Hippo-262

Page 1

Revue officielle de la Ligue Francophone de Recherches et d’Activités Subaquatiques affiliée à la Fédération Royale Belge de Recherches et d’Activités Subaquatiques–rue Jules Broeren, 38, 1070 Bruxelles–Trimestriel–Décembre 2021- Bureau de dépôt : Bruxelles X–N° d’agrément : P301098

No 262

HIPPOCAMPE Lifras Diving Belgium

La carrière de Raph

L’huitre

de la plongée à la table

1


LA PLONGÉE

ENSEMBLE

SALON-DE-LA-PLONGEE.COM PARC DES EXPOSITIONS PARIS - PORTE DE VERSAILLES

Retrouvez-nous sur Production & organisation Tél. : +33 (0)1 43 74 72 89


EDITO

Les forts en gueule En prélude à mon éditorial, le conseil d’administration vous remercie chaleureusement pour les nombreuses réponses que nous avons reçues à l’occasion de l’enquête menée auprès de vous. Une seconde enquête sera envoyée afin d’approfondir les points soulevés lors de l’enquête précédente. Gérer une ligue de plusieurs milliers de membres n’est pas une chose facile et apparemment ce le sera de moins en moins. En effet, depuis le développement des réseaux sociaux, chacun a son mot à dire et cela entraîne des discussions interminables ainsi que des réactions en chaîne. Ceci oblige de réagir sans arrêt, pour garder un équilibre entre vérité et mensonge, entre réalité et utopie. Un conseil d’administration a d’autres chats à fouetter que de justifier sur Internet des décisions contestées, critiquées et déformées par des gens qui n’ont que leur vision des choses souvent tronquée. Les décisions sont prises dans l’intérêt général de la ligue et des milliers de membres qui y adhèrent. Qu’il y ait des membres de notre ligue qui ne soient pas d’accord avec certaines décisions, cela a toujours été le cas mais au travers des nouveaux médias, ils trouvent un écho à leurs mécontentements. Il devient difficile de gérer cela de manière amicale et d’élever le débat avec des explications constructives. Ces forts en gueule qui n’ont peur de rien, qui revendiquent leur point de vue, n’ont souvent qu’un regard limité, un égo très développé, un refus du dialogue, souvent dû à un point de vue qui se limite à leur champ de vision, à leurs intérêts personnels. Compte tenu des discussions interminables, du manque de respect, je dirai aux assez forts en gueule en guise de message de Nouvel An, que nous avons un code de déontologie qui règle les comportements de nos moniteurs et de nos membres. On ne dit pas n’importe quoi, on ne s’adresse pas à n’importe qui n’importe comment. J’espère que ce message de Nouvel An sera compris de tous. Que l’année nouvelle apporte réflexion et sagesse à tous. Bonne année Marc

3


Hippocampe n°262 décembre 2021 Revue officielle de la Lifras A.S.B.L. Ligue Francophone de Recherches et d’Activités Subaquatiques affiliée à la Fédération Royale Belge de Recherches et d’Activités Subaquatiques (membre fondateur de la CMAS)

Siège social : Rue Jules Broeren, 38 à 1070 Bruxelles Tél. : 02 521 70 21–Fax : 02 522 30 72 E-mail : lifras@lifras.be Éditeur responsable : Maria del Pilar Ruiz Lopez Rue G.Stocq, 18 1050 Ixelles Gsm : 0477 74 38 17 E-mail : pilarlifras@gmail.com Rédacteur en chef et régie publicitaire : Marc Hiernaux Avenue des Paveurs, 10 1410 Waterloo Gsm : 0475 46 09 65 E-mail : marc.hiernaux@skynet.be

12

Correcteurs : Leny Bette Florence Crohin Marie-Jo Dauby Cécile Hauterra Albert Potier André Schweicher Catherine Vincke Infographie : Rose Kondrativ rose.kondrativ@gmail.com Production : Omni Publi sprl info@omnipubli.be Toute reproduction, adaptation ou traduction, même partielle, des articles parus dans ce numéro, est interdite sans l’accord préalable de la rédaction. L’Hippocampe décline toute responsabilité pour les documents et photos qui lui sont envoyés.

4

Photo de couverture : Danny Van Belle

Vos articles, photos et publicités de dernière minute pour le prochain Hippocampe doivent parvenir au rédacteur en chef au plus tard

le 15 janvier 2022

Quatre parutions l’an : mars–juin–septembre–décembre

Comité de rédaction : Sylviane Godin sylviane.godin@gmail.com Luc Smit lucsmit@omnipubli.be Rose Kondrativ rose.kondrativ@gmail.com Philippe De Wilde philippe.dewilde@lifras.be

Attention!

6

18


Sommaire 6 D Days Scubapro 8 Site de Raph 12 Une première d’une longue série 16 La syncope en apnée 18 L’huitre de la plongée à la table de fête 28 CIP Robertville 30 Ekeren 34 CMAS Championnat du monde de la photographie sous-marine 2021 38 7 conseils d’éclairage pour la photographie sous-marine 44 COIB 46 CMAS 49 The Boot Düsseldorf 50 Concours photos

42

34

52 Plongée enfant 56 Les Fédéraux 2021 58 Stage national 2021 60 Calendrier 2022 61 Parcours AM 62 Parcours MC 63 Conseil d’honneur et de discipline 64 Le recyclage de nos moniteurs 66 Les voeux de la COF 67 Infos utiles 69 Exercice TSA 71 La boutique

52

INFO Lifras Le CA rappelle à ses membres que la Lifras n’est en rien responsable des dégradations de matériel dans le cadre des activités Lifras et qu’il appartient aux personnes concernées de prendre contact avec l’assurance RC-familiale du tiers responsable.

5


D DAYS SCUBAPRO Les 11 et 12 septembre derniers, à la carrière du RCAS à Vodeléé, a eu lieu le D DAYS SCUBAPRO week-end. Globe Marine et Oasis Plongée, deux magasins de plongée, ont mis à disposition des plongeurs présents, les nouveautés du fabricant de matériel SCUBAPRO. Belle occasion pour eux d’essayer ce matériel et de se faire une opinion sur celui-ci. Scubapro avait mis les petits plats dans les grands, du personnel technique était présent pour répondre aux questions éventuelles. En effet, en plus des responsables de ces deux magasins, des vendeurs, venus spécialement du Midi de la France, tous étaient là pour expliquer la meilleure manière d’utiliser le matériel. Nous tenons, à remercier le RCAS et son président pour l’accueil qu’ils ont réservé à ces 2 journées particulières. Espérons que l’année prochaine nous pourrons rééditer cette organisation, pour l’information de tous les plongeurs. Merci encore aux plongeurs d’avoir participé à cet événement. La rédaction

Merci à Philippe De Wilde (ancien président du RCAS) sans qui ces Scubapro Days n’auraient pas eu lieu. Merci à Christian Glanowski (président du RCAS) qui a permis l’organisation de ces Scubapro Days. 6


7


Site de Raph Voilà un nouveau site de plongée disponible en Belgique géré par un club de la Lifras L’école de plongée sous-marine de Bruxelles exploitait à Lessines des activités subaquatiques dans la Carrière COSYNS depuis presque 50 ans. Les installations étaient connues des anciens plongeurs et même très bien connues à une certaine période. Ces dernières années, l’accès y était plus limité. Les exploitants des carrières dont dépendait le site Cosyns ont décidé pour des raisons de sécurité d’y interdire les activités de plongée depuis plus de trois ans. Après des semaines de négociations, une nouvelle convention a permis à l’EPSM Bruxelles de disposer d’un nouveau site à environ 1 kilomètre de l’ancienne carrière. Cette nouvelle carrière porte officiellement le nom de Tacquenier (sénateur bourgmestre de Lessines dans les années 1860) mais a été rebaptisée du prénom du premier plongeur du club a y avoir trempé ses palmes… Raphaël, il y a bien longtemps en 2007. Communément nous l’appelons donc «Site de Raph».

Mais encore… où allez-vous mettre vos palmes. Lessines se trouve dans la province du Hainaut entre Lille et Bruxelles, non loin de Ath. La carrière est accessible uniquement par la rue Latérale à Lessines derrière la Gare mais le point de rendez-vous reste fixé aux anciennes installations de la rue de la Loge 80 à Lessines – Carrière Cosyns/EPSM Bruxelles. Après avoir franchi l’entrée sur le site – toujours en exploitation – une route conduit au parking situé à une cinquantaine de mètres de la mise à l’eau. Pour les anciens, les 210 marches de l’ancienne carrière ont été remplacées par quelques marches (12) d’un escalier métallique régulier. 8

La mise à l’eau s’effectue au départ de plusieurs plates-formes flottantes assemblées. Un ponton métallique équipé d’une grande échelle «perroquet» permet une sortie aisée de l’eau.

sans que l’entrée y soit autorisée. Dans la même zone mais contre la paroi, les vestiges d’un ancien treuil piliers métalliques en forme de grande échelle - s’enfoncent dans l’eau.

Sous l’eau, la visibilité est aléatoire en fonction de la saison et de la zone d’évolution allant de 1 à plusieurs mètres. L’usage d’une lampe de plongée est vivement recommandé. Il est indispensable de maîtriser sa flottabilité pour éviter la levée des sédiments, résidus du nettoyage, toujours d’actualité, des roches extraites.

Au retour, en gardant la paroi sur la gauche, quelques objets ont été placés pour permettre d’agrémenter la zone de plongée à 5 mètres. Aux abords immédiats du ponton, le long d’une pente, un espace aménagé à faible profondeur permet de découvrir divers objets : statues, quilles, obus, boussole, …

Sur le côté droit du ponton à la mise à l’eau, plusieurs maisons sont balisées. Elles rappellent les vestiges de l’exploitation de la carrière. Plusieurs ouvertures sont apparentes dans les murs,

Le site de Raph abrite de magnifiques paysages blancs et des ruines d’un ancien site minier : maisons, abris, vestiges de murs et d’exploitations industrielles successives.


Dans la zone à droite de la mise à l’eau proche de la paroi, un paysage fantomatique d’arbres dénudés s’offre aux plongeurs à une profondeur d’une quinzaine de mètres. Ces arbres semblent aussi être sous la neige. Dans une zone voisine de la mise à l’eau, sur un fond de 18 mètres, une voiture repose sur ses quatre roues. Un fil d’Ariane conduit le plongeur du ponton à cette épave. Le parcours se poursuit vers le large vers une maison contre laquelle repose l’épave d’un vélo. Dans une autre zone un peu plus éloignée de la paroi, un voilier a piqué en oblique dans le fond de la carrière sur une zone de 32 mètres. Il est ouvert et ne présente aucun danger. Plus loin, sur la droite de cette épave, une structure composée de colonnes et un auvent attire l’attention du plongeur. La plongée s’y fait sans danger : les quatre côtés entre les colonnes sont ouverts. Profitez de vos prérogatives pour aller visiter d’abord le large et la zone profonde de 30m. De la profondeur, vous avez une belle vue sur la paroi rocheuse et la visibilité est souvent meilleure qu’à 20m. Et la découverte est entière.

9


Les poissons sont rares sur le site de Raph, mais l’empoissonnement est en cours : kooi, esturgeons, carpes, moules, ... Un jardin flottant est en plein développement et devrait amener dans un futur proche le développement d’espèces aquatiques. Nous participons également au projet en faveur de la biodiversité «Life in quarries». La plongée s’organise sur réservation auprès de l’École de plongée sous-marine Bruxelles - epsm@skynet.be - en proposant une ou plusieurs dates. Le rendez-vous est fixé à 10h30 uniquement le dimanche et une seule plongée est possible mais pour des organisations exceptionnelles, une deuxième plongée peut être envisagée. Les utilisateurs de recycleurs et de scooters sont les bienvenus mais dans le respect d’un temps de plongée maximum d’une heure. La sécurité surface obligatoire est organisée par le responsable du groupe. Un bateau à moteur est disponible pour effectuer une sécurité efficace compte tenu de la superficie importante du plan d’eau. C’est une nouveauté et une découverte intéressante. La plongée réalisée, les plongeurs peuvent rejoindre les anciennes installations et profiter du club house et de sa petite restauration. Marc Allemeersch Président EPSM Bruxelles

10


24H D’IMMERSION EN PISCINE DU SAMEDI 11 DÉCEMBRE 11H AU DIMANCHE 12 DÉCEMBRE 11H Organisé par les clubs de plongée de Tournai

Piscine de l’Orient, rue de l’Orient (Aqua Tournai) - 7500 Tournai

AU PROGRAMME : Relais de palanquées par tranche de 20 min pour couvrir les 24h Plongée de nuit piscine spécial enfants Participation de la section Apnée Initiations à la plongée bouteilles pour le public Divers jeux et jacuzzis pour le plaisir et la détente

CONTACT : Damien LEPERS 0473 / 97 18 06 069 / 66 70 57 d.lepers@hotmail.fr Eric DASSONVILLE 0478 / 39 37 79 eric.dassonville@skynet.be Franck DENOEL section apnée franck.denoel@gmail.com

11


Une première d’une lon Le 12 septembre dernier à Ixelles (Bruxelles), nous étions plus de 40 plongeurs de la Lifras et accompagnants à s’être donnés rendez-vous pour une grande opération de nettoyage d’un des étangs situés près de la place Sainte-Croix à Flagey. La raison? Repêcher toutes sortes d’objets, dont principalement, des trottinettes et des vélos électriques, des batteries essentiellement au Lithium, des plastiques en tous genres et bien d’autres choses encore, balancés volontairement par leurs utilisateurs peu respectueux de la nature . Tous ces objets sont une véritable pollution pour le biotope de ces plans d’eau. Cette initiative, on la doit à Pierre Hollander, vice-président de l’association de quartier «Les Amis des Étangs». Fin du premier semestre 2021, il prenait contact avec Pilar Ruiz Lopez, notre présidente de la Lifras, et lui demandait l’aide d’une trentaine de plongeurs pour réaliser son projet : assainir les étangs d’Ixelles. (Voir l’interview de Pierre Hollander sur notre page Facebook Lifras - officiel). La réponse ne se fit pas attendre, un grand OUI du CA par la voix de sa présidente. Et c’est bien normal puisque la Lifras se soucie aussi de la qualité de nos eaux et de la propreté de notre environnement. Dès lors, quoi de plus logique que de soutenir ce projet. Une première reconnaissance s’est faite tout début juillet pour s’assurer que cela ne posait pas de danger aux plongeurs et qu’effectivement, cela en vaudrait la peine. Et quelle ne fut pas la surprise : une douzaine de coffres-forts de différentes tailles et autres objets de chantiers ont été remontés à cette occasion par nos 2 plongeurs «explorateurs». (Voir la vidéo sur notre page Facebook Lifras - officiel).

12

La date choisie pour ce grand nettoyage est fixée à la rentrée au 12 septembre. Pour l’intendance, un immense bus «vestiaire» était garé sur la place Sainte-Croix à disposition des plongeurs, à la fois pour qu’ils se changent mais aussi pour y prendre une bonne

douche chaude après leur sortie de l’eau. Bien entendu, des gants de protection étaient distribués à tous les participants. Une bouteille gourde à l’effigie des étangs, de la ville d’Ixelles et de la Lifras faisait aussi partie du kit …


ngue série…

Au final, cette activité n’aura pris pas moins de deux heures. Les palanquées de deux ou trois plongeurs ont été réparties autour de l’étang pour qu’il puisse être complètement inspecté. Cela n’a pas tardé pour découvrir des objets, dit encombrants… mais pas que… et les remonter à tour de bras du fond.

Distribution de gants et de gourdes

13


Le constat est affligeant : trop d’incivilités dans les villes et dans la nature. Des individus ne se contentent plus de jeter leurs détritus dans les espaces publics mais ils le font aussi et sans scrupule dans les étangs, mares et rivières sans se préoccuper des nuisances que leurs actes ont sur la biodiversité existante et sur leurs concitoyens. Cette organisation a été possible grâce à la volonté de Pierre Hollander avec le soutien de la commune d’Ixelles et la belle participation des plongeurs de la Lifras, très motivés pour la sauvegarde de la nature.

Pierre Hollander

Pierre Hollander et les autorités ixelloises

Cette escapade aux étangs d’Ixelles fut pour notre Fédération et ses plongeurs participants, une journée très riche d’expériences et de convivialité . Elle restera gravée longtemps dans nos mémoires. Mais, promis, elle n’est qu’une première d’une longue série à venir… La rédaction Interview de Pilar Ruiz Lopez, présidente de la Lifras 14


Au total, quelques trottinettes et vélos, des verres, des bouteilles, des canettes, des résidus de plastique et autres cônes de travaux ont été repêchés. Parmi les objets plus interpellant retrouvés, on peut citer : quatre armes dont 3 de poing, une carabine, 6 coffresforts, des sacs à main, etc.

