Hippo-263

Page 1

Revue officielle de la Ligue Francophone de Recherches et d’Activités Subaquatiques affiliée à la Fédération Royale Belge de Recherches et d’Activités Subaquatiques–rue Jules Broeren, 38, 1070 Bruxelles–Trimestriel–Mars 2022- Bureau de dépôt : Bruxelles X–N° d’agrément : P301098

No 263

HIPPOCAMPE Lifras Diving Belgium

Une invitation au voyage

Photographier avec un modèle Indonésie

1


DU 11 AU 14 MARS 2022

LA PLONGÉE

ENSEMBLE

SALON-DE-LA-PLONGEE.COM PARC DES EXPOSITIONS PARIS - PORTE DE VERSAILLES

Retrouvez-nous sur Production & organisation Tél. : +33 (0)1 43 74 72 89


EDITO

Mars, c’est l’arrivée des beaux jours… Mais c’est aussi le mois de notre assemblée générale. L’assemblée générale est un moment très important dans la vie de notre Ligue. C’est la réunion des présidents de clubs, acteurs principaux de celle-ci, qui compte quelque 6 000 membres. C’est la rencontre avec le conseil d’administration qui s’exprimera sur ses choix et sur ses projets pour la Lifras. Dans ce numéro, vous trouverez les résultats du sondage auquel vous avez certainement participé. Ce sera un bon outil pour le conseil d’administration pour orienter ses actions futures. 2021 fut une année difficile pour tous. Les mesures contraignantes, dues à la Covid, ont profondément touché chacun d’entre nous. Les nombreuses restrictions, la distanciation sanitaire, le port du masque, la fermeture des piscines et j’en passe, tout cela a induit beaucoup d’individualisme, qui je l’espère, disparaîtra bien vite. La plongée se fait en groupe, depuis la feuille de palanquée jusqu’au débriefing et au verre entre amis. Nous avons tous à cœur de pratiquer notre sport, notre passion dans les meilleures conditions possibles. Les beaux jours arrivent et la pandémie devrait ralentir. Nous pourrons pratiquer à nouveau notre sport avec moins de contraintes et retrouver la convivialité mise à mal. Car, pour conclure, pour la pratique de notre passion pas de meilleure devise que celle de notre pays…

«L’union fait la force»

Marc Hiernaux

3


Hippocampe n°263 mars 2022 Revue officielle de la Lifras A.S.B.L. Ligue Francophone de Recherches et d’Activités Subaquatiques affiliée à la Fédération Royale Belge de Recherches et d’Activités Subaquatiques (membre fondateur de la CMAS)

Attention!

Vos articles, photos et publicités de dernière minute pour le prochain Hippocampe doivent parvenir au rédacteur en chef au plus tard

le 15 avril 2022

Quatre parutions l’an : mars–juin–septembre–décembre Siège social : Rue Jules Broeren, 38 à 1070 Bruxelles Tél. : 02 521 70 21–Fax : 02 522 30 72 E-mail : lifras@lifras.be Éditeur responsable : Maria del Pilar Ruiz Lopez Rue G.Stocq, 18 1050 Ixelles Gsm : 0477 74 38 17 E-mail : pilarlifras@gmail.com Rédacteur en chef et régie publicitaire : Marc Hiernaux Avenue des Paveurs, 10 1410 Waterloo Gsm : 0475 46 09 65 E-mail : marc.hiernaux@skynet.be Secrétaire de rédaction : Sylviane Godin sylviane.godin@gmail.com Comité de rédaction : Luc Smit lucsmit@omnipubli.be Rose Kondrativ rose.kondrativ@gmail.com Philippe De Wilde philippe.dewilde@lifras.be Correcteurs : Leny Bette Florence Crohin Marie-Jo Dauby Cécile Hauterra Albert Potier André Schweicher Catherine Vincke Brigitte Allemeersch

6 16

Infographie : Rose Kondrativ rose.kondrativ@gmail.com Production : Omni Publi sprl info@omnipubli.be Toute reproduction, adaptation ou traduction, même partielle, des articles parus dans ce numéro, est interdite sans l’accord préalable de la rédaction. L’Hippocampe décline toute responsabilité pour les documents et photos qui lui sont envoyés.

4

Photo de couverture : Benoit Lonay

12


Sommaire 6

Le défi de Marjorie

8

Indonésie, une invitation au voyage

11 OBK 2021 14 Questions à Danny Van Belle 16 Épaves sous-marines au large de Palafrugell 18 Photographier avec un modèle 22 Sortie de la CAV à Todi 28 Découvrir la plage en hiver quand il fait mauvais 35 Programme des stages de Zélande

8

36 La plongée ado 38 Résultats des sondages 42 Monoxyde ou dioxyde de carbone 44 Le Conseil Juridictionnel 45 CFIP : cours théorique AM 46 Formation des cadres Plongée Enfant 47 Infos utile 48 Réussir son montage vidéo 49 Exercice TSA 51 Boutique

22

INFO Lifras Le CA rappelle à ses membres que la Lifras n’est en rien responsable des dégradations de matériel dans le cadre des activités Lifras et qu’il appartient aux personnes concernées de prendre contact avec l’assurance RC-familiale du tiers responsable.

5


LE DÉ DÉFI DE MARJORIE

Qui suis-je ? Moi, c’est Marjorie, j’ai 47 ans. Une passion, les challenges en tous genres. Le kiff, les sportifs . Le pied quoi ! Ahhh ce pied, il m’en fait voir, enfin surtout la jambe. Pourquoi me diriez-vous ? Je souffre depuis plus de 16 ans maintenant d’une myopathie de Duchenne qui me paralyse complètement la jambe et qui me retire progressivement toute force musculaire. Cette maladie essaie de m’empêcher de bouger, moi je l’empêche à travers ces challenges de m’emprisonner dans ses griffes. Un nombre incalculable d’opérations au compteur ...

😉

2016 premier défi sportif pour moi «DEFI EXTREME» ascension d’une montagne dans les Pyrénées 2 640 m d’altitude, canyoning, rappel sous les cascades, ... Tout cela accompagnée par plusieurs champions nationaux, internationaux et mondiaux (si si c’est vrai ) Ayant pris un pied énorme, je ne veux pas m’arrêter !

😉

6

2019 nouveau défi sportif, les championnats de France de CrossFit catégorie adaptative. (Faut pas déconner) où je termine 3e en étant la seule nana parmi les garçons dans cette catégorie. Ah oui, j’aime chanter également, le Gospel . J’ai ce bonheur et cette joie qui me donne cette force d’accompagner une merveilleuse artiste et amie GALA JAMES. Le sport, la chanson, la foi, ma joie de vivre, me boostent à écrire et mettre en scène ma première comédie musicale «T’EN PINCES POUR MOI» en 2019. Celle-ci sera jouée 5 fois en salle comble au centre culturel Marius Staquet à Mouscron. Le thème étant la maladie.

😄

Il me faut continuer, j’ai besoin de me surpasser. Je visionne un jour une vidéo où une femme se déplace sous l’eau en fauteuil roulant, celui-ci propulsé grâce à des petits moteurs. J’aime l’eau, la natation, je suis sportive. Je peux le faire moi aussi mais pas avec des moteurs, moi je veux le faire par la force de mes bras, la force de mes tripes, de ma foi et ce pied de nez à cette maladie qui veut m’empêcher de bouger.

Je réfléchis à cela, prends des infos, me documente. Et je me retrouve dans mon club de plongée Le CAM (Club Aquanaute Mouscronnois) à Mouscron pour leur expliquer mon projet, ce challenge. Je n’avais jamais fait de la plongée auparavant, (sauf celle de la vaisselle), SÉCURITE et APPRENTISSAGE sont mes deux mots primordiaux avant la réalisation de ce défi. Je suis des cours théoriques, pratiques (en piscine, en carrière, ...) Ce n’est pas facile, je m’accroche et j’obtiens finalement le brevet PA1, 4 brevets DAN et de l’expérience en milieu aquatique.


Ce défi, vous l’aurez bien compris, sera une plongée en fauteuil roulant où je me déplace uniquement par la seule force de mes bras. Un pédalier à main sera fixé sur l’avant du fauteuil et actionnera deux hélices sous celui-ci. Un plexiglas sera le stabilisateur (version Raie Manta). C’est un travail énorme qui demande beaucoup de préparation, d’entraînement, de la part de toute cette merveilleuse équipe qui m’entoure. Depuis 2016 et à ce jour, j’ai pu offrir plus de 11 000 euros à différentes associations.

Une merveilleuse équipe se met en place. Mon club de plongée le CAM de Mouscron (Merci Jean Pierre Becquart, Pierre Carboor, Olivier Maréchal, Olivier Bruggman, Olivier Perment) La ville de Mouscron pour le matériel pour la structure du fauteuil Ma super coach et préparateur physique de haut niveau, ONE FITNESS Séverine Cippola L’école ICET de Mouscron, la direction Tristan Baeste, Marc Tranain professeur d’atelier et surtout les élèves de 5, 6 et 7ème pour la réalisation de toute la structure mécanique du fauteuil. Mon orthoprothésiste Christophe Druesnes pour ses conseils de maintien sur le fauteuil et pour le fauteuil offert qui sera celui du défi. toutes les personnes de près ou de loin qui me soutiennent de diverses manières.

1° Chiara don de VIE, Solidarité (don d’organes). 2° La CASANOU (Cancer). 3° L’Eveil (enseignement spécialisé). 4° Auti Bol D ‘Air (enfant Autiste). 5° Gala James & Gospel Sound Music (permettre à ceux qui le désirent d’apprendre le chant). 6° Un rêve, une étoile et tout est possible (aide aux plus démunis). Ce défi sera réalisé pour une institution d’accueil pour personnes en situation de handicaps physiques et/ou cérébraux. MERCI à toutes ces merveilleuses personnes qui croient en moi et dans mes projets fous au profit de la VIE. Ce défi sera réalisé en novembre 2022 dans les Calanques à Marseille (Cassis). Marjorie Demullier

Marjorie m’a été présentée un soir au briefing avant l’entraînement en piscine. Son enthousiasme m’a conquis en quelques minutes. L’encadrement du club a tout de suite engagé un planning d’entraînement sous la houlette de notre moniteur de plongée adaptée Olivier Bruggeman dès que les formalités médicales furent levées. Les efforts à l’entraînement, tout à la force des bras, les exercices innombrables en eaux libres n’ont pas eu raison de sa pugnacité. Elle a obtenu le PA4 puis le PA1. Elle est prête sur le plan technique, les ingénieurs s’occupent du fauteuil, il lui reste la préparation physique avant le jour J. Gageons que Marjorie réussira ce défi avec brio, défi qui sera bien entendu filmé. JP Becquart Président du CAM Mouscron

7


Indonésie

Une invitation au voyage Le 19 novembre dernier, j’ai eu l’immense privilège de pouvoir organiser une soirée exceptionnelle en collaboration avec l’Ambassade d’Indonésie, la Lifras et la Nelos afin de présenter les merveilles du monde sous-marin de cette incroyable destination située en plein cœur du fameux triangle de corail.

Sulaiman Syaris, Deputy chief of mission et Pilar Ruiz Lopez, présidente de la Lifras

Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai eu la chance me rendre dans l’archipel, ni le nombre de superbes plongées que j’ai pu y faire. Ce fut un véritable plaisir de venir partager les merveilles de la diversité indonésienne devant cette sympathique audience, malheureusement limitée par les mesures sanitaires du moment.

8

Revenons sur les meilleurs moments de cette soirée, en espérant que cet article vous inspirera pour votre prochain voyage-plongée!


Il fit tout d’abord d’importantes recherches sur le bassin fluvial de l’Amazone, puis dans l’archipel malais (aujourd’hui Malaisie et Indonésie), où il identifia la ligne séparant la faune australienne de celle de l’Asie, qui fut appelée «ligne Wallace» en sa mémoire. Wallace traça la ligne séparant les régions indo-malaise et austro-malaise sur une carte publiée en 1863. C’est en 1868 que le terme de «ligne Wallace» fut inventé par Thomas Henry Huxley qui a proposé aussi une modification de son tracé, plaçant notamment à l’est de celle-ci l’archipel des Philippines, afin de représenter plus fidèlement la distribution de certaines espèces. Vous l’aurez compris, en plongeant aux alentours de la ligne de Wallace, vous aurez donc la garantie de pouvoir observer une faune et flore ultra-diversifiées ! TOUR D’HORIZON L’Indonésie a un territoire immense et est le terrain de jeux idéal pour les amoureux de la nature.

QUELLE ÎLE CHOISIR ? Il sera compliqué de pouvoir visiter la totalité de l’archipel sur un seul séjour, à moins de prévoir d’y rester plusieurs mois. Chaque île a ses particularités et le plus difficile sera de faire un choix! Le budget, l’éloignement et votre niveau de plongeur seront les premiers critères à prendre en compte lors de la préparation de votre séjour. Ainsi les îles de Java, Bali et Lombok sont très faciles d’accès (puisque connectées directement depuis l’Europe) et proposent des plongées accessibles aux débutants et confirmés. Les hébergements proposés sont très variés : maisons d’hôtes, hôtels simples ou resorts sophistiqués... il y en a pour tous les goûts et pour toutes les bourses ! Les îles situées plus à l’est offrent généralement des plongées pour des plongeurs plus expérimentés, souvent en raison des forts courants que l’on peut y rencontrer. En outre, beaucoup de sites ne sont accessibles qu’en bateau de croisière.

C’est la chaîne d’îles la plus étendue du monde : on y compte plus de 17 000 îles et îlets, qui s’étendent sur 5 000 km d’ouest en est. La population est d’une incroyable diversité puisqu’on y recense plus de 300 ethnies et on y parle 740 dialectes différents. Géographiquement, l’Indonésie se trouve entre deux plaques continentales : eurasienne & australienne et deux plaques océaniques : pacifique et philippine. On y trouve également plus de 150 volcans actifs !

LA LIGNE DE WALLACE Avant de parler de la ligne de Wallace, il est peut être intéressant d’évoquer Sir Alfred Russel Wallace (18231913) qui était un géographe, naturaliste, explorateur, biologiste et anthropologue britannique. Il a mis au point la théorie de l’évolution par la sélection naturelle au même moment que Charles Darwin.

