormais ses activités sur le renforcement des compétences du personnel des Dar ul-Aman et du Département des affaires sociales afin d’assurer la pérennité des services multidisciplinaires proposés et le respect des standards minimaux et outils de gestion développés. MdM est également membre de la plateforme Mumkin qui réunit 21 associations pakistanaises de défense des droits des femmes et a participé activement au plaidoyer pour l’adoption au niveau national de la loi contre les violences domestiques, votée par le Sénat du Punjab fin 2011.

» les résultats 16 000 femmes accueillies dans les Dar ul-Aman. 4 200 enfants accueillis dans les Dar ul-Aman.

Sources de financement

»A  mbassade du Danemark, Mofa, Echo

Budget

» 2013 : 568 813 €

Sources de financement

»F  ondation Veolia, MdM

Budget

» 2013 : 129 946 €

d’un travail d’identification des pratiques à risque et des moyens de se protéger ; le don de matériel de protection ; des clean-up drive, activités de nettoyage et d’assainissement des quartiers où vit la communauté menées par les recycleurs eux-mêmes.

» les résultats


Les programmes internationaux » ASIE

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Philippines Assistance médicale d’urgence aux personnes affectées par le typhon Haiyan/Yolanda

Espérance de vie IDH 0,654 rang 114

Île de Leyte

69 ans

Source : Pnud 2013

POPULATION

»B  énéficiaire : 23 812 »C  ible : 184 720 MALAISIE

Les programmes internationaux » ASIE

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Russie (Grand Nord)

Grand Nord

Espérance de vie 69,1 ans IDH 0,788 rang 55 Source : Pnud 2013

POPULATION

Soutien à l’ONG Community Health Partnership

»B  énéficiaire : 89 »C  ible : 6 200

Le 8 novembre, un typhon d’une rare violence a touché les Philippines. On estime à 3,4 millions le nombre de personnes déplacées et à 240 800 le nombre de personnes évacuées. L’ensemble du système de santé a subi de profonds dommages tant au niveau des barangays que des postes avancés de santé. Les bâtiments ont été extrêmement endommagés et souffrent de graves pénuries en médicaments essentiels et équipement médical.

Les populations autonomes du Grand Nord sont confrontées à des risques sanitaires multiples du fait de leur situation sociale et économique. MdM soutient l’ONG russe Community Health Partnership pour renforcer son réseau de médecins et d’agents de santé communautaires et promouvoir l’accès aux soins de santé primaires. En parallèle, l’association mène une action de prévention des risques auprès des populations isolées, en particulier contre l’alcoolisme, le suicide et la tuberculose.

» Région V, île de Leyte, communes de Carigara, Ipil, San Pablo, Albuera, Abuyog

» Nijni Novgorord, Arkhangelsk, Narian-Mar, Iakoutsk

» historique MdM est présent aux Philippines à Manille depuis juillet 2012 avec un programme de réduction des risques sanitaires et environnementaux dans le secteur du recyclage des déchets électroniques. À la suite du passage du Typhon Haiyan, et en coordination directe avec les priorités établies par le gouvernement et le ministère de la Santé (MoH), MdM a décidé d’intervenir sur l’île de Leyte afin de contribuer à restaurer l’accès aux soins de santé primaires des communautés locales et déplacées, d’ici à février 2014.

» les activités Cinq équipes médicales mobiles ont couvert 5 municipalités de l’île de Leyte. Elles ont offert des services de santé primaire, de santé sexuelle et reproductive, et ont également apporté un volet préventif avec un dépistage nutritionnel des enfants de moins de 5 ans et des femmes enceintes, des consultations prénatales et un rattrapage vaccinal selon le calendrier national philippin (PEV). Des formations de prise en charge psychosociale des victimes du typhon ont été dispensées par un psychiatre de MdM aux équipes de l’ONG et aux équipes médicales et paramédicales du département de la santé philippin. MdM a participé à la restauration du système de santé de l’île de Leyte en effectuant des réparations basiques des infrastructures sanitaires et délégation internationale

»M  dM Espagne

Sources de financement

» Fondation Maria Stroot, Fondation Sanofi, Cerf

en rééquipant les centres ayant perdu l’essentiel de leur matériel médical. En prévision d’éventuelles flambées des maladies endémiques telles que le paludisme ou d’épidémies liées à la précarisation des conditions de vies sur l’île de Leyte, MdM, en collaboration avec le ministère de la Santé philippin, a mis en place un stock de préparation à l’urgence.

» les résultats 2 168 consultations. 42 membres du personnel de santé (MdM et MoH) formés à la santé mentale et prise en charge psychosociale. 33 membres du personnel de MdM et du MoH reçus en consultation psychosociale. 32 patients reçus en consultation psychosociale. 30 centres de santé approvisionnés en médicaments et en équipement médical. 20 centres de santé réhabilités.

» les perspectives Une fois la phase d’urgence passée, et les structures sanitaires remises en état de fonctionnement, MdM clôturera le projet et se retirera de l’île de Leyte.

Budget

» 2013 : 651 754 €

» historique Après quinze années de programmes de santé communautaires de MdM auprès des peuples autochtones du Grand Nord de la Russie, les médecins russes participant au projet ont décidé de créer en 2009 l’ONG Community Health Partnership (CHP) et de poursuivre les programmes de formation d’agents de santé communautaires et de formation des médecins généralistes des régions isolées à des méthodes innovantes de prévention de la consommation abusive d’alcool (entretiens motivationnel, TCC, interventions brèves) avec l’appui technique de MdM (coanimation des formations alcool).

» les activités CHP est une association qui forme des médiateurs de santé issus des communautés autochtones du Grand Nord. Par ailleurs, elle sensibilise et forme des professionnels au syndrome d’alcoolisation fœtale et à la prévention du suicide chez les jeunes. Les activités sont menées en partenariat avec MdM, l’association Nenetsk Isav et l’association lituanienne Ypac spécialiste des questions de suicide chez les jeunes. En collaboration avec CHP, en novembre 2013, MdM a mis en œuvre une formation approfondie avancée pour 4 médecins du district autonome nenets (Grand Nord russe), afin qu’ils interviennent à leur tour comme formateurs auprès de leurs confrères. Animée par un addicto-

Sources de financement

»A  mbassade de France

Budget

» 2013 : 148 629 €

logue de MdM, cette session était consacrée à la prévention du syndrome d’alcoolisation fœtale, au moyen d’un entretien habituellement appelé « intervention brève ». En 2013, CHP a organisé un séminaire de capitalisation en vue de la fermeture de son programme et le transfert de ses outils à la chaire de médecine polaire d’Arkhangelsk.

» les perspectives En 2014, les participants à la formation de novembre 2013 formeront à leur tour 12 spécialistes médicaux de l’hôpital du district autonome nenets et 6 membres du personnel de la polyclinique du district polaire.


Les programmes internationaux » EUROPE

MÉDECINS DU MONDE

Bulgarie Amélioration des conditions sanitaires

RAPPORT MORAL 2013

ROUMANIE

SERBI BIE

Sliven

Source : Pnud 2013

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Roumanie

Satu Mare

TURQUIE

»B  énéficiaire : 2 200 »C  ible : 10 000

Entrée dans l’Union européenne en 2007, la Bulgarie présente des indicateurs en santé sexuelle et reproductive inquiétants, notamment ceux relatifs aux grossesses précoces et aux grossesses non désirées. La ville de Sliven est particulièrement touchée par ces phénomènes où les populations précaires, notamment les Roms, sont vulnérables aux risques relatifs au difficile accès à la contraception. » Sliven, quartier Nadejda

UKRAINE

GR GRIE

MOL OL LDAVIE IE E

Espérance de vie 74,2 ans IDH 0,786 rang 56 Source : Pnud 2013

POPULATION

MACÉDOINE GRÈCE

Espérance de vie 73,6 ans IDH 0,782 rang 57

Les programmes internationaux » EUROPE

Accès aux soins et aux droits des populations en situation de très grande précarité

POPULATION

SERBIE KOSOVO

»B  énéficiaire : 18 000 BULGARIE

Malgré son adhésion à l’Union européenne et ses réformes, la Roumanie ne parvient pas à surmonter son instabilité politique et ses difficultés économiques. Aujourd’hui le pays est fortement touché par la crise et on estime qu’un tiers de la population vit dans un dénuement matériel sévère. La discrimination, l’absence de papier d’identité, la pauvreté, le faible niveau d’instruction, les conditions de vie précaires sont des obstacles à l’accès aux soins et aux services sociaux de base. » Département de Satu Mare

» historique

» les résultats

» historique

» les perspectives

Médecins du Monde mène depuis 2004 un programme de promotion de la santé destiné à améliorer les conditions de vie et l’état de santé des communautés résidant dans le quartier de Nadejda à Sliven. Les activités éducatives, réalisées dans le cadre de ce programme, sont mises en œuvre par une équipe de médiateurs communautaires appartenant aux quatre groupes ethniques représentés à Nadejda.

230 personnes ont participé aux modules d’information sur la grossesse, la planification familiale, l’hygiène. 17 groupes de discussion ont eu lieu avec des leaders communautaires de Nadejda autour des thématiques comme l’immunisation et les mariages précoces. 105 femmes enceintes ont bénéficié de douches mises à disposition dans les nouveaux locaux. 1 828 entretiens effectués par les médiateurs de Santé dans la communauté.

Médecins du Monde, à travers sa délégation régionale Paca est présent dans le département (judet) de Satu Mare depuis une vingtaine d’années à travers différents programmes. Depuis 2006, elle collabore avec l’association roumaine Copii afin de lutter contre l’exclusion sociale. D’abord focalisées sur des programmes à destination des enfants (lutte contre l’abandon et la maltraitance), ses actions s’intéressent aujourd’hui à l’ensemble de la population en situation de grande précarité.

MdM a pour perspective la mise en œuvre opérationnelle du projet. L’association souhaite également contribuer au plaidoyer sur la santé sexuelle et reproductive et développer des liens avec l’association Stea travaillant auprès des populations de la rue à Satu Mare afin de favoriser leur accès aux soins et aux droits.

» les activités L’année 2013 a été une année de transition pour le projet. Les activités de sensibilisation se sont poursuivies à travers des visites aux populations dans le ghetto de Nadejda et au travers de sessions d’information, éducation et communication au centre de MdM. Un travail de réévaluation des besoins des populations précaires a été mené, une étude anthropologique sur les barrières à l’accès aux soins réalisée et la stratégie globale redéfinie. Désormais, le programme est centré sur la promotion de la santé sexuelle et reproductive. Les relations partenariales ont été développées autour du nouveau projet. MdM a réhabilité de nouveaux locaux mis à disposition par la mairie de Sliven.

Sources de financement

»M  dM, Ambassade de France

Budget

» 2013 : 151 962 €

» les perspectives En 2014, MdM va démarrer le nouveau projet de lutte contre les grossesses non désirées autour de l’information et de l’accès gratuit à la contraception pour les personnes vulnérables en collaboration avec la mairie et l’Association bulgare de planning familial.

» les activités Les échanges professionnels avec Copii se sont maintenus. Par ailleurs, MdM s’est mis en relation avec le réseau Rainbow, constitué des associations « sœurs » en Pologne, Bosnie-Herzégovine, Russie, Bulgarie et Roumanie. Une recherche de financement tant en Roumanie qu’en région Paca a également été mise en œuvre.

Sources de financement

» MdM

Budget

» 2  013 : 65 000 € pour deux années dont 36 000 € pour la première année en recherche de financement


Les programmes internationaux » EUROPE

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Russie (Tchétchénie)

RUSSIE

Vedeno

Espérance de vie 69,1 ans IDH 0,788 rang 55 Source : Pnud 2013

GÉORGIE

Améliorer la qualité des soins de santé sexuelle et reproductive et leur accès

AZERBAÏDJAN ARMÉNIE

POPULATION

»B  énéficiaire : 1 000 femmes »C  ible : 7 382

Après quinze ans de conflits, la situation en Tchétchénie s’est améliorée depuis 2007. Toutefois, malgré l’apparente normalisation de la situation, le pays est marqué par une islamisation politique et les mouvements rebelles sont toujours actifs. Les femmes subissent une forte pression nataliste et une érosion de leurs droits. En février 2012, MdM a identifié un déficit dans la prise en charge des soins pré- et postnataux dans les centres de santé primaire. Le programme a débuté en juillet 2012 pour une durée de deux ans. » District de Vedeno, Tchétchénie

» historique

» les résultats

En mars 2009, alors que s’achevait le précédent programme de MdM en Tchétchénie durant les périodes de guerre, MdM a fait le choix de maintenir une représentation dans l’État afin d’y suivre l’évolution de la situation humanitaire et sécuritaire et d’identifier les possibilités d’ouverture d’un nouveau projet. En juillet 2012, MdM a ouvert un nouveau programme en santé sexuelle et reproductive.

En 2013 les équipes mobiles soutenues par MdM ont réalisé : –– 1 232 consultations prénatales et 179 consultations postnatales ; –– 775 échographies ; –– 190 dépistages du cancer du col de l’utérus. 418 femmes ont bénéficié de consultations gynécologiques.

» les activités

Le programme de MdM en Tchétchénie prendra fin en juillet 2014. MdM identifiera alors de nouveaux besoins dans différentes républiques du Caucase du Nord, notamment en santé sexuelle et reproductive.

Les activités du programme ont pour objectif de réintégrer les soins préet postnataux dans les centres de santé primaire du district de Vedeno au travers de : –– la formation des professionnels (sages femmes et gynécologues) aux soins pré- et postnataux, selon les standards internationaux ; –– la formalisation et la dissémination de protocoles de prise en charge auprès des professionnels du secteur ; –– la mise en place d’une équipe mobile de gynécologues dans les centres de santé primaire ; –– le renforcement des connaissances et aptitudes des femmes et des belles-familles en matière de santé sexuelle et reproductive.

