Page 1

Periodique spécialisé du groupe fenaco-LANDI • www.ufarevue.ch • 12 / 2010

Qui a le mieux maîtrisé la crise du lait? Page 12

Large gamme de tronçonneuses Page 26

Ravageurs dans les dépôts de céréales Page 40

Pourquoi les veaux ont-ils des problèmes? Page 56


Le FENDT 300 Vario n’est pas seulement un plaisir à conduire...

FS 20.6.09

...il fait aussi tout mieux!

2854

Bassecourt, GVS Agrar Jura SA

1906

Charrat, Etablissements Chappot SA

1415

Démoret, René Bovay SA

1564

Domdidier, Umatec

1037

Etagnières, Etrama SA

1262

Eysins, F.& J. Dubois Sàrl

1733

Treyvaux, Umatec

1137

Yens, Kufferagri Sàrl

La boîte de vitesse continue Vario est un must incontesté, dans la classe de performance compacte allant de 95 à 125 CV également. Avec un poids dès 4.2 tonnes qui assure un bon rapport poids/puissance, un moteur à quatre soupapres puissant et extrêmement économique ainsi qu’avec sa boîte de vitesse Vario, le 300 Vario offre dynamisme et flexibilité. Cela ne fait pas que procurer un réel plaisir. Vous effectuez également beaucoup plus vite vos travaux et économisez beaucoup de carburant.

35 kg/CV 42 kg/CV Concurrent 2 45 kg/CV

Fendt 312

Concurrent 1

FENDT 309 Vario

95 CV

70 kW

FENDT 310 Vario

105 CV

77 kW

FENDT 311 Vario

115 CV

84 kW

FENDT 312 Vario

125 CV

92 kW

Puissance maximale celon ECE R24

GVS-Agrar AG, CH-8207 Schaffhausen Tél. 052 631 19 00, Fax 052 631 19 29 info@gvs-agrar.ch, www.gvs-agrar.ch


SOMMAIRE EDITORIAL Le lait est le produit agricole qui a été soumis aux plus fortes fluctuations de prix au cours des dix dernières années.

Roman Engeler

Photo: agrarfoto.com

FENACO ACTUEL Approche responsable du marché grâce aux interprofessions Interprofessions

4

Le groupe fenaco-LANDI s’implique Décisions du Conseil d’administration En un mot En mémoire d’Urs Schöb

4 4 5 7

GESTION Taxe sur la valeur ajoutée Vaut-il la peine, lors de la construction d’une nouvelle étable par exemple, de s’assujettir volontairement à la TVA?

20

Création d’une fromagerie à la ferme Des clients, du savoir-faire et du capital

10

Brèves Qui est le mieux parvenu à maîtriser la crise laitière? Vulgarisation actuelle: rendement et évolution des structures Il peut être intéressant de se soumettre volontairement à la TVA Sondage du mois

9 12 16 20 22

TECHNIQUE AGRICOLE Nouveautés intéressantes dans le domaine des tronçonneuses Tronçonneuses à essence, électriques et à accus 26 Brèves Test pratique: Pousse-fourrage automatique «Juno» de Lely Concours concernant la stratégie de New Holland Nouveaux produits Fusion des bourses d’occasion

Moins de travail Plus de flexibilité et moins de travail – c’est ce que permet le nouveau pousse fourrage automatique «Juno».

28

24 28 30 31 33

PRODUCTION VEGETALE Lutter contre les ravageurs Solutionner le problème de manière écologique avec l’azote

40

Brèves Vision: grandes cultures dans un gratte-ciel Fumure soufrée: planifier maintenant l’utilisation Céréales bio: prix supérieur au prix indicatif

35 36 38 43

PRODUCTION ANIMALE

Planifier maintenant «Landor Soufre» est une solution simple pour couvrir les besoins en soufre des cultures via les engrais de ferme.

38

Les streptocoques uberis engendrent 80% des mammites aiguës

54

Brèves Production laitière en Bavière UFA actuel: les pages de l’éleveur Approvisionnement en sélénium: augmenter la norme? Indice ICL, une bonne méthode de calcul Pourquoi les veaux ont-ils des problèmes? Remonte du bétail laitier: la première année est décisive «High Quality Beef»: la demande est forte Porcs d’engraissement et résultats d’abattoir

45 46 47 51 52 56 58 60 62

VIE QUOTIDIENNE

Meilleurs résultats L’installation d’un automate permet une complémentation individuelle et de disposer d’animaux homogènes.

62

REVUE UFA · 12 2010

Des exigences élevées Des pères modernes à la campagne

84

Brèves Recette de biscôme de Jolanda Roth Plantes symboliques Action DVD de Noël: savoureuses recettes paysannes Thomas Vetsch aime son métier de paysan

83 86 91 93 94

FOCUS Production de porcelets Aujourd’hui et demain

dès la page 65

En 2050, la terre comptera près de neuf milliards d’êtres humains et il faudra bien les nourrir. Les surfaces agricoles mondiales ne sont toutefois pas seulement limitées: elles sont de plus en plus menacées par l’érosion et par les constructions. Augmenter les rendements des surfaces exploitées sera donc un des principal défis auquel l’être humain sera confronté. Les feux de forêt, les sécheresses, les inondations extrêmes ainsi que les pertes enregistrées lors du stockage nous rappellent régulièrement avec quelle vitesse notre approvisionnement alimentaire peut être menacé. Des chercheurs, des experts agricoles et des architectes élaborent donc déjà plusieurs scénarios: dans quelques-uns de leurs modèles, l’agriculture migre en ville. Des «tours agricoles» au sein desquelles s’accumulent des serres performantes pourraient marquer le paysage urbain de leur emprunte à l’avenir. Ces fermes urbaines seraient équipées d’éoliennes et de cellules solaires écologiques alors que des poissons seraient élevés dans des réservoirs d’eau situés à proximité. Les plantes du futur prendraient racine dans des substrats tels que la laine de verre et les fibres de coco, le riz voyagerait sur des tapis roulants à travers le bâtiment et y parviendrait progressivement à maturité (voire également l’article en page 36). Pour l’instant cette vision reste un fantasme encore assez éloigné de la pratique. Mais qui peut dire aujourd’hui ce que l’avenir nous réserve?

info@ufarevue.ch LELY CENTER SUISSE Dairy Solution GmbH suisse@ch.lelycenter.com Tél. 041 440 04 04

Robot de traite For a professional milk production.

www.lely.com

3


ACTUALITÉ FENACO

Pour un marché responsable LES INTERPROFESSIONS sont des organismes au sein desquels les paysans, les transformateurs et les représentants du commerce travaillent ensemble à la stabilité des marchés agricoles et à la qualité élevée des produits. Le groupe fenaco-LANDI y collabore, sauvegardant ainsi des emplois dans l’agriculture et dans les secteurs en amont et en aval.

«Swissgranum» est l’interprofession pour la filière des céréales. Photo: brot.ch

Personne ne doit souffrir de la faim: telle fut, entre la 2e guerre mondiale et les années 90, la devise qui présida à l’engagement de la Confédération en faveur de l’agriculture et aux responsabilités qu’elle assuma dans la coordination entre la production agricole (offre) et la consommation (demande).

Avec la libéralisation des marchés agricoles, la Confédération transféra la coordination du marché, alors en main d’organisations paraétatiques, aux interprofessions qui venaient d’être créées. La loi sur l’agriculture stipule en effet que la promotion de la qualité et des ventes et l’adaptation de la production et de l’offre aux besoins du marché est l’affaire des organisations de producteurs ou des interprofessions concernées. Tous les opérateurs du marché (producteurs, consommateurs, transforma-

teurs, commerce) étaient conscients de l’importance de la stabilité des conditions du marché. Ils ont donc collaboré à la création de Swissgranum pour les céréales, les oléagineux et les protéagineux, de Swisspatat pour les pommes de terre ou de Proviande.

Le groupe fenaco-LANDI est actif à tous les échelons de la chaîne de valeur agricole. Il est propriété des paysans qui sont membres de la LANDI. Leurs intérêts déterminent l’évolution de l’entreprise et c’est en leur nom que fenaco-LANDI travaille dans la transformation et le commerce. fenaco est représentée dans les interprofessions des

Toute la branche profite de la stabilité et de la prévisibilité des marchés agricoles.

VERWALTUNG FENACO CONSEIL D’ADMINISTRATION GVS LANDI SA: au profit des agriculteurs schaffousois Au cours de l’été 2010, le conseil d’administration de fenaco a posé les jalons en vue d’une collaboration approfondie avec la fédération des coopératives agricoles de Schaffouse (GVS), qui a été avalisée par les délégués de GVS le 26 octobre 2010. Au sein de cette nouvelle entité, GVS LANDI SA, GVS apportera au 1er janvier 2011 l’ensemble de ses activités dans les secteurs Agro, com4

merce de détail ainsi que combustibles et carburants. De son côté, fenaco apportera l’activité commerciale de la LANDI Klettgau SA (photo) ainsi qu’une participation de 35 % à GVS LANDI SA. En tant qu’actionnaire majoritaire, GVS défendra à l’avenir les intérêts des coopératives membres ainsi que des agriculteurs schaffousois en leur qualité d’actionnaires de GVS LANDI SA. Cette collaboration permet à la direction et au conseil d’administration

de fenaco de remplir efficacement son mandat de base, qui a pour principal objectif de favoriser durablement la rentabilité et la compétitivité dans l’intérêt des agriculteurs du canton de Schaffouse. 12 2010 · REVUE UFA


ACTUALITÉ

NATS ES MO IS D D L I B DU MO PHOTO

FENACO AUF EIN WORT EN UN MOT

Stabilité, transparence et prévisibilité

Minergie® pour le Centre pour la viande fraîche à Bazenheid C’est le 11.11.2010 que Ernst Sutter SA a réceptionné à Bazenheid (SG) la plus grande installation photovoltaïque couche mince de Suisse. En plus de l’utilisation de réfrigérants neutres pour le climat, de l’installation de réglage la plus moderne et d’un chauffage à distance à partir d’une installation voisine d’incinération des déchets, l’installation solaire constitue une étape supplémentaire dans la pleine réalisation du standard Minergie® de ce centre. Le montant global des investissements dépasse les 90 millions de francs. Tous les besoins énergétiques peuvent être couverts sans combustibles fossiles.

produits du sol (pommes de terre, fruits, légumes), céréales, oléagineux et protéagineux, et au sein de Proviande. fenaco-LANDI met toutes ses compétences techniques à la disposition de ces interprofessions, sans restriction aucune.

Tâches Ce qui crée l’unité au sein d’interprofessions hétérogènes par nature (composées d’organisations de producteurs, de consommateurs, de transformateurs et du commerce), c’est leur intérêt pour un produit particulier, les pommes de terre par exemple. Suite à la page 6

TERMINE AGENDA Assemblées régionales du groupe fenaco-LANDI • Suisse centrale, Waldstätter-Tagung 13 et 14 janvier 2011 • Plateau central: 20 janvier 2011 • Suisse romande: 27 janvier 2011

Séminaires élevage UFA 2000 • • • •

Suisse centrale: Schenkon (LU), 18 janvier 2011 Suisse orientale: Kirchberg (SG), 19 janvier 2011 Plateau central: Kirchberg (BE), 11 janvier 2011 Tier&Technik: St. Gall, 24 – 27 février 2011

La politique agricole suisse est en chantier depuis les années 90: les mesures de soutien du marché et les subventions à l’exportation sont remplacées par des paiements directs et des contributions en faveur du marketing pour les produits suisses. Les interprofessions sont ainsi devenues un élément capital de la chaîne de valeur ajoutée. Dès le début, fenaco s’est engagée au sein des interprofessions recoupant ses domaines d’activité. Elle met à leur disposition des présidents de groupes de travail, leur fournit des informations sur le marché et recherche activement le dialogue en tant qu’intermédiaire entre les producteurs, l’industrie et le commerce de détail. Si elle agit ainsi, c’est pour une bonne raison: la tâche prioritaire du groupe fenaco-LANDI est d’améliorer les conditions économiques des paysans suisses. Les interprofessions pourvoient à la transparence du marché et à sa stabilité. Ces deux paramètres sont dans l’intérêt de fenaco, qui entend pouvoir opérer à tout moment sur le marché en toute prévisibilité. Et cela qu’elle s’adresse à ses propriétaires, les paysans, ou à ses principaux clients, le commerce de détail suisse. Les interprofessions n’ont certes pas pu empêcher la baisse continuelle du niveau des prix des produits alimentaires suisses – et des prix à la production par conséquent – et que la différence des prix de détail entre la Suisse et ses voisins européens soit réduite de moitié en quelques années. Mais elles ont contribué à ce que cette douloureuse évolution se déroule dans de nombreux cas de manière ordonnée. Sachant que la concurrence va se durcir toujours davantage sur le marché de l’alimentation et que la tendance à la libéralisation va se poursuivre, fenaco va continuer à jouer un rôle important dans les interprofessions.

Martin Keller Membre de la direction de fenaco

REVUE UFA · 12 2010

5


ACTUALITÉ FENACO

Jakob Signer représente Anicom au sein des organisations du marché.

Travailler au bon fonctionnement du marché Jakob Signer est responsable des ventes de bétail de boucherie chez Anicom SA et membre de la direction élargie de l’entreprise de commerce de bétail. Anicom siège au sein de plusieurs organisations importantes du secteur de la viande. Il s’agit notamment de:

Proviande s’implique tout au long de la chaîne de valeur ajoutée dans la filière carnée.

• Suisseporcs: bourse des gorets d’engrais avec siège à Will; analyse du marché des gorets d’engraissement; étude des tendances relatives au marché et aux prix des porcs de boucherie et des truies d’élevage. • Bio-Pool: analyse du marché et fixation des prix. • Groupe technique «qualité de la viande de porc» chez Suisseporcs: traitement de sujets d’actualité relatifs à la qualité de la viande de porc. • Proviande: membre et participation à diverses enquêtes sur le marché, les prix et l’éventuelle libération de contingents tarifaires. UFA-Revue: Comment envisagez-vous vos tâches au sein des organisations du marché? Jakob Signer: Pour nous, il s’agit d’élaborer les estimations du marché les plus précises possible et de s’en servir pour contribuer à la fixation des prix les plus justes possible. En ce qui concerne la libération de contingents d’importation, elle ne doit avoir lieu que si certains produits manquent vraiment en Suisse. En tant qu’entreprise de commerce d’animaux, nous sommes en principe intéressés à ce que les prix à la production soient élevés. Toutefois, nous devons aussi répondre aux attentes de nos acheteurs. En d’autres termes, nous prenons une position médiane pour pouvoir garantir l’écoulement des animaux. Pouvez-vous donner un exemple concret de votre travail? Au sein du groupe technique «qualité de la viande de porc» de Suisseporcs, nous nous occupons actuellement de la qualité de la graisse, des jambons déstructurés, de la tabelle de paiement pour la part de viande maigre et du défaut des taches brunes de la musculature du cou. Dans ces domaines, Anicom fournit d’importantes bases de données, primordiales pour le déroulement du processus de décision. Nous élaborons des tabelles de paiement, fournissons des informations à partir de mesures parallèles à la part de viande maigre ou des indices de graisse et couvrons les déficits dans le système. Les prix des porcs n’ont jamais été aussi bas. Dans quelle mesure pouvezvous contrer cette tendance? Dans une période de prix bas, l’intérêt premier du producteur est d’écouler ses porcs de boucherie. Jamais, durant ses quarante ans d’existence, Anicom n’avait vendu autant de porcs de boucherie qu’en octobre 2010. Durant cette période difficile, nous essayons d’assurer la livraison de nos clients de la production dans les délais. Nous y sommes parvenus la plupart du temps ces dernières semaines. Dès que nous sentirons un renversement de tendance sur le marché, nous ferons tout pour augmenter les prix.

6

L’entreprise de commerce d’animaux Anicom, qui appartient à fenaco, s’engage au sein de l’interprofession Proviande.

Suite de la page 5 Ces protagonistes mettent en œuvre, ensemble, des mesures favorables à la promotion de la qualité, qu’il s’agisse d’exigences en matière de production et de transformation, de directives en matière de contrôles, de séminaires de formation continue, voire d’attribution de mandats aux stations de recherche. Les ventes sont pour leur part stimulées grâce à des mesures publicitaires et des promotions (très efficaces dans le secteur des pommes de terres, car tous les enfants et tous les voyageurs en train connaissent le site web www.patate.ch et son génial tubercule).

Stabilité Chaque année, les interprofessions s’entendent sur les prix indicatifs et veillent à l’équilibre du marché en prenant si nécessaire des mesures d’allégement. Elles contribuent ainsi à la sauvegarde du revenu des producteurs et veillent à ce que la population suisse dispose en suffisance de produits alimentaires indigènes. Les interprofessions font preuve de transparence: on peut en effet trouver

sur leurs sites web leurs directives, leur matériel publicitaire, la liste de leurs membres et leurs prises de position. Avec des partenaires du marché responsables, ces organismes œuvrent dans un contexte dynamique en faveur de la stabilité des marchés agricoles et de la haute qualité des produits. Elles sauvegardent ainsi des emplois dans l’agriculture et les secteurs en amont et en aval. Quand cette compréhension des relations du marché manque et quand le nombre de profiteurs augmente, ce sont en premier lieu les producteurs et les consommateurs qui en pâtissent.

Cap sur l’avenir «Heureusement que le groupe fenaco-LANDI existe», peut-on entendre un peu partout dans la filière céréales. Cela fait allusion au fait que suite à la libéralisation du marché des céréales panifiables et fourragères, le groupe fenaco-LANDI s’est engagé fortement en faveur de l’ordre et de la stabilité du marché, notamment également de par sa participation à l’interprofession Swissgranum. Cette dernière forme une plateforme commune de l’économie céréalière indigène et de la production d’oléagineux. Elle regroupe la production, les centres collecteurs, le commerce, les moulins ainsi que d’autres transformateurs. Tous ces acteurs s’investissent pour des conditions cadres permettant une activité économique 12 2010 · REVUE UFA


ACTUALITÉ FENACO

L’interprofession assure des emplois dans la production primaire, la transformation ainsi que dans le commerce.

viable dans ce secteur. En considérant l’évolution des tendances en politique agraire, cela se transforme en véritable défi. Malgré ces difficultés, on peut lire dans le rapport 2009 de Swiss Granum que l’interprofession va poursuivre ses efforts en faveur de la filière céréales, oléagineux et protéagineux afin de maintenir la production primaire ainsi que la tranformation en Suisse, ce qui re-

Swisspatat, avec son site www.kartoffel.ch, représente les intérêts de toute la filière, vers l’extérieur comme à l’intérieur. Photo: Swisspatat

présente au total plus de 40000 postes de travail. Les interprofessions «Swisspatat» et «Proviande» sont également investies de la même «mission».

L’interprofession «Swiss Granum» a son siège à Berne, tout comme ses consoeurs des secteurs pommes de terre et viande «Swisspatat» et «Proviande». 䡵

Urs Schöb 30.11.1960 – 14.11.2010

C’est de manière totalement inattendue et bien trop tôt qu’Urs Schöb s’en est allé le 14 novembre 2010. Ce tragique événement a semé la consternation. C’est avec une infinie tristesse que nous faisons part de son décès, qui laisse un grand vide, dans sa famille tout comme dans l’entreprise.

Urs Schöb est entré chez Anicom il y a dix ans en tant que directeur de la succursale Suisse orientale. En 2003, il a repris la direction de l’entreprise en tant que président. Il a mis son énergie, ses connaissances et son savoir-faire sans compter au profit d’Anicom et l’a dirigée avec succès. Urs Schöb était apprécié de ses partenaires commerciaux pour son esprit ouvert, critique et conREVUE UFA · 12 2010

structif. Il s’est engagé corps et âme pour la production porcine et de gros bétail en Suisse. Il a été un chef et un inspirateur qui a su rallier et motiver tout le monde avec son caractère de battant. Au mois d’octobre, il a vu son dernier projet se concrétiser avec la reprise de l’entreprise Topig SA, active dans la commercialisation des porcs. Malgré ce grand engagement professionnel, Urs Schöb était très attaché à sa famille. Il accordait une énorme importance au bien-être de ses proches, en particulier de son épouse et des ses trois enfants. Il jouait également avec

passion de la trompette et d’autres instruments au sein de la fanfare municipale de Bischofszell et avait fondé la «Guggenmusik Chesselflicker» de Halden. Le décès d’Urs Schöb constitue une grande perte. Mais sa maîtrise exemplaire en tant que directeur, son amabilité et son esprit de camaraderie resteront inoubliables. En dépit de sa profonde tristesse, l’équipe d’Anicom va continuer à poursuivre sur la voie traçée par Urs Schöb avec un engagement sans faille. Et c’est avec reconnaissance que nous perpétuerons son souvenir.

Eugen Brühlmeier, Direction de fenaco 7


Puissant et mobile.

ARION 400. Un pour tous.

Disponible en 6 motorisations et 2 niveaux d'équipement. Grâce à ses fortes aptitudes au chargeur frontal, à son gabarit contenu et avec une puissance maximale développant jusqu'à 125 CV, il est destiné à répondre aux attentes des exploitations d'élevage, mais aussi aux besoins des activités liées au travail du sol.

Téléphonez nous, nous vous conseillons volontiers. Richard Debély

8

079 631 43 07

Serco Landtechnik SA Niedermattstrasse 25 4538 Oberbipp Telefon 032 636 66 66 info@sercolandtechnik.ch www.sercolandtechnik.ch

12 2010 · REVUE UFA


BRÈVES GESTION

Imposition moins lourde en cas de remise à un âge avancé

Préemption et le droit de réméré Lorsque le propriétaire d’une chose décide de la vendre (de l’aliéner) le titulaire d’un droit de préemption peut l’acheter (l’acquérir) avant d’autres personnes. Ce droit peut être légal ou conventionnel. Le droit de réméré conventionnel permet à son titulaire de racheter la chose dont il avait déjà la propriété avant de l’avoir transférée antérieurement à son propriétaire et aliénateur actuel. Philippe Haymoz

Directive salariale 2011 La directive salariale 2011 prévoit une augmentation de 1 % des salaires minimaux des travailleurs étrangers originaires de l’UE, soit une augmentation de 3110 à 3140 francs. Le renchérissement enregistré ces deux dernières années a été déterminant. Les directives salariales sont consultables en ligne sur les sites web de l’ABLA, de l’USP et de REVUE UFA · 12 2010

tableaux de la circulaire sont utiles à la compréhension. Outre les conséquences fiscales, il faut toujours tenir compte des cotisations aux assurances sociales, qui ne prévoient aucun allègement. Si le bénéfice de liquidation devait exercer un effet sur la ren-

te, un décompte avant l’âge de 65 ans devrait être pris en considération. Cette nouvelle disposition entre en vigueur le 1er janvier prochain. Martin Würsch, responsable d’USP Fiduciaire et Estimations  056 462 52 71

l’Union suisse des paysannes et des femmes rurales (USPF). Sauf pour ceux de Roumanie et de Bulgarie, la libre-circulation des personnes entrera en vigueur sans restriction pour tous les ressortissants de l’UE à partir du 1er mai 2011. Cela facilitera l’engagement de main-d’œuvre étrangère en Suisse.

Valeurs indicatives Lors de sa réunion du 20 octobre 2010, la Conférence de coordination pour le Dépouillement centralisé des données comptables a fixé les nouvelles valeurs indicatives pour les comptabilités agricoles. Ces valeurs indicatives font foi pour l’évaluation de l’inventaire et des prestations en nature. En outre, elles servent également à calculer d’autres valeurs. Les valeurs indicatives sont accessibles sur Internet (http://www.agroscope.admin.ch/zentrale-auswertung cliquer sur Publications) ou contre envoi de deux francs sous forme de timbres et d'une enveloppe C5 affranchie à votre adresse. Veuillez adresser les commandes aux institutions suivantes:

gain de liquidation résiduel imposable achat fictif imposé séparément

imposition ordinaire

gain de liquidation imposé Achat effectif auprès de la caisse séparément après déduction de l’achat effectif de pension

gain de liquidation

imposition moins lourde 37 b DBG

autres revenus (ordinaires)

Graphique: Schéma de l’imposition

revenu total

L’article 37b de la loi sur l’impôt fédéral direct a été introduit à l’occasion du 2e volet de la réforme de la fiscalité des entreprises. Les paysans doivent en connaître eux aussi les principales dispositions. Ils peuvent par exemple profiter d’une imposition moins lourde s’ils ont atteint l’âge de 55 ans ou doivent remettre leur exploitation pour cause d’invalidité. Le 3 novembre dernier, l’Administration fédérale des contributions a publié une circulaire très complète sur l’imposition du bénéfice de liquidation en vertu de l’art. 37b LIFD, qui explique en détail l’imposition moins lourde dans le cadre de la liquidation d’une entreprise en raison individuelle dictée par l’âge ou l’invalidité. La mise en pratique ne devrait pas toujours être facile, raison pour laquelle les graphiques (cf. graphique) et les

dont 1⁄5 déterm. pour le taux

imposition à 1 ⁄5 du taux

Indemnité pour les pistes de ski La saison d’hiver est à nos portes. Le territoire suisse est sillonné de quelque 7300 kilomètres de pistes de skis, qui traversent aussi des surfaces agricoles et provoquent non seulement des restrictions d’exploitation, mais aussi des frais supplémentaires. Le paysan doit être indemnisé pour ces inconvénients. Comme il n’existe à cet effet aucune valeur indicative, il faut se baser sur les restrictions réelles imposées aux propriétaires et aux exploitants. Par analogie, on peut définir des systèmes d’indemnisation similaires à ceux habituellement en vigueur pour le passage de lignes électriques

agridea, Service des comptabilités agricoles, case postale 128 CH-1000 Lausanne 6

Poteaux de ferme En Suisse allemande, il existe des poteaux de ferme. Ces derniers sont carrés, peints d’un blanc lumineux et ont une longueur de 2.6 m. Ils souhaitent la bienvenue aux passants et aux visiteurs, qui les aperçoivent de loin, et présentent l’exploitation agricole ainsi que la famille. Commandes: Landwirtschaftlichen Informationsdienst LID, Berne. Ingrid Flückiger, flueckiger@lid.ch,  031 359 59 77. Prix: 250 Fr.

en plein air ou l’implantation de pylônes. Les propriétaires fonciers tolèrent sur leurs terrains des pistes de ski et les installations techniques qui leurs sont nécessaires (bâtiments, pylônes et câbles des remontepentes, conduites enterrées, fosses et installations pour l’enneigement artificiel, etc.) Ces installations doivent être réglementées au moyen de droits de superficie et de servitudes. L’exploitant doit être indemnisé pour les pertes de rendement et de qualité, compte tenu notamment de l’enneigement artificiel. Il peut s’agir d’une restriction de l’accès à la ferme, d’une restriction des coupes de bois, de l’enlèvement des déchets ou de l’entretien supplémentaire des clôtures. Il faut rechercher des solutions équitables. Gerhard Ryf USP Fiduciaire et Estimations  056 462 52 71

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 9


GESTION

Création de fromageries à la ferme LES CLIENTS, LE SAVOIR-FAIRE ET DU CAPITAL Différentes études démontrent que de nombreux Suisses sont prêts à payer plus cher pour des produits locaux et se distinguant par une qualité spécifique. Les agriculteurs ont ainsi la possibilité de se constituer une nouvelle branche d’exploitation et de compenser la pression du marché. Une planification solide et bien réfléchie est déterminante pour le succès d’une fromagerie à la ferme.

Irene Bösch

Matteo Aepli

On parle de «fromagerie à la ferme» lorsque le lait produit sur place (et éventuellement du lait provenant d’autres exploitations) est également transformé sur l’exploitation. Ces fromageries fermières fabriquent des produits aussi divers que des joghurts, du fromage ou du fromage frais.

Par tête d’habitant et par année, les Suisses mangent plus de 20 kg de fromage.

Acheteurs Il s’agit tout d’abord de trouver des clients qui achètent ces produits (tableau 1). L’offre s’adresse souvent à des clients de la région, pour éviter de devoir disposer d’une logistique trop importante dès le départ. De nombreux Suisses sont par ailleurs prêts à payer un prix un peu plus élevé pour des produits régionaux. Au niveau des clients privés, ce sont surtout les familles disposant d’un revenu moyen à élevé qui achètent en vente directe. A noter que les familles sont également souvent des clients fidèles. Or la fidélité de la clientèle est primordiale pour la

vente directe: il est en effet plus difficile d’acquérir de nouveaux clients que de conserver les clients existants.

Production et assortiment L’expérience démontre qu’il est plus rentable de fabriquer des produit permettant une bonne valorisation du lait, soit du

Tableau 1: Clients et acheteurs Lieu de vente / acheteur Vente directe

Avantages Moins de travail logistique. Constitution possible d’une clientèle régulière possible.

Inconvénients Les clients doivent effectuer de plus longs trajets et le magasin d’exploitation devrait se trouver sur un axe de passage. Les horaires d’ouverture doivent être définis.

Sur le marché (marché hebdomadaire)

Possibilité de planifier les quantités écoulées. Constitution possible d’une clientèle régulière possible.

La concurrence se trouve également sur place et les ventes dépendent de la météo ou des vacances. Il faut également disposer d’un véhicule pour les livraisons. En règle générale, ces clients souhaitent disposer d’un assortiment complet.

Maisons de retraite, restaurants, etc. Service de livraison à l’intention des clients privés

Quantités fixes. Conventions claires. Accès à un plus grand nombre de clients, car ces derniers n’ont pas d’efforts à fournir (pas de trajets). Plus de service implique en général des prix plus élevés et donc plus de revenus.

Vente via Internet

Les clients ne sont pas liés à un endroit et peuvent passer commande en tout temps.

10

Il est nécessaire de disposer de personnel et d’un véhicule.

Pas de contact personnel. Envoi complexe/onéreux.

fromage à pâte molle ou des yaourts. Les produits à base de lait de chèvre ou de brebis jouissent d’une demande toujours plus forte et ne sont pas (encore) produits en quantités suffisantes. Il est également primordial de veiller aux volumes de stockage disponibles et aux prescriptions en matière d’hygiène. Beaucoup de clients apprécient de ne pas avoir à choisir un seul produit mais de disposer d’un vaste assortiment. Si tel n’est pas le cas, il faut engager une collaboration avec d’autres exploitations, de manière à proposer des fleurs ou des pâtisseries en plus des produits laitiers.

Prix Les coûts de production, les prix du commerce de détail et la concurrence déterminent les prix. Il est important de ne pas partir avec des prix trop bas et de ne les adapter que si nécessaire. Pour les clients qui achètent dans une fromagerie à la ferme, c’est la qualité du produit et non le prix le «meilleur» marché qui prime. Une fromagerie d’exploitation interrogée n’a par exemple pas baissé ses prix dans la foulée de la baisse du prix 12 2010 · REVUE UFA


GESTION du lait enregistrée en 2009. Comme les clients appréciaient les produits qui leur étaient proposés, le chiffre d’affaires n’a pratiquement pas reculé.

Finances Pour procéder à des investissements, il faut disposer de suffisamment de capital. Lorsque les fonds propres ne suffisent pas, il faut s’adresser aux caisses de crédits agricoles, aux banques ou aux organisations d’utilité publique (tableau 2). Sans un solide financement initial, tout projet est condamné d’office. Les fromageries fermières ne peuvent pas bénéficier de subventions sous forme de contributions à fonds perdus. Les crédits d’investissement jouent donc un rôle majeur. Mais dans ce domaine également, les caisses de crédits interrogées ne semblent pas vraiment être enclines à accorder un soutien financier. Les chances qu’une demande soit acceptée augmentent lorsque le requérant parvient à démontrer clairement que la fromagerie d’exploitation prévue contribue fortement à la diversification de l’entreprise et que les atouts du projet sont déterminants. Il faut être conscient que les caisses de crédit ont souvent un rôle de test.

Tableau 2: Possibilités de financement Institution Caisses de crédit agricoles/pouvoirs publics (différences cantonales)

➠ Crédit d’investissement

Taux d’intérêt /Sécurité ➠ Sans intérêt (remboursement par tranches, horizon de 10 à 15 ans) ➠ Gage immobilier

Banques cantonales et régionales

➠ Crédit à l’investissement ➠ Crédit d’exploitation

➠ ~ 4.5 %, amortissement par tranches. ➠ Gage immobilier, éventuellement sécurités supplémentaires (2. et 3. pilier, caisse de pension et prévoyance privée

Organisations et fondations d’utilité publique

Contributions à fonds perdu

Par ex., Aide suisse aux montagnards

Le montant de la contribution dépend du projet

Lorsqu’une requête est refusée par la caisse de crédit, le requérant a peu de chance de voir sa demande acceptée par d’autres institutions. Le dépôt d’une demande d’aide financière auprès d’une organisation d’utilité publique (p.ex. l’Aide suisse aux montagnards ou d’autres fondations) a l’avantage que ces dernières ne font à priori pas dépendre leurs contributions de décisions émanant des pouvoirs publiques.

Exigences ➠ Businessplan ➠ Comptabilités (env. 3 dernières années) ➠ Autres données en fonction des formulaires de demande ➠ Businessplan ➠ Comptabilités (env. 3 dernières années) ➠ Calcul d’investissement

Difficultés Lorsqu’une fromagerie d’exploitation concurrence des unités de transformation existantes, il n’y a aucun soutien.

➠ Données selon le formulaire de demande ➠ Rapport de projet détaillé d’un expert

Souvent uniquement actives au niveau local/régional ou dans les régions de montagne.

Les prescriptions en matière d’hygiène pour une fromagerie à la ferme sont sévères et doivent être respectées.

Octroi de crédit limité aux exploitations agricoles, le secteur agricole étant généralement classé dans une catégorie de risque élevée.

Durant la phase initiale, il est conseillé de démarrer avec des volumes restreints. La fromagerie ne parviendra à réaliser des bénéfices qu’après quelques mois, une fois que la production et l’écoulement seront totalement équilibrés. La production laitière devrait rester le pilier économique important qu’elle a toujours été pour l’exploitation et contribuer ainsi à assurer la rémunération de l’activité agricole. 䡵

Auteurs Irene Bösch et Matteo Aepli effectuent des travaux de recherche au sein du groupe Economie agricole, alimentaire et environnementale de l’EPFZ de Zürich, www.afee.ethz.ch Cette article repose sur un travail de recherche dans le cadre duquel les personnes susmentionnées ont cherché à identifier quels étaient les facteurs de succès importants. Dans une prochaine édition de la Revue UFA, des questions ayant trait au marketing et à l’organisation du travail seront abordées.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

REVUE UFA · 12 2010

12 · 10

11


www.profi-lait.ch

Qui a le mieux maîtrisé la crise du lait?

UNE COMPARAISON ENTRE VOISINS Le lait a été soumis à des variations de prix très importantes ces dix dernières années. Les exploitations laitières, qu’elles soient grandes ou petites, doivent budgéter leurs dépenses de manière à pouvoir couvrir leurs risques.

Christian Gazzarin

L’International Farm Comparison Network (IFCN) est un réseau mondial de scientifiques et de vulgarisateurs de 86 pays qui échangent, comparent et publient des données nationales spécifiques concernant les exploitations laitières. Les résultats présentés émanent de l’année comptable 2009, qui fut en fait une année de crise pour la production laitière. Pour la Suisse, l’analyse portait sur une exploitation de 22 vaches en région des collines ainsi que sur une exploitation de 64 vaches en zone de plaine. Ces exploitations étaient comparées avec des exploitations similaires en Autriche (AT) (zone de montagne), Bavière (DE), France (FR) (Centre et Ouest du pays), ainsi qu’en Hollande (NL) et au Danemark (DK).

Grandes exploitations en difficulté Dans le cadre de la comptabilité analytique classique (graphique 1), les coûts de production du lait sont opposés directement au prix du lait (point rouge). La fin de la colonne indique le point de couverture des coûts. Lorsque le prix du lait se situe dans la colonne, c’est que les coûts ne peuvent pas être totalement couverts. Tant que le prix reste compris

dans la colonne jaune, le revenu généré est positif même si le tarif horaire est inférieur aux Fr. 28 calculés (coûts d’opportunité). Lorsque le prix du lait se situe à l’intérieur de la colonne brune, les charges réelles ne peuvent même pas être

couvertes. Une telle exploitation peut éventuellement encore «vivre» sur son capital et ses amortissements mais ne pourra survivre à long terme si le prix du lait reste à un niveau aussi faible. Dans ces exploitations, le revenu du travail est nul

Tableau: Comparatif international de différents chiffres-clef en production laitière Unité Productivité du travail Valorisation du travail Invest. de capital par vache Prix des fermages Utilisation de concentrés Prix du concentré Teneurs du lait en germes Teneurs du lait en cellules 12

kg lait (ECM) /heure CHF / heure de travail 1000 Fr. / vache Fr. / ha Tonnes / vache et par an Fr. / tonne 1000 cellules / ml 1000 cellules / ml

AT 14 38 7.6 10 226 1.4 390 35 250

CH 22 39 8 14 570 0.7 649 6 100

AT 22 50 -0.8 9.6 240 1.7 397 17.4 206

DE 31 69 1.6 8.7 362 2.1 297 32 165

FR 50 104 15.9 7.2 219 1.7 300 20 250

FR 60 132 17.6 7.5 180 1.7 305 20 250

CH 64 97 5 16.3 880 0.9 649 6 100

NL 70 256 – 15 8.7 1057 2.2 279 13.3 214

DE 80 161 9.1 7.9 385 2.2 297 29 180

DK 240 339 – 11 10.1 823 2.2 252 10 210

12 2010 · REVUE UFA


PROFILAIT GESTION Graphique 1: Coûts pour la production laitière (2009) 120 100

En Europe, le marché du lait se remet peu à peu. Photo: agrarfoto.com

core réussi à gagner de l’argent, même si le revenu dégagé est resté faible. Ce sont les deux exploitations françaises détenant 50 et 60 vaches qui affichaient les coûts de production les plus bas: un prix du lait de 50 ct. suffisait à couvrir les coûts.

Les exploitations en phase d’expansion touchées D’une manière générale, on constate que ce sont surtout les exploitations qui s’agrandissent qui sont les plus affectées par la baisse du prix du lait. Les grosses exploitations devaient encore digérer des investissements importants, certaines d’entre elles s’étant montrées trop euphoriques en 2007/2008. L’exploitation suisse CH-64 devait elle aussi digérer des investissements importants. Outre les investisseREVUE UFA · 12 2010

Exploitations familiales En temps normal, les exploitations familiales européennes de petite et de moyenne taille ne parviennent pratiquement jamais non plus à couvrir leurs coûts. Mais malgré les résultats obtenus dans le cadre des comptabilités analytiques, ces exploitations n’ont pas disparu et ont été transmises à un successeur. D’un point de vue méthodique, les limites d’une appréciation reposant sur la seule comptabilité analytique sont donc atteintes. Le IFCN a dès lors développé une nouvelle méthode permettant d’expliquer pourquoi les exploitations familiales moyennes parviennent malgré tout à subsister sur le marché (graphique 2). La réflexion centrale de cette constatation repose sur le fait qu’une exploitation familiale ne cherche pas à maximaliser ses profits mais à couvrir les besoins d’entretien de la famille et à maintenir l’exploitation dans les normes. Au lieu d’un salaire ho-

60 40

DK-240

DE-80

NL-70

CH-64

FR-60

FR-50

DE-31S

AT-22

CH-22

AT-14

20 0

coûts de quotas (location et coûts d’opportunité) coûts d’opportunité (surtout coûts de main d’oeuvre) Coûts réels moins revenus des sous-produits Source: Dairy Report 2010 prix du lait

Le prix continuera à fluctuer Le

Graphique 2: Couverture des flux de dépenses par le prix du lait (2009) 80 60 40

DK-240

DE-80

NL-70

CH-64

FR-60

FR-50

DE-31

0

AT-22

20

CH-22

CHF / 100 kg ECM

prix mondial du lait continuera à être soumis à des variations importantes. Dans le cadre de l’ouverture des frontières, ce sera également le cas pour le prix du lait en Suisse. Une évaluation statistique pour la période 1998 – 2009 démontre que parmi les produits agricoles, c’est le lait qui a été soumis aux fluctuations de prix les plus importantes. Les faibles variations enregistrées au niveau de l’offre et de la demande peuvent entraîner des modifications de prix importantes. On notera que l’évolution de la demande chinoise a un fort impact. Pour une exploitation laitière, cela signifie qu’il faut être prévoyant et budgéter les dépenses de manière à être mieux en mesure de faire face aux risques qui pourraient survenir.

80

AT-14

ments réalisés dans l’étable, elle devait encore procéder à des amortissements importants au niveau des contingents laitiers achetés, ce qui fait qu’elle a même gagné Fr. 5.– de moins par heure de travail que l’exploitation située en zone de montagne avec ses 22 vaches (Fr. 8.–). Plus les exploitations sont grandes, plus leur revenu dépend du niveau du prix du lait. Cela vaut également pour des prix du lait élevés. Les grosses exploitations dégagent alors des bénéfices plus importants que les petites.

CHF / 100 kg ECM

voire même négatif. Beaucoup d’exploitations européennes se sont retrouvées dans une telle situation en 2009, le travail n’étant rémunéré que grâce aux payements directs (Tableau 1). Dans les exploitations danoise et hollandaise, la situation était particulièrement précaire: les payements directs n’ont en effet même pas permis de réaliser un revenu positif. Au Danemark, 10% des exploitations laitières ont dû se résigner à la faillite. Sans l’aide des banques, cette proportion aurait même été encore plus élevée. Dans les autres pays, les exploitations ont en-

investissements impôts amortissement coûts d’opportunité (dépenses familiales privées) coûts réels moins amortissements moins revenus annexes Source: Dairy Report 2010 prix du lait

raire, la méthode développée par l’IFCN se base plutôt sur les dépenses privées. Les investissements de remplacement et d’agrandissement ainsi que les remboursements de dette et les impôts qui y sont liés doivent également pouvoir être financés par le revenu dégagé par l’exploitation. En se basant sur cette nouvelle approche, on obtient des résultats un peu différents. Lorsque le prix du lait est plus élevé que le sommet de la colonne, l’exploitation génère des réserves ou de l’épargne (free Cash-flow). L’extrémité de la colonne indique alors à quel niveau de prix les flux de versement réels (dépenses privées de la famille, amortissements, impôts, investissements ainsi que les charges réelles sans les amortissements) seraient couverts. 13


PROFILAIT GESTION Le graphique 2 démontre que les colonnes des exploitations familiales de plus petite taille sont plus basses ou égales à celles des grosses exploitations et qu’elles sont donc au moins aussi compétitives, voire plus compétitive que ces dernières. Dans les exploitations suisses, les dépenses consacrées au ménage familial et à l’exploitation sont beaucoup mieux couvertes par la production laitière et les payements directs que dans les pays voisins. Au niveau des perspectives à long terme, les exploitations «en fin de parcours» réalisent de très bons résultats avec la seconde méthode, leurs investissements étant pratiquement nuls, contrairement aux exploitations qui sont en phase d’expansion. Ces dernières n’ont en revanche pas de problème à trouver un successeur.

Capital par vache Le tableau 1 fait apparaître les singularités des exploitations suisses et les différences de coûts, de même que les atouts de la production laitière en Suisse. Dans notre pays, les investissements en capital par vache

sont très élevés (surtout machines et bâtiments) découlant d’un environnement économique onéreux, sans amélioration de la productivité du travail, qui reste inférieure à la moyenne européenne. Dans l’exploitation autrichienne de montagne (22 vaches), la productivité du travail est même 30% plus élevée que dans l’exploitation suisse analysée.

La qualité du lait suisse est élevée Le produit lui-même, soit le lait, fait partie des atouts de l’agriculture suisse. Aucun lait n’est d’aussi bonne qualité en ce qui concerne le niveau des germes et des cellules que celui qui est produit en Suisse. A cela s’ajoute une utilisation nettement inférieure de concentrés, ce qui signifie que le producteur suisse produit plus de lait à partir du fourrage de base que ses collègues étrangers.

Conclusion Les petites exploitations familiales sont plus stables en période de crise mais ont du mal à couvrir leurs

coûts, même lorsque le prix du lait est bon. Les exploitations qui sont en phase d’expansion font face à un risque plus élevé et doivent en tenir compte dans la gestion de leur exploitation, ce qui signifie qu’elles doivent constituer des réserves les bonnes années. La Suisse se distingue par un environnement de coût élevé, une faible productivité du travail et une qualité du lait hors du commun. Vu les conditions cadres dans lesquelles évolue la production suisse, maintenir le leadership en matière de qualité semble être la bonne solution. 䡵

Auteur Auteur Christian Gazzarin est collaborateur pour la gestion d’entreprise auprès de la Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon, 8356 Ettenhausen et représente la Suisse à l’International Farm Comparison Network (IFCN). www.ifcnnetwork.org

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

Récolter avec

La meilleure coupe

Vous pouvez tournez les choses dans tous les sens, c’est avec KRONE que vous réalisez le meilleur fourrage! Les machines de fanage de KRONE font de vrais miracles – en effet, question stabilité et fiabilité, elles sont sans égal. Surtout avec le fourrage lourd, les machines KRONE prouvent régulièrement ce que signifient la qualité et une technique innovante. N’hésitez pas à demander des informations ou une démonstration auprès de votre Agrarcenter ou directement chez nous.

