Le réveil des combattants - Juillet/Août 2021

Page 1

INTERDIGITAL (EX-TECHNICOLOR) SUPPRIME 60 POSTES À RENNES

LA LIBÉRATION DES CAMPS DE CONCENTRATION ET D’EXTERMINATION

COLOMBIE GUERRE DE CLASSE

VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

Juillet-Août 2021 - N° 873 - 5 e

NOTRE AVENIR

et celui des générations futures dépendra de nos combats et de notre engagement pour défendre et mettre en œuvre

LES VALEURS DE LA RÉPUBLIQUE

17 décembre 2018 - Rond point à Montabon (Sarthe) - (Photo AFP)

Ensemble, défendons les valeurs de la République

LE RÉVEIL - N° 873 - JJUILLET-AOÛT 2021

-1


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

F É D É R A T I O N

C G T

D E S

C H E M I N O T S

APPEL À LA GRÈVE (Extraits)

1er JUILLET 2021 : TOUS EN GRÈVE !

Le 18 mai dernier, la Fédération CGT des Cheminots a interpellé dans une lettre ouverte à la direction SNCF sur le malaise grandissant au sein de notre entreprise. Face au silence de la direction SNCF et après de multiples interpellations, la Fédération CGT prend ses responsabilités et appelle les cheminots à agir par la grève nationale tous services le 1er juillet prochain. Le groupe public SNCF continue de se transformer. Suppression de 1 à 2 % des effectifs pour 2021, 7e année de gel salarial, remise en cause des Facilités de Circulation : ça suffit, d’autant que les moyens existent ! ENSEMBLE, EXIGEONS (extraits) : • De réelles négociations pour un statut social de haut niveau ; • L’arrêt des réorganisations ; • La ré-internalisation, dans toutes les activités, des charges de travail sous-traitées ; • Un véritable plan de relance du fret et du voyageur dans le cadre du service public SNCF ; • Le remplacement systématique des départs en retraite par des embauches ; • L’augmentation générale des salaires pour tous les cheminots et la revalorisation des primes de travail ; • Un positionnement de la direction pour empêcher le Gouvernement de mettre en œuvre une nouvelle réforme de notre régime spécial à travers son projet de décret retraites ; • L’arrêt des processus de filialisation dans le cadre des appels d’offres TER ; • Des droits équivalents à ceux des statutaires pour tous les contractuels. CONTRE LA JUNGLE SOCIALE, POUR NOS SALAIRES, NOS EMPLOIS, NOS DROITS, POUR UN STATUT SOCIAL DES CHEMINOTS PROTECTEUR : TOUS EN GRÈVE !

COMMUNIQUE DE PRESSE (extraits)

CONTRE LE PACT ET LE PSE – Grève et manifestation Les organisations syndicales d'ADP appellent les salariés à se mobiliser du 1er au 5 juillet 2021 pour le retrait du PSE et l'arrêt des modifications des contrats de travail qui vont supprimer définitivement plus d'un mois de salaire à tous les salariés et les obliger à accepter des mobilités géographiques génératrices de temps de trajets supplémentaires. Comment l'Etat, actionnaire majoritaire, qui a validé au Conseil d'Administration l'achat pour 1,2 milliard d'euros en 2020 des aéroports indiens (GMR) par ADP, peut-il laisser son PDG engager un plan social destructeur et sans aucune justification économique, alors que 1 150 salariés partent déjà dans le cadre d'une Rupture Conventionnelle Collective ! L'unanimité des Organisations Syndicales d'ADP ont rejeté le projet de la direction et ont interpellé la direction régionale du travail. Afin de faire entendre la colère des milliers de salariés d'ADP face à cette injustice sociale et ce mépris, les syndicats CFECGC, CGT, UNSA SAPAP, CFDT et FO appellent tous les salariés à se mettre en grève du 1er au 5 juillet 2021 pour se faire entendre. Des manifestations auront lieu sur les plateformes de CDG et d'Orly. 2 -

LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021


ÉDITO LE RÉVEIL

LA FRANCE NE SERA JAMAIS UN PEUPLE D’ESCLAVES

SOMMAIRE Actualités Les syndicats dans l'action �������������������������������������������������������������������������������� 2 Fin de la trêve hivernale : 30 000 familles expulsées ����������������������������������������� 4 Un tiers des éligibles au RSA ne le touchent pas : « Est-ce ainsi que les pauvres survivent ? » ������������������������������������������������������������������������������������� 5 Le Conseil d’Etat retoque plusieurs mesures gouvernementales ���������������������� 5 Fermeture de la fonderie MBF : Colère chez les salariés ����������������������������������� 7 Fret ferroviaire et fluvial : La France accumule du retard ����������������������������������� 8 Couple Franco Allemand : 30 ans d’infidélité �������������������������������������������������� 21 International Colombie : Guerre de classe ������������������������������������������������������������������������������9 Otan : Parfum de guerre froide �������������������������������������������������������������������������10 Israël : Tueur d’arabes ����������������������������������������������������������������������������������������11 La France participe au Japon à des exercices militaires trilatéraux avec les Etats-Unis �����������������������������������������������������������������������������������������������������12 Participation ukrainienne au prochain exercice militaire Defender Europe 21 ����������������������������������������������������������������������������������������������������������12 Vos droits Commission Tripartite �������������������������������������������������������������������������������������� 22 Les droits des ACVG : Questions posées à l’administration restées ans repone ou refusées ���������������������������������������������������������������������������������� 22 Vie de l’ARAC Vie de l’ARAC ������������������������������������������������������������������������������������������� 23 à 31 Souscription 2021 ������������������������������������������������������������������������������������������� 27 Procès intenté par Tran To Nga contre les industries agro-chimiques : le combat continue pour les victimes de l’Agent Orange ������������������������������� 32

P. 13.. D O S S I E R

Cahier Mémoire sur la libération des camps de concentration et d’extermination www.le-reveil-des-combattants.fr LE RÉVEIL DES COMBATTANTS Fondé en 1931 par Henri Barbusse et Paul Vaillant-Couturier. Mensuel de l’Association républicaine des combattants pour l’amitié, la solidarité, la mémoire, l’antifascisme et la paix. Commission paritaire n° 0723-A06545 ISSN N° 0751-6215 • Édité par les Éditions du Réveil des Combattants • SARL au capital de 45 734,41  € - Siret : 572 052 991 000 39 2, place du Méridien - 94807 Villejuif cedex Tél. 01 42 11 11 11 reveil-des-combattants@wanadoo.fr

• Tirage : 60 000 exemplaires • Directeur-gérant : Raphaël Vahé • Directeur : Patrick Staat • Rédactrice en chef adjointe : Brigitte Canévêt • Comité de Rédaction : Hervé Corzani, JeanPierre Delahaye, Laurence Gorain • Régie Publicitaire : HSP - Tél. 01 55 69 31 00 contact@hsp-publicité.fr • Administratrice : Annick Chevalier • Conception graphique - Impression : RIVET PRESSE EDITION - 24, rue Claude-Henri-Gorceix, 87022 Limoges cedex 9

D

eux électeurs sur trois ne se sont pas déplacés pour voter. Ces élections confirment la gravité de la situation démocratique du pays. En s’abstenant, les électeurs ont exprimé massivement le fait que n’étaient pas prises en compte leurs préoccupations. La colère existe, elle gronde, elle peut regrouper tous ceux qui aujourd’hui ne se sentent pas entendus, écoutés, qui pensent n’attendre plus rien de la politique : salariés, retraités, jeunes, gilets jaunes, fonctionnaires, chômeurs… tous ceux qui sont touchés depuis 40 ans par la politique d’austérité. Il y a une attente très forte dans le pays d'égalité, de justice sociale et fiscale, de lutte contre les inégalités. Il faut construire un projet pour la France, avec ses habitants, pour répondre à leurs attentes. Un projet qui assure sa souveraineté et lui permette de construire des relations avec les nations d’Europe. Notre pays ne doit pas être mis sous la tutelle de la commission européenne que ce soit sur les questions internationales, militaires, financières, industrielles… Alors que le Conseil d’Etat a ordonné la suspension des nouvelles règles de calcul de l’assurance chômage (signe d’une situation dramatique), la réforme des retraites pourrait bien revenir rapidement sur la table. La politique menée par le gouvernement s’appelle des choix de classe. Une politique qui ne favorise que les plus riches. Ce n’est pas parce qu’une grande majorité s’est abstenue que cela donne les pleins pouvoirs au Président de la République, bien au contraire. Sachons tirer les enseignements d’hier pour construire l’avenir. Les grands mouvements sociaux (1936, 1945, 1968) ont contribué à la république sociale que nous connaissons aujourd’hui et qui est de plus en plus menacée par une poignée de privilégiés. Il nous faut engager une grande bataille d’idées car seuls des êtres conscients des enjeux peuvent donner un sens à leurs luttes, passer de la désespérance, de la colère, à l’action réfléchie permettant de peser sur les choix politiques. Le travail de mémoire que nous réalisons, les débats que nous organisons, les initiatives que nous prenons, n’ont de sens que si elles permettent aux jeunes générations de poursuivre, en s’appuyant sur l’histoire, l’engagement républicain et démocratique qui est le nôtre aujourd’hui. L’heure n’est pas aux larmes ou à la résignation mais bien à la mobilisation. S’ils veulent imposer « le malheur d’être jeune », nous saurons rappeler avec Paul Vaillant-Couturier qu’ « être jeune c’est avoir la lutte pour le bonheur devant soi ! ». Patrick STAAT LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

-3


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

Fin de la trêve hivernale : 30 000 familles expulsées

9,3 millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté, près de 2 millions avec moins de 930 euros par mois. 30  000 ménages (66  000 personnes) risquent l'expulsion cette année, deux fois plus qu'avant la crise sanitaire et économique. Par deux fois depuis le début de la crise sanitaire, le gouvernement a pris la décision de reporter la fin de la trêve hivernale des expulsions locatives et des coupures d’énergie qui habituellement est programmée au 31 mars de chaque année. Si cette mesure constitue un « bol d’air » pour les ménages se trouvant en difficulté de paiement de loyers et charges, le fait que celle-ci ne soit ac-

compagnée d’aucunes mesures de prévention des expulsions et des coupures la rend inefficace et ne fait que repousser le problème. Le nombre d’expulsions locatives ne fait qu’augmenter depuis 2014 pour atteindre la prévision d’environ 30 000 en 2021, soit près du double de 2019 ! C’est là le résultat des politiques d’austérité menées par le gouvernement et le patronat : suppressions d’emploi dans les entreprises et services, stagnation des salaires et pensions, hausse de la précarité, etc… Aujourd’hui, 58  % des impayés locatifs ont pour cause la baisse des revenus des locataires qui, pour 31 % d’entre eux, est due à la perte d’emploi. Alors que 12,1 millions de personnes sont en difficulté de logement dont 1,9 million en difficulté pour payer leur loyer ou leurs charges, le gouvernement refuse de prendre des mesures à la hauteur de l’urgence sociale. Dans le contexte de crise sanitaire, Le gouvernement aurait dû décider d’inter-

dire les expulsions locatives, prononcer un moratoire des loyers et des traites en procédant à l’apurement de dettes pour l’ensemble des locataires et accédants à la propriété en difficulté. Au lieu de cela, la ministre du logement a rédigé une circulaire le 26 avril dernier à destination des préfets pour leur demander que toute expulsion soit accompagnée « d’une proposition d’un autre logement ou à défaut d’une proposition d’hébergement le temps qu’une solution plus pérenne soit trouvée ». Circulaire inapplicable en l’état actuel et au vu du manque crucial de logement social et de place d’hébergement sauf à faire exploser le recours à la solution hôtelière pour faire face à la saturation des dispositifs d’accueil d’urgence ou de réinsertion sociale "La première bataille, c'est de loger tout le monde dignement. Je ne veux plus, d'ici la fin de l'année, avoir des femmes et des hommes dans la rue". C'était une promesse de campagne du président de la République, en 2017…

« Renault joue le pourrissement »… Les grévistes de la fonderie de Bretagne taclent le constructeur Le mouvement de grève se poursuit à la Fonderie de Bretagne. Mobilisés depuis huit semaines contre le projet de vente de l'usine propriété de Renault, les salariés ont été reçus par le constructeur automobile. A la sortie de cette réunion, la déception était grande des deux côtés. « Les salariés sont révoltés de voir ce qu'on leur propose. Renault joue le pourrissement de la situation. Ils sont en train d'acter la fermeture de l'entreprise », tacle Maël Le Goff, secrétaire CGT du site situé à Caudan, dans le Morbihan. Pour tenter de « mettre fin au conflit », la direction de l'usine avait proposé d'acter une légère augmentation du volume de production en 2021 « en le portant de 19 000 à 21 000 tonnes en année pleine, 4 -

LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

soit une augmentation de 10 % ». « Cette avancée de la part de Renault Group est assujettie à l'arrêt du conflit et à la reprise des activités au plus vite dans les conditions de sécurité requises », précise le constructeur automobile dans un communiqué. « Les paroles de Renault, ça suffit » Cet engagement, les grévistes le jugent insuffisants. Ces derniers souhaiteraient que Renault, qui a mis en vente cette usine faisant travailler 350 salariés, s'engage sur un plan de charge en 2022 et 2023. « Il nous faut quelque chose d'écrit noir sur blanc parce que les paroles de Renault, ça suffit ! » Dans son communiqué, Renault dit aussi s'engager « à accompagner Fonderie de

Bretagne jusqu'à la reprise par un acquéreur en discutant des volumes, des investissements et de la diversification sur la base d'un projet industriel d'avenir ». Les salariés demandent à rester dans le groupe Renault et le retour à Caudan de volumes de production délocalisés à l'étranger. Renault a annoncé le 11 mars la mise en vente de l'usine. Héritière des Forges d'Hennebont, créées en 1860, la Fonderie de Bretagne est implantée depuis 1965 à Caudan. Source : 20 minutes.fr – 17/06/21


ACTUALITÉS LE RÉVEIL

Un tiers des éligibles au RSA ne le touchent pas : « Est-ce ainsi que les pauvres survivent ? » Il est des voix qui aiment à faire la leçon aux plus pauvres, comme si ces derniers étaient responsables de leur situation, comme s’ils préféraient se complaire dans l’« assistanat » plutôt que de prendre leur courage à deux mains et de copier les « risquophiles », qui ne reculent devant aucun défi. À tous ceux-là, on conseillera la lecture du dernier rapport du Secours catholique, intitulé « Non-recours : une dette sociale qui nous oblige. Combien n’ont pas accès aux prestations sociales et pourquoi ». Ainsi formulé, le propos peut paraître rébarbatif. Il met cependant le doigt sur une réalité souvent ignorée par les belles âmes. On estime qu’environ un tiers des personnes éligibles au revenu de solidarité active (RSA) ne le touchent pas. Rappelons que le RSA est de 565,34 € par mois. Ce n’est pas le Pérou. Pour ceux qui sont concernés, il s’agit souvent de l’essentiel de revenus si maigres qu’ils vivent la fin du mois chaque semaine. Pourtant, nombre d’entre eux en sont

privés, parce qu’ils sont dans l’incapacité de remplir les démarches nécessaires, trop compliquées – surtout depuis qu’elles passent par le numérique – ou parce qu’ils sont tellement culpabilisés qu’ils préfèrent ne pas solliciter une allocation à laquelle ils ont droit. Il en est de même pour les allocations familiales, ou la complémentaire santé, ce qui fait écrire à la présidente du Secours catholique, Véronique Fayet  : «  Ces économies honteuses n’honorent pas notre pays et minent notre société. » C’est le moins que l’on puisse dire. Au fil des ans, la pauvreté est devenue une maladie honteuse, le signe extérieur d’une tare indélébile. On a encore en mémoire le propos d’Emmanuel Macron lançant : « On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s’en sortent pas ». Mais à qui la faute, s’ils ne s’en sortent pas au point de ne même plus faire valoir leurs droits ? Qui les a transformés en prétendus « assistés » alors qu’ils attendent un travail souvent inexistant ? Qui a décrété une baisse des indemnités

chômage tout en vantant un monde où il suffirait de vouloir pour pouvoir et de désirer pour avoir ? À force de fabriquer des exclus à la pelle, et de les laisser au fond du trou social, on les a transformés en victimes expiatoires, en sacrifiés d’un système qui abandonne les plus faibles sur le bas-côté. À force de les désigner d’un doigt accusateur, on a conduit une partie d’entre eux à battre leur coulpe et à s’automutiler en se privant des maigres prestations qui leur permettent de survivre dans des conditions indignes d’un pays comme la France. C’est le comble de la violence sociale. L’écrivain Gabriel García Márquez disait : « J’ai appris qu’un homme n’a le droit d’en regarder un autre de haut que pour l’aider à se relever. » Il en est qui préfèrent regarder des hommes sombrer. Source : Marianne – J.Dion – 19/06/21

Le Conseil d’Etat retoque plusieurs mesures gouvernementales Le Conseil d'Etat a annulé quatre dispositions importantes du schéma national du maintien de l'ordre. Parmi elles, l'emploi de la technique de « la nasse » ou l'obligation faite aux journalistes de quitter les lieux lors de la dispersion des manifestations. La plus haute juridiction de l'ordre administratif annule également l'obligation pour les journalistes de disposer d'une accréditation pour accéder à des informations en temps réel, et les conditions de port d'équipements de protection. L'instance avait été saisie par plusieurs associations et syndicats, dont la CGT, la Ligue des droits de l'Homme, le

Syndicat de la magistrature ou encore le Syndicat National des Journalistes. Ils contestaient le schéma national de maintien de l'ordre du 16 septembre 2020 porté par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Le Conseil explique à propos de la technique de la « nasse » qu'elle est prévue dans le schéma national « pour contrôler, interpeller ou prévenir la poursuite de troubles à l'ordre public ». « Si cette technique peut s'avérer nécessaire dans certaines circonstances précises, elle est susceptible d'affecter significativement la liberté de manifester et de porter atteinte à la liberté d'aller et venir », ajoutent les Sages.

