Issuu on Google+

01_Cover.indd 1

23.01.2008 10:27:48 Uhr


1RDV.indd 1

12/12/07 11:14:10


Alors que l’année 2008 est bien amorcée, ce deuxième numéro de l’année de votre City Magazine a choisi de se tourner résolument vers l’avenir. Au nombre des perspectives qui vont changer notablement le visage de la ville, Rendez-Vous dédie l’un de ces thèmes principaux à l’impressionnant projet des Rives de Clausen. Ce dernier va non seulement métamorphoser les configura­tions des quartiers de Clausen et du Grund, mais il va également influencer notre perception de ces deux secteurs de la ville, dont l’histoire est profondément marquée par la présence de la brasserie Mousel. Projection vers l’avenir, également, par le biais d’un deuxième grand sujet développé dans ce numéro de février. L’innovation y est mise à l’honneur, et plus particulièrement les sociétés innovantes, avec notamment l’exemple de la société Prefueled qui participera aux Jeux Olympiques cette année à Beijing! Poursuivant son voyage-découverte des institutions culturelles de la capitale, votre City Magazine donne la parole à Claude Bertemes, infatigable directeur de la Cinémathèque de la Ville, qui nous présente les multiples facettes de ce véritable musée vivant du cinéma. Au rang des curiosités à ne pas manquer au fil de ces pages, un portfolio signé Andres Lejona. Le photographe nous invite à découvrir de façon insolite les uniformes et costumes arborés par différents groupes professionnels et communautés qui sil­lonnent la ville. Sans manquer toutes vos rubriques habituelles, International Community, dédiée à la communauté iranienne du Luxembourg, comptant pas moins de 300 personnes, dont quelques éminents représentants sont à l’honneur dans ce magazine, l’invité de Passion Commune, Patrick Schumacher, fonctionnaire à l’Administration des Travaux et des Services techniques de la Ville, grand amateur de danse latine, et un grand bol d’air proposé au fil des pages Sport consacrées au cyclo-cross, discipline très appréciée de ses pratiquants pendant les mois d’hiver. Je vous souhaite une excellente lecture! Paul Helminger, Bourgmestre de la Ville de Luxembourg

Photo: Julien Becker.

Nouvelles perspectives

New perspectives As 2008 begins, your City Magazine’s second issue of the year has chosen to focus firmly on the future. Among the numerous developments which are going to change the face of the city dramatically, the impressive project of the river banks at Clausen has grabbed the attention of Rendez-Vous’ editorial team. Not only will this transform the geography of Clausen and the Grund but it will as well influence the way we view these two city districts, whose history has been profoundly influenced by the presence of the Mousel brewery. This February issue further develops its outlook on what’s to come with a second major topic: innovation is the keyword, especially innovating companies with the notable example of the company Prefueled which will take part in this year’s Olympic games in Beijing! In its ongoing discovery of the capital’s cultural institutions, your City Magazine turns the spotlight on Claude Bertemes, indefatigable director of the Cinémathèque of the City of Luxembourg, who shows us the many facets of this veri­table living museum of cinema. Be sure to take a peak at the portfolio from Andres Lejona as you turn the pages. In his very own way, the photographer invites us to discover, the uniforms and costumes worn by various professional groups or communities across the city. Amongst your regular columns, International Community is dedicated to the 300-strong Iranian community in Luxembourg and draws a portrait of some of its outstanding members in this issue. Passion Commune’s guest is Patrick Schumacher, employee of the ATST regrouping the City’s technical services and great enthusiast of Latin dance. The pages of Sport are filled with fresh air, as they are dedicated to cross-country mountain-biking, a discipline much enjoyed by its devotees during the winter months. I wish you an excellent read! Paul Helminger, Mayor of the City of Luxembourg

 02_Edito.indd 3

25.01.2008 17:14:25 Uhr


Sommaire The Magazine includes portraits, interviews, stories and a portfolio.

Magazine 16 Standort der Zukunft Als internationales Finanzzentrum und Sitz zahlreicher europäischer Institutionen ist Luxemburg längst hinreichend bekannt. Inzwischen siedeln sich aber auch mehr Firmen an, die dank gezielter Förderung und Unter­ stützung, für völlig neue Impulse sorgen. �

24 Centre of excellence for the future Luxembourg has long been recognised as a financial centre and as the seat of numerous ­European institutions, but recent efforts to diversify the economy – including targeted financial support – have led to the establishment of leading-edge innovative companies.

26 River bank revival The Clausen district is being transformed on both sides of the Alzette River. The Rives de Clausen development will occupy the area’s disused brewery sites with cafés, bars, restaurants, shops and office space, and eventually, a new hotel. This ambitious project will greatly expand the attractions in this river valley area. Rendez-Vous went to have a look around the construction site.

31 Une nouvelle vie pour les rives de l’Alzette Le quartier de Clausen connaît actuellement d’importantes transformations, sur les deux rives de l’Alzette. Le projet Rives de Clausen vise à transformer les anciennes brasseries désormais inutilisées en cafés, bars, restaurants, boutiques, bureaux et au final, un nouvel hôtel. Cet ambitieux projet augmentera largement l’attractivité de cette zone de la vallée. Rendez-Vous est allé voir où en était le chantier.

34 Le gardien du temple Véritable mémoire du patrimoine cinématogra­ phique international, la Cinémathèque de la Ville de Luxembourg ne fait pas qu’assurer une logique de conservation. Cette institution dynamique, dirigée par un passionné à la faconde légendaire, Claude Bertemes, multiplie les initiatives pour rendre vivante cette nécessaire réinscription du cinéma dans ses réalités multiples.

40 Guardian of the temple

The City of Luxembourg’s Cinémathèque is more than just a conservation archive; it is nothing less than a living testament to our international cinematographic heritage. This dynamic institution, managed by Claude Bertemes, an enthusiast famous for his verbosity, is ever more creative in breathing new life into this essential revival of cinema in all its guises.

44 Portfolio: Us et costumes Comme une mise en scène publique de soi, une façon de marquer fièrement son appartenance à une communauté, une catégorie sociale, ethnique, scolaire ou religieuse, les vêtements sont un langage, les dress codes une façon de communiquer. Peuplée d’acteurs arborant leurs costumes, la ville offre un vaste champ d’exploration. S’il doit tout à son sujet, ce voyage coloré signé Andrés Lejona, est loin d’être «uniforme». Clothes are Us. Clothes are a language and dress codes a way of communicating. Like a public display of who you are, a manner of stating proudly that you belong to a commu­ nity, a social group, be it ethnic, educational or religious. Luxembourg’s rich cultural and social diversity can be seen on the streets of the city, which are full of people displaying their individuality. Although he lowes everything to his subject, this colourful journey presented by Andrés Lejona is far from being “uniform”.

 03_Sommaire.indd 4

24.01.2008 15:23:35 Uhr


Find the monthly features in Rubriques.

Rubriques 6 City News Informations pratiques, nouveautés shopping, nouvelles adresses... Practical information, shopping news, new addresses and places to discover...

56 International Communities: The Pistachio Experiment 162 nationalities live in Luxembourg… including approx. 300 Iranians. 162 nationalités cohabitent à Luxembourg… dont environ 300 Iraniens.�

62 Environnement: Des services et des hommes La Ville de Luxembourg compte sur une véritable armada de services ayant intégré les notions environnementales dans leurs missions quotidiennes.

63�� Of ��� service ������������������� and the man The city of Luxembourg can rely on a panoply of municipal services that have incorporated environmental considerations in their daily work.

Rendez-Vous presents the highlights of events, exhibitions and the CinŽmathque programme.

Highlights ��� 69� Spectacles et loisirs Une sélection des événements du mois.

92 Expositions Une sélection des expositions du mois.

102 Cinémathèque Les différents cycles, les événements live, et le programme du week-end en détail.

64 Sport: Bikers vaillants

Le cyclo-cross offre littéralement aux inconditionnels de la pédale une opportunité de sortir des sentiers battus.

66 Bikers on the storm

Cross-country mountain-biking offers bike enthusiasts the chance to go off the beaten track.

110 Adresses utiles Musées, institutions, théâtres, discothèques… Guide pratique.

112 Passion commune  Avec plus de 3.000 collaborateurs, la Ville de ­Luxembourg est l’un des principaux employeurs du pays. Dans ses rangs, des passions secrètes. Ce mois-ci découverte du hobby de ­­�������� Schumacher. Patrick ����������� With over 3,000 employees, the City of ­Luxembourg is one of the country’s leading employers. Discover some of their secret hobbies. This ����������� month Patrick Schumacher.

114 Prochainement� Chaque mois, un aperçu des événements et manifestations à venir.

The pocket size day-to-day agenda.

City Agenda 6 Agenda Concerts, théâtre, danse, visites thémathiques, programmes cinéma... Classement jour par jour.

36 Expositions Musées, galeries, institutions... toutes les expositions du mois.

48 Listing, cartes, adresses utiles Pour retrouver toutes les adresses des différents lieux en ville. 

03_Sommaire.indd 5

25.01.2008 17:05:03 Uhr


Regards sur la ville Informations pratiques, nouveautés shopping, nouvelles adresses et endroits à découvrir... Les temps forts de l’actualité citadine sont recensés au fil de ces pages, véritables fenêtres ouvertes sur la capitale en mouvement. Practical information, shopping news, new addresses and places to discover... The major topics of the city news can be found on the following pages, displaying the capital in motion. Illustration: Vera Capinha Heliodoro (StudioForEditorialDesign)

 04_city News.indd 6

24.01.2008 15:29:51 Uhr


Photo: Christian Aschman

City News

Le site des Rotondes sera entièrement réhabilité. The Rotundas site is to be entirely renovated. Luxembourg 2007

L’aventure continue The Adventure Continues Si l’année culturelle 2007 a été faste en événements, elle a également été l’occasion de réhabiliter des lieux insolites, ayant plus qu’obtenu l’adhésion du public. A l’après 2007, la question était sur toutes les lèvres: que va-t-il rester? Ainsi, afin de pérenniser les activités artistiques et socioculturelles et certains lieux plébiscités par les visiteurs, une structure de transition et de préfiguration a vu le jour récemment. L’asbl Carré Rotondes aura pour mission de gérer l’espace Paul Wurth, qui se transformera, quant à lui, en lieu d’accueil culturel temporaire, hébergeant expositions et ateliers et une partie des programmes des Rotondes, notamment le programme jeune public Traffo. Le grand hall sera aménagé en salle de spectacles, de concerts et de théâtre. L’Exit07, étant devenu lieu incontournable pour les noctambules en quête de programme musical de qualité, sera égale­ ment transféré dans l’Espace Paul Wurth (sauf contraintes architecturales irréalisables). Ouverture prévue en mai. Au nombre des lieux à rouvrir: le centre de production et de création artistique (CPCA) devrait être réutilisé comme lieu de répétition et de création. Enfin, le site des Rotondes sera décontaminé et entièrement réhabilité et rouvrira ses portes au public en 2010. Il est prévu que le restaurant la Serre Bleue soit réinstallé sur le site lors de cette réouverture.

Aside from the plethora of events that it offered and thanks to its overwhelming success with the public, the cultural year of 2007 also offered a chance for reviving some less familiar places in the city. In the aftermath of 2007, the question was: what legacy will be left behind? In order to encourage the recurrence of these artistic activities year after year, a transition and anticipation plan was recently unveiled. The non-profit organisation Carré Rotondes will have the task of managing the Espace Paul Wurth, which is to become a temporary home for the cultural arts and will house exhibitions, workshops and a portion of the Rotundas’ programmes, most notably the Traffo programme for young audiences. The large hall will be converted into a concert hall and theatre. Exit07, by now a favourite destination for night owls, will also be moved into the Espace Paul Wurth (except in the event of insurmountable architectural obstacles). Its reopening is scheduled for May. Also amongst the sites to reopen is the CPCA (centre for artistic production and innovation), which is to be given new life as a rehearsal and development studio. Finally, the Rotundas site will entirely renovated, reopening to the public in 2010. By the time of this reopening, the Serre Bleue restaurant is planned to occupy a part of the site. 

04_city News.indd 7

24.01.2008 15:29:54 Uhr


Photo: Troc.com

City News

Des milliers d’articles sont désormais proposés à l’achat et à la vente via le Web. Thousands of items can now be bought or sold through the website.

Le blog souhaite séduire le consommateur et valoriser le commerce local. The blog aims at attracting consumers and promote local commerce.

e - co m m e r c e | o n l i n e s h o p p i n g

La bonne occasion

Shopping in Luxembourg

Bonne idée de blog

A good deal A Good idea for a blog Changement de nom et changement de stratégie. Troc International, présent à Luxembourg depuis plus de dix ans, devient Troc.Com et relie désormais ses points de vente au Web pour former un même réseau de distribution. En un clic, des milliers d’articles sont consul­ tables sur Internet, à la vente et à l’achat, au travers de différentes catégories (du mobilier à l’informatique en passant par le bricolage ou le jardinage). Des mises à jour en temps réel permettent également de suivre les disponibi­ lités 24 heures sur 24. Le site offre également aux internautes de multiples services, dont un espace petites annonces, un service enchères, des conseils et des idées décoration… www.troc.com New name, new strategy: Troc International, which has been operating in Luxembourg for over ten years, is to become Troc.Com and will now link its sales outlets to the web to create one single distribution network. Thousands of items for sale or purchase, grouped into different categories (from furniture to computer equipment, DIY and gardening), can be browsed through easily on the Internet. Real-time updates allow visitors to the site to follow the availability of items around the clock. The site also offers visitors several further services, such as a classified ads section and an auction service, as well as practical tips and decorative ideas. www.troc.com

Lancé à grand renfort d’actions de streetmarketing (accrochages de T-shirts, collages de stickers électrostatiques et autre distribution de papier cadeau tagué), www.goodidea.lu a fait son apparition sur la toile en décembre dernier. Faisant partie intégrante d’un grand projet de relance du commerce luxembourgeois, initié par la Confédération Luxembourgeoise du Commerce (CLC) qui s’est attaché les services d’une agence communication et marketing spécialisée, le site est conçu comme un blog, au design soigné et tendance, invitant les visiteurs à poster leurs commentaires sur les derniers lieux et nouveautés shopping. Suggérant que «consommer au Luxembourg est une bonne idée», Shopping in Luxembourg: Good idea!, le blog propose les bons plans de sa rédaction et des internautes, ainsi que leurs commentaires, suivant différentes catégories du style & design au bien-être et à la beauté, en passant par la mode, les restaurants, bars et cafés. Une galerie photos vient compléter les présentations de ces bonnes adresses. Une bonne idée pour mettre en avant le commerce local. www.goodidea.lu Launched with a barrage of guerilla marketing (a campaign featuring promotional T-shirts, electrostatic stickers and graffiti wrapping paper), www.goodidea.lu made its appearance on the web last December. It is an integral part of a large-scale project to re-launch Luxembourg’s commerce that was developed by the Confédération Luxembourgeoise du Commerce (CLC), who secured the services of a specialist PR and marketing agency. The site takes the form of a carefully and fashionably designed web blog inviting visitors to post their comments on shopping trends and favourite haunts. With the tag line Shopping in Luxembourg - Good Idea, the blog offers suggestions and reviews by both its editorial team and its users, across categories such as Style & Design, Fashion, Beauty & Wellness and Restaurants, Cafés & Bars. A photo gallery neatly complements the different written descriptions. Overall, it is an excellent idea for the promotion of local commerce. www.goodidea.lu

 04_city News.indd 8

24.01.2008 15:29:55 Uhr


Photo: Luc Deflorenne

Photo: Etienne Delorme

Photo: Etienne Delorme

City News

Au menu: plats festifs et inventifs Festive and innovative dishes are on offer

Bijoux tendance et fantaisie pour tous les styles Trendy and imaginative jewellery for all tastes

R e s ta u r a n t

Boutique

Saveurs orientales

Un peu de fantaisie

C’est parti!

A taste of the exotic

A flight of fancy

And they’re off!

Installé depuis peu, et officiellement ouvert depuis la mi-janvier, le restaurant La Medina offre à ses convives un subtil mélange de couleurs et de parfums des pays d’Afrique du Nord via une cuisine «fusion», inspirée et tournée vers des variations des plats traditionnels orientaux. Les tajines se font aux légumes, aux poissons, les couscous peuvent être végétariens, la carte respire le festif et l’inventif. Accueil convivial garanti et déco moderne avec ambiances particulières aux différents étages. La Medina, 2 rue de la Loge, Luxembourg. Infos: 26 27 09 09

Du très tendance au très stylé en passant par l’ultra créatif… Du Miel pour les Guêpes a ouvert pour les épicuriennes, et est dédié à toutes les gourmandes qui souhaitent se faire plaisir et s’offrir une petite fantaisie à porter autour de leur cou, au bras.... Travaillant pour l’heure principalement avec des créateurs de bijoux parisiens, Du Miel pour les Guêpes s’ouvrira également, dans un avenir proche, à d’autres collections internationales. Un très joli nom, pour une boutique élégamment décorée offrant une palette de bijoux de tous styles et à la portée de toutes les bourses. Du Miel pour les Guêpes, 23 rue Chimay, Luxembourg. Infos: 26 86 41 11

Campagne de communication cross media Gold: Advantage pour LuxGSM, lors de l’édition 2007 Cross Media Communication Campaign Gold: Advantage for LuxGSM, edition 2007 Co m m u n i c at i o n & D e s i g n Awa r ds

Récompensant les meilleures réalisations du design et de la communication luxembourgeois, pour leur originalité, leur créativité et leur qualité, la remise des prix de la 4e édition des Communication et Design Awards, organisés conjointement par MarkCom, la fédération luxembourgeoise des Agences-Conseils en Communication, Design Luxembourg et paperJam, se dé­roulera cette année le 29 fév­ rier. Les agences en lice se verront récom­ pensées, dans 14 catégories différentes, d’un Award décerné par le jury composé de professionnels issus des milieux de la communication et du design. www.awards.lu Recognising the best achievements in Luxembourgish design and public relations for their originality, creativity and quality, the awards ceremony for the 4th annual Communication & Design Awards, organised jointly by ­ Markcom (Luxembourg’s federation of PR consultancy agencies), Design Luxembourg and paperJam, will be held on the 29th of February 2008. The competing agencies will be presented with awards in 14 different categories, the winners being selected by a jury composed of industry professionals from the fields of design and public relations. www.awards.lu

Open officially since mid-January, La Medina is a restaurant that offers diners a subtle blend of colours and flavours from the countries of North Africa, presented in the form of a “fusion” style of cuisine, inspired by and centred upon traditional Oriental dishes. From tajines made with vegetables or fish to vegetarian couscous, the menu exudes festivity and creativity. The décor is modern, each floor has its own distinct atmosphere and a warm welcome is guaranteed. La Medina, 2 rue de la Loge, Luxembourg. Info: 26 27 09 09

From ultra trendy to ultra stylised through a most inventive medium... honey. Du Miel pour les Guêpes, which has now opened its doors to epicureans, is dedicated to every woman seeking both to indulge a sweet tooth and to find an imaginative adornment for any part of the body. Having so far collaborated mostly with Parisian jewellery designers, Du Miel pour les Guêpes will also begin to work on international collections in the near future. The boutique with the pretty name is also elegantly decorated and offers an array of jewellery in all styles and for all budgets. Du Miel pour les Guêpes, 23 rue Chimay, Luxembourg. Info: 26 86 41 11

 04_city News.indd 9

24.01.2008 15:30:06 Uhr


Illustration: Elisa Kern (StudioForEditorialDesign)

City News

Hotcity permet de trouver de nombreuses informations pratiques sur la ville. Hotcity gives access to extensive practical information on the city. H ot c i t y

Photo: Etienne Delorme

La ville en quelques clics

Un havre de sérénité en pleine ville A haven of tranquillity in the city centre B i e n - e t r e | W e ll - b e i n g

