Page 1

couv 247_Mise en page 1 25/11/13 10:29 Page1

SIGNINFOSERI LE MAGAZINE DE L’EXPRESSION VISUELLE

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013 • N° 247 • 12€

DOSSIER P. 20

LES

RECETTES DU SUCCÈS À LA

FRANÇAISE REPORTAGE

INTERVIEW

J’UTILISE

L’ATELIER SÉRIGRAPHIQUE ou le dynamisme à la bretonne

Jean-Marie LAMBERT HORIZON NUMERIC CENTER

ALLPRINT quadruple sa capacité d’impression

P. 32

P. 36

P. 40


couv 247_Mise en page 1 25/11/13 10:29 Page2


ÉDITO

SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:20 Page3

Le salon de l’« impression » 3D s’est tenu à Paris récemment. S’il faut parler plutôt de fabrication que d’impression au sens étymologique du terme, une visite rapide de ce salon nous faisait faire, paradoxalement, un retour en arrière d’une quinzaine d’années, nous ramenant à l’avènement de l’impression numérique. L’expérience qui est la nôtre aujourd’hui dans l’appréhension d’un marché naissant, laisse présager que l’innovation dans ce secteur nous offrira sous peu des capacités de réalisations étonnantes, et pas seulement dans les domaines industriel ou médical. Dans ces temps où les marges sont historiquement faibles, et où l’économie française est engagée dans le cercle vicieux d’une

Gildas Rondepierre Directeur de la Publication gildas@signinfoseri.com

perte progressive de valeur ajoutée, on ne peut que se réjouir de la capacité de ce type d’innovation à tirer les compétences et la valeur ajoutée vers le haut. L’innovation, ça n’arrive pas qu’aux autres : on peut aussi trouver, dans nos entreprises françaises, des gisements d’inventivité, de compétence, d’agilité… Nous vous présentons, dans notre dossier (p. 20), quelques exemples de belles réussites « à la française ». Ainsi que les ingrédients de départ et les leviers de développement utilisés.

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

SIGN INFO SERI N° 247 • 3


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:20 Page4


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:46 Page5

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013 • N° 247

À DÉCOUVRIR ACTUS

LES RECETTES DU SUCCÈS À LA FRANÇAISE COMME DANS LA GASTRONOMIE, LA MODE OU LE LUXE, LA FRANCE RECÈLE, ELLE AUSSI, BIEN DES EXEMPLES DE JEUNES SOCIÉTÉS AFFICHANT UNE BELLE RÉUSSITE DANS DES SEGMENTS DE MARCHÉ

20

POURTANT EXPOSÉS À LA CONCURRENCE MONDIALE. QUELS FACTEURS DE SUCCÈS ONT AIDÉ AU DÉMARRAGE ? Y A-T-IL EU « UNE BONNE IDÉE AU BON MOMENT » ? QUELS LEVIERS DE DÉVELOPPEMENT ONT PORTÉ LA CROISSANCE ? QUELS AXES DE DÉPLOIEMENT POUR DEMAIN ? LES RECETTES GAGNANTES DÉCORTIQUÉES AVEC QUELQUES ACTEURS FRANÇAIS DU MARCHÉ DE LA COMMUNICATION GRAPHIQUE.

Dossier réalisé par. Jenny de Montaigne

La start-up créée dans un garage en Californie par des étudiants ou de jeunes diplômés créatifs et entreprenants tout juste sortis de l’adolescence, et aujourd’hui cotée au NASDAQ, n’est pas le seul modèle de success-story qui vaille. De ce côté-ci de l’Atlantique également, dans notre bonne vieille Europe, et en particulier dans notre hexagone français, on trouve aussi des itinéraires originaux de succès qui mé-

Reportage

20 • SIGN INFO SERI N° 247

ritent le détour. Qu’on les surnomme jeunes pousses, gazelles, pépites, ou autrement, les exemples de réussites « à la française » existent aussi en nombre… y compris dans les métiers des arts graphiques de la communication visuelle. À la manière de l’élaboration d’une recette de cuisine dans l’univers de la gastronomie française, un bel exemple de réussite « à la française », les in-

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

grédients ayant favorisé la création et le développement de jeunes sociétés aujourd’hui bien installées dans leur segment de marché sont divers : une idée répondant à un besoin émergent cerné avec discernement, et intervenant à un moment particulièrement propice ; un contexte favorisant, comme un marché porteur dans une certaine zone géographique ; l’association de personnalités et de profils complémentaires

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

dans l’équipe de création ; des soutiens financiers, technologiques ou logistiques servant de catalyseur à des éléments déjà en place… Différents types de choix stratégiques apparaissent comme déterminants dans les exemples de réussite présentés dans ce dossier. Parmi ceux-ci, la spécialisation dans un type de production, à un moment où la concurrence est surtout constituée de généralistes, et/ou le choix de partenaires particuliers, ou de produits de haut de gamme, répondant à des exigences clairement définies (industrielles, écologiques…). Un autre type de choix payant est un positionnement sur un axe Services fort, concrétisé par des délais courts de livraison, l’internalisation de la force de maintenance, une forte réactivité d’intervention, un accompagnement global sur toutes les phases d’un projet client… On peut également citer le choix d’un modèle économique en rupture avec les schémas dominants du moment, par exemple la démocratisation radicale d’un type de produit proposé généralement à des prix « élitistes ». Ou la proposition du « made-in-France » sur un segment où tout est importé, ou encore du « sur-mesure » et du très qualitatif dans un domaine où la mondialisation tend à niveler par le bas les prix et la qualité… Parcours guidé de leviers de réussite « à la française », validés par le terrain, avec quelques jeunes acteurs du marché choisis par notre magazine. n

SIGN INFO SERI N° 247 • 21

L’ATELIER SÉRIGRAPHIQUE OU LE DYNAMISME À LA BRETONNE

L’ATELIER SÉRIGRAPHIQUE OU LE DYNAMISME À LA BRETONNE S’EST ÉCRITE À PARTIR DE SA MAÎTRISE (CONSERVÉE) DE LA QUADRICHROMIE EN SÉRIGRAPHIE ET DU PHOTOS DYNACOM

MAIS ELLE A SU PRENDRE À TEMPS LE TRAIN DU NUMERIQUE, TOUT EN RESTANT POSITIONNÉE SUR LE QUALITATIF ET LE PERSONNALISÉ.

Patrick Verré, PDG de L'Atelier Sérigraphique : « L’avenir appartient à ceux qui sauront combiner intelligemment le numérique et la sérigraphie pour proposer des produits novateurs ».

Comme son nom ne l’indique pas, l’imprimeur breton L'Atelier Sérigraphique répartit ses activités à parts presque égales entre impression sérigraphie UV et l’impression numérique : 60 % de son chiffre d’affaires sont réalisés dans la sérigraphie et 40 % dans le numérique, l‘équilibre à 50-50 étant prévu pour dans deux ans tout au plus. Son président, Patrick Verré, qui a racheté en 2004 cette entreprise spécialisée dans la fabrication d’articles de classement (classeurs, valisettes et présentoirs), et dans le packaging et l’impression sur matière plastique, n’est pas un adepte forcené du toutnumérique. À contre-courant de la mode actuelle, il n’hésite pas à affir-

Son principal client sur ce segment s’appelle Dezzig, une société d’édition d'art en sérigraphie « made in Bretagne », produisant des affiches traditionnelles en mode estampe. Son activité se situe à mi-chemin entre le design graphique et le travail artisanal, afin de produire de « beaux objets ». Ainsi, L’Atelier Sérigraphique entend rester un spécialiste dans son savoirfaire initial, complété par une offre numérique adaptée au marché, de manière à pouvoir lutter à armes égales avec les concurrents régionaux ou nationaux. « Je crois au numérique ET à la création de produits », déclare l’entrepreneur. « Il y a encore de beaux jours dans nos métiers, malgré la pression extérieure du marché et le

32 • SIGN INFO SERI N° 247

mer qu’« il reste beaucoup de marchés en sérigraphie ». En particulier pour les imprimeurs qui disposent d’un réel savoir-faire, qui sont capables de se positionner sur des productions très qualitatives et sur des productions très personnalisées, répondant à des besoins originaux. « Nous avons, par exemple, développé une offre avec pose d’encres à effet (glitter, nacré, odorantes, grattables…), et nous sommes souvent sollicités pour des travaux très qualitatifs », indique Patrick Verré. Un exemple concret : une petite partie de son activité (3 à 5 % du CA) est consacrée à l’impression d’estampes d’art en sérigraphie (numérotées).

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

fréquent manque de visibilité du carnet de commandes, qui excède rarement 15 jours. L’avenir appartient à ceux qui sauront combiner intelligemment le numérique et la sérigraphie, pour proposer des produits novateurs », prédit le PDG de l’Atelier. Pour cette entreprise de 8 personnes, basée dans le Morbihan (Le-Roc-SaintAndré, petite ville près de Ploërmel), l’impression numérique a démarré il y a 5 ans, avec l’acquisition d’une imprimante numérique VP 540 Roland… qui a rapidement été suivie par l’installation d’un second matériel de même nature. « Nous avons acquis à ce moment une VS 640 avec le blanc et l’argent », commente le PDG. Ces deux premiers équipements ont été revendus

32

Offrir à nos clients un large panel en communication visuelle »

La généralisation du numérique a ouvert aux clients de nouvelles perspectives de réalisations. »

UTILISATEURS DE SOLUTIONS D’IMPRESSION DE

COMME L’IMPRESSION TEXTILE. LA MONTÉE

« SAVOIR DÉVELOPPER

utilisatrices de vos systèmes d’impression ? graphes, enseignistes, reprographes, peintres en lettres, agences de communica-

n’en faisaient pas. Pour nos clients, offrir un panel complet

apporter du nouveau… tout en faisant la

des possibilités du numérique permet non

REMODELAGE DE LA DEMANDE, PLUS FRAG-

solutions. Nous avons pris le parti de mettre en place

panneaux de signalisation routière, qui

« promotion » de la vision de Mutoh

seulement de développer de nouveaux

notre propre force SAV, ce qui est important parce

étaient auparavant réalisés en sérigra-

(quelle machine choisir pour avoir plus de

marchés et de gagner de nouveaux clients,

que quand on fait sous-traiter le SAV, on perd le

phie). La grande question que se posent

fiabilité, sur quel support imprimer, pour

mais aussi de conserver leurs clients, ce

contrôle de la solution que l’on a vendue. Nos

les chefs d’entreprise, c’est : « qu’est ce

quel prix, etc.).

qui est très important.

équipes disposent de fortes compétences techniques

que je pourrai faire demain, en plus

C’est comme cela que nous avons orienté

De nôtre côté, la montée du textile dans les

et technologiques, elles savent aussi bien gérer l’im-

ou en mieux ? »

des clients vers le marché du textile grand

arts graphiques se traduit par une augmen-

format. Certains cherchaient des applica-

tation d’environ 10 % du chiffre d’affaires

pression que la découpe, la colorimétrie et connaissent les métiers de nos clients.

Quelle est la réponse de HNC à ce type de

tions où ils allaient pouvoir se distinguer,

tous les ans dans ce type d’applications.

Nous avons choisi de proposer une forme de séré-

problématique ?

voire être les premiers, et progresser plus

Autre évolution notable : les machines

nité au client en étant fournisseur d’une solution com-

Ce que nous cherchons à vendre à nos

vite que les autres.

numériques sont de plus en plus qualita-

ÉVOLUTIONS AVEC JEAN-MARIE LAMBERT,

plète, de A à Z. Ce qui est perçu comme une bonne

clients, c’est : comment ils vont gagner de

Certains de nos clients ont développé des

tives, ce qui nous permet d’approcher des

CO-GÉRANT DE HORIZON NUMERIC CENTER,

prestation, car cela nous a apporté un développe-

l’argent avec nos machines, vers quoi nous

« business plans » avec un focus sur ce

imprimeurs produisant de gros volumes (les

ment importantde notre business en renouvellement

allons l’aider à chercher de la valeur ajou-

segment (le textile). Parce qu’il n’y a rien

sérigraphes, etc.). D’autant que, les com-

tée. Nos commerciaux ne sont pas de sim-

de pire que ne pas pouvoir répondre à un

mandes de hauts et moyens volumes se

de machines. Cette stratégie de service a aidé à

PAR JENNY DE MONTAIGNE

peu plus élevé.

fidéliser les clients, même si le prix de vente est un

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

ples « vendeurs de boîtes », ils sont aussi

client « traditionnel » qui a un besoin en

réduisant, les professionnels se posent la

force de propositions : ils sont là non seule-

impression textile : le danger est que ce

question d’investir dans des solutions per-

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

L’UTILISATEUR (et même à l’étranger) », affirme Benoît

ALLPRINT

Rousselot, responsable d’Allprint.

Créé en 2005 et basé à Gennevilliers

qu’elle s’appuie sur une équipe possé-

(95), AllPrint se définit comme un pres-

dant non seulement de très grandes com-

La première force de l’entreprise est

tataire de services, fournisseur de solu-

pétences technologiques et

tions clé en main d’impression et

techniques, mais aussi

d’équipement pour des enseignes de la

une expertise métier.

grande distribution. Son activité princi-

Elle est capable de

L’IMPRIMANTE DURST

LE PRODUIT

RHO 1012, MISE EN ŒUVRE

L’IMPRIMANTE DURST RHO 1012

goutte infime, de 12 picolitres, ce qui lui

pale est la signalétique et le remodeling

concevoir et proposer

permet d’imprimer avec une résolution at-

de magasins (aménagement intérieur).

des solutions métier à

teignant 1 000 ppp (points par pouce).

Parmi ses références, des grandes en-

tous les clients et parte-

L’autre raison du choix de la Rho 1012

seignes comme Carrefour, Castorama,

naires d’Allprint.

Arrivée dans l’entreprise en août dernier,

est sa grande polyvalence, appréciable

Conforama, Ikea, Mr Bricolage…

Son deuxième point fort est

MACHINE INDUSTRIELLE DONT

L’ACCÈS À DES MARCHÉS HAUT DE GAMME, AINSI QU’À DE NOUVELLES APPLICATIONS, REPOSANT SUR DE NOUVELLES MATIÈRES. Par Jenny de MONTAIGNE

la Durst Rho 1012 est la deuxième impri-

sur une machine aussi puissante.

L’entreprise, qui regroupe aujourd’hui

son haut niveau d’investis-

mante Durst utilisée chez Allprint, après

Elle propose toutes les options d’impres-

une quarantaine de personnes, devrait

sement. L’entreprise a in-

la Rho 750 High Speed, installée depuis

sion de rouleau à rouleau et de rouleau à

réaliser en 2013 un chiffre d’affaires

vesti, en 2012, plus de1,5 M€. À noter

environ deux ans. La 1012 fait partie de

feuille, et peut donc être configurée dans

compris entre 6 et 7 M€ (contre 5 M€

qu’un soin particulier est apporté dans le

la série Rho 1000, une gamme d'impri-

le format le mieux adapté au besoin de

en 2012).

choix de technologies dont la pérennité

mantes à jet d'encre UV à plat grand for-

l’utilisateur. Elle apporte en outre une

Son métier dépasse largement l’impres-

est certaine, à travers à une veille tech-

mat (d’une largeur de 2,50 m), que le

grande souplesse d’utilisation : on peut

sion, qui ne représente que 10 % de son

nologique active et permanente, en

fabricant positionne comme une sorte de

passer d’un matériau à un autre très ra-

activité : sa vocation est aujourd’hui d’of-

France et à l’étranger.

« référence de qualité » sur le segment

pidement (dibond, film polyester, PVC,

frir une large plate-forme d’outils d’im-

Troisième levier de cette réussite, des

des machines industrielles haut de

papier, carton, etc.). Ce qui ouvre à l’en-

pression,

de

capacités financières importantes et le

gamme.

treprise un nouveau champ d’applica-

fabrication

allant

soutien solide des investisseurs (des ban-

En effet, cette imprimante présente à la

tions, car elle pourra proposer, dans les

jusqu’aux étapes de préparation, coli-

quiers), qui accompagnent depuis des

puis

de

et

de

techniques finitions,

fois une productivité de niveau industriel

projets, un catalogue de nouvelles ma-

sage, pose… « Nous gérons de A à Z le

années l’entreprise dans ses investisse-

(jusqu’à 490 m²/heure) et une résolution

tières, par exemple imitant le bois.

besoin de nos clients, sur toute la France

ments.

