Page 1

Sofia Tesmenitskaya en Emilio Pucci

9 772077 50001 1

N° 65 Mai 2016 www.lofficielmode.com

@SOFIA

@EMILIO PUCCI

BEYROUTH DANS LA PEAU CINÉMA DANIELLE ARBID, MOUNIA AKL. GASTRONOMIE CHANTAL TABET. STYLE HUSSEIN BAZAZA, JNOUN, SECOND ST. BIJOUX NAGIB TABBAH. ART SIMONE FATTAL, CHARLES SANDISON, LITA CABELLUT.


© 2016 TABBAH, ALL RIGHTS RESERVED.


TABBAH.COM

FLAGSHIP STORE ALLENBY STREET DOWNTOWN BEIRUT +961 1 975 777

CURATED BOUTIQUE AISHTI BY THE SEA ANTELIAS +961 4 717 716


cartier.com


Amulette de Cartier


LIBANON - LOFFICIEL LEVANT - DP 448x297 - MAY16.indd 1

17/03/2016 17:03


LIBANON - LOFFICIEL LEVANT - DP 448x297 - MAY16.indd 2

17/03/2016 17:03


dior.com - 01 99 11 11 ext.592


© 2016 CHLOE. ALL RIGHTS RESERVED.

fakhry bey street, beirut souks aïshti by the sea, antelias chloe.com


109 ALLENBY STREET, BEIRUT CENTRAL DISTRICT, LEBANON TEL : 01 99 11 11 EXT: 579 - AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS TEL : 04 71 77 16 EXT: 241 EMILIOPUCCI.COM


marcjacobs.com

137 el-moutrane street downtown beirut

a誰shti by the sea antelias


etro.com


ZEGNA.COM


BEIRUT • 62 ABDEL MALEK STREET 01 99 11 11 EXT. 222 • ANTELIAS • AÏSHTI BY THE SEA 04 71 77 16 EXT. 264


32

SOMMAIRE

NEWS

ENTRÉE

page 42

L’édito — page 40

Souvenir du futur — page 62

Marc Jacobs par lui même — page 64

À nu— page 70

Le moodboard de Rayya Morcos — page 71

Tendances— page 74

Lignes de mire — page 78

Quand les « Jnoun » se mêlent de mode — page 82

Le choix de Dalia Nsouli — page 86

Army of me — page 88

Les licornes existent, Hussein Bazaza en a vu — page 98

Second St. réinvente la chemiser — page 100

La peau — page 106

La beauté au naturel — page 108

Pendentifs iconiques — page 112

La bonne étoile — page 114

Tabbah « By the Sea » — page 116

L’art de lézarder — page 118

Une journée à étretat — page 138

Entrée des artistes — page 154

Cartier montre tortue — page 132

L’heure bleue — page 134

PHOTOS DR

MODE


34

SOMMAIRE

MAGAZINE

Orange is the new black — page 176

Dark Mascara— page 188

Vers la fin de l’humain ? — page 206

Quand les toiles s’autogérèrent — page 214

Mounia Akl — page 216

Lita Cabellut célèbre l’humain— page 200

Simone Fattal — page 202

Danielle Arbid nous parle de nous — page 220

L’agenda culturel de Fadua Nogales Aoukar — page 224

ADRESSES

Matin model— page 226

Chantal Tabet, du salon à la cuisine— page 230

Photocall— page 232

PHOTOS DR

No Filter— page 240


HERMÈS GRANDEUR NATURE

02_224X297_LOfficiel_Liban_P1.indd 1

16/03/2016 12:51


N °   6 4 — AV R I L 2 016

EDITEUR

TON Y SA L A ME GROUP TSG SA L Rédaction RÉDAC TRI CE EN CH EF

FIFI A BOU DIB

R É D A C T R I C E E T C O O R D I N AT R I C E

STÉPH A NIE NA K HLÉ Département artistique D I R E C T R I C E D E C R É AT I O N

MÉL A NIE DAGHER DIRECTRICE ARTISTIQUE

JOSÉE NA K HLÉ Contributeurs PH OTO

TON Y ELIEH, R AYA FA R H AT, A LICE ROSATI, SIMON

RÉDAC TI O N

LAUR A HOMSI STYLISME

JOE A R IDA , M A R I DAV ID, SA NDR A H A DDA D, A MELI A NNA LOI ACONO Production DIRECTRICE

A N NE-M A R IE TA BET Retouche numérique

FA DY M A A LOUF

Publicité et Marketing DIREC TEUR GÉNÉR AL COM MERCIAL ET M ARKETIN G

MELHEM MOUSSA LEM

C O O R D I N AT R I C E C O M M E R C I A L E

STÉPH A NIE MISSIR I A N DIRECTRICE M ARKETING

K A R INE A BOU A R R A J Directeur Responsable

A MINE A BOU K H A LED Imprimeur

53 DOTS DA R EL KOTOB


HERMÈS GRANDEUR NATURE

04_224X297_LOfficiel_Liban_P2.indd 1

16/03/2016 12:50


Direction GÉR ANTS C O P R É S I D E N T S D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R IE-JOSÉ SUSSK IND-JA LOU M A X IME JA LOU DIRECTEUR GÉNÉR AL D I R E C T E U R D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

BENJA MIN EY MÈR E

b.eymere@jaloumediagroup.com D I R EC T R I CE G É N ÉR A L E A DJ O I N T E M E M B R E D E S B O A R D S E X É C U T I F E T A D M I N I S T R AT I F

M A R I A CECILI A A NDR ETTA mc.andretta@jaloumediagroup.com A S S I S TA N T E D E D I R E C T I O N

PA SC A LE SAVA RY

p.savary@jaloumediagroup.com

Publicité DIREC TRICE COM MERCIALE

A NNE-M A R IE DISEGNI a.mdisegni@jaloumediagroup.com DIRECTRICES DE PUBLICITÉ

CHR ISTELLE MEN TION c.mention@jaloumediagroup.com

Administration et f inances

International et marketing

Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40

M A N A G E M E N T I N T E R N AT I O N A L E T M A R K E T I N G

D I R E C T E U R A D M I N I S T R AT I F E T F I N A N C I E R M E M B R E D U B O A R D A D M I N I S T R AT I F

f.benda@jaloumediagroup.com

THIER RY LEROY

DÉVELOPPEMENT LICENCES

t.leroy@jaloumediagroup.com S E C R É TA I R E G É N É R A L

EMM A N UELLE HER M A N T

FR ÉDÉR IC LESIOUR D

e.hermant@jaloumediagroup.com

f.lesiourd@jaloumediagroup.com

TR AFFIC M A N AGER

DIRECTRICE DES RESSOURCES HUM AINES

SA R A SCHMITT

s.schmitt@jaloumediagroup.com Tél. 01 53 01 88 30

ÉMILI A ÉTIENNE

e.etienne@jaloumediagroup.com R E S P O N S A B L E C O M P TA B L E & FA B R I C AT I O N

ÉR IC BESSENI A N

Direction éditoriale

e.bessenian@jaloumediagroup.com

D IREC TEU R ÉD ITO RI A L MEM BRE D U BOARD E XÉCUTIF

DIFFUSION

EMM A N UEL RUBIN

e.rubin@jaloumediagroup.com

L A HCENE MEZOUA R

l.mezouar@jaloumediagroup.com TRÉSORERIE

NA DI A H AOUA S

Production

n.haouas@jaloumediagroup.com

DIRECTEUR DE L A PRODUCTION

FA C T U R AT I O N

JOSHUA GL A SG OW

j.glasgow@jaloumediagroup.com

BA R BA R A TA NGU Y

b.tanguy@jaloumediagroup.com

FL AV I A BENDA

GÉR A R D L AC A PE

g.lacape@gmail.com Tél. 01 45 51 15 15 I N T E R N AT I O N A L E D I T O R I A L E T A R C H I V E M A N A G E R

NATH A LIE IFR A H

n.ifrah@jaloumediagroup.com D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E PA R I S

EMM A N UELLE HER M A N T e.hermant@jaloumediagroup.com

D I R E C T R I C E D E L A P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

A NGEL A M A SIERO

a.masiero@jaloumediagroup.com S E N I O R M A N A G E R P U B L I C I T É I N T E R N AT I O N A L E M I L A N

CL AUDI A DELL A TOR R E c.dellatorre@jaloumediagroup.com M A N AGER PU BLICITÉ M IL A N

MONIC A TR A INA

m.traina@jaloumediagroup.com CHEF DE PRODUIT DIFFUSION

JE A N-FR A NÇOIS CH A R LIER jf.charlier@jaloumediagroup.com

Communication et relations presse

THOM A S M A R KO & A SSOCIÉS

Emmanuel Bachellerie (emmanuel.b@tmarkoagency.com) Céline Braun (celine.b@tmarkoagency.com) Tél. 01 44 90 82 60

Les publications des Éditions Jalou L’Officiel de la Mode, Jalouse, L’Optimum, La Revue des Montres, L’Officiel Voyage, L’Officiel 1000 Modèles, L’Officiel Hommes, L’Officiel Art, L’Officiel Shopping, L’Officiel Chirurgie Esthétique L’Officiel Allemagne, L’Officiel Hommes Allemagne, L’Officiel Australie L’Officiel Azerbaïdjan, L’Officiel Brésil, L’Officiel Hommes Brésil, L’Officiel Chine, L’Officiel Hommes Chine, L’Officiel Art Chine, L’Officiel Hommes Corée, La Revue des Montres Corée, L’Officiel Espagne, L’Officiel Hommes Espagne, L’Officiel Inde, L’Officiel Indonésie, L’Officiel Italie, L’Officiel Hommes Italie, L’Officiel Japon, L’Officiel Kazakhstan, L’Officiel Hommes Kazakhstan, L’Officiel Lettonie, L’Officiel Liban, L’Officiel Hommes Liban, L’Officiel Lituanie, L’Officiel Malaisie, L’Officiel Maroc, L’Officiel Hommes Maroc, L’Officiel Mexique, L’Officiel Moyen-Orient, L’Officiel Hommes Moyen-Orient, L’Officiel Art Moyen-Orient, L’Officiel Pays-Bas, L’Officiel Hommes Pays-Bas, L’Officiel Philippines, L’Officiel Russie, L’Officiel Singapour, L’Officiel Hommes Singapour, L’Officiel Suisse, L’Officiel Hommes Suisse, L’Officiel Voyage Suisse, L’Officiel Thaïlande, L’Optimum Thaïlande, L’Officiel Turquie, L’Officiel Hommes Turquie, L’Officiel Ukraine, L’Officiel Hommes Ukraine, L’Officiel Vietnam w w w.lofficielmode.com w w w.jalouse.fr w w w.loptimum.fr w w w.larevuedesmontres.com w w w.jaloumediagroup.com

Abonnements

I-A BO

11, rue Gustave-Madiot 91070 Bondoufle Tél. 01 84 18 10 51 Fax 01 55 04 94 01 www.jalouboutique.com

Vente au numéro

Photogravure

CY M AGINA Fabrication Impression, suivi de fabrication et papier fourni par GROUP VA LPACO, 3, rue du Pont-des-Halles, 94150 Rungis Distribué par les MLP Publication inscrite à diffusion contrôlée

OJD

Dépôt légal à parution N° de Commission paritaire 0318 K 80434 – ISSN 0030.0403 Printed in EU/Imprimé en UE

FR A NCE V.I.P.

Laurent Bouderlique – Tél. 01 42 36 87 78 International Export Press A. Lecour – Tél. +331 40 29 14 51 VENTES DIRECTES DIFFUSION

SA MI A K ISR I

s.kisri@jaloumediagroup.com

Fondateurs

GEORGES, L AUR EN T ET ULLY JA LOU (†) É D I T É PA R L E S É D I T I O N S J A L O U SARL au capital de 606 000 euros Siret 331 532 176 00087 – CCP N° 1 824 62 J Paris Siège social : 5, rue Bachaumont, 75002 Paris Tél. 01 53 01 10 30 – Fax 01 53 01 10 40


40

ÉDITO De plain-pied dans le grand chamboulement de l’été, notre numéro de mai célèbre la nudité et l’audace, la liberté et le courage d’entreprendre et de créer. Le temps a changé, imperceptiblement, et nous interrogeons nos vestiaires, perplexes. La lumière qui allonge nos journées, le soleil qui s’installe pour longtemps à présent, nous donnent des envies nouvelles, nous somment de nous réinventer. En changeant de garderobe, nous changeons d’apparence et d’image. L’odeur et la caresse, sur notre peau, du coton frais que l’on vient d’étrenner, est sont à elles seules invitations au plaisir de se voir dans le regard d’autrui, souriant, bienveillant, communicatif. L’été, la mode joue de tous ses codes, se fait langage et ramage, crée des liens, vibre avec la nature, embellit le paysage. Beauté et bonté vont de paire. Fifi Abou Dib


42

NEWS

DSQUARED2 VOUS SIGLE

Bella Hadid

Exubérants, impertinents, Dean et Dan Caten, les jumeaux italo-canadiens inventeurs, sous leur marque Dsquared2, des tendances majeures de ces dernières années, ont compris notre besoin de sortir de la masse et de nous distinguer à tout prix. Leur nouvelle invention se décline en deux lettres. Dsquared2 propose désormais la possibilité d’apposer un monogramme sur son jeans ou ce qu’on veut. Qu’il s’agisse de vos initiales personnelles ou d’initiales croisées avec celles de l’amour de votre vie, vous pouvez faire appliquer ces lettres dessinées par les frères Caten sur le vêtement de votre choix. Cette activité est disponible au Liban depuis le 21 avril, à la boutique Dsquared2 du magasin Aïshti by the Sea, sur la route maritime d’Antélias. Dsquared, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.244

JOE’S JEANS ET SA BELLA

Le binôme Proenza Schouler propose cet été une collection qui joue la déconstruction tout en flattant la ligne des épaules. Des jeux graphiques de noeuds serrés ou défaits, plumes, plumetis et volants, pompons, résilles et textures tactiles réinventent la silhouette, l’affinent et l’étirent avec de simples effets d’optique. Brillant. Proenza Schouler, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.130 Proenza schouler Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.248

Joe’s jeans en vente chez Aïzone, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.140

BREF

PHOTOS DR

UN JOUR D’ÉPAULE NUE

Comment réaliser un record d’impressions sur les médias sociaux ? Joe’s Jeans n’a pas eu de mal à trouver la recette. La party organisée par la marque en mars dernier, au Sunset Tower Hotel de L.A. pour lancer la campagne Joe’s Jeans X Bella Hadid a récolté 422 millions de « likes » entre le Daily Mail, le Harper’s Bazaar, PeopleStyleWatch.com, Elle.com, USMagazine.com, WWD.com et bien d’autres. Tandis que les panneaux d’affichage de la ville montraient Bella Hadid dans ses jeans préférés, le mannequin faisait la fête avec ses amis, lme top masculin Matthew Noszka, le styliste Jeff Kim, le « Hair Guru » Jen Atkin, le magicien David Blaine ainsi que le frère et les sœurs de la belle, Anwar, Marielle et Alana Hadid.


44

NEWS

LE NOUVEAU CLASSIQUE DE DIOR LE DÉSERT SELON ALBERTA La nature, la chaleur de l’été, le sentiment de légèreté. La vision d’espaces illimités, si vastes qu’ils s’étendent à l’infini. Le désert est l’illustration la plus parfaite de ces lieux qui guident l’esprit vers un état de liberté et permet de créer les expressions les plus immédiates et originales de soi-même. La collection Alberta Ferretti printemps été 2016 décrit l’énergie qui peut être libérée par le désert et dépeint une femme qui se transforme en pure création. Alberta Ferretti, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.130

C’est le sac Dior qu’on gardera le plus longtemps, raison pour laquelle il s’appelle « Diorever ». Dessiné selon une vision urbaine de la femme d’aujourd’hui, avec des lignes architecturées, un rabat réversible de couleur contrastée, doté du fermoir métallique « Microcanné » en forme de blason, il sait jouer tour à tour la décontraction et la sophistication, selon qu’on le porte ouvert ou fermé, à bout de bras ou en bandoulière. Diorever est proposé en trois tailles dans des peaux précieuses et innovantes : agneau froissé métallisé, crocodile ou alligator. On n’est pas obligé de faire comme tout le monde. Dior, 131 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.592

BREF

Alberta Ferretti, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.243

LE TIERCÉ JIMMY CHOO

Jimmy Choo, rue Fakhry Bey, Beirut Souks, Centre-Ville, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.595 Jimmy Choo, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.123

QUAND MARC JACOBS S’ÉCLATE Pantalons taille haute et blazer, jupes crayon et franges charleston, shorts et bomber jackets, vestes officier et lavallières pas nunuches, palette bleu blanc rouge de drapeau inconnu, paillettes et dentelles, rayures et losanges, applications pop en forme de tatouagesgribouillages, sophistication grunge et culture 80’s, Marc Jacobs ne s’est jamais autant amusé que dans cette collection printemps été 2016, réjouissante comme un grand pied de nez à la crise qui sévit en ce long tournant du siècle. Marc Jacobs, 137 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.148 Marc Jacobs, Aïshti by the Sea, Antelias, L2, +961 4 71 77 16 ext.247

PHOTOS DR

Elles s’appellent Henni, Kaye ou Kyle. Ce sont les nouvelles sandales Jimmy Choo pour la belle saison. Henni, déclinée en cuir tricolore turquoise orange et jaune bénéficie d’un talon marqueté reproduisant un palmier stylisé ton sur ton. Sa lanière imite la corde de chanvre. Kaye, la sophistiquée en cuir nude incrusté de cristaux orne la peau d’un enchevêtrement floral de lanières découpées au laser. Kyle emprunte à l’architecture contemporaine ses talons déconstruits et son bout carré, mais entoure le pied de grands nœuds dans le plus pur style do it yourself. Trois manières de célébrer en beauté les élégantes soirées sous les étoiles.


Foch Street, Fenicia Bank Building, Downtown, Beirut / ABC ACHRAFIEH, Department Store, Level 1

S/S 2016 Collection

joseph-fashion.com


46

SI FRAIS, SI DOUX… JOHAR, CONTRE LE DOUBLE ENFERMEMENT

Authenticité et indépendance, fraîcheur et couleurs délavées des souvenirs de vacances au soleil, il y a de tout ça dans la collection printemps été 2016 de See by Chloé. Dans une palette de couleurs chaudes légèrement fanées, vanille, caramel, ambre, rose sorbet ou blanc de craie, se déploient des robes d’inspiration bohème et romantique, un rien 70’s, taillées dans des toiles de coton légères. Un souffle de fraîcheur, bienvenu quand le mercure s’emballe. See by Chloé, Aïshti by the Sea, Antelias, L3, +961 4 71 77 16 ext.132

La folie est une prison. Un prisonnier « fou » est doublement enfermé et puni. Les maladies mentales sont bien plus nombreuses dans l’univers carcéral que dans le monde extérieur. C’est la réflexion que s’est faite Zeina Daccache, metteur en scène et thérapeute, en réalisant « Johar…Up in the air », une pièce créée avec la participation des pensionnaires de la prison de Roumieh. Un projet émouvant soutenu par Catharsis, le centre libanais de « drama therapy » ou thérapie par le théâtre. Johar…Up in the air se donne donc à la prison de Roumieh. Pour y assister, il faudra se munir de l’autorisation livrée sur confirmation de sa réservation.