AC 04.3.09

Agrarcenter – moins de risques, plus de profit

14

GVS-Agrar AG, CH-8207 Schaffhausen Tél. 052 631 19 00, Fax 052 631 19 29 12 2010 · REVUE UFA info@gvs-agrar.ch, www.gvs-agrar.ch


Profitez de l’aubaine de vous adresser à tous les paysans suisses

Bourse aux bonnes affaires Engpass-Spur Schneeketten, zu Pneu 360-70 R20  079 425 93 05

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Bandrechen Knüsel, wurde vor 2 Jahren revidiert; Ladewagen Bucher T 20K; Getreidequetsche, mit Elektromotor  062 394 10 29 oder 079 475 17 44 Occasions-Stapler, preisgünstig, Diesel, Benzin, Elektro; Staplervermietungen; Staplerreparaturen in Steffisburg  033 437 56 61 Maissämaschine Monosem NG + 3, 6-reihig, Doppelteleskop, schwere hydr. Spurreisser, Beleuchtung, Säüberwachung, elektrische Reihenabschaltung, Zwischenandruckrollen, 2-jährig, sehr wenig gebraucht  079 420 82 74 oder 044 941 23 02 Doppelräder, Grösse 13,6 x 36, neue Kleber 50 %, System Müller passend zu 13.6 x 36, Preis nach Absprache  078 872 17 60 3-Scharpflug Ott, Verschleissteile i. O., neuer Zylinder, Non Stop, Fr. 3000  076 365 16 02 Traktor Hürlimann D70, grün, Jahrgang 1960, revidiert, geprüft  024 454 30 01 PW-Viehanhänger Muralt, GG 1600 kg, NL 1070 kg, MFK August 2010, Innenmass 3 x 1.5 m, wegen Nichtgebrauchs zu verkaufen, Fr. 5500  032 665 49 37 Melkstand Westfalia Autotandem 2x3+1, Jg. Dez. 99, top Zustand, Medatron 12 inkl. PC mit Herdenmanagement Dairy Plan 5, 7 Probeentnahmegeräte, Kraftfutterstation mit 3 Dosierern, 42 Responder, autom. Reinigung, Fr. 45'000  079 389 55 35 REVUE UFA · 12 2010

Endeinheit, zu Milchabsauganlage Hektor, wie Sammelglas-Milchpumpe, 3 Wege-Hahn-Schalter und Vakuumpumpe  041 497 11 74 Motor Honda zu Rapid 505, 13 PS  079 855 25 36 Ladewagen Pöttinger Boss, 1 t, Jahrgang 89, hydr. Kratzboden, hydr. Pickup Aufzug, mit Bremsen, 6 Messer, Fr. 4500  079 484 68 11 4 Räder Vredestein Flotation, mit 10-Loch Felgen, Einpresstiefe 100, Grösse 500/55-20, Profil 80-90 %  071 699 15 75 Futtersilo, für ca. 8 t Getreide  078 614 73 77 2 Doppelräder 11.2 – 36, Fr. 150; Rübenbröckler Herborg, elektrisch, fast neu, Fr. 800  081 785 17 53 4 Räder komplett, VW Polo, 155/70/13; 2 Räder komplett, zu Deutz Conti, 11.5/80, 15.3, 8 Ply, Rading, 6 Loch; 4 Räder Vredestein, 6.40x13, mit Spikes; 2 Schaabverbindungen, mit Spannsystem  032 392 37 36 oder 079 414 01 29

Ladewagen Bucher T 12 k, guter Zustand  078 825 11 88 Autoanhänger, wie neu, Jg. 2005, Ladefläche 210 cm, B 110 cm, H 110 cm, Höhe mit Planenaufbau 140 cm, Leergewicht 145 kg, Nutzlast 605 kg, Gesamtgewicht 750 kg, sehr günstig  071 971 17 16

NEU NOUVEAU avec nouvelles rubriques 4 Rad LKW, 3 Seitenkipper, 16 t Gesamtgewicht, 17 m3 Inhalt, 40 km/h, Ölbremse, Zylinder dicht, Scharniere funktionstüchtig  071 699 15 75 Heckstapler Agromec, HH 3 m, hydr. Oberlenker, Seitenschub, Kistenhalter, zus. DW für Werkzeug, top Zustand, Fr. 2900  079 713 95 05 Kt. BE

Reifen, 520/70x38 und 420/70x28, aus Umbereifung; Diverse Teile, zu Same Explorer 70 II oder Hürlimann H-468, Motor, Getriebe, Achsen, etc.  078 639 54 55

8 gegenst. Boxenbügel, inklusive Zubehör  079 356 37 69

Elektrofutterkocher Althaus, Typ FK 300, guter Zustand, Fr. 2100; Breifutterautomat, für ca. 40 Jager, Fr. 300  079 734 94 69

Heuristmaschine Kran; Heuristmaschine Kleinmodel; Heuschrote, elektrisch, 220 Volt; Heuschrote, elektrisch, 380 Volt  079 678 81 49

Tiefgefrier-Stickstofftank, 100 Tage Tank, für Sperma und Embryonenlagerung, für ca. 100 Dosen, 6 teilig, preisgünstig  079 625 82 92 Wurfgebläse Aebi HG10, 6 Schaufeln, 15 PS Motor, Fr. 600  079 402 46 33

Doppelräder System Müller, 15.5 (16.9) x 38, Fr. 800  079 713 95 05 Kt. BE

Milchkühltank, 750 l, fahrbar, Fr. 1500; Heurüstmaschine Portana, Fr. 300; Vorkeimharasse, 250 Stk., aus Kunststoff, weiss, Fr. 300; Vorkeimgestelle M&B, 7 Stk., Fr. 700  071 690 02 24 oder 079 243 60 92

Doppelräder System Müller, 15,5 / 16,9 x 38, Fr. 800; Siloblockschneider Strautmann HT 1, Doppelmesserschneidrahmen BVL, mech. Abschieber, hydr. Oberlenker, gepflegt, einsatzbereit, Fr. 3800  079 713 95 05 Kt. BE Schneeketten Pewag, Doppelspurketten, schwer, 16.9-34, Fr. 900  079 713 95 05 Kt. BE Fiat Fiorino, 1.7 Diesel, Auto für Bastler, 110’000 km, 2 Türen, 5 Plätze, mit Laderaum, Hecktüren hinten aus Glas, 2 hintere Pneu gut, neue Batterie, 7 Gänge, Kupplung defekt, Fr. 2700  032 392 37 36 oder 079 414 01 29 Diesel/Heizöltank, aus Kunststoff, 2000 l, L x B x H = 2.3 m x 0.8 m x 1.65 m, mit Auffangbecken aus Polyester, technisch und optisch in perfektem Zustand, Fr. 480  079 328 76 63 Kt. BE Maishäcksler John Deere 25, 1 Reihe, wurde sehr wenig gebraucht, 0,4 ha /Jahr, verlängertes Auswurfrohr plus div. Zahnradsätze und Bedienungsanleitung, mechanisch und optisch in einwandfreiem Zustand, von Privat, Fr. 1700  079 328 76 63 Kt. BE Kreiselpumpe, mit Kompressor 10'000 l, B+P MEC 8000, Pumpleitung, Hochdüse, 40 km/h, Achse gefedert, Breitreifen 710/50-26.5 Vred. Flot Pro, Schalldämpfer, Schlauchanschlüsse rechts, links, hinten, vorb. für Schleppschlauch, exakter Breitverteiler bis 12 m, Fass in top Zustand  079 319 58 47 Brennholz, Spelzen oder ganze Tremmel; Einachsanhänger, Fr. 200; Eisenbügelsäge  079 457 69 77 Kt. LU

Lastwagenanhänger, für Schweine oder Schaffe, mit Futterautomat und Rampe, eingebautes Futtersilo und Schweineiglus  052 745 14 43 Tieriglu, 4.0 x 2.3 x 1.6 m, weiss, GFK mit Fenster, für Kälber, Schafe, Ponys usw., Abholung / Barzahlung, NP Fr. 1500, VP Fr. 500  056 443 17 60 Kühlanhänger, 7 x 2.5, Kühlaggregate Occ., günstig  079 689 06 59 Traktor Case IH Maxxum 5150, Fronthydr., Klima, K80, top Zustand, Fr. 32'000  079 689 06 59 Güllenmixer Kirchner, 12.5 PS, mit Untersetzungsgetriebe; Güllenmixer Bauer, 10 PS, 1400 Touren; 2 Rübenbröckler, mit Elektromotor und an Traktor; Strohmühle Vakumat, 15 PS  079 678 81 49 Ameise, elektr., Hub 2.5 , Hublast 1100 kg, günstig; Heckstapler Fenwick, Seitenschub, günstig; Roller Gilera DNA 50, rot, 2001, 16'000 km, günstig  079 848 15 70 Schneepflug Zaugg 63-150-2, B 1.5 m, hydr. Schwenkbar, inkl. 1 Paar Seitenbleche zu Aebi CC66, mit Zusatzhydraulik  055 440 34 64

Rubriques • • • • • •

Machines agricoles Immobilier NOUVEAU Animaux NOUVEAU Contingents NOUVEAU Emploi NOUVEAU Fourrage NOUVEAU

Ansaugheugebläse Stabag, 13 PS, ELMotor, 3 Flügel, Rohr Ø 400 mm, ca. Jg. 1970, dem Meistbietenden  052 336 18 56 Tracteur, Tracteur Fiat 70-66 1986, 7800h, arceau et toit, 4 phares de travail, avec frontal Malleux MX80,attache Euro 8, le tout en parfait état, prêt pour expertise  079 458 24 85 Hochdruckreiniger Kärcher Hd 1050, Kaltwasser, 380 V, 15 l/min., 190 bar, mit Schlauchhaspel  055 440 34 64 Rundballenwickler, einarmig, 750 mm Folie, Automatik, guter Zustand, Fr. 4500  079 689 06 59 Ladewagen Bucher T12k, guter Zustand  078 825 11 88 Mistkran Griesser 1614, mechanischen Stützen, inkl. Trenachenlöffel, Zusatzzylinder, top Zustand, Fr. 8500  079 720 11 20, Kt. SZ Suite à la page 34

La Revue UFA vous fait son cinéma sur revueufa.ch

Les derniers films en ligne pour l’agriculture sur revueufa.ch. 15


GESTION

Vulgarisation actuelle BIOGAZ, PRODUCTION LAITIÈRE ET FORÊT Les agriculteurs ne sont pas les seuls à disposer de cercles de travail. C’est également le cas des vulgarisateurs agricoles. Un cercle de travail se rencontre ainsi une fois par an depuis plus de 17 ans. L’édition 2010 s’est déroulée en Basse-Saxe. Trois vulgarisateurs actifs en Allemagne, en Autriche et en Suisse ont bien voulu répondre aux questions de la Revue UFA.

Un cercle de vulgarisateurs se retrouve chaque année dpuis 17 ans. En 2010, ils se sont donné rendezvous en Basse-Saxe. Trois vulgarisateurs, un Allemand, un Autrichien et un Suisse, répondent aux questions de la Revue UFA.

UFA-Revue: Pourquoi les agriculteurs participent-ils à des séances de vulgarisation? Ruth Beverborg: Dans le cadre de notre conseil d’exploitation, un des principaux souhaits des agriculteurs consiste à développer des perspectives et des concepts de développement et de les mettre en forme pour les banques assurant le financement. A cette occasion, l’opportunité de miser sur la production agricole traditionnelle et de continuer à se spécialiser ou de se consacrer par exemple aux énergies renouvelables se pose souvent. Les agriculteurs de BasseSaxe ont très bien accueilli la Loi sur les énergies renouvelables et misent, outre les installations photovoltaïques, surtout sur les celles de biogaz. Les installations produisant jusqu’à 500 KW sont en effet privilégiées d’un point de vue légal et bénéficient dans le cadre de la législation actuelle d’un encouragement comparativement élevé et ce jusqu’à fin 2011. Johann Tober: Nous soutenons les agriculteurs dans le cadre de l’établissement de leur demande pour une aide de l’UE. C’est la raison pour laquelle nous entretenons un contrat étroit avec eux. Une autre tâche importante pour nous est la reprise d’exploitation. Les jeunes reprenants ont en effet besoin d’un concept d’exploitation axé sur l’avenir pour bénéficier d’aides à l’investissement. Quelle direction prennent ces concepts d’exploitation? Johann Tober: Les combinaisons de revenu ou la vente directe ne sont plus des sujets majeurs. Le marché est en principe saturé à ce niveau. Aujourd’hui, la demande porte plutôt sur

16

l’utilisation des ressources en forêt. Chez nous la forêt est un peu la caisse d’épargne de l’exploitation et nous estimons qu’il existe encore un certain potentiel dans ce domaine. Peter Weber: Chez nous le développement des exploitations est également un important sujet de discussion, surtout dans le cadre des changements de génération. C’est à ce moment-là que se posent les jalons pour l’avenir. Actuellement ce sont surtout les producteurs de lait qui disposent d’un contingent laitier de 100 000 kg ou moins qui ont besoin de conseils spécialisés. En raison du faible niveau du prix du lait, ils sont très insécurisés. Johann Tober: Les fortes variations de prix posent problème, pas seulement en ce qui concerne le lait mais également pour les céréales. C’est la raison pour laquelle les primes ou les paiements directs jouent un énorme rôle. Chez nous dans les régions défavorisées, ces contributions représentent 50 à 80 % du revenu total. Même si elles sont liées à une forte charge bureaucratique, elles sont une source de revenu sûre et prévisible. Les mesures d’économie auxquelles sont soumis les pouvoirs publics sont difficilement supportables. Ruth Beverborg: Chez nous, le prix du lait a également fortement chuté durant la période 2008/2009 et 2009 / 2010. Il s’en est suivi d’importantes pertes de revenu. Les chefs d’exploitation qui rencontraient des difficultés de payement ont de plus en plus demandé une vulgarisation socio-économique. Comme le prix du lait a augmenté, le

conseil d’entreprise est à nouveau plus demandé. La question de l’agrandissement des exploitations gagne en importance. Ce phénomène est très marqué et on ne voit pas de fin à cette tendance. Il y a de plus en plus d’exploitations qui détiennent 400 à 600 vaches. Les investissements nécessaires dépassent rapidement le million d’Euro et sont en grande partie assurés par les banques. Lorsque l’on investit des sommes pareilles, il faut disposer de qualités d’entrepreneur et de nerfs solides. 12 2010 · REVUE UFA


GESTION

Interlocuteurs des trois pays: Peter Weber est professeur et conseiller en agriculture au centre agricole de Liebegg à Gränichen (AG). Les quelque 3500 exploitations que compte le canton d’Argovie exploitent près de 60000 ha de SAU. Le canton d’Argovie est une des régions les plus peuplée du Plateau et la perte de terres agricoles y est important. www.liebegg.ch Johann Tober dirige la chambre d’agriculture autrichienne du district de Perg. Le district de Perg comprend 2041 exploitations disposant de structures plutôt petites. A elles toutes, elles exploitent près de 30 000 ha de SAU. La surface moyenne se monte à 15 ha par exploitation. www.lk-ooe.at Ruth Beverborg est responsable du secteur économie d’entreprise auprès de la chambre d’agriculture de BasseSaxe à Oldenburg. Dans cette région d’Allemagne, près de 50000 exploitations travaillent 2.6 millions d’ha de SAU. En Allemagne, un poulet sur deux ainsi qu’un œuf et un porc sur trois proviennent de Basse-Saxe. Plus de 1000 centrales de biogaz y sont également exploitées. www.lwk-niedersachsen.de

loués, les producteurs de lait sont en concurrence directe avec les exploitants d’installations de biogaz. Dans le cadre de nos calculs comparatifs, c’est la détention de poules pondeuses pour les œufs frais et bio qui présente les meilleurs résultats suite à l’interdiction de la détention en batterie.

Quelle est l’importance des paiements directs chez vous? Ruth Beverborg: Nous en dépendons fortement. La prime à la vache laitière a été introduite dans notre pays à titre de mesure d’accompagnement pour la sortie du contingentement. Cette prime ainsi que les primes spécifiques provenant des contributions pour taureaux, vaches laitières et brebis laitières seront fondues successivement entre elles d’ici à 2012 pour être remplacées par une prime à la surface de 366 Euros. Peter Weber: Il est difficile de rattraper une mauvaise situation financière. Certaines exploitations travaillent avec de vieux bâtiments et d’anciennes REVUE UFA · 12 2010

installations et sont malgré tout très lourdement endettées, notamment en raison de l’achat de terrain. Comment l’agriculteur peut-il encore augmenter son revenu? Peter Weber: Si l’on fait abstraction des cultures spéciales, le lait permet de réaliser une plus-value élevée à l’ha, malgré le faible niveau de prix actuel. Ruth Beverborg: Les branches d’exploitation classiques telles que les grandes cultures, la production porcine, la production laitière peuvent tout à fait être rentables mais bien moins que la production de biogaz, actuellement du moins. En ce qui concerne les terrains

La poursuite de la croissance est une obsession. L’agrandissement des domaines est très marqué et on n’en voit pas la fin. Les troupeaux de 400 à 600 vaches sont de plus en plus nombreux. Ruth Beverborg

La Basse-Saxe est quasiment le haut lieu de la production porcine en Allemagne. Quels sont les problèmes? Ruth Beverborg: Les coûts de la production porcine sont élevés. Au cours des deux dernier mois, les coûts d’affouragement ont augmenté de 5 Euro par dt parce que le prix des céréales est actuellement élevé. Un autre facteur important est la distinction entre exploitation agricole ou commerciale, ce qui se traduit par d’importants désavantages au niveau des impôts sur le chiffre d’affaires. Dans le cadre d’une nouvelle construction, certaines contraintes ont un impact énorme, si bien que la production porcine est souvent abandonnée au profit d’autres branches de production telles que les installations de biogaz par exemple. Johann Tober: Chez nous le biogaz n’est pas aussi soutenu par les pouvoirs publics et n’est rentable que si la chaleur produite peut être commercialisée à un prix intéressant, ce qui freine le développement des installations de biogaz. 17


GESTION Peter Weber: Actuellement en Suisse, le prix des porcs se situe à un très faible niveau. Les frais d’affouragement ne fluctuent pas beaucoup, le système d’importation avec la fixation de prix seuils ayant un effet de compensation. Il est difficile d’investir dans une porcherie. La Confédération fixe un nombre de places maximal et en raison des émissions, il est devenu pratiquement impossible de construire de nouvelles porcheries. Sinon les recours pleuvent.

L’accent est mis sur la maîtrise de la situation sur le domaine. Il n’y a pas que l’agrandissement et la croissance qui comptent. La diminution de la charge en travail et la qualité de vie sont aussi importantes. Johann Tober

Comment la population de Basse-Saxe réagit-elle à la création de grandes exploitations d’engraissement? Ruth Beverborg: Dans les régions de Vechta et Cloppenburg qui disposent depuis toujours de très grandes exploitations animales, le processus d’autorisation est encore relativement simple. Dans d’autres régions, la construction de halles à poulets ou de porcherie donnent lieu à des initiatives de citoyens. La taille n’est pas nécessairement déterminante. Une porcherie d’engraissement de 500 places est déjà qualifiée de fabrique d’animaux. Les militants de la cause animale ne reculent devant rien, pas même devant des incendies criminels. Johann Tober: On constate clairement que les conflits d’intérêt augmentent. Partout où des exploitations s’agrandissent et se développent, on assiste à une opposition de la part de la population. Je l’ai vécu de près avec une zone protégée. Les agriculteurs ne peuvent plus y construire de porcherie. S’ils désirent le faire, ils doivent construire à une grande distance de leurs terres agricoles, ce qui est irréalisable du point de vue de l’organisation du travail. Les Hollandais pratiquent ce que l’on appelle la vulgarisation par type, où les agriculteurs sont répartis par type (type croissance, type performance, type optimisation des coûts, type optimisation des produits). La vulgarisation suit-elle également cette tendance? Peter Weber: Ce principe est intéressant mais je pense qu’il serait difficilement applicable chez nous. Nous misons sur les cercles de travail régionaux qui se spécialisent dans la production laitière et la détention de vaches mères. Johann Tober: Je ne peux pas non plus m’imaginer que la vulgarisation par

18

La reprise permet de poser des jalons pour l’avenir.

plusieurs. Par exemple un type fonctionne chez pour l’installation de bionous. Nous nous efforçons gaz, un ou plusieurs pour la surtout de promouvoir les production animale, etc. opportunités et les meCes différents résultats doisures d’optimisation Chez nous, le vent être réunis pour étad’agriculteur à agriculteur. développement de blir un résultat consolidé. Dans cette optique nous l’exploitation est Johann Tober: Chez organisons en commun surtout abordé lors de nous, seule une minorité toute une série de visites la reprise et du changement de d’exploitations tient une dans des exploitations. génération. comptabilité. Elles ne disL’accent est mis sur la faPeter Weber posent donc pas de relevés çon dont le chef d’exploipour une comptabilité tation maîtrise sa situaanalytique, mais nous y procédons dans tion. L’agrandissement de l’exploitation le cadre des cercles de travail. n’est pas toujours le point central: nous abordons également des sujets tels que Le service des impôts n’oblige-t-il pas les la charge en travail et l’amélioration de agriculteurs à tenir leur comptabilité? la qualité de vie. Johann Tober: Non ce n’est pas Ruth Beverborg: C’est la première obligatoire, nous avons l’imposition forfois que j’entends parler d’une vulgarifaitaire. Pour les calculs de projet nous sation structurée par type. De manière recourons aux marges brutes standards inconsciente, nous pratiquons égalequi reposent sur les résultats d’exploitament ce genre de vulgarisation. Nous tions qui tiennent volontairement une fournissons en effet deux types de comptabilité. Cette imposition forfaiconseil: le conseil d’entreprise pour les taire représente un défi important pour producteurs qui veulent aller de l’avant le vulgarisateur et le chef d’exploitation, et le conseil socio-économique pour les surtout dans le cadre d’investissements exploitations qui sont menacées finansur l’exploitation et l’utilisation de fonds cièrement. Nos conseillers se sont égapropres qui s’ensuit, pour un endettelement spécialisés, que ce soit pour les ment supplémentaire aussi faible que bovins, les porcs, la volaille ou les énerpossible. gies renouvelables, en combinaison Ruth Beverborg: Je suis très scepavec l’économie d’entreprise. tique en ce qui concerne l’utilisation de chiffres standardisés qui font qu’on peut Dans le cadre des cercles de travail, proêtre totalement à côté de la plaque. Les cédez-vous également à des calculs anagros investissements de plus d’un million lytiques? de francs sont généralement financés à Ruth Beverborg: Oui, il s’agit quahauteur de 70% par des fonds étrangers siment d’un standard dans les cercles de et les banques exigent que les calculs se travail axés sur l’économie d’entreprise. basent sur des chiffres réels. Mais cela ne signifie pas pour autant 䡵 qu’il faille y procéder chaque année. Les coûts généraux, qui eux changent peu d’une année à l’autre, sont également présentés. Il est par contre important de calculer chaque année les marges brutes Auteur Daniela Clemenz, Revue UFA, partielles dans le cadre desquelles on 8401 Winterthour estime le résultat hors charges spéciL’académie internationale pour les fiques d’une branche de production. conseillers en agriculture et en économie familiale (IALB) réunit des vulgarisateurs Peter Weber: Je suis du même avis. de plusieurs Etats d’Europe de l’Est et de La charge de travail qu’implique le call’Ouest. Elle englobe des spécialistes cul analytique est par ailleurs énorme. issus de 17 pays différents. Cette institution cherche à encourager la Souvent le vulgarisateur doit faire le vulgarisation et la formation à travers des 50% voire même le 100% du travail. séminaires, l’échange d’expériences ainsi Ruth Beverborg: Oui, les agriculque des travaux de projet. www.ialb.org teurs ne sont souvent pas à même de faire cela. Beaucoup d’entre eux n’ont en www.ufarevue.ch 12 · 10 effet pas un seul résultat annuel, mais

INF BOX INFO

12 2010 · REVUE UFA


Vieux contre nouveau! Recherche: la plus vieille anit charrue Perm de Suisse

Conditions de participation :

Participez & gagnez

1. Envoyez nous une photo de votre charrue et de la plaque signalÊtique. Le propriÊtaire de la plus vieille charrue gagne une nouvelle charrue VN plus 3 socs. 2. Nous tirons Êgalement au sort, entre tous les participants, 2 paquets de pièces de rechange. DÊlai d’envoi : 31.12.2010

Charrue Š plus 3 socs

Serco Landtechnik AG /JFEFSNBUUTUSBTTFt0CFSCJQQt5Ă?MĂ?QIPOF JOGP!TFSDPMBOEUFDIOJLDItXXXTFSDPMBOEUFDIOJLDI



RĂŠponse: Mon adresse

Type charrue

Nom/PrĂŠnom

Type

Rue

NumĂŠro de sĂŠrie

CP, lieu

AnnĂŠe

TÊlÊphone E-mail REVUE UFA ¡ 12 2010

Veuillez nous envoyer ce coupon par la poste à l’adresse indiquÊe ci-dessus ou par mail à info@sercolandtechnik.ch! 19


GESTION

Assujettissement volontaire à la TVA DÉDUCTION DE L’IMPÔT PRÉALABLE Les agro-fiduciaires sont en permanence abordées par des paysans qui leur demandent s’il vaut la peine de demander d’être assujetti volontairement à la taxe sur la valeur ajoutée. Et la réponse est toujours la même: «Ca dépend!»

Hans Ulrich Sturzenegger

Lorsque l’entreprise investit de grosses sommes, vaut-il la peine de demander son assujettissement volontaire à la taxe sur la valeur ajoutée? Cette question doit être examinée dans chaque cas. Pour en exposer l’enjeu, rien ne vaut un exemple. Ainsi, un producteur de lait a l’intention de construire une nouvelle stabulation. Il doit choisir entre trois variantes, qui coûtent entre 800 000 francs et 1,2 million de francs. Lors de la discussion avec la vulgarisation, le paysan présente son budget établi en fonction du nouveau bâtiment. Avec l’agent de l’agro-fiduciaire, il le complète avec l’impôt préalable qu’il faudra payer. En outre, ils calculent le montant de la TVA qu’il faudra payer sur la construction sans déduction de l’impôt préalable. Ils tiennent comp-

Assujettissement volontaire Hans Willi, de Weiach (ZH), dirige une exploitation mixte de 24 ha avec grandes cultures, production laitière et engraissement de gros bétail. Il est en train de construire une écurie pour 20 chevaux en pension. Lors de la planification du projet, il a discuté avec sa fiduciaire des avantages et des inconvénients d’un assujettissement à la taxe sur la valeur ajoutée (option). Outre les coûts réels de la construction, les frais de machinisme ont également joué un rôle dans la réflexion. Par ailleurs, avec la pension pour chevaux, l’exploitation de Hans Willi aurait été assujettie à la TVA l’année suivante ou celle d’après. On a donc choisi l’option. Grâce au remboursement de l’impôt préalable, plus de 50 000 francs sont retournés dans les caisses. En revanche, les frais de comptabilité ont augmenté, car les décomptes de TVA doivent être détaillés et établis tous les trois mois. 20

tent également des investissements annuels qui seront consentis pour les machines et la traction, car ils généreront également d’autres impôts préalables. En se basant sur les devis détaillés, il est possible de calculer précisément le montant de la TVA à payer sur la construction de la nouvelle stabulation.

Fonds publics Comme le paysan reçoit des paiements directs qui ne sont pas considérés comme une rémunération (Info TVA par branche 01, chiffre 8.1), l’impôt préalable doit être réduit proportionnellement en vertu de la loi sur la TVA. Lors de la réduction de l’impôt préalable, les crédits d’investissements sans intérêts doivent être pris en compte, car l’intérêt zéro est considéré comme une subvention.

Tenue de la comptabilité En vertu de la loi sur la TVA, le paysan doit établir des décomptes de TVA durant vingt ans, sous peine de devoir payer la TVA dont il a demandé le remboursement. Dans notre cas, le paysan devrait payer annuellement un montant d’environ 400 francs à l’administration des contributions. Par ailleurs, il faut tenir compte des exigences plus sévères applicables en matière de tenue de la comptabilité, qui induisent des frais supplémentaires, décomptes de TVA compris, de l’ordre de 2000 francs par an. En outre, l’avenir est incertain. En cas d’augmentation du taux de la TVA ou de l’introduction d’un taux unique, la charge fiscale représentée par la TVA peut varier considérablement.

Conclusion Dans la variante 1, l’assujettissement à la TVA débouche sur une dépense supplémentaire de plus de 7600 francs, alors que dans la variante 2, l’économie réalisée s’élève à 2480 Fr. D’un point de vue strictement comptable, l’assujetissement volontaire à la TVA en vaudrait la peine dans la variante 3. Pour un montant d’investissements de plus de 1.2 mio Fr., l’avantage fiscal qui en résulte dépasse 12 000 Fr., avec un période de calcul de 20 ans. Mais on ne peut pas en tirer de conclusion générale applicable uniformément. En effet, il faut effectuer un calcul détaillé pour chaque projet. Le calcul étape par étape des trois variantes de l’exemple peut en outre être téléchargé à l’adresse www.fidasol.ch/documentation.php. 12 2010 · REVUE UFA


GESTION

Il vaut tout vérifier La famille Bösch, d’Ottikon (ZH), exploite 45 hectares. Les grandes cultures et le lait sont les deux branches de production principales. Lors d’une première étape, en 2001, elle a construit le bâtiment d’exploitation. Une seconde étape a vu la construction de la maison d’habitation et de la remise. Lors de cette seconde étape, Kurt Bösch s’est demandé s’il vaudrait la peine de demander à être assujetti à la TVA. En effet, le remboursement de l’impôt préalable aurait massivement réduit les coûts de construction. Mais cet avantage aurait disparu lorsque les bâtiments auraient été terminés et qu’il serait sorti de la TVA. Il aurait en effet dû tout rembourser par après. Kurt Bösch regrette donc de ne pas avoir abordé cette question lors de la construction du bâtiment d’exploitation en 2001.

Tableau: Analyse des variantes (en Fr.) Variante 1 Coûts de construction 800 000 Retour TVA sur construction – 40 720 TVA sur le chiffre d’affaires 400 Total l’année de la const. – 40 320 Charge financière de la 1ère à la 20e année Dette fiscale (400 fr. par an) 8000 Frais supplémentaires comptabilité (20 ans à 2000 fr.) 40 000 Gain sur TVA Perte sur TVA 7680

Variante 2 1 000 000 – 50 880 400 – 50 480

Variante 3 1 200 000 – 61 040 400 – 60 640

8000

8000

40 000 2480

40 000 12 640

Si une exploitation est assujettie à la TVA, elle doit comptabiliser soigneusement ses recettes et ses dépenses, mentionner correctement la TVA sur ses justificatifs, établir un décompte et un bouclement ainsi que s’aquitter du montant d’impôts dû trimestriellement.

Conséquences La TVA est un impôt qui doit être autodéclaré, c’est-à-dire que le contribuable doit s’annoncer luimême aussitôt qu’il désire être assujetti volontairement. Cette annonce se fait au moyen d’un formulaire, qui peut être téléchargé sur le site de l’AFC (www.admin.estv.ch) ou commandé par téléphone (031 322 71 06). Les données suivantes sont requises de la part des entreprises individuelles: • forme juridique: entreprise individuelle, év. numéro du Registre du commerce. REVUE UFA · 12 2010

• Données concernant l’entreprise: Nom de l’entreprise, nom, adresse, numéro de téléphone, date de naissance et lieu d’origine du propriétaire. • Activité commerciale: activité, date du début des activités. Date du bilan, chiffres d’affaires assujetis. • Modalités et bouclement: décision d’un décompte simplifié (taux de dette fiscale nette), renseignements sur la reprise de l’entreprise, coordonnées bancaires, postales. Le formulaire doit être dûment signé et

retourné à l’AFC. L’assujettissement volontaire reste réservé à la production agricole primaire. Si une famille paysanne complète son revenu agricole en revendant des produits achetés ou en vendant des prestations de service qui sortent du cadre agricole, et si la limite de 100 000 francs de chiffre d’affaires est atteinte, elle est de toutes façons obligatoirement assujettie à la TVA et doit établir un décompte. Si elle ne le fait pas, il faut qu’elle s’attende à avoir de gros problèmes avec l’Administration férérale des contributions. 䡵

Auteur Hans Ulrich Sturzenegger est responsable de l’Agro Treuhand Lindau (ZH) et s’est spécialisé dans la taxe sur la valeur ajoutée. Le calcul détaillé par étapes des trois variantes peut être téléchargé sur le site web: www.fidasol.ch/ documentation.php

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

21


SONDAGE GESTION

Souvent absents de la maison Dans le cadre d’un sondage représentatif, la Revue UFA a interrogé les agriculteurs pour savoir combien de fois par semaine ils s’absentaient le soir, que ce soit pour participer à des assemblées professionnelles, à une séance de comité ou des sorties privées. Le sondage démontre que les paysans quittent souvent la maison. Près des deux tiers (64 %) des agriculteurs interrogés s’absentent au moins une fois par semaine le soir. Sur ce pourcentage, 4 % s’absentent pratiquement quotidiennement, un tiers (34 %) plusieurs fois par semaine et un quart (26 %) environ une fois par semaine. En ce qui concerne les

autres agriculteurs, 17 % ont indiqué s’absenter plusieurs fois par mois le soir alors que 7 % sortent une fois par mois ou moins. 3 % des sondés ont répondu ne jamais s’absenter le soir. Si l’on compare les deux régions linguistiques du pays, on constate qu’en Suisse romande les paysans sortent plus souvent le soir. Les paysans ne vivent pas isolés dans leurs fermes mais participent activement à la vie sociale, estime Estehr Grossenbacher en prenant connaissance des résultats du sondage. «La charge en travail est importante dans les exploitations mais beaucoup d’agriculteurs prennent le temps de se consacrer à d’autres cen-

tres d’intérêt, que ceux-ci soient de nature professionnelle, politique ou privée», explique Esther Grossenbacher qui est collaboratrice à l’OFAG et responsable du volet social du rapport sur l’agriculture. Dans ce dernier on peut notamment lire que les agriculteurs participent plus souvent à la vie associative que leurs collègues issus d’autres milieux. «La vie familiale des agriculteurs ne commence pas le soir comme c’est souvent le cas pour des personnes issues d’autres professions. Le chef d’exploitation travaille avec sa femme et voit ses enfants toute la journée», explique-telle. Pour en savoir plus, lisez l’article à la page 84. 䡵

Etes-vous souvent absent le soir?

Ce sondage a été effectué par l’institut d’étude de marché TransferPlus SA à Stansstad en novembre 2010 pour la Revue UFA. Désirez-vous participer à notre Sondage? Consultez www.ufarevue.ch. Les résultats seront publiés dans la prochaine Revue UFA.

INF BOX INFO ufarevue.ch

22

12 · 10

presque tous les jours

4 2 9

plusieurs fois par semaine

34 29 46

env. une fois par semaine

26 28 19

plusieurs fois par mois

17 17 15

environ une fois par mois

7 9 4

très rarement

7 7 5

䡵 Total (base: 300)

jamais

3 3 2

䡵 Suisse allemande (base: 220)

aucune indication

3 5 0

0%

䡵 Suisse romande (base: 80) 10 %

20 %

30 %

40 %

50 %

60 %

12 2010 · REVUE UFA


Trelleborg TM800. Le pneu agricole pour tous les sols. Performances exceptionnelles dans les champs et sur route, dÊveloppÊ pour les tracteurs jusqu’à 260 CV. Sa traction excellente, sa portance maximale aux vitesses les plus ÊlevÊes, un faible compactage du sol, un confort et une sÊcuritÊ de conduite accrus ainsi qu’une durÊe de vie hors du commun dans toutes les situations de la pratique reflètent la qualitÊ et l’efficacitÊ des pneus Trelleborg. TM800: le pneu agricole fiable par excellence.

Ogilvy&Mather

TRELLEBORG TM800.     

| www.trelleborg.com/wheelsystems |

PLUSPUISSANT! RAPIDE! PLUS

Est-ce que tu veux toujours ĂŞtre Ă la page? Alors viens cliquer sur Agro-News! Les Agro-News du site www.ufarevue.ch

Chargement rapide grâce Ă un bras de chargement stable. Avec la commande entièrement automatique, une simple pression sur la touche rĂŠservĂŠe Ă  cet effet sufďŹ t pour dĂŠmarrer le processus de chargement et d’enrubannage. Un contrepoids assure un ĂŠquilibrage correct lors du chargement de la balle et permet de placer une balle supplĂŠmentaire sur le bras de chargement.

Gros avantages offerts pour un achat d’avant-saison!

www.lely.com Samuel Stauffer & Cie • Suisse romande • Tel. 021 908 06 00

REVUE UFA ¡ 12 2010

On cherche: places porcs d’engraissement AQ Nous fournissons de beaux lots de porcs d’engraissement à des prix attrayants Payerne: TÊl. 058 433 79 51, Zollikofen: TÊl. 058 433 79 00 Sursee: TÊl. 058 433 78 00, Wil SG: TÊl. 058 433 77 00

w w w. a n i c o m . c h

23


BRÈVES TECHNIQUE AGRICOLE

Nouveau pulvérisateur automoteur Amazone

Avec le «Pantera 4001», Amazone introduit un nouveau pulvérisateur automoteur sur le marché. Un contrat de licence avec Agrifac, datant de 2008, a permis à Amazone de construire son propre véhicule porteur pour le «Pantera», sur la base d'une machine existante de ce constructeur hollandais. Il dispose d'une cabine de Claas (moissonneuse-batteuse «Jaguar»), d'un moteur six cylindres Deutz (200 CV), ainsi que de composants hydrauliques Linde et naturellement d'une technique de pulvérisation Amazone. Avec 8,40 m de long, 3,80 m de haut et 2,75 m de large – l'année prochaine, une machine de 2,55 m de large sera proposée – le nouveau fleuron de la flotte des pulvérisateurs Amazone, fort de ses 200 CV, s'avère plutôt imposant. Son poids à vide correspond à environ 10 t. Une nouvelle cabine confort est placée à l'avant, alors qu'un réservoir de 4000 lt et des rampes d'épandage «Super-L», d'une largeur allant de 24 à 40 m, se trouvent à l'arrière. Equipé pour le «Speed spraying jusqu'à 20 km/h», le «Pantera» permet un travail rapide. Cette machine travaille tout en souplesse grâce à un train roulant tandem à suspension hydropneumatique, un guidage sur les quatre roues, avec un rayon de braquage de 4,50 m et une garde au sol de 1,10 m (ce qui permet son utilisation dans le maïs et le colza).

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 24

Lely avec la nouvelle génération «Astronaut» Le nouveau robot de traite «Astronaut A4» est construit de manière modulaire. L’unité centrale comprend les systèmes de vide et de nettoyage et peut actionner deux robots de traite. De plus, l'«Astronaut A4» se décline en deux exécutions, les versions «Manager» et «Operator», afin de mieux être à même de tenir compte des besoins individuels des utilisateurs. Ce nouveau robot comporte un élément révolutionnaire, le concept de passage «I-Flow». La vache entre en droite ligne derrière le robot de traite et le quitte de la même façon vers l'avant. Ainsi, l'un des derniers obstacles à l’entrée de la vache dans le robot disparaît et celle-ci peut fréquenter le box de traite selon son propre rythme. Par ailleurs, l'«Astronaut A4» dispose d'une quantité de nouvelles

techniques, comme une pompe ménageant le lait qui transporte ce dernier en direction du tank au moyen d'air comprimé plutôt que d’une pompe mécanique. Quant aux pièces d'usure, une attention particulière a été apportée à un remplacement simplifié (rapidité de réparation). Le système de gestion du troupeau «T4C» permet de gérer

jusqu'à quatre sortes d'aliments différents et d'adapter automatiquement la ration de fourrage selon un rapport coûts/performances optimal. Le contrat d'entretien peut dorénavant être conclu en fonction de la quantité de lait produite. «Ainsi, le client paie selon le rendement effectif du robot», argumente-t-on chez Lely.

Joskin: Nouvelle zinguerie en Pologne

Agco veut reprendre Laverda

Bonnes dispositions pour l'Agrama 2010

A l'occasion de la célébration des 10 ans de son usine de Trzcianka, Joskin a inauguré une nouvelle zinguerie. Dans cette usine, la technique «Durozinq» est pratiquée, celle-ci étant d'ailleurs protégée par un brevet. Le procédé consiste à introduire différents éléments dans le bain de zinc précisément dosé, ceci afin de contrôler la réaction fer-zinc. Cette méthode permet

Agco a récemment communiqué qu'il avait convenu avec le groupe Argo la reprise de la part restante de 50% de Laverda. Pour Agco, il s'agit d'un nouveau pas dans le sens de l'extension du commerce de machines de récolte. Cela n'a cependant pas encore été avalisé par la commission de la concurrence. Déjà en 2007, Agco avait pris une participation de 50% chez Laverda. Dans celle-ci était également comprise l'usine Fella, un constructeur de machines de récolte des fourrages situé en Allemagne. Laverda est basé au Nord de l'Italie, à Breganze, et construit des moissonneuses-batteuses «Challenger», «Fendt» et «Massey Ferguson» pour Agco. En outre, des moissonneuses-batteuses seront construites sous le nom de «Laverda».

Lors de son discours d'ouverture de l'Agrama, le Président de l'ASETA Jürg Minger, a qualifié la technique agricole de moteur de l'innovation dans la production de denrées alimentaires. J. Minger est revenu, dans son discours, sur les tendances principales régissant l'agriculture en précisant que ces dernières constituent une opportunité pour l'agriculture. Par ailleurs, l'évolution des structures va se poursuivre à l'avenir également. Moins d'exploitations, mais avec des machines et des outils encore plus performants, devront produire davantage. J. Minger a également plaidé pour la reconnaissance de l'agriculture indigène à sa juste valeur en insistant sur un auto-approvisionnement le plus élevé possible. «Nous avons eu la crise financière, nous avons vu comment un volcan pouvait bloquer le trafic aérien, mais que se passerait-il si nous avions un super-bug dans la logistique», s’est demandé J. Minger.

l'obtention de couches de zinc d'épaisseur équivalente, ce qui assure une plus grande précision de montage et d'assemblage des pièces zinguées, un meilleur aspect, de bonnes dispositions quant à la coloration et une économie de matière première.

12 2010 · REVUE UFA


En techniques simplifiées, je vise toujours la qualité et la polyvalence.

KUHN, c’est ma force ! Ventes florissantes: Plus de 4000 visiteurs par jour!

0827-GAM-GC-EU-CH-FR – Photo : D. Rousselot

Achats optimaux: Plus de 9000 offres! La meilleure base de données de machines agricoles d’occasion en Suisse! Offreurs suisses uniquement.

En grandes cultures, il faut s’adapter en permanence. Les facteurs d’implantation, les prix à la production variables, la pression des délais et le choix de la technique de production appropriée sont autant de challenges qu’il faut maîtriser. En techniques simplifiées en particulier, il est bon de pouvoir compter sur les compétences et le savoirfaire de spécialistes. Que ce soit dans le domaine de la préparation du sol ou du semis direct, KUHN offre des solutions innovantes et efficaces qui permettent d’obtenir de bons rendements tout en minimisant les coûts de production. Pour obtenir de plus amples informations sur les particularités des produits KUHN, adressez-vous aux partenaires régionaux KUHN, ou directement à :

Pour de plus amples informations: Schweizer Agrarmedien GmbH Dammweg 3, 3000 Berne 25 Téléphone 031 958 33 33 info@agropool.ch

REVUE UFA · 12 2010

KUHN Center Schweiz, 8166 Niederweningen Telefon +41 44 857 28 00 Fax +41 44 857 28 08 www.kuhncentresuisse.ch

élevages l cultures l paysages

be strong, be KUHN 25


TECHNIQUE AGRICOLE

Des innovations intéressantes TRONÇONNEUSES Il n’y a guère de machines qui soient aussi répandues en sylviculture que les tronçonneuses. Après des années marquées par une certaine stagnation dans les développements, les nouvelles directives concernant les normes d’échappement et le bruit ont fait souffler un vent de dynamisme sur les machines à moteur essence.

La tronçonneuse est l’outil le plus répandu en sylviculture. Au cours des dernières années, à travers le groupe cible «forestier», les fabricants ont pu gagner de nouveaux clients, ce qui a accru grandement la diversité des produits. Les machines à moteur essence sont cependant toujours dominantes. Leur utilisation est flexible et leur puissance les place dans le haut de la palette des produits. Dans le secteur communal et des loisirs, on trouve cependant un foule de machines électriques qui sont surtout commercialisées dans le canal du commerce de détail et moins par le commerce spécialisé. Tant la puissance que le rayon d’action de telles machines sont toutefois plutôt limités. Par ailleurs, elles comportent toujours le risque de sectionner le câble électrique dans la zone de travail.

Les tronçonneuses à accumulateur tentent de combiner les avan-

Essence alkylée Les petites machines comme les tronçonneuses (2 temps) ou les monoaxes et les tondeuses à gazon (4 temps) émettent de grandes quantités d’hydrocarbures aromatiques ainsi que d’autres polluants. C’est surtout le benzol, un polluant de l’air hautement toxique et cancérigène, qui pose problème. Ainsi, une tronçonneuse avec de l’essence conventionnelle peut émettre en une heure la même quantité de benzol qu’une centaine de voitures. L’essence alkylée permet de remédier à ce problème. Ce carburant entièrement synthétique est produit à partir des gaz de raffinerie. L’essence alkylée est chimiquement stable, comporte une faible part d’hydrocarbures aromatiques, peut être entreposée nettement plus longtemps que l’essence normale et se consume pratiquement sans fumée et sans suie. En revanche, elle coûte environ deux fois plus cher. Il existe de l’essence alkylée pour les moteurs deux et quatre temps. En principe, elle peut être utilisée sans intervenir sur le moteur. Elle ménage davantage les machines car elle attaque moins les parties «sensibles» de l’alimentation en carburant des moteurs comme les membranes, les joints et les tuyaux d’aspiration. 26

tages des machines électriques écologiques avec ceux des appareils à essence, plus flexibles d’utilisation. Les premiers produits issus de ce segment étaient cependant plutôt moyens en ce qui concerne les performances et la longévité, si bien qu’elles se sont cantonnées à une utilisation pour la maison et le jardin. Mais voilà que Stihl, un fabricant bien connu, vient d’entrer dans ce segment. La tronçonneuse «MSA 160 CBQ», selon les déclarations de la firme, devrait répondre aux exigences élevées des professionnels en matière de puissance et de confort de travail, tout en étant une machine idéale pour la préparation du bois de feu, l’entretien des parcelles, le jardin ainsi que les travaux dans des espaces fermés. Vu que les tronçonneuses à accu n’ont pas de moteur à combustion, elles n’ont aucun problème à répondre aux normes d’échappement et de bruit (cf. encadré). De telles machines deviennent en outre intéressantes là où les critères d’émissions comme les gaz d’échappement et le bruit ont une importance particulière, par exemple pour les travaux communaux ou de manière générale dans les zones habitées. Des analystes estiment que le marché pour les tronçonneuses à accu va prochainement connaître une croissance modérée et évoluer par la suite rapidement de manière positive. A long terme, seuls les fournisseurs dont les produits sauront convaincre par la puissance, le temps de chargement et le poids des accus auront une chance sur le marché. Par ailleurs, l’accu devrait également être utilisable sur d’autres machines Le constructeur Pellenc a développé à cet effet une solution intéressante avec une accu «sac à dos».

Les moteurs deux temps continuent de dominer Le marché des tronçonneuses est toujours dominé par les moteurs deux temps, mais ces derniers doivent émettre nettement moins de gaz d’échappement en raison des nouvelles prescriptions. Les constructeurs essaient d’y répondre grâce à la technique de l’injection directe. L’économie de carburant et la réduction correspondante des gaz d’échappement (jusqu’à 75 % de moins) s’explique en grande partie par l’évitement des pertes par rinçage, car pour ce faire, on recourt presque uniquement à de l’air frais. Dans le carburateur, dans le processus deux temps, on n’ajoute plus comme auparavant la quantité complète de mélange de carburant à l’air, mais uniquement celle nécessaire à la lubrification. A cela s’ajoutent une amélioration de la circulation dans le moteur ainsi qu’une bobine d’allumage avec un moment d’allumage variable. Une autre méthode tente de réduire les pertes par rinçage au moyen d’un coussin d’air frais situé entre les gaz d’échappement et le mélange air-essence durant la phase d’évacuation. L’air frais empêche que du mélange de carburant non consumé ne se retrouve dans le pot d’échappement, ce qui a été jusqu’ici une des causes expliquant les émissions élevées en hydrocarbures et en oxydes d’azote des moteurs deux temps. Cette technologie devrait permettre de réduire les émissions jusqu’à 60% et la consommation de carburant jusqu’à 20%.

Les quatre temps font leur apparition Divers constructeurs travaillent en vue d’intégrer des moteurs quatre temps dans les petits appareils. 12 2010 · REVUE UFA


TECHNIQUE AGRICOLE

Normes pour les gaz d’échappement Le Conseil fédéral a décidé d’appliquer les exigences de la directive 2002/88/EG de l’UE en matière de gaz d’échappement dans l’ordonnance sur la protection de l’air (OPair). Ce faisant, les prescriptions sur les gaz d’échappement s’appliquent également en Suisse aux machines de travail à moteur essence (appareils mobiles d’une puissance inférieure à 19 kW/25.8 CV, comme p. ex. les tondeuses à gazon, les tronçonneuses ou les souffleuses à feuilles). Ce règlement vise une nette réduction des émissions d’hydrocarbures (VOC) sur les machines de travail nouvellement mises en circulation. Cette mesure contribue également à diminuer la charge sur l’ozone et en benzol en Suisse. La modification de l’OPair est entrée en vigueur le 15 juillet 2010. Elle prévoit un délai transitoire pour les nouvelles machines de travail jusqu’au 1er janvier 2011. Les machines qui ont été importées jusqu’au 31 décembre 2010 en Suisse sont considérées comme déjà mises en circulation au 1er janvier 2011 et peuvent encore être vendues après le 31 décembre 2010.

