Page 1

Periodique spécialisé du groupe fenaco-LANDI • www.ufarevue.ch • 2/ 2011

45

Focus: la fertilité

Contrôles d’exploitation Page 13

Installation fixe ou actif mobilier? Page 24

Revenu du travail dans les céréales Page 34

Le taux de mise bas est décisif Page 66


FENDT 200 Vario – polyvalent, compact, à transmission continue...

…le Vario des Alpes

2800 Delémont, Umatec 2854 Bassecourt, GVS Agrar Jura SA 1906 Charrat, Etablissements Chappot SA 1415 Démoret, René Bovay SA 1564 Domdidier, Umatec 1037 Etagnières, Etrama SA 1262 Eysins, F.& J. Dubois Sàrl 1733 Treyvaux, Umatec

FS 20.4.09

1137 Yens, Kufferagri Sàrl

Actuellement, dans le monde entier, plus de 100000 transmissions Vario travaillent en conditions pratiques chez des agriculteurs ou des entrepreneurs en travaux agricoles. La rentabilité, l’efficacité et le confort de conduite des FENDT Vario restent inégalés jusqu’à aujourd’hui. Dans la classe des tracteurs compacts standards, c’est aussi le moment de faire le pas: il est temps de passer au nouveau FENDT 200 Vario. Vivez la technologie imbattable des FENDT Vario dans la classe de puissance de 70 à 110 CV et laissez-vous convaincre par la transmission continue ainsi que par un dispositif de commande d’une simplicité extraordinaire. Dès à présent, 100 pour cent de Vario chez FENDT.

FENDT 207 Vario

70 CV

51 kW

FENDT 208 Vario

80 CV

59 kW

FENDT 209 Vario

90 CV

67 kW

FENDT 210 Vario

100 CV

73 kW

FENDT 211 Vario

110 CV

81 kW

Puissance maximale celon ECE R24

GVS-Agrar AG, CH-8207 Schaffhausen Tél. 052 631 19 00, Fax 052 631 19 29 info@gvs-agrar.ch, www.gvs-agrar.ch


SOMMAIRE EDITORIAL Alors que pour les vaches mères, le fourrage de base peut être complémenté uniquement avec des minéraux, les veaux ont quant à eux besoin de concentrés.

Roman Engeler

Photo: Matthias Roggli

FENACO ACTUEL La formation dans le quotidien professionnel Orientée solution, efficace et pratique

4

Décisions du Conseil d’administration de fenaco Agenda En un mot par Christian Tschudin

4 5 5

GESTION Contrôles inopinés

Fromageries à la ferme Tout est axé sur le client

10

Les contrôleurs ont le droit d’entrer à la ferme et dans l’étable même en l’absence du chef d’exploitation.

Brèves Les bonnes et les mauvaises années Valable même sans signature Le sondage du mois

9 12 14 16

14

TECHNIQUE AGRICOLE

Stabulations libres et émissions Les stabulations libres engendrent une augmentation des émissions d’ammoniac.

20

Elément d’inventaire ou bien immobilier? Comment estimer les installations d’irrigation en cas de reprise du domaine?

24

Brèves Agencement pour des courettes pauvres en émissions Nouveaux produits

19 20 26

PRODUCTION VEGETALE Dégâts d’animaux dans les herbages Comment rénover au mieux les prairies endommagées?

30

Brèves Forte propagation de la pyrale du maïs Revenu du travail dans la céréaliculture à l’avenir 35 ans de partenariat entre frigemo et McDonald’s Suisse Les analyses de sol fournissent des indications importantes Choix variétal pour le tournesol et les légumineuses à graines

28 32 34 38 40 42

PRODUCTION ANIMALE

Céréaliculture suisse Comment va évoluer à l’avenir le revenu des céréaliers dans des conditions cadres différentes?

34

Agneaux Sevrage à cinq semaines?

72

Brèves Page bio: Aliments UFA avec oligoéléments organiques UFA actuel: les pages de l’éleveur Quel matériau utiliser pour les chemins de pâturage? Quel est le secret des exploitations qui ont peu de cellules? Porcelets: une complémentation précoce réduit le stress UFA 2000: Apprendre des meilleurs Elevage porcin: Caractères de production et leur rentabilité Vaches mères: Produire de la qualité en zone de montagne III

43 50 57 61 62 64 66 68 70

VIE QUOTIDIENNE

Eviter une rupture de la croissance Un affouragement complémentaire précoce des porcelets réduit le stress au sevrage.

64

REVUE UFA · 2 2011

Les femmes dans la vie publique Style, habillement et présentation

76

Brèves Côté jardin: la taille des arbustes Menu de carnaval de Theres Halter Peter Reinhard aime son métier d’agriculteur

75 80 85 86

FOCUS La fertilité dans les troupeaux de vaches laitières

dès page 45

Récemment, des personnalités du monde agricole ont émis l’idée de défricher la forêt à l’avenir afin de rendre de nouvelles surfaces cultivables pour l’agriculture. Cette idée a été inspirée par la perte continuelle de terrain inhérente à la croissance effrénée de la population. En Suisse, les surfaces forestières sont protégées. Vu que les sites improductifs sont de moins en moins utilisés par l’agriculture et qu’ils sont envahis par la broussaille – puis par la forêt – on assiste dans notre pays à une croissance annuelle de 0.4 % de la surface forestière. Vu sous cette angle, cette requête est légitime si l’agriculture indigène veut continuer à nourrir au moins 50 % de la population résidante à l’avenir. En plus de la surface cultivée nécessaire, il est également indispensable que les produits indigènes puissent disposer d’une part de marché élevée. Mais en cette époque d’ouverture des frontières, cela ne va pas forcément de soi. Dans cette perspective, la collaboration entretenue depuis plus de 35 ans maintenant entre frigemo et McDonald’s constitue un bon exemple. Depuis l’inauguration du premier restaurant McDonald’s en Suisse en 1976, les deux entreprises travaillent en partenariat. Cette collaboration, basée sur la confiance mutuelle, n’en reste pas moins solide et se manifeste par exemple par le fait que cette année, McDonald’s n’a pas simplement importé de l’étranger les quantités de pommes de terre de la variété «Innovator» qui lui manquaient, mais a exceptionnellement couvert ses besoins avec d’autres variétés. Une collaboration en partenariat qui finalement profite également aux producteurs suisses de pommes de terre (page 38).

info@ufarevue.ch LELY CENTER SUISSE Dairy Solution GmbH suisse@ch.lelycenter.com Tél. 041 440 04 04

Robot de traite For a professional milk production.

www.lely.com

3


ACTUALITÉ FENACO

La formation au quotidien ORIENTÉE SOLUTION, EFFICACE ET PROCHE DE LA PRATIQUE Diriger une exploitation agricole est une tâche exigeante. Il faut disposer d’un grand nombre de connaissances et, pour parvenir à relever tous les défis qui se posent, de connaissances approfondies dans des domaines bien spécifiques. Celui qui cherche conseil trouvera ce dont il a besoin, notamment auprès du groupe fenaco-LANDI.

Urs Steiner, directeur de production, fait visiter la fabrique UFA de Sursee aux élèves.

Le groupe fenaco-LANDI se compose de fenaco société coopérative, de ses sociétés filles (par exemple Semences UFA, UFA SA, Landor et Agrola) ainsi que des LANDI membres régionales. Ses statuts stipulent notamment que le groupe fenacoLANDI a pour mandat de favoriser les conditions économiques des agriculteurs. Aujourd’hui, chaque agriculteur

apprend dès le début de sa formation quelles sont les bases économiques déterminantes pour réussir, à savoir le sol, le capital, le travail et le savoir-faire. Le sol correspond à l’exploitation agricole que le père a remise à son fils alors que le capital est fourni par les banques et les caisses de crédit agricoles. Ces deux agents de production dépendent généralement de facteurs familiaux ou sont donnés par la taille de l’exploitation. Quant au travail et au savoir-faire, l’agriculteur dispose d’une certaine marge de manœuvre. Il décide de son travail, de la production, des branches d’exploitation, des techniques à utiliser et s’informe sur ces questions (savoirfaire). En association avec les services cantonaux de vulgarisation agricole et les chambres d’agriculture notamment, le groupe fenaco-LANDI est à même de conseiller et d’informer les agriculteurs.

Presse spécialisée Près des deux tiers des agriculteurs s’informent via la

presse spécialisée de tout ce qui touche aux derniers développements concernant l’agriculture. La Revue UFA appartient à fenaco et est le périodique agricole le plus lu des agriculteurs suisses. En effet, 91% des agriculteurs alémaniques et 87% de leurs collègues romands la lisent. La Revue UFA fournit des conseils pratiques pour l’ensemble de l’exploitation, que ce soit dans le domaine de l’économie d’entreprise, du droit, des coûts, en passant par les aspects de technique de production tels que la planification des cultures, la protection végétale, la détention animale, l’affouragement ou les conseils en économie familiale. Des spécialistes reconnus issus du monde de la vulgarisation et de la recherche publient régulièrement les dernières connaissances émanant de leurs secteurs respectifs et élaborent des fiches techniques. La Revue UFA est gratuite pour tous les agriculteurs et chaque article peut être consulté gratuitement à l’adresse www.ufarevue.ch

VERWALTUNG FENACO CONSEIL D’ADMINISTRATION Nouvelle construction LANDI Lors de sa dernière séance, le conseil d’administration de fenaco a approuvé un crédit de 9.6 mio. de francs pour le projet de nouvelle construction de la LANDI Arc Jura SA sur le site de «Pré Domont» à Alle (JU). Ce projet vise à séparer le commerce agricole et l’atelier mécanique du commerce de détail, actuellement sur le même site. Le nouveau bâtiment s’étendra sur une surface de 12 700 m2 et comprendra un magasin 4

LANDI avec station-service Agrola, TopShop et Car-Wash. Le début des travaux est soumis à l’approbation du changement de zone qui sera décidé au mois d’août 2011.

Le film fenaco à nouveau primé Le film fenaco «Retour vers le futur», qui s’était déjà vu décerner le prix suisse pour les films dans le domaine de la publicité, de l’industrie et de l’entreprise, a reçu une nouvelle distinction. Pour la

première fois à Cannes, le Cannes Corporate Media&TV awards a été décerné. Dans la catégorie «Marketing», ce film a ainsi été récompensé par un dauphin d’argent (2e rang). La compétition portait sur 352 films issus de 27 pays différents. 2 2011 · REVUE UFA


ACTUALITÉ

NATS ES MO IS D D L I B DU MO PHOTO

FENACO AUF EIN WORT EN UN MOT

Qui n’avance pas recule

UFA, Anicom, Semences UFA et Landor sont présents à la Tier & Technik 2011 avec un nouveau stand qui présentera les innovations et les points forts des différents assortiments. On peut mentionner en particulier le trio gagnant d’aliments porcelets UFA, des prestations modernes dans le commerce d’animaux, les matelas chaux-paille ainsi que les semences herbagères Highspeed. Le salon Tier & Technik se tient du 24 au 27 février à St. Gall et est un rendez-vous très apprécié des agriculteurs.

Internet a également les faveurs des agriculteurs pour accéder aux informations désirées. Internet ne sert toutefois pas seulement à informer: il s’agit également d’une plate-forme permettant un transfert rationnel des données. Les commandes peuvent ainsi être passées rapidement via www.landi.ch et les sites Internet des LANDI membres régionales. De la même façon, Agro-Twin-

Fakturatransfer facilite le travail de comptabilisation.

Services techniques Les conseils fournis par fenaco et ses sociétés filles sont professionnels et axés sur les résultats. «Nous proposons un conseil global», explique Werner Kuert, chef du département Production végétale de fenaco, pour résumer la philosophie de fenaco. Suite à la page 6

TERMINE AGENDA

Journées UFA 2000 Suisse romande 23 février 2011 à 10h00 au buffet de la Gare, Moudon Une tombola permettra de remporter une jeune truie Primero du programme UFA 2000

Journées organisées par UFA, Bio Suisse et les vulgarisateurs bio sur les «opportunités offertes par la production animale bio». Les services techniques UFA tirent au sort, parmi les inscriptions qui lui parviendront à temps, quatre bons pour de l’aliment d’une valeur de 150 Fr.

Assemblées des délégués fenaco à Lausanne le 22 juin 2011 REVUE UFA · 2 2011

La réussite personnelle passe par la formation continue. Se former signifie acquérir les outils, les capacités et les valeurs nécessaires et pouvoir les mettre en œuvre dans la pratique. A notre époque où tout va très vite, la formation et la formation continue sont un impératif tant au niveau professionnel que personnel, que ce soit au niveau du couple, de la famille, de la société, de la politique ou des loisirs. Que l’on soit jeune ou vieux, on se doit d’être ouvert, intéressé et toujours prêt à apprendre. Le groupe fenaco-LANDI offre une large palette de formations et de formations continues, ce qui est finalement aussi dans l’intérêt de nos propriétaires, les agriculteurs suisses. A tous les niveaux de la production, de la transformation et de la commercialisation, il est indispensable de disposer de spécialistes parfaitement formés qui soient en mesure d’appliquer le mandat qui nous est confié. C’est seulement ainsi que les conditions économiques des agriculteurs pourront être durablement favorisées. Depuis plusieurs dizaines d’années, le groupe fenaco-LANDI met en place des cours de formation, en collaboration avec des tiers et tout particulièrement les écoles d’agriculture. Ces cours sont constamment adaptés aux dernières connaissances dans le domaine de la recherche et à l’évolution de la pratique. Les résultats émanant de nos propres essais (UFA Bühl, essais en production végétale) sont par ailleurs rapidement et directement portés à la connaissance des utilisateurs. La formation interne de nos cadres dirigeants compétents nous assure une longueur d’avance sur un marché très disputé. Tous les responsables du groupe fenaco-LANDI s’engagent personnellement et sous les formes les plus diverses dans le domaine de la formation, selon la devise «la formation est l’affaire du chef». Christian Tschudin

Membre de la direction

5


ACTUALITÉ FENACO Partenariat Les écoles d’agricul-

Formation continue au sein du groupe fenacoLANDI au travers de visites d’entreprises, de visites de cultures, de résultats d’essais et de séminaires.

Pour lui cela signifie que l’assolement, le site, la variété, la fumure, la protection des plantes et la technique de semis sont toutes globalement intégrées à la réflexion. L’objectif premier consiste à aider l’agriculteur à trouver une solution économique. Jean-Paul Krattiger, chef de Semences UFA Suisse romande estime que c’est le cas. «Nous ne sommes pas axés

Apprendre au quotidien De nombreuses LANDI fêtent aujourd’hui leurs 100 ans, voire même leurs 125 ans d’existence. Dans quelle mesure ont-elles contribué à la formation des agriculteurs? «Les coopératives ont joué un rôle décisif dans la transmission de connaissances en milieu rural», explique Peter Moser, directeur des Archives d’histoire agraire à Berne. «Dans le cadre de la création de coopératives au niveau local, beaucoup d’agriculteurs ont appris comment créer une organisation, élaborer des statuts et rédiger des protocoles. Cela leur a également permis de réaliser que les efforts communs avaient un impact direct sur la situation individuelle de chacun». Le mouvement coopératif a permis aux agriculteurs de participer à la vie politique, économique et sociale. Le cours «Coopératives agricoles» a d’ailleurs longtemps fait partie intégrante des cours dispensés à l’Ecole d’agriculture. Après la deuxième guerre mondiale, les LANDI sont également devenues une plate-forme de connaissances en faveur des agriculteurs pour tout ce qui touche aux produits phytosanitaires. Les coopératives agricoles ont été l’un des liens les plus importants entre la société industrielle et l’agriculture paysanne; elles ont notamment dispensé des connaissances scientifiques en ce qui concerne le fonctionnement du marché dans le milieu agricole et, en retour, permis de faire bénéficier la société de la précieuse expérience dont disposent les agriculteurs. «Nous sommes réellement devenus conscients de ce lien étroit depuis que de nombreuses organisations paysannes ont informatisé leurs archives», explique Peter Moser avant d’ajouter que de nombreuses informations concernant l’importance du mouvement coopératif restent encore méconnues parce que certaines archives ne sont pas encore informatisées. Pour en savoir plus sur les archives d’histoire agraire: www. agrararchiv.ch

6

sur le profit mais désirons surtout aider l’agriculteur à trouver les solutions optimales». Avant d’ajouter: «notre conseil technique existe depuis de nombreuses années et est axé sur la durabilité. Nous sommes quotidiennement confrontés à des problèmes pratiques au niveau de la production et développons sur place les solutions adéquates avec les agriculteurs concernés». Pour lui, le fait de demander conseil est un gage de professionnalisme. En tant qu’entrepreneur, l’agriculteur décide de manière indépendante s’il veut appliquer ou non ce que son conseiller lui propose. fenaco joue également un rôle important en tant que lien entre la pratique et les stations de recherche, ajoute JeanPaul Krattiger. Le contact avec les écoles d’agriculture est également particulièrement souhaitable selon lui, surtout dans le domaine de la technique de culture et variétale. Les conseillers de Semences UFA, fenaco protection des végétaux, Landor Nutrition des plantes et du service technique UFA transmettent les connaissances qu’ils acquièrent à l’occasion de cours et de séminaires. Ces manifestations et plus particulièrement les visites de cultures sont organisées en partie par les LANDI membres régionales ainsi que les centres de formation continue. A cette occasion, les organisateurs n’hésitent pas à tenir compte de ce qui se fait au-delà des frontières et à donner la parole à des experts étrangers.

ture manifestent de plus en plus d’intérêt pour le groupe fenaco-LANDI ces dernières années. Bon nombre d’élèves ont la possibilité, dans le cadre de leur formation, de visiter des sites de transformation appartenant au groupe fenaco-LANDI. Ils peuvent notamment le faire dans le cadre du cours d’hiver proposé par le centre de formation professionnel d’Hohenrain, qui a fait visiter à ses élèves le site de fenaco à Sursee. Après avoir visionné ces installations, un futur agriculteur s’est montré enthousiaste: «j’ai beaucoup apprécié la visite, nous avons été accueillis à bras ouverts et très bien informés. Nous avons passé une matinée intéressante qui est passée très vite et qui nous a permis de constater le parcours suivi par les denrées agricoles, de la réception du produit brut au produit fini». Un autre élève s’est quant à lui montré étonné de la diversité de fenaco alors qu’un troisième a expliqué que la visite lui avait permis de comprendre que ces usines étaient bel et bien propriété des agriculteurs. Lors de la visite, les élèves étaient accompagnés d’un responsable du centre agricole d’Hohenrain (BBZN Hohenrain), Markus Höltschi, qui explique que «tous les acteurs sont de plus en plus conscients de la relation partenariale qui existe entre la vulgarisation officielle, l’école d’agriculture et le groupe fenaco-LANDI. En tant que vulgarisateurs officiels nous abordons les questions qui ont trait à l’économie d’entreprise, aux concepts stratégiques, aux reconversions d’exploitation ainsi qu’aux questions de coopération et de remise d’exploitation. Avec ses sociétés filles, fenaco fournit des conseils approfondis dans le domaine de la technique de production, établit des plans d’affouragement et aide à solutionner différents problèmes dans le domaine de la production végétale et de la fumure. En ce qui me concerne, je me concentre sur les questions économiques et notamment la réduction des coûts. A cette occasion, je constate que les vulgarisateurs officiels et les collaborateurs du groupe fenaco-LANDI poursuivent des objectifs similaires: nous cherchons tous à tout mettre en œuvre pour que les agriculteurs réussissent sur le marché.» 䡵 2 2011 · REVUE UFA


C’est le temps du changement.

Nouvel Agrofarm TTV.

Passez à la vitesse supérieure. Retrouvez le nouvel Agro farm TTV sur internet : www.deutz-fahr.com/agr ofarmttv

Le nouvel Agrofarm TTV conjugue faible consommation et confort de conduite. Il s’agit du premier tracteur compact équipé d’une transmission à variation continue. Modernes et économiques, les moteurs DEUTZ délivrent jusqu’à 109 cv (80 kW), une puissance disponible sur une large plage de régime pour l’exécution de travaux lourds. L’Agrofarm TTV bénéficie également d’une capacité de traction exceptionnelle grâce à la gamme « travaux lourds » de la transmission et au mode automatique qui favorise la sobriété. De plus, il est équipé d’une nouvelle cabine très spacieuse, assurant un maximum d’ergonomie et de confort. Il est temps de passer à la vitesse supérieure. Pour tout renseignement, consultez votre concessionnaire.

SAME DEUTZ-FAHR Schweiz AG, Pfattstraße 5, 9536 Schwarzenbach Tel: 0041/71 929 54 54 www.samedeutz-fahr.ch

L’EVOLUTION DE L’AGRICULTURE. Facilité d’utilisation, confort et très haute capacité de traction : La nouvelle transmission compacte TTV.


La plus grande bourse de machines agricoles en ligne de Suisse

LE PRODUIT La bourse d’occasions Agropool sur internet (www.agropool.ch) permet aux personnes privées et aux marchands de machines agricoles d’enregistrer et de commercialiser leurs machines et outils d’occasion sur internet. Début janvier 2011, les deux bourses internet «agropool.ch» et «agrarmaschinen.ch» ont fusionné pour donner naissance au plus grand portail internet de Suisse.

LES AVANTAGES • Agropool propose 7000 produits en vente, ce qui en fait la plus grande plate-forme internet du secteur agricole. • Agropool est la seule bourse d’occasions de Suisse à être traduite en quatre langues. • Votre annonce en ligne paraît sur 5 portails différents – vous avez ainsi la possibilité de toucher la majeure partie des acheteurs potentiels sur le marché internet suisse. • Une technologie moderne, une grande simplicité d’utilisation et des prix avantageux permettent à Agropool d’être le leader du marché, et à vous d’obtenir un grand succès en publiant votre annonce! • S’adresse uniquement aux prestataires suisses!

LES PRESTATIONS Annonce unique Abonnement en ligne Passeport «annonces journal» (1 ligne)

Pour seulement CHF 33.– (TVA inclue), votre annonce paraît durant 30 jours sur www.agropool.ch et sur tous les portails partenaires. L’abonnement Online pour les agents de machines agricoles: parution permante d’annonces pour le nombre de véhicules/machines souhaités sur www.agropool.ch et tous les portails partenaires. Insertion permanente du nombre souhaité d’annonces de véhicules/machines (1 ligne) dans les pages Agropool paraissant dans le «BauernZeitung» (édition à tirage augmenté). Le passeport «annonces journal» est lié à un abonnement en ligne.

LES PARTENAIRES

ÊTES-VOUS INTÉRESSÉS? Appelez-nous au: 031 958 33 33 (lu–ve 8.00–12.00, 13.00–17.00) ou envoyez-nous un e-mail à l’adresse info@agropool.ch Nous prendrons rapidement contact avec vous pour vous présenter nos nouveaux produits et prestations.

Schweizer Agrarmedien GmbH Case postale 737, 3000 Berne 25 ou fax 031 958 33 34


BRÈVES GESTION

Les agriculteurs se muent en entrepreneurs Six couples d’exploitants se sont inscrits pour la formation d’entrepreneur ARC à l’Inforama Berne. Durant la première journée de cours, ils ont été sensibilisés à l’esprit d’entreprise. A l’aide de l’outil d’analyse SWOT, les participants au cours ont appris à utiliser un instrument simple pour développer une stratégie adéquate. La seconde journée était consacrée à la mise en œuvre sur les exploitations individuelles. Lors de cette journée, les participants ont également discuté intensivement de la planification à moyen et à long terme. Tous étaient d’ailleurs d’avis que la planification jouait un rôle décisif. Comment accorder suffisamment d’importance à cette question lorsque l’on est com-

Fromage et stratégie 2014

plètement débordé de travail ? Libérer du temps pour suivre un cours de formation en entreprise ARC est sûrement un premier pas dans la bonne direction. L’après-midi, un couple de chefs d’exploitation était invité. Les participants au cours ont préparé des questions par groupe de deux et interviewé ensuite le couple d’exploitants. Après le départ des invités, la discussion a fait l’objet d’une analyse, dans le but d’en tirer des enseignements en matière d’esprit d’entreprise.

Conclusion du premier jour de cours: l’esprit d’entreprise a beaucoup moins affaire avec des recettes et des conseils qu’avec l’ouverture d’esprit. L’objectif d’ARC est de développer encore cet aspect. Dietrich Bögli, Inforama Rütti, Zollikofen www.informa.ch Nous parlerons ici, sans ordre précis, de la formation d’entrepreneur ARC qui s’étale sur dix jours et qui est mise sur pieds par l’Inforama en collaboration avec l’Institut agricole de Grangeneuve.

Société de personnes L’associé d’une société de personnes s’investit de sa personne, collabore personnellement à la réalisation de son but social et répond personnellement des obligations et dettes d’une telle société (société simple – la société type de collaboration entre entreprises agricoles –, société en nom collectif ou en commandite), ceci en opposition aux règles d’une corporation (SA, Sàrl ou société coopérative). Philippe Haymoz, juriste de direction, Institut agricole de l'État de Fribourg, Grangeneuve

vaut toujours la peine de demander un deuxième avis. Les paysans peuvent s’adresser aux conseillers en assurances qui sont engagés auprès des chambres d’agriculture cantonales. www.sbv-versicherungen.ch

15 centimes pour la prime de non ensilage Le Conseil fédéral est revenu sur la réduction de 3 ct/kg de la prime versée pour le lait transformé en fromage qui devait entrer en vigueur au 1er janvier 2011. La prime pour la transformation en fromage demeure inchangée à 15ct./kg. Le supplément pour l’affouragement de non ensilage reste inchangé à 3ct./kg.

Attention: escrocs en col blanc A travers des rendements élevés ou des investissements dans des actions, les investisseurs sont régulièrement incités à effectuer des placements financiers qui se révèlent finalement être des escroqueries. Au cours des deux années passées, 13000 investisseurs ont ainsi été victimes d’escrocs qui leur avait promis des rendements hors normes. Les dommages s’élèvent à Fr. 220 millions. Il faut se méfier des conseillers qui incitent leurs clients à signer très rapidement. Il REVUE UFA · 2 2011

Manifestations en plein air sur des terrains agricoles Des fêtes familiales, des open airs et des concerts sont organisés en hiver

également. A cette occasion, il est important de veiller à protéger les terres agricoles. A l’adresse www.usp-fiduciaire.ch/rubrique Downloads, les personnes intéressées disposent d’une check-list pour l’organisation et la planification de tels événements. On y trouve également des formulaires pour la mise à disposition des surfaces de l’exploitant à l’utilisateur ainsi qu’un formulaire pour la restitution du terrain à l’exploitant.

La bonne «fiscale attitude» Tous les ans, les agriculteurs doivent remplir des formulaires d’impôt, solutionner des questions spécifiques et planifier les éventuelles conséquences fiscales que peuvent avoir leurs décisions. Selon Martin Würsch, chef de USP fiduciaire et estimations, un comportement hautin, trop sympathique ou au contraire trop antipathique n’est pas approprié pour traiter avec les autorités fiscales. Les demandes déraisonnables ainsi que les pratiques peu sérieuses devraient également être évitées car elles finissent toujours par nuire. USP Fiducaire et estimations peut vous aider à traiter ces questions: tél. 056 662 51 11.

Dans les années à venir, il faut s’attendre à des mesures d’économie drastiques de la part des pouvoirs publiques, ce qui ne restera pas sans conséquences sur le soutien accordé aux constructions agricoles. Dans le canton de Berne, des priorités seront fixées et les seuils d’octroi seront relevés, alors que la rentabilité des projets gagnera encore en importance. C’est ce qui émane du document «Stratégie 2014 en matière d’améliorations structurelles», qui est entré en vigueur au 1er janvier 2011. Dans le canton de Berne, de nombreuses fromageries doivent également être modernisées. Un soutien efficace est difficile à mettre en place, de nombreuses demandes étant bloquées par des oppositions. Franz Hofer, responsable des constructions auprès de la Caisse de crédit du canton de Berne, le regrette amèrement. Surtout parce que les projets de fromagerie représentent un soutien efficace pour les producteurs de lait et les zones rurales. Il explique également que «seuls des projets régionaux coordonnés bénéficient d’un soutien à fonds perdus. Ces projets doivent s’intégrer de façon logique dans les structures de fromagerie régionale. L’impact du nouveau projet sur les fromageries environnantes doit être analysé par le requérant et présenté dans un businessplan. Dans de tels projets, mieux vaut donc être constructif et chercher la discussion pour éviter des oppositions.» La Chambre d’agriculture du Canton de Berne est consciente de cette problématique. Son gérant, Donat Schneider, indique que la clause qui prévoit que les projets régionaux ne doivent pas concurrencer d’autres établissements similaires est quasiment intenable, raison pour laquelle il estime que cette contradiction doit impérativement être définie dans la loi au niveau national.

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 9


LAITERIE À LA FERME GESTION

Développer sa propre laiterie à la ferme LE SUCCÈS D’UNE LAITERIE A LA FERME ne dépend pas seulement de facteurs économiques, mais également de la répartition du travail à effectuer, de la commercialisation des produits et du respect des prescriptions existantes.

Irene Bösch

Matteo Aepli

Il n’y a pas que la production qui requiert un grand savoir-faire: la phase de maturation du fromage en cave également.

