Page 1

www.lyonpeople.com

LES 18 RENDEZ-VOUS

qu’il ne fallait pas rater 

N°119 - Mai 2012

DOSSIER COLLECTOR

EN DIRECT DE CANNES

30 ANS DE RADIO LIBRE A LYON

Jean-Claude Anaf à l’abordage !


© Carlos Castilla

EDITO Mai 2012

APCD

A

lberti, Perez, Chuzeville, Deschamps… tous n’ont pas eu la même réussite mais chacun a eu le talent, l’audace d’être là au bon moment et d’oser. Il fallait beaucoup d’inconscience et pas mal de témérité, pour se risquer dans l’aventure des radios libres, ou radios locales, ou radios pirates selon les vocables de l’époque. Aujourd’hui, ces radios n’ont plus rien de local, encore moins de pirate, et je le crains, plus grand-chose de libre. C’est comme ça depuis la nuit des temps, les pionniers pour certains disparaissent, d’autres deviennent des magnats, sans parler de ceux qui prennent le train en marche. J’ai connu, privilège de l’âge, les soubresauts de cette révolution médiatique que fut le début de ces stations. Certaines ont connu le succès, d’autres ont sombré dans l’oubli. Il y a eu beaucoup de loosers et quelques winners. J’ai la même estime pour les uns comme pour les autres.

Justin Calixte Lyonpeople.com n°119 - Mai 2012 Sur une idée originale de Marc Engelhard et Nicolas Winckler Couverture : © Saby Maviel Directeur de la publication Nicolas Winckler nicolas@lyonpeople.com Rédacteur en chef Marc Polisson marco@lyonpeople.com Conseillère éditoriale Françoise Petit francoise.petit@lyonpeople.com Graphistes Maquettistes Valérie Barranco & Loïc Huguet pao@lyonpeople.com Webmaster Fabrice Schiff webmaster@lyonpeople.com. Ont collaboré à ce numéro Christophe Magnette, Jean-Marc Requien, Yves Espaignet, Jean-Alain Fontlupt, Jean-Jacques Billon, Julien Smati & Clara Mazuir. Photographes Jean-Luc Mège, Fabrice Schiff, Saby Maviel, Artfotografik, Lionel Pinar & Prisca Coquelicot Studio Chef de Publicité Elodie Aguettant elodie@lyonpeople.com 06 11 19 04 43 Attaché commercial Bruce Mathieu bruce@lyonpeople.com 06 15 55 20 52 Assistante commerciale Vérane Letord-Vaché verane@lyonpeople.com

100 000 lecteurs tous les mois

Etude Médiamétrie - 05/2005

Lyonpeople est certifié par l’OJD BP 6171 - 69469 Lyon Cedex 06 Rédaction Tel 04.72.82.97.78 Publicité Tel 04.72.43.02.47 Fax : 04.72.43.92.05

Supplément gratuit du www.lyonpeople.com. Impression Chirat. Ne peut être vendu. Ne pas jeter sur la voie publique. La reproduction des textes, dessins et photographies publiés dans ce numéro sont la propriété exclusive de Lyonpeople, une marque de Jetpeople.com SARL au capital de 186 420 €. RCS Lyon 493 132 252. Elle se réserve tous droits de reproduction dans le monde entier. Dépôt légal à parution. ISSN : 19527772. Abonnement pour 1 an = 49 €. Ce magazine comporte un encartage "Printemps de Pérouges"


SOMMAIRE Mai 2012

NEWS

6 La vie lyonnaise

8 La vie économique 10 La vie politique 12 La vie patrimoniale 14 La vie culturelle 16 La vie gastronomique 18 Brèves de comptoir

Restaurant Spécialités Italiennes

P. 12

PEOPLE 20 Jean-Claude Anaf à Cannes

DOSSIER

30 ANS DE RADIO LIBRE À LYON 52 Le Barthologue

Sib ue t Ta ble au  : Pa ul

24

de Claude Arnaud Rivenet 58 Hugues Aufray P. 25

STYLE

MILANO

54 Auto

MERCIERE

60 Gastro 62 Evasion 64 Shopping 70 Tentations 72 Mois par moi P. 54

VU !

74 Les 18 soirées qu’il ne fallait pas rater !

ET AUSSI…

CAFFE

P. 91

OUVERTURE 7/7 Midi et soir 44, rue Mercière - Lyon 2 Tél. 04 72 41 74 63 milano.merciere@orange.fr

106 Carnet mondain P. 106

MAI 2012

5


NEWS LA VIE LYONNAISE

SONDAGE WEB

Par Marc Polisson

SPÉCIAL BELLECOUR DEMAIN, IL SERA TROP TARD…

Si François Hollande est élu président de la République

33,52% • Vous revendez votre grosse cylindrée ? 4,51% • Vous faites une fête à tout casser ? 2 3,94%

Un numéro collector et des surprises...

• Vous vous exilez en Suisse ?

38,03%

Photos © Fabrice Schiff, Saby Maviel & DR

• Vous vous mettez au Lexomil ?

Bellecour en 1815 (ADR - Fonds Galle)

I

l y a ceux qui en seront… et ceux qui n’en seront pas. La rédaction de Lyon People a entamé le sprint final pour boucler dans les délais son numéro historique de 220 pages consacré au patrimoine de la place Bellecour et à ses habitants, prévu en juin. Les meilleures plumes de Lyon et ses experts es patrimoine ont déjà rendu leur copie. Mais nous sommes encore en recherche de renseignements et de photos concernant le Café Morel transformé en fast-food (à quelle époque et sous quelle enseigne ?) puis en Pizza Pino et les origines de propriété des immeubles numéros 2, 11, 18, et 34 place Bellecour ainsi que pour ceux du 106, rue Edouard Herriot, 68, rue de la République et 4, place Le Viste. Si vous avez dansé dans la salle de bal de l’Hôtel de l’Europe et que vous possédez des photos, nous

sommes preneurs. Nous manque aussi une représentation de son bâtisseur Pierre Perrachon de Saint Maurice. Nous recherchons également des informations sur le 1 et le 2, rue Victor Hugo, la boutique Hediard (17, place Bellecour), le Mess des officiers du 19, place Bellecour (dates et photos), la salle de banquet Berrier et Millet (31, place Bellecour), la Maison Dorée (et le Rectangle), et des photos du Club 35 (35, place Bellecour). Propriétaires, locataires, professionnels… tous ceux qui ont participé à son élaboration seront conviés à son lancement en avant-première. Une soirée qui aura lieu dans un lieu prestigieux de la place Bellecour en partenariat avec la maison Pignol, la maison Pernod, Olivier Bertrand Distribution et Euro Sono.

NOËLE NOBLECOURT LE TÉMOIGNAGE DE L’ESPOIR

Merci pour leur contibution à Paul Feuga, Gérard Corneloup, Didier Repellin, Régis Neyret, Jacques Bruyas, Pierre Jourdan, Alain Vollerin et Jean-François Mesplède. g g g g g g

Avant 1968, la télévision faisait l’objet d’une surveillance accrue et l’ordre moral y régnait en maître. Noële Noblecourt, jeune présentatrice avait osé montrer ses genoux et elle en fut vite remerciée. Elle revint par la suite au petit écran, au cinéma (six films) à la chanson, et à la littérature redevenue lyonnaise depuis une petite décennie, c’est à une jeune maison d’édition, sur laquelle veille paternellement Jacques Bruyas, «Les Grilles d’Or» qu’elle a confié son dernier manuscrit témoignant de sa rage de vaincre une grave maladie dont elle a su triompher. « C’est Rien ! C’est juste un cancer » Editions Les Grilles d’Or – 14 euros

TELEX VINTAGE CARLTON

La grande brocante de l’Hôtel Carlton a fermé ses portes sur un succès. Pendant deux jours les visiteurs ont pu chiner lits, lustres, armoires, tableaux, bibelots et autres objets symboliques de ce célèbre bâtiment emblématique de la presqu’île lyonnaise avant une rénovation totale. Organisés au profit du foyer Notre-Dame des Sans-Abri, ces deux jours de brocante ont permis de remettre la somme de 47 350 € à l’association. g g g 6

MAI 2012

Si Hollande arrive à l’Elysée, les pharmaciens vont se frotter les mains. La Sécu un peu moins…

Votez sur www.lyonpeople.com

SONDAGE D’AVRIL 56,32% des internautes de Lyon People avaient désigné Nicolas Sarkozy, arrivant en tête du premier tour à Lyon. Ils ont eu raison...d’une très courte tête.

YANNICK NOAH VIENT SIPHONNER L’ARGENT DU CONTRIBUABLE Si le chanteur a effectivement quitté la France, comme il l’avait annoncé, après l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007, cela ne l’empêche pas de revenir siphonner l’argent des contribuables français, dès qu’une occasion se présente. Il est ainsi attendu fin juin aux Nuits de Fourvière, le festival financé par le Conseil général (avec l’argent de nos impôts). Ancien exilé fiscal suisse avant de s’établir à New York, Yannick Noah s’est affiché sans vergogne au côté de François Hollande lors de son meeting monstre du Bourget, le 22 janvier. L’homme qui n’aime pas les riches soutenu par une star à 10 410 euros par jour (3 800 000 euros de revenus en 2010 selon le magazine Challenges), voilà qui ne manque pas de sel. Mais soyons magnanime, son cachet lyonnais lui servira sans doute à acquitter ses dettes fiscales qui s’élèvent à plus de 580 000 euros.


100, RUE PRÉSIDENT EDOUARD HERRIOT 69002 LYON - 04 78 28 17 77

FOR


NEWS LA VIE ÉCONOMIQUE PATRIMONIALE Par Yves Espaignet

EMMANUEL MONY, PDG DE TARVEL « LA RELATION AVEC LA NATURE EST NOTRE ATOUT »

Photos © JF Marin et Saby Maviel

BOTANIC RÉVÉLATEUR DE TENDANCES

L

’activité paysagère suit le cycle des saisons et avec le printemps débute une période d’activité déterminante pour un secteur économique comptant 2900 entreprises en Rhône-Alpes. L’année 2011 a vu un maintien du marché même si les commandes des particuliers ont montré un léger recul, analysé comme un des effets de la crise. La morosité et l’immobilisme n’ont pas de place dans la démarche entrepreneuriale d’Emmanuel Mony, PDG de Tarvel, l’une des principales entreprises françaises du paysage. Son parcours l’a également amené à la tête de l’UNEP (Union Nationale des Entreprises du Paysage). Il sait l’importance de la météo pour susciter de l’activité : « Mars a répondu à nos attentes mais avril avec le retour de la pluie a eu un effet contraire ». Les jardiniers regardent toujours le ciel tout en sachant, désormais, anticiper les attentes d’un marché en pleine évolution. La météo reste un facteur déterminant. « Au report des achats des particuliers en raison de la conjoncture actuelle contraste la solidité du marché des collectivités locales » précise Emmanuel Mony. La deuxième partie des mandats municipaux verra de nombreux projets être finalisés, ce qui permet d’avoir un carnet de commandes rassurant les entreprises ; mais ce domaine de la commande publique est essentiellement celui que se partagent les plus grandes entreprises (1). Sur Lyon, les projets d’espaces publics ne manquent pas avec les berges de la Saône, la redéfinition de la rue Garibaldi ou encore le parc « Sergent Blandan » de 17 hectares. Les interrogations portent au-delà de

l’horizon 2014. L’un des aspects nouveaux du champ d’intervention de la filière paysagiste est généré par la préoccupation grandissante de valoriser le patrimoine immobilier par l’aménagement des espaces extérieurs. Ce phénomène a débuté par les propriétés dites « haut de gamme » : « Nous avons vu une demande spécifique apparaître pour conforter leurs valeurs malgré les effets de la crise, notamment dans l’ouest lyonnais ». Le jardinier paysagiste est devenu créateur en maîtrisant le végétal mais également l’eau. La réponse a été d’autant plus rapide que la filière paysagiste s’est appuyée sur le niveau qualifié de son personnel. Le pari de l’excellence fait depuis plusieurs années a exigé des formations adaptées allant du bac pro au BTS et même à celui d’ingénieur paysagiste. Les gens formés et motivés ont des perspectives d’évolution puisque, chaque année, la profession a des difficultés à recruter. « C’est justement par ce niveau de qualification et par le respect de cahier des charges que nous saurons traverser les périodes difficiles » poursuit E. Mony. Une marque « expert jardin » vient d’être lancée qui a pour objectif d’engager les professionnels et ce, quelle que soit la taille de l’entreprise, sur des critères de compétences. La profession s’engage à assurer un contrôle du respect des règles adoptées. « Nous sommes confiants en l’avenir car nos métiers suscitent l’intérêt du grand public, il suffit de voir combien les gens se pressent pour demander des conseils chaque fois que nous intervenons, pour un particulier comme pour une collectivité ou une entreprise » affirme-t-il : « la relation avec la nature est notre atout ».

Les marchés publics représentent 30% des commandes de la filière, derrière les par ticuliers 43%. Le reste est assuré par les entreprises privées. (1)

8

MAI 2012

Un tel succès d’entreprise dans le monde horticole ne lasse de surprendre. Botanic, créée en 1995 en Savoie, a imposé son esprit et répondu aux besoins d’une population urbaine soucieuse de retrouver un lien avec la terre. « Nous réalisons 50% de notre chiffre d’affaires annuel de mars à juin. Nous sommes confiants car nous bénéficions d’une image de spécialiste des jardins » souligne Luc Blanchet, PDG de Botanic. La définition du jardin comme espace de vie durant la belle saison se comprend avec son offre d’équipement allant du mobilier à l’éclairage… Mais il faut aussi de l’audace et elle est venue en 2004 quand l’entreprise décide de ne plus proposer à la vente des engrais chimiques et des pesticides. Le choix de « jardiner et consommer autrement » a séduit un plus large public. Aujourd’hui, Botanic compte 4 établissements dans le Grand-Lyon (Francheville, Ecully, Villeurbanne et Saint-Priest) dont l’offre est adaptée à la zone de chalandise. On ne jardine pas de la même façon entre l’Ouest et l’Est de Lyon !

AÉROPORT SAINT-EXUPÉRY NOUVELLES DESTINATIONS Si la croissance du nombre de passagers devrait être modeste en 2012 (1) selon le nouveau président du directoire des Aéroports de Lyon, Philippe Bernand, le programme des destinations « Printemps-Eté » s’enrichit de onze nouvelles destinations. L’Espagne avec la compagnie Vueling, l’Algérie avec Aigle Azur sont des destinations attendues devant répondre à une forte demande. Il faut noter que des grandes villes vont devenir accessibles depuis Lyon, Naples et Southampton avec Air France, Moscou avec Transaero. L’aventure islandaise s’ouvre avec une liaison hebdomadaire d’Aviation Express avec Reykjavik. (1) L’aéroport de Saint-Exupéry a accueilli 8,4 millions de passagers en 2011 soit une augmentation de 5,7% par rapport à 2010.


NEWS LA VIE POLITIQUE Par Jacques Boucaud

CUMUL DES MANDATS CE QUI POURRAIT CHANGER À LYON

Photos © Jean-Luc Mège et Fabrice Schiff

LÉGISLATIVES LE FN EN EMBUSCADE…

Gérard Collomb entend préserver toute ses chances pour 2014 en jouant la carte 100% Lyon

L

e résultat du second tour du scrutin présidentiel, inconnu au moment où nous écrivions ces lignes, pourrait radicalement modifier le paysage politique lyonnais. Les raisons en sont des règles nouvelles sur le cumul des mandats voulu par la gauche et, dans tous les cas, la redistribution possible des cartes à l’issue des législatives les 10 et 17 juin (lire ci-contre). La règle du non-cumul des mandats adoptée dans sa forme finale en mai 2011 par le Parti socialiste, précise que «les parlementaires ne pourront cumuler leur mandat et leur fonction avec la responsabilité d’un exécutif local». Reprise dans le projet du candidat François Hollande, elle fera l’objet d’un texte de loi si la gauche remporte les législatives. Sinon elle ne s’appliquera qu’aux seuls élus socialistes. Au grand dam de responsables locaux y compris au PS, comme le maire de Dijon François Rebsamen ou encore celui de Lyon, Gérard Collomb. « L’élu d’une grande collectivité doit aussi être à Paris pour défendre ses dossiers locaux » martèle souvent ce dernier. Il n’empêche, comme tous ses petits camarades, Gérard Collomb devra s’y plier et abandonner un jour ou l’autre son mandat de sénateur. Il sera auparavant demandé aux députés élus ou réélus en juin de choisir entre leurs deux mandats. C’est le cas par exemple des adjoints à la mairie de Lyon Jean-Louis Touraine (PS), Najat Vallaud-Belkacem (PS), Thierry Braillard (PRG) et Pierre Hémon (EELV), des maires UMP de Caluire et

10

MAI 2012

Villefranche Philippe Cochet et Bernard Perrut, et de la vice-présidente UMP du conseil général Dominique Nachury. Enfin, la règle toucherait aussi le sénateurmaire UMP d’Oullins François-Noël Buffet. Le même choix va s’imposer aux « ministrables » possibles à gauche, essentiellement la porte-parole de François Hollande et le président du conseil régional Jean-Jack Queyranne. Bien qu’en ne se représentant pas aux législatives dans la 7e circonscription, ce dernier indique vouloir faire le choix de la Région. Et Collomb, nous direzvous ? Ses chances d’entrer dans un gouvernement de gauche en 2012 semblent minimes, d’autant que le maire de Lyon affirme que sa priorité est de rester « au service de Lyon et des Lyonnais ». Mais derrière un exercice imposé par la règle du non-cumul, commence à poindre la stratégie du maire de Lyon : conscient qu’en cas de victoire de la gauche cette année, l’effet balancier entrainera à droite, aux prochaines élections locales, plusieurs collectivités pour l’instant à gauche, Gérard Collomb songe avant tout à mettre toutes ses chances de son côté afin de se faire réélire en 2014. Mais une fois l’exercice réussi, rien n’indique qu’il ne ferait pas, en cours de mandat, le choix d’un portefeuille ministériel, histoire de clore en beauté une longue carrière politique. D’où l’intérêt qu’il a déjà à réfléchir à son successeur à la mairie de Lyon…

Au delà de la présidentielle, les élections législatives en juin donneront – ou pas – au président élu une majorité nécessaire au Parlement pour mener à bien ses réformes. Dans le département du Rhône qui compte depuis 2007 huit députés UMP, quatre PS, un PC et un Nouveau Centre, le premier tour de l’élection présidentielle le 22 avril indique déjà plusieurs tendances de l’électorat. Et notamment le rôle d’arbitre qu’il pourrait donner au Front national de Christophe Boudot dans les circonscriptions rurales et dans l’Est de l’agglomération notamment. Ainsi dans la 9e dont le député sortant est l’UMP Bernard Perrut (UMP), la 10e (Christophe Guilloteau - UMP), la 11e (Raymond Durand – NC) et la 13e (Philippe Meunier - UMP), le parti de Marine Le Pen est en mesure d’être un empêcheur de tourner à deux.

… ET LA GAUCHE À L’AFFÛT À LYON Le rêve de la gauche : le grand chelem à Lyon bien que Nicolas Sarkozy soit en tête au premier tour de la législative dans l’une des quatre circonscriptions, la 4e. Il est aussi vrai que l’addition des voix Hollande + Mélenchon dans ce bastion historique de la droite et dont le député sortant est l’UMP Dominique Perben (il ne se représente pas), met gauche et droite au coude à coude. François Bayrou reste à Lyon dans la moyenne nationale, mais le soutien d’élus MoDem à François Hollande au lendemain du 22 avril, dont l’adjointe au maire Anne-Sophie Condemine laisse entrevoir une chance de succès pour la gauche. Sauf si les candidatures aux législatives se multiplient. Dans la 1ere enfin, le député sortant Michel Havard (UMP) peut s’inquiéter d’une gauche (Hollande + Mélenchon + Joly) à 46,08% des voix au premier tour de la présidentielle, quand Nicolas Sarkozy + Dupont-Aignan sont dix-sept points derrière…

LA DROITE MAINTIENT SES POSITIONS La 5e, la 8e et la 12e circonscription (l’UMP l’a remporté au premier tour en 2007 dans les deux premières) restent des places fortes de la droite. Ainsi, dans la 5e, celle dont le député sortant est le patron de l’UMP dans le département, Philippe Cochet, Nicolas Sarkozy obtient au premier tour de la présidentielle son meilleur score dans le Rhône : 39,68%, en progression sur 2007. Aucune inquiétude non plus pour Patrice Verchère (UMP) dans la 8e et pour Michel Terrot (UMP) dans la 12e.

TELEX TELEX

Carenco, préfet « hors cadre » ? C’est ce qu’on dit habituellement d’un représentant de l’Etat dans son Département ou sa Région, mis sur la touche. Ici, le terme peut s’employer pour indiquer que le préfet de Région est « hors-norme ». Jean-François Carenco est en effet l’un des rares à avoir sauvé sa peau lors d’un vaste mouvement opéré par Nicolas Sarkozy, avant la présidentielle.


NEWS LA VIE PATRIMONIALE Par Marc de Jouvencel

JEAN-CLAUDE LAVOREL PROPRIÉTAIRE AMOUREUX DU CHÂTEAU DE BAGNOLS Jean-Jacques David, Sébastien Duc, Paul Feuga et Maryvonne Savary

Photos © Fabrice Schiff, Jacky Fontaine et Marco

LE 6ÈME LANCE SON PLAN HISTORIQUE ET PATRIMONIAL

N

ous vous l’avons annoncé en exclusivité sur notre site Internet. Mis en vente depuis l’été dernier, ce fleuron hôtelier du Beaujolais a trouvé un nouveau patron. Lyonnais de surcroit qui va tout mettre en œuvre pour redonner du souffle à cette belle endormie. Placé sous assistance respiratoire depuis plusieurs années, Bagnols – qui a connu ses heures de gloire sous la houlette de Lady Hamlyn – va connaître un nouveau départ avec son nouveau mécène Jean-Claude Lavorel. Le groupe britannique Von Essen qui l’avait racheté en 2007 pour la somme de 25 millions d’euros a été contraint de le remettre en vente suite à d’impor tantes difficultés financières. Classé monument historique en 1926, il possède encore ses douves, ses tours d’enceinte, ses communs, ses pavillons, et un décor intérieur exceptionnel. Chacune de ses chambres et suites est un ravissement. On ne connait pas le montant exact de la dernière transaction, mais il se situe dans une fourchette comprise entre 8 et 10 millions d’euros.

