Page 1

Les services à la personne

Un marché qui ne connaît pas la crise

p8

transmission d’entreprise Savoir passer le relais

p14

Drogues et alcool au travail

Construire une démarche de prévention

p21

maine éco LE MAGAZINE ÉCONOMIQUE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU MANS ET DE LA SARTHE

Dinamic Entreprises

Un dispositif aux résultats exceptionnels N°161 AVRIL 2012


UNE AIDE FINANCIÈRE APPROPRIÉE VOTRE SITUATION FAMILIALE CHANGE, SÉPARATION, DIVORCE…

LE CIL VOUS PROPOSE SANS FRAIS DE DOSSIER • UNE ÉTUDE FINANCIÈRE GLOBALE

de votre situation, GRATUITE et CONFIDENTIELLE

• LA RENÉGOCIATION DE VOS PRÊTS IMMOBILIERS • Par un prêt du CIL Val de Loire jusqu’à 40 000 € à 1% sur 15 ans Ex : sur 15 ans pour 40 000 € empruntés mensualités hors assurance : 239,40 €

• Par un prêt bancaire à un TAUX PRÉFÉRENTIEL négocié auprès de nos partenaires bancaires

CIL VAL DE LOIRE SITE SARTHE 25 Rue d’Arcole - 72000 LE MANS 02.43.39.56.78

• UN PRÊT DU CIL VAL DE LOIRE

de 8 000 € à 15 000 €* pour le financement du rachat de part (soulte)

Ex : sur 10 ans pour 1 000 € empruntés mensualités hors assurance : 9,54 € (*) selon zone géographique

VOTRE INTERLOCUTRICE Elisabeth DEPEME - 02.43.39.56.76. elisabeth.depeme@cil-valdeloire.com

Bureaux ouverts du lundi au vendredi de 8 H 30 à 18 H 00 Et le samedi de 8 H 30 à 12 H 00, sur rendez-vous

Nos prêts sont accordés, sous conditions, aux salariés des entreprises du secteur privé pour leur résidence principale


édito

Bernard Warain, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mans et de la Sarthe president@lemans.cci.fr

N° 161 - AVRIL 2012 MAGAZINE BIMESTRIEL ÉDITÉ PAR LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU MANS ET DE LA SARTHE 1 bd René Levasseur, BP 22385 72002 Le Mans cedex 1 Tél. 02 43 21 00 00 Fax 02 43 21 00 50 www.maineeco.fr

Directeur de la publication : Bernard Warain Rédactrice en chef : Maryse Gauthier Rédactrice en chef adjointe : Karine Méteyer Ont collaboré à ce numéro : Anne-Marie d'Argentré Emmanuel Chevreul Cédric Lebreton Jean-Marie Malheuvre Photos : Ad’Hoc Photographie CCI - Droits réservés pour “La vie des entreprises” Couverture : Ad’Hoc Photographie Pascal Baroux et Christian Sarrade, Adine Maquette : Okaparka Mise en page - Gravure : Atmosphère Communication

F comme Friche… Depuis trois ans, notre CCI ne participe plus aux autorisations d’ouverture ou d’agrandissement des mètres carrés supplémentaires pour toute surface commerciale, ni d’ailleurs la Chambre de métiers et de l’artisanat et les consommateurs. Résultat des courses, des mètres carrés en veux-tu en voilà, il suffit que le maire d’une commune décide de vouloir sa grande surface près de chez lui et que l’étude de marché, souvent sans s’occuper de l’existant, ne soit pas trop mauvaise ou située sur une commune voisine et hop, voilà 2, 3, 5, 10 mille mètres carrés supplémentaires.

La puissance et l’argent ne sont pas facteurs d’équilibre entre les êtres humains. Le symbole du tissu commercial est souvent représenté par un camembert. Et bien, croyez-moi si vous voulez, mais il y a une petite souris qui grignote le camembert qui s’appelle "la crise, le pouvoir d’achat, Internet, les applis, etc." Force est de constater que nous allons dans les mois à venir ouvrir une nouvelle enseigne "Friche à vendre". Bien amicalement,

Je suis désolé de constater que le monde politique n’a pas conscience que le monde du commerce est en pleine mutation, et surtout, il y a un mot qui ne doit pas faire partie de leur vocabulaire, c’est "Équilibre". équilibre entre les unités de ventes, laisser vivre les unités moyennes, laisser les prendre leur envol avant de créer de nouvelles surfaces, la proximité a un rôle important à jouer dans notre société.

Publicité : Maine Éditions, Pascal Tauvel - Tél. 06 08 16 69 79 maine.editions@wanadoo.fr Impression : Auffret Plessix Tirage : 16 300 exemplaires ISSN : 1269-6633

maine éco avril 2012 1


sommaire 4

Focus

8

Actualité

Les services à la personne Un marché qui ne connaît pas la crise

10 La vie des entreprises 14 Actualité

8

Les services à la personne ne connaissent pas la crise

Transmission d’entreprise Savoir passer le relais

17 Environnement

Déchets dangereux Améliorer la collecte dans les petites entreprises

19 Tourisme

14

Événements professionnels L’activité reste porteuse

21 Entreprise

Préparer sa transmission d'entreprise

Drogues, alcool et risques professionnels Construire une démarche de prévention collective

22 Juridique

Diagnostic de performance énergétique Une obligation pour la vente ou la location d'un bâtiment commercial

24 DOSSIER

22 La performance énergétique obligatoire pour les bâtiments commerciaux

Dinamic Entreprises Un dispositif aux résultats exceptionnels

30 International

L'Inde Aborder ce pays avec succès

33 Conjoncture

Enquête mensuelle de conjoncture dans l'industrie Consommation des ménages en GMS

34 D’une communauté de communes… à l’autre

Le Val de Sarthe Transition réussie

39 Ressources humaines

La "génération Y" dans l'entreprise Une intégration difficile des jeunes

40 Lu pour vous

34

Une transition réussie pour le Val de Sarthe

2 maine éco avril 2012

42 Maine Découvertes

Chaussons et pantoufles à Champagné Plastigom surfe sur La Vague

44 Opportunités d’affaires

Annonces commerciales Annonces industrielles


agenda DOSSIER 5 avril

19-20 mai

Contact : CCI - Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

22 mai

9 h - 11 h 30 : Café de l’export "Contrat de distribution et d’agent commercial à l’international"

20 avril

Formation sur les échanges intracommunautaires Contact : CCI - Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

24 avril

8 h 45 - 10 h 30 : Matinales découvertes "E-commerce et loi Châtel" Contact : CCI - Manuella Lechat au 02 43 21 00 01

dinamic entreprises

Un dispositif aux résultats exceptionnels Lancé en 2007 sur les cinq départements des Pays de la Loire et principalement piloté par la Chambre de commerce et d’industrie régionale (CCIR), le programme Dinamic Entreprises a déjà permis d’aider près de 630 industries ligériennes à se développer. Innovant, exhaustif, souple, ce dispositif donne des résultats très positifs au point d’être désormais dupliqué dans d’autres régions et à l’étranger. C’est pourquoi, afin d’amplifier le phénomène et de soutenir mieux encore les acteurs économiques locaux, Dinamic Entreprises évolue pour être désormais accessible à la quasi totalité des entreprises et prendre mieux en compte les problématiques nouvelles.

26 avril

Conférence : Pourquoi sommes-nous si différents des Asiatiques ? Contact : Sarthe International au 02 43 21 00 24

3 mai

Formation sur les Incoterms 2010 Contact : CCI - Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

10 mai

17 h : Finale du concours de culture générale des jeunes "Vise plus haut"

Grand prix de France Moto Circuit Bugatti Le Mans 8 h 45 - 10 h 30 : Matinales découvertes "La cybercriminalité" Contact : CCI - Manuella Lechat au 02 43 21 00 01

29 mai

8 h 45 - 10 h 30 : Matinales découvertes "Réussir sa publicité sur Internet" Contact : CCI - Manuella Lechat au 02 43 21 00 01

1er juin

8 h 45 - 10 h 30 : Matinales découvertes "Utiliser le Web invisible" Contact : CCI - Manuella Lechat au 02 43 21 00 01

1er-17 juin

Animation commerciale 24 Heures + Contact : CCI - Sylvie Bervas au 02 43 21 00 25

5 juin

Contact : CCI - Éric Émery

8 h 45 - 10 h 30 : Matinales découvertes "Solution de paiement en ligne"

10-11 mai

Contact : CCI - Manuella Lechat au 02 43 21 00 01

"Ici les boîtes bougent", 2e édition Place de la République, Le Mans www.icilesboitesbougent.com

11 mai

8 h 30 - 10 h : Petit-déjeuner linguistique, "Breakfast in English" Contact : Sarthe International au 02 43 21 00 24

14-20 mai

Artec, le festival des petits génies de la robotique La Ferté-Bernard www.festival-artec.fr

7 juin

16 h - 20 h : 2e Rencontres de l’innovation CCI

7 juin

MIPE Grand ouest Salon métiers, innovations, performance de l'entreprise CCI de Nantes, Centre des Salorges www.mipe-grandouest.com

16-17 juin

24 Heures du Mans

15 mai

13 h - 20 h : 3e Édition des Rencontres de l’International Contact : CCI - Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

maine éco avril 2012 3


[focus] [Barreau du Mans]

19e Festival ARTEC

Un chèque conseil de 60 euros

Des trésors d’ingéniosité

L'entreprise est confrontée sans cesse à de nouveaux textes législatifs, réglementaires, circulaires administratives et décisions jurisprudentielles, qui doivent être pris en considération. Un avocat est en mesure de vous informer de ces évolutions et de leurs conséquences, car son rôle est d'analyser, de conseiller, assister, négocier, rédiger et défendre. Il détermine, selon vos objectifs, la faisabilité de vos projets dans le strict respect de la réglementation dans tous les domaines du droit (droit économique et commercial,

droit fiscal, droit social, droit administratif, droit des assurances, droit de l'environnement…). Pour inciter les dirigeants d'entreprise à se tourner vers les avocats, le Barreau du Mans propose un chèque-conseil de 60 € pour une première consultation d'orientation et d'information dans un cabinet d'avocat de la Sarthe adhérant à ce dispositif. La durée de cette consultation est déterminée par le taux horaire pratiqué par le cabinet. Vous pouvez réserver ce chèque-conseil auprès de l'Ordre des avocats directement sur le site www.barreau-lemans.avocat.fr.

[Installations classées]

Le point sur les équipements concernés et les obligations

La CCI du Mans, en partenariat avec la Dreal des Pays de la Loire, a organisé une réunion d'information, le 8 mars dernier, sur le programme d'actions 2012 de l'Inspection des installations classées. Le Plan de modernisation des installations industrielles présenté par le ministère de l'Environnement, du développement durable, des transports

et du logement, le 13 janvier 2010, concerne potentiellement un panel très important d'installations : équipements implantés sur des ICPE (zone classée pour la protection de l'environnement), équipements sous pression (ESP) et canalisations. Ce plan a été traduit à travers différents arrêtés ministériels applicables. Lors de cette réunion, la Dreal a dressé la palette des équipements concernés et les obligations qui en découlent, puis présenté les premiers guides parus sur le sujet. Elle a également abordé le thème de "la modernisation pour prévenir le vieillissement des installations industrielles ; quels équipements sont concernés et quelles sont les actions à mener ?" Contact CCI : Cyrille Naoarine au 02 43 21 00 32

[Le logiciel Libre]

Une opportunité pour l’entreprise Le 1er mars dernier, la Chambre de commerce et d'industrie du Mans et de la Sarthe organisait une première rencontre des acteurs de l'Open source ou logiciel libre. 55 personnes (chefs d'entreprise, informaticiens, étudiants) ont répondu présents à cette invitation pour une présentation de l'association Linux Maine (qui a pour but de promouvoir le système d'exploitation Linux ainsi que ses applicatifs) et de la filière numérique sarthoise. Ensuite, les participants ont pu dialoguer sur les questions liées à 4 maine éco avril 2012

l'open source et nouer des contacts directs. Cette thématique porteuse fera l'objet d'autres rencontres formelles ou informelles dans le but de développer les échanges et faire émerger de nouvelles initiatives. D'une façon générale, le logiciel libre offre de nombreuses opportunités aux entreprises dans leur quotidien. Celles qui souhaitent davantage être informées peuvent contacter la CCI. Contact CCI : libre@lemans.cci.fr

Le 19e Festival Artec de La Ferté-Bernard se déroulera du lundi 14 au dimanche 20 mai 2012. Cette année, marquera le retour de la coupe internationale de robotique, Eurobot, sur sa terre natale sarthoise après avoir voyagé, durant les deux dernières éditions, en Suisse puis en Russie. Les meilleurs élèves ingénieurs d’une trentaine de pays d’Europe, et d’ailleurs, viendront rejoindre leurs 4 000 homologues français qui, du mercredi 16 au samedi 19, se disputeront la coupe de France de Robotique où sont représentées 90 % des écoles d’ingénieurs et universités scientifiques de l’Hexagone. Pour cette nouvelle édition, le thème des deux compétitions sera "La chasse au trésor". Ainsi, durant 1 mn 30, sans intervention humaine, les robots, devenus pirates, devront récupérer des éléments symbolisant une carte, des pièces, des lingots et des bouteilles… Comme chaque année, de nombreuses entreprises, notamment sarthoises, soutiennent la manifestation et mettent à profit ces compétitions pour se faire connaître des futurs ingénieurs et les observer dans la perspective de recruter les plus doués. Dans ce but, des offres de stages seront diffusées auprès des participants.


[Ingénieurs Ismans]

Label Origine France garantie

Remise des diplômes

"Un bouclier des savoir-faire français"

L’Ismans (Institut supérieur des matériaux et mécaniques avancés) a remis leur diplôme à une soixantaine d’ingénieurs le 21 janvier au Palais des congrès du Mans. Cette promotion

portait le nom d’Ernest-Sylvain Bollée (1814-1891), en l’honneur du célèbre fondeur de cloches manceau, génial mécanicien du bélier hydraulique et de l’éolienne. Les compétences acquises au cours des trois années du cycle d’ingénieur leur ont permis de trouver rapidement un emploi comme ingénieur généraliste en mécanique, matériaux et génie industriel dans les domaines de l’automobile, de l’aéronautique, du BTP, de la chimie et des énergies. Lors de cette remise des diplômes, cinq ingénieurs ont reçu un mastère spécialisé en ingénierie sécurité incendie (ISI), formation unique en France dispensée à l’Ismans. Bernard Warain, président de la CCI, a souligné le succès de la formation et de la R&D de l’Ismans et fait part des riches perspectives de partenariats tant académiques qu’industriels.

transparence des produits et à la traçabilité, car le consommateur a le droit d'avoir une information claire sur ce qu'il achète", a martelé Yves Jégo, député, président et fondateur de l'association d'entreprises Pro France, lors de la réunion destinée

24 Heures +

Une animation commerciale pendant la course mythique À l'occasion des 24 Heures du Mans, l'animation commerciale "24 Heures +" est reconduite du 1er au 17 juin prochains. Proposée par la CCI à tous les commerçants sarthois, elle vise à créer une synergie autour de cette course mythique, et surtout à attirer les clients dans les magasins participants. Chaque commerçant peut se procurer un kit de décoration sur le thème de la course automobile et peut faire gagner, grâce à un jeu avec tickets grattage, de nombreux cadeaux à ses clients tels qu'un survol du circuit en hélicoptère,

"Le 21e siècle n'échappera pas à la

une lithographie de François Bruère, un livre consacré aux pilotes sarthois ayant participé aux 24 Heures, des modèles réduits de voitures de course et divers autres cadeaux. Un concours de vitrine est également organisé, les vitrines lauréates seront filmées et diffusées sur LMTV (TNT canal 23). La promotion de l'opération est présentée dans le guide franco-anglais "Rendez-vous 2012" édité à 100 000 exemplaires par Le Mans Racing. Contact CCI : Sylvie Bervas au 02 43 21 00 25

à informer les entreprises régionales sur l'intérêt d'obtenir le label Origine France garantie. Lors de cette rencontre organisée par la CCI du Mans et de la Sarthe, le 7 février dernier dans ses locaux, Bureau Véritas, organisme de certification, a présenté le cahier des charges et la procédure d'attribution de la marque "Origine France garantie". Elle peut être obtenue par toute entreprise produisant en France. Le principe retenu est simple : 50 % à minima de la valeur ajoutée est française et le produit prend ses caractéristiques essentielles en France. Sont pris en compte les produits industriels, mais aussi les produits naturels ou les produits

["Tous capables d’entreprendre !"]

transformés. "Le label est un bouclier des

La Route de la création traverse la Sarthe

savoir-faire français et un atout à l'export",

Dans le cadre de l’opération "Tous capables d'entreprendre" initiée par Carrefour entreprise Sarthe, La Route de la création sillonne la Sarthe depuis le 5 mars, et ce, jusqu'au 19 avril, pour promouvoir l’entrepreneuriat. L'étape du 28 mars au Mans a d'ailleurs été accueillie dans les locaux de la Maison de la création, reprise d'entreprise de la CCI. "Tous capables d’entreprendre", c’est encourager et démontrer que des entrepreneurs prometteurs existent dans tous les milieux, tous les secteurs d’activité et tous les contextes de vie.

De 14 h à 18 h, la Route et ses partenaires se consacrent aux porteurs de projet. Les exposants et les conférences sont là pour faciliter la réflexion et l’avancement des projets de création ou reprise d’entreprise. Enfin, la soirée "réseau" qui termine chaque étape, permet entre autres de faire connaître le Cercle des parrains de Carrefour entreprise Sarthe et d’identifier parmi les chefs d’entreprise sarthois de nouveaux parrains, prêts à être à l’écoute de jeunes entrepreneurs qui démarrent leur nouvelle vie de chef d’entreprise.

a souligné Yves Jégo qui a aussi remis lors de cette réunion la distinction "Origine France garantie, en qualité de fournisseur" à Martin Lalande, gérant de Confection Fléchoise et Annick Hautreux, sa responsable d'atelier.

maine éco avril 2012 5


[focus]

[La Nuit de l'orientation]

Filière agroalimentaire

Une deuxième édition très réussie

Un nouveau club Agro 72 La filière agroalimentaire, par ses entreprises de production ou de services, se positionne comme un des premiers employeurs de la Sarthe. Les élus de la CCI du Mans et de la Sarthe ont souhaité relancer l'animation du réseau de ces entreprises et proposent la création d'un club pour les rassembler. Le Club Agro 72 aura ainsi pour mission d'organiser des réunions sur des sujets d'actualité, des visites d'entreprises de l'agroalimentaire ou de services, de recueillir des informations sur la filière pour initier des réflexions en mode collaboratif. Il sera

2 200 collégiens, lycéens et leurs parents sont venus s'informer, en janvier dernier, à la deuxième édition de la "Nuit de l'orientation sans stress", organisée par la CCI dans ses locaux. Car faire le choix de sa formation, de son métier, de son avenir est une étape cruciale pour les jeunes. Pour les accompagner, la CCI a mobilisé, sur une soirée, de nombreux partenaires comme l'Éducation nationale, les missions locales, l'université du Maine, la Fondation JAE, l'Onisep et la Société Générale, avec pour objectif d'aider les familles à dédramatiser la question de l'orientation tout en trouvant des réponses appropriées à leur

situation. Plus qu’un salon d’information, la Nuit de l’orientation permet d’apprendre à réfléchir sur son avenir, sur son profil, sur ses motivations et ses possibilités en rencontrant des professionnels du conseil en orientation, des spécialistes de la découverte de soi, des professionnels venant parler librement de leur métier, etc. Mais l'originalité de cette soirée est de se dérouler dans un environnement festif et décontracté : ambiance DJ, dégustation de tutti Frutti, bar à musique, atelier relookage et coup de peigne, places de cinéma à gagner, stand "souvenir photo"… bref, des animations et points de détente pour une soirée sans stress !