Le groupe des plongeurs participants 15


La syncope en apnée

Au moment où j’écris cet article, j’assiste à la séance d’ouverture des Jeux Olympiques. La devise de l’Olympisme de Pierre de Coubertin est bien : «plus vite, plus haut, plus fort». Il est clair que cette devise ne doit en aucun cas s’appliquer à la pratique de l’apnée. Poursuivant ma formation d’apnéiste en complément de celle de moniteur de plongée, j’ai suivi les cours d’apnéiste de niveau 2. Je me suis évidemment particulièrement intéressé aux accidents spécifiques à la pratique de l’apnée. Je connaissais la syncope et j’ai très vite découvert la «samba». Jusque-là je croyais qu’il ne s’agissait que d’une danse brésilienne. Il n’en est rien. C’est donc une nouveauté pour moi … Finalement cela m’a permis de revoir les principes de la syncope Comment cela se produit? Comment cela s’évite? Si cela survient comment réagir? Voici quelques questions que je vous propose d’aborder. Voyons ensemble la samba de l’apnéiste : une perte du contrôle moteur, pour faire simple. La samba se traduit par une série de convulsions incontrôlables du corps qui s’apparente à une danse, sans perte de connaissance. Il s’agit d’une pré-syncope. Il s’agit du stade ultime avant la syncope hypoxique, accident toxique lié à un manque d’oxygène au niveau du cerveau. COMMENT CELA SE PRODUIT ? En profondeur, notre organisme est soumis à des pressions importantes. Celles-ci modifient la circulation sanguine et la mécanique ventilatoire. Cette perte de contrôle risque de survenir si la pression partielle de l’oxygène est inférieure à 0,12 bar (pour rappel la pression normoxique est de 0,21 bar). Si cette pression diminue encore plus, la situation devient extrêmement critique.

16


En surface, le taux de gaz carbonique se situe sous le seuil de stimulation de reprise de la respiration. L’hypoxie seule provoque la reprise respiratoire, selon Raymond Sciarli (pathologie syncopale et prévention). Il est donc question d’une sidération des centres bulbaires qui ne sont plus excitables. Après la reprise respiratoire, cette pression continue sa chute jusqu’à l’arrivée du sang oxygéné. Celle-ci peut survenir jusqu’à 20 secondes après la fin de l’apnée. Des analyses faites à l’oxymètre indiquent qu’à l’issue d’une apnée, le taux d’oxygène continue à diminuer jusqu’à 20 secondes après la sortie. Le retour à la normale intervient près de 30 secondes après celle-ci. Ceci implique un comportement spécifique de l’apnéiste dans sa récupération mais surtout une surveillance accrue étroite longtemps après le retour en surface. Il est donc important à l’immersion de maintenir l’apnéiste sous vigilance même si et surtout si le «I’m ok» est intervenu dans un délai inférieur à ce qui est mentionné ci-dessus. COMMENT CELA S’ÉVITE ? Il est essentiel tout d’abord de suivre une formation spécifique et de respecter les règles de sécurité. Celles-ci sont évidemment enseignées par nos formateurs d’apnée Lifras. Il n’est pas autorisé de plonger seul, il faut un compagnon pour la sécurité. Un contact visuel au cours de l’entièreté de l’apnée est indispensable. L’hyperventilation même si elle permet de gagner quelques secondes d’apnée offre un risque élevé de syncope. Elle est donc à bannir des pratiques d’apnée (apnée de l’apnéiste et apnée du plongeur). La ventilation doit se réaliser le visage hors de l’eau et donc pas par une respiration au tuba. En effet, lors d’un retour en surface avec respiration au tuba, le risque d’une mauvaise ventilation ou d’une faible reprise est évident. Pour éviter la syncope hypoxique, l’apnéiste ne réalise pas d’apnée statique en profondeur. Les efforts sont consommateurs d’oxygène et producteurs de monoxyde de carbone. Il est compréhensible qu’une

limitation de ces efforts est indispensable et sert de prévention. Par heure, il est recommandé de limiter les apnées profondes (max. 6 à 8/ heure) Il n’y a pas de lâcher de bulles en fin d’apnée. Les plongeurs «bouteilles» s’étonnent parfois que l’apnéiste en fin de pratique ne lâche pas de bulles alors que les moniteurs «bouteilles» insistent sur cet aspect lors de la formation. Pourquoi cette différence? L’apnéiste veut optimaliser la moindre «bouffée d’air» et donc désire garder un maximum d’air pour prolonger son apnée. Même si certains, et des plus grands, prétendent qu’une apnée optimale se réalise sur un emmagasinement de 80 à 95 % maximum de son volume pulmonaire et non 100%. Un lâché de bulles chez l’apnéiste, sauf si il y a eu une convention avec le surveillant, peut traduire un relâchement significatif traduisant l’annonce ou la survenue d’une syncope. COMMENT RÉAGIR ? Si la syncope intervient alors que le sportif est encore dans l’eau, le lâché de bulles ou l’absence de communication doivent induire une réaction. La convention entre l’apnéiste et le surveillant doit être claire pour permettre une intervention précoce de sécurité. Lors des apnées statiques, une réponse à une action est organisée. En l’absence de réaction de l’apnéiste… la sortie de l’eau s’impose. En apnée dynamique, le comportement de l’apnéiste en fin de pratique est important et doit faire l’objet d’une surveillance accrue : pas d’accélération ou de ralentissement «anormal» des mouvements. En apnée verticale, la syncope n’intervient qu’extrêmement rarement en profondeur. Elle se manifeste plutôt dans les derniers mètres d’où l’obligation d’un accompagnement par un apnéiste de sécurité dans cette zone. Ce dernier largue la ceinture de lest et appose sa main sur la bouche de la victime pour éviter une entrée d’eau fortuite. Il assiste donc à la remontée en palmant vers la surface avec la victime maîtrisée.

En surface, le masque est retiré du visage de la victime. Le sauveteur expire sur le visage de la victime pour le faire réagir. Si nécessaire, un bouche à nez peut être entamé. Mais dans une grande majorité des cas, la reprise de la respiration est automatique et donc le bouche à nez ne s’impose pas. La victime est extraite de l’eau et mise au repos sous surveillance. Il est important de s’entretenir avec la victime et d’expliquer ce qui s’est passé. En effet, la syncope génère la plupart du temps un black out. Un dialogue oral avec l’apnéiste permet de diagnostiquer, en cas d’incohérence, une syncope éventuellement latente ou à venir. Si la victime fait surface auprès d’une zone de danger (bord de piscine, embarcation, ...), elle en sera éloignée sans délai pour éviter un traumatisme supplémentaire (le sur-accident). Le sauveteur pour sa part profitera d’un appui si possible, pour optimaliser le maintien en surface du syncopé. Vous comprendrez pourquoi les apnéistes trimbalent leur grosse bouée jaune ou rouge en surface. Elle sert d’appui évidemment en plus de signaler la pratique. La surveillance est accrue jusqu’à 30 secondes après la reprise. Il est important de rappeler à la victime de bien se ventiler et de reprendre sa respiration chose qu’il semble oublier de faire. Si la reprise de syncope est retardée, il est essentiel de mettre la victime sous oxygène et évidemment s’il y a le moindre doute d’ingestion d’eau. Tout cela s’apprend lors de nos formations d’apnéiste Lifras. Même si vous êtes convaincu d’une certaine aptitude à retenir longtemps votre respiration, il est quand même important de suivre une formation d’apnée adéquate donnée par des moniteurs aux compétences reconnues par la Commission d’apnée Lifras. Bonnes «non» bulles. Marc Allemeersch S2 Lifras

17


La rubrique de Gérald Biston

L’huître

de la plongée à la table de fête Les fêtes de fin d’année approchent à grands pas et les produits de la mer vont bientôt remplir les devantures des magasins. Parmi ces produits, l’huître occupe souvent une place centrale. C’est donc à celle-ci que nous allons consacrer cette rubrique en suivant ce surprenant coquillage des fonds marins où nous avons l’habitude de le croiser, parfois sans plus y faire beaucoup attention, jusqu’à notre table de fête.

L’huître? Non, deux huîtres! L’appellation courante de «huître» recouvre en fait deux coquillages différents : l’huître creuse et l’huître plate.

L’huître creuse est la plus répan-

due dans nos régions. Elle répond au nom scientifique de Crassostrea gigas (Thunberg). C’est elle que nous apercevons sur la quasi-totalité des fonds marins lors de nos plongées en Zélande. Selon les endroits, l’huître creuse Crassostrea gigas est aussi appelée huître japonaise, huître du Pacifique ou huître portugaise. D’une dimension maximale qui atteint 30 cm chez les plus grands individus, la coquille a une forme allongée. La partie inférieure est très nettement creusée tandis que la partie supérieure présente une surface plus plate avec des arêtes coupantes concentriques.

Huîtres creuses Crassostrea gigas en Zélande, découvertes par la marée sur l’estran de Franse Trap à Yerseke

Huître plate Ostrea edulis en Zélande, en plongée sur le fond à Bommenede

18


L’huître plate répond au nom scien-

tifique de Ostrea edulis L. En Zélande, elle est beaucoup moins répandue que l’huître creuse et il faut être attentif pour en débusquer quelques spécimens lors d’une plongée. Huître plate Ostrea edulis en Zélande, en plongée sur le fond à Bommenede 

Huîtres plates Ostrea edulis en plongée  sur le fond en baie de Saint-Malo

La taille de la coquille de l’huître plate est de forme plutôt ronde, elle ne dépasse que très rarement les 10 cm. La partie inférieure de la coquille n’est que très légèrement creusée, la

partie supérieure est plate et feuilletée d’écailles positionnées comme des tuiles. En France, l’huître plate Ostrea edulis est commercialisée sous le nom de «belon».

Elle est alors originaire de Bretagne ou des bassins de Marennes-Oléron et d’Arcachon même si ces régions produisent également des huîtres creuses

Pourquoi deux sortes d’huîtres sur un même site? Jusqu’au milieu du 19e siècle, les huîtres plates Ostrea edulis étaient les seules huîtres indigènes des côtes de l’Atlantique nord-est. On les trouvait de façon pratiquement continue de la Norvège au Maroc. Malheureusement, ces huîtres plates sont plus sensibles au froid et aux maladies et la production en était irrégulière. Ainsi, en Zélande, après la période de grand gel de l’hiver 1962-1963 et la mortalité due au virus de l’huître dans les années 1980, la population d’huîtres plates s’est trouvée décimée. Incapables de répondre aux demandes de plus en plus importantes des consommateurs et pour pallier les

manques de production, les ostréiculteurs zélandais ont importé massivement des huîtres creuses Crassostrea gigas originaires notamment du Japon et du Pacifique nord-ouest. Nombre d’ostréicultures européens les avaient déjà précédés dans ces importations et d’autres encore leur ont emboîté le pas. Mais les huîtres creuses sont devenues invasives, posant de multiples problèmes écologiques et économiques, recouvrant entièrement les substrats rocheux ou vaseux, voire formant localement de véritables récifs. Extrêmement coupantes, elles représentent aussi un danger pour les baigneurs, les promeneurs et les plon-

geurs : nous savons combien nos gants, nos bottines et nos palmes peuvent souffrir lors de certaines plongées en Zélande! De nos jours, l’huître plate de Zélande se rétablit lentement mais progressivement dans son milieu naturel. Tant chez les ostréiculteurs de Zélande que chez les ostréiculteurs français, bien qu’elles restent encore très minoritaires à la vente, les huîtres plates côtoient de plus en plus les huîtres creuses. Ainsi, en 2018, les ostréiculteurs zélandais ont mis en vente quelque 700.000 huîtres plates pour 15 à 20 millions d’huîtres creuses.

19


La reproduction des huîtres L’huître présente un hermaphrodisme successif : elle est, tour à tour, mâle et femelle au cours de sa vie. Une huître de deux ans peut ainsi changer plusieurs fois de sexe au cours d’un même été. A la fin de l’hiver et jusqu’en juillet, certaines huîtres adultes rejettent dans l’eau des gamètes mâles au moment où d’autres rejettent des gamètes femelles. Une huître creuse libère entre 20 et 100 millions de gamètes par ponte, une huître plate seulement un million. La fécondation a lieu en pleine eau, dans le flot de la marée. S’il est fécondé, l’œuf donne une larve planctonique qui, au bout de 3 semaines environ, va se fixer sur un support dur. Une fois fixée, la larve devient naissain. Elle ne

mesure encore qu’un tiers de millimètre à ce moment mais elle commence sa métamorphose et le développement

de ses organes d’adulte. Elle retient dès ce moment toute l’attention et tous les soins de l’ostréiculteur qui va l’élever.

L’élevage des huîtres Dotées d’une grande capacité d’adaptation et d’une croissance rapide, les huîtres sont aujourd’hui l’espèce la plus cultivée au monde. L’ostréiculture dépasse en volume de production toutes les autres espèces de poissons, de mollusques ou de crustacés. L’élevage des huîtres comporte trois étapes : la récolte du naissain, l’élevage en parcs et l’affinage.

La récolte du naissain

Collecteurs de naissain en France dans le bassin d’Arcachon

(Source : /france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/gironde/ bassin-arcachon-meilleur-producteur-naissain-europe-442203.html)

Naissain récolté dans le bassin d’Arcachon

(Source : /www.francenaissain.com/l-huitre/l-huitre-et-ses-origines/lhuitre-a-travers-l-histoire)

20

Les ostréiculteurs recueillent le naissain principalement en juillet et en août. Ils disposent des collecteurs près des bancs d’huîtres sauvages. Les collecteurs sont des supports sur lesquels les larves d’huître vont se fixer sans s’agglomérer les unes aux autres. Jadis, on utilisait des tuiles chaulées comme collecteurs. Actuellement en Zélande, il s’agit surtout de coquilles de moules récupérées dans les conserveries. En France, on continue plutôt à utiliser les collecteurs chaulés (des tuiles et des coupelles) ou des tubes en plastique. Les collecteurs sont relevés au printemps suivant. Ils sont nettoyés du naissain qui s’y est fixé et ce naissain est placé en parcs d’élevage. L’été, les collecteurs sont replacés en milieu naturel pour offrir un socle de fixation au naissain de l’année suivante.


Le développement en parcs d’élevage

Après avoir été récolté sur les collecteurs, le naissain va être transporté dans des parcs d’élevage. Les parcs d’élevage sont des parcelles répertoriées qui sont louées par les autorités aux ostréiculteurs. Ainsi, en Zélande, 1.550 hectares de parcelles sont loués dans l’Oosterschelde et 500 hectares dans le Grevelingen. L’eau y est propre et riche en nourriture, le courant y est fort. L’apport en aliments est donc continu et le développement de l’huître est optimal. Traditionnellement, les ostréiculteurs zélandais élevaient leurs huîtres en les plaçant simplement sur les fonds marins de leurs parcelles et ils les récupéraient par dragage. Les ostréiculteurs français préféraient, surtout sur la côte atlantique, la technique d’élevage en surélevé qui consiste à élever les huîtres sur un tréteau installé sur l’estran. Les huîtres sont alors installées dans des poches qui évitent leur dispersion et facilitent leur récupération.

Elevage surélevé en poches sur tréteaux en France

(Source : https://www.huitre-vendee-atlantique.fr/1131-differentes-etapes-elevagehuitre.html)

(Source : https://www.crc-pays-deloire.fr/la-conchyliculture/l-activiteconchylicole-en-pays-de-la-loire/ostreiculture/le-cycle-d-elevage-Co38. html)

Aujourd’hui, les techniques d’élevage des huîtres sont en pleine évolution : des ostréiculteurs français disposent librement leurs huîtres sur les fonds marins de leurs parcelles tandis que des ostréiculteurs zélandais élèvent les leurs dans des poches sur des tréteaux ou dans des «paniers australiens». Aujourd’hui, quand la mer se retire à Yerseke, la marée basse découvre des paysages encore inconnus il y a 4 ans. Qu’il élève ses huîtres sur le fond ou surélevées, l’ostréiculteur les manipulera régulièrement pour éviter qu’elles se soudent entre elles en amalgames non commercialisables et, en Zélande, il les déplacera vers d’autres parcelles en moyenne deux fois par an afin de leur permettre de se développer de façon optimale. L’estran de Franse Trap à Yerseke en 2017 3 photos du même estran en 2021

21


L’affinage

Après 3 ans pour les huîtres creuses et 5 ans pour les huîtres plates, celles-ci sont prêtes à être consommées. Elles sont draguées à l’aide de filets que l’on traîne sur le fond des parcelles ou sorties de leurs poches ou de leurs paniers si elles ont été élevées hors sol. Elles sont amenées dans des bassins d’affinage qu’on appelle des claires en France et des oesterputten en Zélande. Les huîtres y restent une huitaine de jours. En filtrant de l’eau propre, elles se débarrassent du sable et de la boue. Les bassins d’affinage sont alternativement remplis et vidés pour entraîner les huîtres à fermer leur coquille plus longtemps et, ainsi, à rester fraîches à sec plus longtemps.

Parcs d’affinage (Oesterputten) à Yerseke en 2018

En 2021, les poches (photo de gauche) et les paniers australiens (photo de droite) ont fait une irruption massive dans le paysage ostréicole zélandais.

22


Ultime préparation des huîtres avant leur emballage et leur commercialisation

L’achat de vos huîtres Dans les prochains jours, les étalages des poissonniers et des grands magasins déborderont d’huîtres. Comment s’y retrouver et acheter celles qui auront le plus de chance de vous séduire? Trois considérations doivent vous guider. Le type d’huître, plate ou creuse, déterminera la texture de la chair de l’huître. L’origine de l’huître influencera son goût et la taille de l’huître aura un impact sur la façon de la consommer : il est préférable de déguster les petites huîtres froides mais de préparer les plus grandes en recettes chaudes. Pour vous compliquer un peu la tâche, il n’existe pas encore de standardisation internationale des tailles d’huîtres.

