Page 1

AUTO-ENTREPRISE Dix ans de succès... p5

TENDANCES DE CONSOMMATION Le faire soi-même progresse... p16

SALAIRES La femme, enfin l'égale de l'homme ?... p22

maine éco LE MAGAZINE ÉCONOMIQUE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU MANS ET DE LA SARTHE

ÉCONOMIE

CIRCULAIRE

Quand durable rime avec rentable

N°192 MAI 2019


NSA

5, bd Pierre Lefaucheux 72100 LE MANS - 02 43 85 25 00 www.saussereau.com Votre Conseiller Ventes Sociétés Pascal Louy au 06 80 44 92 49 ou p.louy@nsa-lemans.fr

ÉLECTRIQUE & TELLEMENT PLUS

MITSUBISHI À PARTIR DE LLD sur 49 mois et 40 000 km | 1 loyer majoré de 8 000 € er

299 €/MOIS

(1)

*Dépassez vos ambitions. (1) Exemple de Location Longue Durée (LLD) de 49 mois et 40 000 km pour le financement d’un MITSUBISHI OUTLANDER PHEV Business. 1er loyer majoré de 8 000 € TTC, suivi de 48 loyers mensuels de 299 € TTC. Modèle présenté : financement d’un Mitsubishi Outlander Hybride Rechargeable Instyle (peinture métallisée incluse). 1er loyer majoré de 8 000 € TTC suivi de 48 loyers mensuels de 479 € TTC. Exemples hors assurances et prestations facultatives. Offres réservées aux particuliers valables pour tout achat d’un MITSUBISHI OUTLANDER PHEV neuf commandé entre le 01/01/2019 et le 30/06/2019 chez tous les distributeurs participants. Sous réserve d’acceptation par PRIORIS, SAS au capital de 15 500 000 €, 69 avenue de Flandre 59700 Marcq-en-Baroeul, SIREN 489 581 769 - RCS Lille Métropole. Garantie et assistance Mitsubishi Motors : 5 ans ou 100 000 km, au 1er des 2 termes échu, selon conditions générales de vente. Tarifs Mitsubishi Motors maximums autorisés en vigueur en France métropolitaine au 02/01/19. M MOTORS AUTOMOBILES FRANCE SAS au capital de 10 000 000 € - RCS PONTOISE n° 428 635 056 - 1 avenue du Fief 95067 Cergy-Pontoise Cedex. Valeurs WLTP selon règlements (EC) 715/2007 et (EU) 2017/1347 Consommation normalisée Outlander Hybride Rechargeable (l/100 km) : 2,0. Émissions CO2 (g/km) : 46

Retrouvez-nous sur Facebook et Instagram

w w w . m i t s u b i s h i - m o t o r s .f r

26, bd Pierre Lefaucheux 72100 LE MANS - 02 43 39 15 39

www.saussereau.com


édito

Noël Peyramayou, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mans et de la Sarthe president@lemans.cci.fr

N° 192 - MAI 2019 MAGAZINE TRIMESTRIEL ÉDITÉ PAR LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU MANS ET DE LA SARTHE 1, bd René Levasseur CS 91435 72014 LE MANS CEDEX 2 Tél. 02 43 21 00 00 Fax 02 43 21 00 50 www.lemans.sarthe.cci.fr/maine-eco

Directeur de la publication : Noël Peyramayou Rédactrice en chef : Maryse Gauthier Rédactrice en chef adjointe : Karine Méteyer Ont collaboré à ce numéro : Emmanuel Chevreul Francis Landier Élise Pierre Pierre-Jacques Provost Mathile Sécher Photos : Édito : Noël Peyramayou © Jacques Hirn CCI - Droits réservés pour “La vie des entreprises” Couverture : stock.adobe.com Maquette - Mise en page - Gravure : Okaparka Publicité : Maine Éditions, Pascal Tauvel Tél. 02 43 24 23 42 ou 06 08 16 69 79 maine.editions@wanadoo.fr Impression : Auffret Plessix Tirage : 18 000 exemplaires ISSN : 1269-6633

Confiance, entreprise, Europe ! Pour ce qui est de l’avenir il ne s’agit pas de le prévoir mais de le permettre disait Saint Exupéry. C’est sur cette ligne de conduite que nous devons aborder les prochaines élections européennes qui s’inscrivent, pour nous Français, dans un contexte particulier. Notre pays sort difficilement d’une grave crise sociale, nous peinons à regarder l’avenir avec confiance et les britanniques s’enlisent dans la non résolution du Brexit. Au moment où j’écris ces lignes Notre Dame de Paris vient de brûler… comme un symbole pour nous rappeler que ce que nous avons de plus cher peut disparaître en un instant. Il est en de même de nos libertés individuelles et collectives que nous considérons comme acquises… et pourtant plusieurs pays de notre continent nous montrent le contraire. L’Europe n’est pas notre patrie, elle est notre maison commune, notre bien commun. Elle est riche de civilisations multi séculaires qui se sont longtemps combattues et qui depuis le milieu du 20 e siècle ont décidé d’unir progressivement leur destin pour garantir la paix et le développement économique. C’est là que nous, entrepreneurs, avons un double devoir : contribuer à faire évoluer l’Europe en tant que citoyen et se saisir des opportunités de croissance qu’offre l’Union. Car les deux sont liés : la stabilité de notre continent et la prospérité des nations qui le composent passent par son développement économique. Sortons de nos visions parfois trop locales ou hexagonales pour considérer l’Union européenne comme l’aire naturelle dans laquelle nos entreprises doivent évoluer. C’est pourquoi la CCI du Mans et de la Sarthe, dans le cadre du dispositif Team France Export, vous accompagne dans vos démarches d’internationalisation pour vous permettre d’exporter votre savoir-faire et vos produits sur tous les marchés étrangers et bien entendu dans l’ensemble de l’Union européenne. S’internationaliser, c’est garantir des relais de croissance pour son entreprise et poser les bases de développements futurs. C’est la raison pour laquelle les élections à venir ne sont pas qu’un acte politique c’est également, pour nous entrepreneurs, le moment d’affirmer notre confiance dans l’avenir ! Noël PEYRAMAYOU

!

maine éco mai 2019 1


sommaire 4 Actualité

Auto-entreprise Dix ans de succès

6 La vie des entreprises

13 Un label pour encourager l'économie sociale et solidaire

13 Actualité

French Impact Encourager l'économie sociale et solidaire

14 Industrie Fab Lab interne

Le savoir partagé

16 Commerce Do it yourself

Jusqu’où ira le DIY ?

18

Transformation des buralistes Vers de nouvelles activités

16

20 Numérique Connect

Les nouvelles tendances du faire soi-même

Le rendez-vous des solutions numériques au Mans

22 Juridique

Droit du travail Salaires : la femme, enfin l’égale de l’homme ?

24 Dossier Économie circulaire

Quand durable rime avec rentable

30 International

20 La convention d'affaires des solutions numériques au Mans

Partenariat Indianapolis - Pays de la Loire Un rapprochement stratégique

33 Ressources humaines

Comité social et économique Une nouvelle instance représentative du personnel

34 Focus 38 D’une communauté de communes… à l’autre

Maine Cœur de Sarthe Des atouts et des outils pour séduire

43 Conjoncture

46 Céline Robert, l’art du chapeau

2 maine éco mai 2019

Enquêtes mensuelles Indicateurs économiques

44 Lu pour vous

46 Découvertes

Céline Robert, l’art du chapeau De Poncé-sur-le-Loir à Coulaines, un beau parcours

48 Changement de propriétaire

Annonces Bodacc Sarthe


agenda DOSSIER

10 mai et 14 juin

4 juin

12 h 30 - 13 h : Réunion Booster d'orientation Aider les jeunes à trouver leur voie professionnelle CCI

9 h - 10 h 30 : Matinale "Linkedin pour les pro's : gérer son marketing personnel" CCI

Contact : IDC au 02 43 21 58 10

13-17 mai Journées de la sécurité routière au travail

www.ibdlemans.com

14 mai

87e édition des 24 Heures du Mans

14 mai

19 juin 9 h - 12 h : Atelier sur le thème "Gérer en autonomie les économies d’énergie dans son entreprise" CCI Contact : Katy Rondeau au 02 43 21 00 37

9 h 30 - 13 h : Workshop "Quelle utilisation des réseaux sociaux ?" CCI

24 au 28 juin

Contact : Ruche numérique de la CCI au 02 43 21 00 01

Contact : Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

16 mai 9 h - 10 h 30 : Matinale "Comment rendre son site e-commerce plus performant et rentable ?" CCI Contact : Ruche numérique de la CCI au 02 43 21 00 01

Recyclage et valorisation des déchets, écoconception, réduction de la consommation énergétique, mais aussi mutualisation des ressources et management de l’énergie… Dans un contexte environnemental préoccupant, l’économie circulaire est une alternative pertinente à toutes les échelles. Soutenues par l’Union européenne et l’État via ses représentants (Région, chambres consulaires, Ademe, etc.), les entreprises s’engagent en Sarthe dans ce nouveau modèle économique, qui transforme les modes de production et de consommation… avec des bénéfices sur leur compétitivité comme sur celle de leur territoire !

International Business Days

15-16 juin

Contact : Laurence Chaize au 02 43 84 00 43

Quand durable rime avec rentable

12-13 juin

journees-securiteroutiereautravail.fr

8 h - 10 h : Un GIE pour vos déplacements en avion privé CCI - Aéroport Le Mans Arnage

ÉCONOMIE CIRCULAIRE

Contact : Ruche numérique de la CCI au 02 43 21 00 01

17-19 mai Grand prix de France moto Circuit Bugatti, Le Mans

21 mai 18 h 30 - 20 h : Facebook pour les pro's CCI Contact : Ruche numérique de la CCI au 02 43 21 00 01

21 mai 18 h - 20 h 30 : Conférence "Transmission d'entreprise, une stratégie de croissance durable" CCI Contact : Karine Cerutti au 02 43 21 00 56

28 mai

Mission de prospection Espagne et/ou Italie

25 juin 9 h - 18 h : Connect, le rendezvous des solutions numériques MMArena, Le Mans Contact : Ruche numérique de la CCI au 02 43 21 00 01

25 juin Formation : La fiscalité dans les échanges commerciaux internationaux CCI Contact : Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

26 juin-6 août Soldes d'été

27 juin 13 h 30 - 17 h : Workshop "Bien utiliser Wix et Wordpress pour gérer son site Internet !" CCI Contact : Ruche numérique de la CCI au 02 43 21 00 01

27 juin Atelier Recrutement. Des solutions pour recruter et fidéliser vos futurs talents Contact : IDC au 02 43 21 58 10

9 h - 10 h 30 : Matinale "Construire son cahier des charges pour la création/refonte de son site web" CCI

9-10 septembre

Contact : Ruche numérique de la CCI au 02 43 21 00 01

Contact Myriam Reuzé au 02 43 21 00 12

Formation : Les fondamentaux du commerce international CCI

maine éco mai 2019 3


actualité

AUTO-ENTREPRISE

Dix ans de succès Dix ans après sa mise en place, le régime d’auto-entrepreneur (désormais appelé microentrepreneur) continue de séduire chaque année de nombreux travailleurs indépendants. Le dispositif semble même, plus que jamais, solidement installé dans le système économique français. Ainsi, le relèvement du plafond du chiffre d’affaires, en 2018, a donné une nouvelle jeunesse au système. À l’évidence, ce statut, qui se distingue par sa simplicité et les faibles coûts qu’il engendre, est tout à fait adapté à la réalité économique actuelle et répond aux attentes de toutes les générations… malgré ses imperfections.

L

e régime de l’auto-entreprise a été conçu il y a dix ans comme un statut transitoire, dans un contexte de crise économique exceptionnelle. L’objectif du gouvernement de l’époque était d’encourager les Français, notamment les demandeurs d’emploi, à créer leur propre activité dans un monde où émergeait une multitude de nouveaux métiers, tout particulièrement dans le secteur des services. Le statut d’autoentrepreneur apparaissait, alors, comme un moyen innovant de lancer plus facilement son entreprise ou (et) de

s’octroyer un revenu supplémentaire. Dès l’origine, le régime s’appuyait sur deux dispositions innovantes et judicieuses : - un mode d’immatriculation de l’activité simple et rapide, contrastant avec les formalités administratives complexes qui présidaient jusqu’alors à la création d’une société ; - un taux de charges réduit et calculé sur le chiffre d’affaires réel, alors que les autres régimes imposent le paiement de charges même en cas de résultat nul ou négatif. En contrepartie, ce régime ne peut être

conservé au-delà d’un certain chiffre d’affaires et les protections sociales dont bénéficient les auto-entrepreneurs restent limitées.

Dans l’air du temps Immédiatement, la mesure a connu un incontestable succès auprès du grand public, démontrant sa pertinence et son opportunité. Ainsi, on compte aujourd’hui plus de 1,3 million d’autoentreprises actives, dont 175 000 créées l’année dernière. Désormais, plus de la moitié des travailleurs indé-

pendants adopte ce statut qui séduit toutes les tranches d’âge (y compris les plus de 60 ans), dans l’ensemble du pays (52 000 micro-entrepreneurs actifs sont, par exemple, recensés en Pays de la Loire). De même, ces microentreprises sont réparties dans tous les secteurs d’activité : commerce et BTP en premier lieu, mais aussi arts et spectacles, santé, industrie, immobilier et, de plus en plus, transport, hébergement, restauration, nettoyage. Le dispositif a, en particulier, grandement favorisé le développement du e-commerce ou des services à domicile. Plus globalement,

LA TÉLÉPHONIE PAR MICROTEC INFORMATIQUE

Bénéficiez d’une communication fiable, d’un service unique et de tarifs dediés aux professionnels !

www.microtec.fr CC0

4 maine éco mai 2019

Le Mans


actualité

la nouvelle économie collaborative en pleine croissance au cours de ces dernières années grâce aux plateformes Internet (Uber, Rbnb) s’appuie sur ce régime qui lui correspond pleinement. Avec un nombre record d’immatriculations en 2018, le statut d’autoentrepreneur connaît même une nouvelle jeunesse grâce au relèvement du plafond du chiffre d’affaires, décidé par le gouvernement, qui permet de pérenniser sa micro-entreprise en cas de croissance importante de l’activité (1).

Des activités rentables Mais, si la micro-entreprise suscite un tel engouement c’est d’abord parce qu’elle est, dans la majeure partie des cas, financièrement rentable. Pour preuve : 80 % des auto-entrepreneurs ont déclaré un chiffre d'affaires positif en 2017. En Pays de la Loire, celui-ci était, en moyenne, en hausse de 5 % par rapport à l’exercice précédent et, à l’échelle du pays, l’activité économique générée par l’ensemble des micro-entreprises s’élève à dix milliards d’euros.

Les défauts constatés au lancement de la mesure (recrudescence de travaux non déclarés lorsque le plafond était atteint, salariés contraints de devenir auto-entrepreneur pour permettre à leur employeur de limiter ses charges, concurrence déloyale vis-àvis de certaines professions indépendantes, défauts de compétences…) ont, indéniablement, été gommés au fil du temps grâce à divers ajustements et à travers une forme de sélection naturelle. Cependant, il reste encore à travailler sur la protection sociale dont ne bénéficient qu’imparfaitement

les micro-entrepreneurs, même si des progrès sont faits en ce sens avec la nouvelle assurance chômage pour les indépendants et la loi Pacte. ◗◗ Emmanuel Chevreul (1) Le plafond au-delà duquel on ne peut plus bénéficier du statut d’auto-entrepreneur a été relevé de 33 200 à 70 000 euros pour les prestations de services et de 82 800 à 170 000 euros pour l’achat et la vente de marchandises. Cependant, dès lors que le chiffre d’affaires dépasse les anciens seuils, l’auto-entrepreneur doit appliquer la TVA sur ses prestations et (ou) produits.

Contact CCI : pôle création/reprise d'entreprise au 02 43 21 00 10

[TÉMOIGNAGES]

Émilie Grimprel et Sathiya Paramasivam : l’auto-entreprise leur réussit ! Au Mans, comme ailleurs, l’auto-entreprise est souvent le bon régime pour lancer et pérenniser son activité, comme le montrent les témoignages de ces deux jeunes entrepreneuses. l’emballage et l’envoi des produits. Ainsi, même si ma véritable plusvalue reste la création graphique, j’exerce une activité entrepreneuriale qui est plus large que celle de graphiste indépendant. C’est pourquoi j’ai choisi le statut d’auto-entrepreneur qui répondait le mieux à cette évolution professionnelle, dans la mesure où mes investissements en matériel sont limités. Pratique, celui-ci ne nécessite qu’une déclaration tous les trois mois et les cotisations obligatoires sont calculées simplement au pourcentage du chiffre d'affaires", détaille Émilie Grimprel, qui vient de suivre une formation en développement commercial à la CCI pour accélérer sa croissance.

Vente de vêtements et de bijoux indiens Émilie Grimprel, graphiste freelance, a créé son enseigne Les Petits Yéyés.

Graphiste freelance depuis qu’elle a commencé à travailler, Émilie Grimprel s’est, depuis deux ans, spécialisée dans la réalisation de deux produits originaux : les affiches de stations balnéaires et de grandes villes, d’une part, le packaging personnalisé de tablettes de chocolat (en partenariat avec le chocolatier manceau La Part des Anges), d’autre part. "J’ai trouvé un style qui me correspond bien et qui rencontre un vrai succès à travers toute la France et même à l’étranger", explique la graphiste, qui vend sa production sur le Web, en s’appuyant sur un site Internet, une boutique en ligne, des comptes Facebook et Instagram sous l’enseigne Les Petits Yéyés. " Je prends en charge l’impression,

Lorsqu’elle crée son commerce de vente de vêtements et de bijoux indiens, en 2014, Sathiya Paramasivam, a aussi opté pour le régime de l’auto-entreprise, notamment sur les conseils de Pôle Emploi. "Au départ, ce statut me convenait tout à fait, car il est facile à gérer et moins coûteux", explique la commerçante qui exerce, depuis 2015, son activité dans une boutique de la rue Nationale au Mans. "Mais aujourd’hui, alors que mon chiffre d’affaires augmente régulièrement, j’ai dépassé le plafond qui me permettait de ne pas appliquer la TVA. Je dois donc adapter mes prix et ma gestion. C’est pourquoi, avec mon comptable, je m’interroge sur l’opportunité de garder ce statut qui conserve l’avantage de la simplicité."

maine éco mai 2019 5


la vie des entreprises Un nouveau site pour Compo 72

CMAPUB

Rachat de Lookvoiture

J

onathan Doléans, créateur de Cmapub, société de signalétique créée en 2008, étend ses activités avec le rachat du site Lookvoiture.com, spécialiste en ligne de stickers pour véhicules. Lancé par Mélanie Pin en 2010 à Marseille, le site web a grandi à Paris. Plus de 25 000 véhicules ont ainsi été personnalisés en France et à l'international. C'est en cherchant des idées pour créer le site e-commerce de Cmapub que le dirigeant sarthois a découvert Lookvoiture. Séduit par le concept de l'entreprise et son site web, il félicite la cheffe d'entreprise et ils sympathisent. Celle-ci souhaitant se tourner vers une nouvelle activité, le projet de reprise prend forme. Lookvoiture va donc rejoindre l'entreprise familiale de six personnes à Écommoy, spécialiste en impression grand format et marquage tous supports (vitrines, drapeaux, etc.), marquage de véhicules, signalétique, stands (mobilier en carton notamment), PLV (banderoles, kakémonos, panneaux, etc.) et décoration intérieure. 500 000 euros ont été investis pour ce rachat, un montant non négligeable pour Cmapub dont le chiffre d'affaires s'élève à 660 000 euros. Jonathan Doléans est confiant dans le développement de l'activité en boostant la notoriété de la marque et en ajoutant de nouveaux produits complémentaires sur le site, comme des plaques magnétiques ou des accessoires de pose. Pour la création d'un site Internet, l'entreprise est aidée par la Région à hauteur de 10 250 euros, ce qui couvre la moitié de l'investissement.

DAO MAINE

Des prestations pour les industriels locaux

I

nstallée au Mans dans la zone de l'université depuis 2016, DAO Maine propose des prestations de services en bureaux d'études mécaniques. L’entreprise met à disposition ses salariés (dessinateurs/projeteurs) auprès de ses clients industriels de la région afin de leur apporter une aide en cas de surcharge de travail ou simple manque de ressources. DAO Maine intervient aussi bien en matière d’amélioration de process (conception ou modification d’équipements) que d’innovation produits. Ses salariés sont déployés en régie dans les locaux des clients (en apportant PC et logiciels) ou en interne via le pôle ingénierie. Aujourd’hui, DAO développe de nouvelles activités pour répondre à la demande de ses clients : ingénierie mécanique et pôle bâtiment/BIM avec création de maquettes en 3D. Pour répondre à ses besoins de recrutement au niveau national, le groupe DAO a aussi créé un pôle formation, la DAO Académie à Angers. L'entreprise emploie 11 personnes au Mans (115 sur l'ensemble de ses neuf sites, dont un à Montréal et un à New York) et poursuit ses recrutements. Deux dessinateurs projeteurs (profil mécanique) devraient rejoindre l'équipe mancelle avant la fin de l'année.

6 maine éco mai 2019

L'imprimerie va quitter en mai la zone du Panorama du Mans pour s’installer Zac du Fouillet, route de Parigné-l'Évêque, près de la rocade, où elle conserve un accès facile. Le nouveau bâtiment tout neuf de 1 600 m² offre des espaces de travail plus adaptés et plus spacieux. Le terrain de 4 600 m² permettra aussi d'éventuelles extensions. La PME de 16 salariés (PAO, impression traditionnelle et numérique, façonnage, logistique) est dirigée depuis 2014 par Damien Soulard qui a succédé à ses parents, créateurs de l'entreprise en 1979. Son chiffre d'affaires 2018 s'est élevé à 2,3 M€.

MC Vulca va doubler sa surface à Saint-Saturnin En pleine croissance, MC Vulca (installation et maintenance de convoyeurs industriels à bandes) construit un nouvel atelier à Saint-Saturnin où la PME de 20 salariés s'installera en décembre 2019. 1,1 M€ est investi. La surface va ainsi passer de 700 à 1 350 m². Le chiffre d'affaires a progressé de 3,4 M€ en 2017 à 4,1 M€ en 2018, grâce principalement à l'augmentation de ses interventions auprès d’exploitants de carrières en Bretagne.

30 000 euros de la Région pour BBA Dans le cadre du dispositif "Industrie du futur", la Région a octroyé une aide financière de 30 000 € à BBA (Bourrel, Bouvard, Arthaud). Installée à La Chartresur-le Loir, l'entreprise du groupe industriel français Marck est spécialisée en passementerie militaire et civile. Ses 32 salariés sont reconnus pour leur savoirfaire d'excellence. Depuis juin 2014, elle est d'ailleurs labellisée EPV (Entreprise du patrimoine vivant). Elle fournit entre autres les armées françaises et étrangères, les grandes écoles de prestige, l’Opéra de Paris, les maisons de haute-couture ou encore les compagnies aériennes.


la vie des entreprises AGENEAU GROUP

MODULIC

Une deuxième chaîne de montage pour ses cartes électroniques

C

Ouverture d'une agence à Arnage

réée à Mézières-sous-Lavardin en 2012 par Claude Porchel, ingénieur Cnam, la société Modulic s'est installée en 2017 sur la zone 4CPS à Conlie, dans un bâtiment blanc de la communauté de

communes. Spécialisée dans la fabrication de cartes électroniques, la PME a installé une chaîne de montage robotisée flambant neuve pouvant assembler des puces électroniques dont certaines sont minuscules. L'effectif compte actuellement cinq salariés mais peut s'élever à dix personnes en cas de forte production. L'usine a acquis une deuxième chaîne de montage en seconde main. Celle-ci va être installée fin juin. Les cartes électroniques fabriquées à quelques unités jusqu'à plusieurs milliers d'exemplaires équipent diverses machines, comme des portails automatiques ou des appareils de chauffage. Avec le développement des objets connectés, l'entreprise travaille aussi sur l'étude et la fabrication de circuits plus complexes, communiquant par ondes hertziennes, avec la fabrication des antennes adaptées.