également présent sur le portail des clubs et réseaux économiques, www.reseaulia. com. Richard Otjacques, conseiller industrie à la CCI, animera ce Club Agro 72. N'hésitez pas à le contacter. Contact CCI : Richard Otjacques au 07 60 53 57 40

[Sondage]

Les commerçants aimés des Français L'Assemblée des chambres françaises de commerce et d'industrie a publié un sondage réalisé en janvier 2012 par Opinionway, sur l'image du commerce en France. Et indéniablement, il en ressort que les Français apprécient leurs commerçants. De fait, ils sont plus de trois quarts (77 %) à avoir une bonne opinion des commerçants. Plus en détail, les Français estiment que le commerce est un secteur intimement lié au dynamisme de l'économie locale. En effet, une majorité

6 maine éco avril 2012

s'accorde à dire qu'il est un élément important pour la vie locale, la qualité de vie mais aussi qu'il est essentiel pour la vie des territoires. Sensibles au développement de la profession, les Français sont près des deux tiers (62 %) à considérer que le qualitatif "moderne" s'applique bien au commerce, bien que les 18-24 ans se montrent plus sévères. Sur la qualité des produits, 77 % des Français déclarent être satisfaits. Malgré les idées reçues, l'aspect relationnel est

largement satisfaisant également : l'accueil, tout comme la disponibilité, sont appréciés par près de trois Français sur quatre. Les labels ou certificats de qualité, lorsqu'ils sont affichés, ont un réel pouvoir d'influence sur le choix des magasins dans lesquels les Français effectuent leurs achats. Pour autant, les commerçants ne doivent pas relâcher leurs efforts dans les années à venir et ce même dans les domaines dans lesquels ils sont jugés positivement.


reigner:reigner 22/03/10 11:08 Page1

DEPUIS 1885

R

EIGNIER

L’épicerie fine de l’avenir Espace restauration

ESPACE chocolats

salon de thé - carte des desserts cave - confiserie - fromagerie - traiteur thé - café chocolat épicerie du monde - cadeaux paniers gourmands…

ESPACE cave

LES PLATEAUX REPAS “Quadra” à partir de 12,50 €. Plateaux repas à thème : Italiens, Espagnols, Corses, Nordiques. Plateaux homard.

Les cadeaux d’entreprise Corbeilles garnies à partir de 15 €. Corbeille Sarthoise à partir de 22 €.

Ouvert de 9h00 à 19h00, du mardi au samedi. Maison Reignier - 19, rue de Bolton - LE MANS - tél. 02 43 24 02 15 - fax. 02 43 24 06 47 - warain@wanadoo.fr

maine éco avril 2012 7


actualité

Les services à la personne

Un marché qui ne connaît pas Ménage, repassage, jardinage, soutien scolaire, aide aux personnes âgées… les services à la personne ont la cote. En cinq ans, le secteur a créé 500 000 emplois pour compter aujourd'hui 2 millions de salariés. Pour réussir, comme pour tout autre secteur d'activité, le professionnalisme s'impose.

6

00 000 salariés en 1994, 2 millions aujourd'hui… le secteur des services à la personne n'en finit pas de grossir ses effectifs. L'Agence nationale des services à la personne (ANSP) annonce également une forte croissance du nombre d'organismes agréés (entreprises, associations et établissements publics). Ils sont 25 700, contre 5 500 en 2006, à intervenir sur des services très différents, dont les principaux sont : l'entretien de la maison (ménage, repassage, jardinage…), la garde d'enfants et le soutien scolaire ou encore l'aide aux personnes âgées, dépendantes ou handicapées. La Sarthe compte actuellement 220 structures, dont 62 ayant un agrément pour travailler auprès des publics vulnérables (personnes âgées de 60 ans et plus, personnes handicapées et enfants de moins de trois ans). Elles emploient environ 2 200 salariés en équivalent temps plein. Pour Guillaume Richard, PDG d'O2, les services à la personne peuvent encore largement progresser, pour trois principales raisons : "embaucher les quelque 20 % de personnes pas ou peu qualifiées - c'est un vrai défi social à relever -, le vieillissement de

la population et la hausse de l'activité féminine. De plus, les choix de consommation évoluent. On est dorénavant à la recherche d'une meilleure qualité de vie." Avec 7 500 salariés (soit environ 3 000 équivalents temps plein) dans 140 agences, O2, dont le siège est au Mans, a réalisé en 2011 un chiffre d'affaires de 77 millions d'euros. "Sur un marché déclaré de 17,6 milliards d'euros, les marges de progression pour les entreprises sont considérables. Nous ne représentons que 4 % de ce marché. Les premiers acteurs sont les particuliers employeurs (70 % environ), suivis des associations (26 %). Et c'est sans compter le travail au noir…" .

Une vraie tendance

Pour Guillaume Richard, PDG d'O2 , les perspectives de développement des services à la personne sont gigantesques.

8 maine éco avril 2012

Patrice Deniau, administrateur de l'ANSP au titre des Chambres de commerce et d'industrie, président de la CCI de la Mayenne et dirigeant fondateur de

l'enseigne Maison et Services, fait le même constat sur les perspectives de progression des services à la personne. "Ce n'est pas une mode, mais une tendance. Cela correspond à l'évolution de la vie. On peut pronostiquer que dans dix ans, tous les ménages y feront appel". Les CCI se sont positionnées pour appuyer ce secteur où un grand nombre d'entreprises ont été créées, surtout depuis la loi Borloo en 2005. "Les outils mis en place - crédit d'impôt, TVA à taux réduit, taux de charges patronales très bas (supprimer le 1er novembre 2011), lancement du Cesu préfinancé - ont permis de rendre le marché légal plus avantageux que le travail au noir". Après le relèvement de la TVA de 5,5 % à 7 % au 1er janvier 2012, la remise en cause des exonérations fiscales inquiète. "Nous sommes liés à une réglementation par nature instable. Pourtant, si on considère le système dans son ensemble et non du seul


actualité

la crise point de vue de Bercy, il est économiquement et financièrement pertinent pour les finances publiques, explique Guillaume Richard. Les avantages fiscaux sont largement compensés par les impôts/taxes que nous versons et le nombre d'emplois que nous créons." "Mieux vaut avoir des salariés qui cotisent et consomment que des chômeurs," ajoute Patrice Deniau qui, de toute façon, reste confiant "l'évolution des taxes et autres ne modifiera pas la tendance".

Pas d'improvisation Par contre, si certains y ont vu un eldorado, il faut savoir que c'est un secteur d'activité comme un autre : "Être professionnel du métier s'impose pour réussir d'autant que les marges sont très réduites. Le marché devient mature avec des entreprises qui misent sur la démarche qualité, la certification, la formation… comme pour les autres entreprises de services," affirme Patrice Deniau. Chez Maison et Services, réseau d'entreprises indépendantes créé en 1998 œuvrant exclusivement dans l'entretien de la maison et du jardin (3 000 collaborateurs en France), l'accent est justement mis sur le professionnalisme. "La réussite est due à la qualité du travail produit

Le Cesu préfinancé

Un outil simple, efficace et avantageux En vigueur depuis le 1er janvier 2006, le Cesu préfinancé est un outil très intéressant pour les entreprises et les salariés. Comme le titre restaurant, il est financé en totalité ou en partie par l'entreprise et/ou par le comité Philippe Boussard, manager des trois sites Maison et Services en Sarthe, mise sur la qualité du travail pour réussir.

avec un management et un développement commercial basés sur la relation de confiance établie à la fois avec nos clients et nos intervenants. Résultat, nous avons peu de turnover chez nos salariés et des clients fidèles", se félicite Philippe Boussard, manager des trois sites Maison et Services en Sarthe, qui fêtera cette année, avec ses 78 salariés, ses dix ans de présence dans le département. "La question des ressources humaines est prépondérante. Cela implique la formation des salariés bien sûr mais aussi celle des entrepreneurs", conclut Patrice Deniau. ◗◗ Karine Méteyer En savoir plus : www.servicesalapersonne.gouv.fr

d'entreprise. Il peut profiter à tous dans l’entreprise, y compris à ses dirigeants, entreprises unipersonnelles incluses. Parmi les avantages, les salariés et leurs employeurs bénéficient respectivement d’un crédit d’impôt de 50 % sur l’impôt sur le revenu et de 25 % sur l’impôt sur les sociétés. "Le coût réel pour une entreprise qui offre 100 € de Cesu préfinancé à son salarié est de 42 €, soit un coût près de trois fois moins élevé que si l'entreprise verse une prime sous forme de salaire", mentionne la brochure éditée par les Chambres de commerce et d'industrie pour présenter les avantages du Cesu préfinancé. Toutes les informations : www.cci.fr/web/entreprises/le-cesu

maine éco avril 2012 9


la vie des entreprises

France Guidage

Supra France déménage à Parigné-l'Évêque

La société fléchoise escorte les convois exceptionnels

D

epuis le 1er novembre 2011, les policiers et les gendarmes n'accompagnent plus les convois exceptionnels (plus de 25 mètres de long et 4 de large). Ce sont des sociétés privées qui s'en chargent. France Guidage, installée à La Flèche, est une des premières entreprises en France à se lancer sur ce nouveau créneau. Créée en juillet 2011 par Jean-Luc Lecomte, ancien dirigeant de LPA (enseignes et publicité adhésive) à La Flèche, elle connaît depuis une forte croissance de son activité avec un nombre de motards passé de dix à vingt en quelques mois. Ce sont tous d'anciens gendarmes ayant une expérience de l'escorte et capables de gérer la circulation. Ils sont répartis sur tout l'Hexagone. 850 convois exceptionnels ont déjà été effectués pour des clients comme Airbus, Areva, EDF, etc. 750 000 euros ont été investis dans ce projet et le dirigeant compte atteindre 40 motos d'ici à l'été prochain et 80 dans deux à trois ans.

Confection Fléchoise

Premier fournisseur labellisé "Origine France garantie" Confection Fléchoise, située route des Mollans à La Flèche, est la première entreprise en France labellisée "Origine France garantie" en qualité de fournisseur. Cette distinction lui a été remise à la CCI par Yves Jégo, député qui a lancé ce label, mis en place en 2010 pour promouvoir l'industrie française. Spécialisée dans la lingerie de luxe, l'entreprise a peu à peu diversifié ses productions. Elle a même dû abandonner ce secteur d'activité en avril 2011 suite à la perte de son client lingerie. Aujourd'hui, ses 18 salariés travaillent sur trois productions : le bain, les couches lavables et les pièces à manches. Pour la partie bain, il s'agit de maillots une et deux pièces féminins. Quant aux couches lavables, elles sont fabriquées pour une jeune société parisienne dont la marque se développe peu à peu. Mais les trois quarts de l'activité sont assurés par la production de pièces à manches (vestes et blousons pour des marques de luxe). Cette reconversion est un vrai challenge pour l'entreprise et ses salariés. Il a fallu reconvertir l'atelier, acheter des machines et former les salariés. Le gérant de l'entreprise, Jacques Martin-Lalande, se réjouit d'avoir pu garder tout son personnel et même d'avoir pu embaucher deux personnes en contrat de professionnalisation en septembre dernier. Le chiffre d'affaires 2011 a atteint 450 000 euros en 2011, en augmentation régulière.

10 maine éco avril 2012

Précédemment installée à Allonnes, Supra France a déménagé le 1er mars dernier zone de la Boussardière à Parigné-l'Évêque, près de l'échangeur autoroutier. L'entreprise de six personnes, spécialisée dans le développement et la distribution de produits de confort et de santé pour les soins à domicile (fauteuils et autres appareils de massage, oreillers pour les cervicales, etc.) a fait construire un bâtiment de 2 650 m², sur un terrain de près d'un hectare.

LDC et l'Étoile Routière ouvrent une plateforme logistique au Bailleul Le groupe LDC s'est associé à son transporteur pour construire une plateforme logistique dédiée au pôle traiteur. Située sur la zone de Ouest Park au Bailleul, elle aura une superficie de 2 000 m² pour préparer 40 000 colis par jour. Cet investissement s'élève à 7 millions d'euros dont 3 pour le groupe LDC. Une vingtaine de salariés de Sablé seront transférés sur ce site, opérationnel en septembre ou octobre 2012.

Notburga mise sur le poêle à granulés Après la reprise de l'activité de fabrication de transformateurs pour une clientèle d'entreprises en 2009, Notburga au Lude diversifie son activité avec l'installation de poêles à granulés. Son dirigeant, Pascal Monnier, s'est formé pour conseiller et installer ces systèmes de chauffage. Il est aujourd'hui référent qualibois et le seul distributeur de la marque MCZ dans le sud de la Sarthe et le nord de la Touraine.

Snees mise sur la diversification Spécialisée dans la conception et la fabrication de composants électroniques, la société Snees à Sablé-sur-Sarthe veut diversifier sa production. Bien implantée dans le domaine de l'industrie et en particulier dans l'automobile (fourniture de composants électroniques pour les commandes de moteurs et les tableaux de bord), la PME de 69 salariés souhaite accroître ses parts de marché notamment dans le secteur médical, via le développement de systèmes électroniques (capteurs) utiles aux personnes âgées dans leur vie quotidienne. Elle mise aussi sur la production de petites et moyennes séries, toujours pour diversifier ses offres.


la vie des entreprises

Ludykid

Un parc de jeux pour enfants à Ruaudin

U

n nouvel espace de loisirs pour enfants a ouvert en février dernier, route des Hunaudières, à Ruaudin. Ce complexe indoor accueille les enfants jusqu’à 12 ans dans un bâtiment de 1 267 m². Différents jeux sont proposés : labyrinthe, structures gonflables, trampolines, toboggans… ainsi qu'une piste de danse. L'ensemble a pour thème les animaux de la forêt. Il est possible d'y organiser des anniversaires ainsi que des soirées en nocturne pour les collégiens. Les parents accompagnateurs ne sont pas oubliés puisque des activités leur sont proposées (cuisine, bricolage, maquillage…). Situé à proximité de la salle Antarès et du stade MMArena, le site abrite aussi une garderie pour enfants à partir de 4 ans, pendant les heures d'ouverture du parc et aussi lors des soirs de matchs ou de concerts. La créatrice de l'enseigne, Karine Bouvet, a préparé son projet pendant trois ans et se réjouit d'avoir trouvé le bon emplacement sur la zone sud du Mans. Elle s'est associée à Lydia Barbier, avec laquelle elle a investi 280 000 € et a recruté huit salariés. Le bâtiment est loué à un investisseur privé. Les débuts sont prometteurs et Ludykid compte accueillir 700 enfants par semaine la première année.

Rustin

La mise au point d'un super-caoutchouc

L

’entreprise Rustin, à La Chartre-surle-Loir, a mis au point un nouveau matériau qui répond aux normes euro­

péennes pour le transport ferroviaire. Trois années de recherche et 80 000 € d'investissement ont été nécessaires pour trouver la formule de ce caoutchouc d'étanchéité qui ne

Servilab

Ouverture d'un site Internet interactif

L

e distributeur de matériels de laboratoire, Servilab, installé au Mans, a lancé en janvier dernier un nouveau site Internet de vente en ligne. Pensé pour l'internaute, celui-ci propose un service de "chat" en direct. Lors de sa connexion sur le site, l'internaute peut, à chaque instant de sa navigation, demander conseil ou poser toutes ses questions par écrit, aux différents conseillers. Le dirigeant, Yohann Bigolet, souhaitait que les clients puissent enfin trouver facilement les produits qu'ils cherchent parmi les 600 000 références du catalogue produit tout en communiquant simplement avec les conseillers. La formule est un succès avec une dizaine de dialogues chaque jour. Dans le futur, Servilab compte perfectionner cette communication, notamment en permettant aux conseillers de voir immédiatement toutes les informations du client connecté pour lui répondre encore plus instantanément. La réalisation technique du site a été assurée par la société mancelle Dialog. La PME de 15 salariés distribue depuis plus de 30 ans, béchers, centrifugeuses, étuves, éprouvettes, produits chimiques, balances, agitateurs, pipettes, pHmètres... auprès de ses clients : établissements de l'Éducation nationale, laboratoires ou encore entreprises industrielles, situés en France et à l'étranger. Son chiffre d'affaires s'est élevé à 3,5 millions d'euros en 2011.

brûle pas et surtout ne dégage pas de fumée opaque et toxique. Il est capable de résister à près de 1 000 °C et sera utilisé dans les joints d'étanchéité des trains, métros ou tramways en France et à l'étranger. La PME sarthoise de 75 salariés devient ainsi la première entreprise à pouvoir répondre à la nouvelle norme pour la sécurité des biens et des personnes dans le ferroviaire. Le nouveau caoutchouc va pouvoir être produit en grande quantité dès cette année. Louis Rustin, le dirigeant, a d'ailleurs prévu d'investir dans un mélangeur à hauteur de 250 000 €.

maine éco avril 2012 11


la vie des entreprises

Efilog

La société de logistique profite du boom du e-commerce Créée en septembre 2009 à La Flèche par Sylvain Mignot, l'entreprise de prestation de service logistique pour le e-commerce ne cesse de se développer. Son effectif est passé de 1 à 11 salariés et elle prévoit un agrandissement de 1 000 m² pour le stockage au deuxième semestre de l'année. Aujourd'hui, Efilog occupe 2 800 m² loués au Pays Fléchois qui financera l'extension. Son activité, la gestion des marchandises d'entreprises du e-commerce, bénéficie de l'essor des ventes sur Internet. Ses salariés se chargent de réceptionner les produits des fournisseurs des donneurs d’ordre d'Efilog, de les stocker, de préparer les commandes des clients et de les expédier via des soustraitants (90 % en France). Avec une trentaine de clients, Efilog expédie chaque mois 15 000 à 20 000 colis composés de produits très divers : vêtements, jouets, produits alimentaires secs, appareils de fitness, etc. En 2012, le dirigeant souhaite atteindre 30 000 colis mensuels. Il prévoit de recruter 4 à 5 nouveaux préparateurs de commandes cette année.

Société de ventes volontaires Balsan Enchères et Associés

Ouverture d'un site à La Ferté-Bernard

Le diagnostic thermique avec Maine Réno Concept Fort d'une expérience de plus de dix ans dans le bâtiment, Christian Denis a créé sa société à Mayet pour proposer à ses clients un diagnostic thermique avant lancement de tous travaux de rénovation. Équipé d'une caméra infrarouge, il fait la chasse aux déperditions de chaleur avant de suggérer une liste d'actions à réaliser. Si les clients le souhaitent, l'entrepreneur fait intervenir les professionnels nécessaires. L'objectif est triple : réduction de la facture énergétique, gain de confort et valorisation du bien.

Code d'urgence lance l'adhésif pour sauver des vies Un autocollant avec un cryptogramme contenant des données médicales personnelles à conserver sur soi pour être accessible au Samu en cas d'accident, telle est l'innovation de la société Code d'Urgence. L'urgentiste, via son smartphone, a accès aux données. Deux Sarthois sont à l'origine du projet, Franck Di Cosola, directeur d'un centre de formation et de conseils en ressources humaines, et Yannick Chaigneau, ingénieur. Après avoir lancé cette technologie en janvier dernier dans la Sarthe et la Loire-Atlantique, les dirigeants comptent couvrir la France entière en un an environ et employer une quarantaine de personnes à moyen terme. Tout citoyen peut souscrire au système, au tarif de 36 € par an.

Tendances Éco rachetée par Fonroche

L

a société de ventes volontaires Balsan Enchères et Associés va ouvrir un site sur la zone industrielle du Coutier à La Ferté-Bernard. Les commissaires priseurs, par définition "généralistes" de l’expertise et de l’estimation des objets pour le patrimoine privé interviennent aussi pour l’entreprise qui souhaite vendre ses actifs de façon volontaire dans le cadre de restructuration, de déménagement, de départ à la retraite, etc. La loi du 20 juillet dernier a conforté cette activité puisqu'elle autorise à vendre aux enchères publiques en lot ou en gros, des objets neufs en plus des objets d’occasion habituels (matériels, véhicules, engins…). C’est pourquoi la société de ventes volontaires Balsan Enchères et Associés a décidé de s'orienter vers le secteur des entreprises, en plus du secteur des ventes mobilières spécialisées (collections, vin, bijoux, chevaux, etc.) qui ont lieu sur le site de l’hôtel Best Western Le Mans Country Club à Yvré-l’Évêque. Cet emplacement entre Paris et Le Mans, facile d’accès et doté d’une grande visibilité, devrait permettre le stockage de matériels et véhicules sur 10 000 m² avec des ventes deux fois par mois. L'ouverture est prévue en septembre.

