Page 1

Mars | Avril 2008

N° 142

© sylvaine thomas - Fotolia.com

RÉSIDENCES DE TOURISME Un concept d’hébergement touristique très tendance

Un concept d’hébergement touristique très tendance FORMATION E FILIÈRE PROFESSIONNELL IQUE T É M S ts n O e C m e ss li b ta é s Le © Viktoriia Kulish

privés renforcent leurs filières

– Fotolia.com

Les bio jours sont arrivés


Le marché du Lot, c’est le Monde

C 4-19

DOSSIER

4-13

RÉSIDENCES DE TOURISME Un concept d’hébergement touristique très tendance

14-19 FORMATION PROFESSIONNELLE Les établissements privés renforcent leurs filières 20-27 ENTREPRISES 20-21 Pôle commercial de Cazals Une dynamique renforcée 22-23 Les Hirondelles Le camping comme à la maison 24-26 Imprim’Vert Cinq imprimeurs lotois s’engagent pour la protection de l’environnement 27

Barimar Agraf Metal Le réparateur du gigantesque

29-33 ENJEUX 29-33 Cosmétique Les bio jours sont arrivés 35-37 PLEIN CADRE 35-37 Gilles Marre, chef du restaurant Le Balandre : « J’ai toujours recherché l’excellence dans la simplicité » 38-57 L’ACTUALITÉ EN BREF 38

Repères Éco

42

Tourisme

45

Commerce

46

Vient de paraître

47

Formation Emploi

54

Conjoncture

57

Indicateurs

58

Petites annonces

Entreprendre Bimestriel Chambre de Commerce et d’Industrie du Lot Quai Cavaignac - 46000 Cahors Tél. 05 65 20 35 48 Directeur de la Publication : Michel Bès Conception & réalisation : Campagne de Presse Régie publicitaire : Editions Bucerep, Philippe de Vriendt, 06 50 71 57 76 Mise en page : François Cadart Imprimerie : France Quercy / Cahors Commission paritaire : 1 402 ADEP M AISSN R S -:A0992 V R I -L 681 2 0X0 8 Abonnement : 7,50 €

omment nier que le Lot fait partie du Monde et que, par définition, il est concerné par la crise financière que connaissent tous les acteurs économiques de la planète ? Bien évidemment, les entreprises du département ont à relever une part du défi et ne peuvent se soustraire totalement aux tensions qui mettent l'ensemble des marchés à l'épreuve. Cela étant posé, le premier constat qui s'impose est que les entrepreneurs lotois sont relativement épargnés. Que l'on ne se méprenne pas : il ne s'agit pas d'affirmer que le tissu économique local n'a pas connu des défaillances ; ce qui reviendrait à nier les difficultés réelles que connaissent certaines sociétés. Non, il s'agit d'enrichir cette analyse avec un second constat : le fait que plusieurs filières de l'économie départementale conservent ou retrouvent un dynamisme fort ne doit rien au hasard. Comment l'expliquer ? Cette situation est tout d'abord l'ouvrage d'entrepreneurs convaincus que le développement de l'activité du département devait trouver ses racines audelà de ses limites géographiques, que ce soit en France ou à l'étranger. Ce travail a été initié de longue date et a notamment conduit à l'émergence de pôles d'expertise dans les domaines de l'aéronautique ou de l'agroalimentaire, tous deux fortement exportateurs. C'est également le cas pour les activités touristiques. Comme le détaille ce numéro, les projets se multiplient et démontrent que le Lot est devenu une terre d'investissement privilégiée pour les principaux groupes du secteur. Il est logiquement impossible de recenser en quelques phrases les initiatives qui permettent à l'économie du département d'aborder les prochains mois avec une confiance renouvelée, mais un secteur mérite aujourd'hui, entre tous, d'être particulièrement mis en avant : le vin de Cahors. Voilà bien une démonstration des vertus de l'innovation et de l'audace. On s'en souvient, l'appellation suscitait il y a peu encore de nombreuses inquiétudes ; et on la voit aujourd'hui saluée et reconnue par les professionnels français et internationaux. Ce magazine s'était fait l'écho de ce retournement de tendance dès l'été dernier et y reviendra plus largement dans sa prochaine édition. Dans ce cas comme dans les autres, on doit bien constater qu'il est devenu vain d'opposer « tradition » et « modernité ». C'est justement l'association de ces deux atouts qui permet aux entreprises lotoises de s'imposer dans un contexte économique international réputé difficile. Jean-Pierre Lagane Président de la CCI du Lot

3


DOSSIER

© sylvaine thomas - Fotolia.com

Résidences d Un concept d’hébergement

100 000 lits dans les années 80, plus de 500 000 aujourd'hui : les résidences de tourisme ont manifestement trouvé leur public. Et les perspectives de croissance de ce marché restent optimistes pour 2008 et 2009, années durant lesquelles les ouvertures de lits devraient se poursuivre au rythme soutenu de 25 000 par an. A l'instar de notre département, c'est désormais dans les zones à connotation rurale que ce concept d'hébergement touristique devrait enregistrer le plus fort développement. Panorama. 4

ENTREPRENDRE 142


DOSSIER

de tourisme t touristique très tendance L

es premières résidences de tourisme ont vu le jour en France au début des années 80. Près de trente ans plus tard, aucun pays d'Europe n'a connu un développement de ce concept d'hébergement qui soit équivalent au nôtre. Un nouvel exemple de « l'exception française » ?

Qu'est-ce qu'une résidence de tourisme ? Le statut de la résidence de tourisme a été instauré en 1983. Un arrêté du ministère du Tourisme (de juillet 1983, modifié le 14 février 1986) fournit une définition précise de ce concept d'hébergement : « La résidence de tourisme est un établissement commercial d'hébergement classé, faisant l'objet d'une exploitation permanente ou saisonnière. Elle est constituée d'un ensemble homogène de chambres ou d'appartements meublés, disposés en unités collectives ou pavillonnaires, offerts en location pour une occupation à la journée, à la semaine ou au mois à une clientèle touristique qui n'y élit pas domicile. Elle est dotée d'un minimum d'équipements et de services communs. Elle est gérée dans tous les cas par une seule personne physique ou morale. » Il faut également ajouter que pour être classée, une résidence de tourisme doit compter un minimum de 100 lits. De son côté, le Syndicat National des Résidences de Tourisme et de l'Hébergement Saisonnier (SNRT), fondé en 1982 par des pionniers de ce métier, fédère 91 adhérents exploitants de résidences de tourisme classées et assimilables (100 lits minimum).

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

Le fait est que selon Gérard Brémond, PDG du groupe Pierre & Vacances *, « il existe véritablement un modèle français de la résidence de tourisme, tant en termes de produit que d'organisation du marché. Pourquoi ? Tout simplement, parce que la pierre est considérée par les Français comme une valeur refuge, et que nombre d'entre eux investissent dans l'immobilier locatif. » En l'occurrence, l'intérêt de ce modèle fondé sur une alliance vertueuse entre tourisme et immobilier, a été conforté dès 1996 par les exonérations fiscales accordées au titre de la loi Périssol, puis à partir de 1999 par la loi Demessine en faveur des établissements situés en zone de revitalisation rurale (voir encadré). Dans les faits, ces mesures ont contribué au développement d'un vaste réseau d'acquéreurs privés aux motivations diverses : certains investissant dans une résidence de tourisme pour profiter eux-mêmes de leur bien, tout en bénéficiant des avantages fiscaux associés à l'opération, d'autres souhaitant faire un placement avec une rentabilité garantie par un loyer.

Plus de 1 400 établissements en France Selon les statistiques du Ministère délégué au Tourisme, les résidences de tourisme concentrent aujourd'hui 8,6 % de l'hébergement touristique marchand et 17,3 % de l'hébergement touristique « en dur ». Elles représentent un parc de plus de 1 400 établissements dans l'Hexagone, pour une capacité d'accueil supérieure à 500 000 lits. Un parc très jeune en l'occurrence, puisque les

trois quart de ces résidences ont moins de vingt ans, tandis qu'un tiers en a moins de huit. Créées à l'origine dans les prestigieuses stations de sports d'hiver des Alpes, les résidences de tourisme ont essaimé sur la côte méditerranéenne puis sur le littoral Atlantique, avant d'éclore dans les grandes métropoles et à la campagne plus récemment. Ainsi, le SNRT (Syndicat National des Résidences de Tourisme et de l'Hébergement Saisonnier), recense 22 de ces établissements en MidiPyrénées, pour une capacité de 4 917 lits (dont la moitié environ sont classés en catégorie 3 étoiles). A l'échelle de notre département enfin, 7 établissements se sont déclarés comme résidence de tourisme lors de l'enquête conduite par la Chambre de Commerce et d'Industrie pour le Manuel des ventes 2008.

De grands groupes et des exploitants indépendants Selon le SNRT, les trois quarts des lits créés en résidence de tourisme sont exploités par des chaînes nationales ou régionales, sous une quinzaine d'enseignes différentes (Pierre et Vacances, Maeva, Center Parcs, Citadines, Lagrange, Odalys Vacances, Eurogroup, Transmontagne, Mer et Golf, Maisons de Biarritz…), tandis que quelque 300 exploitants indépendants, dotés d'établissements de plus petite taille, se partagent le quart restant. Dans le Lot, les indépendants ont été les premiers à opérer sur ce marché, désormais grignoté par de grands leaders nationaux.

5


DOSSIER RÉSIDENCES DE TOURISME

Au fil du temps, les exploitants ont appris à décliner toutes les facettes de ce concept d'hébergement touristique. Classées en catégorie 1,2,3 ou 4 étoiles, les résidences de tourisme offrent en effet une gamme complète de logements, depuis le produit « low cost » qui répond au besoin de certaines clientèles, comme les groupes de jeunes, jusqu'au « resort » haut de gamme (terme anglo-saxon désignant un lieu de villégiature où l'on peut se reposer et se distraire) réservé aux clients les plus fortunés.

Une formule prisée par les familles En France, 12 millions de vacanciers sont, selon le SNRT, accueillis chaque année dans les résidences de tourisme, dont une forte proportion de familles évaluée à 50 % en moyenne et jusqu'à 90 % en période de vacances scolaires. Autres typologies de clientèle : les groupes d'amis (20 %), les associations et les entreprises (20 %), ainsi que les séniors essentiellement en basse saison (10 %). Enfin, en termes d'origine géographique, la proportion de clients étrangers, principalement venus d'Angleterre, d'Allemagne, des Pays Bas et de Belgique est significative, puisqu'elle oscille entre 32 et 35 %. Des chiffres globalement confirmés à

Les étapes clé de la défiscalisation Les résidences de tourisme ont bénéficié de plusieurs mesures fiscales au cours des décennies 90 et 2000. En particulier, depuis 1996, la loi Périssol permet aux acquéreurs privés investissant dans ces hébergements de bénéficier du remboursement de la TVA sur le montant de leur achat, dans la mesure où ils s'engagent à louer leur bien pendant un certain nombre d'années. En 1999, la loi Demessine instaure un régime fiscal destiné à favoriser le développement des résidences de tourisme en zone de revitalisation rurale (ZRR). Il permet à l'investisseur de bénéficier d'un crédit d'impôt fixé à 25 % du montant hors taxe du logement. Enfin, depuis 2005, une incitation fiscale à la rénovation accorde un crédit d'impôt de 20 % du montant des travaux réalisés par l'investisseur dans un immeuble rénové et classé en résidence de tourisme.

6

Exploiter une résidence de tourisme : la démarche à suivre • Transmettre une demande de classement au moyen du formulaire Cerfa à la préfecture du département du lieu d'implantation de l'établissement. La résidence de tourisme doit répondre aux normes de l'une des catégories (1 à 4 étoiles). • Admettre la visite d'un agent de l'administration habilité par le Préfet pour la vérification de la conformité de l'établissement aux conditions requises pour le classement et autres réglementations (sécurité incendie notamment). • Obtenir l'arrêté de classement du Préfet après avis de la Commission départementale de l'action touristique, à laquelle siègent des représentants de professionnels et des administrations concernées. (source ODIT France)

Evolution du parc de résidences de tourisme 1975 à 1984 10 000 / an en moyenne

1985 à 1990 27 000 / an en moyenne

1991 à 1995 de 12 000 à 4 000 / an

Taille totale 105 000 lits du parc de résidences de tourisme

240 000 lits

277 000 lits

Création de lits

1996 à 2004 6 000 à 20 000 / an en moyenne 446 000 lits

2005 à 2007 25 000 / an en moyenne 506 000 lits

Source : SNRT

Répartition géographique du parc de résidences Mer Montagne Ville Campagne Total

Nbre de résidences 620 490 246 114 1 470

Nbre de logements 47 830 41 456 20 976 9 338 119 600

Nbre de lits 208 840 198 278 58 360 41 296 506 774

en % 41 39 12 8 100 Source : SNRT

l'échelle du département par les responsables des résidences de tourisme que nous avons rencontré. Parmi ces entreprises, à découvrir au fil des pages suivantes de ce dossier, figure la Résidence du Domaine de Salgues (Maisons de Biarritz), premier établissement 4 étoiles du Lot, qui ouvrira ses portes fin mai à Alvignac. Le groupe

Lagrange nourrit également de solides ambitions dans le département, où il exploite depuis l'an dernier le Domaine des Cazelles et où il projette d'ouvrir une deuxième résidence dotée d'un ■ espace de balnéothérapie. * interviewé par Claudine Chaspoul, Cahier Espace 93, avril 2007.

Pour plus d'information sur le sujet : Cahier Espaces n°93 Editions Espaces Tourisme & Loisirs Avril 2007 – 126 pages 60,00 euros (format papier ou PDF)

Groupe de travail ODIT France Collection Ingénierie touristique - mini-guide A paraître en août 2008 - 68 pages 20,00 euros (format papier), 18,00 euros (format PDF)

ENTREPRENDRE 142


DOSSIER RÉSIDENCES DE TOURISME

Souillac Golf & Country club (Lachapelle-Auzac)

Pour les amateurs de golf et d’un certain art de vivre Particulièrement apprécié des golfeurs pour la qualité de ses greens, le Souillac Golf & Country Club accueille également une clientèle familiale en saison estivale. Afin de développer sa fréquentation tout au long de l'année, la résidence qui travaille en partenariat avec Daniel Chambon, le chef du restaurant étoilé Le Pont de l'Ouysse, propose notamment à ses clients des animations autour de la gastronomie.

L

e Souillac Golf & Country Club a été créé il y a une dizaine d'années par un groupe d'hommes d'affaires amoureux du Sud Ouest et passionnés de golf. Aujourd'hui, cette résidence de tourisme accueille dans ses 80 chalets une clientèle majoritairement composée de familles durant l'été et de golfeurs le reste de l'année. « La qualité des greens de notre golf 18 trous est renommée bien au-delà de la région. Par ailleurs, notre association – Les golfeurs du Mas del Teil - et notre école de golf dont le tarif est très accessible (20 euros par mois, prêt d'équipement inclus), nous permettent de toucher une clientèle locale qui pratique tout au long de l'année. L'été, nous recevons essentiellement des familles, dont 75 % sont d'origine étrangère », explique Christina von Koettlitz, responsable marketing du Souillac Golf & Country Club. Regroupés en sept hameaux, les jolis chalets en ossature bois de la résidence se fondent harmonieusement dans le paysage verdoyant du site et offrent un très grand niveau de confort. De la même manière, le

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

Souillac Golf & Country Club met en avant la qualité de ses équipements (2 courts de tennis, 9 piscines, bar & restaurant, salles de réunion...) et de ses animations thématiques qui, audelà des estivants, séduisent toute l'année une clientèle de proximité. A cet égard, la résidence a développé un partenariat avec Daniel Chambon, le chef du restaurant Le Pont de L'Ouysse. « Nous proposons notamment des stages de gastronomie et d'œnologie, permettant aux participants de visiter la cuisine d'un chef étoilé, d'assister à la préparation des plats et bien sûr de déguster un repas. Par ailleurs, Daniel Chambon a accepté de parrainer le restaurant du Souillac Golf & Country Club et de travailler en collaboration avec nos chefs, Nicolas et Pierre, auxquels il apporte ses conseils et son expertise, notamment pour l'élaboration de notre carte », indique Christina von Koettlitz. A terme, le Souillac Golf & Country Club compte également proposer à ses clients un nouvel espace de bien être, doté d'un spa.

Le Souillac Golf et Country Club en bref • Non classé comme résidence de tourisme, assimilé à un établissement 4 étoiles • Parc immobilier : 80 chalets de 2 à 5 chambres • Capacité d'accueil : 480 lits • Clientèle : familles en juillet et en août, dont 75 % d'étrangers (Anglais, Irlandais et Hollandais) ; golfeurs le reste de l'année, dont 50 % d'étrangers • Equipements de loisirs : golf 18 trous, 2 courts de tennis, 9 piscines, bar & restaurant, salles de réunion • Effectif : 20 personnes en moyenne • Site Internet : www.souillaccountryclub.com

7


DOSSIER RÉSIDENCES DE TOURISME

Domaine de Gayfié (Saint-Jean-de-Laur) Un tourisme à l’écart des sentiers battus Disséminées au cœur d'un bois de chênes d'une dizaine d'hectares, les 23 maisons du Domaine de Gayfié accueillent en haute saison une clientèle essentiellement familiale.

Le Domaine de Gayfié en bref • Résidence de tourisme 2 étoiles • Parc immobilier : 23 maisons et 3 gites

P

lanté sur un piton rocheux, à l'emplacement d'un ancien oppidum gaulois entre Cajarc et Saint-Jean de Laur, le Domaine de Gayfié surplombe les causses et la vallée verdoyante du Lot. Originaire de Bavière, Liselotte Schwarzer est tombée sous le charme du lieu en 2000 et a proposé de racheter la maison principale et la grange du Domaine de Gayfié. A l'époque, le Domaine était quasiment laissé à l'abandon. Plusieurs projets, dont celui de créer un grand complexe sportif et d'implanter sur le site quelques 300 chalets, n'avaient finalement pu aboutir.

Le projet de Liselotte Schwarzer, gérante depuis 2005 de la SARL Domaine de Gayfié, était tout autre : faire de ce site une résidence de tourisme à l'écart des sentiers battus. « Nous avons souhaité privilégier ce patrimoine paysager exceptionnel et limiter le nombre de constructions. Disséminées dans un bois de chênes d'une dizaine d'hectares, les maisons disposent chacune de 1 000 à 2000 m2 de terrain privatif ouvert sur la nature. Construites dans le style traditionnel quercynois, elles sont agrémentées de terrasses et équipées avec soin », explique-t-elle.

En l'occurrence, le projet porté par la SARL prévoit la construction de 35 maisons au total. A ce jour, 23 d'entre-elles ont été vendues en défiscalisation à des propriétaires privés majoritairement étrangers, tandis que 12 terrains restent disponibles pour la construction dans le lotissement. « Les mesures fiscales liées aux investissements réalisés en zone de revitalisation rurale sont particulièrement attrayantes pour les ressortissants étrangers, d'autant que le coût de la construction est beaucoup plus élevé dans de nombreux pays d'Europe qu’en France. Ces propriétaires passent volontiers une à deux semaines par an dans leur maison de vacances, le plus souvent en demi saison, contrairement aux acquéreurs français qui préfèrent louer leur bien toute l'année pour la rentabilité de leur bail commercial », analyse Liselotte Schwarzer. Pour répondre à ces différentes préoccupations, la SARL propose des contrats de collaboration adaptés aux modes d'utilisation du bien. En termes de fréquentation, la clientèle du Domaine de Gayfié, dont les maisons offrent des capacités d'accueil de 4 à 12 personnes, est en majorité familiale. Ici, la convivialité de l'accueil est

• Capacité d'accueil : 125 lits • Clientèle : familles, couples d'amis, groupes ; 65 % de clients français (dont 25 % de MidiPyrénées), 35 % de clients européens (Allemagne, Belgique Pays-Bas, Suisse) • Equipements de loisirs : piscine, terrains de tennis, terrain de volley, bac à sable et aire de jeu pour enfants • Effectif : 2 permanents + 2 saisonniers en juillet et août • Site Internet : www.gayfie.net

une priorité : apéritif de bienvenue, repas festif du dimanche, services quotidiens de livraison de pains et de viennoiseries sont notamment proposés aux vacanciers d'été. Le Domaine a cherché à développer sa fréquentation hors saison en ouvrant les maisons à des groupes, au printemps et à l'automne. « Chaque année, nous accueillons environ 200 pèlerins qui se rendent à Saint Jacques de Compostelle, mais aussi des groupes de randonneurs, de spéléologues et plongeurs, des résidents de CAT et de maisons d'enfants, ou encore l'équipe du Festival de la BD de Cajarc qui se déroule fin septembre », précise la responsable. En 2008, Liselotte Schwarzer souhaite étendre son rayon d'action au tourisme d'affaires et héberger des séminaires d'entreprises, mais également accueillir des mariages et autres grandes fêtes amicales. A cette fin, la grange du Domaine, offrant une superbe salle de 180 m2, a été récemment rénovée. De nouveaux travaux envisagés au rez-de-chaussée du bâtiment permettront, à terme, de doubler sa capacité d'accueil.

8

ENTREPRENDRE 142


DOSSIER RÉSIDENCES DE TOURISME

Résidence Claire Rive (Prayssac) La dynamique du succès Gérée par Odalys Vacances depuis 2005, la résidence Claire Rive de Prayssac a inauguré l'an dernier un programme d'animations à l'intention des vacanciers. Fort du succès rencontré, de nouvelles activités seront proposées aux enfants, aux adolescents et aux adultes dès la saison 2008.