Mais les obstacles sont nombreux: la taille, la lubrification supplémentaire, la position de travail uniquement horizontale et un couple insuffisant ne plaident pas en leur faveur. Mais il semble que des solutions aient été trouvées au vu des produits déjà fabriqués en série. Ces moteurs, comme les deux temps, ne disposent pas de systèmes séparés pour le REVUE UFA · 12 2010

carburant et la lubrification du moteur et ils utilisent donc un mélange huileessence. Pour faciliter le démarrage, un système de décompression permettant de prolonger le temps d’ouverture des soupapes a été intégré dans le moteur.

Le confort gagne en importance D’autres développements ac-

tuels chez les tronçonneuses vont en direction d’une utilisation encore plus conviviale. Un nombre croissant de solutions sont proposées afin de faciliter le démarrage des machines. Ces dispositifs travaillent avec des ressorts ou des cordes élastiques, afin de rendre encore plus efficaces les équipements de décompression qui sont déjà devenus la norme. Grâce à des moteurs au rendement toujours meilleur et l’utilisation de matériaux plus légers, le rapport poids/puissance (kg/CV) ne cesse de diminuer. Ce faisant, à poids égal, ces tronçonneuses atteignent des puissances toujours plus élevées. Le recours à davantage d’électronique pour la régulation permet également d’augmenter la puissance. La gestion électronique du mélange air-carburant en est un exemple, avec un maintien de la tronçonneuse au réglage optimal en permanence. En matière de «confort», les dispositifs de tension de la chaîne continuent sur la voie de la simplification et ils ne nécessitent aujourd’hui déjà plus d’outils. Les vibrations sont également un autre aspect important. Avec des protections toujours plus élaborées entre les poignées et le moteur, les vibrations indésirables s’atténuent de plus en plus. Le problème du «démarrage» d’un moteur deux temps préoccupe aussi les techniciens. De nos jours, il est possible de démarrer les moteurs en toute simplicité grâces à des commandes à levier unique, si bien que les moteurs froids qui se «noient» appartiennent pratiquement déjà au passé. 䡵

Les tronçonneuses sont un des outils les plus utilisés par les professionnels. Le développement des tronçonneuses est «boosté» par l’arrivée de nouvelles normes. photo: agrarfoto.com

Auteur Dr Roman Engeler, Revue UFA, 8401 Winterthour

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

27


TEST PRATIQUE KNOW-HOW

Moins de travail – plus de flexibilité LE POUSSE-FOURRAGE LELY «JUNO» Il est très important de repousser régulièrement le fourrage au cornadis. Cela implique toutefois une charge de travail importante. Le pousse-fourrage «Juno» effectue ce travail automatiquement en circulant de lui-même dans la fourragère et en repoussant aussi souvent que nécessaire le fourrage vers le cornadis, sans pour autant déranger les vaches.

Le pousse-fourrage «Juno» au travail dans trois positions différentes.

28

Repousser souvent le fourrage favorise la consommation et contribue finalement à augmenter la performance laitière. Beaucoup d’exploitations ne peuvent cependant souvent pas faire ce travail avec l’intensité nécessaire, en raison de la charge de travail que cela représente. Lely a lancé il y a deux ans le pousse fourrage automatique «Juno», qui fonctionne selon le même principe que le racleur d’étable «Discovery».

via un dispositif de commande. Un senseur ultrason intégré veille à ce que le pousse-fourrage circule parallèlement au cornadis, à une distance définie. L’agriculteur programme cette distance en commençant par une distance importante par rapport au cornadis et en la réduisant progressivement (au total, 16

Principe de fonctionnement Le «Juno» est un engin fonctionnant sur accu disposant d’un «manteau métallique» rotatif de forme circulaire de 156 cm de largeur, dont la partie inférieure est pourvue d’un caoutchouc. Suite au frottement avec le fourrage, le manteau métallique entre en rotation et pousse ainsi le fourrage latéralement. Pour que le véhicule ne soit pas repoussé de côté, un poids (béton) de près de 500 kg appuie sur les deux roues d’entraînement. Après chaque trajet, le «Juno» retourne automatiquement à la station de chargement installée à un endroit adéquat dans la fourragère. La route que le «Juno» doit parcourir est programmée

Fritz et Christoph Maeder exploitent à Courlevon (FR) un domaine qui s’est spécialisé de façon ciblée dans la production laitière ces dernières années en augmentant son cheptel à 50 vaches laitières. Comme tous deux travaillent parfois en dehors de l’exploitation, leurs absences seraient souvent problématiques. «Nous nous sommes demandé dans quels domaines et comment nous pourrions rationaliser notre travail», explique Friz Maeder.

routes/distances sont possibles). Ce travail de programmation ne s’effectue généralement qu’une seule fois, soit lors de l’installation du «Juno». Des horaires de route flexibles garantissent une répartition homogène du fourrage 24 heures sur 24, ce qui permet aux vaches d’avoir toujours suffisamment de fourrage.

Echo de la pratique concernant le pousse-

C’est en se rendant à une exposition de machines agricoles que les Maeder ont vu pour la première fois le «Juno». Ils ont tout de suite pensé que cet appareil constituerait une bonne solution à leur problème. Une question restait cependant en suspend: «cet engin fonctionne-t-il aussi avec de l’herbe mouillée et lourde?»

Le «Juno» circule depuis fin septembre 2010 sur l’exploitation des Maeder. «Aujourd’hui, nous sommes en mesure d’affirmer que cet appareil fonctionne parfaitement bien – même avec l’herbe», explique Fritz Maeder. Après que la moitié de la ration journalière déchargée de l’autochargeuse via un tapis de déchargement latéral a été consommée, le «Juno» repousse à trois reprises la moitié de la ration journalière restante en direction du cornadis. Les Maeder ont constaté que la consommation de fourrage et la production laitière a augmenté. «D’une manière générale, le troupeau est devenu plus calme, parce que les vaches ont également la possibilité de manger la nuit et qu’il y a moins de luttes au cornadis». F. et C. Maeder ne se font pas 12 2010 · REVUE UFA


TEST PRATIQUE KNOW-HOW Installations nécessaires

Le «Juno» ne nécessite pratiquement aucune installation supplémentaire à l’étable. Il est par contre important que le sol soit à peu près plat et qu’il n’y ait pas d’obstacles. Il faut également une prise de courant pour la station de chargement servant à recharger l’accu de 55 Ah du «Juno» et qui sert de point de départ et d’arrivée au pousse fourrage. Une petite glissière en métal doit être apposée à chaque extrémité du couloir d’affouragement. Des petites glissières métalliques du même genre doivent également être installées à proximité de la station de chargement pour que le senseur inductif du « Juno » puisse repérer sa route, tout particulièrement pour le trajet retour. Lorsqu’il circule, le pousse fourrage se dirige à l’aide d’un senseur à ultrasons qui mesure la distance par rapport au cornadis et adapte la trajectoire du « Juno » en fonction de la distance mesurée.

Sécurité

Comme le «Juno» circule de façon entièrement automatique à intervalles réguliers, il est nécessaire de prendre des mesures de sécurité. Il est donc équipé d’un détecteur de collision qui l’arrête immédiatement dès qu’il rencontre un obstacle. Une fois stoppé par un tel obstacle, le «Juno» essaie à deux reprises de pour-

suivre sa route. S’il n’y parvient pas, il reste arrêté. Le «Juno» peut également être stoppé manuellement via un bouton «d’arrêt d’urgence».

Avantages Lely estime qu’un des avantages du pousse fourrage «Juno» réside dans le fait qu’il permet d’assurer une disponibilité permanente du fourrage, ce qui se traduit par une ingestion plus élevée (2 – 5kg d’ingestion de MS supplémentaire). La mobilité des vaches augmente également la nuit par rapport aux exploitations où aucun fourrage n’est repoussé. De même, les vaches de rang inférieur ont plus de chances de pouvoir consommer du fourrage frais une fois que les animaux dominants auront ingéré leur ration. 䡵

NETTOYAGE REGULIER Meilleure hygiène d’étable Nettoyeur d’étable Lely Discovery

AFFOURAGEMENT CONSTANT Augmentation de l’ingestion Pousse fourrage Lely Juno

Auteur Dr Roman Engeler, Revue UFA, 8401 Winterthour La Revue UFA publie, en ordre dispersé et sous le titre «Tests pratiques» des comptes-rendus relatifs à des machines agricoles. Des personnes intéressées, respectivement propriétaires de machines, sont choisies en collaboration avec les constructeurs ou les importateurs.

TRAITE INTELLIGENTE Une performance laitière plus élevée et des vaches en bonne santé NOUVEAU: Lely Astronaut A4 avec concept I-Flow

www.lely.de

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

fourrage Lely «Juno» de soucis quant au fonctionnement technique du «Juno»: «cet appareil est basé sur le nettoyeur d’étable «Discovery», qui est soumis à des conditions nettement plus difficiles». Pour les Maeder, l’acquisition du «Juno» en a valu la peine. Pour eux, le fait de pouvoir s’épargner plusieurs brefs moments de présence sur l’exploitation est presque aussi important que l’économie réelle en temps de travail, qu’ils évaluent à près d’une heure par jour. En ce qui concerne les coûts d’utilisation, Fritz Maeder estime que ces derniers sont inférieurs à Fr. 10.– par jour, amortissement, usure et coûts électriques inclus.

REVUE UFA · 12 2010

www.lely.com

Christoph Maeder

LELY CENTER Dairy Solution GmbH, Solothurnerstrasse 22, 4614 Hägendorf SO Tel. 0848 11 33 77, Fax. 0848 11 33 99, Email. suisse@sui.lelycenter.com

29


WETTBEWERB CONCOURS

KNOW-HOW

Gagnez cette Subaru Forester 2.0X AWD Advantage, d’une valeur de Fr. 34’000.– et l’un des 100 prix immédiats!

Le grand concours de la Revue UFA est doté cette année, à sept reprises, de 100 prix immédiats alors que le jackpot est constitué par une Subaru Forester 2.0X AWD Advantage 2 x 5 vitesses manuelles «Dual Range», métallisée, d’une valeur de Fr. 34 000.–. En participant à chacune de nos sept éditions du concours durant l’année, vous augmentez ainsi vos chances de remporter ce magnifique premier prix, car chaque carte donne accès au tirage au sort.

www.subaru.ch

«New Holland T7.SWB et T7.LWB» – ménagent l'environnement et la bourse Les nouveaux tracteurs à transmission continue New Holland (dès 125 CV) montrent le bout de leur nez! Premièrement, ces tracteurs remplissent déjà les futures normes TIER IV relatives aux gaz d'échappement, valables dès 2014. Cela signifie qu'ils génèrent 100 fois moins d'émissions qu'un tracteur construit en 1997, selon la devise: «New Holland, the clean energy leader». Grâce au traitement externe des gaz d'échappement SCR, les moteurs peuvent être exploités de manière optimale. Les nouveaux tracteurs de la série T7 consomment moins de Diesel, développent davantage de puissance et les intervalles de service ont pu être prolongées à 600 heures, les moteurs n'étant plus alimentés qu'avec de l'air propre. Saviez-vous que la transmission continue «AutoCommand» peut être verrouillée mécaniquement à 100 % dans la plage de travail principale, en cas de transports routiers rapides, ainsi qu'en marche arrière accélérée? Saviez-vous que le paquet Power bleu, respectueux de l'environnement, passe automatiquement du groupe route au groupe champ sans que vous ne remarquiez quoi que ce soit? La transmission «AutoCommand» participe à la réflexion, de façon à ce que vous puissiez être en tout temps disponibles et efficaces. Montez sans plus tarder dans un New Holland T7, afin de tester le confort offert par l'accoudoir «Sidewinder II». Comment conduisez-vous de préférence? Avec la pédale des gaz, le tempomat à 3 paliers ou le levier de gaz comprenant également la petite roulette permettent d'augmenter ou de diminuer la vitesse? Nous nous réjouissons de vous acceuillir pour une visite d'essai!

Répondez aux questions pour compléter le mot croisé Le texte ci-contre vous aidera. 1 Comment se nomme le système de traitement des gaz de la série T7? 2 De quelle couleur est le paquet Power de la transmission «AutoCommand»? 3 Les nouveaux tracteurs New Holland consomment moins de … 4 Qu'est-ce que les nouveaux tracteurs génèrent 100 fois moins qu'en 1997? 5 Comment s’appelle la transmission continue? 1 2 3 4

5 Ecrivez la solution (cases verticales sombres) sur une carte postale et envoyez-là jusqu’à la fin du mois à Revue UFA «Concours Know-how», case postale, 8401 Winterthour. Envoyez la solution par internet à l’adresse www.ufarevue.ch Ne pas oublier le nom, l’adresse et le numéro de téléphone!

Prix immédiats Ce mois-ci, nous tirons au sort les prix suivants: 1er prix

Vestes d'hiver New Holland, * (S, M, L, XL, XXL)

3e prix

Combinaison New Holland, * (98 –164 et 44 – 60)

e

Sac à dos New Holland

e

5 prix

Parapluie New Holland

6e – 99e prix

Casquettes de Baseball New Holland

4 prix

e

New Holland Centre tracteurs Suisse Bucher Landtechnik AG, 8166 Niederweningen 寿 044 857 26 00, Fax 044 857 24 12info@bucherlandtechnik.ch, www.new-holland-schweiz.ch

Tracteur New Holland pour enfant

2 prix

e

100 prix

Horloge murale New Holland (*Veuillez indiquer la taille désirée)

Aucune correspondance n’est échangée au sujet du concours. Les collaborateurs du groupe fenaco ainsi que des marques de machines agricoles participant au concours n’ont pas le droit de participer.

Le concours 2010 de la Revue UFA est rendu possible grâce à: Agromont SA, Hünenberg; Bucher Landtechnik SA, Niederweningen; Case Steyr Center, Niederweningen; GVS-Agrar SA, Schaffhouse; Matra, succursale Robert Aebi SA, Lyss; Serco-Landtechnik SA, Oberbipp; Althaus SA, Ersigen; Pöttinger SA, Birmenstorf; Lely Center, Hägendorf; Lely Suisse, Düdingen.

30

12 2010 · REVUE UFA


NOUVEAUTÉ KNOW-HOW

Kilian Wenger et John Deere en partenariat

Nouvelle technique de rampe

Force, dynamisme et fiabilité se sont rencontrées. Kilian Wenger, roi de la lutte et fan des tracteurs John Deere depuis sa plus tendre enfance, va réaliser un rêve grâce au sponsoring de Matra, l’importateur de John Deere. Le partenariat entre Kilian Wenger et Matra profite aux deux parties. « Je me réjouis de ce partenariat avec John Deere car les tracteurs verts et jaunes me fascinaient déjà quand j’étais enfant », explique Kilian Wenger après avoir

La nouvelle rampe de pulvérisaton entièrement hydraulique pour le pulvérisateur de Vogel&Noot de la série «IS» se démarque par un maniement très simple et une largeur de transport minimale. Toutes les machines MasterSpray de la série «IS» (attelage 3 points) sont disponibles dès maintenant avec des rampes de pulvérisation rabattables entièrement hydrauliques et en forme de X. Ce concept de rabattement donne une largeur de transport de 2.50 m. La nouvelle rampe de pulvérisation «XFH-600» est disponible dans les largeurs de travail de 12 et 15 mètres avec à chaque fois 5 largeurs partielles et est en principe toujours réalisée avec un rabattement unilatéral avec compensateur

conduit pour la première fois le « 8345R », le fleuron des tracteurs John Deere. « Kilian Wenger réunit en lui la force, le dynamisme et la fiabilité, des attributs qui correspondent à nos produits », explique Martin Weber, directeur du marketing chez Matra, la succursale de Robert Aebi SA, qui est l’importateur suisse des machines agricoles et d’entretien des espaces verts John Deere en Suisse. Ces prochaines années, John Deere officiera en tant que sponsor du roi de la lutte. Avec son lien étroit avec l’agriculture suisse, Kilian Wenger est le partenaire idéal pour Matra. Matra 3250 Lyss  032 387 28 28 www.matra.ch, www.johndeere.ch

de devers hydraulique. Les rampes «XFH-600» sont robustes, les conduites stables du système de rabattement augmentent la durée de vie et améliore le maniement du système des rampes. Le maniement des rampes «XFH» est particulièrement confortable grâce à l’intégration de la fonction dans le tableau du contrôle du dosage. Toutes les fonctions de rabattement peuvent être présélectionnées sur ce tableau. Le pulvérisateur entier ne nécessite sur le tracteur qu’un distributeur simple (réglage en hauteur hydr.) et un distributeur double. Serco Landtechnik SA 4538 Oberbipp,  032 636 66 40 www.sercolandtechnik.ch

New Holland Family

Epandeuse «Mistral» d’Agrar

New Holland a opté pour une stratégie prometteuse avec les programmes «The clean energy leader» et «Les gens New Holland». Dans cette optique, New Holland a lancé une palette complète de tracteurs hightech d’avenir et écologiques répondant même aux futures normes en matière de gaz d’échappement valables dès 2014. Par ailleurs, New Holland propose la palette la plus large de tracteurs spécialisés. Bucher Landtechnik SA s’est également orientée vers les nouveaux be-

Agrar a entièrement remodelé sa série d’épandeuses à fumier «Mistral». Désormais, tous les modèles disposent de parois latérales zinguées en plus du châssis zingué. Le hérisson à épandage fin éprouve d’Agrar a été optimisé alors que l’ensemble de la transmission a été renforcé en vue de performances plus élevées. Les épandeuses Agrar sont faites pour durer. Le zingagae du châssis et des parois latérales offre une excellent protection contre la corrosion. Le hérisson est fixé sur une console solide et stable. Ses quatre rouleaux verticaux assurent un épandage large et fin, avec une régularité remarquable sur la largeur. Il est possible d’ouvrir en tout temps les parois latérales, ce qui facilite grandement le nettoyage. Toutes les machines sont dotées d’un tapis hydraulique muni de robus-

soins et a réparti les différents secteurs dans des centres de compétence indépendants. Laissez-vous surprendre. Vous en saurez bientôt davantage sur New Holland Family. New Holland Centre tracteurs Suisse, 8166 Niederweningen

Tabelle: Aperçu de l’offre des tracteurs New Holland Série T3000 Série T4000V/N/F Série TD4000F Série T4000D Série TD5000 Série T5000

Petit tracteur compact (35–54 CV) Versions à voie étroite (viticulture/arboriculture) (65–97 CV) Tracteur compact simple pour les budgets modérés (65–88 CV) Le tracteur compact le plus vendu (65–97 CV) Tracteur polyvalent à la technique simple (72–94 CV) Tracteur universel avec les meilleurs moteurs et le meilleur échelonnement des vitesses (76–113 CV) Série T6000 Modèle à succès en versions Delta, Plus ou Elite* (101–132 CV) Série T7.SWB Avec à choix Powershift ou transmission continue (125–165 CV*) Série T7.LWB Le grand frère avec empattement plus long (167–228 CV*) Série T8. Le fleuron avec l’empattement le plus long (256–339 CV*) * modèles avec moteurs CommonRail et EPM (engine power management) REVUE UFA · 12 2010

tes traverses. Le réglage en continu de la vitesse d’avancement du tapis ainsi que la possibilité de le faire marcher en arrière sont également des attributs que l’on trouve de série sur ces machines. Les éléments de commande sont montés sur une console réglable et offrent un confort d’utilisation maximal. GVS Agrar SA 8207 Schaffouse  052 631 19 00 info@gvs-agrar.ch www.gvs-agrar.ch

31


NOUVEAUTÉ KNOW-HOW

Stabilité et meilleure qualité de fanage: «Hit 910» Pöttinger offre une large palette de faneuses pour un ratissage propre et un gain de fourrage. Une excellente adaptation au sol, une perte de brindille réduite et une précision dans le travail sans perte de temps au réglage sont les caractéristiques de ces machines. Pöttinger dispose d’un avantage supplémentaire avec les larges pneus ballons qui, en symbiose avec la roue «Multitast» sur l’attelage, améliorent grandement le comportement en pente. La «Hit 910» est une machine pour les professionnels exigeants. Sa commande confortable donne du plaisir au travail. L’accouplement «Power» avec de robustes dents résistent aux charges dans des conditions extrêmes. Avec les modèles «Hit 910 A/AZ», Pöttinger propose une faneuse traînée avec 8 toupies

et une largeur de travail de 8.60 m. En position de transport, les toupies sont relevées hydrauliquement légèrement contre le tracteur ce qui diminue le porte-à-faux. Larges en position de travail, étroites et basses en position de transport, les toupies sont automatiquement verrouillées

lors des transports. La «Hit 910 N/NZ» offre les mêmes avantages en machine attelée au 3 points. Les dents asymétriques favorisent la qualité de fanage et améliorent la propreté du fourrage. La rupture des dents est non seulement irritante mais c’est aussi un danger autant

Les nouvelles séries 5, simples et pratiques

Les nouveaux tracteurs de la série 5 vous offrent un rapport qualité-prix sensationnel dans le segment des tracteurs de 55 à 100 cv. 5R, le plus confortable de sa catégorie 5M, le puissant tracteur pour les travaux aux champs et la ferme 5G, le plus léger des tracteurs John Deere à 4 cylindres 5E, le tracteur idéal pour les travaux simple Voyez par vous-même est venez les tester? N‘hésitez pas à contacter le concessionnaire John Deere dans votre région. www.JohnDeere.ch

Matra

3250 Lyss, Industriering 19, tél. 032 387 28 28 l 1400 Yverdon, Le Bey, tél. 024 445 21 30 6517 Arbedo, Via Cerinasca 6, tél. 091 820 11 20 l 7302 Landquart, Weststr. 5, tél. 081 300 05 80

pour les animaux que pour les machines lors des opérations suivantes. Les dents Pöttinger «Heavy duty» apportent une sécurité par une antiperte de dent intégré. La forme du support de dent assiste la dent dans sa fonction et lui confère une résistance supplémentaire. L’agriculteur peut choisir parmi les différents modèles et les largeurs de travail : une solution sur mesure pour des agriculteurs et des entrepreneurs avertis. Pöttinger SA 5413 Birmenstorf  056 201 41 60 info@poettinger.ch www.poettinger.ch


TECHNIQUE AGRICOLE

Fusion des bourses Internet MARCHÉ SUISSE DES MACHINES AGRICOLES Les deux bourses Internet «agropool.ch» et «machinesagricoles.ch» fusionnent pour donner naissance au plus grand site Internet pour le commerce de machines agricoles d’occasion en Suisse. Dès le mois de janvier 2011, la nouvelle plateforme, qui poursuivra son activité sous la dénomination «agropool.ch» proposera plus de 10 000 machines et matériels agricoles sur la toile.

La plateforme Internet «agropool. ch» est la plus ancienne bourse de Suisse pour le commerce de machines agricoles sur Internet. Elle existe depuis 1999 et s’est imposée avec succès comme le leader du secteur, dès ses débuts. «agropool.ch» est une plateforme exploitée par Agrarmedien Sàrl.

Agramedien est éditeur des journaux suisses alémaniques «BauernZeitung», «Die Grüne» et «Frauenland». Le portail Internet «machinesagricoles.ch» a été créé en 2005. Ce site est géré par la Revue UFA, le périodique agricole le plus lu de Suisse. «machinesagricoles.ch» a été très rapidement ac-

cepté par les importateurs et les agriculteurs. Lors de la conception de cette bourse Internet, la facilité d’utilisation a en effet toujours été un aspect prioritaire.

Analyses de marché Dans le cadre de projets de réactualisation, des analyses de marché ont démontré que les principaux groupes cibles des deux sites Internet susmentionnés souhaitaient une simplification de la situation. Les importateurs, les agents de machines agricoles et les agriculteurs espèrent que la concentration sur un seul site Internet pour les machines agricoles contribuera à augmenter la fréquentation des visiteurs et à améliorer leurs chances de vente. Afin de satisfaire cette demande, les deux acteurs présents sur le marché sont entrés en discussion et ont envisagé différentes solutions et collaborations. En raison des besoins techniques nécessaires pour réactualiser son site, la Revue UFA s’est finalement décidé à vendre «machinesagricoles.ch » à Schweizer Agrarmedien Sàrl de manière à ce qu’il soit possible de créer sous le nom existant «agropool.ch» une bourse Internet encore plus attrayante.

Pour les agriculteurs suisses, à partir de janvier 2011, la bourse en ligne pour les machines d'occasion «agropool.ch» sera encore plus attractive.

A compter du 1er janvier 2011 Cette nouvelle bourse en ligne sera opérationnelle dès le début 2011. Les annonces publiées actuellement sur «machinesagricoles.ch» seront placées automatiquement sur le nouveau site «agropool.ch» dès la fin décembre. Les annonceurs et les utilisateurs recherchant du matériel d’occasion seront automatiquement déviés sur «agropool.ch». 䡵 REVUE UFA · 12 2010

Auteur Hans Peter Kurzen, Chef d’édition Revue UFA, 8401 Winterthour www.agrarmaschinen.ch www.agropool.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

33


Profitez de l’aubaine de vous adresser à tous les paysans suisses

Bourse aux bonnes affaires Suite de la page 15

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Motorenbausatz Basco Vanguard, 14 PS, zu Aebi AM 40/41, mit Maag Motor  055 440 34 64 Motorsäge KomatsuZenoah G 3300 DX, 35 cm Schwert, Werkzeugloser Kettenwechsel, Ausstellungsmodell, Fr. 450, Neupreis Fr. 785  055 440 34 64 Heckschaufel Bertschi, 2 m; Glasbausteine ca. 80 Stück  052 765 12 91 Samro Standard, 1. Modell mit erhöhtem Tisch und kurzem Absackstand; 1-Zylinder-Motor mit Schwungrad; ganz alte Tanksäule  079 670 73 46 Melangeuse Seko, 12 m3, révisée; Rouleau Lisse, 280 m; Pelle Faucheux, 2 m, 800 l; Herse pliable, 5 m  079 781 09 83

Kreiselegge Maschio DC 3000, Spiropackerwalze, Sämaschine Anbauteil; Packer Lemken, B 1.80 m, Ringdurchmesser 70 cm  079 357 23 94 Speed Rake 230, sehr guter Zustand, wie neu, Anbau an jeden Transporter möglich, faires Angebot, Fr. 9000  079 452 64 55 Gezogener Kreisler Deutz - Fahr KH 4 S, sehr guter Zustand  079 245 25 02 Remorque de camion plateau 11.2 m 3 ess. 28 t  079 250 65 64 Tränkefässer, 1000 l, mit TB oder Trog, ab Fr. 1150, Handbremse, höhenverstellbare Deichsel, Stützfuss und Schallwand verzinkt, 1500 l Fr. 2920, 2000 l Fr. 3180, 3000 l Fr. 3680 - Aktion 1 Stk. Fr. 2997, inkl. MwSt  079 514 69 87 Schneepflug Hunziker, 3-Punkt, 2.6 m, 3-teilige Anfahrsicherung, Fr. 3500  079 709 39 80

Kreiselmäher Fella 285, guter Zustand, Fr. 3500  079 709 39 80

Délai: Toujours 14 jours avant la date de parution. Important: Si vous êtes membre d’une LANDI, vos annonces dans la Bourse de la Revue UFA sont gratuites. Annonces machines: Placez en plus votre annonce en ligne sur machinesagricoles.ch. Gratuit pour les membres LANDI! Vous pouvez placer jusqu’à 5 photos couleur de votre machine. Pour les non-membres, la place pour une machine coûte Fr. 20.– par mois.

34

2 Stahlbetonträger, L 8 m, B 30 cm, H 50 cm, z.B. für Brücke über Bach, zusammen Fr. 300; Traktor Heckgewicht an 3-Punkt, 1200 kg, mit Zugmaul, Fr. 350; 2 Ansauggebläse, El-Motor, ZW Antrieb, je Fr. 200  052 745 12 08

Weideunterstand, mit Pultdach, Holzwände, Eisenkonstruktion verzinkt, 4 x 3 m, Fr. 4000; Pferdeboxen in div. Ausführungen  079 514 69 87

Châssis semi remorque pneus larges 13 m, Fr. 2100  079 250 65 64 Mistzetter Agrar Mistral 6000, Jahrgang 2004, hydraulischer Kratzboden, Breitreifen, rev. Kratzboden, Fr. 15'500  079 709 39 80

TALON

Kulturegge mit Krümler, 2.5 m, Fr. 100; PZ Turbo-Schwader, Fr. 100; PZ Kreiselmäher mit Quetscher, 1.85 m, Fr. 500, alles in gutem Zustand  071 917 12 34

Raubwildfallen, Marder, Fuchs, usw.  079 678 35 04

Weidefutterraufen in div. Ausführungen, 12 Pl. Rundbogen oder Diagonal, Fr. 1290; Futtersilos für Aussen  079 514 69 87

Div. Kälberiglus, inkl. Umzäunung mit Tränkevorrichtung und Heuraufe; 2er Iglu mit Umzäunung, Fr. 838, inkl. MwSt; 1er Iglu mit Umzäunung, Ausstellungsmodel, Fr. 250  079 514 69 87

Doppelräder 13.6R38, neu, Patent Müller, 5 Arm, passend zu 540 - 65R34,  079 765 20 26

Abris, 11 m x 2,5 alu Fr. 1'000  079 250 65 64 Weidezelt, 3.6 x 3.6 m, Montage auf Panels, Dachkonstruktion und Plane bis auf Boden, Fr. 2200 statt 2800, inkl. MwSt und Panels; Kunststofftank, 1000 l, Fr. 40  079 514 69 87 Schlitzfräse, für die Führung des Entmistungsschiebers; günstige Lösung für glatte Stallgänge, Spaltenböden, Gussasphalt  079 514 69 87 Remorque, plateaux tandem 8 m x 2.5 freins hydr. Fr. 3600  079 250 65 64 Panels, Sonderaktion, 3.00 m x 1.60 m, robust, neu, inkl. MwSt, Fr. 159; Lüfter, fahrbar, inkl. MwSt, Fr. 1950  079 514 69 87 Suite à la page 44

Tel. 058 433 65 30 • Fax 058 433 65 35

Chiffre:  oui (supplément Fr. 20.–)  Machines agricoles  à vendre

Viehanhänger für 2 GVE, an Traktor, guter Zustand, Fr. 1400  078 718 59 32, ab 19 Uhr, Kt. BE

Stapler Toyota, Hubkraft 1.5 t, Hubhöhe 3 m, Gabelverlängerung, grosse Lufträder, guter Zustand, günstig  079 422 30 55

Remorques 2 ess. 7.2 m x 2.5 m 16 to pneus larges, Fr. 3200, 40km/h Fr. 4800,18 t bâchée alu 40/h, Fr. 6100  079 250 65 64

Commande d’annonces dans la bourse aux bonnes affaires

C’est aussi simple que cela: • Remplir le talon en lettres majuscules • Par case, 1 lettre, 1 espace, 1 chiffre ou 1 signe de ponctuation (ne pas oublier le no de téléphone) • Indiquer le nombre de parutions et la rubrique désirée • Découper le coupon et le transmettre par courrier, fax ou e-mail à: Revue UFA, bourse aux bonnes affaires, Case postale 344, 8401 Winterthour  058 433 65 30, Fax 058 433 65 35, info@ufarevue.ch

Mischwagen Gilioli, 5 m; Silofräse Taurus für Mais; 30 Stahlträger verzinkt, HEB 180 7-10 m  052 385 16 51

2 surbaissées 3 ess. rampes hydr. 30 t  079 250 65 64

Nous avons de nouveaus numéros:

Attention: nouvelles rubriques

Silos à aliment 12 m3 et 18 m3 dès Fr. 500, vis et souffleurs à céréales,  079 250 65 64

Laufhofabschrankungen in div. Ausführungen; Round-Pan, 17 Panel, 3 m, Fr. 2444  079 514 69 87

 non

 Immobilier

 recherche

 à louer

 Animaux

Nombre de parutions:  1 x  Emploi

 Fourrage

2x

 Contingents

 à donner

 Je suis membre de la LANDI

10.– 20.– 30.– 40.– 50.– 60.– 70.– Chaque ligne supplémentaire Fr. 10.–   Gratuit pour les membres des LANDI. Nom, prénom Adresse, NPA, Localité Téléphone Date, signature

TVA 7.6 % incluse

Découper et envoyer à: Revue UFA, Bourse aux bonnes affaires, Case postale 344, 8401 Winterthour


BRÈVES PRODUCTION VEGETALE

Les producteurs de céréales exigent une prime de culture Lors de son assemblée des délégués de début novembre, la Fédération suisse des producteurs de céréales (FSPC) a évoqué la situation difficile qui prévaut sur le marché des céréales indigènes. Au moyen d’une action cartes postales adressée à l’Office de l’agriculture et à son directeur Manfred Bötsch, la FSPC revendique l’introduction d’une prime de culture spécifique en faveur des céréales fourragères. Lors d’une table ronde, des questions ayant trait aux marchés à terme et aux fluctuations des prix ont été abordées. Anton Rief, du groupe Raiffeisen ZG, entreprise commerciale organisée sous forme de coopérative, a souligné que son

entreprise proposait des variantes innovantes de reprise des céréales avec des cotations en bourse (Matif). Mais vu qu’il faut disposer de grands lots d’au moins 50 t et que ces derniers ne devraient pas représenter plus de 20 % de la récolte pour des raisons de risques, cette possibilité ne s’adresse pas aux petites et moyennes exploitations. Tobias Merath, directeur de l’analyse des matières premières au Crédit Suisse, s’est dit convaincu que les fluctuations des prix des céréales n’étaient pas influencées par la bourse.

Pius Eberhard, de fenaco, ne partage quant à lui pas ce point de vue et s’est dit convaincu que les mauvaises récoltes ne peuvent pas être à l’origine de la fluctuation des cours des céréales. Selon lui, ces fluctuations seraient l’œuvre de spéculateurs extérieurs à la branche qui auraient une influence bien plus importante que les facteurs agronomiques et économiques dans la formation des prix. Fritz Glauser, président de la FSPC, a exigé des prescriptions mondiales visant à enrayer les effets de la spéculation.

Cadre étroit pour les OGM

Forum vitivinicole fondé

Selon un communiqué du LID, le Tribunal constitutionel fédéral allemand a soutenu la loi sur le génie génétique en vigueur. Ce dernier limite l’utilisation du génie génétique à un cadre très restreint. Cette décision vient sanctionner une tentative du gouvernement du land de SaxeAnhalt qui visait à faciliter la culture de plantes OGM.

Le nouveau forum vitivinicole réunit la station de recherche Agroscope Changins-Wädenswil, Agridea, l’école d’ingénieurs de Changins, Bio Suisse, les œnologues suisses ainsi que Vitiswiss.

Une table ronde animée avec Tobias Merath, Pius Eberhard, Fritz Glauser et Anton Rief (de g. à d.).

Une culture d’importance stratégique L’organisation de branche pour la pomme de terre «Swisspatat» va s’engager pour la reconnaissance de la culture des pommes de terre comme une culture d’importance stratégique dans le cadre de l’évolution du système des paiements directs. Ce faisant, cette culture devrait être mieux considérée dans la répartition des contributions. Lors de la 71e assemblée des délégués, «Swisspatat» s’est réjouie que la filière pomme de terre ait confiance en l’avenir, ce qui s’est manifesté par des investissements dans des structures importantes. www.swisspatat.ch

Des plantes contre l’arsenic Deux gènes qui contrôlent l’accumulation et la décontamination de l’arsenic dans les cellules végétales ont été identifiés. C’est le résultat d’une vaste collaboration internationale à laquelle la Suisse prenait également part. Cette découverte pourrait ouvrir des perspectives prometteuses en vue de l’assainissement des sols pollués par l’arsenic et d’autres métaux lourds. REVUE UFA · 12 2010

Ecobilan et rentabilité Il est possible de produire de manière écologique et de réaliser simultanément un bon revenu, comme le prouve une analyse de l’écobilan d’une centaine d’exploitations agricoles suisses. Selon l’étude de la station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon, 1 litre de lait produit environ 1.3 kg d’équivalent CO2 de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. La charge pour l’environnement qui se cache dans un litre de lait varie toutefois fortement d’une exploitation à l’autre. Cela n’a cependant aucun lien avec le fait qu’il soit produit selon les directives bio ou PER, en plaine, dans la zone préalpine ou en montagne.

Une excellente récolte de pommes de terre. L’état des stocks au 20 octobre 2010 affichait 70337t de pommes de terre pour la consommation à l’état frais, dont 35159t de pommes de terre à chair ferme – un volume étonnamment important. La filière de la pomme de terre est cependant unanime sur le fait que les quantités entreposées sont de très bonne qualité et qu’elles vont pouvoir être écoulées. En ce qui concerne les pommes de terre farineuses, les stocks de 30138t sont à hauteur de ceux de l’année passée. Avec 111476t, les quantités en stock de pommes de terre de transformation n’ont encore jamais été aussi élevées. Par ailleurs, il

les paysans assurent L’USP a lancé l’action «les paysans assurent». Des cartes postales assorties d’un concours présentent de manière originale des transports de produits agricoles. Symboliquement, elles montrent que les familles paysannes s’engagent pour fournir aux consommateurs des produits de qualité et de la région.

n’est pas encore certain que la totalité des stocks convienne pour la fabrication des chips car la variété «Agria» peut voir sa couleur modifiée dans la friture. fenaco a publié ses recommandations culturales pour la campagne 2011. Les ventes de plants de pommes de terre indiquent que les producteurs ont suivi ces recommandations et qu’ils contribuent ainsi à une production conforme au marché. Des surfaces supplémentaires de la variété «Innovator» seraient les bienvenues. Fritz Stucki, responsable du secteur commercial pdt, fenaco.

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 35


PRODUCTION VEGETALE

Cultures dans des gratte-ciel LES TRAVAUX CULTURAUX PASSENT AU VERTICAL La population mondiale croît à grande vitesse. Assurer l'alimentation devient de plus en plus difficile; les surfaces cultivables ne sont guère extensibles. Des chercheurs travaillent déjà à de nouveaux concepts pour l'agriculture de demain. Leurs scénarios présentent une tendance nette: les travaux des champs vont se déplacer en ville et prendront une dimension verticale.

A l'avenir, des salades, des tomates ou du riz pourraient croître derrière les vitres de gratte-ciel. A côté des immeubles commerciaux à plusieurs étages, des tours vertes futuristes hébergeant des fermes urbaines se détacheraient dans le ciel. Sous le slogan «agriculture verticale», des architectes visionnaires esquissent des tours agricoles dans lesquelles se superposent des serres productives qui vont à la rencontre du soleil. Ces fermes urbaines sont raccordées à des éoliennes et à des panneaux de cellules solaires pour bien montrer leurs dispositions environnementalistes.

Nourrir les grandes agglomérations Les esquisses de nouvelles villes et les projections pour l'agriculture de demain en sont, pour l'instant, au stade du brassage d'idées. Toutefois, si la terre est occupée par plus de 9 milliards d'habitants d'ici 40 ans, il est nécessaire de dégager aujourd'hui déjà des idées novatrices pour garantir la sécurité alimentaire. C'est avant tout dans les métropoles que la population croît le plus rapidement: d'ici 2025, la population urbaine pourrait passer de 3.5 à 4.5 milliards alors que la population rurale ne croîtrait que de 3.4 à 3.5 milliards en chiffres ronds.

De nouvelles terres agricoles sont nécessaires Sur l'ensemble de la terre, on ne peut guère gagner de nouvelles surfaces cultivables. En fait, c'est plutôt le contraire qui se produit: depuis des dizaines d'années, la surface cultivable par être humain diminue continuellement. On estime qu'en 2050 il ne restera plus que 0.19 ha de 36

surface cultivable par habitant, alors que cette surface était presque 3 fois plus importante en 1950. Le stress thermique et la sécheresse détruisent toujours plus de surfaces agricoles utiles. Une forme d'agriculture urbaine pourrait contribuer à maîtriser les problèmes à venir. Ce sont des microbiologistes de l'Université de Columbia à New York City qui seraient à l'origine de l'idée des fermes-gratte-ciel. Dans ce concept, on ne voit pas seulement une importante contribution à l'alimentation de l'humanité: des serres disposées en hauteur et proches des centres urbains permettraient des économies d'énergie et de frais de transport.

lement peu prises en compte. De plus, on n'envisage que des cultures intensives comme les légumes et les fruits, en partie en combinaison avec des élevages de poissons et de petit bétail. D'autres concepts se fondent sur les besoins des plantes pour définir la structure et l'équipement des bâtiments.

Une production de riz à la chaîne Le riz a été choisi par différents chercheurs comme modèle de plante. Sur l'ensemble de la planète, il est cultivé sur

Des fermes productives et autonomes Le fonctionnement interne des fermes à étages est imaginé sous l’angle de la durabilité: l'eau circule en circuit fermé, des fourrages peuvent être fabriqués à partir de déchets végétaux et des engrais sont préparés à partir des déjections du petit bétail ainsi que des eaux usées. Les plantes développent leurs racines dans des substrats comme la laine de pierre ou la fibre de coco. En hors-sol, les problèmes de ravageurs sont moindres. Ces serres modernes et leurs installations constituent un écosystème en soi; insérées dans les métropoles, elles sont indépendantes des intempéries et des changements climatiques. Comme il est possible d'obtenir plusieurs récoltes par année, les citadins disposent en tous temps de produits frais de la tour agricole, tout près de chez eux. Pour l'instant, les esquisses de fermes verticales sont marquées par des architectures futuristes. Les contraintes techniques de la construction sont généra12 2010 · REVUE UFA


PRODUCTION VEGETALE

Les serres de l’extrême

une surface de 157 millions d'hectares. Cela correspond à 22 % de la production céréalière globale. La culture du riz nécessite de grandes quantités d'eau, jusqu'à 30 % des ressources mondiales en eau douce. De plus, les processus fermentaires qui se produisent dans les rizières inondées dégagent du méthane, un gaz aux effets climatiques beaucoup plus importants que le CO2. Un premier atelier d'experts a planché sur le sujet d'un projet rizière verticale et a réuni début juillet 2010 des in-

génieurs, des architectes, des experts en logistique et des économistes. D'après les concepts développés par les chercheurs, le riz serait cultivé sur des plateformes sous abri qui seraient continuellement en mouvement. Sur un tapis roulant, les semis successifs de riz passeraient les différents stades de leur développement tout au long d'un lent circuit de 120 jours à l'intérieur du bâtiment. Les plantes, suspendues dans des sachets synthétiques spéciaux, seraient cultivées dans un système d’aéroponie, en suspension, et une fumure optimale serait nébulisée sur les racines chaque seconde. Ce système permettrait de faire trois récoltes par année.

Cure de fitness pour plantes cultivées Jusqu'à ce qu'on soit en mesure de cultiver du riz en serre, il faudra bien encore 15 à 20 ans. Dans l'intervalle, il faudra bien approvisionner les populations croissantes en nourriture de base. Il s'agira notamment d'adapter les plantes aux changements climatiques. Au centre d'innovation CropScience de Bayer, situé à Gand, en Belgique, on travaille à l'amélioration de la résistance des plantes cultivées face aux stress climatiques. On aimerait qu’elles restent en mesure de produire durablement des rendements stables et élevés malgré les variations des conditions climatiques. On sait que les plantes disposent de différents mécanismes de défense leur permettant de réagir face à un stress de courte durée. Mais cela consomme une grande quantité d'énergie qui ne sera plus disponible pour leur croissance. La conséquence: d'importantes pertes de récolte, surtout en cas de déficits hydriques et de longues périodes chaudes. Avec l'aide de la reREVUE UFA · 12 2010

Exemple d'un gratte-ciel futuriste renfermant des cultures agricoles. Photos: The Vertical Farm Project, Columbia University, New York.

Que ce soit dans un désert ou au Pôle Sud, il existe déjà des serres efficaces adaptées à des conditions extrêmes. En Arizona par exemple, une exploitation produit toute l’année sous serre des tomates fraîches, des concombres et des paprikas sur env. 128 ha,et ceci en utilisant 70% moins d'eau qu'en culture de plein champ. Au Pôle Sud, une serre a été créée pour approvisionner les chercheurs de l'Antarctique en fruits et légumes. Ces fermes «high tech» cultivent encore de manière «horizontale» mais c'est déjà un pas important vers la tour agricole urbaine. Le zoo de Paignton, au sud-ouest de l'Angleterre, s'est déjà risqué à la production verticale de fourrages: dans une serre poussent des salades, des carottes et des herbes destinées aux animaux du zoo; ces plantes sont cultivées dans des caisses conçues pour être disposées par étages et déplacées en continu.

cherche génomique moderne, les chercheurs de Bayer sont en mesure d'identifier les gènes des plantes cultivées, de comprendre les mécanismes antistress et de les influencer de manière ciblée.

Conclusion Il y a encore beaucoup à faire pour que l'agriculture soit équipée pour être durablement capable de répondre aux besoins futurs, même si elle dispose déjà de nombreuses technologies. Des technologies doivent être repensées et optimalisées pour s'adapter à la «ferme verticale»: par exemple des produits synthétiques stables pour les façades des serres, des éclairages par LED qui fournissent la lumière correspondant aux besoins de la photosynthèse, etc. Mais il faut aussi concevoir des systèmes de gestion et de traitement des eaux ainsi que d'approvisionnement des plantes en éléments nutritifs. C'est tout un programme pour la recherche agronomique. 

Rédaction Dr Roman Engeler, Revue UFA, 8401 Winterthour Les éléments de base de cet article proviennent d'une communication d'entreprise sur la recherche de Bayer CropScience, 40789 Monheim am Rhein (Allemagne) www.bayercropscience.com

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

37


PRODUCTION VEGETALE

Planifier maintenant la fumure FUMURE SOUFRÉE En grandes cultures et en cultures fourragères, une planification précoce de la fumure est un facteur clé pour un bon départ dans la nouvelle saison. La synergie entre l'azote et le soufre mérite une attention particulière. Le «Soufre Landor» constitue une solution simple pour fournir aux cultures ce qu’il leur faut pour couvrir la différence entre leurs besoins et les apports par les engrais de ferme.

Urs Hodel

Le bilan du soufre dans le sol est négatif. Dans le cadre de la lutte contre les pluies acides, l'industrie a dû réduire ses émissions de dioxyde de soufre. Il en résulte que la quantité de soufre atmosphérique qui retombe sur les terres cultivées a diminué. A ceci s'ajoute le fait que les modestes immissions de sulfates sont lessivées par les pluies hivernales. Dans les

Tableau 1: Produits Landor riches en souffre

Le «soufre Landor» est un moyen simple pour couvrir les besoins des cultures en épandant les engrais de ferme. Photo: agrafoto.com

Engrais azotés Nitrate d'ammoni. Sulfonitrate Sulfate d'ammoni. Sulfamide

24 + 5 Mg + 7 S 26 + B + 14 S 21 + 24 S 30 + 3 Mg + 10 S

Engrais spéciaux Novaphos Granuphos Patentkali Sulfate de potasse Kieserite Bittersalz (Epso Top)

18 + Mg + Ca + 9 S 18 + Mg + Ca + 5.5 S 30 + 6 Mg + 19 S 50 + 18 S 16 + 20 S 9.8 + 13 S

sols peu profonds ou tassés, le volume de terre exploré par les racines est faible, ce qui fait que le soufre contenu dans le sol est mal utilisé. De plus, la battance et le croûtage des terres entravent la minéralisation des composés soufrés. D'autres causes de mauvais approvisionnement en soufre sont énumérées dans l'encadré. Il est par conséquent indispensable de tenir compte du soufre dans la planification des apports d'engrais.

