__MAIN_TEXT__

Page 1

FERMETURE DES URGENCES DE L’HÔTEL-DIEU APHP

LES FEMMES DANS LA RÉSISTANCE

USA JOSEPH BIDEN 46E PRÉSIDENT VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL DES ETATS-UNIS

Décembre 2020 - N° 867 - 5 e

La vie devient inhumaine et invivable pour des millions de gens

s e t in e t t a x u a , s é it l a g é in x u a , e ic t s Face à l'inju à la démocratie C'est à la mobilisation,

à l'engagement qu’ i l Les valeurs faut oeuvrer républicaines restent des idées d’avenir

Rassemblons-nous pour «la Liberté, l'Egalite, la Fraternite et la Paix

Ensemble, défendons les valeurs de la République


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

Déclaration de l’Association des amis d’Henri Barbusse pour le 11 novembre 2020 L’Anniversaire de l’armistice de la guerre de 1914-1918 le 11 novembre 2020 a donné l’occasion de célébrer le centième anniversaire de la fin de cette guerre et d’honorer les combattants et les victimes que nous avons perdues (1 350,000 morts, 3 millions de blessés et des centaines de milliers de veuves et d’orphelins) et les combattants survivants dans l’évocation de leurs combats par des lectures des écrits dans des cérémonies de mémoire historique. Le Président de la République a organisé le jour même de l’anniversaire du 11 novembre 1918 l’entrée de l’écrivain Maurice GENEVOIX au Panthéon. Nous ne contestons pas cet hommage justifié, mais bien que le Président de la République est déclaré qu’au-delà de Maurice GENEVOIX, tous les combattants devaient être honorés comme accueillis au Panthéon, il faut regretter qu’Henri Barbusse qui a été le premier à témoigner sur les conditions de vie et de combats des soldats par son livre « Le Feu » publié fin 1916, récompensé par le prix Goncourt et diffusé de décembre 1916 à janvier 1919 à plus de 200 000 exemplaires, n’est même pas cité. D’ailleurs il faut savoir que Maurice GENEVOIX a pris appui sur le témoignage d’Henri BARBUSSE pour engager le regroupement de cinq livres écrits par lui entre 1916 et 1921 pour réaliser « Ceux de 14 ». Il est de même regrettable qu’ait été oublié le témoignage de Roland DORGELES, auteur du livre « LES CROIS DE BOIS », démonstratif de la vie des combattants dans les tranchées, qui a d’ailleurs été repris par un film. Nous devons citer de même Paul VAILLANT-COUTURIER, combattant aussi non évoqué, qui avec son ouvrage « La guerre des soldats » a témoigné du vécu de la guerre 1914-1918. Il faut aussi souligner les sacrifices de 2 500 combattants condamnés à mort pour l’exemple dont 639 ont été exécutés et les autres déportés, dont avec d’autres associations parmi lesquelles « la libre pensée », nous exigeons la réhabilitation collective. Sans oublier les combats pour la paix d’Henri BARBUSSE et de Roland DORGELES qui ont pris sur ce plan d’actives positions humanistes et citoyennes pour la démocratie et la souveraineté nationale. Notre association a hérité de ces combats et les poursuit avec ténacité. Paul MARKIDES Président de l’Association des Amis d’Henri BARBUSSE Vice-Président de l’ARAC

2 -

LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020


ÉDITO LE RÉVEIL

« LIBERTE, J’ECRIS TON NOM »

SOMMAIRE Actualités Panthéon���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� 2 Proposition de loi « Sécurité globale » : le Défenseur des droits dénonce des « entraves » à la liberté de la presse���������������������������������������������������������������������� 4 Plus d’une centaine de maires publient une lettre ouverte à Emmanuel Macron pour réclamer « l’égalité républicaine des quartiers prioritaire »������������������������������������������ 5 Et revoilà la réforme des retraites��������������������������������������������������������������������������������� 6 Défense Européenne : la Ministre Allemande de la défense parle d’en finir avec « l’illusion de l’autonomie stratégique européenne » �������������������������������������������������� 6

International USA : Joseph Biden 46e Président des Etats-Unis ��������������������������������������������������������� 9 Elections américaines Entre droite et extrême droite �������������������������������������������������� 9 Arménie : Solidarité avec le peuple Arméniens ��������������������������������������������������������� 10 Pacte commercial en Asie Pacifique��������������������������������������������������������������������������� 11 Infos internationales���������������������������������������������������������������������������������������������������� 12

Spécial idées L’Europe, au nom de la concurrence veut casser EDF « service public par excellence »���������������������������������������������������������������������������������������������������������� 21

Mémoire Il y a quatre-vingt ans !!����������������������������������������������������������������������������������������������� 23

Vie de l’ARAC André Fillère nous a quittés �������������������������������������������������������������������������������������� 24 Messages suite au décès d’André Fillère ������������������������������������������������������������������� 25 Vie de l'ARAC������������������������������������������������������������������������������������������������������ 27 à 31 Le Sacré-Cœur monument historique : l’insulte faite à la mémoire des communards������������������������������������������������������������������������������������������������������� 32

P. 13.. D O S S I E R

LES FEMMES DANS LA RÉSISTANCE www.le-reveil-des-combattants.fr LE RÉVEIL DES COMBATTANTS Fondé en 1931 par Henri Barbusse et Paul Vaillant-Couturier. Mensuel de l’Association républicaine des combattants pour l’amitié, la solidarité, la mémoire, l’antifascisme et la paix. Commission paritaire n° 0723-A06545 ISSN N° 0751-6215 • Édité par les Éditions du Réveil des Combattants • SARL au capital de 45 734,41  € - Siret : 572 052 991 000 39 2, place du Méridien - 94807 Villejuif cedex Tél. 01 42 11 11 11 reveil-des-combattants@wanadoo.fr

• Tirage : 60 000 exemplaires • Directeur-gérant : Raphaël Vahé • Directeur : Patrick Staat • Rédactrice en chef adjointe : Brigitte Canévêt • Comité de Rédaction : Hervé Corzani, JeanPierre Delahaye, Laurence Gorain • Régie Publicitaire : HSP - Tél. 01 55 69 31 00 contact@hsp-publicité.fr • Administratrice : Annick Chevalier • Conception graphique - Impression : RIVET PRESSE EDITION - 24, rue Claude-Henri-Gorceix, 87022 Limoges cedex 9

(Paul Eluard) tiliser la pandémie pour poursuivre la destruction des emplois et de notre industrie plutôt que de renforcer la solidarité, les services publics, les services de santé montre à quel point la politique menée depuis 3 décennies est néfaste et tourne le dos à l’intérêt des Françaises et des Français. Alors que le nombre de chômeurs va exploser, que la pauvreté ne cesse de se développer, que l’inquiétude grandit partout en France, il est inacceptable que les grands groupes puissent à la fois profiter des aides financières de l’Etat de plusieurs milliards et annoncer des dizaines de milliers de licenciements tout en continuant de distribuer des dividendes records à leurs actionnaires. La politique menée dans notre pays, celle de la casse de la protection sociale (comme la santé, la sécurité sociale, les retraites), celle qui permet aux plus riches de profiter de la pandémie pour se réorganiser et augmenter leurs bénéfices, coupe la France en deux. D’un côté celle qui ment, triche et profite et de l’autre (l’immense majorité) celle qui souffre, s’inquiète et subit. Cette situation est contraire aux valeurs républicaines, contraire aux attentes de justice et d’égalité qui marquent notre pays depuis plus de deux siècles. Le gouvernement, sentant la colère monter, prend des mesures liberticides pour tenter de faire taire le mécontentement, veut que nous vivions muselés. Avec cette pandémie, il faut donner à chacun les moyens de se protéger et de vivre. La santé des Français doit primer sur toute autre considération y compris économique. Il faut donc stopper la casse industrielle, hospitalière française, donner les moyens à l’école et à la recherche de se développer. Renforcer la sécurité sociale, les retraites plutôt que de les détruire. Notre histoire a prouvé que quand le récipient déborde car la colère est grande, tout peut arriver. Notre histoire, comme celle de l’Europe, prouve également que le choix des possédants entre la droite et l’extrême droite n’est pas un problème pour eux quand il s’agit de protéger leur argent. Les guerres de 1870, de 14/18, de 39/45, dont chacune a montré jusqu’où peut aller le compromis politique pour la défense des intérêts des industriels au détriment des peuples : « jusqu’au fascisme », « jusqu’à la guerre ». Faire de l’état d’exception, un état permanent est une menace pour la démocratie. Le Président, minoritaire puisqu’élu sur le rejet de Marine Le Pen, renforce sans cesse son autoritarisme. Rassemblons-nous pour faire triompher notre idéal commun et engageons l’action pour mettre fin à cette spirale politique. Patrick STAAT

U

LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020

-3


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

Proposition de loi « Sécurité globale » : le Défenseur des droits dénonce des « entraves » à la liberté de la presse les restrictions envisagées concernant la diffusion d'images des agents des forces de sécurité dans l'exercice de leur fonction ». Claire Hédon, la Défenseure des droits (DDD), « demande à ce que ne soient, à l'occasion de ce texte, entravés ni la liberté de la presse, ni le droit à l'information ».

La proposition de loi sur la « sécurité globale », examinée par les députés, fait peser des « risques considérables » sur la liberté d'informer et le droit à la vie privée, a estimé le Défenseur des droits dans un avis publié le 5 novembre. Cette autorité indépendante se dit «  particulièrement préoccupée par

Le texte, déposé le 20 octobre par LREM et son allié Agir, propose notamment de pénaliser l'usage malveillant d'images de forces de l'ordre, ou tout autre élément d'identification des policiers et gendarmes en intervention, qui serait punissable d'un an de prison. Le but affiché est de mieux protéger les forces de l'ordre, victimes d'une série d'agressions, en interdisant qu'elles soient exposées sur les réseaux sociaux.

La DDD souligne de son côté que

« l'information du public et la publication d'images relatives aux interventions de police sont légitimes et nécessaires au fonctionnement démocratique ». Elle pointe également du doigt, dans ce texte, l'éventuelle possibilité de consulter les images des caméras de vidéo protection, l'exploitation en temps réel des images des caméras piétons des policiers et le recours aux drones comme outil de surveillance. Plus de 400 amendements sur la proposition de loi, dont une trentaine du gouvernement, doivent être examinés par la commission des Lois de l'Assemblée nationale, avant son passage dans l'hémicycle, à partir du 17 novembre. Source : Le Figaro avec AFP – 2/11/20

Fermeture des urgences de l’Hôtel-Dieu APHP « On verbalise ceux qui demandent le maintien d’un Hôpital en pleine épidémie ! Honte au gouvernement Macron, à Véran et à Martin Hirsch ! » En pleine épidémie Covid, nous apprenions la décision unilatérale de Martin Hirsch de fermer les Urgences de l’Hôtel-Dieu APHP et du déploiement de son personnel à l’hôpital Cochin. Alors que le gouvernement a de nouveau imposé un confinement pour raison sanitaire et annonce une augmentation du nombre de malades cette décision revient dans les faits à priver sciemment la population de centaines de lits d’hospitalisation conventionnelle immédiatement disponibles. INSUPPORTABLE !

Vendredi, une assemblée générale des personnels et un appel à venir soutenir les collègues dans le hall de l’hôpital de l’Hôtel-Dieu pour demander le maintien des Urgences en pleine crise sanitaire. 4 -

LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020

Dès 13 h 30, la centaine de personnes présente, usagers, élus de la république, syndicalistes se sont retrouvés bloqués devant les grilles cadenassées de l’hôpital hôtel-Dieu, sur ordre des directions locale et générale de l’APHP. Personne ne pouvait pénétrer dans le hall de l’hôpital. Les forces de l’ordre ont nassé les personnes présentes devant l’hôpital. Hermétiques à toute discussion, les policiers ont verbalisé, refusant même de regarder les attestations présentées. Méthode brutale et irresponsable, mais très logique venant de ce gouvernement qui poursuit le démantèlement des hôpitaux. Comme le demandait la CGT depuis le 1re vague, il faut rouvrir et réarmer des lits en aval des urgences de l’Hôtel-Dieu ; les locaux de l’hôpital s’y

Des militants de la CGT verbalisés par la police lors du rassemblement à l'Hôtel-Dieu Paris

prêtent. Rien n’a été prévu depuis des mois pour anticiper cette 2e vague. D’ailleurs la CGT avait invité des sénateurs et élus de la République qui ont pu constater que les locaux pouvaient


ACTUALITÉS LE RÉVEIL être rapidement réarmés des lits et unités, contrairement aux mensonges publics actuels, proférés par le directeur général de l’APHP, comme devant la commission sénatoriale au printemps. M. Véran n’a en fait aucune volonté d’endiguer l’épidémie, sinon il ne fermerait pas les urgences de l’Hôtel-Dieu. Il n’a aucune volonté de soigner des malades, sinon il rouvrirait sans attendre les lits de l’Hôtel-Dieu. Il n’a aucune volonté de renforcer les équipes soignantes, sinon il augmenterait tout de suite les salaires à l’hôpital pour retenir des personnels mal payés et épuisés. La fermeture temporaire des urgences de l’Hôtel-Dieu fait partie de la stratégie de Martin Hirsch pour fermer définitivement l’établissement afin de spéculer sur ce foncier d’exception au cœur de Paris.

Les coupables ne sont pas ceux qui sont venus pour défendre un hôpital, ce sont ceux qui ont ordonné les verbalisations. Ils nous font la leçon à la télévision et dans le même temps dépècent notre système de santé et ferment encore des hôpitaux. La CGT demande la levée de l’ensemble des verbalisations. La CGT ne laissera pas cet établissement public hospitalier au cœur de Paris disparaître. Il a toute sa place dans le dispositif sanitaire. Il a montré sa pertinence lors des attentats, des crises sanitaires. Le fermer alors que ces risques sont maximaux, c’est irresponsable de la part des pouvoirs publics. La CGT ne cédera pas aux tentatives d’intimidations et continuera à porter les exigences suivantes :

- la réouverture immédiate des urgences de l’Hôtel-Dieu, - la ré affection immédiate des agents au sein de leur service,

- la prise en compte du projet alternatif porté par le collectif de défense pour redynamiser cet hôpital afin de répondre aux besoins de soins au cœur de Paris.