Ils soulignent que le texte « ne précisait toutefois pas les cas où il serait recommandé de l'utiliser ». D'où sa décision d'annuler cette disposition, « car rien ne garantit que son utilisation soit adaptée, nécessaire et proportionnée aux circonstances ». S'agissant de la presse, le Conseil considère que les journalistes « n'ont pas à quitter les lieux lorsqu'un attrouLE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

-5


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

pement est dispersé » et qu'ils n'ont pas « l'obligation d'obéir aux ordres de dispersion » des forces de l'ordre. « Les journalistes doivent pouvoir continuer d'exercer librement leur mission d'information, même lors de la dispersion d'un attroupement ». « Ils ne peuvent donc être tenus de quitter les lieux, dès lors qu'ils se placent de telle sorte qu'ils ne puissent être confondus avec les manifestants ou faire obstacle à l'ac-

tion des forces de l'ordre », ajoute le Conseil. Les Sages considèrent en outre que le « ministre de l'Intérieur ne peut pas imposer des conditions au port de protections par les journalistes ». Selon eux, dans une circulaire sur le maintien de l'ordre, le ministre ne peut « pas édicter ce type de règles à l'attention des journalistes comme de toute personne participant ou assistant à une manifestation ». Enfin, le Conseil d'Etat annule l'obligation pour les journalistes d'être accrédités par les autorités pour accéder au canal d'échange dédié qui peut être mis en place par les forces de l'ordre lors des manifestations. « Lorsque le schéma national réserve ce dispositif dédié aux seuls journalistes « accrédités auprès des autorités », il ne précise

ni la portée, ni les conditions, ni les modalités d'obtention d'une telle accréditation », indiquent les Sages. Ils estiment que « cette rédaction floue » est susceptible de conduire à des choix discrétionnaires et « porte atteinte de manière disproportionnée à la liberté de la presse ». Cette décision du Conseil d'Etat constitue, en moins d'un mois, un second revers pour Gérald Darmanin après la censure, le 20 mai, par le Conseil constitutionnel de l'ex article 24 de la loi sur la Sécurité globale. Devenu l'article 52 dans cette loi, cet article prévoyait de punir 'la provocation à l'identification des forces de l'ordre', une nouvelle incrimination qui avait suscité une levée de boucliers des défenseurs des libertés publiques. Source : Les Echos – 10/06/21

Interdigital (ex-Technicolor) supprime 60 postes à Rennes Le groupe américain InterDigital a annoncé la suppression de 60 postes dans son laboratoire de Cesson-Sévigné, près de Rennes, racheté en 2019 au groupe français de services et de technologies pour les médias numériques Technicolor, selon la direction et les syndicats. « La direction du groupe vient d'annoncer (...) aux représentants du personnel l'ouverture de la procédure légale pour un plan de suppression d'emploi massif de plus de 40 % de l'effectif (...) C'est en l'état un plan au rabais », a dénoncé l'intersyndicale Sud-CFDT dans un communiqué de presse. La direction a confirmé la suppression de 60 postes sur 180 ingénieurs-chercheurs. « Toute l'industrie de la post-production est en pleine crise avec le Covid », a déclaré un porte-parole à l'AFP. Il a indiqué qu’interdigital supprimait une partie des postes dans des « activités extrêmement intéressantes », mais qui ne correspondaient pas à son modèle économique et d'autres qui faisaient l'objet d'un contrat avec Technicolor. « Il y a 6 -

LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

eu des difficultés de paiement ces douze derniers mois. C'était une activité qui n'avait plus d'avenir pour nous », a ajouté ce porte-parole. Les syndicats ont jugé ce plan social « inacceptable pour un groupe en excellente santé financière qui se vante d'avoir encore augmenté ses profits pendant la pandémie et qui a par exemple, racheté sur ces cinq dernières années pour près de 380 millions de dollars (312 M EUR) de ses propres actions dans le seul but d'en faire monter le cours ». « Ce comportement est inacceptable pour un

groupe qui a bénéficié de l'argent public à hauteur de 12 millions d'euros de Crédit Impôt Recherche en 2020 », ajoutent-ils. « Les salariés (...) sont mobilisés pour faire échec à ce plan ». Bertrand Chupeau, délégué syndical CFDT, a regretté une « réorganisation brutale qui tombe sans prévenir alors que l'entreprise présente d'excellents résultats ». La direction a assuré qu'aucun licenciement n'aurait lieu avant la fin du mois de septembre et que le laboratoire de Rennes demeurerait le plus important d’Interdigital dans le monde. Source : LE FIGARO – 10/06/21


ACTUALITÉS LE RÉVEIL

Fermeture de la fonderie MBF : Colère chez les salariés La fonderie MBF liquidée. À SaintClaude (Jura), la fermeture était redoutée, la justice a tranché. L'équipementier automobile ne sera pas repris. La seule offre a été jugée trop faible. Colère des 282 ouvriers qui vont perdre leur travail.

Le désarroi est immense, il dépasse même l’entreprise MBF. C’est toute une vallée, toute une ville, Saint Claude, qui s’est levée le 23 juin sonnée. La fonderie était le premier employeur de la région. La colère est immense à l’égard notam-

ment du gouvernement, coupable pour les salariés de ne pas avoir soutenu le seul repreneur volontaire. Beaucoup de familles de Saint-Claude se préparent déjà à un exode, un départ d'une ville qui a déjà perdu en 10 ans plus de 3 000 habitants.

Le ministère rappelle des millions de masques FFP2 potentiellement dangereux Presque 17 millions de FFP2 distribués aux soignants ont été rappelés par Santé publique France. En cause : du graphène, élément potentiellement toxique. Sa mention sur la notice aurait échappé aux autorités de santé. Plus d’un an après le début de la crise sanitaire, la France n’en a pas fini avec les problèmes liés aux masques. Le 25 mai, Santé Publique France (SPF) a mis en ligne, sur le site de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM), un document passé relativement inaperçu mais titré ainsi : « Urgent – Information de sécurité ». Destiné notamment à des hôpitaux. Il indique : « Votre structure est susceptible d’avoir été destinataire de masques labellisés “Biomass Graphène”. Dans l’attente de l’évaluation de l’éventuel risque lié à la présence de graphène dans ces masques, et par précaution, il vous est demandé de ne plus les utiliser » En Île-de-France, cette demande est appuyée par un courrier de l’Agence régionale de santé (ARS) à destination des directions hospitalières. Il est précisé qu’ « à ce stade, il a été identifié 60,5 millions de masques FFP2 dotés d’un marquage CE pouvant potentiellement contenir du graphène dont 16,9 millions ont d’ores et déjà été distribués en 2020 », soit « 28 % des stocks reçus ». Présenté comme un « matériau révolutionnaire », le graphène est plébiscité, car « flexible, léger, ultrarésistant, transparent et, surtout, excellent conducteur ». En résumé, il aurait des propriétés antivirales, ce qui le range

dans la catégorie des biocides, ainsi définis par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) : des « substances ou des préparations destinées à détruire, repousser ou rendre inoffensifs les organismes jugés nuisibles : champignons, bactéries, virus, rongeurs, insectes… ». La mention de biocide est rédhibitoire pour Santé publique France : « L’activité biocide était un critère d’exclusion dans le cahier des charges de SPF. » Ces masques n’auraient donc jamais dû se retrouver entre les mains de soignants. Alors comment ces 60,5 millions de FPP2 sont-ils arrivés en France ? Contacté par Mediapart, Santé publique France explique que cette commande a été faite en avril 2020, avec « un avis favorable » de l’ANSM délivré « sur les produits reçus ». Pourtant, « dans le rapport de test ainsi que dans la notice » du fabricant, « la mention de “Biomass Graphène” » apparaissait bien, reconnaît SPF. Mais il semble que cette mention ait échappé aux autorités : « Cette mention aurait pu sans doute nous apparaître plus évidente à SPF et à l’ANSM s’il avait été fait mention d’une revendication d’une activité biocide », plaide SPF. La communauté scientifique s’interroge depuis longtemps sur la potentielle toxicité du graphène. « Les effets

sur l’homme et l’environnement sont également très variables. Cela rend les déclarations simples et généralement valides presque impossibles », peut-on lire sur le site gouvernemental suisse du laboratoire fédéral d’essai des matériaux, dans un document intitulé « le graphène est-il sûr ? » publié en 2019. L’Agence européenne des produits chimiques a « été sollicitée par des États membres et la Commission européenne en vue de l’obtention d’une analyse de risques  ». L’évaluation est actuellement en cours, précise le courrier de l’ARS. En attendant, SPF rappelle que, même si une « toxicité aiguë » due à l’inhalation de graphène a été observée sur les animaux de laboratoire, cela n’a pour le moment pas encore été démontré chez les humains. Si le danger des masques contenant du graphène devait être établi pour l’homme, la situation pourrait tourner à un énième scandale sanitaire, puisque la France a distribué 16,9 millions d’unités en 2020. Contactée par Mediapart, la Direction générale de la santé (qui dépend du ministère) ainsi que Santé puLE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

Olivier Véran le ministre de la santé

-7


blique France n’ont pas répondu sur le nombre total de FFP2 distribués via le stock d’État, et donc la part que ces 16,9 millions de masques représentent. Pour précision, la Direction générale de la santé affirmait le 1er février dernier que son stock d’État était constitué de 426 millions de masques FPP2. On peut lire dans le courrier de l’ARS de l’Île-de-France que « les 43,6 millions de masques FFP2 encore dans les stocks de l’État font l’objet d’un gel de leur distribution ». Pour l’heure, c’est donc plus de 10 % du stock d’État qui se retrouve immobilisé. Source  : MEDIAPART – (extraits) – R. Godechot - 31/05/21

Olivier Véran et Jean Castex

Fret ferroviaire et fluvial : La France accumule du retard En France, le transport de marchandises s’effectue à 90 % par la route quand la moyenne européenne est de 75 %. Des modes de transport plus respectueux de l’environnement existent, à l’image des frets ferroviaire et maritime. Problème, la vétusté de ces infrastructures ne permet pas leur pleine exploitation. Dans un rapport sur l’impact environnemental du transport de marchandises adopté le 21 mai, la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat note que le transport routier (voyageurs et marchandises) représente à lui seul 31 % des émissions de gaz à effet de serre, ce qui en fait le secteur le plus émetteur de CO2 en France. Les poids lourds seraient responsables de 20 % de ces émissions. Pour limiter l’empreinte carbone du secteur, le texte préconise de diver-

8 -

LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

sifier les modes de transport pour les marchandises, en développant le fret ferroviaire et fluvial, moins polluant. Un train consomme neuf fois moins de CO2 qu’un camion poids lourd, et une barge avec des conteneurs, cinq fois moins. Si l’idée apparaît comme une solution plausible, sa mise en application se heurte à un problème de taille : l’état de dégradation dans lequel se trouvent les infrastructures portuaires et ferroviaires en France. Lors d’une audition publique par la commission au Sénat, Jean-Baptiste Djebbari, ministre des Transports a reconnu que « les marchandises ne transitent pas par le rail, car les connectivités aux grands pôles d’échanges multimodaux, notamment les ports, sont mal réalisées », dû à un « sous-investissement chronique ». Pour pallier le manque d’équipements, « 5 milliards d’euros du plan de relance ont été attribués au ferroviaire »,

a déclaré le ministre. Néanmoins, entre la croissance du TGV, l’extension des horaires et la réhabilitation des rails, le réseau ferroviaire est « un réseau qui subit », les nombreux chantiers la nuit « diminuent la disponibilité des sillons, jusqu’en 2023 au moins », a-t-il prévenu. La France semble avoir délaissé le transport de marchandises par le train ou par bateau délaissé au profit du transport routier. Les chiffres parlent d’eux-mêmes  : le fret ferroviaire et le fret fluvial français sont deux fois moins développés qu’ailleurs en Europe. À titre d’exemple, la part d’utilisation du train représente 18 % à l’échelle européenne, contre 9 % en France. L’utilisation des voies fluviales est de 5,5 % en Europe, contre 2,3 % en France. Source : EURACTIV.FR – 26/05/21 (extraits)


INTERNATIONAL LE RÉVEIL

Colombie

Guerre de classe

Depuis plusieurs semaines la Colombie est plongée dans le chaos et la violence. En cause, une réforme fiscale annoncée par le gouvernement de Ivan Duque et bien plus, les inégalités, la politique gouvernementale au profit des plus riches, la répression et le racisme. Nous publions ici un reportage de l’Agence France Presse (AFP), réalisé à Cali, qui qualifie la situation de « guerre de classe » Il y a un mois, dans un quartier riche de Cali, des civils ont tiré à balles réelles sur des manifestants issus des quartiers pauvres, sous les yeux de la police. En pleine fronde sociale, une guerre des classes s'étale au grand jour dans la troisième ville de Colombie. Déjà marquée par le racisme et les inégalités, la capitale du département de Valle del Cauca (sud-ouest) a vu surgir à l'occasion de la vague de contestation une réalité longtemps tue, une profonde rancœur entre classes sociales. Le 28 mai, une foule en provenance des banlieues pauvres de la ville a fait irruption dans le quartier chic de Ciudad Jardin et tenté de mettre le feu à un poste de police. Les habitants ont répliqué en tirant à balles réelles. "C'était comme une guerre civile dans laquelle, dans un camp il y avait les policiers et les habitants inquiets pour leurs biens, et dans l'autre, les manifestants (…) qui voulaient imposer leur anarchie dans notre quartier", a raconté à l'AFP Andrés Escobar, un publicitaire de 30 ans. Lui-même a sorti son pistolet automatique, pour, assure-t-il, "tirer en l'air" lors de cette journée qui s'est révélée la plus sanglante – 13 morts – depuis le début de la vague de contestation sociale fin avril. L'ONU a réclamé une enquête indépendante. Pour Luis Castillo, sociologue de l'Université del Valle, cet épisode est la preuve "d'un conflit traversé par les différences de classes" que la pandémie de coronavirus a aiguisées. Avec ses boutiques de luxe, ses maisons avec piscines et ses avenues bordées de palmiers, Ciudad Jardin ressemble à un petit Beverly Hills. Dans ce quartier, personne n'est descendu dans les rues lorsque le président de droite Ivan Duque a annoncé en pleine pandémie un projet de réforme fiscale décrié, puis retiré. Les habitants

n'ont pas non plus manifesté lorsque la contestation s'est transformée en un mouvement contre les politiques gouvernementales et la violence de la répression policière.