L’expérience démontre qu’une laiterie à la ferme implique une charge en travail supplémentaire conséquente pour l’exploitant et sa famille. Il est important de réfléchir intensivement comment ce travail peut être réparti afin d’éviter tout stress inutile. Il est par exemple possible d’effectuer une estimation et une répartition de la charge en travail entre tous les acteurs du projet pour la première année de production. Les années suivantes, ces valeurs théoriques pourront alors être adaptées à la réalité. Afin de maintenir la charge en travail dans des proportions raisonnables, dans une première étape, il faudrait limiter la diversité des produits fabriqués. En même temps, il faut garder à l’idée que le client apprécie le fait de pouvoir disposer d’un vaste assortiment (voir également Revue UFA 12/2010, partie 1). On se pose également souvent la ques-

tion de savoir si un soutien extra-familial est nécessaire. Durant la phase initiale, il faudrait essayer d’exploiter la laiterie fermière avec les ressources en personnel disponibles. C’est seulement lorsque le processus de production fonctionne de manière irréprochable et que les produits se commercialisent bien qu’il s’agira d’envisager d’engager du personnel supplémentaire.

Marketing La relation avec la clientèle est un des facteurs de succès les plus importants pour une laiterie à la ferme. Il s’agit toutefois d’un talent qui n’est pas donné à tout le monde et qui nécessite donc un certain entraînement. Le marketing englobe tous les moyens et toutes les mesures permettant de se profiler et de promouvoir avec succès son produit (et ses prestations). Pour cela, il faut appliquer le principe des quatre P:

• Produit: Quel produit souhaite le client? Quelles doivent être les caractéristiques de ces produits? Qu’est-ce que je peux et veux proposer? • Prix: Quel est le prix optimal? Qu’estce qui est particulièrement important pour le client, respectivement pourquoi est-il prêt à payer plus? • Promotion: Comment puis-je me faire connaître et faire connaître mes produits? • Place: Où puis-je vendre le produit? Comment vais-je gérer la distribution? Le tableau 1 comprend plusieurs questions qui peuvent être des éléments de réflexion pour développer son propre marketing. Dans un premier temps, c’est l’acquisition de clients qui est prioritaire. Ce processus implique beaucoup de travail (tableau 1) et doit s’inscrire dans la durée. Le deuxième processus important est la relation avec la clien-

Tableau 1: Marketing Question Quels sont les principaux groupes cibles?

Quels sont les besoins auxquels j’aimerais satisfaire avec mes produits? Quels sont les produits que je propose? Avec quels produits ai-je la possibilité de me différencier des autres laiteries fermières? Où ai-je l’intention de proposer mon produit? Comment puis-je faire de la publicité? Comment conserver un lien avec les clients existants?

10

Eléments de réponse/exemples Les familles, les personnes seules, les couples à double revenu, les personnes mobiles disposant d’une voiture. Produits frais, régionaux, biologiques, spécialités à base de lait de chèvre/brebis, produits pour personnes allergiques. Yoghourt à base de lait de brebis, glace, différents fromages à pâte molle, etc. Qualité, grand assortiment, fraîcheur, conseil, service, contact avec l’exploitation et les animaux. Marché régional hebdomadaire, vente à la ferme, vente aux intermédiaires, Internet. Internet, Flyer, journées portes ouvertes, marchés, amis et connaissances. Qualité constante, petits cadeaux, visites d’exploitation, système de rabais, emballages recyclables. 2 2011 · REVUE UFA


LAITERIE À LA FERME GESTION tèle, soit le fait de veiller à ce que les clients reviennent volontiers et contribuent ainsi à un bon chiffre d’affaires. Les souhaits et les suggestions des clients sont un élément déterminant pour le succès d’une laiterie à la ferme. Souvent les clients tiennent à pouvoir voir eux-mêmes ce qui se passe en coulisses et par exemple effectuer un tour d’étable, ce qui implique de disposer de bâtiments bien entretenus. Outre des produits de haute qualité, les clients s’attendent aussi à trouver une «ambiance agricole», avec une certaine proximité avec la nature et les animaux.

Prescriptions légales D’une manière générale, en ce qui concerne les laiteries à la ferme, il y a lieu de veiller à respecter différentes prescriptions légales (tableau 2). Selon la taille de la laiterie et le volume de production, d’autres prescriptions viennent s’ajouter ou deviennent caduques.

Conclusion Les laiteries fermières sont une des solutions permettant d’augmenter la valeur ajoutée sur l’exploitation. Cela suppose toutefois une bonne dose de professionnalisme, tant au niveau de la production que de la vente des produits et de la relation avec la clientèle (illustration 1). Certaines exploitations pratiquent avec succès cette forme de diversification. C’est surtout à proximité des grandes villes et d’une clientèle aisée qu’il existe un potentiel important. 䡵

Tableau 2: Prescriptions importantes en matière de vente directe (exemples) Base légale Ordonnance sur les denrées alimentaires et les objets usuels

Responsabilité produit Ordonnance en matière d’hygiène

Ordonnance sur la déclaration des denrées alimentaires Loi sur la circulation Législation cantonale sur la fermeture des magasins

Eléments importants • Annonce obligatoire auprès du laboratoire cantonal. • Description de l’exploitation, des responsabilités, des produits fabriqués, des risques et des mesures. • Respecter les règles d’hygiènes au niveau du personnel et de l’exploitation ainsi que les directives en matière de stockage des denrées alimentaires. • Respecter les recettes et les normes qualité. Etiqueter correctement les produits. • Assurer la traçabilité. • Peut être intégrée dans la responsabilité civile de l’exploitation. • Prescriptions concernant les bâtiments, les installations et le comportement à adopter avec les denrées alimentaires en matière d’hygiène. • Les installations, les surfaces de travail et les véhicules de transport doivent être maintenus propres et être nettoyés régulièrement. • Animaux interdits dans les zones réservées à la transformation, à la vente et au stockage. • Les denrées rapidement périssables doivent être conservées au réfrigérateur et être contrôlées. • Denrées alimentaires mentionnées avec liste des ingrédients, informations concernant les quantités, le prix et la date limite. • Désigner les aliments alleregènes tels que noix, céréales contenant du gluten ou oeufs. • Les panneaux ne doivent pas entraver la sécurité de la circulation. • Doivent être respectées en ce qui concerne les magasins de village fixes.

Graphique: Aperçu des facteurs de succès d’une laiterie à la ferme Orientation vers les clients et leurs besoins Estimation et répartition de la charge en travail Laiterie à la ferme couronnée de succès Connaissance et respect des prescriptions légales, surtout en matière d’hygiène

L’acquisition de clients passe par une production professionnelle et une bonne atmosphère à la laiterie.

Marketing efficace pour l’acquisition et la conservation des clients

Soin apporté à la planification financière et de la production

Qualité constamment élevée de la production

Auteurs Irene Bösch (iboesch@ethz.ch) et Matteo Aepli (maepli@ethz.ch) effectuent leurs recherches au sein du groupe Economie agraire, alimentaire et environnementale de l’Ecole polytechnique fédérale de Zürich. Cet article est basé sur un travail d’étude dans le cadre duquel des interviews ont été organisées avec des exploitants de laiteries fermières et des acheteurs, pour déterminer quels sont les facteurs de succès importants. Dans l’avant-dernière édition de la Revue UFA, les thèmes liés aux acheteurs, à la production, à l’assortiment et aux finances ont été discutés.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

REVUE UFA · 2 2011

2 · 11

11


GESTION

Ce n’est pas un cercle vicieux? LE REVENU DU TRAVAIL MOYEN par unité de main d’œuvre familiale s’élève à près de Fr. 41 000.– alors qu’un quart des exploitations doit se contenter d’un revenu inférieur à Fr. 19 600.– Le fait que près de la moitié des exploitations présentent à nouveau de meilleurs résultats dans les années qui suivent un revenu du travail médiocre est un élément très positif.

Andreas Roesch

Pour les chefs d’exploitation en région de montagne ou qui ont des branches d’exploitation extensives, il est plus difficile de réaliser un bon revenu.

12

Le dépouillement central des données comptables enregistre les résultats comptables de 3000 exploitations. Les résultats de chacun d’entre elles sont exprimés en revenu du travail et sont donc basés sur une rétribution des unités de travail familial. Les exploitations sont ensuite classées en fonction du revenu du travail. Le quartile inférieur englobe les exploitations avec les revenus du travail les plus faibles. Alors que les résultats des exploitations peuvent s’améliorer ou se dégrader, quelles sont les chances que les résultats des exploitations s’améliorent après de mauvais résultats? Est-ce qu’elles parviennent à améliorer durablement leur revenu du travail ou sont-elles plutôt entraînées dans un cercle vicieux? Pour répondre à ces questions, les résultats ont été analysés sur cinq ans. A cette fin, les résultats de 416 exploitations qui se situaient dans le quartile inférieur en 2005 et qui ont transmis leurs

résultats comptables au dépouillement central des données ont été analysés.

Passage au quartile supérieur Le dépouillement des résultats démontre que près du tiers des exploitations situées dans le quartile inférieur quittait cette catégorie les années suivantes, une exploitation sur dix réussissant même à passer dans le meilleur quartile (supérieur). Au total près des deux tiers des 416 exploitations qui se situaient dans le quartile inférieur en 2005 s’y trouvaient encore en 2006. Au cours des deux années suivantes, près de la moitié des exploitations initiales étaient encore situées dans le quartile inférieur. A noter que 40 % des exploitations qui se trouvaient dans le quartile inférieur en 2005 ne sont pas parvenues à améliorer leur situation durant la période considérée.

Plus ou moins de réussite Qu’estce qui fait que certaines exploitations

sont parvenues à améliorer leur situation et les autres non? Pour analyser cette question, les 416 exploitations ont été divisées en deux groupes: • le premier groupe, le groupe A, englobe les exploitations qui sont passées au moins une fois dans un meilleure quartile au cours des années 2006 à 2009. Le groupe A comprend 252 exploitations. • le deuxième groupe B, représente les exploitations qui ont moins de succès, soit celles qui se situent dans le quartile inférieur. Le groupe B comprend 164 exploitations. Le tableau 1 présente les valeurs moyennes des deux groupes sur une période de cinq ans (2005 – 2009) ainsi que la moyenne de toutes les exploitations de référence de Suisse. Le groupe A et le groupe B diffèrent de manière importante, tant au niveau de leur structure que de leur situation de revenu. Alors qu’en moyenne les exploi-

2 2011 · REVUE UFA


GESTION tations du groupe B exploitent seulement une surface de 15.4 ha et un troupeau de 18.5 unités gros bétail (UGB), ces valeurs sont de 18 ha respectivement de 26 UGB pour les exploitations du groupe A. Les deux groupes diffèrent de manière encore plus importante au niveau du revenu. Le revenu agricole des exploitations qui ne sont jamais parvenues à passer dans un quartile supérieur était de Fr. 15 300.–, soit seulement le tiers du revenu réalisé par le tiers des exploitations du groupe A affichant les meilleurs résultats (Fr. 41 500.–, tableau). Les exploitations du groupe B ont dégagé un revenu du travail négatif par unité de main d’œuvre familiale (- Fr. 880.–), ce qui fait que le travail de la famille n’était donc pas rémunéré, alors que le groupe A réalisait des résultats nettement supérieurs avec près de Fr. 24 000.–. Ces différences s’expliquent par le rendement brut nettement plus élevée des exploitations A: le rendement brut des exploitations A était ainsi supérieur de Fr. 70 000.– à celui des exploitations B alors que les coûts (charges réelles) n’étaient que de Fr. 44 000.– plus élevés. La différence de revenu des exploitations B dans le secteur agricole était au moins partiellement compensée par le revenu plus élevé provenant d’une activité non agricole. C’est la raison pour laquelle le revenu total par unité de consommation a seulement dépassé de Fr. 6000.– celui des exploitations du groupe B.

Tableau 1: Chiffres-clé structurels et économiques des exploitations qui ont du succès (groupe A) et de celles qui rencontrent plus de difficultés (groupe B) Groupe A 2005 – 2009

Surface agricole utile UGB Rendement brut Coûts réels Revenu d’exploitation Revenu agricole Revenu du travail Revenu annexe hors agriculture Revenu total par unité de consommation (UC)

Groupe B 2005 – 2009

252 exploitations 164 exploitations ha 17.8 15.4 GVE 25.7 18.5 Fr. 222 500 152 500 Fr. 181 000 137 200 Fr. 63 400 34 000 Fr. 41 500 15 300 Fr./MOh fam. 24 020 – 880 Fr. 25 200 39 700 Fr./UC 22 300 16 200

Source: Agroscope ART, Exploitations de référence du dépouillement centralisé, 2005 – 2009

Types d’exploitation La chance de parvenir au moins une fois à passer à un quartile supérieur (groupe A) durant la période analysée (2005 – 2009) dépend fortement du type d’exploitation. Les exploitations extensives (type d’exploitation chevaux / moutons / chèvres et détention de vaches mères) ont plus de mal à passer à un quartile supérieur que les exploitations pratiquant les cultures spéciales et la transformation, qui réalisent globalement un revenu agricole supérieur à la moyenne. Cette tendance pourrait être influencée par l’évolution du marché. En 2005, tant les prix des porcs que des légumes étaient inférieurs à la valeur moyenne pour la période 2006 à 2009. Comme plus l’altitude augmente plus l’extensivité est élevée, il n’est donc pas étonnant que le risque de faire partie du groupe qui réussit moins bien soit plus

élevé en région de montagne qu’en zone de plaine ou préalpine des collines.

Formation et activité annexe Une meilleure formation du responsable d’exploitation permet de passer plus facilement à un quartile supérieur. Avec un apprentissage, seule une exploitation sur trois est parvenue à franchir cette étape alors que les trois quarts des exploitants disposant d’une maîtrise ont réussi à se hisser dans le quartile supérieur. On constate par ailleurs clairement que les exploitations à temps partiel parviennent plus rarement à sortir du quartile inférieur que les exploitations à temps complet. Cela est dû au fait que les exploitations à temps partiel sont plus petites et qu’elles sont dépendantes d’une activité extra agricole supplémentaire.

Conclusion Les exploitations qui végètent durant plusieurs années dans le quartile inférieur en raison de leur revenu du travail ont une structure et un niveau de revenu différent des exploitations qui réussissent à passer dans un quartile supérieur. En fonction de l’évolution du marché, les grosses exploitations ainsi que les exploitations spéciales et de transformation sont en mesure d’améliorer plus rapidement leur situation économique. Une production plutôt extensive ainsi qu’une exploitation essentiellement axée sur des activités extra agricoles augmentent la probabilité de faire partie pendant plusieurs années des exploitations situées dans le quartile inférieur. 䡵 REVUE UFA · 2 2011

Moyenne CH 2005 – 2009 Total exploit. de référence 20.3 24.2 241 300 182 800 87 700 58 600 39 700 23 800 29 500

Auteur Andreas Roesch est collaborateur scientifique auprès de la Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon ART. La présente analyse repose sur le dépouillement central des données pour les années 2005 à 2009. Station de recherche Agroscope ReckenholzTänikon ART, 8356 Ettenhausen

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

2 · 11

13


GESTION

Valable même sans signature LES CONTRÔLEURS PER OU POUR LA PROTECTION DES ANIMAUX ont en principe un droit d’accès illimité à l’exploitation et à l’étable, même en l’absence de l’agriculteur. Ce droit d’accès illimité n’est toutefois exercé qu’en cas de plainte ou dans les cas où un contrôle ultérieur est nécessaire.

Lukas Keller

En Allemagne, des vétérinaires s’étaient rendus sur une exploitation pour y effectuer des contrôles, sans s’annoncer au préalable auprès de l’agriculteur. Or l’agriculteur était absent et sa mère ainsi que son frère ont refusé de fournir des renseignements. L’agriculteur s’était par chance montré prévoyant et avait inscrit, sur son formulaire de demande de paiements directs, le service de vulgarisation officiel à titre de représentant. C’était également la vulgarisation qui avait aidé l’agriculteur à remplir son formulaire pour les paiements directs. Les contrôleurs ne se sont toutefois pas adressé à la vulgarisation et ont quitté l’exploitation sans avoir pu faire leur contrôle. L’agriculteur a ensuite été invité à rembourser 21 000 Euro de paiements directs, l’organisme de contrôle jugeant «qu’il avait refusé le contrôle».

Refus du contrôle L’agriculteur concerné a alors recouru au tribunal et a finalement obtenu gain de cause. Le tribunal responsable a considéré que l’agriculteur devait faire le nécessaire pour qu’un contrôle puisse être effectué en son absence, ce que l’agriculteur avait fait en nommant son représentant. Sur le formulaire pour la demande de paiements directs il avait notamment mentionné le numéro de portable de son conseiller. Par ailleurs, selon le tribunal, il n’est pas possible de partir du principe que les personnes apparentées au chef d’exploitation soient toujours des collaborateurs d’exploitation et que l’agriculteur soit obligatoirement responsable de leur comportement. L’agriculteur a pu conserver les 21 000 Euro de payements directs qui lui étaient réclamés. 14

Droit d’accès à l’exploitation et à l’étable En Suisse, un tel cas ne devrait pas être possible. Les prescriptions en matière de contrôle sont en effet plus strictes. Pour un contrôle PER ou un contrôle relatif à la protection des animaux, les autorités ou les organisations de contrôle disposent en principe d’un droit d’accès illimité à l’exploitation et à l’étable (art. 39, Loi sur la protection des animaux). L’accès à l’habitation constitue une exception. Ces contrôles peuvent s’effectuer à l’improviste. Ce droit d’accès illimité n’intervient cependant qu’en cas de plainte ou dans les cas où un contrôle ultérieur est nécessaire. A titre de comparaison, pour pouvoir faire un contrôle à l’improviste, la police à besoin d’un mandat de perquisition. La présence de l’exploitant n’est pas indispensable lors d’un contrôle effectué à l’improviste. Le droit d’accès permet à l’administration de se faire une idée sur place. Les autres personnes présentes sur l’exploitation comme l’épouse ou les employés par exemple, peuvent fournir des renseignements utiles. Les organisations de contrôle respectivement l’instance administrative responsable constatent les faits. Le chef d’exploitation n’a toutefois pas la possibilité d’obtenir un droit de regard sur les documents. Dans les cas où le chef d’exploitation est absent, les faits sont documentés de manière plus approfondie. L’art. 183 de la Loi sur l’agriculture stipule que l’agriculteur a l’obligation de renseigner. Pour qu’une organisation de contrôle privée puisse procéder à des contrôles à l’improviste, il est nécessaire que l’Office cantonal qui la mandate le stipule expressément dans une convention avec l’organisme de contrôle.

Le rapport de contrôle est valable même sans la signature de l’agriculteur. Seuls les faits comptent.

Preuves Dans le cadre des PER, l’agriculteur doit prouver que tout est en ordre. S’il ne peut pas le démontrer, il n’a pas droit aux paiements directs. En revanche, pour ce qui est de la protection des animaux, la charge de la preuve incombe aux autorités. Représentation Le

rapport de contrôle peut être signé par l’exploitant ou sa partenaire dès lors que tous deux sont annoncés avec leurs adresses auprès du Service de l’agriculture (ce qui est aujourd’hui généralement le cas). Le partenaire peut alors représenter le chef d’exploitation et signer à sa place en mentionnant qu’il le fait sur mandat de ce dernier. Il est toutefois erroné de croire que le fait de ne pas signer a pour effet d’invalider le contrôle. Dans un tel cas, les faits sont documentés de manière plus approfondie. Certains éléments à charge peuvent par exemple être répertoriés à l’aide de la caméra. Même sans signature, le contrôle conserve sa validité. Bref, ce n’est pas la signature qui est décisive mais les faits constatés. 䡵

Auteur Lukas Keller, Dr. sc tech. EPFZ est collaborateur scientifique auprès du département Agriculture / paiements directs du canton de Zürich. Baudirektion Kanton Zürich, Département agriculture, Walcherplatz 2, 8090 Zürich www.landwirtschaft.zh.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

2 · 11

2 2011 · REVUE UFA


GESTION

Fr. 36 890.–

Temps de rêve ou de chien? Bases légales: Loi sur la protection des animaux, art. 39, droit d’accès: Les autorités chargées de l’exécution de la présente loi ont accès aux locaux, installations, véhicules, objets et animaux; pour ce faire, elles ont qualité d’organes de la police judiciaire. Loi sur l’agriculture, art. 183, obligation de renseigner: Si l’application de la présente loi, de ses dispositions d’exécution ou des décisions qui en découlent le requiert, les personnes, entreprises ou organisations concernées doivent notamment fournir aux autorités les renseignements exigés, leur remettre temporairement pour examen les pièces justificatives demandées, leur accorder l’accès à leurs locaux commerciaux et à leurs entrepôts, les laisser consulter leurs livres et leur correspondance et accepter le prélèvement d’échantillons. REVUE UFA · 2 2011

La météo LANDI à l’emporter!

TV LANDI météo trois fois par jour www.landi.ch 15


SONDAGE GESTION

Les contrôles sont nécessaires Dans le cadre d’un sondage représentatif, la Revue UFA a cherché à savoir ce que les agriculteurs pensaient des contrôles. Dans leur majorité, les agriculteurs ont une image positive des contrôles effectués sur leur exploitation. Pour 9 agriculteurs sur 10 (92 %) les contrôles se déroulent de façon correcte. Par ailleurs la grande majorité des sondés (83 %) estime que les contrôles sont nécessaires. Ces appréciations positives ne les empêchent toutefois pas d’être critiques: plus de la moitié (56 %) des personnes interrogées estiment ainsi que les contrôles sont trop onéreux alors qu’un bon quart (27 %) est d’avis qu’ils ne sont pas suffisamment coordonnés et sont organisés de manière inefficace. Enfin, 15 % jugent que les contrôles durent trop longtemps. En comparant les deux régions linguistiques, on constate que les agriculteurs romands jugent les contrôles plus nécessaires que leurs collègues alémaniques (CH romande 94 %, CH aléma-

nique 80 %). En Suisse romande, les agriculteurs se plaignent tendanciellement moins des coûts des contrôles (CH romande 48 %, CH alémanique 60 %). Globalement, les deux régions linguistiques font cependant une appréciation à peu près identique des contrôles. Les agriculteurs interrogés justifient spontanément la nécessité des contrôles par le fait qu’ils bénéficient des paiements directs et que l’absence de contrôle rendrait leurs efforts peu crédibles. La critique la plus fréquemment évoquée portait sur le fait que chaque label mandate son propre contrôleur et

que ce dernier pose bien souvent les mêmes questions que son prédécesseur. Ce manque de coordination est considéré comme pénible par les sondés et génère selon eux des coûts plus élevés. Les contrôles bio ont fréquemment été mentionnés par les agriculteurs interrogés. Selon certains commentaires, ces contrôles se seraient améliorés. 䡵

De quelle manière considérez-vous les contrôles sur votre exploitation? Appréciations positives Les contrôles se déroulent correctement

92 90 95

Les contrôles sont nécessaires

83 80 94

Ce sondage a été effectué par l’institut d’étude de marché TransferPlus SA à Stansstad en janvier 2010 pour la Revue UFA.

Appréciations négatives Les contrôles sont trop chers

56 60 48

Les contrôles ne sont pas coordonnés et inefficaces

27 27 30

Les contrôles durent trop longtemps

15 14 16

0% 16

Total (base 300) Suisse alémanique (base 220)

INF BOX INFO

Suisse romande (base 80) 10 %

20 %

30 %

40 %

50 %

60 %

70 %

80 %

90 %

Désirez-vous participer à notre sondage? Consultez www.ufarevue.ch. Les résultats seront publiés dans la prochaine Revue UFA.

100 %

ufarevue.ch

2 · 11

2 2011 · REVUE UFA


RÊcolter avec Le progrès en mouvement. EasyCut

AC 04.1.09

– Fixation en fonction du centre de gravitÊ Duo-Grip: portÊe en fonction du centre de gravitÊ – dirigÊe par les bras. – Lamier hermÊtiquement soudÊ: robuste et absolument Êtanche. – CV: conditionneur à dents mÊtalliques avec 64 cm de diamètre: pour une intensitÊ de conditionnement très ÊlevÊe.

GVS-Agrar AG, CH-8207 Schaffhausen TĂŠl. 052 631 19 00, Fax 052 631 19 29 info@gvs-agrar.ch, www.gvs-agrar.ch

     $# "!   



7$87'$078<-.-17 @?,.;$,87>?1<7'"! ?,#-:$ 7#$7(?;07#$79-1 1>$ 7? 17'#"-(-88-:$7'!:$<07? ?</%7%57 7 -:$%7/1;>!$7#17 ?8$1<7 17:1;#$9- ,$77 %7 1<7# :1$ 3%73%7@7'?,

Avec cette formation, nous acquĂŠrons des compĂŠtences très prĂŠcieuses dans le domaine de la gestion dâ&#x20AC;&#x2122;entreprise. Coralie Colliard-Singy, agrocommerçante, responsable du secteur espaces verts de la LANDI Avenches

AgrotechnicienES Agrocommerçant ES RĂŠussir sa vie professionnelle â&#x20AC;&#x201C; les Ă&#x2030;coles SupĂŠrieures

  $!# @?>=<;:9876754347210/.-<,-7+*7)>1('&%77+''7<;:9807<$0$<.$#%

         7 210/.-<,-7 9 $; 7+ 7,#108<;$08<-00$7347-47:$, ;' !'%745777447-745777337;,?910/.-<,-%97 %910/.-<,-%9

REVUE UFA ¡ 2 2011

Optez dès aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui pour une formation qui garantit une carrière prometteuse et des perspectives attrayantes! www.agrotechnicien.ch â&#x20AC;˘ www.agrocommercant.ch

5¡ 11 AMW

Des mĂŠtiers intĂŠressants dans le secteur agricole

17


Le meilleur du monde pour l‘agriculture suisse • Essais • Analyses • Homologations • Conseils • Nouveaux produits • Disponibilité des produits • Distribution • Fo r m a t i o n c o n t i n u e

Grâce à notre programme, nous pouvons offrir aux producteurs suisses d’excellents produits avec une stratégie efficace pour la protection des plantes dans toutes les cultures. Il va de soi qu’un service de livraison rapide et de qualité et des conseils compétents ont une grande importance pour nous. Nos 20 collaborateurs techniques au service externe sont motivés et se tiennent volontiers à votre disposition pour tout conseil sur la protection de vos cultures et pour une récolte optimale. Par exemple, nous proposons

GAZELLE SG pour lutter efficacement contre les pucerons dans les

diverses cultures maraîchères. N’hésitez pas à contacter nos spécialistes pour l’agriculture suisse, nous sommes là pour vous.

Stähler Suisse SA Henzmannstrasse 17A 4800 Zofingen Tél. 062 746 80 00 Fax 062 746 80 08 www.staehler.ch

PLUSPUISSANT! RAPIDE! PLUS

FLEXCONTROL + HYDROFLEX = AUGMENTATION DE LA QUALITÉ DE PRESSAGE Ces deux fonctions, qui sont réunies sont la dénomination Hydroflexcontrol, se rapportent au sol Hydroflex situé sous le rotor. La composante Flex empêche le blocage; la composante Hydro gère ces blocages lorsqu’ils surviennent malgré tout.

www.lely.com Samuel Stauffer & Cie • Suisse romande • Tel. 021 908 06 00

18

2 2011 · REVUE UFA


BRÈVES TECHNIQUE AGRICOLE Un nouveau «Twister» «Twister» est une solution pratique pour râteler le fourrage rapidement, facilement et proprement en bas des pentes. La machine est attelée à une motofaucheuse des marques «Rapid» ou «Reform». Le fourrage est ramassé avec un pick-up d’une largeur de 1.7 m, entraîné mécaniquement par le mono-axe et nécessitant peu de force. Ce système préserve le couvert végétal et il n’est plus nécessaire de râteler derrière. Vu qu’il est saisi par un pick-up, le fourrage reste très bien aéré. Même en présence de fourrage court avec une forte proportion d’herbe verte, le «Twister» fournit un travail étonnamment propre. En outre, la machine est facile à conduire et sûre. Deux rouleaux d’entraînement, d’une largeur de 400 mm chacun, ainsi que des roues à disques indépendantes permettent de travailler dans des pentes extrêmes.

Faucheuse de pentes «No Limits» La nouvelle faucheuse pour les pentes extrêmes «No Limits» de Rapid permet de travailler dans des conditions pratiquement impossibles. Télécommandée pour des raisons de sécurité, cette faucheuse peut être utilisée dans des pentes de plus de 65° (215 %), où l’homme ne peut pas aller, et elle est assurée contre le renversement par un palan.

Premier pulvérisateur entièrement compatible Isobus Le nouveau pulvérisateur de Kverneland Rau s’appelle «iXter» et il représente une petite révolution dans cette catégorie. Il marque en effet un grand pas en matière de confort d’utilisation et de protection de l’environnement. «iXter» est le premier pulvérisateur entièrement compatible Isobus et sera mis sur le marché en quatre versions avec des cuves de 1000 à 1800 litres et des barres de 15 à 24 m.

Landtechnik devient Umatec Zollikofen Suite à la fusion de Service Company SA avec le secteur importation de Landtechnik Zollikofen pour former la nouvelle entité Serco Landtechnik SA, dont le siège est à Oberbipp, de nouveaux changements interviennent. Ainsi, Landtechnik Zollikofen va désormais s’appeler Umatec Zollikofen. Cette agence Umatec officiera en tant que garage spécialisé en technique agricole dans la région, avec le commerce de machines agricoles, les activités du garage et le stock de pièces de rechange. A la mi-janvier, Reto Meier a repris la direction d’Umatec Zollikofen. En plus de ses fonctions de responsable, il sera surtout actif dans le domaine de la vente de machines agricoles. Reto Meier dispose d’une longue expérience dans le domaine du machinisme agricole, où il a travaillé pour de nombreuses entreprises dans la vente mais également dans le domaine des pièces de rechange et du service après vente.