L

a résidence de tourisme de Prayssac est gérée par le groupe Odalys Vacances, numéro 2 du marché des résidences de tourisme en France derrière Pierre & Vacances, avec plus de 250 sites en France et autour du bassin méditerranéen. Dans le détail, les implantations de bord de mer représentent plus de 40 % du chiffre d'affaires d'Odalys, celles situées à la montagne près de 35 % et les sites à l'étranger environ 13 %, alors que les résidences de tourisme situées à l'intérieur des terres, certes moins nombreuses, pèsent moins de 12 %. « Moins courues par les vacanciers que les destinations en bord de mer, les résidences implantées à la campagne sont plus difficiles à rentabiliser, d'autant que le nombre de semaines d'ouverture est moins important que sur le littoral ou dans les stations de sport d'hiver », analyse Raphaël Sallerin, Directeur des relations publiques d'Odalys Vacances. En l'occurrence, le taux d'occupation des 106 appartements de la résidence Claire Rive de Prayssac est inférieur à la moyenne des résidences du groupe. Installée à 200 mètres de la rivière, cette résidence bénéficie pourtant d'un bel environnement, au cœur de la Vallée du Lot et à 1,5 km du joli bourg de Prayssac bien pourvu en commerces. Proposant une offre diversifiée qui va du studio pour 2 personnes au T3 avec mezzanine pour 8 personnes, le site de Claire Rive bénéficie d'une capacité d'accueil de près de 500 couchages. Classée 3*, la résidence Claire Rive accueille une clientèle principalement familiale et française à hauteur de 85 %. Pour mieux séduire ces vacanciers, la

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

résidence a inauguré l'an dernier un programme complet d'animations et recruté trois animateurs. Concrètement, deux clubs enfants, respectivement destinés à l'accueil des 4 - 6 ans et des 7 - 11 ans, proposent un éventail de jeux de plein air, jeux de sociétés et autres ateliers créatifs de dessin ou de travaux manuels. Les adolescents peuvent, de leur côté, se retrouver dans le club qui leur est réservé pour participer à des tournois sportifs, écouter de la musique ou danser. Quant aux adultes, ils bénéficient sur le site de l'assistance d'un conseiller de séjour qui, outre sa mission d'organisation de manifestations conviviales (concours de pétanque et de volley-ball notamment), peut leur fournir toutes les indications pratiques sur les sites patrimoniaux et les festivals à ne pas manquer dans le département. Fort du succès de cette première initiative, la résidence Claire Rive proposera cette saison de nouvelles animations. En particulier, suite à un partenariat tissé avec la Ferme de Tille, domaine

agricole et viticole situé à proximité, les vacanciers pourront parcourir un sentier pédagogique d'1,5 km au bord du Lot, présentant les productions et consommations locales d'autrefois, la rivière, la flore et la faune sauvage... Quant aux enfants, ils auront le loisir de participer à une visite découverte des animaux de la ferme.

La résidence Claire Rive en bref • Résidence de tourisme 3 étoiles • Parc immobilier : 106 appartements (studios, T2, T3 ou T3 mezzanine) • Capacité d'accueil : 500 lits • Clientèle : familles, notamment en partenariat avec des comités d'entreprise ; 85 % de clients français et 15 % de clients étrangers • Equipements de loisirs : piscine et aire de jeux • Effectif : 3 personnes • Site Internet : www.odalys-vacances.com

9


DOSSIER RÉSIDENCES DE TOURISME

Les Oustalous Domaine du Surgié (Figeac) L’ambiance conviviale d’un village de vacances Exploité depuis novembre dernier par la SAS Figeac Plein Air Vacances, la résidence Les Oustalous, au cœur du Domaine du Surgié, proposera dès cet été un programme complet d'animations aux vacanciers. A l'automne, d'importants travaux seront engagés sur le site.

La résidence Les Oustalous en bref • Résidence de tourisme 2 étoiles • Parc immobilier : 30 maisons 4/5 et 4/6 places • Capacité d'accueil : 140 lits • Clientèle : familles en haute saison, groupes en avant et arrière saison, essentiellement d'origine française • Equipements de loisirs : parc aquatique (piscine à vagues, toboggans…), parc de jeux gonflables, mini golf, trampolines, VTT, canoës et pédalos sur le plan d'eau du Surgié • Effectif : NC • site Internet : www.domainedesurgie.com

A

deux kilomètres de Figeac, sur les coteaux du Célé, la trentaine de maisons de caractère de la résidence de tourisme Les Oustalous surplombe le Domaine du Surgié, son plan d'eau et son parc aquatique. Ce site communal, qui intègre également le camping 3 étoiles Les Rives du Célé, est exploité depuis le 1er novembre 2007 par la SAS Figeac Plein Air Vacances, fondée par l'association ariégeoise Marc & Montmija. « La résidence Les Oustalous accueille essentiellement des familles en saison. Dès cet été, nous leur proposerons un programme complet d'animations », explique Didier Ballot, Président de Figeac Plein Air Vacances.

10

Concrètement, un club enfants, dédié aux 6-17 ans, sera ouvert du lundi au vendredi en juillet et en août. Les vacanciers pourront également participer à des visites des sites touristiques du département, à des animations sportives, et profiter de spectacles et autres soirées dansantes organisés sur place. Par ailleurs, les clients de la résidence bénéficieront gratuitement des attractions du parc aquatique (piscine à vague, toboggans…). De la même manière, ils auront accès à un service de restauration. Installé près du plan d'eau, un restaurant d'une cinquantaine de tables leur proposera une formule snack composée de salades, grillades et desserts variés. « Nous souhaitons développer le concept de village de vacances, mais également l'accueil de groupes (retraités, associations…) et de séminaires d'entreprises en hors saison, sachant que le

Domaine ouvre ses portes de mars à novembre», ajoute Didier Ballot. A cette fin, des travaux d'envergure (dont le montant total devrait avoisiner 1,5 ME) démarreront à l'automne. Objectif : réorganiser l'ensemble du site autour d'une structure centrale abritant l'accueil, le service administration, une grande salle de spectacle, des salles de conférence, ainsi qu'une épicerie – dépôt de pain et une boutique de produits régionaux. De son côté, le restaurant sera agrandi pour atteindre une capacité de 120 couverts et sera doté d'une terrasse ouverte sur la piscine. « Ces travaux débuteront au mois de septembre. Dès la saison suivante, nous comptons en effet proposer des formules de pension et demi pension, ainsi que des plats à emporter », complète le responsable. Enfin, le Domaine du Surgié finalise actuellement la refonte de son site Internet qui sera bientôt disponible en trois langues : français, anglais et néerlandais. « Cela devrait nous permettre de mieux séduire la clientèle étrangère qui pour l'instant demeure très minoritaire chez nous », conclut Didier Ballot.

ENTREPRENDRE 142


DOSSIER RÉSIDENCES DE TOURISME

Domaine des Cazelles (Cajarc) De nouveaux projets pour 2009 Première résidence de tourisme lotoise exploitée par le groupe Lagrange sous la marque Lagrange Family, le Domaine des Cazelles a ouvert ses portes en juin 2007. Une deuxième tranche de travaux sera lancée dès l'automne prochain sur le site en vue de l'implantation d'une seconde résidence de grand confort, qui disposera notamment d'une piscine couverte et d'un espace balnéo.

T

our opérateur européen, le groupe Lagrange s'impose depuis les années 2000 comme un acteur majeur du marché des résidences de tourisme. En juin dernier, il a ouvert sa première résidence dans le Lot, le Domaine des Cazelles à Cajarc. « Nous commercialisions déjà cette région en tant que tour opérateur, la destination Lot est un produit de qualité qui marche bien. Nous avons donc décidé de développer localement notre activité d'exploitation de résidences de tourisme. En l'occurrence, un partenaire promoteur nous a proposé le site de Cajarc qui abritait à l'époque un Village Vacances Famille », raconte Eric Lapierre, Président du pôle Immobilier du groupe Lagrange. Aujourd'hui, le Domaine des Cazelles offre aux vacanciers une toute autre physionomie : bâtiments flambant neufs, piscine,

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

pelouses, arbustes et massifs… « En fait, il ne subsiste de l'ancienne structure d'hébergement qu'un seul bâtiment qui fera l'objet de travaux importants dans le cadre de la dernière tranche de la réhabilitation du Domaine », précise Eric Lapierre. Dans cette résidence, 102 maisonnettes, du T2 au T4, sont proposées à la location pour des séjours à la semaine ou à la quinzaine durant l'été et pour des week-ends hors saison. Côté équipements et services, les vacanciers bénéficient notamment de cours de tennis, d'une piscine extérieure chauffée, d'un garage à vélos, d'un salon avec terrasse mais également d'un baby club ouvert en juillet et en août aux enfants de 4 à 10 ans. « Pour notre première saison, nous avons accueilli essentiellement des familles, dont environ 35 % étaient d'origine étrangère et

Le Domaine des Cazelles en bref • Classement en résidence 3 étoiles en cours • Parc immobilier : 102 maisonnettes du T2 au T4 • Capacité d'accueil : 562 lits • Clientèle : familles, groupes (retraités, randonneurs…), dont 65 % de clients français et 35 % d'étrangers, Hollandais, Anglais et Belges • Equipements de loisirs : piscine chauffée et pataugeoire, aire de jeux pour enfants, cours de tennis • Effectif : 3 personnes à temps plein et des saisonniers l'été • Site Internet : www.groupe-lagrange.com

quelques groupes de retraités et de randonneurs notamment. Nous avons enregistré un taux d'occupation de 50 % en juillet, de 90 % en août et de 12 % en septembre et octobre », recense Sabine Collavini, responsable régionale du groupe Lagrange. Fort de ce premier bilan, le groupe a décidé d'ouvrir dès la fin de la saison une dernière tranche de travaux sur le Domaine des Cazelles, dont un important bâtiment va être réhabilité. « Nous allons y implanter une résidence de standing composée d'appartements spacieux, à la décoration raffinée et dotés de terrasses. Elle intégrera également un espace de balnéothérapie avec piscine intérieure, sauna, jacuzzi et hammam. Ainsi, toutes nos futures résidences de tourisme disposeront de nombreux équipements de qualité et seront pour la plupart développées sous la marque Lagrange Prestige », conclut Eric Lapierre.

11


DOSSIER RÉSIDENCES DE TOURISME

Domaine Grand Bleu Les Ségalières (Gramat) Un nouvel esprit de famille A l'heure des bilans, le groupe Grand Bleu peut être satisfait de sa première saison lotoise. Ouvert pour la première fois l'été dernier, le site des Ségalières revendique un taux d'occupation très satisfaisant, notamment grâce aux partenariats que le groupe, qui compte déjà une quinzaine de résidences dans le sud de la France, a tissé avec les tour-opérateurs, les comités d'entreprises et les associations.

L

a résidence de tourisme des Ségalières (groupe Grand Bleu) s'apprête à entamer sa deuxième saison avec une relative sérénité : les nombreux partenariats tissés par le groupe avec les tour-opérateurs, les comités d'entreprises ou les associations, lui permettent de tabler sur un taux d'occupation satisfaisant jusqu'au mois d'octobre. Le groupe Grand Bleu dispose en effet déjà d'une quinzaine de résidences en France et compte en ouvrir trois ou quatre nouvelles par an au cours des prochaines années. Comme c'est le cas pour la quasitotalité des sites, l'entreprise intervient en tant que gestionnaire, mandaté par les promoteurs. Ce nouvel espace touristique joue pleinement la carte des vacances vertes : implanté au cœur d'une chênaie de 7 hectares, à quelques encablures de Gramat et de Rocamadour, il propose 40 chalets et 21 maisonnettes, tous les logements ayant une surface d'environ 35 m2. Chaque chalet peut accueillir jusqu'à 6 personnes, tandis que les maisonnettes sont conçues pour héberger 4 personnes. Au total, la résidence peut recevoir plus de 220 personnes.

12

Le site des Ségalières est une résidence de tourisme classée 2 étoiles et cible une clientèle principalement familiale, qui s'avère être française à hauteur de 70 %. Située en vis-à-vis du Parc animalier de Gramat, la résidence propose en premier lieu des animations dédiées à cette clientèle : une piscine, un sauna, un centre de cardio-training, un terrain de pétanque, un espace beach volley ou des tables de ping-pong. Dans le même esprit, le domaine des Ségalières organise des mini clubs à destination des enfants de 6 à 12 ans et des animations thématiques pour les adultes. Cette vocation familiale est également mise en évidence par la durée moyenne des séjours : « elle est chez nous de 10 jours, ce qui signifie que l'on enregistre autant de réservations pour une semaine que pour deux semaines », explique Sandra Panis, attachée commerciale du groupe Grand Bleu. Cela étant, le site souhaite accueillir un nombre croissant de séminaires d'entreprises, notamment durant les moyennes saisons, d'avril à juin et de fin août à fin octobre. En la matière, il compte déjà des références telles que Airbus ou le Crédit du Nord.

Le domaine Grand Bleu Les Ségalières en bref • Résidence de tourisme 2 étoiles • Parc immobilier : 40 chalets et 21 maisonnettes • Capacité d'accueil : 220 lits • Clientèle : familles, couples d'amis ou groupes (associations ou entreprises) ; 70% de clients français et 30% de clients étrangers • Equipements de loisirs : piscine, terrain de pétanque, centre de cardio-training, beach-volley, sauna et ping-pong • Effectif : 6 personnes en moyenne sur l'année • Site Internet : www.grandbleu.fr

ENTREPRENDRE 142


DOSSIER RÉSIDENCES DE TOURISME

Domaine de Salgues (Alvignac) Un resort* 4 étoiles proche du jackpot La résidence du Domaine de Salgues ouvrira ses portes le 31 mai 2008 avec de sérieux atouts : il s'agira de la seule résidence de tourisme 4 étoiles du département et ses 133 logements pourront accueillir près de 400 personnes.

C

omment un promoteur immobilier peut-il devenir un professionnel du tourisme ? L'expérience des Maisons de Biarritz vient rappeler que cette évolution relève autant du hasard que de la capacité à saisir les opportunités. Depuis sa création en 1989, ce groupe de promotion immobilière avait déjà construit et commercialisé plus de 5 000 lits en résidence de tourisme 4 étoiles sur des sites touristiques majeurs des côtes de la Méditerranée ou de l'Atlantique et dans les Alpes. En 2004, alors qu'il mène avec succès des projets depuis 15 ans, le promoteur est amené à sauter le pas. « A l'origine, nous nous limitions à notre rôle de promoteur immobilier. Nous construisions des villas ou des cottages d'appartements qui étaient revendus en défiscalisation à des particuliers, et nous déléguions la gestion locative de ces résidences à des groupes dont c'était le métier, explique Charles Dornoy, directeur commercial

de Maisons de Biarritz. En 2004, lorsque nous avons créé le Domaine de Fayence dans le Var, nous avons décidé d'assurer nous-mêmes la délégation d'exploitation et de faire de même pour tous les nouveaux sites créés. » En l'occurrence, le groupe a plus que réussi son examen de passage : il gère aujourd'hui un parc de plus de dix résidences, à Sainte Maxime, Roquebrune / Argens, Moliets, Capbreton, L'Isle/la Sorgue, Fayence, Parentis-en-Born, Saint-Trinit, Le Cap d'Agde, Roissy et, enfin, Alvignac, où le Domaine de Salgues ouvrira ses portes le 31 mai. La marque Les Maisons de Biarritz se positionne en effet sur le haut de gamme et a considéré qu'Alvignac disposera de tous les atouts nécessaires pour attirer la clientèle qu'il vise : un casino, une source thermale, la proximité de l'autoroute A20, un site préservé et, d'ici peu, l'aéroport de Brive et un golf.

Un marketing offensif Cet environnement vient conforter les arguments propres au Domaine de Salgues, qui sera dotée d'un spa et d'un restaurant ouverts toute l'année, de salles de réunion et d'une piscine ludique chauffée, comprenant notamment une plage, des toboggans et un bar-restaurant. Quant au parc immobilier, il comprend 133 logements (109 maisons et 24 appartements), représentant une capacité d'accueil de 388 lits. Le site bénéficiera par ailleurs de plusieurs opérations

Le Domaine de Salgues en bref • Résidence de tourisme 4 étoiles • Parc immobilier : 109 maisons et 24 appartements • Capacité d'accueil : 388 lits • Clientèle : familles, retraités et séminaires d'entreprise ; 55% de clients français et 45% de clients étrangers • Equipements de loisirs : piscine extérieure chauffée, spa avec bassin d'hydrothérapie, cabines de massage, sauna et hammam, centre de cardio-training, salles de conférence et de réunion avec Wi-Fi en libre accès, restaurant, bar • Effectif : 25 personnes en moyenne sur l'année • Site Internet : www.bymdb.com

marketing qui feront assurément parler d'elles, et de lui. La première concerne le partenariat passé entre le groupe et le rugbyman emblématique Sébastien Chabal, qui parrainera notamment les clubs enfants des résidences Maisons de Biarritz. Autre trouvaille, le Domaine de Salgues proposera dans son spa des soins à la… truffe. Concrètement, il s'agira de soins à la truffe blanche : le groupe fera appel à la marque italienne ISHI, qui a développé des produits cosmétiques à base de truffe, mais aussi de vin ou de chocolat. Pour autant, le groupe garde des objectifs raisonnables pour son nouveau site : le taux d'occupation prévu pour 2009 est de 35 % et la clientèle entreprises devrait de son côté représenter un tiers du total. « L'unité de lieu que nous avons réussi à garantir est un atout déterminant pour convaincre les entreprises de choisir ce site pour leurs séminaires », estime Michel Decroix, directeur des ouvertures de sites du groupe Maisons de Biarritz. Le Domaine de Salgues affiche également de grandes ambitions en ce qui concerne la clientèle étrangère, qui devrait selon les prévisions représenter 45 % du chiffre d'affaires. Enfin, il faut préciser que ce positionnement haut de gamme implique de faire appel à un personnel local nombreux : « le site emploiera environ 25 personnes en moyenne sur l'année, mais l'effectif dépassera sans aucun doute 50 personnes en haute saison », conclut Michel Decroix.

* Terme anglo-saxon désignant un lieu de villégiature où l’on peut se reposer et se distraire.

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

13


DOSSIER FORMATION PROFESSIONNELLE

Les établissements privés renforcent leurs filières Quatre établissements privés proposent des formations professionnelles dans le Lot dans les domaines de la vente, des services à la personne et des métiers artistiques. Présentation de ces enseignements, qui aboutissent à des diplômes de CAP, de BEP, de bac ou de bac + 2. Les centres de formation professionnelle privés • Institut des Forces de Ventes de la CCI du Lot (Cahors) • Lycée Saint-Etienne (Cahors) • Lycée Clair Foyer (Prayssac) • Lycée Jeanne d'Arc (Figeac)

© François Attia

D

ans notre département, quatre établissements dispensent des formations professionnelles dédiées aux métiers du commerce et des services, les autres structures proposant des enseignements plus directement liés à l'agriculture et à l'artisanat. Il s'agit du Lycée Saint-Etienne de Cahors (auparavant dénommé « Notre Dame ») pour la vente et les métiers artistiques, des lycées Clair Foyer à Prayssac et

14

Jeanne d'Arc à Figeac pour la filière sanitaire et sociale et de l'Institut des Forces de Ventes, géré par la Chambre de Commerce et d'Industrie du Lot. En complément des cursus des établissements publics, ils offrent ainsi une large palette de formations professionnelles, depuis les CAP jusqu'au niveau bac + 2. Au-delà, chacun de ces établissements mène des projets à court terme visant à renforcer sa spé■ cialisation. Panorama.

© Mélanie Semenadisse

ENTREPRENDRE 142


DOSSIER FORMATION PROFESSIONNELLE

Chambre de Commerce et d’Industrie du Lot

Les formations initiales de la CCI du Lot

Les nouvelles ambitions de l’Institut des Forces de Ventes

• Technicien des Forces de Vente. Formation créée en 1988 ouverte aux élèves de niveau bac âgés de moins de 26 ans. Elle s'inscrit dans le cadre de contrats d'apprentissage et l'alternance se fait au rythme d'une semaine au centre de formation pour trois semaines en entreprise.

Créé en 1988, l'Institut des Forces de Ventes du Lot a formé plus de 500 vendeurs et commerciaux. La CCI mène aujourd'hui deux nouveaux projets d'envergure : la création d'un BTS de Management des Unités Commerciales (MUC) et, par la suite, la mise en place d'une formation commerciale de niveau bac + 3.

• Technicien Supérieur des Forces de Vente. Ouverte en 2006, cette filière s'adresse aux élèves de niveau bac + 2. D'une durée d'un an, elle est fondée sur une alternance de deux semaines en entreprise pour deux semaines en formation et peut s'inscrire dans le cadre d'un contrat de professionnalisation.