L’archipel comptabilise plus de 80 000 km de côtes et presque 3 millions de km2 de surface marine dont la majorité se retrouve au cœur du triangle de corail. Plusieurs centaines de sites de plongées sont déjà répertoriés... et de nouveaux sites sont découverts chaque jour. En outre, on y retrouve les 3 types de récifs : fringants, tombants et atolls. Ce qui rend l’Indonésie aussi attractive pour les plongeurs du monde entier c’est surtout qu’on y retrouve 1/4 de la biodiversité mondiale : 600 espèces de coraux et 2 500 espèces de poissons !

A Komodo, par exemple, vous aurez la possibilité de «chartériser» de magnifiques bateaux traditionnels en bois afin de sillonner le parc national en toute liberté pendant 5 à 7 jours.

9


Photos C. Dubois

Il existent de nombreuses croisières qui naviguent autour des «îles oubliées» des Moluques et qui vous feront découvrir des sites de plongées ou vous vous sentirez seuls au monde. Les îles de Kalimantan et Sulawesi sont le paradis des plongeurs-aventuriers à la recherche d’expériences authentiques tant sur terre que sous la mer. Vous en prendrez plein la vue lors de vos immersions étant donné que la majorité des sites de plongée se trouvent dans les environs directs de la fameuse ligne Wallace. Raja Ampat, dont la réputation n’est plus à faire, est le point le plus éloigné de l’archipel. Vous êtes ici aux portes du Pacifique et la culture est résolument très différente du reste de l’Indonésie 10

C’est l’endroit parfait pour les photographes, vidéastes et pour les amateurs de resorts spécialement dédiés à la plongée sous-marine. Il existe des hébergements pour tous les budgets et vous y croiserez des plongeurs de tous horizons. POUR EN SAVOIR PLUS L’excellent ouvrage «Diving in Indonesia» de Sarah Ann Wormald répertorie une grande partie des meilleurs spots de plongée de l’archipel indonésien et sera une précieuse ressource pour choisir votre prochaine destination de voyage plongée! A l’agence Blue&Green, nous mettons notre expérience à votre disposition pour créer des séjours 100% sur-mesure selon vos souhaits et votre budget.

N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez en savoir plus sur cette incroyable destination. Bonnes bulles ! Christine D. Fondatrice Blue&Green Diving www.bg-diving.be


 Masters - 1ère place - Grand-angle avec modèle - René Jef Driesen

2021

OBK

La Nelos (ligue néerlandophone), organise chaque année un championnat belge de photos et vidéos sous-marines. En 2021, quelques plongeurs de la Lifras y ont concouru : Cathy Grimonpont, Raphaël Beuchet, Luc Wilmote, Danny Van Belle et Pierre-Bernard Demoulin. Un tout grand merci pour leur participation. En 2022, ce championnat est déjà programmé. N’hésitez pas à vous inscrire car c’est une belle étape pour progresser dans cette discipline.

Junior - 1ère place - Grand-angle avec modèle - Siegmund Evenepoel

 Masters - 3e place - Thématique - Danny Van Belle

Masters - 1ère place - Grand-angle - Jef Driesen

Masters - 1ère place - Poisson - Luc Rooman

11


Masters - 2e place - Macro - Filip Staes

Junior - 3e place - Thématique Stefanie klerks

Junior - 2e place - Grand-angle - Florence Van Gaever

12

Cathy Grimonpont

Raphael Bechet


Participez au Championnat de Belgique

OBK

2022 • 1ère période : 11 juin au 19 juin. • 2e période : 17 septembre au 25 septembre. Lieux : Ekeren (Belgique) ou en Zélande. • L’inscription pour la 1ère période jusqu’au 10 juin inclus. • L’inscription pour la 2e période jusqu’au 16 septembre inclus.

Inscription : Photo : comp@nelos.be - vidéo : owv@nelos.be

13

© D.Van Belle

Participation : 5 € par période


Questions à

Danny Van Belle photographe et cinéaste à la Lifras 1. Qui êtes-vous Danny ? Je suis Danny Van Belle, plongeur vidéaste photographe. J’ai commencé à plonger en 1997 et depuis j’ai inscrit 5216 plongées dans mon carnet de plongées. Je me suis spécialisé dans la vidéographie et la photographie sous-marine. Beaucoup de mes documentaires et photos ont été primés à des festivals dans le monde marin partout dans le monde ( https://dannyvanbelle.com/palmares-overview / - 4 fois vainqueur de la palme d’Or au Festival Mondial de l’Image SousMarine - (Antibes & Marseille) et plusieurs fois, champion de Belgique de vidéo sous-marine. 2. Pourquoi avoir accepter la présidence de la section «Photos» de la «Fête Européenne de l’Image SousMarine de Strasbourg» ? J’aime beaucoup la photographie sousmarine et les dernières années, on m’a

invité plusieurs fois à être membre du jury photo ou vidéo dans des festivals internationaux. J’organise aussi une compétition, la HUGYCUP, pour laquelle j’invite toujours des photographes ou vidéaste renommés à être membre du jury. Grâce aux contacts construits au fil des ans, j’ai eu, l’honneur d’être membre du jury au Festival PAF Tachov en République tchèque, à la Fête Européenne de l’Image Sous-Marine à Strasbourg, au Festival Galathea à Hyères, au Festival de la Nelos en Belgique et aussi d’être membre du jury photo au Championnat du monde CMAS en Espagne en 2019. Ma première participation au Festival de Strasbourg date déjà de 2003. J’ai toujours eu une bonne relation avec Mr. Leo Barkate, organisateur de ce festival et c’est ainsi que maintenant, j’ai l’honneur d’être le président du jury photo en 2022. 3. Quelques mots sur ce festival ? La Fête Européenne de l’Image SousMarine est un des festivals les plus importants. Depuis près de 30 ans, la Fête de l’Image a accueilli près de 10 000 visiteurs. Cette manifestation est née en 1987. L’origine du projet émane de Léo Barkate qui organise l’événement sous l’égide de la Commission Régionale Audiovisuelle Est FFESSM. Autour de lui, une équipe soudée a su, au fil des ans, créer, améliorer et peaufiner cette rencontre dans l’univers des chasseurs d’images subaquatiques. Cette Fête

Leo Barkate et Danny Van Belle à Strasbourg en 2007 14

de l’Image est avant tout un concours européen de photographes, cinéastes et vidéastes amateurs : pendant près de trois jours les spectateurs peuvent, au fil des projections, danser avec les requins de Tahiti, rencontrer les lamantins de Floride ou évoluer parmi les brochets de nos lacs. 4. Quelles sont vos attentes de ce festival ? À chaque édition, le niveau des photos et des vidéos est très haut ! À cause de la Covid, le Salon de la Plongée à Paris 2022 a été déplacé de janvier à mars et malheureusement exactement aux dates prévues pour le festival à Strasbourg. Il a, alors, été décidé de reporter le festival à une autre date… 5. Est-il possible à un photographe ou vidéaste amateur d’y participer ? Photographe ou vidéaste, pro ou amateur, tout le monde peut participer à ce festival !! QUESTIONNAIRE DE PROUST : 1. Quel est, selon vous, le plus beau spot de plongée pour un photographe ? Il n’y a pas de spot le plus beau, je pense. Chaque site de plongée a ses merveilles. Mais j’aime beaucoup le monde sous-marin très coloré de l’Indonésie ! 2. Quel animal marin aimez-vous prendre en photo ? J’aime beaucoup la macro. Mes préférés… les nudibranches !


5. Que détestez-vous par-dessus tout ? C’est quand je vois des plongeurs qui n’ont pas un contrôle parfait de flottabilité, parce qu’on n’a pas assez insisté dessus lors des cours de plongée !

3. Quel est le son, le bruit que vous préférez ? On parle toujours du monde du silence mais…j’aime beaucoup le bruit des crustacés, qu’on peut bien entendre pendant une plongée de nuit. 4. Quel personnage historique souhaiteriez-vous être ? La vie de Neville Coleman a dû être extrêmement fascinante. Neville Coleman a étudié sérieusement la faune aquatique dans la région Asie/ Pacifique depuis 1963. Avec plus de 1 000 articles publiés dans plus de 150 magazines, 100 000 images et 65 livres d’histoire naturelle de la vie marine (29

auto-publiés) à son crédit, il est l’un des auteurs éducatifs sous-marins les plus accomplis dans le monde. En 1969/73, il a dirigé l’expédition maritime côtière australienne sur la première étude de la faune photographique sous-marine jamais tentée autour d’un continent entier. Depuis lors, il a entrepris plus de 160 expéditions en Australie et en Asie/ Indopacifique. Il a écrit environ 12 000 espèces de flore et faune aquatiques. Enfin, il a découvert plus de 450 nouvelles espèces de vie marine. Beaucoup de ses découvertes portent maintenant son nom. (Crevette Coleman, Coleman Melibe, Corail Phymastrea colemani)

6. Quel est votre devise ? Laissez les bulles derrières et faites appel à votre imagination… La plongée est un passe-temps, un sport fantastique. Mais il est très important de respecter pleinement l’environnement sous-marin. La rédaction

Danny Van Belle et Neville Coleman à Kuala Lumpur en 2004

15


Épaves sous-marines au large de Palafrugell Gérone (ACN) - Des archéologues ont fait une découverte unique en Méditerranée à l’intérieur des amphores du deuxième navire romain coulé aux abords des îles Formigues.

LOCALISATION Au large du village de Llafranc sur la Costa Brava, à une trentaine de kilomètres d’Estartit en Catalogne (Espagne), se trouvent plantés, au milieu de la mer, plusieurs rochers qui portent le nom de Formigues ou Hormiguas. Cet endroit, connu de nombreux plongeurs belges, est devenu le premier site sous-marin de la péninsule ibérique à être fouillé en profondeur avec une méthodologie scientifique. Il ne s’agit pas seulement de recherches et d’extractions systématiques mais bien d’un travail d’archéologie sous-marine couplé à des recherches exhaustives en laboratoire. Les recherches sous-marines sont rendues complexes par la profondeur importante où reposent les vestiges. L’épave repose à environ 50 mètres de profondeur, ce qui complique le travail des archéologues. «La profondeur rend le travail lent, car nous avons peu de temps de fond ; de plus, cette zone du littoral est très exposée aux vents, aux vagues et aux courants forts», précise le responsable du CASC, Rut Geli. Les fonds marins des îles Formigues, dans le Baix Empordà, abritent deux navires de l’époque romaine. Le premier, baptisé Formiques I, transportait du vin et date du milieu du Ier siècle av JC. Cette épave était l’objet de la campagne du Centre d’archéologie subaquatique de Catalogne (CASC) en 2020. Le second, Formigues II, a été localisé en 2016. Le site a commencé les fouilles l’année suivante et en 2021, les archéologues sont revenus pour y mener une nouvelle campagne. Ils ont découvert d’importantes quantités de sable amenées là sous les effets des 16

tempêtes Gloria et Filomena. Cette épave date du dernier quart du Ier siècle avant JC, sous le règne de l’empereur Auguste. C’était un cargo, transportant des sels et des sauces de poisson (garum) de la Bétique, l’actuelle Andalousie. Leur destination était probablement Arles ou Narbonne, d’où partaient les différentes routes de cabotage. De la résine de steppe noire a été trouvée à l’intérieur d’une partie de l’épave. Cet arbuste aromatique était très apprécié dans l’Antiquité pour la fabrication de parfums ou de médicaments. Mais jusqu’à présent, son utilisation pour enrober l’intérieur d’amphores remplies de sauces ou de poissons salés n’avait jamais été documentée. Ce n’est pas la seule découverte. Les archéologues ont également découvert la poupe du navire et ont vu à quel point le site est beaucoup plus grand qu’ils ne le pensaient. En 2021, une partie de la campagne de fouille s’est déplacée sur l’épave Deltrèbe 1- Delta de l’Ebre face à l’Ile de Boudha - (navire anglais transportant des munitions et

ayant sombré en 1813). En revanche, Rut Geli souligne que Formigues II est «un site exceptionnel» car il se compose à la fois d’une cargaison d’amphores et du bois du navire. En effet, l’archéologue souligne que, malgré l’important pillage qu’a subi la côte catalane - et cette épave ne fait pas exception, ils n’ont jamais retrouvé un navire romain aussi bien conservé. La découverte, comme toutes les découvertes, reste exceptionnelle. Mais en la circonstance, la campagne de fouille menée par les archéologues de l’Etat a permis de découvrir à quel point le site est en réalité beaucoup plus vaste qu’on ne le pensait auparavant. Ils ont déjà dénombré jusqu’à 197 amphores de quatre types différents mais ils ont découvert aussi bien d’autres objets. Clairement, ces premières découvertes ne correspondent qu’au début de l’exploitation archéologique. Rut Geli explique, dans la revue ACN Girona, que cela ne présuppose pas que le navire soit de grande taille.


«Lorsqu’il a coulé, il s’est peut-être brisé, et c’est pourquoi les amphores occupent plus d’espace sur le fond marin ; pour l’instant, ce qu’on voit, c’est qu’après avoir dégagé 21 mètres dans le sens de la longueur du bateau, de nouvelles découvertes nous enrichissent», précise le responsable du Centre d’archéologie subaquatique de Catalogne (CASC).

POMPE DE POUPE Au cours de cette campagne, les archéologues ont pu constater à quel point l’arrimage des amphores à l’intérieur de la cale du navire était très bien organisé. Celles qui pesaient le plus étaient situées dans la partie centrale du navire et les plus légères, aux extrémités. En fait, en examinant sa disposition, jusqu’à quatre types différents d’amphores (Dressel 7, 9, 10 et 12) ont été trouvés sur le site. De plus, les archéologues du CASC ont également pu localiser la poupe du navire. Notamment grâce aux éléments qui faisaient partie de la pompe de drainage du navire (le système qui permettait d’évacuer l’eau de la cale). Il y a trois ans, ils ont localisé une pastille de bronze qui intégrait le mécanisme. En 2021, ils ont trouvé l’un des tuyaux en plomb qui en faisait également partie. «Cela nous indique que cette zone était la poupe du navire, car c’est là que se trouvait la pompe de séchage», explique Geli.