«WF trac»: maître des forêts L’entreprise allemande Werner construit des véhicules spéciaux depuis de nombreuses années à Trier, notamment le «WF trac» pour la sylviculture. Dans le cadre d’une démonstration dans la pratique, l’importateur suisse GVSAgrar a présenté le nouveau produit dans ce segment, le «WF trac 2010». Ce tracteur forestier existe en différentes versions basées sur un concept modulaire unitaire. La transmission continue à couple divisé en constitue la base, ainsi que la cabine rotative (270 °) certifiée ROPS et FOPS qui est désormais plus grande et dotée d’un siège REVUE UFA · 2 2011

passager. Il est possible de choisir entre un moteur 4 cylindres de 204 CV avec une cylindrée de 4.8 litres ou un moteur 6 cylindres de 238 CV d’une cylindrée de 7.2 litres. Ces deux moteurs sont fabriqués par Mercedes et remplissent les normes EURO 4 pour les gaz

d’échappement grâce à la technique SCR. L’essieu avant est muni d’une suspension hydro-pneumatique et d’une direction. Le véhicule peut être équipé soit avec un essieu arrière simple, soit avec un double (essieu boogie directionnel), ce qui en fait finalement un véhicule 4x4 ou 6x6. Le «WF trac» est en outre combinable avec une grue avant ou arrière, une grue à bois court, une plaque de débardage ainsi qu’un treuil.

Comité renouvelé à l’ASMA Actuellement, le marché mondial de la technique agricole affiche à nouveau une tendance à la hausse, a constaté Jürg Minder, le président de l’ASMA (Association suisse de la machine agricole) lors de la 71e assemblée générale. Après les records de 2008 et la dégringolade qui a suivi en 2009, le marché de la machine agricole – qui représente environ 40 mia. d’Euro dans le monde entier – a repris un peu de couleurs. Dans son allocution d’ouverture, J. Minder a décrit la technique agricole comme étant encore et toujours un support d’innovation dans la production agroalimentaire. Par ailleurs, l’assemblée a pris connaissance des comptes annuels qui bouclent avec un excédent de dépenses d’env. Fr. 40 000.– conforme au budget. Celui de 2011 (sans les produits de l’Agrama 2010) prévoit également un excédent de charges, atteignant même Fr.

80 000.–, mais qui peut être qualifié de raisonnable au vu de la fortune de l’association qui se monte à 1 million de francs. Après 35 ans d’activité en tant que secrétaire, Urs Hofer s’est retiré de ses fonctions et a passé le flambeau à Pierre-Alain Rom. En outre, Christian Stähli et Franz Schreier se sont retirés du comité. Ils seront remplacés par Daniel Bernhard (Matra) et Thomas Bitterli (GEA Farm Technologies) dans les mêmes fonctions. Le comité a également été élargi avec l’entrée en son sein de Pius Kaufmann (Agromont) qui s’occupera surtout des statistiques.

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 19


Limiter les émissions dans les courettes

www.profi-lait.ch

EMISSIONS D’AMMONIAC En Suisse, les stabulations libres ont la cote. Mais les améliorations du bien-être des animaux passent par une extension considérable des surfaces, ce qui a pour corollaire une augmentation des émissions d’ammoniac.

Sabine Schrade

Frauke Korth

Margret Keck

Au cours des 20 dernières années, les systèmes de détention pour les vaches laitières ont connu d’importantes modifications: en 1990 en Suisse, 97 % des vaches laitières étaient encore détenues à l’attache alors que les stabulations libres ne représentaient que 3 % des bâtiments. En 2010, le rapport entre stabulations entravées et stabulation libres était de 60:40. Les programmes de détention SST et SRPA incitent à la construction de stabulations libres et de courettes. Cependant, l’augmentation considérable des surfaces de courettes souillées implique également un accroissement des émissions d’ammoniac.

Recherche d’ART Dans l’optique de diminuer les émissions d’ammoniac, la station de recherche Reckenholz-Tä-

nikon ART a voulu répondre aux questions suivantes: Combien de temps les vaches passent-elles effectivement dans la courette? Quelle utilisation quotidienne font-elles de la courette? Comment les aires d’exercice sont-elles souillées? Quelles sont les différences entre les divers concepts de courettes en ce qui concerne leur fréquentation par les animaux et la souillure des aires d’exercice par les déjections? Dans le cadre des mesures d’émissions, la fréquentation de la courette et la souillure des aires d’exercice a fait l’objet d’un relevé sur six exploitations laitières. Les observations se sont étalées sur au moins trois jours par exploitation et à des périodes différentes (été, entre-saison, hiver). Il s’agissait d’étables à vaches laitières ventilées naturellement avec logettes, aires d’exercices

Fréquentaion relative de la courette par les animaux exprimé en % du total UGB

Graphique 1: Séjour des animaux (en % UGB) durant la journée Courette séparée longitudinalement 80

Couloir/courette combinés

A

B

C

D

E

F

G

H 80

40 0 40 0 I

80

K

L

M

40 0

10:00

22:00 10:00

22:00 10:00 Heure

22:00 10:00

22:00

A = Exploitation 1 en été; B = Exploitation 1 phase transitoire; C = Expl. 3 en hiver; D = Expl. 3 phase trans.; E = Expl. 2 en hiver; F = Expl. 2 en été; G = Expl. 5 en hiver; H = Expl. 5 en été; I = Expl. 4 en hiver; K = Expl. 4 en phase trans.; L = Expl. 6 en été; M = Expl. 6 en phase trans. Séjour des animaux sur la courette, resp. le couloir/courette exprimé en UGB [%] durant la journée selon les exploitations et les saisons, représenté en moyenne horaire (représentation des différentes journées de mesure. Début des mesures à 10h00. 20

Etable avec couloir et courette combinés.

en dur et courette disposée longitudinalement au bâtiment. La taille des troupeaux variait entre 20 et 74 animaux. Parmi les exploitations analysées, on trouvait deux concepts de courettes. Sur trois exploitations, la courette était séparée de l’étable par un mur à mi-hauteur ou un bardage avec des fenêtres. Le couloir des logettes et la courette étaient donc deux secteurs distincts et les animaux étaient obligés de passer une porte pour atteindre la courette. Dans le deuxième concept d’étable, la courette n’était pas séparée du couloir des logettes. Cette combinaison couloir/courette constituait donc un passage obligé pour les vaches désirant atteindre les logettes. Une grande partie de la surface de la combinaison couloir/courette n’était pas couverte. Pour toutes les exploitations examinées, la surface totale dépassait largement les 10 m2/animal prescrits dans le cadre du programme SRPA (couloir/courette 14 m2/animal, courette séparée 11 m2/animal). Dans le concept avec courette séparée, la surface souillée de 11 m2/animal était supérieure à celle de la combinaison couloir/courette 2 2011 · REVUE UFA


PROFILAIT

REVUE UFA · 2 2011

Courette

Couloir

Courette séparée longitudinalement (Exploitations 1, 2 et 4) 14,1 – 14,5 m2/animal 10,5 – 11,0 m2/animal 3,5 – 4,9 m2/animal

Couloir/ courette combinée (Exploitations 1, 2 et 4) 11,2 – 11,4 m2/animal 7,8 – 8,2 m2/animal env. 3,6 m2/animal

4 – 10 %

32 – 35 %

4 x par jour; racleur stationnaire 3 – 4 x par jour; racleur stationnaire env. tous les 3 jours; à la main/mobile 3 – 4 x par jour; racleur stationnaire Couloir d’aff., couches >>> courette Couloir d’aff, couches < courette Couloir d’aff, couches plus homogène que courette Stimulation par le climat extérieur

Couloir d’aff > couches/courette Couloir d’aff > couches/courette Couloir d’aff. plus homogène que couches/courette Stimulation du climat extérieur, passage obligé pour atteindre les logettes

sation nettement plus faible, la hauteur des souillures dans la courette était souvent plus importante que celle des couloirs nettoyés plus souvent dans l’étable. Toutes exploitations confondues, c’est le mélange humide fèces/urine que l’on trouvait le plus fréquemment (graphique 2). La souillure des secteurs peu fréquentés de la courette séparée était plus hétérogène que dans les couloirs plus fréquemment utilisés par les ani-

Graphique 2: Type de souillures des aires d’exercice Courette séparée longitudinalement

C

D

E

F

G

H

I

K

L

M

3 2 1 0

FG LG LG/LH LH

B

FG LG LG/LH LH

3 2 1 0

Couloir/courette combinés

A

FG LG LG/LH LH

3 2 1 0

FG LG LG/LH LH

La souillure des aires d’exercice donne des indices sur le potentiel d’émissions. La nature, la proportion et la hauteur des souillures de ces surfaces ont été mesurées plusieurs fois par jour juste avant le nettoyage. Pour ce faire, on a procédé à un quadrillage. Les portions ont été attribuées à différentes catégories: urine humide, mélange humide

fèces/urine, fèces humides, mélange sec urine/fèces, fèces sèches, sol humide et sol sec. Le hauteur moyenne des souillures avant le passage du racleur variait entre 0.1 et 0.7 cm. Sur les exploitations avec courette séparée, cette dernière était nettoyée au moins tous les trois jours, si bien que la hauteur des souillures présentait une très grande variabilité sur les trois jours de mesure. Malgré une utili-

Type de souillure en m2/UGB

Souillure des aires d’exercice

Fonctions de la courette, resp. du couloir/courette

Couloir d’aff.

Surface totale dont aire d’exercice dont courette, resp. couloir/courette Fréquentation de la courette, resp. du couloir/courette par les animaux Evacuation du fumier étable courette, resp. couloir/courette Souillure des aires d’exercice production hauteur Répartition

La production de fèces et d’urine dépend principalement de la durée de séjour des animaux dans les différentes aires de la stabulation. Le temps passé par les animaux sur la courette, respectivement dans le couloir/courette, a été observé sur toute la période au moyen de caméras vidéo. La courette séparée constituait une surface supplémentaire sur laquelle les animaux ne passaient que 4 – 10 % de leur temps. La fréquentation moyenne de la combinaison couloir/courette était nettement supérieure avec 32 – 35 % du temps total. Cela s’explique par le fait que dans ce cas-là, on a également pris en compte les animaux se trouvant dans les logettes attenantes. De plus, cet espace couloir/courette est un passage obligé pour se rendre dans les logettes. Sur les exploitations 1, 3, 5 et 6, on a pu observer des cycles journaliers dans la fréquentation de cet espace par les animaux (graphique 1). Durant la période d’affouragement juste après la traite, il ne s’y trouvait que très peu d’animaux. Le couloir/courette de l’exploitation 3 servait d’aire d’attente si bien qu’il était très bien fréquenté avant et après la traite. La nuit, seuls quelques animaux isolés se trouvaient sur la courette séparée. L’utilisation temporairement élevée de la courette sur l’exploitation 1 s’explique par le fait que les animaux s’y retranchaient pour éviter le racleur.

Fourragère

Fréquentation de la courette

Couloir d’aff.

Tableau: Aperçu des exploitations examinées selon leur concept d’étable

Fourragère

(8 m2/animal). Dans cette dernière variante, l’évacuation des déjections s’effectuait à l’aide d’un racleur stationnaire trois ou quatre fois par jour, à l’instar du nettoyage de l’aire d’alimentation. Les courettes séparées étaient nettoyées environ tous les trois jours, si bien que les déjections restaient exposées plus longtemps au soleil et au vent.

Couloir/courette

TECHNIQUE AGRICOLE

A = Exploitation 1 en été; B = Expl. 1 en phase transitoire; C = Expl. 3 en hiver; D = Expl. 3 en phase trans; E = Expl. 2 en hiver; F = Expl. 2 en été; G = Expl. 5 en hiver; H = Expl. 5 en été; I = Expl. 4 en hiver; K = Expl. 4 en phase trans; L = Expl. 6 en été; M = Expl. 6 en phase transitoire. = Urée humide = Fèces-urée, humide

= Fèces, humide = Fèces, fèces-urée, sec

= Sol propre

Type de souillure des aires d’exercice en fonction de la surface (m2/UGB) par exploitation et par saison en cinq catégories (urine, humide; mélange fèces/urine, humide; fèces humides; mélange fèces et fèces/urine, sec; sol propre, sec resp. humide), représenté par secteur (FG = fourragère, LG = couloir des logettes, LG/LH = couloir et courettes combinés, LH = courette séparée sur le côté, UGB = unité de gros bétail). 21


TECHNIQUE AGRICOLE

Etable avec aire de promenade séparée.

maux. La proportion supérieure de surfaces propres dans la courette, respectivement le couloir/courette des exploitations 1, 5 et 3 durant l’entre-saison résultait d’une utilisation plus faible. En revanche, dans les secteurs de l’étable utilisés plus fréquemment, la proportion de surfaces propres était plus faible. Durant la belle saison, la part plus élevée de surfaces sèches sur les exploitations 2, 3, 5 et 6 s’explique par les températures et l’ensoleillement plus importants. Les surfaces sèches sont un indice que les émissions d’ammoniac sont déjà intervenues.

Conclusions Afin de répondre dans une même mesure aux besoins environ-

nementaux et des animaux, il est nécessaire de disposer de systèmes de détention qui soient conformes au bien-être animal et pauvres en émissions. En vue de réduire les émissions d’ammoniac, lors de la planification de l’étable, il faut veiller à ce qu’il n’y ait pas de surfaces souillées inutilement. En plus de la taille des aires d’exercice, leur agencement, leur exécution, leur attractivité (abreuvoirs, brosses, pierres à lécher, etc.), leur utilisation par les animaux et la propreté des surfaces sont également déterminants. Les souillures humides telles que l’urine et le mélange humide fèces/urine sont d’importance en ce qui concerne les émissions. En vue de diminuer les émissions d’ammoniac, il faut donc viser un écoulement rapide de l’urine sur les aires d’exercice en dur, en leur donnant de la pente et au moyen de rigoles collectrices. Pour évacuer les fèces et l’urine, surtout dans les secteurs bien fréquentés dans l’étable et donc où leur production est importante, il est nécessaire de racler souvent. Cela requiert des racleurs résistants à l’usure et offrant

Bourse aux bonnes affaires TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Sämaschine Nordsten NS2130 V25, EUM Schleppscharen, neuwertig, Jg. 2007, nur 12 ha gesät, wegen Betriebsaufgabe, Neupreis Fr. 15'500, Verkaufspreis Fr. 11'000  076 347 75 14 Rührflügel, zu Reck- / Völlmin-Traktorrührwerk, 50 cm, Bohrung für Welle 35 mm, Fr. 250  062 751 08 04 Milchtank DeLaval, 730 l, Fr. 2000; Körnergebläse, Fr. 500; Federzahnegge, mit Krümler, Fr. 200; Elektrogüllenmixer, Fr. 300; Spindelspalter, Fr. 200; Kartoffeldämpfer Fr. 200  079 567 26 93 Elektrofutterkocher Althaus, Typ FK 300, guter Zustand, Fr. 2100; Breifutterautomat, für ca. 40 Jager, Fr. 300  079 734 94 69

22

Ladewagen Mengele Quadro 320, günstig und einsatzbereit; Ladewagen Mengele 180T Duo, günstig; Traktor Case 685, 5000 Std., teilrevidiert; 4-Radwagen, mit Fasnachtsaufbau und normalen Läden; Doppelrad 9.5x9/36  079 376 38 37 Viehanhänger Barthau, Länge 2.75 m, Breite 1.35 m, ab MFK, mit Seitenrampe rechts, Nutzlast 1200 kg, Fr. 2500; 14 Deckenstützen, pro Stk. Fr. 25; Klauenwanne, für Schafe und Ziegen, Neupreis Fr. 268, Verkaufspreis Fr. 100  079 708 29 40 2 Stalltüren, Alu, neuwertig; Selbstfanggitter, für 6 Kälber  079 635 30 71 Holzsilo Hegner, 4.5 m, guter Zustand  079 635 30 71 Traktor Fendt 308 LSA, mit Baas Trima Front-

lader, 2 Mal DW, Jg. 81, top gepflegt, Fr. 23’000; Kreiselschwader Kuhn 3501 GM, hydr. Schwadtuch, Stützrad und Tandemfahrwerk, Fr. 2600; Düngerstreuer Rotina, 1 t, 15 m, kein Rost, Fr. 2200; Miststreuer Welger 270, neuer KB, dazu Silieraufbau, Fr. 3300; Pneulader 930, mit Schaufel  079 509 39 79 Jeep Jerokee, Diesel 2.5 l turbo, blau met., mit Anhängekupplung, 2.5 t, Geländeuntersetzung, Alufelgen, 200’000 km, top Zustand, Fr. 4000  079 509 39 79

NEU NOUVEAU avec nouvelles rubriques

une bonne sécurité de fonctionnement. Ces derniers doivent par ailleurs être conformes aux besoins des animaux (faible hauteur, faible vitesse). En outre, il est important que les animaux disposent d’une possibilité d’évitement. Des surfaces d’exercice propres et sèches diminuent non seulement le potentiel de liaison et de libération de l’ammoniac, mais elles favorisent également l’hygiène d’étable ainsi que la santé des onglons. 

Auteurs Dr. sc. agr. Sabine Schrade, BSc. Frauke Korth, Dr. sc. agr. Margret Keck, Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon ART, 8356 Ettenhausen. Forum Différents exposés seront présentés lors de la «Tier&Technik 2011», pour la plupart en allemand.

Frontscheibenmähwerk Pöttinger Cat Nova, 3 m, mit integriertem Zinkenaufbereiter, 8jährig, integrierte Entlastungsfedern, Fr. 3000  071 655 12 94

Drahtgittersilo, 2.6 m, 4 m hoch, mit Tücher, gut erhalten, Fr. 400; Drahtgittersilo, 2.5 m, 3 m hoch, Tücher defekt, Fr. 200  071 655 12 94

Druckfassbereifung, 2 x 800/45x26.5, BKT 648, Profil 90 %, ohne Felgen, evt. mit 8-Loch Felgen, je Fr. 1000  071 655 12 94

Ladewagen Agrar TL219, gut erhalten, Fr. 3000; Heulüfter Ventomat R4K, 13.5 PS, mit Aebisteuerung  071 642 16 06

Mofa Pony, mit 2-Gang, Sachs Automat, in sehr gutem Zustand, Fr. 800; Trästfässer, neu, ca. 80 l, ab Fr. 15; Autoanhänger, klein, Fr. 500, ab 18.00 Uhr  079 275 50 14 Marolfwagen, 1.8 m x 4.5 m, verzinkter Metallunterbau, Achsschenkellenkung, Holzboden, Holzseitenläden 70 cm, Bereifung 600x16, Farmerstop auf Hinterachse, Fr. 1500  071 655 12 94 4-Radwagen, 2.2 x 5 m, Metallunterbau, Holzboden, Seitenläden aus Holz 70 cm, Gätter Achsschenkellenkung, 750x16, Fr. 2500  071 655 12 94

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

Heurüstmaschine Lanker, mit Fahrwerk, Kunststoffrüttelsieb, Stossrechen mit Rutschgatter, guter Zustand  079 679 10 22 Dosieranlage Agrar, mit Querförderband, 30 m3, sehr guter Zustand; Teleskopverteiler Grimm, 9 m; Schleusengebläse; Heulüfter  044 935 15 37 Traite direte, 25 vaches, 4 places  079 238 64 05 Schneeketten Pewag, neu, universal, schwer, 13.6-38  079 561 45 42 Traktor Bührer OP17; Hoftrac Friestein F65, Hydrostat defekt  079 470 80 61

2 · 11

Teigknetmaschine, Marke Maeder, 5-15 kg Mehl, guter Zustand, Fr. 400  052 319 12 36 Heckstapler Agromec, HH 3 m, hydr. Oberlenker, Seitenschub, Kistenhalter, zus. DW für Werkzeug, top Zustand, Fr. 2900  079 713 95 05 Kt. Bern Häufelscheiben Bärtschi, mit 45 Gradhalter, Lockerungszinken für 4 Reihen, Fr. 1000  071 655 12 94 Doppelräder System Müller, 15.5 (16.9) x 38, Fr. 800  079 713 95 05 Kt. Bern Heurüstmaschine Kran; Heurüstmaschine Kleinmodel; Heuschrote, elektrisch, 220 Volt; Heuschrote, elektrisch, 380 Volt  079 678 81 49 2-Kolben Güllenpumpe Stöckli  079 426 56 03 Schneeketten Pewag, Doppelspurketten, schwer, 16.9-34, Fr. 900  079 713 95 05 Kt. Bern

2 2011 · REVUE UFA


Motormäher Aebi HC44, 13 PS, 1.9 m Balken, Ballonber., Gitterrad, Hydrostat total neu, ab Service Fr. 9000  079 445 61 28 Ladewagen Pöttinger Trend 2, Tiefgang, 5 Messer, hydr. Pickup, einsatzbereit, günstig, war immer unter Dach, Fr. 1200  052 680 18 58 Kreiselschwader Fella, 3 m, Heck und Frontbetrieb, neuwertig, NP Fr. 7000, VP Fr. 5800  061 951 12 58 oder 079 233 83 98 Mähwerk Knüsel Express 260, mit Kunststoffzinkenaufbereiter, Jg. 06, sehr guter Zustand, passt zu Carraro oder Aebi, Fr. 8400  034 461 65 63 Milchkühltank, 400 l, hoffahrbar, mit Elektroantrieb  079 395 99 30 Druckfass, 400 l, Fr. 2500; Entnahmeschnecke, 3 m, Fr. 300; Beleuchtungswagen, Fr. 1000; Dieseltank, mit Wanne, 1500 l, Fr. 300  052 741 21 90 Notschlachthauseinrichtung, ZeigerMilchwaage 150 kg, Handaufzug mit Bahn ca. 4 m, Hackenrechen Wandmontage ca. 5 m, Knochenkreissäge Wandmontage, Wasserkocher 150 l mit Tauchsieder 380 V, Kunststofftischplatten 2 x 1 m  071 655 12 94 Miststreuer Fella, Fr. 1600; Düngerstreuer, Fr. 600; Federzahnegge, 2.20 m, Fr. 200  062 891 42 26 Frontladetraktor Hürlimann 488, mit Fronthydraulik und Frontlader Alö 940, 3 Funktionen, Softpreis  079 243 75 25 Traktor Case IH Maxxum 5150, Fronthydr., Klima, K80, top Zustand, Fr. 32’000  079 689 06 59 2 Güllenmixer Kirchner 12.5 PS, mit Untersetzungsgetriebe, Lanz 10 PS; Schaufelrührwerk, für ca. 100 + 250 m3; Antrieb, für Flügelrührwerk, 5.5 PS; Güllenpumpe, 15 PS, selbstansaugend, zum Umpumpen, fahrbar  079 678 81 49 Tandem Tieflader, 18 t, 2.55 m x 7.5 m, mit Luftund Hydraulikbremse, ab MFK, 40 km/h, 80 cm

REVUE UFA · 2 2011

Brückenhöhe; 2-Achs Anhänger Jumbo, blattgefedert, 7.5 x 2.5 m; Tandem Anhänger Jumbo, 7.5 x 2.55 m, luftgefedert, 18 t; Tridem Anhänger, 9.3 x 2.55 m, luftgefedert; Kipp-Mulde, Vollalu, neu, 5 m x 2.55 m x 1.5 m, www.sigg-sh.ch  079 404 87 06

NEU NOUVEAU avec nouvelles rubriques 3-Achs Krone Jumbo, 8.6 m x 2.55 m, luftgefedert, ab MFK, 40 km/h; 2 Hackengerät Aufbau Meiller und Marell; 2-Achs Jumbo, 2.55 x 6.4 m, luftgefedert, ab MFK, 40 km/h; 2-Achs Jumbo, luftgefedert, 7 x 2.5 m, ab MFK, 40 km/h; 3Achs Dreiseitenkipper, 24 t, 8.2 m x 2.55 m x 1.8 m, Aluaufbau mit Rollplane, ab MFK, 40 km/h, www.sigg-sh.ch  079 404 87 06 Tandem Kipper, 18 t, 40 m3, für Hackschnitzeltransporte, ab MFK, 40 km/h; 3-Achs Jumbo, 2.5 x 8 m, blattgefedert, ab MFK, 40 km/h, 2-Achs Kühlauflieger Kögel, mit Hebebühne; 1-Achs-Auflieger, für Tiertransporte; Tandem Anhänger Jumbo, 6.2 x 2.5 m, blattgefedert, mit Luft und hydraulischer Bremse, ab MFK, 40 km/h, www.sigg-sh.ch  079 404 87 06 Tridem Tieflader, mit Rampen, Hiab Kran mit Holzgreifer, hydr. Pumpe und Tank; Tridemanhänger Jumbo, 2.5 x 9.2 m, ab MFK, 40 km/h, 27 t; Tandem Kipper, 18 t, für Bautransporte, ab MFK, 40 km/h; Rüben-Transportanhänger, 24 t, www.sigg-sh.ch  079 404 87 06 Tandem Kipper, 20 t, ab MFK, 40 km/h; Tandem Jumbo Wechselbrücken Chassis, 18 t; 2-Achs Jumbo Wechselbrücken Anhänger, mit Breitreifen; Diverse Achsen, 15, 17.5 und 22.5 Zoll

bereift; Diverse Wechselbrücken, www.sigg-sh.ch  079 404 87 06 Kartoffelroder Samro SCB, günstig  079 459 00 24 Ladewagen Bucher T12k, 6 Messer, Weitwinkelgelenkwelle, sehr guter Zustand  078 825 11 88 Tiefkühltruhe, 350 l, top Zustand, nur Fr. 200  079 798 32 65 Motorenumbausatz Basco Vanguard, 14 PS, zu Aebi AM 40/41, mit Maag Motor  055 440 34 64 Kraftfuttersilo, aus Kunststoff, 12 t  031 755 54 66 oder 079 831 62 49 Rohrmelkanlage Alfa Laval, Glasrohre für ca. 10 Kühe, Innendurchmesser 40 mm, diverse Glasrohrbögen, Schwenkbrücke, Durchfahrt 3.5 m, Aussendurchmesser 40 mm; Kuhtrainer, für 20 Kühe; Schwanzaufzughalterung; Diverses Befestigungsmaterial  079 759 27 47 Kt. Luzern Holzrückezange Eschelböck, für 3-Punkt, sehr guter Zustand, Fr. 2200  031 755 54 66 oder 078 831 62 49 Polyestersilo, für Nassmais, 80 m3, 3 m; Silo Hegner, 300 m3, druckimprägniert  056 284 23 46 2 Kraftfuttersilos, à 2 t, eckig; Kraftfuttersilo, à 4 t, eckig; Blockschneider Strautmann  056 622 57 56 Tandem Kipper Marolf, Brücke 2.2 m x 5 m x 1.6 m, Aluladen, sehr guter Zustand  079 404 87 06 Güllenfass Joskin 8400, mit Ansaugarm rechts oder links, gefederte Deichsel, hydr. Stützfuss, hydr. Bremsen, Bereifung 600/60-30.5, Schleppschlauchvorbereitung, Jg. 2008, neuwertig, Fr. 25’000  078 705 54 79 Frontmähwerk Reform Swing 260, zu Traktor Reform oder Aebi  076 476 62 26 Obstmühle Bucher, für Korbpresse; Traktor Vevey, Typ 583, zum Restaurieren  041 711 17 94

Bourse aux bonnes affaires Seilzug Habegger  079 487 88 93

900 kg, Jg. 2006, Fr. 6800  076 530 65 12

Stabförderband Blaser, 7 m, sehr guter Zustand, günstig abzugeben  079 404 87 06

Milchtank DeLaval, 1030 l, stationär, Fr. 1800  077 418 96 43

Frontpacker, Pneupacker, 700 kg, AccordDreieck, gelenkt, Breite der Pneus 1.23 m, Fr. 3000; Mistzetter Sip Orion, 6 m3, hydraulische Bremsen, hydraulische Klappe, vier stehende Walzen, mechanischer Kratzbodenantrieb, Bereifung 15.0/55-17, sehr wenig gebraucht, Fr. 8500; Zange Ogela, Fr. 100; Ballenlader Unia, hydraulisch, Fr. 600  079 478 05 94 Kt. Thurgau Schweissanlage Wehrli, Elektroden, 250 Ampere, Fr. 700; Chassis, 6 m, 1-Achsig, Fr. 800; 2 Scheibenräder Din, 8Loch, 11.2x36, ca. 20 %, mit Distanzring 28 Zoll, Fr. 500  079 478 05 94 Kt. Thurgau Forstseilwinde Tajfun EGV 85AHK, 8.5 t, hydr. Seilausstoss, 100 m 13 mm komp. Seil, breites Schild, Gelenkwelle, Jg. 11.2009, top Zustand, ev. auch mit Funk, Fr. 9900  079 319 58 47 Gummiförderband Blaser, 8 m; Gummiförderband, 12 m und 6 m; Gummiförderband 34 m, Gurtenbreite 80 cm; Gummiförderbänder, diverse, ab 2 m; LKW Jumbo Tandem Anhänger, 2.5 x 7.8 m, GG 18 t, Luftfederung  033 437 51 54 oder 079 628 83 80 Förderband, mit Knick unten, Länge 4 m; Heuverteiler Aebi TL20, neuwertig, demontiert; Heugebläse Taurus; Tränkebecken Laval, 8 Stk., blau  076 325 21 77 Ladewagen Claas 300T, einsatzbereit, 11 Messer; 2-Achs 3-Seitenkipper, 8 t, hydraulische Bremse; 1-Achs Lastwagenanhänger, 5 t, Metallbrücke; Dieselheizöltank, Kunststoff, 2000 l, mit Stahlauffangwanne  031 741 16 21 Schlegelmulcher, 280 cm, hydr. Seitens.,

Aebi-Rasenmähwerk Loipfinger, an Fronthydraulik, Arbeitsbreite 3.2 m, Schnitthöhe 1280 mm, perfekter Schnitt, das Gras wird geschnitten und wächst besser nach, geringer Kraftbedarf, top Zustand, Fr. 1600  078 744 30 32 Tränkeautomat Förster Stand Alone 2 plus, 15 Halsbänder, 2 Saugstellen, wenig gebraucht  079 501 96 16 Silowasserpresse, 3.5 m, Fr. 350; Silowasserpresse, 3 m, Fr. 300  079 679 10 22 Mistkran Griesser 1614, top Zustand, Fr. 7800  079 720 11 20 Maismühle, zur CCMHerstellung, mit 20 PS Elektromotor  052 657 19 01 Raupentraktor Cletrac W  079 230 32 02 Holzlatten, ca. 100 Stk., 8 x 5 cm, 4.5 m lang  052 657 19 01 Doppelräder 13.6R38, neu, Patent Müller, 5 Arm, passend zu 540 65R34  079 765 20 26 Einachsanhänger, mit Auflaufbremse, 1.6 x 4 m, Fr. 100  079 720 11 20 Viehkratzbürste Heido, elektrisch, Fr. 900; Dieseltank, mit Wanne 1000 l, aus Kunststoff, Fr. 400; Dieseltank, mit Wanne 1000 l, aus Metall, Fr. 150  078 639 49 64 Warmwasser-Elektroboiler, Marke Therma, 200 l  052 657 19 01 Lelyterra 400-45, 4 m rouleau packer planche niveleuse dents, 20 % d'usure, Fr. 9800; Lelyterra 300-25, rouleau tube planche niveleuse attelage arrière dents, 40 % d'usure, Fr. 6500, le tout en parfait état  079 549 51 16 Welle, zu Kippbrückli Götschmann Kat. 1, Fr. 50  041 921 16 73

Rubriques • • • • • •

Machines agricoles Immobilier Animaux Contingents Emploi Fourrage

Kia Sorento 2.5 Diesel Style, Jg. 2008, 22’000 km, Automat, Zuglast 3500 kg, Anhängevorrichtung, Fabrik-Garantie, Zustand wie neu, unfallfrei, preisgünstig abzugeben  079 812 98 66 Warmluftofen, 55 kW, mit Holz beheizbar, neuwertig, Fr. 3400  076 321 10 10 Dieselmotor Lombardini LDA 90, 2 Zylinder, mit 2200 h; Brückenwagen Beck, sehr gut erhalten, neu bereift, Fr. 1800  062 299 04 36 Heizlüfter, 2 - 15 kW, ab Fr. 190; div. Entfeuchter; Kipprampe, hydr., 2.3 x 6 m  062 968 11 64 Bandsäge; Kombi-Hobelmaschine Lüscher, komplett, inklusive Werkzeug  081 738 10 16 Traktor Bucher M700, mit Triebachsanhänger  079 596 99 76 4 Kompletträder Vredestein, 10.0/7515.3, 8-Ply, neuwertig, Fr. 600; Komplettrad Continental, 11.515.AM, 10-Ply, Fr. 120  079 676 34 50 Futtermischwagen, für auf Muli Transporter, 8 m3; Heckaufbereiter PZ, Fr. 2200; Motormäher Aebi HC 55, Hydrostat, Fr. 3800  078 719 12 26 Kt. BE Töffli Poni 503 GTA, 2Gang Automat, Fr. 500; Kartoffelerntemaschine Sandro Junior, mit verlängertem Boden, Fr. 100  052 315 45 94 Kt. Zürich Stromzähler, digital, 400 V, Steckdose 15A, 500 V, Kabel 5 m, 5 x 25 mm, mit Stecker und Eurokupplung 16A, 5polig  026 493 14 58

Suite à la page 29 23


TECHNIQUE AGRICOLE

Installation fixe ou actif immobilier? LES INSTALLATIONS D’ARROSAGE doivent aussi être estimées en cas de remise du domaine. D’ordinaire, les éléments mobiles sont estimés à la valeur d’usage comme pièces d’inventaire. Les conduites enterrées sont considérées comme parties intégrantes de l’immeuble et sont estimées à la valeur de rendement.