L

'Institut des Forces de Vente (IFV) du Lot fêtera ses vingt ans en septembre. Depuis sa création, plus de 500 vendeurs et commerciaux y ont été formés. Créé par les CCI, le réseau des IFV compte aujourd'hui 74 établissements, qui partagent une caractéristique essentielle : en moyenne, 9 apprentis sur 10 trouvent un emploi dans les 6 mois qui suivent la fin de leur cursus. La première formation dispensée par l'IFV du Lot a été celle de Technicien des Forces de Vente, destinée aux jeunes de moins de 26 ans de niveau bac. Le succès de la formule est tout d'abord lié à son caractère opérationnel. Cette formation en alternance fait en effet la part belle à l'apprentissage : durant deux ans, les élèves passent trois semaines en entreprise pour une semaine au centre de formation. « L'Institut des Forces de Vente répond à un besoin réel des entreprises, ce qui explique que nous n'ayons jamais rencontré de difficultés pour mettre en place des contrats d'apprentissage. Et il est fréquent que les apprentis soient directement embauchés par les entreprises qui les accueillent », explique Andrea Poterie, Cadre du service Formation. Le fait est que l'IFV du Lot s'est donné les moyens d'assurer une formation de qualité en limitant à une quinzaine le

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

nombre d'élèves de chaque promotion. Par ailleurs, son équipe pédagogique compte une vingtaine d'enseignants, dont plusieurs chefs d'entreprise. « L'apport de ces professionnels et notre connaissance des entreprises, en tant que CCI, sont des atouts déterminants pour l'efficacité de ce cursus », souligne Andrea Poterie. Cette dynamique a conduit la CCI du Lot à aller plus loin et à créer, en 2006, la filière de Technicien Supérieur des Forces de Vente, qui permet d'obtenir un diplôme professionnel de niveau bac + 2. « Cette formation nous permet d'approfondir notre partenariat avec les entreprises et de répondre à d'autres besoins, qui concernent plus des commerciaux, sédentaires ou itinérants, que des vendeurs », précise Andrea Poterie. Créé en partenariat avec la CCI de Brive, ce cursus accueille cette

année sa deuxième promotion, qui compte une dizaine d'élèves en alternance. Dans ce cas, ils passent deux semaines en entreprise pour deux semaines en formation durant un an. Le réseau national des IFV travaille aujourd'hui à la mise en place d'un troisième niveau de formation, le Bachelor Professionnel des Métiers du Commerce et de la Gestion, de niveau bac + 3, débouchant sur des postes de responsables d'équipes commerciales. Enfin, la CCI du Lot mène un autre projet d'envergure. Il s'agit de créer dans le département un BTS de Management des Unités Commerciales (MUC) en apprentissage et en alternance. Le centre de formation de la Chambre consulaire délivrerait alors un diplôme de l'Education Nationale. L'ouverture de ce BTS pourrait intervenir dès la ■ rentrée 2008.

15


DOSSIER FORMATION PROFESSIONNELLE

Lycée Saint-Etienne à Cahors Deux filières aux métiers d’art Le lycée professionnel Saint-Etienne s'est spécialisé dans les métiers d'arts, avec deux filières, photographie et communication graphique, qui réunissent plus de 75 % de ses effectifs. L'établissement a également en projet d'ouvrir un bac professionnel de communication graphique en apprentissage, option qui n'existait pas jusqu'à présent dans l'académie de Toulouse.

L

e lycée professionnel SaintEtienne propose aujourd'hui trois filières - vente, photographie et communication graphique – qui réunissent 225 élèves. « Les filières “photographie” et “communication graphique” réunissent logiquement le plus grand nombre d'élèves dans la mesure où nous sommes les seuls dans l'académie à les proposer, avec le lycée public Jolimont de Toulouse », explique Lionel Julié, chef d'établissement pour le second degré. Créée en 2003, la filière « communication gra-

phique » est celle qui connaît la plus forte progression et qui offre le taux d'insertion professionnelle le plus élevé. Elle comprend aujourd'hui un CAP de dessinateur d'exécution en communication graphique (DECG) et un bac professionnel de communication graphique. « Notre spécialisation dans ces métiers d'art implique que nous ayons un rayonnement à l'échelle de la région Midi-Pyrénées, poursuit Lionel Julié. Afin de répondre à une demande croissante, nous souhaitons d'ailleurs proposer un bac

Lionel Julié, chef d'établissement pour le second degré.

professionnel en apprentissage pour la filière “communication graphique”. Si le projet aboutit, il devrait ouvrir à la rentrée 2009 et serait le ■ seul de l'académie ».

Les 3 filières du lycée professionnel Saint-Etienne • Vente : un BEP « vente action marchande » (VAM) et un bac professionnel « prospection, négociation et suivi de clientèle ». 50 élèves. • Photographie : un CAP et un bac professionnel. 80 élèves. • Communication graphique : un CAP de dessinateur d'exécution en communication graphique (DECG), un CAP de dessinateur d'exécution en communication graphique (DECG) et un bac professionnel de communication graphique. 95 élèves. • Le lycée Saint-Etienne souhaite également proposer un bac professionnel de communication graphique en apprentissage à partir de la rentrée 2009. © Jérémy Dupuis

16

ENTREPRENDRE 142


DOSSIER FORMATION PROFESSIONNELLE

Lycée professionnel Clair Foyer à Prayssac Accompagner le développement des services à la personne Le lycée professionnel Clair Foyer propose un BEP services à la personne et dispense par ailleurs 6 heures hebdomadaires d'enseignement professionnel dans ses classes de 4e et de 3e.

R

attaché en 2004 au lycée professionnel Clair Foyer de Caussade, l'établissement de Prayssac est historiquement spécialisé dans la formation aux services à la personne. Il propose notamment un BEP qui donne accès aux métiers d'auxiliaire de santé ou d'aide médico-psychologique. « Cette filière est logiquement très demandée dans la mesure où ses débouchés sur l'emploi sont importants, explique Fabienne Morcillo, directrice du lycée. Cela explique que notre recrutement dépasse largement le cadre du département et que 80 % des élèves soient internes ». En amont du BEP Services à la personne, le site de Prayssac propose à ses élèves de 4e et de 3e six heures hebdomadaires d'enseignement professionnel. Au-delà du BEP, les élèves peuvent rejoindre le

site de Caussade pour passer un bac professionnel de Services en milieu rural. « Nous avons la volonté de couvrir les différentes formations aux métiers sociaux, précise Fabienne Morcillo. Cela explique que nous proposions également des diplômes tels que le BAFA (Brevet d'Aptitude aux Fonctions d'Animateur), l'AFPS pour les gestes de 1er secours ou un CAP Petite Enfance. Dans le même esprit, nous avons développé des partenariats internationaux afin de permettre à nos élèves de suivre des missions d'aide à la personne à l'étranger. Ce printemps, des élèves iront ainsi au Maroc, à Mirleft, au sud d'Agadir. Enfin, nous avons multiplié les animations avec la maison de retraite de Prayssac ou les écoles maternelles. » Afin de compléter son offre de formation, le lycée profes-

Fabienne Morcillo, directrice du lycée .

Les formations du lycée professionnel Clair Foyer • BEP Services à la personne (70 élèves). • Sur le site de Caussade, le lycée propose également des BEP Vente et Secrétariat/Accueil, ainsi que des bacs professionnels Technicien Conseil en Vente et Services en Milieu Rural. L'établissement réunit 550 élèves sur les deux sites (100 à Prayssac et 450 à Caussade).

sionnel Clair Foyer envisage d'ouvrir un bac professionnel « Services en milieu rural » par alternance, à partir ■ de la rentrée 2009.

L’établissement de Prayssac.

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

17


DOSSIER FORMATION PROFESSIONNELLE

Lycée professionnel Jeanne d’Arc à Figeac Une vocation sanitaire et sociale Forts de 700 élèves, le collège et le lycée Jeanne d'Arc de Figeac sont les composantes d'une PME en forte croissance, dont les effectifs ont progressé de 40 % au cours des dix dernières années. Dans ce contexte d'évolution, l'établissement a confirmé sa vocation, qui reste de se dédier aux formations professionnelles sanitaires et sociales.

L

es imposants bâtiments de l'établissement Jeanne d'Arc dominent la ville de Figeac et comptent désormais plus de 700 élèves, soit 40 % de plus qu'il y a dix ans. Cette progression est autant expliquée par les aménagements réalisés pour « repousser les murs » que par le succès des filières professionnelles proposées par le lycée. Concrètement, il se dédie entièrement aux métiers du sanitaire et du social et n'entend pas changer de cap. « Nous proposons aujourd'hui un BEP Carrières Sanitaires et Sociales et un Bac Sciences et Technologies de la Santé et du Social, explique François Demptos, le chef d'établissement. Nos différents projets visent à renforcer cette vocation, qu'il s'agisse du CAP Assistant Technique en Milieu Familial et Collectif, qui devrait ouvrir à la rentrée 2009, ou de l'école d'aide soignante que nous souhaiterions créer à plus long terme. Par ailleurs, nous avons créé le centre de formation Arc en Ciel, labellisé par la Région, qui propose une préparation aux concours et, entre autres, une préqualification aux métiers du domaine sanitaire et social ». C'est donc en toute logique que ces filières réunissent la majeure partie des effectifs du lycée, soit plus de 200 élèves sur 350.

18

Les formations Sanitaires et Sociales du Lycée Jeanne d'Arc • BEP Carrières Sanitaires et Sociales. • Bac Sciences et Technologies de la Santé et du Social. • CAP Assistant Technique en Milieu Familial et Collectif (ouverture prévue à la rentrée 2009). • Préparation aux concours sanitaires et sociaux (par le biais du centre de formation Arc en Ciel).

François Demptos, chef d'établissement.

ENTREPRENDRE 142


S'ouvrir vers les entreprises et l'étranger Concrètement, ce développement est fondé sur l'ouverture la plus large vers les entreprises comme vers les pays étrangers. « Nos élèves de BEP passent chaque année 11 semaines en entreprise, alors que le programme ne prévoit que 8 semaines de stage, précise François Demptos. L'avantage est double. D'une part, cela permet aux élèves de vérifier que leur choix d'orientation est le bon ; d'autre part, l'entreprise et l'établissement peuvent mieux apprécier leur motivation. » Cette ouverture est également proposée aux élèves de la filière S.T.2S, à raison de 3 semaines d'immersion en entreprise. En ce qui concerne l'ouverture vers l'étranger, le lycée Jeanne d'Arc a rendu les voyages linguistiques obligatoires et les élèves se rendent successivement en Angleterre, en Allemagne et en Espagne. Par ailleurs, un jumelage a été mis en place au début de la décennie avec Ziguinchor, capitale de la Basse Casamance, au Sénégal. « Le lycée parraine chaque année une cinquantaine d'élèves sénégalais et dix à vingt de nos élèves passent trois semaines, en juillet, sur place dans des dispensaires. Il va sans dire qu'il s'agit pour ces jeunes volontaires d'une expérience riche d'enseignements », analyse François Demptos. En ce qui concerne la zone de recrutement pour les filières sanitaires et sociales, le rayonnement du lycée est d'environ 80 kilomètres autour de Figeac, ce qui explique qu'un tiers des élèves soit pensionnaire. « Là encore, nous avons voulu garder une démarche pragmatique et économiquement pérenne. Comme il devenait indispensable de créer de nouvelles places d'internat, nous avons créé “La Résidence”, construite sur le modèle d'un motel, ce qui permet de louer les chambres à des groupes, durant les vacances scolaires. Dans le même esprit, nous avons créé des lignes de ramassage scolaire vers Decazeville et Villefranche-deRouergue afin de permettre aux élèves qui viennent de l'Aveyron de demeurer demi-pensionnaires », détaille François Demptos. L'ensemble de ces actions a permis la création de 25 emplois au cours des dernières années et l'établissement emploie aujourd'hui 110 personnes, dont 70 enseignants. « Nous bénéficierons assurément de nouvelles opportunités de développement, car nous sommes à la croisée de deux secteurs d'activité qui vont accélérer leur progression, à savoir l'enseignement et les services à la personne », conclut François ■ Demptos.

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

19


ENTREPRISES

Pôle commercial de Cazals Une dynamique renforcée Présidée depuis 2006 par Francine Curoux, responsable du Café de Paris à Cazals, l'Association des Commerçants et Artisans de cette commune de près de 700 habitants s'est fortement impliquée dans l'animation commerciale du bourg et privilégie l'offre de services pour les nouveaux arrivants. Présentation.

L

a situation géographique de Cazals – idéalement placé à la limite du Quercy et du Périgord – en fait l'un des grands bénéficiaires de ce que les sociologues appellent désormais « l'héliotropisme ». L'attirance pour le sud et, en l'occurrence, pour « ce » sud-ouest, ne se dément pas. Le bourg

20

de Cazals compte désormais près de 700 habitants, soit une centaine de plus qu'en 1999. Mieux, il a logiquement été l'un des premiers à tirer profit de l'engouement des Anglais et des Néerlandais pour la Dordogne, distante de moins de 5 kilomètres. La zone de chalandise de Cazals, d'un rayon d'une

dizaine de kilomètres, s'étend donc logiquement vers le département voisin, et notamment vers Villefranche-dePérigord. En ce qui concerne sa partie lotoise, cette zone intègre des villages tels que Gindou, Marminiac, Rampoux, Lavercantière, Les Arques, Montcléra ou Montgesty, soit un bassin d'environ

ENTREPRENDRE 142


ENTREPRISES

3 000 habitants. Dans ce contexte, le marché dominical, qui réunit une trentaine de commerçants, a un fort pouvoir attractif. Dans les faits, le pôle de Cazals et celui de Salviac, qui n'est situé qu'à 7 kilomètres, sont complémentaires. « La proximité des deux communes ne constitue pas un handicap et nous constatons que les échanges commerciaux progressent fortement », précise Francine Curoux, Présidente de l'Association des Commerçants et Artisans de Cazals et responsable du Café de Paris.

Une association de commerçants représentative Renouvelé en 2006, le bureau de l'Association des Commerçants et Artisans de Cazals (ACA) s'était fixé pour premier objectif de réunir l'ensemble des secteurs du commerce et des métiers présents dans la commune. L'association compte aujourd'hui 28 membres, parmi lesquels on retrouve une épicerie, une supérette, deux boucheries, deux boulangeries, un commerce équitable, deux bars, une auberge, une station services, un taxi et un établissement de pompes funèbres. « Tous les secteurs d'activité présents sur la commune sont repré-

sentés dans l'association, ce qui nous paraissait essentiel pour garantir la cohérence de notre action et pour coordonner les horaires d'ouvertures des magasins et des entreprises artisanales », analyse Francine Curoux. De fait, l'étendue des heures d'ouverture apparaît comme un élément essentiel de la fidélisation de la clientèle et, à titre d'exemple, la supérette locale n'affiche qu'une demi-journée de fermeture hebdomadaire, le dimanche après-midi. « L'enjeu va audelà de l'activité commerciale proprement dite ; il faut que les nouveaux arrivants, généralement issus des zones urbaines, accèdent au plus grand nombre de services dans les meilleures conditions », ajoute la Présidente.

Multiplier les animations Dans le même esprit, l'ACAC souhaite continuer à s'investir dans les différentes manifestations et à favoriser la création de nouveaux rendez-vous. L'association est ainsi impliquée dans le développement du marché de Noël, de la brocante du mois d'août, des festivals ou, encore, de la Fête des fruits d'automne. Elle s’associe également à la Fête du chien, organisée par la

Cazals en bref • Nombre d'habitants : près de 700. • Nombre de commerçants et artisans adhérents à l'ACA : 28 entreprises. • Marché hebdomadaire : dimanche matin. • Zone de chalandise (3 000 personnes environ) : les 9 communes du canton de Cazals (Les Arques, Cazals, Frayssinet-le-Gelat, Gindou, Goujounac, Marminiac, Montcléra, Pomarède et Saint-Caprais), Rampoux, Lavercantière, Montgesty et occasionnellement les cantons de Salviac et de Villefranche-de-Périgord.

Société de chasse, et au Salon du vin et du fromage de France à l’initiative de l’Office de Tourisme. Par ailleurs, l'ACA organise à la fin du mois de juin un repas « moules-frites » sur la place du marché. « Pour mettre en place ces différentes manifestations, nous pouvons nous appuyer sur l'aide de nombreux bénévoles, ce qui contribue à renforcer l'esprit de village. Le maire et la municipalité de Cazals nous apportent un concours précieux », se ■ félicite Francine Curoux.

Le marché dominical de Cazals réunit une trentaine de commerçants.

A la veille de la parution de ce numéro d’Entreprendre, nous apprenons le décès de Didier Gauthier, bouchercharcutier à Cazals. Après avoir exercé son activité pendant plusieurs années à Frayssinet-Le-Gélat, M. Gauthier est venu s’installer à Cazals en 1997. Ce professionnel était unanimement apprécié de ses collègues et de l’ensemble de la population. Nous présentons nos sincères condoléances à sa famille et à ses proches. Francine Curoux, Présidente de l'Association des Commerçants et Artisans de Cazals.

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

21


ENTREPRISES

Les Hirondelles

Le camping comme à la maison Implanté près de Loupiac dans le Pays Bourian, à une douzaine de kilomètres de Gourdon, le camping familial Les Hirondelles a créé un relais motard afin d’accueillir les amateurs de motos hors saison, dans le cadre de forfaits étapes. Autre initiative intéressante : ce camping s’est engagé il y a quelques mois dans une démarche en faveur du développement durable.

L

'histoire débute en janvier 1993 par… une petite annonce. Ce jour là, Jean-Paul Petit, alors employé dans une entreprise d'électricité en région parisienne, feuillette la revue De particulier à particulier. Un camping est à vendre dans le Lot ! JeanPaul et son épouse Eliane apprécient particulièrement cette région, où ils ont pris l'habitude de passer des vacances depuis plusieurs années. Et voilà que l'opportunité de s'y installer se présente, alors que tous deux aspirent à changer de vie et à laisser derrière eux le stress de l'atmosphère parisienne… « Dès le samedi, nous prenions la route du Lot

22

pour visiter le site. Là, ce fut un vrai coup de foudre, nous nous sommes décidés sur le champ. En l'espace de quinze jours, nous avons mis notre maison en vente et démissionné de nos emplois respectifs. Nos deux filles, Chrystel et Stéphanie, âgées de 15 et 13 ans à l'époque, se sont beaucoup investies dans ce projet », raconte Eliane Petit. A leur arrivée, ce camping implanté sur un domaine de 2,5 hectares près de Loupiac, n'est encore qu'une petite structure aux équipements relativement rudimentaires. « Nous avons développé le parc de mobil-homes et de chalets : nous en avons 32 aujour-

d'hui, contre 16 à l'origine, en plus des 38 emplacements de camping. Par ailleurs, nous nous sommes lancés dans des travaux d'envergure. Nous avons entièrement refait les deux blocs sanitaires qui étaient équipés très sommairement, et rénové le bâtiment d'accueil dans le but d'offrir des services complémentaires aux vacanciers », explique Jean-Paul Petit. En l'occurrence, les nouveaux propriétaires des lieux, y installent une petite épiceriedépôt de presse, proposant une diversité de produits de base, un rayon frais, des fruits et légumes, ainsi que du pain cuit sur place, dans le four de la mai-

ENTREPRENDRE 142


ENTREPRISES

Les Hirondelles en bref • Camping racheté en mars 1993 par Jean-Paul et Eliane Petit. • Capacité d'accueil : 32 mobil-homes et chalets, 38 emplacements de camping. • Effectifs salariés en saison : 4 personnes à temps complet (animateur, pizzaiolo, serveuse, aide cuisinier) et 2 femmes de ménage à mi-temps. • Equipements : bar, restaurant, piscine, terrain de volley, terrain de pétanque, aire de jeu pour enfants, billard, table de ping-pong, baby-foot… • Clientèle : familles et groupe, originaires de France à 95 %.

Eliane et Jean-Paul Petit.

son. De plus, ils achètent une licence IV et dotent leur camping d'un bar et d'une salle de restaurant d'une quarantaine de places, agrémentée d'une terrasse. Jean-Paul, qui a toujours été un passionné de cuisine, se met aux fourneaux. Au menu : pizzas et salades composées, formule gastronomique pour les amateurs de produits du Sud Ouest (foie gras, jambon d'Auvergne, magrets, omelette aux cèpes…), mais également spécialités maison, à base de poissons et de fruits de mer, particulièrement appréciés des habitants des environs qui, au fil du temps, ont également pris l'habitude de fréquenter le restaurant des Hirondelles.

En termes de clientèle, le Camping Les Hirondelles qui reçoit environ 250 personnes en saison accueille de nombreux touristes venus du nord de la France, mais aussi de Nantes, de Paris et de Belgique. « Nous avons une clientèle essentiellement familiale. Certains clients qui nous sont fidèles depuis plusieurs années sont devenus des amis. Et aujourd'hui encore, le bouche à oreille reste notre meilleure publicité », ajoute Eliane Petit qui, fort de son expérience professionnelle de comptable, supervise la gestion du camping.

De nouvelles perspectives de développement Un programme d'activités conviviales « La qualité de l'accueil, la proximité avec notre clientèle et la convivialité des échanges ont toujours été notre souci premier, souligne Eliane Petit. Nous voulons que nos clients se sentent bien chez nous. Ainsi, nous leur proposons en saison toute une série d'animations à partager : randonnées, rallyes pédestres, concours de boules, visites d'élevages de canards et de chèvres, où l'on peut assister à la traite, au gavage et, bien sûr, participer à des dégustations. Nous organisons également deux fois par semaine des soirées dansantes très conviviales, animées par des musiciens ou des DJ. »

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

Depuis 2002, le camping Les Hirondelles, dont les propriétaires sont aussi de grands amateurs de motos, a tissé un partenariat avec la revue « Le Journal des Motards » et créé un relais motard. Accueillis sur le site hors saison, dans le cadre de forfaits étapes aux tarifs très attractifs, les motards trouvent également à leur disposition un garage, une station de gonflage et une petite boutique de pièces détachées, leur permettant d'effectuer des réparations de première urgence en cas de besoin. « Nous avons déjà des réservations pour le mois de mai, où nous devrions accueillir deux groupes d'une soixantaine de motards », se félicite Eliane Petit.

• Titulaire du label Camping Qualité. • Site Internet : www.les-hirondelles.com

Depuis trois ans, le même type de partenariat a été mis en place avec succès avec la Fédération Française de Cyclotourisme. Mais la nouveauté de la saison 2008 est l'acquisition d'un mobilhome équipé pour l'accueil des personnes handicapées. « Nous avions quelques demandes en ce sens. Cette cible de clientèle est en effet un peu délaissée », explique la responsable. Enfin, il est intéressant de souligner que le Camping Les Hirondelles s'est engagé il y a quelques mois dans une démarche de développement durable. Ainsi, tous les points lumineux des 32 locatifs et des parties communes ont été équipés d'ampoules basse consommation. De la même manière, des réducteurs de débit ont été installés sur les différents points d'eau du camping et une nouvelle signalétique relative au tri sélectif des déchets est en cours de mise en place sur le site. Autant d'initiatives qui, espèrent JeanPaul et Eliane Petit, permettront de ■ séduire de nouveaux vacanciers.