Sources de financement

»A  mbassade de France, MdM

Budget

» 2013 : 240 747 €

» les perspectives

» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Alsace FrancheComté

Strasbourg équipe

ALLEMAGNE

Budget

Besançon

» Programmes –– Caso à Besançon –– Caso à Strasbourg –– Mission auprès des personnes sans-abri à Strasbourg –– Mission auprès des populations roms à Strasbourg –– Mission Haute Vallée de la Bruche –– Mission adoption internationale à Strasbourg –– Diplôme universitaire « santé, précarité, solidarité » Strasbourg-Nancy

» bilan 2013 Vie des missions –– Dans le cadre de la semaine du dépistage, organisation d’une action de dépistage du VIH par le biais de Trod (tests rapides d’orientation diagnostique) dans un foyer Adoma de Strasbourg –– Organisation de 2 sessions de formation « droits sociaux des personnes étrangères » en partenariat avec la Cimade. –– Réalisation d’une enquête « Hygiène auprès de la population sans abri » de Strasbourg –– Organisation d’une rencontre de parents ayant adopté un enfant entre 1998 et 2002 –– Réactivité continue aux difficultés générées par le contexte perturbé de l’adoption internationale : instabilité des politiques concernant l’adoption dans la plupart des pays auxquels est liée la mission adoption Actions de communication et de sensibilisation –– Adoption en juin 2013 par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe du rapport sur l’égalité de l’accès aux soins de santé (rapport

»T  él. : 03 88 14 01 00

SUISSE

»2  71 597  €

de Jean-Louis Lorrain, de la commission des Affaires sociales du Sénat) –– Organisation de séminaires de réflexion éthique sur le traitement politique de la précarité hier et aujourd’hui, en partenariat avec le centre européen d’enseignement et de recherche en éthique de l’université. –– Participation au forum des associations de Besançon –– Intervention dans le module « santé et migrations » du 2e cycle de la faculté de médecine de Strasbourg –– Interventions dans différents établissements scolaires : forum annuel des métiers du lycée Heinrich-Nessel de Haguenau, semaine de la solidarité internationale à la cité scolaire Haute-Bruche et auprès des instituts de formation en soins infirmiers et écoles de sages-femmes Animation de la vie associative –– Élection d’un nouveau collège régional –– Organisation de trois sessions de formation à destination des bénévoles à Strasbourg et Besançon –– Organisation d’une réunion d’échange et de débat sur les enjeux politiques et les perspectives de développement et de partenariat en matière de réduction des risques liés à l’usage de drogues en France –– Lancement d’une lettre d’information de la délégation : La Cigogne et l’Horloge

» les perspectives –– Renforcement des compétences des acteurs de MdM par la mise en place de formations thématiques –– Prise de fonctions en janvier 2014 d’un coordinateur régional

Délégation Alsace Franche-Comté

» 2  4, rue du Maréchal-Foch 67000 Strasbourg

»1  25 bénévoles »3  salariés »1  08 adhérents

»a  lsace@medecinsdumonde.net


» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Aquitaine

équipe

Bordeaux Bayonne

»1  80 bénévoles »7  salariés »1  25 adhérents

» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Corse

équipe

»1  0 bénévoles »2  5 adhérents

Ajaccio

Budget

Budget

» 24  179  €

» 1 077 559,55 € sur 35 mois ESPAGNE

» Programmes –– Caso à Bordeaux (consultations de médecine générale ; consultations sociales ; permanences CPAM ; Trod ; consultations de psychiatres, psychologues, dentaires ; régularisation pour soins ; action femmes enceintes ; cours de français langues étrangères ; consultations ophtalmologiques à l’Unadev ; consultations médicales aux Relais du cœur) –– Mission Roms à Bordeaux –– Mission adoption internationale à Bordeaux –– Mission rave à Bayonne –– Caso à Pau –– Diplôme universitaire «  santé, précarité, solidarité  » à l’université Bordeaux 2

» bilan 2013 Vie des programmes –– Organisation d’une commission paritaire stratégique pour évaluer l’avancement du projet régional et définir la stratégie 2014 –– Agrandissement et réorganisation du Caso de Bordeaux –– Création d’un poste de coordinateur de la mission Roms –– Organisation de réunions intermissions (santé mentale, accompagnement, thématique/prévention de la santé) –– Projet de missions exploratoires au Mali et au Vietnam (budgétées pour 2014) Actions de communication et de sensibilisation –– Participation au Festival international du film des droits de l’homme en Gironde

–– Colloque sur « la médiation sanitaire et sociale : pratiques nouvelles et enjeux » à l’université de Bordeaux Segalen –– Formation de l’équipe de recruteurs de donateurs dans les locaux de la délégation –– Symposium « Précarité et prévention : enjeux actuels et responsabilités locales » à l’Isped –– Colloque « THS et précarité » au centre de congrès à Biarritz –– Visite de deux membres du comité des donateurs –– Tournage pour Les Maternelles de France 5 sur le suivi de grossesse des femmes en situation précaire –– Participation à la conférence girondine de la précarité et de la pauvreté Plaidoyer –– Enseignement de 3e cycle de médecine générale sur les thèmes de médecine humanitaire et santé précarité –– Sensibilisation des acteurs médico-sociaux aux valeurs de Médecins du Monde : terrain de stage des étudiants infirmiers, étudiants en médecine dans le cadre du module optionnel « santé, précarité », internes en médecine générale, sages-femmes, étudiants IUT, universités –– Animation de la vie associative –– Élection d’un nouveau collège régional –– Organisation de séances de formation destinées aux bénévoles : « analyse des pratiques », « premiers secours », « formations sociales » –– Échanges de pratiques médicales –– Poursuite des comités de réflexion accueil et soins

Délégation acquitaine

» 2  2, rue Charlevoix-de-Villers 33300 Bordeaux

Pau

» Programmes Caso à Ajaccio

» bilan 2013 Vie des missions –– Participation à la rédaction et au suivi du projet régional de santé et du Praps à l’ARS –– Participation à la prise en charge de la santé des migrants avec l’ARS et un collectif antiracisme –– Participation à la rédaction du plan d’aménagement et de développement durable de la Corse et de la charte contre la précarité –– Participation à la création d’un abri pérenne pour SDF (membre du comité de surveillance de cet abri) –– Cosignataire de la lettre ouverte aux candidats aux municipales d’Ajaccio sur la question de la précarité dans la commune –– Participation à la vie interassociative de la ville –– Déménagement de la délégation et réaménagement du Caso –– Réorganisation de l’accueil au Caso avec l’arrivée de nouveaux bénévoles –– Mise en place d’une permanence psychiatrique : présence d’un infirmier de l’équipe mobile psychiatrie-précarité

Actions de communication et de sensibilisation –– Participation à l’organisation d’un concert avec I Muvrini, à Ajaccio, dont une partie des bénéfices ont été reversés à MdM –– Tenue d’un stand d’information sur MdM le soir du concert –– Intervention dans une émission de la radio RCF sur le thème de la pauvreté en Corse Animation de la vie associative –– Élection d’un nouveau collège régional –– Réunion mensuelle du bureau –– Soirée conviviale pour les bénévoles

» les perspectives –– Travail sur le dossier Caso : archivage, confidentialité –– Mise en place de soins infirmiers au Caso

Délégation corse

»T  él. : 05 56 79 13 82

»a  quitaine@medecinsdumonde.net

» Bd Danielle-Casanova 20000 Ajaccio

»T  él. : 04 95 51 28 93

»c  orse@medecinsdumonde.net


» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

Île-deFrance

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Colombes

Saint-Denis

Paris

équipe

»4  00 bénévoles »2  3 salariés »3  44 adhérents Budget

1/2

» Programmes –– Mission Lotus Bus à Paris –– Mission SDF à Paris –– Mission XBT à Paris –– Mission Erli à Colombes –– Mission bidonvilles à Saint-Denis –– Mission santé-logement dans le Val-de-Marne –– Mission parrainage en Île-de-France –– Mission squat en Île-de-France –– Caso à Paris et à Saint-Denis –– DU « santé, précarité, solidarité » avec l’université Descartes

» bilan 2013 Vie des missions –– Réflexion et mise en œuvre d’une nouvelle organisation au Caso de Paris –– Renforcement des actions de médiation sur les bidonvilles –– Plaidoyer en partenariat avec le DAL (droit au logement) et la Fondation Abbé Pierre pour le respect et le rétablissement de la trêve hivernale Actions de communication et de sensibilisation –– Conférence de presse du 16 octobre lors de la sortie du rapport de l’observatoire de l’accès aux soins –– Participation à la journée des solidarités organisée par la mairie du 11e –– Coordination d’un module du DU « parcours de soins » organisé par l’université Descartes –– Interventions dans les centres de formation (Ifsi, lycées, Crips) et autres lieux de débats (café social) –– Participation au congrès de la SFSP (communication écrite présentée

» 2 081 302  €

avec le réseau Solipam), à des tables rondes, conférences (commission migrants du Corevih-IDF-Est, hôpital Bichat, hôpital Antoine-. Béclère) –– Réalisation d’une enquête sur les Pass pédiatriques des hôpitaux de l’AP-HP –– Réalisation d’une enquête quantitative et qualitative sur l’accès à la contraception et à l’IVG des patientes rencontrées dans les Caso –– Réflexion autour d’un projet d’accompagnement des personnes demandeuses d’un droit au séjour pour soins –– Écriture d’un projet de Pass de ville soumis à l’atelier santé-ville de Saint-Denis et à l’ARS Animation de la vie associative –– Élection d’un nouveau collège régional –– Organisation d’un cycle de formations bimestrielles, thématiques, techniques, destiné aux acteurs franciliens (intégration des nouveaux ; le cadre réglementaire de l’accès aux droits et aux soins ; le recueil de données – l’observatoire, le plaidoyer – ; l’inscription de nos programmes dans la charte d’Ottawa) –– Organisation d’un cycle de présentations-informations bimestrielles des missions par les missions pour les acteurs et adhérents franciliens –– Publication du premier numéro du Fil en décembre (newsletter francilienne) –– Organisation de focus groupes et d’entretiens individuels pour évaluer l’impact des déterminants socioculturels sur les pratiques des Caso et réfléchir à d’éventuelles actions à mener pour l’amélioration de nos pratiques par leur prise en compte –– Création d’un groupe de travail pour la prise en charge des mineurs étrangers isolés et surtout la reconnaissance de leur minorité

» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

Île-deFrance

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Colombes

Paris

2/2

–– Poursuivre les plaidoyers engagés : pour la reconnaissance des droits des mineurs, contre la pratique des âges osseux comme tests de reconnaissance de la minorité ; pour le respect des textes réglementaires et l’homogénéisation des pratiques des CPAM en termes d’accès à une couverture maladie ; pour le respect des textes réglementaires et des bonnes pratiques des Pass ; contre les expulsions et pour le respect de la trêve hivernale pour les personnes vivant en squat et bidonvilles –– Publication et diffusion de l’enquête sur les Pass pédiatriques –– Poursuivre la réflexion sur l’(es) action(s) à mettre en place pour l’accompagnement des personnes en demande de régularisation pour soins –– Publier l’enquête sur l’accès à la contraception et à l’IVG –– Suivre le projet expérimental de Pass de ville mis en place par l’ARS –– Participer à la campagne des élections municipales à venir –– Consolider la publication bimestrielle du Fil –– Poursuivre le travail sur les déterminants socioculturels (DSC) –– Organiser une séance annuelle d’information-sensibilisation à nos actions ouverte au public en vue de recruter de nouveaux bénévoles

Délégation île-de-france

»T  él. : 01 48 06 63 95

équipe

»4  00 bénévoles »2  3 salariés »3  44 adhérents Budget

» les perspectives

» 6  2 bis, avenue Parmentier 75011 Paris

Saint-Denis

» ile-de-france@medecinsdumonde.net

» 2 081 302  €


» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

MÉDECINS DU MONDE

LanguedocRoussillon » Programmes –– Caso à Montpellier (consultations médico-sociales, dentaires, action bidonvilles, action SDF) –– Mission auprès des personnes se prostituant à Montpellier –– Mission réduction des risques en milieu festif à Montpellier –– Mission adoption internationale à Montpellier –– Diplôme universitaire « santé précarité »

» bilan 2013 Vie des missions –– Réorganisation de l’action bidonvilles –– Redéfinition du projet de réduction des risques avec transfert de compétences aux associations partenaires et ciblage sur la population en squat, accueil et information des familles au sein du CHR de Perpignan –– Formation à la gestion de la violence pour les bénévoles –– Analyse des pratiques (une fois par mois) pour les bénévoles et salariés –– Étude du déploiement de MdM en milieu rural –– Mise en place de Trod (HIV, Hépatites B et C) pour les personnes se prostituant –– Travail de thèse sur les connaissances en moyen de contraception des jeunes africaines se prostituant –– Réorientation des activités de l’action SDF vers les populations les plus exclues (périphérie, squat) en lien avec la mission de réduction des risques –– Continuité des adoptions d’enfants à particularité médicale infantile Actions de communication et de sensibilisation –– Participation à un festival de théâtre sur la prostitution et l’exclusion

RAPPORT MORAL 2013

équipe

Montpellier

»T  él. : 04 99 23 27 17

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Lorraine

LUX.

ALLEMAGNE

Metz

équipe

»7  5 bénévoles »2  salariés »6  2 adhérents

Nancy

Budget

» 259  954  €

Budget

»1  53 180  €

ESPAGNE

–– Participation à un débat sur la prostitution après la projection du film Elles, à Ganges –– Participation à la journée du 17 octobre en lien avec d’autres associations et réalisation d’un film sur « la santé à deux vitesses » –– Préparation et organisation des journées des missions de MdM à Sète –– Coordination du DU « pratique de santé publique » –– Accueil et formation des internes de médecine générale, notamment au Caso (Saspas, formation 3e cycle, et enseignement 3e cycle médecine générale) –– Sensibilisation des acteurs médico-sociaux aux valeurs de MdM (écoles, collèges, Ifsi, universités, étudiants en médecine). Animation de la vie associative –– Élection d’un nouveau collège régional –– Organisation de cycles de formation, analyse des pratiques, gestion de la violence, formation réduction des risques, formation CMU/AME –– Participation aux forums des associations : Montpellier, Perpignan, Carcassonne –– Accueil du groupe géopolitique Amérique latine –– Mise en place du parcours d’intégration des nouveaux bénévoles –– Renforcement des compétences des acteurs de MdM (cadres associatifs, salariés, bénévoles)

» les perspectives –– Suivi et évaluation du projet régional –– Déploiement d’actions de MdM sur d’autres villes (Perpignan) –– Recrutement d’un nouveau coordinateur régional –– Poursuite du renforcement des compétences des acteurs

Délégation languedoc-roussillon

» 1  8, rue Henri-Dunant 34090 Montpellier

»1  05 bénévoles »2  salariés »1  03 adhérents

» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

» Programmes –– Caso à Nancy –– Actions hors centre à Nancy (consultations dentaires ; permanence médicale le dimanche cours Léopold ; action auprès de la population rom de Maxéville ; permanence médicale à l’Abri 32 ; permanence médicale à l’Armée du Salut pendant la période hivernale) –– Mission hors centre à Metz (permanences médicales à la boutique solidarité de la Fondation Abbé Pierre et en CHRS : maison de Trêves et Pont des grilles ; action prévention et promotion de la santé – Trod VIH et VHC ; maraude en période hivernale avec la Fondation Abbé Pierre ; action ponctuelle sur un camp de demandeurs d’asile) –– Mission adoption internationale à Nancy et Metz –– Diplôme interuniversitaire « santé, précarité, solidarité », StrasbourgNancy

–– Participation à plusieurs instances : conférence régionale de la santé et de l’autonomie, conférence de territoire Animation de la vie associative –– Élection d’un nouveau collège régional –– Organisation de rencontres conviviales sur fond de réflexion à des thèmes divers

» les perspectives –– Évaluation des actions et réactualisation du projet régional –– Sensibilisation à la coresponsabilité de mission –– Sensibilisation et redynamisation de tous les acteurs à la politique MdM –– Travail sur le parcours du bénévole : recrutement, accueil, formation… –– Coopération avec la délégation Alsace