Martin Goldenberger

Lors de la remise du domaine, les terres, les bâtiments, les machines et les équipements son remis au successeur. A cette fin, un prix de vente est estimé pour tous les éléments de ce domaine, y compris les équipements et installations fixes. Cette valeur est également importante pour le calcul de la charge maximale en cas de constitution d’hypothèque ou pour le calcul du loyer du fermage d’une entreprise agricole. Les équipements et installations fixes doivent être considérés soit comme des éléments d’inventaire, soit comme des parties intégrantes d’un bâtiment (tableau 1). Leur valeur diffère en fonction de leur qualification juridique. Les exemples (tableaux 2 et 3) montrent que les

éléments estimés à la valeur de rendement perdent beaucoup de valeur. La règle applicable en vertu du Guide pour l’estimation de la valeur de rendement agricole (chapitre 5.1) est la suivante: les équipements mobiles sont comptés comme pièces d’inventaire (mobilier) en vertu de l’art. 17 de la loi fédérale sur le droit foncier rural (LDFR) et sont estimés à la valeur d’usage. Les équipements mécaniques fixes sont considérés comme partie intégrante du bâtiment et compris dans la valeur de rendement. Qu’en est-il des installations d’arrosage? Elles sont considérées en partie comme des équipements mobiles et en partie comme des équipements fixes faisant partie du sol ou du bâtiment (à l’exception des buses d’arrosage mobiles).

Tableau 1: Attribution des équipem. et installations fixes Immeuble Installations sanitaires Chauffe-eau électrique Tour à foin Silo-tour

Serres

Partie intégrante Conduites à lisier et tuyaux d’arrosage fixes Installations fixes de protection contre le gel Distributeur télescopique Grue à bras pivotant / griffe de reprise Séchoir en grange Serre en film plastique

Accessoire Installations d’arrosage mobiles Filets anti-grêle

Stabulation entravée

Distributeur automatique Chariot mélangeur de concentrés (DAC)

Doseur déchargement Presse à eau pour silo-tour Tunnel en film plastique

Source: Estimation de la valeur de rendement agricole, rapport détaillé 2003

Tableau 2: Exemple d’estimation d’élément d’inventaire Nos prenons pour exemple une installation d’arrosage mobile avec 300 mètres de tuyaux. Quelle est la valeur de cet équipement après 5 ans? Coûts d’acquisition: 38 000 Fr. Durée de vie pour une utilisation annuelle de 200 h: 15 ans Nombre de saisons d’utilisation: 5 ans Valeur d’usage: 19 892 Fr. (52.35 %)1 1 La valeur d’usage change chaque année, avec un amortissement dégressif. Tableau des valeurs d’usage, Agridea mai 2010 24

Partie intégrante Par principe de l’accession, on entend que l’ensemble des constructions, des plantations et des sources partagent le destin du sol en matière de droits réels (art. 667, al. 2 et 671, al. 1 CC). Fait partie intégrante d’une chose tout ce qui, d’après l’usage local, constitue un élément essentiel de la chose et n’en peut être séparé sans la détruire, la détériorer ou l’altérer (art. 642, al. 2 CC). En d’autres termes, la chose (bâtiment) n’est plus (totalement) fonctionnelle sans ces parties intégrantes. Par ailleurs, enlever les parties intégrantes d’une construction coûte en général très cher. On peut prendre comme exemple un évacuateur à fumier, un séchoir en grange ou une installation de traite à lactoduc. Le démontage de ces éléments les endommage la plupart du temps et ils ne peuvent ainsi pas être réinstallés sans autres dans un autre bâtiment (cf. art. 642 CC).

Tableau 3: Exemple d’estimation d’un immeuble Coûts d’acquisition 38 000 Fr. Durée de vie 30 ans Saisons d’utilisation 10 ans Analyse Valeur de rendement 30% des coûts à l’état de neuf de construction Durée d’utilisation totale 30 ans Durée d’utilis. résiduelle (DUR) 20 ans Frais d’entretien moyen État en 2001 très bon Taux de capitalisation à l’état neuf 8.8 % État en 2011 bon Utilité 2001: très utile 2011: utile Calcul valeur locative et de rendement: Valeur de rend. à l’état neuf (30 % du coût de construction)11 400 Fr. Valeur locative à l’état neuf (11 400 Fr. x 8,8 %) 1003 Fr. Valeur locative 2011 (facteur adéquat 0,75 x 1003 Fr.) 752 Fr. Taux de capitalisation 2011 (DUR 20 ans, bon état) 10 % Valeur de rendement 2011 7520 Fr. (752 Fr. x 10 %)

Il convient de tenir compte de ces réflexions lors de la remise du domaine ou dans le cas où les équipements n’ont pas été installés par le propriétaire foncier mais par le fermier, par exemple. S’ils sont montés de manière fixe, ces équipements font partie intégrante de l’immeuble (exception: droit de superficie inscrit au Registre foncier). On considère comme propriétaire d’équipements ou d’installations fixes le propriétaire foncier ou le titulaire du droit de superficie figurant comme tel dans le registre foncier. Ce principe ne s’applique pas aux constructions mobilières, dont le propriétaire reste celui qui les a construites (art. 677 CC). 2 2011 · REVUE UFA


TECHNIQUE AGRICOLE Les installations d’arrosage fixes sont considérées comme faisant partie de l’actif immobilier. En revanche, les dispositifs de répartition (en bas) sont considérés comme des biens mobiliers figurant à l’inventaire.

Accessoire Contrairement aux parties intégrantes, les accessoires peuvent être séparés du bâtiment sans dommage, même s’ils font partie de la chose principale et servent à son exploitation durable (art. 644 CC). L’accessoire est inclus dans l’inventaire et est estimé à la valeur d’usage et non à la valeur de rendement. Inventaire Pour ce qui est des machines et des appareils, la valeur d’usage du chédail correspond à la somme des valeurs actuelles de chacun de ses éléments. On calcule la valeur d’un élément à partir de son prix d’achat, dont on déduit un amortissement correspondant à sa durée d’utilisation (tableau 2). La durée d’utilisation varie en fonction du type de machine, de l’intensité de son utilisation et de son entretien. Les réparations débouchant sur une plus-value doivent être prises en compte comme il convient. S’il n’est pas possible d’estimer la valeur actuelle faut de prix d’achat, on fixe un prix moyen du marché (commerce des occasions).

REVUE UFA · 2 2011

Dispositions du code civil (CC) Art. 667 1 · La propriété du sol emporte celle du dessus et du dessous, dans toute la hauteur et la profondeur utiles à son exercice. 2 · Elle comprend, sous réserve des restrictions légales, les constructions, les plantations et les sources. Art. 671 1 · Lorsqu’un propriétaire emploie les matériaux d’autrui pour construire sur son propre fonds, ou qu’un tiers emploie ses propres matériaux sur le fonds d’autrui, ces matériaux deviennent partie intégrante de l’immeuble. Art. 642 1 · Le propriétaire d’une chose l’est de tout ce qui en fait partie intégrante. 2 · En fait partie intégrante ce qui, d’après l’usage local, constitue un élément essentiel de la chose et n’en peut être séparé sans la détruire, la détériorer ou l’altérer. Art. 644 1 · Tout acte de disposition relatif à la chose principale s’étend aux accessoires, si le contraire n’a été réservé. 2 · Sont des accessoires les objets mobiliers qui, d’après l’usage local ou la volonté clairement manifestée du propriétaire de la chose principale, sont affectés d’une manière durable à l’exploitation, à la jouissance ou à la garde de celle-ci et qu’il y a joints, adaptés ou rattachés pour le service de la chose. 3 · Les accessoires ne perdent pas leur qualité lorsqu’ils sont séparés temporairement de la chose principale. Art. 677 Constructions mobilières 1 · Les constructions légères, telles que chalets, boutiques, baraques, élevées sur le fonds d’autrui sans intention de les y établir à demeure, appartiennent aux propriétaires de ces choses. 2 · Elles ne sont pas inscrites au registre foncier.

Immeubles Si une installation d’ar-

Valeur de rendement Le guide

rosage est considérée manifestement comme une partie intégrante de l’immeuble, elle doit être estimée à la valeur de rendement. C’est notamment le cas lorsque les pompes, les tuyaux et les distributeurs sont solidement installés au sol. Une installation est manifestement partie intégrante d’une parcelle lorsque les conduites sont enterrées. Elles ne peuvent donc être enlevées qu’à grands frais. Lors de l’estimation, il arrive fréquemment que l’on divise l’installation d’arrosage en plusieurs éléments. Les éléments mobiles (distributeurs sur le champ, éventuellement pompes) sont estimés à la valeur d’usage en tant qu’éléments de l’inventaire. Les tuyaux enterrés sont des parties intégrantes de l’immeuble et estimés par conséquent à la valeur de rendement.

pour l’estimation ne contient pas de normes prédéfinies pour les installations d’arrosage (ou des installations de distribution de lisier similaires). Lorsque de telles normes font défaut, il faut estimer la valeur de rendement pour chaque objet (chap. 1.3.2). À la différence de la valeur d’usage, la valeur de rendement est définie comme le capital dont l’intérêt, calculé au taux moyen applicable aux hypothèques de premier rang, correspond au revenu d’une entreprise ou d’un immeuble agricole exploité selon les usages du pays (art. 10 LDFR). Le guide pour l’estimation définit en vue du calcul le rapport entre le rendement et les coûts d’investissement. Pour les étables laitières, il s’agit de 20 % environ. Pour les bâtiments spéciaux, le pourcentage peut atteindre 40 %. Le calcul type se base sur 30 % des coûts de construction. 䡵

Auteur Martin Goldenberger est estimateur immobilier avec diplôme fédéral et dirige la division estimations de l’Union suisse des paysans, Laurstrasse 10, 5201 Brougg, 寿 056 462 51 11

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

2 · 11

25


TECHNIQUE AGRICOLE

Les petits qui ont tout des grands LA GAMME «METRAC X» Présente sur le marché depuis deux ans, cette gamme s'élargit avec deux nouveaux modèles qui viennent compléter la classe inférieure. «G4 X» et «H4 X» sont les nouveaux arrivants de la gamme X. Ils ont fait leur première apparition publique tout dernièrement, lors de l’Agrama 2010 à Berne.

Les Metrac «G4X» et «H4X» remplaceront les modèles «G4» et «H4». Ils se distinguent par une évolution technique et une prise en compte des besoins du marché tout en reflétant l'image de la gamme «Metrac X».

Reform «Metrac H4 X».

Nouveaux moteurs Cette évolution commence par les nouveaux moteurs qui intègrent naturellement les nouvelles normes relatives aux gaz d'échappement de la phase IIIA, ainsi que des adaptations techniques sur les «Metrac G4 X» et «H4 X». Les nouveaux moteurs bénéficient d'un couple plus élevé et d'une plus grande puissance que leurs prédécesseurs. La cylindrée à également été augmentée. C'est donc un nouveau moteur Kubota V2403-M avec une cylindrée de 2,4 l qui équipe ces Me-

trac. La cylindrée a été accrue de 10 %. Avec 49 CV (EC 97 / 68) et un couple de 156 Nm, les caractéristiques d'élasticité et de puissance ont été fortement améliorées. Le couple maximum est atteint au régime de 1425 t / min déjà, soit à bas régime. Ce moteur aura toutes les qualités requises pour accomplir les tâches les plus lourdes qui l'attendent.

Avec réducteurs finaux Tout comme les autres modèles de la gamme «X», les «Metrac X» sont pourvus d'essieux avec réducteurs finaux. Les réducteurs finaux ont l’avantage de permettre d’éviter les surcharges sur l'ensemble de la transmission, ce qui assure une plus grande longévité au véhicule. La gamme complète «Metrac X» dispose dès maintenant d'essieux avec réducteurs finaux. En plus de l'apport des réducteurs finaux, les essieux ont également été renforcés. La charge utile par essieu est désormais de 1800 kg. Le poids total autorisé est porté à 3000 kg, ce qui augmente également la charge utile. Cette augmentation est devenue très importante pour permettre le transport d'outils portés de plus grandes dimensions. Plus gros et plus puissants Le renforcement des essieux et l'augmentation de poids total autorisé permettent en outre d'augmenter la puissance des relevages hydrauliques. Sur les «G4 X» et «H4 X», le relevage avant fixe dispose d'une puissance de levage de 1300 kg. Avec le relevage arrière (en option), la puissance de levage est de 1200 kg. La puissance de levage est donc augmentée passablement pour permettre

26

Reform «Metrac G4 X».

Tableau: Données techniques «Metrac G4 X» et «H4 X» Transmission

G4 X: mécanique H4 X: hydrostatique kW / CV 36 / 49 Couple 156 Nm à 1425 U / min Cylindrée 2434 ccm Réservoir de carburant 63 l Poids à vide ca. 1850 / 1870 kg Poids total autorisé 3000 kg Empattement 1950 mm Largeur 2000 mm Longeur 3520

l'utilisation d'accessoires plus performants au travail et lors du transport. En plus de ces nombreux développements, les «Metrac G4 X / H4 X» conservent naturellement les éléments qui ont fait leurs preuves, tels que: direction intégrale Reform, 4 WD enclenchable, blocages de différentiels et relevage guidé par l'essieu. 䡵

Agromont SA, Reform Suisse, 6331 Hünenberg www.agromont.ch 2 2011 · REVUE UFA


NOUVEAUTÉ KNOW-HOW

Convoyeur Triolet «VLC»

Brantner: Capote hydraulique

Trioliet, le premier fabricant hollandais de technique d’affouragement, met sur le marché des nouveaux convoyeurs de déchargement courbés avec chaîne de convoyage et à déplacement latéral pour un dosage réglable en hauteur vers la droite et vers la gauche. La hauteur de distribution maximale est de 1.44 m, le déplacement latéral s'élèvant à 35 cm. Les nouveaux convoyeurs de déchargement sont spécialement adaptés pour les étables disposant de tables d’alimentation étroites et celles dotées de mangeoires. Les caractéristiques innovantes des convoyeurs de déchargement à chaîne «VLC»: • Réglage en hauteur variable et déplacement latéral du convoyeur • Dosage régulier grâce à la réserve de compensation • Décharge et déplacement possible des deux côtés • Maintenance facile et réduite

On entend toujours dire que les capotes enroulées s'ouvrent et se referment qu'avec difficulté. Pour cette raison, l’équipe de recherches et développement Brantner s'est fixé pour objectif de mettre au point une capote commandée depuis le tracteur. Pour ce faire, un raccord supplémentaire à double effet est nécessaire sur le tracteur. La capote s'ouvre normalement de gauche à droite – mais peut ultérieurement, moyennant quelques opérations simples, s'ouvrir de droite à gauche. Une plateforme de service s'avère ainsi superflue. La capote hydraulique Cabrio est disponible pour l'instant uniquement sur les nouvelles remorques basculantes de type «Z 18.050/I», «Z 18.051/2 XXL», «Z 18.051/2 XXL Classic Line», «TA 18.051/2XXL», ou «TA 20.051/2 XXL». La capote hydraulique Cabrio est livrée directement montée sur la remorque.

• Chaîne de convoyage pour déchargement facilité Les convoyeurs de déchargement sont livrables pour tous les chars mélangeurs Trioliet de type «Solomix 1» et «Solomix 2» (8 – 24 m3) Serco Landtechnik SA, Hansueli Siegenthaler, 寿 079 434 48 85

Jeantil – l’épandeur de précision Une répartition fine et exacte permet une bonne valorisation des éléments fertilisants du fumier. Parallèlement à cela, l’épandage doit également pouvoir se faire de manière performante et se dérouler sans problèmes. Les utilisateurs des épandeurs à fumier Jeantil disposent de nombreux atouts. La construction monobloc robuste de la benne garantit une grande stabilité. La disposition d’un tuyau massif au sommet de la benne permet par ailleurs d’éviter que cette dernière ne soit endommagée par des outils de chargement. Le tapis d’amenée se com-

REVUE UFA · 2 2011

pose de deux chaînes très solides et de barres horizontales solidement vissées. L’entraînement s’effectue hydrauliquement via un dispositif d’entraînement démultiplié largement dimensionné. La combinaison des doigts d’épandage en acier haute résistance (hardox), le diamètre des rouleaux et le nombre de tours assurent une excellente répartition, comme l’ont récemment démontré des tests effectués par la DLG. La largeur d’épandage peut être réglée dans un intervalle de 6 à 16 m, ce qui permet d’épandre entre 3 et 60 t / ha. Le besoin moyen en puissance par tonne de charge utile s’élève à 12 CV seulement. Les épandeurs Jeantil monocoques sont disponibles dans différents modèles, à partir de 6 t de charge utile. GVS Agrar SA, 8207 Schaffhouse, 寿 052 631 19 00 info@gvs-agrar.ch, www.gvs-agrar.ch

Althaus SA, 3423 Ersigen, 寿 034 448 80 00 www.althaus.ch

Nous livrons des cochettes ® Primera ! Payerne: Tél. 058 433 79 51, Zollikofen: Tél. 058 433 79 00 Sursee: Tél. 058 433 78 00, Wil SG: Tél. 058 433 77 00

w w w. a n i c o m . c h

La Revue UFA vous fait son cinéma sur revueufa.ch

Les derniers films en ligne pour l’agriculture sur revueufa.ch 27


BRÈVES PRODUCTION VEGETALE

La production de semence est prête C’est sous ce titre que la station de recherche Agroscope de Reckenholz-Tänikon organise le 3 mars 2011 un séminaire professionnel à Reckenholz. L’agriculture suisse s’interroge sur l’ouverture de plus en plus prononcée des marchés et l’évolution des conditions cadres au niveau politique. Les exigences sont complexes et concernent également les acteurs de la filière semencière. Le progrès génétique ainsi qu’un cadre légal protégeant les semences et garantissant que les progrès réalisés soient conservés lors du processus de multiplication sont des conditions indispensables pour garantir un approvisionnement alimentaire suffisant. L’acheteur a également des exigences élevées vis-à-vis de

la semence car celle-ci représente un facteur clé pour de bonnes récoltes. Comment les acteurs de la filière semencière peuvent-ils tenir bon face à la pression économique tout en garantissant la disponibilité de semences irréprochables? Des intervenants suisses et étrangers présenteront les problèmes actuels et à venir de la production semencière. Les différentes contributions permettront à chacun de parfaire ses connaissances, de la sélection à la protection des variétés. Outre des exposés, les participants auront la possibilité d’en savoir un peu plus sur le travail des spécialistes des semences. www.agroscope.ch

Du nouveau chez Syngenta Ces vingt dernières années, l’absence de mise sur le marché d’herbicides contenant de nouvelles matières actives a renforcé les phénomènes de résistances. Syngenta a décidé de réagir à cette évolution en proposant sa nouvelle formulation «Archipel». En tant qu’herbicide de post-levée à utiliser au printemps, «Archipel» est efficace contre les graminées et adventices les plus importantes des céréales, ceci en un seul passage et sans mélange avec d’autres formulations. «Archipel» se base sur les deux sulfonylurées Mesosulfon (contre les graminées) et Iodosulfon (contre les adventices dicotylédones). Ces deux matières actives

sont fortement liées dans la nouvelle formulation, ce qui permettra de lutter efficacement contre pratiquement toutes les mauvaises herbes présentes dans le blé, le seigle et le triticale. «Archipel» est absorbé aussi bien par les feuilles que par les racines. Le dosage se monte à 1 l/ha, voire 1,2 l/ha. L’ajout d’un composé appelé Safener permet de protéger la culture contre l’effet des matières actives. Autorisé jusqu’à présent en tant qu’insecticide contre les pucerons et les mouches blanches dans les grandes cultures et les cultures spéciales, «Plenum» est désormais également autorisé en Suisse contre le méligèthe du colza; il peut ainsi être

Surfaces écologiques A partir de 2011, quelques nouveautés ont été introduites en ce qui concerne les paiements directs pour les surfaces écologiques. Ainsi par exemple, la durée du fermage doit correspondre avec la durée du contrat «éco». En outre, les surfaces conformes se trouvant en zone constructible ne donnent droit à des contributions que si elles sont exploitées par le propriétaire lui-même ou s’il existe un bail à ferme de même durée. En outre, la surface considérée doit être d’un seul tenant et mesurer au moins 2500 m2. Il est donc important que des mesures telles que la conclusion d’un bail à ferme pour ces surfaces soient prises à temps afin de s’éviter des mauvaises surprises telles que des demandes de remboursement pour des contributions déjà versées, en cas de résiliation anticipée. USP, Fiduciaire et estimations, & 056 462 51 11

Encourager la production fourragère Le comité directeur de l’Union suisse des paysans estime que le recul de la production fourragère indigène devient de plus en plus problématique car les manques doivent être compensés par des importations. Un groupe de travail a ainsi été mandaté afin de trouver des solutions pour encourager la production indigène de céréales fourragères et protéiques. L’USP estime que la raison principale de ce recul tient dans la pression persistante qui est exercée sur les grandes cultures: «la politique agricole de ces dernières années incite à l’extensification tout en abaissant la protection à la frontière». Dans le même temps, on assiste à une augmentation des importations. Afin de diminuer cette dépendance vis à vis des importations, l’USP soutient les mesures de politique agricole d’encouragement à la production indigène de cultures fourragères. Selon l’Union suisse des paysans, des mesures telles que la mise en place de taxes sur les aliments fourragers étrangers ne sont pas appropriées.

Le présentateur TV Sven Epiney a lancé le nouvel «Archipel» en compagnie de Joel Meier de Syngenta.

utilisé à la place de «Karate Zeon». Grâce à son nouveau produit « Cuprofix fluid», Syngenta introduit également dans sa gamme une formulation liquide de ce produit cuprique renommé. Son spectre d’action très large contre une multitude de maladies lui permet d’être utilisé dans de nombreuses cultures différentes. L’obtention de la bouillie est facilitée par sa formulation liquide.

Mieux se faire entendre Pour que les suisses puissent profiter des prestations de la forêt envers la collectivité, celle-ci doit être entretenue par des spécialistes, ce qui implique des investissements conséquents a déclaré Max Binder, Président de l’association Economie forestière Suisse (EFS) lors d’une rencontre avec la presse dans la forêt de Dälhölzli à Berne. Afin d’attirer l’attention des médias en cette année internationale de la forêt, l’EFS mènera diverses opérations dans le cadre de la campagne de communication «Nos forêts. Une richesse pour tous» au cours desquelles la population aura la possibilité de découvrir les forêts locales et de faire connaissance avec les professionnels de la forêt.