DÉCOUVERTE UNIQUE Au-delà de l’architecture navale de Formigues II, les amphores transportées par le navire cachaient également une trouvaille unique propre à la Méditerranée. Deux millénaires plus tard, l’étude de son contenu a permis de la découvrir. Mêlés aux sédiments, des restes de sels et de sauces de poisson ont été extraits des amphores. Des arêtes de poissons ont été conservées à l’intérieur d’une des amphores et seront analysées. Des épines, des écailles ou des noyaux d’olive ont été trouvés. En parallèle, les archéologues du CASC ont également extrait des échantillons de la résine qui recouvrait les parois internes des amphores et préservait leur contenu. C’est là qu’intervient une équipe de recherche interdisciplinaire. Car, outre les amphores elles-mêmes, les restes d’ichtyofaune, les pollens et les éléments végétaux qu’elles contiennent

Arêtes de poissons découvertes dans les amphores sont également étudiés. Et à l’intérieur de certaines amphores, toutes de type Dressel 7, une résine inédite a été utilisée pour en recouvrir l’intérieur : celle du kyste ou de la steppe noire. Plusieurs analyses sont en cours dans les laboratoires de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier, où la palynologue et chercheuse Ana Ejarque a examiné les échantillons prélevés à Formigues II. Le ciste est un arbuste très aromatique, présent dans toute la Méditerranée. «Il produit une résine collante, le ladanum, qui était très appréciée dans l’Antiquité pour préparer des parfums et des médicaments, car elle possède des propriétés médicinales», explique Rut Geli. C’est cependant la première fois que son utilisation pour enduire l’intérieur des amphores est également documentée (car elle était généralement réalisée avec de la résine de pin). Ainsi, explique Rut Geli, le cystus est associé à «cette précieuse résine dans la préparation des poissons salés et des sauces de poisson». «Cela nous donne des informations précieuses et inédites sur l’utilisation des plantes et de leurs dérivés dans l’Antiquité», a-t-il ajouté. En fait, les propriétés aromatiques de la steppe noire persistent pendant des siècles. Les échantillons de résine que les archéologues ont extraits des amphores et amenés au laboratoire du siège du CASC en est un exemple. L’odeur pénétrante de cet arbuste se dégage même deux millénaires après le naufrage.

Si la chance me sourit et grâce à mes contacts privilégiés avec la Fédération Espagnole (FEDAS), je vous rapporterai, après l’été, quelques images et plus d’information sur cette fouille archéologique. À suivre…

Marc Allemeersch

Avec l’autorisation de la revue ACN (Agence catalane d’informations) de Girona.

Dressel : la table de Dressel couvre essentiellement les amphores romaines. Il s’agit d’un classement par typologie des amphores antiques. Ladanum : gomme-résine extraite de plusieurs espèces d’arbrisseaux du genre des cistes (Cistus) et pouvant être utilisée en parfumerie, notamment, comme substitut de l’ambre gris. Elle a joui également d’une grande réputation d’astringent, de vulnéraire, de balsamique et de sédatif. Palynologue : palynologie appliquée à l’archéologie qui étudie les pollens et les spores fossilisés piégés dans les couches successives de sédiments, notamment. Cistus ou ciste : est un arbuste au feuillage persistant, à la forme buissonnante, assez compact qui se développe dans les sols rocailleux et rocheux du bassin méditerranéen, d’où il est originaire.

17


Photographier avec un modèle (Partie 1) Lors d’une sortie plongée photo à TODI organisée par la Commission Audiovisuelle, j’ai préparé un cours sur la prise de vue en plongée avec un modèle. Je vous partage un peu de contexte et l’essentiel des conseils prodigués lors de cette journée. Pour éviter que cela soit trop long, le sujet se divisera en deux articles.

CONTEXTE

Il y a un certain nombre d’années, beaucoup de photos prises étaient avec des plongeurs sous l’eau car c’était un sport atypique, vu comme risqué et incroyable. De plus, le matériel photographique de l’époque n’était pas aussi performant que maintenant. Il n’était pas facile de réussir des photos de la faune et de la flore. Ajouter un plongeur modèle permettait d’avoir plus facilement une photo réussie. Depuis la démocratisation et l’ouverture de la plongée au plus grand nombre, ce n’est plus un sujet exceptionnel. L’accent est mis sur la nature, sa beauté, sa diversité ou encore son côté étonnant. La mise au point de matériel photo hyper performant permet aussi d’avoir des sujets plus variés. Le thème du plongeur est donc aussi «dilué» parmi des types de photos plus diversifiés. Il n’en reste pas moins que la photo d’un humain sous l’eau reste un genre photographique super intéressant. Ceci pour plusieurs raisons.

OPPORTUNITÉS

Tout d’abord, c’est un défi car il s’agit d’un type de photo devenu inhabituel et donc il y a tout un monde (technique, artistique, ...) à découvrir avec ses innombrables nouvelles possibilités, également ses contraintes, de nouvelles techniques à maîtriser, la préparation, etc. C’est donc une occa18

Le Plongeur fait partie intégrante de la photo

sion de progresser dans sa pratique photographique. Ensuite, c’est l’occasion de pratiquer la photo avec des amis non photographes et d’avoir des souvenirs uniques. Cela permet de donner envie à d’autres personnes de plonger et de faire grandir la communauté des hommes et femmes grenouilles. Même avec des plongeurs

débutants, il y a moyen de (se) faire plaisir. Personnellement j’ai toujours trouvé agréable de faire des plongées découvertes avec un débutant, de le.la faire poser à certains endroits que je connais bien et de lui rapporter quelques souvenirs qu’il.elle mettra sur l’un ou l’autre de ses réseaux sociaux.


MATÉRIEL

Pour la photographie d’un modèle en plongée, un grand angle est quasi indispensable. En effet, vous bénéficiez : • D’un champ plus large pour la composition. La composition est probablement l’élément essentiel de ce type de photographie. • La possibilité de vous rapprocher plus a pour conséquence moins d’eau, plus de couleurs et les flashs qui sont mieux exploités. Lors de la sortie TODI, j’ai plongé avec une photographe qui n’avait

que le «grand-angle» natif de son Sony RX-100 sans avoir de pré-optique grand-angle devant. Cela la forçait à s’éloigner du sujet et donc à augmenter la quantité d’eau entre son appareil et son modèle. Le flash devient moins performant, les couleurs plus fades, les contrastes s’affaiblissent. Bref, la photo perd de son «piqué». Cela ne veut pas dire que la photo est forcément mauvaise. Il y a des limitations qui apparaissent et dont il faut tenir compte. Complément Grand-angle «humide» pour les compacts

La photographe est obligée de s’éloigner du modèle pour avoir son buste et une partie des bulles.

ECLAIRAGE - PRINCIPE

Vous connaissez mon addiction à l’exposition manuelle. Elle permet d’affiner l’exposition et l’éclairage au mieux. Au grand-angle (même si c’est vrai pour tout), les paramètres de l’appareil (ouverture, vitesse, sensibilité) définissent l’exposition de l’ambiance : tout ce qui ne sera pas éclairé par les flashs. Typiquement, tout ce qui est éloigné de 1 à 1,5 mètre et plus. Les flashs éclaireront l’avant plan, les sujets proches (= jusqu’à environ 1,5 mètre). Si vous n’avez qu’un flash, c’est la même chose. La présence de plusieurs flashs permet une meilleure couverture de l’angle de vue offert par le grand angle.

Si vous restez en automatique ou semiautomatique, l’appareil fera cela pour vous. Plus ou moins bien. Dans le meilleur des cas vous aurez une photo bien exposée avec un arrièreplan assez clair et un sujet au premier plan bien éclairé. Mais cela peut entraîner des choix de paramètres inadéquats. Par exemple une ouverture du diaphragme trop grande (perte de profondeur de champ) ou une vitesse lente (flou de bougé de votre part ou de la part du sujet). De plus, cela peut ne pas rendre une ambiance plus sombre que vous souhaiteriez communiquer. Dans le pire des cas, vous aurez des arrière-plans trop sombres et / ou un avant-plan surexposé, voir brûlé.

L’avant-plan est exposé par les flashs, l’ambiance par le trio ouverture, vitesse, sensibilité. 19


3 TYPES DE PHOTOS 

MODÈLE PROCHE - PORTRAIT

Votre modèle est l’élément principal ou un des éléments principaux. On ne voit quasi que son visage ou son buste, le reste du corps étant hors champ. Il peut y avoir un autre sujet comme un nudibranche, une éponge que la plongeuse regarde, … Le modèle est éclairé par les flashs car il est tout proche et nous pouvons le distinguer. Son visage, ses yeux, la couleur de sa peau sont reconnaissables. Dans ce cas-ci, le regard, l’éveil de la personne et son attitude sont particulièrement importants.

La plongeuse est le sujet principal. Son visage occupe une grande partie de la photo

 MODÈLE À DISTANCE MOYENNE Votre compagnon de plongée est visible dans son entier. Il n’est pourtant pas trop éloigné et peut encre être éclairé par vos flashs. Ceci n’est en général possible qu’avec un objectif de type fish-eye, ou très grand-angle. Ils ont une couverture angulaire plus grande (=ils voient plus large) et permettent donc au sujet de se rapprocher tout en restant entier dans la composition. L’éclairage est un peu plus difficile car les différents sujets (dont le plongeur) doivent être correctement éclairés. De même, les différents éléments principaux que l’on met en évidence dans la photo doivent être nets. Pour ces raisons, ils doivent se trouver dans la zone de netteté, c’est à dire être à la même distance de l’appareil.

 LE MODÈLE EST ÉLOIGNÉ Ici, il s’agira de silhouette. Le plongeur sera tellement éloigné qu’il n’est plus éclairé par les flashs. Il fait partie du décor, de l’arrière-plan. Néanmoins nous ne pouvons pas le placer n’importe comment. Notre œil sera attiré par cette silhouette humaine. Comme nous le verrons un peu plus loin, le comportement (position, équipement, gestuelle, ...) est très important pour que cela soit joli. Ce type de photo est tout de même plus facile à réaliser. Le positionnement est relativement plus simple. Le plongeur faisant partie de l’ambiance, il ne faut pas se soucier de son éclairage par les flashs. 20

La plongeuse est entière sans être trop loin pour que le visage et les couleurs soient bien présents Le modèle est donc un élément important de la photo car son visage et ses yeux sont encore visibles. Il attirera le regard. Sa relation avec le reste de l’image reste cruciale pour la composition. Les précédents éléments relatifs au regard restent d’application. Surtout qu’aujourd’hui la définition des appareils et la capacité à zoomer, ne «pardonnent pas» un regard vague.

La plongeuse est une silhouette qui apporte du drame et de la dimension à la photo


CONSEIL Si le modèle n’est pas très expérimenté, il faut lui donner des choses simples à faire. • Déplacement d’un point à un autre • Se tenir à un endroit où il pourra maintenir son équilibre • Eclairer un sujet avec sa lampe Vous ne pourrez donc pas faire le même type de photos avec un plongeur débutant qu’une personne expérimentée. Vous aurez également de meilleurs résultats avec un modèle qui fait régulièrement du mannequinat pour vous.

Même un débutant peut faire Titanic à 5 mètres de fond

LE JOB DU PHOTOGRAPHE

Outre les questions techniques de l’éclairage et de l’exposition, il va devoir faire attention aux détails précédemment cités et guider, communiquer avec le modèle pour obtenir la composition voulue. En particulier nous pouvons souligner les points suivants:

(ou la lampe) et le sujet éclairé. Une poutre, un poisson qui passe, ... créera une ombre portée sur le sujet qui sera donc sous-exposé. Pour terminer, sans refaire les bases du positionnement des l’éclairage artificiel (La base du positionnement des flashs et lampes dans une édition précédente de l’Hippocampe), limitez la quantité d’eau éclairée qui se trouve entre l’objectif et le sujet, tout en éclairant ce dernier. LA COMPOSITION Je l’ai déjà mentionné auparavant, je le redis, le cadrage est un élément crucial de la composition en grand angle. Le grand-angle incorpore beaucoup des éléments présents par son grand angle de champ (à l’opposé, les longues focales isolent). Il faut donc faire attention à ne pas inclure des éléments non voulus. C’est la difficulté dans ce type de photo : n’y inclure que ce qui renforce la photo. La palme d’un autre plongeur, un bout de bras, des bulles (les siennes par exemple lorsque l’on est en contre-plongée), ... sont des éléments qui desserviront votre photo. PRÊTER ATTENTION AU MODÈLE Il ne suffit pas que celui-ci soit au bon endroit dans une position correcte, il doit aussi avoir une présence qui renforcera la composition. Le regard : il doit être éveillé et non absent ou distrait. Dans le regard, miroir de l’âme, nous pouvons voir si la personne est intéressée, présente, contente, heureuse ou juste en train de s’ennuyer, de bailler, ... Il y a un deuxième point que je ne peux pas ne pas mentionner. La respiration et les bulles. Evidemment, les bulles ne doivent pas être devant le visage. Elles ne doivent pas masquer le regard.

LE POSITIONNEMENT DE L’ÉCLAIRAGE Que ce soient des flashs ou des lampes, ils ne doivent pas être proches du sol, d’une paroi ou un objet proche. En effet, ceux-ci recevront (beaucoup) plus de lumière que le.s sujet.s. Ils seront dès lors surexposés, prendront l’attention du lecteur et ruineront la photo. Ensuite, il faut les placer au niveau des yeux pour éviter des ombres portées par le masque. De même, il faut s’assurer qu’il n’y a pas d’objet entre le flash

Certains vous diront qu’une photo avec des bulles est une photo ratée. Je ne partage pas cette idée comme une règle absolue. Par exemple, une photo prise sous l’eau où il n’y a pas (ou peu) d’éléments indiquant que nous sommes immergés, bénéficiera de la présence de bulles qui contextualisent l’image. De même beaucoup de petites bulles apportent un élément décoratif, créatif. Il s’agit donc de déclencher au bon moment, le photographe doit être attentif, anticiper et être prêt à déclencher. Si votre appareil est un compact avec son flash intégré qui commande les flashs externes, vous n’aurez pas l’occasion de déclencher plusieurs fois d’affilée car le flash interne ne le permettra pas (recharge lente). C’est ici que l’anticipation, l’expérience et la concentration vous permettront d’améliorer vos résultats. Ici, oui, je le confesse, un éclairage constant (une lampe) qui éclaire bien, offre la possibilité de faire des rafales avec un compact.