Plus d’une centaine de maires publient une lettre ouverte à Emmanuel Macron pour réclamer « l’égalité républicaine des quartiers prioritaires » Une centaine de maires et de responsables associatifs signent une lettre ouverte à l'attention d'Emmanuel Macron pour l'alerter sur les effets de la crise sanitaire sur les quartiers prioritaires. Les signataires demandent que 1 % du plan de relance soit attribué à ces quartiers, car « ceux qui vont en payer le prix le plus fort, ce sont les gens des quartiers ». « On voit le nombre de personnes qui sont au RSA qui augmente, on voit le nombre de besoins de familles en matériel informatique pour ne pas être déconnectées de l'école », témoigne Frédéric Leturque. Un constat partagé par des responsables de plusieurs partis politiques, qui cosignent cet appel. « Nous sommes dans un moment de décrochage républicain qui peut être durable s'il n'y a pas une réaction forte », dénonce de son côté Philippe Rio, maire communiste de Grigny (Es

sonne) sur franceinfo. « La surmortalité Covid est principalement dans nos quartiers populaires », souligne l'élu. Il met en avant les conséquences de la crise sanitaire du Covid-19 pour les habitants des quartiers populaires. « Nous sommes à + 20 % de chômage environ dans nos quartiers, l'aide alimentaire a explosé entre 30, voire 50 % dans certaines communes ». Les conséquences économiques sont particulièrement dures pour les jeunes, estime Philippe Rio : « Il y a un million de jeunes sans emploi et sans formation ». « Nous sommes disponibles pour trouver des solutions », assure Philippe Rio. « Nous proposons la création d'un Conseil national des solutions composé d'élus locaux, de syndicats, d'entreprises, de pouvoirs publics », avec « des comptes-rendus mensuels parce qu'il y a urgence ». Pour le maire de Grigny, ce conseil doit avant tout per-

Philippe Rio maire de Grigny

mettre d'apporter une réponse rapide aux problèmes identifiés par les acteurs locaux. « Nous représentons 15 % de la population française », rappelle-t-il. En attendant une réaction de l'exécutif, Philippe Rio résume simplement le mot d'ordre pour les quartiers : « On va résister ». Source : FRANCEINFO – extraits – 14/11/20 LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020

-5


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

La fondation Abbé Pierre recense 300 000 SDF en France,

“UN ÉLECTROCHOC”

Dans le Journal du Dimanche, le délégué général de la Fondation Abbé Pierre alerte sur l’augmentation du nombre de personnes sans domicile fixe et redoute la reprise des expulsions à partir du 1er avril prochain. Selon les calculs de la Fondation, depuis 2012, le nombre de sans domi-

cile fixe a doublé. « Le chiffre actuel tourne autour de 300 000 SDF », affirme Christophe Robert. La Fondation a comptabilisé « environ 185 000 personnes en centres d’hébergement », « 100 000 dans les lieux d’accueil pour demandeurs d’asile » et « 16 000 personnes dans les bidonvilles ». « S’y ajoutent les sans-abri plus difficiles à quantifier », selon lui. « Nous craignons qu’une partie bascule dans la très grande précarité », alerte Christophe Robert. Car si pendant le premier confinement « tout le monde s’est mobilisé pour les personnes sans domicile », la configuration est aujourd’hui différente avec “beaucoup d’expulsions de squats et de bidonvilles ces derniers mois ».

Selon la Fondation Abbé Pierre, « avec la crise économique et le chômage de masse, beaucoup de gens risquent de ne plus pouvoir payer leur loyer ». « Et les expulsions vont reprendre à partir du 1er avril prochain. Nous devons anticiper cette bombe à retardement ». Le délégué général de la Fondation demande notamment « la création d’un fonds d’aide au paiement des loyers et des charges, doté de 200 millions d’euros ». Et en aval, « nous devons développer des solutions de logement durable », ajoute-t-il, plaidant pour la construction de 150 000 logements sociaux par an. Source : BFM.com – 15/11/20

Et revoilà la réforme des retraites La majorité du Sénat a donc avalisé en catimini le principe de la retraite à 63 ans dans le cadre d'une réforme de retraite qui devait être soi-disant remise à plus tard. Ont voté pour les droites (En Marche et LR), le RN s'étant abstenu pour ne pas avoir à se mouiller et EELV aussi, groupe qui semble acquis à l'alignement de tous les salariés sur la situation la plus négative du départ en

retraite, histoire de ne pas faire de jaloux. Seuls ont voté contre le PCF et le PS… Il s’agit à la fois de repousser progressivement l’âge légal de départ à la retraite jusqu’à 63 ans en 2025. Mais aussi d’accélérer l’allongement de la durée des cotisations pour atteindre 43 annuités dès la génération 1965

Défense Européenne :

la Ministre Allemande de la défense parle d’en finir avec « l’illusion de l’autonomie stratégique européenne »

kramp karrenbauer et Angela Merkel

6 -

LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020

La ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, a tenu des propos qui risquent de faire grincer quelques mâchoires à l’Élysée. Depuis qu’il a été élu, le président Macron n’a cessé de défendre et de promouvoir l’idée d’une autonomie stratégique européenne, estimant que l’Union européenne « ne pouvait plus

remettre sa sécurité aux seuls ÉtatsUnis ». L’an passé, M. Macron est allé plus loin en estimant, dans les colonnes de l’influent hebdomadaire The Economist, que l’Otan se trouvait en état de « mort cérébrale » en raison de l’activité de la Turquie en Syrie et de l’attitude des États-Unis. Et, selon lui, le contexte


ACTUALITÉS LE RÉVEIL international marqué par la « montée en puissance de la Chine ainsi que par le « virage autoritaire de la Russie et de la Turquie » rend plus que jamais « essentiel » le fait que l’Europe doit « se doter d’une autonomie stratégique et capacitaire sur le plan militaire. » En février, lors d’un discours prononcé devant les stagiaires de l’École de guerre, Emmanuel Macron a proposé un « dialogue stratégique » aux partenaires européens de la France afin d’évoquer le « rôle de la dissuasion nucléaire française dans notre sécurité collective », étant entendu que les forces stratégiques françaises « jouent un rôle dissuasif propre, notamment en Europe » et « renforcent la sécurité de l’Europe par leur existence même et, à cet égard, ont une dimension authentiquement européenne. » Dans le même temps, la France a plaidé la cause du Fonds européen de défense [FEDEF] et de la coopération structurée permanente [CSP] lors des négociations sur le cadre pluriannuel financier de l’Union européenne [CPF]. Pour rappel, l’objectif était alors de faire émerger une base industrielle et technologique de défense européenne [BITD-E] afin de réduire la dépendance à l’égard des États-Unis dans le domaine de l’armement. Seulement, en juillet, les 27 décidèrent de revoir cette ambition largement à la baisse, en la divisant par deux ! Même si elle a accepté de conduire trois grands programmes d’armement avec la France [Système de combat aérien du futur, char de combat du futur et renouvellement des capacités de patrouille maritime], l’Allemagne a toujours soutenu que l’Otan resterait la pierre angulaire de sa politique de défense. Aussi, elle a parfois donné le sentiment d’accueillir les propos de M. Macron sur l’autonomie stratégique européenne avec une certaine circonspection. Par exemple, la chancelière allemande, Angela Merkel, s’était démarquée du président français lors de sa sortie sur la « mort cérébrale de l’Otan ». En effet, avait-elle dit, « je ne pense pas qu’un tel jugement intempestif soit nécessaire, même si nous avons des problèmes, même si nous devons nous ressaisir. » Et de pointer des « termes radicaux qui ne correspondent pas à

A. Merkel et D. Trump

mon point de vue au sujet de la coopération au sein de l’Otan. » Quant à l’offre de dialogue stratégique, elle fut accueillie avec scepticisme à Berlin, même si Mme Merkel eut l’occasion d’affirmer, en mai 2018, que « le temps où l’on pouvait compter tout simplement sur les États-Unis pour nous protéger est révolu » et que « l’Europe devait prendre son destin elle-même en main. » En réalité, et à en juger par les propos tenus à l’époque par Mme Kramp-Karrenbauer, certains responsables allemands auraient voulu que la dissuasion française fût placée sous commandement européen… En outre, la ministre allemande avait aussi plaidé en faveur d’un « porte-avions européen commun » qui aurait été… le « Charles de Gaulle » [ou son successeur]. Quoi qu’il en soit, dans un texte publié [en anglais] par le site Polito. eu, Mme Kramp-Karrenbauer n’y est pas allée par quatre chemins. Si elle plaide effectivement pour la poursuite du « renforcement des capacités militaires allemandes [et européennes] » parce que « les États-Unis ne pourront pas porter seuls la bannière des valeurs occidentales », elle a écrit que « les illusions d’autonomie stratégique européenne doivent cesser » car les « Européens ne pourront pas remplacer le rôle crucial de l’Amérique en tant que “fournisseur” de sécurité. »

Ainsi, a justifié la ministre allemande, les États-Unis et l’Europe « doivent accepter pleinement les réalités de la dissuasion nucléaire américaine continue sur le continent européen » et cela signifie que Washington doit maintenir le Vieux Continent « sous son parapluie nucléaire dans un avenir prévisible ». Et d’ajouter : « L’Allemagne, pour sa part, doit prendre d’urgence la décision de rester dans les plans nucléaires de l’Otan et d’affecter rapidement les moyens budgétaires et militaires nécessaires afin de rester un partenaire nucléaire fiable. » En clair, il s’agit d’aller de l’avant dans le projet d’acquérir des F/A-18 Super Hornet américains pour remplacer les chasseurs-bombardiers Tornado et permettre ainsi à la Bundeswehr de mettre en œuvre la bombe nucléaire tactique B-61 que les États-Unis mettent à la disposition de l’Alliance selon le principe dit de la « double clé ». « Dans un monde marqué par une concurrence accrue pour le pouvoir, l’Occident ne pourra rester ferme et réussir à défendre ses intérêts que tant qu’il restera uni », a par ailleurs fait Kramp-Karrenbauer. Et valoir Mme  cela passe, de son point de vue, par un lien transatlantique « fort ». Source : OPEX360.COM – L. Lagneau – 03/11/20 LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020

-7


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

Pour une juste répartition des fruits du travail

régler son compte au régime économique libéral Alors que la constitution de notre pays prévoit que chaque citoyenne et chaque citoyen a le droit de manifester pour exprimer son désaccord sur des actes ou une politique qu’il considère comme inacceptable, il arrive très souvent que des manifestations soient réprimées par des violences policières. D’où les protestations justifiées que nous connaissons couramment. Mais il est d’autres violences qui ne sont pas prises en considération par le grand public, mais seulement par quelques citoyens et citoyennes et par des représentants syndicaux pour certaines d’entre elles. C’est tout d’abord la violence dans la répartition des produits du travail. Faire travailler les gens sans les rétribuer en fonction de la valeur de leur travail, c’est en fait exercer sur eux une grande violence. Nous sommes nombreux à regretter que les travailleurs et travailleuses concernés ne réagissent pas plus massivement. Et pourtant ils vivent cette violence de plus en plus fortement puisque aujourd’hui la répartition des fruits du travail qui leur revient est en baisse constante. Il faut bien pouvoir manger et assumer les factures les plus déterminantes pour rester dans son logement. Or les tenanciers des grandes surfaces commerciales et leurs actionnaires profitent sans vergogne de la partie la plus importante des profits du travail. C’est ce qui est appelé l’accentuation des inégalités qui résulte du système économique libéral. 8 -

LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020

Cette inégalité est d’autant plus révoltante que les individus richissimes emploient des moyens inimaginables pour échapper à la juste redistribution des richesses, protégeant leurs capitaux en les déclarant à l’étranger et en les plaçant dans des paradis fiscaux. Autre forme de violence vers ceux qui touchent un salaire minimal ou sont au chômage et qui ne parviennent pas à boucler leurs fins de mois et qui voient des milliards d’euros dissimulés de cette manière. Nous vivons tous les jours ces violences mais ceux qui tiennent les médias et les pouvoirs s’arrangent pour noyer cette violence dans la mise en évidence d’autres situations pour empêcher la population d’en prendre conscience et d’exprimer sa colère. Nombreux sont les philosophes, historiens, écrivains, hommes politiques courageux qui dénoncent ces faits dans des ouvrages ou dans des articles de presse mais ils ne sont pas placés sous les projecteurs de l’actualité. Et laisser dans l’ombre, ils s’efforcent de suggérer à tout un chacun de combattre individuellement cette situation au plan local. Cette initiative n’est pas inutile, c’est une démarche positive qu’il faut soutenir, mais elle n’encourage pas la population à revendiquer concrètement l’abandon de la gestion économique libérale de la société, car c’est là le problème fondamental de la situation. Il faut entrer en action collectivement tous ensemble contre ce régime économique qui favorise

les riches et défavorise les pauvres, tout en agissant par soi-même pour contribuer à l’éradiquer. Il faut instaurer par la voie de l’action collective populaire massive, une régulation juste de la répartition des richesses, il faut obtenir en fait un changement de société. Pourquoi action collective populaire massive, parce qu’il ne faut pas compter sur les riches pour accepter la logique de partage des richesses. Ceux qui l’acceptent aujourd’hui sont très rares et très souvent ils finissent par baisser les bras. Quant aux hommes politiques, c’est la même réaction. On l’a vu avec ce président de la République qui avant les élections s’est affirmé l’adversaire de la finance, abandonnant une fois élu cette affirmation. Et sur le plan des grandes décisions positives, il faut se souvenir que c’est la révolution de 1789, celle de 1848, la Commune de 1871, le front populaire en 1936, le programme du Conseil National de la Résistance en 1944-1945, les grands mouvements de mai-juin 1968 qui nous ont procuré des avancées certaines dans la vie économique, politique et sociale de la République et de la Nation. Aujourd’hui, c’est notre peuple qui doit régler son compte au régime économique libéral, sans se laisser anesthésier par la nécessaire action pour se protéger contre la COVID 19. Paul Markidès Vice-Président National de l’ARAC 19-11-2020


INTERNATIONAL LE RÉVEIL

USA

Joseph Biden 46e Président des Etats-Unis

Les américains ont tranché et le rejet de Trump, principal argument de campagne de Biden a fonctionné. Après un décompte laborieux des bulletins, les médias ont annoncé la victoire du milliardaire démocrate. Mais le matamore de la Maison-Blanche a conforté son électorat et gagné plusieurs millions de voix en jouant sur la peur et le populisme. La campagne de la présidentielle s’est déroulée dans un climat de tension et de haine rarement égalé. Le pays en sort fracturé. Trump avait annoncé contester le résultat final sous prétexte de « triche » massive orchestrée par les démocrates. Conséquence immédiate : une partie de l’électorat s’est radicalisée. La population s’est ruée sur les ventes d’armes qui ont explosé (+ 52 %). Les milices fascistes et suprématistes blanches ont organisé des meetings et ont pavoisé les armes à la main aux côtés des policiers n’hésitant pas à tirer, en toute impunité, sur les manifestants de Black Lives Matter (La vie des noires compte). En octobre dernier, un groupe d’extrême droite a été arrêté par le FBI. Il voulait « libérer le Michigan »

et enlever la gouverneure démocrate Gretchen Withmer. Il souhaitait également, selon l’agence fédérale, déclencher une « guerre civile ». La crise sanitaire et la gestion calamiteuse de la pandémie du coronavirus n’ont rien arrangé au climat délétère qui règne aux Etats-Unis. Elle affecte en premier lieu les plus pauvres, les minorités et les travailleurs sans diplôme, en gangrénant les blessures anciennes. L’Amérique, ou plutôt l’Amérique du nord, est écartelée au point que certains parlent de « guerre civile froide », comme un parfum de guerre de Sécession, il y a 150 ans. Quel choix pouvaient faire les Américains ? Ils devaient choisir entre un vieux milliardaire d’extrême droite, menteur et dangereux et un vieux milliardaire affichant des avancées consenties à Bernie Sanders et à l’aile gauche du parti Démocrate, sur la sécurité sociale, l’immigration, la pauvreté, mais avec un programme vide de toutes pro-

Joseph Biden et Kamala Harris

positions et n’inquiétant surtout pas les intérêts des banquiers de Wall-Street. La suite est à écrire pour remettre le pays d’aplomd d’autant que le nouveau président ne dispose pas d’une majorité nette au Sénat et que le camp Trump s’organise. Le manque d’alternatives crédibles entre parti Démocrate et parti Républicain se fait gravement ressentir. JP Delahaye

Elections américaines

Entre droite et extrême droite

Au lendemain d’une élection au résultat très serré, le syndicaliste Chris Townsend, fortement engagé dans le mouvement progressiste états-unien, a confié au quotidien l’Humanité (5 novembre 2020), son analyse. Extraits Le candidat démocrate a mené délibérément une campagne insipide, sans aspérité, en essayant d’écarter tout sujet qui pourrait décourager un vote sanction de Trump, y compris chez les électeurs républicains les plus conservateurs.