40 • SIGN INFO SERI N° 247

I

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

SIGNINFOSERI

I

SIGN INFO SERI N° 247 • 37

J’utilise

DISTRIBUTEUR OFFICIEL DES MACHINES MUTOH.

ALLPRINT QUADRUPLE SA CAPACITÉ D’IMPRESSION

QUALITÉ D’IMPRESSION OUVRE

de se positionner en gagnant des parts de

dons des machines pour fabriquer des

très élevée. Elle affiche une taille de

• FUJIFILM cible le haut de gamme

13

• MIMAKI se renforce dans l’impression textile grand format

14

40

Une équipe à double expertise, technique et métier.

SIGN INFO SERI N° 247 • 41

• L’ATELIER SÉRIGRAPHIQUE ou le dynamisme à la bretonne 䉴䉴

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

18

20 22 24 26 28 30

32

INTERVIEW • Jean-Marie LAMBERT, HORIZON NUMERIC CENTER Les perspectives ouvertes par le numérique

36

J’UTILISE • ALLPRINT quadruple sa capacité d’impression

40

Nouveaux produits et agenda des salons Coupon d’annonces classées Bulletin d’abonnement

44 45 46

Directeur de la publication : Gildas RONDEPIERRE - gildas@signinfoseri.com • Rédactrice en chef : Jenny de MONTAIGNE - jenny@signinfoseri.com • Maquetteet secrétariat de rédaction : Martine SAVINA • Publicité: 0174534505 • Imprimé par PRINTCORP 0155288709 • Toute reproduction (même partielle) des articles publiés dans Sign Info Séri est interdite sans accord de la société d’édition conformément à la loi du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique • ISSN N° 1768 - 3 947 • N° CPPAP en cours. Photo de couverture : Fotolia LE MAGAZINE DE L’EXPRESSION VISUELLE

16

marché par rapport à des confrères qui

finitions…) et l’intégralité du service autour de nos

JʼUTILISE

TRÈS URGENTES. SA GRANDE

bon. Ils ont basculé une partie de leur production sur du textile, ce qui leur a permis

PERMET DE FAIRE FACE À UN PROFOND

36 • SIGN INFO SERI N° 247

11

REPORTAGE

sion textile, et qu’il ne s’en aille pour de

ment pour écouter ce que le client

NIVEAU DES ÉTAPES DE FINITIONS DES

RÉPONDRE À DES COMMANDES

SES CLIENTS. »

Nos clients sont des imprimeurs, séri-

demande, mais aussi pour suggérer,

SUPPORTS IMPRIMÉS. DÉCRYPTAGE DE CES

LA PRODUCTIVITÉ PERMET DE

AUSSI CONSERVER

au niveau de la demande des entreprises

Nous sommes distributeurs exclusifs de la marque Mutoh. La stratégie de notre entreprise consiste à

tion… mais aussi des professionnels dans

INDUIT UNE ATTENTE FORTE EN AVAL, AU

• L’impression 3D fait son show à Paris

À gauche Jérôme Gelin, à droite Jean-Marie Lambert, les deux fondateurs de Horizon Numeric Center.

client doive aller ailleurs pour son impres-

d’autres métiers (par exemple, nous ven-

LA DÉMOCRATISATION DE L’IMPRESSION RAPIDE

CET ÉTÉ CHEZ ALLPRINT, EST UNE

MARCHÉS, MAIS

Quelles évolutions notables percevez-vous

tout prendre en charge : la distribution, l’installation

MENTÉE ET TOUJOURS PLUS DANS L’URGENCE.

9

DE NOUVEAUX

Vous êtes (avec Jérôme Gelin) à l’origine de la création d’Horizon Numeric Center, en 2010. Quelle est la ligne de force du positionnement de la société ?

de solutions d’impression numérique (avec logiciels,

EN PERFORMANCES DES IMPRIMANTES LEUR

• PIXARTPRINTING se renforce dans le textile

• Les recettes du succès à la française - HEXIS - FOTOLIA - CN INDUSTRIE - DUPLI DATA - SIGNA FRANCE

CO-GERANT DE HORIZON NUMERIC CENTER

DÉVELOPPER DE NOUVEAUX MARCHÉS,

8

DOSSIER

SIGN INFO SERI N° 247 • 33

JEAN-MARIE LAMBERT

LA BANALISATION DU NUMÉRIQUE PERMET AUX

• L’affichage lumineux autonome selon PRISMAFLEX

䉴䉴

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

INTERVIEW 36

6

• TRIBUNES - Le choix de l’encre latex peut faire la différence Mike HORSTEN, MIMAKI EMEA - Maîtriser les flux dans un parc de machines hétérogène Eyal FRIEDMAN, SA INTERNATIONAL

L’HISTOIRE DE CETTE PME BRETONNE DYNAMIQUE

FAÇONNAGE/DÉCOUPE.

• VISCOM : le textile et le grand format à l’honneur

Édité par :

1, rue Paul Vaillant-Couturier 92300 LEVALLOIS-PERRET Tél. : 01 74 53 45 05 contact@signinfoseri.com

SIGN INFO SERI N° 247 • 5


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:21 Page6

ACTUS

Viscom : le textile et le gra n Le dernier salon Viscom a attiré près de 11 000 visiteurs professionnels au Parc Expos Paris Nord Villepinte, du 24 au 26 septembre dernier. Un visitorat en quasi-stabilité par rapport aux éditions précédentes, mais sur lequel les organisateurs du salon revendiquent une progression qualitative, avec environ 80 % de décisionnaires et prescripteurs. Cette édition 2 013 a réuni quelque 150 exposants (soit 500 marques représentées). Les exposants présentaient leurs plus récents outils, matériels, solutions et applications destinés à la réalisation de campagnes de communication visuelle ou publicitaire, et à l’optimisation

La 25e édition de Viscom, grand rendez-vous français de la communication visuelle et des industries graphiques, a réuni la profession, fin septembre, autour d’un large panel de nouveautés.

de leur productivité. Comme chaque année, et comme

VersaUV LEJ-640F et sa Soljet

se décline en quatre nouveaux

la plus complète et polyvalente

tout salon, Viscom 2013 a donc

PRO4 XF-640*, ainsi que son

modèles, référencés 640GT et

de la gamme Titan (48 têtes).

présenté un abondant lot de

traceur d’impression-découpe

XT, 660GT et XT, et est caractérisée

La HP Latex 3000*, dont c’était

nouveaux produits, d’imprimantes,

VersaCAMM VS-i, équipé des

par une plus grande polyvalence

la première présentation dans

de machines de finitions, et de

nouvelles encres ECO-SOL MAX2

que la série 550 qu’elle remplace,

un salon en France, est une

consommables.

en 9 couleurs sans nickel.

avec 4 ou 6 canaux d’encre

machine hexachrome grand

Parmi les machines présentées

Epson a mis en avant la grande

indépendants.

format (3,2 m de laize) et de

en « première » sur les stands

simplicité d’usage de sa première

De son côté, Agfa Graphics

haute précision (1 200 dpi),

de VISCOM, on citera, de

imprimante directe sur textile en

exposait sa nouvelle imprimante

capable d’imprimer jusqu’à

manière non exhaustive, les

démonstration sur son stand, la

grand format Anapurna M3200

120 m 2 /h. Elle cible les

modèles exposés sur les stands

SureColor SC-F2000.

RTR, première machine « roll-

environnements de production

Roland, Epson, Océ, Agfa

Chez Canon, l’accent était mis

to-roll » UV de cette gamme,

intensive, fonctionnant 24h/24,

Graphics, HP, Ricoh, OKI et

sur la table à plat Océ Arizona

dédiée aux moyennes séries

et 7 J/7.

Xerox.

660 GT (jusqu’à 220 cm de

(3,2 m de laize). Également en

L’ePrinter Designjet Z5400, son

Roland montrait sa nouvelle

large), au sein de la nouvelle

démonstration sur le stand, la

dernier traceur grand format

imprimante à plat LED UV, la

série Arizona 600. Cette série

nouvelle Jeti Titan X, la version

(largeur 44 pouces/1,11 m)

6 • SIGN INFO SERI N° 247

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:21 Page7

ACTUS

a nd format à l’honneur multi-rouleau, était visible également en démonstration sur le stand HP. Ricoh, nouveau venu à Viscom, exposait sa Pro L4000, un système d’impression couleur grand format (jusqu’à 160 cm de laize) dédié aux Arts Graphiques, équipé d’une nouvelle génération

Anapurna M3200 RTR (Agfa Graphics)

de têtes piézoélectriques, projetant des encres latex écologiques en sept couleurs. Sur son stand également, le récent traceur MP CW 2200SP, destiné au marché de la CAO. OKI dévoilait au public sa ES9541, première imprimante

Roland VersaUV LEJ-640F

HP Z5400

Ricoh Pro L4000

CaliforniaPrint CP 160

numérique LED 5 toners (les 4 couleurs CMJN + blanc ou vernis), ainsi que l’imprimante A3 C931, conçue pour les Arts Graphiques, avec un rendu de couleurs éclatant et une excellente intégrité de l’image sur des supports à fort grammage. Enfin, Xerox présentait pour la première fois en France sa dernière solution grand format

robustes, faciles à maintenir

les stands, l’on pouvait voir, tout

Villepinte, où il se tenait depuis

(avec notamment des encres

aussi spectaculaires que les

quatre ans, pour reprendre ses

sans matières, peu susceptibles

solutions d’impression et de

quartiers à Paris, puisque la

de boucher les têtes) et surtout

finitions, de nombreuses offres

prochaine édition de Viscom en

On aura remarqué aussi la

peu chères : 30 % en dessous

d’images, de contenus et de

France se tiendra à Paris, Porte

présence d’un nouvel acteur

des prix du marché à l’achat,

design destinées à personnaliser

de Versailles, du 9 au 11 septembre

français, CaliforniaPrint, qui se

et 50 % d’économie en coûts

les supports de communication

2014.

positionne comme la Dacia de

d’encre à l’usage.

visuelle.

l’impression grand format, en

Outre cette forte présence des

À noter que le salon va quitter

proposant des machines simples,

machines en démonstration sur

le Parc des Expositions de

IJP 2000*.

UN NOUVEL ACTEUR FRANÇAIS

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

n jdM

*Produits déjà présentés dans nos éditions précédentes.

SIGN INFO SERI N° 247 • 7


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:21 Page8

ACTUS

L’autonomie signée Prismaflex

[AFFICHAGE DYNAMIQUE]

consomment énormément

de ce fait, adaptable sur tous

technologie solaire était déjà

Prismaflex a présenté, en avant-

d’énergie, à tel point que

les types de panneaux publicitaires,

appliquée pour les panneaux

première sur le salon Viscom

certaines villes de France

affirme Pierre-Henri Bassouls.

d’affichage, elle restait jusqu’à

en septembre, sa nouvelle

envisagent leur interdiction pure

D’autant que le procédé permet

maintenant aussi disgracieuse

technologie de panneaux

et simple », déclarait Pierre-

d’avoir de très grandes surfaces

que peu intégrée.

d’affichage 100 % autonomes

Henri Bassouls, PDG de Prismaflex

de panneaux photovoltaïques,

L’élaboration de la technologie

à l’énergie solaire.

International. « Sans oublier

en juxtaposant les images

a demandé deux ans à une

BlueTech, c’est son nom, repose

l’association Sortir du Nucléaire,

lenticulaires qui sont, elles,

équipe dédiée au sein de son

sur un procédé exclusif alliant

qui estime que la suppression

soumises à une limite de format.

département R & D, en

des cellules photovoltaïques à

des panneaux publicitaires

Sur le stand Prismaflex à Viscom

collaboration avec les équipes

un procédé d’impression

lumineux classiques permettrait

étaient exposés trois types de

de SunPartner Technologies,

lenticulaire permettant d’occulter

une économie de 200 gigawatts

panneaux : un déroulant de

spécialiste

les cellules photovoltaïques (sans

par heure ».

8 m² et un planimètre de 2 m²,

lumineuse et détenteur du brevet

en altérer la productivité), tout

Blue Tech capte l’énergie solaire

offrant tous deux une face avant

WYSIPS (What You See Is

en offrant la possibilité d’afficher

pendant la journée, afin d’offrir

déroulante et une face arrière

Photovoltaïc Surface), un

les deux faces du panneau.

un rétro éclairage des panneaux

fixe, et une enseigne rétro-

composant photovoltaïque

« Aujourd’hui, nous sommes

la nuit. Cette technologie, qui

éclairée autonome de 2 m².

innovant, capable de transformer

face à un marché où les panneaux

permet d’intégrer parfaitement

Une première mondiale,

un support en surface auto-

lumineux, de type caissons et

des panneaux photovoltaïques

soulignait le fabricant, qui

productrice d’énergie d’origine

déroulants

dans du mobilier urbain, est,

précisait que même si la

notamment,

de

l’énergie

lumineuse et renouvelable. n

Evolon, le nouveau non tissé de ID Numérique ID Numérique a présenté, à l’occasion de Viscom, un nouveau support d’impression pour la signalétique, la communication et la décoration. Appelé Evolon, il a fait l’objet d’un récent accord de distribution avec la société Freudenberg, et se caractérise par un visuel mat artistique unique et une souplesse analogue à celle du textile. Imprimé avec des encres Latex ou des encres à séchage UV, il révèle des couleurs éclatantes et des images nettes. Classé feu M1 et très résistant, Evolon convient pour des applications intérieures et extérieures. Lavable, il se prête en priorité à des applications durables. Non tissé, il bénéficie en plus de caractéristiques telles que l’absorption acoustique, la respirabilité, le touché textile. Il ne s’effiloche pas

8 • SIGN INFO SERI N° 247

et peut être cousu ou façonné avec du double face pour des applications intérieures (ex. stand enrouleur). Quatre fois plus léger qu’une banderole traditionnelle, il est imprimable Recto/Verso (non opaque). Evolon est proposé en 2 versions (100 et 130), qui viennent compléter les solutions pour la décoration intérieure avec les papiers peints, revêtements muraux et les textiles déjà au catalogue d’ID Numérique Médias, ainsi que les banderoles non tissées pour l’extérieur. Freudenberg Evolon, dont le siège et la fabrication sont situés en France, à Colmar, fait partie du groupe Freudenberg Nonwovens, n l’un des plus grand producteurs de non-tissés au monde.

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:21 Page9

ACTUS

Pixartprinting se renforce dans le textile [ÉQUIPEMENT] Pixartprinting

peut être plié, tiré, réutilisé et

technologie Durst Rho P10. Autre

GL 840 P, pour le printemps

a procédé cet été à la première

transporté sans problèmes »,

indicateur de cette relation,

prochain. La confirmation du

installation italienne de Rhotex,

affirme Alessandro Tenderini, DG

l’imprimeur absorbe 35 % du

cette quatrième offset confèrerait

imprimante industrielle pour la

de Pixartprinting. Et de souligner

volume total d’encre Durst

à l’imprimeur vénitien un nouveau

signalétique sur supports textiles

qu’il ne s’agit que d’un mouvement

consommé en Italie (alors qu’il

record, celui de la plus grande

signée Durst. L’impression textile

d’anticipation par rapport aux

y a 250 imprimantes Durst

installation italienne de systèmes

était opérée auparavant depuis

tendances du marché : « Le choix

installées dans le pays). Ce qui,

Komori Lithrone GL 840P.

2007 dans les ateliers, sur des

des supports “green” comme

au passage, lui permet d’obtenir

L’usine italienne va bénéficier

machines Mimaki et Mutoh.

le tissu n’est pas une mode,

de très bons prix sur ces encres,

d’une augmentation de surface,

L’acquisition de la RhoTex répond

mais plutôt une nécessité : dans

souligne Matteo Rigamonti, le

passant de 18 000 à 24 000 m².

