Page 1

ORADOURSUR-GLANE

CAHIER MÉMOIRE CHARLES TILLON

PALESTINE : CES PARLEMENTAIRES FRANÇAIS VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL QUI REFUSENT L’ANNEXION ISRAÉLIENNE

Août / Septembre 2020 - N° 864 - 5 €

L’URGENCE SOCIALE appelle tous les salariés, ceux du privé et du public, les retraités, les jeunes… à l’action pour stopper la casse sociale, les inégalités et le démantèlement des valeurs républicaines.

Tous ensemble, le 17 septembre partout en France

Ensemble, défendons les valeurs de la République


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

Oradour-sur-Glane : se taire, ce serait cautionner L’ARAC condamne fermement la profanation du Centre de la Mémoire du Village martyr d’Oradour-sur-Glane par des activistes révisionnistes. Elle a pris note des premières déclarations du Président de la République et des Ministres. Elle attend que ces paroles soient suivies d’actes. Nous sommes de celles et ceux qui ne permettront jamais que le village d’Oradour-sur-Glane soit oublié comme un lieu de martyr qui a caractérisé la montée de la division allemande Das Reich tout au long de son parcours de Montauban aux côtes de Normandie. Personne ne peut nier les crimes et les actes de barbarie du nazisme contre les habitants de ce lieu, ni nier l’existence des camps d’extermination. L’ARAC et son journal, le Réveil des Combattants, fondé par Barbusse, Vaillant Couturier, Bruyère et Lefebvre n’entendent pas laisser banaliser de tels actes abjects. L’ARAC se battra contre toute réécriture de l’histoire. Ils combattent, dans le même esprit, les résolutions officielles, les déclarations, toutes les publications d’inspiration ou de nature révisionniste historique, portant atteinte au devoir d’histoire, au devoir de vérité. Ils se refusent totalement à accepter les dérives plus qu’inquiétantes qui se mènent au niveau des institutions européennes, à un révisionnisme des faits historiques contemporains. L’ARAC, le Réveil des Combattants, avec tous celles et tous ceux - encore massivement motivés - continueront de défendre et faire connaitre plus que jamais, au-delà des temps trop courts que constituent les commémorations officielles, la mémoire de l’engagement des Résistants, des Déportés et des Martyrs comme ceux d’Oradour-sur-Glane et de ceux de bien au-delà, existants entre l’Atlantique à l’Oural. L’ARAC, le Réveil des Combattants, veulent contribuer à poursuivre avec nos concitoyens, dans leur diversité, la construction de nouvelles utopies républicaines, s’inspirant du programme du C.N.R. avec la réalisation de nouvelles initiatives symboliques permettant, en s’appuyant sur l’histoire, de comprendre la société et le monde dans lesquels nous vivons, tous ensemble. Dans le cadre de la préparation du 75e Anniversaire de la Libération, le Bureau National de l’ARAC a décidé d’un hommage, sur place, à Oradour-sur-Glane, dès que les conditions sanitaires le permettront. Villejuif le 24 août 2020

2-

LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020


ÉDITO LE RÉVEIL

H

SOMMAIRE Actualités Oradour-sur-Glane : se taire, ce serait cautionner ....................................................... 2 Pôle emploi se prépare à une déferlante de chômeurs à la rentrée ............................ 4 Le Danemark va financer les retraites en taxant les ultrariches ..................................... 4 Avant de le réembaucher avec un salaire moins important .......................................... 5 Le blues des soignants avant une rentrée a hauts risques ............................................ 6 De qui se moque le gouvernement ? ........................................................................... 7 Bruno Le Maire : « je souhaite que les Français dépensent » ....................................... 7 Autoroutes : l’Italie nationalise et baisse des péages ................................................... 8

International Palestine : ces parlementaires Français qui refusent l’annexion israélienne .......... 9 à 10 De Gaulle, au secours, ils sont tous fan de l’otan ! ..................................................... 10 En soutien à la Grèce, la France déploie 2 bâtiments de guerre et 2 Rafales en Méditerranée orientale .......................................................................................... 11 « Attention, Trump n’a pas (encore) perdu ! » ........................................................... 11 Le Sénat américain autorise le maintien de 28 500 militaires américains en Corée du Sud......................................................................................................... 12 Washington approuve la vente au Japon de 105 avions de combat furtifs F-35 ........ 12 L’armée de l’air indienne en passe de recevoir le premier lot de cinq avions de combat Rafal.................................................................................. 12

Vie de l’ARAC Hommages Paul Fromonteil, Gervaise Gallepe et Germaine Louis ............................. 21 Comité du Village de l’Amitié ...................................................................................... 26 Vie de l'ARAC ...................................................................................................... 28 à 31 Hommage à Eleonora Del Maschio ............................................................................ 31

P. 13 . D O S S I E R

Charles TILLON, le patriote, le syndicaliste, le résistant… www.le-reveil-des-combattants.fr LE RÉVEIL DES COMBATTANTS Fondé en 1931 par Henri Barbusse et Paul Vaillant-Couturier. Mensuel de l’Association républicaine des combattants pour l’amitié, la solidarité, la mémoire, l’antifascisme et la paix. Commission paritaire n° 0723-A06545 ISSN N° 0751-6215 • Édité par les Éditions du Réveil des Combattants • SARL au capital de 45 734,41 € - Siret : 572 052 991 000 39 2, place du Méridien - 94807 Villejuif cedex Tél. 01 42 11 11 11 reveil-des-combattants@wanadoo.fr

• Tirage : 60 000 exemplaires • Directeur-gérant : Raphaël Vahé • Directeur : Patrick Staat • Rédactrice en chef adjointe : Brigitte Canévêt • Comité de Rédaction : Hervé Corzani, JeanPierre Delahaye, Laurence Gorain • Régie Publiciatire : HSP - Tél. 01 55 69 31 00 contact@hsp-publicité.fr • Administratrice : Annick Chevalier • Conception graphique - Impression : RIVET PRESSE EDITION - 24, rue Claude-Henri-Gorceix, 87022 Limoges cedex 9

éritée du siècle des Lumières, la devise « Liberté, Égalité, Fraternité », est devenue le symbole de la République. Ces trois mots complémentaires sont gravés sur les façades des écoles, des lycées, des mairies, des bâtiments publics… Nombre de commentateurs, de dirigeants politiques, syndicaux, devraient se rappeler et réfléchir au sens de cette devise. La France est-elle toujours un pays de « liberté » ? Quand syndicalistes, inspecteurs du travail, salariés. es sont sanctionnés, licenciés pour avoir dénoncé la politique gouvernementale et patronale, lorsque les forces de police sur ordre des préfets, interviennent violemment contre les manifestants. Cette valeur est aujourd’hui bafouée. Dans notre République, « l’égalité » est un joli mot qui ne recouvre que peu la réalité. Les politiques des gouvernements successifs ne font qu’augmenter le nombre de chômeurs, de précaires, de pauvres… Où est l’égalité quand des pans entiers du territoire sont abandonnés ? Où est l’égalité quand les dividendes des actionnaires, les salaires des dirigeants atteignent des sommes folles ? L’exigence d’égalité est, plus que jamais, un combat à mener. Égalité devant l’emploi, les salaires, le logement, la santé, l’éducation. Que seraient la liberté et l’égalité sans la fraternité ? La Constitution de 1848 affirmait que la République devait, « par une assistance fraternelle, assurer l’existence des citoyens nécessiteux, soit en leur procurant du travail dans les limites de ses ressources, soit en donnant, des secours à ceux qui sont hors d’état de travailler ». Aujourd’hui, nous vivons avec le chantage à l’emploi, l’allongement du temps de travail, la baisse des salaires. Le gouvernement détruit les emplois, les droits des salariés et leurs conquis sociaux au profit des financiers. Les plans sociaux se succèdent, la casse de l’Hôpital continue, la réforme des retraites, du droit du travail, sont encore à l’ordre du jour. L’État se grandirait à devenir actionnaire, voire à nationaliser les entreprises là où il donne des milliards sans contreparties. Rappelons-nous la politique du CNR à la sortie de la guerre pour redresser l’économie de la France. L’ARAC, qui depuis sa création en 1917, a toujours été une association républicaine et antifasciste, s’attache à défendre les valeurs de la République, à la défense des droits, de tous les droits, a toujours été présente dans les mouvements populaires porteurs de plus de justice sociale. Le cri du peuple doit être entendu. L’ARAC appelle ses adhérents, ses amis, à être présents dans toutes les manifestations du 17 septembre et celles qui suivront. Patrick STAAT LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020

-3


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

Pôle emploi se prépare à une déferlante de chômeurs à la rentrée La crise du Covid-19 a changé la donne et les objectifs de chômage en dessous des 7 % semblent bien loin. Pôle emploi s’attend à une grosse vague de nouveaux chômeurs à la rentrée. Des forces vives sont réclamées, promises depuis des mois mais dans les agences on s’impatiente, car pour l’instant personne ne voit rien arriver. Pour Pôle emploi le défi est de taille : réorganiser les effectifs de manière à gérer au mieux la grosse vague qui s’apprête à déferler et dont les conseillers commencent à ressentir les premiers remous. Pôle emploi va donc scruter à la loupe les annonces du plan de relance du gouvernement, présenté début septembre. Il faudra que les renforts soient suffisants et qu’ils viennent surtout sans tarder. « En France, on annonce une destruction de 600 000 à 900 000 postes d’ici la fin de l’année », alerte David Vallaperta, le représentant CFDT au CSE central de Pôle emploi : « Actuellement, on est un peu entre le marteau et l’enclume. »

Le marteau, comprendre le coronavirus : « D’un côté, on a la crise sanitaire du Covid-19. Nous nous sommes engagés avec la direction de Pôle emploi pour faire en sorte que l’ensemble des services soit de nouveau accessibles dans toutes les agences. » Mais il y a également, l’enclume de la hausse du chômage, note David Vallaperta, qui va provoquer un afflux de demandes : « Il va nous falloir être en capacité de recevoir dans de bonnes conditions à partir de la rentrée. Pour que ces renforts soient opérationnels, il faut bien évidemment les recruter mais aussi les former, les accompagner », souligne-t-il : « Cela fait plusieurs semaines que nous demandons à ce que ces recrutements soient effectifs le plus rapidement possible. » « Tout le monde est en ordre de bataille », confirme un membre de la direction joint par France Inter. Mais faute de savoir à quelques jours de la rentrée sur combien de personnes supplémentaires l’organisme pourra compter, Pôle emploi planche depuis

plusieurs semaines déjà sur les plannings. La ministre du Travail, Élisabeth Borne, a promis fin juillet de l’aide aux agents de Pôle emploi. L’arbitrage doit revenir à Bercy. Idéalement, les syndicats espèrent 1 500 recrutements tout de suite, la même chose en octobre-novembre. Cette dernière période pourrait d’ailleurs être encore bien plus critique, selon les prévisions de l’organisme public. Source : France Inter – 24/08/20

Le Danemark va financer les retraites en taxant les ultrariches

Il y a comme un petit air de révolution au royaume du Danemark. Un peu plus d’un an après qu’elle est devenue Première ministre, la leader de la Social-démocratie, Mette Frederiksen, prépare une réforme de très grande ampleur. Elle veut en effet lever de nouveaux impôts, à hauteur de 400 millions d’euros, pour financer une réforme des retraites destinée à permettre le départ des salariés ayant des conditions de travail particulièrement difficiles. 4-

LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020

Cette réforme était un axe majeur de campagne pour son camp qui s’est imposé aux élections législatives 2019. Le parti Social-démocratie avait en effet annoncé sa volonté de permettre à certains citoyens de prendre une retraite anticipée pour pénibilité du travail. Alors que son action contre le coronavirus a été saluée, Mette Frederiksen souhaiterait désormais capitaliser sur son très haut niveau d’approbation au Danemark afin de faire passer cette réforme. Pour la financer, elle propose donc de nouvelles taxes à hauteur de 3 milliards de couronnes danoises, soit 400 millions d’euros. Ces taxes concerneront avant tout les banques, les fonds de pension et les investisseurs les plus aisés du pays. L’am-

bition de la femme politique est de voir cette réforme entrer en vigueur à l’horizon 2023. Il faudra encore convaincre le Folketing, le Parlement national du Danemark. Dans l’arène législative, le bloc de gauche possède une majorité absolue. La Social-démocratie compte ainsi 48 élus et peut compter sur le soutien de 47 autres, sur un total de 179 sièges. À l’occasion d’une conférence de presse, Mette Frederiksen a affiché son optimisme. « Je ne peux pas imaginer que cette proposition n’obtiendra pas la majorité au Parlement. » Au Danemark, environ 38 000 personnes pourraient prendre leur retraite de façon anticipée, selon les évaluations du gouvernement. Source : Le Point.fr – 19/08/20 – extrait -


ACTUALITÉS LE RÉVEIL

British Airways accusée de profiter de la crise du coronavirus pour licencier une partie de son personnel… Avant de le réembaucher avec un salaire moins important BRITISH AIRWAYS engage une grande restructuration pouvant entraîner jusqu’à 12 000 licenciements, soit un tiers de son effectif total. « Nous ne sommes pas immunisés face à cette crise et nous devons nous adapter pour survivre », se défend British Airways. La compagnie aérienne britannique est sous les feux des critiques après avoir annoncé qu’elle s’apprêtait à engager une grande restructuration, pouvant entraîner jusqu’à 12 000 licenciements, soit près d’un tiers de son effectif total. Mais certains syndicats dénoncent surtout le fait qu’elle envisagerait des modifications de contrats en appliquant un principe de « licenciement-réembauche » avec à la clé une baisse de salaire. Par exemple pour ses pilotes, pour limiter la casse à 270 suppressions d’emplois, ces derniers ont accepté,

comme l’a annoncé début août Balpa, l’un des trois syndicats de la compagnie, une baisse salariale temporaire de 20 %. Mais si un accord a été trouvé pour les uns, ce n’est pas le cas pour les personnels au sol et de cabine, qui ont manifesté ces derniers jours à travers le Royaume-Uni pour dénoncer ces méthodes. Une fois les suppressions de postes actés, les salariés ne pourraient rester qu’au prix d’une baisse de leur rémunération. Jusqu’à 40 %, en comptant les primes, pour les plus anciens. À la colère du personnel s’est jointe celle de députés. Un rapport de la commission des Transports à la Chambre des communes pointe ainsi une « tentative calculée de profiter » de la pandémie, alors que British Airways aurait déjà perçu près de 39 millions d’euros du gouvernement grâce au

chômage partiel. « Le comportement de British Airways envers ses employés est une honte nationale », accuse le rapport. Des députés et des syndicats ont déjà demandé à retirer à British Airways ses créneaux lucratifs de décollage et d’atterrissage à l’aéroport d’Heathrow en guise de punition. Mais la direction se défend bec et ongles de ces accusations. « C’est le plus grand défi auquel notre compagnie et notre industrie n’ont jamais été confrontées. Malheureusement, la pandémie a entraîné des pertes d’emplois dans tous les secteurs », rétorque-t-elle, ajoutant que d’autres compagnies ont, elles, « déjà licencié des milliers d’employés ». Qu’importe, un des syndicats de la compagnie, Unite, a déjà lancé un appel à la grève pour cet automne. Source : Reuters - 24/08/20 - extrait

Derichebourg Aeronautics : licenciement ou baisse drastique des rémunérations

La Direction de Derichebourg Aéronautics se sert de la crise du COVID 19 pour imposer aux salariés un choix cornélien entre licenciement massif ou baisse drastique des rémunérations. C’est un chantage cynique dont les salariés sont les premières vic-

times, alors que rien actuellement ne justifie de telles mesures. La hausse du cours de bourse ne serait-elle pas le seul objectif recherché ? Derichebourg Aéronautics Services, spécialisée dans l’ingénierie pour l’aéronautique, située à Blagnac (aéroport de Toulouse), est soumise en 2020 à un plan machiavélique. Suite aux possibles conséquences financières du COVID 19, la Direction n’a laissé au personnel que le choix entre un plan de licenciement de 700 personnes sur un effectif de 1 300

salariés, ou une baisse drastique des rémunérations, en contrepartie d’une garantie d’emploi jusqu’en 2022 ! Le syndicat majoritaire a validé cette seconde alternative, abusivement dénommée « Accord de Performance Collective ». À ce jour, seuls 163 salariés ont refusé cette réduction de salaire et seront donc licenciés pour cause réelle et sérieuse. L’État s’apprête à distribuer une manne de 14 milliards € à la filière aéronautique, il est fort probable que cette entreprise soit destinataire d’une part de ce pactole. LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020

-5


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

L’État, malgré la pandémie, a poursuivi la casse de l’Hôpital Public. Cette obstination du gouvernement met en danger l’ensemble de la population.