Action de la CCI du Lot La Chambre de Commerce et d'Industrie a accompagné l'entreprise dans le montage du dossier de demande de subventions qui lui ont permis de mener à bien ses travaux.

23


ENTREPRISES

Imprim’Vert Cinq imprimeurs lotois s’engagent pour la protection de l’environnement Au mois de mars, quatre imprimeries – France Quercy, Agate, A+B et Publi Quercy - ont décroché le label Imprim'Vert, tandis qu'une cinquième, Feuille@Feuille, obtenait le renouvellement de son agrément. Cette distinction, qui témoigne de l'engagement citoyen de ces entreprises en faveur de l'environnement, constitue également un argument marketing et commercial auquel leurs clients sont de plus en plus sensibles. Explications.

C

réée en 1998 à l'initiative de la Chambre de Métiers et de l'Artisanat du Loir-et-Cher et de la Chambre régionale de Métiers et de l'Artisanat du Centre, Imprim'Vert est une marque déposée, gérée au niveau national par le Pôle d'Innovation de l'Imprimerie (P2i) qui en garantit l'harmonisation et les conditions d'accessibilité. La vocation de ce label est de favoriser la mise en place par les imprimeurs d'actions concrètes en faveur de la protection de l'environnement. En l'occurrence, le cahier des charges Imprim'Vert leur impose de respecter trois impératifs : une bonne gestion des déchets dangereux (élimination conforme à la règlementation en vigueur), la sécurisation du stockage des liquides dangereux et la non utilisation de produits toxiques (étiquetés du symbole « tête de mort »). En complément, il recommande aux entreprises disposant d'un comptoir d'accueil du public de développer une action de sensibilisation environnementale à l'intention de leur clientèle, axée notamment sur la consommation et le type de papier utilisé. Concrètement, la procédure d'obtention de la marque s'effectue en plusieurs étapes. Dans un premier temps, l'entreprise doit contacter le référent Imprim'Vert de son département, interlocuteur privilégié qui l'assistera tout au

24

A+B à Cambes « Tous les professionnels de notre secteur devraient arborer le label Imprim'Vert !» Créée il y a un an et demi, l'imprimerie A+B a fait, dès le départ, le choix d'investir dans des matériels respectueux de l'environnement : une machine à encres éco-solvants et l'utilisation de papiers aux normes FSC et PEFC, certifiant que le bois utilisé pour leur fabrication provient de forêts gérées durablement. « Tous les professionnels de notre secteur devraient arborer le label Imprim'Vert. Aujourd'hui, initier ce type de démarche est un acte citoyen », estime Emmanuel Boré, cogérant d'A+B avec son épouse Hélène. Son entreprise est, par ailleurs, engagée dans une démarche qualité qui devrait lui permettre d'obtenir en septembre la certification ISO 9001 ; ce qui est plutôt rare pour une TPE de quatre personnes. « Nous allons bien sur mettre en avant notre nouvelle certification Imprim'Vert dans le cadre de notre démarche commerciale et marketing. Nous souhaitons sensibiliser nos clients, mais également donner l'exemple. Nous comptons, d'autre part, développer un partenariat avec la société Prévost Environnement dans le but de valoriser nos déchets », ajoute le responsable. L'imprimerie A+B, qui travaille avec une clientèle de PME industrielles et de collectivités territoriales est positionnée sur le segment des petits tirages sur mesure : affiches, brochures, édition d'ouvrages pour le compte d'auteurs locaux… D'autre part, l'entreprise a développé une spécialité – l'impression sur vinyle (pour le marquage d'enseignes ou de véhicules) – qui intervient désormais à hauteur de 50 % de son chiffre d'affaires. Hélène et Emmanuel Boré

ENTREPRENDRE 142


ENTREPRISES

Christian Campagnac

Publi Quercy à Cahors « Nous avons investi et réorganisé nos processus » Déjà labellisée Relais Propre Artisanal, Publi Quercy vient d'obtenir la certification Imprim'Vert. Une satisfaction pour les deux dirigeants de cette imprimerie cadurcienne Gaby Cébrian et Wiliam Devoyon – qui ont réalisé au début de l'année d'importants investissements et engagé une refonte des méthodes de travail de l'entreprise. « En l'occurrence, nous avons fait l'acquisition d'un système CTP (Computer To Plate) Presstek, permettant de graver directement les plaques au laser et supprimant de fait les procédés traditionnels de développement de films, consommateurs de produits chimiques tels que les révélateurs et les fixateurs. Notre système est, en outre, doté d'un filtre devant être changé toutes les 200 plaques, qui garantit la propreté de l'eau rejetée. Globalement, nous avons réalisé 61 000 euros d'investissements, sachant que nous nous sommes également équipés d'un nouveau poste informatique », déclare Gaby Cébrian. De la même manière, en bout de chaine, l'imprimeur a mis en place un équipement lui permettant de récupérer les résidus d'encre et les chiffons souillés. Une démarche environnementale qui, selon le dirigeant, répond aux préoccupations de ses clients. Fondée il y a une vingtaine d'années, l'imprimerie Publi Quercy a été reprise en 1999 par Gaby Cébrian etWiliam Devoyon.Elle emploie aujourd'hui cinq personnes,dont un commercial à mitemps recruté en novembre dernier. Spécialisée dans les petits tirages de quelques centaines d'exemplaires, l'entreprise réalise tous types de travaux : affiches, cartes de visite, livres… Elle devrait investir d'ici l'été dans une nouvelle machine à agrafer qui lui permettra de réaliser des brochures encartéespiquées. Gaby Cébrian (à droite) et Wiliam Devoyon

long de sa démarche. Puis, un diagnostic du site de production est réalisé permettant de définir les points à optimiser pour répondre au cahier des charges Imprim'Vert. A l'issu de ce diagnostic, le référent établit un compte-rendu et assiste l'entreprise dans la constitution de son dossier. Ce dossier est ensuite soumis pour examen à un comité d'attribution, régional ou national, de la marque Imprim'Vert. S'il est accepté, la marque est octroyée pour une année civile ; l'entreprise devant ultérieurement demander son renouvellement sur présentation de pièces justificatives.

Des outils de communication efficaces Les professionnels titulaires de ce label bénéficient de toute une panoplie d'outils leur permettant de valoriser leur engage-

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

ment en faveur de la qualité de l'environnement auprès de leurs clients. En particulier, ils reçoivent des logos à apposer sur leurs supports de communication et sont référencés sur le site Internet de la marque, www.imprimvert.fr, qui fait l'objet de campagnes promotionnelles auprès de différents donneurs d'ordre. Précisons enfin qu'un droit d'usage, destiné à financer les frais de gestion et des actions de promotion de la marque Imprim'Vert, est facturé aux entreprises labélisées employant plus de 10 salariés. Il se monte à 100 euros par an pour les sociétés de moins de 50 personnes et à 200 euros pour celles dont ■ l'effectif est supérieur. Pour plus d'information sur ce label, contactez Yasmina Loiseau, référent Imprim'Vert pour le Lot : 05 65 20 35 30 yasmina.loiseau@lot.cci.fr

Agate à Pradines « Les imprimeurs doivent être exemplaires » « Il ne faut pas se voiler la face : les imprimeurs ont été de gros pollueurs. Il était important qu'ils anticipent et qu'ils montrent l'exemple », explique Christian Campagnac,fondateur et dirigeant d'Agate Photogravure. Comme l'indique sa raison sociale,l'activité première de l'entreprise,en 1989,n'était pas l'impression mais la photogravure. « L'évolution des technologies nous a amené à devenir nous-mêmes imprimeur en 1997, mais les enjeux liés à l'environnement étaient réels dans un cas comme dans l'autre,car les deux activités impliquaient de rejeter des produits polluants », précise Christian Campagnac. L'entreprise s'était ainsi équipée d'un récupérateur de sel d'argent,produit utilisé pour la préparation des plaques d'impression.« L'objectif n'était pas économique, car le prix de l'argent a rapidement chuté.Par contre,nous étions convaincus que ces efforts pouvaient devenir un argument commercial et nos investissements nous ont permis d'obtenir en 2006 le statut de Relais Propre Artisanal, analyse l'entrepreneur. Désormais, il est indispensable que tous les professionnels engagés dans cette démarche environnementale communiquent davantage sur des marques telles qu'Imprim'Vert ». Membre du Groupement des Métiers de la Chaîne Graphique du Lot, Agate compte aujourd'hui quatre salariés et travaille principalement avec les collectivités et les entreprises du département. « La priorité donnée à la protection de l'environnement a assurément été insufflée par les grandes collectivités territoriales, telles que le Conseil Général, ce qui nous a conduit à ne plus utiliser que du papier recyclé ». Pour l'entreprise, qui a obtenu le label Imprim'Vert en mars 2008, la prochaine étape consistera à réaliser le développement des plaques sans utiliser de produits chimiques. « Face à ces évolutions indispensables, on ne peut avoir qu'un regret : trop d'années se sont passées sans que rien ne soit fait et,aujourd'hui,le niveau d'exigence a tendance à s'élever trop rapidement pour des TPE comme la nôtre », conclut Christian Campagnac.

25


ENTREPRISES

France Quercy à Mercuès « La préservation de l'environnement est désormais un impératif commercial »

Feuille@Feuille à Cahors « Un label indispensable pour remporter des marchés » Première imprimerie lotoise à obtenir le label Imprim'Vert fin 2006, Feuille@Feuille vient de voir son agrément renouvelé pour 2008. De fait, de par les procédés mis en œuvre dès le démarrage de son activité, Feuille@Feuille ne rejette aucun effluent liquide nocif dans la nature, les cartouches d'encre sont recyclées et les autres produits utilisés ne sont pas toxiques. « Nous sommes neutres pour l'environnement », résume Christophe Faurie, Président de Feuille@Feuille, qui ne se définit pas comme une imprimerie mais comme un pôle numérique. Selon ce dernier, le label Imprim'Vert est désormais indispensable pour remporter des marchés auprès des collectivités territoriales et des grandes entreprises, de plus en plus directives sur le sujet de l'environnement. Aujourd'hui, l'entreprise souhaite pousser plus loin sa démarche et obtenir les certifications FSC (Forest Stewardship Council) et PEFC (Program for the Endorsment of Forest Certification) garantissant l'utilisation de papiers plus « verts ». « Un travail important doit être entrepris auprès des papetiers afin de les sensibiliser sur les enjeux d'une gestion durable des forêts et les inciter à produire des pâtes à papiers sans produits chimiques. Il faut savoir que le recyclage des papiers pollue énormément », souligne Christophe Faurie.

Pour les imprimeurs, le respect de l'environnement n'est pas seulement une contrainte réglementaire : c'est désormais un impératif commercial. Le groupe CPI, dont dépend France Quercy, en a récemment fait l'expérience, car si ses imprimeries ont décroché le contrat du dernier opus de Harry Potter, c'est tout d'abord parce qu'elles pouvaient satisfaire le pré requis exigé par l'éditeur en la matière. En l'occurrence, l'obtention du label Imprim'Vert est pour France Quercy l'aboutissement d'une stratégie d'investissement qui lui avait déjà permis d'obtenir la certification Forest Stewardship Council (FSC), laquelle garantit une exploitation raisonnée de la filière bois. L'évolution était d'importance pour cette « vieille dame » de l'industrie lotoise, créée en 1892. Implantée à Mercuès depuis 2006, avec 110 salariés pour un chiffre d'affaires de 12 millions d'euros, France Quercy a pu tirer profit de ses nouveaux locaux pour adapter l'ensemble de son processus de fabrication aux nouvelles exigences environnementales. « Cette démarche éco responsable nécessite d'impliquer tous les salariés de l'entreprise ainsi que ses prestataires, y compris les transporteurs », explique Laurent Bailly, directeur de l'usine. Concrètement, l'imprimeur a dû examiner la conformité de l'ensemble de ses processus : ses sources d'approvisionnement en bois, le retraitement de ses déchets industriels banals (DIB) et la mise en place de collecteurs homologués pour les déchets industriels spéciaux (DIS). « Chaque détail compte. Par exemple, les études que nous avons menées nous ont conduit à remplacer les bacs d'encre de 200 litres que nous utilisions par des fûts d'une tonne, qui ne sont plus jetés mais récupérés », précise Matthieu Jolibois, responsable de production chez France Quercy. Dans le même esprit, l'imprimerie s'est équipée pour récupérer la chaleur émise par les machines et en faire une de ses principales sources de chauffage. Tout cela augmente-t-il les coûts de production ? « Les coûts restent globalement les mêmes, si l'on tient compte du fait que les investissements réalisés sont pondérés par la réduction d'autres charges, comme la taxe générale sur les industries polluantes, ou TGAP », conclut Matthieu Jolibois. Matthieu Jolibois

Créée en 2003, Feuille@Feuille qui emploie 13 personnes est spécialisée dans l'impression numérique couleur à la demande. Elle a développé un logiciel lui permettant d'automatiser l'ensemble des étapes du cycle de production, depuis la prise de commande jusqu'à la livraison des documents.

26

ENTREPRENDRE 14 3 82


ENTREPRISES

Barimar Agraf Metal Le réparateur du gigantesque © Urbanhearts – Fotolia.com

Grâce à son expérience acquise dans le domaine de la réparation depuis les années 20, Barimar Agraf Metal dispose d'un savoir-faire rare en matière de remise en état d'équipements de production industrielle. Un savoir-faire que l'entreprise exporte désormais dans de nombreux pays étrangers.

I

nstallé à Bagnac-sur-Célé, l'atelier de l'entreprise Barimar Agraf Metal semble souvent inoccupé, ce qui, paradoxalement, signifie que l'entreprise est en pleine activité. Concrètement, Barimar est l'un des rares spécialistes en Europe de la réparation des très grosses pièces métalliques pour des installations telles que, par exemple, les aciéries, les groupements hydrauliques, les papeteries ou les cimenteries. Autrement dit, il s'agit généralement de pièces pesant plusieurs dizaines de

Barimar Agraf Metal en bref • Entreprise fondée en 1920. • Unité de production de Bagnac-sur-Célé créée en 2002. • Effectif : une cinquantaine de personnes, dont huit sur le site lotois. • Principales activités : agrafage, métallisation, soudure, usinage, chromage / électrolyse, remise en état de machines spéciales. • Matières travaillées : aciers, aluminium, bronze, fonte. • Principaux secteurs de clientèle : automobile, métallurgie, papeterie, énergie, agroalimentaire, groupements hydrauliques, cimenteries.

L'entreprise assure la réparation de toute pièce métallique dans ses ateliers ou sur le site des clients.

tonnes, intransportables et nécessitant une intervention sur site. Découvrir l'atelier de Bagnac-sur-Célé désert signifie donc tout d'abord que les huit salariés de l'équipe lotoise sont à l'œuvre, en France ou à l'étranger. En l'occurrence, ces réparateurs hors normes ne partent pas en intervention les mains vides. Les « valises » qu'ils emmènent avec eux sont à la mesure des pièces qu'ils doivent réparer. « Il s'agit le plus souvent de containers de 3 à 6 tonnes, explique Pascal Blaize, Directeur Commercial de Barimar Agraf Metal. Ce matériel est indispensable pour assurer la réparation des pièces importantes, qui peuvent mesurer plusieurs dizaines de mètres et peser plus de 40 tonnes ».

Une PME dédiée aux géants Dans l'organisation de Barimar, le site lotois est considéré comme l'agence sud-ouest de l'entreprise, dont le siège se trouve à Villeneuve-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine. Dans les faits, l'atelier de Bagnac-sur-Célé, dirigé par Denis Pradel, a un rayon d'action bien

Les locaux de l'atelier lotois, à Bagnac-sur-Célé.

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

plus large et est fréquemment appelé à intervenir à l'étranger. Créée en 1920, Barimar était à l'origine spécialisée dans la réparation des pièces en fonte. Son travail consistait alors à réaliser la « refusion » des éléments usés ou endommagés. Son activité a pris une nouvelle ampleur lorsqu'elle s'est équipée pour assurer la réparation de toute pièce métallique et pour intervenir sur site, au-delà des travaux réalisés dans ses trois ateliers pour les pièces transportables. Ces derniers sont situés dans le Rhône, dans l'Eure ■ et dans les Hauts-de-Seine.

© Matteo Natale – Fotolia.com

27


ENJEUX LA FILIÈRE COSMÉTIQUE LOTOISE

© Viktoriia Kulish – Fotolia.com

Cosmétique Les bio jours sont arrivés Si le Lot ne compte officiellement que quatre fabricants de produits cosmétiques, trois d'entre eux sont dédiés au segment du « bio », qui est de loin le plus porteur de ce vaste marché : Phyt's, Tridyn et Zeugschmitt. Quant au quatrième acteur, Ducastel, positionné sur le créneau du soin des cheveux, sa croissance est quatre fois plus rapide que celle de son marché. Présentation d'une filière industrielle qui s'est refait une beauté.

L

e marché de la cosmétique a représenté un chiffre d'affaires de 6,5 milliards d'euros en France en 2006. Pour autant, les industriels du secteur s'inquiètent du ralentissement de la croissance, qui n'est plus que d'environ 3,5 %. Toutes les familles de produits sont concernées, sauf une : la cosmétique bio. Avec ses 40 % de croissance en 2007, ce créneau attise logiquement toutes les convoitises. C'est ainsi que le leader mondial de la cosmétique, L'Oréal, a décidé de racheter Sanoflore, un des grands noms de l'univers bio, et que les autres poids lourds de cette industrie investissent massivement dans cette « niche » prometteuse. En 2006 encore, il s'agis-

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

sait effectivement d'une niche, qui ne représentait que 2,5 % du marché global de la cosmétique. Les projections des analystes indiquent que cette proportion atteindra 10 % en 2010. Dans ce contexte, la filière cosmétique lotoise est idéalement placée. Trois de ses quatre représentants sont en effet positionnés sur ce créneau porteur : Phyt's (groupe Jérodia), Tridyn avec la marque Biodine et le laboratoire Zeugschmitt. Les professionnels qui sont à l'origine de ces trois projets d'entreprise ont en commun d'être, chacun à leur manière, des pionniers. En la matière, la palme de l'antériorité revient assurément à Trydin, qui a commencé à distiller des plantes naturelles en 1932.

De leur côté, les laboratoires Ducastel, implantés à Castelfranc, progressent à raison de 12 % par an en moyenne, c'est-à-dire quatre fois plus vite que le segment de marché qu'ils ont investi : les produits destinés aux professionnels de la coiffure. Dans ce domaine, ils se sont imposés comme le quatrième fournisseur en France, derrière les géants L'Oréal, Schwartzkopf et Wella. Bilan, la filière cosmétique lotoise emploie aujourd'hui plus de 220 personnes dans le département, contre quelques dizaines au début de la décennie. Nous vous invitons à découvrir les atouts de quatre entreprises ■ hors normes.

29


ENJEUX LA FILIÈRE COSMÉTIQUE LOTOISE

Phyt’s de nouveaux records de croissance Premier employeur de la filière cosmétique lotoise avec 150 salariés, le groupe Jérodia (Laboratoires Phyt's, Laboratoires dermatologiques Gamarde, Laboratoires Bionatural et Biguine BIO) a multiplié les initiatives depuis son installation dans les anciens chais du Château Lagrezette, à Caillac : ouverture d'un centre de formation, d'un Institut pilote, d'une boutique et développement des exportations. Explications.

L

es Laboratoires Phyt's se sont imposés en moins d'une décennie comme la locomotive de la filière cosmétique lotoise et comme l'un des leaders de la cosmétique bio à l'échelon mondial. Le développement accéléré de l'entreprise est d'abord lié à une conviction : il fallait aller plus loin que les exigences de la réglementation sur les produits cosmétiques bio. En l'occurrence, Phyt's dépose l'appellation de « naturoesthétique », qui se veut plus exigeante encore que la norme Cosmébio : alors

30

que cette dernière impose déjà que 95 % des produits utilisés dans la fabrication soient d'origine naturelle, Phyt's garantit d'atteindre 100 % sur 100 % de sa gamme. Très rapidement, le pari semble gagné : le chiffre d'affaires du groupe Jérodia, propriétaire de la marque Phyt's, passe de 4 millions d'euros en 2004 à 8 millions en 2006 et il devrait atteindre 18 millions en 2008. Dans le même temps, Phyt's réalise un investissement majeur dont la médiatisation accroît fortement sa notoriété :

Thierry Logre, dirigeant de l'entreprise.

Phyt's à Caillac en bref • Date de création : 2006 • Superficie du site : 7 000 m2 • Une unité de production et de conditionnement certifiée ECOCERT • Un centre de formation • Une boutique • Un Institut pilote • Chiffre d'affaires 2008 (prévisions) : 18 millions d'euros

l'entreprise rachète les anciens chais du Château Lagrezette, à Caillac, et s'y installe au printemps 2006. Au-delà de ses retombées importantes en termes d'image, l'opération permet à Phyt's de développer de nouvelles activités. Le site de Caillac abrite désormais un centre de formation international et y a installé son propre institut : plus de 400 esthéticiennes ont ainsi été accueillies en 2007. Constatant qu'il pourrait encore accélérer son développement, le groupe Jérodia a également décidé de créer deux nouvelles marques, afin de multiplier les débouchés sans remettre en cause la politique de distribution et le positionnement de Phyt's. Concrètement, la marque est et doit rester exclusivement distribuée par les esthéticiennes professionnelles. Le groupe inaugure donc les marques Gamarde (à l'eau thermale de Gamardeles-Bains), pour les pharmacies et parapharmacies, et Biguine Bio pour la distribution spécialisée. Parallèlement, il renforce son réseau de distribution à l'étranger pour les trois marques, aussi bien aux Etats-Unis qu'en Asie ou en Amérique du sud. Implanté sur trois sites en France (Caillac et Crayssac dans le Lot, Alénya dans les Pyrénées Orientales), le groupe emploie aujourd'hui plus de 150 personnes alors qu'il ne comptait ■ que 23 salariés en 2003.

