Le réveil des combattants - Mars 2021

Page 1

CES RICHES FRANÇAIS QUI PLACENT LEUR ARGENT AU LUXEMBOURG

LA COMMUNE A 150 ANS

COVID 19 :

VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL EXPLOSION DES PROFITS

Mars 2021 - N° 869 - 5 e

150 anniversaire de la Commune e

Les femmes en lutte

Elles revendiquent l’égalité des sexes, l’égalité des salaires, le droit à l’instruction laïque, le droit au divorce, à la formation professionnelle… créent des ateliers coopératifs.

Louise Michel pendant la commune 1871

Nathalie Lemel

Ensemble, défendons les valeurs de la République

Elisabeth Dimitrieff


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

19 mars 2021 le devoir d’histoire, le travail de mémoire pour la vérité, toujours d’actualité Ce 19 mars 2021, il y aura 59 ans, que les représentants du gouvernement français et ceux du gouvernement provisoire de la République algérienne signaient l’accord de cessez-le-feu de la guerre d’Algérie. C’était le 19 mars 1962. Cette date, reconnue désormais depuis 2012 comme « Journée nationale du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc » rappelle désormais, chaque année, la volonté du peuple français ratifiant, le 8 avril 1962, par référendum à 91 % des voix, les Accords d’Evian et le cessez-le-feu. L’Algérie accédait enfin à l’indépendance après une guerre longue de huit ans. Elle devenait la République algérienne libre et souveraine. Elle conquérait ce droit inaliénable, ce droit du peuple algérien de pouvoir disposer de lui-même. Aujourd’hui, le 19 mars est le bien imprescriptible de l’ensemble des Françaises et Français, jeunes et anciens, quelle que soit leur origine. Mais à la mémoire doit s’ajouter la volonté de combattre plus que jamais, ceux qui par leurs tentatives d’effacement de l’Histoire entretiennent les séquelles qui empoisonnent encore notre présent (racisme, haine, violence, xénophobie, réhabilitation des criminels de l’ex-OAS, etc.) L’amitié entre les peuples de France et d’Algérie « pour vivre, pour se développer », doit s’appuyer sur le socle de la vérité. Cette vérité, nous la devons à tous ceux qui par leur histoire douloureuse, blessés, veulent ouvrir une nouvelle page… La vérité n’abîme pas, elle répare, la vérité ne divise pas, elle rassemble. Le devoir d’histoire, même quand c’est tragique, même quand il est douloureux pour nos deux pays, doit être accompli. C’est œuvrer pour l’avenir ». L’ARAC regrette que Monsieur Benjamin Stora n’ait pas auditionné toutes les associations pour son rapport sur les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie. Notre association, engagée pour la paix et l’indépendance de l’Algérie dès 1956, avait des choses à dire en lien avec le travail de mémoire. L’ARAC estime que 59 ans après, chaque peuple doit assumer son passé. Un traité d’amitié et de paix, doit venir régulariser les rapports de coopération entre nos deux pays. L’ARAC pense que cet acte servirait de socle à une nouvelle politique de solidarité et de développement entre la France et l’Algérie ainsi que les peuples du Maghreb. Politiques de respect des souverainetés, d’essor économique et culturel, seule capable de combattre la misère et son terreau, racines des terrorismes et des violences qui ensanglantent le monde. La mémoire de toutes les victimes (d’avant 19 mars et après) s’inspire fortement de notre engagement à l’ARAC, contre la guerre, pour la Paix, pour l’amitié et la solidarité entre tous les peuples, seul moyen de construire l’avenir auquel aspirent toutes les femmes et tous les hommes conscients de leur fraternité. Villejuif, le 18 février 2021

2 -

LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021


ÉDITO LE RÉVEIL

Souveraineté et Coopération

SOMMAIRE Actualités 19 mars 2021 : le devoir d’histoire, le travail de mémoire pour la vérité, toujours d’actualité �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 2 “Les retraites doivent être discutées” : Bruxelles réclame des réformes en échange du plan de relance européen ������������������������������������������������������������������ 4 Ces riches français qui placent leur argent au Luxembourg ����������������������������������������� 5 Mal logement : la Fondation Abbé Pierre craint une bombe à retardement ���������������� 5 Précarité : « On est en crise humanitaire en France aujourd’hui », alertent les associations caritatives ������������������������������������������������������������������������������������������� 6 Vaccin : les rendez-vous en Seine-Saint-Denis squattés par les Parisiens ���������������������� 8

International L’armée algérienne ������������������������������������������������������������������������������������������������������� 8 Covid 19 : Explosion des profits ���������������������������������������������������������������������������������� 9 Pandémie : La France « démocratie défaillante » ��������������������������������������������������������� 9 Italie : Un « Super Mario » pas si génial ����������������������������������������������������������������������� 10 Venezuela : L’Union européenne lâche Guaido ? ������������������������������������������������������� 11 Birmanie : Putsch à Rangoon ��������������������������������������������������������������������������������������� 11

Spécial débat Enjeux de la souveraineté énergétique française : Il faut refuser les impasses dans la production électrique ����������������������������������������������������������������������������������� 21

Droit CSG en 2021 sur les retraites ������������������������������������������������������������������������������������� 24 Pensions militaires d’invalidité ������������������������������������������������������������������������������������ 24

Vie de l’ARAC Nos peines ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 30 Vie de l'ARAC ������������������������������������������������������������������������������������������������������ 25 à 30

Magazine Qu’est-ce que la laïcité ? - La guerre des soldats - L’Histoire de l’ARAC ��������������������� 31

P. 13.. D O S S I E R

LA COMMUNE A 150 ANS www.le-reveil-des-combattants.fr LE RÉVEIL DES COMBATTANTS Fondé en 1931 par Henri Barbusse et Paul Vaillant-Couturier. Mensuel de l’Association républicaine des combattants pour l’amitié, la solidarité, la mémoire, l’antifascisme et la paix. Commission paritaire n° 0723-A06545 ISSN N° 0751-6215 • Édité par les Éditions du Réveil des Combattants • SARL au capital de 45 734,41  € - Siret : 572 052 991 000 39 2, place du Méridien - 94807 Villejuif cedex Tél. 01 42 11 11 11 reveil-des-combattants@wanadoo.fr

• Tirage : 60 000 exemplaires • Directeur-gérant : Raphaël Vahé • Directeur : Patrick Staat • Rédactrice en chef adjointe : Brigitte Canévêt • Comité de Rédaction : Hervé Corzani, JeanPierre Delahaye, Laurence Gorain • Régie Publicitaire : HSP - Tél. 01 55 69 31 00 contact@hsp-publicité.fr • Administratrice : Annick Chevalier • Conception graphique - Impression : RIVET PRESSE EDITION - 24, rue Claude-Henri-Gorceix, 87022 Limoges cedex 9

L

a période que nous vivons met au cœur des débats la question de la souveraineté. Il faut de nouveaux rapports entre les peuples, des rapports de respect, d’égalité, de fraternité, des rapports où se construisent des politiques d’intérêts mutuels. Souveraineté politique pour décider de ce qui est le mieux pour la nation sans l’ingérence de Bruxelles, pour garder et développer les conquis sociaux, (retraite, sécurité sociale…) Souveraineté économique pour maintenir et développer l’activité industrielle qui permet de garder ses savoir-faire et de les partager dans le cadre de coopérations. Souveraineté sanitaire pour décider de notre politique de santé alors que la Commission européenne exige la casse de l’hôpital public. Souveraineté énergétique quand l’Europe impose avec le projet Hercule, la casse de l’outil que représente EDF pour la France au risque d’avoir demain, besoin de relancer des productions électriques répandant du CO2 dans l’atmosphère. Souveraineté monétaire pour ne pas dépendre des décisions européennes sous tutelle allemande. Pour imposer la paix, il faut réaffirmer notre refus d’une armée européenne, exiger notre retrait de l’OTAN. Nous ne pouvons accepter que la France doive se plier à la Commission Européenne (organisme non élu) ; une Europe où les plus riches mangent les plus pauvres, où les peuples sont en concurrence avec de moins en moins de droit du travail, de moins en moins de droits sociaux, de moins en moins de politique de santé, etc. Avec la pandémie, des millions de salariés perdent leur travail, des millions de familles risquent de se retrouver à la rue. Il est temps de relever la tête, d’entrer en action et de construire de nouveaux rapports sociaux. De faire comme nos aînés, de s’appuyer sur la souveraineté de la France pour construire une République sociale apte à développer des liens, des coopérations avec l’immense majorité des peuples. A l’exemple du vaccin du Covid dont nous demandons qu’il devienne un bien commun de l’Humanité, seul le respect et la souveraineté de chacun permettra de construire un nouveau monde. L’avenir n’est pas écrit, il dépend de nous, de notre détermination et de notre volonté de construire une République démocratique, sociale, éprise de liberté et d’égalité. « Nous appelons République, la société constituée sur les bases de la réelle souveraineté du peuple, une société qui ne soit pas ouvertement ou obscurément conduite par une oligarchie de privilégiés et de parasites, mais illuminée dans tous ses coins par le clair intérêt général » disait Henri Barbusse lors de la création de l’ARAC. Patrick STAAT LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021

-3


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

“Les retraites doivent être discutées” : Bruxelles réclame des réformes en échange du plan de relance européen Les bonnes vieilles "réformes structurelles" font leur retour à Bruxelles. La Commission l'a déjà – officieusement – signifié à certains Etats, dont l'Allemagne, venus frapper à sa porte pour bénéficier du plan de relance. Et la France va devoir faire des efforts. L'équipe d'Ursula von Der Leyen a rappelé une exigence phare : à côté de mesures d'investissement, les gouvernements doivent prévoir des "réformes structurelles", en reprenant des préconisations adressées aux pays membres ces dernières années. Celles de la France incluaient notamment la maîtrise du déficit budgétaire et une réforme du système de retraites. Le texte examiné rappelle d'abord les deux volets du plan de relance, tels que prévus par l'accord de juillet : jusqu'à 360  milliards d'euros pourront être versés aux Etats sous forme de prêts à rembourser, et 312 milliards à travers des subventions. La France recevra ainsi 39 milliards d'euros, tandis que l'Espagne et l'Italie percevront toutes les deux environ 69 milliards. De son côté, l'Allemagne encaissera "seulement" 25 milliards d'euros. Selon le journal allemand Handelsblatt, le gouvernement d'Angela Merkel a en-

voyé une première version de son plan. Mais s'est vu intimer de revoir sa copie : sa feuille de route ne contient pas assez de réformes aux goûts de Bruxelles, raconte le quotidien économique. A notre voisin allemand déjà largement libéralisé, la Commission réclame une réforme pour "améliorer" son système de retraite, et la suppression d'une option fiscale qui "décourage de travailler plus d'heures", poursuit le Handelsblatt. Qui rapporte un argument mis en avant par les négociateurs européens : "Si l'Allemagne ne mène pas de réformes, les autres Etats ne voudront pas le faire non plus, argumente-t-on à Bruxelles". Qu'en est-il pour la France ? Le gouvernement a "déjà entamé des discussions informelles avec la Commission européenne", qui "progressent de manière satisfaisante", indique le ministère de l'Economie à Marianne. Bercy ajoute que le plan de relance français "n’est toutefois pas encore complet à ce stade", sans préciser si Bruxelles a déjà demandé des modifications. Pour respecter le règlement en cours d'adoption, le projet français devrait s'inspirer des recommandations reçues ces dernières années. L'édition 2019 enjoignait par exemple la France de "ré-

duire les restrictions réglementaires, notamment dans le secteur des services". Autre voie suggérée : "Réformer le système de retraite pour uniformiser progressivement les règles des différents régimes (...) en vue de renforcer [leur] équité et [leur] soutenabilité". "Les recommandations pointaient qu'il était souhaitable d'harmoniser les différents systèmes de retraite, en 2019 et déjà auparavant. Et ce défi est un constat partagé avec la France. Donc ça doit être discuté dans le cadre du plan de relance", nous répond la Commission. Tout en précisant qu'il n'y a "pas de prérequis", c'est-à-dire qu'aucune mesure n'est fixée d'avance comme une condition incontournable. Les préconisations de 2019 appelaient également la France à faire des économies, notamment en "rédui[sant] les dépenses (...) dans tous les sous-secteurs des administrations". Un an plus tard, la cuvée 2020 se montrait moins pressante sur ce point, mais anticipait aussi la fin du "quoi qu'il en coûte" de la crise sanitaire. L'Etat français y était ainsi encouragé "à parvenir à des positions budgétaires à moyen terme prudentes et à garantir la soutenabilité de la dette", "lorsque la situation économique le permettra". Si elle estimait une feuille de route insuffisante, la Commission pourrait rendre un avis négatif sur sa validation. L'accès aux subventions serait-il dès lors bloqué pour le pays concerné ? Le projet de règlement ne précise pas clairement cet aspect, pourtant déterminant pour le pouvoir de négociation de Bruxelles. En clair, d'éventuels désaccords devraient se régler avant que Bruxelles ne rende son avis. Et les précieuses réformes trouver leur place dans les agendas nationaux. Source  : MARIANNE – extraits – S. Grob – 09/02/21

4 -

LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021


ACTUALITÉS LE RÉVEIL

Ces riches français qui placent leur argent au Luxembourg Selon une enquête du “Monde” en partenariat avec 16 médias étrangers, les Français figurent à la première place du classement des 157 nationalités représentées parmi les bénéficiaires de l'avantageux système fiscal luxembourgeois, avec 17 000 sociétés immatriculées. 37 des 50 familles françaises les plus riches apparaissent dans 627 000 documents comptables réunis par nos confrères. Cette radiographie de l'économie luxembourgeoise révèle que 37 des 50 familles françaises les plus riches apparaissent dans les OpenLux, "dont Bernard Arnault, les Guerrand-Hermès ou les Mulliez". Parmi les premiers de cordée amis du Luxembourg figurent Michel Ohayon, propriétaire de La Grande Récré et de Camaïeu, le chef trois étoiles Yannick Alléno – qui affirme avoir rapatrié ses actifs dans l'Hexagone en 2020 –, ou encore le tennisman Jo-Wilfried Tsonga. "Près de 15 000 Français possèdent des sociétés au Luxembourg, totalisant au moins 100 milliards d’euros d’actifs, soit 4 % du PIB français", écrivent nos confrères. "S’il devait être rapatrié demain en France et soumis à la 'flat tax'

de 30 % sur les revenus du capital, ce “trésor de guerre” pourrait faire rentrer près de 5 milliards d’euros dans les caisses de l’Etat", expliquent-ils encore. 5 milliards, soit un peu plus que ce que rapportait l'ISF (4,23 milliards d'euros) en son temps. D'où viennent les données d'OpenLux ? Il ne s'agit pas d'une fuite, comme pour les "Panama Papers" et les "LuxLeaks" : les médias enquêteurs ont profité d'une directive votée par l'Union européenne en 2018, laquelle oblige les Etats membres à tenir des registres publics des propriétaires réels des sociétés domiciliés dans le pays. Le gouvernement du Luxembourg a réagi à ces publications en affirmant que le pays “respecte pleinement toutes les réglementations européennes et internationales en matière de fiscalité et de transparence, et applique toutes les mesures communautaires et internationales en matière d'échange d'informations pour lutter contre les abus et l'évasion fiscales”. Le Luxembourg, qui a amorcé un effort de transparence après avoir fait des arrangements fiscaux un sport national dans les années 90 et

2000 (sous la direction du Premier ministre Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne jusqu'en 2019), reste ridiculement en matière d'administration fiscale : "Le registre du commerce ne dispose que de 59 salariés, pour faire respecter l’obligation légale de déclarer les bénéficiaires effectifs de plus de 100 000 entités, et exercer un premier contrôle des déclarations", explique Le Monde. Le démantèlement de ce paradis fiscal au cœur de l'Europe n'est pas pour demain : la moitié des 17 000 sociétés luxembourgeoises détenues par des Français ont été créées après les LuxLeaks, en 2014. 1 449 ont vu le jour en 2018, 1 484 en 2019, et 1 323 en 2020. A croire que les riches ne retiennent jamais la leçon. Source : MARIANNE (extraits) – L. Nadau – 09/02/21

Mal logement : la Fondation Abbé Pierre craint une bombe à retardement En matière de mal logement, « on ne sait pas quelle sera l'onde de choc de la crise sanitaire et de la crise sociale » dans les prochains mois et les prochaines années, a indiqué Christophe Robert, son délégué général, à l'occasion de la présentation du rapport annuel de la Fondation Abbé Pierre.

détérioration affecte d'abord les jeunes (43 % des 18-24 ans) et les plus démunis (55 % des allocataires des APL, les aides personnalisées au logement). Autre tendance inquiétante : le recours accru à l'aide alimentaire, là encore en forte hausse chez les jeunes.