Les symptômes de carence sont toujours plus fréquents En général, les plantes réagissent à une carence en soufre par un manque de chlorophylle, la substance verte, qui se traduit par un jaunissement caractéristique des feuilles. Ces symptômes peuvent être facilement confondus avec ceux d'une carence en azote ou en ma-

Tableau 2: Valeurs indicatives pour la fumure souf. Culture Colza Betterave sucrière Maïs Céréales Pomme de terre Herbages

kg/ ha 80 kg / ha 35 kg / ha 30 kg / ha 0 –25 kg / ha 25 –30 kg / ha 30 –60 kg / ha

gnésium. La différence réside dans le fait que la carence en soufre affecte d'abord les jeunes feuilles; le soufre étant peu mobile dans la plante, il ne peut pas être résorbé à partir des vieilles feuilles. Pour un approvisionnement optimal en soufre, il y a lieu de faire une distinction entre cultures exigeantes et cultures peu exigeantes. Le tableau 1 fournit les valeurs indicatives pour différentes espèces cultivées.

Engrais PK Tous les engrais PK Landor contenant du phosphate soluble Engrais NPK Tous les engrais NPK Landor contenant du phosphate et de la potasse solubles ou du sulfate de magnésium Soufre Landor 80S, soufre élémentaire à incorporer au purin Engrais liquides Azos 340 g/l Potasse liquide 15 Bittersalz (Epso Mic.) 12

38

12 2010 · REVUE UFA


PRODUCTION VEGETALE

Les effets sont rapidement visibles Hansueli Zurlinden possède une exploitation laitière à Holderbank (SO), avec une production herbagère pour 18 vaches laitières (moyenne d'étable: 8000 kg) et 8 génisses de remonte. Le domaine compte 18 ha et est exploité de manière biologique depuis 15 ans. Revue UFA: Qu'est-ce qui vous a incité à utiliser du «Soufre Landor»? Hansueli Zurlinden: Des teneurs faibles, un rendement en fourrages en baisse, des symptômes de carence sur le fourrage de base ainsi qu'une publication dans la Revue UFA au sujet du soufre ont attiré mon attention sur ce problème. Le responsable de la LANDI Bipp-Gäu-Thal m'a conseillé d'utiliser du «Soufre Landor» à 1 kg par m3 de purin. Il a fallu peu de temps pour que l'effet positif soit visible. Les pâtures, les prairies permanentes et les prairies temporaires montraient une couleur vert foncé, les symptômes de carence avaient quasiment disparu. Après une période de végétation, tous mes herbages étaient d'un beau vert. Quand et comment utilisez-vous le Soufre Landor? Peu avant l'épandage du purin, je le verse dans la préfosse et l'incorpore par brassage. Quelles expériences avez-vous pu faire à propos de l'efficacité du produit? J'ai fait de bonnes expériences. Après l'épandage du «Soufre Landor», les herbages sont devenus plus denses et de meilleure qualité. Les rendements ont aussi augmenté. La couleur des graminées a passé du vert clair au vert foncé.

Le soufre ne doit pas manquer non plus en cultures fourragères. Si l'on est avare de soufre, l'efficacité de l'azote est diminuée et le rendement baisse, la synthèse des protéines est réduite. Selon l'intensité d'exploitation, il est recommandé d'apporter 30 à 60 kg de soufre par ha. Les engrais de ferme ne contiennent pas assez de soufre pour couvrir ces besoins.

Différentes forme de soufre Le soufre peut se trouver sous diffé-

rentes formes, tant dans les engrais que dans le sol. Les plantes ne peuvent cependant l'absorber par leurs racines que sous forme de sulfate (SO4). Toutes les autres formes de soufre doivent être préalablement converties en sulfate disponible. Les engrais Landor contiennent du soufre sous forme de sulfate (tableau 2) sauf le «Soufre Landor» qui contient du soufre élémentaire destiné à être incorporé au purin par brassage. Ce soufre est transformé en sulfate dans le sol.

Facteurs influençant la disponibilité du soufre Quels sont les facteurs qui peuvent influencer négativement la disponibilité du soufre au printemps? • Des sols légers, pauvres en humus ou peu profonds. • Des sols présentant des défauts de structure. • Des sols acides ou très riches en chaux. • De fortes pluies durant les mois d'hiver. • Un manque d'eau au printemps. • Des températures basses. • Des systèmes de fumure sans engrais organiques. • Des rotations avec des cultures exigeantes (crucifères, légumineuses).

Hansueli Zurlinden

Le «Soufre Landor» est un produit de haute valeur prévu pour être utilisé comme complément au purin. Il est soluble à l'eau et facile à utiliser. On l'incorpore au purin au printemps, peu avant l'épandage. La dose recommandée est de 1 à 2 kg/m3.

En résumé Le soufre et l'azote sont les principaux constituants des protéines végétales. Pour améliorer le rendement et la teneur en protéines des plantes, qu'il s'agisse de grandes cultures ou d'herbages, et pour compenser la diminution des immissions de soufre atmosphérique, il est actuellement recommandé et rentable de procéder à une fumure soufrée ciblée. 

Auteur Urs Hodel, Service technique Landor, 4127 Birsfelden Ligne téléphonique gratuite:  0800 80 99 60. www.landor.ch, info@landor.ch Dans la nouvelle Liste des engrais 2011, vous trouvez tout l'assortiment des engrais Landor présentés dans des tableaux synoptiques clairs, classés selon les éléments nutritifs qu'ils contiennent et selon les groupes de produits.

GK 14.10

Pensez-vous continuer à utiliser le «Soufre Landor»? Oui, certainement. L'efficacité est évidente.

Soufre LANDOR Un soufre de qualité pour mélanger au purin ou à épandre sur les fumiers • Couvre les besoins en soufre des cultures • Améliore l’efficacité de l’azote • Est hautement concentré • Est soluble et rapidement assimilable par les plantes

Appel gratuit 0800 80 99 60 0800 LANDOR landor.ch LANDOR, fenaco société coopérative Rte de Chardonne 2 1070 Puidoux Tél. 058 433 66 13 Fax 058 433 66 11 E-Mail info@landor.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

REVUE UFA · 12 2010 «L’

ass

ura

n

’ê ce d

tre

ww

sat

isfa

it»

39o r . c h

w . la

nd


PRODUCTION VEGETALE

A l’affût des ravageurs ENTREPOSAGE DES CÉRÉALES Il existe une différence entre le rendement potentiel d’une plante cultivée et ce qui peut réellement être utilisé d’une récolte. Les causes en sont multiples: elles commencent au champ déjà pour finir à l’entreposage. Grâce à une technique affinée – par exemple un gazage à l’azote – il est possible de réduire encore ces pertes.

Les céréales ne sont récoltées qu’une seule fois dans l’année, mais on mange des petits pains et des gâteaux tous les jours, si bien qu’il est nécessaire de les entreposer sur une période relativement longue. Et cet entreposage attise la convoitise de nombreux intéressés tels que charançon du blé, teigne de la farine et champignons. Afin que la marchandise parvienne aux moulins, et finalement jusqu’au consommateur, avec le moins de pertes possible et avec une qualité élevée, les professionnels de l’entreposage – comme par exemple l’entreprise Silo und Umschlag SA à Buchs – doivent prendre des mesures sophistiquées.

Des

Walter Scheiwiller analyse un échantillon de blé quant à la présence de ravageurs et constate l’efficacité de l’installation.

40

installations

innovantes

L’entreprise Silo und Umschlag SA compte parmi les premiers entrepôts céréaliers en Suisse à vouloir diminuer les pertes d’entreposage au moyen du gazage à l’azote. Walter Scheiwiller, le directeur, commente cet investissement: «Dans nos silos, nous avons beaucoup de céréales bio et durant l’entreposage, il faut recourir le moins possible aux produits chimiques. C’est pourquoi il nous faut être en permanence sur nos gardes afin que nos cellules ne soient pas infestées par des ravageurs. Il nous fallait donc entreprendre quelque chose dans ce sens et nous avons opté pour ces installations de gazage innovantes à l’azote.» Parmi les moyens de lutte autorisés par Bio-Suisse, en plus de certains produits chimiques, figure également le dioxyde de carbone, qui n’est pas sans poser certains problèmes. Avec la technique du gazage au dioxyde de carbone, il faut procéder à une étanchéification

supplémentaire des silos en béton, faute de quoi l’efficacité est moindre.

«N2 Grain Conserver» C’est le nom de l’installation développée par Horst Qualmann, qui possède un bureau d’ingénieurs pour la technique environnementale en Allemagne, et qui sera distribuée en Suisse à l’avenir par fenaco Equipements. Le grand avantage de ce système est qu’il tire l’azote nécessaire au gazage à partir de l’air, qui contient près de 80 % d’azote sous forme gazeuse. L’air aspiré par un compresseur est comprimé, refroidi par un sécheur d’air par réfrigération et atterrit après un passage dans différents filtres sur une membrane à azote. L’oxygène y est séparé et sui-

vant les réglages, il en ressort de l’azote pur à 99 %. Cet azote est encore une fois refroidi, analysé quant à sa teneur en oxygène puis dirigé par un réseau de tuyaux vers les différentes cellules d’entreposage.


PRODUCTION VEGETALE

Plus de 60 mio. de tonnes de pertes d’entreposage au niveau mondial

Un charançon du blÊ peut provoquer des dÊgâts considÊrables dans un stock de cÊrÊales. Photo: Bayer CropScience)

Vu que l’azote est plus lÊger que l’air, il est refoulÊ dans les cellules depuis le bas. Ainsi, l’azote sous forme gazeuse migre par lui-même vers le haut de la cellule et Êvacue l’air normal qui s’y trouve. Une sonde placÊe à l’extrÊmitÊ de la cellule mesure la composition de l’air sortant et renseigne l’opÊrateur sur la durÊe restante du gazage à effectuer. Il ne faut pas que la teneur en oxygène rÊsiduel de l’air sortant dÊpasse 2 %. Ce faisant, les ravageurs prÊsents dans la marchandise meurent et sont sÊparÊs au dÊstockage par des tamis lors du processus mÊcanique de nettoyage. La durÊe de traitement nÊcessaire pour la lutte contre tous les ravageurs aÊrobies se situe entre une et six semaines, suivant la taille du silo à gazer. L’installation se trouve dans un container mobile et sa conception permet de l’agrandir de façon modulaire.

En Europe occidentale, on estime les pertes d’entreposage des cÊrÊales à environ 2%. Mais dans d’autres pays, elles peuvent être bien supÊrieures. Au niveau mondial, on chiffre ces pertes à environ 10% – dont plus de 80 % sont à mettre sur le compte des insectes, 10 % sur celui des oiseaux et des rongeurs, les 10 % restants Êtant dus aux champignons. Si on les rapporte à une rÊcolte mondiale de blÊ de 600 mio. de t, cela reprÊsente env. 60 mio. de t de pertes. Le charançon du blÊ compte parmi les principaux ravageurs des stocks. Un insecte femelle pond entre 200 et 300 œufs. Pour ce faire, elle ronge un court canal dans les grains et dÊpose un œuf dans chacun d’eux. La larve consomme l’intÊrieur du grain de cÊrÊale qui s’Êvide, s’y transforme en nymphe et par la suite, l’insecte se libère en mangeant le reste. Le cycle d’Êvolution dure entre 30 et 40 jours.

de ce système est encore restreint pour les cÊrÊales conventionnelles. Mais à l’avenir, les exigences vont Êgalement augmenter pour ces installations conventionnelles, si bien que le N2 Grain Conserver constitue une alternative idÊale dans ce contexte, prophÊtise Daniel Jungo. 䥾

RÊsumÊ Pour Horst Qualmann, le principal avantage de son procÊdÊ rÊside dans le fait que l’azote utilisÊ est entièrement tirÊ de l’air, et cela 24 heures sur 24. Par rapport à d’autres variantes de rÊfrigÊration ou d’aÊration, son installation consomme jusqu’à 80 % d’Ênergie en moins. En tant qu’effet secondaire positif, on peut mentionner que l’azote a Êgalement une action de protection contre le feu et les explosions. Pour Daniel Jungo de fenaco Equipements ce type d’entreposage des cÊrÊales va s’imposer à l’avenir. C’est surtout dans le segment bio que le gazage à l’azote devrait prendre de l’essor. Pour l’instant, il estime que le potentiel REVUE UFA ¡ 12 2010

Auteur Dr. Roman Engeler, Revue UFA, 8401 Winterthour Silo und Umschlag Buchs AG est une entreprise privÊe qui, en plus des cÊrÊales conventionnelles, entrepose Êgalement surtout des cÊrÊales bio. La capacitÊ de stockage se monte à 18 000 t. Chaque annÊe, ce sont environ 20 000 t de cÊrÊales qui sont transbordÊes à partir des 88 cellules situÊes tout près de la gare. fenaco Equipements est le centre de compÊtence du groupe fenaco-LANDI pour les installations techniques des centres collecteurs et des silos. Il met à disposition tous les moyens nÊcessaires en ce qui conerne la technique de pointe et moderne dans la reprise, l’entreposage et le transport des cÊrÊales.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

Pour des nuits sans soucis! Pour un contrĂ´le absolu du mildiou Nouvelle matière active au mode d‘action unique Effet performant et durable contre le mildiou de la vigne Protection inĂŠgalĂŠe des vignes pendant la phase critique aux alentours de la 

Bayer (Schweiz) AG ¡ CropScience ¡ 3052 Zollikofen TÊlÊphone: 031 869 16 66 ¡ www.bayercropscience.ch

12 ¡ 10

                       

41


phyto-news La météo influence-t-elle le choix des fongicides céréales? Depuis quelques années, on observe que les brusques changements de temps ont une grande influence sur la santé du feuillage des céréales. Jusqu’à présent, c’était surtout l’orge d’automne qui était concernée avec des grillures. Mais l’été dernier, de nombreux champs de blé d’automne, de triticale et de seigle ont également vu leur feuillage dépérir rapidement. La plupart du temps, il n’a pas été possible de déterminer avec précision les maladies qui en étaient à l’origine. Ce qui est sûr en revanche, c’est que le passage d’un temps froid et humide à chaud et sec a été plus brusque en Suisse alémanique et que les cultures de céréales sans protection contre les intempéries ont rapidement périclité. Les différences de rendement entre les parcelles Extenso et traitées ont été très minces et les rendements étaient décevants. Dans la pratique, il apparaît plus clairement chaque année que les céréales traitées selon des stratégies fongicides comprenant suffisamment de produits de contact sont plus résistantes aux influences météorologiques. Le fongicide de contact Daconil 500 fait chaque année plus d’adeptes parmi les céréaliers. Notre recommandation pour 2011: 1.25 l/ha de Fandango dans le blé d’automne au stade 1 – 2 feuilles contre le piétin-verse et les maladies foliaires, suivi de 1 l/ha d’Opus + 2 l/ha de Daconil 500 à l’épiaison. Dans l’orge d’automne, 1.25 l/ha de Fandango + 1.5 l/ha de Daconil 500 au stade dernière feuille.  062 746 80 00   

www.staehler.ch

Essais de Stähler Suisse – le long parcours des produits phytosanitaires Le groupe Stähler a pour objectif de proposer, aujourd’hui comme demain, les produits phytosanitaires les meilleurs et les plus sûrs à ses clients. Dans cette optique, Stähler investit beaucoup de temps et d’argent dans l’observation du marché, la recherche, le développement et l’homologation des produits. Une des principales activités de Stähler Suisse est le monitoring mondial de la recherche sur les produits phytosanitaires et des nouvelles matières actives qui en découlent. Sous la devise «Le meilleur du monde pour l’agriculture suisse», Stähler Suisse entretient de bons contacts avec les fabricants qui effectuent des recherches dans tout le monde et collabore étroitement avec les autres organisations nationales du groupe Stähler. Ce faisant, l’assortiment complet actuel comporte des produits de 27 fournisseurs différents. Chaque pays – et la Suisse également – présente des différences en ce qui concerne le climat, le sol, la végétation et la faune. C’est pourquoi les états exigent que les nouveaux produits soient testés de manière complète et circonstanciée avant d’être homologués pour la vente et proposés dans le commerce et aux clients. Dans ses centres de développement à Hessigkofen (SO) et Forel (VD), Stähler Suisse analyse les matières actives, formula-

Stähler Suisse mène chaque année de nombreux essais parcellaires.

info@staehler.ch www.staehler.ch

Produits phytosanitaires Synthèse de la matière active Formulation du produit Efficacité

Laboratoire, développement du procédé, production, emballage

Toxicologie

Animaux à sang chaud

Années

Métabolisme Résidus

Toxicité aiguë, subchronique, chronique Mutagénicité, cancérogénicité, tératogénicité Auxiliaires, oiseaux, poissons, microorganismes Plantes, animaux, sol, eau

Chimie Biologie

Ans 42

tions et mélanges acquis dans le monde entier dans des essais en plein champ sur des sites appropriés. Ces tests complets sont nécessaires afin d’apporter la preuve, dans le cadre de la stricte procédure d’homologation, que l’utilisateur dispose d’un produit d’une qualité irréprochable et que ce dernier soit bien supporté par les cultures et l’environnement. Les produits phytosanitaires sont les substances chimiques les mieux analysées car ils entrent en contact avec une foule d’éléments: les plantes, le sol, l’air, l’eau, les récoltes, les hommes, les animaux et l’environnement. Ces mécanismes d’action sont déterminés dans le cadre de nombreuses études, de même que les risques potentiels. Ces investigations prennent beaucoup de temps et nécessitent de nombreuses ressources durant le développement du produit, comme le montre le tableau ci-dessous.

Laboratoire, serre Essai parcelles et plein champ, examen officiel

I

II

III

IV

V

VI

VII

VIII

IX

Procédure d’homologation

X

XI

XII

12 2010 · REVUE UFA


PAGE BIO

Des prix supérieurs aux prix indicatifs

Contrôles basés sur les risques

CÉRÉALES PANIFIABLES BIO fenaco Céréales, oléagineux et matières premières (GOF) a déjà payé aux centres collecteurs l’intégralité des céréales panifiables. De bonnes nouvelles pour les producteurs de céréales bio en cette année de l’offensive Bio-Suisse en faveur des grandes cultures: ceux qui ont fait confiance à fenaco pour la commercialisation de leurs céréales panifiables bio bénéficient d’un prix à la production attrayant. fenaco GOF forme une plateforme de commercialisation comprenant plus de 30 centres collecteurs certifiés bio dans toute la Suisse et à la fin octobre, elle a versé un prix de Fr. 106.-/100 kg pour le blé panifiable. Ce faisant, le prix indicatif de Fr. 104.–/ 100 kg fixé au sein de la branche a été dépassé de 2 Fr. – tout comme l’année dernière. Les augmentations de prix dans le secteur des céréales conventionnelles ont également profité à la commercialisation dans le segment bio. Pour le seigle panifiable, fenaco GOF verse aux centres collecteurs un prix de 95 Fr./ 100 kg (prix indicatif 93 Fr.) et 116 Fr. pour l’épeautre (prix indicatif 114 Fr.). Simultanément, en vue de favoriser activement la culture de céréales bio indigènes, fenaco GOF a invité les centres collecteurs à verser les meilleurs prix finaux possibles aux producteurs.

Faibles coûts de commercialisation En l’absence d’activités faisant monter les prix au niveau des ventes, le versement d’un meilleur prix aux producteurs n’est possible qu’en maintenant les coûts à un faible niveau pour la commercialisation. C’est ce qu’a fait fenaco GOF. Et le but a été atteint, grâce à une claire répartition des rôles entre fenaco GOF et un réseau national de centres collecteurs rationnels, en association avec des transformateurs performants sur le marché suisse. Notre propre infrastructure de transport ainsi REVUE UFA · 12 2010

BRÈVES

L’Ordonnance bio stipule désormais que les contrôles annuels d’entreprise restent la règle mais qu’ils peuvent s’effectuer en fonction des risques. Il s’ensuit qu’il n’est pas toujours nécessaire d’effectuer un contrôle d’exploitation complet. Les contrôles à l’improviste peuvent également intervenir sur la base d’échantillons aléatoires.

14 % réfléchissent à abandonner Selon un sondage de la Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon, 14 % des agriculteurs bio réfléchissent s’ils ne veulent pas arrêter la production bio. La moitié des agriculteurs qui envisagent de renoncer au bio s’adonnent à la production laitière. Avant d’arrêter la production biologique, il vaut la peine de réfléchir aux opportunités que pourraient offrir d’autres branches d’exploitation. Il existe en effet des alternatives intéressantes (volaille bio, blé bio).

Les poulets sont à la mode qu’un concept de transport efficace avec les CFF sont également des facteurs importants dans ce succès.

Objectifs dans le bio En tant qu’entreprise organisée sous forme de coopérative avec une base paysanne, le succès des producteurs se situe clairement au centre de nos préoccupations. Dans la culture des céréales conventionnelles, nous avons pu franchir une étape décisive en ce sens, grâce à la récente accréditation «Suisse Garantie» pour le standard de qualité de fenaco «Suisse Premium». fenaco GOF désire également s’investir à fond dans la céréaliculture biologique et s’instaurer en tant que partenaire de confiance. On en veut pour preuve sa grande efficacité dans la commercialisation ainsi qu’un conseil compétent visant à soutenir activement les grandes cultures dans l’agriculture biologique, afin d’augmenter à plus long terme le taux d’approvisionnement indigène dans le segment bio. Par ailleurs, fenaco GOF recherche de nouveaux producteurs sous contrat pour les céréales et les oléagineux bio. Ulrich Zürcher se tient à votre disposition pour tout renseignement complémentaire au  058 434 06 66. 

fenaco mise sur de bons prix aux centres collecteurs pour favoriser l’attractivité des grandes cultures biologiques.

Après que les ventes de poulet bio bourgeon se sont multipliées par trois chez Coop au cours de ces trois dernières années, les grands distributeurs tablent également sur une croissance l’année prochaine. Pour obtenir de plus amples renseignements et conclure des contrats de production, adressez-vous au spécialiste volaille d’UFA.

Travail superficiel

Auteur Andreas Rohner dirige le ressort matières premières bio au sein du GOF de fenaco, 8401 Winterthour. www.fenaco-gof.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch 12 · 10

Dans le cadre d’un essai de trois ans réalisé sur les surfaces d’essai de l’Université de Kassel (D), le procédé de semis sous litière après céréales a été comparé dans le cadre de deux profondeurs de travail différentes (5–7 cm et 13–15 cm) avec la culture intercalaire de radis avec une profondeur de labour de 25 cm. A cette occasion, ce sont surtout le degré de couverture du sol après le travail du sol et la levée du radis oléagineux qui ont été analysés. Dès que la profondeur de travail a dépassé les 15 cm, le degré de couverture de 30 % qui est nécessaire pour assurer une protection suffisante contre l’érosion n’a plus pu être atteint. Durant les trois années d’essai, c’est dans le cadre de la variante avec labour que les rendements en matière sèche étaient les plus élevés. Les faibles différences constatées au niveau de la levée et des rendements en matière sèche entre la variante travail superficiel et en profondeur avec le chisel plaident en faveur d’un travail superficiel dans le cadre des procédés conservateurs. 43


Suite de la page 34

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Kia Sorento 2.5 Diesel Style, Jg. 2008, 22'000 km, Automat, Zuglast 3500 kg, Anhängevorrichtung, Fabrik-Garantie, Zustand wie neu, unfallfrei, preisgünstig abzugeben  079 812 98 66 Epandeuse à fumier Mengele ES 6500, tapis hydr. Cadre ensilage; Charrue Kverneland T 8, trisocs; Pontroulant FSA 2000 HK, grue à foin, hydraulique  026 652 32 38 ou 079 728 96 25 Hürlimann D 200 S Allrad, Jg. 72, 8000 Std. ohne Kabine, ab Platz, Fr. 19'000  079 445 61 28 Aebi HC 44, 1.9 m Balken, Ballonbereifung, Gitterrad, 13 PS, 2 neue Hydrostaten, neuwertig, Fr. 9500  079 445 61 28 Heizlüfter, 2 - 15 KW, ab Fr. 190; div. Entfeuchter; hydr. Kipprampe, 2.3 x 6 m  062 968 11 64 Bandsäge; KombiHobelmaschine Lüscher, komplett, inklusive Werkzeug  081 738 10 16 Vieh- und Pferdeanhänger, mit Vorderausstieg, gut erhalten; Feguverteiler, 400 mm, Fr. 300; Kunststoffsilo Rotaver, Ø 3 m, Höhe 4 m  079 311 10 65 Welner und Mähwerk, zu Reform Aebi AM 20, Balken 1.9 m, Doppelund Giterrad, neuwertig, Fr. 6500; Motorsense Komatsu, Fr. 500, ab 18.00 anrufen  079 275 50 14 Glocken und Treicheln, Omlin, Betschart, Müsler, Bartenbach, Schellbert, Herger, Chamonix, Römer, Kranzer, Berger, Gusset, ab 18.00 anrufen  079 275 50 14 44

Aebi AM 15, mit Gitterrad und Doppelrad, 1 neues Messer, Schneidezusatz, Fr. 1200  034 493 32 83

Wasserabscheider, für Druckfass, Anschluss 50 mm, Ausführung Kunststoff grün, Fr. 80  071 422 10 15

Vieh-Schermaschine Lister 1100, mit 2 Scherköpfen, Fr. 100  031 747 74 53

Diverse Fenster, mit Doppelverglasung  071 422 10 15

Motormäher Aebi AM40, mit Gabeleinraser, top Zustand  079 430 57 71 Heuverteiler Zumstein HVA, Automat bis 17 m Streulänge, Fr. 500  031 747 74 53 Glocken, Treicheln, Schellen, von klein bis gross, Albertan mit Jahrzahl, Biägi, Peter Berger, Gusset, Morier, Chamonix, Muotathaler Treicheln, Preise nach Absprache; Milchtansen, 40 l, 50 l, 60 l, pro Stk Fr. 100  041 832 14 63 Rübenbröckler Van Lengerich; Rübenschnetzler zu Rapid Euro; Reinigungsgerät für Rüben; Milchtank, 510 l, mit Transportfahrwerk; Heuschrote S+M  078 679 38 46 Zubringerband Blaser, geeignet zum Füllen von Paloxen, Fr. 400  061 841 25 91 Bauholz, ab Fr. 330 pro m3  079 324 52 25 Milchtank, mit Tauchkühlung, 450 l, an PW, Fr. 2500  079 469 08 85 Silogabel, elektrisch, für Grasentnahme im Hochsilo; Melkboy  041 480 28 36 Traktor Bührer, 55 PS, Jg. 72, Doppelrad ab Platz; Sämaschine Fiona, 3 m mech. Fahrg., 21 Schar., Fr. 1500; Rübenbröckler Van Lengerich, Fr. 900; 2 Doppelräder Schaad, 12.4/11+36, passend zu 16.9+30, Fr. 500  076 564 42 83 Heuverteiler Teleskop Wild, mit Steuerung und Anschlussrohren, sowie Abzweigelement mit Umschaltklappe  071 422 10 15 Brennholzfräse, Fr. 150  077 418 96 43

Obstspritze Fischer Nebelblaser Turbo 800, 500 l, mit Spültank, Fr. 2500  079 430 57 71 Front Doppelmessermähwerke, 230 m bzw. 250 m, hydr. Antrieb  079 430 57 71 Eternitplatten; Palisaden; BTS Gummimatten; div. Metallhalter für Rundholzabschrankungen; IHC 383  041 910 28 45

Produits fourragers Nous savons de quoi nous parlons! En sacs, vrac, grosses ou petites balles, des produits de qualité et adaptés aux besoins de votre bétail. … nous sommes là pour vous! GOF 1.3 / 10

Bourse aux bonnes affaires

Ballenförderband  079 426 06 35 Pumpfass Kaiser, 4000 l, neue Pneu, guter Zustand, Fr. 4800  077 418 96 43 Milchtank DeLaval, 1030 l, stationär, Fr. 1800  077 418 96 43 Motor + Gebläse 5.5 kw/h, zu Huber Turbo-Zyklon, neuw., Fr. 800; Planierschild, 2.1 m, Fr. 1000; Benzinmotor Honda, 5.5 PS, auf Konsole, Fr. 200; Güllenbrüggli, Fr. 400; Gartenhacke, neuw., Fr. 600  021 843 29 72 Viehanhänger Daltec, Alu, Gesamtgewicht 2500 kg, 1.7 m x 3 m, Jahrgang 2009, ab MFK, Tandem Ausf., eventuell Tausch an Vieh  079 516 02 22

www.fourrages.ch Infoline gratuite

0800 808 850

Départ pour le sud? La météo LANDI pour vos poches!

Kreiselegge Bertschi, 2.5 m, mit Frontdreieck, sehr guter Zustand, Fr. 800  034 431 27 61 Pneu Kleber, 2 Stück, neu, 420/85 R34  078 836 66 22 Kälberiglu, polyester mit Umzäunung, sehr handlich, neu, Fr. 870  079 723 61 25 Kt. BE Gebläseölheizer Reddy Heater BV 125, Occasion  079 523 14 85 Suite à la page 72

TV LANDI météo trois fois par jour www.landi.ch 12 2010 · REVUE UFA


BRÈVES

Un ryhtme de traite différent améliore-t-il le lait et la santé? La protéine du lait a une grande valeur. Elle contient du phosphore, du calcium, de nombreux acides aminés et permet aux producteurs de réaliser un meilleur prix du lait. Des scientifiques de la Technische Universität München (TUM) sont arrivés à la

conclusion qu’il était possible d’augmenter le taux protéique en changeant légèrement le rythme de traite. 36 vaches laitières de la station de recherche de la TUM ont ainsi participé à un essai sur deux ans. Les vaches taries deux mois avant le vêlage (groupe 1) sont celles qui ont produit le plus de lait mais également celles qui ont perdu le plus de poids durant la phase de démarrage. Le groupe 2 a également été tari mais n’a été trait qu’une fois par jour durant les quatre semaines suivant le vêlage avant d’être trait deux fois par jour durant le reste de la lactation. Les vaches du groupe 3 ont été traites deux fois par jour et n’ont jamais été taries. Par

rapport au groupe témoin, les vaches du groupe 2 et du groupe 3 ont affiché des taux protéiques moyens supérieur de 0.3% respectivement de 0.5%. Selon les scientifiques du TUM, ce résultat laisse supposer que les nouveaux rythmes de traite testés évitent des pointes de production et que les vaches ont ainsi plus d’énergie à disposition pour produire un lait de bonne qualité. Ces résultats doivent toutefois faire l’objet d’une analyse plus approfondie. On ne sait par exemple pas encore durant combien de lactations successives il serait possible de renoncer au tarissement dont on sait qu’il permet le renouvellement des tissus de la mamelle.

Le contact avec les animaux comme nouvelle branche?

Décongélation du colostrum

N’affourager que de l’ensilage de bonne qualité

Des contacts ciblés avec les animaux sont aujourd’hui également utilisés dans la thérapie des maladies psychiques et des handicaps. Le nouveau portail Internet www.greencare.ch apporte des acteurs dans ce secteur à forte croissance et donne un aperçu des activités possibles.

Décongeler le colostrum au microonde? Oui, c’est possible. Une étude de la Haute école de Südwestfalen (D) démontre néanmoins que l’effet des substances immunitaires (immoglobuline) présentes dans le lait diminue d’environ 45%, comme c’est également le cas lors de la décongélation conventionnelle dans l’eau chaude. Leur concentration dans le sang des veaux est toutefois considérée comme suffisante.

En 2010, les cas de décès dus à la listeriose ont doublé par rapport aux années passées. La listeriose est particulièrement dangereuse pour les personnes âgées, malades, enceintes ou pour les enfants en bas-âge. Elle peut être transmise à l’homme en consommants des produits animaux non cuits. Chez les brebis, les chèvres et les bovins qui sont les plus touchés, la listeriose se traduit par de fortes fièvres, des claquements de dents, des paralysies ou des avortements. En cas de doute, il y a lieu d’informer le vétérinaire cantonal. Chez l’animal, la transmission se fait également par le fourrage, principalement par de l’ensilage moisi et contenant beaucoup de terre.

Vaccin contre les campylobacters En 2010, plus de 5500 personnes ont été affectées par le campylobacter, un agent de la diarrhée. Des études détaillées démontrent désormais que la viande de poulet cru est responsable du quart des infections. Beaucoup d’êtres humains sont également contaminés par le contact avec des chiens ou des chats. Dans l’engraissement de poulets, il n’existe pour l’instant encore aucune méthode valable pour les conditions suisses. On espère que la vaccination permettra de réaliser certains progrès dans ce domaine un nouveau vaccin est actuellement à l’étude.

REVUE UFA · 12 2010

Extension de l’interface «Bovins Suisse» Les producteurs laitiers doivent fournir des informations sur leurs animaux à différents organismes. Depuis 1996, il existe un moyen simple et efficace de le faire grâce à l’interface «Bovins Suisse». Les agriculteurs équipés d’un logiciel de gestion du troupeau peuvent désormais transmettre leurs données aux fédérations d’élevage, à la BDTA, etc., ce qui permet d’éviter des erreurs et d’économiser du temps. Les nouvelles fonctions seront d’abord réservées aux clients des Fédérations de la race brune et Holstein avant d’être mises à la disposition des membres de Swissherdbook.

Erratum Les exploitations qui n’effectuent pas elles-mêmes la narcose pour la castration des porcs doivent faire parvenir une attestation du vétérinaire d’ici à février 2011 aux services administratif du fonds de castration c/o Proviande, 3001 Berne. Contrairement à ce qui avait été annoncé dans les brèves de la Revue UFA du mois d’octobre, Suisseporcs n’a rien à voir avec les versements effectués par le fonds de castration.

PRODUCTION ANIMALE

Innovations à l’«EuroTier» Le salon «EuroTier» de cette année a été marqué par une multitude de nouveaux développements techniques. Cela prouve que la capacité d’innovation des fabricants de matériel pour la production animale reste intacte. En raison des conflits d’intérêt croissants entre des conditions de détention repectueuses des animaux et de l’environnement et des conditions de travail convenables pour les agriculteurs, il faut faire preuve d’innovation afin d’augmenter durablement la réussite de l’exploitation, ou du moins la maintenir. En matière de technique dans la détention des porcs, la plupart des nouveautés concernent l’alimentation et la détention. Dans les solutions d’affouragement, une grande importance a été accordée à la sécurité de fonctionnement, la simplicité des commandes et les possibilités de contrôle des différents processus. On a pu constater de nombreux systèmes visant à améliorer l’approvisionnement en eau des porcs. On peut saluer de nombreux systèmes de boxes faciles à nettoyer, permettant d’augmenter la productivité du travail et d’en diminuer la pénibilité, tout en respectant les besoins des animaux. Quant aux bovins, on peut mentionner divers développements dans la technique de traite et d’affouragement. En matière de traite mécanique, diverses innovations techniques ont été lancées, du simple stand de traite mobile pour le pâturage au carrousel de traite entièrement équipé. Dans ce seteur également, l’accent a été mis sur l’augmentation des performances et l’amélioration de la gestion automatisée de toutes les places de traite.

Tojours actuelles www.ufarevue.ch 45


PRODUCTION ANIMALE

Une agriculture axée sur la production laitière LES PARTICIPANTS AU VOYAGE d’étude organisé par la Revue UFA en Bavière au mois d’octobre 2010 ont eu un vaste aperçu de la production laitière dans cette région qui présente de nombreuses similitudes avec la Suisse.

En Bavière les stabulations clé en main ont le vent en poupe.

46

Le lait est la principale branche de production de l’agriculture bavaroise. Les quelque 40 000 exploitations laitières que compte cette région détiennent au total 1.24 million de vaches, soit 30 % du cheptel allemand. Avec une production totale de 7.18 millions de tonnes, le volume de lait produit en Bavière est sensiblement plus élevé qu’en Suisse. Actuellement le prix du kilo de lait payé aux producteurs bavarois avoisine les 33 cents.

Outre la présentation approfondie de la formation agricole et du marché du lait allemands qui leur a été dispensée au «Spitalhof», une exploitation placée sous la responsabilité du «Milchwirtschaftlicherverein» (association chargée d’encourager la production laitière et de représenter les intérêts des producteurs), les participants au voyage d’étude de la Revue UFA ont eu l’occasion de comparer de nombreux systèmes allant de la salle de traite tandem au robot de traite en passant par des installations de traite par l’arrière, en épi et SwingOver. La comparaison était intéressante en ce sens que toutes les fermes présentées étaient des exploitations familiales abritant des troupeaux d’environ 60 vaches et que les systèmes de traite étaient issus de différents fabricants. S’il est ressorti de cette comparaison que les salles de traite tandem étaient désormais moins prisées des producteurs en raison d’une capacité de traite horaire inférieure, le choix reste en revanche totalement ouvert entre salles de traite en épi, traite par l’arrière, SwingOver ou robot de traite, la décision d’opter pour l’un ou l’autre système dépendant fortement de la personnalité du producteur, du temps qu’il désire consacrer à la traite, de son goût pour l’élevage et/ou l’informatique ainsi que de la main d’œuvre à disposition. Au final, il ne semble pas exister de grandes différences de coût entre les différents types de salle de traite, le prix d’une installation dépendant plutôt de son degré d’automatisation. A noter qu’en tenant compte de l’enveloppe nécessaire pour abriter l’installation de traite, il apparaît que le prix d’une salle de traite n’est plus tellement inférieur à

Le choix du système de traite dépend fortement des goûts du chef d’exploitation.

celui d’un robot de traite, ce dernier compensant un prix d’achat plus élevé par un besoin en volume nettement inférieur. Les participants au voyage d’étude ont été étonnés d’entendre qu’en Bavière les nouvelles stabulations laitières bénéficiaient d’un soutien étatique à fond perdu important, soit de Fr. 180 000.– environ, pour un coût moyen par place UGB de Fr. 15 000.– La plupart des réalisations visitées étaient des constructions «clé en main» (Systèmes Hörmann ou Wolf par exemple). Mais ce qui a le plus étonné les participants au voyage ce sont surtout les capteurs solaires qui recouvrent la quasi-totalité des toits des nouvelles constructions et qui permettent d’amortir ces dernières en revendant l’électricité excédentaire à des fournisseurs d’électricité. 䡵

Auteur Cyril de Poret, Revue UFA, 1632 Riaz. Les excursions laitières proposées par la Revue UFA sont organisées en collaboration avec l’agence de voyage Nosal, 8357 Guntershausen b. Aadorf.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

12 2010 · REVUE UFA


OFFRES SPÉCIALES SPÉCIALITÉ DU MOIS

UFA-Ketonex UFA-Ketonex EXTRA Si risque de cétose Rabais Fr. 20.– / 100 kg jusqu’au 8.01.2011 ACTION

UFA 114 EXTRA / UFA 116 PRIMA / UFA 170 BIO/ UFA 219 Aliments d’élevage Rabais Fr. 5.– / 100 kg jusqu’au 15.01.2011 ACTION

UFA 207 instant / UFA 207 plus / UFA 209 start Laits d’élevage Rabais Fr. 12.– / 100 kg jusqu’au 15.01.2011

UFA-AKTUELL UFA-ACTUEL

C’est Noël pour vos veaux Action aliments et laits d’élevage Les aliments combi contiennent des flocons très digestibles et des additifs appétibles qui favorisent une ingestion précoce et optimisent les conditions indispensables à une croissance rapide et un développement harmonieux. Les aliments d’élevage UFA ont été spécialement formulés pour répondre aux besoins des animaux en croissance. Dans une deuxième phase après le sevrage du lait, on peut passer au nouvel aliment d’élevage UFA 219, à 20 % PB.

Nouveaux laits d’élevage Les laits d’élevage UFA 207 instant (allaitement au seau) et UFA 207 plus renferment maintenant de la lignocellulose naturelle OptiCell à effet prébiotique. OptiCell accélère le passage dans le gros intestin, améliore la consistance des fèces

et réduit le stress. Le nouveau lait d’élevage 5 étoiles UFA 209

start sans protéines végétales est idéal pour l’élevage intensif.

Stockez d’ores et déjà le lait d’élevage UFA (rabais Fr. 12.– / 100 kg) et l’aliment d’élevage (rabais Fr. 5.– / 100 kg) dont vous aurez besoin pour bien commencer la nouvelle année.

TIPP DES MONATS CONSEIL DU MOIS

Risque de cétose chez les parturientes

Rabais de Fr. 20.– / 100 kg, jusqu’au 8 janvier 2011. Dans votre LANDI REVUE UFA · 12 2010

Les vaches présentent souvent un déficit énergétique, en phase de démarrage. Le glucose (sucre sanguin) est davantage mobilisé pour la production laitière. Conséquence: les corps cétoniques s’accumulent dans le sang. La cétose induit une surcharge du métabolisme et du foie; l’appétit chute. UFA-Ketonex a été formulé pour diminuer le risque de cétose chez les parturientes. Il contient 30 % de propylène glycol,

fournit aux parturientes du glucose rapidement disponible et renforce l’apport énergétique après le vêlage. UFA-Ketonex est granulé et très appétible. L’abreuvement forcé, pénible et risqué, Le problème

n’est plus nécessaire. UFA-Ketonex EXTRA comprend également du bêtacarotène, de la biotine, des oligoéléments (en partie organiquement liés) et les vitamines A, D3, E.

Déficit énergétique en phase de démarrage, Mobilisation excessive des réserves adipeuses.

Les symptômes Les corps cétoniques présents dans le sang surchargent le métabolisme et le foie; l’appétence décroît. La solution

UFA-Ketonex, avec 30 % de propylène glycol, fournit aux parturientes du glucose rapidement disponible et réduit le risque d’apparition d’une cétose. 47


UNTERWEGS MIT... EN ROUTE AVEC …

Simon Lepori, conseiller HYPONA Par sa formation professionnelle et tous les contacts qu’il a ainsi noués, Simon Lepori est devenu le spécialiste des chevaux par excellence. Conseiller Hypona au Service technique de Zollikofen, il sillonne régulièrement le Plateau suisse jusqu’au nord du pays, et au sud jusqu’aux confins de la Suisse romande. Beat Schenk est une personnalité connue sur la scène du sport équestre. Ce forgeron et maréchal ferrant qualifié et sa compagne, Isabel Weyermann, exploitent depuis 5 ans un domaine

lité. Les herbages du domaine fournissent env. 1⁄3 du foin; on achète le reste. A part la pâture quotidienne, les chevaux de sport mangent encore entre 8 et 11 kg d’aliment composé, les autres jusqu’à 6 kg. La ration est complétée par de l’HYPONA 895, un composé minéral riche en vitamines et en oligoéléments. Beat Schenk achète son aliment composé en vrac, à raison de 2 t par livraison, via la Landi Seeberg. Il apprécie beaucoup sa bonne collaboration avec la Landi où il trouve également des spécialités Hypona, des carottes fourragères ou d’autres articles dont il a besoin tous les jours.

Seuls les professionnels progressent «Celui qui veut se classer affermé situé à Wavre, dans le canton de Neuchâtel.

Un seul aliment pour tous Sur les 28 chevaux qui occupent l’écurie, 16 sont des pensionnaires. Des jeunes en formation, des adultes formés, prêts à la vente, des chevaux de compétition et des vieux à la retraite: on voit de tout chez Beat Schenk. C’est pourquoi il apprécie d’avoir trouvé en Hypona 788 un aliment utilisable pour tous ses équidés, avec une ration adaptée en conséquence. Les chevaux reçoivent toute l’année du foin; en hiver, le soir, on leur donne aussi un ensilage de bonne qua-

dans les vingt meilleurs doit être professionnel et non pas amateur», dit Beat Schenk, convaincu. C’est dire si ses chevaux sont minutieusement préparés à leur engagement en compétitions nationales et internationales. Après une courte pause hivernale, où leur travail est moins intense, ils entament – dès le mois de décembre – un entraînement modéré de deux mois. A partir de février, leur travail dure jusqu’à quatre heures par jour. Ainsi, une matinée ordinaire commence par des exercices en manège, à la longe ou en monte. L’après-midi, on les entraîne à la voiture sur le terrain ou le carré. Ensuite les chevaux passent deux heures au pâturage.

La sélection est déterminante Beat Schenk sélectionne ses chevaux de préférence en Allemagne ou en Hollande. L’idéal serait un cheval demisang. Mais les sujets qui conviennent sont difficiles à trouver. Les performances et l’ascendance ne font pas tout. Pour son attelage à deux chevaux, Beat Schenk a besoin d’un couple également assorti concernant la taille, la couleur et l’allure. Le duo exemplaire avec lequel il a concouru pendant 10 ans, coule désormais des jours tranquilles dans deux boxes spacieux aménagés derrière la halle. Ce sont les chevaux indigènes Oslaf CH (23 ans) et Paletino CH (20 ans), qui ont permis à l’équipe Schenk de remporter ses premières grandes victoires. Actuellement, l’écurie Schenk héberge quatre chevaux qui sont aussi uti-

Exploitation Beat Schenk et Isabel Weyermann Les Pacots 12 2075 Wavre NE SAU: 2 ha paddock et parcours d’obstacles en nature, 3 ha pâturage Cheptel: 28 chevaux dont 16 en pension Main-d’œuvre: l’exploitant et Isabel, sa compagne, 1 employé, 1 stagiaire Activités: attelage, écurie de formation à l’attelage, vente de chevaux

Le domaine affermé avec la maison d’habitation, les écuries, le paddock et beaucoup d’espace.

Simon Lepori, Steyenfeld 1, 3152 Mamishaus Famille:

Anita, son épouse, et Mike (4 ans) son fils

Né le

12.10.1977

Formation

professeur d’équitation

Hobbies

équitation, élevage des chevaux, ski, détention des moutons

Devise

«Assurer à mes clients un service conseil compétent en matière d’alimentation et de détention, grâce à ma formation de professeur d’équitation».

48

12 2010 · REVUE UFA


lisés au niveau international. C’est l’attelage principal Nero IX, un hollandais de 15 ans, fils de Balzflug, Warlok, un Brandenbourg de 13 ans, fils de Wanderluust, et Lancina, une jument bavaroise de 12 ans, fille de Lanciano. Cette jument aux talents multiples est par ailleurs la seule de l’écurie qui prend le départ dans les trois disciplines (dressage, marathon et parcours d’obstacles). Le quatrième est Zandeman, un hollandais de 6 ans, fils de Pentenblack, le «petit dernier» à qui on fait déjà un peu humer l’air des compétitions.

Le succès est au rendez-vous Ces dernières années, l’équipage Schenk a accumulé les succès. Huit titres de champion suisse d’attelage à deux chevaux ont déjà été gagnés depuis 2002, et en 2010 pour la sixième fois de

suite! Beat Schenk peut également inscrire deux titres de vice-champion d’Europe et un titre de vice-champion du monde 2009 à son brillant palmarès. En 2007 et en 2009, il a même raflé la médaille d’or au grand concours international organisé à Windsor, dans le cadre du Windsor’s Horse Show sponsorisé par la famille royale. Mais ce sympathique Bernois ne garde pas son savoir et son expérience pour lui seul: il entraîne l’élite des attelages à un cheval, et des attelages à un, deux et quatre poneys. Il s’engage aussi le week-end, pour des leçons d’attelage ou des cours organisés par les associations d’attelage. Et quand on lui demande quels sont ses passe-temps, il répond en riant: «il n’en reste pas beaucoup mais on s’accorde quand même une semaine de ski par an!» 䡵

BLICKPUNKT POINT DE VUE

Beat Schenk

L’équipage en route pour la médaille d’or.

