Page 1

RESTAURATEURS La démarche qualité au menu... p8

ENSEIGNES EXTÉRIEURES une nouvelle taxe... p15

TAXE D’APPRENTISSAGE Vos démarches simplifiées... p21

maine éco LE MAGAZINE ÉCONOMIQUE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU MANS ET DE LA SARTHE

Énergies renouvelables

L’ÉCONOMIE SE MET AU VERT ! N°150 JANVIER 2010


édito

Bernard Warain, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mans et de la Sarthe president@lemans.cci.fr

N° 150 - JANVIER 2010

MAGAZINE BIMESTRIEL ÉDITÉ PAR LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU MANS ET DE LA SARTHE 1, bd René Levasseur, BP 22385 72002 Le Mans cedex 1 Tél. 02 43 21 00 00 Fax 02 43 21 00 50 www.sarthe.lemans.cci.fr

Directeur de la publication : Bernard Warain

Rédactrice en chef : Maryse Gauthier Rédactrice en chef adjointe : Karine Méteyer

Ont collaboré à ce numéro : Luc Chanteloup Emmanuel Chevreul William Lambert Gilles Kervella Photos : Ad’Hoc Photographie CCI - Droits réservés pour “La vie des entreprises” Couverture : Ad’Hoc Photographie/Solewa Maquette : Okaparka Mise en page - Gravure : Atmosphère Communication Publicité : Maine Éditions, Pascal Tauvel - Tél. 02 43 24 23 42 Fax 02 43 87 00 91

Il faut y croire ! Dans cette période de vœux, nous avons tous envie de voir clair dans notre avenir pour la vie de nos entreprises, de nos commerces et aussi pour nos collaborateurs. 2009 : une année à vite oublier comme toujours dans une crise mondiale et il y a et il y aura beaucoup de laissés pour compte, des entreprises fragiles, un manque évident de cash, des entreprises pourtant en pleine expansion, mais fragilisées par le manque de trésorerie. La CCI du Mans et de la Sarthe avec ses partenaires, et les syndicats professionnels a mis en place des structures, avec PIEET, pour répondre à vos inquiétudes. Mais contrairement à ce que nous pourrions penser, peu de chefs d’entreprise ont fait appel à cette prévention. 2010 : nous vivons une époque à la fois extraordinaire et très inquiétante : je m’explique. Je commencerai par "très inquiétante" : Nous sommes dans un monde économique industriel et commercial en pleine effervescence, sur des sables mouvants ou tout va très vite. D’ici à cinq ans, plus une seule voiture ne sera construite en France, les groupes se rachètent entre eux pour minimiser les coûts salariaux. Actuellement le dopage n’est profitable à certains secteurs d’activité que grâce à des piqûres de morphine, le monde du commerce a vécu ses heures de gloire, Internet étant la grande distribution des années 60/70.

Mais je vous ai aussi dit "époque extraordinaire" : Je n’ai malheureusement pas la solution, mais je pense qu’il faut ouvrir grand nos antennes : Observer et ne rien laisser au hasard. Nous sommes dans un grand renouveau industriel (mais pas celui de "grand papa") et commercial. L’avenir est en notre jeunesse, qui a des éléments au bout des doigts et dans son cerveau. Il faut donner beaucoup plus de confiance à nos jeunes, financièrement et ouvrir nos réseaux. Vous allez me dire : pas réjouissant l’édito du Président ! Comme je disais à une amie pendant les fêtes de fin d’année, je ne sais pas ce que je vais écrire pour mon édito : l’avenir est tellement incertain. Elle m’a répondu : "Bernard, fais comme toujours, dis ce que tu penses, même si cela ne plaît pas à tout le monde", c’est ce que je fais et pourtant je crois à l’avenir, au côté positif de l’être humain. Comme toujours, il y a des hauts et des bas, nous sommes dans une formidable époque, basse et linéaire pour 2010, donc cela ne peut que remonter. En tout cas, c’est mon vœu pour 2010 et 2011. Bien amicalement,

Mais vous allez me dire : - Quoi faire ? - Comment réagir ?

Impression : Auffret Plessix Tirage : 16 000 exemplaires ISSN : 1269-6633

maine éco janvier 2010 1


sommaire 4

Focus

8

Actualité Restaurateurs La démarche qualité au menu

10

La vie des entreprises

14

Commerce Trophée des UCA Tout le monde est gagnant !

8

Démarche qualité dans les restaurants

15

Taxe locale sur la publicité extérieure Toutes les entreprises à la même enseigne

17

Entreprise Les clubs d’entrepreneurs Un nouvel élan sur le département

19

Escroqueries sur Internet Protégez-vous contre les cyber-risques

21

Fiscalité Taxe d'apprentissage Simplifiez vos démarches

15

22

Taxe sur les enseignes

Entreprises de moins de dix salariés L'aide au recrutement est prolongée

24

30 Opportunités sur les marchés polonais, tchèque et slovaque

Juridique

DOSSIER Énergies renouvelables L’économie se met au vert !

30

International Pologne, République tchèque et Slovaquie Des marchés à conquérir

33

Conjoncture Indicateurs économiques Consommation en GMS

34

D’une communauté de communes… à l’autre Les rives de Sarthe Un développement… durable

39

Formation L’Aérolabe Un moyen de transport alternatif durable

42

Les fameux Petits Sablés

40

Lu pour vous

42

Maine Découvertes La Biscuiterie La Sablésienne Un délicieux goût de légende

44 2 maine éco janvier 2010

Opportunités d’affaires Annonces commerciales Annonces industrielles


agenda DOSSIER 24-26 janvier

5-7 mars

Salon du jouet et du jeu Paris, Grande halle de la Villette

Salon de l'habitat Centre des expositions du Mans

www.jouets-et-jeux.com

15 mars 26 janvier 14 h : Demi-journée d'information sur la nouvelle directive "machines" (nouvelles exigences techniques obligatoires) Eurespace à Cholet

L’économie se met au vert !

16-18 mars

28-30 janvier

www.preventica.com

Formasarthe Salon des formations et des métiers Centre des expositions du Mans

16-18 mars

Préventica, le salon de la santé au travail Marseille, parc des expositions Chanot

Salon de l'industrie et de la sous-traitance du grand ouest Nantes

Salon des vins de Loire Angers, parc des expositions

www.industrie-nantes.com

www.salondesvinsdeloire.com

18-21 mars

3-4 février

Mondial du tourisme Paris Porte de Versailles

Salon des entrepreneurs Palais des congrès, Paris

www.lemondeaparis.com/

www.salondesentrepreneurs.com

22-26 mars

4 février

Depuis peu, les énergies renouvelables font l’objet d’un véritable engouement de la part des collectivités, des particuliers et des entreprises. D’aucun n’hésite pas à évoquer une révolution dans les habitudes de consommation et la naissance d’une nouvelle économie dite "verte". Mais, n’amplifie-t-on pas inconsidérément le potentiel réel de ce marché ? Comment les entreprises françaises sont-elles positionnées ? Quels sont les secteurs les plus porteurs ? Comment les entreprises s'y retrouvent-elles dans ce marché complexe ?

Contact : Francis Landier au 02 43 21 00 12

Contact : Jean-Paul Moulin au 02 40 44 63 03. jp.moulin@paysdelaloire.cci.fr

1-3 février ÉNERGIES RENOUVELABLES

Forum Russie, Japon, Corée, Taïwan Organisé par le CIC en partenariat avec la CCI CCI

Journée Pays Pologne, République tchèque et Slovaquie CCI Contact : CCI - Francis Landier au 02 43 21 00 12

Industrie Paris, Salon des professionnels des technologies de production Parc des expositions de Paris-Nord Villepinte www.industrie-expo.com

27-28 mars 2-3 mars Innovact, le forum européen de la jeune entreprise innovante Reims, centre des congrès

Coupe de France Promosport Circuit du Mans www.lemans.org

www.innovact.com

31 mars - 1er avril

4 mars

Le Market Place du voyage d’affaires Paris Porte de Versailles Réservé aux visiteurs professionnels

14 h - 17 h : Atelier sur le "Paquet TVA 2010", une réforme fondamentale des règles de TVA dans les échanges intracommunautaires CCI

www.marketplace-voyagedaffaires.com

5-6 mai

Contact : CCI - Francis Landier au 02 43 21 00 12

EnR Green, conventions d'affaires et congrès dédiés aux énergies renouvelables Centre des expositions du Mans

5 mars

www.enr-green.com

Réunion du club de la logistique et des achats CCI Contact : CCI - Loïc Richer au 02 43 21 00 01 maine éco janvier 2010 3


[focus] SÉCURITÉ ROUTIÈRE EN ENTREPRISE

Le concours régional remporté par un Sarthois C'est un employé de la Mancelle de Fonderie qui a gagné cette année le concours régional de la sécurité routière des salariés en entreprise. 46 entreprises sarthoises ont participé en 2009 sensibilisant ainsi 13 500 salariés aux risques liés à l'alcool, la drogue, les médicaments et la fatigue au volant. Une employée de Johnson Control a remporté le concours départemental organisé en novembre dernier (elle finira 3e au régional). Ce concours est organisé depuis huit ans par l'ASRE 72 (association sécurité routière en entreprises) qui compte près d'une centaine d'entreprises sarthoises adhérentes,

[DOCTORANT-CONSEIL]

Un jeune chercheur en mission dans l'entreprise Toutes les entreprises peuvent recourir aux services d'un doctorant-conseil, qu'elles aient ou non développé une activité de recherche. Celui-ci prépare sa thèse dans un laboratoire de recherche et en parallèle réalise une mission au sein d'une entreprise. Il peut se voir confier une mission d'appui dans un domaine scientifique, d'expérimentation, de veille technologique, d'expertise juridique, d'étude de faisabilité,

[FICHIERS D'ENTREPRISES]

Pour développer votre marketing direct Le service Fichier de la CCI édite deux annuaires sur les entreprises du département. Ces publications présentent les établissements industriels, commerciaux et prestataires de services inscrits au registre du commerce et des sociétés (RCS), employant au moins 10 salariés (1 696 entreprises) ou plus de 50 salariés (364 établissements) en Sarthe, au prix de respectivement 40 et 60 € TTC. Toutes

4 maine éco janvier 2010

représentant 26 000 salariés. Appuyée par la Cram, le Medef et la préfecture, l'association aide les entreprises à mettre en œuvre des actions de prévention du risque routier pour leurs salariés.

de formation… C'est l'occasion pour l'entreprise de répondre à un besoin non satisfait en interne, de profiter des compétences des jeunes chercheurs et de repérer de futurs collaborateurs. La mission du doctorant-conseil est une prestation de 32 jours maximum par an répartis selon les besoins. Elle est facturée à un prix négocié incluant éventuellement les frais d'accès aux équipements, de documentation et de transports. Certaines entreprises peuvent, sous conditions d'éligibilité, bénéficier de subventions (crédit impôt recherche, prestation technologique réseau) pour la prise en charge du doctorant-conseil. Contact CCI : Angélique Barré, pôle Innovation.

les données sur les entreprises sarthoises inscrites au RCS peuvent être obtenues avec des tris particuliers en adéquation à vos besoins et fournies sur tous supports (par e-mail, CD-Rom, étiquettes…). Par ailleurs, vous pouvez aussi effectuer une commande de fichiers d'entreprises du territoire français par l'intermédiaire du site www.aef.cci.fr. Deux millions d'entreprises y sont référencées avec la possibilité de faire des recherches en combinant une trentaine de critères. Contact CCI : Thérèse Le Cuisinier au 02 43 21 00 03.

PETIT-DÉJEUNER DE LA PERFORMANCE

"Comment rester compétitif " La Chambre de commerce et d'industrie a proposé dernièrement aux entreprises sarthoises à caractère industriel ou de services à l’industrie de répondre à ce défi : "Comment rester compétitif dans un contexte de faible visibilité et de forte concurrence ?" À l'occasion de ce "Petit-déjeuner de la performance", deux dirigeants de PME sarthoises - Jean-Claude Tessier, dirigeant de Métalag à Loué (charpente métallique, serrurerie et construction en aluminium, 41 personnes) et Ghislain Chaumont, dirigeant de Data Syscom au Mans (édition de logiciels, 15 personnes) ont témoigné sur ce qu’ils ont mis en œuvre pour améliorer de façon significative leurs performances. Devant près d'une trentaine de chefs d'entreprise, ils ont ainsi présenté leur travail mené, dans le cadre d'un programme "Dinamic", sur les achats, la fabrication, les études, ou encore le développement de leur démarche commerciale. Plus d'information : service Développement industriel de la CCI au 02 43 21 00 37 ou www.dinamic-entreprises.fr.


[ORIENTATION ET FORMATION PROFESSIONNELLE]

RECHERCHE ET INNOVATION

Un point sur la nouvelle réglementation

Le Prim's fête ses 25 ans

tout au long de la vie. Cette loi comprend un ensemble de mesures diverses et fixe un objectif nouveau : "permettre à chaque personne, indépendamment de son statut, d'acquérir et d'actualiser des connaissances et des compétences favorisant son évolution professionnelle, ainsi que de progresser d'au moins un niveau de

qualification au cours de sa vie professionnelle". Elle prévoit notamment la création d'un bilan d'étape professionnel et d'un passeport d'orientation et d'information. Plus d'information : IDC, Béatrice Yvard au 02 43 40 60 53.

J-L A

L'Institut pour le développement des compétences (IDC) organisait une soirée ressources humaines le 1er décembre dernier à laquelle près de 80 entreprises ont participé. L'objectif de cette réunion était de faire un point sur la loi relative à l'orientation et à la formation professionnelle

[INGÉNIEURS D'AFFAIRES]

La première promotion diplômée Les quatre premiers étudiants de l'Institut supérieur d'ingénierie d'affaires Le Mans (Isialm) ont été diplômés en décembre dernier. Rappelons qu'en 2007, la Région des Pays de la Loire, le Conseil général de la Sarthe, Le Mans métropole et la CCI du Mans et de la Sarthe se réunissaient autour du projet de création d'une formation supérieure d'ingénieurs d'affaires au Mans. Aujourd'hui, l'école accueille 33 jeunes sur le site de la Californie. Elle forme des étudiants ayant déjà atteint un niveau technique et technologique (bac + 2 et bac + 3) et délivre un diplôme de niveau I dans le domaine commercial.

L'enseignement dispensé pendant trois ans porte sur le développement commercial, la réponse à une demande commerciale complexe, la coordination dans la gestion d'une affaire en équipe de projet. Les étudiants pratiquent les langues étrangères et surtout multiplient les expériences dans les entreprises en suivant des stages de trois à cinq mois chaque année. www.isialm.com

[SANTÉ AU TRAVAIL 72]

Des infirmières en renfort Santé au Travail 72, unique service de santé au travail interentreprises du département, anticipe la pénurie de médecins du travail et met en place une nouvelle organisation basée sur la pluridisciplinarité, avec notamment l'arrivée d'infirmières dans l'équipe médicale. Elles ont pour principales missions de maintenir une surveillance individuelle, de repérer les patients à risques et de recueillir des informations

en milieu de travail. Rappelons que la vocation de Santé au Travail 72 est d'accompagner les employeurs et les salariés dans l'amélioration des conditions de travail, en mettant en place des démarches de prévention et de promotion de la santé sur le bassin d'emploi sarthois. L'association, qui emploie 141 personnes, représente aujourd'hui 11 983 adhérents sarthois, soit 142 500 salariés.

Le 15 décembre dernier, le Prim's (Pôle de recherche et d'innovation du Mans et de la Sarthe) fêtait à la CCI ses 25 ans. Une occasion pour le président de la CCI, Bernard Warain, de rappeler que la chambre consulaire a toujours soutenu, avec l'Université du Maine, cette association née en 1984, dont l'objectif est de favoriser l'innovation industrielle en créant des partenariats entre les entreprises du département, les enseignants des cycles supérieurs et les chercheurs de l'université. Le Prim's organise tout au long de l'année des dîners-débats trimestriels avec des visites d'entreprises et des conférences. Il accompagne les projets innovants individuels et personnalisés pour les entreprises et apporte un appui technique pour les établissements de recherche et de formation supérieure. L'association compte plus de 70 adhérents qui ont pu, à l'issue de l'assemblée générale ordinaire, assister à un concert de Gospel pour fêter cet anniversaire. Contact CCI : Angélique Barré, pôle Innovation.

maine éco janvier 2010 5


[focus] [HARLEY DAVIDSON À CCI FORMATION]

Trois motos pédagogiques pour les apprentis

Harley Davidson France a remis, en novembre dernier, les clés de trois motos à vocation pédagogique au Groupe CCI Formation. Le centre de formation d'apprentis de la CCI forme

chaque année de 50 à 60 mécaniciens moto (du CAP au baccalauréat professionnel) et ceci depuis près de 30 ans. Les trois motos cédées par Harley Davidson viennent étoffer le parc de véhicules pédagogiques mis à la disposition de l'établissement et vont permettre d'élargir ainsi les connaissances pratiques des jeunes apprentis notamment en matière de diagnostic. Harley Davidson souhaite créer un réel partenariat et accentuer sa présence auprès des jeunes actuellement en formation moto. Tous les ans, les inspecteurs Harley Davidson viendront faire une présentation des produits, de la technologie, du réseau et de la marque, à l'ensemble des sections motocycles.

[BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR]

Cent nouveaux titulaires Après deux années passées au Groupe CCI Formation, une centaine de jeunes

6 maine éco janvier 2010

ont reçu en novembre leur diplôme de BTS (brevet de technicien supérieur, niveau

bac + 2) en présence de leurs formateurs et de leurs maîtres d'apprentissage. Le centre de formation d'apprentis de la CCI forme aux BTS négociation et relation client, management des unités commerciales, assistant de gestion de PME/PMI et après-vente automobile. Le BTS préparé en apprentissage permet d'acquérir un savoir-faire professionnel et d'appliquer concrètement la théorie dispensée au centre de formation. On ne le sait peut-être pas assez, mais l'apprentissage n'est pas réservé aux seuls diplômes de CAP, BEP ou bac professionnel. De nombreux diplômes de l'enseignement supérieur sont accessibles par la voie de l'apprentissage, dont le BTS.

TVA SUR LES PRESTATIONS DE SERVICES INTRACOMMUNAUTAIRES

Du changement en 2010 Vous êtes prestataire de services établi en France et vous souhaitez développer votre activité dans l’Union européenne : vos obligations à partir du 1er janvier 2010 changent. En effet, une importante réforme de la TVA entre en vigueur. Elle résulte de la transposition en droit interne de trois directives communautaires communément désignées sous le terme de "Paquet TVA" qui modifient en profondeur les règles de taxation des prestations de services. Le lieu d’imposition à la TVA d’une prestation de services dépendra désormais de la qualité du bénéficiaire du service, selon qu’il est assujetti ou non assujetti à la TVA. Par ailleurs, tout prestataire qui rend des services à des preneurs établis dans un autre État membre de l’Union européenne devra respecter une nouvelle obligation : déposer une déclaration européenne de services. La CCI organise une réunion sur ce sujet le jeudi 4 mars de 14 h à 17 h. Contact CCI : Francis Landier, service Appui à l'international au 02 43 21 00 12.


actualité

RESTAURATEURS

La démarche qualité au menu La restauration française a besoin de redorer son blason. Certains restaurateurs, fiers de leur métier, ont décidé de miser sur les normes qualité, encouragés dans leur démarche par les pouvoirs publics.

itre de Maître-restaurateur, labellisation Restaurateurs de France, certification Cuisineries gourmandes… les restaurateurs ont le choix en matière de normes qualité. Mais quelle que soit la démarche qualité adoptée, les objectifs restent les mêmes : valoriser la profession, attirer les clients, faire connaître son professionnalisme et son attachement à la qualité.