Biden-Trump

Sur tous les sujets sensibles du moment, Biden a été incapable d’avancer des propositions suffisamment convaincantes pour rassembler la

classe moyenne et les salariés travailleurs. Dans le monde dans lequel j’évolue, celui des syndicats, nous avons eu les pires difficultés à nous faire entendre sur le fait que le bulletin Biden devait s’imposer. Pourtant, toute la direction de l’AFL-CIO était sur cette ligne. (…) la question de la transformation du système de santé constituait sûrement la plus grosse épine dans le pied LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020

-9


LE RÉVEIL INTERNATIONAL de Trump. Et pourtant, Biden n’a pas vraiment réussi à en profiter. Il faut une refonte complète du système comme le propose Bernie Sanders lorsqu’il invoque « Medicare for All », un système d’assurance-santé public qui s’émancipe de la férule des assurances privées et ouvre à une couverture universelle pour les citoyens, quels que soient leurs revenus. Tout au plus promet-il d’améliorer l’Obamacare, c’est-à-dire une réforme écrite de bout en bout par le lobby des assurances privées, consistant à mettre en place un crédit d’impôt pour que, vaille que vaille, davantage

de personnes puissent se couvrir. Autrement dit : un soutien public qui profite surtout aux gros assureurs. C’est bien au-delà qu’il faut aller. Les membres de la campagne Biden ne l’ont pas compris. Pis, ils ont refusé avec la dernière énergie d’intégrer les propositions de Sanders (…) (…) En Europe, vous avez, semble-t-il, aimé cultiver l’image d’une société politique états-unienne qui évolue en permanence autour du centre droit. Ce n’est plus vrai au moins depuis Nixon. Aujourd’hui, l’opposition passe entre

la droite (Biden) et l’extrême droite (Trump) (…). (…) Il y a eu déjà de nombreuses tentatives de création d’une troisième formation, d’un parti du travail. Dans le passé, ces tentatives ont échoué. Pour une raison simple : notre système n’est pas démocratique. L’argent joue un rôle bien trop déterminant. Si vous n’en avez pas, vous n’existez pas. Des milliardaires comme le républicain Donald Trump ou le démocrate Michael Bloomberg sont propulsés tout en haut de l’échelle décisionnelle. Et le jeu démocratique est faussé (…)

Le trumpisme n’est pas mort

Comme tous les présidents américains nouvellement élus, Biden a promis, dès l’annonce des résultats, de rassembler la nation au-delà des clivages politiques « Je travaillerai aussi dur pour les Américains qui n’ont pas voté pour moi que pour ceux qui m’ont soutenu » a-t-il déclaré au lendemain de son élection. Mais une fois installé dans le bureau ovale, Biden, bien qu’élu avec plus de 76 millions de voix, rencontrera de nombreux obstacles. Car la défaite de Trump ne signifie pas la fin du trumpisme. Malgré une profonde crise en pleine année électorale, Trump a fait mentir tous les observateurs, sondeurs, médias et politiciens. Il a endigué le soi-disant « raz-de-marée démocrate » Une vague bleue qui devait tout emporter sur son passage. L’ex-locataire de la Maison-Blanche a recueilli environ 72  millions de voix, 9 millions de plus qu’en 2016. Il rem-

porte des États-clés haut la main. Il élargit sa base, curieusement en fin de mandat, avec 4 points de plus qu’en 2016 auprès des Noirs et Hispaniques. Dans ce contexte, « populisme socio-économique, conservatisme culturel, nationalisme et non-interventionisme vont perdurer dans un parti républicain où les modérés sont devenus minoritaires » estime Marie-Christine Bonzom, politologue spécialiste des Etats-Unis, journaliste à Voice Of America, dans les colonnes de Ouest France.

Le trumpisme a encore de beau jour devant lui !

D’autant que, côté démocrate, l’aile gauche incarnée par Bernie Sanders qui a contribué à porter Biden au pouvoir au nom du « Tout sauf Trump » attend un retour sur investissement, en termes de priorités de politique intérieure et extérieure ainsi que de distribution de

D. Trump

postes à responsabilité dans la future administration. Le sénateur du Vermont annonce déjà un ordre du jour dans les prochaines semaines qu’il entend voir adopté dans les 100 premiers jours de la présidence Biden. Autant de points de crispations qui pourraient attiser et cristalliser les tensions… Si les Républicains gagnaient les deux sénatoriales de Géorgie restant à conclure en janvier, Biden entamerait son mandat affaibli, forcé à la cohabitation avec un Sénat qui pourrait le contraindre à l’impuissance en bloquant toutes tentatives de réformes. La partie n’est pas terminée ! JPD

Arménie

Solidarité avec le peuple Arménien Après six semaines d’agression militaire, de bombardements et d’exactions contre les républiques d’Artsakh et d’Arménie, l’Azerbaïdjan, armé en partie par Paris, Moscou, Ankara et Tel-Aviv, vient de reprendre le contrôle de plusieurs districts (Agdam, Gazakh, Kelbajar). Le cessez-le-feu a été ratifié sous l’égide de Moscou Après cette signature, une foule de manifestants en colère a envahi le siège du gouvernement arménien à Erevan, 10 - LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020

dénonçant cet accord qui entérine une victoire militaire de l'Azerbaïdjan. Depuis la fin septembre, les affronte-

ments les plus sanglants depuis près de trente ans opposaient séparatistes arméniens du Karabakh et armée azer-


INTERNATIONAL LE RÉVEIL baïdjanaise. L'Azerbaïdjan entend reprendre le contrôle du Karabakh qui a fait sécession, devenant de facto indépendante au début des années 1990 et à l'issue d'une guerre qui fit plus de 30 000 morts. Peuplé aujourd'hui quasi-exclusivement d'Arméniens, ce territoire était rattaché à l'Azerbaïdjan à l'époque soviétique mais est considéré par les deux pays comme une partie intégrante de leur histoire.

Immédiatement la Russie a déployé près de 2 000 « soldats de la paix » pour assurer le respect du texte. Cet accord prévoit notamment que l'Azerbaïdjan reprenne le contrôle de plusieurs districts qui lui échappaient. Un corridor terrestre sera maintenu entre les territoires encore sous contrôle séparatiste et l'Arménie.

Le bilan humain, amplement sous-estimé, est terrible puisqu’il fait état de 1 300 morts et d’un exode massif des civils. Il pourrait en réalité y avoir plu-

sieurs milliers de morts de chaque côté. Le nettoyage ethnique est à l’œuvre, avec sa brutalité sanguinaire, exacerbé par le nationalisme criminel du président Ilham Aliev : « J’avais dit que nous chasserions [les arméniens] de nos terres comme des chiens et nous l’avons fait » a-t-il martelé, traitant aussi le Premier ministre arménien de « lâche » pour ne pas avoir signé la déclaration commune devant des caméras. Dans les circonstances présentes, le peuple arménien a besoin d’une solidarité large et massive des peuples et des forces progressistes. La guerre menée par le duo turco-azérie a aggravé les tensions régionales, les ressentiments nationalistes, chassé de leur terre les Arméniens et ne règle en aucun cas le conflit. La paix ne peut pas s’appuyer sur cette occupation. Ne revient-il-pas aux Nations-Unies et à son Conseil de sécurité, d’assurer la protection inter-

nationale des populations arméniennes et de conduire une diplomatie offensive respectant les droits des peuples ? Quant au gouvernement Macron de nombreux observateurs estiment qu’il a gravement fait défaut l’amitié qui lie historiquement la France au peuple arménien. Il s’est enfermé dans une pseudo neutralité alors qu’il a, lui aussi, armé les deux belligérants. La diplomatie française doit s’engager résolument pour un véritable retour à la paix. JPD

Pacte commercial en Asie Pacifique La Chine, l’Asean et des pays du Pacifique signent le plus grand pacte commercial au monde Quinze pays d'Asie et du Pacifique ont signé, mi-novembre, un important accord commercial, à l'occasion de la clôture d'un sommet virtuel de l'Asean. Initié par Pékin, ce sera l’accord marchand le plus important du monde, regroupant notamment la Chine, le Japon, la Corée du Sud et Singapour. Il concernera plus de 2 milliards d’habitants et vise à créer une gigantesque zone de libreéchange entre les 10 états de l'Association des nations du sud-est asiatique (Asean) - Indonésie, Thaïlande, Singapour, Malaisie, Philippines, Vietnam, Birmanie, Cambodge, Laos et Brunei et la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. «  Je suis heureux qu'après huit années de négociations complexes, nous

puissions terminer officiellement aujourd'hui les négociations », a déclaré le Premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc, dont le pays assure la présidence tournante de l'ASEAN. Ce pacte, dont l'idée remonte à 2012, est considéré comme la réponse chinoise à l’initiative américaine du Traité de libre-échange transpacifique, aujourd'hui abandonné.

de l’Asean. Ils espèrent beaucoup de ce traité, qui devrait leur permettre de booster leurs économies en rendant leurs produits moins chers à l'exportation, et en facilitant la vie de leurs entreprises via une harmonisation des procédures. L'accord comprend également la propriété intellectuelle, mais exclut tout ce qui touche à la protection des travailleurs et à l'environnement.

La signature de ce document intervient dans un contexte de forte crise économique en raison de l'épidémie de Covid-19 pour les dix membres

Ce pacte commercial est également largement considéré comme le moyen pour la Chine d'étendre son influence dans la région et d'en déterminer les règles, après des années de passivité de la part des États-Unis, notamment pendant la présidence Trump. En janvier 2017, ce dernier avait retiré son pays du grand projet concurrent, le Traité de libre-échange transpacifique (TPP), promu par son prédécesseur démocrate Barack Obama. Le président-élu Joe Biden pourrait se montrer plus engagé dans la région.

Il « consolide les ambitions géopolitiques régionales plus larges de la Chine autour des nouvelles routes de la soie  », analyse Alexander Capri, professeur à la Business School de l'Université Nationale de Singapour. « C'est en quelque sorte un élément complémentaire de cet instrument-phare de la stratégie d'influence de Pékin sur le monde. »

LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020 - 11


LE RÉVEIL INTERNATIONAL

Des substances biochimiques ont été introduites en Corée du Sud par les forces américaines

Les forces américaines déployées en Corée du Sud ont fait entrer, à trois reprises entre 2017 et 2019, des substances biochimiques dans le pays, après l’introduction du bacille du charbon dans la péninsule en 2015. C’est ce qu’on apprend dans un document déposé, dans le cadre de l‘audit parlementaire, à la commission des Affaires étrangères et de la Réunification, par une association civile réclamant le démantèlement du laboratoire de microbes de l’armée américaine, situé au port de Busan. Selon le texte, les GIs basés dans le pays du matin clair ont in-

troduit, le 9 novembre 2017, le 15 octobre 2018 et le 9 janvier 2019, des échantillons de trois substances, dont l’anatoxine botulinique et l’anatoxine de staphylocoque. L’association soupçonne que ces matières, destinées à des tests d’armes biologiques, soient susceptibles d’être activées, vu un passage intitulé « live agent test » du projet Jupiter, qui fait partie du plan bactériologique de l’armée US. De son côté, la ministre sud-coréenne des Affaires étrangères, Kang Kyung-wha, a expliqué qu’il s’agissait simplement d’anatoxines, c’està-dire des substances ne contenant pas

d’éléments toxiques couramment utilisés dans les secteurs médical et industriel. En vertu de l’accord sur le statut des forces américaines en Corée du Sud (SOFA), ces dernières ne sont pas obligées d’informer Séoul de l’introduction de ces produits. La cheffe de la diplomatie a par ailleurs fait savoir que les responsables du pays de l’oncle Sam installés en Corée du Sud avaient déclaré, l’année dernière, qu’ils ne feraient plus entrer les substances incriminées, afin de ne plus inquiéter la population locale. (KBS World Radio, le 09-10-2020)

Opération de l’US Navy dans le détroit de Taïwan

Un navire de guerre américain a mené une opération dans le détroit de Taïwan. L’annonce a été faite par l’US Navy. La Chine dénonce une provocation. (Radio Vatican le 15-10-2020) La marine américaine a confirmé que le USS Barry, un destroyer de classe Arleigh-Burke qui dépend de la VIIe Flotte, était passé dans le détroit de Taïwan du sud au nord. La flotte américaine a révélé l’information sur Twitter, parlant

d’une manœuvre de routine qui démontre l’engagement américain pour une région Indo-Pacifique libre et ouverte. L’information a également été confirmée par le ministre taïwanais de la Défense. Notons que c’est le dixième passage de navires

américains dans le détroit de Taïwan cette année, la dernière occurrence remontant au 31 août dernier, date qui coïncidait avec l’arrivée d’une importante délégation tchèque à Taïwan.

(Radio Taïwan international, le 15-10-2020)

Pour que votre univers reste lumineux • ENTRETIEN D’IMMEUBLES • REMISE EN ÉTAT • TOUS DÉBARRAS • NETTOYAGE PARKING • NETTOYAGE VITRES

Entreprise de Propreté et de Services

56, rue Louis Blanc • 75010 PARIS • Tél. : 01 46 07 53 17 • Fax : 01 42 05 97 88 • Email : scotnet@scotnet.fr 12 - LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020


LE CAHIER MÉMOIRE N° 867 DÉCEMBRE 2020

LES FEMMES DANS LA RÉSISTANCE ces partisanes ne reçurent pas un accueil enthousiaste car pour beaucoup la guerre est une affaire d’hommes.

Charlotte Delbo

Danielle Casanova

Quel fut le degré d’implication des femmes dans la Résistance ? Pendant longtemps dans l’historiographie officielle elles sont bien souvent absentes et leur rôle a été quelque peu éclipsé par rapport à l’action clandestine masculine. Peu de femmes furent enrôlées dans les maquis, à part quelques individualités et quelques militantes proches du PCF affiliées particulièrement aux F.T.P.,

Exceptées ces combattantes, dans ce conflit, les femmes sont omniprésentes partout, exerçant des activités et des tâches multiples. Résistance des ménagères dans de nombreuses manifestations, femmes embauchées dans les usines, travaillant dans les champs ; femmes agents de liaison assurant un travail de secrétariat, dactylos pour l’élaboration de journaux, de tracts (importance de la propagande). Femmes qui hébergent des prisonniers de guerre évadés ou qui favorisent leur évasion. Femmes portant l’uniforme au sein de la France libre. Femmes emprisonnées ou déportées dans les camps où elles firent preuve d’un courage peu commun et d’une résistance exemplaire pour ne pas parler. Dans cette modeste recherche, il est tout à fait légitime de leur rendre l’hommage qui leur est dû, d’autant que la plupart d’entre elles n’ont jamais mis en avant leur action dans la Résistance, manifestant beaucoup de réserve, de discrétion et d’humilité.