Le blues des soignants avant une rentrée à hauts risques Or toute augmentation met l’hôpital en tension car on est en permanence sur le fil du rasoir.” Dans ce contexte, la poursuite des plans de restructuration ou de suppressions de lit, comme le retour de la “logique comptable”, décrite par plusieurs de nos interlocuteurs, ne passe pas du tout. “Hôpital sous tension, personnel épuisé, population en danger, mort du service hospitalier.” La banderole accrochée aux grilles de l’hôpital de Laval a des airs de déjà vu. Depuis jeudi 20 août, des infirmiers et aides-soignants du service chargé d’accueillir des malades du coronavirus sont en grève illimitée. Le but ? Réclamer des moyens supplémentaires pour cet établissement situé en Mayenne, département qui a franchi le seuil d’alerte épidémique cet été. Un peu plus à l’ouest, à Saint-Brieuc ce sont les médecins urgentistes qui se sont mis en grève jusqu’au 15 septembre, avec le même mot d’ordre. Dans le même temps, les urgences de l’hôpital de Boulogne-sur-Mer ont dû être fermées cet été après une vague de démissions dans le service. Contacté par Le HuffPost, Christophe Prudhomme, médecin à Avicennes et porte-parole de l’association des urgentistes de France témoigne d’une situation toujours tendue dans certains établissements. “La normalisation a fait qu’on est revenu au monde d’avant en plus dégradé”, tranchet-il d’emblée avant d’expliquer : “Cet été a été difficile, nous avons eu cette forte période de chaleur qui a provoqué une petite augmentation d’activité. 6-

LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020

“Tous les bureaucrates qui étaient en télétravail et qu’on n’avait pas sur le dos sont revenus avec leurs petits tableaux de bord”, regrette Thierry Amouroux du syndicat national des professionnels infirmiers. Et d’ajouter : “en septembre on se retrouve avec moins de lits qu’on en avait en janvier.” Un constat qui provoque un regain d’inquiétude au sein du personnel soignant. D’autant qu’un certain nombre d’entre eux n’ont pas pu jouir d’un repos estival mérité. “On appréhende tous l’automne et un éventuel plan blanc, surtout les soignants qui n’ont pas encore pris leurs vacances”, nous raconte Anne-Claire Rafleugeot du collectif Inter Urgences. Et pour elle, comme pour de nombreux soignants, les négociations autour du Ségur de la santé n’ont pas arrangé les choses. Au contraire. L’accord pour l’hôpital public, signé par trois syndicats permettant d’atteindre le seuil de 50 % de représentativité nécessaire, est dénoncé par certains comme une source de “grande déception”, selon les mots de Christophe Prudhomme. “Le texte a été signé par trois syndicats qui n’avaient pas participé aux mouvements sociaux”, regrette le médecin qui pointe une revalorisation (de 180 euros en deux temps) ne per-

mettant pas de compenser le pouvoir d’achat perdu depuis le gel des salaires dans la fonction publique. “On sera un peu moins exploité”, ironise de son côté Thierry Amouroux en ajoutant : “beaucoup de jeunes n’ont pas supporté et ont donné leur démission pour passer dans le libéral.” “L’état d’esprit général c’est l’épuisement et une baisse de motivation sachant qu’aujourd’hui l’hypothèse la plus probable est qu’il va falloir vivre avec ce virus pendant deux ou trois ans avec des périodes d’augmentation d’activité qui placeront l’hôpital en situation de crise”, avance également Christophe Prudhomme. Dans ce contexte, il est une autre question qui inquiète une partie du personnel soignant : les stocks d’équipements de protection et de médicaments. “On sait qu’il y a des petits manques. On ne connait pas les stocks de médicaments, mais on a des inquiétudes vu qu’on était très ricrac sur la fin de l’épidémie”, explique Anne Claire Rafleugeot. “De nouvelles pénuries font jour, on est notamment en tension sur les gants, en grande partie parce que la matière première vient de Chine”, ajoute de son côté Christophe Prudhomme. On n’a pas envie de se retrouver au bout de quelques jours à retravailler avec des sacs poubelles sur le dos”, s’inquiète Thierry Amouroux, alors que fleurissent dans certains hôpitaux des notes expliquant que le port des gants n’est pas indispensable pour certains actes médicaux. Comme un air de déjà vu. Source : Le HuffPost – 23/08/20 –extrait – A. Berthelier


ACTUALITÉS LE RÉVEIL

De qui se moque le gouvernement ? Alors que près de 10 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, 12,6 millions de Français gagnent le Smic ou à peine plus, 6 millions de demandeurs d’emplois dont la moitié ne sont pas indemnisés, 35 % des retraités gagnent entre 500 et 999 euros par mois, 4 3 millions de salariés n’ont perçu que 80 % de leur maigre salaire pendant le confinement… et il voudrait qu’on dépense plus ! Marie-Antoinette a dit : « S’ils n’ont plus de pain, qu’ils mangent de la brioche… » On connaît la suite

Bruno Le Maire : « je souhaite que les Français dépensent » Il a également appuyé sur les 100 milliards d’euros d’épargne disponibles sur les comptes de Français, après le confinement. « Je souhaite que les Français dépensent » a-t-il martelé.

Bruno Le Maire a rappelé que les 100 milliards d’euros de plan de relance qui seront détaillés la semaine prochaine viendront « s’ajouter aux 460 milliards déjà en place ».

Il a en outre rappelé que le gouvernement n’augmentera aucun impôt pour combler les déficits liés à la crise économique. « Nous garantissons par exemple la suppression de la taxe d’habitation pour tous les Français d’ici 2023 et la baisse de l’impôt sur les sociétés à 25 % d’ici 2022, a-t-il expliqué. Par ailleurs, nous baisserons de 10 milliards d’euros les impôts de

production sur les entreprises pour qu’elles créent de l’emploi. » Concernant les prêts garantis par l’État contractés par les sociétés en difficulté, notamment les restaurateurs et les hôtels, le ministre a expliqué que « les entreprises devront rembourser » mais qu’elles devraient pouvoir sous certaines conditions « étendre la durée de leur prêt en gardant un taux attractif ». « Je suis en négociation avec les banques françaises qui s’engageront à maintenir un taux attractif », a-t-il assuré. Source : le figaro.fr – 24/08/20 – extraits

« On repart au travail ! » : L’injonction de Jean Castex Le Premier ministre, Jean Castex, s’est exprimé le mercredi 26 août, dans la matinale de France Inter. Sur l’évolution de l’épidémie, « nous constatons, en France et en Europe, une reprise de l’épidémie, de la circulation virale. Nous ne sommes pas dans la situation du mois de mai » mais le pays est passé de « 1 000 cas » il y a quelques semaines à « 3 000 cas ». Mais, a-t-il relativisé, « les admissions en réanimation ne progressent que très lentement ». Sur le plan de relance, dont l’annonce a été décalée au jeudi 3 septembre, « il est bouclé » a-t-il précisé, insistant sur le fait que certaines mesures ont déjà été mises en place, comme l’allocation scolaire de 100 euros supplémentaires. « Cela vient dans la continuité de dispositions ambitieuses prises par mon

prédécesseur Édouard Philippe. On le fait depuis des mois ce plan de relance » a-t-il dit. « Lutter contre une épidémie de la nature de celle que nous affrontons est un défi collectif », a-t-il poursuivi. « Je n’ai jamais cru que l’État pouvait tout faire. Il faut que tout le monde se sente concerné. » Il a par ailleurs pointé du doigt les « anti-masques », « qu’ils pensent aux autres, aux personnels hospitaliers. J’appelle à l’esprit de responsabilité ». Il a cependant reconnu que l’application StopCovid « un outil dans la panoplie de lutte contre l’épidémie » n’a pas obtenu « les résultats attendus par manque de communication ». Il a exhorté les Français à reprendre le travail, « nous allons tout faire pour que les Français reprennent leur vie

normalement en se protégeant. On va faire de la prévention. Le pire serait qu’on s’enfonce dans une crise économique et sociale parce qu’on ne reprend pas l’activité ».

« On repart au travail » et « mettez votre enfant à l’école » Sur la gratuité des masques, « il y a déjà eu un débat sur les masques gratuits lors du déconfinement » a-t-il rappelé, « mais aucun pays du monde n’a généralisé la gratuité. Il y a déjà des masques gratuits : les médecins peuvent prescrire le port du masque à toute personne vulnérable pour critères médicaux, et c’est gratuit ; un LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020

-7


LE RÉVEIL ACTUALITÉS dispositif de distribution par la poste de masques aux familles précaires en fonction du revenu » a par ailleurs été mis en place. Quant à la polémique sur le port du masque obligatoire à l’école et de sa gratuité demandée par l’opposition, « allons-nous payer des masques à des gens qui n’en ont pas besoin ? » a-t-il demandé, « dans les villes, [les élèves] prennent le masque pour les transports, comme en Ile-de-France », a poursuivi

le chef de l’exécutif, s’adressant à la présidente LR de la Région Valérie Pécresse qui a demandé la gratuité des masques pour les lycées, « le masque n’est pas gratuit à ce que je sache, et [nous devrions] donner des masques aux mêmes ? » a-t-il dit. « On cible les plus vulnérables à la maladie et les plus précaires. » Alors qu’il se rendra cet après-midi à l’Université d’été du Medef, le Premier ministre est revenu sur le télétravail :

« Nous avons saisi le haut conseil de santé public qui doit donner son avis fin de semaine mais le principe est simple : on repart au travail, et cela peut être du télétravail. J’ai demandé aux partenaires sociaux de s’emparer du sujet pour améliorer et optimiser le télétravail. » Même injonction pour l’école : « Mettez votre enfant à l’école, on est prêt. » Source : publicsenat.fr – 26/08/20 – extraits

Autoroutes : l’Italie nationalise et baisse des péages Alors que les concessions autoroutières sont régulièrement pointées du doigt, en France, pour leur rentabilité, et que les péages augmentent tous les ans souvent plus que l’inflation, l’Italie a profité de la chute du pont Morandi pour renationaliser ses autoroutes. À la clé : un contrôle par l’État et… une baisse des péages. La question de la renationalisation des autoroutes en Italie a été mise sur la table lors du malheureux événement d’août 2018 lorsque le pont Morandi, à Gênes, s’est écroulé. Mal entretenu depuis des années, son écroulement avait causé la mort de 43 personnes. Depuis lors, le gouvernement italien a décidé qu’il voulait reprendre en main la gestion des autoroutes, à commencer par la reconstruction du pont, qui sera réalisée en un temps record. Pour le gouvernement Conte, la vic-

toire est sur toute la ligne : outre la reconstruction, il a annoncé avoir trouvé un accord pour renationaliser la société Autostrade per l’Italia, gestionnaire du réseau, le 15 juillet 2020. Pour réussir, le gouvernement italien a dû batailler avec la holding Atlantia, détenue par la très puissante famille Benetton. L’accord annoncé le 15 juillet 2020 prévoit l’abandon de la part des Benetton de tout recours en justice concernant la nationalisation ainsi qu’un dédommagement de 3,4 milliards d’euros pour la chute du pont. La Caisse des dépôts et prêts italienne montera à 51 % du capital d’Autostrade per l’Italia, ce qui en fera tout d’abord une société publique, puis une société cotée en Bourse. Pour les automobilistes, le changement d’actionnariat est une aubaine : désor-

Le viaduc Morandi s’est effondré à Gênes le 14 août 2018.

mais détenues par l’État, et donc garanties par lui, les autoroutes devraient voir les péages chuter, l’État n’ayant pas d’intérêt à faire des bénéfices record. Un véritable bond dans le pouvoir d’achat des automobilistes italiens. Le gouvernement a évoqué une baisse entre 3 et 5 %… avant l’accord. Source : Economiematin.fr – 16/07/20 – extraits – P. Garoscio

✂ Vous partagez les valeurs, les luttes de l’ARAC pour l’amitié, la solidarité, la mémoire, l’antifascisme et la paix, vous voulez les faire connaître :

ABONNEZ-VOUS ou abonnez un de vos proches À NOTRE MENSUEL LE RÉVEIL DES COMBATTANTS 28 EUROS – 10 numéros Donnez les coordonnées de la personne qui doit recevoir le journal Nom : ....................................................................................................................................................................................... Prénom : ..................................................................................................................................................................................................... Adresse : ..................................................................................................................................................................................................... A renvoyer accompagné de votre chèque à l’ordre du : REVEIL DES COMBATTANTS - 2, place du Méridien – 94807 Villejuif Cedex

8-

LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020


INTERNATIONAL LE RÉVEIL

Palestine : ces parlementaires Français qui refusent l’annexion israélienne À l’initiative de Hubert Julien-Laferrière, député Écologie démocratie solidarité (EDS), plus d’une centaine de députés et sénateurs demandent à Emmanuel Macron de reconnaître l’État de Palestine. La représentation nationale, députés et sénateurs, va-t-elle être écoutée ? La question se pose alors que plus d’une centaine de parlementaires français de toutes tendances se mobilisent pour que la voix de la France se fasse entendre à un moment crucial de l’histoire du Proche-Orient : l’annexion programmée de plus de 30 % de la Cisjordanie par Israël, en mettant la main sur la vallée du Jourdain et transformant la Palestine en un véritable archipel où la liberté de mouvement des Palestiniens ne seraient pas assurée.

Reconnaissance unilatérale A l’occasion d’une conférence de presse, emmenés par le député Écologie démocratie solidarité (EDS) Hubert Julien-Laferrière, ils ont poursuivi l’alerte lancée dans les colonnes du Monde, le 1er juillet. « Face à cette menace imminente, nous appelons à une reconnaissance par les 27 États membres de l’Union européenne de l’État de Palestine. À défaut, cette reconnaissance doit pouvoir se faire de manière unilatérale par la France », expliquaient-ils. Une demande qu’ils ont réitérée en s’adressant directement au président de la République. « Il faut une forte mobilisation face à ce projet dangereux pour les Palestiniens, pour Israël et pour la paix au Moyen-Orient », a affirmé lors de la conférence de presse Hubert Julien-Laferrière, par ailleurs vice-président du groupe d’études France-Palestine. « Aujourd’hui, le statu quo n’est plus possible, le futur État de la Palestine est en train de devenir un Bantoustan. Il faut, à l’instar de plus

de cent pays dans le monde et d’une dizaine de pays européens, reconnaître l’État de Palestine parce que la colonisation est interdite par le droit international, même si on n’en est pas aux premières violations du droit international par Israël », a-t-il ajouté.