Racisme Dès le début de la mobilisation, le 28 avril, les syndicats, les groupes indigènes, les étudiants et les enseignants se sont mobilisés à Cali comme ailleurs dans le pays. Mais pour la première fois, une jeunesse noire et métisse, issue des quartiers pauvres a rejoint la contestation. Acculés par la pandémie, qui a jeté trois fois plus d'habitants dans la pauvreté à Cali (+67 %) que dans le reste du pays, ces jeunes venus des quartiers de Siloé ou Aguablanca disent n'avoir plus rien à perdre. Il existe dans la ville une nette "ségrégation raciale" envers les jeunes afro-descendants vivant dans des quartiers défavorisés, souligne Luis Castillo. Les divers confinements successifs les ont asphyxiés en mettant un coup d'arrêt à l'économie informelle, mais les inégalités sociales empiraient déjà : entre 2019 et 2020, 380 000 habitants sont tombés dans la pauvreté dans

cette ville de 2,2 millions d'habitants. Cette jeunesse a intensifié le mouvement national de grève en organisant des blocages routiers devenus de véritables campements urbains qui exaspèrent une partie de la population. "Nous parlons d'une grève nationale (…) nous devons faire en sorte que rien ne fonctionne", justifie Cero, responsable du "point de résistance" de Puerto Madera. Les manifestants avec lesquels s'est entretenue l'AFP, ont entre 15 et 35 ans. Ils travaillent dans le secteur informel, ont parfois fait des études, mais sont sans emploi, notamment en raison de la pandémie. Ils réclament du travail, un meilleur système d'éducation et de santé, mais ne se sentent pas représentés par le Comité national de grève, initiateur du mouvement, qui a tenté, sans succès, de négocier avec le gouvernement. Ils cuisinent, écoutent du reggaeton ou fument pour tuer le temps. Ils disent avoir des armes, mais n'acceptent de montrer aux journalistes que des boucliers artisanaux, des bâtons et des pierres. "Nous sommes las de voir des familles dans la misère", explique Plein, qui a été blessé par balle lors d'affrontements avec la police. Manifestations massives en Colombie

LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

-9


LE RÉVEIL INTERNATIONAL

Otan

Parfum de guerre froide

Déclarations belliqueuses et menaces, Biden met les « alliés » en ordre de marche au service de l’Amérique Au sommet de l’Otan à Bruxelles Biden a donné le ton. Dernière étape d'un périple aux allures de passage en revue des alliés en Europe, commencé par un sommet du G7 au Royaume-Uni, suivi par le sommet de l'Otan et une réunion avec les présidents des institutions de l'UE à Bruxelles le nouveau locataire de la Maison-Blanche a clairement désigné ses adversaires principaux : la Russie et la Chine. "La Russie et la Chine cherchent à nous diviser, mais notre alliance est solide. L'Otan est unie et les Etats-Unis sont de retour", a martelé le président américain face aux journalistes. Plus de trente ans après la chute du mur de Berlin, la Russie, ex-Union soviétique, reste la préoccupation numéro un de l'Alliance. "Tant que la Russie ne montre pas qu'elle respecte le droit international et qu'elle honore ses obligations et responsabilités internationales, il ne peut y avoir de retour à la nor-

male", menace le texte les Alliés rangés en ordre de bataille, comme au bon vieux temps de la guerre froide, derrière Washington. La Chine est également devenue une source de préoccupation. "Les ambitions déclarées de la Chine et son comportement déterminé représentent des défis systémiques pour l'ordre international fondé sur des règles et dans des domaines revêtant de l'importance pour la sécurité de l'Alliance", affirme le texte adopté par le sommet de l’Otan. "Nous constatons que la Russie et la Chine coopèrent de plus en plus ces derniers temps, tant sur le plan politique que militaire. Cela représente une nouvelle dimension et un défi sérieux pour l'Otan", a déclaré le secrétaire général de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (Otan) comme pour justifier cette attitude belliqueuse… Joe Biden a obtenu que "le défi sécuritaire posé par la Chine" figure dans la déclaration,

même si certains alliés européens, notamment la France, renâclaient. Le sommet a également lancé la révision du concept stratégique de l'Alliance adopté en 2010 pour la préparer à faire face aux nouvelles menaces dans l'espace et le cyberespace. L'Otan a ainsi tourné la page Donald Trump, rassurée par la volonté affichée de Joe Biden de "revitaliser" les alliances des Etats-Unis. « L'Alliance doit se consulter davantage et investir mieux », a plaidé le secrétaire général de l’alliance, Jens Stoltenberg. Les Européens s'y disent prêts après avoir obtenu la reconnaissance de leur contribution à la sécurité collective. Encore faut-il que les Américains les jugent "fiables". 21 pays de l'UE sont membres de l'Otan, mais huit seulement tiennent l'engagement de consacrer 2 % de leur PIB à leurs dépenses militaires. La France est du nombre… JP Delahaye

Iran

Un ultraconservateur à la tête de l’Iran

Le nouveau président iranien, Ebrahim Raïssi, doit prendre ses fonctions, début août, après avoir été élu, vendredi 18 juin, avec près de 62 % des voix à l'issue d'un scrutin marqué par une abstention record en Iran. Dans moins de six semaines, ce religieux proche du Guide suprême deviendra le nouveau visage de la République islamique d'Iran sur la scène internationale. Sous la direction de ce traditiona-

Ebrahim Raissi le nouveau président iranien

10 - LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

liste à la réputation austère, le ton de Téhéran à l'égard de l'Occident pourrait se durcir, même s'il continuera à négocier pour relancer l'accord nucléaire historique de 2015, comme il s'y est engagé très clairement durant sa campagne. Alors que son prédécesseur, le modéré Hassan Rohani avait opté pour une ouverture envers l'Occident en favorisant entre autres l'accord de 2015, Ebrahim Raïssi a répondu d'un "non" ferme à la question d'un média américain lui demandant s'il avait l'intention de rencontrer le président des États-Unis, Joe

Biden, dans le cas où les discussions de Vienne permettraient d'alléger les sanctions et afin de "régler" les problèmes entre les deux pays, ennemis depuis plus de 40 ans Ce changement de président intervient à un moment clé des négociations sur le nucléaire. Les pourparlers entrent dans une phase décisive cet été. Un sixième cycle de discussions indirectes vient de s'achever entre Téhéran et Washington et les délégués réunis à Vienne ont regagné leurs capitales respectives pour consultations…


INTERNATIONAL LE RÉVEIL Côté iranien, certains responsables n'excluent pas que Téhéran pourrait avoir intérêt à pousser en faveur de la conclusion d'un accord avant le départ de Hassan Rohani. Cela permettrait ainsi à Ebrahim Raïssi de renvoyer la responsabilité d'éventuelles concessions aux Occidentaux à son prédécesseur, a expliqué un haut responsable iranien proche des discussions à l’agence de presse Reuters, en marge des pourparlers. D'une pierre deux coups, une fois l'accord signé par l'administration Rohani, c'est le nouvel homme fort de Téhéran, fraîchement élu, qui en remporterait les fruits avec à la clef, la levée des sanctions et la relance de l'économie iranienne.

Gardiens de la révolution Partisan d'une vision "étatiste", Ebrahim Raïssi ne devrait pas plaider pour l'ouverture massive de l'économie iranienne aux investisseurs étrangers en cas de levée des sanctions américaines, mais plutôt favoriser "les fondations religieuses qu'il connaît bien et les Gar-

diens de la révolution, qui possèdent eux aussi de nombreuses entreprises", analyse l'économiste et spécialiste de l'Iran Thierry Coville. Plusieurs chercheurs estiment que ces acteurs paraétatiques représentent actuellement plus de 50 % de l'économie iranienne… Proche de la ligne du Guide suprême, Ebrahim Raïssi est aussi plus proche des Gardiens de la révolution – l’armée idéologique de la République islamique – que Hassan Rohani, ce qui pourrait entraîner des positions plus intransigeantes de la part du nouveau président sur le programme balistique iranien ou encore l'engagement militaire iranien en Irak, en Syrie et au Liban. Durant sa campagne, il n'a pas caché que l'interaction de la République islamique avec les pays voisins, serait sa priorité. Raïssi se garde bien de fermer les portes de la diplomatie iranienne à double tour, affirmant lors de sa première conférence de presse qu'il n'y avait "pas d'obstacle" à la reprise des relations diplomatiques – rompues depuis 2016 – entre

le royaume sunnite d'Arabie saoudite, rival régional de la République islamique, chiite. Enfin Ebrahim Raïssi devra diriger le pays et surtout ces déplacements internationaux, avec un véritable handicap. Le président de la République islamique est habituellement celui qui se rend à l'étranger, où il représente le pays. Or, se pose un problème de taille pour le nouvel élu, étant donné qu'il figure sur la liste noire des responsables iraniens sanctionnés par Washington pour "complicité de graves violations des droits humains", accusations jugées nulles et non avenues par Téhéran. JPD

Israël

Tueur d’arabes

Comme s’était désigné lui-même en 2013, Naftali Benett le nouveau premier ministre israélien, milliardaire ultra religieux, ne modifiera pas la politique expansionniste de Tel-Aviv dans la région. Bibi Netanyahou renversé par une coalition hétéroclite. « Quand t’attrapes des terroristes, tu dois simplement les tuer. J’ai tué beaucoup d’Arabes (sic) dans ma vie – et il n’y a aucun problème avec ça ». Comme une profession de foi ? Cette déclaration révélée par le grand quotidien « centriste » Yedioth Ahronoth en 2013, on la doit au nouvel homme fort de Tel-Aviv, Naftali Benett qui s’était confié à l’occasion d’un échange avec le conseiller à la Sécurité nationale, Ya’akov Amidror, Fils d'immigrés américains, millionnaire de la tech et ancien des commandos d'élite, cette figure du camp nationaliste ultra est devenu le nouveau chef du gouvernement

israélien, soutenu par une coalition anti-Netanyahou fragile. Une nouvelle page de l'histoire d'Israël s'est tournée, dimanche 13 juin. Après douze ans d'un règne ininterrompu, Netanyahou a été écarté à la suite d'un vote de confiance de la Knesset (le parlement israélien) en faveur d'une coalition hétéroclite menée par son ancien allié Naftali Bennett. Cette figure de la droite dure religieuse s'est frayé un chemin en politique jusqu'à prendre la place de "Bibi", son ex-mentor, pour devenir, à 49 ans, le 13e Premier ministre d’Israël

A droite toute Né le 25 mars 1972 à Haïfa, Naftali Bennett est le fils d'immigrants américains venus en Israël à la suite de la guerre des Six-Jours. Après avoir passé une partie de son enfance à Montréal, à cause de la carrière de son père, il revient s'installer avec sa famille dans son pays natal. Il y reçoit une éducation religieuse tandis que ses parents adhèrent progressivement aux discours de la droite nationaliste et de l'extrême droite, souligne le quotidien israélien de gauche Haaretz. Naftali Bennett rejoint ensuite Bnei Akiva, le mouvement de jeunesse des sionistes religieux. LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021 - 11


LE RÉVEIL INTERNATIONAL bras droit de Netanyahou, tout juste élu président du parti.

Image de campagne 2021

Durant ses années militaires, l'unité de Naftali Bennett est impliquée dans le très controversé bombardement de Cana, durant l'opération "Raisins de la colère" en avril 1996 dans le sud du Liban, qui cause la mort de plus de 100 civils près d'un camp des Nations unies et suscite l'indignation internationale. Il s'engage en 2006 dans la politique israélienne en rejoignant le Likoud, le parti de droite nationaliste pour lequel a toujours voté sa famille. Il devient le

Deux ans plus tard, il quitte le Likoud pour diriger le Conseil de Yesha, principale organisation représentant les colons israéliens en Cisjordanie, qui deviennent son fonds de commerce politique. En 2012, il prend les rênes du Foyer juif, le parti historique des colons. Ce dernier se greffe en 2019 à d'autres micropartis pour former la formation Yamina ("A droite"), dont Naftali Bennett devient le chef. Tout au long de cette période, l'homme politique multiplie les propos nationalistes. Selon lui, il n'y a pas d'occupation israélienne en Cisjordanie car "il n'y a jamais eu d'Etat palestinien". S'exprimant à propos de prisonniers

palestiniens, il affirme également que les "terroristes doivent être tués, pas libérés". Durant un débat télévisé, en septembre 2010, il lance au député arabe israélien Ahmad Tibi : "Vous [les Arabes] grimpiez encore aux arbres quand un Etat juif existait déjà", rapporte Le Monde. Par ailleurs, Naftali Bennett prône à la fois un ultralibéralisme économique, une certaine ouverture sur les questions de société, mais aussi l'annexion de près des deux tiers de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël. Il est devenu une figure incontournable du "camp nationaliste", expression consacrée en Israël pour désigner ceux qui penchent du centre droit jusqu'à l'extrême droite. JP Delahaye

La France participe au Japon à des exercices militaires trilatéraux avec les Etats-Unis Les Forces terrestres d’autodéfense du Japon effectueront le mois prochain des manœuvres conjointes avec l’armée française et le corps des Marines des Etats-Unis. Ce sera la première fois que ces forces et l’armée française effectueront ensemble des entraînements au Japon. Le ministère japonais de la Défense indique que ces manœuvres se dérouleront du 11 au 17 mai. Il précise qu’elles se dérouleront principalement sur le terrain d’entraînement de Kirishima, qui se trouve à cheval sur les préfectures de Miyazaki et de Kagoshima dans l’ouest du Japon. Le ministère précise que la brigade amphibie des Forces

terrestres japonaises prendra part aux manœuvres. La brigade amphibie de déploiement rapide est spécialisée dans les opérations de débarquement, qui seraient nécessaires si les iles éloignées du Japon étaient envahies. Le ministère indique que les participants de tous les pays examineront les procédures relatives aux opérations de débarquement. Il précise que des hélicoptères des FAD et des avions à rotors pivotant Osprey des Marines états-uniens seront utilisés lors de ces exercices. Le ministère indique que les participants prévoient également de s’entraîner à prendre d’assaut des bâtiments. L’armée française

a de l’expérience en matière de guerre antiterroriste. Ces exercices trilatéraux viseraient à démontrer que le Japon renforce sa coopération non seulement avec les Etats-Unis, mais aussi avec d’autres pays, compte tenu de l’intensification des activités maritimes chinoises dans la région. La France s’intéresse à la région indo-pacifique, où elle possède des territoires d’outre-mer. Paris a apparemment décidé de prendre part aux manœuvres conjointes afin de souligner sa présence militaire dans la région, compte tenu des actions de la Chine. (Radio Japon International, le 23.04.2021)

Participation ukrainienne au prochain exercice militaire Defender Europe 21 Les troupes ukrainiennes participeront à un exercice multinational dirigé par les Etats-Unis et baptisé Defender Europe 21, a rapporté l’état-major des forces armées ukrainiennes dans un communiqué publié sur Facebook. Selon ce communiqué, les forces ukrainiennes rejoindront les manœuvres du Front dynamique, qui 12 - LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

auront lieu à la base d’entraînement de Grafenwoehr en Allemagne, et réuniront au total 1 800 soldats de 16 nations, dont des pays de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Defender Europe est un exercice annuel conjoint conçu pour renforcer la préparation et l’interopérabilité des Etats-Unis, de

l’OTAN et de leurs partenaires militaires. L’Ukraine, qui coopère activement avec l’OTAN, demande à rejoindre cette organisation depuis 2014. Toutefois, l’alliance n’a pas promis à Kiev de perspectives d’adhésion immédiates. (Radio Chine internationale, le 08.05.2021)