à une augmentation « exponentielle »

de nombreux pays européens,

président de l’entreprise.

En France, Pixartprinting réalise

de la demande enregistrée par

il y a des lois très restrictives

l’imprimeur, pour la réalisation

sur l’élimination des déchets et

L’OFFSET ACCÉLÈRE

de drapeaux, supports pour salons

le recyclage, et c’est pour cette

A noter que cette acquisition ne

agences de pub, reprographes…

et événements, bâches, rideaux,

raison que le textile substitue

se fait pas au détriment de

« Mais ce revenu est en

présentoirs…

progressivement des matériaux

l’impression offset, qui continue

augmentation », souligne Matteo

« Nos clients choisissent de

comme le PVC », atteste-t-il.

sa croissance de manière soutenue.

Rigamonti (+33 % par an). Ce

plus en plus souvent le tissu en

L’installation de la Rhotex consolide

Une nouvelle machine offset,

qui devrait porter la contribution

alternative à la bâche. Pour

une collaboration déjà ancienne

achetée à Komori, rejoindra en

française à 24 % du global. Pour

des raisons multiples : il est plus

et forte entre Pixartprinting et

janvier les deux systèmes déjà

stimuler la croissance en France,

facilement jetable dans les

Durst. A tel point que l’entreprise

installés en 2012. Egalement en

une diminution des prix a été

déchets, contrairement aux

vénitienne possède le plus grand

perspective, l’option déjà signée

pratiquée sur l’offset et le petit

bâches ; il est en outre très léger,

parc installé au monde de la

pour une quatrième Komori Lithrone

format.

20 % de son CA avec 3 000 clients : imprimeurs, graphistes,

n


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:21 Page10

ACTUS

© Patricia Faure

ATC Groupe importe le Brésil à Lyon

[COVERING] Pour la Biennale

En effet, pour recouvrir La

de l’artiste (5 tableaux de

d’Art Contemporain de Lyon,

Sucrière avec une œuvre de

1,5 m x 1 m), en réalisant une

manifestation dont il est partenaire

1 000 m2, il a fallu imaginer

numérisation très haute définition,

associé pour la 1 année, ATC

des alternatives à la peinture,

reproduite ensuite sur le vinyle

Groupe a réalisé une fresque

inutilisable dans ce cas, car ne

adhésif extérieur par ses machines

de 1 000 m² reproduisant une

permettant pas de conserver la

de Rillieux (région lyonnaise).

œuvre de l’artiste brésilien Paulo

qualité originale de l’œuvre.

Une attention particulière a été

Nimer Pjota sur une façade du

Avec le soutien de la Société

portée au traitement de l’image

site de La Sucrière à Lyon. En

la Cotonnière Lyonnaise, qui a

et au respect de la colorimétrie

participant à cette Biennale, le

fourni les 1 000 m² d’adhésifs

choisie par Paulo Nimer Pjota.

Lyonnais ATC a montré son

pleins (Wallwrapp 300) et micro-

Au total, ce sont ainsi 10 espaces

savoir-faire et sa volonté de

perforés spécial UV (tous deux

de 14 x 7 m qui ont été imprimés

trouver des solutions devant

de la marque MACTac), ATC

et posés en 10 jours par deux

une problématique nouvelle.

a travaillé à partir de l’œuvre

poseurs d’ATC.

re

n

Le QRcode n’a pas fini d’emballer [EMBALLAGE] Près de la

adoptent de plus en plus le

de logiciels d’identification

futurs clients) finaux un véritable

moitié des utilisateurs de

QRcode sur leurs packagings

unitaire, présente aux imprimeurs

site Internet mobile de la marque.

smartphones disent scanner des

et dispositifs de communication

et fabricants d’étiquettes et

A travers la plateforme ACM

QRcodes en magasin (ou aux

visuelle. Ce type de communication

d’emballages une plateforme

(Adents Code Manager),

abords des magasins), pour

mobile, ciblée, qui passe par

qui leur permet de proposer à

l’imprimeur génère pour son

obtenir des informations

l’identification unitaire des

leurs clients un service à haute

client des codes sérialisés et

complémentaires sur les produits

emballages (et imprimés), conduit

valeur ajoutée : la gestion et

sécurisés, qu’il assigne à ses

ou les marques, bénéficier d’une

à des changements majeurs

l’impression de codes 2D,

presses d’impression.

offre personnalisée, créditer

pour le secteur de l’imprimerie.

appelés QRcodes, grâce

Il livre ensuite les étiquettes ou

une carte de fidélité etc.

Dans ce contexte, Adents

auxquels ils peuvent mettre à

les emballages codifiés au

Conséquence : les entreprises

International, éditeur (français)

la disposition des clients (et

client.

10 • SIGN INFO SERI N° 247

n

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:21 Page11

ACTUS

L’impression 3D fait son show à Paris [INNOVATION] Mi-novembre

Voxseljet, MakerBot, TierTime

projet de voiture écologique

de cette année s’est tenu à Paris

associé au français A4

initié au Canada par un consultant

pour la première fois un salon

Technologie, Mcor Technologies

en design industriel, Jim Kor,

consacré à l’impression 3D, le

Ltd, Ultimaker, Printrbot... ) et

au sein de sa société KOR

3D Printshow, dont la toute

de l’édition de logiciels dédiés

Product Design.

première édition a vu le jour à

(Autodesk).

Parallèlement, se déroulait un

Londres, il y a un an.

Les machines en démonstration

programme d’animations mixant

Organisée sur deux journées

étaient généralement alimentées

ateliers, séminaires et shows

au Carrousel du Louvre, cette

par des bobines de fil plastique,

en « live » autour d’applications

manifestation, qui se voulait à

Mcor exposant un modèle

médicales, techniques ou encore

large cible, a connu un fort

fonctionnant à partir de piles

industrielles et artistiques, liées

niveau de fréquentation, attirant

de feuilles de papier.

à la mode et ludiques.

à la fois les professionnels et

Au delà des squelettes humains

La première journée ciblait plus

le grand public, voire même

et d’animaux, des dinosaures,

particulièrement les professionnels

les lycéens.

l’objet « imprimé » le plus prisé

des secteurs de l’industrie, de

La partie exposition a réuni plus

était la voiture électrique Urbee

la presse, du design, de l’art,

d’une quarantaine d’exposants,

Car. Il s’agit de la première

ainsi que les jeunes entreprises.

parmi lesquels plusieurs grands

voiture imprimée en 3D (en

La prochaine édition de ce salon

noms de la fabrication

partenariat avec Stratasys),

se tiendra à New York du 13

d’imprimantes 3D (Stratasys,

première concrétisation d’un

au 15 février 2014.

n jdM

Le clou du salon était le véhicule « Urbee Car », qui faisait sa deuxième grande apparition publique dans le cadre du 3D PrintShow de Paris, après l’édition londonienne de ce salon une semaine auparavant.


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:21 Page12

ACTUS

Design embarqué… version années 60 [EXPOSITION] Le musée d’Art et d’Industrie de la ville de Saint-Etienne présente, pour une dernière escale, l’exposition « Paquebot France - Design embarqué ». Elle retrace toute l’histoire de

les savoir-faire français, notamment

cet emblème de la construction

techniques, mobilisés à l’époque

navale « à la française » qu’a

et les nombreuses innovations

été le célèbre transatlantique.

industrielles et de design

Les collections du patrimoine du

embarquées.

paquebot France sont présentées

Par exemple, à travers l’utilisation

dans le cadre d’un cycle

Les grandes lettres lumineuses extérieures du France (3,50 m de hauteur), installées à l’époque sur le pont du navire, ont rejoint, le temps de l’exposition, le musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne. Les tôles d’origine ont été conservées, et les parties faciales en PVC renouvelées.

nouvelle de matériaux (non

Entre design industriel et art de

transatlantique français, influencé

Dunand, affiches, œuvres d’art,

revêtements de meubles et de

vivre à la française, cette

par la culture technico-industrielle

éléments décoratifs, mobilier

sols), ou encore des tissus de fibre

exposition propose un regard

de Saint Etienne. La présentation

et vaisselle conçus pour naviguer,

de verre ont été anoblis pour

inédit sur certaines parties de

de pièces originales du paquebot,

menus, costumes divers… permet

l’emménagement et la décoration

la conception du dernier

lettres lumineuses, laques de

au visiteur de redécouvrir tous

de ce palace flottant.

d’expositions ayant débuté en février 2011 au Musée national de la Marine de Paris.

Colorsource met à disposition de tous les imprimeurs une forme test CMJN universelle pour le calage aux normes ISO12647. Téléchargeable gratuitement, cette forme test CMJN, en 100 x 70 cm, peut être recadrée en 70 x 50 cm ou 50 x 35 cm. Une mire de caractérisation CMJN est également présente pour la création de standards personnalisés d’impression (Cartonnages, Packaging etc.), et pour les calages en flexographie aux normes ISO 12 647-6. L’imprimeur doit caractériser sa presse par un profil ICC après l’avoir calibrée en densités.

12 • SIGN INFO SERI N° 247

combustibles), le visiteur découvre comment l’aluminium, le Rilsan (ou polyamide 11, utilisé pour des

n

Un film 3M pour rétro-éclairage LED [MÉDIAS] Le design des enseignes est un domaine en pleine évolution, à la technicité pointue, en réponse aux critères environnementaux et esthétiques actuels. Notamment, avec l’avènement du LED. Pour accompagner cette mutation, le fabricant américain 3M a lancé sa première gamme de films translucides et diffusants, spécialement conçus pour le

3M propose, pour chaque source de lumière, un film adapté visant à rendre le message imprimé le plus éclatant possible.

rétro-éclairage par LED en fond de caisson. Contrairement aux

d’énergie: selon les tests réalisés

films permettent de créer des

films classiques qui limitent la

par 3M, les derniers nés de la

designs attractifs et colorés, tout

transmission lumineuse des LED,

gamme Envision permettent

en assurant une excellente

ces films Envision 3730 et 3735

d’utiliser 25 % de LED en moins

performance

fournissent un niveau de luminosité

qu’avec des films traditionnels.

notamment une diffusion de

équivalent avec moins de sources

Présentés en France à l’occasion

lumière homogène et sans point

de LED et moins de consommation

du salon Viscom, ces nouveaux

chaud.

lumi neuse,

n

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:21 Page13

ACTUS

Fujifilm cible le haut de gamme [IMPRIMANTES] Inca et Fujifilm fêtent leurs 15 ans de collaboration et ont lancé deux imprimantes hautes performances, sur les fronts de la vitesse et de l’ultra-qualité. Inca Digital Printers, fabricant d’imprimantes grand format dont les machines sont commercialisées par Fujfilm, a procédé cet été au lancement de deux nouveaux modèles venant enrichir par le haut de gamme sa famille Onset 40i de tables d’impression à plat jet d’encre UV grand format. La plus récente, la Onset S40i avec 4 couleurs + blanc, se distingue du modèle précédent (l’Inca Onset S40i, CMJN + Cyan clair et Magenta clair), par la

L’imprimante IncaOnset S40i possède 168 têtes d’impression Fujifilm Dimatix (dont 56 pour le blanc), disposées en matrice d’impression pleine largeur.

possibilité de double encre blanche, permettant une très

laquelle l’opacité du blanc de

système d’aspiration de la table

cre de 10 picolitres, contre 27

grande vitesse d’impression sur

fond, les tons directs et la fini-

avec 15 zones pour réduire les

picolitres pour le modèle S40i.

une large choix de supports de

tion sont primordiaux.

opérations de masquage et

Il en résulte une résolution appa-

qualité graphique.

L’Onset S40i avec blanc utilise

donc les temps de préparation

rente de 1 200 dpi, des images

les encres Uvijet OZ de Fujifilm,

avec les matières très fines ; un

ultra-nettes, du texte bien lisi-

JUSQU’À 560 M²/H

qui proposent les caractéris-

système embarqué de capteurs

ble et des gradations tonales

Elle peut atteindre 560 m²/h

tiques performantes en termes

qui contrôlent de près les condi-

lisses (sortie comparable à de

(en mode CMJN). Elle est pour

d’espace colorimétrique, d’adhé-

tions de la machine et informe

l’offset, affirme le constructeur).

celà dotée de pas moins de

sion et de finition.

l’opérateur de la nécessité de

L’Inca Onset Q40i haute réso-

168 têtes d’impression Fujifilm

De plus, pour la production de

réaliser les nettoyages auto-

lution imprime jusqu’à 310 m²/h,

Dimatix (dont 56 pour le blanc),

visuels pour rétro-éclairage en

matiques.

soit l’équivalent de 62 feuilles

disposées en matrice d’im-

volume, l’Onset S40i + blanc

pression pleine largeur.

dispose de deux canaux / têtes

LA Q40I : 1 200 DPI

Sa vitesse de pointe est l’équi-

plein format à l’heure. Cette nouvelle Inca Onset Q40i,

d’impression pour le blanc per-

L’autre annonce d’imprimante

en raison de sa précision et de

valent de 112 plateaux machine

mettant d’optimiser la vitesse de

Inca, qui avait été faite à l’oc-

ses capacités de production en

complets (format 3,14 x 1,6 mètre)

ce système industriel.

casion de la Fespa de Londres

grand volume, cible les appli-

sur des supports jusqu’à 50 mm

L’Onset S40i avec blanc offre

fin juin, s’est effectuée sur le front

cations « où la qualité est cru-

d’épaisseur.

d’autres fonctionnalités pour

de la haute qualité d’impression.

ciale, comme les affichages

Cette Onset S40i avec blanc

rationaliser la production et

En effet, il s’agit d’un nouveau

rétroéclairés pour le secteur

se positionne comme une solu-

réduire les temps d’arrêts. Par

modèle de la série Q, la Onset

des cosmétiques et de la mode,

tion optimale pour la fabrica-

exemple : le logiciel de gestion

Q40i, qui correspond à une ver-

et d’autres visuels destinés à être

tion à valeur ajoutée, rapide et

des données variables d’Inca,

sion en plus haute résolution de

vus de près », indique Heather

au juste prix, de “backlit/front-

Print Run Controler (PRC) pour

l’Inca Onset S40i, en raison

Kendle, directrice du marke-

lit” et PLV recto-verso, pour

l’optimisation des travaux, un

d’une taille de gouttelettes d’en-

ting d’Inca Digital.

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

n

SIGN INFO SERI N° 247 • 13


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:21 Page14

ACTUS

Mimaki se renforce dans l’impression textile grand format [IMPRESSION] Mimaki vient d’annoncer un nouveau modèle dans sa famille d’imprimantes jet d’encre numériques pour le textile : la Tx500-1800B. Hervé TESSLER devient Senior Vice-President, President Corporate Operations du Groupe Xerox. Il aura notamment sous sa responsabilité les opérations de Xerox Corporation : R&D, gestion de l’information, clients internationaux, marketing, communication et relations publiques, transformation de l’entreprise et initiatives dans l’environnement, la santé et la sécurité.

Elle assure une impression numérique très rapide et de bonne qualité sur une vaste gamme de textiles, parmi lesquels le coton, la soie, le chanvre et la rayonne, tissus exclusifs qui se prêtaient

L’imprimante textile Tx500-1800B

difficilement à ce procédé par

des TS500-1800 et Tx500-

multiples matières, afin de

le passé. Un tapis adhésif de

1800DS. En effet, sa vitesse

répondre aux besoins variés

transport spécial alimente le

d’impression est présentée

des industries du textile : une

tissu sans tension, pour une

comme 1,6 fois plus rapide que

encre réactive (Rc300), une encre

impression de qualité sur les

celle des produits d’impression

à sublimation (Sb300), une

matières élastiques, même sans

textile traditionnels de Mimaki,

encre acide et une encre

intervention de l’opérateur.