Sourde oreille Après un long silence, Emmanuel Macron a bien demandé le 9 juillet, au premier ministre israëlien Benyamin Netanyahou de renoncer à tout projet d’annexion de territoires palestiniens. Mais il fait toujours la sourde oreille à la demande des députés qui, en décembre 2014, demandaient déjà la reconnaissance d’un État palestinien. Pour les parlementaires, il faut « maintenir la pression » pour que « l’État d’Israël ne commette pas l’irréparable ». « Il y eut une période où la question palestinienne mobilisait », a rappelé le député MoDem Bruno Joncour, regrettant « l’indifférence » actuelle. « Depuis plusieurs décennies, chacun parle de la reconnaissance de deux États et n’en reconnaît qu’un seul »,

a déploré le président du groupe d’études France-Palestine. Le sénateur socialiste Gilbert Roger, président du groupe d’amitié France-Palestine du Sénat, a indiqué que le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian leur avait assuré que « la France n’accepterait pas tout ou partie d’une petite colonisation ».

Un « fait colonial » Pour Clémentine Autain (LFI), qui dénonce « un fait colonial », il faut « exiger de la part du gouvernement français qu’il soit plus réactif. Parce qu’il n’est pas très clair en ne disant pas quelles sanctions il prendrait. Il faut des coalitions de force pour faire respecter le droit et soutenir un peuple opprimé ». Une mobilisation que le député PS Yves Daniel appelle aussi de ses vœux en soulignant l’importance de l’action des élus mais aussi des citoyens et des associations. À l’initiative de Patrice Leclerc, maire PCF de Gennevilliers, plusieurs élus viennent d’ailleurs de lancer un appel pour « développer une solidarité avec les collectivités palestiniennes face à LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020

-9


LE RÉVEIL INTERNATIONAL l’annexion israélienne » et initier des parrainages avec les villages palestiniens de la vallée du Jourdain. Dans une lettre envoyée au représentant pour l’Union européenne de la politique étrangère, Josep Borrell, onze ministres des Affaires étrangères

(France, Italie, Irlande, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Suède, Danemark, Finlande, Portugal et Malte) demandent que l’UE formule une liste de réponses possibles à l’annexion israélienne. Car, jusqu’à présent, les menaces ne semblent pas intimider Israël,

soutenu notamment par la Hongrie, dirigée par l’extrême-droite. La reconnaissance de l’État de la Palestine par la France et l’imposition de sanctions seraient des signaux forts que Tel Aviv ne pourrait ignorer. Source : L’HUMANITÉ – P. Barbancey - 16/07/20

De Gaulle, au secours, ils sont tous fans de l’otan ! flanc est de l'Europe face à la Russie, renforcer l'Otan, rassurer les alliés et améliorer la flexibilité stratégique des États-Unis en Europe ». On croirait lire un communiqué du temps de la guerre froide, quand la Russie s'appelait l'Union soviétique et que deux blocs antagonistes s'opposaient sur le globe, l'un et l'autre travaillant à la disparition de l'ennemi déclaré.

À défaut de touristes américains, La Rochelle a vu débarquer une escouade de militaires yankees qui ne sont pas venus pour apprécier le sable fin des plages de la région. Ils font partie de l'opération « Mousquetaire », destinée à permettre la relève des forces militaires de l'Otan en Europe. Plusieurs tonnes de matériel de combat, dont une soixantaine d'hélicoptères, vont transiter en Charente-Maritime avant d'être acheminées vers l'Allemagne et la Pologne. Le Pentagone a précisé que l'opération, lancée par l'administration Obama en 2017 et poursuivie par Donald Trump, avait pour objectif de « renforcer le

À l'époque, d'ailleurs, l'une des plus importantes bases militaires américaines en Europe était installée à La Rochelle. Ce fut le cas jusqu'en 1966, date à laquelle le général de Gaulle, alors président de la République, décida de claquer la porte du commandement intégré de l'Otan. Cette décision a été rayée d'un trait de plume en 2009 par Nicolas Sarkozy, aujourd'hui conseiller de l'ombre d'Emmanuel Macron. Si ce dernier dénonce avec raison la « mort cérébrale » du bras armé de l'Alliance atlantique, il se garde d'en tirer les conséquences qui s'imposent. Désormais, tout le monde se réclame du général de Gaulle, y compris Marine Le Pen, descendante d'une famille

associée aux tentatives d'assassinat contre le père de la France libre. Passons. Mais les nostalgiques de la dernière heure ont oublié l'un des principes fondamentaux qui avaient conduit de Gaulle à renvoyer les Américains dans leurs foyers : la souveraineté nationale, expression aujourd'hui bannie du vocabulaire. Le 9 septembre 1965, le chef de l'État justifiait sa décision en déclarant, lors d'une conférence de presse : « Il s'agit avant tout de nous tenir en dehors de toute inféodation » et d'en finir avec « la subordination qui remet notre destin à l'autorité étrangère ». Aujourd'hui, qui parlerait ainsi serait accusé de souverainisme primaire. Dans son livre C'était de Gaulle, Alain Peyrefitte, qui fut son ministre, a rapporté cette confidence de l'ex-président : « L'Otan est un faux-semblant. C'est une machine pour déguiser la mainmise de l'Amérique sur l'Europe. Grâce à l'Otan, l'Europe s'est placée sous la dépendance des États-Unis sans en avoir l'air. » Charles de Gaulle a donné son nom à un porte-avions, mais sa pensée a été coulée. Source : MARIANNE – 24/07/20 – J. Dion

L’ARAC sur les réseaux sociaux la page Facebook : ARAC National le site internet : http://www.arac-nationale.fr/ qui regroupe tous nos réseaux sociaux (blog du Réveil, site internet du Réveil, page Facebook, …)

10 - LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020


INTERNATIONAL LE RÉVEIL

En soutien à la Grèce, la France déploie 2 bâtiments de guerre et 2 Rafales en Méditerranée orientale La France déploie temporairement deux navires de la marine nationale et deux Rafales en Méditerranée orientale en soutien à la Grèce face à la Turquie. Une marque de l’appui de Paris

à Athènes dans son bras de fer avec Ankara au sujet de l’exploitation des hydrocarbures en Méditerranée orientale. (Radio Vatican, le 14-08-2020)

Les États-Unis annoncent le prochain retrait de 12 000 militaires déployés en Allemagne Washington va retirer près de 12 000 militaires d’Allemagne. Annonce faite le 29 juillet par le secrétaire américain à la Défense qui invoque des raisons stratégiques. Mais Donald Trump affirme que cette décision a été prise à cause de Berlin rétif selon lui à contri-

buer davantage au budget de l’OTAN. Le président américain assure qu’il serait prêt à changer d’avis si l’Allemagne « commençait à payer ses factures ». (Radio Vatican, le 30-07-2020)

« Attention, Trump n’a pas (encore) perdu ! » Dans une tribune au Parisien-Aujourd’hui en France, le journaliste Guillaume Debré met en garde contre les sondages qui donnent Donald Trump dans la course à la présidentielle américaine. « À lire les journaux français, l’élection présidentielle américaine serait jouée d’avance. Distancé dans les sondages nationaux, entre 6 et 10 points, Donald Trump n’aurait plus aucune chance de l’emporter. La réalité est bien plus compliquée. D’abord, l’élection présidentielle américaine n’est pas UNE élection nationale mais CINQUANTE élections locales. Les sondages nationaux prédisent rarement le résultat de l’élection. En août 2016, Hillary Clinton comptait 12 points d’avance sur Donald Trump. Le New York Times lui prédisait même 85 % de chance de l’emporter ! Vous connaissez la suite… La stratégie de Trump est simple : réaliser un nouveau hold-up électoral, comme en 2016, en obtenant la majorité des voix au collège électoral sans gagner le vote populaire (il y a quatre ans, Trump avait été élu avec 3 millions de voix de MOINS que Hillary Clinton !). Malgré les sondages, il est possible qu’il réussisse son coup. Pour trois raisons : le système politique sur-

représente l’électorat rural pro-Trump. La Constitution américaine a voulu protéger les petits États ruraux en leur garantissant un nombre de grands électeurs, quelle que soit leur population. Depuis 1980, treize États (sur cinquante) ont voté pour un candidat républicain à chaque élection présidentielle ! Trump a déjà dans son escarcelle quelque 20 % du collège électoral avant même la tenue de l’élection. Le Parti démocrate est profondément divisé. Entre les bobos-écolos, les cols-bleus, les intellos de la côte Est, la communauté noire, le mouvement LGBT, les centristes et l’aile radicale, la gauche américaine ressemble à une constellation d’intérêts contradictoires. Seule la détestation de Trump la rassemble. Biden — 77 ans dont 44 passés à siéger à Washington — peine à soulever les foules. Un sondage publié fin juillet montre que dans cinq États clés (Michigan, Ohio, Floride, Texas et Arizona) les électeurs de Trump sont beaucoup plus motivés que ceux de Biden (entre 2 et 9 % de différence). Dans le contexte actuel, la surmobilisation de la base électorale sera l’une des clés de la victoire. Trump est surtout devenu un maître dans l’art d’hystériser le débat public. Depuis quatre ans, il n’a eu de cesse

Trump à la convention républicaine de Jacksonville

de souffler sur les braises de la division pour créer un état de tension politique permanent. En instrumentalisant la peur de la Chine, en surfant sur la hausse de la criminalité et l’inquiétude des classes moyennes, Trump veut faire oublier sa lamentable gestion de l’épidémie. Si Trump arrive à imposer ses trois thèmes dans la campagne présidentielle, alors Biden risque de se retrouver sur la défensive. En 2020, les Américains veulent d’abord un président qui les protège. La plus grande faiblesse de Donald Trump reste Donald Trump. C’est aussi sa plus grande force ! Malgré son retard dans les sondages, ne faites pas l’erreur de l’enterrer trop vite… Demandez à Hillary Clinton ! » Source : Le Parisien – 23 août 2020 LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020 - 11


LE RÉVEIL

Le Sénat américain autorise le maintien de 28 500 militaires américains en Corée du Sud

Corée Sud Armée USA

Aux États-Unis, le Sénat a adopté hier le projet de loi d’autorisation de la Défense nationale (NDAA) pour l’année fiscale 2021. Le texte prévoit, entre autres, le maintien du nombre de soldats américains stationnés dans le sud de la péninsule coréenne à 28 500. Cette approbation attire

d’autant plus l’attention qu’elle intervient alors que le Wall Street Journal a récemment rapporté que le Pentagone avait proposé, en mars dernier, une réduction des effectifs militaires en Corée du Sud. Avant cela le projet de NDAA a été approuvé, le 21 juin dernier, à la Chambre des députés. Plus précisément, il n’est pas permis au président des États-Unis d’utiliser du budget pour réduire le volume de la force américaine dans le pays du matin clair sans l’approbation du Congrès. Cependant, deux conditions de dérogation y ont été incluses : si le secrétaire à la Défense prouve au Capitole que cette réduction est conforme aux intérêts sécuritaires du pays

et ne porte pas gravement atteinte à ceux de ses alliés, et qu’elle a été concertée avec derniers, comme la Corée du Sud et le Japon, l’exécutif peut la mettre en œuvre. Le texte comprendrait également des articles sur le renforcement de la défense antimissile, reflétant la menace nord-coréenne de tirs de missile balistiques intercontinentaux (ICBM). Ce projet de loi sera approuvé une fois que le comité conjoint du Congrès en aura élaboré les modalités. Il faudra également que ses deux chambres passent une nouvelle fois au vote la version définitive. Enfin, la loi sera promulguée après signature du président. (KBS World Radio, le 24-07-2020).

Washington approuve la vente au Japon de 105 avions de combat furtifs F-35 Face notamment à la modernisation rapide de l’armée chinoise, le Japon a décidé de se réarmer 75 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Suivant le plan quinquennal voté il y a deux ans maintenant, Tokyo a acheté pour plus de 23 milliards

de dollars 105 avions américains, des furtifs F-35. Washington a en effet approuvé ce 10 juillet 2020 la vente qui renforcera la sécurité d’un allié majeur dans la région, explique le département d’État américain. Japon F 35

(Radio Vatican, le 10-07-2020)

Manœuvres navales conjointes américano-indiennes dans l’océan Indien La marine indienne a entrepris un exercice avec la marine américaine dans la région de l’océan Indien. Le groupe de frappe des porte-avions de la marine

américaine, dirigée par l’USS Nimitz et la marine indienne, a mené les exercices maritimes PASSEX qui visent à améliorer encore l’interopérabilité entre les marines des deux pays. Le Nimitz Carrier Strike Group est en passe d’être déployé dans la région

du Golfe à partir de la mer de Chine méridionale. La marine indienne a également mené récemment des exercices conjoints similaires avec les marines japonaise et française. (All India Radio, le 21-07-2020)

L’armée de l’air indienne en passe de recevoir le premier lot de cinq avions de combat Rafale Le premier lot de cinq Rafale de l’armée de l’air indienne devrait arriver en Inde d’ici la fin du mois. L’armée de l’air indienne a déclaré que l’avion sera officiellement présenté à la base de l’armée de l’air Ambala le 29 juillet sous réserve des conditions météorologiques. L’équipage et le person12 - LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020

nel au sol de l’armée de l’air indienne ont suivi une formation complète sur l’avion, y compris ses systèmes d’armes très avancés, et sont maintenant pleinement opérationnels. Après l’arrivée, les efforts porteront sur la mise en service opérationnel de l’avion au plus tôt.