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 28

2 2011 · REVUE UFA


Bourse aux bonnes affaires Suite de la page 23

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre 2 Traktorenpneus, 11x36, 30 %, Fr. 120; 2 Traktorenräder, 8Loch, 14.9x28, Fr. 300; 2 LKW Pneus, 10x20, 95 %, Fr. 100; Halbkabine, zu rotem Hßrlimann, Fr. 50; Allesschnetzler, Fr. 220  052 745 12 08 Silohäcksler Epple Blasius 936, Elektromotor 15 PS, Schleifvorrichtung, Tisch hochklappbar, Fr. 900  079 321 91 93 Glocken, Treicheln, Schellen, von klein bis gross, Albertan mit Jahrzahl, Biägi, Peter Berger, Gusset, Morier, Chamonix, Muotathaler Treicheln, Preise nach Absprache; Milchtaussen, 40 l, 50 l, 60 l, pro Stk Fr. 100  041 832 14 63 Hochdruckreiniger Kärcher, alt, Fr. 500  079 426 06 35 Diverse FÜrderbänder  079 426 06 35 Bauholz, ab Fr. 330 pro m3  079 324 52 25 Milchtank, mit Tauchkßhlung, 450 l, an PW, Fr. 2500  079 469 08 85 Silogabel, elektrisch, fßr Grasentnahme im Hochsilo; Melkboy  041 480 28 36 Metrac 4004, 55 PS, top Zustand; Fronttrommelmähwerk Vicon, total revidiert  079 653 64 77 Traktor Hßrlimann D60, Baujahr 1956, rot, ohne Hydraulik, Zustand in Ordnung  079 723 61 25 Silowagen Geba, 500 l, verzinkt, wenig gebraucht; RßbenbrÜckler Fankhauser, mit Motor und Kabel  052 365 38 72 2 Pneus, neu, 12.5 80x18, mit Felgen; Kratzbodenwagen Heywang, starke Ausfßhrung, mit hydraulischer Bremse; Holzanhänger, fßr 3 Ster Spälten, ab 19.30 Uhr anrufen  034 423 44 38

REVUE UFA ¡ 2 2011

Betonmischkarrette, fĂźr 40 l Inhalt, Fr. 50  034 431 27 61

Lambretta, PV 175, Jg. 1958, fahrbereit  079 634 79 40

Milchkannen, 40 l, 50 l, sind milchtauglich, pro Stk Fr. 120  079 575 25 52

Pfähle, 1.5 m, 3 Stk.; Pfähle, verschiedene Längen, auch nach Wunsch  052 232 22 69

Heugebläse, 15 PS, Fr. 400  071 642 16 06 Anhänger, leicht, mit Brßcke, 3 x 1.5 m, Stßtzrad, Beleuchtung; Gartenzaungeflecht, HÜhe 120 cm; Wagenräder, alt  055 284 14 18

NEU NOUVEAU avec nouvelles rubriques BallenfĂśrderband  079 426 06 35 Lagerbehälter, 1 m3, 1 x 1.20 m, ab Fr. 60  079 426 06 35 Windschutzblache, Länge 5.5 m, Breite 2.5 m, fĂźr Stallgebrauch, Fr. 500  079 575 25 52 Scheibenmäher Aebi / MĂśrtl FTL 210, Arbeitsbreite 2.1 m, zu Aebi TT40 / 50 / 55, Jahrgang 2003, sehr guter Zustand  055 440 34 64 Tank a lait Packo, 800 l, remorque avec citerne trans lait 1050 l exp.  079 736 10 42 Frontmähwerk Lely 320 FC, mit integriertem Knicker, neu, Fr. 15â&#x20AC;&#x2122;900  078 824 93 19 2 Pneus, 13.6/12x28, Kleber V10; 2 Pneus, 11.25x24, altes Profil; Ladewagen Bucher T20, sehr guter Zustand; Schleuderpumpe, mit Getriebe, fĂźr Traktor, fĂźr GĂźlle und Wasser  079 634 79 40 Pferdegesellschaftswagen, fĂźr 10-12 Personen, hydraulischen Bremsen, Blinker & RĂźcklicht, 1und 2-spännig; Break Eisenteile, verzinkt + patiniert, Holzaufbau Natur; OldtimertĂśff

Stapler Elektro Lansing, HubhĂśhe 5.5 m, Freihub Triplexmast, Leergewicht 4 t, Batterie 98 %, grosse Räder, mit Ă&#x153;berrollbĂźgel, ab Platz Fr. 2000  079 603 85 63 Tränkefässer, 1000 l, mit TB oder Trog, ab Fr. 1150, Handbremse, hĂśhenverstellbare Deichsel, StĂźtzfuss und Schallwand verzinkt, 1500 l Fr. 3200, 2000 l Fr. 3500, 3000 l Fr. 3900 - Aktion 1 Stk. Fr. 2997  079 514 69 87 GummifĂśrderband, 7 m  079 426 06 35 Kreiselmäher PZ, 185 cm, mit Knicker, guter Zustand, gezogenes Gerät, Fr. 900  079 464 69 61 Laufhofabschrankungen in div. AusfĂźhrungen; Round-Pan, 17 Panel, 3 m, Fr. 2350  079 514 69 87 Weidefutterraufen in div. AusfĂźhrungen, 12 Pl. Rundbogen oder Diagonal, Fr. 1290; Futtersilos fĂźr Aussen  079 514 69 87 Melkstand Swing over, 2x4 Fischgrät Recordersystem, inkl. 8 Futterschalen, Futterschnecke mit Seilzug, 2 Futtersilos, komplett, Fr. 5200  079 464 69 61 Transporter Rapid Alltrac 1750, mit Verdeck, neue Batterie, Doppelrad, Aufgeb. LW LßÜnd, 4 Messer, kleiner Defekt am LW, Fr. 3150  079 464 69 61 Weideunterstand, mit Pultdach, Holzwände, Eisenkonstruktion verzinkt, 4 x 3 m; Pferdeboxen, in div. AusfĂźhrungen  079 514 69 87

largesse. Imbattable sĂťretĂŠ. Imbattable simplicitĂŠ. Imbattable

Herbicide innovatif pour le dĂŠsherbage des blĂŠs, seigles et triticales.

Div. Kälberiglus, inkl. Umzäunung mit Tränkevorrichtung und Heuraufe; 1er Iglu mit Umzäunung, neu,

Suite Ă la page 33

Bayer (Schweiz) AG · CropScience · 3052 Zollikofen Téléphone: 031/ 869 16 66 · www.bayercropscience.ch        de danger et les mesures de sécurité sur les emballages.

29


PRODUCTION VEGETALE

Dégâts de souris et de sangliers APRÈS LA FONTE DES NEIGES, d'importants dégâts dus aux souris et ou aux sangliers apparaissent au grand jour. De plus, les risques de pourriture des neiges ne sont pas encore passés, menaçant le ray-grass en particulier. Des trous dans le gazon sont la conséquence de l'une ou l'autre de ces trois causes.

Hanspeter Hug

Les espaces lacunaires dans les herbages sont colonisés par le trèfle blanc, la dent-de-lion, le mouron des oiseaux, la véronique, mais aussi le rumex, la renoncule, la bourse à pasteur, l'achillée et le plantain, ceci souvent beaucoup plus rapidement que par les bonnes plantes fourragères que sont le ray-grass, le dactyle, la fétuque et le vulpin des prés. Ces bouche-trous produisent peu de matière verte, en partie de mauvaise qualité fourragère et difficile à conserver.

Saisir les opportunités Restaurer un gazon endommagé, c'est une technique particulière. La semence épandue sur la prairie doit être mise au contact de la terre pour pouvoir germer et croître. Ceci n'est pas possible s'il y a tout un feutrage ou de la mousse qui couvrent les espaces dégradés. Dans les espaces remués par des animaux, les nouvelles semences épandues peuvent se développer et s'installer de manière optimale. Protégées par les plantes en place, les nouvelles pousses croissent, développent des racines et s'installent rapidement. Les restes de la prairie servent en fait de culture protectrice. Quand et comment semer? Les sursemis peuvent être réalisés plus tôt que les nouveaux semis de prairies temporaires, grâce à l'effet des plantes en place qui assurent une protection contre le vent (la bise), le froid et le dessèchement. Ainsi, des sursemis sont tout à fait possibles en février, pour autant que l'état du sol le permette. Dans les régions à forte pluviométrie où l'on récolte des fourrages grossiers, on peut aussi réaliser les sursemis après la ré30

colte des foins. Toutefois, cette technique n'est pas conseillée pour les gazons endommagés par des animaux ou par la pourriture des neiges car les espaces dénudés sont très rapidement occupés par des espèces indésirables, réduisant à néant l'avantage des lacunes ouvertes. La démarche suivante est recommandée: • Egaliser la surface de la prairie malmenée au moyen d'une ébouseuse ou en plaçant une barre de nivellement devant la herse-étrille. • Effectuer un semis à la volée (épandeur d'engrais centrifuge). L'utilisation d'un semoir en lignes est aussi possible; toutefois, la surface sera moins vite couverte par les plantes. • Incorporer légèrement la semence au moyen d'une herse-étrille. Des graines incorporées lèvent beaucoup plus vite que des graines posées sur le sol (semis au rouleau semeur). • Rouler, mais seulement si cela ne risque pas de favoriser des plantes indésirables comme le pâturin commun, la mousse, etc., qui risquent de repartir de plus belle.

Utilisation et entretien La réussite d'un sursemis dépend, pour l'essentiel, des mesures d'entretien de la prairie et des intervalles entre les coupes. Pour qu'une plantule puisse croître, il lui faut un bon contact avec le sol, de l'eau, de la chaleur et de la lumière. Elle est exposée à la concurrence directe de la flore spontanée ainsi qu'à celle des restes du gazon en place. On doit donc mettre en œuvre tout ce qui peut favoriser le nouveau semis. Il est notamment nécessaire de procéder à une première coupe dès que les restes de la prairie en

Peut-on éviter les dégâts causés par des animaux? Il n'existe pas de recette miracle contre les souris ni contre les sangliers! Les nombreux essais avec différentes techniques le confirment. Les souris se multiplient intensivement durant la période chaude; un couple de souris peut générer largement plus de 1000 descendants (pour autant que tous survivent) au cours d'une période de végétation. Le meilleur moyen pour combattre les souris consiste à placer des perchoirs pour les rapaces durant la période de repos végétatif sans couverture de neige. C'est encore la méthode la plus efficace et la moins coûteuse. La lutte contre les sangliers est en revanche beaucoup plus difficile; il faut la laisser aux chasseurs.

place menacent de couvrir et concurrencer le sursemis. C'est donc l'état du couvert végétal qui est déterminant et non le rythme d'exploitation usuel. Le même principe doit être appliqué pour la seconde coupe. Si celle-ci doit être ensilée ou séchée, c'est un handicap pour le sursemis: les passages répétés de machines lourdes ainsi que le grattage du sol par les machines de récolte (faneuse à toupies, andaineur, pick-up) ne font pas de bien aux jeunes pousses. En revanche, une récolte en herbe ou une pâture légère ont un effet favorable.

Quelle fumure? Une plantule s'installe plus rapidement si elle dispose de suffisamment d'éléments nutritifs. Mais les restes de la prairie en place peuvent aussi être stimulés par la fumure. Par conséquent, il faut bien évaluer préala2 2011 · REVUE UFA


PRODUCTION VEGETALE blement les avantages et les inconvénients d'un apport d'engrais au sursemis. Une chose est claire: avec un engrais, les deux premières coupes doivent être effectuées plus tôt que sans engrais. En tout cas, il ne faut épandre un engrais que si l'on a la certitude de pouvoir procéder à une coupe précoce. L'apport de purin après le semis est déconseillé, en particulier dans les régions séchardes où le purin n'est pas entraîné dans le sol par les eaux pluviales et reste à la surface. On a souvent eu l'occasion d'observer des brûlures sur des plantules qui ont dû pousser à travers une couche de purin.

Choix du mélange Dans une association d'espèces végétales, ce sont bien sûr celles qui peuvent profiter des meilleures conditions de croissance qui vont dominer. Par conséquent, ce sont essentiellement les conditions locales et les intentions d'utilisation qui détermineront le choix du mélange. Les bonnes graminées qui subsistent dans les restes de la prairie en place sont un bon indicateur. Ces espèces doivent être présentes dans le mélange du sursemis. Le commerce des semences propose des mélanges spéciaux pour les sursemis; leur composition diffère sensiblement de celle des mélanges classiques. Par rapport aux mélanges pour sursemis, les mélanges classiques contiennent des es-

Dans les espaces lacunaires causés par les sangliers et les taupes (photo du haut), les graines peuvent êre semées de manière optimale (photo du milieu) de manière à ce que la nouvelle prairie puisse se développer rapidement et solidement (photo du bas).

pèces qui, pour le nouveau semis, joueront le rôle de plante protectrice (par ex. le trèfle violet). Pour les sursemis, les plantes en place assumeront cette fonction. Certaines espèces s'installent très difficilement en sursemis, notamment la fléole et la fétuque. Aussi, ces espèces sont absentes des mélanges pour sursemis. Choisir un mélange classique ou un mélange spécifique pour sursemis dépend essentiellement de l'état de la prairie à rénover: si la surface détruite par les souris ou les sangliers dépasse 50%, un mélange classique est préférable; en-dessous de 50%, un mélange spécifique pour sursemis s'impose, il sera mieux adapté. 䡵 REVUE UFA · 2 2011

Auteur Hanspeter Hug, Semences UFA 8401 Winterthour

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

2 · 11

31


PRODUCTION VEGETALE

Forte propagation LA PYRALE DU MAÏS se propage très fortement dans les régions où l’on recourt au travail minimal du sol. Ce ravageur, le plus conséquent dans la culture du maïs, devrait donc être combattu sur toutes les surfaces à l’aide de trichogrammes.

Quel système utiliser? Utilisation en continu sur toute la surface: travailler avec Trichocap plus (système à suspendre en une seule fois, économise du temps)

Regina Burger

Les larves de pyrale pénètrent dans les plantes de maïs et se logent à l’intérieur. Il s’ensuit des pertes de rendement importantes en raison de la rupture des tiges ainsi que des pertes de qualité massives en raison des attaques de fusarium inhérentes. L’ampleur de ces pertes de qualité fait actuellement l’objet d’études scientifiques en Allemagne. Les résultats intermédiaires indiquent que les plantes atteintes, en comparaison avec celles qui n’ont pas été attaquées, affichent des teneurs en mycotoxines tendanciellement plus élevées dans les épis et une teneur énergétique totale inférieure dans la plante de maïs – deux désavantages notoires pour le producteur.

Les trichogrammes sont les auxiliaires les plus utilisés au niveau monDommages dus à une forte attaque de pyrales du maïs.

dial. De nombreuses études ont démontré qu’ils détruisaient efficacement les pyrales. Dans l’utilisation des trichogrammes, le succès est lié à un travail stratégique de la part des stations phytosanitaires cantonales et à une bonne utilisation pratique de la part de l’agriculteur: le début des vols de papillons doit être déterminé à l’aide de pièges, ce qui permet de connaître la période de ponte de la pyrale dans les différentes régions. Les trichogrammes s’attaquent aux œufs pondus par la pyrale: ils y pondent leurs propres œufs, ce qui détruit la descendance de la pyrale et la combat avec succès. Mais l’agriculteur doit également faire sa part de travail, notamment en surveillant les auxiliaires qu’il a commandés. Ainsi, il faut être attentif à l’arrivée de la carte d’avertissement, veiller à ce que le postier ne laisse pas le paquet au soleil et le réceptionner sans attendre, distribuer les trichogrammes le plus vite possible dans les champs – car les œufs de pyrale sont déjà là – et éviter à tout prix tout épandage ou dérive de produits phytosanitaires, ce qui pourrait nuire fortement à ces hyménoptères auxiliaires. Mais tous ces efforts sont payants. C’est ce que démontrent les expériences faites de longue date par les agriculteurs et la LANDI Reba SA Basel.

Perspectives et pronostics Dans les régions où l’on recourt au travail minimal du sol pour prévenir l’érosion, on assiste actuellement à une forte propagation de la pyrale du maïs. Les populations de pyrale qui occupent déjà le terrain et l’augmentation future des températures suite au changement climatique devraient en effet contribuer à 32

Emplacement avec fortes attaques prévisibles: utiliser le système en deux lâchers Trichobox: A suspendre après les plantes (protection élevée des trichogrammes). Trichocap: à épandre au sol (utilisation simple).

Les trichogrammes contre les mites dans la maison Les ménages touchés par les mites de la farine ont désormais de quoi se réjouir. Les larves de mites sont désagréables, ce sont des ravageurs coriaces et elles s’attaquent aux stocks de denrées sèches de toutes sortes (céréales, nouilles, fruits secs, etc.). A présent, des escadres de trichogrammes minuscules (d’une taille de 0.5 mm) viennent à bout de ce fléau. www.nuetzlinge.ch

la multiplication massive de ce ravageur. Il est donc indispensable de recourir à une lutte biologique et biotechnique continue et à large échelle contre la pyrale: hachage minutieux des chaumes de maïs (morceaux inférieurs à 3 cm) et utilisation commune de trichogrammes, si possible entre plusieurs exploitations. 䡵

Auteur Regina Burger, LANDI Reba, Auxiliaires, Lyonstrasse 18, 4053 Bâle Commandez vos trichogrammes si possible jusqu’au 31 mars 2011 auprès de votre LANDI ou directement à la LANDI Reba, 寿 061 338 40 40 ou sur www.landireba.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

2 · 11

2 2011 · REVUE UFA


Bourse aux bonnes affaires Suite de la page 29

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Fr. 700, inkl. MwSt; 1er Iglu mit Umzäunung, Ausstellungsmodel, Fr. 150  079 514 69 87 Weidezelt, 3.6 x 3.6 m, Montage auf Panels, Dachkonstruktion und Plane bis auf Boden, Fr. 2170 statt 2800, inkl. MwSt und Panels; Kunststofftank, 1000 l, Fr. 30  079 514 69 87 Schlitzfräse, fßr die Fßhrung des Entmistungsschiebers; gßnstige LÜsung fßr glatte Stallgänge, SpaltenbÜden, Gussasphalt  079 514 69 87 Panels, Sonderaktion, 3.00 x 1.60 m, robust, neu, inkl. MwSt, Fr. 159; Lßfter, fahrbar, inkl. MwSt, Fr. 1800  079 514 69 87 Kälbermilchwärmer; Bockwägeli, gßnstig  032 677 10 50 Traktor Renault 696 RZ, Jg. 2003, 145 PS, 2000 Std.; Presse Welger AP730, Jg. 1999, mit 2 Sammelwagen  079 299 49 09 Dßngeraggregat Haruwy, 3 m, mit Sabgängen, genau durch

FOURRAGE Ă vendre Maiskolbenschrotsilageballen, Bio, Format Lisebach, 85 x 85 x 125 cm; Grassilageballen, rund, Gewicht ca. 900 kg pro Stk.  041 921 16 35 Heu- und Siloballen,  079 243 75 25 Kt. Bern Div. Siloballen Oeko, Sommerschnitt, aus Bio-Betrieb  071 651 15 37

Produits fourragers Vaste assortiment dans votre LANDI. www.fourrages.ch Infoline gratuite

0800 808 850

4 bar, in sehr gutem Zustand, Fr. 590  041 921 16 35 Maisgebiss Champion M-4500; Maisgebiss Claas RU-600 Contour; Frontpacker GS Unihed; Sämaschine Nodet, 2.5 m; Hitch, zu Amazone KE; Häckselgebläse Teleskop  044 942 23 16 Traktor MF 6140, 92 PS, Jg. 1999, Allrad, Fronthydraulik, Klimaanlage, 2300 Std., Fr. 25â&#x20AC;&#x2122;000; Traktor MF 130, 30 PS, Fr. 2000; 3-Schar Pflug Lembken, mit Streifenriestern, gĂźnstig  056 441 16 57 Pflug Kverneland, 2Schar, Non-Stop, Fr. 1500  041 787 22 05 Ladewagen PĂśttinger Trend, Fr. 2300; Motormäher Bucher M500 mit BE, Fr. 1700; HeubelĂźftung Sumag, 10 PS, Fr. 350  056 634 18 54 GummifĂśrderband, 11 m  079 426 06 35 Ă&#x2013;lofen, fĂźr kleine Wohnung oder Garage, Fr. 50; Abluftbogen, neu, fĂźr Ventilator, 2 Stk., nur Fr. 50; Sämaschine Bucher, gut erhalten, Fr. 200; Rotaversilo, 50 m3, 3 m, gĂźnstig  031 879 20 10 oder 079 672 91 46 Hofladeneinrichtung: Stufenvitrine, Käsevitrine, Ladenwaage, Registrierkasse, Käsereiwaage Busch, 60 kg, fahrbar, Homogenisator, Backofen Bertschinger, Backofen Manz, neuwertig, Gastro GeschirrspĂźler Miele, neuwertig  056 634 18 54 Elektrostapler Still, Hubkraft 1600 kg, HubhĂśhe 2.9 m, mit Seitenschub, Gewicht 2880 kg, Fr. 2800; Dieselmotor Lombardini, 25 PS, 3 Zylinder, wassergekĂźhlt, 680 Std., Zylinderkopfdichtung defekt, Fr. 1050  078 744 30 32 Messerschleifapparat, fĂźr Mähermesser, Fr. 250; Elektroseilzug Demag, 1.6 t, 18 m Seil, 380 V, mit Fahrwerk, Fr. 500; 2 Break`s  062 893 34 87

Kulturegge Becker, mit DoppelkrĂźmler 3 m; Sternhackgerät Haruwy, fĂźr Kart.  052 745 24 32 oder 079 684 47 58 Subaru Impreza Turbo 2.0 l, Kombi, Allradantrieb, Jg. 1999, 178â&#x20AC;&#x2122;000 km, neue Bremsen, frisch ab MFK, Fr. 10â&#x20AC;&#x2122;900; Autoanhänger Humbaur HS 300, Gesamtgewicht 3000 kg, Nutzlast 2460 kg, Ladefläche 150 x 295 cm, 1. Inverkehrsetzung 2001, letzte MFK

NEU NOUVEAU avec nouvelles rubriques 2005, Fr. 2300  078 744 30 32 Rohrmelkanlage Melotte, in Folge Betriebsumstellung, neu, mit mobilem Melkzimmer - Container  079 774 57 31 oder 026 494 04 51

Devenez fanatique de 

     Excellente protection contre le mildiou du feuillage, des tiges et des tubercules Avec action translaminaire et systĂŠmique Nouveau mode d action pour une stratĂŠgie anti-rĂŠsistance performante #"   par tous les temps Formulation liquide

Milchkßhltank, 560 l, rund, Jg. 01, voll funktionstßchtig, gßnstig  079 774 57 31 oder 026 494 04 51 Wildkrautbßrste, zum Strassenränder reinigen, mit Kunststoff und Stahlbesen, Honda 5.5 PS, neuwertig, Fr. 2400; Krokodielzange, zu Traktor, 2 m, neu, 3Punkt, Fr. 3200; Wischmaschine, zu Grillo Mäher, Arbeitsbreite mit Seitenbesen, 1 m ungebraucht, neu, Fr. 850  078 744 30 32 6 Futterautomaten, rund, fßr Hßhner  052 657 19 01 1-Achse, mit 5-Lochfelgen, fßr 6 x 16 Pneu, Spurweite 170 cm, mit Bremsen  052 657 19 01 Kraftfuttersilo, mit Konus und Auslaufklappe, 2 m, 5.5 m hoch  052 657 19 01

Suite Ă la page 36

Bayer (Schweiz) AG ¡ CropScience ¡ 3052 Zollikofen TÊlÊphone: 031 / 869 16 66 ¡ www.bayercropscience.ch

          

et les mesures de sÊcuritÊ sur les emballages. REVUE UFA ¡ 2 2011

33


PRODUCTION VEGETALE

Revenu du travail LA BAISSE DU PRIX DES CÉRÉALES ces dernières années a entaché la rentabilité de la production céréalière suisse et provoqué un recul des surfaces cultivées. Dans ce contexte, le présent article montre l’évolution possible de la rentabilité des cultures céréalière à l’avenir.

Simon Peter

L’analyse se base sur l’exemple de la culture du blé. On calcule le salaire horaire tiré de cette production en fonction d’une comptabilité analytique pour trois scénarios de prix différents: le premier décrit la situation de 2009 avec un prix indicatif de Fr. 48.–/dt (classe 1), le deuxième celle estimée en 2020 en présence d’un prix du blé élevé de Fr. 56.–/dt et le troisième se calque sur l’année 2020 après l’éventuelle entrée en vigueur d’un accord de libre-échange (ALE) avec un prix de Fr. 26.–/dt. Pour les autres paramètres comptables (p. ex. prix de la paille, paiement directs, prix des agents de production, salaire horaire, etc.), on a repris l’étude originale de l’EPF (cf. Infobox). Pour mettre en exergue l’influence du rendement sur le salaire horaire, on analyse une large fourchette de rendements possible, alors que la moyenne se situe à 64 kg/a (graphique 1). La partie gauche de la courbe de Gauss dans le graphique 1 représente les sites atteignant des rendements inférieurs à la moyenne et la partie gauche ceux où ils sont supé-

Tabelle 1: Scénarios de prix Scénario S1 actuel S2 élevé S3 bas

Année Prix du blé 2009 48 Fr./dt 2020 2020

56 Fr./dt 26 Fr./dt

Payements directs selon «AP2011» dito dito

Coûts selon catalogue MB sans ALE avec ALE

Tableau 2: Influence du calcul des coûts sur le salaire horaire (Intenso, rendement moyen 64 kg/a) Année / Prix du blé S1 actuel: 48 Fr./dt S2 haut: 56 Fr./dt S3 bas: 26 Fr./dt 34

Référence: variante analytique 35 Fr./h 50 Fr./h 7 Fr./h

Cas 1: sans dédommagement pour le terrain 53 Fr./h (+18 Fr.) 70 Fr./h (+20 Fr.) 24 Fr./h (+17 Fr.)

Cas 2: sans coûts du terrain ni coûts fixes de mécanis. 68 Fr./h (+33 Fr.) 89 Fr./h (+39 Fr.) 40Fr./h (+33 Fr.)

rieurs. La hauteur des colonnes correspond à la fréquence avec laquelle on se trouve en présence d’une certaine classe de rendement. Cela signifie que c’est le cas du rendement moyen de 64 kg/a qui survient le plus souvent et que des rendements inférieurs, respectivement supérieurs, surviennent de moins en moins souvent.

Il n’y a pas que le prix qui est décisif Les résultats du calcul du salaire horaire sont représentés graphiquement ci-dessous tant pour la culture intensive qu’Extenso de céréales panifiables. Vu que l’on admet une courbe de Gauss pour la distribution des fréquences des rendements, il en résulte également une telle distribution pour le salaire horaire calculé (graphique 2). Ce graphique révèle qu’avec un prix du blé de Fr. 48.–/dt en 2009, les salaires horaires des productions intensive (Intenso) et Extenso sont assez proches (Intenso: Fr. 35.–/h, Extenso: Fr. 39.–/h). Cela signifie qu’avec les conditions de prix actuelles, aucune variante ne se démarque. Le choix de la méthode «Intenso» ou «Extenso» s’appuie pour l’instant bien plus sur les préférences du chef d’exploitation et les conditions locales (p. ex. propriétés du sol, précipitations, pression des maladies). La distribution du salaire horaire pour un prix du blé de Fr. 48.–/dt montre par ailleurs qu’il peut s’abaisser à Fr. 10.–/h en cas de mauvais rendement et grimper jusqu’à Fr. 60.–/h sur les sites favorables. Cela met en évidence que les conditions du site de production (bonne ou mauvaise situation) exercent une influence considérable sur la rentabilité. Avec les conditions de coûts en

2020 et un prix du blé de Fr. 56.–/dt (graphique du milieu), le salaire horaire moyen dans la production Intenso atteint environ Fr. 50.–/h. En revanche, avec un faible prix du blé de Fr. 26.–/dt (graphique du bas), il ne se monte plus qu’à Fr. 7.–/h (Intenso). Dans les zones de culture défavorables, il peut même devenir négatif ce qui signifie qu’il n’est plus possible de rémunérer le travail fourni. Par contre, le salaire horaire moyen en production Extenso – grâce à une prime indépendante du prix du blé – reste largement positif (Fr. 22.–/h) même avec un faible prix du blé. En d’autres termes, en cas de chute de prix, la rentabilité de la culture Extenso diminue moins qu’en mode intensif. C’est la raison pour laquelle plus le prix du blé diminuera, plus il vaudra la peine d’envisager de se convertir à la production Extenso.

2 2011 · REVUE UFA


PRODUCTION VEGETALE Influence de la comptabilité analytique En plus de la comptabilité analytique (référence), deux autres calculs des coûts ont été pris en compte pour montrer leur influence sur le salaire horaire. Dans le premier cas, le chef d’exploitation renonce à toute rémunération pour le terrain cultivé, par exemple s’il exclut toute possibilité d’affermage. Le deuxième cas correspond à une exploitation «en roue libre», pour laquelle on ne compte aucun dédommagement pour le sol et sans prendre en considération les coûts fixes de mécanisation (-> exploitation avec un parc machines amorti). Le tableau fournit les résultats de cette analyse pour la culture intensive. Les valeurs de la situation de référence correspondent au salaire horaire moyen des trois scénarios en comptabilité analytique. Les résultats dans le premier cas montrent que dans tous les scénarios, le salaire horaire augmente d’un peu moins de Fr. 20.–/h si l’on renonce à tout dédommagement pour le sol utilisé, soit Fr. 700.–/ha. Si en plus de cela on ne tient pas compte des coûts fixes de mécanisation (cas 2), par rapport à la référence, le salaire horaire augmente même de Fr. 33.– à Fr. 39.–/h. Avec cette stratégie «roue libre», qui consomme la substance, il n’est pas possible de dégager suffisamment de moyens pour procéder tôt ou tard à des investissements de remplacement. On ne peut pas dégager un salaire horaire universel. Les résultats montrent

que dans la culture du blé, il n’est pas possible de fournir un montant valable pour tout le monde car en plus de l’évolution du prix, le salaire horaire dépend fortement du site de production (rendement), de la forme de production (intensive, Extenso) ou du type de calcul utilisé. Dans la réalité, les paramètres de production et les décisions à prendre peuvent varier du tout au tout. Le mode d’utilisation des ressources de l’exploitation (surfaces, mécanisation, travail) comporte également des différences tout aussi importantes. C’est pourquoi il n’est pas possible, en cas de chute des prix des céréales, de déterminer un prix plancher précis au-dessous duquel l’ensemble des cultivateurs renonceraient à la culture du blé. En fait, ce prix minimal dépend principalement des conditions de chaque exploitation, notamment en matière de structure des coûts.

Résumé Dans ce contexte, à l’avenir, la culture du blé devrait surtout continuer à rester intéressante • pour les régions de cultures favorables avec un niveau de rendement élevé • pour les exploitations disposant de structures de coûts avantageuses • avec des ressources limitées en main d’œuvre ou de bonnes possibilités de revenu annexe (p. ex. agrotourisme). En fin de compte, il serait quand même possible de maintenir à l’avenir la culture du blé en Suisse et cette der-

Graphique 1: Niveaux de rendement du blé d’automne en culture intensive Moyenne = 64 inférieur à la moyenne

supérieur à la moyenne

mauvais emplacements 40

50

bons emplacements 60 70 Niveaux de rendement en kg/a

80

90

Graph 2: Distribution du salaire horaire (blé classe 1) S1 actuel: (2009): 48 Fr./dt extenso intenso

0

20

40

60

Moyenne = 35 Moyenne = 39 80 100

60

Moyenne = 50 Moyenne = 52 80 100

S2 élevé: (2020): 56 Fr./dt

0 20 40 S3 bas: (2020): 26 Fr./dt

Moyenne = 7 Moyenne = 22 0

20

La culture du blé continuera à avoir toutes ses chances à l’avenir dans les régions bien adaptées et permettant des rendements élevés ainsi que dans les exploitations disposant de structures favorables.