à 60 m²/h, pour une résolution

pigmentaire. Ces deux dernières

Cette Tx500 vient compléter

de 600 x 450 dpi.

encres seront disponibles

par le haut la famille dédiée

Mimaki précise qu’elle peut

prochainement. L’encre est

à l’impression textile du

être utilisée avec divers types

disponible en flacons de deux

constructeur japonais, composée

d’encres compatibles avec de

litres, plus économiques.

n

L’affichage prend l’autoroute A1 [ÉVÉNEMENTIEL] A l’occasion Stéphane PUTHON a été nommé Directeur du Réseau Canon Partner Channel (CPC) de Canon France. Le réseau CPC compte 250 partenaires répartis sur l’ensemble du territoire national, qui commercialisent des solutions matérielles et logicielles de numérisation, d’impression et de gestion des documents d’entreprise auprès des PME/PMI. Canon accompagne leur expertise en leur proposant un programme d’accréditations, le Canon Partner Programme.

14 • SIGN INFO SERI N° 247

Campagne de lancement du Chevrolet SUV « Ready for everything » (Prêt pour l’aventure)

du lancement du Chevrolet Captiva, la marque américaine a choisi Carat, Posterscope et JCDecaux Artvertising pour assurer la mise en place d’un dispositif événementiel inédit en France : un écran de 30 m² au sein d’une surface de 300 m². Ce dispositif hors norme a été visible pendant le mois de septembre, positionné sur un carrefour stratégique entre le

toucher une cible nationale et

d’être visible en plein jour et

périphérique nord de Paris,

internationale empruntant cet

diffusait des images extraites

le Stade de France, l’aéroport

axe majeur au trafic dense.

d’une série de courts métrages,

Paris-Charles de Gaulle et

L’écran grand format installé

mettant en scène la nouvelle

l’autoroute A1. Une opportunité

bénéficiait d’une excellente

voiture dans des expériences

choisie par Chevrolet pour

définition d’image, lui permettant

espiègles et ingénieuses. n

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:21 Page15


TRIBUNE

SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:21 Page16

16 • SIGN INFO SERI N° 247

Le choix de l’encre l PAR MIKE HORSTEN, DIRECTEUR GÉNÉRAL ET MARKETING DE MIMAKI EMEA

Les encres latex constituent une avancée majeure en raison de leurs qualités écologiques et techniques. Mais cette technologie a aussi une contrepartie, une consommation importante d’énergie. Sur ce plan, toutes les encres latex ne se valent pas, affirme Mike Horsten, Directeur Général et Marketing de Mimaki EMEA, qui met avant les caractéristiques innovantes des encres latex de la marque. Les encres latex ont été présentées

« panacée » pour l’industrie de la signalé-

comme une innovation majeure ces der-

tique, notamment en mettant en avant son

nières années dans le secteur du grand

côté « encre propre et écologique ». Mais

format. Une réputation reposant largement

cet atout indiscutable présente néanmoins

sur les campagnes marketing des construc-

quelques contreparties, moins présentes

teurs de solutions latex, qui ont positionné

dans le discours promotionnel.

cette technologie comme une sorte de

L’encre latex est une encre à base de

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:21 Page17

e latex peut faire la différence résine (polymère), qui contient des parti-

machine provoquent l’évaporation de la

température de séchage, et en fonction

cules de pigments en suspension dans

partie liquide, laissant uniquement les

de la qualité et de la quantité des résines

une solution essentiellement aqueuse. On

particules de pigments et la résine sur la

et pigments employés.

y trouve aussi quelques autres additifs,

surface. Comme le liquide est exempt de

comme des « humectants » et des agents

polluants, les émissions de composés

mouillants. Leur présence dans l’encre

organiques volatils sont pratiquement

étant due au fait qu’imprimer sur du

nulles. Une imprimante latex est, de ce

vinyle serait difficile en utilisant seulement

fait, une bonne solution pour un environ-

de l’eau, car l’encre coulerait du support.

nement de bureau.

UNE CONSOMMATION D’ÉNERGIE À SURVEILLER Mais ces atouts ont au moins une contrepartie, la consommation d’énergie

D’un point de vue chimique, tous ces

Après l’impression, les encres latex

dans les dispositifs de chauffage. La

composants sont exempts de polluants,

doivent être chauffées, afin de dissoudre

réponse de Mimaki à ce type de pro-

conformément au règlement REACH. Ces

et faire fondre la résine, qui devient une

blème est de réduire le niveau de chaleur

encres sont donc raisonnablement pro-

membrane liant les pigments au support.

nécessaire en utilisant une tête piézo

pres.

Cette membrane fraîchement formée

avec moins d’agents mouillants. L’humi-

À noter que ce type d’encre ne

constitue le point fort des encres au

dité à évacuer étant moindre, l’encre peut

contient pas de latex naturel, car cer-

latex/à la résine, car elle assure une très

ainsi présenter une viscosité plus élevée

taines personnes peuvent être sujettes à

grande adhérence aux supports rugueux

(avec davantage de pigments et de

des irritations lorsque leur peau entre en

comme les papiers muraux, les supports

résines), et donc exiger moins de chaleur,

contact avec des composés de latex natu-

non-couchés, les vinyles d’habillage de

à la fois pour l’impression et le durcisse-

rel. Tandis que les polymères synthétiques

véhicules et bien d’autres matériaux, qui

ment. Les encres au latex Mimaki peuvent

employés dans les encres latex actuelles

peuvent constituer des supports idéaux

sécher à 40 °C.

ne sont pas allergènes.

pour les encres latex.

Une différence qui prend toute son

L’encre latex est projetée par des

Leur étirabilité est un autre de leurs

importance quand on considère que bon

têtes d’impression sur le support à impri-

avantages. Elle diffère toutefois d’un

nombre de supports supportent mal les

mer. Les éléments chauffants de la

fabricant à l’autre, pour une question de

hautes températures de séchage.

n

Avec une température de séchage plus basse et des options de couleurs plus nombreuses que chez les autres fournisseurs, les encres latex de Mimaki constituent une avancée significative en signalétique et en imprimerie. Elles assurent une très grande adhérence aux supports rugueux comme les papiers muraux, les support non-couchés, les vinyles d’habillage de véhicules et conviennent pour les applications autant intérieures qu’extérieures.

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

SIGN INFO SERI N° 247 • 17


TRIBUNE

SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:22 Page18

18 • SIGN INFO SERI N° 247

Maîtriser les flux dans un parc de machines hétérogène PAR EYAL FRIEDMAN, VICE-PRÉSIDENT, SERVICES TECHNIQUES DE SAi

Le développement non maîtrisé d’un parc de machines d’impression et de finitions pas toujours compatibles peut aboutir à des retards, voire des blocages du flux d’impression. Eyal Friedman, vice-président de SAi, analyse les causes de dysfonctionnement et prône le recours à une solution logicielle de gestion de production couvrant la totalité du processus, du contrôle en amont jusqu’à la fabrication. La plupart des entreprises croissent en

exemple, ajouter une imprimante plus

se dotant de capacités et de fonctionnali-

grande, pour réaliser des visuels rétro

tés supplémentaires au gré des besoins de

éclairés, puis un traceur de découpe, pour

leurs clients. Une petite société qui

satisfaire un client, et ainsi étendre son

imprime des banderoles, des systèmes

périmètre. De même, un imprimeur grand

parapluie, des kakémonos et des éléments

format pourrait investir dans un modèle

de signalétique simples, pourrait, par

très grand format d’un autre constructeur

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:22 Page19

pour augmenter sa productivité et élargir son offre d’applications. Un autre itinéraire de croissance consiste à rapatrier des travaux jusque-là sous-traités, dans le but d’étoffer les marges, d’obtenir un meilleur contrôle sur la qualité, et de raccourcir les délais. Une telle évolution est positive, profitable et dynamisante, mais elle peut aboutir à un parc de machines d’une demi-douzaine de constructeurs différents (avec chacun, leurs encres et leurs pilotes), commandés par des Mac et des PC, des systèmes fermés sous Linux, avec des opérateurs cantonnés à la conduite d’un seul équiUn écran de commande de PixelBlaster, logiciel de production d’impression de SAi.

pement. De ce fait, le flux d’impression s’est éparpillé et fragmenté. L’évolution du

CONSERVER LA MAÎTRISE DES FLUX ET DES ÉQUIPEMENTS

parc engendre de nombreuses possibili-

remplacer au pied levé ? La commande

tés de retards, a multiplié les formats de

sur laquelle il travaillait peut-elle facile-

fichiers et tué la standardisation : l’entre-

ment être redirigée vers un autre

prise se découvre tributaire de la loyauté

équipement ? Ou si, à l’inverse, une

Une autre option possible est la mise

de chacun des opérateurs, et se rend

imprimante tombe en panne, une autre

en œuvre d’un logiciel intégré de pro-

compte qu’obtenir des couleurs cohé-

peut-elle prendre le relais ?

duction

pour

l’impression,

comme

rentes d’une imprimante à l’autre est

Certes, on dit que tous les problèmes

PixelBlaster lancé récemment par SAi.

devenu une opération lourde et fasti-

ont une solution, mais le temps passé à

Cette solution est destinée à aider les pro-

dieuse… Une sorte de « rançon du

les résoudre n’est pas consacré à remplir

fessionnels de la signalétique et aux

succès ».

les objectifs prioritaires : livrer au plus vite

imprimeurs grand format à conserver la

les commandes et en faire rentrer de nou-

maîtrise de leur flux et de leur équipe-

velles. De nombreux imprimeurs grand

ment.

DIAGNOSTIQUER LES POINTS QUI FONT MAL Si une bonne approche de la préparation,

de

la

vérification,

de

d’enseignes

Ce système modulaire est aussi évo-

emploient moins de dix personnes et la

lutif, c’est-à-dire qu’il peut grandir avec

productivité de chaque salarié est cru-

l’entreprise par ajouts successifs des capacités nécessaires.

format

et

fabricants

la

ciale pour la bonne santé globale de

rastérisation et du contrôle en amont des

l’entreprise. Dès lors, si les travaux se font

Basé sur le format pdf, PixelBlaster

fichiers peut éviter nombre de problèmes,

plus complexes et les délais plus serrés,

offre une solution complète pour l’ensem-

d’autres peuvent être causés par les

l’impact sur la rentabilité est inévitable,

ble

du

processus

de

production :

pilotes d’imprimantes, les incompatibilités

sauf à trouver des solutions à long terme

préparation des fichiers, gestion des cou-

logicielles, les profils de supports et les

pour éradiquer les inefficacités et faire

leurs, traitements sur le RIP, impression et

encres.

sauter les goulets.

découpe automatique.

Ajoutez

à

cela

quelques

demandes particulières relatives à la fini-

Sachant que nous sommes dans un

Capable d’opérer dans les environ-

tion (marques de perforation et repères

marché d’acheteurs, la nécessité d’inno-

nements aussi bien Mac que PC (et de

de coupe) ou à l’impression de données

ver et de retenir l’attention des clients et

passer de l’un à l’autre), PixelBlaster stan-

variables, et voilà qu’apparaît une toute

des consommateurs constitue un enjeu

dardise les couleurs par rapport à des

nouvelle catégorie de soucis potentiels

primordial. Il est donc important de

profils largement acceptés dans le sec-

liés à l’hétérogénéité du parc d’impres-

rechercher une meilleure solution que

teur, afin que chaque imprimante,

sion et de découpe.

celle consistant à occulter les problèmes,

indifféremment de la marque, des encres

A cela s’ajoute l’ensemble des tra-

se satisfaire de travaux faciles, ou par-

ou des supports, génère la même qualité

casseries dites de la « vie ordinaire » : si

courir sans cesse la chaîne de fabrication

et les mêmes couleurs, de manière prévi-

un opérateur tombe malade, comment le

pour régler tout ce qui ne va pas.

sible et répétable.

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

n

SIGN INFO SERI N° 247 • 19


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:22 Page20

LES RECETT E

À LA FRANÇAI S COMME DANS LA GASTRONOMIE, LA MODE OU LE LUXE, LA FRANCE RECÈLE, ELLE AUSSI, BIEN DES EXEMPLES DE JEUNES SOCIÉTÉS AFFICHANT UNE BELLE RÉUSSITE DANS DES SEGMENTS DE MARCHÉ POURTANT EXPOSÉS À LA CONCURRENCE MONDIALE. QUELS FACTEURS DE SUCCÈS ONT AIDÉ AU DÉMARRAGE ? Y A-T-IL EU « UNE BONNE IDÉE AU BON MOMENT » ? QUELS LEVIERS DE DÉVELOPPEMENT ONT PORTÉ LA CROISSANCE ? QUELS AXES DE DÉPLOIEMENT POUR DEMAIN ? LES RECETTES GAGNANTES DÉCORTIQUÉES AVEC QUELQUES ACTEURS FRANÇAIS DU MARCHÉ DE LA COMMUNICATION GRAPHIQUE.

Dossier réalisé par. Jenny de Montaigne 20 • SIGN INFO SERI N° 247

La start-up créée dans un garage en Californie par des étudiants ou de jeunes diplômés créatifs et entreprenants tout juste sortis de l’adolescence, et aujourd’hui cotée au NASDAQ, n’est pas le seul modèle de success-story qui vaille. De ce côté-ci de l’Atlantique également, dans notre bonne vieille Europe, et en particulier dans notre hexagone français, on trouve aussi des itinéraires originaux de succès qui mé-

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:22 Page21

T ES DU SUCCÈS SE

ritent le détour. Qu’on les surnomme jeunes pousses, gazelles, pépites, ou autrement, les exemples de réussites « à la française » existent aussi en nombre… y compris dans les métiers des arts graphiques de la communication visuelle. À la manière de l’élaboration d’une recette de cuisine dans l’univers de la gastronomie française, un bel exemple de réussite « à la française », les in-

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

grédients ayant favorisé la création et le développement de jeunes sociétés aujourd’hui bien installées dans leur segment de marché sont divers : une idée répondant à un besoin émergent cerné avec discernement, et intervenant à un moment particulièrement propice ; un contexte favorisant, comme un marché porteur dans une certaine zone géographique ; l’association de personnalités et de profils complémentaires

dans l’équipe de création ; des soutiens financiers, technologiques ou logistiques servant de catalyseur à des éléments déjà en place… Différents types de choix stratégiques apparaissent comme déterminants dans les exemples de réussite présentés dans ce dossier. Parmi ceux-ci, la spécialisation dans un type de production, à un moment où la concurrence est surtout constituée de généralistes, et/ou le choix de partenaires particuliers, ou de produits de haut de gamme, répondant à des exigences clairement définies (industrielles, écologiques…). Un autre type de choix payant est un positionnement sur un axe Services fort, concrétisé par des délais courts de livraison, l’internalisation de la force de maintenance, une forte réactivité d’intervention, un accompagnement global sur toutes les phases d’un projet client… On peut également citer le choix d’un modèle économique en rupture avec les schémas dominants du moment, par exemple la démocratisation radicale d’un type de produit proposé généralement à des prix « élitistes ». Ou la proposition du « made-in-France » sur un segment où tout est importé, ou encore du « sur-mesure » et du très qualitatif dans un domaine où la mondialisation tend à niveler par le bas les prix et la qualité… Parcours guidé de leviers de réussite « à la française », validés par le terrain, avec quelques jeunes acteurs du marché choisis par notre magazine. n

SIGN INFO SERI N° 247 • 21


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:22 Page22

DOSSIER

CHOISISSEZ UN FILM HEXIS LEADER FRANÇAIS DU FILM ADHÉSIF DESTINÉ A LA COMMUNICATION VISUELLE

Produire en France du film adhésif de hautes qualité et technicité Hexis, fabricant français de film adhésifs créée en 1989 à Frontignan dans l’Hérault (Languedoc-Roussillon), enregistrera cette année au moins 70 M€ de CA (contre 66 M€ en 2012) et produit 15 millions de mètres carrés de films adhésifs par an. La bonne idée de départ a germé dans la

Michel Matheu, fondateur et PDG de Hexis

tête de Michel Mateu, le fondateur de Hexis (et son président aujourd’hui), qui

treprise qui fabriquerait du film adhésif.

ponsable du service Produits (développe-

travaillait à la fin années 80 dans une en-

Le deuxième ingrédient de l’essor de

ment produits/remontées terrain, en fai-

treprise fabriquant des produits pour l’iso-

Hexis a été la composition de l’équipe de

sant l’interface avec le terrain et le

lation de moteurs électriques. Il s’est

création, devenue aujourd’hui l’équipe di-

laboratoire), faisait aussi partie de

rendu compte que personne en France ne

rigeante de l’entreprise.

l’équipe de départ.

faisait d’adhésivage de film plastique.