(All India Radio, le 21-07-2020)


LE CAHIER MÉMOIRE N° 864 AOÛT / SEPTEMBRE 2020

ÉDITO Charles TILLON, le patriote, le syndicaliste, le résistant, l’élu national, avec son peuple. Sa vie d’adulte débute proprement dite au sortir de l’école industrielle de Rennes où il était entré en 1914 ; qui lui permit d’être embauché à l’arsenal de Rennes comme ajusteur de précision. Animé d’un grand patriotisme, il s’engage dans la marine en 1916 dans laquelle il affirme sa volonté de paix en participant à la révolte de la flotte française dans la Mer Noire. Arrêté, il est condamné à cinq ans de déportation, son engagement fait naître en lui la conscience de la nécessité de l’action syndicale. En 1924, il s’engage dans l’action syndicale, il est élu secrétaire de l’Union Régionale des Syndicats Unitaires de Bretagne. En 1929, secrétaire de la Fédération des produits chimiques. En 1934, secrétaire de la Fédération des Ports et Docks et de l’Internationale des marins et dockers. En 1936, militant communiste il est élu député communiste du Front Populaire et maire à Aubervilliers. Il s’engage dans les brigades de volontaires pour aller combattre l’armée fasciste de Franco en Espagne. En 1939, fait prisonnier avec les derniers républicains espagnols à Alicante, libéré, de retour en France, il s’engage dans la clandestinité en septembre 1939. Il est

nommé responsable de l’action du Parti Communiste pour le sud-ouest et le centre de la France par décision de son comité central. C’est de cette région qu’il lance son appel à la Résistance et au combat libérateur contre l’occupant nazi le 17 juin 1940. La veille, Jean Moulin, préfet à Chartres, s’était adressé à la population de son département et le lendemain, 18 juin, le Général de Gaulle lançait son appel de Londres tandis que Jacques Duclos et Maurice Thorez, dirigeants du Parti Communiste, lançaient leur appel le 10 juillet 1940. Dans son appel, Charles Tillon montre que malgré le désarroi général, la répression policière et les séquelles du pacte germano-soviétique, il faut exiger et mettre sur pied l’action clandestine par des organisations de résistance tant en France libre qu’en France occupée. Il met en lumière le rôle important que vont jouer les FTPF créés par le Parti communiste français (Francs-tireurs et partisans français). Il préconise la formation, le moment venu, des forces françaises de l’intérieur unifiées (FFI) pour les combats libérateurs. Ministre à la Libération, il témoigne et participe au travail d’une histoire véritable de la Résistance car il constate qu’on a pratiqué « une falsification de son passé, sous les formes les plus diverses, y compris les

Édité par le Réveil des combattants - 2 place du Méridien - 94807 Villejuif - Tél. 01 42 11 11 11

condensés en manuels ou en images stéréotypées. Mais la pire des falsifications, c’est celle du silence ». C’est dans le livre témoignage « Les FTP », édité chez Julliard, qu’il a réalisé à cet effet, qu’il apporte cet éclairage et précise dans son introduction : « La Résistance Nationale a réalisé la synthèse d’une guerre à la fois civile et militaire entreprise pour libérer militairement et politiquement le territoire d’un envahisseur et de son régime fasciste. C’est sur ce rôle qu’il convient de juger la Résistance… » Charles Tillon, c’était ce patriote, ce syndicaliste, ce résistant, cet élu national avec son peuple. Paul MARKIDES


LE RÉVEIL DOSSIER

Charles Tillon (1897-1993), un révolutionnaire dans son siècle Par André Narritsens Charles Tillon occupe une place très importante dans l’histoire nationale. Mutin en 1919, militant puis dirigeant syndical à la Confédération générale du travail unitaire, membre du comité central du PCF en 1932, conseiller général de la Seine pour le canton d’Aubervilliers en 1935 puis député d’Aubervilliers en mai 1936, membre du secrétariat du PCF clandestin durant la seconde guerre mondiale, commandant en chef des FTP (le bras armé du PCF), ministre à la Libération, à nouveau député et maire d’Aubervilliers, membre du Bureau politique du Parti, son parcours est à bien des égards emblématique d’une génération de grands

dirigeants ouvriers. Retour sur cette histoire. Charles Tillon est né à Rennes (Illeet-Vilaine) le 3 juillet 1897 dans une famille modeste. D’abord élevé par sa grand-mère et ses grands-tantes, il rejoint ses parents à l’âge de sept ans. Son certificat d’études obtenu il entre en apprentissage à l’école professionnelle de Rennes et, après avoir travaillé dans de petites entreprises, est embauché à l’automne 1914 comme ajusteur à l’Arsenal. Asthmatique, il est réformé pour trois mois en 1916 puis décide de signer un engagement de cinq ans dans la Marine. En août 1916, après avoir trois mois

Charles Tillon en 1919.

durant, effectué ses classes, il est embarqué comme mécanicien sur un vieux croiseur, le Guichen, qui navigue en Méditerranée, effectuant sans répit des transports, (parfois mouvementés), de troupes entre Toulon et la Grèce, puis entre Tarente et le petit port grec d’Itéa.

Mutin

Le Guichen dans la tempête.

En juin 1919, alors que l’armistice date de sept mois et que les négociations de paix sont sur le point de se conclure à Versailles1 l’aspiration à rentrer en France grandit parmi l’équipage du Guichen à qui sont aussi parvenus quelques échos des mutineries survenues dans la flotte de la Mer noire en refus de l’intervention contre la jeune révolution bolchevique. Le Guichen, dirigé d’une main de fer par un commandant borné lié à l’Action française et qui refuse le retour en France car il lui manque six mois de combat à la mer pour bénéficier d’un 14 - LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020

avancement de grade (!) continue de transporter des troupes coloniales de Tarente à Itéa en vue de leur intervention contre la révolution russe. Dans ce contexte, Charles Tillon participe le 26 juin 1919 à l’organisation d’une grève-mutinerie après que le commandant ait rejeté une pétition exigeant de rentrer en France, pétition rédigée par Charles Tillon et signée par 237 des 277 membres de l’équipage. L’intervention de tirailleurs sénégalais acheminés depuis Itéa où ils ont été débarqués la veille du Guichen, brise la révolte et la répression s’abat sur 25 meneurs parmi lesquels Charles Tillon. Ramenés à Brest, les 25 sont jugés par un Conseil de guerre maritime pour « incitation à la révolte et violence sans armes » et dix-neuf d’entre eux sont lourdement condamnés (6 écopent au total de 41 ans de bagne militaire et 13 de 22 ans de prison). Tillon est condamné à 5 ans de travaux forcés et transféré en Vendée au camp de Monsireigne où il découvre l’insup-

portable régime des bagnes militaires et casse des cailloux dans une carrière. A partir de juillet 1920 il est transféré avec cinq autres mutins du Guichen au Maroc au camp de Dar bel Hamri2 puis dans un camp de travail installé dans la région marécageuse de Kénitra pour implanter le chemin de fer à voie normale du Maroc. Soumis à une discipline inhumaine, à des humiliations, violences et répressions de haute intensité, Tillon et ses camarades sont libérés au bout de cinq mois après qu’une campagne les concernant ait été développée en France. Epuisés par la dureté de leur détention Charles Tillon et ses compagnons ont frôlé la mort. Pour Tillon, une hospitalisation de quatre mois à l’hôpital Saint-Nicolas de Bordeaux, suivie d’une longue convalescence de six mois, sont nécessaires pour qu’il se rétablisse à peu près. 1 - Le traité de Versailles est signé le 28 juin 1919. 2 - Albert Londres a consacré un reportage sur les bagnes militaires dans le livre Dante n’avait rien vu.


DOSSIER LE RÉVEIL

Syndicaliste en Bretagne

Manifestation des Penn Sardin à Douarnenez 1924

Passé ces épreuves, Charles Tillon, revenu à Rennes, prend au cours de l’été 1921 contact avec le Parti communiste, y adhère et y croise Louise Bodin la secrétaire fédérale à laquelle il porte une grande admiration. Il trouve à s’embaucher comme clicheur à l’imprimerie de L’OuestEclair, puis, licencié, rejoint Nantes et entre comme ajusteur à la Compagnie générale de construction de locomotives (Batignolles-Châtillon). Il y découvre le travail à la prime de rendement par équipe selon le système Bedeau. D’abord isolé, il parvient à contacter des syndiqués unitaires et s’engage activement dans une grève déclenchée pour une modification du système des primes et une hausse des salaires. La grève s’étiole bientôt et Charles Tillon est licencié. Il regagne à nouveau Rennes et est embauché comme mécanicien dans une entreprise de fabrication de soie artificielle. A l’automne 1923, alors qu’il a créé un petit syndicat unitaire des métaux,

Tillon est élu, sans avoir été consulté, secrétaire de l’Union départementale CGTU d’Ille-et-Vilaine et se trouve de ce fait délégué au congrès national unitaire convoqué à Bourges du 12 au 17 novembre où il est enregistré comme délégué de la fédération des coiffeurs (!). Ce congrès, le deuxième de la CGTU, va être marqué par la défaite des anarchistes qui s’étaient emparés de la direction de la centrale lors de la période de fondation. A Bourges, Tillon fait l’expérience des dures luttes internes qui caractérisent la jeune confédération. Secrétaire de l’UD unitaire, Charles Tillon anime les luttes sociales locales. Elu au poste de délégué régional de la CGTU en août 1924 il entreprend à l’automne une tournée de propagande le long du littoral breton. Il y découvre un monde complexe dont la vie dépend de la mer. En septembre le voici à Douarnenez où il rencontre le maire communiste Daniel Le Flanchec. Bientôt un syndicat des marins est organisé. Les employés municipaux suivent ainsi que quelques dizaines de sardinières. Sur la côte sud, une dizaine de syndicats sont également formés. Le vendredi 21 novembre 1924, à Douarnenez, une grève pour les salaires et les conditions de travail éclate dans deux usines qui fabriquent les boîtes de fer blanc pour les conserveries. Le 25 la grève s’étend aux 21 usines du port. Les 1 600 femmes (sur 2 100) grévistes, sont en première ligne

des manifestations quotidiennes. Les patrons refusent de négocier et, dans la deuxième quinzaine de décembre, la situation s’envenime. La grève devient un enjeu national. Le 1er janvier 1925, des nervis recrutés à Paris, tirent plusieurs coups de feu sur Le Flanchec, l’atteignant à la gorge, blessant grièvement son neveu et touchant quatre autres personnes. Le 8 janvier, après 46 jours de grève, des accords sont signés et la plupart des revendications acceptées. Tout au long de ce conflit Charles Tillon est à Douarnenez et dirige la lutte. Le succès obtenu l’installe désormais comme un dirigeant syndical de grande envergure1 et la direction de la CGTU lui demande d’abandonner sa responsabilité de propagandiste régional pour organiser les travailleurs de la mer sur tout le littoral breton et de généraliser l’accord obtenu par les Penn Sardin2. Ce travail d’organisation dure près de deux années et s’élargit au-delà de la Bretagne jusqu’à la Côte Basque. Battus à Douarnenez, les patrons rêvent de revanche. Ils jouent sur l’évolution des techniques de pêche, des différences entre ports, attisent les divisions entre patrons-pêcheurs et pêcheurs et en 1927 parviennent à leurs fins en brisant le projet d’un contrat de travail régional construit sur le modèle de Douarnenez. 1 - Charles Tillon donne un récit détaillé de la grève dans le livre On chantait rouge. 2 - Penn Sardin, « tête de sardine » en breton, est le nom donné à la population de Douarnenez.

Dirigeant de la CGTU Devenu, à la demande du dirigeant unitaire Julien Racamond, secrétaire de l’Union régionale de Nantes, Charles Tillon s’investit dans les combats sociaux de la région. Toutes ces années consacrées à l’enracinement du syndicalisme unitaire forment un militant

très dévoué et respecté, victime de nombreuses répressions. La grande pauvreté des cadres syndicaux va propulser Charles Tillon à de nouvelles responsabilités. Ainsi, en mars 1930, à l’occasion d’un congrès qui ne réunit que vingt délégués, il est proposé par

les syndicats des porcelainiers de Limoges et de Vierzon et d’une centaine de syndiqués de la Seine, au secrétariat de la Fédération de la céramique et des produits chimiques. En juin il organise le soutien politique à d’importantes grèves qui se déroulent à Limoges et LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020 - 15


LE RÉVEIL DOSSIER

Marche contre la faim - Charles Tillon marche à droite sur la chaussée.

Vierzon. Au cours de la grève limougeaude il fait la connaissance d’une

ouvrière porcelainière, Marie-Louise Camaillat (Colette) qui devient sa compagne. En novembre et décembre 1933, le bureau confédéral de la CGTU charge Charles Tillon d’organiser une grande marche des chômeurs du Nord. Des comités sont créés en conséquence et les marcheurs partis de Dunkerque à quelques centaines parviennent à Paris grossis d’un grand nombre de manifestants. Cette marche marque fortement l’imaginaire ouvrier et populaire. A peine la marche terminée Tillon s’active en soutien aux grèves qui se déroulent dans le Tarn puis est sollicité par le bureau confédéral pour prendre la tête de la Fédération des Ports-etDocks, minée par des divisions internes

et au bord d’une scission. En janvier 1936, il entreprend de reconquérir le port de Marseille tombé aux mains de la pègre aux ordres de Paul Carbonne et François Spirito. On le voit, la notoriété militante et la disponibilité politique de Charles Tillon conduisent la direction nationale de la CGTU à le mobiliser sur des fronts difficiles. Au fil du temps Tillon entretient des rapports étroits avec les dirigeants unitaires nationaux. Depuis 1923, il participe à presque tous les congrès unitaires et en 1931 il est élu à la commission exécutive et au bureau confédéral de la CGTU. Au printemps 1931, il participe à une délégation syndicaliste en URSS.

Militant et dirigeant communiste Sur le plan politique, il reste un militant fidèle du Parti communiste, participe en janvier 1924 au Congrès réuni à Lyon, mais n’accède à des responsabilités nationales qu’en 1932 où il entre au comité central du parti puis au bureau politique en qualité de membre suppléant. Il occupe cette responsabilité jusqu’au 8e congrès du Parti (janvier 1936) où Maurice Thorez lui demande de s’investir en priorité dans la lutte contre Doriot qui a rompu avec le PCF et créé un parti anticommuniste en dérive vers le fascisme, le Parti populaire français. L’action politique dans la région nord de Paris va dès lors occuper l’essentiel de son temps. Non seulement il participe à la reconquête des forces militantes à Saint-Denis, le fief de Jacques Doriot, mais engage le fer contre le Maire d’Aubervilliers, Pierre Laval, qui avance camouflé sous l’étiquette de « socialiste indépendant ». En mai 1935 il est élu conseiller municipal d’Aubervilliers mais son élection est invalidée car il ne réside pas dans la commune. Quelques jours plus tard, le 26 mai 1935, il est élu conseiller général de la Seine pour le canton d’Au16 - LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020

bervilliers. En mai 1936 il est candidat dans la 3e circonscription de la Seine, frôle la majorité absolue au premier tour et écrase au second, le bras droit de Laval, Maurice Foulon1. A l’Assemblée nationale il est vice-président de la commission de la marine marchande et siège en 1938-1939 à la commission d’assurance et de prévoyance sociale. Dans cette période, il participe à deux missions délicates qui témoignent de la confiance dont il jouit auprès de la direction du Parti et de l’Internationale communiste. Début décembre 1938, Eugène Fried (Clément) qui représente l’Internationale auprès du PCF lui demande de se rendre à Prague afin de convaincre le secrétaire général du Parti communiste, Klément Gottwald, de rejoindre Moscou pour se mettre à l’abri d’une répression qui s’annonce inéluctable. Gottwald refuse la proposition. Quelques jours plus tard le PCT est dissout. En avril 1939, il fait partie d’une délégation internationale en Espagne afin d’aider au rapatriement des républicains espagnols bloqués à Alicante et à Valence. Mais les bateaux affrétés

par la compagnie créée par l’Internationale communiste, France Navigation, ne réussissent pas à procéder à l’évacuation empêchés d’accoster en raison de la présence de bâtiments de guerre franquistes. Charles Tillon gardera un souvenir très amer de cet épisode, considérant que tout n’avait pas été tenté pour réussir l’opération. Personnellement il choisit de demeurer jusqu’au bout auprès des républicains et sera arrêté par les franquistes qui le libéreront cependant au bout de quelques jours. A Saint-Denis, Doriot l’emporte de justesse face au candidat communiste Fernand Grenier, mais un an plus tard, Doriot, empêtré dans des affaires, ayant démissionné de son siège, Fernand Grenier gagne le siège haut la main.