Recours accru à l'aide alimentaire

Coronavirus : inquiétudes sur les impayés de loyers

Selon un sondage Ipsos commandé par la fondation, la situation financière de 32 % des Français s'est dégradée depuis le début de la crise sanitaire. Cette

Si le nombre d'impayés de loyers reste contenu, il faut craindre, selon la fondation, un effet retard. « Une vague se dessine », assure Manuel Domergue.

« On sait bien qu'avant d'arrêter de payer leur loyer - au risque de perdre leur logement - les ménages puisent d'abord dans leurs économies et compriment toutes leurs autres dépenses. Ils se nourrissent moins bien, se soignent moins bien… », explique-t-il. Puis vient le moment où cela ne suffit plus.

Eviter les expulsions « On a l'impression que le gouvernement attend qu'il y ait une explosion des impayés de loyers pour agir », LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021

-5


LE RÉVEIL ACTUALITÉS regrette Christophe Robert. Or il faut anticiper. Avec pour objectif, en bout de chaîne, d'éviter une hausse des expulsions locatives à la fin de la trêve hivernale. La fondation milite pour la création d'un fonds national pour les impayés de loyers et de charges, afin de venir en aide aux ménages en difficulté. « Il existe déjà au niveau départemental des fonds de solidarité pour le logement. Mais leurs moyens sont insuffisants », affirme Manuel Domergue.

Relancer la construction de HLML La Fondation Abbé Pierre propose

pêle-mêle d'augmenter les minima sociaux, de généraliser l'encadrement des loyers, de revenir sur « les ponctions qui ont été faites ces dernières années sur les organismes de logement social », afin de soutenir la construction, et de durcir les sanctions contre les communes qui ne respectent pas la loi SRU. Christophe Robert souhaite aussi que les prélèvements financiers sur Action Logement (le premier bailleur de France et contributeur essentiel de la politique du logement), « qui réduisent sa capacité d'agir », soient stoppés. Source : LES ECHOS – extraits – E. Dicharry – 02/02/21

Rapport de la fondation Abbé Pierre

Précarité : « On est en crise humanitaire en France aujourd’hui », alertent les associations caritatives

Auditionnées au Sénat par la nouvelle mission d’information du Sénat sur la lutte contre la paupérisation, trois associations caritatives ont alerté sur l’aggravation de la précarité depuis la crise sanitaire. Ils ont plaidé pour des réponses structurelles, au-delà des mesures d’urgence. Les sénateurs ont eu un moment d’échange avec trois grandes associations en prise directe avec la précarité : la Croix-Rouge, ATD Quart-Monde ou encore le Secours catholique (Caritas France). Chacun a eu des mots différents pour décrire la réalité de millions de personnes en grande difficulté financière, mais tous ont insisté sur l’urgence de cette réalité sociale, inacceptable selon eux pour un pays développé. « Dans ce pays, un certain nombre de Français souffrent de la faim. Cela doit tous nous amener à nous interroger », s’est insurgé Thierry Couvert-Leroy délégué national « lutte contre les exclusions » de la Croix-Rouge française, qui parle d’une « intensification de la grande pauvreté ». L’association est en prise directe avec l’aggravation de la précarité entraînée par les confinements et la baisse de l’activité économique. Les chiffres sont glaçants. « En maraude, c’est 86 % de personnes qui ont 6 -

LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021

été rencontrées en plus », témoigne le délégué national. Sur 22 000 personnes rencontrées, 6  000 sont des enfants. C’est plus du quart. : « On est en crise humanitaire en France aujourd’hui », résume Isabelle Bouyer, déléguée nationale d’ATD Quart-Monde.

La situation n’est pas née avec la pandémie, les confinements et l’arrêt de pans entiers de l’économie l’ont rendue plus visible et ont surtout jeté de nouvelles personnes dans la pauvreté, comme en témoignent les files interminables d’étudiants devant les banques alimentaires.


ACTUALITÉS LE RÉVEIL « La crise du covid-19 est un accélérateur des dynamiques, elle est révélatrice de ce qui était déjà en cours », note Daniel Verger, responsable du département études, recherches et statistiques du Secours catholique, qui évalue la hausse du recours à l’aide alimentaire de 25 à 40 %. « 8 millions de personnes qui font appel aujourd’hui à l’aide alimentaire, c’est quand même l’indicateur majeur de l’échec de la lutte contre la pauvreté en France », selon lui. Ils étaient 5,5 millions en 2019, selon un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas). Caritas France a pu comparer son rapport sur le budget des ménages bouclé l’an dernier avec les chiffres dont elle disposait il y a dix ans. Près du quart des personnes disposant de ressources et accompagnées par l’association se retrouvent avec seulement 4 euros par jour, une fois les dépenses contraintes comme le loyer retranché. La somme restante doit servir à la fois à se nourrir, se vêtir, se déplacer ou encore avoir un peu de loisirs. Equation impossible. « C’est une situation qui n’honore pas

la France et qui doit nous révolter », estime Daniel Verger. Les associations regrettent le traitement dans l’urgence de cette pauvreté qui ne date pas de mars 2020 Les associations ont également unanimement alerté sur l’existence des « invisibles », ceux qui sont sortis des dispositifs d’aide (officiels ou associatifs) ou qui en restent éloignés. Daniel Verger, (Secours catholique) s’inquiète de ces personnes « en situation de repli sur soi », en particulier dans les territoires ruraux. En clair, il faut aller à la rencontre des personnes en difficulté, et ne pas attendre qu’elles se présentent. C’est notamment vrai pour les jeunes, selon Thierry Couvert-Leroy, délégué national « lutte contre les exclusions » de la Croix-Rouge française. C’est surtout sur la demande d’une revalorisation du revenu de solidarité active (RSA) que les associations se retrouvent unanimement. « Il est temps d’avoir des mesures qui ne soient pas des primes ponctuelles mais des mesures structurelles », plaide le repré-

sentant du Secours catholique, partisan d’un RSA amélioré. Comme d’autres bénévoles, il encourage à un élargissement des publics bénéficiaires, notamment les jeunes sortis de l’aide sociale à l’enfance. Mais aussi, par une revalorisation du montant. Aujourd’hui, le RSA socle atteint 565 euros. Pour rappel, le seuil de pauvreté correspond à 60 % du niveau de vie médian de la population, soit un peu plus de 1 050 euros. Source : PUBLIC SENAT – extraits – G. Jacquot – 09/02/21

Télétravail : quand les entreprises sucrent les chèques-déjeuners des salariés

Depuis le Covid et les restrictions sanitaires, les Français sont sommés de travailler à la maison. Une situation dont certaines entreprises profitent pour sucrer les avantages sociaux de leurs salariés, tickets-restaurants en première ligne. Boulot mais plus de métro, ni de tickets resto. Les syndicats Unsa et Sud de SFR (groupe Altice) ont envoyé un communiqué auprès de l'AFP pour dénoncer

leur direction. Principal grief : l'entreprise profiterait de la crise sanitaire pour remettre en cause les droits des salariés. Entre le refus de la prise en charge des frais comme les factures d’électricité ou le prêt de matériel, le principal point de crispation repose sur la fin de l'octroi des tickets-restaurants aux salariés qui travaillent chez eux. Pour la direction, la question ne se pose pas. Selon nos confrères, un dirigeant affirme que cet arrêt se justifie « par le fait que les salariés en télétravail auraient désormais « du temps libre » pour se préparer à manger ». Le délégué syndical évoque un « accord sur le télétra-

vail signé dans l'entreprise en 2018. À l’époque, la direction avait imposé aux salariés choisissant de faire une journée de télétravail par semaine de renoncer ce jour-là à leur chèque-déjeuner. Mais il s'agissait d'un jour par semaine et c'était sur la base du volontariat, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui ». D'autres entreprises empruntent le même chemin. C'est le cas de Schlumberger Limiter et de son millier de salariés dans l'hexagone, multinationale d'origine française spécialisée dans les services et équipements pétroliers. Source : MARIANNE – extraits – V. Geny – 11/02/21 LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021

-7


LE RÉVEIL INTERNATIONAL

Vaccin : les rendez-vous en Seine-Saint-Denis squattés par les Parisiens

On commence avec ce couac dans la vaccination en Seine-Saint-Denis. Les rendez-vous proposés par les plateformes sont squattés par les populations aisées, à l’aise avec le numérique, bref, les Parisiens. Conséquence : il n’y a plus de place pour les locaux ou les personnes âgées. « J’ai presque l’impression qu’ils nous volent nos vaccins », voilà ce qu’on dit sur place. Fée, est venue de Paris avec son père, et tente de se justifier tant bien que mal. « Pourquoi ? Parce qu’on a de grandes

difficultés à trouver des rendez-vous sur Paris, notamment à proximité de leur domicile et donc on n’a pas eu d’autre choix que de prendre sur Doctolib, très vite. On n’a pas le choix et on fait le maximum pour nos parents. Évidemment c’est regrettable pour les habitants de la Courneuve, de Pantin et des villes aux alentours, mais on a les disponibilités et on saute dessus », se justifie la jeune femme. Cette situation provoque une fronde des élus de Seine-Saint-Denis. Pour la vaccination, ils boycottent Doctolib et créent leurs propres listes d’attente. « On a pris la décision de limiter fortement les inscriptions sur Doctolib où on est dans une démarche ‘premier arrivé, premier servi’», regrette Gilles Poux, le maire de La Courneuve. « Ceux qui possèdent le plus

En Casamance, trois bases rebelles auraient été reprises par l’armée sénégalaise L’armée sénégalaise a indiqué avoir pris trois bases des rebelles en Casamance dans le sud du pays et récupéré des armes lors d’une offensive lancée fin janvier après des mois d’accalmie dans ce conflit ancien, mené selon elle avec le soutien de la Guinée Bissau voisine. L’armée sénégalaise n’a

fourni aucune indication sur les pertes de part et d’autre et aucune évaluation du bilan humain n’est disponible par ailleurs de source indépendante. Les officiers sénégalais ont admis que les rebelles disposaient d’autres bases dans la région.

(La voix de l’Amérique, le 10-02-2021)

Plusieurs casques bleus blessés lors de l’attaque d’un camp de la MINUSMA dans le centre du Mali Vingt-huit casques bleus togolais ont été blessés dans le centre du Mali lors d’une attaque qualifiée de complexe contre leur camp, dans un secteur en proie à une activité djihadiste accrue. Les casques bleus participaient à une des nombreuses opérations menées depuis plusieurs mois par la MINUSMA dans le centre du Mali pour réduire les violences contre les civils, apaiser les 8 -

LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021

les outils informatiques, ça s’appelle notamment la fracture numérique. Une incapacité, si on laissait les choses continuer comme ça, a accéder aux vaccins alors qu’il était à leur porte », déplore l’élu. Source : RTL – 18/02/21

L’armée algérienne Aurait déjoué un plan de redéploiement du groupe terroriste Al-Qaïda au Maghreb islamique Un islamiste armée qualifié de dangereux terroriste a été capturé dans le cadre d’une opération anti-djihadiste à Jijel, dans le nord-est de l’Algérie, a annoncé jeudi le ministre algérien de la Défense. C’est dans la même région que trois islamistes armés, des vétérans du djihad en Algérie, ainsi qu’un sergent-chef de l’armée, avaient été tués dans un sérieux accrochage début décembre. Selon la presse officielle, l’armée aurait ainsi déjoué un plan de redéploiement de l’organisation AlQaïda au Maghreb islamique (AQMI) après la mort de son chef, l’Algérien Abdelmalek Droukdel, tué en juin par les forces armées françaises dans le nord du Mali. (La voix de l’Amérique, le 18-12-2020)

Aurait retrouvé une partie de la rançon versée pour la libération d’otages au Sahel en octobre

tensions communautaires et diminuer la menace des engins explosifs improvisés, a dit la MINUSMA. « Ces opérations dérangent les ennemis de la paix » a déclaré pour sa part le chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif, qui a condamné fermement cette attaque qu’il a qualifiée de lâche, contre les soldats de la paix.

L’armée algérienne a mis la main sur une partie de la rançon qui, selon elle, aurait été versée pour la libération d’otages au Sahel en octobre, dans le cadre d’une opération antiterroriste menée à Jijel, dans le nord-est de l’Algérie, a annoncé lundi le ministère de la Défense. Cette opération a pu être menée grâce aux informations obtenues après la capture le 16 décembre, dans la même localité de Jijel, du terroriste Rezkane Ahcene selon le communiqué du ministère de la Défense.