Un aliment universel Grâce à sa composition optimale, HYPONA 788 peut être utilisé partout. Il convient aux jeunes remontes comme aux chevaux d’élite internationale. A condition de disposer d’un fourrage grossier de bonne qualité. Même les chevaux difficiles retrouvent facilement l’appétit avec HYPONA 788. Cet aliment savoureux s’est aussi révélé efficace pour les chevaux de sport délicats, qui mangent moins bien lorsqu’ils sont stressés par les concours. Les graines de tournesol et REVUE UFA · 12 2010

le mélange d’huiles végétales présents dans les aliments combi HYPONA favorisent par ailleurs l’éclat de la robe des chevaux.

Aussi sans avoine ou en granulés HYPONA 788 possède de nombreux atouts et notamment un rapport qualité/prix très intéressant. Il est aussi disponible en variante sans avoine (HYPONA 788-2), en granulés (HYPONA 888) ou en version bio (HYPONA 787). Cet aliment de haute qualité contribue

«L’appétibilité des aliments HYPONA est exceptionnelle!»

dans une large mesure au succès des cavaliers qui l’utilisent, amateurs, éleveurs ou professionnels des sports équestres. Avez-vous des questions concernant l’alimentation des chevaux ou la planification des rations? N’hésitez pas à prendre contact avec votre conseiller régional HYPONA.

Beat Schenk avec son cheval de compétition actuel, Nero IX, ancien étalon reproducteur

Service technique HYPONA Zollikofen 058 434 10 00 Puidoux 058 434 09 00 hypona.ch 49


ERFOLG IN DER PRAXIS SUCCÈS DANS LA PRATIQUE

LESE-FUTTER À LIRE Joyeuses fêtes UFA remercie tous ses clients de leur confiance et leur souhaite de joyeuses fêtes et une très bonne année 2011!

Le taux de protéines lactiques est déterminant

Familie Cadalbert, Lantsch/Lenz GR

L’exploitation à hautes productions Cadalbert mise sur UFA top-form «Comme nous voulons remplacer le moins possible de fourrage grossier par l’aliment composé, en phase de démarrage, nous misons sur UFA topform depuis trois ans. Grâce à la haute concentration d’énergie et le bon apport de substances actives d’UFA topform, nous arrivons à satisfaire tous les besoins de nos vaches sans maïs», précise Beni Cadalbert. Avec une impressionnante production de 10 505 kg

(4 % MG et 3.6 % P), pour un troupeau de 20 têtes, son exploitation de montagne arrive en 6e position au classement tenu par la Fédération d’élevage de la Race brune. UFA top-form, un mélange d’additifs éprouvés et nouveaux, associés à une concentration maximale d’énergie et de protéines, réduit le stress des parturientes au début de la lactation et diminue le risque de troubles métaboliques.

• • • • •

13.2 MJ NEL PPL 4.2 kg Méthionine stable dans le rumen 6000 mg de niacine 12 500 mg de choline stable dans le rumen • Extraits végétaux • Vitamine A, D3, E • Oligoéléments

Formation continue sur Internet

50

blèmes, en aviculture? La page traitant des volailles et plus précisément la rubrique Management, vous donne quelques conseils pour améliorer les choses. Si vous vous intéressez à la cuniculture, passez à la page des lapins. Vous trouverez aussi des informations sur les chevaux, les petits camélidés, les poissons ou le gibier. A la page bio, nous vous montrons toute l’importance que nous attachons à cette forme de production. Plus de 1000 clients UFA satisfaits passent d’ores et déjà leurs commandes par Internet, via notre Shop on line UFA. Quant aux

Remise des cartes de fidélité UFA Tous les sacs de 25 kg d’aliment UFA pour lapins portent un point UFA que l’acheteur peut coller sur une carte de fidélité disponible à la LANDI. Chaque carte intégralement remplie vous donne droit à un sac (25 kg) gratuit d’aliment UFA pour lapins au choix. Et vous avez également une chance de gagner Fr. 100.– au grand tirage au sort annuel.

UFA-SPEZIALITÄTEN SPECIALITÉS UFA

Le site Internet d’UFA SA a fait peau neuve. www.ufa.ch contient maintenant une foule d’informations sur l’alimentation et la détention des animaux de rente et d’agrément. Les pages consacrées aux différentes catégories d’animaux vous renvoient aux assortiments UFA, aux teneurs et aux rations conseillées. Vous trouverez également des films sur des prestations d’UFA, telles que les concepts d’affouragement conseillés aux producteurs de lait ou la douche des truies dans la porcherie. La qualité des coquilles d’œufs vous pose-t-elle des pro-

Pour apprécier la qualité et comparer les prix des laits pour veaux, il faut se baser sur le taux de protéines lactiques dans les protéines totales et non pas sur le taux de poudre de lait écrémé (PLE). UFA a introduit un système d’étoiles de qualité qui permet de mieux apprécier la qualité d’un lait pour veaux. Plus un lait a d’étoiles, plus son taux de protéines lactiques dans les protéines totales est élevé.

UFA-Berater Services techniques Participez à notre concours lancé sur www.ufa.ch et gagnez des prix très intéressants!

3052 Zollikofen 058 434 10 00 1070 Puidoux 058 434 09 00 6210 Sursee 058 434 12 00

acheteurs et vendeurs d’animaux ou d’objets divers, nous leur donnons rendez-vous à la rubrique Petites Annonces.

9500 Wil 058 434 13 00 ufa.ch 12 2010 · REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE

Ni trop, ni trop peu APPROVISIONNEMENT EN SÉLÉNIUM Quelle est l’importance du sélénium pour les vaches laitières? Quand doit-on complémenter avec cet oligo-élément? La recommandation de 0,1 mg par kilogramme de matière sèche vaut-elle toujours? Patrick Schlegel, collaborateur à la station de recherche Agroscope Liebefeld-Posieux (ALP), est expert dans ce domaine.

Une carence en sélénium chez les vaches laitières occasionne des problèmes de fertilité et au vêlage, de même que des inflammations des jarrets ou la maladie du muscle blanc chez les veaux. Le sélénium et la vitamine E peuvent se compléter et, dans une certaine mesure, se substituer. Compte tenu des valeurs recommandées, les rations habituelles pour le bétail laitier contiennent parfois trop peu de l’élément de trace qu’est le sélénium. C’est le cas en particulier: • lorsqu’il y a un manque supplémentaire de vitamine E; • lorsque le fourrage grossier provient de parcelles pauvres en sélénium.

Vitamine E Selon sa performance laitière, une vache a besoin de 300 à 600 UI de vitamine E par jour. Le fourrage de prairie est riche en vitamine E, alors que le foin, le regain, les céréales et les tourteaux d’extraction d’oléagineux en sont plutôt pauvres. Il importe donc de complémenter les rations d’hi-

Différentes formes de sélénium Dans l’aliment, le sélénium est présent soit sous forme libre anorganique soit sous forme liée organique. On trouve le second principalement dans les levures enrichies en sélénium. Les aliments végétaux le contiennent souvent aussi sous cette forme. Les levures fabriquent des acides aminés comme la méthionine ou la cystéine, dans lesquels l’atome de soufre est remplacé par un atome de sélénium. La différence entre les différentes levures enrichies en sélénium dépend des souches utilisées. REVUE UFA · 12 2010

ver des vaches laitières. Un ajout peut également s’avérer utile lorsque la ration contient beaucoup d’acides gras insaturés (p.ex. herbe de printemps, huile de foie de morue), des cultures dérobées contenant beaucoup de nitrates ou lorsque les animaux sont soumis à un stress important (p.ex. autour de la naissance).

Fourrage grossier Selon ALP, le fourrage grossier contient habituellement des valeurs de sélénium inférieures au seuil de détection de 0,025 mg/kg de matière sèche (MS). Des teneurs dépassant 0,1 mg/kg MS seraient rares. Pour atteindre une concentration minimale dans la ration, la station de recherche estime donc qu’il est nécessaire de prévoir un ajout de sélénium via les sels minéraux ou l’aliment composé.

À l’étranger Certains pays recommandent des valeurs de sélénium plus élevées, alors que la norme en France et en Suisse se situe à 0,1 mg. Pour Patrick Schlegel, qui s’occupe de l’apport en minéraux et en vitamines à l’ALP: «Cette recommandation demeure valable. Des études ont montré que des teneurs plus élevées étaient corrélées avec une activité accrue de la glutathion peroxy-

dase.» La glutathion peroxydase participe aux défenses cellulaires contre les influences stressantes du métabolisme.

Teneur autorisée La teneur maximale autorisée dans la ration est de 0,5 mg/kg d’aliment avec 88 % de MS. Pour les ruminants, le sélénium est toxique à partir de 5 mg/kg de MS. Le seuil de tolérance, soit la valeur à partir de laquelle un risque sanitaire est donné, est de 3 mg. Il existe des différences parfois considérables entre les sols des différents pays et des différentes régions pour ce qui est du sélénium. Avant d’accroître la valeur recommandée de 0,1 mg, il faudrait disposer de résultats de recherche complets dans des conditions suisses. Selon Patrick Schlegel, aucune étude de ce type n’est actuellement à l’ordre du jour chez nous. Conclusion Le sélénium est sans aucun doute un élément important dans la mosaïque de l’alimentation du bétail laitier. Le fourrage grossier ne permet souvent pas d’en couvrir les besoins, rendant nécessaire une complémentation via les minéraux ou l’aliment composé. On recommande actuellement 0,1 mg/ kg MS, tant qu’aucun résultat de recherche ne propose d’autres normes. 䡵

Auteur Matthias Roggli, Revue UFA, 3360 Herzogenbuchsee. Pour complémenter de manière ciblée la ration en sélénium, renseignez-vous auprès de votre conseiller UFA ou sous www.ufa.ch.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

Les teneurs en sélénium varient d’un sol à l’autre. Un complément en cet oligo-élément via les minéraux ou l’aliment composé s’avère donc nécessaire afin de garantir un approvisionnement suffisant. 51


PRODUCTION ANIMALE

Le calcul de l’efficacité alimentaire L’ICL (INDICE DE CONVERSION LAITIER) est un nouvel indicateur développé en Suisse romande par le service technique UFA. Il permet de calculer le coût de la production laitière. Les techniciens sont équipés d’un calculateur qui est à la disposition des éleveurs désirant connaître l’efficacité et le coût alimentaire du lait produit.

Michel Dromard

Hansueli Rüegsegger

En raison de la pression qui pèse sur le prix du lait, beaucoup de producteurs laitiers sont dans une situation précaire. De nombreuses interrogations se posent alors que les remises en cause proposées par les uns et les autres défrayent l’actualité. Dans ce contexte, avant de tout remettre en question, il est nécessaire de savoir où l’on se situe. C’est précisément la finalité de l’indice ICL, qui permet d’établir l’état des lieux tant d’un point de vue technique qu’économique.

Qu’est-ce que l’ICL? ICL calcule la quantité de matière nécessaire pour produire un kg de lait ainsi que le coût alimentaire. L’ingestion totale du troupeau est rapportée aux kilos de lait produits sur l’exploitation durant la même période. Cette méthode de calcul démontre que dans les exploitations l’ICL peut évoluer du simple au triple, le même litre de lait pouvant être produit avec 600 ou 1800 gr de matière consommée. Le coût alimentaire qui en découle fluctue dans la même proportion. Les informations diffusées aux éleveurs jusqu’à aujourd’hui ont principalement porté sur la façon de stimuler l’ingestion des vaches laitières. ICL passe un deuxième cap, il ne suffit pas de faire consommer, il est primordial de faire transformer les vaches pour: • Abaisser l’indice de consommation et réduire le coût alimentaire: un ICL

bas permet une production plus rentable, tous régimes alimentaires confondus, soit un coût alimentaire de 35 cts pour 700 g d’ICL et de 43 cts pour 900 g (cf tableau étude UFA SR10) • Eviter le «gaspillage» des productions végétales et réduire la surface fourragère, pour une production plus écologique: un ICL bas permet de réduire les surfaces consacrées au troupeau (moins d’ha de surface fourragère, moins de capacité de stockage, plus d’autonomie fourragère). Pour un troupeau de 40 vaches, 200 g de variation de l’ICL impliquent 7 à 10 ha de prairie supplémentaires pour alimenter le troupeau. • Garder un troupeau sain: un troupeau qui transforme efficacement le fourrage qu’il consomme est en bonne santé, il n’est pas soumis à des problèmes métaboliques tels que l’acidose, la cétose, les transitions sont respectées et le management est adapté. Pour une bonne transformation du fourrage, il faut que le rumen, le foie, le pis et l’appareil locomoteur soient parfaitement fonctionnels. • Objectif: faire transformer efficacement ce que la vache ingère grâce à une complémentation adaptée, ainsi qu’un environnement approprié, pour convertir ce qui est consommé en lait et non en fumier!

aider les éleveurs à trouver des pistes pour l’avenir. Dans cette optique un étudiant de l’Ecole d’agronomie de Lyon a été mandaté par le service tech-

Mémoire de synthèse concernant l’ICL Une étude de terrain a été Tableau 1: Etude Suisse romande 2010 tous régimes alimentaires confondus ICL Coût d’affouragement Coût alimentaire 52

g MS/kg lait cts/kg MS cts/kg lait

699 50.24 35.15

791 50.14 39.66

914 46.81 42.78

conduite en fin d’hiver 2010 en Suisse romande pour valider l’indice ICL (déjà pratiqué depuis plusieurs années sur les fermes disposant d’un dispositif de pesage), créer des références chiffrées et 12 2010 · REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE nique UFA Puidoux pour consacrer son mémoire à l’ICL et contribuer à la bonne application du protocole d’étude. L’ICL a été calculé sur 70 exploitations représentant 6000 vaches. A noter que la moitié de ces fermes distribue de l’ensilage alors que l’autre moitié n’affourage que du fourrage sec. Les résultats obtenus ont été soumis à un gros travail d’analyse, dans le but d’évaluer l’amplitude en terme d’efficacité et de coûts alimentaires, ainsi que les facteurs pouvant influencer ces derniers. Dans l’échantillon étudié, une

Une faible variation d’ICL a une forte incidence sur les besoins en surface nécessaires pour nourrir le troupeau.

certaine proportion d’éleveurs était déjà sensibilisée à l’ICL. Les performances sont ainsi supérieures à la moyenne des fermes laitières. Cette étude a permis d’établir les conclusions suivantes: • 76 % du coût alimentaire est déterminé par le niveau ICL: les grammes de matière nécessaires pour produire un kg de lait influencent directement le coût alimentaire. • Le coût de l’affouragement au sein de chaque régime n’influence pas le coût alimentaire: les troupeaux consommant une ration moins élaborée et donc moins chère n’affichent pas un coût alimentaire plus faible. Tableau 1 synthèse étude SR10 tous régimes alimentaires confondus • Les concentrés augmentent le coût de l’affouragement mais permettent d’améliorer l’ICL, ce qui réduit finalement le coût alimentaire.

Comment calcule-t-on l’ICL? • Pesage des fourrages: avec mélangeuse peseuse ou séparément en distribution manuelle, détermination de la matière sèche, déduction des refus de crèche. • Pesage des concentrés: manuellement ou avec le DAC (l’étalonnage s’avère judicieux, de forts écarts sont constatés entre les quantités prévues et les quantités distribuées, jusqu’à 40 % d’écart sur l’aliment). • Pour les vaches disposant d’une surface de pâture en complément à une ration majoritairement distribuée à la crèche, la production annuelle de cette surface doit s’ajouter à la consommation à la crèche. L’indice technique reste imprécis, l’indice économique garde son importance.

Comment déterminer le coût de ma ration de base? Les prix moyens des fourrages disponibles en Suisse Romande rendus à la crèche (réalisation, stockage, distribution comprise) sont enregistrés dans le calculateur. Pour l’éleveur qui souhaiterait intégrer ses propres coûts fourragers, il est possible d’en établir le prix à l’aide du logiciel GRUFKO élaboré par la Haute école suisse d’agronomie (HESA).

Conclusion Un ICL élevé indique que le troupeau ne valorise pas bien les REVUE UFA · 12 2010

«Une production laitière élevée ne laisse pas présager de son ICL» M. Olivier Pochon, éleveur à Châtillon, utilise déjà l’ICL depuis quatre ans avec son conseiller UFA Michel Dromard. La collaboration engagée avec UFA avait surtout pour objectif d’améliorer encore la santé animale. Par la suite, pour évaluer les performances réelles du troupeau, l’ICL a été calculé périodiquement et est devenu un indicateur de référence pour l’éleveur. Olivier Pochon produit du lait de centrale et considère l’approche technico-économique de l’affouragement comme fondamentale. C’est dire s’il apprécie les intérêts du concept ICL. «Aujourd’hui, la pression des coûts est énorme en production laitière. Je veux donc optimiser en permanence ma ration» précise-t-il. Avec 50 vaches, la remonte et 25 ha de SF, il est obligé de produire de manière intensive. L’étude ICL démontre que dans le contexte actuel la stratégie intensive reste à privilégier. Les niveaux de production élevés sont un des leviers qui permet d’améliorer l’efficacité alimentaire et compte tenu de l’importance du coût des fourrages et de la construction face au prix du lait, obtenir un ICL bas est essentiel pour rester compétitif. Olivier Pochon explique qu’il a d’abord dû constater qu’une forte ingestion ne signifiait pas une bonne efficacité et qu’un bon niveau de production laitier n’indique pas nécessairement un bon ICL. Aujourd’hui, il constate que pour obtenir un ICL bas, les vaches doivent bien transformer la ration ingérée quelque soit le niveau d’étable. «Avant le calcul ICL, je ne connaissais pas précisément mon coût alimentaire, ni comment le réduire. Désormais, je suis en mesure de comparer la rentabilité de ma production avec celle d’autres exploitations utilisant le même indice. En réduisant les coûts d’affouragement de 5 cts sur mon exploitation, pour une quantité de 450 000 kg de lait, j’améliore ma rentabilité de Fr. 22500 /an». Michel Dromard explique que des changements relativement minimes – par ex. le fait de distribuer l’aliment protéique d’équilibre dans le mélange et non pas via le DAC – permettent de diminuer l’ICL. Hansueli Rüegsegger

fourrages de base de l’exploitation. Le dialogue avec l’éleveur permet alors de dresser les priorités d’intervention. Aboutissement du plan d’affouragement (UFA W-FOS), l’ICL est l’instrument qui permet de mesurer le résultat des choix de complémentation. Le calculateur permet également d’établir des simulations économiques et de mesurer l’impact de changements de pratique: introduction de maïs / pulpe en balles, changement de complémentation minérale, ainsi que l’évaluation des besoins fourragers nécessaires à l’ensemble du troupeau. 

Auteurs Michel Dromard, Spécialiste UFA bovins laitiers, 1070 Puidoux,  058 434 09 09. Hansueli Rüegsegger, UFA SA, 3360 Herzogenbuchsee. www.ufa.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

53


PRODUCTION ANIMALE

Mammite à streptocoques, que faire? ÉCHANTILLONS DE LAIT Les échantillons de lait prélevés sur les vaches souffrant de mammites permettent de déterminer la présence de germes spécifiques. Cela autorise un emploi ciblé des antibiotiques et de tirer des conclusions concernant la traite.

Monika Guélat

Les streptocoques comptent parmi les principaux germes de mammites dans la garde de bétail laitier et occasionnent aussi bien des affections mammaires cliniques que subcliniques. Afin d’obtenir une vue d’ensemble de la situation sur ce front, la clinique des ruminants de Berne a mené une étude sur ce thème en Suisse. À cet effet, 47 exploitations laitières du canton de Berne ont été sélectionnées en veillant à assurer une représentation équilibrée des tailles d’exploitations et des régions géographiques. Au total, 2538 échantillons de quartiers provenant de 638 vaches laitières ont été examinés.

Moins de 6 % Les quartiers examinés se sont avérés contaminés par des streptocoques dans à peine 6 % des cas, concernant 18 % des vaches en tout. Le tableau 1 indique les streptocoques re-

levés. Étant donné qu’environ 20 % de toutes les vaches laitières de Suisse sont gardées dans le canton de Berne et que toutes les régions importantes y sont représentées (Jura, plateau, Alpes), les résultats devraient se rapprocher de ceux de l’ensemble de la Suisse. La faible part de S. uberis (22 %) parmi tous les streptocoques s’explique par le fait que l’on s’est contenté d’examiner le lait des quartiers d’aspect sain. Les laboratoires qui examinent le lait de mammites cliniques trouvent une proportion de S. uberis nettement plus élevée (70 %).

quents pour fournir des résultats clairs. Lorsqu’un quartier était infecté, par exemple, les autres quartiers de la même vache présentaient un risque accru d’être contaminés avec le même germe. Par ailleurs, en présence d’une infection avec S. uberis ou S.  dysgalactiae, le test de Schalm était positif ou le nombre de cellules dépassait 100 000 cellules/ml. S. dysgalactiae était également plus fréquent dans les quartiers lorsque le trayon était blessé ou cicatrisé ou lorsque l’on sentait des nodosités dans la mamelle.

D’un quartier à l’autre La même

Derrière à droite Les vaches es-

étude a évalué les facteurs de corrélation de l’infection avec certains streptocoques spécifiques. L’analyse a été réalisée pour S. uberis, S. dysgalactiae et «autres streptocoques». Les autres germes n’étaient pas suffisamment fré-

sentiellement touchées par les «autres streptocoques» en étaient au moins à leur troisième lactation et en fin de lactation. Ces «autres streptocoques» n’occasionnant que des inflammations bénignes, le lait des quartiers concernés

Facteurs de risque étudiés • • • • • • • • • • • • • •

Type d’exploitation (conventionnelle, bio) Affiliation à une organisation d’élevage Topographie (zone de plaine/collines, zone de montagne) Type de stabulation (libre, entravée) Machine à traire (surélevée, basse, pot) Trempage des trayons, spray Emploi de tarisseurs Numéro de lactation de la vache Nombre de jours de lactation Résultats anormaux à la palpation de la mamelle Forme du bout du trayon (rond, plat, en forme d’entonnoir) Blessures ou cicatrices aux trayons Ouverture du canal du trayon (anneaux, taux de cornification) Localisation du quartier mammaire (devant, derrière, à droite, à gauche) • Résultat du test de Schalm • Nombre de cellules • Infection d’un autre quartier de la mamelle 54

La stratégie de lutte varie selon le germe de mammite mis en évidence.

12 2010 · REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE

Étiqueter les échantillons de lait: propriétaire, nom de la vache, quartier, date.

n’est souvent pas analysé et le quartier n’est pas traité au moyen d’antibiotiques. C’est ainsi que les bactéries peuvent sommeiller durant des mois et se multiplier avant d’être mises en évidence. On a constaté avec surprise que le quartier arrière droit était nettement plus souvent infecté par des «autres streptocoques» que les autres quartiers. La partie postérieure des couches est souvent plus souillée et les trayons arrière ont plus souvent contact avec des excréments, ce qui peut conduire à une contamination. Nous n’avons toutefois pas pu déterminer pourquoi le quartier droit était plus souvent touché.

Bout du trayon plat En outre, on a constaté que les trayons dont le bout est plat et les quartiers affichant un test de Schalm faiblement positif étaient moins souvent infectés par des «autres streptocoques», sans que ces résultats aient trouvé une explication logique. Les autres facteurs étudiés, présentés dans l’encadré, n’avaient pas d’incidence significative sur une infection par les streptocoques examinés.

au moyen d’antibiotiques à longue durée d’action, dont les délais d’attente sont en correspondance. Il existe malgré tout des cas ne répondant pas aux traitements. Le réservoir de S. dysgalactiae se situe dans l’environnement (couches, excréments, fumier, etc.). Ce germe répond généralement bien à la thérapie.

Tableau 1: Streptocoques en fonction des quartiers

«Autres

Tableau 2: Analyse des échantillons de lait

streptocoques» Les vaches disposant d’un bon système immunitaire sont généralement en mesure d’éliminer elles-mêmes ces bactéries qui n’occasionnent souvent qu’une légère inflammation du pis. Un traitement antibiotique ne s’avère nécessaire que lorsque l’infection se maintient durant plusieurs semaines.

Peu d’antibiotiques La différenciation des streptocoques permet de réduire les traitements mammaires, ce qui contribue à diminuer la consommation d’antibiotiques dans la production laitière. Plus important que la thérapie, on veillera à prévenir la contamination. Une bonne hygiène des couches, l’amouillage correct et un nettoyage approprié des trayons permettent de prévenir nombre d’infections à streptocoques. En présence d’une infection, ou lors de suspicion, il faudrait veiller à ce que la vache concernée soit traite en dernier, avec un agrégat distinct.

Germes à traiter sans attendre S. agalactiae, S. uberis et S. dysgalactiae, de même que les entérocoques, font partie de ce que l’on appelle les germes «forts», qui doivent être traités sans délai. S. agalactiae est un germe occasionnant principalement des mammites subcliniques et contagieuses, fréquemment à l’origine de problèmes enzootiques. Ces bactéries sont dépendantes de la mamelle pour survivre, peuvent être mises en évidence simplement et se traitent facilement. Cette forme de mammite, combattue depuis les années 1950 en Suisse est aujourd’hui rare.

Traitement difficile S. uberis et les entérocoques sont difficiles à traiter. On sait de S. uberis qu’il pénètre dans les cellules mammaires et peut ainsi se mettre à l’abri des antibiotiques pendant un certain temps. C’est pourquoi il requiert généralement un traitement prolongé REVUE UFA · 12 2010

Laboratoire Au laboratoire, le lait est déposé sur une plaque contenant du sang, qui est ensuite placée dans un incubateur. Après 48 heures, on évalue si des bactéries s’y sont développées. Les germes sont différenciés en fonction de l’aspect des colonies formées ainsi qu’à l’aide de tests chimiques. Beaucoup de cabinets vétérinaires proposent des examens du lait (y compris différenciation de S. agalactiae). Une différenciation plus poussée des streptocoques requiert d’évaluer la croissance sur d’autres milieux de culture, ce qui demande un jour de plus. Compte tenu du matériel requis, ce type d’analyses n’est proposé que par les grands laboratoires. Lors de l’envoi à un laboratoire, l’échantillon est généralement traité un jour après le prélèvement (tableau 2). Quand prélever un échantillon? En principe, on analyse le lait des quar-

Streptocoques S. agalactiae S. uberis S. dysgalactiae Entérocoques «Autres streptocoques» (aérocoques, lactocoques, sortes rares de streptocoques)

Chez le vétérinaire + rapide: deux jours + en règle générale meilleur marché – différenciation seulement de S. agalactiae – tous les streptocoques (y compris «autres streptocoques» sont traités de la même manière

Incidence (%) Quartier 5.8 0.2 1.3 1.3 0.1 2.9

Vache 18.2 0.5 3.9 4.4 0.3 9.1

Au laboratoire – dure plus longtemps: 3 – 4 jours – plus cher + différenciation complète + possibilités de traitement plus ciblé + réduite d’antibiotiques

tiers suspects pour réaliser un traitement ciblé. Lors de mammites aiguës, d’expérience il s’agit le plus souvent d’E. coli ou de streptocoques (S. uberis). Pour des questions de coûts et de temps, on peut renoncer à réaliser une analyse du lait et débuter directement le traitement. Il est cependant utile de prélever un échantillon de lait et de le conserver au réfrigérateur afin de pouvoir le faire analyser en cas d’échec de la thérapie. Pour ce qui est des mammites subcliniques, il est recommandé de commencer par faire analyser le lait et de traiter ensuite en fonction du résultat obtenu. La durée de l’inflammation et le nombre de vaches touchées sont des facteurs décisifs quant à une éventuelle différenciation des streptocoques. 䡵

Plaque contenant le sang sur laquelle les bactéries se sont développées.

Auteure Dr med. vet. ECBHM Monika Guélat-Brechbühl est vétérinaire spécialisée en médecine des bovins et travaille comme praticienne en gros bétail à 3537 Eggiwil (ECBHM = European College of Bovine Health Management). Mammite clinique Altération apparente de la mamelle ou du lait. Mammite subclinique Inflammation de la mamelle visible uniquement au moyen du test de Schalm ou de la détermination du nombre de cellules dans le lait.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

55


PRODUCTION ANIMALE

Veaux chétifs UN ACCROISSEMENT JOURNALIER ÉLEVÉ est une condition sine qua non pour un élevage économique du jeune bétail. Il n’est pourtant pas rare que, malgré une stratégie d’élevage intensive, certains animaux n’atteignent pas les performances souhaitées. Les veaux chétifs se différencient par une consommation plus faible, une taille et un état corporel moins développés et souvent aussi par un pelage terne et hirsute.

Maria Ruiters

Une maladie actuelle ou les séquelles d’une maladie passée peuvent être à l’origine de veaux chétifs. Ces affections peuvent être classées selon leur origine en infectieuse ou non-infectieuse. Parmi les maladies infectieuses du jeune bétail on trouve la cryptosporidiose, la coccidiose, la pneumonie chronique, la BVD et l’omphalite. Les carences alimentaires, l’acidification de la panse, les ulcères de la caillette et les bézoards font partie des principales causes non-infectieuses.

cryptosporidiose provoque une diarrhée aiguë à l’âge de 2 à 30 jours. Elle est causée par l’absorption orale du protozoaire Cryptosporidium parvum. La maladie est encore aggravée lorsque d’autres virus et bactéries (virus Rota /Corona ou E. coli) sont impliqués

dans l’infection. Les symptômes principaux: forte diarrhée, plus ou moins sanguinolente, mauvais état général, déshydratation rapide et amaigrissement. Les parasites sont excrétés en masse dans les fèces. Un traitement médicamenteux permet de réduire l’intensité des symptômes et le niveau d’excrétion des œufs. La mesure la plus importante à prendre est de veiller à une hygiène irréprochable du box de vêlage et de l’étable des veaux. Ceci implique le nettoyage et la désinfection des boxes et des igloos après chaque veau.

La

La fréquence respiratoire est élevée chez les veaux atteints de pneumonie. Photo: Wiederkäuerklinik Bern

La coccidiose provoque aussi une diarrhée chez les animaux âgés de 3 mois à 2 ans, même si elle affecte également certains animaux plus jeunes. Elle est causée par l’absorption orale de coccidies du genre Eimeria qui, en proliférant dans la muqueuse intestinale, la détruisent. Les symptômes : diarrhée liquide, avec du sang et du mucus, dos vouté, perte d’appétit et amaigrissement. Les traitements applicables varient selon la gravité de la maladie et doivent être discutés avec le vétérinaire. L’amélioration de l’hygiène générale (détention, alimentation, abreuvoirs) à l’écurie et au pâturage est la mesure la plus importante pour prévenir la coccidiose. Lorsque la coccidiose a été diagnostiquée, une désinfection consciencieuse de l’étable est indispensable.

Pneumonie chronique Les pneuDiarrhée due au parasite intestinal Cryptosporidium parvum. Photo: LMU München

56

monies sont les maladies infectieuses sérieuses les plus fréquentes chez les veaux. Leur origine peut être virale, bactérienne ou parasitaire. Le climat d’étable joue un rôle primordial, les gaz toxiques et les courants d’air ayant un

effet néfaste sur l’immunité des veaux. Les symptômes en début de maladie: fièvre souvent supérieure à 40 °C, fréquence respiratoire élevée, sécrétions nasales, apathie et perte d’appétit. Seule une intervention rapide et ciblée du vétérinaire permet de limiter les pertes. Les processus inflammatoires au niveau des poumons et des voies respiratoires se développent rapidement et peuvent, lorsque le traitement intervient trop tard, être déjà irréversibles. La vitalité et l’appétit des veaux diminuent plus ou moins fortement selon la gravité des lésions, pouvant ainsi entraîner un retard de croissance.

Diarrhée Virale Bovine (BVD) Les veaux infectés permanent (IP) avec le virus de la BVD ont une diarrhée résistante au traitement et un retard de croissance marqué. La campagne nationale d’éradication de la BVD portera bientôt ses fruits, préservant les élevages de dommages importants et souvent invisibles.

Les omphalites peuvent aussi contribuer à un retard de croissance. Les atteintes peuvent être plus ou moins importantes selon la gravité de l’omphalite et les structures touchées (nombril, vessie, foie) et même mener jusqu’à la perte du veau. La mesure préventive la plus importante est de veiller à une bonne hygiène lors du vêlage et dans l’étable. Ne pas manipuler le nombril des veaux nouveau-nés avec les mains, sauf en cas de pathologie supposée. Dans ce cas, ne manipuler le cordon ombilical qu’avec des mains propres ou mieux, après avoir mis des gants. 12 2010 · REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE Les carences alimentaires englobent toutes les situations où les animaux ne reçoivent pas assez de nutriments, de minéraux, d’oligoéléments, de vitamines ou d’eau. Pour assurer son approvisionnement en nutriments, un veau doit en plus toujours avoir accès à de l’eau fraîche, recevoir env. 12 % de son poids sous forme de lait ou de lait en poudre par jour. Les veaux détenus en igloo ont des besoins énergétiques accrus en hiver nécessitant une augmentation des quantités. Le nombre de repas doit aussi être augmenté afin de ne pas dépasser 2.5 – 3 litres par buvée. On observe souvent des épisodes de carences alimentaires au moment du sevrage des veaux d’élevage. Ces épisodes sont d’autant plus dramatiques que les animaux n’ont pas été habitués à consommer des concentrés et que le sevrage est abrupt. C’est pourquoi le Service sanitaire bovin conseille de donner aux veaux dès l’âge de 2 semaines déjà, en plus de foin, un aliment d’élevage. Les veaux seront sevrés progressivement sur plusieurs jours, dès qu’ils consomment 1– 1.5 kg d’aliment d’élevage par jour. C’est le seul moyen d’éviter les retards de croissance, dont les conséquences peuvent se faire sentir très longtemps. Pour éviter les carences en minéraux, proposer des pierres à lécher adaptées. Effectuer une analyse sanguine permet d’objectiver un soupçon de carence en oligoéléments. Si cette hypothèse se confirme, il s’agira le plus souvent d’améliorer déjà l’alimentation pendant le tarissement.

L’acidification de la panse survient lorsque le lait bu par les veaux ne passe pas directement dans la caillette, comme il le devrait grâce à la fermeture de la gouttière œsophagienne, mais finit dans la panse. S’en suit une fermentation avec production d’acide lactique, qui détruit la muqueuse ruménale, provoquant des troubles importants des caractéristiques digestives et résorptives de la panse. Les fortes concentrations d’acide provoquent une perte d’appétit. Les causes possibles sont la non-fermeture de la gouttière œsophagienne ou le reflux du contenu de la caillette vers la panse. La non-fermeture de la gouttière œsophagienne peut REVUE UFA · 12 2010

être provoquée par des maladies sévères, comme une diarrhée ou une pneumonie, ou par une carence alimentaire. Le lait administré par drench arrive lui aussi directement dans la panse! Drencher des veaux avec du lait doit donc rester une exception réservée au 1er apport de colostrum. Ceci est indiqué lorsque le veau n’a pas tété / reçu de colostrum dans les 6 premières heures de vie. Lorsque la caillette reflue, c’est que sa capacité a été dépassée. C’est pourquoi il est impératif de ne pas donner plus de 2.5 – 3 litres de lait par buvée. Les symptômes principaux: ballonnement, coliques, perte d’appétit. Tout traitement passe d’abord par l’élimination de la cause du problème (maladie, gestion). Sans amélioration un traitement médicamenteux est instauré avec, si cela est nécessaire, un arrêt total de l’administration de lait pendant quelques buvées. Le manque d’énergie devra alors être compensé, chez les jeunes veaux ne mangeant pas encore assez de concentré, par des perfusions de glucose faites par le vétérinaire.

Les ulcères de la caillette sont fréquents chez les veaux. Ils sont généralement découverts par hasard, car ils ne provoquent que très rarement des

symptômes cliniques. Mais ils peuvent aussi, selon leur taille et leur localisation, porter atteinte au développement du veau. Leur origine exacte est encore inconnue. Plusieurs causes sont en discussion: une distension de la caillette suite à des buvées trop importantes, une irritation mécanique par des aliments trop durs, le stress, une carence en vitamines et minéraux et des infections bactériennes.

Les bézoards sont des boules dures, pouvant avoir la taille d’une balle de tennis, composées le plus souvent de poils et localisées dans la panse. Ils peuvent, selon leur grosseur, bloquer la sortie de l’estomac et ralentir le transit digestif. Les symptômes: manque d’appétit et perte de poids. Les causes principales: manque de fourrage grossier, parasites cutanés (démangeaisons) ou manque de minéraux.

La coccidiose provoque une diarrhée sanguinolente.

En conclusion Il est possible d’éviter que les maladies décrites génèrent des veaux chétifs en optimisant l’immunité des veaux (alimentation des vaches taries, apport en colostrum), en adaptant l’alimentation aux besoins, en veillant à de bonnes conditions climatiques et hygiéniques dans les boxes de vêlage et les écuries à veaux et en appliquant une gestion adéquate. 䡵

Auteur Maria Ruiters, Dr med. vet., est responsable du Service sanitaire bovin (SSB/ AGRIDEA) en Romandie. Ses centres d’intérêt sont la médecine de troupeau de cheptels laitiers et la santé des onglons. www.rgd.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

Lorsque le climat et l’hygiène de l’écurie sont corrects, les maladies sont rares.

57


PRODUCTION ANIMALE

La première année est décisive L’ÉLEVAGE DES VEAUX sert à jeter les bases d’une production laitière et carnée réussie. Le développement du jeune veau en un ruminant doit se faire rapidement, car les retards de croissance accumulés durant les six premiers mois ne pourront plus jamais être rattrapés.

Urs Spescha

Ueli Staub

Un affouragement intensif durant la première année d’élevage est décisif pour assurer une bonne performance ultérieure.

Une croissance sans entraves des organes (préestomacs, organes sexuels, tissu mammaire etc.) durant les premières semaines influe directement sur le potentiel de performance ultérieur. En effet, c’est durant cette période que se fixent les fonctions métaboliques décisives (programmation métabolique). Une ingestion précoce et élevée d’aliment concentré, de fourrage grossier et d’eau assure un développement rapide du système des préestomacs et une réduction des frais d’abreuvage.

culaires et développent plus souvent des maladies en présence de stress. En outre, la guérison des maladies est retardée. Le lait de vache ne contenant que 4 mg de fer par kg de matière sèche

(MS), un apport supplémentaire de fer durant les premiers jours, sous forme de pâte de fer ou d’additifs pour le lait tels qu’UFA top-start, est vivement recommandé.

Ne pas manquer le départ On sait depuis longtemps que le colostrum protège d’autant mieux que le veau qu’il est ingéré rapidement après la naissance. En effet, la phase de résorption des gamma-globulines de grande taille est terminée 36 heures après la naissance. Idéalement, on administrera aux veaux du colostrum, resp. du lait des vaches fraîchement vêlées durant au moins 10 jours, car la concentration accrue d’anticorps qui s’y trouve réduit le risques de diarrhées. Par ailleurs, la qualité du colostrum est également décisive; selon les vaches, on mesure entre 40 et 140 grammes d’immunoglobulines par litre.

Juste après le vêlage Différentes études montrent que plus de 50 % des veaux souffrent d’une carence en fer à la naissance. Cela se manifeste par la pâleur des muqueuses de la gueule ou de la partie interne des paupières. Les veaux anémiques mangent mois, sont apathiques, présentent un risque accru d’infections et de troubles cardio-vas58

12 2010 ·REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE

Lorsque l’on utilise un lait de remplacement en élevage, la composition des protéines est décisive pour la coagulation du breuvage. Une proportion élevée de lait écrémé en poudre de bonne qualité soutient les processus digestifs et la digestibilité totale des nutriments. L’évaluation de la qualité et la comparaison du prix des laits de remplacement ne dépend pas uniquement de la proportion de lait écrémé en poudre, mais aussi de la proportion relative de protéines du lait de bonne qualité. Le nouveau lait d’élevage UFA 209 start (sans protéines végétales) est particulièrement bien adapté à un élevage intensif.

Breuvage de lait complet La caillette et l’intestin grêle sont les principaux organes de la digestion des protéines. Durant les trois premières semaines de la vie d’un veau, la caséine est bien tolérée et la plus digestible. Toutefois, il faut pour cela qu’elle coagule dans la caillette. Le lait entier est un aliment de bonne qualité parfaitement adapté aux besoins du jeune veau. 6 kg de lait entier assurent un gain journalier de 400 g. Si l’on souhaite épuiser le potentiel de croissance, il faut veiller à obtenir, durant la phase jusqu’à 150 kg, un gain journalier approchant 1000 g pour les veaux femelles, et plus encore pour les mâles. Un apport supplémentaire de vitamines et d’oligo-éléments dans la buvée ou via une pierre à lécher favorise la vitalité et la résistance des veaux.

Développement rapide de la panse La formation des villosités de la panse se situe en étroite relation avec une teneur élevée d’amidon dans la ration. L’amidon est décomposé en sucres simples au moyen d’enzymes dans les préestomacs des jeunes ruminants, lesquels sont dégradés par les microbes de la panse pour l’essentiel en acides propionique et butyrique. Ces acides ont justement une influence positive sur le développement de la muqueuse de la panse. En début d’élevage il faut donc un aliment très digestible, pour ne pas surcharger la fonction ruminale, riche en amidon, consommé volontiers et de manière précoREVUE UFA · 12 2010

ce, comme c’est le cas d’UFA 116. L’amidon gélatinisé des flocons et de l’aliment expandé sert également au bon développement du veau. Les levures vivantes, les vitamines, les substances tampon et le mélange d’herbes favorisent spécialement un développement rapide de la panse. Par contre, une part élevée de fourrage de base dans la ration accroît la part de fibres brutes, lesquelles sont dégradées en acide acétique par les microbes. Cela induit une modification de la composition des acides gras produits et ainsi un retard de développement de la panse. Un apport exclusif de foin favorise dans ce cas uniquement l’accroissement du volume de la panse. De manière générale, le veau doit recevoir de l’eau à volonté. L’eau tiède a une incidence positive sur la consommation d’aliment solide.

Après le sevrage Les besoins en nutriments sont couverts à partir du moment où les animaux consomment environ 2 kg d’aliment d’élevage en plus d’un bon fourrage grossier, ce qui autorise de réduire l’apport de lait, respectivement de sevrer les animaux. Deux à trois semaines après le sevrage, un passage progressif au nouvel aliment d’élevage UFA 219 donne de bons résultats. Contenant 7,0 MJ NEL, 20 % de matière azotée, beaucoup d’amidon, un apport équilibré en minéraux et en vitamines, de même que des levures vivantes, il correspond précisément aux besoins de la seconde phase d’élevage (cf. tableau 1). Les composantes brutes sont choisies de telle sorte que l’on puisse obtenir une fermentation aussi équilibrée que possible pour soutenir le développement de la panse. Une composition équilibrée en acides aminés est décisive pour épuiser le potentiel du jeune veau. Les premiers essais menés avec UFA 219 après le sevrage ont donné de bons résultats. Ce n’est qu’à partir du 11ème au 13ème mois, jusqu’à la saillie, qu’il faut réduire l’intensité d’affouragement afin d’éviter une accumulation excessive de graisse dans les organes sexuels et l’ébauche de mamelle. À cet âge, les animaux consomment environ 6 kg de MS et atteignent environ 700  g de gains journaliers. Un fourrage de base

Tableau: Ration-type après le sevrage 140 à 265 kg de poids, 950 g d’accroissement journalier par jour CMF CMS NEL APDE kg kg MJ/kg g/kg Foin 3.2 2.9 15.8 267.8 Ensilage d’herbe 2.5 0.9 5.2 95.0 UFA 219 1.6 1.4 9.9 199.9 Total ration 7.3 5.2 30.9 562.2 Besoin 5.2 32.3 450.0 Couverture des besoins (%) 96.0 125.0 CMS = consommation matière sèche CMF = consommation matière fraîche

Graphique: Intensité de croissance souhaitée 1000 Races laitières précoces en g

Quelle qualité de protéines?

900

Gains journaliers en g Insémination

800 700 600

A 1

B 3

5

7

C 9

D

11 13 15 Âge (mois)

17

19

21

23

A 5 – 6 l, lait aliment d’élevage, fourrage grossier, ensilage de maïs B 1.5 – 2 kg d’aliment d’élevage, fourrage grossier, ration comp., prairie. C Foin, ensilage d’herbe/pâture, peu d’ensilage de maïs 50 – 60 g de minéraux. D Fourrage grossier, ensilage de maïs/prairie, un peu d’ensilage de maïs, ration composée, 50 – 60 g de minéraux.

contenant 5,3 à 5,5 MJ NEL/kg MS (pâture, fourrage grossier/ensilage d’herbe moyen) couvre les besoins en nutriments.

Approvisionnement en minéraux la seconde année Durant la seconde année, la ration se compose pour l’essentiel de fourrage grossier offrant des teneurs faibles en Ca, P, Mg et Na, sans aliment d’élevage. Cependant, les besoins en minéraux de la génisse restent élevés en raison de la formation du squelette. L’apport de minéraux doit être assuré par 50 à 100 g par animal et par jour et 10 à 20 g de sel pour bétail. Les bacs à lécher ou «Cake Blocs» permettent de garantir un approvisionnement au pâturage. La génisse peut ainsi couvrir en tout temps ses besoins individuels et exploiter totalement son potentiel. 䡵

Auteur Urs Spescha, collaborateur auprès d’UFA-Marketing à 3360 Herzogenbuchsee; Ueli Staub, spécialiste en bétail bovin au service conseil, 6210 Sursee Vous trouverez d’autres informations sur l’affouragement durant la phase d’élevage sur le nouveau site d’UFA SA sur www.ufa.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

59


PRODUCTION ANIMALE

Canal d’engraissement pour bovins AVEC HIGH QUALITY BEEF, Anicom a crée un canal de commercialisation intéressant. L’expérience démontre que les bovins de race à viande atteignent une excellente qualité à l’abattage s’ils sont affouragés de manière ciblée. Il est important que les remontes aient déjà appris à manger lorsqu’elles arrivent sur l’exploitation d’engraissement.

La production de «High Quality Beef» (HQB) est intéressante. Les bovins dont le poids est situé entre 220 et 310 kg, avec une charnure supérieure ou égale à T+ et dans une classe de couverture 3 ou 4, obtiennent d’Anicom un supplément de 20 à 30 ct./kg par rapport au prix des taureaux AQ. S’ajoutent à cela les suppléments CH-Tax bien connus de 30 à 80 ct.

Demande soutenue L’expérience démontre que les bovins HQB de races à viande, après la finition, affichent une qualité optimale à l’abattoir. C’est pour cette raison que les animaux de boucherie HQB sont demandés sur le marché. La plupart des remontes d’engraisseSur l’exploitation Blaser, deux automates «CFS-Top-Beef» assurent l’approvisionnement d’un groupe de 40 animaux.

Un DAC en vaut-il la peine? Qu’il s’agisse de bovins à l’engrais, de taureaux, de veaux de vaches mères ou de génisses d’élevage, un distributeur automatique de concentrés (DAC) est adéquat partout là où un affouragement complémentaire individuel pour chaque animal est censé apporter des accroissements meilleurs et plus homogènes. Dans la détention de vaches mères, ce sont les veaux mâles de races à viande tardives en particulier qui n’atteignent pas toujours les accroissements escomptés. Avec un salaire horaire de Fr. 30.–, un amortissement sur 10 ans et un intérêt sur le capital propre de 3.5 % sur 60 % du capital investi, un DAC à Fr. 4250.– devient rentable aussitôt qu’il permet d’économiser 3.5 minutes de travail par jour (tableau). Sans tenir compte des revenus supplémentaires générés par une meilleure homogénéité des groupes et une qualité d’abattage optimisée.