La note bleue Harmony in blue Récemment implanté à Luxembourg, Passage Bleu développe depuis dix ans le concept de spa urbain: une démocratisation du bien-être en milieu urbain, regroupant dans un même espace un lieu coiffure, esthétique et spa (hydrothérapie et soins du corps). L’endroit installé à deux pas de la gare offre à ses clients de découvrir un univers empreint de sérénité au travers de ses cabines à thèmes pensées pour s’évader. Une cabine permet ainsi de voyager sur les terres d’Afrique, une autre s’ouvre sur l’Orient, une sur l’Asie. A Luxembourg, de nouvelles cabines écologiques ont été installées et, afin de permettre un dépaysement total, dans la logique du «no stress» de Passage Bleu, un effort tout particulier a été fourni quant aux aménagements intérieurs notamment sur les couleurs, les formes et les volumes. Passage Bleu, 23-25 avenue de la Gare, Luxembourg. Infos: 26 64 97 67 Just recently arrived in Luxembourg, Passage Bleu has been developing the concept of the urban spa for the past ten years: universal access to well-being in an urban environment by combining a hair salon, beautician and spa (hydrotherapy and body care) in one place. Located a stone’s throw from the station, the establishment offers its clients the chance to explore a world imbued with serenity through the use of cabins designed around relaxing themes. While one cabin will transport you to the ­African plains, another carries the client to the Orient and yet another to Asia. In Luxembourg, new ecological cabins have been installed and, to allow a complete change of scene in keeping with Passage Bleu’s “no stress” philosophy, particular attention has been paid to the interior decoration, especially with regard to the colours, shapes and central spaces. Passage Bleu, 23-25 avenue de la Gare, Luxembourg. Info: 26 64 97 67

A click away Infrastructure Wifi permettant d’accéder à Internet, grâce à un réseau de points disséminés dans la ville, Hotcity est entrée acti­ vement dans sa phase II. La couverture s’étendant à de nouveaux quartiers, de nouvelles fonctionnalités sont désormais dis­ ponibles, les détenteurs d’un ordinateur portable enregistrés sur Hotcity peuvent trouver aisément un commerce, un café, un restaurant, un distributeur de billets… Le tout en un clic. Un nouveau partenariat avec l’Entreprise des Postes et Télécommunications offre, de plus, un renfort de choix pour un déploiement technologique de la plateforme sans fil. Courant 2008, la couverture devrait encore s’étendre et proposera de nouvelles applications telles qu’un service d’urgence aux personnes âgées. www.hotcity.lu Hotcity, a Wi-Fi infrastructure giving internet access via a network of wireless access points spread throughout the city, has actively entered its second phase. Coverage now extends to new districts of the city and new services are available. Once registered with Hotcity, Laptop computer users can easily locate a business, café, restaurant or ATM - all in a mouse click. A new partnership with the Entreprise des Postes et Télécommunications now also offers greater choice for a technological expansion of the wireless platform. During the course of 2008, coverage is set to expand even further and yet more new facilities will be offered, such as an emergency service for elderly people. www.hotcity.lu

10 04_city News.indd 10

24.01.2008 15:30:12 Uhr


1RDV.indd 1

21.01.2008 10:10:38 Uhr


Photo: Etienne Delorme

City News

Le chiffre 7 pour les sept arts représentés dans la librairie. The number 7 refers to the seven art forms represented in the bookshop. Livres | Books

Le chiffre magique The magic number

P r at i q u e | P r a c t i c a l i n f o r m at i o n

Enlèvement des déchets de jardinage Garden waste removal A partir de mars 2008, le Service d’Hygiène de la Ville de Luxembourg reprendra la collecte séparée des déchets de jardinage. La collecte de ces déchets a lieu toutes les deux semaines. Veuillez consulter la brochure gratuite Info qui est distribuée à tous les ménages pour trouver le jour de collecte dans votre rue et des informations relatives aux matières organiques. Les déchets collectés seront transformés par le Service des parcs de la Ville en compost qui est en vente au Centre de Recyclage du Service d’hygiène. Tout au long de l’année, vous pouvez déposer vos déchets de jardinage au Centre de Recyclage du Service d’hygiène de la rue du Stade (heures d’ouverture: du lundi au samedi de 7h à 19h30) ou dans un des 17 conteneurs de déchets de jardinage organiques compostables répartis sur le territoire de la Ville. Pour tous les problèmes en matière de déchets, un seul numéro de téléphone: 47 96 36 40, les jours ouvrables de 8h à 16h.

From March 2008, The City of Luxembourg’s sanitation department will resume the collection of separate garden waste. Collection rounds are made every two weeks. To find the collection dates for your street, as well as information on the collection of organic matter, please refer to the free “Info” booklet distributed to all households. The city’s parks department will process the collected waste into compost, which is then sold at the sanitation department’s recycling centre. You may dispose of your garden waste all year round by dropping it off at the sanitation department’s recycling centre on rue du Stade (open 7am to 7:30pm, Monday to Saturday) or by leaving it in one of the 17 organic compost garden waste containers which you can find all around the city. In the event of any difficulties relating to waste, the number to call is 47 96 36 40. Lines are open from 8am to 4pm on working days.

Ouverte officiellement en février, 7 La Librairie propose une large sélection de livres et d’articles d’art. Un chiffre pour une librairie qui trouve son nom dans les sept arts qui y sont représentés, avec des ouvrages allant des biographies, aux artistes classiques et modernes, à la littérature, en passant par les voyages, le théâtre, les films et la musique, romans policiers classiques et modernes, l’histoire de la mode, architecture et design, les livres pour enfants… Odette Becker, sa propriétaire et ancienne employée de librairie, souhaite ainsi se distinguer dans le paysage luxembourgeois. 7 La Librairie propose également une gamme exceptionnelle de livres consacrés à la gastronomie, destinée aux restaurateurs, chefs de cuisine, sommeliers ou amateurs de vin et un coin lecture invitant à feuilleter des livres, s’informer en prenant une tasse de thé ou de café. 7 La Librairie, 4-6 rue de la Boucherie, Luxembourg. Infos: 26 47 82 42 Opening officially in February, 7 La Librairie stocks a broad selection of books and art pieces. The numerical name of the bookshop is derived from the seven art forms that are represented in the shop, with a selection ranging from ­biographies to classical and modern artists, from literature to travel, theatre, film and music, classic and modern crime fiction to the history of fashion, architecture and design and even children’s books. Odette Becker, current owner and former employee at the bookshop, hopes that this will help it to stand out amongst other shops in Luxembourg. 7 La Librairie also features an exceptional range of gastronomic literature, aimed at restaurateurs, head chefs, sommeliers and wine enthusiasts, as well as an inviting reading corner perfectly suited to leafing through a book whilst enjoying a cup of tea or coffee. 7 La Librairie, 4-6 rue de la Boucherie, Luxembourg. Info: 26 47 82 42

12 04_city News.indd 12

24.01.2008 15:30:19 Uhr


Photo: Etienne Delorme

City News

L’inscription sur les listes électorales se fait au Bierger-Center. People can registrate on the electoral lists at the Bierger-Center. El e c t i o n s

S’inscrire sur les listes

Afin que tous les résidents puissent jouir de leur droit et exprimer leurs opinions, la Ville de Luxem­bourg encourage chaque citoyen à prendre part au processus démocratique et à s’inscrire sur les listes électorales. Ainsi tout res­­sor­tissant d’un pays membre de l’Union Européenne, ayant son domicile légal depuis 5 ans au moins au Grand-Duché de Luxembourg, peut participer au vote lors des élections communales. L’inscription sur les listes (pour les élections communales et/ou européennes) est gratuite, peut se faire à tout moment et est exigée pour pouvoir poser sa candidature lors des élections communales. Il suffit d’être âgé de 18 ans révolus au jour des élections, et de se présenter en personne au Bierger-Center, avec les papiers nécessaires (carte d’identité, certificat de résidence). Contrairement aux Luxembourgeois, les personnes d’une autre nationalité peuvent se faire rayer à tout moment des listes électorales. Infos: Bierger-Center, 51, bd Royal, Luxembourg (8h-17h). Hotline: 47 96 22 00, biergercenter@vdl.lu In order for all residents to be able to exercise their right to vote and express their opinions, the City of Luxembourg encourages each and every citizen to participate in the democratic process by signing on to the electoral register. Every citizen of an EU member state who has been a legal resident in Luxembourg for at least 5 years is eligible to vote in municipal elections. Inclusion on the register (for municipal and/or European elections) is free, can be done at any time and is mandatory for anyone wishing to stand as a candidate in the municipal elections. Requirements are that you be 18 years of age by the day of the elections and that you present yourself in person at the Bierger-Center with the necessary documentation (identity card, certificate of residency). While not an option for Luxembourgish nationals, citizens of other countries may request removal from the electoral register at any time. Info: Bierger-Center 51, bd Royal, Luxembourg (8-17h). Hotline: 47 96 22 00, biergercenter@vdl.lu

Photo: Ville de Luxembourg

Register and vote

Un simple appel téléphonique permet de bénéficier d’une aide. A simple phone call allows people to receive a helping hand. Senior | Seniors

Luxembourg s’engage Social responsability in Luxembourg Soucieuse de simplifier le quotidien de ses habitants, notamment les personnes âgées et celles dont les besoins sont plus spécifiques, la Ville de Luxembourg et l’association ProActif asbl ont signé récemment une convention afin d’intercéder dans ce domaine, en initiant un nouveau service. Ce dernier s’adresse aux personnes âgées de 60 ans et plus ainsi qu’à celles, qui pour des raisons de santé, sont temporairement immobilisées. Il permet sur simple appel téléphonique, de bénéficier d’une aide pour exécuter certaines tâches (déneigement, petites réparations…) et de disposer d’un accompagnement pour la vie quotidienne (passage à la pharmacie, accompagnement chez le médecin, en magasin…). Les travaux sont exécutés par les intervenants de ProActif, moyennant facturation, adressée via la Ville, le Service Seniors de la Ville assurant la fonction d’intermédiaire entre les seniors, les personnes à besoins spécifiques et l’association. T 26 35 55 750 (Lu-ve 8h15-16h15) Keen to simplify the daily life of its inhabitants, particularly the elderly and those with very specific needs, the City of Luxembourg and the nonprofit association ProActif recently signed a convention intended to improve the quality of life by creating a new service. This service caters for those aged 60 or over, as well as those who, for health reasons, have temporary mobility problems. With a simple telephone call, they can receive help with completing certain tasks (such as clearing snow or making small repairs) and be accompanied in their daily routine (trips to the pharmacy or to the doctor, shopping out-ings...). The visits are made by ProActif agents and incur a fee, billed through the City. The City’s Service Seniors thus acts as an intermediary between the association and seniors or people with specific needs. T 26 35 55 750 (Mo-fr 8h15-16h15)

14 04_city News.indd 14

24.01.2008 15:30:28 Uhr


City News

t r a n s p o rt s

SMS4ticket: Achetez votre ticket de bus par téléphone mobile

Photo: Etienne Delorme

SMS4ticket: Buy your bus ticket using your mobile

Mauricette a deux adresses en ville. Mauricette has two locations in town. Co m m e r c e | S h o p s

Pour acheter votre ticket électronique à l’aide d’un téléphone mobile luxembourgeois, envoyez un SMS au numéro 64222 (max. 0,25 euro par SMS) avec comme texte la lettre correspondant au type de ticket (p.ex. «A» pour un ticket courte durée). Le système vous confirme par SMS l’achat d’un ticket, si le texte de votre message est correctement interprétable. Lors d’un contrôle, il suffit de montrer le SMS représentant le ticket. Veillez donc à avoir une batterie chargée lorsque vous utilisez ce système pour acheter vos tickets de transport! Hotline: une assistance téléphonique pour des renseignements ou pour signaler des problèmes est à votre disposition au 47 96 47 98

Et de deux! Round two! Chez Mauricette, connue de tous les amateurs de sandwiches, de charcuterie, fromages, et de produits frais, a désormais une deuxième adresse en ville. L’enseigne s’est installée dans un nouveau local, rue Bender, et propose, comme rue de Strasbourg, un large choix d’articles artisanaux de qualité, une sélection de plateaux apéritifs, un service sandwicherie (commande par e-mail possible) et un choix de pâtes, quiches… à emporter ou à déguster sur place. Chez Mauricette, 9 rue Bender, Luxembourg. Infos: 621 367 643 Chez Mauricette, well known to all connoisseurs of sandwiches, cold meats, cheeses and fresh food, now has a second lo-cation in town. The company has moved onto new premises on rue Bender. At the new address, you can find the same products as at its rue de Strasbourg store: a broad selection of quality traditional produce, a sandwich service (orders also taken by e-mail) and a whole assortment of aperitif dishes, pasta and quiches to take away or to enjoy in store. Chez Mauricette, 9 rue Bender, Luxembourg. Info: 621 367 643

Did you know that you can purchase an electronic ticket using your mobile phone on a Luxembourg network? Just send an SMS to the number 64222 (no more than 0.25 euro per SMS) containing a single letter corresponding to the type of ticket (e.g. “A” for a short-term ticket). The system will then send you a reply SMS confirming the ticket purchase, provided your text can be read correctly. When asked for your ticket, you need only show this confirmation SMS. Therefore please make sure that your phone’s battery is well charged when using the system to purchase your tickets! Hotline: for any enquiries or to report an error, an assistance service is available at the following phone number: 47 96 47 98

t r a n s p o rt s

Call a Bus − Le bus sur demande Call a Bus − the on demand bus service En semaine, le système Call-a-Bus des autobus de la Ville vous offre la possibilité de prendre le bus au moment de votre choix. Il suffit d’appeler le numéro 47 96 47 97 au moins 45 minutes avant le départ souhaité en indiquant l’heure de départ ainsi que les arrêts de départ et d’arrivée qui doivent être situés sur le territoire de la Ville de Luxembourg. Le bus, dont le retard maximum ne dépassera pas les 10 minutes, pourra emmener d’autres passagers en chemin. Le trajet ne sera donc pas nécessairement le plus direct. Call-a-Bus fonctionne du lundi au samedi entre 9h et 20h. Le prix d’un trajet en Call-a-Bus est de 5 euros par personne. During the week, the Call-a-Bus system from the City bus service allows you to take the bus whenever you choose. You need only call the number 47 96 47 97 at least 45 minutes before the desired travel time, specifying the departure time and the bus stops to be used for both collection and dropoff (both must be within the City of Luxembourg). The bus, which will arrive no later than 10 minutes past the specified time, may be picking up other passengers along the way, meaning that it will not necessarily take the most direct route. Call-a-Bus operates from 9am to 8pm, Monday to Saturday. One Call-a-Bus journey costs 5 euros per person. 15

04_city News.indd 15

24.01.2008 15:30:33 Uhr


Christian Marstrander, Gesch채ftsf체hrer der Firma Prefueled. Director of Prefueled

05_innovation.indd 16

24.01.2008 15:32:24 Uhr


Innovation made in Luxemburg

Standort der Zukunft Text: Vibeke Walter. Foto: Julien Becker

A

ls internationales Finanzzentrum und Sitz zahlreicher europäischer Institutionen ist Luxemburg längst hinreichend bekannt. Inzwischen siedeln sich aber auch mehr Firmen an, die dank gezielter Förderung und Unterstützung, für völlig neue Impulse sorgen. Christian Marstrander ist ein global denkender und handelnder Selfmade-Mann. Der gebürtige Norweger ist mit seinem Online Music Store Prefueled (www.prefueled.com) ein gutes Beispiel dafür, was in den nächsten Jahren zum Trend werden könnte: Luxemburg als zentral gelegenen Standort zu nutzen, um von hier aus weltweit Kontakte zu knüpfen und Geschäfte abzuwickeln. Der Grund seine Aktivitäten 2005 von Skandinavien aus ins Großherzogtum zu verlagern und mit seiner Familie hierher zu ziehen, lag zunächst in der hierzulande geltenden günstigen Umsatzsteuer-Regelung. Inzwischen weiß der rührige Skandinavier aber auch die tatkräftige Unterstützung seitens des Luxembur-

ger Wirtschaftsministeriums und der Chambre de Commerce zu schätzen, die er erstmals im April 2006 auf eine sogenannte mission économique nach Schweden und Finnland begleiten durfte. Diese Reisen in Begleitung von Politikern, hochrangigen Wirtschaftsvertretern und oftmals sogar Großherzog Henri persönlich ermöglichen es Firmen, weltweit potenzielle Geschäftspartner kennenzulernen und neue Handelsbeziehungen aufzubauen. „Kleine Länder wie Luxemburg haben die positive Tendenz über ihre Grenzen zu schauen und sich aktiv im Ausland zu vermarkten und zu positionieren“, lobt Marstrander. In Prefueled kann er sein Interesse für Musik und neue Technologien erfolgreich vereinbaren, nachdem er lange Zeit als Event-Organisator und in Dänemark als Gründer einer IT-Firma tätig war. Die Stadt Luxemburg beriet er ‡ English version pages 24-25

17 05_innovation.indd 17

24.01.2008 15:32:26 Uhr


Illustration: StudioForEditorialDesign

Hotcity ist ein kabelloses Netz, angeboten von der Stadt Luxembourg, um einen kostenlosen Internetzugang zu ermöglichen. Hotcity is a wireless service proposed by Luxembourg City to access the internet free of charge

‡ in ihrem ambitiösen Hotcity-Projekt (www. hotcity.lu), das es seit vergangenem Jahr ermöglicht, dank eines kabellosen Netzes fast überall in der Innenstadt eine kostenlose, mobile Internetverbindung mit privaten Laptops, Handys oder PDAs zu nutzen. Außerdem können online Informationen und Auskünfte über die Stadtverwaltung, den öffentlichen Transport, Restaurants, Kino-, Kultur- und Sportveranstaltungen sowie Geschäfte eingeholt werden. Die Initiative reiht sich in andere e-City-Projekte wie call2park oder SMS4ticket der Stadt Luxemburg ein, um optimale interaktive Kommunikationsmöglichkeiten zu schaffen.

„Im Ausland besteht viel Interesse an den Möglichkeiten, die sich hier bieten”

Im Bereich e-commerce sieht Christian Marstrander, der mittlerweile 10 Mitarbeiter in Luxemburg beschäftigt, die große Chance für Luxemburg: „Es ist der perfekte Standort für elektronischen Handel, weil dank Cargolux außerdem exzellente Möglichkeiten zum Weitertransport der Waren bestehen.“ Sein neuestes Projekt, Filme über Prefueled herunter zu laden, wird er Ende Januar bei der weltgrößten Musikmesse MIDEM in Cannes vorstellen und dabei gleichzeitig wieder viel Werbung für Luxemburg machen: „Ich werde oft gefragt, warum ich

in Luxemburg lebe und arbeite und gebe natürlich begeistert Auskunft. Im Ausland besteht viel Interesse an den Möglichkeiten, die sich hier bieten“, so Marstrander. Welche Chancen und Förderungen tatsächlich bestehen, ist offenbar nicht immer bekannt. Um diesem Mangel Abhilfe zu schaffen, wurde bereits 1984 auf Initiative des Wirtschaftsministeriums, der FEDIL (Fédération des Industriels Luxembourgeois) und der Chambre de Commerce die Agentur Luxinnovation – Agence Nationale pour la Promotion de l’Innovation et de la Recherche ins Leben gerufen. Die Einrichtung dient als Anlauf- und Schnittstelle für Betriebe, staatliche oder private Forschungszentren, Wissenschaftler oder Firmengründer, um Informationen im Hinblick auf die Verwirklichung innovativer Ideen zu erhalten. „In den 80er Jahren war die Luxemburger Wirtschaft gerade dabei, die Stahlkrise zu verdauen und sich neue Aktionsfelder zu erschließen. Es geht vor allem darum, Unter­ nehmen bei der Entwicklung neuer Produkte sowie zukunftsträchtiger Forschungsvorhaben zu beraten und zu begleiten sowie bei der Umsetzung finanziell zu unterstützen. Außerdem sollen die Forschungsrahmen-Programme der EU Publik und Interessenten besser zugänglich gemacht werden“, erklärt Paul Emering, Generalsekretär der Chambre de Commerce und Vizepräsident von Luxinnovation. 1998 erhielt Luxinnovation eine neue juristische Struktur und vereint als Groupement d’Intérêt Economique (GIE) Akteure sowohl aus dem öffentlichen als auch privaten Sektor. Seither wurde die Agentur insbesondere ‡

18 05_innovation.indd 18

24.01.2008 15:32:30 Uhr


photo: SanGiacomo

Nouveau au centre ville

1RDV.indd 1

1, rue Louvigny L-1946 Luxembourg | TĂŠl.: (+352) 26 68 71 82 | www.casamilano.lu

24.01.2008 11:05:33 Uhr


Photo: AxoGlia Therapeutics

Das Ziel von AxoGlia Therapeutics ist die Konzeption und kommerzielle Nutzung eines Wirkstoffes zur Behandlung neurodegenerativer Krankheiten und Entzündungen des Nervensystems. AxoGlia Therapeutics develops and markets an active substance for the treatment of neuro-generative diseases.