ENTREPRENDRE 142


ENJEUX LA FILIÈRE COSMÉTIQUE LOTOISE

Tridyn un virage bio bien négocié Spécialisée dans la distillation de plantes aromatiques depuis 1932, l'entreprise Tridyn a lancé sa première gamme de cosmétiques dès 1969 et s'est depuis diversifiée avec succès vers la biocosmétique, notamment avec la marque Biodine.

A

ttention ! Si la marque Tridyn n'évoque rien pour vous, on pourrait en déduire que vous avez cessé de vous intéresser à l'économie lotoise depuis… 1932. C'est en effet à cette date que la marque est déposée et que débute la production d'huiles essentielles à Gourdon, principalement à base de lavande. Dès le départ, les fondateurs ont la conviction que cette matière première peut et doit entrer dans la fabrication de lotions et de crèmes pour le corps. Il faudra pourtant attendre 1969 pour que la société Tridyn soit officiellement créée. Elle installera d'abord ses locaux à Saint-Martial, près de Montcuq, puis à L'Hospitalet au début des années 80. Une nouvelle fois, elle se comporte comme un précurseur et mise sur le « bio » à une époque où le préfixe prêtait encore à sourire.

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

Depuis plus de 75 ans, la base de son activité est restée la même : distiller des plantes pour en extraire un distillat ou une huile essentielle. En l'occurrence, le mot « extrait » est plus qu'approprié : il faut plus de 100 kilos de plantes pour obtenir un litre d'huile essentielle.

Vers la création d'une marque dédiée au bio A mesure que la biocosmétique s'impose comme un marché très porteur, la conviction des dirigeants de Tridyn ne fait logiquement que se renforcer. La croissance annuelle reste d'ailleurs supérieure à 20 %. Véronique Martina, qui reprend l'entreprise familiale en 2001, investit pour obtenir le niveau de certification le plus élevé – Ecocert – et

Véronique Martina, directrice générale .

Tridyn en bref • Date de création : 1932 pour la marque, 1969 pour l'entreprise • Effectif : 4 salariés à L'Hospitalet (Castelnau-Montratier) • Principales marques : Tridyn et Biodine

crée la nouvelle marque Biodine en 2003. Esthéticienne de formation, elle élargit la gamme des plantes utilisées (une trentaine actuellement) et le nombre de produits. Son offre compte ainsi 23 références de produits : laits, lotions, gels, masques, sérums ou huiles pour le visage, le corps et les cheveux. « La certification Ecocert est très rigoureuse et les produits utilisés ne doivent contenir aucun produit chimique, tandis que la production doit être non polluante et que les emballages sont nécessairement biodégradables », précise Véronique Martina. L'entreprise est ainsi certifiée pour trois activités : la production, la transformation et la fabrication. Sur place, quatre salariés gèrent l'ensemble du processus et quatre commerciaux sont chargés de diffuser les produits vers les 400 partenaires de la marque, qu'il s'agisse de pharmacies, de parapharmacies ou d'instituts de beauté. Les marques Tridyn ou Biodine sont par ailleurs exportées en Suisse, en Belgique, en Grèce, en Espagne, au Canada ou en Amérique du Sud. « Audelà des coopératives bio chez qui nous nous approvisionnons, nous avons tenu à poursuivre notre propre production et, dans ce cas, il s'agit tout simplement de plantes sauvages, cueillies sur le terrain de 12 hectares dont nous disposons sur la commune de Pern », conclut ■ Véronique Martina.

31


ENJEUX LA FILIÈRE COSMÉTIQUE LOTOISE

Zeugschmitt le champion discret de l’exportation

Patrick Zeugschmitt, fondateur de l'entreprise.

La marque Zeugschmitt reste peu connue pour la simple raison qu'elle n'existe pas en tant que telle. Le laboratoire travaille exclusivement pour le compte de tiers, en leur fournissant des formulations de produits cosmétiques bio. Après avoir enregistré une croissance de plus de 60 % ces deux dernières années, l'entreprise s'est installée à Mauroux et compte développer ses exportations vers l'Afrique du Nord et le Moyen Orient.

Q

uels que soient ses succès passés et à venir, le laboratoire Zeugschmitt n'a pas vocation à être connu du grand public. Et ce même s'il a été élu numéro un de sa catégorie par le Palmarès 2007 de la Cosmétique. La première explication est simple : la production du laboratoire n'est jamais vendue sous son nom. « Le métier de l'entreprise consiste à vendre des formulations et à réaliser des prestations de façonnage pour des tiers, explique Patrick Zeugschmitt, son fondateur. Il est donc logique que la marque soit peu connue ». La seconde explication est qu'une part importante des clients du laboratoire se trouve à l'étranger, notamment en Afrique du Nord et au Moyen Orient. Par ailleurs, l'implantation de l'entreprise, aux Junies, au nord de Castelfranc, ne pouvait pas contribuer davantage à sa notoriété ; d'autant moins qu'elle y occupait un modeste local de 250 m2. « Nous ne pouvions pas poursuivre notre croissance dans un bâtiment aussi exigu. Notre développement a été supérieur à 60 % au cours des deux dernières années et, en 2007, nous avons produit 80 tonnes de crèmes, de shampoings ou de dentifrices dans des conditions de plus en plus difficiles. Il était impératif de trouver des locaux plus grands », note Patrick Zeugschmitt.

32

Depuis mars 2008, le laboratoire s'est implanté à Mauroux, à l'extrême est du département, dans des locaux de 1 000 m2, soit un quadruplement de sa surface de production. « La mairie de Mauroux a joué un rôle déterminant pour notre installation. Cela va nous permettre d'accélérer le développement de nos exportations, notamment vers les Emirats Arabes Unis », se réjouit Patrick Zeugschmitt. Quant à l'origine du succès du laboratoire, il pourrait être résumé en une phrase : Zeugschmitt vend à des prix

Le laboratoire Zeugschmitt en bref • Date de création : 1985 • Implantation : Mauroux • Surface : 1 000 m2 • Effectif : 5 personnes (prévisions) • Production : 80 tonnes de produits cosmétiques bio en 2007 • Certifié ECOCERT depuis 2002

compétitifs des produits cosmétiques bio certifiés et personnalisés, le tout avec la mention « made in France ».

Une valeur ajoutée rare Malgré sa discrétion, Patrick Zeugschmitt n'est pas un nouveau venu dans le monde du cosmétique. Depuis 1984, il fournissait des prestations de conseil et de formation aux principaux industriels du secteur. C'est au cours de ces missions qu'il a identifié ce créneau : la fabrication de produits cosmétiques bio pour le compte de tiers. « Une de nos principales valeur ajoutée est de savoir produire en petite quantité sur la base de cahiers des charges définis par nos clients, tout en proposant des prix bas », analyse Patrick Zeugschmitt. Pour ce faire, le laboratoire a tout d'abord investi pour obtenir la certification ECOCERT, qu'il a décroché en 2002. Cet agrément marque le début d'une nouvelle phase d'expansion pour la jeune entreprise lotoise, qui dispose par ailleurs d'un établissement secondaire à La Ciotat (13). « Notre croissance devrait rester plus forte que celle du marché de la cosmétique bio. Nous emploierons 5 personnes sur notre site de Mauroux », précise ■ Patrick Zeugschmitt.

© pgm – Fotolia.com

ENTREPRENDRE 142


ENJEUX LA FILIÈRE COSMÉTIQUE LOTOISE

Ducastel quand le challenger coiffe les leaders Créé à Paris en 1945, implanté dans le Lot depuis plus de 30 ans et racheté par le groupe Alès en 1997, le laboratoire Ducastel s'est imposé comme le 4e fournisseur des professionnels de la coiffure en produits de coloration, coiffants et soins.

L

'histoire du laboratoire Ducastel débute en 1945 dans le XXe arrondissement de Paris. Au début des années 70, le couple qui est à l'origine de sa création décide de passer une partie de l'été dans le Lot, à Castelfranc. Ils ne quitteront jamais le village, au point de devenir le premier employeur des environs, avec 75 équivalents temps plein en 2007. Depuis sa création, la marque avait tout fait pour se forger une belle réputation auprès des professionnels de la coiffure, notamment grâce à ses innovations en matière de coloration. C'est donc en toute logique qu'un coiffeur de renom – Patrick Alès – rachète l'entreprise pour l'intégrer à son groupe, où elle rejoint des fleurons tels que Lierac, Caron ou Phyto. La première originalité de Ducastel est qu'il s'enorgueillit de présenter le catalogue le plus vaste d'Europe. « Les professionnels de la coiffure peuvent trouver chez nous la quasi-totalité des produits dont ils ont besoin pour travailler. Cela signifie que nous avons des compétiteurs sur chacun des segments du marché mais aucun concurrent frontal pour l'ensemble de notre offre » , explique Pierre Bordier, Directeur Général du laboratoire Ducastel.

Des exportations en forte croissance L'entreprise explique sa forte croissance par trois facteurs déterminants : une forte capacité d'innovation liée à son service de recherche & développement intégré,

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

une politique marketing originale et le développement de ses ventes à l'export. L'association de ces trois atouts a notamment permis au laboratoire Ducastel de développer une activité de personnalisation des produits au nom des clients. « Nous sommes d'ores et déjà le numéro un en France dans ce domaine, que les anglo-saxons appellent le “private labeling“, explique Pierre Bordier, et notre objectif est de devenir le leader au niveau européen ». L'entreprise s'est pour cela dotée de son propre atelier de sérigraphie et a développé sa présence commerciale dans 21 pays. « La créativité ne doit pas uniquement concerner les produits, poursuit Pierre Bordier. Les clients attendent que nous puissions bâtir rapidement des concepts marketing qui répondent à leurs besoins ».

Une production entièrement lotoise Le laboratoire Ducastel dispose de trois sites de fabrication dans le Lot (deux à Castelfranc et un à Luzech) ainsi que de cinq unités de conditionnement, activité qui est par ailleurs sous-traitée en partie au CAT Boissor de Luzech. Filière historiquement très contrôlée en matière de protection de l'environnement, l'industrie cosmétique doit par ailleurs se préparer à la mise en œuvre des « bonnes pratiques de fabrication ». Dans ce cas, la certification concernera l'ensemble du processus de production. « Nous avons

Pierre Bordier, directeur général.

Le laboratoire Ducastel en bref • Chiffre d'affaires : 15 millions d'euros en 2007 • Effectif : 75 équivalents temps plein en moyenne • Principales marques : Subtil, Ium et BPM • Date de création : 1945

voulu anticiper l'évolution du cadre réglementaire, précise Pierre Bordier, notamment en créant un poste de responsable Qualité-Hygiène-SécuritéEnvironnement (QHSE). Par ailleurs, l'ensemble des eaux utilisées dans la fabrication des produits est récupéré et acheminé vers la station d'épuration du Sycala. Enfin, nous étudions la mise en place d'un système de récupération des eaux de pluie pour minimiser notre consommation ». De fait, un seul chiffre suffit à donner l'ampleur de la production du laboratoire Ducastel : 3,5 millions de tubes de coloration ont ■ été expédiés en 2007.

Réorganisation au sein du groupe Alès Agé de 77 ans, Patrick Alès a démissionné en février de ses fonctions de directeur général du groupe qu'il avait fondé, et dont il demeure Président non exécutif. Il est remplacé par Lorenza Battigello, qui dirigeait sa filiale italienne. De son côté, Romain Alès, le fils du fondateur, a quitté son poste de directeur général délégué pour se consacrer au redressement des parfums de luxe Caron.

33


PLEIN CADRE

Gilles Marre

Chef du restaurant Le Balandre

« J’ai toujours recherché l’excellence dans la simplicité » Très attaché à son terroir, Gilles Marre a ouvert sa propre maison dans la trace familiale. Insatiable découvreur de saveurs, ce défenseur d'une cuisine charnelle que l'on a plaisir à partager, vient d'être élu par ses pairs à la présidence des Bonnes Tables du Lot. Portrait.

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

T

out gamin déjà, ce que je mangeais était bon. Si c'était un steak, il était accompagné d'un émincé d'échalotes… ». En fait, Gilles Marre ne s'est jamais posé la question de savoir si la cuisine était chez lui une vocation. Pétri de cette culture du « bien

35


PLEIN CADRE

manger » héritée de son grand-père, et ponctuée des traditionnels repas de famille dominicaux, il a toujours su apprécier les bonnes choses. L'envie de faire partager à d'autres ces plaisirs est venue tout naturellement. Petit retour en arrière. Formé à l'Ecole hôtelière de Souillac, Gilles Marre fait ses premières armes professionnelles dans un restaurant 2 étoiles renommé, L'Ecailler du Palais Royal à Bruxelles. Il n'a alors que 18 ans et saisit cette chance qui lui est offerte de parfaire sa formation dans l'art de travailler le poisson. Il officie ensuite à la Villa Lorraine, l'un des temples de la gastronomie Belge, avant de rejoindre la France, et plus précisément les prestigieuses cuisines de l'Elysée, sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing. Dès lors, son parcours professionnel se poursuit dans plusieurs établissements 3 étoiles, dont la maison Taillevent à Paris, et l'Auberge de l'Ill (chez les frères

36

Haeberlin) en Alsace, où il passera cinq ans. « A ce stade de ma carrière, j'ai reçu plusieurs propositions pour travailler à l'étranger, à la Nouvelle Orléans et à Shanghai notamment. Mais c'est à ce moment là que j'ai décidé de revenir chez moi et de reprendre le restaurant de l'Hôtel Terminus fondé par mon grand-père, qui allait devenir le Balandre », raconte Gilles Marre. En 1993, son frère Laurent, sommelier émérite, le rejoint au restaurant et tous deux décident de rénover l'hôtel familial. Depuis 2006, son fils aîné Alexandre, diplômé de l'Ecole hôtelière de Toulouse, a également pris sa place dans les cuisines du Balandre.

Cuisine et dépendances « Mon grand-père me disait souvent “tu seras cuisinier quand tu sauras faire cuire un œuf au plat !”. J'ai toujours

travaillé dans cet esprit et recherché l'excellence dans la simplicité », souligne Gilles Marre. Très attaché à son terroir, le chef du Balandre définit sa cuisine comme une cuisine charnelle que l'on a plaisir à partager. Cet amoureux des bons produits puise son inspiration au gré des saisons. « Nous vivons sur un territoire béni des dieux. De décembre à mars, nous travaillons la truffe fraiche, si fragile qu'elle demande énormément d'attention et de douceur. Je la marie à des produits pauvres, des légumes d'hiver comme le poireau, le chou ou le céleri. Puis vient la saison des premières asperges, des morilles... C'est un grand moment à chaque fois », ajoute le chef, estimant par ailleurs que la cuisine doit être mise en scène et sublimée par les arts de la table. De la même manière, Gilles Marre développe de nombreuses initiatives pour animer sa maison : cours de cuisine, dégustations œnologiques, marché de producteurs… « Chaque année, le quatrième jeudi du mois de mai, nous organisons dans la cour de l'hôtel un marché de printemps qui réunit nos fournisseurs, producteurs de fraises, d'herbes aromatiques, de fromages… Sur chaque étal, un plat réalisé à base du produit concerné est proposé en dégustation aux clients du restaurant. Ce jour là, nous accueillons aussi les vignerons dans notre cave. Ce type de manifestation permet de rapprocher le consommateur du produit, nous sommes un maillon de la chaine », explique-t-il.

Partager et transmettre Si le chef du Balandre s'estime chanceux de faire le métier qu'il aime, il tient en retour à s'impliquer dans des initiatives au service de sa ville et de ses concitoyens. En l'occurrence, il participe régulièrement à des événements tels que la semaine du goût, apporte son concours aux cuisiniers de l'Unité de Production Culinaire du Pays de Cahors pour concocter des repas à thème servis dans les cantines scolaires et les maisons de retraite. De la même

ENTREPRENDRE 142


PLEIN CADRE

manière, il entretient depuis plusieurs années un partenariat étroit avec le club Cahors Rugby et apporte sa pierre à l'organisation de diverses manifestations festives et culturelles, comme la préparation d'un repas à la violette lors du lancement de la violette de Cahors, où d'un banquet médiéval à l'occasion des célébrations du 700e anniversaire du Pont Valentré. Surtout, Gilles Marre veille à se remettre en cause en permanence pour mieux répondre aux attentes de ses clients, locaux ou de passage. « Les comportements de la clientèle ont évolué sous l'influence de nouveaux rythmes de vie. Aujourd'hui par exemple, nous proposons à midi une formule à 17 euros baptisée La grignote du Balandre, composée d'une entrée, d'un plat et d'un dessert à base de produits frais de qualité, qui est très appréciée », poursuit-il. Alors qu'il vient de fêter ses cinquante ans, le chef garde intacte son insatiable curiosité pour les produits du monde, développée au fil de ses nombreux voyages en Asie et sur les rivages de l'Océan Indien. « Je suis toujours en recherche de nouvelles associations de saveurs. Récemment par exemple, j'ai découvert au salon de l'Agriculture une pâte de pistache sicilienne, dont je compte bien régaler mes clients ».

Alexis Pelissou : « Les relais s'établissent tout naturellement » C'est en 1974 qu'Alexis Pelissou a fondé son restaurant, Le Gindreau, à SaintMédard. 34 ans plus tard, le grand chef garde intacte sa passion pour l'art culinaire. Se remémorant les moments forts de sa carrière, il cite spontanément ce repas de fête, organisé en 1977 pour le trentième anniversaire de la coopérative des Côtes d'Olt, sous le parrainage du chef roannais Pierre Troisgros, l'obtention de sa première étoile au Michelin en 1991 et, bien sûr, la création des Bonnes Tables du Lot en 1987. Après avoir présidé pendant 17 ans cette association, de 1991 à 2008, Alexis Pelissou passe le relais à son successeur, Gilles Marre, avec le sentiment du travail accompli. « Notre amicale confrérie a su fédérer tous ces cuisiniers qui portent le message de la belle gastronomie lotoise et instaurer une dynamique qui favorise sa pérennité. Désormais, de nombreux restaurateurs transmettent leur affaire à leurs enfants, tandis que de jeunes professionnels choisissent de venir s'installer dans notre département. Nous avons de belles entreprises », estime Alexis Pelissou, qui se félicite que le Lot soit gratifié d'une nouvelle étoile dans l'édition 2008 du Michelin, grâce au talent du chef Patrick Lagnès (voir article en page 42).

De nouveaux projets pour les Bonnes Tables du Lot Après avoir été durant plusieurs années vice Président de l'Association des jeunes restaurateurs d'Europe, Gilles Marre vient d'être élu Président du club des Bonnes Tables du Lot, reprenant ainsi le flambeau porté depuis 1991 par son illustre prédécesseur Alexis Pelissou. « Je suis honoré d'avoir été choisi par mes pairs. Je tâcherai de contribuer à donner un nouvel élan à cette association, dont l'excellence et la longévité au service de l'art culinaire sont exemplaires », témoigne-t-il. En l'occurrence, de nombreux projets sont à l'ordre du jour des BTL, dont la composition du

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

nouveau bureau se met en place. En particulier, la création de commissions thématiques, chargées notamment de superviser la coordination et la relecture du magazine des Bonnes Tables. Un magazine appelé lui aussi à évoluer, puisqu'il paraît désormais deux fois par an, en juin et octobre, et est décliné en version anglaise. « Nous travaillons en outre sur plusieurs pistes qui nous permettront de renforcer sa diffusion et de diversifier son contenu pour mieux séduire la nouvelle clientèle attirée par notre région. Nous pensons y intégrer des repor-

tages très vivants, sur le thème du chef faisant son marché, par exemple », précise Gilles Marre. Autre chantier prioritaire : la refonte du site Internet des BTL. Plus fédérateur et plus dynamique, le nouveau site devrait être enrichi en iconographie et doté d'une interface conviviale permettant d'optimiser la recherche d'information. A l'heure de la passation de pouvoir, le nouveau Président tient à rendre hommage à ses prédécesseurs, dont « le travail accomplis depuis 20 ans facilite aujourd'hui ■ grandement notre mission ».

37


les brèves REPÈRES ÉCO Robert Vitrat, nouveau Président de Midi-Pyrénées Croissance L'industriel lotois préside depuis décembre dernier Midi-Pyrénées Croissance (ex Midi-Pyrénées Création). Ce fonds de participations au capital des PME régionales a rehaussé le plafond de ses investissements par intervention et développe désormais son action sur l'ensemble du territoire régional.

P

résident du Conseil de surveillance de Ratier-Figeac et Président d'Honneur de la Mecanic Vallée, l'industriel lotois, Robert Vitrat, est également depuis le 18 décembre dernier Président de Midi-Pyrénées Croissance. Ce fonds d'investissements, destiné à soutenir les PME régionales compte parmi ses actionnaires la Région Midi-Pyrénées, l'IRDI, la Caisse des Dépôts et Consignations ainsi que des banques privées. « MidiPyrénées Croissance intervient en haut de bilan, en prenant une participation dans le capital des entreprises aidées, et a vocation à se retirer du capital dès que l'entreprise est jugée suffisamment saine et solide. Dans les faits, ce fonds soutient les PME dans le cadre de leurs démarches de transmissions-reprises ou pour financer leur développement et leur croissance », explique Robert Vitrat. Désormais, Midi-Pyrénées Croissance peut intervenir à hauteur de 500 000 euros par dossier. En outre, la zone géographique d'activité du fonds a été élargie et intègre maintenant la région toulousaine. « Ces évolutions vont nous permettre de démultiplier nos actions. Nous sommes, par ailleurs, en train de travailler au développement de notre structure, avec comme objectif de soutenir un plus grand nombre de PME. Actuellement, nous avons une vingtaine de demandes de dossiers en cours d'étude », précise le Président de Midi-Pyrénées Croissance, qui travaille notamment en collaboration avec les structures chargées du développement économique dans les départements.