BELINK SOLUTIONS

Nouvel acteur dans l’électronique imprimée

S

pécialisée dans la conception et la production d’ensembles et de sous-ensembles, que ce soit en électronique ou en sérigraphie multicouches, Belink Solutions donne vie aux projets de ses clients depuis plus de 30 ans. Forte de son bureau d’études et cette double compétence unique en Europe, cette PME très innovante vient de développer des solutions en électronique imprimée. Cette évolution a été le fruit d’une symbiose totale entre les groupes d’experts en électronique et en sérigraphie de Belink Solutions, nécessaire pour relever les nombreux défis liés à cette nouvelle technologie. Au-delà de ses activités historiques dans l’automobile, l’industrie et la domotique, l’électronique imprimée ouvre de nouveaux marchés très prometteurs à cette PME de la Sarthe dans l’emballage, les produits de luxe et l’IoT. Belink Solutions sur son site de La Ferté-Bernard s’appuie sur ses équipes hautement qualifiées et son outil de production fortement automatisé (Smart Factory) pour apporter des solutions innovantes à ses clients. Le site emploie 270 personnes, dont la moitié sont ingénieurs et techniciens, pour un chiffre d’affaires de 60 millions d’euros.

S

pécialisé dans le transport, la logistique et la formation, Ageneau Group a ouvert en janvier une agence sur la zone d’activités de la Rivière à Arnage. Après Cholet (siège social), Angers, Nantes, la région parisienne et Bordeaux, l'entreprise familiale s'est installée sur un site de plus de 6 000 m² avec le but de proposer à ses clients une prestation complète d’organisateur de transports et de logistique. En parallèle, pour accompagner ce développement, la société recrute des conducteurs routiers. Alors que jusqu'à présent les camions stationnaient chez un confrère zone de Champagné, il était important pour les dirigeants de clarifier leur implantation et leurs prestations. L'entreprise propose du transport bâché pour tous types de produits mais aussi un parc de véhicules équipés de bras grues ou de chariots embarqués pour la livraison de produits encombrants ou très lourds, sans oublier l’activité de transport benne et fond mouvant et le transport sous température dirigée. Pour mener à bien son développement, le groupe recherche pour son agence sarthoise des conducteurs routiers pour exercer une activité nationale ou régionale sans découchage. L’entreprise peut accompagner les futurs candidats via la structure Ageneau Formation, agréée organisme de formation. Cette structure créée en mars 2018 forme les nouvelles recrues aux métiers du transport et de la logistique et propose aux collaborateurs tout au long de leur parcours professionnel une montée en compétences avec de nombreuses formations qualifiantes. Des offres d’emploi sont disponibles sur la plateforme de recrutement letransportrecrute.fr. Créée en 1962, Ageneau Group n’a cessé de se développer. Avec 430 personnes, il a encore réalisé une croissance à deux chiffres en 2018 avec 55 millions d’euros de chiffre d’affaires.

maine éco mai 2019 7


la vie des entreprises OCE se développe en franchise DIRECTELECOM

La téléphonie sur mesure Spécialiste de solutions télécom multiopérateurs, Directelecom a été créé en 2014 au Mans, boulevard Pierre Lefaucheux. Les deux associés, Lucie Dumas-Diquet et Ludovic Hubert, forts d'une expérience de dix ans en téléphonie, ont progressivement développé l'activité. Le chiffre d'affaires est passé de 150 000 euros la première année à 450 000 euros en 2018. Une activité qui a fortement évolué avec l'arrivée de nouvelles technologies comme la voix sur IP, qui est en train de remplacer progressivement les lignes analogiques et numéris. Ils sont ainsi passés de l'ère "opérateur" à celle de la "marque blanche" qui offre la possibilité de créer leur propre offre pour devenir opérateur en tant que tel. Pour leurs clients - TPE, PME, grands comptes, associations, administrations, collectivités locales situés en Sarthe ou départements limitrophes - ils proposent une offre sur mesure, adaptée à leurs besoins réels. Directelecom assure audit, conseil et suivi en stratégie télécom (étude de l'existant, orientations client, projection), mise en place de solutions fixe et Internet (standard hébergé type Centrex), courtage sur les produits de mobilité (opérateurs nationaux - Orange, Bouygues et SFR - et alternatifs : Coriolis, LTI et Futur), géolocalisation de véhicules (scooters, camions, engins de chantier, etc.), vente d'accessoires. L'atout de cette TPE : la proximité avec ses clients qui lui permet de répondre plus rapidement aux demandes. Outre une assistante qui complète l'effectif, Directelecom travaille avec des apporteurs d'affaires. En juin, l'entreprise fêtera ses cinq ans avec ses clients.

LES TIPIS DU BONHEUR DE VIVRE

Produit de l'année 2019 au salon du tourisme de Rennes

P

assionné de culture amérindienne, Jean Lemoro a créé en 2004 Les Tipis du Bonheur de Vivre à Brûlon. Ce lieu d'hébergements insolites avec tipis propose également de nombreuses animations pour découvrir la culture des indiens d'Amérique du Nord de façon authentique. Le dirigeant et son équipe (deux personnes plus saisonniers) travaillent en effet avec de vrais Amérindiens. S'y ajoutent des séjours à thèmes pour les familles, groupes, scolaires, centres aérés, entreprises, associations, clubs, etc. dont le programme peut être élaboré à la demande. Invités par l’office de tourisme de la Vallée de la Sarthe à exposer au salon international du tourisme de Rennes, ils ont remporté le trophée du Produit de l'année 2019. La passion, le respect et l’éthique qui émanent des Tipis du Bonheur de Vivre ont particulièrement séduit les membres du jury, composé d'experts et d'étudiants en tourisme. Le dirigeant continue de développer des animations et activités insolites. Il organise depuis l'année dernière des rencontres avec des loups américains. 2019 s'annonce forte en animations avec notamment les 13 et 14 septembre le spectacle Indian Legends qui retrace l'histoire des Amérindiens du Nord jusqu'à nos jours.

8 maine éco mai 2019

Le laboratoire de prélèvement d'air d'Arnage a ouvert son réseau de franchise en 2016. Ce spécialiste de la mesure d'amiante dans l'air compte aujourd'hui huit franchisés en France. Sur ce marché très concurrentiel où de grands groupes sont présents, une dizaine de candidats - dont certains laboratoires indépendants - se sont manifestés et devraient rejoindre le réseau OCE d'ici à la fin de l'année. L'entreprise dirigée par Serge Bruneaud emploie 25 personnes pour un chiffre d'affaires de 2 millions d'euros.

BVI va s'agrandir Implantée zone des Ajeux à La FertéBernard, BVI va s'agrandir de 400 m² fin 2019 après avoir racheté son atelier de 1 000 m². Spécialisée en injection plastique, l'entreprise de 10 salariés dirigée par Yannick et Xavier Bouglé depuis sa création en 2012, se développe avec de nouveaux marchés de sous-traitance pour les secteurs de l'électronique, de la cosmétique ou encore du paramédical. Elle fabrique notamment le corps en plastique des brosses à dents de la marque Bioseptyl. Son chiffre d’affaires est passé de 1 M€ à 1,4 M€ en un an.

Une croissance de 3,5 % en 2018 pour Dorise Le groupe manceau Dorise, distributeur national spécialisé dans la coupe haute performance et la métrologie, a connu une croissance de 3,5 % en 2018. Son chiffre d’affaires s’est élevé à 23 M€ malgré un mois de décembre pénalisé par le mouvement social des gilets jaunes. Ce phénomène a occasionné un manque à gagner de 200 000 euros selon l'entreprise. Sa part de marché croît de 0,8 point pour atteindre 6,4 %, avec pour objectif 8 % en 2022. Structuré autour de ses filiales (Mecacoupe, Langlet, Iltec, Acemtec et Occitec), Dorise emploie 60 salariés en France.

Sookies ouvre un café anti-gaspi au Mans Grande gagnante du dernier Startup Weekend Le Mans de novembre dernier, la start-up solidaire Sookies (contraction de solidaire et cookies) a d'abord ouvert une boutique éphémère à Centre Sud au Mans avant de créer un café anti-gaspi au Centre commercial des Jacobins. Son concept : récupérer le pain invendu des grandes surfaces pour faire fabriquer des biscuits par des personnes en insertion. La campagne de financement participatif sur Ulule a permis de lever plus de 15 000 €.


YALE & BALYO S’ASSOCIENT POUR FOURNIR UNE SOLUTION DE CHARIOTS ROBOTISES

////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Levage / Manutention / Transfert industriel / AGENCE DU MANS 70, avenue Pierre Piffault - 72100 LE MANS contact@adekma-levage.fr www.adekma.fr

En déployant un système robosé, vous reconfigurez votre entrepôt de manière à réduire les coûts d’exploitaon, à accroître l’efficacité opéraonnelle et à limiter les accidents et les dommages causés aux produits. La roboque est idéale pour accomplir des tâches répéves telles que les déplacements de palees dans un entrepôt et les opéraons de chargement et déchargement.

02 43 84 77 18 lemans@vitamotor.fr

MERCI

POUR VOTRE CONFIANCE

IMMOBILIER D’ENTREPRISE www.lelievre-immobilier.com 1 rue Charles Fabry - 72013 Le Mans cedex 2 - 02 43 24 40 60

Le référent immobilier

Réalisation LELIEVRE Com

BUREAUX - LOCAUX D’ACTIVITÉS - LOGISTIQUE - COMMERCE

maine éco mai 2019 9


Hyundai Tucson La chance, ça se travaille.

Hyundai Tucson À partir de

285 €

/mois (1)

LLD 49 mois. 60 000 km. 1er loyer majoré de 2 500 €. Sous condition de reprise.

Essayez le SUV Hyundai Tucson avec sa caméra 360°, pour avoir un œil sur tout, même sur les plus beaux paysages.

DISTRIBUTEUR

HYUNDAI

26, bd Pierre Lefaucheux 72100 LE MANS - 02 43 39 15 39

www.saussereau.com

Consommation cycle mixte de la gamme Tucson (L/100km) : 4,2 – 7,2 / Émissions CO2 (g/km) : 110-159. (1) Location Longue Durée 49 mois/60 000 km pour un Tucson 1.6 CRDi 115 hybrid 48V Creative, sous condition de reprise. 1er loyer majoré de 2 500 € puis 48 loyers de 285 €. Modèle présenté : Hyundai Tucson 1.6 CRDi 136 DCT-7 Executive avec peinture métallisée : 1er loyer majoré de 2 500 € puis 48 loyers de 396 €. Offre réservée aux particuliers, valable du 01/04/2019 au 30/06/2019 dans le réseau participant, dans la limite des stocks disponibles, si acceptation par Cetelem Renting, RCS Paris 414 707 141, 143 rue Anatole France 92300 Levallois-Perret. Hyundai Leasing est la marque sous laquelle Hyundai distribue les produits de Cetelem Renting. Détails : hyundai.fr. *La garantie 5 ans kilométrage illimité de Hyundai s’applique uniquement aux véhicules Hyundai vendus initialement par un Distributeur Agréé officiel Hyundai à un client final, conformément aux termes et conditions du carnet de Garantie Entretien & Assistance du véhicule.

10 maine éco mai 2019


la vie des entreprises

CHÉRON PEINTURE ET DÉCORATION

30 ans d'activités pour l'entreprise familiale

E

n 1989, Roland Chéron, peintre de métier et salarié de l'Éducation nationale, décide de tenter l'aventure de l'entrepreneuriat. Il crée son entreprise de peinture et décoration (intérieur et extérieur, plus vitrerie) à Bonnétable. Avec le développement progressif de l'activité, il embauche rapidement un ouvrier, puis un apprenti. Après quelques années, l'entreprise compte quatre ouvriers. En 2005, il décide de céder son affaire. Sa fille, Virginie Boulay, après une formation universitaire et plusieurs expériences professionnelles, décide de reprendre l'activité. Après une formation à l'Afpa de créateur/repreneur d'entreprise, elle apprend le métier sur le terrain avec son père pendant un an. Le 1er janvier 2006, elle rachète l'entreprise. Aujourd'hui, Chéron peinture et décoration compte six salariés, dont deux apprentis, et est qualifiée RGE pour les travaux d'isolation par l’intérieur (reconnue garante de l'environnement). Ses clients - 90 % de particuliers situés dans un rayon d'une trentaine de kilomètres - sont fidèles. La dirigeante souhaite d'ailleurs les associer aux 30 ans de l'entreprise en organisant un tirage au sort en fin d'année, avec pour les deux gagnants un lot de 1 000 euros chacun. Pour proposer à sa clientèle toutes les nouveautés, elle s'informe sur les innovations techniques et décoratives. Elle a récemment suivi un stage de formation à de nouveaux produits en Italie, qui ont été présentés lors du salon des métiers de Bonnétable début avril dernier. Si fin 2018 a été plus difficile avec les mouvements sociaux et l'inquiétude sur le prélèvement à la source, l'activité a repris depuis mi-février. Contente d'avoir relevé le challenge et souhaitant se consacrer à de nouvelles activités, Virginie Boulay envisage désormais de céder son entreprise dans quelques années. Elle prendra le temps de choisir le repreneur ou la repreneuse adéquat(e) et de l'accompagner.

MESDECHETSDEBUREAU.COM

Le tri de déchets de bureau prend de l'ampleur

A

lexandre Pohu et Clément Chantoiseau se sont associés en 2016 pour créer le groupe APCC avec la volonté partagée de lancer des activités liées au développement durable. Le cabinet conseil en QSE Environ'Mans a ainsi vu le jour en 2016, puis Mesdechetsdebureau.com en 2018. Non seulement trier ses déchets est dans l'air du temps, mais c'est indispensable. Les efforts de tri progressent à domicile mais aussi en entreprise. Et si les bonnes volontés ne suffisent pas, la législation pousse à le faire. Depuis le 1er janvier 2018, les entreprises de plus de vingt salariés (mais aussi les sociétés plus petites implantées à une même adresse) doivent organiser la collecte séparative de cinq types de déchets de bureau. Les entreprises qui génèrent plus de 1 100 litres de déchets par semaine sont aussi soumises à cette réglementation. La jeune société simplifie la tâche des entreprises qui veulent faire le tri. Après un diagnostic des déchets générés dans l'entreprise, une solution est proposée (types et nombres de bacs). La collecte est bimensuelle pour maintenir la relation avec le client et l'informer de la qualité de son tri. Tous les déchets collectés sont recyclés via des filières spécifiques locales ou nationales. Mesdechetsdebureau.com s'engage à ne collecter que des déchets qui seront recyclés (sauf erreurs de tri) et à réduire au maximum son empreinte carbone. Elle collecte : papier/ carton, gobelets, bouteilles/flacons en plastique, verre, capsules de café/thé, divers (D3E, piles, cartouches d'encre, lampes à économie d'énergie), canettes. Elle propose aussi l'enlèvement de mobiliers et matériels électroniques usagés, la destruction de données confidentielles (broyeur papier, destruction de disques durs). Trois salariés sont dédiés à l'activité déchets (collecte, tri, commercialisation) et trois embauches sont prévues cette année. L'activité progresse avec un nouveau contrat signé chaque semaine en Sarthe et les départements limitrophes. Si bien que l'entreprise, trop à l'étroit dans ses 100 m² à Roëzé-sur-Sarthe, va déménager au Mans. Elle investit aussi 200 000 euros en matériels (broyeur plus grand, presse à balles). maine éco mai 2019 11


NOTRE PRIORITÉ : DÉVELOPPER ENSEMBLE LE COMMERCE DE PROXIMITÉ

En lien étroit avec les associations de commerçants, nous sommes à vos côtés chaque jour pour vous faire bénéficier de solution bancaires et extra-bancaires très avantageuses. Pour plus d’informations, contactez nous au :

02 72 49 40 40 *

*Appel non surtaxé, coût selon opérateur Banque Populaire Grand Ouest, société anonyme coopérative de Banque Populaire à capital variable régie par les articles L512-2 et suivants du Code monétaire et financier et l’ensemble des textes relatifs aux Banques Populaires et aux établissements de crédit dont le siège social est situé 15 boulevard de la Boutière - CS 26858 - 35768 Saint-Grégoire cedex, immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Rennes sous le numéro 857 500 227. Intermédiaire en assurance immatriculé à l’ORIAS sous le numéro 07 004 504. Aprocomi Grand Ouest - Association pour la Promotion du Commerce indépendant, régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 18 Août 1901 - 15 boulevard de la Boutière - CS 26858 - 35768 Saint-Grégoire Cedex - 08/2018 . Crédit photo : shutterstock.

NISSAN QASHQAI LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE VOTRE ENTREPRISE

Jusqu’au 31/05/2019 Nissan QASHQAI DIG-T 140 Business Edition

A

299€ TTC/mois(1)

Sans apport/sans condition en LLD 24mois/30 000 km Innovation that excites : Innover autrement. *Consommations gamme Euro6d cycle mixte (l/100km) : 4,0 - 5,6. Émissions CO2 (g/km) : 105 - 148. (1) Exemple de Location Longue Durée Maintenance Diac Location sur 24 mois et 30 000 km pour un Nissan QASHQAI BUSINESS EDITION DIG-T 140, 24 loyers de 299 € comprenant l’entretien (hors pneumatiques), l’assistance au véhicule et aux personnes et le véhicule de remplacement option référence (prestation optionnelle), selon barème et conditions contractuelles à disposition dans le réseau. Modèle présenté : Nissan QASHQAI Tekna+ DIG-T 140 avec option peinture métallisée Bleu Topaze, 24 loyers de 369 €. Restitution du véhicule en fin de contrat avec paiement des frais de remise en état standard et des kilomètres supplémentaires. Sous réserve d'acceptation par Diac Location, intermédiaire en assurances, 14 avenue du Pavé Neuf - 93168 Noisy le Grand cedex. N° ORIAS : 07 004 967 (orias.fr). Assistance et véhicule de remplacement souscrits par Diac Location auprès d’Axa Assistance France Assurances, régie par le Code des assurances, RCS Nanterre 451 392 724 - 6, rue André Gide, 92321 Chatillon Cedex dont les opérations sont soumises à l’ACPR – 4 place de Budapest, 75 436 Paris Cedex 9. Offre non cumulable avec d'autres offres, valable jusqu'au 31/05/2019, réservée aux artisans, commerçants, professions libérales, sociétés (hors loueurs, administrations, clients sous protocole) dans les points de vente participants intermédiaires non exclusifs. NISSAN WEST EUROPE : nissan.fr

AMS NISSAN

8 Bd Pierre Lefaucheux - 72 100 Le Mans 02.43.39.93.40 - www.nissan-lemans.fr 12 maine éco mai 2019


actualité

FRENCH IMPACT

Encourager l'économie sociale et solidaire Le Mans-Sarthe est l'un des 20 premiers territoires d'innovation sociale à être labellisé French Impact, une candidature portée par un collectif composé du Centre d’étude et d’action sociale de la Sarthe (CEAS72), le club de l’ESS du Pays du Mans, la CCI, Le Mans Développement et Le Mans Tech.

Christophe Itié, haut-commissaire à l’Économie sociale et solidaire et à l’innovation sociale.

P

arce que l’économie sociale et solidaire réconcilie performance économique et utilité sociale, elle porte en elle des solutions nouvelles et efficaces pour répondre à nos problématiques sociétales", souligne avec conviction Christophe Itié, haut-commissaire à l’Économie sociale et solidaire et à l’innovation sociale. Engagement du projet présidentiel, le French Impact est la bannière nationale qui fédère l’écosystème de l’innovation sociale et environnementale. Il rassemble dans une même dynamique tous les acteurs qui font de l’innovation sociale, un levier de transformation du pays : porteurs de projets, entreprises de l’économie sociale et solidaire

(associations, coopératives, mutuelles, fondations, entreprises sociales), collectivités, entreprises engagées, incubateurs, ruches, investisseurs, etc. Son ambition est d’accélérer le développement de l’innovation sociale et de la placer au cœur des réponses aux défis sociétaux et des réponses aux besoins des Français : transition écologique, inclusion, emploi, réussite éducative, fracture numérique…

Un écosystème sarthois déjà bien structuré L’économie sociale et solidaire apparaît comme une réponse efficace aux enjeux sociaux locaux et mobilise d’ores et déjà 15 % de l’emploi salarié privé

en Sarthe. L'ambition du projet sarthois s'articule autour de quatre axes, précise Bertrand Langevin, chargé de mission au CEAS : "créer les conditions d'émergence et d'accompagnement des innovations sociales, les faire connaître, apporter des solutions aux besoins des porteurs d'innovation et stimuler les défis prioritaires". Pour le collectif qui a porté la candidature, les trois défis du territoire sont de : - réussir la transition énergétique : encourager le passage à un bouquet énergétique reposant principalement sur les énergies renouvelables ; - vivre les nouvelles mobilités : renforcer les alternatives aux modes de transport classique, meilleure prise en compte de l’espace-temps ; - bien vieillir : condition de la préservation d’autonomie et question de la dépendance. Pour Noël Peyramayou, président de la CCI, "French Impact doit permettre : de développer de la cohérence et de la synergie entre les acteurs territoriaux autour de l’innovation sociale ; de dresser des ponts entre des publics et des organisations qui se connaissent peu et ont intérêt à coopérer ; d’accélérer la dynamique territoriale pour apporter des réponses concrètes et appropriées aux défis économiques, environnementaux et sociétaux auxquels nous devons tous faire face."

À titre d’exemples, la CCI fédère déjà et anime la filière numérique en Sarthe. Elle vient également de s’associer avec le Crédit Agricole pour créer courant 2019 Le Village by CA La Ruche, structure qui a vocation à faire accélérer les start-up et les projets innovants. De plus, elle déploie sur le territoire des démarches d’Écologie industrielle et territoriale (ETI) qui encouragent un mode d'organisation inter-entreprises par des échanges de flux ou une mutualisation de besoins entre les entreprises d'un même secteur géographique. Elle a aussi répondu à l’appel à projets Entreprendre en Territoire Fragile pour encourager la création d’entreprise et donc l’emploi. La labellisation apporte aux collectifs territoriaux un accompagnement qui s'articule autour de l'animation de l'écosystème et un soutien en ingénierie, l'accès aux outils de financement et aux partenaires financiers French Impact et l'accès au réseau des "Hackers French Impact" pour aider à lever les freins réglementaires. ◗◗ Maryse Gauthier Contact CCI : Peggy Charmi au 02 43 21 00 39

maine éco mai 2019 13


industrie

FAB LAB INTERNE

Le savoir partagé Nombreuses sont les entreprises qui abritent déjà un Fab Lab interne. Afin de partager leur expérience et susciter l’intérêt pour cet outil, ID4Car a organisé un atelier au Mans.

© Fotolia

ans. "Un Fab Lab démarre tout le temps à partir de besoins personnels, explique Mélanie Savarre, animatrice du Châssis Lab. Donc au départ, il doit favoriser le développement personnel et, dans un second temps, il y aura des retombées pour l’entreprise."