LE CAHIER MÉMOIRE N° 873 JUILLET-AOÛT 2021

ÉDITO Par Paul Markidès Cahier Mémoire sur la libération des camps de concentration et d’extermination Lorsque Hitler et le Parti national socialiste (nazi) arrivent au pouvoir en Allemagne en 1938, ils trouvent plusieurs camps d’internement mis en place par le gouvernement du chancelier Bismark durant la guerre de 1914-1918. Ils avaient servi à interner les prisonniers de guerre français, estimés à 110 000, et russes qui furent libérés au terme de la guerre. Les nazis y internèrent aussitôt des communistes, des sociaux-démocrates, des juifs et des antifascistes, tous citoyens et citoyennes allemands qu’ils venaient d’arrêter : Ravensbrück, Dachau, tels étaient les noms de ces camps. A la suite, les camps de concentration se sont multipliés à travers l’Allemagne pour procurer des travailleurs déportés aux usines allemandes fabriquant du matériel de guerre. Simultanément, tout en poursuivant l’installation de nouveaux camps en Allemagne même au fur et à mesure de ses avancées dans les pays situés à l’Est du Reich, l’armée nazie a installé des camps de concentration et d’extermination en Tchécoslovaquie, en Pologne, en Ukraine, en Biélorussie, dans les pays baltes, portant les

noms des pays à côté desquels les nazis les avaient mis en place en Allemagne ou à l’intérieur : Ravensbrück, Neuengamme, Esterwegen, Bergen-Belsen, sachsenhausen, Dora, Buchenwald, Struthof, Gross-Rosen, thérésienstrade (Tchécoslovaquie), Flossenburg, Hinzert, Schirmeck, Dachau, Natzweiller-Struthof (Alsace), Mauhausen. Les populations de ces pays ont vécu les pires tortures par l’armée nazie jusqu’à en mourir et des massacres par milliers ont été commis dans les camps, c’est de Primo Lévi dans son livre « si c’est un homme » que nous apprenons ce que vécurent ceux qui ont échappé à la chambre à gaz. « Le centre du Lageri est occupé par l’immense place de l’Appel. C’est là qu’a lieu le rassemblement, le matin pour former les équipes de travail, le soir pour nous compter. En face de la place de l’Appel se trouve une pelouse soigneusement tondue, où l’on dresse la potence en cas de besoin. Nous avons vite appris que les occupants du Lager se répartissent en trois catégories : les prisonniers de Droit commun, les prisonniers politiques

Édité par le Réveil des combattants - 2 place du Méridien - 94807 Villejuif - Tél. 01 42 11 11 11

et les juifs. Tous sont vêtus de l’uniforme rayé, tous sont Häftlinge, mais les Droit commun portent à côté du numéro, cousu sur leur veste, un triangle vert ; les politiques un triangle rouge ; les juifs, qui sont la grande majorité, portent l’étoile jaune. Quant aux SS, il y en a, mais pas beaucoup, ils n’habitent pas dans le camp et on ne les voit que rarement. Nos véritables maîtres, ce sont les triangles verts qui peuvent faire de nous ce qu’ils veulent, et puis tous ceux des deux autres catégories qui acceptent de les seconder, et ils sont légion. Mais il y a bien d’autres choses encore LE RÉVEIL - N° 873 - JJUILLET-AOÛT 2021 - 13


LE RÉVEIL DOSSIER

27 janvier 1945 libération du camp d’Auschwitz.

que nous avons apprises, plus ou moins rapidement selon le caractère de chacun ; à répondre « Jawohi », à ne jamais poser de questions, à toujours donner l’impression qu’on a compris. Nous avons appris la valeur de la nourriture ;

nous aussi maintenant nous raclons soigneusement le fond de notre gamelle de soupe, et nous la tenons sous notre menton quand nous mangeons notre pain, pour ne pas en perdre une miette. A présent nous savons nous aussi qu’il y a une belle différence entre une louche de soupe prise sur le dessus de la marmite et une prise au fond, et nous sommes déjà en mesure de calculer, en fonction de la contenance des différents récipients, quelle est la meilleure place à prendre dans la queue. Nous avons appris que tout sert : le fil de fer pour attacher les chaussures ; les chiffons pour en faire des chaussettes russes ; le papier pour en rembourrer (clandestinement) nos vestes et nous protéger du froid. Nous avons appris du même coup que tout peut nous être volé,

ou plutôt que tout est automatiquement volé au moindre instant d’inattention ; et pour nous prémunir comme ce fléau, nous avons dû apprendre à dormir la tête sur un paquet fait de notre veste et contenant tout notre avoir, de la gamelle aux chaussures. » Que ce soit ces massacres ou que ce soit cette vie de camp infernale et sans autre perspective que finir, à bout de force, dans la chambre à gaz que les déportés des camps de l’Est européen ont fini par croire qu’ils ne pourraient sans sortir et pourtant c’est avec l’arrivée des troupes soviétiques qu’ils ont été libérés les premiers par rapport à ceux des camps de l’Ouest libérés après les forces Anglo-américaines et françaises. Nous verrons cela plus loin.

La libération du complexe des camps d’Auschwitz par l’Armée rouge Extrait du journal l’Humanité dimanche 22 au 28 janvier 2015 tiré d’un article de Bernard Frédérick

Libération du camp de Dachau en Allemagne le 29 avril 1945.

Le samedi 27 janvier 1945, vers 15 heures, sous un ciel gris et sombre, à quelques kilomètres du village polonais d’Oswiecim, rebaptisé Auschwitz par les Allemands en 1939, une poignée d’éclaireurs de la soixantième année du premier front d’Ukraine, commandée par le général Koniev, avance prudemment vers « un camp où l’on brûle les gens », comme l’ont indiqué aux soldats rouges des villageois 14 - LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

polonais. Personne ne sait encore rien dudit « camp ». Le KL Auschwitz – Konzentrationslager Auschwitz – est un vaste complexe de plusieurs centaines d’hectares composé de trois entités principales – Auschwitz II Birkenau : Auschwitz III Buna-Monowitz, camp de travail pour les usines IG-Farhen et ses filiales. C’est devant ce dernier que les premiers soldats soviétiques arrivèrent. D’autres, ayant traversé la ville, se dirigèrent vers le Stammlager, où ils rencontrèrent une vive résistance des nazis en repli et vers Birkenau. Au total, l’Armée rouge perdit 231 hommes dont le lieutenant-colonel, Semen Lwowitch Biesprozvannyi, commandant du 472e régiment. Les militaires soviétiques, officiers et soldats, n’imaginent pas le « spectacle » n’imaginent pas le « spectacle » qui les attend. Certains ont entendu parler des horreurs que leurs camarades ont découvert

quelques mois auparavant ç Majdanek, un autre camp d’extermination. Mais ce sont des récits…

Témoignages Responsables d’un canon d’artillerie dans la I.Xe armée soviétique, le jeune sergent Enver Alimbekow est l’un des premiers à entrer dans l’enfer. Il raconte : « J’avais 21 ans, j’étais au front depuis 1942, dans le 472e régi.

L’armée rouge libère le camp d’Auschwitz.


DOSSIER LE RÉVEIL

L’entrée du camp et l’arrivée des trains d’Auschwitz-Birkenau

ment d’artillerie. A. Babitz, à 12 kilomètres du camp, les villageois nous ont parlé de cet endroit « où on brûlait les gens ». Nous sommes arrivés à proximité le 27 janvier au soir. La bataille aux portes du camp a été dure. Nous avons perdu 69 hommes (…). Les prisonniers attendaient derrière les portes. Lorsque nous sommes entrés, il faisait déjà nuit. Une vilaine pluie mêlée à de la neige nous transperçait. La route qui menait à Auschwitz était mauvaise. On partageait dans la bouillie. Aux abords du camp, l’air était différent, lourd et puant. Les portes étaient ouvertes. Devant moi, je voyais une rangée de baraquements. Quelques prisonniers se sont immédiatement approchés de nous. Nous sommes éparpillés dans le camp, pour voir. Je crois que je suis parti en avant. J’ai ouvert la porte d’un baraquement en bois gris, délabré. L’entrée donnait sur une pièce très longue. J’ai regardé : des enfants, des enfants partout, là et là et là. Des restes de vêtement pendaient sur leurs corps tout maigres. Ils s’approchaient de moi, se dandinaient, rampaient, en gazouillant dans leur langue. Leurs petites mains sales et osseuses s’accrochaient à mes jambes. Il y avait une jeune fille plus âgée avec eux. Je lui ai demandé : « Mais d’où viennent ces petits ? » Elle était polonaise mais elle parlait russe. « Ce sont les enfants de Varsovie, du soulèvement, ils ont été raflés par les nazis. Moi, me dit-elle, j’ai combattu dans une organisation clandestine polonaise. La Gestapo m’a attrapée. Je suis ici depuis plusieurs

années ». On entendait parler dans tous les sens, dans toutes les langues. Les Français se tapaient sur la poitrine en criant « Paris, Paris » ; « Rome », ceux-là, visiblement, étaient italiens. Les Hollandais disaient « La Haye ». Puis j’ai entendu parler ma langue. J’étais étonné qu’il y ait des Russes. La Polonaise, celle qui s’occupait des enfants, m’a répondu : « Monsieur, le monde entier est réuni ici. » Le sergent-mitrailleur Ivan Sorokopoud, du 507e régiment de fusiliers, se trouvait depuis six mois au front lorsque son unité a atteint la zone concentrationnaire. « Mon régiment, raconte-t-il, couvrait le flanc nord de l’avance de la 60e année qui, après avoir pris Cracovie le 19 janvier, marchait vers Ostrava en Tchécoslovaquie. Les Allemands reculaient sans s’accrocher au terrain. Dans la journée du 27 janvier, nous avons pris position à 3 km d’Auschwitz. Le commandant a désigné 15 hommes pour voir ce qui se passait à l’intérieur du camp. Ce jour-là, il faisait un temps gris, pas trop froid, et le sol était couvert de neige. Un temps cafardeux. Nous sommes partis dans un camion, commandé par un lieutenant. J’avais déjà vu des prisonniers, réduits au dernier degré de la misère. C’étaient des prisonniers de guerre soviétiques qui traversaient sous escorte allemande notre village où j’ai vécu sous l’occupation nazie de 1941 au début 1943. (…) Je m’attendais à quelque chose de semblable. Or, ce que j’ai vu allait au-delà de l’imaginable, à tel point que le souvenir de ce spectacle me secoue encore. En passant le portail, nous avons vu une douzaine de squelettes vivants qui se déplaçaient avec peine. A travers les trous de leurs baillons transparaissaient leurs membres et leurs corps décharnés. Dans leur cas, l’expression « n’avoir que la peau sur les os » n’était pas une image, mais l’exacte réalité. Une odeur putride se dégageait de ces morts-vivants. Ils étaient sales au-delà de toute description. Les yeux énormes et mangeaient tout le visage. Les pupilles étaient anormale-

ment dilatées. Il en émanait un regard inhumain, animal, indifférent à ce qui les entourait. Ils ne nous demandaient rien, ne cherchaient pas à nous parler, restaient à distance, mais dardaient leurs yeux sur nous. (…) De retour sur la position, j’ai un peu surmonté mon désarroi, mais tout ce que j’ai pu dire à mes mitrailleurs s’est ramené à : les gras, après ça, mettez toute la gomme. Pas de pitié avec ces salauds ». Le général Vassili Petrenko commande les troupes qui se battent à Birkenau. Dans ses mémoires, Avant et après Auschwitz, il revient sur la libération des camps. « Le jour de mon arrivée à Auschwitz, on avait compté sept mille cinq cents rescapés. Je n’ai pas vu de gens «  normaux  ». Les Allemands avaient laissé les impotents. Les autres, tous ceux qui pouvaient marcher, avaient été emmenés le 18 janvier. Ils avaient laissé les malades, les affaiblis ; on nous a dit qu’il y en avait plus de dix mille. Ceux qui pouvaient encore marcher, peu nombreux, se sont enfouis alors que notre armée s’approchait du camp. Nous avons envoyé les unités sanitaires des 108e, 322e et 107e divisions sur le territoire du camp, les médecins de ces trois divisions ont mis en place des lieux pour se laver : tels étaient les ordres de l’armée. Ces mêmes divisions ont organisé l’approvisionnement. On a envoyé des cuisines mobiles. Le deuxième jour, un régiment de réserve de l’armée est arrivé et a libéré nos soldats (…). On m’a montré les pièces où l’on asphyxiait au gaz avant le crématoire. Le crématoire

Photo d'enfants deportés à Auschwitz réalisée par un soldat soviétique lors de la libération du camp.

LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021 - 15


LE RÉVEIL DOSSIER

Evacuation du camp par les allemands début année 1945.

lui-même et une chambre à gaz avaient été dynamités. J’ai vu aussi des enfants… C’était un tableau terrible : ils avaient le ventre gonflé par la faim, les yeux vagues, des jambes très maigres, des bras comme des ondes, et tout le reste ne me semblait pas humain, comme si c’était cousu. Les gamins se taisaient et ne montraient que les numéros qu’on leur avait tatoués sur le bras. Ces gens n’avaient pas de larmes. J’ai vu comment ils essayaient de s’essuyer les yeux, mais ils restaient secs. » Les Soviétiques viennent de faire la plus terrible découverte du XXe siècle : les trois camps d’Auschwitz I, d’Auschwitz II Birkenau et de l’usine d’IG-Farben à Monowitz. Ils viennent d’investir le maillon essentiel de l’industrie nazie de la mort. Lorsqu’ils arrivent, il ne reste plus dans tout le complexe que 7 000 femmes et hommes et une centaine d’enfants, malades ou mourants, grelottants et affamés. Quelques jours auparavant, les SS avaient contraint 60 000 prisonniers à partir à pied ou en wagons découverts vers l’Ouest, dans une « marche de la mort » qui tuera 15 000 personnes, dont les cadavres jonchent alors les routes de Silésie. Les derniers jours d’Auschwitz sont une horreur. Certes, on n’y gaze plus – les chambres spécialisées et les fours crématoires ont été détruits par les SS qui veulent effacer les traces de leurs crimes ; une partie a été incendiée lors du soulèvement des 465 Sonderkom16 - LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

mandos, formés de juifs et de Soviétiques chargés de vider les chambres à gaz et d’assurer le fonctionnement des crématoires. Ceux-là savent que les nazis ne laisseront pas de témoins derrière eux. Les 6 et 7 octobre 1944, ces hommes se soulèvent, anticipant l’insurrection générale programmée par le Kampfgruppe Auschwitz, la résistance internationale organisée des camps. Ils font sauter le Krematorium-IV grâce à la poudre soustraite dans l’entreprise d’armement Union par quatre jeunes juives polonaises. Elles seront pendues devant leurs camarades d’usine et pratiquement aucun des insurgés ne survécut. Les Allemands envisageaient de liquider les malades, les plus faibles et les

Les prisonniers du camp.

enfants demeurés au camp après l’évacuation. Ils n’en eurent pas le temps, mais jusqu’au dernier jour, ils firent leur « métier », celui de la mort. Primo Lévi, qui fait partie de ceux qui, trop affaiblis et terrorisés, n’ont pas voulu quitter leurs baraques, raconte dans son livre Si c’est un homme : « Un petit groupe SS probablement isolés mais armés avait pénétré dans le camp abandonné. Ayant trouvé dix-huit Français installés dans le réfectoire de la SS-Waffen, ils les avaient tous abattus, méthodiquement, d’un coup à la nuque, alignant ensuite les corps convulsés sur la neige du chemin avant de s’en aller. Les dix-huit cadavres restèrent exposés jusqu’à l’arrivée des Russes ; personne n’eut la force de leur donner une sépulture. » « Face à notre fenêtre, écrit encore l’écrivain italien, les cadavres italiens, les cadavres s’amoncelaient désormais au-dessus de la fosse. En dépit des pommes de terre, nous étions tous dans un état d’extrême faiblesse : dans le camp, aucun malade ne guérissait, et plus d’un, au contraire, attrapait une pneumonie ou la diarrhée ; ceux qui n’étaient pas en état de bouger, ou qui n’en avaient pas l’énergie, restaient étendus sur leurs couchettes, engourdis et rigide de froid, et quand ils mourraient, personne ne s’en apercevait. »


DOSSIER LE RÉVEIL

Les déportés dans l’attente de leur libération

Bien qu’ils finissent par être informés de l’approche possible des troupes libératrices par des contacts extérieurs au camp d’Auschwitz. Sur le front de l’Est, les déportés qui espéraient beaucoup de l’arrivée de l’armée rouge, subissaient toujours les SS qui les maintenaient sous leur joug et leur faisaient croire que les troupes soviétiques les traiteraient sans pitié. Ainsi les déportés vivaient dans l’angoisse prolongée des chambres à gaz où dans la peur d’être exécutés par les soldats russes, ce que les SS s’efforçaient de leurs faire croire. Mais les SS disparurent et les déportés firent face comme ils ont pu à leurs nouvelles situations, ainsi que le décrit Primo Lévi, déporté juif italien, dans son livre intitulé « Si c’est un homme ». « 24 janvier 1944. La liberté. La brèche dans les barbelés nous en donnait l’image concrète. A bien y réfléchir, cela voulait dire plus d’Allemands, plus de sélections, plus de travail, ni de coups, ni d’appels, et peut-être, après, le retour. Mais il fallait faire un effort pour s’en convaincre, et personne n’avait le temps de se réjouir à cette idée. Autour de nous, tout n’était que mort et destruction. Face à notre fenêtre, les cadavres s’amoncelaient désormais au-dessus de la fosse. En dépit des pommes de terre, nous étions tous dans un état d’extrême faiblesse : dans le camp, aucun ma

lade ne guérissait, et plus d’un au contraire attrapait une pneumonie ou la diarrhée, ceux qui n’étaient pas en état de bouger, ou qui n’en avaient pas l’énergie, restaient étendus sur leurs couchettes, engourdis et rigides de froid, et quand ils mouraient, personne ne s’en apercevait. Les autres étaient tous effroyablement affaiblis : après des mois et des années de Lager, ce ne sont pas des pommes de terre qui peuvent rendre des forces à un homme. Lorsque, après avoir préparé la soupe, nous avions fini de traîner les vingt-cinq litres de ration quotidienne des lavabos à la chambre, nous devions, Charles et moi, nous jeter sur nos couchettes, haletants, tandis qu’Arthur, avec les gestes sûrs de la bonne ménagère, procédait à la distribution de la soupe, veillant à mettre de côté les trois rations de « rabiot pour les travailleurs » et un peu de fond de marmite « pour les italiens d’à côté ». Dans la seconde chambre des infectieux, elle aussi contiguë à la nôtre, et occupée en majorité par des tuberculeux, la situation était bien différente. Tous ceux qui avaient pu le faire étaient allés s’installer dans d’autres baraques. Les camarades les plus gravement atteints et les plus faibles s’éteignaient un à un dans la solitude.