Régler, cadrer, se préparer... et regarder le modèle Pour ne pas rendre cet article trop long, une seconde partie axée sur le rôle du modèle sera publiée dans la prochaine édition de l’Hippocampe. Si vous ne voulez pas attendre, vous trouverez l’article dans son entier sur www.plongeephoto.com Texte et photos : Pierre-Bernard Demoulin Instructeur photographe sous-marin pbd@plongeephoto.com www.plongeephoto.com www.facebook.com/PlongeePhoto You Tube : chaîne «Plongée Photo»

Flash éloigné = sujet éloigné 21


Sortie de la Commission Audiovisuelle à Todi

The first photo & video experience Samedi 27 novembre 2021, 9 heures, Todi – Beringen. C’est sur l’ancien site industriel minier de la Hesbaye flamande que la commission audiovisuelle (CAV) a invité les plongeurs pour une journée de découverte et de formation à la photographie & vidéo sous-marines avec modèle. Sous la houlette bienveillante de Cathy,

Photo : Delphine Kallen

22

le programme de la journée était chargé. En effet, après un agréable accueil avec une boisson chaude offerte, PierreBernard, responsable de la section photo CAV, secondé par notre président, Jonathan, nous a parlé des techniques photographiques pour la prise de photos avec modèle (composition, éclairage, conseils, trucs et astuces, signes pratiques, quelques mots également pour les vidéastes) puis a répondu aux questions des 25 participants attentifs. Quel plaisir de partager une passion commune et qu’importe le niveau : du débutant, au photographe – plongeur confirmé, chacun y trouve son bonheur et intérêt ! Ce fut ensuite le briefing et l’annonce des palanquées avec une prise de contact permettant de fixer, en toute sécurité, les objectifs de photos ou vi-

déo sous-marines. Les uns ont accepté d’être modèle, les autres donnant leurs consignes préalables pour ajuster au mieux leurs prises de vue. Surprise ! La CAV a eu l’excellente idée de réserver un modèle professionnel, Céline, qui a pu agrémenter la séance photo / vidéo. Par ailleurs, une palanquée de modèles – plongeurs «Lifras» avait également été prévue (Merci à Isabelle et Philippe). Enfin, dès 11h, tout le monde s’est mis à l’eau pour une mise en pratique concrète. Les photos que nous publions ici n’est qu’une toute petite sélection car il y en a eu beaucoup d’autres de prises (cf. notre page FB) et parlent d’ellesmêmes. C’était un moment hors du temps qui a permis à chacun de s’en


Photo : Cathy Grimonpont Photo : Delphine Kallen

Conclusions En résumé, une journée passionnante, riche de rencontres humaines et de nouvelles connaissances en matière de prises de vue sous-marines ! À refaire sans modération ; merci à tous.

N’hésitez pas à nous rejoindre pour nos prochaines activités. En attendant, retrouver-nous sur notre page FB. Pour la CAV, Benoît Lonay, Trésorier

donner à cœur joie et de profiter de nos sympathiques modèles. Mais toutes les bonnes choses ont une fin et plonger, ça creuse ! C’est donc les images plein la tête que nous avons pris la direction du restaurant où un excellent trio de pâtes nous attendait. Début d’après-midi, le reste du programme a été consacré, par chacun, au choix cornélien de sélectionner quelques photos pour le débriefing. Celui-ci s’est fait en petit groupe, d’abord, avec les précieux conseils des plus expérimentés et ensuite avec l’ensemble des participants. Sur le coup de 16h, la journée s’est clôturée ; trop tôt assurément. Il y avait encore tant de choses à dire, de photos à voir, de nouveaux contacts à prendre…

23


24

Yves Bouchez

Diane Carpiaux

Delphine Kallen


Yves Bouchez

Benoit Lonay 

Luc Wilmotte

Geoffrey Dewez 

25


Alain Desaer

 Anne-Pascale Van Ormelingen 

26


Nérée Diving Ecole & magasin spécialisé en plongée sous-marine

www.neree-diving.com

Nérée Diegem

Haachtsesteenweg, 84/2 1831 Machelen 02/720.91.99 diegem@neree.be

Nérée Wavre

Nérée Namur

Rue Saint Roch, 22 1300 Wavre 010/81.59.54 wavre@neree.be

Rue Père Cambier, 17 5000 Salzinnes 081/74.03.07 neree@skynet.be

Découvrez tous nos services

- GONFLAGE :

stations de gonflage air/nitrox/oxy. Possibilité d’abonnement 10+2 gratuits ou illimité annuel

- SAV DÉTENDEUR :

entretien des plus grandes marques (Aqualung, Mares, Scubapro, Cressi) dans un délai de 10 jours

Réduction membres Lifras :

- RÉPARATION COMBI :

Nous offrons 10 % de remise* à tous les plongeurs membres d’un club Lifras en ordre de cotisation.

atelier spécialisé dans la réparation de combinaison étanche

* réduction Lifras : non cumulable avec d’autres promotions. Valable uniquement pour les articles de plus de 20 € hors prix nets et SAV.

Dirigé par Julien DUQUENOY depuis 2018

Aux portes du PARC NATIONAL DE PORT-CROS

G ro u p e s e t I n d i v i d u e l s Séjours, Hébergement et Pension

E x p l o ra t i o n , Fo r m a t i o n

Formations FFESSM N1 à N4, Nitrox, Encadrement DESJEPS-DE

S i te s d e p l o n gé e s

Parc National de Port-Cros (Gabinière,...) Epaves (Donator, Grec, Togo, Rubis, Hellcat, Barge aux congres,...)

L o c a l s u r l e p o r t - 2 b a te a u x Stockage matériel, Gonflage Nitrox

Ouvert toute l’année Té l . + 3 3 4 9 4 7 1 5 4 5 7 info@ciplavandou.com

www.ciplavandou.com

27


La rubrique de Gérald Biston

Découvrir la plage en hiver quand il fait mauvais L’hiver tire en longueur. Chez certains, la motivation à la plongée s’est émoussée et ne reviendra qu’avec l’élévation de la température de nos eaux habituelles. En attendant, sans nous immerger, pourquoi ne pas partager avec nos enfants et petits-enfants la découverte de ce que la mer nous amène naturellement sur terre en cette période hivernale ? Un endroit s’y prête tout particulièrement : la plage.

Qu’elle soit urbanisée ou éloignée de toute habitation, rocheuse ou sablonneuse, noire de monde ou déserte, la plage associe, pour la plupart d’entre nous, la mer, le sable et le soleil.

28

Gardons la mer et le sable mais oublions le soleil. Partons pour la Mer du Nord ou vers les côtes de la Manche par une matinée d’hiver au temps froid et même orageux si possible. C’est le moment où la plage se remplit le plus d’objets impressionnants. Que diriez-vous par exemple d’y trouver des petits crustacés, de beaux coquillages, des œufs de «requin» ou des os de seiche ? C’est tout à fait possible sur nos plages de Belgique ou des Hauts de France.


La plupart des touristes ne repèrent jamais ces trésors en été. A cette époque, les gestionnaires ratissent leurs plages pour en éliminer tous les déchets. Ils emportent en même temps les coquillages, les fossiles et les petits animaux que chaque marée dépose sur le rivage. C’est pourquoi les meilleurs moments pour mettre la main sur de jolies trouvailles sont la fin de l’automne, l’hiver et le début du printemps. De plus, par temps froid et orageux, les mollusques sont plus souvent rejetés sur le sable et le froid les rend moins actifs. Une fois échoués sur le rivage, ils n’ont pas assez d’énergie pour creuser et se cacher à notre approche. Toutefois, avant de partir vers la mer, vérifiez deux paramètres : le vent et les horaires des marées.

Le vent

La direction du vent va déterminer ce qui va échouer sur le rivage. Lorsque le vent souffle de la mer vers la terre, d’ouest en est, de nombreux objets légers susceptibles de s’envoler et de flotter comme les algues et les déchets plastiques seront rejetés. Au contraire, si le vent souffle de la terre vers la mer,

d’est en ouest, il repousse ces objets légers vers la mer mais en même temps il crée un courant sous-marin en direction de la côte. Ce courant balaie le fond marin, poussant des objets plus lourds jusqu’au rivage. Avec un peu de chance, vous pourrez dénicher alors de gros coquillages, des fossiles, des ossements et même des morceaux d’épaves ! Mais quand le vent souffle parallèlement à la ligne de marée, du sud-ouest au nord-est, il vaut mieux rester chez vous car la plage sera alors quasiment vide d’objets intéressants.

Les horaires des marées

Bien évidemment, la plage à explorer est plus grande à marée basse et plus petite à marée haute. Si vous souhaitez augmenter votre temps d’exploration, il est préférable de commencer une heure avant l’heure de la marée basse. Vous pourrez alors progresser sur la plage pendant que la mer recule et qu’elle laisse derrière elle son lot de curiosités. À marée basse, vous trouverez plus de crabes, d’escargots ou de coquillages vivants qui se cachent du mieux qu’ils peuvent dans le sable.

Par marée haute, vous trouverez principalement des objets légers capables de flotter, comme des algues, des œufs de «requins» ou des carapaces de crabes. Pour trouver les heures et les marnages des marées à Ostende, consultez le site https://www.horaire-maree.fr/maree/OOSTENDE/. Si vous voulez vous rendre sur une plage à l’est d’Ostende vers la frontière hollandaise, consultez les tableaux des marées et des marnages sur le site https://www.horaire-maree.fr/maree/ZEEBRUGGE/. Si vous voulez vous rendre à l’ouest d’Ostende, vers la frontière française, consultez les tableaux de marée sur le site https://www.horaire-maree.fr/ maree/NIEUWPOORT/. Si vous préférez profiter des plages françaises proches de la frontière belge, consultez le site https://horaire-maree.fr/maree/DUNKERQUE/. Si vous cherchez un plus grand dépaysement encore et que l’envie vous prend de profiter des spectacles hivernaux qu’offrent la Manche orientale et la baie de Somme, consultez alors le site https://horaire-maree.fr/ maree/Le%20Crotoy/

PASSONS EN REVUE QUELQUES DÉCOUVERTES QUE VOUS POURRIEZ FAIRE (PRESQUE) À CHAQUE FOIS SUR NOS PLAGES DE LA MER DU NORD ET DU PAS-DE-CALAIS. 1. L’écume brune du bord de mer C’est une des premières observations que vous ferez en arrivant au bord de l’eau, tant à marée haute qu’à marée basse. Par endroits, parallèlement au rivage, une mousse brune recouvre le sable et nombre d’objets déposés par la marée. Cette mousse brune qu’on appelle l’écume de mer n’a rien à voir avec une quelconque vidange de toilette. Elle ne provient pas non plus de déchets chimiques d’un bateau qui les aurait, en fraude, rejetés à la mer. Elle provient de la décomposition naturelle d’algues et de plantes marines. Quand ces algues et ces plantes meurent, les vagues les décomposent en microparticules et celles-ci se transforment en mousse. Le sable colore ensuite la mousse en marron. Cette écume n’est pas un signe de pollution, elle est sans danger et… sans intérêt le plus souvent. 29


2. Les paquets d’algues et de plantes Après l’écume de mer, ce sont les dépôts d’algues et de plantes marines qui vont attirer votre regard. Ces dépôts sont régulièrement alignés parallèlement au rivage tant au niveau de la marée haute qu’au niveau de la marée basse. Ces algues et ces plantes marines ont souvent été arrachées des fonds marins sur lesquels elles vivaient. Elles étaient en fin de vie ou les tempêtes ont eu raison de leur enracinement. Ce ne sont pas tellement ces algues ou ces plantes qui sont intéressantes mais ce qu’elles contiennent. En effet, après avoir été ballotées au gré des vagues et des courants, elles finissent par héberger des coquillages et des œufs que nous pourrons observer de près. Sur les brise-lames, vous pourrez trouver des ensembles d’algues brunes qui ont réussi à se fixer sur les parties empierrées ou bétonnées. Ce sont des fucus.

Fucus accrochés sur un brise-lame à Westende St Laureins Observez attentivement ces fucus car ils abritent souvent des patelles et des bigorneaux.

Patelle (à gauche) et colonie de bigorneaux (à droite) visibles après le dégagement des algues 30

Si les patelles sont solidement fixées sur leur support, les bigorneaux peuvent être saisis sans peine. Après cuisson dans un bouillon, ces petits coquillages constitueront un excellent appoint pour votre prochain apéritif. Ne prélevez que la quantité qui vous est nécessaire car la pêche à plus grande échelle n’est pas autorisée sans un permis spécifique sur la côte belge. La ville d’Ostende a décidé depuis 2018 d’appliquer strictement cette disposition et vous risquez d’être verbalisé si vous cueillez des coquillages vivants sur les plages de la ville. La cueillette de coquillages morts reste autorisée sur toutes les plages à l’exception, en France, des zones concédées à des éleveurs professionnels de coquillages.


3. Des coquillages perforés Au milieu d’un paquet d’algues, vous avez repéré un joli coquillage. Vous avez de la chance : les deux parties de la coquille sont encore réunies. En y regardant de plus près, vous repérez un petit trou rond dans une des deux valves du coquillage. Cette perforation peut facilement prendre une semaine. Parfois, les proies parviennent à s’échapper à temps. On peut dès lors voir sur leur coquille un trou qui n’est pas complètement creusé !

Vous êtes sur une scène de crime, un naticidae est passé par là ! Un naticidae est un petit mollusque gastéropode qui perce la coquille de ses proies avec les minuscules dents de sa langue. Il dévore ensuite sa proie à travers ce trou minuscule.