» bilan 2013 Vie des missions –– Autoévaluation de la mission hors centre à Metz –– Mission exploratoire sur le territoire de Longwy - Mont-Saint-Martin Actions de communication et de sensibilisation –– Participation à la semaine médicale de Lorraine –– Participation aux journées de sensibilisation nationales à Metz et Nancy –– Actions de communication autour des 25 ans de MdM à Nancy (soirée, clips) –– Tenue d’un stand papier cadeaux à Noël au centre commercial SaintSébastien

Délégation lorraine

» languedoc-roussillon@medecinsdumonde.net

» 5  , rue de l’Armée-Patton 54000 Nancy

»T  él. : 03 83 27 87 84

» lorraine@medecinsdumonde.net


» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

MidiPyrénées

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

équipe

»1  50 bénévoles »3  salariés »9  2 adhérents

Toulouse

1/2

» Programmes –– Caso à Toulouse –– Mission de rue/SDF à Toulouse –– Mission réduction des risques à Toulouse –– Mission auprès des migrants européens en précarité sur l’agglomération toulousaine –– Action d’accueil dans les centres d’hébergement à Toulouse –– Action de prévention VIH, IST et hépatites à Toulouse –– Mission adoption internationale à Toulouse

» bilan 2013 Actions interassociatives –– Participation au collectif Solidarité Roms –– Mobilisation autour de la thématique santé-hébergement au sein du collectif interassociations : participation aux actions collectives, conférences de presse –– Participation à des réseaux institutionnels : Conférence régionale de santé et d’autonomie (commission droits des usagers et commission prises en charge et accompagnements médico-sociaux), réunions avec la mairie de Toulouse, réseau santé-précarité, réseau accès aux droits et aux soins CPAM 31, projet hôpital de santé publique du CHU de Toulouse. Actions de communication et de sensibilisation –– Manifestations organisées au profit de MdM avec les cross « Une foulée pour la vie » et « Solidarité en pays de Save » –– Participation à la journée « Toulouse en santé » organisée par la mairie de Toulouse

Budget

»2  85 502  € ESPAGNE

–– Organisation des expositions « En sursis, voyage au cœur d’une communauté rom » au cinéma ABC et dans le cadre du festival d’images ManifestO ; « Naître dans un bidonville à Jaipur » à la médiathèque de Seysses et « Femmes après coup » au restaurant Folles saisons –– Participation au festival international du film des droits de l’homme (FIFDH) ; intervention lors de la projection du film : Une population négligée, projection du film Naître dans un bidonville à Jaipur à la salle des fêtes de Seysses –– Organisation d’un vide-greniers –– Organisation d’une journée interculturelle avec la participation de 12 familles roms –– Animation d’un débat (au Phare, à Tournefeuille) sur « la réglementation des drogues et ses conséquences » –– Journées portes ouvertes à la délégation à l’occasion de la journée mondiale du refus de la misère –– Interventions sur la thématique de la santé humanitaire : prépa Ifsi du lycée Aragon (Muret), puéricultrices de l’Ifrass, DU « éthique de la santé pédiatrique » ; Ifsi de Rangueil, réception des étudiants d’Ifsi (Pamiers et Rodez) à la délégation –– Travail sur le thème de la solidarité avec un Clae (centre de loisirs associé à l’école) élémentaire –– Présentation de MdM et de ses actions dans la région Midi-Pyrénées auprès de l’équipe de recruteurs de donateurs –– Présentation de l’action adoption de MdM auprès des conseils généraux 31, 32, 81 et 82 sur une journée ; organisation d’une journée de formation auprès de candidats adoptants

» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

MÉDECINS DU MONDE

MidiPyrénées

RAPPORT MORAL 2013

équipe

»1  50 bénévoles »3  salariés »9  2 adhérents

Toulouse

»2  85 502  €

2/2

Animation de la vie associative –– Élection d’un nouveau collège régional –– Visite sur 2 demi-journées des structures partenaires du Caso –– Réunions d’information et de formation pour les bénévoles sur les thématiques : réduction des risques, les psychoses (avec la participation d’un CMP), aller vers l’autre (avec la participation de l’Équipe mobile sociale) et le témoignage (bénévoles du Caso) –– Parution de trois numéros du journal interne Lettre et débats Mission internationale –– Évaluation, plaidoyer, capitalisation de la fin du programme en Inde sur la santé materno-infantile dans 11 bidonvilles de Jaipur et poursuite du partenariat avec JKSMS sous forme de soutien technique et moral

ESPAGNE

» les perspectives –– Renforcement de nos actions et de notre partenariat auprès des populations migrantes européennes pauvres –– Plaidoyer et sensibilisation auprès de la population de la région avec l’organisation d’expositions (« En sursis, voyage au cœur d’une communauté rom » ; « Naître dans un bidonville à Jaipur ») –– Construction d’un partenariat régional pour la mise en place à l’international d’un projet d’amélioration de la santé –– Travail en partenariat autour de l’hébergement, avec actions de plaidoyer, de lobbying auprès des institutions et des politiques –– Développement des compétences en santé et précarité des acteurs régionaux de santé

Terrain de stage –– Terrain de stage de master 2 « géopolitique et relations internationales», « action et droit humanitaire » d’Aix-en-Provence ; d’étudiants de 2e et 3e année de l’école d’assistants de service social de la Croix-Rouge Toulouse ; de sensibilisation/reconversion professionnelle (logistique) –– Accueil des élèves de l’ESC Toulouse dans le cadre de « 50 heures civiles pour la collectivité » (projet pédagogique intégré au cursus des étudiants de 1re année)

Délégation midi-pyrénées

» 5  , bd Bonrepos 31000 Toulouse

»T  él. : 05 61 63 78 78

Budget

» midi-pyrenees@medecinsdumonde.net


» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

MÉDECINS DU MONDE

NordPas-de-Calais » Programmes –– Mission migrants littoral Nord-Pas-de-Calais à Calais, Dunkerque et Tatinghem –– Caso à Valenciennes, associé à des interventions auprès des populations roms dans le bassin minier –– Diplôme universitaire « santé, précarité » à l’université de Lille 2

» bilan 2013 Vie des missions –– Médiatisation régulière de la mission migrants littoral –– Réorientation du projet migrants littoral en vue de privilégier les orientations vers la Pass, mise en route d’une équipe de médiation sanitaire à Calais –– Plaidoyer sur le dispositif Pass auprès du centre hospitalier de Dunkerque (participation au comité de pilotage, amélioration du fonctionnement, sensibilisation des soignants) –– Travail de réflexion sur les conditions de vie des migrants avec les partenaires associatifs et institutionnels –– Soutien de l’équipe de bénévoles de Valenciennes et réflexion sur le projet de la mission Actions de communication et de sensibilisation –– À l’occasion de l’ouverture de la nouvelle délégation régionale, organisation d’un événement public à Lille, avec diffusion de trois courtsmétrages sur les thématiques de la migration et de la précarité et communication auprès de la presse, des réseaux associatifs et institutionnels

RAPPORT MORAL 2013

Dunkerque BELGIQUE

Calais

»1  00 bénévoles »3  salariés »4  8 adhérents

MÉDECINS DU MONDE

Normandie

Valenciennes

Mise en place d’une délégation régionale –– Élection d’un nouveau collège régional et réouverture d’une délégation régionale –– Recrutement d’une coordinatrice régionale –– Formation des nouveaux membres du collège régional –– Dynamisation de la vie associative, rencontres avec les bénévoles –– Intégration de la délégation régionale au réseau associatif et institutionnel de la métropole lilloise

» perspectives –– Élaboration d’un projet régional avec préalablement définition de priorités régionales pour identifier de nouvelles pistes d’actions innovantes –– Participation au projet Nape (Nouvelles approches sur la pauvreté et l’exclusion dans le Nord-Pas-de-Calais) –– Participation à la conception du projet de Maison des migrants avec l’ensemble des acteurs concernés –– Recrutement et formations de bénévoles –– Réflexion et réorientation de la mission de Valenciennes –– Rencontre avec MdM Belgique et MdM Royaume-Uni dans le cadre de la mission migrants littoral –– Sensibilisation des soignants sur la précarité (DU « santé, précarité », participation à la réflexion sur la formation des internes, formation médicale continue des médecins)

» nord-pas-de-calais@medecinsdumonde.net

équipe

Le Havre Rouen

»8  4 bénévoles à Rouen 19 au Havre »2  salariés »6  0 adhérents Budget

»2  10 980  €

»1  22 989  €

» Programmes –– Caso à Rouen –– Mission mobile auprès des personnes se prostituant à Rouen –– Mission mobile auprès des gens du voyage –– Mission mobile auprès des personnes sans domicile fixe à Rouen –– Missions au Havre : soutien psychologique auprès des demandeurs d’asile, prise en charge des traumatismes liés à l’excision, en partenariat avec le groupe pour l’abolition des mutilations sexuelles (Gams), certificats de compatibilité à destination des demandeurs d’asile –– Lunetterie en partenariat avec le Medico Lion’s Club –– Mission adoption internationale au Havre

» bilan 2013

–– Interventions pédagogiques dans les établissements scolaires, les instituts universitaires, les instituts de formation en soins infirmiers (Le Havre, Fécamp, Lisieux), les centres médico-sociaux, les centres de formation Cemea (centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active) au Havre –– Stand lors du Welcome Day organisé par 15 bureaux d’étudiants (BDE) et la Fed’LH (la fédération des étudiants havrais) avec le soutien financier et logistique de la Ville du Havre –– Participation au conseil d’administration du réseau VIH de l’agglomération havraise (Revah) –– Réunions avec les partenaires : équipe mobile précarité-santé mentale, espace solidarité-insertion au Havre

Vie des missions –– Formation d’une équipe habilitée à la pratique de tests rapides d’orientation diagnostique VIH et introduction des Trod au Caso de Rouen –– Aménagement d’un nouveau local pour le Caso permettant l’accès aux personnes à mobilité réduite

Animation de la vie associative –– Élection d’un nouveau collège régional –– Création d’un site web dédié de MdM Normandie –– Diffusion d’une lettre d’information bimestrielle –– Journée annuelle des bénévoles au Havre

Actions de communication et de sensibilisation –– Journée portes ouvertes à l’occasion de la Journée internationale du refus de la misère et recrutement de nouveaux bénévoles à Rouen –– Participation à Macadam & Co, festival pour et autour des gens de la rue : présence sur l’espace thématique « prévention et dépistage » avec proposition de Trod à Rouen –– Participation au forum des associations à Rouen –– Campagne de sensibilisation à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida à Rouen

» perspectives –– Déploiement d’actions de MdM en Basse-Normandie –– Création d’une mission internationale régionale –– Développer le volet social (accueil, orientation, accompagnement) –– Création d’un lieu d’accueil de jour pour les personnes se prostituant à Rouen –– Poursuite de la réflexion sur la mission exploratoire auprès des personnes se prostituant au Havre

Délégation normandie

»T  él. : 09 72 38 88 14

RAPPORT MORAL 2013

Budget

–– Sensibilisation des bénévoles sur le rôle de la délégation, le fonctionnement de MdM et ses valeurs –– Interventions dans les Ifsi

Délégation nord-pas-de-calais

» 2  5, rue Henri-Kolb 59000 Lille

équipe

» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

» 5  , rue d’Elbeuf 76100 Rouen

»T  él. : 02 35 72 56 66

» normandie@medecinsdumonde.net


» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Océan Indien

Mamoudzou MAYOTTE

Saint-Denis Antananarivo MADAGASCAR

»1  00 bénévoles »3  salariés »4  8 adhérents Budget

»2  10 980  €

» Programmes –– Consultations médicales à Saint-Denis et à Saint-Pierre –– Mission parrainage à Saint-Denis, en collaboration avec la délégation Île-de-France –– Mission archipel des Comores (centre de soins pédiatriques à Mayotte) –– Missions chirurgie pédiatrique à Madagascar

» bilan 2013 Vie des missions –– Redéfinition des publics à accueillir à Saint-Denis et Saint-Pierre –– Participation à la journée « Noël pour nos SDF » –– Ouverture d’une antenne de la mission parrainage des enfants hospitalisés à Saint-Denis (recrutement de bénévoles, psychologue, rencontre des partenaires à Mayotte, organisation d’une rencontre mensuelle entre la psychologue coordinatrice et les bénévoles marraines) –– Organisation de 4 missions de chirurgie spécialisée à Madagascar –– Visite professionnelle d’un logisticien du siège dans le cadre de la construction du bloc opératoire de l’hôpital Cenhosoa à Madagascar –– Transfert de compétences : accueil de stagiaires professionnels malgaches en observation au CHU de La Réunion –– Participation à la réunion annuelle de la mission opération sourire Actions de communication et de sensibilisation –– Conférence de presse sur les missions de Médecins du Monde dans la zone océan Indien (avec la présence du président de MdM) –– Participation à la semaine d’information sur la santé mentale

–– Participation à la « karavane de santé ville et santé mentale » en collaboration avec l’établissement public de santé mentale de La Réunion (EPSMR) –– Participation au concert solidarité « sport solidaire » Vie associative –– Élection d’un nouveau collège régional –– Formation des marraines bénévoles –– Nouveaux responsables de mission à Saint-Denis et Saint-Pierre –– Rencontre du collège régional avec les équipes de la mission France : redéfinition de la mission

» perspectives –– Renforcement du collège régional (assemblée régionale intermédiaire) –– Saisie des heures de bénévolat sur logiciel « Sphinx » et formation par le siège –– Organisation de l’exposition « Femmes après coups » –– Réalisation d’un reportage photographique de la mission à Mayotte –– Mise en place de pharmacie humanitaire internationale (PHI) –– Organisation de la communication interne –– Réflexion sur la poursuite des missions de chirurgie spécialisée à Madagascar –– Mission exploratoire sur les sans-papiers à La Réunion

Délégation océan Indien

» 2  50 bis, rue Général-Rolland SHLMR Bouvet – Bât K / 97400 Saint-Denis

LA RÉUNION

équipe

» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Paca Provence-Alpes-

ITALIE

Aix-en-Provence Nice

Côte d’Azur

Marseille

» Programmes –– Caso à Aix-en-Provence, Marseille et Nice –– Missions sans-abri à Marseille et Nice –– Mission Berre-Ghardimaou –– Mission bidonvilles Marseille –– Mission réduction des risques Méditerranée –– Missions adoption internationale à Marseille et Nice –– Mission internationale régionale au Burkina Faso – Diébougou (accès aux soins de santé buccodentaire et nutritionnelle) –– Mission internationale régionale en Roumanie – Satu Mare (soutien à l’association Copii intervenant dans le domaine de l’enfance) –– Mission internationale régionale en Turquie (projet migrants à Istanbul) –– Mission internationale régionale en Tunisie (améliorer l’accès aux soins des populations rurales du gouvernorat de Kasserine) –– Mission internationale régionale au Sri Lanka (mission de diagnostic)