Hommes dans le camp de la mort.

s’aperçut alors que l’homme était mort. Il céda lentement sous le poids, l’autre glissa sur le sol et y resta. Personne ne savait son nom. Mais dans la baraque 14, il y avait du nouveau. C’était la baraque des opérés, dont certains étaient en assez bonne santé. Ils organisèrent une expédition au camp des prisonniers de guerre anglais, qu’on supposait avoir été évacué. Ce fut une entreprise fructueuse. Ils revinrent habillés en kaki, avec une charrette pleine de merveilles insoupçonnées : de la margarine, du concentré pour flans, du lard, de la farine de soja, de l’eau-de-vie.

J’étais entré là un matin pour me faire prêter une aiguille. Un malade râlait dans une des couchettes supérieures. Il m’entendit, se dressa sur son séant, puis s’affaissa d’un coup, le buste hors du lit, penché vers moi, les bras raides et les yeux blancs. Celui de la couchette inférieure tendit automatiquement les bras pour retenir ce corps, et LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021 - 17


LE RÉVEIL DOSSIER s’exprime leur principal titre de gloire : leur qualité de « bons prisonniers », de débrouillards qui savent toujours se tirer d’affaire : - Ich verstehe verschiedene Sachen… (je m’y connais en pas mal de choses…)

Enfants montrant leurs numéros tatoués sur leurs bras.

Le soir, dans la baraque 14, on chantait. Aucun de nous ne se sentait la force de faire les deux kilomètres qui nous séparaient du camp anglais et d’en revenir ensuite pesamment chargé. Mais, indirectement, l’heureuse expédition s’avéra une bonne affaire pour beaucoup d’entre nous. L’inégale répartition des biens provoqua un regain du commerce et de l’industrie. Dans notre petite chambre infestée de maladies naquit une fabrique de bougies, pourvues de mèches imbibées d’acide borique et coulées dans des moules en carton. Les riches de la baraque 14 écoulaient la totalité de notre production, nous payant avec du lard et de la farine.

de cire vierge dans l’Elektromagazin (l’entrepôt de matériel électrique). Je me rappelle encore l’expression désappointée de ceux qui me virent partir avec, et du dialogue qui s’ensuivit : - Qu’est-ce que tu vas en faire ? Ce n’était pas le moment de divulguer un secret de fabrication. Je m’entendis prononcer mot pour mot la réponse que j’avais si souvent entendue dans la bouche des anciens du camp, et où

25 janvier. Ce fut le tour de Somogyi. C’était un chimiste hongrois d’une cinquantaine d’années, grand, maigre et taciturne. Comme le Hollandais, il se remettait lentement du typhus et de la scarlatine ; mais il se produisit quelque chose de nouveau. Il fut pris d’une très forte fièvre. Depuis cinq jours peutêtre, il n’avait pas prononcé un mot ; quand il ouvrit la bouche ce jour-là, ce fut pour nous dire d’une voix ferme : - J’ai une ration de pain sous ma paillasse. Partagez-la entre vous trois. Mois, je ne mangerai plus. Nous ne trouvâmes rien à répondre, mais ne touchâmes pas au pain dans l’immédiat. Toute une moitié de son visage avait enflé. Tant qu’il fut conscient, il resta enfermé dans un silence obstiné. Mais le soir, et toute la nuit, et pendant deux longs jours, le délire eut raison de son silence ».

C’était moi qui avais trouvé le bloc

Cette photographie a été prise après la libération du camp.

18 - LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

Camps de Bergen-Belsen extermination de masse 4 000 morts étendus dans le camp.


DOSSIER LE RÉVEIL

Dans les tunnels de DORA

Extraits du livre d’Ady Brille « les techniciens de la mort » Edité par la FNDIRP

Dora, là où les V2 étaient construits dans des conditions de travail mortifères sous les ordres…

« L’enfer du travail meurtrier atteint ses records à Dora, camp qui fut d’abord un Kommando extérieur du camp de Buchenwald et qui par l’importance de son rôle économique devint une entité concentrationnaire autonome. C’est en effet à Dora qu’ont été transférés les usines de Peenemünde, pour mettre à l’abri des bombardements alliés la fabrication des V1 et V2. A plusieurs centaines de mètres de profondeur, les SS firent creuser par les déportés des galeries immenses dans lesquelles plusieurs milliers de déportés travaillent et vivent dans des conditions effroyables, ne respirant que l’air vicié du tunnel. Privés d’air, de soleil et d’eau, dans des odeurs pestilentielles. La mortalité y était telle que l’ensemble des Kommandos était quasiment renouvelé au bout de quelques semaines. Voici comment Paul Boltreau (déporté à Dora) relate son arrivée au tunnel : «… A l’entrée, encore des SS et des coups évidemment, pressés par les droits communs à triangle vert, nous avançons rapidement dans un immense tunnel de 12 à 15 mètres de large. Au fur et à mesure que nous progressons, une sorte de brume faite de poussière et de poudre devient de plus en plus épaisse, nous pique le nez et nous irrite la gorge. Les SS sont par

tout, surgissent tels des diables de ce brouillard artificiel et frappent à qui de mieux mieux. Il faut sauter par-dessus les rails et les traverses de chemin de fer car deux voies ferrées s’enfoncent sous terre. Il faut marcher en passant par-dessus d’immenses tas de sable, et partout des piles de centaines de sacs de ciment. Bientôt nous passons le long de plusieurs wagons que des hommes d’une maigreur extrême déchargent sous les coups des SS et des Kapos. Par-ci par-là, quelques flasques d’eau que nous devons traverser. Après 20 minutes de marche à un rythme fou, on nous fait prendre une grande galerie sur la droite. Là encore sable et ciment. Au pied d’une pile de sacs, trois déportés morts, les uns sur les autres, la bouche et les yeux grands ouverts… d’une maigreur incroyable. Je n’avais encore jamais vu des morts d’une telle maigreur. Un frisson me parcourt le dos… Au bout de la galerie que nous quittons, encore un tas de morts, dix à quinze et toujours des SS partout… nous avançons toujours dans ce brouillard fait de poussière et de fumées d’explosifs qui devient de plus en plus épais, car tout proche, nous entendons les détonations et le bruit infernal des marteaux-piqueurs. Nous passons ainsi au bout de trois grandes galeries ou pêle-mêle jonchent ici et là des petits tas de cadavres. L’une d’elles est à peine commencée, 25 à 30 mètres ont été creusés… c’est à, grand-peine que nous distinguons un Kommando de 40 à 50 hommes travaillant au marteau-piqueur ou qui déchargent des petits wagonnets, soit à la main, soit à la pelle, des blocs plus ou moins gros de roche. Enfin notre groupe s’arrête devant une galerie dont toute l’entrée est complètement bouchée par de grands poteaux de bois sur lesquels on a cloué

Tunnel de Dora après la guerre.

d’épaisses planches. Je me trouve par hasard sur le côté du groupe et brutalement je me recule. Je viens de découvrir presque à mes pieds un important lot de cadavres. J’allais presque monter dessus. Combien sont-ils : 25, 30, peutêtre 40 ? Je ne sais pas. Le même entassement pêle-mêle, avec bras et jambes dans toutes sortes de positions, la barbe hirsute, les visages d’un gris jaune indéfinissable et ces bouches toutes affreusement ouvertes. »

Opération bagration 22 juin 1944. LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021 - 19


LE RÉVEIL DOSSIER

L’opération Bagration Lors de la rencontre de décembre 1943 entre Churchill, Roosevelt, Staline à Téhéran, les trois dirigeants de ces pays en lutte contre les forces nazies s’étaient mis d’accord pour l’ouverture d’un front à l’Ouest afin d’alléger les combats soviétiques sur le front-est. Mais l’ouverture du front-ouest se faisant attendre, les soviétiques se sont vus dans l’obligation d’engager les combats les plus lourds les premiers. Staline, le dirigeant soviétique a eu beau s’adresser sans discontinuer par lettre et téléphone à Roosevelt et Churchill pour demander que ce front à l’ouest s’ouvre sur les côtes françaises pour obliger Hitler à retirer une partie de ses troupes face aux soviétiques, il lui a tout de même fallu agir sans savoir quand allaient se décider les anglo-américains à ouvrir le front-ouest. Ainsi ne pouvant plus attendre, les forces soviétiques qui étaient bloquées à Koursk, Leningrad et Stalingrad devaient absolument reprendre l’offensive. C’est alors que le commandement soviétique lança l’opération « Bagration ». L’opération Bagration qui fut d’abord déterminée par la demande des anglo-américains pour appuyer le débarquement en Normandie demandée et acceptée par Staline lors de la conférence de Téhéran donc, mais pas seulement, puisque les soviétiques ne pouvaient continuer à affronter seuls l’armée nazie qui disposait de forces considérables.

Femmes partisans soviétiques.

20 - LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

Compte tenu que le débarquement sur les côtes françaises tardait à se produire, les soviétiques, craignant que ce retard cache des négociations secrètes américano-allemands dont l’objectif aurait été d’obtenir un renversement d’alliance anglo-américaine-Allemagne nazie contre l’URSS, ne pouvant compter que sur eux-mêmes pour empêcher ce renversement toujours possible, par une offensive très puissante et sans précédent, renversement qui provoquerait une accentuation dramatique du sort des déportés dans les camps avec des massacres nazis supplémentaires énormes. Tenant compte de cette situation, les soviétiques lancèrent l’opération Bagration au début de janvier 1944 au moyen de la stratégie dite des offensives multiples grâce à la supériorité que l’armée rouge a pu aligner devant l’ennemi. Dans son ouvrage « opération Bagration » l’historien Jean LOPEZ nous permet de comprendre comment les soviétiques ont procédé. La Stacka (Comité politique et militaire supérieur dirigé par Staline) et l’Etat Major général soviétique ont soigneusement recensé les capacités des armées russes et celles de l’ennemi. Les soviétiques ont un grand avantage humain, matériel et technique, ce qui leur permet de « résoudre les questions stratégiques de manière différentes » selon la situation des combats ??? et à mener. « 1. La direction soviétique possède une vision exacte de sa supériorité. Au 1er janvier 1944, l’Armée rouge aligne devant l’ennemi un effectif de 6 268 000 hommes, répartis en 70 années dites « générales » (ou « mixtes »), 5 années de tanks, 17 armées aériennes, 4 armées de DCA. Si elle engage au front 5 800 chars et canons d’assaut, elle en tient 18 600 autres dans ses parcs. Pour l’aviation de combat, les chiffres sont respectivement de 13 400 et 19 100, pour les canons et mortiers, 101 400 et

Char T 34 pendant l'opération Bagration.

143 000. La Stavka maintient dans sa réserve stratégique 3 armées générales, 2 états-majors d’armée générale, 1 état-major d’armée aérienne, plusieurs dizaines de corps et divisions aériens, blindés, mécanisés, d’artillerie lourde, de parachutistesi. 2. Cette masse de moyens donne à l’Armée rouge une initiative stratégique complète. Elle permet d’envisager de nombreuses offensives pour l’année 1944, pratiquement en tous secteurs du front. L’armée rouge demeure fidèle à la stratégie des offensives multiples et successives. Elle ne cherche pas le « coup décisif » comme cela a été le cas pour son adversaire. Néanmoins, Staline, Vassilevski et Joukov auront un échange en tête à tête, le 10 ou le 11 décembre, sur la question de la « complexification des opérations ». C’est ce que le texte ci-dessus entend par « résoudre les questions stratégiques de manière différente ». Staline lâche un peu la bride à ses maréchaux en acceptant, prudemment, que l’on se montre plus hardi dans la conception des offensives et que l’on mène des encerclements à grande échelle, ce à quoi il s’était refusé durant l’été et l’automne 1943. Le vojd semble enfin rassuré sur les capacités de son armée et sur l’affaiblissement irrémédiable de l’ennemi. » Pour cette opération, l’armée rouge a pu faire progresser le front de l’est en sa faveur rapidement et libérer les internés dans les nombreux camps dans les pays situés à l’est des territoires allemands, avant même que les troupes anglaises, américaines et française ne libèrent ensuite les déportés des campas situés en Allemagne lors des avancées du front de l’ouest résultats des débarquements de Province et de Normandie.