12 maine éco avril 2012

En redressement judiciaire, l'entreprise mancelle spécialisée dans les énergies renouvelables a été reprise par une entreprise du même secteur : le groupe Fonroche Énergie, basé à Agen. Celui-ci pourra ainsi s'implanter dans le Grand Ouest et renforcer sa présence sur le marché du particulier au niveau national. Dimitri Bellanger, gérant de Tendances Éco, se satisfait d'avoir ainsi trouvé un grand partenaire français pour pérenniser l'entreprise. Les 135 emplois sont préservés.


Louer votre box sécurisé

Accès 24h/24 - 7J/7

2

m 18 4 à 4 h/2 De 24 J/7 7

maine éco avril 2012 13


actualité

Transmission d’entreprise

Savoir passer le relais Comme dans une course de relais unissant deux athlètes, le cédant et le repreneur doivent accorder leur foulée afin de passer avec succès le cap de la transmission d’entreprise. Avant de se lancer, une préparation de plusieurs mois s’impose. Daniel Bouvier, ancien patron de l’entreprise Comema et Pierre Bouyé, nouveau dirigeant, ont vécu sereinement cette période de transition grâce à l’accompagnement proposé par la CCI. Daniel Bouvier (à droite), ancien dirigeant de Comema, et Pierre Bouyé, son successeur, affichent une belle complicité. Pour réussir une transmission d’entreprise, le capital confiance compte autant que le capital financier.

D

’un côté le cédant, de l’autre, le repreneur. L’un s’en va, l’autre arrive. Le premier est en phase de décélération et s’apprête à passer le relais après une vie de chef d’entreprise à laquelle il a consacré toute son énergie. Le second est en pleine accélération, prêt à endosser son costume tout neuf de patron. Le nouveau dirigeant a la lourde responsabilité de satisfaire simultanément les employés et les clients d’une société qu’il n’a pas lui même créée. Le cédant doit lui accepter de s’effacer, tout en donnant à l’entreprise qu’il a mise sur les rails toutes les chances de perdurer. Dans ce moment délicat de la transmission d’entreprise, comment

14 maine éco avril 2012

cédant et repreneur peuvent-ils s’accorder afin que chacun y trouve son compte ?

"Le cédant doit s’interroger sur son envie de vendre" "Les chefs d’entreprise qui partent aujourd’hui à la retraite ont généralement créé ou repris leur société depuis longtemps. Souvent, ils restent dans le même environnement géographique, et gardent un lien affectif très fort avec leur entreprise. C’est pourquoi le choix du repreneur va bien au-delà d’une simple question financière, constate Peggy Charmi, responsable de CCI-

Entreprendre en France, le service spécialisé de transmission et reprise d’entreprise de la CCI du Mans et de la Sarthe. La dimension psychologique s’avère déterminante. Avant de fixer la valeur de sa société, le cédant doit

s’interroger sur son envie de vendre, et à qui. Est-ce le bon moment ? S’agit-il d’une transmission familiale ? Souhaitet-il céder son affaire à un partenaire extérieur ou à ses salariés ? Vend-il son fonds de commerce ou seulement ses

www.trans-reprise.com Site sécurisé de diffusion des offres de cédants d’entreprises des Pays de la Loire, dans les secteurs de l’industrie, du BTP, de l’agroalimentaire, des services et du négoce interentreprises. Gratuit, le site permet aux repreneurs de toute provenance géographique de consulter les annonces mises en ligne par les experts-comptables, avocats, notaires, CCI et comités d’expansion. En 2011 en Sarthe, 25 entreprises ont été vendues grâce à trans-reprise.com.


actualité

parts sociales ? Comment envisaget-il financièrement et socialement sa future vie de retraité ? "Nous avons un rôle d’accompagnement auprès des cédants, afin qu’ils puissent apprécier s’ils sont réellement vendeurs. Nous leur proposons de réaliser un état des lieux détaillé, qui permet de voir tout ce qui peut bloquer ou au contraire favoriser la vente", précise Peggy Charmi. Cet état des lieux est réalisé en toute confidentialité, avec les nombreux partenaires de la CCI (banquiers, expertscomptables, notaires, avocats), et en collaboration avec les conseillers du service Industrie et Commerce qui sont à même de dénicher de futurs repreneurs. Durant plusieurs mois, au gré de nombreux entretiens, toutes les dimensions de la transmission sont abordées, sur le plan humain, patrimonial, financier, juridique, technique et réglementaire. Une préparation qui permet d’ajuster le futur couple cédantrepreneur, afin qu’une osmose se mette en place. "À partir du moment où on a bien cerné les attentes du cédant, on pourra lui présenter deux ou trois repreneurs que nous aurons sélectionnés en fonction de leurs profils et de leurs possibilités financières". La mise en relation enclenche une nouvelle étape : les futurs partenaires vont apprendre à se juger afin de décider s’ils partagent la même vision de l’avenir de l’entreprise et s’ils désirent mener l’affaire jusqu’à son terme.

Plusieurs scénarios étudiés "Le suivi réalisé par la CCI a été très professionnel", témoigne Daniel Bouvier, 64 ans, qui a cédé la SARL Comema à son successeur Pierre Bouyé en février 2011. La transmission de cette entreprise familiale de métallerie industrielle, implantée depuis 1979 à Marolles-les-Braults s’est effectuée en douceur suite à un long travail de

maturation personnelle. Bien avant d’atteindre l’âge de 60 ans, l’ancien dirigeant de Comema avait étudié plusieurs scénarios. "Avant d’être contacté par Pierre Bouyé, j’avais déjà eu des propositions de plusieurs personnes intéressées par mon entreprise. Je m’étais également posé la question de la céder à mes employés. L’un de mes fils s’est aussi intéressé à la reprise en travaillant avec moi, mais cela n’a pas abouti. Ce n’est pas si facile de vendre son bébé !" Au final, c’est grâce à la mise en relation effectuée par la CCI que le cédant et le futur acheteur ont pu conclure le rachat. Daniel Bouvier souhaitait comme successeur un manager ayant un profil technique, avec si possible un niveau ingénieur. L’expérience de Pierre Bouyé, 48 ans, diplômé de l’Icam et riche de nombreuses années dans l’univers industriel, l’a convaincu. "La CCI m’a proposé un autre candidat qui faisait une belle proposition sur le plan financier, mais l’entente était moins bonne. C’est très important d’avoir des affinités avec le futur repreneur. Il faut avoir en face de vous quelqu’un de fiable, qui sache écouter. Et qui ne revende pas la société au bout de cinq ans !" Au fil des semaines passées ensemble, une confiance réciproque s’est nouée et l’affaire s’est conclue avec un engagement mutuel fort, puisque Pierre Bouyé a bénéficié d’un crédit vendeur de la part du cédant. "En me prêtant de l’argent, Daniel Bouvier montre qu’il me fait confiance pour la suite", apprécie Pierre Bouyé, qui a également obtenu grâce à l’appui de la CCI un prêt d’honneur à taux zéro. Cédant et repreneur restent liés sur le plan professionnel, puisque Daniel Bouvier est aujourd’hui client de Comema via Comexi, une activité de machines de retraitement des enrobés qu’il a conservée. Après un an dans ses nouvelles fonctions de dirigeant, Pierre

COMEMA à marolles-les-braults

La culture du sur-mesure À mi-chemin entre artisanat et industrie, Comema répond de façon personnalisée aux besoins de ses clients dans les domaines de la manutention (ponts roulants, portiques, potences, palonniers), du matériel roulant (remorques, chariots, aménagements), du convoyage-stockage (racks à tiroirs charges lourdes) et du bâtiment (charpente métallique, plateformes, escaliers, portails coulissants). Son savoir-faire en électricité, robotique, hydraulique et pneumatique lui permet de proposer des applications sur-mesure, comme ce pont roulant créé pour une société industrielle.

Bouyé ne regrette pas d’avoir pris du temps pour trouver l’entreprise correspondant à ses aspirations. "Ce projet de reprise a duré de nombreux mois, et ce temps paraît long car il faut régler beaucoup de questions. Je me suis vraiment senti accompagné par la CCI durant toutes les étapes de la transmission". Pierre Bouyé, qui a conservé la totalité des salariés, sait qu’il peut capitaliser sur le savoirfaire reconnu de Comema dans la Sarthe. Avec un effectif de 20 personnes pour un chiffre d’affaires de 1,6 M€, tout l’enjeu est de conserver la confiance des clients historiques tout en conquérant de nouveaux marchés. À voir l’évidente complicité

qui unit aujourd’hui l’ancien patron et le nouveau dirigeant de l’entreprise de Marolles-les-Braults, il y a fort à parier que l’entreprise continue avec succès sur sa lancée. ◗◗ Anne-Marie d’Argentré Contact : CCI Entreprendre en France au 02 43 21 00 10

maine éco avril 2012 15


Vous êtes unique, votre Solution Informatique aussi

MESSAGERIE PROFESSIONNELLE :

PARTAGE DES AGENDAS, DES CONTACTS ET DES EMAILS

INTRANET :

PARTAGE DES DOCUMENTS, GESTION DES VERSIONS

WEB CONFÉRENCE, MESSAGERIE INSTANTANÉE :

Tout cela est accessible où que vous soyez (PC, Web, Smartphone) et est disponible via un abonnement par mois et par utilisateur.

Pour découvrir Office 365, nous avons le plaisir de vous convier  à un petit déjeuner de présentation :

LE JEUDI 12 AVRIL 2012 DE 9H À 10H30

SAS CONTY 6 rue de Provence, 72190 Saint PAVACE Inscription au 02.43.82.06.63 à Véronique Salomez  ou par mail à secretariat@ets-conty.fr

6 rue de Provence 72190 SAINT PAVACE Tel 02.43.82.06.63 Fax 02.43.82.82.43

42 Bis rue Lazare Carnot 61000 ALENCON Tel 02.33.81.17.71 Fax 02.33.28.11.53

Mail : accueil@ets-conty.fr Site Internet : www.conty-informatique.com

16 maine éco avril 2012

Parc d’activité de l’Océane 8 rue Claude Chappe 53950 LOUVERNE Tél 02.43.91.55.20 Fax 02.43.26.25.53

Libérateur d'énergie


environnement Déchets dangereux

Améliorer la collecte dans les petites entreprises toujours le cas d'une petite entreprise avec de faibles quantités.

Trop de déchets dangereux sont collectés avec les ordures ménagères ou sont disséminés dans la nature. Or, ces résidus, comme leur nom l'indique, sont dangereux pour l'environnement ou la santé. Il est essentiel de les collecter, les transporter et les traiter de manière appropriée.

B

atteries usagées, métaux lourds, acides, piles, déchets électriques et électroniques, amiante, pesticides, solvants… ne sont que quelques exemples de déchets dangereux. La liste est longue. 257 000 tonnes de ces déchets seraient produites par an dans la région, dont 157 000 tonnes dans l'industrie. 66 400 tonnes (1) seraient également "oubliées" dans des entrepôts, des hangars agricoles, des placards ou éliminées de la pire façon avec les ordures ménagères, les déchets industriels banals ou encore le réseau des eaux usées."Pour les installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE), ces déchets sont a priori tous envoyés vers une filière de traitement. Par contre, pour les petites entreprises, l'enjeu est bien de poursuivre l'amélioration de la collecte sélective de ce type de déchets," explique Vincent Designolle, chef du service des risques naturels et technologiques à la Dreal des Pays de la Loire. En effet, si une entreprise grosse productrice de déchets dangereux peut facilement les faire collecter par une entreprise spécialisée, ce n'est pas

Depuis 2002, les Régions sont responsables de la gestion de ces déchets via les Predd (Plan régional d'élimination des déchets dangereux). La Région des Pays de la Loire a fixé son plan d'actions avec des objectifs à l'horizon 2019. Il s'agit principalement de réduire de 4 % la production de déchets dangereux, collecter 80 % des déchets dangereux produits en région (contre 65 % en 2006) et de traiter dans une filière de valorisation 40 % des tonnages de déchets dangereux produits en région. "L'un des leviers d'action identifié consiste à accroître la proportion de déchetteries accueillant des déchets dangereux", précise Vincent Designolle.

40 déchetteries publiques ouvertes aux professionnels Dans la Sarthe, "tous les professionnels peuvent trouver une solution relativement proche pour l'élimination de leurs déchets dangereux", affirme Mathieu Chaussis, technicien déchets au Conseil général. Rappelons qu'ils ont l'obligation de trouver la filière adaptée pour retraiter ces déchets. 40 déchetteries publiques - sur les 50 existantes sont effectivement ouvertes aux professionnels dans le département. "On note quelques disparités en termes de conditions d'accès et de tarifs, poursuit le technicien. Toutes les collectivités n'ont pas les mêmes moyens. Cependant le Pedma (Plan d'élimination des déchets ménagers et assimilés) dont a la charge le Conseil général avait d'ailleurs introduit dans ses préconisations une harmonisation de ces conditions sur le territoire, notamment pour les quelques territoires ruraux où les artisans/commerçants n'ont pas accès aux solutions publiques et n'ont

pas de solution privée aussi proche qu'une déchetterie communautaire peut l'être (2) ". Bien orientés vers les filières appropriées, ces déchets dangereux sont, selon leur nature et leurs réutilisations possibles, soit recyclés/valorisés (revalorisation énergétique notamment) ou éliminés dans des installations de stockage de déchets dangereux. ◗◗ Karine Méteyer (1) Estimations réalisées dans le cadre du Predd Pays de la Loire. (2) Des déchetteries professionnelles sont ouvertes à Arçonnay, Sablé-sur-Sarthe, La Flèche. Sans oublier les autres opérateurs bien connus localement (Elyssa Environnement, Veolia, Point P pour le bâtiment, etc.).

Témoignage de Loïc Auffret, Dirigeant de l'imprimerie Auffret-Plessix à Mamers "Nous sommes certes engagés dans la démarche Imprim'Vert, mais nous n'avons pas attendu ce marquage pour nous préoccuper de nos déchets. Cela fait partie de la vie de l'entreprise. Nous avons produit 26 tonnes de déchets dangereux en 2010. Gum, bains de chimie, chiffons souillés, pots et cartouches d'encre en métal, néons… tous ces déchets sont triés dans des bacs spécifiques et collectés par une société privée qui se déplace tous les mois environ. Notre personnel a été informé et formé à la gestion de ces déchets. Maintenant, c'est une habitude pour tous et chacun peut faire des préconisations pour apporter des améliorations. Cela nous coûte environ 8 000 € par an. Un coût normal pour une bonne prise en charge des déchets dangereux." maine éco avril 2012 17


LE MANS

COUNTRY CLUB****

La destination idéale pour vos séjours. - séminaires - évènements - soirées étapes - soirées privées - mariages - baptêmes, communions CHÂTEAU - HÔTEL RESTAURANT LE MANS COUNTRY CLUB Best Western Premier Château de la Ragotterie - 72530 YVRE L’ÉVÊQUE Tél. : 00 33 2 43 82 11 00 - Adresse GPS : Yvre L’Évêque « La Ragotterie » www.lemans-countryclub.com

18 maine éco avril 2012


tourisme

Événements professionnels

L’activité reste porteuse La majorité des entreprises commanditaires de réunions professionnelles ont vu la crise économique imposer des mesures d'économies, comme en 2009 et en 2010. Toutefois l'année 2011 a été plus favorable : les entreprises ont dépensé un volume global estimé à 8,91 milliards d'euros sur le marché du tourisme d'affaires, soit une hausse de 1,2 % par rapport à 2010. Mais les difficultés économiques ont installé de nouvelles pratiques des entreprises. quand on sait que 72 % des organisateurs utilisent Internet comme outil de recherche.

Éviter l'ostentatoire Même en période de contraction économique, les entreprises ont besoin de réunir leurs troupes, leurs revendeurs, leurs clients… mais leur demande en matière d'organisation de manifestation a évolué. Selon l'étude de Coach Omnium (1), les entreprises privilégient plutôt les manifestations qui s'adressent à l'externe (fidélisation de clients, prescripteurs, partenaires…) et à 84 % sous la forme de séminaire. Les réunions d'une journée et surtout d'une demi-journée augmentent aux dépens de celles se déroulant sur deux et trois jours. L'hôtellerie reste le lieu de réunion privilégiée par les entreprises, les catégories 3 et 4 étoiles étant les plus sollicitées. 56 % des entreprises incluent toujours ou parfois des activités périphériques (ludiques le plus souvent) à leurs manifestations contre 76 % jusqu'en 2009. Les budgets par participant tendent à augmenter en 2011, mais les entreprises évitent tout ce qui peut paraître trop ostentatoire ou trop prestigieux. Contact CCI : Laurent Mariot au 02 43 21 00 25 (1) Société d'étude spécialisée dans le tourisme d'affaires, baromètre annuel du tourisme d'affaires, 2012.

Tourisme d’affaires

La vie de château à la Groierie de Trangé © H. Petibon

L

e tourisme d'affaires ou de "réunions professionnelles" englobe pour l'essentiel les séminaires, conventions, congrès et toutes autres manifestations concernant le monde des entreprises. Il contribue indéniablement au développement touristique et économique du département, mais c'est aussi un vecteur d'image et renforce l'attractivité de la Sarthe. Grâce à sa proximité de Paris, le territoire n'est pas en reste en matière de tourisme d'affaires. "Il est vrai que nous n'avons pas l'envergure des animations parisiennes. Il n’empêche que nous avons bien des atouts pour accueillir les entreprises dans le cadre de leurs événements d'affaires : le circuit des 24 Heures du Mans et son musée, le Vieux Mans et sa cathédrale, l’abbaye de l’Épau, le MMArena... Nous sommes en mesure d’offrir des structures d’accueil de très bon niveau capables de recevoir plusieurs milliers de personnes," précise Julien Raimbault, directeur du Centre des expositions. Le Conseil général, via Sarthe développement, et la CCI travaillent depuis plusieurs années à la valorisation et à l'animation des professionnels du tourisme sarthois, notamment avec la mise place d'une charte technique "séminaires et congrès en Sarthe" et le développement du portail www.congresseminaires-sarthe.com, un site B to B de mise en relation de l'offre sarthoise et de la demande. Heureuse initiative

Repris il y a cinq ans par Gaëtane Durand-Lépine et son époux, le château de la Groierie situé à Trangé connaît une nouvelle vie avec l’ouverture par ses nouveaux propriétaires des anciennes écuries. Elles sont désormais aménagées pour la réception d’hôtes dans le cadre de "Séminaires au château". Un renouveau pour ces bâtiments classés historiques, riches d’un domaine de 100 hectares dont la moitié est boisée. "Notre objectif est de faire revivre l’ensemble, et afin de financer ce projet, nous avons décidé d’ouvrir une partie des locaux. La partie réservée à l’activité a été rénovée et depuis nous offrons des lieux conviviaux". Ouvert en octobre dernier, la Groierie est en mesure d’accueillir pour la journée des groupes allant d’une dizaine de personnes à 80 voire 90 avec possibilité de restauration le midi et soir, mais sans hôtellerie. Situé à quelques minutes de la sortie d’autoroute et du centre du Mans, cet établissement présente de nombreux atouts pour se lancer dans le tourisme d'affaires et a rejoint l'ensemble des professionnels sarthois du secteur regroupés sur le site www.congres-seminaires-sarthe.com. Plus d'information : www.seminaire-chateau-sarthe.com

maine éco avril 2012 19


Osez entreprendre

SOCIÉTÉ SPÉCIALISÉE DANS LA DÉPIGEONNISATION

ET VOYEZ LOIN GRÂCE À DES CONSEILS PERFORMANTS !