A Droite sur la photo Joséphine Baker en 1942

Après la défaite, très souvent, les femmes ont été les premières à braver l’occupant. Au début, ce sont des gestes anodins comme tracer des

Édité par le Réveil des combattants - 2 place du Méridien - 94807 Villejuif - Tél. 01 42 11 11 11

croix de Lorraine sur les murs, arracher les affiches posées par les armées allemandes. Mais peu à peu, l’action clandestine va s’organiser, des réseaux et des mouvements vont se créer.

Les femmes résistantes

Comment s’implique-t-on dans la Résistance  ? Le recrutement se fait généralement par relation, dans le cercle familial, quelquefois, c’est le hasard qui favorise l’adhésion, c’est aussi le besoin de dire non à l’occupant. Les tâches dévolues aux femmes dans la Résistance sont multiples. Dans l’action clandestine, essentiellement un rôle d’assistance sociale, du secrétariat mais surtout une grande part est consacrée à la propagande avec l’élaboration et la diffusion de journaux clandestins.


LE RÉVEIL DOSSIER

Femmes FTP MOI

Le métier d’assistante sociale va prendre une certaine ampleur à l’occasion du conflit, elles sont 9 000 avant la guerre et nombreuses sont celles qui vont se lancer dans l’action clandestine liée à la Résistance, par exemple l’aide matérielle et morale aux familles des prisonniers de guerre, la visite des prisons est l’occasion d’acheminer des colis. Le travail de secrétariat, plutôt destiné aux femmes contribue à l’effort de guerre : fonction de standardiste téléphonique en vue d’espionnage. Près

de 2000 femmes sont employées au codage et décodage des messages secrets, les connaissances linguistiques peuvent s’avérer très utiles. Ainsi, la sœur de Jean MOULIN, Laure, aide son frère à déchiffrer des documents ultrasecrets. Femmes qui travaillent dans les transmissions, agents de liaison, certaines recueillent des renseignements pour les divers services secrets (BCRA, 2e Bureau, Intelligence Service) ; c’est une activité périlleuse qui demande beaucoup de rigueur, de sérieux et de prudence. D’autres femmes font de la résistance dans le cadre de leur travail, elles fournissent des cartes d’alimentation aux réfractaires qui ont pris le maquis. Des secrétaires de Préfecture communiquent aux organisations de résistance des papiers secrets de la police allemande, ou des tampons destinés à la fabrication de fausses cartes d’identité. Des femmes dirigent les comités locaux d’aide aux réfractaires ou militent dans les C.A.D. (Comités d’action contre la déportation). Des femmes travaillent dans des dépôts militaires, assurant la maintenance : cuisine, intendance, lingerie, entretien des véhicules, cela contribue indirectement à l’effort de guerre.

« Libération Sud » (informer en dénonçant les mensonges de Vichy et de l’occupant), Geneviève de GAULLE pour le réseau du « Musée de l’homme » Défense de puis au comité de «  France » (ce dernier comprend 1/3 de femmes). Les rédactrices ne sont pas toujours des intellectuelles, ce sont des mères de famille, des épouses de prisonniers, des ouvrières, des employées avec l’aide des syndicats. Tracts qui dénoncent la pénurie de ravitaillement et les mesures de répression. La publication, le transport et la diffusion de cette presse clandestine représentent beaucoup d’habilités, de courage, de disponibilité, d’ingéniosité, sans parler du danger encouru car les journaux clandestins étaient sanctionnés au même titre que la Résistance armée, les risques étaient énormes. Enfin dans le domaine de la propagande, il faut mentionner l’impact de la radio, une journaliste farouchement anti-nazie Geneviève TABOUIS, exilée à Londres se rend célèbre par ses éditoriaux véhéments contre l’occupation allemande.

Mais une grande part de l’action clandestine est consacrée à la propagande, ce sont surtout les femmes qui tapent à la machine, polycopient, dactylographes, linotypistes en vue de l’élaboration de tracts, de bulletins, de journaux clandestins. La Résistance recrute la majorité de ses messagers chez les femmes, elles ont plus de facilité pour se déplacer (courses), il faut souligner l’utilisation bien utile de la bicyclette. Les femmes participent donc à l’impression des journaux, responsables de la diffusion mais aussi rédactrices ou cofondatrices comme par exemple avec « Défense de la France » et « Combat » (au début « Combat » : 12 feuillets distribués). Marie-Madeleine Fourcade au centre de la photo

14 - LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020

Lucie AUBRAC pour le mouvement

Les femmes dans la résistance


DOSSIER LE RÉVEIL

La résistance des ménagères : la protestation féminine

Martha Desrumaux

Une des premières formes de résistance féminine fut celle des ménagères, car

l’obsession, c’était de pouvoir nourrir sa famille. Avec les lois draconiennes imposées par les autorités d’occupation, des manifestations de femmes se généralisent pour protester contre ces restrictions alimentaires, fidèles à leur histoire (en 1789, la marche des femmes sur Versailles pour réclamer du pain). Comme la situation se dégrade, il arrive que les ménagères menacent préfectures et mairies pour obtenir plus de denrées alimentaires. La presse clandestine féminine encourage le mouvement : « les femmes françaises » dans la zone Nord, « la voix des femmes » dans la zone Sud. Des organisations comme l’U.J.F.F. (Union des jeunes filles de France) d’obédience communiste mettent l’accent sur les difficultés de la vie quotidienne et favorisent cet esprit de résistance tout en dénonçant la désin-

formation de Vichy. Spontanément, les femmes manifestent devant les magasins vides comme à Belfort en 1942 face aux soldats allemands. A Montluçon des femmes se couchent sur les voies ferrées en guise de protestation. A Paris, rue de Buci un magasin soupçonné de faire du marché noir est pillé. L’instigatrice de cette fronde, Madeline MARZIN est arrêtée, elle arrive à s’évader lors de son transfert à Fresnes à Rennes, elle rejoindra un groupe de F.T.P. Une autre forme de résistance consiste à obtenir le retour des prisonniers de guerre et le droit d’envoyer des colis. Le tri et l’expédition de ces colis vers les stalags mobilisent des milliers de femmes, très volontaires, d’un grand dévouement (chaque prisonnier pouvait recevoir un colis tous les 2 mois et un paquet-poste mensuel).

Les femmes dans la France libre En juillet 1940, pour le général de GAULLE et la France libre se pose un véritable dilemme. Il préconise que ceux qui ont répondu à son appel rejoignent une unité combattante plutôt que de rester à Londres pour assurer l’intendance. S’inspirant du modèle anglais où les femmes participent à l’effort de guerre, de GAULLE malgré les réticences de quelques officiers va se montrer réaliste et pragmatique, car sa préoccupation c’est la question des effectifs. Après de longues négociations, une initiative va déboucher sur la création en novembre 1940 du corps auxiliaire féminin des F.F.L. dirigé par Simone MATHIEU. Se trouvant en Angleterre depuis avril 40, elle se rallie à la France libre dès le 19 juin et demande à participer activement à l’action des F.F.L.

C’était la personne idéale pour former et commander la 1re unité féminine de l’armée française. L’ouverture d’un bureau de recrutement est décidée  : 100 volontaires, l’effectif va progresser passant de 100 à 500 recrues. Pour s’engager, il fallait avoir entre 21 ans et 45 ans, accepter de commencer à servir comme simple soldat de 2e classe sans tenir compte de la classe sociale ou du degré d’instruction. Ces femmes sont vêtues du même uniforme kaki avec l’écusson « France », le calot remplace la casquette. Les premières engagées sont envoyées pendant 3 semaines dans un camp d’entraînement anglais pour effectuer leur classe (règlement, corvées, entraînement au tir au fusil). Les 3 officiers du corps féminin, le lieutenant Simone MATHIEU et les 2 sous-lieutenants doivent effectuer

Les volontaires féminines de la France libre dès 1941

un stage à l’école des cadettes britanniques. La première unité féminine de l’armée française s’installe dans une caserne improvisée. Elles servent dans les 3 armes avec des attributions multiples. Dans l’Etat-major, elles peuvent être dactylos, secrétaires, plantons, d’autres sont conductrices ambulancières, chauffeurs d’officiers, estafettes LE RÉVEIL -N° 867 - DÉCEMBRE 2020 - 15


LE RÉVEIL DOSSIER

De Gaulle et les Volontaires francaises à Londres

motocyclistes, elles s’occupent également dans les services du matériel, de l’intendance. Certaines sont médecins, chirurgiens, on peut même trou-

ver des pilotes auxiliaires de l’air pour les convoyages. Partout, elles peuvent ainsi remplacer les soldats ou sous-officiers qui combattent. Des femmes de tous les horizons France, Empire et même Amérique du Nord vont rejoindre Londres. Dans le courant de 41, cette expérience fut considérée comme positive, les femmes avaient fait leur place dans les F.F.L., elles vont participer aux campagnes de libération en Afrique du Nord en France sans être combattantes. L’exemple le plus emblématique de cet engagement, ce fut celui de Joséphine BAKER. Née aux Etats-Unis, elle épouse un français, devient citoyenne française. Après la défaite, elle s’engage dans la

France libre. C’est comme sous-lieutenant du F.F.A. (auxiliaires féminines de l’air) qu’elle débarque en Provence, suit la 1re armée française jusqu’en Allemagne. Très populaire auprès des soldats car elle multiplie les galas pour ceux du front. En 1946, elle reçoit la médaille de la Résistance et la Légion d’honneur. Au terme du conflit, ce corps féminin représente plus de 4 000 femmes. Cette implication féminine va favoriser une évolution décisive pour les femmes, le droit de vote leur sera accordé par l’Assemblée consultative provisoire en avril 1944. Elles voteront pour la 1re fois aux élections municipales en avril 1945.

Les femmes au combat Certaines résistantes avaient souhaité s’engager dans des organisations militaires ou paramilitaires. La guerre étant l’affaire des hommes, comme il était souvent rappelé, cette initiative ne connut pas un enthousiasme délirant. De GAULLE lui-même n’y était pas trop favorable. Peu de femmes se sont engagées dans les maquis les armes à la main, à plein temps, hormis des militantes communistes ou affiliées à des organisations proches du PCF comme les F.T.P. Pour une femme, il est bien difficile de s’imposer dans les maquis. Comment connaître le nombre, l’importance des femmes qui combattent dans l’action directe, combien de femmes anonymes dans les combats ? Dans l’historiographie de la Résistance, on ne retiendra que le nom de quelques-unes, assez rares, qui avec l’accord des chefs de la Résistance ont obtenu quelques responsabilités comme Claude GERARD (son vrai prénom est Georgette, Claude cela fait plus masculin !). Elle devient chef de maquis grâce à sa formation (diplômée mécanique). Elle travaille en usine d’armement, elle rejoint Lyon durant l’exode, dès 1940, elle contacte les services de renseignements. A la fin 41, elle entre à « Combat » puis après la constitution

16 - LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020

des M.U.R., en novembre 1943, elle deviendra chef de maquis dans 7 départements avec 5 000 maquisards sous ses ordres. Arrêtée en mai 44, emprisonnée à Limoges, elle sera sauvée par les F.F.I. qui cernent la prison.

Marie-Madeleine FOURCADE chef du réseau « Alliance », participe à la fondation de l’une des premières organisations de résistance qui devient rapidement un réseau de renseignements militaires destinés à Londres. Elle a aussi du mal à s’imposer en tant que femme, laissant croire à Londres qu’elle était un homme. MM FOURCADE se révèle une extraordinaire organisatrice, qui à la fin de la guerre dirige un énorme réseau de 3 000 membres dont 700 femmes. A l’actif du réseau, le relevé de rampes de lancement des armes secrètes, des informations sur le mouvement des escadrilles, des navires de ravitaillement et des sous-marins dans l’Atlantique. Ce réseau « Alliance » très efficace est surnommé « Arche de Noé » par les Allemands (plusieurs membres ont pris le nom d’animaux !). M.M. FOURCADE changeant constamment d’identité et de visage va réussir à échapper aux purges de la Gestapo.

Résistantes

Jeanne BOHEC : un bien curieux itinéraire ! Le 18 juin 40, elle rallie Londres. C’est une des premières femmes à s’engager dans le corps féminin. Grâce à ses études de chimie, elle réussit à rentrer dans un laboratoire en 42 où elle travaille sur les techniques de sabotages à partir de produits chimiques, elle est chargée d’enseigner les rudiments des explosifs (le B.C.R.A. va l’engager après bien des réticences, c’était la 1re femme qu’ils enrôlaient !). Après un entraînement intensif au parachutage, elle obtient le grade de sous-lieutenant puis envoyée en mission en Bretagne sous le nom d’agent « RATEAU ». Dans les


DOSSIER LE RÉVEIL maquis, elle apprend aux combattants les techniques de sabotage comme cette action sur la ligne de chemin de fer dans le Morbihan où il fallait interrompre le trafic ferroviaire au moment du débarquement. Enfin J. BOHEC va rallier le principal maquis breton près de Saint-Marcel puis son combat dans le Finistère jusqu’à la libération. A côté de milliers de femmes inconnues qui ont agi dans l’ombre, certaines ont joué un rôle crucial à différents niveaux et secteurs. En étant conscient d’omis-

sions inévitables et involontaires, on peut énumérer quelques noms : Madeleine RIFFAUD, Anne-Marie BAUER, Marie-Claude VAILLANT-COUTURIER, Lise LONDON, Martha DESRUMAUX, Madeleine VINCENT, Cécile ROL-TANGUY, Marie-Louise LE DUC, Lucie AUBRAC (Cf. Réveil des Combattants n° 860), Danielle CASANOVA, Berty ALBRECHT, Germaine TILLION, Geneviève DE GAULLE. L’itinéraire de ces 4 dernières résistantes sera détaillé dans la dernière partie de cette recherche.

Les femmes du maquis d'Ols (Decazeville Aveyron)

L’exemple des « Rochambelles » Des auxiliaires françaises sont sur le front et elles vont participer aux combats, aux campagnes de Tunisie, d’Italie et de France, c’est le cas des « Rochambelles ». Le groupe ROCHAMBEAU est créé en 43 par Florence CONRAD, américaine de naissance mais très pro-française. Aux Etats-Unis, avec une aide financière de

ligues féministes, elle achète 19 ambulances Dodge, elle baptise le groupe du nom de ROCHAMBEAU (maréchal de France qui commanda le corps expéditionnaire français pendant la guerre d’indépendance américaine). Au départ, elles sont 36 femmes, le groupe initial venu des Etats-Unis débarque à Casablanca, il est totalement inconnu. En 43, se constitue à Rabat la 2e DB, malgré le scepticisme de LECLERC, le groupe arrive à s’intégrer à la 2e DB, l’apport des 19 ambulances a été déterminant. Les « Rochambelles » vont élargir leur effectif, le groupe va stationner en Algérie puis en Angleterre, il va participer au débarquement à Utah Beach avec le 2e BD le 1er août 44 et prendre part à la bataille de Normandie. Pour les « Rochambelles » de durs

Le général de Gaulle remet au lieutenant Simonne Mathieu la croix de la libération

combats et sur le terrain leur fonction est de secourir les blessés sous le feu de l’ennemi, au milieu des bombes. Formées au secourisme, elles doivent réagir rapidement pour prodiguer sur place les soins d’urgence. Rapidité, efficacité, réactivité telles doivent être les qualités des « Rochambelles ».