12

MAI 2012

Jean-Claude Lavorel a eu le coup de cœur pour ce fleuron du patrimoine français, « un concentré de superlatifs » qui a accueilli dans ses murs Hillary Clinton, Bruce Willis, Tom Cruise.... Le patron de LVL Médical a toujours développé en parallèle de ses activités de service médical une passion pour l’hôtellerie. Il possède déjà Les Suites de la Potinière, un établissement 5 étoiles de Courchevel où il accueille une très belle clientèle française et européenne. Qu’il aimerait à terme faire trabouler jusqu’à Bagnols. Ce sera déjà le cas pour son personnel placé sous la houlette de Franck Citerne, bien connu des habitués de La Mandarine, à Saint-Tropez. L’idée de créer un couloir aérien entre les deux établissements pourrait être à l’ordre du jour. Ainsi que la création d’un SPA et pourquoi pas d’un golf…

Dans une ville considérablement meurtrie par les urbanistes au cours de ces trente dernières années, l’initiative de la mairie du 6ème est à saluer. Le maire du 6ème Jean-Jacques David et son adjoint Sébastien Duc ont lancé mardi 10 mars un plan « clair et simple », tiré à 10 000 exemplaires où sont répertoriés non seulement les différents lieux emblématiques du 6ème, mais aussi les monuments disparus. Ce projet a rassemblé autour des auteurs Jean-Pol Donné, Paul Feuga et Jean-Pierre Gutton, les conseils de quartier de l’arrondissement ainsi que l’APPL6 (Association pour la promotion du Patrimoine du 6ème). Une idée novatrice, puisque c’est une première pour un arrondissement lyonnais. L’occasion pour Sébastien Duc de regretter « l’absence de politique patrimoniale de la ville ». Grâce à une « certaine pérennité du plan » et à la mise en œuvre d’une signalétique adaptée, les Lyonnais et les touristes (re)découvriront le 6ème arrondissement. Porté par un esprit de modernité, le format, qui allie une palette couleur à une palette graphique, se veut à la portée de tous. Le plan sera, par la suite, enrichi sur le site internet de la mairie du 6. Cette initiative pourrait faire des émules dans les autres arrondissements de Lyon.


NEWS LA VIE CULTURELLE Par Jean-Alain Fonlupt

LES FESTIVALS PRINTEMPS DE PÉROUGES Défendre le jazz dans tous ses états c’est le sacerdoce de Jazz à Vienne depuis… 32 ans. Difficile de faire un choix dans la pléiade de pointures mais citons : Manu Dibango - la magnifique Melody Gardot - l’étonnant Hugh Laurie (Doc House) au piano - Earth Wind and Fire Experience – le bagout slame de Sandra Nkaké, la fameuse «All Night Jazz», «Le Bal de l’Afrique Enchantée»…

Photos © DR

Du 28 juin au 13 juillet. En prélude la «Jazz à Vienne – Lyon Session » du 21 au 26 mai (+ le 5 juin). www.jazzavienne.com

MARCHE DE LA MODE VINTAGE LA NOSTALGIE DU BONHEUR

A

lors que les fleurs ouvrent leurs pétales au soleil printanier, les grands rendez-vous festivaliers révèlent la richesse de leur programmation… Et l’on découvre avec une curiosité gourmande, les parfums, les couleurs, les promesses des futures belles nuits d’été. Charmés par le timbre des voix, stimulés par les beat electro, touchés par les rythmes binaires, nous n’échapperons pas à l’appel de la diversité et nous ferons, en amont du rush estival, le choix judicieux de l’émotion… Voilà quelques pistes à suivre pour ponctuer notre parcours, d’étapes enthousiasmantes ! Le rouge coquelicot du «Printemps de Pérouges» dirigé par Marie Rigaud-Bernollin, est la première fleur à éclore sur le chemin du partage musical. Et c’est la Voix dans tous ses registres qui résonnera de la Plaine de l’Ain aux rives de La Confluence (pour l’ouverture le groupe new-yorkais 100% vocal Naturally 7 a déployé à la Sucrière ses puissantes mélodies pop, soul et RnB). La Voix qui dès ce début mai se déclinera : chaude et délicieusement rocailleuse avec Art Mengo ; lyrique et passionnée avec du Bel Canto en opéra déambulatoire (et gastronomique) au Caro de Lyon ; féminine et baladeuse avec l’ensemble Calliope dirigé par Régine Théodoresco ; spirituelle et harmonieuse

grâce au Chœur du Monastère de la Trinité Saint Alexandre Nevsky de Saint-Pétersbourg ; pop ou jazzy avec la québécoise Diane Tell, ; «patrimoniale» et reconnaissable entre mille avec l’immuable Hugues Aufray ; polyphonique et métissée avec les Corses de I Muvrini ; folk chez nos cousins francophone de la Belle Province joliment nommés «Vent du Nord» ; loufoque et énergique avec les déjantés extraterrestres de Voca People ; métissée et voluptueuse avec le pape de la salsa et des tempi sud-américains Yuri Buenaventura ; moderne et parfois mélancolique chez le compositeur chanteur Thomas Fersen… Et, pour une respiration plus musicale, une carte blanche sera donnée au pianiste (improvisateur génial), compositeur-animateur-professeur, Jean-François Zygel et une incursion virtuose sera faite en terre du jazz manouche (mais pas que) avec les trois complices de Samarahalouf. Voilà qui devrait composer un étonnant bouquet vocal ! En plus des lieux déjà cités signalons la Salle Molière, le Centre International de St-Vulbas, l’Eglise Forteresse de Pérouges, la Ferme de Rapan, l’Usine Spurgin Léonhart et le magnifique Parc des Oiseaux. Jusqu’au 8 juin. Programmation complète. : www.festival-perouges.org

ELECTRO OU JAZZY ? ENTRE LYON ET VIENNE Ce festival dédié aux musiques électro et indépendantes est l’un des plus importants d’Europe. Pour ses 10 ans, dans sa «protéiforme» programmation, signalons le cultissime «Oxygène» de J.M. Jarre revisité par Danger, Arandel et le duo Acid Washed, la «Carte Blanche» offerte à Lyon, le mythique New Order ou le rock made in Seattle de Mudhoney… www.nuits-sonores.com 14

MAI 2012

Par les temps qui se précipitent vers un futur incertain, une immersion dans les modes et les codes de «nos années bonheur» fera office d’une salvatrice cure d’optimisme ! «Téléportation» assurée vers les «Trente Glorieuses» et les années 80 et 90 (une nouveauté) avec cette 11e édition qui change de lieu pour le site des anciennes usines Brossette (rue Crépet – 7e) mais conserve ses rendez-vous avec fripes chics, vêtements, accessoires, bijoux, chaussures, mobilier, objets et raretés (must have) et les indispensables défilés (Castelbajac vs Madame Grès), rétrospectives, expos photos, musique, performances, ateliers, espaces créateurs (une trentaine de marques), espaces détente, resto, bar… Fan de Hulahoop, adeptes du «total vintage look», back to happiness le week-end des 2 et 3 juin. En mai «Before» dans toute la ville ! www.marchemodevintage.com

BIENNALE DE LA DANSE «POPULAIRE ET EXPÉRIMENTALE» Nouvelle directrice artistique de cet indispensable rendez-vous avec la danse, Dominique Hervieu a pour objectif de «continuer l’élan de la danse à Lyon», séduire de nouveaux publics, surprendre les «Aficionados». Elle fait la part belle à la création (19 dont 15 premières mondiales). Si tous les continents sont représentés, l’Asie est à l’honneur (Sebatu-Bali, le japonais Amagatsu, le hip-hop «manga» de Mortal Combat, les solistes japonais). Entre chorégraphes «reconnus» (Preljocaj, Kylian, Decouflé, Merzouki), créateurs plus radicaux (Maguy Marin, Jan Fabre), expériences singulières (Luc Petton et ses oiseaux, le travail de Phia Menard sur le vent, la danse sexuelle assumée de Bengolea et Chaignaud) et «Défilé» en ouverture des festivités, cette 15e édition sera spectaculaire et exigeante ! Du 13 au 30 septembre. www.biennaledeladanse.com


NEWS LA VIE GASTRONOMIQUE Par Jean-Jacques Billon

LES 40 ANS DE JEAN-PAUL LACOMBE CHEZ LÉON DE LYON

Photos © Fabrice Schiff et DR

CHEZ LES GARCONS TRENTE ANS DE BONHEUR !

D

epuis 4 décennies, Jean-Paul Lacombe entretient la flamme du célèbre restaurant de la rue Pléney, où il est né. Une maison centenaire, plus jeune que jamais. Lacombe, prénom Jean-Paul. Fils de Gisèle et Paul. Et Léon dans tout ça ? Pas de Léon dans la famille Lacombe, mais «Léon de Lyon» est bien leur maison de famille depuis 1949. A l’époque, Léon Déan, qui avait pris son prénom pour enseigne en 1913, avait éteint ses fourneaux depuis longtemps. Plusieurs propriétaires s’étaient succédés, sans laisser leur nom dans l’histoire, lorsque Paul Lacombe s’installa rue Pléney en 1949 et en fit un haut lieu de la cuisine lyonnaise. C’est là qu’il créa sa fameuse «cervelle de canut»; c’est là également que naquit Jean-Paul Lacombe en avril de cette même année 1949. Six ans avant que le Michelin n’honore «Léon de Lyon» d’une première étoile. Bonne étoile pour Jean-Paul qui n’a pratiquement pas quitté la rue Pléney; hormis pour ses études à l’école hôtelière et son parcours initiatique dans de grandes maisons. C’est chez «Lasserre» à Paris qu’en avril 1972 il apprend le décès brutal de son père. A 23 ans, il reprend le flambeau d’une maison dont il va embellir le décor et enrichir le répertoire. Avec le soutien de Paul Bocuse, le jeune chef affirme rapidement sa personnalité et s’impose dans le cercle fermé des grandes toques d’alors; il devient en 1978 le plus jeune «deux étoiles» de France. Cette belle histoire ce sont les murs qui en parlent le mieux, notamment les photos qui témoignent du passage de personnalités du monde du spectacle et de la politique internationale. Trente glorieuses auxquelles il ne manque pas d’associer sa mère Gisèle, sa sœur Michèle

et son épouse Fabienne. « Des femmes sans lesquelles la maison ne serait pas ce qu’elle est» insiste-t-il en rendant hommage également aux chefs qui ont travaillé avec lui, les Olivier Belval, Guillaume Mouchel, Joseph Viola, Julien Gautier, ou Cédric Blin, qui ont tous maintenant leur propre adresse gourmande. Aujourd’hui, c’est Julien Labonde qui officie dans les cuisines d’une maison à laquelle Jean-Paul Lacombe a donné une nouvelle jeunesse. Fin 2007, il a choisi d’éteindre ses deux étoiles pour jouer la carte de la brasserie élégante. Carte où s’inscrivent des plats-signature comme le pâté en croûte au ris de veau et foie gras ; carte qui fleure bon le terroir entre souris d’agneau braisée et cuisse de volaille fermière désossée, farcie d’herbes crues « pochée-rôtie; qui dès les premiers beaux jours incite à s’attabler en terrasse pour déguster l’œuf poché, piperade de légumes et chorizo, le risotto crémeux, rouget barbet mariné, la seiche cuite à la plancha et autres suggestions ensoleillées arrosées d’un verre de vin sélectionné par Georges Duboeuf, beau-père de Jean-Paul. Rajeunie également la clientèle, où les fidèles de «Léon» côtoient désormais de nouveaux venus que l’image – et les tarifs de la maison n’intimident plus. Avec notamment cette formule qui offre chaque jeudi deux menus à 39,50 € pour le prix d’un aux moins de 35 ans. De quoi rêver à la semaine des quatre jeudis. 1, rue Pléney - Lyon 1er – Tel 04 72 10 11 12. Plat du jour à 14,90 €, formules à 20,30 € et 23,20 € (midi et soir) + carte. Large choix de vins au verre.

TELEX Premier service le vendredi 25 mai pour la brasserie ouverte par Philippe Gauvreau, promenade des Tuileries à Tassin, face à la mairie. Le chef aux deux étoiles n’abandonne pas pour autant son restaurant du Pavillon de la Rotonde. C’est à Fabrice De Flue, son second à Charbonnières depuis douze ans, qu’il a confié les cuisines de ce nouvel établissement qui offrira 150 couverts, avec terrasse et service traiteur. g g g Tous les goûts sont permis au nouveau «gâteau-école» ouvert par Sébastien Bouillet, 5 rue de Nuits à la Croix-Rousse où il organise également anniversaires, apéritifs et soirées entre amis, dans un décor signé Richard Bagur. g g g Ouverture encore, dans le Vieux-Lyon où Joseph Viola dispose désormais à côté de sa Mâchonnerie, 36 rue Tramassac, d’un élégant salon privé à disposition des groupes pour mâchons, séminaires, déjeuners ou dîners. g g g 16

MAI 2012

Ces garçons-là, on les connaît depuis près de trente ans ! Depuis la grande époque de «l’Assiette en Douce», rue Sainte Hélène, dont ils avaient fait pendant une décennie une des plus chaleureuses «cantines» de la presqu’île où l’on se disputait une table à l’heure du déjeuner… En 1996, Bruno Fougerat et Patrick Reverchon se sont installés rue Cuvier dans un vieux bistrot qu’ils ont conservé «dans son jus», tout en s’amusant à en couvrir les murs de gravures kitch, d’affiches et d’objets publicitaires vintage. Un décor et une ambiance décontractés, à l’image de Bruno qui en salle donne le ton et appelle par leur prénom des clients dont la plupart ont ici leur rond de serviette virtuel ! Côté cuisine en revanche, Patrick ne plaisante pas avec la qualité des produits, l’originalité des recettes et la générosité des assiettes. S’il joue avec conviction la couleur locale entre harengs pommes à l’huile, terrine maison ou gâteau de foies de volaille, il apporte volontiers une touche exotique à l’ardoise. Ces garçons-là, ils n’ont pas changé ! 5, rue Cuvier - Lyon 6. 04 78 24 51 07. Plat du jour : 9,80 €. Formules à14,50 € et 16,50 €. Midi seulement (+ jeudi soir : menu-carte à 26 €). Fermé samedi et dimanche

ETCHEA LE SOLEIL DU PAYS BASQUE Face au triste «bunker» du Grand Lyon, passer la porte du restaurant «Etchéa» c’est passer de l’ombre au soleil du pays basque. Des murs blancs pour la lumière, ponctués du rouge du piment d’Espelette pour la chaleur : on est bien, à la maison (Echéa, en langue basque)! Et mieux encore en dégustant à l’apéritif un verre d’Irouléguy, lui aussi en blanc et en rouge. Basque, et fier de l’être, le très chaleureux Jean-Baptiste Hausseguy n’a pourtant pas choisi de mettre uniquement sa région à la carte, préférant jouer la diversité des terroirs. L’occasion pour Virginie, qui se cache en cuisine, de varier les plaisirs. Au menu les plats changent donc au quotidien – comme ce délicieux travers de porc grillé croustillant et moelleux, cet aromatique lapin à l’estragon- pour le bonheur d’une clientèle d’habitués qui se régalent également de salades géantes ou de tartines majuscules. Une mention pour la tartine basque bien sûr : jambon de Bayonne, piperade, piment d’Espelette et œuf à cheval. On a bien aimé la table et l’accueil : on reviendra… 114, rue Paul Bert - Lyon 3. 04 78 95 47 24. Du lundi au vendredi de 9h à 16h. Plats à emporter. Plateaux repas. Soirées privées : apéritifs, cocktails dînatoires.


NEWS BRÈVES DE COMPTOIR

Halles de Lyon avec

Paul Bocuse Confluence

Par Marc Polisson

Photos © Fabrice Schiff et DR

LEMON TWIST LA DERNIÈRE FOLIE D’EDUARDO

LES TROIS ANS DU CAFÉ DU PEINTRE

A

près avoir tourné les pages du Caffé Milano et du Victoria Hall, Edouard Keguny repart de zéro avec l’enthousiasme et la gouaille qu’on lui connait. Son dernier bébé, baptisé Lemon Twist, s’est installé en lieu et place du restaurant 7 Neuf, à deux pas de la brasserie Le Nord, rue Neuve. Un combiné bistronomie et piano bar. Un cadre authentique et une déco léchée, comme on les aime. Ouvert du lundi au samedi, midi et soir, le Lemon Twist sera ambiancé par une chanteuse et une pianiste dès la tombée de la nuit. Edouard a confié les cuisines à Jean-François Durier qui a roulé sa bosse à La Poularde (Montrond les Bains), chez Patrick Guilbaud (Dublin), au Pont de la Tour (Londres) et à la Cour des Loges (Lyon). Ensemble, ils ont élaboré une carte gourmande mêlant spécialités françaises et italiennes. Et

pour les petites faims, de multiples assiettes à grignoter sur le pouce. Au service, Pierre Ripoll (ex chef de rang à l’Est) et Bruno Deschamp, bien connu des aficionados du Docks 40. Et derrière le bar, Marc Pili, finaliste du concours MOF. Une équipe de choc pour vous faire swinguer ! Du lundi au samedi midi et soir – prise de commandes jusqu’à minuit 7, rue Neuve – Lyon 1 – Tel 04 78 98 86 85

MAIER JOAILLERIE TABLE D’HÔTES ET THÉÂTRE DE POCHE

INAUGURATION DU RESTAURANT L’ENDROIT VAISE

Jean-Robert Greslin, DG de Léon Bérard et Christophe Marguin autour des vainqueurs : Mathieu Delay et Gaspard Marguin

Le dernier-né de la galaxie L’Endroit a été inauguré par Hubert Julien-Laferrière, Blandine Reynaud, conseillère municipale, Alain Giordano, maire du 9ème, Audrey Gonin, directrice de l’Endroit, Ronald Sannino, adjoint au maire du 9ème, Olivier Massey, PDG du groupe Massey et Didier Welsch, son directeur Commercial et Marketing.

CHALLENGE DE LA FAMILLE MARGUIN Une 6ème édition jouée sur les greens du Golf Club de Lyon et conclue dans la salle de banquet de la maison Marguin aux Echets. L’intégralité des dons récoltés lors de la tombola a été reversée au centre Léon Bérard. Soit un chèque de 23 400 euros.

TELEX Daniel Boulud de retour dans sa ville natale ? Le chef new-yorkais aurait visité, en toute discrétion, le palais épiscopal où la ville envisage d’installer un restaurant haut de gamme. g g g Se servir ses bières soi-même, tel est le nouveau concept du bar La Kolok, 30, avenue Berthelot. Tapas et planchas le soir. g g g 18

MAI 2012

Un anniversaire célébré dans la joie et la bonne humeur qui sont la signature de ce chaleureux bistrot. Chaleureux «atelier» où Florence Périer propose une cuisine généreuse et authentique tandis que son fils Maxime Têtedoie assure en salle et en cave avec autant d’humour que de pertinence dans la sélection des vins proposés en bouteilles ou en pots. Parmi les convives, Stéphane Ogier qui s’envolait dès le lendemain pour la Nouvelle Zélande où il devrait dès l’an prochain vendanger ses propres syrah des antipodes; non sans nous avoir recommandé, parmi les multiples maisons de renom où ses vins sont référencés, un sympathique bistrot parisien : «Le Cotte Roti», situé 1, rue de Cotte dans le 12è arrondissement. Conseil que, de passage dans la capitale, nous nous sommes empressés de suivre peu après. Et en dégustant les petits plats de Nicolas Michel nous ne l’avons certes pas regretté. Merci Stéphane ! JJB

Mercredi 25 avril. Début de matinée. Il flotte comme un brin d’effervescence au 101 de la rue EdouardHerriot. Jean-Louis Maier est en passe de réussir son incroyable pari : «Faire en joaillerie ce que nous réalisons en horlogerie.» L’univers ? Volontairement épuré, très blanc avec un zeste de crème, «j’ai voulu une ambiance très Côte d’Azur», souligne cet entrepreneur passionné qui n’a pas hésité à investir près de 3 millions d’€ dans son nouveau projet. Et l’offre se veut à la hauteur du décor. Jugez plutôt : Piaget, Chaumet, Fred et Hublot, chacune de ces marques peut s’enorgueillir d’un corner unique en province ; sans oublier Messika et des créations pour hommes et pour enfants. Et au milieu de tout ça trône... un magnifique ascenseur en cristal ! Pièce unique, de fabrication italienne, ce dernier vous emmène au 7ème ciel : pardon, au 1er étage! Iconoclaste, Jean-Louis Maier pouvait difficilement concevoir un endroit identique aux joailleries dites traditionnelles. Résultat, le Maier Piccolo-Teatro a vu le jour (!), magnifique salle de spectacle (voire de conférence ou d’exposition) agrémentée de 71 sièges rouges du plus bel effet, ainsi qu’une cuisine professionnelle ivoire et inox, pensée et réfléchie pour accueillir en démonstration les plus grands chefs étoilés. CM Maier Joaillerie - 101, rue Edouard-Herriot – Lyon 2


EN COUVERTURE

ANAF SE PLIE EN QUATRE (MOTS) Passion « Plus je vieillis, plus je suis passionné par mon métier ! C’est ce qui m’inquiète ! »

Retraite « Non, car j’aimerais mourir le marteau à la main. Mais le plus tard possible… »

Rêve « Un héritier pour me succéder. Mais c’est un peu tard... »

Lieu « Le désert de l’Atacama au Chili. » 20

MAI 2012


Maître Jean Martinon, Maître Jean-Claude Anaf et Christophe Cheveu d’Or

Photos © Saby Maviel

Jean-Claude Anaf A L’ABORDAGE !