Deux variétés de naticidae

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Naticidae

4. Des coquillages vivants

Couteaux vivants et morts sur la côte belge

Source :http://www.vliz.be/en/multimedia/natureand-species-belgian-coast?album=402&pic=3067

Tapis de couteaux morts près d’un brise-lame sur la plage de Westende St Laureins Nombre de coquillages sont arrivés d’endroits lointains et ont décidé de rester pour de bon sur nos plages. C’est le cas des couteaux que l’on observe à chaque visite. Il y a plusieurs variétés de couteaux enfouis dans le sable de nos plages, on les distingue selon leurs tailles et leurs courbures plus ou moins arquées. N’hésitez pas à chercher des couteaux vivants en vous mettant à genoux et en fouillant la sable avec une pelle ou un râteau de plage pour enfants. S’il peut être apparent et dressé quand il est recouvert d’eau, le couteau s’enfouit sous la surface du sable pendant la marée basse, de préférence dans un sable un peu mou. Le couteau le plus difficile à trouver est le premier, les

autres ne sont pas loin de celui-ci. Ne prélevez que raisonnablement ceux dont vous allez vous régaler et si vous n’êtes pas sur le territoire de la ville d’Ostende. La préparation des couteaux est des plus simple : vous les rincez et les faites dégorger dans de l’eau salée, vous les assaisonnez d’un léger filet d’huile et vous les cuisez à la plancha.

Couteau vivant photographié en Bretagne

Source : https://www.mer-littoral.org/14/ensismagnus.php

Couteaux vivants photographiés en Norvège dans le golfe de Trondheim Source : http://www.seawater.no/fauna/mollusca/magnus.html

31


5. Encore d’autres coquillages vivants Les coques blanches, aussi appelées coques communes, constituent une autre espèce de coquillages très présents sur nos plages mais les populations, peut-être surconsommées, semblent en régression ces dernières dizaines d’années. Les coques mesurent le plus souvent entre 15 à 35 mm et vivent enfouies dans le sable juste sous la surface. Dès que la marée les recouvre, elles projettent leurs deux siphons à la surface pour capter les matières organiques, les bactéries et les minuscules détritus en suspension et dont elles se nourrissent. C’est dans la partie de plage découverte par la marée basse qu’il est le plus facile de les repérer par les petits jets d’eau qu’elles produisent en rejetant par intermittence une partie de leur eau. Ratisser alors le sable, même avec un jouet de plage d’enfant, permet de les observer. Les coques blanches dont le nom scientifique est Cerastoderma edule sont fréquemment utilisées dans la gastronomie italienne en complément ou à la place des palourdes dans la confection des pâtes «alle vongole». Selon les années, la France est le troisième ou le quatrième producteur mondial de coques. Elle produit autour de 10.000 tonnes par an, dont 25 % en élevage, notamment en Baie de Somme où le port du Crotoy est le premier port de France pour le commerce de la coque.

Coques blanches récoltées sur la plage de Koksijde

Une coque blanche photographiée en plongée à Oesterdam en Zélande

Si, dans un paquet d’algues, vous trouvez un petit sac allongé, de 6 cm sur 2 cm approximativement, brun jaunâtre, avec un fil bouclé à chacun des quatre coins, vous êtes en présence d’une coquille d’œuf de roussette. La roussette est un petit «requin de chez nous».

6. Des œufs de «petits requins»

Ces œufs contiennent encore les jeunes roussettes en incubation

Roussette photographiée en plongée en baie de Saint-Malo 32

Intérieur d’une coque blanche

Roussette photographiée en aquarium à Blankenberge

Quand elle est commercialisée en France, la roussette prend le nom de saumonette. Ses œufs sont pourvus de petits crochets qui vont s’attacher aux algues au milieu desquelles la roussette pond. Cela permet que, dans l’œuf, bien caché au milieu des algues, le petit requin puisse se développer en toute sécurité. Une fois que la nouvelle roussette est sortie de son œuf, la coquille finit par se détacher de son support et par échouer sur la plage. Le long du rivage, dans les paquets d’algues, vous pourrez également trouver des coquilles d’œufs, de couleur noire cette fois et de forme plus carrée. Ce sont alors des œufs de raie.


7. Les crabes et leurs carapaces

Un crabe vert vivant A marée basse, vous trouverez de nombreux petits crabes verts vivants. Ils se cachent du mieux qu’ils peuvent entre les pierres des brise-lames. A marée haute, ce sont surtout des carapaces vides que vous trouverez au milieu de tous les objets légers et capables de flotter que la marée abandonne au milieu des algues. Ne vous attendrissez pas sur le sort de ces malheureux crabes verts dont

Des carapaces de crabe vert les carapaces s’étalent devant vous. Personne n’a mené un génocide à leur encontre, on peut même supposer qu’ils vont bien ! Ce ne sont pas des dépouilles funéraires que vous avez sous les yeux mais d’anciennes carapaces que les crabes ont abandonnées au cours de leurs mues successives car elles étaient devenues trop petites pour eux. Pour vous en convaincre, retournez les carapaces et observez qu’elles sont toutes découpées de la

même manière, sur le même schéma de découpe. Cela ne ressemble en rien à la carapace irrégulièrement broyée d’un crabe qui aurait été victime d’un prédateur qui l’aurait dévoré ! Chaque crabe abandonnera ainsi successivement plusieurs carapaces jusqu’au moment où il aura atteint sa taille adulte.

8. Des «os» de seiche Une seiche vivante photographiée en plongée en baie de Saint-Malo

L’os de seiche n’a rien à voir avec l’os humain, sa composition est totalement différente. Aussi appelé sépion, l’os de sèche est une coquille interne et poreuse qui permet à la seiche de régler sa flottabilité en y comprimant plus ou moins les gaz qu’elle renferme. L’os de seiche est encore utilisé aujourd’hui pour apporter aux animaux de compagnie, notamment les oiseaux et les tortues, le calcium et autres oligo-éléments dont ils ont besoin. Parce qu’il est résistant à la chaleur et facile à graver, on se sert aussi de l’os de seiche pour réaliser de petites sculptures ou des moules destinés à fondre des bijoux. Os de seiche déposé par la marée sur la plage de Westende St Laureins 33


9. Des vers de sable Dans le bas de la plage découverte par la marée basse, vous remarquerez aisément de nombreux trous associés chaque fois à un amoncellement de sable évoquant un long spaghetti. Le trou et l’amoncellement de sable sont distants d’une trentaine de cm. Ce trou et cet amoncellement sableux marquent l’entrée et la sortie d’un tunnel Un trou d’entrée et un amoncellement occupé par un ver de sable. Ce ver porte le découverts par la marée basse nom scientifique de Arenicola marina. Il est couramment appelé arénicole, ver de vase ou ver noir. Il est bien connu des pêcheurs qui l’apprécient comme appât au bout de leurs lignes ! L’arénicole se loge entre 20 et 40 cm de profondeur dans le sable où il aménage une galerie en forme de U. Pour le déloger et l’observer, renoncez aux jeux de plage des enfants, c’est une vraie bêche de jardinage qu’il vous faut.

L’amoncellement sableux caractéristique de la sortie de la galerie d’un arénicole

Trois Arenicola marina sortis de leurs galeries La galerie est gainée d’un sédiment de couleur claire consolidé par un mucus sécrété par l’animal. Une branche verticale comporte, dans sa partie haute, une portion plus étroite dans laquelle seule pénètre la queue du ver quand il vient déféquer. Les excréments forment le cône sableux que vous avez repéré. La deuxième branche verticale démarre sous le trou conique dont le fond est généralement comblé par des sédiments. Dans la galerie, l’arénicole provoque deux courants de sens opposés. Un courant d’eau circule de la queue vers la tête en passant surtout par la face dorsale du ver. Cette circulation d’eau permet à l’animal de respirer. Ce courant d’eau percole à travers le sédiment de la partie antérieure de la galerie. Il crée un second courant qui va amener à la bouche de l’arénicole le sable avec les détritus organiques, la microflore et la microfaune dont le ver se nourrit tout en restant bien abrité dans sa galerie.

34

Cette énumération de ce qu’on peut trouver sur nos plages de la Mer du Nord et de la Manche est très incomplète. Chaque plage fourmille de dizaines d’observations possibles mais vous en savez assez pour commencer, seul ou avec des amis, avec vos enfants ou vos petits-enfants, votre propre collection des curiosités et des merveilles de la plage.

Créez une étiquette pour chaque trouvaille, notez le lieu et la date de votre découverte, et quelques informations que vous voulez garder en mémoire. Avant même de vous en rendre compte, vous serez l’heureux propriétaire d’une jolie collection de souvenirs de vos visites à la côte !

Profitez donc de ce qu’il vous reste d’hiver pour passer une journée à la plage. Emportez quelques petites boîtes pour ranger les coquillages fragiles et quelques grands pots pour les autres trouvailles qui valent la peine d’être conservées. En rentrant à la maison, rincez vos trésors avec de l’eau douce. Séchez-les ensuite et gardez-les à l’abri du soleil pour protéger les couleurs.

https://www.notrenature.be/article/a-la-recherche-de-tresors-rendez-vous-a-la-plage

Les informations contenues dans cette Page ont été notamment inspirées par

https:/ /www.rtbf.be/vivacite/article/ detail_ramasser-des-coquillages-a-laplage-attention-ca-risque-de-vous-coutercher?id=9994989 https://fr.wikipedia.org/wiki/Cerastoderma_ edule https://fr.wikipedia.org/wiki/Arenicola_marina


PROGRAMME DES STAGES

ZÉLANDE 2 & 3 juillet 2022 ET 20 & 21 août 2022

Responsables : V. Majerus – J. Mallefet – Ph. Schweich Le Comité Biologie de la Commission Scientifique Lifras organise des stages d’initiation et de perfectionnement à la découverte de la biologie sous-marine de Zélande en juillet 2022. Afin d’assurer l’organisation des stages, dans les meilleures conditions possibles, le nombre de places est limité à minimum 20 pers et maximum 45 pers (par stage) afin d’assurer un encadrement de qualité.

Remarque importante : si le nombre minimum n’est pas atteint, le stage ne sera pas organisé ; donc n’attendez pas la dernière minute pour vous inscrire (car il y aurait un risque d’annulation avant que vous ne vous soyez manifesté). Clôture des inscriptions : 15 juin 2022 : (il faut nous laisser le temps de nous organiser et de convoquer le staff encadrant). Merci de votre compréhension.

INFORMATIONS PRATIQUES : LOGEMENT : W-E juillet : camping VIERBANNEN (www.vierbannen.nl) Weg v.d. Buitenlandse Pers, 1A - 4305RJ Ouwerkerk. Tel. : +31 111 64 20 44 Les emplacements sont réservés au nom du Comité Biologie ; vous pouvez arriver la veille. MATÉRIEL REQUIS : tente et/ou caravane (au complet) – couchage – nourriture – possibilité de raccordement électrique – bloc-notes + de quoi écrire + documentation personnelle. FRAIS : outre vos frais personnels (nourriture, boissons, gonflage, camping, …), une somme de 15 EURO par stage est à verser après avoir fait votre inscription sur le site Lifras Commission Scientifique via MY Lifras. Pourriez-vous apporter la preuve de paiement lors du stage? Seuls les 45 premiers versements et les 45 formulaires correctement remplis seront pris en considération. Cette somme couvre les frais d’organisation des stages, la fourniture de documentation.

CONDITIONS :  Être «plongeur 2*» minimum (les stages sont organisés pour des plongeurs ayant une aquaticité satisfaisante afin de pouvoir observer la faune et la flore sans souci de matériel).  Avoir plus de 18 ans – être en parfaite condition physique pendant le stage.  Être en ordre de visite médicale 2022 & cotisation Lifras 2022.  Être en possession de votre matériel de plongée au grand complet (éclairage, dragonne, …).  Être en possession, si possible, du « Guide de la faune et de la flore sous-marine de Zélande » R. Sheridan, Cl. Massin, … ed. Lifras. RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES : - Valérie Majerus : E-Mail : valmajerus@gmail.com - Jérôme Mallefet : E-Mail : jerome.mallefet@uclouvain.be - Philippe Schweich : E-Mail : philschweich@skynet.be Le comité organisateur

LE NOMBRE DE PERSONNES POURRAIT ÊTRE DIMINUÉ SI LES CONDITIONS SANITAIRES CHANGEAIENT EN COURS DE ROUTE. 35


La plongée ADO

Comment motiver et garder notre jeunesse quand elle progresse de la plongée-enfant à la plongée-adulte ?

La Commission Féminine s’intéresse aux jeunes plongeurs de 12 à 15 ans. Pourquoi cette tranche d’âge ? À l’adolescence, on constate de nombreux cas d’abandon de la plongée. Même si les causes sont variées, nous réfléchissons actuellement à la meilleure façon d’aider notre jeunesse à effectuer la transition du plongeur-enfant au plongeur-adulte. Nous avons organisé le 19 septembre 2021 une plongée au barrage de l’Eau d’Heure, sur le site de la Plate Taille, suivie d’une rencontre, à laquelle nous avions invité des jeunes plongeurs avec leurs parents et des encadrants intéressés à partager leur expérience. Cette rencontre a confirmé la nécessité de nous pencher sur le passage de la classe «enfant» vers la classe «adulte». Le panel des participants était intéressant car constitué d’adultes

et de jeunes. Cela a donné lieu à des échanges constructifs qui ont débouché sur des questions et souhaits formulés par les participants. Voilà ce qui nous a été livré : Les plongeurs ados ont des profils très différents. Certains ont ou n’ont pas pratiqué la plongée enfant et démarrent directement leur formation dans le programme d’enseignement pour les adultes candidats plongeurs 1*. D’autres ont déjà suivi une formation par la «plongée-enfant» dans la tranche d’âge de 8 à 13 ans. À 14 ans, ces Dauphins intègrent une classe de plongeurs adultes 1* et certains peuvent devenir assez rapidement candidats plongeurs 2*. Dans ces deux cas de figure, la péda-

Après la plongée, les participants échangent leurs réflexions.