(La voix de l’Amérique, le 11-02-2021)

(La voix de l’Amérique, le 29-12-2020)


INTERNATIONAL LE RÉVEIL

Covid 19 : Explosion des profits Les riches sont toujours plus riches malgré la pandémie, selon Oxfam On croit rêver !!!. Les personnes les plus riches du monde sortent indemnes de la pandémie de Covid-19. Selon l’ONG Oxfam qui vient de publier son rapport annuel sur les inégalités, à l’occasion de l’ouverture du Forum économique mondial de Davos. Mieux, elles en auraient même tiré profit. Oxfam en appelle à taxer la richesse, afin de combattre le « virus des inégalités » bien persistant. Le début de la crise liée au coronavirus a pu les perturber mais les plus grosses fortunes mondiales connaissent désormais une embellie. « Les 1 000 personnes les plus riches du monde ont retrouvé leur niveau de richesse d’avant la pandémie en seulement neuf mois alors qu’il pourrait falloir plus de dix ans aux personnes les plus pauvres pour se relever des impacts économiques », fait savoir Oxfam. À l’échelle mondiale, les milliardaires ont même vu leur fortune augmenter de 3 900 milliards entre le 18 mars et le 31 décembre derniers, selon l’ONG qui s’appuie en particulier sur les données de Forbes et de Crédit Suisse. En France, les milliardaires - dont Bernard Arnault (propriétaire du Parisien,

NDLR), 3e fortune mondiale derrière les Américains Jeff Bezos et Elon Musk - ont « gagné près de 175 milliards d’euros » sur la même période, « dépassant leur niveau de richesse d’avant la crise ». C›est la troisième plus forte progression, après les s-Unis et la Chine. Pour contrer cette flambée des inégalités, Oxfam reprend les propositions des économistes Thomas Piketty et Gabriel Zucman qui consistent à taxer davantage les plus riches. « La crise du corona doit marquer un tournant dans la fiscalité des personnes et des entreprises les plus riches, estime Oxfam. Elle nous offre l’occasion d’établir enfin une fiscalité juste, de mettre fin au nivellement par le bas et d’initier un nivellement par le haut. » Selon l’ONG, cette hausse de la fiscalité « peut prendre la forme d’une augmentation de l’impôt sur la fortune, de taxes sur les transactions financières et de mesures d’éradication de l’évasion fiscale ». Oxfam cite en exemple l’Argentine qui, en décembre, a adopté une loi instituant un impôt extraordinaire sur les grandes fortunes. La recette, qui pourrait rapporter quelque 3 mil-

liards de dollars, vise à financer la lutte contre les effets de la Covid-19. En France, où l’impôt sur la fortune a été supprimé en 2018, le gouvernement a exclu d’augmenter les impôts d’ici la fin du quinquennat en 2022 pour financer son coûteux plan de soutien à l’économie. À l’occasion de la sortie de ce rapport, Oxfam France lance une campagne qui détourne la devise républicaine. Des affiches « liberté, inégalités, fraternité » seront brandies devant des lieux symbolisant la République dans 10 villes de France dont Paris, Lyon et Lille.

Pandémie La France « démocratie défaillante » La pandémie de coronavirus a fait refluer les libertés individuelles dans le monde et placé la France dans la catégorie des « démocraties défaillantes ». La démocratie française trébuche-telle sur l’épidémie ? C’est en tout cas le constat d’une étude du groupe britannique The Economist, qui retire à l’Hexagone son statut de « démocratie à part entière » pour la classer dans la catégorie des « démocraties défaillantes ». La France pointe désormais à la 24e place sur 167 pays, devançant

de justesse les États-Unis et le Portugal. En cause, les restrictions sanitaires adoptées pour contrer la progression de l'épidémie de coronavirus. Le repli est global, selon le rapport, alors que les libertés démocratiques ont reflué dans près de 70 % des pays du monde. L’indice démocratique est calculé en base 10 selon 60 critères, regroupés en cinq catégories d’évaluation : processus électoral et pluralisme, libertés civiques, fonctionnement du gouvernement, participation politique

et culture politique. La moyenne mondiale en 2020 est désormais de 5,37 : « le pire score depuis la création de l’indice en 2006 », souligne The Economist.

Des démocraties « avancées » en net recul En cause, la pandémie de coronavirus qui, note l’étude, a fait reculer les libertés individuelles dans les démocraties traditionnellement considérées comme « avancées ». LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021

-9


LE RÉVEIL INTERNATIONAL « Le classement a sanctionné les pays qui ont retiré leurs libertés civiles, n’ont pas permis un contrôle adéquat des pouvoirs d’urgence ou ont refusé la liberté d’expression », avance l’étude, citant l’exemple de la France, où « des confinements sévères et des couvre-feux nationaux ont conduit à une légère mais significative diminution de son score global. » Le rapport n’évalue toutefois pas l’acceptabilité de ces mesures par les populations : « La pandémie a mis en lumière la nature de la gouvernance dans les démocraties du XXIe siècle et, en particulier, la relation entre les gouvernements et le peuple, révélant des déficits démocratiques qui existent

depuis longtemps », commente Joan Hoey, responsable de l’étude. « Nous ne pouvons pas conclure que le haut niveau d'acceptation des mesures de confinement signifie que les gens dévalorisent la liberté », poursuit Joan Hoey. « Ils ont simplement jugé […] qu'éviter des décès catastrophiques justifiait une perte de liberté temporaire. » Sur les 167 pays et territoires évalués par l’étude, seuls 75 sont considérés comme des démocraties. Et seulement 23 seraient des « démocraties à part entière », avec un indice d’au moins 8. Parmi elles, l’Irlande, la Norvège, la Suisse, et le Canada.

Italie

Un « Super Mario » pas si génial Mario Draghi a privatisé des centaines d’entreprises, favorisé la chute de Berlusconi et permis un coup d’État financier contre la Grèce en 2015. Gouverneur de la Banque centrale européenne (BCE) de 2011 à 2019, Mario Draghi est tout auréolé du succès d’avoir sauvé l’euro, alors que les taux d’intérêt sur la dette de certains États membres grimpaient de manière vertigineuse. Avant un autre, il avait proféré le 26 juillet 2012 que l’institution qu’il dirigeait serait déterminée, « quoi qu’il en coûte » , à préserver la monnaie unique. L’institution moné-

10 - LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021

taire s’était alors lancée dans une politique de rachat des obligations souveraines sur les marchés secondaires. Un geste critiqué alors par Berlin, mais qui sauva plusieurs pays de la banqueroute. Cela en fait-il pour autant un dirigeant qui se départit des dogmes et qui se rangera du côté des pays de l’Europe du Sud ? Pas sûr. Sur son bureau à Francfort, alors qu’il dirigeait la BCE, on trouvait un casque à pointe prussien, offert par Bild. Le journal populiste allemand le récompensait d’avoir déclaré : « La Prusse est un bon symbole pour la mission la plus importante de la BCE : défendre la stabilité des prix et protéger l’épargne européenne. » C’est ce qu’il fit quand Alexis Tsipras fut élu premier ministre de la Grèce en 2015. Il orchestra le « coup d’État financier » pour mettre au pas le dirigeant de Syriza en fermant le robinet du financement de la BCE aux banques hellènes. Draghi n’est pas davantage un ami de son propre pays. Secrétaire du Trésor entre 1991 et 2001, il a privatisé pas moins de 750 entreprises de la Pénin-

sule. Et, à l’été 2011, alors gouverneur de la Banque d’Italie, il avait adressé avec Jean-Claude T ­ richet, gouverneur de la BCE, une lettre secrète à Silvio Berlusconi, lui dictant le programme à appliquer pour la fin de mandature : réforme du marché du travail et maîtrise des comptes publics. Celui-ci se montrant récalcitrant, la Banque d’Italie avait laissé les marchés financiers spéculer sur la dette, acculant le Cavaliere à la ­démission. C’est cet épisode qui avait amené au pouvoir un autre premier ministre technique, lui aussi appelé « Super Mario », Mario Monti. A-t-il changé ? Dans un entretien au Financial Times, en mars dernier, face à une « tragédie aux proportions bibliques », il invitait à ne pas se préoccuper de l’augmentation du déficit public. Dix mois plus tard, il reste adepte de la dépense publique, mais appelle à ne pas subventionner les entreprises non viables. Dans un pays où l’industrie compte pour 32 % du PIB, une telle politique pourrait, en la période, faire d’immenses dégâts. Mardi 9 février 2021 – L’HUMANITE

Gaël DE SANTIS


INTERNATIONAL LE RÉVEIL

Venezuela

L’Union européenne lâche Guaido ?

Les 27 pays de l’Union européenne ont rétrogradé Juan Guaido de « président par intérim » à « interlocuteur privilégié ». Le début de la fin pour ce président autoproclamé qui n’a jamais pu battre Nicolás Maduro et dont les soutiens essentiels étaient étrangers ? Déclassé : le président autoproclamé du Venezuela Juan Guaido n’est plus reconnu comme tel par l’Union européenne qui se contente désormais de le qualifier d’« interlocuteur privilégié ». Cela a été acté par les 27 États lors d’un Conseil de début janvier à l’issue duquel Josep Borrell, le chef des affaires étrangères de l’UE, a fait une conférence de presse mentionnant Guaido comme l’un des « acteurs politiques et de la société civile s’efforçant de ramener la démocratie au Venezuela ». De fait, Juan Guaido n’a plus de mandat électif depuis les dernières législatives. Pour autant, l’Europe ne reconnaît pas le résultat des élections du 6 décembre dernier qui a permis à Nicolás Maduro de reprendre la main sur l’Assemblée nationale vénézuélienne dont Juan Guaido s’était emparé en 2015. « Les élections ont été une occasion manquée pour la démocratie, en ce qu’elles se sont tenues sans accord national sur les conditions électorales et ne se sont pas déroulées dans le respect des normes internationales pour un processus démocratique », précise, en le regrettant, le communiqué de presse du Conseil européen. Pour lui, « le seul moyen de sortir de la crise

au Venezuela consiste à rouvrir rapidement des négociations politiques et à instaurer d’urgence un dialogue et un processus de transition menant à des élections législatives et présidentielle crédibles, inclusives et transparentes ».

Revers sévère Le revers est sévère pour Juan Guaido. Le Figaro rapporte que sa représentante en France, Isadora Zubillaga « a réagi par courriel de façon très ferme » regrettant « un mauvais message à Nicolás Maduro et ses partisans ». Ce ne doit cependant pas être réellement une surprise. Dès le 6  janvier, le chercheur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) spécialiste de l’Amérique latine Christophe Ventura avait noté que dans une déclaration « l’Union européenne ne reconnaît pas la nouvelle Assemblée nationale installée le 5 janvier mais que, pour la première fois, elle ne qualifie plus Juan Guaido de « président par intérim » du pays ». De plus, toutes ses tentatives pour renverser le pouvoir de Maduro n’ont mené à rien. Il n’y est pas parvenu par les urnes, ni par pression de la rue via

les grandes manifestations orchestrées par les capitales étrangères à la botte de l’administration Trump, ni en appelant l’armée à se soulever. Même le puissant soutien des sanctions économiques imposées par Washington à Caracas pour l’empêcher de vendre un pétrole qui remplit l’essentiel du budget public, n’a pas fonctionné, Russie, Chine, Iran et Cuba s’invitant dans la partie. Même l’attitude bienveillante et complice de la communauté européenne avec au premier rang la France n’y a rien fait. En interne, l’homme n’est plus reconnu comme leader de l’opposition. Si États-Unis et Royaume-Uni continuent de soutenir Juan Guaido, la question est : pour combien de temps ? Joe Biden n’a pas encore donné de véritables signes pouvant annoncer un changement. JPD

Birmanie

Putsch à Rangoon

L’arrestation d’Aung San Suu Kyi par l’armée birmane, lundi 1er février 2021, marque la fin d’une parenthèse « démocratique » entachée par l’exclusion brutale des minorités. Prix Nobel de la paix en 1991, elle est arrivée à la tête du pays en 2016 après 15 années passées en résidence surveillée. La dirigeante birmane a vu son

image sérieusement écornée à l’étranger en raison de son inaction vis-à-vis des Rohingya. Elle fut, un temps, comparée à Nelson

Mandela, Gandhi ou Martin Luther King. Combattante pour la démocratie depuis le soulèvement, en 1988, de la population birmane face à la junte miLE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021 - 11


LE RÉVEIL INTERNATIONAL

litaire, elle finit par gagner son bras de fer contre les militaires, trafiquants de drogue, et depuis dirige le pays dans une sorte de « cohabitation » avec l’armée. Autorisée à former la NLD, elle est rapidement placée en résidence surveillée et assiste, à distance, à la victoire de son parti aux élections de 1990, dont la junte refuse de reconnaître les résultats. Assignée à résidence, elle devient le symbole de la résistance à l’oppression militaire et une icône internationale de la résistance Mais tout n’est pas si blanc ! « Aung San Suu Kyi a été mise sur un piédestal durant ses 15 années de résidence surveillée et élevée au rang de vedette. C’était une femme, elle était belle, elle se battait contre une junte militaire : on ne pouvait pas imaginer une meilleure représentante de la démocratie », se souvient David Camroux, historien spécialiste de l’Asie du SudEst, maître de conférences au Centre d’études et de recherches internationales (Ceri) de Sciences Po, contacté par France 24. Pour mesurer l’adulation dont elle est l’objet, il faut se souvenir du 13 novembre 2010, jour où elle retrouve la liberté. La nouvelle est instantanément célébrée dans tous les pays occidentaux. À Paris, un rassemblement est organisé à la hâte sur le parvis de l’Hôtel de Ville par le comité de soutien français à Aung San Suu Kyi. On 12 - LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021

y retrouve, entre-autre, le « gratin » de la défense des droits de l’homme, dont le maire de la capitale, à l’époque Bertrand Delanoë, entouré de personnalités du show-biz… Aung San Suu Kyi entre au Parlement en 2012 après l’autodissolution de la junte un an plus tôt. Mais, sa réelle percée a lieu en 2015, lorsque son parti remporte les élections législatives. La Constitution lui interdisant de briguer la présidence en raison de son mariage avec un étranger, c›est un de ses proches au sein du parti, Htin Kyaw, qui est élu en 2016. Aung San Suu Kyi devient alors ministre et conseillère spéciale de l’État. De facto, elle dirige la Birmanie. Lors de ces années à la tête du pays, Aung San Suu Kyi se heurte à l’épreuve du pouvoir, obligée de composer avec des militaires tout-puissants à la tête de trois ministères clés (l’intérieur, la Défense et les Frontières).