Les amateurs de bateaux avaient rendez-vous fin mars à la gare maritime de Cannes où le célèbre commissaire-priseur lyonnais adjugeait 8 bateaux de plaisance de 12 à 23 mètres, à la requête d’un établissement financier. Par Marc Polisson MAI 2012

21


Permare Amer 86 684 000 E Année 2006 Longueur : 23,60 m

Astondoa 52 GLX 290 700 E € Année 2008 Longueur : 15,65 m

Azimut 43 S 228 000 E € Année 2007 Longueur : 13,40 m

Sagement rangés, comme à la parade, au pied du Palais des Festivals. Pour cette première dans les annales de l’étude lyonnaise, les équipes d’Anaf Auto Auction (Groupe Bernard), emmenées par Christophe Cheveu d’Or, avaient sorti le grand jeu et déroulé le tapis rouge pour la centaine de passionnés qui s’étaient déplacés. Chacun des bateaux avait fait l’objet d’une expertise approfondie par le cabinet Fernandez, membre de la CNEMP (Chambre Nationale des Experts Maritimes Plaisance). Six mois de travail préparatoire pour 20 minutes de vente menées tambour battant par Jean-Claude Anaf assisté de Jean Martinon. 2 - Paul-Henri et Geneviève Watine. 3 - Une salle des ventes bien garnie. 4 - Christophe Cheveu d’Or, Sandrine Gallardo et Ludovic Guignard (Anaf Auto Auction). 5 - Parmi les visiteurs lyonnais, Antoine Lecorche (Baoli).

4

3

22

MAI 2012

2

Uniesse 72 478 800 E Année : 2002 - Refit en 2010 - Longueur : 21,44 m

5

Photos © Saby Maviel

EN COUVERTURE


1982 – 2012

Photos © Mario Gurrieri

30 ANS DE RADIOS LIBRES À LYON

24

MAI 2012


Bambou, Jean-Philippe Serrano, Serge Gainsbourg et Pierre Duqueyroix dans les studios de Radio Scoop au Mont-Cindre. La bouteille de Ricard n’a pas fait long feu !

26 30 32 34 36 38

Sommaire

La saga des radios Daniel Perez Jean-P hilippe Serrano C hristian d'Aubarède P hilippe Tessier C harles Couty & Laurent Chabbat 40 P hilippe Jacquet 42 Patrick Deschamps 44 P ère Emmanuel Payen

En partenariat avec :

MAI 2012

25


30 ANS DE RADIOS LIBRES

BANDE FM

La saga des radios lyonnaises 13 juillet 1981: alors que les pêtards retentissent dans les rues de Lyon et que les artificiers se préparent à tirer des feux d'artifice aux 4 coins de l'agglomération, c'est une révolution beaucoup plus discrète qui se prépare sur les ondes lyonnaises.

P

etit tour sur la bande FM... à une époque où toutes les stations existantes étaient cantonnées entre 87,5 MHz et 100 MHz. De 100 à 108, les fréquences sont réservées à... l'armée. En clair, de 100 à 108, du souffle et encore du souffle ! Mais le 13 juillet 1981, les rares curieux qui poussent le bouton jusqu'à 102 MHz découvrent de la musique, des animateurs, pour l'heure inconnus, et donc tous les ingrédients d'une radio qui répond au doux nom de Contact. Jusqu'au 10 mai 1981, la radio est soumise en France (et depuis la guerre) à un monopole d'état. Toute radio émettant sur le territoire français dépend du service public. On retrouve ainsi

26

MAI 2012

en FM : France Inter, France Musique, France Culture, FIL (France Inter Lyon) et FR3 Radio... Mais le 13 juillet 1981, quelle est donc cette radio sur 102 ? France Contact n'était pas dans les cartons du service public. Depuis quelques mois, la FM avait été régulièrement visitée par des radios dites « pirates » car émettant sporadiquement et illégalement, tantôt pour défendre la liberté d'expression, tantôt pour lutter contre le nucléaire ou pour taper sur le pouvoir en place et défendre le candidat François Mitterrand, lui-même inculpé dans une affaire de radio pirate (Radio Riposte). Mais ces émissions illégales prennent souvent une

La dream team de Radio Scoop 80’s : Jean-Philippe Serrano, Philippe Tessier, Pascal Colay, Jean-Alain Fonlupt, Nicole Jay, Pierre Duqueyroix et Bertrand Belouino

forme amateur et sont réservées à quelques initiés plutôt libertaires. Radio Contact est la première radio lyonnaise de pur divertissement. Sur 102, pas de blabla militant mais de la musique, de l'info, le tout avec un professionnalisme qui n'a rien à envier aux radios de service public. Le fondateur est un homme d'affaires nommé : Pierre Alberti. Marchand de bois à Trévoux, puis démolisseur de bâtiment, il a cette fois-ci décidé de construire... une radio  ! Véritable self-made man, Pierre Alberti connait bien la radio car dans son pays d'origine, l'Italie, les radios libres ont commencé à fleurir dès la fin des années 70. Pierre Alberti sait que la libéralisation des ondes


en France va entrainer l'ouverture d'un nouveau marché économiquement juteux. Radio Contact est née : ses studios sont installés au pied de la Tour Panoramique de la Duchère, ses antennes au sommet permettent de desservir une zone d'écoute d'environ 100 km autour de Lyon.

Les Mutuelles communistes entrent dans la danse Plus discrètes, deux autres radios démarrent quasi simultanément. Radio Bellevue, qui doit son nom à la villa dans laquelle elle a trouvé refuge dans le 7ème arrondissement, est créée par le photographe Jean-Claude Chuzeville. Radio Trait-d'Union démarre depuis un bâtiment sur la place de Fourvière : son fondateur, Mohamed Messoussa, veut en faire une radio multi-ethnique, au service de différentes communautés. L'aventure de la radio libre est lancée : une radio commerciale, une radio à thématique rock et une station communautaire. Mais ces trois projets vont faire des émules et la rentrée 81 s'annonce riche pour les passionnés de radios... Dès l’automne 1981, la bande FM bouillonne comme une marmite créative, rompant avec le ron-ron du service public. Jusqu’en 1983, une radio est créée chaque semaine à Lyon ou dans l’agglomération, à tel point que personne n’est capable d’en dresser une liste exhaustive… D’autant que certaines stations sont très éphémères. D’abord, ce sont les techniciens professionnels qui s’emparent du phénomène. Lyon Radio Composants et Sylvain Vettese ouvrent le bal en créant, quai Pierre Scize, Radio Cristal. JMJ Musical et Bernard Lenk lancent Radio Music à Lyon (RML) montée de Choulans, aujourd’hui Impact FM. La discothèque Le Panorama à Couzon-au-Mont-d’Or, dirigée par Henri Develey profite de sa situation privilégiée en altitude pour créer Radio Panoramic, laquelle parvient à couvrir la grande région lyonnaise. uelques projets se distinguent avec des moyens plus conséquents. Le Progrès, dirigé par Guy Lescoeur, démarre Radio Lyon avec Bernard Seux dès 1981 en diffusant une bande musicale continue non identifiée avant de lancer effectivement ses programmes

Q

l’année suivante. Hervé Pichat et Nicole Jay lancent depuis une villa de St-Didier-au-Mont-d’Or, Happy Radio… une fréquence conviviale avec de nombreux animateurs et des émissions spécifiques sur la new-wave ou destinées aux enfants. C’est aussi la première radio locale à se lancer dans le canular téléphonique. Bref, l’éclectisme au bon sens du terme…

Collector

La foi des pionniers Patrick Deschamps, Florent Dessus, Jean-Claude Gué et Jean-Louis Remilleux sont à l’origine de Ciel FM qui fait découvrir aux Lyonnais les grands standards de la musique californienne, avec des jingles importés made in USA. À Caluire, l’homme d’affaires Alain Sitbon, qui a déjà une expérience dans l’édition et la publicité, crée avec Sophie Sitbon, sa fille, Radio Tonus. A la Duchère, le père Emmanuel Payen rencontre Pierre Alberti au pied de la Tour panoramique. L’homme d’affaires explique au curé du Plateau qu’il est en train de créer Radio Contact et lui souffle l’idée de faire comme en Italie et de créer une radio catholique. Emmanuel Payen téléphone au cardinal Albert Decourtray qui trouve l’idée géniale… C’est le début de Radio Fourvière (aujourd’hui RCF). Enfin, le 5 avril 1982, un assureur lyonnais Daniel Perez, ayant pignon sur rue dans le quartier Grolée, passionné de radio, se dit que ce nouveau média peut avoir rapidement un poids économique. Lors d’une rencontre avec Jean-Paul Baudecroux, le patron d’NRJ, l’une des premières radios parisiennes, lui confie qu’il a un scoop à lui révéler. Daniel Perez a trouvé le nom de sa radio : elle s’appellera Radio Scoop ! Merci JeanPaul ! Daniel Pérez l’installe dans la villa de la maman d’Albert Artiaco sur les hauteurs de St-Cyr, avant de carrément hisser ses antennes au sommet du Mont Cindre. D’autres projets voient le jour, chacun pour soi avec des moyens limités mais avec une volonté identique de se faire entendre dans cette cacophonie naissante. Des radios communautaires comme Radio Rencontre ou Radio Judaïca, associatives comme Léon ou Canut, fondées avant 1981 par JeanMarie Keunebrock, ou de quartiers Z

schoop

la mémoire de la radio Créé en 2000 par des passionnés de la radio, SchooP est un site internet regroupant les souvenirs des radios françaises depuis l’éclosion de la FM à la fin des années 70 jusqu’à aujourd’hui. Animé par des bénévoles qui le maintiennent sur leur temps libre

à

côté

de

leurs

activités

professionnelles, SchooP fonctionne sur un principe communautaire  : chaque visiteur est invité à envoyer ses informations depuis sa propre base d’archives ou ses souvenirs. Les documents sont de type informatifs (histoire des radios) ou multimédia (sons, logos, photos, publicités).

MAI 2012

27


30 ANS DE RADIOS LIBRES Z comme Radio Charpennes-Tonkin dirigée par Bernard Dautant, qui quitte le centre social pour s’occuperde ce nouveau média. Plusieurs municipalités, surtout de gauche, créent ou soutiennent des stations. Citons Radio Julie, à Bron, créée par Françoise Mermoud (sa fille s’appelle Julie) et Jean François Cullafroz, avec la bénédiction du maire de l’époque, André Sousi. A Tassin, la radio locale s’appelle radio Lune… À Oullins Radio SOL (Sud-Ouest Lyonnais) est lancée par une jeune oullinoise de 18 ans, Marie Rudeaux. A Rillieux-la-Pape, Radio Arc-enCiel fait ses premiers pas sur 93,6 en juin 1983 sur une idée de Michel Blanc, radio devenue aujourd’hui Lyon 1ère.

A

u chapitre des plus originales, Radio Action, une radio dédiée à la communauté italienne, avec à sa tête un certain Jérôme Morisco, garagiste avenue Berthelot : toute la famille se relaie à l’antenne pour animer les dédicaces ou présenter les

infos… Dans une toute autre dimension, Radio Mont Blanc, installe son émetteur à 4200 mètres d’altitude, sur l’Aiguille de Trelatete, versant italien, une position qui permet aux promoteurs de cette radio de se revendiquer comme radio périphérique en FM. Les studios sont installés dans le Val d’Aoste, mais l’émetteur de Trelatete doit être alimenté en kérosène par hélicoptère. L’expérience ne durera que quelques années… Radio Mont-Blanc dont les jingles avaient été réalisés par Patrick Juvet, était brouillée par TDF en France, et notamment à Lyon… Sa diffusion allait pourtant jusqu’à Bordeaux et elle restera une expérience unique en son genre. La naissance des radios libres se fait dans l’euphorie, mais les promoteurs, quelle que soit leur taille, vont très vite déchanter et se heurter à deux obstacles majeurs : la législation et le financement. Car si les projets fleurissent dès 1981, il faut attendre 1982 pour que la première loi relative à ces nouvelles radios soit promulguée. La loi Fillioud (du nom du ministre de la communication Georges Fillioud) impose aux radios de rester associatives sous peine de … brou i l lage. Vous avez dit liberté ? Gérald Bouchon

En novembre 2008, Lyon People orchestre les retrouvailles de Daniel Perez, fondateur de Radio Scoop et Pierre Alberti. Séquence nostalgie au Caro de Lyon

En 1981, Hervé Pichat dirigeait Happy radio. En 2012, après 20 ans de silence radio, il vient de décrocher 3 fréquences dans les Alpes pour Séquence, une radio dédiée au cinéma…

Jean-Pierre Buchaille en 1988 au micro d’NRJ Lyon, rue de la République

28

MAI 2012

Victor Bosch parrain des révélations 1995 Nostalgie sur le bateau blanc

Pascal Auclair interviewe Michel Denisot pour CFM Europe 1 en 1987

Calogero en show case pour les auditeurs de Radio Scoop

Photos © DR et Fabrice Schiff

Yvan Andrieux, fondateur de Radio Candide en 1982

Lara Fabian accueillie aux Négociants par Béatrice Denis et Philippe Vorburger. En 1982, il accompagne Radio Scoop sur les fonts baptismaux. En 1998, Daniel Perez lui confie le déploiement de la station en Rhône-Alpes.


Collection de lits Swissflex. Le nouveau classique.

Concessionnaire Premium

Concessionnaire Premium

Swissflex et moi. Unis dans le sommeil.

Matelas avec modules de régulation

Sommier autorégulateur

La nouvelle Synchro-Précision = Synergie précise du matelas et du sommier

www.laliterieideale.com


30 ANS DE RADIOS LIBRES Flanc de bus signé Jean-Marc Requien. Et un slogan qui a fait son chemin...

DANIEL ET PHILIPPE PEREZ 30 ans de Scoop

L'homme vient du sud mais a rarement été à l'ouest ! De lui on a tout dit. Tout écrit. Jusqu'à la caricature. Derrière la faconde pagnolesque de Daniel Perez se cache, pourtant, un être bien plus complexe, marqué par un départ contraint de l'Algérie et une enfance des plus modestes. Mais en prenant de la hauteur - depuis le Mont Cindre - il a su trouver sa voie !

A

nnées 50. Tlemcen (Algérie). A 140 kms au sud-ouest d'Oran ; à quelques encablures de la frontière marocaine et 40 kms de la mer Méditerranée. Un décor de carte postale qui s'achèvera comme le tableau de Guernica. « La faute aux événements », consent à rappeler pudiquement Daniel Perez. Un homme nostalgique d'un passé loin d'être révolu dans son esprit. Nonobstant « les événements » ; en dépit des privations aussi. « Quand on a été pauvre, on est pauvre toute sa vie. Sans tomber dans le misérabilisme, j'avoue avoir connu la faim. » Une mère lingère dans un hôpital, un père qui tient un garage durant quelques temps, le jeune Daniel, fils unique, est loin de nager dans l'opulence. La misère est-elle moins dure au soleil ? « Nous étions pauvres mais nous avions une belle qualité de vie », lâche-t-il comme pour acquiescer l'adage. Goguenard, une gouaille déjà

30

MAI 2012

Daniel et Patricia Perez

célèbre auprès de ses camarades, l'ado d'alors s'amuse à commenter les matchs de foot pour ses potes, ces derniers assis à ses côtés... dans les tribunes ! Le goût du spectacle déjà. Et celui de l'effort aussi. « A la sortie de l'école, que nous fréquentions au gré des vicissitudes de cette période, j'allais travailler chez un assureur qui m'a pris sous sa coupe et m'a appris ce métier. » Il sera tué par les fellaghas. La suite se passe de l'autre

côté de la Méditerranée. En 1962, seul, il est accueilli chez une tante, à Ecully. Sa mère le rejoindra un an plus tard. Mais lui est déjà reparti, « monté » à la capitale, chez un oncle cette fois, pour faire l’école d’assurances de Paris. Quand on vous dit que l’enfance conditionne un destin… C’est ainsi que Daniel Perez, assureur de son état, s’installe en plein cœur de la Presqu’île, rue Grolée. Il revendra son cabinet en 1985. Car, c’est pour une autre aventure entrepreneuriale que cet ex-féru de courses hippiques – propriétaire d’une écurie d’une quinzaine de chevaux de galop et d’obstacles, revendue car « ça vous catalogue dans une marginalité mal-perçue » – aspire à la postérité. Une légende glorifiée par cinq lettres : S.C.O.O.P, radio Scoop !

« Un assureur devenu homme de radio » «

Lorsque Mitterrand a décrété qu’il allait libérer les ondes, j’ai tout de suite senti qu’un nouveau métier était en train d’apparaître ». Quant à la genèse de l’histoire, elle a été maintes fois contée. Comme l’anecdote avec Jean-


Paul Baudecroux (ex-patron NRJ) qui souffle presque par inadvertance le nom de la radio. « J’étais chez lui, à Paris, lorsqu’un coursier lui apporte une enveloppe. Il l’ouvre et me montre son logo. Il me dit : « Tu es le premier à le voir, c’est un scoop ! » Je suis rentré illico à Lyon pour déposer la marque (rire). » Quant au soutien financier et logistique, tous deux sont assurés avec l’aide d’Albert Artiaco, co-fondateur du

groupe de travail temporaire Ecco (qui deviendra Adecco) : « Je l’ai rencontré au milieu des années 70, sur les champs de course et c’est très vite devenu un ami. De là à dire qu’il s’agissait d’une opération financière c’est faux puisque Scoop a été créée avec 50 000 francs de l’époque. Concernant le matériel, c’est moi qui en ai pris la responsabilité via un engagement par traite. Pour Albert, c’était un amusement. » Reste que les réjouissances ont besoin d’un point de chute pour émettre : ce sera le dernier étage de la maison qu’Albert vient d’acheter à sa mère, au Mont Cindre. « On a mis un boxon », rigole encore Daniel qui rachètera les parts de son ami Albert en 1994.

aux manettes de la radio depuis le 1er avril 2008. L’exécutif, c’est lui ! « Il est conditionné depuis bébé », assure son père. Info ou intox ? Devinez… Entré au sein de la radio en 1990 en qualité de standardiste, le fils prodigue a écumé tous les postes. Fait ses preuves. Fait fi des préjugés. Jusqu’à se libérer de la figure tutélaire. Qui n’est jamais très loin, d’ailleurs. Les journées de Daniel sont aujourd’hui immuables. « Le matin, je ne fais rien [sic], l’après-midi je monte aux bureaux pour m’occuper des problèmes administratifs : ça, c’est mon domaine ! » Entre deux tafs, il glisse un mot sur son fils : « Qu’on le veuille ou non, je suis l’ancienne génération, trop souvent dans l’affect, trahi par mes sentiments. Lui est beaucoup plus pragmatique, moins enclin à faire le fanfaron comme son père (rire). »

« Annecy et Grenoble comme priorités ! » Avec Philippe, l’avenir de Scoop est donc assuré. Et la stratégie très claire : « Vendre ? Jamais ! » L’intermède Natexis terminé, la famille Perez détient de nouveau 100 % du capital de sa radio. « Combien vaut-elle ? 12, 15 millions d’€ ? Si nous avions fait de Scoop une histoire d’argent, nous aurions vendu depuis longtemps  », souligne Daniel. Alors certes, avec l’éclatement

de l’offre, les chiffres d’audience sont moins impressionnants qu’avant. Mais l’aura reste la même. Six antennes, treize fréquences, 65 personnes, 6

millions d’€ de chiffre d’affaires (dont 40 % réalisé en national via le GIE des Indépendants), près d’un million d’€ de résultat net, la p’tite affaire familiale se porte bien. Seules subsistent quelques fritures sur la ligne au moment de revenir sur l’attribution des nouvelles fréquences par le CSA, l’hiver dernier. Un camouflet que Daniel et Philippe n’ont pas digéré. Des années qu’ils aspirent à récupérer des fréquences, principalement pour s’installer à Grenoble et Annecy. Si pour la capitale des Alpes françaises le problème semble inextricable (« Il n’y a tout simplement pas de fréquence », assure Philippe), la Venise des Alpes pourrait bien réserver une belle surprise d’ici la fin d’année. Et ça, c’est un scoop ! Christophe Magnette

« Vendre ? Jamais ! » 5

avril 1982 – mai 2012 : trente ans. Trois décennies que Radio Scoop fait figure de référence. De précurseur. Des souvenirs, des anecdotes, Daniel en possède à l’envi. Comme Gainsbourg qui vomit [sic] toutes les demi-heures ses litres de pastis ; ce jour de 1989 où, sous les lambris de la Sorbonne, l’enfant de Tlemcen serre la main de François Mitterrand. Il dit conserver de l’affection pour tous ceux qui sortent de chez lui [sic]. Et on le croit. L’homme se présente «  comme légaliste, très prudent et craintif ». On le croit aussi. Il a oublié son côté paternaliste. On peut en parler pour lui. Son fils, Philippe, est

Patrick Bruel et Daniel Perez. Scoop a toujours entretenu des relations privilégiées avec les artistes. MAI 2012

31


Photos © Mario Gurrieri et Fabrice Schiff

30 ANS DE RADIOS LIBRES

JEAN-PHILIPPE SERRANO

Fréquence star (s)

Avec son compère et ami Pierre Duqueyroix, il a connu l’âge d’or de la FM, celles des animateurs stars. Leur trombine sur les culs de bus, les bouchons de Yop (!), les animations mythiques à la Foire de Lyon où devant 10 000 personnes au palais des sports, Jean-Philippe Serrano a incarné Radio Scoop pendant cinq ans.

F

ermez les yeux et imaginez  : milieu des années 80, MontCindre, studios de Radio Scoop. JeanPhilippe est au micro pour son émission « Dédicace Star », de 20 h à 23 h. Serge Gainsbourg débarque, accompagné de Bambou. Quelques heures plus tard et une bouteille de Ricard en guise d’épitaphe, le trio s’évanouit dans la nuit lyonnaise, du côté de la rue Mercière. Le reste  ? Des souvenirs vespéraux qui n’appartiennent qu’à eux. Autant qu’à une époque révolue. Quasi mythique pour les protagonistes d’une période durant laquelle tout semblait possible. « On ressentait un élan, une poussée de la rue, une énergie incroyable », s’enthousiasme encore

32

MAI 2012

« Jean-Phi ». Avec Pierre Duqueyroix (disparu en novembre 1998) et Marc Bessou, il fait partie des pionniers de l’aventure Scoop, commencée le 5 avril 1982. « J’ai démarré mon émission avec deux lignes de téléphone. Rapidement, nous sommes passés à dix, puis à deux standardistes et puis tout a sauté ! Un huissier est même venu voir l’ampleur des dégâts  ! Résultat, les auditeurs m’envoyaient des lettres par centaines. Je les ai encore ! » Jean-Philippe, fils de militaire, lui-même tout juste sorti… de son service militaire est ainsi, devenu un animateur star. Il a 21 ans. Et tout ça, presque par inadvertance. « Un jour, je rencontre une amie journaliste qui me dit qu’elle a un projet de radio.