• PROTECTION DES BÂTIMENTS

CONSEIL

- pics - installations électriques - filets anti-pigeons

GESTION EXPERTISE COMPTABLE

• PRÉLÈVEMENTS ET GESTION DE LA FAUNE

Société agréée par les services vétérinaires pour le transport d’animaux

• NETTOYAGE DE SITES POLLUÉS PAR LES FIENTES

02 43 49 84 00

• FABRICATION DE PIGEONNIERS

Pour réduire et gérer la population des pigeons des villes, investissement durable et écologique : - en location - en vente

contact@53-72.cerfrance.fr

7 AGENCES DE PROXIMITÉ

La société utilise des bois PEFC (bois provenant de forêt gérée durablement).

SOGEPI-SERVIBOIS SAS

sogepi-servibois@orange.fr 02 33 80 43 53

Le Mans La Flèche (nouvelle agence) Sablé sur Sarthe La Ferté Bernard Maresché Le Grand Lucé Saint Calais

ENTREZ EN TERRITOIRE SUBARU

FORESTER 4 roues motrices permanentes GARANTIE + ASSISTANCE

ou 100 000 km

www.subaru.fr

à partir de

NOUVEAU CROSSOVER

29 900E

(1)

SUBARU

à partir de

24 900E

(2)

(1) Prix tarif Forester 2.0 D 147 ch peinture métal incluse, consommation et émission de CO2 (mixte) : de 6,0L/100 km et 158 g/km. Tarif au 1er Janvier 2012 (2) Nouvelle Subaru XV 1.6 i 114 ch. Modèle présenté : Subaru XV 2.0 D 147 ch 32.700e peinture métal incluse, consommation et émission de CO2 (mixte) : de 5,6L à 6,9 /100 km et de 146 à 160g/km. Tarif au 1er Janvier 2012

VOTRE NOUVEAU DISTRIBUTEUR

10 Bis rue des Frères Renault

LE MANS 02 43 39 22 55 (angle Bd Demorieux)

www.72autoparc.com

20 maine éco avril 2012

P O U R C E U X Q U I S AV E N T


entreprise

Drogues, alcool et risques professionnels

Construire une démarche de prévention collective Alcool, cannabis, cocaïne, ecstasy… le milieu professionnel est directement concerné par les conduites addictives car la consommation de substances psychoactives y évolue comme dans la société. L'employeur a l'obligation d'assurer la sécurité dans son entreprise ce qui le conduit nécessairement à se saisir de cette problématique pour adopter une démarche de dialogue et de prévention.

Yves Rouault, médecin du service Santé au travail 72, intervient dans les entreprises pour sensibiliser à la prévention en matière de consommation de drogues en milieu professionnel.

A

ucun secteur professionnel n'échappe au phénomène, mais selon une étude de l'INPES (1), certains secteurs sont plus touchés par la consommation de drogues et d'alcool que d'autres : la construction, le commerce, le transport, l'hébergement, la restauration, l'information/communication, les arts et spectacles. La consommation de drogues, d'alcool, de psychotropes, modifie le comportement du salarié dans le temps et sur les lieux de travail y compris si cette consommation a lieu lors de la vie personnelle. Leur dangerosité tient, en situation professionnelle, au fait que leur consommation affecte les activités sensorielles, la vigilance, l'humeur (cannabis), diminue potentiellement l'activité mentale (héroïne) ou la stimule (cocaïne), avec en conséquence des insomnies, des pertes de mémoire et des phases d'excitation. La qualité du travail se trouve donc altérée et le salarié peut devenir potentiellement une source de danger pour lui-même, ses collègues, les tiers et/ou les biens de l'entreprise. "Au-delà de 0,20 g d'alcool,

soit l'équivalent d'un verre bistrot, le risque d'accident augmente. Il faut savoir que 20 % des accidents du travail sont liés à la prise de psychotropes (alcool, médicaments, drogues…)", explique Yves Rouault, médecin du service Santé au travail 72.

Les responsabilités de l'employeur "Statistiquement, sur 100 salariés, 10 sont dépendants à l'alcool et 20 ont des usages à risque, poursuit-il. Les conséquences sont lourdes : pour le salarié sur le plan santé, familial, social… et pour l'employeur sur la désorganisation que cela engendre, la moindre productivité, l'absentéisme, l'impact financier, mais surtout le risque judiciaire en cas d'accident". Car l'employeur est responsable des dommages que ses salariés peuvent causer à des tiers. Il peut donc voir sa responsabilité engagée si l'un de ses salariés sous l'emprise d'une drogue illicite ou d'alcool provoque, dans l'exercice de ses fonctions, un accident lié à son état. De plus, dans

de telles situations, les juges insistent également sur la responsabilité de l'employeur en matière de prévention. "Les chefs d'entreprise disposent de moyens pour se prémunir et éventuellement sanctionner. Le premier est de mettre en place un règlement intérieur - même pour les entreprises de moins de 20 salariés - qui précisera les postes de sûreté et de sécurité, les procédures disciplinaires, les possibilités de contrôles et de tests, insiste Yves Rouault. L'objectif n'est pas de stigmatiser une personne, mais plutôt d'enclencher une démarche de prévention collective pour sensibiliser et informer sur les risques, les rôles et les responsabilités de chacun. Et si besoin, d'engager une démarche de soins." Les services de Santé au travail 72 interviennent d'ailleurs sur ce sujet en entreprise ou en inter-entreprise. ◗◗ Maryse Gauthier (1) Institut national de prévention et d'éducation pour la santé a mené une étude auprès de 14 795 actifs occupés.

L'alcool dans l'entreprise Le code du travail précise qu'aucune boisson alcoolisée autre que le vin, la bière, le cidre et le poiré n'est autorisée sur le lieu de travail. La consommation d'alcool léger n'est donc pas interdite par la loi, elle est possible à condition d'être modérée (interdiction de l'état d'ivresse). En matière de responsabilité de l'employeur : à titre général, tout manquement au principe d'obligation de protection et de sécurité des salariés expose le chef d'entreprise à une condamnation d'abord au civil pour faute inexcusable à laquelle peut s'ajouter une condamnation au pénal (mise en danger d'autrui, non-assistance à personne en danger…). Le code du travail précise même que l'état de d'ébriété d'un salarié n'exonère pas l'employeur de sa responsabilité. maine éco avril 2012 21


juridique

Diagnostic de performance énergétique

Une obligation pour la vente ou la location d'un bâtiment Les nouvelles réglementations poursuivent un objectif de réduction des consommations énergétiques que ce soit au travers de l'information des acheteurs ou preneurs d'un bien immobilier à l'aide du diagnostic de performance énergétique (DPE) ou de l'introduction de l'annexe environnementale au sein des baux portant sur des locaux de bureaux ou de commerces de plus de 2 000 m2.

L

e diagnostic de performance énergétique (DPE) d'un bâtiment ou d'une partie de bâtiment est un document qui comprend notamment la quantité d'énergie effectivement consommée ou estimée pour une utilisation standardisée du bâtiment ou de la partie de bâtiment. La réalisation d'un DPE est rendue obligatoire dans le cadre de la vente ou de la location de bâtiments, notamment à usage commercial. Il est annexé, en cas de vente, à la promesse de vente ou joint au contrat de location. Le DPE permet ainsi à tout acquéreur ou locataire de comparer et d'évaluer la performance énergétique du bâtiment. Le gouvernement souhaitait que l'efficacité énergétique devienne un critère de choix lors des décisions d'achat et

22 maine éco avril 2012

de location d'un bien immobilier. C'est pourquoi des mesures d'amélioration sont apparues nécessaires afin que le DPE devienne "une référence incontestable". Ainsi depuis le 1er janvier 2011, en cas de vente ou location, le classement du bien immobilier au regard de sa performance énergétique est mentionnée dans les annonces. De même, le propriétaire doit tenir à disposition de tout candidat locataire ou acquéreur le DPE, et ce, dès l'offre de l'immeuble à la vente ou à la location. La loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010 a créé une obligation de réaliser un DPE pour les bâtiments équipés d'une installation collective de chauffage ou de refroidissement. Cette nouvelle obligation a pour objectif d'informer les propriétaires sur la performance éner­ gétique de leur immeuble en dehors

de toute vente ou location du bien immobilier. Ainsi depuis le 1er janvier 2012, et ce dans un délai de 5 ans, un DPE doit être réalisé pour les bâtiments équipés d'une installation collective de chauffage ou de refroidissement.

Renforcement de la "fiabilité" du DPE Le DPE doit être réalisé par une personne physique dont les compétences ont été certifiées par un organisme accrédité. Un arrêté du 13 décembre 2011(1) renforce les critères de certification et les modalités de surveillance des diagnostiqueurs en charge du DPE ainsi que les critères d'accréditation des organismes de certification. L'arrêté complète également les dispositions relatives aux exigences requises


juridique

commercial en matière de qualification des examinateurs, au mode d'évaluation des candidats, aux compétences requises des personnes physiques notamment en matière de qualifications professionnelles préalables.

Cette disposition inscrite à l'article L 125-9 du code de l'environnement s'applique aux baux conclus ou renouvelés à compter du 1er janvier 2012 et à compter du 14 juillet 2013 pour tous les baux en cours.

Les diagnostiqueurs immobiliers qui établissent les DPE doivent les transmettre à l'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) à des fins d'études statistiques, d'évaluation et d'amélioration méthodologique. Cette disposition entrera en vigueur à compter de la publication d'un arrêté du ministre chargé du logement précisant les modalités d'application du décret et au plus tard le 9 juillet 2012.

Un décret en date du 30 décembre 2011 est venu préciser le contenu de cette annexe environnementale. Celle-ci doit retranscrire les informations que se doivent mutuellement bailleur et preneur sur les consommations énergétiques des locaux loués. Cette information porte ainsi sur les caractéristiques des équipements et systèmes du bâtiment et des locaux loués, leur consommation réelle d'eau et d'énergie et la quantité de déchets générée.

L'annexe environnementale dans le bail La loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010 a introduit l'obligation pour les baux portant sur des locaux de bureaux ou commerces de plus de 2 000 m2 de comporter une annexe environnementale.

L'annexe environnementale doit également traduire l'obligation faite à chaque partie de s'engager sur un programme d'actions visant à améliorer la performance énergétique et environnementale du bâtiment et des locaux loués.

Cette annexe environnementale peut ainsi prévoir les obligations qui s'imposent aux preneurs pour limiter la consommation énergétique des locaux concernés. L'article L 125-9 du code de l'environnement précise d'autre part que le preneur permet au bailleur l'accès aux locaux loués pour la réalisation de travaux d'amélioration de la performance énergétique. Source : Service Inforeg de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris. www.inforeg.cci.fr (1) Code de la construction et de l'habitation.

Possession obligatoire d'un éthylotest  Un décret (n° 2012-284 du 28 février 2012) rend obligatoire la possession d'un éthylotest dans chaque véhicule (à l'exclusion des cyclomoteurs) à compter du 1er juillet 2012. Les véhicules d'entreprise, y compris partagés, sont également concernés. L'éthylotest doit être non usagé, disponible immédiatement et satisfaire aux conditions de validité, notamment sa date de péremption prévue par le fabricant ne doit pas être dépassée. Le défaut de possession d'un éthylotest sera sanctionné à partir du 1er novembre 2012 d'une contravention de 1ère catégorie, soit 11 euros actuellement.

maine éco avril 2012 23


Dossier

Dinamic Entreprises

Un dispositif aux résultats Lancé en 2007 sur les cinq départements des Pays de la Loire et principalement piloté par la Chambre de commerce et d’industrie régionale (CCIR), le programme Dinamic Entreprises a déjà permis d’aider près de 630 industries ligériennes à se développer. Innovant, exhaustif, souple, ce dispositif donne des résultats très positifs au point d’être désormais dupliqué dans d’autres régions et à l’étranger. C’est pourquoi, afin d’amplifier le phénomène et de soutenir mieux encore les acteurs économiques locaux, Dinamic Entreprises évolue pour être désormais accessible à la quasi totalité des entreprises et prendre mieux en compte les problématiques nouvelles.

La CCI a organisé le 8 mars dernier une remise de trophées aux 67 entreprises sarthoises ayant suivi le

D

inamic Entreprises est né d’une première expérience mise en place pour améliorer les performances commerciales, préserver et diversifier les compétences des filières navale et aéronautique sur le bassin industriel du Port Atlantique de Nantes Saint-Nazaire", rappelle Laurent Six, directeur du département ingénierie 24 maine éco avril 2012

et développement des services aux entreprises à la CCI des Pays de la Loire et, à ce titre, responsable du programme Dinamic Entreprises. Constatant le succès rencontré par cette initiative, l’État et le Conseil régional ont affirmé, en 2007, leur volonté de déployer cette méthodologie novatrice à l’échelle régionale, avec pour objectif

de soutenir 2 000 entreprises sur sept ans. Ce projet moteur, soutenu par l’Union européenne, a été confié conjointement à la CCIR et à Vendée Expansion, le comité d’expansion économique vendéen, qui ont, tous deux, démontré leur connaissance du terrain et leur capacité à mobiliser d’importants moyens, matériels et humains.


exceptionnels

programme Dinamic.

Depuis lors, bénéficiant d’un budget global de 30 millions d’euros, les deux structures mènent un travail d’équipe.

Une indispensable analyse approfondie et rigoureuse "Dinamic n’est pas un simple programme de conseil, c’est un outil vertueux de

soutien au développement, dont ont déjà bénéficié 630 entreprises (1), représentant plus de 29 000 salariés, poursuit Laurent Six. Il se distingue par sa méthodologie, claire, structurée, souple et réactive, qui a déjà largement démontré son efficacité". À la différence des plans traditionnels de soutien à l’activité, qui se traduisent

par l’octroi de subventions ou de conseils ponctuels et généraux, Dinamic s’inscrit dans la durée et, surtout, repose sur un soutien personnalisé, adapté et évolutif. Ainsi, durant neuf mois, un travail de fond est mené au sein de l’entreprise avec l’aide d’un consultant qui apporte un indispensable regard extérieur et dont la prestation, prévue sur 25 demijournées, est majoritairement prise en charge par le dispositif (2). Librement désigné par le bénéficiaire du programme, cet expert accompagne la réalisation d’un diagnostic, complet et rigoureux, qui permet de mettre l’accent sur les faiblesses et les forces de la société. La réflexion, qui découle de cette première phase, aboutit à la définition de solutions qui assureront l’amélioration de la compétitivité et des performances de l’entreprise, répondant ainsi à des objectifs précis (3). Il n’est pas rare que ces orientations entraînent une profonde remise en cause et une réorganisation totale de la chaîne de production. "Le programme compte aussi 30 jours de formation", ajoute Laurent Six. En parallèle, le responsable du projet participe à des réunions régulières qui rassemblent les représentants de toutes les entreprises engagées dans Dinamic. Ces rencontres entre acteurs économiques d’horizons souvent très différents, mais fréquemment confrontés à des difficultés similaires, favorisent les échanges et permettent à chacun de s’enrichir des expériences menées ailleurs.

Avoir une stratégie Dans ce cadre, suivant les besoins de l’entreprise, le programme peut se décliner suivant cinq modules distincts et cumulables : "Performance interne", "Développement commercial",

"Innovation", "Relance" et "Collaboratif" (4). "Pour être éligible au programme, l’entrepreneur, dont le rôle est d’impulser la dynamique, devra démontrer qu’il a une stratégie, que sa structure est viable et qu’il est prêt à s’approprier le projet, précise Laurent Six. Il faut aussi être certain que le chef de projet désigné pourra consacrer le temps nécessaire à ce programme particulièrement chronophage, avec toute la rigueur qu’implique une opération d’une telle ampleur. Dans cet esprit, la venue du consultant, qui doit être capable aussi de s’adapter, sera préparée avec soin afin d’optimiser cette intervention et chaque étape fera l’objet d’un rapport". De toute évidence, Dinamic n’est pas une aide de plus que l’on peut se permettre de traiter avec légèreté, même si la souplesse demeure l’une des règles d’or du processus. C’est, au contraire, une véritable aventure qui s’offre aux entrepreneurs et à leurs équipes. À eux de saisir cette opportunité pour que leur outil de travail prenne une nouvelle dimension.

Des retours positifs Mais, incontestablement, le retour sur investissement est réel comme le démontrent les résultats obtenus par les entreprises engagées dans Dinamic dès 2007 et 2008 et qui, par conséquent, peuvent déjà en mesurer les effets. "Nous avons 92 % de retours positifs. Les quelque 1 440 plans d’actions déjà établis ont été pérennisés dans 91 % des cas et 65 % d’entre eux ont été réalisés dans les délais impartis", constate Laurent Six. De même, ces entreprises ont vu, en moyenne, leur chiffre d’affaires augmenter de 20 % et leurs effectifs de 10 %. Il n’est, par conséquent, pas surprenant maine éco avril 2012 25


Dossier

que le succès rencontré par Dinamic Entreprises ait désormais valeur d’exemple et que d’autres CCI (en Picardie et dans le Nord-Pas-de-Calais) adoptent à leur tour cette méthodologie, tout comme l’État marocain.

Un processus élargi et approfondi En Pays de la Loire, alors que l’opération est entrée dans la seconde moitié de son existence, les élus et les pilotes de

Dinamic souhaitent faire évoluer le dispositif, d’une part pour élargir la palette des bénéficiaires, d’autre part pour mieux prendre en compte les problématiques auxquelles sont de plus en plus fréquemment confrontées les PME.

"Jusqu’à présent, le programme était réservé aux entreprises industrielles considérées comme des PME, selon la définition restrictive (5) de l’Union européenne. Désormais, l’objectif est d’ouvrir Dinamic à toutes les structures

[Témoignage]

Avec Dinamic, l’entreprise Adine s’est remise en cause

Pascal Baroux, PDG de l'entreprise de cartonnage Adine, et Christian Sarrade, directeur de production.

Implantée depuis de nombreuses décennies sur le marché du luxe (notamment les champagnes et la cosmétique), l’entreprise de cartonnage Adine, installée à Mayet, a immédiatement ressenti les effets de la crise économique de 2008. "Nous avons été confrontés à une concurrence de plus en plus sévère qui, pour préserver ses positions, n’a pas hésité à baisser fortement ses prix, explique le directeur de production d’Adine, Christian Sarrade. Par conséquent, nous avions, sans plus attendre, l’obligation de nous remettre en cause pour réussir à maintenir notre chiffre d’affaires et nos emplois, tout en diminuant nos tarifs et en absorbant la hausse du coût des matières premières". Pour relever ce challenge, le PDG

26 maine éco avril 2012

d’Adine, Pascal Baroux, a choisi d’engager son entreprise sur la voie de Dinamic, suivant les conseils de la CCI du Mans et de la Sarthe. "Nous nous sommes lancés dans le programme Performance industrielle en prenant le parti d’impliquer l’ensemble du personnel, auquel nous avons commencé par exposer les enjeux de Dinamic", précise Christian Sarrade, chargé de piloter le dispositif avec l’appui du chef d’équipe David Bergere. "Puis, avec le soutien d’un cabinet de consultants, les équipes ont analysé toutes les étapes de mise en fonctionnement des machines, en déterminant les points forts et les faiblesses, avec pour objectif principal de simplifier les processus pour en diminuer les coûts".