F

ab Lab interne : insufflez le travail collaboratif !" L’invitation sonnait bien, complètement dans l’air du temps, d’ailleurs la salle du Châssis Lab Renault Le Mans est pleine. À l’invitation d’ID4Car, le pôle de compétitivité de la filière véhicules et mobilité de la Bretagne et des Pays de la Loire, une quinzaine de personnes d’entreprises de la filière participaient à cet atelier. À l’évidence, toutes n’ont pas les mêmes attentes, certaines venaient se familiariser avec le concept de Fab Lab, quand d’autres plus au fait de la question recherchaient des informations concrètes sur la création d’un tel dispositif ou sur son fonctionnement au quotidien. Qu’est-ce donc qu’un Fab Lab interne ? Le terme est contradictoire si l’on se réfère à la définition communément admise qui veut que ce soit avant tout un lieu d’ouverture et notamment au 14 maine éco mai 2019

public (voir l'encadré). Mais, même si la règle d’ouverture au public est difficilement envisageable dans le cadre de l’entreprise, l’idée d’un lieu ouvert aux salariés pour favoriser la rencontre, la collaboration, l’exploration est, elle, tout à fait intéressante. La définition proposée par ID4Car résume bien ce qui peut être fait en entreprise : "Fab Lab interne : un lieu permettant à la fois le prototypage rapide d’idées, l’exploration multidisciplinaire de sujets en construction, en incubation ; un espace de jeu, de rencontre et d’échange aussi, entre les porteurs d’une idée et des métiers clients internes." L’atelier se voulant concret, il s’articulait autour des témoignages de salariés ayant mis en place un Fab Lab interne dans leur entreprise. À commencer par ceux de Renault Le Mans qui accueillaient les participants dans leur Châssis Lab créé il y a trois

Ce doit être le cas car le groupe Renault a favorisé le développement de Fab Lab internes dans ses différents centres de production ou de recherche, tant en France qu’à l’étranger, le plus important étant situé au Technocentre Renault à Guyancourt. Ces Fab Lab constitués en réseau ont même leur challenge interne. "Tous les membres du Châssis Lab sont bénévoles et nous avons à cœur de le faire vivre, de l’animer, souligne Mélanie Savarre. Il ne faut pas se contenter de mettre des outils à disposition pour des projets personnels, il faut proposer des temps de rencontre et d’échange. C’est indispensable. Le groupe fondateur a participé au choix du lieu d’im-

plantation du Châssis Lab (le site est très grand), à la création du mobilier et à l’aménagement de l’espace… bien sûr, tout le monde n’est pas investi de la même façon." Élément intéressant, le programme et les sujets abordés par le Châssis Lab ne se limitent pas à des aspects purement techniques, le bien-être au travail, le développement personnel y ont aussi leur place.

Utile aussi pour les PME Mais une expérience développée dans un grand groupe industriel est-elle transposable dans une PME ? Absolument, si l’on en croit Clément Fourmaux qui présentait l’expérience du Fab Lab de Delta Composants, une PME de La Ferté-Bernard. Là aussi, il faut favoriser la réalisation de projets personnels et là aussi, il est indispensable d’animer, de faire vivre le Fab Lab et de s’appliquer à faire connaître ce qui s’y fait pour que ça marche.

Clément Fourmaux, Delta Composants : "Ce qui est très positif dans le Fab Lab, c’est qu’il faut être acteur de son projet, il n’y a pas d’aspect hiérarchique."


industrie

détail de ce qui est fait avec le matériel. D’ailleurs, tous les thèmes ne sont pas techniques. Mais l’important, c’est de devoir partager et échanger pour réussir son projet." Penser, chercher les solutions et les compétences, réaliser, échouer et recommencer ; un salarié qui s’inscrit dans cette démarche pour un projet personnel, n’aura aucun mal à le faire pour un projet d’entreprise, il peut même en être le moteur. Eric Robillard, Fab Lab de Claas au Mans.

"Ce qui est très positif dans le Fab Lab, c’est qu’il faut être acteur de son projet, il n’y a pas d’aspect hiérarchique, explique Clément Fourmaux. Chacun pour son projet doit aller chercher les compétences pour y arriver, utiliser les

outils, même s’il n’a rien à voir avec les métiers de l’entreprise. S’il y a un planning pour l’utilisation du matériel, les imprimantes 3D notamment, mais ce n’est qu’un outil parmi d’autres, nous ne cherchons pas à connaître le

Le succès plus mitigé du Fab Lab de Claas au Mans n’en est pas moins instructif. "Le Fab Lab a été plus difficile à mettre en place chez Claas notamment pour un problème d’organisation et de profil des salariés de l’établissement, explique Éric Robillard. Il y a peu de souplesse par rapport aux horaires de

travail et le nombre de personnes qui participent est plus faible que celui des salariés potentiellement intéressés. Chez Claas, les participants se sont montrés plus intéressés par l’aspect logiciel." On le voit ici, il n’y a pas de Fab Lab type et c’est localement, en fonction des personnes actives, de la culture de l’entreprise, de l’environnement économique et social… que va s’orienter l’activité et que vont s’installer des échanges plus ou moins productifs. Le Fab Lab est un outil, une démarche et les résultats dépendent de la façon et de l’enthousiasme avec lesquels les salariés se l’approprient.

◗◗Pierre-Jacques Provost

Qu’est-ce qu’un Fab Lab ? Un Fab Lab - contraction de l'anglais fabrication laboratory, en français laboratoire de fabrication - est un lieu ouvert au public où est mis à disposition des membres toutes sortes d'outils, notamment des machines-outils pilotées par ordinateur, imprimante 3D… pour la conception et la réalisation d'objets. La caractéristique principale des Fab Lab est leur "ouverture". Ils s’appuient sur le partage libre d'espaces, de machines, de compétences et de savoirs. Chaque Fab Lab se créant pour répondre aux besoins d'une communauté, la direction que prendra le Fab Lab dépendra directement de la communauté le composant ou de ses fondateurs. Il constitue un espace de

rencontre et de création collaborative qui permet, entre autres, de fabriquer des objets uniques : objets décoratifs, objets de remplacement, prothèses, orthèses, outils…, mais aussi de transformer ou réparer des objets de la vie courante. À l’origine, pour être appelé Fab Lab, un atelier de fabrication devait respecter la charte des Fab Lab, mise en place par le Massachusetts Institute of Technology (MIT). Depuis, nombre de ces tiers lieux ont gardé l’esprit et le principe de fonctionnement sans adhérer à cette charte. C’est le cas notamment dans les entreprises qui ont créé des Fab Lab internes.

maine éco mai 2019 15


commerce

DO IT YOURSELF

Jusqu’où ira le DIY ? Faire soi-même, la tendance progresse et s’immisce dans de nombreux secteurs à tel point qu’elle devient difficile à quantifier. Une chose est certaine, le phénomène sera durable. Un spectre très large Mais le "faire soi-même", ne concerne pas que les produits d’entretien ou les cosmétiques, il est même très difficile à circonscrire. Le DIY concerne les activités visant à créer soi-même des objets de la vie courante, des objets technologiques ou des objets artistiques. On y retrouve : le bricolage, la décoration, la cuisine, le jardinage, la couture, la menuiserie, la robotique, l'informatique... Le DIY aurait plus de 11 millions d’adeptes et le marché des loisirs créatifs représentait en France 1,25 milliard d'euros d’après une étude du cabinet Imbrikation publiée en 2017.

Chez Nature et Découvertes, les produits à "faire soi-même" sont mis en avant.

F

in janvier 2019, la presse locale se faisait l’écho de la levée de fonds réussie par Séverine Jérigné, créatrice en 2014 de la société DIY : 200 000 euros apportés par plusieurs actionnaires qui vont lui permettre de développer sa marque Galipoli Fabrique. Le nom de la société est clair, DIY pour Do It Yourself, en français : faîtes-le vous-même. Et le "faire soi-même" est bien le cœur de l’activité de DIY qui commercialise des produits d’entretien et d’hygiène naturels, sous la marque Galipoli Fabrique (galipoli.fr), "un clin d’œil à la ville italienne Gallipoli, à qui on prête l’origine du savon de Marseille" peut-on lire sur le site. "Je voulais entreprendre dans quelque chose qui ait du sens, raconte Séverine Jérigné. J’ai deux enfants et je voulais savoir ce que contenaient les produits 16 maine éco mai 2019

que j’utilisais. J’ai constaté qu’il était facile de faire des produits d’entretien ; en revanche, il n’était pas évident de trouver les ingrédients dans un seul magasin." De site de partage de recette pour fabriquer des produits d’entretien, Galipoli.fr devient un site qui commercialise la Galibox : une boîte qui propose les ingrédients pour réaliser soi-même ses produits d’entretien (liquide vaisselle, lessive, anticalcaire, désinfectant toilettes, etc.), un livret de recettes et les flacons gradués. Pour financer cette première box, Séverine Jérigné lance une campagne de financement participatif sur la plateforme KissKissBankBank et collecte 8 600 euros. Le succès est immédiat et la gamme va progressivement s’étoffer. Le succès est dû à plusieurs facteurs

qui participent à l’engouement actuel pour le "faire soi-même" : écologique, économique et ludique. "Il y a un peu de ces trois arguments dans le succès de Galipoli Fabrique, souligne Séverine Jérigné. Mais le point de départ, il me semble que c’est le doute sur la nocivité des produits que nous vendent les industriels. En fabricant soi-même ses produits, on sait précisément ce que l’on consomme. On comprend par exemple qu’un produit d’entretien, c’est 80 % d’eau, et ça revient trois à quatre fois moins cher de le faire soimême." Bien que la vente en ligne se développe, Galipoli Fabrique veut étoffer son réseau de distribution. On trouve déjà ses produits dans le réseau Nature et Découvertes et la marque souhaite aller vers le zéro déchet via notamment le réseau des magasins en vrac.

Les chiffres le montrent, le "faire soimême" est plus qu’une mode passagère. Mais si la tendance progresse, elle n’est pas vraiment nouvelle. Le jour où des clients ont accepté pour les payer moins cher, de monter euxmêmes leurs meubles, ils étaient déjà dans une démarche DIY et Ikea a lancé sa gamme de meubles à monter soimême en… 1956. Si l’aspect économique est alors important, le côté ludique est déjà présent et parvenir à monter son meuble soi-même était déjà une satisfaction. Ce mélange de volonté de faire des économies et de plaisir de faire soimême est aussi à la base du développement des nombreuses enseignes de bricolage et ne date pas d’hier. Mais ces enseignes vont aujourd’hui plus loin en proposant des ateliers au sein même des magasins pour peindre, poser son carrelage ou son parquet, installer une terrasse, et parfois pour


commerce

©Studio Photo JM2

© Arnaud Derouet©Studiophotojm2

comme une délivrance. Elles reviennent aujourd’hui en force, mais sous la forme cette fois d’une pratique loisirs, choisie et non subie.

Séverine Jérigné, créatrice en 2014 de la société DIY (faîtes le vous-même).

des travaux encore plus techniques de plomberie, d’électricité… Des conseils qui ont un prolongement sur Internet où les enseignes proposent des tutoriels ou mettent en avant des vidéos proposées par des particuliers.

Instagram et Pinterest pour vitrine Il en va de même pour la couture, le tricot ou la cuisine, activités longtemps assignées aux mères de famille et qui faisaient partie de l’économie du foyer. Niveau de vie en hausse, emploi des femmes, développement d’autres loisirs, s’affranchir de ces tâches fut vécu

L’heure n’est d’ailleurs pas seulement au "faire soi-même", elle est aussi au "faire ensemble" et le loisir créatif n’est pas seulement vécu comme la possibilité de créer pour soi, mais aussi de se lier avec des personnes qui partagent la même passion. Cette tendance s'est développée avec l'économie collaborative, avec l'essor des blogs et tutoriels sur Internet où de véritables communautés se sont créées. Ces communautés échangent sur les réseaux sociaux, notamment Instagram et Pinterest où les loisirs créatifs sont très présents. Faire soi-même, à plusieurs ou en famille, à moins cher, en respectant l’environnement, en s’amusant… Un programme sympathique qui a vite donné des idées et les solutions proposées se multiplient. Nature et Découvertes est l’une des premières enseignes à avoir compris l’importance de cette tendance et à proposer des produits dans ses magasins. "Notre enseigne est atypique, c’est Nature et Découvertes,

donc on doit faire découvrir des choses, explique Éric Prévot, directeur du magasin du Mans, situé dans le centre commercial des Jacobins. Le premier "Plateau 7 aromates" a été proposé il y a plus de dix ans, mais depuis cinq ans le nombre de produits a vraiment augmenté, notamment au rayon saveurs." Preuve de l’importance que donne l’enseigne à ce segment, les produits à "faire soi-même" ne sont pas seulement nombreux, ils sont aussi mis en avant, dès l’entrée du magasin. Grand succès de Nature et Découvertes, le kit de brassage de bière bio est en face de l’entrée et est aujourd’hui décliné en plusieurs quantités, de 2,5 à 25 litres, et plusieurs goûts. On trouve aussi un kit pour faire son pastis, son fromage, son beurre, faire pousser ses champignons ou son potager d’intérieur… Les terrariums font partie des classiques de l’enseigne quand les cosmétiques sont, eux, plus récents. "Ces produits sont en progression de 15 à 20 % et, signe important, les clients reviennent, précise Éric Prévot. Sur ces produits, notre force c’est le conseil. Dans l’équipe, personne ne rechigne à tester les produits et donc ils peuvent lever les freins que pourraient avoir les clients. Ce sont

des cadeaux très appréciés au moment de Noël avec beaucoup de produits à faire avec les enfants." C’est paradoxal, mais l’envie de faire soi-même, à moindre coût en étant plus respectueux de l’environnement… donne l’occasion aux plus inventifs de créer un véritable marché du DIY : kits, produits, accessoires, ateliers, tutoriels… Et ce n’est qu’un début ! ◗◗ Pierre-Jacques Provost

Chiffres clés du DIY • 1,25 milliard d’euros de CA • 11 millions de Français adeptes du DIY • 38 % ont moins de 35 ans • 62 % s’inscrivent dans une pratique occasionnelle • 43 % expriment un désir d’expression de soi • 90 % se disent fiers d’avoir réalisé quelque chose par eux-mêmes

maine éco mai 2019 17


commerce

TRANSFORMATION DES BURALISTES

Vers de nouvelles activités Les buralistes doivent faire face à un nouvel enjeu : diversifier leurs activités en offrant de nouveaux produits et services. Un plan gouvernemental les soutient en ce sens avec des aides financières. Les CCI s'engagent à leurs côtés pour les accompagner dans cette transformation.

complément de remise, soit moins de 400 000 euros de CA tabac annuel). Pour en bénéficier, le buraliste doit obligatoirement au préalable réaliser un audit. Pour soutenir ce plan, le réseau des bureaux de tabac et les CCI ont signé une convention de partenariat le 12 février 2019 pour permettre aux buralistes de réaliser leur audit avec l'appui des experts des chambres de commerce et d'industrie.

Un audit avec votre CCI

De gauche à droite, Alain Clouet, président de la fédération Normandie Maine des buralistes, Laurence Proust, présidente des buralistes de la Sarthe, et Alain Sauvage, trésorier de la confédération nationale des buralistes.

L

e tabac représente aujourd'hui 50 à 60 % du chiffre d'affaires des bureaux de tabacs", indique Alain Sauvage, trésorier de la confédération nationale des buralistes. Et 25 % des ventes de cigarettes s'effectuent en dehors du réseau des buralistes". Contrefaçon et marché parallèle progressent avec l'augmentation du prix du tabac. "En Sarthe, on a perdu 64 points de vente ces dix dernières années, contre 32 les dix années précédentes ! Nous sommes 278 aujourd'hui", précise Laurence Proust, présidente des buralistes de la Sarthe. Pour faire face, ces professionnels n'ont pas le choix : ils doivent diversifier leurs activités. Conscients de l'enjeu, le ministère de l'Action et des comptes publics et la

18 maine éco mai 2019

confédération nationale des buralistes ont signé un plan de transformation en février 2018 pour accompagner la transition du métier réglementé de vendeur de tabac et de jeux de hasard à celui de commerçant de proximité aux services diversifiés. Les 24 500 buralistes de France bénéficient d'un fonds de transformation de leur métier doté de 20 millions d'euros par an sur quatre ans. Il doit permettre de réaliser une transformation visible du point de vente et pas de simples travaux de rénovation ou modernisation. L’objectif final est bien d'accueillir d’autres activités pour développer commercialement le point de vente. L'aide est d'au moins 30 % du montant du projet, plafonné à 33 000 euros HT par point de vente (40 % si le buraliste bénéficie du

Cet audit comprend trois étapes : analyse du point de vente (aménagement intérieur et extérieur), étude de la zone de chalandise (potentiel de développement) et rédaction de la feuille de route listant les recommandations prioritaires pour faire évoluer le commerce. Cette prestation est totalement prise en charge pour le buraliste s'il engage effectivement les actions suite au rapport remis. Dans le cas contraire, le financement de l'audit est plafonné à 50 % des dépenses. "Nous sommes convaincus de l'intérêt de transformer notre activité, souligne Laurence Proust. Outre la diversification de l'offre dédiée aux fumeurs (vapotage, cigarette électronique, tabac chauffé, accessoires), nous pouvons proposer à une clientèle plus large de nouveaux produits et services : journaux, papeterie, alimentaire, alcool à emporter, produits régionaux, articles de souvenirs, cartes téléphoniques, téléphonie, ouverture de compte ban-

caire, retrait de colis, timbres (postaux et fiscaux dématérialisés), photomaton et éventuellement la vente de billets de train." Pour la présidente sarthoise, l'audit est un outil utile pour analyser l'activité globale du bureau de tabac. "Avant de faire évoluer son commerce, il analyse la zone de chalandise pour savoir quelles activités nouvelles développer et comment organiser son magasin (présentation des produits, flux de circulation, etc.) en fonction des nouveautés que l'on va proposer". Toutes les informations sont disponibles sur www.transformation-buralistes.fr. ◗◗ Karine Méteyer Contacts CCI : Vanessa de Héras au 02 43 21 00 30 ou Laurent Mariot au 02 43 21 00 23


LOCATION

VENTE - RÉPARATION PIÈCES DÉTACHÉES

de matériels bâtiment et T.P

ORGANISATEUR DE RÉCEPTION

• Séminaires entreprises • Cocktails - buffets • Plateaux repas • Bocaux « Maison » 27, avenue Georges Auric • 72700 ROUILLON ( 02 43 28 01 07 Port. 06 48 38 47 13 • 06 25 74 50 16 contact@lg-traiteur.fr - www.lg-traiteur.fr

Z.A de l’étoile II - 72650 TRANGÉ Tél : 02 43 52 17 80 - contact@serma-btp.com

Prêt à porter Homme Du 15 mai au 15 juillet 2019

LIQUIDATION TOTALE

- 40

%

Sur toutes les collections ! Récipissé de déclaration n°2019-4.

AVANT CESSATION D’ACTIVITÉ

Passage du Commerce • LE MANS • 02 43 23 35 38 maine éco mai 2019 19


Numérique

CONNECT

Le rendez-vous des solutions numériques au Mans

Seule convention d'affaires dans le domaine du numérique en Pays de la Loire, Connect prend encore de l'ampleur cette année pour sa e 7 édition le 25 juin prochain au MMArena. Co-organisé par Solutions & co, la CCI Le Mans Sarthe et Le Mans Développement, Connect franchit un nouveau cap avec l’ambition de devenir un rendez-vous national de référence et d’attirer de nouveaux publics.

20 maine éco mai 2019

C

onnect offre l’opportunité aux donneurs d’ordre - entreprises et collectivités - de concrétiser leurs projets numérique ou informatique en rencontrant, sur une journée, un maximum de professionnels du numérique et en détectant les compétences les plus adaptées à leurs projets. C’est aussi l’occasion pour eux de découvrir les dernières nouveautés liées au numérique et à l’informatique. Le tout, rythmé par des conférences et des ateliers de démonstration.

Pour les preneurs d’ordre, c’est-à-dire les professionnels de la filière (prestataires web, développeurs ou éditeurs de logiciels, opérateurs télécoms, offreurs de solutions en sécurité, etc.), ce salon d'affaires dédié au numérique permet de valoriser leur savoir-faire, de présenter les évolutions dans leur domaine d'activité, de rencontrer de nouveaux clients et de développer de nouveaux marchés et partenariats. Un moyen idéal pour optimiser son temps et ses coûts de prospection.

Journée de business et de networking Pour cette 7e édition, l’objectif est d'atteindre 1 000 rendez-vous. Via connectnumerique.fr, les preneurs d’ordre et donneurs d’ordre s’inscrivent, effectuent leurs demandes de rendez-vous et reçoivent une proposition de planning avec des rendez-vous qualifiés de 25 minutes répartis sur la journée. Partenaire fondateur de l'événement,

Connect, qu’est-ce que c’est ? • 1 journée de rendez-vous d’affaires • 60 exposants • Des conférences et des ateliers de démonstration •G  ratuit pour les donneurs d'ordre (entreprises et collectivités)

Preneurs d'ordre, venez exposer à Connect ! Deux formules • Formule premium (800 € HT) : stand cloisonné de 9 m² (4,5 x 2 m), un planning de rendez-vous qualifiés, le choix de l'emplacement, des invitations gratuites, une communication privilégiée sur

Hexanet, acteur majeur dans le domaine de l'IT, sera présent au MMArena le 25 juin prochain. "Connect facilite les rencontres entre les professionnels du numérique et les décideurs ayant un projet dans ce domaine. C'est l'occasion de bien cerner les enjeux des uns et des autres (industriels, commerçants, artisans, agriculteurs, entreprises de services, collectivités, etc.), souligne Franck Siret, son directeur. Cette journée permettra de rencontrer les équipes d’experts Hexanet, et d’échanger sur l’ensemble de leurs services. Le salon sera aussi l’occasion pour l’entreprise de révéler ses nouveautés, au travers d’ateliers."

Plus d'information : www.connect-numerique.fr Contact CCI : Julie Hacault au 02 43 21 00 29

certains supports en amont de l’événement... • Formule standard (450 € HT) : stand cloisonné de 6 m² (3 x 2 m), un planning de rendez-vous qualifiés…

Votre planning de rendez-vous d'affaires organisés (250 € HT) Vos rendez-vous ont lieu sur le stand de votre interlocuteur ou sur des tables neutres : • Un planning de rendez-vous préprogrammés • Des rendez-vous informels (en plus de votre planning) avec les participants pendant toute la durée de la convention • Le catalogue des participants • L’accès aux conférences et ateliers • Accès au cocktail déjeunatoire


PUBLI-INFORMATION

Bordeau Chesnel choisit Instasys comme partenaire technique } INSTASYS 9, rue du Folleray 72000 Le Mans Tél. 02 85 29 19 19 www.instasys.fr

}}}}} Gilles Possidonio, codirigeant

d’Instasys, a travaillé main dans la main avec Hélène Morlier, assistante de direction de Bordeau Chesnel afin d’équiper cette nouvelle usine d’Yvré-L’Evêque.

Bordeau Chesnel a choisi l’intégrateur de solutions télécom Instasys pour ses bureaux Alliance Océane et Charcutière au Mans, et lui a renouvelé sa confiance pour son usine 2.0 à Yvré-L’Evêque.

L

e leader français de la rillette Bordeau Chesnel a renouvelé sa confiance aux experts d’Instasys pour équiper l’usine flambant neuve à Yvré-l’Evêque, pour laquelle le groupe Savencia a investi 35 millions d’euros. « C’est une grande fierté d’avoir été choisis pour notre savoir-faire et notre expérience, afin d’équiper ce nouveau site des dernières technologies en matière de téléphonie, internet et sécurité », confient d’une même voix Philippe Loret et Gilles Possidonio, cofondateurs d’Instasys, filiale de Serveurcom. Ces colla-

borateurs de longue date s’appuient sur une expérience de plus 20 ans, afin d’accompagner TPE et PME dans l’intégration en solutions télécom. « Bordeau Chesnel nous a d’abord confié la téléphonie du site administratif Alliance Océane et Charcutière au Mans avant de valider notre projet technique pour le site d’Yvré-L’Evêque », rappellent les dirigeants, qui ont remporté le marché face à de grands opérateurs. « Notre petite taille s’est révélée un point fort, un seul interlocuteur pouvant les accompagner du choix de la technologie à celui du constructeur en passant par la sécurité de leurs accès », reconnaissent-ils. Un seul interlocuteur pour un panel de services innovants En effet, le déménagement progressif des salariés de l’ancien site de Champagné vers l’usine d’Yvré-L’Evêque a nécessité des solutions de mobilité performantes, ainsi qu’une convergence de tous leurs services de communication. « Grâce à notre certification avec les constructeurs mondiaux Mitel et Ascom, nous avons pu déployer des équipements innovants

permettant la mise en réseau de différents systèmes de télécommunications. Des passerelles fiables et simples à utiliser pour les salariés ont été créées entre les 3 sites », explique Philippe Loret. La nouvelle usine d'Yvré-L’Evêque est équipée de 125 lignes de communication, à la pointe des dernières technologies. « Les téléphones sans fil permettent d’être joints à l’extérieur comme au sein des sites, et d’y recevoir les remontées d’alarmes des machines, tout en étant équipés PTI *», complète-t-il. Cette compétence complémentaire en matière de sécurité a renforcé leur partenariat. « Avec leur prestataire Engie, nous avons travaillé afin d’installer tout leur système d’interphonie. Nous avons été accompagnés par le constructeur saumurois Castel, afin que chaque boîtier soit un poste IP intégré au réseau du groupe », expliquent les dirigeants passionnés aux compétences multiples. Leur technicité alliée à leur proximité de services augure un partenariat pérenne avec le leader des rillettes !