Désavouée par les Nations-Unies En dépit d’un bilan jugé positif par les gouvernements occidentaux, son image est à jamais écornée à l’international par le drame des musulmans rohingya. En 2017, quelque 750 000 membres de cette minorité doivent fuir les exactions de l’armée et de milices bouddhistes et se réfugient dans des camps de fortune au Bangladesh, un drame qui vaudra à la Birmanie d’être accusée de « génocide » devant

la Cour internationale de justice (CIJ), principal organe judiciaire des Nations unies. En décembre 2019, Aung San Suu Kyi, qui nie « toute intention génocidaire », se déplace en personne, à l’ONU, pour défendre son pays devant la Cour. Son manque de compassion dans cette affaire lui attire les foudres de la communauté internationale. « La déception fut grande car les attentes étaient irréalistes, juge David Camroux. Aung San Suu Kyi considère que l’ethnie majoritaire dont elle est issue, les Bamar, est supérieure et que ce sont eux les vrais Birmans, d’où son manque de considération pour les Rohingya. Il y avait aussi un calcul politique de sa part car elle devait se montrer conciliante avec les militaires et afficher son patriotisme. » Au-delà de la situation des Rohingya, les observateurs internationaux lui reprochent aussi une conception autocratique du pouvoir. « C’est une femme assez autoritaire qui ne sait pas déléguer, juge David Camroux. C’est d’ailleurs un vrai problème au sein de son parti car on ne voit pas émerger une nouvelle génération. Ceux qui contrôlent le parti ont pour beaucoup autour de 80 ans. On voit mal qui pourrait lui succéder. » Aung San Suu Kyi reste toutefois très appréciée en Birmanie. Considérée comme un modèle de modestie et d’austérité, elle incarne pour les Birmans ce que doit être une vraie bouddhiste. Les élections législatives de novembre 2020 ont d’ailleurs confirmé sa popularité, la NLD ayant obtenu une écrasante victoire. Et rien qu’à ce titre, sa place n’est pas derrière les barreaux. A l’heure où nous écrivons ces lignes la révolte s’organise dans la rue, sur les réseaux sociaux, la junte est l’arme au pied prête à réprimer dans le sang. La Birmanie a voté pour la poursuite d’un processus démocratique. La communauté internationale est en devoir de prendre des mesures efficaces pour faire respecter ce choix. J.-P. Delahaye


LE CAHIER MÉMOIRE N° 869 MARS 2021

« Ils montaient à l’assaut du ciel »

Depuis 1789, la France est considérée par la plupart des peuples européens comme un modèle politique. La Révolution Française de 1848 va par conséquent être le point de départ d’une série d’insurrections et de révoltes qui touchent l’Europe au printemps 1848 : c’est le « Printemps des peuples ». En juillet 1870, le différend avec la France, à propos de la succession d’Espagne, et la fameuse « dépêche d’Ems » vont offrir à Bismarck l’occasion de provoquer Napoléon III et de parmi les siens s élu ses ne sig Le peuple dé le pousser à déclarer une guerre à laquelle il n’est pas préparé, alors que l’armée allemande s’y entraînait depuis des années. Le 2 septembre 1870, la France capitule. Le 4 septembre, Léon Gambetta annonce la déchéance de l’empereur et proclame la IIIe République. En octobre, Ministre de l’Intérieur dans le gouvernement de la Défense nationale, il quitte Paris en ballon pour rejoindre Tours et organiser la levée de troupes. L’armée prussienne déferle sur la ville de Paris, qui sera assiégée du 17 septembre 1870 au 26 janvier 1871. C’est une période très douloureuse pour la population qui va connaître des pénuries au niveau des denrées alimentaires et vivre dans une misère extrême, allant jusqu’à manger des rats pour survivre. Le 18 janvier 1871, dans la galerie des Glaces du Château de Versailles, le IIe Reich (empire Allemand) est proclamé. Quelques jours plus tard, Paris capitule. s e aux Versallai Le peuple fac Réfugié à Bordeaux, le gouvernement de

la Défense Nationale signe un armistice avec la Prusse le 28 janvier 1871. L’Allemagne reçoit l’Alsace et le nord-est de la Lorraine en plus d’importantes indemnités de la part de la France et d’une part du minerai de fer. Pour que l’humiliation soit complète, des troupes continuent leur occupation aux frais des Français le temps que ce traité soit ratifié par l’Assemblée. L’armée allemande défile le 1er mars sur les Champs Elysées comme pour marquer son empreinte de la victoire finale. Le traité préliminaire laisse finalement sa place au traité de paix de Francfort signé le 10 mai 1871 pour confirmer les Vignette satirique de Piloteli, 1871 humiliations imposées par la nouvelle nation allemande. Le 17 février, Adolphe Thiers est élu « chef du pouvoir exécutif ». Le 18 mars, Thiers tente de faire enlever de force les canons de la Garde Nationale (qui avaient été financés par une souscription des Parisiens en vue de la défense de la capitale contre les Prussiens). On dresse les barricades. Le Comité Central de la Garde Nationale s’installe à l’Hôtel de Ville. Thiers fuit à Versailles, son gouvernement derrière lui. Au cours de la semaine suivante, le Comité Central de la Garde nationale, émanation du peuple en armes, fait fonctionner les services publics laissés à l’abandon. Les élections municipales sont organisées le 26 mars au suffrage universel pour les hommes. Le 28 mars, grande fête de la proclamation de la Commune, place de l’Hôtel de Ville. L’assemblée élue prend le nom de « Commune de Paris ». Le mouvement s’étend à quelques grandes villes de province (Lyon, Marseille, Narbonne, Limoges, Toulouse, Saint-Etienne, Grenoble…) mais il est vite réprimé. La Commune adopte le drapeau rouge en remplacement du drapeau tricolore. Il flotte sur l’Hôtel de ville et sur tous les monuments publics.

Édité par le Réveil des combattants - 2 place du Méridien - 94807 Villejuif - Tél. 01 42 11 11 11


faisant 20 000 à 35 000 victimes, dont des Un grand mouvement de solidarité internationale entoure la Commune qui a rallié femmes et des enfants. On compte égaà son combat de nombreux étrangers lement 38 568 prisonniers. Les Communards ripostent par l’exécution d’environ La Commune met en place une dizaine de 80 otages. Les condamnations pour ceux commissions ayant pour but de gouveret celles qui ont échappé au massacre ner la capitale. Elle prend de nombreuses sont terribles. mesures législatives dont beaucoup n’ont pas le temps d’être appliquées mais qui Le dimanche 28 mai : À l’issue du comnous éclairent sur ses projets et ses prinbat au Père-Lachaise, les gardes natiocipes. Elle opère des choix fondamentaux naux faits prisonniers sont fusillés contre de société comme l’instruction gratuite, un mur. Depuis lors le Mur des Fédérés laïque et obligatoire y compris pour les est le lieu de commémoration de la Comfilles, la saisie des biens de l’Eglise, la sémune de Paris. paration de l’Eglise et de l’Etat, la réquiParis « libéré » par le gouvernement de sition de logements vacants, la liberté de Thiers est en état de siège et l’armée la presse est réaffirmée, le contrôle des traque ceux qui ne se rendent pas ; elle élus… Elle prend également des mesures perquisitionne, procède à de nombreuses concrètes pour organiser la vie de chaarrestations. cun, comme l’interdiction du travail de La plupart des prisonniers sont acheminuit pour les ouvriers boulangers, l’internés vers Versailles pour être internés au diction des jeux de hasard… camp de Satory, mais aussi dans les forts Les communards luttent pour l’émancipaet pontons des ports de l’Atlantique et tion du travail et des travailleurs, pour le de la Manche. Les femmes sont incarcédroit au travail et le droit du travail. Leur rées à la prison des Chantiers à Versailles vision de la démocratie sociale va jusqu’à dans des conditions déplorables. Elles prôner l’élection de la direction et de sont pour quelques-unes – notamment l’encadrement dans les services publics et Louise Michel et Nathalie Le Mel - enles entreprises. Le projet de généraliser voyées en déportation en Nouvelle Cales associations ouvrières pour organiser lédonie, après un jugement attendu près le travail et la production commence par de deux ans. la réquisition des ateliers abandonnés par Le 22 mars 1872 est votée une loi sur leurs propriétaires. le transport en Nouvelle-Calédonie des Les femmes sont présentes durant toute communards condamnés aux travaux la Commune et jusqu’à la semaine sanforcés ou à la déportation. Le premier glante où elles sont sur les barricades. convoi, parti de Brest le 3 mai, arrive Elles mènent une lutte pour l’émancipa- 1933 hommage à la Commune à Nouméa le 29 septembre 1872. Vingt tion et l’égalité. Elles sont partout dans convois se succèdent de 1872 à 1878, les luttes : dans les assemblées, les clubs, transportant un peu plus de 3 800 perdans la rue, et sur les barricades. Elles sonnes, comme des bestiaux. s’organisent  ; elles revendiquent  ; elles La Commune de Paris n’a vécu que 72 sont dans l’action. jours, le temps d’un printemps. Un prinL’armée française, disposant de plus de temps qui a contribué à façonner la 150 000 hommes grâce à la complicité alFrance, le monde ouvrier et le monde lemande, attaque Paris dès le 2 avril. Par moderne. Elle n’a pas eu le temps de réaailleurs, avec l’échec des Communes de lisé tout ce qui avait été projeté mais malprovince, Paris se retrouve isolé et encergré la brièveté de son de son existence, clé. la Commune a été le creuset d’idées noL’assaut commence le 21 mai. C’est le vatrices et progressistes toujours d’acdébut de la « semaine sanglante » : les tualité. Parisiens résistent âprement et les VersailLa Commune a profondément marqué lais doivent conquérir les barricades l’une l’histoire nationale et internationale après l’autre. Les combats de rue feront du mouvement ouvrier. Elle fait partie des milliers de tués, essentiellement du du patrimoine, des traditions, et de la côté des insurgés, et seront suivie d’une conscience historique du mouvement ourépression féroce. Des tribunaux improvivrier. sés jugent hâtivement les fédérés pris les Le Dernier Jour de la Commune Paris « Vive la Commune » armes à la main et les font fusiller sur place 1871

14 - LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021


LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021 - 15

Cano

portés à ns de Paris

Montmartre

Attaque mai 1871 des troupes versaillaises contre les communards à l'Hôtel de Ville

s en 1871 troupes versaillaise mouvement

Pour former une armée contre Paris, la réaction versaillaise fut obligée d’employer les moyens en transportant d’Afrique les régiments où les prisonniers français des armées Prussiennes, n’étaient admis à rentrer que contre l’engagement de tourner contre leurs compatriotes la liberté et les armes qui leur étaient rendues.

Femme dirigeant une mitraillette

Les troupes après la proclamation de la Commune défilent devant les élus à l'Hôtel de Ville

Course du 2 juille 1871 par Be t rtali

Les élections législatives du 2 juillet 1871, plus d’un mois après que la Commune soit tombée, la terreur était partout, les conseils de guerre commençaient leur sinistre besogne. Cependant, sur les quarante-cinq départements qui, en dehors de la Seine, furent appelés à voter, trente-deux se prononçaient à une immense majorité contre les vainqueurs, les Versaillais reprenant pour leur compte, sinon la totalité, au moins une notable fraction des revendications parisiennes.

Le 18 mars, attaque nocturne des canons de Montmartre, la résistance victorieuse de la garde nationale et retraite à Versailles du gouvernement Thiers, etc.

Le peuple désigne ses élus parmi les siens

Il y a 150 ans naissait la Commune de Paris, mouvement révolutionnaire qui interpelle encore tant est grande son actualité au regard des aspirations actuelles.

Effervescence démocratique, sociale, où la révolution comme moment de ce changement.

e Paris en arm Le peuple de

La Commune est née

Italie Pologne

combat à Villejuif

Rend les canons dans la nuit du 17-18 mars 1871

Dans la nuit du 17 au 18 mars 1871, Adolphe Thiers tente de reprendre les canons de Montmartre et de Belleville. La population s’ oppose, la Commune est lancée.

ris 19-9-1870 Siège de Pa

Enfants du peuple en 1865

Les Prussiens assiègent Paris et défilent dans la capitale. Adolphe Thiers devient chef du Pouvoir exécutif. Un sentiment de trahison et d’humiliation envahit les Parisiens.

La France a vécu de 1804 à 1870 essentiellement sous régime monarchique. La capitulation de Sedan et de Metz en 1870 révolte les Parisiens.

Un vent de révolte souffle à travers l’Europe

Enfants en usine à la forge vers 1870

Barricade rue Sou fflot Paris

La Commune de Paris ne se comprend pas sans prendre en compte les aspirations crées par la Révolution Française de 1789. Les mouvements révolutionnaires qui en 1848 traversent toutes les capitales d’Europe virent des insurrections et des révoltes ébranler l’ordre conservateur, marquées par l’exigence de liberté, d’égalité, de fraternité, de souveraineté nationale.

Ces mouvements sont issus de la crise politique, économique et sociale, à la fois agricole, industrielle et commerciale (chômage, disette, pauvreté) qui frappent durement les populations.

Vienne Autriche

Berlin

Origines de la Commune


16 - LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021

Le gouvernement de Thiers dans sa haine du peuple parisien a tout fait pour isoler Paris. Il a intimé l’ordre aux fonctionnaires et agents publics de quitter Paris. La Commune a donc assuré le ravitaillement de la capitale, le secours aux indigents, la sauvegarde de la santé, la sécurité et la justice, l’ouverture et la laïcisation des écoles, la levée et la distribution du courrier, l’ouverture au public des musées et bibliothèques, le fonctionnement des services des Monnaies et médailles, de l’Imprimerie Nationale, des poids et mesures, la collecte des impôts et taxes nécessaires au fonctionnement de ces services.

Le décret, adopté à l’unanimité, du 2 avril 1871 décide de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, supprime le budget des cultes. Il permet une mise en œuvre progressive de la laïcisation. La Commune laïcise les services de l’assistance publique et les hôpitaux, mais l’impact est particulièrement grand sur l’école.

L’entretien de la voirie, des canalisations d’eau, des cimetières, du Mont-de-Piété a été correctement assuré, ainsi que l’éclairage de la ville en dépit de quelques restrictions. Les services de protection contre l’incendie des Poids et Mesures ont été réorganisés. Les bureaux de l’état-civil ont repris leur activité.

Édouard Vaillant, président de la Commission de l’Instruction publique, qui demande la systématisation de l’école laïque onze ans avant les lois de Jules Ferry. Il veut que l’instruction soit considérée comme un service public de premier ordre ; qu’en conséquence, elle soit gratuite et complète pour tous les enfants des deux sexes ; qu’elle soit obligatoire, en ce sens qu’elle devienne un droit à la portée de tout enfant, quelle que soit sa position sociale, et un devoir pour les parents ou pour la société. Avec l’école laïque et gratuite pour tous, la Commune organisa les premières cantines scolaires.

Laïcisation, les services publics

s

Droits du travail

Treillard reçoit mission d’organiser l’assistance et la santé publique. Le système d’ambulances est désorganisé, les voitures ont été emmenées à Satory et Viroflay. Les administrations sont abandonnées. Médecins et chirurgiens manquent, certains ont fui, beaucoup sont hostiles, peu acceptent de collaborer. Il substitue aux bureaux de bienfaisance dont il dit « qu’ils sont humiliants jusque dans leur nom » pour les remplacer par un comité d’assistance dans chaque arrondissement, soustrayant ainsi l’action sociale des influences cléricales.