T

"Les professionnels ont le choix, mais pour le client, il est difficile de s'y retrouver", remarque François Robert, gérant du restaurant Le 1930 au Mans. Lui a choisi d'obtenir le titre de Maître-restaurateur, une reconnaissance officielle du professionnalisme du restaurateur, délivré par la préfecture. Ce restaurateur de métier depuis vingt ans en Sarthe l'a obtenu en 2008. "Notre profession a besoin d'être valorisée. Le problème, c'est que tout le monde peut s'installer sans être diplômé dans notre métier. Un coiffeur, par exemple, peut s'installer comme cuisinier, alors qu'un cuisinier ne peut s'installer comme coiffeur…" s'indigne François Robert qui encourage ses collègues restaurateurs à se lancer dans la démarche qualité, car seuls les professionnels qualifiés sont ainsi reconnus. "En Sarthe, huit restaurateurs ont le titre, indique Philippe Rofort, chargé du dossier à la préfecture. Sur le 8 maine éco janvier 2010

François Robert, Le 1930 au Mans : un des huit Sarthois à se distinguer par le titre de Maître-restaurateur.

nombre de dossiers présentés, aucun n'a été rejeté même si certains étaient incomplets lors de leur première présentation." Pour prétendre à ce titre, le candidat doit avoir une qualification (bac ou brevet professionnel, CAP ou BEP avec cinq ans d'expérience) ou une expérience professionnelle avérée en restauration (dix ans). Le restaurant doit réaliser une cuisine "authentique", sous la responsabilité directe du restaurateur ou de son chef cuisinier, avec une majorité de produits frais, sans recourir à l'assemblage ou à des plats déjà préparés à réchauffer. Il doit aussi s'engager à respecter les règles simples qui garantissent une prestation de qualité (accueil, service à table, décoration) et respecter les règles d'hygiène et de sécurité. Quand le restaurateur a vérifié qu'il répond bien

aux conditions fixées par les textes, il doit faire réaliser un audit par un des quatre organismes retenus au niveau national (à renouveler tous les quatre ans). Si le rapport est favorable, le restaurateur envoie son dossier à la préfecture qui dispose d'un délai de deux mois pour l'instruire.

Un crédit d'impôt Pour récompenser les efforts des professionnels, l'État leur accorde un crédit d'impôt égal à 50 % des dépenses qui permettent de satisfaire aux normes d'aménagement et de fonctionnement prévues par le cahier des charges relatif au titre de Maître-restaurateur. Ces dépenses sont plafonnées à 30 000 € sur trois ans et concernent notamment les frais d'audit, certaines dépenses de formation du personnel et investissements en matériels.


actualité

Autre possibilité pour les professionnels : être labellisé Restaurateurs de France. Soutenu également par les pouvoirs publics, ce label est reconnu "qualité tourisme". Les conditions d'obtention : être un restaurateur indépendant, professionnel diplômé ou ayant au minimum sept ans d’expérience, proposer une cuisine régionale française avec des produits du terroir élaborés sur place, à base de produits de qualité, développer une politique d’accueil et de services, se perfectionner en suivant des formations, disposer d’un personnel en salle et en cuisine qualifié et être en conformité avec la réglementation en matière d’hygiène, d’urbanisme, de sécurité, d’équipements et d’accueil. Le restaurant est audité par un organisme indépendant et le label est renouvelé tous les deux ans. Outre le coût de l'audit, le professionnel verse une cotisation annuelle à l’association nationale et un droit d’entrée la première année. Ce même audit est valide pour constituer le dossier du titre de Maître-restaurateur auprès de la préfecture. Le label Restaurateurs de France bénéficie d'outils de promotion avec un numéro d’appel national (01 53 00 14 03), un site Internet (restaurateursdefrance.com), un guide national, des relations presse, etc.

l'amélioration continue des compétences du restaurateur au profit d'une clientèle toujours plus satisfaite. Il s'agit de valoriser et de perpétuer le plaisir gustatif à la française. Pour obtenir cette certification également reconnue "qualité tourisme", cinq points essentiels sont à respecter : fabrication totale de tous les plats cuisinés par un chef qualifié dans l'entreprise, utilisation des produits frais régionaux (70 % minimum), traçabilité des produits (indication sur la carte menu ou en un lieu visible de tous, de l'origine ou du fournisseur des produits), menu "Découverte gustative" pour les enfants et menu des "Saveurs régionales".

Vers une certification de filière La démarche qualité des Cuisineries gourmandes vise à plus ou moins long terme une certification de filière qui regrouperait les restaurateurs et leurs fournisseurs. Déjà, les principaux fournisseurs - et particulièrement les

artisans et producteurs des produits frais régionaux - ont été sollicités pour signer une charte d'engagement sur leurs produits : origine, provenance, identité, méthode de production, méthode de fabrication.

Cuisineries gourmandes. Le projet élaboré par l'entreprise est accompagné pendant deux ans. Les ressources humaines et le management de la qualité des services doivent être pris en compte.

Un organisme certificateur agréé et indépendant effectue un contrôle annuel. Le restaurateur verse aussi une cotisation à l'association nationale "Cuisineries gourmandes" ainsi qu'à l'association départementale et régionale. Le professionnel bénéficie d'une communication nationale avec les autres membres du groupe et même internationale avec le site Internet (cuisinerie-gourmande.com).

La CCI soutient naturellement la mise en place de la démarche qualité dans les restaurants et présente aux professionnels les différents dispositifs existants. N'hésitez pas à vous informer.

Pour accompagner les restaurants gastronomiques engagés dans une démarche de qualité, la Région des Pays de la Loire propose aussi une subvention depuis 2006 et un soutien promotionnel à l’association Tables de qualité (1). Les bénéficiaires sont les restaurants de tourisme labellisés Restaurateurs de France ou certifiés

Z Karine Méteyer Contact CCI : Laurent Mariot, service Commerce, services et tourisme (1) Union régionale des restaurateurs adhérents à Restaurateurs de France ou Cuisineries gourmandes.

Cyrille13 - Fotolia

"Ce crédit d'impôt m'a incité à investir quand j'ai fait les travaux dans le restaurant", explique le restaurateur manceau. Un sérieux coup de pouce qui incite aussi à adhérer à la démarche. Seul bémol : le manque de communication pour faire connaître les Maîtres-restaurateurs auprès des clients. "Nous n'avons même pas de plaque identique pour tous à afficher dans nos établissements", déplore François Robert.

Dernière option pour les professionnels : la certification de services Cuisineries gourmandes. Elle permet maine éco janvier 2010 9


la vie des entreprises

COCHET

Trophée Inpi de l’innovation La société Cochet de Sougé-le-Ganelon, fabricant de matériels destinés aux agriculteurs et à l’entretien des espaces verts, est l’une des trois PME régionales à avoir reçu le Trophée Inpi de l’innovation. Elle est ainsi récompensée pour sa politique dynamique en matière d’innovation et de propriété industrielle. Elle concourra à la finale nationale à Paris le 26 janvier 2010. Évoluant dans un secteur très concurrentiel, l’entreprise protège toutes les évolutions techniques de ses produits en France et en Europe : taille haie easy-cut sur tondeuse autoportée, pelles télescopiques, balayeuses, etc. Elle dépose deux ou trois brevets par an avec des extensions de protection à l’international dans les pays où elle exporte (Belgique, Angleterre, Espagne, etc.). Avec un effectif de 48 personnes, elle a réalisé en 2008 un chiffre d’affaires de 8 869 K€ (6 % à l’export).

AXITHERM

Innovation dans le traitement thermique

I

nstallée à La Flèche, Axitherm est spécialisée, depuis sa création en 2002, dans le conseil et le développement d’appareils de mesure au service des traitements thermiques de la conserverie et du secteur agroalimentaire en général. La PME de deux personnes, dirigée par Alain Fournial, propose des prestations pour optimiser les process de fabrication : améliorer la capacité d’une ligne de production, réduire la consommation d’énergie et d’eau, fournir un meilleur contrôle de la cuisson des produits pour préserver les qualités organoleptiques, etc. Pour assurer ses prestations, Axitherm a développé une gamme complète d’instruments de mesure et de montages mécaniques, notamment AXImini, un mini enregistreur de température qui permet de mesurer au cœur des autoclaves et des surgélateurs.

V

éranda Sarthe Confort a ouvert ses portes à Guécélard, Zac de la Belle Étoile en mai dernier. Les deux associés, Jérôme Hérisson et Kevin Martin, sont installateurs agréés du réseau Vie & Véranda, spécialiste des vérandas bois couvertes de tuiles ou d’ardoises. Créé en 1984, ce réseau a aujourd’hui des concessionnaires dans 45 départements français. Fabriquées dans la région lyonnaise, les vérandas sont installées par des sous-traitants locaux. Avec un marché en forte progression chez les particuliers, l’entreprise mise sur la notoriété de la marque, son savoir-faire et ses services pour réussir en Sarthe. Avant de créer leur entreprise, les dirigeants ont reçu l’appui de CCI-Entreprendre en France, avec l’obtention du visa Entreprendre en France et un prêt d’honneur du Crédit Mutuel.

VÉRANDA SARTHE CONFORT

Implantation à Guécélard

10 maine éco janvier 2010

Isopaille lance un nouveau produit d’isolation Isopaille, à Avézé, fabrique un nouveau produit d’isolation à base de paille de céréale, adapté aux besoins d’isolation thermique des constructions à très basse consommation d’énergie : le bloc Isopaille. Avec le soutien d’Émergence, l’entreprise a demandé une procédure de validation au CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) pour l’utilisation de son produit en mur ou en plancher et combles. Les résultats "tenue au feu" sont d’ores et déjà positifs.

Projet de développement durable chez Vallée La société Vallée, dirigée par Henri Legarda, s’engage dans un projet de développement durable. Quatre domaines d’intervention ont été identifiés : les locaux (isolation, tri des déchets, toiture photovoltaïque, etc.), les outils utilisés (réduction de la pénibilité du travail, du gaspillage de matériaux), les transports (réduction de la pollution liée au transport de personnels et de matériaux) et les matériaux (utiliser les moins nocifs). Ce projet mobilise les salariés et les premières actions concrètes voient le jour.

Initiatives partenaire d’un voilier Le voilier vainqueur de la Solidaire du chocolat portait les couleurs d’Initiatives, entreprise mancelle spécialisée dans les solutions de financement pour les associations (organisation de tombolas, lotos, vente de chocolats, etc.). Séduit par l’esprit de la course et le projet du marin Tanguy de Lamotte - qui soutient l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque -, Franck Vallée, le patron de cette PME de 35 salariés, a signé un partenariat de deux ans. Après cette belle réussite, rendez-vous est pris pour la Route du Rhum en octobre prochain.

Nouvelle adresse pour Artprom et Arthur Loyd 72 Depuis août 2009, la société Artprom, promoteur du site Novaxis gare sud et la société Arthur Loyd 72, sa filiale de commercialisation en immobilier d’entreprises, ont transféré leurs sièges respectifs, auparavant situés boulevard Alexandre Oyon, dans des locaux flambants neufs situés dans le bâtiment Epsilon, boulevard Demorieux. Quatre personnes sont actuellement opérationnelles sur ce site de 200 m².


la vie des entreprises GROUPE LCX NORMANDIE MAINE POIDS LOURDS

Des décors lumineux pour 7 500 villes e groupe LCX, fabricant de décors lumineux depuis 50 ans et distributeur de la marque Leblanc Illuminations, fait scintiller tous les ans plus de 7 500 villes pour les fêtes de fin d’année. Le Mans, Nantes, Angers, Tours, Montpellier, Dax, Saint-Denis et Saint-Leu à la Réunion, Basse Terre en Guadeloupe, Belle Fontaine en Martinique et Nouméa en Nouvelle-Calédonie font partie des villes mises en lumière avec des décors au design innovant. En 2009, le groupe a doublé sa surface de production et dispose désormais de 10 000 m² de stockage supplémentaire dans ses locaux au Mans. Il est ainsi devenu le plus gros site de fabrication de décors lumineux de France. En 2009, la marque a aussi ouvert trois succursales au Canada, en Allemagne et en Angleterre pour se rapprocher de ses clients et accroître son rayonnement à l’international. Le chiffre d’affaires annuel atteint 20 millions d’euros pour 140 salariés. Cyril Victor

L

Un quatrième site en Sarthe

GALAXY IMPRIMEURS

Une nouvelle presse huit couleurs

Installée Zac du Ribay, Galaxy Imprimeurs poursuit son développement. Toujours à la pointe de l’innovation technologique, l’entreprise a récemment acquis une nouvelle presse huit couleurs permettant l’impression recto/verso en un seul passage. Cet outil unique en France dans sa configuration, accroît la capacité de production et la fiabilité en réduisant considérablement les coûts de fabrication. Il vient compléter les équipements de dernière génération déjà utilisés afin d’automatiser au maximum les différentes étapes de la réalisation de catalogues, brochures, plaquettes et imprimés divers. La PME de 40 salariés (CA : 8 millions d’euros) continue de miser sur une démarche qualité, environnementale, ses prix attractifs et sa réactivité pour satisfaire ses donneurs d’ordre situés dans la région et toute la France. De multiples projets (numérique, croissance externe, agrandissement des locaux, recrutements) permettent à l’imprimerie de voir l’avenir sereinement, malgré la crise économique actuelle.

ormandie Maine Poids Lourds a inauguré en novembre dernier son quatrième site en Sarthe, Zac des Portes de l’Océane, à Saint-Saturnin. Ce garage supplémentaire, agréé Renault Trucks, est dédié à l’entretien et à la réparation de véhicules utilitaires et de poids lourds toutes marques. Il emploie six personnes. Normandie Maine Poids Lourds fait partie du groupe Bayi Trucks, dirigé par Pascal Bayi, distributeur de voitures et poids lourds dont le siège social est situé à Alençon. Il compte 450 salariés et a réalisé en 2008 un chiffre d’affaires de 140 millions d’euros. Cette implantation en zone nord représente un investissement de 3 millions d’euros. Pour le groupe, il s’agit de se rapprocher de ses clients, implantés

N

AD Photo JM2

dans cette zone commerciale, pour leur apporter un service global.

maine éco janvier 2010 11


la vie des entreprises

CBM

MACHIN BIDULE CRÉATIONS

L’entreprise rachetée par ses salariés

Trois projets "nature"

CBM, l’entreprise mancelle spécialisée dans la distribution de pièces pour cars et bus, devait être vendue au plus offrant par Natixis Private Equity. Pas d’accord, le directeur, Alain Fauconnet, avait été débarqué et les salariés s’étaient mis en grève. Finalement, les représentants de la filiale de Natixis ont décidé de céder l’entreprise à l’ensemble de ses salariés. Montant total de la vente : environ 40 millions d’euros. 98 % des 47 salariés ont ainsi repris 80 % du capital. Les 20 % restants reviennent à deux sociétés de capitalrisque : UEO et Synergie Finance. Économiquement, CBM se porte bien et compte poursuivre son fort développement. Son chiffre d’affaires (53 millions d’euros) a connu une progression de 14 % sur son dernier exercice, avec un doublement de son activité à l’export.

DOUCET

La librairie fête ses 75 ans et s’ouvre au numérique

a librairie Doucet a fêté ses 75 ans d’activités en novembre dernier. Nouvelle vitrine, nouvel éclairage, nouveaux services, tout a été repensé pour offrir, dans le cadre d’un projet culturel global, un rapport plus intime avec le livre. Principale nouveauté : le livre numérique. Doucet est en effet le premier libraire en France à le proposer. Le lecteur bénéficie du conseil du libraire et peut faire son choix parmi les catalogues des éditeurs (50 000 références disponibles pour l’instant). L’ouvrage téléchargé peut être lu sur un PC ou un Bookeen, petit support électronique également en vente dans la librairie. C’est une offre complémentaire qui répond à certaines problématiques : mal voyants, livres épuisés, indisponibles, etc. À noter également, "Le satisfait ou remboursé" : six livres sur lesquels Doucet s’engage à rembourser le client déçu par le livre acheté, contre un petit mémo argumenté. La librairie réalise un chiffre d’affaires de 3,5 millions d’euros HT pour 24 salariés.

L

12 maine éco janvier 2010

L’agence de design Machin Bidule Créations (design produit, packaging et graphique), créée par le designer Ludovic Alvarez et la chargée de clientèle Olivia Guilbaud en mars 2009, est installée au Pôle Créapolis depuis septembre dernier. Elle a récemment travaillé sur trois projets "nature". Elle fait désormais réaliser des pochettes CD éco-conçues pour remettre à ses clients ses réalisations. Le matériau utilisé, 100 % recyclé, est certifié écolabel européen. Le support a été conçu en partenariat avec un imprimeur pour diminuer les chutes, optimiser le conditionnement et utiliser des encres végétales. Dans ce même esprit, l’agence a réalisé un petit fascicule de quatre pages pour L’Observatoire du client Bio qui répond aux mêmes exigences techniques d’impression. Enfin, Machin Bidule Créations a conçu une collection de produits de fin d’année pour Lefranc & Bourgeois, 100 % en bambou (coffrets, pinceaux, etc.).


commerce

TROPHÉE DES UCA

Tout le monde est gagnant ! de leurs efforts, les valoriser auprès des consommateurs, des collectivités et contribuer à motiver leurs troupes", explique François Bracq, responsable du service Commerce, services et tourisme à la CCI. La grande originalité du trophée des UCA, qui sera remis pour la première fois en avril 2010 et récompensera les actions menées en 2009, c’est que toutes les associations qui décideront d’y participer recevront une subvention : 930 € maximum pour les UCA dont le budget est supérieur à 10 000 € et 670 € maximum pour celles dont le budget est inférieur. Il n’y aura donc que des gagnants, mais le montant de la subvention sera proportionnel au dynamisme de chaque association.

saine émulation entre nous et nous incite à imaginer de nouveaux types de manifestations !", souligne Sébastien Roux, président de l’UCA de Mayet. Le trophée valorise particulièrement le nombre, l’originalité et l’ampleur des animations proposées par les UCA en allouant 50 % de la subvention maximale aux manifestations ayant eu lieu en 2009 et aux projets de manifestations pour 2010. "Aujourd’hui on ne peut plus se contenter d’organiser des quinzaines commerciales, il faut être plus imaginatif si l’on veut inciter les clients à pousser les portes de nos magasins", analyse la présidente de Gambetta shopping, dont l’association organise des expositions d’artistes chez les commerçants. Z William Lambert

Des bonus aux bons élèves Maryse Chardon, présidente de l'association mancelle Gambetta shopping participe au trophée départemental des unions commerciales et artisanales.