Forum des Entrepreneurs, le 22 mai à Figeac

Enfin, les résultats d'une enquête conduite (entre autres) par la CCI sur le Pays de Figeac, portant sur les besoins en ressources humaines et en formation, seront dévoilés aux participants.

R

Renseignements : www.leforumdesentrepreneurs.com

éunir en un même lieu les chefs d'entreprises et les structures susceptibles de les conseiller dans la création et le développement de leur activité. Tel est l'objectif du Forum des Entrepreneurs, qui se déroulera le 22 mai prochain à l'Espace François Mitterrand de Figeac. Des organismes institutionnels, dont la Chambre de Commerce et d'Industrie du Lot, partenaire de l'événement, et des acteurs privés (notaires, avocats, experts comptables, sociétés de formation…) animeront une quarantaine de stands. Les porteurs de projets, cadres repreneurs, dirigeants de TPE et de PME-PMI y puiseront des conseils et des informations pratiques pour créer ou reprendre une entreprise dans les meilleures conditions et pour développer leur activité (environnement juridique et fiscal, dispositif législatif, financement, formations, export…). En marge de la partie salon, trois conférences seront proposées sur les thèmes de la transmissionreprise, de la formation et de la création d'entreprise.

38

ENTREPRENDRE 142


les brèves REPÈRES ÉCO Succès pour la première journée « Agro & Innovation » La CCI du Lot a organisé fin mars la première journée « Agro & Innovation », en partenariat, notamment, avec la Chambre d'Agriculture. Près de 40 PME lotoises ont participé aux débats et aux ateliers.

L

e 26 mars dernier, la Chambre de Commerce et d'Industrie du Lot a organisé dans ses locaux la première journée « Agro & Innovation », qui a accueilli près de 40 entreprises de la filière agroalimentaire du département. Conçue en partenariat avec la Chambre d'Agriculture du Lot et la SEM LDA et avec la participation de Midi-Pyrénées Innovation, de l'Association Régionale des Industries Agroalimentaires (ARIA)

et de la Fédération Régionale des Coopératives Agricoles (FRC2A), cette manifestation est née d'un constat : cette filière génère à elle seule 600 millions d'euros, soit 55 % du chiffre d'affaires de l'industrie lotoise, et emploie plus de 2 500 salariés. « Pourtant, cette industrie ne consacre que 1 % de ses revenus à la recherche et au développement, alors que cette proportion est de 5 à 10 % dans l'industrie cosmétique et peut atteindre jusqu'à 30 % dans l'industrie pharmaceutique », a précisé Thierry Véronèse, responsable de l'activité agroalimentaire de l'agence Midi-Pyrénées Innovation. Les différentes interventions et ateliers avaient ainsi pour premier objectif d'inciter les PME lotoises concernées à investir dans les nouvelles technologies, notamment en les informant sur les outils et les aides mis à leur disposition et en donnant la parole à des entreprises déjà impliquées dans cette démarche. Cette journée fut égale-

ment l'occasion de présenter le Pôle de compétitivité agricole et agroalimentaire de Midi-Pyrénées (AgriMip Innovation), dont les principaux objectifs sont de soutenir les porteurs de projets et de faciliter les échanges entre les acteurs de la filière.

www.lot.cci.fr : 75 000 visiteurs en un an !

M

is en ligne en avril 2007, le site de la CCI du Lot a attiré 75 000 visiteurs, soit quelques 6 250 internautes par mois. En l'occurrence, 225 000 pages ont été ouvertes, soit trois pages en moyenne par visiteur. Un ratio pertinent, qui témoigne de l'intérêt des internautes pour les informations diffusées et de la cohérence de l'arborescence du site ; les visiteurs ne s'éparpillant pas sur un nombre trop important de pages. Dans le détail, la rubrique « Entreprendre », qui référence les mesures et conseils pour gérer son activité (aides à l'investissement, appui au développement, formalités réglementaires, gestion des ressources humaines, import-export, informations économiques…), reste la plus consultée. Viennent ensuite les rubriques Créer / Reprendre / Transmettre, S'implanter, Se former et Recruter. Enfin, les services en ligne de la CCI (annuaire web des entreprises lotoises, études, newsletters, certificats électroniques Chambersign…) intéressent un nombre croissant d'entreprises.

A cet égard, le site www.lot.cci.fr évolue en permanence afin de proposer aux visiteurs encore plus de services et des facilités d'accès à l'information.

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

39


les brèves REPÈRES ÉCO Une journée PME sous l’égide du CEG Le 13 mars, Claude Common, directeur du Centre d'Etudes de Gramat, établissement de la Délégation Générale pour l'Armement, a accueilli dans son établissement 90 représentants des PME-PMI du Lot, de l'Aveyron et de la Corrèze.

D

ans le cadre de la politique de valorisation régionale de la Délégation Générale pour l'Armement et d'aide aux petites et moyennes entreprises, le Centre d'Etudes de Gramat a organisé le 13 mars une journée afin de présenter aux PME-PMI locales les activités de la DGA. 90 entreprises ont accepté l'invitation du CEG en partenariat avec les Chambres de commerce et d'industrie du Lot, de l'Aveyron, de la Corrèze, de l'Association Mecanic Vallée et du pôle de compétitivité Elopsys. Les dispositifs déjà en place à la DGA, et ceux en cours de déploiement dans le cadre de la politique ministérielle visant à aider les PME-PMI, dont les technologies innovantes peuvent intéresser la Défense, ont été présentés par M. Salmon, responsable PME-PMI à la DGA. M.Seguin, de la Direction des Essais, a fourni un aperçu des domaines d'activités de l'ensemble des centres de la DGA et M.Vié du CEG a détaillé les domaines de compétence recherchés par le CEG pour satisfaire sa mission.

L'après midi a été consacrée à une visite des sites expérimentaux du CEG autour des activités électromagnétiques, détonique et hautes puissances pulsées. A l'issue de cette journée, l'ensemble des participants s'est déclaré très satisfait d'avoir pu assister à cet événement. La plupart des entreprises, travaillant ou non pour la DGA, a considéré que les informations recueillies au cours de cette journée pourraient être utiles à leur activité.

De leur côté, M.Thiot, directeur de la société Thiot Ingénierie à Bretenoux, et M.Demol, Président de la société ITHPP à Thégra, ont tour à tour fait part de leur expérience de PMEPMI, dont une partie de l'activité intéresse la DGA.

Salon France Industrie 2008 Un Espace Collectif Lot sous la bannière de la CCI

D

ans le cadre de ses actions en faveur de la promotion de la sous-traitance et du service aux entreprises dans le département, la CCI organise un Espace Collectif Lot sur le salon France Industrie, qui se déroulera les 3, 4 et 5 juin prochains au Parc des Expositions de Paris-Le Bourget. Concrètement, la Chambre de Commerce et d'Industrie propose aux entreprises intéressées une prise en charge financière de 50 % de leurs frais d'inscription à ce salon, ainsi qu'une aide technique et logistique pour le montage de leur dossier de réservation et pour la conception de

40

leur stand. Quatre entreprises du département – Bourrel, Lavayssière, Pioch et Siméca – ont intégré l'Espace Collectif Lot. Renseignements : Laurent Poudré - CCI du Lot 05 65 20 35 40 - laurent.poudre@lot.cci.fr.

ENTREPRENDRE 142


les brèves REPÈRES ÉCO Une brochure pour promouvoir le travail en milieu pénitentiaire ravailler en détention est considéré comme un droit pour les détenus qui le souhaitent. L'activité professionnelle est, en outre, fondamentale pour la réinsertion future des personnes incarcérées. A cet égard, la Direction de l'administration pénitentiaire vient d'éditer une brochure sur le travail en prison, réalisée par la sous-direction des personnes placées en sous main de justice (PMJ) qui a en charge le travail des personnes détenues, et par le service de la communication et des relations internationales (SCERI). Cette brochure, qui détaille notamment les différentes possibilités de travail en prison et les avantages pour les employeurs, constitue un outil à l'intention des acteurs nationaux et locaux

T

impliqués dans les évolutions du travail pénitentiaire, mais également de toutes les entreprises désireuses de s'associer à une démarche citoyenne de développement du travail en faveur des personnes détenues.

Renseignements : www.prison.justice.gouv.fr

Bourse des locaux : un premier bilan positif

A

ccessible sur le site de la CCI (www.lot.cci.fr), la Bourse des locaux et du foncier d'entreprise permet aux agences immobilières, aux collectivités et aux propriétaires privés de diffuser leurs annonces auprès des chefs d'entreprise en recherche de locaux ou de terrains. Au terme de six mois de fonctionnement, ce service affiche un bilan positif : 60 annonces ont été publiées sur le site, dont 30 émanant de particuliers, 24 d'agences immobilières et 6 de collectivités locales. Les offres diffusées portent principalement sur des locaux industriels ou commerciaux, des fonds de commerce, mais concernent également des terrains à bâtir. Au bas de chaque annonce, dont la parution est achetée pour trois mois, mais peut être prolongée à un tarif dégressif, figurent les coordonnées de l’agence ou du propriétaire privé. Il faut donc noter que la CCI n’intervient d’aucune façon dans les transactions, son rôle se limitant à raprocher l’offre et la demande. Renseignements : Laurent Poudré - CCI du Lot - 05 65 20 35 40 - laurent.poudre@lot.cci.fr.

Hommage à Robert Aufrère

L

a Chambre de Commerce et d'Industrie du Lot tient à rendre hommage à Robert Aufrère, décédé en début d'année. Elu de la CCI dès 1985, cet entrepreneur a successivement été membre des commissions « Finances » et « Commerce », avant de devenir le représentant de la Chambre consulaire à la commission « Services » de la Chambre Régionale de Commerce et d'Industrie (CRCI) jusqu'en 1994. Attaché à la ville de Gourdon, où il gérait un commerce de prêt-à-porter, Robert Aufrère y était par ailleurs responsable de la commission locale de réglementation de la publicité.

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

Andros rachète l’usine Materne-Boin

L

a concentration se poursuit sur le marché de l'industrie agroalimentaire. Ainsi, le groupe Andros (fruits pressés, compotes, confitures Bonne Maman…), implanté à Biarssur-Cère, a acquis récemment auprès de Materne l'usine de confitures Boin (250 personnes) basée dans la même commune. Une opération qui fait du confiturier un groupe leader en France sur son secteur avec plus de 1 300 salariés. Pour rappel, Andros avait déjà pris, durant l'été 2007, une participation majoritaire dans le capital Solo Italia, spécialiste des desserts ultra frais haut de gamme.

41


les brèves TOURISME « Au déjeuner de Sousceyrac » décroche une étoile au guide Michelin Bien connu en Ségala, le restaurant de Patrick Lagnès avait déjà été gratifié de nombreuses distinctions par le célèbre guide gastronomique.

U

de Sousceyrac » et a totalement rénové cet établissement. Amoureux des bons produits, le chef réalise une cuisine du terroir revisitée, alliant des saveurs inattendues comme les langoustines et les gésiers confits. La carte de ses pâtisseries est tout aussi savoureuse : terrine de fruits des bois et mousseline de vanille Bourbon, tartare d'ananas et crème coco, tartelette au chocolat et bananes rôties… Le restaurant propose une gamme complète de menus, depuis la formule à 15 euros (entrée, plat, fromage ou dessert) jusqu'au menu gastronomique à 100 euros, composé de 6 plats salés et de trois plats sucrés. Cette prestigieuse distinction devrait lui permettre de séduire de nouveaux gastronomes. Patrick Lagnès, entouré de son épouse et de ses enfants.

© Marcel Piotte

ne fourchette, puis deux, un bib gourmand, un logo valorisant le rapport qualité / prix de son menu à 15 euros, le « R » rouge attestant de la qualité de sa cuisine… La progression au fil

des pages du Michelin témoigne du parcours sans faute de Patrick Lagnès. Un parcours salué par l'édition 2008 du guide gastronomique, qui gratifie d'une étoile le restaurant « Au déjeuner de Sousceyrac ». « Je suis profondément touché par cette distinction et je tiens en premier lieu à remercier ma famille, mes enfants en particulier qui ont toujours fait les petites mains en cuisine durant leur temps libre et ont pleinement contribué à notre réussite », témoigne le chef. Originaire du Lot, Patrick Lagnès a fait son apprentissage à Toulouse avant de rejoindre Paris, où il a officié dans de prestigieux établissements, tels que La Tour d'Argent et le Ritz. Il a repris il y a sept ans l'hôtel-restaurant « Au déjeuner

Un nouveau directeur pour le Gouffre de Padirac

L

a société d'exploitations spéléologiques de Padirac a nommé récemment André Barbé comme directeur d'exploitation du gouffre de Padirac. Titulaire d'un DESS en aménagement et gestion d'espaces et stations touristiques, obtenu à l'Université de Bordeaux, André Barbé a démarré sa carrière professionnelle au sein du groupe Pierre & Vacances. Avant de rejoindre Padirac, il occupé durant 16 ans la fonction de directeur du village du Bournat, site touristique renommé de Dordogne.

42

ENTREPRENDRE 142


les brèves TOURISME Les Logis du Lot aux salons du tourisme

C

omme chaque année, les Logis du Lot ont participé au salon du tourisme de Toulouse, aux côtés de l'Union Régionale des Logis Midi-Pyrénées, et ont préparé le cocktail servi lors de l'inauguration. Pour la première fois, ils ont également pris part au salon du tourisme de Bordeaux, qui s'est déroulé du 1er au 3 février. Ces deux salons ont bénéficié d'une bonne fréquentation, « dopée » par de nouveaux organisateurs et la mise en place d'une nouvelle stratégie de communication. Le nouveau guide régional a été largement diffusé, conjointement avec une offre promotionnelle à - 20%. Un jeuconcours était également proposé aux visiteurs sur le stand.

Eductour Touren service

L

es 8 et 9 mars a été accueilli à l'occasion d'un éductour, un groupe d'une vingtaine de personnes, constituant l'équipe de vente de Touren Service. Ce dernier est un grossiste allemand spécialisé dans la destination France et qui revend des programmes clés en main aux autocaristes. Cet accueil fait suite à une opération de promotion menée en partenariat avec le Comité Régional du Tourisme de Midi-Pyrénées, les départements concernés et les Logis de France, au mois de novembre 2007, à Mannheim en Allemagne, lors du salon « Mercedes Autocars ». Au programme des visites lotoises : découvertes de Cahors et de Rocamadour, visite du gouffre de Padirac et passage par Souillac.

Le Lot économique sur le net

• Annuaire des sites web d’entreprises lotoises • Les services et reprise d’entreprises • Offres de formation

• Les études et annuaires disponibles • Demande de listes d’entreprises • Dossiers d’Entreprendre

www.lot.cci.fr M A R S - AV R I L 2 0 0 8

43


les brèves INDUSTRIE & COMMERCE Les assureurs récompensent l’esprit d’initiative à Cahors La Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA) a remis, le jeudi 21 février, le prix régional des trophées « Allez de l'avant avec les assureurs » à Dominique Viard, fondateur de l'entreprise Airship Technology.

D

écernés chaque année à une entreprise et à une association, les trophées « Allez de l'avant avec les assureurs » ont pour objectif de récompenser une initiative originale, présentant un intérêt pour la société au plan économique, social ou environnemental. Le jury régional composé d'assureurs a sélectionné cette année le projet Whispership de la société lotoise Airship Technology, en raison de son caractère innovant et de sa démarche en faveur de la protection de l'environnement. Concrètement, Whispership est un dirigeable équipé de capteurs et de caméras permettant de répondre aux exigences techniques et environnementales des missions de prévention et de recherche. A titre d'exemple, un projet d'observation de la fonte des glaciers en Antarctique est en cours d'étude de faisabilité grâce à ce dirigeable. Par ailleurs, deux constructeurs automobiles ont déjà pris contact avec la société de Dominique Viard pour étudier les possibilités

d'utilisation de ce type d'appareil dans leurs centres d'essais, afin d'analyser les comportements de conduite. Fondée en 2001, la société Airship Technology était à l'origine spécialisée dans la production de ballons et dirigeables utilisés comme supports de publicité, avant de se diversifier dans le secteur de la protection de l'environnement et de la prévention. Le premier prototype du dirigeable Whispership a vu le jour au terme de 2 000 heures de recherche et développement.

Gramat Une nouvelle dynamique en faveur du commerce et de l’artisanat

D

epuis quelques mois, les responsables de l'association des commerçants et artisans de Gramat préparent un projet ambitieux visant à renforcer l'attraction commerciale de Gramat et à dynamiser les entreprises. S'inspirant d'expériences menées dans d'autres villes de France par des unions commerciales, ils souhaitent associer à leur action toutes les entreprises de la commune quelle que soit leur taille ou leur catégorie : commerce et artisanat traditionnel, grandes surfaces, grands commerces, commerces de gros, coopératives agricoles ou activités libérales et de services. De fait, pour attirer du public dans la ville, et par la même occasion des clients dans les magasins, il faut créer des animations et des évènements originaux qui nécessitent des moyens et des budgets. Pour ce faire, il est indispensable d'unir les efforts et de mutualiser des moyens.

26 avril à 20h, la Soirée du commerce (dîner avec spectacle). L'objectif de cette « soirée cabaret » est de réunir dans un cadre convivial, non seulement tous les commerçants et artisans de Gramat, mais également les clients, amis, partenaires (banques, assurances, professions libérales) et élus politiques et économiques locaux. La Chambre de Commerce et d'Industrie du Lot accompagne cette union commerciale dans ses projets, dont on devrait reparler dans les prochains mois.

Dans un premier temps, les responsables de l'association ont décidé de prendre en charge la foire automobile de Gramat qui fait partie des manifestations importantes de la ville mais qui a besoin d'être dynamisée (week-end du 19, 20 et 21 avril). Par ailleurs, ils organiseront, le samedi

En attendant, souhaitons une bonne réussite aux organisateurs et une participation massive des professionnels à cette soirée.

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

45


VIENT DE PARAÎTRE

LE MOCI

L'OBSERVATEUR CETELEM 2008

DONÉO

COMMERCE INTERNATIONAL FOIRES ET SALONS DANS LE MONDE 2008

INTERNET, UNE RÉPONSE À L'APPÉTIT DE CONSOMMATION DES EUROPÉENS

LES SERVICES À LA PERSONNE EN MIDIPYRÉNÉES 2007/2008

Aujourd'hui, un écueil guète les PME françaises qui veulent participer à une foire internationale : ne pas se trouver au bon endroit, au bon moment, face aux bons interlocuteurs. Sur ce marché hyperconcurrentiel, l'offre est en effet très importante. La nouvelle édition du guide annuel du Moci, consacré aux foires et salons dans le monde, recense un millier de manifestations triées sur le volet par les acteurs publics, consulaires et privés. Elle présente également les meilleurs sites web qui permettent de faire le tour du monde des foires et expositions. Autant d'informations indispensables pour bien préparer sa stratégie de développement à l'international.

Cet ouvrage édité par l'Observateur Cetelem brosse un portrait de la consommation des ménages sur les grands marchés européens (meuble, électroménager, brun, micro-informatique grand public, sport, bricolage, automobile, moto et scooter, crédit à la consommation). Quatorze pays sont comparés (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Hongrie, Italie, Pologne, Portugal, République tchèque, Royaume-Uni, Russie, Serbie, Slovaquie) et un chapitre spécifique est dédié à la consommation des ménages en France. Dans une deuxième partie, l'ouvrage présente les résultats d'une étude sur l'évolution du e-commerce en Europe. L'observateur Cetelem 2008 sur Les marchés de l'automobile est également disponible.

Depuis deux ans, les services à la personne ont bénéficié d'un essor considérable sous l'impulsion des pouvoirs publics dans la dynamique des lois Borloo. Cette étude, réalisée avec le concours de la Délégation Régionale au Commerce et à l'Artisanat, la Région Midi-Pyrénées, le réseau de CCI et Délégués territoriaux de Midi-Pyrénées, l'INSEE, la DRCCRF et les émetteurs de CESU, brosse un panorama complet du secteur des services à la personne en Midi-Pyrénées. Dans une première partie, elle présente les différents types de services à la personne, les acteurs et les chiffres clé du secteur. Dans la deuxième partie sont notamment développés le contexte sociodémographique, les aides en faveur du secteur, les emplois générés et le CESU (Chèque Emploi Service Universel).

En consultation au Centre de Documentation

En consultation au Centre de Documentation

En consultation au Centre de Documentation

QUID

Créateurs, repreneurs d’entreprises dans le Lot Un coup de pouce financier pour vous aider

Les prêts d’honneur consentis par QUID sont compris dans une fourchette allant de 3000 à 15 000 euros. Ils sont destinés à renforcer les fonds propres des créateurs ou des repreneurs. Leur but premier est de jouer un rôle de levier dans l’obtention de crédits bancaires. Sans intérêt, sans garantie, ils sont remboursables en général sur trois ou quatre ans et donnent lieu, le cas échéant, à un différé de remboursement.Outre le soutien financier pur et simple, l’offre QUID est complétée par d’autres avantages: les jeunes entreprises peuvent être accompagnées dans le montage du dossier, puis bénéficier d’un suivi technique de la part des organismes partenaires. De plus, un système de parrainage peut être mis en place pour donner confiance à l’entrepreneur.

Quid ?

Comment ?

Quels financements ?

Quercy Initiative Développement, association loi de 1901, plate-forme d’initiative locale.

Attribution d’un prêt d’honneur : sans garantie, sans intérêt, remboursable sur deux à quatre ans, éventuel différé de remboursement.

Pour qui ?