‡ personell aufgestockt und effizienter nach einzelnen thematischen Schwerpunkten (cluster) wie z.B. Material,- Umwelt-, Informations-, Kommunikations- oder Luftfahrttechnologie strukturiert. Auch die Anzahl von Projekten, Veranstaltungen und Unternehmensgründungen rund um das Thema Innovation hat sich seither gesteigert. 2007 wurden 320 verschiedene Unternehmen und Organisationen begleitet, davon 50% kleine und mittlere Betriebe, 20% start-ups, 15% Großunternehmen, 10% Wissenschaftler und 5% aus anderen Bereichen. Ferner wurden allein im vergangenen

„Wir versuchen Firmen oder Einzelpersonen auch bei administrativen, rechtlichen oder finanziellen Belangen zur Seite zu stehen...”

Jahr 12 neue innovative Firmengründungen in die Wege geleitet. Eine der zentralen Aufgaben von Luxinnovation ist es, die richtigen Partner zusammenzubringen, für finanzielle Unterstützung zu sorgen und Kontakte hierzulande, in der Großregion sowie europaweit herzustellen. Im Bereich der Gesundheitstechnologie werden z.B. Forschungszentren beraten und finanziell unterstützt, um ihre Ergebnisse

überprüfen, weiter entwickeln und vermarkten zu können. Ein erfolgreiches Beispiel ist die Firma AxoGlia Therapeutics S.A., die 2006 in Luxemburg als Resultat eines gemeinsamen Forschungsprojekts des Laboratoire de Neurobiologie der Universität Luxemburg und dem Laboratoire de chimie organique des substances naturelles der Universität Louis Pasteur Straßburg gegründet wurde. Ihr Ziel ist die Konzeption und kommerzielle Nutzung eines Wirkstoffes zur Behandlung neurodegenerativer Krankheiten und Entzündungen des Nervensystems wie z.B. Alzheimer oder Multiple Sklerose. Als Gewinner des großregionalen Wettbewerbs 1,2,3, GO, der seinerzeit von der FEDIL lanciert wurde und jetzt von der Chambre de Commerce koordiniert sowie von Luxinnovation begleitet wird, gelang es den jungen Wissenschaftlern mit Hilfe eines Coachs einen soliden Businessplan zu erstellen und die nötigen finanzkräftigen Partner (so z.B. das Wirtschaftsministerium, die SNCI, Venture-Kapital...) zu finden. Ein anderes von Luxinnovation begleitetes Erfolgsprojekt ist die Firma Waagner-Biro, die sich mit hochmoderner Theatertechnik weltweit einen Namen gemacht hat und u.a. für die hochmoderneBühne des hauptstädtischen Grand Théâtre verantwortlich zeichnet. „Manchmal wurden außergewöhnliche Projekte à la Daniel Düsentrieb bei uns eingereicht. Das heißt, die Ideen waren technisch hochinteressant, aber kommerziell nicht umsetzbar. Wir versuchen, Firmen oder Einzelpersonen auch bei administrativen, rechtlichen oder ‡

20 05_innovation.indd 20

24.01.2008 15:32:35 Uhr


LORRAINE TGV,

à

* s* ri € Pa 7 rt e 1 so d Re rtir nd pa la à ey sn Di

NAVETTE BUS A/R DEPUIS LUXEMBOURG VILLE VERS LA GARE LORRAINE TGV

* DG* € IS C PAR de 17 RT r OPO parti à AÉR

PARTEZ À GRANDE VITESSE *

pa rt ir Na de nte 22 s**

à pa Bord ea rtir de ux**

22 €

Futuroscope Potiers** à partir de 22 €

GARE LORRAINE TGV

** nes Ren 2 € de 2 rtir a p à

*A m

oins

d’une

heure

de Lux embour g

**offres soumises à conditions

REB_01_0010 Annonce Lorraine v1.indd 1

en navet te bus.

www.cfl.lu - www.tgvexpress.lu - www.tgv-europe.com

12/20/07 10:51:59 AM


‡ finanziellen Belangen zur Seite zu stehen und im Bereich der Luxemburger Wirtschaft und den entsprechenden Möglichkeiten zu orientieren“, sagt Paul Emering. Eine neue Herausforderung wird für Luxinnovation der mit der Luxemburger Regierung abzuschließende contrat de performance sein. Ein solcher Vertrag wird im Rahmen der OECDEmpfehlungen mit Luxinnovation sowie auch mit den einzelnen Forschungszentren und dem Forschungsfonds konzipiert, um Forschung innerhalb Luxemburgs klarer zu strukturieren und die Aufgaben gezielter zu definieren und zu trennen. „Er sieht vor, dass Zielvorgaben transparenter und messbarer gemacht werden, wie die zur Verfügung stehenden finanziellen Mittel genutzt und eingesetzt werden. Zudem soll Luxinnovation verstärkt helfen, damit mehr Unternehmen und Forschungszentren am EUForschungsrahmenprogramm teilnehmen. Ferner gilt es weiterhin, kleine und mittelständische Betriebe in ihren innovativen Bemühungen optimal zu unterstützen, aber auch internationale Großunternehmen zu motivieren, ihre Forschungs- oder Produktionszentren nach Luxemburg zu verlagern“, so Paul Emering. Den Standort Luxemburg weiterhin zukunftsund wettbewerbsfähig zu halten ist eine Auf-

Was ist Luxinnovation?

What is Luxinnovation?

Das multidisziplinäre Team umfasst 23 Mitarbeiter, darunter Ingenieure, Juristen, Kommunikations- und Wirtschafts­ experten. Luxinnovation vereint sechs Partner im Rahmen seines Status als Groupement d’Intérêt Economique (GIE): Min­istère de l’Economie et du Commerce extérieur Ministère de la Culture, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Ministère des Classes Moyennes, du Tourisme et du Logement FEDIL (Luxembourg Business Federation) Chambre de Commerce du Grand-Duché de Luxembourg Chambre des Métiers du Grand-Duché de Luxembourg Mit der Universität Luxemburg besteht seit kurzem ein Kooperationsvertrag, um Forschung und Unternehmen miteinander in Kontakt zu bringen, Forschungsresultate zu schützen und zu vermarkten sowie finanzielle Unterstützungsmöglichkeiten z.B. im Rahmen des 7. EU-Forschungsrahmenprogramms aufzuzeigen. 2007 wurden 100 ent­sprechende Projekte für das Programm eingereicht und vier internationale Übereinkommen im Bereich Technologietransfer unterzeichnet. In Zusammenarbeit mit dem IFCC (Institut de Formation de la Chambre de Commerce) und der Chambre des Métiers wurde erstmals der Fortbildungszyklus Gestion de projets d’innovation angeboten.

The 23-strong multi-disciplinary team includes engineers, lawyers, communications experts and economists. Luxinnovation groups together the following six partners within the framework of its status as Groupement d’Intérêt Economique (GIE): The ministry of the Economy and External Trade The ministry of Culture, Higher Education and Research The ministry for the Middle Classes, Tourism and Housing FEDIL (Luxembourg federation of industry) The Luxembourg Chamber of Commerce The Luxembourg Chamber of Trades A recent agreement with the University of Luxembourg aims at encouraging contact between research and commerce as well as to protect and market research results and to identify financial support opportunities such as the EU’s Seventh Research Framework Programme (FP7). In 2007 100 projects were submitted to the programme and four international agreements were signed in the field of technology transfer. In addition, the first cycle of the management of innovative projects (Gestions de project d’innovations) further education programme was offered in cooperation with the IFCC (The Chamber of Commerce education and training institution) and the Chamber of Trades.

Luxinnovation, 7, rue Alcide de Gasperi, L-1615 Luxemburg-Kirchberg T 43 62 63 1, F 43 81 20, E-mail: info@luxinnovation.lu Internet: www.luxinnovation.lu, www.innovation.public.lu

Luxinnovation, 7 rue Alcide de Gasperi, L-1615 Luxembourg-Kirchberg T 43 62 63 1, F 43 81 20, e-mail: info@luxinnovation.lu Internet: www.luxinnovation.lu, www.innovation.public.lu

gabe, ihn mit dem nötigen Lifestyle zu versehen eine andere. Aber auch dafür hat Christian Marstrander bereits eine zündende Idee: 2008 will er in Luxemburg-Stadt das erste Prefueled-

Den Standort Luxemburg weiterhin zukunfts- und wettbewerbsfähig zu halten ist eine Aufgabe, ihn mit dem nötigen Lifestyle zu versehen eine andere.

Café mit trendigem Ambiente und moderner Fusion-Küche eröffnen. Und zwar ohne die starren Öffnungszeiten, an die sich der Wahl­ luxemburger in seiner neuen Heimat bis heute nicht gewöhnt hat.

22 05_innovation.indd 22

24.01.2008 15:32:36 Uhr


join the club, man. mini clubman. the other mini. Check out the MINI Clubman at the only MINI dealer in Luxemburg.

Consommation moyenne (l/100km) : 4.1 - 7.0. Emission CO2 (g/km) : 109 - 168.

mini.lu

mini ARNOLD KONTZ 186, Route de Thionville L - 2610 LUXEMBOURG Tél. : 49 19 41-1

MIN0612_300x230_R55_Kontz.indd 1

1/21/08 11:02:55 AM


Centre of excellence for the future L

uxembourg has long been recognised as a financial centre and as the seat of numerous European institutions, but recent efforts to diversify the economy – including targeted financial support – have led to the establishment of leading-edge innovative companies. Companies such as online music store ­Prefueled, headed up by native Norwegian Christian Marstrander, are a perfect example of the direction business may take over the next few years – using Luxembourg as a centrally located site from which to develop worldwide contacts and do business. Describing himself as a self-made man who thinks globally, Marstrander moved his business, and his family, to Luxembourg in 2005 chiefly because of the Grand Duchy’s advantageous tax laws. But he has since come to appreciate the pro-active support provided by the ministry of the Economy and the Chamber of Commerce, which he experienced first-hand during an economic mission to Sweden and Finland in April 2006. These trips are led by high-ranking politicians and representatives from the business community, and sometimes even by Grand Duke Henri himself. They allow local companies to develop new relationships and meet potential business partners from all over the world. “Small countries like Luxembourg have a tendency, which is very positive, to look abroad and market and position themselves in foreign countries,” says Marstrander. Prefueled has allowed the Norwegian entrepreneur to marry his interests in music and technology – he had previously worked for an event organiser in Denmark and then founded his own IT company. He was also brought on board as an advisor by Luxembourg City for its ambitious Hotcity project (www.hotcity.lu). Launched last year, Hotcity is a wireless service that allows users with laptops, PDAs or mobile phones to access the internet free of charge almost anywhere in the city. The Hotcity website includes information pages about the city council administration, public transport, restaurants, shops, cinemas, cultural and sports events in the capital. Visitors to the site can also use the city’s innovative Call2park or SMS4ticket services. Marstrander, who employs a staff of ten, says that e-commerce could be a golden oppor­ tunity for Luxembourg in its continued diver-

sification efforts. “It is a perfect location for electronic commerce, not least because Cargolux provides excellent opportunities for the transportation of goods.” The entrepreneur is eager to promote Luxembourg abroad whenever he gets the chance. He was doing so again at the end of January when he presented his latest idea for Prefueled  –  the downloading of films – at MIDEM, the world’s biggest music industry fair in Cannes. “I am often asked why I live and work in Luxembourg,” Marstrander explains. “There is a lot of interest abroad in the opportunities Luxembourg has to offer.” But it has not always been apparent exactly what opportunities and public support was available. That is where Luxinnovation comes in. Founded in 1984 by the ministry of the economy, FEDIL (the Luxembourg Federation of Industry) and the Chamber of Commerce, Luxinnovation is in reality the National Agency for the Promotion of Innovation and Research.

“Our mission is to advise companies to develop sustainable research methods.”

It serves as a central agency to which businesses, state or private research institutes, scientists and entrepreneurs can turn if they require information or assistance in developing and executing their innovative ideas. “In the 1980s the Luxembourg economy was in the process of digesting the steel crisis and seeking out new territory,” says Paul Emering, general secretary of the Chamber of Commerce and vice-president of Luxinnovation. “Above all our mission is to advise and assist companies not only to develop new products but also sustainable research methods, as well as to provide financial support. We also want the research development programme of the EU to be more accessible to the public and all interested parties.” In addition, Luxinnovation seeks out potential partnerships and helps find financial support and develop contacts not only in Luxembourg but also in the Greater Region and throughout Europe. “Sometimes we receive projects that are technically very interesting

24 05_innovation.indd 24

24.01.2008 15:32:36 Uhr


Photo: Waagner-Biro Luxembourg Stage Systems

Projekt Oriental Arts Center in Shanghai Project Oriental Arts Center in Shanghai

but not commercially viable, says Mr. Emering. We try to support companies and individuals with their legal, administrative or financial requirements and help guide them towards possible solutions offered by the Luxembourg economic sector.” In 1998 Luxinnovation was given new legal status as an Economic Interest Group (GIE), which brought together players from both the private and public sector. Since then the agency has developed and enjoyed not only growth in personnel, but also a significant increase in the number of projects and events in which it is involved. In 2007 some 320 different companies were assisted by Luxinnovation, half of which were small and medium-size businesses, while startups accounted for 20 percent. Health technology is one of the fields in which Luxinnovation has already registered success. One example of this is AxoGlia Therapeutics S. A., founded in 2006 as the result of a joint research project conducted by the University of Luxembourg’s Neurobiology Laboratory and the Laboratory of the Organic Chemistry of Natural Substances at the Louis Pasteur University in Strasbourg. The new company develops and markets an active

substance for the treatment of neuro-generative diseases such as Alzheimer or Multiple Sclerosis. AxoGlia’s young entrepreneurs won the regional 1,2,3, GO competition (run by the Chambre of Commerce), which allowed them, with the help of a professional coach, to develop a business plan and also find financial backing from partners. A further example of the success that ­Luxinnovation can help nurture is WaagnerBüro, which has a widespread reputation for developing modern high-tech applications for the theatre – including the state-of-the-art stage at the recently renovated Grand Théâtre. Luxinnovation is also gearing up to meet the government’s new “performance contract” requirements. Introduced within the framework of recent OECD recommendations, these contracts – between Luxinnovation and individual research centres – will serve to restructure and redefine the tasks of targeted research. “The aim is to make objectives more transparent and measurable in terms of how available financing is utilised, says Emering. In addition, Luxinnovation will strengthen its ability to assist more companies and research centres to participate in EU research programmes. We will continue to support the

innovation efforts of small- and medium-size businesses, but will also encourage major international companies to locate their research and production facilities in Luxembourg.” That challenge is not limited to making the business environment attractive, but also includes enhancing the quality of life – what one might call lifestyle flair – in Luxembourg. We return to Marstrander, who has already developed one idea of how that might be achieved. He wants to open the first ­Prefueled Café in Luxembourg in 2008. It will be a venue with a trendy atmosphere offering modern fusion food, and it will not be limited to the conservative opening times to which Marstrander, even after thee years in Luxembourg, has still not become accustomed.

25 05_innovation.indd 25

24.01.2008 15:32:38 Uhr


06_Rives_de_Clausen.indd 26

24.01.2008 17:25:04 Uhr


Rives de Clausen

River bank revival Text: Mike Gordon. Illustrations and photos: M Immobilier

T

Over 10,000 square meters of office space and facilities for a neighbourhood grocery store and shops. Un espace de plus de 10.000 m2 accueillera des bureaux, des épiceries et des boutiques.

he Clausen district is being transformed on both sides of the Alzette River. The Rives de Clausen development will occupy the area’s disused brewery sites with cafés, bars, restaurants, shops and office space, and eventually, a new hotel. This ambitious project will greatly expand the attractions in this river valley area. Rendez-Vous went to have a look around the construction site. The silent years at the closed-down Mousel and Clausen breweries are almost over – a rene­ wal is under way, bringing life back to the disused historic industrial buildings. The Rives de Clausen project is to transform the Clausen district that occupies a bend in the Alzette river valley just east of the upper town. The 4.5-hectare former brewery site occupies prime land along the river flowing through the valley dividing the upper town from the Kirchberg plateau. The 40 million (left bank construction costs only) HORECA (Hotel / restaurant / café) project is the work of M Immobilier, a Luxembourgowned real estate company, founded at the division of the former Brasserie de Luxembourg Mousel & Diekirch S. A. beer brewing and real estate assets. “It’s going to bring new life into this area”, says Lucien Emringer, president of M Immobilier’s board of directors, the company developing the project. “The economy of this area was, historically, beer production. But economic changes led to the disappearance of beer production, but now we’re going to replace it with cafés, restaurants, and pubs, cultural activities, offices and shopping and, eventually, a hotel and fitness centre, and more.”

The Rives de Clausen will open in stages over the next two years. First to open, in February, to the relief of people driving to the area’s existing pubs and restaurants, is a 400-space public parking garage accessed by a bridge over the river. The core of the project, on the “left bank” (the Mousel brewery site), opens in June, with spaces for a dozen new pubs, cafés and restaurants among renovated XIXth century brewery buildings. This stage also includes a large reception hall, along with a working microbrewery and a “living beer museum”. By October, some newly constructed buildings will be open for business, including over 10,000 square meters of office space and facilities for a neighbourhood grocery store and shops. For about a year, construction will be ongoing on the left bank – building small rental apartments and more restaurant facilities – but with every effort to minimise disruption. The finished project will feature a dozen cafés and restaurants, including a gastronomic restaurant, a brasserie, a piano bar, lounge bar / dance club, a café bar and a jazz club, many with direct access to a 10,000 square meter open area where outdoor tables could be set up in good weather at the northern end of the development. A second project, on the “right bank” is still being developed, but is anticipated to be completed for 2010. This includes a new hotel with 100 rooms in the building that already houses the Brasserie Mansfeld restaurant, a fitness ‡ Version française pages 31-33

27 06_Rives_de_Clausen.indd 27

24.01.2008 17:25:07 Uhr


The silent years at the closed-down Mousel breweries are almost over. Les années de silence qui ont pesé sur les brasseries abandonnées de Mousel sont sur le point de prendre fin.

‡  centre, a 110-space parking lot, as well as additional rental apartments. Emringer and his partner Serge Libens, who’s the director general at M Immobilier, proudly show their work in progress, pointing to the careful preservation of several of the original brewery buildings, including a stable converted to a building for cafés and restaurants, with large panes of glass covering the stable doors. Inside a meeting room they’ve dubbed “the machine room”, they point out two large steam engines, once part of the brewery’s power system, built into the floor of the open space and dominating the space. Next door, there’s a tiled facility, with reused industrial fittings, for the ����������������� Lëtzeburger Stad­ brauerei�������������������������������������� microbrewery (producing Clausel beer – already available in pubs like the Mousel Cantine), decorated with two of the former brewery’s massive brewing kettles. The two executives enthuse about the prospects of their project. “There’s going to be such a variety of things going on, this is going to be a unique place, there will be no other place in town with so many activities and services to offer, says M. Emringer. We believe that our project will add to the bucolic environment here – Clausen is such a beautiful area already. It’s going to be a place that will please everybody. We like to say: if someone decides to visit the Rives de Clausen site, and gets bored, it’s his fault. Because there will be such a range of things, for all budgets, for people to do.” Libens explains that the company considered various options for the site, including returning it to industrial use, or building a housing development. None of these options were viable, he says. “The only thing left was to start a project based on small businesses, and the ideal businesses seemed to us to be cafés and restaurants. And then we looked for businesses and services that

were complimentary to those cafés because if you have cafés and restaurants, you need customers, so you need parking, maybe some people working nearby, says Libens. So we built up different kinds of activities around this idea … just to bring back a centre of activity which, through synergy, will help recreate vitality in Clausen.” The project’s architecture, overseen by the firms Assar Marc Ewen and Tatiana Fabeck Architectes, has sought to provide an overall look for the buildings that would link the renovated, the reconstructed and the completely new structures. The new office building, for example, is to feature colours of copper and brick that echo the much older constructions. “What our architects had to search for was a common architectural vocabulary which establishes connections between the old and the new structures without trying to make the new buildings look artificially old.” Mr. Emringer explains.