*Protection des travailleurs isolés

« L’expertise technique alliée à la proximité, gage de réactivité ! »

}}} Cofondateur d’Instasys, Philippe Loret accompagne depuis 20 ans les TPE-PME dans l’intégration en solutions télécom.

« Bordeau Chesnel a choisi la société Instasys comme partenaire pour sa grande expertise technique, son expérience, comme la réactivité de son équipe. Ses dirigeants ont su trouver des solutions sur mesure à nos problématiques complexes. En effet, nos activités et collaborateurs sont répartis entre différents sites, dont la nouvelle usine d’Yvré-L’Evêque. Instasys a su faire communiquer des technologies de différentes générations, au rythme imposé par le déménagement. Leur offre globale de services -du conseil à la maintenance - nous garantit une communication optimale, où que travaillent nos collaborateurs… tout en assurant la sécurité sur notre nouvelle usine. Après leur travail remarquable sur notre site gare Sud, nous sommes ravis d’avoir renouvelé notre confiance à Instasys, dont la taille comme la proximité sont gages d’une grande réactivité ! » maine éco mai 2019 21

Crédit photos : François Navarro

Grégory Lemaitre, responsable technique de Bordeau Chesnel


juridique

DROIT DU TRAVAIL

Salaires : la femme, enfin

E

n France, les femmes sont en moyenne payées 9 % de moins que les hommes à poste, temps de travail et âge égaux. Tous postes confondus, les hommes perçoivent un salaire supérieur de 23 % à celui des femmes en équivalent temps plein. En dépit de législations antérieures portant sur cette thématique, ces écarts n’ont pas été résorbés. C’est pourquoi, des mesures législatives contraignantes ont été adoptées par la loi du 5 septembre 2018 relative à la liberté de choisir son avenir professionnel. L’objectif est de mettre fin à tout écart de salaire injustifié en trois ans en consacrant, si nécessaire, des enveloppes de rattrapage salarial dans les entreprises où subsisteraient de tels écarts de rémunération. 22 maine éco mai 2019

Cette volonté se traduit depuis 2019 par de nouvelles obligations mises à la charge des entreprises assorties de pénalités financières en cas de manquement. Le code du travail impose désormais aux entreprises d’au moins 50 salariés de calculer un niveau de résultat dit "index" au regard d’indicateurs relatifs aux écarts de rémunération entre les femmes et les hommes et de le publier annuellement. Il s’agit d’évaluer, sur la base de quatre ou cinq indicateurs, les éventuelles inégalités salariales entre les femmes et les hommes. Cette nouvelle obligation est entrée en vigueur le 1er mars dernier pour les entreprises d’au moins 1 000 salariés et s’appliquera dès le 1er septembre prochain pour les entreprises entre

© stockadobe.com

À travail égal de valeur égale, salaire égal. Depuis la loi du 22 décembre 1972, "tout employeur est tenu d’assurer, pour un même travail ou pour un travail de valeur égale, l’égalité de rémunération entre les hommes et les femmes". Néanmoins, 46 ans après, ce n’est toujours pas le cas… La nouvelle loi Avenir professionnel prévoit de combler les écarts en trois ans. - l’écart de taux de promotions entre les femmes et les hommes (sur 15 points), - le pourcentage de salariées augmentées dans l’année de leur retour de congé maternité, dès lors que des augmentations générales ou individuelles sont intervenues durant la durée de ce congé (sur 15 points), - le nombre de salariés de sexe sousreprésenté dans les 10 plus hautes rémunérations de l’entreprise (sur 10 points). Afin d’aider les entreprises, le ministère du Travail a mis en ligne sur son site Internet un tableur de calcul de l’index de l’égalité professionnelle pour les entreprises de plus de 250 salariés.

250 et 1 000 salariés, et à compter du 1er mars 2020, pour les entreprises entre 50 et 250 salariés.

Pour les entreprises de 50 à 250 salariés, le niveau de résultat est, quant à lui, calculé à partir de quatre indicateurs :

Calculer un niveau de résultat sur 100 au regard d’indicateurs Le dispositif est organisé en différentes étapes : Pour les entreprises de plus de 250 salariés, le niveau de résultat est calculé à partir de cinq indicateurs : - l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes, par catégorie de postes équivalents et par tranches d’âge (sur 40 points), - l’écart de taux d’augmentations individuelles de salaires hors promotions entre les femmes et les hommes (sur 20 points),

- l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes, par catégorie de postes équivalents et par tranches d’âge (sur 40 points), - l’écart de taux d’augmentations individuelles de salaires entre les femmes et les hommes (sur 35 points), - le pourcentage de salariées augmentées dans l’année de leur retour de congé maternité, dès lors que des augmentations générales ou individuelles sont intervenues durant la durée de ce congé (sur 15 points), - le nombre de salariés de sexe sousreprésenté dans les 10 plus hautes rémunérations de l’entreprise (sur 10 points).


juridique

l’égale de l’homme ? La somme des résultats obtenus par l’entreprise pour chacun de ces indicateurs donne une note globale sur 100 qui permet de déterminer le niveau de résultat de l’entreprise. Un ou des indicateurs peuvent être incalculables (ex : concernant l’indicateur relatif au pourcentage de salariées augmentées après un congé maternité, le fait qu’il n’y ait pas eu d’augmentation pendant la durée du congé maternité). Dans cette hypothèse, les autres indicateurs sont calculés. Le nombre total de points ainsi obtenu est ramené sur 100 et est ainsi proratisé sauf si la note obtenue, avant proratisation, est inférieure à 75. Dans ce cas, on considère que l’entreprise n’a pas suffisamment de données à communiquer et elle n’aura pas à publier la note finale obtenue avec la proratisation ; elle devra, néanmoins, mettre les indicateurs qui peuvent être calculés à la disposition du Comité social et économique (CSE) et de l’inspection du travail.

Publier le niveau de résultat Les entreprises doivent publier leur niveau de résultat sur leur site Internet au plus tard le 1er mars de chaque année (pour la première année d’application du dispositif, avant le 1er septembre 2019 pour les entreprises dont l’effectif est supérieur à 250 salariés mais inférieur à 1 000 salariés). À défaut de site Internet, il est porté à la connaissance des salariés par tout moyen.

Informer le CSE et l’administration sur les indicateurs et le résultat obtenu Les entreprises doivent informer le CSE tous les ans sur le résultat final de l’index de l’égalité femmes hommes ainsi que le résultat détaillé de chaque indicateur.

L’ensemble de ces informations est également transmis à l’inspection du travail selon une procédure de télédéclaration accessible sur le site du ministère du Travail.

Mise en place des mesures de correction Lorsqu’à la date de publication du niveau de résultat, celui-ci est inférieur à 75 points, l’entreprise dispose d’un délai de trois ans afin de mettre en place des mesures de correction ou de rattrapage salarial qui permettront d’atteindre ce seuil. Ces mesures seront négociées avec les partenaires sociaux au sein de l’entreprise, dans le cadre de la négociation obligatoire sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. À défaut d’accord, ces mesures seront fixées par décision unilatérale de l’employeur après consultation du CSE.

Cette décision unilatérale devra être déposée auprès de la Direccte. Dans l’hypothèse où l’entreprise n’aurait pas franchi le niveau de résultat d’au moins 75 points à l’issue du délai de trois ans, elle encourt une pénalité financière maximale d’1 % de la masse salariale. Elle risque une sanction identique si elle ne publie pas son niveau de résultat. L’administration du travail a reçu pour instruction d’être particulièrement vigilante sur le respect de ces nouvelles obligations. Des contrôles renforcés sont d’ores et déjà prévus en tout premier lieu s’agissant des entreprises de plus de 1 000 salariés puis auprès de toutes les autres… Il est donc important de se préparer ! ◗◗ Mathilde Sécher, avocat en droit social Contact : Fidal, 72 avenue Olivier Messiaen, Le Mans au 02 43 20 55 55

La solution simple et fLexible pour la gestion de vos déchets de bureau

chez vous ! i tr le es it fa s u Vo u bureau ? a s a p i o u q r u o P Agence le Mans ZA de la Bodinière 72210 Roëzé sur Sarthe

Une large gamme de solutions pour le tri et la collecte de vos déchets Collecte des déchets de bureau sur abonnement (conformité décret 5 Flux) Destruction de documents confidentiels ...

02 43 27 02 25

lemans@mesdechetsdebureau.com

maine éco mai 2019 23


Dossier

ÉCONOMIE CIRCULAIRE

Quand durable rime ave Recyclage et valorisation des déchets, écoconception, réduction de la consommation énergétique, mais aussi mutualisation des ressources et management de l’énergie… Dans un contexte environnemental préoccupant, l’économie circulaire est une alternative pertinente à toutes les échelles. Soutenues par l’Union européenne et l’État via ses représentants (Région, chambres consulaires, Ademe, etc.), les entreprises s’engagent en Sarthe dans ce nouveau modèle économique, qui transforme les modes de production et de consommation… avec des bénéfices sur leur compétitivité comme sur celle de leur territoire !

24 maine éco mai 2019

L'usine Neopost du Lude a lancé une activité de remanufacturing qui donne une seconde vie à ses machines à affranchir.

L

'économie circulaire est un modèle de production et de consommation qui consiste à partager, réutiliser, réparer, rénover et recycler les produits et les matériaux existants le plus longtemps possible afin qu'ils conservent leur valeur. "De cette façon, le cycle de vie des produits est étendu afin de réduire l'utilisation de matières premières et la production de déchets", explique Rémy Le Moigne, consultant dédié chez Gate C, qui accompagne les entreprises dans la mise

en place de cette démarche. Alors que l’Union européenne génère plus de 2,5 milliards de tonnes de déchets chaque année, la commission travaille actuellement sur la mise à jour de la législation, afin de promouvoir la transition vers une économie circulaire. S’opposant au modèle économique linéaire traditionnel basé sur le concept du "prélever-fabriquer-jeter", l’économie circulaire s’oppose en ce sens à l’obsolescence programmée, pratique à laquelle le parlement européen souhaite mettre fin.


© François Navarro

ec rentable

Transformer les contraintes environnementales en opportunités Dans ce contexte réglementaire, nombre d’entreprises se saisissent de la démarche comme d’un véritable levier pour leur compétitivité. En effet, la responsabilité sociétale et environnementale (RSE) est "un nouvel enjeu business" selon l’étude publiée par Havas Paris, le CSA Research et L’Express : "76 % des entreprises pensent qu’elle

aura un impact sur leur modèle économique". En Europe, l’économie circulaire permettrait aux entreprises de réduire leurs coûts de 600 milliards d’euros, soit l’équivalent de 8 % de leur chiffre d’affaires. "L’entreprise doit regarder attentivement à trois niveaux : ses achats/ approvisionnements, la production et la vente. Et se demander comment ces nouveaux modèles peuvent contribuer à leur stratégie en travaillant sur leurs ressources plutôt que d’acheter massivement", conseille Rémy Le Moigne. Les grands groupes se sont lancés dans la boucle vertueuse et nombre de TPE PME, avec l’appui de l’Ademe et de la CCI notamment, s’engagent dans cette transformation. Pourtant, ce concept existe "depuis les premières activités artisanales !", rappelle Rémy Le Moigne. Les agriculteurs mutualisent en effet depuis longtemps l’utilisation de leurs tracteurs, machines à vendanger comme leur main-d’œuvre lors des récoltes. "Partager l’utilisation d’un équipement est l'un des cinq grands modèles de l’économie circulaire," explique-t-il. Du partage d’un entrepôt ou d’un camion, ce principe peut s’appliquer à des outils technologiques coûteux. "Ce concept s’est étendu plus récemment au secteur industriel, où des solutions sont très simples à mettre en place avec de vraies économies réalisées", ajoute le consultant, qui conseille un autre modèle basé sur le recyclage des matières, des emballages, etc. "Les technologies de recyclage sont maîtrisées pour de nombreux matériaux". Pour aller plus loin, la valorisation de ces déchets permet de prolonger la vie de ces matières, à

l’instar de détergents réutilisés pour le lavage de voiture. En Sarthe, nombre de filières facilitent le recyclage et la valorisation des déchets, comme chez Neopost, Legrand ou encore le groupe FaireValoir, spécialiste de l’impression de supports visuel, certifié ImprimVert, Recylum et label A+. "Pour Figarol, l’écologie n’est pas un argument de vente, mais une réalité quotidienne ! L’ensemble du personnel, engagé dans une démarche éco-responsable, trie tous ses déchets qui intègrent des filières de recyclage, traitement ou réutilisation," témoigne son PDG Frédéric Roux. Grâce à la mise en place d’un réseau de poseurs national pour réduire l’empreinte carbone, la sélection des fournisseurs... "Nous avons augmenté de 300 % les appels d’offre propres au niveau du groupe". Un calculateur bilan carbone permet d’évaluer et suivre les émissions de CO2 sur chaque réalisation. "Nous privilégions les produits écoresponsables et proposons une alternative bio, avec un catalogue qui repense matières et supports utilisés". Et si la conception du dernier bâtiment passif au Mans leur a valu un prix d’architecture et d’urbanisme, le groupe y a mis en pratique une initiative originale : "Nous avons choisi l’éco-pâturage pour l’entretien de nos espaces verts grâce à deux magnifiques chèvres des fossés, une espèce protégée !".

Donner une seconde vie aux produits Selon le même cercle vertueux, lorsqu'un produit arrive en fin de vie, les ressources qui le composent peuvent être maintenues dans le cycle écono-

Rémy Le Moigne, consultant dédié chez Gate C, accompagne les entreprises sur la thématique économie circulaire.

mique. Elles pourront ainsi être utilisées encore et encore pour recréer de la valeur. "Modèle courant en Europe du Nord, les entreprises françaises doivent s’en saisir pour prolonger la vie du produit, en démontant la machine usée, la remettant à neuf, tout en gagnant minimum 30 % sur le prix. Les bénéfices sont démontrés par l’expérimentation menée sur les téléphones portables depuis longtemps !", explique Rémy Le Moigne. L’entreprise Neopost, basée au Lude, a poussé le modèle jusqu’à mettre en œuvre "l’économie de la fonctionnalité", cinquième modèle défini par le consultant : "La société ne vend pas le produit, mais l’usage de ce produit, sur le principe de la location ou leasing. C’est un modèle très vertueux pour la gestion des matières". Le remanufacturing développé sur le site du Lude a fait ses preuves (voir encadré p.26). Seule contrainte, pour réintroduire les produits usagés dans les différentes étapes de la chaîne logistique (producmaine éco mai 2019 25


Dossier tion, distribution et utilisation), la mise en œuvre de l’économie circulaire implique une chaîne logistique à l’envers, ou reverse supply chain. "L’économie circulaire n’est plus seulement une approche, elle doit être au cœur de la stratégie des entreprises, comme l’a fait Philips, devenu fournisseur de services", ajoute-t-il. D’autres organisations et entreprises ont emprunté cette voie verte, à l’instar du groupe pharmaceutique GSK au Royaume-

Uni, qui a réduit ses coûts annuels de 280 000 euros en substituant l'approvisionnement d'alcool méthylique vierge par de l'alcool recyclé.

Chaleur fatale : levier de compétitivité pour l'industrie Des incinérateurs de déchets ménagers en passant par les data centers, les sites industriels d’où s’échappe la

chaleur fatale de leur process et utilités sont nombreux. L'Ademe comptabilise plus de 7 000 établissements de plus de dix salariés dont les activités libèrent plus de 40° à 100° C selon les secteurs. Afin d’encourager la récupération de cette chaleur pour chauffer les bâtiments, l’État et l’Europe soutiennent par différents dispositifs l’investissement. La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) prévoit de quintupler le volume de chaleur recyclée d’ori-

gine industrielle en la faisant passer de 0,5 TWh par an en 2016 à 3 TWh en 2028. "Les certificats d’économie d’énergie permettent des aides financières aux industriels qui peuvent investir dans des matériels plus performants, intégrant la récupération de cette chaleur, et ainsi augmenter leurs performances énergétiques tout en diminuant leur empreinte carbone. Nos installations sur groupe froid, et sur compresseur d’air comprimé per-

[ INTERVIEW ]

Neopost donne une seconde vie à ses solutions et booste sa compétitivité Neopost, spécialiste des solutions courrier, colis et communications digitales, implantée depuis 1945 au Lude, a développé une activité de remanufacturing, dont la réussite a permis de maintenir ses 270 emplois et de rapatrier de Malaisie une partie de sa production. vertueux, car nous améliorons la qualité des équipements à partir des dernières innovations techniques" souligne Cédric Girault, responsable QHSE et RSE groupe.

De l’écoconception au remanufacturing

© François Navarro

"Nous avons débuté par l’écoconception, en travaillant le design et la fiabilité électronique afin de consommer le moins possible d’énergie ! Ensuite nous avons revu le packaging pour miser sur des matériaux recyclables, réduire le volume", explique Gilles Taimiot, responsable méthode du site du Lude. Sur chaque poste, des écrans tactiles optimisent le réapprovisionnement, grâce au suivi en temps réel des pièces utilisées, et les déchets sont triés dès le démontage. "En séparant les déchets à la source, nous Laurent Lairaud, responsable des opérations, Gilles Taimiot, responsable méthode, atteignons 94 % de valorisation tout en réduisant nos coûts !". Laetitia Caraes-Lecluse, responsable QHSE et Cédric Girault, responsable QHSE et Entre 50 et 70 % du produit en poids provient de ces pièces RSE groupe (de g. à d.), entourent Antoine Genouese, au manufacturing du site du Lude. Neopost réutilisées. Les machines, une fois dé-customisées, sont soumises à des Spécialisée dans la création de solutions de traitement et diagnostics pointus, 100 % des cartes électroniques testées, dématérialisation du courrier et des communications, Neopost les pièces inspectées par imagerie matricielle, avant d’être a son centre d’assemblage historique basé au Lude. Certifié réassemblées avec les pièces manquantes plus récentes. "Nous ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 dans l’ensemble de ses sites avons réduit jusqu’à 37 % l’empreinte carbone comparativement industriels, le groupe Neopost distribue dans 90 pays ses solutions à une machine neuve identique !", complète Laurent Lairaud, majoritairement en location ou sous forme de leasing auprès d’une responsable des opérations. Sans oublier que la réduction du clientèle B to B. Après avoir travaillé sur la collecte et le traitement poids et du nombre de matériaux garantit des équipements plus de ses D3E, et misé sur l’écoconception, l’usine du Lude a lancé légers. "L’économie circulaire est maintenant ancrée dans notre en 2013 l’activité de remanufacturing qui donne une seconde vie à stratégie industrielle mondiale ! En apportant un service global de ses machines à affranchir. "C’est l’économie de la fonctionnalité : meilleure qualité, nous avons gagné sur le plan environnemental comme en compétitivité !". Depuis 2013, vingt emplois directs nous ne vendons pas un produit mais un service ! Lorsque ont pu être maintenus au Lude, et une partie de la production de le produit est en panne, il nous est renvoyé via nos agences Malaisie y a été relocalisée. commerciales pour être désassemblé et remis à neuf : un cercle

26 maine éco mai 2019


mettent de récupérer jusqu’à 100 % d’énergie, utile pour le chauffage de locaux, sanitaire ou process", précise Sébastien Lamartine, qui avec son associé Denis Bassecoulard a repris la société TMS d’Allonnes, où ils proposent leur expertise sur les activités connexes de l’énergie. "Intégrateur de solutions, en travaillant sur ces utilités de production de froid et d’air comprimé, nous pouvons récupérer les énergies perdues sous différents états," ajoutet-il. La chaleur récupérée peut couvrir les besoins partiels ou intégraux. Ainsi, l'usine Alphacan à Sablé-sur-Sarthe, comme les différents sites Legrand ont réduit leurs coûts annuels de chauffage de 50 à 100 %.

Un plateau de compétences manceau dédié à l’écoconception La société BM Architectes, qui compte deux agences dont une au Mans, a toujours associé la conception architecturale aux enjeux d’impact environnemental et de performances énergétiques. "Pour des raisons de qualité technique comme environnementales - l’impact carbone étant moindre - le mode constructif privilégiant la filière bois s’est imposé. L’adéquation aux enjeux de transition environnementale et numérique a alors nécessité la montée en compétences de nos métiers", explique le gérant Stéphane Béranger. Pour accompagner cette évolution de la chaîne de valeurs métiers, BM Architectes a bouleversé ses méthodes de travail et est passé d’un schéma horizontal à la mise en œuvre d’une réflexion globale menée par une équipe pluridisciplinaire : géographe, urbaniste, architecte, paysagiste, ingénieur, médecin, industriel... "Aujourd’hui, l’architecte ne travaille plus seul ! Nous

C’est ainsi qu’est née au Mans la plateforme collaborative dédiée à l’écoconception, permettant le partage des savoirs et compétences. "Nous avons créé ce lieu collaboratif autour d’un ADN commun : minimiser l’impact carbone et réduire les consommations d’énergie. Nous avons trouvé au Mans un terreau économique favorable et très compétent sur la filière de l’écoconstruction, donnant vie à un écosystème qui favorise cette montée en compétences de tous ! ", se réjouit-il. En effet, la mutualisation des expériences et savoirs apporte à chacun des acteurs une valeur ajoutée pour développer leurs propres projets. Ce plateau de compétences s’est concrétisé par l’ouverture d’un espace de 100 m² au Mans, composé de six postes de travail, dont trois sont déjà occupés par l’agence Autre Territoire et BM Architectes. "Cet espace est ouvert au plus grand nombre, grâce à l’organisation de rencontres mensuelles entre associations professionnelles, pour mener ensemble des actions en faveur de l’écoconstruction ! ". Ce travail collaboratif a déjà permis la sortie de terre d’une maison individuelle bois au Mans, avec BM Architectes, Racine Be et Charpente Cénomane. 36 logements bois ont aussi été réalisés à Yvré-l’Évêque pour Sarthe Habitat (première opération certifiée E+C- en Sarthe) grâce au concours de BM Architectes avec Wigwam Be Environnement et Charpente Cruard.

EIT : les entreprises jouent collectif et partagent leurs flux La mutualisation des besoins des entreprises selon une logique de circuit court

s’inscrit au cœur même de l’économie circulaire. Dénommée Écologie industrielle et territoriale (EIT) ou symbiose industrielle, cette démarche pilotée par les trois chambres consulaires permet de diminuer les impacts de l’activité économique sur l’environnement, en mettant en place "un mode d’organisation inter-entreprises par des échanges de flux ou une mutualisation de besoins", selon la définition de l’Ademe. "Les entreprises peuvent échanger tout flux : biens, matières, énergie, ressources humaines, locaux, transports, services...," détaille Sarah Drazek, chargée de mission économie circulaire à la CCI. Avec des partenaires locaux (élus, communautés de communes, clubs d’entreprises, etc.), la CCI a contribué à la mise en place de synergies à l’échelle des pays. "La synergie de mutualisation, dite collective, permet à plusieurs entreprises de mutualiser la fourniture ou le traitement de leurs flux. Et la synergie individuelle permet de substituer un flux entrant neuf par un sortant d’une autre entreprise, peu ou pas valorisé". Avec à la clé des économies financières et environnementales qui contribuent directement à la compétitivité !