36

gogie appliquée par les formateurs semble importante afin de motiver les ados à poursuivre la plongée. Les idées suivantes ont été partagées lors de cette rencontre :  Impliquer les ados dans les activités clubs.  Valoriser leur expérience en leur permettant de participer à l’encadrement, sous la surveillance bienveillante de moniteurs. Par exemple, le plongeur ado pourrait expliquer comment gréer un bloc à un candidat 1*, expliquer des petits trucs techniques pour aider les candidats qui éprouvent des difficultés avec certains gestes simples, il pourrait peut-être participer aux baptêmes enfants, il pourrait peut-être assister les moniteurs en piscine pour la formation La rencontre débute par un mot mot d’accueil de notre présidente, suivi du briefing de la plongée.


en plongée enfant et dans la formation des plongeurs 1*. Pour les formations théoriques et piscine :  Adapter les formations et la pédagogie 1* et 2*, en considérant l’expérience pédagogique des enseignants en éducation physique en secondaire, en sensibilisant les moniteurs et les clubs.  Faire des classes «ados».  Envisager un partage des «trucs et astuces» entre clubs qui encadrent des classes ados afin de faciliter la compréhension des principes de base.  Encourager la pratique de la TSA en piscine, favoriser des séances «jeux» proposant des défis techniques sous forme ludique. En ce qui concerne la plongée en milieu naturel, les jeunes plongeurs aimeraient pouvoir exploiter l’expérience déjà acquise en tant que Dauphin, puis de plongeur 1* ou 2* en attendant de pouvoir plonger en autonomie ou de progresser vers le brevet 3*. Afin d’avoir plus de possibilités pour plonger, les enfants, déjà très à l’aise dans l’eau, apprécieraient de pouvoir plonger avec des adultes 2* reconnus capables de les prendre en charge. Actuellement les nouveaux «ados» ne peuvent plonger qu’avec des adultes 3* et plus. Ce n’est pas toujours évident pour les ados qui parfois s’ennuient avec certains adultes qui n’ont pas encore atteint l’expérience déjà acquise par le jeune plongeur.  Pourrait-on envisager un système de «vignettes», bien connu des anciens plongeurs, qui validerait l’expérience du plongeur adulte 2*, validerait l’expérience du plongeur ado 2* et leur

permettraient peut-être de plonger ensemble, pour autant que cela soit possible du point de vue légal ?  La Commission de l’Enseignement pourrait-elle envisager la création d’un groupe de travail «Ados» pour réfléchir à ces questions.  D’un autre côté, serait-il possible d’envisager de réaliser des ateliers ados pour les Dauphins d’or et d’argent dès 13 ans, pour faciliter la transition vers la plongée adulte ? Serait-il possible d’amener progressivement les plongeurs Dauphins plus âgés et très expérimentés à avoir des prérogatives plus importantes pour faciliter la transition vers la plongée adulte ? D’autres intervenants qui n’ont pas pu participer à la rencontre du 19 septembre nous ont aussi fait parvenir les pistes de réflexion suivantes :  Les ados qui entrent dans le milieu de la plongée adulte peuvent être choqués par certains comportements «adultes» (consommation d’alcool, vestiaires communs ou absence de vestiaires appropriés sur les sites de plongée). Ceci peut être particulièrement ressenti par les jeunes filles dans cette tranche d’âge.  De manière générale, toutes les fédérations sportives constatent un manque de motivation pour les jeunes filles dans cette tranche d’âge à pratiquer une activité sportive. Étant conscients de cette sensibilité, nos comportements peuvent contribuer à les encourager à continuer la pratique de la plongée. Enfin, d’autres intervenants ont suggéré un rapprochement avec les fédérations scouts.

 Serait-il possible d’envisager un événement conjoint Lifras/scout afin de favoriser une interaction entre les scouts et les ados inscrits dans nos clubs de plongée ? Comme vous pouvez le constater, dans cet article, nous n’apportons pas de réponse à ces questions, mais nous vous transmettons simplement des réflexions qui nous ont été formulées. Nous vous avons retranscrit de manière «brute», les idées telles que nous les avons reçues. Qui sait, elles seront peut-être l’amorce de réflexions pour des travaux futurs ? Nous aimerions également remercier toutes les personnes qui ont contribué à cette réflexion lors de la préparation à la rencontre-plongée ainsi que lors de la rencontre elle-même. La Commission Féminine Lifras

r s

m m i s s i o n Venezcf oénous m i n i n e rejoindre dimanche

15 mai

à la piscine du CERIA pour une rencontre Ados/ TSA/Tir sur Cible 37


RÉSULTATS DES SONDAGES Globalement, un bon taux de participation pour un sondage sans relance.

A. NON-MEMBRES Ce sondage a été envoyé aux anciens membres de la Lifras qui étaient affiliés entre 2018 et 2021. Voici les réponses aux questions qui leurs ont étaient posées :

Le club en général (infrastructure) Ambiance club

Hommes : 74 % Femmes : 25 % Autres : 1 %

Sorties club Activités autres que sorties proposées par le club Communication avec votre club

3. SITUATION FAMILIALE :

70

Processus d’enseignement 56-65 Passage brevets

60

46-55

Relation moniteur-plongeur

50 36-45

40

Communication avec la Lifras +65 ans

30

100%

0%

100%

26-35

20 10

Très insatisfait Insatisfait Neutre Satisfait Très satisfait

1. GENRE :

2. TRANCHE D’ÂGE : 80

6. DEGRÉ DE SATISFACTION DE L’ANCIEN CLUB :

18-25 - 18 ans

7. MOTIF DU DÉPART :

0

Couple : 40 % Famille : 36 % Célibataire : 21 % Parent d’enfant plongeur : 2 % 4. NOMBRE D’ANNÉES MEMBRES À LA LIFRAS (CLUB) : 1-5 ans : 38 % 6-10 ans : 16 % 11-15 ans : 14 % 16-20 ans : 9 % > 20 ans : 22 % 5. ANNÉE DE NON-RENOUVELLEMENT D’INSCRIPTION DANS UN CLUB LIFRAS : 2021 : 19 % 2020 : 21 % 2019 : 26 % 2018 : 34 %

38

140 120 100 80 60 40 20 0

a

b

c

d

e

f

a : déménagement. b : gestion familiale. c : contrainte professionnelle. d : plus satisfait du club. e : parti à la concurrence. f : temps excessif à l’activité. g : durée trop longue pour l’obtention du brevet. h : autre.

g

h


8. RECOMMANDER À UN PROCHE DE REJOINDRE UN CLUB LIFRAS : Oui : 78 % Non : 22 %

9. TENDANCES DES RÉPONSES REÇUES AUX QUESTIONS 7 ET 8 : En points positifs, il en ressort que globalement la Lifras est bien considérée pour son sérieux, son accent sur la sécurité, sa gestion professionnelle, son bénévolat, ses brevets reconnus mondialement, etc. Cependant, on peut constater que certains points doivent être pris en compte à savoir le passage des brevets

trop longs, pas de passerelles simplifiées avec les autres fédérations, un enseignement un peu vieillot, la relation plongeur/moniteur tant sur l’aspect pédagogique que sur l’aspect sportif (ceci reste pour les plongeurs un sport de loisir et de détente, etc.) Ils considèrent que la Lifras est une bonne structure pour les débutants.

10. QU’EST-CE QUI POURRAIT LES RAMENER À LA LIFRAS : a : déménagement. b : vie de famille. c : + de temps libres. d : retrouver une ambiance club. e : partager une activité en commun. f : reconnaissance internationale des brevets Lifras. g : durée moins longue pour l’obtention des brevets. h : autre (ex parmi les réponses : la reconnaissance internationale des brevets, retrouver une activité collective, fin de la Covid, retrouver un bon club avec une bonne ambiance, moins de rigidité de l’enseignement, etc.).

120 100 80 60 40 20 0

a

b

c

d

e

f

g

h

11. NOTE GLOBALE ATTRIBUÉE À LA LIFRAS : 3,62 sur 5 CONCLUSION : Les causes de départ de ces anciens membres sont en grande partie dues à des facteurs extérieurs à la Lifras (déménagement, maladie, nouvelle vie de famille, travail, âge, etc.). Néanmoins, il ne faut pas négliger que certains de ces sondés ne se sont plus réinscrits à cause d’une lourdeur de l’obtention des brevets, de leur relation au sein de leur club, du manque de

considération, de la communication Lifras-membre, etc. Il est évident aussi que la crise de la Covid n’est pas non plus étrangère à ce que beaucoup d’anciens membres ne se sont pas réinscrits ces 2 dernières années. L’aspect positif de ce sondage est que certains ont décidé de se réinscrire à la Lifras en 2022.

B. MEMBRES

250

Ce sondage a été envoyé aux membres de la Lifras 2021. Voici les réponses aux questions qui leur étaient posées : 1. GENRE : Hommes : 81 % Femmes : 19 % Autre : 0 %

ACTION DE LA LIFRAS Une réunion d’information et de suivi est programmée avec la Commission de l’Enseignement. Mise en place une meilleure communication entre la Lifras et les membre en passant par l’amélioration des sites de communication de la Lifras (Internet, FB, etc.) et via les clubs Lifras. Cela sera réalisé dans un bref délai.

2. TRANCHE D’ÂGE :

46-55

56-65

200 36-45

150

100

+65 ans

26-35

50 - 18 ans

18-25

0

39


3. SITUATION FAMILIALE : Couple : 41 % Famille : 39 % Célibataire : 16 % Parent d’enfant plongeur : 4 % 4. NOMBRE D’ANNÉES MEMBRES À LA LIFRAS (CLUB) : 1-5 ans : 23 % 6-10 ans : 12 % 11-15 ans : 14 % 16-20 ans : 8 % > 20 ans : 44 % 5. QUELLE(S) ACTIVITÉ(S) PRATIQUÉE(S) À LA LIFRAS : Nage avec Palmes : 3 % Apnée : 11 % Hockey Subaquatique : < 1 % Plongée bouteille : 85 %

8. TENDANCES DES RÉPONSES REÇUES : Pour les points positifs, il en ressort que globalement les clubs Lifras ont une bonne côte : convivialité, bonne ambiance familiale, sérieux, sécurité avant tout, le bénévolat, camaraderie, etc. À contrario, nous constatons que certains points sont à améliorer tels que le passage des brevets trop longs, l’encadrement trop vieillissant, l’intégration des nouveaux plongeurs ou venant d’autres fédérations peut être compliqué, des contradictions entre moniteurs dans l’enseignements ou dans l’informations données, l’autorités accrues de certains dirigeants de clubs, etc. Évidemment, les règles Covid n’ont rien arrangés ces deux dernières années... 9. RECOMMANDER À UN PROCHE DE REJOINDRE UN CLUB LIFRAS : Oui : 91 % Non : 9 %

6. QUELLE(S) AUTRE(S) ACTIVITÉ(S) LE MEMBRE PRATIQUE-IL ÉGALEMENT :

10. POURQUOI AVOIR CHOISI LA LIFRAS : 400

70 60

350

50 40

300

30 20

250

10 0

a

b

c

d

a : Audiovisuelle b : Féminine c : Plongée Adaptée

e

200

f

d : Plongée Technique e : Scientifique f : TSA

150

7. DEGRÉ DE SATISFACTION DU CLUB :

100

Très insatisfait Insatisfait Neutre Satisfait Très satisfait 50

Le club en général (infrastructure) Ambiance club

0

Sorties club

a

b

c

d

e

f

Activités autres que sorties proposées par le club Communication avec votre club Processus d’enseignement Passage brevets Relation moniteur-plongeur Communication avec la Lifras 100%

40

0%

100%

a : via amis/parents. b : Son bénévolat. c : sa qualité d’enseignement. d : sa réputation. e : diverse activités proposées. f : reconnaissance internationale des brevets Lifras. g : reconnaissance internationale.

g


11. QUEL RÉSEAU SOCIAL EST RÉGULIÈREMENT UTILISÉ : Ici nous constatons que LE canal de communication le plus consulté est indéniablement Facebook mais le site web et Instagram restent des canaux de communication assez bien consultés. Classement

Options

1

Facebook

2

Site web

3

Instagram

4

Snapchat

5

Tik Tok

6

Linkedin

7

Aucun

8

Autre

Premier choix

       

Dernier choix

14. QUE PENSER DU SITE WEB DE LA LIFRAS : La tendance générale à un avis «neutre» (sans opinion) du site. 15. TENDANCE DES AVIS REÇUS CONCERNANT LE SITE : Peu utilisé voire jamais utilisé, peu convivial, la recherche d’informations est laborieuse, manque d’intérêts, vieillot, etc. 16. QUE PENSER DE L’EXTRANET DE LA LIFRAS : La tendance générale à un avis «neutre» (sans opinion) du site. 17. TENDANCE DES AVIS REÇUS CONCERNANT L’EXTRANET : Certains ne connaissaient pas son existence, peu convivial, recherche d’informations est compliquée, accès pas évident, interface pas sympa, etc. 18. QUE PENSER DE MY LIFRAS : La tendance générale à un avis «neutre» (sans opinion) du site.

12. AUTRES RÉSEAUX SOCIAUX UTILISÉS PAR LES MEMBRES : Yammer, WhatsApp, Messenger, Signal, Twitter 13. INFORMATIONS CONCERNANT LES ACTIVITÉS DE LA LIFRAS :

19. TENDANCE DES AVIS REÇUS CONCERNANT MY LIFRAS : Certains ne connaissaient pas son existence, peu utilisé, peu convivial, rétrograde, à quoi cela sert ?, accès pas évident, recherches d’infos sur les commissions introuvables, peu intuitif, trop de connections (site, Extranet, My Lifras), etc. 20. NOTE GLOBALE ATTRIBUÉE À LA LIFRAS : 3,72 sur 5

600

CONCLUSION : Globalement, les membres se sentent bien dans leur club malgré des réponses totalement opposées dans le ressenti de certains membres.

500

400

Ce qui ressort de ce sondage à destination de la Ligue, ce sont les deux axes avec d’une part la lourdeur des passages de brevets et d’autre part, les moyens de communication de la Lifras.