“ The economy of this area was, historically, beer production”

The Left Bank project is built along a central passageway running parallel to the river. When completed, Emringer says with pride, the project is to provide a new way to get from the Grund, via the Abbaye de Neumünster, to Pfaffenthal. Much of that route will pass through green spaces – the project features a significant addition of green space to Clausen. The project includes a cogeneration facility that will generate electricity, and provide hot ‡

28 06_Rives_de_Clausen.indd 28

24.01.2008 17:25:18 Uhr


Vodafone Mobile Connect

myPC, la solution simple et complète pour surfer partout. Make the most of now

myPC, la solution Internet Mobile «Prêt à Utiliser» de LUXGSM: un laptop Dell • un modem Internet Mobile intégré avec logiciel de connexion • 2 GB par mois en national • assistance téléphonique avec intervention à distance 24H/24 et 7J/7 et sur site** pour votre ordinateur • assurance dommages accidentels et vol. Le tout pour 99€*/mois seulement

DELL LATITUDE D630

9PAR9MO€IS*

* Offre soumise à conditions, voir en magasin. Sous réserve d’erreurs typographiques. Photos non contractuelles. ** Valable sur les modèles D430 et D630

Helpline gratuite 24h/24 et 7j/7: GSM 4321 - Tél. fixe 8002 4321 - www.luxgsm.lu LUXEMBOURG-GARE I CITY CONCORDE I DUDELANGE I ESCH-SUR-ALZETTE I ETTELBRUCK I JUNGLINSTER I REDANGE I TROISVIERGES

503782_LUXGSM_ann_myPC_senior_RDV.indd 1

25/01/08 11:21:36


This project is going to bring new life into this area. Ce projet apportera une nouvelle vie au quartier.

‡  water as a by-product, to be used in heating the various buildings. The electricity is to be sold off to the Ville de Luxembourg and added to the national grid, as current law does not permit the direct sale of electricity to on-site customers. A key aspect of the Rives de Clausen site is the construction of two parking lots adding over 500 new parking spaces to the Clausen and Grund areas. Emringer believes that simply adding parking space will have a huge impact on the area. “We are going to greatly increase the available parking facilities, and that will really bring change to this area,” he says. “The current lack of parking space is one of the main problems facing existing businesses and activities in Clausen.” The project started in 2004, with the construction of a small bridge over the Alzette, to allow for a second way onto the site. Previously the only way to get in was through the archway at the foot of Montée de Clausen, off the Place Emile Mousel. Construction was held up for about a year due to a 2004 planning law that came under legal challenge before being amended. It wasn’t long, unfortunately, before another major source of delay surfaced: during a sewage upgrade under the Rue de Neudorf, the only route for bringing in heavy equipment, a heavy truck caused the roadway to collapse, by plunging into the underground tunnel. Traffic on the road was severely restricted and trucks had to use a longer, less direct route to the site. The company’s permit to bring in a 100-tonne digging machine was worthless. After many delays, M Immobilier got a permit for a 50-tonne machine, which took longer to do the same job. By then, the prime construction days of summer’s dry ground had passed, leaving the work to continue under bad weather conditions.

These construction delays were added to the general difficulties of building so close to the river, and more importantly, to the much older architectural heritage of Luxembourg – the Bock Cliff, with its casemates and role in ­Luxem­bourg’s history since 963, now part of a UNESCO World Heritage Site. “The Bock was the origin of Luxembourg, says Mr. Emringer. A more historic site you cannot find.” Beyond the Bock, M Immobilier had to deal with concerns about the site’s proximity to two abbeys – the Abbaye d’Altmünster, just up the hill, and the Abbaye de Neumünster, and the remnants of the former Mansfeld Castle, only 200 metres away.

“ If someone decides to visit the rives de Clausen and gets bored, it’s his fault”

“You can imagine that this attracted the attention of the authorities responsible for civic monuments, adds Mr. Emringer ruefully. That’s why, right from the beginning, we discussed our project with the authorities, and we didn’t propose anything which, right from the outset, had no chance of being accepted. So, in this way, we developed excellent relationships with the public bodies, whether in the national government or the city.” This careful approach, in which local businesses and citizens were also consulted, has led to some delays. But Mr. Emringer and Mr. Libens feel their approach has paid off, and they’ve found a winning formula for renewing their decommissioned brewery.

30 06_Rives_de_Clausen.indd 30

24.01.2008 17:25:20 Uhr


Une nouvelle vie pour les rives de l’Alzette L e quartier de Clausen connaît actuelle- ment d’importantes transformations, sur les deux rives de l’Alzette. Le projet Rives de Clausen vise à transformer les anciennes brasseries désormais inutilisées en cafés, bars, restaurants, boutiques, bureaux et au final, un nouvel hôtel. Cet ambitieux projet augmentera largement l’attractivité de cette zone de la vallée. Rendez-Vous est allé voir où en était le chantier. Les années de silence qui ont pesé sur les brasseries abandonnées de Mousel et Clausen sont sur le point de prendre fin – un renouveau est amorcé, redonnant vie à ces anciennes friches industrielles. Le projet Rives de Clausen vise à transformer le quartier de Clausen qui occupe une rive de la vallée de l’Alzette, à l’est de la Ville Haute. L’ancien site brassicole de 4,5 hectares occupe un terrain extrêmement bien situé le long de la rivière qui coule dans la vallée, séparant la Ville Haute du plateau de Kirchberg. Le projet HORECA (Hôtel / Restaurant / Café) qui s’élève à 40 millions d’euros (uniquement pour les coûts de construction du projet Rive Gauche) a été confié à M Immobilier, une société de promotion immobilière luxembourgeoise fondée lors de la division des biens immobiliers et des installations brassicoles de l’ancienne brasserie luxembourgeoise Mousel & Diekirch S. A. «Ce projet apportera une nouvelle vie au quartier», explique Lucien Emringer, président du conseil d’administration de M Immobilier, la société chargée du projet. «Historiquement, l’économie du quartier est basée sur la production de bière. L’évolution économique a conduit à la disparition de l’activité brassicole, nous allons donc la remplacer par des cafés, restaurants et pubs, des activités culturelles, un espace bureaux et shopping et, au final par un hôtel, un centre de fitness, et plus encore». Le projet Rives de Clausen prendra vie par étapes au cours des deux prochaines années. Au grand soulagement des personnes se rendant en voiture dans les pubs et restaurants

existant déjà dans le quartier, la première ouverture, en février, concernera un parking public de 400 places auquel on pourra accéder par un nouveau pont sur la rivière. Le cœur du projet, Rive Gauche (brasserie ­Mousel) ouvrira en juin, accueillant une douzaine de nouveaux pubs, cafés et restaurants dans les bâtisses du 19e siècle de la brasserie. Cette étape comprend également l’ouverture d’un large hall de réception, ainsi que d’une microbrasserie et d’un «musée vivant de la bière». D’ici octobre, de nouveaux bâtiments seront à la disposition des entreprises, notamment un espace de plus de 10.000 m2 dédiés aux bureaux

«Nous allons considérablement augmenter les espaces de stationnement disponibles et cela apportera un véritable changement à ce quartier»

et aux épiceries et boutiques du voisinage. Les travaux de construction se poursuivront pendant un an environ sur la rive gauche – constructions de petits appartements à louer et de restaurants supplémentaires – mais tous les efforts seront faits pour minimiser la gêne occa­sionnée par les travaux. Le projet final inclura une douzaine de cafés et restaurants, notamment un restaurant gastronomique, une brasserie, un piano bar, un bar lounge / boîte de nuit, un café bar et un club de jazz, dont bon nombre auront un accès direct à une terrasse de 10.000 m2 où des tables seront installées, par beau temps, sur la partie nord de l’infra­structure. Un second projet est en cours de déve­­­­­lo­p­pe­ ment pour la rive droite et devrait être ache­ ­vé en 2010. Il comprend un nouvel hôtel ‡  31

06_Rives_de_Clausen.indd 31

24.01.2008 17:25:21 Uhr


The Left Bank project is built along a central passageway running parallel to the river. Le projet Rive Gauche s’articule autour d’une allée centrale tracée en parallèle de la rivière.

‡  de 100 chambres qui se situera dans le bâtiment accueillant déjà le restaurant de la brasserie Mansfeld, un centre de fitness, un parking de 110 places ainsi que des appartements supplémentaires destinés à la location. M. Emringer et son partenaire Serge Libens, directeur général de M Immobilier, nous montrent avec fierté les travaux en cours, insistant sur la méticuleuse conservation de plusieurs bâtiments de la brasserie d’origine, notamment une étable convertie en cafés et restaurants, de larges panneaux de verre couvrant les portes de cette ancienne écurie. A l’intérieur

«Si quelqu’un décide de se rendre sur le site des Rives de Clausen et parvient à s’ennuyer, c’est vraiment de sa faute»

d’une salle de réunion qu’ils nomment «la salle des machines», ils désignent deux larges machines à vapeur qui firent jadis partie du système d’alimentation de la brasserie, installées dans le sol même de cet espace ouvert et le dominant de leur haute taille. Plus loin se trouve un espace carrelé dont les équipements industriels ont été réutilisés pour la microbrasserie Lëtzebuerger Stadbrauerei (fabriquant la bière Clausel – déjà disponible dans certains pubs comme la Cantine Mousel) et que décorent deux des anciennes et massives chaudières à moût. Les deux responsables s’enthousiasment des perspectives offertes par leur projet. «Il s’y passera tellement de choses différentes, ce sera un lieu unique, aucun endroit de la ville n’offrira autant d’activités et de services», déclare M. Emringer. «Nous sommes convaincus que notre projet apportera un plus à l’atmosphère bucolique de ce quartier – Clausen est déjà un endroit magnifique. Ce sera un lieu qui plaira à tous. Nous aimons à dire que si quelqu’un décide de se rendre sur le site des Rives de Clausen et réussit à s’ennuyer, ce sera vraiment de sa

faute. Il y aura en effet tellement d’activités différentes et pour tous les budgets!» M. Libens explique que l’entreprise a envisagé différentes alternatives, notamment redon­ner au site sa vocation industrielle ou y développer un projet immobilier. Aucune de ces options n’était viable. «La seule possibilité restait d’initier un projet dédié aux petites entreprises. Or les entreprises idéales nous semblaient être les cafés et les restaurants. Nous avons alors cherché quelles activités et quels services pourraient venir en complément, parce que cafés et restaurants ont de toute évidence besoin de clients, donc de places de parking et peut-être également de personnes travaillant à proximité», explique M. Libens. «Nous avons donc réfléchi à différents types d’activités autour de cette idée... tout simplement pour faire de ce lieu une zone d’échanges qui, grâce à cette synergie, permettra de donner un certaine vitalité au quartier de Clausen». L’architecture du projet, supervisée par les agences Assar Marc Ewen et Tatiana Fabeck Architectes, a cherché à donner une homogénéité globale aux bâtiments faisant le lien entre infrastructures rénovées, reconstruites et entièrement nouvelles. Le nouveau bâtiment destiné aux bureaux, par exemple, arborera des teintes cuivre et brique rappelant celles des constructions plus anciennes. «Nos architectes ont cherché un vocabulaire architectural commun qui permette d’établir un lien entre structures anciennes et nouvelles sans tenter de donner un aspect artificiellement ancien aux nouveaux bâtiments», explique Lucien Emringer. Le projet Rive Gauche s’articule autour d’une allée centrale tracée en parallèle de la rivière. Une fois finalisé, le projet constituera un trait d’union entre le Grund et Pfaffenthal via l’Abbaye de Neumünster. Une grande partie de ce parcours traversera des espaces verts – le projet prévoyant d’ajouter de nombreux espaces de verdure au quartier de Clausen. Le projet comprend une centrale de cogénération qui produira de l’électricité et, en sous-produit, de l’eau chaude qui sera utilisée pour le chauffage des différents bâtiments. Cette production électrique sera vendue à la Ville de Luxembourg et ajoutée à la production nationale, les lois actuelles ne permettant

32 06_Rives_de_Clausen.indd 32

24.01.2008 17:25:22 Uhr


There will be no other place in town with so many activities and services to offer. Aucun endroit de la ville n’offrira autant d’activités et de services.

pas la vente directe d’électricité aux consommateurs du quartier. La construction de deux parkings constituera un élément clé du site des Rives de Clausen, offrant plus de 500 places de parking supplémentaires aux quartiers de Clausen et du Grund. M. Emringer est convaincu que le simple fait d’ajouter des places de stationnement aura un impact important sur le quartier. «Nous allons considérablement augmenter les espaces de stationnement disponibles et cela apportera un véritable changement à ce quartier, déclare-t-il. Le manque actuel de places de parking constitue l’un des principaux problèmes auxquels doivent faire face les entreprises et activités déjà présentes dans le quartier de Clausen». Le projet a débuté en 2004 avec la construction d’un petit pont sur l’Alzette donnant un second accès au site. Auparavant, l’unique accès passait sous l’arche au pied de la montée de Clausen, près de la place Emile Mousel. La construction a été suspendue pendant environ un an du fait d’une loi d’urbanisme datant de 2004 qui a été remise en cause juridiquement, avant d’être amendée. Malheureusement, il n’a pas fallu longtemps pour que d’autres causes de retard apparaissent: au cours de la rénovation des égouts sous la rue de Neudorf, unique voie d’achemine-

ment des équipements lourds, un camion trop chargé a causé l’effondrement de la chaussée en tombant dans le conduit souterrain. Le trafic sur cette route a été sévèrement limité et les camions devaient utiliser un itinéraire plus long et moins direct vers le site. Le permis autorisant l’entreprise à faire venir un engin excavateur de 100 tonnes s’est donc avéré inutile. Après de nombreux retards, M Immobilier obtint le permis d’utiliser un engin de 50 tonnes qui mit plus de temps à réaliser les travaux prévus. Entre-temps, la belle saison, permettant de travailler sur sol sec touchait à sa fin et les travaux durent alors se poursuivre dans des conditions météorologiques moins favorables. Ces délais de construction s’ajoutèrent aux difficultés plus générales liées au fait de construire aux abords de la rivière et, plus important encore, du plus ancien patrimoine architectural luxembourgeois – la falaise du Bock, ses casemates et son rôle dans l’histoire du Luxembourg depuis 963, maintenant classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO. «Le Bock, c’est l’origine du Luxembourg», explique M. Emringer. «Impossible de trouver un site plus historique que celui-là». En plus des problématiques liées au Bock, M Immobilier a dû faire face aux soucis liés à la proximité du site avec deux abbayes – l’abbaye

d’Altmünster, juste en haut de la colline et l’abbaye de Neumünster, et également avec les ruines de l’ancien château de Mansfeld, situé à 200 m seulement. «Vous imaginez bien que cela n’a pas manqué d’attirer l’attention des autorités respon­ sables des monuments civils», ajoute Lucien Emringer avec regret. «C’est pourquoi, depuis le début, nous avons discuté du projet avec les autorités et n’avons rien proposé qui, dès le départ, n’ait aucune chance d’être accepté. Nous avons ainsi pu développer d’excellentes relations avec les organismes publics, que ce soit au sein du gouvernement ou de la ville». Cette démarche prudente, où entreprises locales et habitants ont également été consultés, a causé certains retards. Mais Messieurs Emringer et Libens sont convaincus que leur approche a été payante et qu’ils ont trouvé la formule gagnante pour rénover cette brasserie abandonnée.

33 06_Rives_de_Clausen.indd 33

24.01.2008 17:25:31 Uhr


Claude Bertemes, directeur de la Cinémathèque Claude Bertemes, Director of the Cinémathèque

07_Cinematheque.indd 34

24.01.2008 15:28:31 Uhr


La Cinémathèque

Le gardien du temple Texte: Alexis Juncosa. Photos: Andres Lejona

V

éritable mémoire du patrimoine ciné- matographique international, la Cinémathèque de la Ville de Luxembourg ne fait pas qu’assurer une logique de conservation. Cette institution dynamique, dirigée par un passionné à la faconde légendaire, Claude Bertemes, multiplie les initiatives pour rendre vivante cette nécessaire réinscription du cinéma dans ses réalités multiples. «Aujourd’hui, nous sommes dans une culture de l’instantané. Avec l’ère numérique, nous nageons en plein paradoxe. Tout est rendu acces­ sible, jusque sur son GSM où l’on peut imaginer une projection, pourquoi pas, de Citizen Kane! L’histoire est présente, parfois seulement en transparence, mais c’est comme si tout se valait désormais. Le risque, c’est un aplatissement de la cinéphilie, une perte des filiations, des liens entre les œuvres». En une phrase, Claude Bertemes pose le contexte particulier dans lequel évolue une structure qui travaille d’arrache-pied à une nécessaire éducation des publics: «A l’heure d’une forme d’amnésie collective, peutêtre due, pour partie, à cette profusion désor­ donnée d’images, il est vital de proposer une structure, un sens de lecture. Pour ce faire, nous cultivons la logique des rétrospectives, que ce soit des approches monographiques ou thémati­ ques, ces dernières décelant parfois des liens souterrains entre les œuvres», explique-t-il. Reprises dans nos pages spéciales, ainsi que dans une parution dédiée disponible gratuitement, la programmation de la Cinémathèque n’a rien

à voir avec l’imaginaire poussiéreux parfois accolé aux cinémathèques. En effet, l’enjeu n’est pas, ici, que de caresser les attentes d’un public de convaincus, mais bien de s’adresser à tous, cinéphiles ou «prospects». Il n’est, ainsi, pas rare d’assister à des rencontres avec des acteurs, des réalisateurs, voire de joyeux trublions, le dernier passage d’un certain Noël Godin ayant, au cours d’une programmation particulièrement belge, laissé des traces. Claude Bertemes: «Je n’ai, dans l’absolu, rien contre l’événementiel. Tous les créneaux sont bons lors­ qu’il s’agit de fidéliser ou de conduire de nou­ veaux publics vers une connaissance raisonnée du cinéma». Premier argument majeur de l’établissement, un fonds de catalogue impressionnant. Ainsi, la Cinémathèque dispose-t-elle actuellement de quelque 15.000 copies de films, avec un rythme d’acquisition estimé entre 300 et 500 copies annuelles. Si la Cinémathèque et sa collection sont assurées d’une solide réputation internationale, c’est notamment grâce à une spécialisation reconnue dans les registres du film noir, des œuvres signées par des réalisateurs de série B, des films de cinéastes européens exilés à Hollywood… Une démarche constitutive qui ne se suffit pas à elle-même: «Cela demande un important travail d’analyse et d’interprétation des archives, c’est un poste très important de ‡ English version pages 40-43

35 07_Cinematheque.indd 35

24.01.2008 15:28:36 Uhr


La Cinémathèque dispose actuellement de quelque 15.000 copies de films. The Cinémathèque is presently in possession of 15,000 copies of films.