Échanges de ressources : un champ des possibles infini À l’issue des diagnostics des besoins locaux de 187 entreprises, le Pays de Sillé a été le premier à valoriser ses flux avec la communauté de communes, en mutualisant les besoins de formation (document unique, sécurité/incendie et sauveteur secouriste du travail). La mise en place de collectes des D3E en 2017 et 2018 a aussi permis de col-

lecter 4,9 tonnes, et de reverser 1 200 euros au profit du Téléthon. Sur le Pays fléchois, l’achat groupé d’électricité mené avec Collectif Énergie a réduit de 10 % minimum les factures des entreprises engagées. Au nord du Mans, c’est la gestion collective du carton qui a été mise en place avec Échotri tandis qu’au Sud Est du Pays manceau, 115 salariés issus de 22 entreprises ont bénéficié de formations groupées (incendie, SST et Caces). "L’impact carbone est réduit, seul l’intervenant se déplace pour délivrer sa formation au plus grand nombre", souligne Sarah Drazek. Et l’EIT donne ainsi accès aux TPE et PME à des formations spécifiques qu’elles n’auraient peut-être jamais pu financer seules ! Dernière action en date, sur Les Hunaudières, une négociation est en cours sur les vérifications périodiques obligatoires des installations (électriques, incendie, etc.). "Les entreprises sont actrices, choisissent elles-mêmes leur prestataire selon leurs besoins et le nombre de salariés concernés". Une offre sur mesure peut alors être déployée localement, quel que soit le flux ! L’EIT sonne comme un rappel du célèbre adage, l’union fait la force ! Le panel d’acteurs, issus d’entreprises mais aussi de collectivités et structures publiques, contribue à démultiplier les effets de ce cercle vertueux. De quoi voir l’avenir... en vert. ◗◗ Élise Pierre En savoir plus : https://paysdelaloire.ademe.fr Contact CCI : Sarah Drazek au 02 43 21 00 32

© Antoine Mercusot

© François Navarro

Sébastien Lamartine, dirigeant de TMS à Allonnes.

impliquons tous les acteurs sur chaque projet, jusqu’aux futurs habitants". Les nouveaux outils tels que la maquette numérique BIM sont alors des leviers pour faciliter les échanges entre bureaux d’études, industriels et entreprises. Objectif : réduire les coûts (fabrication et mise en œuvre) tout en augmentant le niveau de performances "vers le zéro défaut, la RT 2012, le passif, Qualitel niveau A et le prochain label E+C-", détaille le dirigeant.

36 logements bois réalisés à Yvré-l'Évêque grâce à la plateforme collaborative dédiée à l'écoconception.

maine éco mai 2019 27


Dossier témoignage

Legrand France Sillé veut multiplier par cinq l'utilisation des produits recyclés Spécialiste mondial des infrastructures électriques et numériques du bâtiment, le groupe Legrand est engagé dans une politique d’amélioration continue de sa performance énergétique, partie intégrante de sa stratégie RSE. À Sillé, sur le site de fabrication de goulottes, moulures et appareillages électriques, le système de management de l’énergie porte déjà ses fruits.

© François Navarro

des partenaires recycleurs. "L’un de nos objectifs est de réemployer du PVC issu de déconstruction de produits en fin de vie. Il faut ensuite redonner les caractéristiques à ces matériaux qui permettent au produit fini de répondre à nos exigences", précise Julien Bouvet, responsable développement matière SBU CC (1).

De gauche à droite, Julien Bouvet, responsable développement matière SBU Cheminement Câbles de Sillé, MarieChristine Mariais, chargée de communication, Paul-André Richert, responsable QSE SBU Cheminement Câbles et Valéry Grassin, responsable environnement de Legrand France Sillé.

"Sur notre feuille de route RSE de 20142018, nous avons dépassé notre objectif de réduire de 10 % la consommation énergétique. Nous allons accélérer pour la réduire encore de 10 % d’ici à 2021", se réjouit Paul-André Richert, responsable QSE SBU CC (1). Legrand s’est saisi de la directive européenne efficacité énergétique pour travailler selon le référentiel de la norme ISO 50001 afin de mettre en place un système de management de l’énergie. "Avec l’UIMM Sarthe et l’Ademe, nous avons structuré notre approche énergie, travaillé sur nos usages énergétiques, nos modes de consommation et ciblé des référents pour déployer cette démarche sur nos sites". À Sillé, où un bâtiment est dédié à l’extrusion, l’autre à l’injection, l’ensemble

28 maine éco mai 2019

des 442 salariés a été sensibilisé et formé aux économies d’énergie. "Nous avons également intégré un système de gestion d’éclairage led de notre marque, compartimenté par îlot, pilotable par écran tactile à distance, avec variation automatique de luminosité. Cette solution technique permet de consommer cinq fois moins avec un retour sur investissement en deux ans !", explique Valéry Grassin, responsable environnement de Legrand France Sillé.

Legrand France Sillé s’est fixé pour objectif de multiplier par cinq l’utilisation des produits recyclés. Grâce à l’utilisation d'un logiciel dédié à l’étude d’impacts des matériaux sur l’environnement (EIME), de nouvelles gammes sont à l’étude et un sourcing précis permet aux futurs bâtiments équipés Legrand de revendiquer des critères E+C-, etc. "Le travail sur les matériaux est déterminant dans les appels d’offre. Si nous ne répondons pas à ces exigences environnementales, nous sortons du marché !", souligne Paul-André Richert.

Des produits éco-conçus

Engagé dans l’EIT avec le Pays Haute Sarthe pour le tri et la collecte de ses D3E, le site de Sillé a investi depuis 2018 dans l’installation de groupes froids extérieurs de récupération de chaleur qui permettent de chauffer les 10 000 m² du bâtiment dédié à l’extrusion. La consommation a été divisée par deux avec un retour sur investissement prévu sur cinq ans. "Nous analysons l’opportunité d’installer des panneaux photovoltaïques dans les années à venir", conclut Valéry Grassin.

Au centre R&D de Sillé, où sont développés des produits pour plusieurs Business Units, un travail d’écoconception a été mené avec

(1) Cheminement de câbles


T-Roc Business

Moteur 1.6 TDI 115 BVM6 A partir de

289 € TTC/mois

(1) sur 37 mois

(1) Offre de Location Longue Durée sur 37 mois et 40 000 km avec apport pour un T-Roc finition T-Roc Business 1.6 TDI 115 BVM6, soit un 1er loyer majoré de 1187€TTC et 36 loyers de 289 € TTC. Réservée à la clientèle professionnelle, hors taxis, loueurs et flottes, chez tous les Distributeurs Volkswagen présentant ce financement, sous réserve d'acceptation du dossier par Volkswagen Fleet Solutions division de Volkswagen Bank GmbH – SARL de droit allemand – Capital 318 279 200 € - Succursale France : Bâtiment Ellipse, 15 Avenue de la Demi-Lune, 95700 Roissy en France - RCS Pontoise 451 618 904 - Mandataire d’assurance et mandataire d’intermédiaire d’assurance enregistré à l’ORIAS: 08 040 267 (www.orias.fr). Montants exprimés TTC, hors prestations facultatives. *Perte Financière obligatoire incluse dans les loyers souscrite auprès de MMA IARD Assurances Mutuelles - Société d'assurance mutuelle à cotisations fixes - RCS Le Mans 775 652 126 et MMA IARD - Société Anonyme au capital de 537 052 368 euros - RCS Le Mans 440 048 882 - sièges sociaux : 14 bvd Marie et Alexandre Oyon - 72030 Le Mans cedex 9. Entreprises régies par le code des assurances. **Contrat de Maintenance obligatoire souscrit auprès de Volkswagen Bank GmbH ; Garantie Véhicule de Remplacement incluse dans les loyers, souscrite auprès d’Europ Assistance France SA – RCS Nanterre 451 366 405 : Entreprises régies par le Code des assurances et soumises à l'Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP) - 61 rue Taitbout 75009 PARIS. . Cycle

mixte T-Roc Business 1.6 TDI 115 BVM6 (l/100 km) NEDC corrélé : 4,3. Rejets de CO2 (g/km) NEDC corrélé : 113 / CO2 valeur grise : 109. Valeurs au 04/01/2019.Photo non contractuelle.

Volkswagen Le Mans - www.volkswagen-le-mans.fr

Rue Louis Bréguet • ZI Sud • 72100 Le Mans • 02 43 78 50 50

Le Harcèlement sexuel au travail | Paroles d’experts Qu’est-ce qui change au 1er janvier 2019 ? Quelles sont mes obligations en tant qu’employeur ? Le Harcèlement sexuel est le fait d’imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui, soit portent atteinte à sa dignité, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante. Un acte grave isolé peut-être par ailleurs défini comme tel si « le fait même non répété, d’user de toute forme de pression grave, dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte de nature sexuel ». Il constitue un risque pour la santé des salarié(e)s (souffrance et mal-être au travail), a un impact sur la performance de l’entreprise (désengagement, absentéisme…) et sur son image.

voies de recours civiles et pénales en la matière et sur les coordonnées des autorités compétentes.

Quelles sont vos obligations ?

Comment le Service Social du Travail FOCSIE vous accompagne ?

L’employeur a l’obligation légale de se saisir de ces situations et « doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleur-euse-s ». Et plus spécifiquement « de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d’y mettre un terme et de les sanctionner». Depuis le 1er janvier 2019, une nouvelle obligation s’impose aux entreprises de plus de 250 salarié(e)s : la désignation d’un référent harcèlement. Dans le cadre de la lutte contre le harcèlement sexuel et les agissements sexistes, ses missions seront d’orienter, d’informer et d’accompagner les salarié(e)s sur ces questions. L’employeur devra par ailleurs assurer sa formation, et informer l’ensemble de ses personnels sur les

Le monde du travail est favorable aux relations interpersonnelles, ce qui génère pour l’entreprise une émulation, une dynamique positive qui la rende plus performante. Mais au-delà de l’obligation légale qui lui est faite, elle doit en gérer toutes les conséquences et aborder ces questions de façon globale en favorisant un contexte de travail « serein ». La prévention du harcèlement sexuel et des agissements sexistes par des actions de formations et/ ou de sensibilisations régulières paraît, dans ce contexte, centrale. Elle pourra s’intégrer dans une démarche de « mieux être ensemble » et d’amélioration de la Qualité de Vie au Travail. L’Assistant(e) de service social du travail pourra proposer un espace neutre, et confidentiel d’écoute pour vos salarié(e)s, permettant de libérer la parole, de

prendre du recul et de mettre en mots leur quotidien professionnel. Il pourra ainsi les orienter, les informer et les accompagner dans leurs démarches. Les acteurs de l’entreprise (Managers, service RH, médecin du travail…) pourront bénéficier de son soutien et de ses conseils en matière de diagnostic, et d’évaluation de ces situations complexes. Ensemble, ils élaboreront ainsi la réponse la plus adaptée. Le service social du travail FOCSIE sera alors un partenaire dans la prévention du harcèlement de part son expertise des relations humaines, son expérience auprès de 170 entreprises clientes et son savoir-faire dans l’élaboration d’actions de sensibilisation. 1 Article L.222-33 du code pénal 2 Art.L.4121-1 du code du Travail 3 Art.L.1153-5 du code du Travail 4 Loi n°2018-771, 5 sept.2018, art.105

FOCSIE LE MANS 42-48 rue Wagram – 72000 LE MANS Tél. : 02 43 50 08 58 Mail : secretariat.lemans@focsie.fr

maine éco mai 2019 29


international

PARTENARIAT INDIANAPOLIS - PAYS DE LA LOIRE

Un rapprochement stratégi

© Fotolia

Au cœur du Midwest, Indianapolis peut devenir une porte d'entrée sur les États-Unis pour les entreprises des Pays de la Loire. L'état d'Indiana présente de nombreux atouts économiques, notamment sur les secteurs de l'agriculture et des technologies agricoles, l'industrie automobile ou la santé.

L

e Mans et Indianapolis… toute personne plus ou moins férue de courses automobiles fait le lien entre les deux circuits historiques et légendaires. Et ce n'est pas le seul atout partagé par notre région et cet état du Midwest. Des opportunités de partenariats commerciaux ou en matière d'innovation ont ainsi été détectées dans plusieurs secteurs d'activité : agriculture, automobile et technologies avancées de production. Le rapprochement entre les deux territoires a commencé début 2018, lors d'une rencontre initiée par le consul général de France à Chicago avec l'adjointe au maire d'Indianapolis, à laquelle était associée l'envoyée spéciale de la Région Pays de la Loire, Yaninne Vega. Indianapolis peut ainsi devenir une porte 30 maine éco mai 2019

d'entrée sur les États-Unis pour les entreprises ligériennes. Son positionnement géographique entre Chicago et Détroit est intéressant, sa fiscalité est attractive, une ligne aérienne directe Paris/Indianapolis est ouverte depuis mai 2018, et surtout, son tissu économique est similaire à celui des Pays de la Loire. C'est l'un des états leaders dans l'agriculture et les sciences de la vie, le deuxième PIB automobile des États-Unis, un meneur dans le secteur de la santé (deuxième exportateur américain) et une filière numérique en plein développement. 49 entreprises françaises y sont implantées : Saint-Gobain, Veolia, Valeo, Faurecia, Hachette, Bolloré, Axa, Michelin ou encore Transdev. Une entreprise d'Indiana est installée en Pays de la Loire : Ascent Aerospace à Montoir-de-Bretagne.

Aujourd'hui, ce rapprochement réunit la Région, CCI Pays de la Loire, Le Mans Développement, l’ACO, les pôles de compétitivité Végépolys, EMC2, ID4Car, l’école supérieure d’agriculture d’Angers, Neopolia et Ligeriaa en France, et aux États-Unis, Business France, la Indy Chamber of Commerce d’Indianapolis, le consulat général de France, l’État de l’Indiana, la Ville d’Indianapolis ainsi que l’écosystème économique local.

Mission à Indianapolis Une mission économique est organisée par la Région, CCI Pays de la Loire et Business France du 20 au 24 mai prochains. Conduite par Christelle Morançais, présidente du Conseil régional des Pays de la Loire, elle propose un séminaire d’affaires à Indianapolis,

avec une présentation des atouts d’Indianapolis avec la Indy Chamber of Commerce et Business France, des rencontres sectorielles avec les clusters d’Indianapolis et leurs adhérents (Conexus pour l'industrie, Agrinovus pour l'agriculture et Agrotech, IHIF pour la santé), ainsi que des rendezvous B2B ciblés et qualifiés. L'ACO, CCI Pays de la Loire, l’école supérieure d’agriculture d’Angers, Neopolia, Ligeriaa ainsi que les pôles de compétitivité Végépolys, EMC2 et ID4Car seront représentés. Une dizaine d'entreprises participent à cette mission, dont deux entreprises sarthoises : Souriau et Biodevas Laboratoires. "La mission à Indianapolis nous offre la possibilité de découvrir un état que nous avions identifié comme très intéressant pour notre développement", explique François Blua, directeur général du laboratoire sarthois de 35 salariés. Cette société de recherche et développement de solutions naturelles alternatives à destination du monde agricole s'est fixé comme objectif 20 % de croissance annuelle sur les trois prochaines années. Alors que l'export représente 30 % de son activité, elle mise sur le développement à l'international pour y parvenir. Les États-Unis sont l'un de ses grands marchés cibles. "Le marché américain avance très vite dans la réduction des antibiotiques en élevage. Des décisions fortes ont été prises par de nombreuses sociétés de production avicole par exemple. Cela s’est fait sous la pression de metteurs en marché importants (McDonald's, Walmart, etc.)


international

ique

Biodevas Laboratoires participe à la mission à Indianapolis.

qui eux-mêmes subissent la pression des consommateurs soucieux de leur alimentation, même s’il s’agit particulièrement des consommateurs à fort pouvoir d’achat (côte est et côte ouest du pays)." Pour le moment, l'entreprise sarthoise dispose d'une domiciliation à San Francisco. "Une société spécialisée a pris en charge l’enregistrement des produits (plus facile que si une entre-

prise française le faisait directement). L’objectif à moyen terme est d’y installer un business developer et à plus long terme d’avoir une activité industrielle, tout en conservant le savoir-faire et la formulation à Savigné-l’Évêque." "Le partenariat qui se noue avec la région va peut-être nous inciter à installer durablement notre filiale dans cet état. En effet, son positionnement

est central par rapport aux états que nous ciblons, précise le dirigeant. Nous allons pouvoir rencontrer de potentiels partenaires grâce à l’organisation par Business France de rendez-vous B2B ciblés, mais aussi découvrir l’écosystème AgTech sur place et notamment Agrinovus qui semble être un pôle très intéressant." Après cette première action menée en 2019, le rapprochement Pays de Loire - Indiana va se poursuivre avec l'accueil d'une délégation économique d'Indianapolis en juin à l'occasion des 24 Heures du Mans et du salon international de l'aéronautique et de l'espace du Bourget. Le secrétaire d'État au commerce de l'Indiana sera présent. ◗◗ Karine Méteyer  ontact CCI 72 : Myriam Reuzé C au 02 43 21 00 12

[Chiffres clés] 94 321 km² 6,6 millions d'habitants (1 975 877 dans la métropole d'Indianapolis) PIB : 347 mds USD Revenu médian des ménages : 52 314 USD (56 523 USD à Indianapolis) 34 % de la population diplômé de l'enseignement supérieur 49 entreprises françaises implantées sur place 2e PIB automobile des États-Unis 1 689 entreprises dans le secteur santé (2e exportateur américain) 5,9 millions d'hectares de terres agricoles (10 000 entreprises agroalimentaires)

maine éco mai 2019 31


Je booste MA CARRIÈRE

DES FORMATIONS CCI POUR ACCOMPAGNER VOTRE PARCOURS PROFESSIONNEL

STAGES INTER-ENTREPRISES 2019 Le service Formation Continue CCI Le Mans Sarthe vous propose des stages inter-entreprises. Nos conseillers sont à votre disposition pour vous aider dans le choix de formations répondant le mieux à vos besoins et vos objectifs. Votre contact : Valérie MOUTEL • 02 43 21 58 12 • valerie.moutel@lemans.cci.fr

NOS FORMATIONS CERTIFIANTES – Eligibles au CPF (Compte Personnel de Formations) Gérer la paie

6 jours

2 275 €

22, 24, 27 mai et 3, 5, 7 juin

Exercer le rôle de tuteur en entreprise

2 jours

1 125 €

12 et 13 septembre

Animer une équipe de travail

6 jours

2 600 €

30 sept., 01, 08 oct. 18, 19 et 26 nov.

Maîtriser les fondamentaux de la communication digitale

4 jours

1 750 €

Nous consulter

Développer la qualité au service du client

2 jours

1 125 €

Nous consulter

Exercer la mission de formateur en entreprise

4 jours

1750 €

7, 8, 21 et 22 novembre

Mener une négociation commerciale

5 jours

2 120 €

13, 14, 15 novembre et 5, 6 décembre

Contribuer à la gestion d’entreprise

5 jours

2 120 €

Nous consulter

Conduire un projet

4 jours

1 840 €

Nous consulter

Réaliser une activité de production

3 jours

1 750 €

Nous consulter

Exercer la mission d’organisation et de suivi des achats

5 jours

1 625 €

Nous consulter

Gérer les opérations à l’international

9 jours

3 290 €

Nous consulter

Autres formations certifiantes : Bureautiques (PCIE/TOSA), Langues (TOEIC, BULATS, ROBERT/VOLTAIRE), Sécurité (SST/MAC SST)

TPE/PME : « Créez votre plan de formations grâce à notre sélection de formations adaptées à vos besoins » (niveau débutant à confirmé) WORD / EXCEL / POWER POINT / OUTLOOK (groupes ou individuels)

Sessions groupes toute l’année + Ateliers indiv. tutorés (4 ½ jours/semaine et cours du soir possibles)

Réseaux sociaux (FACEBOOK, LINKEDIN,...) - Site Internet - E commerce

Sessions de 1 à 2 jours de juin à décembre

Compta niveau 1 / niveau 2 - Gestion de la paie - Gestion financière

Sessions de 2 à 6 jours de mai à décembre

Manager au quotidien niveau 1

Sessions de 2 à 6 jours de septembre à octobre

Gestion du temps - Gestion du stress - Prise de parole en public

Sessions de 2 jours toute l’année selon les effectifs

LES INCONTOURNABLES ET OBLIGATOIRES Sauveteur Secouriste au Travail (SST) - Éligible CPF

2 jours

210 €

23 et 24 septembre - 18 et 19 novembre

Maintien et Actualisation SST - Éligible CPF (Recyclage tous les 2 ans)

1 jour

120 €

11 octobre - 29 novembre

Hygiène alimentaire (HACCP) - Éligible CPF (Obligatoire depuis 2012)

2 jours

440 €

17 et 18 juin - 23 et 24 septembre

Membres CSE : Formations S.S.C.T. (+/- 300 salariés)

3 jours

590 €

Nous consulter

Membres CSE : Formation juridique et économique

3 jours

790 €

3, 4 et 14 octobre

Actualiser ses connaissances en droit social

1 jour

360 €

7 juin

IMMOBILIER - (Loi Alur depuis 2015 – obligations de formation pour renouveler votre carte professionnelle et celle de vos collaborateurs) Jurisprudence Agent immobilier

1 jour

360 €

14 mai - 26 novembre

Loi Alur, déontologie, règlementation

1 jour

360 €

11 juin - 1er octobre

Comprendre l’urbanisme pour mieux vendre

1 jour

360 €

19 novembre

Évaluation et pathologie des bâtiments

1 jour

360 €

15 octobre

Sécuriser ses ventes, découverte et solvabilité acquéreurs

1 jour

360 €

12 septembre

Préparation du compromis de vente

1 jour

360 €

15 mai

32 maine écoContinue mai 2019 Formation

CCI Le Mans Sarthe, 7 avenue des Platanes, 72100 Le Mans - www.lemans.sarthe.cci.fr


ressources humaines

COMITÉ SOCIAL ET ÉCONOMIQUE

Une nouvelle instance représentative du personnel

© Fotolia

Entreprises d'au moins 11 salariés, les ordonnances Macron de septembre 2017 vous obligent à organiser des élections professionnelles pour le 31 décembre 2019 au plus tard pour mettre en place le comité social et économique (CSE) ou pour transformer vos actuels délégués du personnel et/ou comité d'entreprise en CSE.

L

e comité social et économique (CSE) remplace les représentants élus du personnel dans l'entreprise. Il fusionne l'ensemble des instances représentatives du personnel (IRP), délégués du personnel (DP), comité d'entreprise (CE) et comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). La mise en place du CSE est obligatoire dans les entreprises dont l'effectif est d'au moins 11 salariés depuis 12 mois consécutifs. "Nous avons sensibilisé les adhérents de la Fédération du BTP de la Sarthe dès 2018 car nous avons de nombreuses petites entreprises concernées, explique Cyrille Schneider, secrétaire général de la FFB Sarthe. Car même si l'échéance n'est encore que dans quelques mois, il est impératif

que les employeurs se préoccupent dès maintenant - si ce n'est déjà fait de la mise en place et du fonctionnement de ce futur CSE. Il y a des délais de mise en place qui tiennent aux différentes étapes des élections. Tout cela prend du temps !"