Des résultats impressionnants En s’appuyant sur la méthode SMED (Single Minute Exchange of Die), utilisée pour optimiser les temps de passage d’une série de production à une autre, les techniciens d’Adine ont cherché à gagner du temps sur chaque réglage tout en préservant la qualité du travail accompli. "Au final, cette réorganisation globale et rationnelle a permis de diviser par deux, voire plus, la durée de certaines opérations ! constate le directeur de production. De plus, le dispositif Dinamic a renforcé la cohésion ainsi que la mobilisation des équipes et s’est, avant tout, traduit par un gain de 10 à 15 % du taux de productivité". Puis, dans la continuité de cette expérience indéniablement enrichissante, le bureau d’études de l’entreprise a suivi le module Innovation de Dinamic. Les résultats obtenus sont tout aussi impressionnants : le traitement administratif des commandes a été réduit de 41 à 23 jours, tandis que le nombre de dossiers complets passait de 10 à 94 % !  "Nous nous sommes entièrement restructurés, avons réécrit tous nos processus pour entrer dans une logique d’amélioration continue que nous continuons à étendre à l’ensemble de la chaîne", conclut Christian Sarrade précisant que des indicateurs ont été mis en place pour permettre d’assurer un suivi en temps réel et réagir immédiatement à tout problème. "Sans Dinamic, l’entreprise n’aurait sans doute pas aussi bien résisté à la crise économique".


privées et notamment aux unités de moins de 250 salariés (hors banques, assurances, cabinet d’experts comptables…) qui appartiennent à un groupe multi-sites dont les résultats comme le nombre d’employés dépassent les critères européens. Dans ce cas, le bénéficiaire ne doit plus remplir qu’une unique condition : avoir la capacité à prendre des décisions de manière autonome", explique Laurent Six. Dans le même esprit, les entreprises de plus de 250 salariés, bien que ne pouvant pas prétendre à l’aide financière, vont aussi avoir le droit d’accéder à Dinamic. Mais, la nouveauté la plus ambitieuse est, sans doute, la mise en place d’un format spécifiquement adapté aux Très petites entreprises (TPE). Prenant en compte les difficultés rencontrées le plus fréquemment au sein des structures les plus légères au cours des quatre premières années du programme, Dinamic TPE propose un dispositif allégé et recentré. Tout en préservant les principes fondamentaux de la méthode (accompagnement par un consultant, diagnostic, définition d’objectifs précis, formations, réunions entre bénéficiaires), ce programme ne s’étend plus que sur six mois, autour d’un management encore plus personnalisé et pour un coût amoindri. Par ailleurs, Dinamic évolue vers deux autres directions novatrices et fondamentales : - une meilleure intégration du capital humain dès l’étape du diagnostic (quel

que soit le module) et par un renforcement de la sensibilisation de tous les acteurs à ces questions ; - une sensibilisation au développement durable à chaque étape du processus, afin de favoriser les mutations économiques, sociales et écologiques du tissu économique régional à travers la responsabilité sociale et environnementale. "Nous avons aussi la volonté de promouvoir le design, qui peut être une opportunité de développement et d’inno­ vation. Nous voulons, enfin, encourager les démarches collaboratives d’entre­ prises dans l’idée qu’il faut entreprendre ensemble pour être meilleurs, plus compétitifs et pérenniser l’activité", poursuit Laurent Six. En cette année 2012, Dinamic prend donc une dimension supplémentaire, après avoir déjà démontré son efficacité, tout en confortant ses fondamentaux. Plus que jamais, ce programme original, dont on peut espérer qu’il sera prolongé, se distingue par l’importance qu’il accorde à la réflexion et à la mise en place d’une stratégie, à partir desquelles il impose des solutions concrètes… et c’est probablement en cela que réside la clé de son succès. ◗◗ Emmanuel Chevreul (1) dont 67 entreprises sarthoises et 90 parcours. (2) Le coût d’un programme revient en moyenne à 5 000 € pour la PME, tandis que les financeurs prennent en charge 14 000 €. (3) 38 % des entreprises ont pour objectif prioritaire le développement, 25 % la maîtrise des coûts, 14 % l’amélioration des délais et 10 % l’amélioration de la qualité. (4) Le module "Performance interne" est le plus fréquemment suivi (49 %), devant le module "Développement commercial" (37 %). (5) Selon l’Union européenne, les petites et moyennes entreprises emploient moins de 250 salariés, leur chiffre d’affaires doit être inférieur à 40 millions d’euros ou leur bilan annuel inférieur à 27 millions d’euros. De plus, 25 % du capital ou des droits de vote ne doivent pas être détenus par une entreprise, ou conjointement par plusieurs entreprises ne correspondant pas à la définition des petites et moyennes entreprises.

Contacts CCI : Véronique Cardenas et Richard Otjacques au 02 43 21 00 37

Laurent Six, responsable du programme Dinamic à la CCI régionale.

De Déclic Web à Kawak

Pascal Launay, dirigeant fondateur de Declic Web, Yann Merisier et Emmanuel Flohic, deux des 15 salariés de l'équipe.

Implantée au Mans depuis près de 15 ans, l’agence de création de sites Internet Declic Web a choisi d’intégrer le programme Dinamic alors qu’elle s’apprêtait à franchir une nouvelle étape de son développement. "Avant de prendre des décisions capitales pour l’avenir de l’entreprise, nous avons saisi l’opportunité de pouvoir être accompagnés par un professionnel qui, en nous apportant une expertise impartiale, nous permettait de prendre plus facilement du recul et de réfléchir plus sereinement, déclare Pascal Launay, dirigeant et fondateur de Declic Web. Dans cette logique, nous avons décidé de suivre le module Performance interne". Ainsi, durant toute l’année 2011, le responsable commercial de l’agence, Yann Merisier, a suivi le programme Dinamic en collaboration étroite avec le consultant. "Ce travail, dans lequel nous nous sommes longuement investis, nous a permis de conforter et de valider les directions nouvelles que nous envisagions de prendre et, ainsi, d’accélérer le processus, explique Yann Merisier. Nous avons, en ce sens, établi le diagnostic le plus précis possible afin de répondre à l’ensemble de nos interrogations. À l’issue de cette démarche analytique et prospective, nous avons pu nous attacher à nous réorganiser pour faire évoluer notre entreprise de développement Web en agence de communication globale". Ainsi, Declic Web s’appelle désormais Kawak et propose des stratégies de communication intégrant une gamme complète d’outils et d’expertises adaptés au marché local : du document imprimé au site Internet, en passant par le développement de logiciels… "Nous avons mis en place une nouvelle approche commerciale, plus décloisonnée, qui valorise le gain de productivité que nous apportons au client, poursuit Yann Merisier. Nous sommes entrés dans une nouvelle dynamique", ajoute Pascal Launay, précisant que la création de Kawak a généré trois embauches.

maine éco avril 2012 27


Dossier interview Romuald Piquet Gérant de RMP (Rectification mancelle de précision) PME spécialisée dans la mécanique de précision, RMP est implantée sur La Bazoge depuis 2005. Quelles conséquences le programme Dinamic a-t-il eu sur la vie de l’entreprise ? Le programme Dinamic nous a conduits à nous remettre en question et, par conséquent, à réorganiser entièrement RMP en nous attachant à mieux cerner nos compétences et à limiter la sous-traitance. Il m’a, en particulier, encouragé à déléguer une partie de mes activités pour que je me recentre sur l’essentiel. C’est dans cette optique que j’ai recruté un commercial et un responsable méthode. Incontestablement, Dinamic nous a aidés à redresser la barre et a resserré les liens entre l’ensemble de l’équipe. Aujourd’hui, l’entreprise compte 20 salariés alors que nous étions redescendus à moins de 10, il y a seulement deux ans et notre chiffre d’affaires a augmenté de 80 % en 2011 ! Dans quelles circonstances avez-vous choisi de vous engager dans le programme Dinamic ? En 2008, après avoir eu connaissance de Dinamic par l’intermédiaire de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de la Sarthe, j’ai souhaité intégrer le programme Performance industrielle dans l’optique d’obtenir une certification indispensable au développement de RMP. Puis, la crise est arrivée et j’ai dû revoir mes priorités pour m’atteler à sauver l’entreprise. J’ai alors décidé de suivre la méthode Relance. Comment avez-vous développé ce programme ? Comme tous les bénéficiaires de Dinamic Entreprises, avec la participation de tous les salariés et l’aide d’un consultant, un diagnostic complet et précis de notre activité a été établi. Ce travail a mis en évidence les difficultés que nous rencontrions pour pérenniser notre clientèle, notamment parce que nous n’arrivions pas à respecter les plannings. Nous nous sommes, par conséquent, attachés à revoir notre

28 maine éco avril 2012

organisation pour gagner en efficacité et en rapidité. Ainsi, le taux de satisfaction en matière de délais s’élève aujourd’hui à près de 80 %, alors qu’il n’était que de 18 % il y a quatre ans ! De même, l’étude réalisée dans le cadre de Dinamic a montré que certains de nos marchés récurrents s’avéraient peu rentables alors que d’autres, moins réguliers, étaient sous-exploités. Nous avons donc choisi de développer des relations plus solides avec des clients que nous avions eu le tort de négliger, en particulier dans le secteur de l’aéronautique. Désormais, nous n’avons plus besoin de courir après nos donneurs d’ordre. Cette nouvelle orientation a définitivement rendu obligatoire le lancement d’une procédure de certification et c’est pourquoi nous venons de démarrer un troisième programme Dinamic, dénommé Innovation. Celui-ci doit nous permettre d’achever ce processus d’ici à fin 2012, avec le soutien d’un expert et d’une stagiaire chargée de rassembler et de saisir les documents et les données.

Quelles sont les raisons de cette réussite ? Le regard extérieur apporté par le consultant, que nous n’aurions jamais pu financer sans Dinamic, a été extrêmement bénéfique. Il nous a apporté le recul dont nous avions besoin, mais que nous n’avions pas le temps de prendre, compte tenu des difficultés auxquelles nous devions faire face. De plus, nous n’avons mis aucun frein au travail d’analyse, acceptant les critiques et rejetant tous les a priori. Enfin, nous avons bénéficié d’un soutien essentiel et très appuyé de la CCI, qui s’est beaucoup impliquée, nous obtenant des aides et nous fournissant de précieuses informations. Je n’ai qu’un regret : ne pas avoir suivi plus tôt ce programme. En ce sens, je pense que Dinamic devrait faire partie intégrante de la formation imposée aux créateurs d’entreprise.


Nouveau Monde DDB° Nantes - P2011006 - RCS Nantes 513 682 591 - © Crédits photos : Getty Images / Corbis / Airbus : Droits réservés / Cybergo : INDUCT / Photos non contractuelles.

L’INNOVATION PREND VIE

EN PAYS DE LA LOIRE Facteur clé de la compétitivité des entreprises, l’innovation est source de création d’emplois et de dynamisme économique. C’est pourquoi la Région des Pays de la Loire investit et soutient les entreprises qui souhaitent innover. C’est l’esprit des « Territoires d’Innovation » : accompagner les hommes et les femmes, porteurs d’idées nouvelles. De la plus petite entreprise à la plus grande, la Région favorise l’émergence de toutes les innovations qu’elles soient technologiques, sociales, d’usages ou de services. Fruits de cette énergie, la navette électrique robotisée Cybergo, de nouveaux concepts dans les secteurs des matériaux composites pour les avions, les satellites ou les éoliennes, de nouvelles générations de voiliers… autant d’innovations qui portent haut les valeurs et l’esprit d’équipe de notre région.

Rendez-vous sur www.territoires-innovation.paysdelaloire.fr


international L'Inde

Aborder ce pays avec succès 1,2 milliard d'habitants, besoins immenses à couvrir, puissance économique, politique et militaire incontournable dans la région, la plus grande démocratie du monde est très attractive pour les entreprises étrangères. Mais le succès ne s'improvise pas.

D

ans 20 ans, l'Inde sera la quatrième économie mondiale. Désormais incontournable, ce pays continent de 28 états offre un formidable potentiel de croissance intérieure avec le développement d'une classe moyenne qui compte désormais entre 250 et 300 millions d'individus. Il doit cependant faire face à des inconvénients qui persistent, notamment le poids des lenteurs administratives et une fiscalité complexe ; le plus gros handicap restant le mauvais état de ses infrastructures. Sans oublier l'extrême pauvreté d'une grande partie de sa population.

[Chiffres-clés 2010] Population : 1,21 milliard PIB : 1 631 mds USD PIB/habitant : 1 370 USD Taux de croissance : + 10 %, estim. 2011 : + 6,9 % Taux d'inflation : 12 % Balance commerciale (hors services) : - 98 millions USD IDE : 23,7 mds USD Principaux fournisseurs : Chine (11,5 % des importations), Émirats Arabes Unis, États-Unis, Arabie Saoudite, Australie (France au 20e rang avec 1,7 % de part de marché) Principaux clients : Émirats Arabes Unis (14,4 % des exportations), États-Unis, Chine, Hong Kong, Singapour (France au 13e rang) 750 établissements français implantés en Inde employant 200 000 salariés Sources : FMI, Moci, OMC, Banque Mondiale, Comtrade 30 maine éco avril 2012

Avec un taux de croissance moyenne de plus de 8 % ces six dernières années, l'Inde en fait rêver plus d'un. "Il faut quand même rappeler que ce taux est considéré comme un strict minimum pour permettre le développement économique et social d'un pays en voie de développement avec de fortes disparités", note Germain Araud, directeur de la filiale Altios en Inde, société qui accompagne les entreprises françaises désireuses de se développer sur ce marché. Pour l'année fiscale 2011-2012 qui a pris fin en mars, le taux a été revu à la baisse (toute relative) : 7 % au lieu de 9 %. L'Inde, comme d'autres pays, est touchée par la situation économique en Europe et aux États-Unis. Bien des créneaux sont porteurs pour les entreprises françaises. "À court et moyen termes, les secteurs les mieux représentés sont l'industrie, les services informatiques, les infrastructures et la pharmacie," indique Germain Araud. Même si le marché est jugé complexe par la plupart des entreprises françaises présentes sur place, elles jugent indispensables "d'y aller dès aujourd'hui pour occuper des positions

Serac accélère ses ventes en Inde : 15 nouvelles machines seront installées en 2012.

durables car les Indiens n'attendent pas et les places à prendre partent vite. En effet, nos voisins européens y sont présents depuis de nombreuses années, Allemands et Italiens en tête."

Privilégier l'approche terrain Pour aborder ce marché, patience et offre adaptée sont de rigueur. "L'administration, la société, les relations sont régulées par une multitude de paramètres qui demandent beaucoup de patience. L'Inde surprend et parfois choque. Il faut savoir apprivoiser cette culture très différente de la nôtre, conseille le directeur de la filiale

Altios. Il est primordial de préparer sa venue en Inde : connaissances culturelles et économiques sont nécessaires." Si, pour les affaires, les Indiens sont historiquement avant tout sensibles au facteur prix, ces dernières années le critère qualitatif est de plus en plus étudié. "L'important est de leur montrer la valeur ajoutée que votre offre va leur apporter à court/moyen terme. Si vous avez un savoir-faire, produit ou service unique dans un secteur de niche, vous pourrez le vendre sans difficulté." En Sarthe, plusieurs entreprises s'intéressent au marché indien. C'est le cas de Serac, fabricant de machines de remplissage et de bouchage à La


international

Ferté-Bernard. L'entreprise a vendu sa première machine sur place il y a plus de 15 ans. "Nous ne sommes pas nouveaux sur le marché mais sommes plus agressifs et volontaires depuis 4-5 ans, explique Wilfrid Marie, vice-président du groupe. En effet, le marché s'est développé, les investissements étrangers ont augmenté de façon significative et l'État applique une politique de moins en moins protectionniste." Dans ce pays où les industriels recherchent des machines de qualité, Serac poursuit son chemin : "Fin 2011, nous comptions une vingtaine de machines vendues et installées. Fin 2012, nous aurons 15 machines de plus installées en Inde. C'est une énorme progression", se félicite le dirigeant. Après avoir travaillé sur ce marché depuis sa filiale malaisienne, mis en place un site Internet spécialement pour l'Inde, participé à différents salons et prospecté sur le terrain auprès des acteurs majeurs, Serac veut développer son service après-vente en Inde. "C'est une exigence de nos clients, ils veulent pouvoir s'appuyer sur des services locaux

pour entretenir ou réparer leur Serac", explique Nicolas Ricard, responsable commercial sous-continent indien de Serac Asia. À moyen terme, Serac pense ouvrir un bureau en Inde pour prospecter directement sur le terrain. "La fabrication de certaines machines en Inde est aussi à l'étude mais nous n'en sommes pas encore là".

Ne jamais précipiter les choses Chez Serac, on est conscient du potentiel du marché. "La production de certains produits de consommation courante doit augmenter de 20 à 50 % par an pour répondre à la demande". Mais on sait aussi que ce marché est loin d'être facile. "Toujours rester humble et accorder beaucoup de temps aux explications. C'est une vraie école de la patience où il ne faut pas précipiter les choses. Le client indien prendra sa décision en temps voulu. Et plutôt tard que tôt. La concurrence y est aussi très rude avec des acteurs locaux souvent avantagés et des concurrents européens toujours plus présents".

Usine d'assemblage visitée par François Laloyaux, directeur de Mecachrome à Sablé-sur-Sarthe, lors de la mission de prospection commerciale organisée par CCI International Pays de la Loire.

Bienvenue en Inde

La région des Pays de la Loire ouvre un bureau à Chennai Installé dans les locaux de la Chambre de commerce et d'industrie indo-française à Chennai (ex Madras), dans l'État du Tamil Nadu au sud-est de l'Inde, le bureau de représentation de la Région des Pays de la Loire est ouvert depuis juillet dernier. La collectivité souhaite ainsi créer une tête de pont pour favoriser l'accès du marché indien aux entreprises régionales. Ce bureau leur permet notamment de disposer d'une adresse locale. Cette ouverture s'inscrit dans le cadre d'une coopération décentralisée que la Région souhaite établir avec le Tamil Nadu. Autre entreprise sarthoise intéressée par l'Inde : Mecachrome à Sablésur-Sarthe, fournisseur de rang 1 pour les constructeurs automobiles et les constructeurs de véhicules industriels (usinage et assemblage de pièces et ensembles mécaniques). "Laëtitia Chauveau, chargée de la veille commerciale et économique, suit au jour le jour l’évolution du marché dans le monde de tous les constructeurs, explique François Laloyaux, directeur du site de Sablé. Il y a environ deux ans, nous avons identifié le potentiel du marché de l’Inde. Nous avons jugé opportun de participer en novembre 2010 à la mission de prospection commerciale, organisée sur place par CCI International Pays de la Loire". Le directeur a ainsi pu rencontrer plusieurs fondeurs pour avoir une meilleure vision du marché et trouver des partenaires pour répondre au marché local (constructeurs indiens ou occidentaux implantés en Inde). "Le savoir-faire technique des Indiens, en développement permanent, peut être complémentaire au nôtre. Après de nombreux échanges, nous avons décidé dans un premier temps de travailler en partenariat avec un fondeur, situé

près de New Delhi. Nous avons donc en juillet 2011 signé un MoU (memorandum of understanding : lettre d’intention) avec la société Amtek afin de vendre notre savoir-faire, répondre au marché local et ainsi améliorer notre capacité à investir." À moyen terme et en fonction du besoin, Mecachrome envisage de signer une joint venture avec cette société. "Les Indiens sont très demandeurs sur l’échange de savoirs. Ils apprécient le fait qu’on leur apporte une aide à l’amélioration de leurs procédés. Ils sont attentifs et cherchent à bien connaître leur interlocuteur." Pour François Laloyaux, il faut se projeter à long terme pour construire des relations commerciales solides et ne pas hésiter à aller négocier sur place. "Cela peut durer longtemps car il est nécessaire que la confiance s’installe". ◗◗ Karine Méteyer Contacts utiles : CCI franco-indienne : www.ifcci. org.in, contact@ifcci.org.in Mission économique Ubifrance : www.ubifrance.fr/inde/export-Indemission-economique-ubifrance. html, inde@ubifrance.fr maine éco avril 2012 31


MATÉRIEL BATIMENT TP-INDUSTRIE VENTE NEUF ET OCCASION www.ccmb.fr

Électricité générale - magasin N e u f r é n o v a t i o n - re m i s e a u x n o r m e s Câblage informatique - téléphonique Télévision (TNT - Satellite - Réseaux)

Ouverture LA FERTÉ-BERNARD

02 43 600 111

Z.I.S - Bd Pierre Lefaucheux 72230 ARNAGE Tél : 02 43 21 10 61 ZI le pont rue de l'Arche 72300 SABLÉ Tél : 02 43 62 16 30

Toutes vos installations électriques, informatiques et téléphoniques Agencement électrique de magasin électricité - câblage - réseau

NANTES ZA des prairies mauves - Tél : 02 40 50 46 46 ANGERS 4 rue Pierre et Marie Curie Montreuil-Juigné - Tél : 02 41 37 87 00

32 maine éco avril 2012

AVENUE DU MAINE - 72190 SAINT PAVACE Tél. : 02 43 81 14 79

www.elcare.fr

infos@elcare.fr


conjoncture

TENDANCES

Indicateurs économiques 124,65 : En janvier 2012, l’indice des prix à la consommation (IPC) est en baisse de 0,4 %, après une augmentation de 0,4 % en décembre. Sur un an, il s’accroît de 2,3 %. Hors tabac, l’indice diminue également de 0,4 % (+ 2,3 % sur un an). Corrigé des variations saisonnières, l’IPC croît de 0,2 % (+ 2,4 % sur un an). Le recul des prix du mois de janvier provient, en grande partie, de celui des prix des produits manufacturés, lié aux soldes d’hiver. Il est atténué par la forte hausse des prix de l’énergie. Les prix des services sont stables, les hausses tarifaires étant compensées par des baisses saisonnières dans les services liés au tourisme.