‡ nos activités», explique Claude Bertemes. Indexée sur une approche de curateur, cette politique d’acquisition a connu, dans les dernières années, le soutien d’une profession enfin consciente des enjeux qui se jouent ici: «Un grand pas a notamment été accompli par les producteurs et les distributeurs. Ils ont com­ pris que le dépôt volontaire était une garantie de survie de l’æuvre. Combien de chefs-d’œuvre ont ainsi disparu, certains recyclés, via l’extrac­ tion du nitrate des pellicules, en simple vernis à ongles? Le rapprochement du monde indus­ triel et du monde culturel renvoie à un intérêt mutuel qui ne fait que se renforcer. Nous ne pou­ vons que nous réjouir des relations de confiance établies avec les différents ayants droit». Une réalité nouvelle qui s’inscrit dans le prolongement d’une action prospective particulière­­­ment rodée à la Cinémathèque: «Nous entre­­tenons une politique d’achat auprès des collection­ neurs privés aux USA, en France, en Allemagne, comme partout en Europe», explique-t-il. D’où la présence, dans des archives qui feraient fantasmer plus d’un, d’œuvres particulièrement rares, à rapprocher des incunables de la littérature, l’édition récente en DVD, dans la prestigieuse collection Criterion, du film Mr. Arkadin d’Orson Welles (1955) illustrant parfaitement le propos. Claude Bertemes: «Nous disposions d’une copie de travail unique de ce film, massa­ cré par les producteurs de l’époque. Il est connu qu’Orson Welles était un fanatique du montage. Il s’était fait jeter du banc de montage – probable­ ment pour des raisons de délais ou de budget – et les techniciens de l’époque en avaient fait quelque chose de médiocre, ce qui avait conduit au flop du film. Notre copie est, elle, issue du travail original de Welles. Récemment, nous en avons proposé une version restaurée, basée sur des indications de textes de Welles, des regrets

qu’il avait exprimés, des indices trouvés sur notre copie. Grâce à cette réappropriation du projet, nous avons donc réalisé une version que l’on veut croire plus proche de l’intention origi­ nale», explique-t-il. Côté vitrine, c’est au cœur même de la capitale que la Cinémathèque dispense un minimum de 16 séances hebdomadaires, dans un cadre chaleureux et particulièrement chargé d’histoire.

« Le dépôt volontaire est une garantie de survie de l’œuvre»

Claude Bertemes: «Au début de son implantation dans cet ancien couvent des Pères Rédemptoristes, il y avait encore des messes le dimanche. J’aime m’imaginer ces projections dominicales au cours desquelles flottait encore comme une odeur d’encens», s’amuse-t-il. «Il faut qu’une institu­ tion reste garante du dispositif original de pré­ sentation du patrimoine cinématographique», poursuit-t-il, visiblement heureux d’une Cinémathèque qui, du plain-pied jusqu’au balcon, permet de profiter d’un indéniable confort de diffusion. Mais la Cinémathèque ne se contente pas d’accueillir les publics, elle va aussi à leur rencontre. Ainsi, les habitués de la Schueberfouer (la plus grande fête foraine du Luxembourg, qui se tient sur le Parking du Glacis entre la fin du mois d’août et le début septembre et accueille des milliers de visiteurs) ont-ils découvert, l’an passé, le Crazy Cinématographe. Une initiative exceptionnelle, proposant dans le cadre ‡

36 07_Cinematheque.indd 36

24.01.2008 15:29:00 Uhr


Bien se comprendre commence par mieux entendre

info@lapperre.lu

060-7-300x230RendVous_ Lux

Vivre, c’est communiquer tous azimuts. Entendre est à la base de tous bons contacts. Mieux se comprendre commence par bien entendre. Faites-le avec style et sans peine grâce aux PCA, vos Assistants Personnels de Communication high-tech. Les PCA de Lapperre, la solution idéale pour vous qui en demandez plus à la vie. Découvrez-les maintenant ! www.lapperre.lu

Les PCA de Lapperre

CENTRES AUDITIFS LAPPERRE ESCH-SUR-ALZETTE - 49 rue Zénon Bernard LUXEMBOURG - 67 avenue du X Septembre

54 69 14 26 25 99 77

AGENCES LAPPERRE DIEKIRCH - Optique WIRTZ, 2 rue St Antoine 80 35.88 DUDELANGE - Optique QUARING, 29 place de l’Hôtel de Ville 51 49 33 ECHTERNACH - Optique WIRTZ , 6 rue de la Gare 72 64 54

Ni vu ni connu ... bien entendu

ETTELBRUCK - Optique HOSS , 2 avenue J.F. Kennedy

81 21 07

GREVENMACHER - Optique WIRTZ, 11 Grand-Rue

75 06 77

LUXEMBOURG - Optique QUARING, 110 rue de Bonnevoie 48 87 31 LUXEMBOURG - Optique RODENBOURG, 34 rue Philippe II 22 48 43 TROISVIERGES - Optique BLEY, 43 a Grand-Rue

97 90 54

WILTZ - Optique BLEY, 15 rue des Tondeurs

95 83 69


‡ reconstitué d’un cinéma de foire, des films très anciens, muets et aux formats courts, articulés par des musiciens et des acteurs. Un juste retour des choses, qui renvoie notamment au souvenir du cinématographe Edison que Theodor Bläser de Worms présenta dans le même contexte dès… 1898. Remise, près d’un siècle plus tard, au goût du jour par l’équipe de la Cinémathèque, cette attraction a, pour le moins, rencontré un certain succès populaire. Claude Bertemes: «Ce projet est l’un des plus grands défis que l’on puisse imaginer. Il s’agissait de revenir aux fondements mêmes du cinéma, lors­ qu’il n’était encore qu’une attraction de foire. Aujourd’hui, le cinéma premier est réservé à une élite minuscule d’historiens, nous voulions le rendre au grand public, à celui à qui il était ori­ ginairement destiné. Nous avons promené cette structure de Trèves à Luxembourg, de Liège à Sarrebruck en passant par Anvers et nous avons comptabilisé quelque 15.000 entrées». Un légitime sentiment de fierté l’anime alors, dès qu’il s’agit de redéfinir les contours et l’avenir du

«Le Crazy Cinématographe propose le cadre reconstitué d’un cinéma de foire»

projet: «C’est une initiative anti-élitiste. Il y a un temps pour sacraliser, et un autre pour désacra­ liser. Le patrimoine cinématographique, en tant que 7e art, s’est ‘boboïsé’. Au Crazy Cinématographe, nous avons reçu des gens qui n’avaient jamais, de leur vie, vu de film muet! Beaucoup de monde s’intéresse désormais à ce projet. Nous savons déjà qu’en 2010, il renouera avec une Capitale européenne de la Culture, mais à Essen cette fois. Avant cela, nous serons de retour à la Schueberfouer en 2008, avec une toute nouvelle programmation. Nous en profite­ rons pour présenter des programmes complète­ ment renouvelés». Déjà assuré du soutien budgétaire de la Ville de Luxembourg, ce Crazy Cinématographe sera également l’objet d’un dépôt de demande de subventions auprès du programme européen d’accompagnement de l’industrie cinématographie: MEDIA. Il n’est dès lors guère risqué de l’imaginer sillonnant l’Europe. Mais c’est également au travers du support DVD que la Cinémathèque s’investit. Doit-on y voir un paradoxe avec l’unité de lieu et de temps que prônent, en matière de diffusion, certains

défenseurs du cinéma? Claude Bertemes: «Le numérique a ses prophètes, ses apôtres. De l’autre côté, il y a les fétichistes de la pellicule. Les deux sont pourtant complémentaires, ne serait-ce qu’en matière de restauration. Nous ne souhaitons pas, pour notre part, rester repliés sur nous-mêmes. Notre priorité, cela reste d’orienter le public, de l’informer, par des projections en salle prioritai­ rement, mais comme offre annexe également sur DVD». C’est ainsi que l’on pourra, très prochainement, retrouver sur le label du réseau de cinémathèques, l’Edition Filmmuseum, le DVD The River, chef-d’œuvre de Frank Borzage, à côté d’un DVD basé sur l’expérience, précisément, du Crazy Cinématographe. Parce que c’est également auprès des plus jeunes que doit s’inscrire cette action, la Cinémathèque planche également sur la réalisation de cours d’histoire et d’esthétique du Cinéma. Claude Bertemes: «Pour être exact, ce projet ira tant en direction du grand public que des plus jeunes. Nous avons déjà développé de nombreu­ ses initiatives en matière d’éducation à l’image, dont un festival pour classes scolaires. Nous pré­ parons également un CD-ROM sur la question du lien entre le cinéma et le langage des jeunes. Il sera lié à une programmation effectivement destinée à des scolaires». Côté projets, l’insti­ tution s’agite à tous les niveaux: «Nous conti­ nuerons nos efforts entrepris en matière de networking, nous poursuivrons le cycle des Ciné-Concerts engagé en collaboration avec la Philharmonie, nous réaliserons des projec­tions contextualisées’... L’affiche du Live Cinema 2008, The Big Parade, le film de King Vidor, s’ins­ crira parfaitement dans le 100e anniversaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale. Nous allons également proposer un projet péda­ gogique de composition musicale sur des films muets, réalisé en collaboration avec le départe­ ment éducatif de l’OPL. Des classes scolaires ont travaillé à la production d’une musique autour de Laurel et Hardy. C’est cette création origi­ nale que l’on pourra découvrir en février à la Cinémathèque. Nous accueillerons, à la Cinéma­ thèque, de nombreux invités dont les frères Taviani, nous démontrerons les profondeurs historiques insoupçonnées du cinéma 3D grâce à une grande soirée… Mais la grande révolution sera également tarifaire. Nous allons notam­ ment proposer une formule de ‘Libre Pass’, qui permettra un accès illimité aux séances. Ce qui invitera ses détenteurs à s’aventurer davan­ tage dans notre programmation». Dans le même temps, la Cinémathèque va accélérer son rythme de croisière en matière de sous-titrages électroniques. Une entreprise pharaonique dont on mesure parfois mal l’ampleur: «C’est beaucoup de travail, mais c’est le prix à payer pour être un musée vivant du cinéma».

38 07_Cinematheque.indd 38

24.01.2008 15:29:01 Uhr


6GGÚI7JH

97BB78KI

-Bus, a l l a C c e Av bus prenez le z ule o v s u o v d quan g-ville r u o b m e x à Lu

bourg d e Lu xem le il V la e en t ed s au mom r demand u u b s s to u u a b l’ e L dre et de pren vous perm hoix c e tr d e vo t ê rr a l’ à et 0h (lu-sa) uhaité tre 9h et 2 n e s le départ so ib s e s tr o o p v s t e n ir a - hora utes av bus 45 min 6 -4797 - a p p e l du : 479 à appeler ersonne - numéro 5 euros/p : t je a tr u - coût d

www.vdl.lu

000000_VDL_an_callabus_230x300.indd 1

22/01/08 8:24:28


Guardian of the temple T

he City of Luxembourg’s Cinéma­thè­- que is more than just a conservation archive; it is nothing less than a living testament to our international cinematographic heritage. This dynamic institution, managed by Claude Bertemes, an enthusiast famous for his verbosity, is ever more creative in breathing new life into this essential revival of cinema in all its guises. “Today, we are in a culture of instant grati­ fication. With the digital era, we are caught up in a paradox. Everything is possible, even watching ‘Citizen Kane’ on your mobile phone – well, why not! History is present, sometimes only as an illusion, but it is as if everything is possible from now on. The risk is that cinemagoing will lose its appeal, the thread, that link between film productions, will be lost.” In a sentence, Claude Bertemes describes the special context of an institution strenuously tackling the vital task of educating audiences, “Faced with a kind of collective amne­ sia, partly due perhaps to this disorganized profusion of images, it is vital to offer a struc­ ture, a sense of interpretation. To do this, we are developing the spirit of retrospection either through monographs or themes. The latter sometimes reveal the hidden links between works.” Listed in our feature pages as well as in a free special publication, the Cinémathèque’s programme bears no resemblance to the fusty-dusty image sometimes attributed to film buffs. In fact, the aim here is not to satisfy the expectations of the converts, but to speak to all – whether established film buffs or “prospective” enthusiasts. So it’s not unusual to take part in meetings with actors, directors, or even boisterous hecklers. The recent visit by a certain Noël Godin left its mark during a particularly “Belgian” programme. Claude Bertemes adds, “I have absolutely nothing against infor­mative material. All niche approaches are valid when it comes to guiding the faithful or leading a

new audience towards a reasoned knowledge of cinema.” The institution’s first trump card is an impressive catalogue of works. The Cinéma­ thèque is presently in possession of 15,000 copies of films with a rate of acquisition estimated at between 300 and 500 copies a year. If the Cinémathèque and its collection have earned a solid international reputation, it is notably thanks to an acknowledged specialisation in the areas of gangster movies – “film noir”, works by directors of B movies and those by European film makers in exile in Hollywood… A fundamental decision which is not enough

“ We are developing the spirit of retrospection either through monographs or themes”

in itself, “The archive material requires a lot of analytical and interpretive work and that is a very important aspect of our work”, explains Claude Bertemes. With its core curator role, this policy of acquisition has recently benefited from the support of a profession finally aware of what is at stake here, “Producers and distributors have taken a huge step. They have realised that donating an archive copy guar­ antees the survival of a film. How many works of art have just disappeared, some recycled through extraction of the nitrates into ordi­ nary nail varnish? The reconciliation between the worlds of industry and culture reflects a mutual interest which can only get stronger. We can only delight in the bonds of trust formed between the various interested par­ ties.” While this is a new situation, it fits ‡

40 07_Cinematheque.indd 40

24.01.2008 15:29:01 Uhr


Les pierres sont précieuses… vos vacances aussi ! Nos hôtels de luxe ont été soigneusement sélectionnés pour leur situation privilégiée, leur confort exceptionnel et le service impeccable. Bien-être, sports, gastronomie, culture, détente… et plus encore !

Informations et réservations dans votre agence de voyages ou sur www.luxairtours.lu Informations supplémentaires au (+352) 2456-4711

verti RDV.indd 1

Ann_excell_105x290_RV_FR.indd 1

19/12/07 13/12/0710:08:07 12:09:22


La Cinémathèque, un musée vivant du cinéma The Cinémathèque, “living” museum of cinema

‡ in well with the prospecting skills so highly developed by the Cinémathèque. “We are pur­ suing a purchasing policy with private collec­ tors in the USA, France, Germany, as elsewhere in Europe,” he explains. As a result of this policy, these archives are beyond even the wildest dreams of most film buffs and contain some particularly rare works, comparable to the incunabula of literature. A recent edition on DVD of the film Arkadin by Orson Welles (1955), from the prestigious Criterion collection, illustrates this perfectly. Claude Bertemes elaborates, “We had a unique working copy of this film, butchered by the producers of the time. It is well known that Orson Welles was fanatical about editing. He got himself thrown out of the cutting room – probably because of deadlines or budget concerns – and the techni­ cians of the time created something mediocre, which contributed to the film being a flop. Ours is an unedited copy of Welles’ original work. Recently, we made a restored version based on Welles’ writings, the regrets he expressed and the clues we found on our own copy. Thanks to this reworking of the project, we have created a version which we would like to think is closer to his original conception.” On the showcase side, the Cinémathèque is situated in the heart of the capital and presents at least 16 screenings a week in a cosy atmosphere, in a setting steeped in history. “When it was first set up in this former monas­ tery of the ‘Pères Rédomptoristes’, mass was still celebrated there on Sundays. I like to imagine the Sunday screenings with the scent of incense still wafting in the air.” says Claude

Bertemes mischievously. “An institution must remain true to the original blueprint of pre­ senting the cinematographic heritage,” he continues, clearly happy with a film theatre which provides indisputable screening comfort, from ground floor to balcony. However, the Cinémathèque is not satisfied with just welcoming audiences but also goes out to meet them. Thus regular visitors to the Schueberfouer (Luxembourg’s largest funfair, which welcomes thousands of visi-

“ The Cinémathèque is working on the completion of a course on the history and aesthetics of cinema as well...”

tors on the Glacis Parking Area from late August to early September) discovered the Crazy ­ Cinématographe last year. Housed in the reconstruction of a fairground cinema, this very unusual concept offered very old films, silent movies and short films with sound provided by actors and musicians. A true return to the roots of cinema, reminiscent of Edison’s cinematograph which Theodore of Worms presented in a similar setting in…1898. Taken up again by the Cinéma­ thèque team, over a century later and adapted to contemporary tastes, this attraction cer-

42 07_Cinematheque.indd 42

24.01.2008 15:29:30 Uhr


Les habitués de la Schueberfouer ont découvert, l’an passé, le Crazy Cinématographe. The regular visitors to the Schueberfouer discovered the Crazy Cinématographe last year.

tainly met with popular acclaim. Claude Bertemes expands, “This project was one of the most challenging you could imagine. It meant going back to the origins of cinema when it was just a fairground turn. Nowadays, the original cinema is the preserve of a small elite group of historians but we wanted to bring it to the public at large, for whom it was originally intended. We have carted this struc­ ture around from Trier to Luxembourg, from Liège to Saarbrücken by way of Antwerp… and we’ve sold about 15,000 entry tickets.” He brightens with well-deserved pride when it comes to redefining the parameters and future of the project, “It’s an anti-elitist idea. There is a time to consecrate and a time to deconsecrate. The cinematographic heritage, seen as the 7th art form, has become the domain of the chattering classes. At the Crazy Cinématographe we had people who had never in their entire lives seen a silent movie! Lots of people are interested in this project now. We already know that in 2010, it will be part of another European Capital of Culture, but in Essen this time. Before that, we’ll be back at the Schueberfouer in 2008 with a completely new presentation and a totally revamped programme.” With financial support already guaranteed by the City of Luxembourg, this Crazy Cinématographe will also request subsidies from the European programme for the support of the film industry: MEDIA. From which point, it is not

beyond the realms of possibility to imagine it criss-crossing Europe. But the Cinémathèque is also investing in DVD production. Should we see a paradox here, challenging the unity of place and time with regards to film diffusion that is advocated by the cinema’s watchdogs? Claude Bertemes comments, “The digital era has its prophets, its apostles. On the other side, there are the celluloid fetish­ ists. The two are complementary, even if only when it comes to restoration. For our part, we don’t want to remain inward looking. Our priority remains to guide the public, inform it, first and foremost through cinema, but with the added option of DVD format.” As a result, it might soon be possible to get the DVD of Frank Borzage’s masterpiece The River, on the Cinémathèque label, Edition Film-museum, alongside a DVD of the Crazy Cinématographe experience. Because this project is also aimed at younger people, the Cinémathèque is working on the completion of a course on the history and aesthetics of cinema as well. Claude Bertemes explains, “To be precise, this project will be aimed as much at the wider public as at younger audiences. We have already devel­ oped a number of initiatives to create an understanding of camera work, including a festival for school classes. In addition, we are preparing a CD-ROM on the question of the link between cinema and youth slang. This will be part of a programme geared to schools.” On

the projects front, the organisation is working on all levels, “We will continue our efforts already begun on networking, we will follow through on the cycle of Ciné-Concerts set up in partnership with the Philharmonie, we will complete some screenings in context… adver­ tising for Live Cinema 2008, The Big Parade, the film of King Vidor, which will fit in per­ fectly with the 90th anniversary of the World War I Armistice. We are also going to offer an educational project in musical composition for silent movies in partnership with the edu­ cation department of the OPL (Orchestre Phil­ harmonique du Luxembourg). School classes have worked on the production of music for Laurel and Hardy. It’s this original creation which you will discover in February at the Cinémathèque. We will welcome a number of guests at the Cinémathèque, the Brothers Tavi­ ani amongst them, we will demonstrate the unsuspected historical depths of the 3D cin­ ema in a spectacular evening. But the great revolution will be about pricing. We are going to offer a ‘Libre Pass’ format which will entitle the holder to unlimited entry to screenings. This will tempt the Pass Holders to take even greater advantage of our programmes.” Gradually, the Cinémathèque will increase its cruising speed in the field of electronic subtitling. A gigantic undertaking whose enormity is sometimes underestimated. “It’s a lot of work but that’s the price you have to pay for being a ‘living’ museum of cinema.” 43

07_Cinematheque.indd 43

24.01.2008 15:29:33 Uhr


Comme une mise en scène publique de soi, une façon de marquer fièrement son appartenance à une communauté, une catégorie sociale, ethnique, scolaire ou religieuse, les vêtements sont un langage, les dress codes une façon de communiquer. Peuplée d’acteurs arborant leurs costumes, la ville offre un vaste champ d’exploration. S’il doit tout à son sujet, ce voyage coloré signé Andrés Lejona, est loin d’être «uniforme».

Us et costumes Clothes are Us. Clothes are a language and dress codes a way of communicating. Like a public display of who you are, a manner of stating proudly that you belong to a community, a social group, be it ethnic, educational or religious. Luxembourg’s rich cultural and social diversity can be seen on the streets of the city, which are full of people displaying their individuality. Although he lowes everything to his subject, this colourful journey presented by Andrés Lejona is far from being “uniform”.