See by Chloé, en vente chez Aïzone, ABC Achrafieh, +961 1 33 01 11 ext.100

« Johar…up in the air », les 11, 12,18,19 et 25 mai 2016 à 15h, prison de Roumieh, 00961 3 162 573 ou 00961 9 914 932

To beach or not to beach ? C’est en partant de cette considération Shakespearienne que la marque de sorties de bain Tobeachornottobeach a créé ces tuniques fluides, ultralégères et follement colorées. On ne se pose pas la question. On se pose soi-même, sur un transat. On prend un livre et on laisse venir l’envie de se baigner. Tout à l’heure, peut-être. To Beach or not to Beach, en vente chez Aïshti DT, Aïzone ABC Achrafieh et ABC Dbaye, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.131 To Beach or not to Beach, Aïshti by the Sea, Antelias, B1, +961 4 71 77 16 ext.104

ALIGNEMENT D’ASTRES Imaginez une éclipse… deux astres alignés, l’un plus petit que l’autre se laisse couronner par la lumière du plus grand. Pour exprimer la belle lumière des diamants, le joaillier Vhernier a conçu Eclisse, une ligne historique en titane pavé de brillants. Un pavage si parfait qu’au toucher, il laisse une impression veloutée. En bagues, bracelets ou boucles d’oreilles, deux ovales légèrement penchés se répondent, évoquant une éclipse. Vhernier, en vente chez Sylvie Saliba, Achrafieh, Beyrouth, +961 1 33 05 00

BREF

PHOTOS DR

TELLE EST LA QUESTION


160015-L Officiel Levant 224x297 SR3.indd 1

17/02/16 08:41


48 48

NEWS

GONFLÉES Si vous étiez à Coachella le 16 avril dernier, vous n’auriez pas manqué l’incroyable débauche de jouets de plage volants et flottants qui annonçaient la party célébrant la nouvelle collaboration Melissa-Jeremy Scott. La chaussure la plus design, née sous une étoile carioca, s’associe en effet avec le styliste le plus pop pour une ligne en apparence classique, n’était la palette fluo qui les rend visibles à plusieurs kilomètres, on exagère à peine. Des mini boots aux mules à talon en passant par les ballerines, rien que du très joyeux et du très portable. Mais attendez… les ballerines sont vraiment décorées de cœurs et papillons à gonfler ? Melissa en vente chez Aïzone DT, ABC Achrafieh et ABC Dbayeh +961 1 99 11 11 ext.140 Melissa, Aïshti by the Sea, Antelias, B1, +961 4 71 77 16 ext.274

LE JEANS LE PLUS « CHILL » Il existe des jeans pour toutes les circonstances ou presque. Ceux de Current Elliott ont la particularité de flatter un esprit farniente avec des coupes larges et confortables, des salopettes où l’on se sent bien et des vestes kimono comme on n’en voyait que dans les années 70 et qui signent sous ce label leur grand retour. Current Eliot, Aïshti by the Sea, Antelias, B1, +961 4 71 77 16 ext.104

BREF

LA SANDALE LA PLUS FUN A Majorque, on fait la fête entre Arenal et Magaluf. Voilà qui a inspiré à Camper le concept le plus drôle et le plus curieux de son anthologie : l’Arelluf. Une ligne directrice, un mot d’ordre sous lequel ont été créées les sandales Kobarah, moulées d’un seul tenant dans un polymère rose ou bleu fluo, ou encore noir pour un look plus sérieux. Un design qui évoque avec humour les toboggans aquatiques et nous projette sans transition dans les joies de l’été. Camper, rue Souk el Tawlieh, Beirut Souks, Centre-Ville, +961 1 99 11 11 ext.568 Camper, Aïshti by the Sea, Antelias, B1, +961 4 71 77 16 ext.271 Camper, Beirut City Center, Hazmieh, L1, +961 1 28 71 87

PHOTOS DR

Current Eliot, en vente chez Aïzone DT, ABC Achrafieh et ABC Dbayeh +961 1 99 11 11 ext.140


AÏSHTI, DOWNTOWN BEIRUT, T.01.991 111 AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS, T. 04 717 716 EXT. 243

ALBERTAFERRETTI.COM


50

SHERE KHAN ET LA BEAUTÉ DU MONDE « Le monde est beau ». Une phrase toute simple, mais en réalité tout un programme pour le créateur Kenzo Takada qui ne cessait de la répéter. A l’occasion de la sortie du film Jungle Book, Kenzo vient de sortir une collection en édition limitée en collaboration avec Disney, où le tigre Shere Khan, créé en 1967 pour le célèbre film d’animation, remplace le tigre emblématique de la marque. Une ligne haute en couleurs, pour hommes et femmes.

QUOI, MES LUNETTES ? Fondée dans les années 70 par la créatrice de mode Linda Farrow, la marque de lunettes éponyme est restée gelée de nombreuses années avant que le fils de Farrow la ressuscite en 2003. Depuis, les lunettes Linda Farrow multiplient les collaborations avec de célèbres créateurs, de Dries Van Noten à Alexander Wang en passant par Raf Simons, Prabal Gurung, Jeremy Scott ou Yazbukey. Toujours « edgy » et décalées, elles font le bonheur de Lady Gaga, et pourquoi pas le nôtre. Linda Farrow, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.104

Kenzo, Aïshti by the Sea, Antelias, L3, +961 4 71 77 16 ext.295

BREF

Kenzo, en vente chez Aïzone DT, ABC Achrafieh, ABC Dbaye, +961 1 99 11 11 ext.140

Voilà une des rares fois où la mode pense aussi au confort. Depuis le lancement de sa marque de souliers en 2013, le créateur Paul Andrew s’attache à livrer un produit dans le pur esprit britannique. Les souliers Paul Andrew sont équipés de mousse à mémoire, leurs cuirs sont teints trois fois dans la masse pour éviter le vieillissement et leurs talons en plexi cachent un redoutable stiletto d’acier qui assure la perfection du maintien et de l’équilibre. Même les côtés en forme d’ailes ne sont pas dessinés au hasard : ils enveloppent et protègent le pied en toute élégance. Paul Andrew, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.110

Paul Andrew, Aïshti by the Sea, Antelias, L2 , +961 4 71 77 16 ext.123

FAITES COMME CHEZ VOUS Peu de lieux arrivent dans le paysage d’une ville déjà dotés d’une âme. Salon Beyrouth fit partie de ces restaurants où d’emblée on se sent simplement bien. Fondé par Raya Kazoun et Moustafa Makky, ce havre de paix verdoyant le jour se transforme, la nuit, en un jazz bar inspiré des boîtes américaines des Années Folles. Musique live, cocktails à base de whisky, l’atmosphère s’emballe dans un décor Art Déco conçu par Antoine Maalouf en harmonie avec le bâtiment daté de 1937 qui l’abrite. Et la carte vaut le détour. Salon Beyrouth, rue Abdel Baki, Clemenceau, Beyrouth, +961 1 73 93 17

PHOTOS DR

HAIL PAUL ANDREW !


Cucinelli_L'OFFICIEL_LEVANT_224x297_W1.indd 1

19/04/16 15:38


52

PRÉCIEUX Tout a commencé en 1998, quand Nancy Gonzalez a décidé de créer sa propre entreprise de sacs avec ce que la Colombie sait faire de mieux : les cuirs exotiques. Au culot, elle se rend à New York chez Bergdorf Goodman et propose huit modèles qu’elle a elle même conçus. Nancy Gonzalez est désormais l’une des plus célèbres marques de sacs de luxe et essaime dans plus de 300 points de vente prestigieux à travers le monde sous la houlette de Santiago Barberi Gonzalez, le fils de la fondatrice. Sans cesse en quête d’exclusivité, Nancy Gonzalez propose cette saison une petite ligne de sacs ornés d’une véritable marqueterie de cuir. Doublés daim, ils sont équipés de poches de rangement et se portent au bras ou en bandoulière. Nancy Gonzalez, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.104

BREF LA PLAGE AVEC STYLE

Oye, en vente chez Aïzone, ABC Achrafieh, +961 1 33 01 11 ext.100 Oye, en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, CentreVille, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.131

MERCI QUI ? Nos lunettes de soleil préférées ont toutes la même signature. Oui bien sûr, elles portent le sigle de Gucci, Fendi, Dior et bien d’autres, mais elles sortent de la même matrice qui fabrique aussi des casques et des lunettes de ski et des protections pour les sportifs. Safilo, manufacture fondée à Padoue, en Italie, en 1930, est la marque mère de plus de 22 lignes de lunettes. En plus d’une esthétique à tomber, Safilo protège nos yeux et ça, ça n’a pas de prix. Lunettes Dior, Fendi, Jimmy Choo et Gucci en vente chez Aïshti, 71 rue El Moutran, Centre-Ville, Beyrouth, +961 1 99 11 11 ext.104 Lunettes Dior, Fendi et Gucci, Aïshti by the Sea, Antelias, GF, +961 4 71 77 16 ext.101

PHOTOS DR

L’été venu, la plage est un lieu de séduction privilégié où tous les jeux sont ouverts. La marque de maillots de luxe Oye, fondée en 2007 à Istanbul par les jumelles Ayça et Zeynep Sadikoglu, s’intéresse à cette zone indéfinie entre l’habillé et le déshabillé, le maillot de bain et la tenue stylée. Basées à New York, diplômées respectivement en production de films et relations publiques, les deux sœurs décident de lancer leur marque au retour d’un voyage en Inde où elles tombent amoureuses d’un bas-relief, vu à Jaipur, dont elles se servent pour créer leurs propres maillots de bain qu’elles arborent sur la riviera turque. Le succès est tel qu’elles n’ont pas d’autre choix que de continuer. Oye donc ! La plage n’est plus ce qu’elle était.


54

NEWS

LES MONTRES SUISSES ALAIN PHILIPPE AU SALON BASELWORLD 2016

« Connu pour ses œuvres monumentales (Mosaïque du quartier de la Défense à Paris, sculptures géantes à Rio de Janeiro au Brésil) qui tissent un lien entre l’architecture et les arts plastiques, son travail a fait l’objet de nombreuses expositions et rétrospectives (Musée Carnavalet en 2007, Grand Palais en 1989, Centre Pompidou en 1978, etc.). Qu’il travaille le métal pour ses sculptures, la mosaïque, ou encore le collage papier, il pense espace architectural, ce que Le Corbusier appelait l’espace indicible. L’art cinétique, fondé sur l’illusion d’optique, le mouvement virtuel de l’œuvre dans l’œil du spectateur, est également pour lui une source d’inspiration importante, tout comme le constructivisme, qui lui aussi est d’esprit géométrique. Il préfère d’ailleurs parler « d’art construit », terme qui renvoie à une dimension architecturale. Ses structures s’animent progressivement en jouant de l’ombre et de la lumière dans un flux étudié. » Ainsi parle, en substance,la critique Luce Radot de la démarche de Michel Deverne, artiste plasticien né en 1927, mort en 2012, dont l’œuvre qui n’en finit pas de dialoguer avec l’espace qui nous entoure sera exposée à Beyrouth, dans l’espace Over the Counter, du 18 mai au 23 juin. Over The Counter, 150, rue Abdel Wahab el Inglisi, Achrafieh, Beyrouth. +961 1 322 786

George Hakim, Beirut Souk Mall, Centre-Ville, Beyrouth +961 1 97 59 85

BREF UN SOUVENIR DE HEDI Hedi Slimane a finalement quitté Saint Laurent. Les dernières collections dessinées par le génial créateur, photographe et artiste polyvalent, qui a offert à au prestigieux label parisien une esthétique décalée, rock et grunge, sont en boutique. On en profite pour glaner des collectors. Saint Laurent, rue Fakhry Bey, Beirut Souks, Centre-Ville, Beyrouth +961 1 99 11 11 ext.562 Saint Laurent, Aïshti by the Sea, Antelias, GF, +961 4 71 77 16 ext.212

News F.A.D.

PHOTOS DR

LA VISION D’UN GÉANT

Alain Philippe, la marque de montres suisses créée par George Hakim, a participé au salon Baselworld 2016 qui a eu lieu du 17 au 25 mars à Messe Basel, Suisse. Les bijoux prestigieux George Hakim ont été également présentés dans le cadre de ce salon prestigieux. Baselworld est l’exposition la plus importante dans l’industrie des montres et des bijoux, que ce soit au niveau du commerce ou des dernières tendances. La caractéristique exceptionnelle de ce salon est de regrouper tous les joaillers et horlogers, en passant par les artisans de diamants, perles et pierres précieuses, ainsi que les fournisseurs de machines et équipement d’atelier. A travers sa présence dans ce salon international parmi 1500 marques célèbres, George Hakim s’est une fois de plus démarqué en tant que véritable expert en bijouterie et montres de luxe, attirant une clientèle sophistiquée et internationale avec des boutiques établies à Beyrouth et à Genève.


YT_NewVisual_LOfficiel.pdf

C

M

J

CM

MJ

CJ

CMJ

N

1

18/03/16

14:25


WWW.AISHTIBLOG.COM


WWW.AISHTIBLOG.COM


A誰shti By the Sea Antelias


61

ENTRÉE STYLE BEAUTÉ BIJOUX

LIGNES DE MIRE page 82


62

ENTRÉE

Cet été, l’escarpin Kade de Jimmy Choo nous propulse dans les étoiles. PAR F.A.D

Escarpins à talons compensés en cuir métallisé et daim Kade, Jimmy Choo.

PHOTO DR

SOUVENIR DU FUTUR

C’est le soulier qu’on mettrait sans hésiter pour jouer les étoiles filantes dans le prochain Star Wars. Voici l’escarpin classique à bout pointu, taillé sur mesure pour affiner le pied et arrondir le galbe de la jambe, totalement chahuté et filtré par de nouveaux algorithmes. En daim noir soyeux et cuir métallisé miroitant, son talon compensé est traversé par une découpe qui lui donne un petit air suspendu. Prêtes à l’envol ?


Ro s a Ma r i a j ewel l er y

CONCEPTST ORE-56MADRI DSTREET , MARMI KHAEL-BEI RUT +9611571985 WWW. ROSAMARI AJ EWEL L ERY . COM


64

STYLE

Il n’a jamais semblé aussi libre et sa dernière collection à New York a été acclamée par la critique. Entretien à bâtons rompus avec le très cool créateur américain qui vient de fêter ses 53 ans.

MARC JACOBS par

LUI-MÊME Par

VASSI CHAMBERLAIN

Photographie

TUNG WALSH


2

3 4

1. MARC JACOBS EN 1989. 2. LE CRÉATEUR AVEC TAKASHI MURAKAMI. 3. MARC JACOBS AVEC KATE MOSS. 4. LE DÉFILÉ AUTOMNE-HIVER 2016/17 ET SON FRONT ROW. 5. À NEW YORK EN 20013, AVEC SON FIDÈLE NEVILLE. 6. COLLABORATION MARC JACOBS ET COCA COLA. 1 5 6


67

Q

uand Marc Jacobs se lève pour me serrer la main, dans sa suite du Claridge’s à Londres, il ne me regarde pas directement dans les yeux et lance : “Nous nous sommes déjà rencontrés, n’est-ce pas ?” “En effet, nous avons une fois déjeuné ensemble à Saint-Barth, il y a cinq ans”, lui dis-je. “Non, je ne crois pas que ce soit là, me répond-il, je m’en souviendrais.” Je ne suis pas surprise qu’il ne s’en souvienne plus, un créateur mondialement connu comme Marc Jacobs, ce nom parmi les plus célèbres de la planète, doit rencontrer autant de monde en une seule semaine que n’importe qui en une vie. Je n’aurais sans doute pas dû insister mais, ne voulant pas passer pour une affabulatrice, je sors alors mon iPhone pour lui montrer une photo prise à l’occasion de ce déjeuner, nous deux assis autour d’une table du fameux restaurant Taïwana, entourés également de son petit ami de l’époque, Lorenzo Martone, de la maquilleuse Pat McGrath et de la créatrice d’accessoires Tamara Mellon. Il jette un œil à la photo, un peu déconcerté, hausse les épaules et s’assied. L’homme d’aujourd’hui n’est plus celui qui, doux et réservé, au corps musclé recouvert de tatouages, nous saluait d’un grand sourire poli, mon mari et moimême, lorsque nous le croisions sur la plage des Flamands. Il est en mode professionnel à présent, quelque peu nerveux.

PHOTOS DR

L’AIR CHARGÉ DE FUMÉE

Armory de New York témoignaient d’ailleurs de son adoration des anti-conventionnelles “jolies laides” : Juliette Lewis, Sandra Bernhard, Christina Ricci, Maggie Gyllenhaal, Rachel Feinstein et Debi Mazar – des actrices ayant pour trait commun une aura de rebelles du cool. PODIUM MINIMALISTE SUR FOND BLANC

La collection, marquée par d’incroyables volumes (antithèse parfaite des silhouettes proposées partout ailleurs en ce moment), a reçu les éloges de la presse spécialisée, qui a vu en elle le défilé phare non seulement de New York mais de toute la saison : originales, macabres, réfléchies, les pièces sont portables (de façon spectaculaire certes) tout en étant délicatement conçues, presque couture dans leur esthétique. Les modèles, mi-valkyries mi-rock stars 70s (aux cheveux crantés style Art Déco) ont ainsi foulé le podium minimaliste sur fond blanc, chaussures à plateformes monumentales aux pieds. Il y avait de la couleur et de la texture, mais au lieu des mélis-mélos de patchworks vus à Milan et à Londres, les looks semblaient nés ici d’un assemblage mieux travaillé, plus subtil et cohérent de tonalités gothiques en noirs et gris, rose terne et beiges. Seule note discordante et à la fois curieusement appropriée du défilé : le tintement régulier du signal sonore indiquant la réception d’un SMS en lieu et place d’une bande-son. Quand je lui demande s’il pense que l’industrie de la mode est en pleine mutation, il semble ne pas comprendre de quoi je parle. Je lui précise alors ma pensée, faisant référence au principe nouveau de vente immédiate à l’issue des shows. “Oui oui”, réplique la jeune femme assise en face de nous. “Les vêtements défilent et se vendent en même temps”, explique-t-elle. Est-ce quelque chose que lui envisage ? Il marque un temps et répond : “Ce n’est pas dans mes plans, non. J’ai entendu dire que Christopher Bailey, chez Burberry, fait cela maintenant. Mais je suis certain qu’ils ne vendront pas davantage ainsi.” Il se met à rire, comme s’il interrogeait alors son pronostic : “On en reparlera dans un an.” Je passe donc à un autre sujet mais il revient à celui-ci : “Comme dirait mon petit ami, ça c’est un de ‘leurs’ problèmes”, lâche-t-il en riant encore. Mais qu’entend-il par là ? “Chaque fois que je parle à mon petit ami d’un problème lié au travail, il me répond : ‘Chéri, ça il me semble que c’est ton problème’ et ce qu’il veut dire, c’est tout simplement que ça n’est pas ‘son’ problème”, développe-t-il, toujours amusé. Il me semble alors qu’il a raison, en estimant que le choix des autres n’est pas nécessairement un sujet pour lui, mais il me semble encore plus intéressant de noter la référence à sa vie

“Je ne vis plus les choses de la même manière, parce qu’il n’est tout simplement pas possible de suivre la cadence. Mais les choses que vous avez envie de faire, vous trouverez le temps pour elles.”