» océan-indien@medecinsdumonde.net

Vie des missions –– Revue des missions sans-abri de Marseille et Nice –– Inauguration des nouveaux locaux du Caso de Nice avec l’organisation d’une conférence sur « Les enjeux contemporains des ONG humanitaires, le cas particulier de Médecins du Monde » –– Conférence à Marseille sur « L’éthique et l’action humanitaire » –– Organisation d’un colloque « Santé et migration » à Istanbul (23 et 24 novembre) : « Quelles stratégies pour Médecins du Monde ? »

»T  él. : 04 95 04 59 60

»1   202 381  €

Animation de la vie associative –– Élection d’un nouveau collège régional –– Organisation d’une journée de travail associative à Nice

» bilan 2013

» 4  , Avenue Rostand 13003 Marseille

Budget

Actions de communication et de sensibilisation –– Organisation de l’exposition « Femmes après coup » à l’hôtel de Gallifet, à Aix-en-Provence –– Participation au festival des « Rencontres inattendues », organisé dans le cadre de la Journée internationale du refus de la misère –– Participation à la journée provençale de la santé humanitaire –– Parution du n° 1 de La Bazarette, journal interne trimestriel de la délégation Paca –– Organisation de la soirée annuelle des donateurs de Médecins du Monde

Délégation PACA

»T  él. : 02 62 21 71 66

équipe

»2  50 bénévoles » 14 salariés (13 ETP) » 168 adhérents

» paca@medecinsdumonde.net


» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

Pays de la Loire » Programmes –– Caso à Angers et Nantes –– Programme auprès des personnes proposant des services sexuels tarifés à Nantes –– Mission exploratoire en milieu carcéral à Nantes –– Programme de médiation sanitaire auprès des Roms migrants à Nantes –– Consultation médico-sociale dans un centre d’hébergement à Nantes –– Mission adoption internationale

» bilan 2013 Vie des missions –– Avancées importantes dans le processus de transfert de la consultation de suivi post-traumatique vers le CHU de Nantes –– Fin de la mission exploratoire dans les bars à hôtesses –– Mise en place d’un recueil de données qualitatif sur le programme auprès des personnes se prostituant (mesure de l’impact du programme) –– Fusion des programmes Roms et médiation sanitaire en un seul programme –– Participation au nouveau programme national de médiation sanitaire (2013-2016), coordonné par l’Asav et la Direction générale de la santé –– Organisation d’un pique-nique par l’équipe adoption, dont l’objectif est de créer du lien entre les familles qui ont adopté et les futures familles Actions de communication et de sensibilisation • 1/ Lutte contre les politiques qui rendent malades et pour un accès aux soins pour les plus vulnérables –– Contribution active au collectif nantais Romeurope, rencontres avec le préfet et le défenseur des droits et le préfet Régnier –– Participation au collectif migrants à Angers : interpellation du préfet sur l’accueil des migrants et des mineurs isolés étrangers en Maineet-Loire

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

équipe

Angers

Nantes

1/2

»1  00 bénévoles »6  salariés »8  8 adhérents Budget

»4  12 948  €

–– Mobilisation autour des 10 ans de la loi de sécurité intérieure pour dénoncer l’impact du délit de racolage sur la santé des personnes se prostituant et le projet de pénalisation des clients annoncé dans la proposition de loi contre le système prostitutionnel : manifestation à Paris, happening à Nantes, création d’un DVD pour donner la parole aux personnes directement concernées. –– Participation au comité d’organisation du colloque « Santé mentale et précarité sociale » et animation d’un atelier « Réseau et clinique transculturelle » –– Organisation d’une conférence de presse sur « Quelle alternance politique pour les plus précaires ? » à l’occasion de la journée nationale de témoignage de MdM –– Rencontre des candidats aux élections municipales de mars 2014, élaboration d’un document de plaidoyer local –– Participation à la journée d’information et de dépistage des hépatites • 2/ Diffusion de notre éthique d’intervention et plaidoyer pour la reconnaissance de la médiation sanitaire –– Intervention auprès d’élèves infirmiers, d’étudiants en travail social en formation initiale ou continue, en médecine. Partenariat autour de deux modules de formation continue de quatre jours chacun sur les Roms migrants et sur les gens du voyage –– Intervention lors d’une soirée-débat sur le thème « accompagnement des populations roms » à Poitiers –– Organisation d’un colloque régional sur la médiation sanitaire et sociale « Pratiques nouvelles et enjeux » –– Présentation de la médiation sanitaire au congrès national de la société française de santé publique, à la rencontre régionale des acteurs de la solidarité et aux rencontres précarité de l’ARS

» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

MÉDECINS DU MONDE

Pays de la Loire • 3/ Humanitaire, recrutement –– Participation à l’étape du tour de France humanitaire et solidaire –– Tenue d’un stand au forum du bénévolat afin de développer le recrutement de nouveaux bénévoles, renforcer la visibilité et la notoriété de MdM Animation de la vie associative –– Élection d’un nouveau collège régional –– Élaboration d’un plan de formation à destination de l’ensemble des bénévoles. Nouveaux modules ouverts en 2013 : réseaux de soins, parcours du migrant, premiers secours, intranet –– 2 réunions générales : psycho-traumatisme, prostitution –– Communication interne avec la refonte du Fil info, lettre régionale mensuelle –– Mise en place d’entretien annuel pour les bénévoles impliqués sur le programme prostitution : bilan, formation, perspectives et plaidoyer –– Suivi des modules de formation dispensés par le programme prostitution (une fois par mois)

RAPPORT MORAL 2013

équipe

Angers

Nantes

2/2

»T  él. : 02 40 47 36 99

Budget

»4  12 948  €

» perspectives –– Développer ou renforcer l’approche communautaire dans nos programmes –– Recrutement d’une intervenante pair sur le programme auprès des personnes se prostituant –– Travail amorcé sur la dynamique de transfert du programme auprès de personnes se prostituant –– Transfert effectif de la consultation de psychotrauma au CHU et poursuite de cette dynamique de transfert dans les autres programmes. –– Améliorer la qualité des pratiques (formation, outils, locaux) –– Veille sur de nouvelles problématiques –– Plaidoyer municipales 2014

Délégation Pays de la loire

» 3  3, rue Fouré 44000 Nantes

»1  00 bénévoles »6  salariés »8  8 adhérents

» pays-de-la-loire@medecinsdumonde.net


» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

PoitouCharentes » Programmes –– Action maraudes hivernales et estivales à Angoulême –– Mission auprès des gens du voyage à Angoulême –– Missions hors centre (consultations médicales mobiles) à Angoulême –– Point écoute santé à Angoulême –– Missions de rue à Angoulême et Poitiers –– Missions auprès des personnes se prostituant à Poitiers –– Missions mères enfants migrants à Poitiers –– Mission auprès des familles migrantes à Poitiers

» bilan 2013 Vie des missions –– Réunions préparatoires du plaidoyer Pass à Angoulême –– Participation aux réunions de la Causs (Coordination des acteurs de l’urgence sanitaire et sociale) à Angoulême –– Participation aux réunions du Siao (115) à Angoulême –– Création de groupes de travail à Angoulême –– Participation au contrat local de santé (ville de Soyaux) à Angoulême –– Participation au comité de vigilance des étrangers malades à A ­ ngoulême –– Animation du comité de vigilance des étrangers malades à Poitiers –– Participation aux réunions de Romeurope 86 à Poitiers –– Réunions avec le Toit du monde (partenaire) à Poitiers

équipe

Poitiers Angoulème

MÉDECINS DU MONDE

Rhône-Alpes Bourgogne Auvergne

RAPPORT MORAL 2013

équipe

SUISSE

Lyon

»2  50 bénévoles »1  0 salariés »2  13 adhérents Budget

Combrailles Grenoble

ITALIE

»8  49 990  €

1/2

–– Participation à la collecte de fonds destinés aux Philippines, organisée par l’association de Saujon (Angoulême) –– Participation à la collecte annuelle de la Banque alimentaire à Angoulême –– Participation et animation (rue et conférence) à la Journée internationale du refus de la misère à Angoulême et Poitiers –– Participation à la fête du Toit du monde (partenaire) à Poitiers Animation de la vie associative –– Élection d’un nouveau collège régional –– Organisation d’un stage d’intégration à Angoulême et de formation des bénévoles

» perspectives –– Actualisation du projet régional et préparation de la commission paritaire régionale –– Poursuite des stages d’intégration de nouveaux bénévoles –– Réorganisation et nouvelles orientations des missions à Angoulême et Poitiers –– Mise en place d’une convention avec le CDAG pour le dépistage à Angoulême –– Déménagement de la délégation et mission d’Angoulême

Délégation Poitou-charentes

»T  él. : 05 45 65 07 47

Budget

»1   202 381  €

Actions de communication et de sensibilisation –– Participation au forum santé à Angoulême –– Participation et tenue d’un stand au festival de musiques métisses à Angoulême

» 2  2, allée du Champ-Brun 16000 Angoulême

»2  50 bénévoles »1  4 salariés (13 ETP) »1  68 adhérents

» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

» poitou-charentes@medecinsdumonde.net

» Programmes –– Caso à Lyon et Grenoble –– Missions hors centre à Lyon et Grenoble –– Mission squats et bidonvilles à Lyon –– Mission en milieu rural dans les Combrailles –– Mission internationale régionale en Guinée –– Mission internationale régionale en Palestine –– Missions adoption internationale à Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon et Saint-Étienne –– Diplôme universitaire « santé, solidarité, précarité » en partenariat avec la faculté de médecine et la Ville de Grenoble

» bilan 2013 Élection d’un nouveau collège régional Coordination interassociative, partenariats, plaidoyer –– Lyon : participation à la création d’Aura (Associations unies de RhôneAlpes) sur les questions du mal-logement. Participation à diverses instances de réflexion : rencontres avec les divers acteurs publics (ARS, préfecture, Pass, ASV…) et associatifs (dispensaires, CPCT, Cabiria…) dans le champ de la santé. Publication d’un document de plaidoyer « santé hébergement » diffusé en même temps que le rapport d’activité –– Grenoble : participation à plusieurs conférences de presse et actions collectives organisées par le collectif Alerte Isère (sur l’hébergement). Participation à l’observation des pratiques préfectorales envers les demandeurs d’asile à Grenoble (Cimade) –– Plaidoyer auprès des Pass à Grenoble et Lyon –– Auvergne : rencontres avec les acteurs de la santé sur le territoire, mise en place d’un réseau

Vie des missions –– Caso Lyon : augmentation de la file active dans le Caso ; mise en place d’un accueil renforcé ; création d’un poste salarié de régulation-cohésion-réorientation. Semaine de fermeture en octobre afin de mener une réflexion sur le fonctionnement du centre. Réflexion régionale autour de la prise en charge psychologique et psychiatrique –– Mission bus Lyon : poursuite du changement du public « personnes isolés avec des problématiques d’addictions et de santé mentale », remplacé par celui des « familles de demandeurs d’asile issus des Balkans ») : mise en place de maraudes systématiques, action de communication-sensibilisation en juin 2013 sur la question des demandeurs d’asile en situation de rue. Mise en place d’une troisième permanence sur un nouveau lieu pour toucher de nouveau le public isolé –– Mission squat et bidonvilles Lyon : plusieurs incendies, dont un mortel, et beaucoup d’expulsions en dehors de la période hivernale. Mise en place d’une médiation sanitaire –– Adoption : complexification de la procédure pour bien préparer les parents en amont et soutenir les familles quand l’enfant est arrivé ; diminution des demandes et du nombre d’enfants adoptés chaque année. –– Grenoble : changement de local en cours de réalisation, finalisation du processus d’autoévaluation de la mission maraude –– Guinée : accès aux soins des prisonniers assuré par le partenaire opérationnel (Kindianaise d’assistance aux détenus), l’instabilité politique a stoppé certaines activités génératrices de revenus –– Palestine : mise en œuvre tardive due au changement de gouvernance associative dans l’association partenaire Diabetic Friend Society. Organisation d’une formation pour le personnel de santé de DFS sur la prise en charge du diabète de type 1 à Bethléem avec une diabétologue du CHU de Grenoble et 2 formateurs palestiniens. Tenue d’un camp thérapeutique d’été accueillant une trentaine d’enfants et leurs parents.


» DÉLÉGATIONS RÉGIONALES

MÉDECINS DU MONDE

Rhône-Alpes Bourgogne Auvergne

RAPPORT MORAL 2013

équipe

SUISSE

Lyon

»2  50 bénévoles »1  0 salariés »2  13 adhérents Budget

Combrailles Grenoble

ITALIE

»8  49 990  €

» RÉSEAU INTERNATIONAL

Allemagne coordonnées

Ärzte der Welt e.V. Leopoldstr. 236, 80807 München

Tél. : +49 (0) 89 45 23 081-0 www.aerztederwelt.org

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

1/2

contact :

info@aerztederwelt.org

2/2

» PROJETS NATIONAUX Expositions, interventions dans l’espace public et conférence de presse –– Intervention à l’occasion de la Semaine de la solidarité internationale à Meylan (38) sur la Syrie et avec l’exposition « Palestine through my eyes » –– Sensibilisation du grand public à la question du non-hébergement (exposition éphémère et occupation par des tentes de l’espace public) : « L’appel du 19 juin » –– Participation au congrès des notaires à Lyon avec le service legs –– Conférence de presse pour la Journée internationale du refus de la misère –– Participation aux soirées débats sur la culture rom/tsigane avec le théâtre d’Anoukis (01) Interventions scolaires –– Améliorer les pratiques des professionnels par l’intervention sur les thématique « santé-précarité » et « médecine humanitaire » dans les cursus de formation initiale et continue : faculté de médecine-pharmacie de Grenoble ; faculté de médecine Lyon-est (module médecine humanitaire) ; Instituts de formation en soins infirmiers des régions ; diplôme interuniversitaire « santé, société et migration » (module « accès aux soins » ) ; accueil de stagiaires (facultés de médecine, Ifsi, santé publique, communication, stage découverte 3e) ; collèges et autres (IEP, Icom de Lyon 2)

Valoriser la vie associative pour une meilleure mise en œuvre des actions –– Organisation de soirées thématiques (« Les actions de rue à Médecins du Monde », « Le modèle associatif de MdM ou comment continuer à agir en temps de crise », « Les humanitaires français à l’épreuve du conflit syrien », « Les Balkans ») –– Parution du Raban, journal semestriel de la délégation régionale, en partenariat avec le master 2 « humanitaire et solidarité » de Lyon 2 (Icom) –– Exposition « Caso de Lyon : des mots des visages���», photos de Cécile Creiche, à la délégation –– Des temps conviviaux réguliers permettent aux bénévoles et salariés de se rencontrer et de partager leur engagement dans l’association, au sein de leurs missions ou à l’échelle régionale. Galette des rois, vœux, fêtes des bénévoles sont organisés à Lyon et à Grenoble. –– Participation accrue de bénévoles et de cadres associatifs (RM, membres du collège) aux formations proposées par le siège (intégration à MdM, gestion des bénévoles, actions de prévention, médiation sanitaire, etc.) et aux formations régionales.