Comment organiser l’élection du CSE ? "C'est à l'employeur d'organiser les élections au CSE. Il informe les salariés de la date prévisionnelle du scrutin" précise Cyrille Schneider. L'employeur invite les syndicats à négocier un protocole d’accord préélectoral (PAP) pour organiser les élections et en définir les modalités, poursuit-il. Si aucune organisation syndicale n’a pris part à la négociation du PAP, les modalités de

l’élection sont fixées par l’employeur." Le PAP prévoit les dispositions relatives aux collèges électoraux, les modalités d'organisation et de déroulement du scrutin (date de dépôt des listes de candidats, date, horaires et modalités du vote…). Le scrutin est organisé dans les 90 jours qui suivent l'information des salariés. Soulignons que dans les entreprises de 11 à 20 salariés, si aucun salarié ne se porte candidat dans un délai de 30 jours à compter de l’information, l’employeur n’est pas tenu d’organiser les élections. Pour exercer ces missions, les membres du CSE disposent de différents moyens tels que la possibilité de communiquer avec les autres salariés, des réunions mensuelles avec l'employeur ou chaque fois qu'ils le demandent, la mise à disposition d'un local, des crédits d'heures (en fonction de l'effectif de l'entreprise) et une protection spéciale contre le licenciement.

cables dans l'entreprise. Elle contribue à promouvoir la santé, la sécurité et les conditions de travail dans l'entreprise et réalise des enquêtes en matière d'accidents du travail ou de maladies professionnelles ou à caractère professionnel. Les membres de la délégation du personnel du CSE peuvent aussi saisir l'inspection du travail de toutes les plaintes et observations relatives à l'application des dispositions légales dont elle est chargée d'assurer le contrôle. Les employeurs n'ont donc plus que huit mois pour se mettre en conformité… Par ailleurs, la CCI propose des formations pour maîtriser les fondamentaux du nouveau CSE, n'hésitez à vous renseigner. ◗◗ Maryse Gauthier Plus d'information : https://travail-emploi.gouv.fr/dialoguesocial/le-comite-social-et-economique/

À quoi sert le CSE ? La délégation du personnel au CSE a pour mission de présenter à l'employeur les réclamations individuelles ou collectives relatives aux salaires, à l'application du code du travail et des autres dispositions légales concernant notamment la protection sociale, ainsi que des conventions et accords applimaine éco mai 2019 33


[focus]

[NOUVEAUTÉ DEPUIS LE 1 JANVIER 2019] ER

L’aide unique aux employeurs d’apprentis

Dans le cadre de l’embauche d'un ou plusieurs apprentis en contrat d'apprentissage, les employeurs peuvent bénéficier depuis le 1er janvier 2019 d’une aide unique forfaitaire. Elle est versée mensuellement par l’État à l’employeur au titre d’un contrat d’apprentissage conclu dans une entreprise de moins de 250 salariés et visant un diplôme ou un titre à finalité professionnelle équivalant au plus au baccalauréat. Elle est fixée, au maximum, à 4 125 euros pour la première année d’exécution du contrat, 2 000 euros pour la deuxième année et 1 200 euros pour la troisième année. En plus de cette aide, les employeurs peuvent aussi bénéficier d’une réduction générale des cotisations patronales (retraite et assurance chômage). Pour les contrats d’apprentissage signés avant le 1er janvier 2019, les aides nationales et régionales sont maintenues jusqu’à la fin du contrat : - l'aide régionale au premier apprenti : cette aide de 1 000 euros est versée par la Région aux entreprises de moins de 11 salariés qui recrutent un premier apprenti majeur à la date de signature du contrat pour une formation de niveau CAP ou bac pro. Elle est également versée aux entreprises de moins de 250 salariés qui recrutent un apprenti pour la première fois pour une formation de niveau CAP ou bac pro. L’employeur n’a pas de démarches à effectuer.

- l'aide au recrutement d’apprentis supplémentaires : cette aide de 1 000 euros est réglée par la Région aux entreprises de moins de 250 salariés qui recrutent un apprenti pour la première fois ou prennent un apprenti supplémentaire. Elle est versée à l’issue de la période d’essai. Si l’employeur recrute plusieurs apprentis supplémentaires, il peut bénéficier d’autant d’aides que de contrats éligibles. - la prime régionale aux employeurs formant des apprentis : les entreprises de moins de 11 salariés peuvent percevoir une prime versée par la Région d’un montant maximum de 1 000 euros par an à la signature du contrat d’apprentissage. Cette prime est attribuée quel que soit le niveau préparé et en fonction de l’assiduité de l’apprenti au CFA. L’employeur n’a pas de démarches à effectuer. Après l’enregistrement du contrat, la Région informe l’employeur par courrier de ses droits à l’aide. - l'aide régionale pour la professionnalisation des maîtres d'apprentissage : cette aide forfaitaire de 500 euros est accordée par la Région aux entreprises de moins de 250 salariés pour chaque maître d’apprentissage ayant suivi une formation permettant de mieux recruter, intégrer, former et accompagner des apprentis, ou ayant obtenu la qualification "Maître d’apprentissage confirmé".

Contact CCI : service apprentissage au 02 43 21 00 51

INTERNATIONAL BUSINESS DAYS

Booster ses affaires dans un cadre unique ! Retour en piste pour la 12e édition de l'International Business Days, la convention d'affaires dédiée aux innovations dans les filières des transports. Les 12 et 13 juin, acheteurs et fournisseurs de l'industrie manufacturière se donnent rendez-vous dans une ambiance originale et conviviale à l'occasion des essais des 24 Heures du Mans. Rendez-vous personnalisés, espaces d’exposition et de démonstration, visites privées et guidées des paddocks et des stands de ravitaillement, tech talks dans l’atelier de montage de Michelin Compétition et Dunlop Motorsports, dégustation de produits régionaux, dîner gastronomique et possibilité d’assister aux essais de jour et de nuit, sont bien entendu au programme. Parmi les inscrits, l’AFPR, LEA Partners, STS international, ALHWS, Plungnlock, The MAI, Soprofame, Pyromeral Systems, Stop Choc, Oetikon, Codepan, CETIM, PQR Corporation, Novitom, CQM+, Plast’eo… et des partenariats renouvelés avec Le Mans Développement, la CCI Le Mans Sarthe et les media Tôlerie Magazine, GPO, Air & Cosmos, ce qui permet de prévoir déjà une édition d’un niveau exceptionnel placée sous le signe de l’innovation et des nouvelles mobilités. Le concept et le format uniques font de cet événement un rendez-vous incontournable pour qui veut trouver de nouveaux relais de croissance, faire de la veille, valoriser son savoir-faire et vivre deux jours au contact de la plus prestigieuse et ancienne course d’endurance au monde. Plus d'information : www.ibdlemans.com

34 maine éco mai 2019


ENQUÊTE DE CONJONCTURE SARTHOISE

Prudence pour les premiers mois de 2019 La perception des 442 dirigeants sarthois interrogés en janvier dernier sur leur activité est en adéquation avec le ralentissement observé partout en France en 2018. Bien que l’activité économique soit toujours en croissance, le bilan de l’année passée se présente en demi-teinte. Les trésoreries et les marges sont impactées par l’inflexion conjoncturelle alors que l’on observe une dynamique plus favorable à l’emploi et à l’investissement. Cependant, les dirigeants déplorent des difficultés de recrutement. La formation est au cœur des préoccupations. Les anticipations pour les prochains mois montrent une légère amélioration de la situation globale et sont surtout marquées par la prudence des dirigeants. 60 % d’entre eux misent notamment sur la stabilité

des carnets de commande. Cette vision d’ensemble laisse place à des disparités importantes d’un secteur à l’autre. Ainsi au niveau sectoriel, le commerce de gros et les services aux entreprises sont les plus dynamiques. L’industrie affiche des indicateurs sur l’emploi et l’investissement très positifs. Le BTP souffre d’une nette inflexion répercutée sur les trésoreries et les marges. C’est aussi le secteur subissant les plus importantes difficultés de recrutement mais qui fait également état de bonnes capacités de financement sur des projets structurants. Enfin, le commerce de détail est durement impacté, notamment sous l’effet du mouvement des "gilets jaunes". Retrouver les résultats de l'enquête sur www.lemans.sarthe.cci.fr

CONFÉRENCE DU CENTRE DES JEUNES DIRIGEANTS

Révolution intérieure

Le Centre des jeunes dirigeants d'entreprise du Mans (CJD) a organisé en mars dernier sa conférence biennale sur le thème de la "Révolution intérieure : l'homme face au changement". Trois conférenciers hors pairs, Marc de la Ménardière, réalisateur du film "En quête de sens", Sandrine Roudaut, chercheuse-semeuse d'utopies, et André Comte Sponville, philosophe, ont tenu en haleine les 800

participants du monde économique du département venus le temps d'une soirée au Palais des congrès du Mans. À tour de rôle, les trois intervenants ont amené le public captif à réfléchir sur la manière de remettre l'économie au service de l'homme et à initier un changement basé sur l'épanouissement personnel, l'innovation vertueuse et le collaboratif, tout en préservant notre planète. Dans la journée, le CJD avait aussi organisé une conférence participative avec 300 jeunes le matin, pour les faire parler des enjeux sociétaux et environnementaux autour de sujets concrets. Des ateliers d'expérimentation ouverts à tout public, sous la forme d'une learning expedition, se sont déroulés l'après-midi sur les thèmes du biomimétisme, d'intelligence artificielle, de la méditation pleine conscience, de l'innovation médicale… En résumé, une biennale sous le signe du changement et de la révolution intérieure qui a remporté un franc succès !

[OF COURSE LE MANS ]

La nouvelle marque territoriale

La Ville du Mans et Le Mans métropole ont lancé une nouvelle marque avec l'appellation "Of course Le Mans" pour donner une meilleure visibilité au territoire et mettre en place une stratégie d'attractivité d'envergure nationale et internationale. Le nom "Of course Le Mans" construit sur un jeu de mots est à l'évidence un clin d'œil aux 24 Heures du Mans. La marque incarne les notions d'excellence et de compétitivité, elle suggère aussi des émotions vives autour de la joie et la surprise avec cet anglicisme qui se traduit par "Bien entendu/évidemment" Le Mans, mais aussi sur le partipris créatif avec le smiley de l'étonnement. Le rouge velouté retenu fait quant à lui écho au rouge/orangé qui a forgé l'identité de la ville (tramway, bâtiment, muraille). Cette nouvelle marque va être déclinée à l'échelle locale, nationale et internationale à travers des plans de communication. La Ville compte aussi créer une communauté d'ambassadeurs pour valoriser Le Mans et donner de la visibilité à la marque.

maine éco mai 2019 35


[focus]

[LE MANS SARTHE INVESTISSEMENT]

Un bilan très positif pour le club de business angels

Le Mans Sarthe Investissement est un club de business angels dont l’activité a démarré en avril 2011 et qui compte dorénavant 81 membres. L'année 2018 marque un record en termes de dossiers financés et de montants investis : neuf entreprises ont été financées pour un total de 489 000 euros, dépassant ainsi la barre des deux millions d'euros depuis la création du club. L’association, présidée par Olivier Brière, met en

relation les business angels avec des entrepreneurs, des créateurs de projets innovants et/ou à potentiel de développement et, d’une manière générale, elle mène toutes actions par tous moyens, susceptibles de favoriser la réalisation de ces projets. Elle est ouverte à toute personne qui souhaite investir et s’investir dans des projets entrepreneuriaux. Les business angels sont des personnes physiques qui investissent une part de leur patrimoine dans ces entreprises et qui mettent gratuitement à disposition d’un entrepreneur, leurs compétences et leurs expériences. Le Mans Sarthe Investissement accompagne tous les projets situés à moins d’une heure trente du Mans (en train ou voiture) avec une préférence pour des projets dont le siège social est ou sera sur le territoire de la Sarthe, quel que soit le type d’activité (production, services, commerce, artisanat), l’objet (création, reprise ou développement) ou le montant d’investissement sollicité. Plus d'information : www.lmsinvestissements.fr

[LES ENTREP']

Des jeunes Sarthois lauréats au trophée régional L'association nationale Les Entrepreneuriales, créée il y a dix ans, sous l'impulsion de la fondation Entreprendre, Réseau Entreprendre, KPMG, le Crédit Agricole et reconnue d'intérêt général, offre à tout jeune post-bac, étudiant et diplômé, un programme d'entraînement terrain à la création d'entreprise, 100 % gratuit, piloté par des entrepreneurs : les Entrep'. Issue de formations et d'établissements supérieurs différents, chaque équipe composée de trois à cinq jeunes est accompagnée par un coach (salarié, consultant, chef d'entreprise…). La pédagogie active est tournée vers la mise en situation, la confrontation au terrain et le management d'un projet. L'équipe suit un parcours de 18 semaines, hors des murs de son établissement et bénéficie d'un apport de connaissances pratiques (e-learning, workshop thématiques…). En 2019, 220 jeunes ligériens ont porté 50 projets d'entreprise accompagnés par une centaine d'entrepreneurs et coachs. La finale régionale a 36 maine éco mai 2019

été remportée avec brio par une équipe sarthoise, La Gapette Française, parrainée et coachée par Fabio Rubino de FriendlyTime et Violaine Guittet, conseillère à la création de la CCI. Les quatre jeunes étudiants à l'IUT du Mans et à Marguerite Yourcenar ont présenté un projet de création d'une marque de gapette made in France (casquette plate) remise au goût du jour en adoptant une démarche éthique et éco-responsable.

JUGES AU TRIBUNAL DE COMMERCE

Appel à candidature

Le tribunal de commerce du Mans recherche des candidats pour occuper la fonction de juges consulaires. Ce sont des bénévoles, choisis parmi des commerçants ou des dirigeants d'entreprise, ils seront élus en octobre prochain par les délégués consulaires et par leurs pairs. Le tribunal de commerce tranche, de manière générale, les litiges entre commerçants ou entre commerçants et sociétés commerciales, et ceux qui portent sur les actes de commerce. Il juge notamment : les litiges entre les entreprises, y compris les établissements de crédit ou les sociétés de financement en droit communautaire et en droit national en matière de commerce et de concurrence ; les litiges relatifs aux actes de commerce entre toutes les personnes ; les litiges relatifs à une lettre de change ; les litiges opposant des particuliers à des commerçants ou à des sociétés commerciales dans l'exercice de leur commerce lorsque les particuliers optent pour la saisine du tribunal de commerce ; les contestations entre les associés d'une société commerciale ; les difficultés des entreprises (sauvegarde, redressement et liquidation). La fonction de juge au tribunal de commerce nécessite une forte disponibilité pour l’exercice même du mandat ainsi que pour une formation continue indispensable (l’investissement du juge oscille en moyenne entre deux à six journées par mois). Le premier mandat de juge est de deux ans. Les mandats suivants sont de quatre ans. La durée maximale d’exercice du mandat est de 14 années. Contact : Medef Sarthe au 02 43 23 20 80


La qualité, les services en plus ! Qualité

Traitement EN NF ISO 1461 Traitements spéciaux

Tous les jours, nos camions sont près de chez vous. Appelez-nous, on s’occupe du reste !

02 43 39 11 11

Délai de traitement 48H à 72H en moyenne 12H sur RDV

Appui technique

Aide à la conception Validation de vos études

61

28 53

72 41

Certification

49

Certificat de conformité

37

Service Logistique

3 navettes de transport 2 à 3 passages par semaine sur tous les départements

GALVA 72 - ZA La Cour du Bois - 72550 Coulans Sur Gée - contact@galva-72.fr 201809186 - encart Presse CCI.indd 1

15/01/2019 16:11:52

kia.fr

Nouveau Kia Sportage

�tonnement garanti.

257 297

TTC/mois � TTC/mois

KIA MOTORS FRANCE - 383915295 RCS Nanterre

� partir de

(1)

LLD sur sur 49 49 mois mois et et 60 60000 000km km major� de 3 000 � 1er loyer apport sans

�quipements de s�rie du Nouveau Kia Sportage Active

Syst�me de navigation avec services connect�s TomTom LIVE(3) � Android AutoTM, Apple CarPlayTM et cam�ra de recul � Climatisation automatique bi-zone Capteur de pluie � Alerte de franchissement involontaire de ligne et aide au maintien de voie Consommations mixtes et �missions de CO2 du Nouveau Kia Sportage : de 4,7 � 6,9 L/100 km - de 123 � 159 g/km. *Garantie 77 ans (1erer des des deux deux termes termes �chu) �chu)valable valablepour pourtous tousles lesmod�les mod�lesKia Kiaen enFrance Francem�tropolitaine m�tropolitaineet etCorse Corse(hors (horsDOM-TOM) DOM-TOM)etetdans danstous tousles lesEtats Etatsmembres membres l�UE ainsi qu�en Norv�ge, Suisse, Islande Gibraltar sous r�serve respect plan d�entretien d�fini par *Garantie ans ou 150 000 km (1 membresdede del�UE l�UEainsi ainsi qu�en qu�en Norv�ge, Norv�ge, Suisse, Suisse, Islande Islande etet et Gibraltar Gibraltar sous sous r�serve r�serve dudu du respect respect dudu du plan plan d�entretien d�entretien d�fini d�fini par par le le constructeur le constructeur constructeur etet et er pr�sent� dans enen usine par KiaKia � compter dudu1erer1mars 2013 participants. L�offre comprend la �� jour annuelle des cartes du terminal du dans la de dans le le manuel manuel utilisateur. utilisateur. **Offre **Offrelimit�e limit�e��l�achat l�achatd�un d�unv�hicule v�hiculeKia Kianeuf neuf�quip� �quip�d�un d�unterminal terminalNavigation NavigationLGLGououMOBIS MOBISmont� mont� usine par � compter mars 2013chez chezleslesdistributeurs distributeurs distributeurs participants. participants. L�offre L�offre comprend comprend la mise la mise mise jour � jour annuelle annuelle desdes cartes cartes du du terminal terminal du v�hicule, du v�hicule, v�hicule, dans dans la limite limite la limite de 66 dede laladisponibilit� disponibilit� de ladite mise jour. Mentions l�gales l�gales KIA KIA FINANCE FINANCE(1) (1)Exemple Exemplede delocation locationLongue Longue Dur�e (LLD) sur 49 mois et 60 60 000 000 km pour financement d�un Nouveau KiaSportage Sportage Active 1,6LCRDi CRDiDiesel Diesel 115 ch mises de 6 mises � jour, � jour, soussous r�serve r�serve d�une d�une installation installation parpar un un R�parateur R�parateur Agr�� Agr�� KiaKia et et de la disponibilit�de deladite laditemise mise���jour. jour. Mentions (1) Exemple de location Longue Dur�e Dur�e (LLD) (LLD) sur sur 4949 mois mois et et 60 000 kmkm pour pour le financement lelefinancement d�und�un Nouveau Nouveau Kia Sportage Kia Active Active 1,6L 1,6L CRDi Diesel 115 ch115 ISGch er TTC apport. Exemple hors� TTC assurances et prestations Premium Kia 1,6LSportage CRDi Diesel 136 ch ISG BVM6 (avec syst�mes avanc�s � la conduite et avanc�s peintured�aide m�tallis�e). ISG BVM6 BVM6 4x2 4x2 (hors (hors options). options). 1 loyer 49 loyers major� mensuels de 3 000 de�297 suivi� de 48sans loyers mensuels de 257 sans apport. Exemple hors facultatives. assurances Mod�le et prestations pr�sent� :facultatives. Nouveau KiaMod�le Sportage pr�sent� GT Line: Nouveau GT Line Premium 1,6L4x2 CRDi Diesel 136 ch ISG BVM6d�aide 4x2 (avec syst�mes � la conduite 49 loyers mensuels de 377 � TTC. Exemple et loyers prestations facultatives. particuliers, valable du 01/11/2018 au 30/06/2019 chez tous les distributeurs Kiadu participant (voir l�offre enles concession). Sous d�acceptation du dossier par Kiaen Finance, d�partement et peinture m�tallis�e). 1er loyer major� de 3hors 000assurances � suivi de 48 mensuels de 367 �Offre TTC. r�serv� Exempleaux hors assurances et prestations facultatives. 31/03/2019 Offre r�serv� aux particuliers, valable 01/11/2018 au conditions 31/12/2018dechez tous distributeurs Kiar�serve participant (voir conditions de l�offre concession). Sous de CGL, Compagnie G�n�rale de Location d��quipements, SA au de capital 58 �� -- 69, de 59708 Cedex -- SIREN RCS M�tropole. Conditions kia.fr. (3) connexion internet depuis votre ��hors frais Les r�serve d�acceptation du dossier par Kia Finance, d�partement capital CGL,de de Compagnie 58 606 606 156 156 G�n�rale 69,deav. av. Location de Flandre Flandre d��quipements, 59708 Marcq-en-Baroeul Marcq-en-Baroeul SA au capital de Cedex 58 606 SIREN 156 �303 303 - 69,236 236 av. 186 de 186Flandre RCS Lille Lille 59708 M�tropole. Marcq-en-Baroeul Conditions sur sur Cedex kia.fr. - SIREN (3) Via Via303 connexion 236 186 internet RCS Lille depuis M�tropole. votret�l�phone Conditions t�l�phonecompatible compatible sur kia.fr. (3) Via horsconnexion fraisde deconnexion. connexion. internet depuis Lesmarques marques votre cit�es appartiennent � leurs respectifs. t�l�phone compatible � horspropri�taires frais de connexion. Les marques cit�es appartiennent � leurs propri�taires respectifs.

10 Bis rue des Frères Renault (angle Bd Demorieux) LE MANS 02 43 75 66 55 REPIQUAGE maine éco mai 2019 37


d'une communauté de communes…

MAINE CŒUR DE SARTHE

Des atouts et des outils La Communauté de communes Maine Cœur de Sarthe rassemble 13 communes périurbaines et rurales du nord de la périphérie mancelle : Ballon-Saint Mars, Courceboeufs, Joué-l’Abbé, La Bazoge, La Guierche, Montbizot, Neuville-sur-Sarthe, Saint-Jean-d’Assé, Saint-Pavace, Sainte-Jamme-sur-Sarthe, Souillé, Souligné-sous-Ballon, Teillé. Ce territoire de 22 000 habitants présente l’intérêt d’être à la fois proche du Mans et de nombreux axes routiers, tout en offrant un cadre de vie très agréable et des services adaptés aux différentes générations… Remarquablement exploités, ces atouts favorisent à la fois une belle croissance démographique et une dynamique économique qui s’est accélérée ces dernières années. deux maisons médicales pluridisciplinaires, à Ballon-Saint-Mars et SainteJamme-sur-Sarthe, ainsi qu’un pôle d’appui médical à La Bazoge et un pôle d’appui tertiaire à La Guierche. En conséquence, cinq médecins se sont récemment installés sur Maine Cœur de Sarthe et nous sommes le territoire sarthois qui possède le meilleur taux de médecins au nombre d’habitants", constate la présidente de l’intercommunalité. La Communauté de communes investit aussi en faveur de la petite enfance pour répondre aux besoins des jeunes ménages. Un premier multi-accueil a été ouvert à Montbizot, tandis qu’un Fonderie d’Antoigné à Sainte-Jamme-sur-Sarthe.

L

e projet de territoire, que les élus ont récemment élaboré, s’appuie sur quatre piliers : habiter, entreprendre, préserver et se divertir avec une exigence transversale : un territoire connecté", rappelle Véronique Cantin, présidente de la Communauté de communes Maine Cœur de Sarthe et maire de Neuvillesur-Sarthe. "Habiter" au sein de cette terre rurale et périurbaine aux portes du Maine et au cœur de la Sarthe est, en effet, un

38 maine éco mai 2019

enjeu majeur de développement local. "Chacune de nos communes connaît une augmentation régulière et souvent importante de sa population. Sur presque chacune d’entre elles, il existe des projets de lotissement, souligne Véronique Cantin. Ces nouveaux habitants s’investissent pleinement dans la vie de leur village, contribuant notamment à dynamiser les associations et les manifestations locales." Pour accueillir ces habitants et les fidéliser, le conseil communautaire est

conscient qu’il a l’obligation d’apporter, à ces ménages, l’ensemble des services attendus, en matière de santé, d’éducation, de garde d’enfants, etc.

Le meilleur taux de médecins par habitant du département "Le premier objectif des élus a été de préserver l’offre médicale. C’est pourquoi, en totale coopération avec les médecins locaux, nous avons créé

Véronique Cantin, présidente de la Communauté de communes Maine Cœur de Sarthe et maire de Neuville-sur-Sarthe.