Nous sommes assis en triangle, dans une configuration qui semble préparée : lui et moi côte à côte sur un sofa à deux places, une attachée de presse en face de nous et une autre derrière moi, de telle sorte qu’il peut la voir mais moi pas. Cela fait beaucoup de monde dans un même espace et l’ambiance n’est pas spécialement décontractée, aussi la discussion s’engage de manière assez maladroite. Sans compter que l’air est chargé de fumée. Car Jacobs, toujours très beau et séduisant cinquantenaire, conservera une cigarette allumée à la main tout le long de notre échange. À l’occasion il prend la pose, alangui dans un coin du canapé, épaule pardessus le dossier, la main à la cigarette posée sur la tempe. Il a beau porter un blouson bombers sur un T-shirt et un simple jeans, il se dégage de lui une élégance chic mais aussi une sorte de lassitude qui s’exprime dans son regard, celle d’un homme jeune dans sa tête mais qui semble en avoir déjà trop vu de la vie. L’ancien directeur artistique de Louis Vuitton (Jacobs a quitté la maison française en octobre 2013 après seize ans à sa tête, pour se concentrer sur sa propre marque) n’a jamais caché qu’il a toujours été attiré par le côté obscur (et il ne s’est pas dérobé). Les filles du front row de son dernier défilé au Park Avenue


68

STYLE

collaborations avec Stephen Sprouse et Takashi Murakami chez Louis Vuitton font partie intégrante de son succès phénoménal), pour trouver l’inspiration dans une ville dont le rythme l’a autrefois dépassé ? “Je ne vis plus les choses de la même manière, explique-t-il en s’enfonçant un peu plus dans le canapé, parce qu’il n’est tout simplement pas possible de suivre la cadence. Mais les choses que vous avez envie de faire, vous trouverez le temps pour elles. Donc vous ne pouvez certes pas lire tous les livres, mais ceux qui sont absolument faits pour vous, vous les lisez.” Sa réponse illustre une maturité que nombreux de ceux qui l’entourent ont pu constater depuis son retour. TRENTE ANS DE THÉRAPIE

Comme bon nombre des créateurs surdoués de ces cinquante dernières années, Jacobs a un esprit à la fois créatif et intellectuel. De longues années de thérapie ont affûté sa pensée et son discours. Il se connaît, sans nécessairement s’adorer, mais possède désormais les outils pour gérer les hauts et les bas de la vie et se montre exigeant dans le choix de ses fréquentations. “Il y a des gens que vous L’ENFANT PRODIGE rencontrez avec lesquels vous avez une Il est rapidement devenu célèbre comme connexion. J’aime la compagnie de perl’enfant prodige de la mode avec une tensonnes créatives telles que Phoebe Philo, dance à l’autodestruction. Il doit beaucoup Hedi Slimane et Raf Simons ; je n’ai pas à sa collaboration avec Robert Duffy (les de temps à consacrer aux imposteurs deux hommes se sont connus à la fin des de la mode. Mon temps est précieux et années 1980 et sont toujours partenaires de j’aime être aux côtés d’individus intègres travail), qui est l’équivalent pour lui de ce et intéressants.” À quel point le temps a-tque Pierre Bergé fut à Yves Saint Laurent. il un impact sur lui ? “Je vis au présent, C’est grâce à Duffy que, en 1984, Jacobs répond-il. C’est le lieu le plus en sécurité a pu présenter sa première collection en qu’il soit pour moi. Cela fait trente ans nom propre, grâce à lui toujours qu’il a que je vois le même psychiatre et il me pris place à la tête de la création chez Louis répète souvent : ‘Vous ne parlez jamais Vuitton en 1997, un poste qu’il occupa de votre famille.’ Mais j’ai toujours eu seize années durant et qu’il auréola d’un d’autres sujets de discussion, des choses énorme succès financier pour la marque. actuelles. Le problème avec le passé, c’est Aujourd’hui de retour dans sa ville sa capacité à interférer avec votre présent. natale, il semble être un homme bien MARC JACOBS PAR DEBORAH FEINGOLD. Avant, je critiquais ma mère sans arrêt, dans sa peau. À quoi ressemble sa vie désormais ? “Je me lève à 7 heures, j’emmène mon chien Neville à tel point que cela mettait entre mon travail et moi toutes ces en balade et lui prépare le petit-déjeuner. Je vais à la gym, et choses du passé que je ruminais. Mais c’est comme revenir sur après ça, au bureau.” Fait-il toujours autant d’exercice ? “Oui, des histoires révolues, comme la neige de la veille.” mais seulement quatre jours par semaine, contre six à sept Un nombre incalculable de rumeurs circule actuellement au autrefois. J’avais tendance à en faire trop, mais cela fait partie sujet des mouvements de créateurs d’une maison à une autre, certaines confirmées, d’autres à l’état de vagues spéculations. de ma nature.” Une fois encore il rit de lui-même. Maintenant qu’il n’est plus en charge d’une grande maison Mais il n’est pas du genre à verser là-dedans. Avant que je française et qu’il peut se concentrer sur sa propre marque (sa n’aie le temps de lui poser une dernière question, l’attachée plus jeune ligne, Marc by Marc Jacobs, a finalement fusionné de presse se lève. Mon temps est écoulé. “Je vais déjeuner chez l’an dernier avec la principale, suite aux départs des deux codi- Cipriani”, lui dis-je alors. “Ah, je viens justement d’y déjeuner, rectrices artistiques, Luella Bartley et Katie Hillier), le voilà me répond-il. La tarte au citron meringuée est à tomber. Je l’ai de retour là où tout a commencé, à arpenter les rues de New commandée ce midi et je crois que mon estomac m’en veut un York. Mais comment fait-il, ce créateur issu de la contre-culture peu.” Peut-être, mais on lui fait confiance pour savoir aussi que new-yorkaise des années 1980, amateur d’art et de culture (ses la salle de sport est au bout du couloir…

PHOTOS DR

intime. Depuis combien de temps est-il avec ce petit ami ? “Depuis Noël, dit-il, d’ailleurs, il est en train de dormir à l’étage du dessous. Il aime dormir.” Cela veut donc dire que sa vie est actuellement stable, ce qui n’a pas toujours été le cas, lui, qui a longtemps été en proie à l’addiction. Marc Jacobs est né à New York en 1963 d’un père agent dans le cinéma, décédé lorsqu’il avait 7 ans, et d’une mère “mentalement instable” qui s’est remariée à trois reprises. C’est sa grand-mère qui s’est chargée de son éducation. Tous deux occupaient un appartement dans l’Upper West Side et elle a encouragé son talent artistique naissant en l’envoyant d’abord à la High School of Art and Design, puis à la Parsons New School for Design. Le jeune homme est tout de suite sorti du lot : à la Parsons, il remporte en effet le prestigieux Prix du dé à coudre Perry Ellis (plus tard, à la mort d’Ellis en 1988, Jacobs sera nommé à la tête de la création de la griffe mais ne conserva ces fonctions que quatre ans, jusqu’à sa collection inspirée du grunge qui, bien que révolutionnaire, fut accueillie de manière désastreuse).


“J’aime la compagnie de personnes créatives telles que Phoebe Philo, Hedi Slimane et Raf Simons ; je n’ai pas de temps à consacrer aux imposteurs de la mode.”


70

TENDANCE

À NU Le cuir aussi se fait nu, discret, s’éclipse avec élégance et se fond avec le teint de la peau qui triomphe sous le soleil. RÉALISATION JOSÉE NAKHLÉ STYLISME SANDR A HADDAD PHOTOGRAPHIE R AYA FARHAT De gauche à droite, de haut en bas: Sandale en cuir à broderie, Red Valentino. Escarpin en cuir verni, Prada. Escarpins à brides en cuir, Paul Andrew. Mini sac en cuir, Prada. Sac à bandoulière en cuir, Miu Miu. Espadrilles en cuir, Diane Von Fürstenberg. Sandale T-bar en cuir, Fendi. Sandale en cuir verni, Gianvito Rossi. Sac à bandoulière en cuir, Balenciaga.


ENTRÉE

PHOTO DR

LE MOODBOARD DE RAYYA MORCOS Quatrième d’année d’existence et nouvelle collection. La créatrice Rayya Morcos dévoile cette saison, sous sa marque Bird On a Wire, une collection florale inspirée des années 70. PAR F.A.D.

71

Fille d’un collectionneur d’art et d’une passionnée de mode, Rayya Morcos ne pouvait envisager l’avenir autrement que dans la création. Restée sur sa faim après des études en architecture d’intérieur à la L.A.U, elle rejoint Esmod Beyrouth et débarque sans transition dans les ateliers de Rabih Kayrouz où elle finit directrice artistique. En 2012 vient pour elle le moment de voler de ses propres ailes, comme cet oiseau sur un fil qui est l’emblème de sa marque. Sous le label Bird on A Wire, elle va développer une mode inspirée, un rien conceptuelle, qui fait la part belle aux volumes, au mouvement et aux imprimés narratifs, et met à contribution des artisans et designers de tous horizons. La créatrice, qui dit devoir l’essentiel de son apprentissage à Rabih Kayrouz, est lauréate de plusieurs prix dont le prix de la mode méditerranéenne de la Maison Méditerranéenne des Métiers de la Mode. Récemment sélectionnée par la fondation Starch pour participer à l’exposition International Fashion Showcase en marge de la semaine de la mode londonienne, elle exposait sa nouvelle collection fin avril à The Penthouse, Achrafieh, en duo avec le créateur Ronald Abdala, son complice de toujours. Cette nouvelle ligne, florale et végétale, célèbre les années 70 et le flower power, mais également la terre dont on fêtait la journée le 22 avril.


74

TENDANCES

Moschino

Alice & Olivia

Fendi

Stella McCartney

MSGM

GRAPHIQUE Un mix and match de lignes horizontales, verticales, la tendance graphique est partout et même sur les accessoires !

Dolce & Gabbana

Réalisation Sandra Haddad Emilio Pucci Anya Hindmarch Anya Hindmarch

Chloé

Moschino

Aquazurra

PHOTOS DR

Dolce & Gabbana


75

Self Portrait

Miu Miu

Marni Chloé

Alexander McQueen Alexander McQueen

NEW ROMANCE

Loewe

Transparences, dentelles et lignes fluides, pour un look effet nature et bohème. Réalisation Sandra Haddad

Red Valentino Oscar de la Renta

PHOTOS DR

Gucci

Fendi

Alexander McQueen

Saint Laurent


76

TENDANCES

Miu Miu

Bottega Veneta Victoria Beckham

Chloé

Joseph

PLEATS

Cette saison le plissé se porte en total look immaculé ou ultra-coloré pour coller aux autres tendances de l'été.

Chloé

Réalisation Sandra Haddad

Altuzurra Gucci

Stella McCartney

Gucci Balenciaga

Adam Lippes

PHOTOS DR

Hermès


work magic

AÏSHTI DOWNTOWN BEIRUT TEL. 01.991 111 AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS TEL. 04.717 716 EXT. 299 AÏSHTI VERDUN TEL. 01.793 777 DVF.COM


78

STYLE

LIGNES DE MIRE Magnifié par les emblématiques rayures de la collection printempsété 2016, le sac “Frame” donne envie de filer droit… vers la prochaine boutique Prada.

Photographie

GIULIO CASTELLI


Sac “Frame” en cuir de veau à rayures bayadères, PRADA.


Sac “Frame” en cuir de veau à rayures bayadères, PRADA.


82

STYLE

QUAND LES « JNOUN » SE MÊLENT DE MODE Deux sœurs originaires du Maroc, Meriem et Zahra Bennani, fondent ensemble une marque de prêt-à-porter. Jusque là, nous ne tenons pas d’ histoire. L’ histoire est dans leur parcours, à la croisée de trois univers, et dans l’audace graphique et stylistique de leurs créations. PAR F.A.D.


A

u départ, ce sont deux jeunes femmes, étudiantes au lycée Descartes de Rabat. Après un bac ES, Zahra s’envole pour Paris où elle se spécialisera en communication et management des médias au CELSA. Deux ans plus tard, Meriem décroche un bac L et rejoint sa sœur. Artiste, elle est reçue à l’Ecole des Arts décoratifs, cursus qui la mène à New York où elle rejoint la Coopers Union à la faveur d’un programme d’échanges. Entretemps, Zahra se marie et les deux sœurs vivent mal leur séparation. Pourtant, chacune d’elles poursuit dans son propre domaine une carrière brillante. A Paris, Zahra intègre le groupe Marie-Claire où elle est responsable des études et marketing avant de diriger le service de clientèle en tant que responsable de la mode. A New York, Meriem, quant à elle, voit ses œuvres exposées, dès 2013 au Ps1 du MoMa et expose en solo à la galerie Signal, à Brooklin. Elle collabore parallèlement avec l’artiste Hayden Dunham sur l’ouvrage « The other travel book », et crée une série web, « Some silly stories » avec Flavien Berger, entre autres projets qui « buzzent ». On verra aussi ses travaux au Palais de Tokyo, à Paris. LES DJINNS

C’est Zahra, la businesswoman du binôme, qui enclenche le projet. Forte de son expérience en entreprise, elle sait, elle sent ce qu’il faut faire. Le moment est venu pour elle d’apporter à l’univers de la mode une proposition personnelle. Elle quitte son emploi et revient au Maroc. Meriem est prête, elle aussi. Les deux sœurs ont envie de se retrouver, de renouer avec leur pays d’origine. Mieux : leur père architecte et leur mère pharmacienne ont, tous les deux, à un moment ou à un autre, été tentés par la création de mode, l’un en illustrant des T-shirts inspirés des années 70 et l’autre en créant des abayas contemporaines. Les filles ont hérité d’un gène fashion dominant. Leur marque s’appellera « Jnoun ». Au Maroc, c’est le pluriel de « Djinn », signe qu’il n’y a pas qu’un seul esprit malin derrière cette entreprise, mais tout un essaim de diablotins ! Car si les collections de Jnoun vont d’emblée exprimer la culture marocaine, il n’est pas question pour les deux créatrices de revenir sur les codes et les clichés rabâchés. Appelés à la rescousse, les « Jnoun » vont mettre leur grain de sel dans l’histoire, et à ce stade, mieux vaut accrocher sa ceinture.

PHOTOS DR

PROJET 1

On n’oublie pas que Meriem est formée au minimalisme et à l’abstraction de l’art conceptuel. Dès le départ, on est informé qu’il n’y aura pas de bavardage inutile, pas de langage autre que visuel. La première collection de Jnoun s’intitule sobrement « Projet 1 », exactement comme ces toiles intitulées « sans titre » ou simplement numérotées. « Projet 1 » est à la fois un projet graphique et stylistique. Les tissus, des cotons denses et frais, empruntent leurs imprimés numériques aux tentes caractéristiques des habitants du Sahara. On y distingue parfois, déclinés en bleu piscine, clin d’œil à l’océan tout proche, des alignements


84

STYLE

de dômes et de minarets. Le Maroc est éminemment présent sans dire son nom. Et c’est là tout le talent des deux sœurs qui réussissent avec ce coup d’essai un effet de surprise dans un univers blasé. PROJET 2

Les deux projets sont soutenus par des films oniriques qui reflètent la fascination de Meriem pour le surréalisme et l’univers du rêve. Ils représentent surtout un courant pluridisciplinaire qui s’appuie sur une culture et une expertise locale pour exprimer une esthétique globale, synthèse de la triple culture des sœurs Bennani et de leur grand écart réussi entre l’Amérique, l’Europe et le Maghreb.

PHOTOS DR

On commence à s’habituer à l’intitulé quasi muet des collections. Pourtant, Projet 2 est un projet tumultueux, taillé sur mesure dans une palette tricolore, noir-blanc-rouge, à la fois kitsch, technique et industrielle. Projet 2 parle du bazar le plus célèbre de Casablanca : la Joteya de Darb Ghallef. On imagine l’équivalent des anciens souks de Beyrouth. Un marché organisé sur un terrain en situation d’impasse foncière. A la différence qu’aujourd’hui, l’électronique, l’ameublement, l’habillement et les accessoires, sans compter la foultitude de commerces plus ou moins illicites qui y foisonnent entre boutiques et étalages à ciel ouvert, ont remplacé les anciens artisans. Lieu phare d’une économie informelle, ce bazar créé en 1914, incendié en 1982 et aussitôt reconstruit, est chaotique à souhait, animé de mille bruits et odeurs, grouillant de marchands, de chalands et de vie. L’imprimé « Joteya » se présente en bandes horizontales de largeurs irrégulières où défilent en rythme les icônes de la tradition marocaine : babouches, marmites à tajine et autres. Entre calligraphie arabe et clins d’œil au pop-art, Jnoun livre bien plus qu’une collection de vêtements : un véritable manifeste pour une nouvelle esthétique des coutumes.


A誰shti by the Sea, Antelias, Beirut, Lebanon T. 04 71 77 16 ext. 251 alexandermcqueen.com


86

STYLE

LE M AILLOT

Mes maillots de bain préférés sont de Lisa Marie Fernandez. J’adore le bikini «Mira» LE SAC

Je lorgne pour cet été le Puzzle bag de Loewe.

LE CHOIX DE… DALIA NSOULI DES BIJOUX

Les boucles d’oreilles Yvonne Leon sont vendus par unité. On peut donc s’amuser à les mélanger et à les assortir.

Dalia Nsouli est née à Huston, au Texas et a grandit entre Jeddah et Beyrouth. Après des études à Londres, elle s’installe au Qatar et travaille dans les services bancaires. Elle est aussi acheteuse pour Curio, une boutique multimarque à Washington DC. Voici sa sélection pour la belle saison.

MON COUP DE COEUR

Le mini sac Dolce & Gabbana en paille brodée est parfait pour la plage, ou même avec une robe fantaisie. Leurs produits sont tellement uniques !

PAR STÉPHANIE NAKHLÉ

MES BASIQUES

Mes espadrilles Golden Goose, en blanc. Parfaites pour courir en ville, ou en voyage. Je suis obsédée par ces bottes de Dolce et Gabbana. Outrageusement «over-the-top».

Les t shirts simples en blanc ou noir de Alexander Wang. Mon «bucket bag» vintage de Chanel que j’ai trouvé à Bangkok. Je ne voyage jamais sans lui !

MA CHEMISE

Mon dernier achat est un top exclusif conçu pour Net-APorter par J.W. Anderson, l’un de mes créateurs préférés.

PHOTOS DR

DES BOT TES


88

ARMY OF ME

Opérations commando pour prendre d’assaut la belle saison. Jupes courtes, chemises militaires et accessoires tout terrain, la guérilla du style est déclarée… Photographie

LAETITIA HOTTE

Stylisme

DEBORAH REYNER SEBAG


Chemise en popeline de coton, ISABEL MARANT. Jupe en veau velours et cuir ciré, PRADA. Bague large double doigts en or serti de diamants et bague large double doigts en or, GINETTE NY CHEZ SILVIE SALIBA. Sac en serpent d’eau, CÉLINE. Bottes “Festival” en gomme, SAINT LAURENT PAR HEDI SLIMANE.


Chemise en toile de coton, LAURENCE BRAS. Jupe zippée en cuir, LOUIS VUITTON. Collier disque en or, bague disque en or serti d’aventurine et bagues double-doigts en or et diamants, GINETTE NY CHEZ SYLVIE SALIBA. Sac “Farming Picnic” en osier et veau Barénia, HERMÈS.


Pull en laine et cachemire, DIOR. Robe en soie imprimée, RED VALENTINO. Écharpe en fourrure de renard, SONIA RYKIEL. Montre “Fifty Fathoms” en titane et céramique, BLANCPAIN. Sac “Sugar Pearls” en serpent rebrodé de perles, LANVIN.


Pantalon en coton, FENDI. Bague disque en or serti d’aventurine pêche, GINETTE NY CHEZ SYLVIE SALIBA. Sac en python, pvc et métal doré, MIU MIU. Sandales plates en cuir pompons de fils de soie et plumes, N° 21.


Veste en gabardine de coton rebrodée de perles, VALENTINO. Robe en dentelle de coton, MES DEMOISELLES. Bague disque en or rose avec pierre plate onyx noir sertie, GINETTE NY CHEZ SYLVIE SALIBA. Sac “Arcade” crocodile et python, PRADA. Chaussures “Mina” en veau velours, JIMMY CHOO.


TETIERE

94

Gilet zippé en cuir sans manches, ROBERTO CAVALLI. Pull en lin, DUŠAN. Sac en veau lisse, ACNE STUDIOS. Chaussures en cuir spazzolato, CÉLINE.

CREDIT PHOTO

Modèle : Charline Lamblin Manucure : Agathe Pons Assistants photo : Sébastien Michelini et Constantin Schlachter Assistante stylisme : Margaux Gerometta


nancygonzalez.com

A誰shti, Downtown Beirut 01.99 11 11

A誰shti by the Sea, Antelias 04. 71 77 16


98

ZOOM

LES LICORNES EXISTENT, HUSSEIN BAZAZA EN A VU Bohrium, Or, Arsenic, autant d’atomes et d’éléments chimiques qui entrent dans la composition du logo de ce jeune créateur fasciné par les sciences, avec une préférence pour les sciences occultes. Illustrateur, photographe et styliste, Hussein Bazaza invente une histoire et plante son décor imaginaire avant chaque collection.

N

é à Beyrouth en 1990, Hussein Bazaza se passionne très tôt pour la photographie et l’illustration. Un talent qui lui fait prendre un détour par la mode, conclu par un diplôme en stylisme et patron à ESMOD Beyrouth. Les stages se succèdent comme de règle, entre Rabih Kayrouz à Paris et un passage chez Elie Saab en qualité de designer junior. Hussein Bazaza regagne ensuite « son » école , de l’autre côté du décor cette fois, puisqu’il est engagé à ESMOD Beyrouth comme professeur de patron en première année. En 2012, il est sélectionné par la fondation Starch qui l’encadre pour le lancement de sa première collection de prêt-à-porter sous sa propre marque. Dès lors, il enchaîne les distinctions : meilleur styliste émergent du Moyen-Orient, à l’unanimité, pour le prix Elle Style Award, en 2013 ; meilleur styliste émergent au Middle East Fashion Awards en 2015, et entre les deux, le bonheur d’être invité en exclusivité par IWC à présenter une collection croisière avec le top brésilien Adriana Lima, invitée d’honneur de l’événement. Il figure ensuite parmi les lauréats de Who is on next, concours de création organisé par Vogue Italie à Dubai. Il vient également de remporter le prix de mode Style.com Arabia – DDFC qui lui offre de lancer une collection capsule pour le printemps 2016 sur le site éclectique Farfetch.com.

antique obsédé de puissance et possédant…une arme nucléaire qui, un jour, explose et détruit le royaume. Ce roi a une fille, Mithra, qu’il enferme dans la plus haute tour du royaume. A l’anachronisme s’ajoute cette touche de fantastique sans laquelle les contes ne sont pas les contes. Mithra est l’unique survivante, si haut perchée que les flammes de l’apocalypse ne peuvent l’atteindre. Dix ans durant, elle assiste au retour progressif de la vie, mais la vie revient sous des formes inconnues. Faune et flore ont subi des altérations étranges. La princesse ellemême est enveloppée de concrétions minérales et d’un lierre inconnu. Voici donc la donnée. Bazaza va traduire ce printemps onirique dans une collection qui fait la part belle aux textures et aux superpositions. Présente dans plusieurs modèles, la miniature persane s’efface dans d’autres pour laisser place à des abstractions qui la suggèrent, des mélanges de dentelles à motifs différents qui évoquent des éclosions virginales dans un univers incinéré. Un air d’Orient, indéfinissable, s’élève d’une palette de bleus, de rouges, de blanc et de jaune soulignée d’un trait de noir et d’un accent doré. On aimera l’allure de ces jupes longues contrastées avec un bustier en dentelle noire, ou ces robes chemisier en mousseline, fluides comme la matière des rêves, sur lesquelles des paysages imprimés ressemblent à des projections d’images animées.