La résistance en prison et dans les camps d’internement en France Durant cette activité de résistance, il faut prendre mille précautions pour échapper aux rafles, aux dénonciations. Une filature, une vérification de papier, une imprudence et c’est l’arrestation puis la prison, l’attente, l’interrogatoire et aussi la torture. En prison c’est l’angoisse, l’isolement, l’ignorance de ses

proches, des camarades de lutte. Il faut résister pour ne rien dire, ne pas parler. Malgré les mauvais traitements, souvent une solidarité prenait forme avec des gestes symboliques comme chanter la « Marseillaise » quand on emmenait des détenus pour être fusillés. Combien de résistantes ont fait preuve de cou-

rage et de dignité ! Les femmes jugées par des tribunaux français, la plupart du temps, étaient remises aux autorités allemandes. Durant cette détention, si leurs conditions étaient très dures, elles n’étaient pas comparables à celles des déportées dans les camps allemands. LE RÉVEIL -N° 867 - DÉCEMBRE 2020 - 17


LE RÉVEIL DOSSIER

France Bloch

Des femmes ont été internées dans des camps réservés exclusivement aux femmes : le camp de Rieucros en Lozère et celui de Brens dans le Tarn.

Le camp de Rieucros avait été ouvert dès janvier 39, ce fut une initiative française, il accueillait au début des réfugiées étrangères (Allemandes, Espagnoles républicaines, etc.). Cela va favoriser les pratiques de Vichy qui va y envoyer des françaises jugées « suspectes ou indésirables ». Leur nombre ne cessera d’augmenter, 40 en 1941, 88 en janvier 1942. En février 42, les détenues de Rieucros sont transférées vers le camp de Brens avec une diminution de femmes étrangères mais une augmentation de françaises : 101 en 1942, puis 206 en août 1943. Dès 1941, les internées françaises dans le camp de Rieucros mènent une propagande très active avec des critiques véhémentes à l’égard de Vichy, l’agita-

Berty Albrecht

tion est souvent orchestrée par des détenues communistes. Cette résistance est surveillée attentivement par les autorités des camps et le régime de Vichy.

Les femmes dans les camps de concentration en Allemagne

Marie-Claude Vaillant-Couturier au procès de Nuremberg

Dans l’historiographie de la Résistance, cette tragédie a été largement détaillée, les témoignages d’anciennes détenues abondent. Donc cet épisode se voudra volontairement succinct. Au fur et à mesure de la progression du conflit, avec l’extension de la Résistance, les prisons s’emplissent et un grand besoin de main-d’œuvre se manifeste en Allemagne d’où les départs vers les camps se multiplient. Le camp de Ravensbrück est destiné aux femmes de 1942 à 1944, ce sont plus de 250 trains qui ont quitté la France. Ce camp est mis en service par les S.S. en mai 39. Il comprenait 35 baraque18 - LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020

ments pouvant recevoir 22 000 déportées. Au début de 1945, ce camp était surpeuplé avec près de 45 000 personnes. Les triangles rouges « les politiques » représentant 80 % des déportées de toutes nationalités (Polonaises 27 %, Soviétiques 20 %, Allemandes 28 %, Françaises 8 à 10 %). Pour les nazis, c’était une main-d’œuvre corvéable : travaux dans les usines (matériel de guerre, armement, munitions, etc.), construction de routes, d’usines, d’aérodromes, etc. La Résistance s’organisait lors de ces travaux forcés : la pratique, c’était d’entraver la fabrication du matériel de guerre par des sabotages, le ralentissement des cadences, actes ô combien risqués car la surveillance était étroite et toute rébellion était punie de mort. Les traitements infligés aux déportées étaient inhumains : tortures, bastonnades, sévices de tous ordres. Les journées de travail dépassaient les 14 heures. Dans ce camp, la mortalité était très élevée (près de 60 % en 1945).

Là également, dans ce camp de Ravensbrück ces femmes ont fait preuve d’un courage exemplaire et d’une résistance opiniâtre quand elles se sont élevées contre les pratiques d’expériences médicales. Par ailleurs, certains témoignages ont affirmé que les femmes ont parfois mieux résisté aux tortures que les hommes. Pour illustrer cette modeste recherche sur le rôle des femmes dans la Résistance, il était souhaitable de présenter l’itinéraire de 4 d’entre elles, choix délicat et complexe ! 2 résistantes  : Germaine TILLION et Geneviève DE GAULLE ont été déportées à Ravensbrück Berty ALBRECHT et Danielle CASANOVA n’ont pas survécu à leur engagement. Germaine TILLION : Résistante, brillante ethnologue, dès juin 40, elle devient l’inspiratrice d’un des tout premier groupe de résistance intérieure,


DOSSIER LE RÉVEIL Hostile à cette guerre, profitant de sa notoriété, elle essaiera en vain de trouver une issue à ce conflit en proposant une trêve entre les deux parties. G. TILLION aura traversé le siècle puisqu’elle s’éteindra centenaire en 2007.

Geneviève de Gaulle une vie de Résistance

le réseau du « Musée de l’Homme » qui au début 41 comprendra environ 300 personnes, des patriotes à « l’ancienne », de jeunes chercheurs progressistes refusant tous la capitulation. Le réseau va être trahi par un prêtre qui recrutait des jeunes pour la résistance pour mieux les livrer à la Gestapo. G. TILLION est arrêtée en août 1942 cela va la conduire en octobre 43 à Ravensbrück dans le bloc des « N.N. » (Nuit et Brouillard). Dans ce camp, elle verra mourir sa mère gazée. Elle va adopter une règle de résistance : « survivre est notre ultime sabotage ». Et que fait-on pour survivre dans un camp ? L’entraide, la solidarité, elle aide ses compagnes à résister en organisant avec un certain humour des opérettes pour dénoncer les mécanismes mortifères du camp. De cette tragique période, sortira un ouvrage « Ravensbrück », ce n’est pas un récit, ni un cri d’horreur, elle dénonce dans ce régime concentrationnaire le système économique, tout le profit que les nazis en retiraient. G. TILLION aura lutté toute sa vie contre toute forme d’oppression. La guerre d’Algérie sera un déchirement pour elle, elle si attachée à ce pays (sa thèse sur l’Algérie des Chaouias).

Geneviève de GAULLE : Née en 1920, elle est la nièce du général de GAULLE. Dès le 17 juin 40, outrée par le discours de PÉTAIN annonçant l’arrêt des combats, elle décide de s’impliquer dans la Résistance, d’abord individuellement puis de manière plus organisée. A partir de l’été 41 elle fait partie du mouvement de résistance du « Musée de l’Homme » puis elle rejoint le mouvement « Défense de la France » où elle incarne la voix du général de GAULLE. Entrée complètement dans la clandestinité, elle est arrêtée en juillet 43 par la police française au service de la Gestapo. Elle est emprisonnée à Fresnes. Interrogée sans ménagement, elle sera déportée sans jugement à Ravensbrück en février 44. Très forte moralement, grâce à une volonté affirmée, elle va résister aux traitements inhumains dans ce camp où la solidarité et l’amitié permettent de tenir. En 44, la guerre prend un tournant en faveur des alliés. Elle est enfermée dans la prison du camp (« le bunker ») sous les ordres d’Himmler qui compte en faire une monnaie d’échange avec les alliés. Après sa libération en avril 1945, son engagement continue, fidèle aux principes de la résistance. Elle s’investit dans l’AIR (Association nationale des anciennes déportées et internées de la Résistance). Elle en devient présidente en 58, elle se bat notamment pour la reconnaissance des droits des victimes des expérimentations médicales à Ravensbrück. Cette lutte pour les droits des plus faibles va la conduire à rejoindre l’association A.T.D. (aide à toute détresse) fondée par le père Joseph en 57. Elle en devient Présidente en 1964, l’association deviendra A.T.D. Quart Monde ; durant près de 4 décennies, elle se bat-

tra constamment pour qu’une loi soit votée reconnaissant la pauvreté, pour elle c’est une atteinte aux droits de l’homme. C’est en 1988, que la loi sera adoptée. Cette résistance à « travers la vie » va s’éteindre en février 2002. Berty ALBRECHT : Très tôt sensibilisée par la montée du nazisme après l’armistice B. ALBRECHT décide de poursuivre la lutte. Dans la région de Vierzon où elle est réfugiée, elle s’occupe de faire évader des prisonniers de guerre et forme en même temps un groupe de résistants. En décembre, elle va travailler avec Henri FRENAY. Elle dactylographie des tracts, ils publièrent de nombreuses revues clandestines (« Les Petites Ailes de France », « Vérités » et enfin « Combat »). Le mouvement prit alors le nom de « Combat ». B. ALBRECHT accomplit de nombreuses missions auprès de résistants des 2 zones. En mars 42, elle est arrêtée sur ordre de Vichy et internée à Vals-les-Bains. Elle entreprend alors une grève de la faim pour protester contre le régime de la détention des prisonniers politiques. Elle est transférée à l’hôpital d’Aubenas puis à la prison Saint-Joseph à Lyon, mise au régime des droits communs.

Août 1944, lors de la libération de Paris, cette jeune femme, membre des FFI, n'est autre que l'actrice Sylvia Montfort LE RÉVEIL -N° 867 - DÉCEMBRE 2020 - 19


LE RÉVEIL DOSSIER prison de Fresnes où elle se suicide pour ne pas parler. Elle repose dans la crypte du Mémorial de la France combattante au Mont Valérien (seule femme inhumée avec Renée LEVY), c’est aussi l’une des 6 femmes compagnons de la Libération.

Danielle Casanova

Craignant d’être déportée, elle simule la folie et est admise dans un asile près de Lyon d’où elle fut libérée par un commando « de Combat ». Elle reprend aussitôt son action clandestine. Avec l’invasion de la zone libre par les Allemands, sa situation devient périlleuse et en mai 43, arrêtée à Caluire par la Gestapo, elle est transférée à la

Danielle CASANOVA : Elle aussi, dès le début de l’occupation, refuse la défaite. Militante communiste, elle va créer un mouvement féminin pour défendre le droit des femmes l’U.J.F.F.F (Union des jeunes filles de France) et lutter contre l’occupant. Son rôle, c’est d’organiser les femmes, les amener à protester, à manifester comme le 14 juillet 41 où à la tête d’un cortège de 10 000 manifestants D. CASANOVA chante la « Marseillaise », cortège qui se heurte à l’armée allemande mais cela constitue la 1re levée en masse contre l’occupant.

D. CASANOVA prend une part active dans la Résistance, elle crée des comités féminins de lutte et participe à la formation des premiers groupes de bataillons de la jeunesse qui deviendront les F.T.P. Mais elle est arrêtée par la Gestapo en janvier 42 après des semaines de filature (plus de 100 arrestations en quelques jours). Internée à la Santé puis envoyée sans jugement au fort de Romainville. En janvier 43, c’est la déportation vers Auschwitz-Birkenau avec ses camarades Marie-Claude VAILLANT-COUTURIER, Maï POLITZER, dans le convoi elles sont 230, il en reviendra 49. Dans le camp, D. CASANOVA est chargée comme médecin dans le bloc sanitaire (dentiste de formation) de soigner ses camarades du typhus qui sévit dans le camp, à son tour, elle contracte la maladie et meurt le 9 mai 43.

Conclusion Pendant toute la durée du conflit, les femmes ont joué un rôle éminent car elles ont suppléé les hommes absents. Cela a été relaté largement dans cette recherche, elles ont rendu des services d’une grande importance au pays, s’impliquant dans tous les domaines de la Résistance ; elles ont fait preuve d’indéniables qualités comme l’adaptation à la vie clandestine, avec beaucoup d’efficacité, d’initiative, d’ima-

gination, de résistance aux tortures et sévices. Les femmes représentaient 10 à 15 % des effectifs résistants, chiffre important compte tenu du faible rôle qu’elles jouaient dans la vie politique puisqu’elles n’avaient pas le droit de vote. (Elles l’obtiendront en avril 44). Ces leçons de courage, d’abnégation, de sacrifice, de volonté ont été occultées, trop souvent, dans l’histoire de la Résistance. Il a fallu attendre les années 70 pour que les historiens reconnaissent l’importance du rôle des femmes. A l’inverse des hommes, elles n’ont pas souhaité une reconnaissance pour leur action dans la Résistance et elles ont été longues à reconnaître la portée de leur engagement.

Pour conclure cette recherche

Simone Segouin combattante-Résistance Française

20 - LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020

Le dernier témoignage sera celui de Lucie AUBRAC. « C’est la participation des femmes qui a donné à la Résistance son extension et sa profondeur. Parce que les hommes étaient absents, parce qu’au début de l’occupation,

Femmes-maquis

il y avait beaucoup de prisonniers de guerre, les femmes se sont trouvées en première ligne face aux injustices, aux arrestations. »

Dossier réalisé par Pierre PRUNETA, Professeur certifié d’Histoire géographie à la retraite ; Vice-Président du Comité des Sages des Molières (91430)


SPÉCIAL IDÉES LE RÉVEIL

L’Europe, au nom de la concurrence veut casser EDF « service public par excellence » Sur le champ de l’énergie, la FNME CGT affirme que l’énergie n’est pas une marchandise ! Programme progressiste de l’Energie (PPE). Le Projet NEPTUNE et la loi PACTE (privatisation totale d’Engie et fin du tarif historique gaz en 2023) votée en avril 2019 au parlement, ainsi que le projet HERCULE qui va permettre de découper EDF en privatisant Enedis et EDF Commerce d’un côté, en isolant et en endettant le nucléaire, le RTE et l’hydraulique de l’autre, sont le dernier pallier pour anéantir, l’équilibre technique du réseau ainsi que la pérennité des tarifs sur l’ensemble du territoire national. La Commission européenne, entend imposer à l’État français la désintégration du groupe EDF au nom du respect des règles de la concurrence. Cette réorganisation du groupe lancée quasiment depuis l’entrée en fonction d’Emmanuel Macron à l’Élysée. La Commission de régulation de l’énergie (CRE), a publié, fin juillet 2020, un rapport de la réforme de l’Arenh (Accès régulé à l’électricité nucléaire historique). Ce tarif permet à ses concurrents de pouvoir acheter jusqu’à 100 terawatts-heures (TWh) par an soit ¼ de sa production à un tarif bloqué de 42 euros par mégawatt-heure (MWh) depuis 2012, un prix bas scandaleux au profit des prédateurs, et bien sûr, ce tarif n’augmente pas au contraire de celui des usagers ! Depuis 20 ans, tous les gouvernements cherchent à satisfaire les investisseurs en cassant le service public. Le marché de l’électricité compte beaucoup trop de taxes (1/3 de la facture des particuliers). Les marchés financiers n’investissent que s’ils ont un retour sur investissement court, sans se préoccuper des valeurs du ser

vice public de l’énergie. Pour la CGT, la solution est de sortir l'énergie du marché. Le plan de l’Exécutif prévoit la scission du groupe en plusieurs parties : une société baptisée Bleue pour le nucléaire historique, détenue à 100 % par l’État ; actionnaire à 100 % d’une société Azur, qui récupérerait les barrages hydroélectriques, une société Verte, détenue à 65 % par l’État, dans laquelle seraient logées les énergies renouvelables, la commercialisation, la distribution et les autres activités en concurrence comme Dalkia, tandis que les activités plus rentables — renouvelables et distribution — seraient privatisées. EDF traîne une dette financière brute de (61 milliards d’euros à fin 2019). Pour information, Hinkley Point C en Grande-Bretagne, le groupe précise que les coûts à terminaison du projet sont désormais estimés (entre 24,2 et 25,3 milliards d'euros (Le Figaro, 25 septembre 2019). Le 21 octobre 2015, sous la tutelle d’E. Macron Ministre de l'Economie, EDF et le groupe chinois CGN signent un accord de financement, la participation d'EDF sera de 65,5 % et celle de CGN de 33,5 %. La position de la Commission européenne ! La Direction générale de la concurrence justifierait la désintégration juridique, financière, comptable et opérationnelle du groupe par « l’ampleur de l’aide qui serait octroyée à EDF du fait du SIEG (service d’intérêt économique général) ». En définitive, si les demandes de l’Europe étaient acceptées par la France, il s’agirait d’un démantèlement pur et simple d’EDF au profit de ses concurrents. Mais ce document confirme les craintes des syndicats de l’électricien qui depuis plusieurs mois dénoncent le plan Hercule et ses