Ça m’intéresse et me voilà dans le bureau de Daniel Perez ! Il me demande alors si j’ai déjà été derrière un micro. Chose incroyable, mon ami Philippe Vorburger m’avait proposé, quelque temps auparavant, de faire un passage succinct à radio Bellevue. Daniel Perez a dû croire que j’étais chevronné alors que je n’y connaissais rien ! (rires) ». Autres temps, autres mœurs. « Dans les studios, ça rentrait, ça sortait, c’était parfois du grand n’importe quoi (rires). Avec Pierre, nous allions tester nos titres en boîte avant de les passer à l’antenne, notamment au Onze Club. The Cure, Duran Duran, la New Ave est arrivée comme ça ! » De 1982 à 1987, Jean-Philippe Serrano vit et mange radio Scoop : tous les soirs de la semaine, le week-end avec le hit parade le samedi après-midi. Les passages d’antenne avec Pierre sont entrés dans la légende radiophonique. Cinq ans de folie saupoudrés d’innocence voire parfois d’un zeste d’inconscience. La suite ? Paris.


« Nous étions comme habités ! » Quand Pierre rejoint Skyrock avant d’endosser le costume de directeur des programmes de M6, Jean-Philippe choisit le petit écran  : d’abord sur Antenne 2 (avec Marc Bessou), avant d’animer « A vos Amours » avec Caroline Tresca, sur FR3. S’ensuivent des expériences, dans la production, la peinture, l’édition. La fin des années 90 est à marquer d’une pierre noire. La disparition de Pierre, un milieu qui vous oublie. Des ondes négatives… Mais notre homme semble porté par une inextinguible volonté, le sourire toujours en bandoulière. Aujourd’hui à la tête de Cosmopolitis Productions, JeanPhilippe Serrano est un producteur de documentaires heureux. Pour les chaînes Planète+, il produit de multiples séries, sur les commissariats de police, les sauveteurs en montagne, la patrouille Breitling, etc… Depuis le début de l’année, il rencontre les chaînes pour présenter un projet d’émission sur la solidarité et le don de soi, toujours avec son amie Caroline Tresca. Sans oublier son retour, sur MFM Lyon 93.7, tous les week-ends, dès septembre 2012. « Je suis comme un fou », assure t-il. « Ah, Jean-Philippe Serrano, la seule et unique star de la radio lyonnaise ! », s’égosille un visiteur de passage, à la vue de « Jean-Phi ». L’auteur de cet hommage ? Laurent Argelier. Ça c’est du buzz !

Photos © Jeff Nalin Photos © Fabrice Schiff

CM

Nouveau Cadre – Tables d’hôtes Ponton pour sports nautiques et pétanque Ouvert 7 jours / 7 de juin à septembre À 20 minutes de Lyon – École de cuisine

Jean-Philippe Serrano reprendra du service sur MFM en septembre 2012. MAI 2012

33


CHRISTIAN D'AUBARÈDE La voie [sic] de la raison

Loin de la désinvolture qu’il se plaît à véhiculer, Christian d’Aubarède alias « Dodo » pour le landerneau local s’échine depuis des mois à installer Tonic Radio. Bosseur, consciencieux et un tantinet tourmenté, aurait-il entendu la voix des Sages ?

D

epuis mi-février, il a repris son double costume; celui qui lui sied à merveille : à la tête de la matinale de Tonic Radio entre 6 h et 9h en compagnie de Bérengère Lou, puis celui de responsable d’antenne, le reste de la journée. Levé à 4h30 tous les matins. Sans sourciller. Sans compter les week-ends agités de « dodo », souvent par monts et par vaux. Christian d’Aubarède ? Un être bien plus complexe que l’apparente légèreté qu’il véhicule. Lui, le fils de – très – bonne famille qui a choisi les ondes comme pour faire entendre sa voix. Une dissonance de laquelle on décèle quelques fêlures. Alors Christian parle. S’exprime. Fait le show. Jeune ado, la radio est déjà une évidence. « Un samedi après-midi, je demande à mon père de m’emmener à La Duchère, à la tour Panoramique pour voir les locaux de Radio Contact. Au bout de trente minutes, nous sommes repartis et je lui ai dit : « c’est ça [sic] que je veux faire ! » Il faut dire qu’au lycée Notre-Dame de Bellegarde de Neuville, son appétence pour les études laisse perplexe… « J’ai

34

MAI 2012

pris une année sabbatique avant de me retrouver dans un garage à Fontaine-surSaône à laver des voitures (rires). Mais chose incroyable, depuis Fontaines nous apercevions les tours télécom de Scoop. Ça m’a donné des idées. Je voulais savoir qui dirigeait ce truc ». Et voilà Christian enfourchant sa mobylette bleue (une

« La radio et

rien d’autre ! »

103), direction le Mont-Cindre. Mais il trouve porte close et un interphone inextricablement muet. Et puis il apprend que les bureaux du décisionnaire, un certain Daniel Perez, se trouvent rue Grolée. « J’ai fait le siège pendant un mois et demi, s’amuse t-il. Tous les deux jours, je squattais devant les bureaux, je les soûlais grave (rires), jusqu’à ce que Perez me dise (avé l’accent) : « Qu’est-ce que tu veux petit ? » Quelques jours plus tard, le jeune d’Aubarède se retrouve propulsé assistant de Jean-Philippe Serrano (lire page 32).

Nous sommes en 1987. Dodo a 19 ans. « Serrano me disait : « Vas-y mets un gold  !  » On était comme des dieux. C’était open partout. Nous étions rincés, invités et même habillés. Une période incroyable. » Très vite, Daniel Perez décèle l’énergie de son nouveau protégé. Très vite, il lui accorde une tranche horaire : d’abord les week-ends, le 6/10 – «  c’est normal, personne voulait les faire (rires) » – puis, surtout, le 17/20. Mais l’arrivée, au début de l’année 1992, d’un nouveau directeur d’antenne change la donne. « A l’antenne, on faisait ce qu’on voulait comme, par exemple, passer quatre fois en une heure Les démons de minuit (rires) ! Là, tout d’un coup, la radio se professionnalise, change d’ère. C’est différent. » Alors Christian part : M40 pendant deux ans (1994-1996) où il rencontre Charles Couty, à nouveau une année chez Scoop, avant la grande aventure d’Espace pendant dix ans, au coté de Christophe Mahé. Aujourd’hui, Christian s’attache à faire grimper Tonic Radio dans les sondages. Son parcours ? « Ça aurait pu être mieux », avoue-t-il. On en parlera la prochaine fois… CM

Photo © Fabrice Schiff

30 ANS DE RADIOS LIBRES


Photos © Jean-Luc Mège et DR

30 ANS DE RADIOS LIBRES

PHILIPPE TESSIER À cœur et à cri

Depuis le 1er octobre 2000, il est l’assistant personnel d’Orlando, le frère de Dalida. Mais dans une autre vie, Philippe Tessier a également été un homme de média, notamment de radio. Animateur starifié en son temps, il a trouvé sa voix sur les ondes.

V

aulx-en-Velin. Quartier du Petit Pont. Début des années 80. Appartement familial de la famille Tessier. Philippe et son frère sont scotchés à leur radio. « Simply Red, New Order etc. nous découvrions de nouveaux courants musicaux portés par une qualité de son jamais vue auparavant. » Le soir, le jeune vaudais aime à s’endormir avec un animateur

36

MAI 2012

animant la tranche 19h00/21h30 sur radio Scoop. Le programme d’un certain Pierre Duqueyroix. Sans savoir que quelques années plus tard, en 1985, il animerait la tranche 21h30/minuit, juste après son modèle… Le destin, d’aucuns diraient. Pas seulement. Une vocation plutôt. Pour preuve, alors ado, le jeune Philippe sèche régulièrement les cours le mercredi. « A la fin des années 70, RMC

délocalisait certaines de ses émissions. Jean-Pierre Foucault animait ainsi à la Part-Dieu, dans les locaux de la banque Morin-Pons, un jeu, Quitte ou double, entre 12h00 et 12h45. J’étais là, le seul auditeur présent au côté de celui que je considère, encore aujourd’hui, comme un maître en matière de divertissement. » Pas étonnant donc de le voir débuter dès 1982, à radio Cristal, installée quai Pierre Scize avec notamment Rémi Gauthier. S’ensuit un épisode dramatique qui marquera cependant un tournant dans sa vie. « J’étais en Allemagne pour mon service militaire. Marc Bessou, alors responsable des programmes de Scoop m’appelle pour m’annoncer que JeanChristophe, alors animateur de la station et ami très proche, s’était tué en voiture en redescendant de la radio (il s’arrête). C’est alors que Marc me dit : « Ecoute Philippe, dès que tu rentres, la place est pour toi. » Je suis revenu un an après. Je l’ai rappelé. Il a tenu parole. » Voilà comment Philippe Tessier se trouve embarqué dans un tourbillon qui durera dix ans. Cornaqué par Daniel Perez et Philippe Vorburger, il appartient à cette caste des animateurs starifiés. « Que du bonheur, un kiff incroyable [sic] ! Nous avions nos têtes placardées sur les culs de bus, dans les stations de métro. Nous réalisions des plateaux somptueux au Palais d’Hiver, réunissions 12 000 personnes au Palais des sports pour la Nuit des Stars animée par Patrick Sabatier. Tous les animateurs de Scoop recevaient des dizaines de lettres par semaine. Nous vivions à cent à l’heure comme anesthésiés par une douce euphorie. Nous étions une équipe de copains, soudée, totalement libre. Et puis tout ce que faisait Scoop était un succès ! Le standard explosait en permanence ! ». Philippe, au fil des ans, s’accommode de toutes les tranches horaires qu’on lui confie. Et accumule les souvenirs. Mémorables. La radio jouissait d’une telle notoriété dans le milieu de la musique que nous étions invités partout, aux quatre coins du monde. Sting à Rome via un jet privé au Bourget, Janet Jackson à L.A, de multiples voyages à Londres pour interviewer des stars internationales, nous étions incontournables.  » Entre Rhône et Saône, l’aura de Scoop est du même acabit. « Nous avions réussi à nouer des relations de totale

«


« Ma valeur ajoutée ?

Une certaine intelligence d’écoute

»

Au casino Lyon Vert avec Marco (Lyon People), Christian (Artis Moda), Philippe (NRJ) et Cédric

confiance avec les artistes et leur entourage. Il n’y avait pas de photographes pour nous empoisonner la vie. Combien de soirées nous avons faites au Onze Club avec eux ! Au West Side Club, l’annexe du Palais d’Hiver, alors que U2 était en concert à la Halle Tony Garnier, nous avions même rencontré Bono, en chapeau de cow-boy, venu seul, juste pour boire un verre ! » Et de renchérir : « Grâce aux années Scoop, j’ai noué de fortes relations avec les artistes. Certains se souviennent même avoir fait leur première scène avec nous, comme Emile du groupe Image qui me rappelle souvent, lorsque je le croise, leur premier gala… à Neuville-sur- Saône ! C’est simple, à l’époque, on ne pouvait rien nous refuser. » Pourtant, au bout de dix ans, Philippe rejoint Ciel FM à l’invitation de Patrick Deschamps en qualité de directeur des programmes. Il découvre la presse écrite à Lyon Poche puis Métro Lyon pour parler de son autre passion, le cinéma. Au sein du groupe NRJ, il fait profiter à plein de son expérience et mène, en parallèle, une carrière télévisuelle (initiée par son ami Gérald-Brice Viret, actuel DG du pôle TV du groupe NRJ) qui aura marqué les esprits : Ici Lyon sur TLM, co-présentée avec Christophe Gicquel au siècle dernier demeurant L’émission phare d’une chaîne… qui n’en a plus ! « La radio me manque, c’est sûr ». Comme sa ville, qu’il retrouve presque chaque week-end, lorsqu’il ne parcourt pas les capitales européennes, son autre passion. Philippe Tessier, où l’art de faire de chaque journée, une tranche de vie. CM

R

E

S

T

A

U

R

A

N

T

© Brice Genevois/Visiter Lyon

www.33cite.com Midi & Soir jusqu’à 23h00 - 7/7 Cité International / Parking P2 / Lyon 6

Tél. 04 37 45 45 45

MAI 2012

37


30 ANS DE RADIOS LIBRES CHARLES COUTY & LAURENT CHABBAT

Tonique duo! Tonic Radio. Une station qui vit une année de transition, changement de nom et d’habillage oblige, mais qui conserve une aura singulière. Son duo de dirigeants, Charles Couty et Laurent Chabbat, 44 ans tous les deux, n’y est sans doute pas étranger…

L

a genèse d’une amitié réserve souvent sont lot de surprises. Voire de malentendus. Vous en voulez la preuve ? Laurent Chabbat s’y attelle : « C’était en 1995. J’étais chez Scoop depuis trois ans en tant que commercial, lorsque j’apprends qu’un certain Charles Couty rejoint la station. Mais quand Daniel (ndlr : Perez, fondateur de la radio) en discutait, il parlait toujours « du fils du peintre ». Alors, au bout d’un moment, j’ai demandé de quelle entreprise de peinture il s’agissait ! (éclats de rires des deux compères). Je vous rassure, depuis, mes connaissances dans le domaine se sont améliorées ! Je connais l’œuvre

38

MAI 2012

intégrale de Jean Couty ! » Et que dire de leur complicité, devenue au fils du temps, gravée dans l’airain. Pour eux, c’est aussi chez Scoop que tout a commencé : « Pendant un an, nous avons fait du porte-à-porte ensemble mais sans jamais faire de l’ombre à l’un ou à l’autre. Nous nous partagions le magot », sourit Charly (pour les intimes) qui, auparavant, avait découvert les joies de la FM chez M40 au côté de Pierre Mangeret. Une année aura donc suffi à créer des liens. En 1996, Charles crée Futur Média avec Kenzy et assure la régie commerciale de Radio Espace. « Tout le monde m’a pris pour un fou : quitter la radio leader… » Mais

à demi-mot il l’assure : « J’avais déjà une idée derrière la tête mais je n’en ai parlé à personne… » Pendant ce temps, Laurent, l’enfant du 6ème, plutôt destiné, à l’instar de ses frères (un pharmacien et deux dentistes) à embrasser une carrière médicale poursuit son bonhomme de chemin chez Scoop, au point de devenir responsable commercial. « J’étais tout en haut et il était difficile d’aller plus loin. J’ai donc décidé de partir. »

« La radio ? Avant

d’être un travail, c’est surtout une passion

»


Philippe Perez, Didier Layani, Gilles Maman, Laurence et Laurent Chabbat à San Francisco en 1996

Charles Couty, Alabina et Kenzi

Melvin, Laurent, Maylisse et Maëlle Chabbat

En juillet 2001, il crée Média Communication qui assure notamment la commercialisation du Salon du mariage. Entre temps, son ami Charly avait réussi le tour de force de bluffer tout son monde : en février 2000, avec Jean‑Louis Larraud, il lançait Lyon Sport, radio dédiée exclusivement aux sports. Et le destin s’en mêle. « En juin 2002, mon associé a décidé de partir pour des raisons personnelles. C’est à ce moment là que Laurent, qui commercialisait déjà Lyon Sport en exclusivité m’a rejoint », se rappelle Charles. Rebaptisée Hit & Sport en 2004, la radio 100 % sport, qui emploie une douzaine de personnes, est devenue Tonic Radio le 29 août 2011. « Nous cherchions à élargir notre cible et à attirer davantage la gent

20 0

0

Photos © Jean-Luc Mège et DR

Charles et Myriam Couty et leurs filles Candice et Clémence

Le peintre Jean Couty et son fils Charles

20 0

féminine », précisent-ils à l’unisson. Outre un nouveau nom, un nouvel habillage, l’arrivée de Thierry Roland, Laurent et Charly peuvent s’enorgueillir d’avoir récupéré, en octobre dernier, deux nouvelles fréquences, à BourgoinJallieu et Villefranche-sur-Saône. « Nous émettons de Mâcon à Grenoble, sur un bassin de population de près de 2 millions de personnes », se félicite

4

1 201

Charly. Grâce, entre autres, aux directs intégraux de l’OL, de l’ASVEL, du LOU Rugby et du CSBJ, Tonic Radio dont l’audience rassemble, aujourd’hui, plus de 50 000 auditeurs /semaine, espère à l’horizon 2013, « séduire de l’ordre de 100 000 à 150 000 personnes par semaine. » Et gare à ceux qui s’avisent à prendre notre duo pour des peintres ! CM MAI 2012

39


Photos © Fabrice Schiff

30 ANS DE RADIOS LIBRES

PHILIPPE JACQUET Côte de popularité

« Libre antenne » de 21h à minuit – du lundi au vendredi sur Espace

Avec "son équipe de bons à rien", Budd Ha et Numérobis, il est à la tête de la seule libre antenne 100 % lyonnaise. Du lundi au vendredi, de 21h00 à minuit, Philippe Jacquet est dans son univers. Mais pas autant que dans "son" émission, Dancefloor, tous les dimanches, un vrai rendez-vous d'aficionados. Son leitmotiv ? Faire plaisir aux autres !

P

 hil Jacquet ? Un homme pressé ! Animateur radio, DJ (actuellement en résidence au Sound Factory et au Bloc), patron (de l'Opéra Rock depuis 1997), père de famille, ce fan de l'OL est un adepte assumé du « travailler plus pour gagner plus  !  » C'est un physique aussi, chaleureux, tout en rondeur ; une voix surtout, qui sévit quasi quotidiennement sur les ondes d'Espace. Du lundi au vendredi, avec ses acolytes, ça tchatche, ça rigole, ça se vanne et ça s'écharpe même, notamment le jeudi soir, quand Laurent Argelier rejoint le trio originel pour s'épancher sur l'actualité people. Le dimanche soir par contre, changement de décor. Place à « Dancefloor », le terrain d'expression favori de Philippe : « Quitte à choisir, c'est elle que je privilégierais. C'est mon émission de prédilection. » Car la passion de Philippe pour toutes les musiques (!) n'est pas feinte. Déjà, ado, dans le jardin de la maison familiale de SathonayCamp, il s'active sur la sono offerte par son grand-père. Son cadet de trois ans, un certain Olivier Verse (associé du Bloc), n'est jamais très loin non plus... Collège Lassagne à Caluire, lycée Saint-Louis à la Croix-Rousse, BTS de dessinateur

40

MAI 2012

publicitaire en poche, le jeune Philippe Jacquet trace sa route. Mais avec lui, les chemins mènent souvent dans les clubs de la région !

« Une passion inaltérable pour toutes les musiques »

A la fin des années 80, Eric Clair lui ouvre les portes de la nuit, notamment du Liberty, à Crémieu. « Phil » mixe et lie connaissance avec les animateurs stars de Radio Scoop : Philippe Setter, Rémi Mallet, Philippe Tessier, Pascal Collet, le regretté Pierre Duqueyroix. Si les studios de la station du Mont-Cindre lui deviennent familiers, il s’éclate sur radio Arc-en-Ciel avec ses potes Christian d’Aubarède et Barth (qu’il retrouvera plus tard pour l’Open Barth) : « Tous les lundi, nous étions aux commandes d’une libre antenne pas piquée des vers », se rappelle-t-il un brin nostalgique. « Dans les années 90, nous faisions encore de la radio [sic]. Nous mettions nos disques ! Quant au contenu de nos émissions, c’est simple : nous étions libres ! » Après un intermède de deux ans pour cause de service militaire, Philippe Vorburger

« Dancefloor » – tous les dimanche de 20h à 23h

« le récupère » pour rejoindre Radio Espace. Nous sommes en 1994. Aux balbutiements de l’aventure Espace Group. Fidèle parmi les fidèles, une valeur que ce passionné de voitures (à la fameuse DS remise à neuf !) et de scooter (quand il n’a pas le choix) a chevillée au corps, il n’a jamais souhaité quitter son boss, Christophe Mahé. Et nonobstant le peu de moyens dont il dispose pour son émission de talk, « Phil » ne perd pas la flamme. A l’instar de ses confrères, son avenir n’est qu’une question de chiffres. D’audience. Mais après 22 ans de nuit lyonnaise et quasi autant de radio, l’ami Jacquet, peut se prévaloir d’une sacrée cote dans le landerneau local  : celle de la popularité ! CM


Photos © Fabrice Schiff et DR

30 ANS DE RADIOS LIBRES confirmés (Pierre Duqueyroix y a fait ses gammes, Henri Guerado, Gilles Lazure, Philippe Tessier etc.) et même des associés connus et reconnus comme le pubicitaire Jean-Marc Requien au milieu des années 80 ! Laurent Gerra accompagné de David Requien (fils de  !) réalise d’ailleurs, ses premières imitations sur le 100.3  ! Mais dans l’ombre de ses concurrents, « nous n’avons jamais eu la notoriété de Scoop ou de radio Contact », Ciel FM voit son avenir s’assombrir. D’autant plus que Patrick Deschamps, davantage intéressé par la presse, rachète Lyon Poche à Paul Dini en 1987. « C’est JeanPaul Gué qui gérait la station Ciel FM où quand des copains d’école de commerce décident de se réunir pour participer à au quotidien. Or, en 1994, il l’éclosion des radios libres. Une manière comme une autre de toucher les étoiles ! m’annonce qu’il souhaite partir ’est l’histoire d’une bande de potes. à Cuba et au même moment, le groupe D’un groupe d’amis qui décide NRJ qui voulait une fréquence à Lyon d’investir un millier de francs chacun me soumet une proposition difficilement pour s’offrir un émetteur, acheté en refusable (sourire) ». Le deal est passé Italie. Des camarades de Sup de Co avec un certain Alain Weill, alors n°2 Lyon (qui deviendra EM Lyon) parmi d’NRJ. Montant de la cession ? Entre lesquels Patrick Deschamps, François 4 et 5 millions de francs. Une bonne La Bruyère, Pierre Brun, Frédéric partie de cette somme servira à financer Ragot, Jean-Paul Gué, sans oublier Métro, en 1997, hebdomadaire populaire Florent Dessus. Ce qui les porte ? Leur lancé avec Florent Dessus. Quant à Ciel Patrick Deschamps interviewé dans le journal de France 2 le 23 mai 1984 jeunesse et… un brin d’inconscience. FM, six mois après son rachat, elle est « Un jour, nous avons brouillé pendant rebaptisée Rire & Chansons. C’est déjà 48 heures tous les téléviseurs de la Croixmoins drôle… CM en 1973, pour poursuivre ses études en Rousse », s’amuse encore l’ex patron de école de commerce « et jouer au basket Lyon Poche. Car c’est sur « la colline à l’ASU Lyon ». Commissaire de bord qui travaille » que tout débute : place adjoint (!) dans la marine marchande Rouville dans la maison Brunet, plus pendant deux ans puis ingénieur communément appelée la Maison aux commercial à l’export à Roanne (dans 365 fenêtres. Au dernier étage, Patrick le séchage de bois) pendant six ans, c’est Deschamps loue un appartement à côté bel et bien un industriel qui découvre du sien : Ciel FM est née. Nous sommes le monde des radios libres. Avec son en décembre 1981. Sa fréquence ? 96.9 ! associé, Jean-Claude Gué, il fait de Ciel « Un beau jour, Jean-Louis Remilleux FM, une station qui compte aux côtés est arrivé avec Philippe Léotard qui des quatre radios stars de l’époque : faisait un boucan ! Le voisin est sorti Scoop, Bellevue, Contact et Cristal. dans le couloir et s’est retrouvé nez-à« Il y avait du talent partout, reconnaitnez avec lui : si vous aviez vu sa tête il. Mais à mes yeux, une seule personne (sourire) ». Homme de radio, puis de a marqué l’histoire de la FM, Pierre média, rien ne prédestine pourtant Alberti, un type flamboyant ! » Au gré Patrick Deschamps à surfer sur les de ses déménagements, quai Gailleton ondes. Caennais d’origine, issu d’une avant de se poser au 2, de la rue famille nombreuse (deux sœurs et un Childebert (au dernier étage), la station frère), un père médecin de campagne, il à la programmation rock commercial débarque à 20 ans entre Rhône et Saône, accueille peu à peu des animateurs

PATRICK DESCHAMPS Vue du ciel !