ACTUALITÉS LE RÉVEIL

COUPLE FRANCO ALLEMAND : 30 ANS D’INFIDÉLITÉ Dans l’agriculture ou la défense, en matière énergétique ou agricole, au fil des ans, tous les secteurs y passent. À l’endroit de son allié français, le “partenaire” allemand multiplie les entorses à la loyauté. Mauvais deal (octobre  1990)  : La perspective d’une Allemagne réunifiée inquiète Mitterrand. Il finit par accepter l’union RFA-RDA sous cette condition : faire la monnaie unique. Adieu le puissant Deutsche Mark, place à l’écu, ancêtre de l’euro. Mais cette monnaie se révélera très vite un levier de domination commercial au service de l’Allemagne. Coup tordu à Zagreb (janvier 1992) : La chancellerie reconnaît, sans en parler à ses partenaires, l’indépendance de la Croatie. Cette légitimation manifestement précipitée mettra de l’huile sur un feu, déjà incandescent, dans les Balkans. Filouterie dans les airs (octobre  1997) : L’Allemagne préfère développer l’avion de combat Eurofighter, plutôt que de travailler avec le français Dassault. Mécano EADS « Deutsche Qualität » (octobre  1999) : Avalisée par Lionel Jospin, la fusion Aérospatiale-Matra-Dasa se fera au profit des Allemands. Jürgen Schrempp, le président de Daimler-Benz, parvient à obtenir la parité franco-allemande. En matière d’actifs, les Français « pesaient » plus que leur partenaire. Traité de Nice à parts non égales (janvier 2001). La France accepte la fin de la parité avec l’Allemagne au Parlement européen et au Conseil européen. Plus peuplée, l’Allemagne disposera de postes supplémentaires par rapport à son partenaire d’outre-Rhin. Le rêve d’égalité se termine. Fission franco-allemande (mars 2011) : Dans le sillage du drame de Fukushima, Angela Merkel décide d’abandonner le nucléaire sans concertation. Un coup

dur pour la France, où l’atome reste un domaine d’excellence. Filière porcine « hypercompétitive » (octobre  2013) : Les abattoirs Gad, dans le Finistère, ferment et les Français découvrent le dumping social de la filière porcine allemande via l’emploi de travailleurs détachés sous-payés. « Accueillante » Angela (août 2015) : La chancelière ouvre, sans concertation, les portes de l’Europe aux migrants. L’intégrité de l’espace Schengen s’en trouve menacée et la Commission européenne, prise au dépourvu, imagine un mécanisme de répartition des nouveaux venus entre États membres. «  Self-défense  » à l’allemande (octobre  2018) : Angela Merkel annonce unilatéralement la suspension des ventes d’armes à l’Arabie saoudite à la suite de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Une décision non concertée avec son homologue français qui a pour conséquence l’arrêt de nombreux contrats d’armements français en cours. Car en vertu du système allemand, il suffit qu’une pièce allemande se retrouve dans un produit manufacturé à l’étranger pour que Berlin puisse bloquer son exportation. Notamment des missiles ou des hélicoptères français… Autant choisir l’Otan (novembre  2019) : «  Je comprends ton goût pour la politique de disruption, mais j’en ai assez de ramasser les morceaux » lance Merkel à Macron, qui considère l’institution en état de « mort cérébrale ». Trafalgar à la turque (août 2020) : En solidarité avec la Grèce, menacée dans ses eaux territoriales par la Turquie, la France déploie des navires de guerre en Méditerranée orientale. Le ministre des Affaires allemand préfère « offrir le soutien de l’Allemagne » dans le cadre d’une médiation entre les parties. Source : Marianne – 08/04/21

Mitterrand-Kohl

Chirac-Schroder

Merkel-Sarkozy

Merkel-Hollande

Merkel-Macron LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021 - 21


LE RÉVEIL VOS DROITS

Commission Tripartite Le 7 Décembre 2O20 est mise en place une commission tripartite afin d’étudier la revalorisation du point des PMI. Trois réunions se sont tenues les 11 Janvier, 1er Février et 1er Mars. Un rapport devait être adressé à Madame la Ministre Déléguée en Avril. La présidence de cette commission était assurée Monsieur Jean-Paul BODIN (conseiller d’Etat et composée d’un membre des deux Assemblées ainsi que des représentants des associations d’Anciens Combattants) et une représentante des services ministériels. Lors de la dernière réunion les représentants des associations ont proposé que « la valeur du point de PMI soit

indexée sur l’indice du traitement brut-grille indivisaire (ITB-GI) avec un taux de revalorisation automatique de la différence entre le taux de l’année précédente et celui de l’IGB-GI de l’année en cours, avec une garantie de maintien de la valeur du point en cas de déflation ;

Les représentants des associations ont également insisté sur le problème du rattrapage. Compte tenu du décalage entre cet indice et celui des prix à la consommation hors tabac depuis 2005 ce rattrapage devrait couvrir la période 2005-2021. L’administration refuse une telle durée de rattrapage.

Au terme de la discussion le groupe de travail a recommandé la conservation de l’indexation du point de PMI-GI avec maintien des dispositions actuelles, sous réserve qu’un examen de l’indice des prix à la consommation hors tabac soit effectué tous les deux ans. Cette comparaison se ferait au mois de Mai et pourrait être faite par un groupe de travail tripartite.

Provenance : Courrier L’administration fait valoir les enjeux budgétaires et des mesures dont ont bénéficié les Anciens Combattants ces derniers temps en proposant un rattrapage de 20I7 à 2021 ; Les représentants des associations ont maintenu la demande au moins de 201O à 2021.

Les droits des ACVG

Questions posées à l’administration restées sans réponse ou refusées 1) Bilan de la mise en place de la commission de recours de l’invalidité : Depuis la réforme de la procédure concernant les demandes de pension militaire d’invalidité, depuis la suppression des juridictions des pensions et le renvoi devant les juridictions administratives, fut créé un RAPO (recours administratif préalable) obligatoire dont l’entrée en vigueur fut prévue pour le 1er Novembre 20I9 ; Depuis cette date aucune nouvelle de cette réforme n’a été fournie par l’Administration malgré les questions posées par les associations. Un rapport du gouvernement devait être remis au Parlement au 1er trimestre 2021 afin de faire le bilan de cette réforme. A ce jour le monde combattant attend toujours ce bilan. 2) Création d’un fonds de solidarité OPEX pour les anciens combattants titulaire de la CC et du TRN, de 55 ans 22 - LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

et plus au chômage de longue durée ou ayant une activité professionnelle réduite. L’UFAC avait évoqué la création d’un tel fonds de solidarité. En effet les dispositions relatives à ce fonds ont disparu lors de la refonte et de l’actualisation do code des PMI. Ce fonds n’est donc plus abondé pour les anciens d’Indochine et AFN. Une étude sur ce problème a été demandée par le ministère pour le premier trimestre 2021. 3) Problème du rapport entre la PMI à I0 % et la retraite du combattant à 52 points : Le montant de la retraite du combattant a évolué depuis 2006 alors fixé à 33 points pour arriver à 52 points à partir du 1er septembre 2017. En effet depuis le décret numéro 206-1903 du 28 décembre 2016 ? pour un taux

d’invalidité de 10 %, les militaires au grade de soldat ou matelot, militaires du rang, sous-officier, officiers mariniers, jusqu’au grade d’adjudant ou 1er maître inclus, disposent d’un nombre de points d’indice PMI inférieur à 52 points. Les associations d’anciens combattants s’étonnent de cette différence entre la retraite du combattant et la PMI à 10 %. Sur ce, l’Administration soutient qu’il ne s’agit pas d’une anomalie ni d’une injustice, qu’il n’existe pas de lien entre le montant d’une PMI à 10 % grade de soldat (48 points) et le montant de la retraite du combattant (52 points) ; L’Administration précise que rehausser le nombre de points pour la PMI au taux de 10 % au grade de soldat est complexe et inopportun : la réponse est donc négative. JTA


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

Ploufragan (22) Jean GEFFROY, 96 ans, AC 39-45. Membre du Front des Jeunes Patriotes (FUJP), engagé dans la Résistance. Incarcéré, il échappe à l’exécution grâce à une confusion. Il était le dernier témoin de l’arrestation des 21 lycéens en 1943 au lycée Anatole-le-Braz à SaintBrieuc. Dans un livre collectif « De la nuit à l’aurore, des lycéens dans la guerre de 1934-1945 ». Un témoignage indispensable pour montrer un engagement en 1943 de lycéens.

Val d’Oise (95) Décès de Serge Blondet Notre camarade Serge BLONDET nous a quittés suite à une chute accidentelle. Il avait 84 ans. Il était sorti depuis peu de l'hôpital. Pupille de la Nation, il a été un militant actif du syndicat CGT, du Parti Communiste Français. Membre de l’ARAC de Bezons dans le Val d’Oise, il fut le trésorier local, le porte-drapeau pendant plusieurs années, il avait été élu membre du Conseil National. Serge, c’est une vie d’engagements, de dévouements pour la défense des valeurs de progrès et d’une vie meilleure. L’ARAC assure à son épouse Andrée et son fils Jean-Baptiste ses fraternelles condoléances.

Communication de l’ONACVG L’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (l’ONACVG) lance le dispositif « À votre écoute ». Ce service instaure une ligne téléphonique via un numéro vert pour accompagner et apporter des réponses aux ressortissants de l’ONACVG qui accomplissent des démarches en matière de reconnaissance et de réparation, de pensions, de droits accessoires, de mentions, d’indemnisations, de voyages sur les tombes, ou ceux ayant des questions liées aux monuments aux morts. « Nous avons mis en place un numéro gratuit afin de guider au mieux les personnes dans leurs démarches liées à la Reconnaissance et la Réparation. La mise en œuvre de cette plateforme téléphonique nationale nous permet de nous adapter aux nouveaux usages en proposant une couverture horaire plus étendue et homogène. Situés à Caen, ce sont des agents de l’ONACVG, confirmés, qui ont exercé leurs fonctions dans les services centraux ou de proximité, qui connaissent la réalité de la cause combattante, qui sont amenés à donner des réponses par téléphone aux ressortissants. Ce dispositif « À votre écoute » s’inscrit dans un programme plus large de numérisation des procédures et d’amélioration de la chaîne de traitement administratif. Cette plateforme téléphonique est complémentaire avec notre maillage territorial. Nous continuerons, bien entendu, à assurer un accueil physique du public dans nos services départementaux », explique Véronique Peaucelle-Delelis, Directrice Générale de l'ONACVG. Le numéro 0801 907 901 est ouvert du lundi au vendredi de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h.

NOS PEINES JUILLET 2021 n 03 – ALLIER Commentry : Italino GANZ, 90 ans, invalide de guerre. n 07 – ARDECHE Villeneuve de Berg : Georges VIGNE, 87 ans, AC ATM n 13 – BOUCHES DU RHONE Aix en Provence : Mme Raymonde CEMIRE, 83 ans. Arles : Maurice AUXILLON, AC ATM. St Barnabé : Noel SOLARI, 89 ans. n 16 – CHARENTE St Cybard : Michel GUERIN, 81 ans, AC ATM n 19 – CORREZE Brive la Gaillarde : Lucien CONTREPOIS, 94 ans, AC 39-45. Lagraulière : Alphonse LAVAL, 88 ans. n 31 – HAUTE GARONNE Launaguet : Claude BEVILACQUA, 83 ans, AC ATM. n 33 – GIRONDE St Yzan Soudiac : Gérard LAURENT, 84 ans, AC ATM. n 42 – LOIRE St Chamond : Jean-Marie DUMAS, ancien président de la section et du Département. Henri LAVARONI, AC Indochine.

St Etienne : Roger GENEST, AC ATM. n 44 – LOIRE ATLANTIQUE Orvault : Joseph BRETECHER, 85 ans, AC ATM n 57 - MOSELLE Ottange-Villerupt : Gaston MARGAROLI, 86 ans, AC ATM. n 72 - SARTHE Allonnes : Mme Jannine DAVIS, 81 ans. n 73 - SAVOIE Chambéry : Robert MICHELLIER, 82 ans. n 76 – SEINE MARITIME Le Havre : Philippe DUGAL, AC ATM. Larbi MEHDAOUI, AC ATM. Isolés : André BOUTRAIS, 88 ans. n 91 – ESSONNE Limours : Joseph JAFFRÉ, 95 ans. Engagé volontaire FTP en 1944 au bataillon Koenig. Président de la section jusqu’en 1995. n 94 – VAL DE MARNE Villejuif : Serge PERCHEC, 85 ans, AC ATM. n 95– VAL D’OISE Bezons : Jean GUINARD, 94 ans, combattant pour la Paix.

LE RÉVEIL - N° 873 - JJUILLET-AOÛT 2021 - 23


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

Charente (16) Le mardi 25 mai 2021, nous avons accompagné notre camarade Michel Guerin qui nous a quittés le 20 mai 2021 dans sa 81e année. Michel était un homme discret, généreux et efficace qui milita à l’ARAC et toujours disponible lorsque nous avions besoin de lui. C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris son décès, très dévoué au monde combattant, nous transmettons à sa famille nos plus sincères condoléances attristées.

Labouheyre (40) 27 mai - Carré Militaire du Cimetière de Labouheyre pour la commémoration de la Journée Nationale de la Résistance. Trois résistants y ont leur stèle : Marc Mougnères, François Albor, Lucette Moreau. Trois rues de Labouheyre portent leur nom. Michel Cholet

Saint Pourçain Sur Sioule (03) A l’occasion du 78e anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance les associations ARAC, ANACR, Réfractaires STO et leurs porte-drapeaux se sont rassemblés devant la stèle Jean Moulin pour y déposer une gerbe. Après avoir observé un instant de recueillement, le message de l'ARAC a été lu par Gustave Burlaud, président de la section locale.

24 - LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

Malakoff (92)

La section de Malakoff a tenu son AG 2020, jeudi 27 mai. Constat d’une activité qui a été maintenue malgré la crise sanitaire et des projets en perspective. Après notre réunion, les participants ont commémoré l’esprit de la Résis-

tance avec la municipalité et la CGT. Le message de l’ARAC a été lu et une gerbe commune avec la FNDIRP a été déposée. Salutations républicaines J.P Renaudat

Vedène (84) Le 27 mai - Journée nationale de la résistance L’ARAC de Vedène a rendu hommage aux résistants de la commune. Une gerbe est déposée par son président, René Berbezier en présence du porte drapeau ainsi que les membres du bureau. Notre président rappelle devant le monument aux morts, comme dans de nombreuses villes ou villages que la jeunesse (ils avaient 20 ans) n'a pas répondu majoritairement aux ordres du maréchal PETAIN pour aller travailler en Allemagne (STO). Il fallait faire un choix, sauver la France. A ce moment, la résistance s'organise pour combattre l'occupant NAZI, dis-

tribution de tracts pour rejoindre les maquis structurés dans les hauts Vaucluse, Isère, la Drôme, la vallée de la Maurienne. Notre attachement c'est surtout le lien qui nous unissait à notre ancien président Dominique EXPOSTO, un des héros de la résistance, grand blessé. Les années sont passées, le cauchemar a pris fin le 8 mai 1945. Un grand merci aux libérateurs de la France.

Chevilly Larue (94)

Vigneux (91)

Cérémonie du 27 mai à Chevilly Larue en présence de Jacques Verrier Président de l'ARAC du Val de Marne et Renaud Roux maire-adjoint à la mémoire.

Journée nationale de la résistance avec plus de monde et quelques enfants du conseil municipal des enfants


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

Gironde (33)

Saint-Denis (93)

Commémoration 17 juin 1940 à Gradignan, Moulin du Moulineau (33), sur les lieux même où fut lancé cet appel par C. Tillon invitant les Français à se battre pour leur liberté et l'indépendance de pays, contre les armées nazies. Appel par ailleurs diffusé largement jusqu'en Charente par une jeune résistante assistante de C. Tillon Germaine Bonnafont, alors âgée de 18 ans. A cette cérémonie, 70 personnes étaient présentes, malgré la pluie. Parmi lesquelles, de nombreux élus

27 mai 2021

municipaux. Quatre drapeaux présents dont deux de l'Arac-33 (département et Pessac). Pcf et JC, le comité local de Gradignan., Asso des Fusillés de Souge, l'Anacr, Afmd. Un pot de lutte et de fraternité a clôturé la cérémonie.

Rennes (35) Le 27 mai stèle du Colombier, mémoire des Résistants fusillés Après le débarquement allié, 32 résistants habitants en Bretagne furent fusillés le 8 mai 1944 dans l’ancienne caserne du Colombier. Parmi eux : 9 réfugiés républicains espagnols d’une branche de la F.T.P – M.O.I. Un hommage leur a été rendu par le représentant du Préfet, l’Adjointe à la Maire de Rennes, l’ANCR, l’ADIRP et le Centre culturel Espagnol de Rennes. L’ARAC 35 était représentée avec son

drapeau et surtout, parmi les personnalités, la présence remarquée de notre camarade Maxime Le Poulichet : 94 ans, Résistant FTP/FFI, membre actif de notre Comité d’Honneur.

A l’initiative des associations locales attachées aux valeurs de la Resistance. Un hommage s'est tenu cité de la Resistance quartier de l’AVENIR. 3 drapeaux dont celui des retraités de la Police, 5 bouquets ont été déposés par 10 représentants des associations et personnalités locales associatives syndicales et politiques. Deux discours rappelant le pourquoi de la création du CNR et l’importance dans nos vies encore aujourd’hui, alors que le fascisme relève la tête et peut accéder au pouvoir... 80 ans après un sursaut démocratique est salutaire. Madame le Maire a déposé une gerbe. L’après-midi une délégation dont deux porte-drapeaux ont participé à l’initiative sur le parvis de la Préfecture bien déserte. Les progressistes de notre pays ont une responsabilité immense pour endiguer la montée des idées xénophobes et racistes destructrices et promouvoir le progrès social, la souveraineté, la coopération et la paix.