60

ment proviennent d’exploitations d’élevage spécialisées. Pour les détenteurs de vaches mères, le canal HQB offre une possibilité d’écoulement alternative lorsque les animaux d’engraissement n’atteignent pas le poids mort optimal d’env. 220 à 260 kg jusqu’à l’âge de dix mois.

A Uebeschi (BE) Heinrich Blaser engraisse au total 80 bovins HQB. Il exploite également une porcherie de mise bas avec près de 230 truies au sein d’un cercle RTPP (répartition du travail dans la production de porcelets). La nouvelle construction pour les bovins érigée en 2007 est simple: seules les aires d’affouragement et la couche profonde sont couvertes, en tôle respectivement avec des bâches. Les animaux sont répartis en deux groupes selon le poids.

Mise en valeur Les remontes HQB arrivent sur l’exploitation avec un poids moyen de 200 à 220 kg et sont vendues à un poids mort de 309 kg. Heinrich Blaser optimise sa production sur la base des mises en valeur de l’engraissement et des résultats du service de pesage proposé dans le cadre du programme UFA Toro. Des gra-

Tableau: Coûts annuels CFS-Top-Beef Fr. Prix d’achat* 4250 Amortissement 425 Intérêt sur capital propre 90 Entretien, réparations 100 Coûts annuels 615 *Y compris compartimentation et marques auriculaires. Sans le silo.

phiques et des tableaux clairs établis par le service aux producteurs à l’adresse www.anicom.ch renseignent sur le poids, la charnure, la classe de couverture, les déductions, les suppléments ainsi que les accroissements journaliers de chaque animal. Il est possible de comparer différentes périodes et de tester ainsi l’effet de modifications dans l’affouragement ou la détention.

Pâture à la mi-journée En hiver, la ration est composée de deux tiers d’ensilage de maïs et d’un tiers d’ensilage d’herbe et de foin. Durant la période de végétation, les plus jeunes animaux peuvent pâturer à la mi-journée.

Silo en self-service En raison de la pâture à la mi-journée et afin de «libérer» son tracteur au maximum, Heinrich Blaser n’a pas opté pour une remorque mélangeuse. Il a par contre placé le silo tranchée du maïs entre les deux groupes à l’engrais, si bien que les bovins peuvent manger directement dans le tas au moyen d’un stand d’affouragement mobile. L’ensilage d’herbe et le foin sont distribués dans un râtelier.

Aliment de pré-engraissement et de finition Afin de favoriser le développement corporel, les bovins HQB bénéficient d’un bon approvisionnement protéique en début d’engraissement. Suivant l’intensité et la qualité de la pâture, les accroissements durant la finition oscillent entre 0.6 et 1.2 kg par jour. Pour un accroissement journalier de 1 kg et une consommation de matière sèche de 4.5 kg, les animaux d’un poids de 200 kg ont besoin chaque jour dans leur ration de 28.1 MJ NEV et 12 2010 · REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE

Action «CFS-Top-Beef» Le «CFS-Top-Beef» de l’entreprise Itin+ Hoch, grâce à l’identification ISO de chaque animal au moyen d’une marque auriculaire, permet un affouragement complémentaire individuel. Cet automate à concentrés a une contenance de 150 kg d’aliment et est adéquat pour 20 à 25 animaux d’un poids vif de 150 à 450 kg. Jusqu’à fin 2011, pour tout achat d’un «CFS-Top-Beef» d’Itin+Hoch, vous recevrez un bon pour une palette d’aliment d’engraissement ou d’élevage dans votre LANDI. Contact: Itin+Hoch, Tel. 079 674 75 76, www.fuetterungstechnik.ch

L’exploitation bien située de Heinrich Blaser. Les deux trémies de 150 kg chacune des DAC sont remplies en trois minutes grâce au silo monté au-dessus.

452 g PAI. Pour chaque tranche de 25 kg PV supplémentaire, on ajoute 2.6 MJ NEV. L’aliment spécialement conçu pour le pré-engraissement, comme UFA REVUE UFA · 12 2010

230, adéquat pour des rations avec deux tiers d’ensilage de maïs et un tiers d’ensilage d’herbe, permet une croissance rapide et prévient l’embonpoint excessif. A partir de 300 kg PV, les besoins en protéine diminuent par rapport à l’énergie. Pour la finition, il convient donc d’opter pour un aliment plus riche en énergie tel que UFA 232.

d’étables chaudes», constate Heinrich Blaser. Il s’explique ce phénomène par le pelage plus court de ces nouveaux arrivants, ce qui les rendrait plus sensibles aux maladies des voies respiratoires. C’est pourquoi il remplit principalement son étable au printemps et en été.

Distribution individualisée Chez Heinrich Blaser, les bovins portent un collier durant le pré-engraissement en raison de l’administration de l’aliment d’engraissement UFA ProRumin au DAC. «ProRumin» est un mélange de levures vivantes (favorisent le développement de la panse), de niacine (améliore la mise en valeur de l’énergie), d’herbes aromatiques (augmentent l’appétibilité) et de substances tampon (stabilisent le milieu ruménal). Avec le DAC, il est possible de déterminer individuellement les quantités distribuées (encadré). Tout risque d’acidose est évité car les bovins ne peuvent manger que 0.5 kg de concentrés par fois. Les animaux qui ont déjà mangé aujourd’hui apparaissent sur l’écran. «Afin d’assurer une bonne fluidité dans le silo à concentrés, j’ai recours à l’aliment granulé UFA», explique Heinrich Blaser.

HQB arrivent sur mon exploitation, leur panse devrait déjà être formée», souligne Heinrich Blaser. C’est une condition sine qua non pour atteindre un bon départ dans l’engraissement, une consommation élevée et des performances convaincantes. C’est pourquoi il est important d’apprendre aux veaux destinés à l’engraissement à manger suffisamment tôt. Idéalement, on peut mettre de l’aliment d’élevage UFA 114 ou UFA 116 à libre disposition à partir de la deuxième semaine de vie.

Les animaux des étables chaudes sont plus sensibles «En hiver, il est plus difficile de maintenir en bonne santé les remontes provenant

Heinrich Blaser: «Je finis d’engraisser des remontes de diverses races et avec des conditions corporelles différentes, et vu que je ne veux pas former une multitude de groupes, j’utilise un DAC permettant un approvisionnement individuel des animaux».

Apprendre aux remontes à manger plus tôt «Lorsque les remontes

Résumé Grâce à leur qualité à l’abattage, les bovins HQB bénéficient d’une bonne demande sur le marché. Pour obtenir de bons résultats, il faut que la panse des animaux qui arrivent sur l’exploitation d’engraissement soit déjà bien formée. Cela signifie qu’ils doivent s’habituer à ingérer des aliments solides. Afin d’atteindre le degré d’engraissement idéal, il faut utiliser un aliment de pré-engraissement spécifique jusqu’à un poids vif de 300 kg, puis un aliment de finition par la suite. 䡵

Auteur Matthias Roggli, Revue UFA, 3360 Herzogenbuchsee Les personnes intéressées par la production ou la finition de bovins «High Quality Beef» peuvent s’annoncer auprès d’Anicom. Pour des détails concernant l’affouragement, veuillez vous adresser au service technique UFA.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

61


PRODUCTION ANIMALE

Les données des abattoirs comme instrument de gestion ENGRAISSEMENT DES PORCS Les abattoirs en Suisse récoltent des données sanitaires qui peuvent constituer des feed-backs intéressants pour le conseil ainsi que l’aide à la gestion dans les exploitations d’engraissement porcin.

Viviane de Vries

Les données enregistrées par les abattoirs fournissent des indications sur le pourcentage de viande maigre (PVM), le poids à l’abattage et les saisies. Des déductions sont opérées lorsque les animaux trop gras, mais également s’ils sont trop maigres. À l’abattage, les animaux chétifs présentent souvent des signes de maladies chro-

niques et des lésions qui peuvent entraîner l’élimination d’organes voire de carcasses entières.

Déductions pour parties saisies Le foie est un organe souvent confisqué en raison de graves verminoses. Des adhérences sur le cœur ou les poumons peuvent également donner lieu à une déduction. Les abcès, hernies ombilicales ou arthrites peuvent être à l’origine de manques à gagner importants compte tenu de la perte de viande qui en découle selon la localisation et la taille de l’inflammation.

Performance d’engraissement réduite Les pertes dues aux confiscations ne représentent toutefois que la pointe de l’iceberg. À celles-ci viennent s’ajouter les faibles gains journaliers, le mauvais indice de consommation, les frais de vétérinaire et de médicaments, le rallongement des périodes d’engraissement, etc.

giques. Ensuite, nous avons approché 82 exploitations d’engraissement et, sur la base d’un questionnaire et d’une visite de porcherie, défini des facteurs de risques pour les altérations découvertes dans la chaîne d’abattage.

Un lien évident L’étude a montré qu’il existait un lien entre les observations réalisées à l’abattoir, d’une part, et l’état sanitaire des animaux constaté dans les exploitations ainsi que les caractéristiques d’exploitation et les pratiques de gestion, d’autre part. L’interprétation correcte des données d’abattage est un instrument permettant à l’engraisseur d’optimiser sa gestion et de réduire les pertes. Assurer une bonne qualité dans la production des porcs d’engraissement requiert de mettre en adéquation les facteurs d’influence dans les domaines de la génétique, de l’alimentation, de la gestion et de la santé animale. Mise en porcherie La mise des go-

Projet sur les données d’abattoir Le contrôle des viandes à l’abat-

Chaque carcasse de porc est examinée à l’abattoir quant à d’éventuelles altérations consécutives à des maladies. 62

toir constitue depuis des années un instrument incontournable pour assurer la sécurité des denrées alimentaires et la surveillance des épizooties. C’est la raison pour laquelle j’ai consacré mon travail de doctorat au thème «Relevé des observations réalisées sur les organes et des déductions pour saisies chez les porcs de boucherie dans les abattoirs de Suisse et leur corrélation avec les données d’exploitation et de gestion». Tout d’abord, 34 706 porcs de boucherie ont été examinés dans quatre abattoirs de Suisse quant à d’éventuelles altérations anatomo-patholo-

rets en porcherie est un défi de taille dont le but final est d’assurer une performance d’engraissement la plus élevée possible, ayant pour corollaire des pertes minimes, l’absence de maladies, de cannibalisme et de blessures. D’un point de vue économique, l’emploi d’antibiotiques doit également être évité. Il faut pour cela introduire des animaux en bonne santé, mais aussi veiller à ce que le transport, qui constitue nécessairement un stress pour les animaux, se passe le mieux possible. Une température optimale dans la porcherie, des boxes propres, suffisamment d’occupation pour les animaux et une adaptation progressive au nouvel 12 2010 · REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE aliment sont d’autres facteurs de réussite essentiels. Pour développer leur potentiel de production, les animaux ont besoin de suffisamment de chaleur, durant la saison froide en particulier (température optimale de porcherie 22 à 24 °C).

Bonne ventilation Un air de mauvaise qualité et des courants d’air portent atteinte à la santé des porcs et compromettent la performance d’engraissement. Par ailleurs, un approvisionnement suffisant en eau est une condition sine qua non à une ingestion d’aliment élevée. Pour cela, chaque boxe doit disposer au moins d’une pipette assurant un flux de 1 à 2 l par minute. En outre, pour prévenir la problé-

matique des brachyspires, on veillera à renforcer la lutte ciblée contre les rongeurs nuisibles.

au bon moment, pour ne pas risquer de déductions de qualité en raison de poids morts trop élevés.

Gérer l’approvisionnement Avec

Facteurs liés au sexe L’alimenta-

l’augmentation de l’âge et du poids, le dépôt de graisse croît et donc l’indice de consommation. La concentration nécessaire en nutriments recule comparé à la période de pré-engraissement. Voilà pourquoi la distribution d’aliment doit se faire strictement selon la courbe d’affouragement, en particulier vers la fin de l’engraissement. Ces aspects ne pouvant souvent pas être optimisés à l’automate, il peut s’avérer judicieux, le cas échéant, de distribuer un aliment affichant une concentration plus basse en nutriments. Enfin, on veillera à vendre les animaux

tion des porcs à l’engrais doit également prendre en compte certains facteurs liés au sexe. Les mâles castrés ont une capacité d’ingestion nettement plus élevée, raison pour laquelle ils accumulent plus rapidement de la graisse. Les femelles, compte tenu d’une meilleure mise en valeur de l’aliment, produisent environ 2 % de viande en plus pour la même intensité d’affouragement. On peut ainsi affourager les femelles de façon plus intensive alors qu’il faut réduire l’intensité d’affouragement, comme les poids d’abattage, chez les mâles castrés. Cette

Tableau: Problèmes sanitaires en fin d’engraissement Symptômes phares Articulations enflées. Boiteries dès que les animaux gagnent poids. Parfois éternuements, évtl. fièvre ou toux. Morsures à la queue, comportement agressif.

Maladie Maladie de Glässer

Agent pathogène HPS

Cannibalisme

Syndrome hémorragique (torsion de l’intestin)

Levures, E.coli

Mort subite. Souvent les plus beaux animaux. Abdomen ballonné, carcasse pâle.

Blessures

Selon la localisation.

Abcès

Streptocoques, staphylocoques

Selon la localisation. En cas de pression sur la moelle épinière, évtl. paralysies.

Grippe

Virus de l’influenza

Toux, apathie, fièvre (souvent dans tout le troupeau). La toux doit être communiquée au vétérinaire ou au SSP

PE

Mycoplasma hyopneumoniae

Toux (souvent animaux individuels, en l’absence d’autres problèmes). Pneumonies à l’abattoir.

Verminoses

Ascarides

Croissance réduite, chétivité, parfois diarrhée chez certains animaux, évtl. toux, foies confisqués («milk spots»). Animaux pâles, chétivité, diarrhée (parfois sanguinolente). Parfois pertes, pas de foies confisqués. Décoloration de la peau, pertes d’animaux (souvent plusieurs animaux chroniquement chétifs) Décolorations rectangulaires typiques de la peau («papules en forme de briques»), fièvre, manque d’appétit (abattoir: carcasse entière impropre) Génétique combinée avec un approvisionnement insuffisant en phosphore. Croissance rapide conduisant à des boiteries. Thérapie inefficace.

Mesures Optimiser le climat et l’affouragement. Réduire le stress. Traiter les animaux de manière individuelle avec un antibiotique adapté. Prendre la fièvre (infection?). Vérifier l’approvisionnement en aliment et en eau. Occupation des animaux. Réduire la densité d’occupation. Isoler les animaux concernés et les soigner. Vérifier l’hygiène d’affouragement et d’approvisionnement en eau (surtout les soupapes et l’arrivée d’eau), stabiliser le petit-lait avec de l’acide et/ou des additifs appropriés, libre accès à l’eau. Isoler. En présence de plaies ouvertes, thérapie antibiotique et désinfection, évtl. anti-inflammatoires. Abattage d’urgence avant que cela évolue en cas de protection des animaux. Optimiser l’hygiène. Occupation des animaux. Prévenir les blessures (dues aux installations de porcherie ou aux autres animaux). Évtl. fébrifuges, prévenir les surinfections. Adapter le climat. Exclure la suspicion de PE au moyen d’un échantillon. Attention: transmissible à l’être humain. Régie par l’ordonnance sur les épizooties. Prélèvement d’échantillons avant traitement médical (frais de laboratoire pris en charge par le canton). Vermifuger (durant 5 jours), désinfectant spécial contre les œufs de vers.

Vermifuger (durant 10 jours), désinfectant spécial contre les œufs de vers. Hygiène, gestion, vaccination des porcelets sous Circoviren PDNS la mère dans l’exploitation d’élevage. Thérapie au moyen d’un antibiotique approprié, Erysipelothrix Rouget n’abattre qu’après guérison complète. Attention: rhusiopathiae transmissible à l’être humain. Abattage d’urgence avant que cela évolue en cas – Syndrome de la de protection des animaux. Communication à faiblesse des pattes l’éleveur (génétique). Vérifier l’approvisionnement OCD en Ca/P. Optimiser la garde et l’affouragement. Les fiches techniques du Service sanitaire porcin (SSP) fournissent des indications supplémentaires sur les différents troubles présentés. –

REVUE UFA · 12 2010

Trichocéphales

63


PRODUCTION ANIMALE différence peut être mise à profit durant la phase de finition si les animaux ont été séparés par sexes au moment de la mise en porcherie.

Proportion d’acides gras insaturés La fabrication de produits carnés Avant l’arrivée des animaux dans la porcherie, les boxes devraient être soigneusement nettoyés et désinfectés.

de qualité élevée requiert de la graisse ferme présentant une bonne stabilité à l’oxydation. La consistance de celle-ci est largement influencée par la ration alimentaire. Une proportion trop élevée en acides gras insaturés donne du lard mou, très sensible aux altérations oxydatives (rance). Lorsque la PVM est élevée, le dépôt de graisse est plus faible ce qui enrichit proportionnellement les acides gras problématiques, ceux-ci étant répartis dans un volume relativement plus réduit.

métabolismes des protéines, des hydrates de carbone et des graisses. La vitamine E quant à elle stabilise les acides gras sensibles à l’oxydation, ce qui à son tour améliore la qualité de la viande.

Maladies et blessures Le tableau ci-après énumère les causes et les mesures à prendre en présence de problèmes sanitaires en fin d’engraissement. En présence de symptômes correspondants, il faut garder en tête la possibilité d’épizooties, comme la fièvre aphteuse, la peste porcine, le SRDP ou la maladie d’Aujeszky. Il est donc recommandé, lors de l’apparition de nouveaux symptômes, d’en référer rapidement au vétérinaire ou au Service sanitaire porcin (SSP). Transport Le bien-être des porcs

Approvisionnement en vitamines L’approvisionnement en vitamines est essentiel, raison pour laquelle on ne peut se passer d’un complément avec l’aliment. Les vitamines du complexe B jouent un rôle central dans les

lors du transport à l’abattoir est un facteur essentiel, d’une part car il influe sur la qualité de la viande, et d’autre part car les consommateurs réagissent de façon de plus en plus critique sur les aspects éthiques. Tout stress précédant

l’abattage, qu’il soit dû au chargement ou au déchargement, au nouvel environnement, au manque de place, au regroupement, à une ventilation insuffisante ou au manque d’eau, a une incidence négative sur la qualité de la viande au plan de la transformation, comme du goût ou de l’hygiène.

Conclusion La notion de qualité en relation à la viande de porc est très complexe et influencée à différents stades le long de la chaîne de production. Les principaux facteurs d’influence du côté de la production pour obtenir une viande de porc de qualité sont la génétique, l’affouragement, la gestion et la santé animale. 䡵

Auteure Viviane de Vries, Dr med. vet., Service sanitaire porcin (SSP), 9606 Bütschwil. www.suisag.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

Nouveau chaque mois!

Les médias sont utilisés à des fins toujours plus variées. Internet et toutes les possibilités qu’il offre ont ouvert de nouvelles perspectives. La Revue UFA veut participer à ce mouvement. Les films Online qui sont pubilés chaque mois sur le site Internet de la Revue UFA sont une nouvelle prestation qui favorise le transfert actuel et moderne de connaissances. Ces films de trois minutes approfondissent un sujet traité par la Revue UFA, évaluent les solutions proposées et expliquent les liens existants avec la pratique agricole. A cette occasion, des scientifiques, des conseillers techniques ainsi que les utilisateurs témoignent. Pour la réalisation de ces films, nous avons pu nous assurer, en la personne de Markus Gehrig, les services d’un professionnel de la camera qui dispose en outre d’une expérience agricole. Les films peuvent être visionnés à l’adresse www.ufarevue.ch (rubrique «film online»).

64

12 2010 · REVUE UFA


S O N D E R T H E M A FOCUS

Décembre 2010

La production de porcelets

Quel avenir avec de tels prix? Plus de 330 exploitations utilisent déjà le gestionnaire Pour des truies en bonne santé Utiliser un fourrage riche en teneurs Acheter des jeunes truies? Production finale optimale avec «Premo» L’engraissement de verrats reste l’objectif Le Danemark perd des parts de marché

66 68 71 73 74 76 78 80


PRODUCTION DE PORCELETS PRODUCTION ANIMALE

Actualités concernant le marché des porcs LES PRIX DES PORCS sont au plus bas cette année. En plus du cycle des porcs bien connu, cela s’explique par le progrès zootechnique, de nouvelles vaccinations des porcelets, des temps d’allaitement plus courts et des poids supérieurs à l’abattage.

Hans Peter Wolf

L’offre en porcs de boucherie a augmenté cette année, selon les estimations, de 5 à 6 %. Cela a pour conséquence qu’à l’automne, les prix ont atteint un plancher historique de Fr. 3.30 par kilo poids mort. Cet effondrement met fortement à mal la rentabilité chez les producteurs. Avec un certain décalage, les engraisseurs ont su répercuter la pression sur les éleveurs et peuvent désormais profiter de prix plus bas pour les porcelets.

Les prix pour les gorets d’engrais et les porcs d’engrais ont dès lors connu une évolution marquée par des fluctuations considérables. Cela a eu une répercussion encore plus importante sur la marge brute pour les différents acteurs. Ce phénomène de variations périodiques de l’offre est déjà connu depuis le début du vingtième siècle et on le décrit sous la dénomination de cycle du porc. En résumé, ce cycle fonctionne de la manière suivante: 1. Lorsque les prix du marché sont élevés, on procède à davantage d’investissements dans la détention des porcs. En raison de la longue période d’élevage (de la saillie de la truie jusqu’à l’abattage), ces investissements ont un effet retardé sur l’offre. 2. Cela entraîne par la suite une offre excédentaire en porcs de boucherie avec un effondrement des prix à la clef. 3. La production diminue, ce qui provoque à nouveau une augmentation différée des prix des porcs de boucherie.

Décalage De par ces retards dans les mécanismes de régulation entre l’offre, la demande et le prix, il s’ensuit une si66

tuation instable sur le marché qui provoque des variations de l’offre. C’est seulement lorsque les producteurs s’orientent en fonction du prix attendu au moment de la commercialisation au lieu des prix actuels des porcs au moment de la décision d’investir qu’il est possible d’interrompre le cycle et de mieux stabiliser le prix du marché. Le phénomène du cycle du porc n’existe pas que dans l’agriculture, il est également largement présent dans la production de puces informatiques.

Les engraisseurs face à une double insécurité Pour l’instant, le

porcs de boucherie au cours des 13 dernières années (env. 5.6 % du nombre moyen de porcs abattus). • Depuis 1997, la quantité de porcs produits en Suisse a augmenté d’environ 150 000 unités (inclinaison de la ligne rouge). Cette quantité supplémentaire n’a pas été absorbée par une augmentation de la consommation par habitant, mais par la croissance démographique. • Suite à une année record en abattages de porcs, l’année suivante, les quantité produites ne diminuent que très faiblement. Sur la période observée, cette diminution n’atteint pas 1 %. Si,

marché ne fournit aucun résultat positif en matière de rentabilité des investissements dans la détention porcine. Les engraisseurs sont même soumis à une double insécurité car leur rentabilité ne dépend pas que des prix des porcs de boucherie mais également de celui des gorets d’engrais. Ce phénomène de frein à l’investissement est momentanément très marqué. Ce faisant, le phénomène et les répercussions du cycle du porc en Suisse s’étalent sur plusieurs années.

Cycle du porc en Suisse En considérant les porcs abattus depuis 1997, on peut représenter le cycle du porc en Suisse de manière exemplaire. Le graphique fait apparaître trois enseignements de base: • Avec une régularité constante, les années caractérisées par un grand nombre d’abattages sont suivies par des périodes avec moins d’abattages. On peut constater de manière générale que la différence entre les maximum et minimum atteint environ 150 000 12 2010 · REVUE UFA


PRODUCTION DE PORCELETS PRODUCTION ANIMALE

Poids supérieurs à l’abattage En plus des raisons déjà exposées du cycle du porc, d’autres facteurs ont influencé l’augmentation de la production de porcs de boucherie en 2010. Heureusement, la consommation de viande de porc a été élevée. On n’ose même pas imaginer à quelle chute vertigineuse les prix à la production auraient été soumis si la demande des consommateurs avait connu un fort fléchissement. Les chiffres provisoires de Proviande indiquent une faible diminution du poids à l’abattage par rapport à l’année dernière. Toutefois, comme en 2009 pour la première fois, il dépasse 87 kg. En 1997, le poids mort moyen n’était encore que de 83.5 kg (1990: 81.5 kg). Un kilo de poids mort en plus correspond environ à une augmentation de la production supplémentaire de 30 000 porcs de boucherie.

Les plus durement touchés, en tant que premier maillon de la chaîne de production, sont les éleveurs. Contrairement à l’engraisseur, l’éleveur ne peut pas stopper sa production par phases et répercuter la pression des prix sur l’échelon situé en amont – vu qu’il n’y en a pas. La seule aide d’urgence consiste à adapter l’offre en porcelets à la demande. Progrès zootechnique et allaitement plus court La production de gorets d’engrais a augmenté parallèlement à l’offre excédentaire. Selon les résultats de la mise en valeur du programme de production porcine UFA 2000, qui s’appuie sur 27 000 portées saisies, le nombre de porcelets nés vivants au cours des deux derniers semestres a augmenté de manière continue. Actuellement, au cours du premier semestre, le nombre de porcelets sevrés atteint 10.39. Par rapport à la même époque en 2009, cela représente près de 0.3 porcelet en plus par portée. Si on rapporte cette augmentation à l’effectif de truies en Suisse, pour le même nombre de mères, cela correspond à une augmentation de la production de 90 000 porcelets sevrés, uniquement en

Graphique: Evolution du marché des porcs de boucherie Nombre de porcs abattus, en mio.

selon les pronostics, 2010 sera une année record en abattages, pour 2011, on peut s’attendre à une diminution de la production de 1 %. Pour 2012, on pense que le nombre de porcs abattus va fortement régresser et que les prix vont se rétablir à un niveau plus réjouissant.

2.9 % 2.8 2.7 2.6 2.5 2.4

1997

1999

2001

2003 2005 ans

2009

2011

raison de l’augmentation de la productivité. Par ailleurs, la tendance va vers un allaitement sur quatre semaines seulement, ce qui augmente le nombre de rotations par truie et par année.

Vaccinations Les vaccinations contre les circovirus et les lawsonias constituent un élément de plus dans cette progression. Vers la fin 2009, les éleveurs ont commencé à vacciner à grande échelle les porcelets contre les circovirus. On part du principe que ces mesures vont provoquer une hausse de 2 % de la production. Cette augmentation massive du nombre de porcs de boucherie en 2010 peut ainsi être attribuée en grande partie au professionnalisme des exploitations d’élevage.

Résumé Le progrès zootechnique et la gestion dans les exploitations d’élevage vont aussi provoquer à l’avenir une nouvelle augmentation du nombre de gorets d’engrais vendus par truie et par année. C’est pourquoi il n’y a pas d’autre issue qu’une réduction des effectifs de truies en Suisse. Une diminution linéaire de tous les effectifs n’est assurément pas une solution car cela ne constituerait qu’un affaiblissement de la production de gorets d’engrais indigènes. A l’avenir également les producteurs en Suisse continueront d’être soumis à des variations cycliques. Des périodes avec des prix élevés succèdent à des périodes avec de faibles prix. Contrairement à la Bible, où sept années de vaches maigres étaient suivies par sept années de vaches grasses, ce cycle est plus court en production porcine et s’étale sur trois à quatre ans. 䡵 REVUE UFA · 12 2010

2007

On s’attend à ce que le marché des porcs s’améliore à partir de 2012.

Auteur Hans Peter Wolf, Anicom SA, membre de la direction, 9501 Wil. www.anicom.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

67


PRODUCTION DE PORCELETS PRODUCTION ANIMALE

Pour mieux atteindre son objectif PLUS DE 330 PRODUCTEURS DE PORCELETS travaillent aujourd’hui avec UFA 2000planer suite au lancement de ce logiciel de gestion des truies par UFA en 2008. Roland Schacher en fait partie. Sur son exploitation, l’inscription systématique des données et la mise en valeur des principaux chiffres-clé de la production, couplées aux mesures d’optimisation qui en découlent, sont gages de succès économique.

Simone Herzog

Il y a beaucoup de travail sur l’exploitation de Roland Schacher à Rain (LU). En plus de 112 truies, ce dernier détient en effet également 2000 poules pondeuses. Un système de gestion des truies comme UFA 2000planer constitue à ce titre un soutien idéal. Cet outil permet non seulement d’accomplir un travail efficace, mais il contribue à des succès palpables au niveau des rendements. Ainsi, après trois années de mise en valeur, le nombre de porcelets sevrés par truie et par année a augmenté de 10 %, alors que les jours perdus par portée ont diminué de 8 %.

Système des feux Les troupeaux jeunes disposant d’un âge moyen constant fournissent des performances

élevées. Cela nécessite un renouvellement régulier du troupeau, donc également une réforme des truies. Cette sélection devrait être effectuée en fonction de la performance actuelle des truies, ce qui passe par une base de données objective. Avec UFA 2000planer, chaque truie est appréciée à l’aide d’un système de feux quant à sa performance et son âge. Pour ce faire, on subdivise le troupeau en 4 classes d’âge: cochettes, 1ère à 2e portée, 3e – 4e portée et vieilles truies avec plus de 4 portées à leur actif. Les feux apprécient la taille de la portée et le nombre de retours de chaleurs d’une truie en fonction des exigences minimales pour chaque couleur de feu. Si le feu est rouge, il est grand temps de remplacer la truie.

Analyse de production et mise en valeur annuelle L’analyse de production dans UFA 2000planer compare trois périodes, par exemple trois semestres, ce qui aide à dégager des tendances. La comparaison entre exploitations permet de savoir où en est le troupeau. Cette dernière est établie à la fin de l’année par la centrale de dépouillement à Herzogenbuchsee au moyen de la mise en valeur annuelle effectuée sur toutes les exploitations UFA 2000. Elle contient également les données des clients qui louent le logiciel, pour autant qu’ils les mettent à disposition.

Agir de façon ciblée «Avec UFA 2000planer, j’ai un bon aperçu des principaux chiffres-clé importants pour

Roland Schacher et le conseiller UFA Toni Agner discutent des résultats apportés par UFA 2000planer.

68

12 2010 · REVUE UFA


PRODUCTION DE PORCELETS PRODUCTION ANIMALE

Saisie des données UFA 2000planer soutient aussi bien les exploitations de production de porcelets qui achètent des cochettes ou qui effectuent leur propre remonte que celles qui optent pour la RTPP.

Le rideau de séparation avec le nid à porcelets permet une gestion individuelle du climat dans la zone occupé par les truies et les porcelets.

Les clients qui louent le logiciel UFA 2000planer saisissent les données en continu sur leur PC ou directement sur un ordinateur de poche à la porcherie. Une version test d’UFA 2000planer est disponible à l’adresse www.ufa.ch.

11 % de vieilles truies correspondent à un taux de renouvellement idéal de 30 à 40 %.

Partir en vacances sans souci

La gestion est essentielle

Pour ceux qui ne désirent pas mettre leurs données en valeur eux-mêmes, le registre de monte les envoie tous les mois à la centrale de dépouillement UFA 2000 (AWS). Après le sevrage d’une portée, les fiches truies et les fiches de saisie des portées sont remplies et également transmises à AWS. Par la suite, l’exploitation reçoit une liste de portées qui comprend l’analyse de la production avec les chiffres-clé pour la saillie, la mise bas, l’allaitement et l’effectif des truies, ainsi que les nouvelles fiches truies après la mise bas pour la saisie des portées des groupes concernés.

Grâce au rythme sur trois semaines, la production de porcelets est planifiable et efficace, de la commande des cochettes jusqu’à la livraison des gorets d’engrais et au nettoyage de la porcherie, en passant par la saillie, le changement de boxes, la mise bas et l’équilibrage des portes. Cette organisation permet d’une part d’éviter les pointes de travail, mais également de partir en vacances sans souci, comme le relève Roland Schacher. Pour le producteur et les intermédiaires, le rythme sur trois semaines a l’avantage de pouvoir préparer et organiser l’approvisionnement en cochettes de manière ciblée et optimale.

Dans la production de porcelets, la gestion revêt une importance toute particulière. Hansueli Christen est responsable du programme de production porcine UFA 2000.

réussir», explique Roland Schacher. Ce logiciel lui permet d’agir sur les paramètres essentiels à l’amélioration de ses résultats. Concrètement, des arceaux ont été installés dans les nids à porcelets afin de réduire le risque d’écrasement, de même qu’un rideau à l’entrée des nids pour réguler le climat. Ces deux mesures ont entraîné une diminution des pertes en porcelets. Grâce à une remonte conséquente, la structure de l’âge des truies est correcte: 20 % de cochettes, 33 % entre la 1ère et la 2e portée, 36 % entre la 3e et la 5e et

Choix du verrat en fonction des désirs des engraisseurs Roland Schacher livre les gorets d’engrais par l’intermédiaire d’Anicom à une exploitation d’engraissement en particulier. Le contact qu’il entretient avec le collaborateur commercial d’Anicom, qui peut consulter en tout temps les données d’abattage par le biais de www.anicom.ch, lui permet de choisir le bon verrat produit terminal pour l’engraisseur. 䡵

Qu’est-ce que les exploitations porcines qui ont du succès font de mieux que les autres? Hansueli Christen: Une structure optimale du troupeau et de faibles pertes en Pour Hansueli porcelets allaités sont décisifs. IndépenChristen, il y a une damment de la situation du marché, il faut corrélation étroite remplacer 20 % des truies de chaque entre la saisie des groupe d’allaitement par des cochettes afin données et le succès que le troupeau comporte suffisamment de économique dans la truies performantes entre la 3e et la 5e production de portée. Par ailleurs, les processus de travail porcelets. doivent être maîtrisés, p. ex. à l’aide d’un rythme sur trois semaines. Un agencement correct des boxes de mise bas et surtout une aération irréprochabe permettent de réduire les pertes en porcelets allaités. Mais des performances élevées passent également par une alimentation appropriée. L’affouragement par phase des truies ainsi que «l’entraînement à manger» des porcelets allaités au moyen d’un aliment pré-starter sont indispensables. Noter et mettre en valeur les données des truies requiert du temps. Cet exercice en vaut-il la peine, même sur les exploitations qui n’ont pas de problème? Hansueli Christen: Les exploitations ne cessent de s’agrandir et ont parfois recours à de la main d’œuvre externe. En outre, les éleveurs sont souvent spécialisées dans la production de porcelets et en tirent la majorité de leur revenu. Il est donc évident que ce travail en vaut la peine. En effet, toutes les exploitations disposent encore d’un potentiel d’amélioration. Afin de pouvoir l’identifier, il faut préalablement savoir où l’exploitation se situe et saisir les données nécessaires. Un chef d’exploitation peut-il également tirer des conclusions d’UFA 2000planer en ce qui concerne la répartition de son temps de travail? Hansueli Christen: Non, UFA 2000planer est un système de gestion du troupeau visant à améliorer la technique de production. Nous sommes en train de développer un instrument traitant cette question. Nous désirons lancer ce dernier l’année prochaine sur le marché et le proposer à nos clients.

En son et en image «UFA 2000planer fournit une bonne base afin de gérer économiquement mon troupeau de truies»: telle est la réponse de Roland Schacher quand on lui demande l’utilité de ce programme de gestion du troupeau. Un nouveau film sous www.ufarevue.ch montre comment saisir et interpréter les données de performance des truies et dans quelle mesure cela s’avère rentable. REVUE UFA · 12 2010

Auteur Simone Herzog est responsable de la centrale de mise en valeur et de UFA 2000planer au sein du programme de production porcine UFA 2000, 3360 Herzogenbuchsee. article c h . our cet Vidéo p . u f a r e v u e www

Pour de plus amples informations sur UFA 2000planer, adressez-vous à votre conseiller UFA ou rendez-vous sur www.ufa.ch. www.ufarevue.ch

INF BOX INFO 12 · 10

69


Echelle à usages multiples Hailo Vario 3 x 12

Scie de jardinier BAHCO Pour bois dur et sec, avec poignée en bois de hêtre. Longeur de la lame 28 cm.

jusqu’à 8,15 m. Compensation de niveau jusqu’à 15 cm.

19029

PRIX BAS EN PERMANENCE

26.

349.-

50

appréciez la différence www.landi.ch

Coupe-branches Top Cut OKAY Profi Sécateur Classic OKAY Profi Coupe-branches super léger en alu. Longueur totale: 70 cm, poids total: 850 g, coupe jusqu’à: PRIX BAS EN PERMANENCE Ø 38 mm.

5 GARANTIE G ARANTIE

ANS JAHRE

27.

90

19095

Lampe chauffante

PRIX BAS EN PERMANENCE

19.

90

12265

5 GARANTIE

ANS

PRIX BAS EN PERMANENCE

19.90

Puissance de levage: 2,5 t; à levage rapide. Structure solide, extrémités appointies avec roulettes facilitant le passage des seuils; testé TÜV/GS. 38670 115 cm 38671

Polyester renforcé en fibre de verre avec protection anti-UV. Abris complet avec enclos zingué et support pour seau. Mesures abri: l = 160 cm, l = 140 cm, h = 130 cm. OVF no A 16093/10 20450

PRIX BAS EN PERMANENCE

80 cm

199.5 GARANTIE

ANS

Laine de bois

Brosse à bétail

14 kg, pour le nettoyage des mamelles.

Complet avec ressort. Conception très robuste.

PRIX BAS EN PERMANENCE

498.-

20665

PRIX BAS EN PERMANENCE

38.-

21500

PRIX BAS EN PERMANENCE

125.-

Produit pour le trempage des trayons AGRARO

Serviettes pour mamelles AGRARO

Chauffe-lait Lister

«Médicament vétérinaire autorisé» pour la prévention contre infections des PRIX BAS EN PERMANENCE mamelles chez les vaches. 5 l

2 x 800 papiers (sans seau).

20412

25.

96326

80

96330

PRIX BAS EN PERMANENCE

47.50

230 V/2300 Watt

PRIX BAS EN PERMANENCE

199.-

Pommade pour chevaux et sportifs

Spray pour sabat et fourchette AGRARO

Akarizid AGRARO

500 ml

Sert à maîtriser la pourriture de fourchette en réduisant les bactérries. PRIX BAS EN PERMANENCE 500 ml

24230

24120

PRIX BAS EN PERMANENCE

9.

50

24410

AGROLA Spray universel 300 ml 58410 valable 08. – 25. 12. 2010

Elévateur manuel OKAY

Abri à veau

Max. 250 W, câble de 5 m incl. (sans ampoule). 23595

Sécateur universel à double tranchant. Coupe des branches de max. 25 mm Ø.

AGROLA Huile bio pour tronçonneuse PRIX BAS EN PERMANENCE

3.90

Grasse universelle AGROLA 4,5 kg 66505

70

12.90

PRIX BAS EN PERMANENCE

58.-

50 kg 66294

260.-

Huile hydraulique HLP 46 50 kg 66073

265.-

concentré de 250 ml. Utilisez les biocides avec précaution. Avant toute utilisation lisez l’etiquette et les informations concernant le produit.

PRIX BAS EN PERMANENCE

24.50

Huile universelle pour engrenages SAE 80W-90 50 kg 66004

299.-

Multigrade HD SAE 15 W-40 180 kg 65056

PRIX BAS EN PERMANENCE

839.-

12 2010 · REVUE UFA

Sous réserve de changements de prix ou d’articles

PRIX BAS EN PERMANENCE

35996


PRODUCTION DE PORCELETS PRODUCTION ANIMALE

Un aliment par phase LES TRUIES D’ÉLEVAGE mettent toujours plus de porcelets au monde et les performances laitières s’accroissent également. L’affouragement par phase est un facteur de succès décisif pour maintenir les truies dans une bonne forme physique.

Si une truie perd plus de 15 % de son poids durant la lactation, son état de santé et les performances en pâtissent.

A UFA-Bühl, le domaine expérimental d’UFA SA, le nombre de porcelets nés vivants par portée a augmenté de 30 % depuis 1965 (tableau). Les truies adaptent leur production laitière à la taille des portées, à condition que la concentration de la ration soit adaptée, faute de quoi les pertes en porcelets augmentent.

Constitution de réserves Durant les deux premiers tiers de la gestation, la truie reconstitue ses réserves corporelles. C’est pourquoi, durant cette phase, elle a besoin d’un aliment spécifique riche en énergie tel que UFA 363 Extra (450-1 bio), à raison de 2.6 kg par jour ou selon l’état de condition corporelle. Cependant, une prise de poids trop importante peut réduire la taille de la portée et l’ingestion durant l’allaitement, tout en prolongeant le temps vide après le sevrage. Par ailleurs, l’aliment pour truies taries doit afficher une teneur élevée en cellulose brute afin d’assurer un bon sentiment de satiété chez la truie. C’est vers la fin de la gestation que les porcelets grandissent le plus dans le ventre de leur mère. C’est la raison pour laquelle on augmente la ration quotidienne de 0.4 kg à partir du 85e

jour de gestation, ce qui permet d’augmenter le poids à la naissance des porcelets tout comme leur taux de survie. Dès le transfert dans la maternité, on passe dès le 109e jour de gestation à un aliment d’allaitement comme UFA 361 Extra (450-2 bio). Son rapport lysine: EDP accru assure une bonne production laitière à la truie et, partant, des poids élevés au sevrage.

L-carnitine Parallèlement à des teneurs différentes en énergie et en protéine, les aliments spécifiques à chaque phase contiennent également divers additifs afin de couvrir les besoins des truies dans chaque situation. Ainsi, les aliments UFA-Extra contiennent de la Lcarnitine (50 mg/kg) qui contribue à augmenter la production laitière. En outre, la méthionine, la cystine, la biotine et des oligoéléments tels que zinc, cuivre et sélénium liés organiquement assurent une bonne santé des onglons.

Spécialités avant mise bas Une réduction échelonnée de la quantité d’aliment à 2 kg le jour de la mise bas ainsi que l’utilisation de spécialités telles que UFA top-pig durant les sept derniers jours de la gestation préviennent la constipation. Avec 0.5 kg d’UFA top-pig par truie et par jour, le déficit énergétique durant l’allaitement se trouve réduit, la digestion est stabilisée alors que les matières actives choisies améliorent la résistance au stress et la

Tableau: Performances passées et actuelles (UFA-Bühl) Porcelets nés vivants par portée Poids des porcelets (kg) Poids au sevrage à 4 semaines (kg) REVUE UFA · 12 2010

1965 9.3 1.3 6.9

2009 12.1 1.5 7.5

Valeur relative (%) 130 115 109

fertilité. Parallèlement, il convient d’assurer un approvisionnement suffisant en eau de qualité irréprochable.

Barbara Eichenberger

Augmenter lentement la quantité d’aliment Après la mise bas, on augmente l’aliment d’allaitement suivant l’évolution de l’ingestion d’environ 0.5 kg par jour. Si l’on prend en compte un allaitement de quatre semaines et 12 porcelets, les besoins énergétiques quotidiens de la truie avoisinent les 100 MJ EDP, ce qui correspond environ à 7 kg d’aliment (UFA 361 Extra). Par porcelet en plus ou en moins, il convient d’opérer une correction de 0.4 kg d’aliment par jour. En été, on recommande d’affourager trois fois par jour afin de favoriser l’ingestion de l’aliment par la truie. Contrairement à la période de gestation, les aliments favorisant la satiété ne sont pas appropriés en raison de leur faible concentration en nutriments.

Changement abrupt au sevrage Le fait de ne donner que de l’eau le jour du sevrage favorise le déclenchement des chaleurs. Sinon, les besoins énergétiques avant la saillie sont les mêmes que pour les truies en fin de gestation. Un approvisionnement en énergie légèrement supérieur aux besoins sur une courte période (flushing) a un effet positif sur l’indice de gestation.