C

42

La campagne imaginée par Jean-Marc Requien pour le lancement de la radio du métro

MAI 2012


Photos © Fabrice Schiff

30 ANS DE RADIOS LIBRES

PÈRE EMMANUEL PAYEN Homme d’Eglise très câblé

Il a voué sa vie à Dieu autant qu’à la radio. De sa création, en avril 1982, et jusqu’en 2001, le père Emmanuel Payen a voué sa destinée à celle de radio Fourvière (devenue RCF en 1996). Pour parler à tous, en toutes circonstances, tel un ambassadeur de la voix des Hommes.

E

n homme de radio qu’il a été, et demeurera toujours, le père Emmanuel Payen, aujourd’hui vicaire général du diocèse de Lyon maîtrise mieux que quiconque l’art de la rhétorique. Lorsqu’il s’exprime, son auditoire l’écoute. Trente ans plus tard, à 76 ans, il conserve un souvenir précis d’une période bénie à plus d’un titre : « C’était un mercredi, début juin 1981. J’étais alors curé de La Duchère. Je m’apprêtais à rendre visite à la famille d’un enfant malade. Je me trouvais au pied de la tour panoramique quand un jeune, Pascal,m’interpelle : « Qu’estce que tu fais là, curé ? Monte, je vais te montrer quelque chose ». Je le suis jusqu’au 36ème étage dans un petit appartement. Sur des tréteaux étaient posés une table de mixage, des disques. Pascal m’invite à aller sur la terrasse : ils étaient en train d’installer l’antenne. J’étais subjugué. En redescendant, je tombe nez-à-nez sur un grand bonhomme, habillé tout en cuir, impressionnant : « Curé, pourquoi tu ne fais pas de radio ? Tu sais, je suis d’origine italienne, et je peux te dire que là-bas, tous les diocèses ont leur station ! » Cet homme, c’était Pierre Alberti (créateur de radio Contact et futur fondateur de radio Nostalgie). Dans ma tête, ça a fait

44

MAI 2012

tilt. L’archevêque de l’époque, le cardinal Renard trouvait l’idée très intéressante mais il était sur le départ. Son successeur, le cardinal Decourtray, était convaincu du bienfait de ce projet. Nous devions faire vite car la bande FM commençait à devenir encombrée. Le 1er avril 1982, depuis l’un des greniers de Fourvière, l’antenne posée sur l’une des tours, nous avons commencé à émettre (sourire). »

« La radio, c’est la parabole du semeur ; une lumière que chacun peut accueillir facilement » V

oilà comment le père Payen, ordonné prêtre pour le diocèse de Lyon en 1964, endosse le costume de directeur de radio (jusqu’en 2001), journaliste (détenteur d’une carte de presse), homme à tout faire et surtout ambassadeur de la voix de Dieu. En veillant quotidiennement à la ligne éditoriale énoncée par le cardinal Decourtray : « Faire une radio chrétienne, sans triomphalisme (pour «  tous  » et avec «  tous  »), mais explicitement chrétienne. » Du 1er avril 1982 donc jusqu’au mois de novembre de la même année, Radio Fourvière fait avec

les moyens du bord. C’est le temps des pionniers. Elle déménage cependant au 21 de la montée Decourtray et investit un vrai studio. Il faudra attendre 1987 pour qu’elle emménage dans ses murs historiques, place Au début, nous passions Saint-Irénée. «  surtout des émissions musicales. Quant à moi, je m’occupais des temps de prières, à 7h00, 8h00 et 9h00. » Puis la radio se régionalise (lors de la visite de Jean-Paul II en 1986), passe au satellite pour rayonner sur l’ensemble du territoire français ainsi qu’en Belgique. En 1996, Radio Fourvière change de nom pour devenir RCF (Radio Chrétiennes Francophones). En 2001, après 19 années de bons et loyaux services, le père Payen décide de tirer sa révérence. Une décision personnelle : « Je voyais que la dimension technique et économique prenait une part de plus en plus prépondérante. Le passage au numérique m’a fait prendre conscience qu’il était temps pour moi de passer la main. » Sans regrets. Car RCF a bien grandi. Avec plus de 60 radios et 240 fréquences, réparties sur l'ensemble de la France et en Belgique, RCF accompagne tous les jours près de 600 000 auditeurs ! Une réussite qui est aussi celle des bénévoles. Ils étaient près de 250 du temps du père Payen ; ils sont encore plus nombreux désormais. Une radio qui vit aussi des dons. Des autres donc. Et qui s’appuie sur l’héritage laissé par certains précurseurs tels que Pierre Begou (en charge de la coordination des émissions musicales) ou Louis Muron qui avait réussi à faire venir Léopold Senghor au milieu des années 80. Via les ondes, les voix du Seigneur sont donc parfois pénétrables ! CM


PEOPLE ECO

Michel Vieira et Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais dont MDA est l’un des partenaires majeurs

La success-story de MDA 100 MAGASINS EN FRANCE

Où s’arrêtera t-il ? Michel Vieira n’en finit plus de faire du discounter à prix réduit un acteur généraliste surfant sur les attentes des consommateurs.

C

hez MDA, nous raisonnons « groupe ». C’est la raison pour laquelle nous ne communiquons pas sur la localisation de notre centième magasin. » Ainsi s’exprime Michel Vieira, un homme qui développe le groupe MDA avec pour dessein d’atteindre la barre des 200 magasins dans l’Hexagone à l’horizon 2015. Avant cela (dès l’année prochaine ?), il aura commencé à installer sa marque à l’étranger où des projets d’implantation paraissent bien avancés. La raison du succès ? « Des arrivages direct usine de grandes marques toutes les semaines et dans toute la France », assure celui qui a pris les rênes du discounter en 2005 après 27 années passées au sein de l’entreprise. Une structure qu’il a diversifiée pour être toujours au plus proche des demandes des clients : sur les énergies nouvelles, l’événementiel, en externalisant le service SAV, en créant un pôle de formation et incentive, en peaufinant le siège social de Lozanne et en faisant le buzz avec son concept incroyable du bar de glace ! Fort d’une diversification réussie, Michel Vieira et ses équipes

46

MAI 2012

s’intéressent donc, aujourd’hui, aux professionnels de l’immobilier. « Nous avons mis en en place un service pour les accueillir. La raison ? Nous avions beaucoup de demandes de la part de constructeurs, promoteurs, investisseurs etc… pour réaliser des cuisines et des kitchenettes puis pour les équiper en électroménager – tv – et petit ménager. Un service leur est désormais dédié », souligne un patron qui s’attelle d’ores et déjà à la construction (sur le site de Lozanne) d’un hôtel. Au fait, connaissez-vous la signification de l’acronyme MDA ? Ménagers en Défaut d’aspects. C’était dans une autre vie, il y a plus de 27 ans… O Le complexe restaurant l’Etage & Bar de Glace est ouvert du lundi au vendredi et les soirs du jeudi au samedi. Complexe restaurant l’Etage & Bar de Glace Location de salle – Privatisation – After Works Pour réserver un seul numéro : 04 72 54 52 54 A Lozanne (à 10 min de Lyon) Parking Gratuit

MDA remercie les partenaires du Bar à Glace parmi lesquels Maier ,la boutique Smart, Korloff, Christian Audigier, Lagardère Métropole, groupe Delorme Automobile, L’Appart, Square Habitat, Diesel, L’OL, Germain, CBF, Coca, tendance …


Golfs des Alpes 2012

Avis à la population golfique de la région. L’édition 2012 du guide Golfs des Alpes arrive en force dans tous les club-houses. Une bible pour les fans de greens diffusée à plus de 25 000 exemplaires par « Tiger » Bal, qui a d’autres supports dans son sac. Par Phil Socket

S

on nom est à lui seul une invitation à aller taquiner la petite sphère blanche sur les fairways. Depuis neuf ans, Hervé Bal – alias « Tiger » Bal pour les initiés – est l’éditeur du guide Golfs des Alpes, la référence en matière d’ouvrage golfique dans la région. Une bible, un livre de chevet pour les plus gravement touchés par le virus des greens. « Chaque année, on essaye de rendre le guide plus attractif, plus pragmatique, plus qualitatif et surtout plus exhaustif avec l’ajout de nouvelles rubriques », explique le patron des Editions HB (index 17), régulièrement croisé sur les parcours à l’heure du « tee ». Professionnalisme oblige… A l’origine, l’ouvrage se contentait de recenser tous les clubs de la région avec une multitude d’informations pratiques (coordonnées, accès, organigramme, pros…). Depuis, il s’est singulièrement étoffé en proposant aux lecteurs de nombreux sujets traitant de l’actualité golfique sous toutes ces formes. « Cette année, on propose par exemple une interview d’Alain Boghossian, l’adjoint de Laurent Blanc en équipe de France, et un portrait 48

MAI 2012

de Gary Stal, le petit prodige du GC Lyon, qui vient de passer pro », explique notre tigre de papier qui a confié toute la partie rédactionnelle à Pascal Auclair (France Médias International), autre grand amateur de swing. Au sommaire également de cette édition 2012, une présentation détaillée des principaux événements de la saison (Evian Masters, Green Velvet, Pro-Am de Lyon…), le calendrier sportif de chaque club ainsi que de nombreuses pages shopping. Une mine d’informations diffusée – gratuitement – depuis quelques jours à plus de 25 000 exemplaires dans tous les clubs rhônalpins, mais aussi dans divers lieux emblématiques de la région, halles Paul Bocuse, hôtels, restaurants… sans oublier les pro-shops. Mais si Hervé Bal voue une passion assumée pour le golf, notre éditeur golfeur a d’autres cordes à son arc, ou plutôt d’autres supports à offrir. Outre les annuaires de certaines collectivités locales ou territoriales, il a notamment lancé avec son épouse, Martine, Spas des Alpes, dont la 6ème édition paraîtra en décembre. Auparavant, les amateurs

www.golfsdesalpes.fr

www.spasdesalpes.com

de massages et de bien-être pourront découvrir le 2ème numéro de Spas du Sud distribué début mai. Enfin, le dernier né des Editions HB n’est autre que le Guide des Toques Blanches Lyonnaises qui paraîtra pour la 2ème année consécutive fin octobre. Bref, suivez la famille Bal pour rester à la page ! O

www.spasdusud.com

Photo © Fabrice Schiff

PEOPLE ECO


STYLE GASTRO

Les Planches SES PARTENAIRES JOUENT À TOP CHEF Prêts à en découdre, fourchette à la main, Julien Mathon a réuni les partenaires des très attendues « soirées du Mardi », pour une réunion gastronomique. L’occasion de présenter les badges et le nouveau concept restaurant des Planches. Par Clara Mazuir

U

n cadre magique à redécouvrir

Ar tfotogra fik

Les Planches… une rencontre entre le style guinguette le plus typique et un espace de 6000m2 destiné à la fête. Bordé par la Saône, le restaurant profite du cadre verdoyant et détendu des bords de fleuve. Qu’on y arrive par bateau ou depuis les Monts d’Or, on

découvre un lieu chic décoré dans le style des péniches du début XXème pour déjeuner et dîner dans un calme qui contraste avec les nuits des Planches et son Dance Floor à partager entre amis. Le nouveau carré lounge, idéal pour les apéritifs tapas avant de passer à table, aménagé avec des canapés Stark et des Fatboys, prêt à accueillir tous ceux qui désireront passer un moment de détente. Toutes ces atmosphères ont fait des Planches un lieu apprécié des Lyonnais, qui vont découvrir une saison 2012 pleine de surprises.

Photos ©

L

e rendez-vous des partenaires

Artur Reversade recevait mardi dernier dans son restaurant «Les Planches» les partenaires des très prochaines et attendues soirées «Les mardis VIP des Planches». Un concept remis au goût du jour avec la collaboration de Julien Mathon, pourvoyeur des nouvelles directions de l’évènement. On y goûte

50

MAI 2012

une cuisine savamment pensée pour l’occasion, une nouvelle interprétation du buffet «à la Lyonnaise». Dès votre arrivée, vous êtes accueillis par Amide, fort de ses expériences dans de nombreux établissements, qui vous assurera un confort et une prestation de premier ordre. Tout est prêt pour faire des mardis aux Planches un lieu de réunion entre les partenaires VIP, acteurs majeurs de Lyon, et la clientèle en attente de qualité et de surprise, tous ceux qui font la réputation des Planches. Autour de ce concept, Le Comptoir de la Bourse, Graphiti, Restaurant l’Assiette, I Love mon permis, Augis 1830, le Toysclub, l’agence Monde Développement Entreprise, Mionnay Golf Club, Rose & Sens, Sensation de Soi, et de nombreux autres. Tous ayant pour volonté d’offrir aux détenteurs des fameux badges des Planches, dont la distribution se déroulera à partir du 8 Mai, des privilèges en soirée aux Planches et dans la ville de Lyon. On se laissera tenter par la perspective de se voir offrir un vol en hélicoptère, un tour en voiture de sport, ou encore des dîners dans les lieux importants du tout Lyon. O

Les Planches - 16, quai Général de Gaulle - 69250 Albigny-sur-Saône – 04 78 91 30 88 www.lesplancheslyon.com


LE BARTHOLOGUE Photo © Saby Maviel

de Claude Arnaud Rivenet

52

Chaque mois, un illustre représentant du monde sportif s’allonge sur le divan de l’infirmier Barth, ancien interné des hôpitaux de Lyon qui délaisse caméras et micros pour enfiler blouse blanche et stéthoscope. L’ancien joueur de l’OL aujourd’hui consultant pour OL TV lors des soirées Champion’s League se prête au jeu ce mois-ci sur le divan d’Iceo.

MAI 2012


T

u as stoppé ta carrière il y a maintenant plus de 10 ans. As-tu des regrets ? Pas vraiment… Peut-être de ne pas avoir accepté la prolongation de contrat à Troyes mais ce n’est même pas un regret au final, j’ai eu la carrière que je méritais, je n’avais pas le niveau pour faire mieux. Quand tu passes devant le stade de Gerland, ça te fait quoi ? Ça me fait toujours quelque chose, ça me renvoie en 1989 quand j’arrive à Lyon avec mes parents pour rentrer au centre de formation. Je me souviens que nous avions dormi tous ensemble au Formule 1 de la Mulatière. Quel est le plus grand joueur avec lequel tu as évolué ? (Il réfléchit longuement…) Abedi Pelé, c’était techniquement vraiment quelque chose ; et Manu Amoros également par son professionnalisme, il m’impressionnait beaucoup, il représentait tellement de choses à mes yeux ! Quelle est la remarque qui te fait le plus de mal ? Lorsque j’entends dire que je suis un égoïste… Qu’est-ce-que ça veut dire ? Il y a plusieurs formes d’égoïsme, il y a peut-être un peu de vrai là dedans mais fondamentalement, je suis tout le contraire. Est-ce-que tu as voté ? Bien sûr !

Tu peux me dire pour qui ou c’est indiscret ? Je réponds très simplement à ta question sans aucun problème, j’ai voté Sarkozy. La dernière fois que tu as pleuré, c’était quand et pourquoi ? Le décès de mon papa en 2008.

ICEO

restaurant paquebot 147, avenue Jean Jaurès Lyon 7 - 04 72 73 00 00

Pardon, mais ça fait 4 ans que tu n’as pas pleuré ? Non ! (de manière ferme) Quel genre de fille te fait fuir ? La vulgarité surtout quand elle est dans l’attitude. Si je te donne une baguette magique, à titre perso, que fais-tu ? Evidemment, je fais revenir mon papa tout de suite.

Qu’est-ce-que tu fais quand tu ne fais rien ? Seul, je peux rester des heures devant la télé ; séries, débats politiques, documentaires et tutti quanti. La solitude ne me pèse pas du tout, au contraire. En sortant d’Iceo, que vas-tu faire ? Je rentre chez moi (rires). Quelle est la question qu’on t’a le plus souvent posée ? (Il réfléchit) Rien ne me vient… Il y en a peut-être une mais te répondre là tout de suite je ne vois pas. Penses-tu à la mort avec toutes les épreuves que tu as pu endurer ? Franchement non ! Tu aimerais récupérer le maillot de quel joueur ? J’aimerais tellement avoir le maillot de Marco Van Basten de 1988 lors du Championnat d’Europe en Allemagne, je suis fan ! Les gens te reconnaissent encore dans la rue ? Non. Ça te rend triste ? Non plus (rires) Pourtant j’ai l’impression que tu aimes bien les medias, les interviews etc… je me trompe ? Non, tu ne te trompes pas, j’aime bien les medias mais je ne suis pas du tout en quête de reconnaissance, c’est un vrai plaisir de répondre à des questions et faire partager ma petite expérience. Ton dernier texto, c’était quoi et pour qui ? Je bosse pour une boîte de placement et j’ai envoyé un SMS à mon responsable, il y a une heure pour m’excuser de ma non-présence à une réunion. Quelle image ont les gens de toi, du joueur que tu as pu être? A mon avis, un bon petit joueur de club plutôt sérieux et consciencieux. Ni un crack, ni un toquard. Un joueur de collectif, je pense… Maintenant on change, c’est toi qui me poses une question… Barth, pourquoi m’invites-tu à chaque soirée d’OL System Europe sur OL TV depuis plusieurs années maintenant (rire général) ? O

MAI 2012

53


STYLE AUTO

Photo © Saby Maviel

UNE GAZELLE AU VOLANT DE LA BMW SÉRIE 1 CABRIOLET

Du baquet de leur 4x4 de compétition au cuir soyeux du dernier né des cabriolets BMW. Un grand écart dont est coutumière Christine Dubost-Hocquart. Avec sa copilote Cécile Monnot-Ricci, elles ont participé au rallye 100% féminin Aïcha des gazelles, du 17 au 31 mars 2012. Leur team « L’Echappée Belle’cour-Essaouira » est arrivé 13ème sur 90 dans la catégorie « première participation ». « C’était notre Echappée Belle à nous » confie Christine Dubost, devant les innombrables photos du périple, un brin de nostalgie dans la voix. A bord de leur 4x4 rose, les deux gazelles se sont lancées à la conquête du désert. Une expérience qu’elle décrit comme « juste incroyable », bien que les conditions ne soient pas toujours faciles. « Le rallye demande un niveau

physique élevé, il faut se lever à 4 heures du matin et se coucher à minuit » explique Christine Dubost, précisant qu’il fallait « déplacer les dunes pour désensabler les 4x4, ou charrier les cailloux pour gravir les montagnes ». D’autant plus qu’il est absolument interdit d’utiliser un GPS, la navigation devant s’effectuer « à l’ancienne ». Au-delà de cette aventure humaine et sportive, elles se sont engagées pour les associations MBM à Lyon au profit des enfants trisomiques, et AL HIDN au Maroc, pour le développement culturel et social de la femme. « Quand on décide, à notre âge, de participer à une telle compétition, c’est tout sauf du hasard, c’est plutôt l’envie de deux femmes de vivre une expérience « extra-ordinaire » dans le dépassement de soi. » Clara Mazuir

Cet été, découvrez la JOIE de rouler en cabriolet ! Roulez gratuitement 24h en Série 1 cabriolet BMW, pendant le changement de votre pare-brise BMW ou MINI chez BMW Gauduel Lyon. Offre valable jusqu’au 21 septembre 2012. Votre responsable carrosserie GAUDUEL : Philippe LAMBERT GAUDUEL AUTOMOBILES - 6, rue Joannès Carret - Lyon 9ème - Tél. 04 72 53 88 88 www.BMW-gauduel.com - communication@gauduel.fr 54

MAI 2012


SAMUEL ET LUDOVIC DU VICTORIA HALL

Renault Twizy, 100% électrique

Par une fraîche matinée d’avril, Samuel et Ludovic Campus se sont essayé à la conduite de la Twizy Quadricycle. Tous deux sont associés dans le restaurant Victoria Hall, doté d’un bar lounge et d’un sushi bar, qui ouvrira bientôt sa terrasse aux amateurs d’ambiance chic et de cocktails maison. Ces deux cousins ont expérimenté le nouveau bijou 100% électrique de Renault, commercialisé au premier trimestre 2012. La critique s’est avérée plutôt bonne. Clara Mazuir CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES DE LA TWIZY Moteur 3CG - électrique asynchrone, boîte de vitesse automatique, 4 freins à disque, on 2 places, permis B requis (existe une versi is) perm sans n Design : personnalisable, avec une palette de 3 décors (vert, bleu, rouge) sur les couvercles de boîte à gants, le toit et les portes (si options). Comble de la aux personnalisation, la sellerie coordonnée de es anté diam ge allia s jante des et décors couleur (en accessoires). ort n Conduite : Boîte automatique à rapp rie batte la de arge rech ur), ucte unique (réd de traction au lever de pied (freinage te, récupératif), direction à crémaillère direc re. arriè ing aide au park , n Performances : Autonomie de 100 kms 6,1, ) (kWh ée batterie à énergie embarqu vitesse maximale : 80km/h. n Rangements : Boîte à gants gauche che 3,5 litres, boîte à gants droite dans plan nt eme rang , litres 5 clef à de bord, fermée , derrière le dossier de siège arrière 31 litres fermé à clé. n Prix : à partir de 6 990 € 56

MAI 2012

J Le côté 100% électrique La petite taille de la voiture qui permet de se garer partout Un style résolument moderne Temps de charge très rapide (3h30 min) Pas de TVS pour les sociétés

L

L’absence de vitres, de chauffage et d’autoradio Le freinage est moins efficace que celui d’une voiture TVA non récupérable sur l’achat du véhicule

Leur avis général : Ludovic : « Le design est vraiment réussi pour des tailles de voitures réduites à l’essentiel. Son gabarit est un atout pour une à deux personnes en ville, sur des trajets citadins courts. Elle se place entre un scooter et un petit véhicule urbain mais qui a l’avantage de fonctionner à l’électrique, qui ne pollue pas et qui a un bilan écologique neutre. » Samuel : « Bien qu’il manque des vitres, pour se protéger des intempéries, et un autoradio, l’aspect général est très sympa et la conduite agréable. La pédale d’accélération répond bien, c’est une voiture qui colle à l’air du temps. »

Photos © Saby Maviel - Mandrak Studio

STYLE AUTO


www.aeronautica.difesa.it / www.aeronauticamilitare-collezioneprivata.it

5, RUE DE L’ANCIENNE PRÉFECTURE - 69002 LYON - TÉL 04 72 77 51 47 - www.tramps.fr


Photos © Saby Maviel

STYLE GASTRO

Hugues Aufray DANS LES CUISINES BERNOLLIN Dans le cadre de la promo du Printemps de Pérouges où il se produit le 24 mai 2012, Hugues Aufray s’est offert une pause gourmande chez Arnaud Bernollin en compagnie du chocolatier Philippe Bernachon et de la directrice du Printemps de Pérouges, Marie Rigaud-Bernollin. « La gastronomie, c’est de la bijouterie, elle a été inventée pour faire maigrir les femmes ! » s’exprime le chanteur, cerné par des assiettes de chocolats, cake de voyage et autres macarons. Le chanteur, arrivé en Smart multicolore, armé de ses lunettes de soleil et d’un teddy des plus old school, parle de ses venues à Lyon, rares mais mémorables. En toute simplicité, il explique qu’il était venu chanter au Palais d’Hiver, en première partie du concert de Dalida. « Le public m’a rappelé pendant 15 minutes, un record pour moi. » Si aujourd’hui Hugues Aufray a 82 ans, ça ne l’empêche pas d’avoir un smartphone dans sa poche, qui remplace l’iPhone qu’il s’est fait volé récemment dans le train, et détient désormais un iPad où il conserve précieusement son carnet d’adresses. Souvenirs de concert et de voyage, en parfaite symbiose avec le cake de voyage, nouveauté ultra tendance de la maison Bernachon, et rapportée du Japon. Par Clara Mazuir

Les fameux chocolats Bernachon, 3 générations de chocolatiers Jean Burdy nous a fait déguster son Magnum G.H.Mumm rosé, parfait avec un petit chocolat !