(Source : https://francenewslive.com/trempette-ou-triplet-du-nouvel-anderriere-les-etalsdhuitres-un-marche-tres-opaque-pour-les-consommateurs-2/98420)

23


En ce qui concerne les huîtres de Zélande, les tailles des huîtres creuses sont exprimées à l’aide de chiffres romains tandis que les tailles des huîtres plates sont exprimées à l’aide de zéros :  Huîtres creuses

Huîtres plates

Appellation : IV Huîtres de moins de 80 g

Appellation : 1/0 Huîtres de 40 à 50 g pièce

Appellation : III Huîtres de 80 à 120 g

Appellation : 2/0 Huîtres de 50 à 60 g oièce

Appellation : II Huîtres de 120 à 150 g

Appellation : 3/0 Huîtres de 60 à 70 g pièce

Appellation : I Huîtres de 150 à 200 g

Appellation : 4/0 Huîtres de 70 à 80 g pièce

Appellation : 0 Huîtres de plus de 200 g

Appellation : 5/0 Huîtres de 80 à 90 g pièce Appellation : 6/0 Huîtres de 90 à 110 g pièce Appellation : 6/0 super Huîtres de plus de 110 g

La classification française des huîtres dis-

tingue également les huîtres plates et les huîtres creuses mais sur des échelles complètement différentes :

La dégustation de vos huîtres

Si vous souhaitez organiser votre toute première dégustation d’huîtres, privilégiez les huîtres plates. Elles vous coûteront un peu plus cher que les huîtres creuses mais leur goût est plus délicat et leur chair plus ferme. Les huîtres plates se consomment de préférence crues, sans sauce ni vinaigre, tout au plus avec quelques gouttes de citron et un soupçon de poivre. Présentez-les sur un plat central, posées sur un lit d’algues, de gros sel ou de glace pilée, elles resteront ainsi bien stables.

24

Huîtres creuses

Huîtres plates

Appellation : 5 Huîtres de 30 à 45 g

Appellation : 000 de 10 à 12 kg pour 100 huîtres

Appellation : 4 Huîtres de 46 à 65 g

Appellation : 00 de 9 à 10 kg pour 100 huîtres

Appellation : 3 Huîtres de 66 à 85 g

Appellation : 0 au moins 8 kg pour 100 huîtres

Appellation : 2 Huîtres de 86 à 120 g

Appellation : 1 au moins 7 kg pour 100 huîtres

Appellation : 1 Huîtres de 121 à 150 g

Appellation : 2 au moins 6 kg pour 100 huîtres

Appellation : 0 Huîtres de plus de 150 g

Appellation : 3 au moins 5 kg pour 100 huîtres Appellation : 4 au moins 4 kg pour 100 huîtres Appellation : 5 au moins 3 kg pour 100 huîtres Appellation : 6 au moins 2 kg pour 100 huîtres


Vous craignez que la texture particulière de la chair d’huître creuse rebute certains de vos invités? Servez-leur des huîtres chaudes! Ouvrez vos huîtres mais ne les égouttez pas. Placez une généreuse noix de beurre d’escargot sur chaque huître et déposez vos huîtres sur un barbecue à feu vif. Retirez-les quand le beurre d’ail est complètement fondu.

Vous souhaitez déguster vos huîtres creuses chaudes mais vous hésitez à allumer votre barbecue pour les fêtes de fin d’année? Utilisez le four de votre cuisine. Ouvrez et égouttez complètement vos huîtres. Répartissez-les sur une plaque allant au four et recouverte de gros sel qui stabilisera vos huîtres. Remplacez leur eau par du vin blanc ou, mieux encore, par du champagne. Poivrez puis recouvrez toute la coquille de fromage râpé. Placez les coquilles dans votre four à 180° jusqu’à obtenir une belle fusion de votre fromage râpé.

A moins qu’un de vos invités ne soit allergique aux fruits de mer, personne ne devrait résister à votre soupe d’huîtres. Pour 4 personnes, sortez de leurs coquilles 24 belles huîtres creuses et égouttez-les dans un chinois. Dans un poêlon, cuisez-les doucement avec une noix de beurre puis ajoutez une pointe d’ail, ½ litre d’eau et un cube de bouillon de volaille. Ajoutez ensuite une cuillère à café de curry en poudre, ½ litre d’eau et 2 dl de crème fraîche. Poivrez selon votre goût. Préparez des bols individuels. Remettez 6 chairs par bol et partagez équitablement le liquide. Au moment de servir, ajouter quelques petits blocs de foie gras dans chaque bol.

Quant aux huîtres creuses mangées froides, elles peuvent être assaisonnées de quelques gouttes de citron et d’un soupçon de poivre mais elles peuvent aussi être accommodées de vinaigrette, surtout celle au vinaigre de framboise et à l’échalote. Des merguez ou des rondelles de chorizo piquant produisent un effet de contraste garanti. Que vous serviez des huîtres plates ou creuses, ouvrez-les au dernier moment, jamais plus d’une heure avant de les consommer.

25


Il n’y a plus qu’à… Vous voilà maintenant prêt ou prête à savourer vos huîtres de fête. Il n’y a plus qu’à vous rendre chez votre poissonnier préféré ou dans votre commerce habituel… à moins que vous ne préfériez aller directement en Zélande ramasser vous-mêmes vos propres huîtres. Cette démarche est autorisée mais encadrée par des règles strictes : Le ramassage s’effectue sous votre responsabilité. Si la salubrité des coquillages vendus dans le commerce a été rigoureusement contrôlée, il n’en est pas de même pour les coquillages sauvages. Surtout, en cas de température élevée de l’eau, ils peuvent contenir des bactéries pathogènes, des virus et/ou des toxines. Le ramassage est interdit à l’intérieur des parcelles concédés aux ostréiculteurs. Le ramassage doit être effectué à pied depuis la plage et ne peut être effectué dans le cadre d’une plongée. N’ayez aucun matériel de plongée avec vous ou dans votre voiture en cas de ramassage ! Le ramassage est limité à 10 kg par personne et par jour. Une brigade de répression du braconnage est spécialement affectée au contrôle de ces dispositions.

Dernières précisions Grâce à tous ses apports en nutriments, l’huître offre des apports bénéfiques pour la santé pour très peu de calories. Elle peut donc être consommée sans modération à la différence du vin qui l’accompagne souvent et qui nécessite d’être consommé avec modération!

Peu importe comment vous les préparerez, savourez vos huîtres avec toute la délectation qu’elles méritent. De plus, bien que ni l’huître plate ni l’huître creuse ne soient élevées à cet effet, il n’est pas impossible que l’une d’elle contienne une perle!

Je vous souhaite de bonnes dégustations de vos huîtres et de belles fêtes de fin d’année. Gérald Biston

Les informations de cette rubrique ont été notamment inspirées par les sites :

https://www.fruitsdelamer. com/coquillages/huitresplates

26

https://huitres-normandie. com/huitre-de-normandielelevage

h t t p s : / / w w w. h u i t re vendee-atlantique.fr/1131differentes-etapes-elevagehuitre.html

https://seapa.fr/systemesdelevage

https://francenewslive. com/trempette-ou-tripletdu-nouvel-anderriere-lesetals-dhuitres-un-marchetres- opaque -pour-lesconsommateurs-2/98420


03.02.22 - 06.02.22 Brussels Expo

27


CIP ROBERTVILLE Journée Apnée - Plongée le 21 Août 2021 21 Août 2021, 8h du matin, le soleil pointe le bout d’un rayon sur le Lac de Robertville. La veille nous avons installé les tonnelles, bancs et chaises pour accueillir les invités du samedi pour la première journée apnée - plongée à Robertville. On attend beaucoup de monde, pas moins de 50 personnes. Le jour J. est arrivé... Petit déjeuner avalé vite fait, dernier peaufinage au briefing général et go,

28

je démarre, synchros comme toujours, nous arrivons sur le site encore fermé. Légère brume sur l’eau. On profite d’un peu de calme pour sortir l’O2, ouvrir l’infirmerie, terminer les derniers préparatifs. Les pains sandwiches sont prêts, le frigo est plein à craquer, on les attend de pied ferme. Le compresseur tourne. Petit café, et c’est parti, pour une journée longue mais très agréable.

Les premiers invités arrivent vers 9h30, Tout le monde est à son poste: encaissements, contrôle des inscriptions, commande de pains saucisses. Le contrôle des carnets de plongée, vérification des affiliations, assurances etc. Il s’agit d’être méticuleux. Le matériel déchargé est transporté par transpalette, ce qui facilite les aller-retours, parce que l’air de rien cela représente quelques kilos. Une fois garés, les invités prennent place dans le cadre excep-


tionnel des bains de Robertville, et pour la plupart, c’est une découverte de cet endroit situé dans les Hautes Fagnes, pas loin de Malmedy. Pas un souffle de vent sur le lac qui est un vrai miroir. Cette fois le soleil est bien accroché dans le ciel. La chaleur fait du bien. Les présentations faites, j’entame mon briefing général, en détaillant chaque poste, Sécurité, premiers soins, danger hors de l’eau, sous l’eau, que faire en cas de... Il ne s’agit pas de laisser quoi que ce soit au hasard si nous voulons une journée sans incidents. Les palanquées formées, notre choix s’est porté sur un mélange des plongeurs du Royal Moana, et des plongeurs externes afin de leur faire voir des choses qu’ils n’auraient probablement pas découvertes, en plongeant seuls, lors d’une première plongée à cet endroit. Manifestement c’est plutôt bien perçu et les palanquées s’organisent. Briefing et les premiers se mettent à l’eau. 18° C à 15m de profondeur, cela reste agréable. La visibilité n’est pas un trop gros problème, encore un cadeau de la météo, le Rocher que nous visitons est relativement clair et dépourvu des suspensions qui habituellement nous empêchent de voir à plus d’1 mètre. Les premiers émergent et on peut déjà comprendre que la découverte a été agréable pour tous. Les apnéistes vivent leur vie sous la férule

de Frédéric Willems, Administrateur au CA Lifras, délégué responsable des commissions sportives (apnée, nage avec palmes et Hockey subaquatique) et depuis cette année, administrateur au CA FEBRAS. Également instructeur 3 CMAS apnée (membre du bureau de l’enseignement apnée). Le gonflage tourne à plein régime dès la sortie de l’eau sous le regard attentif de Désiré Joiris et de Roger Dethier. De l’autre côté, le BBQ est prêt et les premiers pains-saucisse sortent pour les premiers affamés. Les plongeurs repus occupés à débriefer, les bouteilles gonflées, les conversations vont bon train pendant que les premiers plongeurs s’équipent à nouveau pour la deuxième plongée de la journée. La sécu est bien en place sur deux bateaux, la zone de plongée est très étendue. Les palanquées sont légère-

ment modifiées, et c’est reparti pour le deuxième tour devant les yeux ébahis des enfants qui jouent sur la plage. Peut-être de futurs adeptes. La journée se termine et avec pleins de souvenirs pour nos plongeurs et apnéistes. Merci à Frédéric Willems pour l’organisation Pour le Royal Moana Les Plongeurs de Robertville

29


EKEREN

Au milieu du port d’Anvers, mondialement réputé, se trouve un paradis caché, un espace d’une nature unique : le domaine de Muisbroek situé à Ekeren. Il abrite un grand nombre d’espèces de poissons indigènes et constitue un lieu de repos pour les oiseaux aquatiques et migrateurs. Nous, plongeurs, nous l’appelons plus simplement le « trou » d’Ekeren ou en néerlandais de « put van Ekeren ».

HISTORIQUE Lorsque nous entrons sur le domaine de Muisbroek, rien ne laisse supposer que la zone était autrefois recouverte par la mer du Nord. Il y a des millions d’années, pendant le Pliocène et le Miocène, le niveau de la mer était environ 50 mètres plus haut. Le Miocène est l’époque du Megaselachus Megalodon, le plus grand requin qui n’ait jamais existé, pouvant atteindre une longueur de 18 mètres. Dans les années 1920, des travaux d’excavation ont été réalisés pour rehausser le fond de la gare de triage d’AnversNord. Cette activité a créé deux étangs servant de réserve d’eau pour les locomotives à vapeur de l’époque. Le plus grand étang, où les plongeurs plongent, avait à l’origine une profondeur comprise entre 7 à 9 mètres. Par la suite, lors de la construction de l’A12, l’étang a été creusé et a, ainsi, atteint plus de 20 mètres de profondeur. En 1997, AVOS, association anversoise pour la conservation et le sport, a conclu un accord d’exploitation avec la ville d’Anvers. Cet accord permet les activités de plongée dans la moitié ouest de l’étang. LA PLONGÉE De nombreux plongeurs, essentiellement belges, ont donné leurs premiers coups de palmes en eaux libres à Ekeren dans les eaux du Domaine de Muisbroek. Grâce à une visibilité généralement bonne, ce plan d’eau est un espace d’entraînement de qualité. Les aménagements réalisés permettent, au départ du ponton, deux possibilités de mise à l’eau : un saut ou une descente moins angoissante par les larges escaliers. Les abords immédiats de la mise à l’eau ont une profondeur limitée à 6 mètres. Cette large zone permet d’évoluer à cette profondeur pendant de longues minutes. Au milieu du plan d’eau, la profondeur est plus importante et avoisine 21 mètres. Pour y arriver, l’évolution vers la profondeur est progressive. 30

La zone profonde est composée de boue et de vase «obscure». Les parois de cette fosse sont extraordinaires et nécessitent un examen méticuleux pour son intérêt scientifique et historique. En effet, ces parois contiennent de nombreux coquillages fossilisés. Avec un peu de chance, il n’est pas impossible d’y découvrir des dents de requins. Un plongeur éco-responsable sait qu’il n’est pas question d’y effectuer le moindre prélèvement et donc les coquillages et autres fossiles resteront dans le site de plongée. En effet, une fois sortis de l’eau, ces coquillages se désagrègent. Une thermocline significative est perceptible à la descente. La température diminue à chaque mètre. Il est donc essentiel d’être équipé d’une bonne

protection thermique même en été alors que l’eau de surface est agréable. A partir du mois de mai, la végétation des bords se développe. Partout, les plongeurs peuvent alors découvrir des alevins de perches et en très grand nombre. Les plantes aquatiques améliorent la qualité de l’eau et la visibilité s’améliore considérablement. C’est la période que je préfère. A plusieurs endroits, les arbres tombés et des branches immergées sont envahis d’algues. Sous le soleil, les rayons y pénétrant offrent aux photographes des prises de vue artistiques. Pour ces photographies, j’opte pour un grand angle avec une courte vitesse d’obturation : idéalement 1/125 ou plus.


A une quinzaine de mètres du ponton, un arbre est tombé mais une partie est toujours émergée. Cela offre aux canards un perchoir et avec un peu de chance, on peut y trouver une tortue qui y a élu domicile. Malheureusement, je n’ai jamais pu la rencontrer et la photographier.

Je conseille donc aux photographes sous-marins une plongée tôt le matin près de la plate-forme de mise à l’eau, dans une zone peu profonde, pour y prendre quelques prises de vue sous-marine. Les rayons du soleil transpercent souvent le feuillage et donne aux escaliers du ponton une atmosphère féérique. Profitant d’une bonne visibilité et équipé d’un objectif «Fisheye», vous rapporterez de belles photos.

AUX BORDS DE L’EAU L’été est l’époque du développement maximum des algues. Elles sont les cachettes idéales pour tous les habitants subaquatiques : anguilles, brochets, perches, carpes, … peuplent l’étang au sol sablonneux. En surface, la nature se développe également : les demoiselles s’accouplent et les abeilles se nourrissent de nectar. Une raison supplémentaire d’emporter son objectif macro. Les abords terrestres de l’étang proposent des balades pour photographes très intéressantes.