300

200

100

0

a

b

c

d

a : via le club. b : via FaceBook Lifras-Officiel. c : via FaceBook Lifras-membres. d : via site Internet. e : via l’Extranet Lifras. f : via My Lifras. g : autre.

e

f

g

 ACTION DE LA LIFRAS : Axe 1 : La plongée (essentiellement bouteille - et c’est normal puisqu’il s’agit de la plus grande majorité des membres de la Lifras) : une réunion d’information et de suivi est programmée avec la Commission de l’Enseignement. Axe 2 : La communication : la Lifras est consciente que ces différents moyens de communication ne sont pas optimums. Aussi, une réflexion est actuellement à l’étude pour redynamiser l’ensemble de ces moyens. Une analyse du site et de l’Extranet est en cours d’examen.

41


MONOXYDE OU

DIOXYDE DE CARBONE ? Dans un article précédent sur la «samba», j’ai écrit par erreur concernant le processus de l’essoufflement «intoxication au monoxyde de carbone» soit CO alors qu’il s’agissait plutôt du dioxyde de carbone soit CO2 Quelques-uns d’entre vous l’ont relevée et je les en remercie de me l’avoir signalée. Ce lapsus me pousse dès lors à expliquer aux moins érudits la différence entre monoxyde de carbone (CO) et dioxyde de carbone (CO2) en essayant d’utiliser des termes plus faciles à comprendre. Malheureusement l’explication ci-dessous ne peut se passer des bases scientifiques liées notamment à la chimie des gaz qui gèrent notre vie. Quelques recherches faciles sur Internet nous indiquent que le monoxyde de carbone (CO) est un gaz incolore, inodore, insipide, non irritant, mais toxique voire mortel, indétectable par les mammifères/oiseaux... qui le respire. Il est le produit de la combustion incomplète, quel que soit le combustible utilisé : bois, butane, charbon, essence, fuel, gaz naturel, pétrole, propane, etc. Le mélange du CO avec l’air est facile puisque les deux gaz ont une densité proche. Quand il est mélangé à l’air ambiant et qu’on le respire, il prend la place de l’oxygène. On a alors mal à la tête, envie de vomir, on est très fatigué. On peut aussi s’évanouir ou même en mourir. La victime est cyanosée (couleur bleuâtre de la peau) par manque d’oxygène dans le sang… Heureusement, il n’est pas un gaz endogène produit par l’homme lui-même. 42


Martinique Venez vivre vos passions à l’hôtel Panoramic Une atmosphère unique pour votre confort Des tarifs groupes sont proposés aux clubs de plongée belges Encadrement, matériel, les meilleurs sites de plongée de Martinique

Petit rappel utile pour comprendre le rôle de l’hémoglobine du sang - pigment contenu dans les globules rouges qui assurent le transport de l’oxygène depuis les poumons jusqu’aux cellules dans tout le corps. L’affinité du CO pour l’hémoglobine est 210 à 260 fois plus importante que celle de l’oxygène. Même présent en quantité infime dans l’air, le CO se liera préférentiellement à l’hémoglobine du sang à la place de l’oxygène. Le transport de l’oxygène est alors perturbé et n’arrive plus suffisamment jusqu’aux cellules qui sont alors en état d’hypoxie cellulaire (trop peu d’oxygène). Par contre, le dioxyde de carbone (CO2) est pour sa part produit naturellement notamment par l’homme et se retrouve dans l’air expiré. Il est présent en faible quantité dans l’atmosphère et est moins nocif que le CO sauf en concentration plus élevée (exemple : fumées de combustion). Ce gaz (CO2) est, par contre, important pour le rythme de la respiration dans le corps humain. Il intervient dans la stabilité essentielle à la stabilité du pH du sang (équilibre acidité/alcalinité - acidose). En apnée comme dans la respiration normale c’est bien le taux de CO2 atteint dans le sang qui déclenche le réflexe respiratoire du sportif. Il est donc important de l’évacuer au maximum lors de la ventilation préparatoire en vue de retarder l’envie respiratoire. Retenir trop son air et donc ne plus emmagasiner d’oxygène et produire du CO2 peut alors entraîner la syncope hypoxique (évanouissement - perte de connaissance). Marc Allemeersch S2 Commission Apnée Lifras

La Martinique au coeur

Votre contact France/Europe Claudie Hôtel PANORAMIC*** claudie.panoramichotel972 @gmail.com Tel. + 33 - (0) 675 568 608

CORAIL CLUB CARAÏBES Anse à l’âne 97229 Trois Ilets, Martinique Tél : +33 (0) 596 68 36 36 htpp://www.corailclubcaraibes.com 43


Le Conseil Juridictionnel

QUI SONT SES MEMBRES ? PRÉSIDENTE

SECRÉTAIRE

Danièle Goffinet

Catherine Bes

Paul Cirino

Jean-Pierre Pousset

La présidente et la secrétaire ont été désignées par le CA Lifras. Les autres membres sont, quant à eux, élus par l’AG Lifras.

QUELLE EST LA DIFFÉRENCE AVEC LE CONSEIL D’HONNEUR ET DE DISCIPLINE DE LA COMMISSION DE L’ENSEIGNEMENT.

QUEL EST SA COMPÉTENCE ?

Le Conseil Juridictionnel a compétence exclusive au sein de l’entièreté de la Ligue pour trancher, dans le respect de la loi, des statuts et des règlements propres à la Ligue, les litiges éventuels entre les différents organes, les membres effectifs et les membres adhérents de celle-ci. Il remplit également les fonctions de comité d’appel à l’égard de peines disciplinaires prononcées par une commission ou un comité de la Ligue.

Le Conseil Juridictionnel (CJL) peut être saisi par tout organe statutaire de la Ligue, par tout membre effectif ou tout membre adhérent à la Ligue pour autant qu’il puisse justifier d’un intérêt personnel. Le CJL n’est pas là que pour traiter des plaintes ou sanctionner. Il peut intervenir en tant que conciliateur/médiateur ou tout simplement vous aider dans l’analyse d’un texte juridique. Le CJL n’est pas compétent pour les domaines propres au Conseil d’Honneur et de Discipline (voir ci-contre), ni pour les infractions relevant du domaine judiciaire (ex : il a rayé ma voiture). COMMENT POUVEZ-VOUS VOUS ADRESSER AU CJL ? Quelle que soit la raison de votre demande/plainte, vous pouvez vous adresser au CJL par courrier ou mail adressé à la présidente du CJL. La présidente accusera réception de votre demande. En fonction du motif de votre courrier, soit le CJL vous transmettra son analyse par rapport à vos questions, soit vous contactera pour la suite du traitement du dossier, après s’être assuré que la plainte est recevable.

44

MEMBRES

Le Conseil d’Honneur et de Discipline dépend de la Commission de l’Enseignement. Il est uniquement compétent au sein de la Commission de l’Enseignement pour toutes les infractions aux règlements édictés par l’Enseignement de la plongée, liées ou non à la survenance d’un accident et commises par tout plongeur, qu’il soit moniteur ou non. Il est également compétent pour les cas de non-respect de la déontologie propre aux moniteurs commis, ou non, dans le cadre des activités exercées sous l’égide de la ligue. Adresses de contact : les adresses des membres du conseil juridictionnel sont mentionnées sur la page «contact» du site de la Lifras.

Samy Sarout

COMMENT RÉDIGER UNE PLAINTE AU CJL ? Si vous souhaitez saisir le CJL d’une plainte ou d’une demande de conciliation/médiation, il est important que vous précisiez un certain nombre d’informations dans votre courrier/mail :  Qui êtes-vous ? (Nom, prénom, adresse, club d’affiliation, brevet, statut ou fonction.)  Contre qui voulez-vous porter plainte ?  Pour quelle raison portez-vous plainte ?  Quel est votre dommage ou préjudice ?  Qu’attendez-vous du CJL ? Un petit historique qui permette une meilleure compréhension de votre plainte Les faits, des dates, des lieux, des témoins éventuels, etc.

Danièle Goffinet, Catherine Bes, Paul Cirino, Samy Sarout Jean-Pierre Pousset


Plongée en

GUADE GU ADELOUPE LOUPE avec les

Cours théorique AM Programme des cours Assistant Moniteur saison 2022

Et son centre de plongée

sur la plage de Petit Anse à Bouillante Package Gite + 6 plon gées

à partir de

285€

/pers*

Samedi

02-04-22

Administration & assurance

Pascal Demets

Samedi

09-04-22

Navigation

Jean-Louis Peeters

Samedi

07-05-22

Physique

Pascal Demets

Samedi

21-05-22

Organisation & Briefing

Eric Dassonville

Samedi

27-08-22

Faune & Flore

Olivier Bruggeman

Samedi

10-09-22

Décompression

Didier Arts

Samedi

17-09-22

Décompression

Didier Arts

Samedi

08-10-22

Médecine

Gaëtane Maturin

Samedi

15-10-22

Accidents & incidence

Gaëtane Maturin

Samedi

22-10-22

Matériel

Eric Dassonville

Samedi

29-10-22

Protocole & Déontologie

Patrice Finet

Samedi

19-11-22

Révisions

Bernard Willame & Co

Les cours se donneront dans les locaux des Diodons. Impasse du Gazomètre, 9 à Gilly de 9h00 à 12h00

Vérifier les éventuelles mises à jour sur le site www.cfip-plongee.com, onglet «Formations >Cours Théorique AM».

Le programme de formation MF est disponible également sur le site du cfip.

Suivez la Lifras sur Facebook!

e-mail : infogites971@orange.fr

Tél. : 0690 32 62 28

www.gitesduborddemer.com * tarif possible sur la base de 2 plongeurs

Optique PEETERS Rue Marie-Christine, 114 1020 Bruxelles 02/ 426 77 71

Sous l’eau, la vue c’est la vie Masque de plongée avec votre correction optique 45


Commission Enseignement Communication officielle

PLONGÉE ENFANT

r s

Formation des cadres Plongée Enfant : Commission Enseignement

Plongée enfant

retour d’une pratique d’enseignement hybride Les 13 et 14 novembre dernier s’est tenu le week-end résidentiel. Nous avons opté pour une formule hybride. Il s’agit d’une formation où des supports théoriques sont envoyés au préalable aux apprenants et les cours présentiels sont organisés de manière plus interactive. On parle parfois aussi de classe inversée. Dans notre cas, les cours théoriques ont été envoyés au préalable aux candidats encadrants, instructeurs et certificateurs plongée enfant. Le but était de profiter du week-end résidentiel pour faire des ateliers pratiques où l’interactivité était privilégiée. Cela permet aux apprenants de choisir le meilleur moment de leur formation et d’aller à leur rythme. Il est important que ces séquences ne soient pas trop longues. Des questions pour susciter l’attention ou vérifier la compréhension sont posées et la possibilité de poser des questions aux formateurs est laissée aux apprenants. Nous sommes revenus dans un premier temps sur les questions éventuelles posées à distance par les apprenants afin de répondre à leur attente. Ensuite, nous avons proposé un panel d’ateliers avec la volonté de privilégier l’interactivité et la co-construction d’outils. Chaque formateur a proposé un atelier différent.

46

Des ateliers ont été proposés par les candidats certificateurs afin de susciter une réflexion autour de questions telles que comment faire une prise de contact avec un enfant, un briefing ou encore comment apporter des solutions à des problèmes vécus habituellement par les enfants au niveau de l’apprentissage de la plongée : vidage de masque, froid, … Parmi les activités proposées, des jeux de rôles sous forme de «world café» et de brainstorming (mise en commun des solutions proposées et discussion sur celles-ci) ont été proposés. Afin de vérifier la compréhension des standards de la plongée enfant et d’insister sur les points importants, un quizz numérique (Kahoot) a été proposé aux apprenants. Le retour de nos pratiques d’enseignants est toujours positif sur ces processus se basant sur la gamification des apprentissages (apprentissage sur le mode ludique). Il constitue une plus-value pour les apprenants, il fixe la matière tout en s’amusant. Cela permet aussi d’identifier les points qui n’auraient pas été compris et d’y revenir. Les participants au stage ont pu profiter de voir tous les jeux de la «caverne d’Ali Baba» ou plutôt du garage de Valérie (jeux divers). Les candidats ont pu participer à un atelier où ils pouvaient créer une leçon en groupe sur base d’un canevas de leçon proposé et ils ont pu se baser sur les différents jeux présents dans cette caverne. À la fin du temps imparti, une présentation de cette leçon a été réalisée, une proposition de partage entre tous a été faite.