Miniatures persanes et chaos post-nucléaire Pour sa collection printemps été 2016, Hussein Bazaza s’est raconté une bien étrange histoire. Celle d’un roi de la Perse

Formules et alchimie La collection de l’hiver prochain ne sera pas moins mystérieuse, confirmant un style, une griffe, une identité claire.

PHOTOS DR

PAR F.A.D.


99

L’alchimie, science maladroite mais surtout philosophie, est le fil conducteur de cette nouvelle ligne qui interprète dans le chatoiement de la soie et de la mousseline tant la quête de l’éternelle jeunesse que la transformation du plomb en or. Dans le conte de Bazaza, l’alchimiste est cette fois une femme, et elle a un prénom : Sophia. Sophia a découvert l’élixir de vie qui procure l’immortalité. Et c’est ainsi qu’elle a traversé le temps jusqu’à nous, depuis le Moyen Age qui l’a vue naître. Dans sa besace, une pomme rouge qui recèle la précieuse formule. Il suffit de rêver et de croire à son rêve. Les imprimés, une fois de plus, racontent une histoire et représentent d’anciennes formules, des symboles géométriques, des schémas et des équations. Ici encore, on retrouve les collages de dentelles, technique signature du jeune créateur. Des tissus de couleurs vives s’alignent en patchworks géométriques et empruntent leur palette aux éléments chimiques, aux astres et aux minéraux. Des symboles brodés, étoiles, papillons, licornes font surgir cet univers particulier, entre ésotérisme, magie et vanités. Bleus métalliques, bronze, noir, jaune, vert et un trait de rouge forment la palette relevée par la profondeur des cachemires et du chiffon de soie. Les silhouettes se déclinent en robes longues de soirée et petites robes de cocktail, des jupes ligne A, des minijupes à porter avec des carcos, des hauts et des manteaux ajustés. On notera le détail anachronique des sangles à boucle blanche qui traversent la collection avec humour, sans toutefois justifier leur présence.


LES OFFICIELLES DU MOIS

100


101

Pour le binôme Sarah Hermès et Tracy Moussi, l’entreprise est le fruit d’une recette miraculeuse à base de belles rencontres, de passion et de générosité. Leur marque, Second St., qui signe des chemises hybrides, ne parle pas d’autre chose.

SECOND ST. RÉINVENTE LA CHEMISE Par

F.A.D

Faites pour travailler ensemble Toute deux étudiantes à Parson’s New York où elles ne s’étaient jamais croisées, Sarah Hermès et Tracy Moussy se rencontrent dans un magasin de tissus sur 2nd Street où elles sont voisines sans le savoir. Sarah est étudiante en design et Tracy en design management. Leur complémentarité est évidente, mais pour l’heure, priorité est donnée au diplôme et le rythme universitaire n’attend pas. Pourtant, le destin les harcèle. Tracy revient au Liban où elle trouve un job d’acheteuse pour des marques de luxe. Sarah fait de même, de son côté, bien que sa famille vit au Koweït. « J’avais besoin de renouer avec mes racines, dit-elle, et de me trouver là où on pouvait avoir besoin de moi ». Deux ans plus tard, le hasard fait qu’elles se retrouvent un soir au Behind the Green Door. Elles se racontent leurs expériences respectives : Sarah a mis sur pied un atelier école, Creative Space, destiné aux jeunes talents qui n’ont pas les moyens de financer leurs études. Elle cherche un moyen de financer cette structure et de la maintenir en activité. Tracy travaille sur sa thèse dont le sujet porte sur l’autonomisation des femmes et la possibilité de faire travailler ensemble des femmes de tous horizons sur un projet commun. Une fois de plus, les deux créatrices se trouvent face à l’évidence de leur complémentarité, mais elles n’en prennent conscience que le lendemain, et une nouvelle réunion s’organise. Elles sont prêtes à se lancer dans la création d’une entreprise indépendante, équitable et créative qui leur ressemble. Du foulard à la chemise Le nom de la marque s’impose de lui-même. Ayant vécu toutes les deux à Second St., s’étant rencontrées à Second St., leur label sera baptisé du nom de cette rue. Ce sera un peu de New York

Photographie

TONY ELIEH

dans Beyrouth, ce qui convient parfaitement à la culture urbaine que transmettent les créations des deux jeunes femmes. Pour le logo, elles s’inspirent de ces monstres que Sarah invitait ses amis à dessiner sur le mur d’entrée de son appartement newyorkais. A priori, aucune des deux ne vient d’un milieu proche de la mode, si ce n’est que la mère de Sarah a travaillé dans une boutique de mode au Koweït et qu’elle est passionnée par cet univers. Un brainstorming est engagé. Au départ, Sarah et Tracy, rationnelles, explorent les possibilités de lancer un produit unique, facile à exporter. Elles pensent à l’écharpe, mais le marché est saturé. Elles se tournent ensuite vers ce vêtement que tout le monde, les hommes comme les femmes, a dans son placard et porte en toute saison. Ce sera la chemise. Un an de tâtonnements plus tard, le concept est prêt. Avec un dérisoire investissement de départ, le binôme se lance dans la création de chemises qui s’adressent à une clientèle de niche : des hommes qui n’ont pas peur de la fantaisie, des femmes qui osent leur part masculine. Si le premier modèle s’apparente au kimono, désormais, chaque saison s’enrichit de quatre nouvelles coupes. Vingt ont été réalisées à ce jour. Le plus grand succès est une chemise blanche pour femme, coupée en queue de pie. D’autres modèles jouent le patchwork arlequin en camaïeux pastel ou ton sur ton avec des coupes longues et poches cargo appliquées. D’autres encore mélangent au coton des empiècements de nylon de couleurs vives et contrastées. La collection s’enrichit de robes « trois trous » et de T-shirts. Creative Space tourne à plein régime. Ses talents collaborent aux créations de Second St. avant d’aller rejoindre, une fois formés et une fois leurs portfolios préparés sous l’œil vigilant de Sarah et Tracy, des ateliers de grands couturiers. Une initiative où tout le monde est gagnant puisque rien ne s’y perd et tout se crée.


102

LES OFFICIELLES DU MOIS

Un acteur/une actrice : TM : Michael Fassbender, il me tue ! SH : Pas Michael Fassbender. Alicia Vikander. Elle, me tue. Un acteur/actrice avec qui vous rêveriez de jouer TM : Jack Nicholson SH : Tilda Swinton Un ou une créatrice de mode : Les deux : Jil Sander et Comme Des Garcons Une pièce que vous ne jetterez jamais Le premier Kimono Second St. Vacances idéales : TM : Une plage en Amérique du sud et le beau temps. SH : N’importe…juste des vacances Contre le stress? TM : Courir en écoutant de la musique SH : Jouer à tortiller mes cheveux, en boucle. Allergie? TM : Rien à signaler. SH : A la betterave. Spécialité culinaire : SH : Le sandwich au fromage en plat de résistance. TM : Lait et céréales au dessert.

SIGNES DISTINCTIFS Film(s) culte(s). SH : Wild Tales TM : Tous les Wes Anderson… et Wild Tales aussi. Que trouve-t-on dans votre iPod? TM : Vieux frères de Fauve (en boucle), Feu! de Chatterton (en boucle aussi), The XX Feat B.I.G, Marvin Gaye (un classique !) SH : The Smiths, The Magnetic fields, Alt J, oh et Slutterhouse (mon homme!) Que trouve-t-on dans votre DVDthèque? TM : Un énorme bordel. Entre autres, The Darjeeling limited, London, The Perks of Being a Wallflower, Celeste & Jesse Forever, Les petits mouchoirs (et des petits mouchoirs, il en faut !) SH : The Fifth Element, Big fish, American History, X, He-man Artistes préférés? TM: Basquiat SH: Egon Schiele Un musicien : TM et SH : Robbie Williams! Eculé, mais c’est notre point de départ.. SH : et Daniel Johnston


Plus beau compliment reçu : Plus qu’un compliment, ce seraient les retours positifs et les réactions face à nos produits. Votre livre de chevet? TM : Shantaram de Gregory Davis Roberts. SH : Kafka sur le rivage, de Haruki Murakami Un bijou : TM : Une bague qui appartenait à ma mère. SH : Moi aussi. Pas une bague. Une montre. Mais à ma mère aussi. Un héros/une héroïne Superman, même si c’est cliché… Ca doit être le slip rouge ! Un lieu que vous aimez : Nous sommes toutes les deux casanières. Donc maison. Une rue : Second st. à NYC. C’est là que tout a commencé. Un restaurant : Lux, et The Happy Prince Dans vingt ans ? A la conquête du monde, avec la famille Second St. et nos familles respectives.


149 SAAD ZAGHLOUL STREET, NEXT TO AÏSHTI DOWNTOWN T. 01 99 11 11 EXT. 525 AÏSHTI BY THE SEA ANTELIAS T. 04 71 77 16 EXT. 233

www.faconnable.com


106

FOCUS

C

ALEXANDER MCQUEEN

LA PEAU Dans cette rubrique qui traite des tendances de la saison et des éléments de style préférés des créateurs, la peau trouve au seuil de l’été une place de choix, non seulement en termes cosmétiques mais en matière de mode. Dénudée, elle fait partie intégrante de la coupe d’une robe. PAR F.A.D.

« Boobs, butt or shoulder ? » Cette surface émouvante n’est pas un ornement, et pourtant la peau est partie intégrante du travail du créateur qui prend en compte sa carnation et sa sensibilité pour exalter ses coupes. Régulièrement, les magazines de mode nous annoncent que telle ou telle partie du corps est le nouvel « accessoire » à montrer. L’été comme l’hiver (pour les robes de soirées) la question tendance qui se pose est « Boobs, butt or shoulder ? » (seins, fesses ou épaules ?). Depuis la fameuse robe noire dessinée par Guy Laroche, portée par Mireille Darc dans « Le grand blond avec une chaussure noire », avec son décolleté de dos si profond qu’il soulignait la commissure des fesses, la mode s’interroge sur le détail, presque anodin, qui va faire décoller le vêtement vers un firmament d’érotisme. Cela dit, la mode de la taille basse pour les pantalons a eu parfois un effet esthétique désastreux en montrant, dans certaines postures, les fesses sous leur pire jour, étranglées et débordantes. Pour les adolescentes, depuis les années 90, montrer le ventre est d’une légitimité sans appel. Un piercing au nombril viendra souligner la fière fermeté d’une peau qui n’a pas encore été distendue par la grossesse. De même, certaines femmes qui ont déjà eu un enfant seront fières de montrer un ventre parfait dont elles auront su, entre gym et diète judicieuse, préserver la texture nerveuse. Dénuder une épaule ou deux est parfois moins heureux et peut révéler soit un corps androgyne par excès de musculature, soit un corps loukoum par excès de plis gras. Pour les seins, la question ne se pose plus, vu que le décolleté plongeant ou pigeonnant est un grand classique depuis des lunes. On aimera mettre en valeur, en le signalant par un tatouage, un coin de peau plus sensible qu’un autre, à l’arrière de la nuque, au creux du bras ou de la cheville. Ajourages, voiles et dentelles jouent à cache-cache avec la nudité, ce qui en fait des textures érotiques par excellence. A chacun son « nouveau nu ». Une femme en plein régime alimentaire a ainsi déclaré que son but sera atteint quand elle verra apparaître l’os de sa clavicule, ce creux charpenté à la naissance du cou, qui pour elle incarne le summum de l’élégance et de la grâce.

PHOTOS DR

e n’est pas un tissu, bien que les médecins et biologistes la considèrent comme telle. Jamais tissu plus doux, plus sensible, plus fort et plus fragile, plus « intelligent », plus communiquant n’aura été inventé. Nous avons cinq sens, nous dit-on, mais alors qu’un organe spécifique est attribué aux quatre premiers, la peau, elle, est si vaste qu’elle transforme le corps tout entier en un même récepteur. C’est simple, la peau est cette enveloppe de soie qui est soi. Ce n’est pas pour rien que quand on aime quelqu’un, on dit qu’on l’a dans la peau. Dans le cœur, ce ne serait pas pareil, trop petit, trop étroit, trop remuant. La peau est une immensité sensorielle, un tambour où viennent se répercuter les caresses ou les agressions du monde, d’autrui, du climat, et de nos propres démons.


107

BALENCIAGA

GUCCI

ALEXANDER MCQUEEN

MAISON MARGIELA

ALEXANDER WANG

BALENCIAGA

VALENTINO


108

BIJOUX

LA BEAUTÉ AU NATUREL Cette saison le look «naturel» a refait surface sur les podiums. Pour un look légèrement plus travaillé on privilégie les tons naturels de beige, un liner estompé sur l’oeil et une bouche légèrement plus opaque. Ne pas oublier d’utiliser des produits hydratants et des correcteurs afin d’unifier le teint.

Par STÉPHANIE NAKHLÉ Photographie RAYA FARHAT Réalisation JOSÉE NAKHLÉ


2

1

3

4

5

6 7

8

1. Gel fluide universel, YVES SAINT LAURENT. 2. Eau de parfum “Pierre De Lune”, ARMANI PRIVÉ. 3. Base perfectrice multi-défense, GIORGIO ARMANI. 4. Gel illuminateur contour des yeux, LA MER. 5. Gel à sourcils fixateur transparent, ESTÉE LAUDER. 6. CC crème, global anti-âge teintée, ESTÉE LAUDER. 7. Fragrance touch up , Mademoiselle, CHANEL. 8. Eau de parfum, YVES SAINT LAURENT.


2 1

3

5

4

6

8

7

1.Poudre touche éclat “Pink Glow”, BOBBI BROWN. 2. Vernis “ Naked”, TOM FORD. 3. Vernis “Mink Brule”, TOM FORD. 4. Le vernis “Organdi”, CHANEL. 5. Le vernis “Particulière”, CHANEL. 6. Soin hydratant, BOBBI BROWN. 7. “ Rouge Coco Stylo”, CHANEL. 8. Palette lèvres et yeux, BOBBI BROWN.


A film by Sean Baker kenzo.com/snowbird

A誰shti by the Sea, Antelias


112

BIJOUX

#PENDENTIFSICONIQUES Suspendues à nos cous, ces amulettes précieuses donnent le ton de notre humeur.

@tabbah

@bulgariofficial

@chanelofficial

Pendentif “Beret Icon“ #or rose 18k, #diamant, Tabbah.

Collier “B.Zero1” #or jaune #or rose #or blanc, Bulgari.

Pendentif “Camélia galbé” #or blanc #2 diamants taille brillant #céramique, Chanel Joaillerie.

@buccellati

@chopard

@dior

Pendentif “Opera” #or rose, Buccellati.

Pendentif collection “Happy Diamonds” #or rose #serti diamant #5 diamants mobiles, Chopard chez Mouawad.

Collier “Rose des vents” #or jaune #diamant #nacre, Dior Joaillerie.

@georgehakim

@garrard

@cartier

Collier #or rose #serti diamants brillants, George Hakim.

Collier “Wings“ #or #serti diamants, Garrard chez Sylvie Saliba.

Collier “Trinity de Cartier“ #or gris, #or rose #or jaune #diamant, Cartier.

PHOTOS DR

RÉALISATION EMILY MINCHELLA, STÉPHANIE MISSIRIAN


™ & © Cartoon Network. (s16)


114

BIJOUX

QUATRE BAGUES “ROSE DES VENTS” AU MÉDAILLON PIVOTANT, EN OR JAUNE, DIAMANT ET NACRE, EN OR JAUNE, DIAMANT ET TURQUOISE, EN OR ROSE, DIAMANT ET ONYX, EN OR BLANC ET DIAMANTS, DIOR JOAILLERIE.

LA BONNE ÉTOILE La nouvelle collection imaginée par Victoire de Castellane reflète l’ histoire intime de Christian Dior, tout en jetant un regard neuf sur le bijou médaillon.

Il y a à Grandville, posé sur un promontoire rocheux, une étrange villa crépie de rose, baptisée les Crumbs. C’est un lieu de mémoire, qui hébergea les souvenirs du jeune Christian Dior. Il doit son nom aux trente-deux divisions de la rose des vents qui se détache en mosaïque depuis le sol de l’entrée jusqu’au bassin. Il règne

ici une atmosphère teintée de superstitions maritimes et de souvenirs normands qu’a choisi de poétiser Victoire de Castellane dans sa nouvelle collection de joaillerie baptisée “Rose des vents” : des colliers, des sautoirs, des bracelets et des bagues qui conjuguent l’or rose, jaune ou blanc avec le turquoise, l’onyx et le diamant.

“Le symbole du voyage, l’étoile, l’idée d’un porte-bonheur, la rose : toute l’histoire de la maison est là, en filigrane.” En écho à la corde des navigateurs et à l’appel du large, une torsade d’or grain de riz cercle le médaillon qui se retourne, côté pierre dure ou côté rose des vents, au gré des mouvements.

PHOTOS DR

PAR HERVÉ DEWINTRE


116

BIJOUX

TABBAH « BY THE SEA » Moins de deux ans après l’ouverture de son magnifique espace au centreville de Beyrouth, lieu matriciel de son enseigne, le joaillier Tabbah s’apprête à inaugurer une nouvelle boutique à Antélias, dans le complexe Aïshti By The Sea qui partage sa coque d’acier rouge avec la Fondation Aïshti. Un lieu dédié à l’art et à la beauté, caressé par les vagues et ouvert sur le large. Nagib Tabbah nous dévoile quelques détails de ce projet.

PHOTOS TABBAH

PAR F.A.D


QUE S’EST-IL PASSÉ CHEZ TABBAH DEPUIS L’OUVERTURE DU SHOWROOM DE LA RUE ALLENBY ? L’anniversaire du Béret (NDLR : collection iconique de la Maison Tabbah autour de la forme ronde et du pompon du béret de marine), dont nous venons de fêter les 30 ans, a été un moment magnifique. A cette occasion une nouvelle collection Béret a été lancée qui a très rapidement séduit une clientèle raffinée recherchant la nouveauté, le charme et la simplicité. POURQUOI AVOIR CHOISI PRÉCISÉMENT AÏSHTI BY THE SEA POUR VOTRE NOUVEL ESPACE ? La volonté commune de Tony Salamé et de la Maison Tabbah de faire vivre l’expérience Tabbah à une clientèle plus large a naturellement mené à l’ouverture de ce nouvel espace. A QUOI RESSEMBLERA CETTE NOUVELLE BOUTIQUE ? Nous avons intégré les codes architecturaux existants en créant un concept de présentation de collections propre à la Maison Tabbah. EN QUOI SE DISTINGUERA-T-ELLE DES AUTRES ENSEIGNES TABBAH ? La sélection des collections est unique car elle présente les créations les plus audacieuses et contemporaines de la Maison avec en tête d’affiche le Béret. Le terme anglais serait « Curated Boutique ». POURQUOI AVOIR CHOISI DE VOUS FOCALISER SUR LE BÉRET ? En véritable icône de style, le Béret incarne la femme Tabbah moderne. Plus géométrique dans ses traits et plus ludique dans ses déclinaisons le Béret correspond parfaitement au style de vie actuel, chic et décontracté.

LA FORME RONDE ET MINIMALISTE DU BÉRET SEMBLE ANTINOMIQUE DE LA TRADITION TABBAH, FAITE D’ARABESQUES ET DE COMPLEXITÉ, COMME L’INDIQUE LE LOGO DE LA MAISON. POURQUOI LE CHOIX DE CE DESIGN EN PARTICULIER ET QU’EST CE QUI EN FAIT LE SUCCÈS ? Avec sa ligne pure, ses courbes sensuelles et sa surface impeccablement polie, Béret exprime le désir de la Maison Tabbah de conjuguer architecture, sensualité et joaillerie. Le succès du Béret réside dans sa très forte capacité de séduction. A force de le côtoyer, le Béret devient très attachant, irrésistible à en tomber amoureux. QUELLES SONT LES NOUVELLES VERSIONS QUE VOUS PROPOSEZ DU BÉRET ET QUELLES SONT LEURS PARTICULARITÉS ? Béret Marin et Béret Rainbow sont les nouveautés à découvrir en avant première chez Aishti By the Sea. Ces nouveaux Bérets se démarquent par l’utilisation audacieuse de pierres de couleurs. A QUEL PROFIL DE CLIENT/ES S’ADRESSENT LES DIVERSES DÉCLINAISONS DU BÉRET ? Il existe un Béret pour chaque femme. A chacune de le découvrir parmi les sept styles existants et leur déclinaisons. Tantôt minimalistes, tantôt exubérantes mais toujours surprenantes, ces déclinaisons s’adressent aux femmes qui recherchent un bijou ludique, d’une exécution parfaite, à porter tous les jours. ENVISAGEZ-VOUS DE LANCER UNE NOUVELLE COLLECTION ICONIQUE, DANS LA LIGNÉE DU BÉRET ? Chaque nouvelle déclinaison du Béret est une nouveauté en soi. Les Bérets d’aujourd’hui deviendront les grands classiques de demain. Il en est ainsi de toutes les nouvelles collections Tabbah.