40 60 Salaire horaire en Fr./h

80

100

nière ne disparaîtrait pas obligatoirement avec une chute des prix à la production – d’autant plus que les discussions actuelles sur l’évolution des paiements directs semblent accorder plus de poids à la culture céréalière. 䡵

Auteur Simon Peter travaille en tant que collaborateur scientifique à la chaire d’économie agraire de l’EPF Zurich, Sonneggstrasse 33, 8092 Zurich. Etude originale Vous trouverez une traduction de l’ouvrage original à l’adresse suivante: Conséquences d’un éventuel accord de libre-échange pour la filière suisse des céréales www.afee.ethz.ch/people/Staff/sipeter/ Projects/Swissgranum-Studie.pdf Renseignements: simonpeter@ethz.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

REVUE UFA · 2 2011

2 · 11

35


Enrichissant?

Enrichissant!

Korn-Kali ® est un engrais potassique et magnésien avec 40% K 2O sous forme de chlorure de potassium et 3.6% de magnésium, 3% sodium et 4% soufre. Tous les composants de Korn-Kali® sont rapidement solubles et directement assimilables par les plantes. Korn-Kali® ne modifie pas le pH du sol, par conséquent il est recommandé sur tous les types de sol. Les effets:  Maintient la richesse du sol  Garantit des rendements élevés et stables

 Augmente l’efficacité de l’azote  Apporte K et Mg dans des proportions équilibrées

 Améliore la résidence contre le gel et la sécheresse

Korn-Kali® – la référence pour une nutrition optimale en potasse, magnésium et soufre Korn-Kali ® – la garantie du succès de vos cultures Kali AG · Murtenstrasse 116 · 3202 Frauenkappelen · www.kali.ch · info@kali.ch · Tél. 031 926 60 00 · Fax 031 926 60 01 Une société du Groupe K+S

Bourse aux bonnes affaires Suite de la page 33

Zustand, vorgeführt  079 324 87 74

Rübenvollernter Van Lengerich, einreihig, Fr. 1500  061 931 39 13

Kart. Vollernter Grimme LK 650, betriebsbereit; 3 Kunststofftanks, à 1000 l, für Heiz. - oder Dieselöl; Vorkeimharasse, 500 Stück, aus Holz  079 430 81 16

Mähdrescher IHC Axial SW, 43 m, mit Rapstisch und Maispflücker Geringhoff, guter

Rohrmelkanlage Alfa Laval, Waschautomat mit Durchlauferhitzer,

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre

Chromstahlrohr 52 mm, für 25 Kühe, Schwanzaufzughalterung, Strohmühle, für 30 Kühe  052 383 51 65 Spreizanbindeketten, mit Mentoverschluss, Gleitrollen für 20 mm, 16 Bügel  055 445 23 62 Nostalgie-Pferdezug, Maschinen + Hunde;

Düngerstreuer, 2 m; Sämaschine Aebi, 1.50 m; 3-Rad Hundekarren; Holzschlitten  T 034 435 11 15 Marder- und Fuchsfallen  079 678 35 04 Kulturegge, mit Doppelkrümler, 2.8 m, Fr. 600  079 430 57 71

Motormäher Aebi AM40, mit Gabeleingraser, top Zustand  079 430 57 71

MA 65 mit Sternradrechen Bucher; Schneeketten, 11-32  061 841 27 82

Schleppschlauchverteiler, 9 m, Preis auf Anfrage  079 435 69 50

Tandemanhänger, 1.7 m breit, 3.2 m lang, Aluwände, frisch vorgeführt, unter Dach  079 794 58 46

Front Doppelmessermähwerke, 230 m bzw. 250 m, hydr. Antrieb  079 430 57 71

Doppelkreiselschwader Kuhn GA 6000, mit gefedertem Tandemfahrwerk, top Zustand, wenig gebraucht, Fr. 12’000  079 456 36 87

Kleinviehwaage, fahrbar, guter Zustand  079 857 80 09

3 Motormäher, Oldtimer, Bucher K3, Bucher-Record, Aecherli

Motor Perkins 3.152  079 245 11 39 2 Kompletträder Terra, 48x31.00-20, neuwertig, Fr. 1500  079 670 81 65

Suite à la page 71

Semis et pulvérisation Pulvérisateurs

Epandeurs

Nouveau chez Agriott !

ISOBUS Semis monograin

Semis mécanique

Semis pneumatique

COMPATIBLE

Agriott 3052 Zollikofen, tél. 031 910 30 20, www.agriott.ch Un département de Ott machines agricoles SA

Grande précision et confort de travail. – Avec Kverneland vous êtes entièrement satisfait ! Adresse de contact: Conseiller de vente Didier Roy, 079 311 75 15 36

2 2011 · REVUE UFA


phyto-news Pommes de terre: lutte anti-pucerons En Suisse, ce sont avant tout les producteurs de plants qui sont confrontés au problème de la lutte contre les pucerons dans les pommes de terre. Toutefois, au cours des dernières années, la pression de ces insectes s'est accrue, causant toujours plus de soucis aussi aux producteurs de pommes de terre de consommation. La raison de cette augmentation réside dans la température plus élevée au printemps, éventuellement les effets des variétés, mais surtout dans le choix des insecticides pour combattre les doryphores; les pyréthrinoïdes utilisés auparavant agissaient aussi contre les pucerons. Les PER ne permettent plus d'utiliser ce genre de produit. L'utilisation d'aphicides étant fortement restreinte, les pucerons peuvent se multiplier sans obstacles. Pour les agriculteurs, les dégâts des pucerons sont difficiles à évaluer; c'est un mal un peu insidieux. Souvent, les dégâts apparaissent en même temps qu'une phase de sécheresse et l'on pense qu'elle est l'unique cause de l'affaissement des tiges alors que les pucerons augmentent le stress hydrique en suçant la sève des plantes. L'Office fédéral de l'agriculture a délivré une autorisation pour le produit Gazelle SG contre les pucerons en cultures de pommes de terre de consommation, assez tôt pour la saison 2011. Il est appliqué à raison de 200 g/ha vers fin juin, lorsque le seuil d'intervention est atteint. Gazelle SG a l'avantage d'être actif simultanément contre les doryphores. Cependant, avec les PER, ce type de traitement est soumis à une autorisation spéciale qui doit être demandée au Service phytosanitaire cantonal.  062 746 80 00   

REVUE UFA · 2 2011

www.staehler.ch

Le désherbage des céréales au printemps 2011 C'est durant l'hiver que l'on prépare les plans d'intervention pour le désherbage des céréales au printemps. Pour les champs qui n'ont pas été traités en automne, il faut décider tôt de la stratégie à adopter, en tenant compte des conditions locales et de l'expérience acquise au cours des années. Celui qui connaît bien ses parcelles n'a pas besoin de voir les mauvaises herbes pour décider de l'herbicide à utiliser. L'essentiel, pour l'agriculteur, est d'avoir le produit sous la main pour ne pas perdre de temps. En plus d'une bonne efficacité sur les mauvaises herbes, les agriculteurs sont très attentifs à la sélectivité du produit à l'égard de la céréale, à sa facilité d'utilisation et à la dose d'utilisation. Pour des raisons de coût et d'économie de temps, le céréalier dynamique veut pouvoir limiter le nombre de passages de pulvérisateur et, dans toute la mesure du possible, traiter toutes ses céréales en même temps et avec le même produit. Concert SX, un produit qui a fait ses preuves depuis plusieurs années, satisfait à ces exigences de manière optimale. La formulation SX améliore la solubilité et la miscibilité du produit, ce qui est un avantage lorsqu'on doit préparer de grandes quantités de bouillie. Sa bonne efficacité sur graminées et dicotylédones annuelles ainsi que son action très sûre

contre les rumex est encore renforcée par cette formulation. Concert SX se distingue par sa souplesse d'utilisation, la plage d'intervention possible allant du stade 3 feuilles de la céréale (contre les graminées et les dicotylédones annuelles) jusqu'au stade montaison (contre les chardons et les rumex). De plus, il peut être appliqué sans restrictions sur toutes les céréales, qu'elles soient d'automne ou de printemps. Si l'on est confronté à des lacunes dans son spectre d'efficacité face aux mauvaises herbes présentes, Concert SX peut être combiné avec presque n'importe quel produit. Un mélange avec Starane 180 contre le gaillet gratteron est généralement une bonne formule contre cette mauvaise herbe ennuyeuse. La combinaison Concert SX + Starane 180 reste la plus demandée au printemps car son efficacité est reconnue et elle est avantageuse en termes de coût du désherbage.

Stade optimal pour l'application de Concert SX

info@staehler.ch www.staehler.ch

Recommandations désherbage 2011 Stade de la céréale Utilis. en solo dans toutes les céréales Le mélange classique pour les traitements précoces

3 feuilles 13

tallage 25

montaison 29

31

32

Concert SX

100 – 150 g/ha

Contre graminées, rumex à feuilles obtuses, etc.

100 g/ha 2,00 l/ha 0,75 l/ha 100 – 150 g/ha 0,75 l/ha

Ne pas utiliser dans l’avoine

Blé d’automne, épeautre, triticale, seigle

Concert SX + Arelon S + Starane 180 Concert SX + Starane 180

Orge/avoine d’automne, orge de printemps

Concert SX 100 g/ha + Starane 180 0,75 l/ha

Contre graminées, rumex, gaillets, etc. Contre graminées, rumex à feuilles obtuses, etc.

37


PRODUCTION VEGETALE

35 ans de partenariat frigemo-McDonald’s FRIGEMO est une filiale de fenaco implantée à Cressier (NE) qui transforme annuellement 55 000 t de pommes de terre indigènes en produits prêts pour la consommation, la plus grande partie sous forme de frites.

Fritz Stucki

Dès l'ouverture du premier restaurant McDonald’s en 1976, à la Rue du Mont Blanc à Genève, un partenariat s'est établi entre Frigemo et McDonald’s. Cette collaboration repose sur des conventions orales, selon le principe de la confiance réciproque. Le leitmotiv «alliés pour la qualité et l'efficacité» tient depuis plus de 35 ans, ce qui est une performance par les temps qui courent.

Fournisseur exclusif A travers son département «pommes de terre» et avec les producteurs, fenaco est fière d'être le fournisseur exclusif de McDonald's en pommes de terre répondant aux exigences «Mac Fries» et du climat de confiance qui règne avec Frigemo. Depuis 35 ans, McDonald's achète ses «MacFries» fines, longues et croquantes ainsi que ses «Wedges» (pommes de terre râpées) chez Frigemo. Les pommes de terre qui sont livrées proviennent à 100 % de la production indigène; elles bénéficient toutes du label «Suisse Garantie» et du standard de production «SwissGAP». McDonald’s reconnaît depuis le début les qualités de la produc-

En 2010, il manquait 3'500 t d'Innovator. Compte tenu de la demande qui s'est accrue entre-temps, il faudrait que la récolte 2011 en fournisse 5000 t de plus. Pour pouvoir atteindre cet objectif, les conditions de prise en charge d'Innovateur ont été adaptées comme suit: • Réduction de la teneur minimale en amidon de 14.0 % à 13.5 %. • Liberté de choix pour la livraison (déduction de Fr. 1.50) ou sans division par deux des défauts, comme par le passé. • En ce qui concerne les conditions de prise en charge générales, des discussions sont prévues avec le comité de l’Union suisse des producteurs de pommes de terre.

38

tion suisse et de son cadre. La collaboration s'est constamment renforcée au cours des années et les deux partenaires ont beaucoup appris l'un de l'autre (voir aussi l'interview avec Rhea Beltrami).

Les rendements à l'hectare des récoltes 2009 et 2010 ne pouvaient pas être plus différenciés. La récolte 2009 laisse un souvenir désagréable car, à cause des rendements très élevés, quelque 90 000 tonnes de pommes de terre ont dû être affouragées. C'est principalement la variété «Innovator» qui a fait les frais de cette surproduction; d'importantes quantités ont dû être affourragées malgré la bonne qualité de la récolte. On comprend parfaitement que ceux qui ont produit cette variété n'aient pas apprécié cette issue. En conséquence, beaucoup de producteurs ont réduit leur surface d'Innovator en faveur d'autres variétés. L'automne dernier, on a pu recenser des rendements satisfaisants à bons, globalement au-dessus de la moyenne à long terme, cependant nettement inférieurs à ceux de 2009. Finalement, en prenant en compte une réduction des surfaces, il s'est avéré que le marché n'a pas pu être suffisamment approvisionné en Innovator. On pouvait supposer que les besoins en pommes de terre à frites pouvaient être couverts sans problème par des variétés comme «Markies», «Agria» ou «Fontane». Mais le «monde des frites» n'est malheureusement pas si simple. Les frites faites avec Innovator sont encore croustillantes sept minutes après leur passage en friteuse. C'est un critère de qualité important pour

McDonald’s a besoin des pommes de terre de Frigemo transformables en «MacFries».

McDonald's; or, les autres variétés sont nettement inférieures à Innovator sur ce point. Les producteurs, quant à eux, se demandent si une teneur minimale en amidon ne serait pas la garantie d'une texture favorable. En effet, moins les tubercules contiennent d'amidon, moins les frites restent croustillantes longtemps.

Revendication entendue McDonald's n'a pas importé les Innovator à frites qui manquaient, ce qui prouve que le partenariat décrit plus haut bénéficie de bases solides. Une telle importation aurait été sans autre possible en vertu des contingents de l'OMC. Au lieu de cela, après d'intenses discussions, des tests de qualité et des dégus2 2011 · REVUE UFA


PRODUCTION VEGETALE

«Nous poursuivons une politique d’achats nationale» Quelles quantités de frites sont-elles vendues annuellement par McDonald's dans ses quelque 150 restaurants de Suisse? En 2009, nous avons acheté près de 18000 t de pommes de terre aux agriculteurs suisses.

Rhea Beltrami, ing. agr. dipl. EPFZ et membre de la direction de McDonald’s Suisse, est l'interlocutrice de Frigemo. Elle connaît bien la branche de la pomme de terre, aussi par son expérience au sein de l'Union suisse des paysans. Revue UFA: Depuis 1976, vous achetez vos produits à base de pommes de terre chez Frigemo. Comment cette collaboration a-t-elle vu le jour? Rhea Beltrami: Quelques mois déjà avant l'ouverture du premier restaurant, le responsable des achats de McDonald's Suisse avait contacté Frigemo. Depuis lors, McDonald's s'appuie sur une politique d'achat à l'intérieur des frontières du pays. McDonald’s ne s'est pas contenté de chercher des fournisseurs suisses, mais des personnes ayant une volonté de développement en Suisse en collaboration avec l'équipe concernée de McDonald's. Et Frigemo était le partenaire correspondant précisément à cette vision. La collaboration entre Frigemo et McDonald's s'est instaurée rapidement et efficacement, les deux partenaires ayant une philosophie analogue ainsi que le même niveau de compréhension pour ce qui est de la haute qualité. Ce partenariat est scellé par une poignée de main et tient depuis 35 ans.

tations, il a été convenu d'adapter la production de frites à la variété «Markies», issue de la production indigène, pour combler les manques. Cette concession mérite d'être reconnue! Mais cette reconnaissance implique un engagement concret de la chaîne de production qui est en amont, en vue de la production et de la fourniture d'Innovator de la récolte 2011 (voir encadré). L'objectif consiste à couvrir à 100 % les besoins en pommes de terre pour la transformation en «MacFries» avec la production d'Innovator indigène. fenaco prendra en charge la totalité des quantités produites répondant aux critères de qualité usuels, même si les rendements atteignent ceux de 2009. 䡵 REVUE UFA · 2 2011

Quels critères vous semblent être le pivot de la collaboration avec Frigemo? Est-ce qu'ils ont une influence sur les méthodes de culture et de transformation des pommes de terre? Pour McDonald's, le partenariat est la base de la collaboration, raison pour laquelle dès le départ, aucun contrat formel n'a été établi, une poignée de main suffisait. Aujourd'hui encore, la collaboration repose sur la transparence, le dialogue et la confiance. Le fait que McDonald's et Frigemo collaborent depuis 35 ans prouvent que ça peut tenir. En ce qui concerne la fabrication des «MacFries», McDonald's a des directives claires ainsi que des exigences précises qui vont de la culture jusqu'au produit final. La variété de pomme de terre a une importance capitale, tout comme sa transformation. Nous recherchons des pommes de terre longues, bien formées, à la chair claire et avec la bonne teneur en amidon. Pourquoi est-ce que Mc Donald’s a des préférences pour certaines variétés de pommes de terre? Les hôtes de McDonald's s'attendent à recevoir des produits toujours frais et de qualité constante. Pour eux, la longueur, la fraîcheur et le croustillant des «MacFries» sont au centre de leurs critères de qualité. La plus grande différence entre des pommes frites standard et des «MacFries» réside dans le fait que 7 minutes après le

passage en friture, elles doivent encore être fraîches et croustillantes, d'où l'importance de la teneur en amidon et de sa structure. C'est pour ces raisons que McDonald's a misé sur la variété de pomme de terre «Innovator» depuis plusieurs années. Et que se passe-t-il si l'une ou l'autre de ces variétés vient à manquer? Les conditions climatiques ont parfois de graves effets sur la qualité et le volume des récoltes, comme on a pu malheureusement le constater cette année. Dans de telles situations de pénurie, McDonald's cherche, avec ses partenaires, une solution pragmatique et constructive. L'objectif de McDonald's consiste à trouver une solution suisse, dans toute la mesure du possible, en priorisant la qualité du produit et la satisfaction des consommateurs. Actuellement, la variété «Markies» produite en Suisse est la mieux à même de remplacer les quantités d'«Innovator» qui manquent. Il est cependant clair, pour McDonald's, que «Markies» n'est pas une variété de substitution à longue échéance. Quels conseils diffusez-vous auprès des producteurs de pommes de terre de Suisse? McDonald‘s Suisse tient à une politique d'achat nationale depuis de nombreuses années et mise sur la variété de pomme de terre «Innovator» qui est la meilleure matière première pour obtenir des «MacFries» fraîches et croustillantes. Comme elle est très appréciée par les consommateurs, les quantités achetées augmentent d'année en année. D'où le vœu de McDonald's: «Producteurs suisses, cultivez s'il vous plaît des Innovator pour Frigemo».

Pour les années à venir, l’objectif est de couvrir les besoins pour la production de «MacFries» à 100 % avec la variété «Innovator»

Auteur Fritz Stucki, Chef du secteur «Pommes de terre» de fenaco, 3001 Berne

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

2 · 11

39


PRODUCTION VEGETALE

Un indicateur de fertilité important LES ANALYSES DE TERRE Des prix d'engrais variables, de nouvelles normes de fumure (DBF 2009, valables dès 2011) et l'augmentation des quantités d'engrais à base de déchets sont les paramètres contraignants que l'agriculteur doit pouvoir gérer pour assurer la nutrition de ses cultures. Les analyses de terre lui permettent d'évaluer le niveau de fertilité de ses sols et d’établir son bilan de fumure.

Les analyses de terre sont importantes pour définir les besoins en éléments fertilisants et cibler leur utilisation.

Urs Hodel

Importance croissante des engrais de ferme La valeur fertilisante Roland Walder

des engrais de ferme a été revue à la hausse dans les DBF 2009 (valables dès 2011) alors que les quantités d'engrais à base de déchets augmentent (production de biogaz). La difficulté consiste à utiliser ces produits de manière rationnelle et intelligente par rapport aux besoins des plantes. Une utilisation non raisonnée des engrais de ferme et des engrais à base de déchets peut conduire, par exemple, à des accumulations de potasse dans certains champs, avec le risque de blocage d'oligo-éléments.

Les analyses de terre, une aide précieuse Pour mesurer l'état d'un sol (pH, teneur en matière organique) et son niveau de fertilité (azote, phosphore, potassium, magnésium), il faut d'abord prélever des échantillons de terre. L'expérience pratique démontre

Graphique: Analyses de sol Erreurs d’analyse en %

100

Prise d’échantillons de sol Préparation d’échantillon

Mesure analytique

0

100

Q2 total = Q2 prise d’écantillon + G2 préparation d’échantillon + Q2 mesure (Source: Laboratoire Anet)

Les erreurs au niveau de la prise d’échantillon sont le facteur qui a le plus d’influence sur les résultats des analyses de sol. 40

cependant que, bien souvent, de grosses erreurs se produisent lors de la prise d'échantillons. Ce sont principalement des erreurs de répartition et de profondeur des sondages qui compromettent gravement la validité de l'analyse. Pour une prise d'échantillons correcte, il faut veiller aux points suivants: • Propreté de la sonde • 25 à 35 prélèvements par parcelle • Répartir les prélèvements le long d'une diagonale traversant tout le champ ou au hasard sur toute la parcelle • Sur les parcelles au sol très changeant, prélever des échantillons séparés qui soient représentatifs de chacune des zones • Respecter une profondeur de prélèvement constante (20 cm pour les terres assolées, 10 cm pour les prairies permanentes) • Bien mélanger les prélèvements qui doivent constituer un échantillon • Identifier clairement les échantillons (nom, adresse, parcelle) • Remplir le formulaire d'accompagnement (précédent cultural, culture principale prévue) • Expédier les échantillons rapidement au laboratoire. Le prélèvement de terre est un travail exigeant qui, malheureusement, n'est pas toujours accompli avec tout le sérieux nécessaire.

entraîné par un moteur hydraulique qui peut être commandé à partir du poste de conduite. Ce système apporte de nombreux avantages. Les prélèvements de sol peuvent être effectués tout au long de l'année pour autant que la parcelle soit praticable avec le tracteur: légèrement gelée, recouverte d'une fine couche de neige, humide ou sèche. Les prélèvements sont collectés directement dans un récipient; il ne reste plus qu'à les mélanger et les mettre dans un sachet.

Le préleveur de terre de Landor Landor propose une solution originale: un préleveur de terre (tarière) hydraulique à atteler à un tracteur ou à une faucheuse à deux essieux. Le préleveur est 2 2011 · REVUE UFA


Le préleveur peut être loué. L'échantillonnage peut également être effectué sous mandat. Le service externe de Landor fournit toutes les indications utiles ainsi que les prix pratiqués.

Echantillonner les sols tous les 10 ans Pour les exploitations PER, les sols doivent être analysés tous les 10 ans. Du point de vue

agronomique, un intervalle de 4 à 6 ans est plus judicieux.

Conclusion En utilisant le préleveur de Landor, l'agriculteur peut effectuer lui-même ses prélèvements de sol en ménageant ses efforts et en en économisant du temps. Cette technique peut le motiver à faire analyser ses terres plus fréquemment que le minimum prescrit par les PER, ce qui lui permettra d'optimiser sa fumure de manière fondée et avantageuse. 䡵

Profil d’exploitation: 28 ha SAU, 160 000 kg de droit de production, betteraves, colza, pommes de terre, maïs. Elevage de lapins. Hobby: vélo, sport, musique, sports d’hiver Effectuez-vous souvent des analyses de sol?

En son et en image Une vidéo montre comment le préleveur d’échantillon de Landor fonctionne. Cette vidéo est disponible sous www.ufarevue.ch. Bernhard Lüthi de Kirchberg (BE) y explique les expériences qu’il a réalisées jusqu’à maintenant avec le préleveur d’échantillons et à quoi lui servent les résultats obtenus sur son exploitation.

Interview avec Bernhard Lüthi, Kirchberg (BE)

Auparavant tous les 8 ans. Maintenant tous les 4 à 5 ans. Les analyses de sol sont-elles importantes pour vous?

icle t cet art c h . ncernan Film co . u f a r e v u e www

J’accorde beaucoup d’importance aux analyses de sol. Je me préoccupe de plus en plus des questions liées au sol et aux éléments nutritifs. Les résultats des analyses de sol sont un instrument important pour mieux connaître mes sols. Avez-vous fait de bonnes expériences avec le préleveur de terre? Oui, tout à fait. Le préleveur de terre est facile à utiliser et simplifie énormément le travail. Mon apprenant prélève désormais plutôt trop d’échantillons de terre que pas assez (rit). Je pense que le prélèvement est plus juste que lorsqu’on l’effectue manuellement. Les échantillons peuvent par ailleurs être prélevés à tout moment, sauf lors de conditions humides. Vous allez donc continuer à utiliser le préleveur d’échantillon à l’avenir?

Unique: Tarière d’échantillonnage de sol

LANDOR Tarière d’échantillonnage de sol hydraulique à coupler au tracteur. • Système simple (les échantillons sont recueillis directement dans un récipient) • L’appareil peut être utilisé par l’agriculteur lui-même • Les échantillons de sol peuvent être prélevés toute l’année • Moins d'effort • Gain de temps important

Oui tout à fait.

Appel gratuit 0800 80 99 60 0800 LANDOR landor.ch Auteur Urs Hodel, Roland Walder, Service technique Landor, 4127 Birsfelden Téléphone gratuit pour des conseils 寿 0800 80 99 60, www.landor.ch, info@landor.ch

LANDOR, fenaco société coopérative Rte de Chardonne 2 1070 Puidoux Tél. 058 433 66 13 Fax 058 433 66 11 E-Mail info@landor.ch

REVUE UFA · 2 2011

2 · 11

GK 15.11

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

«L’

ass

ura

nce

tr d’ê

e sa

ww

tisf

or.c

nd 41

w . la

ait» h


LES CONSEILS DE SEMENCES UFA SEMENCES

Nouveautés pour les semis de printemps 2011 Maïs

La Commission technique Swissgranum a réactualisé la Liste recommandée (LR) pour les semis 2011 en fonction des résultats d’essais présentés par Agroscope Changins et Reckenholz. Pour le maïs ensilage, trois nouvelles variétés sont inscrites: • LG 30.222, précoce, haut potentiel de rendement, très bonne digestibilité et résitante à l’helminthosporiose • LG 30.225, excellent en rendement et teneur en amidon, idéal pour l’engraissement • Serezia, nouveauté de DSP avec un rendement très intéressant

Pour vous répondre fenaco Yverdon, Lukas Aebi  024 424 01 43 fenaco Sursee, Dominik Fischer  058 433 65 88 GVS Schaffhausen, Daniel Item  052 631 17 65 LV St. Gallen, Albert Fässler  071 226 77 11

Pour le maïs grain, ce sont 12 nouvelles variétés qui font leur entrée dans la LR dont les principales sont: • Laurinio, se distingue spécialement par son rendement • LG 30.222, excellent rendement avec une excellente aptitude au battage • Ludixx, bonne résistance à l’helminthosporiose • SL Silvano, dans la moyenne des essais • NK Cooler, très bon rendement et excellente vigueur au départ • Grosso, la variété à tester dans le groupe mi-tardif • Delcampo, bonne variété avec une excellente vigueur au départ

La liste recommandée sera disponible ces prochains jours sur le site www.swissgranum.ch Les résultats des essais et des observations faites par les agriculteurs ont relevé une nouvelle poussée de l’helminthosporiose dans plusieurs régions de notre pays. La seule possibilité d’éviter les risques inhérents à cette maladie est de choisir des variétés résistantes spécialement dans les endroits où les symptômes ont déjà été observés. D’autre part, d’une manière générale les semis précoces ont été plus productifs que les semis tardifs même avec le froid et le sec que l’on a rencontré en mai 2010. La pyrale demeure un souci en particulier pour le maïs grain. Grâce à l’application régulière de trichogrammes, il est possible de contenir voire de diminuer la pression des attaques. Il est aussi utile de rappeler que les variétés présentes dans la LR sont testées dans une quinzaine de lieux et sur deux ans. Ce procédé permet de proposer une gamme de semences adaptée à nos conditions. Il arrive que certaines variétés ne soient pas inscrites si un critère est significativement mauvais quand bien même elles présentent un potentiel intéressant. Avec environ 80 varié-

tés, la liste recommandée reste la base de référence pour le choix des variétés.

Tournesol 3 variétés oléiques et 4 variétés conventionnelles sont disponibles pour les semis 2011. Nouveautés: La variété LG 55.25 a été inscrite pour les régions favorables à la culture du tournesol en raison de son potentiel de rendement élevé mais avec une précocité légèrement inférieure aux autres variétés. Avec des rendements très variables en 2010 en raison des conditions météorologiques peu favorables, la culture de tournesol présente néanmoins une alternative intéressante sur le plan économique grâce notamment à sa faible exigence en intrants (engrais et produits phytosanitaires). Pois protéagineux

L’assortiment des variétés de pois protéagineux n’a pas changé pour les semis 2011. Hardy et Mascara restent les variétés principales avec Starter, Gregor et Alvesta comme alternatives. La baisse du cours de l’EURO a été intégralement reportée sur les conditions de prix. Votre Landi vous propose également toutes les informations nécessaires pour faire le bon choix variétal et des conditions avantageuses pour vos commandes anticipées. 

fenaco Winterthur, Hanspeter Hug  058 433 76 04 fenaco Lyssach, Andreas Wyss  034 448 18 61

Laissez-vous conseiller par votre service technique Semences UFA local. Plus d’informations concernant les mélanges dans le catalogue Semences UFA (dans votre LANDI) ou sur www.semencesufa.ch.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

42

2 · 11

2 2011 · REVUE UFA


BRÈVES PRODUCTION ANIMALE

Vérifier la précision du mélange Si les composantes d’une ration mélangée sont réparties irrégulièrement, l’ingestion des nutriments par les animaux ne correspond pas au plan d’affouragement et en triant les concentrés ou les aliments juteux, ces derniers peuvent souffrir d’une acidose de la panse. C’est pourquoi il est fortement recommandé de vérifier la précision du mélange après chaque changement de composante. Cela peut se faire visuellement et/ou avec un crible à pois. La détermination du taux de matière sèche constitue également un précieux instrument. Pour mélanger, il est préférable de procéder dans l’ordre suivant: ensi-

lage d’herbe, concentrés et minéraux (idéalement déjà pré-mélangés), foin et paille, ensilage de maïs. En principe, les remorques mélangeuses sans dispositif de chargement mélangent mieux que celles qui en sont dotées. En ce qui concerne la durée du mélange, 15

suffisent la plupart du temps, pour autant que le fourrage ne doivent pas être haché. Il est également important de ne pas trop remplir la mélangeuse, faute de quoi certaines parties du fourrage restent collées dans la cuve.