Délégation rhône-alpes, bourgogne, auvergne

» 1  3, rue Sainte Catherine 69001 Lyon

»T  él. : 04 78 29 59 14

» rhone-alpes@medecinsdumonde.net

CASO open.med à Munich : En raison d’une forte augmentation du nombre de consultations en 2013, open.med élargit son offre de soins avec notamment des horaires d’ouverture plus larges. Une majorité de patients est originaire de l’Europe du Sud-Est. MdM Allemagne constate en outre que le nombre de patient(e)s sans assurance maladie ne faiblit pas. Les bénéfices d’une directive fédérale permettant aux personnes exclues de réintégrer le système dit « conventionné » n’ont pour l’instant pas pu être confirmés dans les faits. Unité mobile MedMobil à Stuttgart : MdM Allemagne observe également à Stuttgart une augmentation de ses activités auprès de personnes en grande précarité avec près de 1 200 consultations réalisées en 2013.

» PROJETS INTERNATIONAUX Cambodge : Les activités de l’Opération Sourire se sont poursuivies avec deux missions réalisées à Ou Reang Ov et Kampong Cham. MdM renforce en parallèle les capacités du personnel médical local avec des sessions de formation en échographie. Birmanie : Le projet de MdM Allemagne en Birmanie a pour objectif de rendre la vue à des personnes complètement ou en partie aveugles (cataracte). Nos spécialistes ophtalmologues se sont rendus à deux reprises sur place, et participent en outre à l’enseignement de leur discipline à l’université de Yangon.

Togo : MdM Allemagne s’engage en collaboration avec l’École nationale des sages-femmes du Togo pour l’amélioration de l’accès aux soins obstétricaux, notamment en zone rurale. En 2013, une première promotion a pu entamer la formation initiale et les futures sages-femmes se sont chacune vu remettre un kit d’obstétrique. Papouasie-Nouvelle-Guinée : MdM Allemagne s’est donné pour objectif d’améliorer le taux de vaccination des enfants, en particulier dans les zones reculées de cet État insulaire du Pacifique. En 2013, plusieurs formations ont été organisées avec le personnel local en vue d’améliorer l’efficacité des futures campagnes de vaccination. MdM Allemagne est en outre impliqué au niveau stratégique, administratif et financier dans les projets menés par le réseau international de MdM au Burkina Faso, en Éthiopie, au Pakistan, en Palestine, en Somalie, en Syrie et en Turquie.

» COMMUNICATION ET ÉVÉNEMENTS 2013 a vu une forte résonance médiatique concernant des thématiques portées par l’ensemble du réseau MdM, notamment la crise humanitaire syrienne et le contexte socio-économique en Grèce, ainsi que le typhon Hayian aux Philippines. Face à une indifférence croissante vis-à-vis de la crise syrienne, MdM a participé à l’action « Stopp. Schau hin! » (« Stop. Regarde ! ») menée par une coalition de 35 organisations non gouvernementales. Sur toute une semaine, les ONG participantes ont choisi de focaliser leur communication sur un message commun, lequel rappelle notre refus de l’intolérable en Syrie.


» RÉSEAU INTERNATIONAL

Allemagne coordonnées

Ärzte der Welt e.V. Leopoldstr. 236, 80807 München

Tél. : +49 (0) 89 45 23 081-0 www.aerztederwelt.org

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

2/2

»6  8 adhérents » 230 bénévoles » 4 salariés sur les projets nationaux » 19 salariés au siège » 32 volontaires internationaux

Argentine

contact :

coordonnées

info@aerztederwelt.org

Médicos del Mundo Argentina Alberti 48 – Buenos Aires

Point fort de notre témoignage en 2013, l’installation « 7 Milliarden Andere » (« 7 milliards d’autres »), organisée en collaboration avec le photographe Yann Arthus-Bertrand et sa fondation GoodPlanet, a connu un succès considérable avec près de 30 000 visiteurs lors du festival culturel Tollwood à Munich. Le projet « 7 milliards d’autres » propose, à travers 6 000 témoignages venus du monde entier, une vision en mosaïque de l’humanité. MdM a, grâce à sa présence dans de nombreux pays, apporté son soutien à la réalisation du projet.

équipe

» RÉSEAU INTERNATIONAL

REMERCIEMENTS

»D  aimler AG, fondation L’Oréal, fondation Olympus Europa, fondation

Sternstunden, ministère des Affaires étrangères de la RFA, Siemens AG, Villle de Munich, Ville de Stuttgart.

Tél./fax : (00 54 11) 49540080 www.mdm.org.ar

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

1/2

contact :

medicosdelmundo@mdm.org.ar

» PROJETS NATIONAUX

» PROJETS INTERNATIONAUX

Populations urbaines en situation d’exclusion sociale : –– Programme de soins de santé primaires axé sur la santé mentale et la dépendance, et destiné aux personnes vivant dans les rues de Buenos Aires et de Rosario. –– Programme migration et santé pour une approche interculturelle de la santé à Buenos Aires et Cordoba auprès de migrants venus de Bolivie, du Pérou, du Paraguay et de République dominicaine. –– Programme pour l’enfance et la santé collective : promotion des soins de santé primaires et des droits de l’enfant et de l’adolescent dans une approche de réduction des risques liés à l’usage de drogues dans la province et la ville de Buenos Aires. –– Programme de santé environnementale : influence des facteurs socio-environnementaux sur la vie, éducation, promotion et surveillance de la santé environnementale dans la ville et la province de Buenos Aires et à Cordoba. –– Programme de droit à la santé et prévention du VIH/sida auprès de personnes privées de liberté dans les prisons du système pénitentiaire fédéral et dans la province de Buenos Aires. –– Programme d’urgence sociale et environnementale par le biais de réseaux et de systèmes communautaires de gestion des risques et un plan de prévention, préparation et réponse aux urgences socioenvironnementales, mise en place d’équipes de réponse rapide en matière de santé.

Pérou : travail centré sur les provinces de Chincha et de Pisco pour lutter contre les violences liées au genre et promouvoir la santé des femmes paysannes dans les communautés rurales agricoles qui pratiquent l’élevage et la pêche artisanale.

Soutien à la population rurale, majoritairement indigène Lutte contre l’endémie de la maladie de Chagas et les maladies tropicales comme la dengue dans les provinces du Chaco, de Formosa et de Salta.

Paraguay : programme de lutte contre les violences liées au genre et de promotion de la santé et des droits des femmes en zone d’urbanisation précaire dans le Bañado Sur à Asunción. Maintien également d’un soutien au programme de santé interculturelle et médecine traditionnelle auprès de populations rurales autochtones et paysannes dans le département du Canindeyú. Haïti : renforcement du réseau de soins de santé primaires par des équipes de santé familiale, lutte contre le choléra et autres maladies endémiques, réseaux communautaires d’agents de santé, gestion intégrée et réponse face aux urgences socio-environnementales et aux catastrophes et renforcement de systèmes locaux de santé avec la construction de trois postes de soins communautaires dans les communautés rurales des communes de Léogâne, Fonds Parisien, Mirebalais, Lascahobas et Belladère. Bolivie : action de soutien et d’échange par la formation de représentants communautaires et de mouvements sociaux aux côtés d’Alames Bolivie. République dominicaine : programme de lutte contre le choléra ainsi qu’un programme de lutte contre les violences liées au genre et de promotion de la santé des femmes des communautés rurales et frontalières des provinces Elías Piña, Independencia et Bahoruco. Travail également sur un projet de gestion intégrée des risques et de prévention, préparation et réponse aux urgences socio-environnementales au niveau communautaire dans la région d’Enriquillo.


» RÉSEAU INTERNATIONAL

Argentine coordonnées

Médicos del Mundo Argentina Alberti 48 – Buenos Aires

Tél./fax : (00 54 11) 49540080 www.mdm.org.ar

medicosdelmundo@mdm.org.ar

Coordination nationale d’une coalition d’organisations de la société civile qui font partie du Forum national sur la santé et l’environnement argentin. Coordination exécutive du Forum social mondial de la santé et de la sécurité sociale (FSMSySS) et du Conseil régional de l’Association latino-américaine de médecine sociale (Alames). Co-organisation aux côtés du Forum social de la santé, du FSMSySS et de l’Organisation panaméricaine de la santé/Organisation mondiale de la santé (OPS/OMS) du deuxième séminaire national sur le « Système de santé et de sécurité sociale dans l’agenda politique : débat sur l’universalité, l’intégralité et l’interdépendance des droits », auquel ont participé tous les partis politiques du pays, le gouvernement et des spécialistes pendant le Congrès de la nation argentine. Promotion, organisation et participation aux stratégies de sensibilisation sur la coopération Sud-Sud, les réformes des systèmes de santé et de la sécurité sociale, et sur le droit à la santé en Argentine, au Venezuela, en République dominicaine, au Costa Rica, en Uruguay, au Brésil et en Bolivie. Sélection comme représentante de la société civile latino-américaine pour la consultation de l’OPS/OMS sur la couverture santé universelle réalisée à Antigua, Guatemala.

»2  25 membres »1  58 bénévoles au siège et sur les projets nationaux »1  3 salariés travaillant sur des projets nationaux »8  salariés au siège »1  9 salariés à l’international »2  bénévoles à l’international »1  9 membres du personnel travaillant sur des projets internationaux

2/2

contact :

» COMMUNICATION ET ÉVÉNEMENTS

équipe

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

Formation sur l’action humanitaire et la santé collective à l’Institut des hautes études de santé publique avec le Dr Gabaldón du Venezuela. À l’origine du séminaire régional « Semaine de la femme » à Buenos Aires, au cours duquel des représentants de l’État et de la société civile ont débattu pendant trois jours sur les thèmes de l’avortement sans risques, des violences liées au genre et de la traite et du trafic des êtres humains. À cette occasion s’est tenue l’exposition photographique « Testimonios » (« Témoignages »), qui présente des portraits de femmes qui ont avorté de manière clandestine et dans des conditions risquées. Cette exposition sur les avortements à risques a également été montrée au Congrès de la nation par des législateurs argentins. Participation en qualité de coordinatrice à la Commission internationale sur la santé du Conseil consultatif de la société civile pendant les sommets sociaux du Mercosur (marché commun du Sud) en 2013 (qui ont eu lieu en Uruguay et en Argentine). Participation et promotion du nouveau Forum de participation citoyenne de l’Unasur (Union des nations sud-américaines) pour encourager un processus de dialogue, de consultation et de participation de la société civile sud-américaine à l’intégration régionale et à la coopération internationale.

» RÉSEAU INTERNATIONAL

MÉDECINS DU MONDE

Belgique coordonnées

Médecins du Monde Belgique Rue Botanique 75 B-1210 Bruxelles

Tél. +32 (0)2 225 43 00 Fax : +32 (0)2 218 69 00 www.medecinsdumonde.be

RAPPORT MORAL 2013

contact : info@medecinsdumonde.be

» PROJETS NATIONAUX Bruxelles Équipes d’interventions (para)médicales de jour et de nuit dans les structures d’hébergement pour sans-abri (Samu social), dans les squats, les occupations, en rue, dispositif hivernal… environ 6 000 consultations. Accent mis sur la continuité : dépistage, vaccination, prévention, référencement vers l’externe ou vers notre Caso. Nombreux cas de tuberculose. Maladies chroniques en croissance. Équipe d’intervention médicale et RdR mobile dans les gares, les lieux de consommation et de prostitution. Promotion de la santé sexuelle et reproductive dans les associations de femmes. Centre d’accueil, de soins et d’orientation (Caso) : Consultations libres et sur rendez-vous. Environ 5 800 consultations sociales, médicales et psychologiques. Accent mis sur les relations avec les réseaux de maisons médicales et autres intervenants sociomédicaux. Émergence de situations dont la réinsertion médicale est refusée. Consultations de spécialistes : si la personne n’a pu être réinsérée vers le système de soins, MdM renvoie vers un réseau de spécialistes bénévoles pour une quinzaine de spécialisations y compris le dentaire (partenariat avec Dentistes du monde). Environ 600 consultations. Avec Elle : écoute, accompagnement et soins gynécologiques, planning familial et pédiatrie pour femmes et enfants extrêmement isolés. Médicalisation forte du projet. Environ 1 000 contacts. Enquête sur la santé des femmes de culture rom.

Anvers Équipes d’interventions (para)médicales de jour et de nuit dans les structures d’hébergement pour sans-abri. Environ 1 500 consultations. Centre d’accueil, de soins et d’orientation (Caso) : consultations libres et sur rendez-vous. Environ 3 200 consultations sociales, médicales et psychologiques. Plaidoyer pour l’accès aux soins pour les femmes enceintes. Suivi du diabète pour les personnes sans accès aux soins. Groupes de promotion de la santé : diabète, MST. La Louvière Consultations médicales au sein du relais santé (Caso public). Environ 400 consultations.

» PROJETS INTERNATIONAUX Ouverture de programme au Maroc (migrants et violences). Urgence Nord-Mali. Déroulement du programme de gouvernance en Tunisie.

» COMMUNICATION ET ÉVÉNEMENTS Définition des axes de plaidoyer sur l’accès à la santé, la couverture universelle, la santé sexuelle et reproductive et la santé des migrants. Acquisition immobilière et déménagement. Changement de conseil d’administration.

REMERCIEMENTS

»U  nion des nations sud-américaines (Unasur), Organisation panaméricaine de

la santé (OPS), Ocha (Bureau de la coordination des affaires humanitaires), ambassade d’Australie au Pérou et au Paraguay (DAP-Australia), Bureau dominicain du Fnuap, Fonds canadien d’initiatives locales (République dominicaine), Fonds des Nations unies pour l’environnement (Fnam - République dominicaine), ministère du Développement social (Argentine), ministère de la Santé (Argentine), Conseil national des femmes (Argentine), ministère de la Culture (Argentine), Institut national contre les discriminations, la xénophobie et le racisme (Inadi - Argentine), MAC Aids (Argentine), Credicoop Bank (Argentine), Banco Galicia (Argentine), Conseil consultatif de la société civile du Mercosur, Fondation Navarrese Viole (Argentine), OTC Aecid (République dominicaine).

équipe

»1  34 membres »4  04 volontaires (siège et projets nationaux) »1  9 salariés sur les projets nationaux »2  0 salariés au siège »2  3 expatriés sur les projets internationaux »2  82 salariés locaux sur les projets internationaux

REMERCIEMENTS

»D  GD, Echo, AFD, MAE AHI (ACDI), Unicef, PAM, OIM, Coop. Suisse, WBI, Inami, SPP IS, FWB, Cocof, Région bruxelloise, FRB, AGEAS, P&V, Fondation Vieujant, Fondation Peterbroeck, Fonds Marie Delacroix, NIF, Pooled Fund, Loterie nationale, Carrefour.