118

L’ART DE LÉZARDER La lumière coule sur la peau comme de l’or liquide. On plonge dans cette immatérialité chaude et bienfaisante. On se fait reptile, animal de sang froid, on s’irise, on se revêt d’écailles somptueuses, de scintillements et de dessins conjuratoires. Photographie

TONY ELIEH

Stylisme

JOE ARIDA

Réalisation

MÉLANIE DAGHER

Diréction Artistique JOSÉE NAKHLÉ


Boucle d’oreille, VHERNIER CHEZ SYLVIE SALIBA. Collier, AURÉLIE BIDERMANN CHEZ SYLVIE SALIBA. Robe, ALESSANDR A RICH.


Veste, JOSEPH. Collier, bracelet et bague, YVAN TUFENKJIAN.


Gants, DRIES VAN NOTEN. Bague, TABBAH. Montre, BVLGARI. Sac, M2MALLETIER. Lunettes, PHILLIP LIM.


Robe,VALENTINO. Collier, TABBAH. Bracelet, VINTAGE MORONI CHEZ SYLVIE SALIBA.


Boucles d’oreilles, YVAN TUFENKJIAN.

Bagues, BUCCELLATI.


Jupe , MIU MIU. Chaussures en cuir, GUCCI.


Sac, BALENCIAGA. Top, ALEXANDER WANG. Blazer, JOSEPH. Bracelet, GEORGE HAKIM.

Pantalon, GIAMBATTISTA VALLI. Top, DRIES VAN NOTEN. Mules à talons, GUCCI. Montre, CARTIER. Sac, M2MALLETIER.


Clutch ovale “Mother of pearl” , THALÉ BLANC. Bracelet, TABBAH.


Robe en mousseline de soie Ă ornements, GUCCI. Bracelet, TABBAH.


Sandales, GUCCI.

Robe, RED VALENTINO. Collier “panthère de cartier”, CARTIER. Pendentif en chaîne, DINH VAN CHEZ SYLVIE SALIBA. Bague, DE GRISOGONO CHEZ SYLVIE SALIBA. Clutch métallique, MARNI.


Sac en cuir “Dionysus”, GUCCI.


Tulle beige, DRIES VAN NOTEN. Jupe, DAVID KOMA. Bracelet, VINTAGE FA CHEZ SYLVIE SALIBA.

Pantalon, CHRISTIAN DIOR. Chemise, DRIES VAN NOTEN Bracelet blanc et noir, HERMÈS. Sandales , ETRO. Bague, GEORGE HAKIM. Bracelet, VHERNIER CHEZ SYLVIE SALIBA. Clutch, GUCCI.


131

Chaussons, GUCCI.


132

ANATOMIE D’UNE MONTRE

1912 Inventeur de la montre bracelet, à une époque où les montres se portaient au bout d’une chaîne, Cartier modifie le modèle courant, invariablement rond. Après le cadran carré créé pour la Santos (1904), vient le semiovale de la montre Tortue (1912). Une révolution.

2

CARTIER MONTRE TORTUE Fondée en 1847 à Paris, la Maison Cartier s’impose rapidement à l’international et investit le secteur horloger avec des montres iconiques. PAR F.A.D

S AVO I R- FA I R E

10s Cartier consacre les années 10 du XXe siècle à développer la montre de poignet dont le premier modèle a été créé pour l’aviateur Alberto Santos Dumont. La Tortue résulte de ces recherches.

132

Dès le départ, la montre Tortue se décline en deux lignes, l’une féminine, et l’autre masculine.

Le nombre de brillants qui ornent la couronne de la nouvelle Tortue grand modèle.

18

430

La montre Tortue fait partie des premiers modèles équipés de la boucle déployante réglable 18mm dont le brevet est déposé en 1909.

BOÎTIER DE 43X34MM EN O R R H O D I É 18 C A R AT S

CADRAN GRENÉ ARGENTÉ GUILLOCHÉ ET BR ACELET EN ALLIGATOR SEMI-M AT NOIR

La montre Tortue grand modèle est dotée d’un mouvement mécanique çà remontage manuel calibre 430 MC. PHOTO DR

MYTHE


134

HORLOGERIE

L’HEURE BLEUE À la tombée du jour, ces montres à la robe marine subliment le poignet. RÉALISATION EMILY MINCHELLA, STÉPHANIE MISSIRIAN

2

3

4

5

6

7

8

9

PHOTOS DR

1

1. Bulgari: montre “Octo Velocissimo“, boîtier 41 mm en acier, lunette tachymétrique et fond semi-transparent orné du logo Maserati et de la mention “1 OUT OF 1914”. Couronne en céramique. Bracelet en alligator intégré à boucle déployante en acier. 2. Cartier: montre “Ballon Bleu de Cartier“, 36 mm, mouvement mécanique à remontage automatique. Boîte en acier, bracelet en alligator, boucle déployante à double réglage en acier. 3. Cartier : montre “Calibre de Cartier Diver”, boîtier en or rose, lunette en céramique, mouvement automatique, bracelet en caoutchouc et veau. 4. Gucci : montre “G-Timeless”, boîtier en acier, cadran avec motif diamants, mouvement automatique, bracelet en cuir. 5. Mouawad : montre “La Classique GMT”, boîtier en acier, avec bracelet en cuir. 6. Hermès : montre “Slim”, boîtier 39,5 mm en acier, bracelet en alligator. 7. Panerai : montre “Luminor Daylight” mécanique à remontage manuel, calibre Panerai P.5000. Boîtier 44mm. Cadran blanc et index bleus, points luminescents. 8. Richard Mille : montre “RM 63-02 Heure Universelle”, boîtier en titane, mouvement squeletté à remontage automatique avec heures, minutes, date surdimensionnée, affichage temps universel 24 heures, réserve de marche, bracelet en caoutchouc. 9. Louis Vuitton : montre “Tambour Bleue GMT” L, boîtier en acier, mouvement automatique, fonction GMT, bracelet en alligator et veau.


LESILLA.COM A誰shti, Downtown Beirut Tel.: 01.991111 - A誰shti by the Sea, Antelias Tel.: 04.717716


137

MODE UNE JOURNÉE À ÉTRETAT ENTRÉE DES ARTISTES ORANGE IS THE NEW BLACK DARK MASCARA

ENTRÉE DES ARTISTES page 158


Il y a ce bref moment « avant la saison », le meilleur de l’année, où la plage est à soi, et le soleil est là. Les vêtements caméléonnent avec les éléments, jupe en satin nuage, veste où chatoient les reflets de la nuit et des vagues, broderies où s’accroche une faune fossile. Personne ne nous fera de l’ombre. Jamais. Photographie

ALICE ROSATI

Stylisme

MARI DAVID

Réalisation

MÉLANIE DAGHER


Page de gauche: Robe avec haut brodé et jupe, ALESSANDR A RICH. Bottes ornées de paillettes, MARC JACOBS. Top en coton et débardeur orné de sequins , MARNI.


Veste et jupe brodées de sequins, pull en maille, boucle d’oreiiles et voile, PR ADA. Bottes ornées de paillettes, MARC JACOBS.


Top en coton gris et débardeur en sequins, MARNI. Pantalon imprimé et sac en pvc, LOEWE. Chaussures, CÉLINE.


Veste plissée en pvc, LOEWE. Top en coton brodé, JUST CAVALLI. Robe imprimée florale en soie, ETRO.


Manteau en laine brodĂŠ, et collier, DIOR. Pull en laine, T BY ALEXANDER WANG. Top sans manche, ELLERY. Pantalon jupeculotte, VICTORIA BECKHAM. Chaussures, J.W.ANDERSON.


Pull, T BY ALEXANDER WANG. Top en soie, ELLERY. Jupe plissée en soie, VICTORIA BECKHAM. Foulard en plume d’autruche et soie, SONIA RYKIEL. Chaussures, LOEWE.


Veste en dentelle, SACAI. Robe en coton, JUST CAVALLI. Jupe en soie, J.W.ANDERSON.


Top et robe transparents multicolores avec détails ‘EMILIO’, EMILIO PUCCI. Manchettes en taffetas noir, ELLERY.


Robe métallique, ELLERY. Top, jupe en coton avec doublure d’argent, collier et broche, MAISON MARGIELA. Chaussures, CÉLINE.


Robe en soie imprimée, MARC JACOBS.


Robe en soie imprimée et bottes ornées de paillettes, MARC JACOBS. Modèle : Sofia Tesmenitskaya Coiffure : Christos Vourlis Maquillage : Karin Westerlund chez callmyagent Assistant photo : Marta Laurenti Assistante stylisme : Mathilde Regnault


ENTRÉE DES ARTISTES Rouge et or. Un écrin pour lover sa beauté, ce soir, et qu’elle brille, mystérieuse et dédaigneuse du réel. Traverser le velours en smoking à paillettes, irradier en dentelle et soie blanche ou jaune d’or, se fondre dans le décor en éclats mordorés ou jouer la symbiose avec une plante verte. On fait ses jeux. Photographie SIMON

Stylisme

AMELIANNA LOIACONO

Réalisation

MÉLANIE DAGHER

Lieu

TEATRO REGIO, PIAZZA CASTELLO 15 TORINO


Blazer en pailettes et pantalon en soie, DSQUARED2. Soutien-gorge en soie, AGENT PROVOCATEUR Talons en veau verni noir, DIOR. Collier en chaine avec logo YSL, YVES SAINT LAURENT.


159

Robe en dentelle et soie, ALBERTA FERRETTI. Bottes en cuir et dentelle ,MIU MIU. Lunettes, GUCCI.


Robe longue en soie, STELLA McCARTNEY. Lunettes, MIU MIU.


Haut blanc et noir en soie et jupe, DIOR.


Total look, PR ADA.


Top et robe à sequins,SONIA RYKIEL. Sandale à talons, PR ADA.


Total look, GUCCI.

Modèle : Polina chez Velvet Management Coiffure et maquillage : Ivan chez Velvet Management


Top à dentelle, jupe imprimée et sac, DOLCE & GABBANA. Boucles d’oreilles en forme d’ étoile, YVES SAINT LAURENT VINTAGE.


169

Total look, MARNI.


171

Robe en soie avec plumes,MICHAEL KORS. Sandales en cuir, DSQUARED2. Tour de cou avec pierres, CA&LOU.


173

Haut asymĂŠtrique et jupe-culotte, MSGM. Sandales en cuir, PR ADA. Tour de cou avec pierres, CA&LOU


Lunettes en or plexi, VINTAGE. Robe en soie avec pochette brodĂŠe, RED VALENTINO.


175 Robe en soie, MIU MIU. Soutien-gorge et culotte taille haute, DOLCE & GABBANA. Sandales avec bande en or, PR ADA.

Modèle : Marlies chez NEXT Coiffure : Gabriele Trezzi chez Closeup Maquillage : Cosetta Giorgetti chez Closeup


176

ORANGE IS THE NEW BLACK Maquillage cuivré et sablé pour cette rousse diaphane venue de Stockholm. La palette de couleurs de ses tenues au diapason célèbre la splendeur du blond vénitien. Photographie

DANIEL THOMAS SMITH

Stylisme

JENNIFER EYMÈRE


Pull en laine, mohair et polyester, SONIA BY SONIA RYKIEL.


Top en polyester, LOEWE. Pantalon en laine mélangée, PAUL & JOE. Chaussures en cuir de chevreau, MIU MIU.


TETIERE

Manteau en cuir rayé, JIL SANDER.

179


Robe en polyamide, STELLA McCARTNEY.


Manteau en laine imprimĂŠ prince-degalles, PRADA.


Pull et jupe en cachemire, MAX MARA. Boots en veau velours et cuir, talons incrustés de cristaux, MIU MIU. Modèle : Emly L. chez Mikas Coiffure : Michael Delmas Maquillage : Anthony Preel Assistant photo : Mikael Fakhri Assistante stylisme : Margaux Gerometta


Pull en laine brodée et jupe zippée en dentelle, GUCCI.


186

DARK MASCARA Pull ajouré, résille graphique, veste en cuir lacéré au laser… les codes de la transparence se modernisent. Une nudité suggérée que magnifient des yeux habillés pour troubler. Photographie

NADINE OTTAWA

Stylisme

VANESSA COCCHIARO

Joaillerie

EMILY MINCHELLA


TETIERE

187 Robe en résille brodée, AKRIS.

CREDIT PHOTO

Bracelet en or gris, laque noire, diamants, CARTIER.


TETIERE

188

Robe en coton et soie, FENDI. Boucles d’oreilles en bronze plaqué or et argent, ANNELISE MICHELSON.


TETIERE

189

Chemise sans manches résille en viscose, ZADIG & VOLTAIRE. Pantalon en soie, BLUMARINE. Escarpins en cuir verni et boucle métal, DIOR.

Boucles d’oreilles et bagues en bronze plaqué or et argent, ANNELISE MICHELSON.


TETIERE

Pull ajouré en laine rebrodée, LOUIS VUITTON. Collier “Chain Attraction” en or, pierres de lune et diamants, LOUIS VUITTON.

190


TETIERE

Bustier zippé en cuir, DSQUARED2 . Boucles d’oreilles et bagues en bronze plaqué or et argent, ANNELISE MICHELSON.

191


Collier deux ors gravés et diamants, BUCCELLATI.

Modèle : Florence Kosky chez Oui Coiffure : Rachel Bredy Maquillage : Anthony Preel Assistant photo : Antoine Siboun Assistants stylisme : Antoine Chamblin, Margaux Gerometta


HEIGHTEN YOUR EXPECTATIONS. What sets the new QX50 apart isn’t where you can take it. It’s how you feel taking it there. With an elevated stance, generous cargo space, extended legroom, and three hundred and twenty-six horsepower. The new QX50 from INFINITI. For those driven to do more.

The new Infiniti QX50


WWW.AISHTIBLOG.COM


WWW.AISHTIBLOG.COM


WWW.LINDAFARROW.CO.UK


199

MAG LITA CABELLUT SIMONE FATTAL VERS LA FIN DE L’HUMAIN ? CHARLES SANDISON MOUNIA AKL DANIELLE ARBID L’ AGENDA CULTUREL MATIN MODEL CHANTAL TABET PHOTOCALL

VERS LA FIN DE L’HUMAIN ? page 210


200

ART

PAR F.A.D

L’ histoire de cette artiste raffinée tient du conte de fées. Enfant des rues issue d’une communauté gitane, Lita Cabellut est recueillie par une famille aisée de Barcelone qui découvre son talent et l’encourage à le développer. Peintre et poète, elle jouit aujourd’ hui d’une reconnaissance internationale avec des œuvres émouvantes que Opera Gallery Beyrouth nous donne à découvrir. Elle répond à nos questions. PAR F.A.D.

PHOTOS LITA CABELLUT

LITA CABELLUT CÉLÈBRE L’HUMAIN


201

P

our Lita Cabellut, le déclic de l’art à lieu à l’âge de 13 ans, lors d’une visite au musée du Prado où elle est bouleversée par les œuvres des grands maîtres espagnols et flamands. Dès lors, elle reçoit une formation académique à raison de quatre séances par semaine sous la houlette d’un peintre renommé. A 17 ans, elle expose ses œuvres au musée Masnou de Barcelone. A 19 ans elle quitte Barcelone pour Amsterdam et développe son style basé sur la technique de la fresque, ainsi que sa palette particulière. Elle est connue pour ses vanités autant que pour ses portraits géants, à la fois hyperréalistes et décalés de personnages célèbres ou pas, choisis pour la charge émotionnelle qu’ils dégagent. VOUS NE FAITES PAS MYSTÈRE DE VOTRE ENFANCE GITANE, DANS LES RUES DE BARCELONE. QUELS SONT LES SOUVENIRS QUI VOUS RESTENT DE CETTE PÉRIODE DE VOTRE VIE ? ONT-ILS UNE INFLUENCE SUR VOTRE OEUVRE ?

L’humanité et la compassion sont mes souvenirs les plus intenses. Parce que j’ai survécu grâce à l’aide et à la bienveillance d’autrui. L’essence de mon travail est d’ailleurs dans cet appel à toujours se souvenir de l’immensité et de la fragilité de l’humain. VOUS AVEZ ÉTÉ ADOPTÉE, SELON VOTRE BIOGRAPHIE, PAR UNE FAMILLE AISÉE QUI VOUS A PERMIS DE VOUS METTRE EN CONTACT AVEC LES ŒUVRES DES GRANDS ARTISTES CLASSIQUES. AURIEZ-VOUS QUAND-MÊME ÉTÉ ARTISTE SI VOUS AVIEZ GRANDI DANS UN MILIEU OUVRIER OU AGRICOLE PAR EXEMPLE ?

C’est difficile à dire, car il faut des opportunités pour développer un talent. Peut-être que j’aurais dédié ce talent à l’artisanat agricole. Je crois profondément que l’art est la matrice de l’artisanat.

LA PEAU EST UN ÉLÉMENT ESSENTIEL DE VOTRE TRAVAIL. ON SENT QU’ELLE FAIT L’OBJET D’UNE RECHERCHE MINUTIEUSE ENTRE TEINTES ET TEXTURES. D’OÙ VIENT CETTE OBSESSION ?

Ce n’est pas tant l’obsession du visage que de l’amour pur, une admiration absolue de l’être humain. LES CÉLÉBRITÉS DONT VOUS AVEZ PEINT LE PORTRAIT ONT-ELLES QUELQUE CHOSE EN COMMUN ?

Elles ont en commun d’avoir embrassé le désespoir. D’avoir été invitées à la table du respect et de l’admiration.

VOUS AVEZ FAIT VOS ÉTUDES ACADÉMIQUES ENTRE BARCELONE ET AMSTERDAM OÙ VOUS ÊTES BASÉE AUJOURD’HUI. QUE VOUS A APPORTÉ AMSTERDAM SUR LE PLAN TECHNIQUE ET ÉMOTIONNEL ?

C’est une question intéressante… Amsterdam m’a appris comment coexister avec des cultures différentes. Parlant d’art, et pas seulement d’art, d’ailleurs, c’est quelque chose de très important. VOUS ÊTES SPÉCIALISÉE DANS LA FRESQUE, OU LA PEINTURE AL-FRESCO. POURQUOI CETTE TECHNIQUE PLUTÔT QU’UNE AUTRE ? EN QUOI RÉPOND-ELLE AUX EFFETS QUE VOUS RECHERCHEZ ?

C’est la technique qui m’a choisie ! La fresque me vient spontanément, naturellement, elle me fait du bien. J’ai une approche anarchique avec ce procédé et je crois que c’est ainsi que cela doit être. L’artiste n’est que le serviteur de l’art. Par conséquent, c’est toujours la technique qui obéit à une exigence de l’art et non l’inverse. PEIGNEZ-VOUS DE PRÉFÉRENCE D’APRÈS PHOTO OU SUR LE VIF ?

Les deux, selon l’intensité du sujet.

VOUS ÊTES PEINTRE ET POÈTE. A QUEL MOMENT LA POÉSIE S’IMPOSE-T-ELLE À VOUS FACE À LA PEINTURE ?

La poésie est comme un baiser. On ne sait jamais quand on le reçoit, mais quand il arrive… on ne s’appartient plus.

Plus on se rapproche de l’essence de la peau, plus on y déchiffre l’histoire d’une vie. La peau est ce qu’on peut voir et toucher, le seul élément tangible de l’âme.

PAR L’USAGE DE LA FRESQUE, VOUS VOUS INSCRIVEZ DANS LA LIGNÉE DES PEINTRES ANTIQUES. QU’EST-CE QUI FAIT, À VOTRE AVIS, LA CONTEMPORANÉITÉ DE VOTRE ŒUVRE ?

VOUS AVEZ PEINT BEAUCOUP DE NATURES MORTES ET DE VANITÉS, MAIS LE CŒUR DE VOTRE TRAVAIL C’EST LE PORTRAIT SURDIMENSIONNÉ, SOUVENT DE PERSONNAGES CÉLÈBRES. POURQUOI LE VISAGE ?

Opera Gallery Beyrouth, 94 avenue Foch +961 1 97 14 71.

Je crois que cela tient au fait que le matériel que j’utilise est contemporain et que je dépeins notre époque, la tranche d’histoire dans laquelle nous vivons.