Robots de traite: acide peracétique ou vapeur d’eau

L’ESB se transmet par l’air

Morsures de queues à traiter rapidement

Pour la traite avec des systèmes automatiques, le risque de transmission d’agents de mammites est particulièrement important. Afin de réduire la contamination des gobelets trayeurs par les agents pathogènes, il faudrait effectuer une désinfection intermédiaire à l’aide d’acide peracétique, ou mieux encore avec de la vapeur d’eau. C’est ce que démontre une étude menée sur 23 exploitations à RheinlandPfalz (D) avec des installations de Lely (15), DeLaval (7) et GM (1).

Une litière trop humide limite le temps de repos Une étude réalisée à l’Université de British Columbia est arrivée à la conclusion que les vaches laitières restaient couchées 13.8 heures par jour lorsque la litière répartie dans les logettes était suffisamment sèche. Au contraire, lorsque la litière était trop humide, le temps de repos n’était plus que de 8.8 heures. 50% des vaches ont même évité de se coucher lorsque les logettes étaient trop humides. Différentes études démontrent que le temps de repos influence fortement la production laitière. L’entretien des logettes est donc primordial. REVUE UFA · 2 2011

Des chercheurs de l’Université de Zürich ont découvert que le prion de l’ESB se transmettait également via l’air, selon l’agence d’information agricole AGIR qui cite l’agence d’information SDA. Pour la population, il n’y a cependant aucun risque. Dans le cadre de l’essai, les particules d’air étaient en effet fortement contaminées avec le prion. Or un bovin contaminé respirerait nettement moins de prions ESB.

Chèvres: des parois dans les couches? Les chèvres préfèrent les couches en contact avec une paroi. En disposant des parois supplémentaires dans les couches, on améliore donc leur bien-être sans toutefois augmenter le temps durant lequel elles restent couchées. C’est ce que démontre une nouvelle étude norvégienne. Différentes variantes ont été analysées pour essayer de déterminer quelle était la meilleure façon de disposer ces parois.

Une activité plus intense des animaux ainsi que des queues pincées ou blessées augmentent la probabilité d’apparition de graves problèmes de morsures de queues chez les porcs à l’engrais. C’est ce qu’a confirmé une étude en Grande-Bretagne dans laquelle env. 700 porcs à l’engrais ont été examinés au moyen de caméras vidéo de leur naissance à l’abattage. Les scientifiques recommandent de prendre rapidement des mesures aussitôt qu’un porc présente des blessures dues à des morsures à la queue. Ces dernières provoquent une inflammation de l’extrémité de la queue et peuvent entraîne la formation d’abcès.

UE: Plus de castration à partir de 2018 L’UE veut renoncer à la castration des porcelets à partir du 1er janvier 2018. Cet objectif est lié à cinq conditions préalables. L’une d’entre elle est la mise au point dans la pratique d’un nez électronique pour détecter l’odeur de verrat. Une sélection, une détention et une alimentation ciblées devraient contribuer à minimiser l’odeur de verrat.

BCS optimal au vêlage Pour les vaches prêtes à vêler, un BCS entre 3 et 3.25 – sur une échelle de 5 points – est optimal. C’est ce que confirme une nouvelle étude néo-zélandaise. En présence d’un BCS élevé au moment du vêlage, la performance laitière ainsi que la teneur en protéine du lait chutent par la suite. Des BCS élevés au vêlage, une perte de BCS réduite et une prise de poids accrue sont corrélés positivement avec l’arrivée précoce d’une gestation menée à terme. Les jeunes vaches avec un faible BCS et les vaches avec un BCS élevé sont plus sensibles aux mammites. Les cétoses sont plus

fréquentes en cas de BCS élevé, alors que pour la fièvre de lait, des BCS tant élevés que faibles la favorisent. Les vaches avec des vêlages difficiles ou des veaux mortnés voient plus fréquemment leur BCS chuter après le vêlage. Des BCS faibles ainsi qu’une chute du BCS semblent être des facteurs de risque pour les métrites. On discute actuellement des méthodes qui permettraient de saisir et de mettre en valeur automatiquement la condition corporelle dans les exploitations laitières. Au niveau de la gestion du troupeau, il convient d’accorder une attention toute particulière aux vaches qui se trouvent en première lactation.

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 43


Technobase soin d’onglons 8000

Brosse à bétail

(4 traitm.)

Complet avec ressort. Conception très robuste.

39.

21500

Produit pour le trempage des trayons AGRARO

Chauffe-lait Lister

«Médicament vétérinaire autorisé» pour la prévention contre infections des PRIX BAS EN PERMANENCE mamelles chez les vaches. 5 l

20412

PRIX BAS EN PERMANENCE

80

99.-

Serviettes pour mamelles AGRARO 2 x 800 papiers (sans seau).

PRIX BAS EN PERMANENCE

47.

50

PRIX BAS EN PERMANENCE

24060

PRIX BAS EN PERMANENCE

5.

40

Pansement autocollant AGRARO 50 m × 5 cm

Balai de bambou Avec manche.

48981

PRIX BAS EN PERMANENCE

20.-

AGROLA Huile bio pour tronçonneuse

valable 09. – 19.02. 2011

66294

260.-

Huile hydraulique HLP 46 50 kg 66073

44

265.-

5

Sécateur avec poignée tournante OKAY Profi Longue utilisation. Coupe des branches de 25 mm Ø.

GARANTIE

ANS

PRIX BAS EN PERMANENCE

26.90

Scie de jardinier BAHCO Pour bois dur et sec, avec poignée en bois de hêtre. Longeur de la lame 28 cm.

10258

PRIX BAS EN PERMANENCE

3.95

14.

50 kg

459.12267

90

Utilisez les biocides avec précaution. Avant toute utilisation lisez l’etiquette et les informations concernant le produit.

PRIX BAS EN PERMANENCE

16.

PRIX BAS EN PERMANENCE

Paquet de 10 pièces.

20450

23595

23751

Cartouche fumigènes

Polyester renforcé en fibre de verre avec protection anti-UV. Abris complet avec enclos zingué et support pour seau. Mesures abri: l = 160 cm, l = 140 cm, h = 130 cm. OVF no A 16093/10

Max. 250 W, câble de 5 m incl. (sans ampoule).

90

500 ml

www.landi.ch

Lampe chauffante

PRIX BAS EN PERMANENCE

Graisse à traire AGRARO

appréciez la différence

Abri à veau

230 V/2300 Watt

25.80 189.-

96330

96326

PRIX BAS EN PERMANENCE

19029

PRIX BAS EN PERMANENCE

26.50

Echelle à usages multiples Hailo Vario 3 x 12

Coupe-branche télescopique OKAY Profi Réglable en 4 positions,

jusqu’à 8,15 m. Compensation de niveau jusqu’à 15 cm.

tubes en aluminium. Longueur: env. 64/98 cm. Coupe des branches de max. PRIX BAS EN PERMANENCE 35 mm Ø. Poids: env. 1,3 kg.

35996

5 GARANTIE

ANS

PRIX BAS EN PERMANENCE

349.-

19105

27.90

Huile universelle pour engrenages SAE 80 W-90

Grasse universelle

50 kg

66505

66004

299.-

4,5 kg

PRIX BAS EN PERMANENCE

58.-

Multigrade HD SAE 15 W-40

AGROLA Spray universel

180 kg

300 ml

65056

PRIX BAS EN PERMANENCE

839.-

58410

PRIX BAS EN PERMANENCE

3.90

2 2011 · REVUE UFA

Sous réserve de changements de prix ou d’articles

23753


S O N D E R T H E M A FOCUS

Février 2011

Fertilité en production laitière

Photo: agrarfoto.com

Chaleurs cachées et retours de chaleurs Favoriser la fertilité avec l’affouragement Aliment de démarrage bio Les principaux éléments de confort La génétique joue un rôle central Alerte SMS pour les vaches en chaleurs

46 48 50 52 54 56


FERTILITÉ PRODUCTION ANIMALE

Où donc se situe le problème? LES TROUBLES DE LA FERTILITÉ peuvent en principe être subdivisés en trois catégories distinctes chez le bétail laitier: absence de cycle, chaleurs discrètes et retour de chaleurs. Pour comprendre ces troubles, il est indispensable de connaître le cycle de fertilité «normal», auquel ne participent qu’un nombre restreint d’organes et quelques hormones.

Thomas Kaufmann

Chez la vache, le centre de contrôle supérieur de la fertilité se situe dans le tronc cérébral. La GnRH (Gonadotropin Releasing Hormone), ou gonadolibérine, est une hormone produite dans l’hypothalamus et libérée de façon contrôlée dans le sang. Elle atteint directement le lobe antérieur de l’hypophyse via une circulation sanguine spécifique (système de circulation porte). Cette seconde glande produit plusieurs hormones, dont la FSC (hormone folliculo-stimulante) et la LH (hormone lutéinisante = hormone stimulant le corps jaune). Leur production est stimulée par la GnRH, la seconde n’étant toutefois libérée qu’en présence d’une forte stimulation. La FSH et la LH, une fois libérées dans le sang, circulent dans tout le corps. Les organes cibles de ces deux hormones sont les ovaires (graphiques 1 et 2).

Graphique 1: Régulation des hormones de la fertilité

L’ovaire de la vache contient des millions de follicules (petites bulles) minuscules. Huit à douze d’entre eux sont «recrutés» tous les sept à dix jours pour commencer à croître. En général, un d’entre eux devient dominant, inhibant de la sorte la croissance des autres, lesquels se résorbent. Lorsque la concentration de FSH (et de LH) est suffisante, le follicule dominant continue sa croissance et passe par une phase de maturation. Si les concentrations hormonales sont insuffisantes, la maturation ne peut se terminer et le follicule dominant se résorbe également.

La phase de maturation se caractérise par une production d’oestrogène dans les cellules de la paroi folliculaire. Cette «hormone des chaleurs» est libérée dans le sang et stimule la libération de GnRH (rétroaction positive). La concentration élevée de GnRH induit une augmentation très rapide de la LH dans le sang. Ce «pic de LH» dure environ sept heures et donne le signal de l’ovulation à peine 24 heures plus tard.

Hypothalamus GnRH Hypophyse FSH

LH Ovaires

Prostaglandine Oestrogènes

Progestérone

Utérus, vagin, etc.

46

L’ovulation est marquée quant à elle par le fait que le follicule se vide à l’extérieur. L’ovule qu’il contenait est recueilli par le pavillon de l’oviducte, puis transporté en direction de la matrice. Les cellules de la paroi folliculaire se transforment alors en corps jaune pour produire, en lieu et place d’estrogène, de la progestérone (hormone de gestation). La concentration de celle-ci dans le sang croît petit à petit jusqu’à ce que le mécanisme de rétroaction négative bloque la production de GnRH, stabilisant la concentration. Environ 15 jours après l’ovulation, la matrice com-

mence à produire de la prostaglandine, qui inhibe la production de progestérone par le corps jaune. Le mécanisme de rétroaction négatif sur l’hypothalamus s’en trouve supprimé, accroissant de la sorte la libération de GnRH et, par induction, de FSH et de LH. Un nouveau cycle peut donc recommencer (graphique 3).

La gestation empêche la production de prostaglandine au niveau de la matrice. Le corps jaune est ainsi maintenu et produit la progestérone durant toute la gestation. Un mécanisme de rétroaction négatif inhibe également la libération de GnRH, empêchant ainsi la mise en route d’un nouveau cycle.

La naissance s’accompagne d’une grande production de prostaglandine dans la matrice, entraînant la résorption du corps jaune. Le mécanisme de rétroaction négatif disparaît, ce qui en principe devrait permettre de lancer un nouveau cycle. Pour arriver à l’ovulation, une nouvelle vague de maturation de follicule requiert suffisamment de GnRH et, par induction, de FSH, ainsi qu’un pic de LH. La production de GnRH dépend toutefois, outre de la concentration d’oestrogène et de progestérone, d’un certain nombre d’autres hormones, de minéraux et, en particulier, de produits du métabolisme énergétique.

Une production trop faible de GnRH peut voir le jour lorsque le bilan énergétique est insuffisant. S’il est difficile d’éviter ce cas de figure en début de lactation, on peut influer sur son ampleur et sur sa durée. Un embon2 2011 · REVUE UFA


FERTILITÉ PRODUCTION ANIMALE chaleurs? Pour ce qui est de la résorption, l’ovule est certes fécondé et l’embryon rejoint la matrice, mais il est à nouveau résorbé au cours des six premières semaines de la gestation. Il existe un grand nombre de causes possibles: stress thermique extrême, légère inflammation de la matrice, teneurs élevées en urée, mauvaise qualité de l’ovule et/ou de la semence et défauts génétiques de l’embryon.

Conclusion Une bonne fertilité dans le troupeau laitier ne va pas toujours de soi. Elle demande un engagement. L’investissement en temps, l’affouragement, la garde, la sélection et de nombreux autres facteurs requièrent une optimisation. 䡵

Les kystes ovariens sont une forme particulière de l’absence de cycle. En l’occurrence, la production de GnRH suffit pour la formation de FSH, mais pas pour celle de LH. Le follicule dominant produit des estrogènes durant la phase de maturation et, l’ovulation manquant en raison de l’absence de pic de LH, le follicule continue de produire des oestrogènes durant de nombreux jours en raison de sa croissance continue.

Les chaleurs discrètes sont une notion indiquant que les ovaires présentent un cycle «normal», mais que les chaleurs n’ont pas été observées par l’agriculteur. Il y a plusieurs cas de figure: soit la vache n’a pas montré de chaleurs ou alors des symptômes très discrets, soit les signes distincts n’ont simplement pas été observés. Comme pour le problème «pas de cycle», l’axe hormonal GnRH – FSH – LH joue ici un REVUE UFA · 2 2011

rôle central. Lorsque les concentrations de ces hormones sont restreintes, la vache montre moins bien les symptômes de chaleurs.

Auteur Dr med. vet. Thomas Kaufmann est vétérinaire spécialisé auprès du service sanitaire bovin (SSB). Ses activités portent principalement sur la médecine de troupeau et l’affouragement du bétail laitier. www.rgd.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

2 · 11

Le retour de chaleurs signifie que les vaches viennent régulièrement en chaleurs, mais que l’insémination ne mène pas à la fécondation. Les raisons de ce phénomène peuvent être recherchées au niveau de l’ovulation. L’absence d’un pic de LH suffisant peut retarder celle-ci, voire l’empêcher.

Graphique 2: Fonctions sur l’ovaire FSH

LH

Prostaglandine Maturation Sélection Ovulation Croissance Lutéinisation (formation du corps jaune)) Recrutement Lutéolyse (Dégradation du corps jaune)

Heures d’observation inadéquates sont, outre les principaux facteurs de risques déjà mentionnés, au nombre des facteurs de garde venant s’y ajouter. Le manque de temps de la part du chef d’exploitation est souvent la raison primaire de la non-observation de symptômes de chaleurs apparents. Les vaches sont distraites lors de l’affouragement et de la traite et 70 % d’entre elles manifestent les chaleurs entre 18 heures et 6 heures.

Les erreurs d’insémination et la résorption sont deux raisons de retours en chaleurs. Pour les premières, comment déterminer le moment propice à l’insémination si l’on n’observe pratiquement pas de symptômes de

Horizon temps

Graphique 3: Concentrations hormonales 20 Concentration relative

point trop important au vêlage, un mauvais affouragement préparatoire et une alimentation ne tenant pas compte de la production après le vêlage sont des facteurs de risques connus. Certaines maladies du début de lactation comme la paralysie, les inflammations de la mamelle ou de la matrice peuvent aggraver encore le bilan énergétique.

Lorsque l’insémination artificielle n’offre pas de bons résultats, il peut parfois s’avérer utile d’avoir recours au taureau.

Ovulation

Ovulation

15 10 5 0 0 FSH

LH

7 Oestrogènes

14

21

Tage

Progestérone 47


FERTILITÉ PRODUCTION ANIMALE

Fertilité et alimentation LES PROBLÈMES DE FERTILITÉ représentent une cause de réforme sur quatre chez les vaches laitières. Or l’affouragement a un impact important sur la fertilité. Ainsi, il est particulièrement important que la consommation soit maintenue à un niveau élevé durant la phase de tarissement et que l’approvisionnement en sels minéraux soit adapté à la phase en question, tout en évitant les changements brusques de ration.

Hansueli Rüegsegger

Tous les troubles de fertilité n’ont pas de loin pas les mêmes causes. Il est nécessaire d’analyser précisément quels sont les problèmes qui surviennent sur l’exploitation concernée. Les différents troubles des chaleurs s’expliquent souvent par des problèmes hormonaux. Cela se traduit par un affaiblissement du cycle ou un retard de l’ovulation. Si les vaches reviennent régulièrement en chaleurs, les inséminations n’aboutissent pas à une gestation.

Bilan énergétique Un bilan énergé-

Tant les retours que l’absence de chaleurs sont étroitement liés à l’affouragement. Photo: agrarfoto.com

48

tique fortement négatif est la principale source d’absence de chaleurs. Lorsque la vache doit mobiliser trop de graisse corporelle durant la phase de transition et surtout durant la phase de démarrage, il s’ensuit un déficit en glucose qui handicape le bon fonctionnement des ovaires. Lorsque la mobilisation de graisse corporelle est trop importante, le corps produit trop de corps cétoniques. Ces substances nocives sont véhiculées dans le sang et excrétées ensuite à travers le lait et les excréments. Comme les ovaires sont fortement irriguées de sang durant la phase des chaleurs, elles sont plus fortement en contact avec les corps cétoniques, ce qui a un impact négatif sur leur fonctionnement. Les taux d’urée ne sont pas seulement élevés dans le lait et l’urine mais également dans les muqueuses de l’utérus. Des concentrations élevées en urée ont une influence négative sur la nidification de l’ovule fécondé. Pour que les valeurs d’urée se situent dans l’intervalle cible de 20 à 30 mg/dl, la proportion de matière azotée doit s’élever à environ 15 % de la ration globale. Si la vache a été inséminée avec succès, les valeurs d’urée peuvent tou-

tefois être un peu plus élevée sans que cela ait de conséquences négatives.

Choix du sel minéral adapté Lorsqu’une exploitation est confrontée à des problèmes de retours de chaleurs, les causes ne sont pas nécessairement les mêmes qu’en cas d’absence de chaleur. Un approvisionnement insuffisant en minéraux et en oligo-éléments est fréquemment à la base du problème. A cet égard, ce n’est pas seulement la quantité de minéraux distribuée qui a un impact décisif mais aussi et surtout le choix des minéraux adaptés. Le bilan énergétique négatif a également un impact important. Plus la vache mobilise de graisse corporelle au moment de l’insémination et plus le succès d’insémination est faible.

ment possible d’opter pour une ration plus riche en énergie. Il est important que les vaches reçoivent un fourrage d’une qualité irréprochable et qu’elle puissent le consommer en permanence. La consommation de MS doit en effet être maintenue à un niveau aussi élevé que possible durant la phase de tarissement, pour maintenir le volume de la panse.

Rattraper l’approvisionnement en minéraux Lorsque la concentration en nutriments de la ration est basse, il convient d’accorder une attention particulière à l’approvisionnement en substances actives et en vitamines. Durant la lactation, il est souvent difficile d’assurer

Mycotoxines Les retours de chaleurs peuvent également être engendrés par des souillures au niveau de l’utérus ou des valeurs d’urée trop élevées. Une forte présence de mycotoxines dans le fourrage peut également entraîner des problèmes de fertilité. Il faut donc veiller à ne pas administrer de fourrages chargés en mycotoxines. En cas de doute quant à la présence de champignons nocifs, il convient d’utiliser des éléments liants les mycotoxines, comme c’est notamment le cas de l’UFA 71 – 700. Ces éléments lient les champignons nocifs et empêchent que la population microbienne ne subisse d’altération. Les deux phases du tarissement Le tarissement doit être divisé en deux phases. Au cours de la première, l’offre en nutriments est limitée à environ 5 – 5.2 MJ NEL/kg MS. Lorsque les vaches présentent un BCS trop faible, il est égale2 2011 · REVUE UFA


FERTILITÉ PRODUCTION ANIMALE

Bêtacarotène dès la phase de transition On sait que la teneur en bêtacarotène du fourrage de base diminue avec le temps lors du stockage. Celle du foin et surtout du maïs est faible (graphique). D’une manière générale il convient d’ajouter du bêtacarotène (p.ex. UFA 996 CYCLO EXTRA) à toutes les rations. Dans les rations à base de foin ou en présence de fourrage de base de mauvaise qualité, le bêtacarotène doit être intégré plus tôt dans la ration. Au cours de la phase de transition, il joue un rôle important. Le développement du follicule débute 60 à 80 jours avant les chaleurs. Cela signifie que la constitution du follicule indispensable aux premières chaleurs débute déjà lors de la phase de transition. En cas de déficit en bêtacarotène au début du processus de maturation, les follicules se développent de façon insuffisante. C’est pourquoi il convient d’administrer du bêtacarotène durant la phase d’adaptation à la ration jusqu’à l’insémination fécondante.

Accoutumance progressive à la ration Pour autant que la composition de la ration diffère entre le tarissement et la lactation, il est judicieux d’habituer les vaches prêtes à la ration qui leur sera distribuée après vêlage. Les microbes de la panse doivent en partie être constitués et adaptés à la nouvelle ration de base. Une ration exclusive de foin durant le tarissement est souvent trop pauvre en amidon. Par contre, le maïs et le concentrés en contiennent beaucoup. L’absence d’amidon empêche la constitution d’une flore ruménale appropriée, ce qui se traduit par un risque plus élevé de bilan énergétique déficitaire, une ovulation plus tardive et un plus faible niveau d’insémination première, d’où l’importance d’habituer progressivement les vaches aux concentrés. Durant la phase de transition, il faut continuer à utiliser un sel minéral spécial tarissement pauvre en calcium afin de favoriser la mobilisation du calcium à partir des os, de manière à ce que le métabolisme soit déjà habitué à ce processus après le vêlage.

Après le vêlage Chez une vache en bonne santé également, la consommation diminue à 8– 9 kg de MS le jour qui suit le vêlage. Plus la consommation de MS est élevée aux alentours du vêlage,

Graphique: Bêtacarotène dans le fourrage de base mg ß-carotène/kg matière sèche

l’approvisionnement en substances actives, raison pour laquelle les «batteries» doivent à nouveau être rechargées durant la phase de tarissement, par exemple avec le sel minéral spécialement adapté à la phase de tarissement, le Minex 971.

300 250 200 150 100 50 0

Herbe pâturée

Ensilage d’herbe de qualité

Ensilage d’herbe moyen

Ensilage de maïs

Foin

meilleur est le démarrage dans la nouvelle lactation. Les vaches mangeront d’autant plus qu’elles recevront le meilleur fourrage possible. Chez les vaches hautes performances, il faut tout faire pour limiter la mobilisation de graisse corporelle. L’ancienne méthode qui consiste à abreuver la vache fraîche vêlée avec de l’eau chaude et les additifs correspondants contribue à activer le métabolisme. Après le vêlage, le sel minéral distribué doit être riche en calcium, de manière à couvrir les besoins élevés de la vache durant cette période. Des additifs supplémentaires tels que des levures soutiennent efficacement la vache lors de la phase de démarrage et contribuent à activer le métabolisme. Dès que la vache est gestante, on peut passer à un fourrage plus avantageux exempts de tels additifs.

1.5 kg de plus par semaine Même si la performance laitière de la vache augmente fortement au cours des premiers jours, la quantité de concentrés administrée ne devrait pas augmenter trop fortement – pour éviter le risque d’une acidose de la panse – mais proportionnellement à la consommation de fourrage de base, soit d’environ 1.5 kg par semaine. Moins une vache a de troubles métaboliques durant le démarrage, plus les premières chaleurs apparaîtront rapidement et meilleure sera le taux de première insémination fécondante.

Conclusion Une bonne fertilité est une condition sine qua non pour le succès de la production laitière et, dans ce contexte, l’affouragement joue un rôle décisif. Durant toute la lactation et le tarissement, il doit être adapté aux besoins des vaches. 䡵 REVUE UFA · 2 2011

Auteur Hansueli Rüegsegger, UFA SA, 3360 Herzogenbuchsee. Vous avez des questions en ce qui concerne la fertilité? Le conseiller technique UFA en production laitière de votre région vous renseignera volontiers. www.ufa.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

2 · 11

49


PAGE BIO

Maintenant avec des oligoéléments liés organiquement DANS L’ALIMENT DÉMARRAGE BIO D’UFA les oligoéléments comme le sélénium et le cuivre sont maintenant liés sous une forme organique. Ce faisant, ils sont mieux et plus rapidement disponibles que les éléments anorganiques conventionnels.

Jacques Emmenegger

Les animaux ont besoin d’oligoéléments pour leur métabolisme. Ces derniers sont des constituants d’enzymes actifs dans une multitude de processus immunitaires, ayant trait à la fertilité et dans la protection contre l’oxydation. Les animaux ne sont pas en mesure d’ingérer une quantité suffisante de certains oligoéléments à partir du fourrage de base. Une complémentation est donc indispensable.

En fonction du partenaire de liaison Les oligoéléments liés organiquement sont associés à des protéines ou des polysaccharides. La disponibilité pour les animaux dépend du partenaire de liaison et, dans ce contexte, ce sont les polysaccharides qui offrent la combinaison de liaison la plus assimilable.

Jusqu’à présent

les aliments bio ne devaient contenir que des oligoéléments anorganiques (non vivants). Cela avait pour inconvénient que des interactions entre les éléments limitaient l’absorption d’autres minéraux. Par exemple, le molybdène et le soufre issus du fourrage de base peuvent lier du

En cas de carence de sélénium par exemple, les vaches laitières ont une propension à la rétention des arrièrefaix, à la formation de kystes, à l’avortement, à l’inflammation des articulations du jarret et à mettre au monde des veaux avec peu de vitalité. Une carence en cuivre provoque des chaleurs silencieuses, des retours de chaleurs ainsi qu’une diminution des performances. Pour plus d’informations:

Dix vêlages comme objectif d’élevage www.ufa.ch

Chose rare pour une stabulation libre, les 40 vaches de race brune du couple de fermiers Nicole et Pascal Scheuber arborent encore des cornes. Les Scheuber sont en effet convaincus que les cornes jouent un rôle important pour le bienêtre des animaux et estiment qu’il s’agit d’un argument de vente important pour leur lait.

s’étalent sur 3 resp. 4.8 m de large. Chaque vache dispose en outre de 1 m de place à la crèche. La stabulation a été construite en 2008 après qu’un incendie a ravagé les anciennes installations. L’installation du taureau à proximité immédiate de la salle de traite, d’où il joue un rôle actif dans l’identification des chaleurs, a largement fait ses preuves et se traduit par de bons résultats de fertilité.

Dimensions généreuses

Afin de minimiser le risque de blessures et de bagarres, l’étable a été largement dimensionnée. Les logettes mesurent ainsi 1.33 m de large alors que les couloirs

50

Longévité

«Nous n’avons pratiquement aucune vache à l’étable dont la mère n’a pas produit durant au moins dix lactations», explique Pascla Scheuber.

Ses vaches produisent environ 6000 kg par lactation. Les teneurs sont excellentes, soit de 4.1 % pour la graisse et de 3.6 % pour la protéine.

Affouragement avec une mélangeuse L’affouragement d’hiver s’effectue à l’aide d’une mélangeuse. La ration partiellement mélangée contient du fourrage grossier provenant de trois tas différents: foin, regain et foin écologique. Le fourrage grossier est humidifié avec 250 l d’eau avant que des cubes de maïs, des minéraux et de la luzerne hachée y soient ajoutés. L’aliment – en REVUE UFA · 2 2011


PAGE BIO

UFA 174 et UFA 274 UFA 174 (flocons) et UFA 274 (granulés) ont été spécialement conçus pour les 100 premiers jours de la lactation. Ils contiennent tous deux plus de 7.4 MJ NEL/kg et 220 g de matière azotée. La phase après le vêlage est la plus contraignante pour le métabolisme de la vache. Les oligoéléments liés organiquement dans l’aliment démarrage UFA contribuent à ce que les vaches laitières passent cette phase avec succès, qu’elles restent en bonne santé, qu’elles vivent plus longtemps et qu’elles renforcent ainsi la rentabilité de la production laitière. Aussi bien UFA 174 que UFA 274 contiennent des levures pour favoriser l’activité ruménale. Après les aliments démarrage, il est conseillé de passer à UFA 278 (7.3 MJ NEL /kg, 220 g/kg matière azotée), qui est adapté aux besoins de la phase de production, notamment en ce qui concerne les minéraux et les vitamines. UFA 278 a fait ses preuves en tant que fourrage «d’appât» dans les salles de traite ou les systèmes de traite automatiques. Jusqu’au 26 février 2011, nous offrons un rabais de Fr. 3.– / 100 kg sur les aliments vaches laitières bio!

Les oligoéléments sont nécessaires au bon fonctionnement du métabolisme et du système immunitaire. Photo:: agrarfoto.com

cuivre libre dans la panse. UFA vient de recevoir de l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL) une autorisation pour l’utilisation d’oligoéléments liés organiquement dans l’aliment bio. Nouvellement, les aliments démarrage UFA 174 F et 274 (cf. encadré) sont disponibles avec du cuivre, du manganèse et du zinc liés à des polysaccharides. On ajoute déjà depuis un certain temps du sélénium sous forme de levure.