Respect des travailleur

Ecole laïque

Gratuité de l’école laïque

Benoit Malon

La Commission traite en priorité ce qu’il est possible d’obtenir et propose des mesures qui ont le mérite de soulager immédiatement les difficultés de la population : - Prolongation du délai de remboursement des créances (qui évite les faillites pour le petit commerce - Réquisition des appartements abandonnés par les propriétaires qui ont fui la capitale - Interdiction d’expulser les locataires - Interdiction des retenues sur salaires - Journée de travail à 10 heures dans les ateliers de réparation d’armes du Louvre - Pour les ouvriers boulangers la journée commence à 5 heures - Principe de resserrement de la hiérarchie des salaires - Rémunérations des femmes égales à celle des hommes

Charles Longuet et sa femme Jenny Marx

La Commission du Travail, de l’Industrie et des Echanges est celle qui prend en charge la question sociale, avec notamment Léo Fränkel, Benoit Malon, Charles Longuet, pour l’émancipation du travail et des travailleurs, pour le droit au travail et le droit du travail.

la place de la dignité, de la justice, du respect de la personne

Logement, travail, hôpitaux :


LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021 - 17

30 avril 1871 à Lyon Lyon répression le 30

26 mars 1871 commune du Creusot

avril

Limoges la ville rouge

Montauban

La volonté de démocratie, de défense de la République, d’instauration de plus de justice, d’égalité, de fraternité, de liberté, dans le contexte du 19e siècle, conduit de nombreuses villes à se soulever et à créer des « Communes ». Cela touche de nombreuses villes ouvrières, ou commerçantes.

Sa vivacité est aujourd’hui encore source de réflexions sur sa volonté et son effervescence démocratique et sociale

La préfecture de Mars eille bombardée le 4 avril 1871 de Notr e Dame de la Garde

Les 20-21 mars 1871, à travers la France, des communes se créent dans plusieurs grandes villes de France. Soulèvements aux cris de : Vive Paris ! A bas Versailles ! Ces soulèvements véritables “cri du peuple” de France finiront tous par une répression féroce des forces du gouvernement versaillais.

La Commune

mune se siLe moment de la Com rnière de la tue à une période cha iale. vie économique et soc

La Commune de Paris et les villes de Province

Paul Verlaine présent le 18 mars dans la ville en révolution

Prosper Lissagaray les théâtres s'ouvrent... les artistes dirigent eux - mêmes leur theatre. Le gymnase, le Chatelet, le théâtre francais… ouvrent leurs portes à la foule Fondé par Jules Valles

25 mai 1871 Paris grand concert

JULES VALLES : sa vie est une révolte permanente contre l’injustice, une lutte pour changer l’ordre établi. A partir de l’expérience douloureuse de son enfance, il s’attache à défendre les droits de l’enfant. En 1848, à 16 ans, il participe à sa première manifestation à Nantes. Il est un journaliste réputé. Le 6 janvier 1871 il fut un des rédacteurs et signataires de l’Affiche Rouge « Place au peuple ! Place à la Commune ! » Il fonde « Le Cri du Peuple » qui paraît pour la première fois le 22 février 1871, défend l’idée de la République sociale et sera pendant la Commune de Paris le quotidien le plus lu. Pendant le soulèvement de la Commune de Paris, en mars 1871, il est élu du 15e arrondissement. Lors de la « semaine sanglante » il se bat sur les barricades. En juillet 1872, un tribunal militaire le condamne à mort par contumace.

Arthur Rimbaud déclare - ça y est l'ordre est vaincu, fidèle à la Commune il continua le combat pour ses idées Une saison en enfer - son dernier poème est un hommage aux Communards

La Fédération des Artistes de Paris a pour objectif de faire connaître tous les grands créateurs de l’époque (peintres, dessinateurs, sculpteurs, architectes, chansonniers, artistes du spectacle). Une fédération des artistes musiciens élit aussi le 18 avril : président Jules Pacra dont la belle-fille donne en 1882 son nom au music-hall, « Le concert Pacra » devenu aujourd’hui le Théâtre du Marais. La Commune prévoit la réforme du conservatoire de Musique.

400 artistes répondent à cet appel et se réunissent le 13 avril dans l’amphithéâtre de l’Ecole de Médecine afin de fonder la Fédération des Artistes de Paris. Une déclaration d’intention, rédigée et lue par Eugène Pottier est votée à main levée et à la quasi unanimité. Sous l’influence de Courbet, une place importante est faite à l’enseignement des arts des l’école primaire.

urbet présiGustave Co des fédération dent de la ris artistes de Pa

Election de la commission fédérale des artiste s

Le 6 avril 1871, le peintre Gustave Courbet, élu du Conseil Communal et membre de la commission de l’Enseignement, lance un appel aux artistes pour « concourir à la reconstitution de l’état moral de Paris et au rétablissement des arts qui sont sa fortune ».

La culture pour tous sous la Commune


18 - LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021

Cette Révolution parvient à mettre en place une démocratie populaire, participative dont les clés restent d’une profonde actualité. Un idéal de justice, d’égalité, toujours aussi vivant émane de la « Commune de Paris ».

Les clubs Expression de la démocratie

Walery Wroblewsky

Joraslaw Dombrowski

Lutte contre le chômage, ministère du travail qui promeut une base d’un Code des Travailleurs. « Nous ne devons pas oublier que la révolution du 18 mars faite exclusivement par la classe ouvrière. Si nous ne faisons rien pour cette classe, nous, qui avons pour principe l’égalité sociale, je ne vois pas la raison d’être de la Commune » Léo Frankel.

Elis Reclus

Charles Delescluze

Gustave Lefrancais

Auguste Verdure

Auguste Blanqui

Zephirin Camelinat

En 72 jours, la Commune a réussi à mettre en place les premiers éléments jetant les bases d’une République sociale véritable. Après les élections, dès les premiers jours, la Commune a réalisé une œuvre sociale d’une ampleur historique exceptionnelle.

Edouard Vaillant 1840-1915

Eugène Varlin 1839-1871

Le peuple se voit offrir une participation directe à l’exercice du Pouvoir. Les maîtres mots sont : dignité, justice et respect de la personne. Merci à eux, à leur courage et à leur détermination.

Les troupes apr ès la de la Commune proclamation défilent devan t les élus à l'Hôte l de Ville

Vive la République oui mais la République sociale

Ils ont construit la Commune

Louise Michel pendant la commune 1871

Les femmes sous la Commune de Paris

Portraits de femmes jugées par le 3e conseil de guerre

La commune

1871

Elisabeth Dimitrieff

Et elles s’engagent dans la défense de la Commune. Plusieurs milliers de femmes participent à la lutte sur les barricades : Louise Michel parle de dix mille, ces femmes courageuses laissèrent leur nom : Louise Michel, bien sûr, mais aussi André Léo, Nathalie Le Mel, Victorine Rouchy, Elisabeth Retiffe, Léontine Sueten, Joséphine Marchais, Adèle Chignon. Il y a aussi toutes celles qui tombèrent sous les balles des Versaillais qui furent dénoncées, arrêtées, déportées.

Nathalie Lemel

L’Association revendique l’égalité des sexes : égalité des salaires, droit au divorce pour les femmes, droit à l’instruction laïque et à la formation professionnelle pour les filles. Elles revendiquent en outre la suppression d’une distinction entre femmes mariées et concubines, entre enfants légitimes et naturels, réclament l’abolition de la prostitution. Elles demandent le droit de participer à plusieurs commissions municipales, créent des ateliers coopératifs. « Nous voulons le travail pour en garder le produit, plus d’exploiteurs, plus de maîtres. ».

Femme à l'Hôtel de Ville Paris 1871

On sait le rôle prépondérant des femmes le 18 mars 1871 sur la butte Montmartre, en tenant tête aux troupes de Thiers venues s’emparer des canons achetés par souscription populaire. Toutes n’ont pas connu le rayonnement de Louise Michel mais toutes eurent un rôle important dans la défense de la Commune. Ainsi, Nathalie Le Mel, ouvrière relieuse bretonne, et Elisabeth Dimitrieff, jeune aristocrate russe, qui créent l’Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés, le 11 avril 1871.

Les femmes et la commune


LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021 - 19

Inspection des mains des communards à Belleville. Ceux dont les mains étaient tâchées de poudre, étaient fusillés

- 20 à 25000 exécutions sommaires - plus de 40 000 arrestations - 13 450 condamnations - 36 300 traductions devant le conseil de guerre dont 1 725 étrangers - 4 000 déportés en Nouvelle Calédonie

Le peuple fait preuve d’un courage fantastique, femmes et enfants participent aux combats des barricades. Chaque barricade devient un barrage à la marche de l’armée. Devant cette résistance, les versaillais massacrent sans pitié. Pendant plusieurs jours, la Seine est rouge de sang et les jardins publics sont transformés en charnier.

Place de l'Hôtel de ville les forPlace de la Concorde prise par les ver- ces versailla ise à l'assaut saillais des barricades

Prosper Olivier lissagaray historien de la Commune à laquelle il a participé

Journée du 28 mai 1871

Les fusillés

Semaine sanglante fédérés

Le mur du Père Lachaise

Lissagaray écrit : la lutte terminée, l’armée se transforma en un vaste pe- Les cadavres sont enterrés dans de loton d’exécution. Monsieur Thiers laissa carte blanche à l’armée, il était gigantesques fosses communes, jetés dans des puits entassés dans des car« pour la plus grande rigueur ». Les pelotons d’exécution fonctionnent par fournées entières, on tue au fusil, rières souterraines… à la mitrailleuse pour aller plus vite. On tue devant la porte des maisons, dans les cours. Eugène Varlin est exécuté le 28 mai

hent les rues de Les cadavres jonc Paris

La semaine sanglante

Volontaires garibaldiens

Le 22 mai 1871 les versaillais rentrent par la porte de Saint Cloud

La Commune est vaincue durant la semaine sanglante qui débute avec l’entrée des troupes versaillaises, avec la complicité des troupes allemandes, dans Paris le 21 mai pour s’achever par les derniers combats au cimetière du PèreLachaise le 28 mai.

Ou la répression sauvage des versaillais et de Thiers

La semaine sanglante 21 au 28 mai 1871

Execution de Rossel - Bourgeois ferre à Satory

Jean Macé créateur de la ligue de l'enseignement

Louis Rossel : exécuté le 28 novembre 1871 au camp de Satory à Versailles, est un homme politique, acteur de la Commune de Paris, colonel de l’armée Louis Rossel française. Le seul officier supérieur à avoir rejoint le Commune de Paris en 1871 (dès le 19 mars) et à y avoir joué un rôle important comme délégué à la guerre jusqu’à la fin de la semaine sanglante. Ami de Jean Macé, créateur Nomination de Rossel de la Ligue de l’enseignement. Rossel a commencé l’enseignement de cours de grammaire aux classes défavorisées et s’est engagé pour l’école laïque.

Barricade place Vendome, rue Castiglione

Commune construction d'une barricade

Eugène Pottier

l'Internationale

« L’internationale » chanson écrite par Eugène Pottier en 1871 lors de la répression sous forme d’un poème à la gloire de l’internationale ouvrière. L’Internationale est devenue le chant symbole des luttes sociales.

Clément Jean Baptiste

CHANSONS COMMUNARDES La Commune de Paris a donné naissance à plusieurs chansons parmi « Le temps des cerises » composée en 1867 par Jean-Baptiste Clément, membre de la Commune qui prend part aux combats de mai 1871. Dans sa chanson, les « gouttes de sang » des cerises symbolisent le sacrifice du petit peuple de Paris sur les barricades.

Deux jours avant la semaine sanglante, des barricades sont improvisées à la hâte, comme des barrages de fortune qui s’avèreront fragiles.

Barricade rue de Charonne, Paris

Parmi les images de la Commune s’impose la barricade où sont retranchés les insurgés. La Commune se dota d’une commission des Barricades qui fit édifier quelques imposants ouvrages défensifs. La barricade érigée à l’entrée de la place de la Concorde, haute de 2 étages, avec son fossé, son chemin de ronde, resta une forteresse rapidement surnommée « Château Gaillard » par allusion au chef barricadier Napoléon Gaillard.

Barricade, Paris, 1871

la commune se defend les barricades


20 - LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021

FEVRIER 19 février : formation du gouvernement Thiers par l’Assemblée nationale à Bordeaux. 26 février : les canons inoffensifs (sans gargousses) de la garde nationale

JANVIER 1871 6 janvier : publication de la seconde Affiche rouge, qui demande la création d’une Commune à Paris. 19 janvier : à Buzenval (près de Rueil), échec sanglant de l’offensive contre les Prussiens. 22 janvier : manifestation insurrectionnelle place de l’Hôtel-de-Ville. Les soldats du général Vinoy tirent sur les manifestants. 28 janvier : annonce officielle de l’armistice franco-prussien. 29 janvier : Paris capitule, l’armistice est proclamé.

NOVEMBRE 5-8 novembre : élections municipales à Paris.

OCTOBRE 8 octobre : échec de la manifestation du Comité central républicain des vingt arrondissements en vue d’obtenir des élections municipales à Paris.

SEPTEMBRE 1870 7 septembre : le gouvernement de la Défense nationale nomme les maires d’arrondissement. 19 septembre : début du siège de Paris par les Prussiens.

AVRIL 2 avril : la Commune décrète la séparation de l’Eglise et de l’Etat, le budget

MARS 1er mars : les Prussiens défilent sur les Champs-Elysées 10 mars : l’Assemblée nationale décide de se transférer de Bordeaux à Versailles, ce qui rappelle de très mauvais souvenir aux Parisiens. Par le pacte de Bordeaux, les députés ne tiennent pas pour acquis le maintien de la République. 15 mars : création du Comité central de la garde nationale. 16 mars : Thiers s’installe à Paris dans le but de « pacifier » la capitale. 17 mars : Blanqui est arrêté dans le Lot 18 mars : Thiers, cherchant un prétexte pour agir, ordonne l’enlèvement par la troupe des canons de la garde nationale. La troupe refuse d’ouvrir le feu sur les Parisiens et met crosse en l’air. Les Parisiens des quartiers de l’Est et du Centre se soulèvent. Thiers quitte Paris pour Versailles. 19 mars : le Comité central de la garde nationale annonce la tenue d’élections pour créer le conseil de la Commune. 21 mars : les troupes versaillaises occupent le mont Valérien. 22 mars : de l’Opéra à la place Vendôme, échec sanglant de la seconde manifestation des Amis de l’ordre. Une partie de la population des quartiers chics quitte Paris. 23 mars : proclamation des Communes de Marseille et de Lyon. 24 mars : proclamation des Communes de Narbonne et de Saint-Etienne. Fin de la Commune de Lyon. 25 mars : proclamation de la Commune de Toulouse. 26 mars : proclamation de la Commune du Creusot. Elections pour le conseil de la Commune de Paris. 28 mars : installation du conseil de la Commune de Paris à l’Hôtel de ville. Proclamation de la Commune de Paris. 29 mars : la Commune décrète l’annulation des loyers dus depuis le moratoire du 13 août 1870. La conscription militaire et l’armée de métier sont abolies.

sont rassemblés à Belleville et à Montmartre.