Ce « pool de départ » regroupait un éven-

Ensuite, Hexis reconnaît avoir bénéficié à

Alors que cela se faisait à l’étranger (en

tail de compétences et savoir-faire

sa création d’un contexte économique fa-

Italie, notamment)… et que les machines

complet et équilibré : autour de Michel

vorable : « Les années quatre-vingt-dix ont

avec lesquelles il travaillait dans cette en-

Mateu, l’entrepreneur, avec ses compé-

vu un fort développement du marché fran-

treprise étaient tout à fait adaptables à

tences industrielles, de développement de

çais de la communication, notamment vi-

cet usage.

produits, d’équipements, etc., étaient réu-

suelle », se souvient Patrice Salvan,

À l’époque, pour faire de la lettre décou-

nies des compétences commerciales,

Responsable Marketing et Communica-

pée, par exemple pour fabriquer des en-

avec Jean Galtier (maintenant Directeur

tion. « Le made-in-France proposé par

seignes, on recevait des bobines de film

Commercial France), dans la communi-

Hexis a constitué un atout extrêmement

plastique de couleur non adhésivé (non

cation et le marketing-commercial avec

fort. Aujourd’hui, Hexis continue à pro-

collant), fabriquées à l’étranger. On dé-

Yvan Aliaga (aujourd’hui responsable du

gresser et à maintenir ses parts de mar-

coupait une couche d’adhésif, ce qui al-

développement des ventes et de la Qua-

ché malgré la crise ».

lait permettre à des peintres en lettres et

lité), industrielles /métier avec Michel

La politique, voulue par les dirigeants, de

des enseignistes de réaliser des lettres

Bernat, aujourd’hui Responsable de Pro-

réinvestir en permanence dans les outils

adhésives utilisées dans la signalétique et

duction (gestion des parcs machines et

de production et la R&D a activement sou-

la communication visuelle. C’est comme

suivi de production). Caroline Matheu, la

tenu la croissance de l’entreprise. L’exem-

cela qu’est venue l’idée de créer une en-

fille de Michel Matheu, aujourd’hui res-

ple le plus parlant de cette politique est

22 • SIGN INFO SERI N° 247

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:22 Page23

LES RECETTES DU SUCCÈS À LA FRANÇAISE

M DE HAUTE QUALITÉ… De gauche à droite et de haut en bas : HEXIS Carprotect Cast Alligator Cast Wrap Cast Imprimable

« LE MADE-IN-FRANCE PROPOSÉ PAR HEXIS A CONSTITUÉ UN ATOUT EXTRÊMEMENT FORT. » l’acquisition, il y a 3 ans, d’une unité de

étant de la croissance pure et pas une

Et pour demain ? « Nos chercheurs ont dé-

production à Hagetmau (près de Pau,

baisse relative de la France », souligne

veloppé une gamme de films pour la pro-

dans les Landes), dont la surface atteint

Patrice Salvan.

tection de surface », déclare Patrice

aujourd’hui 24 000 m² (contre 12 000 m²

S’agissant des évolutions produits, qui

Salvan. « Les champs de recherche sont

à Frontignan). Dans cette unité est instal-

constituent un autre vecteur de croissance

infinis. Au début, on a cherché à résou-

lée une énorme machine de production,

important, il s’agit de véritables diversifi-

dre le problème des tags à la bombe de

de presque 80 m de long. Elle contient

cations, destinées à suivre l’évolution des

peinture. Puis sont venus ceux au feutre,

également les stocks destinés à l’export.

besoins. Si la production de départ, à sa-

suivis aujourd’hui des rayures sur les par-

Aujourd’hui, les deux grands axes de dé-

voir les films destinés à la DAO pour lettres

ties vitrées et les parties peintes ».

veloppement de l’entreprise sont l’inter-

adhésives, continue à représenter une

L’ensemble des protections de surface est

national et les évolutions produits.

grosse partie des marchés d’Hexis, d’au-

ciblé, comprenant la protection micro-

L’international, grâce à une politique de

tres segments très porteurs sont également

bienne. Il y a notamment les films adhésifs

développement mise en œuvre depuis le

ciblés. Notamment les films de total cove-

anti-bactériens, dont l’objectif est de frei-

début des années 2000, et qui s’est

ring (films coulés, plus efficaces que les

ner le développement des bactéries sur

concrétisée par la création de filiales à

films calendrés parce que sans mémoire de

les surfaces où l’on pose les mains (les

l’étranger, en Allemagne, Italie, Espagne,

forme) et surtout la gamme de films pour

comptoirs, par exemple), dans les

Suède et aux Antilles. Elle déborde main-

l’impression numérique, qu’il n’est plus né-

crèches, hôpitaux, écoles, maisons de re-

tenant la vieille Europe, pour affronter de

cessaire de découper. Ce dernier segment,

traite…

manière plus directe la concurrence inter-

qui vise les applications de type décors, en-

Demain, on parlera de protection contre

nationale. « Le chiffre d’affaires à l’export

seignes, explose véritablement, au point

la rouille, etc. « L’important est de garder

atteint 48 % du total, contre 40 % sur

qu’il va probablement égaler (voire sup-

ce train d’avance qu’on peut avoir sur le

l’exercice précédent, les 8 % gagnés

planter) à terme les films de DAO.

marché… », conclut Patrice Salvan.

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

n

SIGN INFO SERI N° 247 • 23


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:23 Page24

DOSSIER

ENRICHISSEZ D’IMAG E FOTOLIA BANQUE D’IMAGES ET DE VIDÉOS D’ILLUSTRATION PROFESSIONNELLES

Devenir le « free » de l’image

Créée fin 2004 par deux entrepreneurs français, Fotolia est une banque d’images revendiquant la position de leader en Eu-

Oleg Tscheltzoff, co-créateur de Fotolia

rope sur le marché des microstocks, avec une collection en ligne de plus de 24 millions de photos, d’illustrations vectorielles

qués à l’époque : « Une image pouvait

Ils ont donc imaginé de créer une place

et de vidéos, proposées à 4 millions d’uti-

coûter 1 000 francs dans les banques

de marché au sein de laquelle les auteurs

lisateurs dans 22 pays, et des services

d’images traditionnelles (Guetty, Corbis,

(photographes, graphistes et vidéastes)

fournis en 12 langues. Huit ans après son

Jupiter…) », se souvient Karen Seror, Di-

pourraient à la fois diffuser leurs contenus

démarrage, elle s’apprête à refermer son

rectrice de la Communication France.

de façon large et générer des revenus

année 2013 sur un chiffre d’affaires dé-

« Fotolia a choisi de proposer un modèle

grâce au volume des ventes, et proposer

passant les 100 M$ et emploie 120 per-

“disruptif”, en faisant le pari de proposer

aux professionnels des Arts Graphiques

sonnes dans le monde.

une image à 1€. Aujourd’hui le prix cou-

des contenus de qualité et dans un cadre

Rappelons que les microstocks, néolo-

rant s’établit à 74 centimes pour un for-

légal.

gisme sans vraie traduction française pour

mat web et à quelques dizaines d’euros

Le deuxième levier du succès a été de pen-

l’instant, sont des images « libres de

pour une utilisation grand format ».

ser dès le départ « internationalisation ».

droit » à « bas prix ». L’expression « libre

La bonne idée du début, partagée par

« Parce que la photo est un langage qui

de droit » renvoie au type de licence sous

Oleg Tscheltzoff et Thibaud Elzière, le se-

n’a pas de frontières et qui peut être

laquelle sont commercialisées les images.

cond étant à l’époque stagiaire dans une

acheté partout dans le monde ».

Les deux plus connues étant la formule dite

société d’hébergement (Amen) créée par

Fotolia a tout de suite créé une filiale aux

« en droits gérés », où le prix est calculé

le premier, a été de « démocratiser

USA et en Allemagne. « Nous sommes

en fonction de la zone géographique de

l’usage de l’image auprès des profes-

présents dans 24 pays, avec une vraie

diffusion et du nombre de diffusions, et la

sionnels des Arts Graphiques, dans un

équipe dédiée et pas avec seulement des

formule « libre de droit », où les images

cadre légal ».

traductions », indique Karen Seror.

sont utilisables sans limite de temps ni de

Selon leur constat, les prix pratiqués

À noter que cette stratégie d’internationa-

nombre de diffusions.

étaient non seulement un frein au com-

lisation a été couplée à une volonté forte

Quant à elle, l’expression « à bas prix »

merce de la photo, mais en plus une inci-

d’internalisation des moyens :

renvoie aux prix jugés « élitistes » prati-

tation au piratage d’images sur Internet.

« Tout est géré et développé en France

24 • SIGN INFO SERI N° 247

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:23 Page25

LES RECETTES DU SUCCÈS À LA FRANÇAISE

G ES À VOLONTÉ…

« TOUT EST GÉRÉ ET DÉVELOPPÉ EN Images Fotolia

FRANCE PAR DES ÉQUIPES INTERNES, par des équipes internes, notre site, la cinquantaine de serveurs, etc. » Le développement de la société a été favorisé, outre le boom d’Internet, par « l’extraordinaire essor du numérique, sans

NOTRE SITE, LA

ses API, qui permettent aux imprimeurs

CINQUANTAINE DE

facer directement à sa banque d’images

SERVEURS, ETC. »

lequel Fotolia n’aurait pas pu exister », re-

spécialisés dans le Web-to-Print de s’interet de proposer leurs produits personnalisés avec des images de cette base. Ainsi, le client final n’a plus à uploader les

connaît Karen Seror : « C’est dans ce

images.

contexte de démocratisation des appa-

en termes d’intérêt commercial et de res-

« Les sociétés spécialisées dans la per-

reils photos numériques et des moyens de

pect des tiers », analyse la Directrice de la

sonnalisation de toiles murales, de cous-

partage et d’échange de biens culturels et

Communication.

sins ou de meubles peuvent proposer des

de photos numériques, qui ne sont plus

« Il y a ensuite la localisation de certains

images sous notre marque ou en marque

l’apanage des photographes profession-

contenus, qui sont adaptés à la culture de

blanche. Ces API nous ont permis de dé-

nels, que le modèle économique de l’en-

chaque pays. Nous avons des auteurs

velopper de nombreux partenariats, avec

treprise a trouvé sa pertinence ». Et

dans chaque pays, ce qui nous permet

des imprimeurs, des hébergeurs propo-

d’ajouter que la crise économique a en-

d’avoir des bases d’images locales. Par

sant des outils de création de sites web,

suite joué en sa faveur, à travers la pro-

exemple, quand vous êtes en France, si

ainsi que des éditeurs ».

blématique d’optimisation des budgets

vous entrez le mot “pompier” ou le mot

Notamment, des partenariats clés comme

d’achats d’art et d’images.

“maison”, vous aurez la photo d’un pom-

ceux passés avec Microsoft et Adobe ont

Aujourd’hui, parmi les grands ressorts de

pier en uniforme français, ou d’un bâti-

permis de booster l’activité. Quand l’API

croissance qui alimentent la bonne santé

ment haussmannien, contrairement aux

Fotolia est intégrée à Microsoft Office, on

de l’entreprise, la qualité technique et ar-

bases mondiales qui vous donneraient

peut personnaliser un document Word ou

tistique des fichiers est revendiquée. « Il y

une tenue bleue et jaune à l’américaine ».

PowerPoint avec des images Fotolia (cer-

a une équipe qui valide chaque contenu,

Au plan technique, la société met en avant

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

taines étant offertes d’autres payantes). n

SIGN INFO SERI N° 247 • 25


䉴䉴

SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:23 Page26

DOSSIER

DOSSIER

DOSEZ BIEN LA SPÉCI A CN INDUSTRIE UN LEADER FRANÇAIS DU DOMING

Une réussite basée sur la spécialisation La création de CN Industrie repose sur le choix de la spécialisation dans la production de domings, alors que les autres producteurs font l’impression et la pose de résine. Rappelons qu’il s’agit de dômes de résine polyuréthane transparente d’environ 2 mm déposés sur des supports imprimés, selon une forme géométrique ou une silhouette simplifiée, apportant un effet qualitatif et brillant. Créée en 2007 par Clément Neyrial, qui avait 22 ans à l’époque, l’entreprise regroupe aujourd’hui 7 personnes, produit environ 25 tonnes de résine par an (soit quelque 8 millions de dômes), et son offre est d’une richesse étonnante, car elle com-

Clément Neyrial : « Nous sommes plus spécialisés dans le doming, et de ce fait, meilleurs que les autres. »

porte cinq gammes, dont certaines sont des exclusivités françaises, allant des domings de base à des productions très sophistiquées et originales.

moins elles nécessitent de maintenance ».

sées), qu’à des marchés industriels ».

Principal élément différenciateur : l’entre-

Deuxième ingrédient de cette réussite, le

Troisième facteur de ce succès, une offre

prise ne fait que du doming, pour des

choix de résines de doming haut de

large, ciblant une grande palette d’appli-

clients qui sont à 100 % des profession-

gamme, répondant aux exigences indus-

cations : doming traditionnel, maxi-do-

nels des Arts Graphiques et des impri-

trielles et écologiques actuelles. « Nous

ming, micro-doming, doming textile…

meurs. « La seule façon d’être bon,

nous sommes allés chez le plus grand fa-

avec pour chaque application, une ma-

explique Clément Neyrial, c’est de faire

bricant mondial (il est italien), nous

chine dédiée. Par exemple, le maxi-do-

tourner la machine en permanence. La

avons choisi sa résine la plus haut de

ming (jusqu’à 1 m de côté) est fait par une

fabrication de la résine a ceci de parti-

gamme (et la plus chère) et nous nous in-

machine spéciale.

culier que c’est un procédé où l’on mé-

terdisons d’en utiliser d’autres », affirme

« En micro-doming, nous sommes les seuls

lange deux composants et à partir du

Clément Neyrial. « Ce choix a été dicté

en France, avec une machine pour faire

moment où l’on a fait ce mélange, il com-

par le fait que nous avons beaucoup plus

les tout petits lettrages, ce qui représente

mence à durcir. Donc plus les machines

accès aux marchés des cosmétiques (sec-

un petit segment de marché », revendique

tournent, moins elles créent de pannes et

teur très exigeant avec les matières utili-

le Gérant de CN Industrie. L’entreprise a

26 • SIGN INFO SERI N° 247

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:23 Page27

LES RECETTES DU SUCCÈS À LA FRANÇAISE

I ALISATION… PETIT LEXIQUE DU DOMING Micro-doming : lettrages particulièrement fins créant un lettrage 3D très qualitatif, utilisé notamment pour la signature de mobilier. Maxi doming : la résine vient remplacer un plexiglas en offrant une forte résistance au choc et agressions diverses, tout en donnant une finition à effet brillant, dans des applications comme les plans d’orientation, la signalétique, la PLV grand format, les vitrines de magasin, les bande de protection automobile, la décoration caravaning, le ferroviaire. Doming textile : sur vêtements d’entreprise, sacs, chaussures, casquettes. Chrome : procédés dérivés du doming pour créer des logos en relief d’aspect chromé ou couleur, utilisés sur des présentoir de cosmétiques, pour des marques de montres, des signature de mobiliers, ou même de la signature machine. Ces domings se retrouvent dans une vaste palette de secteurs d’activité, et notamment dans l’automobile, la communication par l’objet, la PLV, la cosmétique et le packaging.

sorti plus récemment (il y a environ un an)

Cette gamme, qui, au passage, n’utilise

une nouvelle série appelée CN Chrome,

plus de résine, constitue une montée en

exploitant des procédés dérivés du do-

gamme et a, de ce fait, reçu un très bon

ming pour créer des logos en relief d’as-

accueil du marché. « Ce sont vraiment

pect chromé ou couleur.

des produits très haut de gamme, non seu-

« Il y a deux licences dans le monde, et

lement en termes visuels mais aussi en

nous les avons achetées toutes deux, ainsi

termes de tenue, notamment pour les utili-

que les deux lignes de machines qui exis-

sations extérieures. Ils sont utilisés pour

tent », indique le jeune dirigeant. « Nous

des présentoirs de cosmétiques, de la si-

sommes donc les seuls en France sur ce

gnature de mobilier, ou même de la

marché ».

signature machine ».