Résumé Les besoins nutritifs de la truie diffèrent fortement entre les périodes de gestation et d’allaitement. Les aliments spécifiques à chaque phase, tels que ceux proposés par UFA, correspondent aux besoins propres à chaque situation. 䡵

Auteur Dr Barbara Eichenberger, cheffe du ressort Service technique, UFA SA, 3360 Herzogenbuchsee Si vous désirez des courbes d’alimentation détaillées pour l’alimentation des truies sur votre exploitation, veuillez vous adresser à votre spécialiste porcin UFA. www.ufa.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

71


Bourse aux bonnes affaires Brennholzfräse, mit angebautem Holzspalter, guter Zustand, aufgebauter Elektromotor, Keilriemenantrieb, Fr. 700  079 482 36 50

Suite de la page 44

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Tapis ÊlÊvateur Blaser, 8m; tapis ÊlÊvateur, 14 m et 6 m; tapis ÊlÊvateurs, div. dès 2 m  033 437 51 54 / 079 628 83 83 Verschiedene Breifutterautomaten, geeignet fßr Ferkel und Mastschweine, Fr. 80 - 150 pro Stßck  079 483 60 90 Umschlaggerät, fßr Beton oder anderes, Fr. 900; Silohäcksler Botsch IBR, 25 PS Motor, Fr. 1500  079 723 61 25

FOURRAGE recherche Weizenstroh, schĂśne Grossballen, 250 kg, ab Platz Fr. 20  079 514 69 87 Maissiloballen, rund, ca. 80 Stk., mit Mantelfolie, 8-lagig gewickelt, ca. 900 kg schwer, guter trockener Mais, Fr. 105 / Balle  079 293 97 35

Produits fourragers Vaste assortiment dans votre LANDI. www.fourrages.ch

Traktor Hßrlimann D60, Jg. 1956, schÜner Zustand, Fr. 4500  079 723 61 25 Kt. BE Fßtterungscomputer, fßr Schweine, vollautomatisch, inkl. Silo, Fr. 5000  079 723 61 25 Selbstfuhrladewagen Schilter Nenki LT8, guter Zustand  079 286 64 00 2-Schar-Pflug OTT NS 2000, guter Zustand, Fr. 1450  032 462 23 13 FÜrderband, mit Knick unten, Länge 4 m; Heuverteiler Aebi TL20, neuwertig, demontiert; Heugebläse Taurus; Tränkebecken Laval, alt, blau  076 325 21 77 2-Schar-Pflug Ott, neue Teile, hydraulisch  076 325 21 77 Erntewagen PÜttinger 2, Jg. 1977, top Zustand; Motormäher 606 + B.E.; Feldspritze Birchmeier, 12 m, neue Pumpe 2009  071 917 12 34 Pflug Ott Permanit 950, 3 Schar, Non Stop, Fr. 5000; SteilfÜrderer Blaser, 12.5 m, mit Zubringerband, Fr. 1500; Tauchsieder, gross, 400 V, Fr. 100  052 653 12 00

2 Brennholzfräsen; Jaucherohre; Leichter 2 Achsbrßckenwagen; Traktor Anhänger, fßr Motormäher Transport  062 963 24 19 Viehanhänger Barthau, ID 2001, Leergewicht 1200 kg, Gesamtgewicht 2000 kg, ab MFK, Länge 2.75 m, Breite 1.35 m, HÜhe 1.90 m, mit Plache, Seitenrampe rechts; Roller Honda SCF 100 Lead, ab MFK, Preis verhandelbar  079 708 29 40 Tandem Tieflader, 18 t, 2.55 m x 7.5 m, mit Luft und hydraulischer Bremse, ab MFK, 40 km/h, 80 cm BrßckenhÜhe; 2-Achs Anhänger Jumbo, blattgefedert, 7.5 x 2.5 m; Tandem Anhänger Jumbo, 7.5 x 2.55 m, luftgefedert, 18 t; Tridem Anhänger, 9.3 x 2.55 m, luftgefedert; Hafe-Pipe, voll Alu, neu, 5 m x 2.55 m x 1.5 m, www.sigg-sh.ch  079 404 87 06 3-Achs Krone Jumbo, 8.6 m x 2.55 m, luftgefedert, ab MFK, 40 km/h; 2 Hackengerät Aufbau Meiller und Marell; 2-Achs Jumbo, 2.55 x 6.4 m, luftgefedert, ab MFK, 40 km/h; 2-Achs Jumbo, luftgefedert, 7 x 2.5 m, ab MFK, 40 km/h; 3-Achs Dreiseitenkipper, 24 t, 8.2 m x 2.55 m x 1.8 m, Aluaufbau mit Rollplane, ab MFK, 40 km/h, www.sigg-sh.ch  079 404 87 06

Infoline gratuite

0800 808 850

8765483654821160/2.-6-48,

,'+8#&'+88#28)2#&42(&67648+*/+)(48+-816-'5&(+8'+8/)6%+(4 $8/#2-&"+-(836()+8232-(!/)6%+( $812#15#+-(8#+4816 (48'+816-4()51(&6$8/)+--+-(8+-812).+8#28'+02-'+8'+8/+)0&48'+816-4()5&)+8 $8'4&.-+-(8#+48/#2-48'(2&##4 +02-'+85-+ $836548465(&+--+-(88#+*15(&6#&4(+8'+8))+-1+4

74&(+8/248'+8-654816-(21(+) 5+)8+(2##2585-'8(2##+&-)&1(5-.+-888  8 5((&46#8 8+#8  8888 8&-60+(2##25!5+)1

425.5(1 72

Tandem Kipper, 18 t, 40 m3, fßr Hackschnitzeltransporte, ab MFK, 40 km/h; 3-Achs Jumbo, 2.5 x 8 m, blattgefedert, ab MFK, 40 km/h, 2-Achs Kßhlauflieger KÜgel, mit Hebebßhne; 1-Achs-Auflieger, fßr Tiertransporte; Tandem Anhänger Jumbo, 6.2 x 2.5 m, blattgefedert, mit Luft und hydraulischer Bremse, ab MFK, 40 km/h, www.sigg-sh.ch  079 404 87 06 Tridem Tieflader, mit Rampen, Hiab Kran mit Holzgreifer, hydr. Pumpe und Tank; Tridemanhänger Jumbo, 2.5 x 9.2 m, ab MFK, 40 km/h, 27 t; Tandem Kipper, 18 t, fßr Bautransporte, ab MFK, 40 km/h; Rßben-Transportanhänger, 24 t, www.sigg-sh.ch  079 404 87 06 Tandem Kipper, 20 t, ab MFK, 40 km/h; Tandem Jumbo Wechselbrßcken Chassis, 18 t; 2-Achs Jumbo Wechselbrßcken Anhänger, mit Breitreifen; Diverse Achsen, 15, 17.5 und 22.5 Zoll bereift; Diverse Wechselbrßcken, www.sigg-sh.ch  079 404 87 06 Dezimalwaage Rßsch, 250 kg; Mähmesserschleifmaschine; StrassenhobelSchneepflug, 2 m breit  071 733 14 21 Viehwagen Masson BS 55, 5.5 m x 2.3 m innen, Bereifung 12.5/ 80-15.3, starke ADR Achse, hydr. Bremsen, Seitengatter 3 m, Innenabtrennung, Laderampe klappbar, Seitentßre, 9-jährig, guter Zustand, Fr. 6900  079 420 82 74 oder 044 941 23 02 Kßhlraumzelle, elementbauweise, ca. 40 m2, 2.4 m hoch, mit Tßre  052 657 19 01 Pneu, 14 ply, neuwertig, 400/60-15.5, passend zu Kipper, Gßllenwagen, Mistzetter usw.  052 657 19 01

Profitez de l’aubaine de vous adresser à tous les paysans suisses

Stahlträger, H-Profil, 14 cm breit, 210 cm lang  052 657 19 01 Messerschleifapparat, fßr Mähermesser, Fr. 250; Elektroseilzug Demag, 1.6 t, 18 m Seil, 380 V, mit Fahrwerk, Fr. 500; 2 Break’s  062 893 34 87 Kulturegge Becker, mit Doppelkrßmler 3 m; Sternhackgerät Haruwy, fßr Kart.  052 745 24 32 oder 079 684 47 58 Ladewagen Claas 300 T, mit 12 Messern, guter Zustand  041 493 01 62

NEU NOUVEAU avec nouvelles rubriques Futtermischwagen Mutti, guter Zustand, neue Messer, gßnstig; Frontmähwerk Knßsel, zu Rasant, 1.90 m; Druckfass MFH, 3000 l, top Zustand; Hamsterladewagen +17; Schweissanlage; Kreiselschwader Fella, fßr Export  079 673 24 71 Räder 505 / 50 x 17; Räder 15.0 / 70 x 18, 12 Ply; Räder, neu, 14.5 / 8 x 18 12 Ply; Räder 11.5 / 80 x 15.3, Vredestein AW, Kreiselegge Falc Fox; Turbozyklon Huber; Dieselpumpe zum Tanken  079 243 75 25 Getreidemischer Unibet Schaad; Getreidesilos Neuero, 18 t Inhalt; Huckepack zu Kreiselegge Falc Fox; Kranbahn fßr Silofräse  079 243 75 25

Selbstfahrhäcksler New Holland 1900; Wurfgebläse Taurus; Rapsschere Zßrn, mechanisch; Rohre, div., von Silofräse Stocker oder Gisi  079 243 75 25 Gewindeschneidesatz M6 - M24, metrisches und Feingewinde  079 622 45 82 Kantholz, ab Fr. 300/m3  079 324 52 25 Elektro-Kettenkran Gis  079 243 75 25 Mähwerk BCS Rotex FC, 2.1 m, mit Aufbereiter, neuwertig, 1 Saison gebraucht  041 493 01 62 Heckstapler, 3-teilig, mit Seitenhub und Silozange, hydr. Oberlenker, einwandfreier Zustand  026 496 12 64 oder 079 765 54 16 Drehmomentschlßssel Walter Scheidt, hydr. Oberlenker; Ersatzteile fßr Kwerneland  056 284 23 46 Heugebläse Rapid Vulkan, gross, neuer Elektromotor 25 PS  041 493 01 62 2 Heulßfter Stabag, 15 PS, LuftÜffnung 50/70 cm und LuftÜffnung 85/70 cm, Preis nach Absprache  041 493 01 62 Stahltank, 2000 l, mit Wanne fßr DieselÜl, Fr. 200  041 493 01 62 Melkmaschinenpumpe, Leistung fßr 3 Aggregate, 2 Eimermelkaggregate Miele / Westfalia, Preis nach Absprache  041 493 01 62 Teleskopverteiler Stabag, 15 m, ausziehbar, muss selber demontiert werden, Preis nach Absprache  041 493 01 62 Motor Perkins 3.152  079 245 11 39

Suite à la page 82 12 2010 ¡ REVUE UFA


PRODUCTION DE PORCELETS PRODUCTION ANIMALE

Quand vaut-il la peine d’utiliser des aliments aux teneurs élevées? ALIMENTATION DES PORCELETS L’aliment d’élevage idéal dépend de la pression des germes sur l’exploitation. En principe, un aliment aux teneurs élevées compense les coûts supplémentaires, comme le démontre un essai effectué à UFA-Bühl.

L’assortiment des fourrages pour porcelets est très vaste. Les aliments ne se différencient pas seulement quant à leur teneur en énergie et en acides aminés: il existe une grande diversité en matière d’additifs tels qu’acides, probiotiques, enzymes et extraits de plantes.

Acides, probiotiques et enzymes Les acides ont un effet bactéricide et/ou fongicide, ce qui peut se révéler favorable pour le tube digestif et la digestion des nutriments par les porcelets. Le terme de probiotique regroupe les micro-organismes qui augmentent la proportion de germes désirés dans la flore intestinale et qui favorisent une digestion stable. Les enzymes fourragers contribuent notamment à améliorer la digestibilité des minéraux et des hy-

drates de carbone. Ils permettent de diminuer les nutriments non digérés qui parviennent dans les dernières sections de l’intestin et de limiter le développement incontrôlé de germes indésirables (p. ex. Coli). Les additifs végétaux quant à eux stimulent l’appétit des animaux.

Renoncer à de tels additifs ne constitue pas forcément un inconvénient. En effet, la vitalité, la santé et les performances des porcelets ne dépendent pas uniquement de l’alimentation mais également d’autres facteurs de taille comme la détention et la gestion. Par ailleurs, plus un aliment contient d’additifs ou plus sa concentration en nutriments est importante, plus son prix augmente. D’un point de vue économique, dans des conditions normales, est-il intéressant d’utiliser un aliment pour porcelets contenant des additifs ciblés ainsi qu’une teneur plus élevée en énergie et en acides aminés? Conduite de l’essai Afin de répondre à cette question, un essai sur les porcelets a été mené à UFA-Bühl à Hendschiken (AG), le domaine expérimental d’UFA. Cet essai a porté sur 300 porcelets répartis en cinq séries durant quatre semaines chacune. Après le sevrage, les porcelets ont reçu de l’aliment starter UFA 304 du premier au cinquième jour de l’essai et par la suite, trois aliments porcelets différents et un aliment de pré-engraissement ont été comparés. L’accroissement augmente en fonction des teneurs Les résultats

L’aliment d’élevage doit être adapté à la flore en germes présente sur l’exploitation. REVUE UFA · 12 2010

montrent que les surcoûts relatifs à un aliment aux teneurs élevées étaient plus que compensés par un accroissement su-

périeur. Le gain moyen quotidien sur toute la durée de l’essai a été de 3 à 15% plus élevé alors que l’indice de consommation, par rapport à l’aliment de préengraissement, était de 5 à 12% meilleur (tableau). En comparaison avec l’aliment de pré-engraissement, la marge brute obtenue avec l’aliment pour porcelets a été d’environ 20% plus élevée.

Pius Affentranger

Adapter l’aliment à la flore intestinale Les aliments aux teneurs élevées ont eu un effet positif car la pression des maladies à UFA-Bühl est généralement faible. Mais chaque exploitation a une flore de germes qui lui est propre. Ce faisant, l’effet de l’aliment ou les mesures d’affouragement prises peuvent avoir des effets différents. Chez les animaux dont la flore intestinale est instable, une teneur trop élevée en lysine par exemple constitue un facteur de risque. Ainsi, un fourrage ne sera pas forcément approprié pour toutes les exploitations .

Résumé L’offre en aliments pour porcelets de différentes conceptions, telle que celle proposée par UFA, est judicieuse. Si possible, mieux vaudrait opter pour un aliment porcelets aux teneurs élevées. 䡵

Auteur Dr Pius Affentranger, Directeur Recherche UFA, 3360 Herzogenbuchsee Pour des informations sur l’alimentation des porcelets, adressez-vous à votre spécialiste porcin UFAou consultez le site www.ufa.ch.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

Tableau: Quel aliment porcelets utiliser? Aliment pré-engraissement Aliment porcelets Propriétés de l’aliment Energie (MJ EDP/kg) 13.6 14 14 13.6 Acides aminés (g lysine/kg) 11.3 12.7 13.1 13.9 Acides oui oui oui oui Probiotiques, enzymes, etc. non non oui oui Performances Gain moyen quotidien relatif 100 103 111 115 Ind. de consommation relatif 100 95 92 88 Source: UFA-Bühl 73


PRODUCTION DE PORCELETS PRODUCTION ANIMALE

Optimal pour la tabelle de paiement de Proviande L’UTILISATION DE VERRATS PREMO® permet d’atteindre une meilleure rentabilité et surtout une meilleure charnure des produits terminaux par rapport aux autres verrats. Il semble que cet avantage va encore s’accentuer à l’avenir.

Daniel Kaufmann

Suisag procède chaque année à une analyse complète de l’état des performances de production des verrats IA de lignée paternelle dans la production de porcelets. L’évolution des performances des différentes races de verrats utilisées dans l’élevage est particulièrement intéressante.

Méthode pour le relevé des données Pour la mise en valeur, on utilise

«Premo» est une lignée paternelle Grand porc blanc qui offre d’excellents résultats. Utilisée sur les truies «Primera», il en résulte des porcelets d’engraissement de haute qualité.

les valeurs d’élevage verrat issues de l’évaluation de la valeur d’élevage pour la production (modèle animal BLUP). En plus des données de toutes les épreuves en station et sur le terrain du herd-book, cette dernière tient également compte des données de l’épreuve par le produit terminal (EPT). Pour l’EPT, on saisit systématiquement les performances des descendants de verrats IA à l’échelon de la production à l’abattoir et à la station de testage. L’utilisation des valeurs d’élevage naturelles (moitié de la valeur d’élevage du verrat) permet une évaluation précise de l’influence génétique de la race de verrat sur la performance des animaux de boucherie. Il est ainsi possible de corriger les

autres influences qui peuvent fausser cette évaluation comme la détention, l’affouragement et la gestion. La mise en valeur incorpore les résultats de tous les verrats IA ayant passé l’EPT.

Croîts journaliers Le tableau présente l’influence génétique évaluée de la race de verrat (écart avec le niveau Premo) sur la performance des porcs à l’engrais descendants pour les verrats nés en 2007 et 2008. Les croîts journaliers d’abattage (CJA) des descendants Premo atteignent en moyenne 600 g sur les exploitations de production. Ceux

des descendants Duroc présentent certes des accroissements légèrement supérieurs mais ils sont moins bons en ce qui concerne la charnure par rapport aux animaux de boucherie des autres races de verrats.

Supplément PVM maximal La part de viande maigre (PVM) des animaux croisés Piétrain se situe à 1.2 % audessus de la valeur des descendants Premo qui est de 56.7 % PVM en moyenne. Malgré cela, ce sont les animaux de boucherie des verrats Premo qui obtiennent les suppléments PVM les

Tableau: Influence de la race de verrat sur les performances des descendants (estimations) Année de naissance des verrats 2007 – 2008 Caractéristiques GMQ IC PMN GIM pH1 H30 pH30 DL CJA PVM RePVM Premo® 904 2.44 58.00 1.86 6.25 33.79 5.45 4.17 600 56.70 2.85 Duroc + 14 + 0.02 – 0.17 + 0.06 – 0.05 – 1.43 + 0.01 + 0.05 + 11 – 0.42 – 0.40 Piétrain – 24 – 0.02 + 1.73 – 0.23 – 0.06 – 0.43 – 0.01 + 0.71 – 11 + 1.19 – 0.36 Gain moyen quotidien (GMQ), indice de consommation (IC), part de morceaux nobles (PMN), graisse intramusculaire (GIM), pertes par exsudation (DL), croît journalier d’abattage (CJA), part de viande maigre (PVM), revenu PVM (RePVM). 74

12 2010 · REVUE UFA


PRODUCTION DE PORCELETS PRODUCTION ANIMALE

Un avantage économique Lorsque l’on met en valeur et que l’on additionne les différences de production génétiques dans les critères gain moyen quotidien, indice de consommation et tarifs MFA avec le poids économique y relatif, un porc de boucherie issu d’un verrat Premo atteint un prix de vente supérieur de 0.4 Fr. par rapport à un descendant de verrat Duroc. Ce supplément de prix atteint même 0.75 Fr. face

Les excellents résultats d’abattage confirment que le régime alimentaire proposé par le spécialiste UFA Beat Stucki est adéquat. Jusqu’à un poids de 45kg les porcelets reçoivent de l’aliment de pré-engraissement UFA 321-4 en plus du petit lait. L’approvisionnement en minéraux et substances actives est assuré par UFA 395. Durant la phase d’engraissement, les Wenger utilisent de l’UFA 331-4. Pour satisfaire aux exigences spécifiques des mâles et des femelles, Markus Wenger sépare les porcelets en fonction de leur sexe à leur arrivée et les affourage selon leurs besoins. M. Wenger pèse ses animaux une fois par semaine et adapte si nécessaire son affouragement aux conseils de Beat Stucki et aux résultats d’engraissement envoyé par Anicom. La pesée permet de décider du moment de vente idéal. Pour éviter des problèmes sanitaires et des déductions, les porcs sont vermifugés sur 5 jours au cours de la troisième semaine d’engraissement. Matthias Roggli, Revue UFA

à un descendant de verrat Piétrain et si l’on prend encore en considération les pertes par exsudation, la différence atteint carrément Fr. 3.60.

Pondération du CJA L’influence de la race de verrat sur les croîts des descendants affiche une tendance légèrement positive pour Premo (graphique 2). Avec l’augmentation échelonnée de la pondération du caractère CJA dans le but d’élevage, des progrès encore plus importants devrait être atteints à l’avenir.

La PVM augmente La PVM chez les verrats Premo augmente également à partir de l’année de naissance 2005. Cette tendance va se renforcer car depuis début 2007, la charnure est à nouveau plus fortement pondérée dans le but d’élevage pour Premo. Cette pondération supérieure ne déploiera pleinement ses effets qu’à partir de la prochaine mise en valeur car les produits terminaux des verrats à partir de l’année de naissance 2008 ne sont que partiellement pris en compte dans l’analyse actuelle. Le supplément PVM moyen par animal de boucherie de verrat Premo a augmenté de 32 ct. depuis 2005. Résumé Les verrats produits terminaux Premo permettent de produire des animaux de boucherie qui atteignent REVUE UFA · 12 2010

Markus et Daniela Wenger avec leurs enfants Lars et Nathalie, qui semblent beaucoup apprécier les porcelets.

Graphique 1: Influence du verrat sur la PVM 50

Premo® Duroc Piétrain

%

40 30 20 10 0

< 53.5

53.5 – 55.9 56.8 – 58.4* 58.5 – 60.9 Part de viande maigre, %

> 61.0 *supplément max

Graphique 2: Influence de Premo sur le GMQ Gain moyen quotidien (GMQ) 915 % Croît journalier d’abattage 910 (CJA) 905 900 895 890 885 880 875 870 2004 2005 2006 2007 Année de naissance du verrat

des croîts journaliers élevés et qui présentent une charnure optimale. Par ailleurs, les produits terminaux Premo affichent une bonne qualité de viande et de graisse avec de faibles pertes par exsudation. L’analyse de l’évolution chez les produits terminaux croisés et dans l’élevage herd-book laissent entrevoir d’autres améliorations des performances. 䡵

2008

616 612 608 604 600 596 592 588 584 580

CJA, g

de la viande et de la graisse, les produits terminaux Premo et Duroc affiche des résultats tendanciellement meilleurs. Les pertes par exsudation de ces races en particulier sont faibles et nettement plus élevées chez le Piétrain. La teneur en graisse intramusculaire chez les descendants Piétrain est de 0.2 % plus faible que chez les porcs de boucherie des autres races de verrats produits terminaux.

En 2009, la famille Wenger de Süderen (BE) a commencé à exploiter sa nouvelle porcherie labellisée pour 450 porcs d’engraissement. Même si les prix des porcs sont plutôt bas cette année, Markus et Daniela Wenger ne regrettent pas d’avoir spécialisé leur exploitation sur la production porcine. Leur satisfaction s’explique par les bonnes expériences réalisées au niveau de la génétique, de l’affouragement et de la détention. En 2010, plus de 76% des animaux des Wenger ont bénéficié d’un supplément pour la part de viande maigre. Les poids d’abattage (plus de 95% dans la classe optimale) et les indices de graisse (pas de déductions) sont également excellents. Les porcelets d’engraissement sont fournis par Martin Herren d’Anicom, via un cercle RTPP. Il s’agit de croisements entre des verrats Premo et des jeunes truies Primera «dont la qualité répond totalement à nos attentes» comme l’explique le couple d’exploitants. Tous les porcelets proviennent d’un seul producteur, ce qui réduit la gamme d’agents pathogènes possibles et, partant, la pression des maladies.

Nombre d'animaux

Bonne qualité de viande et de graisse En ce qui concerne la qualité

Bonnes expériences avec les porcs d’engraissement Premo-Primera

GMQ, g

plus élevés, avec Fr. 2.85 par animal, selon la tabelle de paiement de Proviande. Comme le montre le graphique 1, ce sont les descendants Premo qui obtiennent la proportion la plus élevée dans la classe PVM au bénéfice des suppléments maximaux (56 à 58.4 % PVM). Ces derniers sont également nettement moins frappés par des déductions en raison de valeurs PVM trop élevées que les descendants de verrats Piétrain.

Auteur Daniel Kaufmann dirige les épreuves sur le terrain et différents projets au sein du secteur commercial élevage de Suisag à Sempach (LU). www.suisag.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

75


PRODUCTION DE PORCELETS PRODUCTION ANIMALE

Acheter ou élever la remonte? COCHETTES Face au faible niveau des prix, les producteurs de porcelets se doivent de devenir encore plus professionnels afin de continuer à abaisser leurs coûts de production. Dans ce contexte, quels avantages présentent l’achat systématique de cochettes ou l’élevage de sa propre remonte?

Plus de la moitié des producteurs suisses de porcelets renouvellent leurs troupeaux en achetant régulièrement des cochettes, alors que les autres les produisent et les élèvent eux-mêmes. Le tableau présente les principaux avantages et inconvénients de ces deux variantes.

Henning Luther

Se concentrer sur l’essentiel En achetant systématiquement des cochettes, on abandonne une «activité annexe» de la production de porcelets à des multiplicateurs situés en amont. Cela permet d’économiser du temps de travail, mais surtout de se concentrer encore mieux sur la gestion des saillies et des mises bas sur sa propre exploitation. Ces deux aspects sont assurément les deux arguments qui plaident le plus en faveur de l’achat de cochettes. Porcelets de lignée maternelle de qualité moyenne Sur une exploitation qui effectue sa propre remonte, entre 15 et 25 % des truies sont inséminées avec du sperme de lignée

Graphique: Evolution des porcelets sevrés porcelets sevrés/truie et année

25.0 % 24.5

Truies Primera en augmentation Sur les exploitations suisses pratiquant leur propre remonte, on utilise la plupart du temps des truies Grand porc blanc (GPB) car produire soi-même des truies issues de croisement serait encore plus compliqué. Les truies achetées en revanche sont souvent des cochettes F1 (p. ex. Primera®). Il est réjouissant de constater un net progrès zootechnique dans toutes les races, mais les truies Primera sont toujours nettement supérieures aux truies pures GPB. Sur une exploitation détenant 100 truies Primera, on sèvre actuellement 60 porcelets de plus qu’avec 100 truies pures GPB. En renonçant à l’élevage des cochettes, une exploitation pourrait détenir environ dix truies de plus sur la même surface fertilisable, ce qui correspondrait à plus de 240 porcelets sevrés annuellement.

le troupeau. Le verrat ne présente-t-il aucun risque? Il n’y a rien qui ne soit sans risque dans la vie, et l’achat d’animaux non plus. Mais on peut réduire les risques et les rendre calculables. Dans le cas de l’achat de cochettes, cela signifie s’approvisionner toujours dans la même exploitation AR et ne pas changer en permanence de fournisseur.

Incorporation dans une porcherie séparée Les cochettes achetées devraient êtres soumises à une phase d’adaptation d’au moins six semaines et séparées strictement du troupeau durant les 14 premiers jours. Pour ce faire, c’est une porcherie de quarantaine qui est la plus adéquate (p. ex. boxe en litière profonde dans un hangar à machines ou igloos extérieurs). Il faudrait

24.0

Qu’en est-il du risque? Le risque

23.5 23.0 22.5 22.0 21.5

76

Primera (GPB x LS) Grand porc blanc (GBP) Landrace suisse (LS)

maternelle. Les porcelets issus de ces portées sont moins appropriés pour l’engraissement que les descendants d’un verrat produit terminal (p. ex. Premo®). A l’étranger, de tels porcelets de pure race lignée maternelle ne sont généralement achetés qu’à un faible prix. Mais les engraisseurs suisses font également de plus en plus attention à la génétique de leurs porcelets d’engraissement.

2002

2003

2004 2005 2006 2007 année de naissance de la mère

2008

sanitaire lié aux achats d’animaux devrait être la raison principale empêchant les exploitations avec leur propre remonte d’acheter des cochettes. Cependant, ces exploitations achètent souvent régulièrement un verrat de monte et l’incorporent parfois directement dans 12 2010 · REVUE UFA


PRODUCTION DE PORCELETS PRODUCTION ANIMALE toujours soigner ces animaux après les autres travaux à la porcherie.

Actuellement

avantageuses

Acheter des cochettes coûte de l’argent. Toutefois, en raison des faibles prix des porcs à l’engrais, il est possible d’en obtenir actuellement à des conditions avantageuses. Elever soi-même ses cochettes de manière professionnelle occasionne pratiquement les mêmes coûts. Produire et élever soi-même des truies F1 coûterait même plus cher que d’acheter des cochettes de croisement. Par ailleurs, personne n’établit de facture pour sa propre remonte, si bien que les coûts de cette activité ont l’air inférieurs. Mais si la main d’œuvre disponible et la surface fertilisable sur l’exploitation sont un facteur limitant, il est économiquement très intéressant de déléguer cette activité accessoire car on gagne davantage d’argent en optimisant la production de porcelets d’engraissement qu’en élevant des cochettes.

Pas de remonte en période de crise? Comme au cours des mauvaises années précédentes, certaines exploitations renoncent actuellement à remonter leur troupeau. Il leur faut ensuite rattraper le retard en cochettes. Renoncer à remonter son troupeau durant une période de crise n’est donc recommandable que pour les exploitations qui désirent arrêter la production

Tableau: Aperçu des avantages et inconvénients Achat de cochettes + pas besoin de places d’élevage

Propre remonte + pas de risque sanitaire lié aux achats d’animaux + pas de porcherie d’intégration nécessaire

+ pas de plan d’accouplement nécessaire → toutes les truies sont inséminées avec du sperme produit terminal (p. ex. Premo®) + production exclusive de porcelets d’engrais → pas de sélection et d’élevage de porcelets femelles adéquats → meilleures performances chez les engraisseurs (moins de problèmes avec la PVM) + performances accrues → toujours la génétique la plus récente → achat de cochettes de croisement – charge en travail plus élevée pour la – risque sanitaire lié aux achats d’animaux planification de l’accouplement, l’élevage des truies et la sélection – des porcelets de pure race lignée – boxe de quarantaine nécessaire maternelle sont vendus aux engraisseurs (> 50 % de castrats) – en principe, pas de truies de croisement sur l’exploitation

au cours de deux années à venir. Ceux qui désirent (ou doivent) continuer à produire des porcelets ne devraient pas cesser de remonter leurs troupeaux afin de ne pas diminuer leurs performances. En outre, actuellement, les cochettes sont avantageuses.

Résumé Nous vivons à l’ère de la répartition du travail. De nos jours, les agriculteurs achètent eux aussi leur beurre au supermarché car c’est plus

simple et plus avantageux que d’en faire avec son propre lait. Il en va de même avec les cochettes. Pour pouvoir vivre de la vente de porcelets d’engraissement, une exploitation suisse doit aujourd’hui vendre davantage d’animaux qu’il y a dix ans, et il en faudra encore plus dans 10 ans. L’achat de cochettes Primera performantes, en plus de l’optimisation de la gestion des saillies et de la mise bas, est un élément de cette évolution. 䡵 Lorsque les prix sont mauvais, il vaut également la peine de remonter son troupeau de truies.

Auteur Dr Henning Luther est zootechnicien responsable et collaborateur scientifique chez Suisag. Contact: 寿 041 462 65 14, hlu@suisag.ch Une fiche technique est disponible à l’adresse www.suisag.ch. Elle en résume les principaux conseils pour la pratique.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

REVUE UFA · 12 2010

12 · 10

77


PRODUCTION DE PORCELETS PRODUCTION ANIMALE

Quelle voie pour la castration des porcelets? PRÈS D’UNE ANNÉE S’EST ÉCOULÉE depuis que la castration sans douleur des porcelets à l’aide d’une narcose totale à l’Isoflurane et d’analgésiques a été introduite. Mais le débat sur cette méthode et les alternatives n’est pas clos.

Environ 1.3 million de porcelets mâles sont castrés chaque année en Suisse. Depuis le 1er janvier 2010, cette intervention destinée à enlever l’odeur de verrat dans la viande se fait sous anesthésie et analgésiques. Peter Spring, de la Haute école suisse d’agronomie (HESA) à Zollikofen, connaît les points délicats de cette méthode et suit de près les nouvelles évolutions.

Une application positive UFA-Revue: Quelle est votre appréciation de la castration sans douleur des porcelets après une année d’application? Peter Spring: En considérant l’absence d’expériences à long terme avec les méthodes choisies, la mise en œuvre s’est déroulée de manière positive. Nous avons de bons échos de la pratique. Combien de producteurs de porcelets exécutent eux-mêmes la castration? Environ les deux tiers.

L’engraissement de verrats comme objectif Combien de temps s’en tiendra-t-on aux méthodes appliquées? Cela dépend si la castration sous anesthésie est opérée de manière pro-

Les cinq principales possibilités d’optimisation Selon Enzo Fuschini du Service sanitaire porcin (SSP), il faut particulièrement veiller aux points suivants lors de la castration sans douleur des porcelets: • prévenir les maux de tête en améliorant l’aération, voire dans certaines circonstances en installant une sortie pour la vapeur • nettoyage à fond de l’appareil à castration après chaque utilisation • utiliser sans exception les analgésiques • reporter toujours complètement les médicaments vétérinaires utilisés dans le journal des traitements • conserver l’Isoflurane en sécurité, c’est-à-dire sous clef. 78

fessionnelle sur les exploitations. Les développements à l’étranger ont également une influence car on y recherche ardemment des alternatives à la castration conventionnelle. Le but à long terme reste-t-il le renoncement à la castration? C’était un compromis dans le cadre du projet Pro-Schwein, qui rassemblait les producteurs, le commerce, les transformateurs, les grands distributeurs et la protection des animaux. Vu que le renoncement à la castration, en plus des aspects positifs du point de vue de la protection des animaux, permet également d’augmenter l’efficacité dans la production, je pense personnellement que ce dernier est le but final à atteindre. Nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers et il faut rester attentif à ce qui se passe à l’étranger et chez les consommateurs. Toutefois, il ne faut pas précipiter les choses. Quels sont les principaux problèmes? En priorité, la proportion de viande avec une odeur de verrat doit régresser. Pour l’instant, elle se situe entre 5 et 10 % et la production de verrats n’est pas économiquement applicable. Les espoirs se placent dans une réduction zootechnique de l’odeur de verrat. En outre, il faut qu’un triage automatique et objectif de la viande qui présente un mauvais goût soit possible à l’abattoir. La balle se trouve donc surtout dans le camp de Suisag et des abattoirs? En partie, oui. Vu les besoins élevés en recherche fondamentale, une implication des pouvoirs publics est également nécessaire. Car il n’y a pas de re-

cettes toutes faites à disposition de la branche.

L’UE continue à chercher L’évolution dans l’UE peut-elle opérer un jour une pression sur la Suisse? Dans l’UE, on continue de chercher la méthode adéquate. Aucun délai d’application n’a encore été fixé. Mais les choses sont ainsi. Si par exemple l’UE donne une force obligatoire à l’engraissement de verrats, cela pourrait contraindre la Suisse à réagir. En plus de la Suisse, y a-t-il encore d’autres pays où l’anesthésie est obligatoire? En Norvège, la castration est opérée par le vétérinaire sous anesthésie locale. Le délai pour l’interdiction de la castration avait été fixé en 2009, mais il a été repoussé pour une durée indéterminée. En Hollande, les producteurs castrent leurs porcelets sous narcose au CO2. En Allemagne et au Danemark, l’opération doit être effectuée après l’administration d’un analgésique. Où les Hollandais en sont-ils vraiment? Aux Pays-Bas, où les mêmes paramètres de qualité qu’en Suisse sont en vigueur, un projet analogue à celui de Pro-Schwein est actuellement en cours. Au départ, les Hollandais semblaient aller très vite de l’avant afin d’atteindre un meilleur indice de consommation et une meilleure part de viande maigre avec l’engraissement de verrats, dans le but de conquérir des parts de marché au niveau international. Mais ces derniers temps, plusieurs indices montrent que le risque d’échec sur le marché international est considéré comme très élevé. 12 2010 · REVUE UFA


PRODUCTION DE PORCELETS PRODUCTION ANIMALE Parallèlement à cela, les verrats IA sont incorporés dans deux groupes différents, l’un avec un risque élevé et l’autre un faible risque pour l’odeur de verrat. L’année prochaine, les descendants seront examinés dans des exploitations de la pratique. D’ici fin 2012, on devrait disposer des données permettant de décider de la faisabilité d’une sélection contre l’odeur de verrat au sein de la lignée paternelle et de déterminer un calendrier de mesures. Une dégustation de salami de verrat à l’aveugle effectuée par Kassensturz a révélé que la majorité des consommateurs préféraient la viande de porcs non castrés. Cela n’est pas surprenant car le salami contenait principalement de la viande et non pas de la graisse provenant de carcasses avec l’odeur de verrat. Il y aura toujours des animaux qui présenteront cette odeur dans l’engraissement de verrats et qui devront être transformés. Ainsi, la dégustation de Kassensturz est une pièce importante du puzzle en vue de la mise en œuvre de l’engraissement de verrats. Malgré tout, la proportion d’animaux avec l’odeur de verrat doit diminuer car la valeur ajoutée des morceaux chers mis en charcuterie est trop faible.

Peter Spring considère la narcose par inhalation avec utilisation d’analgésiques comme une bonne méthode transitoire.

Il est important d’y recourir avec professionnalisme et de répondre ainsi aux désirs de la collectivité publique envers une production respectueuse des animaux.

La vaccination reste au point mort Qu’en est-il de la vaccination contre l’odeur de verrat? Dans l’UE, la retenue est de mise. En Suisse, on peut compter les exploitations qui produisent des porcs Naturafarm avec cette méthode sur les doigts de la main. Ce prodécé, à ma connaissance, est plutôt bien accepté. Les déclarations positives de la protection des animaux à son sujet ont produit un brusque revirement des opinions. Aujourd’hui, les conditions d’achat pour les porcs Naturafarm sont malheureusement trop restrictives si bien qu’il n’est pas intéressant pour les nouveaux producteurs de se lancer dans cette production. La vaccination est une méthode élégante, mais elle nécessite une très grande précision dans son application.

Détection objective des odeurs Assiste-t-on à des progrès dans la détecREVUE UFA · 12 2010

tion de la viande avec une odeur de verrat dans les abattoirs? Différents projets sont en cours dans l’UE et l’on y investit beaucoup. Mais je n’ai pas connaissance de progrès concrets. Pourquoi est-ce si difficile? De nombreux facteurs contribuent à l’odeur de verrat. Par ailleurs, il n’y a aucune définition claire caractérisant avec précision cette odeur et à partir de quand elle n’est plus acceptable ou elle a des effets négatifs sur le marché.

En Angleterre, en Irlande, en Espagne ou au Portugal, on pratique l’engraissement de verrats – toutefois avec de faibles poids de carcasses. En Suisse, les exigences envers la qualité sont plus élevées que dans ces pays-là. Des carcasses plus légères ne constituent pas une solution car premièrement cela ne diminue pas notablement le risque d’odeur de verrat, deuxièmement cela augmente les coûts de production et troisièmement, des carcasses plus petites ne seraient pas conformes au marché en Suisse. Merci beaucoup pour cet interview!

Sélection au travers des lignées paternelles Où en est-on en ce qui concerne la sélection contre l’odeur de verrat? Suisag, l’université de Zurich et la HESA ont lancé un projet afin d’évaluer les possibilités zootechniques. Dans ce contexte, une épreuve par la performance est en train d’être développée.

Interview Matthias Roggli, Revue UFA, 3360 Herzogenbuchsee Vous trouverez des conseils utiles dans la pratique pour la castration sans douleur des porcelets à www.svsm.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

79


PRODUCTION DE PORCELETS PRODUCTION ANIMALE

Un modèle qui vacille LE DANEMARK a longtemps été considéré comme un modèle en matière de croissance dans le secteur porcin. En raison de l’offre mondiale en viande de porc qui ne cesse de s’accroître et d’une concurrence accrue, les exportations fléchissent. On peut cependant encore tirer quelques enseignements de l’exemple danois.

Dans les années 70 déjà, les coopératives danoises se sont fixé pour objectif de devenir le pays leader dans l’exportation de la viande de porc. Avec une part du marché mondial frisant les 20 %, la Hollande a été détrônée de sa première place en 1995.

Une orientation ciblée sur le marché

Taux d’endettement trop élevé Mais la croissance effrénée comporte aussi des risques. Suite à une augmentation des prix du terrain à partir de 2005 au Danemark en raison de la pénurie de matière première, ils se sont effondrés en 2008 à cause de la crise économique. De nombreux agriculteurs se sont endettés excessivement en mi-

sant sur l’augmentation constante des prix de la terre. En une année seulement, les effectifs de porcs ont chuté d’un million d’unités pour atteindre 12.7 mio, alors que le nombre d’exploitations a chuté à 6000 (1990: 30 000).

Des inconvénients de taille Par rapports à leurs concurrents directs en

Les «recettes» suivantes ont contribué au succès danois: • approvisionnement spécifique à la clientèle des différents pays importateurs avec des morceaux de bonne qualité • chaînes de production fermées, de l’élevage à la commercialisation, avec des relations sous contrat • limitation à trois races, objectifs qualité unitaires et, ce faisant, progrès zootechnique plus rapide. Des exploitations avec plus de 30 porcelets sevrés par truie et par année constituent la norme • Niveau d’hygiène élevé grâce à une gestion ciblée, classification des exploitations en fonction de niveaux sanitaires et situation géographique idéale (entourée par la mer, pratiquement sans sangliers).

Plus de 500 truies Pour pouvoir s’affirmer sur le marché mondial, les prix doivent se situer à un faible niveau, ce qui passe par une évolution marquée des structures. Actuellement, plus de 80 % de tous les abattages sont effectués par la coopérative Danish Crown. Dans le plus grand de ses abattoirs, 1200 porcs sont abattus par heure alors que 60 % des truies sont détenues dans des exploitations de plus de 500 unités. 80

Les USA, le Canada et récemment l’Allemagne également ont pris de l’importance sur le marché d’exportation.

12 2010 · REVUE UFA


PRODUCTION DE PORCELETS PRODUCTION ANIMALE Allemagne, les producteurs de porcs danois souffrent de certains désavantages: • coûts d’abattage supérieurs, surtout en raison d’une différence de niveau des salaires • impôts de succession élevés engendrant des prix de reprise élevés pour les exploitations agricoles • manque d’aide à l’investissement • la croissance dans le secteur porcin,

appréciée de manière critique par la population, a débouché sur des procédures d’octroi de permis de construire truffées d’embûches et des normes plus sévères pour la protection des animaux.

Les Etats-Unis et le Brésil en progression L’augmentation des besoins en viande de porc en Chine, en Russie et dans d’autres pays émergents devraient à l’avenir être principalement

couverts par les USA et le Brésil, selon les pronostics de différentes études. En raison des faibles prix pour les porcs de boucherie (env. Fr. 1.80/kg), les éleveurs danois sont de plus en plus nombreux à livrer leurs porcelets aux exploitations d’engraissement allemandes. Cette évolution complique la tâche aux exploitations d’abattage et de transformation au Danemark en vue de mieux utiliser leurs structures et d’abaisser les coûts.

Solutions possibles Les Danois disposent d’un avantage concurrentiel pour l’exportation des porcelets car ils ont déjà opté majoritairement pour la détention des truies en groupes. Cette détention des truies gestantes en groupe est prescrite dans l’UE à partir de 2013, même si certains espèrent une prolongation des délais transitoires. Suite à ces nouvelles exigences, les observateurs du marché s’attendent à ce que de nombreux producteurs de porcelets se reconvertissent dans l’engraissement, notamment dans le Sud de l’Allemagne. La loi sur l’agriculture danoise offre de nouvelles possibilités. Si le lisier peut être mis en valeur sous forme de biogaz ou de combustible, les limites en matière d’effectifs d’animaux maximaux et les restrictions à la surface ne jouent plus aucun rôle. Résumé L’exemple danois montre quels peuvent être les effets d’une stratégie de croissance conséquente. Mais on ne peut qu’admirer la façon dont la filière porcine, et surtout les producteurs, s’orientent et mettent l’accent sur les besoins du marché. Les résultats zootechniques sont également impressionnants. Cependant, dépendre dans une telle mesure des exportations pour un produit «substituable» comme la viande de porc comporte un grand risque. A l’inverse, une stratégie de production animale diversifiée, cherchant prioritairement à satisfaire la demande à l’intérieur du pays, est certes mieux accueillie par la population, mais au niveau des structures, elle ne pourra jamais être aussi efficace. 䡵 REVUE UFA · 12 2010

Auteur Matthias Roggli, Revue UFA, 3360 Herzogenbuchsee Cet article a été élaboré sur la base d’une étude de l’université Vechta sur la production porcine danoise ainsi que des exposés de la station pour l’élevage porcin de Boxberg (les deux en Allemagne).

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

81


Secteurs MACHINES

Utilisez les adresses du nouvel index des branches créé par la Revue UFA.

ALIMENTS

VEGETAUX

GVS AGRAR AG 8207 Schaffhausen  052 631 19 00 www.gvs-agrar.ch

Stähler Suisse SA 4800 Zofingen  062 746 80 00

Fourrages de la LANDI

Landtechnik Zollikofen 3052 Zollikofen  058 434 07 70

www.landtechnikzollikofen.ch

infoline 0800 808 850 www.fourrages.ch

Utilisez la bourse aux annonces de la Revue UFA. Comnuniqueznous votre annonce par téléphone (058 433 65 20), par fax (058 433 65 35) ou par mail: info@ufarevue.ch!

TRAITE  058 434 04 10  058 434 04 20  026 675 21 41  026 663 93 70  062 956 62 25  032 312 03 70  026 413 17 44

2942 Alle 2800 Delémont 1564 Domdidier 1470 Estavayer-le-Lac 3360 Herzogenbuchsee 3232 Ins 1733 Treyvaux

tés? Alors consultez les Agro-News à l'adresse: www.ufarevue.ch Vendez vos occasions sous www.machinesagricoles.ch

www.staehler.ch

fenaco GOF

Céréales, oléagineux et matières premières www.fenaco-gof.ch

CONSTRUCTION

www.umatec.ch

INSTALLATIONS D’ÉTABLES

Gesunde Kühe – bessere Milch Kriechströme und Wasseradern verursachen Probleme im Stall und Melkstand. Lassen Sie Ihren Stall auf Störstrahlen messen! www.stallmessen.ch  041 781 26 60 BRICONA , 6330 Cham Vendez vos occasions sous www.machinesagricoles.ch

Entmistungsanlagen

Vous voulez tout savoir des dernières actualités? Alors consultez les Agro-News à l'adresse: www.ufarevue.ch

ANIMAUX

BURGMER Geflügelzucht AG 8570 Weinfelden  071 622 15 22, www.burgmer-ag.ch

Suite de la page 72

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Kunststofftank, mit Wanne, 2000 l; Kleinviehwaage, fahrbar, beides sehr guter Zustand  079 857 80 09 Mähdrescher DeutzFahr Topliner 4065 HTS, Balken und Siebausgleich, Reversierung, betriebsbereit  041 930 10 79 82

Vous voulez tout savoir des dernières actualités? Alors consultez les Agro-News à l'adresse: www.ufarevue.ch

2-Schar-Pflug Kverneland F8, Occasion, non stop, sehr guter Zustand, Fr. 3600  079 633 94 30

Tandemanhänger, 1.7 m breit, 3.2 m lang, Aluwände, frisch vorgeführt, unter Dach  079 794 58 46

Spritzbalken, 15 m, Handklappung, hydr. Höhen- und Neigungsverstellung, Fr. 1100; Pflanzenschutzspritze Fischer, 600 l, ohne Balken, Fr. 400 oder beides zusammen Fr. 1300  052 319 43 70

Traktor Meili TM 25, Jg. 1962, 30 PS, Fr. 4500, ab MFK; Traktor Ford 2000, Jg. 1966, Fr. 9500, ab MFK; Kreiselheuer Fahr, zu Rapid spez., Fr. 400; Baufräse, Fr. 300  062 756 24 69

Kompletträder, zu New Holland 75D, 420/70 R30 hinten, 360/70 R20 vorne, Pneu ca. 80 %, Verstellfelgen, Fr. 1500  052 319 43 70

Tiefgangladewagen Aladin, bereits neues Pickup; Trioliet Weidemucher, 2.60 m  052 318 12 74

Bourse aux annonces de la Revue UFA. Comnuniquez-nous votre annonce par tél. au (058 433 65 20), fax (058 433 65 35) ou info@ufarevue.ch

• Construction de halle • Halle à construire soi même  079 282 71 87

Vous voulez tout savoir des dernières actuali-

Kraftfuttersilo, aus Metall, ca. 2-2.5 t, 11 m; Schweinestallseitengitter, 7.9 m Frontgitter, alles muss abmontiert werden, Preis nach Absprache  062 927 13 31 4 Winterräder, neu, zu Nissan Terano, Grösse: 235-70-16, günstig  079 835 68 32 Hackstriegel Rabewerk, klappbar, 5 m; Feldspritze Birchmeier, gezogen, 800 l, 12 m; Hochdruck + Haspel, Test; Feldspritze Fischer, 600 l, 15 m, manuell  078 647 57 76

Kreiselheuer Kuhn, aufklappbar, Fr. 3200; Traktorenmixer, Fr. 1500; Jauche Haspel, 3 Put., 200 m Schlauch, Fr. 300; Fanggitter, 14K. 7G., Trennbügel, Abschrankungen, Fr. 2500; 2 Tränkebecken, frostsicher, Fr. 1000  041 460 12 40 Tiefgangladewagen Agrar, Fr. 1100; Häckselwagen Agrar, Fr. 600; Tankseule Cilbarco, antik, Fr. 250; Tiefgangwagen Tandem, für Traktor 1.5 t NL, Fr. 1100; Schnätzler, Fr. 220  052 745 12 08

Kartoffelvorkeimkisten, aus Holz, 40 x 60 cm, 380 Stück; Treibbeetfenster Gysi, versinkt, 17 Stück 90 x 150 cm, 24 Stück 100 x 150 cm, günstig  052 625 21 68 2 Räder, an Traktor JHC 423, 9.5x36, Spur verstellbar, auch als Doppelr. verwendbar; Distanzringe + Spannvorrichtung, passend zu 12.4x32, Fr. 600  052 685 25 79 Suite à la page 92 12 2010 · REVUE UFA


BRÈVES VIE QUOTIDIENNE

Un fabuleux chœur de paysannes La presque totalité des unions cantonales des paysannes et des femmes rurales a maintenant édité son livre de cuisine. Depuis la collecte des recettes par les paysannes jusqu’à l’impression de l’ouvrage, il a souvent fallu deux ans de travail acharné. Toutes les recettes ont été remises au goût du jour et leur rédaction standardisée. La sortie officielle de chaque ouvrage a été saluée lors d’un vernissage. Les paysannes schaffhousoises sont les dernières à s’être livrées à l’exercice, à l’occasion de la sortie de «Schaffhauser Landfrauen kochen». Une manifestation très spéciale puisque 35 paysannes s’étaient réunies pour former un chœur, sous la direction de Vreni Winzeler, qui avait écrit, composé ou arrangé les chansons du programme. Après quelques

semaines de répétitions seulement, ce chœur a enchanté le public avec des compositions aux sujets aussi culinaires qu’humoristiques, dont une mémorable ode à l’oignon. Nous avons traduit pour vous un extrait d’une chanson d’amour pour un oignon au titre évocateur de

Surpoids

Femmes et hommes

Les paysans présentent proportionnellement plus de surcharge pondérale que le reste de la population. Les hommes sont généralement plus gros que les femmes. Les paysannes boivent moins d’alcool et fument moins que les femmes des autres catégories de la population. Aujourd’hui, les paysans consultent plus souvent un médecin et consomment davantage de médicaments qu’autrefois. Rapport agricole 2010.