Les Cake de voyage Bernachon une nouveauté 2012

Cuisines Bernollin - 27, rue du 3 septembre 1944 - Anse - Tél. 04 74 67 04 08 - Cuisines Bernollin - 5, place Puvis de Chavannes - Lyon 6ème - Tél. 04 78 93 00 61


Pri v a t i s a t i on s u r de mand e po ur l ’ o rg a nisa tio n d e v o s év énemen ts

33, rue du Repos (Entrée du parking privé au 353 rue Garibaldi) 69007 LYON - Tél.  04 37 28 07 97 www.victoriahall.fr contact@victoriahall.fr


La grotte Saint Loup TERRASSE DE RÊVE FACE À L’ÎLE BARBE

D

eux rangées de Harley Davidson devant une immense tête d’indien sculptée en bois à l’entrée du restaurant qui s’apparente à une maison troglodyte moderne mettent tout de suite dans l’ambiance... On est passé ici d’un garage à l’abandon à un endroit unique avec atelier de cent vingt mètres carrés customisation de Harley Davidson, boutique d’accessoires moto de 200 mètres carrés, restaurant (100 couverts), terrasse (100 places) et bar taillé dans la roche. Fabrice Charton (55 ans) connu dans l’Europe entière pour ses customisations de Harley a mis toute sa vie dans ce projet. Il a couru en moto cross avant de reprendre Custom Machine Concept en décembre

60

MAI 2012

2004 : «Mon fils Julien (29 ans) habitant à la Croix Rousse passait tous les jours devant les grottes pour se rendre à l’atelier. Quand l’opportunité d’achat s’est présentée, nous avons foncé en famille. C’était une ruine, il n’y avait rien. Je rêvais de monter un garage Harley avec un restaurant, c’est fait ! Mon fils qui a fait l’Ecole Hôtelière de Biarritz peut vivre ainsi ses deux passions que sont la moto et la restauration. Je reste des fois tout seul jusqu’à trois heures du matin dans ce lieu tellement je l’adore puisque nous avons travaillé tous les quatre non-stop pendant un an pour réaliser ce projet qui nous tenait tant à cœur. D’un petit atelier, on a fait un temple du custom, de la musique et de la restauration»... C’est Yann Porte (43 ans) que nous avions connu à La Table de Lyon et au Garet à l’époque de Néanne qui est aux fourneaux. Nous avons choisi la formule du jour à 15 euros avec carpaccio de bœuf et filet de dorade ratatouille. Les autres convives ont opté pour un magret de canard rosé à souhait. Un côtes du Rhône Belleruche fut le bienvenu. Les «purs» dégusteront une côte rôtie «Les «Bécasses»... Si vous voulez être étonnés : choisissez les tables 16 et 17 qui bénéficient de la plus belle vue. Vous pouvez faire

customiser votre Harley pour en faire un modèle exclusif ou reprendre goût à la vie sur la plus belle terrasse dont vous puissiez rêver face à l’Ile Barbe. Un décor de carte postale vraiment étonnant et ouvert seulement depuis un mois... O Par Christian Mure – Lyon Gourmand

La Grotte Saint Loup 53 bis, quai Clémenceau 69300 Caluire et Cuire - Tél. 04 78 28 88 39 Ouvert tous les jours de 11 heures à 1 heure du matin. Jusqu’à trois heures du matin les jeudis, vendredis et samedis soirs. Formules à 15 euros (entrée+plat ou plat+dessert) et 18 euros (entrée+plat+dessert) à midi. Brunch le dimanche midi.

Photos © Fabrice Schiff

STYLE GASTRO


Carthage,

RÉGION CHARISMATIQUE DE LA TUNISIE Bien que contusionnée par les révolutions du printemps arabe, et encore pleine de tabous, la Tunisie, le dit pays du Jasmin, conserve un patrimoine des plus riches, où le tourisme est bienvenu. Par Clara Mazuir

C

’est à Carthage, la banlieue chic de la capitale tunisienne, autrefois appelée « le navire à l’ancre » de par ses vestiges de la période punique, que s’est déroulé du 5 au 15 avril 2012 le festival « Jazz à Carthage ». Sur scène, la diva Paula Lima, la grande voix de Luz Casal, le bluesman Michael Burks, ou encore Bendir Man, chanteur et précepteur d’un concept tout neuf et risqué en Tunisie : l’humour satirique sur les personnalités politiques du pays. De Tunis à Carthage, de Zaghouan à la ville blanche et bleue de Sidi Bou Saïd, le pays est riche d’une histoire poignante. Autrefois grande puissance méditerranéenne, Carthage n’échappera pas aux trois guerres puniques que lui infligera sa rivale, la ville de Rome. Dépositaire d’un patrimoine exceptionnel, tel que l’aqueduc de Zaghouan, construit au IIème siècle, qui s’étend sur 132 kms de long, et encore partiellement utilisable aujourd’hui, elle abrite également les thermes d’Antonin, le plus vaste ensemble thermal romain bâti en Afrique et approvisionné par le Grand Temple de l’eau. La Tunisie, c’est aussi le charme de sites uniques, comme le Dar Zaghouan, premier gite de charme écologique de Tunisie, où les produits comme le pain, l’huile sont entièrement artisanaux. La capitale, Tunis, demeure incontournable pour sa Médina, labyrinthe de petites ruelles entremêlées et univers de contrastes, où les souks se sont approprié les ruelles du centre-ville tandis que les nouveaux quartiers modernes prolifèrent en banlieue. O 62

MAI 2012

Photos © Clara Mazuir

STYLE EVASION


« C’est parce que tous les hommes sont différents que votre piscine doit être unique »

Notre savoir-faire : La construction de piscines d’exception

PISCINES CONCEPT

90, quai Pierre Scize - 69005 Lyon Tél. 04 78 05 14 46

www.piscines-concept.com


STYLE SHOPPING

RITA&ZIA «CHIC & ZEN» AUX COULEURS DE L’ÉTÉ INDIEN

Pour sa nouvelle collection Printemps-Été, Rita&Zia s’inspire des traditions de l’Inde en créant une collection de sautoirs et de bracelets à l’effigie des Chacras hindous. Montés sur des perles de couleurs semi-précieuses recueillies aux quatre coins du monde, la collection Été Indien est l’occasion unique d’apaiser son esprit et son corps tout en suivant les tendances de la mode. Bracelet Agate Mat/Croix argent : 140 euros Bracelet Crâne Ritarock Argent/Agate Orangée : 135 euros Sautoir 7ème Chakra Argent/agate Fuschia : 300 euros 37 rue de Brest, Lyon 2 et Centre commercial de la Confluence, Lyon 2.

STEINER ET L’ÈRE DU VINTAGE

Présenté à l’origine par Steiner au Salon des Arts Ménagers de 1957 où il obtint le Prix René-Gabriel, ce modèle est réédité pour la première fois cette année. Le 740, à la forme fuselée et dynamique, séduit les amateurs de mobilier contemporain et vintage. Ses lignes typiques des années 50 associent de jolies proportions à un confort absolu, cher à Steiner. En effet, son faible encombrement n’empêche pas un réel bien-être grâce à l’utilisation de matériaux plus contemporains tels que la mousse de polyuréthane haute résilience associée aux sangles élastiques croisées. L’originalité de ses pieds en acier inox brossé ou laqué noir renforce sa modernité. Fauteuil (Piètement acier inox poli) : à partir de 1 305 euros en tissu - Existe aussi en cuir (avec pieds laqués noirs ou inox poli) Cot Contemporain : 7, rue Servient, 69003 Lyon, angle Cours de la Liberté, face Préfecture - Tél. 04 37 42 09 05 (partenaire du Marché de la Mode Vintage du 2 au 3 juin prochain)

MAIER JOAILLIER

Porte de la Haute Horlogerie et de la Haute Joaillerie entre Paris et la Côte d’Azur, la maison Maier à Lyon, propose une sélection des plus grandes marques internationales. Les lyonnais méritent le meilleur, Jean-Louis Maier a choisi de réunir dans son nouveau lieu les plus grandes maisons de la place Vendôme et de Milan, aux côtés des créations MAIER réalisées dans la plus grande tradition. C’est dans le nouvel écrin du 101, rue Edouard Herriot, Lyon 2, que des experts passionnés vous guideront dans votre choix.

f © Fabrice Schif

on crée par BE EN PL ACE… TO ) to be est un nouvel espace à Ly côtoient. Ça P O SH K R O W N U à la française , ar t et mode se e (à prononcer hémères, design

Plac s ép et amies où expo place… to be. au gré des la quatre femmes y, te r. Un lieu vivant ure l’ère échal Lyau tie ar ar M qu e le ac pl ns e da ss se pa uvelle ier capt e, et pour tant no trices de ce workshop. Ce dern ours et profils pl m si t es e dé L’i rc créa 4 amies aux pa s voyages des 4 et les envies de ste et architecte d’intérieur de tendances et de s ût go s le e bl em hi du temps et rass nce Balaÿ, ar tiste, peintre, grap , passionnée de bijoux depuis ta ps ns m Co ha : sc s De nt re ie BE. Bracelets ph diffé ses créations. So t pour PL ACE…to formation expose nouvelle collection spécialemen laiton brut, et bien d’autres sa ers gendes de 5 ans, présente es de pierres tourmalines, colli de la marque Lé nobles s ce té tri on éa m cr r, es ge gu atières fils, ba henber Fabienne Streic rs de saison, actuelles et aux m ssi la vitrine et re tt la De e eu Alin au workshop, c’est tements aux coul ile de coton. Le Bonsui, jeune Sérendip. Des vê vo s, re de tu in ou ce ie so et de cs , sa es s êp se cr féminine s et faîtes de mme Aridza Bros re Fine Collection, faite de maille co , es qu ar m s d’autre ou enco de prêt à porter, marque anglaise 27 40 on 6e – 04 78 89 Ly et sensuelle. y te au Ly l ha 5, place Maréc à 18h30, PLACE… to be vendredi de 9h30 et i ud je , di ar m Ouvert lundi, r rendez-vous. et le mercredi su


STYLE SHOPPING

ARRIVETZ TISSE SA TOILE ! C’est fait ! Depuis le début de l’année 2012, Arrivetz peut s’enorgueillir d’une nouvelle vitrine: un nouveau site Internet ! Pensé par Julie Sansavini, conçu et réalisé par Dynamic View, l’ensemble se veut à la fois «moderne et efficace, en un mot, à l’image du magasin de la rue Jarente», dixit la famille Sansavini qui constate d’ores et déjà, une hausse sensible de la fréquentation de ce temple voué au bon goût. Véritable prolongement de ce dernier donc, le www.arrivetz.com poursuit trois axes de vente forts : à l’attention du visiteur passionné, désireux de s’offrir un produit coup de coeur ; un principe de vente en ligne en vigueur tout au long de l’année via un échantillon d’une dizaine de produits disponibles régulièrement ; enfin, les ventes privées font leur apparition : la première ayant eu lieu en mars dernier (avec Zanotta), la seconde devant se dérouler dans le courant de l’été. Mieux, mue par l’ambition de créer toujours plus de lien avec sa clientèle, Arrivetz, LA référence en matière de mobilier et décoration design (plus de 100 marques triées sur le volet), se dote également d’une Newsletter à raison de trois à quatre parution par an. On le voit, entre l’arrivée - récente - des deux filles de Richard Sansavini (à la tête de ce show-room hors-norme dans le paysage lyonnais depuis 1989), Julie et Marion, ainsi qu’une présence sur la Toile, accrue et modernisée mâtinée de plusieurs leviers commerciaux, Arrivetz se conjugue plus que jamais au féminin et à l’intéractivité. Et on dit que d’autres annonces pourraient être faites prochainement... Christophe Magnette Arrivetz Mobilier & agencements contemporains 24, rue Jarente - Lyon 2 Tél : 04 72 41 17 77 www.arrivetz.com 66

MAI 2012

chaise D.S.W Vitra design by Charles & Ray Eames en stock, disponible sous 4 jours  366,00 € TTC

Pouf « Sacco » Zanotta design by  Gatti & Paolini & Teodoro en stock, disponible sous 4 jours  270,00 € TTC

R.A.R fauteuil à bascule Vitra design by  Charles & Ray Eames en stock, disponible sous 4 jours  492,00 € TTC


STYLE SHOPPING

© Fabrice Schiff

DTS OPTIC Plein soleil

DTS Optic, spécialiste de nos yeux depuis plus de 20 ans rue Gasparin au cœur de la presqu’ile, nous propose pour l’été un choix de lunettes, tout simplement… éblouissant ! Par Sophie Guivarc’h

A

woman TR12503 BL man TR12728 BK DisTRiBuTeD By ChaRmanT GRoup ChaRmanT.Com TRussaRDi.Com

ccueillie par Didier et Thierry Stefanini, figures incontournables de l’optique à Lyon, je pars à la recherche du modèle idéal pour parader en terrasse tout en protégeant mes yeux des rayons nocifs ! Forts de leur expérience en optique, de leur sélection des meilleures marques et de la qualité du service apporté, nul doute que nos deux inséparables frères vont une fois encore faire preuve du plus grand professionnalisme et de toute l’attention que je peux attendre ! A la vue des nombreuses collections exposées et des montures aussi séduisantes les unes que les autres... La tête me tourne ! Que choisir pour sublimer le bout de mon nez ? Heureusement, judicieusement conseillée, j’opte pour le modèle le plus adapté à la morphologie de mon visage, en harmonie avec la couleur de mes cheveux, ma carnation, mon style. Mais

68

MAI 2012

attention à ne pas céder aux sirènes de la mode et à privilégier le look et l’esthétisme au détriment de la protection contre les rayons UV. Sur ce sujet, Didier Stefanini m’apporte toutes les informations nécessaires sur les différentes catégories des verres, la filtration des UV et m’oriente vers le modèle adapté à mon usage.

Petits et grands, que l’on soit décontracté ou sophistiqué, classique, fashion-victim, coquette, coquine, féminine, sportif… La lunette de soleil s’impose ! Et il y en a pour tous les goûts et tous les styles. Didier et Thierry ont sélectionné les plus grandes marques de couturiers (Chloé, Gucci, Trussardi, Prada, Chanel...), des lignes urban classic (Persol, Ray Ban…), plus sport (Oakley, Vuarnet, Carrera) ainsi que des collections très tendance, comme celle d’Italia

16 bis, rue Gasparin – Lyon 2 – 04 78 42 39 92 Didier & Thierry Stefanini OPTICIENS 16 bis rue Gasparin, 69002 LYON.

M Bellecour

Indépendant, hyper branchées aux couleurs acidulées et aux montures… En velours ! Pour une protection optimale, Maui Jin, inspirée par les surfeurs d’Hawai, propose des verres très filtrants, polarisants qui intensifient les couleurs. Toujours à la recherche de modèles confidentiels et originaux, DTS Optic nous fait découvrir les modèles uniques de Traction Production, un fabricant jurassien et ceux de Sama Eyewear, créés par une styliste américaine et portés par tout le show-biz hollywoodien ! Reste à choisir entre la lunette vintage extra large pour couvrir le regard, la démesure avec des montures épaisses et des couleurs flashy ou un modèle intemporel, plus classique. Et pour les inconditionnels de Steve Mac Queen, le modèle Persol porté par l’icône s’impose pour cet été. A choisir… les yeux fermés ! O


FACONNABLE.COM

C’EST FAÇONNABLE.

LE DRESSING - 1, RUE JEAN DE TOURNES - LYON 2 - 04 78 42 56 33


STYLE SHOPPING

Tentations

Le panier beauté de notre chroniqueuse à tête chercheuse. Par Françoise Petit

DESTINATION MINCEUR

Non ce n’est pas une machine à fabriquer des sorbets fraise, cet appareil révolutionnaire aux multiples effets essentiels pour la minceur porteur d’harmonies s’appelle « Strawberry ». Réduire sa taille ou ses poches sous les yeux, raffermir les parties relâchées de son corps, tonifier sa peau n’est plus une quête impossible. Indolore chaque séance courte assure une efficacité incroyable. Lydie Laudicina, la directrice de Physiomins rue Edouard Herriot vous expliquera tout sur ce « laser » innovant que commercialise Charles Cobley, de la famille du fabriquant anglais. www.laserlipo.fr

UNE POUDRE BRONZANTE POUR UN EFFET BONNE MINE TOUTE L’ANNÉE

Cette poudre compacte bronzante de form at gran galet possède une formule-soin exception d nelle aux principes actifs anti--déshydratants. Orlane propose quatre teintes en fonction du hâle souhaité, soleil clair, cuivré, bronze ou ambré. Dans cet écrin XL une belle composition confort (huile de jojoba notamment) avec en bonus, le mica qui apporte de la luminosité et protège des rayons solaires.

L’OREAL PARIS ouvre les portes du palais de la gourmandise et crée MISS CANDY, COLLECTION MAQUILLAGE

PRINTEMPS – ÉTÉ 2012

Délicates ou baby doll, les 4 nuances friandises des GLOSS Glam Shine Miss Candy invitent au plus sucré des baisers. Pour papillonner de plaisir, les 3 nouvelles teintes des FARDS A PAUPIERES Color infaillible Miss Candy parent les yeux d’un délicieux velouté. LE VERNIS Color Riche prend ses quartiers de printemps en se dotant d’une jolie palette tonifiée en touches mentholées avec 4 nouvelles couleurs.

Fards à paupières Color Infaillible 9,84 euros* Vernis à Ongles Color Riche 5,50 euros* Gloss Glam Shine 9,79 euros* DISPONIBLES EN MAI 2012 70

MAI 2012

Patricia Perrin ouvre son institut à de nouvelles propositions de bien être en accueillant Thibaut Avenier kiné spécialisé. Ce sportif de haut niveau met son art au sommet de l’équilibre corporel et du confort moral. Une manière, une technique, une carte de massages exclusives sur Lyon. Très sollicité à l’Alpe d’Huez pendant la saison d’hiver Thibaut Avenier arrive tout schuss au Centre Marie Georges Gérard. Que du bonheur et du lâcher prise : 04 78 38 18 18 ou 06 62 66 33 85.

L’ITALIE AU DOIGT, ET À L’ŒIL…

Un diamant véritable de 0,02 carats, monté sur un anneau de couleur en silicone : esprit estival pour la dernière création de l’italien Duepunti. Une bague déclinée en 19 coloris, propices à d’heureuses juxtapositions, comme le montre ici Virginie. Collection proposée en exclusivité à Lyon par Corinne et Georges Cote, à la boutique Constance rue de la Charité. Pour dire «je t’aime»… à l’italienne.

«LE MÂLE» TERRIBLE EAU DE TOILETTE EXTRÊME

La nouvelle Eau de Toilette Extrême de Jean Paul Gaultier : une nouvelle interprétation olfactive du parfum de légende «le Mâle». Un départ terriblement frais, un cœur terriblement masculin, sur un fond terriblement sexy et brut.

UN ÉROTISME SUGGÉRÉ, TOUTE EN DÉLICATESSE ET LÉGÈRETÉ…

Jean Paul Gaultier présente la variation légère de Classique X : L’Eau. Délicatement sexy, telle une caresse, L’Eau s’ouvre sur un accord pivoine, eau de fleur d’oranger. En tête, les zestes de bergamote et le néroli apportent fraîcheur et éclat à la manière d’une Cologne, pendant que la vanille et l’iris laissent un sillage vaporeux. Le flacon mythique se dessine en finesse et joue entre calligraphie et transparence pour mieux révéler une fragrance au rose tendre et cristallin.