Ouvert à toutes les associations sarthoises de commerçants, le trophée des UCA (Unions commerciales et artisanales) est un challenge original qui verra chaque participant récompensé par une subvention proportionnelle à son dynamisme, d’un maximum de 930 €. Date limite de dépôt des dossiers : 31 mars 2010. 14 maine éco janvier 2010

N

ous allons participer au trophée des UCA parce que c’est un excellent outil pour mettre en lumière le travail accompli par le bureau de notre association. Tous les commerçants n’ont pas forcément conscience des efforts que nous réalisons pour développer l’activité commerciale du quartier. Nous espérons que le trophée va contribuer à motiver nos membres et à nous amener de nouveaux adhérents", témoigne Maryse Chardon, présidente de l'association mancelle Gambetta shopping. La Sarthe compte aujourd’hui une soixantaine d’associations de commerçants qui, comme Gambetta shopping, sont des acteurs essentiels de la vie des communes et des quartiers. Mais leur rôle est souvent méconnu des habitants, parfois même des municipalités, et ce manque de reconnaissance nuit à leur dynamisme. "Nous avons créé le trophée des UCA pour les récompenser

"Nous avons établi une liste de critères précis et objectifs que les concurrents devront renseigner. À chaque critère correspond une enveloppe. Par exemple, une association qui rédige des comptes-rendus de ses réunions de bureau voit sa prime majorée de 10 à 15 €. Si l’une de ses manifestations a donné lieu à plus de deux articles de presse, ce sont 50 à 70 € qui viennent s’ajouter au montant de la prime. De même le nombre d’adhérents, le prix des cotisations, le taux de participation des membres aux assemblées générales ou les partenariats noués à l’occasion des événements organisés donnent lieu à des bonifications", explique François Bracq. Une réunion d’information sur le trophée a été organisée à la Chambre de commerce et d'industrie en novembre dernier. Les représentants des associations qui y ont assisté en sont ressortis enthousiastes. "Nous avons rencontré des membres d’autres associations, c’était très enrichissant et cela donne beaucoup d’idées. Le trophée crée une

Renseignements et inscriptions auprès de la CCI. Contact : François Bracq, service Commerce, services et tourisme, tél. : 02 43 21 00 25


commerce

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE

Toutes les entreprises à la même enseigne Au nom de la lutte contre la pollution visuelle, les taxes locales sur la publicité frappant les affiches, réclames, enseignes lumineuses et les emplacements publicitaires fixes, sont remplacées depuis le premier janvier 2009 par une taxe unique, dénommée taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE). La taxe, qui varie selon les communes, s'applique par mettre carré et par an à la superficie de l'enseigne.

C

e sont surtout les commerces avec de grandes enseignes qui sont impactés par la loi et on peut largement comprendre le mécontentement des commerçants qui n'avaient pas prévu cette nouvelle taxe", explique Sébastien Guillemard, président de l'union commerciale et artisanale de la Flèche. "Les commerces du centre-ville ne sont quasiment pas touchés. La commune de La Flèche a essayé d'exonérer le maximum d'entreprises en fixant le seuil d'exonération à 12 m2", précise Didier Laveau, directeur général des services de la mairie de la Flèche. Ainsi, la loi de modernisation de l'économie impose aux communes qui taxaient déjà la publicité extérieure, la mise en place de la TLPE. En revanche, pour les communes qui n'appliquaient aucune taxe à l'affiche ou sur les emplacements publicitaires en 2008, la TLPE est facultative. Le montant de la taxe dépend de la taille des enseignes et du nombre d'habitants dans la commune. Afin d’atténuer l’impact du passage à la nouvelle TLPE, le législateur a prévu des règles particulières applicables aux tarifs pendant une période transitoire. Les tarifs de base sont donc fixés par la loi (voir tableau) et constituent les tarifs maximaux applicables dès lors qu'aucune délibération du conseil municipal ne fixe de tarifs

Tarifs de la taxe Nombre d'habitants de la commune

< 50 000 50 000 < 199 999 > 199 999

Superficie (1) ) 7 m2

) 12 m2

12 ) 50 m2 >50 m2

Exonération, sauf décision contraire du conseil municipal

15 €/m2

30 €/m2

60 €/m2

20 €/m2

40 €/m2

80 €/m2

30 €/m2

60 €/m2

120 €/m2

(1) Somme des superficies des enseignes sur un même bâtiment.

différents. Mais la loi prévoit aussi des possibilités de majoration, de minoration et d'exonération. Jusqu'en 2014, ces tarifs de base n'augmenteront pas, car l'objectif de la réforme est de faire converger l'ensemble des communes vers les mêmes dispositions tarifaires. En revanche, à compter du 1er janvier 2014, les tarifs seront relevés automatiquement chaque année, dans une proportion égale au taux de croissance de l'indice des prix à la consommation, avec une limite fixée à 5 € par an. Pour calculer votre taxe, sachez que la superficie imposable est celle du rectangle formé par les points extrêmes de l’inscription, forme ou image, à l'exclusion de l'encadrement du support. La taxation des supports non numériques se fait par face et additionne la superficie de tous les supports (enseigne bandeau, enseigne drapeau, totem…). "Normalement la déclaration annuelle à la collectivité doit être effectuée par le redevable, explique Alain Barré, directeur des régies du domaine public du Mans. Mais, pour la première année, nous avons préféré faire réaliser le recensement des enseignes par les services de la ville. Cela concerne entre 700 et 800 commerçants." Pour information, la délibération du conseil municipal manceau exonère les enseignes de moins de 7 m2 et le tarif est de 20 €/m2.

Entre les communes qui appliqueront ou non la TLPE et des choix tarifaires variant d'une municipalité à l'autre, on peut imaginer l'importante disparité entre les commerçants. Z Maryse Gauthier

QUELS SONT LES SUPPORTS CONCERNÉS ? La taxe sur la publicité extérieure frappe tous les supports publicitaires fixes, visibles de toute voie ouverte à la circulation publique : - les dispositifs publicitaires, à savoir tout support susceptible de contenir une publicité ; - les enseignes, à savoir toute inscription, forme ou image apposée sur un immeuble et relative à une activité qui s'y exerce ; - les préenseignes, à savoir toute inscription, forme ou image indiquant la proximité d'un immeuble où s'exerce une activité déterminée. maine éco janvier 2010 15


entreprise

LES CLUBS D’ENTREPRENEURS

Un nouvel élan sur le département En 2009, le département a vu la création de clubs d’entrepreneurs qui s’inscrivent tous dans une logique de territoire et dont la création ou la renaissance est impulsée, dans la plupart des cas, par des collectivités locales souvent soutenues par la Chambre de commerce et d'industrie.

A

u printemps 2009, naissait le club des entrepreneurs du Val de Braye porté par la communauté de communes du même nom. Puis à l’automne, le club d’entreprises de la Haute Sarthe voyait le jour à l’initiative du Pays de la Haute Sarthe. À cette liste, il convient d’ajouter la redynamisation de clubs comme celui du Plateau Calaisien, sous l’impulsion de son nouveau président, ou celui du Val de Loir, signataire en novembre d’une convention avec le syndicat de développement économique du Sud Sarthe, qui lui assure désormais un soutien logistique et administratif. Ce mouvement de fond est souvent le fruit de réflexions initiées de longue date. "En 2005, la Chambre de commerce et d’industrie du Mans et de la Sarthe a réalisé une étude sur le tissu industriel de notre territoire qui révélait que les entreprises se connaissaient peu entre elles alors qu’existaient des besoins communs, et qui suggérait déjà la création d’un club d’entrepreneurs", explique Daniel Lauger, président de la communauté de communes du Val de Braye. "La création d’un Club était depuis longtemps dans les cartons", témoigne de son côté Séverine Mercier, responsable du développement économique de la communauté de communes de l’Orée de Bercé-Bélinois. Une étude de faisabilité est finalement réalisée en interne au printemps 2009. "Avant de nous lancer, nous avons consulté Angélique Barré de la CCI. Elle nous a apporté son expertise et nous a mis en relation avec nos collègues du Val de Braye, dont la réflexion était plus avancée."

Échange, expertise et convivialité Que ces différents projets se soient concrétisés simultanément ne doit rien au hasard. La conjoncture difficile

Le club d'entreprises de la Haute Sarthe a vu le jour à l'automne dernier à l'initiative du Pays.

incite à serrer les rangs, or l’objectif de ces clubs est justement la mise en réseau d’acteurs isolés. "Sur des territoires ruraux comme le nôtre, les entrepreneurs sont dispersés et n’entretiennent pas naturellement de liens entre eux", analyse Daniel Lauger. Dans le Val de Braye comme en Haute Sarthe, la volonté est alors d’ouvrir les portes à tous les entrepreneurs : artisans, commerçants, industriels ou professions libérales. Dans l’Orée de Bercé Belinois, les agriculteurs sont aussi les bienvenus. Reste à faire prendre corps à ces clubs afin qu’à terme ils deviennent autonomes par rapport aux collectivités qui les ont portés. Pour l’heure, il s’agit surtout de créer des occasions de rencontres. Cela passe par des réunions d’information souvent organisées en partenariat avec la CCI, qui a développé une offre autour de thématiques intéressant toutes les catégories d’entrepreneurs, comme la gestion des déchets, les stratégies de recrutement, le droit individuel à la formation ou encore la mise en place d’un business plan. Ces manifestations, souvent précédées de visites d’entreprises, permettent d’obtenir

l’éclairage d’experts et de susciter les échanges d’expériences entre les participants. "Le repas convivial organisé après est aussi l’occasion d’échanges fructueux", souligne Daniel Lauger, qui est également directeur technique de l’entreprise Alma Sotapharm, basée à La Ferté-Bernard. À ce titre, il est également membre du club des industriels du Perche Sarthois, qui s'est constitué sur une base territoriale il y a maintenant dix ans, et fait figure de pionnier avec le club de développement sabolien. "Le plus important, c’est l’aspect humain et relationnel", assure Daniel Lauger, fort de cette longue expérience. Z William Lambert Contact CCI : Angélique Barré, responsable du pôle Développement territorial

maine éco janvier 2010 17


entreprise ESCROQUERIES SUR INTERNET

LES SEPT GRANDES FAMILLES DE CYBER-RISQUES Le sabotage : virus, bombardement de messages (spamming), canulars (hoaxes), modification/ détournement de site web. L’intrusion : scanning (recherche de systèmes mal configurés), hacking (défi ou jeu visant à découvrir ou démontrer des failles de sécurité dans les systèmes d’exploitation, réseaux ou applications), cheval de Troie (installation de programmes sur les ordinateurs victimes pour capturer des codes secrets, voler des fichiers…), usurpation d’identité et ingénierie sociale (méthode d'exploitation de la crédulité humaine pour disposer d'un bien ou d'informations). Le piratage de programmes, logiciels, fichiers clients, cartes à puce… Le vol d’information : vol de supports (portables, clés USB…), copie de données électroniques, impressions partagées et télécopies, interception en ligne via les câbles et les réseaux sans fil… La fraude économique : escroquerie à la téléphonie (abus téléphoniques, souscription forcée…), fraude aux moyens de paiement (numéro de cartes bancaires récupérés sur Internet, fausses cartes de crédit…), escroquerie au commerce en ligne, détournement de fonds… L’atteinte à la vie privée : cookies (collecte de sites Internet visités), spyware, key logger, phishing (collecte et capture de données). Les contenus illégaux : diffamations, injures, rumeurs, désinformations….

À l'heure de la mondialisation, les technologies de l'information et de la communication - et notamment Internet sont pour les acteurs économiques une source d'échanges et de développement de l'activité. En revanche, elles exposent l'entreprise à des risques de cybercriminalité organisée par des escrocs avertis.

T

outes les entreprises connectées sont vulnérables et il faut admettre qu'elles possèdent toutes des informations à protéger (prototypes, plans marketing, stratégie commerciale, fichiers clients, contrats d'assurance…). L'incident, accident ou acte de malveillance, peut survenir à tout moment et n'arrive pas qu'aux autres. Le bon fonctionnement au quotidien du système informatique et le gain de productivité généré par un traitement numérique ne doivent pas faire oublier les menaces liées aux activités cyber-criminelles. La sécurité numérique doit devenir une préoccupation des chefs d'entreprise. Ils peuvent être confrontés par exemple au comportement à risques du salarié, à une fraude financière, à la divulgation de savoir-faire, aux téléchargements illicites de données, à une défaillance de sauvegarde ou un sabotage interne des données, à un vol de portable, à une diffamation par courrier électronique…

Photosani - Fotolia

Protégez-vous contre les cyber-risques

Les entreprises font de plus en plus l'objet d'attaques massives dont les conséquences peuvent être particulièrement graves. La prise en compte croissante de la menace représentée par la cybercriminalité s'est traduite par la mise en place de dispositifs dédiés au sein du ministère de l'Intérieur. Ainsi, si vous êtes victime d'une escroquerie sur Internet, déposez plainte au commissariat ou à la gendarmerie la plus proche, en vous munissant de tous les renseignements pouvant aider à l'identification de l'escroc. Pour tout renseignement ou pour signaler un e-mail ou un site qui vous semble être une tentative d'escroquerie, vous pouvez appeler "Info escroquerie" au 0811 02 02 17 (prix d'un appel local) ou vous connecter sur le site www.internet-signalement.gouv.fr. Z Maryse Gauthier Source : "Le guide pratique du chef d'entreprise face au risque numérique" téléchargeable sur www.fic2009.fr

[Définition] La cybercriminalité est le terme employé pour désigner l'ensemble des infractions pénales qui sont commises via les réseaux informatiques, notamment sur Internet. Elle désigne à la fois les atteintes aux biens (fraude à la carte bleue sur Internet, encaissement d'un paiement sans livraison de la marchandise, piratage d'ordinateur, gravure de logiciels…) et les atteintes aux personnes (diffusion d'images pédophiles, atteinte à la vie privée…). Tous ces faits sont punis d'une peine d'emprisonnement (cinq ans maximum) et d'une amende (375 000 € maximum).

Contact CCI : Christelle Bodet, service Industrie.

maine éco janvier 2010 19


fiscalité

TAXE D'APPRENTISSAGE

Simplifiez vos démarches Chefs d'entreprise employant au moins un salarié, vous avez jusqu'au 28 février 2010 pour verser votre taxe d'apprentissage. Une formalité que la Chambre de commerce et d'industrie sarthoise peut gérer à votre place. Montage du dossier, information sur la législation, assistance, conseil, déclaration en ligne, elle vous simplifie la tâche.

a taxe d'apprentissage est un impôt qui a pour objet de faire participer les employeurs au financement des formations premières à caractère technologique et professionnel, dont l'apprentissage. Elle doit être obligatoirement versée au plus tard le 28 février 2010 à un organisme collecteur de la taxe d'apprentissage (OCTA). Tout versement au-delà de cette date doit être effectué directement auprès du trésor public avec majoration de 100 %. Les CCI des Pays de la Loire sont les premiers collecteurs de la région avec 13 000 dossiers d'entreprises traités et 46,7 millions d'euros collectés en 2009. Les entreprises sarthoises ont versé en 2009, 4,3 millions d'euros de taxe d'apprentissage à la CCI qui les a reversés aux centres de formation d'apprentis et aux établissements d'enseignement technologique, professionnel et supérieur. "Depuis 14 ans que je dirige Thirel Bureau, l’entreprise verse sa taxe d’apprentissage à la CCI et je n’ai fait que poursuivre les bonnes habitudes de mes prédécesseurs, précise JeanMarie Marmion. Je n’ai jamais eu de soucis dans le traitement de la taxe. La CCI vérifie tout, notamment le calcul de l’assiette."

L

Mode d’emploi Toutes les entreprises employant au moins un salarié sont redevables de la taxe. Celles qui emploient un ou plusieurs apprentis (quelle que soit la durée du contrat dans l'année) et dont la base annuelle d'imposition (masse salariale brute) n'excède pas six fois le Smic annuel sont affranchies (soit pour la collecte 2010 un montant de 96 314 €). Le taux de la taxe d'apprentissage est fixé à 0,5 % de la masse salariale 2009. Pour les entreprises de plus de 250 salariés, il passe à 0,6 % lorsque

Jean-Marie Marmion, dirigeant de Thirel Bureau, verse sa taxe d'apprentissage à la CCI depuis de nombreuses années et n'a jamais eu de soucis.

le nombre annuel de contrats d'apprentissage ou de professionnalisation et de jeunes accomplissant un VIE (1) ou bénéficiant d'une CIFRE (2) est inférieur, au cours de l'année de référence (salaires 2009), à un seuil de 3 % de l'effectif annuel moyen de l'entreprise. Par ailleurs, depuis 2005, vient s’ajouter la Contribution au développement de l’apprentissage (CDA), fixée à 0,18 % de la masse salariale. "Le service proposé par la CCI nous permet de conserver la maîtrise de l'affectation des fonds ainsi que la possibilité de financer les établissements d'enseignement de notre choix," poursuit le directeur de l’entreprise de fournitures et de matériel de bureau de La Chapelle-Saint-Aubin. Les écoles peuvent consulter, via Internet, la provenance des sommes que les entreprises leur ont attribuées. Les projections financières effectuées dans le cadre des reversements permettent de calculer et de répartir les montants en fonction des catégories. Le montant de la taxe est réparti entre le "quota d'apprentissage" (30 % de la taxe brute destiné à financer les centres de formation d'apprentis), le fonds national de développement et

de modernisation de l'apprentissage (22 %) reversé ensuite au trésor public par les organismes collecteurs et le "barème" appelé aussi "hors quota" (48 %). La loi instaure une répartition du "barème" en trois catégories correspondant aux différents niveaux de formation : - Catégorie A : niveaux V et IV (CAP, BEP, bac pro…) : 40 % du barème. - Catégorie B : niveaux III et II (licence professionnelle, BTS, DUT, MST, …) : 40 % du barème. - Catégorie C : niveau I (écoles d'ingénieurs, master…) : 20 % du barème. La CCI adresse aux entreprises la liste des établissements d’enseignement bénéficiaires et le reçu libératoire avec les sommes calculées pour chaque école. En versant leur taxe d’apprentissage à la CCI, les entreprises bénéficient ainsi de la garantie de fiabilité de leur déclaration. Z Maryse Gauthier Plus d'information : www.lemans.sarthe.cci.fr (1) Volontariat international en entreprise (2) Convention industrielle de formation par la recherche.

maine éco janvier 2010 21


juridique

ENTREPRISES DE MOINS DE DIX SALARIÉS

L'aide au recrutement est prolongée

Dans le cadre du plan de relance de l'économie, le gouvernement a créé une aide à l'embauche pour les entreprises de moins de dix salariés. D'une durée de douze mois, l'aide a pour effet de couvrir les charges patronales dues par l'employeur au titre des rémunérations versées pour toutes nouvelles embauches réalisées avant le 30 juin 2010 (contre le 31 décembre 2009 précédemment).

22 maine éco janvier 2010

outes les entreprises de moins de dix salariés peuvent bénéficier du dispositif d'aide au recrutement. Pour les embauches réalisées entre le 4 décembre 2008 et le 31 décembre 2009, l’effectif de l’entreprise est apprécié au 30 novembre 2008 en fonction de la moyenne, au cours des onze premiers mois de 2008, des effectifs déterminés chaque mois. Pour les embauches réalisées entre le 1er janvier 2010 et le 30 juin 2010, l’effectif de l’entreprise est apprécié au 31 décembre 2009, en fonction de la moyenne, au cours des douze premiers mois de 2009, des effectifs déterminés chaque mois. Pour les entreprises créées entre le 1er janvier 2010 et le 30 juin 2010, l’effectif est apprécié à la date de leur création. Ne sont pas comptés dans l’effectif : les contrats d’apprentissage, les contrats initiative emploi (CIE), les contrats d’insertion revenu minimum d’activité (Cirma), les contrats de

T

professionnalisation à durée déterminée et indéterminée (pour la durée de l’action de professionnalisation).