SOUS L’EAU Sous l’eau, avec un modèle plongeur, j’opte pour des photos avec grand angle. De nombreux objets ont été déposés dans l’eau pour agrémenter nos balades subaquatiques. Ils permettent avec un modèle d’obtenir de belles prises de vues sous-marines. La plongée de nuit est également un moment agréable. C’est l’occasion de belles rencontres. Les poissons sortent pour chasser et sont donc beaucoup plus nombreux qu’en journée. Les brochets, en chasse, n’hésitent pas à venir dans les faisceaux des lampes de plongée et sous l’objectif à afin de s’attaquer à un petit poisson. Finalement, ce lieu de plongée peut offrir à chacun quelque chose d’enthousiasmant. Un si petit espace de nature offre de si belles choses

31


AUTORISATION DE PLONGÉE - AVOS Un permis de plongée est indispensable pour plonger au «trou d’Ekeren». Il s’acquiert en le sollicitant via le site d‘AVOS. Le permis peut être sollicité à la journée, à l’année ou pour trois ans. Les membres de l’association organisent des contrôles fréquents et le permis doit alors être exhibé. Les resquilleurs sont sanctionnés. La plongée de nuit est autorisée mais après une demande préalable. La plongée est autorisée tous les jours de la semaine de l’aube au coucher du soleil. En semaine, ce spot de plongée est relativement calme. C’est à dire avec une pression de plongeurs limitée. Les samedis et dimanches, les visiteurs sont beaucoup plus nombreux. Cela se constate par le remplissage du parking. L’adresse exact est Ekersedijk à 2030 EKEREN (Anvers). Rédacteur Kurt Storms Relu Marc Allemeersch Photos Kurt Storms

32


Nérée Diving Ecole & magasin spécialisé en plongée sous-marine

www.neree-diving.com Découvrez tous nos services :

- GONFLAGE : stations de gonflage air/nitrox/oxy. Possibilité d’abonnement 10+2 gratuits ou illimité annuel - SAV DÉTENDEUR : entretien des plus grandes marques (Aqualung, Mares, Scubapro, Cressi) dans un délais de 10 jours - RÉPARATION COMBI : atelier spécialisé dans la réparation de combinaison étanche

Nérée Diegem

Haachtsesteenweg, 84/2 1831 Machelen 02/720.91.99 diegem@neree.be

Nérée Wavre

Rue Saint Roch, 22 1300 Wavre 010/81.59.54 wavre@neree.be

Nérée Namur

Rue Père Cambier, 17 5000 Salzinnes 081/74.03.07 neree@skynet.be

Réduction membres Lifras : Nous offrons 10% de remise* à tous les plongeurs membres d’un club Lifras en ordre de cotisation. * réduction Lifras : non cumulable avec d’autres promotions. Valable uniquement pour les articles de plus de 20€ hors prix nets et SAV.

33


CMAS Championnat du monde de photographie sous-marine 2021

Entre le 4 et le 10 octobre 2021, le championnat du monde de photographie sous-marine a eu lieu sur l’île de Porto Santo, près de Madère. C’était un duel prestigieux dans lequel les meilleurs photographes et vidéastes de 18 pays différents ont participé dans le but de gagner une médaille de la reconnaissance. En photographie, il y avait six catégories : Grand angle avec modèles, Grand angle sans modèle, Portrait de poissons, Macro, Thème crustacés et Photographie créative. Il fallait choisir parmi ces six catégories, 4 catégories, dans lesquelles vous pouviez participer avec une seule photo. Dans ces temps de covid, il fallait une preuve de vaccination et en plus un test PCR à l’arrivée à l’hôtel Vila Baleira, hôtel qui est devenu la base de ce championnat du monde pour tous les participants. Dans l’après-midi, place à la parade des pays dans la ville, et le soir, tous les participants étaient présents à la réunion technique. Tous les détails, toutes les directives et règles ont été expliqués.

34

La soirée s’est terminée avec le tirage au sort des bateaux des différentes équipes. Le bateau 6 était notre bateau que nous partagions avec l’équipe chilienne. Au cours de la compétition, il y a 4 plongées à faire sur 4 sites différents. Pendant ces 4 plongées, toutes les photos de ce championnat du monde sont à prendre. Un grand défi ! En prévision de la première journée de compétition, une journée de plongée test a été programmée le mardi 5 octobre. Ce jour-là, tout se déroulait comme une journée de compétition officielle. Elle se présentait comme une répétition générale pour s’assurer que tout fonctionne convenablement. Les deux jours de compétitions ont eu lieu le mercredi 6 et le jeudi 7 octobre. Mais tout ne se déroule pas aussi simplement... Dès le départ, vous savez quels sites de plongée vous visiterez ce jour-là, mais une fois arrivé sur le site de la compétition, vous ne pourrez plus utiliser votre appareil photo. Les caméras d’aujourd’hui sont devenues de petits ordinateurs avec WiFi et de nombreux réglages qui peuvent améliorer les photos qualitativement.


Il y avait donc des règles très strictes, par exemple : personne ne pouvait entrer dans la zone de compétition avec un GSM. Une fois arrivé dans la zone technique de l’hôtel, vous devez vous inscrire auprès de l’organisation. À ce moment-là, vous êtes averti quand vous pourrez configurer votre caméra et le formatage de la carte mémoire. Votre boîtier sous-marin est ensuite scellé. Et pour s’assurer qu’aucune tricherie puisse avoir lieu, nous avons dû prendre une photo d’un officiel sur le bateau avant de plonger. Dès le signal de départ, vous avez 90 minutes pour faire votre plongée. Toutes les manipulations de la caméra ne peuvent se faire que sous l’eau. À la fin de la plongée, dès le retour sur le bateau, une nouvelle photo de l’officiel devait être prise. De cette façon, toutes les équipes étaient sur le même pied d’égalité. De retour dans la zone technique, nous avons dû mettre le boîtier dans un endroit précis sous la supervision des observateurs officiels. Étant donné que nous connaissions déjà le deuxième site de plongée de la journée, nous pouvions préparer l’appareil photo avec sa lentille et son objectif. Sous l’œil vigilant d’un officiel, nous pouvions ouvrir le boîtier pour placer une nouvelle batterie. Ensuite, l’appareil était rangé encore une fois, et sous surveillance bien entendu… Alors, nous pouvions retourner à l’hôtel pour le déjeuner. À la fin de la journée de plongée, on présentait le boîtier scellé à l’organisation.

35


Nous pouvions alors ouvrir le boîtier et retirer la caméra pour, rapidement, mettre la carte mémoire dans un sac en plastique remis à l’organisation. En fin de soirée, nous avons pu ramasser la carte mémoire pour enfin voir nos photos. Ce n’est que le jeudi soir que nous avons choisi les images que nous présenterons à la compétition. Pour pouvoir participer de manière optimale au championnat du monde, Thierry Martin (mon modèle) et moi avons décidé d’aller explorer les sites de plongée pour le championnat du

monde à l’avance. Nous étions déjà à Porto Santo du 5 au 17 septembre. Pendant ce séjour, nous avons fait 24 plongées sur les 4 sites de plongée officiels et les 2 sites de plongée de réserve fournis en cas de mauvais temps. Un site de plongée était l’épave d’un navire de guerre portugais, le général Perreira d’Eça, qui a été coulé en 2016 pour former un récif artificiel. L’épave est à 30 m de profondeur et mesure environ 80 m. Les trois autres sites de plongée étaient Ginja, Cabeco de Poio et CAIC. Ces sites étaient caractérisés par des structures rocheuses et des algues. 36


C’était une recherche de vie colorée et grâce à notre préparation, nous connaissions des anémones sur les différents sites de plongée. Un fait intéressant peut-être pour travailler en double exposition pendant la compétition de photographie. Le vendredi, c’était le jour de détente pour les équipes pendant que le jury visionne toutes les photos. Dans la soirée, nous avons été invités à une soirée Madeire. Le samedi, le moment suprême avec la proclamation des résultats.

Filip Staes (Nelos) pour l’équipe belge, a reçu une médaille d’argent dans la catégorie «Portrait de Poissons», et une quatrième très belle place pour moi dans la catégorie «Photographie Créative». Ce magnifique championnat du monde s’est terminé par un dîner de gala dans lequel tous les participants pouvaient fraterniser et discuter d’une semaine de plongée passionnante. Danny Van Belle 37


7 conseils d’éclairage

pour la photographie sous-marine La photographie c’est écrire avec la lumière. Sans lumière, point d’image. La lumière est donc la base de votre art. Selon la façon d’éclairer les sujets, le résultat peut changer du tout au tout. Dès lors, quels sont les meilleurs conseils d’éclairage pour réussir vos photos sous l’eau? Je vous en livre 7.

EN ORDRE DE BATAILLE Le premier conseil est de vérifier le bon fonctionnement de votre éclairage. La présence des batteries, leur état de charge, la connexion à l’appareil photo, le déclenchement (pour les flashs) lors de la prise de vue. Il est évident que pour bien éclairer, il faut un éclairage qui fonctionne. Si cela semble être évident, il n’est cependant pas rare de voir un plongeur avec un flash sans batteries ou avec des batteries à plat ou trop faibles. Il ne faut pas oublier les connecteurs: électriques ou optiques, ils doivent être en bon état et permettre de transmettre un bon signal de l’appareil vers le flash. De même, une attention toute particulière doit être portée aux joints afin d’éviter toute entrée d’eau. Certains modèles ont des joints plus souples qui peuvent entraîner un risque plus élevé de sortir de la gorge.

APPLICATION Durant la préparation du matériel, vérifiez l’état de vos câbles, effectuez au moins une photo test et regardez le résultat. Faites cela dans un endroit sombre où l’effet de l’éclairage pourra être visible. Le faire en plein soleil ne sera pas très probant. Si vous en avez l’occasion, entre deux plongées, changez vos batteries. Ne le faite évidement que si les conditions le permettent. Evitez de faire cela sous la pluie dans un zodiac sur une mer agitée !!! D’une façon générale, une configuration matérielle qui ne fonctionne pas comme elle le devrait, va vous distraire de la création de vos photos, de la prise de vue, de la composition, de l’instant décisif. Vous serez perturbés, frustrés, voire énervés par ce matériel qui ne fonctionne pas ou qui ne donne pas les résultats escomptés.

Un éclairage équilibré, doux et large INTRODUCTION Une partie des conseils que vous allez lire dans cet article ne nécessitent pas d’être sous l’eau pour les mettre en pratique. Cela veut dire que hors ou sous l’eau vous pouvez améliorer vos résultats, votre technique ou votre savoirfaire sans forcément toujours le devoir le faire sous l’eau et sous la pression (si j’ose dire) d’un environnement difficile ou peu adapté aux manipulations, vérifications et essais. Batteries chargées et correctement installées 38


CONSEIL N° 1 : préparez et vérifiez que votre matériel fonctionne avant de plonger. LE BON CHOIX Un choix important de flashs existe sur le marché mais tous ne sont pas égaux. Ils ont chacun leurs forces et leurs faiblesses. Il est intéressant de parler avec les revendeurs locaux mais aussi avec d’autres plongeurs photographes. Les premiers pourraient être intéressés de vous vendre ce qui leur apporte le plus de marge commerciale. Les seconds n’ont peut-être pas accès à autant de modèles que les premiers mais ils ont une expérience pratique du matériel qu’ils utilisent. Les forums de discussion sur le net peuvent aussi vous aider dans vos choix de matériel.

La puissance ou la couverture de votre éclairage ne sont pas les seuls éléments qui peuvent entrer en ligne de compte. La qualité de la lumière émise est au moins tout aussi importante. Elle peut se décliner en différents aspects : L’homogénéité sur la surface éclairée, la constance de la température aux différentes puissances, la capacité à rendre les couleurs (=CRI pour les lampes) sont des éléments à prendre en compte. L’homogénéité est, en première approximation, ce qui définira la qualité de la lumière. Une source la plus large possible (qui limite donc la «dureté» de la lumière) avec une couverture large et homogène permettra de bien éclairer les sujets sans les surexposer.

C’est bien plus important que la puissance. En première approximation, les flashs avec un tube annulaire donnent une lumière plus douce que celle des flashs avec de petits rectangles à décharge. Les diffuseurs sont là pour compenser en partie cette faiblesse. Un autre exemple, si vous comptez faire principalement des photos «macro» ou «proxy», il vous importera plus d’avoir un flash compact qui prend le moins de place possible pour pouvoir le placer au mieux dans l’espace disponible. La puissance n’est pas vraiment un critère incontournable puisque le flash sera tout proche du sujet. La taille, la puissance et le prix ne sont donc pas les seuls critères à prendre en compte.

Différents modèles de flashs

CONSEIL N° 2 : renseignez-vous avant d’acheter. DES JUMEAUX Lorsque vous voudrez investir dans deux sources de lumières, équipezvous de deux produits identiques. Cela vous évitera d’avoir des éclairages différents (gauche / droite) rendant votre photo moins bien réussie. Bien sûr, au niveau de la puissance, cela peut se corriger de façon plus ou moins facile mais avec difficultés qu’en même. Ceci est principalement dû au fait que : 1. Les flashs ont sans doute des puissances différentes. Donc un flash peut être dans sa zone de confort et l’autre en dehors de ses capacités. 2. Les réglages de correction de puissance ne sont pas forcément les mêmes. Par exemple sur les Retra un cran = 1/2 diaphragme. Sur les Inon, un cran = 1/3 de diaphragme. Donc 2 crans Retra = 3 crans Inon. Et gérer cela en plongée, ce n’est pas se faciliter la vie.

Ensuite, des flashs différents auront très probablement des températures de couleur différentes donc un rendu différent. Si elles sont différentes et ne peuvent pas être ramenées à quelque

chose de commun, vous aurez un côté de la photo plutôt chaud (plus jaune) et l’autre plutôt froid (plus blanc). Cela peut aussi se produire si vous éclairez avec un mélange flash / lampe.

Une paire de flashs identiques avec les mêmes accessoires 39


CONSEIL N° 3 : en cas de double éclairage, préférez du matériel identique TTL ? Le mode TTL est efficace pour la prise de vue descriptive, en macro ou portrait de poisson. Par contre dès que l’on souhaite créer des images plus personnelles, avec une vision particulière qui nécessite un éclairage plus créatif ou nécessitant des techniques d’éclairage plus avancées, le mode Manuel est LE mode à utiliser. En effet, comment l’appareil peut-il deviner d’initiative que vous souhaitez sous-éclairer ou surexposer un sujet pour en changer l’atmosphère, le rendu, etc.? Le mode TTL pourra donner des photos correctes, mais qui, comme le reste des automatismes, est une production «aléatoire contrôlée», guidée par des algorithmes et autres systèmes de calculs emportés dans les mémoires numériques de nos appareils. Un dernier exemple si nécessaire, il arrive souvent que les flashs doivent éclairer avec des puissances différentes, par exemple le côté plus proche avec moins de puissance que celui qui

Flash en mode manuel est éloigné. Or le signal TTL envoyé est le même pour les deux flashs qui donneront alors la même puissance. Ok, il est possible de compenser le signal TTL sur le flash. Sans doute avec l’un ou l’autre essai qui oblige d’augmenter l’un ou diminuer l’autre?

Dès lors on voit bien qu’on ne gagne rien par rapport au mode manuel. On y perd même puisque les réglages manuels sont consistants tandis que ceux en TTL peuvent varier en fonction des conditions et de «la bonne volonté» de l’appareil.

CONSEIL N° 4 : embrassez le mode Manuel LES PINCES DE SERRAGE Nous n’y pensons pas souvent mais elles constituent une part importante du système d’éclairage sous-marin. Elles maintiennent ET articulent les bras qui positionnent nos éclairages. Leur bon fonctionnement (ou pas) dirigera notre envie (ou non) de bouger et d’adapter le positionnement des sources de lumière. Si leur utilisation est compliquée, difficile, rébarbative, nous ne voudrons pas entamer la manœuvre, préférant laisser les flashs (ou les lampes) dans une mauvaise position créant une moins bonne (ou mauvaise) photo. Donc, la maintenance de ces pinces est importante. De temps à autre, aspergez vos pinces de serrage avec de l’huile d’entretien (WD40) en les mettant dans un sac durant une semaine ou deux (si possible). Cela donne l’occasion à ce produit «miracle» de bien s’introduire le long des différentes parties (axes, ressorts, etc.). Ensuite vous les rincez et les séchez. Après un usage important, il faudra aussi penser à les changer. Il arrive un moment où les ressorts et les alvéoles seront fatigués. Les pinces seront alors moins pratiques, moins efficaces. 300 plongées sera déjà un usage bien rentabilisé. De bonnes pinces permettent de facilement changer la configuration de votre éclairage par plaisir et plus par obligation. La lumière étant TOUT en photographie, il est crucial d’en prendre soin (qualité, puissance, orientation, positionnement). Pinces usagées 40


CONSEIL N° 5 : Ayez de bonnes pinces de serrage LES ACCESSOIRES Bien comprendre quels accessoires utiliser et quand. Il y a différents types de diffuseurs et ceux-ci ne sont pas équivalents ni à utiliser dans les mêmes conditions. Par exemple, les «diffuseurs dômes» sont vraiment pratiques pour la photographie CFWA (mise au point rapprochée au grand angle). Ils répartissent bien la lumière en créant une belle grande source de lumière douce. Cela permet également de bien éclairer uniformément le sujet proche et son environnement en évitant des ombres marquées. Par contre, pour des sujets plus éloignés, ils empêchent la lumière du flash de pénétrer dans l’eau. Ils enlèvent ainsi une bonne partie de la puissance (vu la matière plastique du

Différents types de diffuseurs dôme) et la répartissent sur un plus grand volume (=> absorption et diffusion). Il y a donc aussi le risque qu’ils illuminent plus de particules présentes dans l’eau.

Il y a aussi des diffuseurs ou des filtres qui changent la couleur pour la réchauffer ou la refroidir en fonction de l’eau (claire ou pas) dans laquelle nous plongeons. Ceci a déjà été abordé précédemment.