Costume 259 € Chemise 45 € Cravate 24 €

Chemises 45 et 49 €

Blouson en daim 450 €

Polos 45 € Veste 189 €

Jeans 69 € Pantalons coton chino 69 €

Maillots de bain 49 € coffret montre + maillot 99 €

T Shirts 24 €

4, rue du Platre - 69001 LYON -Tél. 04 78 72 77 84 Lundi-Samedi : 10h-19h30

www.jordan-malka.com

© Fabrice Schiff

Baskets 89 €


VU ! CHRONIQUE

MOIS PAR

moi

Les jolies sorties et belles rencontres de Françoise Petit.

S

téphane Pelletier a retrouvé ses chéris-chéries au Broc Bar le temps de faire une pause café et fourmiller d’autres idées après avoir vendu en pleine gloire son resto à Paris rue de Berri. Ayant rempli pendant trois ans son caddy de VIP, Steph, fort d’un carnet d’adresses digne d’un people donne encore l’eau à la bouche. Il a tablé sur des stars ou gens qui aimaient déguster l’ambiance rouge théâtre du lieu, tels Desireless, Armande Altaï, Christophe Willem, Nora Berra, Julien Dassin, Fabienne Thibault, Radiah Frye ou Jean-Marc Morandini etc… C’est avec Sophie Favier que Stéphane Pelletier a tissé les plus grands liens d’amitié, au point que Cathy sa sœur parisienne (elle looke Babette de Rosière dans C à Vous d’Alessandra Sublet) va s’associer avec l’ex coco girl pour ouvrir une boutique de fringues à Neuilly. Son autre sœur, Marie garde le sourire au Broc Bar, elle qui fait vivre avec Eric les quotidiens chaleureux du bar le plus branché du first arrondissement !

I

sabelle Bernard, présidente du groupe de supporters OLAng’Elles est comme un poisson dans l’eau à Gerland. Ce jour là, l’aquarium se trouvait sur le terrain avec des filles qui ont joué les deux mi temps sous une pluie battante. L’absence de soleil a fait rayonner les Lyonnaises qui ont battu magistralement Potsdam 5 à 1 lors du match aller des demi finales de la Ligue des Champions. Buts marqués par : Henry (6e), Abily (20e, 61e), Schelin (21e), Dickenmann (55e).Jean-Michel Aulas jubilait, rêvant sûrement de tels scores pour les hommes de Rémi Garde. Pierre Jamet, Dominique de Saint Lager, Elisabeth Queyranne, n’ont pas regretté leur dimanche au stade tout comme Alla Poédie, qui prépare un guide en russe sur Lyon et autres projets pour attirer les touristes slaves. Roland Tchenio n’est pas resté froid à cette information. Bientôt la finale à Munich.

72

MAI 2012

I

l se déguste en toutes saisons. Au printemps des dizaines de recettes donnent envie d’oublier les tartiflettes. L’agence Clair de Lune a communiqué sur ce produit AOC mettant en avant les vertus du fromage savoyard en habit « laitier » ou « fermier » (pastilles de caséine rouge pour le premier, verte pour le deuxième). Au Potager des Halles, un soir de dégustation impliqua les clients de Franck Delhoum qui apprenaient à comprendre la texture de ce natif des Aravis provenant du lait de trois races de vaches de montagne : l’Abondance, la Tarine et la Montbéliarde. Petit discours sur la méthode de fabrication en se rendant sur le site www.reblochonfermier.com

F

r ançois Belay, chevalier dans l’Ordre national du Mérite agricole œuvre via son agence AOC (Animation, Organisation, Communication) pour les valeurs de nos producteurs et les saveurs qui vont avec. Bien méritée cette médaille. Celui qui prête sa voix aux arrivées du Tour de France signait son deuxième grand marché des AOC, ponctué d’animations gourmandes à l’instar du concours des journalistes. A Bourg-en-Bresse, l’on croisait le sieur Godet, Jean-Jacques Billon, Odile Mattei et autres charmants représentants de la gente médias. Jacotte Brazier était venue dédicacer « les secrets de la mère Brazier », Corinne Touzet et Bernard Farcy ainsi que Georges Blanc animaient cette conférence de Bresse (bravo aussi à Alexandre Picquier et ses collaboratrices super dynamiques). Lyonpeople fit recette comme en témoigne cette photo souvenir.


VU ! PEOPLE EVENTS

LES 18 ÉVÉNEMENTS

qu’il ne fallait pas rater  + de photos sur

www.lyonpeople.com

1

L’AGE D’OR DE LA PEINTURE LYONNAISE VERNISSAGE AU SIÈGE HISTORIQUE DU CRÉDIT LYONNAIS

La direction de LCL représentée par Pascal Pétris, Georges Sébille et Jean-Luc Copéret permet au critique d’art Alain Vollerin de démontrer, et cela n’avait jamais été fait aussi clairement avant lui, comment Lyon était devenue au XIXe siècle, la seconde ville de France en matière de peinture, après Paris. Ce vernissage fut l’occasion de présenter le livre « l’Age d’Or » où figure en bonne place Emilie Charmy qui fut soutenue dès le début de sa carrière par le comte Etienne de Jouvencel. Alain Vollerin décrit la volonté de Napoléon 1er d’encourager la formation d’artisans peintres pour les Fabriques de soieries, provoquant la réouverture de l’école des Beaux-arts, en 1807, après le sinistre épisode du Siège de Lyon. Une exposition inédite et magistrale d’œuvres, souvent en grands formats, prêtées par un collectionneur qui tient à l’anonymat. Jusqu’au 29 juin 2012 LCL- Crédit Lyonnais - 18, rue de la République - Lyon 2e Entrée libre du lundi au vendredi de 9h à 17h

3

LANCEMENT DU NOUVEAU MERCEDES SL CHRISTIAN TÊTEDOIE

L’équipe de Mercedes-Benz Lyon a choisi de faire découvrir sa nouvelle gamme de SL sur la terrasse du restaurant L’Antiquaille, en totale harmonie avec ce produit classe et moderne. Les invités ont pu profiter d’un cocktail dinatoire préparé par le chef, le tout arrosé de champagne Ruinart. Cette présentation a été l’occasion pour ces privilégiés de réserver un essai du véhicule en concession et de repartir avec des goodies sous forme de coffret, offert par la marque Jo Malone.

74

MAI 2012

2

Photos © Artfotografik, Fabrice Schiff et Saby Maviel

ES, KTAILS, BEFORE, AFTER, VERNISSAG RETROUVEZ CHAQUE MOIS LES COC E. ITAL CAP RE NOT É MIN QUI ONT ILLU PETITS FOURS ET BEAUX ATOURS

MDA PRÉSENTE LE PLUS GRAND ÉCRAN AU MONDE

Drôle, touchante, burlesque, intime, sincère et extravagante… à l’image de l’artiste « atypique » Jarry ! C’est ainsi que l’on pourrait qualifier la soirée organisée par Michel Vieira et l’équipe du Complexe MDA, réunis pour découvrir en avant-première le plus grand écran au monde signé Sharp (2,02 mètres) qui sortira au mois d’avril. Autour d’un (grand) verre de Mojito géant. Cerise sur le gâteau, Jarry a ambiancé la soirée avec son one-man show délirant, un vrai bonheur et une soirée réussie pour tous les invités ! VB


LES 18 RENDEZ-VOUS

avec

qu’il ne fallait pas rater 

Thomas Belleteste (Sportfive), Julien Delalande (LCDAL) et Sylvain Durix (LCL) Les invités de MDA

Patrick Chêne (Sport 365)

Jean-Philippe Pelou, directeur du centre commercial de la Part Dieu, Eric Amsellem (Centre commercial de la Part Dieu) et Jean-Michel Piro (Contact Optique)

Geneviève Watine, Nathalie Echinard, Lilou Fogli, Anne Revillon et Sylvie Peyre chez Argenson

Claire-Sophie Peyronnet, Mehmet Meric, Marie-Sophie Bouvard (Oseo), Hervé Duchamp et le jeune Mathieu

Jean-Pierre Michaux et Michel Gonnet Michel Janin-Bailly en compagnie de Christel Chatte et Virginie Métayer (Onet Sécurité)

Pierre-Antoine Marche (Marchal), Sylvain Thirel (SNMA), Maxime Putelbergier (Marchal), Gilles Murtas (SNMA) et Jean-Marie Clément

Frédérique Serve (Institut Vendôme) et Véronique Bransol (MTC)

+

de photos sur

www.lyonpeople.com

4

Alain Fournier, Jean-Claude Voituret et Olivier Delorme, PDG de Delorme Automobiles

Jean-Michel Aulas (Olympique Lyonnais) et Hamdan Al-Kamali

LES TRIBUNES VIP D’OL - AUXERRE

L’acteur Clovis Cornillac

Deux buts marqués sur penalties par Lisandro Lopez ont permis à Lyon d’arracher un succès étriqué sur Auxerre (2-1), samedi 7 avril sur son terrain de Gerland en match de la 31e journée de Ligue 1, un résultat qui lui permet de revenir à trois longueurs de Lille.

76

MAI 2012

Photos © Julien Smati – Smart Angel Media

OL PEOPLE

Pierre Jamet (Cour des Comptes) et Marino Faccioli (FFF)


VU ! PEOPLE EVENTS

LES 18 RENDEZ-VOUS

+

5 LES COULISSES DE LA FÊTE COUPE DE FRANCE

de photos sur

www.lyonpeople.com

Photos © Robert Saint Clair et Marco

qu’il ne fallait pas rater 

Les joueurs de l’Olympique lyonnais, qui ont remporté la Coupe de France face à Quevilly (1-0), ont célébré dimanche 29 avril leur premier trophée depuis quatre ans, le 16eme depuis 2001, devant plus de 3 000 supporters enthousiastes réunis place de la Comédie, devant l’Hôtel de Ville. MP

Séquence papillote. Yoann Gourcuff prend la pause avec Anne Revillon et Nathalie Echinard. Sous l’objectif du paparazzi Jean-Paul

Pendant que son rival Thierry Braillard prend la lumière, Michel Havard est en séance coaching avec Jacques Marcout. Cela suffira-t-il pour sauver son siège de député ?

Gégé bénit la fille de Cris. Maire et archevêque à la fois…

Malgré une nuit blanche, Stéphane Guiochon (Le Progrès) a dégainé sourire et matos.

78

MAI 2012

Bernard Lacombe était là pour faire l’animation… Débarqué du mauvais côté, le conseiller sportif de JMA a du escalader les barrières pour rejoindre le groupe.

Lloris et sa fille dans les bras. Avec le capitaine Cris et l’auteur du but de la victoire Lisandro Lopez, le gardien lyonnais a été le plus acclamé.

Avec Jimmy Briand (qu’il confond avec Dany Brillant), Laurent Argelier pense être raccord avec la ligne éditoriale et musicale de sa station MFM

Coup de chapeau à Bafetimbi Gomis et à toute l’équipe de l’OL


VU ! PEOPLE EVENTS

LES 18 RENDEZ-VOUS

qu’il ne fallait pas rater 

+ PRINTEMPS DES ENTREPRENEURS 6 MEDEF DOUBLE MIXTE de photos sur

Photos © Fabrice Schiff

Michel Havard, député du Rhône, Bernard Fontanel, président du Medef Lyon-Rhône et Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon

www.lyonpeople.com

Sur le modèle de son Université d’été, le MEDEF Lyon-Rhône a organisé son Printemps des entrepreneurs au Double Mixte, sur le campus universitaire de la Doua. Un événement auquel 1 500 participants ont participé. MP

Cette journée a permis aux acteurs du monde économique au sens large d’échanger et de débattre sur différents sujets. Deux petits déjeuners débats, quatre ateliers et une plénière exceptionnelle, en présence d’entrepreneurs, d’experts, de philosophes et de sportifs de renom, ont rythmé la journée. De nombreuses personnalités lyonnaises comme Jean-Michel Aulas, Olivier de la Clergerie ont répondu présents tout comme Charles Beigbeder, président de Poweo, Guillaume Poitrinal, Pdg d’Unibail-Rodamco, Clara Gaymard, présidente de General Electric France, le navigateur Loïck Peyron, le journaliste François Lenglet… Une première réussie.

Fabienne Billa Thomas Perrin et Philippe Barret (Apicil)

Alain Audouard, président de la Chambre des Métiers et Didier Charbonnel (Charbonnel)

80

MAI 2012

Jean-Paul Mauduy, président de la CRCI et Bernard Fontanel, président du Medef Lyon-Rhône

François Pons (Grant Thornton), Emmanuelle Dancourt (KTO TV) et Laurent Jouisse (Caisse d’Epargne)

t (Networking)

et Jacques Sim

onet (InterMed

ia)

Noël Comte, président CCI Beaujolais, Daniel Martin, Nora Berra, secrétaire d’Etat à la Santé, Bernard Fontanel, président du Medef Lyon-Rhône, Guy Metral (CCI Annecy) et Jean-Paul Mauduy, président de la CRCI


Daniel Loeffler (Service de la promotion Economique), Thierry Baglan (GGBA) et Blaise Matthey (Fer Genève)

Fabrice Plasson (Amoeba) et Frédérique Almaraz (ALP Prévoyance)

Nora Berra, secrétaire d’Etat à la Santé et Bernard Fontanel, président du Medef Lyon-Rhône

Cyril de Gasquet (Adecco Médical), Ronan de Dieuleveult (Ethics France) et Pierre Chalvin (Unitex)

Marco (Lyon Pe et l’horloger Je ople), Yves Rioton (Sémin aires Busines an-Louis Maier s)

Patrick Perret (Caisse d’Epargne) et Sylvain Barbier (AF Neowi)

Franck Urbanski (Evolem), Claire Vernet (ALP Prévoyance) et Eric Fardel (Metallyon)

Paul Rolland (STEEC/PRF) et Philippe Guérand (CCI de Lyon)

Jean-Pierre Buisson, Sabrina Benyahia (Ernst & Young) et Olivier de la Clergerie (LDLC.COM) Marie Bonnard, Nathalie Gateau (Apicil) et Karine Billoudet (KPMG)

Blandine Vignon (CCI Lyon), Bruno Rousset (Evolem) et Anne-Marie Baezner (GL Events)

Emmanuelle Dancourt (KTO TV) et le mathématicien Cédric Villani

Jérémie Reynaud (Régie Bari) et Aurélie Dantzikian Frachon (Lamy Lexel) Thibaut Troufa, Pauline Le Coq et Benjamin Pierrisnard (IAE Lyon Junior conseil)

Nicolas Pesson (KPMG) et Sophie Renard (Eliott et Markus)

Sophie Stradiotto (BTP Rhône) et Laurent Gesse (Axial Agencement)

Thierry Barrandon (Métallurgie Rhodanienne) et le sénateur François-Noël Buffet

Bruno Bonnell (Robopolis) et Anne-Sophie Panseri (Maviflex)

Véronique Thevenin (Talentiel RH) et Jacques Chalvin (Double Mixte)

MAI 2012

81


VU ! PEOPLE EVENTS

LES 18 RENDEZ-VOUS

qu’il ne fallait pas rater 

+

de photos sur

www.lyonpeople.com

Photos © Lionel Pinar

7 TOUTE LA VILLE À L’INAUGURATION

PÔLE DE LOISIRS LYON CONFLUENCE

Une marée humaine qui investit le nouveau centre commercial sis au bord de la darse nautique… l’inauguration du projet phare de la Confluence a tenu toutes ses promesses. Les Lyonnais n’ont pas boudé le rendez-vous d’Unibail-Rodamco et de la Ville de Lyon. MP

Ghani El Fejir, Kristel Gasmi (Vapiano) et Pierre-Yves Gas (Proxi Com)

Guillaume Guttin, Arnaud Friso, Nicolas Vidal (Com’Unique) et Luc Billot (Mobiville)

Virginie Guy-Colomby, François Royer, Marion Delattaignant (Decitre), Denis Broliquier, maire du 2ème arrondissement, Guillaume Decitre, président de Decitre et Fabrice Baumann (Decitre)

82

MAI 2012

Bruno Metzle et Philippe Florentin (Zinc Zinc)

L’architecte Jean-Paul Viguier, Guillaume Poitrinal, président d’Unibail-Rodamco et Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon

Marco (Lyon People) et François Pelletier (Carat)

Emmanuelle Mary (DDB), Marie Rasmont (Unibail-Rodamco) et Isabelle Dejeux (DDB)

Jean-Michel Ravot (Quorum Production), Pierre Nouaille (AKI) et Frédéric Cilia (Quorum Production)

Vinciane-Hermance Piquet-Gauthier, Maître Vincent Piquet-Gauthier et Maître Frédéric Gutton Stéphane Psiomadis, directeur du Pôle Commerces et Loisirs de la Confluence

Philippe Takacs, directeur Régional Mercure et Marta Pardo-Badier, directrice Château Perrache

Pierre-Guy Cellerier (Cellerier)


La technique de vos évenements

www.

eurosono.com euro sono ALeX t’rem

Parc D’yvours, Batiments B9 2 rue D’yvours 69540 Irigny tél. : 04 72 44 34 34 Fax. : 04 78 17 27 54 eurosono@eurosono.com

son - LumIère - vIDéo - scène structure DIstrIButIon eLectrIque


VU ! PEOPLE EVENTS

Pascale Desautel et sa mère Chantal

Agnès Duval et Martine Boussion

Jacky Martinon, Hélène Couble et Antoine Cohade

Philippine, Bérengère Lamy et Marie-Victoire

Martine Nicolet et Jacqueline Martin-Festa

Alain Perbet, son épouse Evelyne et Jean-François Avet (Sarl Perbet Joaillier)

LES 18 RENDEZ-VOUS

qu’il ne fallait pas rater 

Franck Martin et Pierre Arthaud

Marie-Claude Stracchi, Véronique Boels et Isabelle Reymond

François Nicolas d’Alincourt (RCF) et Elsa Muchada, adjointe au maire du 6ème

Marc Malmed et Thierry Toullec (Borealis)

Le baron et la baronne Charles Neyron de Saint-Julien

Evelyne Guyot, Sabine Courjon et Leslie Fonlladosa

Photos © Fabri

ce Schiff

Jean-Marc Veyron la Croix et Jacky Martinon (Château de Chasselas)

+

de photos sur

www.lyonpeople.com

8

VERNISSAGE DE L’EXPOSITION INSTANTS DE LUMIÈRE ORANGERIE DU PARC

Aude Carré-Sourty, le sculpteur Damien Colcombet et Ostiane de Saint-Julien

Voilà un titre qui évoque à la fois la fugacité et la persistance… et réunit la singularité de deux artistes, Aude Carré-Sourty et Ostiane de Saint Julien. La première, entre figuration et abstraction, suggère au regard de s’évader - sur aluminium anodisé ou photographies résinées - dans l’intensité d’une nature transcendée par le contraste des bleus profonds et des camaïeux de gris. La seconde ouvre, sa palette du rouge au bleu et laisse sourdre le velouté du violet pour mieux souligner le lieu du songe. Car ses toiles - souvent grand format - accueillent, derrière les silhouettes esquissées d’enfants au jeu, le bonheur simple et son insouciante liberté. JAF

84

MAI 2012


RESTAURANT LE CATALPA GOURMAND

*

38 rue de l’arbre sec - Lyon 1 Réservation au 04 78 29 27 90 * Le Catalpa est un genre d’arbre sec originaire d’Amérique du Nord et d’Asie orientale ; Il dégagerait une odeur qui attire les plus gourmands

- Cuisine lyonnaise & traditionnelle - Buffet de desserts à volonté - Fontaine de chocolat Nutella • Chantilly

- Horaires du lundi au dimanche - Midi & soir MAI 2012

85


VU ! PEOPLE EVENTS

LES 18 RENDEZ-VOUS

Photos © Fabrice Schiff

qu’il ne fallait pas rater 

9 CRÉDIT MUTUEL MARÉCHAL LYAUTEY ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

Après la Plateforme l’an dernier, c’est sur la planète cinéma que les clients et les sociétaires du Crédit Mutuel de la place Maréchal Lyautey ont embarqué à l’occasion de leur assemblée générale. A la manœuvre, Jean-Pierre Bessard, président du Conseil d’Administration, Simone Glacon, présidente du Conseil de Surveillance et Alain Guillaume, directeur ont animé l’assemblée générale avant le cocktail dinatoire au cœur de l’Institut Lumière. MP

Les administrateurs du Crédit Mutuel Maréchal Lyautey

Christian Pont, Jean-Pierre Bessard, Simone Glaçon et Alain Guillaume (Crédit Mutuel)

Christian Pont (Crédit Mutuel)

86

MAI 2012

Simone Glaçon, présidente du conseil de surveillance du Crédit Mutuel Maréchal Lyautey

Jean-Pierre Bessard, président du consei l d’administration du Crédit Mutuel Maréc hal Lyautey

L’équipe du Crédit Mutuel Maréchal Lyautey

Alain Guillaume, dir ect du Crédit Mutuel Ma eur réchal Lyautey


Léa Capelle et Sophie Guillermier (Agence immobilière Mandaly)

Jacques Chartier et Bruno Tronel (ORPI Tronel)

Arnaud Cœur et Vincent Capelle (Agence immobilière Mandaly)

Docteur Jacques Leval (Clinique Charcot) et Jean-François Vesson (Voir & Entendre)

Philippe Vorburger, Alain Guillaume (Crédit Mutuel), Valérie Asti (Acteurs de l’Economie) et son époux Marco (Restaurant Tartufo) Marcel Chanel, Jo Beraud et Nico (Lyon People)

Cécile et Damien Voutay (Conny Killborn), Mathilde Boffard (Birdy Birdy Partners)

Jean-Marc Ce ld et Jacques Le ran (Etude AIP), son épou se Nathalie, La val (Crédit Mut urent Bianzani uel) (E

rmont)

François Tort et Isabelle Noailly (Crédit Mutuel)

Etienne Paillard, Ludovic Ferrara et Stéphane Bedjidian (Birdy Birdy Partners)

Rémi Morghese (Franfinance), son épouse Stéphanie (Crédit Mutuel) et Luc Noailly (Manpower) Guy Granger, Yves Malherbe et Serge Bouvier (Crédit Mutuel)

Aziza et Philippe David (V2 Développement)

Hervé Charreat (Crédit Mutuel) et son père Claude-André

Béatrice Bessard (Cabinet Vétérinaire du Point du jour), Nicole Balland (BIP Immobilier) et Claude-Hélène Crouzoulon

Antoine Castano (Canhumanitaire), Maitre Jean-Paul Valentin et Philippe Vorburger (TLM)

MAI 2012

87


VU ! PEOPLE EVENTS

qu’il ne fallait pas rater 

Maître Dominique Bremens, Valérie Maitre-Latour (Le Progrès) et Jean-Marc Palluis (Foncimo)

Pascal Delaporte (Ricard) et Franck Avazeri (Franck Avazeri Consulting)

Photos © Fabrice Schiff

Carole Massimi (Lodge Concept), Juliette Arpin et l’artiste peintre Adeline Dutel

LES 18 RENDEZ-VOUS

Céline Bertholet (Smart Box) et François Pin (La Bresse)

Jean-Jacques Billon (Lyon People) et Frédéric Berthod (33 Cité)

Emilie Beynet, Alla Poedie (Alyonnat) et Laetitia Pepino (Pack Events) Papou, Christophe Marguin, Maître Frédéric Gutton et Frédéric Berthod (33 Cité)

10 33 CITÉ

OUVERTURE DE LA TERRASSE

Premier établissement à ouvrir le bal des terrasses, le 33 Cité a battu le rappel de ses afficionados pour une soirée… indoor, météo oblige. Face au parc de la Tête d’Or, le spot créé par le trio Berthod, Marguin et Viannay, ont concocté une soirée entre amis. Loin des fêtes prises de tête et à l’image de ses patrons : bien arrosée et décomplexée. En partenariat avec la maison Ricard.