Combien d’entreprises ?

Les créateurs, les repreneurs d’entreprises. Les activités suivantes, relevant d’une inscription au registre du commerce et des sociétés, sont éligibles à un prêt QUID: • Activités industrielles ou de services pour l’industrie • Activités de négoce de forme indépendante • Activités d’artisanat de production • Commerce de détail en milieu rural • Services technologiques ou activités innovantes. En reprise seulement: BTP, hôtellerie et hôtellerie de plein-air.

80 créateurs ou repreneurs d’entreprises lotois ont déjà été soutenus par QUID.

Ils sont assurés par : • L’Union Européenne, • L’Etat, • L’Union des Entreprises Lotoises, • Divers industriels du département, • La Banque Populaire Occitane, • La Caisse d’Epargne de Midi-Pyrénées, • Le Crédit Agricole Nord Midi-Pyrénées, • Le groupe d’assurances Malakoff, • EDF, • Le Conseil général du Lot, • La Caisse des Dépôts et Consignations, • La Chambre de Commerce et d’Industrie du Lot, • La Communauté de Communes du Pays de Cahors et du Sud du Lott.

46

Renseignements : Loïz Pierre Chambre de Commerce et d’Industrie du Lot Tél : 05 65 20 35 01 loiz.pierre@lot.cci.fr

ENTREPRENDRE 142


FORMATION EMPLOI

Le recrutement

Robert Véril,

une étape stratégique dans la vie de l’entreprise

" Un regard extérieur est toujours très utile "

Recruter de futurs collaborateurs constitue une étape clé et déterminante pour le bon fonctionnement de l’entreprise mais également, pour son avenir. Si les réalités du terrain et les exigences de l’activité économique, obligent souvent les chefs d’entreprise à trouver des réponses urgentes et immédiates en matière de ressources humaines, il ne faut surtout pas, oublier les réels enjeux qui se dessinent derrière un recrutement. Le recrutement ne doit pas être considéré comme une simple étape dans le fonctionnement de l’entreprise, mais comme un véritable outil de sa gestion des RH. En réussissant un bon recrutement, c’est à dire en identifiant son besoin et en mettant en adéquation le bon profil et le besoin, l’entreprise prépare son avenir, anticipe sur sa gestion des compétences et s’inscrit dans une réelle pérennisation du poste et du candidat. Aussi, afin d’aider les entreprises lotoises à construire et à structurer leur recrutement, le pôle Emploi Ressources Humaines de la CCI du Lot propose un accompagnement personnalisé au recrutement. Ce service est modulable selon les prestations souhaitées et accompagne l’entreprise à toutes les étapes clés du processus (analyse et identification du besoin, rédaction de l’annonce, choix du support de communication, tri et sélection des candidatures, entretiens RH et tests, synthèses, validation et intégration du candidat). Renseignement : Sabrina Pelletan- Tel. 05 65 20 48 67 / sabrina.pelletan@lot.cci.fr

dirigeant de La Vieille Auberge : Afin de recruter son responsable de réception, Robert Véril, dirigeant de l’hôtel restaurant La Vieille Auberge, à Souillac, a fait appel l’an dernier au Pôle Emploi Ressources Humaines de la CCI du Lot. « Ce recrutement est intervenu en plein “coup de feu” de la saison estivale, période durant laquelle j’avais relativement peu de temps à consacrer à cette mission, explique-t-il. Surtout, j’ai été séduit par ce service qui pose les bases d’une coopération pertinente entre la CCI et le chef d’entreprise. Par ailleurs, m’engager dans cette démarche constituait un moyen efficace d’auto-évaluer mes compétences en matière de recrutement. » En l’occurrence, le poste à pourvoir au sein de La Vieille Auberge était un poste à responsabilité, exigeant du candidat une certaine expérience et des compétences polyvalentes : réponse aux demandes d’information par téléphone ou par courrier, accueil et accompagnement personnalisé des clients, gestion des réservations… « En fait, le responsable de réception doit être en mesure de me remplacer lorsque je suis absent », résume Robert Véril. « J’ai effectué moi-même une pré-sélection des candidats. Derrière, nous avons travaillé “à quatre mains” sur les dossiers : le chargé de mission du Pôle Emploi Ressources Humaines de la CCI m’apportant son expertise méthodologique et moi la connaissance du métier. Au-delà de l’embauche qu’elle a permis de concrétiser, cette expérience fut très enrichissante. »

Club Management Ressources Humaines créez votre réseau RH et échangez sur vos pratiques Le Club management Ressources Humaines a été créée afin de permettre aux personnels de la fonction RH (responsable RH, responsable EmploiFormation, gestionnaire des carrières, chargé de mission, responsable administration du personnel de la paie et rémunération, etc.) des entreprises lotoises de se connaître, et de se rencontrer. ■ Une organisation souple Les conférences se déroulent sous forme d’exposés et de débats (2 heures en moyenne sur des thématiques choisies par la majorité des participants) et peuvent être animées selon les sujets abordés, soit par un intervenant extérieur, soit par un professionnel interne. Aucune cotisation n’est demandée pour adhérer au club.

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

■ Des objectifs simples • Impulser et créer un réseau des personnels de la fonction RH. • Partager et échanger sur vos pratiques, vos valeurs et vos conceptions RH sur la base de thématiques (Réforme de la formation professionnelle, recrutement, politique de l’emploi, rémunération, gestion de conflit…) et de problématiques humaines de l’entreprise. • Tenter par le biais des échanges de pratiques d’apporter des solutions à certains problèmes concrets de l’entreprise (propositions techniques, échanges de bonnes pratiques, outils). Si vous souhaitez participer à ce réseau et aux débats à venir, contactez Sabrina Pelletan- Tel. 05 65 20 48 67 / sabrina.pelletan@lot.cci.fr

47


FORMATION EMPLOI

Le diagnostic Ressources Humaines UN OUTIL D’ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES DANS LA GESTION DES COMPÉTENCES Le pôle Emploi / Ressources Humaines de la CCI du Lot propose un outil spécifique s’adressant à tous les chefs d’entreprises Lotois souhaitant faire le point sur leurs pratiques en matière de gestion et de développement de leurs Ressources Humaines.

■ Un objectif précis Ce service offert aux entreprises, permet à leur(s) dirigeant(s) de réaliser une cartographie de l’entreprise, de ses salariés et de ses pratiques en ressources humaines. Le diagnostic permet ainsi, de définir les bases de travail pour repérer des axes d’orientation, déterminer les actions à mettre en place et identifier les priorités stratégiques pour l’entreprise.

■ Une méthode souple Au cours d’une rencontre personnalisée, le dirigeant de l’entreprise et le conseiller Emploi / RH de la CCI renseignent un questionnaire abordant les problématiques suivantes : • Recrutement • Formation • Gestion et développement des compétences A l’issue de cette rencontre, le chargé de mission propose un nouvel entretien afin de présenter le diagnostic réalisé et les préconisations proposées (points d’amélioration et pistes d’action).

■ Un résultat personnalisé Le diagnostic permet au chef d’entreprise d’une part, de se positionner mais surtout, de prendre conscience des ressources internes dont il dispose, d’anticiper ses besoins et de s’y préparer (évolutions technologiques et changements d’organisation du travail). Cette approche prospective conduit ainsi, les entreprises à construire leur politique Ressources Humaines en intégrant : • la gestion des âges • le développement des compétences • le processus de recrutement • les systèmes de management

LE BILAN DE COMPÉTENCES UN ATOUT POUR LE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES DES ENTREPRISES ET DE LEURS SALARIÉS La Chambre de Commerce et d’Industrie du Lot vient d’être retenue par le conseil d’administration du FONGECIF MIDIPYRENEES pour réaliser des bilans de compétences au titre des années 2007 et 2008. Toute entreprise et tout salarié souhaitant bénéficier de ce dispositif peuvent désormais contacter la Chambre de Commerce et d’Industrie du Lot.

■ Les objectifs du bilan de compétences Pour l'entreprise, le bilan de compétences est un outil de gestion et de valorisation des ressources humaines pour : • mieux organiser la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences • favoriser la gestion des carrières et la mobilité professionnelle. Pour le salarié, le bilan de compétences s’inscrit dans une démarche de mobilité professionnelle et/ou personnelle avec pour objectifs de construire une stratégie de mobilité dans l’entreprise ou dans un autre secteur d’activité, d’aider à structurer une réflexion sur un avenir professionnel, d’accompagner une volonté d’évolution professionnelle, de préparer à la reconnaissance et à la Validation des Acquis de l’Expérience, d’étudier la faisabilité d’un projet professionnel précis et le cas échéant, de décliner ce projet en hypothèses de formation.

■ La réalisation du bilan de compétences Basé sur le volontariat du salarié, le bilan de compétences peut être réalisé dans le cadre d'un congé spécifique ou intégré dans le plan de formation de l'entreprise. La durée moyenne d’un bilan de compétences varie entre 15 et 24 heures réparties sur plusieurs semaines (8 semaines maximum).

■ Le congé de bilan de compétences Le salarié justifiant d'au moins cinq années d'activité salariée, dont 12 mois dans l'entreprise, peut demander une autorisation d'absence d'une durée maximale de 24 heures à son employeur pour réaliser un bilan de compétences. La rémunération du salarié est égale à celle qu'il aurait perçue s'il était resté à son poste de travail (dans la limite de 24 heures). Elle lui est versée par l'employeur, lequel est remboursé par l'organisme collecteur. La réalisation du bilan de compétences est subordonnée à la signature d'une convention par le salarié, l'organisme paritaire agréé au titre du congé individuel de formation (FONGECIF, ou dans certains cas, OPCA de branche) et la CCI du Lot.

■ Le bilan de compétences dans le cadre du plan de formation de l'entreprise Inscrit dans le cadre du plan de formation, le bilan de compétences est réalisé avec le consentement du salarié. La mise en œuvre du bilan fait l'objet d'une convention tripartite signée par l'employeur, le salarié et la CCI du Lot. Le coût du bilan de compétences est à la charge de l'employeur qui peut l’imputer sur son budget « plan de formation ». CONTACT :

CONTACT :

Sabrina Pelletan 05 65 20 48 67 sabrina.pelletan@lot.cci.fr

48

Sabrina Pelletan 05 65 20 48 67 sabrina.pelletan@lot.cci.fr

Fongécif Midi-Pyrénées TOULOUSE Tel : 05 62 26 87 87 Fax : 05 62 26 87 81

ENTREPRENDRE 142


FORMATION EMPLOI

ASSISTANTE COMMERCIALE

BTS

MANAGEMENT

Une nouvelle promotion du cycle « Assistant(e) Commercial(e) » a débuté le 3 mars dernier.

DES UNITÉS COMMERCIALES (BTS MUC)

Cette formation d'une durée de 540 heures a pour objectif de professionnaliser des collaboratrices chargées d'assister les dirigeants de TPE ou les responsables commerciaux de PME-PMI dans le développement et le suivi de l'activité commerciale de l'entreprise. Les participants seront disponibles le 26 mai 2008 pour une période pratique d'un mois en entreprise.

Une session de BTS MUC en apprentissage ouvrira à la CCI du Lot à la rentrée sous réserve de l'agrément du Conseil Régional Midi Pyrénées (décision connue mi avril 2008). Cette formation de 2 ans, dispensée en alternance (une semaine en centre de formation/une semaine en entreprise) permettra aux participants d'accéder à des fonctions de responsable de tout ou partie d'une unité commerciale de produits et/ou services dans des secteurs aussi variés que la distribution de produits alimentaire, l'habillement, le bricolage, la téléphonie mobile, l'assurance...Cette formation sera validée par un diplôme de l'Education Nationale.

CONTACT : Annick Machabert (Tél. 05 65 20 48 70)

CONTACT : 05

65 20 48 60/70

LES OUTILS DE MANAGEMENT POUR LA PME UNE FORMATION POUR LES DIRIGEANTS DE TPE, PME - PMI La Chambre de Commerce et d'Industrie du Lot organise à partir de 8 avril 2008 en partenariat avec l'Ecole Supérieure de Commerce de Toulouse une action de formation adaptée aux besoins des chefs d'entreprises ainsi qu'à leur adjoints, notamment dans les PME et TPE. La formation dédiée au management et à la stratégie d'entreprise se déroulera en alternance à Cahors et à Toulouse dans le but d'aider les dirigeants à progresser au quotidien dans le développement de leur structure et de leurs activités. CONTACT : Andrea Poterie (andrea.poterie@lot.cci.fr)

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

49


FORMATION EMPLOI

L’alternance pourquoi pas vous?

Le Point A de la CCI vous propose : DES REUNIONS D'INFORMATION COLLECTIVES - Présentation des généralités de l'Apprentissage et de l'Alternance

DES ENTRETIENS INDIVIDUELS - Recherche de formations - Recherche d'écoles ou d'établissements de formation

DES ENTRETIENS D'ORIENTATION - Aide à l'élaboration du projet professionnel avec un logiciel spécifique d'orientation - Information sur les métiers

MISE EN RELATION AVEC DES ENTREPRISES POUR LA CONCLUSION DE VOTRE CONTRAT

L E S C O N TA C T S : S E R V I C E P O I N T A d e l a C C I L o t

50

Cathy GABILLARD

Sandrine MOULENE

Conseillère Jeunes (Alternance) Tél. 05 65 20 48 60 E-mail : catherine.gabillard@lot.cci.fr

Conseillère Entreprises (Apprentissage) Tél. 05 65 20 48 61 E-mail : sandrine.moulene@lot.cci.fr

ENTREPRENDRE 142


FORMATION EMPLOI

POINT A

de la CCI du LOT Au forum de l'orientation organisé par le Rotary Club à Figeac... Le 4 février 2008 était proposé une nouvelle édition du Carrefour des Métiers organisé comme chaque année par le Rotary Club de Figeac. Cette manifestation s'est déroulée à l'espace François Mitterand et a permis d'accueillir les classes de 3e, 2nde et 1re des établissements de Figeac et de la région. La Chambre de Commerce et d'Industrie du Lot présentait les métiers et filières pour accéder aux métiers de la vente, du tourisme et de l'environnement. Au total, une centaine de jeunes qui ont pu être renseignés sur les secteurs d'activité présentés.

... et au salon Proforma organisé par le CIO à Cahors Le point A de la CCI de Lot était également présent au forum de l'orientation organisé le 14 février par le Centre d'Information et d'Orientation de Cahors. Cette manifestation s'adressait aux élèves de 3e du bassin de Cahors et de l'ouest du département, ainsi qu'à leurs parents. Le Point A présentait à cette occasion les métiers de la vente et a renseigné près de 40 jeunes sur les filières de formation existantes, en particulier celles de l'Institut des Forces de Vente.

LE PRINTEMPS DE L'APPRENTISSAGE Organisé à l'initiative de Conseil Régional Midi-Pyrénées, le printemps de l'apprentissage est programmé cette année du 30 mars au 30 juin 2008. Durant cette période, le Point A sera à disposition du public pour présenter l'apprentissage, informer sur les filières et diplômes, et renseigner sur le statut des apprentis, ainsi que sur les formalités et démarches à accomplir avant la signature d'un contrat d'apprentissage. Le public sera reçu pendant les créneaux horaires de 9h-12h et 14h-17h ou sur rendez-vous au 05 65 20 48 60.

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

51


FORMATION EMPLOI

FORMATION CONTINUE INTER-ENTREPRISES AVRIL - JUIN 2008 Formation

Dates

Durée

Lieu

EXCEL Initiation

3 et 10 avril

2 jours

Cahors

300 €

WORD Perfectionnement

20 et 27 mai

2 jours

Cahors

300 €

EXCEL Perfectionnement

09 et 10 juin

2 jours

Cahors

300 €

5 juin

1 jour

Cahors

150 €

BUREAUTIQUE

Découverte d’Internet / messagerie Outlook LANGUES Langues courantes Anglais, Allemand, Espagnol, Français pour étrangers, Italien.

nous contacter

Lot

690 € (60 heures)

Langues rares (50 heures) Arabe, Chinois, Japonais, Polonais, Portugais, Néerlandais, …

nous contacter

Lot

675 € (50 heures)

MANAGEMENT ET GESTION (4, 5 et 12 juin)

2 jours et demi

Cahors

780 €

Gestion du stress

22 et 23 mai

2 jours

Cahors

460 €

Management d’équipe

7, 8 et 11 avril

3 jours

Cahors

750 €

3 juin

1 jour

Cahors

230 €

Entretien professionnel

28 et 29 avril

2 jours

Cahors

500 €

Marchés publics (comment répondre aux appels d’offre)

19 et 20 mai

2 jours

Cahors

590 €

2 et 3 juin

2 jours

Cahors

590 €

27 et 29 mai

2 jours

Cahors, Figeac

294 €

2 juin

demi-journée

Cahors

84 €

CACES R389, R386, R372, R390 Recyclage conduite des engins de chantier

nous contacter

selon niveau

Habilitation électrique du personnel électricien et non électricien

nous contacter

selon niveau

Auditeur interne en management environnemental

Améliorer la qualité de l’accueil (téléphonique et physique)

E-commerce SÉCURITÉ, HYGIÈNE ET CONDITIONS DE TRAVAIL SST (Sauveteur Secouriste du Travail ) Recyclage SST LEVAGE - MANUTENTION, CACES

Cahors, nous Figeac, contacter Gourdon ou Prayssac Cahors, Figeac

nous contacter

Sous réserve des places disponibles.

Pour vous inscrire ou pour toute information complémentaire, contactez-nous au 05 65 20 48 70 ou 05 65 20 48 69 ou par mail :

annick.machabert@lot.cci.fr

52

SERVICE FORMATION EMPLOI Chambre de Commerce et d’Industrie du Lot 107, quai Cavaignac - 46002 Cahors www.lot.cci.fr

05 65 20 48 70

ENTREPRENDRE 142


M A R S - AV R I L 2 0 0 8

53


CONJONCTURE

■ UNE ACTIVITÉ EN LÉGER REGAIN MALGRÉ UNE DEMANDE QUI S’ESSOUFFLE L'activité industrielle a légèrement progressé au premier trimestre ; tous les secteurs, à l'exception de celui des biens intermédiaires, ont suivi cette évolution.

AÉRONAUTIQUE & SPACIAL

L'élément marquant de la période semble être le tassement de la demande globale. Sur le marché domestique, seul le secteur des biens d'équipement a été affecté, alors que sur les marchés étrangers le recul a concerné l'ensemble des secteurs.

La production n'a pas faibli dans les branches aéronautiques et spatiales. Une baisse des commandes notamment en provenance de l'étranger a toutefois été relevée. Les effectifs ont peu évolué. La situation des carnets de commandes est jugée très satisfaisante ; les plans de charges dans l'aéronautique et le spatial assurent de bonnes perspectives pour l'année 2008. Une hausse de la production est attendue à très court terme.

Le niveau des stocks est globalement adapté à la période. Les carnets de commandes, à l'exception du secteur des biens de consommation, sont correctement garnis et demeurent jugés supérieurs à la normale. Les capacités de production sont largement mobilisées dans les différents secteurs sauf dans les biens de consommation. Les prévisions d'activité restent favorables pour les prochains mois.

■ DES PRIX QUI RESTENT ÉLEVÉS Les prix des matières premières ont peu varié d'un mois sur l'autre. En revanche, les revalorisations annoncées à la fin de l'année dernière sont intervenues dans les secteurs des industries agroalimentaires et, dans une moindre mesure, dans le secteur des biens de consommation.

■ L’INTÉRIM TOUJOURS PRIVILÉGIÉ FACE AUX POINTES D’ACTIVITÉ Le niveau d'activité est resté identique à celui de décembre, la reprise des courants d'affaires ayant été plus tardive que prévu. La demande a émané principalement du bâtiment ; le secteur tertiaire est resté en retrait. Les prix ont été revalorisés. Les prochaines semaines devraient être plus actives.

■ LES SERVICES MARCHANDS TOUJOURS À LA FÊTE

MÉTALLURGIE & TRANSFORMATION DES MÉTAUX Métallurgie Les cadences de production sont restées élevées et la demande est apparue toujours aussi dynamique. Les carnets sont étoffés ; l'activité devrait continuer d'évoluer favorablement au cours des prochains mois. Transformation des métaux La production s'est maintenue à un haut niveau, soutenue par une demande très active du secteur aéronautique. Les plans de charge sont importants ; l'activité devrait à nouveau progresser au cours des prochains mois.

L'activité des services marchands est restée bien orientée au premier trimestre ; cette tendance devrait se maintenir au cours des mois à venir.

■ INQUIÉTANTE HAUSSE DES PRIX DES PRODUITS ACIER POUR LE BÂTIMENT Après le recul du second semestre 2007, une hausse des prix des produits acier pour le bâtiment est à l'ordre du jour. Ainsi, les produits béton (ronds à béton et treillis soudés) ont progressé d'environ 25 % sur les seuls quinze premiers jours de janvier. Les raisons de cette hausse sont la conjonction de 3 facteurs : - une augmentation du prix des ferrailles (de l'ordre de 20 % en moyenne entre la fin décembre 2007 et le 15 janvier 2008) ; - une réduction du volume des exportations de la Chine et des autres pays émergents à destination de l'Europe, alors même que la demande reste soutenue dans cette dernière zone ; - un coût de transport qui progresse vivement, sous les effets conjugués de la hausse du pétrole et d'une pénurie de chauffeurs poids-lourds.

En conséquence, les perspectives à deux mois sont données inquiétantes. Afin de limiter les effets négatifs sur les marges, les messages à l'attention des entreprises vont dans le sens de l'introduction de clauses de variation de prix afin de répercuter au mieux les hausses de coûts réellement subies.