44 08_portfolio.indd 44

24.01.2008 11:08:04 Uhr


08_portfolio.indd 45

24.01.2008 11:08:19 Uhr


46 08_portfolio.indd 46

24.01.2008 11:08:29 Uhr


47 08_portfolio.indd 47

24.01.2008 11:08:45 Uhr


48 08_portfolio.indd 48

24.01.2008 11:08:56 Uhr


49 08_portfolio.indd 49

24.01.2008 11:09:12 Uhr


50 08_portfolio.indd 50

24.01.2008 11:09:26 Uhr


51 08_portfolio.indd 51

24.01.2008 11:09:42 Uhr


52 08_portfolio.indd 52

24.01.2008 11:09:57 Uhr


53 08_portfolio.indd 53

24.01.2008 11:10:12 Uhr


54 08_portfolio.indd 54

24.01.2008 11:10:26 Uhr


Jeannot Bisenius. Commissaire-Chef. Palais Grand-Ducal / Centre-ville

Luc Huberty. Facteur / Kirchberg

Abbé Patrick Muller. Cathédrale / Centre-ville

Jérôme Seiler et Michelle Warniemont. Police / Centre-ville

Sœur Franciscaine Dorothée-Marie / Belair

Philippe Reiser. Garde d’Honneur. Palais Grand-Ducal / Centre-ville

Mirco Bonetti. Chef de Section Pompier de la Ville de Luxembourg / Strassen

Norbert Lamhéne et Karin Thill. Pompes funèbres. Maison Platz / Limperstberg

Jérôme Baretti. Voiturier-bagagiste. Hôtel Le Royal / Centre-ville

Angel Wijnbergen. Banquier / Centre-ville

55 08_portfolio.indd 55

24.01.2008 11:10:46 Uhr


Parissa Rafii, Executive Director, IRECO. Directeur ������������������������� exécutif, IRECO

09_inter_community.indd 56

24.01.2008 15:52:25 Uhr


International Community 162 nationalities live in Luxembourg including approx. 300 Iranians. 162 nationalités cohabitent à Luxembourg,dont environ 300 Iraniens.

The Pistachio Experiment Texts: Deborah Fulton-Anderson. Photos: Andres Lejona

T

aking the entrepreneurial lead from her father and grandfather, and carrying on a tradition that began on the plantations of Iran and eventually found a corporate home in Luxembourg – Parissa Rafii now directs the family “experiment” that started in 1971. Sitting in the conference room of IRECO’s headquarters in Steinsel, Parissa Rafii offers samples from bowls of pistachios – Iranian and Californian – as well as cashews, macadamias and other roasted nuts. Like a sommelier, Rafii dissects the flavour and intensity of each. “The Iranian is richer and a bit saltier, but the Californian variety is very popular right now.” She makes only brief references to the health benefits or to the pistachio nut’s incredible 8,000-year historical connection (it is even mentioned in Genesis), as if such things were interesting but not fundamental to the success of the family product. What has been fundamental is the keen management of this company that began with her father Abbas Rafii in 1971 and which Parissa now operates as its Executive Director. “My grandfather created and owned large pistachio plantations in Rafsanjan. That was before they were taken over by the government.” Her father, Abbas, left Iran to study engineering in Austria and Germany, and spent many years with Goodyear before deciding to return to the family trade. Only this time, the challenge would be much greater. Unlike Middle Eastern markets in the early 1970s, the pistachio ‡

Iran

For More information Ambassade de la République Islamique d’Iran à Bruxelles Av. Franklin Roosevelt, 15 B-1050 Bruxelles T +32 2 62 70 350 ABOUT IRAN: Population: 65,397,521 (July 2007, est.) Capital: Tehran Government: Theocratic republic National day: Republic Day, 1 April (1979) Head of state: Supreme Leader Ali Hoseini-Khamenei Head of government: President Mahmud Ahmadi-Nejad

FAMOUS IRANIANS: Omar Khayyam, (Rubaiyat of Omar Khayyam) poet, mathematician, philosopher Zoroaster, prophet and religious poet Christiane Amanpour, chief international correspondent for CNN Pierre M. Omidyar, founder /  chairman of eBay Shirin Ebadi, Nobel Peace Prize (human rights) Anousheh Ansari, co-founder and chairman of Prodea Systems, first female Muslim and first Iranian in space EXPRESSIONS: Salam! Hi! Che khabar? What’s new? Mamnoon. Thank you. Bedrood! Goodbye!

57 09_inter_community.indd 57

24.01.2008 15:52:42 Uhr


Negin Azarmgin, dentist. Dentiste

Practising Dentistry La médecine dentaire with a Smile avec le sourire Negin Azarmgin sits in one of the modern examining chairs of her pristine dental office. She has the Persian charm and smile that could reduce the stress level of any dental patient awaiting a procedure. She has been practising dentistry since 1997, recently moving office from Bonnevoie to Hesperange. Azarmgin received her diploma in dental medicine after completing studies at the Université Libre de Bruxelles. She was 26 at the time and still felt a strong connection to her home country. “I considered going back to Iran at that time. I had my roots there, after all.” Her parents had immigrated to Luxembourg in 1986, when Negin was a teenager. Although Farsi was spoken in the home, her parents wanted Negin to continue developing her French skills, so she attended a French-speaking “Lycée” in Arlon for many years. While enjoying some of the events organised within the Iranian community here, she is always pulled back to her home country.� “There is a sense of community here – we Iranians are very hospitable; but I also like to visit my many friends and family members back in Tehran as often as possible.”

Negin Azarmgin est assise dans l’un des fauteuils ultramodernes de son impeccable cabinet de dentiste. Son charme perse et son sourire sauraient soulager le stress de n’importe quel patient en attente de soins. Elle exerce la profession de dentiste depuis 1997 et a récemment quitté Bonnevoie pour Hesperange. Azarmgin a obtenu son diplôme de médecine dentaire après des études à l’Université Libre de Bruxelles. Elle avait alors 26 ans et se sentait encore très proche de son pays natal. «A l’époque, j’envisageais de retourner en Iran. C’est là qu’étaient mes racines après tout». Ses parents ont immigré au Luxembourg en 1986 alors que Negin était encore adolescente. Bien que le Farsi soit la langue utilisée à la maison, ses parents souhaitaient qu’elle continue à améliorer son français. Elle a donc étudié au Lycée français d’Arlon pendant de nombreuses années. Bien qu’elle aime participer aux événements organisés par la communauté iranienne du Luxembourg, elle se sent toujours ramenée vers son pays natal. «L’esprit communautaire est très fort ici – les Iraniens ont un grand sens de l’hospitalité; mais j’aime également rendre visite à ma famille et à mes nombreux amis restés à Téhéran aussi souvent que possible».

‡  nut could hardly be found on any of the supermarket shelves of Europe. Thus the “Pistachio Experiment” began. In April of 1971 Abbas imported seven tons of pistachios to a warehouse in Steinsel, after trying to initiate marketing agreements with various German supermarkets. Kaufhof, for example, agreed to try to sell them, but the contract stated that if the packaged product did not move from the shelves, then Rafii would have to take back all of the stock, at his own expense. In fact, for many months sales were close to zero as consumers were uncertain about this unusual product from the Middle East. Parissa smiles. “Today, Germany counts amongst the biggest consumer of nuts – 99% of our product is exported there!” Large supermarket chains like Aldi have joined other distributors and discount chains requesting their product – as well as traders and wholesalers. And the popularity continues to grow: IRECO now exports to distributors in 22 countries. The gamble that Abbas Rafii took in 1971 has not only paid off in terms of corporate success, but also earned him the “Entrepreneur of the Year” award from Ernst & Young in 2006. Parissa says of her father: “He is still the big boss, but his actual role now is more of a consultant.” Her own position in the company changed last year, as she moved from directing sales and marketing to becoming Executive Director. Initially pursuing language studies, Parissa holds a bachelor’s degree in Persian Studies (University of London, School of Oriental and African Studies) and a master’s degree in International Relations. Her language connection to Iran is strong. “At home we would speak Persian. I still remember my mother reading Persian poetry to us.” In 2002, Parissa decided to focus her energies full time to the family business. “I wanted to see if I would like it and my father helped me understand all aspects of the business – from purchasing to marketing.” This involved a lot of travelling and, inevitably, meeting with the Persian distributors. Despite her proven experience in the company, the distributors were not ready to do business with Parissa as easily as with her father. “They did not accept me. In fact, they wouldn’t even talk to me. For one thing, I was a woman. I was also young. My role up to that point wasn’t clear.” It has taken five years to change their minds. “As a woman, you have to be even tougher I think. If you’re too nice...” (Parissa shakes her head). Like her entrepreneur father, she has specific goals for the company’s continued growth. The IRECO plant in Steinsel has now expanded to keep up with production demands and is now capable of roasting five tons of nuts per hour. IRECO is currently part of the official economic trade delegation with the Chamber of Commerce of Luxembourg, in collaboration with the Foreign Ministry and the Ministry of Economic Affairs. Their goal is to enhance business opportunities with other countries. “I would like to travel to South America – Brazil in particular is virgin territory with lots of opportunities for our business!” 

58 09_inter_community.indd 58

24.01.2008 15:52:44 Uhr


Le Projet Pistache F

idèle à l’esprit d’entreprise de son père et de son grand-père, perpétuant une

tradition venue des plantations d’Iran et ayant finalement trouvé dans le Luxembourg le lieu idéal où développer son entreprise – Parissa Rafii dirige désormais «le projet» initié par sa famille en 1971. Parissa Rafii est assise dans la salle de conférence du siège de l’IRECO à Steinsel, proposant une dégustation de pistaches – iraniennes et californiennes – présentées dans des bols, ainsi que de noix de cajou et de macadamia et autres fruits secs grillés. Tel un sommelier, Rafii analyse l’arôme et l’intensité de chacun d’entre eux. «La variété iranienne est plus riche et un peu plus salée, mais les variétés californiennes ont beaucoup de succès en ce moment». Elle ne fait que brièvement référence aux bienfaits de la pistache pour la santé ou à son incroyable histoire qui remonte à 8.000 ans (on en parle même dans la Genèse), comme si ces aspects étaient intéressants mais pas fondamentaux quant au succès du produit familial. L’élément fondamental de cette réussite tient plutôt à une gestion intelligente de l’entreprise qui débuta avec son père, Abbas Rafii, en 1971 et où Parissa travaille désormais comme directeur exécutif. «Mon grand-père a créé et dirigé d’importantes plantations de pistaches à Rafsanjan. C’était avant qu’elles ne soient confisquées par le gouvernement». Son père, Abbas, a quitté l’Iran pour étudier l’ingénierie en Autriche et en Allemagne et a travaillé de longues années chez Goodyear avant de reprendre l’activité familiale. Mais cette fois, le défi était de taille. Au début des années 70, contrairement aux marchés du Moyen-Orient, il était très difficile de trouver des pistaches dans les rayons des supermarchés européens. C’est ainsi qu’a débuté «le projet Pistache». En avril 1971, Abbas importa sept tonnes de pistaches pour les stocker dans un entrepôt de Steinsel après avoir signé des accords commerciaux avec différents supermarchés allemands. Kaufhof, par exemple, accepta de les commercialiser, mais le contrat stipulait que si le produit emballé ne quittait pas les rayons – Rafii devrait alors reprendre l’ensemble du stock, à ses frais. Pendant de nombreux mois, les ventes furent en effet proches de zéro, ‡

Fari Khabirpour, Director of the Centre for Psychology and Educational Guidance DIrecteur du Centre de Psychologie et d’Orientation scolaire

The Human Perspective Currently the director of the Luxembourg Centre for Psychology and Educational Guidance, Fari Khabirpour has worked in the field of educational psychology for over 25 years. He was seven years old when he and his parents, members of the Bahá’í faith, emigrated from Iran to Luxembourg in 1959. “Also the educational opportunities here influenced their decision to choose this country.” After earning a doctorate degree in Pedagogical Psychology in Zurich, Khabirpour returned to Luxembourg to serve as coordinator of various educational and training positions with the Ministry of Education. His sense of the “human perspective” in education extends to his personal influences as well. “My identity is not so much determined by the fact that I am originally from Iran, but by my thoughts and beliefs that have their roots in my spiritual faith.” Khabirpour points to the many poets and philosophers of his native Iran. “For me, it is looking at the world as one country and all the people in it as its citizens. Our differences are really superficial – our fundamental needs as humans are the same�.”

Le Facteur humain Actuellement directeur du Centre de psychologie et d’orientation scolaire du ­Luxembourg, Fari Khabirpour travaille dans le domaine de la psychologie scolaire depuis plus de 25 ans. Il avait sept ans quand ses parents et lui ont quitté l’Iran pour le Luxembourg en 1959. «Mes parents font partie de la communauté religieuse Bahá’í. C’est pour cette raison et pour les possibilités qu’offre le Luxembourg en matière d’éducation qu’ils ont choisi ce pays». Après avoir obtenu un doctorat en psychologie pédagogique à Zurich, Khabirpour est retourné au Luxembourg pour y travailler en tant que coordinateur de différents postes pédagogiques et éducatifs pour le ministère de l’Education. Ce sens du «facteur humain» qu’il exprime dans son métier, l’enseignement, se retrouve également dans ses convictions personnelles. «Mon identité n’est pas tant déterminée par le fait que je viens d’Iran, mais par mes pensées et mes croyances qui trouvent leur origine dans ma foi». Khabirpour fait référence aux nombreux poètes et philosophes de son Iran natal. «Il s’agit pour moi d’envisager le monde comme un seul pays et tous ses habitants comme les citoyens de ce pays. Nos différences sont vraiment superficielles – nos besoins fondamentaux en tant qu’humains sont les mêmes».

59 09_inter_community.indd 59

24.01.2008 15:52:45 Uhr


Shaaf Milani-Nia, Architect, film enthusiast and mother Architecte, cinéphile et mère de famille

Childhood Memories Souvenirs d’enfance of Tehran de Téhéran The parents of Shaaf Milani-Nia made the decision to come to Luxembourg because of the excellent reputation of the schools, plus the variety of languages and cultures. Shaaf was 10 years old when her family moved from Tehran. “I remember rehearsing the Luxembourgish language alone before having the courage to speak it!�” Shaaf also remembers the scenes of Tehran she had left – armed revolutionary guards checking men and women for the correct appearance and appropriate “hijab” (headgear) – and trying not to be intimidated by My mother showed me by the process. “����������������������� example how not to look afraid, and to instead show courage.” After receiving her university degree in architecture, Shaaf has worked in both the Netherlands and Luxembourg in architectural firms and urban development projects. She also has a keen interest in film, often working as a volunteer in the Press Room at the Rotterdam International Film Fest. (Her command of seven languages – including Dutch – is a plus.) She and husband Steve Helminger speak Luxembourgish to their six monthold, Shaheen. “But I will also read to him in Persian, the poetry of Iran.”

Les parents de Shaaf Milani-Nia ont décidé de s’installer au Luxembourg en raison de l’excellente réputation de ses établissements scolaires mais aussi de la variété de langues et de cultures. Shaaf avait dix ans quand sa famille a quitté Téhéran. «Je me rappelle avoir travaillé le luxembourgeois toute seule avant d’avoir le courage de le parler!». Shaaf se souvient des scènes se déroulant à Téhéran – les gardes révolutionnaires armés vérifiant qu’hommes et femmes portaient la bonne tenue et la «hijab» (coiffure) appropriée – et d’avoir tenté de ne pas se laisser impressionner lors de cette opération. «Ma mère m’a montré comment cacher sa peur et faire preuve de courage». Après avoir obtenu son diplôme en architecture, Shaaf a travaillé aux Pays-Bas et au Luxembourg dans des cabinets d’architecture et pour divers projets d’urbanisme. Elle s’intéresse beaucoup au cinéma et travaille comme bénévole en salle de presse lors du Festival du Film International de Rotterdam. (Le fait qu’elle maîtrise sept langues – dont le néerlandais – est un plus.) Elle et son mari Steve Helminger parlent le luxembourgeois à leur fils de six mois, Shaheen. «Mais je lui lirai aussi de la poésie iranienne en perse».

‡  les consommateurs ne sachant rien de cet étrange produit venu du Moyen-Orient. Parissa sourit. «Aujourd’hui, l’Allemagne est le plus grand consommateur de noix grillées – nous y exportons 99% de nos produits!» De grandes chaînes de supermarchés comme Aldi ont rejoint les autres distributeurs et revendeurs discount achetant leurs produits – en tant que revendeurs ou grossistes. Et cette popularité ne cesse d’augmenter: IRECO exporte désormais auprès de distributeurs de 22 pays. Le pari pris par Abbas Rafii en 1971 s’est non seulement révélé payant en termes de succès commercial, mais il lui a aussi permis de se voir décerner le prix «Entrepreneur of the Year» par Ernst & Young en 2006. Parissa dit de son père: «C’est toujours lui le patron, mais son rôle véritable est désormais plutôt celui d’un consultant». L’année dernière, ses propres responsabilités dans l’entreprise ont changé: elle est passée de la direction des ventes et du marketing au poste de directeur exécutif. Suivant à l’origine des études de langues, Parissa est titulaire d’une licence en Etudes perses (University of London School of Oriental & African studies) et d’une maîtrise en Relations internationales. Son lien linguistique avec l’Iran reste fort. «A la maison, nous parlions perse. Je me souviens encore de ma mère nous lisant de la poésie perse». En 2002, Parissa décide de se consacrer à plein temps à l’entreprise familiale. «Je voulais voir si j’aimerais ça et mon père m’a aidée à comprendre tous les aspects de cette activité – des achats au marketing». Cela impliquait de nombreux déplacements et, inévitablement, de rencontrer les distributeurs perses. Malgré son expérience avérée dans l’entreprise, les distributeurs n’étaient pas prêts à traiter avec Parissa aussi facilement qu’avec son père. «Ils ne m’acceptaient pas. En fait, ils ne voulaient même pas me parler. D’abord, j’étais une femme. Et puis j’étais jeune. A ce moment-là, pour eux, mon rôle n’était pas clair». Il lui a fallu cinq ans pour faire évoluer leur état d’esprit. «Quand vous êtes une femme, je pense que vous devez être plus dure. Si vous êtes trop gentille...» (Parissa secoue la tête). Comme son entrepreneur de père, elle s’est fixé des objectifs précis pour poursuivre la croissance de l’entreprise. L’usine IRECO de Steinsel a été agrandie pour répondre à la demande en matière de production et peut maintenant torréfier cinq tonnes de fruits à l’heure. IRECO fait actuellement partie de la délégation économique officielle de la Chambre de Commerce du Luxembourg, en collaboration avec le ministère des Affaires étrangères et le ministère de l’Economie. Son but est de développer les opportunités commerciales avec les autres pays. «J’aimerais aller en Amérique du Sud – le Brésil en particulier est un territoire vierge qui pourrait offrir de nombreuses opportunités à notre entreprise!».

60 09_inter_community.indd 60

25.01.2008 17:05:58 Uhr


n Gallery (New York) ry (London), James Coha en Friedman Galle © Yinka Shonibare, Steph IBARE Space Walk, 2002 Design - Yinka SHON mbourg. I.M. Pei Architect d-Duc Jean - Mudam Luxe Musée d’Art Moderne Gran

Hotcity. Vivez la ville. _ Luxembourg m’offre la culture via Hotcity

Depuis juillet 2007, la Ville de Luxembourg vous offre un accès mobile à Internet au centre-ville. Avec votre ordinateur portable ou votre téléphone mobile, vous pouvez consulter vos emails, surfer sur Internet et rechercher des informations pratiques. Hotcity est un outil d’avenir, d’interactivité et de dialogue pour vous qui vivez la ville.