D’autres réflexions autour de la sécurité des plongées et du matériel utilisé par les enfants ont été proposées sous forme de discussion. Les deux candidats certificateurs, Cathy Grimonpont et Michel Froment, ont fait la démonstration d’un entrainement plongée enfant à la piscine du Bocry de Louvain-La-Neuve. Ensuite les candidats certificateurs ont réalisé un débriefing des démonstrations réalisées. Ils ont évoqué les adaptations qu’ils ont dû opérer par rapport à leur préparation suite aux difficultés rencontrées le jour-même. Ils ont ensuite recueilli les observations des candidats et répondu à leurs questions. Nous avons trouvé, formateurs et candidats, une réelle plus-value à cette pratique. Nous avons pu partager nos expériences, mûrir des réflexions et donner un maximum d’outils aux candidats. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez envie de tester cette formule d’enseignement. Pierre-Philippe Bourgeois Valérie Fabre Danièle Goffinet Mathieu Laurensis Marc Allemeersch Virginie Gailliez


SECRÉTARIAT ADMINISTRATF LIFRAS Rue Jules Broeren, 38 à 1070 Bruxelles Tél. : 02/521 70 21 Fax : 02/522 30 72 www.lifras.be E-mail : lifras@lifras.be

CONSEIL D’ADMINISTRATION

q

PRÉSIDENTE : Maria del Pilar RUIZ LOPEZ Rue G.Stocq, 18 1050 Ixelles Gsm : 0477 74 38 17 E-mail : pilarlifras@gmail.com

COMMISSION NAGE AVEC PALME Dominique ANDRÉ Rue du Béguinage, 15 1476 Houtain-le-Val Gsm : 0477 47 69 92 E-mail : dominique.andre2811@gmail.com Thomas SCULIER Gsm : 0472 60 72 80 E-mail : educationphysique@live.be

VICE-PRÉSIDENT : Marc HIERNAUX Avenue des Paveurs, 10 1410 Waterloo Gsm : 0475 460 965 E-mail : marc.hiernaux@skynet.be TRÉSORIER : Alain GALLÉE Avenue Jacques Pastur, 121 1180 Bruxelles Gsm : 0475 51 08 60 E-mail : tresorier@lifras.be

COMMISSION PLONGÉE TECHNIQUE Contact : tech@lifras.be COMMISSION HOCKEY SUBAQUATIQUE (HSA) Présidente : Nathalie MEESSEN E-mail : nath.meessen@hotmail.com Gsm : 0493 12 71 99 Secrétaire : Alexis FRANCK Gsm : 0473 35 45 98 E-mail : alexis.franck@eebic.be Trésorière : Adrien MARANGON GSM : 0485 29 08 62 E-mail : marangon.adrien@gmail.com

SECRÉTAIRE GÉNÉRAL : Roland THIEBAULT Hoogstraat, 31 1980 Zemst Gsm : 0475 92 00 03 E-mail : roland.thiebault@lifras.be ADMINISTRATEURS : Philippe DE WILDE Avenue du Chêne, 22 1340 Ottignies Gsm : 0477 57 24 23 E-mail : philippe.dewilde@lifras.be Sylviane GODIN Rue Bruyère St Jean, 95 1410 Waterloo Gsm 0475 87 99 95 E-mail : sylviane.godin@gmail.com Marc LYCOPS Avenue de la Liberté, 158 boite 7 1080 Bruxelles Gsm : 0473 81 68 62 E-mail : m.lycops@lifras.be Frédéric WILLEM Rue des Charmes, 28 5100 Namur Gsm : 0475 64 59 74 E-mail : willem.frederic@skynet.be

COMMISSIONS COMMISSION APNÉE Contact : cal@lifras.be COMMISSION ENSEIGNEMENT Directeur Technique Fédéral : Philippe PITTIER Gsm : 0497 48 81 17 E-mail: phil090906cath@skynet.be Trésorier : Marc ALLEMEERSCH Gsm : 0475 45 60 48 E-mail : marcallemeersch@skynet.be Président conseil d’honneur et de discipline : Enrique CORDON Gsm : 0479 40 05 24 E-mail : Eric.cordon@skynet.be COMMISSION MÉDICALE Président : Paul-Henri CERCKEL Gergelstraat, 20 1970 Wezmbeek-Oppem Gsm : 0475 33 82 64 E-mail : paul.cerckel@gmail.com

COMMISSION SCIENTIFIQUE Présidente : Valérie MAJERUS Bois du Chétois, 5 5101 Lives-sur-Meuse Gsm : 0495 51 07 92 E-mail : valmajerus@gmail.com Secrétaire : Michel HODY E-mail : mhody@yahoo.fr

COMMISSION AUDIOVISUELLE Président : Jonathan VANNIEUWENHUYZE Gsm : 0497 55 67 05 E-mail : johnvnh@outlook.be Secrétaire : Catherine GRIMONPONT Gsm : 0470 21 10 49 E-mail : cathy.grimonpont@gmail.com Trésorier : Benoit LONAY Gsm : 0486 62 29 68 E-mail : benoitlonay@yahoo.com COMMISSION DES TECHNIQUES SUBAQUATIQUES ET D’ORIENTATION (TSA) Président : Gilles HEINEMANN E-mail : gilles_tsa@lifras.be Gsm : 0474 89 17 01 Secrétaire : Philippe DELCROIX E-mail : pelg.delcroix@gmail.com Trésorier : Thibault HAYT Email : thibault_tsa@lifras.be Gsm : 0494 13 13 11

q

COMMISSION FÉMININE Présidente : Ann HAESTIER E-mail : amareschal4@gmail.com Secrétaire : Fabienne DESCAMPS Route d’Obourg, 73 7000 Mons Gsm : 0496 92 72 77 E-mail : fabydesc@skynet.be COMMISSION PLONGÉE ADAPTÉE Président : Eric CORBIER Gsm : 0499 56 40 38 E-mail : eric.corbier@skynet.be Secrétaire : Tonino BARBIAUX Gsm : 0475 60 44 40 E-mail : tonino.barbiaux@hotmail.com

q

Katia VAN DE VEEGAETE : katia@lifras.be Muriel VAN BLOMMEN : muriel@lifras.be Anthony JAMON : anthony@lifras.be JOURS ET HEURES D’HOMOLOGATION

q

Lundi de 9h30 à 11h30 Mercredi de 9h30 à 11h30 et de 13h30 à 16h00 Vendredi de 13h30 à 16h00 E EN CAS D’ACCIDENT

q

Accident à l’étranger : Pour l’application des garanties, l’assuré doit obligatoirement et préalablement à toute intervention engageant les garanties assistance du contrat, APPELER EXCLUSIVEMENT LE N°: +32 3 253 69 16 (CHARTIS-Assistance) Appelez le 100 (d’un portable le 112) ENSUITE, contactez le DAN Numéro vert De belgique : 0800 12 382 DAN Urgence international : 39 06 4211 5685 En dehors de nos frontières : +32 2 262 22 82 Attention! En Zélande, formez le 112 OBLIGATIONS Pour tout accident corporel : examen médical dans les 3 jours.

q

Décès : D’abord, endéans les 48h, envoyer une déclaration à la Lifras : Rue Jules Broeren, 38 à 1070 Bruxelles Tél. : 02/521 70 21 - Fax : 02/522 30 72 E-mail : lifras@lifras.be Ainsi qu’ à ARENA : avenue des Nerviens, 85 bte2 à 1040 Bruxelles Tél. : 02/512 03 04 - Fax : 02/ 512 70 94 Autres : déclaration à expédier au plus tard dans les 15 JOURS accompagnée d’un CERTIFICAT MÉDICAL (faute de quoi elle n’est pas prise en considération) uniquement au secrétariat LIFRAS.

Allée du Bol d’Air,13 à 4031 Angleur Tél : 04 / 336 82 20 - Fax : 04 / 344 46 01 Courriel : info@aisf.be - Site web : www.aisf.be

CONSEIL JURIDICTIONNEL Présidente : Daniele GOFFINET Gsm : 0476 23 68 51 E-mail : goffinet.daniele62@gmail.com Secrétaire : Catherine BES Gsm : 0476 24 92 89 E-mail : catherine.bes@skynet.be Direction Générale du Sport - ADEPS Boulevard Lépolod II, 44 - 1080 Bruxelles Tel: 02/413 25 00 Email : adeps-info@cfwb.be

47


RÉUSSIR SON MONTAGE VIDÉO COMMISSION AUDIOVISUELLE

Le montage est l’étape clé de vos vidéos. Alors, n’hésitez plus à participer à la formation «Montage» proposée par la Section Vidéo de la Commission Audiovisuelle. Vous y apprendrez les étapes clés du montage et vous y recevrez des conseils et astuces pour réussir vos vidéos. L’initiation au montage se fera à partir des séquences que vous aurez tournées. Cette formation se fait en une demi-journée (4 heures) pour maximum 8 personnes par cours. Elle comprend : L’organisation d’un chutier La découverte d’une interface de montage Les différents outils d’un banc de montage Le choix des plans et leur importance pour la narration Les raccords L’utilisation de quelques effets et transitions efficaces Les corrections des images La création de titres et sous-titres La gestion du son et de la musique Les formats d’exports Inscription par club ou individuellement à l’adresse cav@lifras.be et sylviane.godin@gmail.com Sylviane Godin Responsable Section Vidéo Commission Audiovisuelle

Vous souhaitez vous perfectionner aussi dans les prises de vues? Contactez la Commission Audiovisuelle. 48

NELOS Ligue Néerlandophone de Recherches et d’Activités Subaquatiques A.S.B.L. Affiliée à la Fédération Royale Belge de Recherches et d’Activités Subaquatiques Siège social : Brusselsesteenweg, 313/315–2800 Mechelen Conseil d’administration : Président : Ronny MARGODT E-mail : voorzitter@nelos.be Gsm : 0473 96 13 50 Vice-président et trésorier Dirk SAMAN E-mail : penningmeester@nelos.be Gsm: 0475 26 79 20 Administrateurs : Rik OLIEVIER E-mail : boetiek@nelos.be Gsm : 0475 64 31 71 Ivo HUBERT E-mail : ivo.hubert@nelos.be Gsm : 0475 49 87 24 Sven VANDEKERCKHOVE E-mail : sven.vandekerckhove@nelos.be Gsm: 0476 34 00 64 Franklin FORREZ E-mail : franklin.forrez@nelos.be Gsm : 0473 24 53 02 Michel DECLERCQ E-mail : michel.declercq@nelos.be Gsm : 0475 56 56 18 Secrétariat administratif : Brusselsesteenweg, 313/315–2800 Mechelen Tél. : 015 29 04 86–Fax : 015 20 61 58 Mme Margaux MONTRIEUX E-mail : secretariaat@nelos.be

FEBRAS Fédération Royale Belge de Recherches et d’Activités Subaquatiques A.S.B.L. Siège social : Rue Jules Broeren, 38–1070 Bruxelles Conseil d’administration : Président : Ronny MARGODT Steenovenstraat, 24–8490 Varsenare Gsm : 0473 96 13 50 Email : voorzitter@nelos.be Co-présidente : Maria del Pilar RUIZ LOPEZ Rue G.Stocq, 18–1050 Ixelles Gsm : 0477 74 38 17 E-mail : pilarlifras@gmail.com Trésorier : Dirk SAMAN Groeningenlei, 106–2550 Kontich Gsm : 0475 26 79 20 E-mail : dirk.saman@nelos.be Administrateurs : Marc HIERNAUX Avenue des Paveurs, 10 - 1410 Waterloo Gsm : 0475 460 965 E-mail : marc.hiernaux@skynet.be Marc LYCOPS Avenue de la Liberté, 158 boite 7 - 1080 Bruxelles Gsm : 0473 81 68 62 E-mail : marc@lycops.eu Frédéric WILLEM Rue des Charmes, 28 - 5100 Namur Gsm : 0475 64 59 74 E-mail : willem.frederic@skynet.be Michel DECLERCQ Pladijsstraat, 8 - 8370 Blankenberge Gsm : 0475 56 56 18 E-mail : michel.declercq@nelos.be Sven VANDEKERCKHOVE Acaciastraat, 76–9890 Gavere Gsm : 0476 34 00 64 Secrétariat administratif : Margaux Montrieux Rue Jules Broeren, 38–1070 Bruxelles Tél. : 02 521 70 21–Fax : 02 522 30 72 E-mail : febras.belgium@skynet.be


MEMO : Illustration de lʼexercice

2

1

3

3

1 2 2

1

3 2

2

1

1

3 3

2

1

1

3

2

3

44

MANIPULATION ET CONSTRUCTION Explication de l’exercice au dos

49


MEMO Description : Dans la petite profondeur, à deux mètres du bord, il y a un récipient contenant sept pièces métalliques (formes géométriques planes) qui, parfaitement assemblées, forment un carré de 20 cm de côté. Les plongeurs doivent transporter les sept pièces de la petite profondeur vers la grande à – 3 mètres en passant dans des obstacles (cadres), chaque plongeur ne peut prendre qu'une seule pièce à la fois et par parcours. Contre le mur de la grande profondeur se trouve un cadre sur lequel lʼéquipe doit reconstituer le carré formé des sept pièces. Retour sous eau avec le cadre (carré reconstitué) vers la petite profondeur toujours en passant dans les obstacles. Le cadre doit être déposé sur le bord de la petite profondeur, lorsque chaque plongeur pose une main sur le bord, arrêt du chrono. Matériel : - un récipient contenant sept pièces métalliques - un support de montage de 20 cm de coté - deux ou trois cadre obstacles Didactique : Cet exercice favorise fortement : - les techniques de gestion de palanquée - la coordination - le parcours à trois plongeurs sur une bouteille.

Difficulté par niveau : Niveau 1*

Niveau 2*

Niveau 3*

Niveau 4*

Passage dʼembout jusquʼau bac avec les pièces métalliques, distance +/-10 m et retour en petite profondeur.

Passage dʼembout jusquʼ au bac avec les pièces métalliques, distance +/-15 m et retour en petite profondeur.

Passage dʼembout jusquʼ au bac avec les pièces métalliques, distance +/-20 m et retour en petite profondeur.

Passage dʼembout jusquʼ au bac avec les pièces métalliques, distance +-20 m et retour en petite profondeur. Trajet aller-retour en passant dans les cadres

MANIPULATION ET CONSTRUCTION 50

NDLR : dans le respect des règles COVID en vigueur

43


La boutique W E

N

SWEAT Lifras Instructeur : 30 €* Noir avec broderie dorée Tailles : S-M-L-XL-XXL

POLO Lifras Instructeur: 15 €* Noir avec broderie dorée, modèle homme ou femme Tailles : S-M-L-XL-XXL

BONNET : 12 €* Noir avec broderie dorée Taille unique

CASQUETTE : 15 €* Noire, bleue ou rouge avec broderie dorée Taille : S/M–X/XL

Commande à effectuer au secrétariat lifras, chez Muriel. Articles commandés uniquement par et réservés aux moniteurs lifras. * + frais d’envois

51



Turn static files into dynamic content formats.

Create a flipbook

Articles inside

Exercice TSA

1min
pages 49-50

Infos utile

3min
page 47

Le Conseil Juridictionnel

2min
page 44

Monoxyde ou dioxyde de carbone

3min
pages 42-43

La plongée ado

5min
pages 36-37

Programme des stages de Zélande

2min
page 35

Découvrir la plage en hiver quand il fait mauvais

16min
pages 28-34

Le défi de Marjorie

4min
pages 6-7

Photographier avec un modèle

9min
pages 18-21

Épaves sous-marines au large de Palafrugell

6min
pages 16-17

OBK 2021

1min
pages 11-13

Indonésie, une invitation au voyage

5min
pages 8-10
Issuu converts static files into: digital portfolios, online yearbooks, online catalogs, digital photo albums and more. Sign up and create your flipbook.