Quelles sont les conditions à remplir ? L’employeur doit être à jour de ses obligations déclaratives et des paiements des charges sociales, et ne doit pas avoir procédé à un licenciement économique sur le poste dans les six mois qui précèdent l’embauche (sauf pour le salarié concerné par ce licenciement qui fait jouer sa priorité d’embauche). L'entreprise ne peut réembaucher le salarié dont le contrat a été rompu après le 4 décembre 2008 dans les six mois qui précèdent le nouveau contrat de travail, sauf pour le salarié qui bénéficie d’une priorité d’embauche suite à une démission pour élever son enfant et sauf pour le retraité qui reprend une activité chez son ancien employeur. L’aide concerne toutes les embauches

conclues entre le 4 décembre 2008 et le 30 juin 2010 au titre d’un contrat à durée indéterminée (CDI) ou d'un contrat à durée déterminée d’une durée supérieure à un mois (CDD), ainsi que sur la même période, le renouvellement d’un CDD pour une durée supérieure à un mois et la transformation d’un CDD en CDI. En revanche, les contrats d’intérim ne sont pas éligibles à ce dispositif. La somme versée à l’employeur à l’issue de chaque trimestre est calculée à partir d’un coefficient multiplié par la rémunération pour obtenir le montant de l’aide (1). Pour une rémunération supérieure au Smic, l’aide devient dégressive jusqu’à devenir nulle lorsque la rémunération atteint 1,6 fois le Smic (2 140,32 euros brut mensuel). L'aide est accordée pour une durée de 12 mois à compter de la date d'embauche. Pour maintenir l’aide, l’employeur doit adresser au Pôle emploi un formulaire d’actualisation trimestriel dans les trois mois qui suivent chaque trimestre civil de travail. L’aide TPE peut être cumulée avec la réduction de cotisations patronales "Fillon". Ainsi, pour un salarié rémunéré au Smic, l’aide TPE + la réduction "Fillon" = 0 cotisations sociales patronales. Par contre, l’aide TPE ne se cumule pas avec un contrat aidé (CIE, Cirma, contrat d’apprentissage par exemple). (1) C = (0,14 / 0,6) x [1,6 x (montant mensuel du Smic / rémunération mensuelle brute hors heures supplémentaires et complémentaires) -1]

Source : Service Inforeg de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris www.inforeg.ccip.fr


Dossier

ÉNERGIES RENOUVELABLES

L’économie se met au vert Depuis peu, les énergies renouvelables font l’objet d’un véritable engouement de la part des collectivités, des particuliers et des entreprises. D’aucun n’hésite pas à évoquer une révolution dans les habitudes de consommation et la naissance d’une nouvelle économie dite "verte". Mais, n’amplifie-t-on pas inconsidérément le potentiel réel de ce marché ? Comment les entreprises françaises sont-elles positionnées ? Quels sont les secteurs les plus porteurs ? Comment les entreprises s'y retrouvent-elles dans ce marché complexe ?

C’

est dans les années 70, suite aux deux premiers chocs pétroliers, que les pays industrialisés ont pris conscience du caractère périssable et polluant, des énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz naturel…), et de l’intérêt des sources d’énergies renouvelables : soleil, vent, eau, chaleur de l’air et du sol… Cependant, l’amorce d’une prise en compte planétaire des questions environnementales n’est apparue véritablement qu’au cours de la décennie qui vient de s’achever face à la multiplication des catastrophes naturelles, à l’évidence du réchauffement climatique et surtout à ses conséquences économiques. Aujourd’hui, même si

24 maine éco janvier 2010

nombre d’êtres humains rechignent encore à modifier significativement leurs comportements, le mouvement semble inéluctable… car personne ne peut nier que les énergies fossiles sont sur la voie du déclin et que, par conséquent, leur prix va augmenter de manière exponentielle au point de devenir inabordable, bouleversant les habitudes de vie de milliards d’êtres humains. Dans cette perspective, les énergies renouvelables apparaissent de plus en plus comme l’alternative crédible qui doit permettre de continuer à voyager et à bénéficier du confort de vie auquel l’homme s’est habitué. Déjà, dans quelques pays, scandinaves notamment, les modes de


Ad'hoc photo - Solewa

!

consommation évoluent et les éoliennes, panneaux solaires et autres maisons bois s’imposent peu à peu dans le paysage. De même, depuis une dizaine d’années, dans un nombre croissant de villes comme la cité allemande de Fribourg-en-Brigsau, des éco-quartiers sont aménagés et, sur des trajets courts, les véhicules à moteurs sont délaissés au profit de moyens de transport plus respectueux de la nature.

440 000 emplois en 2012 À l’évidence, le recours à ces modes énergétiques "propres" va se généraliser… tant pour des causes environnementales qu’économiques.

Rappelons, en ce sens, que le Grenelle de l’Environnement prévoit que, d’ici à 2020, la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique française devra passer de 8,5 à 20 % et que, dès la fin de l’année, les nouveaux bâtiments publics et tertiaires auront l’obligation de ne pas consommer plus de 50 kwh/m2/ an d’énergie. Dès 2012, selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), le marché de l’efficacité énergétique devrait ainsi, en France, générer 70 milliards de chiffre d’affaires et représenter 440 000 emplois (soit deux fois plus qu’en 2007), dont 120 000 sur le seul secteur des

[Pac Énergie]

L’opportunité d’optimiser sa consommation énergétique En partenariat avec la Direction régionale de l'environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) (1), l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et la Région des Pays de la Loire, la Chambre de commerce et d’industrie du Mans et de la Sarthe a lancé, en 2008, le Pac Énergie : une opération visant à accompagner dix entreprises sarthoises dans une démarche de réduction de leur consommation énergétique. La prestation, subventionnée à 80 %, comprend un diagnostic et un plan d’actions global réalisé par un cabinet d’expertises, un suivi et une évaluation de la mise en œuvre de ce plan, ainsi que la formation d’un collaborateur de l’entreprise à la gestion de l’énergie. Cette étude se distingue par son caractère exhaustif, portant à la fois sur les équipements et modes de chauffage et de climatisation, l’air comprimé, l’éclairage, l’isolation et la configuration des locaux d’activité, les réseaux électriques, les transports, les procédés de production… L’entreprise BVS (Boulonneries et visseries de Sablé) fait partie des dix candidates retenues pour ce programme. "Ce diagnostic nous intéressait dans l’optique du remplacement de notre système d’air comprimé,

devenu obsolète, et qui captait 40 % de notre consommation d’électricité. Ne disposant pas des compétences en interne, nous souhaitions aussi que l’on nous apporte des solutions pour améliorer l’isolation de notre bâtiment qui a été construit dans les années 60", explique Jean-Paul Pichonneau, responsable maintenance de cette entreprise employant une cinquantaine de salariés. "Le bureau d’études, qui est intervenu sur cinq jours, m’a ainsi accompagné dans ma recherche d’un nouveau compresseur qui consomme 30 % d’électricité en moins que le précédent appareil. Même si nous aurions aimé obtenir plus de mesures précises, le diagnostic nous a aussi permis de lister l’ensemble des travaux que nous allons essayer de réaliser, pas à pas, en fonction de nos finances. Déjà, nous avons rénové une partie de l’éclairage et poursuivons des études sur le chauffage. Nous avons conscience que nous pouvons réaliser de significatives économies mais celles-ci nécessitent d’importants investissements qu’il nous est difficile de budgéter dans l’immédiat". (1) Cet organisme dépend du ministère de l’Économie, de l’industrie et de l’emploi.

maine éco janvier 2010 25


Dossier

[EnR Green]

Une première française en Sarthe Les 5 et 6 mai 2010 se tiendra, au centre des expositions du Mans, la première convention d’affaires française dédiée aux énergies renouvelables (EnR). Cet événement est organisé sous l’égide de la Chambre de commerce et d’industrie du Mans et de la Sarthe et de Sarthe expansion. Son objectif est de favoriser, lors de rendez-vous programmés, les rencontres et l’amorce de partenariats entre les donneurs d’ordre (fabricants, équipementiers, fournisseurs de services et de solutions, bureaux d’études…) et les sous-traitants potentiels. Simultanément, une seconde convention d’affaires sera proposée à l’attention des collectivités territoriales afin de leur permettre de rencontrer des fournisseurs de solutions EnR capables de répondre à leurs besoins et projets. En parallèle un congrès proposant douze conférences à destination des entreprises et des collectivités est au programme. Plusieurs centaines de participants français et étrangers sont attendus lors de ces deux journées. Vous souhaitez développer et diversifier vos activités ? Identifier de nouveaux clients/partenaires ? Concrétiser un projet ? Bénéficier d’une information complète sur les enjeux des énergies renouvelables ? Devenir acteur de ces nouvelles filières ? Dès à présent, inscrivez-vous pour organiser des rendez-vous efficaces avec les interlocuteurs les plus pertinents.

énergies renouvelables. Les activités du bâtiment et des transports sont, bien évidemment, les plus directement concernées par ce phénomène. Déjà en Sarthe, dans le domaine du solaire, les programmes ambitieux se multiplient à l’image de la construction, en cours, d’une cinquantaine de bâtiments que recouvriront 20 000 m2 de panneaux photovoltaïques sur les zones d’activités intercommunales d’Écommoy et de Teloché, au sud du Mans. "D’une part, nous revendons à EDF l’électricité produite et, d’autre part, nous louons les bâtiments que l’occupant est libre d’aménager selon ses besoins, affirme Céline Gasnier qui dirige Solar Investis et est à l’initiative de cette opération. Nous sommes en train de développer la plus importante zone artisanale française dédiée au photovoltaïque !" Parallèlement, des projets de fermes et de centrales solaires émergent, notamment du côté de Loué ou du futur parc d’activités du Sud Sarthe à AubignéRacan et Vaas. De même, les particuliers, les collectivités et les entreprises sont de plus en plus nombreux à faire poser des capteurs solaires sur leurs toitures ou leurs façades. "La Sarthe bénéficie d’un ensoleillement suffisant pour produire de l’électricité à partir de panneaux photovoltaïques", assure Céline Gasnier. C’est pourquoi, de plus en plus d’entreprises locales se lancent dans la pose de ces panneaux. "Pour réussir dans ce secteur, il vaut mieux maîtriser un savoir-faire de couvreur que d’électricien, prévient Céline Gasnier précisant que : la baisse du tarif de rachat

La CCI construit sur le site de son centre de formation, un bâtiment HQE (haute qualité environnementale) bio-climatique à énergie passive avec des brises soleil, une façade doublepeau ventillée par une VMC double flux.

de l’électricité photovoltaïque par EDF, pour des questions de rentabilité, est inéluctable."

Une énergie gratuite, inépuisable et valorisante Dans ce contexte, l’entreprise Sol In G, qui appartient au groupe Solution, conserve plusieurs longueurs d’avance

Renseignements et inscriptions sur : www.enr-green.com

Pour Gérard Josse, dirigeant de Sol In G, "le marché de l’énergie solaire est en pleine croissance et son potentiel de développement commercial et technologique reste très élevé".

26 maine éco janvier 2010

sur ses concurrentes en garantissant une prestation complète (de l’étude à la pose, en passant par le conseil juridique) et en ayant l’exclusivité d’un bac modulable breveté sur lequel il est possible de poser tout type de panneau solaire sur de grandes surfaces (1 000 à 2 000 m2). "Il faut d’abord se différencier et ne pas tomber dans la routine", assure Gérard Josse, le dirigeant de cette société de huit salariés qui intervient sur l’ensemble du territoire français et principalement pour des industriels et des agriculteurs. "Le marché de l’énergie solaire est en pleine croissance et son potentiel de développement commercial et technologique, reste très élevé. Nous pouvons mieux encore tirer profit de cette énergie solaire qui a l’avantage d’être gratuite, inépuisable et valorise l’image de marque de ses utilisateurs". Dans cette logique, l’offre de Sol In G se déploie sur les trois domaines d’application de l’énergie solaire :


interview

Jean-Charles Maillard, Ingénieur pour Soning (1) Installé à Nantes et rayonnant sur tout le grand ouest, le cabinet Soning emploie cinq personnes (dont un ingénieur et trois techniciens). Il intervient principalement dans trois domaines : l’urbanisme, la réhabilitation et la construction de bâtiments. Quel est, selon vos observations, l’avenir du marché des énergies renouvelables ? J’ai le sentiment que les gouvernants et les acteurs économiques ont enfin pris conscience qu’il fallait impérativement protéger l’environnement, en limitant notamment la consommation d’énergie. Le choc pétrolier de l’été 2008 a marqué les esprits et les mentalités évoluent aux ÉtatsUnis depuis l’élection de Barack Obama. Au sein de notre clientèle, chez le groupe Disney par exemple, je constate cette remise en cause qui exprime des préoccupations sincères, un sentiment de fragilisation et

photovoltaïque (production d’électricité), thermique (1) (production d’eau chaude) et climatique (climatisation). "Nous réalisons également la végétalisation des toitures qui renforce remarquablement l’isolation du bâtiment", ajoute Gérard Josse. Ce dernier, comme la majorité des prestataires implantés sur ce marché de la valorisation de toitures, achète ses panneaux auprès de fabricants allemands. "Le retard technologique et économique pris par les industriels français, quasi inexistants sur le secteur de la production des panneaux, semble d’autant plus irrattrapable que les producteurs asiatiques envahissent désormais le marché avec des produits à très bas prix. À l'inverse il existe un grand nombre de fabricants de systèmes d'intégration, de câbles…", constate Céline Gasnier.

Prestataire, aménageur… mais pas fabricant En ce sens, les entreprises hexagonales, à défaut de fabriquer des panneaux,

une volonté de prendre en compte les enjeux environnementaux. Cependant, une partie du mal est déjà faite et c’est pourquoi il faut encore densifier et généraliser les mesures et les démarches pour anticiper la transition énergétique, développer de nouvelles filières, en particulier locales…

Que conseillez-vous aux entreprises et aux particuliers ? Le plus important est de consommer moins et, ensuite, de consommer mieux. C’est pourquoi, nous travaillons en premier lieu sur l’enveloppe du bâtiment pour

devront renforcer leurs positions de prestataire, d’aménageur et concepteur de projets (ce qui offre déjà de belles perspectives !) ou s’investir sur des "niches". Le constat est similaire sur le secteur de l’éolien qui, de surcroît, implique des investissements plus lourds (implanter une éolienne revient beaucoup plus cher qu’installer un panneau solaire), des démarches administratives plus complexes et suscite des polémiques. "De plus, il est techniquement très difficile d’installer des petites éoliennes uniquement dédiées à alimenter une entreprise, du fait de l’instabilité du vent en zones urbaines", ajoute Jean-Charles Maillard, ingénieur du cabinet d’étude Soning (voir interview ci-dessus). Ainsi, les projets de parcs éoliens qui se multiplient sur le département et devraient prochainement aboutir, ne seront sans doute pas réalisés par des développeurs locaux. Au-delà du solaire et de l’éolien, on compte trois autres grandes familles d’énergies renouvelables : l’hydraulique

optimiser son isolation et améliorer sa performance énergétique. De même, nous encourageons le recours au solaire thermique qui permet, pour chauffer l’eau, de substituer une ressource gratuite et inépuisable, le soleil, à une ressource qui s’épuise. Les énergies renouvelables sont un outil et pas une fin en soi. En résumé, les trois mots clés sont, dans l’ordre : réduire, puis substituer et enfin compenser. (1) Cabinet d’ingénierie et de conseil en optimisation énergétique du bâtiment.

(qui concerne essentiellement les territoires maritimes ou proches de rivières à haut débit), la biomasse (bois, biocarburants et biogaz issus de

la décomposition des matières organiques) et la géothermie (exploitation de la chaleur du sol terrestre). Dans ces deux derniers domaines, les

Bâtiment recouvert de panneaux photovoltaïques vu du dessous avant isolation.

maine éco janvier 2010 27


Dossier

[Formation]

La Sarthe parie sur l’éolien

Sarthois ont, à l’évidence, une carte à jouer. Déjà, les constructeurs de maisons à ossature bois, les spécialistes des matériaux isolants naturels et les installateurs de pompes à chaleur sont de plus en plus nombreux ; qu’ils s’agissent d’entrepreneurs spécialisés dès l’origine dans ce secteur ou de généralistes qui ont choisi de diversifier leurs activités pour répondre à une demande en hausse constante et, sans doute, durable. L’offre correspond désormais aux besoins, ce qui n’était pas le cas il y a trois ans, lorsque le mouvement frémissait. Pour autant, comme on l’observe dès qu’une technologie émergente est confondue avec un nouvel Eldorado économique, les entreprises qui ne possèdent pas les compétences nécessaires ou ne disposent pas des fonds financiers ne survivront pas à la "sélection naturelle". En ce sens, les plus fragiles devraient, dès à présent, envisager la mise en place de partenariats pour développer des synergies.

Transferts de main-d’œuvre Le marché des énergies renouvelables est, à l’évidence, en plein essor, en Sarthe comme sur l’ensemble du pays, même si les entreprises françaises ne sont pas les plus en pointe sur ce marché. Est-ce cependant suffisant pour employer le terme "d’économie verte" qui pourrait s’imposer comme l’un des principaux pourvoyeurs d’emplois et de 28 maine éco janvier 2010

capitaux dans les décennies futures ? Beaucoup d’experts en sont convaincus tel Jean-Charles Maillard qui affirme : "Nous allons assister à d’importants transferts de main-d’œuvre". On doit en effet envisager la disparition, à plus ou moins long terme, de pans entiers de l’industrie liés aux énergies fossiles, à commencer par la construction automobile telle que nous la connaissons aujourd’hui. Afin de prévenir une catastrophe économique qui laisserait des millions de salariés sur le bord de la route, il est par conséquent plus que jamais nécessaire de préparer sans plus attendre des "recyclages". C’est ce qu’a parfaitement compris l’équipementier automobile Chastagner-Delaize en initiant la formation à la maintenance des éoliennes (voir encadré ci-contre). Z Emmanuel Chevreul

(1) Qui nécessite un plus fort ensoleillement que le photovoltaïque et se combine, a fortiori dans nos régions, avec des systèmes de chauffage classique.

Cette formation est initiée conjointement par plusieurs institutions (Pôle emploi, Le Mans Métropole via l’Adema, le Conseil régional…) et par un groupement de sept entreprises sarthoises. Elle doit permettre aux Sarthois de se positionner sur un marché où, dans un contexte de développement exponentiel des parcs éoliens, les constructeurs, le plus souvent allemands, sont bien conscients qu’il est plus rentable de faire appel à de la main-d’œuvre locale que de déléguer un technicien qui devra effectuer plusieurs milliers de kilomètres pour une réparation ou des travaux d’entretien. Les initiateurs du projet parient sur la situation géographique centrale du département, à équidistance des régions à fort développement éolien comme la Beauce ou la Bretagne. De plus, cette formation vise à préparer la reconversion de salariés d’équipementiers automobiles qui, comme le groupe Chastagner-Delaize, cherchent à diversifier leurs activités afin d’anticiper la régression du marché de la voiture traditionnelle. Il faut préciser, en effet, que les connaissances mécaniques ou d’usinage requises pour assurer la maintenance d’une éolienne et pour travailler dans le secteur de l’automobile sont assez proches. Pour parodier un slogan des années 70 : "En Sarthe, nous n’avons pas encore d’éoliennes, mais nous avons des idées !"

Porco Punch - Fotolia

Céline Gasnier, dirigeante de Solar Investis, développe sur Écommoy la plus importante zone d'activités intercommunale française dédiée au photovoltaïque.