Vaucluse (84) Avec sens des responsabilités. Notre direction a tenu ce 19 mai, son assemblée générale avec l’autorisation d’une salle, 20 personnes à la Maison des Combattants à Avignon. En présence de Régis Saphores, secrétaire national. Parmi nos adhérents, Monsieur Auguste Rabasse, 105 ans (à Carpentras) qui recevra prochainement la médaille du 100e anniversaire de l’ARAC. Le Président a rappelé que l’ARAC du Vaucluse, n’a jamais cessé d’agir pour les valeurs républicaines et la réalisation des objectifs nationaux. Notamment dans les actions de mémoire, mais aussi des finances, de communication. Ce qu’a rappelé Mireille Berbezier dans son rapport d’activité,

suivie par René, de l’état d’organisation et financier. L’Assemblée a élu sa direction 2021/2023 : Président d’honneur : Lucien Larguier, Président : Jacques Goutorbe, Daniel Large, Daniel Berbezier, Irène Doussin, René Berbezier, Fernand Pagnon, Claude Viau, René Colomb, Michel Brunet. Elus à l’unanimité. Régis Saphores, dans sa conclusion, a clairement fait la démonstration de l’importance, à ce jour, d’une ARAC honorifique, expérimentée, d’une association de combattant(e)s dans l’action, héritiers de 1789. A savoir, une ARAC pour demain, certes pour l’amitié, la solidarité, la mémoire, l’antifascisme et la Paix, cela pour

une France démocratique et souveraine. C’est donc avec réalité, responsabilité et clairvoyance qu’ensemble nous avons regardé chaque problème, comme le point de départ d’une réalisation. L’assemblée générale a décidé l’envoi d’un chèque pour la souscription. Jacques Goutorbe LE RÉVEIL - N° 873 - JJUILLET-AOÛT 2021 - 25


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

Paris (75)

Bordeaux (33)

Le mur des fédérés

En ce jour de commémoration de la réunion du CNR sous la présidence de Jean Moulin, l'Arac-33 a d'abord rendu hommage à l'unificateur des mouvements de Résistance permettant le programme des "jours heureux ", et aux résistant(e)s. Cet hommage de l'Arac et des Républicains Espagnols (A.C.) a été rendu place Jean MOULIN. Cela avant d'assister à la cérémonie officielle sous la Statue de Chaban-Delmas, où il y avait beaucoup de monde, malgré les consignes sanitaires. Toutes autorités présentes ont rendu les hommages nécessaires, l'Arac présente avec son drapeau, et saluée par les autorités Préfet et Maire de Bordeaux notamment.

Traditionnellement la date anniversaire de la fin de la Commune est commémorée par une montée au mur des fédérés, au cimetière du Père Lachaise. L’ARAC y était présente. Le cimetière du Père Lachaise fut un lieu de combats acharnés à la fin de la semaine sanglante.

Montée au mur de fédérés

Mur de fédérés

Le mur des Fédérés est un haut lieu de la mémoire collective. Il symbolise les luttes pour la liberté, le progrès social et toutes les résistances. Résistance aux attaques contre la laïcité, contre les atteintes au droit de grève et à la démocratie, contre les attaques des conquis sociaux issus du programme du Conseil National de la Résistance.

Pyrénées Orientales (66) N'oublions pas Nous avons constaté ce jeudi 27 mai un grand vide au monument de la résistance à Perpignan, pas de commémoration, pas de fleurs. Un oubli ? Un ou des citoyens n'ont pas oublié, ils ont déposé un panneau rappelant ce grave oubli. Notre association a déposé des fleurs, commémoré au monument du maquis col de La Bataille et rappelé : Suite à la victoire sur l'Allemagne nazi, sous l'impulsion du Conseil National de la Résistance (CNR), la France retrouvant sa souveraineté a maîtrisé son économie et réalisé des avancées sociales importantes. De Gaulle qui dès le conflit a appelé le peuple français à la résistance, c'est appuyé dès 1945 à la libération sur le CNR qui a conduit les citoyens de toutes obédiences politiques à appliquer des choix économiques et sociaux importants : La sécurité sociale, la retraite par répartition, les 40 heures de travail hebdomadaire, les nationalisations des banques, le statut de la fonction publique, la loi sur les prestations sociales, la création de la SNCF, de EDF et GDF, des droits nouveaux pour les salariés, etc… Aujourd’hui ces choix économiques et 26 - LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

sociaux sont gommés ou amputés il faut donc défendre et reconquérir les réalisations du CNR en s'inspirant de l'esprit de résistance de nos aînés qui non seulement ont assuré la libération mais aussi la reconstruction de la France ; les résistants et les actions de feu du Maquis Henri Barbusse autour du Canigou font partie de cette reconstruction dont nous nous souviendrons parmi ces combattants quelques citoyens de Millas : Laurent et Pilar Batlle, Roger Roquefort, René Massé, Robert Camps, Clément Pardinelles… Marquer ce jour du 27 mai 1943 de la première réunion du CNR autour de Jean Moulin c'est rappeler ce que fut l'action de nos aînés qui nous ont rendu notre fierté. Leur rendre hommage c'est prendre des initiatives et agir pour défendre et retrouver les acquis du CNR.

Loire-Atlantique (44) Nous étions présents à la commémoration du 18 juin 1940. Cela nous a permis de présenter le travail de mémoire de l’ARAC à Madame Christelle Morançais Présidente du Conseil régional, à Monsieur Olivier Château responsable des Anciens Combattants représentant Madame Johanna Rolland Maire de Nantes, à la Représentante de Monsieur Didier Martin préfet de la région Pays de la Loire. Lors de nos échanges nous leur avons remis le Cahier mémoire du Réveil De Gaulle et la souveraineté nationale. Ce geste a été apprécié Jean-Claude Salomon, responsable départemental


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

SOUSCRIPTION 2021 Merci à tous ceux qui contribuent et permettent au Réveil et à l’ARAC de pouvoir continuer à mener le combat depuis 1917. (01) MORTIER RAYMOND : 20 ; (02) CESAR ERNEST : 10 - DEMONCHAUX GERARD : 20 ; (03) SCIBERRAS MICHEL : 20 - JACOB JEAN : 50 ; (06) SCHIAZZA ALAIN : 20 - CASETI ADA : 20 ; (07) GOMEZ DE MERCADO MANUEL : 30 - GOMEZ DE MERCADO MARCEL : 30 ; (08) DAMMEREY JC : 50 - JEUNESSE DANIEL : 10 ; (09) CABRILLAC GUY : 50 ; (11) CORONADO PIERRE : 30 - OLMOS JEAN : 100 ; (12) SAGNES RENE : 20 ; (13) BIAGETTI ROGER : 30 - CARLEVAN GEORGES : 25 - MOVSESSIAN ANDRE : 30 - DE MARTINO FRANCOIS : 20 - ROUSSEY JACQUES : 50 - VERNETTE YVES : 20 - ANGERAME CHARLES : 50 - AUDIBERT MAURICE : 30 - NAVARRO RAYMOND : 50 - AZAM JACQUES : 100 - FERRERO HENRI : 200 ; (16) AROS GEORGES : 20 ; (21) POIRAUDEAU JACKIE : 50 - GAUTHIER JEAN LOUIS : 25 ; (22) CHAMPAGNE JEAN CLAUDE : 100 ; (23) LE MOING MARCEL : 100 ; (24) CALASCENTION JEAN CLAUDE : 20 - MICHEL IRENE : 20 ; (25) TOURNERET CHRISTIAN : 50 ; (26) SOUCHE MAURICE : 20 - PRIS PIERRE : 100 - BLINE JACQUES : 30 ; (27) RATUREAU CLAUDE : 50 - PARCOURAY GUY : 30 ; (28) HARDY MONIQUE ET JEAN : 50 ; (29) SECTION DE LA FORET DE FOUESNANT : 62 - LE ANOUR JEAN CLAUDE : 100 ; (30) RICHARD RENE : 10 - SERRE JEAN MARIE : 30 - SITI YVAN : 20 - DESCHAMPS BERNARD : 20 ; (31) MARTRES PIERRE : 300 - GRASSINO JOSEPH : 20 - DEBETTE COLETTE : 50 - FRECHE RENE : 50 - FORGES ALAIN : 20 ; (33) SECTION DE BASSENS : 200 – VIANDON FREDERIC : 40 - FAVEREAU J.L. : 20 ; (34) SAUVY PIERRE : 20 - GUIDA JEAN LOUIS : 15 - DI ROSA JEAN : 30 - TRUMEAU GUY : 50 - SARCY LOUIS : 50 - FARCE JEAN LOUIS : 50 ; (35) DESMOIRES ERNEST : 20 - LE POULICHET MAXIME : 100 - MIALANE HENRI : 80 ; (38) STEZZI ARMAND : 100 ; (42) DOREL JEAN : 200 - CHEVRIER JEAN CLAUDE : 60 - VACHER JEAN : 60 - GARRIDO JOSEPH : 100 ; (44) LUCAS JOSEPH : 40 DEGUIRAL PHILIPPE : 100 - RENAUDIN SERGE : 50 - COMITE DEPARTEMENTAL DU 44 : 250 - MOYON LUC : 30 - LE CŒUR JACQUES : 100 - HUNEAU LOUIS : 20 ; (45) GALICIER MARCEL : 100 - HELIE JEAN CLAUDE : 50 - DETRY CLAUDETTE : 15 ; (47) FAGET CLAUDE : 30 ; CAPGRAND JEAN PIERRE : 50 ; (49) BURET LOUIS : 50 ; (51) MAIREAUX CLAUDE : 50 ; (54) LECLERC PIERRE : 5 ; (57) FERRO JOACHIM : 20 ; (58) BLONDEAU GEORGES : 50 ; (59) LEGROS PIERRE : 50 - LOOSE DIDIER : 50 - LEFEVRE MARIE THERESE : 10 - TONELLY GIOVANNI : 50 - NADOLNY NELLY : 40 - DEPARTEMENT DU NORD FENAIN : 300 ; (60) COFFIN JOSEPHINE : 30 ; (62) DANEL FELIX : 15 ; (63) FAVARD GEORGES : 50 ; (64) DELHOUME JEAN MICHEL : 100 ; (65) DAUREU JEAN MARIE : 20 ; (66) FROTE MADELEINE : 50 - UBEDA ALBERT : 50 - BRIONS JOAQUIM : 30 - LLANAS HENRI : 20 - VASTA DANIEL : 50 ; (68) MOYE GERARD : 150 ; (69) NESTEROVITCH LUCIENNE : 20 - PÏLLON ROBERT : 200 ; (71) REBHY LILIANE : 100 - SECTION DE GEUGNON : 200 - BOUVERET JEAN : 100 - PERROT ROGER : 20 ; (72) HUET DANIEL : 40 - BALZER RENE : 50 - LAGNIER GUSTAVE : 80 - CUCY CLAUDE : 100 ; (75) BARBIER NICOLE : 100 - PASQUELIN DANIEL : 50 - BECHTEL MARIE FRANCOISE : 50 LOCATELLI JEAN : 30 ; (76) COMITE DEPARTERMENTAL DU 76 : 60 ; (77) BEAUBRUN JEAN : 40 - RENAUDIN CHRISTIANE : 50 - RATEAU PHILIPPE : 40 ; (78) MENGUY PAULETTE : 30 - POUILLOT HENRI : 100 - GODIN GEORGES : 20 ; (79) COMITE DEPARTEMENTAL DES DEUX SEVRES : 50 ; (80) QUENNEHEN BRETEL CHRISTIANE : 20 ; (81) ENTRAYGUES ORO SERGE : 50 - PECH CLAUDE : 50 - BAEBAGALLO MICHEL : 50 ; (83) MOTTE JACQUES : 30 - SUNTINGER GUY : 25 - BIANCO MICHEL : 20 - AMENDOLA PIERRE : 10 ; (84) GRAND GASTON : 28 - MERELLI MICHEL : 15 - GOMIS RENE : 30 – COMITE DEPARTEMENTAL DU VAUCLISE : 300 ; (86) DUHAMEL MONIQUE : 50 ; (91) CHISIN JACQUES : 40 - GOULIER JEAN PAUL : 100 - PEREZ ANDRE : 150 - POULAIN MAURICE : 50 - SITTANANDAME SYVA : 25 - TRAOLEN MONIQUE : 100 - SECTION LIMOURS : 100 - SECTION GRIGNY : 500 ; (92) SECTION D’ANTONY : 30 - ESPI ANDRE : 100 - MILITON ALICE : 100 RIGAUX JACK : 100 ; (93) GUILLOUET DANIEL : 30 - SINET JACKIE : 100 ; (94) BARGUENO JOSEPHINE : 25 - SECTION D'ALFORTVILLE : 100 - TRANCHESSEC FRANCOIS : 100 - VIAU CAROLINE : 20 - STAAT-CHEVALIER PATRICK-ANNICK : 150 - IMBERT NOELLIE : 500 ; (95) DUCROCQ JEAN : 20. ➙ La souscription continue. Nous publierons les noms des nouveaux donateurs dans le prochain numéro.

LE RÉVEIL - N° 873 - JJUILLET-AOÛT 2021 - 27


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

St Quentin (02) Le samedi 29 mai 2021, quatre adhérents de l’ARAC ont été mis à l’honneur par la Société d’Encouragement au Bien (SEAB) pour leur participation dans la vie associative locale et départementale. Le vice-président Erick Liger, a présenté cette institution créée en 1862 par Honoré Arnoul, célèbre écrivain du XIXe siècle. La SEAB décerne des médailles pour mettre en valeur des exemples individuels ou collectifs de courage et de dévouement civique et social et ont été honorés. Olivier Lazo, Président de la Ligue des Droits de l’Homme, délégué régional de

la Picardie de la LDH, délégué départemental de l’ARAC, médaille d’argent avec palme. Pierre Colzy, représentant de parents d’élèves, membre du bureau de la section ARAC de St Quentin, membre du bureau départemental de l’ARAC, porte-drapeau remplaçant de la section de St Quentin pendant 5 ans puis titulaire pendant 26 ans. Médaille d’argent avec palme. Henri Douay, formateur sur les chantiers de différents engins, adhère à l’ARAC en 1982, membre du bureau de la section ARAC de St Quentin, porte-drapeau pendant 31 ans. Médaille d’or.

Seine-St-Denis (93) René Magne nous a quittés le 31 mai 2021 le jour de ses cent ans. C’est une partie de notre mémoire qui s’en va. René c’est 82 années d’histoire qu’il nous faisait revivre chaque fois qu’on le lui demandait. Il est arrêté le 17 avril 1940 et mis au secret à la prison de la Santé puis dirigé sur le camp de GURS où il se trouve avec un bébé de 2 ans qui, sans qu’il le sache, deviendra un ami élu avec lui à Villepinte, François Arri. Il s’évade de Gurs 3 mois plus tard. Il est repris le 2 octobre 1940 près de la frontière espagnole. Atteint par la tuberculose, il est envoyé au sanatorium de la prison où il subit en guise de traitement des radiations qui lui laisseront des séquelles définitives. Libéré en avril 1942. Il devient le Roi des faux tampons, fabriqués avec des boites à cirage, pour faire les faux papiers des combattants de l’ombre et des citoyens de confession juive, et ceci jusqu’à la libération. Il est membre du front national de lutte pour la libération et l’indépendance de la France (F.N.). Il arrive à Drancy, ville de mémoire de la déportation. Il est l’un des plus jeunes élus de France. En 1947, il épouse Jacqueline. Son épouse et lui deviennent photographes. Et puis Villepinte, où il œuvre inlassablement au bien public et transmet dans les écoles l’histoire de la résistance. Deux fois Adjoint au Maire à Villepinte. Il est élu au Conseil Régional d’Ile-de-France de 1992 à 1998. Son épouse Jacqueline nous quitte le 9 octobre 2004. Titulaire de la croix de guerre 1939-1945, de la croix du combattant et de la médaille de la déportation et de l’internement, grand invalide de guerre, ancien combattant de la résistance, dépositaire d’une mémoire rare, il est membre de l’A.R.A.C. dont il fut cofondateur de la section de Villepinte. René Magne restera à Villepinte la dernière figure emblématique d’une page déterminante de notre histoire nationale. Et aussi dans nos cœurs. 28 - LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

Michel Nowak, élu à St Quentin pendant 3 mandats, 33 ans administrateur à l’Habitat St-Quentinois, DDEN pendant 22 ans, membre du jury du concours de la résistance et de la déportation pendant 21 ans, président de la section ARAC depuis 1992, membre du bureau national de l’ARAC pendant 8 ans, vice-président départemental de l’ARAC depuis 2000. Médaille d’or avec palme.