Le projet Hercule

conséquences (un pour l’entreprise.

démantèlement)

« L’avenir du secteur électrique, et donc de la transition énergétique, se négocie dans l’ombre à Bruxelles : sauvegarder avec un seul crédo  un simulacre de concurrence, en ignorant les enjeux techniques, économiques, écologiques et industriels de ce secteur et malgré le bilan indéfendable de cette politique », souligne que cette « désoptimisation » forcée du système électrique français se traduira forcément par une hausse des factures d’électricité pour les abonnés. La concurrence est déjà la responsable des dernières hausses du tarif grand public d’EDF. Il est urgent que les filières nationales industrielles gaz et électricité deviennent des Établissements Publics à caractère Industriel LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020 - 21


LE RÉVEIL SPÉCIAL IDÉES

Défendons le service public

et Commercial (EPIC) intégrés, un pour la filière électricité et un pour la filière gaz. Les enjeux sociétaux d’aujourd’hui : la nécessité d’une transition énergétique pour TOUS réduisant les inégalités. L’indépendance énergétique, la sécurité et la responsabilité sociale dans l’approvisionnement, mais aussi la lutte contre l’exclusion et la lutte contre le réchauffement climatique devront être des priorités de la Nation portées par le service public de l’énergie. La planification de la lutte contre le réchauffement climatique devra être effectuée par le service public de l’énergie, en ayant un regard pointu sur l’impact carbone dans sa globalité. Les cinq grands principes auxquels sont soumises les missions de services publics : l’égalité d’accès et de traitement (dans l’accès au service et dans les tarifs), la protection de l’environnement, la continuité de fourniture (sécurité d’approvisionnement), la mutabilité (capacité d’adaptation aux conditions et aux besoins), l’indépendance vis-à-vis d’intérêts privés. Pour la FNME CGT, la démarche de service public nécessite une construction permanente entre les citoyens élus, les 22 - LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020

entreprises, les salariés et les usagers. Le gaz et l’électricité doivent être définis biens d’intérêts généraux, au sens de la constitution française. L’avenir du secteur énergétique repose sur une nouvelle articulation entre toutes les activités permettant la production, le transport, la distribution d’énergie, la recherche et le développement, les études et conceptions et le développement des services énergétiques ainsi que le démantèlement des ouvrages industriels. La FNME CGT est donc totalement opposée à la régionalisation de l’énergie en cours suite aux dernières lois impactant l’énergie comme la loi transition énergétique ou la loi PACTE. La FNME CGT est attachée à la péréquation tarifaire et au tarif régulé de vente de l’électricité et du gaz (TRV Gaz et Elec), au juste coût, pour assurer l’accès de Toutes et Tous à l’énergie et éradiquer la précarité énergétique. Elle est opposée à la fin annoncée des tarifs régulés sur le gaz. Au-delà des questions tarifaires, l’interdiction

des coupures et des baisses de puissances pour impayés devra être effective. Dans un premier temps, diminuer la TVA à 5,5 % représenterait une baisse pour l’usager d’environ 100 €/ an. Dans ce contexte, la FNME CGT propose que les activités d’efficacité et de performance énergétique fassent intégralement partie du service public de l’énergie. D’autant que les groupes industriels ENGIE et EDF possèdent en leur sein des filiales intervenant sur ces domaines. Il est proposé la construction d’un service commun aux EPIC de l’énergie intervenant sur l’efficacité et la performance énergétique. Ce service commun s’adresserait aux particuliers, aux entreprises et aux collectivités locales, il interviendrait sur : Le conseil et l’expertise à apporter aux solutions d’efficacité et de performance énergétiques. La gestion des subventions allouées. Le contrôle des opérations. Et de s’appuyer sur une R&D et ingénierie, intégrées, qui optimisent les moyens de production, transport, distribution, commercialisation, de façon à rester efficaces et indépendants vis-à-vis des fournisseurs. La garantie du droit d’accès à l’énergie et l’interdiction des coupures d’énergie. Une évolution de la fiscalité véritablement dirigée vers la lutte contre le réchauffement climatique. Mais la lutte doit s’amplifier pour faire avorter Hercule.

Gérard Del Maschio Agent RTE/EDF


MÉMOIRE LE RÉVEIL

Il y a quatre-vingt ans !!

Manifestation du 11 novembre 1940 sur les Champs-Elysées

Les commémorations du 11 novembre 2020 ont été perturbées par la pandémie qui sévit actuellement sur le monde entier. Mais souvenons-nous du 11 novembre 1940. Qu’en fut-il exactement ?

Les Allemands prennent possession de la capitale française le 11 juin 1940, en imposant leur présence et leur langue. Les citadins supportent tant bien que mal cette « autre pandémie » bien pire que celle que nous subissons actuellement. C’est la jeunesse non mobilisée (lycéens, étudiants, jeunes ouvriers communistes) qui se montrent les moins dociles.

Le détonateur se produit lorsque tous ces jeunes français découvrent la poignée de mains entre Pétain et Hitler le 24 octobre 1940 à Montoire, et se voient privés quelques jours plus tard de la commémoration de l’Armistice 1914-1918. En effet la Préfecture de Police, sous les ordres du gouvernement de Pétain, communique une note dans laquelle le jour fixé du 11 novembre est supprimé et ordonne l’interdiction des cérémonies commémoratives et de toute démonstration publique.

Dès le 7 septembre apparaissent des préparatifs en vue d’une manifestation étudiante dont l’épicentre est l’Arc de

Triomphe. Comment cette mobilisation a-t-elle pu fonctionnée ? Par la radio clandestine ? Par le bouche-à-oreille ? Par tous ces moyens réunis. C’est dans l’après-midi de cette journée mémorable que survient l’événement le plus important. Plusieurs centaines de gens convergent en direction de l’Arc de Triomphe, certains venus en groupe comme les élèves du Lycée Janson de Sailly arrivés ensemble par l’avenir Victor Hugo portant une énorme gerbe en forme de croix de Lorraine. D’autres sont venus seuls, certains criant « Vive de Gaulle » « vive la France » répond la foule. D’autres entonnent la Marseillaise. Venue dès 17 heures la police française intervient, dispersant le plus grand nombre et arrêtant au moins 200 manifestants, incarcérés à la prison Cherche-Midi, à la prison de la Santé et même jusqu’à la prison de Fresnes. Le lendemain Radio Londres fait état de 11 manifestants tués et de 500 déportés. Les établissements parisiens d’enseignement supérieur sont fermés, puis rouvertes lors des semaines suivantes. Une telle démonstration de la jeunesse, pacifique et nombreuse ne laisse pas

Vichy indifférent, encore moins Berlin. Après la libération, cet acte de bravoure collectif fait l’objet d’admiration, et certains le qualifient de « premier acte de résistance à l’ennemi » [Professeur Langevin chargé de la chaine de physique générale et expérimentale au collège de France arrêté à la suite de la manifestation]. Les cérémonies du 11 novembre des années noires vont être totalement proscrites en France et à Paris tout particulièrement entre 1941 et 1943. Mais il ne faut pas oublier le 11 novembre 1943 et le défilé du maquis de l’Ain et du Haut Jura à Oyonnax, commémoration qui se solde par de terribles sanctions, par une répression allemande particulièrement dure et cruelle. C’est en 1944, enfin, que les Champs-Elysées accueillent un grand défilé franco-britannique conduit de concert par le général de Gaulle et Winston Churchill. L’année 2020 est certes difficile, mais en pensant à ce qu’on fait nos anciens et ce qu’ils ont supporté en temps de guerre, nous devons nous armer de courage et ne pas baisser les bras. Le combat continue sous une autre forme et l’ARAC est toujours présente pour montrer le chemin à tous ces jeunes et moins jeunes (OPEX - engagés volontaires - militaires de carrière – victimes civiles de guerre, etc.) afin qu’ils la rejoignent et poursuivent l’engagement de celle-ci. L’ARAC ne cessera jamais de se battre pour le maintien de la paix (faire la guerre à la guerre), pour la sauvegarde et le maintien des droits acquis (la charte de 1919), pour la sauvegarde et le maintien d’une véritable République laïque. Notre MARIANNE en a vu d’autres, mais elle est toujours là ! JTA LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020 - 23


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

André Fillère nous a quittés

André Fillère lors de sa remise de la légion d’honneur à Grigny le 25-02-2017

Nous avons appris, avec tristesse, le décès de notre camarade André Fillère, emporté par la Covid 19. André, le militant, qui a choisi à son retour de la Guerre en Algérie, dès 1960, d’adhérer à l’ARAC, fondée en 1917 par Henri Barbusse et Paul Vaillant Couturier, pendant la Grande Guerre, dont les options politiques

« sont plus proches de celles de sa famille et qu’il qualifie d’antifascistes et d’anticapitalistes. » comme il aimait le souligner.

blement dans l’attachement profond à la Charte des Nations Unies et au droit des peuples à disposer d’eux -mêmes.

André s’engage, en militant résolu et fidèle jusqu’à la fin de sa vie, à ses convictions avec ses camarades de l’ARAC et du Réveil des combattants, dont il a été un responsable jusqu’au bout dans les combats permanents, toujours précieux et irremplaçables pour la défense du droit républicain imprescriptible à réparation, pour les anciens combattants et OPEX, pour la reconnaissance des psycho-traumatismes de guerre, pour la pérennité de l’indispensable travail de mémoire, pour la sauvegarde et la construction de l’amitié et la solidarité entre les peuples. Il restera un défenseur acharné des valeurs républicaines si malmenées de nos jours.

La confiance de ses amis et camarades l’a conduit à être un dirigeant de l’ARAC, Président de sa mutuelle, membre du Conseil d’Administration de l’ONAC et dirigeant national de l’UFAC.

Il sera enfin, toujours, du combat de l’ARAC pour la Paix, mené inlassa-

Les membres du Bureau National de l’ARAC, dont il fut un dirigeant reconnu pendant plusieurs décennies, présentent leurs plus vives condoléances à sa famille, à ses proches, à ses amis de la Mutuelle Familiale qui ont accueilli la Mutuelle de l’ARAC, à tous ceux qui ont eu le plaisir de le côtoyer et de partager ses engagements. Cher André sache que notre ARAC poursuit et poursuivra ton combat. Villejuif, le 07/11/20

« Extraits des déclarations » L’ARAC perd un dirigeant qui a assuré d’importantes responsabilités depuis plusieurs dizaines d’années à l’ARAC. Il était reconnu dans le monde des anciens combattants pour sa grande compétence.

Les representants du Vietnam, A Fillère, Le village de l'amitié et R. Vahé Pdt de l'ARAC et du village

24 - LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020

Les relations qu’il avait tissées au long de sa vie étaient imprégnées de contacts humains et chaleureux, ne laissant nullement indifférents ses interlocuteurs. Comité 94 – Jacques Verrier Il avait su mettre son engagement au service de ses camarades de l’Association Républicaine des Anciens Combattants et du Réveil des Combattant, dans des mandats de Vice-président de la Mutuelle de l’ARAC, d’administrateur de l’UFAC et de l’ONACVG, et ce durant ce longues années, avec autorité et une compétence reconnue. Dominique LÉPINE – Président UFAC Avec André disparait une personnalité

exceptionnelle par son humanisme, sa droiture et son inébranlable combat pour la paix et les solidarités. Léonora Tréhel – Pdt Mutuelle Familiale Président d’honneur de l’ARAC Essonne. La disparition d’André c’est un grand vide.

En adhérant à l’ARAC qui agissait pour la paix en Algérie, il se retrouve très vite à des responsabilités importantes au Bureau et au Conseil National de notre Association. Son action est permanente pour reconnaître le droit à réparation de toutes les victimes de ce conflit, en particulier et de toutes les autres générations du feu obtenir la carte d’anciens combattants, la retraite, la mutuelle


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

qu’il préside.

André Fillère avec Nora Trehel présidente de la Mutuelle Familiale

Engagé à l’ONAC menacée, qu’il défend, il venait d’être élu à la commission de l’attribution de la carte. Président de l’UFAC, il a participé au projet du Mémorial de la guerre d’Algérie. Malgré ses engagements, il avait à cœur de retrouver ses camarades de développer le travail du devoir de mémoire. Il a participé à la réalisation du « village de l’amitié de Van Canh » au Vietnam, pour venir en aide au peuple vietnamien victime de « l’agent orange/dioxine ». André a participé à de nombreuses ren-

contres internationales, en Algérie à Cuba au Vietnam… Il a organisé un travail pour la reconnaissance des psycho-traumatismes. Nous voyons bien la nécessité de prendre en compte ce problème avec les guerres actuelles en Afrique ou sont confrontés les OPEX. C’est à nous, désormais de prolonger son engagement pour un monde sans guerre. Lucien Lagrange – Pdt ARAC 91

Messages suite au décès d’André Fillère « Extraits »

Merci de transmettre mes condoléances à ses proches. Ronan LE MEUT (ARAC 29) « André Fillère fut de tous les combats qui voulaient donner un sens réparateur et constructif à la fin de la si violente présence française » en Algérie. Il vint me quérir chez moi pour que soient justement reconnus et traités les troubles psychiques des combattants de cette longue et cruelle guerre coloniale. Travailler, militer et philosopher avec André fut pour moi enrichissant. Il nous manque déjà ! B. W. Sigg

Condoléances – Pdt ARAC 02, Jean Noël Grébert. Sincères condoléances - Georges FASOLA (ARAC 06) J’ai bien connu André : nous sommes allés à Cuba en 1961 une première fois. Il était irremplaçable et je regrette son absence à nos côtés. André ESPI (ARAC 92) Sa détermination pour la reconnaissance des droits aux anciens combattants et son combat pour la paix ont profondément marqués. L’ARAC 72

Je suis très triste à l’idée du départ d’André. Je pense à lui, à son action, à ses engagements, si justes, par les temps qui courent… Il est parti, du fait d’une pandémie mal gérée, où éclatent les politiques de privatisation de l’ensemble des biens communs pour lesquels nos aînés se sont battus, victorieusement. Françoise SIRONI

Combattant résolu contre les injustices, il lutta afin d’améliorer les conditions faites aux anciens combattants, veuves et orphelins. CD ARAC 95 - Etienne LE JOSEPH

André avec qui j’ai partagé les convictions et les engagements depuis plus de 50 ans va terriblement manqué à l’ARAC et à sa Mutuelle. Gaston Lethielleux (ARAC 72)

Nous revenions, tous les deux, d’une guerre sans nom, qui nous avait traumatisés. Le 8 février 1962 restera très longtemps dans la mémoire. Michel Chaput (93)

En ces moments difficiles, nous tenions à partager votre peine et vous faire part de nos sincères condoléances. Simone et Guy MOUSSET (ARAC 18).