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

n

SIGN INFO SERI N° 247 • 27


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:23 Page28

DOSSIER

AJOUTEZ DU SERVICE E DUPLI DATA REVENDEUR DE SOLUTIONS D’IMPRESSION GRAND FORMAT DANS LE NORD

Cap sur le service et la rapidité Son nom, Dupli Data, n’est pas très évocateur de la revente de solutions d’impression grand format, qui est pourtant l’activité exclusive de l’entreprise aujourd’hui. L’explication

de

cette

raison

sociale

est

historique: la société Dupli Data s’est développée à partir de la création, en 2001, d’une division Grand Format au sein de ce qui était à l’époque une petite concession Xerox à Béthune, et qui vendait des photo-

Stéphane Vanhaesebrouck, président de Dupli Data : « Un service maintenance personnalisé, avec la plus grande réactivité possible ».

copieurs. Stéphane Vanhaesebrouck, aujourd’hui président de Dupli Data, a intégré cette so-

une valeur de 1 M€ des consommables,

l’installation et la formation jusqu’au SAV

ciété en tant qu’actionnaire (à 40 %) pour

et d’un nouveau showroom. Elle a, cette

mécanique pur, en passant par les parties

y démarrer l’activité revente de matériel

même année, procédé à l’embauche de

RIP, média, colorimétrie », affirme le prési-

d’impression grand format, entouré de

nouveaux techniciens et à la révision de

dent. Aucune sous-traitance dans la main-

deux autres personnes, un responsable

toutes ses infrastructures.

tenance, tel est le credo appliqué, pour

technique et un responsable commercial.

Le premier ingrédient de cette trajectoire en

pouvoir donner un retour performant au

Maintenant basée près de Lille, dans le

flèche est, pour Stéphane Vanhaesebrouck,

client qui appelle via la hot-line quand il

Nord (à Hallennes Lez Haubourdin), Dupli

le choix de bons fournisseurs, en privilé-

tombe en panne. Et ceci pas seulement en

Data a enregistré en 2012 un chiffre

giant le sérieux et le haut de gamme :

termes de délais d’intervention, mais aussi,

d’affaires de 8,3 M€ et s’apprête à dé-

« Nous avons choisi de travailler, autant

et surtout, en termes de qualification de l’in-

passer le cap des 9 M€ au terme de son

que nous avons été choisis, avec des

tervention et pour l’éventuelle prise en

année fiscale 2013, avec un effectif passé

grandes marques comme HP et Mimaki,

charge de ses jobs d’impression entre le

entre-temps de 3 à 19 personnes.

pour le développement des ventes ainsi

moment où il tombe en panne et celui ou le

En 2009, l’entreprise a connu une vérita-

que la maintenance de leurs machines ».

technicien démarre l’intervention (et cela

ble accélération de son activité, en s’ins-

Le deuxième levier de développement a été

gratuitement).

tallant dans de nouveaux bâtiments, où elle

l’intégration d’un service maintenance com-

Pour parvenir à ce niveau de prise en

dispose de 1400 m² sur 7 m de haut, d’un

plet, performant et rapide: « Un client chez

charge, Dupli Data s’est doté d’un show-

magasin sur 5 niveaux, où elle stocke pour

nous est pris en charge de A à Z, depuis

room avec l’essentiel des grosses machines

28 • SIGN INFO SERI N° 247

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:23 Page29

LES RECETTES DU SUCCÈS À LA FRANÇAISE

E ET DE LA RAPIDITÉ…

« SUR LE NORDPAS-DE-CALAIS, LE DÉLAI EST DU MATIN POUR L’APRÈS-MIDI ET qu’il commercialise, capables d’imprimer jusqu’à 2,60 m de large, à une vitesse de 9 à 80 m²/h, ce qui permet de dépanner

DE 24 HEURES SUR LES AUTRES RÉGIONS ».

les clients dans des jobs types. Il dispose

vailler sur 7 à 10 départements maximum », explique le président. Ajoutons que, depuis le parking de la société, pas moins de 17 ou 18 véhicules d’entreprise

également d’une importante expertise tech-

desservent cet objectif d’intervention ultra-

nique: les six personnes du SAV ont été en-

confrères qui travaillent à l’échelle natio-

rapide.

voyées en formation chez HP et Mimaki, et

nale. De par ma position ultra-régionale,

À noter enfin, parmi les ingrédients de suc-

ont déjà à la base des compétences logi-

je suis capable de livrer sur l’aggloméra-

cès, que la stratégie de distribution de pro-

cielles, mécaniques, ou électromécaniques.

tion lilloise en 4 heures. Sur le Nord-Pas de

duits haut de gamme concerne également

La rapidité d’intervention est un enjeu cri-

Calais, le délai est du matin pour l’après-

les consommables: Dupli Data ne revend

tique pour Dupli Data, parce que ses clients

midi et de 24 heures sur les autres ré-

que des marques réputées de médias nu-

sont eux-mêmes soumis à des contraintes

gions ».

mériques, comme Aslan, Grafityp, Dick-

très fortes de délais de livraisons de leur

L’ingrédient « géographique » a son poids

son, etc. Pour ce qui est des encres pour

production d’imprimés. « Nous avons la

dans la recette: « J’ai toujours eu un credo:

traceurs, ne sont distribuées que les encres

chance d’être sur une région à fort poten-

ne pas aller au delà de 350 à 400 km de

de la marque HP et Mimaki (pas de com-

tiel dans l’impression numérique. Mais

mes bases, pour avoir la garantie d’offrir

patibles), afin de garantir la qualité en

avec aussi un haut niveau d’exigence. Il est

un service de délai le plus rapide possible.

termes de durabilité et d’espace colorimé-

donc important de faire mieux que nos

Ma cible est ultra-régionale, je vise à tra-

trique.

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

n

SIGN INFO SERI N° 247 • 29


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:23 Page30

DOSSIER

ET RÉALISEZ SUR-ME S SIGNA FRANCE SOCIÉTÉ DE TRANSFORMATION ET DISTRIBUTION DE TEXTILES ET MATIÈRES TECHNIQUES

Le credo du « sur-mesure, bien fait »… et made-in-France

La raison sociale Signa France regroupe aujourd’hui deux sociétés. La première,

Jean-François Naturel, Gérant de Signa France

Signa France, a pour métier la transformation (confection) et la distribution de

Le credo du dirigeant, qui sous-tend le ra-

duits de qualité, plutôt européens (à plus

matières textiles techniques souples (tex-

chat de Figra en août, ainsi que la reprise

de 90 %, dont une très grosse partie ve-

tiles enduits, bâches) pour l’impression nu-

de Signa il y a a 8 ans (date à laquelle

nant de France), pour servir un marché

mérique et la sérigraphie destinées à des

Jean-François Naturel est devenu Gérant

en évolution exprimant des besoins parti-

applications de signalétique.

de Signa France, société du groupe

culiers ».

en

BHD), est qu’il y a une place pour les pe-

L’autre savoir-faire de Signa France mis

août 2013, a pour métier la conception et

tites entreprises en France qui ont un vrai

en avant par son Gérant est « sa capa-

la fabrication de supports pour la même

savoir-faire, une valeur ajoutée. « Il faut

cité à bien référencer des matières et à

clientèle que Signa. Il s’agit de cadres, de

juste savoir mettre en avant les bons ar-

les mettre en place dans un catalogue

moyens de tension, de solutions pour met-

guments, les vrais bénéfices que pourront

bien organisé, mais aussi sa capacité à

tre place (tendre,accrocher, suspendre…)

en tirer les clients. Elles apportent des

les livrer dans le meilleur rapport qua-

les textiles imprimés par les clients.

choses différentes par rapport aux pro-

lité/prix à des clients qui sont des séri-

« Activité très complémentaire à notre mé-

duits importés ».

graphes, des imprimeurs numériques, et

tier », estime Jean-François Naturel, Gé-

Chez Signa, il y a toujours eu un réel sa-

éventuellement des agences de commu-

rant de Signa France, « car elle permet

voir-faire de la toile, du textile enduit, af-

nication disposant de matériels d’impres-

de proposer ce qu’il y a en amont de l’im-

firme son dirigeant : « A l’opposé des

sion intégrés ».

pression et aussi en aval… en fabrication

évolutions actuelles du marché (c’est-à-

Le deuxième ingrédient de la formule est

française, contrairement à tout ce qui est

dire de très gros volumes arrivant de

l’installation d’une image très qualitative,

importé et vendu en volume par les

pays très lointains), nous avons eu à

avec des produits de qualité, qui durent

concurrents ».

cœur d’ouvrir notre gamme à des pro-

dans le temps… « Nous ne voulons sur-

La

seconde,

Figra,

rachetée

30 • SIGN INFO SERI N° 247

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:23 Page31

LES RECETTES DU SUCCÈS À LA FRANÇAISE

E SURE, BIEN FAIT.

« IL Y A UNE PLACE POUR LES PETITES ENTREPRISES EN FRANCE QUI tout pas faire dans le volume, ce n’est pas ce qui nous intéresse », déclare Jean-François Naturel. « Nous voulons, au contraire, faire dans le “sur-mesure”, parce qu’il y a de nombreux clients qui

ONT UN VRAI

Pour maintenir au plus haut niveau possi-

SAVOIR-FAIRE, UNE

ble le niveau de compétence de l’entre-

VALEUR AJOUTÉE »

commerciaux seront conservées. Parce

ont ce type de besoin, ne rentrant pas

prise,

les

deux

populations

de

qu’il est important de garder le professionnalisme et les connaissances de cha-

dans un cadre normé, et qui trouvent peu

cun, de maintenir les deux portes d’entrées

de réponses ».

nées il faut changer une pièce… « Ce po-

pour les clients. Avec de vrais technico-

Le rachat de Figra, qui contribuera à éten-

sitionnement est aujourd’hui le seul possi-

commerciaux, qui savent de quoi ils par-

dre vers l’aval le périmètre d’activité de

ble pour continuer à exister face à la

lent, comprennent les besoins. « Car les

Signa France, prend toute sa place dans

concurrence

importés

deux gammes (Signa + Figra) sont très

cette vision. « Figra fabrique tous les jours

d’Asie », revendique Jean-François Naturel.

larges et nous voulons rester des spécia-

des supports sur-mesure, il sait concevoir,

Figra a modifié sa manière d’exprimer

listes de ce que nous vendons et pas un

pour chaque espace, des dispositifs par-

son savoir-faire, de se présenter, en se po-

supermarché où les vendeurs ne connais-

ticuliers », affirme le Gérant, qui est per-

sitionnant sur « le sur-mesure, bien fabri-

sent pas bien les produits », conclut le di-

suadé qu’il y a encore des clients qui

qué ». « C’est un marché de niche, mais

rigeant. L’important, si l’on veut apporter

acceptent de payer un peu plus cher pour

il existe. On ne vend pas par 500 unités,

une réponse pertinente au client, est de

des produits sur-mesure, qui vont durer

mais par 20, ce qui peut représenter une

pouvoir lui donner un conseil sur le choix

plus longtemps, pour lesquels ils auront

valeur ajoutée correspondant à une di-

optimal : « quelle matière » et « quel sys-

encore un interlocuteur si dans quelques an-

zaine de jours x hommes ».

tème de tension » pour son besoin.

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

des

produits

n

SIGN INFO SERI N° 247 • 31


Reportage

SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:23 Page32

L’ATELIER SÉRIGRAPHIQUE OU LE DYNAMISME À LA BRETONNE L’HISTOIRE DE CETTE PME BRETONNE DYNAMIQUE S’EST ÉCRITE À PARTIR DE SA MAÎTRISE (CONSERVÉE) DE LA QUADRICHROMIE EN SÉRIGRAPHIE ET DU FAÇONNAGE/DÉCOUPE. MAIS ELLE A SU PRENDRE À TEMPS LE TRAIN DU NUMERIQUE, TOUT EN RESTANT POSITIONNÉE SUR LE QUALITATIF ET LE PERSONNALISÉ. Par Gildas Rondepierre

Comme son nom ne l’indique pas, l’imprimeur breton L’Atelier Sérigraphique répartit ses activités à parts presque égales entre impression sérigraphie UV et impression numérique : 60 % de son chiffre d’affaires sont réalisés dans la sérigraphie et 40 % dans le numérique, l’équilibre à 5050 étant prévu pour dans deux ans tout au plus. Son président, Patrick Verré, qui a racheté en 2004 cette entreprise spécialisée dans la fabrication d’articles de classement (classeurs, valisettes et présentoirs), et dans le packaging et l’impression sur matière plastique, n’est pas un adepte forcené du toutnumérique. À contre-courant de la mode actuelle, il n’hésite pas à affir-

32 • SIGN INFO SERI N° 247

mer qu’« il reste beaucoup de marchés en sérigraphie ». En particulier pour les imprimeurs qui disposent d’un réel savoir-faire, qui sont capables de se positionner sur des productions très qualitatives et sur des productions très personnalisées, répondant à des besoins originaux. « Nous avons, par exemple, développé une offre avec pose d’encres à effet (glitter, nacré, odorantes, grattables…), et nous sommes souvent sollicités pour des travaux très qualitatifs », indique Patrick Verré. Un exemple concret : une petite partie de son activité (3 à 5 % du CA) est consacrée à l’impression d’estampes d’art en sérigraphie (numérotées).

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:23 Page33

PHOTOS DYNACOM

L’ATELIER SÉRIGRAPHIQUE OU LE DYNAMISME À LA BRETONNE

Patrick Verré, PDG de L’Atelier Sérigraphique : « L’avenir appartient à ceux qui sauront combiner intelligemment le numérique et la sérigraphie pour proposer des produits novateurs. »

Son principal client sur ce segment s’appelle Dezzig, une société d’édition d’art en sérigraphie « made in Bretagne », produisant des affiches traditionnelles en mode estampe. Son activité se situe à mi-chemin entre le design graphique et le travail artisanal, afin de produire de « beaux objets ». Ainsi, L’Atelier Sérigraphique entend rester un spécialiste dans son savoirfaire initial, complété par une offre numérique adaptée au marché, de manière à pouvoir lutter à armes égales avec les concurrents régionaux ou nationaux. « Je crois au numérique ET à la création de produits », déclare l’entrepreneur. « Il y a encore de beaux jours dans nos métiers, malgré la pression extérieure du marché et le

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

fréquent manque de visibilité du carnet de commandes, qui excède rarement 15 jours. L’avenir appartient à ceux qui sauront combiner intelligemment le numérique et la sérigraphie, pour proposer des produits novateurs », prédit le PDG de l’Atelier. Pour cette entreprise de 8 personnes, basée dans le Morbihan (Le-Roc-SaintAndré, petite ville près de Ploërmel), l’impression numérique a démarré il y a 5 ans, avec l’acquisition d’une imprimante numérique VP 540 Roland… qui a rapidement été suivie par l’installation d’un second matériel de même nature. « Nous avons acquis à ce moment une VS 640 avec le blanc et l’argent », commente le PDG. Ces deux premiers équipements ont été revendus

Offrir à nos clients un large panel en communication visuelle »

䉴䉴

SIGN INFO SERI N° 247 • 33


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:24 Page34

L’ATELIER SÉRIGRAPHIQUE OU LE DYNAMISME À LA BRETONNE

䉴䉴

en avril dernier, pour faire l’acquisition d’une XR 640 de Roland et d’une LEJ 640, permettant d’imprimer à plat et en roll-to-roll. Alors que l’Atelier Sérigraphique était à l’origine sérigraphe avec une offre de classeurs, valisettes et PLV carton, le numérique a contribué à un important élargissement avec de la banderole et de l’adhésif prédécoupé.