Mai 1948, L Casanova - G Monmousseau M Thorez - A marty - Tillon - M Cachin


DOSSIER LE RÉVEIL

Clandestin Après l’interdiction du Parti communiste intervenue suite à la signature du traité de non-agression germano-soviétique, sur lequel Tillon porte un jugement sévère, il plonge dans la clandestinité, échappant ainsi à l’arrestation. Il est déchu de son mandat de député le 20 janvier 1940 et condamné par contumace, un mois plus tard, à cinq ans de prison. Benoît Frachon l’ayant désigné comme instructeur inter-régional il se voit confier la responsabilité des départements du Sud-Ouest et occupe dès lors une place très importante dans l’appareil clandestin du Parti. Le 17 juin 1940, Charles Tillon rédige un texte appelant à la constitution d’un gouvernement « luttant contre le fascisme hitlérien et les 200 familles, s’entendant avec l’URSS pour une paix équitable, luttant pour l’indépendance nationale

et prenant des mesures contre les organisations fascistes ». Un mois plus tard il publie un long manifeste intitulé : « L’ordre nouveau du gouvernement de la 5e colonne, c’est le fascisme hitlérien »1. Ces expressions de Charles Tillon ont, après la guerre, donné lieu à bien des interprétations, d’aucuns ayant voulu y voir des différences d’orientations stratégiques avec les positions alors exprimées par Jacques Duclos. Une comparaison des diverses expressions s’étant produites dans la période ne révèlent pourtant que des différences mineures2 qui trouvent leur origine principale dans la dispersion des principaux dirigeants du parti (Duclos d’abord à Bruxelles puis à Paris, Thorez à Moscou, Frachon sur les routes de l’exode).

Charles Tillon ancien commandant en chef des FTPF. 1 - Les textes de l’appel du 17 juin et du Manifeste du 18 juillet sont publiés dans Tillon (Charles), On chantait rouge, Robert Laffont, 1977, pp.301-302 et pp. 311-314. 2 - Bourderon (Roger), Le PCF à l’épreuve de la guerre, 1940-1943, Syllepse, 2012.

Secrétaire du PC clandestin Le 21 juin 1940, Claudine Chomat et Danielle Casanova, dirigeantes des jeunesses communistes, envoyées par Benoît Frachon, rencontrent Tillon et lui indiquent que Frachon en chemin depuis Paris par la route de Toulouse gagnera peut-être Bordeaux et que s’il lui arrivait un « pépin » Tillon devrait le remplacer dans les fonctions qu’il occupe à la direction du Parti. En octobre, Benoît Frachon, de retour dans la capitale, convoque Tillon et lui demande d’intégrer le secrétariat national du PCF. Charles Tillon accepte et le 19 décembre 1940, il gagne la région parisienne, est hébergé quelques semaines dans des planques précaires et finit par s’installer avec Colette dans un pavillon de Palaiseau au 257, rue de Paris avant d’emménager à la fin de l’année 1941 à Limours, 7 rue du Val Mesnil, sous le nom de « M. Rocheteau ». Au cours des premières semaines de son installation en région

parisienne le contact de Charles Tillon avec Jacques Duclos et Benoît Frachon est assuré par Arthur Dallidet (Henri) en charge des rencontres, des liaisons et de la sécurité du triangle de direction national du PCF. Dallidet lui communique « tous les rapports venant des régions ». Il forme désormais, avec Jacques Duclos et Benoît Frachon, le secrétariat du parti communiste qui, une fois les infrastructures clandestines consolidées, va, à partir du début mars 1941, fonctionner d’une manière très régulière. Dans le cadre de la répartition des tâches au sein du secrétariat, Charles Tillon est chargé de mettre en place un service de renseignements1 et de construire un réseau d’infrastructures clandestines d’action. Il s’agit, dans un premier temps de recenser et de regrouper les embryons organisés mis en place depuis octobre 1940 sous le nom générique d’Organisation Spé-

ciale2, et de franchir à terme un pas qualitatif en matière d’organisation et de capacité d’action armée. La mise en place d’une structure unifiée est relativement longue et aboutit en mars-avril 1942 à la création des Francs-Tireurs et Partisans qui seront dirigés par un Comité militaire national à la tête duquel se trouve placé Charles Tillon. Le comité militaire national est composé durant toute la période de l’occupation d’une dizaine de membres parmi lesquels deux (Jules Dumont et Raoul Vallet) seront fusillés. Eugène Hénaff, Albert Ouzoulias, Georges Beyer, rejoints par Marcel Prenant, René Camphin et Laurent Casanova forment au fil du temps autour de Charles Tillon les cadres du CMN. Au sein du CMN, Charles Tillon veille à l’édition du journal des FTP France d’abord dont 62 numéros seront publiés de d’août 1941 à la Libération. D’abord actifs dans la zone occupée, LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020 - 17


LE RÉVEIL DOSSIER

Charles Tillon.

les FTP se déploient en zone sud à compter de novembre 1942. Présentés comme liés au Front national pour le salut et l’indépendance de la France, créé en mai 1941 les FTP sont en réalité le bras armé du PCF. Ils vont rapidement apparaître comme une force très importante, progressivement installée sur presque tout le territoire et agissant selon les principes et méthodes de la guerre de guérilla. Réticents à constituer des maquis statiques3, les FTP sont organisés sur le

principe du cloisonnement (groupes de trois). Les détachements FTP (pas plus de 30 combattants) constitués pour une action reprennent ensuite leur autonomie organisationnelle. Ils appliquent la tactique théorisée par Charles Tillon, « soldats de plomb et gouttes de mercure », coagulant brièvement leurs forces puis les dispersant. Ils agissent dans les villes4 et les campagnes et organisent des détachements d’immigrés (FTP-MOI) directement reliés à Jacques Duclos. La reconnaissance de l’action des FTP se concrétise le 29 décembre 1943 par la fusion théorique avec l’Armée secrète et l’Organisation de résistance de l’Armée5, fusion qui donne naissance aux FFI. Mais cette fusion reste bien souvent très théorique, les FTP conservant leur autonomie. Dans la période insurrectionnelle qui suit le débarquement allié du 6 juin 1944, les FTP jouent un grand rôle dans tout le pays. Ils sont l’un des principaux acteurs de la Libération de Paris et forment ensuite une colonne forte de 3 000 hommes qui, sous le

commandement du colonel Fabien et l’intitulé Groupe tactique de Lorraine, participe à la campagne d’Allemagne. A la libération on estime que les FTP forment la moitié des effectifs des FFI.

Georges Beyer, beau-frère de Charles Tillon, sera le responsable du service de renseignements des FTP (Service B ou FANA). 2 - L’OS est essentiellement composé d’anciens des brigades internationales et de jeunes communistes parisiens recrutés par Eugène Hénaff et Albert Ouzoulias 3 - Les FTP constitueront cependant quelques maquis, tels par exemple celui de Fabien en Franche-Comté et, en Haute-Vienne, celui dirigé par Georges Guingois. 4 - La guérilla urbaine se développe notamment à Paris, sous l’impulsion de Joseph Epstein (colonel Gilles), qui forme des groupes d’action très souvent constitués d’étrangers de la MOI de quinze combattants. De juillet à octobre 1943 ces groupements réalisent une série d’attaques directes contre des soldats ou des officiers allemands. Le groupe Manouchian est le plus célèbre de ces détachements. 5 - L’Armée secrète est issue du regroupement des principales formations paramilitaires « gaullistes » de la zone su (Combat, Libération-Sud, Franc-Tireur). L’ORA créée en novembre 1942), regroupe d’anciens militaires français rejetant initialement de Gaulle.

Ministre Après la Libération, Charles Tillon retrouve Aubervilliers. Le 6 décembre 1944 après une rude controverse avec les éléments non communistes qui ont pris possession de la Mairie et en raison du fait qu’il est le seul à pouvoir se prévaloir d’un mandat électif d’avantguerre, il est désigné à la fonction de Maire dans le cadre de la délégation spéciale chargée d’administrer provisoirement la ville. Cette responsabilité est confirmée au terme du scrutin municipal du 5 mai 1945 où Charles Tillon a conduit une liste d’Union républicaine et antifasciste qui l’emporte avec près de 70 % des suffrages. En 1947 la liste d’Union républicaine et résistante, conduite par Tillon l’emporte à nouveau avec 56 % des voix. Parallèlement à ses responsabilités municipales Charles Tillon va siéger à 18 - LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020

l’Assemblé nationale de 1946 à 1954. Le 9 septembre 1944 il est, avec François Billoux, l’un des deux ministres communistes du gouvernement formé par le général de Gaulle. En remplacement de Fernand Grenier, il devient ministre de l’Air (jusqu’au 6 novembre 1945) puis ministre de l’armement (21 novembre 1945-20 janvier 1946) dans les deux gouvernements de Gaulle. Charge qu’il conserve après le départ du général. Il devient ministre de la reconstruction et de l’urbanisme dans le cabinet du socialiste Ramadier. En mai 1947, il est chassé du gouvernement avec les autres ministres communistes. En charge du ministère de l’Air, Charles Tillon doit affronter une situation difficile. Non seulement 80 % de l’infrastructure aéronautique a été détruite, mais les productions d’avions

1946 les ministres communistes Charles Tillon, ministre de l’armement (à gauche) avec Marcel Paul, ministre de la production industrielle.

ont été arrimées à l’Allemagne et de nombreux appareils ont été volés par les nazis. Il faut donc rebâtir l’industrie, lancer des projets et pour ce faire s’appuyer sur une collaboration étroite avec les travailleurs et leurs syndicats au travers de comités mixtes à la production initiés à Alger par Fer-


DOSSIER LE RÉVEIL nand Grenier. Les nationalisations du Front populaire de faible efficacité doivent être reconsidérées et la nationalisation de Gnome-et-Rhône doit être réalisée. C’est chose faite avec la création de la Société nationale pour l’étude et la construction de moteurs d’aviation (SNECMA) le 29 mai 1945. De manière générale, la politique de construction d’une industrie aéronautique nationale se heurte à de grandes résistances, et même à des actes de sabotage1. C’est au cours de cette période que se produisent, le 8 mai 1945, les crimes colonialistes perpétrés à Sétif, Guelma et Kherrata. Dans On chantait rouge2, Charles Tillon s’explique longuement sur ces événements. Il indique que le cabinet du ministère de l’Air a « été maintenu dans l’ignorance des faits et des ordres donnés à toutes les armées à la fois » et, ayant fait procéder à une enquêtes difficile, est parvenu à déterminer la responsabilité concrète d’un colonel d’aviation pétainiste dans l’utilisation de bombardiers à Sétif notamment.

Tillon considère que, ces événements connus, sa démission (ainsi que celle de François Billoux ministre communiste de la santé publique) était nécessaire mais que la direction du parti considéra que la responsabilité de l’affaire incombait au gouvernement tout entier. Au cours de ses responsabilités de dixhuit mois au ministère de l’armement, Charles Tillon doit procéder à un grand effort de reconversion des productions de guerre et s’appuie, comme il l’avait fait au ministère de l’air sur des comités mixtes de gestion et de production. Il développe aussi un important effort de recherches qui conduit à la création de l’Office national d’études et de recherches aéronautiques (ONERA) qui s’adjoindra en 1962 l’Aérospatiale. A partir de 1947, Charles Tillon, qui est membre du Bureau politique du PCF depuis 1945, devient responsable des affaires militaires et de défense nationale au sein du bureau politique et impulse la création du Mouvement des Combattants de la paix et de la liberté, qui devient, en 1949, le Mouvement des

Charles Tillon à Carhaix 1945.

Partisans de la paix. Successeur d’Albert Ouzoulias à la tête de l’Association des anciens FTP, créée dès octobre 1944, il œuvre pour l’élargissement de l’organisation qui se concrétise en 1952, par la formation de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance française (ANACR) qu’il va présider jusqu’en 1954. 1 - Grésa (Jacques), Complot contre l’aviation française, Editions France d’abord, 1946, 222 p. 2 - Pages 430-433.

L’affaire Marty-Tillon

e e

L’éviction des communistes du gouvernement en mai 1947, fait partie des stratégies d’installation de la guerre froide. Les difficultés de l’aprèsguerre conduisent à de très fortes tensions sociales que révèlent notamment les grèves de 1947 et 1948. Sur le plan international, les tensions augmentent, la sale guerre d’Indochine pèse lourdement et l’action de solidarité aux vietnamiens que conduit le Parti communiste est vivement réprimée. La guerre de Corée crée une situation dangereuse alors que l’arme nucléaire s’affirme comme une menace permanente. L’avancée de l’Armée rouge a permis de libérer des territoires et d’installer des régimes de « démocra-

tie populaire » dont la légitimité est contestée. La question allemande est très présente. Au sein du Parti communiste, politiquement très isolé, des débats existent sur la stratégie à mettre en œuvre dans une période historique instable. Ces débats restent confinés au sommet et la maladie qui éloigne de France Maurice Thorez, affaiblit les équilibres internes. André Marty, figure emblématique de la révolte de la Mer Noire de 1919 et Charles Tillon d’abord accusés d’un travail fractionnel voient ensuite leur cas dissociés. S’agissant de Charles Tillon, des désaccords politiques sont soulignés, que Tillon ne nie pas et qui

Charles Tillon accueille à Aubervilliers, le Président de la République, le socialiste Vincent Auriol.

concernent notamment l’organisation et l’action du Mouvement de la Paix LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020 - 19


LE RÉVEIL DOSSIER ainsi que les questions du réarmement de l’Allemagne. S’ajoutent à cela des questions plus délicates en lien avec la période de la clandestinité. Dans une atmosphère lourde, au terme de longues séances de discussions au sein du bureau politique puis du comité central, Charles Tillon, qui a consenti à une autocritique estimée insuffisante, est dessaisi de ses responsabilités au sein du Parti. Il démissionne de sa

fonction de maire d’Aubervilliers et se retire, avec sa famille dans les Alpes de Haute Provence dans le petit village de Monjustin. Profondément meurtri, Charles Tillon, choisit de garder le silence sur ce qui lui est arrivé. Installé au début des années 1960 à Aix-en-Provence en il demeure membre du Parti mais, après les secousses de 1968 et plus particulièrement l’intervention des troupes

du Pacte de Varsovie à Prague il manifeste publiquement ses désaccords avec la direction du Parti dont il juge la position insuffisante. Il s’engage, en juin 1970 avec Jean-Paul Sartre et des éléments gauchistes dans l’animation d’une structure politique éphémère, le Secours rouge. En juin 1970, prenant prétexte de ces positions, la cellule à laquelle il appartient l’exclut du Parti.

La mémoire de Charles Tillon Dans l’histoire intérieure du Parti communiste, les secousses politiques du début des années 1950 ont été lourdes de conséquences. Charles Tillon avait été une très grande figure du Parti. Toute sa vie se confondait avec les grands moments tragiques et glorieux de l’histoire du PCF et notamment de la période de la Résistance. Que s’était-il donc réellement passé en 1952-1953, et pourquoi ? Pourquoi avait-on abîmé les grandes figures que formaient André Marty et Charles Tillon ? Aujourd’hui encore toute la lumière n’est pas faite sur cette époque troublée à propos de laquelle Charles Tillon comme André Marty ont témoigné1. En 1998, la direction du Parti communiste a officiellement reconnu l’inconsistance des accusations portées en 1952-1953. Cette reconnaissance, importante dans l’ordre symbolique, ne saurait cependant solder l’affaire. Un travail d’histoire demeure d’évidence nécessaire afin d’aller au bout de l’analyse d’une période et des fonctionnements d’alors du Parti communiste. Demeure la question des traces laissées par Charles Tillon qui a été fait commandeur de la Légion d’honneur en 1992, une année avant sa disparition. Une quinzaine de villes, parmi lesquelles Paris et Rennes, ont donné son nom à des voies ou espaces pu20 - LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020

blics. Douarnenez dispose d’une Maison communale Charles Tillon et le rôle de celui-ci dans la grève des Penn Sardin est rappelé. Aubervilliers a donné en 2006, le nom de Charles Tillon à une avenue importante de la ville. L’hommage ainsi rendu a une signification particulièrement importante parce que la séquence de 1952 avait rudement secoué les militants communistes et sans doute aussi la population. Emile Dubois, ancien résistant et déporté, qui avait pris la relève ne voulut pas effacer Charles Tillon de la mémoire de la ville et veilla à ce que la municipalité honore chaque année, par un dépôt de gerbe, la tombe de Colette installée près du carré du Parti, où reposent les 18 dirigeants communistes d’Aubervilliers fusillés durant l’occupation. Ainsi ont été réinstallés dans la ville, dont il a été maire et député, l’honneur et la mémoire de celui qui fut un grand combattant révolutionnaire du XXe siècle.