Les femmes sont de meilleures connaisseuses des plantes potagères, alors que les hommes en savent davantage sur les plantes fourragères et les arbres. La dernière lettre d’information du Jardin botanique de l’Université de Zurich est consacrée à la perception des plantes par les femmes et les hommes. 60 habitants de la région du Napf ont été interrogés pour cette étude. Les femmes sont parvenues à déterminer en moyenne deux fois plus de plantes potagères que les hommes.

Les fleurs et les chevaux aident les hommes Green Care – c’est le nom de la nouvelle tendance qui prône un renforcement du lien avec l’environnement naturel. Le nouveau site Internet www.greencare.ch informe des différentes offres et présente la position de la recherche.

REVUE UFA · 12 2010

Le monde de Noël de Lovely La Fédération des producteurs suisses de lait (PSL) organise sur son site Internet un concours présenté par Lovely, la vache emblématique bien connue. Du 1er au 24 décembre 2010, 24 paquets-surprises sont à gagner tous les jours. De plus, 3 notebooks au design laitier seront tirés au sort parmi les participants. Des prix d’une valeur totale de Fr. 30 000.– vous attendent. Pour participer,

«Träne i de Auge», les larmes aux yeux. «Ni George Clooney, ni Robert Redford, ni Philipp Maloney, pas même Johnny Depp ne me fait pleurer comme toi! Toi, mon amour, mon coeur, mon âme et mon bonheur!... toi mon oignon, tu m’appartiens».

c’est simple. Répondez à la question, complétez le formulaire, acceptez les conditions et envoyez. http://games.swisswmilk.ch/ weihnachtsland/fr www.swissmilk.ch

Fromages suisses Le magnifique ouvrage intitulé tout simplement «Fromages suisses» est composé de textes de Dominik Flammer et de photos de Fabian Scheffold. Il a obtenu la plus haute distinction décernée par l’académie gastronomique allemande lors de la Foire du livre de Francfort. Ecrit par un fin connaisseur, ce livre est une véritable fête pour les sens. Ces dernières années, beaucoup de variétés de fromage anciennes ont été redécouvertes et d’innombrables créations hors pair sont apparues. Retrouvez au fil des 344 pages de ce livre les meilleurs fromagers de Suisse et plus de 400 de leurs produits exceptionnels illustrés par de superbes photographies. Trois ans de travail ont été nécessaires pour rédiger cette bible du fromage qui paraît pour la première fois en français. Disponible en librairie. Editions Glénat. 98 francs.

A gagner DVD Dîner à la ferme

La Revue UFA tire au sort 10 DVD «Dîner à la ferme», Saison 2, avec les recettes de l’émission, d’une valeur de 35 Fr. Agriculteur, pêcheur ou berger, ils sont sept candidats issus de tous les cantons romands et ne se connaissent pas. Ils vont tour à tour s’inviter et rivaliser d’imagination pour concocter un repas inoubliable aux goûts du terroir. Une balade épicurienne dans le monde varié de la paysannerie romande à l'issue de laquelle sera couronné le meilleur cordon bleu du groupe. Envoyez un SMS avec le texte KFL ferme Nom Adresse au 9292 (90 ct). Délai d’envoi: 16 décembre 2010.

Gagnants du tirage au sort de la Revue UFA 11/2010 Rose Marie Felder de Chénens, Michel Humbert de Marchissy et Véronique Delessert de Poliez-Pittet ont gagné un exemplaires du magnifique ouvrage «Fromages Suisses», paru aux Editions Glénat.

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 83


VIE QUOTIDIENNE

Des pères modernes LA SOCIÉTÉ EST SOUMISE à des mutations profondes qui n’épargnent pas les agriculteurs. Ces derniers doivent en effet souvent revoir leur rôle de père ou de conjoint. Dans ce contexte, une bonne relation de couple est le meilleur garant d’une relation père-enfant harmonieuse.

Hans Goldbrunner

Il est indéniable qu’aujourd’hui les idéaux de virilité traditionnels ne suffisent plus à l’homme pour remplir son rôle dans la famille et la société. Cela s’explique par de multiples raisons. Outre l’émancipation des femmes qui exigent aujourd’hui plus de droits que par le passé et qui fixent ainsi parfois des exigences difficiles à leurs partenaires, ce sont surtout les bouleversements économiques qui empêchent le maintien des anciens modèles comportementaux. S’ils veulent pouvoir maîtriser avec succès et durablement les crises que peut entraîner cette évolution, les hommes doivent être prêts à procéder à des changements très importants. Cela vaut tout spécialement pour les hommes qui exercent une activité agricole, cette profession étant soumise à un fort processus de modernisation.

Nombreuses exigences Cette modernisation se traduit par des progrès techniques, des changements d’objectifs, des crises agricoles ainsi que des baisses de revenu d’une part et par une modification de l’idée que l’on se fait du rôle de l’homme au sein de la famille d’autre part. Ce changement du statut de l’homme s’explique par l’évolution de l’opinion publique. Les proches et plus particulièrement les partenaires et les enfants relèvent immédiatement les changements qui interviennent au niveau du nouveau rôle du conjoint. On attend des hommes qu’ils soient très flexibles et qu’ils s’adaptent facilement, ce qu’ils essaient bien sûr de faire même s’ils ont souvent le sentiment d’être dépassés. Le sentiment de désorientation et d’usure, la résignation ainsi que les problèmes d’alcool, de divorces et de suicide dont 84

sont victimes les hommes indiquent que l’effort à consentir pour s’adapter au rôle que l’on attend d’eux dépasse bien souvent leurs capacités. Pour couronner le tout, ces problèmes ne sont bien souvent pas évoqués en dehors de la sphère familiale, ce qui isole encore un peu plus les familles concernées et les empêche de bénéficier de l’aide nécessaire.

Le rôle du père est actuellement abondamment discuté dans les médias. De ces «nouveaux» pères on attend qu’ils développent un lien étroit avec l’enfant dès le début de la grossesse et qu’ils partagent les responsabilités parentales avec la mère, dans un esprit partenarial. Dans le cadre de ce nouveau concept, on part automatiquement du principe que les pères d’autrefois se sont insuffisamment occupé de leurs enfants et qu’ils auraient toujours entrenu une relation distante avec eux, leur rôle de père se limitant à des ordres autoritaires et à des sanctions. Nombre de médias ou de personnes issues de la famille proche donnent des conseils sérieux ou ironiques sur ce que les pères ont à faire ou à ne pas faire. Il Relation père-enfant Les pères ont plus d’influence et donc de responsabilité envers leurs enfants qu’ils ne le croient ou que ne le laissent penser des clichés traditionnels ou modernes. Les effets en sont parfois visibles immédiatement, mais souvent ils se manifestent de manière subtile plus tard dans la vie de leurs rejetons. Cet impact se renforce s’il est véhiculé par une relation partenariale des parents au sein de laquelle les enfants sentent que leurs parents se soutiennent mutuellement et se complètent.

existe également un revers de la médaille à tout ce battage médiatique autour du nouveau rôle de l’homme: ce dernier est souvent insécurisé et ne laisse alors plus libre cours à ses pulsions naturelles de père quand ces dernières ne correspondent pas aux clichés développés par la société. Souvent, surtout avec le premier enfant, le père reprend ces clichés sans approche critique.

Une relation triangulaire instable Le partenariat intime à deux se mue en une relation triangulaire instable qui donne lieu à des frustrations inattendues. Lorsque l’enfant est encore un bébé, le père ne peut parfois que se consacrer de manière épisodique à sa progéniture, condamné qu’il est à jouer les seconds rôles. Cela ne signifie pas pour autant que le père soit superflu. Les pères doivent s’efforcer de supporter ce sentiment d’inutilité passagère et ne pas se réfugier dans d’autres activités ou relations. Accepter la distance momentanée évoquée précédemment leur permet de considérer la symbiose entre la mère et l’enfant sous un autre angle et d’épauler la mère et l’enfant lorsque la relation étroite qui s’est établie entre eux menace de conduire à une impasse. Un avis répandu voudrait que la plus grande distance qui s’installe avec l’enfant rende le père superflu, ce qui est une erreur. Il convient en effet de rappeler que la distance revêt aujourd’hui une fonction importante: elle permet d’inscrire la relation mère-enfant dans un cadre plus global et contribue ainsi fortement à ouvrir cette relation. Lorsqu’elle n’est pas compensée voire corrigée par le père en tant que troisième élément de la relation, la forte proximité qui s’ins12 2010 · REVUE UFA


VIE QUOTIDIENNE talle entre la mère et l’enfant peut entraîner un manque de distance et donner à la mère et à l’enfant l’impression d’être entièrement absorbé par l’autre.

Les familles d’agriculteurs modernes sont particulièrement perturbées par l’arrivée d’un enfant. La forte charge de travail qu’implique l’exploitation peut contribuer à ce que dans le cadre de son rôle d’agriculteur et de père, ce dernier s’investisse encore plus fortement dans son travail sur l’exploitation pour que sa partenaire dispose de plus de temps pour s’occuper de l’enfant. Si cette situation est normale lorsqu’elle revêt d’un arrangement momentané au sein du couple, elle devient toutefois problématique lorsqu’elle se mue en un état permanent. Les deux parties se sentent laissées pour compte, la mère regrettant que son conjoint ne soit pas un père engagé alors que le père sera bientôt déçu que sa partenaire ne puisse pas s’impliquer plus fortement dans l’exploitation. En règle générale, il s’agit toutefois d’une situation passagère. Pour autant que la répartition du travail entre l’exploitation et la famille ne soit pas trop rigide, le père se retrouve souvent dans des situations où il peut devenir le centre d’attention de l’enfant. La nouvelle définition du rôle du père a justement démontré que les pères peuvent très tôt faire preuve d’initiative lorsque les parents évitent de se bloquer sur une répar-

REVUE UFA · 122010

tition des rôles trop rigide et qu’ils se considèrent mutuellement comme des partenaires équivalents. L’heure du père «sonne» vraiment lorsque l’enfant commence à s’intéresser à son environnement et à se mouvoir. L’importance du père pour le développement des capacités intellectuelles et du langage chez l’enfant est de plus en plus reconnue. Nombre de besoins de l’enfant sont certes couverts par la mère mais la présence du père permet à l’enfant de considérer les réactions paternelles comme étant une alternative à celles de la mère. La relativisation des frontières individuelles qui s’ensuit permet d’enrichir la relation triangulaire qui s’installe au sein de la famille. La pression que beaucoup de jeunes parents ressentent dans leur volonté d’être une mère ou un père parfait deviendra également moins importante. Comme les imperfections de l’un des partenaires pourront être compensées par l’autre conjoint, le père et la mère n’auront plus qu’à être «suffisamment bons» et auront le droit à l’erreur.

Modèle pour la masculinité Le rôle de modèle de masculinité mérite l’attention et ce non seulement pour les garçons mais également pour les filles. En raison de l’intensité du lien enfantparents et de la forte dépendance de l’enfant, les parents ont un rôle important en tant que modèle de l’identité sexuelle. Leur influence ne devient toutefois perceptible qu’à un stade de développement ultérieur de l’enfant, lorsqu’intervient le choix de la profession ou du partenaire. Dans une société pluraliste et en mutation permanente, le rôle de modèles qu’ont les parents semble devenir moins important, les enfants étant confrontés à de très nombreux modèles extrafamiliaux et à de nombreuses options. Les parents sont toutefois les modèles qui sont les plus proches et les plus durables pour l’enfant, qui ne pourra jamais en faire totalement abstraction. 䡵

Auteur Hans Goldbrunner est professeur en psychologie, thérapeute familial et superviseur à Ratingen (D). Il est membre du comité de la Communauté de travail allemande pour le conseil aux familles agricoles et pour la ligne téléphonique pour les familles agricoles en situation de détresse.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

12 · 10

85


RECETTES DE PAYSANNES VIE QUOTIDIENNE

Pain d’épices pour petits et grands LA TABLE DES DESSERTS DE NOËL de Jolanda Roth sera garnie de pain d’épices, de parfait et d’un délicieux tiramisu. Comme tous ces desserts peuvent être préparés à l’avance, il n’y a pas de stress en dernière minute.

Pain d’épices 1.150 kg de farine 450 g de sucre 50 g d’épices pour pain d’épices 1.5 œuf 2.5 dl de crème 350 g de mélasse ou de miel liquide 30 g de bicarbonate 2.5 dl de lait tiède Bien mélanger les ingrédients secs. Ajouter les œufs, la crème, le miel liquide ou la mélasse et la Jolanda Roth découpe une étoile de Noël sur un papier qu’elle utilise comme chablon pour la décoration des pains d’épice.

Cuire le pain est sa passion Jolanda Roth (31) vit à Ried près de Chiètres (FR) avec son mari Dieter et leurs trois enfants (Ilena 7, Levin 5, Alessia 10 mois). Elle a commencé par faire un apprentissage de cuisinière en diététique. En 2008 elle a obtenu son diplôme de paysanne. Pendant la semaine, la table est toujours pleine. Jolanda Roth cuisine pour son mari, ses enfants, ses parents et les enfants de jour. On mange ce qui est servi: des aliments frais, de saison, faits maison, rustiques, comme le faisait déjà sa grand-mère. Le dimanche, quand la famille se retrouve seule, il se peut que les menus soient un peu plus exotiques. Cuire le pain est la passion et le hobby de Jolanda Roth. Au milieu du village il y a un four à pain où les paysannes et tous les autres habitants de Ried dispose d’un droit de cuisson. Tous les deux mois Jolanda cuit 30 kg de pain avec une amie. Cela demande beaucoup de temps. Le premier acte commence bien avant la cuisson. En hiver on prépare des fagots que l’on stocke pendant deux ans. Le jour J, tôt le matin, on prépare la pâte. L’après-midi le four est chauffé pendant une heure à l’aide des fagots. Quand ceux-ci sont brûlés, on sort les braises et on commence par cuire des gâteaux, par exemple du gâteau au lard. Il est ainsi possible de tester si le four est assez chaud. Ensuite c’est au tour du pain. L’effort est largement récompensé, car un pain cuit au four a un goût incomparable et reste longtemps frais et croustillant.

86

moitié du lait. Pétrir brièvement. Mélanger le bicarbonate avec le reste du lait tiède. Ajouter à la pâte et pétrir. Laisser reposer la pâte au moins 2 à 3 jours (au maximum sept jours). La pâte peut être abaissée et pétrie deux à trois fois. Abaisser la pâte à une épaisseur de ½ cm. Découper des formes à l’emporte-pièce ou en carrés et les disposer sur une plaque à gâteau recouverte d’une feuille de protection. Badigeonner de lait cru et cuire pendant 6 à 8 minutes au milieu du four à 220°C. Badigeonner encore une fois de lait cru après la cuisson (ne pas trop mouiller).

Tiramisu de Noël 3 jaunes d’œufs 3 c.s. de sucre 1 paquet de sucre vanillé 500 g de mascarpone 3 blancs d’œufs 0.5 l de vin rouge 2 bâtons de cannelle 2 clous de girofle 300 g de pain d’épices chocolat en poudre pour saupoudrer Mélanger les jaunes d’œufs, le sucre, le sucre vanillé et le mascarpone jusqu’à obtention d’une crème onctueuse. Battre les blancs d’œufs en neige et ajouter délicatement à la masse. Porter à ébullition le vin rouge et les épices, réduire de moitié puis laisser refroidir. Couper le pain d’épices en tranches et le tremper dans le vin refroidi. Disposer le pain d’épices trempé et la crème dans un plat à gratin en alternant les couches. Finir avec une couche de crème. Laisser refroidir plusieurs heures au réfrigérateur. Saupoudrer de chocolat en poudre avant de servir.

Cake café glacé 4 dl de crème entière 2 c.s de Nescafé 2 œufs 200 g de sucre glace 4–6 meringues chocolat en poudre ou vermicelles de chocolat Dissoudre le Nescafé dans un peu d’eau chaude, laisser refroidir. Battre la crème et la mettre au frais. Séparer les jaunes d’œufs des blancs. Battre les blancs en neige et les ajouter à la crème fouettée. Battre en mousse les jaunes d’œufs. Ajouter lentement le sucre glace et mélanger au café froid. Mélanger délicatement la masse et la crème. Revêtir un moule à cake d’une feuille transparente. Ecraser la moitié des meringues à la main et les répartir sur le fond du moule, y verser la masse puis recouvrir avec le reste des meringues écrasées. Sortir du congélateur environ dix minutes avant de servir. Sortir le cake du moule et servir sur un plat. 䡵

Les enfants adorent toujours décorer les pains d’épice au sucre glace.

12 2010 · REVUE UFA


"  " "! )

MOD. 375 Salon moderne et ĂŠlĂŠgant avec ferrure coulissante dans le dos et accoudoirs rĂŠglables. 116 839

 

PHILADELPHIA Cuir noir No. 92100/40. 116 299

POOL Toutes les libertĂŠs vous sont permises. 113 815

   " """

Chez diga on y va!

Exclusivement pour les clients

210

de rabais pour paiement comptant sur tout lâ&#x20AC;&#x2122;assortiment diga.

#"!  " " #"" 

LAN-UFA-12-2010

SAN MARINO avec accoudoirs rĂŠglables, coussins de dĂŠcoration non compris. Tissu no. 20710/14 anthracite. 116 301

/.-




Combinaison-hit

 au lieu de 4870.â&#x20AC;&#x201C;

dans les 5 jours

SUBITO livrĂŠ + montĂŠ

CASTLE CĹ&#x201C;ur de hĂŞtre plaquĂŠ, vernis blanc, armoire Ă 5 portes, lit 160 x 200 cm. 117 150 / 180 x 200 cm. 117 149

Combinaison-hit no 3

 au lieu de 7480.â&#x20AC;&#x201C;

GABONN Habiter au royaume des sens. ChĂŞne sauvage massif naturel. L: 300, h: 203, p: 56 cm. Eclairage sur demande. 116 934



  Prix LANDI-Foire cash. TVA, livraison et montage incl. Même modèle ailleurs meilleur marchÊ = diffÊrence en retour!


Table

 

 

au statt lieu 5280.â&#x20AC;&#x201C; de 5280.â&#x20AC;&#x201C;

Chaise Chaise

 



au lieu348.â&#x20AC;&#x201C; de 348.â&#x20AC;&#x201C; statt innert 5 Tagen dans les 5 jours

SUBITO geliefert + montiert livrĂŠ + montĂŠ

RUBIN Table chĂŞne de SibĂŠrie huilĂŠ. Banc dossier Semalin blanc, 172 x 160 x 85 cm. 116 092 SANDRA Chaise revĂŞtement Semalin blanc. 116 127

Banc Eckbank dâ&#x20AC;&#x2122;angle

   



au statt lieu 2210.â&#x20AC;&#x201C; de 2210.â&#x20AC;&#x201C;

MOD. 717 Ensemble banc dâ&#x20AC;&#x2122;angle en hĂŞtre naturel. Banc dâ&#x20AC;&#x2122;angle 141 x 181 cm. 115 920 Table monastère Ă rallonge 120/180 x 80 cm Fr. 1348.â&#x20AC;&#x201C;* au lieu de 1685.â&#x20AC;&#x201C;. 115 922, 2 chaises Ă  Fr. 357.â&#x20AC;&#x201C;* au lieu de 446.â&#x20AC;&#x201C;. 115 921

Lit Bett

   



BALCO CĹ&#x201C;ur de hĂŞtre massif, 160 x 200 cm. 115 451

au statt lieu 4280.â&#x20AC;&#x201C; de 4280.â&#x20AC;&#x201C;

innert 5 Tagen dans les 5 jours

SUBITO geliefert + montiert livrĂŠ + montĂŠ


""""( /""" ) 2au&lieu$de2369)(0.â&#x20AC;&#x201C;

'&*de,498)(0.â&#x20AC;&#x201C; au lieu

,)( 2au+* lieu de 3480.â&#x20AC;&#x201C;

MODERN La cuisine compacte la plus vendue, avec façades brillantes rĂŠsistantes. Plan de travail, kit ĂŠvier Blanco et hotte aspirante en acier inclus. Dimension 320 cm. Disponible dĂŠpart entrepĂ´t ĂŠgalement Ă lâ&#x20AC;&#x2122;inverse. 116 096

KRISTALL Prix choc! Cuisine dâ&#x20AC;&#x2122;angle fonctionnelle de haute qualitĂŠ. Plan de travail inclus. Dimensions 275 cm/175 cm. Disponible ĂŠgalement Ă lâ&#x20AC;&#x2122;inverse. Choisissez votre façade parmi 30 coloris! Nâ&#x20AC;&#x2122;oubliez pas nos kits dâ&#x20AC;&#x2122;appareils ĂŠlectriques attrayants. 117 258

TOP Le coup de cĹ&#x201C;ur depuis des annĂŠes! Cuisine compacte 280 cm. Hotte aspirante et kit ĂŠvier Blanco de grande qualitĂŠ inclus. ExĂŠcution: Vanille 2129, plan de travail dĂŠcor noyer inclus. Disponible dĂŠpart entrepĂ´t ĂŠgalement Ă lâ&#x20AC;&#x2122;inverse. 116 136

,)( 'au%* lieu de 3980.â&#x20AC;&#x201C; &2)( .â&#x20AC;&#x201C; %& au lieu de 2490

Parites en bois com

me

,)( ,au+* lieu de 5980.â&#x20AC;&#x201C; BLANCO Cuisine compacte de haute qualitĂŠ avec façade en rĂŠsine synthĂŠtique au choix. Plan de travail inclus. Dimension 340 cm de largeur. Disponible ĂŠgalement Ă lâ&#x20AC;&#x2122;inverse. Appareils ĂŠlectriques contre supplĂŠment. 117 197

""   "" " " )"

ÂŤplus pour moinsÂť

"" ")

Vous trouvez diga 10x en Suisse â&#x20AC;&#x201C; aussi près de chez vous! 3400 Burgdorf/Bern * 1023 Crissier/Lausanne

Des cuisines compactes de la sĂŠrie Smartline Ă prix ĂŠcrasĂŠs.  CalculĂŠes au plus juste   LivrĂŠes et montĂŠes gratuitement  nouveau

Chez diga on y va!

PICCOLO CUISINE STUDIO La solution compacte optimale pour studios ou logement intĂŠgrĂŠ. RĂŠfrigĂŠrateur, plaques de cuisson et ĂŠvier inclus. Dimension 150 cm. Choisissez parmi 15 coloris en rĂŠsine synthĂŠtique. 117 235

Bachweg 7, vis-Ă -vis McDonaldâ&#x20AC;&#x2122;s

TĂŠl. 034 420 95 95

Sortie Crissier

TĂŠl. 021 633 44 90

8953 Dietikon/ZĂźrich

Lerzenstrasse 17

TĂŠl. 044 743 80 50

8600 DĂźbendorf/ZĂźrich

Neugutstr. 81 (Ă cĂ´tĂŠ dâ&#x20AC;&#x2DC;Interio)

TĂŠl. 044 802 10 10

6032 Emmen/Luzern

Hasliring

TĂŠl. 041 268 84 84

1700 Fribourg Nord

Granges-Paccot

TĂŠl. 026 460 76 76

8854 Galgenen/SZ

Sortie Lachen

TĂŠl. 055 450 55 55

4614 Hägendorf/Olten

Industrie Est

TĂŠl. 062 207 02 20

9532 Rickenbach/Wil

Près de la Coop

TĂŠl. 071 929 47 00

4133 Pratteln/BL

Zurlindenstr. 3

TĂŠl. 061 826 50 20

* sans cuisines

www.diga.ch

LAN-UFA-12-2010 Sous rĂŠserve de modiďŹ cations de prix et de modèles. Prix valables au: 09.11.2010

AMAZONAS Cuisine dâ&#x20AC;&#x2122;angle attractive avec façades en rĂŠsine synthĂŠtique rĂŠsistante, plan de travail inclus. Dimensions: 392/205 cm. Disponible ĂŠgalement Ă lâ&#x20AC;&#x2122;inverse. Choisissez votre façade parmi 30 coloris! 117 251


CÔTÉ JARDIN VIE QUOTIDIENNE

Mystique magie de l‘Avent PLANTES SYMBOLIQUES Les feuilles vigoureuses, persistantes, les fleurs tendres comme de la porcelaine et les jolies baies rouges sont de mise pour la période de l’Avent. Selon des coutumes ancestrales, elles chassent le malheur. Quoi qu’il en soit, elles nous enchantent durant la période où la végétation se fait rare.

Que seraient les longues nuits froides sans lumière? A peine supportables! Pas étonnant que nos ancêtres se soient toujours efforcés de vaincre l’obscurité. Ils croyaient par exemple au pouvoir des plantes Classique de l‘Avent: le houx. Photo: Daniela Back/pixelio.de

Petites astuces pour le jardin potager et d‘agrément • Décoration d’hiver pour balcon, rebord de fenêtre et entrée: plantez les branches de feuillage persistant, le gui, les tiges et les fleurs séchées dans un récipient avec de la terre et parez-les de jolis rubans et accessoires. • Arrosez les arbustes persistants les jours sans gel: la sécheresse leur nuit bien plus que les températures négatives! • Coupez boutures et greffons pour la multiplication et la finition et piquezles dans du sable humide à l’abri du gel. • Nettoyez les appareils de jardinage et graissez-les pour prévenir la rouille; faites le service de la tondeuse et aiguiser les lames

REVUE UFA · 12 2010

persistantes. Le houx, le lierre, l’if ou le genévrier les protégeaient. Celui «qui ne croise pas de branche verte» n’aura pas la possibilité de chasser le malheur de chez lui.

Légendaire gui La mystique plante culte des Celtes est un symbole de paix. Sous ses branches, qui se posent comme semi-parasites dans les arbres, les ennemis se réconciliaient avec un baiser. Les Britanniques gardent encore de nos jours cette coutume. Ils accrochent des boules de gui aux baies perlées au-dessus de la porte d’entrée. Ceux qui s’y rencontrent peuvent s’embrasser. Une boule de gui est aussi très décorative devant la fenêtre ou sur le balcon. En plein air, il reste beau au moins jusqu’à l’arrivée des premiers perce-neige. Les feuilles vert foncé et les baies écarlates murissant à la fin de l’automne sont la marque de fabrique du houx. Ses couleurs classiques de l’Avent sont symbole d’espoir et d’amour. Son bois très dur lui a valu sa renommée d’immortalité. Mais c’est trompeur: ses feuilles et ses baies sont toxiques! C’est aussi le cas de l’if.

La Rose de Noël «Joshua» déploie sa magie florale dans une pièce claire et fraîche. Toutes les autres variétés préfèrent être à l’air libre. Elles parent rebords de fenêtre, balcons et terrasses, peuvent être mises en terre si le sol n’est pas gelé et préfèrent un endroit plutôt ombragé et un sol calcaire. 䡵

Edith Beckmann

Merveille de l’hiver: les roses de Noël fleurissent précisément à l’Avent. Photo: Dieter Schütz/pixelio.de

Floraison au début de l‘hiver Une plante qui déploie ses fleurs pendant la période froide de l’année suscite l’étonnement. La Rose de Noël (helleborus niger) faisait ainsi office d’herbe aux sorcières. Dans l’Antiquité, les Grecs traitaient la folie avec des Roses de Noël.

Plante magique: les baies du gui fleurissent en début de l’hiver. Photo: Maria Lanznaster/pixelio.de

91


Bourse aux bonnes affaires Suite de la page 82

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Wendetraktor Carraro 7700, mit Fronthydraulik, Doppelräder hinten, 1800 h, 64 PS, Kriechgänge, 2 Zapfwellenanschlüsse, 540 und 1000 U/min rechts, 1000 links, Wegzapfwelle, Kupplung neu, Fr. 16'000  079 318 93 07 Autoräder, 16 Zoll  079 318 93 07 Kreiselmäher PZ, 3-jährig, guter Zustand, Fr. 3500; Kreiselschwader Pöttinger 340, Fr. 2200; Ladewagen Agrar 270, 11 Messer, in Ordnung, Fr. 4500; Hochdruckreiniger Kränzler, Kaltwasser, Fr. 1500; Kühlwanne Packo, mit Kühlaggregat, Fr. 4300; Wiesenegg, 3.6 m, 3-Punkt, Fr. 1000; Kreiselheuer Kuhn, gezogen, Fr. 800  052 233 55 26 Kleintransporter, ideal für Holztransport oder ähnliches  079 622 45 82 Zaunpfähle aus Holz, Länge 1.6 m, bis 300 Stk.  079 318 93 07 Räder Komplett, 10.7515.3 AS, 11,5.8-15,3 AS; Doppelräder, 10.75-15.3 AS, 11,5.8-15,3 AS  079 318 93 07 Transporter, 50 PS, permanenter Allradantrieb, Sperre hinten und vorne, Perkingsmotor  079 245 11 39 Motor Perkins, 6 Zyl., ca. 3000 h, aus Mähdrescher, Kopf revidiert, Büchsen müssten gemacht werden  079 457 13 66 Sämaschine Nordsten NS2130 V25, EUM Schleppscharen, neuwertig, Jg. 2007, nur 12 ha gesäht, Grund Betriebsaufgabe, Neupreis Fr. 15'500, Verkaufspreis Fr. 11'000  076 347 75 14 92

Feldspritze Fischer, 600 l, 15 m Balken, hydraulische Höhenverstellung, Hangausgleich, ca. 25-jährig, guter Zustand, Fr. 1500  076 347 75 14 Breitrad zu Transporter Schilter und Aebi,  079 622 45 82 Gummimatten, günstig abzugeben  041 921 16 35 Laufstalleinrichtung, neuwertig, 40 Boxenbügel, 2 Schieberentmistungen, etc.  052 376 23 86 Heugebläse HG8 Aebi; Teleskob-Heuverteiler, 25 m, inkl. Steuerung Aebi; Heubelüfter BL21, inkl. Überhitzungsschutz Aebi; Siloverteiler Aebi; Div. Gebläserohre; Heumesser S + M, elektronisch; Strohmühle  044 780 33 78 Hyundai Galloper, 110'000 km, Anhängelast 3000 kg, sehr guter Zustand  079 694 67 07 Nostalgie-PferdezugMaschinen, Schwadenrechen, Heuwender  079 678 59 85 Milchtank, 1100 l, wie neu; Planierschildmesser, 3-Punkt  079 286 15 88 Kälberhütten (Lagerbehälter) Bausatz 1er, 4 bis 6 Wochen, Fr. 100  079 426 06 35 Big Bags günstig abzugeben  079 426 06 35 Hochdruckreiniger Kärcher, alt, Fr. 500  079 426 06 35 Diverse Förderbänder  079 426 06 35 Motor zu Subaru Swiss Extra 2.0 l, wenige Kilometer  079 622 45 82 Motor zu Reform M12 Motormäher  079 622 45 82 Benzin-Motor Honda, 13 PS  079 245 11 39 Pneulader Zettelmeyer ZL 1002i, Fr. 19'500, gepflegt aus erster Hand, Maschine wurde nur auf einer Kompostieranlage eingesetzt,

alle Service gemacht, Schaufel mit auswechselbarem Messer 1.5 m3, 2.3 m breit, Zusatzhydraulik für 3. Kreis, Schnellwechsler, Betriebsanleitung, eine zweite zum Schnellwechsler passende Bressel & Laube Schaufel mit auswechselbarem Messer, Anpresszähnen und abnehmbaren Seitenblechen auf Wunsch für Fr. 4'800 zusätzlich, Schaufel eignet sich für grobes Grüngut oder Holz, zum sortieren, umbeigen od. zum beschicken z.B. eines Schredders, Seriennr. 2202008, Jg 1996, Leistung 94 PS, 7100 Betriebsstd.  055 251 41 41

TECHNIQUE AGRICOLE recherche Halle, AB, 10 x 20 m, kann auch selber abgerissen werden, bevorzugt Metallhalle; Messer, zu Rapid 505, ab 1.95 m  034 461 24 65 oder 079 636 42 64 Milchmengenmessgerät, für Absauganlage Alfa; Viehkratzbürste, nicht elektrisch  078 745 85 68 Futterrübenvollernter, Kreiselschwader, 3 m breit, günstig; Traktorpneus 16.9 x 28, mind. 50 % Profil  079 224 99 81 Grosses Tor, mit Schlupftür, Breite mind. 4.35 m, Höhe 4.20 m, guter Zustand  032 392 37 36 oder 079 414 01 29 Mähdrescher, mit Maisausrüstung  079 689 06 59 Stahlträger, H-, T- oder U-Träger, verzinkt / lackiert, ca. in folgenden Dimensionen: 120/ 80 2 x 6 m, 80/40 2 x 5 m  032 392 37 36 oder 079 414 01 29 Vieh- oder Pferdeanhänger, mit Vorderausstieg, gut erhalten  079 245 25 02 PE Schlauch, Ø 75120; Silo, 100 m3  079 397 09 38

Profitez de l’aubaine de vous adresser à tous les paysans suisses

Tandem 3-Seitenkipper oder Einachs 3-Seitenkipper  079 278 45 31 Traktor, Marke und Zustand egal, bis Fr. 5000  079 575 25 52 Kartoffelvorkeimgestell  032 614 26 34 oder 078 705 54 79 Abbruchladewagen oder Anhänger, mit Aufbau für Hackholz  041 467 30 12 Kt. Luzern Heurüstmaschinen, Normalmodelle, guter Zustand  079 672 76 25 Occ. Fenster; Türen, wetterfest; Tore, Höhe min. 3 m; Metalltreppe; Trapezblech; Auslauf-Paneelen; Fassadengerüst; Arbeitshubbühne, zum Mieten  041 467 30 12 Getreidereiniger, Grobreinigung ca. 20 t/h, Feinreinigung ca. 5 t/h  079 432 58 52 Sternhackgerät Haruwy  077 472 26 18 Viehhüter Zaunkönig, mit oder ohne Batterie  032 392 57 08 oder 079 211 01 24

Silofräse Huber; Ballenzange Altec Typ M12G oder MC4; Räder oder Pneu, 9.5 x 36, mit wenig oder kein Profil  079 243 75 25 Frontlader Fundament Alö für XT Hürlimann Traktor; Grasband; Distanzringe Schaad, 42 Zoll  079 243 75 25 Kunstoffsilo, ab 110 m3, Ø 3.5 m; Schleppschlauch für Güllenfass  079 243 75 25 Gummiförderband  078 910 87 39 Wedelebock, aus Holz oder Metall, auch defekt; Motorrad, 2 Gang, Sakhs-Rice etc.  079 279 06 71 Walzenanhänger, in Frontmähwerk Vicon CM271F, CM270F  078 794 06 08 Betonroste  079 622 45 82

NEU NOUVEAU avec nouvelles rubriques

Heurüstmaschine Kranmodell; Strohmühle, ca. 12 bis 15 PS; Schaufelrührwerk, für ca. 80 bis 300 m3; Antrieb, für Flügelrührwerk; Siloverteiler, elektrisch  079 678 81 49

Rasenraster  079 245 11 39

Milchkannen, müssen milchtauglich sein, 40 l, 50 l, 60 l  079 795 39 05

Rübenbröckler, für Obst- und Kartoffeln, mit Aufbaumotor  041 480 25 07

2er Kälberiglu, ohne Umzäunung, Idealmasse: Länge 180 cm, Breite 160 cm, Höhe 160 cm, Eingang ohne Schwelle; Holzspalter an ZW, mind. 20 t  052 376 11 52

Bandeingraser Rapid 505  041 486 15 08

Teleskop Heuverteiler Wild  079 510 83 51 Traktorenpneu, 11x32  052 657 19 01 Stallventilator, Ø 40 cm, neuerer, guter Zustand  079 857 80 09

Alte Landmaschinen, Heuerntemaschinen, Motormäher, Kreiselmäher, Traktor, Pflug auch defekt  079 286 15 88

TECHNIQUE AGRICOLE à donner Geflügeltransportgitter  052 657 19 01

Kartoffeldämpfer, mit Holz geheizt  032 492 11 23 Holzbrückenwagen, mit Bänne, Pneu bereift  062 777 16 32

TECHNIQUE AGRICOLE spécialités à vendre Transportkiste, für Kälber, ca. 50 Jahre alt, gut erhalten  071 422 10 15

IMMOBILIER à vendre Agrarimmobilien, www.immospecial.com  041 410 27 64 oder 079 252 74 10

IMMOBILIER recherche Geeignete Immobilie, für spezialisiertes Hundeferienheim, mind. 1500 m2 Land, im Umkreis von ca. 15 km ab Volketswil  076 427 00 78 Pachtliegenschaft, ohne Inventur, ab 25 ha, Pferdehaltung möglich, ganze Schweiz  079 211 32 96 Wohnung/Zimmer auf Bauernhof, nähe Forsthaus Bern, ab 01. März 2011 für min. 15 Monate - Wochenaufenthalter, schön wäre möbeliert  079 642 30 36

ANIMAUX à vendre Freiberger Hengstfohlen, schön, braun, geb. 27. März 2010, V: L'Astuce, M: Listel, 8'7'7 Punkte, Hollyday  079 885 57 81

Suite à la page 95 12 2010 · REVUE UFA


COMMANDEZ MAINTENANT VIE QUOTIDIENNE

Dîner à la ferme LA CÉLÈBRE EMISSION de la Télévision suisse romande (TSR) est maintenant disponible en DVD, avec les recettes incluses. Et pourquoi pas les apprêter pour votre repas du réveillon?

Agriculteur, pêcheur ou berger, ils sont sept candidats issus de tous les cantons romands et ne se connaissent pas. Ils vont tour à tour s’inviter et rivaliser d’imagination pour concocter un repas inoubliable aux goûts du terroir. Une balade épicurienne dans le monde varié de la paysannerie romande à l'issue de laquelle sera couronné le meilleur cordon bleu du groupe. Christine Bühler, la future présidente de l’Union suisse des paysannes et des femmes rurales, sourit: «Cette émission m’a beaucoup plu car pour une fois, on y voit également des hommes aux fourneaux sans qu’ils se sentent menacés dans leur virilité. Par ailleurs, les recettes qui sont présentées, qu’elles soient simples ou raffinées, font appel à des produits locaux et de saison.» 䡵

Dîner à la ferme 2010 avec: Michel-Joseph, Martine, Natalia, Samuel, Noélie, Marie-Gabrielle et Michel.

COUPON

frais d’envoi: Fr. 5.00.–

Nom, Prénom

Ma commande: Rue/ferme NPA, localité Téléphone (réseau fixe) Date Signature

Dîner à la Ferme, Coffret saisons 1 et 2. 4 DVD et deux livrets de recettes pour Fr. 59.– REVUE UFA · 12 2010

Découper le coupon et l’envoyer à: Revue UFA, Dîner à la ferme, Theaterstr. 15a, 8401 Winterthour ou par courriel à: info@ufarevue.ch, Objet: Dîner à la ferme.

Nombre Saison 1 Fr. 29.– (2 DVD) Saison 2 Fr. 35.– (2 DVD) Coffret Saisons 1+2 Fr. 59.– (4 DVD) Frais d’envoi non compris: Fr. 5.– 93


J’AIME MON MÉTIER D’AGRICULTEUR VIE QUOTIDIENNE

Idéal pour la famille

Thomas Vetsch (38) de Hattenhausen (TG)

«Pour les enfants, il n’y a rien de plus beau que grandir dans une exploitation agricole»

94

Pour les enfants, le métier d’agriculteur est la plus belle profession qu’un père puisse exercer, estime Thomas Vetsch (38). La nature, les animaux, les champs et les plantes constituent pour les enfants une belle opportunité de se forger une personnalité. Les tracteurs et les machines captivent également les enfants. Les trois fils de T. Vetsch (Lukas 4 ans, Leon 2 ans et Marius, 6 mois) doivent pouvoir pleinement en profiter. Thomas Vetsch a décidé de reprendre l’exploitation parentale il y a cinq ans. A l’époque, il faisait face à un dilemme: reprendre l’agence régionale Delaval ou l’exploitation parentale? Depuis qu’il avait achevé son apprentissage, Thomas travaillait en tant que bras droit du chef de l’agence Delaval. Son patron avait demandé à ses collaborateurs si l’un d’entre eux désirait reprendre son activité. Thomas a finalement préféré reprendre l’exploitation. Son choix a été motivé par l’aspect familial. «J’apprécie en plus l’indépendance dont je dispose en tant qu’agriculteur. Je suis le seul responsable de mes actes et mon domaine d’activité est de taille raisonnable. J’ai la possibilité d’organiser mes journées comme je l’entends et de décider avec qui je désire travailler». Thomas Vetsch ne privilégie pas la rentabilité à court terme mais plutôt un mode d’exploitation soigneux. Cette philosophie s’avère bénéfique sur le court et le long terme comme le démontre la production porcine, malgré le faible niveau des prix actuels. Une grande importance est également accordée à la collaboration, que ce soit avec son père, qui travaille encore sur l’exploitation, ou avec les voisins, avec lesquels il achète et utilise des machines en commun. Thomas continue à travailler pour Delaval du lundi au mecredi. Cela ne veut pas pour autant dire qu’il ne s’engage qu’à moitié pour l’exploitation et l’agriculture. Il s’est ainsi lancé dans une formation de maître agriculteur, a suivi les cours de chef d’exploitation et s’est vu décerner un diplôme de maître agriculteur à la fin août 2010. dc

12 2010 · REVUE UFA


Profitez de l’aubaine de vous adresser à tous les paysans suisses www.landi.ch

ANIMAUX recherche

Suite de la page 92

ANIMAUX à vendre Meerschweinchen, jung, schön; Zwergkaninchen, Fr. 25  079 245 25 02 Ostschweiz Elegantes schwarzes RF-Kuhkalb, 2-3 Monate, von 3er Auswahl, VV: Goldwyl, Fr. 950  034 431 27 61 2 Mutterkühe Bio, mit Kälbern, infolge Aufgabe der Mutterkuhhaltung Nordwestschweiz  079 598 71 31

4 Monate alt, hornlos, Fr. 800 – 1000  079 707 99 21 Shetty Zuchtstute braun mit Fohlen, bei Fuss; ev. Zuchthengst, können unverbindlich besichtigt werden, wegen Betriebsumstellung günstig zu verkaufen  079 245 25 02

NEU NOUVEAU avec nouvelles rubriques

Aufzuchtkälber, schön braun, von Alibaba, Joel, Juleng oder Pijt, 3-

Rind od. junge Kuh, F1 Limousin od. SI C60/C70, für Mutterkuhaltung, wenn möglich, mit Währschaft und hornlos  079 812 98 66

LE BOU D’ATOU R T

ANIMAUX à donner Appenzellerhund, 8 Wochen  041 467 18 61

EMPLOIS recherche Erfahrener Bauallrounder/Maurer/ Zimmermann, für Umbau / Neubau von Scheune, ab ca. Mitte Jan.–Herbst, evtl. auch Teilzeit  041 467 30 12

19.

80

Biberon Speedy pour veaux

2,5 l, ave c fermetu re à vis, 3 débits d’alimen tation. Col de fla con à gra nde ouve Un bibero rture. n comple t suffit po 20460 ur un rep as

. Valable du 8 au 25 décembre 2010 QUANTITÉ LIMITÉE!

Vous pourrez en savoir sur les thèmes suivants dans la prochaine Revue

Plutôt pas assez que trop En droit agraire, il existe des limites de revenu et de fortune, comme par exemple dans le cadre de l’Ordonnance sur les paiements directs.

Charges par essieu élevées

Conseil variétal pour le maïs

Les poils en savent-ils plus?

Aimer, vivre et travailler

Lors de l’achat d’une bossette à purin on n’accorde souvent pas assez d’importance aux prescriptions légales en matière de charge.

Les résultats d’essais aident à trouver, en fonction du site, la bonne variété de maïs parmi les très nombreuses variétés à disposition.

Alors que les tests sanguins informent de l’état de santé actuel, les analyses de poils donnent des indications sur plusieurs mois.

Aujourd’hui la vie de couple est semée d’embûches. Dans l’agriculture les partenaires parviennent souvent à les surmonter.

info@ufarevue.ch

Impressum Revue UFA Périodique spécialisé des membres des LANDI. Les numéros 1, 3, 5, 7-8, 9 et 11 sont accompagnés du LANDI Contact, compris dans l’abonnement. ISSN 1420-5106

Coéditeurs LV-St. Gallen et GVS Schaffhouse. La participation des éditeurs à d’autres entreprises est indiquée dans les rapports d’activité respectifs, disponibles auprès de la maison d’édition.

Editeur fenaco société coopérative, Erlachstrasse 5, 3001 Berne

Rédaction Tél. 058 433 65 30 Fax 058 433 65 35 Theaterstrasse 15a, 8401 Winterthour Dr. Roman Engeler, réd. en chef; Christian Hirschi, Cyril de Poret, Daniela Clemenz, Matthias

REVUE UFA · 12 2010

Roggli, rédacteurs; Anne-Marie Trümpi, assist.. Rédaction romande fenaco, c.p., 1070 Puidoux Tél. 079 408 73 61 Fax 021 946 02 22 le lundi et le mercredi Annonces/Abonnements Tél. 058 433 65 30 Fax 058 433 65 35 Revue UFA, Conseils pour les annonces, Theaterstr. 15a, 8401 Winterthour, Martina Bernet, Alex Reimann

Prix de vente Gratuit pour les membres des coopératives agricoles. Les personnes abonnées à la Revue Maison d’édition UFA acceptent que leur adresse Tél. 058 433 65 20 postale soit utilisée et Fax 058 433 65 35 communiquée pour des envois Editions LANDI-Médias, un ciblés. Si les abonnés désirent secteur de fenaco, case postale, que ce ne soit pas le cas, leur 8401 Winterthour, Hans Peter Kurzen, responsable des éditions. adresse peut être bloquée chez l’éditeur. Tirage Abonnements membres 75’580 Prepress en allemand 62’307 Stephan Rüegg, Iris Turke, AMW, en français 13’273 Winterthour; Mattenbach SA, Winterthour (contrôlé REMP/FRP en 09) Nombre d’exemplaires 78’327 Délai 20 jours avant la parution

www.ufarevue.ch

Impression Print Media Corporation, CH-8618 Oetwil am See La reproduction de tout ou partie d’article ou de photo est soumise à un accord exprès de la rédaction. Les articles de la rubrique «Know-how» sont des PR ou des publireportages.

Papier Imprimé sur du papier Leipa 60 g/m2 avec certificat FSC- et PEFC.

95


SZ 09.01.10

Nourrir les performances

OFFRES SPECIALES ACTION Aliment d’élevage Rabais Fr. 5.–/100 kg

jusqu’au 15.01.2011

ACTION Action lait d’élevage UFA Rabais Fr. 12.–/100 kg jusqu’au 15.01.2011

ACTION UFA-Ketonex et UFA-Ketonex EXTRA Rabais Fr. 20.–/100 kg jusqu’au 08.01.2011

avec les aliments UFA pour porcelets

• UFA 302 Prestarter Pour les tout petits • UFA 304 piccolo Démarrage pour un sevrage optimal • UFA 310 Turbo Aliment d’élevage pour des performances maximales

Service technique UFA: Zollikofen 058 434 10 00

Dans votre

Puidoux 058 434 09 00

LANDI ufa.ch

Revue UFA 12/2010  

Revue UFA 12/2010

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you