à l'autre

pour séduire d’Antoigné à Sainte-Jamme-surSarthe, en 1985, une grande partie des emplois industriels est longtemps restée concentrée sur deux entreprises agroalimentaires de la périphérie mancelle, Loeuf à La Bazoge et Vandemoortele (ex Panavi) à Neuvillesur-Sarthe (qui demeurent, d’ailleurs, les premiers employeurs du territoire). Mais, depuis une dizaine d’années, le rythme d’installation des entreprises s’est grandement accéléré. David Dordain, président du club d'entreprises Cœur de Sarthe et dirigeant de la société TECC.

second va voir le jour à Neuville-surSarthe. "Ce maillage est complété par un relais assistantes maternelles et plusieurs infrastructures privées", poursuit Véronique Cantin, soulignant également le travail qui est mené en direction des familles et des personnes âgées par la maison des projets (centre social) dont le siège est à Ballon-SaintMars. "Dans cette même volonté de proposer des services équivalents à ceux des zones urbaines, nous voulons aussi permettre à chacun d’accéder au très haut débit Internet. Dans ce but, nous allons investir 1,76 million d’euros dans le déploiement du réseau de fibre optique qui couvrira tout le territoire d’ici à 2022." À l’évidence, ce programme bénéficiera autant aux particuliers qu’aux professionnels, de plus en plus nombreux à s’installer sur Maine Cœur de Sarthe.

La zone de Chapeau, un exemple de réussite En effet, si la croissance démographique du territoire est constante depuis trois décennies, son développement économique est plus récent. Après la fermeture de la fonderie

Le plus bel exemple de cette réussite est la zone de Chapeau à Neuville-surSarthe. Cet espace d’une quinzaine d’hectares aux Portes du Mans, dédié à la logistique et à l’industrie, s’est rempli en seulement cinq ans, accueillant des entreprises de premier plan comme MEI (voir interview de JeanLouis Héry), maliterie.com ou Villard (matériel et mobilier médical). Dans le même temps, le site des Petites Forges a été entièrement commercialisé et une nouvelle tranche est en voie de viabilisation. "Notre communauté de communes compte sept zones - à La Bazoge, Joué-l’Abbé, Montbizot, Neuvillesur-Sarthe, Saint-Pavace et SainteJamme-sur-Sarthe - qui se complètent parfaitement et font preuve d’un même dynamisme. Nous disposons d’un tissu industriel, agricole, artisanal et tertiaire, dense, diversifié et cohérent, constate Véronique Cantin. Désormais, notre objectif est de créer un nouveau site complémentaire à La Bazoge, près de la route départementale Le Mans-Alençon, tout en continuant à favoriser le développement des zones existantes." Pour ce faire, la communauté de communes peut mettre en avant sa proximité avec Le Mans et les grands

axes routiers sarthois (dont les autoroutes), ainsi que la présence de quatre halte-ferroviaires réaménagées à Neuville-sur-Sarthe, La Guierche, Montbizot et Teillé.

Un club d’entreprises concerné Cette dynamique économique peut s’appuyer sur un club d’entreprises actif et en expansion. Créé par les occupants de la zone d’activités des Petites Forges, celui-ci rayonne désormais sur l’ensemble de Maine Cœur de Sarthe et compte une cinquantaine d’adhérents. "Nous rassemblons des entreprises de toutes tailles et cela fait notre richesse. Tous ensemble, nous partageons nos expériences, nos bonnes pratiques et défendons des valeurs, dans un cadre convivial", résume le président du club, David Dordain, qui est également le di-

rigeant de la société TECC, spécialiste de la protection incendie (maintenance et vérification du matériel, formation des personnels, etc.). Le club a notamment travaillé sur l’économie circulaire, en organisant plusieurs conférences et ateliers en partenariat avec la CCI et le Pays du Mans. "Nous sommes sensibilisés au développement durable, poursuit David Dordain, insistant sur les liens étroits que le club entretient avec les élus locaux. "Nous dialoguons beaucoup, en particulier avec le viceprésident aux affaires économiques, Éric Bourge ; ce qui nous permet de résoudre facilement les problèmes."

Patrimoine médiéval et mémoire ouvrière Logiquement, cette double croissance démographique et économique favorise le commerce local. Onze des treize

Jardins du Donjon à Ballon.

maine éco mai 2019 39


d'une communauté de communes… communes conservent au moins un commerce, trois grandes surfaces maillent le territoire, tandis que, chaque semaine, quatre marchés continuent de séduire le public. De plus, beaucoup de producteurs proposent de la vente à domicile. "Cette vitalité commerciale est largement soutenue par les communes qui, dans plusieurs cas, ont choisi de racheter ou de construire des bâtiments commerciaux", précise Véronique Cantin.

Cette implication des élus dans le développement local se retrouve également dans le domaine du tourisme. "Nous disposons de grands espaces de respiration que nous valorisons depuis plusieurs années à travers l’aménagement de nombreux chemins de randonnée et de circuits thématiques - sur le chanvre à Souillé et le Roussard à La Bazoge. Nous soutenons aussi la mise en valeur de notre patrimoine dont nos deux plus remarquables sites : le donjon de Ballon, que ses

propriétaires animent avec brio, et la fonderie d’Antoigné dont une association d’anciens fondeurs préserve, avec passion, la mémoire ouvrière", détaille la présidente de la Communauté de communes. Désormais, la jeune intercommunalité va s’attacher à mettre en œuvre son projet de territoire en concrétisant plus particulièrement trois projets : la viabilisation de la zone d’activité de La Bazoge, la construction du multiaccueil de Neuville-sur-Sarthe et l’amé-

nagement de nouveaux locaux communautaires administratifs et techniques sur la zone des Petites Forges. Ce dernier chantier sera suivi de la réhabilitation des actuels bureaux de Ballon au profit de la maison des projets. "Tous les élus sont très mobilisés. Ils travaillent en bonne entente et en confiance pour l’avenir du territoire", conclut Véronique Cantin.

◗◗ Emmanuel Chevreul

MEI

Jean-Louis Héry, un dirigeant emballé par la zone de Chapeau L’entreprise MEI (Mancelle Emballage Industriel) s’est installée sur la zone d’activités intercommunale de Chapeau en 2017. Un déménagement qui satisfait pleinement son dirigeant, Jean-Louis Héry. circulation. De surcroît, nous avons été, d’emblée, très bien accueillis et accompagnés par Véronique Cantin et son équipe, qui ont très bien su comprendre nos besoins et y répondre."

Jean-Louis Héry, dirigeant de MEI.

MEI a été créée en 1976 par les Transports Savin, implantés sur la zone sud du Mans et s’est spécialisée, après quelques années d’existence, dans le négoce des produits d’emballage de protection. Rachetée en 2009 par Jean-Louis Héry, qui en était le directeur général depuis 18 ans, l’entreprise travaille exclusivement pour les industriels sur un grand quart nord-ouest de la France. "Nos locaux historiques, en zone sud du Mans, étaient trop étroits et nos entrepôts étaient dispersés. Cette organisation freinait notre croissance. C’est pourquoi nous avons pris la décision de déménager, explique Jean-Louis Héry. J’ai immédiatement été séduit par la zone d’activités de Chapeau qui nous offrait un grand espace dans un cadre très agréable, tout en demeurant à la même distance du centre du Mans… mais en bénéficiant de meilleures conditions de

40 maine éco mai 2019

Ainsi, MEI occupe aujourd’hui 12 000 m2 de surface (bureaux et entrepôts logistiques), garantissant d’excellentes conditions de travail à ses 48 salariés et s’assurant la possibilité de stocker plus d’un millier de références en permanence sur le site (1). "Nous sommes pleinement satisfaits ! Ces nouveaux locaux sont tout à fait adaptés et doivent nous permettre de nous développer rapidement. L’emplacement, notamment, est idéal car il nous assure un accès facilité aux principaux axes routiers", affirme le dirigeant de l’entreprise, soulignant que 70 % du budget de construction du bâtiment a été confié à des entreprises sarthoises et la totalité de la maintenance est réalisée par des prestataires manceaux. Dès à présent, MEI s’est pleinement intégrée dans le paysage économique local et son dirigeant a aisément trouvé sa place dans le territoire, intégrant le bureau du club d’entreprises Cœur de Sarthe. "J’ai commencé à tisser des liens avec les entrepreneurs du secteur. Nos relations sont ouvertes et bienveillantes. Ainsi, avec Villard, située aussi sur la zone de Chapeau, nous avons échangé nos serveurs de sauvegarde, en les reliant par une ligne dédiée de fibre optique, afin de préserver nos données, affirme Jean-Louis Héry. À travers mes différents échanges au sein du club, j’ai pu constater combien le territoire Maine Cœur de Sarthe est dynamique et diversifié." (1) MEI propose, au total, 5 000 produits référencés.


ACTIONS

CONSEILS

SUIVI INDIVIDUEL

BtoC Bromures Horizontaux

XXX €

Bromures Verticaux

TTC/mois

(1)

À partir de

avec apport - sous condition de reprise

avec apport - sous condition de reprise

CIgrgŠKODA

KAROQ XXX €

TTC/mois(1)

À partir de

XXX €

TTC/mois(1)

À partir de

avec apport - sans condition de reprise

XXX €

XXX €

TTC/mois(1)

À partir de

avec apport - sans condition de reprise

XXX €

<-[[~<ɓIW-C-WÀ partir de sans <ICgWWC apport - sous condition de reprise sans apport - sous condition de reprise TTC/mois

(1)

À partir de

XXX €

TTC/mois(1)

À partir de

XXX €

TTC/mois(1)

TTC/mois(1)

À partir de

sans apport - sans condition de reprise



sans apport - sans condition de reprise

BtoB Bromures Horizontaux OFFRE MAINTENANCE

Bromures Verticaux

(2)

PRO

VÉHICULE DE REMPLACEMENT(3) PERTE FINANCIÈRE INCLUSE(4)

XXX €

TTC/mois(1)

À partir de

avec appor t ŠKODA KAROQ

ǝǤǤ

XXX €

TTC/mois(1)

À partir de

avec appor t

XXX €

* MODULARITÉ[ûÝäÃrÙ«ËĔú À partir de TECHNOLOGIE]:IËÄÄä*ɕ * t sans appor POLYVALENCEbÙÄÝëÝÝ«ËÄǟúǟ

TTC/mois(1)

B˔Ÿ½˜ÖٙݘÄä™ȭ:WIV[äû½˜ǝȳǛb-ǜǠǛŽ¨ǟúǟBrǡ‚ô˜ŽËÖä«ËÄÝT˜«Ääé٘[֙Ž«‚½˜Ȯ8‚Ää˜Ýقä˜ÙǜǤȷȷ˜äT‚ÙºÝÝ«Ýäȳ<Ëû˜Ù”˜ǟǞǞɚÝéÙǝǠÃ˫ݘäǟǛǛǛǛºÃ݂ÄÝ‚ÖÖËÙäȳI¢¢Ù˜ô‚½‚½˜”éǛǜȹǛǜȹǝǛǜǤ‚éǞǛȹǛǡȹǝǛǜǤȳɂǜɃI¢¢Ù˜”˜<ˎ‚ä«ËÄ<ËÄ£é˜éٙ˜ÝéÙǝǠÃ˫ݘäǟǛǛǛǛºÃÖËéÙéÄ:WIV éݫĘÝÝǝȳǛb-ǜǠǛŽ¨rBǡ‚ô˜ŽËÖä«ËÄT˜«Ääé٘Ù䂽½«Ý™˜ȳ<Ëû˜Ù”˜ǝǤǤɚȹÃË«Ý<<ÝéÙǝǠÃ˫ݘäǟǛǛǛǛºÃ݂ÄÝ‚ÖÖËÙäȳI¢¢Ù˜ô‚½‚½˜”éǛǜȹǛǞȹǝǛǜǤ‚éǞǛȹǛǡȹǝǛǜǤȳI¢¢Ù˜ٙݘÙô™˜‡½‚Ž½«˜Ä䟽˜ÖÙË¢˜ÝÝ«ËÄĘ½½˜ɂ¨ËÙÝ<Ëé˜éÙݘä$½Ëää˜ÝɃȮŽ¨˜ĀäËéݽ˜Ý«ÝäÙ«éä˜éÙÝ]:IÖٙݘÄä‚Ä䎘ēĂĎ˜Ã˜ÄäÝËéÝ ٙݘÙô˜”ȷ‚ŽŽ˜Öä‚ä«ËÄ”é”ËÝÝ«˜ÙւÙr˽ºÝõ‚£˜Ä‚ĺ%Í*ɇ[W<”˜”Ù˫䂽½˜Ã‚Ä”ɇ‚֫䂽Ýˎ«‚½ȭǞǜǣǝǢǤǝǛǛɚɇ[鎎éÙ݂½˜$قϘȭ…ä«Ã˜Ää½½«ÖݘȮǜǠ‚ô˜Ä阔˜½‚˜Ã«Ɉ½éĘɈǤǠǢǛǛWË«ÝÝûɈ˜ÄɈ$قϘɈW[TËÄä˫ݘǟǠǜǡǜǣǤǛǟɇB‚Ä”‚䂫٘ݔɓ‚ÝÝéقϘ˜ä ”ɓ«Ää˜Ùٔ«‚«Ù˜”ɓ‚ÝÝéقϘÄʬIW-[ǛǣǛǟǛǝǡǢɂõõõȳËÙ«‚Ýȳ¢ÙɃȳɂǝɃËÄäق䔘B‚«Ää˜Ä‚ÄŽ˜ˍ½«£‚ä˫٘«ÄŽ½éÝ”‚Äݽ˜Ý½Ëû˜ÙÝÝËéݎ٫ä‚éÖٟÝ”˜r˽ºÝõ‚£˜Ä‚ĺ%Í*ȳɂǞɃr™¨«Žé½˜”˜٘ÃÖ½‚Ž˜Ã˜Ääˍ½«£‚ä˫٘«ÄŽ½éÝ”‚Äݽ˜Ý½Ëû˜ÙÝÝËéݎ٫ä‚éÖٟÝ”ɓéÙËÖÝÝ«Ýä‚ÄŽ˜ $قϘȳ<‚Ö٘Ýä‚ä«ËĘÝä¢ËéÙÄ«˜ւÙgWIT[[-[bC$قϘɈǜÖÙËØԘ”˜½‚ËÄĘää˜ȮǤǝǝǞǛ%˜ÄĘô«½½«˜ÙÝȮ˜Ää٘Ö٫ݘٙ£«˜ւÙ½˜ŽË”˜”˜Ý‚ÝÝéقϘÝȮ[ȳȳ‚鎂֫䂽”˜ǝǞǡǛǜǣǠǢɚȳW[C‚Ää˜Ù٘ǟǠǜǞǡǡǟǛǠȳɂǟɃT˜Ùä˜$«Ä‚ÄŽ«ŸÙ˜ˍ½«£‚ä˫٘«ÄŽ½éݘ”‚Äݽ˜Ý ½Ëû˜ÙÝÝËéݎ٫䘂éÖٟÝ”˜BB-WÝÝéقϘÝBéä阽½˜ÝɈ[ˎ«™ä™”ɓ‚ÝÝéقϘÃéä阽½˜‡ŽËä«Ý‚ä«ËÄÝēú˜ÝɈW[<˜B‚ÄÝǢǢǠǡǠǝǜǝǡ˜äBB-WɈ[ˎ«™ä™ÄËÄû؂鎂֫䂽”˜ǠǞǢǛǠǝǞǡǣɚɈW[<˜B‚ÄÝǟǟǛǛǟǣǣǣǝɈ[«Ÿ£˜ÝÝˎ«‚éúȭǜǟ”B‚Ù«˜˜ä½˜ú‚Ĕ٘ IûËÄɈǢǝǛǞǛ<˜B‚ÄÝŽ˜”˜úǤȳÄä٘Ö٫ݘÝٙ£«˜ÝւÙ½˜ŽË”˜”˜Ý‚ÝÝéقϘÝȳȩ˜ݙ٫˜Ȯ˜ÄËÖä«ËÄËé«Ä”«ÝÖËÄ«½˜ݘ½ËĽ˜Ýô˜ÙÝ«ËÄÝȳT鍽«Ž«ä™”«¢¢éݙ˜ւÙ½˜ŽËϘÝÝ«ËÄĂ«Ù˜˜ÄØ邽«ä™”ɓ«Ää˜Ùٔ«‚«Ù˜”˜ŽÙ™”«äȮ‡ä«ä٘ÄËĘúŽ½éÝ«¢Ȯ”˜r˽ºÝõ‚£˜Ä‚ĺȳr˽ºÝõ‚£˜Ä %ÙËéÖ$قϘɇ«ô«Ý«ËÄ]:IɈǛǝǡǛǛr«½½˜ÙÝɈËää˜ÙœäÝɇW[[Ë«ÝÝËÄÝǣǞǝǝǢǢǞǢǛȳ ]:I٘ŽËÃÂĔ˜‚ÝäÙ˽%TÙË¢˜ÝÝ«ËĂ½ȳ ËÄÝËÃÂä«ËÄëú䘔˜½‚£‚ÃØ:WIVɂ½ȹǜǛǛºÃɃȭǟȮǠ‡ǢȳëÝÝ«ËÄÝ”˜I ɂ£ȹºÃɃȭǜǜǣ‡ǜǠǣȳëÝÝ«ËÄÝ”˜IǝɈô‚½˜éÙēݎ‚½˜ɂ£ȹºÃɃȭǜǛǤ‡ǜǟǡȳ r‚½˜éÙÝ‚éǜǝȹǛǝȹǝǛǜǤȮÝéݎ˜Ö䫍½˜Ý”ȷ™ô˽éä«ËÄȳTËéÙÖ½éÝ”ȷ«Ä¢ËÙÂä«ËÄÝȮŽËÄ䂎ä˜ĀôËä٘ւÙä˜Ä‚«Ù˜ȳ ǝ

gbIW<<-

SKODA AUTORELLI LE MANS ǣË齘ô‚Ù”T«˜Ù٘<˜¢‚鎨˜éúɈǢǝǜǛǛ<BC[

8 Boulevard Pierreb™½ȳȭǛǝǟǞǣǠǜǝǢǢ Lefaucheux - 72 100 Le Mans 02.43.85.12.77 - www.seat-skoda-lemans.fr 729535@@@ZQC0EU_PA-GVF-15129_BROMURE_BtoB_KAROQ_A4_H 1

04/12/2017 14:40

maine éco mai 2019 41


Imprimerie AUFFRET - PLESSIX Toute l’imprimerie grandeur nature ! Communication

Signalétique

Édition

Bureautique

Papeterie

Packaging

Messages promotionnels

Z.I. de Bellevue - 72600 MAMERS - Tél. 02 43 97 61 22 - contact@auffretplessix.com

www.auffretplessix.com

• Expertise Comptable • Fiscalité • Social • Gestion • Juridique • Stratégie & Développement

PME - PMI, Artisans, Commerçants et Professions libérales, bénéficiez de compétences multiples au service de votre performance. Perspectives, au-delà de la comptabilité, le conseil

LE MANS • 5, rue de Constantine • 72015 Le Mans Cedex 2 • Tél. 02 43 39 51 51 administration@agcperspectives.fr • www.agc-perspectives.fr 42 maine éco mai 2019


conjoncture

Enquêtes mensuelles Industrie du bâtiment

Industrie manufacturière

En mars 2019, le climat conjoncturel est quasi stable

En mars 2019, le climat des affaires est quasi stable

Selon les chefs d’entreprise du bâtiment interrogés en mars 2019, le climat des affaires est quasi stable. Après s’être redressé en février, l’indicateur qui le synthétise se situe à 112, son plus haut niveau depuis juin 2008. Il demeure ainsi largement audessus de sa moyenne de longue période (100). Les entrepreneurs sont de nouveau plus nombreux que le mois précédent à signaler une augmentation de leur activité au cours des trois derniers mois. Le solde correspondant, déjà au-dessus de sa moyenne de longue période, augmente et atteint un niveau inédit depuis mai 2008. Les entrepreneurs restent optimistes sur leurs perspectives d’activité : le solde d’opinion concernant l’activité prévue, quasi stable, se situe bien au-dessus de sa moyenne. Les entrepreneurs sont moins nombreux qu’en février à indiquer avoir augmenté leurs effectifs au cours des trois derniers mois. Le solde correspondant se replie tout en restant au-dessus de sa moyenne de longue période. De plus, les perspectives d’emploi se dégradent : le solde d’opinion concernant les effectifs prévus se replie nettement, après avoir atteint en février son plus haut niveau depuis mai 2008. Il reste cependant bien au-dessus de sa moyenne. Davantage d’entrepreneurs que le mois précédent jugent leurs carnets de commandes bien garnis. Le solde correspondant augmente de nouveau et atteint son plus haut niveau depuis mai 2008, bien au-dessus de sa moyenne de longue période. Compte tenu de leurs effectifs, les entrepreneurs estiment que les commandes assurent 8,1 mois de travail, un volume identique à celui du mois précédent et très supérieur à la moyenne sur longue période (5,6 mois).

Selon les chefs d’entreprise interrogés en mars 2019, le climat conjoncturel dans l’industrie se maintient au-dessus de sa moyenne. L’indicateur synthétique s’établit à 102, après trois mois consécutifs à 103. Le solde d’opinion des industriels sur leur production passée se replie au niveau de sa moyenne de longue période. À l’inverse, celui sur leurs perspectives personnelles de production rebondit et se situe au-dessus de sa moyenne. Les industriels sont de plus en plus optimistes sur les perspectives générales de production pour l’ensemble du secteur. Le solde correspondant se situe désormais nettement au-dessus de sa moyenne de longue période. Il avait atteint en janvier son plus bas niveau en quatre ans. L’opinion des industriels sur leurs carnets de commandes globaux s’améliore légèrement malgré le repli des carnets de commandes étrangers. Les deux soldes se maintiennent au-dessus de leur moyenne. Les industriels sont plus nombreux qu’en février à juger que leurs stocks de produits finis sont supérieurs à la normale. Le solde d’opinion correspondant augmente de nouveau et passe au-dessus de sa moyenne de longue période. Concernant l’emploi, les soldes d’opinion sur l’évolution passée et prévue des effectifs sont stables ou quasiment stables et restent nettement au-dessus de leur moyenne de longue période. L’indicateur de retournement se maintient dans la zone indiquant un climat conjoncturel favorable.

Commerce de détail/commerce et réparation automobiles

En mars 2019, le climat des affaires est stable Selon les chefs d’entreprise de ce secteur, le climat des affaires est stable en mars 2019. L’indicateur qui le synthétise se situe à 102, comme en février, au-dessus de sa moyenne de longue période (100). Les chefs d’entreprise sont beaucoup plus nombreux qu’en février à signaler une baisse de leurs ventes passées. Le solde d’opinion correspondant chute et s’éloigne davantage de sa moyenne de longue période, atteignant son plus bas niveau depuis novembre 2014. En revanche, celui sur les ventes prévues s’améliore nettement et passe au-dessus de sa moyenne. Les chefs d’entreprise sont aussi plus optimistes qu’en février concernant les perspectives d’activité du secteur : après s’être nettement replié en décembre, le solde d’opinion associé augmente pour le troisième mois consécutif et se situe au-dessus de sa moyenne de longue période, retrouvant un niveau analogue à celui de novembre 2018. Les intentions de commandes augmentent très légèrement : le

solde d’opinion correspondant se situe tout juste au-dessus de sa moyenne. Parallèlement, pour le troisième mois d’affilée, les stocks sont jugés un peu moins élevés : le solde associé baisse de nouveau en mars et rejoint sa moyenne ; il avait atteint en décembre 2018 son plus haut niveau depuis décembre 2016. Le solde d’opinion sur les prix prévus augmente de nouveau un peu et se maintient au-dessus de sa moyenne. Celui sur les prix passés rebondit par rapport à janvier 2019 et passe au-dessus de sa moyenne. La situation de trésorerie est jugée plus favorable qu’en janvier 2019 : le solde correspondant se redresse mais demeure un peu au-dessous de sa moyenne. Les chefs d’entreprise sont un peu moins nombreux qu’en février à signaler avoir accru leurs effectifs au cours des trois derniers mois ; le solde associé redescend au-dessous de sa moyenne.