202

ART

COLLAGE DE DESTRUCTION MASSIVE PAR SIMONE FATTAL Née à Damas, Simone Fattal a grandi au Liban, a étudié en France, puis s’est établie en Californie avant de revenir vivre à Paris. Sa pratique se déploie à travers différents médiums mais reste toujours imprégnée de l’histoire des régions qui couvrent l’Orient arabe actuel, entre génie des formes et poésie de la pensée. Elle nous a ouvert les portes de son atelier parisien et s’entretient ici à propos de son tout dernier collage. PROPOS RECUEILLIS PAR WILLIAM MASSEY

Vous avez vécu au Liban, aux Etats Unis et en France, prise au cœur de multiples trajectoires chahutées par des allers-retours et par la fuite du Liban en 1980 lors de la guerre civile. Comment ces tressaillements géographiques imprègnent-ils votre œuvre ? Ils sont primordiaux. Après des études de philosophie en France, je suis rentrée au Liban pour y fonder une école, pour repenser le système éducatif, avec pour dessein de produire un homme nouveau. Une utopie à laquelle j’ai dû renoncer, étant donné les structures paralysantes d’un pays ingouvernable. On le voit bien aujourd’hui, après des décennies de guerre civile, les Libanais n’ont pas encore trouvé de dénominateur commun pour permettre le vivre ensemble. Après cet échec, je me suis repliée sur une action plus personnelle. J’ai longtemps essayé de rester au Liban malgré la guerre civile et ne suis partie qu’en 1980, c’est à dire cinq ans après le début de la guerre. Il m’a fallu cinq ans pour réaliser que cette guerre n’allait jamais finir. Arrivée en Californie, la

peinture me semblait une occupation vide de sens. Je n’avais rien à dire sur un paysage qui n’était pas mien. J’ai alors fondé la maison d’édition The Post-Apollo Press, ce qui m’a permis de trouver ma place et m’a aidé dans la compréhension de mon nouvel environnement. Toutefois, ne pouvant vivre sans activité artistique, j’ai recommencé la sculpture, pratique que j’avais débutée dans les derniers jours de ma vie au Liban. Je faisais déjà des assemblages, comme des collages en trois dimensions. Et très vite, presque en même temps, j’ai commencé à faire des collages. Au départ je ne les prenais pas trop au sérieux. Je les exécutais rapidement, comme une réponse immédiate à la réalité, aux circonstances politiques, contrairement à la sculpture qui était une réponse à cette même réalité mais au processus beaucoup plus lent et subtil. Comme autant de traces, empreintes, cicatrices, vos collages semblent désobéir à tout ordre établi. En quoi le collage que vous avez choisi de dévoiler dans les pages de L’Officiel Art répond-il à l’idée de dystopie ? Pour moi l’idée de dystopie c’est de créer un monde, un lieu virtuel qui aiderait à la réflexion, et c’est ce que je fais avec mes collages. En juxtaposant des images de mondes divers, de périodes aussi différentes que le milieu du XIXe siècle, avec par exemple la peinture représentant le saccage du camp de l’Emir Abd el-Kader en Algérie et la première photo faite en Egypte de la femme du Khédive, ou encore des images du XXe siècle comme le premier homme dans l’espace, je souhaite que celui qui regarde établisse des parentés entre ces images. Et toutes ces images se trouvent collées sur un support qui est la mer Méditerranée, pour moi le centre géographique du monde. Pourriez-vous décrire ce collage, nous en révéler la composition et les tensions qui le traversent ? Ce collage est intitulé Ils ont trouvé des armes de destruction massive

PHOTOS DR

Peinture dans votre jeunesse, puis travaux littéraires, sculptures en céramique et en glaise, cinéma et collages… Au regard de votre parcours artistique, vous avez exploré de multiples médiums. De la glaise au papier, existe-t-il une matière première commune à toutes vos œuvres ? La matière première qui sous-tend tout ce que je fais, c’est la nécessité. C’est-à-dire que je ne vois pas ma vie ou mes œuvres séparées du contexte politique et social qui m’entoure. Je pense faire preuve d’une grande empathie. Pour aller plus loin, je serais même tentée de dire que c’est moi la matière première de mon œuvre, c’est-à-dire moi inscrite dans le pays qui m’a vu naître. Certes j’ai eu une vie nomade mais je porte en moi le destin de mon pays, où que je me trouve. Je ne vois aucune contradiction entre la peinture, le cinéma et la sculpture. Si ma peinture est plutôt abstraite, mes sculptures sont pour la plupart des personnages qui tendent néanmoins vers l’abstraction.


204

(2016) en référence à l’argument déclencheur de la guerre en Irak, argument qui, plus tard, s’est révélé faux. En effet, il y a dans ce collage la photographie d’une petite céramique que j’ai réalisée à cette époque alors que je vivais à Sausalito. Il s’agissait d’un petit pont, sous lequel j’avais entreposé trois bâtonnets, de tailles différentes, et j’avais appelé cette œuvre : Armes de destruction massive. Je l’avais exposée dans le studio que je partageais alors avec trois potières à San Rafael, lors d’une journée portes ouvertes. Et tous les visiteurs de s’exclamer : “Ah c’est donc là qu’elles sont ! Enfin on les a trouvées ces fameuses armes de destruction massive !” Il y a donc quelque chose de guerrier dans ce collage. Il y a aussi quatre hommes à cheval, qui m’ont semblé très agressifs et m’ont rappelé les chevaliers de l’Apocalypse, ce qui m’a conforté dans le choix de ce titre. Outre ces éléments, ce collage semble faire la synthèse de tous les autres collages que j’ai réalisés, alors même qu’il contient des éléments que je n’aurais jamais pensé utiliser. Dont des images du pape ! Je garde des images parfois des années avant de les utiliser. Mais récemment des images du pape Jean XXIII que j’avais trouvées dans un ancien numéro de Paris Match me sont apparues très importantes. Je sentais qu’il fallait les préserver. Ce pape avait posé pour le sculpteur Giacomo Manzu qui a su faire des merveilles de ces portraits. Je pense notamment à une image où il m’a semblé que le pape pleurait sur l’état du monde. Cela m’a conduit à intégrer une autre figure religieuse pour l’accompagner, un saint musulman, le Prince Abd el-Kader, qui a pris les armes par nécessité, alors qu’il n’était en rien un guerrier, mais un soufi. Et les autres images sont toutes en relation pour former une géographie mentale qui peut aider à réfléchir ou porter à la rêverie. Mes collages doivent être lus lentement, comme on lit les miniatures persanes et arabes, où l’on voit toujours des détails cachés à questionner. Si, de prime abord, vos sculptures peuvent sembler vieilles comme le monde, vos collages témoignent d’un multiculturalisme foisonnant, très actuel. Qu’a révélé la mise en perspective de ces travaux à la Galerie Balice-Herling l’an dernier ? Sur quels terrains collages et sculptures se rejoignent-ils?  Mes collages et mes sculptures viennent du même monde. J’ai les mêmes préoccupations dans les deux. Ils parlent toujours de l’histoire de l’art, de l’archéologie, et de l’histoire tout court. Alors que les collages parlent de tout ceci explicitement, les sculptures les contiennent intérieurement.

PHOTOS DR

TETIERE


TRUERELIGION.COM AVAILABLE IN LEBANON: AÏSHTI DOWNTOWN, AÏSHTI SEASIDE, AÏSHTI VERDUN, AÏZONE BEIRUT SOUKS, AÏZONE ABC ASHRAFIEH, AÏZONE ABC DBAYE, AÏZONE CITY MALL +961 1 991 111, BEIRUT CITY CENTER +961 1 287 187 DUBAI: MALL OF EMIRATES +971 4 347 9333, DUBAI MALL +971 4 3306 442, MIRDIFF CITY CENTER +971 4 284 3007 JORDAN: CITY MALL +962 6 582 3724, KUWAIT: THE AVENUES MALL +965 2259 8016


ART

206

Goshka Macuga en collaboration avec Patrick Tresset, Before the Beginning and After the End, section four, 2016. Installation présentée dans le cadre de l’exposition “To the Son of Man Who Ate the Scroll, 2016 actuellement présentée à la Fondation Prada, Milan. Goshka Macuga est représentée par Andrew Kreps (New York), Galerie Rüdiger Schöttle (Munich) et Kate MacGarry (Londres).


207

VERS LA FIN DE L’HUMAIN ? À VOIR “To the Son of Man Who Ate the Scroll”, jusqu’au 19 juin Fondation Prada, Largo Isarco 2, 20139 Milan, Italie fondazioneprada.org. Catalogue disponible. “Time as Fabric”, New Museum, New York, à partir de mai. Un catalogue sera disponible. Schinkel Pavillon, Berlin, à partir de juin.

A

PAR GOSHKA MACUGA

l’occasion de son exposition “To the Son of Man Who Ate the Scroll” à la Fondation Prada à Milan, Goshka Macuga a confié à L’Officiel Art les images de son installation Before the Beginning and After the End réalisée en collaboration avec Patrick Tresset. Artiste chercheur vivant à Londres, ce dernier a mis au point un système informatique doué de la faculté de dessiner, faculté qu’il a lui-même perdue des suites d’une maladie en 2003. Dans cette installation, des robots reproduisent au stylo-bille des œuvres d’art sans discontinuer sur des rouleaux tout au long de l’exposition. Plutôt qu’emprunter à la subjectivité anthropologique à la manière des créations de Jean Tinguely, ils imitent la main de l’homme et retracent l’histoire de notre civilisation, disparue dans cet univers imaginé par Macuga. Entre fiction et réalité, la narration des possibles raisons qui ont conduit à l’effondrement de l’humanité peut être lue dans cette frise mémento.


diesel.com

we’ve got more followers than @ diesel @joejonas @i_am_kiko

FOCH STREET · AÏSHTI DOWNTOWN · AÏSHTI BY THE SEA · AÏSHTI VERDUN · AÏZONE ABC ACHRAFIEH AND DBAYEH · AÏZONE INTERCONTINENTAL MZAAR · AÏZONE CITY MALL · BEIRUT CITY CENTER


ROB & GEORGINA EN COUPLE DEPUIS 4 ANS

148 SAAD ZAGHLOUL STREET, DOWNTOWN BEIRUT / AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS


BEIRUT SOUKS, SOUK EL TAWILEH T. 01 99 11 11 EXT: 560 AÏSHTI BY THE SEA, ANTELIAS T. 04 71 77 16 EXT. 263 BEIRUT CITY CENTER, HAZMIEH, LEVEL 1 T. 01 287 187 ALSO AVAILABLE AT ALL AÏZONE STORES IN BEIRUT, DUBAI, AMMAN


214

ART

Charles Sandison se présente d’abord comme un « geek ». Cet artiste visuel écossais, né en 1969, crée des œuvres lumineuses à base d’algorithmes. Lumineuse à plus d’un titre, puisque la lumière est son médium et l’intelligence son principe esthétique. Ses œuvres sont visibles à Beyrouth, à la galerie Tanit, jusqu’au 21 mai 2016. PAR F.A.D

QUAND LES TOILES S’AUTOGÉNÈRENT Des projections générées par ordinateur. Si Sandison utilise des ordinateurs pour créer ses œuvres d’art, ce n’est pas à partir d’applications graphiques mais de la mémoire-même de ses machines. Ayant appris tout seul à coder, à partir d’un vieil ordinateur qu’il a démonté à l’âge de 12 ans, son objectif est de créer des supports visuels permettant à l’intelligence humaine de communiquer avec l’intelligence artificielle. Bactéries Le système binaire de l’informatique s’adapte parfaitement au manichéisme qui régit toute chose : 1/0 traduit tous les antagonismes. Dans une projection de Sandison, intitulée « The nature of good and evil », les mots « Good » en blanc et « Evil » en rouge mènent les uns contre les autres des batailles rangées et leur fonctionnement est calqué sur celui d’un organisme qui se défend contre une attaque bactérienne ou cancéreuse. Le spectateur assiste, fasciné, aux invasions successives d’un groupe par l’autre, à la contagion ou à la destruction qui surviennent de manière aléatoire à chaque collision. Le modèle des fourmis Dans une œuvre de 2013, « The Birth of language », Sandison interroge l’évolution du langage de la même manière dont l’a fait Darwin pour l’évolution des espèces. C’est d’ailleurs le texte entier de Darwin, « L’Origine des espèces », qui

est représenté dans cette projection. Pour former les mots du livre en faisceaux lumineux, Sandison a utilisé la calligraphie de sa fille au temps où elle apprenait encore à former ses lettres. A la manière des fourmis qui attaqueraient des mots invisibles écrit à l’eau sucrée, les phrases de Darwin se forment sur une trame invisible aussitôt envahie par des points lumineux. Le texte, qui mettra trente ans à se compléter, se forme en continu sous les yeux du spectateur. Dans cette exposition d’un genre nouveau où l’on « assiste » à l’exposition plutôt qu’on ne la « voit », dans la mesure où les œuvres y évoluent en temps réel, on découvrira aussi « Beginning/End » où des visages de personnes disparues empruntés aux archives de police se construisent et se déconstruisent à l’infini, passant par toutes les étapes de la maturité. Dans Mother/Daughter, des femmes s’engendrent les unes les autres. « Encyclopedia » est basé sur les données de l’Encyclopedia Britannica » et se construit sur le modèle des oiseaux se posant les uns après les autres sur un fil. Dans la salle d’exposition plongée dans l’obscurité, la projection se fait sur les visiteurs eux-mêmes à leur moindre passage devant le faisceau de lumière. Ils sont ainsi malgré eux intégrés à l’œuvre et d’une certaine manière en sortent transformés.


216

CINÉMA

SUBMARINE, COMME UNE CONJURATION DU DÉSESPOIR Tout au long de ses études en architecture, Mounia Akl n’a jamais abandonné sa passion pour le cinéma. Désormais réalisatrice à plein temps, elle vient de livrer un court-métrage, Submarine, dans lequel elle explore un scénario du pire, lié à la crise des ordures et à tous les maux qui rongent le Liban, échantillon d’un monde qui s’effondre. Submarine vient d’être sélectionné au Festival de Cannes. Elle nous en parle. PAR F.A.D.


217

PHOTOS DR

Vous êtes architecte à la base. Qu’est-ce qui vous a fait prendre ce virage radical vers le cinéma ? Je n’ai pas eu suffisamment de courage ou de confiance en moimême, à 18 ans, pour faire du cinéma tout de suite. J’ai préféré attendre un peu. Et je n’avais pas non plus d’enthousiasme à faire quelque chose qui ne m’intéressait pas. L’architecture pour moi, c’est comme le cinéma pour les cinéphiles qui ne sont pas cinéastes. J’ai grandi dans une famille d’architectes. Par contre, avec du recul, pour répondre à votre question, je ne crois pas qu’il s’agisse d’un virage, et encore moins d’un virage radical. C’était peut-être même une transition naturelle. Que de cinéastes viennent du monde de l’architecture. L’architecte, comme le cinéaste, met en scène la vie. Chacun à sa manière. Un peu plus pragmatique chez l’un, un peu plus dans le rêve chez l’autre. Mais pour les deux, le rêve est un passage incontournable. Fille d’architecte, issue d’une famille de grands artistes, à quoi ressemblait votre enfance ? A quel moment remonte votre premier déclic artistique ? Je ne me souviens pas d’un moment précis ou d’un déclic, mais plutôt d’un mode de vie régi par la sensibilité et la poésie au cœur du quotidien. Effectivement, j’ai grandi entourée d’artistes passionnés. Architecture, musique, peinture, amateurs d’art, producteurs et consommateurs d’art. Je pense à Walid Akl, mon oncle, qui au-delà d’être un pianiste était un poète et un vrai penseur. Je pense aussi à mon père, Ziad Akl, à travers son architecture et ses réflexions sur la ville ou ma mère à travers sa sensibilité, qui ont contribué à sculpter mon regard. Ça oriente, ça inspire et ça enrichit. Mais ça

peut faire aussi l’effet contraire. Je pense que dans mon cas, ma curiosité des choses et des gens était un vecteur en partie né du milieu si favorable qu’était ma maison, mais aussi de mon environnement extérieur : Le Liban. Basée à New York, vous faites essentiellement des films « libanais ». Fallait-il ce passage par New York pour avoir le bon regard sur le Liban? En réalité ma vie est partagée entre les deux pays. Chaque « passage » inspire et construit. Il permet de se rapprocher de soi. Un passage peut être dans mon cas une personne, un livre, un voyage, un événement, ou une distance. Quat à la distance, elle permet de percevoir plutôt que de voir. Voir avec de nouvelles dimensions, de dramatiser ou au contraire de dédramatiser. La distance, qu’elle soit géographique ou temporelle, présente les évènements dans leur aspect le plus pur, le plus brutal, le plus signifiant. Et finalement, on ne quitte jamais, véritablement, ce ou ceux qu’on aime. « Submarine », dont on ne connaît pour l’instant que le pitch, parle d’un Liban où la pollution est telle, que la population doit être évacuée. Avez-vous commencé l’écriture et le tournage pendant la crise des ordures ou était-ce une intuition ? Je l’ai écrit avant, pendant et dans le prolongement de la crise des ordures. En fait, l’idée s’est développée avant la crise. Mais l’écriture effective a commencé pendant les mois d’impasse et de stagnation. Cela m’a poussée à retravailler une idée qui était présente. Une allégorie qui a pris forme


CINÉMA

et a évolué avec le temps, avec les changements contextuels comme avec mon évolution intérieure, à mesure que le pays s’enlisait. Les événements de l’été 2015 n’ont été intégrés au film que dans la mesure où ils servaient l’histoire en lui offrant le décalage métaphorique qui s’est avéré bien plus efficace que je ne l’aurais imaginé. Il est difficile de résister à une occasion d’exprimer sa frustration. Le sujet principal, le cœur et les thèmes développés dans le film, l’enlisement, la stagnation, le déni, l’espoir, étaient présents depuis longtemps. C’est uniquement la forme qui a évolué. Pouvez-vous expliquer le choix du titre du film sans trop en révéler le contenu ? Dans le film, « Submarine » est un lieu de rencontre, un pub, un café, un endroit où tout le monde se retrouve à n’importe quel moment de la journée, où vous savez que vous allez croiser votre premier amour, votre père et son cousin. C’est le seul endroit qui respire encore quand le pays tout entier est en train de couler, le seul endroit où, les gens encore armés d’un peu d’espoir, trouvent une échappatoire autour d’une vieille chanson, d’un verre de whisky ou d’un jeu de cartes. C’est aussi le lieu où tout le monde se retrouve après des manifestations, des élections, ou autour de l’absence des deux. Durant des années, l’enseigne en néon rouge du Submarine est la seule qui soit restée allumée. Cependant, quand le film commence, tout cela est déjà du passé, et le Submarine n’est que l’ombre de lui-même, à l’image du pays. C’est alors que Hala, l’héroïne, décide de réagir. Hala, l’héroïne de Submarine, refuse l’évacuation. Auriezvous fait de même ? Avez- vous connu cette peur de devoir tout quitter sans grand espoir de retour ? Il y a beaucoup de moi en elle, mais aussi beaucoup de moi dans les autres. Oui, j’ai connu cette peur, à plusieurs niveaux, personnel et politique. Cette peur d’accepter que les choses

218

ont changé, la peur d’accepter la fin d’un chapitre, la peur d’accepter que certaines batailles sont perdues, que « les autres » s’en fichent de nous et de notre idéalisme, le refus d’accepter que nous rêvons d’une époque qui n’est plus, que c’est peut-être trop tard. J’ai aussi connu la perte de l’espoir, le ras-le-bol. Au niveau politique par exemple, c’est parfois difficile de se dire, « C ‘est possible, ce petit bout de pays va se relever, on va y arriver ». On commence à se demander si dans ce cas, il y a une différence entre le déni et l’espoir, comme dans une rupture amoureuse. Jamais, tout comme mon personnage, je ne suis arrivée au point de vouloir tout abandonner sans me retourner. C’est impossible. Pas encore. Quels ont été les apports respectifs de vos collaborateurs au succès de ce court-métrage, quelle a été l’empreinte particulière de chacun ? C’est simple, ce film n’aurait tout simplement pas eu lieu sans eux et sans chaque membre de l’équipe : Cyril Aris, également réalisateur, pour qui j’ai énormément de respect a produit le film avec Jinane Chaaya, et ma coscénariste espagnole Clara Roquet, une amie proche. Du chef operateur, Joe Saade (un des DP les plus sensibles que j’aie jamais rencontré), au directeur artistique, Issa Kandil (qui a réussi a créer cet univers que le scenario présentait et même plus), à mon actrice, Yumna Marwan qui ne cesse de m’inspirer. Cyril d’ailleurs, est la raison pour laquelle j’ai décidé de faire du cinéma, on s’est rencontré à 20 ans, on souffrait, tous les deux du problème classique de « on fera ce qu’on aime quand on aura notre diplôme ». Notre rencontre a été décisive pour nos deux vies. Nous avons décidé, en attendant d’avoir fini notre « safety plan » (Il était à l’époque consultant à Booz, après avoir étudié le génie a L’AUB et McGill et moi à l’ALBA en architecture), qu’on allait créer notre propre école de cinéma, en attendant. Cette école, c’était lui, moi, et une petite camera. On a fait des films, en parallèle de nos vies


train de travailler sur le film (j’avais déjà envoyé un projet à Cannes) quand j’ai reçu le premier email, et à la maison, avec mon père, quand j’ai reçu la confirmation de la sélection. C’est Dimitra Karya, directrice artistique de CinéFondation, qui me l’a annoncé. J’ai appelé Jinane, Issa, Rawad et les autres membres de l’équipe, et nous sommes allés boire un verre pour célébrer, et puis nous avons appelé Cyril et George, ainsi que mon directeur de thèse à Columbia University, qui étaient à New York, pour le leur annoncer.

et on a appris sur le terrain. C’est la que l’histoire a commencé. Ensuite les choses ont évolué, certaines personnes du métier nous on remarqués, notre équipe a grandi, les projets se sont accumulés (Certains produits par Yara Daher, Katia Saleh, Denise Jabbour). Après 4 ans de réalisation en parallèle de nos vies, nous avons tous les deux décidé de tout laisser tomber pour le cinéma. Nous avons tous les deux postulé pour un MFA, un double master de réalisation et d’écriture de scénario, à l’université de Columbia à New York. Cyril a produit Submarine, j’ai joué dans son film précédent. Nous nous soutenons l’un l’autre et chacun de nous critique le travail de l’autre, constamment.