Cet acteur infatigable, pétrit qu’il était par les messages de l’ARAC de paix et de fraternité. Le Comité 06 - Chantal PIPART Pdt.

J’ai connu André en 1967, date de mon adhésion à l’ARAC, lors d’un rassemblement à la grange aux belles à Paris.

André Fillère lors de l’une de ses interventions

L’ARAC perd l’un de ses plus emblématiques serviteurs, les adhérents de l’ARAC Drome se joignent à moi pour vous présenter nos plus sincères condoléances à vous et à sa famille. Pdt ARAC 26 - Serge Taborcia Nous perdons une personne dont l’engagement est un exemple dont nous devons nous inspirer.

Monique Chevenet pour l’ARAC de Tournus (71) J’ai pu apprécier le courage et le dévouement dans l’exercice de ses responsabilités à la direction de l’ARAC. Je partage l’émotion avec tous ses camarades qui ont apprécié son dévouement au service de la Paix. Auguste Bechler (ARAC 68). Condoléances. José MURE (ARAC 84) LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020 - 25


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC Très touché par le deuil cruel qui vous frappe. Depuis plus de 50 ans, nous avions une amitié réciproque et partagée. Pierre MARTRES – Pdt ARAC 31 Section OTTANGE NONDKEIL VILLERUPT ET ENVIRONS, il s’est battu jusqu’au bout un vrai COMBATTANT. Je m’incline devant la mémoire de notre valeureux défenseur qui a porté durant des décennies les valeurs de la Liberté, de la Démocratie et de Progrès et de la Solidarité. B. Porrini – Pdt ARAC 21 Ces dernières années, j’ai eu l’occasion de militer avec lui au sein de l’ARAC et de l’ACCA et j’ai pu apprécier la conviction tranquille qu’il mettait en œuvre pour résoudre les problèmes et dans les discussions. C’est un homme, un citoyen de qualité qui disparaît et qui manquera à un moment où le combat républicain est essentiel. Jean-Pierre Renaudat – ARAC Malakoff (92)

Toujours prêt à expliquer comment intervenir dans ces dossiers souvent compliqués. Quel travail de mémoire il a réalisé, et tout particulièrement pour l’exposition“Normandie-Niemen”. Dans cette période compliquée, où l’histoire a trop souvent tendance à être réécrite de façon déformée. Henri Pouillot (ARAC 78)

Tu nous laisses un grand vide. Condoléances à toute ta famille et à toute l’ARAC. Raymond COPPIN, pdt ARAC Chenôve 21.

Condoléances à la famille d’André. Emmanuelle EVRARD (ARAC 73)

Message de l’ARAC du Vaucluse L’ARAC en deuil. Merci à la direction nationale de l’ARAC pour sa déclaration respectueuse, concernant un militant exemplaire, qui a contribué sans interruption, avec honneur, à la vie et l’histoire de l’ARAC. Jacques Goutorbe, Pdt ARAC 84 – Membre du BN

Je partage la tristesse et la douleur de sa famille, de ses amis, et camarades. Régis Saphores – Pdt Arac-33 - Secrétaire National Arac section Argenteuil condoléances. André un grand personnage défenseur du monde combattant. Condoléances. Jean-Pierre COLAS (ARAC 16) Triste nouvelle dans cette période difficile. Amitiés Cyrille Louarn de Malakoff.

En cette période très particulière et dif- ficile, nous tenons à vous témoigner notre soutien dans cette dure épreuve. Jean Gaillard – Pdt ARAC 34

C’est avec beaucoup de tristesse et d’émotion que j’ai appris qu’André Fillère nous avait quittés. Seule la maladie a interrompu son action. Je m’associe à la peine des militants de l’ARAC et de ses proches. Jacques Parmentier – ARAC

Mardi 17 novembre 2020 Crématorium du Val de Bièvre

Extraits Monsieur le Président, C’est avec une profonde émotion que j’ai appris le décès de Monsieur André Fillère, administrateur national de l’ONACVG. Je tiens à vous adresser mes plus sincères condoléances et souhaite rendre hommage à un homme dont l’engagement au service du monde combattant, lui a valu la reconnaissance de la Nation en le distinguant par le grade d’Officier de la Légion d’Honneur et le grade d’Officier national du mérite. Monsieur Fillère défendait avec conviction le maintien du droit à réparation pour les anciens combattants et la nécessité du travail de mémoire. Je tiens assurer à l’ensemble des membres de l’ARAC de toute ma solidarité et de tout mon soutien.

Le drapeau national et celui des Ulis à la cérémonie d'André Fillère

Patrick Staat secréxtaire général de l'ARAC et Ozer Oztorun pour le PCF

26 - LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020

Autour de la famille et des amis dans un contexte très restreint, une délégation de l’ARAC nationale composée du porte-drapeau national Jean-Pierre Berot, de Patrick Staat secrétaire général, de Lucien Lagrange membre du bureau national et président de l’ARAC 91, de Jean-Louis Giraudou, membre du Conseil National et président de l’ARAC Villejuif, de Frédéric Courtaboeuf président de l’ARAC des Ulis (91) et porte-drapeaux. Présents également Ozer Ostorun, secrétaire PCF Villejuif, ainsi que Mme Véronique Peaucelle-Delelis, directrice générale de l'ONACVG et président des Bleuets de France.


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

Charente (16)

Gard (30) Commémoration au Puits de Celas

Comme chaque année le premier dimanche d’octobre, une manifestation rappelle le martyr de 29 résistants : français, espagnols et allemandes et hongroise. Après avoir été torturées les victimes ont été exécutées puis jeté dans le Puits de Célas (commune de Servas dans le Gard). En raison de la situation sanitaire, les participants étaient peu nombreux, l’ARAC était représentée par les sections de Lédignan et Vallée de l’Auzonnet (famille d’une victime, Gustave NOUVEL). Les enfants des écoles n’ont pas participés.

Commémoration du 17 octobre

Le samedi 17 octobre à l’appel de FRANCE-EL Allocution de Monsieur DJAZAIR et de l’ARAC, le Consul d’Algérie, les auxquels se sont joints responsables de cette de nombreuses Assomanifestation. ciations, Mouvement de la Paix, 4ACG, Les Amis de la Commune, syndicats et partis politique, etc. une gerbe a été déposée devant le Palais de Justice à 11 heures, en présence de Monsieur le Consul d’ALGERIE à Montpellier.

Cérémonie du 11 novembre 2020 Stèle Gontran LABREGERE à Saint Cybard à Angoulême. L’ARAC comme chaque année était présente avec son Président Jean-Pierre COLAS pour cette cérémonie du 102e anniversaire qui avait mis fin à la première guerre Mondiale, un conflit qui avait duré quatre années. Suite au confinement nous n’étions que six, notre porte-drapeau, le Député Thomas MESNIER, l’adjoint au Maire Laïd BOUAZZA, le trésorier de l’ARAC Serge BRISARD, nous avons procédé au

dépôt de Gerbes, le député, l’Adjoint au Maire, et le Président de l’ARAC. Une minute de recueillement, et remerciement au porte-drapeau.

Ruelle-sur-Touvre - l’Isle d’Espagnac (16) Le début de cette cérémonie du 11 novembre 2020 a commencé à l’établissement de NAVAL GROUP avec le Maire Jean-Luc VALENTIN le Directeur de l’Etablissement NAVAL GROUP et Jean-Pierre COLAS Président de l’UNION LOCALE et de L’ARAC. Le dépôt de gerbes par le Directeur ensuite par Monsieur le Maire et le Président des Anciens Combattants. Nous sommes allés ensuite au monument aux morts devant la Mairie pavoisée avec des fleurs, suite aux événements nous n’avions que deux porte-drapeaux, après le garde à vous aux porte-drapeaux, Monsieur le Maire Jean-Luc VALEN-

TIN et la Conseillère départementale Fatna ZIAD ont déposé une gerbe suivi par deux Anciens Combattants de l’UNION LOCALE. Aux morts, puis la minute de silence à la mémoire des disparus charentais écrits sur le monument. Nous avons lu les noms des militaires morts en opération, tous morts pour la France. Les autorités sont allées remercier les deux porte-drapeaux.

NOS PEINES NOVEMBRE 2020 n 03 – ALLIER Commentry : Mme Michelle BINON, 80 ans, veuve de Résistant Moulins : Mme Rolande GUILLEMIN, 86 ans, épouse de Claude Guillemin président départemental. René LACOSTE, AC ATM

n 47 – LOT-ET-GARONNE Fourques-sur-Garonne : Pierre FAURE, 98 ans, STO, membre du comité départemental. Villeneuve-sur-Lot : Yves SALVANT, AC ATM

n 24 – DORDOGNE Firbeix : René LONGIERAS, AC 36-45

n 50 – MANCHE Cherbourg : Marc BASTIAN. Claude LEVEQUE

n 26 – DROME Grignan : Mme Marguerite DURAND n 29 – FINISTERE Brest : René LESPAGNOL

n 31 – HAUTE-GARONNE Launaguet : Daniel BOUSQUET, 83 ans, AC ATM. Jacques DEUMIER, 78 ans, AC ATM n 38 - ISERE Bourgoin Jallieu : Gabriel VILLETON

n 63 – PUY-DE-DOME Isolés : Mme Geneviève CHANDELON n 69 – RHONE Lyon 7e : Robert COTTI, AC ATM. n 71 – SAONE-ET-LOIRE St-Vallier : Mme Jeannette BOUTELOUP, veuve.

n 57 – MOSELLE Ottante-Villerupt : Georges MAFIOLY, AC ATM.

n 75 – PARIS 3e : Jean BONHOUR, 84 ans, AC ATM 12e : Roland WLOS, 82 ans, AC ATM 19e : Robert BLOND

n 58 – NIEVRE Nevers : Guy DESCHAMPS, AC ATM. Mme Jeannine FRITE. Jean REMY, AC ATM. Varennes-Vauzelles : Yves BARON, 86 ans, AC 39-45. Robert DIOT, 81 ans, AC ATM. Jacques ROBERT, 92 ans, AC 39-45.

99 – CONSEIL NATIONAL Les Sables d’Olonne : Mme Solange BRUNET. Betheny : Guy BOUGY. Orléans : Mme Marguerite HURIER.

94 – VAL-DE-MARNE Créteil : Mme Berthe AMAR

LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020 - 27


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

ARAC Indre - Poulaines (36)

Pour ne pas oublier les anciens combattants

Je ne suis pas un ancien combattant mais cela fait vingt-trois ans que je suis membre de l’Association républicaine des anciens combattants (Arac). Claude Mauduit vit depuis toujours là où il est né, au Plessis Doré de Poulaines. « Je me suis marié à 60 ans, je n’ai pas eu d’enfant, j’ai consacré ma vie à m’investir dans de multiples activités associatives. Quand il s’est agi de prendre ma part au soutien des anciens combattants je n’ai pas hésité. Aujourd’hui je suis président départemental.» Âgé aujourd’hui de 77 ans, il espère que quelqu’un prendra sa suite. L’Arac est créé en 1917 lors de la Première Guerre mondiale. Son objectif était de venir en aide aux anciens combattants et leurs ayants droit. Nourries par le deuxième conflit mondial, les actions de l’association s’amplifient à

partir de 1945. Lors des cérémonies, Claude Mauduit était déchiré entre le port du drapeau ou le port de son saxophone. Il fait de la musique à l’Harmonie de Poulaines depuis qu’il a 12 ans. Cette année, des ennuis de santé l’ont empêché de porter drapeau et saxophone. Il se rétablit pour les cérémonies de l’an prochain. Il trouve des remplaçants pour les hommages. Cet homme s’est investi dans tous les domaines. Sur le plan local en prenant part au Syndicat du Nahon ; à la dégustation des fromages de Valençay ; en tant que musicien saxophoniste à la fanfare de Poulaines. Sur le plan professionnel, dans le secteur agricole, il est délégué à la MSA et vice-président du Civam, et enfin, par compassion dit-il, il se mobilise pour les anciens combattants. « L’association de l’Arac m’a offert, il y a vingt-trois ans, la possibilité d’aider au souvenir de nos combattants pour la France. C’est un investissement dont je suis fier. Les anciens combattants sont de moins en moins nombreux à rester en vie et c’est aux vivants que revient le devoir du souvenir. »

ARAC Le Havre (76)

Le 11 novembre dernier, à l’appel de l'Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC), de la Libre Pensée, de la ligue des Droits de l’Homme, du Mouvement de la paix, s’est déroulée devant le monument aux morts une manifestation en hommage aux mutins de 1917 fusillés pour l’exemple. Dans un premier temps hommage a été rendu à Roland Ricouard, décédé en juin dernier, Roland infatigable militant de la paix était un de ceux qui ont initié cette commémoration l’inscrivant dans la tradition havraise. Après le dépôt de gerbes, une minute de silence a été observée. La cérémonie s’est terminée aux accents poignants de la « Chanson de Craonne ».

Source : La Nouvelle République – extraits – 10/11/20

St-Martin-du-Var (06)

Au centre Maurice Bailet dit Roger à droite Alain Schiazza et à gauche André Uras.

Maurice BAILET, Président d’honneur de notre section, nous a quittés le 16 septembre 2020, il luttait avec un courage exemplaire contre la souffrance de la maladie depuis plusieurs années. En 2016 il a été décoré de la Médaille d'or civile et militaire, détenteur de la 28 - LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020

Croix du Combattant, commémorative AFN au titre de la Reconnaissance de la Nation. Il fut pendant plusieurs décennies le pilier de notre Section. Ses obsèques furent célébrées le 21 septembre 2020 au cimetière de notre village auquel il consacra une grande partie de son temps. Conseiller municipal de 1965 à 1971 et très actif dans la vie associative. Les honneurs lui ont été rendus par nos camarades avec notre drapeau qu’il chérissait, symbole combiné de l’association et de notre pays. Jean-Philippe, son fils a su trouver les

mots retraçant sa vie en ces Termes, l’Arac participait à ta vie comme elle participe à l’histoire. Mireille a souligné le soutien qu’il apportait à elle et sa sœur Simone et sa présence permanente auprès de leur mère.  J’emprunte à Roger cette pensée que tu ne cessais de répéter que c’est par l’histoire, par l’analyse du devoir de mémoire que l’on connaît mieux le passé pour appréhender le présent et préparer l’avenir des générations futures. Le président de la Section Alain Schiazza


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

Une ARAC renforcée, rassembleuse, solidaire

Régis Saphores, secrétaire national

Dans la situation actuelle, nos COHÉSIONS et  COHÉRENCES puisqu'il s'agit de cela, restent les clefs de nos capacités non seulement de "résister" mais aussi et surtout de faire vivre avec les citoyens nos valeurs républicaines, celles de la République et ainsi de peser sur notre devenir. Rien moins que cela. Qui peut en douter ? Nous subissons cette crise du capitalisme avec des chocs d'une violence inédite : choc sanitaire, choc terrorisme, choc économique et social, chaos culturel ....