LA CROISSANCE EXTERNE, UNE ÉVOLUTION PORTEUSE Deux ans après, en 2010, deuxième diversification notoire, sous la forme d’une opération de croissance externe : le rachat d’un autre petit imprimeur

34 • SIGN INFO SERI N° 247

basé près de Vannes, l’atelier Bernard Caiveau (4 personnes), qui sous-traitait déjà des travaux d’impression à l’Atelier Sérigraphique. « Notre but était de compléter la diversification Produits, afin d’offrir à nos clients un large panel en communication visuelle », explique Patrick Verre. De fait, l’atelier Bernard Caiveau a contribué à un nouvel élargissement de l’offre, en amenant l’enseigne, le marquage de véhicule, les panneaux signalétiques, les panneaux de chantier, et les stands d’exposition. Cette croissance externe est vue comme une source de complémentarité rendant l’entreprise unique dans le Morbihan de ce point de vue : « Nous

sommes les seuls à couvrir l’ensemble de cette offre », se réjouit le chef d’entreprise. D’autant que la clientèle de la société (agences de communication, imprimeurs, et industriels) se situe à 80 % entre Caen et La Rochelle. Cette trajectoire fait sans doute partie des facteurs ayant permis à l’entreprise de passer à travers la crise sans trop souffrir. Elle réalise annuellement un chiffre d’affaires de 1,1 million d’euros sur l’ensemble des deux sites, avec un effectif total de 14 personnes. « Nous avons senti l’effet de la crise il y a deux ans, mais “à la marge”. Cela n’a heureusement pas été significatif pour nous, car le numérique a compensé la baisse de l’activité

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:24 Page35

sérigraphique. Nous avons opté pour la diversification des procédés de production au bon moment », analyse Patrick Verré. La confiance reste donc de mise, dans un marché qui jouit encore d’un potentiel suffisant pour investir dans du nouveau matériel. Patrick Verré n’est pas seulement un chef d’entreprise motivé par les enjeux économiques : il mise également sur la valeur de l’individu et de la formation au sein de sa structure. Une valeur fondatrice pour cette entreprise, et qui façonne son quotidien. « L’avenir passe avant tout dans la formation de jeunes recrues : nous avons actuellement deux jeunes en formation, qui garantissent la transmission du savoir interne ».

DE NOUVELLES MATIÈRES, POUR DE NOUVEAUX MARCHÉS Spécialisée dans l’impression sur matières plastiques, PVC ou polypropylène, L’Atelier Sérigraphique est capable d’imprimer, de transformer et de fabriquer ses produits. Ses classeurs et valisettes sont commercialisés sous la marque P-Prim. Les forts volumes de fabrication permettent l’achat des matières sur fabrication à des conditions intéressantes, qui permettent de se positionner de manière avantageuse sur le front des prix. Un autre axe de développement est d’innover en termes de matières, dans la PLV traditionnelle, l’adhésif, l’aquilux, et les papiers de création. « Nous essayons de trouver des matières nouvelles et intéressantes à proposer à nos clients » se targue le président, qui prend l’exemple d’un carton kraft épais, spécifique pour la PLV et fabriqué en France. Toujours à la recherche de nouveaux fournisseurs, Patrick Verré justifie son intérêt pour les salons français régionaux et les salons européens. Ainsi, sa

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

L’ÉQUIPEMENT L’ atelier d’imprimerie se répartit sur une surface de plus 600 m², regroupant : • le bureau d’étude, • le studio PAO, • deux presses d’impression sérigraphie UV (format 1200 x 800 mm), • deux machines d’impression numérique 4 et 6 couleurs grand format Roland (laize 1,60 m et 1,37 m). Le deuxième site, celui de l’atelier Bernard Caiveau, dispose : • d’un studio graphique, • d’un plotter de découpe grande laize, • d’une table de contre-collage (1,70 x 4 m) pour panneaux en dibond, forex, bois et verre, • d’un atelier climatisé pour la pose d’adhésif (vinyle standard et vinyle total covering), pouvant accueillir un bus ou une semi remorque complète, • d’un atelier de peinture notamment pour les bâches de camions ou les banderoles grand format.

visite au dernier salon FESPA a permis à l’entreprise de trouver deux nouvelles matières qui lui permettront de proposer à moyen terme à ses clients des nouveautés produits originales. Le dernier salon inCOM à Nantes lui a même permis de vendre deux matériels d’occasion ! Pour l’avenir, le président de l’Atelier Sérigraphique, doit faire face à une évolution déjà bien enclenchée du marché, qui se durcit en raison d’un raccourcissement permanent des délais de production demandés par la clientèle, allié à une forte volatilité de celle-ci : « À cause de l’information disponible sur internet, le client n’est plus aussi fidèle et devient volatil. Il nous faut donc nous montrer de plus en plus réactifs. Avec des tailles d’entreprises

telles que la nôtre, nous avons la capacité d’être flexibles, d’être en sous-charge à certains moments, et en surcharge à d’autres. Notre gamme d’équipement diversifiée nous permet également cette flexibilité. Notre entreprise est connue pour être capable à la fois de réaliser le “mouton à cinq pattes” que le client souhaite et de la “belle” impression ». Autre vecteur de croissance, le potentiel de marché offert par la disparition de petites sociétés de sérigraphie de 2 ou 3 personnes, qui sont en difficulté aujourd’hui et souvent contraintes de cesser leur activité. Il se trouve que peu de repreneurs se proposent pour reprendre les savoir-faire disponibles, tant les contraintes d’hygiène et de sécurité sont devenues importantes. n

SIGN INFO SERI N° 247 • 35


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:24 Page36

INTERV JEAN-MARIE LAMBERT CO-GÉRANT DE HORIZON NUMERIC CENTER

La généralisation du numérique a ouvert aux clients de nouvelles perspectives de réalisations. »

LA BANALISATION DU NUMÉRIQUE PERMET AUX UTILISATEURS DE SOLUTIONS D’IMPRESSION DE DÉVELOPPER DE NOUVEAUX MARCHÉS, COMME L’IMPRESSION TEXTILE. LA MONTÉE EN PERFORMANCES DES IMPRIMANTES LEUR PERMET DE FAIRE FACE À UN PROFOND REMODELAGE DE LA DEMANDE, PLUS FRAG-

Vous êtes (avec Jérôme Gelin) à l’origine de la création d’Horizon Numeric Center, en 2010. Quelle est la ligne de force du positionnement de la société ? Nous sommes distributeurs exclusifs de la marque Mutoh. La stratégie de notre entreprise consiste à tout prendre en charge : la distribution, l’installation de solutions d’impression numérique (avec logiciels, finitions…) et l’intégralité du service autour de nos solutions. Nous avons pris le parti de mettre en place notre propre force SAV, ce qui est important parce

MENTÉE ET TOUJOURS PLUS DANS L’URGENCE.

que quand on fait sous-traiter le SAV, on perd le

LA DÉMOCRATISATION DE L’IMPRESSION RAPIDE

équipes disposent de fortes compétences techniques

contrôle de la solution que l’on a vendue. Nos

INDUIT UNE ATTENTE FORTE EN AVAL, AU

et technologiques, elles savent aussi bien gérer l’im-

NIVEAU DES ÉTAPES DE FINITIONS DES

sent les métiers de nos clients.

SUPPORTS IMPRIMÉS. DÉCRYPTAGE DE CES ÉVOLUTIONS AVEC JEAN-MARIE LAMBERT, CO-GÉRANT DE HORIZON NUMERIC CENTER,

pression que la découpe, la colorimétrie et connaisNous avons choisi de proposer une forme de sérénité au client en étant fournisseur d’une solution complète, de A à Z. Ce qui est perçu comme une bonne prestation, car cela nous a apporté un développement important de notre business en renouvellement

DISTRIBUTEUR OFFICIEL DES MACHINES MUTOH.

de machines. Cette stratégie de service a aidé à

Par Jenny de Montaigne

peu plus élevé.

36 • SIGN INFO SERI N° 247

fidéliser les clients, même si le prix de vente est un

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:24 Page37

VIEW « SAVOIR DÉVELOPPER

À gauche Jérôme Gelin, à droite Jean-Marie Lambert, les deux fondateurs de Horizon Numeric Center.

DE NOUVEAUX Quelles évolutions notables percevez-vous au niveau de la demande des entreprises utilisatrices de vos systèmes d’impression ? Nos clients sont des imprimeurs, séri-

MARCHÉS, MAIS AUSSI CONSERVER SES CLIENTS. »

graphes, enseignistes, reprographes,

client doive aller ailleurs pour son impression textile, et qu’il ne s’en aille pour de bon. Ils ont basculé une partie de leur production sur du textile, ce qui leur a permis de se positionner en gagnant des parts de

peintres en lettres, agences de communica-

marché par rapport à des confrères qui

tion… mais aussi des professionnels dans

ment pour écouter ce que le client

n’en faisaient pas.

d’autres métiers (par exemple, nous ven-

demande, mais aussi pour suggérer,

Pour nos clients, offrir un panel complet

dons des machines pour fabriquer des

apporter du nouveau… tout en faisant la

des possibilités du numérique permet non

panneaux de signalisation routière, qui

« promotion » de la vision de Mutoh

seulement de développer de nouveaux

étaient auparavant réalisés en sérigra-

(quelle machine choisir pour avoir plus de

marchés et de gagner de nouveaux clients,

phie). La grande question que se posent

fiabilité, sur quel support imprimer, pour

mais aussi de conserver leurs clients, ce

les chefs d’entreprise, c’est : « qu’est ce

quel prix, etc.).

qui est très important.

que je pourrai faire demain, en plus

C’est comme cela que nous avons orienté

De nôtre côté, la montée du textile dans les

ou en mieux ? »

des clients vers le marché du textile grand

arts graphiques se traduit par une augmen-

format. Certains cherchaient des applica-

tation d’environ 10 % du chiffre d’affaires

Quelle est la réponse de HNC à ce type de

tions où ils allaient pouvoir se distinguer,

tous les ans dans ce type d’applications.

problématique ?

voire être les premiers, et progresser plus

Autre évolution notable : les machines

Ce que nous cherchons à vendre à nos

vite que les autres.

numériques sont de plus en plus qualita-

clients, c’est : comment ils vont gagner de

Certains de nos clients ont développé des

tives, ce qui nous permet d’approcher des

l’argent avec nos machines, vers quoi nous

« business plans » avec un focus sur ce

imprimeurs produisant de gros volumes (les

allons l’aider à chercher de la valeur ajou-

segment (le textile). Parce qu’il n’y a rien

sérigraphes, etc.). D’autant que, les com-

tée. Nos commerciaux ne sont pas de sim-

de pire que ne pas pouvoir répondre à un

mandes de hauts et moyens volumes se

ples « vendeurs de boîtes », ils sont aussi

client « traditionnel » qui a un besoin en

réduisant, les professionnels se posent la

force de propositions : ils sont là non seule-

impression textile : le danger est que ce

question d’investir dans des solutions per-

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

SIGN INFO SERI N° 247 • 37

䉴䉴


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:24 Page38

INTERVIEW JEAN-MARIE LAMBERT HORIZON NUMERIC CENTER

䉴䉴 mettant de répondre à un client qui veut

de vitesse et de qualité. Il y a une pre-

seront correctement enroulées.

commander 10 affiches, de façon à

mière augmentation de prix due au dou-

Pour fiabiliser les machines, Mutoh a

conserver ce client, qui sinon risquerait de

blement des têtes. Ensuite, multiplier la

développé des dispositifs d’enroulage-

partir définitivement ailleurs.

vitesse par deux multiplie aussi les

déroulage grâce auxquels un client peut

Le numérique prend une importance

contraintes techniques : le calage

mettre sans problème 500 m de papier,

croissante parce qu’il permet de s’adapter

extrêmement précis pour l’avance du

ou 100 kg, voire 120 kg de matière. Ce

à cette évolution des commandes en plus

support, une gestion très précise de la

sont les moteurs additionnels qui vont

petits volumes : les machines sont plus

dépose des points, du chargement, du

dérouler ces rouleaux de 100 kg, qui ne

rapides, ce qui apporte aux imprimeurs la

déchargement, etc.

sont donc plus tractés par les galets des

capacité de générer une production plus

En outre, quand on produit des volumes

machines. Les moteurs sont soulagés et les

importante, mais avec plus de souplesse.

importants, on est plus sensible à la

machines plus fiables. L’autonomie est très

En 3 ans, l’on a assisté à un doublement

consommation et aux coûts de l’encre. Et

grande, y compris la nuit.

des vitesses d’impression, à 35 m²/h

les coûts d’utilisation avaient tendance à

Permettre aux clients d’imprimer la nuit

(vitesse obtenue en multipliant le nombre

augmenter énormément avec les volumes

sans surveillance, c’est leur permettre de

de têtes). En outre, on a atteint des

d’impression. Mais Mutoh propose des

doubler leur capacité de production, donc

niveaux de qualité très satisfaisants : les

solutions contribuant à faire baisser les

les aider à faire plus de business et aug-

têtes présentent aujourd’hui une résolution

coûts de fonctionnement pour ceux qui

menter leur revenu. Mais c’est aussi leur

originale de 720 dpi, ce qui est largement

impriment beaucoup. Comme des sys-

apporter plus de souplesse : plus un impri-

suffisant.

tèmes d’encrage additionnels permettant

meur a une machine rapide et fiable, plus

de limiter les coûts d’encre, ou des migra-

il peut accepter des commandes au der-

Cette montée en performance se

tions vers des machines ayant des coûts

nier moment et augmenter sa réactivité.

traduit-elle par une augmentation des

de fonctionnement plus intéressants par

prix, ou des coûts ?

rapport au niveau de production, ou

Le numérique permet donc de s’adapter à

En effet, les prix à l’achat augmentent un

encore des dispositifs permettant d’impri-

la baisse de visibilité sur les commandes ?

peu, parallèlement à ces augmentations

mer la nuit en étant sûr que les impressions

C’est la tendance aujourd’hui, les com-

38 • SIGN INFO SERI N° 247

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:24 Page39

INTERVIEW JEAN-MARIE LAMBERT HORIZON NUMERIC CENTER

mandes sont toujours plus urgentes. Nous avons des clients qui ont monté (et réussi) des business plans sur des livraisons en 48 heures. C’est une vraie valeur ajoutée, une vraie stratégie de développement. Quand vous vendez une machine qui imprime plus vite et qui est fiable, capable de travailler 16 heures au lieu de 8 heures, votre client va pouvoir investir dans du commercial, pour aller chercher les commandes. Parmi les autres tendances, vous mentionnez également la poussée des machines de finition. Oui, les clients demandent à gérer eux-mêmes la partie « finitions », à savoir essentiellement la découpe (et le fraisage) des supports imprimés. Avant, on découpait le plus souvent à la main. Après la démocratisation des imprimantes (augmentation des performances), l’on assiste aujourd’hui à la démocratisation des machines de finitions-découpe automatiques. Les prix ont baissé dans un rapport de 40 % sur ce type de machine ces dernières années : de 100 000 € environ, l’on est passé à 60 ou 70 000 €, en fonction du nombre d’outils. Quels sont les enjeux qui expliquent cette montée de la demande sur les finitions ? C’est la conjonction de plusieurs facteurs : outre la baisse des prix des machines de finition, il y avait un déséquilibre entre des imprimantes très rapides et la découpe faite à la main. Concrètement, que faire quand l’on a imprimé 400 m ? Il y a également l’avènement de l’impression directe sur du rigide (au lieu d’impri-

En tant que distributeur Mutoh,

découper derrière, avec l’avantage

mer du film et de le contrecoller sur une

bénéficiez-vous pleinement de

d’avoir des matériels du même fournisseur.

plaque), support qu’il faudra également

cette demande ?