Dès ce mois de janvier, une première formation au métier de technicien de maintenance en éolienne va être lancée, pour six mois, en Sarthe. Elle sera dispensée à près de vingt personnes justifiant d’un niveau bac + 2 ou de deux à trois ans d’expérience professionnelle dans les métiers de l’industrie. À l’issue de cette période, les techniciens seront labellisés par BZEE, un organisme de formation spécialisé dans les énergies renouvelables.


international

POLOGNE, RÉPUBLIQUE TCHÈQUE ET SLOVAQUIE

Ivo Brezina - Fotolia

Des marchés à conquérir 2010. La Pologne s'en sort mieux avec un taux de croissance prévu en 2009 d'environ 1 %. "Remarquable tout de même puisque c'est le seul pays de l'Union européenne à avoir une croissance positive en 2009".

Un atout : les aides européennes Les fonds européens injectés pour encourager le rattrapage économique de ces nouveaux états membres devraient faciliter la reprise. Pour la période 2007-2013, Varsovie a reçu une enveloppe de 67,3 milliards d'euros, Prague, 26,7 milliards d'euros et Bratislava, 11,6 milliards d'euros. De quoi financer de grands projets, notamment d'infrastructures, ce qui offre de nombreuses opportunités aux entreprises étrangères.

Bien situés au cœur de l'Europe de l'est, ces trois pays disposent de nombreux atouts : fort potentiel de développement, pouvoir d'achat en hausse, population jeune de bon niveau. Un potentiel d'affaires à saisir pour les PME qui osent sauter le pas.

30 maine éco janvier 2010

elativement offensifs sur la Pologne, car ils intègrent de plus en plus l'importance économique de ce pays, les Français sont trop peu présents en Tchéquie et Slovaquie", regrette Maryline BertheauSobczyk, dirigeante de Logos, société d'experts en conseil marketing et commercial sur les marchés d'Europe centrale et orientale depuis 1994. Dommage, car ces pays s'enrichissent vite et les Allemands, Italiens et Hollandais l'ont bien compris. Même en Pologne, les Français peuvent mieux faire : "La France se place certes au premier ou deuxième rang des investisseurs étrangers dans ce pays depuis quasiment dix ans, mais en terme d'échanges commerciaux, elle se laisse trop souvent dépasser ces

R

dernières années par les Allemands, Italiens et maintenant les Russes et les Chinois". Car ces pays sont d'abord des marchés. La consommation des 40 millions de Polonais, des 10 millions de Tchèques et des 5 millions de Slovaques est en constante progression. "Ces pays que l'on a même nommés durant les années 2000 "Les tigres de l'Europe" ont connu ces dernières années des croissances très enviables de l'ordre de 4 à 7 % par an," indique Maryline Bertheau-Sobczyk. La crise économique actuelle a bien sûr fragilisé ces pays et les prévisions annoncent un recul du PIB pour 2009 de l'ordre de - 5 à - 6 % pour la Slovaquie et la Tchéquie, avant une reprise dès

"En Pologne, tous les secteurs sont porteurs, affirme la consultante. Ce plus grand pays de la "nouvelle Europe de l'est" est à la fois agricole, industriel et de services. Il existe cependant actuellement de forts besoins dans le domaine de l’environnement, dans les infrastructures, le bâtiment, l’hôtellerie et services divers liés aux investissements qui devront être faits rapidement, notamment pour la Coupe d'Europe de football en 2012. En Tchéquie et en Slovaquie, les besoins sont plus focalisés sur l’automobile et donc tout ce qui touche à ce domaine (soustraitance mécanique, plasturgie), les infrastructures, les biens de consommation et les services." Les entreprises françaises et leurs produits sont d'ailleurs appréciés. "Professionnels et sérieux, les Français bénéficient, surtout en Pologne, d’une aura positive même s’ils agacent parfois leurs partenaires d’Europe


international

centrale par leur manque de promptitude à avancer sur les projets. Ils sont jugés parfois trop hésitants, pas assez rapides dans la prise de décisions claires. Les produits sont perçus comme étant techniques et chers… ce qui correspond plus à un stéréotype qu’à une réalité en ce qui concerne le prix !"

Des pays à découvrir Quant aux entrepreneurs français, leur vision de ces pays est assez nuancée. La France est historiquement et culturellement plus proche de la Pologne qui est son premier partenaire commercial dans la zone des Peco. "La Slovaquie est souvent confondue avec la Slovénie et en Tchéquie, Prague est connue… mais c'est à peu près tout, confirme la consultante. Au départ, les entrepreneurs perçoivent ces pays comme assez opaques, où il est

difficile de trouver des informations facilement (barrière de la langue) ou de comprendre rapidement l’environnement économique concerné. Ensuite, ils sont souvent très surpris, après une première visite sur place, par le niveau de développement économique de ces pays et de l’accueil (ouvert) de la population et de son bon niveau intellectuel et technique ainsi que du potentiel de collaboration avec les entrepreneurs locaux." Tentée par cette zone géographique, Alliance Charcutière (société de commercialisation des rillettes LBC, des produits de salaison auvergnats Souchon et des produits de saucisses cuites de la société jurassienne Clavière) a examiné le potentiel de développement pour ses produits. "Au départ, nous étions intéressés par la zone globale Pologne et République tchèque, explique Olivier Michonneau,

directeur marketing et export. Dans notre univers, ces marchés sont très encombrés avec énormément d'offres en saucisses et saucissons. Puis, en observant ces marchés d'Europe de l'est, la Pologne s'est révélée plus intéressante par la taille de son marché et l'organisation de la grande distribution, avec une forte présence d'enseignes françaises. Les Polonais sont aussi plus ouverts aux produits importés par rapport aux Tchèques très attachés à leur charcuterie." Alliance Charcutière a confié au cabinet Logos une première mission (étude de marché, approche de distributeurs et dégustation de produits) pour conclure sur le potentiel du marché polonais. "Sur le plan stratégique, c'est un pays intéressant pour nous, avec un pouvoir d'achat en hausse et un intérêt pour les spécialités françaises. La Pologne peut aussi être une porte d'entrée vers les pays environnants. Nous sommes actuellement en cours de réflexion pour passer à la phase deux : relance et sélection de distributeurs, rendezvous d'affaires et négociations, suivi des contacts, toujours avec le cabinet Logos dont le travail nous a donné entière satisfaction." Valider le potentiel du marché dans son secteur d'activité, c'est la bonne démarche à suivre avant de prospecter ou de s'engager concrètement. Il faut aussi savoir s'entourer des bons conseillers. Z Karine Méteyer Contact CCI : Francis Landier, service Appui à l'international

[Rendez-vous]

Participez à la journée Pologne, République tchèque et Slovaquie La CCI organise une journée pays le jeudi 4 février prochain pour informer les entreprises gratuitement sur le potentiel des marchés polonais, tchèque et slovaque. Les participants pourront assister à la présentation de Maryline Bertheau-Sobczyk, du cabinet de consultants Logos, installé à Varsovie et à Cracovie, et bénéficier d'entretiens particuliers. Logos a quinze ans d'expertise sur ces pays et réunit quinze collaborateurs. Le cabinet a déjà accompagné plus de 1 000 PME PMI de domaines très divers (agroalimentaire, BTP, biens de consommation, mécanique, biens d’équipements, etc.) grâce à son expertise multisectorielle. Il propose études ou validations de marché en amont, prospection et accompagnement commercial (recherche de clients ou fournisseurs), suivi commercial, création de filiale et recherche de managers, portage salarial et hébergement de personnes (VIE par exemple).

Alliance Charcutière étudie le potentiel du marché polonais "C'est un pays intéressant pour nous, avec un pouvoir d'achat en hausse et un intérêt pour les spécialités françaises." affirme Olivier Michonneau, directeur marketing et export.

maine éco janvier 2010 31


conjoncture TENDANCES

Indicateurs économiques 119,64 : En novembre 2009, l’indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,1 %, comme au mois d‘octobre. Corrigé des variations saisonnières, l’IPC croît de + 0,3 %. Sur un an, les prix repartent à la hausse (+ 0,4 %), après six mois consécutifs de baisses annuelles. Hors tabac, l’indice est en hausse de + 0,1 % (+ 0,3 % sur un an). Cette légère augmentation des prix en novembre résulte d’évolutions contrastées : accroissement des prix des produits pétroliers, hausse du prix du tabac (+ 4,2 % ; + 4,5 % sur un an) et baisses saisonnières dans les transports et les services liés au tourisme. Les prix des produits frais augmentent, pendant que ceux des autres produits alimentaires sont en légère baisse. 8,86 € : Smic horaire brut (depuis le 1er janvier 2010) soit un brut mensuel de 1 343,77 € pour 35 heures hebdomadaires (151,67 h de travail), 1 056,24 € net.

Enquête mensuelle de conjoncture dans le commerce de détail (décembre 2009) Selon les chefs d’entreprise interrogés en décembre 2009, la conjoncture dans le commerce de détail et dans le commerce et la réparation automobile marque le pas : l’indicateur synthétique du climat des affaires s’érode légèrement et rejoint sa moyenne de longue période. D’après les détaillants, l’activité des derniers mois a cessé de se renforcer. Le solde d’opinion correspondant reste nettement inférieur à son niveau moyen. Les intentions de commandes et les ventes prévues se replient. Les perspectives générales d’activité se tassent aussi, mais elles demeurent supérieures à leur moyenne de longue période, signe que les détaillants restent néanmoins optimistes sur la situation globale du commerce. Les chefs d’entreprise sont un peu moins nombreux à anticiper des baisses de prix ces prochains mois.

Enquête mensuelle de conjoncture dans l'industrie (décembre 2009) Les chefs d'entreprise interrogés en décembre 2009 indiquent de nouveau une stabilisation de la conjoncture industrielle : l'indicateur synthétique du climat des affaires se maintient à un niveau toujours inférieur à sa moyenne de longue période. Le jugement des entrepreneurs sur leur activité des derniers mois est désormais très proche de sa moyenne de longue période. Les stocks de produits finis demeurent jugés très inférieurs à leur niveau de longue période. Cependant, les carnets de commandes, globaux et étrangers, sont toujours considérés comme très peu étoffés. En particulier, le niveau des carnets de commandes étrangers se dégrade sensiblement en décembre. Les perspectives personnelles de production sont moins bien orientées qu’en novembre. Les industriels anticipent ainsi un léger ralentissement de l’activité au cours des prochains mois. Les perspectives générales, qui représentent l’opinion des industriels sur l’activité de l’industrie dans son ensemble, s’effritent également ; mais elles restent proches de leur moyenne de long terme. (Source Insee)

Consommation des ménages en GMS L’analyse de novembre 431€ 374€

363€ 344€ 321€

344€

327€ 334€

308€

326€

313€

343€

302€

9%

3%

-4 %

2008

2009

Méthodologie du baromètre MarketingScan : Calculé mensuellement, pour les 9 000 foyers panélistes, cet indicateur mesure l’ensemble des sommes dépensées en moyenne par un panéliste MarketingScan, dans 22 GMS d’Angers et du Mans (12 hypermarchés et 8 supermarchés). Cet indice est la combinaison de deux indicateurs : - le panier moyen du panéliste par passage aux caisses (ceci représente le "ticket de caisse du consommateur" qui couvre l’ensemble de ses achats en GMS : alimentation, entretien, hygiène-beauté, textile, bazar, petitélectroménager, disques…) ; - le nombre mensuel de visites. Budget moyen = panier moyen par passage x nombre de visites mensuelles.

Après plusieurs mois positifs, la consommation des ménages en grandes surfaces alimentaires marque le pas sur le mois de novembre 2009 avec un tassement de - 1 %. Cette tendance est à relativiser. En effet, si le nombre de jours ouvrés est identique entre 2008 et 2009, il manque un samedi sur cette dernière. On peut ainsi dire que le redressement de la consommation se poursuit. Comme sur les derniers mois, la dynamique des leviers est elle aussi inchangée avec un recul de la fréquence de visites à - 4 % alors que le montant des paniers des foyers est en croissance de + 3 % sur le mois de novembre pour atteindre 55 €. Cette croissance du montant dépensé à l’acte par un client n’est toujours pas liée à un phénomène inflationniste mais au développement continu du nombre d’articles présents sur le ticket de caisse. Avec une moyenne de 22 articles, ce dernier indicateur a en effet progressé de 2 % environ sur le mois. Décembre 2008 avait vu les achats des foyers progresser de + 2 % pour atteindre 431 € de dépenses sur le mois. Si cette dépense mensuelle se stabilise, 2009 aura, malgré la crise, été marquée par une progression de la consommation de produits alimentaires des ménages.

maine éco janvier 2010 33


d'une communauté de communes…

LES RIVES DE SARTHE

Un développement… durable Rassemblant les communes de La Bazoge, Neuville-surSarthe, St-Pavace et Ste-Jamme-sur-Sarthe, la communauté de communes des Rives de Sarthe se distingue par son caractère périurbain et son exceptionnelle superficie (6 000 hectares) qui lui permet d’offrir, à ses 10 000 habitants, un cadre de vie rural préservé. Optimisant ces deux atouts, les élus développent simultanément le tissu économique local et l’attractivité touristique du territoire… tout en veillant à garantir les services attendus par une population en augmentation constante.

ondée en 2001, la communauté de communes des Rives de Sarthe constitue, sans conteste, un territoire homogène où chacun a su trouver ses marques. "Nos communes, de tailles sensiblement égales (1), ont les mêmes préoccupations et partagent la volonté de conserver leur indépendance à l’égard de Le Mans Métropole", affirme Véronique Cantin, présidente de la communauté de communes et maire de Neuville-surSarthe. "Cette cohérence d’objectifs est en grande partie la continuité du travail mené par mon prédécesseur, Xavier Dewailly."

F

Trois zones d’activités complémentaires La préservation de cette autonomie suppose de nouvelles implantations d’entreprises, afin de consolider les 34 maine éco janvier 2010

finances de la collectivité (malgré les interrogations sur l’évolution de la taxe professionnelle). C’est pourquoi, après avoir achevé la commercialisation d’une première zone artisanale à La Bazoge, au Bois des Hogues, la communauté de communes s’apprête à lancer la viabilisation d’un second site, à vocation industrielle cette fois. Celui-ci verra le jour au lieu-dit Chapeau à Neuville-sur-Sarthe, en bordure du rond-point qui mène au nouveau centre pénitentiaire des Croisettes, sur la route Le Mans Ballon. "Avec la mise en service de la prison, la zone sera desservie par les transports collectifs et, déjà, les infrastructures de réseaux du quartier ont été prolongées et renforcées. Nous nous devions de saisir cette opportunité", explique Véronique Cantin. Huit premiers hectares devraient être mis en vente dès 2011, une fois que les fouilles archéo-

logiques imposées par l’administration auront été réalisées et que les travaux seront terminés. "Nous réfléchissons aussi à la création d’une troisième zone d’activités, au Bois du Breuil,

Véronique Cantin, présidente de la communauté de communes et maire de Neuville-sur-Sarthe.


à l'autre

© Ouest Affiches

sur la commune de St-Pavace, le long de la rocade mancelle, au niveau de l’embranchement des routes menant à Ballon et Coulaines. Celle-ci accueillerait en priorité des commerces. Ainsi, le territoire disposera de trois espaces économiques dédiés à des activités complémentaires", poursuit la présidente de la communauté de communes.

Réflexions sur l’enfance, la jeunesse et les transports

Un réseau routier renforcé Ces choix reflètent parfaitement la volonté des élus locaux d’assurer un développement harmonieux de ce territoire des Rives de Sarthe, qui ne manque pas d’atouts pour séduire les porteurs de projets. "Bénéficiant de la proximité du Mans, nous sommes desservis par un réseau routier qui a été remarquablement renforcé et amélioré ces dernières années", poursuit Véronique Cantin citant l’ouverture de l’autoroute A 28, l’aménagement du contournement de Saint-Saturnin, ainsi que le doublement de la rocade entre le rond-point de la route de Ballon et la bifurcation vers la zone Nord. C’est d’ailleurs cette proximité d’une sortie d’autoroute (Le Mans nord) conduisant à la fois sur Paris, Rouen, Nantes et Rennes qui a incité, en 2005, Romuald Piquet à construire, au Bois des Hogues, un bâtiment de 900 m2 pour implanter sa société, RMP (Rectification mancelle de précision). "Après avoir racheté une entreprise de mécanique de précision, dans le but de compléter mon activité et de répondre à la demande de mes clients, j’étais en recherche de locaux plus spacieux, raconte l’entrepreneur, jusqu’alors installé au centre du Mans, à Monthéard. Ayant eu connaissance de la création d’une zone à La Bazoge, j’ai pris contact avec les élus. Nous avons rapidement fait affaire car ce terrain, proposé à un prix attractif, répondait

bâtiment industriel d’exception est l’un des derniers témoins de la mémoire ouvrière en Sarthe. C’est pourquoi je souhaite que nous le protégions et que nous l’aménagions, avec le soutien d’autres collectivités, en lieu de vie culturelle et artistique", affirme la présidente de la communauté de communes.

L'imprimerie Ouest Affiches est installée à La Bazoge dans un bâtiment tout neuf.

précisément à mes besoins, me permettant notamment d’optimiser les déplacements vers la région parisienne où travaille une grande partie de ma clientèle". En outre, spécialisée dans la finition (rectification) de pièces, RMP bénéficie aujourd’hui des arrivées, à proximité, de PME développant des savoir-faire complémentaires aux siens. "C’est une vraie opportunité à l’heure où nous ressentons tous la nécessité de nous diversifier", souligne Romuald Piquet qui réalise la plus grande part de son chiffre d’affaires dans le secteur de l’aéronautique. Rappelons aussi que le Bois des Hogues accueille, depuis son ouverture, la société Hydra Système qui fabrique des couvertures automatiques de piscines et emploie une vingtaine de salariés. De plus, le territoire compte d’importantes entreprises en dehors des zones communautaires : Sacofel (conditionnement des œufs fermiers de Loué - près de 40 salariés) et Ouest Affiches (imprimerie spécialisée dans les grands formats - 47 salariés) à La Bazoge ou encore Panarmen (fabricant industriel de pain et pâtisserie fraîche, anciennement appelée Les délices de la tour - plus de 170 salariés) qui demeure le premier employeur des Rives de Sarthe… sans oublier les zones d’activités de l’Épine et du Champ

Fleuri, à Saint-Pavace, sur lesquelles sont implantées de nombreuses PME telles Conty (informatique), Rousseau Agencement ou Numéri'Scann.