Mais aussi choc de solidarités et d'engagements. Toutes ces valeurs que s'évertuent à détruire ces conquis sociaux mis en œuvre depuis 1945 par le programme du C.N.R. et les grandes luttes sociales et démocratiques. NOUS SOMMES LA, nous l'ARAC, avec nos patrimoines et nos valeurs. Activons donc nos COhérences et nos COhésions dans nos territoires, et d'abord dans nos sections, lieu privilégié du lien social et démocratique avec les entreprises où se créent les richesses. C'est rassembler avec nos valeurs et les faire vivre dans les cohérences et les cohésions de notre Association Républicaine des Combattants pour LA PAIX. Avec tous celles et ceux qui luttent, soyons prêts avec une ARAC forte et dynamique et une dimension nécessaire en adhérents, militants et moyens matériels et financiers pour AGIR et RASSEMBLER : c'est notre COhérence  et notre COhésion .... Régis Saphores

ARAC Saint-Vallier (71) Ce mercredi à 11 h, l’hommage rendu à Saint-Vallier dans le cadre de l’anniversaire de l’armistice de la première guerre mondiale, a été plutôt discret et en comité réduit. Ainsi seule une partie du conseil municipal de la commune était présente et plusieurs représentants des anciens combattants ainsi que le porte-drapeau étaient présents pour cette cérémonie. La cérémonie a débuté par le dépôt de gerbes, puis une minute de silence en l’honneur des victimes du conflit. La représentante de l’ARAC, Chrsitine LAPRAY, s’est exprimée. Elle a notamment rappelé « que l’association a vivement protesté et refusé la loi du 28 février 2012 qui fixa au 11 novembre le jour de la commémoration de tous les morts pour la France quel que soit le conflit. Vouloir confondre

Cavignac (33)

Notre section a participé à deux cérémonies : une à Cavignac (33620) à 9 h 30 où 6 personnes étaient présentes et une autre à Gauriaguet (33240) à 11 h où là il y avait 13 personnes. En pièce jointe, la cérémonie à Gauriaguet. A Cavignac, il n'y a eu que le dépôt de gerbes et appel des soldats locaux “Morts pour la France”, minute de silence et remerciements aux 2 porte-drapeaux. Pas de lecture de message A Gauriaguet, dépôt de gerbe, Chant des partisans, Appel des soldats locaux et nationaux “Morts pour la France”, minute de silence, lecture des messages clôturés par la “Marseillaise” avec remerciements aux 2 porte-drapeaux et aux personnes présentes. Voilà ce que notre section ARAC de Cavignac a réalisé pour ce 11 novembre 2020. Sarrazin Jean-Pierre

Pyrénées-Orientales (66)

les situations historiques, c’est gommer les spécificités, les raisons de ces engagements, c’est laisser penser que tout se vaut. C’est un obstacle au nécessaire travail de mémoire, c’est nier l’histoire de notre pays ». En conclusion de son propos, l’ARAC indique que ces cérémonies sont toujours l’occasion d’appeler à la paix pour chacun. La cérémonie s’est achevée par le salut au porte-drapeau.

Les Amis du Maquis Henri Barbusse communiquent : Une délégation était présente avec notre drapeau à la commémoration du 11 novembre à Millas. De nombreux discours dans chaque commune ; l’ARAC (Association Républicaine Anciens Combattants dont Henri Barbusse fut un des fondateurs) complète l’historique de l’événement dans sa déclaration ; le rappeler, informer, ne pas oublier: Les 639 fusillés pour l’exemple. LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020 - 29


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

Launaguet (31)

St-Denis (93)

Publié le 11/11/2020 – La dépêche.fr – extraits

Ont participé à la cérémonie du 11 novembre de la ville de St-Denis, Stéphane Peu, député de Seine St-Denis, Mathieu Hanodin, maire de St-Denis, Anne Coste de Champeron, sous-préfète, Eliane Mèche de l’ULAC et Gérard Royer, président de l’ARAC St-Denis. Tous ont déposé une gerbe. Etaient présents aussi les porte-drapeaux.

La commémoration du 11 novembre ne sera pas ouverte au public. Pierre Martres, président départemental de l’ARAC, explique cette cérémonie à venir. Cette commémoration aura une saveur très particulière en raison de la Covid-19… Oui, pour ce 102e anniversaire de la guerre 1914/1918, cela sera une commémoration un petit peu frustrante. Nous n’avons déjà pas pu célébrer comme il se devait les dates du 8 mai… Nous tentons de continuer à marquer les dates anniversaires dans le pur respect de mémoire. Il ne faut pas oublier que ce 11 novembre marque l’anniversaire du document signé entre l’Allemagne et la Triple Entente (France, Grande-Bretagne, États-Unis) pendant la première guerre mondiale, un prélude au Traité de Versailles de 1919 qui a suspendu les combats qui faisaient rage depuis quatre ans entre

les deux camps. Pour cette commémoration, il n’y aura que deux drapeaux : celui du Département et celui de Launaguet. Comment se portent les adhérents de l’association locale ? Cette année, nous ne ferons pas l’assemblée générale comme à l’accoutumée pour respecter les gestes barrières. Nous reporterons cette date. Nos adhérents le comprennent bien. La période est difficile. Nous n’avons pas pu assister aux cérémonies, encore ces derniers jours, mais nous n’allons pas nous plaindre, nous sommes encore heureux de subir cette crise et d’être présents. Comment se déroulera cette commémoration si spéciale ? 11 heures, un dépôt de gerbes au monument aux morts de la part de l’ARAC, du conseil municipal. Il y aura une sonnerie aux morts pas d’appel aux morts. La Marseillaise.

Hauts-de-Seine (92) 22 octobre 2020. Malgré les dispositions COVID et le couvre-feu, l’ARAC, l’ACCA et le Mouvement de la paix ont pu réunir une soixantaine de personnes autour du film “nous

30 - LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020

n'étions pas des héros” au cinéma municipal de Malakoff. Les participants ont apprécié dans l'émotion ce très beau film tiré du livre “Le camp” écrit clandestinement en prison par le journaliste et communiste algérien Abdelamide Benzine.  Le débat qui n’a pas pu avoir lieu en présence du réalisateur Nasr- Eddine Guenifi après le film, horaires du couvre-feu, est reporté à un prochain rendez-vous.  L'initiative pourrait être reprise par d’autres sections locales de l’ARAC. Contact J.-P. Renaudat mail: Jp.renaudat@hotmail.com

Nantes (44)

11 novembre 2020 Malgré la remise en cause de la cérémonie d’hommage, le collectif Nantais pour la réhabilitation des Fusillés pour l’exemple a tenu à rendre hommage à ces hommes livrés par l’Etat à la justice militaire fusillés pour semer la terreur et continuer la guerre. Une gerbe a été déposée aux Tables Mémorielles par la Libre Pensée, la Ligue des Droits de l’Homme et l’Association Républicaine des Anciens Combattants.

Couëron (44) 11 novembre 2020 - L’ARAC a participé au devoir de mémoire de ce conflit mondial organisé par les grandes puissances coloniales qui voulaient finaliser le partage du monde au prix de millions de morts et de victimes de toutes natures et continents. Présence restreinte oblige ; l’ARAC représentée par Dominique SANZ son Pdt, Maurice JUBINEAU son porte drapeau, et Claude ARTEAUD membre du bureau, ont procédé à un dépôt gerbe, l’intervention de Carole GRELAUD : Maire - Conseillère Départementale, qui a largement repris des propos de la déclaration nationale de l’ARAC. 


VIE DE L'ARAC LE RÉVEIL

Chevilly-Larue (94)

Saône-et-Loire (71)

11 novembre à Chevilly Larue, la maire S. Daumin, l'adjoint à la mémoire et J. Verrier secrétaire national de l'ARAC.

Dépôt de gerbe au cimetière de Montariange (71) avec Jean-Pierre Genot et Liliane Rehby pdt de l’ARAC et Michèle Bouton porte-drapeau de l'ARAC, Secrétaire de Gueugnon.

Grigny (91)

Villejuif (94)

11 novembre à Grigny en présence du maire P. Rio, du drapeau de l'ARAC et ses dirigeants.

11 novembre à Villejuif en présence du maire Pierre Garzon, J.-P. Berot et P. Staat déposent la gerbe de l'ARAC.

Michel Cholet de l’ARAC, présent à la commémoration du 11 novembre à Labouheyre.

Vigneux (91) Commémoration du 11 novembre à Vigneux avec le pdt du président du département, du maire et les représentant des associations d'anciens combattants.

Extraits : Fatiha Alaudat, adjointe en charge de la culture de paix Malakoff est une des villes fondatrices en France et à l’internationale, en participant à la création du réseau mondial des Maires pour la paix. Elle s’est d'abord construite autour de la mémoire plus que centenaire de ses citoyen.ne.s engagé.e.s : pacifistes, résistant.e.s, anticolonialistes et autour des bombardements atomiques d’Hiroshima et Nagasaki, dont nous commémorons cette année le 75e anniversaire, avec l’objectif d’un désarmement nucléaire mondial.

GÉN

ÉRAUX DE

L

AIX AP

Labouheyre (40)

11 novembre 2020 à SOUES (65), présence de l’ARAC

S

Avec les deux confinements, la restriction du lien social, la mise en attente des initiatives publiques, expo, débat, cérémonie, nous traversons tous des moments difficiles. Pour aider notre journal, nous vous invitons à nous retourner, avec un chèque en utilisant l’enveloppe T, les talons des bons de soutien de Noël du Réveil que vous avez encore en votre possession. Le tirage aura lieu fin janvier 2021. Votre contribution nous permettra de poursuive la fabrication du Réveil et de contribuer à la réflexion et au débat. Comptant sur votre soutien, Les membres bénévoles du comité de rédaction du Réveil

Soues (65)

ÉTAT

Cher lecteur, chère lectrice,

Malakoff, est fière de ACTES - 2020 3 ses engagements, de ceux de ses citoyen. ne.s et de ses associations qui œuvrent chaque jour pour le respect des droits humains, la défense des services publics et l'accès aux droits, l'égalité femmes/hommes, la justice, la solidarité, la tolérance, le développement durable et la promotion de la paix. Elle a fait de la lutte contre toutes les discriminations, les inégalités et les violences, un axe fort de ses politiques publiques du local à l'international. etatsgenerauxpaix@gmail.com

2 Place du Méridien – 94800 VILLEJUIF

LE RÉVEIL - N° 867 - DÉCEMBRE 2020 - 31


Le Sacré-Cœur monument historique :

l’insulte faite à la mémoire des communards son téléphone portable pour savoir si Adolphe Thiers fut un chanteur de K-Pop et si le mur des Fédérés du PèreLachaise rend hommage à des victimes d’accident de trottinettes.

La basilique du Sacré-Cœur est en passe d’être classée monument historique. Un camouflet infligé à la mémoire des communards, explique Jack Dion. Pendant que certains veulent déboulonner des statues, d’autres rêvent de boulonner pour l’éternité des symboles politiques forts contestables. Tel est le cas de la basilique du Sacré-Cœur, en haut de la butte Montmartre, dans le XVIIIe arrondissement de Paris. Achevé en 1923 pour célébrer l’écrasement de la Commune de Paris par les Versaillais, cet édifice est en passe d’être classé monument historique. La décision a été prise par le préfet d’Ilede-France, après un avis favorable de la Commission régionale du patrimoine et de l’architecture, avec le soutien de la Ville de Paris et l’agrément de Roselyne Bachelot, ministre de la Culture. Ici et là, d’aucuns expliquent qu’il n’y a pas plus de rapport entre la basilique et la Commune qu’entre Notre-Dame de Paris et la conquête spatiale. Prétendre le contraire, selon le ministère de la Culture, serait « une mauvaise lecture de l’histoire ». De toute façon, comme le dit Roselyne Bachelot, « ces querelles sont derrière nous ». À ce compte-là, il faudrait fermer les livres d’histoire, et se contenter de jouer sur

Karen Taïeb, adjointe à la Mairie de Paris, chargée du patrimoine, a certes reconnu : « Un lien mémoriel existe entre la basilique et la Commune de Paris, c’est indéniable ». En effet. Cependant, elle a aussitôt ajouté : « Le classement se base sur le geste architectural. » On se gardera d’apprécier le Sacré-Cœur sur le plan esthétique, afin de rester poli. Ce n’est pas la question. Reste que considérer cet édifice « d’intérêt public », c’est oublier d’où il vient et de quoi il est le symbole.

Dès son origine, la basilique a été conçue comme un acte de repentance destiné à faire oublier ce que fut la Commune de Paris (26 mars - 28 mai 1871). À l’occasion de cette expérience politique unique dans l’histoire de France, des ouvriers, des artisans, des commerçants – dont nombre d’étrangers – se transformèrent en hommes d’État pendant une expérience aussi brève (35 jours) qu’intense et dramatique par son issue. Ce n’est pas un hasard si le Sacré-Cœur fut édifié en haut de la butte Montmartre, là où les patriotes insurgés d’alors refusèrent de livrer les armes et les canons que voulait leur retirer le gouvernement de Thiers après sa capitulation face à l’Allemagne. Au-dessus du chœur, on lit d’ailleurs « Gallia poenitens » (« La France repentante »), écrit en lettres dorées. Repentante de quoi ? Il s’agit bien de laver le crime d’insurrection populaire qui s’achèvera par un sanglant mas-

sacre. Louis Aragon écrira : « Pour faire oublier la Commune/ Le Sacré-Cœur a vu le jour/Un beau soir, il aura son tour/ Ce gâteau blanc comme la lune ! » Sans souhaiter une telle issue, disons qu’on aurait pu se passer de préparer le 150e anniversaire de la Commune par une décision revenant à blanchir Thiers, celui que Marx appelait le « nabot monstrueux » dont le nom s’affiche sur tant de rues de France. Pour faire passer la pilule, on assure que le square Louise-Michel, attenant à la basilique, sera lui aussi classé monument historique. Mais si l’édifice n’a rien à voir avec la Commune, pourquoi éprouver le besoin d’y adjoindre un lieu de verdure portant le nom de l’une de ses figures majeures ? Voudrait-on ainsi renvoyer dos à dos Adolphe Thiers et Louise Michel, comme si l’on pouvait réconcilier celle qui croyait à la justice et celui qui n’y croyait pas ? Plutôt que se livrer à de telles manigances historiques, mieux vaudrait réfléchir à ce que fut une expérience politique qui eut des échos aux quatre coins du monde. À une époque où le peuple fait sécession, où il se reconnaît de moins en moins dans ses représentants, où l’on s’inquiète d’une dérive dite « populiste », il est bon de rappeler que l’on doit à la Commune de Paris l’esquisse d’un droit du travail, l’instauration d’élus révocables, la séparation de l’Église et de l’État, la mobilisation des femmes, l’enseignement laïc et obligatoire. Cette expérience autogestionnaire unique en son genre a initié nombre de réformes démocratiques effacées de la mémoire collective par ceux qui préférèrent pactiser avec les Prussiens du chancelier Bismarck. En sanctifiant la basilique, leurs lointains descendants parachèvent une opération digne du négationnisme. Les communards avaient raison de chanter : « Mais il est bien court le temps des cerises… » Source : Marianne – J. Dion – 25/10/20

Profile for Le réveil des combattants

Le réveil des combattants - Décembre 2020  

Le réveil des combattants - Décembre 2020  

Advertisement