CONSEIL N° 6 : Utiliser vos accessoires dans les conditions d’emplois énoncées par les fabricants. POSITIONNEMENT Lorsque vous avez bien défini la configuration de votre éclairage pour les photos que vous souhaitez prendre, vérifiez régulièrement que les bras, les flashs (ou les lampes) n’ont pas bougé. En effet, il peut arriver que par un mouvement rapide, un coup de palme ou de coude, un rocher cogné, une pince un peu desserrée, le positionnement change involontairement. Les flashs pointent alors dans des directions différentes et inutiles. En prenant la photo vous vous en rendrez seulement compte, alors que cela aurait pu être évité en étant plus attentif. Un autre point relatif au positionnement des éclairages est de le modifier en fonction des prises de vue. Il n’y a pas de positionnement «magique» qui conviendrait indifféremment à toutes les prises de vue (horizontal, vertical, sujet projet ou éloigné, sur le sol ou en pleine eau, etc.). Il est indispensable de reconfigurer/modifier son éclairage en fonction du sujet à photographier. Un plongeur photographe expérimenté se repère par l’attention continue qu’il porte à la position de ses flashs.

Flash éloigné = sujet éloigné 41


CONSEIL N° 7 : soyez attentifs à la configuration de votre éclairage BONUS Un dernier conseil qui est valable pour différents aspects de la photographie (et pas que sous-marine) : analysez les photos faites par d’autres photographes pour repérer quel éclairage à été utilisé, sa provenance, ses caractéristiques, etc. Cette petite liste de conseils se termine. N’hésitez donc pas à partager cet article si vous pensez qu’il peut aider d’autres plongeurs photographes. En attendant, je vous souhaite de belles découvertes traduites dans de belles photos naturellement bien éclairées.

Flash proche = sujet proche

42

Texte et photos : Pierre-Bernard Demoulin Instructeur photographe sous-marin pbd@plongeephoto.com www.plongeephoto.com www.facebook.com/PlongeePhoto YouTube : «Plongée Photo»


Dirigé par Julien DUQUENOY depuis 2018

Aux portes du PARC NATIONAL DE PORT-CROS

G ro u p e s e t I n d i v i d u e l s Séjours, Hébergement et Pension

E x p l o ra t i o n , Fo r m a t i o n

Formations FFESSM N1 à N4, Nitrox, Encadrement DESJEPS-DE

S i te s d e p l o n gé e s

Parc National de Port-Cros (Gabinière,...) Epaves (Donator, Grec, Togo, Rubis, Hellcat, Barge aux congres,...)

L o c a l s u r l e p o r t - 2 b a te a u x Stockage matériel, Gonflage Nitrox

Ouvert toute l’année Té l . + 3 3 4 9 4 7 1 5 4 5 7 info@ciplavandou.com

www.ciplavandou.com

43


COIB

Pilar Ruiz Lopez, présidente de la Lifras - Jean-Michel Saive, président du COIB - Dominique André, Commission NAP Le Comité Olympique Interfédéral Belge tenait son assemblée générale extraordinaire en septembre 2021 Il s’agissait d’une assemblée générale élective. Certains peuvent se questionner quant au rôle du COIB dans nos activités sportives. Il est vrai que le sport olympique ne touche ni la plongée sous-marine ni l’apnée. Cette dernière discipline avait tenté une entrée comme pratique olympique pour les Jeux de Paris en 2024 sans y parvenir. L’avenir nous dira si un jour l’apnée et la nage avec palmes seront des disciplines olympiques. Cette ouverture possible doit inciter tous nos acteurs de ces commissions à préparer ce futur sportif. L’assemblée générale a vu l’élection de Jean-Michel Saive, figure populaire du tennis de table, comme nouveau pré44

sident du COIB. Le programme de ce nouveau président porte sur la création d’une commission des fédérations non olympiques. Une des missions de ce nouveau président est de développer encore plus le sport belge, et notamment les infrastructures en sollicitant des moyens financiers, mais surtout une collaboration des communautés pour amener nos athlètes à être plus performants. C’est dans cet esprit que je me suis rendue à cette assemblée accompagnée de Dominique André président de la Commission de la Nage avec palmes. Il n’est pas non plus exclu que cette discipline bénéficiant d’un développement de son image par le soutien de la CMAS soit une discipline olympique dans un futur proche. De plus, lors de la participation de Dominique à une compétition internationale, il

avait fait la connaissance du futur président Jean-Michel Saive, tout comme lui sportif de haut niveau belge. Lors de cette soirée riche en émotions, l’évocation de ces souvenirs ont rapproché les deux sportifs et nous a permis d’aborder l’importance du développement de nos sportifs Lifras. Soutenue par Dominique André, je resterai attentive à la création de cette commission des fédérations non olympiques dans laquelle nous avons peutêtre une carte du sport à jouer. Je réitère mes félicitations à JeanMichel Saive, Président du Comité Olympique Interfédéral Belge pour cette élection. Pilar Ruiz Lopez Présidente Lifras


Devenez ambassadeur de la Lifras au salon des vacances du 3 au 6 février 2022 Venez partager votre passion avec de futurs plongeurs

Vous êtes libre une journée ou quelques heures? Venez retrouver une équipe super sympatique! Inscription auprès de Katia : Tél. : 02/521 70 21 - katia@lifras.be

En 2021, la pandémie COVID 19 n’a pas permis au CSDC d’organiser les 12 heures de nage comme espéré et attendu par les nageurs habituels ou non. Malheureusement, en cette fin 2021, les perspectives de la pandémie Covid 19 pour les prochains mois semblent à nouveau ne pas être favorable à une organisation festive et sportive en piscine.

C’est avec beaucoup de tristesse que le CSDC doit à nouveau vous annoncer le report de sa 7e édition des 12 heures de nage au profit de la Plongée Adaptée de Charleroi en 2023. Nous allons vous laisser quelques mois supplémentaires pour vous entrainer pour cette édition 2023 à laquelle nous espérons vous revoir nombreux. Pour le Conseil d’Administration du CSDC Eric Corbier

La Lifras engage une secrétaire Dans le cadre de cette fonction vous devrez entre autres :  organiser des réunions et rédiger des procès verbaux en français correct  avoir une bonne connaissance des programmes Word, Excel et être apte à comprendre rapidement l’usage d’autres programmes  avoir des notions de néerlandais  effectuer des heures en dehors des horaires de bureau conventionnels (en soirée et les dimanche) Candidature à envoyer par mail à Marc Lycops : marc@lycops.eu 45


C.M.A.S.

Du 27 au 29 octobre se tenait à Sharm el-Sheik l’assemblée générale de la CMAS (Confédération Mondiale des Activités Subaquatiques). Promis : il y a des endroits dans le monde moins agréables que cette ville balnéaire connue des plongeurs dans le monde.

Cette assemblée réunit tous les pays membres au même endroit. Pour des raisons sanitaires, de nombreux pays n’ont pas fait le déplacement et la tenue des réunions par vidéo conférence n’a pas été retenue. La raison? Peut-être le fait qu’il s’agissait d’une assemblée générale élective. En effet, tous les quatre ans, chaque membre de fédérations nationales désigne par élection directe le.a Président.e, les présidents des Comités (Sportif, Scientifique et Techniqueplongée) et les 15 membres du Conseil d’administration. Notre fédération, la FEBRAS, présentait à l’élection trois candidats : un candidat à la présidence en la personne d’Hassan Baccouche, ancien secrétaire général de la CMAS, notre présidente Lifras Pilar comme membre du Conseil d’administration et moi-même comme président du Comité technique. La campagne électorale a été difficile et les résultats n’ont pas été ceux de nos espérances. Une meilleure préparation des autres candidats a fait la différence mais aussi les moyens des engagements de nos adversaires. Nous proposions une meilleure transparence et une meilleure démocratie avec un intérêt tourné vers les fédérations nationales. Nos idées n’ont pas été retenues. Hassan n’a pas été élu, Pilar non plus et pour ma part, je ne serai pas le prochain président du Comité technique, mais je devrais rester Directeur du Contrôle qualité et sécurité de ce Comité. De plus, je suis le premier suppléant au Conseil d’administration CMAS. La Présidente Anna Azarohva rempile pour un 3e mandat de quatre ans avec un programme orienté sur un usage plus intensif des bases de données. Nous verrons si le futur de la CMAS passe par ses projets.

46


Cette assemblée générale reste l’occasion de rencontrer d’autres fédérations et de découvrir d’autres modes de fonctionnement. C’est l’occasion également de tisser des liens étroits avec de nouveaux partenaires potentiels pour le développement de nos activités fédérales en Belgique. Cela reste malgré tout un lieu riche d’apprentissage. Comme il se doit, Pilar, présidente de la Lifras et Ronny, président NELOS ont présenté à la nouvelle présidente CMAS leurs sincères félicitations, lui souhaitant bien évidement bonne chance. Pour ma part, je n’ai pas hésité à féliciter le Président du Comité Technique, Flemming Holm, avec lequel je collabore depuis déjà quatre ans. ÉTAT DES LIEUX DE 4 ANS DE MANDAT DU COMITÉ TECHNIQUE En quatre ans, le Comité Technique a mis l’accent sur l’apprentissage en ligne (e-learning) tentant de finaliser les cours du plongeur CMAS 1*, 2*, Nitrox et découverte de la plongée. Une base de données, à l’accès payant, des membres de la CMAS tente de se mettre en place. Plusieurs réunions physiques ont dû être annulées par le fait de la crise sanitaire, rendant le travail du Comité plus compliqué. Toutefois, cela a permis la mise à jour des standards des plongeurs et moniteurs à laquelle j’ai activement participé. Une quarantaine de standards ont également été relus et revus mais attendent la validation des autorités CMAS. A ceux-là aussi, j’ai participé avec mon ami Zizou de la Fédération Algérienne. J’ai mené plusieurs enquêtes internationales sur le contrôle qualité et sécurité au bénéfice de fédérations nationales. C’est un travail permanent et qui reste quelque peu tributaire des standards, d’où mon implication dans leur relecture.

Martinique Venez vivre vos passions à l’hôtel Panoramic Une atmosphère unique pour votre confort Des tarifs groupes sont proposés aux clubs de plongée belges Encadrement, matériel, les meilleurs sites de plongée de Martinique

LA COMMISSION DES FEMMES CMAS Pilar préside depuis presque 3 ans la Commission des femmes de la CMAS. Elle pilote une équipe de quatre femmes extraordinaires : Annabelle (France), Flore (Suisse), Hiba (Tunisie) et Carole (Luxembourg). Comme vous le savez déjà, un état des lieux de la féminisation au sein de la CMAS a été le premier travail réalisé. L’analyse de ce travail a permis de mieux percevoir l’important rôle de la femme dans nos activités sportives et administratives. Le projet suivant prévoit de mettre à l’honneur la femme CMAS dans ses activités pour le 8 mars, journée de la femme. Ce projet est en attente de validation du nouveau conseil d’administration de la CMAS et de sa présidente. C.M.A.S. EUROPE La CMAS Europe, entité distincte de CMAS Internationale, tiendra en novembre son assemblée générale, également élective. Je reviendrai vers vous avec les différents projets de cette entité. Elle reste toutefois un partenaire important de la CMAS Internationale puisqu’elle représente une grande partie des plongeurs, des sportifs et des scientifiques de la Confédération. Elle représente également un engagement financier non négligeable pour la CMAS. Je siège actuellement comme membre du Conseil d’administration de CMAS EUROPE au côté de Ronny Margodt, son président. Marc Allemeersch Instructeur 3* CMAS Membre du Comité Technique Directeur Contrôle Qualité CMAS

La Martinique au coeur

Votre contact France/Europe Claudie Hôtel PANORAMIC*** claudie.panoramichotel972 @gmail.com Tel. + 33 - (0) 675 568 608

CORAIL CLUB CARAÏBES Anse à l’âne 97229 Trois Ilets, Martinique Tél : +33 (0) 596 68 36 36 htpp://www.corailclubcaraibes.com 47


4e Exposition Photos de la

er

48


Ma passion, Là, maintenant Cartes d’entrée au salon exclusivement en ligne ! Sécurisez sur boot.com

#FOLLOWTHECALL Plus d’informations : Fairwise bv Hubert Frère-Orbanlaan 213 – B-9000 Gent Tél. +32 (9)245 01 68 info@fairwise.be

boo2202_TA_St_178x133_BE_FR.indd 1

13.10.21 11:03

THE BOOT DÜSSELDORF Ce salon est le début traditionnel de chaque nou- La tour de plongée fêtera son inauguration le velle saison pour tous les amateurs de sports nau- 22 janvier à boot Düsseldorf 2022. tiques. La plongée est un sujet particulier lors de cette foire. Dans les halls 11 et 12, Messe Düsseldorf a fourni la plus grande quantité d’espace pour les disciples de Neptune. LA NOUVEAUTÉ EST LA NOUVELLE

TOUR DE PLONGÉE.

C’est une véritable merveille en acier inoxydable et en verre acrylique. Le spectateur a une vue presque complète sur ce qui se passe dans l’eau.

D’un point de vue hygiène, tout est bien pensé et une sécurité maximum est assurée.

D’un volume de 200 mètres cubes, il sera rempli de 200 000 litres d’eau pour le salon de Düsseldorf. Il a un diamètre de huit et une hauteur de quatre mètres.

www.boot.com

Toutes les informations nécessaires sont disponibles sur le site web de boot Düsseldorf :

49


Concours photos Il ne faut pas être un pro de la photo pour participer à des concours photos, passer de bons moments et gagner en expérience. Depuis plusieurs années, je participe à des concours de photos sous-marines. C’est sûr qu’avec un Olympus TG1, je ne peux pas prétendre à une place dans le trio de tête. J’obtiens souvent la dernière ou l’avantdernière place. Mais l’Olympus TG 7 est attendu pour bientôt ! Alors pourquoi cet article? Justement, en participant à ces concours, on repousse notre zone de confort et on progresse. Mes photos d’il y a dix ans n’ont plus rien à voir avec celles d’aujourd’hui. Je connais les limites de mon appareil, je sais que les photos rapprochées sont du plus bel effet et que les raies Manta ne rentrent même pas dans mon appareil. Même sous l’eau, j’ai appris que je pouvais donner des consignes à mes modèles ou à mon binôme afin qu’il se transforme en éclairagiste pour une plongée. J’invente de nouveaux signes pour que par exemple, mon binôme allume sa lampe en position lumière rouge. Ce fut le cas lors du championnat de Belgique organisé par la NELOS et soutenu par la Lifras (OBK 2021) où un des thèmes était «Couleur». Bien sûr, avant la plongée, j’avais dû lui expliquer le geste que je ferais sous l’eau.

Ma dernière expérience lors d’un concours date du 2 octobre 2021 où je suis descendue à Cassis pour participer au Challenge des Calanques. Deux jours avant, j’avais plongé au Lavandou pour régler l’appareil en configuration «Méditerranée», la «Grande Bleue» différant de nos «eaux vertes». Cette année, le thème était «Emotion animalière». J’avais demandé conseil auprès de Claude Marneff, instructeur photo à la CAV. Il m’a par exemple recommandé de me positionner à l’ombre des rochers pour capter toute les lumières naturelles sur les bancs de sars.

50

Selon le règlement, nous n’avions droit qu’à rendre 150 photos au maximum. J’avais donc briefé mon binôme qui avait pour mission de dénicher une langouste, une murène, une flaveline et une blennie. Avec ces quatre objectifs, je pouvais rendre une photo dans chacune des catégories suivantes : «Poisson complet», «Macro», «Libre» et «Couleur vive». Une fois le matériel installé sur le bateau, nous prenons un petit déjeuner au centre de plongée «Le Narval», le temps de remplir les formalités administratives. Nous voilà partis sur la zone de plongée «la pointe de Cacaou», pour ceux


Oups, le TTS de 10 minutes est atteint, nous décollons dans la zone des 10m pour terminer la plongée tranquillement. Pas de gorgonocéphale pour cette fois. Soudain, le temps de plongée court et il ne me reste plus que 20 minutes pour trouver un poisson entier et une jolie macro. Pour la couleur vive, je n’ai pas d’idée. Alors, je photographie vite une étoile de mer. Parfois, elles ressemblent à des ballerines.

qui connaissent. C’est sûr que pour nous, le défi est de taille, puisque nous ne connaissons même pas le site. Je constate que les photographes restent près du bateau et prennent leurs premiers clichés tout de suite. Si je veux me démarquer, je dois trouver un animal «rare». J’entraîne donc mon binôme directement dans la zone des 40 m, plus éloignée du bateau, à la recherche d’un gorgonocéphale. C’est finalement une langouste qui nous fera coucou. J’applique bien tous les conseils reçus pendant toutes ces années : trouver une diagonale qui dynamisera la photo, retirer les obstacles pour garder les yeux bien dégagés, …

A la sortie de l’eau, le commissaire récolte les cartes qui avaient été formatées avant la mise à l’eau. Nous nous dirigeons vers la salle où un buffet nous attend. L’après-midi, nous choisissons les 4 photos. Nous avons la chance de recevoir des conseils pour leur sélection. Mes deux photos préférées sont celle d’une planaire et celle d’un nudibranche mais malheureusement, la première est surexposée et la deuxième est floue.