0,71 % : Le taux de l'intérêt légal a été fixé à 0,71 % pour l'année 2012. Ce taux sert de référence notamment pour le calcul des pénalités de retard figurant dans les conditions générales de vente entre professionnels. + 0,2 % : Au quatrième trimestre 2011, le PIB en volume croît de 0,2  % après + 0,3  % au troisième trimestre. En moyenne annuelle, la croissance est de 1,7 % en 2011, après + 1,4 % en 2010.

9,22 € : Smic horaire brut (depuis le 1er janvier 2012), soit un brut mensuel de 1 398,37 € pour 35 heures hebdomadaires (151,67 h de travail).

Enquête mensuelle de conjoncture dans l'industrie (Février 2012) Selon les chefs d'entreprise interrogés en février 2012, la conjoncture dans l’industrie est stable par rapport au mois précédent : l'indicateur synthétique du climat des affaires reste à son niveau de janvier, un niveau nettement inférieur à sa moyenne de longue période. L’indicateur de retournement reste dans la zone indiquant une conjoncture défavorable. Les entrepreneurs de l’industrie manufacturière estiment que leur activité passée a ralenti. Les stocks de produits finis restent stables, à un niveau légèrement supérieur à leur moyenne de longue période. Les carnets de commandes globaux cessent de se dégrader mais demeurent peu étoffés ; les carnets de commandes étrangers continuent de se dégarnir nettement. Au vu des perspectives personnelles de production, en légère progression mais inférieures à leur moyenne de longue période, l’activité serait peu dynamique dans les prochains mois. Les perspectives générales, qui représentent l’opinion des industriels sur l’activité de l’industrie dans son ensemble, s’améliorent mais demeurent toujours à un niveau très en deçà de leur moyenne de long terme. (Source Insee)

Consommation des ménages en GMS L'analyse de février 446€

308€

345€

357€

330€ 326€

303€

3%

333€

-3 % -7 %

mars.-11 avr.-11

325€

350€

314€

4% -4 %

fév.-11

303€

342€

mai.-11

-6 %

juin.-11 juil.-11 août.-11 sept.-11 oct.-11 2011

-4 %

Février 2012 marque un terme à quatre mois consécutifs de baisse de la consommation des ménages. Ainsi, avec 314 € dépensés, le budget des foyers en grandes surfaces progresse de 2 % par rapport au même mois de l’année précédente. Il faut cependant relativiser cette embellie.

nov.-11

déc.-11 janv.-12

fév.-12

2012

Méthodologie du baromètre MarketingScan : Calculé mensuellement, pour les 9 000 foyers panélistes, cet indicateur mesure l’ensemble des sommes dépensées en moyenne par un panéliste MarketingScan, dans 23 GMS d’Angers et du Mans (12 hypermarchés et 11 supermarchés). Cet indice est la combinaison de deux indicateurs : - le panier moyen du panéliste par passage aux caisses (ceci représente le "ticket de caisse du consommateur" qui couvre l’ensemble de ses achats en GMS : alimentation, entretien, hygiène-beauté, textile, bazar, petit-électroménager, disques…) ; - le nombre mensuel de visites. Budget moyen = panier moyen par passage x nombre de visites mensuelles.

• Malgré un calendrier favorable, avec un jour ouvré supplémentaire versus février 2011, la fréquence de visites en magasin (5,46) continue de régresser (- 1 %). • Par ailleurs, l’augmentation du panier (à 57,60 €, + 2,5 %) est uniquement liée à la forte progression du prix moyen par article (+ 3,5 %), quand les volumes restent quasiment stables (- 0,4 %). Dans ce contexte, il parait prématuré donc de parler de retournement de tendance et préférable d’attendre le mois de mars qui nous permettra de statuer sur le premier trimestre 2012. maine maine éco éco janvier avril 2012 2010 33


d'une communauté de communes…

Le Val de Sarthe

Transition réussie

© CEMJIKA Val de Sarthe 2011

La communauté de communes du Val de Sarthe fédère 12 communes dont 11 appartiennent au canton de La Suze-sur-Sarthe et va s’agrandir dans les prochaines années. Ce territoire, qui connaît une belle croissance démographique, est l’un des pôles secondaires économiques les plus dynamiques du département. Longtemps dominé par deux entreprises, le tissu économique du Val de Sarthe s’est remarquablement diversifié, notamment grâce à l’action des élus communautaires qui ont tiré profit de la proximité d’importants axes routiers pour attirer de nouveaux employeurs et préserver l’autonomie du territoire. Aujourd’hui, la communauté de communes mise également sur le développement touristique pour séduire les investisseurs.

D

epuis l’adhésion de Spay à la communauté de communes, au 1er janvier 2011, le périmètre du Val de Sarthe rassemble environ 20 000 habitants", affirme Philippe Girardot, président de la communauté de communes du Val de Sarthe et maire de Voivres-lès-Le Mans. "D’ici à 2014, ce chiffre devrait encore augmenter car, dans le cadre de la réforme des collectivités territoriales, nous allons être rejoints par les communes de Guécélard et Mézeray, voire de Malicorne-sur-Sarthe. Notre collectivité représentera alors autour

34 maine éco avril 2012

de 25 000 habitants et fera partie des cinq communautés de communes les plus peuplées du département (1)".

Un bassin économique secondaire dynamique Cette expansion géographique vient renforcer une croissance démographique particulièrement soutenue qui s’est, par exemple, élevée à 39 %, entre 1999 et 2012, sur Voivres-lèsLe Mans. Au cours de ces dernières décennies, le Val de Sarthe a attiré un nombre im-

portant de ménages travaillant sur Le Mans Métropole, mais préférant vivre en périphérie pour pouvoir se loger à des prix plus avantageux sur de plus vastes terrains et profiter du calme de la campagne. Ainsi, chaque jour, 12 000 véhicules empruntent les routes principales du territoire communautaire pour se rendre vers la communauté urbaine mancelle limitrophe et réciproquement. Pour autant, la circulation parvient à rester relativement fluide grâce à des routes de qualité. Malgré cette proximité géographique avec la capitale sarthoise (qui est à

une vingtaine de kilomètres de La Suze et à une dizaine d’Étival-lès-Le Mans), le Val de Sarthe demeure au contraire un pôle économique dynamique et autonome. "Nous dénombrons, sur l’inter­communalité, 400 entreprises qui emploient près de 4 000 personnes", souligne Isabelle Mallet, présidente du club d’entreprises du Val de Sarthe, récemment créé, et dirigeante du bureau d’études thermiques M3E. Ce tissu industriel s’est historiquement construit autour de deux grands équipementiers automobiles implantés à La Suze-sur-Sarthe, Siemens et Valeo, qui


à l'autre

PME et des artisans. Cette dernière est située non loin du siège d’EPC (Européenne de Plats Cuisinés), l’une des entreprises locales les plus florissantes. "Afin de soutenir et d’accompagner les porteurs de projets, nous venons d’y faire construire quatre bâtiments de 300 à 500 m2 conçus pour être immédiatement opérationnels. Trois d’entre eux sont déjà occupés, notamment par d’anciens locataires de la pépinière", constate le président de l’intercommunalité. à Voivres-lès-Le Mans, une zone de 70 hectares est dédiée aux activités nécessitant des surfaces importantes, comme la logistique.

employaient encore 1 800 salariés en 2000. Mais, au cours de la dernière décennie, Valeo a divisé par trois son nombre d’emplois, tandis que Siemens a été rachetée successivement par deux groupes (dont Brose l’actuel propriétaire) et ne compte plus qu’une centaine de salariés. C’est pourquoi, il a fallu que l’économie du Val de Sarthe opère une indispensable mue.

Veiller à l’équilibre économique du territoire "Pour préserver notre vitalité et la qualité de vie des habitants, nous avions le devoir de donner la priorité à l’économie en favorisant de nouvelles implantations d’entreprises", explique Philippe Girardot. Dans cette optique, dès la fin des années 90, la communauté de communes a contribué à l’aménagement, sur le périmètre de Voivres-lès-Le Mans, d’un espace de 70 hectares dédié aux activités s’exerçant sur des surfaces importantes et plus spécifiquement à la logistique. À seulement cinq minutes de l’autoroute A 11, le long de l’axe Le Mans/La Suze-surSarthe, non loin de la gare de Voivres, ce site a rapidement séduit les investisseurs. Plus de 550 personnes vont y travailler quotidiennement au sein d’entreprises de fort belle taille comme Schenker Joyau (transport-messagerie),

MB Log (logistique des enseignes M. Bricolage et Caténa), Eiffage TP ou encore Bobet (charpentes métalliques). Une société innovante, MBM, spécialisée dans le traitement des déchets mercuriels et des déchets d’équipements électriques et électroniques, y occupe plusieurs bâtiments, dont l’un a été acheté par la communauté de communes. Spacieuse et moderne, cette zone a, en outre, permis à des entreprises de la zone Sud du Mans, comme le fabricant de vitrages Sotraver, d’assurer sa croissance. Dans un souci d’équilibre territorial, les élus ont également aménagé, à Roëzé-sur-Sarthe, une pépinière d’entreprises puis, la zone d’activités du Val de l’Aune à destination, cette fois, des

Une zone tertiaire en projet Ainsi, la communauté de communes a su favoriser le renouvellement et la diversification du tissu industriel, faisant notamment la part belle aux PME, pour que l’activité économique locale ne dépende plus d’un ou deux employeurs. "Nous nous sommes remis en cause", confie Philippe Girardot qui, dans la continuité des investissements précités, travaille sur un nouveau projet ambitieux : le développement, à Spay, d’une zone de sept hectares dédiée à l’activité tertiaire. Celle-ci inclura une pépinière proposant des services communs à ses occupants. "Pour réussir cette évolution, les élus ont optimisé les deux principaux atouts du territoire : la proximité du Mans et

La communauté de communes a aménagé à Roëzé-sur-Sarthe, la zone d'activité du Val de l'Aune à destination des PME et des artisans.

le passage d’axes routiers de première importance", constate Isabelle Mallet. C’est pourquoi, forte de sa réussite, la communauté de communes estime avoir toute légitimité pour refuser d’intégrer le Schéma de cohérence territoriale (Scot) du Pays du Mans, considérant être un bassin de vie secondaire et autonome, quasiment à l’égal de celui de Sablé-sur-Sarthe avec lequel ils préfèrent s’allier.

Une offre commerciale complète et attractive Cette croissance, qui est aussi stimulée par l’existence de deux gares (à La Suze et à Voivres) dont la fréquentation ne cesse d’augmenter, profite en toute logique à l’artisanat (notamment dans le secteur du bâtiment) et au commerce de proximité. "La Suze-sur-Sarthe a l’avantage d’être à la fois bien desservie et à distance respectable des centres urbains du Mans et de Sablé. Cette situation très positive nous permet d’attirer les consommateurs des communes alentours tout en fidélisant nos habitants", explique Gilles Fontaine, président de l’Union commerciale et artisanale de La Suze (UCAS) et dirigeant de la jardinerie La Fontaine fleurie. "Notre potentiel de chalandise est supérieur à 20 000 habitants et dépasse le périmètre intercommunal". Pour faire fructifier cet atout géographique, élus et professionnels suzerains ont œuvré au développement de nouveaux commerces, notamment à travers l’aménagement d’une zone en bordure de la route du Mans. Lancée il y a une dizaine d’années avec l’implantation d’une grande surface sous l’enseigne Super U, ce quartier a séduit de nombreux professionnels dont les activités viennent compléter l’offre du centre-ville de La Suze, satisfaisant l’essentiel des besoins exprimés par les consommateurs. "La zone a permis de limiter l’évasion commerciale vers maine éco avril 2012 35


d'une communauté de communes…

Philippe Girardot, président de la communauté de communes du Val de Sarthe.

Sur le reste du territoire, la situation est parfois plus difficile, mais la grande majorité des communes conserve une activité. "Les élus s’attachent, dès qu’ils le peuvent, à préserver le dernier commerce local", souligne Philippe Girardot, rappelant que la communauté de communes a, pour sa part, œuvré au développement de services renforçant l’attractivité du territoire : multi-accueil pour les enfants, Relais assistantes maternelles parents enfants, Accueil de loisirs sans hébergement, école de musique…

© CEMJIKA Val de Sarthe 2011

Le Mans et, finalement, profite à l’ensemble des professionnels", constate Gilles Fontaine, lui-même installé sur la zone. Pour preuve : de nouvelles enseignes (notamment dans les secteurs des soins de la personne, de la décoration et de la restauration rapide) s’implantent régulièrement au cœur du chef-lieu de canton où les vitrines vides sont inexistantes. "Ce dynamisme est conforté par la bonne entente qui règne entre les 31 membres de l’UCAS, qui ont plaisir à proposer très régulièrement des animations qui dynamisent nos activités", poursuit Gilles Fontaine, dont l’objectif est, cette année, d’améliorer la signalétique commerciale.

Un moulin populaire Ce territoire de tradition rurale dispose également d’indéniables atouts patrimoniaux que la communauté de communes valorise avec l’appui du Pays Vallée de la Sarthe. Suite à d’importants investissements publics, l’île de MoulinSart, à Fillé-sur-Sarthe, est devenue le cœur touristique et culturel de cette contrée. Autour d’un magnifique moulin réhabilité du 15e siècle, un centre d’art contemporain, une guinguette, un cabaret estival, attirent plus de 30 000 visiteurs par an… et cette fréquentation est en hausse constante. "Nous avons créé une attractivité touristique", souligne le président de la communauté de communes, soulignant aussi l’existence du zoo de Spay, du domaine du Houssay (parc de loisirs de

L'île de MoulinSart, à Fillé-sur-Sarthe, est devenue le cœur touristique et culturel du Val de Sarthe.

40 hectares à Spay), de sept églises et chapelles romanes, du village galloromain de Souligné-Flacé et de nombreuses boucles de randonnées. Ainsi, le tourisme apparaît comme une nouvelle voie permettant de continuer à diversifier et à développer le tissu économique du Val de Sarthe. ◗◗ Emmanuel Chevreul (1) Avec les communautés de communes de Sablésur-Sarthe, du Pays Fléchois, des Brières et du Gesnois et du Pays de l’Huisne Sarthoise.

[En bref] Les communes du Val de Sarthe : Chemiré-le-Gaudin, Étival-lès-Le Mans, Fercé-sur-Sarthe, Fillé-sur-Sarthe, Louplande, Parigné-le-Pôlin, Roëzé-surSarthe, Saint-Jean-du-Bois, Souligné-Flacé, Spay, La Suzesur-Sarthe, Voivres-lès-Le Mans. www.val-de-sarthe.fr

Un nouveau club d'entreprises

Pour se connaître et se faire connaître Sous l’impulsion de la communauté de communes, un club des entreprises du Val de Sarthe a officiellement vu le jour au mois de décembre 2011. Présidée par Isabelle Mallet, dirigeante du bureau d’études thermiques M3E, l’association compte déjà une trentaine de membres représentant une large palette d’activités professionnelles. "Notre volonté est de mieux nous connaître et de nous faire connaître", résume Isabelle Mallet. Dans cet esprit, un annuaire des adhérents a été réalisé, un portail va être ouvert sur le réseau Internet Réseaulia.com, une visite de l’entreprise MBM est prévue 36 maine éco avril 2012

en avril, de même qu’un rendez-vous convivial en juin. "Nous allons aussi monter une pièce de théâtre et proposer un speed meeting sur le modèle des speed dating, détaille Isabelle Mallet, précisant : nous prenons exemple sur le travail mené par les clubs du Pays Fléchois et du Pays de la Haute Sarthe". À partir de septembre, les adhérents s’attacheront principalement à échanger et à réfléchir sur des thématiques qui les préoccupent (relations avec les banques, fiscalité, emploi, communication…) pour développer des solutions communes et innovantes.

Isabelle Mallet, dirigeante du bureau d'études thermiques M3E, et présidente du nouveau club d'entreprises du Val de Sarthe.


Rendez accessible votre entreprise votre collectivité

De 3 marches à 4 étages, en intérieur ou extérieur

UNE ENTREPRISE SARTHOISE

À VOTRE SERVICE

DEPUIS + DE 10 ANS Étude - Installation - SAV - ERP et particulier MEMBRE DU RÉSEAU NATIONAL

FRANCE ACCESSIBILITÉ www.france-accessibilite.fr

ZI Sud, 7 rue François Monier 72100 Le Mans - Tél. : 02 43 85 50 00

AMS NISSAN DISTRIBUTEUR DE VÉHICULES DEPUIS PLUS DE 25 ANS

VOUS INVITE À DÉCOUVRIR

LE NOUVEAU NV400 DISPONIBLE EN CONCESSION

NISSAN LE MANS Auto Maxi Service Boulevard d'Estiennes d'Orves (Rocade Sud La Pointe)

02 43 39 93 45

nissan.lemaire@orange.fr AUTREMENT_mobile.

maine éco avril 2012 37


314.10140 AP 190x130.indd 1

38 maine ĂŠco avril 2012

3/08/11 10:56:20


ressources humaines La "génération Y" dans l'entreprise

© Goodluz - Fotolia.com

Une intégration difficile des jeunes

Individualiste, ambitieuse, peu fidèle, moins motivée, impatiente, instable… la génération Y est souvent jugée sévèrement au sein de l'entreprise par ses aînés. Pourtant le fossé générationnel entre les jeunes de moins de 30 ans et les autres salariés ne semble pas si important que ça. Et contrairement aux idées reçues, les chefs d'entreprise sont dans l'ensemble satisfaits de leurs jeunes recrues.

L

a génération Y, ce n'est pas tant une classe d'âge, c'est avant tout un état d'esprit, une culture", prévient Christelle Champion, consultante entreprise de l'Apec sarthoise. Attention donc, à cet effet de mode qui stigmatise des tranches d'âges et tourne au stéréotype. "On parle souvent des quatre "i" pour caractériser cette génération née dans les années 80 : "impatience", "individualisme", "inventivité" et "interconnection". Ces jeunes sont dans l'immédiateté ; ils sont débrouillards ; ils ont appris à dialoguer, à discuter l'autorité car l'éducation scolaire et parentale a évolué," poursuit-elle. Le sentiment qu'on a affaire à une génération vraiment particulière semble donc ancré dans les esprits. Et les nombreuses études qui fleurissent sur le sujet tentent de mettre cette génération dans des cases pour mieux les manager et les intégrer dans l'entreprise.