1 - André Marty a publié en 1955 L’affaire Marty (Editions des deux-Rives, 290 p.) et en 1971 Charles Tillon a écrit Un « procès de Moscou » à Paris, complété en 1977 de On chantait rouge, un livre de mémoire extrêmement utile marqué par de grandes rancœurs.

Livres de Charles Tillon de caractère autobiographique : • La Révolte vient de loin, Julliard, 1969 ; • Les FTP, Julliard, 1962 (rééd. éditions Ouest-France, 1991) ; • On chantait rouge, Robert Laffont, 1977 ; • Un « Procès de Moscou » à Paris, Le Seuil, 1971.


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

Hommage à Paul Fromonteil On ne peut réécrire l’histoire mais des femmes et des hommes se battent sur l’histoire, pour analyser le présent et construire l’avenir. Membre de l’ARAC, ancien vice-président de la région Poitou-Charentes, maire-adjoint de Châtellerault, secrétaire de Georges Marchais, membre du PCF, Paul Fromonteil était de ceux-là. Décédé à l’âge de 89 ans, Paul Fromonteil a toujours été engagé. En février

1950 contre la guerre d’Indochine, il est arrêté et condamné. Il rejoint l’UJRF en 1946, il mène le combat anticolonialiste au côté de Raymonde Dien. Professeur dans un collège en Corrèze, il est rattrapé par la guerre d’Algérie. Appelé, il organise et anime le combat et la révolte des appelés, jusqu’à récupérer leur caserne. Secrétaire de Georges Marchais de 1976 à 1979, puis responsable du sec-

teur éducation du PCF. Infatigable militant internationaliste, on le retrouve dans les actions auprès de l’association France-Vietnamienne. Ferme dans ses convictions, il restera jusqu’au bout un militant de notre association républicaine. Qu’il en soit remercié pour son travail.

Hommage à Gervaise Gallepe Une page d’histoire se tourne avec la disparition de notre amie Gervaise Gallepe à 98 ans. Dès le début de la guerre, c’est comme lycéenne qu’elle entre dans la résistance au lycée Fénelon, sous la direction notamment de Ginette Gros et Francis Cohen. Mariée avec Jean Gallepe à Ivry avec comme témoin Jacques Duclos. C’est à Romainville qu’elle s’installe avec son

mari et sera adjointe de 1959 à 1977. Elle a, entre autres, organisé le 11 novembre 1943 dans la cour de la Sorbonne au chant de la Marseillaise, la commémoration de la manifestation du 11 novembre 1940 place de l’Étoile, des étudiants contre l’occupant allemand et contre l’arrestation le 30 octobre 1940 de l’arrestation de Paul Langevin. Comme le disait Germaine, « il fallait marquer en 1943, le courage de ces

jeunes et étudiants qui, dès 1940, ont bravé la collaboration et l’occupation allemande ». C’est à ce courage que nous rappelle l’histoire, dans le contexte d’aujourd’hui. Merci à eux, merci et hommage à Germaine Gallepe.

Bellerive-sur-Allier (03) Hommage à Madame Germaine Louis

Une grande femme nous a quittés mardi 30 juin à l’âge de 97 ans. Germaine Louis, résistante, déportée à Ravensbrück et Holleischen, a connu l’horreur des ignominies lors de la Seconde guerre mondiale… pour une gifle. Parce que cette employée agricole besogneuse a eu le courage de se défendre face à un soldat allemand ivre et irrespectueux qui l’importunait dans la rue, elle fut arrêtée en Normandie le

3 mai 1943. Elle avait 20 ans. Crâne rasé, habits de bagnards, travail harassant et actes de torture composent son quotidien, l’indicible. C’est aux côtés de ses deux « sœurs de survie » Thérèse et Ginette, avec qui elle a tout affronté, que Germaine Louis s’organise en sabotant l’usine de munitions dans laquelle elle travaille. Si elles doivent mourir, ce sera en résistant ! Cette résistance, c’est sa force de survie. Elle la puisera et la partagera jusqu’à la libération des camps et la transmettra tout au long de sa vie, entourée de ses trois enfants et de son époux Georges Albert Louis, déporté en 1944 au camp de Neuengamme, Sachsenhausen et Falkensee. Présidente de l’Association Républicaine des Anciens Combattants et de la

Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants Patriotes, elle sera en 2010 élevée au rang de Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur. Germaine Louis, appelée « Mimi » par ses amis déportés et résistants, a contribué à entretenir le devoir de mémoire tout au long de sa vie. Lors des cérémonies mais pas seulement, auprès des écoliers également. Après avoir marqué l’histoire du sceau de son courage et de sa force d’âme, Germaine nous laisse pour un repos éternel amplement mérité… Ne pas oublier, c’est se souvenir des leçons de l’histoire. Le jardin en contrebas du cimetière dénommé en 2014 « Germaine et Albert Louis » nous transmet et nous rappelle ce souvenir. LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020 - 21


Tremblay-en-France la nature est au cœur de la ville À

nouveau parc ! spectacle

d'inauguration 18 septembre/20h Place Marsciano Le parc de Tremblay, la nature au cœur de la ville. Le  poumon vert  de la ville va changer de visage. DÊmarrÊ en fÊvrier 2019, le chantier laissera la place à la rentrÊe 2020 à un parc plus accueillant, plus sÝr, proposant des activitÊs pour tous et un patrimoine vÊgÊtal mis en valeur.

Depuis 1984, la ville dĂŠveloppe son rĂŠseau de gĂŠothermie, ĂŠnergie renouvelable moins chère et non polluante Près de 5 000 logements et des ĂŠquipements du DFOUSFWJMMFTPOUBJOTJDIBVƊ¨T5SFNCMBZFTUVOF des villes pionnières de la gĂŠothermie en ĂŽle-de'SBODF&MMFBQPVSTVJWJTPOJOWFTUJTTFNFOUBWFDMF GPSBHFEĹ&#x;VOOPVWFBVQVJUT NJTFOTFSWJDFFO

Le bon miel tremblaysien 4BWJF[WPVTRVF5SFNCMBZBTPONJFM  -FTBCFJMMFTEFTTJYSVDIFTTJUV¨FTQS§T des serres municipales produisent FOWJSPOLHEFNJFMQBSS¨DPMUF Chaque annÊe, il est gracieusement PƊFSUQBSMBNVOJDJQBMJU¨BVYWBJOqueurs d’un quizz sur le site internet EFMBWJMMF NBJTBVTTJBVYTFOJPST BVY associations‌ Bonne dÊgustation !

Ă€ ce jour, il y a 19 km de pistes cyclables Ă 5SFNCMBZ$FOĹ&#x;FTUQBTƇOJEBOTMFDBESFEF la rĂŠnovation urbaine, de nouvelles pistes sont prĂŠvues.


Ville la plus verte de Seine-Saint-Denis, Tremblay a toujours fait de la prÊservation de ses espaces verts un combat, malgrÊ les pressions immobilières. À l’heure oÚ tout le monde parle d’Êcologie, Tremblay agit !

Le site unique des berges du canal de l’Ourcq, à 5SFNCMBZ PƆSFVOMJFVEF promenade privilÊgiÊ.

Entourant le Vieux-Pays, un des rares villages typiques d’Île-de-France, 500 hectares de terres agricoles soustraits des appÊtits spÊculatifs‌ $FUUFTQ¨DJƇDJU¨VOJRVFFO4FJOF4BJOU%FOJTFTUMFS¨TVMUBUEFTNPCJMJTBUJPOT des Êlus et des habitants.

Le bonheur est dans le jardin

5

SFNCMBZFODPVSBHFMFKBSEJOBHF"JOTJ MĹ&#x;BN¨OBHFNFOU EFKBSEJOTGBNJMJBVYBV 7JFVY1BZTFOBQFSNJT Â&#x;EFOPNCSFVYIBCJUBOUTEFDPODJMJFS DVMUVSFQPUBH§SFFUDPOWJWJBMJU¨

Une brigade pour l'environnement Conseils, bons gestes, amendes si nĂŠcessaire... La brigade de protection de l'environnement aide les Tremblaysiens Ă rendre leur ville plus propre.

?

POUR ENTRETENIR DES TERRAINS EN FRICHE, LA VILLE A OPTÉ POUR -Ĺ&#x;ˆ$0Ć°1 563"(&"7&$6/&%*;"*/& DE MOUTONS, INSTALLÉS "67*&69Ć°1":4

Ville de Tremblay-en-France tremblay-en-france.fr


LE RÉVEIL VOS DROITS

#4 #% ' (6  & 2 0 %$

 ; 0 % $ 7 7 $1 7 6 (  (7  /$ 3 $, 1 & ,(1 6& 2 $ , 1 ( ' ( 6  $ $1 7 , ) $6 & , 60 e0 2 , 5 ( /

 5 e38 %/,& 1 0  2 , /$ 7  $ , e & 7 2 , 6 $6  /$  62 /, ' $5 8 5  / $0 , 7 , e 7 7 $1 7 6  32

 OCK 8KNNGLWKHNG G 3)GPGXKÂX 44+'755'% /CFCOG&# CV 'V 5GETÃVCKTGFŏ #7: #6&ŏ'6#6 5'%4'6#4+ #065 66 $# / %1 #0%+'05  V& QOKPKSWG T WG5CKP   52 5 4+  2#