Deux projets touristiques ambitieux Les Rives de Sarthe, sous ses allures rurales, est indéniablement un acteur non négligeable de la vie économique sarthoise… qui aspire désormais à jouer aussi un rôle sur la scène touristique départementale. "C’est un champ que nous n’avons pas encore investi, alors que nous disposons d’un réel potentiel d’attractivité, souligne Véronique Cantin. Ainsi, les chemins de randonnée que les collectivités ont fait aménager ces dernières années, sont exemplaires. Ils offrent l’occasion unique de découvrir la grande diversité de nos paysages et de flâner au bord de la Sarthe que l’on peut traverser en empruntant la passerelle de Montreuil, construite selon les méthodes de Gustave Eiffel et entièrement réhabilitée début 2009". Désormais, pour séduire les touristes, la communauté de communes des Rives de Sarthe a pour ambition de valoriser deux équipements importants : le camping de Neuville-sur-Sarthe et l’ancienne fonderie d’Antoigné à Ste-Jamme. "Ce

In fine, ces actions menées en faveur du développement économique et touristique local s’inscrivent dans la poursuite d’un objectif primordial : préserver la qualité de vie des habitants en offrant les équipements et les services nécessaires au bien-être de chacun, tout en continuant à maîtriser la croissance démographique et l’expansion de l’habitat. Dans cet esprit, la communauté de communes

Des vitraux représentant des ouvriers redécorent l'ancienne Fonderie d'Antoigné.

maine éco janvier 2010 35


d'une communauté de communes…

[Zoom]

Super U de Ste-Jamme-sur-Sarthe

La passerelle de Montreuil à Neuville, construite selon les méthodes de Gustave Eiffel, a été réhabilitée en 2009.

s’attache actuellement à recenser les besoins en direction de l’enfance et de la jeunesse, afin de satisfaire les attentes d’une population qui a beaucoup rajeuni. Un diagnostic, qui vient d’être réalisé par un ingénieur-conseil, s’est conclu par un plébiscite en faveur des assistantes maternelles. "Il nous appartient désormais de formaliser des propositions pour accompagner et dynamiser ce mode de garde et le réseau existant, en encourageant par exemple les actions collectives et en nous appuyant sur les structures des territoires voisins, souligne Véronique Cantin. Pour ce faire, nous allons lancer un appel à projets". Enfin, la présidente considère qu’il est de la responsabilité des élus d’avoir une réflexion sur les transports collectifs, dans la lignée du travail qui est en cours au sein du Pays du Mans auquel adhère la communauté de communes des Rives de Sarthe. "Là encore, comme en matière de performance énergétique, il nous faut optimiser nos moyens pour préserver notre environnement tout en respectant les aspirations de citoyens qui veulent vivre en zone rurale et profiter des services urbains", résume Véronique Cantin, rappelant que le train, qui s’arrête à Neuville-sur-Sarthe, met les voyageurs 36 maine éco janvier 2010

à seulement six minutes du centre manceau. En conclusion, on peut affirmer que les Rives de Sarthe sont proches d’accomplir le rêve d’Alphonse Allais qui prônait de "mettre les villes à la campagne pour qu’elles s’aèrent et les campagnes à la ville pour qu’elles se cultivent". Z Emmanuel Chevreul (1) De 2 000 habitants pour St-Pavace et Ste-Jamme-sur-Sarthe à 3 500 pour La Bazoge.

Construit en 2002, le magasin Super U de Ste-Jamme-surSarthe, dont la superficie atteint les 3 000 m2, est incontestablement le centre commercial du territoire des Rives de Sarthe. "Notre clientèle vient de l’ensemble des communes situées dans un rayon de 10 à 15 km", constate Jean-Marie Demaret, le fondateur et directeur de cette grande surface, qui a ouvert son premier commerce sur Ste-Jamme en 1982. "Celle-ci fréquente aussi, bien évidemment, les neuf boutiques et le restaurant qui sont aménagés sur le site". Cette réussite est d’abord liée au rajeunissement d’un territoire qui, selon Jean-Marie Demaret, "s’est redynamisé en bénéficiant du développement de la zone nord et de la proximité de deux sorties d’autoroute. En 25 ans, la sociologie de Ste-Jamme et de ses environs a profondément changé. Pour preuve : lorsque je me suis installé il était question de fermer le collège ; aujourd’hui les bâtiments de l’établissement sont trop petits !" "Pour notre part, en parfaite collaboration avec les élus locaux, nous avons dynamisé le bourg en contribuant à y apporter l’essentiel des services et en accompagnant le développement d’une

zone artisanale", poursuit le directeur du Super U, précisant : "nous pratiquons des prix aussi compétitifs que ceux de l'hypermarché voisin tout en demeurant un commerce de proximité". Autre atout de la grande surface, qui compte 115 salariés : l’architecture du bâtiment, qui s’inspire des formes de l’ancienne fonderie. "Cette esthétique est particulièrement appréciée car elle démontre notre volonté de respecter l’environnement et l’histoire locale. Nous aidons aussi beaucoup les associations, avec lesquelles nous organisons régulièrement des animations", souligne Jean-Marie Demaret. "À l’avenir, nous envisageons de nous agrandir encore et nous allons développer le e-commerce pour répondre à la demande", ajoute Thierry Samele qui s’apprête à reprendre, dans les mois prochains, la direction du magasin. Il faut enfin souligner que les petits commerces des bourgs de Ste-Jamme, St-Pavace, Neuville et La Bazoge, n’ont pas pour autant souffert du développement du Super U. Ils ont même tendance à se développer avec l’appui des municipalités. "Nos services sont complémentaires", conclut Jean-Marie Demaret.




           

       

Avec la taxe dâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage donnons leur

des ailes

Avec votre CCI, construisez les leviers de la compĂŠtitivitĂŠ de notre territoire Date limite de versement :

28 fĂŠvrier 2010

Pour rĂŠpondre Ă toutes vos questions, votre conseiller â&#x20AC;&#x153;taxe dâ&#x20AC;&#x2122;apprentissageâ&#x20AC;? est Ă  votre disposition au 02 43 21 00 51 CCI du Mans et de la Sarthe - 1 Boulevard RenĂŠ Levasseur BP 22385 - 72002 Le Mans cedex 1

Faites votre dĂŠclaration en ligne sur le site internet : www.lemans.sarthe.cci.fr


formation

L’AÉROLABE

Un moyen de transport alternatif durable projet pédagogique qui s’inscrit dans une recherche d’innovation et de perspective industrielle est parrainé par l’astronaute Jean-François Clervoy. Il rencontre un formidable engouement au niveau national.

Une vingtaine d’élèves ingénieurs de l’Ismans travaillent au projet Aérolabe sous la conduite de deux chefs de projets.

Si Léonard de Vinci et Jules Verne en rêvaient, les élèves ingénieurs de l’Ismans l’ont fait. L’Aérolabe est un dirigeable capable à terme de transporter de lourdes charges sur de longues distances sans utiliser de carburant fossile. Il préfigure le transport de l’avenir qui s’inscrit dans une politique de développement durable et écologique.

l’heure où les problèmes d’énergie et d’environnement deviennent préoccupants, les dirigeables ont plus que jamais un avenir prometteur. Ils constituent une réelle alternative aux transports des personnes et des marchandises. Les élèves de l’Ismans (Institut supérieur des matériaux et mécaniques avancées du Mans) travaillent actuellement à un projet de dirigeable truffé d’innovations et muni d’un nouveau type de propulsion : l’Aérolabe. Ce

À

Le prototype de l’Aérolabe est né de la réunion d’un concept artistique associé au travail de scientifiques pour la faisabilité technique. Imaginé par l’artiste manceau Gaspard Schlum, le design de l’Aérolabe ne serait pas renié par Léonard de Vinci et Jules Verne. Il permet d’envisager la motorisation d’un ballon dirigeable sans carburants fossiles avec tous les avantages des plus légers que l’air comme le transport de lourdes charges sur de longues distances sans la nécessité d’avoir des infrastructures urbaines coûteuses.

Une stratégie innovante, un nouveau concept Directement issu de l’observation du vol des grands oiseaux comme les albatros mais aussi de la nage des animaux marins comme les raies Manta, l’Aérolabe est muni de grandes ailes qui ont la particularité technique de se casser pour aller chercher l’air afin de propulser l’appareil vers l’avant. Les ailes sont motorisées par l’énergie électrique provenant de panneaux solaires situés sur l’enveloppe du dirigeable. Les ailes, dont le mécanisme est breveté, créent un déplacement d’air qui est alors récupéré par un ingénieux système d’éoliennes qui rechargent des batteries pour le vol nocturne. C’est une réflexion globale sur la gestion énergétique qui aboutit ici à une indépendance de l’appareil vis-àvis des carburants fossiles.

[L’Aérolabe]

le navigateur de l’avenir L’Aérolabe est un élément porteur dans les secteurs du tourisme, des transports, de l’industrie, de l’espace, des sciences et de l’aide humanitaire, de la publicité et de l’événementiel. L’Ismans conserve une bonne avance technologique sur ses concurrents étrangers et recherche des partenaires pour réaliser le développement rapide de nouveaux prototypes. Contact : Luc Chanteloup, Ismans, Tél. : 02 43 21 40 25, courriel : luc.chanteloup@ismans.fr

et à l’enseignement supérieur dans les Pays de la Loire. Il met particulièrement en valeur le pôle formation de la Chambre de commerce et d’industrie du Mans et de la Sarthe. En tout cas, pour les élèves de l’Ismans, c’est déjà rajouter une page à l’histoire des sciences et techniques. Z Luc Chanteloup

L’Aérolabe va insuffler une dose d’air pur dans une atmosphère saturée de kérosène. Il apporte concrètement une haute valeur ajoutée à la recherche maine éco janvier 2010 39


Lu pour vous dans la presse Protégez mieux votre patrimoine familial L’Entreprise - N° 283 Novembre 2009

Gérer une entreprise nécessite de prendre certains risques financiers. Si vous n’avez pas pris un minimum de précautions, ces risques peuvent avoir des conséquences sur votre patrimoine personnel. Lesquelles sont en général plus graves si vous avez choisi le statut d’entrepreneur individuel plutôt que celui de dirigeant de société. Dans les deux cas, il est important de prendre les mesures adéquates pour éviter d’avoir à faire face à titre personnel aux difficultés de l’exploitation commerciale.

Sécurité : Avez-vous pensé à tout ? Chef d’entreprise Magazine - N° 43 Novembre 2009

Ce n’est pas toujours une priorité pour une PME. Pourtant, un cambriolage de locaux, un vol d’ordinateur portable, une intrusion dans le réseau informatique, ou des fuites d’informations stratégiques peuvent s’avérer catastrophiques. Les conseils pour protéger votre entreprise des principaux risques : protégez votre réseau informatique ; sécurisez les données de vos collaborateurs nomades ; préservez les centres névralgiques de votre entreprise ; adoptez une certaine culture du secret.

Les talents de l’apprentissage Points de Vente - N° 1058 2 novembre 2009

Peu coûteux, formateur pour les tuteurs et meilleur moyen de recruter des jeunes pousses immédiatement opérationnelles, l’apprentissage offre de nombreux avantages. Parent pauvre de l’éducation pendant de longues années, la formation en alternance connaît enfin le succès qu’elle mérite, au point que les enseignes y recourent désormais pour former même leurs futurs managers. 22 % des contrats signés en France en 2007 l’ont été dans le secteur du 40 maine éco janvier 2010

commerce. L’ensemble de la filière est concerné, à commencer par la grande distribution.

Blogs, Facebook, Twitter… Ne cédez pas au panurgisme ! L'Entreprise - N° 283 Novembre 2009

Cet article présente les avantages et les inconvénients pour une entreprise d'adhérer à un réseau social du type Facebook, Twitter ou encore LinkedIn. Des conseils sont donnés afin d'utiliser ces outils pour ce qu'ils sont : à savoir uniquement des outils de communication. Ces réseaux peuvent servir à créer une nouvelle vitrine, tester de nouveaux modes de communication avec ses clients ou encore préparer le lancement d'un nouveau produit.

Sécuriser son chiffre d’affaires à l’export L’Usine Nouvelle - N° 3168 5 novembre 2009

La montée historique des risques de défaillances d'entreprises dans le monde contraint les exportateurs à redoubler de vigilance. Plus aucun pays ni secteur n'est épargné. Mais les entreprises doivent pouvoir profiter de la reprise mondiale qui se dessine et saisir les opportunités sur les marchés étrangers. L'arbitrage est délicat. Il convient de s'appuyer sur l'assurance-crédit, d'accroître sa vigilance, de remettre au goût du jour le crédit documentaire, de savoir prendre des risques malgré tout.

INFOSCOPE Un outil précieux pour suivre l'actualité sans perdre de temps

Deux fois par mois... Informez-vous sur la vie des entreprises sarthoises. Accédez à l'essentiel de la presse économique et professionnelle avec les synthèses extraites de plus de 50 titres. Découvrez les études et ouvrages reçus au Centre d’information économique. Consultation gratuite. Abonnement annuel : 60 euros TTC Intégralité des articles sur demande Centre d’information économique CCI du Mans et de la Sarthe - Tél. 02 43 21 00 00

Les néo entrepreneurs ne regrettent pas le salariat La Tribune 16 novembre 2009

Bien que souvent choisi par défaut, par nécessité pour se créer son propre emploi, l’entrepreneuriat serait une véritable source d’épanouissement personnel. Selon une enquête de l’Ifop, réalisée pour le compte de l’APCE, les néo-entrepreneurs interrogés sont très majoritairement satisfaits d’avoir créé ou repris une entreprise.

L’immobilier commercial en pleine refonte

Bien vendre son commerce

LSA - N° 2113 26 novembre 2009

ICF : L’Argus des commerces - N° 379 Novembre/décembre 2009

La dernière édition du salon Mapic (Marché international des professionnels de l'immobilier commercial) a jeté les bases de l’immobilier commercial des années 2010. Les équipements seront fusionnels. Amalgamant commerces, logements et bureaux. Respectueux de l’environnement. Plus près des bassins de chalandise et des habitudes de consommation locales ou nouvelles.

La cession de son fonds de commerce ne s'improvise pas. Cette opération doit se travailler en amont, plusieurs mois, voire plusieurs années à l'avance... Car il s'agira de mettre en avant tous les atouts afin de présenter l'affaire sous son meilleur jour. Une préparation comptable et juridique s'impose ainsi qu'un bilan complet pour faire ressortir ses points forts et ses points faibles. Ensuite, pour

l'évaluation, plusieurs méthodes existent, mais le prix de l'affaire sera au final, le résultat d'une négociation entre le vendeur et l'acheteur.

Relations employeurs/ salariés : la crise de confiance Les Échos 30 novembre 2009

Un sondage TNS Sofres/Altedia montre que six salariés sur dix ont perdu la confiance en leurs dirigeants. Le désamour est général : seuls 42,7 % de salariés du privé déclarent avoir "confiance dans les dirigeants" de leur entreprise. Pour l'État employeur, ce n'est pas mieux : ils ne sont même que 29,6 % dans l'administration. Une défiance qui touche aussi les cadres. Seules les très petites entreprises font exception.

Le droit individuel à la formation est un échec selon la Cegos Les Échos 25 novembre 2009

Issu de la réforme de la formation professionnelle de 2004, le Droit


individuel à la formation (Dif) est un échec d'après la Cegos. Si le dispositif est désormais mieux connu et semble enfin prendre son essor, force est de constater qu'il n'a pas rempli son rôle initial : permettre l'accès du plus grand nombre à la formation. Seulement 10 % des ouvriers et 23 % des cadres ont utilisé le Dif.

Prêt-à-porter : l’enfant sauve la mode Franchise Magazine - N° 215 Décembre/janvier 2010

Segment le plus résistant d’un marché en souffrance, le prêt-àporter pour enfant continue d’attirer de nouveaux acteurs. Les chaînes spécialisées pour enfant ont tendance à mieux s’adapter, en termes de positionnement et de diversification de l’offre des collections.

La convivialité, une affaire très sérieuse Courrier Cadres - N° 36 Décembre 2009

Tout le monde le sait : si l’ambiance est bonne, les résultats suivront. Sauf que la convivialité, ça ne se décrète pas. Un pot ou une soirée réussie entre collègues, c’est toujours un cocktail délicat à doser. Le point sur les ingrédients d’une convivialité réussie.

Plan de départs volontaires : consensus fragile L’Usine Nouvelle - N° 3170 19 novembre 2009

Des salariés satisfaits de quitter leur emploi avec de confortables indemnités et des employeurs s’épargnant le traumatisme de licenciements contraints : la recette magique connaît quelques ratés. A-t-on trop tiré sur la corde des départs volontaires pour réduire les effectifs ?

Au bonheur des petits et des grands enfants ICF : L’Argus des commerces - N° 379 Novembre/décembre 2009

Les magasins indépendants en jouet ne seraient plus que 2 000. Ils représenteraient une part inférieure à 5 % du marché. Ils sont généralement positionnés sur des marchés de niche tels que les jouets en bois, le modélisme, le train, les véhicules de collection… Face à l’extension des grandes chaînes spécialistes du jouet, un commerçant indépendant doit trouver la bonne ambiance, le bon créneau, mais aussi le bon emplacement. Rejoindre un groupement peut également être une bonne solution pour renforcer sa position.

Les secrets des aliments qui soignent Industries et technologies - N° 916 Novembre 2009

Anticholestérol, provitaminés, spécial minceur, protéinés... Nos menus ressembleront de plus en plus, dans les années qui viennent, à des ordonnances. Et nos aliments à des médicaments ! Face à cette tendance "santé" qui touche tous les industriels de l'agroalimentaire, Industrie & Technologies a souhaité faire le point pour comprendre comment sont développés ces alicaments, comment ils seront fabriqués et avec quelle matière première...

Les ventes de voitures neuves explosent en novembre Les Échos - 2 décembre 2009

Novembre est le septième mois consécutif de hausse pour les ventes de voitures neuves en France. Mais le rythme de croissance a tendance à s'emballer, atteignant 48,4 % le mois dernier. Les marques françaises ont décollé de 54 % sur un an, tandis que leurs concurrentes étrangères grimpaient de 42 %. La baisse de la prime à la casse, au 1er janvier, et le réveil des loueurs longue durée expliquent ces niveaux record de livraisons. Le marché français doit terminer l'année à plus de 2,1 millions de voitures immatriculées.

4 000 m2 de bureaux en zone franche urbaine desservis par le tram dans un site privilégié

Une newsletter pour garder le lien avec vos clients Commerce magazine - N° 106 Novembre 2009

La newsletter peut être un bon moyen de fidéliser la clientèle et l'informer sur les nouveaux produits. Mais certaines règles sont à respecter pour s'assurer de l'efficacité de cette lettre. La lettre doit, par exemple, informer, contenir des liens pour faciliter l'accès à l'information, être envoyée régulièrement.

Les pharmaciens prêts à vendre moins et conseiller plus Le Figaro 25 novembre 2009

Faire d'une pierre deux coups : apporter une réponse partielle aux déserts médicaux et contrer les vues de la grande distribution sur les médicaments. C'est l'ambition des pharmaciens qui proposent d'assurer de nouveaux services, tels que le suivi des maladies chroniques comme le diabète ou l'hypertension (mesure de la glycémie et de la tension, adaptation de la posologie…), l'aide au sevrage tabagique, la pratique de tests bactériologiques…

les Face à l'ESPAL

Réseau Bus/tram

La station tram est au pied des bureaux. À 10 mn de la Gare, Paris est à 54 mn en TGV.

Agence ATWO 02 43 77 08 87

• Coût des Charges • maîtrisé • Performances • énergétiques • Développement • durable

Renseignements

02 43 39 19 70 maine éco janvier 2010 41


maine découvertes

LA BISCUITERIE LA SABLÉSIENNE

Un délicieux goût de légende Gilles Kervella

À Sablé-sur-Sarthe, la réalité se mélange délicieusement à la légende par l’entremise de petits biscuits ronds. Leur nom, Petits Sablés, est connu aux quatre coins de l’hexagone (qui en possède pourtant six) et au-delà des frontières, comme autant d’ambassadeurs des bonnes choses.

E

n ce beau premier lundi du mois de juillet 1670, Vatel, le célèbre maître d’hôtel du puissant "Grand Condé", fils d’Henri II de Bourbon, met à disposition des convives de délicieux petits gâteaux secs et ronds. Coïncidence troublante, une Sarthoise, Magdeleine de Souvre, marquise de Sablé, est l’invitée d’honneur de cette illustre table. Cette anecdote nous est parvenue grâce à une lettre de Madame de Sévigné qui séjournait, autre coïncidence, de temps à autre au château de Malicorne ! Ce lundi-là, le prince de Condé avait bien fait les choses en invitant un hôte de marque. Laissons parler Madame de Sévigné : “Monsieur (frère de Louis XIV) les trouva à sa convenance et d’honnête légèreté (…). Il commanda qu’il soit fait de lui en porter désormais au lever.” Cette jolie histoire lève le voile sur une tradition culinaire ancrée de longue date à Sablé-sur-Sarthe.