Repenser le management Or une récente étude (1) menée en janvier 2012 auprès de 5 600 chefs

d'entreprise, bouscule quelques idées reçues et montre que ces jeunes ne sont pas inadaptés au monde du travail. Finalement, 89 % des dirigeants sont satisfaits de leur intégration à la vie de l'entreprise. Leur fidélité, leur dynamisme, leur motivation, sont également salués par plus de quatre chefs d'entreprise sur cinq. Les chefs d'entreprise sont en revanche plus partagés sur l'adaptabilité de la génération Y aux règles traditionnelles de l'entreprise qui ne semblent pas très appropriées à ces jeunes salariés. "Les bouleversements économiques, les évolutions sociétales, les mutations technologiques web et mobile, modifient la façon d'appréhender le travail et l'entreprise", a expliqué Benjamin Chaminade, expert international spécialisé en Talent management, lors de son intervention dans le cadre d'une conférence Sarthe international. "La culture Y n'est finalement qu'un symbole. Il vaudrait mieux se concentrer sur la sensibilisation des chefs d'entreprise autour de ces changements en cours, pour les amener à repenser leur management".

Si les jeunes Français ne parviennent pas encore à comprendre toutes les subtilités du monde professionnel, c'est aussi parce la société a du mal à les intégrer et qu'ils sont confrontés au chômage. Ils vont fréquemment de petits boulots en petits boulots et ont des difficultés à décrocher un CDI pour se stabiliser. "L'apprentissage et l'alter­ nance sont une solution pour lever les freins à l'intégration des jeunes, souligne Christelle Champion. Cette génération Y doit être managée différemment. Elle a besoin de flexibilité, de donner un sens à son travail, de se sentir écouté, d'avoir un parcours individualisé dans l'entreprise et de fonctionner en mode collaboratif. Ces jeunes ne renâclent pas à travailler, mais ils sont dans le donnant-donnant et très attachés à leur équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle." Finalement, de nombreuses certitudes sont peut-être à balayer pour permettre à ces jeunes de s'intégrer… ◗◗ Maryse Gauthier (1) APM : Association progrès du management.

[ Définition ] En France, l’expression "génération Y" désigne les personnes nées à la même époque, approximativement entre 1978 et 1994. Inventée en 1993, elle suit la "génération X" (née entre 1965 et 1977). On parle aussi de digital native car cette génération a grandi avec un ordinateur, le développement d’Internet et du téléphone portable. La prise en compte des spécificités de la génération Y s’exerce dans le domaine du marketing, mais également dans celui des ressources humaines (formation, management). maine éco avril 2012 39


Lu pour vous dans la presse Restauration rapide : quand le snacking fait boom LSA - N° 2214 9 février 2012

Explosion de l'offre, multiplication des enseignes, hausse des ventes spectaculaires... le snacking continue sa belle progression malgré le contexte économique morose. Sa progression atteint + 7,8 % en valeur et + 5,4 % en volume en 2011 par rapport à 2010. Preuve, s'il en était besoin, que ce marché a su répondre aux nouvelles attentes des consommateurs. Les industriels multiplient ainsi les efforts pour adapter leurs produits à cette consommation sur le pouce. En magasins, cette offre pléthorique se retrouve au cœur des préoccupations des distributeurs.

L’Irlande reste accueillante pour les étrangers L’Entreprise - N° 308 Février 2012

Frappée par la crise depuis 2007, l’Irlande reste pourtant une destination de choix pour les entreprises du monde entier. Le pays affiche sa volonté de préserver son modèle de développement fondé sur les investissements étrangers. Pour les entrepreneurs français, le système fiscal de l’Irlande est particulièrement attrayant.

Made in France : leurs slogans… et la réalité L’Usine Nouvelle - N° 3269 26 janvier 2012

La question de la production s'est imposée comme le premier thème fort de la campagne présidentielle. Le sujet fait écho aux inquiétudes sur l'emploi et à la capacité de la France à résister dans la mondialisation. Il reçoit un large écho dans l'électorat. L’Usine Nouvelle a mis à l’épreuve de la réalité les propositions des candidats dans une ville témoin : Chartres. Le made in France, pour les industriels, c'est innovation, automatisation, internationalisation et flexibilité des compétences. 40 maine éco avril 2012

Le concept "made in France" ne se limite pas à poser une étiquette sur un produit de grande consommation. L’Usine Nouvelle propose quelques pistes pour pérenniser le "produire en France". Et Patrick Artus, auteur de "La France sans ses usines", livre son analyse.

Moins de créations d’entreprises individuelles en 2011 Insee Première - N° 1387 Janvier 2012

La crise financière qui sévit depuis 2008 n'a pas calmé les ardeurs des postulants. Le commerce indépendant organisé continue de séduire les candidats sous ses deux formes principales : la franchise et le commerce associé. Avec des modes d'organisation différents.

Si les créations de sociétés se maintiennent en 2011 (+ 2 %), le nombre de créations d’entreprises individuelles diminue, notamment du fait d’une baisse importante des immatriculations d’auto-entreprises (- 19 %). Ces évolutions touchent tous les secteurs d’activité et presque toutes les régions. 94 % des créations se font sans salarié, notamment en raison de la part élevée des immatriculations d’auto-entreprises (53 %). Les créateurs d’entreprises individuelles ont en moyenne 38 ans. Les deux tiers sont des hommes, mais la part de créatrices varie beaucoup selon les secteurs d’activité.

Surfez sur la croissance brésilienne

Management, l'art de faire grandir les talents

Chef d'entreprise magazine - N° 65 Février 2012

Chef d'entreprise magazine - N° 65 Février 2012

Boosté par le développement de sa classe moyenne et de ses capacités industrielles, le Brésil est l'un de ces pays émergents en pleine expansion qui attirent de plus en plus d'investisseurs étrangers. Si ce n'est pas la panacée pour autant, ce pays mérite toute votre attention.

Diriger une équipe n'est pas chose aisée. Il s'agit de s'adapter au contexte et à la personnalité des collaborateurs, tout en composant avec son propre tempérament, ses points forts et ses points faibles. Nos conseils pour manager au quotidien, entretenir la motivation, recadrer sans démotiver et faire grandir votre équipe.

Franchise et commerce associé font de la résistance L'Entreprise - N° 309 Mars 2012

Le poêle à bois, champion du made in France Les Échos - 8 février 2012

C'est l'histoire discrète d'une petite industrie française. Les PME françaises dominent à plus de 80 % les ventes de 450 000 poêles, inserts ou chaudières, s'accaparant le gros des 500 millions d'euros de chiffre d'affaires du secteur, qui font de la France le premier marché européen. Les ventes ont décollé dans les années 2000, grâce au coup de pouce de l’État via un crédit d’impôt et au label "Flamme verte", élaboré par les fabricants et l’Ademe, qui garantit sécurité et pollution limitée. De quoi confirmer le chauffage à bois en tête des énergies renouvelables, à la fois écologique, abordable et créateur d'emplois.

Pays de la Loire : 33 000 personnes âgées dépendantes supplémentaires d'ici à 2030 Insee Pays de la Loire : Études - N° 101 Février 2012

Les Pays de la Loire connaîtront dans les années à venir une forte augmentation du nombre de personnes âgées dépendantes. Ce mouvement devrait être accentué en Loire-Atlantique et en Vendée, en particulier le long du littoral, lorsque les retraités qui migrent actuellement arriveront aux âges élevés. Le challenge à relever à l'horizon 2030 s'avère conséquent. Face à ce défi, le projet régional de santé

de l'Agence régionale de santé met la priorité sur l'accompagnement des personnes à domicile, ce qui permettra aux établissements de privilégier l'accueil des personnes les plus dépendantes.

Journées portes ouvertes : opération séduction ! Chef d'entreprise magazine - N° 65 Février 2012

Valoriser ses savoir-faire, ses produits, ses talents, c'est possible en organisant notamment des journées portes ouvertes. À la clé, une image d'entreprise transparente et une notoriété positive synonymes de chiffre d'affaires en hausse à court et/ou moyen termes.

Vente directe : petites ventes entre amies LSA - N° 2217 1er mars 2012

À l’heure de l’e-commerce, avec un taux de fidélisation de 80 % et une croissance de 8 à 10 % en moyenne de son activité, la vente directe à domicile se porte à merveille. En 2010, ce canal de distribution a généré 35 000 créations d’emploi. De quoi rallier de nouveaux industriels à ce mode de distribution historique.

Les solderies ont su amortir la crise Franchise magazine - N° 228 Février/mars 2012

La crise a poussé une nouvelle clientèle vers les magasins de discount non alimentaire. Décoration, cuisine, salle de bain, petit ameublement, auto, loisir, bricolage… les solderies ratissent très large. Si certaines enseignes en ont mieux profité que d’autres, toutes poursuivent une politique d’expansion de leur réseau par la franchise ou la concession.

Aliments bio : le marché a quadruplé en dix ans Les Échos - 15 février 2012

Le bio va à contre-courant de la consommation alimentaire. Il continue


de se développer à un moment où les dépenses alimentaires des Français marquent le pas, selon l'Insee. Le marché de ces produits, qui se veulent "respectueux de l'équilibre écologique", a augmenté d'environ 10 % l'an dernier, à 4 milliards d'euros, selon les premiers chiffres de l'agence Bio. En dix ans, le marché a quadruplé.

Les mètres carrés commerciaux de plus en plus à la peine LSA - N° 2212 26 janvier 2012

L’immobilier de commerce s’enferre dans ses paradoxes. La consommation est atone, mais la production de surfaces commerciales ne tarit pas. Les chiffres d’affaires dépriment, sans que les loyers n’échappent aux hausses indicielles. Par contrainte, plus que par choix, la profession devra s’autoréguler.

800 000 personnes nées en Pays de la Loire n'y résident pas Insee Pays de la Loire : Informations statistiques - N° 446 Février 2012

présentation du bilan d'activité 2011 de la DGCCRF. L'an dernier déjà, près de 10 000 sites avaient été contrôlés, soit une hausse de 14 % en un an.

Les nouvelles tendances du consommer durable Les Échos - 29 février 2012

À défaut de peser, la consommation responsable fait preuve d'inventivité. Alimentation, mode, cosmétique, services… tous les secteurs innovent pour répondre aux nouvelles aspirations des consommateurs. Plusieurs tendances de fond se confirment comme la seconde main, la promotion du recyclage ou la mutualisation des services. Ces formes de consommation moins gourmandes en ressources naturelles et plus économiques se développent sur de nouvelles niches, prennent de l'ampleur grâce aux technologies de l'information et surfent sur la crise pour capter plus d'adeptes.

Industriels cherchent soudeurs désespérément Les Échos - 1er février 2012

Près de 800 000 natifs des Pays de la Loire n'habitent pas la région, soit 24 % des personnes qui y sont nées. Que ce soient des actifs, des retraités ou des étudiants, ces ligériens de naissance habitent pour la majorité dans les régions limitrophes ou en Île-de-France. Au sein de la région, c'est en Mayenne que les natifs résident le plus souvent hors de leur département de naissance. Les natifs de la Sarthe sont 37 % à résider hors de leur département de naissance.

Paradoxe d'une époque qui voit des pans entiers de l'industrie s'effondrer : dans certaines filières, comme le nucléaire, la construction ferroviaire ou l'aéronautique, les entreprises peinent à trouver la main-d'œuvre dont elles ont besoin. Les soudeurs et chaudronniers sont depuis deux décennies catalogués dans la liste des "métiers en tension", dans lesquels l'offre d'emploi est supérieure à la demande, quelle que soit la conjoncture. Une pénurie qui risque encore de s'aggraver, avec les nombreux départs à la retraite qui se profilent.

Le commerce en ligne va être davantage contrôlé

Numérique : Data, servez-vous !

Les Échos - 15 février 2012

L’Usine Nouvelle - N° 3272 16 février 2012

En pleine expansion, les sites de commerce en ligne vont faire l'objet d'un contrôle accru de la part des agents chargés de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes, a fait savoir le secrétaire d'État à la Consommation, Frédéric Lefebvre, à l'occasion de la

Avec l’open data, les données publiques de l’administration et des collectivités locales sont accessibles par tous, au format numérique. Fin 2011, la France a lancé sa plate-forme www.data.gouv.fr. Le 16 février, Data Connexions voit le jour pour animer

INFOSCOPE Un outil précieux pour suivre l'actualité sans perdre de temps

Deux fois par mois... Informez-vous sur la vie des entreprises sarthoises. Accédez à l'essentiel de la presse économique et professionnelle avec les synthèses extraites de plus de 50 titres. Découvrez les études et ouvrages reçus au Centre d’information économique. Consultation gratuite.

Abonnement annuel : 60 euros TTC Intégralité des articles sur demande Centre d’information économique CCI du Mans et de la Sarthe - Tél. 02 43 21 00 00

ce nouvel écosystème. Les entreprises réfléchissent, elles aussi, au partage de leurs données. Bien exploitées, celles-ci permettraient de mieux répondre aux attentes de leurs clients. Bienvenue dans l’ère du "big data". Face à l’avalanche des données numériques produites chaque jour sur les réseaux, des technologies sont mises au point pour les traiter et les optimiser. Un marché potentiel énorme.

Les limites du statut d’autoentrepreneur L’Entreprise - N° 308 Février 2012

Le statut d’autoentrepreneur constitue une opportunité de créer sa propre activité ou une activité annexe en plus de son activité salariée. Pratique pour démarrer une activité indépendante à moindres frais, ce statut peut vite devenir trop étroit, et même se révéler désavantageux dans certains cas.

Laissons une 2e chance aux dirigeants L’Entreprise - N° 308 Février 2012

Un entrepreneur qui souhaite recréer une société après avoir connu une faillite se voit rejeté par la plupart des banques. Non seulement les banques françaises font un blocage face à la faillite, mais elles disposent en plus pour repérer les individus ayant une liquidation à leur passif, d’un outil géré par la Banque de France. Cet outil c’est l’"indicateur dirigeant", qui est un indicateur attribué à toutes les personnes qui exercent ou ont exercé une fonction de dirigeant d'entreprise. Ce gâchis économique doit prendre fin.

maine éco avril 2012 41


maine découvertes

Chaussons et pantoufles à Champagné

Plastigom surfe sur La Vague Implantée en Sarthe depuis sa création en 1928, l’entreprise Plastigom a su innover pour conserver son savoir-faire : la fabrication de pantoufles. Loin des produits importés à bas coûts, la société qui vend sous la marque La Vague joue la carte de la qualité et de la diversité des collections.

Laëtitia Paucet (responsable de collection) et Annelise Morin (chef d’entreprise).

D

epuis l'automne dernier, Annelise Morin est la nouvelle gérante de l’entreprise Plastigom. Celle qui fut commerciale de cette société pendant 18 ans évoque avec passion et émotion la longue histoire locale dans laquelle s’inscrit son activité, la fabrication de chaussons. "Tout commence en 1928 avec M. Bonnet, qui crée une usine d’articles chaussants, rue Saint Pavin des Champs, au Mans. La marque La Vague est alors déposée. À la fin des années 1960,

42 maine éco avril 2012

son fils reprend la société en développant un autre site de production Plastigom, rue Thomas Edison, où seront fabriquées les semelles en PVC. En 1993, après le rachat de la société par Hubert de Chaisemartin, les deux usines sont regroupées dans un même bâtiment, à Champagné. Aujourd’hui, nous gardons les mêmes procédés de fabrication que ceux qui ont fait la réputation de nos produits au fil des décennies : le cousu pour les semelles en feutre, la vulcanisation pour celles

en caoutchouc, l’injection pour celles en PVC, le soudé pour celles en cuir et élastomère, et le coulé pour celles en polyuréthane…"

100 000 paires par an ! Plastigom reste une des rares entreprises françaises à fabriquer des pantoufles. Les 29 salariés de l’établissement, avec des métiers spécifiques liés à la coupe, la piqûre ou le montage, sont les garants d’un savoir-faire. 100 000


maine découvertes

paires sortent d’usine tous les ans. Et Annelise Morin d’énumérer les atouts d’une production locale : "Un service de réassortiment à la paire, un gage de qualité et de durabilité du produit. Lorsque l’un des 650 revendeurs détaillants souhaite un produit, nous sommes flexibles et réactifs, ce qui est impossible lorsque l’activité est délocalisée". Autre avantage : pour créer un nouveau modèle avec un emporte-pièce, il faut une commande de 300 paires. Voilà des arguments qui jouent en faveur du local, même si le quotidien est loin d’être un long fleuve tranquille. Le marché de la pantoufle classique est en phase décroissante, les personnes utilisant moins ces chaussures d’intérieur. De plus, les chaussons de grande distribution sont tellement peu coûteux que Plastigom doit toujours apprendre à se démarquer. "7 €, c’est le prix de pantoufles en grande surface. Pour nous, c’est juste le coût des matières premières, mais notre point fort c'est la qualité et la durabilité de nos produits."  Autant d’arguments qui permettent de continuer l’activité. Des charentaises à

32 € aux pantoufles haut de gamme en peau de mouton à 75 €, le client n’a que l’embarras du choix. Parmi les modèles les plus vendus, on trouve pêle-mêle Gretel (il arrive en tête), Val (charentaise en laine), Thônon (en chabrac), Gedith (en chabrac), Dargot (en velours de coton) ou Sorel (en loden autrichien).

De la pantoufle médicale au chausson fantaisie Après une baisse de plusieurs années, le chiffre d’affaires de l’entreprise est stable depuis deux ans. "Nous voulons répondre aux nouveaux besoins du marché". Ainsi en 2005, la marque Les Médicales de La Vague est créée. Objectif : se positionner sur le marché de la pantoufle médicale, "l’avenir de la production française", selon la chef d’entreprise. Les produits sont vendus en pharmacie et remboursés par la Sécurité sociale, Plastigom ayant obtenu l’agrément cette année. Autre créneau : finies les formes anciennes, place au produit écolo (sans colle, issu de produits recyclés) aux

Nadine Leffray, mécanicienne, surfile les assemblages de couture.

formes ludiques et aux couleurs fantaisistes. Un véritable travail de création stylistique permet à l’entreprise de sortir deux collections hiver-été d’une vingtaine de coupes à chaque fois. "Il y a des modèles qui trouvent une clientèle, d’autres non. Mais il faut parfois savoir insister". Enfin, les stylistes travaillent également sur la conception de chaussures. Des ballerines ou des bottes sont vendues sous la marque Paradoxale et Lundi Bleu. Mais dans ce cas, la fabrication se fait en Italie, Portugal, Inde ou Espagne. Le contrôle qualité et la réexpédition sont réalisés par les salariés de Plastigom. Cette activité représente 20 % du chiffre d’affaires de l’entreprise. Chez Plastigom, on préfère les hivers frisquets "nos ventes de pantoufles s’en portent mieux", conclut Annelise Morin.

[ Pratique ] La Vague établissement Plastigom Route de Fatines, 72 470 Champagné Tél. : 02 43 89 20 00 Fax : 02 43 89 45 10 E-mail : commercial@la-vague.fr

◗◗ Cédric Lebreton Matelas de tissus pour renouveler l’esprit des charentaises.

© Photographies : Gilles Kervella

maine éco avril 2012 43


Opportunités d’affaires Annonces commerciales 723H1541 TRAITEUR-ORGANISATION RÉCEPTIONS Vds cse retraite affaire avec 4 véhicules frigo. Cuisine équipée. Vaisselle pour 400 personnes + nappages et tissus. Prix fonds 150 000 €. Achat murs possible. Me Gaisne-Pechabrier Céline Tél. 02 43 46 60 15 724C2045 PRESSE-LOTO-JEUXPAPETERIE-LIBRAIRIE Affaire presse loto jeux papeterie librairie cadeaux. Commission 56 000 €. Logement F6. Tout est neuf. Prix fonds 160 000 €. Prix murs 160 000 €. Faire vite. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 724H1335 BAR-SNACK Affaire à développer en restauration. Décoration entièrement refaite.