L’ Internet mobile en ville

Annonces_HotCity_culture_230x3001 1

7/01/08 15:56:59


Environnement

Des services et des hommes Texte: Corinne Briault. Illustration: Maxime Pintadu (StudioForEditorialDesign)

D

otée d’un plan d’action s’intégrant dans

une stratégie globale de développement durable, la Ville de Luxembourg compte sur une véritable armada de services ayant intégré ces notions environnementales dans leurs missions quotidiennes afin de construire pas à pas un milieu et une qualité de vie durables. Le Service des forêts gère ce que l’on nomme communément la «Ceinture verte de la Ville», pratique une gestion sylvicole et environnemen­ tale moderne d’une forêt à vocation récréative. L’abattage de bois ne dépasse jamais sa produc­ tivité et la régénération naturelle est favo­risée. Le bois de la forêt communale est d’ailleurs uti­ lisé pour le chauffage aux copeaux de bois d’une école communale et de plusieurs mai­sons. Le Service des parcs s’occupe de l’entre­tien tradi­ tionnel et écologique des zones vertes et de l’aménagement des aires de jeu. Dans l’intérêt de la biodiversité et de la protection des sols, il n’utilise pas d’herbicides. Les déchets verts (ton­ tes, débroussaillages…) sont transformés en com­ post sur son propre site. Amener à adopter un comportement plus écologique est l’une des missions du Service de l’enseignement, notam­ ment par le biais des activités au «Haus vun der Natur», tout comme le Capel, via ses foyers sco­ laires et ses projets pédagogiques. Ce dernier promeut une restauration écologique, une nutri­ tion saine, le tri des déchets et les activités en pleine nature. Afin de garantir une excellente qualité en eau potable, le Service des eaux mène des recherches poussées afin de connaître le processus de la pollution diffuse et sensibilise les agriculteurs, particuliers et services commu­ naux en vue de diminuer les nitrates et pesti­ cides dans les eaux de source. Pour éviter le gas­pi­llage d’eau potable, ce service dispose de matériel très performant (détection des fuites) et incite à la réduction des quantités utilisées. Au service des consommateurs, le Service de l’élec­ tricité veille à l’installation de transformateurs à rendement optimal et à la minimisation des per­ tes du réseau. La construction de la micro­cen­ trale hydraulique «Hasteschmillen» sur l’Alzette contri­­bue à la production d’énergies renouve­ lables. La moderni­sation continuelle des arma­

tures de l’éclairage public et le passage des ampoules classiques aux LED pour l’éclairage de Noël assurent d’importantes économies d’éner­ gie. Le Service énergétique propose aux citoyens une alternative au chauffage classique par le biais de son réseau de chauffage urbain ali­ menté par cogénération. Il initie, en colla­ boration avec d’autres services, des projets d’ins­­­­tallations de production électrique à éner­ gies renouvelables. Il offre un service de conseil au citoyen et collabore avec le Service des bâti­ ments à la réalisation de bâtiments aux stan­ dards basse énergie ou maison passive. Le Service des bâtiments réalise des concepts architecturaux basés sur l’utilisation rationnelle des ressources (combustibles, eau, électricité), sur la construction écologique et durable ainsi que sur la gestion responsable des déchets sur chantier. Le Service de l’urbanisme et du déve­ loppement urbain garantit un développement durable de la ville, en promouvant et combinant équité sociale, intégrité écologique et économie raisonnée. Il veille à préserver, voire revaloriser les couloirs d’importance écologique et habitats naturels remarquables en milieu urbain, réserve une part importante aux espaces verts dans les nouveaux lotissements, s’efforce à minimiser l’emprise au sol des zones de cons­truction ou vise encore une optimisation éner­gétique au niveau de la conception urbaine. Le Service de la circulation élabore des plans favo­risant les trans­ ports en commun et la mobi­­­lité douce («Kin­ derstadtplan», aires piétonnes, concept-vélos) et met en œuvre les mesures de modération des vitesses dans les secteurs d’habitation. Le Ser­ vice véhicules et maintenance, est notamment responsable de l’acqui­sition des nouveaux véhi­ cules communaux propres et économes afin de limiter la pollution de l’air et l’effet de serre. Le Service d’hygiène effectue des collectes séparées des déchets, met à disposition des récipients pour les collectes de matériaux recyclables, gère le centre de recyclage incluant une Superdrécks­ këscht, informe et sensibilise le public (conseils, visites guidées, conférences). Autant d’actions environnementales menées à bien grâce à une collaboration étroite entre tous ces services.

Pratique Pour plus d’information Site web: www.vdl.lu (Rubrique Environnement et mobilité) Pour vos questions sur: L’énergie T 47 96 24 86 E energieberodung@vdl.lu Le chauffage urbain  T 47 96 30 55 Les déchets  T 47 96 36 40 E hygiene@vdl.lu L’eau potable  T 47 96 28 83 ou 47 96 25 74 Les infrastructures en forêt  T 47 96 25 65 E foret@vdl.lu Les activités pour jeunes pendant les vacances  T 47 96 32 73 W www.capel.lu Les activités pour jeunes à la Haus vun der Natur  T 47 96 68 66 E hausnatur@technolink.lu Les canalisations T 47 96 25 17 E canal@vdl.lu

62 10_environnement.indd 62

24.01.2008 14:16:30 Uhr


Les éco-gestes pour l’hiver

Of service and men W ith an action plan linked to its overall strategy for sustainable develop­ment, the city of Luxembourg can rely on a panoply of municipal services that have incorporated environmental considerations in their daily work. The Service des Forêts manages the “green belt” of the city by means of modern forestry and environmental management appropriate to recreational woodland. The number of trees felled never exceeds the productivity of the forest and natural regeneration is the pre­ ferred choice. The wood is, for example, also chipped for use in heating a municipal school and a number of houses. The Service des Parcs carries out traditional and ecological mainte­ nance of green zones and looks after play areas. With biodiversity and soil protection in mind, it uses no herbicides. Plant waste is composted at its own site. Educating people to think more ecologically is one of the tasks of the Service de l’Enseignement, particularly through the activities it runs at the “Haus vun der Natur”, and a similar educational role is played by Capel, through the centres it runs for pupils outside school hours and its educa­ tional projects. The latter promotes healthy, ecological food, the sorting of waste and out­ door activities. In order to guarantee that drinking water is of excellent quality, the Ser­ vice des Eaux conducts extensive research to clarify how diffuse pollution occurs and to raise the awareness of it among farmers, citi­ zens and municipal services, so as to reduce the levels of nitrates and pesticides in ground­ water. To prevent wastage of drinking water, this service operates high-performance equipment for the detection of leaks and encourages con­ sumers to reduce their water use. The Service de l’Electricité ensures the energy efficiency of its electrical installations by means of opti­ mally rated transformers, minimising net­ work losses, ongoing modernisation of public

lighting and by switching from traditional bulbs to LEDs for the Christmas lights. The new micro hydroelectric plant “Hasteschmil­ len” on the Alzette River will help to produce renewable energy. The Service Energétique offers citizens an alternative to traditional central heating in the form of urban heating by cogeneration. It launches projects for elec­ tricity generation using renewable sources, parti­cu­larly solar power. It offers a citizens’ advice service and works together with the Service de Bâtiments on buildings that meet low-energy standards and on passive houses. The Service des Bâtiments implements archi­ tectural projects based on the rational use of resources (fuel, water, electricity), on ecological sustainable construction and on responsible management of building site waste. The Ser­ vice de l’Urbanisme et du Déve­loppement Urbain and ensures sustainable development of the city by promoting and combining social equality, ecological integrity and a carefully thought through local economy. It takes care to preserve and even improve wild areas within the urban fabric, seeking to minimise the land sacrificed to buildings and to opti­ mise energy use as part of its town planning. The Service de la Circulation develops plans that will encou­rage public transport and lowimpact mobility (“Kinderstadtplan”, pedes­trian zones, cyclist-friendly policies) and takes act­ ion to lower traffic speeds in residential areas. The Service Véhicules et Maintenance is, in particular, responsible for the purchase of municipal vehicles that cause less air pollution and emit fewer greenhouse gases. The Service d’Hygiène conducts separate collections of sorted waste, makes containers available for recyclable items, runs the recycling plant, pro­ vides information and raises public awareness (advice, guided visits, symposia). Finally, it is important to remember that conducting all these environmental activities requires close cooperation between the various services.

Pour passer un hiver agréable, en vous chauffant sans gaspillage, pensez à: - Ne pas surchauffer (20-22°C suffisent ample­ment). - Ne pas cacher les radiateurs derrière de longs rideaux ou derrière des meubles. - Ne pas laisser les fenêtres ouvertes pendant une longue durée, même pas en position basculée. - Baisser la température la nuit en commençant environ deux heures avant d’aller vous coucher (15-16°C conseillés). - Fermer les volets la nuit afin de réduire les pertes de chaleur. - Ne jamais fermer complètement le chauffage pendant les périodes de grand froid (la remise en route consomme plus d’énergie qu’un léger chauffage permanent). - Utiliser pour vos poêles et cheminées du bois de la région, nécessitant peu de transport (p. ex. bois de la forêt communale dis­ ponible au centre de recyclage).

Ecological tips for the winter Bear the following in mind to have a comfortable winter without wasting heating: - Do not turn the heating up too high (20-22°C is quite sufficient). - Avoid hiding radiators behind long curtains or furniture. - Do not leave windows open for extensive periods, even in the tipped position. - Lower the temperature at night (15-16°C is recommended), starting about two hours before you go to bed. - Close/roll down the shutters at night to reduce heat loss. - Never switch off the heating completely in very chilly periods (starting up the system again uses more energy than continuous gentle heating). - Burn local wood, needing little in the way of transport, in your stoves and fireplaces (for example wood from municipal forests, available at the recycling plant).

63 10_environnement.indd 63

24.01.2008 14:16:31 Uhr


11_sports.indd 64

24.01.2008 10:59:31 Uhr


Sport

Bikers vaillants Texte: Jean-Philippe Lannois. Photos: Andres Lejona

S

ouvent dans l’ombre des disciplines stars du cyclisme, le cyclo-cross offre littéralement aux inconditionnels de la pédale une opportunité de sortir des sentiers battus. Implanté en terre luxembourgeoise depuis plusieurs décennies, le cyclo-cross jouit d’une popularité grandissante au sein de la communauté des rouleurs. Bien entendu, nombreux sont ceux qui trouvent dans la discipline une alternative intéressante afin de préparer leur saison sur route, la similitude de la position sur la machine, la régularité dans l’effort et l’habilité spécifique qu’elle requière, sont des adjuvants indéniables à son succès chez les amateurs de bitume. Néanmoins, à bien des égards, la discipline s’adresse plutôt à de véritables adeptes, car si vous ne maîtrisez pas les techniques de base et que vous n’êtes pas préparé, les forêts grand-ducales risquent fort de ressembler à un chemin de croix sous une pluie battante, ou une neige verglaçante. Point de néophyte donc dans la communauté cyclo-cross, la mise en garde est d’ailleurs primordiale selon Fernand Grethen, vice-président de La Pédale de Muhlenbach, ancien organisateur des cyclo-cross internationaux du Baumbusch et passionné de cyclisme depuis près de 30 ans: «Les plus jeunes commencent rarement avant 14 ans, ils doivent avant tout se familiariser avec le maniement de la machine qui demande une certaine habilité afin de maîtriser les différentes possibilités de manipulation. Les conditions météorologiques jouent également un rôle prépondérant, un bon

coureur doit s’essayer à tous les types de temps, puisqu’il va de soi qu’un sol détrempé ou gelé implique une adaptation qui s’acquiert avec l’expérience. De plus, la pratique exige une condition physique quasiment parfaite, l’effort est souvent long et varié. Ajoutons à ces facteurs une complémentarité impérative entre le corps et une faculté à anticiper les situations et vous aurez une idée de la difficulté à accomplir un circuit. C’est le prix à payer pour des sensations sans égal où célérité et hardiesse s’expriment en toute liberté». Vous l’aurez compris, le cyclo-cross ne s’ad­res­s­e en aucun cas aux premiers venus, mais à un public averti. Le prix moyen du matériel est également un élément dissuasif, et même s’il s’est largement démocratisé, les progrès technologiques et les nouveaux matériaux imposent un prix de base oscillant aux alentours de 2.000 euros. Il est donc fortement conseillé de s’essayer préalablement aux différents parcours naturels dont la Ville regorge, notons à ce propos que celui du Baumbusch est exceptionnel de beauté et techniquement étudié pour les mountain bikes et cyclo-cross. Le comportement sur ces circuits est souvent les prémices d’une éventuelle vocation. A cet effet, le club de Muhlenbach organise tous les samedis d’octobre à mars, des sorties VTT sur ce site, une occasion de partager une activité en pleine nature, loin du tumulte des autoroutes et d’un confort hivernal entendu.

Cyclo-cross Pour plus d’information Vélo-Sport Dommeldange 19, rue Lamormesnil Luxembourg W www.velo-sport-dommeldange.org CC Hollerich Infos: Fernand Graffe T 40 45 68 La Pédale de Muhlenbach Infos: Fernand Grethen T 691 44 92 83 Fédération du Sport Cycliste Luxembourgeois W www.fscl.lu E fscl@vo.lu

65 11_sports.indd 65

24.01.2008 10:59:33 Uhr


Bikers on the storm C

Les plus jeunes commencent rarement avant 14 ans. The youngest are rarely under 14.

Encourager le cyclisme

Peddling pedalling

La Ville de Luxembourg compte quatre clubs cyclistes: le VS Dommeldange, le CC Hollerich, La Pédale de Muhlenbach et SAF Cessange. Très populaire au Luxembourg, le cyclo-cross jouit de nombreux espaces praticables, citons la zone verte du Baumbusch, et surtout le circuit Josy Mersch, dont le tracé a été spécifiquement élaboré en fonction des besoins des cyclistes, amateurs de cyclo et autre mountain bike.

Luxembourg City has four cycling clubs: VS Dommeldange, CC Hollerich, La Pédale Mühlenbach and SAF Cessange. Cross-country mountain-biking is very popular in Luxembourg, and there are numerous suitable sites, such as the Bambësch forest and the “Circuit Josy Mersch” in Cessange, which was designed specifically with mountain bikers and cross-country cyclists in mind.

ross-country mountain-biking, while often overshadowed by the more glamorous cycling disciplines, offers bike enthusiasts the chance to go off the beaten track. Cross-country (known as cyclo-cross in French) has been present in Luxembourg for several decades, and interest is growing among the wheeled community. For many, of course, cross-country is an interesting way to prepare for the road season. In cross-country, the riding posture, the workload and the level of skill required are similar to road cycling, which makes it very popular among these cyclists. However, in many ways it is a specialist sport: without good basic skills and some preparation, the forests and trails of the Grand Duchy can be dangerous, especially in driving rain and sleet. Accordingly, crosscountry is not for newcomers – a vital warning in the opinion of Fernand Grethen. An avid cyclist for nigh on 30 years, Mr. Grethen is vice-president of the La Pédale Mühlenbach cycling club and has organised international cross-country meets in the nearby Baumbusch forest. “The youngest are rarely under 14, they first have to get used to the handling of the bike which requires a certain level of skill in order to master the bike in all situations. Weather conditions also play a major role, and a good competitor should go out in all weathers in order to gain the necessary experience to handle boggy or frozen ground. This activity is also very physically demanding, and one’s fitness levels need to be correspondingly high. Add to this the fact that mind and body need to complement each other in order to respond to whatever the course throws at you and you begin to see how difficult it can be to complete a cross-country course. It’s the price we pay for unparalleled thrills where speed and hardiness are allowed free rein”. As you may have guessed, cross-country mountain-biking is definitely not for learner cyclists, but more for experienced bikers. The price of equipment can also put people off: even though the sport has become more affordable, advances in materials and technology mean that an entry-level bike is still around 2,000 euros. Before launching yourself into this sport, it would be wise to first try it out on one of the many routes to be found in the city of Luxembourg. The Baumbusch course is not only beautiful, but also technically suited to mount­­­­ain­-biking. Tackling these courses is often where the expert learns his craft. For this reason, the Mühlenbach club organises mountain-bike outings on the course; these take place every Saturday from October to March, and are a great opportunity to get away from the hustle and bustle, and to wake up from winter hibernation.

66 11_sports.indd 66

24.01.2008 10:59:35 Uhr


Exposition d’alliances du 20 février au 1 mars 2008

h2a.lu

galerie bijouterie jungblut rue de la boucherie 7 Luxembourg tel : 26202939 www.jungblut.lu

+++ s uvrez déco ggestion u nos s

Douceurs de

St-Valentin

nus e m & ge.lu .wen www

Vous pouvez commander dans nos deux boutiques : Le Comptoir du Wengé Wengé

hori RDV .indd 1

15 rue Louvigny

4-6 rue Philippe II •

L-2340 Luxembourg

L-1946 Luxembourg

Tél. : +352 46 74 75

Tél. : +352 26 20 10 58

25.01.2008 17:33:56 Uhr


Adresses utiles Musées, bars, discothèques, galeries d’art, théâtres, salles de spectacles, services de l’Administration de la Ville de Luxembourg. Une sélection d’adresses pour aller danser, assister à un spectacle ou assurer un suivi administratif. Musees

LUXEMBOURG CITY TOURIST OFFICE 30, place Guillaume II (Centre), T 22 28 09, F 46 70 70, touristinfo@lcto.lu, www.lcto.lu Bureau d’accueil touristique et billetterie Luxembourg Ticket: lu-sa 9h-18h, di 10h-18h. Communication et marketing, promotion culturelle et touristique de Luxembourg-ville et de son image de marque. Luxembourg Convention Bureau: consultance tourisme d’affaires / encadrement pour organisateurs professionnels de conférences, séminaires et workshops. Organisation de tours guidés et de programmes-cadres. Incoming, élaboration de forfaits touristiques.

Organisation de concerts: (600 par an), festivals et évé­nements culturels: Festival de musique Printemps Musical, Festival de musique New Orleans Meets Luxembourg, Campagne d’été Summer in the City, Fête de la Musique / Concert Knuedler goes classic, Festival de rock en plein air Rock um Knuedler, Blues’n Jazz Rallye, Festival des arts de rue Streeta(rt)nimation, Spec-­­tacle eau, sons et lumières laser Meluxina, Festival de musique Live at Vauban,Campagne d’hiver Winter Lights, Cycle des Concerts de Midi, Cycle des concerts publics à la place d’Armes.