De nombreux clients préfèrent nous suivre

couper ensuite. En outre, les outils de

Depuis novembre 2012, nous installons

dans notre développement et prendre un

découpe actuels amènent des possibilités

des tables de découpe SUMMA F1612

partenaire capable d’offrir une solution

de finitions que l’on n’avait pas aupara-

et nous avons constaté une importante

globale. Parce qu’il y a des interactions

vant : ils peuvent découper des formes

demande de nos clients et prospects.

fortes entre l’imprimante et la découpe :

courbes, des personnages, le tout pouvant

D’autant que nous offrons une solution

des repères précis, des drivers

être calé de manière précise.

globale : un client peut imprimer et

spécifiques, etc.

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

n

SIGN INFO SERI N° 247 • 39


sis 247_Mise en page 1 25/11/13 10:24 Page40

J’utilise

ALLPRINT QUADRUPLE SA CAP A

L’IMPRIMANTE DURST

LE PRODUIT

RHO 1012, MISE EN ŒUVRE

L’IMPRIMANTE DURST RHO 1012

CET ÉTÉ CHEZ ALLPRINT, EST UNE MACHINE INDUSTRIELLE DONT LA PRODUCTIVITÉ PERMET DE RÉPONDRE À DES COMMANDES TRÈS URGENTES. SA GRANDE QUALITÉ D’IMPRESSION OUVRE L’ACCÈS À DES MARCHÉS HAUT DE GAMME, AINSI QU’À DE NOUVELLES APPLICATIONS, REPOSANT SUR DE NOUVELLES MATIÈRES. Par Jenny de Montaigne

40 • SIGN INFO SERI N° 247

très élevée. Elle affiche une taille de goutte infime, de 12 picolitres, ce qui lui permet d’imprimer avec une résolution atteignant 1 000 ppp (points par pouce). L’autre raison du choix de la Rho 1012

Arrivée dans l’entreprise en août dernier,

est sa grande polyvalence, appréciable

la Durst Rho 1012 est la deuxième impri-

sur une machine aussi puissante.

mante Durst utilisée chez Allprint, après

Elle propose toutes les options d’impres-

la Rho 750 High Speed, installée depuis

sion de rouleau à rouleau et de rouleau à

environ deux ans. La 1012 fait partie de

feuille, et peut donc être configurée dans

la série Rho 1000, une gamme d’impri-

le format le mieux adapté au besoin de

mantes à jet d’encre UV à plat grand for-

l’utilisateur. Elle apporte en outre une

mat (d’une largeur de 2,50 m), que le

grande souplesse d’utilisation : on peut

fabricant positionne comme une sorte de

passer d’un matériau à un autre très ra-

« référence de qualité » sur le segment

pidement (dibond, film polyester, PVC,

des machines industrielles haut de

papier, carton, etc.). Ce qui ouvre à l’en-

gamme.

treprise un nouveau champ d’applica-

En effet, cette imprimante présente à la

tions, car elle pourra proposer, dans les

fois une productivité de niveau industriel

projets, un catalogue de nouvelles ma-

(jusqu’à 490 m²/heure) et une résolution

tières, par exemple imitant le bois.

n

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


P ACITÉ D’IMPRESSION

L’UTILISATEUR (et même à l’étranger) », affirme Benoît

ALLPRINT

Rousselot, responsable d’Allprint. La première force de l’entreprise est

Créé en 2005 et basé à Gennevilliers

qu’elle s’appuie sur une équipe possé-

(95), AllPrint se définit comme un pres-

dant non seulement de très grandes com-

tataire de services, fournisseur de solu-

pétences technologiques et

tions clé en main d’impression et

techniques, mais aussi

d’équipement pour des enseignes de la

une expertise métier.

grande distribution. Son activité princi-

Elle est capable de

pale est la signalétique et le remodeling

concevoir et proposer

de magasins (aménagement intérieur).

des solutions métier à

Parmi ses références, des grandes en-

tous les clients et parte-

seignes comme Carrefour, Castorama,

naires d’Allprint.

Conforama, Ikea, Mr Bricolage…

Son deuxième point fort est

L’entreprise, qui regroupe aujourd’hui

son haut niveau d’investis-

une quarantaine de personnes, devrait

sement. L’entreprise a in-

réaliser en 2013 un chiffre d’affaires

vesti, en 2012, plus de1,5 M€. À noter

compris entre 6 et 7 M€ (contre 5 M€

qu’un soin particulier est apporté dans le

en 2012).

choix de technologies dont la pérennité

Son métier dépasse largement l’impres-

est certaine, à travers à une veille tech-

sion, qui ne représente que 10 % de son

nologique active et permanente, en

activité : sa vocation est aujourd’hui d’of-

France et à l’étranger.

frir une large plate-forme d’outils d’im-

Troisième levier de cette réussite, des

pression,

de

capacités financières importantes et le

allant

soutien solide des investisseurs (des ban-

jusqu’aux étapes de préparation, coli-

quiers), qui accompagnent depuis des

sage, pose… « Nous gérons de A à Z le

années l’entreprise dans ses investisse-

besoin de nos clients, sur toute la France

ments.

fabrication

puis

de

et

de

techniques finitions,

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

n

J’utilise

SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:24 Page41

Une équipe à double expertise, technique et métier.

SIGN INFO SERI N° 247 • 41


J’utilise

SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:24 Page42

LE TÉMOIGNAGE

BENOÎT ROUSSELOT RESPONSABLE D’ALLPRINT

n Quels ont été les critères déterminants du choix de cette imprimante ? D’abord sa grande productivité : elle pourra imprimer jusqu’à 400 ou 500 m²/h quand elle sera complètement opérationnelle. Nous avons un carnet de commandes très important, et nous avions atteint la saturation avec la première imprimante. Nous recherchions également un niveau élevé de qualité d’impression, pour pouvoir aller sur des marchés haut de gamme. Nous voulions en outre une 6 couleurs, pour offrir une palette intéressante en termes de rendus. Le choix a été également celui du constructeur, qui est un vrai partenaire technique et qui effectue des interventions rapides et efficaces en cas de problème. Nous étions très satisfaits de la première machine, qui est excessivement fiable et robuste, et qui a été utilisée énormément. Nous avons aussi choisi de rester avec Durst parce que la Rho 750 que nous utilisions s’intégrait dans un flux de production, au sein de notre GPAO qui gère l’ensemble de flux d’impression, de découpe, etc. La Rho1012 a la même interface que la 750, elle pouvait donc s’insérer directement, en exploitant le même RIP, et sans changement pour l’opérateur. Il y a enfin le critère économique : nous avons fait des tests qui ont prouvé des coûts de revient au mètre carré plus intéressants que ceux des autres imprimantes évaluées.

42 • SIGN INFO SERI N° 247

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


sis 247_Mise en page 1 25/11/13 10:24 Page43

J’utilise

La nouvelle imprimante répond-elle à vos attentes ? Oui, d’abord parce qu’elle nous permet d’imprimer beaucoup plus. Nous utilisons les deux machines Durst. Sur la Rho 750, nous produisons 140 000 à 150 000 m² par an. Avec La Rho 1012, on est capables d’imprimer 600 000 m². Nous sommes en mesure de répondre à des commandes très urgentes (ou qui évoluent en cours de traitement) et de les traiter très rapidement. En cela, la nouvelle machine nous a apporté une flexibilité appréciable. Elle nous apporte également une grande souplesse de travail, car on peut passer très rapidement d’un matériau à un autre. Vous permet-elle d’aborder des applications nouvelles ou de cibler de nouvelles clientèles ? Nous sommes certes ancrés dans les magasins, mais plusieurs de nos clients nous réclamaient des produits pour leurs campagnes d’affichage (affiches, kakemonos…) et l’acquisition de la Rho 1012 nous ouvre des possibilités d’aller sur ces marchés. Nous allons pouvoir toucher une typologie de clientèle un peu différente, celle des annonceurs, des agences, des plateformes, en étant capables de nous positionner sur des campagnes gérées de A à Z. Cette imprimante nous permet aussi d’aborder de nouvelles applications, de proposer

Nous pouvons imprimer 600 000 m2 par an avec la Rho 1012 »

un catalogue de nouvelles matières, par exemple tout ce qui imite le bois. Elle nous oriente vers le haut de gamme, car elle offre jusqu’à 1 000 dpi de résolution, niveau de qualité correspondant aux marchés du luxe, dans lesquels nous travaillons de plus en plus aujourd’hui. Ce sont des niches de marché spécifiques et intéressantes, qui demandent de pouvoir travailler sur plusieurs types de supports.

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

n

SIGN INFO SERI N° 247 • 43


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:24 Page44

CES PRODUITS

L’AGENDA 2014

QUI FONT PARLER D’EUX

FEVRIER

PIXARTPRINTING Avec MagaZoo, le carton s’anime Pixartprinting réinterprète aujourd’hui le monde animal dans toute sa diversité avec MagaZoo, une gamme inédite de porte-revues en carton alvéolaire. Recyclable, conçu dans une épaisseur de 10 mm qui le rend à la fois solide et léger, doté d’une finition en papier lisse et blanc, ce produit deviendra votre meilleur allié si vous souhaitez apporter une touche de créativité à vos points de vente, stands, show-rooms, bureaux et espaces privés, d’autant plus que vous pouvez personnaliser sa face externe avec vos propres visuels. La société propose un large éventail de formes : chien, chat, mouton, tortue, gorille, cygne et bien d’autres encore. Cet objet fonctionnel trouve toute sa place dans la gamme de produits de décoration d’intérieur et de design réalisés par Pixartprinting. Très polyvalents, ces porte-revues peuvent également faire office de vide-poches ou de bacs à fleurs, toujours 100% écologiques.

C ! PRINT DU 4 AU 6 FÉVRIER 2014 EUREXPO HALL 4 LYON HTTP://SALON-CPRINT.COM/

MARS IPEX 2014 DU 24 AU 29 MARS 2014 LONDON EXCEL LONDRES, ROYAUME UNI HTTP://WWW.IPEX.ORG/

AVRIL INCOM 2014 2 ET 3 AVRIL 2014 GRAND PALAIS LILLE HTTP://WWW.IN-COM.FR

PRIMERA TECHNOLOGY EUROPE Système de marquage laser LP130e Le système LP130e permet la production d’étiquettes extrêmement durables pour des applications, comme le numéro de série sous capot, les étiquettes d’avertissement et d’instruction, les étiquettes pour l’aérospatiale et les panneaux solaires, des pièces automobiles ou des matériaux de construction. Du texte, des graphiques et des codes à barres linéaires et 2D peuvent être marqués au laser sur des substrats spéciaux pouvant aller jusqu’à 130 mm (5,1") de large. Les étiquettes finies sont très robustes et ne nécessitent pas de laminage pour résister à une exposition prolongée à la lumière UV, aux produits chimiques, aux liquides et aux températures jusqu’à 300°C. Elles répondent également aux exigences des normes UL et CSA pour les plaques signalétiques et les étiquettes numéro de série CSA. Ce système d’impression utilise une diode laser spécialement conçue, couplée à une optique haute précision. Ce type de combinaison de laser et d’optique n’a jamais été utilisé sur une imprimante d’étiquette à marquage laser de bureau, alimentée par rouleau. Avec une réduction des coûts et une mécanique simple, les étiquettes ainsi produites sont généralement utilisées pour remplacer des plaques métalliques ou les étiquettes produites par transfert thermique sur résine, stratifiées dans un processus secondaire mais cependant pas assez durables pour de nombreuses applications.

44 • SIGN INFO SERI N° 247

LE SALON DE LA COMMUNICATION VISUELLE ET DES ARTS GRAPHIQUES

MAI FESPA DIGITAL 2014 FESPA FABRIC 2014 DU 20 AU23 MAI 2014 MUNICH EXHIBITION CENTRE MUNICH ALLEMAGNE HTTP://WWW.FESPA.COM

ANNONCEZ VOS ÉVÉNEMENTS DANS NOTRE AGENDA. ENVOYEZ-NOUS VOS INFORMATIONS : CONTACT@SIGNINFOSERI.COM

RETROUVEZ VOTRE MAGAZINE EN LIGNE Abonnez-vous, gratuitement, à notre newsletter : contact@signinfoseri.com

www.signinfoseri.com NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:24 Page45

LES ANNONCES CLASSÉES n SÉLECTIONNEZ LA RUBRIQUE DANS LAQUELLE VOUS VOULEZ APPARAÎTRE

DE DE n OFFRE n DEMANDE n VENTE n VENTE n DIVERS D’EMPLOI D’EMPLOI MATÉRIEL SOCIÉTÉ

n REMPLISSEZ LA GRILLE LISIBLEMENT EN CAPITALES. (Laissez une case libre entre chaque mot). Les logos ou photos sont à envoyer à : contact@signinfoseri.com

TARIF UNIQUE

70 € Une double visibilité le journal + le site internet

SIGNINFOSERI LE MAGAZINE DE L’EXPRESSION VISUELLE

n VOS COORDONNÉES Société . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse

...............................................................................................

Code Postal Tél

............................

Ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Fax . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

..........................................

Email

...................................................................................................

Tampon de la société

Date

...........................

Merci d’envoyer votre coupon et votre règlement par chèque à :

Canal Expo : 1, rue Paul Vaillant Couturier, 92300 LEVALLOIS-PERRET Un justificatif de facture vous sera adressé par e-mail.

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013

SIGN INFO SERI N° 247 • 45


SIS 247_Mise en page 1 25/11/13 10:24 Page46

OUI, JE M’ABONNE !

Vous êtes un acteur sur le marché de la communication et de l’expression visuelle moyen et grand format. Restez connecté à l’actualité de votre secteur d’activité en vous abonnant à Sign Info Seri, magazine professionnel, référence sur ce marché depuis maintenant vingt ans.

SIGNINFOSERI

Votre domaine d’activités :

q Tampographie

q Impression numérique

q Gravure

q Agence de pub

q Sérigraphie

q Autre (à préciser)

q Signalétique

q Textile/Broderie/Transfert

......................................................................................................

Société . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Contact

................................................................................................

Adresse

...............................................................................................

LE MAGAZINE DE L’EXPRESSION VISUELLE

FRANCE

n n

72 € TTC

1 an (5 n°) 2 ans (10 n°)

ETRANGER

n n

............................................................................................................

132 € TTC 95 € TTC

1 an (5 n°) 2 ans (10 n°)

180 €TTC

q Règlement par chèque à l’ordre de :

Code Postal E-mail Tél

............................

..................................................................................................

Fax . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

..........................................

Code APE

Canal Expo SARL N° IBAN : FR76 3000 3030 2000 0217 6335 986 Code BIC : SOGEFRPP Domiciliation : Société Générale Paris Bourse (03020), 134, rue Réaumur, 75065 PARIS

Nombre de salariés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.............................................

Tampon de la société

Canal Expo : 1, rue Paul Vaillant Couturier - 92300 LEVALLOIS-PERRET

q Règlement par virement bancaire :

Ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Date : ...................................

Signature :

Un justificatif de facture vous sera adressé par e-mail.

46 • SIGN INFO SERI N° 247

NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2013


couv 247_Mise en page 1 25/11/13 10:29 Page47


couv 247_Mise en page 1 25/11/13 10:29 Page48

LE SALON DE LA COMMUNICATION ET DES ARTS GRAPHIQUES

LILLE

2

&

3 AVRIL

Grand Palais

Un événement

2014 RENNES

4 ET 5 JUIN Parc Expo Rennes Aéroport

IMPRIMEURS NUMÉRIQUES TEXTILE ET GRAND FORMAT, SÉRIGRAPHES, ENSEIGNISTES, PEINTRES EN LETTRE, GRAVEURS, BRODEURS, FABRICANTS DE PLV… CES SALONS SONT FAITS POUR VOUS !

Sis 247  

Le magazine de la communication visuelle, signalétique, sérigraphie, impression grand format