Logement F3. Produit rare. Prix fonds 55 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 722H1435 BAR-HÔTEL-RESTAURANT Vds affaire réputée 2 étoiles et 15 numéros. Logt de fonction. À saisir : Prix 100 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 722H1472 BAR-TABAC-ALIMENTATION Affaire commissions 21 000 €. EBE 36 000 €. Faible loyer. Logement avec terrain et garage. Prix 80 000 €. À voir. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723C2128 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte dans hyper centre. Surface vente 60 m² + réserve 15 m². Vitrine 5 ml. Prix 80 000 €. Loyer 863 €/mois. Me Garban Olivier Tél. 02 43 94 00 78

722C1986 BOUCHERIE-CHARCUTERIETRAITEUR Vds boutique surface 30 m². Labo chaud + froid 70 m². 2 chbres froides. Axe passager et parking aisé. Matériel 20 000 €. Prix murs 60 000 €. Me Maleval Jean-Christophe Tél. 02 43 44 00 28

système alarme. Chambre forte sur terrain clos et paysagé de 2 594 m². Bord nationale et péage autoroute. Prix 400 000 € HT. Me Maleval Jean-Christophe Tél. 02 43 44 00 28 724C2129 ALIMENTATION-BOUCHERIECHARCUTERIE Affaire entièrement restaurée exploitée depuis 1982. Vente des murs possible. Prix 70 000 €. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04

722H1489 BAR-TABAC-PRESSE Vds affaire commissions 40 000 €. Logement 3 chbres avec terrain. Prix fonds 150 000 €. Blot Commerce Tél. 02 43 29 59 59

722C2124 PRÊT-À-PORTER-MERCERIE Vds commerce dans commune dynamique et en centre-ville. Surface 80 m² + réserve. CA à développer. Prix fonds 15 000 €. Me Cuisenier-Marie Claire Tél. 02 43 35 05 81

722H1437 BAR-TABAC-PRESSE-LOTO-JEUX Vds affaire proche Le Mans. Pas de personnel. Commissions 31 000 €. Logt 3 chbres. Prix 165 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

722C2126 ALIMENTATION-BOUCHERIECHARCUTERIE Belle affaire alimentation avec rayon boucherie traditionnelle.

722C2061 BÂTIMENT Bâtiment avec magasin 100 m² (397 m² en tout). Double volet,

IMMOBILIER D’ENTREPRISE BUREAUX À LOUER RÉPUBLIQUE : Hyper

centre-ville bureau d’environ 28 m², tramway/bus au pied de l’immeuble – Loyer : 350 € HT/HC/mois. Classe énergie F. Réf : 2284 IE

COULAINES : Ensemble de bureaux d’environ

130 m² comprenant entrée-accueil, 3 bureaux, salle de réunion + parkings – Loyer : 1.000 € HT/HC/mois - Classe énergie : D. Réf : 2353 IE

NORD EST LE MANS : Ensemble de bureaux d’environ 78 m² comprenant accueil, 4 bureaux et parkings Loyer : 550 € HT/HC/mois. Classe énergie G. Réf : 2363 IE

JACOBINS : Bureau professionnel en rez-de-chaussée composé de 3 bureaux d’environ 50 m² + garage – Loyer : 500 € HT/HC/mois. Classe énergie F. Réf : 2313 IE

LOCAUX COMMERCIAUX

MONTHEARD : Surfaces de bureaux de 25 m² -

35 m² - 53 m² et 62 m² - Classe énergie A. Loyer : 130 € HT/HC/m²/an - Réf : 2359 IE

À LOUER - BOLLÉE : Local commercial sur axe passant bénéficiant d’un excellent visuel de 105 m² répartit en surface de vente, bureau et réserve – Loyer : 1.000 € H.T/H.C/mois. Classe énergie D - Réf.2370

EPERON : Plateau de bureaux d’environ 73 m² – Loyer : 580 € HT/HC/mois. Classe énergie D. Réf : 2314 IE

D’autres biens en portefeuille, n’hésitez pas à nous contacter au 02 43 210 243

BUREAUX www.citya.com 44 maine éco avril 2012

LOCAUX

À VENDRE - CENTRE COMMERCIAL LES SABLONS : Local

commercial d’une superficie de 190 m² - Prix FAI : 108 970 €. Classe énergie F. Réf. 2369IE

ENTREPOTS

BATIMENTS

16 place de l’Eperon - 72015 Le Mans Cedex 2 - Tél. : 02 43 210 243 Votre conseillère en immobilier d’entreprise : Valérie Labani - vlabani@citya.com


Surface 70 m² + réserve 20 m². Fermé 1,5j/semaine + congés. Prix 155 000 €. À voir rapidement. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723C1959 GARAGE Vds très bel établissement dans structure neuve. Surface 600 m². Équipement récent. Pas de contrat. CA 650 K€. Prix 210 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 721C2051 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte dans centre commercial. Surface 58 m². Faible loyer. Prix 45 000 €. Faire vite. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 721H1493 BAR-RESTAURANT Affaire sur très bel emplacement avec terrasse idéale pour création pizzéria/ crêperie. Prix fonds 75 000 €. Blot Commerce Tél. 02 43 29 59 59

723C2121 PAS-DE-PORTE Bail à céder boutique entièrement rénovée en 2009. Surface vente 55 m² + réserve 20 m². Vitrine 5 ml. Loyer 710 €/mois. Prix 40 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723H1473 HÔTEL-RESTAURANT Affaire restaurant ouvriers 50 places avec développement à optimiser. Idéale pour couple. Fermé le WE. Logement. Prix fonds 170 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 721C1975 PAS-DE-PORTE Surface vente 50 m² + réserve 50 m². Bel agencement idéal activité décoration, cadeaux, gadgets... Prix 80 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723C2031 PRÊT-À-PORTER FÉMININ Affaire CA 100 000 €.

Surface 40 m². Fermé 2j/semaine + 4 semaines congés. Faible loyer. Prix fonds 35 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 721C1977 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte en centre-ville surface vente 159 m². Agencement de qualité. Gdes surfaces vitrines en angle de rue. Idéal prêt-à-porter et accessoires. Prix 60 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 721C1969 PAS-DE-PORTE Urgent pas-de-porte en hyper centre-ville. Belle vitrine 8 ml. Bail tous commerces sauf nuisances 28 m² + réserve. Faible loyer. Prix 40 000 €. À voir rapidement. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 724C2123 ÉPICERIE MULTISERVICES Affaire en centre bourg sur axe routier important. Surface 30 m²

+ réserve. Stationnement facile. Faible loyer. Prix fonds 25 000 €. Me Perdriel Jean-Pierre Tél. 02 43 93 47 08 721C1964 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte bail tous commerces sauf nuisances. Surface 80 m² + 80 m². Rue commerçante et passante. Prix 80 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 724H1543 BAR-RESTAURANT-TRAITEUR Affaire idéale pour couple dans joli cadre. Grande salle climatisée. Travaux récents. Grand parking camions et autos. Logt 100 m². Prix 110 000 €. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04 723C2062 PRESSE-TABAC-LOTO-CADEAUX Vds affaire en centre-ville tenue par 1 personne. Vaste logement 4 chbres. Prix fonds 188 000 €. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04

maine éco avril 2012 45


Certaines entreprises économisent sur les salaires, d’autres sur la TVS. Découvrez les séries ŠKODA Business et ŠKODA Business Plus sur skoda.fr BLUETOOTH

RÉGULATEUR DE VITESSE

CLIMATISATION

GPS *

IL Y A TOUJOURS QUELQU’UN DE BIEN DANS UNE ŠKODA. * Disponible de série sur Yeti, Superb Business et Octavia Business Plus. ** Voir conditions auprès de votre distributeur. Simply Clever : Simplement Évident. Volkswagen Group France - Division Škoda 02600 Villers-Cotterêts - RCS Soissons B 602 025 538. Škoda recommande Castrol EDGE Professional. www.skoda.fr Assistance 24h/24 pendant 7 ans**, garantie 2 ans kilométrage illimité

200 Points Service Škoda partout en France

Renseignements : 0 969 390 904 (appel non surtaxé)

SKODA LE MANS AUTORELLI 26 BD PIERRE LEFAUCHEUX - 72 100 LE MANS - TÉL. 02 43 85 12 77 CONTACT : FLORIAND BEZANNIER


Opportunités d’affaires 723C2122 PÂTISSERIE Vds cse santé affaire à développer en boulangerie idéale 1ère installation. Centre-ville touristique. Climatisée. Matériel conforme. Très faible loyer. Logt à l'étage. Achats murs possible. Prix fonds 100 000 €. Me Gaisne-Pechabrier Céline Tél. 02 43 46 60 15 721H1542 BAR-SNACK-ORGANISATION ÉVÉNEMENTS Affaire dans zone très active avec belle clientèle. Organisation de soirées et petits concerts semaine et WE. Investissements récents. CA croissant. Loyer 1 500 €/ mois. Prix fonds 117 000 €. Me Bouvet Guillaume Tél. 02 43 24 54 40 721C2125 PAS-DE-PORTE Local situé en centre-ville proche mairie. Chalands voitures et piétons. Surface vente 60 m² + cave 30 m². Conviendrait activité artisanale.

Prix 78 370 € FAI. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06 724C2053 ALIMENTATION-BOUCHERIECHARCUTERIE Vds affaire de campagne idéale pour couple. Logement sur place. Vente des murs possible. Prix 80 000 €. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04 722H1434 BAR-JEUX Vds aux portes du Mans affaire idéale pour 1 personne. Fermé dimanche + lundi. Logement. Prix 63 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723H1544 RESTAURANT-CRÊPERIE Vds dans secteur touristique affaire installation récente en parfait état. Belle terrasse. Possibilité achat murs. Prix fonds 110 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

BUREAUX

Angers Chartres Le Mans Nantes Saint-Nazaire Tours

• A louer : EXCLUSIVITÉ – Chasse Royale surface commerciale de 150 m² en RDC avec vitrine, parking en sous-sol, bon visuel, livré brut hors d’eau / hors d’air – Disponibilité : immédiate (Réf : 72.1672 - DPE en cours) • A louer : EXCLUSIVITÉ – Centre ville – Reste 2 plateaux de bureaux (5è et 6è étages) de 296 m² chacun + local archives en sous-sol dans immeuble réhabilité à forte notoriété - disponibilité : immédiate. (Réf : 72.1047 - DPE en cours) • A vendre : Centre ville – Bâtiment indépendant sur 3 niveaux de 1.790 m², en excellent état avec 41 places parkings disponibilité : immédiate (Réf : 72.1961 DPE : B) • A louer : EXCLUSIVITÉ – Gare Sud bureaux au 3ème étage de 217 m² comprenant open space, bureaux cloisonnés, sanitaires privés + 2 stationnements disponibilité : immédiate (Réf : 72.1891 DPE en cours) • A louer : Université Immeuble indépendant de 358 m² sur 2 niveaux, 15 places de parkings, sur 1.400 m² de foncier disponibilité : immédiate (Réf : 72.1383 - DPE en cours)

723C2043 PRESSING Vds pressing avec clientèle fidélisée depuis 20 ans. Bel emplacement. Surface 45 m² + atelier 40 m². Plus de concurrence proche. Belle opportunité de développement. Prix fonds 30 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723C2030 PAS-DE-PORTE À céder pas-de-porte/droit au bail. Bel emplacement. Surface 45 m² + réserve 40 m². Loyer 370 €/mois. Prix 30 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 722H1540 BAR-RESTAURANT-PIZZÉRIA Affaire avec accès immédiat galerie commerciale. Parfait état 200 m². 70 cvts + grande terrasse. CA 108 000 €. Loyer 10 850 €/an. Prix 120 000 €. Chatellier Cabinet de Commerces Tél. 02 43 52 04 04

Pour vendre ou acheter un commerce Contactez la Chambre de commerce et d'industrie au 02 43 21 00 20. • Votre offre de vente sera diffusée gratuitement sur le site : www.transcommerce.com qui réunit les annonces des 38 départements adhérant au réseau Transcommerce. • Si vous cherchez un commerce, consultez le site www.transcommerce.com qui vous propose des centaines d'offres. Vous serez également inscrit gratuitement sur le fichier confidentiel des repreneurs.

723H1477 BAR-RESTAURANT OUVRIER Restau routier avec 2 parkings. 50 places + terrasse. Cuisine neuve. Axe très fréquenté. Fermé samedi + dimanche. Logement avec terrain. Prix 90 000 €. Urgent. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

LOCAUX D’ACTIVITÉS • A vendre : Local à usage d’activité neuf d’environ 440 m² (dont 200 m² de bureaux), sur 1000 m² de foncier entièrement clos – disponibilité : 01/06/2012 (Réf : 72.1962 - DPE en cours) • A louer : Secteur Université Local d’activités récent de 580 m² comprenant 290 m² de bureaux, hall d’exposition, parkings privés , idéalement situé près de l’autoroute – disponibilité : immédiate (Réf :72.1698 - DPE en cours) • A louer : ZI sud Bâtiment à usage d’activités située en plein cœur de la zone sud ; environ 1.000 m² dont 50 m² de bureaux, 1 quai, cour bitumée et fermée – disponibilité : immédiate (Réf : 72.1959 - DPE en cours) • A louer : EXCLUSIVITÉ – Allonnes Local d’activités récent de 350 m² (dont 158 m² de bureaux), 6 parkings, climatisation, porte sectionnelle, câblage informatique – disponibilité : juillet 2012 (Réf : 72.1951 - DPE en cours) • A vendre : Sur un foncier de 15.600 m², bâtiment d’activités de 5.347 m² comprenant bureaux, sanitaires, atelier, locaux sociaux, archives, stockage – disponibilité : immédiate - Prix de vente : 1.575.000 euros FAI (Réf : 72.1955 - DPE en cours)

IEL – 1, rue Charles Fabry 72013 Le Mans Cedex 2 - www.iel.fr Contacts : Philippe CHARLOT – Gilles HERIVEAU

Tél : 02 43 24 40 60 maine éco avril 2012 47


Opportunités d’affaires Annonces industrielles C37712 Maine-et-Loire, à céder cause retraite, entreprise de tôlerie chaudronnerie inox. CA : 2,5/3M€. Effectif : 25 personnes. Exploitation et murs séparés, possibilité de rachat des 2 ou de l'exploitation seule. Repreneur attendu avec compétences en métallurgie et conception de machines destinées à l'agroalimentaire. C97599 Angers, entreprise de peinture créée en 1992 (2 salariés). Clientèle de particuliers essentiellement. Travaille également avec architectes et syndics de co-propriété. Prix demandé : 35 K€. C72413 Sarthe, cause départ à la retraite, société de distribution de matériels et fournitures pour instituts de beauté, organismes de formation

48 maine éco avril 2012

agréés esthétisme et bien-être. Activité en croissance régulière. Effectif : 14 personnes dont 5 commerciaux exclusifs. Situation financière saine et rentabilité régulière (fort potentiel de développement). Prix de vente souhaité 700 K€. C28935 Sarthe, à céder entreprise de tuyauterie industrielle. CA : 450 K€. Effectif : 5 salariés. Clientèle industrielle. C57571 Loire-Atlantique, à céder PME, domaine enseignes lumineuses et publicité. Effectif : 6 salariés. Clientèle régionale. Affaire à fort potentiel de développement. C37271 Pays de la Loire, à céder entreprise de vente et réparation de matériels pour le bâtiment, la motoculture et les espaces verts, vente de pièces détachées. CA SAV > 1M €. Effectif : 6 personnes. Clientèle : professionnels, collectivités et

particuliers. Prix de vente souhaité 600 K€ (intégrant les stocks). C32500 Vendée, à céder cause retraite, activité de promoteur, aménageur, lotisseur, constructeur. CA : 10 000 K€. Effectif : 3 personnes. Forte rentabilité. Prix de cession : 1 500 K€. C11118 Sarthe, à céder entreprise de fourniture et installation de portails, clôtures et accessoires. CA : 520 K€. Effectif : 4 personnes dont le gérant, son épouse et 2 techniciens. C88531 Loire-Atlantique, à céder cause retraite, SARL négoce de matériel pour réseaux TP, énergie. CA : 750 K€. Effectif : 2 personnes. C3344 Maine-et-Loire, à céder cause retraite, cabinet d'économiste de la construction. Suivi de tous projets bâtiments (public/privé). CA : Environ 440 K€. Effectif : 6 personnes dont

Pour consulter toutes les annonces ou si vous êtes intéressé par une annonce connectez-vous sur le site www.trans-reprise.com

dirigeant et conjoint. Bonne rentabilité, bon carnet de commande pour 2012. Prix de cession demandé : 160 K€. C70754 Vendée, à céder cause retraite, entreprise de construction de piscines, moyen/haut de gamme. Clientèle de particuliers et hôtellerie de plein air. CA : 1 600 à 2 000 K€. Effectif : 12 personnes. Rentabilité correcte. Prix de cession 600 K€ hors immobilier.


SPÉCIALISTE DE L’IMMOBILIER D’ENTREPRISE www.art-im.com Rejoignez-nous sur Facebook

BUREAUX I ACTIVITÉS I LOCAUX COMMERCIAUX I GESTION

Notre cabinet a négocié plus de 90 % du site

« MECASUD »,

Boulevard Pierre Lefaucheux au Mans.

À LA VENTE OU À LA LOCATION

Monsieur ROBIN, Groupe DIROB, Promoteur reconnu, nous a fait confiance pour la commercialisation de son site. POURQUOI PAS VOUS... ?

EXCLUSIF ! LANCEMENT 2e TRANCHE

UNIVERSITÉ : Cet immeuble neuf R+1 dans une démarche HQE vous offre l’opportunité d’une implantation de bureaux sur mesure dans un secteur stratégique. Surface à la demande à partir de 50 m2. Classe énergie A (50). Vente : à partir de 1565 €HT/m2 HAI hors stationnement. Location : à partir de 135 €HT/m2/an + ch.

LES ATLANTIDES - ZONE FRANCHE : Immeuble de bureaux R+3 offrant l’opportunité d’implantation sur mesure. 1400 m2 divisbles, parking en s/sol, climatisation. Dispo. : 12 mois après accord. Vente : 1785 € HT/m2 HAI. Location : 150 € HT/m2/an. EAU

LE MANS SUD - ARNAGE : A louer ce bâtiment industriel ou logistique de 10 000 m2 dont 450 m2 de bureaux. 2 quais, hauteur 8 m, clos. Dispo de suite. Surface divisible également. Loyer : 2,10 €HT/m2/mois.

NOUV

CO-EXCLUSIF

MIROIR GARE SUD : Cet immeuble R+2 de 1184 m2 vous offre la proximité de la gare sud. Possibilité de louer uniquement 380 m2. Classe énergie C (91 à 150) Loyer : 100 €HT/m2/an + ch.

LE MANS ZI SUD : Bureaux à partir de 129 m2. Dispo de suite.

LOYERS TRÈS ATTRACTIFS

ZI SUD : Grande visibilité sur bd Lefaucheux. Ce bâtiment d’activités de 1630 m2 + logt de fonction bénéficie d’une situation géographique exceptionnelle. Show room de 210 m2 + bureaux de 213 m2. Bardage neuf, bâtiment relooké. Loyer : 5750 € HT/mois. Réf. 12 - 212

Joël ARCHENAULT

Thierry ANJUERER

Stéphane JEUDON

Sophie BARILLER

Directeur commercial et développement

Consultant

Consultant

Conseiller immobilier

06 18 33 03 73

06 62 43 76 50

Locaux d’activités, bureaux, terrains

06 03 94 80 95

Locaux commerciaux, centre, zone, galerie

117 rue de l’Angevinière - BP 22142 - 72002 LE MANS Cedex 1 tél. 02 43 520 676 - Fax. 02 43 88 52 54 - E-mail : artim72@orange.fr

06 74 12 97 23 Bureaux

ENCORE PLUS D’ANNONCES SUR NOTRE SITE INTERNET :

www.art-im.com


MAINE ECO 160  

Magazine écnonomique de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Mans et de la Sarthe

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you