Var (83) C'est avec plaisir que l'ARAC a présenté pour la première fois dans le vaste hall de l’hôtel de ville de ROQUEBRUNE-SUR-ARGENS, l'exposition lors des cérémonies mémorielles du 8 mai : « il y a 76 ans, ils ont vaincu la barbarie nazie » pour rendre hommage aux hommes et aux femmes engagés avec courage et abnégation pour les valeurs républicaines de liberté, de dignité, et de PAIX lorsque la République et le monde étaient en danger ! 15 tableaux, la Résistance, le front russe, les débarquements, ceux des colonies, la reddition du 8 mai, le conseil national de la Résistance. En montrant cette exposition, l'arac a la conviction qu'un monde pacifique, solidaire et fraternel est possible. Crée en 1917, l'ARAC n'a jamais cessé de dénoncer les causes des guerres et leurs conséquences, elle récuse les va en guerre. C'est dans l'esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la PAIX (Unesco 1945). Il faudrait 100 milliards pour éradiquer la misère dans le monde et combattre le virus, les dépenses d'armes dépassent 1 500 milliards de dollars… L'ARAC remercie la Municipalité et en particulier Monsieur le Maire pour permettre la présentation de l'exposition. Gérard VALLEE

Lot (46) Commémoration par l'ARAC du Massacre Gabaudet 1945 commis par la division allemande Das Reich. JeanClaude Soulié dépose une gerbe et représente l'ARAC.


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

Méry sur Oise (60) Vias (34) Lors de la cérémonie commémorative qui s'est déroulée en comité très restreint à cause de la crise sanitaire, une gerbe a été déposée ce samedi 8 mai, au nom de l'A.R.A.C., au monument aux morts, place Joliot-Curie à Méry-sur-Oise.

Rennes (35)

Dans le cadre d’une Journée Internationale d’actions pour la suppression de l’Otan, le Mouvement de la paix et l’ARAC entendent réaffirmer que la paix nécessite un rôle renforcé des Nations Unies, avec un multilatéralisme favorisant les coopérations civiles entre tous les Etats, Ensemble, exigeons : * Le respect du Droit international et de la Charte des Nations Unies. * Que la France se retire de l’OTAN - structure illégale au regard du droit international - et qu’elle agisse pour sa dissolution * La signature et la ratification du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires entré en vigueur le 22 janvier 2021. * Que la France, conformément à ses valeurs républicaines, joue un rôle indépendant et efficace par le respect de la souveraineté des peuples et la construction de la paix. Un bon contact avec le public notamment auprès des jeunes.

Villejuif (94) 18 juin 1940 appel lancé depuis Londres du Général De Gaulle. 18 juin 2021 Villejuif rend hommage à cet appel. Présence de L'Arac Villejuif, de Pierre Garzon Maire de Villejuif, et des Sapeurs-pompiers.

L’A.R.A.C. section Vias était présente pour le 76e anniversaire du 8 mai 45, ce jour-là, la nation Française retrouvait sa souveraineté. C’est le secrétaire de la section M. André Buchaca qui a rendu hommage aux alliés, et aux résistants de la France libre. Ce 8 mai 2021 il y a 76 ans. Anniversaire de la capitulation de l’Allemagne nazie.

Les Molières (91) Du 5 au 28 mai 2021, une exposition intitulée : « il y a 150 ans, la Commune de Paris, un idéal martyrisé » s’est tenue aux Molières sur le patio de l’espace culturel et associatif G.J.B. Target avec le soutien de la municipalité de la commune et l’ARAC. Cette exposition se présente sous la forme de 15 panneaux largement illustrés par une abondante documentation photographique. Elle a été conçue par Pierre Pruneta, professeur certifié d’histoire géographie à la retraite et membre de l’ARAC et Joël Mancion, ancien maire des Molières. Crise sanitaire oblige, cette exposition à l’extérieur dans le centre village a favorisé une bonne fréquentation, cer-

1871

2021

Il y a 150 ans

LA COMMUNE DE PARIS un idéal martyrisé

EXPOSITION

du 5 au 28 mai 2021 Patio de l’espace culturel et associatif Guy-Jean-Baptiste Target LES MOLIERES (91) Avec le soutien de la Mairie des Molières et de I’ Association Républicaine des Anciens Combattants

tainement bien meilleure qu’une exposition en salle !

Gérardmer (88)

Alain Morel et Pierre-Olivier Poyard

9e marche contre Mosanto-Bayer, une première à Gérardmer avec l’ARAC 88 et le Mouvement de la Paix. C’était en effet la première fois, le 15 mai, que Gérardmer accueillait l’annuelle Marche Contre Monsanto-Bayer (MaM), grande action internationale qui a déjà réuni, au plus fort de la mobilisation, plus de 1000 villes dans le monde et plus de 40 villes en France.

L’Arac de Villejuif était représentée par Jean Louis Giraudou, Président du comité local de l’Arac et Président de l'Ulac, Jean-pierre Berot qui portait le drapeau du comité local. La gerbe a été déposée par Blaise Lentini et Patrick Staat, Secrétaire Général de l'Arac.

LE RÉVEIL - N° 873 - JJUILLET-AOÛT 2021 - 29


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

Rennes (35)

Pour la solidarité et la paix, Mémoire du 8 mai 1945 à Sétif. Chaque année au square de Sétif (ville jumelée avec Rennes) un collectif d’associations se retrouve pour rappeler le drame qui commença à Sétif le 8 mai 1945 et qui s’étendit ensuite à l’est de l’Algérie. L’ARAC 35 y participe activement Une simple délégation des représentants des associations, de la Ville de Rennes et du Conseil départemental a rendu un hommage et déposé une gerbe. Extraits de la déclaration : Association jumelage Rennes-Sétif, Amazigh Breizh, A.R.A.C 35, 4A.C.G, Ligue Droits de l’Homme I&V, Maison Internationale Rennes, Mouvement de la Paix. « Avec raison, les peuples et les nations libérés de la domination nazie, notamment la France, célèbrent ce 8 mai, date de capitulation du nazisme, un système de haine, de racisme et de guerre, qui causa la disparition de millions d’êtres humains. Parmi celles et ceux qui libérèrent la France et l’Europe, particulièrement au sein des troupes venues d’Afrique, beaucoup d’Algériens com-

battirent et souvent y laissèrent leur vie. Malheureusement, le système colonialiste persistait encore avec ses inégalités, ses injustices et ses fuites en avant. Les conditions de vie sociale précaires et la soif de liberté provoquèrent alors chez le peuple algérien une explosion de colère. La force militaire coloniale mènera une répression brutale et sanglante, provoquant la mort de dizaines de milliers d’Algériennes et d’Algériens. En rendant annuellement hommage à ces morts, nous voulons rappeler la nécessité d’un monde de paix et de solidarité entre les peuples, ici français et algérien. Nous souhaitons singulièrement exprimer un message d’amitié à la Ville de Sétif et au peuple algérien. »

Drancy (93) 8 mai 2021

Résister s’écrit au présent. Nous considérons que l’organisation des commémorations patriotiques est de la responsabilité conjointe des associations et de la collectivité scellée par un protocole et des comptes rendus aux citoyens. Nous constatons beaucoup d’omissions. La participation des porte-drapeaux, les porteurs de gerbes, la présence d’un jeune collégien ou lycéen sont du ressort de chaque association. Ce n’est pas aux pouvoirs publics, aux ELUS de se substituer aux représentants des associations. Faisons respecter la place et le rôle de chacun. Les 7 associations locales fédérées par l’ULAC avaient décidé de participer le 30 - LE RÉVEIL - N° 873 - JUILLET-AOÛT 2021

Val de Marne (94)

Cérémonie départementale du 8 mai organisée par l’UDAC et le Conseil Départemental du Val-de-Marne en présence de Jacques Verrier, Secrétaire National et Président départemental de l’ARAC.

Les Ulis (91)

Commémoration du 76e anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale. La cérémonie a permis de rendre hommage à André Fillère, fondateur de la section ARAC des Ulis, et Henri Couturier, ancien porte-drapeau, décédés récemment.

Velleron (84) 8 mai 2021 à VELLERON dans le Vaucluse. Fernand Pagnon au milieu président de la section ARAC. Dans cette localité, cérémonie organisée par le maire et son conseil municipal, notre gerbe est bien présente. 8 mai comme le 25 avril et le 19 mars et ne sauraient subir des contraintes injustifiables. Les 9 porte-drapeaux présents en témoignent. Le 8 mai est moment de recueillement, d’hommage lecture d’un message par un collégien de Pierre SEMARD. Recueillement en hommage à D. CASANOVA et aux victimes de la deuxième guerre mondiale puis partage du drapeau avec un collégien.


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

La Journée Nationale de la Résistance du 27 mai 2021

Le Comité Parisien de la Libération a organisé la commémoration portant la mémoire de la Résistance en respectant les directives de distanciation. 1- rassemblement le matin au 48 rue du Four, immeuble où s’est tenue la première réunion du Conseil National de la Résistance présidé par Jean Moulin. Après une série de prises de paroles du maire, Jean-Pierre Le Coq, de la ministre déléguée Geneviève Darrieussecq, lu par la Directrice Na-

Vaucluse (84) Hommage à nos camarades et résistants Abel Sarnette et Louis Lopez, en rassemblement restreint à l’Isle sur la Sorgue. En présence de Mme Gaillard, maire-adjointe, de M. Xavier Guibos, M. Bruge Roger, Olivier Safon du PCF, de Fernand Pagnon, René Berbezier, Jacques Goutorbe pour l’ARAC 84. Après les allocutions du PCF et de l’ARAC, dépôt de gerbes, recueillement, chant des partisans, Marseillaise. Décision prise de remettre en état la stèle d’Abel Sarnette. Sachant que l’abandon de ces stèles du souvenir contribue à la disparition de la mémoire et dégrade le devoir de l’action. Jacques Goutorbe Président ARAC 84

tionale Véronique Peaucelle Delelis, de Laurence Patrice Maire adj déléguée aux anciens Combattants pour Mme la Maire de Paris Anne Hidalgo et du président du Comité Parisien de la Libération Guy Herwy, la cérémonie a continué par plusieurs dépôts de gerbes par les mêmes personnalités. Etaient présents, M. André Rakoto, ONAC Paris, des représentants de L’ARAC dont la secr. nationale Liliane Rehby, Arlette Ciotat secr. générale du Comité de Paris et la porte-drapeau, également le Comité Parisien de la libération, M. Paul Rol Tangy, fils de Cécile Rol Tanguy. Une résistante de 103 ans accompagnée de sa fille était présente et saluée par toutes les personnalités présentes. 2- l’après-midi nous nous sommes retrouvés au monument aux morts du 13e

arrondissement avec dépôts de gerbes, une Chorale qui a chanté le chant des Partisans et la Marseillaise. 3- Square René Le Gall, un élu du 13e syndicaliste, fusillé, discours et dépôts de gerbes se sont succédés, avec Alexandre Courban, conseiller d’arrondissement délégué aux anciens Combattants. 4- Angle de l’avenue Marigny et des champs Elysées, un hommage a été rendu à Jean Moulin au niveau de la Stèle. Dépôts de gerbes. Puis en fin de journée, ravivage de la flamme à l’Arc de triomphe.

VAR (83)

Saint-Raphaël 27 mai jean moulin

Enfin un nouvel emplacement à la hauteur de l’événement mémoriel a été inauguré ce 27 mai, bien situé au bord de la mer dans un jardin public. Au moins deux cents personnes avaient répondu présent à cette cérémonie inaugurale organisée par la Ville de SAINT-RAPHAEL. Le nouveau monument est beau tout simplement, à la hauteur et aux mérites des RESISTANTS. Quel dommage que le conseil de la Résistance (CNR) n'ait pas été développé, comme des sujets importants : la sécurité sociale, l’implantation d’une véritable démocratie économique et sociale, les nationalisations… ! Les 3 classes d'enfants des écoles avec le chant des Partisans et la Marseillaise

ont animé cette cérémonie émouvante, restera dans l'avenir l'entretien de la stèle Jean Moulin située à l'ancien emplacement du lieu de mémoire. Dépôt de gerbes, dont celle de l'ANACR, ARAC, ANCAC, FNACA ont clôturé cet hommage aux Résistants. Une belle cérémonie ! Le Docteur REYMONDON, membre du conseil départemental et Gérard VALLEE Président départemental représentaient l'ARAC.

Labouheyre (40) Cérémonie 18 juin 2021.

LE RÉVEIL - N° 873 - JJUILLET-AOÛT 2021 - 31


Procès intenté par Tran To Nga contre les industries agro-chimiques : le combat continue pour les victimes de l’Agent Orange

Près de sept ans après le début de la procédure judiciaire initiée par Tran To Nga contre les firmes agro-chimiques ayant fabriqué ou vendu l’Agent Orange, le Tribunal judiciaire d’Evry a rendu son jugement : il déclare irrecevables les demandes de Tran To Nga.

de juridiction le jugement ignore de manière incompréhensible les responsabilités des firmes à répondre de la toxicité de la dioxine connue depuis les années 60 et dont les effets se répercutent toujours sur la population vietnamienne et l’environnement dans l’iniquité la plus totale.

Selon le dispositif du jugement, les sociétés défenderesses « ont agi sur ordre et pour le compte de l’Etat américain, dans l’accomplissement d’un acte de souveraineté, peu importe les dispositions contractuelles relatives au prix, lesdites sociétés ne pouvant se soustraire à la commande de production par l’Etat américain. Elles sont dès lors bien fondées à se prévaloir de l’immunité de juridiction… ».

L’ARAC et le Comité Français du Village de l’Amitié sont résolument impliqués pour la reconnaissance du droit à réparation des victimes vietnamiennes de l’agent orange. En témoigne leur participation active en 2009 à l’organisation d’un Tribunal International d’Opinion formé par l’Association des Juristes Démocrates. Le Tribunal, jugeant que l’usage de la dioxine était un crime de guerre et un crime contre l’humanité a conclu que le gouvernement des Etats-Unis et les fabricants, coupables d’écocide doivent dédommager pleinement les victimes d’Agent Orange et réparer les dommages causés à l’environnement. Mais ce verdict n’avait pas force exécutoire.

Les avocats de Tran To Nga estiment que le Tribunal d’Evry, en suivant les avocats des sociétés incriminées applique une définition obsolète du principe de l’immunité de juridiction, en contradiction avec les principes modernes du droit international et du droit national. En soulevant le principe de l’immunité

Aujourd’hui, la décision du Tribunal d’Evry nous révolte. Elle nous rappelle ce-

pendant que la vérité est une lutte de longue haleine. Malgré notre déception, notre volonté, celle des associations du Comité de soutien à Tran To Nga et du Collectif Vietnam-Dioxine n’en sont que consolidées. Tran To Nga a donné immédiatement instruction à ses avocats d’interjeter appel du jugement rendu. Nous serons à ses côtés et lui souhaitons toute la force pour pouvoir mener son combat jusqu’au bout, qui est celui de toutes les victimes de l’Agent Orange. Le samedi 15 mai nous avons marché contre Monsanto en tête de cortège et nous avons réclamé « justice pour Tran To Nga et pour toutes les victimes de l’Agent Orange ». Le 10 août est au Vietnam la journée nationale en hommage aux victimes de l’Agent Orange. Cette année le Vietnam commémore les 60 ans des premiers épandages effectués par l’armée américaine. Ce sera pour nous un moment fort de renouveler notre soutien à Tran To Nga.