» RÉSEAU INTERNATIONAL

Canada coordonnées

Médecins du Monde Canada 338, rue Sherbrooke Est Montréal (Québec), H2X 1E6

Tél. : 001 514-281-8998 Fax : 001 514-281-3011 www.medecinsdumonde.ca

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

1/2

» RÉSEAU INTERNATIONAL

Canada

contact :

coordonnées

info@medecinsdumonde.ca

Médecins du Monde Canada 338, rue Sherbrooke Est Montréal (Québec), H2X 1E6

» PROJETS NATIONAUX

» PROJETS INTERNATIONAUX

Mis en œuvre depuis 1999, le Projet Montréal comporte deux volets : le volet de soins de santé de proximité, qui vise à améliorer l’accès aux soins des populations démunies, itinérantes, marginalisées et exclues des soins de santé, et le volet d’appui psychologique aux intervenants communautaires œuvrant auprès des personnes exclues. Le Projet Montréal favorise également la concertation, le maillage et les référencements entre le réseau des organismes communautaires et les institutions publiques de santé. Trois infirmières de proximité appuyées par une cinquantaine de médecins bénévoles, en partenariat avec les travailleurs de rue et les intervenants de plusieurs organismes communautaires administrent des soins, réalisent des activités de prévention et de promotion sanitaire et accompagnent vers le réseau public de la santé et des services sociaux des personnes marginalisées. En 2013, près de 1 000 patients ont bénéficié d’un suivi en réseau ; 4 000 soins infirmiers ont été réalisés, et plus de 200 consultations médicales et 1 000 consultations de soutien psychologique ont été effectuées dans cinquante organismes communautaires de Montréal. En opération depuis septembre 2011, la clinique destinée aux migrants à statut précaire bénéficie de la collaboration de nombreux médecins et autres professionnels bénévoles. Ils accueillent et soignent les personnes migrantes sans couverture médicale et les réfèrent au besoin vers des ressources spécialisées. En 2012-2013, plus de 1 409 personnes ont bénéficié des services de la clinique, 423 patients ont pu voir un médecin et 1 337 soins infirmiers ont été apportés.

Haïti Projet de renforcement du système sanitaire de lutte contre le choléra pour la population de Cité Soleil, Haïti, depuis avril 2012 : le plan d’élimination du choléra de l’île d’Hispaniola sur dix ans (2012-2022) prévoit une phase de deux années d’urgence pendant laquelle le choléra restera un problème majeur de santé publique auquel il faudra répondre tout en renforçant les capacités locales. Dans le cadre de ce plan d’élimination, le projet consiste à appuyer et renforcer le bureau communal sanitaire de Delmas ainsi que les structures de santé publiques et mixtes et les postes de réhydratation orale communautaires dans la commune de Cité Soleil pour la prévention et la prise en charge du choléra. Il comporte également la mise en place d’un système communautaire d’alerte précoce et de réaction rapide avec le déploiement d’une équipe d’urgence médicale en cas de flambées du choléra liées notamment à des catastrophes naturelles. Projet d’amélioration de la couverture en services de santé primaire dans les quartiers les plus vulnérables de la commune de Cité Soleil, depuis septembre 2013. Le projet est un appui au ministère de la Santé haïtien pour la mise en place de son Plan directeur 2012-2022. Conformément à la politique de santé communautaire, Médecins du Monde Canada appuie la formation, l’équipement et le déploiement de 30 agents de santé communautaires polyvalents (ASCP) pour améliorer l’état de santé des communautés de Cité Soleil. Le projet a pour objectif l’accès accru de la population à des services de santé promotionnels, préventifs et curatifs de base et de qualité. Il renforce également la gestion de l’institution publique Chapi dans sa zone d’intervention.

Tél. : 001 514-281-8998 Fax : 001 514-281-3011 www.medecinsdumonde.ca

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

2/2 contact :

info@medecinsdumonde.ca

Colombie Partenariat financier avec MdM France pour le projet Services de santé primaire intégraux pour les populations rurales affectées par le conflit armé colombien dans 4 municipalités du département du Meta (­Colombie). Mali Partenariat financier avec MdM Belgique pour le projet « Aide aux populations touchées par la crise humanitaire du Nord-Mali au travers d’un programme médical et nutritionnel pour les populations de la région de Kidal et Gao »

équipe

»5  0 membres »2  55 volontaires (siège et projets nationaux) »8  salariés sur les projets nationaux »7  salariés au siège »6  volontaires sur les projets internationaux »2  1 salariés locaux sur les projets internationaux

» COMMUNICATION ET ÉVÉNEMENTS Le gala bénéfice annuel a été tenu en mai 2013 avec la participation de la chanteuse d’opéra Marie-Josée Lord. Le gala a réuni 250 participants et généré des revenus de près de 80 000 $ pour le financement des projets. Plus de 15 000 donateurs individuels ont soutenu les interventions locales et internationales.

REMERCIEMENTS

» A gence canadienne de développement international, Agence régionale de la santé et des services sociaux de Montréal, le Ministère des Relations internationale du Québec, Développement et ressources humaines Canada, Secours Catholique / Caritas France, Fondation J.A. Bombardier, L’Œuvre Léger, Fondation Beati, Bell Canada, Green Shield Canada, La Fondation du Grand Montréal et le Canadien National.


» RÉSEAU INTERNATIONAL

Espagne coordonnées

Médicos del Mundo España C/ Conde de Vilches 15, 28012 Madrid

Tél. : 915436033 Fax : 91 5437923 www.medicosdelmundo.org

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

1/2

» RÉSEAU INTERNATIONAL

Espagne

contact :

coordonnées

informacion@medicosdelmundo.org

Médicos del Mundo España C/ Conde de Vilches 15, 28012 Madrid

» PROJETS NATIONAUX Durant l’année 2013, les projets se sont adressés aux groupes en situation de grande vulnérabilité. Un an après l’adoption du décret royal 16/2012, des centaines de milliers de personnes vivant en Espagne se sont retrouvées privées d’accès aux soins. Face à cette situation, des actions ont été menées afin de faire prendre conscience de cette violation du droit à la santé et d’apporter une réponse aux personnes tout en attirant l’attention des administrations sur l’absence de protection et l’exclusion des groupes les plus vulnérables. Dans le cadre des projets de sensibilisation et d’éducation au développement, MdM Espagne a continué à travailler sur la traite des personnes à des fins d’exploitation sexuelle en organisant des tables rondes et des cycles de cinéma dans des universités. L’association a travaillé avec des étudiants au développement d’attitudes et de conduites positives envers les migrants. Elle a ainsi élaboré des matériels spécifiques sur des thèmes précis, tels que des guides didactiques pour le travail en classe.

» PROJETS INTERNATIONAUX MdM Espagne est présent dans 20 pays ou territoires, avec 52 projets qui touchent plus de quatre millions de personnes dont les droits sont déniés. L’association travaille en réseau avec 137 organisations nationales. Les équipes sont constituées de plus de 500 personnes de différentes nationalités, dont les trois cinquièmes travaillent dans leur pays d’origine. Les thèmes prioritaires sont : l’accès aux services publics de santé ; la santé sexuelle et reproductive ; la violence liée au genre et la violence sexuelle contre les femmes, les enfants et les adolescents ; les politiques de santé qui intègrent les populations vulnérables et la perspective de genre dans l´élaboration et le développement des politiques de santé.

Concernant l’action humanitaire, MdM Espagne est présent en Jordanie et aux Philippines. Il est également important de souligner le travail dans le camp de réfugiés de Dori, au Burkina Faso.

» COMMUNICATION ET ÉVÉNEMENTS Plaidoyer Les 23 000 signatures réunies à l’occasion de la campagne « Derecho a curar » (« Droit à soigner ») réalisée en 2012 ont été remises au ministère de la Santé. MdM Espagne a assisté à la réunion avec les assistants parlementaires de la commission de la santé du Congrès des députés et a exposé son analyse de l’impact du décret royal (RDL) 16/2012 en termes d’exclusion du système de santé. L’association a eu une réunion avec la médiatrice de l’État afin de lui présenter un rapport sur l’impact du RDL sur des centaines de personnes qui font appel à ses dispositifs pour demander conseils et accompagnement.

Tél. : 915436033 Fax : 91 5437923 www.medicosdelmundo.org

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

2/2 contact :

informacion@medicosdelmundo.org

matière d’aide publique au développement pour l’accès aux soins » et l’organisation de la journée « Les nouveaux défis pour la coopération internationale et la couverture sanitaire universelle dans le prochain agenda du développement », qui s’est déroulée le 20 novembre 2013 à Madrid. Événements XVIIe Prix international de photographie humanitaire Luis Valtueña C’est la série « Aleppo », du Suédois Niclas Hammaström, qui a gagné cette dernière édition. Les séries finalistes ont été « Dark Passage », de Fabio Cuttica ; « La Casa de la Buena Vida », de WaiHnin Tun, et « Silenciosa espera », de Mingo Venero.

Tout au long de l’année, les sièges des communautés autonomes ont entretenu des contacts et participé à des réunions avec les gouvernements des communautés autonomes pour porter à leur connaissance les multiples cas particulièrement préoccupants. MdM Espagne a lancé la campagne « Nadie desechado » (« Aucune personne rejetée »), destinée à mobiliser l’opinion publique contre les conséquences de la réforme du système de santé, non seulement sur la population migrante directement affectée depuis le début, mais aussi sur d’autres groupes en situation de vulnérabilité. Le réseau Action pour la santé globale a réalisé des actions en Espagne : la présentation du rapport « Qui paie pour la santé ? Les tendances en

équipe

»5  56 membres »1   302 bénévoles au siège et sur les projets nationaux »1  24 salariés sur les projets nationaux »7  5 salariés au siège »6  2 salariés sur les projets internationaux »5  2 volontaires sur les projets internationaux »2  95 salariés nationaux sur les projets internationaux

REMERCIEMENTS

» A gence espagnole pour la coopération internationale au développement (ministère des Affaires extérieures et de la Coopération), HCR, mairies et communautés autonomes, députations, Echo, fondations, ministère de la Santé, de la Politique sociale et de l’Égalité ; ministère du Travail et des Affaires sociales DGII ; Unicef, Union européenne.


» RÉSEAU INTERNATIONAL

états-Unis coordonnées

Doctors of the World-USA, Inc. 137 Varick Street, 8th Floor New York City, NY 10013, USA

Tél. : +1.646.407.7586 www.doctorsoftheworld.org

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

contact :

info@doctorsoftheworld.org

» RÉSEAU INTERNATIONAL

Grèce coordonnées

Headquarters : Athens 12 Sapfous street 105 53 Athens

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

1/2

Tél. : +210 3213150 Fax : + 210 3213850 www.mdmgreece.gr

contact : info@mdmgreece.gr

» PROJETS NATIONAUX

» COMMUNICATION ET ÉVÉNEMENTS

» PROJETS NATIONAUX

Centre de soins gratuits des Rockaways de Médecins du Monde Médecins du Monde USA est arrivé dans le quartier des Rockaways, dans la banlieue de New York, en novembre 2012, immédiatement après que l’ouragan Sandy eut dévasté la péninsule. Il était évident que cette catastrophe avait décimé les infrastructures de santé dans la zone. Il est apparu peu à peu qu’avant les conséquences de l’ouragan, de nombreux habitants de la zone rencontraient déjà des problèmes d’accès aux soins. La région a été désignée comme désert médical (Medical Underserved Area – MUA ; et Health Professional Shortage Area – HPSA) par les autorités gouvernementales, ce qui signifie qu’il n’y avait pas assez de professionnels de santé disponibles et/ou prêts à aider les patients les plus défavorisés. Début 2014, 40 % des services de santé sont encore fermés à cause des dommages de l’ouragan Sandy. Le centre de soins gratuits des Rockaways de Médecins du Monde a accueilli ses premiers patients le 24 octobre 2013 et ouvre actuellement ses portes deux jours par semaine pour offrir des soins de santé primaires et préventifs aux personnes adultes de la zone qui n’ont plus d’assurance maladie. Le centre repose en grande partie sur des médecins et des infirmières bénévoles et une petite équipe de salariés. Le centre fournit des prescriptions médicales électroniques gratuites pour les patients et valables dans les pharmacies locales. Il prescrit aussi des examens en laboratoire gratuits, des examens radiologiques à coût réduit et effectue des référencements vers les spécialistes locaux à des tarifs dégressifs.

Mars 2013 : Fashion Cocktail en faveur du centre de Rockaways. Mars-Juin 2013 : trois programmes MdM (Syrie, Laos et Népal) ont rejoint la campagne Chime for Change sponsorisée par Gucci et la fondation Kering. Un concert a clôturé la campagne. Le montant total collecté par MdM a été de 75 000 $. Mai-Juin 2013 : partenariat avec Michel Cluizel. Octobre 2013 : événement Jacadi pour récolter des fonds pour les programmes MdM qui viennent en aide aux femmes et enfants touchés par la crise syrienne. Décembre 2013 : événement cocktail Mauboussin au profit du centre de soins gratuits des Rockaways, sponsorisé par Air France et D’Artagnan. La communication inclut aussi des e-mails réguliers et des mises à jour sur les réseaux sociaux, ainsi que des appels aux dons d’urgence pour le typhon aux Philippines et d’autres, spécifiques, au centre de soins gratuits des Rockaways. Enfin, une campagne d’e-mailing direct a eu lieu début 2013 et a été suivie par un autre appel aux dons à la fin de l’année 2013.

MdM Grèce gère 17 projets nationaux, dont 8 ont commencé après 2010, en réponse aux besoins croissants causés par la crise économique et sociale en Grèce. En 2013, les cinq polycliniques ont reçu 75 600 visites, dont 9 000 étaient réservées aux enfants sans assurance maladie. Le service psychosocial a pris en charge 11 000 cas et plus de 100 personnes ont pu être logées dans notre centre d’hébergement. Nous avons distribué 6 300 paniers de nourriture pour les familles, hébergé plus de 6 000 réfugiés sur l’île de Lesbos, aidé 75 victimes d’attaques racistes, offert des services de soins de santé à 14 700 personnes à l’aide d’unités médicales mobiles, pris en charge 200 personnes sans abri et 2 047 usagers de drogues, et avons ouvert un centre d’hébergement pouvant accueillir 50 personnes par nuit. MdM Grèce gère actuellement les programmes nationaux suivants : –– 5 polycliniques, à Athènes (1997), à Thessalonique (2001), à La Canée (2007), à Pérama (2009) et Patras (2012) ; –– un centre d’hébergement de nuit pour les réfugiés et demandeurs d’asile à Athènes pouvant accueillir 70 personnes ; –– trois unités mobiles qui proposent des services médicaux aux personnes vivant dans les endroits isolés et reculés de Grèce. « Leto », l’unité mobile offrant des soins dentaires aux enfants, « Iris », l’unité mobile ophtalmologique et une unité offrant des soins de santé généraux pour les femmes et les enfants ; –– un projet unique sur les îles de Lesbos et Chios proposant des interventions médicales, des détections des cas les plus vulnérables, une assistance sociale et un soutien juridique pour les personnes qui pourraient avoir besoin d’une protection internationale ; –– deux projets pour les populations sans abri d’Athènes et du Pirée. Offres de services de soins de santé et d’aide pratique, et d���un soutien psychosocial fondé sur une approche individuelle ;

équipe

»1  2 adhérents »2  2 bénévoles au siège et sur les projets nationaux »4  salariés sur les projets nationaux »1  7 salariés au siège

REMERCIEMENTS

» J acadi Paris, Mauboussin, Michel Cluizel, Mme Salma Hayek-Pinault, Gucci

et la Fondation Kering, TheLadders.com, Inc, Air France KLM, Sidley Austin, D’Artagnan

–– « Rue d’Athènes », un projet de réduction des risques destiné aux usagers de drogues par voie intraveineuse (UDVI) ; –– le « Roma Project », projet Roms, qui propose des vaccinations et des soins médicaux pour les enfants roms vivant dans des camps autour d’Athènes ; –– un centre d’hébergement de nuit pour les personnes sans abri dans le centre d’Athènes ; –– « Message for life », message pour la vie, un programme de soutien aux personnes âgées ; –– le projet « Enough ! », qui vise à promouvoir la tolérance et la lutte contre les violences racistes en Grèce.