Je ne peux donc pas les présenter. Je suis très déçue de ne pas l’avoir vu sous l’eau mais cela fait partie de l’expérience acquise. Vers 19h, nous nous dirigeons vers la salle de projection. C’est un beau moment de partage où on peut voir les réalisations des autres candidats. Ce que j’apprécie dans ces instants, c’est que les 13 photographes présents sur le bateau ont eu les mêmes conditions pour effectuer les photos : pas question de comparer une crevette cavernicole de Bali avec une écrevisse américaine de la Plate Taille. La journée se termine autour d’un verre accompagné par un délicieux saumon en bellevue fait maison. Je profite de ces quelques lignes pour remercier l’équipe de l’accueil chaleureux et bienveillant reçu ce jour-là. J’y retournerai sûrement l’année prochaine. Cathy Grimonpont

51


Commission Enseignement Communication officielle

PLONGÉE ENFANT

r s Qualification faune et flore d’eau douce Commission Enseignement

Plongée enfant

8 août 2021 - Vodelée

«Respecter le monde des vivants et son milieu pour préserver l’équilibre du réseau trophique…» Nous avons proposé une qualification faune et flore d’eau douce où, durant la matinée, chaque enfant plongeur représente un vivant du milieu de la carrière. Il est donc totémisé! Dès lors, il reçoit une fiche plastifiée à fixer au gilet de plongée, qui a pour informations : le nom et le dessin de son «totem», son menu alimentaire (ses proies) et ses prédateurs. Le défi en plongée est de repérer ses proies pour les «chasser» et donc s’en «nourrir», mais par la même occasion de se faire discret pour ne pas se faire pourchasser par ses prédateurs potentiels. Tout en prenant garde à ses concurrents alimentaires, des espèces différentes qui se partagent, se disputent une même ressource alimentaire… Le but de cette animation étant de vivre le concept écologique d’interdépendance. Au terme de la plongée, sur une affiche grand format, les enfants sont invités à relier leurs totems à leurs proies et prédateurs. Chacune des constructions de ces chaînes alimentaires permettent de comprendre le cycle de la vie, et sont indispensables à toute vie terrestre et subaquatique. Dans l’écosystème construit par les jeunes, ces derniers prennent conscience que les êtres vivants dépendent les uns des autres pour satisfaire leurs besoins vitaux. Ces interactions créent un vaste réseau de liens. Les relations entre les êtres vivants sont d’une richesse et d’une variété impressionnantes. Leurs observations nous amènent à percevoir la complexité, la fragilité et la diversité de la nature qui nous entoure. Ce concept est aussi très important pour comprendre les conséquences de nos propres actions sur l’environnement. 52

Quant à la plongée de l’après-midi, à l’aide d’une fiche d’identification, l’enfant plongeur est convié à identifier les caractéristiques observables des vivants dans leur milieu de vie, tout en repérant des leurres immergés pour différencier les vrais des faux! Et quelle n’est pas leur surprise au moment du débriefing, lorsque chacun reçoit un feuillet comprenant des stickers illustrant les vivants dulcicoles, permettant d’égayer le carnet de plongée !!!

Ce feuillet, que les petits comme les grands plongeurs, retrouveront bientôt, en boutique Lifras…


Qualification archéologie 22 août 2021 - La Gombe «Sur les traces du passé…» Remonter le temps à la recherche des traces de l’homme dans le passé, telle est la mission de l’enfant plongeur archéologue. Un défi qui ne doit rien au hasard… La mission consiste à identifier des indices en relation avec la vie d’un militaire de carrière disparu, qui était aussi un époux et papa aimant … Comme un véritable archéologue, il découvre dans les carrés de fouilles, tous les objets personnels du pilote disparu et les outils abandonnés suite aux premières fouilles. Il dégage les couches successives du terrain, en «dépoussiérant» le sol de la vase, il découvre des objets qui remontent et qui témoignent du passé. À la manière d’un enquêteur, l’enfant plongeur archéologue utilise les indices qu’il trouve sur des fiches qui témoignent du passé professionnel de Félix Mottard, des photos de famille, ou encore des traces et objets laissés par l’homme. Ces découvertes sur le terrain sont ensuite étudiées et débattues lors du débriefing de plongée permettant petit à petit de reconstituer le passé…

L’enfant plongeur archéologue est à la fois un homme de terrain et un chercheur, ici, spécialisé en milieu subaquatique et dans une période précise de l’histoire. De par sa nature curieuse et patiente, il agit de façon ciblée afin de répertorier et sauvegarder, si besoin, le patrimoine trouvé sur place. Doté de bonnes qualités humaines, il est en relation avec son binôme, sa palanquée… Faire des relevés topographiques, récolter tous les indices de la présence de l’homme et les analyser... Toutes ces opérations nécessitent un esprit rigoureux et parfaitement organisé! 53


Qualification orientation 11 septembre 2021 - La Plate Taille Enfin, les dauphins ont pu s’initier ou et présenter leur qualification orientation. Ils ont pu découvrir le fonctionnement d’une boussole et surtout la comparer au compas et utiliser le compas sous l’eau. Sous l’eau, ils ont appris à se repérer grâce au soleil et aux objets présents sous l’eau. Certains d’entre nous possèdent la faculté de retrouver facilement leur chemin, que ce soit sur terre ou sous l’eau. On appelle généralement cela le sens de l’orientation. Il ne s’agit pas d’un don magique ou d’un superpouvoir, mais simplement de la manière dont ces personnes observent leur environnement, de manière consciente ou non. Tout commence en surface… Lors du briefing de plongée, bien souvent, le chef de palanquée présente une carte du site. C’est le moment où il faut prêter attention aux explications et aux consignes. Eh oui, pour bien s’orienter sous l’eau, il faut commencer par prendre ses repères à la surface. Quelle est l’allure générale de la carrière? Chaque enfant dispose de planches correspondantes à l’allure générale de différentes carrières de chez nous. Très vite, il est capable de choisir celle qui correspond au plan d’eau. A l’aide de cette dernière planche et d’une boussole, le jeune repère les points cardinaux. Dès lors, il identifie celui correspondant à la mise à l’eau et donc, sa sortie… Il compare alors la boussole au compas. C’est le moment de décrire le parcours de la plongée et de visualiser son tracé à l’aide des points cardinaux. Dans quelle direction part le «tombant»? Où est le soleil? Au moment de l’orientation, on regarde autour de soi, mais aussi en dessous, pour voir ou l’on va se poser, bien sûr, afin de jauger le relief d’une manière globale, pour peu que la visibilité soit bonne évidemment! Rapidement, les enfants comprennent que s’ils partent sur un «tombant» à main gauche, il faudra revenir avec le même «tombant» à main droite, de même s’ils partent avec le Soleil à droite, pour revenir il doit être à gauche. Savoir s’orienter, c’est aussi, in fine, avoir une technique qui permet d’ignorer la technique.

54

C’est une des bases de l’orientation, être exclusif, observer et prendre des repères. Apprendre à regarder, et regarder d’une manière un peu particulière… S’astreindre à noter des points clés, devant soi, mais aussi derrière… Il ne faut pas hésiter à se retourner régulièrement, car la route semblera différente au retour, on n’aura plus du tout le même point de vue.

Mais bien sûr, l’utilisation d’un compas réduit fortement le risque de se perdre ! Et même si certains considèrent que cette manière de s’orienter n’est pas «noble», qu’importe, l’essentiel est de retrouver son chemin.


A l’abordage!

28 août 2021 - Vodelée Associer l’apprentissage au plaisir… Le jeu permet de faire cette association. Il permet aussi de développer une communication entre les différents protagonistes. Observer, réfléchir, savoir se stabiliser, faire des gestes lents et précis, être doué d’une certaine dextérité,… Développer toute une série de savoirfaire au service de l’apprentissage de la plongée! Barbeauvent, pirate des lacs et carrières, laisse, en ce jour de grâce, un message aux enfants plongeurs… «Oyé moussaillon plongeur! Je suis le pirate des lacs et carrières Ceci est un message pour toi Le vent souffle jusque dans les voiles de mon navire, il me murmure que tu as désormais des épreuves à accomplir pour découvrir mon trésor ! Je vais te confier un secret, j’ai navigué dans tous les lacs et carrières et, au cours de mes aventures, j’ai amassé tout un trésor ! Et ce trésor, est quelque part tout près de toi … Tu es un jeune pirate fort et intelligent ! Seras-tu capable de retrouver ce trésor ? Mais attention ! Pour mériter mon trésor, tu vas devoir accomplir plusieurs épreuves.»

En cet an de grâce deux mille vingt et un, après avoir observé avec quel courage, quelle intelligence et quelle ténacité, les jeunes ont déjoué les nombreux pièges qui leur ont été tendus, ils ont finalement découvert le fabuleux trésor de Barbeauvent, par la reconstitution du chandelier en argent…

Les premiers parents encadrant Plongée enfant L’idée répandue est que : «plonger avec les enfants s’improvise et c’est relativement facile». Nous avions entendu que des parents plongeaient avec leurs enfants en-dehors des règles Lifras sans formation. Nous avons décidé il y a deux ans de mettre en place une formation qui permettait aux parents plongeurs 3 étoiles de suivre une formation adaptée à leur attente, plonger avec leur enfant tout en gardant à l’esprit de sauvegarder notre encadrement. Cet été, quatre parents ont réalisé leurs plongées formatives et évaluatives afin d’obtenir leur brevet. Le constat est que ces plongées «formation» leur ont été très utiles. Les conseils des instructeurs ont permis d’attirer l’attention sur les différences qu’il y a entre plonger avec

un adulte, même débutant, et un enfant. Les enfants requièrent une attention particulière et nous ne le répèteront jamais assez : un enfant n’est pas un adulte en miniature. Ils pensent différemment, appréhendent le monde avec leur vision, ont une perception du danger différente et bien évidemment se comportent souvent autrement avec leurs parents qu’avec leur instructeur. Nous sommes ravis de savoir que nombreux sont ceux qui poursuivront leur formation pour évoluer vers l’encadrement de tous, car sans cet encadrement, nos dauphins ne plongeront plus. Marc Allemeersch, Danièle Goffinet Valérie Fabre, Mathieu Laurensis Pierre-Philippe Bourgeois, Virginie Gailliez 55


Commission Enseignement Communication officielle

LES FÉDÉRAUX 2021 Nous avons recueilli les témoignages de nos nouveaux moniteurs fédéraux. Si toi aussi tu as envies de partager une aventure extraordinaire, n’hésites pas à venir le 13 janvier 2022 à la réunion d’information qui se tiendra au club des Diodons de Charleroi. Si tu veux voir comment se déroule les préparations au stage, n’hésites pas à venir dans les associations régionales ! Lors de ce stage nos candidats ont dû gérer leurs palanquées, assumer le rôle de chef bateau, justifier le choix des sites de plongée, gérer la simulation d’accidents sur le bateau, s’occuper de l’organisation générale d’un stage, etc. Grâce à leurs expériences, leur sangfroid mais surtout à l’esprit de groupe et de camaraderie qui les animait, ils ont pu ressortir grandi de cette merveilleuse aventure !

Giuseppina Lo Castro :

Voici ce que je retiens : Le stage demande :  une préparation physique dès que l’on a décidé de s’engager dans le brevet ;  de participer à des entraînements réguliers (thèmes, plongées, techniques, pédagogie pratique) : ils sont proposés dans les diverses associations régionales : CFIP, AML, AMB.  de l’investissement personnel, en temps, en matériel et en argent (stages/ déplacements/etc.) ;

Photos : Xavier Doutrepont

56

 de posséder et d’approfondir ses connaissances des différents domaines de la plongée ;  de la sécurité : en termes humain, technique et matériel. Le stage, si vous vous y êtes bien préparés, est plus facile que les entraînements. C’est une expérience à laquelle j’invite tous plongeurs désireux de transmettre son envie de plonger et qui est capable de se remettre en question. C’est une aventure durant laquelle on se crée des amis pour la vie… Quelle qu’en soit l’issue… on en ressort grandi… et surtout… on ne plonge plus comme avant!

Thomas Coremans :

VIENS! Cher collègue moniteur, j’aimerais avec ces quelques lignes te convaincre de te lancer dans l’aventure du MF. J’ai ton attention? Alors, oui tu vas te remettre en question, oui tu vas affiner ta condition physique, oui tu vas mettre au point tes connaissances théoriques et pédagogiques…et oui, tout ça, c’est ce que tu aimes bien faire puisque tu es déjà moniteur. En résumé, tu vas prendre plus de temps pour progresser dans ce qui est ta passion. Les jurys ? Ils sont comme toi quand tu encadres un exercice en carrière ou en mer, ils cherchent à faire réussir les candidats en leur donnant les bons conseils.


Et au stage de mer, ce n’est pas différent : à condition de t’être préparé, tu te retrouveras dans un stage exigeant mais accessible où règnent la bienveillance et la camaraderie chères à la Lifras. Alors? Déjà un peu convaincu? N’hésite pas à m’appeler si tu veux en parler.

Benoit Bertrand :

Le stage MF est l’apogée d’un processus de formation qui dure environ 10 mois entre la réunion introductive du mois de février et la remise du sésame début octobre. Un des mots d’ordre pour se lancer dans cette aventure est notamment persévérance. Les deux premiers mois sont consacrés à la préparation des tests physiques et de connaissances élémentaires qui se déroulent en avril. Le groupe ne s’étant pas encore formé, le candidat est souvent seul tant pour s’entraîner que pour étudier. De ce fait, il est important d’être motivé. La seconde partie consiste à se préparer au stage de mer. Pour se faire, des formations sont organisées auprès des trois centres régionaux (CFIP, AML et AMB) ainsi qu’un WE résidentiel à la Plate Taille et un pré-stage en méditerranée. Durant ces formations, les formateurs nous sortent de notre zone de confort, ce qui nécessite de notre part une certaine humilité et une re-

mise en question permanente de nos acquis. Chaque entrainement nécessite au préalable une préparation personnelle. Il est donc nécessaire d’entamer ce cycle de formation avec la soif d’apprendre de nouvelles choses et l’envie de se surpasser. Une certitude qu’il faut avoir en tête durant toute cette formation, est que l’objectif des formateurs, pendant ces mois de préparation, consiste à tirer les candidats vers le haut. Il suffit de voir l’énergie, le temps et le nombre de moniteurs nationaux et fédéraux impliqués dans celle-ci. Se surpasser pendant des mois, c’est long. Mais le faire avec un groupe soudé est nettement plus facile ! Ces entraînements doivent également servir à fusionner le groupe formé de personnes qui ne se sont pas choisies au préalable et qui sont poussées hors de leur zone de confort. C’est l’exercice qui prend le plus de temps avec une remise en question permanente de chacun. Arrive enfin le stage de mer. Après plusieurs de mois d’efforts et de préparation, l’arrivée de cette semaine est certes perçue avec une certaine appréhension, mais attendue avec impatience tellement elle est sentie par chacun comme une délivrance. S’agissant d’une semaine durant laquelle les candidats sont constamment évalués, c’est clair qu’il y règne un cer-

tain stress. Celui-ci est vécu différemment en fonction du vécu de chacun. Cependant, contrairement aux entraînements, d’une part le groupe est soudé, chacun sait ce qu’il a à faire et d’autre part, il n’y a quasiment plus de surprises. En effet, bien que chaque mise en situation soit unique, il est possible de se raccrocher à celles vécues pendant les entraînements pour y apporter une solution appropriée. De ce fait, en ayant suivi assidûment et avec sérieux les entraînements, cette semaine devient vite une expérience inoubliable consistant en un jeu permanent au cours duquel des défis sont à relever parfois seul, parfois en groupe et non, comme on peut parfois l’entendre, comme une semaine où l’on subit des épreuves improbables. Certains diront qu’avec une issue favorable, les mauvais moments s’oublient plus facilement. Cependant, avec la soif d’apprendre, le dépassement de soi est plutôt vu comme un défi qui permet d’apprendre de nouvelles choses, de s’améliorer. Si tu as cet état d’esprit et du temps à consacrer alors, n’hésite pas, lance-toi dans cette belle aventure exigeante. Ton savoir, ton savoir-faire, ton savoirêtre et ton cercle de copains n’en sortiront que grandis! Je te souhaite d’ores et déjà bonne chance et te dis à bientôt lors des formations.

Les 6 nouveaux MF 2021 : François Balfroid Benoît Bertrand Thomas Coremans Guseppina Locastro Laurence Sénéchal Alexandra Taraktchieva Photos : Thierry Wauters

• • • • • •

Le Jury

Les nouveaux MF

Photos : Xavier Doutrepont

57


Commission Enseignement Communication officielle

STAGE NATIONAL 2021 Danièle Goffinet :

Antonio Beldroegas :

Le MN est un chemin très long mais fortement enrichissant. C’est un parcours avec des remises en question, beaucoup de doutes mais finalement, c’est une expérience très positive.

58

Photo : Thierry Wauters

Après des mois de préparation, nous avons vécu une semaine éprouvante tant physiquement qu’émotionnellement mais riche en expériences même si notre semaine ne s’est pas clôturée par une réussite. Expérience enrichissante d’abord entre candidats, très vite nous sommes devenus complices avec un seul but, réussir notre semaine de stage ; ensuite avec les jurys qui nous ont aidé à progresser. Si je dois retenir une chose de cette semaine, ce sera cette entente qui a régné tout au long du stage entre tous les participants. Merci à toutes et tous! C’est aussi un apprentissage permanent grâce au jury qui vous aide à aller de l’avant et à cette belle entente entre candidats.