ŶƚƌĞ ƌů Ğ Ŷŝ ĞƌƉŽƵƌĐŽ Ăƚ͕ ĞϭϳŵĂƌƐĚĞƌ ĞĐƌĠ ƚĂŝƌĞ Ě͛ƚ ůůĠĞĚĞƉƵŝ Ɛů ƐƚĂ ƚŝŶ DĂĚĂŵĞů Ă^ ĞŶ  Ğŵ Ɛ͗ ĐĞ ƌƚŝ ƚƵĚĞ ĠĞĚƵĐŽŶĨŝŶ ŵŵĞŶƚ ůĞ Ɛ ƌƚĞ ăĚĞ Ƶdž ŝŶ ƌĠ ĞĚĞů Ăů Ğǀ ͕ ĂǀĞĐ ŶŽƚĂ ŝŶĞŵĞŶƚ Ͳϭϵ͕ƐĞŚĞƵ ů͛Z͕ăů ͛Ž  ŶŽƚƌĞ  ƉĂLJƐ ŵŝĞ ĚƵKs/ >͛ĂĐƚŝǀŝ ƚĠ ĚĞ ŝĚŝĞ ŶŶĞ ĚĞ ŶƚĚĞ ĚĠ ĐŽŶĨ ĚĠ ƌŽ Žƚ ĂŶ ƋƵ ŝƐĞ  ĂƉ ĠĐ ƚĠ Ğů Ɖƌ Ăůŝ ĞŶƚĚ Ƶŝ ƐĞ ůĂ ƌĠ Ġ ĚĞ  ŶŽƐ ĚĠ ǀĞ ůŽƉƉĞŵ ŶŽŶĐĠĞ ƐĞ ƚƋ ƚ ůĂ ŵĂũŽƌŝƚ ŽƵǀĂŶƚ ĚĞ  ğƌĞ ƚƌğ Ɛ ŵ ƐŵĞƐƵƌĞƐĂŶ Ŷ Žƶ Ɛ͛ŝ ŶƐĐƌŝ ŶŽŶĐĠĞ  ŝŽ ĂŶ ůĂƚ ůĞ ƉƵ ĐŝĂ ƉŽ ƐŽ x >Ğ  ĐĂƌĂĐƚ ĞƐĚƵĐŽŶĨŝŶĞŵĞŶƚĞ ƚůĞ ŝƋƵĞ Ğƚ Ğ ĚĞ  ůĂ ƌŝƐĞĠ ĐŽŶŽŵ ĞŶƚ ůĂ ƉĂƌƚŝ ŵ ĞĐ ĐŽŶƐĠƋƵĞ ŶĐ ƌĞ ƵŶ ůŝğ Ě͛ ŐƵ ƌĞ ƵĐŚĞ ƌ ƐŝŶ ĚĂŶƐů ĞĐĂĚ ŶĂůLJƐĞĞ ƚů Ă ƋƵŝ ǀŽŶƚ ƚŽ ƐĞ ĚĠƉůŽLJĂŶƚ ƐŽŝƚĚĂŶƐů͛Ă Ɛ͘ dŽƵƚĐĞ ůĂ ͛ĂĐĐĞ ƉƚĂƚŝŽŶ͕ Ɛů ĂĚŚĠ ƌĞ ŶƚƐ͘Ğ ĂŶ ƚĚ ͘ Žŝ ƵĞ ͕Ɛ ůLJƐŵŝƋ ĐŽŵƉĂƚƌŝ ŽƚĞƐ  ĐŽŵŵĞĐĂƚĂĐ ƌĠ ĞƐƉĂƌŶŽƐ ĞĐŽŵƉů Ğdž Ğ͘ ƵƌƐ ůƚĠ ƐƌĞŶĐŽŶƚ ƌĂǀĞ ĂƵƚĂŶƚƋƵ ͕ĚĞƐĞƐǀĂůĞ x >Ğ ƐĚŝĨĨŝĐƵ ĞĐĞ ƚƚĞ Ɛŝ ƚƵĂƚŝŽŶƚƌğ ƐŐ ƐƋƵĞ ũĂŵĂŝƐ ƵƌƐƵŝƚĞ ͕ƉůƵ ƉŽ ƉƌĠŚĞŶƐŝŽŶĚ ůĂ ă ĠĞ ĐŚ ĂƚƚĂ ĞƐ ͕ƚŽƵũŽƵƌƐ ͕ůĂĚĠ ĨĞ ŶƐĞĚ ŽƵƐ͕ ăů ͛Z ƌƐŶŽƐŵƵƌƐͩ ƐŝƚĠ͕ƉŽƵƌŶ ƚŝĨĂƐĐŝƐŵĞ͕ ĠŵŽŝ ƌĞ ͨŚŽ ĂŶ D ͕ů͛ ůĂ ƚĞ ͛ŽƶůĂŶĠĐĞƐ ŶĞ ŶϭϵϭϳƋƵŝ ƐŽŶƚ͗ ĚĞ ƌğ Ŷƚ ŶĐ ůŝĚĂƌŝƚĠ ĐŽ ŽĨŽŶĚŝƐƐĞ ŵĞ ĠĂƚŝŽ ƉĂƌĂƚŝŽŶ͕ůĂƐŽ ŶĐĞĞ ƚĚ͛ĂƉƉƌ ĚĞ ƉƵŝƐƐĂĐƌ Đƌŝ ƉƚŝďůĞăƌĠ ĚĞ ĐŽŶŶĂŝƐƐĂ ĚĞ  ĚƌŽŝ ƚŝŵƉƌĞƐ x >Ğ ƚƌĂǀĂŝů ŝŶĚĞ ů͛h&͕ ĚƵ Ğƚ ĞƐ ĂŝŶ ůŝĐ ĨĞ ĐƚŝǀĞ ĂƵƐĞ ǀĂůĞ ƵƌƐƌĠƉƵď ĂŶĞŶƚĞ ĞƚĞĨ ĞƚůĂWĂŝdž͙ ŵ ĞƐ Ğƌ Ɖů ŶƉ ĞƵ ŝŽ ƐƉ Ƶƚ ƌĞ ůĞ ĐŽŶƚƌŝď ƚŶĂŵ͕ ů͛Ăŵŝƚŝ ĠĞ Ŷƚ ŝŽŶƐĞƚŶŽƚƌĞ ͕ůĞ Ɛh>͙ ŵĞŶƚů Ğs ŝĞ DŶŽƚĂŵ ŶĚĞŶŽƐƌĞ ůĂƚ h ƵƐĞŝ ŶĚĞů Ă& ƐĂ x >Ğ ŵĂŝŶƚŝĞ 'ƌŽƵƉĞĚĞƐϭϮ͕ĚĂŶƐů ĞƐ ƚĠ  ĞŶ ĠƐ ƚĐ͘ Ɖƌ ͕Ğ Ɖů ĞƐƌĞ ZƵƐƐŝĞ ŶƚƐ͕ĚĞ Ɛ ů͛KE͕ĚƵ ƚƐĂǀĞĐůĞ ƐƉĞƵ ƉŽŶ͕ůĞ ĂŶĂĚĂ͕ƵďĂ͕ůĂ ŶƐĐŽŵďĂƚƚĂ ŶĚĞƐƌĂƉƉŽƌ :Ă ĞŶƚ ŝƚƐĚĞ ƐĂŶĐŝĞ x >Ğ ŵĂŝŶƚŝĞ Ɛ͕ůĂ'ƌĂŶĚĞ ͲƌĞ ƚĂŐŶĞ͕ůĞ ŶĚƌĞ ůĞ ƐĚƌŽ Ɛ͘Ğ Ɛ ƋƵŝ ǀĞ Ƶů ĨĞ ĞŶ ĚĠ ŽLJ Ƶƌ Đŝƚ dž ƉŽ ƐŝƚĞ͗ ĐĞ  ĂƵ ůĞ ƐƚĂƚƐͲhŶŝ ůŝƐĠƐĚĞ ƌĠ ƵƐ ƌŝƌ ĂǀĞĐ ĂƵĚĂ ƵĂ Ƶǀ Đƚ ƐĂ Ɛ͛Ž  ĞŶ Ğ͕ ŵ ŽLJ ƌŝƐ ĞƐŵ  ŽƵ ĚƵ ƚĞ ƌƌŽ ĂZĠƉƵďůŝƋƵĞ ͘ x dƌŽƵǀĞ ƌĚ Ğů ĞƐ ĚĞ  ŐƵĞƌƌĞ Ğ͘ KWy͕ ǀŝĐƚŝŵ ůĂĚĠ ĨĞ ŶƐĞĚĞƐǀĂůĞ ƵƌƐĚ ƚŝŽŶƉŽƉƵů Ăŝƌ ŶƐ ƌŽũĞ ƚĚ͛Ġ ĚƵĐĂ ŶƉ ƐŽ ƐŝƚƵĂƚŝŽŶ Ɛ͛Ğ ŶŐĂŐĞƌĚĂ Ğƚ ŝǀĞ ŝĂƚ ŽĐ ĂŝƐ ĚĂŶƐ ůĂ ƐƐ ĞĂ ǀŝ ůĂ Ğƌ ƐƐŽƵƌĐĞ Ɛ͘ D ĐƵůƚĠ ͘ x Ġ ǀĞ ůŽƉƉ ġŵĞ͕ ĚĞ Ɛ ƌĞ ŽƵǀĞ ĞŶĚŝ ĨĨŝ Ͳŵ ƚƌ ůĞ ƐĞ Ğů  ĞƐ ĞŶ Ɖƌ  ƌŽ ƐƉ ƵǀĂŝƚ ƚŝŽŶƐ͕ ŶĚ ƚƌŽ ĐŝĂ ĨŽ ƚ͕ ƐŽ ĚĞ ĞŶ ĂƐ ĂƐ ĠƐ Ƶdž Ƶ͛ă Ɖƌ EĂ ŽƐĂŶƚƉ ĐŝĂƚŝǀĞ͕ ũƵƐƋ ƐĂďů Ğ͕ĚĞ ů͛K ZŶĞĚŝƐƉ ƐŽ ĞŶ ů͛ ĂƐ ƐƉ ƚ͕  Ěŝ ĞŶ ǀŝĞ  ŝŶ Ğŵ ůĞ Ğ ƚƚĞ ŶĨŝŶ ƚŝŽŶĂ ƌĂǀĠ ĞƉĂƌůĞ ĐŽ ŶƚƌŝďƵƚŝŽŶŶĂ ƉƌĠƐĞŶƚĞ ͕ĂŐŐ Ğů ůĞ ŶĞ ƚŽƵĐŚĞ Ɖů ƵƐůĂĐŽ ĞŶƐĂďů ĞƐ͘ ƵũŽƵƌƐŝŶĚŝ ƐƉ ĂŶƐ͕ ƚŽ Ɖƚ Ɛ͕ ƐĞ ůĞ ŝƐ ĐŝĂ ƉƵ Ğ ŶƐƐŽ ͙ ͙͗ ƉĞ ƌƐĞƐĂĐƚŝŽ ƉŽƵƌĚĠǀĞů ŽƉ

 ϮͲ  &ĂĐĞ ă ĐĞ ĐŽŶƐƚĂƚ͕ů Ğ^ĞĐƌĠƚĂƌŝĂƚĚ͛ƚĂƚ Ɛ͛ŚŽŶŽƌĞƌĂŝƚ Ě͛ŽďƚĞ ĂƐƐŽĐŝ ĂƚŝŽŶƐĚ͛ĂŶĐŝĞ ŶŝƌƵŶĞĐŽŶƚƌŝ ďƵƚŝŽŶ ŶƐĐŽŵďĂƚƚĂŶƚƐ͕ƚLJƉ Ğdž ĐĞƉƚŝŽŶŶĞ ůůĞ ƉŽƵ Ğͨ ĐŽƵƉĚĞƉŽƵĐĞĐŽ ĂƵKs/Ͳϭϵͩ͘ ƌůĞ Ɛ ŶƚƌĞůĞ ƐĞĨĨĞƚƐŶĠ ŐĂƚ ŝĨƐƐƵƌů Ăǀŝ ĞĂƐƐŽĐŝĂ  ƚŝǀĞĚƸ hŶ ĨŽŶĚƐ ͨĚ͛ĂŝĚĞ ĂƵdž  ĂƐƐŽĐŝ ĂƚŝŽŶƐ Ě͛ĂŶĐŝ ĞŶƐ ĐŽŵďĂƚ ƚĠůĠƉŚŽŶŝƋƵĞ ͕ŶĞ ƚĂŶƚƐ͕ͩ ĐŽŵŵĞ ĠǀŽ ƉĞ ƵƚͲŝůƉĂƐġ ƚƌĞ ƐŽ ƋƵĠ ůŽƌƐ ĚĞ ŶŽƚƌĞ ůůŝĐŝƚĠ ͍  ĞŶƚƌĞƚŝĞŶ EŽƵƐ ƐŽŵŵĞ ƐăǀŽ ƚƌĞ ĚŝƐƉŽƐŝƚŝŽŶƉŽƵƌ ğŵĞ ǀŽƵƐ ĞdžƉůŝĐŝ ƚĞƌĚĂ ϳϱ  ĂŶŶŝǀĞ ƌƐĂŝƌĞ ǀĂŶƚĂŐĞŶŽƐ ƉƌŽũĞ ĚĞůĂs ŝĐƚŽŝƌĞƐƵƌůĞŶ ƚƐĞ ƚĐŽŶƚƌŝďƵƚŝŽŶƐ Ănjŝ ƐŵĞ͕ů ĞϳϬ ğŵĞĂŶ ũƵŝŶ ĚƵ 'Ġ ŶĠƌĂů ĚĞ ϮϬϮϬ͗ ůĞ ŶŝǀĞƌƐĂŝƌĞĚĞ ƐĚŝ ĨĨĠ 'ĂƵůůĞ͕ ůĞƐ ƚĂƚƐ 'Ġ ƌĞŶƚƐĂƉƉĞ ůƐĚŽŶƚ ĂƉƉƌŽĨŽŶĚŝĞĚĞůĂ ĐĞ ůƵŝĚƵ ϭϴ ŚĂƌƚĞĚĞƐEĂƚŝŽŶƐ ŶĠƌĂƵdž  ƉŽƵƌ ůĂ WĂŝ dž͕ ĂǀĞ Đ ĂƵ ĐƈƵƌ ĚĞƐƚƌĂǀĂƵdžůĂĐŽŶŶĂ hŶŝĞƐ͕ĞƚĐ͘  ŝƐƐĂŶĐĞ  sĞ Ƶŝůů ĞnjĂŐƌĠĞƌ͕D ĂĚĂŵĞ ůĂDŝŶŝƐƚƌĞ͕ů ΖĞdž ƉƌĞ  ƐƐŝŽŶĚĞŵĂƚƌğƐŚĂƵ ƚĞĐŽŶƐŝĚĠ ƌĂƚŝŽŶ    4CRJCÅN8#*' 2TÃUKFGPV

    

24 - LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020 - 25


LE RÉVEIL

Comité du Village de l’Amitié Le 12 octobre prochain le procès engagé par Tran To Nga contre les compagnies chimiques américaines entre dans une phase décisive. Ce sera en effet la date des plaidoiries. Voici reproduite dans sa plus grande partie la lettre que Tran To Nga a adressée à tous ses amis courant juillet : Extraits : « Après 6 ans de patients efforts, de travail collectif, avec courage et dans une amitié profonde, au service d'une cause noble, que justice soit enfin rendue aux victimes de l’Agent Orangedioxine dans le monde entier, nous pouvons entrevoir le bout du tunnel. » « Continuons d’avancer sur notre chemin qui ne sera pas encore rempli que de roses. » « En effet, Maître Bertrand Repolt nous a annoncé la date des plaidoiries fixées au 12 Octobre 2020 par le juge du tribunal de Grande instance d’Évry. Permettez-moi de vous faire part de mes pensées. » 1/ Pendant ces cinq dernières années, avec vous et votre aide, j’ai parcouru villes, régions et pays, rencontré des centaines de personnes et d’amis, reçue partout avec cette même amitié, compréhension et ce soutien inébranlable pour le combat que je mène avec vous. C’était pour faire connaître le crime commis par les firmes américaines pendant la Guerre du Vietnam et le drame de l’Agent Orange aujourd’hui : 50 ans après la fin des épandages de l'aviation américaine, l'Agent Orange tue encore, nous en sommes à la 4e génération de victimes. « Aujourd’hui, à trois mois des plaidoiries, je pense qu’on devrait commencer une campagne d’information et de presse pour toucher le plus de monde possible à l'approche de ce grand moment tant attendu. » 2/ Manifestations : pendant cette période spéciale du Covid-19, on n’a pas le droit de rassembler du monde pour 26 - LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020

une marche comme on l'a fait l’année dernière à l'occasion de la Marche contre Monsanto. Notre conférence du 29 Juin a été un succès… 3/ Nous avons devant nous deux échéances essentielles : la journée des victimes de l'Agent Orange, le 10 Août et, bien sûr, les plaidoiries du 12 Octobre… Même si les victimes et quelques représentants vietnamiens ne pourront pas entrer dans la salle d’audience le 12 Octobre, leur présence, au caractère hautement symbolique, peut jouer un rôle important dans la campagne de presse qu'il nous faudra poursuivre. » Il nous faudra nous tourner avec audace vers les élus, les associations, les syndicats et les partis politiques, les jeunes et les moins jeunes, les défenseurs de l'environnement, ceux qui agissent contre le réchauffement climatique, qui luttent pour une autre agriculture et un monde d'après qui soit différent… Et il nous faudra multiplier interviews, articles, présences sur le web… Bien à VOUS Nga

C’est le moment de répondre à l’appel lancé par Tran To Nga, appel entendu par le Comité International du Village de l’Amitié. Rosi, présidente du Comité propose l’engagement suivant : « Nous membres du Comité International pour le Village de l’Amitié au Vietnam par la présente déclaration apportons notre soutien à Mme Tran To Nga et à tous les efforts qu’elle a déployés en assignant en justice les entreprises chimiques pour les rendre responsables des dommages causés par la production, la vente et l’utilisation de l’Agent Orange. Dans notre travail au sein du Village de l’Amitié, nous constatons et vivons les

conséquences sévères de la guerre et de l’utilisation de l’Agent Orange pendant la guerre. Nous voyons les maladies des vétérans et les handicaps des enfants et des jeunes qui sont touchés par une guerre qu’ils n’ont même pas vécue. Nous soutenons Mme Tran To Nga et envoyons nos meilleurs vœux, affections et solidarité de nos pays répartis sur toute la planète et nous espérons très fort que ce procès sensibilisera au problème de l’Agent Orange et rendra justice à toutes ses victimes. » En solidarité, Paix et Amitié Les membres du Comité International pour le Village de l’Amitié représentant le Canada, la France, l’Allemagne, le Japon, les États-Unis et le Vietnam. Le combat de Tran To Nga est aussi celui de l’ARAC et du Comité Français du Village de l’Amitié. Manifestez votre soutien en nous envoyant votre témoignage que nous transmettrons à Tran To Nga


SANTÉ Parce qu’elle est un capital à preserver, Parce qu’elle nous rappelle de prendre soin de notre environnement ...

SOLIDARITÉ Parce qu’elle responsabilise autant qu’elle émancipe, Parce qu’elle est la condition du progrès social, Parce qu’elle est un bien commun qui fait notre humanité ...

PROTECTION SOCIALE Parce qu’elle est un combat, Parce qu’elle investit pour l’avenir, Parce qu’elle n’est jamais acquise ...

PARCE QU’IL Y A 1001 RAISONS DE RÉSISTER, D’AGIR ET D’INNOVER POUR UNE PROTECTION SOCIALE SOLIDAIRE.

Siège social : 52, rue d’Hauteville – 75487 Paris Cedex 10 - Mutuelle régie par le livre II du Code de la mutualité. SIREN n°784 442 915. Document non contractuel - août 2020.

Parce qu’elle ne doit pas être un marché,


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

Rennes 27 juin,

Essonne (91)

solidarité avec le peuple Palestinien

« Un 14 juillet aux ULIS »

Parmi les associations et organisations invitées à se rassembler par l’Association locale France Palestine, l’ARAC d’Ille-et-Vilaine a tenu à apporter sa solidarité avec le peuple Palestinien, place de la République à Rennes. Cette période ne facilite pas les rassemblements, cependant la situation de plus en plus grave vécue par le peuple palestinien, les nouvelles mesures d’annexion d’une partie de la Palestine décidée par le gouvernement d’Israël avec l’appui de l’administration Trump, nécessitent de rappeler plus que jamais le droit à la justice pour le peuple palestinien, le droit à la Paix pour les peuples de cette région.

