COOPÉRATEUR | NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2017

Page 12

Les ateliers ont favorisé les échanges entre les participants. Ici, Andréa Renaud, conseillère aux Affaires coopératives en session de travail sur la gouvernance des coopératives

Rencontre des présidents, secrétaires et trésoriers de CUMA

WChantal St-Laurent, répondante provinciale CUMA-CUMO pour le MAPAQ, a informé les participants des toutes dernières nouveautés du Programme services-conseils.

Ressourcement, réflexion, action !

TEXTE ET PHOTOS DE PATRICK DUPUIS, AGRONOME

La plus récente rencontre des présidents, secrétaires et trésoriers de coopératives d’utilisation de matériel agricole (CUMA), organisée par les Affaires coopératives de La Coop fédérée, s’est tenue à Sainte-Croix de Lotbinière le 26 septembre. Compte-rendu. Les thématiques traitées lors de cette journée ont touché principalement les nouvelles technologies en agriculture présentées au Salon national des CUMA de France, ainsi que les bonnes pratiques de gouvernance, telles que la rédaction de procès-verbaux et le rôle déterminant de la présidence de la CUMA en période de mouvance. Les objectifs poursuivis par cette activité étaient de favoriser le développement de compétences, de faire émerger les synergies entre les CUMA et d’encourager le réseautage entre les participants.

LA FRANCE : UN MONDE DE DIFFÉRENCE, ET POURTANT… Bruno Guérard, répondant CUMA pour La Coop fédérée et secrétaire de la CUMA de l’Érable, a visité le Salon national des CUMA de France qui s’est tenu à Lisieux, en Normandie, à la fin août. Les chiffres impressionnent. La France compte 12 260 CUMA, 212 000 adhérents, 47 000 salariés, 250 000 équipements en partage, 680 millions $ d’investissements (112 900 $ en moyenne par CUMA)

12

COOPERATEUR.COOP – NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2017

et 808 millions $ de chiffres d’affaires (77 770 $ en moyenne par CUMA). Un agriculteur français sur deux est membre d’une CUMA, un portrait différent d’ici. Au Québec, on compte 60 CUMA et 20 millions $ d’actifs immobilisés. Le nombre moyen de producteurs par CUMA est toutefois plus élevé au Québec qu’en France, soit 34 contre 25. Des études effectuées de part et d’autre de l’Atlantique en arrivent sensiblement au même constat : la CUMA permet au moins 15 % d’économie sur l’achat de machinerie, et les équipements achetés servent principalement à la récolte et au travail du sol. Bruno Guérard a également pris connaissance du foisonnement des nouveautés technologiques présentées au Salon : stations météos à la ferme, drones, outils informatiques (logiciels, applications, capteurs de rendement), robot désherbeur mécanique fonctionnant à l’énergie solaire et plateforme collaborative Web. Le gadget vedette et prometteur de l’année : le boîtier connecté de la société Karnott. Il permet de suivre le matériel agricole et d’enregistrer toutes les données d’utilisation. Les données