CASINO LUXEMBOURG – FORUM D’ART CONTEMPORAIN 41, rue Notre-Dame (Centre) T 22 50 45, F 22 95 95 www.casino-luxembourg.lu info@casino-luxembourg.lu lu-ve 11-19h, ma fermé, je 11-20h, sa-di 11-18h

MUSEE D’ART MODERNE GRAND-DUC JEAN – MUDAM 3, Park Dräi Eechelen (Kirchberg) T 45 37 85 1, F 45 37 85 400 www.mudam.lu, info@mudam.lu lu-di 11-18h, ma fermé, me 11-20h

Theatre

MUSEE NATIONAL D’HISTOIRE ET D’ART Marché-aux-Poissons (Vieille ville) T 47 93 30 1, F 47 93 30 27 1 musee@mnha.etat.lu ma-di 10-17h, je 10-20h

MUSEE NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE – NATUR MUSEE 25, rue Münster (Grund) T 46 22 33 1, F 47 51 52 www.mnhn.lu musee-info@mnhn.lu ma-di 10-18h

lieux de Spectacles

CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE ABBAYE DE NEUMÜNSTER 28, rue Münster (Grund) T 26 20 52 1, F 26 20 19 80 www.ccrn.lu, contact@ccrn.lu

CONSERVATOIRE DE MUSIQUE de la ville DE LUXEMBOURG 33, rue Charles Martel (Merl) T 47 96 55 55 (Standard) T 47 96 54 32 (Réservations) F 44 96 86 www.vdl.lu, cml@vdl.lu

DEN ATELIER 54, rue de Hollerich (Hollerich) T 49 54 66 1

MUSEE D’HISTOIRE DE LA VILLE DE LUXEMBOURG 14, rue du Saint-Esprit (Vieille ville) T 47 96 45 00, F 47 17 07 www.musee-hist.lu musee@musee-hist.lu ma-di 10-18h, je 10-20h

VILLA VAUBAN GALERIE D’ART DE LA VILLE DE LUXEMBOURG 18, avenue Emile Reuter (Centre) www.vdl.lu Fermée pour rénovation

KASEMATTEN-THEATER / SAAL TUN DEUTSCH 14, rue du Puits (Bonnevoie) T 29 12 81 (Réservations) www.kasemattentheater.lu

THEATRE DES CAPUCINS 9, place du Théâtre (Centre) T 47 96 40 54 (Standard) T 47 08 95 1 (Réservations) F 46 50 65 www.theater-vdl.lu capucins@vdl.lu

Pour faire apparaître votre établissement dans ce listing ou faire connaître son actualité, envoyez un mail avec vos coordonnées complètes à l’adresse suivante: news@rendez-vous.lu

THEATRE NATIONAL DU LUXEMBOURG 194, route de Longwy (Merl) T 26 44 12 70, F 26 44 13 70 www.tnl.lu

THEATRE DU CENTAURE 4, Grand’Rue (Centre) T 22 28 28 (Réservations) F 26 27 06 33 www.theatrecentaure.lu

THEATRE OUVERT LUXEMBOURG – TOL 143, route de Thionville (Bonnevoie) T 49 31 66 www.tol.lu

cinema

CINEMATHEQUE DE LA VILLE DE LUXEMBOURG 17, place du Théâtre (Centre) T 47 96 26 44 (Standard) T 29 12 59 (Info programme) F 40 75 19 www.cinematheque.lu cinematheque@vdl.lu

PHILHARMONIE 1, Place de l’Europe (Kirchberg) T 26 32 26 32, F 26 32 26 33 www.philharmonie.lu

SANG A KLANG Rue Vauban/rue des Trois Glands (Pfaffenthal), www.bluesclub.lu

GRAND THEATRE 1, Rond-point Robert Schuman (Limpertsberg) T 47 08 95 1 (Réservations) F 46 57 77 www.theater-vdl.lu grandtheatre@vdl.lu

CINE UTOPIA 16, avenue de la Faïencerie (Limpertsberg) T 22 46 11, www.utopolis.lu

UTOPOLIS KIRCHBERG 45, avenue J. F. Kennedy (Kirchberg) T 42 95 95 (Standard) www.utopolis.lu

110 13_adresses utiles.indd 110

25.01.2008 10:20:39 Uhr


Billetterie LUXEMBOURG TICKET 1, rond-point Robert Schuman (Limpertsberg) Réservation et vente par téléphone: T 47 08 95 1 F 47 08 95 95 www.luxembourgticket.lu lu-ve 10-18h30 Points de vente en ville: Grand Théâtre (Limpertsberg) Luxembourg City Tourist Office (Place Guillaume II) Conservatoire de Musique (Merl) Centre culturel de Rencontre – Abbaye de Neumünster (Grund)

Photos: Raymond Faber, Villa Vauban, Date: 12. 11. 1994, Réf. 1994/151 nég.17, © Copyright Photothè­que, Ville de Luxembourg | © Christophe Olinger | Olivier Minaire | © Patrick Fabre & Sean Hudson | Carlo Hommel, Cinéma Utopolis, Date: 27. 05. 1999, Réf. 1999/133 nég. 12, © Copyright Photothèque, Ville de Luxembourg | © Christophe Olinger, © Patrick Fabre & Sean Hudson | Olivier Minaire | RGBretouche | Philippe Hurlin | Jean Huot | G. G. Kirchner | barth&design

Discotheques Barbarella 36, rue Joseph Junck (Gare) T 49 57 36 me 22h30-3h, je-sa 22h30-6h fermé lu et ma Byblos Club 58, rue du Fort Neipperg (Gare) T 24 87 33 21 di-je 23-6h, ve-sa 23-9h L’Elite 75, route d’Esch (Hollerich) T 44 29 31 ma-sa 22-6h Evi dance 7, rue du palais de justice (Vieille ville) www.evidance.lu Fashion Club 1, rue Joseph Heintz (Hollerich) T 26 18 71 87 me 22h30-3h, je-sa 23h30-6h, fermé di, lu, ma Melusina 145, rue de la Tour Jacob (Clausen) T 43 59 22 ve-sa 23-3h Muko Muko 14, avenue de la Faïencerie (Limpertsberg) me-ve-sa-di 23-5h Vip Room 19, rue des Bains (Centre ville) T 26 18 78 67 me-sa 24h à la femeture White 21, rue des Bains (Centre ville) T 26 20 11 40 23-6h

Piscines

BONNEVOIE Rue des Ardennes (Bonnevoie) T 47 96 28 89 lu, ve, sa 8-20h30 ma, je 7-20h30, di 8-12h

CENTRE BADANSTALT 12, rue des Bains (Centre) T 47 96 25 50 ma-ve 8-21h30, sa 8-20h, di 8-12h

CENTRE AQUATIQUE D’COQUE 2, rue Léon Hengen (Kirchberg) T 43 60 601 lu 12-22h, ma-ve 8-22h, sa 8-18h30, di 9-13h30

Sports pour tous Le programme Sports pour tous mis en place par le ser­­­­vice des Sports de la Ville de Luxembourg propose une large gamme d’activités sportives à tous ceux et celles qui sont soucieux de leur bien-être physique. Aînés, adultes et jeunes à partir de 16 ans peuvent participer à plus de 140 cours organisés dans les différents quartiers de la ville. Les cours sont conçus de manière évolutive afin de tenir compte des aptitudes physiques individuelles des participants. Ils sont dirigés par des moni­teurs de la Ville de Luxem­bourg. L’inscription peut se faire tout au long de l’année. Rens.: Service des Sports de la Ville de Luxembourg, 5, rue de l’Abattoir, L-1111 Luxembourg. T 47 96 24 63, 47 96 44 24 Hotline: 691 98 24 63

Organisateurs d’evenements

FONDATION DE L’ARCHITECTURE ET DE L’INGENIERIE 1, rue de l’Aciérie (Hollerich) T 42 75 55, F 42 75 56 www.fondarch.lu lu-je 9-12h30, 14-17h (bureau) lu-ve 10-12h, 14-18h, sa 11-15h (bibliothèque)

SOLISTES EUROPEENS LUXEMBOURG T 46 27 65, F 22 98 14 www.sel.lu

UNITED INSTRUMENTS OF LUCILIN 10, rue de Cessange (Leudelange) T 621 35 53 55, www.lucilin.lu INFO-VIDEO-CENTER 5, avenue Marie-Thérèse (Centre) T 44 74 33 40 ma-di 13-18h

D:QLIQ Music bar 17 rue du Saint Esprit (Centre) T 26 73 62 info@dqiliq.com wwwdqliq.com

ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DU LUXEMBOURg 1, Place de l’Europe (Kirchberg) T 22 99 01 1, T 47 08 95 1 (Rés.) F 22 99 98, www.opl.lu

Office National du Tourisme Bureaux d’accueil de l’Office National du Tourisme à Luxembourg-Ville (Gare centrale) T 42 82 82-20 F 42 82 82-30 Tlj 9h15-2h30, 13h45-18h Du 1er juin au 30 septembre: Tlj 8h30-18h30, di 9h-12h30, 14h-18h Fermé le 1er janvier, le 1er novembre et le 25 décembre. info@ visitluxembourg.lu www.visitluxembourg.lu www.agendalux.lu

Cote pratique

BIERGER-CENTER Centre Hamilius 51, boulevard Royal L-2449 Luxembourg T 47 96 22 00, F 26 27 09 99 Bierger-center@vdl.lu lu–ve: 8–17h Registre de la population (inscriptions et radiations), certificats, inscriptions sur listes électorales, titres d’identité, passeports, recensements, cartes d’impôt, légalisations de signatures, copies conformes, recherches d’adresses, vignettes de stationnement résidentiel, déclarations de chiens, paiement des factures communales, etc. Naturalisations: T 47 96 26 40 / 41 86 Info-Conseils / assistant social T 47 96 27 51

CAPEL – CENTRE D’ANIMATION PEDAGO­GIQUE ET DE LOISIRS 4-10, rue de l’Ecole (Mühlenbach) T 47 96 24 42, www.vdl.lu

ETat civil - Hotel de Ville 42, place Guillaume ll L-2090 Luxembourg T 47 96 – 26 30, F 47 36 53 lu–ve 8–17h, sa 9h30–11h30 Naissances, mariages, décès, légalisation de signatures, copies conformes LEO (Luxembourg Energy Office) Pour toutes vos démarches en matière de fourniture énergétique: 9, boulevard Rooservelt L-2450 Luxembourg T 26 39 48 48, F 26 20 24 24 www.leoenergy.lu info@leoenergy.lu

IMPOSITIONS communales 9, bd F.D. Roosevelt T 47 96 26 84, F 22 91 36 lu–ve 8–11h30, 13h30-16h30 Taxes communales RECETTE COMMUNALE Bâtiment administratif Rocade 3, rue du Laboratoire L-1911 Luxembourg T 47 96 20 20, F 22 03 36 lu-ve 8h30-11h45, 13h30 -16h30 Recette communale (Encaissement des factures)

OFFICE SOCIAL 24, côte d’Eich L-1450 Luxembourg T 47 96 23 57, F 46 92 01 lu-ve 8-11h30, 13h30-16h30 Aide aux démunis, nuits blanches et taxe sur les amusements publics BIBLIOTHEQUE MUNICIPALE CENTRE E. HAMILIUS 51, bd Royal (Centre) T 47 96 27 32 http://bimu.vdl.lu bibliotheque@vdl.lu ma-je 15-19h, me 10-12h, 15-19h, ve 13-18h, sa 15-17h PERTE/VOL DE CARTES DE CREDIT (24h/24) American Express, Bancomat, Eurocard MasterCard, Visa: 49 10 10, Diners Club: 22 76 36 PERTE DE TELEPHONES MOBILES (24h/24) Luxgsm: 80 02 43 21 Vox: 80 06 16 06 Tango: 80 07 77 77 URGENCES Urgences médicales, pom­piers: 112 (24h/24) Pompiers – ambulance: 44 22 44 Police grand-ducale: 113 (24h/24)

111 13_adresses utiles.indd 111

25.01.2008 10:21:06 Uhr


«La musique latine correspond à notre tempérament, elle est imprégnée de vivacité et de sensualité. L’amour de cette musique nous porte, ma femme et moi, à communiquer les mélodies par des gestes au travers de la danse». Patrick Schumacher est ingénieur industriel coordinateur à l’Administration des travaux et des services techniques. Dans ce cadre, il gère les plannings, projections et coordinations des chantiers de route sur le territoire de la Ville de Luxembourg.

“ Latin dance music suits our temperament to a ‘T’ – vivacious and sensual. Our love of this music draws my wife and me, to communicate the melodies through gestures within the dance.” Patrick Schumacher is an industrial engineer and co-ordinator with the department of works’ Administration and technical services. He is responsible for the organisation, future planning and co-ordination of road works’ sites within the City of Luxembourg. Photo: Andres Lejona

112 14_passion commune.indd 112

23.01.2008 15:30:54 Uhr


Passion commune

113 14_passion commune.indd 113

23.01.2008 15:31:02 Uhr


En couverturE Photographie Andres Lejona

est édité par Mike Koedinger Editions pour le compte de la Ville de Luxembourg. COMITE DE REDACTION Corinne Briault, Georges Fondeur, Alexis Juncosa, Mike Koedinger, Géraldine Knudson, Christiane Sietzen

Prochainement Sur cette page, à chaque parution, un survol des événements à venir. Réservez-leur dès à présent une place de choix dans vos agendas!

REDACTION Courrier BP 728, L-2017 Luxembourg Téléphone 29 66 18-1 E-mail info@rendez-vous.lu Corinne Briault corinne.briault@rendez-vous.lu Alexis Juncosa alexis.juncosa@rendez-vous.lu DIRECTION ARTISTIQUE Guido Kröger, Elisa Kern (StudioForEditorialDesign) SECRETARiat DE REDACTION Delphine François, Nathalie Lemaire SUIVI DE production Rudy Lafontaine, Christelle Néant

Les 4 et 5 mars Robyn Orlin Création 2008. Dressed to kill… killed to dress [working title] est la quatrième pièce de Robyn Orlin que le Grand Théâtre accueille. La dernière rencontre avec le public luxembourgeois était en 2005 avec When I take off my skin and touch the sky with my nose, only then can I see little voices amuse themselves. Pour cette dernière création, Orlin s’est inspiré des Swenkas (ouvriers zoulous). Grand Théâtre, Luxembourg

Lundi 24 mars Emaischen Traditionnelle fête des disciples d’Emmaüs, ce marché populaire se déroule dans les ruelles de la vieille ville où sont vendus les Peckvillecher, oiseaux siffleurs en céramique. Luxembourg-ville

Friday 28 March The Wombats The Wonbats are a must-see, as they’ve just started the fast-track to rock ‘n’ roll superstardom. The three chaps from Liverpool are the sexiest export from the British Isles currently. A Scouse trio who take the freewheeling energy of the Arctic Monkeys and introduce it to Weezer’s daft pop hooks. They’re bloody terrific! The band’s debut album, A Guide To Love, Loss & Desperation, has recently been qualified as the “hottest record in the world” by Zane Lowe from BBC Radio 1, and he certainly knows what he’s talking about… Den Atelier, Luxembourg

Du 22 au 24 mars New Orleans Meets Luxembourg Parades musicales colorées, concerts jazz, rhythm’n blues, Mississipi et gospel, marching bands et décou­vertes culinaires épicées. Gratuit et grand public Place d’Armes www.lcto.lu Samedi 12 avril Nuit des Cathedrales Les cathédrales de Luxembourg, Liège, Metz, Nancy et Trèves ouvriront leurs portes pendant la nuit du 12 avril (guidages, conférences, concerts, moments de prière et de méditation).

Du 12 au 27 avril Octave Notre-Dame Pèlerinage annuel en l’honneur de Notre-Dame de Luxembourg (depuis 1666) avec marché, Place Guillaume II pendant 15 jours. Du 21 juin au 14 septembre Summer in the City Campagne des festivités d’été organisée en ville avec concerts publics (Rock um Knuedler…), Salon de jazz (tous les mercredis), Salon de Musique Ambiante (tous les vendredis), festivals de rues, expo­­­­sitions, concerts Place d’Armes, etc. www.summerinthecity.lu Samedi 21 juin Fete de la Musique Knuedler goes classic: concert en plein air avec le concours de l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg Place Guillaume II. www.fetedelamusique.lu Dimanche 6 juillet Rock Um Knuedler Chaque année, 16 groupes se partagent les deux scènes en plein air Place Guillaume II www.rockumknuedler.lu De juillet a septembre Visites du Palais Grand-Ducal Ouvert au public exclusivement pendant l’été. Infos à partir du mois de mai: www.lcto.lu

Du 15 juillet 15 septembre City Safari Tour Pas besoin de Jeep, de casque ou de tenue de camouflage pour emprunter la piste mais c’est à pied que l’on découvre les animaux de la ville de Luxembourg. www.lcto.lu Samedi 19 juillet Blues’n Jazzrallye Chaque été, ce fameux jazz et blues marathon fait marcher les villes basses de Clausen et Grund sur leur tête. www.bluesjazzrallye.lu Les vendredis et samedis de juillet et aout Summer Follies Open-air Film Festival dans la cour des Capucins. www.vdl.lu Juillet Kanner in the City Grand festival pour enfants avec différentes activités, ateliers et jeux. Les 26 et 27 juillet Anno Domini 1408 Fête médiévale avec un marché médiéval, des troubadours, des animations de rue, un camp médiéval, des jeux pour enfants, un cortège médiéval et des musiciens ambulants. Samedi 9 aout Street(Art)nimation Zone piétonne de la ville haute. Une trentaine de compagnies de voltige sur échasses, acrobates, musiciens, acteurs de théâtre de rue. www.streetartnimation.lu

PHOTOGRAPHIE Julien Becker, Etienne Delorme, Andres Lejona ILLUSTRATION Elisa Kern, Vera Capinha Heliodoro, Maxime Pintadu, Stéphanie Poras COLLABORATIONS Deborah Fulton Anderson, Mike Gordon, Jean-Philippe Lannois, Vibeke Walter Mise en page StudioForEditorialDesign, M&V Concept ABONNEMENTS Recevez Rendez-Vous gratuitement chez vous en envoyant vos coordonnées par mail à l’adresse suivante: rendez-vous@vdl.lu (objet du mail: abonnement) ou par téléphone: 47 96 41 14. PUBLICITE TEMPO S. A. Téléphone: 29 66 18-1 E-mail: info@tempo.lu Web: www.tempo.lu

Manifestations 2008 – la selection du lcto Printemps 2008 Printemps musicalFestival de Luxembourg Le Printemps Musical - Festival de Luxembourg, unique en son genre, propose des concerts de grande qualité variant entre jazz et musique world. Cette année: Biréli Lagrène Gipsy Project & Sara Lazarus & Andre Ceccarelli, Juan Carmona Septet, A Walk to Dixneyland… for kids and more, Chick Corea & Gary Burton, Yorgui Loeffler Trio & Pascal Schumacher, Spanish Harlem Orchestra, Roy Ayers, Angelique Kidjo, Fanfare Ciocarlia, Andreas Vollenweider, John McLaughlin & The 4th Dimension, Freddy Cole & Luxembourg Jazz Orchestra, Incognito. www.printempsmusical.lu

DIFFUSION Rudy Dropsy (-28) diffusion@mikekoedinger.com

Du 23 aout au 11 septembre Schueberfouer Grande fête foraine sur l’immense champ du Glacis. www.schueberfouer.lu Septembre Meluxina Spectacle débutant à la nuit tombante sur le rocher du Bock et la rivière Alzette. Effets d’eau et de lumière laser, images géantes et riche trame sonore. www.meluxina.lu Octobre et novembre Festival Live at Vauban Festival d’automne de renom (rock, pop, jazz, blues). www.liveatvauban.lu Samedi 11 octobre Nuit des Musees Entre 18h et 1h du matin, les collections permanentes et temporaires sont accessibles au public. Avec un programme pluridisciplinaire de danse, musique, live acts, etc. www.lcto.lu, www.statermuseeen.lu De novembre 2008 a janvier 2009 Winterlights Festivités d’hiver de la ville avec une panoplie de manifestations: concerts Gospel, expositions, cortège de la Saint-Nicolas, Marché de Noël, ventes dominicales, etc. www.winterlights.lu

paraît onze fois par an. Tirage 35.000 exemplaires Impression Imprimerie Centrale S. A. Imprimé sur papier cyclus Prochaine parution le 28 février 2008 Organisateurs / producteurs Pour être annoncés dans les pages Highlights du magazine et de son supplément Vademecum City Agenda, vos événements doivent parvenir à la rédaction exclusivement via le lien www.rendez-vous.lu/agenda et dans le respect des délais suivants: Edition mars 2008: avant le jeudi 31 janvier 2008 Edition avril 2008: avant le jeudi 28 février 2008 Edition mai 2008: avant le jeudi 3 avril 2008 Tous les événements seront, dans la limite de l’espace disponible et de leur pertinence, publiés dans le calendrier Au jour le jour de Vademecum City Agenda (avec une priorité accordée aux événements organisés dans ou aux alentours de la Ville de Luxembourg). La rédaction se réserve le droit de réaliser une sélection d’événements qui seront présentés dans les pages Highlights, une priorité étant accordée aux institutions culturelles de la Ville de Luxembourg (dans la limite d’un quota défini). Aucun événement livré incomplet (photos et textes au format) ne sera pris en compte. Afin de promouvoir au mieux votre événement, nous vous conseillons d’insérer, en complément, une publicité. Renseignements: www.tempo.lu/rendezvous © Ville de Luxembourg / Editions Mike Koedinger S. A. Tous droits réservés. Toute reproduction, ou traduction, intégrale ou partielle, est strictement interdite sans autorisation écrite au préalable de l’éditeur.

114 15_prochainement_ours.indd 114

23.01.2008 18:01:30 Uhr


JANSEM 25 janvier LUTZ 9 mars 2008 WEISBUCH

JANSEM “ Trois nus sur fond rouge ” 74 x 62 cm - 2001

LUTZ " Atout cœur " 90 x 90 x 40 cm - 2007

WEISBUCH " Théâtre " 65 x 54 cm

Ouvert tous les jours de 13h30 à 19h00 Centre thermal - F.57360 Amnéville-les-Thermes Tél : 00 33 (0)3 87 17 22 22 A4 / A31 Sortie Amnéville

w w w. c r i d a r t . c o m

1RDV.indd 1

23.01.2008 16:08:58 Uhr



Rendez-vous 03-2008