Que l’on obtienne ou pas cette troisième étoile, on en revient grandi tant humainement que techniquement. Rendez-vous l’année prochaine encore plus fort et motivé.

Pour le Pôle Formation/Evaluation Xavier Doutrepont, Moniteur National 314


The Ultimate Experience dans ta propre arrière-cour! • De l’eau limpide de 24 degrées • 5000 poissons tropicaux • 30 différentes espèces de poissons • Décors époustouflants • Plonger, plonger en surface et plonger en apnée • Initiations à la plongée • École de plongée • 6 fenêtres panoramiques sous l’eau • Brasserie avec aquarium géant • Parcours de grimpage pour enfants à l’endroit

Une expérience sous-marine époustouflante chez TODI sur le site be-MINE à Beringen.

UNIQoUurEg,

au Limb ue et en Belgiq ! e en Europ

Offre exclusive 1 plongée + plat délicieux (buffet putpatat)

(à partir de 15 personnes)

À € 49 p.p. Valable de novembre 2021 à mars 2022. Réservation téléphonique et paiement sur place sur présentation de cette annonce

TODI est le premier centre de plongée en intérieur en Europe où les visiteurs peuvent profiter, dans des conditions optimales et sûres, de l’étonnant monde aquatique au milieu de poissons tropicaux d’eau douce dans un décor aussi vrai que nature. Le centre dispose d’un gigantesque bassin de plongée de 10 mètres de profondeur et de 36 mètres de large comportant plus de 6.500.000 litres d’eau à une température de 24 degrés. Bienvenue !

TODI be-MINE 1

BE 3582 Beringen

+32 11 36 40 40

www.todi.be

info@todi.be 59


Commission Enseignement Communication officielle

CALENDRIER 2022

Voici les dates des différentes activités de la Commission de l’Enseignement pour 2022. Plus de détails sur les lieux et horaires vous parviendront en temps utile par mail et/ou via le site www.lifras.be. 13/01

Séance d’information candidats MN et MF

23/01

Examen théorique MN

10/02

Interview des candidats MN + Cours candidats MF + Remise du cahier pédagogique

23/02

Seconde session examen pratique piscine MC

12/03

Seconde session examen théorique AM-MC + Seconde session examen théorique MN

27/03

Cours obligatoires pour les candidats AM et MC + Cours de méthodologie pour les candidats AM

14/05

Examen théorique MF+ Epreuve de palmage des candidats MF & MN

15/05

Collège des Moniteurs Nationaux

17 au 19/06

WE résidentiel à la Platte Taille candidats MF et MN + Seconde session Epreuve de palmage

28/08

Cours obligatoires pour les candidats AM et M + Cours de méthodologie pour les candidats AM

07/09

Soirée préparation examen MC à la pratique piscine 1

14/09

Soirée préparation examen MC à la pratique piscine 2

21/09

Soirée préparation examen MC à la pratique piscine 3

26/09 au 30/09

Stage de mer MF et MN

12/10

Répétition pratique piscine MC

23/10

Recyclage des Moniteurs

30/10

Collège des Moniteurs Nationaux

20/11

Pré-test théorique candidats MN

30/11

Examen pratique piscine MC

04/12

Assemblée générale de la Commission de l’Enseignement

11/12

Défense du travail personnel des candidats MN + Examen théorique AM-MC (PM)

Planning des activités pour les candidats MF 2022

60

ETAPE

DATE

ACTIVITE

MODALITES D’INSCRIPTION

DATE LIMITE

N°1

13/01/2022

Séance d’information*

Voir planning enseignement

09/01/2022

N°2

10/02/2022

Formation Thèmes

Voir planning enseignement

23/01/22

N°3

14/05/2022

Théorie et Épreuve physique

Envoyer formulaire d’inscription 10/02/22

N°4

17-19 /06/2022

WE résidentiel** et rattrapage Inscription en ligne Épreuve physique et Théorie

30/04/22

N°5

26-30 /09/2022

Stage Fédéral

30/04/22

*Non obligatoire - ** Facultatif mais vivement conseillé

Automatique


Fiches récapitulatives des parcours vers l’AM et le MC Tu envisages de présenter l’Assistant Moniteur ou le Moniteur Club? Nous te présentons les étapes, les modalités pratiques et l’agenda pour la prochaine session. Pour le Pôle Formation et Évaluation Annick Haveaux

Assistant Moniteur 2022-2023 3 ÉTOILES Conditions générales v. Standard AM*

Épreuves en Milieu Naturel et Piscine* Conditions particulières v. Standard AM*

+

Formation aux matières théoriques spécifiques* (validité 3 ans) Date 27/03/22 (inscription 10/03)

Date 28/08/22 (inscription 15/08)

Modalité : voir planning enseignement

Évaluation théorique (validité 3 ans) Conditions particulières v. Standard AM* Date 11 décembre 2022 (date limite d’inscription 13/11/2022) Modalité : renvoyer la carte d’exercice complétée Repêchage examen théorique mars 2023

(Inscription automatique)

Épreuves pédagogiques Conditions particulières v. Standard AM* Terminer endéans les 3 mois de la réception des jurys Modalité : le candidat recevra par mail les jurys après la réussite de l’examen théorique

ASSISTANT MONITEUR Modalité : renvoyer les 3 fiches pédagogiques et le formulaire récapitulatif «Stage de formation à la pédagogie

*Voir Mil

61


Moniteur Club 2022 ASSISTANT MONITEUR Conditions générales v. Standard MC*

Évaluation théorique** et Épreuves en Milieu Naturel*

+

Formation aux matières théoriques spécifiques* (validité 3 ans) Date 27/03/22 (inscription 10/03)

Date 28/08/22 (inscription 15/08)

Modalité : voir planning enseignement

Épreuves pédagogiques Conditions particulières v. Standard MC* Session avril : terminer endéans 3 mois (inscription 01/04/22)

Session septembre : terminer avant le 18/11 (inscription 01/09/22)

Modalité : renvoyer la carte d’exercice complétée

Évaluation des épreuves en Piscine* Prérequis : avoir réussi la dernière pédagogie* Date 30/11/22 (date limite d’inscription : 18/11/22) Modalité : renvoyer les 3 fiches pédagogiques et le formulaire récapitulatif «Stage de formation à la pédagogie»

62

* Voir MIL ** - La validité de l’examen théorique AM/MC est de 3 ans (soit réussi en 12/2019-2020-2021). - L’AM ayant réussi l’examen théorique avant 12/2019 suit le module de recyclage en 2022 auprès des associations régionales (à défaut d’avoir repassé l’examen en 12/2021). Il aura accès à la session d’épreuves pédagogiques de septembre et il renvoie la fiche de recyclage pour le 18/11/22. - L’AM par passerelle n’a pas accès au module de recyclage. Il doit avoir passé l’examen théorique.


Commission Enseignement Communication officielle

Le Conseil d’Honneur et de Discipline veut atteindre tous les plongeurs et les moniteurs.

Suite à un dossier clôturé au niveau du Conseil d’Honneur, nous avons décidé que les personnes concernées devaient faire un article, un travail pédagogique et relater les faits pour servir d’exemple à ne pas suivre par tous les autres plongeurs. Cela arrive encore trop souvent. Les règles sont là pour limiter les dangers. Il faut impérativement les respecter. Merci aux chefs d’école de faire passer le message à tous les plongeurs. Enrique Cordon Président du Conseil d’Honneur et de Discipline Nous allons vous raconter notre accident pour éviter que cela ne se reproduise et que vous puissiez. bénéficier de ce que nous avons appris. Nous sommes deux plongeurs au sein de la Lifras, 3* et 3*PPA avec chacun une expérience de plus ou moins 300 plongées. Nous pratiquons notre sport favori depuis plus de 5 ans. Nos terrains de jeu favoris sont les carrières d’eau froide de notre région. Début janvier, nous nous sommes donné rendez-vous pour deux plongées le même jour. La première plongée se déroule dans la carrière de Vodelée. Suite au briefing, après s’être équipé chacun avec un bi (2x12l) et un bloc de déco (nx 50), nous nous immergeons, direction 40 mètres, pour notre tour habituel. Une fois arrivé au fond, nous ne traînons pas trop pour ne pas avoir de palier à effectuer. Nous remontons vers la dalle de nourrissage pour voir les esturgeons qui viennent de recevoir à manger. Nous continuons la plongée en pleine eau en direction du char. Nous terminons notre plongée de 60 minutes sur la dalle des 5 mètres, comme presque tout le monde, sans utiliser de nitrox. Après un repas et une pause de 2h30, direction Rochefortaine pour notre 2e plongée de la journée. Pendant le briefing, nous décidons de ne pas dépasser 44 mètres et fixons un TTS de max 5 minutes car nous avons déjà

une saturation résiduelle. Equipés du même équipement, nous nous immergeons vers le remorqueur en passant par le voilier. Nous descendons sur la dalle à 44 mètres comme prévu. L’un d’entre nous, sans doute narcosé, descend vers le fond sans répondre aux signes de lampe. Il n’a pas été facile de maitriser l’incident, nous avons touché le fond, 49m, et une fois remontés à 10 mètres de profondeur, nous nous rendons compte que nos paliers ont très largement augmenté : 1 minute à 6 mètres et 12 minutes à 3 mètres. Nous avons utilisé notre nitrox pendant la décompression. En sortant de l’eau, tout se complique : en voulant retirer ses palmes, l’un d’entre nous tombe en arrière. Essayant de se redresser tant bien que mal, il se sent très fatigué et a la tête qui commence à tourner. Il n’arrive pas à sortir de l’eau. Des personnes viennent nous aider. On l’allonge mais son malaise s’accentue et il commence à vomir. L’ambulance arrive très rapidement, direction le caisson à Vésale (hôpital le plus proche). Les médecins l’ont mis dans le caisson hyperbare pendant 7h sous mélange oxygène - hélium. S’en sont suivis 2 fois 2 heures de caisson. Après être sorti de la seconde séance, il déclare une Maladie De Décompression qui s’est manifestée par des éruptions cutanées en forme de taches, comme des bleus extrêmement douloureux ! Il est transféré aux soins intensifs pendant 24 heures et termine son séjour à l’hôpital par 2 jours en observation. Verdict du médecin hyperbare : accident de décompression notamment du vestibule de l’oreille interne. Il a dû suivre 11 séances de consolidation en caisson hyperbare à Neder-over-Heembeek, à l’hôpital militaire. Après un dernier rendez-vous chez un cardiologue pour effectuer un test Doppler, celui-ci l’informe qu’il a un foramen ovale perméable de type 2.

Nous n’aurions pas dû planifier une telle plongée. Elle ne respecte pas les règles de la Lifras qui interdit la plongée au-delà de 40 m en carrière. En allant au-delà de la limite, nous nous sommes mis en danger, et avons déclenché une chaine d’évènements qui aurait pu être dramatique. De plus, en période COVID, il était également demandé de ne pas faire de palier, notre planification n’en a pas tenu compte. Nous aurions dû respecter ces règles. Si nous les avions respectées et si nous avions été plus prudents, par exemple en diminuant les profondeurs maximales, en passant moins de temps sur le fond ou en nous limitant à une plongée par jour, nous n’aurions sans doute pas eu cet accident. Par la suite nous avons été convoqués devant le conseil d’honneur afin de nous expliquer sur ces évènements, partager notre expérience fait partie des engagements que nous avons pris. Ce que nous avons retiré de cette histoire, c’est qu’un accident peut très vite arriver, cela n’arrive pas qu’aux autres. Les règles ne sont pas faites pour nous freiner, mais pour nous protéger, franchir la ligne rouge peut être très grave, voir mortel ! Il est important de prendre conscience que des plongées profondes, qui plus est, successives, comportent des risques. Respecter les règles et mettre l’ensemble des chances de notre côté est notre responsabilité afin de ne pas se mettre en danger, afin de respecter les conditions de la ligue, et donc de nos assurances, pour éviter de surcharger les services médicaux avec des accidents qui pourraient être évités (tout spécialement en cette période). Nous avons été fort marqués par cette mauvaise expérience, nous désirons nous excuser et remercier les personnes qui nous ont porté assistance. Nous souhaitons que cette expérience conscientise et responsabilise les plongeurs afin que cela ne vous arrive pas. 63


Commission Enseignement Communication officielle

Le recyclage de nos moniteurs

La Commission de l’Enseignement a repris ses activités presque normalement. C’est pourquoi le Pôle Formation/ Évaluation a organisé, le dimanche 17 octobre dernier dans les locaux du CHU de Vésale, le recyclage de nos moniteurs. Nous avons abordé trois sujets, à savoir : • Le brevet de Moniteur Sportif Animateur de l’ADEPS, présenté par Cédric Willot. • Pourquoi aller au monitorat fédéral / national, présenté par Xavier Doutrepont. • L’ADD provoqué par l’effort et le froid, présenté par, respectivement, les docteurs Wauters et Maturin. Ce recyclage est important pour nous car c’est l’occasion de se retrouver dans d’autres circonstances mais également de vous faire connaître l’évolution de notre enseignement, nos nouveaux textes, brevets, avancées médicales, … Cédric nous a présenté le nouveau brevet ADEPS que nous avons mis en place, le MS Animateur. Ce brevet s’adresse principalement à nos plongeurs 3 étoiles qui donnent de pré64

cieux coups de main en piscine et sont des personnes importantes, chevilles ouvrières dans nos clubs mais pour qui nos standards de brevet ne leur donnent pas de prérogatives d’enseignement. Ce nouveau brevet va leur donner l’opportunité de pouvoir animer un groupe de plongeurs en piscine. Il ne s’agit pas ici de prendre en charge une classe en vue d’un passage de brevet mais bien d’animer des plongeurs voulant s’entraîner sans préparer de brevet. Le MS Animateur donne son entraînement sous forme de jeux ou d’animations.

sous la supervision d’un moniteur club minimum, le dernier cours est une évaluation, sous la supervision d’un moniteur fédéral. Vous trouverez toutes les informations utiles dans l’extranet sous les rubriques : Brevets > Spécialités > ADEPS > MS animateur, ou en scannant ce QR code

Comment devenir MS Animateur?

En synthèse, vous devez : • Suivre trois cours obligatoires organisés par le Pôle Formation/ Evaluation (les mêmes que pour l’AM ; ils ont une validité de 3 ans dans le cas où vous vous dirigiez plus tard vers l’AM. • Réaliser l’épreuve piscine de sauvetage et réanimation prévu pour l’Assistant Moniteur (validité 3 ans également) • Animer 5 cours piscine ; les 4 premiers cours sont formatifs et

A vos agendas … Les deux pro-

chaines dates pour les cours théoriques AM et MS Animateur sont les 27 mars et 28 août 2022. Ensuite, nous avons abordé les brevets de moniteur fédéral et de moniteur national. Il est important de démys-


tifier ces brevets et les stages qui en font partie. Pour le brevet de moniteur fédéral, nous avons eu la chance d’avoir Giuseppina Lo Castro et Thomas Coremans qui nous ont fait part de leurs vécus du passage de ce brevet. Il est important de préciser que le stage est très cadré par le Pôle Formation/ Evaluation et le président de stage. Même si les candidats ont parfois du mal à s’en apercevoir, chaque acte posé par un moniteur national est défini à l’avance dans nos standards et poursuit un but pédagogique afin d’évaluer de manière équitable les candidats. C’est ainsi que chaque candidat devra réaliser le même nombre de remontées (technique ou sauvetage), le même nombre de plongées en tant que chef de palanquée ou serre-file, le même nombre de gestion d’incident de surface,… L’effort en surface est proscrit ; c’est pourquoi il n’y a plus de remorquages jusqu’au bateau ou de personnes à sortir de l’eau. Ces exercices en surface sont réalisés lors des formations préalables au stage. Pour le monitorat national, Antonio Beldroegas est venu nous présenter son stage et la manière dont il en est sorti grandi après ses aventures. Ses efforts n’ont malheureusement pas apporté l’étoile tant convoitée mais il a compris ce qu’il devait améliorer et ainsi corriger le tir pour l’année prochaine, nous a-t-il rapporté. Là aussi le stage est cadré en permanence mais avec des attentes différentes. On attend de nos futurs nationaux qu’ils soient formateurs de formateurs, leaders comme directeur de plongée et enfin faire les choses avec sérieux sans se prendre au sérieux.

Si vous êtes intéressés, hésitant ou simplement curieux pour commencer le brevet de moniteur fédéral ou national, venez à la séance d’information qui se déroulera le jeudi 13 janvier 2022 dans les locaux des Diodons à Charleroi. Cela ne vous engage à rien !!! Après la pause, le docteur Thierry Wauters est venu nous expliquer le mécanisme de l’ADD et plus précisément la réaction du corps humain face à l’effort. On constate que beaucoup d’entre nous pense que faire un effort c’est aller courir un marathon après la plongée … Il n’en est rien ! Remonter à l’échelle sur le ponton, porter son matériel dans le coffre de sa voiture, … constituent des gestes que nous faisons tous, mais qui peuvent provoquer l’ouverture accidentelle d’un foramen ovale perméable (FOP) ou entraîner une augmentation de la pression intrathoracique qui peut ouvrir les shunts pulmonaires et donc provoquer la naissance d’un ADD éventuel. Il y a des gestes de prévention qui peuvent nous aider comme simplement ne pas bloquer notre respiration lors de ces efforts, porter notre matériel en deux ou trois trajets, favoriser l’expiration en remontant à l’échelle, … Tous signes anormaux consécutifs à une plongée doivent être considérés comme un incident voire un accident de plongée! Il faut éviter le déni de ces premiers signes afin d’être traité au plus vite et au mieux !!! Vous trouverez la présentation du docteur Wauters en scannant ce QR code.