Mort de Varlin Maximilien Luce

MAI 1er mai : création par la Commune, du comité de salut public.

des cultes est supprimé. Les traitements des fonctionnaires ne pourront plus dépasser 6000 francs annuels. La Commune décrète la mise en accusation du gouvernement de Thiers. A Courbevoie, les troupes versaillaises attaquent les communards, qui se replient sur Neuilly. 4 avril : proclamation d’une Commune à Limoges, aussitôt étouffée. Gustave-Paul Cluseret est nommé délégué à la Guerre. 6 avril : la Commune décrète le désarmement des gardes nationaux anti communards. 12 avril : la Commune décide de suspendre les poursuites judiciaires concernant les échéances (loyers, effets de commerce). L’archevêque de Paris, Georges Darboy, otage de la Commune, propose d’être échangé contre Auguste Blanqui, emprisonné à Morlaix sur ordre de Thiers. 13 avril : la Commune décide la démolition de la colonne Vendôme. 14 avril : la Commune interdit les arrestations arbitraires. Début du bombardement d’Asnières, où sont stationnées des troupes de la Commune, par les troupes versaillaises. 16 avril : la Commune fait recenser les ateliers abandonnés et favorise la création de coopératives ouvrières. 19 avril : la Commune fait une Déclaration au peuple français où elle expose son programme. 23 avril : Thiers organise le blocus du ravitaillement de Paris. 25 avril : la Commune décide la réquisition des logements vacants pour y loger les victimes des bombardements faits par les troupes versaillaises. 28 avril : la Commune supprime le système des amendes aux salariés. 4 mai : la Commune interdit le cumul des traitements. 8 mai : Thiers adresse un ultimatum aux Parisiens. 9 mai : le fort d’Issy tombe aux mains des troupes versaillaises 10 mai : Charles Delescluze est nommé délégué à la Guerre en remplacement de Rossel, démissionnaire. La paix franco-allemande est signée à Francfort. 13 mai : Les troupes versaillaises occupent le fort de Vanves. 14 mai : Thiers refuse la proposition d’échanger Auguste Blanqui. 17 mai : La Commune décrète l’égalité des enfants légitimes et naturels, des épouses et des concubines pour la perception des pensions. 21 mai : grâce à une trahison, les troupes versaillaises entrent dans Paris par la porte de Saint-Cloud. C’est le début de la Semaine sanglante. 24 mai : les versaillais contrôlent le Quartier latin et multiplient les exécutions sommaires. L’Hôtel de ville et la préfecture de police sont incendiés. 25 mai : combats violents place du Château d’Eau (actuelle place de la République). Mort de Charles Delescluze. 26 mai : le faubourg Saint-Antoine est contrôlé par les versaillais. 27 mai : durs combats au cimetière du Père Lachaise et aux Buttes-Chaumont. 28 mai : au mur des Fédérés, une partie du mur du cimetière du Père Lachaise, des dizaines de combattants de la Commune sont fusillés dans une fosse ouverte au pied du mur. Mort d’Eugène Varlin. Le sol parisien est jonché de cadavres. En quelques jours, 17 000 morts sont inhumés par la ville de Paris. La répression a fait au moins 20 000 morts, peut-être plus. 29 mai : le fort de Vincennes capitule. Fin de la Commune de Paris. Procès, exécutions et déportations de prisonniers communards vont commencer.

Arrestation de Louise Michel en 1871 (Vitry)

Chronologie

1920, mur des fédérés, les survivants

Montée du mur des fédérés 1945

nifestation 25/5/1919 ma érés au mur des féd

Commune

au mur des fédérés 1913

c beaucoup 2019 l'arac ave r d'autres au mu

1971

2017

Chaque année, la montée au Mur des Fédérés est un appel à résister, à rendre hommage à la mémoire des Communards et à nous inscrire 1965 dans les combats d’aujourd’hui. La Commune n’est pas morte !

1926, appel de l'arac

2012

1961, harmonie d'Ivry devant le mur des fédérés

1958

La Veuve du fusillé

Les principes de la Commune sont éternels et ne peuvent être détruits : ils seront toujours posés à nouveau à l'ordre du jour, aussi longtempsque la classe ouvrière n'aura pas conquis sa libération. Karl Marx - La Guerre Civile en France 1871

Le 26 mai 1926, de gauche à droite : Zéphyrin Camélinat, Marcel Cachin, Paul Vaillant-Couturier, Maurice Thorez

Entre 1920 et 1939, ce sont 20.000 personnes qui se rassemblent chaque année avec un pic historique le 24 mai 1936 où 600.000 personnes défilent pendant 9 heures de la Nation au Père Lachaise. Même pendant la seconde guerre mondiale, la Résistance est allée fleurir Mai 1936, manifestation du le mur du cimetière. Front populaire au mur des fédérés Le défilé de 1945 devant le mur, composé de 60.000 personnes, est mené par des rescapés des camps de concentration.

C’est le 23 mai 1880 qu’à lieu la première montée au Mur des Fédérés. Le Mur des FédéLa police charge les 25.000 manirés est le symbole festants. En 1882, les discours sont de la mémoire et acceptés, en 1883 c’est au tour des du rayonnement drapeaux d’être acceptés. En 1885, des idées plus acla police charge sabre au clair les matuelles que jamais 28 mai 2011 ARAC nifestants. En 1895, les chants et dismur des fédérés de la Commune cours sont interdits. de Paris. Il symbolise les luttes pour la liberté, le progrès social et toutes les résistances. Résistance aux attaques contre la laïcité, contre les atteintes au droit de grève, à la démocratie et les acquis sociaux issus du Amis de la Commune affiche programme du Conseil National de la Jean Jaurès 1971 - 100e anniversaire 140 ans Résistance. et Vaillant

Les commémorations au mur des fédérés


SPÉCIAL DÉBAT LE RÉVEIL

Enjeux de la souveraineté énergétique française

Il faut refuser les impasses dans la production électrique Le débat sur les conditions de couverture à long terme de nos besoins d’électricité est important. Il n’est pas sûr que les études du type de celle réalisée par Réseau de transport d’électricité (RTE) et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) à l’initiative du ministère de la Transition écologique, misant sur « le tout-renouvelable », soient très éclairantes. Elles installent l’idée que la solution aux enjeux climatiques se résumerait à la substitution d’énergies renouvelables aux capacités de production d’électricité nucléaire. Cette idée est erronée tant sur le plan technique que du point de vue économique, sociétal et politique. Elle conduit à une impasse. Le changement climatique est causé par les émissions de CO2. L’objectif est donc de développer l’utilisation de sources d’énergie non émettrices de ce gaz, non de réduire celles qui répondent dès aujourd’hui à ce besoin, au premier rang desquelles figure le nucléaire. Les rapports du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) s’inscrivent en faux face au raccourci « non émetteur de CO2 = renouvelable » qui domine le débat énergétique en Europe. Sur le plan technique la montée en puissance des énergies renouvelables se heurte à de sérieuses difficultés, compte tenu de leur caractère intermittent et non pilotable. Pour pallier cette intermittence, l’étude RTE-AIE énumère les conditions techniques indispensables : équiper le pays d’installations de stockage de l’électricité à « grande échelle », dont le coût et la faisabilité ne sont pas acquis ; multiplier les lignes à haute tension pour profiter des décalages géographiques de production éolienne et solaire ; investir dans des équipements stabilisant

de la fréquence du courant. S’y ajoutent des contraintes sociétales aujourd’hui inconnues : la demande des usagers deviendrait directement pilotée par le gestionnaire du réseau électrique. En cas de vent faible et de soleil couché ou voilé, les usagers verraient automatiquement leur chauffage baisser, leur chauffe-eau coupé, la recharge de leur véhicule électrique différée, voire leur plein déchargé pour produire l’électricité que les éoliennes et les panneaux solaires ne produisent pas… La plupart des études sont muettes sur la dimension financière et les surcoûts générés par la sortie du nucléaire. Au mieux elles sous-estiment les coûts de renforcement du réseau électrique et de stockage du renouvelable. Elles ne prennent pas en compte la charge que représentent les tarifs préférentiels de rachat étalés sur quinze ou vingt ans et l’avantage lié à une priorité d’injection quasi inconditionnelle. Les scénarios associés au « tout-renouvelable » s’appuient sur des hypothèses de réduction drastique de la consommation électrique qui mettent en cause la plupart des activités industrielles et l’accès à l’énergie pour tous. Cette approche s’inspire des thèses malthusiennes de négaWatt. De plus, les experts s’accordent à dire

que l’éolien et le solaire sont beaucoup plus consommateurs de matières premières, et notamment de terres ou métaux rares. L’étude RTE-AIE le mentionne, sans toutefois en souligner l’importance écologique. Enfin le choix de chercher à se passer coûte que coûte du nucléaire comporte un risque politique majeur en termes de souveraineté. Comme en matière alimentaire et sanitaire, la souveraineté énergétique est fondamentale. Après le passage d’Alstom sous pavillon américain, le non-renouvellement du parc nucléaire que visent à justifier les scénarios 100 % renouvelables conduirait à la liquidation des atouts de la France dans le nucléaire civil. La France serait alors complètement dépendante pour son approvisionnement électrique comme elle l’est déjà pour le solaire vis-à-vis des productions chinoises et pour l’éolien avec les producteurs danois ou allemands. De fait, elle serait demain fortement dépendante des productions thermiques, charbon et gaz, de ses voisins européens pour assurer l’équilibre production-consommation. Si chaque pays européen procédait de la sorte, c’est toute l’Europe qui risquerait le black-out. Sombre perspective dont on peut conjurer la réalisation. Source : L’HUMANITE – JC Le Duigou – 02/02/21

LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021 - 21


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

Bretagne

Simone de Bollardière, une infatigable militante pour la paix et l’humanité l’usage de la torture. Malgré les hauts postes d’honneur où il fut affecté, mais hors de l’Algérie, en avril 1961, il décida de quitter l’Armée, selon-lui : « Le putsch militaire d’Alger me détermine à quitter une armée qui se dresse contre le pays. Il ne pouvait être question pour moi de devenir le complice d’une aventure totalitaire. »

Celles et ceux qui la connaissaient ou qui l’avaient quelques fois rencontrée et entendue ont appris avec tristesse le décès à Guidel (Morbihan) de Simone de Bollardière en décembre  2020. Âgée de 98 ans, tant qu’elle le put elle continua inlassablement à témoigner, à défendre ses idéaux, qu’elle partageait avec son mari. Epouse de Jacques Pâris de Bollardière (1907-1986), compagnon de la Libération. Promu Général en 1956, il avait rendu public en 1957 sa dénonciation et sa critique sur les formes de guerre constatées en Algérie, particulièrement

Simone de Bollardière resta totalement solidaire de son époux, mais elle mena son propre engagement de militante et de femme. Dans des rassemblements unitaires pour la Paix, notamment près de l’importante base de sous-marins nucléaires de l’Ile Longue près de Brest, chacun reconnaissait dans les petites discussions amicales comme dans les prises de parole devant des milliers de personnes, son calme, son sourire, ses mots simples mais réfléchis et la vigueur de ses engagements. « Avec le surarmement nucléaire, un conflit, une erreur et la vie sur terre pourrait disparaître ». Pour ma part, j’avais eu la chance d’échanger plus longuement avec elle en 2014 à Rennes, pendant et à la suite d’un débat où je représentais l’ARAC

35 à la suite du film « Retour en Algérie » d’Emmanuel Audrain également animateur avec elle. La qualité de ce film et les échanges étaient de bonne qualité, même parfois émouvants, cependant à mon avis sur un sujet aussi grave une approche manquait. On ne pouvait rester sur une sorte de culpabilité générale des « français ». Il n’y eut pas que des personnalités en effet remarquables à avoir bougé. De nombreux français avaient agi, parfois courageusement notamment de nombreux soldats du contingent et même des militaires engagés. Et, on ne peut passer sous silence les causes profondes de cette guerre, ses vrais responsables. Simone de Bollardière ne mettait pas en priorité ces points, mais en faisait acte, elle reconnaissait indiscutablement l’engagement national de l’ARAC qui l’avait élue à son Comité d’Honneur, mais elle exprimait et militait avec sa propre sensibilité avec des priorités, on le voit, parfois différentes. Mais, c’est sans réserve qu’il faut reconnaître et saluer sa mémoire. Georges Ploteau Membre du Bureau national

✂ Vous partagez les valeurs, les luttes de l’ARAC pour l’amitié, la solidarité, la mémoire, l’antifascisme et la paix, vous voulez les faire connaître :

ABONNEZ-VOUS ou abonnez un de vos proches À NOTRE MENSUEL LE RÉVEIL DES COMBATTANTS 28 EUROS – 10 numéros Donnez les coordonnées de la personne qui doit recevoir le journal Nom : ........................................................................................................................................................................................ Prénom : ..................................................................................................................................................................................................... Adresse : ...................................................................................................................................................................................................... A renvoyer accompagné de votre chèque à l’ordre du : REVEIL DES COMBATTANTS - 2, place du Méridien – 94807 Villejuif Cedex

22 - LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021


VOS DROITS LE RÉVEIL

CSG en 2021 sur les retraites Les seuils indiqués dans le tableau sont appliqués aux revenus perçus en 2019 et déclarés en 2020. Le revenu fiscal de référence figure sur chaque feuille d’impôt reçue en août-septembre 2020. Regardez cet avis puis comparez avec le tableau ci-dessous. Quotient familial

1 part 1,5 part 2 parts 2,5 parts 3 parts Demi-part en plus CRDS (dette de la sécu) Casa (solidarité pour l’autonomie) Assurance-maladie (1)

Exonération 2021 RFR inférieur ou égal à 11 408 € 14 454 € 17 500 € 20 546 € 23 592 € 3 046 € Exonération Exonération Exonération

Taux réduit 3,8 % (Entièrement déductible) RFR inférieur à 14 914 € 18 896 € 22 878 € 26 860 € 30 842 € 3 982 € 0,5 % Exonération Exonération

Taux médian 6,6 % (4,2 % déductibles) RFR inférieur à 23 147 € 29 326 € 35 505 € 41 684 € 47 863 € 6 179 € 0,5 % 0,3 % 1%

Taux fort 8,3 % (5,9 % déductibles) RFR supérieur à 23 147 € 29 326 € 35 505 € 41 684 € 47 862 € 6 179 € 0,5 % 0,3 % 1%

Note : comme prévu par le Code de la Sécurité Sociale, les seuils 2021 sont revalorisés de 0,9 % et les montants obtenus sont arrondis à l’euro le plus proche. (1) sur les retraites complémentaires uniquement (sauf la majoration pour enfants) ; déductible du revenu imposable.