PHOTOS DR

Jinane aussi est une des premières personnes avec qui j’ai travaillé. Et je pense qu’on n’arrêtera jamais de travailler ensemble. En quelque sorte, ces membres de l’équipe sont les personnes avec qui j’ai découvert le cinéma. On a grandi ensemble, séparément, et c’est ce qui rend ces relations si riches. Il n’y a rien de plus précieux au monde que d’avoir grandi avec vos collègues et amis. Chaque membre de l’équipe a donné à ce film la même passion. Ce fut une équation magique, le casting, l’équipe, et ce travail d’équipe où chacun s’est donné avec une égale générosité. Où étiez-vous quand vous avez appris la sélection de Submarine au festival de Cannes ? Qui vous l’a annoncée ? Je me trouvais au Liban, chez Joe Saade (le DP) en

Submarine est la version « courte » d’un long métrage en préparation. Pourquoi ce choix ? Sentez-vous que le sujet n’a pas été épuisé, que vous avez encore des choses à dire ? Le long métrage que j’ai commencé à écrire va au delà de ce que le court explore. Le court est une exploration d’une des « branches » du long. J’avais besoin de plonger dans le monde du long pour m’immerger davantage dans cet univers et ces personnages, surtout elle. Le réalisateur qui vous inspire le plus ? Difficile d’en choisir un seul, sachant que l’inspiration peut venir de lieux et de sources différentes. Ca pourrait être Bela Tarr, Tarkovsky, Bergman, Theo Angelopoulos ou Elia Suleiman, Roy Andersson, Luis Bunuel, Aki Kaurismaki, Jim Jarmush, ou plus récemment Carlos Reygadas et Yorgos Lanthimos. Et pleins d’autres… Ca pourrait être aussi Tom and Jerry, quelques fois. Pas facile de toujours savoir d’où ça vient. Vos héros et héroïnes dans la réalité ? Les personnes qui m’entourent (profs, étudiants, amis, collègues, famille) m’inspirent à des degrés divers, par leur travail, leur manière de vivre, de travailler, ou d’aimer. Le pays où vous aimeriez passer vos prochaines vacances ? On verra bien. Je ne sais toujours pas quand auront lieu mes prochaines vacances. Loin de tout, ça c’est sur. Loin des villes, loin du bruit, loin des antennes.


220

CINÉMA

DANIELLE ARBID NOUS PARLE DE NOUS A contrecourant des narrations généralement conventionnelles du cinéma libanais établi, la réalisatrice libanaise Danielle Arbid livre avec « Peur de Rien », son cinquième long métrage. Rebaptisé « Parisienne » à l’international, ce film lui ressemble : vrai et sans tabous. Elle raconte son parcours.

PHOTOS DR

PAR F.A.D


221

« PARISIENNE »

« « Peur de Rien » a été rebaptisé par commodité « Parisienne », pour le marché international. Sinon, ce titre, c’est moi. Par tempérament, ou parce que la vie en a voulu ainsi, je ne suis pas quelqu’un qui craint les obstacles. Ce film raconte l’arrivée à Paris, dans les années 90, d’une jeune étudiante libanaise. Elle a 18 ans, elle est avide de liberté, elle veut de tout son être appartenir à ce nouveau monde qui l’accueille avec méfiance, mais sait aussi montrer son empathie. Armée de son instinct de survie, sa volonté ardente de trouver sa place la fait voguer entre les gens et les milieux. Elle croira la trouver dans les bras des jeunes hommes avec lesquels elle fait son initiation sexuelle. Il y a beaucoup de moi en Lina, mon héroïne, campée par Manal Issa, une jeune ingénieure que le hasard du casting a révélée comme actrice. Comme elle, j’ai débarqué à Paris en 1988 avec presque rien. » « J’AI ÉCRIT DES PIGES SUR LES PLACEMENTS IMMOBILIERS»

« Je viens d’une famille dysfonctionnelle. Mon père, aujourd’hui décédé, avait la maladie du jeu, ce qui fait que notre vie était totalement chaotique. Un jour nous roulions carrosse et le lendemain il fallait changer d’école faute de moyens. Le héros de mon film « Les Champs de Bataille » est d’ailleurs inspiré de la vie de mon père. C’était un univers digne de Cassavetes dans lequel j’étouffais. A nos problèmes familiaux s’ajoutait la difficulté de vivre dans un pays en guerre. Très tôt, j’ai donc pris la décision de partir. Je savais que mes parents n’avaient pas les moyens de me faire vivre à l’étranger. Je savais aussi qu’ils refuseraient l’idée. En terminale, alors que j’étais dans une école de deuxième ordre, en montagne, qui ne préparait pas au bac français, j’ai décidé de m’inscrire à ce bac en candidate libre. Avec quatre copines, nous avons engagé un professeur pour nous y préparer… et je l’ai eu ! Pour moi, c’était la première étape de mon plan d’évasion. Tout l’été de mes 17 ans, j’ai travaillé chez un changeur à Jounié, pour financer mon billet d’avion. Je disais à mon père que je prenais des cours d’espagnol ! J’avais une tante à Paris qui a accepté de me

fournir un certificat d’hébergement qui m’a permis d’obtenir mon visa. J’ai donc débarqué chez elle, je me suis inscrite à la Sorbonne en littérature, et très vite j’ai voulu m’installer seule. J’ai commencé à faire des piges dans des journaux et des magazines sur des sujets dont j’ignorais tout : les placements immobiliers, la gestion de fortune… J’appelais et proposais mes services, comme ça, au culot ! J’ai écrit des faits divers dans Libération, des chroniques de livres dans Magazine littéraire…Ca m’a permis de louer une chambre de bonne où j’ai vécu avec mon amoureux de l’époque, un vrai punk avec une coupe iroquois ! Nous-nous sommes même mariés. Donc les débuts de Lina, l’héroïne de « Peur de Rien », sont un peu les débuts de Danielle. » « J’ACHÈTE À LA FNAC UN PETIT LIVRE ILLUSTRÉ QUI EXPLIQUE COMMENT FAIRE SON PROPRE FILM »

A la Sorbonne j’ai découvert Proust et Marivaux. Nous avions un professeur, Murielle Gagnebin, elle nous enseignait l’esthétique et la psychanalyse de l’art. Elle nous parlait de cinéma et nous ouvrait des horizons incroyables. Tous ses cours finissaient par des applaudissements. Au hasard de mes piges, je me suis retrouvée à Courrier International qui venait de commencer. On avait besoin de moi parce que je pouvais lire l’arabe, sinon, personne ne me prenait au sérieux. C’est un Libanais, israélite, Sélim Nassib, qui dirigeait cette section et qui m’a engagée. Il avait une grande nostalgie de Wadi Abou Jmil, le quartier beyrouthin de son enfance. Comme je voulais vraiment qu’il me prenne au sérieux, j’ai écrit une petite nouvelle, l’histoire d’une fille qui va à Wadi Abou Jmil à la recherche de sa maison détruite, avec pour tout bagage une vieille photo. L’histoire le touche. Il la fait lire à des amis qui me disent que mo, récit est très visuel et que je devrais en faire un film. Je me dis « pourquoi pas » ! J’entends parler d’un concours de scénarios. Un concours ouvert où l’on présente sa nouvelle. Si on gagne, la nouvelle fait l’objet d’un court-métrage. Entre temps, j’explore les possibilités de réaliser ce film moi-même. Le plus sérieusement du monde, j’achète à la Fnac un petit livre illustré qui explique comment faire son propre film. Six mois plus tard,


j’apprends que j’ai gagné le concours, doté de 15000 FF. De quoi réaliser enfin ce court-métrage. Un soir, je rencontre en boîte quelqu’un qui connaît l’univers du cinéma. Je lui parle de mon projet et lui fais part de mon intention de le tourner au Liban avec des étudiants. Il me dit, je n’oublierai jamais : « Pourquoi des étudiants ? Vous avez droit au meilleur, même pour un court-métrage. Allez au cinéma, et choisissez vos acteurs et vos techniciens ». EXACTEMENT CE QUE JE VOULAIS FAIRE DANS LA VIE.

Et c’est ce que j’ai fait ! Nous étions en 1997, il y avait ce film « Y aura-t-il de la neige à Noël ? » qui avait beaucoup de succès. La directrice de photographie était Hélène Louvart. Je l’ai appelée et je lui ai parlé de mon projet. Contre toute attente, elle m’a dit simplement : « J’accouche en janvier. En février, je viendrai avec vous à Beyrouth pour tourner votre film ! ». Et elle a tenu parole ! J’avais 27 ans. L’année précédente, si quelqu’un m’avait dit qu’un jour je tournerais des films, je lui aurais ri au nez. Mais ce tournage a été magique. Hélène me demandait comment je souhaitais montrer telle ou telle scène. Je demandais par exemple que les murs soient très nets et les personnages flous, pour montrer l’emprise de la ville sur ses habitants, et Hélène le faisait, elle disait oui à tout. A l’arrivée, le film était si proche de ce que j’avais imaginé en fermant les yeux que j’ai eu une révélation : c’était exactement cela que je voulais faire dans la vie, tourner des films. Je n’avais jamais rien appris. Et au fond, je ne souhaite pas apprendre. Ignorer les aspects techniques me permet de me concentrer sur le récit. Hier, j’apprenais le métier dans un petit manuel illustré, aujourd’hui, je fais passer des concours à la FEMIS ! EROTISME

Mes films sont réalistes et le sexe fait partie de la réalité. Pour « Un homme perdu », nous avons fait tous les bars à putes de Beyrouth, et comme le héros, joué par Melvil Poupaud était un alcoolique, il y avait une bouteille de whisky dans chaque voiture de la production. J’ai appris à tourner les scènes de sexe en premier, surtout dans les pays arabes. On met en boîte rapidement avant que la police ne se mette à nos trousses. Dès qu’ils s’aperçoivent que nous sommes en train de tourner, surtout après mes démêlés avec la censure pour « Beyrouth Hôtel », les agents de la sûreté ne nous quittent plus. Mais c’est déjà trop tard pour ce qu’ils cherchent !


224

SAVOIR VIVRE

D’origine libanaise, Fadua Nogales Aoukar s’installe à Milan où elle crée sa propore marque signée FADUA, une ligne de vêtements fabriqués en Équateur. Elle nous propose une revue de ses expériences culturelles les plus marquantes et les plus récentes. PAR STÉPHANIE NAKHLÉ

FADUA NOGALES AOUKAR

MON CINÉMA

“The Bucket List” pour l’immense désir de compléter une liste des choses de la vie et l’aventure d’une vie. MES LIVRES

Je n’ai pas vraiment un livre préféré, je passe beaucoup plus mon temps à lire des magazines. Mais il y a un seul livre que j’emporte toujours avec moi et spécialement quand je voyage: “ Lettres à Yves Saint Laurent” de Pierre Bergé. MA MUSIQUE

J’aime tout, selon mon humeur. De “Touch” par Shura à “64 ways” par Detroit Swindle. Carlos Vives et Juan Luis Guerra font partie de mes racines latines. J’ai aussi une longue liste de chansons italiennes. M ES R ES TAU R A N T

Il y en a tellement! En fait, la cuisine libanaise a toujours fait partie de nos repas familiaux. Les desserts et même le déjeuner du dimanche. C’est difficile à croire mais l’un de mes restaurant favoris est “le Byblos Club” dans ma ville natale Guayaquil, et c’est vraiment délicieux. Plus tars, je me suis habitué à la cuisine italienne, “Villa Cipriani” à Asolo est de loin l’un de mes restaurants préférés. “Bistro de Giacomo” à Milan, “La Fontellina” à Capri et “Il Meloncino al Camineto” à Cortina d’Ampezzo. J’aime aussi “Dar Yacout” à Marrakech, “Juan y Andrea’ à Formentera et “Berners Tavern” à Londres. MON EXPO

Celles qui m’ont marquées sont: “Savage Beauty” de Alexander McQueen au Victoria & Albert Museum, “Bvlgari 125 ans de Magnificence italienne” au Grand Palais qui m’a beaucoup inspiré, “Yves Klein et Lucio Fontana” au Museo del 900.

PHOTOS DR

L’AGENDA CULTUREL DE


CMYK

www.aeronautica.difesa.it www.aeronauticamilitare-collezioneprivata.it A誰shti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 273 and all A誰zone stores T. 01 99 11 11

Produced and distributed by Cristiano di Thiene Spa


226

SAVOIR VIVRE

De passage à Berlin pour la Mercedes Benz Fashion Week, le top russe Natasha Poly nous a invités à partager son petit-déjeuner diététique.

MATIN MODEL Par LÉA TRICHTER-PARIENTE Photographie RAPHAËL GIANELLI-MERIANO

P

ommettes hautes, blondeur hitchcockienne et jambes interminables, Natasha Poly doit son succès à son corps de rêve, certes, mais aussi à son grand professionnalisme et son naturel enjoué. Cette beauté incendiaire travaille sans relâche depuis ses débuts. Originaire de Perm, petite ville russe de l’Oural proche de la Sibérie, Natasha Poly, de son vrai nom Natalya Sergeyevna Polevchtchikova, a été élevée par une maman ingénieure reconvertie en mère au foyer et un papa policier, loin du milieu de la mode et du mannequinat. “Je ne savais même pas que ce métier existait. Jeune, je ne me trouvais pas belle. J’étais trop grande avec mon 1,78 mètre, trop maigre et très timide.” Elle a 15 ans lorsque ses cousines l’inscrivent à un concours de beauté local. “On a dû le faire sans prévenir mon père qui était un homme sérieux et qui n’aurait jamais accepté. Il a pourtant fallu lui annoncer lorsque j’ai gagné le concours et que l’étape suivante m’embarquait à Moscou pour la finale où j’ai fini troisième.” À 30 ans, le top aux mensurations de rêve et au regard enjôleur a aujourd’hui une belle carrière de mannequin derrière elle. Ambassadrice de L’Oréal Paris, elle a défilé à deux reprises pour Victoria’s Secret et a posé devant l’objectif des photographes de mode les plus prestigieux : Mert & Marcus, Steven Klein, Craig McDean, Mario Testino, Inez & Vinoodh et Patrick Demarchelier pour ne citer qu’eux. Ses campagnes publicitaires les plus marquantes ? Gucci, Louis Vuitton, Lanvin, Roberto Cavalli, Sonia Rykiel, H&M, Jimmy Choo, Prada et dernièrement Versace. Moulée dans une tenue en latex à côté de la nouvelle Mercedes-Benz “SL”, elle est la sculpturale égérie de la nouvelle campagne de mode automne-hiver 2016/17 du constructeur allemand. Son premier souvenir lié à cette marque ? Les belles et confortables berlines qui venaient la chercher à l’aéroport lors de ses débuts dans le métier. “Une Mercedes représente l’establishment. Je viens d’avoir mon permis et j’aime la liberté que me procure la conduite. Au volant, j’aime écouter de la musique à tue-tête.”

Mariée en grande pompe à Saint-Tropez au businessman néerlandais Peter Bakker – Riccardo Tisci pour Givenchy a signé sa robe de mariée – et maman depuis 2013 d’une petite Aleksandra, elle partage désormais son temps entre Amsterdam et New York. “Je voyage encore énormément. Paris, Milan, Londres et Moscou sont mes destinations les plus fréquentes. J’essaie le plus souvent d’emmener ma fille, sauf lorsqu’il s’agit de séjours courts.” Sa journée type débute par une séance de sport et un cours de gymboree avec sa fille. Puis, elle enchaîne sur des rendez-vous professionnels ou passe du temps avec ses amis. “Rares sont les journées où je ne suis pas obligée de faire une valise pour un voyage prévu le lendemain.” Passionnée de cosmétique, elle prend plaisir à se maquiller et maquiller les autres. “J’ai appris les techniques à travers mon travail.” Mais ce qu’elle affectionne le plus dans son métier ce sont les rencontres et les déplacements. “Si je n’avais pas été mannequin j’aurais sûrement été agent de voyage !” Le festival de Cannes dont elle apprécie l’effervescence et l’énergie est un de ses moments préférés. “De plus, je suis passionnée de cinéma.” À bon entendeur… Êtes-vous du matin ? “A priori, pas du tout. Un peu plus depuis que je suis maman.” Quel est votre menu au petit-déjeuner ? “Une salade de fruits et un müesli, accompagnés d’un capuccino au lait de soja.” Avec qui le prenez-vous ? “Mon mari et ma fille.” Après votre petit-déjeuner ? “J’adore me recoucher avant d’aller faire du sport. Course à pied, yoga, natation, séance d’abdos… j’aime le changement.” Vos adresses matinales favorites ? “À Amsterdam, le Conservatorium Hotel. À Paris, le Café de Flore et le Park Hyatt Paris-Vendôme, et à New York, le Lafayette Grand Café & Bakery pour son omelette.”


NATASHA POLY ET SON MÜESLI MATINAL, EN VERSUS VERSACE DANS LA NOUVELLE MERCEDES “SL”.


A誰shti by the Sea, Antelias T. 04 71 77 16 ext. 274 and all A誰zone stores T. 01 99 11 11


230

CUISINE

Pendant 17 ans, Chantal Tabet a été coiffeuse, ou plutôt « styliste capillaire ». Mais une seconde vie l’attendait, lui faisant prendre la décision extrême de tout laisser tomber pour s’inscrire en formation de cuisine. Aujourd’hui elle est chef. Portrait d’une jeune femme atypique. PAR F.A.D

PHOTOS DR

CHANTAL TABET, DU SALON À LA CUISINE


231

Q

uand Chantal Tabet quitte le Liban pour Paris, elle sait exactement ce qu’elle veut faire. Artiste, passionnée de mode, elle s’oriente vers la coiffure. Comme elle ne fait rien à moitié, avant même d’avoir son diplôme en poche, elle se lance tête basse dans une carrière aussi épuisante que gratifiante. De Paris à Londres avec une dernière pause au salon 5e Lieu du 5e arrondissement, elle est de presque tous les défilés de mode et de tous les shoots, de Chanel au Studio Harcourt. Son métier la passionne et lui permet d’exprimer sa créativité tout en lui offrant de belles rencontres et quelques apparitions à la télé. Des stars lui confient leur tête, elle reconnaît sa chance, se sent privilégiée, mais quelque chose en elle, tout au fond, n’est pas tout à fait satisfait. Il y a ces souvenirs d’enfance qui reviennent, ces moments inoubliables et pleins d’amour où elle se revoit aidant sa grand-mère à la cuisine. Elle sait que son identité est là, dans ces gestes nourriciers, ces longs préparatifs qui feront tout à l’heure briller de gourmandise les yeux des convives et resserreront les liens de la famille réunie. Mais la jeune femme est encore happée par les contraintes d’un métier qu’elle a choisi très jeune. Elle chasse et refoule cette envie de tout plaquer pour suivre son cœur…jusqu’au jour où le déclic se fait. Chantal Tabet est prête. Elle va troquer son tablier de coiffeuse pour celui de cuisinière et les ciseaux pour les fourneaux. UN SENTIMENT DANS UNE ASSIETTE Il n’y a pas de hasard, se répète la jeune femme, il n’y a que des rendez-vous. Ce rendez-vous avec elle-même, c’est dans une grande école parisienne de cuisine qu’elle le prend enfin. Et au fond, n’estelle pas en quelque sorte préparée à ce défi ? L’amour de la cuisine n’a jamais cessé de l’habiter. Quant aux contraintes de ce métier, elles ne diffèrent pas beaucoup de la coiffure en termes de tension, de coup de feu, d’organisation, d’émotion, et d’exigence. Ici comme là-bas, l’hygiène doit être impeccable, de même que le tour de main, la préparation des instruments, la qualité des matériaux. En coiffure, les temps de pose sont aussi subtils qu’en cuisine les temps de cuisson ou de marinage. Ici et là, la créativité est reine et la satisfaction du client le seul critère de succès. Bref, peu de choses sont étrangères à cette drôle de débutante qui entame sur le tard une nouvelle vie. « Depuis ce jour, dit-elle, tout est devenu limpide et plein de belles choses me sont arrivées ». De nouveau, elle participe à des émissions télévisées et crée ses propres recettes au bout de seulement quelques mois de formation. Déjà elle collabore dans des restaurants étoilés et des chefs de renommée internationale. Réaliste, elle sait qu’on ne s’improvise pas chef du jour au lendemain. « Ce métier, c’est avant tout beaucoup de rigueur, de détermination et de constance, souligne-t-elle. Alors, en mémoire de ma grand-mère, je puise une énergie et une force

sans faille pour y arriver ! C’est en pensant à elle que je me donne aujourd’hui tous les moyens de réaliser mon rêve, celui d’ouvrir un restaurant, peut-être même quelques uns. Ma cuisine est à mon image. Elle est simple et va droit au but. C’est une cuisine de saison, à base de produits frais et locaux. Je travaille dans le respect des produits et de notre terre. La cuisine, c’est savoir retranscrire un sentiment dans une assiette et communiquer des émotions. » MADELEINE : Mon premier souvenir remonte à mes 6 ans. Comme d’habitude, j’étais avec ma grand-mère qui préparait un taboulé et des courgettes farcies. Alors je l’ai aidée ! C’est un souvenir magique et indescriptible. Je ne m’en rends compte qu’aujourd’hui, avec le recul. CHEVAL DE BATAILLE : Ma recette signature est le « brownie surprise » dont je propose plusieurs versions : soit un simple biscuit au chocolat, soit un brownie fondant aux noix de pecan, ou au beurre salé, ou avec un glaçage au chocolat noir, ou encore avec un glaçage de chocolat au lait avec noix de pécan. LA CUISINE DU MONDE QUI L’INSPIRE LE PLUS : La cuisine libanaise qui fait partie de mes racines. Mais aussi la cuisine asiatique et indienne, très parfumée, colorée et épicée. J’adore aussi la cuisine française. MODUS OPERANDI : Je suis quelqu’un d’organisé, de méthodique et de passionné. Je crée mes recettes en multipliant les « tastings ». Je mélange les saveurs, les goûts, les textures. Je m’inspire de la mode, je dessine mes créations et ne m’en tiens jamais à mes acquis. La facilité, c’est le talent qui se retourne contre nous. Alors je m’impose constamment de la rigueur et de la justesse.