La belle histoire continue… Le 31 juillet 1924, Yvon Étienne, pâtissier à Sablé, dépose un brevet d’invention et de marque du Petit Sablé au tribunal de commerce. Un an auparavant, il avait exposé le fruit de son travail à l’Exposition internationale du Mans et y avait remporté une médaille d’argent. 42 maine éco janvier 2010

Soixante-dix tonnes de Petits Sablés sont produites chaque année.

Puis, en 1962, Georges Justier fait construire une biscuiterie industrielle, route du Mans. Quarante-cinq employés y produisent 150 tonnes de ces délicieux petits gâteaux qui régalent une grande partie de la France. À cette époque, sans compter cette entreprise, trois artisans pâtissiers pétrissent et cuisent ce mélange de farine, de sucre et de beurre (et de secret du chef). Sa production remporte un réel succès national à tel point qu’elle lui ouvre les portes de la célèbre marque Gringoire. Puis en 1996, un Sarthois d’adoption, Victor Scherrer, déjà rompu à l’industrie alimentaire biologique, rachète l’entreprise La Sablésienne de

Biscuiterie à Georges Justier. Le nom de la biscuiterie a le double avantage de bien identifier d’un coup le produit et son lieu de production éponyme. En 2003 entre en scène sa fille, Amélie Loret, femme de goût et réellement engagée dans sa volonté de donner à la marque une image de qualité sans concession. L’atavisme qui guide cet engagement est doublé, chez elle, d’une curiosité inventive de tous les instants. Elle explore avec gourmandise les cultures culinaires étrangères en essayant d’en adapter quelques éléments. Les graines du quinoa, cette plante cultivée en Bolivie à plus


maine découvertes

Les arômes de synthèse, les colorants et les conservateurs n’ont pas droit de cité dans la composition des pâtisseries, contrairement au beurre frais et aux œufs entiers. L’utilisation de céréales anciennes telles que l’épeautre ajoute à la réelle volonté de toucher au plus près une clientèle en recherche de goûts authentiques. Viennent s’ajouter les macarons aux noisettes ou aux amandes ainsi que les meringues fourrées d’inattendues pépites de framboise. Cette dernière création vaut à l’entreprise de remporter le prix du meilleur biscuit 2009 décerné par l’Ordre culinaire international. Nous avons vu plus haut que Victor Scherrer avait pressenti, de longue date, que les produits issus de l’agriculture biologique s’imposeraient naturellement aux consommateurs. Pour pousser cette logique qualitative jusqu’au bout, l’entreprise sabolienne a obtenu le label bio AB, ce qui lui permet d’être présente notamment dans le réseau de magasins Biocoop, spécialisés dans le négoce des produits estampillés bio. Écocert, organisme de contrôle, vient régulièrement vérifier si le cahier des charges est bien respecté en la matière. Une progression de 18 % du chiffre d’affaires en 2008, dans ce domaine, montre bien que cette tendance est irréversible.

départements limitrophes. Les épiceries fines sont également des lieux de vente bien adaptés et c’est ainsi que la célèbre marque Hédiard vend sous son nom les productions de la biscuiterie sarthoise.

s’impose. Deux d’entre elles étaient déjà présentes, voilà plus de trente années, auprès de Georges Justier !

Les Petits Sablés sont également présents dans les meilleures épiceries des grandes villes européennes. Perspicace et entreprenante, Amélie Loret observe que de nombreux visiteurs cherchent à venir acheter directement sur le lieu de production. L’idée d’ouvrir un lieu de vente germe peu à peu et se concrétise par l’inauguration d’un magasin attenant aux ateliers en juin 2008. Ainsi, une partie des 70 tonnes de Petits Sablés de Sablé (soit environ 12 millions de gourmandises produites chaque année) passe de main en main dans un cadre organisé autour de produits régionaux conformes à ceux réalisés dans l’entreprise sabolienne.

Il ne faut pas oublier que les enfants représentent une part importante (environ 50 %) dans le commerce des pâtisseries, rendant leur avis incontournable. De fait, Amélie Loret se doit d’être très à l’écoute des tendances qui fluctuent et qui déterminent les orientations à suivre. L’année 2009 est l’année des recherches de nouvelles recettes, celles qui, après avoir été longtemps testées sur de petits gourmands et chanceux cobayes consentants, seront mises sur le marché.

Dix personnes travaillent à temps plein dans cette biscuiterie aux méthodes artisanales, taille qui lui permet une souplesse très réactive lorsque le besoin de réaliser de petites séries

Les gourmands et les enfants d’abord

à hauteur de 15 à 20 % dans le coût final du produit fini. Toujours dans l’esprit d’être une animatrice du tissu économique régional, Amélie Loret a confié aux établissements Posson Cartonnages, également installés à Sablé, le soin d’en réaliser un grand nombre. Les goûts simples, dit-on, sont les meilleurs. Cette maxime colle bien à la peau sucrée de ces petites parcelles de gourmandise. Z Gilles Kervella

La Biscuiterie La Sablésienne 1 avenue Jean Monnet 72300 Sablé-sur-Sarthe Tél. : 02 43 95 04 53 Fax : 02 43 92 27 55 Courriel : contact@sablesienne.com

Puisque nous en sommes aux plaisirs des sens, allons plus loin, vers celui de la tentation première, celle que les yeux provoquent. L’emballage doit être le point d’orgue d’une partition sans fausse note. Il est le fruit de longues méditations car il doit être beau, pratique à utiliser et facilement réalisable. Le choix des matériaux et leur conception sont prépondérants car ils entrent

Gilles Kervella

de 3 000 m d’altitude, viennent alors se marier à la pâte des fameux petits gâteaux sarthois. Elle poursuit ses recherches en développant la gamme. C’est ainsi qu’elle crée les Petits Sablés aux pépites de cacao, à la noix de coco, au sésame.

Un circuit commercial volontairement maîtrisé Pour être en cohérence avec l’esprit de qualité qui régit La Biscuiterie La Sablésienne (nouvelle appellation), Amélie Loret a organisé un commerce à dimension humaine. Les fameuses centrales d’achat sont oubliées au profit des rapports directs avec les responsables d’achat des petites et grandes surfaces de tous les

Depuis quelques années, la famille La Biscuiterie La Sablésienne s'est agrandie.

maine éco janvier 2010 43


Opportunités d’affaires 750 000 €. Cession rapide. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55

Annonces commerciales 722C1938 JARDINERIE-FLEURS-FUNÉRAIRE Affaire surface 270 m² + chbre froide 40 m² + serre avec magasin 100 m² + serre horticole 500 m². Accès direct départementale très passagère. Prix fonds 180 K€. Prix murs 150 K€ ou loc. Me Guérineau Jean-Louis Tél. 02 43 35 00 22 722H1408 BAR-RESTAURANT Affaire 3 salles de 400, 40 et 25 personnes proche Le Mans. Cuisine aux normes. Idéale pour professionnel. Très bon CA. Prix 216 744 € FAI. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06 722H1411 BAR-HÔTEL-RESTAURANT Superbe affaire 20 chbres proche gde ville ds parc paysager. Matériel et locaux neufs et aux normes. Surface totale 1 ha + 1 a. Disposer

722H1423 BAR-BRASSERIE Vds affaire avec potentiel en restauration du midi ds commune 1 600 hab. Logt et dépendances. Prix 110 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

722H1425 BAR-TABAC-PRESSE-JEUX Affaire idéale pour couple. 35 + 15 places. CA 127 000 € HT. Commissions globales 40 000 €. Grand logt. Prix fonds 210 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

722C1943 PRESSING-BLANCHISSERIE Vds ds bourg touristique affaire très bien située. Surface 30 m² + rés. Concurrence très éloignée. Prix fonds 60 000 €. Me Baudry Jean-Michel Tél. 02 43 40 90 56

722H1410 PIZZÉRIA À EMPORTER ET SUR PLACE Pizzéria à emporter ou sur place située en centre-ville. Ouvert 18 h/22 h et week-end 23 h. Matériel récent. 25 heures d'ouverture par semaine. Prix 85 000 €. Me Rousseau René-François Tél. 02 43 94 00 40

722H1416 HÔTEL-RESTAURANT Secteur touristique très actif superbe structure 700 m² + terrasse 100 m². Locaux aux normes. Loyer 63 384 €/ an. Prix 536 800 €. Cession rapide. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55

724C1945 COIFFURE Vds affaire idéale 1ère installation. 3 bacs + 3 postes le tout en parfait état. Stationnement aisé. Prix fonds 48 000 €. Serarl Levêque-Mouchel Tél. 02 43 93 12 31

722H1415 BAR-TABAC-PMU-RAPIDO Superbe affaire emplacement n° 1 avec stationnement facile et proche tous commerces. CA en développement. Surface 70 m². Loyer 6 180 €/an. Prix 271 400 € FAI. Cession immédiate. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55 724H1407 BAR-RESTAURANT-TRAITEUR Vds affaire restaurant ouvrier et banquets. Cuisine neuve. Beau logement 3 chbres et terrain. Prix murs 140 000 €. Prix fonds 120 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 722C1930 ALIMENTATION Belle installation idéale pour 1 personne. Surface 55 m². Fermé 1,5 jour/semaine. Faible loyer. Logt. Prix 50 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

CITYA LE SYNDIC - IMMOBILIER D’ENTREPRISE - Tél. : 02 43 210 243 Bureaux - Locaux commerciaux - Bâtiments d’activités - Terrains LOCAUX COMMERCIAUX A LOUER BUREAUX A LOUER LE MANS - JAURES - ZONE FRANCHE : Surfaces de bureaux disponibles d’environ 26 m² et 15 m² avec emplacement de parking en sous-sol. Loyer : nous consulter Réf. 1302 LE MANS - PROCHE ZIS : Superficies disponibles avec parkings : 110 m² et 162 m² - Loyer hors charges : 110 € H.T/m²/an - Réf. 1269 LE MANS - GAMBETTA : Ensemble de bureaux d’environ 103 m² .Loyer hors charges : 735 € H.T Réf. 1277

LOCAUX COMMERCIAUX A VENDRE

LE MANS - JACOBINS : Local professionnel d’environ 40 m². Loyer hors charges : 650 € HT / mois Réf. 1203

LE MANS - NATIONALE : Locaux commerciaux - Superficies disponibles 68 m² - 110 m² - 117 m² - 128 m² - Prix nous consulter - Réf. 1303

LE MANS - LIBERATION : Local commercial d’environ 36 m². Loyer hors charges : 400 € HT /mois. Réf. 1305

LE MANS - PONTLIEUE : Local commercial d’environ 230 m². Prix FAI 320 850 € Réf. 1298

LE MANS - GAMBETTA : Local commercial sur 2 niveaux d’environ 210 m² + sous-sol 160 m². Axe tramway - Belle vitrine - Parkings. Loyer hors charges : 1.647 € HT / mois + DAB - Réf. 1160

LE MANS - MAILLETS : Local commercial sur futur axe tramway d’une superficie d’environ 75 m² bénéficiant d’un excellent visuel. Prix nous consulter - Réf. 1216

RECHERCHONS POUR NOS CLIENTS BUREAUX A LOUER - A VENDRE CENTRE VILLE ET PÉRIPHÉRIE

LE MANS - GAMBETTA : Local commercial sur axe tramway d’environ 80 m² + 44 m² en sous-sol. Prix FAI 161 950 €. Réf. 1112

Contact : Valérie Labani - vlabani@citya.com - 17 place de l’Eperon - 72015 Le Mans Cedex 2 S.A.S au capital de 160 000 e - RC 577 250 111 - Groupe des Caisses de Garantie FNAIM - 89 rue de la Boétie - 75008 PARIS - N° 8472 Carte professionnelle «Gestion Immobilière» - N° 13 «transaction sur immeuble» n°34 - Délivrée par la préfecture de la Sarthe

44 maine éco janvier 2010


722H1419 RESTAURANT Affaire idéale pour couple. Cuisine aux normes hygiène. CA 104 000 € à développer. 1 seul service. Fermé dimanche + lundi. Loyer 1 100 €/mois avec logt. Prix 94 140 € FAI. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06

724H1429 BAR-TABAC-PMU Affaire de centre-ville avec loto et PMU. Logement. Prix fonds 300 000 €. Serarl Levêque-Mouchel Tél. 02 43 93 12 31

724H1421 PUB-BILLARD Pub avec salle de billard en parfait état. Garage. Logt au-dessus. Jardin. Prix fonds 100 000 €. Prix murs 200 000 €. Serarl Levêque-Mouchel Tél. 02 43 93 12 31

724C1946 CHARCUTERIE-TRAITEUR Vds cse santé commerce en centre-ville avec stationnement facile ds secteur touristique de 10 800 hab. Proche ts commerces. Beau logt. Prix fonds 110 000 €. Serarl Levêque-Mouchel Tél. 02 43 93 12 31

723H1413 BAR-HÔTEL Superbe hôtel secteur touristique très actif n°1 sur axe très fréquenté. Parking facile. Affaire aux normes avec fort potentiel. Prix 175 400 € FAI + murs 412 830 €. Cession rapide cse santé. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55

724C1939 PAS-DE-PORTE Emplacement n° 1 ds ville 15 000 hab. Surface vente 55 m². Bail ts commerces sauf restauration. Loyer 3 730 €/an. Prix 35 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

724C1936 COIFFURE Magnifique salon 7 postes, 4 bacs. Belle vitrine. Réserve + cave + cuisine. Loyer 6 600 € an. Prix 70 000 €. Serarl Levêque-Mouchel Tél. 02 43 93 12 31

723C1929 LOCAL Local commercial de centre-ville. Surface vente 60 m² + réserve. Parking facile. Prix droit au bail 45 000 €. Loyer 676 €/mois. Me Garban Olivier Tél. 02 43 94 00 78 723C1949 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte surface 120 m² avec parking. État neuf. Bail tous commerces. Loyer 800 €/mois. Prix 50 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723H1420 BAR-HÔTEL-RESTAURANT Restaurant ouvrier le midi et pension le soir Sud Sarthe.

•LE MANS - quartier St Jacques Emplacement n°1 Joli local d’environ 50 m² avec vitrine et réserve sur rue piétonne DAB à céder. Réf. 0801684 HQORFDX[FRPPHUFLDX[

IDÉAL POUR DÉBUTER •LE MANS centre Petit prix pour ce local de 45 m² avec réserve dans quartier commerçant Linéaire de 8 mètres, loyer de 550 €. Idéal pour débuter !! Réf. 0802387 •DERNIERE MINUTE Vieux MANS, proche Jacobins Jolie boutique de 38m², loyer 490 €/mois faible DAB. Réf. 0903185 •LE MANS quartier st nicolas Jolie boutique entièrement rénovée de 60 m² A 2 pas des grandes enseignes Petit loyer - faible DAB. Réf. 0801903 •EMPLACEMENT N°1 Quartier St Jacques très jolie boutique d’environ 50M² avec réserve sur rue piétonne. TOP OPPORTUNITÉ DAB à céder. Réf. 0801107 LOCAUX COMMERCIAUX •LE MANS centre ville location pure local 600 m² avec vitrine, très beau flux piéton, aucun droit d’entrée. Réf. 0904026

•LE MANS REPUBLIQUE Superbe local commercial sur rue qualitative - Environ 60 m² + 30 m² de réserve, clim, bel agencement Linéaire vitrine 7 mètres DAB à céder. Réf. 0904124 •LE MANS (proche maillets/villaret) Murs commerciaux vide à réhabiliter d’environ 236 m² ancien local d’activitée A SAISIR !! 86 850 € FAI. Réf. 0801689 •Dernière minute ZONE NORD (Auchan) Local commercial d’environ 380 m² avec superbe vitrine, réserve, bureau, petit prix. Réf. 0904074 •LE MANS Quartier BOLTON 85 M² - Spécial enseigne nationale! Boutique au coeur du n°1 avec vitrine d’environ 10 ML Etat irréprochable, valeur sure pour réussir A SAISIR!! Réf. 0902882 FONDS DE COMMERCE • INSTITUT DE BEAUTÉ petite ville nord sarthe avec beau potentiel, idéal 1ére instalation (petit prix de cession) URGENT !! Réf.0904181

Idéal pour couple. Salle 60 cvts. 5 chambres. Fermé samedi + dimanche. Prix murs + fonds 390 000 €. Cabinet ABD Tél. 02 40 12 43 44 722C1952 LOCAL COMMERCIAL Vente d'une partie réserve et boucherie d'une ancienne superette plein centre bourg 10 mn Le Mans. Surface 150 m². Possibilité extension. Prévoir travaux. Faire offre. M. Le Bihan (mairie) Tél. 02 43 42 02 46 723C1928 PAYSAGISTE-CRÉATION-ENTRETIEN Vds entreprise 8 ans existence. Agrément simple/services à la personne. Nombreux contacts entretien. 3 salariés + 2 stagiaires. Affaire saine avec fort potentiel. Prix 210 000 €. Me Serreau Jacques Tél. 02 43 95 39 03

HQ&DIp+{WHO5HVWDXUDQW

•Salon de coiffure - LE MANS CENTRE - Superbe agencement, à 2 pas de la république - 65/70 m² environ avec réserve, Faible loyer, belle clientèle, prix de cession attractif. Réf. 0801685 RESTAURANT •RESTAURANT dans le 72 Coeur de ville, pour couple pro, affaire entièrement rénovée Dévelopt possible, 2 jours de fermeture. Réf. 0902822 •RESTAURANT dans le 72 idéale 1ère installation affaire de centre-ville pour couple agencement neuf. Ref. 0903858 BAR TABAC PRESSE •BAR TABAC PRESSE dans le Nord Sarthe A SAISIR ! Affaire avec situation attractive, Bonne rentabilité. Vendu fonds et murs. Ref. 0903167 •BAR TABAC PRESSE FDJ Sud sarthe - Idéal 1ère installation en Tabac - Pour couple - 4 semaines de congés + fermé le mercredi - Logement confortable. Ref. 0801445

maine éco janvier 2010 45


Opportunités d’affaires

722C1926 FLEURS Vds affaire idéale pour 1ère installation. CA 70 000 €. Surface 45 m² + réserve. Faible loyer. Prix 49 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

dimanche + 4 sem/an. Matériel pro. et récent. CA 194 K€. Très bonne réputation. Idéale couple de pro. Logt F5. Disposer 70 K€. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55

723C1931 COIFFURE Salon de coiffure mixte idéal 1ère installation. Belle prestation. 5 postes. Fermé 2 j/semaine. Prix murs et fonds 157 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

721C1953 PAS-DE-PORTE Bail à céder emplacement n° 1 plein centre-ville dans rue piétonne. Surface 90 m² + réserve. Vitrine 8 ml. Loyer 1 400 €/mois. Prix 350 000 € à débattre. Me Fournier Jean-Jacques Tél. 02 43 24 37 15

723C1933 PRESSE-JEUX Beau magasin lumineux et bien agencé. Petit espace café-thé idéal pour couple. Appt 5 pièces avec jardinet. Prix fonds 109 500 €. Prix murs 150 000 €. Chatellier Cabinet de commerces Tél. 02 43 52 04 04

721C1923 BOUCHERIE-CHARCUTERIE Vds cse retraite ds secteur en plein développement très belle affaire avec parking gratuit et facile. Commerce 86 m². Congés 6 semaines. Prix fonds 135 000 €. Prix murs 260 000 €. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55

724H1417 PIZZÉRIA-RESTAURANT Vds affaire ds ville moyenne fermée

721C1927 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte centre-ville bon

emplacement. Surface 35 m². Bail tout commerce sauf nuisances. Prix 50 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 721C1951 PRESSING Magasin bien situé proche bus, tramway et refait à neuf. Pressing de qualité et de notoriété. Prix fonds 60 000 €. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06 721C1948 PAS-DE-PORTE Local bel agencement idéal prêt-à-porter et accessoires ou soins à la personne. Beau produit avec fort potentiel. Prix 75 000 €. À voir absolument. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 721C1947 PAS-DE-PORTE Secteur gare surface vente 30 m² + réserve. État général très propre. Faible loyer.