» PROJETS INTERNATIONAUX Ouganda : Village Monte (août 2009). L’objectif de MdM est d’améliorer, d’équiper, d’agrandir et d’exploiter au maximum le centre médical de Monte. D’une part, le nouveau matériel est constitué d’instruments médicaux appropriés qui permettent de réaliser des examens diagnostiques et de prendre en charge la plupart des cas. D’autre part, MdM s’est lancé dans le recrutement de personnel dans le centre. Un infirmier permanent et un médecin, ainsi que d’autres médecins bénévoles venant de Grèce, contribuent par leurs connaissances à fournir des traitements pharmaceutiques et à faire prendre conscience de l’importance de l’hygiène, des mesures de prévention et de la santé des bénéficiaires dans les programmes.


» RÉSEAU INTERNATIONAL

Grèce coordonnées

Headquarters : Athens 12 Sapfous street 105 53 Athens

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

2/2

Tél. : +210 3213150 Fax : + 210 3213850 http://mdmgreece.gr

contact : info@mdmgreece.gr

» RÉSEAU INTERNATIONAL

Japon coordonnées

Médecins du Monde Japon Azabu Zenba Bldg 2F 2-6-10 Higashi-Azabu Minato-Ku, Tokyo 106-0044

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

1/2

Tél. : +81 3 3585 6436 Fax : +81 3 3560 8073 www.mdm.or.jp

contact : info@mdm.or.jp

» COMMUNICATION ET ÉVÉNEMENTS

» PROJETS NATIONAUX

» PROJETS INTERNATIONAUX

En 2014, MdM Grèce concentrera ses efforts de communication et particulièrement de plaidoyer sur trois thèmes : –– l’accès aux soins pour les enfants et les femmes enceintes et en particulier la promotion des actions qui garantissent la couverture des enfants non assurés ; –– la protection des personnes âgées et des retraités vulnérables qui vivent sous le seuil de pauvreté ; –– la promotion de la tolérance et la lutte contre les violences racistes en Grèce.

Projet de Tokyo : il vise à venir en aide aux sans-abri les plus vulnérables du quartier d’Ikebukuro, qui souffrent d’une déficience intellectuelle et/ou de troubles mentaux. Ses bénéficiaires ont pu mener une vie plus stable et plus sûre, et certains ont même pu se passer de l’accompagnement de Médecins du Monde. Le nombre total de bénéficiaires est d’environ 300 et la file active avoisine les 80.

Opération Sourire – Bangladesh et Birmanie : en janvier, l’équipe japonaise de l’Opération Sourire a mené sa seconde mission exploratoire en Birmanie, opération qui sera suivie de deux missions en juin et décembre prochains. Au Bangladesh, MdM Japon a mené deux missions à Dacca, où, depuis le début du projet en 2009, ont été réalisées au total dix missions et opérés 449 patients.

Projets pour la région du Nord-Est touchée par le séisme – Nikokoro et Sôsô : l’équipe de MdM mène deux projets dans cette région, l’un à Otsuchi, dans la préfecture d’Iwate, et l’autre dans le secteur de Sôsô, dans la préfecture de Fukushima. Les deux projets visent à fournir des soins de santé mentale et à soutenir aussi bien les efforts des acteurs locaux pour mettre en place un nouveau système de soins de santé mentale que ceux des habitants pour reconstruire leurs villes et leur vie. À Otsuchi, MdM est intervenu juste après la catastrophe de mars 2011. En dehors des soins fournis par des médecins et des infirmières bénévoles et de ses contributions à un magazine de la ville, MdM remplit sa mission d’organisation humanitaire sur la base d’une relation de confiance mutuelle avec les acteurs locaux et les habitants. Dans la région de Sôsô, qui inclut la zone d’évacuation établie après l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, MdM collabore avec une nouvelle association locale, qui vise à remédier au manque de services psychiatriques dans la région. Depuis 2012, MdM envoie le même personnel soignant auprès de cette association de manière à ce qu’elle puisse avoir un fonctionnement régulier.

Projet pédiatrique au Laos : en 2012, MdM Japon a lancé au Laos sa première mission long terme à l’étranger. Son projet pédiatrique est venu s’ajouter au programme de soins maternels que MdM France poursuit dans ce pays depuis 2010. Ce projet s’adresse à 15 000 enfants de moins de 5 ans et à leur famille, de deux districts de la province de Champassak. Les activités s’articulent autour de trois axes : le renforcement de la position des professionnels de santé, la sensibilisation des habitants et le soutien de la politique de soins de santé gratuits menée par le gouvernement laotien.

équipe

»1   300 adhérents »6  00 bénévoles au siège et sur les projets nationaux »4  6 salariés sur les projets nationaux »2  7 salariés au siège

Contribution financière aux projets internationaux de MdM France : MdM Japon a apporté un soutien financier aux missions internationales menées par MdM France dans les neuf pays et régions suivants : République centrafricaine, Côte d’Ivoire, République démocratique du Congo, Mali, Népal, Niger, Philippines, Sahel et Syrie. Soutien en ressources humaines pour les projets internationaux de MdM France : Trois volontaires ont participé aux missions Opération Sourire de MdM France à Madagascar et au Pakistan.


» RÉSEAU INTERNATIONAL

MÉDECINS DU MONDE

Japon coordonnées

Médecins du Monde Japon Azabu Zenba Bldg 2F 2-6-10 Higashi-Azabu Minato-Ku, Tokyo 106-0044

RAPPORT MORAL 2013

2/2

Tél. : +81 3 3585 6436 Fax : +81 3 3560 8073 www.mdm.or.jp

contact : info@mdm.or.jp

» RÉSEAU INTERNATIONAL

MÉDECINS DU MONDE

Pays-Bas coordonnées

Dokters van de Wereld Nieuwe Herengracht 20 1018 DP Amsterdam

Tél. : 0031 20 465 2866 Fax : 0031 20 463 1775 www.doktersvandewereld.org

RAPPORT MORAL 2013

contact : info@doktersvandewereld.org

» COMMUNICATION ET ÉVÉNEMENTS

» PROJETS NATIONAUX

» PROJETS INTERNATIONAUX

Militance : les actions militantes de MdM Japon sont concentrées sur des thèmes liés aux programmes nationaux. Avant les congés de fin d’année, durant lesquels les services publics sont suspendus pour une semaine, l’équipe du projet de Tokyo et d’autres militants ont adressé un courrier officiel au ministère de la Santé et tenu une conférence de presse pour que d’autres services soient proposés en remplacement aux personnes dans le besoin.

Améliorer l’accès aux soins médicaux pour les migrants sans papiers vers les Pays-Bas. Activités d’information, de médiation et de prévention pour les migrants sans papiers pendant les consultations, avec l’aide sociale à Amsterdam et La Haye et via le service d’assistance national par téléphone. Plaidoyer pour l’accès aux soins pour les migrants sans papiers. Enregistrement des migrants sans papiers auprès des médecins généralistes. En particulier : –– 1 522 consultations ont été pratiquées, offrant médiation, conseil et information sur le système de santé néerlandais et les droits à la santé (par téléphone ou en face à face) –– 862 consultations ont été pratiquées par l’assistance par téléphone –– 182 problèmes d’obtention d’accès aux soins médicaux ont été détectés. MdM Pays-Bas sert alors de médiateur avec les professionnels de santé. Dans plus de 84 % des cas, l’accès aux soins a lieu. 127 patients qui avaient besoin de consulter un médecin généraliste ont été soutenus avec succès afin d’être enregistrés auprès d’un médecin dans leur lieu de résidence. –– plaidoyer : MdM Pays-Bas a organisé une réunion d’experts de haut niveau autour de la santé publique et des migrants sans papiers aux Pays-Bas. MdM Pays-Bas a participé à l’Observatoire international du réseau international de MdM, avec l’admission de 135 patients.

Opération sourire. 433 opérations ont été menées à bien pour les enfants et les jeunes adultes. En tout, 5 missions chirurgicales ont été conduites au Bangladesh, en Guinée-Bissau, au Burundi et en Sierra Leone, en partenariat avec les hôpitaux universitaires et Interplast ­Holland. 101 membres du corps médical national et local ont participé aux camps chirurgicaux via des formations et des sessions de groupes.

Communication : MdM Japon a été sélectionné par AC Japan (Advertizing Council Japan) pour bénéficier de son programme de soutien publicitaire durant les années 2012-2013 et 2013-2014. Pendant ces périodes, MdM peut diffuser gratuitement des spots publicitaires dans quatre grands médias (TV, radio, quotidien et magazine) dans tout le pays. La période de diffusion gratuite a été exceptionnellement étendue à 2014-2015.

équipe

»3  2 membres » 52 bénévoles au siège et sur les projets nationaux »3  salariés sur des projets nationaux »8  salariés au siège »2  volontaires sur les projets internationaux »9  salariés nationaux sur les projets internationaux

REMERCIEMENTS

» A merican Express International, Inc., Ichiyoshi Securities C., Ltd., Venture Bank,

Inc., ambassade de France au Japon, ministère des Affaires étrangères du Japon, Fondation L’Oréal, Chanel K.K., French Food Culture Center, White & Case LLP, Felissimo Corporation

équipe

»6  9 membres, 113 bénévoles » 3 salariés sur les projets nationaux » 6 salariés au siège » 3 salariés expatriés » 19 volontaires » 54 salariés nationaux

Au milieu de l’année 2013, MdM Pays-Bas a cédé ses projets internationaux au Myanmar à MdM France. Le projet de santé mère et enfant en Indonésie a été achevé à la fin du mois de mai, ses activités ont été cédées à des partenaires locaux. Soutien financier aux programmes du réseau international Syrie, camps de réfugiés ; Colombie, soins médicaux de base ; Philippines, urgences ; Tchad, programme fistules ; République démocratique du Congo, enfants des rues (filles) ; Mali, soins mère et enfant

» COMMUNICATION ET ÉVÉNEMENTS Dans les médias, avec des articles à propos des migrants sans papiers. Dans les médias avec l’Opération Sourire et une campagne publicitaire gratuite. Augmentation de l’exposition online et dans les médias sociaux (Facebook/website/Youtube) Collectes de fonds pour l’Opération Sourire : Dam-tot-damloop, semimarathon, Dr. Love Party, lecture de poésie et course d’environ 6 km.

REMERCIEMENTS

» Innovatiefonds Zorgverzekeraars, Maria Stroot Foundation, Cordaid, Commission

PIN, Fondation Skan, Stichting RC Maagdenhuis, NutsOhra Foundation, Stichting Janivo, Kerk in Actie, Remonstranten, Hulp na Onderzoek, écht©goed doen, Kerry Stichting, Loterie nationale, L’Oréal via MdM France, l’Initiative conjointe pour la santé maternelle, néonatale et enfantine (JIMNCH) via MdM France.


» RÉSEAU INTERNATIONAL

Portugal coordonnées

Médicos do Mundo Av. de Ceuta (Sul), Lote 4, Loja 1 1300-125 Lisboa

Tél. : +351 213 619 520 www.medicosdomundo.pt

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

1/2 contact : mdmp-lisboa@medicosdomundo.pt

» RÉSEAU INTERNATIONAL

Portugal coordonnées

Medicos do Mundo Av. de Ceuta (Sul), Lote 4, Loja 1 1300-125 Lisboa

Tél. : +351 213 619 520 www.medicosdomundo.pt

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

2/2 contact : mdmp-lisboa@medicosdomundo.pt

» PROJETS NATIONAUX

» PROJETS INTERNATIONAUX

» COMMUNICATION ET ÉVÉNEMENTS

Porto UHSA – Unité résidentielle de Santo António (en cours) : assurer les soins de santé aux habitants de l’UHSA. Estilus (juillet 2010 à juin 2014) : contribuer au renforcement des activités visant à réduire les comportements à risque au niveau de la communauté éducative. Troisième âge (juillet 2010 à juin 2014) : améliorer l’autonomie et l’indépendance de cette population. Mensanus (avril 2009 à mars 2013) : améliorer la qualité de vie des personnes ayant des problèmes de santé mentale par l’inclusion sociale et la protection de leurs droits et de la dignité.

São Tomé e Príncipe (STP) Saber é Poder (« La connaissance est pouvoir » ; du 1er mars 2011 au 28 février 2014) : contribuer à la prévention des grossesses précoces, en particulier auprès des jeunes entre 11 et 24 ans. Viver Positivo (« Vivre de façon positive » ; de janvier 2011 à août 2013) : améliorer la qualité de vie des personnes vivant avec le VIH/sida à São Tomé e Príncipe.

Campagne Call us More (« Appelez-nous davantage ») L’attention que vous nous portez n’a jamais été aussi importante. Accordez une attention accrue aux personnes sans abri, aux personnes âgées, aux personnes à risque. Appelez davantage Médecins du Monde. Appelez toute personne qui puisse avoir davantage besoin de votre attention. Appelez maintenant le 760 501 050 (0,60 € + TVA) et faites un don.

Évora Prévention pour tous (janvier 2013 à décembre 2013) : offrir des soins de santé primaires et, simultanément, faire de la prévention et de la détection précoce de maladies auprès des personnes âgées (de plus de 65 ans) qui vivent dans des collines isolées de l’Alentejo. Lisbonne Vivre en bonne santé (de 2002 à mai 2014) : promouvoir l’activité physique auprès de 25 % des personnes âgées habitant le Bairro da Picheleira [quartier de Lisbonne] et des environs. Santé mobile (depuis janvier 2010) : contribuer à la prévention de maladies avec une attention particulière pour les populations les plus vulnérables. Like Me (janvier 2013 à décembre 2015) : contribuer à la promotion de la santé mentale des jeunes. Farmédicos (janvier 2013 à juin 2014) : accroître l’égalité au niveau de l’accès aux traitements médicamenteux.