Laye Diop et Ignacio Rodriguez Campos (Hilton Lyon)

Gilles Demange (Orosa) et David Garde (SAPE)

88

MAI 2012

Sylvie Peruchon (Agence Shine Byblos Group) et Pascal Delaporte (Ricard)

Julien Ploton (Syloc) et Shaun Bybee (Twinfish Design)

Catherine Ricard (CGPME) et Pierre Doucet (JFK Média)

Dorothée, Sophie et Audrey Monnot (Groupe Vulcain - Volvo)

Michel Lopez (Korloff), Elie Cunat, DG du Groupe Gauduel et Ignacio Rodriguez Campos (Hilton Lyon)

Laurent Daublain (Syloc), Nathalie Reynaud et son époux Olivier (Rey-Coquais)

Laye Diop (Hilton Lyon) et Ali Afshar, directeur de la Reine Astrid


VU ! PEOPLE EVENTS

Jean-Pierre Rinaudo se prête de bonne grâce au magic tour

Damien Bessan, Jean-Philippe Merle, Christophe Muller, Elie Cunat, Paul Bocuse, Vincent Le Roux et Olivier Couvin

+

LES 18 RENDEZ-VOUS

qu’il ne fallait pas rater 

La table des parrains MBM

Hervé Bal (Editions HB) et Pierre Nallet (AnaHome Immobilier)

La table de Denis Combrichon

Marc Bathier, son épouse Christine et Michel Lopez (Korloff)

de photos sur

11

Photos © Fabrice Schiff

www.lyonpeople.com

PAUL BOCUSE, PARRAIN DU DÎNER DE GALA MBM 2012 ABBAYE DE COLLONGES

Standing ovation pour Monsieur Paul. C’est au parrain de l’édition 2012 de sa soirée de gala qu’Elie Cunat et les 380 convives - donateurs ont rendu hommage. Le président de l’association MBM, secondé par Michel Lopez, Thierry Monneri et Hervé Fleury, a chaleureusement salué le chef de Collonges qui met gracieusement son abbaye et ses équipes en ordre de bataille pour moissonner un maximum de dons au profit des associations Geist 21 et Léon Bérard. Les 53 000 euros de bénéfices récoltés durant la soirée seront affectés dans leur totalité au confort des enfants malades porteurs de trisomie 21, de cancer et de leucémie. MP

90

MAI 2012


Eric Vernusse (Banque Rhône-Alpes) et son épouse Catherine

Maitre Richard Bret, Fabrice Hoolbecq (Noaho Immobilier) et Francis Allimant

Chantal et Richard Sansavini (Arrivetz) Guy Benayoun (Do Mo)

Laurent Bouvier, président des Toques Blanches, Géraldine Carret et Ali Afshar, directeur du Warwick Reine Astrid

Le chef Christophe Marguin, son épouse Nicole, Karine et Philippe Bernachon

Bernard Basse, Gérard Cormoreche et Bernard Gay (Crédit Mutuel)

Elie Cunat, Michel Lopez, Thierry Monneri et les magiciens de Génération Magie

La veste de Paul Bocuse vendue aux enchères …

Julien Bourgeois (Dynamic View), son épouse Audrey et David Cunat

Mathias Barsumian et Caroline Rigondet (Nagabbo)

Les invités de Laforêt Immobilier

Ben au service de sa majesté

David Garde (SAPE) et Gilles Demange (Orosa)

…et acquise en copropriété par les maisons Maier, Le Mercière, Bernollin, Beaumont et Finet, Caro de Lyon et Lyon People

MAI 2012

91


VU ! PEOPLE EVENTS

Violetta, Karine, Rado (5A) et Thierry (Info Logement)

Karine Fontaine (Sotheby’s Real Estate) et Michel Lopez (Korloff)

Thibaut Cartier et Jade Bensoussan

Emilie Lambert (SLA Conseils) et Pascal Petrucci (Le Dressing)

Cathia (Mini Gauduel), l’horloger Jean-Louis Maier, Catherine et Philippe Lafon

LES 18 RENDEZ-VOUS

qu’il ne fallait pas rater 

Sandrine Woiffe, Hervé et Alexandrya

Nicolas Winckler (Lyon People) et Christian Lafaye (Ste Foy immobilier)

Dalil Merad (DcomMedia), Laurence (Gauduel) et Ali Afshar (Warwick Reine Astrid)

Romée de Tarlé (RT Conseils) et Philippe Faugier (Le Dressing)

Eric Lacourt (ACB) et Henri-Daniel Dumonal (HDD)

Didier Jeannerot (SIP), Laurent Rigamonti (Sogetub) et Terence Fombonne (Sitep)

Photos © Artfotografik

Le défilé made by Joy

+

de photos sur

www.lyonpeople.com

Stéphane Albrègue (Ferrari), Maureen Milet et Dominique Palumbo (BMW Mini Gauduel)

12 DÉFILÉ DE PRINTEMPS MINI GAUDUEL

Moquette rouge et top models pour les 350 afficionados de la citadine tendance qui a squatté sans complexe l’immense show-room habituellement dédié aux berlines allemandes de BMW. 10 mannequins de l’agence Enjoy Models habillés par Catherine Lafon et Le Dressing ont défilé pied au plancher à bord de 8 séries spéciales Mini. Coup d’accélérateur convivial et festif pour un printemps qui se fait désirer. MP

92

MAI 2012

DJ Sara Costa et Elie Cunat, DG du Groupe Gauduel


VU ! PEOPLE EVENTS

LES 18 RENDEZ-VOUS

+

qu’il ne fallait pas rater 

de photos sur

13 LYON BOURSE

INAUGURATION ALLIANZ

Christophe Gerbaud et Corinne Paris (Allianz)

Photos © Fabrice Schiff

www.lyonpeople.com

Les agents généraux Allianz Corinne Paris et Christophe Gerbaud ont accueilli dans leur nouvelle agence Lyon Bourse, rue Gentil dans le 2ème, plus de 380 invités lors de leur soirée d’inauguration. Accompagnés de la direction du groupe Allianz, Michel Freu, Gilles Clément et d’Emmanuel Imberton, leur parrain CGPME, vice-président de la CCI, ils ont exposé leur savoir-faire en matière de patrimoine, prévoyance, risque du particulier, et risques d’entreprise... C’est dans une ambiance «jazzy» et conviviale, que le traiteur Thierry Dematons et son équipe ont animé des buffets hauts en couleurs, sous les flots de champagne Taittinger et de rosé de St Maur, partenaires de la soirée. Aixom Sécurité (Groupe Artelis) et ses hôtesses étaient présents pour assurer la sérénité des convives.

Christophe Gerbaud, Corinne Paris (Allianz), Marc Vera (Vera Chimie), son épouse Ghislaine (Bébézine) et Gilbert Aiassa

Pascal Pain (Groupe Artelis), Céline Limadat (La table de Céline) et Maxime Gonnetant (Axiom Sécurité) Emmanuel Imberton, Vice-pré Olivia Thibaud et Emmanuel sident de la chambre de commerce, Hamelin

Marine, Gérard Paris et sa

Christophe Gerbaud (Allianz), Denis Broliquier, Maire du 2ème, Alain Lorieux (Maison Taittinger), Annie et le Général (2eS) Michel Commun

94

MAI 2012

Allianz, premier assureur mondial et européen - Agence Lyon Bourse, 12 rue Gentil - Lyon 2 - Tél. 04 37 41 52 90

fille Corinne (Allianz)


Marc Monrose (Chateau St Mau Christophe Gerbaud, Corinne r, famille Zannier), et Jean-François Savoye (Em Paris (Allianz) a Com)

La Direction générale et régionale d’Allia

nz

Christian Cocchi (medecin esth Saatdjian (Marie Claire), Chr étique et anti age), Audrey istophe Gerbaud (Allianz) et le champion du monde de moto d’endurance William Grarre

Christian Reydet (Allianz Beaune) et Christophe Gerbaud (Allianz)

Corinne, Marine, Jean-Claude Caro (Caro de Lyon) Corinne (Allianz) et Florence

Nadine Belissant- Reydet (Allianz), Romé e de (RT Conseils) et Christophe Gerbaud (Allia Tarlé nz)

Béatrice Trouiller et Louis Ongaro (groupe Grand Frais)

Patrick Noel (co président Foire de Vienn e), Corinne Franco et Christelle Bardet (Le Feminin Rhône -Alpes

)

Fabien Chalard (Comptoir de la Bourse), Corinne Paris (Allianz) et Julien Geliot (Comptoir de la Bourse)

Daniel Garnier (Cabinet Hermes), Maitre Virginie Levert, Denis Broliquier, Maire du 2ème et Olivier Chatard

Corinne Paris, Florian Paulon, Alexis de la Rupelle, Alexandra et Virginie Lebigre , Mickaël Guimbart (agents généraux Allianz)

Yves Grarre (Ville de Lyon), Catherine Ricard (CGPME) et le Général (2eS) Michel Commun

Jean-Pierre Dumay (PDG Mac Douglas) et Christophe (Allianz)

Nathalie Moussay (Conseil général du Rhône) et Richard Thavel (SCP Zerbib Huissier)

Jean-Pierre Cabusel (Le Boudoir) et Véronique

MAI 2012

95


VU ! PEOPLE EVENTS

Elie Cunat, DG du Groupe Gauduel entouré de Catherine Ricard (CGPME) et Christine Dubost

Pascal Bouvier (Immobilier Partners) et Jean-Noël Bouvier (Investim)

LES 18 RENDEZ-VOUS

qu’il ne fallait pas rater 

Olga (Hospices Civils de Lyon) et Guy Crozet (Poret-Crozet)

Valérie et Eric Giraud (Antonin Halles de Lyon)

Alain Lemasson (Olivier Bertrand Distribution), Arnaud Delaire (Château Pas de l’Ane), Sébastien Tournissoux (Olivier Bertrand Distribution) et Delphine Streck (Sport Liberté)

Albert Dray (Café du Pond) entouré d’Ibram, Armand (Cactus) Guy Crozet (Poret-Crozet)

Pierre Bonnet (Royal Racer) et Albert Dray (Café du Pond)

Benoît Toussaint (Paul’O) et Valérie (Lyon People)

Sandra et Eric Hubert (Hubert assurances), Isabelle Rodet (EDF), Olivier Grégoire (Jurihub) et Stéphanie Guinet (Hubert Assurances) Jefferson Goudeau (Chirurgien Plastique) et Catherine Ricard (CGPME)

Photos © Saby Maviel

Pauline Martin et Albert Dray (Café du Pond) et Jean-Christophe Virot (architecte)

+

de photos sur

www.lyonpeople.com

14 TERRASSES DU POND

Albert Dray (Café du Pond) entouré d’Alain Lemasson, Sébastien Tournissoux (Olivier Bertrand Distribution) et Arnaud Delaire (Château Pas de l’Ane)

INAUGURATION DE LA CAVE À VINS

Plébiscité pour ses apéros sans faim, le Café du Pond poursuit sa montée en gamme. Sa carte gourmande est désormais accompagnée d’une sélection de grands crus dignes des belles maisons lyonnaises. Une très belle vitrine baignée de lumière sert désormais d’écrin à ces vins fins au sein des Terrasses, son annexe design ancrée au cœur de la place Lyautey. MP

96

MAI 2012

Albert Dray (le Café du Pond), Benoît Toussaint (Paul’O) et Olivier Gonthier


© Fabrice Schiff

Le Théodore

Ouvert midi et soir sauf le dimanche

34, cours Franklin Roosevelt - Lyon 6 Métro Foch - Tél : 04 78 24 08 52


Photos © Lionel Pinar et Prisca Coquelicot studio

VU ! PEOPLE EVENTS

+

de photos sur

www.lyonpeople.com

15

LES 18 RENDEZ-VOUS

qu’il ne fallait pas rater 

La direction France et Marketing de Nissan équipée par Babolat

1ER ANNIVERSAIRE DE NISSAN DELORME RILLIEUX-LA-PAPE

Plus de 300 personnes sont venues (re)découvrir la concession Nissan de Rillieux, propriété du Groupe Delorme Automobiles depuis un an. Un anniversaire confié aux bons soins de l’agence Lusso sur le thème de l’été avec de nombreuses animations (dont un juke boxe live plébiscité) et un jeu concours qui a permis à son heureux gagnant de partir le temps d’un week-end au volant d’un Nissan Joke en direction de lac d’Annecy. Une nuit de rêve à l’Imperial Palace l’attendait.

Jérôme Sade (Directeur Nissan) et Olivier Delorme (Président Delorme automobiles)

Jérôme Sade avec l’équipe Nisan France

Dalil et Claire (DComMedia)

98

MAI 2012

Anne Jaloustre et Richard Thavel

Damien Moutard, Gaëlle Nicolas, Gérard et Marie Grieco

Richard Tougeron (Directeur Commercial Nissan)

Marine Desrues

Christine Pigeroulet (Coach sportif) et Pascale

Damien Moutard, Marion Layani et Jérôme Sade

Alexandra, Jean-Baptiste et Astrid

Julien Bourgeois (Dynamic View) et Laetitia Vivarelli

Wilfried Vernhes (Delorme Automobiles) et Diane Roure


VU ! PEOPLE PARTY

LES 18 RENDEZ-VOUS

+

de photos sur

www.lyonpeople.com

16 BUS CAFÉ

Nawel, Farrah, Morgane (US Latino Dance) et Albert Mabari (Bus Café)

Photos © Artfotografik

qu’il ne fallait pas rater 

SUN 7 BOULEVARD EN FÊTE

Le Bus Café célébrait jeudi 26 avril l’inauguration du nouveau centre de bronzage Sun 7 Boulevard de Gerland (275, avenue Jean Jaurès). La soirée, rythmée par le son de la voix jazzy de TP et son groupe ou encore la prestation des danseuses d’US Latino Dance, accueillit les miss du Comité Lyon, maquillées par Pierrefytte et coiffées en direct par le salon Top Model Coiffure cours Vitton. CM

Fabio Pinca, Yohan Lidon, Fabrice, champions du monde de boxe thai

Nehas Reda, Tiphanie Barroncas, Nebat Drums (Move ‘ Dance) et Stéphanie Rollet

Armand de Sertiade, Magda (Galeries Lafayette), Sharone (Salon Dojem), Léonnie, Gups (Caseo), Edgar (Coca-Cola), Ben et Lydia (B5 Productions)

Patricia et Stéphane (Descours & Cabaud) T.P et les hôtesses du Sun 7

Emilie et Nad (Sun 7 Boulevard)

Thomas Fort (BL Venture), Jade, Sylvie Huynh (Bus Café) et Laurent (BL Venture)

Audrey, Elodie et Elisabeth

Edgar et Emilie (Sun 7 boulevard) Fabio et Lisa (Sun 7 Boulevard Gerland)

100

MAI 2012

Emilie Cadillon (Miss coup de Coeur du Comité Miss France), la 2ème dauphine, Caroline Benarab (Présidente du comité de Miss Villeurbanne), Cécilia Jargot (Miss Villeurbanne), Natacha Vandeweghe (3ème dauphine), Sophie (Les Cup Cakes)


VU ! PEOPLE PARTY

LES 18 RENDEZ-VOUS

qu’il ne fallait pas rater 

Mickaël Miro

Photos © Fabrice Schiff

Amel Bent

+

de photos sur

www.lyonpeople.com

17 HALLE TONY GARNIER

LES 30 ANS DE RADIO SCOOP

Daniel et Philippe Perez et leur team

En 1982, l’assureur Daniel Perez lançait sa radio dans la jungle de la bande FM qui connaissait ses premiers jours de liberté. 30 ans plus tard, la station est parmi les lyonnaises les plus écoutées. Et pour souffler ses 30 bougies, une pléiade d’artistes (M.Pokora, Bob Sinclar, Amel Bent, Jenifer, Elisa Tovati…) s’est déchainée sur la scène de la Halle Tony Garnier. A l’issue du concert, aftershow dans les salons du Hilton. MP

Elisa Tovati Aura Dione

Caro, Sylvain Agniel et Reno

Tal Jenifer

102

MAI 2012


VU ! PEOPLE PARTY

Aurélie, Amir et Tiphaine

Yan et Charlène

LES 18 RENDEZ-VOUS

qu’il ne fallait pas rater 

Marianne, Pierre (Photographe), Christelle et Manon

Anissa, Cyril, Myriam, Marceline, Fabrice et Solange

Wilfrid Erbelding (Artwizztech), Xavier Riondel (Loire 42), Philippe Dyakonoff (Discount-Fleurs) et Franck Chavet (Agice Conseil)

Arthur Cassarin-Grand (gemme-referencement.com), Sandrine Perrin et Philippe Dyakonoff (Discount-Fleurs)

Marie, Hervé, Anatole, Laurence, Cécile et Dalila

Cécile, Christophe (La Poste) et Nathalie

Lydie (Saint Joseph Saint Luc), Johan et Marianne

Sarah et Magalie (Club Méditerranée)

+

Lucie et Aurore

Stéphanie (Arval) et Rémy (Gineys)

de photos sur

www.lyonpeople.com

Photos © Saby Maviel

Fabrice (Tendances), Damien (Primonial) et Marco (Lyon People)

18 AUX COULEURS DE L’ITALIE L’APÉRIKLUB

L’Apériklub organise tous les vendredi soir ses afterwork à la sauce italienne. Au menu du bar festif des Brotteaux, un buffet dinatoire offert en collaboration avec le chef Maurizio. Et privatisation d’une partie du club par la net society DooMiz. Terrasse et service voiturier en bonus. MP

104

MAI 2012

Vincent (AperiKlub) et Antony Rochand (Doomiz)


CARNET ndain

mo

MARIAGES

07/05/2012 – Marlène-Johanne Suberville et Alexandre Faure 05/05/2012 – Mary Zaccai et Romain Parrinello 12/05/2012 – Géraldine Dufour et Richard Le Tyrant 19/05/2012 – Valérie Chapier et Laurent Costilles 26/05/2012 – Péroline Charpy et Alban Duquenne

DISPARITIONS

Dans nos intentions de prière Madame Valérie Strausack, la maman de Sophie Dantzikian, âgée de 54 ans (photo) ; Monsieur Alain Chardiny ; Monsieur Thierry Mépillat.

NOMINATION

Après 5 années de Directeur de la restauration au Sofitel Lyon Bellecour, Jérôme Rotrou est parti prendre le poste de n°2 au Sofitel Rabbat, Jardin des roses.

DISTINCTION PATRICK AURAY CHEVALIER DE LA LÉGION D’HONNEUR C’est dans les salons de l’hôtel particulier du boulevard des Belges qui abrite la Chambre des Notaires du Rhône que le garde des Sceaux Michel Mercier a remis les insignes de chevalier de la Légion d’Honneur à Maître Patrick Auray, président honoraire des Notaires du Rhône et du Conseil régional des notaires de la Cour d’Appel de Lyon.

Maître Patrick Auray, son épouse Marcia, sa fille Caroline et ses petits-enfants Théophile et Romance

DISTINCTION Plusieurs Lyonnais distingués lors de la promotion de Pâques de la Légion d’Honneur : Monseigneur Barbarin, officier ; l’ancien préfet Jacques Géraud, officier ; et Christophe Marguin, chevalier. Le président des Toques Blanches Lyonnaises fêtera sa promotion en septembre. Sans vouloir dévoiler le nom de son parrain trois étoiles. On annonce du lourd…

Bruno Doucet-Bon, notaire honoraire et Roger Girardon, secrétaire général de la Chambre des Notaires Maître Patrick Auray, Joëlle et son époux Michel Mercier, garde des Sceaux

ANNIVERSAIRE ALI AFSHAR

SOIREE CARITATIVE

Pierre Jamet, conseiller maître à la Cour des Comptes, Edith et son époux Jacques Lagnier, expert-comptable et commissaire aux comptes

Le député Patrick Verchere et Maître Patrick Auray

Toutes les recettes de la représentation seront reversées à l’association Canhumanitaire. Réservations 04 78 78 50 00 Joëlle Mercier et Jacqueline Charpin

Jacques Musnier, notaire honoraire et Jean-Paul Picot, président des notaires honoraires

Maitre Xavier Ginon, Catherine et son époux Jean-Paul Picot

Marco (Lyon People), Françoise Bernachon et Maître Patrick Auray

Retrouvez ce reportage dans son intégralité sur www.lyonpeople.com – rubrique Les Fêtes 106

MAI 2012

Photos © Fabrice Schiff et DR

Dans la grande famille de l’hôtellerie lyonnaise, c’est le benjamin à être à la tête d’un établissement 4 étoiles. Le directeur général du Warwick Reine Astrid a soufflé les 35 bougies de gâteau d’anniversaire au Bossuet avec ses amis du Club Cigares.


Profile for Lyon people

Lyon People Mai 2012  

Magazine leader de la presse magazine lyonnaise

Lyon People Mai 2012  

Magazine leader de la presse magazine lyonnaise