Vous pouvez retrouver la présentation en scannant ce QR Code

geurs qui plongent sans gants et ou sans cagoule, … peut-être en faitesvous partie? La notion de froid n’est pas nécessairement le froid ressenti ; des études nous indiquent que lorsque la température de l’eau est en-dessous de 18 degrés (soit 98 % des plongées en Belgique …), le corps considère cela comme du froid et donc une agression à laquelle il va réagir par vasoconstriction. C’est là que notre petite bulle de gaz se retrouve emprisonnée, au lieu d’être évacuée par le filtre alvéolaire des poumons ; elle va s’enrober de graisse et provoquer un ADD éventuel. Rien ne sert de jouer aux durs en disant «je n’ai pas froid» et en ne mettant pas de gants ou cagoule car notre corps nous rappellera tôt ou tard à l’ordre… Vous trouverez la présentation du docteur Maturin en scannant ce QR code.

Vous pourrez trouver plus d’informations sur ces sujets dans les power points sur l’extranet (Documentation et Administration > Recyclage > 2021). N’hésitez pas à soumettre vos idées de thème au pôle Formation/ Evaluation en envoyant un mail à enseignement@lifras.be. Merci à tous ceux qui ont œuvré pour la bonne réalisation de cette formation continuée : l’équipe des DIODONS, Katia, Cédric, Gaëtane, Thierry, et toute l’équipe du pôle Formation/Evaluation dit les Fées…

Le docteur Maturin a complété l’exposé de Thierry en parlant du froid qui lui aussi constitue un facteur favorisant l’ADD. Pour nous le froid c’est plonger dans de l’eau en dessous de 6 degrés… mais notre corps est-il d’accord avec nous? Nous connaissons tous des plon-

A l’année prochaine. Xavier Doutrepont Pôle FéE- MN 314

65


Commission Féminine

Plongée en

GUADE GU ADELOUPE LOUPE avec les

Et son centre de plongée

sur la plage de Petit Anse à Bouillante Package Gite + 6 plon gées

à partir de

285€

2022 Et si on tentait de prendre des risques? Les dames de la «COF» seront heureuses de vous retrouver pour partager plein de projets. Marie Hélène, Ann, Giuseppina et Faby, les fantastiques, vous donnent rendez-vous en bordure de nos belles carrières.

/pers*

e-mail : infogites971@orange.fr

Tél. : 0690 32 62 28

www.gitesduborddemer.com * tarif possible sur la base de 2 plongeurs

Optique PEETERS Rue Marie-Christine, 114 1020 Bruxelles 02/ 426 77 71

Sous l’eau, la vue c’est la vie Masque de plongée avec votre correction optique 66

Suivez la Lifras sur Facebook!

r s

Que cette nouvelle année vous apporte le bonheur, la joie c odemvivre m i ets l’occasion s i o n f é dans m i de n nouvelles i n e de nous rencontrer aventures! Le Bureau de la Commission Féminine


SECRÉTARIAT ADMINISTRATIF LIFRAS Rue Jules Broeren, 38 à 1070 Bruxelles Tél. : 02/521 70 21 Fax : 02/522 30 72 www.lifras.be E-mail : lifras@lifras.be

CONSEIL D’ADMINISTRATION

q

PRÉSIDENTE : Maria del Pilar RUIZ LOPEZ Rue G.Stocq, 18 1050 Ixelles Gsm : 0477 74 38 17 E-mail : pilarlifras@gmail.com VICE-PRÉSIDENT : Marc HIERNAUX Avenue des Paveurs, 10 1410 Waterloo Gsm : 0475 460 965 E-mail : marc.hiernaux@skynet.be TRÉSORIER : Alain GALLÉE Avenue Jacques Pastur, 121 1180 Bruxelles Gsm : 0475 51 08 60 E-mail : tresorier@lifras.be SECRÉTAIRE GÉNÉRAL : Roland THIEBAULT Hoogstraat, 31 1980 Zemst Gsm : 0475 92 00 03 E-mail : roland.thiebault@lifras.be ADMINISTRATEURS : Didier ARTS rue Baudet, 7 7090 Petit-Roeulx-lez-Braine Gsm 0495 50 86 02 E-mail : easy.engine@skynet.be Philippe DE WILDE Avenue du Chêne, 22 1340 Ottignies Gsm : 0477 57 24 23 E-mail : philippe.dewilde@lifras.be Sylviane GODIN Rue Bruyère St Jean, 95 1410 Waterloo Gsm 0475 87 99 95 E-mail : sylviane.godin@gmail.com Marc LYCOPS Avenue de la Liberté, 158 boite 7 1080 Bruxelles Gsm : 0473 81 68 62 E-mail : marc@lycops.eu Frédéric WILLEM Rue des Charmes, 28 5100 Namur Gsm : 0475 64 59 74 E-mail : willem.frederic@skynet.be COMMISSIONS

COMMISSION SCIENTIFIQUE Présidente : Valérie MAJERUS Bois du Chétois, 5 5101 Lives-sur-Meuse Gsm : 0495 51 07 92 E-mail : valmajerus@gmail.com Secrétaire : Michel HODY E-mail : mhody@yahoo.fr COMMISSION NAGE AVEC PALME Dominique ANDRÉ Rue du Béguinage, 15 1476 Houtain-le-Val Gsm : 0477 47 69 92 E-mail : dominique.andre2811@gmail.com Thomas SCULIER Gsm : 0472 60 72 80 E-mail : educationphysique@live.be COMMISSION PLONGÉE TECHNIQUE Président : Eric JACQUEMIN Tél. : 352 691 266 085 E-mail : eric.jacquemin@gmail.com Secrétaire : Ghislain JOLIET E-mail : ghislain.joliet@lifras.be COMMISSION HOCKEY SUBAQUATIQUE (HSA) Présidente : Nathalie MEESSEN E-mail : nath.meessen@hotmail.com Gsm : 0493 12 71 99 Secrétaire : Alexis FRANCK Gsm : 0473 35 45 98 E-mail : alexis.franck@eebic.be Trésorière : Adrien MARANGON GSM : 0485 29 08 62 E-mail : marangon.adrien@gmail.com COMMISSION AUDIOVISUELLE Président : Jonathan VANNIEUWENHUYZE Gsm : 0497 55 67 05 E-mail : johnvnh@outlook.be Secrétaire : Catherine GRIMONPONT Gsm : 0470 21 10 49 E-mail : cathy.grimonpont@gmail.com Trésorier : Benoit LONAY Gsm : 0486 62 29 68 E-mail : benoitlonay@yahoo.com

q

COMMISSION APNÉE Président : Andy BUHL E-mail : president.apnee.lifras@gmail.com Secrétaire : Axelle MOUREAU Email : secretariat.apnee.lifras@gmail.com Trésorier : Milos ANTONIC (Mike) Gsm : 0475 52 80 07 Email : mikeantonic@me.com COMMISSION ENSEIGNEMENT Directeur Technique Fédéral : Philippe PITTIER Gsm : 0497 48 81 17 E-mail: phil090906cath@skynet.be Trésorier : Marc ALLEMEERSCH Gsm : 0475 45 60 48 E-mail : marcallemeersch@skynet.be Président conseil d’honneur et de discipline : Enrique CORDON Gsm : 0479 40 05 24 E-mail : Eric.cordon@skynet.be

COMMISSION MÉDICALE Président : Paul-Henri CERCKEL Gergelstraat, 20 1970 Wezmbeek-Oppem Gsm : 0475 33 82 64 E-mail : paul.cerckel@gmail.com

COMMISSION DES TECHNIQUES SUBAQUATIQUES ET D’ORIENTATION (TSA) Président : Gilles HEINEMANN E-mail : gilles_tsa@lifras.be Gsm : 0474 89 17 01 Secrétaire : Philippe DELCROIX E-mail : pelg.delcroix@gmail.com Trésorier : Thibault HAYT Email : thibault_tsa@lifras.be Gsm : 0494 13 13 11 COMMISSION FÉMININE Présidente : Fabienne DESCAMPS Route d’Obourg, 73 7000 Mons Gsm : 0496 92 72 77 E-mail : fabydesc@skynet.be Secrétaire : Ann HAESTIER E-mail : amareschal4@gmail.com COMMISSION PLONGÉE ADAPTÉE Président : Eric CORBIER Gsm : 0499 56 40 38 E-mail : eric.corbier@skynet.be Secrétaire : Tonino BARBIAUX Gsm : 0475 60 44 40 E-mail : tonino.barbiaux@hotmail.com

q

Katia VAN DE VEEGAETE : katia@lifras.be Muriel VAN BLOMMEN : muriel@lifras.be

JOURS ET HEURES D’HOMOLOGATION

q

Lundi de 9h30 à 11h30 Mercredi de 9h30 à 11h30 et de 13h30 à 16h00 Vendredi de 13h30 à 16h00 E EN CAS D’ACCIDENT

q

Accident à l’étranger : Pour l’application des garanties, l’assuré doit obligatoirement et préalablement à toute intervention engageant les garanties assistance du contrat, APPELER EXCLUSIVEMENT LE N°: +32 3 253 69 16 (CHARTIS-Assistance) Appelez le 100 (d’un portable le 112) ENSUITE, contactez le DAN Numéro vert De belgique : 0800 12 382 DAN Urgence international : 39 06 4211 5685 En dehors de nos frontières : +32 2 262 22 82 Attention! En Zélande, formez le 112 OBLIGATIONS Pour tout accident corporel : examen médical dans les 3 jours.

q

Décès : D’abord, endéans les 48h, envoyer une déclaration à la Lifras : Rue Jules Broeren, 38 à 1070 Bruxelles Tél. : 02/521 70 21 - Fax : 02/522 30 72 E-mail : lifras@lifras.be Ainsi qu’ à ARENA : avenue des Nerviens, 85 bte2 à 1040 Bruxelles Tél. : 02/512 03 04 - Fax : 02/ 512 70 94 Autres : déclaration à expédier au plus tard dans les 15 JOURS accompagnée d’un CERTIFICAT MÉDICAL (faute de quoi elle n’est pas prise en considération) uniquement au secrétariat LIFRAS.

Allée du Bol d’Air,13 à 4031 Angleur Tél : 04 / 336 82 20 - Fax : 04 / 344 46 01 Courriel : info@aisf.be - Site web : www.aisf.be

Direction Générale du Sport - ADEPS Boulevard Lépolod II, 44 - 1080 Bruxelles Tel: 02/413 25 00 Email : adeps-info@cfwb.be

67


NELOS Ligue Néerlandophone de Recherches et d’Activités Subaquatiques A.S.B.L. Affiliée à la Fédération Royale Belge de Recherches et d’Activités Subaquatiques Siège social : Brusselsesteenweg, 313/315–2800 Mechelen Conseil d’administration : Président : Ronny MARGODT E-mail : voorzitter@nelos.be Gsm : 0473 96 13 50 Vice-président et trésorier Dirk SAMAN E-mail : penningmeester@nelos.be Gsm: 0475 26 79 20 Administrateurs : Rik OLIEVIER E-mail : boetiek@nelos.be Gsm : 0475 64 31 71 Ivo HUBERT E-mail : ivo.hubert@nelos.be Gsm : 0475 49 87 24 Sven VANDEKERCKHOVE E-mail : sven.vandekerckhove@nelos.be Gsm: 0476 34 00 64 Franklin FORREZ E-mail : franklin.forrez@nelos.be Gsm : 0473 24 53 02 Michel DECLERCQ E-mail : michel.declercq@nelos.be Gsm : 0475 56 56 18 Secrétariat administratif : Brusselsesteenweg, 313/315–2800 Mechelen Tél. : 015 29 04 86–Fax : 015 20 61 58 Mme Margaux MONTRIEUX E-mail : secretariaat@nelos.be

Marie-Anne Debauve, cheffe d’école du Maaramu, est décédée en août dernier. Toutes nos condoléances à la famille.

FEBRAS Fédération Royale Belge de Recherches et d’Activités Subaquatiques A.S.B.L. Siège social : Rue Jules Broeren, 38–1070 Bruxelles Conseil d’administration : Président : Ronny MARGODT Steenovenstraat, 24–8490 Varsenare Gsm : 0473 96 13 50 Email : voorzitter@nelos.be Co-présidente : Maria del Pilar RUIZ LOPEZ Rue G.Stocq, 18–1050 Ixelles Gsm : 0477 74 38 17 E-mail : pilarlifras@gmail.com Trésorier : Dirk SAMAN Groeningenlei, 106–2550 Kontich Gsm : 0475 26 79 20 E-mail : dirk.saman@nelos.be Administrateurs : Marc HIERNAUX Avenue des Paveurs, 10 - 1410 Waterloo Gsm : 0475 460 965 E-mail : marc.hiernaux@skynet.be Marc LYCOPS Avenue de la Liberté, 158 boite 7 - 1080 Bruxelles Gsm : 0473 81 68 62 E-mail : marc@lycops.eu Frédéric WILLEM Rue des Charmes, 28 - 5100 Namur Gsm : 0475 64 59 74 E-mail : willem.frederic@skynet.be Michel DECLERCQ Pladijsstraat, 8 - 8370 Blankenberge Gsm : 0475 56 56 18 E-mail : michel.declercq@nelos.be Sven VANDEKERCKHOVE Acaciastraat, 76–9890 Gavere Gsm : 0476 34 00 64 Secrétariat administratif : Margaux Montrieux Rue Jules Broeren, 38–1070 Bruxelles Tél. : 02 521 70 21–Fax : 02 522 30 72 E-mail : febras.belgium@skynet.be

68


LA CARAVELLE : Illustration de lʼexercice

2

1

3

N

3

2

3

1 2

1

N

1

N

S

42

E

2

3

2

3

N

1

O

N

MANIPULATION ET CONSTRUCTION Explication de l’exercice au dos

69


LA CARAVELLE Description : Avant le départ lʼ équipe choisit une enveloppe fermée, dans laquelle se trouve un parchemin avec un cap : N, S, N-O, etc… Le jury place le parchemin dans une boîte qui est remise à lʼ équipe. Le départ est donné : 3, 2, 1, GO, les plongeurs doivent tirer sur la caravelle à lʼaide de la tige, de la petite à la grande profondeur, la caravelle doit passer dans des obstacles à l' aller et au retour. Sous lʼ eau, les plongeurs ouvrent la boîte et prennent connaissance du cap, ils choisissent dans un récipient une des plaquettes métalliques marquées du bon cap. Lʼ équipe revient vers la petite profondeur, toujours en manœuvrant la caravelle dans les obstacles. Lʼ épreuve se termine quand la caravelle arrive contre le mur de la petite profondeur, la plaquette doit être accrochée pendant le parcours au crochet et la boîte refermée avec à l'intérieur le parchemin doit être remise au jury.

Matériel : - les plaquettes avec les différents caps - une caravelle munie sous la coque dʼune tige de ± 70 cm de long et d' un crochet - une boite avec un parchemin Didactique : Cet exercice favorise fortement : - les techniques de gestion de palanquée - la coordination - le parcours à trois plongeurs sur une bouteille.

Difficulté par niveau : Niveau 1*

Niveau 2*

Niveau 3*

Niveau 4*

Passage dʼembout jusquʼà la boite avec les caps, distance +/- 10 m et retour en petite profondeur.

Passage dʼembout jusqu' à la boite avec les caps, distance +/- 15 m et retour en petite profondeur.

Passage dʼembout jusquʼ à la boite avec les caps, distance +/- 20 m et retour en petite profondeur.

Passage dʼembout jusquʼ à la boite avec les caps, distance +/- 20 m et retour en petite profondeur. Trajet aller-retour en passant dans les cadres

MANIPULATION ET CONSTRUCTION 70

NDLR : dans le respect des règles COVID en vigueur

41


La boutique W E

N

SWEAT Lifras Instructeur : 30 €* Noir avec broderie dorée Tailles : S-M-L-XL-XXL

POLO Lifras Instructeur: 15 €* Noir avec broderie dorée, modèle homme ou femme Tailles : S-M-L-XL-XXL

BONNET : 12 €* Noir avec broderie dorée Taille unique

CASQUETTE : 15 €* Noire, bleue ou rouge avec broderie dorée Taille : S/M–X/XL

Commande à effectuer au secrétariat lifras, chez Muriel. Articles commandés uniquement par et réservés aux moniteurs lifras. * + frais d’envois

71


GILET HYDROS PRO

GILET HYDROS X

« S’ADAPTE À VOTRE MORPHOLOGIE POUR UN CONFORT MAXIMAL. » —PAUL, CINÉASTE OCÉANIQUE

Miami, FL

Jupiter, FL

SCUBAPRO.EU