54

ÉQUIPEMENTS MÉCANIQUES La production est demeurée stable. Contrairement aux autres industries des biens d'équipement, les commandes nationales et étrangères se sont développées. Des hausses de prix des matières premières ont été constatées, notamment sur l'acier. Les effectifs sont stables. Les stocks de produits sont jugés inférieurs à la normale. Les carnets de commandes sont bien étoffés. La production devrait rester sur des niveaux élevés.

INGÉNIERIE INFORMATIQUE La situation a peu évolué par rapport à la période précédente : le courant d'affaires s'est maintenu à un niveau satisfaisant et la demande est restée assez soutenue. Les trésoreries sont

ENTREPRENDRE 142


CONJONCTURE

correctes. Les prochains mois devraient enregistrer de bons résultats, de nombreux contrats étant en cours de renouvellement en ce début d'année.

INDUSTRIE ÉLECTRIQUE & ÉLECTRONIQUE Composants Le mois de janvier a enregistré une légère augmentation de la production ; la demande a retrouvé une meilleure tenue mais les carnets sont encore jugés un peu courts. La situation devrait peu évoluer à court terme. Équipement Le secteur des équipements électriques et électroniques a enregistré une hausse de sa production. Les commandes ont progressé grâce à une demande étrangère bien orientée. Dans l'ensemble, les prix ont peu varié. Ce regain d'activité a eu des répercussions favorables sur l'emploi. Les stocks de produits ont augmenté. Les carnets commandes sont jugés bien garnis. La production devrait continuer de croître en février.

INDUSTRIE DES ÉQUIPEMENTS DU FOYER L'activité a légèrement progressé dans les différentes branches sauf dans la filière meuble qui a enregistré des résultats décevants. La demande a fléchi et les carnets de commandes sont jugés un peu courts. Les prévisions sont toutefois optimistes et font état d'une augmentation de la production pour les prochains mois.

TRANSPORTS

VIN ET BOISSONS

L'activité a légèrement progressé dans le transport international et s'est repliée dans le transport de proximité. Les tarifs ont été réajustés en début de mois afin de compenser partiellement les hausses du gasoil et des péages autoroutiers. Les trésoreries sont cependant jugées un peu tendues. L'activité devrait se maintenir en février.

La tendance de fonds est à l’amélioration notamment grâce à la mise en place de stratégies de commercialisation adaptées. Les transactions se sont développées avec les traditionnelles foires aux vins. Les débouchés à l’export sont apparus plus porteurs. En comparaison avec un mois de décembre très porteur, un ralentissement saisonnier est attendu sur le 1er trimestre 2008. Certains vignerons de la filière locale souffrent toujours d’un manque d’adaptabilité aux nouvelles exigences du marché.

BOIS La production s'est maintenue par rapport à décembre. La demande est restée bien orientée sur les marchés étrangers mais s'est tassée sur le marché intérieur. Les carnets sont un peu courts et un simple maintien de l'activité est attendu pour les prochaines semaines.

FILIÈRE VIANDE La reprise de la production a été sensible au cours du mois sous revue. Les entrées d'ordres ont progressé, plus fortement sur le marché intérieur que sur les marchés étrangers. Les industriels ont revalorisé certains de leurs tarifs alors que les prix des matières premières se sont stabilisés. Le niveau des stocks de produits finis est jugé au dessus de la normale. Les carnets de commandes sont conformes à la période. L'activité devrait peu évoluer au cours des prochaines semaines.

LAIT ET FROMAGE La stabilité a prévalu en janvier. La branche fromagère a tiré vers le haut l'activité de l'industrie laitière régionale. Les commandes ont augmenté tant sur le marché intérieur qu'à l'international. De nouvelles hausses de prix des matières premières agricoles ont été constatées. Les industriels ont procédé à des revalorisations, parfois importantes, des prix des produits finis. Les stocks de produits sont jugés un peu lourds pour la période. Une légère augmentation de l'activité est attendue.

Sources : Insee – Banque de France – Février 2008

BÂTIMENT & TRAVAUX PUBLICS Le secteur du bâtiment est toujours affecté par un niveau élevé des coûts de revient qui rogne les marges. Les commandes continuent de se tasser à cause des taux d'intérêts élevés et dans l'attente d'une hypothétique évolution favorable. Après une fin d'année très favorable en raison des bouclages de budget dans le public, le secteur des travaux publics pâtit de la période électorale et de l'attentisme des résultats qui ralentit le lancement des nouveaux projets.

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

55


CONJONCTURE

CONJONCTURE COMMERCE

Février 2008 Statistiques nationales

Statistiques nationales Banque de France (évolution des chiffres d’affaires en valeur) Alimentation : ÉVOLUTION CA EN VALEUR ALIMENTATION HORS BOUCHERIE VIANDE TEXTILE / HABILLEMENT CHAUSSURE MEUBLE APPAREILS MÉNAGERS ÉLECTRONIQUE grand public QUINCAILLERIE BRICOLAGE LIVRE ET PAPETERIE HORLOGERIE / BIJOUTERIE AUTOMOBILES NEUVES AUTOMOBILES OCCASION ENSEMBLE DU COMMERCE DE DÉTAIL

FÉVRIER 08 FÉVRIER 07 9,8 4,2 - 1,4 6,1 - 2,1 2,0 - 2,1 3,5 6,0 - 1,2 5,8 17,2 9,9 5,6

2 mois 08 2 mois 07 5,9 2,9 - 1,1 1,5 - 0,4 0,6 - 3,1 1,7 2,7 - 0,4 3,2 13,4 7,9 3,3

L'activité dans le commerce de détail a progressé de 3,3 % au cours des deux premiers mois de l'année 2008 par rapport à la même période de l'an passé.

Bonne progression des ventes dans le secteur alimentaire depuis le début de l'année 2008. Cette progression concerne autant les hypermarchés et les supermarchés que les commerces traditionnels. Le chiffre d'affaires en valeur dans la boucherie et les métiers de la viande a progressé de 4,2 % en février 2008 et de 2,9 % sur les deux premiers mois de l'année.

Equipement de la personne : Baisse de ventes en ce début d'année 2008 de 1,1 % dans les commerces d'habillement, toutes formes de commerce confondues. Cependant, les grands magasins et les commerces indépendants traditionnels ont mieux travaillé que les rayons des grandes surfaces. Les soldes d'hiver ont été satisfaisantes dans le secteur de la chaussure. Les ventes sur les deux premiers mois de l'année 2008 sont en progression de 1,5 % par rapport à la même période de 2007.

Equipement du logement : L'activité dans les commerces de meubles et d'électronique grand public a débuté assez timidement contrairement aux commerces de bricolage et de quincaillerie.

Culture loisirs : Début d'année maussade dans le secteur de la librairie-papeterie (-0,4 % en valeur sur le premier trimestre). Assez bon début d'année dans les activités de bijouterie et horlogerie.

Automobile : Bonne progression des ventes en valeur dans le secteur de l'automobile tant pour les véhicules neufs que ceux d'occasion.

56

ENTREPRENDRE 142


INDICATEURS

8 000

6 924

7 000

6 214

4 876

5 057

4 795

5 601

4 660

5 318

3 836

3 817

2005

2004

2003

2002

2001

2000

2 000

1999

au 30 janvier 2008. Il reste inchangé depuis juillet 2007.

3 000

1997

C’EST LE TAUX DE CHÔMAGE

1998

4 000

4 098

2008

4 734

5 000

2007

6 000

2006

7,1%

DEMANDES D’EMPLOIS AU 31 JANVIER 2008

1 000

Total des catégories 1,2 et 3 = 6 361 demandeurs d’emplois

Source : INSEE

Source : ANPE

925 1199 4,131 C’est le nombre d’entreprises créées en 2007. Une augmentation de 6,8% par rapport à 2006.

C’est le nombre d’emplois créés en 2007 par les 925 entreprises nouvellement inscrites au RCS en 2007 (le chef d’entreprise n’est pas comptabilisé). Une baisse de 18,5% par rapport à 2006 où les 866 nouvelles entreprises avaient créé 1 472 emplois.

Source : RCS

MILLIARDS D’EUROS

C’est le chiffre d’affaires des entreprises lotoises en 2007. Une augmentation de 5,7% par rapport à l’année 2006 (3,907 millards d’euros).

Source : RCS

Source : Direction Générale des Impôts

32 239,2 149,6

C’est le montant des exportations lotoises C’est le montant des importations des entreprises lotoises pour l’année 2007. pour l’année 2007. Une baisse de 2,2% Une augmentation de 7,2% par rapport à 2006 (153 millions d’euros). par rapport à 2006 (223 millions d’euros).

Source : Direction Générale des Impôts

Source : INSEE

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

443

423

683

656

535 405

426

2003

519 416

1999

500

2002

600

656

2007

700

2006

758

800

1998

547

400 2008

100

2005

300 200

2004

C’est la variation de l’indice des prix à la consommation pour l’année 2007.

Source : finances.gouv.fr

OFFRES D’EMPLOIS AU 29 FÉVRIER 2008

1997

2,8%

+

Source : finances.gouv.fr

2001

C’est le montant des investissements des entreprises lotoises en 2007. Une hausse de 6,6% par rapport à 2006 (30 millions d’euros).

MILLIONS D’EUROS

MILLIONS D’EUROS

2000

MILLIONS D’EUROS

0 Source : ANPE

57


PETITES ANNONCES

SECTEUR TECHNOLOGIES DE L'IMAGE

OFFRE D’EMPLOI

Sabrina Pelletan Tel. 05 65 20 48 67 sabrina.pelletan@lot.cci.fr

Profil 1 – Infographiste Intégrateur Multimédia Bac + 2 Graphiste Intégrateur Multimédia – Différents stages – Maîtrise de nombreux logiciels graphiques. SECTEUR VÉTÉRINAIRE

Directeur d'établissement 142 OE 1 Parc animalier recherche son Directeur à partir du 1er mai 2008 - Poste basé à Rocamadour - Expériences significatives dans le management et le commercial sollicitées ; formation dans un domaine de la nature exigée - Poste en CDI – Logement et voiture de fonction. Technicien Béton Armé 142 OE 2 Bureau d'Etudes recherche personnel avec expériences exigées en études techniques béton armé et gros œuvre (plans, notes de calcul, écrits descriptifs et qualitatifs…) Poste en CDI basé à Cahors – Formation BTS ou IUT – Connaissances réglementations BAEL génie civil, calculs métallique/bois et logiciels ROBOT/AUTOCAD appréciées. Conducteur d'impression numérique

Presse 142 OE 3

Pôle d'impression numérique sur Cahors recherche personnel avec formation Bac+2 arts graphiques ou maintenance industrielle / électrotechnique – Outils PAO, colorimétrie maîtrisés - A pourvoir immédiatement - Poste en CNE/CDI. Opérateur/Technicien de façonnage

142 OE 4

Pôle d'impression numérique sur Cahors recherche personnel polyvalent sur machines de façonnage et routages diverses – Capacité à gérer machines électromécaniques indispensable – Formation CAP avec 5 ans d'expérience façonnage/routage ou Bac Pro maintenance industrielle/électrotechnique – Poste en CNE/CDI à pourvoir au 2e trimestre 2008. Graphiste Créatif 142 OE 5 PME dans le pôle de l'impression numérique recherche personnel pour l'ensemble de la production « informatique » – Interventions en B to B - Formation BTS/DUT – Maîtrise logiciels INDESIGN, ILLUSTRATOR, PHOTOSHOP, XPRESS fortement recommandée - 2 postes à pourvoir immédiatement + 1 au 2e trimestre 2008.

142 DE 1

Profil 1 – Adjointe Esthéticienne - Cosmétique Plusieurs années d'expérience en instituts – Management équipe, soins visage/corps, vente – CAP Esthétique Cosmétique.

58

142 DE 3

Profil 1 – Auxiliaire spécialisée vétérinaire Expérience et stages depuis 2002 en Clinique Vétérinaire – Formation validée en 2005. SECTEUR INFORMATIQUE

142 DE 4

Profil 1 – Informaticien Bac + 4 concepteur systèmes informatisés pour l'information – Maîtrise de différents logiciels – Expérience en administration réseaux et gestion/maintenance de postes informatiques. SECTEUR TOURISME

142 DE 5

Profil 1 – Responsable établissement touristique 26 ans d'expériences variées dans le secteur du tourisme – Anglais courant ; italien – Compétences en production et commercialisation, relations clientèle et management. SECTEUR SECRÉTARIAT / ADMINISTRATIF / GESTION

142 DE 6

Profil 1 – Agent administratif polyvalent BTS Assistante de Gestion PME-PMI – 5 années d'expérience en secrétariat / accueil / gestion administrative/comptabilité. Profil 2 – Assistante de gestion BTS Assistante de Gestion – Expérience professionnelle secrétariat, administratif et commercial – Recherche poste en CDI ou CDD. Profil 3 – Responsable de production Bac – Expériences en gestion administrative, secrétariat et comptabilité – Personne organisée et motivée. Profil 4 – Hôtesse d'accueil polyvalente Niveau Bac + 2 – Expérience en grande distribution – Connaissance des logiciels Word et Excel. Profil 5 – Employée de bureau Formation AFPA Comptabilité Bureautique – Maîtrise informatique (Word, Excel, Ciel compta, navigation Internet) – Expérience en comptabilité, secrétariat et agent de bureau.

POUR CANDIDATURES Envoyer lettre de motivation et CV, sous référence Cand.Entrep./CCI à :

DEMANDE D’EMPLOI SECTEUR ESTHÉTIQUE

SECTEUR COMPTABILITÉ 142 DE 2

CCI du Lot – Pole emploi/RH 107 Quai Cavaignac BP 79 46002 CAHORS CEDEX 9 sabrina.pelletan@lot.cci.fr

142 DE 7

Profil 1 - Responsable Administratif, comptable et financier Formation DECF – Nombreux stages et années d'expériences en comptabilité – Statut cadre – Maîtrise logiciels Ciel compta, paye, gestion commerciale, tableaux de bord. Profil 2 – Adjoint administratif et comptable BTS Comptabilité et gestion des organisations – 20 ans d'expérience – Maîtrise de l'informatique. Profil 3 – Secrétaire comptable BTS Comptabilité gestion – Plus de 10 ans d'expérience comme secrétaire comptable – Maîtrise de l'informatique et logiciels comptables/paie – Expérience récente en tant que conseillère clientèle. Profil 4 – Assistante comptable BTS Assistante de Gestion PME/PMI – Compétences en comptabilité/gestion, administration, bureautique – Diverses expériences - Anglais courant – Temps partiel si possible – Secteur Cahors/Caussade. SECTEUR COMMERCE

142 DE 8

Profil 1 – Commercial BTS Action Commerciale – Expérience confirmée en commercial B to B ; expérience en tant que télévendeur. Profil 2 – Responsable d'Agence Bac+4 Administration et gestion des entreprises – Expérience de 8 ans en management, suivi et développement C.A. Profil 3 – Vendeuse Niveau CAP – Création d'entreprise dans la restauration – Expérience en tant que vendeuse prêt-à-porter. Profil 4 – Responsable magasin Expériences variées dans les domaines de l'esthétique et du prêt-à-porter - 10 ans d'expérience en tant que Responsable. Profil 5 – Vendeur CAP Techniques industrielles et Ajusteur – Diverses expériences dans le conseil à la clientèle et dans la vente. Profil 6 – Assistant Export Formation Bac +3 Cadre commercial pour l'exportation validée en 2007 – Expérience de 1 an – Maîtrise des outils informatiques. Profil 7 – Assistant Commercial et ADV Export BTS Commerce International – Expérience dans le secrétariat administratif ; gestion, suivi des commandes et relations clientèle – Maîtrise des outils informatiques et de différents logiciels Profil 8 – Secrétaire Commerciale Diverses expériences en grande distribution et en cabinets privés – Maîtrise des logiciels Word et Excel, navigation Internet et logiciels Cegid PGI et Daxel (Fiducial). Profil 9 – Secrétaire Assistante Commerciale 22 ans d'expérience dans différentes entreprises – Compétences dans le conseil à la clientèle et la gestion commerciale - Maîtrise des logiciels Word et Excel, navigation Internet.

ENTREPRENDRE 142


PETITES ANNONCES

VENTES & LOCATIONS

VENTES & LOCATIONS Tél. 05 65 20 35 41 Dans le cadre du dispositif Transmission/ Reprise, la Chambre de Commerce et d’Industrie du Lot édite un catalogue d’affaires à céder dans le département (annonces gratuites) à l’attention des candidats à la reprise de commerces.

PETITE RESTAURATION, DEPOT DE PAIN, EPICERIE FINE 142 V 1 A Cahors, à vendre fonds de commerce petite restauration, dépôt de pain, épicerie fine Bon emplacement touristique – Surface 82 m2 + cour + terrasse – 50 couverts – Prix à débattre : 150 000 €. Contact : 05 65 20 35 41 CAFE BAR PMU 142 V 2 A Cahors, à vendre fonds de commerce café bar PMU situé sur un axe passager proche de commerces (tabac, presse, pharmacie et autres) avec terrasse et parking à proximité Possibilité de développement - Idéal première affaire - Fermeture hebdomadaire dimanche après-midi + lundi toute la journée - Clientèle fidèle et passagère Possibilité développement en restauration. Contact : 05 65 20 35 41 SALON DE COIFFURE OU PAS DE PORTE 142 V 3 A vendre, cause retraite, fonds de commerce (ou pas de porte) salon de coiffure homme à Cahors sur boulevard Gambetta (angle de rue) - Très bon emplacement commercial - Bail tous commerces sauf nuisances - Loyer mensuel 600 € - Possibilité d'agrandissement. Contact : 05 65 20 35 41

LOCAL BUREAUX 142 V 7 A louer à Cahors (près du quai de Regourd) locaux de bureaux 50 m2 avec 5 mètres de vitrine en façade - Très clair - Sans pas de porte – Libre. Contact : 06 11 91 81 59 LOCAL COMMERCIAL 142 V 8 Dans pittoresque village médiéval 3e site du Lot, dans bel immeuble en pierre du centre bourg, local commercial de 72 m2 comprenant un magasin de 42 m2 avec toilettes, bureau de 16 m2 et réserve de 14 m2 Emplacement bien exposé sud ouest. Contact : 05 65 36 01 76 BAR TABAC RESTAURANT 142 V 9 Vends fonds de commerce bar tabac restaurant à Cahors, dans un quartier en pleine expansion et sur un axe passager (plus de 8 000 véhicules/jour) – Salle de 60 à 70 couverts + terrasse de 70 places - Potentiel d'agrandissement – Chiffre d'affaires en constante évolution – Le bail comprend un appartement T3 – Parking privé 1 000 m2. Contact : 05 65 24 77 52 LOCAL COMMERCIAL SOUILLAC 142 V 10 A louer dans le centre de Souillac, très bien situé, un local commercial - Refait à neuf, 37 m2, disponible immédiatement - Possibilité également de louer un appartement T3 ou studio si souhaité - Idéal pour tous commerces. Contact : 06 09 11 06 90 LOCAL COMMERCIAL FIGEAC 142 V 11 A louer local commercial situé en centre ville de Figeac - Rez de chaussée d'une maison médiévale d'une superficie de 145 m2 + petite cour intérieure cernée d'ogives - Local loué en l'état - Possibilité de louer l'ensemble de l'immeuble - Bail tous commerces. Contact : 05 65 50 13 26

LOCAL COMMERCIAL SOUILLAC 142 V 12 A louer local commercial situé boulevard Louis Jean Malvy – Climatisation, électricité récente, WC, vitrines avec verres SP10 - Pas de bail à reprendre ni de fonds à acheter. Uniquement de la location. Contact : 05 65 37 12 58 LOCAL COMMERCIAL OU INDUSTRIEL (LOCATION OU VENTE) 142 V 13 A vendre ou louer local commercial, artisanal, industriel ou d'entreposage, situé route d'Aurillac à Saint-Céré - Surface 215 m2 avec un parking de 600 m2 - Bien situé en bordure RD683 - Idéal pour toute activité. Contact : 05 65 33 00 21 ALIMENTATION MULTISERVICES 142 V 14 A vendre fonds de commerce d'alimentation générale, fruits et légumes, fromage, charcuterie, gaz, dans commune nord du Lot – Surface 150 m2, réserve 150 m2 - Affaire à développer. Contact : 05 65 20 35 41 PRET A PORTER 142 V 15 A vendre fonds de commerce de prêt-à-porter féminin à Gourdon - Surface 150 m2 - Etat des locaux neuf - Loyer mensuel 730€ - Bail tous commerces - A proximité autres commerces et banques. Contact : 05 65 20 35 41 VIDEO CLUB 142 V 16 A vendre video club (licence Cinebank) - Local 120 m2 - Distributeur nouvelle génération - 926 emplacements - Réservation Internet - Locaux et mobilier neufs - Parking - Emplacement sur grand passage - CA en hausse. Contact : 05 65 20 35 41

LOCAL COMMERCIAL 142 V 4 A vendre dans zone commerciale d'un village dynamique de la vallée du Lot, à 20 mn de Cahors, local commercial de 150 m2, lumineux avec bureau et sanitaires, grande partie vitrée et parking - Accès pratique. Contact : 05 65 36 01 76 LOCAL COMMERCIAL 142 V 5 Beau pas de porte dans le centre-ville de Cahors, rue commerçante, neuf (panneaux rainurés, étagères, penderie, mannequins, bustes, meuble caisse enregistreuse, lecteur CD, climatisation réversible, luminaires) Peut s'adapter à divers commerces – Surface de vente 30 m2 + 60 m2 de réserve. Contact : 05 65 20 35 41 SANDWITCHERIE KEBAB 142 V 6 A vendre fonds de commerce sandwicherie kebab à Vayrac - Local de 45 m2 non divisible Bon emplacement - Commerce tenu 7 ans Bonne clientèle sur 20 km alentour - Village en pleine expansion. Contact : 05 65 20 35 41

M A R S - AV R I L 2 0 0 8

59


Entreprendre 142  

Magazine bimestriel de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Lot.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you