Ces montants ne concernent que la Métropole. Pour les DOM les montants sont supérieurs. Les montants ci-dessus sont revalorisés chaque année selon la haute moyenne des prix de l’avant-dernière année. Le barème 2021 a ainsi été relevé selon la hausse moyenne de l’indice des prix INSEE 2018. Du fait que la Loi de Financement de la Sécurité Sociale n’a pas modifié cette règle, les barèmes sont donc ceux mentionnés dans ce tableau. Votre revenu fiscal de référence se trouve en feuille centrale de votre feuille d’imposition, sous la rubrique « informations complémentaires ». Extrait de l’Ancien d’Algérie – 02/2021

Pensions militaires d’invalidité Nous rappelons que l’article 775 bis du Code Général des Impôts permet aux titulaires d’une pension militaire d’invalidité, dès 10 % d’invalidité, de réduire de leur actif successoral, le montant global des sommes perçues depuis l’origine jusqu’au jour de leur décès, permettant ainsi une réduction des frais de succession dus par leurs héritiers. Il convient de solliciter comme nous l’avons rappelé le montant global de votre PMIVG en prenant contact avec votre centre de gestion des retraites

(l’organisme qui verse votre pension). Vous demanderez le détail complet des sommes perçues si vous ne détenez plus les bulletins de paiement se rapportant à votre PMIVG. Sachez que si vous avez eu des modifications de taux (aggravations, notamment), le numéro de votre pension initiale est modifié. Aussi, afin de permettre aux dits centre de gestion de retrouver trace de votre PMIVG, bien lui indiquer les numéros de pension modifiés. Vous trouverez ce numéro sur votre brevet de pension.

Extrait de l’Ancien d’Algérie 02/2021 LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021 - 23


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

2021 : Plus haut, plus fort, plus loin Si dans le langage populaire il est de bon ton de dire qu’une année ne chasse pas l’autre, ensemble à l’ARAC nous avons la ferme volonté d’agir pour une année 2021 où nous pourrons mener notre activité pleinement, sans retenue. Sans ignorer la pandémie, nous pouvons faire vivre nos objectifs. En ce début d’année nous avons l’ambition de rendre vivantes nos structures d’organisation pour une ARAC qui réponde à la fois aux remises gravissimes des acquis sociaux, de société, de libertés individuelles et collectives du Président de la République et en même temps une ARAC porteuse des valeurs républicaines qui sont au cœur de nos engagements. Des réunions de secrétariat, de bureau dans les départements se tiennent. Des adhésions sont réalisées. Afin d’être efficaces, utiles dans cette situation, il convient partout de rappeler des méthodes qui sont la base de toute

Avec des étoiles dans les yeux

organisation. Utiliser tous les moyens à notre disposition : visite des adhérents quand c’est possible, courrier, messagerie, téléphone… Déjà des camarades dans les départements ont initié ces différentes pratiques avec succès. Jacques VERRIER Secrétaire National chargé de l’Organisation (extrait de son intervention lors de la réunion du Bureau National en visioconférence)

Secrétariat national du 13 janvier 2021 Le Secrétariat National s’est réuni, en présentiel, le 13 janvier. Les points abordés : l’organisation 2021 de l’ARAC, la situation politique et économique nationale, la situation internationale… L’année 2021 sera exceptionnelle à plus d’un titre. L’évolution de la situation du pays sur le plan sanitaire évidemment, mais bien au-delà sur le plan social. Une de nos préoccupations est le nombre grandissant de Français vivant dans la précarité, la fermeture des entreprises et les nombreux licenciements… Les raisons et motivations de notre association sont d’une brûlante actua-

lité face à la destruction des valeurs et droits républicains, du détricotage du programme du Conseil National de la Résistance, la remise en cause des conquis depuis la Révolution de 1789, la Commune, 1936, 1968, … A cause de la pandémie, du confinement nous avons dû annuler de nombreuses initiatives en 2020. Certaines sont reportées en 2021. Ce que nous visons, c’est un agenda efficace capable de permettre la tenue dans les meilleures conditions des Assemblées Générales, des expo-débats… Ce calendrier va donc nécessiter un effort de mobilisation de la part de nos directions départementales, de nos sections locales. Nous avons besoin de nourrir nos débats pour alimenter notre capacité d’actions et d’initiatives. 2021 : lancement d’une grande campagne : – D’adhésions – D’abonnements de notre mensuel « Le réveil des Combattants »

24 - LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021

CoulounieixChamiers (24) QUENTIN a 11 ans. Il est passionné d’histoire. Il pense qu’il est de notre devoir d’être présents aux commémorations qui se déroulent pour rappeler le sacrifice de ceux qui se sont battus pour notre Pays. Il est nécessaire de se rappeler, de se souvenir ! C’est pour cela que QUENTIN a demandé à Jean-Paul Lachaux, notre Président départemental de porter le drapeau de l’ARAC ! Bien entendu, compte tenu de la situation sanitaire, il n’est pas possible d’assister aux divers hommages. Alors, il a été fier de porter ce drapeau, chez lui, avant de pouvoir se trouver devant un Monument aux Morts ! Il a été fier de cet instant magique réalisé en appliquant les règles sanitaires (masques, désinfection…). Uniquement pour la photo le masque a été enlevé ! Gageons que nous retrouverons QUENTIN très vite lors des prochaines manifestations du Souvenir.


VOS DROITS LE RÉVEIL

SOUSCRIPTION 2021

Contexte exceptionnel, mesures exceptionnelles. En 2021, le Réveil des Combattants fêtera son 90e anniversaire, créé par Paul Vaillant-Couturier en janvier 1931, il a été de tous les combats pour la paix, l’antifascisme, la Libération et la souveraineté de la France, pour la mise en œuvre du programme du CNR, si mal mené aujourd’hui. Il aura pris aussi toute sa place dans les soutiens aux luttes d’indépendance des anciennes colonies françaises et notamment pour la paix en Algérie. Aujourd’hui, chacun notera la place et le rôle original de l’ARAC dans le débat d’idées, le travail de mémoire, l’action pour la paix et contre l’extrême droite. Ce rôle particulier de l’association nous interpelle tous, car il s’agit de donner les moyens financiers au Réveil et à l’ARAC de poursuivre leurs combats émancipateurs, d’éveil des consciences, de compréhension des enjeux, permettant à chacun de trouver sa place dans la construction de la société de demain. Alors oui, pour la défense des valeurs républicaines, la souveraineté de la France, la paix, l’amitié, la solidarité, la lutte antifasciste… Nous avons besoin de finances pour continuer cet engagement et permettre au plus grand nombre, de comprendre les enjeux et d’agir en toute conscience. Nous appelons, dans le contexte difficile d’aujourd’hui, les comités, sections, adhérents, les lecteurs, à faire un don, à donner les moyens à notre journal, à l’ARAC, de poursuivre leurs actions d’éducateur. Nous savons que c’est difficile pour chacun d’entre nous, mais ensemble, avec la participation du plus grand nombre, nous continuerons à faire vivre les idéaux de 1917, lors de la création de l’ARAC, si bien portée par notre journal, le Réveil des Combattants. D’avance, merci à vous de votre compréhension et de votre engagement.

Nom

Prénom

Adresse – Tél

Versement

Bouches-du-Rhône (13) Marseille le Pharo le samedi 20 février 2021. Malgré la situation sanitaire, le groupe Marat, l’ARAC et un de ses Porte-drapeau, des élus de la mairie des 1/7 arrondissements ont commémoré le 77e anniversaire de l'exécution du groupe Missak Manouchian et rendu hommage avec un jour d'avance aux 23 de l'affiche rouge des F.T.P M.O.I. Il y a eu trois interventions dont celle de Patrick Saintenoy Président de

l’ARAC 13 suivi d'un dépôt de gerbe et ce avec l'accord de la ville, de l'autorisation Préfectorale, en respectant les gestes barrières et les consignes gouvernementales. La cérémonie s'est terminée par l'hymne National. Un compte-rendu devrait paraître dans la presse lundi par le journal la Marseillaise. Merci aux services techniques de la ville et à la police municipale.

LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021 - 25


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

Loire-Atlantique (44) Mardi 8 décembre 2020 ayant obtenu une dérogation de la Préfecture, dans le respect des gestes barrières les présidents de section de l’agglomération Nantaise, la responsable des Finances et le responsable départemental se sont réunis dans une ambiance conviviale et fraternelle. Nous avons débattu de la situation créée par la pandémie et le confinement, la nécessité d’assurer la présence de l’ARAC dans les communes, auprès des élus, entretenir des liens fraternels avec les adhérents être vigilant, attentif aux problèmes que la situation peut poser, leur poser. Nous avons décidé d’actions dans les

communes, sur le travail mémoriel, les Etats généraux de la paix en montrant les liens entre le passé et le présent, en proposant nos expositions, en interpellant les élus pour être prêt dès la sortie du confinement. Chacun est reparti avec son matériel

Ivry-sur-Seine (94) Commémorations en mémoire de la Libération du camp d’extermination Auschwitz-Birkenau au Parc Maurice Thorez d’Ivry-sur-Seine en présence du Maire, Philippe Bouyssou et du rabbin d’Ivry-sur-Seine, Daniel Souleiman et de l’ARAC.

Charleville-Mézières (08)

Le 26 janvier 2021 à Charleville-Mézières, manifestation pour un plan d’urgence pour l’Education. L’ARAC des Ardennes présente. 26 - LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021

cartes, bons de soutien, calendriers, décidé à agir et heureux de cet échange, de cette rencontre, une réunion dynamisante ! Pour le Comité départemental Jean-Claude Salomon

Le 30 janvier 2021, à Paris, l’ARAC était présente au rassemblement contre l’Agent Orange et en soutien à Madame TRAN TO NGA.


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

Loire-Atlantique (44) Le dimanche 3 janvier 2021 l’ARAC a participé à la cérémonie commémorative du 76e anniversaire de la mort, au camp de Dachau, de Jean-Baptiste DAVIAIS. Jean-Baptiste Daviais avait fait sien l’engagement auprès des plus déshérités, Militant associatif il fonde la FAL 44 se souvenir de ses combats et de nous interroger dans nos actions d’aujourd’hui. Que dirait, celui qui aux heures les plus sombres de notre histoire a fait vivre la fraternité en acte, de l’augmentation de la fracture sociale et du désenchantement qui se répand comme un nouveau mal de vivre. Que dirait-il aujourd’hui, que face à

Gennevilliers (92) cette maltraitance de la République et de la Démocratie, d’aucuns osent se référer au Conseil National de la Résistance, dont son objet principal était de construire un contrat social, et non de le briser ? Jean-Baptiste Daviais est mort à Dachau. « Le 7 janvier 1945, il a été contraint de rester nu dans la neige au sortir de la douche. Il fut frappé de congestion et mourut deux jours plus tard ». Il avait 67 ans Se souvenir de Jean Baptiste Daviais c’est se souvenir de tous ces hommes et ces femmes qui ont su transcender l’histoire, leur histoire et la nôtre pour que leur survive la Liberté, l’Egalité et la Fraternité. C’est rester digne de cet héritage qui par-delà la mort, murmure à celles et ceux qui veulent l’entendre : restez dignes, ne lâchez rien de vos luttes et de vos combats à venir et votre avenir sera riche de lendemains qui chanteront.

Lundi 25 janvier 2021, au moment où Madame TRAN TO NGA affrontait les juges au Tribunal d'Evry dans la bataille contre MONSANTO et autres… Le Comité ARAC de Gennevilliers a tenu une permanence en plein air sur le trottoir devant le siège du Comité à la Maison du Combattant rue Eugène VARLIN de 10 heures à 15 heures. Quelques habitants se sont fait expliquer notre présence et la situation du combat contre la Dioxine. Ils ont découvert la méconnaissance des problèmes et l'ampleur des dégâts. Une grande prise de conscience est apparue, et nous pensons que les germes pour une prochaine mobilisation sont là. Claude DESMAZURE ARAC Gennevilliers

Nantes (44)

Cimetière de la Gaudinière 8 février 2021 Hommage à Anne Claude GODEAU jeune nantaise de 24 ans qui travaillait à Paris aux Chèques postaux. Anne-Claude participait à la manifestation organisée - avec un seul mot d’ordre Paix en Algérie – par les organisations politiques et syndicales à la suite des dix attentats à la bombe commis le 7 février. Elle avait posté une lettre à ses parents : « ce soir je vais à une manifestation pour la Paix » Cette manifestation pacifique des partisans de la Paix en Algérie fut violemment agressée après l’intervention des organisateurs remerciant les participants alors que ceux-ci dans le calme regagnaient leur domicile.

C’est à cet instant qu’ils furent sauvagement agressés par les brigades spéciales du Préfet Maurice PAPON et du ministre de l’intérieur Roger FREY au carrefour du métro Charonne. Ce n’était en rien la dispersion d’une manifestation.