Prix 59 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 721H1418 BAR-RESTAURANT Vds cse retraite restau ouvrier avec service du lundi au vendredi. Fermé samedi + dimanche. Prix 130 000 €. Chatellier Cabinet de commerces Tél. 02 43 52 04 04 721C1932 PAS-DE-PORTE Pas-de-porte avec bail neuf tous commerces sauf nuisances. Secteur en développement. Prévoir aménagement. Surface 45 m². Loyer 7 200 €/an. Prix 7 500 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 721H1414 RESTAURANT Belle affaire charme des vieilles pierres. Restau jour pour professionnels idéal pour couple. Salle climatisée, caveau 30 cvts. Terrasse. Vrai plus : logement

IMMOBILIER ENTREPRISE - FONDS DE COMMERCE Bureaux - bâtiments industriels - locaux commerciaux et d’activités BUREAUX LE MANS - Proximité Centre Ville Loue Local pour Bureau d’une surface de 60m², Câbles, sanitaires, V.M.C. Loyer Mensuel : 650€/HT. REF : 02/378 LE MANS / PROXIMITE CENTRE VILLE Loue ensemble de 4 bureaux pour une surface totale de 60m² possédant chacun sa propre entrée, donc divisibilité possible. Comprenant eau chaude et sanitaire dans les communs. Loyer Mensuel : 550€/ HT HC. REF : 02/857

BÂTIMENTS D’ ACTIVITÉ LOCAUX DE STOCKAGE PROXIMITE LE MANS Loue entrepôt d’une surface de 2400 m². Terrain clos de 11070 m². Accès Poids Lourds avec Quai. Hauteur sous ferme : 5 ML. Loyer mensuel : 6000€/HT. REF : 02/778 LE MANS SUD - BORDURE RN 23 Loue Entrepôt d’une surface de 500m². Comprenant, Stockage, Bureau et Sanitaire. Porte Sectionnelle. Parkings. Loyer mensuel : 1200€/ Net. REF : 02/773 LE MANS - SECTEUR ZIS Loue Entrepôt d’une surface de 780m² environ. Comprenant 2 Bureaux, Show Room avec Vitrine 20ML et stockage. Porte coulissante 3,5X3, 5. Cour fermée 300m² environ avec Portail. Parkings en façade. Loyer mensuel : 1800€/HT. REF : 02/792

LOCAUX D’ACTIVITÉS ET COMMERCIAUX LE MANS - PROXIMITE CENTRE VILLE Loue ou vend local commercial à aménager d’une surface de 75m² envi-

ron. Vitrine 5,5ML. Pas de DAB. Loyer mensuel : 900 €/HT. Prix de vente : Nous consulter. REF : 02/623 LE MANS - ZIS Loue Local d’Activité d’une surface de 1100 M2 environ comprenant 125m² de Bureaux. Terrain clos. Accès Poids Lourds. Porte sectionnelle. Loyer mensuel : 4000 €/HT. REF : 02/582

CREPERIE PIZZERIA RESTAURANT Clientèle affaire et famille, décor très agréable, confort de vie avec logement et repos (10 services). Etablissement aux normes. (Achat murs possible) CA 225 000€ EBE 52 000€ Prix 200 000€. BAR BRASSERIE Grande ville, quartier d’affaire, BAR toute la Journée et Brasserie le midi. Confort de vie avec 2 repos hebdo et 4 semaines de congés. CA en constante évolution. Disposer de 80 000€.

LE MANS - Zone Nord Loue en 2 Parties Entrepôt Neuf d’une surface de 912 m². Comprenant 300m² d’Atelier/ Entrepôt pour un loyer mensuel de 1020 €/HT et 612 m² de Bureaux avec sanitaires pour un loyer mensuel de 2448 €/ HT .Pont Roulant. Réseau air comprimé. 4 Portes Sectionnelles. Terrain Clos de 2126 m². REF : 02/742

HOTEL RESTAURANT Hôtel 5 numéros, agencement et équipement de qualité, restauration style brasserie et ambiance Pub. Etablissement aux normes. Vendu cause retraite. CA 95 000€ Services 47 000€. EBE 51 000€. Prix 185 000€.

LE MANS - PROXIMITE CENTRE VILLE Loue Local Commercial d’une surface de 100m² environ avec façade de 7 ML. Loyer mensuel : 1000 €/HT. REF : 02/729

HOTEL RESTAURANT Hôtel 10 numéros, restauration de qualité, confort de vie avec logement et repos. Etablissement aux normes. CA 280 000€ EBE 53 000€ Prix 200 000€.

LE MANS - SECTEUR MAILLETS Loue Local Commercial d’une surface de 130 m² environ et réserves de 125m². Façade 9ML. Bail tout commerce. Climatisation réversible.

BOULANGERIE - PATISSERIE Secteur sud Sarthe. Bel emplacement, magasin récent/four neuf. CA tout boutique 185 000€, 35qx. Fermé D.AM et le mercredi, congés 5 semaines. Logement (faible loyer).

Loyer mensuel : 2200 €/HT. REF : 02/730

FONDS DE COMMERCES TABAC PRESSE Belle Affaire dans zone dynamique et commerciale. Parking, faible loyer. Repos hebdomadaire et congés. CA 157 000€ Cions 135 000€. Prix 410 000€. MULTISERVICES avec tabac Affaire centrale de village. Horaires de jour, repos et congés. Beau logement. CA 116 000€. Cions 12 000€ EBE 34 500€ Prix 115 000€.

BOULANGERIE - PATISSERIE Dans village de 4000 hab. Belle installation, avec logement 3 chambres + cour fermée. CA tout boutique, 235 000€. Belle rentabilité. Fermé D.AM + le lundi. Congés 5 semaines. BOULANGERIE - PATISSERIE A redynamiser, dans commune du 72. Idéal 1er installation, réel potentiel !!! Très beau logement, à saisir.

Tél. 02 43 72 00 59 - Fax. 02 43 24 36 45 - Site web : www.juri-diag.fr - 20 Av du Général Leclerc 72000 LE MANS Contact immo entreprise : Joël Archenault - Tél : 06 18 33 03 73 - Contact Fonds de Commerce : Jocelyn Bourne - Tél : 06 09 72 02 17 Contact Boulangerie/Patisserie : Karl Landais - Tél : 06 26 76 17 86 46 maine éco janvier 2010


sur place. Prix 305 000 €. Chatellier Cabinet de commerces Tél. 02 43 52 04 04 723C1922 BOULANGERIE-PÂTISSERIE Affaire de centre bourg 3 500 hab. Logt agréable avec 4 chbres, cour, jardin et garage. Fournil et labo fonctionnels et bien équipés. 100 % boutique. Prix murs et fonds 230 000 €. Cabinet ABD Tél. 02 40 12 43 44 723H1422 BAR-TABAC-PMURAPIDO-GRATTAGE Vds affaire avec logement neuf, cour et dépendances. Commissions 35 000 €. Prix 200 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723C1942 TABAC-PRESSE-LOTO-GRATTAGE Affaire tenue par 1 personne ds bourg Sud Le Mans. Local et mobilier en très bon état. CA 88 000 € dont 40 015 € de commissions. Loyer très faible. Prix 136 960 € FAI. Century 21 Harmony Tél. 02 43 24 67 06 722C1925 ALIMENTATION-TABAC Vds affaire saine et propre. Surface 100 m². CA alimentation 146 000 €. Commissions 11 000 €. EBE 28 000 €. Prix 50 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

722C1940 PAS-DE-PORTE À louer local commercial ou professionnel en centre bourg. Surface 80 m². Loyer 480 €/mois. Me Lecomte Franck Tél. 02 43 54 01 54 723H1404 PIZZÉRIA-CRÊPERIE-RESTAURANT Affaire 95 places en salle. Parfait état. Fermé dim. + lun. + 4 semaines congés. CA 295 000 €. Disposer 80 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723C1924 DROIT AU BAIL Droit au bail ds cœur de ville pour local 110 m² + réserve. Chauffage gaz. Loyer 750 €/mois. Prix 38 500 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33 723H1426 BAR-PMU Ds ville touristique moyenne vds cse retraite affaire emplacement n° 1 grande terrasse. Surface 85 m². Parking facile. Prix 170 000 €. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55 723H1403 RESTAURANT Superbe restau ds ville touristique emplacement 1bis. Parking facile et proche tous commerces. 2 salles 60 + 30 m². Cuisine 20 m².

Prix 115 900 € FAI. Cession immédiate. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55

POUR VENDRE OU ACHETER UN COMMERCE Contactez la Chambre de commerce et d'industrie au 02 43 21 00 20.

723H1405 CRÊPERIE-BRASSERIEPIZZÉRIA-GRILL Vds affaire état général impeccable, terrasse 80 places, cuisine aux normes. Licence IV. Logement F3. Incontournable. Prix 150 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

• Votre offre de vente sera diffusée gratuitement sur le site : www.transcommerce.com qui réunit les annonces des 38 départements adhérant au réseau Transcommerce.

723H1427 HÔTEL-BAR-SANDWICHERIE Superbe affaire dans ville touristique. Parfait état et stationnement facile. Hôtel 8 chbres et bar 70 m². Loyer 13 552 €/an. Prix fonds 250 000 €. Cession rapide. Agence Luc Sury SA Tél. 02 43 53 53 55

• Si vous cherchez un commerce, consultez le site www.transcommerce.com qui vous propose des centaines d'offres. Vous serez également inscrit gratuitement sur le fichier confidentiel des repreneurs.

722H1406 BAR-BRASSERIE Vds affaire très agréable ds commune de 4 000 hab. EBE 55 000 €. Faible loyer. Prix 60 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

722C1935 FLEURS Vds sur axe passager magasin d'angle avec nouvel aménagement extérieur piétonnier. Surface 28 m² + réserve. Possibilité d'expo. Prix 43 000 €. Part'ner Commerce Entreprise Tél. 02 43 14 16 33

723C1944 LOCAL Vds immeuble avec locaux commerciaux 100 m² et habitation 90 m². Terrain 600 m². Prix 150 000 €. Me Poupinel-Descambres Bernard Tél. 02 43 95 84 81

722H1424 BAR-TABAC-ÉPICERIE Vds affaire ds petit village sympa. Surface 50 m². Logt 5 pièces avec jardin et garage. Ensemble en très bon état. Prix fonds 140 000 €. Serarl Levêque-Mouchel Tél. 02 43 93 12 31

Angers Chartres Laval Le Mans Nantes Saint-Nazaire Tours

Toute l’équipe IEL Le Mans vous remercie de votre confiance et vous présente ses meilleurs vœux pour l’année 2010. IEL - Conseil en Immobilier d’Entreprise - Tél. : 02 43 24 40 60 - lemans@iel.fr - www.iel.fr maine éco janvier 2010 47


Opportunités d’affaires

Annonces industrielles C6200 Sarthe, à céder cause retraite, entreprise de charpente, couverture, maisons à ossature bois. Effectif : 9 personnes dont le cédant. CA au 31/12/2008 : 910 K€. Résultat : 90 K€. Locaux : 380 m². C53498 Sarthe, à céder entreprise de prestations de services de main d'œuvre (travail à façon) pour une clientèle d'industriels. Effectif : > 60 personnes. CA : > 2 M€. Rentabilité régulière. L'entreprise est propriétaire de son immobilier. C47911 Sarthe, à céder cause retraite, entreprise de marquage industriel (sérigraphie, tampographie, marquage à chaud). CA : 750 K€. Effectif : 18 personnes. C13528 Sarthe, à céder entreprise de maîtrise d'œuvre en bâtiment. Clientèle de particuliers et de professionnels. CA : 125 K€. Effectif : 2 personnes. C39713 Sarthe, à céder entreprise de matériels équestres pour le cheval et le cavalier. Clientèle de professionnels et de particuliers. Emplacement privilégié et facilité d'accès. CA : 800 K€. Effectif : 3 personnes.

LE MANS Contact : Brigitte GILLES Tél : 02 43 72 90 67 fax : 02 43 84 51 78 b.gilles@arthur-loyd.com

NOUVELLE ADRESSE 39 bd Demorieux Rdc bât Epsilon 72100 Le Mans 48 maine éco janvier 2010

C90314 Sarthe. Dans le cadre d'une politique de développement centrée sur cœur de métier, groupe cherche à vendre dans domaine d'activité métallurgique, fonds de commerce, secteur aéronautique. CA : 2 000 K€. Rentabilité récurrente. Clients de premier ordre. Effectif : 25 personnes.

C4080 Sarthe, à céder entreprise de chaudronnerie et construction métallique. CA : 1 600 K€. Effectif : 21 personnes. C12392 Sarthe, à céder cause retraite, société spécialisée dans la réalisation et le façonnage de sérigraphies grand format (banderoles kakemonos sur toile enduite ou intissée) sur tout matériaux, plans, trait, quadri. Effectif : 4 personnes. CA : 500 K€. Rentabilité régulière. Accompagnement du dirigeant envisageable. Possibilité de cession concomitante d'un bâtiment de 900 m² au sol sur 4 000 m² de terrain. Bonne situation. C40675 Sarthe, à céder société de tôlerie, chaudronnerie, mécano-soudure (grosses capacités) et étuderéalisation de lignes automatiques d’emballage (banderolage). Bâtiment de 8 000 m² sur terrain de 22 500 m². Clientèle : industrie, IAA, manutention

A LOUER

Le Mans Gare sud %/(e*[gehj]fYfl*Zmj]Ymp%J#-Yk[]fk]mj dgq]j20./€'@L'egak %*1(e*[gehj]fYfl)(Zmj]Ymp#K\]J$ [daeYlak­k%dgq]j2++0-€'@L'egak %*(.e*[gehj]fYfl.Zmj]Ymp]fJ<;#* hYjcaf_k]fKKdgq]j2*-/-€'@L'egak %*+0e*#Yj[`an]k]fKK#hYjcaf_k dgq]j2*-((€'@L'egak& Le Mans Université %-(e*]fJ<;[gehj]fYfl*Zmj]Ymp dgq]j2,-0€'@L'egak %.-e*]fJ<;[gehj]fYfl*Zmj]Ymp dgq]j2-1-€'@L'egak %))(e*J#)[gehj]fYfl+_jYf\kZmj]Ymp #K\]J%dgq]j2)(((€'@L'egak&

Pour consulter toutes les annonces ou si vous êtes intéressé par une annonce connectez-vous sur le site www.trans-reprise.com

C76016 Sarthe, à céder entreprise de mécanique générale, spécialisée dans l'étude et la réalisation d'outillages. CA : 900 K€. Effectif : 11 personnes.

C48104 Sud Sarthe, à céder cause retraite imprimerie. CA : 430 000 €. Effectif : 6 personnes. Locaux fonctionnels, parc matériel récent.

BUREAUX

IMMOBILIER D’ENTREPRISE

et BTP. Entreprise en plan de continuation. CA : 2 800 K€. Effectif : 35 personnes.

C43326 Sarthe, à céder entreprise de mécanique de précision et rectification. Secteur aéronautique, automobile et IAA. CA : 750 K€. Effectif : 10 personnes.

C23758 Sarthe, à vendre fonds de commerce de chaudronnerie serrurerie. CA : 4 000 K€. Bonne notoriété. Clientèle grands comptes. Effectif : 30 personnes. C44342 Sarthe, à céder activité de négoce détail de produits professionnels et activité de plomberie/électricité et maintenance industrielle. CA : 350 K€. Effectif : 4 personnes. C67453 Sarthe, à céder entreprise de commercialisation d'une machine de travail du sol et semis sans labour (équipement agricole développé par l'entreprise, marque déposée). Conviendrait à une personne ayant

Le Mans Zone sud +(/e*J#)[dgakgff­k& -hdY[]k\]hYjcaf_%dgq]j2*1+/€'@L'egak&

des compétences commerciales et techniques dans le milieu agricole. CA : 70 K€. Effectif : 1 personne. Possibilités de développement. C48210 Sud Sarthe, à céder cause retraite entreprise de maçonnerie. CA : 871 K€. Effectif : 13 personnes dont 1 métreur. Matériel et locaux très bon état. Cession fonds et murs : 450 000 €. C88747 Maine-et-Loire, à céder fonds de commerce de menuiserie industrielle, activité travail du bois massif en sous-traitance, pour fabricants de meubles, sociétés d’aménagement. Effectif : 14 personnes + dirigeant. CA : 1,7 M€. C286 Région Ouest. Société fabrication et négoce produits décoration maison. CA HT 2009 : 2 378 K€. Effectif : 35. Entreprise reconnue pour son fort potentiel de création de produits. Possibilité importante de développement selon capacités repreneur à organiser et développer la partie commerciale.

Neuville sur Sarthe dg[Yd\]fnajgf).-e*§Ye­fY_]j\Yfkh]lal] rgf][gee]j[aYd]%dgq]j2)(((€'@L'egak& HgkkaZadal­\]\anak]j&Hjapfgmk[gfkmdl]j&

Le Mans Chanzy ]fk]eZd]aeegZada]j\]fnajgf0((e*[gehj]fYfl Zmj]Ymp]lhYjcaf_k[gmn]jlk]fJ<;#Zmj]Ymp§ Le Mans Zone sud commerciale d­lY_]&HgkkaZadal­\]\anak]j&Hjapfgmk[gfkmdl]j& dg[Yd[gee]j[aYd\mf]kmh]jÚ[a] \]1/(e*]l--hYjcaf_k$naljaf]$ Le Mans Centre ville * Y[[®k^Y[ad]&Hjapfgmk[gfkmdl]j& ]fnajgf/.e [gehj]fYflY[[m]ad$*Zmj]Ymp$ [gafj]hYk%dgq]j20*+€'@L'egak& Le Mans Proche rocade Z¨lae]fl[gee]j[aYd\]fnajgf.((e* A VENDRE Yn][naljaf]&:]d]ehdY[]e]flkmjl]jjYaf )hdYl]Ym\]+11e*[gehj]fYfl),Zmj]Ymp$ \])/((e*&Hjapfgmk[gfkmdl]j& )K\]J$-hYjcaf_k&Hjapfgmk[gfkmdl]j& Le Mans Zone sud LOCAUX COMMERCIAUX dg[Yd\Y[lanal­k\]fnajgf+((e* hgmjjYal Ymkka[gfn]fajhgmjklg[cY_]!$Zgff]nakaZadal­ A LOUER \]hmakjg[Y\]%dgq]j2)(((€'@L'egak& Le Mans Zone nord )Z¨lae]fl\Y[lanal­k\],-(e*kmjl]jjYaf [dgk\])-((e*&Hjapfgmk[gfkmdl]j&

Maine eco 150  

Énergies renouvelables l’économie se met au vert ! restaurateurs La démarche qualité au menu... enseignes extérieures une nouvelle taxe... t...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you