Indicateurs économiques + 1,1 % : Sur un an, les prix à la consommation augmenteraient de 1,1 % en mars 2019, après + 1,3 % en février, selon l’estimation provisoire réalisée fin mars 2019. La baisse de l’inflation résulterait d’un ralentissement des prix des services, de l’alimentation et du tabac. Au contraire, les prix de l’énergie accéléreraient à nouveau. Enfin, ceux des produits manufacturés reculeraient au même rythme qu’en février. 1 703 : L’indice du coût de la construction (ICC) s’établit à 1 703 au quatrième trimestre 2018, après 1 733 au troisième trimestre 2018. Sur un an, l’ICC augmente de 2,2 % (après + 3,8 % au trimestre précédent). 114,06 : Au quatrième trimestre 2018, l’indice des loyers commerciaux s’établit à 114,06. Sur un an, il augmente de 2,5 % (après + 2,4 % au trimestre précédent). 10,03 € : Smic horaire brut (depuis le 1er janvier 2019) soit un brut mensuel de 1 521,22 € sur la base de la durée légale de 35 heures hebdomadaires (151,67 h de travail). 0,86 % : Le taux d'intérêt légal est fixé à 0,86 % pour le premier semestre 2019 quand le créancier est un professionnel (3,40 % si c'est un particulier). Les taux de l'intérêt légal applicables au premier semestre 2019 sont à la baisse par rapport à ceux qui étaient en vigueur au deuxième semestre 2018.

(Source Insee) maine éco mai 2019 43


Lu pour vous

Publicité : pourquoi Amazon menace Facebook et Google Les Échos - 20 mars 2019

Le groupe de Seattle se transforme rapidement en géant de la publicité en ligne. Ses grandes forces ? Une place de marché très fréquentée et des données utilisateurs qui permettent un ciblage publicitaire des plus efficaces.

L'avenir de l'entrepôt sera automatisé ou ne sera pas LSA - N° 2548 21 mars 2019

Les distributeurs automatisent de plus en plus leurs opérations en entrepôt. Et plus qu'une logique de gestion des coûts, il est surtout question de performance de l'activité avec, en arrière-plan, la problématique de pénurie de maind'œuvre dont souffre le secteur.

Bricolage-jardinage : les enseignes sur la voie du collaboratif LSA - N° 2548 21 mars 2019

L'économie collaborative, née en dehors du giron des enseignes historiques, doit y revenir. Les grands groupes du bricolage et du jardinage ont déjà tous pris des positions sur ce marché. Mais ils peuvent (et doivent) aller encore plus loin.

Transport maritime : la course au podium Classe Export - N° 249 Mars-avril 2019

C'est la course au gigantisme et à la massification dans le transport maritime. Avec des compagnies maritimes recomposées, des alliances moins nombreuses, on assiste à la "mise en boîte" industrielle du trafic maritime qui est conteneurisé à plus de 80 %. Pour suivre cette tendance, les plateformes portuaires doivent s'équiper. Cette évolution tire les prix vers le bas et les services vers le haut. 44 maine éco mai 2019

Usine du futur : et les hommes dans tout ça ? L'Usine Nouvelle - N° 3603 21 mars 2019

La vision optimiste d'une industrie numérisée se heurte à de nombreuses craintes, loin d'être infondées. La place de l'humain est au cœur de la réussite de cette transition.

Mutualisation logistique, un modèle dépassé ? Points de vente - N° 1245 18 mars 2019

Les pools entre industriels sont nés dans les années 2000. Efficaces mais contraignants à mettre en place, ils ont disparu des récentes innovations logistiques. Ils pourraient connaître un nouvel élan avec le boom de la logistique urbaine.

Réalité augmentée : Hololens 2 tiendra-t-il ses promesses ? Industries et Technologies N°1019 - Avril 2019

Lors du Mobile world congress, Microsoft a dévoilé la deuxième génération d'Hololens. Avec ce casque plus puissant et moins cher, il espère séduire les industriels qui cherchent à déployer leurs applications de réalité augmentée dans les ateliers.

Les salariés en contrat court : des allersretours plus fréquents entre emploi, chômage et inactivité Insee Première - N° 1736 6 février 2019

En moyenne, en 2017, en France, 1,2 million de salariés occupent un emploi en contrat court, qu'ils soient en mission d’intérim ou sur un CDD de moins de trois mois. Les contrats courts sont plus fréquents chez les jeunes. Les personnes en contrat court sont plus souvent en situation de sous-emploi et expriment davantage le souhait d’avoir un autre emploi.

Supply chain : gérer les opérations commerciales Points de vente - N° 1245 18 mars 2019

Black Friday, Noël, soldes, SaintValentin, Pâques… de grandes dates qui ponctuent les activités commerciales. Comment font nos distributeurs pour s'y préparer ? Les prévisions et la souplesse logistiques restent, en tout état de cause, des armes efficaces et redoutables.

Franchise : comment convaincre le banquier ? Franchise Magazine - N° 267 Avril-mai 2019

Si la franchise rassure les banquiers puisqu'elle est, en principe, la duplication d'une réussite, vous devrez par votre motivation et la qualité de votre dossier, convaincre votre interlocuteur que votre projet sous enseigne est viable.

Les dix règles d'or de l'aménagement extérieur LSA - N° 2549 - 28 mars 2019

LSA a visité un certain nombre de concepts de restauration rapide aux partis prix clairement affirmés. Des sources d'inspiration pour la grande distribution.

Quand les industriels franchissent le Rhin L'Usine Nouvelle - N° 3604 28 mars 2019

Tandis que les entreprises françaises accélèrent leur présence outre-Rhin, les industriels allemands sont les deuxièmes investisseurs étrangers dans l'Hexagone. Travailler ensemble ne va pourtant pas toujours de soi.

Gaël Duval, développeur de l'OS Mobile/e/ : il crée des systèmes d'exploitation libres Industries et Technologies N°1019 - Avril 2019

Pour offrir une alternative aux systèmes propriétaires de Gafam, Gaël Duval s'est dirigé vers l'open source. Vingt ans après le lancement de son système d'exploitation pour ordinateur Linux Mandrake, il s'attaque aux téléphones mobiles.

Historiquement très concentrés sur leur design intérieur, les centres commerciaux s'ouvrent de plus en plus vers l'extérieur pour devenir des lieux de vie à part entière.

Autonomie du client : vers encore plus de services

Mobilité : les robots repoussent leurs limites

Services, services, services… les distributeurs n'ont plus guère le choix. Ils doivent en effet fournir le maximum de services à leurs clients sous peine de les voir déserter leur établissement. Le tout en parfaite autonomie.

Industries et Technologies N°1019 - Avril 2019

Depuis leur apparition dans les usines au début des années 1960, les robots industriels ont évolué, acquérant de nouvelles fonctions. D'abord fixes, puis polyarticulés, ils deviennent mobiles.

Les enseignes de restauration rapide, sources d'inspiration LSA - N° 2549 - 28 mars 2019

La pause déjeuner affiche de belles croissances. En GMS et ailleurs. Gourmand, écolo, solidaire…

Points de Vente - N°1246 1er avril 2019

Distribution bio : les grandes manœuvres Points de Vente - N° 1246 1er avril 2019

Les enseignes alimentaires poursuivent la démocratisation du bio dont les ventes continuent de s'envoler en multipliant leurs références en marques propres. Les chaînes spécialisées mettent en avant leurs valeurs et les sites


Internet s'organisent autour de communautés.

Langues étrangères : les Français sont-ils si mauvais ? Les Échos - 25 mars 2019

Malgré le niveau très moyen des Français en langues étrangères et l'internationalisation croissante des échanges, les entreprises ne se précipitent pas pour former leurs collaborateurs. La faute peut-être à un retour sur investissement qui n'a rien d'automatique pour elles.

Mécénat d'entreprise : plus de transparence et d'égalité Les Échos - 2 avril 2019

Pour tenter de faire face à la crise du don depuis la suppression de l'ISF, la nouvelle loi finances 2019 modifie le mécénat d'entreprise, notamment pour inciter les petites entreprises à faire des dons.

La cosmétique en pleine forme à l'export Classe Export - N° 249 Mars-avril 2019

Avec une croissance de 6,3 % de ses exportations, le secteur de la cosmétique frôle les 15 milliards

d'euros d'exportation. Secteur d'excellence français, il véhicule aussi une image de marque haut de gamme de la France.

Gaspillage alimentaire : la distribution en progrès, mais peut mieux faire

la taille des assortiments ? Réponses des marques des produits de grande consommation venues témoigner à l'occasion de la conférence category management orchestrée par LSA.

Kazakhstan, un marché immense au cœur de l'Asie centrale

LSA - Hors-série - Avril 2019

Classe Export - N° 249 - Mars-avril 2019

Trois ans après son vote, y a-t-il eu un effet de la "loi Garot" sur les pratiques antigaspillage de la grande distribution ? Assurément oui ! mais si les progrès sont réels, il reste du chemin à parcourir dans la lutte contre ce fléau.

Neuvième plus vaste pays au monde, le Kazakhstan est le plus important marché d'Asie centrale, concentrant près de 70 % du PIB de cette région. Les opportunités sont nombreuses dans différents secteurs.

Le ralentissement du commerce mondial se confirme Les Échos - 3 avril 2019

L'OMC a encore réduit sa prévision de croissance du commerce mondial à 2,6 % cette année. Elle appelle à une résolution du conflit entre les États-Unis et la Chine.

Les industriels face au chamboulement de l'offre

Bien-être au travail, tout dépend des managers Les Échos - 1er avril 2019

Légalement tenues d'assurer la bonne santé de leurs collaborateurs, les entreprises cherchent aussi parfois à garantir leur bien-être. Quitte à oublier les fondamentaux : un espace de travail adapté et des relations de confiance.

second semestre, des services importants pourvoyeurs d'emplois et une industrie en net recul, l'intérim des cadres et professions intermédiaires et des employés en hausse sensible, le recrutement en progression et le CDI intérimaire qui poursuit sa montée en puissance… retour sur l'activité des agences d'emploi en 2018.

Les relations commerciales, priorité 2019 de la DGCCRF LSA - N° 2550 4 avril 2019

Les relations commerciales dans la filière agroalimentaire sont tout particulièrement surveillées par la DGCCRF, qui va en plus s'atteler à vérifier la bonne application des mesures issues de la loi Egalim.

Intérim et recrutement en progression en 2018

LSA - N° 2550 - 4 avril 2019

Prism'emploi - N° 44 1er trimestre 2019

Comment se démarquer en rayons quand les enseignes veulent réduire

Une première partie d'année dynamique et un tassement au

BAC PRO Métiers de l’accueil Recrutez un(e) chargé(e) d’accueil en apprentissage Bac Pro Métiers de l’Accueil en 2 ans ou 3 ans Votre contact : Christelle BUON • 02 43 40 60 80 • christelle.buon@lemans.cci.fr CFA CCI Le Mans Sarthe,132 rue Henri Champion - 72100 Le Mans • www.cfa.lemans.sarthe.cci.fr maine éco mai 2019 45


découvertes

CÉLINE ROBERT, L’ART DU CHAPEAU

De Poncé-sur-le-Loir à Cou

© Alexandre Zelkine

Dans la famille de Céline Robert, la vente et la création de chapeaux sont une vocation qui remonte à son arrière-grand-mère paternelle, en 1905. Après une période d’observation et une longue formation artistique, notre styliste lance sa propre entreprise. À force de talent et de persévérance, ses modèles, conçus et fabriqués à Coulaines, se vendront dans le monde entier.

Défilé de mode à l’abbaye de l’Épau pour le trentième anniversaire, le 19 avril 2018. Céline Robert et Martin Coutier.

L

’arrière-grand-mère paternelle de Céline Robert avait déjà une boutique de chapeaux à Vétheuil et ses grands-parents créèrent une première affaire dans la fabrication de couvre-chefs. L’atelier compta jusqu’à 17 ouvrières à Paris. À 18 ans, après avoir longtemps observé le métier de sa grand-mère, Céline réalise son premier chapeau. Elle débute à Paris avec une amie dans un couloir de chambre de bonne. Parallèlement, elle suit un parcours initiatique aux Beaux-Arts, différent de celui de la mode. À l’invitation de son professeur en sculpture, Tony Grand, qui a marqué l’art contemporain dans les années 1975-80, elle intègre un 46 maine éco mai 2019

atelier "sculpture-chapeaux" et développe une méthodologie sur le sens et l’architecture d’un objet. Les mots et les gestes qui en découlent deviennent l’essence même de l’intérêt de l’objet. De retour dans notre département, elle lance son activité au Moulin de Paillard à Poncé-sur-le-Loir, en 1991, après avoir hésité entre céramique, vitrail et chapeaux. Elle passera 15 ans à Poncé, dans un riche contexte culturel d’échanges entre artistes et artisans. Installée au Mans en 2002, elle transfert son atelier à Coulaines avec le soutien de la mairie. Au fil des années elle multiplie les collections, affirme son style et gagne en notoriété.

tricotée, fibres de cactus ou "buntal", coton… et les couvre-chefs prennent des formes multiples : visières, turbans, casquettes, tartans, capelines, bonnets, cloches, bibis… place à l’imagination. Et n’oublions pas des accessoires de mode tels que les écharpes. Il s’agit toujours de mettre en valeur, voire en lumière, le visage et le caractère de la personne concernée. Céline travaille "en complicité", comme le peintre avec son modèle ou un paysage. Au-delà des modes, le style très marqué repose sur le charme, la fantaisie sans limite et l’élégance, le raffinement, la tendresse et l’audace. Tout cela participe à l’identité très forte de la marque "Céline Robert Chapeaux" et à sa notoriété internationale. Créer et faire vivre une collection nécessite de travailler en permanence dans l’anticipation et sur trois à quatre

Un style au-delà des modes De collections en collections, notre modiste a toujours autant de plaisir à créer de nouveaux modèles, parfois uniques, le plus souvent intégrés dans l’une des deux collections annuelles été et hiver. Elle en réalise aujourd’hui 350 par an qui se déclinent en plusieurs coloris. Il y a aussi les modèles créés pour les hommes (notre artiste travaille avec Martin Coutier, jeune styliste sarthois, créateur de la marque pour Hommement), les personnes malades ou celles qui voyagent beaucoup. Les matériaux sont variés : sisal, feutre de laine ou de poils, laine foulonnée ou

"Photo de famille", le magasin à Vétheuil près de Mantes-la-Jolie.


découvertes

Modèle printemps-été 2018, Paname.

saisons : deux périodes de création, une période de vente été et une de vente hiver. Prototypage, fabrication, vente, les différentes phases se chevauchent et imposent une grande souplesse et beaucoup de réactivité, en anticipant une année et dans le respect du calendrier, des commandes et des délais de livraison. Les maîtres mots de la méthodologie, inscrits au catalogue, sont les suivants : "ligne, découpe, épaisseur, modelage, appropriation, rigueur, ornement, ajours, construction, contraste, mimétisme, poids plume". Le 30 avril 2018, la styliste a célébré ses trente années de création par un somptueux défilé anniversaire à l’abbaye royale de l’Épau devant un public enthousiaste.

Pour diriger l’entreprise, une femme de tête Une femme de tête et une équipe soudée de sept employées, que des femmes, très engagées dans la réussite de l’affaire. Toutes sont complices et se sont montrées solidaires pour traverser les périodes de turbulence car la mode n’est pas un long fleuve tranquille. Le temps n’est plus où les femmes ne sortaient pas "en cheveux" et les hommes sans leur couvre-chef.

Le personnel se conjugue au féminin car le travail nécessite beaucoup de dextérité. En cas d’erreur la punition est sévère : "Elle consiste à offrir un gâteau aux collègues". Un tel article devrait figurer dans les règlements d’entreprises ! S’agissant du recrutement et de la formation, Céline nous confie : "Nous remettons tout en cause à chaque nouvelle collection, la formation est une constante du métier. Pour le recrutement, nous travaillons avec plusieurs chantiers d’insertion spécialisés dans la couture au Mans ou à Coulaines. Nous y trouvons des personnes qui ont envie d’apprendre et font preuve de beaucoup d’énergie. Cela permet aussi la mixité des cultures, source d’enrichissement pour toute l’équipe."

Une Entreprise du patrimoine vivant Le label Entreprise du patrimoine vivant décerné par le ministère de l’Économie, de l’industrie et de l’emploi lui fut attribué en 2011, et renouvelé en 2018, pour l’excellence de ses savoirfaire artisanaux et industriels ; une belle reconnaissance qui, en Sarthe ne concerne qu’une petite dizaine d’entreprises triées sur le volet. Elles relèvent de secteurs parfois inattendus, comme la fabrication de bars et billards ou, pour trois d’entre elles de la mode et de la confection : outre le sujet de cet article, la société Macosa à Bonnétable, spécialisée dans la lingerie féminine, et Le Béret Français-Kanopi, ex Les Mariés du Loir à Flée.

Du made in France pour la France… et pour le monde entier Ambassadrice de l’esprit et du savoirfaire français, Céline Robert participe à l’exception culturelle française à

travers le monde et elle vend plus à l’étranger que dans l’hexagone. En France, elle travaille avec des grands magasins tels Le Printemps ou Le Bon Marché et d’autres clients prestigieux à Cannes, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Nantes… Au Mans, elle ouvre son show-room aux visiteurs : "En novembre 2018, nous avons organisé une rencontre exposition dans nos locaux, pendant quatre jours. Pour transformer notre boutique en élégant jardin d’hiver, nous avons associé Julia Robert, jeune artiste sarthoise associant les pratiques de sculpture et gravure avec le verre soufflé, un travail très poétique, et les plantes de la Maison Marguerite au Mans. Avec les chapeaux de notre collection hiver, tout participait au plaisir de l’œil." Pour donner du contenu à la marque Céline édite un magazine et accompagne ses clients avec des livrets qualité, traduits si besoin, qui expliquent les caractéristiques des modèles : les lieux de création et de fabrication sont des notions importantes pour les clients ; ainsi leur chapeau a-t-il une histoire. Pour l’étranger, notre cheffe d’entreprise vend ses couvre-chefs en par-

courant le monde à un rythme qui décoiffe, sans trop se soucier des décalages horaires. L’export représente 85 % du chiffre d’affaires en incluant l’Europe et les pays lointains, notamment les États-Unis, la Chine, la Corée, le Japon… Ses chapeaux sont distribués avec de grandes marques dans des grands magasins ou des réseaux de boutiques très chics.

◗◗ Francis Landier En savoir plus : www.celinerobert.com Source : La Vie Mancelle & Sarthoise

© Ad’hoc photographie

© Ad’hoc photographie

laines, un beau parcours

Dans l’atelier, un travail de précision.

maine éco mai 2019 47


Changement de propriétaire

NIBOR Pizzéria, restaurant traditionnel sur place et à emporter. Trangé 96 000 € LEVEAU Boulangerie-pâtisserie, traiteur. Le Mans 55 000 € GARAGE CROCHARD Réparation automobile, vente de véhicules neufs et occasion, location de véhicules. Sainte-Jamme-sur-Sarthe 95 000 € SARL BEL AIR AUTOMOBILES Réparation, négoce, location de véhicules neufs et d'occasion, d'automobiles, de deux-roues, motorisés ou non ou de motos. Ruaudin 75 000 € BOUCHERIE DU VILLARET Boucherie-charcuterie, traiteur, volailles. Le Mans 55 000 € ENTREPRISE D'ÉLECTRICITÉ GÉNÉRALE CHEVE Toutes opérations industrielles et commerciales se rapportant à l'électricité plomberie et chauffage. Sablé-sur-Sarthe 198 000 € HIBISCUS Restauration de type traditionnel. Sablé-sur-Sarthe 220 000 €

SARL LEGRAND Négoce de toutes marchandises non réglementées, grossiste avec négoce (import et export) auprès de restaurateurs. La Chapelle-Saint-Aubin 100 000 € ENTREPRISE LEVERRIER Peinture, travaux en bâtiment. Le Mans 105 000 € ALENZO PRESSE Presse jeux PMU. Arçonnay 280 000 € SOCIÉTÉ BOURNEUF ET FILLES TRANSPORT Transport de produits de carrières et déchets. Noyen-sur-Sarthe 100 000 € LE CROISSANT Restauration traditionnelle, traiteur, épicerie, vente de produits frais, presse. Courgenard 100 000 € CARREFOUR PROXIMITÉ FRANCE Commerce de détail, d'alimentation générale, boucherie, charcuterie. Mayet 160 000 € PG ALU Pose de fermetures, murs rideaux et de châssis dans les locaux professionnels. Écommoy 30 000 €

SARTHE FIBRE Dans le département de la Sarthe : commercialisation de produits ou prestations dans les domaines de l'informatique, communication, organisation en général pour les entreprises ou collectivités, d'opérateur télécom pour tous types d'accès et tous types de clients, fourniture de toutes prestations de services informatiques. Le Mans 24 000 € SELARL PHARMACIE DE L'AVENIR Exercice de la profession de pharmacien d'officine. Bonnétable 640 000 € LE CHANT DES COCOTTES Restauration en salle, achat, vente de produits locaux, salon de thé. La Flèche 40 000 € TRÉSORIER ET MICHEL Bar avec licence IV, vente de tabacs, café, snack, alimentation, jeux et loterie, télécarte, presse auquel est annexée une gérance de débit de tabac. Le Grand-Lucé 250 000 € MAISON & SERVICES LE MANS SUD Fonds de commerce de services aux particuliers exercés dans la partie sud de la ville du Mans, mais également dans les communes situées dans la zone sud de Le Mans métropole. La Chapelle-Saint-Aubin 87 500 €

Les papiers vous encombrent ?

Ces annonces de ventes et cessions commerciales sont extraites du Bodacc.fr

BIKEPARC 72 Achat, vente, prise en dépôt, réparation, mise en location de tous cycles, motocycles, quadricycles, de tous véhicules à deux, trois ou quatre roues, neufs ou occasion, bateaux de plaisance, moteurs à bateaux, tronçonneuses, pièces détachées et accessoires divers. Arnage 180 000 € CARROSSERIE BARBOT Carrosserie et peinture véhicules automobiles, garage mécanique, centre de réparation et d'entretien. Le Mans 100 000 € POLYPACK EUROPE Conception, étude, ingénierie, construction, importation, exportation de tout matériel industriel spécialisé dans l'emballage, le fardelage, la manutention, le conditionnement sous film plastique ou autre, l'étude et la construction de machines spéciales, la conception de systèmes, la location, la robotique et d'une façon générale l'électronique, la publicité sous toutes formes. Montval-sur-Loir 209 262 €

Faites entrer votre entreprise dans l’ère

numérique ! #dématérialisation Découvrez la solution de GED by Touiller Rue Georges Auric 72700 Rouillon 02 43 43 00 13  touiller@touiller.fr  www.touiller.fr 48 maine éco mai 2019

Votre partenaire de solutions documentaires


ACTIVITÉS

BUREAUX

ENTREPÔTS ACTIVITÉS

EXPERT BUREAUX IMMOBILIER

LE MANS 15, Place Aristide Briand - 72100 Le Mans Tél : 02 43 520 676

GESTION ENTREPÔTS

EXPERT LOCAUX IMMOBILIER COMMERCIAUX

GESTION

ANGERS 18, place de la République 49100 ANGERS Tél : 02 41 882 555

www.art-im.com

LOCAUX COMMERCIAUX


Profile for frédéric RENAULT

Maine éco 192 mai 2019  

Magazine d'information économique de la Chambre de commerce et d'industrie du Mans et de la Sarthe

Maine éco 192 mai 2019  

Magazine d'information économique de la Chambre de commerce et d'industrie du Mans et de la Sarthe

Profile for maine-eco
Advertisement