Ce jour-là Anne-Claude fut victime de ce crime d’Etat, victime de cette guerre d’Algérie qui ne portait pas son nom ainsi que 8 autres manifestants. Pour l’ARAC 44 Jean-Claude Salomon témoin, membre du Service d’ordre le 8 février et le 13 pour les obsèques LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021 - 27


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

Drancy (93)

L’ARAC Drancy a rendu hommage à Daniel FERY Le 8 février 1962 - La mort d’un jeune Drancéen au métro Charonne Intervention de Gérard Muller pour l'ARAC DRANCY, ce 8 février 2021 : Daniel Féry, jeune Drancéen, habitait cette rue qui porte son nom. Le 8 février 1962, une manifestation pour la paix en Algérie et contre les crimes de l’OAS, se termine par un massacre commis par les unités spéciales de la police sous l’autorité du préfet Maurice Papon, faisant neuf morts et des centaines de blessé-e-s. La veille, dix attentats ont lieu à Paris visant des hommes politiques dont André Malraux, des journalistes, des écrivains. Une fillette de quatre ans et demi est défigurée et rendue aveugle. Les ultras de l’Algérie française, qui avait porté de Gaulle au pouvoir en 1958, n’ont pas accepté la déclaration de ce dernier en 1959 du « droit à l’autodétermination du peuple algérien ». À deux reprises, en 1960 et 1961, ils organisent deux putschs, qui échouent, pour s’emparer du pouvoir, avec à leur tête des généraux et officiers supérieurs. Ils créent l’organisation de l’armée secrète (OAS), qui commet des centaines d’attentats et d’assassinats, afin de mettre en échec l’approbation massive du peuple français (75 %) du droit à l’autodétermination du peuple algérien. Les tergiversations et les exigences inacceptables du gouvernement français, ne permettent pas la conclusion d’un accord avec le GPRA (Gouvernement Provisoire du Peuple Algérien), ce qui encourage les ultras de l’Algérie française et son bras armé l’OAS. Dans l’union, des syndicats de salariés-e-s, d’étudiant-e-s et de lycéen-e-s, des organisations de jeunesse et des partis de gauche appellent à la 28 - LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021

Enterrement Daniel Fery

riposte en manifestant à nouveau ce 8 février 1962. Le gouvernement interdit la manifestation, le préfet de Paris en organise la répression qui sera d'une extrême violence. Une vingtaine d'années après Guy Moquet, âgé d'à peine plus d'un an que les 15 ½ ans de Daniel Féry. Nous avons du mal a imaginé aujourd'hui – alors que le pouvoir de l'époque a maintenu Maurice Papon à des responsabilités si importantes, tandis qu'il était un collaborateur zélé des nazis et de « L'Etat Français » – Ce qui se serait passé, 6 mois après son départ en retraite, en décembre 1967, concernant les événements de mai/Juin 68. Quoi qu'il en soit, aujourd'hui près de 60 ans après, pour qu'il y ait enfin une reconnaissance du crime d'état, car on n'efface pas l'Histoire avec une gomme ou comme le brouillard qui s'ajouterait à la brume de ce matin ; la ville de Drancy s'honorerait à faire ce premier pas, en rénovant cette plaque qui mémorise cette journée noire dans laquelle 9 français sont tombés. Je n'en finirais pas d'écrire ta chanson « Ma France », en remplissant l'histoire et ses fosses communes, comme l'a si bien écrit et chanté Jean Ferrat ; et dont Malik Oussekine, le 6 dé-

cembre 1986, fut un tragique « Rappel à l'ordre » de cette jeunesse qui se retrouve si souvent au premier rang pour les divers combats de la liberté et de l'avenir de notre pays ; comme cet autre 8 février (1943) ou 5 jeunes étudiants du lycée Buffon, furent fusillés par les nazis avec la complicité des autorités de l'époque. Nous vous demandons une minute de silence pour Daniel Féry et ses 8 camarades  : Jean-Pierre Bernard, Anne-Claude Godeau, Fanny Dewerpe, Suzanne Martorell, Edouard Lemarchand, Raymond Wintgens, Maurice Pochard, Hyppolite Pina, tombés pour la fin de la guerre et pour la Paix en Algérie.

L'ARAC à Paris Métro Charonne - J. Verrier Secrétaire national


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

Gentilly (94) – Siège social de Sanofi L’ARAC, ses militants et P. Staat, Secrétaire général étaient présents au rassemblement, devant le site de Sanofi à Gentilly, le 27 janvier 2021, pour dé-

noncer les suppressions d’emplois et demander la libéralisation des brevets pour en faire un bien commun de l’humanité.

Malakoff (92) Sur le marché à Malakoff le 23 janvier 2021, la France doit ratifier le TIAN, ARAC, ACCA, Mouvement de la paix, PC, CGT, la maire, Jacqueline Belhomme, et des élus.

La Courneuve (93)

Commémoration de l’ARAC de La Courneuve Vendredi 29 janvier, L’ARAC La Courneuve a commémoré le 150e anniversaire de la guerre franco-prussienne de 1870-71 par un dépôt de fleur avec la participation de Monsieur Bacar Soilihi, conseiller municipal de La Courneuve délégué aux Anciens Combattants et cérémonies commémoratives, Monsieur Jacques Le Sergent président honoraire de l’ARAC La Courneuve ainsi que son président Monsieur Couteau Kevin. Nous rendons hommage aux combattants français morts dans ce conflit. Malgré la défaite, cette guerre de 1870-71 a été un événement majeur pour la France et l’Europe, puisqu’elle va mener à la chute du Second Empire, l’achèvement de l’unité Italienne, l’achèvement de l’Empire allemand, l’avènement de la troisième république en France et à la Commune de Paris de mars à mai 1871. Nous avons la chance à La Courneuve d’avoir un monument (devenu rare) qui rend hommage à ces combattants (ici en mémoire des combattants morts lors de la seconde bataille du Bourget le 21 décembre 1870).

Cuba Le 24 janvier 2021, manifestation pour exiger la levée du blocus contre Cuba. Un rassemblement très réussi, avec de nombreuses associations et organisations syndicales, en dépit de la tempête de neige.

LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021 - 29


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

ARAC 72

Vaucluse (84) Jean Nadjar, adhérent militant l’ARAC, trésorier de la section Bolllène est décédé à l’âge de ans suite à un cancer et victime Covid19.

de de 83 du

Jean était de la génération de la guerre d’Algérie, ancien combattant, affecté en AFN (classe 57 1/A). De retour, c’est tout naturellement, face au colonialisme et aux actions fascistes de l’OAS (11 février 1961 à 1962) qu’il adhère à l’ARAC pour défendre les valeurs républicaines et ses droits, rejoint dans son combat par sa famille, Jeanne son épouse, sa fille, sa petite-fille. C’est avec fierté, qu’en février 2020, Jean s’est vu remettre la médaille du congrès du 100e anniversaire de l’ARAC, une mise à l’honneur, une joie, un moment inoubliable.

Les cinq députés de la Sarthe ont été interpellés par l’intersyndicale (USR CGT 72, UCR FO 72, CFE/UNIR 72, FSU 72, FGR/FP 72, LSR 72, ARAC 72) dans un courrier en date du 17 février. Ces organisations souhaitent s’entretenir avec les députés sur la base de leurs revendications communes sur les conséquences de la pandémie et de l’état d’urgence dit sanitaire.

NOS PEINES FÉVRIER 2021 n 02 – AISNE Montescourt : Mme  Danielle GADRÉ, 79 ans, veuve. St Quentin : Pierre BAUDOUIN, 88 ans. n 03 – ALLIER Commentry : Jean-Claude FENOYER, AC ATM. Joseph MICHALAK, AC ATM. Roger PINGUET, AC ATM.

L’ARAC du Vaucluse fut représentée par Daniel Large, vice-président départemental et José Mure, président de la section de Bollène.

n 13 – BOUCHES DU RHONE St Marcel : Ohannes MOURADIAN, AC ATM Vellutini-St Just : Rosaire VITALE, AC ATM.

Une plaque de l’ARAC nationale sera déposée, dès que possible sur la tombe de ses parents où ses cendres ont été placées à sa demande.

n 22 – COTES D’ARMOR Etables sur Mer : Eliane PIRIOU, veuve.

Jean restera pour nous, un homme de principe, dévoué au respect de la justice. Condoléances les plus sincères à son épouse, à ses enfants. Jacques Goutorbe Président départemental Membre du Bureau National

n 24 – DORDOGNE Périgueux : René CHOUET, AC 39-45 Verteillac : Georges VIRECOULON, AC ATM. n 31 – HAUTE-GARONNE Launaguet : Gilbert PROLHAC, 86 ans, AC ATM

n 51 – MARNE Reims : Albert DESPEZELLE, 95 ans. n 57 – MOSELLE Ottange-Villerupt : André BIGNOLI, AC ATM. Yutz : Simon CHATAM, 84 ans, AC ATM. Norbert WEBER, 96 ans, AC ATM. n 59 – NORD Vallée de la Lys : Jean TRASSAERT n 60 – OISE Thourotte : Joel LETENRE, 66 ans, Vice-Président, porte drapeau depuis 35 ans ; n 84 – VAUCLUSE Bollène : Jean NADJAR, trésorier et porte-drapeau de la section. n 85 – VENDEE La Roche sur Yon : Louis CHAILLOU, AC Indochine n 93 – SEINE ST DENIS La Courneuve : Lucien CORNE, AC 39-45

n 42 – LOIRE Roanne : Léon LE BUY

L’ARAC sur les réseaux sociaux la page Facebook : ARAC National le site internet : http://www.arac-nationale.fr/ qui regroupe tous nos réseaux sociaux (blog du Réveil, site internet du Réveil, page Facebook, …)

30 - LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021


MAGAZINE LE RÉVEIL

Qu’est-ce que la laïcité ?

La guerre des soldats Paul Vaillant-Couturier et Raymond Lefebvre

Henri Pena-Ruiz Certains hommes croient en un dieu ; d’autres en plusieurs ; d’autres encore sont athées ou agnostiques. Tous ont à vivre ensemble. Cette vie commune, selon la première Déclaration des droits de l’homme, doit assurer à chacun et la liberté de conscience, qui exclut toute contrainte religieuse ou idéologique, et l’égalité de droit, incompatible avec la valorisation privilégiée d’une croyance. La puissance publique promeut le bien commun. Elle devra donc être neutre sur le plan confessionnel et développer, par l’instruction, l’exercice autonome du jugement. Afin que tous apprennent à vivre leurs convictions sans fanatisme ni intolérance. Ainsi comprise, la laïcité n’est pas de l’ordre d’une option spirituelle particulière, mais constitue une condition de possibilité fondamentale de la vie publique. On ne saurait en conséquence la renégocier sans cesse, notamment au gré des fluctuations du paysage religieux et des rapports de forces qui les sous-tendent.

Nous avons décidé à l’occasion des cent ans de la création de l’ARAC de rééditer le livre « la guerre des soldats » de Paul Vaillant-Couturier et Raymond Lefebvre. Ce livre qui parle et retrace les réalités de la vie des hommes au front, des absurdités des commandements conduisant des centaines de milliers de soldats à la mort, est un qui fut interdit en 1916 et dû attendre 1919 pour être publié. Au travers de courts textes, ils décrivent l’horreur. Lire la guerre des soldats, c’est mieux comprendre le sentiment de solitude et de peur qui régnait au front. Né de Verdun, ce livre aide à mesurer à la haine de la guerre de ces hommes, leur volonté de s’attaquer aux causes de ce conflit, et surtout la base sur laquelle s’est créée l’ARAC. Patrick STAAT

Mémoire et message d’une centenaire

L’Histoire de l’ARAC Georges Doussin – Président honoraire de l’ARAC Henri Barbusse – juillet 1917 dans « l’œuvre » après la décision de créer l’ARAC (extrait) « J’adresse un appel ardent à tous ceux des anciens combattants de cette guerre qui croient à la République et qui la veulent. Je veux vous entretenir aujourd’hui d’un grand intérêt général qui dépasse celui de chacun de vous, mais qui repose sur vous tous : soldats de la guerre, continuez à être les soldats de la pensée, il le faut. Vous ne devez pas renoncer encore à vous battre. La démocratie a besoin de vous. Elle vous appelle à son secours, vous qui serez un jour le nombre et la force, et qui êtes l’énergie, l’audace et la lucidité. Les principes républicains sont, de tous côtés, ou trop attaqués, ou trop mal défendus. Il faut veiller sur la République. C’est à vous entre tous et avant tous qu’incombe ce devoir, survivants de la guerre des hommes contre les oppresseurs ! Nous appelons République la société constituée sur les bases de la réelle souveraineté du peuple, une société qui ne soit pas, ouvertement ou obscurément conduite par une oligarchie de privilégiés et de parasites, mais illuminée dans tous ses coins par le clair intérêt général. Nous disons que non seulement le but que nous poursuivons à l’intérieur et à l’extérieur n’est pas une utopie. Quoi qu’il en soit, c’est par ces voies que la grande France de 1789 s’agrandira et durera…

BON DE COMMANDE La guerre des soldats – 15 € l’exemplaire : ………………. X 15 € = ……………….. € L’ARAC a 100 ans – 15 € l’exemplaire : ………… x 15 € = ………………….. € Chèque à l’ordre des éditions du Réveil – Frais d’envoi offerts A commander aux éditions du Réveil – 2 Place du Méridien – 94800 VILLEJUIF

LE RÉVEIL - N° 869 - MARS 2021 - 31


L’ARAC, comme les initiateurs de la pétition, réclame la libération des brevets des vaccins anti-covid. Il faut faire de ces vaccins un bien commun de l’humanité qui permettrait de démultiplier rapidement les capacités de production et de vacciner ainsi au plus vite la population mondiale. L’ARAC vous invite à faire signer massivement cette pétition Faisons nôtre, le Docteur Jonas SALK développa le premier vaccin contre la polio. Il choisit de ne pas en déposer le brevet pour permettre au plus grand nombre de personnes d’y avoir accès. D’après les estimations, il aurait ainsi renoncé à un bénéfice d’environ 7 milliards de dollars. Lorsqu’il a été interrogé le 12 avril 1955, par le journaliste Edward R. Murrow pour savoir à qui appartenait le brevet du vaccin contre la polio qu’il a inventé, le Dr SALK a répondu : « Eh bien, les gens, je dirais. Il n’y a pas de brevet. Pourriez-vous breveter le soleil ? ».

Mobilisation européenne pour un vaccin gratuit contre la Covid-19 : pas de profit sur la pandémie ! Le vaccin contre la Covid-19 ne doit pas être confisqué pour les profits capitalistes de l’industrie pharmaceutique mais doit être un bien commun et gratuit pour les peuples. Pour gagner contre cette pandémie, il est vital qu’un vaccin ou un médicament soit librement accessible à tous. C’est une question de justice et un enjeu fondamental pour la santé publique. Le vaccin contre la polio est entré sur le marché international libre de brevet et la maladie a été éradiquée dans de nombreuses régions du monde. Nous ne pouvons pas permettre que l’industrie pharmaceutique fasse du profit sur cette pandémie. Cette pétition internationale est nécessaire car il y a un danger très réel que, par le système des brevets, le vaccin devienne la propriété privée de quelques multinationales pharmaceutiques. Le vaccin contre le coronavirus est en train d’être développé aujourd’hui avec des milliards d’euros d’argent public, du contribuable. Nous ne pouvons pas permettre aux entreprises pharmaceutiques, qui ont refusé jusque-là d’investir dans ce vaccin, de maintenant se l’approprier et de décider du prix et de l’offre. L’industrie pharmaceutique base ses prix sur ce que le patient ou un pays veut bien payer. De cette façon, il maximise les bénéfices pour les actionnaires. En conséquence, certains vaccins coûtent beaucoup d’argent. Et cela coûte des vies. Tous les jours. C’est pourquoi nous demandons à ce que le vaccin contre le coronavirus soit déclaré bien commun de l’humanité et accessible à toutes et tous. Ce sera le moyen le plus efficace de lutter contre la pandémie. La présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, avait promis que le vaccin deviendrait un bien commun. Cependant, cette promesse n’a pas été retenue dans la stratégie européenne pour les vaccins. Avec la pétition européenne, les initiateurs veulent mettre la pression sur la Commission européenne pour transformer les paroles en actes. Ils demandent spécifiquement à l’Europe de garantir que les vaccins et traitements anti-pandémiques deviennent une question d’intérêt général et mondial, librement accessibles à tous.

SIGNEZ ET FAITES SIGNER LA PÉTITION HTTPS ://NOPROFITONPANDEMIC.EU/FR/ Ou prenez l’initiative de faire signer cette page et retournez-la au siège de l’ARAC

Nom

Prénom

Adresse

ARAC – 2 Place du Méridien – 94800 VILLEJUIF

Téléphone