PHOTOCALL Par FRÉDÉRIQUE DEDET

AMFAR, hong kong L’A mfar honorait Victoria Beckham pour son rôle d’ambassadrice de bonne volonté et son engagement dans la lutte contre le sida. Une soirée qui a permis aux convives d’écouter Elle King, Aloe Blacc et Lang Lang. Adrien Brody, Victoria Beckham et Kenneth Cole, chairman de l’A mfar.


1

1

3

2

4

2

5

PHOTOS RYAN EMBERLEY, DR

PALAZZO FENDI, ROME Ouverture en fanfare du Palazzo Fendi en lieu et place de l’ancien siège de la maison italienne, dans le centre historique de Rome. Transformé en un temps record, il propose aujourd’ hui, au-dessus de la boutique, sept suites de luxe, un salon couture et l’antenne romaine de Zuma, l’un des meilleurs japonais au monde. Le restaurant, installé sur deux étages offre en prime une terrasse avec une vue à 360 degrés sur la ville éternelle. Lors du cocktail suivi d’un dîner privé, les VIP, toutes en Fendi, ont apprécié…

6

1. Le DJ Adrien Callier. 2.Pietro Beccari, le président de Fendi, entouré de Sofia Coppola et Silvia Venturini Fendi. 3.Lindsey Wixson. 4. J.J. Martin. 5. Kendall Jenner et sa mère Kris. 6. Katy Saunders.


TORY BURCH INVITE ETEL ADNAN La créatrice américaine, fan de Etel Adnan, a organisé avec la galerie parisienne de l’artiste libanaise, VNH, une lecture des poèmes de la nonagénaire. Un moment d’émotion suivi d’un dîner chez Caviar Kaspia. 1. Audrey Marnay et Virgile Bramly. 2. Annina Pfuel et Anunciata de Liechtenstein. 3. Caroline de Maigret et Mélanie Laurent. 4. Hélène NGuyen Van, de la galerie VNH, Andres Serrano et sa femme Irina Movmyga. 5. Joseph Dirand et Anne-Sophie Bilet. 6. Sally Perrin et sa fille Chloé. 7. Friedrich Kunath et Benjamin Eymère.

Victoire de Pourtalès, de la galerie VNH, Etel Adnan et Tory Burch.

1

4

2

3

5

6

7


236

ADDRESSES

A

ESTÉE LAUDER +961 1 99 11 11 EXT.104

MSGM +961 99 1 99 11 11 EXT 130

ETRO +961 1 99 11 11 EXT.590

OSCAR DE LA RENTA +961 1 99 11 11 EXT.130

F, G, H

P, R

ALTUZURRA + 961 1 99 11 11 EXT 130

GARRAR CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

PAUL & JOE +961 1 99 11 11 EXT.130

AURELIE BIDERMANN CHEZ SYLVIE SALIBA

GEORGE HAKIM +961 1 98 15 55

PAUL ANDREW +961 1 99 11 11 EXT.110

+961 1 33 05 00

GIAMBATTISTA VALLI +961 1 99 11 11 EXT.130

PHILLIP LIM +961 1 99 11 11 EXT.105

GIANVITO ROSSI +961 1 99 11 11 EXT.110

PRADA +961 1 99 11 11 EXT.130

GINETTE NY CHEZ SYLVIE SALIBA

RED VALENTINO +961 1 99 11 11 EXT.130

B

+961 1 33 05 00

RICHARD MILLE CHEZ CADRANS

GIORGIO ARMANI BEAUTÉ

+961 1 97 53 33

BALENCIAGA +961 4 71 77 16 EXT. 208

GUCCI +961 1 99 11 11 EXT.200

BOBBI BROWN +961 1 99 11 11 EXT.104

HERMÈS +961 99 97 10

ALBERTA FERRETTI +961 4 71 77 16 EXT. 243 ALESSANDRA RICH +961 1 99 11 11 EXT.130 ALEXANDER WANG +961 1 99 11 11 EXT.130 ALICE & OLIVIA +961 1 99 11 11 EXT.140 ANYA HINDMARCH +961 1 99 11 11 EXT.130 AQUAZURRA + 961 1 99 11 11 EXT 130

FENDI +961 1 99 11 11 EXT.550

+961 1 99 11 11 EXT.104

BOTTEGA VENETA +961 1 99 11 11 EXT.565 BUCCELLATI +961 4 71 77 16 EXT.353 BVLGARI +961 1 99 91 59

PANERAI +961 1 99 99 39

I, J

S, T

SACAI +961 1 99 11 11 EXT.130 SAINT LAURENT +961 1 99 11 11 EXT.562 SELF PORTRAIT +961 1 99 11 11 EXT.140

J.W.ANDERSON +961 1 99 11 11 EXT.130

SONIA RYKIEL +961 1 99 11 11 EXT.130

JIL SANDER +961 1 99 11 11 EXT.130

STELLA MCCARTNEY +961 1 99 11 EXT.575

JIMMY CHOO +961 1 99 11 11 EXT.595

SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

CA&LOU +961 1 99 11 11 EXT.130

JOSEPH +961 1 98 72 98

TABBAH +961 1 97 57 77

CADRANS +961 1 97 53 33

JUST CAVALLI +961 1 99 11 11 EXT.115

THALÉ BLANC +961 1 99 11 11 EXT.105

C

CARTIER +961 1 97 26 00

TOM FORD BEAUTÉ +961 1 99 11 11 EXT.104

CÉLINE +961 1 99 11 11 EXT.250 CHANEL +961 1 99 91 29 CHLOÉ +961 4 71 77 16 EXT.215 CHOPARD CHEZ MOUAWAD +961 1 99 98 91

K, L

LA MER +961 1 99 11 11 EXT.104 LANVIN +961 1 98 65 01

D, E

V

VALENTINO +961 1 99 11 11 EXT.569

LOEWE +961 4 71 77 16 EXT.201

VHERNIER CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

LOUIS VUITTON +961 1 96 68 10

VICTORIA BECKHAM +961 1 99 11 11 EXT.130 VINTAGE +961 1 99 11 11 EXT.140

DAVID KOMA +961 1 99 11 11 EXT.130

VINTAGE FA CHEZ SYLVIE SALIBA

DE GRISOGONO CHEZ SYLVIE SALIBA

+961 1 33 05 00

+961 1 33 05 00 DIANE VON FÜRSTENBERG +961 1 99 11 11 EXT.110

M, N, O

VINTAGE MORONI CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

M2MALLETIER +961 1 99 11 11 EXT.105

DINH VAN CHEZ SYLVIE SALIBA +961 1 33 05 00

MAISON MARGIELA +961 1 99 11 11 EXT 130

DIOR +961 1 99 11 11 EXT.592

MARC JACOBS +961 1 99 11 11 EXT.148

DOLCE & GABBANA +961 1 99 11 11 EXT.555

MARNI +961 1 99 11 11 EXT.130

DRIES VAN NOTEN +961 1 99 11 11 EXT.130

MICHAEL KORS +961 1 99 11 11 EXT.130

DSQUARED2 +961 1 99 11 11 EXT.130

MIU MIU +961 1 99 11 11 EXT.130

ELLERY +961 1 99 11 11 EXT.140

MOSCHINO +961 1 99 11 11 EXT.130

YVES SAINT LAURENT +961 1 99 11 11 EXT.104

EMILIO PUCCI +961 1 99 11 11 EXT.579

MOUAWAD +961 1 99 98 91

ZADIG & VOLTAIRE +961 1 97 37 56

Y,Z

YVAN TUFENKJIAN +961 1 99 90 51


A誰shti By the Sea, Antelias, T. 04 71 77 16 ext. 272 A誰zone stores and retail sport shops Follow us on

@NEWBALANCELEBANON and on

New Balance Lebanon


238

HOROSCOPE

BÉLIER

TAU RE AU

GÉMEAUX

21   M A R S – 2 0   AV R I L

21   AV R I L – 21   M A I

2 2   M A I – 21   J U I N

vous êtes un peu sous tension, ressourcez-vous en pratiquant un sport. A M O U R   : une rencontre inattendue déclenche un coup de foudre, si vous n’êtes pas libre : attention, danger… V I E S O C I A L E : le travail est votre refuge, vous trouvez des alliés, négociez vos prestations et ­innovez ! M O N CO NSE I L : apprenez à vivre au présent… FORME :

vous avez le vent en poupe ! vous avez rendez-vous avec la chance, votre charme et votre sex-appeal se conjuguent pour vous faire rencontrer un homme d’exception. V I E S O C I A L E : votre destin s’accélère par le biais de vos collaborateurs qui vous font évoluer avec brio. M O N CO NS E I L : n’hésitez pas à proposer vos idées, elles seront bien accueillies. FORME :

A MOUR :

CANCER

LION

VIERGE

22 JUIN – 22 JUILLET

23 JUILLET – 23 AOÛT

24 AOÛT – 23 SEPTEMBRE

vous reprenez petit à petit votre rôle de reine du zodiaque. A M O U R   : Peu de dîners en amoureux. Vos discussions tournent davantage autour de la vie de famille. V I E S O C I A L E : vos actions donnent un coup d’accélérateur à vos projets, vous pouvez aussi prendre du galon en suivant une formation. M O N CO NS E I L : gardez votre énergie de femme forte !

un peu sous tension. Relaxezvous ! A M O U R : la pression quotidienne vous empêche de rêver. Inventez-vous un monde magique, vous avez le talent pour le faire. V I E S O C I A L E : votre loyauté incite des personnes croisées dans le passé à vous soumettre un projet important. Votre côté fourmi laborieuse est payant ! M O N CO NS E I L : soyez attentive aux questions administratives.

du tonus dans votre ciel, vous voilà reboostée, dépensez-vous ! A M O U R  : une page de votre vie se tourne, vous êtes sous le charme de la nouveauté : émotions fortes et bains de larmes au programme… V I E S O C I A L E   : de nouveaux contacts vous redonnent confiance. C’est l’heure de négociez et d’imposez vos idées. M O N CO N S E I L : fiez-vous davantage à votre intuition. FORME :

FOR ME :

FORME :

BALANCE

SCORPION

SAGIT TAI RE

24 SEPTEMBRE – 23 OCTOBRE

24 OCTOBRE – 22 NOVEMBRE

23   N OV E M B R E – 21   D É C E M B R E

Dopez-vous en vitamines et oligo­ éléments ! Vous avez besoin d’être stimulée… A M O U R   : des problèmes que vous pensiez résolus refont surface, vous dîtes alors ce que vous avez sur le cœur… V I E S O C I A L E   : préservez des rapports de qualité en ayant la juste distance avec vos collaborateurs. Vous gagnerez une bonne somme d’argent. M O N CO N S E I L   : apprenez à lâcher prise… FOR ME :

oxygénez-vous au grand air, votre organisme en a besoin… A M O U R : une rencontre fortuite et vous cédez à la passion. Votre nature d’aventurière est comblée… V I E S O C I A L E   : sous l’effet de Jupiter, vous vous hissez vers les cimes du succès. Vous pouvez plancher sur des sujets passionnants et lucratifs. M O N CO N S E I L : les astres vous encouragent à faire vos bagages… F O R M E :

CAPRICORNE

VERSEAU

POISSONS

22 DÉCEMBRE – 20 JANVIER

21   J A N V I E R – 19   F É V R I E R

20 FÉVRIER – 20 MARS

apprenez à manger lentement pour éviter les troubles digestifs. A M O U R : Vénus vous dynamise, sortez de votre léthargie, le printemps est votre meilleur allié du moment. Plein feu sur vos amours… V I E S O C I A L E : de nombreux rendez-vous avec une personne qui pourrait faire évoluer votre carrière ou vous associer à ses projets. M O N CO N S E I L  : favorisez les rencontres… F O R M E :

vous avez du mal à vous lever le matin… A M O U R : des questions financières froissent vos relations, essayez d’arrondir les angles. Côté cœur, ce sont un peu les montagnes russes… V I E S O C I A L E : les astres favorisent les projets créatifs, l’inspiration vient naturellement. Cependant, apprenez à modérer vos actes… M O N CO N S E I L : changez d’environnement, vous y gagnerez. FOR ME :

votre ciel est lumineux. Place à l’action ! Vous avez tous les atouts en main. A M O U R  : vous êtes en quête de sensations fortes mais attention aux fausses notes qui pourraient gâcher l’harmonie. VI E SO C I A LE : des opportunités et de nouveaux appuis vous entraînent dans un tourbillon de projets futuristes passionnants. M O N CO NS E I L : révélez votre côté avant-gardiste. FORME :

vous portez le monde sur vos épaules, ne vous sacrifiez plus… A M O U R   : les astres vous paralysent un peu ou vous incitent à revoir vos choix. Difficile de prendre son destin en main. V I E S O C I A L E : chaque jour vous rapproche du but, votre talent et vos intuitions font l’unanimité. Ne vous laissez pas vampiriser inutilement… M O N CO N S E I L : exploitez votre côté fantasque ! FO R M E :

PAR CHRYSTÈLE DESSOY

ILLUSTRATIONS SO-ME

un moral digne de votre tempérament de gagnante. A M O U R : vous pouvez tout obtenir de votre amoureux à condition d’y mettre les formes. V I E S O C I A L E   : vous démarrez une activité ? Vos prétentions sont ­importantes mais freinez un peu vos exigences… M O N CO N S E I L  : évitez les ­bavardages et les indiscrétions, cela ­pourrait vous nuire… FOR ME :


Home at last.

A誰SHTI BY THE SEA level 3, Antelias, Lebanon T. 04 71 77 16 ext. 133

LIB_OFFICIEL_GP_S.indd 1

GROUNDPIECE SECTIONAL SOFA design by Antonio Citterio

FLEXFORM www.flexform.it

07/10/15 14:51


240

CORRESPONDANCE

NO FILTER PAR LAURA HOMSI

Hier j’ai publié la photo d’un printemps radieux à Paris sur la terrasse d’un café branché. Il avait plu des cordes une grosse partie de la journée, mais ça, c’est une autre histoire. Une histoire qui se joue ‘’offline’’. Je ne raconte pas qu’en fait, j’ai attendu 30 minutes sous la pluie avant de me faire finalement recaler, parce que le café était trop bondé.

Il y a ceux qui se lancent dans des poses insensées, celles qui publient des selfies langoureux, ceux qui mettent en avant leur côté artistique ou athlétique… Mille et une façons de se montrer, toujours en attente de l’approbation du regard de l’autre. Parfois, c’est drôle, j’ai l’impression de ne pas reconnaitre mes proches dans ce qu’ils donnent à voir d’eux. Je ne les retrouve pas dans ces montages alambiqués ou dans ces visages si sérieux. Chacun devient sa propre chaîne media mettant en scène une vie plus ou moins palpitante sur différent réseaux sociaux. Tout devient sujet à chronique et chacun se construit une ligne éditoriale qui lui est propre. Les thématiques diverses vont de la nourriture à l’art, la mode, les sorties ou encore les voyages. Et l’on se met constamment aux aguets de la bonne photo, du bon angle, de la bonne lumière… J’en suis la première coupable. Publier une photo permet presque de valider une expérience, c’est la preuve qu’on a pleinement vécu un moment. Je poste, donc je suis?

Et puis à chaque fois, je ne peux m’empêcher de penser à cette fille que je connais qui était partie vivre à l’autre bout du monde dans un endroit de rêve. Sa vie semblait une succession de clichés de carte postale sur un rythme effréné de sorties et d’activités en tous genres. J’ai plus tard appris qu’elle était en dépression et avait fini par rentrer parce que la solitude était tout simplement devenue trop dure à vivre. Si on est malheureux, publier une magnifique photo de soleil couchant ne console pas. La multitude de likes qui s’ensuit peut apporter un peu de baume au coeur et un coup de boost à l’ego. Mais très vite, on réalise qu’il n’y a rien de ‘tangible’ à tout ça. Et que vivre dans le regard de l’autre n’est pas forcément la meilleure solution.

Mais qu’est ce qu’on raconte finalement? Uniquement ce que l’on a bien envie de montrer de soi. Donc souvent, plus une façade que la réalité. Là encore, je plaide coupable. Parfois, quand je déroule mon fil Instagram, je me sens assaillie par ces si belles images, ces vies extraordinaires que tout le monde semble être en train de vivre. J’ai beau me dire que ce n’est qu’une -infime- partie de la vérité, cela peut finir par être assez angoissant. Je me demande ce que je rate. C’est le typique syndrome du FOMO, ‘Fear Of Missing Out’. C’est notre ‘mal du siècle’ à nous.

Ces plateformes où l’on partage son quotidien changent le rapport aux autres. Il ne faudrait pas uniquement les diaboliser, elles permettent de rester en contact avec les gens qui sont loin. Parfois elles peuvent aider à créer du lien entre des personnes qui ont les mêmes affinités. Elles se font porte-parole de causes, ou aident des artistes à mettre en avant leur travail. Elles ont tout un tas d’utilités. Mais souvent elles faussent aussi les rapports. Finalement, qu’est ce qui compte? On peut être amis sur Facebook, se suivre sur Instagram, se retwetter sur Twitter… Mais à quand remonte la dernière ‘’vraie’’ conversation?

ILLUSTRATIONS MÉLANIE DAGHER

On passe ses journées à se mettre en scène. Dans la vie, et puis sur les réseaux sociaux. On projette ce qu’on aimerait que les autres voient de nous. J’ai ma théorie sur les photos de profil, je suis persuadée qu’elles en disent bien plus long sur une personne qu’on ne pourrait le penser. Cette image révèle à la fois la façon dont quelqu’un se perçoit et l’image qu’il/elle aimerait projeter. C’est un choix conscient et délibéré donc forcément assez parlant.


© 2016 TUMI, INC.

NICO ROSBERG Global citizen

TUMI.COM

Aïshti by the sea, Antelias - T. 04 71 77 16 ext. 236 • Aïshti Downtown Beirut - T. 01 99 11 11


L'Officiel-Levant, May Issue 65  

De plain-pied dans le grand chamboulement de l’été, notre numéro de mai célèbre la nudité et l’audace, la liberté et le courage d’entreprend...

L'Officiel-Levant, May Issue 65  

De plain-pied dans le grand chamboulement de l’été, notre numéro de mai célèbre la nudité et l’audace, la liberté et le courage d’entreprend...

Advertisement