Fête nationale, moment populaire et festive, elle est l’occasion d’un rappel de ce qui donne sens au pacte républicain. C’est sur invitation de l’ARAC des ULIS, que M. Cédric VILLANI, député de la 5e circonscription de l’Essonne, que M. BALDACCHINO, Directeur de l’ONAC de l’Essonne et des porte-drapeaux d’Orsay, GIF/Yvette, Saclay et Bures/Yvette ont participé à la cérémonie du 14 juillet 2020, aux pieds de la pierre de la Liberté, aux ULIS. En compagnie de nombreux ulissiens, ce fut l’occasion pour M. VILLANI de remettre la médaille de la reconnaissance de la Nation à l’un des Opex de notre section, et à un militaire de réserve, de déposer la gerbe de l’ARAC avec le Président de l’ARAC des ULIS. De belles surprises telles que de petits drapeaux français ont été offerts par l’ARAC des ULIS à tous les membres du public, et une arrivée en cortège des

élus, des porte-drapeaux et du conseil municipal ont ravis le public, juste avant la cérémonie. Nous avons terminé cette belle cérémonie autour d’un pot de l’amitié, en présence du conseil municipal, du monde combattant et des ulissiens venus en nombre pour l’occasion !!! De mémoire d’ulissiens, c’était la première fois qu’il y avait autant de public et autant de porte-drapeaux à une cérémonie… à refaire !

Gueugnon (71) 8 mai Pour le 8 mai 2020 jour de la commémoration du 75ème anniversaire de la victoire sur la capitulation de la barbarie nazie en hommage à toutes les victimes de ce conflit et toutes les cérémonies officielles se sont déroulées en comité restreint en excluant l’ARAC locale mais en présence de la municipalité Monsieur le maire et l’adjointe déléguée aux Anciens Combattants,

28 - LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020

le président de l’ULAC, président de la FNACA et son porte-drapeau ainsi que le président du Souvenir Français, donc dans une configuration de 10 personnes au maximum de 10 personnes. J’ai manifesté le mécontentement de l’ARAC et avec l’accord du bureau de l’ARAC j’ai prévenu par écrit le premier magistrat de la commune que nous déposerons une gerbe à 14 heures au Monument aux Morts. Nous étions quatre personnes sur la place, la présidente Liliane Rehby, la secrétaire et porte-drapeau Michèle Bouton, le trésorier Régis Gendre accompagné par notre photographe bénévole. La cérémonie s’est déroulée simplement avec la lecture du message de l’ARAC en respectant les mesures restrictives liées au Covid et dans une atmosphère solennelle et recueillie.

18 juin Pour la cérémonie en hommage à l’appel du Général de Gaulle du 18 juin 1940 l’organisation de la cérémonie prévoyait 10 personnes au maximum et seule la présence de la présidente de l’ARAC était prévue. A 18 heures nous étions 7 et j’ai déploré l’absence du porte-drapeau de l’ARAC qui avait toute sa place puisque notre drapeau ARAC est partagé avec les déportés. Liliane Rehby Présidente de la section de l’ARAC de Gueugnon


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

Poursuivre l’effort engagé depuis avril pour que personne ne soit laissé sur le bord du chemin Avec le COVID-19, notre préoccupation a été le lien avec nos adhérents afin de ne laisser personne de côté et faire face à cette pandémie. Notre association, avec ses responsables départementaux et locaux, ont mené des actions de solidarité là où cela a été possible. Ces prises de contact ont été aussi l’occasion de remettre la carte 2020, et parfois de réaliser des adhésions. Fin août, nos comités ont placé 85 % des cartes et réalisé 204 adhésions.

NE RIEN LÂCHER Pour transformer l’essai de ces dernières semaines, il nous faut terminer la remise des cartes 2020, revoir les femmes et les hommes qui attendent leur carte, pouvoir échanger avec elles et eux. Dans chaque section, département, soyons tenaces, offensifs, prenons

des décisions à la portée de toutes et tous.

ÊTRE CONCRET Les moindres gestes, actions – loin d’être inutiles – sont précieux. 1 – Faire le tour de nos sections pour faire remonter les cartes, bons de soutien, souscription, au niveau national. Des centaines de règlements « traînent » ici ou là. C’est prendre des nouvelles. Faire cela, c’est assurer la pérennité de l’existence de notre ARAC, c’est lui donner les moyens de compter dans le débat sur les questions qui sont au cœur de notre raison d’être. Que ce soient les valeurs républicaines, le travail de mémoire axé sur les causes, l’action pour la paix, agir contre la montée de l’extrême-droite, pour la solidarité entre les peuples. L’effort collectif qui doit être la résul-

tante de l’effort de chacun, doit nous amener à atteindre les 90 % de cartes placées d’ici fin septembre. 2 – Cela veut dire ne laisser personne sur le bord de la route, prendre ou reprendre contact avec celles et ceux que nous n’avons pas pu voir ces dernières semaines en prenant en premier des nouvelles de leur santé. La pandémie qui nous accable doit renforcer, entre nous, les liens de solidarité et de résistance face aux mauvais coups mis à l’œuvre par le gouvernement. Ne négliger aucun moyen de communication : visite, téléphone, mail, courrier, réseaux sociaux… Les petits ruisseaux font les rivières, celles-ci font les fleuves. JACQUES VERRIER Secrétaire National Chargé de l’Organisation

20 juillet 2020 À l’occasion du 66e anniversaire des Accords mettant fin à la guerre d’Indochine Ravivage par l’ARAC de la Flamme sur la dalle sacrée de l’Arc de Triomphe Le 21 juillet 1954, la signature des Accords de Genève signés par le Président du Conseil Pierre Mendès-France, mettait fin aux accords qui durait depuis 1945. Le peuple de France avait accueilli, dans sa grande majorité, avec satisfaction ces accords. C’est pour perpétuer ce fait historique dans la mémoire collective, c’est pour rendre hommage au courage et à la lucidité de ce Président, c’est surtout enfin pour honorer la mémoire de toutes celles et tous ceux qui laissèrent leur vie dans cette guerre, que l’ARAC et les derniers délégués de l’ACVGI organisent cette initiative. Après le cessez-le-feu, la République

Démocratique du Vietnam et la République Française signaient un accord de paix, dans le cadre de la Conférence Internationale, guerres de Corée et d’Indochine, réunies à Genève depuis le 26 avril 1954. C’est Raphäel Vahé, Président et Liliane Rehby, Secrétaire Nationale qui ont déposé la gerbe de l’ARAC. Malgré les conditions sanitaires contraignantes, plusieurs porte-drapeaux de l’ARAC d’Ile-de-France étaient fidèlement présents. M. DUONG NGUYEN QUOC VINH, Conseiller Politique, représentant l’Ambassadeur du Vietnam ; Mme Anne-Louise MESADIEU, Conseillère

Dépôt de gerbe de l’ARAC Raphaël Vahé et Liliane Rehby le 20 juillet 2020

Régionale représentant la Présidente Mme Valérie Pécresse ; le Directeur de l’ONAC Paris ; avaient tenus à être présents. LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020 - 29


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

R. Knegevitch Notre camarade, R. Knegevitch, principal honoraire de collège, membre du SNUPDEN-FSU, vient de publier l’ouvrage : “QUAND IL NEIGEAIT SUR LE DJEBEL AMOUR”, aux éditions Amalthée, disponible en librairie, sur les sites Amazon, FNAC, Decitre. Cet ouvrage est né du journal de bord tenu en 1959 et 1960 par notre ami, appelé du contingent, opposé à la guerre coloniale d’Algérie qu’il fut contraint de faire dans un régiment d’infanterie affecté en zone de combat, dans l’Atlas Saharien. René Knégévitch relate avec précision la vie de la population, les évènements quotidiens, les convois vers les postes isolés, les ratissages, les accrochages meurtriers, la torture, les forfaits financiers, la peur, la mort… Il livre avec « une plume parfois touchante, parfois plus incisive… Sa vision du conflit tel qu’il l’a

vécu… plonge le lecteur dans un moment de partage hors du temps, nous amène à voir la guerre d’Algérie autrement. » (G. Guyard, éditrice). Sans tabou, il confie son vécu, ses sentiments, ses analyses tandis que le djebel tonne et que le sang coule… Son témoignage rigoureux, particulièrement immersif, est émaillé de portraits ciselés. Les paysages austères et grandioses de montagne dans lesquels se déroulent les combats ont séduit l’auteur, bouleversé par la misère des habitants vivant dans les ksour et les douars. Souvent lyrique, l’écriture coupe, taillade, revêt des arêtes tranchantes pour traduire la violence et la barbarie. Dans la spirale guerrière et destructrice, l’auteur déploie sa détermination pour rester fidèle à ses convictions d’humaniste pacifiste. Malgré « l’étau militaire et sa perte

de liberté d’expression », il demeure « militant de l’homme ». Son ouvrage questionne avec pertinence le tréfonds de l’Homme, l’Histoire et les pouvoirs politiques.

Bordeaux (33) L’ARAC à Bordeaux lors du rassemblement pour la défense de l’Hôpital Public le 30 juin.

Bordeaux défense de l'Hôpital public

NOS PEINES JUILLET-AOÛT 2020 ■ 04 – ALPES-HAUTE-PROVENCE Les Mées : Pierre COMTE, AC ATM ■ 07 – ARDÈCHE Villeneuve-de-Berg : Jean SABATON. ■ 29 – FINISTÈRE Brest : Mme Ginette HERVE, veuve ■ 31 – HAUTE-GARONNE Launaguet : André CHARRAC, 87 ans, AC ATM ■ 33 - GIRONDE Bordeaux 1er : Jean-Pierre MONERAT, AC ATM. ■ 44 – LOIRE-ATLANTIQUE Couëron : Mme Catherine BARBOTTEAU, 97 ans, Présidente d’Honneur de la Section

30 - LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020

■ 58 – NIEVRE Nevers : Pierre CUBAYNES, AC ATM. Parigny-les-Vaux : Gilbert LUCAZEAU, Résistant du maquis Bernard (Morvan). Combattant en Tunisie.

■ 72 – SARTHE La Suze-sur-Sarthe : Michel SOULIER, 82 ans, AC ATM.

■ 59 – NORD Fenain : Léon WOJEWODA, AC ATM.

■ 91 - ESSONNE Grigny : Denis SIMONNOT, 68 ans.

■ 63 – PUY-DE-DOME A.P.I. : Albert GAILLARD, 87 ans, AC ATM. Christian PELISSIER, 83 ans, AC ATM. Mme Denise ROUTIER, 85 ans, veuve d’ancien combattant. ■ 69 - RHONE Lyon : Fernand GELIN, 86 ans, Président Départemental, ancien membre du Conseil National Vaulx en Velin : Augustin GARCIA, 97 ans, ancien Président de la Section

■ 81 – TARN-ET-GARONNE Carmaux : René GOMEZ, AC ATM

■ 94 – VAL-DE-MARNE Chevilly Larue : Gilbert MOREAU, AC ATM ■ 99 – CONSEIL NATIONAL Aix-en-Provence : Théodore GEORGIADES, 94 ans.


VIE DE L'ARAC LE RÉVEIL

Eleonora « Nora » Del Maschio née Cescut s’en est allée le 26 avril 2020 dans sa 93e année Militante active tout au long de sa vie de « l’ARAC, FCPE, FNDIRP, Femmes Solidaires, Secours Populaire… ». Son sens de l’humain, sa générosité, son altruisme ont marqué ses camarades. Sa vie est marquée par son souci permanent du bonheur humain, de son combat pour la libération de Paris, en passant par la lutte contre Franco, Pinochet, la paix en Algérie, la souveraineté du Vietnam, etc. Tout son en-

gagement est au service du bien commun. Son père, membre de la « MOI » marque son engagement militant à ses côtés. Elle a 15 ans, son père et sa mère sont arrêtés en avril 1944. En 1949, elle épouse un résistant italien antifasciste Bruno Del Maschio. En 1962, elle est blessée lors de la manifestation au métro Charonne par la police française. Ce jour-là, 9 militants sont morts pour la paix en Algérie tués par la police du préfet Papon.

Son opiniâtreté de justice s’est éteinte quelques jours avant le 75e anniversaire de la Eleonora Delmaschio capitulation nazie devant les troupes soviétiques, américaines, anglaises et françaises. Avec elle, s’éteint une combattante. Notre affection à ses enfants et petits-enfants. ARAC Villejuif

Gisèle Halimi, combattante pour l’émancipation nous a quittés, le 28 juillet dernier En hommage à l’avocate disparue, Régis Debray a déclaré fort opportunément, « qu’elle fait partie de ces personnes assez rares qui nous réveillent », et « compris grâce à elle que le combat pour l’émancipation des femmes et celui pour l’émancipation des peuples ne faisaient qu’un… » Gisèle Halimi fut l’une des principales avocates du FLN algérien qui dénonça les horreurs – comme la torture et le viole – pendant la guerre d’Algérie, en défendant Djamila BOUPACHA et en

écrivant avec Simone de Beauvoir un livre sur le sujet. « Son militantisme en faveur des droits des femmes se concrétisa par la signature du Manifeste des 343 en 1971 et la création la même année, avec Simone de Beauvoir, du mouvement féministe Choisir la Cause des Femmes. Ce mouvement joua un rôle important dans le procès de Bobigny (1972) et un rôle déterminant dans la dépénalisation de l’avortement. Elle s’engagea dans la lutte pour la parité hommes-

femmes dans la vie publique et professionnelle. En 2008, elle milita pour Giséle Halimi une « Clause de l’Européenne la plus favorisée » qui permettrait de tirer vers le haut la législation en faveur du droit des femmes des 27 pays membres de l’Union Européenne », précise Isabelle Vahé, historienne.

Chevilly-Larue (94)

ARAC (13)

ARAC Allier (03)

Mercredi 26 août Marseille place Castellane, hommage rendu aux résistants morts pour la libération de la ville lors de la prise de la Préfecture par JeanPaul Chiny ANACR, en présence de Pascal Coget directeur de l'ONAC 13, de Patrick Saintenoy Président Départemental de l'ARAC 13, de M. Becker de l'UDAC 13, de la fille d'un résistant tué au combat, d'autres représentants et porte-drapeaux.

Le comité départemental de l’ARAC de l’Allier adresse ce jour au maire de la ville de BELLERIVE SUR ALLIER sa plus ferme protestation devant le retrait, au moment même où devait débuter la commémoration, de la plaque en l’honneur des 80 parlementaires ayant refusé de voter les pleins pouvoirs à Pétain le 10 juillet 1940, ce sous les yeux des porte-drapeaux et de représentants d’associations patriotiques, d’élus, et de familles notamment les filles de Jean Zay et la petite-fille de Louis Noguères. Il est fait copie du courrier au directeur départemental de l’Office National des Anciens Combattants.

Jaques Verrier Arac Chevilly Larue

À la cérémonie de la Libération, aux côtés de madame le Maire, Stéphanie Daumin, les militants et dirigeants de l’ARAC de la section locale, J. Verrier et le porte-drapeau de l’ARAC.

LE RÉVEIL - N° 864 - AOÛT / SEPTEMBRE 2020 - 31


Conseil départemental du Val-de-Marne - Direction de la communication/studio graphique - Photo : ©Monkey Business - stock.adobe.com - Juillet 2020.

s e v è l é s e l s Tou s d’un ordinateur n o s i a m a l à t e e g è l l au co

équipé

Profile for Le réveil des combattants

Le Réveil des Combattants - Août / Septembre 2020  

Le Réveil des Combattants - Août / Septembre 2020  

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded