Le réveil des combattants - Avril 2021

Page 1

ASSURANCE CHÔMAGE : « CE GOUVERNEMENT SE CROIT TOUT PERMIS »

DE GAULLE ET LA SOUVERAINETÉ NATIONALE

CONTINUONS À SOUTENIR TRAN TO NGA POUR QUE JUSTICE VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL LUI SOIT RENDUE

Avril 2021 - N° 870 - 5 e

Rien Ne se construit sans luttes pour l'intérêt de tous Ensemble, défendons les valeurs de la République


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

SAHEL : besoin d’une initiative de l’ONU et du gouvernement français Au dernier G5 Sahel des 15 et 16 février derniers, le Président de la République a décidé de maintenir le dispositif militaire français de l’opération BARKHANE. Installée en août 2014, à la suite de SERVAL conformément à une demande d’assistance mutuelle, émanant du gouvernement malien, sur un théâtre élargi, à 5 pays du Sahel. C’est un pari risqué. L’ARAC a souligné et réitère que les interventions en Irak, en Libye ont été des catastrophes politiques et humaines. La France, les Etats Unis et d’autres portent une lourde responsabilité dans la déstabilisation occasionnée dans cette région. Ces pays devraient être engagés plus fermement, contre les dirigeants des Etats qui financent les terroristes de toutes natures. C’est vrai, notamment du Qatar, de l’Arabie Saoudite, de la Turquie… Ce n’est pas à la France, ni à l’OTAN, « illégale en droit international », de contenir les Groupes Terroristes Armés de toutes natures. C’est à l’ONU de les combattre, conformément à la Charte de Nations Unies. Pour stabiliser la situation et chercher à installer une paix durable dans toute la région, il faudra bien trouver une solution politique collective, à un moment donné. L’option la plus sûre n’est-elle pas d’évoluer vers une véritable mission de maintien de paix de l’ONU et non plus simplement une mission de contre- terrorisme, comme c’est le cas, actuellement. Cela permettrait à la France de préparer son retrait, dans de bonnes conditions. Pourquoi la diplomatie française en toute souveraineté, ne prend-elle pas, enfin l’initiative d’un acte réel, sous l’égide de l’ONU et dans l’esprit de la Charte des Nations Unies, d’une Conférence internationale pour aider à la coopération, au développement, à la défense du droit des peuples et particulièrement ceux du Sahel à disposer d’eux-mêmes en toute sécurité. Le Secrétariat National de l’ARAC 08/03/2021

2 -

LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021


ÉDITO LE RÉVEIL

LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE ?

SOMMAIRE Actualités SAHEL : besoin d’une initiative de l’ONU et du gouvernement français ���������������������� 2 Une année de covid : le rapport destructeur de l’OMS sur l’approche des pays occidentaux �������������������������������������������������������������������������������������������������� 4 Assurance chômage : « Ce gouvernement se croit tout permis » ��������������������������������� 5 Après la pandémie, le FMI met en garde contre une explosion sociale ����������������������� 6 En France, depuis la privatisation de Gaz de France en 2004, le tarif du gaz a augmenté de 75,7 %, sans compter l’inflation (21 %) ������������������������������������������������ 7

International Continuons à soutenir Tran To Nga pour que justice lui soit rendue ���������������������������� 8 Brésil : Lula éligible à la présidentielle de 2022 ����������������������������������������������������������� 9 Egypte : L’ONU dénonce de graves violations des droits humains ����������������������������� 10 Birmanie : Total doit cesser le business avec la junte �������������������������������������������������� 10 En Afghanistan, les talibans maintiennent liens avec Al-Qaïda, selon l’ONU ��������������� 11 Expulsion de diplomates russes dans trois pays de l’Union européenne ������������������� 11 Russie : L’opposition muselée ������������������������������������������������������������������������������������� 12 La Turquie accusée par l’Union européenne d’avoir empêché le contrôle de l’embargo onusien sur les ventes d’armes à la Libye �������������������������������������������� 12

Spécial débat OTAN 2030 : “Il faut stopper ce train fou avant qu’il ne soit trop tard !” ������������������� 21

Droit Déclassification des archives de la guerre d’Algérie : Le fils de Maurice Audin demande au Président de la République de faire appliquer la loi ���������������������������� 23 Le Sénat a examiné le 9 mars, une proposition de loi visant à la modification de l’intitulé de l’Office National des Anciens Combattants et des victimes de guerre �� 23 19 mars 2021 - Paris �������������������������������������������������������������������������������������������������� 25 Quelques observations concernant la réunion du 9 mars 2021 devant le 2e collège de l’ONAC �������������������������������������������������������������������������������� 25

Vie de l’ARAC Vie de l’ARAC ������������������������������������������������������������������������������������������������������ 26 à 30

P. 13.. D O S S I E R

De Gaulle et la souveraineté nationale ◗ Dans ce numéro : un encart jeté et une enveloppe T

www.le-reveil-des-combattants.fr LE RÉVEIL DES COMBATTANTS Fondé en 1931 par Henri Barbusse et Paul Vaillant-Couturier. Mensuel de l’Association républicaine des combattants pour l’amitié, la solidarité, la mémoire, l’antifascisme et la paix. Commission paritaire n° 0723-A06545 ISSN N° 0751-6215 • Édité par les Éditions du Réveil des Combattants • SARL au capital de 45 734,41  € - Siret : 572 052 991 000 39 2, place du Méridien - 94807 Villejuif cedex Tél. 01 42 11 11 11 reveil-des-combattants@wanadoo.fr

• Tirage : 60 000 exemplaires • Directeur-gérant : Raphaël Vahé • Directeur : Patrick Staat • Rédactrice en chef adjointe : Brigitte Canévêt • Comité de Rédaction : Hervé Corzani, JeanPierre Delahaye, Laurence Gorain • Régie Publicitaire : HSP - Tél. 01 55 69 31 00 contact@hsp-publicité.fr • Administratrice : Annick Chevalier • Conception graphique - Impression : RIVET PRESSE EDITION - 24, rue Claude-Henri-Gorceix, 87022 Limoges cedex 9

C

omment parler de liberté quand des Français vivent dans la précarité avec l’angoisse du lendemain. Liberté ? quand le gouvernement utilise la pandémie pour s’attaquer au droit du travail, à l’hôpital public, aux libertés individuelles

et collectives. Comment parler d’égalité quand les dividendes des actionnaires explosent alors que plus de 10 millions de nos concitoyens vivent dans la pauvreté. Quelle égalité quand les entreprises ferment et que des centaines de milliers d’emplois sont supprimés. Suppressions essentiellement dues à la réorganisation des entreprises pour développer la rentabilité, les profits des actionnaires. Egalité ? quand cette année, en pleine crise sanitaire, le gouvernement continue à fermer 1 200 lits. Aujourd’hui, des médecins disent avec angoisse se préparer à devoir « faire un tri des patients afin de sauver le plus de vies possibles » Les mesures sociales du programme du C.N.R. posaient la question d’une égalité devant la santé avec la sécurité sociale (1946). Ambroise Croizat disait : « ce n’est pas les banques qu’on veut sauver, c’est l’Homme ». Récemment le directeur des assurances sociales déclarait la perte, en 2020, de 400 000 cotisants à la sécurité sociale. Il y a de quoi être inquiet. Comment parler de fraternité quand tant d’inégalités frappent, quand le gouvernement continue à s’attaquer aux retraites, à l’assurance chômage en réduisant les aides aux salariés alors que s’abat sur les travailleurs un tsunami de licenciements et de fermetures d’entreprises. La fraternité, c’est penser l’intérêt commun, l’intérêt de tous et non l’intérêt d’une poignée de nantis. En France, 41 milliardaires (4 fois plus qu’après la crise de 2008) ont gagné près de 175 milliards d’euros supplémentaires en 2020, deux fois le budget de l'hôpital public. Alors que intérimaires, chômeurs, personnes en CDD, intermittents, indépendants, basculent dans la pauvreté. Devant la colère qui s’exprime avec la multiplicité des manifestations et grèves, il devient urgent de mener une politique sociale. Henri Barbusse s’adressant aux lecteurs du « Réveil des Combattants » n° 1 en janvier 1931, rappelait : « Notre première tâche est de mener sur le plan social et politique une lutte de plus en plus intransigeante, de plus en plus implacable » « apprêtons-nous à la guerre défensive et offensive contre les exploiteurs, et travaillons à entretenir les masses à faire un pas en avant. Pour commencer ! » Ce rappel de l’histoire et de la mémoire, pour comprendre que rien n’existe, ni ne se construit sans actions, sans luttes, pour l’intérêt de tous. Patrick STAAT LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021

-3


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

Une année de covid : le rapport destructeur de l’OMS sur l’approche des pays occidentaux ments et insistaient sur la gravité de la situation. Mais la plupart des pays occidentaux pensaient qu’ils étaient intouchables.

De réelles mesures ont été prises par les pays occidentaux seulement à partir de la mi-mars Dans un rapport dévastateur, l’OMS analyse l’accumulation des échecs. Il décrit comment les gouvernements et les organisations de santé publique du monde entier ont réagi lentement et de manière inefficace au coronavirus. Le rapport commence par la constatation que le monde n’était absolument pas préparé à cette pandémie. Pourtant, durant des décennies, il avait été prédit qu’une pandémie virale surviendrait inévitablement. Il y a 5 ans, l’OMS proposait de lancer une recherche urgente sur les coronavirus. Pour les géants pharmaceutiques, une telle recherche n’était pas rentable. C’est pourquoi elle n’a pas démarré. Les bénéfices avaient priorité sur l’intérêt général. Le 24 janvier, il apparaissait que le virus était transmissible d’homme à homme et qu’il était très contagieux. Une semaine plus tard, le 30 janvier, l’OMS déclarait l’état d’urgence sanitaire mondiale. Certains pays n’ont pas trop attendu et ont réagi directement. Le Vietnam a introduit la distanciation sociale et des contrôles des frontières plus sévères dès la mi-janvier. Le 12 janvier, Taiwan envoyait deux épidémiologues à Wuhan afin d’étudier le virus. Dès le début de février, les voyageurs étrangers étaient systématiquement contrôlés dans beaucoup d’aéroports d’Afrique. L’OMS et d’autres instances envoyaient régulièrement des avertisse4 -

LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021

Ainsi un temps précieux a été perdu, au moins un mois et demi. Pourtant, chaque jour compte au début d’une épidémie. Au départ de la première vague, avant que les mesures de protection soient prises, le virus se multipliait par 10 tous les dix jours. Cela veut dire que, si les gouvernements occidentaux avaient réagi plus tôt, le degré d’infection et la mortalité conséquente auraient été dix fois moins élevés. À cause de cette réaction tardive, les services de soins intensifs ont été submergés aux dépens d’autres patients qui avaient besoin d’interventions urgentes. Cela n’a pu qu’accroître le nombre de morts. Le rapport reproche également aux responsables des secteurs de la santé d’avoir réagi trop lentement au cours de la phase initiale quant à l’indication que des personnes asymptomatiques pouvaient propager le coronavirus. Pourtant, des rapports venant de Chine et d’Allemagne avaient documenté ce phénomène très tôt. Mais des instances sanitaires éminentes parmi lesquelles l’OMS elle-même, ont donné des avis contradictoires et parfois trompeurs. La plupart des gouvernements occidentaux refusaient d’apprendre de l’expérience des pays les premiers touchés. Des mesures évidentes comme la distanciation sociale ou le port de masques ont donné lieu dans nos pays à des débats politiques stériles. Les confinements n’étaient pas à l’ordre du jour puisqu’ils ne correspondaient pas à nos « valeurs Occidentales » …

Tadros Adhanom Ghebreysus directeur général de l’organisation mondiale de la santé (OMS).

jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’autres choix. Dans beaucoup de pays, il y avait au début de la pandémie un manque d’équipements essentiels, comme des masques, des tenues de protection, de l’oxygène, des respirateurs, etc. Le marché n’est clairement pas en mesure de répondre à une crise sanitaire imprévue. Les économies néolibérales durant de longues années ont également eu comme résultat le manque de personnel médical qualifié, comme cela s’est manifesté dans les établissements pour personnes âgées. Selon le rapport, les gouvernements se sont laissés et se laissent encore trop mener par des considérations économiques dans l’idée que des mesures trop strictes nuiraient à l’économie. A tort. Le rapport de l’OMS est très critique : « Les vaccins ne pourront être exploités pleinement si l’accès aux vaccins est déterminé par des intérêts nationaux étroits et la puissance économique (…). Nous ne pouvons permettre l’établissement d’un principe selon lequel il est acceptable que les pays à revenu élevé soient en mesure de vacciner 100 % de leur population alors que des pays plus pauvres doivent se contenter d’une couverture de 20 %. Ce n’est pas le fait d’être né au Libéria, en Nouvelle-Zélande ou ailleurs qui devrait déterminer la place occupée dans la file d’attente pour la vaccination »


ACTUALITÉS LE RÉVEIL Le rapport confirme : « Seule l’application des principes d’universalité et d’équité nous permettra de sortir tous ensemble de cette crise » “Au plus longtemps nous attendons pour procurer des vaccins, des tests et des traitements à tous les pays, au plus vite le virus pourra se propager avec la probabilité de l’apparition de nouveaux variants, qui feront que les vaccins actuels seront moins efficaces et qu’il sera difficile pour tous les pays de se redresser. Personne n’est en sécurité tant que tout le monde n’est pas en sécurité. »

Non, ce ne sont pas des travaux à l’Hôtel-Dieu (Paris) au pied de Notre Dame, ile de la Cité, pour ouvrir des lits mais pour construire une galerie commerciale afin de proposer aux touristes des produits de luxe et un restaurant étoilé. Merci Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP, merci Anne Hidalgo, présidente du conseil de surveillance de l’AP-HP et maire de Paris qui est en train de modifier le plan local d’urbanisme pour autoriser cette opération.

Source : INVESTI’ACTION – extraits – M. Vandepitte – 15/03/21 Pour consulter le rapport de l’OMS : https:// test-the-independent-panel.pantheonsite.io/wpcontent/uploads/2021/01/IndPanel_2ndReportonProgress_French.pdf

Assurance chômage : « Ce gouvernement se croit tout permis » Après plusieurs reports dus à la crise sanitaire et économique, le gouvernement tient bon sur la réforme de l’assurance chômage qui soulève une levée de boucliers de l’ensemble des organisations syndicales. Le nouveau mode de calcul controversé de l’indemnisation des demandeurs d’emploi entrera en vigueur le 1er juillet. Une mesure qui constitue le principal point de désaccord entre l’exécutif et les partenaires sociaux. Selon un document de travail de l’Unedic, environ 840 000 personnes (38 % des allocataires) auraient une indemnisation inférieure de plus de 20 % en moyenne à ce qu’elles toucheraient avec les règles actuelles, même si les droits seront plus longs. Pour en limiter l’impact, le gouvernement a introduit un plancher qui limitera la baisse maximale. (…) Le durcissement de l’ouverture des droits (de 4 à 6 mois de travail sur les 24 derniers mois augmentés d’une période de neutralisation liée aux confinements) entrera en vigueur au plus tôt au 1er octobre. Il dépendra d’une amélio

sation chômage des entreprises dans sept secteurs grands consommateurs de contrats courts ne sera, elle, appliquée qu’en septembre 2022 après une période d’un an d’observation du comportement des entreprises.

ration du marché de l’emploi appréciée sur six mois à partir du 1er avril, une clause de « retour à bonne fortune », évoquée par la ministre E. Borne. « Ça fait vraiment usine à gaz. La sagesse aurait commandé qu’on suspende cette réforme. On voit qui va payer le plus lourd tribut de la crise économique », se désole la sénatrice, Monique Lubin. (…) Autre sujet de discorde, la dégressivité de l’allocation pour les hautes rémunérations (plus de 4 500 euros mensuels brut) interviendra au bout de huit mois à partir du 1er juillet, délai ramené à six mois en fonction de l’amélioration des deux indicateurs cités. La disposition décriée par le patronat à savoir un bonus-malus sur la coti-

« Cette réforme ne fera qu’accentuer les difficultés des demandeurs d’emploi » Lancée à l’été 2019 la réforme devait répondre à un double objectif : une économie de 3,4 milliards d’euros sur la période 2019 à 2021 et une baisse du nombre de chômeurs de 150 000 à 250 000 sur la même période. (…) Pour Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice ce calendrier est « consternant ». « On est devant une crise sociale majeure et cette réforme ne fera qu’accentuer les difficultés des demandeurs d’emploi. Ce gouvernement se croit tout permis. Il veut faire des économies sur le dos des chômeurs, au lieu de chercher d’autres pistes par l’impôt, la réintroduction de l’ISF ou la taxation des contrats courts ». Source : Public Sénat – 02/03/21 – extraits – S. Barbarit. LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021

-5


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

Après la pandémie, le FMI met en garde contre une explosion sociale

(…) Les équipes du FMI estiment que les épidémies ont un effet pacificateur à court terme, non seulement parce qu’elles renforcent « la cohésion sociale et la solidarité », mais aussi parce qu’elles réduisent plus que d’autres les interactions sociales et les mouvements. Cela peut donner l’occasion au gouvernement de « profiter de l’urgence pour renforcer son pouvoir et réduire les dissensions ». Ce phénomène expliquerait donc l’effet social « long » des pandémies. Ce qui est en cause, ici, c’est le fait que la crise « mette en évidence et exacerbe des problèmes préexistants comme le manque de confiance dans les institutions, une mauvaise gouvernance, la pauvreté ou des inégalités croissantes ». Ce ne serait donc pas tant la pandémie en tant que telle qui conduirait aux troubles, mais plutôt son effet amplificateur sur les conditions préexistantes. Cette nuance pourrait expliquer les conséquences plus ou moins violentes et plus ou moins différées des pandémies que l’on constate dans quelques exemples historiques. Par exemple, l’insurrection de juin 1832 intervient alors que l’épidémie de choléra est certes en recul, mais qu’elle de6 -

LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021

meure présente. La situation française sociale et politique est alors explosive, comme le prouvent la révolte des canuts (les ouvriers de la soierie) à Lyon à la fin de l’année 1831 et l’émeute anti-légitimiste de février 1831. L’agitation ouverte par l’insurrection de 1832 connaîtra d’ailleurs un regain en 1834 avec de nouveaux soulèvements des républicains parisiens et des canuts lyonnais. De même, en 1918, si la révolution allemande qui, début novembre, a renversé le régime impérial, a eu lieu pendant le pic de la deuxième vague de la grippe espagnole, la plus mortelle, l’explosion sociale s’est produite, elle, dans un contexte particulier, marqué par l’étincelle de la révolution russe et par la défaite militaire du pays. Mais les cinq années suivantes seront bien marquées par une agitation sociale forte et il faudra attendre le milieu des années 1920 pour voir la situation s’apaiser provisoirement. Pour autant, il faut se garder de toute vision systématique du lien entre épidémie et troubles sociaux. Dire que les épidémies renforcent les crises en gestation, c’est finalement ne pas dire grand-chose sur leurs effets réels. Il faut aussi se souvenir qu’il existe certainement dans toutes ces études un certain biais explicable par la situation actuelle. (…) La question de ce lien se pose avec une acuité particulière concernant le Covid-19. D’abord parce qu’à la différence des grippes espagnole, asiatique ou de Hong Kong, cette épidémie est le point focal des sociétés et des économies du monde entier depuis mars 2020. L’ensemble des activités humaines semble dépendant de l’évolution de la pandémie. L’effet différé de cette épidémie sur la situation sociale pourrait donc naturellement être sensible. Il le pourrait d’autant plus que la situation préexistante était problématique. Le creusement des inégalités qui a ac-

compagné les politiques néolibérales depuis quarante ans a créé un terreau d’autant plus favorable à des tensions sociales que l’économie capitaliste peinait à sortir de la crise de 2008 et de ses conséquences. (…) Certes, les gouvernements ont un peu partout cherché à amortir l’effet économique et social direct de la pandémie par un renforcement souvent temporaire des transferts. L’intégralité ou presque de la production privée a été mise en hibernation. Mais ces mécanismes sont prévus pour ne durer que le temps de la pandémie et laissent une partie de la population, souvent la plus précarisée et la plus pauvre, sans protection. Une fois le retour « à la normale » acté, ce qui, par ailleurs, pourrait prendre du temps, l’ajustement risque d’être douloureux. (…) La hâte que pourraient avoir les entreprises à rétablir et même à compenser les pertes enregistrées durant la pandémie risque de conduire à de fortes destructions d’emplois, notamment par une vague d’automatisation ou par l’augmentation de la durée du temps de travail. Dans un scénario optimiste, la « destruction créatrice » permettrait à la fin de créer davantage d’emplois en favorisant l’investissement et l’innovation. Mais dans un système capitaliste contemporain où les gains de productivité globaux sont faibles, où le secteur des services va être en première ligne des destructions d’emplois et où la financiarisation rend ce lien entre profits et emplois plus fragile, un autre scénario doit être envisagé. Celui où la course au profit se traduirait par un affaiblissement de l’emploi et des salaires. (…) Les équipes du FMI confirment cette analyse. Tahsin Saadi-Sedik et Rui Xu indiquent que « les inégalités augmentent et la croissance ralentit significativement à la suite des pandémies ». Leurs calculs aboutissent à la


ACTUALITÉS LE RÉVEIL conclusion qu’au bout de cinq ans, l’indice de Gini, qui mesure les inégalités, augmente de près de 1,2 % en moyenne, ce qui est considérable.

désordres politiques et sociaux à venir.

(…) « Le risque de désordre civil augmente avec une inégalité plus grande et une plus faible croissance économique », notent-ils. C’est, dans le cas du Covid-19, encore plus évident dans la mesure où la croissance était déjà affaiblie et l’intolérance envers les inégalités très présente.

(…) On ne peut que déplorer que les travaux de la recherche du FMI soient aussi incroyablement ignorés par les fonctionnaires du Fonds qui, de leur côté, poursuivent leur travail comme si de rien n’était. Ainsi, concernant la France, un pays où le niveau de tension sociale a été particulièrement élevé avant la crise, le FMI continue d’appeler à donner la priorité à la réduction de son endettement public.

Le pire n’est certes jamais certain, mais il semble que la faiblesse de la croissance et le besoin du capitalisme actuel d’augmenter la pression sur le travail, ajouté aux effets directs de la pandémie, conduisent à une situation explosive. Et, compte tenu de l’effet différé propre aux pandémies, le calme actuel n’est pas le gage de la paix sociale à venir. Les dirigeants actuels auraient donc tort de prendre pour argent comptant des pics de popularité ou une forme d’apathie de la population. Ils ne disent rien des

(…) Mais il n’y a pas de secret : donner la priorité à la réduction de l’endettement signifie soit baisser les transferts sociaux, soit accélérer la politique de l’offre en faveur du capital et au détriment du travail, soit les deux. Le FMI comme le gouvernement semblent avoir choisi cette dernière solution. La situation est donc encore plus explosive puisque le FMI, qui alerte dans ses papiers de recherche contre le risque social, soutient dans sa pratique des politiques qui aggravent ce risque. C’est

l’illustration d’un trait dominant du temps : le néolibéralisme est en crise, mais il reste la référence dominante de l’élite. La pandémie a mis les sociétés sous tension, la crise économique à venir pourrait conduire à des explosions sociales inédites. C’est un avertissement sans frais aux dirigeants. Mais ces derniers regardent ailleurs et, derrière des discours de lutte « contre les inégalités », continuent à mener des politiques néolibérales. Si l’on ajoute à ce tableau le risque climatique croissant, les ingrédients d’une crise majeure dans les prochaines années sont désormais réunis. Source : MEDIAPART – Romaric Godin – 03/03/21.

En France, depuis la privatisation de Gaz de France en 2004, le tarif du gaz a augmenté de 75,7 %, sans compter l’inflation (21 %)

Coronavirus entre confiance et inquiétude.

Depuis le début de l’année, les tarifs du gaz ont augmenté de 0,2 % en janvier, 3,5 % en février et 5,7 % en mars. Aujourd’hui, les prix du gaz validés par la Commission de régulation de l’énergie varient en fonction de la demande mondiale. Récemment, le gaz naturel liquéfié n’arrivait plus en France parce que les fournisseurs mondialisés du secteur avaient fait le choix de vendre leur gaz 10 fois plus cher en Chine.

L’ouverture du marché du gaz, comme celui de l’électricité, avait été faite au nom de la baisse des coûts : l’arrivée de la concurrence allait faire baisser les tarifs pour les usagers ! La réalité est tout autre : alors que le prix de la molécule de gaz a été divisé par trois depuis 2004, il est aujourd’hui facturé presque deux fois plus cher aux usagers.

Que s’est-il passé entre-temps ? En 2004, le service public Gaz de France a été transformé en société anonyme détenue majoritairement par l’État. En 2008, Gaz de France et Suez ont fusionné pour former un groupe dans lequel l’État était désormais minoritaire. En 2015, ce groupe a changé de nom pour devenir Engie. Depuis 2004 et l’arrivée d’actionnaires,

les dividendes qui leur sont versés n’ont fait qu’augmenter.

Aujourd’hui, ce sont 95 % des bénéfices qui sont versés en dividendes ! Soit 20 milliards qui passent de la poche des usagers à celle des actionnaires, en quinze ans. Et cela même alors que ce sont les usagers qui ont depuis 1946 financé le développement du gaz et tous les équipements gaziers. Ces nouvelles hausses vont rendre les fins de mois encore plus difficiles pour les plus précaires, alors que 53 % des foyers restreignent déjà leurs consommations d’énergie pour limiter leur facture énergétique, selon l’Observatoire national de la précarité énergétique. LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021

-7


LE RÉVEIL INTERNATIONAL

Continuons à soutenir Tran To Nga pour que justice lui soit rendue

Mme Tran To Nga et son combat contre l’agent orange.

Le procès engagé par Tran To Nga contre les firmes chimiques ayant fabriqué ou fourni l’Agent Orange-dioxine a commencé le 15 avril 2015. Depuis près de 6 ans, se sont succédé des audiences de mise en état et finalement ce sont 14 compagnies multinationales à qui Nga demande la juste réparation de ses préjudices liés à la dioxine TCDD. Après le dépôt des conclusions et plusieurs reports demandés par les défendeurs, l’audience des plaidoiries a eu lieu le 25 janvier dernier Au TGI d’Evry. C’est un moment crucial de ce procès. Tous les amis, les associations qui soutiennent Nga l’ont bien compris et ont largement relayé l’information. En particulier les jeunes du Collectif Vietnam-Dioxine (dont notre Comité du Village de l’Amitié fait partie depuis 2004) ont fait en sorte que ce procès ait une couverture médiatique sans précédent et un retentissement international. Le 25 janvier, jour de l’audience, Nga est soutenue par un nombreux public (Comité de soutien, élus, journalistes). 8 -

LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021

Beaucoup n’ont pas pu pénétrer dans la salle du tribunal, tant les places sont restreintes. Face aux 3 avocats du cabinet Bourdon, 14 avocats représentent les firmes incriminées. Le début de matinée (1 h 30) est consacré à la plaidoirie des avocats de Nga. William Bourdon soutient le bienfondé de ce procès pour créer un précédent juridique et faire avancer la jurisprudence. Bertrand Repolt et Amélie Lefebvre répondent par avance aux arguments que la partie adverse avancera plus tard. En se fondant sur des lettres que Jonathan Moore, l’avocat américain de la VAVA leur a confiées, ils ont pu affirmer que les firmes avaient répondu à un appel d’offre et qu’elles étaient parfaitement conscientes de la toxicité du produit pour la santé humaine. La partie adverse se retranche derrière l’immunité des compagnies mises en cause en prétendant qu’elles avaient été réquisitionnées par le gouvernement américain. L’un des points sensibles a consisté à établir le lien de causalité entre les ma-

ladies dont souffre Nga et l’exposition à l’agent orange. William Bourdon se fonde sur le fait que Nga souffre de 5 pathologies figurant sur la liste des maladies directement liées aux épandages établie par l’Académie nationale des sciences des USA pour indemniser les vétérans américains. Non sans cynisme, les avocats adverses soutiennent que ce sont des maladies dues à la vieillesse. Les avocats de Nga ont demandé que la justice tranche pour une expertise médicale. Après cette journée de plaidoiries, parfois cruelle pour Nga face à des accusations mensongères, le tribunal se met en délibéré et rendra sa décision le 10 mai prochain. Dans l’attente du verdict nous devons rester mobilisés pour le combat de Tran To Nga et son engagement de longue haleine. Comme l’a déclaré William Bourdon : « c’est un procès historique, car la priorité est d’obtenir une décision de justice qui reconnaisse pour la première fois la responsabilité des sociétés américaines à l’égard des victimes. Si nous remportons cette manche, cela pourrait créer un précédent juridique sur lequel d’autres victimes pourraient s’appuyer pour initier d’autres procédures en France ou ailleurs ». Dès le 30 janvier, un rassemblement de soutien à Tran To Nga, bien encadré par l’UGVF a regroupé 300 personnes environ au Trocadéro. Les camarades de l’ARAC et du Village de l’Amitié y étaient bien présents en reprenant avec tous les participants les slogans « Justice pour Tran To Nga » et « Soutien aux victimes de l’Agent Orange ». Les autres dates à retenir : le 10 mai, jour du verdict, le 15 mai, la marche contre Monsanto et le 10 août 2021, journée au Vietnam en hommage aux victimes de l’Agent Orange.


INTERNATIONAL LE RÉVEIL

Brésil

Lula éligible à la présidentielle de 2022 L’ex-président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, peut désormais affronter Jair Bolsonaro à la présidentielle de 2022. Un juge de la Cour suprême a annulé toutes ses condamnations pour corruption et l’a rétabli dans ses droits politiques.

L’ex Président Lula libéré au Brésil.

Cette décision a fait l’effet d’une bombe, propulsant de nouveau l’icône de la gauche brésilienne dans l’arène politique, dans un Brésil plus polarisé que jamais après deux ans de mandat du président d’extrême droite Jair Bolsonaro. Le juge Edson Fachin a estimé que le tribunal de Curitiba (Sud) qui avait condamné Lula dans quatre procès,

n’était « pas compétent » pour juger ces affaires. Celles-ci seront à présent jugées par un tribunal fédéral de Brasilia. En attendant, l’ex-président (20032010) recouvre ses droits politiques et peut briguer un troisième mandat. Le procureur général brésilien dispose toutefois d’un droit de recours devant la Cour suprême réunie en séance plénière. « Lula innocent », a réagi sobrement sur Twitter le Parti des Travailleurs (PT), formation de gauche cofondée en 1980 par Lula. Lula, 75 ans, avait déjà purgé un an et demi de prison pour corruption, d’avril 2018 à novembre 2019, avant d’être libéré sur décision collégiale de la Cour suprême. Au moment où il avait été incarcéré,

l’ancien chef de l’Etat était donné favori des sondages pour la présidentielle d’octobre 2018. Deux ans et demi plus tard, dans un sondage récent, Lula apparaît comme le seul capable de battre Jair Bolsonaro au prochain scrutin, en 2022 : 50 % des personnes interrogées se disent prêtes à voter pour lui, contre 44 % pour le président sortant. Les condamnations de Lula à Curitiba, dans le cadre de l’opération anticorruption « Lavage express » avaient déjà été discréditées ces derniers mois, l’impartialité des juges et des procureurs ayant été mise en doute par des échanges de messages dévoilés par le site The Intercept Brasil.

Kurdes

Facebook complice d’Erdogan Le magazine d’enquête Propublica dévoile que la direction de Facebook a cédé aux pressions d’Ankara lors de la campagne turque contre les forces kurdes syriennes en 2018. Alors que le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan menaçait l’entreprise de représailles si Facebook ne censurait pas la page, la direction a rapidement ˘ choisi. C’est par le biais d’un mail laconique que la directrice des opérations de Facebook, Sheryl Sandberg, a donné son feu vert pour fermer la page officielle des « Unités de protection du

La répression touche essentiellement la population civile kurde.

peuple » (YPG). Les Kurdes syriens sont, depuis le début des années 2010, le principal rempart à Daesh dans la région. Ils représentent aussi la principale force d’opposition au régime syrien de Bachar-al-Assad, responsable de très nombreux crimes de masse et autres exactions à l’encontre de son peuple depuis le début du printemps Facebook a cédé face au gouvernement pro-islamique d’Ankara suspecté d’avoir été un soutien notoire de Daech dans la région lors de la période d’expansion du groupe. De plus, ce que les Kurdes syriens appellent « la bataille d’Afrine » (du nom de la province nord-syrienne annexée par l’armée turque) et que les turques appellent,

ironiquement, « l’Opération Rameau d’Olivier », s’est révélée non seulement sanglante, mais aussi dérangeante. De nombreuses photos et vidéos prises par les forces turques elles-mêmes étaient d’une très grande cruauté – exécutions sommaires, décapitations de kurdes, etc. Des images qui n’ont donc pas pu être montrées côté turc par les forces syriennes. Ne voulant pas perdre un marché important – la Turquie compte 82 millions d’habitants et sa population est très jeune, donc très portée sur les réseaux sociaux – Facebook a une fois encore fait le choix du profit plutôt que celui de la liberté d’expression. J.-P. Delahaye LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021

-9


LE RÉVEIL INTERNATIONAL

Egypte

L’ONU dénonce de graves violations des droits humains

Au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, 31 Etats ont demandé à l’Egypte de cesser de bafouer les droits des militants, des journalistes, des politiciens, des avocats et des personnes LGBT.

Manifestation contre la torture en Egypte.

Selon les ONG, 60  000 hommes et femmes sont emprisonnés en Egypte en raison de leur opinion. Les membres de l’organisation internationale ont envoyé un signal fort au régime du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, lors de la 46e session du Conseil des droits de l’homme, qui s’est tenue au mois de mars. 31 pays ont signé une lettre dénonçant les violations des droits humains en cours dans ce pays d’Afrique du Nord. Dans le texte lu, par l’ambassadrice finlandaise auprès de l’ONU à Genève, Kirsti Kauppi, les Etats s’inquiètent du détournement de l’usage de la législation antiterroriste pour menacer, violenter et incarcérer les journalistes, les politiciens, les avocats et les personnes LGBT. Parmi les signataires figurent l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Canada, l’Australie ou encore la Nou-

velle-Zélande. La France qui récemment recevait en grande pompe à l’Elysée, le dictateur Al-Sissi, maître du Caire, est également signataire de ce document ! Tous exhortent l’Etat égyptien à garantir « un espace pour la société civile – y compris les défenseurs des droits humains – afin qu’elle puisse travailler sans crainte d’intimidation, de harcèlement, d’arrestation, de détention ou de toute autre forme de représailles ». Cette déclaration commune a été saluée par de grandes ONG de défense des droits humains : Amnesty International, Human Right Watch, l’Institut du Caire pour l’étude des droits de l’homme (CIHRS) et la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH). « Elle met fin à des années d’inaction affligeante de la part du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, malgré la forte détérioration de la situation des droits humains » en Egypte, a déclaré Bahey Hassan, directeur du CIHRS. « Les Etats devraient continuer à signaler clairement au gouvernement égyptien qu’il n’aura plus carte blanche pour emprisonner, torturer et violer le droit à la vie ou tuer illégalement. » La torture une pratique systématique. Antoine Madelin, directeur du plaidoyer

Birmanie

à la Fédération internationale pour les droits humains, demande également aux Etats de poursuivre leurs efforts en matière de protection des libertés. « Les Etats signataires de cette déclaration, comme la France, doivent en prendre toute la mesure et réellement prioriser le respect des droits humains dans leurs relations diplomatiques et commerciales avec l’Egypte », indique-t-il. Avant d’ajouter : « Nous demandons au gouvernement d’Emmanuel Macron de revoir son partenariat dit stratégique avec l’Egypte et de mettre un terme aux ventes d’armes françaises vers tous les pays qui violent les droits fondamentaux. » Selon les ONG, 60  000 hommes et femmes sont derrière les barreaux en Egypte en raison de leur opinion. En 2017, le comité de l’ONU contre la torture avait conclu que « la torture est une pratique systématique en Egypte ». Depuis la destitution du président Mohamed Morsi par l’armée en 2013 et l’arrivée au pouvoir l’année suivante, à la suite d’un coup d’état militaire, du maréchal Abdel Fattah al-Sissi, une répression croissante cible les opposants dans le pays. Sans surprise, l’Etat égyptien a rejeté les accusations des membres de l’ONU. JPD

Total doit cesser le business avec la junte Le gouvernement civil parallèle de la Birmanie et des groupes de défense des droits ont appelé le pétrolier français Total et les autres compagnies opérant dans le pays, à suspendre leurs paiements à l’État, contrôlés par l’armée depuis le 1er février. Ces appels interviennent au lendemain d’une déclaration du groupe français qui s’est une nouvelle fois dit préoc10 - LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021

cupé par la situation en Birmanie, où la répression des manifestations par les militaires a fait des dizaines de morts,


INTERNATIONAL LE RÉVEIL

tout en soulignant l’importance de ses activités pour le pays. « Le coup d’État a laissé les compagnies pétrolières internationales opérant en Birmanie sans autre option que de suspendre leurs relations avec la junte militaire », a déclaré le gouvernement civil parallèle dans une lettre adressée à Total et publiée sur sa page Facebook officielle. Composé d’ex-parlementaires chassés du pouvoir et connu sous le nom de comité représentant le Pyidaungsu Hluttaw (l’Assemblée de l’Union, l’organe législatif bicaméral), le groupe demande à Total de suspendre ses versements à la Birmanie et de les placer sur un compte protégé jusqu’à ce qu’un gouvernement légitime soit rétabli. La lettre, datée du 5 mars, fait écho aux recommandations du rapporteur spécial des Nations Unies sur la Birmanie, Tom Andrews, selon lesquelles des sanctions doivent être prises contre la société Myanmar Oil and Gas Enterprise (MOGE), désormais contrôlée par l’armée et qui représente sa plus importante source de revenus. Des courriers similaires ont aussi été adressés aux groupes pétroliers Petronas (Malaisie) et PTTEP (Thaïlande), ainsi qu’au producteur d’acier POSCO (Corée du Sud).

Prendre des sanctions internationales

Présent en Birmanie depuis 1992, Total y exploite principalement les champs en mer Yadana et Sein, qui assurent la moitié de la consommation du gaz du pays – à travers un gazoduc de MOGE – et 12 % de celle de la Thaïlande. Selon les dernières données disponibles, le groupe français a versé à la Birmanie 786,5 millions de dollars sur la période 2015-2019, dont 166,6 millions au ministère des Finances et 619,9 millions à MOGE. « Total est préoccupé par la situation et espère une solution pacifique. Total condamne les violations de droits fondamentaux où que ce soit et s’alignera sur ce que décideront les Etats en matière de sanctions. Pour rappel, le gaz de Yadana fournit 50 % de l’électricité de Rangoun », a écrit le groupe sur Twitter, en réponse à un journaliste soulignant « sa collaboration avec la junte birmane, malgré la répression ». En attendant, pendant que les Birmans tombent sous les balles et que la répression s’élargit de jour en jour, les caisses des uns et des autres continuent de se remplir ! La déclaration de Total a déclenché sur

En Afghanistan, les talibans maintiennent liens avec Al-Qaïda, selon l’ONU D’après un officiel des Nations unies, les talibans continuent d’être en contact avec Al-Qaïda en Afghanistan, un an après avoir conclu un accord de paix avec les Etats-Unis. Selon cet accord datant du 29 février 2020, Washington a convenu de retirer la totalité de ses troupes en Afghanistan si les talibans mettaient fin à leur relation avec des groupes terroristes internationaux, comme Al-Qaïda. Mais selon Edmund Fitton-Brown, coordinateur d’une équipe onusienne de surveillance de l’Etat islamique, d’Al-Qaïda et des talibans, ces derniers continuent de recevoir le soutien, pour leurs campagnes militaires, d’Al-Qaïda, qui leur fournir également des abris et une protection. Les membres d’Al-Qaïda proviennent principalement d’Arabie saoudite, d’Egypte ainsi que d’autres pays du MoyenOrient. M. Fitton-Brown a affirmé que des soldats d’Al-Qaïda, entre 400 et 600 se trouvent actuellement en Afghanistan, fournissant des armes et menant des entraînements militaires conjoints. En parallèle, un membre de haut rang des talibans dans le nord de l’Afghanistan, a également affirmé à la NHK que le groupe fournissait des armes et des munitions aux combattants d’Al-Qaïda. Ces derniers coopèrent aux combats et organisent des entraînements militaires pour les talibans. Selon lui, le retrait d’Afghanistan des troupes étrangères, notamment américaines, est un objectif commun aux deux groupes. (Radio Japon International, le 28-02-202)

Total en Birmanie.

le réseau social de vives réactions des opposants à l’armée birmane, certains lui demandant de « couper l’électricité ». Le groupement d’activistes « Justice pour la Birmanie » a de son côté estimé que Total devait faire suivre ses paroles d’actes « en suspendant tous les paiements à la junte militaire illégale ». « Total et les autres majors pétrolières et gazières ne doivent pas financer les #CrimesContreLhumanite », a-t-il ajouté. Total opérait déjà en Birmanie sous le précédent régime militaire ayant officiellement quitté le pouvoir en 2011 car ses activités échappaient aux sanctions internationales. JPD avec Reuters

Expulsion de diplomates russes dans trois pays de l’Union européenne Signe des tensions croissantes entre l’union européenne et la Russie, l’Allemagne, la Suède et la Pologne ont expulsé chacune un diplomate russe en réponse au geste similaire de Moscou la semaine dernière. Le Kremlin a en effet expulsé des diplomates européens qui auraient participé à des manifestations en faveur d’Alexeï Navalny. Des mesures annoncées alors même que le chef de la diplomatie de l’UE, était en visite en Russie. (Radio Vatican, le 09-02-2021)

LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021 - 11


LE RÉVEIL INTERNATIONAL

Russie

L’opposition muselée Samedi 13 mars une vaste opération de police contre un forum d’opposants à Poutine a été menée. Nouveau serrage de vis des autorités à l’approche des élections législatives en septembre.

Manifestation de protestation en soutien à navalny.

Cette opération de police, inédite en Russie, intervient un peu plus d’un mois après la condamnation à deux ans et demi de prison d’Alexeï Navalny, le principal adversaire du Kremlin, et les milliers d’arrestations durant les manifestations de soutien ayant suivi son interpellation. Selon des témoins et des vidéos diffusées par les médias russes, les policiers reprochaient au forum d’être organisé par une organisation « indésirable », selon les termes d’une loi promulguée en 2015 par Vladimir Poutine. Dans un communiqué, la police de Moscou

a de son côté indiqué avoir procédé à l’arrestation de 200 personnes, assurant que le forum était organisé « en violation des règles sanitaires et épidémiologiques » et que « parmi les participants, figuraient les membres d’organisations aux activités indésirables sur le territoire russe ». L’ex-maire de Ekatérinbourg Ievguéni Roïzman ou l’opposant Vladimir Kara-Murza figurent parmi les personnes arrêtées, tout comme plusieurs journalistes qui couvraient le forum.

Les autorités ont peur ? Le forum - premier de ce genre en Russie - était organisé par les « Démocrates unis », un projet qui vise à favoriser l’élection de députés indépendants aux scrutins locaux. L’équipe d’Alexeï Navalny a de son côté estimé que les raisons de l’annulation du forum étaient « claires » Pour lui « les autorités ont peur de toute concurrence lors des élections et intimident leurs opposants » (…) « Le

Etats-Unis… Aux Etats-Unis, le candidat de Joe Biden au poste de patron de la CIA, William Burns, a cité la Chine, la Corée du Nord, la Russie et l’Iran comme les nations qui menacent le plus la sécurité de son pays. Il a Un diplomate à la fait ces remarques lors de son autête de la CIA. dition de confirmation devant le Sénat. Selon l’ancien diplomate chevronné, l’attitude antagoniste et prédatrice de l’empire du Milieu représente le plus grand défi géopolitique de Washington pour les décennies à venir. Du coup, il a insisté sur la nécessité pour la CIA de se concentrer sur quatre objectifs, dont le recrutement de plus de spécialistes de la Chine. En ce qui concerne les trois autres nations, le futur directeur de l’agence de renseignement américaine a qualifié la Corée du Nord de provocatrice, la Russie d’agressive et l’Iran d’hostile. (KBS World Radio, le 25-02-2021)

12 - LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021

parti au pouvoir « Russie unie » est au plus bas et gagner les élections, même truquées, devient plus difficile », ajoute l’équipe de l’opposant. Les élections législatives de septembre 2021 arrivent en effet dans un contexte difficile pour le Kremlin, « Russie unie » ayant connu d’inhabituels revers ces dernières années alors que la stagnation économique nourrit la grogne politique. Alexeï Navalny, principale figure de l’opposition, a été arrêté en janvier à son retour dans le pays, après plusieurs mois de convalescence en Allemagne où il se remettait d’un empoisonnement pour lequel il accuse le Kremlin. Il a ensuite été condamné à deux ans et demi de prison, tandis que son incarcération provoquait d’importantes manifestations auxquelles les autorités ont répondu par plus de 11 000 arrestations. Poutine, peu habitué à la pratique de la démocratie, entend bien rester maître du jeu.

La Turquie accusée par l’Union européenne d’avoir empêché le contrôle de l’embargo onusien sur les ventes d’armes à la Libye La Turquie a empêché des soldats européens de contrôler l’embargo onusien sur la vente d’armes à la Libye. C’est le service extérieur de l’Union européenne qui le confirme. Ankara a apposé son veto contre la fouille de deux navires marchands. C’était au mois de novembre dernier. (Deutsche Welle, le 04-03-2021)

Une base de l’ONU attaquée par des membres présumés du groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest, dans le nord-est du Nigéria Au Nigéria, des djihadistes liés à l’Etat islamique dans le nordest ont attaqué une base de l’ONU dans la ville de Dikwa et tenté dans la soirée de pénétrer dans un espace sécurisé où se sont réfugiés vingt-cinq travailleurs humanitaires, selon des sources sécuritaires et humanitaires. (La voix de l’Amérique, le 02-03-2021)


LE CAHIER MÉMOIRE N° 870 AVRIL 2021

ÉDITO Par Paul Markidès

De Gaulle et la souveraineté nationale Ce cahier est consacré à la position prise par le Général de Gaulle quant à la souveraineté nationale de la France. Pour comprendre les origines de cette position, il convient de prendre en considération ce qui l’a conduit à cette démarche. Le général de Gaulle est issu d’une famille nombreuse du Nord de notre pays, catholique, bourgeoise, attachée à la République. Profondément patriote, Charles de Gaulle, choisit la carrière militaire dans l’espérance d’une revanche sur l’Allemagne suite à la capitulation de la France en 1871. Puis face à Bismarck en profitant qui s’accapare l’Alsace et une grande partie de la Lorraine. Puis encore face aux accords de Munich où le gouvernement de son pays abandonne la Tchécoslovaquie à Hitler. Ses prises de positions à répétitions sur « la France » dont il faut assurer l’existence et faire respecter la grandeur, c’est son expression quant à la nécessité de la souveraineté nationale à défendre. Il s’affirmait avoir une « certaine idée de la France » et il prit ses responsabilités pour défendre sa souveraineté nationale. D’abord face à un gouvernement de son pays qui l’abandonnait dans la tourmente de 1940, face à ses chefs militaires prêts au compromis avec l’en-

nemi comme l’a montré le maréchal Philippe PETAIN. Pour de Gaulle, tout se tient, peuple et homme politique, armée active sous l’autorité politique : « Il faut la force pour bâtir un état disait-il, réciproquement l’effort guerrier ne vaut qu’en vertu d’une politique ». Ce fut sa manière à lui de dénoncer l’absence d’une politique de défense nationale de la part des gouvernements français qui conduisit les chefs militaires à l’abandon et en compromis avec Hitler. Ainsi s’explique son départ pour Londres, son appel à la Résistance, son entente avec le gouvernement britannique, son Premier Ministre Winston Churchill, son entente par la suite avec le gouvernement des USA, son entente aussi avec le gouvernement soviétique dès que l’URSS s’est retrouvée en guerre avec la constitution et la mise en place de l’Escadrille « Normandie-Niemen ». Toutes ces alliances pour combattre l’ennemi hitlérien commun se sont conclues sans pour autant accepter de laisser la France se vassaliser à l’une ou l’autre des Nations alliées et cela n’a pas été obtenu facilement. Ce cahier mémoire entend donc livrer à la réflexion un des aspects positifs du comportement du général de Gaulle : la

Édité par le Réveil des combattants - 2 place du Méridien - 94807 Villejuif - Tél. 01 42 11 11 11

défense de la souveraineté nationale. L’ARAC, dans le cadre de son orientation politique définit par ses fondateurs, à savoir : la défense de la République, la lutte contre le système social qui avait engendré le cataclysme de 1914-1918, la vie démocratique du pays, la défense des revendications des anciens combattants, la lutte contre la guerre et la défense de la paix, et pour l’information de nos lecteurs et lectrices, nous tenons à rappeler ; l’ARAC donc, par son journal « le Réveil » et ses cahiers mémoire, pour le général de Gaulle, comme pour d’autres personnalités politiques, tient à mettre en valeur leurs déclarations où leurs actes chaque fois qu’ils servent les intérêts des classes populaires de la souveraineté de la Nation, du combat antifasciste, de la paix.


LE RÉVEIL DOSSIER

Sauver la France En mai 1940, devenu membre du gouvernement, le général Charles de Gaulle, conscient des conséquences de l’abime au bord duquel la France se trouvait placée, celui-ci se posait la question : comment faire pour sauver la France ? Il faut dire que l’arrivée au pouvoir en Allemagne en 1933 du parti national socialiste (nazi) suivi de l’Anschluss, puis des accords de Munich qui livrèrent la Tchécoslovaquie à Hitler, l’invasion de la Pologne par l’armée nazie qui avait placé la France dans l’obligation de déclarer la guerre à l’Allemagne en application et pas seulement des accords conclus avec la Pologne. Puis par la suite l’invasion d’une grande partie de la France, la trahison du nouveau chef du gouvernement français Philippe PÉTAIN qui signa l’armistice avec l’armée nazie, avaient conduit Charles de Gaulle à prendre appui sur le gouvernement britannique pour aller s’installer à Londres et de là, appeler à la Résistance le peuple de France contre l’occupant et les traîtres à la France engagés dans la collaboration avec lui. D’où le premier appel du général de Gaulle :

A TOUS LES FRANÇAIS La France a perdu une bataille ! Mais la France n’a pas perdu la guerre ! Des gouvernants de rencontre ont pu capituler, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude. Cependant, rien n’est perdu ! Rien n’est perdu, parce que cette guerre est une guerre mondiale. Dans l’univers libre, des forces immenses n’ont pas encore donné. Un jour, ces forces écraseront l’ennemi. Il faut que la France, ce jour-là, soit présente à la victoire. Alors, elle retrouvera sa liberté et sa grandeur. Tel est mon but, mon seul but ! Voilà pourquoi je convie tous les Français, où qu’ils se trouvent, à s’unir à moi dans l’action, dans le sacrifice et dans l’espérance. Notre patrie est en péril de mort. Luttons tous pour la sauver ! VIVE LA FRANCE ! 18 JUIN 1940 Et d’ajouter par la suite : « Quoiqu’il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas ».

Appel à tous les Francais 18 juin 1940.

14 - LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021

Les événements qui se produisent en France, en Belgique, dans les Pays Bas depuis l’arrivée des troupes d’occupation et la signature de l’Armistice par Pétain démontrent que l’appel de De Gaulle n’est pas tombé dans le vide : grève des mineurs suite aux nombreuses actions patriotiques, on compte des arrestations par centaines, 249 déportés, 9 fusillés, des femmes de nouveau arrêtées comme otages,

quand leurs maris n’ont pu être interpellés. Après le massacre de Chateaubriand, de Gaulle s’exprime sur Radio-Londres ainsi que le relate Max Gallo dans son livre « 1941 le monde prend feu » : « Nous savions bien que l’Allemand est l’Allemand. Nous ne doutions pas de sa haine ni de sa férocité, dit-il. Parce que deux des bourreaux de la France ont été abattus à Nantes et à Bordeaux au beau milieu de leurs canons, de leurs chars et de leurs mitrailleuses par quelques courageux garçons, l’ennemi prend au hasard, à Paris, à Lille, à Strasbourg, 100, 200, 300 Français, et les massacre. « Nous avons entendu hier la voix tremblante du vieillard que ces gens ont pris comme enseigne qualifier de « crime sans nom » l’exécution de deux des envahisseurs. « Il est absolument normal et il est absolument justifié que les Allemands soient tués par les Français. « Si les Allemands ne voulaient pas recevoir la mort, ils n’avaient qu’à rester chez eux et ne pas nous faire la guerre. Tôt ou tard d’ailleurs ils sont tous destinés à être abattus soit par nous, soit par nos alliés. » Mais de Gaulle considère qu’il ne peut en rester là. Ainsi en son nom et au nom du Comité national de libération, de Gaulle précise : « La consigne que je donne pour le territoire occupé, c’est de ne pas tuer ouvertement d’Allemand. Cela pour une seule mais très bonne raison, c’est qu’il est en ce moment trop facile à l’ennemi de riposter par le massacre de nos combattants momentanément désarmés… » Face à la répression, face à ceux qui


DOSSIER LE RÉVEIL disent que de Gaulle a eu tort de prêcher la patience, la préparation, la révolution. De gaulle estime qu’il a eu tort de s’exprimer ainsi et réagit contre ceux qui déplorent les attentats parce qu’ils entraînent des « représailles inutiles ». « Pas du tout, s’écrie de Gaulle. C’est terrible, mais ce fossé de sang est nécessaire. C’est dans ce fossé de sang que se noie la collaboration. Ces morts ont rendu un service immense à la France. Le monde entier sait que c’est le mécanisme de l’occupation qui joue en France et non celui de la collaboration. » Max Gallo Depuis le 14 juillet 1942, « les combattants de la France libre » ont pris désormais comme dénomination « les combattants de la France combattante » et de Gaulle veut qu’elle soit présente, même symboliquement, sur tous les théâtres d’opérations. Ainsi il a donné l’ordre au sous-marin « Surcouf », plus grand sous-marin du monde des « forces navales françaises libres » de gagner le Pacifique afin de participer aux batailles navales qui opposent américains et japonais, c’est le grand tournant de la guerre navale dans le pacifique. Mais le sous-marin « Surcouf » a disparu corps et biens. Mais les anglais en même temps qu’ils reconnaissent « la France combattante », tentent de prendre partout la place des français dans ce qui est encore son « empire ». De gaulle défend bec et ongle la souveraineté française à Madagascar, au levant, de Damas à Beyrouth en Afrique. C’est un premier aspect de la lutte de De Gaulle pour assurer la souveraineté nationale des territoires français. Mais cette lutte se complique, précise Max Gallo dans son livre « 1942-le jour se lève », car les USA, aux Antilles, en Afrique du Nord, à Alger comme à Marrakech, à Dakar prennent langue avec les « Vichystes », comme si leur souci était d’éviter de Gaulle, s’ap

puyant sur les hommes de Pétain et l’Amiral Darlan, pour organiser une « transition » pacifique, de la collaboration avec l’allemand à la collaboration avec les américains. De Gaulle se refuse à accepter cette politique et la combat comme le plus dangereux des périls, non pour lui mais pour la France ». Sur Radio-Londres le 18 avril 1942, De Gaulle affirme clairement : « La démocratie se confond exactement pour moi avec la souveraineté nationale. La libération nationale ne peut être séparée de l’insurrection nationale ». De Gaulle précise à Churchill qui le rapportera à Roosevelt : « Vous pouvez, si vous le voulez, me faire coucher à la Tour de Londres, mais vous ne pouvez pas me faire coucher avec Vichy. » Avec l’accentuation des interventions de l’occupant sur la population et particulièrement l’ordonnance du 22 août 1942 sur le recensement des jeunes gens réquisitionnées pour être envoyé en Allemagne pour y travailler : le Service du Travail Obligatoire. La population française dans sa grande majorité réagit contre ces décisions et accueille les dizaines de milliers de jeunes réfractaires qui gagnent les régions reculées, les villages de montagne : Alpes, massif central, etc. De Gaulle réagit aussitôt à cette décision allemande du « Service du Travail Obligatoire » en Allemagne dont Laval fait l’éloge. (Voir Max Gallo dans son livre déjà cité) « De Gaulle comprend que ces semaines de l’automne 1942 marquent une rupture dans la période qui a commencé avec l’armistice de juin 1940. Le 20 octobre, il prononce à la radio de Londres un discours qui répond aux propos de Laval, ce même jour, et à l’appel publié par les journaux collaborateurs. « La France, dit-il d’une voix forte,

Chateaubriant 22 octobre 1941.

sent dans le fébrile acharnement des traîtres quelque chose de désespéré, elle passe à la résistance générale… Dans l’affaire des ouvriers spécialistes réclamés par M. Hitler, la conduite de la nation française prouve au monde tout entier que notre peuple est engagé dans le combat actuellement le plus nécessaire : je veux dire dans la révolte contre les chefs de trahison. « La trahison, c’est-à-dire Vichy ! « Ce combat reclasse la France à son rang parmi les nations… « Dans cette guerre totale, la volonté d’une grande nation, fût-elle pour l’instant enchaînée, est une force énorme qui peut devenir décisive, surtout quand c’est la volonté de la France… «  Contre la trahison, c’est-à-dire Vichy, c’est-à-dire « le Père la défaite », marchons au même combat du même pas, derrière le même drapeau. « Un jour, je vous le promets, nous nous confondrons tous ensemble dans la même foule immense et fraternelle de la victoire » LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021 - 15


LE RÉVEIL DOSSIER sont menacés, poursuivis, certains incarcérés. La presse est censurée. Les prisonniers politiques, c’est-à-dire les partisans de la France Libre, continuent d’être parqués dans des camps de concentration.

Churchill et De Gaulle.

De Gaulle face aux alliés pour la défense de la souveraineté nationale C’est en prenant appui sur le général Giraud et les troupes qu’il commande en Afrique du Nord que Churchill et Roosevelt tentent une opération de compromis avec les Vichystes et s’efforcent d’y entraîner de Gaulle. Mais celui-ci tout en finissant par accepter les contacts refuse de s’engager dans cette voie. Max Gallo dans son livre « 1943, le souffle de la victoire » exploite cette situation. « Bientôt, dit de Gaulle d’une voix solennelle, la colonne du général Leclerc qui a conquis le Fezzan fera sa jonction avec les troupes britanniques. » « Que d’années perdues ! » répète de Gaulle. Si en 1940 l’Afrique du Nord avait refusé de suivre Pétain et Laval, le sort de la guerre, de la France eût été différent. Or rien n’est réglé en ce début d’année 1943 ! « Ce qui se passe en Afrique du Nord, du fait de Roosevelt, est une ignominie, dit de Gaulle. Une sorte de nouveau Vichy, sans Pétain, est en train de se reconstituer sous la coupe des EtatsUnis. » La législation antisémite de Vichy est maintenue. Les gaullistes qui ont préparé le débarquement américain 16 - LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021

« L’effet de cette situation sur la résistance en France est désastreux, reprend de Gaulle. Quelques gaffes de cette sorte commises par les Américains, et la Résistance ne croira plus à la capacité et à la pureté de la France Combattante. Ce sont les communistes qui se présenteront comme les durs et les purs alors qu’ils ont commencé la guerre en désertant le combat, alors qu’ils ont attendu l’entrée en guerre de l’URSS pour me faire un signe et ne plus m’attaquer. » De Gaulle marche de long en large, bras croisés, buste penché. Il sent, il sait que le moment est crucial. Roosevelt, suivi par Churchill, veut se débarrasser de la France Combattante, s’appuyer sur ce général Giraud qui a fait acte d’allégeance à Pétain mais qui est aussi un adversaire résolu des Allemands. De cette manière, on écartera de Gaulle et ses ambitions. Ce de gaulle, répète le président des Etats-Unis, personne ne l’a élu, « c’est un fanatique et une nature fasciste ! La légitimité, c’est Pétain qui l’incarne. Il faut briser ce général de coup d’Etat qui veut reconstituer l’Empire français ». Mais Roosevelt en est persuadé, l’heure est à la fin des colonies. Maroc, Algérie, Tunisie, Afrique Occidentale ou Equatoriale, tous ces territoires doivent accéder à l’indépendance ou la retrouver !

vues de cet « apôtre de l’anglophobie ». « Je ne vous recommanderai pas de fonder tous vos espoirs et votre confiance sur cet homme, a-t-il dit aux députés. Il ne faut pas croire qu’à l’heure actuelle notre devoir serait de lui confier les destinées de la France, pour autant que cela soit en notre pouvoir… Nous ne l’avons jamais reconnu comme représentant de la France… Je ne puis croire que de Gaulle incarne la France. » Qu’opposer à ce réquisitoire de Roosevelt et de Churchill ? La vague patriotique qui en cette mi-janvier 1943 soulève la France se tourne vers de Gaulle. A Londres, de Gaulle reçoit le socialiste Christian Pineau, d’autres résistants du mouvement Libération qui arrivent du pays occupé qui tous réclament la constitution d’un Comité national où se regrouperaient les représentants des partis et des mouvements de résistance. Il écoute. On lui apporte, ce 16 janvier, une longue lettre de Léon Blum qui, de sa prison, insiste pour qu’il mette sur pied un « programme de rassemblement national ». Blum indique qu’il a écrit à Churchill et à Roosevelt : « On sert la France démocratique en aidant le général de Gaulle à prendre dès à présent l’attitude d’un chef. » De Gaulle ferme à demi les yeux. Il se souvient de ce jour de 1936 où Blum, président du Conseil, l’avait reçu, har-

Quant à Churchill, dans un grand discours à la Chambre des communes réunie en comité secret, il a justifié les choix de Roosevelt. Le Premier ministre anglais a déversé toutes ses rancœurs accumulées contre de Gaulle, évoquant le « caractère difficile du général », l’« étroitesse » des

Appel du 18 juin 1940 Londres.


DOSSIER LE RÉVEIL ou bien le Premier ministre et le président des Etats-Unis ? Veut-on qu’il soit le « poulain » des Britanniques parce Giraud est celui des Américains ? Est-ce ainsi que l’on traite la France ? Dans un territoire sous souveraineté française ? A 17 heures, il est de retour au Foreign Office. Il lit à Eden sa réponse à Churchill. Roosevelt et De Gaulle.

celé par les téléphones, impuissant à entreprendre la réforme de l’armée. De Blum, acceptant et même en se félicitant de Munich. De Blum favorable, le 16 juin 1940, à la constitution d’un gouvernement Pétain. Et ce Blum aujourd’hui, homme honnête, soucieux de l’avenir du pays et apportant son concours à la France Combattante. De Gaulle, allant et venant dans son bureau, fumant cigarette sur cigarette, médite longuement. Il se sent capable de gagner cette partie, parce qu’il ne joue que pour la France et en son nom. Mais il faut être sur ses gardes à chaque instant. Que veut Eden, le ministre des Affaires étrangères anglais, qui le convoque le 17 janvier 1943 à midi au Foreign Office pour une « communication hautement confidentielle » ? Eden paraît gêné, lançant des coups d’œil à sir Alexander Cadogan, qui l’assiste, expliquant que le Premier ministre et le président Roosevelt sont au Maroc depuis quatre jours. Puis il tend un télégramme de Churchill. De Gaulle lit en silence. « Je serais heureux que vous veniez me rejoindre ici par le premier avion disponible – que nous fournirons. J’ai en effet la possibilité d’organiser un entretien entre vous et Giraud dans des conditions de discrétion complète… » De Gaulle regarde Eden. Il ne lui remettra sa réponse qu’après réflexion, dit-il. Qui invite ? Churchill seulement,

« Votre message est pour moi assez inattendu… Je rencontrerais volontiers Giraud en territoire français où il le voudra et dès qu’il le souhaitera… mais l’atmosphère d’un très haut aréopage allié autour de conversations Giraud-de Gaulle et d’autre part les conditions soudaines dans lesquelles ces conversations me sont proposées ne me paraissent pas les meilleures pour un accord efficace. » Il lève la tête. Eden paraît accablé. San doute Churchill a-t-il affirmé à Roosevelt qu’il convoquerait son « coq » puisque Roosevelt a le sien. Car Giraud, naturellement, a obtempéré. Le Premier ministre doit craindre de perdre la face devant le président des Etats-Unis. Il va donc réagir avec violence.

Il va quitter Londres demain, se rendre auprès des Forces navales Française Libres à Weymouth. Peut-être réussira-t-il à dire quelques mots à Philippe. En tout cas, il verra des combattants. Et il respirera l’air libre de la mer. » Max Gallo. Et De Gaulle ne céda pas. La situation se régla par la suite dans l’intérêt de la souveraineté nationale grâce à la constitution du Conseil National de la Résistance qui donna à De Gaulle les pouvoirs d’assumer sa tâche. Et lorsqu’il se retrouva Président de la République, De Gaulle prit la décision de libérer la France de la présence des troupes américaines sur son territoire et de ses engagements à l’égard de l’OTAN. Ci-joint le texte de sa lettre au Président des USA, B. Johnson le 7/3/1966

« Des entretiens simples et directs entre chefs français seraient, à mon avis, poursuit de Gaulle, les plus propres à ménager un arrangement vraiment utile. » Il va à nouveau télégraphier à Giraud qu’il est prêt à le « rencontrer en territoire français entre Français ». Que veulent les Alliés ? interroge-t-il. Une « collaboration » ? Un nouveau « Montoire » à leur profit ? Il sort du Foreign Office en compagnie de son aide de camp, le capitaine Teyssot. « Ils essaieront de me mêler à leur boue et leurs saletés en Afrique du Nord, dit-il. Ils veulent me faire avaler Vichy : il n’y a rien à faire, je ne marcherai pas. »

Message du Général de Gaulle au CNR le 19 mai 1943. LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021 - 17


LE RÉVEIL DOSSIER « Cher monsieur le président, Notre Alliance atlantique achèvera dans trois ans son premier terme. Je tiens à vous dire que la France mesure à quel point la solidarité de défense ainsi établie entre quinze peuples libres de l’Occident contribue à assurer leur sécurité et, notamment, quel rôle essentiel jouent à cet égard les EtatsUnis d’Amérique. Aussi, la France envisage-t-elle, dès à présent, de rester, le moment venir, partie au Traité signé à Washington le 4 avril 1949. Cela signifie, qu’à moins d’événements qui, au cours des trois prochaines années, viendraient à changer les données fondamentales des rapports entre l’Est et l’Ouest, elle serait, en 1969 et plus tard, résolue, tout comme aujourd’hui, à combattre aux côtés de ses alliés au cas où l’un d’entre eux serait l’objet d’une agression qui n’aurait pas été provoquée. Cependant, la France considère que les changements accomplis ou en voie de l’être, depuis 1949, en Europe, en Asie et ailleurs, ainsi que l’évolution de sa propre situation et de ses propres forces, ne justifient plus, pour ce qui la concerne, les dispositions d’ordre militaire prises après la conclusion de l’alliance soit en commun sous la forme de conventions multilatérales, soit par accords particuliers entre le gouvernement français et le gouvernement américain. C’est pourquoi la France se propose de recouvrer sur son territoire l’entier exercice de sa souveraineté, actuellement entamé par la présence permanente d’éléments militaires alliés ou par l’utilisation habituelle qui est faite de son ciel, de cesser sa participation aux commandements « intégrés » et de ne plus mettre de forces à la disposition de l’OTAN. Il va de soi que, pour l’application de ces décisions, elle est prête à régler avec les gouvernements alliés et, en particulier, avec celui des EtatsUnis, les mesures pratiques qui les concernent. D’autre part, elle est dis18 - LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021

posée à s’entendre avec eux quant aux facilités militaires à s’accorder mutuellement dans le cas d’un conflit où elle s’engagerait à leurs côtés, et quant aux conditions de la coopération de ses forces et des leurs dans l’hypothèse d’une action commune, notamment en Allemagne. Sur tous ces points, cher monsieur le président, mon gouvernement va donc prendre contact avec le vôtre. Mais, afin de répondre à l’esprit d’amicale franchise qui doit inspirer les rapports entre nos deux pays et, permettez-moi de l’ajouter, entre vous et moi, j’ai tenu, tout d’abord, à vous indiquer personnellement pour quelles raisons, dans quel but et dans quelles limites la France croit devoir, pour son compte, modifier la forme de notre alliance sans en altérer le fond. Je vous prie de bien vouloir agréer, cher monsieur le président, les assurances de ma très haute considération et l’expression de mes très cordiaux sentiments. Charles de GAULLE. » De Gaulle en action pour l’affirmation concrète de la souveraineté nationale de la France. « Tout ce qui est dispersion, action isolée, alliance particulière dans n’importe quel domaine où se déroule la guerre totale, compromet à la fois la puissance des coups portés à l’ennemi par la France et sa cohésion nationale. C’est pourquoi il est essentiel que la Résistance sur le territoire national forme un tout cohérent, organisé, concentré. C’est fait grâce à la création du Conseil National de la Résistance qui fait partie intégrante de la France combattante et qui par là même, incarne la totalité des forces de

toute nature, engagées à l’intérieur contre l’ennemi et ses collaborateurs. Message du général de Gaulle au C.N.R. à l’occasion de sa création « Oui cela est tragique, surtout quand il s’agit d’une guerre clandestine qui implique de la part de ceux qui la font tant de terribles et durs efforts dans la nuit. Charles de Gaulle – 10 janvier 1944 Extrait d’une lettre datée du 10 février 1943 envoyée à Jacques Duclos et à MM. les membres du Comité Central du Parti Communiste Français. L’arrivée de Fernand Grenier, l’adhésion du Parti Communiste au Comité National qu’il m’a apportée en votre nom, la mise à sa disposition, en tant que Commandant en Chef des vaillantes formations de Francs-Tireurs que vous avez constituées et animées – voilà autant de manifestations de l’unité française, voilà une nouvelle preuve de notre volonté de contribuer à la libération et à la grandeur de notre malheureux pays. Convaincu que votre décision apporte une contribution importante à l’intérêt national, je vous en remercie sincèrement.

De Gaulle et Eisenhower.


DOSSIER LE RÉVEIL

De Gaulle le refus de la tutelle anglo-américaine et la mise en place de Normandie-Niemen En janvier 1944, De Gaulle subit les pressions anglo-américaines tandis que Staline attend toujours l’ouverture du second front en France. Churchill et Roosevelt envisagent d’écarter De Gaulle, « la France combattante » en les privant de moyens. Ils rêvent d’une transition négociée, sous leur direction et leur patronage, entre Vichy et ceux qui ont refusé la collaboration. Selon De Gaulle, une entente entre Pétain et Giraud. La France serait mise sous tutelle anglo-américaine. De Gaulle ne l’accepte pas. Pour assurer la reconnaissance de la France comme un grand pays De Gaulle revendique, que sa souveraineté nationale soit respectée, on ne lui reconnaîtra que si elle est présente sur tous les champs de bataille. C’est pourquoi afin d’échapper aux pressions et à la surveillance anglo-américaine, De Gaulle veut se rendre à Moscou. Déjà, dès la fin de 1942, De Gaulle a voulu que sur le front de l’Est l’Es-

cadrille « Normandie », appelée ainsi à son arrivée en URSS, des forces aériennes françaises libres soient présentes. Au printemps 1943, ses pilotes ont abattu 15 appareils allemands et ils se préparent à affronter l’offensive allemande d’été dans la région de KourskOrel. Cette escadrille française, bientôt baptisée « Normandie-Niemen » est devenue un symbole mis en avant par De Gaulle et aussi par Staline. L’un et l’autre veulent affirmer que face aux anglo-américains, leurs Nations conservent une marge importante d’intervention. Et pour « la France combattante » et De Gaulle, c’est d’autant plus précieux que d’autres français sont présents sur le front de l’est mais aux côtés des allemands. Dans cette guerre, la légitimité d’une nation se conquiert par sa participation aux combats. C’est pourquoi De Gaulle a voulu qu’il y ait des troupes françaises sur chaque champ de bataille.

Pilotes de l’escadrille Normandie-Niemen.

De Gaulle a fait « compagnon de la libération » le régiment de chasse « Normandie » qui doté d’une cinquantaine d’appareils, livre bataille dans le ciel de Russie, dans la région d’Orel, du Niémen. Cette escadrille « Normandie-Niemen » s’est distinguée par le courage de ses pilotes sur ce terrible front de l’est, où s’est jouée en 1942-1943 la guerre. Et dans l’attente du second front, c’est en Russie que les combats décisifs ont lieu.

De Gaulle et le combat pour le pacte franco-soviétique De Gaulle veut connaître Staline et conclure avec lui un pacte franco-soviétique. Il considère que c’est la manière pour la France, de faire contrepoids aux anglo-américains si réticents à admettre que la France s’est arrachée à l’abîme. A plusieurs reprises déjà, depuis leur entrée dans la guerre en juin 1941, les Russes ont reconnu et soutenu la

France libre. Et De Gaulle a veillé à ce que sur le front russe combattent des Français, les pilotes de l’Escadrille « Normandie-Niemen » dont les russes vantent l’héroïsme. Ce sont des symboles qui comptent dans les relations entre Etats. De Gaulle a annoncé aux députés de l’Assemblée consultative son voyage à Moscou, son projet de pacte et son but.

De gaulle Staline à Moscou le 10 decembre 1944. LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021 - 19


LE RÉVEIL DOSSIER Le 24 novembre 1944, De Gaulle s’envole pour Moscou où il arrive le 1er décembre. Long voyage avec escales : Bakou, Le Caire et Téhéran. Il rencontre le roi Farouk puis le chef d’Iran, c’est sa façon de montrer que la France est de retour. Puis de Bakou, il gagne Stalingrad et Moscou. A Moscou, il découvre des foules figées, silencieuses. Et chez les officiels russes la contrainte et la peur dans une certaine condescendance. Visiblement ils ont en têtes que la France, aux plans politique et militaire, n’est qu’une nation qui a été battue en 1940 et a accepté de collaborer. A la première réception officielle, Staline pour bien marquer la différence, ne boit qu’à la santé de Roosevelt et de Churchill qu’il tient informé des conversations avec De Gaulle. Pour Staline la « France libre » vaut moins que les polonais du comité national de Lublin qu’il a mis en place. Une visite du métro est organisée pour De Gaulle et son ministre des affaires étrangères Bidault qui sont traités comme de simples touristes pour faire comprendre à De Gaulle qu’il ne représente qu’une petite puissance, encore engluée dans sa défaite. Et les négociateurs russes sont brutaux, aux limités de l’impertinence et de la vulgarité. De Gaulle reste impassible, lors des entretiens avec Staline les 2, 6 et 8 décembre 1944, mais il rend coup pour coup. A aucun moment, il ne s’est démonté ne cachant pas son dégoût des scènes d’ivrognerie auxquelles se livrèrent les russes et Staline lui-même. Mais De Gaulle a l’intuition que les russes, tout en essayant d’arracher des concessions, signeront à la fin ce pacte franco-soviétique, et soutiendront la France face aux anglo-américains. De Gaulle ne se laisse pas impressionner par le jeu brutal des Russes. Première réunion au Kremlin. Staline ne s’engage pas mais il veut que les frontières de la Pologne subissent un déplacement de l’est vers l’ouest. Sa frontière avec l’Allemagne sera l’Oder et la Neisse. 20 - LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021

De Gaulle constate que les Russes ont fixé seuls ce qui se passera à l’est et vont discuter ce qui intervenir à l’ouest. Tout en participant aux discussions au Kremlin, De Gaulle fréquente le grand théâtre, le musée des trophées, il reçoit les intellectuels et amis de la France à l’ambassade. Les discussions au Kremlin se poursuivent. Staline veut que la France reconnaisse le gouvernement polonais prosoviétique qui siège à Lublin et abandonne le gouvernement polonais installé à Londres. De Gaulle écoute, impassible « je prends note de votre position, dit De Gaulle. Mais je dois vous répéter que le futur gouvernement de la Pologne est l’affaire du peuple polonais, et que celui-ci, selon nous, doit pouvoir s’exprimer par le suffrage universel ». De Gaulle ne baisse pas les yeux quand Staline réplique qu’il n’y aura pas de pacte franco-soviétique si les français ne reconnaissent pas le gouvernement de Lublin. De Gaulle ne cède pas et va passer en revue le régiment « Normandie-Niemen » qui a été amené pour ce faire et le recevoir à l’ambassade et décorer ses pilotes !

Dernier dîner à 5 heures du matin le 10 décembre : « Vous avez tenu bon, à la bonne heure, dit Staline, j’aime avoir affaire à quelqu’un qui sache ce qu’il veut même s’il n’entre pas dans mes vues », puis quelques minutes plus tard : « Si vous, la France, avez besoin de nous, nous partagerons avec vous jusqu’à notre dernière soupe ». De Gaulle, satisfait d’avoir résisté et obtenu la signature d’un pacte franco-soviétique, a quitté Moscou le lundi 11 décembre 1944. A partir de la nécessité où De Gaulle a dû affronter la pression anglo-américaine. Celui-ci s’est déterminé à ne rien céder aux alliés pour assurer à la France sa souveraineté nationale. D’autant plus qu’il avait conscience que le respect de cette souveraineté couvre de fait la vie politique, sociale, économique, sanitaire, énergique, monétaire du pays et les conditions de la paix. Ce qui a été démontré par le rejet de De Gaulle à son arrivée dans Bouilleux libéré, de « l’Amigot », monnaie que voulaient imposer les dirigeants américains à la France après la libération de son territoire.

Rol Tanguy reçoit la croix de la libération de Paris par le général de Gaulle.


SPÉCIAL DÉBAT LE RÉVEIL

OTAN 2030 : “Il faut stopper ce train fou avant qu’il ne soit trop tard !” avec la Chine pour l’hégémonie mondiale.

Quelques rappels historiques :

Dans une lettre ouverte à Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN, plusieurs haut gradés de l’Armée Française regroupés au sein du Cercle de Réflexion Interarmées s’insurgent contre le projet OTAN 2030 qui affaiblit la souveraineté de la France selon eux. (Extraits) L’étude “OTAN 2030” indique ce que doivent être les missions de l’OTAN pour les dix prochaines années. D’entrée, il apparaît que toute l’orientation de l’OTAN repose sur le paradigme d’une double menace, l’une russe, l’autre chinoise. La première, c’est l’embrigadement des Européens contre une entreprise de domination planétaire de la Chine, en échange de la protection américaine de l’Europe contre la menace russe qui pèserait sur elle. La deuxième, c’est le contournement de la règle du consensus des décisions et surtout la délégation d’autorité au SACEUR (Commandant Suprême des Forces Alliées en Europe, officier général américain) au motif de l’efficacité et de l’accélération de la prise de décision. La lecture de ce projet fait clairement ressortir un monument de mauvaise foi, de désinformation et d’instrumentalisation de cette "menace Russe", « menace » patiemment créée puis entretenue, de façon à « mettre au pas » les alliés européens derrière les ÉtatsUnis, en vue de la lutte qui s’annonce

C’est bien l’OTAN qui, dès les années 1990, s’est lancée à marche forcée dans son élargissement vers l’est, certes à la demande des pays concernés, mais malgré les assurances données à la Russie en 1991 lors de la signature du traité de Moscou, et qui d’année en année a rapproché ses armées des frontières de la Russie, profitant de la décomposition de l’ex URSS. C’est bien l’OTAN qui, sans aucun mandat de l’ONU, a bombardé la Serbie pendant 78 jours, avec plus de 58 000 sorties aériennes, et ceci sur la base d’une vaste opération de manipulation et d’intoxication de certains services secrets de membres importants de l’Alliance, initiant ainsi, contre toute légitimité internationale, la création d’un Kosovo indépendant en arrachant une partie de son territoire à un état souverain, humiliant ainsi la Russie à travers son allié serbe. C’est bien l’OTAN qui en 2008, forte de sa dynamique « conquête de l’est », refusa la main tendue par la Russie pour un nouveau « Pacte de sécurité européen » qui visait à régler les conflits non résolus à l’est de l’Europe. C’est toujours avec ce même esprit conquérant, perçu comme un réel étranglement par la Russie, qu’il a été choisi, en 2010, d’encourager les graves troubles de l’« Euromaïdan », véritable coup d’état qui a abouti à l’élimination du président ukrainien légalement élu, jugé trop pro-russe, en vue de continuer la politique de rapprochement de l’Ukraine avec l’OTAN. C’est bien l’OTAN qui transforma de facto en 2010, lors du sommet de Lisbonne, en une architecture globale de

défense antimissile balistique en Europe (BMDE) en un véritable bouclier tourné cette fois-ci contre la Russie. Alors oui, Monsieur le Secrétaire général, au terme de ces vingt années d’efforts soutenus de la part de l’OTAN pour recréer « l’ennemi russe », indispensable à la survie d’une organisation théoriquement purement défensive, oui, la Russie a fini par se raidir, et par chercher à l’Est la coopération que l’Ouest lui refusait. L’entreprise de séparation de la Russie d’avec l’Europe, patiemment menée au fil des années, par vos prédécesseurs et par vous-même sous l’autorité constante des États-Unis, est aujourd’hui en bonne voie, puisque la Russie, enfin redevenue « la menace russe » , justifie les exercices les plus provocateurs comme Defender 2020 reporté à 2021, de plus en plus proches de ses frontières, de même que les nouveaux concepts d’emploi mini-nucléaires les plus fous sur le théâtre européen sous l’autorité de… l’allié américain qui seul en possède la clef. Mais non, Monsieur le Secrétaire général, aujourd’hui, et malgré tous vos efforts, la Russie avec son budget militaire de 70 Md€ (à peine le double de celui de la France), ne constitue pas une menace pour l’OTAN avec ses 1 000 Md€. Mais là n’est pas votre souci car ce qui est visé désormais à travers ce nouveau concept OTAN 2030, est un projet beaucoup plus vaste : à savoir impliquer l’Alliance atlantique dans la lutte pour l’hégémonie mondiale qui s’annonce entre la Chine et les États-Unis. La vraie menace, elle réelle, est celle du terrorisme. On élude donc une réalité dérangeante, celle de l’islamisme radical et de son messianisme. Le problème est que ce LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021 - 21


LE RÉVEIL SPÉCIAL DÉBAT même messianisme est alimenté par l’immense chaos généré par les initiatives américaines post Guerre Froide, et qu’il est même porté au plan idéologique tant par la Turquie d’Erdogan, membre de l’Otan, que par l’Arabie Saoudite, allié indéfectible des ÉtatsUnis. Comme on pouvait s’y attendre, il apparaît dès les premières lignes que ce document n’augure rien de bon pour l’indépendance stratégique de l’Europe, son but étant clairement de reprendre en mains les alliés européens. Non seulement vous projetez de transformer l’OTAN en une alliance offensive contre un ennemi qui n’existe pas pour l’Europe, mais ce rapport va plus loin, carrément vers une organisation à vocation politique mondiale, ayant barre sur toute autre organisation internationale.

Ainsi, selon ce rapport : - L’OTAN devrait instaurer une pratique de concertation entre Alliés avant les réunions d’autres organisations internationales (ONU, G20, etc.), ce qui signifie en clair « venir prendre les instructions la veille »

- L’OTAN devrait commencer de réfléchir en interne, à la possibilité d’établir un partenariat avec l’Inde.

gouvernance planétaire, allant même jusqu’à passer outre les décisions de l’ONU et écrasant les souverainetés nationales !

Monsieur le Secrétaire général,

Alors non, Monsieur le Secrétaire général ! Il faut stopper ce train fou, avant qu’il ne soit trop tard ! La France, quant à elle, dans le droit fil des principes énoncés voici plus d’un demi-siècle par le général de Gaulle, ne saurait, sans faillir gravement, se prêter à cette entreprise d’une acceptation aventureuse de la tutelle américaine sur l’Europe.

C’est parce que cette organisation lorsqu’elle a perdu son ennemi, n’a eu de cesse que la préservation de son outil militaire, en se reforgeant son nouvel ennemi russe, qu’elle tend aujourd’hui à devenir un danger pour l’Europe. Car, non contente d’avoir fait manquer à l’Europe l’occasion d’une véritable paix durable souhaitée par tous, y compris par la Russie, l’OTAN animée du seul souci de sa survie, n’a fait que provoquer un vaste réarmement de part et d’autre des frontières de la Russie, de la Baltique à la Mer Noire, mettant en danger la paix dans cette Europe, qu’elle ne considère plus désormais que comme son futur champ de bataille. Et maintenant, à travers ce document OTAN 2030, vous voudriez, pour l’avenir, justifier l’outil militaire de cette alliance en le transformant en un instrument politique, incontournable, de gestion de vastes coalitions internationales, au profit d’une véritable

Pour le Cercle de Réflexion Interarmées(1), le Général de Brigade aérienne (2S) Grégoire Diamantidis Source : CAPITAL (extraits) – 11/03/21

(1) Le Cercle de Réflexion Interarmées (CRI) est un organisme indépendant des instances gouvernementales et de la hiérarchie militaire. Il regroupe des officiers généraux et supérieurs des trois armées ayant quitté le service et quelques civils et a pour objectif de mobiliser les énergies, afin de mieux se faire entendre par les décideurs politiques, de l’opinion publique et contribuer ainsi à replacer l’Armée au cœur de la Nation dont elle est l’émanation.

- L’OTAN doit avoir une forte dimension politique, qui soit à la mesure de son adaptation militaire. L’Organisation devrait envisager de renforcer les pouvoirs délégués au secrétaire général. - L’OTAN devrait créer, au sein des structures existantes de l’Alliance, un mécanisme plus structuré pour la formation de coalitions. L’objectif serait que les Alliés puissent placer de nouvelles opérations sous la bannière OTAN même si tous ne souhaitaient pas participer à une éventuelle mission. - L’OTAN devrait approfondir les consultations et la coopération avec les partenaires de l’Indopacifique : l’Australie, le Japon, la Nouvelle-Zélande et la République de Corée, 22 - LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021

Déchargement de chars lourds et de véhicules blindes du navire américain Endurance le 21-2-2020 en Allemagne.


VOS DROITS LE RÉVEIL

Déclassification des archives de la guerre d’Algérie : Le fils de Maurice Audin demande au Président de la République de faire appliquer la loi Le président de la République « devrait être garant de la loi qui a été adoptée par la représentation nationale » en 2008 et qui dit que les archives sont consultables une fois passé le délai de 50 ans, a réagi Pierre Audin, le fils de Maurice Audin, torturé et tué par l’armée française, comme l’a reconnu Emmanuel Macron en 2018. Une loi qui n’est pas appliquée, selon lui, par le secrétariat général à la Défense et la sécurité nationale. Selon la décision du chef de l’État annoncée mardi 9 mars par l’Élysée, les archives classifiées de plus de 50 ans, notamment celles sur la guerre d’Algérie, seront déclassifiées par cartons entiers et non plus feuille par feuille comme cela était le cas. France Info : Emmanuel Macron a reconnu en 2018 que votre père a été torturé et tué par l’armée française, c’est un pas en avant dans la reconnaissance des crimes commis par les militaires français en Algérie ?

Pierre Audin : En septembre 2018, il n’a pas seulement reconnu cet état de torture et assassinat, il a aussi annoncé qu’il allait ouvrir des archives pour l’ensemble des disparus de la guerre d’Algérie, en précisant qu’il s’agirait aussi bien des civils que des militaires, des Français que des Algériens. Ça faisait beaucoup de monde pour les huit années de guerre de la guerre d’indépendance. Là, concrètement, au lieu de faire cette ouverture de toutes les archives concernant tous les disparus, il a, en 2019, simplement fait un décret concernant Maurice Audin et rien que lui. Et maintenant, on constate que le SGDSN, le secrétariat général à la Défense et la sécurité nationale, qui est une espèce d’officine secrète qui travaille auprès du Premier ministre, a décidé de ne pas appliquer la loi concernant les archives et de faire une règle administrative très compliquée. La loi de 2008 dit qu’au bout de 50 ans, les archives sont consultables. Il y a

quelques exceptions, par exemple des dossiers de santé, des choses comme ça, mais autrement, les archives sont consultables quoi qu’il arrive, qu’il y ait un tampon secret défense ou pas dessus. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. Depuis 2011, le SGDSN a décidé et il l’applique depuis 2020, qu’il fallait déclassifier chaque papier, c’est à dire que si l’administration, l’armée, par exemple, a mis un tampon “secret défense”, il faut que l’armée mette un tampon “déclassifié”. Si elle ne l’a pas fait, on ne peut pas consulter le document. La loi dit que c’est consultable. Il doit reconnaître que la loi dit que c’est consultable et permettre de consulter. Le président de la République devrait être garant de la loi qui a été adoptée par la représentation nationale et devrait dire tant qu’il n’y a pas une autre loi, c’est cette loi qui s’applique. Source : France Info – extraits – 10/03/21

Le Sénat a examiné le 9 mars, une proposition de loi visant à la modification de l’intitulé de l’Office National des Anciens Combattants et des victimes de guerre Dans son explication de vote, la sénatrice Cathy Apourceau-Poly a relayé le soutien des parlementaires du groupe CRCE à l’ARAC face aux difficultés

financières rencontrées pour l’édition du journal “Le Réveil des Combattants”. Extraits : « Madame la présidente,

Madame la ministre, mes chers collègues, cette proposition de loi de nos collègues centristes modifie l’intitulé de l’ONAC afin de mieux prendre en LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021 - 23


LE RÉVEIL VOS DROITS compte la réalité des conflits armés. En renommant cet office « Office National des Combattants et des victimes de guerre », le Sénat a l’occasion d’envoyer un message symbolique. Ce message vient rappeler que notre pays est toujours actif dans de nombreux conflits armés… Cette nouvelle dénomination participe de sa modernisation, afin que soient mieux reconnues et surtout mieux réparées les victimes de guerre. … Je pense ainsi aux nombreux Algériens engagés dans l’armée française contre le régime nazi, qui ont dû patienter des années avant d’obtenir la juste reconnaissance de leurs droits… Cette reconnaissance passe par le renforcement des moyens humains de l’administration des anciens combat-

tants… je pense également à la demi-part fiscale des veuves et veufs de guerre, supprimée progressivement depuis 2009 et rétablie enfin dix ans plus tard dans le cadre de la loi de finances pour 2019. Les politiques d’économies sur le dos des anciens combattants et de leurs proches contreviennent précisément à l’idée d’une meilleure reconnaissance. Il faut, au contraire, donner les moyens humains et financiers pour assurer la réinsertion des combattants dans la société civile et valoriser leur action. … Cette politique passe également par une meilleure reconnaissance des associations d’anciens combattants, qui mènent une action sociale en faveur de la réparation et assurent une indispensable mission mémorielle.

Je pense en particulier à l’ARAC, créée en 1917 par Henri Barbusse et Paul Vaillant-Couturier, qui connait des difficultés pour financer son journal « Le réveil des Combattants ». Le gouvernement doit soutenir cette association afin qu’elle poursuivre son engagement centenaire en faveur de la lutte contre le fascisme, pour l’amitié et la paix entre les peuples, contre les inégalités, pour la défense de tous les droits sociaux. Les associations d’anciens combattants ne sont pas seulement des porte-drapeaux. Elles sont surtout engagées en faveur de la paix, de l’Histoire et de la citoyenneté. Cette proposition de loi permet de rappeler leur action, à laquelle je tiens à rendre hommage. »

SOUSCRIPTION 2021

Les Amis, camarades, lecteurs du journal, sections et comités ont lancé dans le contexte exceptionnel que nous vivons la souscription 2021. En 2021, notre journal, le Réveil des Combattants, fête ses 90 ans, créé par Paul Vaillant-Couturier en janvier 1931, il a été, avec l’ARAC de tous les combats émancipateurs, qui ont été mené en France et dans le monde. Comme nous l’avons déjà dit, chacun peut noter la place originale de l’ARAC et du Réveil des Combattants dans le débat d’idées, hier et aujourd’hui. Travail de mémoire, informations, luttes pour la paix, la souveraineté nationale, contre le fascisme, le racisme, pour la défense des valeurs républicaines et rien n’échappe à la volonté que nous avons de donner à chacun et à tous les moyens de comprendre et de se faire une idée sur les enjeux actuels et ainsi pouvoir s’engager et se rassembler dans l’action. Nous mesurons, avec la pandémie et la situation sociale, les difficultés de chacun d’entre nous à vivre, mais la contribution du plus grand nombre, chacun en fonction de ses possibilités nous permettra de continuer à faire vivre les idéaux de l’ARAC, ceux de 1917 exprimés lors de sa création et qui restent aujourd’hui d’une actualité brûlante. Idéaux portés et défendus malgré les difficultés depuis 90 ans par le Réveil des Combattants. Merci à tous. Le Bureau National La rédaction du Réveil

(Mars)

(63) LETHIELLEUX PATRICK : 200 ; (7) SECTION PONT D’ARC : 200 ; (69) PILLON ROBERT : 400 ; (75) THABEAULT-ALCANDRE J. : 150 ; (91) COUDERC AMAURY : 20 ; (95) GUILLY LUCIEN : 50 ; (91) PIALOUX MARC : 50 ; (07) RIGAUD JEAN-PIERRE : 10 ; (72) COMITE DEPARTEMENTAL 72 : 1 000 ; (94) SECTION DE VILLEJUIF : 200 ; (45) GUILBERT JEAN PAUL : 50 ; (93) VAHE RAPHAEL : 50 ; (92) FARDEAU CHRISTINE : 188 ; (93) MOITRIER GEORGES : 30 ; (20) CASSETARI LAURE : 100. Chaque don donne lieu à une exonération fiscale

24 - LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021


VOS DROITS LE RÉVEIL

19 mars 2021 - Paris Pour la cérémonie de l’après-midi, nationale, (en format resserré) au Quai Branly, Raphaël Vahé, Président National y représentait l’ARAC. Mme  Geneviève Darrieussecq, ministre chargée de la mémoire et des anciens combattants, a prononcé une déclaration, à l’occasion de cette Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc. Elle a souligné que « la mémoire de

la guerre d’Algérie est plurielle, complexe, parfois encore brûlante  »… Elle a annoncé « le 60e Anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie souhaitant qu’il soit un moment fort et une étape importante de la transmission mémorielle ». Elle a précisé ensuite un réaménagement du Mémorial quai Branly, pour qu’il soit mis « mieux en valeur dans l’environnement qui est le sien, et en ferons encore plus un espace de recueillement et d’hommage. Encore plus une espace de transmis-

sion et de médiation en installant des dispositifs pédagogiques propres à tous nos Hauts lieux de la mémoire nationale » a-t-elle aussi souligné.

Quelques observations concernant la réunion du 9 mars 2021 devant le 2e collège de l’ONAC Madame la ministre des ACVG (Mme Darrieussecq) commence par présenter ses vœux. Elle précise qu’en vertu de la solidarité, le budget concernant l’action sociale a été très largement utilisé, que dans tous les départements l’office a assuré l’accueil et le suivi concernant les vaccinations, que les objectifs de modernisation engagés se sont poursuivis. Problème du point PMI Les conclusions de ces travaux doivent être présentés fin mars 2021. Les parlementaires, dit-elle, sont attentifs au monde combattant et vont présenter des travaux sur l’avenir du monde combattant. Au Sénat, une sénatrice souhaite présenter une proposition de loi afin de modifier le nom de l’Office. Mme Darrieussecq serait favorable à une évolution concernant le nom de l’ONAC. Elle souhaiterait que ce projet soit soumis aux avis des associations d’anciens combattants. Cependant rien ne sera fait avant 2023 !! Un représentant de 4 organismes syndicaux auprès de l’ONAC est intervenu précisant que ces organisations ont voté contre le nouvel arrêté ministériel quant à l’organisation et l’avenir de l’ONAC. Mme Darrieussecq est intervenue en précisant qu’elle entend ces craintes infondées et qu’elle s’engage personnellement et politiquement pour le maintien du niveau départemental de l’ONAC et que d’ailleurs le Président de la République est favorable au maintien de ces officiers départementaux.

COMPTE FINANCIER 2020 Les délais de paiement sont satisfaisants. Pendant l’année

2020 et suite à la pandémie, les recours au télétravail furent organisés et multipliés. La collecte du Bleuet faite virtuellement a connu un énorme succès. Mais on peut constater la forte baisse des subventions. Par contre, on constate une augmentation importante du plan d’aide aux enfants de Harkis. Les dépenses de 1,2 à 1,6 millions d’euros de 2019 à 2020. Les dépenses de personnel en baisse de 1,43 millions d’euros suite à la baisse des effectifs. Ces comptes ont été validés par le collège.

ATTEINTE DES ENGAGEMENTS Délai moyen de 3 mois pour l’attribution des aides sociales. Cartes du combattant délai de 120 jours. Engagement de rénovation des nécropoles. Recensement des carrés militaires achevé à 73 %. Suppression des carrés militaires à Metz. Problèmes sur l’Institution nationale des Invalides Deux parties aux Invalides : la partie médicale et soins pour tous les militaires. La partie des pensionnaires invalides. 3 catégories et conditions exigées pour devenir pensionnaire : 1re catégorie : titulaire d’une PMI au moins égale à 81 % et titulaire de la tierce personne (article 133-1 du code des PMI ancien article L18) 2e catégorie : pension PMI à au moins 85 % mais avec blessure de guerre, ou blessure en service commandé ou être victime de guerre déportés ou internés résistants. 3e catégorie : titulaire d’une PMI à au moins 100 % sans la tierce personne. LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021 - 25


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

Couëron (44)

Marseille (13)

La section de Couëron a célébré le 19 mars 1962 « journée nationale du souvenir et du recueillement » en présence de Michel Lucas et du nouveau président Dominique Sanz, qui a pris la parole.

La section ARAC de St Just à Marseille a commémoré le 59e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie. 9 h cité St Just en présence de la députée Alexandra Louis, du conseiller Départemental et Municipal Denis Rossi. 10 h Cimetière du Canet en présence du Conseiller Départemental et municipal Denis Rossi et de 4 élus municipaux. 11 h place des Chartreux en présence du Maire de secteur Didier Jau et des adjoints ainsi que Denis Rossi Conseiller départemental et municipal.

Marseille 19 mars 2021.

Orvault (44) COUERON Michel Lucas et Dominique SANZ, nouveau président de l’ARAC Couëron.

Gauchy (02) L’ARAC a rendu hommage lors du 59e anniversaire du 1962. Etaient présents : Christophe Oudin porte-drapeau, Antoine Crestani président, Joris Bury trésorier, Zilian Bury jeune génération.

Les membres de la section d’Orvault de l’ARAC ont déposé vendredi 19 mars, au monument aux Morts de la place Jeanne-d’Arc, une gerbe, afin de célébrer le 59e anniversaire des accords d’Evian. Cette cérémonie, dirigée par Alphonse Patron de l’Arac, en présence de Maryse Pivaut, conseillère municipale, Julien Aillerie, et le président Arac Serge Retière. Une minute de silence était observée en mémoire de deux Orvaltais tués pendant le conflit, Jean Vaillant (18-11-1955) et

Bernard Plotin (26-1-1962) et à la mémoire de toutes les victimes avant et après le 19 mars 1962.

Orvault 19 mars 2021.

Sainte Geneviève des Bois et Fleury Mérogis (91) L’ARAC de Ste Geneviève des Bois et de Fleury Mérogis, lors de l’hommage du 19 mars en présence du maire de Fleury, Olivier Corzani. La présidente, Jacqueline Defrene a lu la déclaration de l’ARAC.

Vigneux (91) L’ARAC, le 19 mars, hommage à Vigneux.

Grigny (91) La section de l’ARAC de Grigny lors de l’hommage du 19 mars en présence d’élus de la ville.

26 - LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

Comité département du Finistère (29)

lle-et-Vilaine (35)

Extraits Le comité réuni en assemblée restreinte le 3 mars à 14 h 00 a étudié la situation et fait le point sur certaines questions. Minute de silence, à la mémoire de nos camarades. La rentrée des cotisations tous-tes les adhérents-es 2020 ont été contactés pour l’adhésion 2021. Les retours sont bons, à ce jour il n’y a pas de refus.

Cérémonie du 19 mars à Rennes

Devoir de mémoire : un problème a été soulevé en ce qui concerne une cérémonie organisée au cimetière de Lesneven le 15 avril à la mémoire des morts Allemands et Français lors de la guerre 39/45. Des prises de paroles et chants sont prévues, dont la chanson « ich hatte lien karamaraden » en allemand soit en français « J’avais un camarade » qui pose un gros problème. Ce chant rappelle de mauvais souvenirs dans notre région. Les participant-e-s expriment leur opposition à ce chant de la Wehrmach intégré par les nazis dans leur propagande. Une entrevue a eu lieu, à ce sujet, le 2 mars entre le directeur de l’ONAC et la présidente de l’ANACR.

Décision d’une déclaration publique du Comité. La discussion s’est poursuivie sur les envois de militaires au sahel et sur le nucléaire militaire et civil. Guy Le Dantec Déclaration de l’ARAC 29 Extraits Après avoir pris connaissance de l’organisation de la matinée prévue le 15 avril 2021 à LESNEVEN le comité Départemental (ARAC.) réunit le 3 mars 2021 à BREST exprime son opposition à ce que le chant ich hatte lien kamaraden en Allemand soit chanté au cours de la cérémonie du 15 avril 2021 à LESNEVEN. En effet ce chant de la Wehrmacht rappelle de très mauvais souvenirs et pourrait être reçu comme une insulte et une provocation pour les familles des victimes des atrocités des nazis d’autant plus que dans le cimetière Allemand de LESNEVEN sont inhumés des soldats ayant participé à ces atrocités pendant la guerre 39-45. L’ARAC propose que ce chant guerrier soit remplacé par un chant plus adéquat. Le comité Départemental de L’A.R.A.C du FINISTERE

Villepinte (93) L’ARAC de Villepinte et de la section des communistes de Villepinte ont déposé ce vendredi 19 mars, leur gerbe afin de commémorer le 59e anniversaire de la signature des accords d’Evian, mettant fin à la guerre d’Algérie. Le 19 mars, date reconnue depuis 2012 rappelle désormais, chaque année, la volonté du peuple français ratifiant, le 8 avril 1962, par référendum à 91 % des voix, les Accords d’Evian et le cessezle-feu. Un traité d’amitié et de paix, doit venir régulariser les rapports de coopération entre nos deux pays. L’ARAC pense que cet acte servirait de socle à une nouvelle politique de solidarité et de développement entre la France et l’Al

gérie ainsi que les peuples du Maghreb. Politiques de respect des souverainetés, seule capable de combattre la misère et son terreau, racines des terrorismes et des violences qui ensanglantent le monde. La mémoire s’inspire fortement de notre engagement, contre la guerre, pour la Paix, pour l’amitié et la solidarité entre tous les peuples.

Le Préfet de Bretagne et d’Ille-et-Vilaine, les représentants de l’Armée, la Vice-présidente du Conseil départemental, l’Adjointe à la Maire de Rennes, ont rendu hommage aux victimes de la Guerre d’Algérie et des conflits en Tunisie et au Maroc, avec les deux porte-drapeaux désignés par la Préfecture celui de l’ARAC et celui de la FNACA en présence d’une délégation réduite des deux associations pour motif sanitaire.

Photo Joël Lacire.

Ruelle-sur-Touvre (16) La section de RUELLE ARAC a célébré le 59e Anniversaire du cessez-le-feu de la Guerre d’Algérie devant la stèle inaugurée le 28 février 2015. En présence du Maire Monsieur JeanLuc VALANTIN, de Madame Fatna ZIAD Conseillère Départementale, Deux porte-drapeaux suite aux restrictions sanitaires. Le Maire a déposé une gerbe au nom de la Municipalité avec la Conseillère Départementale, une gerbe en commun ARAC – FNACA déposée par deux dames. Lecture du message par Mme Annette COLAS secrétaire de l’ARAC, le Maire a lu le message de Mme la Ministre. Annette Colas

LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021 - 27


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

Bordeaux (33)

Labouheyre (40)

19 mars 2021 Dépôt de gerbe ARAC au mémorial, avec la FNACA

J’étais présent pour la commémoration du 19 mars 1962 à Labouheyre. J’ai représenté l’ARAC. Il a été acté par le maire que je représenterais officiellement l’ARAC pour les prochaines commémorations. Michel Cholet

Cérémonie en présence du préfet la sécurité (la préfète régionale excusée), du président du conseil départemental, la Mairie de Bordeaux, la députée. Lecture de mordre du jour du Général

Ailleret annonçant la fin des combats. Présence également de personnels mairie, cd et préfecture. L’UDAC 33 n’a pas déposé de gerbe.

Les Clayes-sous-Bois (78) 19 mars 2021 SANS le nouveau maire… Courant février, le nouveau maire a rencontré l’ARAC et la FNACA pour les informer qu’il préférait commémorer la fin de la guerre d’Algérie… le 5 décembre. Dans une réponse argumentée, l’ARAC

et la FNACA lui ont rappelé qu’elles seraient présentes le 19 mars. Les Associations ont procédé au dépôt de gerbes de fleurs, suivies par des élus (es) d’opposition. Une commémoration qui a choqué la population, attachée à la mémoire et au respect de l’application des lois votées à l’Assemblée Nationale.

Puget-sur-Argens (83) Saint-Blimont (80) Nous étions peu nombreux ce 19 mars à Puget-sur-Argens, mais présents à la cérémonie du 59e anniversaire. En présence de M. le Maire, le Premier adjoint, la déléguée élue du Conseil départemental, d’un officier du 21e RIMA, de l’ANACR et de la FNACA. Gérard Vallée représentait l’ARAC, un bon contact avec M. le Maire pour envisager l’exposition « il y a 75 ans, ils ont vaincu la barbarie nazie ».

Vias (34) - 19 mars 2021 La Section de l’ARAC Vias était présente pour la Commémoration du cessez-le-feu en Algérie. Sur la Photo le Président de la section pour le dépôt du bouquet. Cérémonie restreinte avec seulement un représentant par Association et le porte-drapeau. Jean Gaillard 28 - LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021

L’ARAC de la SOMME ainsi que la Section de Saint-Blimont (80) ont rendu hommage aux victimes militaire du 19 Mars 1962. 59 ans après, l’ARAC de la Somme reste toujours présente au devoir de mémoire, tout en respectant les mesures sanitaires. Nous remercions Adriens Pruvost adjoint de la commune de Saint-Blimont, Blandine Benarbia Forestier présidente de la section de Saint-Blimont, Jérémy Evrard président en intérim du département de la Somme ainsi que nos porte-drapeaux Christian Duchesne et Marceau Martel de leur présence.

Nantes (44) 19 mars 2021 Nantes place du Général Sarrail. Le 19 mars est le bien imprescriptible de l’ensemble des Françaises et Français. Aussi, bien qu’écartée de la cérémonie officielle, une délégation de l’ARAC dont le porte-drapeau départemental a déposé une gerbe et observé un moment de recueillement à la mémoire de toutes les victimes de cette guerre commencée en 1830. Pendant toutes ces années « l’intensité de la brutalité de l’armée en Algérie fut unique dans toute l’histoire coloniale française » Historia n° 982 Comité départemental Nantes Nota : La déclaration du Maréchal Lyautey (Rabat 1925) gravée sur la stèle - photo jointe – Il est… dans un temps plus ou moins lointain… l’Afrique du nord évoluée, civilisée… se détachera de la métropole… le suprême but de notre politique, cette séparation se fasse sans douleur… etc.


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

Bordeaux (33)

Somme (80)

Vue partielle de la très importante et forte manifestation pour cette journée des droits des femmes et des citoyennes.

Notre camarade Michel Lefebvre, 86 ans, membre de l’ARAC de Saint Blimont, nous a quittés. Ancien combattant et médaillé, Michel était un camarade pleinement attaché aux valeurs de l’ARAC. Toujours présent à toutes les manifestations, il res- Michel Lefebvre. tera à jamais dans nos mémoires. Nous adressons à Pierrette, sa femme, et ses enfants, nos condoléances les plus attristées.

A l’appel nombreuses associations et syndicats des milliers de femmes, jeunes et moins jeunes, hommes femmes salariées des services publics notamment de la santé, éducatrices, sages-femmes, pionnes ont crié leurs besoins et revendications.

L’avenue Thiers rebaptisée “avenue Louise Michel” c’est au tour de l’esplanade des droits de l’homme d’être renommé “place de Toutes les Femmes et des Citoyennes” ! Un vrai bol d’air frais de résistance… L’ARAC bien sûr, était présente

Pessac (33) Notre assemblée générale s’est tenue le 26 février à la maison du Combattant de Pessac. Et malgré les contraintes de la situation 10 adhérents- es (11 avec le Président Arac-33) étaient présents-es. Et si l’inquiétude, la colère furent présentes dans les échanges pour autant se fut dans la volonté de mobilisation et de renforcement de notre section Arac. Dans l’introduction du président Alain ARDILEY les pistes de travail évoqués ont permis de “se caler” : - nos besoins de tous, AC ou non, avec la démocratie et les libertés au cœur, - l’activité de l’Arac et son rôle avec ses valeurs,

Drancy (93) Le 19 mars 2021 – L’ARAC et les élus municipaux - la Paix et le progrès, notre souveraineté et bien sûr le 19 mars à Pessac ou pour la 1re fois depuis de nombreuses années, l’ARAC est conviée à s’exprimer ! Et bien sûr aussi notre organisation : 38 cartes 21 remises… Bref, nous avons du grain à moudre ! Alain Ardiley, président Arac Pessac

Saint-Denis (93) Commémoration du 19 mars 2021, place de la résistance à Saint-Denis. Dépôt de la gerbe de l’ARAC Saint-Denis, par Anne ROYER. Rassemblement limité officiellement à 10 personnes. 4 gerbes déposées : Le député de Saint-Denis : Stéphane Peu,

Le Maire de Saint-Denis : Mathieu Hanotin, La Sous-Préfète de Saint-Denis, L’ARAC de Saint-Denis : Anne Royer. Pas d’autres associations d’anciens combattants de Saint-Denis.

Lunegarde (46) Cérémonie du 19 mars 2021 – JeanClaude Soulié, M. Marc Issaly, Maire de Lunegarde et le Porte-drapeau FNACA.

Montfavet (84) 19 mars 2021

Dépôt de gerbe – ARAC, FNACA, ANCAC.

LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021 - 29


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

8 MARS, journée internationale des droits des femmes, Villejuif « Le 8 mars 2021, à l’occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, la Municipalité avec les associations d’anciens combattants, a décidé de rendre hommage à trois infirmières mortes pour la France, en inscrivant leurs noms sur le monument aux morts de la commune, situé devant l’Hôtel de Ville. Si sur les places de nombreuses communes françaises, une femme éplorée symbolise la douleur à la suite de mort des soldats, très peu de femmes ont leurs noms inscrits sur nos monuments. Pourtant, sans le travail de femmes, l’armée n’aurait pas été approvisionnée ni en munitions, ni en nourriture, ni en vêtements. Elles se sont mobilisées dans les champs, les usines, les administrations, les services et les hôpitaux. Cent ans après, il est plus que temps de reconnaître aux femmes leur place dans la mémoire combattante ». P. Garzon, Maire de Villejuif Elles s’appelaient Berthe Stéphan, Marie Alphonsine Lehly-Voiturier et Marie Fernande Brunet-Taupin. Elles soignaient les soldats à l’Hôpital Paul Guiraud de Villejuif lors de la guerre de 1914-1918. Elles sont décédées de la grippe espagnole et ont été reconnues « Mortes pour la France »

P. Garzon, de rajouter : « Cet hommage rendu aux femmes qui ont assuré les arrières et les soins ne doit pas faire oublier, que plus de cent ans après, elles n’ont toujours pas l’égalité salariale qu’elles réclamaient alors. Les commémorations sont aussi faites pour cela. C’est un travail de mémoire indispensable au regard de la crise que nous vivons aujourd’hui, qui met le personnel soignant, qui n’a de cesse de réclamer la reconnaissance et les moyens nécessaires à ses missions, à rude épreuve. Le travail de mémoire est une œuvre à poursuivre pour toutes les générations futures, pour nous souvenir, transmettre, et combattre pour l’égalité ».

Ivry-sur-Seine (94)

Fleury-les-Aubrais (45)

Hommage aux résistants du groupe ManouchianBoczov Comme tous les ans, l’ARAC a rendu un hommage aux résistants du groupe Man o u c h i a n - B o c z o v, au cimetière parisien d’Ivry. Cérémonie Ivry-sur-Seine - groupe En présence de Patrick Manouchian. STAAT, Secrétaire Général, Jacques VERRIER Secrétaire National, Brigitte CONTANT, Secrétaire Nationale, Jean-Pierre BEROT, porte-drapeau national. 30 - LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021

Malgré la pandémie, 7 mars 2021 Hommage à Pierre Semard en présence des cheminots et des élus de Fleury et de madame la maire, la CGT et deux associations AC ARAC et l’ANCAC ont déposé une gerbe et l’ARAC a fait une déclaration à la suite du syndicat CGT des cheminots pour rendre hommage à Pierre SEMARD fusillé par les nazis le 7 mars 1942 à Evreux.

Pujols-sur-Dordogne (33) 23 février 2021 : Cette réunion a été marquée par une volonté offensive d’agir, de se mobiliser et de ne pas se laisser faire. La municipalité a fait preuve d’intérêts à ce que l’Arac porte et a exprimé une volonté forte de coopération. - Ensemble pour le 19 mars 2021, - facilitation de la présence Arac sur le marché municipal nouvellement créé, avec le Réveil, - le 27 mai, journée de la Résistance et du CNR, etc. Les conditions sont réunies pour agir plus et renforcer l’Arac… La photo du bureau reconduit. A droite, le 2e adjoint tenant le drapeau Arac. (Mme le Maire s’étant excusée).

Tremblay-en-France (93) Raphael Vahé, Président National, membre de la direction locale de la section, dépose la gerbe de l’ARAC au Monument aux Morts de Tremblay en présence de François Asensi, Maire de Tremblay et de nombreux élus.


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

Hauts-de-Seine (92)

Pessac (33)

Marie-Thérèse COLIN, adhérente depuis 1970, ancienne membre du Bureau National de l’ARAC et du Comité National d’honneur nous a quittés

Une quarantaine de personnes et sept drapeaux ont participé à cette cérémonie devant les autorités civiles et militaires. Alain Ardiley, président de la section ARAC de Pessac a lu la déclaration nationale de l’ARAC. Etaient présentes, Mme Bérengère Couillard, député de la Gironde, Mme Pascale Pavone, première adjointe au maire qui ont déposé une gerbe. Deux camarades ont été décoré de la Croix du combattant.

« Très Chère Marie-Thérèse, C’est toi qui as choisi le jour de la fête des grands-mères pour dire « Au revoir » à tes petits enfants. C’est aussi toi qui as choisi la veille de la journée des « Droits de la femme » pour nous quitter. Toi la combattante, Toi la militante, ayant élevé ses enfants, soignant son époux. Toi la veuve de guerre, à qui a été décernée la toute première carte nationale de « Veuve de guerre ». Toi sans qui, nous n’aurions pu remettre à sa place la plaque rappelant le lieu de vie d’Henri BARBUSSE à Asnières. Excuse-moi Marie-Thérèse si je ne connais la date de ton adhésion à l’ARAC, pour cause c’est toi qui m’as accueilli. Pendant des années tu assumas fort régulièrement les permanences de la section ARAC d’Asnières. Ce qui avait comme résultat qu’Asnières, pendant plusieurs années fut la plus grosse section du 92. Pendant aussi de très nombreuses années, membre du

comité 92, puis vice-présidente, toujours prête pour venir en aide aux ACVG avec l’appui de l’ARAC locale, départementale, Nationale. Militante du village de l’Amitié au Vietnam, Membre élue du Conseil National, de l’Arac, Médaille d’OR de l’ORMCM, Médaille de l’ARAC. Tu as été et resteras pour nous tous un exemple. Tous tes enfants, petits-enfants sont devenus par ton exemple membres de l’ARAC. Ton fils Jean-Luc Président ARAC 92, membre du bureau National et du Conseil National, membre de l’ONACVG 92. En cette triste journée, nous sommes tous avec, toi, et ta famille. Tu sais en qu’elle estime et amitié nous vous tenons toi et ta maman. Adieu, Marie-Thérèse » Michel Bassot, Ancien membre du Bureau national de l’ARAC et de l’ACVGI lui rend hommage

Pyrénées-Orientales (66) Les « amis du maquis henri barbusse » commémorent Le 19 mars, l’association a commémoré la naissance du maquis à son monument au col de la Bataille, il a été rappelé, la création, les prémices de sa naissance : Laurent Batlle citoyen de Millas communiste emprisonné au fort Vancia (Rhône) par les autorités de Vichy, s’évade en juillet 42 et se réfugie au mas Pleus (Cassagnes au-dessus du domaine Caladroy), soucieux d’organiser la résistance contre l’envahisseur nazi, il réussit à regrouper quelques républicains, poursuivant les contacts l’effectif se compose de 20 résistants dont 6 républicains espagnols. Aidés par Fernand Cortale de l’organisation FTP de la région, le groupe prend le nom : Maquis Henri Barbusse le 3 août 1943, Après les quelques interventions de sabotages dans le secteur, le Maquis alors repéré est prévenu, il parvient à fuir, 800 allemands investissent le terrain le 10 mars 1944, le maquis uni avec La « Agrupasion Guerilleros espagnols » agissent par des actions de feux contre l’occupant

dans les diverses localités et lieux autour du Canigou. Après le grand affrontement de Valmanya le maquis revient sur son lieu de naissance, le 12 aout 44 les maquisards surprennent et tuent 10 allemands en patrouille au col de la Bataille. Le rappel de ses faits justifie la création du monument au Col de la Bataille, qui scelle en ce lieu la jonction, la création du maquis par les maquisards de la vallée de la têt (Millas) et la vallée de l’Agly, (Estagel, Rasiguères). La délégation a aussi commémoré et rappelé, les évènements et les accords d’Evian le 19 mars 1962 mettant fin à la guerre d’Algérie, 19 mars 2021.

Nous continuerons à publier les initiatives de l’ARAC dans le prochain numéro.

Soissons (02) Vendredi 19 mars 2021 En ce jour anniversaire du 19 mars 1962, une délégation de l’ARAC du Soissonnais s’est rendu en ce jour au monument des combattants morts en Algérie-Tunisie-Maroc, à Soissons, où son Président Jean-Noël GREBERT a déposé une gerbe en souvenir, rappelant que la mémoire c’est œuvrer pour l’avenir, et que l’engagement de l’ARAC s’inscrit contre la guerre, pour la paix, l’amitié et la solidarité entre tous les peuples. Cette cérémonie fut empreinte d’émotion, affirmant notre détermination de ne jamais oublier. Le Vice-Président Olivier LAZO

Villejuif (94) 19 mars 2021 – L’ARAC Villejuif rend hommage en présence de Pierre Garzon, Maire et vice-président du Conseil Départemental du Val-de-Marne, de Flore Munck, conseillère départementale. L’ARAC Villejuif était représentée par son Président Jean-Louis Giraudou, Patrick Staat, Brigitte Contant dirigeants nationaux, Michel Isabel, Henri Kockman et le porte-drapeau national Jean-Pierre Berot. LE RÉVEIL - N° 870 - AVRIL 2021 - 31


100 ans d’engagements militants Paulette Garcia Jimenez a cent ans Paulette est née le 4 mars 1921 à Wazemmes le quartier populaire de Lille. Avec son père, elle participe aux manifestations du Front Populaire en 1936. Elle est également très active pour le soutien des combattants républicains espagnols en lutte pour défendre la République. A la déclaration de la guerre en septembre 1939, ses parents décident de quitter Lille. Ils prennent en train la direction de Toulouse où ils sont logés dans un premier temps rue Castéra dans un appartement d’un certain M. Nougaro, le père de Claude. Paulette va travailler dans l’usine d’aviation De Woitine qui deviendra plus tard Sud Aviation. Nous la retrouvons en 1944 à la Libération de Toulouse aux côtes des FTP dans les combats de l’Avenue des Minimes pour ralentir l’avancée des SS du bataillon Das Reich. A la Libération, elle adhère au Parti Communiste Français et elle collabore à la direction des FTP aux côtés de sa sœur Jacqueline ; elle participe à la création des « Amies du Front » qui apporte une aide aux FFI qui combattent les réduits nazis à l’embouchure de la Gironde (la fameuse poche de Royan) qui seront résorbés fin avril 1945 ; elle accueille à leur retour à Toulouse les rescapés des camps de la mort, parmi eux le jeune Georges Séguy. Elle contribue à la création de l’Union des Femmes Françaises dans la Haute Garonne dont elle deviendra une des permanentes. En 1946 Paulette et Antonio Ruiz (de son vrai nom Juan Manuel Garcia Jimenez) décident de vivre ensemble. Antonio (Officier, Capitaine de l’Armée Républicaine Espagnole) a participé durant la Guerre Civile aux batailles del Jarama, Brunete, Belchite, de l’Ebre. Il

entame la Retirada par le col d’Arès à 1 500 mètres d’altitude fin janvier sous la neige et arrive à Prats de Mollo ou il est « accueilli » par la Gendarmerie Française désarmé et conduit aux camps d’Argelès puis Saint Cyprien. Antonio apprend le métier de cordonnier et ouvre une échoppe ouvrant sur l’avenue. Visiblement l’échoppe a comme but de justifier les nombreuses entrées et sorties de la clientèle, ce qui brouille un peu la vigilance policière contre l’immigration politique espagnole très organisée à Toulouse (en septembre 1950 une rafle policière touchera des dizaines de membres du PCE dans le Sud de la France). La collecte de fonds, la diffusion de

Mundo Obrero dans l’émigration espagnole, les lettres de soutien pour les prisonniers et leur famille font partie du quotidien de Paulette qui a repris à domicile la fabrication de manteaux de fourrure. En 1968 Antonio organise la grève dans son entreprise de chaussure. Il sera licencié dès la rentrée. En 1975 Antonio Ruiz redevient Juan Manuel Garcia Jimenez. Paulette peut désormais épouser Juan Manuel le 15 mars 1976 à la mairie de Vigneux. Il passe de la condition d’apatride à celle de citoyen espagnol. Il peut retourner en Espagne mais c’est encore sans compter sur la répression qui s’abat en Espagne. Elle rentre à Villejuif avec Juan Manuel qui est rapidement hospitalisé l’Hôpital Paul Brousse. Elle redevient Paulette. Elle renoue avec la section du Parti Communiste où elle assure des permanences, elle rejoint Georges Doussin à l’ARAC, participe aux activités de FranceURSS qui deviendra les « Amis de l’Oural ». En 1999 elle sera promue Chevalier dans l’Ordre du Mérite National et décorée par Georges Doussin, Président de l’ARAC en présence Guy Lamotte – un des Libérateurs de Toulouse - qui dans son discours durant la cérémonie apprendra à ses enfants qu’elle avait été agent de liaison durant la Résistance). Passé 90 ans la vie de Paulette s’est un peu ralentie, moins d’activités mais toujours prête à un coup de main. A la fête de l’Huma ou dans les activités de l’ARAC. Elle vit très indépendante dans son logement HLM et continue son marché au Centre et ses courses à Monoprix « aux heures des retraités pour ne pas emmerder ceux qui travaillent ».