Timor – Leste Communauté en bonne santé (1er janvier 2010 au 31 août 2014) : réduire le taux de mortalité et le taux de morbidité materno-infantiles en augmentant l’accès à des services de santé au sein du réseau en place et au niveau de la communauté dans les districts de Lautem et de Viqueque. Mozambique Apporter une réponse à l’épidémie du VIH/sida (1er juillet 2011 au 30 juin 2013) : réduire l’incidence nationale du VIH/sida en mettant l’accent sur la prévention, les services de traitement et les efforts de réduction des risques. Prévention et maîtrise du paludisme (1er juillet 2011 au 30 juin 2013) : réduire de moitié le taux de mortalité lié au paludisme jusqu’à 2015.

Campagne IRS Faites un don à MdM par le biais de votre déclaration d’impôts. Nous avons besoin de votre aide ! Toute contribution fera la différence. Événements Parmi les différentes actions animées dans le cadre des projets, nous souhaitons mettre en évidence la « Journée Internationale des personnes âgées ». Dans ce cadre, MdM a animé un ensemble d’actions à Lisbonne, Porto et Évora.

équipe

»1  86 membres »2  00 bénévoles au siège et sur les projets nationaux » 13 salariés sur les projets nationaux »9  salariés au siège » 11 salariés sur les projets internationaux » 5 volontaires sur les projets internationaux » 134 salariés nationaux sur les projets internationaux


�� RÉSEAU INTERNATIONAL

Royaume-Uni coordonnées

Médecins du Monde Royaume-Uni 34th Floor, One Canada Square, Londres, E14 5AA

Tél. +44(0) 207 1675789 www.doctorsoftheworld.org.uk

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

contact : info@doctorsoftheworld.org.uk

» RÉSEAU INTERNATIONAL

MÉDECINS DU MONDE

Suède coordonnées

Läkare i Världen Sverige Box 39006 SE-100 54 Stockholm

RAPPORT MORAL 2013

Tél. : +46 2 222 567 87 Fax : +46 2 222 567 86 www.lakareivarlden.org

contact : info@lakareivarlden.org

» PROJETS NATIONAUX

» COMMUNICATION et Événements

» PROJETS NATIONAUX

Le programme consiste à améliorer l’accès des personnes exclues aux soins médicaux de base. 40 docteurs, infirmiers et assistants bénévoles fournissent des informations et des soins médicaux de base nécessaires à court terme aux personnes les plus vulnérables au Royaume-Uni. En 2013, MdM a : –– assuré 1 044 consultations pour les patients de la clinique. –– fourni une aide sociale active pour les travailleurs du sexe et les organisations de migrants. –– offert 25 sessions de formation à des professionnels de santé et des organismes communautaires, soit plus de 1 000 personnes. –– coordonné la réponse du secteur bénévole aux propositions du gouvernement de restreindre l’accès aux soins médicaux des migrants. MdM Royaume-Uni a également eu une présence active dans les médias et a été invité à travailler avec le ministère de la Santé afin d’adoucir l’impact de ces changements sur les plus vulnérables.

Les temps forts de 2013 incluent : –– le projet de loi sur l’immigration : interviews télévisées sur d’importantes chaînes de télévision telles que BBC News, Sky News, ITV Daybreak, et sur toutes les stations de la BBC Radio. –– les soins médicaux des migrants : Channel 4 et Al-Jazeera ont filmé notre clinique à Londres. –– la Syrie : apparitions sur BBC News, Sky News et sur les stations de la BBC Radio. –– l’espionnage du quartier général des communications du gouvernement (GCHQ) : couverture du sujet à l’échelle internationale avec interviews pendant le journal principal de la BBC, ITN et une du journal The Guardian.

Clinique de Stockholm. Depuis 1995, MdM Suède gère une clinique destinée aux migrants sans papiers. Depuis janvier 2014, la clinique traite aussi les ressortissants de l’UE et les citoyens d’autres pays. La clinique est ouverte une nuit par semaine et apporte des soins de santé primaires, sans rendez-vous. En 2013, la Suède a fait un grand pas dans l’accès aux soins des sanspapiers. Une nouvelle loi, en application depuis le 1er juillet 2013, donne aux mineurs sans papiers les mêmes droits en termes de santé que les enfants de la population résidente, c’est-à-dire le droit et l’accès à des soins de santé complets subventionnés, y compris aux soins dentaires. Les adultes peuvent être soignés pour les soins « qui ne peuvent pas être remis à plus tard », notamment les soins dentaires. Le suivi des femmes enceintes, les conseils de contraception, les soins de santé liés aux avortements ou aux maladies contagieuses et les examens médicaux sont assurés gratuitement et sans aucune restriction. La nouvelle loi a modifié le travail de MdM à la clinique. Nous avons mis fin au traitement médical des sans-papiers à la clinique lorsque la loi est entrée en application. Notre travail se concentre désormais sur l’information aux patients concernant leurs nouveaux droits. Nous avons reçu pendant l’année plus de 300 patients à la clinique pour un total de 350 consultations médicales. Psychiatres et psychologues apportent aussi leur aide aux immigrés toutes les deux semaines. L’équipe psychosociale au sein de MdM Suède a reçu 56 patients au cours de l’année pour un total de 208 visites. MdM Suède a aussi apporté une aide juridique aux bénéficiaires en collaboration avec des juristes et autres experts de la loi sur l’immigration et le droit d’asile. Cette consultation est assurée une fois par semaine et permet de recevoir 20 bénéficiaires.

» PROJETS INTERNATIONAUX Les mesures d’urgence pour la Syrie, financées par le Département pour le développement international (DFID), aident à réduire les effets immédiats de la crise syrienne sur la santé physique et mentale des Syriens. Le nombre de personnes qui fuient la Syrie pour rejoindre des pays voisins a augmenté rapidement depuis l’explosion du conflit, la plus grande majorité entrant au Liban ou en Jordanie. Nous opérons dans les deux pays, apportant les soins médicaux de base aux personnes vulnérables dans des camps surpeuplés comme dans nos cliniques, où nos médecins apportent les soins médicaux de base ainsi que les soins prénataux et postnataux. Nos équipes travaillent également avec les survivants victimes de violences fondées sur l’orientation sexuelle des personnes. équipe

»1  00 bénévoles au siège et sur les projets nationaux »2  salariés sur les projets nationaux »9  salariés au siège

Le semi-marathon de Royal Parks, l’une des plus belles courses à pied à travers les parcs du monde, a récolté plus de 16 000 livres sterling. La Course du Père Noël, dans le Parc de Greenwich (Londres) a vu se rassembler un nombre record de coureurs, avec 120 personnes courant 5 ou 10 km, récoltant ainsi plus de 11 000 livres sterling. Un gala a été organisé pour la première fois afin de célébrer les 15 ans d’existence de MdM Royaume-Uni. La réception a été accueillie par l’ambassadeur français Bernard Emié dans sa maison de Londres, assisté de Lord Richard Rogers, membre fondateur de notre conseil d’administration. 93 éminents invités du monde de la finance, du divertissement, des médias et du développement international étaient présents. Au cours de la vente des tickets, de généreuses donations et d’une vente aux enchères silencieuse, plus de 100 000 livres sterling ont été récoltées au profit de MdM Royaume-Uni.

REMERCIEMENTS

»D  FID, Comic Relief, ministère de la Santé du Royaume-Uni, City Bridge Trust,

Souter Charitable, Coutts, Sigrid Rausing Trust, London Catalyst/Samaritans, Barrow Cadbury, Anne Marie Pouliquen, Argus Media et les donateurs qui souhaitent rester dans l’anonymat, mais sans lesquels il est impossible de mener à bien nos projets.

équipe

»1  00 membres »5  5 bénévoles au siège et sur les projets nationaux »1  salarié au siège

» COMMUNICATION ET ÉVÉNEMENTS MdM Suède a lancé une campagne d’informations destinée aux sanspapiers et au personnel de santé un mois avant que la loi entre en vigueur. MdM Suède s’est donné le rôle de « chien de garde » pour la nouvelle loi, et surveille de très près comment celle-ci est appliquée. Grâce au suivi des dossiers de chaque patient orienté par la clinique vers les services de santé publique, MdM Suède a révélé dans un rapport que de nombreux sans-papiers se voient refuser l’accès aux soins subventionnés auxquels ils ont pourtant droit grâce à la nouvelle loi. MdM Suède a lancé une campagne pour la création d’un poste de médiateur des services de santé pour les sans-papiers. La campagne (www.vardombudsmannen.se) s’appuie sur le crowdfunding (finance participative) et se poursuivra au printemps 2014. MdM Suède a participé à plusieurs séminaires et réunions publiques de sensibilisation pour alerter sur les problèmes liés à la mise en place de la nouvelle loi. Le principal séminaire a été organisé au cours du Forum suédois pour les droits de l’homme à Stockholm le 15 novembre dernier. MdM Suède a développé ses activités sur les réseaux sociaux pendant l’année et a constaté dans le même temps une forte augmentation de ses followers sur Facebook et Twitter.

REMERCIEMENTS

»W  ebdesign Wof factory, Unilabs, juristes Hatem & Sjunghamn, photographe Elisabeth Ohlson-Wallin, Croix-Rouge suédoise.


» RÉSEAU INTERNATIONAL

Suisse coordonnées

Médecins du Monde Suisse Rue du Château 19 2000 Neuchâtel (siège)

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

1/2

Tél. +41 32 725 36 16 www.medecinsdumonde.ch

contact : info@medecinsdumonde.ch

» PROJETS NATIONAUX Réseau santé migration (RSM) : le projet RSM offre des consultations infirmières et un accompagnement social à la population précarisée et/ ou migrante. L’année 2013 a vu le renforcement des activités d’information destinées aux communautés migrantes par le recrutement d’une travailleuse sociale à 30 % dès le mois d’avril, ce qui a eu pour effet d’augmenter de 44 % le nombre de consultations réalisées à RSM. Permanence santé (PS) : le projet PS vise à favoriser l’accès aux soins des travailleuses du sexe en apportant les compétences d’une professionnelle de la santé aux activités de l’association Fleur de pavé. L’objectif principal de l’année a été de mettre en place le passage du projet aux autorités sanitaires vaudoises. Plusieurs rencontres et discussions ont eu lieu pour aboutir à la passation fin décembre 2013 du projet à la Policlinique médicale universitaire. Accueil santé asile (ASA). Le projet ASA apporte aux requérants d’asile hébergés dans les centres du canton de Neuchâtel des soins de santé primaires et des prestations de promotion de la santé. Durant ces premiers neuf mois de projet, ce sont 486 consultations concernant 167 personnes qui ont eu lieu ; 75 % d’entre elles viennent pour des soins, 20 % pour des questions d’ordre psychologique et 5 % pour d’autres motifs. Le projet ASA a été programmé sur deux ans, avec l’objectif de le remettre ensuite aux institutions publiques.

» PROJETS INTERNATIONAUX Bénin MdM a choisi d’appuyer le programme national de lutte contre la drépanocytose via le Centre de prise en charge du nourrisson et de la femme enceinte atteints de drépanocytose (CPMI-NFED) depuis 2009. Les activités menées en 2013 ont été principalement dédiées aux démarches administratives pour la réouverture de la représentation et à l’installation

du bureau de MdM, à la prise de contact et l’initiation de la négociation du contrat de partenariat avec le CPMI-NFED, pour formaliser l’implantation de l’antenne de Parakou et ses objectifs connexes. Cameroun MdM a démarré son projet de renforcement du Centre de santé intégré de Koupa Kagnam (CSIKK) en octobre 2013. L’appui au CSIKK représente une première action pilote, accompagnée d’une recherche sur les parcours de soins de la population qui permettra d’identifier les besoins de santé communautaire, et d’évaluer la faisabilité d’un programme plus large dans la région pour améliorer la santé de la population.

» RÉSEAU INTERNATIONAL

Suisse coordonnées

Médecins du Monde Suisse Rue du Château 19 2000 Neuchâtel (siège)

MÉDECINS DU MONDE

RAPPORT MORAL 2013

2/2

Tél. +41 32 725 36 16 www.medecinsdumonde.ch

contact : info@medecinsdumonde.ch

» COMMUNICATION ET ÉVÉNEMENTS Pour marquer ses 20 ans, MdM Suisse a fait le choix de la rencontre, de l’ouverture, de l’interrogation et de la fête. De cette volonté de rassembler les publics, une programmation multiple a ponctué 2013. Témoignages d’une présence continue et d’une fidélité sur les terrains, Médecins du Monde Suisse a proposé des espaces de réflexion, des images, des musiques. Le programme des festivités a été renforcé par l’ouverture d’un nouveau projet, l’Accueil santé asile, dans les centres de requérants d’asile du canton de Neuchâtel et par une campagne institutionnelle sur l’une des préoccupations majeure de MdM, la mortalité materno-infantile.

Haïti Début 2013, MdM a terminé un projet de riposte du choléra consécutif aux tempêtes de 2012. La prise en charge de plus d’une centaine d’enfants dans l’unité de stabilisation nutritionnelle a été assurée et la reconstruction du dispensaire de Dufour a repris. Un comité de promotion de la santé a été créé, formé, il a mené un diagnostic communautaire participatif avec plus de 50 personnes issues de la communauté. Une formation complète de 14 agents de santé communautaires a démarré fin 2013. Palestine En 2013, MdM a mis en marche la phase finale du projet de santé mentale dans le Centre communautaire de santé mentale pour enfants et adolescents d’Halhul, dans le district d’Hébron. Une fois ce programme pilote remis aux autorités locales, notre partenaire principal, le ministère de la Santé palestinien, nous a proposé d’ouvrir un nouveau centre dans la ville de Naplouse.

équipe

»1  46 membres »6  0 volontaires (siège et projets nationaux) »3  salariés sur les projets nationaux »9  salariés au siège »2  expatriés sur les projets internationaux »7  volontaires sur les projets internationaux »4  3 salariés locaux sur les projets internationaux

REMERCIEMENTS

» A ssociation FestinG, Café la Semeuse, Centre hospitalier universitaire vaudois,

Chaîne du Bonheur, Chipset Design, Chloe Sa, Club 44 à la Chaux-de-Fonds, CoFRa foundation, Commune de pully, DDC, eCHo, epeR, entraide protestante suisse, État de Genève, Fondation des amitiés gréco-suisses, Fédération des coopératives Migros, Fédération Genevoise de Coopération, Fondation Jane Stale-erzinger, Fondation Optival, Fondation prévention et santé, Fonds Ciel bleu supporté par la fondation charitable Symphasis, Pierre-William Henry, photographe, hôpital neuchâtelois, Me philippe KItSoS, avocat, Maud lanCtuIt, graphiste, latitude 21, Fédération neuchâteloise de coopération au développement, Loterie romande, Moser Graphic, promotor Stiftung, Proxylab analyses médicales SA, Rotaract Club neuchâtel, Unicef, Ville de la Chaux-de-Fonds, Ville du locle, Visilab Sa


Rapport Moral 2013