• régénérescence plus rapide de la matrice, début plus rapide des activités cycliques après le vêlage • moins d’infections bactériennes • meilleure performance des animaux. La plupart des oligoéléments organiques arrivent directement dans l’intestin grêle où les molécules sont dégradées par les propres enzymes du corps et où se déroule l’absorption. Chez les vaches, 20 à 25 % des oligoéléments qui se trouvent en marge des complexes suivent le chemin des microorganismes de la panse.

Promotion des produits bio

Bon pour la mamelle, les onglons et la fertilité Selon des

Jusqu’à fin octobre 2010, 6.9 % de lait bio en plus a été transformé en produits bio par rapport à l’année précédente. Vu que les quantités produites augmentent légèrement (+2.4 % à fin octobre par rapport à 2009), le marché du lait bio devient de plus en plus équilibré.

études, les oligoéléments liés organiquement ont une influence positive aussi bien sur la santé de la mamelle et la qualité des onglons que sur la fertilité. Ainsi, ils augmentent la qualité des onglons de 21 % comme l’a démontré une étude de l’université de Zurich. De nombreux essais attestent en outre que les minéraux organiques diminuent significativement le nombre de rétentions des arrière-faix et de métrites, tout en renforçant l’immunité.

Les avantages

des oligoéléments liés organiquement sont manifestes chez les bovins, tout comme chez les porcs: • moins d’interactions avec d’autres oligo- ou macroéléments (Ca, Fe) • meilleurs taux de résorption (perméabilité dans l’intestin grêle)

Auteur Jacques Emmenegger, Service technique UFA SA, 3360 Herzogenbuchsee.

Contact: 寿 061 385 69 28, magdalena.blonkiewicz@bio-suisse.ch

Le marché du lait se remet

On recherche des fruits bio L’offre en fruits bio ne parvient pas à couvrir la demande. Les surfaces cultivées pourraient surtout être fortement augmentées en ce qui concerne les cerises et les pruneaux, mais également les framboises et les fraises. Même si c’est dans une plus faible mesure, il y a également un potentiel pour une augmentation des fruits à pépins. Les bons prix à la production rendent les cultures fruitières bio intéressantes.

2 · 11

frontée durant un certain temps au problème de veaux qui présentait fréquemment un réflexe de succion. Suite à cela, Pascal Scheuber a augmenté les apports minéraux en les faisant passer de 50 à 100g par vache et par jour. Depuis lors, les veaux sont à nouveau en parfaite santé.

REVUE UFA · 2 2011

Les paysan-ne-s bio qui travaillent au quotidien peuvent convaincre les consommateurs avec authenticité des avantages de la qualité bio. C’est pourquoi Bio-Suisse recherche des paysan-ne-s Bourgeon communicatifs prêts à s’engager contre rémunération dans la promotion des ventes dans le commerce de détail. Sur le point de vente, ils rendent les consommateurs attentifs à la diversité des spécialités bio.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

Augmentation de l’apport en minéraux L’exploitation a été con-

moyenne 580 kg par vache et par lactation – est distribué en fonction de la performance individuelle des vaches, avec de l’UFA 278 durant la phase de production et de l’UFA 279 durant la phase de démarrage.

BRÈVES

Nouvelle fromagerie Une nouvelle fromagerie dotée d’une capacité de transformation de 2.5 millions de kilos de lait est opérationnelle depuis la fin 2010. La totalité des produits sont fabriqués à partir de lait de non ensilage

et de lait provenant d’exploitations bio de la région.

Journée du 16 février UFA organisera une journée d’information à la ferme du cloître de Disentis le 16 février 2011 (de 9h30 à 15h). Les nouveaux potentiels de production (conseil bio dans le canton des Grisons), les actualités dans le domaine du lait (Bio-Suisse), le marché des animaux de boucherie (Anicom) et l’affouragement bio (UFA) feront partie des thèmes abordés. Une visite de l’exploitation sera organisée après le repas de midi. Le service technique UFA Wil (寿 058 434 13 00, bdwil@ufa.ch) prendra note des inscriptions. 51


FERTILITÉ PRODUCTION ANIMALE

Quatre éléments déterminants SYSTÈMES DE DÉTENTION ET CLIMAT Les vaches qui se portent bien se distinguent par une meilleure fertilité. Leur bien-être est fortement favorisé par un niveau de confort élevé. Outre l’affouragement, quatre autres éléments sont importants: le mouvement, le repos, la lumière et l’air.

Ueli Wolleb

Un environnement d’étable optimal est décisif pour un niveau de performance élevé en production laitière. Les conditions de vie à l’étable devraient s’approcher au maximum du comportement naturel. Les vaches sont ainsi moins stressées et plus à l’aise. L’impact d’un niveau de production élevé est surtout visible au niveau de la fertilité. Dans la nature, c’est en effet la fertilité qui diminue en premier lieu lorsque les conditions ne sont pas optimales.

Lumière Chez certaines espèces animales comme les chèvres et les chevaux, le cycle menstruel dépend surtout de la longueur du jour. Cette gestion naturelle de la fertilité a pour conséquence que les jeunes animaux viennent généralement au monde au printemps, lorsque les chances de survie sont les plus importantes. Chez les bovins, le cycle menstruel n’est pas influencé par la luminosité. Cette dernière influence toutefois l’activité des vaches. Afin de les motiver à consommer du fourrage, il faudrait veiller, lors de la construction d’un nouveau bâtiment, à ce que la zone d’affouragement soit aussi claire que possible et que l’aire de repos soit plutôt sombre. Le type de lumière influence cependant la fertilité des vaches. La lumière naturelle est préférable à l’artificielle car cette dernière est exempte de rayons UV. Mais ces derniers sont stoppés par les surfaces vitrées. Ils n’ont un impact favorable sur les animaux que lorsqu’ils sont au pâturage, sur l’aire de promenade ou abrités dans des étables à front ouvert. C’est ce qui explique notamment pourquoi la fécondité est souvent meilleure au printemps qu’en hiver dans les stabulations entravées. 52

Mouvement Le mouvement fait partie des besoins de base des bovins. Comme il s’agit d’animaux qui vivent en troupeau, le contact social joue également un rôle prépondérant. Ces deux caractéristiques comportementales peuvent être mieux vécues dans une stabulation libre qu’à l’attache. Grâce à des symptômes de chaleurs qui se manifestent plus clairement, ces types de comportement ont un impact positif sur la fertilité. L’aire de promenade influence encore plus positivement la fertilité du troupeau de par la qualité de l’air et de la lumière qu’elle offre. En raison de la structure du sol, le pâturage est mieux adapté aux bovins qu’une aire de promenade. Les bovins qui vivent à l’état sauvage se déplacent dans la mesure du possible à travers les prés et les forêts dont le sol est plus mou et plus sûr. Il s’ensuit que les couloirs et l’aire de promenade doivent être sûrs et secs pour permettre aux vaches de déambuler librement et de se mouvoir conformément à leurs besoins (chevaucher leurs congénères en cas de chaleur, soins corporels). Le revêtement du sol doit en même temps assurer une bonne santé des onglons, permettre un nettoyage facile et être avantageux. Toutes ces exigences sont pratiquement impossibles à satisfaire en même temps. Du point de vue de la fertilité, la sûreté du revêtement, la santé des onglons et les possibilités de mouvement jouent un rôle décisif. Ces trois facteurs sont en effet indispensables pour que les vaches manifestent bien leurs chaleurs. Bearden (1956) avait déjà prouvé que les vaches abritées dans des stabulations entravées et qui sortaient une fois par jour en plein air présentaient un taux de non retour supérieur de 5.4%

à celui des vaches qui n’avaient pas la possibilité de sortir. Des recherches effectuées par Benz (2002) ont démontré que les vaches qui se déplacent sur des sols recouverts de tapis caoutchouc effectuent quatre fois plus de tentatives de chevauchement et glissent moins que lorsqu’elles se trouvent sur un sol en béton. Dans les essais effectués par Kremer et al. (2007), les vaches détenues sur des caillebotis recouverts de tapis caoutchouc présentaient un intervalle vêlage – saillie fécondante inférieur de 39 jours à celui des vaches sur des caillebotis en béton. Cette constatation s’explique par deux facteurs: • Les vaches manifestent mieux les chaleurs et il est plus facile de décider du moment d’insémination optimal. • Après l’installation de tapis caoutchouc, les vaches se déplacent plus fréquemment à la crèche (Miethke, 2004) et s’approvisionnent mieux en nutriments, ce qui a un impact positif sur la fertilité.

2 2011 · REVUE UFA


FERTILITÉ PRODUCTION ANIMALE

terminant pour le bien-être de la vache, qui reste couchée entre neuf et douze heures par jour. Le fait de rester couché contribue à décharger les articulations et permet de mieux sécher les onglons. Les besoins en énergie sont plus faibles que lorsque la vache est debout et l’activité ruminatoire est plus importante. Tous ces éléments font qu’une vache qui reste longtemps couchée présente un meilleur métabolisme, une meilleure santé des onglons et, par conséquent, une meilleure fertilité. Pour que la vache puisse se coucher et se lever sans problème, il est nécessaire que l’aire de repos dont elle dispose soit assez spacieuse. Une aire de repos souple, déformable, propre, sèche et exempte de courants d’air a par ailleurs une incidence positive sur le temps de repos de la vache. Les dresses-vaches utilisés dans les stabulations entravées ne sont pas appropriés car un essai allemand (Schopfer et al., 1989) a démontré qu’ils avaient un effet négatif sur le taux de fertilité des vaches. Il est donc primordial que le dresse-vache soit bien réglé et qu’il ne soit pas branché en permanence au réseau électrique.

Air L’hygiène à l’étable et plus particulièrement au niveau de l’aire de repos influence fortement la qualité de l’air. Lorsque des émanations de gaz nocifs Au pâturage, la lumière, le mouvement, le repos et l’air constituent un optimum pour la vache. Les chaleurs peuvent être particulièrement bien identifiées entre 18 h et 6 heures du matin.

tels que l’ammoniac parviennent au niveau de l’aire de repos, ces derniers nuisent à la santé du bétail et les vaches restent moins longtemps couchées. Outre une hygiène appropriée, une bonne aération, éventuellement par le biais de ventilateurs ou d’une étable à front ouvert, ainsi qu’une hygrométrie optimale contribuent à éviter les gaz nocifs. En ce qui concerne la fertilité, la température est le facteur le plus important au niveau de l’air. A la base, les bovins sont des animaux polaires, raison pour laquelle la température qui leur convient le mieux oscille entre 0 et 15 °C. Lorsque les températures se situent en dehors de cette fourchette, les vaches ont besoin de plus d’énergie. Ce sont surtout les températures plus élevées qui sont problématiques: pour éliminer la chaleur excédentaire, les vaches ont alors besoin de plus d’énergie. C’est la raison pour laquelle les résultats d’insémination sont nettement moins bons au plus fort de la période estivale. Le recours à des ventilateurs d’étable ou l’octroi de places ombragées au pâturage respectivement la pâture nocturne peuvent contribuer à réduire quelque peu le problème.

Observation par l’éleveur Tous les efforts consentis au niveau du confort du bétail ne servent à rien si l’éleveur ne consacre pas assez de temps à l’observation du bétail ou s’il n’utilise pas à bon escient les outils dont il dispose. Les vaches en chaleurs manifestent une activité accrue. Le meilleur moment pour déceler les chaleurs consiste à observer les animaux lorsque ces der-

Graphique: Taux d’identification des chaleurs Source: Swissgenetics

100 Taux de détection %

Repos L’aire de repos joue un rôle dé-

80 60 40 20 0 5

10

15

20 25 30 35 40 45 50 Minutes par observation des chaleurs

1 observation /jour 2 observations/jour

55

60

3 observations/jour 4 observations/jour

niers sont tranquilles. La meilleure méthode est de consacrer quatre fois 15 à 20 minutes par jour à l’observation du troupeau. Il est par ailleurs judicieux qu’une de ces périodes d’observation intervienne tard dans la soirée. Le fait d’observer attentivement les animaux permet de déterminer avec précision quel est le délai d’insémination optimal et d’augmenter ainsi le succès d’insémination (voir graphique 1).

4 x 15 minutes d’observation des chaleurs par jour sont du temps bien investi.

Conclusion Les systèmes de détention et le climat d’étable jouent un rôle important pour la fertilité. La plupart des facteurs influencent toutefois seulement indirectement la fertilité, via le métabolisme et la santé. En observant ses animaux avec minutie, l’éleveur joue un rôle encore plus important. L’observation pourrait donc être ajoutée aux quatre facteurs importants pour la fertilité que sont la lumière, le mouvement, le repos et l’air. 䡵

Auteur Ueli Wolleb, Centre agricole de Liebegg, 5722 Gränichen. www.liebegg.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

REVUE UFA · 2 2011

2 · 11

53


FERTILITÉ PRODUCTION ANIMALE

Fertilité et héritabilité LE RÔLE DE L’ÉLEVAGE Les vaches transmettent leur fertilité et leur bon état de santé de génération en génération. Il vaut la peine d’en tenir compte dans le plan d’accouplement. En plus de la génétique, la technique d’insémination joue également un rôle. Pourquoi le sperme de taureaux de races à viande améliore-t-il le taux de gestation? L’utilisation de semence mélangée apporte-t-elle une amélioration? Petit tour d’horizon.

Jutta Berger

Les vaches vont-elles finir par ne plus jamais porter? Depuis de nombreuses années, les organisations responsables de l’insémination et les fédérations d’élevage de races laitières enregistrent une baisse de la fertilité (graphique). Il s’ensuit une détérioration constante de l’index d’insémination, du succès à l’insémination première, de l’intervêlage et des autres critères de fertilité. Plusieurs essais ont été effectués dans le but de contrecarrer cette tendance. A cette occasion, il a été constaté qu’un facteur était récurent: l’augmentation de la performance laitière et le métabolisme plus délicat qui s’ensuit, avec toutes les conséquences négatives que cela peut avoir sur la fertilité.

La stabilité du métabolisme est un facteur individuel Il ressort que Objet de la recherche actuelle: quels facteurs influençant la fertilité sont-ils héréditaires de la vache au veau?

les troubles métaboliques apparaissent de plus en plus comme l’ennemi numéro 1 de la fertilité. Une dégradation du métabolisme se traduit de plus en plus souvent par l’absence de cycle, une ovulation retardée, des kystes ovariens ou la mort précoce de l’embryon en début de gestation. Ces troubles surviennent lorsque les vaches qui présentent une production élevée et «gourmande» en énergie ne parviennent pas à couvrir leurs besoins énergétiques via le fourrage ingéré et doivent alors mobiliser leurs réserves de graisse. Les vaches haute performance se trouvent en général plus rapidement dans une situation où leur mamelle «consomme» plus d’énergie qu’elles ne sont en mesure d’en absorber.

évident entre performance laitière, santé métabolique et fertilité. Tous les éleveurs savent par ailleurs qu’il y a des vaches plus sensibles que d’autres aux troubles métaboliques. Cela prouve que la stabilité métabolique varie fortement d’individu en individu. Le niveau à partir duquel un métabolisme perturbé engendre des troubles de la fertilité chez la vache diffère selon les animaux mais est héréditaire. C’est la raison pour laquelle il existe par exemple des familles de vaches qui réagissent plus rapidement à des conditions sub-optimales au niveau de l’affouragement et du mode de détention en formant des kystes. L’Université de Berne essaie actuellement de déterminer ces différences individuelles entre les vaches sur la base de leur patrimoine génétique et de développer des marqueurs génétiques permettant de sélectionner des animaux résistants pour l’élevage. Les différences constatées au niveau de la stabilité métabolique et

leurs conséquences sur la fertilité dépendent également de la race: les vaches issues de races originales et de races d’engraissement sont ainsi plus «stables» que les races hautes performances. Cela se traduit par des meilleurs résultats de fertilité pour les races originales dans le cadre d’un comparatif inter-races.

Nouveaux principes dans l’estimation de la valeur d’élevage L’analyse du patrimoine génétique dans le but d’identifier les animaux qui se distinguent par un métabolisme stable ou instable en est encore à ses débuts. Son utilisation dans la pratique nécessitera encore de nombreux travaux de recherche. Dans les pays voisins, les organisations d’élevage se basent sur une méthode différente: afin d’obtenir des informations directes sur la résistance des vaches aux maladies et leur état de santé, l’Autriche, les pays scandinaves ou le Sud de l’Allemagne récoltent des

Les scientifiques sont également arrivés à la conclusion ces dernières années qu’il existe un lien toujours plus 54

2 2011 · REVUE UFA


FERTILITÉ PRODUCTION ANIMALE données concernant la santé des animaux et les transforment en valeurs d’élevage. Dans le cadre de cette méthode très prometteuse, les cas de maladie et les diagnostics établis par les vétérinaires sont saisis et dépouillés de manière centralisée au sein des organisations d’élevage. Cela permet de déterminer l’héritabilité des troubles métaboliques, de la mamelle et sanitaires après le vêlage et de calculer les valeurs d’élevage pour ces caractéristiques.

ment par une durée d’utilisation plus longue que les animaux qui sont affectés de défauts au niveau de l’extérieur. La profondeur de flanc, l’angle du jarret, les attaches de l’avant-pis et de la mamelle sont autant de critères déterminants pour la durée d’utilisation. Les critères extérieurs influencent également fortement la fertilité. Dans le cadre d’un accouplement ciblé, la position du bassin est une caractéristique déterminante.

Vaches avec bassin surélevé Un

mérés dans le cadre de l’estimation de la valeur d’élevage traditionnelle permettent indirectement de tirer des conclusions en ce qui concerne l’héritabilité des critères de santé. Les valeurs d’élevage «fitness» et «écologique» reposent principalement sur les caractéristiques taux cellulaire, persistance et durée d’utilisation. On constate par ailleurs que ces critères deviennent de plus en plus importants lors du choix des taureaux. Le critère principal pour la longévité fonctionnelle est la valeur d’élevage de la durée d’utilisation (indépendante de la performance). Ce critère combine en effet automatiquement tous les caractères fonctionnels importants pour la longévité d’un animal au sein du troupeau. Le désavantage réside dans le fait que sa fiabilité n’intervient que tardivement.

Observer l’extérieur! On sait par expérience que les vaches dotées d’un bon extérieur se distinguent globale-

REVUE UFA · 2 2011

travail de diplôme présenté à la Haute école suisse d’agronomie de Zollikofen a conclu que les vaches avec un bassin surélevé présentaient une fertilité fortement réduite. Chez de tels animaux l’appareil génital est orienté vers l’avant et vers le bas dans la cavité abdominale, au lieu d’être à l’horizontale dans le bassin. Lorsque ces vaches urinent, l’urine s’écoule dans le vagin en direction du col de l’utérus et peut même y pénétrer pour y causer de fortes irritations. De telles vaches n’arrivent alors plus à porter! La bonne position des membres ainsi que des onglons de bonne qualité jouent un rôle important. Les vaches qui sont victimes de douleurs au niveau de l’appareil locomoteur ont du mal à venir en chaleurs, ne montrent souvent pas ou que de faibles symptômes et portent moins bien que les autres.

Meilleur taux de fécondation avec des races d’engraissement? Nombre de chefs d’exploitation concluent parfois un peu rapidement que l’insémination artificielle et la course au profit entreprise par les organisations d’insémination sont à la source de leurs difficultés. Comment expliquer sinon les meilleurs taux de fécondation réalisés en cas d’insémination avec des taureaux de races à viande? La réponse est simple: les taureaux d’engraissement choisis pour l’insémination artificielle ont été et sont toujours sélectionnés de manière ciblée en fonction de leur taux de fertilité (outre la facilité au vêlage et un bon accroissement). Les taureaux issus de races laitières sont en revanche soumis à de nombreux critères de sélection: les critères de performances les plus divers sont ainsi rajoutés aux critères fonctionnels. Le taux de fécondation n’est ainsi qu’un des très nombreux

La transmission des caractères de santé d’un taureau peut être estimée à l’aide de ses «critères fonctionnels».

Graphique: Comparaison du NRR 75 entre les races Taux de non-retour 75 (taureaux)

La valeur d’élevage fitness gagne en importance Les paramètres énu-

70

■ Red Holstein

■ Brown Swiss

■ Holstein

68 66 64 62 60 58 01

02

03

04

05 06 Année

07

08

09

10

éléments qui font une bonne vache laitière.

Semence mélangée A travers un contrôle qualité ciblé, les organisations d’insémination garantissent cependant que la semence vendue «fonctionne» vraiment. Le taux de fécondité de chaque taureau est communiqué ouvertement dans le catalogue d’insémination à l’aide du taux de non-retour 56 et devrait être pris en considération par l’éleveur. La semence mélangée occupe une place spécifique en ce qui concerne le taux de fécondation. Chaque paillette de semence équivaut alors au mélange de sperme de plusieurs taureaux différents (p. ex. Silian de Swissgenetics). Les analyses concernant le taux de fécondation de ces paillettes mélangées démontrent que le résultat d’insémination est meilleur que si on se limitait à la semence du meilleur taureau présent dans le mélange. Dans le cas de la semence mélangée, on estime que la durée durant laquelle le sperme a une capacité fécondante augmente. Ces paillettes mélangées sont donc particulièrement conseillées pour les vaches souffrant de problèmes de fertilité. 䡵

Auteurs Dr med. vet. Jutta Berger, Team reproduction, Swissgenetics, 3052 Zollikofen. www.swissgenetics.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

2 · 11

55


FERTILITÉ PRODUCTION ANIMALE

Avertissement de chaleurs par SMS LA RECONNAISSANCE DES CHALEURS est devenue un problème dans bon nombre d’exploitations laitières. Les vaches produisant de plus en plus de lait, les symptômes de chaleurs sont de plus en plus discrets et la période de chaleurs principale de plus en plus courte. Dans ce contexte, le système de reconnaissance de chaleur Anemon constitue une solution entièrement nouvelle et très simple.

Samuel Kohler

Afin de diminuer au maximum ou de supprimer le temps consacré à l’observation visuelle des chaleurs, différents prestataires s’efforcent depuis de nombreuses années de tester divers systèmes techniques. En ce qui concerne le taux de progestérone, des coûts relativement élevés et une utilisation compliquée ont constitué un han-

dicap important. Les instruments de mesure d’activité à l’aide d’appareils fixés au pied ou au cou ont connu un succès commercial mitigé. Les mesures de température du lait ont déjà été intégrées aux systèmes de traite, alors que la mesure de la température corporelle – très fiable – n’a pas encore pu s’imposer avec le succès escompté.

A 90 % sûr Des chercheurs de la Haute école suisse d’agronomie (HESA) et de la Haute école pour la technique et l’informatique (HTI) ont redoublé d’efforts pour développer une méthode simple, fiable et économique pour la reconnaissance automatique des chaleurs. Une grande partie du travail consacré à ce projet a été investie dans le développement de différents composants du système de reconnaissance de chaleur Anemon: senseur vaginal, unité de transmission et serveur avec interface Internet (graphique). Aujoud’hui le système développé est parfaitement mûr et fournit d’excellents résultats. Selon les relevés effectués par la HESA, le taux de reconnaissance des chaleurs s’élève à 90%.

Transmission

L’ancien transpondeur à l’essai et le nouveau système de détection des chaleurs optimisé «Anemon».

Graphique: Système de détection des chaleurs

Anemon

Station de base

Senseur vaginal

Serveur

Internet Transmetteur

Réseau mobile

simple Ces dernières années, de nombreux systèmes destinés à la transmission des informations à l’agriculteur ne se sont pas imposés en raison de leur trop grande complexité. C’est la raison pour laquelle Anemon effectue une étape supplémentaire. Le relevé continu des données est suivi automatiquement à l’aide d’un logiciel informatique spécialement développé à cet effet. Lorsqu’une chaleur est identifiée sur la base du modèle de température et d’activité, le logiciel informatique génère un SMS sur le téléphone mobile de l’éleveur. 䡵

Option Alarme SMS

Auteur Samuel Kohler, Haute école suisse d’agronomie HESA, 3052 Zollikofen. www.shl.bfh.ch

Eleveur

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

56

2 · 11

2 2011 · REVUE UFA


OFFRES SPÉCIALES ACTION

Aliments UFA vaches laitières Assortiment principal et succédanés de fourrage grossier UFA 250 Speciflor UFA 256 Fibralor Rabais Fr. 3.– / 100 kg jusqu’au 26.02.2011

UFA-AKTUELL UFA-ACTUEL

Le trio de choc Bons gains de poids et bonne santé Grosses pertes de porcelets? Dépressions de croissance pendant le sevrage du lait maternel? Problèmes de diarrhées? Baisse excessive de la condition physique des truies, pendant l’allaitement? Nous vous proposons une méthode – notre trio de choc pour porcelets – qui permet d’améliorer notablement la situation: • UFA 302 Prestarter dès la première semaine de vie. • UFA 304 Piccolo dès le milieu de l’allaitement. • UFA 310 Turbo aliment porcelets standard, dès 2 semaines après le sevrage.

SPÉCIALITÉ DU MOIS

UFA top-form UFA top-form DAC Rabais Fr. 20.– / 100 kg jusqu’au 26.02.2011 ACTION

Aliments UFA moutons et chèvres Rabais Fr. 3.– / 100 kg jusqu’au 26.02.2011 ACTION

Lait pour agneaux UFA 861 Rabais Fr. 5.– / sac 10 kg jusqu’au 26.02.2011 SPÉCIALITÉ POUR PORCELETS

UFA-Fenergie

Le stress et une faible ingestion alimentaire durant les premières heures du sevrage sont préjudiciables aux gains de poids et à la santé des porcelets. Une distribution précoce d’aliment réduit le traumatisme lié au sevrage et soulage la truie. Celle-ci perdant moins de poids pendant l’allaitement, sera en meilleure condition pour la saillie suivante et produira une portée plus nombreuse et plus équilibrée. Ce mode de faire profite également à l’engraisseur car les croîts plus élevés, sans dépression au sevrage, lui permettent de raccourcir la durée de l’engraissement.

Rabais Fr. 20.– / sac 25 kg jusqu’au 12.02.2011 SPÉCIALITÉ HYPONA

H 899 Mash Rabais Fr. 20.– / 100 kg jusqu’au 12.02.2011 ACTUEL

UFA 996 CYCLO EXTRA Rabais Fr. 5.– / sac 10 kg jusqu’au 12.02.2011 ACTION

UFA 213*** Lait pour veaux BIO Avec bon, dans votre LANDI Rabais Fr. 30.– / 100 kg jusqu’au 12.03.2011

TIPP DES MONATS CONSEIL DU MOIS

Pour un bon démarrage UFA top-form Une fécondité insuffisante est surtout imputable à un bilan énergétique négatif en phase de démarrage. UFA top-form, spécialité pour vaches laitières, a été expressément formulé pour assurer un bon apport énergétique aux parturientes, pendant la phase de démarrage. Les levures vivantes favorisent la motricité ruménale et Le problème

REVUE UFA · 2 2011

augmentent l’ingestion alimentaire. 13.2 MJ NEL et un potentiel de production laitière de 4.2 kg par kg d’aliment permettent d’accroître l’apport énergétique. La méthionine stable dans le rumen améliore l’efficacité protéique et la choline a une action bénéfique sur le métabolisme lipidique. Avec UFA top-form, vos vaches profi-

L’ingestion restreinte et la hausse rapide de la production laitière en phase de démarrage induisent un déficit énergétique et une augmentation des besoins en substances actives.

Les symptômes

Mobilisation excessive des réserves adipeuses. Trouble de l’équilibre hormonal. Retards de chaleurs ou absence de gestation.

La solution

Après le vêlage: 2 x 0.5 kg d’UFA top-form par jour. Pendant 50 jours. Habituer avec 0.5 kg avant le vêlage!

Rabais Fr. 20.– / 100 kg jusqu’au 26 février 2011 dans votre LANDI

tent des toutes dernières découvertes concernant l’affouragement en phase de démarrage.

NOUVEAU: UFA top-form DAC la «bombe énergétique» à 13.2 MJ NEL, pour le DAC. Grâce à un procédé de fabrication spécial, le produit ne colle pas et peut donc être distribué via le doseur d’additifs, avec l’aliment de production. 57


UNTERWEGS MIT... EN ROUTE AVEC …

Matthias Löhrer, spécialiste en bovins laitiers UFA Matthias Löhrer a terminé son apprentissage d’employé du commerce de détail à la LANDI Fürstenland, où il était responsable du secteur agricole. Le conseil à la clientèle lui plaisait beaucoup. Raison pour laquelle, par la suite, il est entré au Service technique UFA Wil. Au début de l’année, Matthias a fêté ses 5 ans d’activité chez UFA SA. Actuellement, il suit un cours de technicien de vente, deux soirs par semaine.

En sa qualité de spécialiste des bovins laitiers, il passe ses journées chez des producteurs de lait installés dans les régions de Mittelthurgau, d’Aachtal et de Fürstenland, parmi lesquels Beat Horber, éleveur de Brown Swiss.

condition d’utiliser le rural. Bernard Horber a donc décidé de transformer ce bâtiment en stabulation libre pour son jeune bétail et d’ajouter une étable de stabulation libre pour 40 vaches laitières, sur sa propre exploitation. Horber aime s’occuper de son jeune bétail même si cette tâche lui prend beaucoup de temps.

La vache est au cœur des choses Même après 13 ans, Horber investit dans le confort de ses animaux car il sait que seules les vaches en parfaite santé donnent beaucoup de lait. Au fil du temps, les sols en béton ont été lissés par l’usure, dans les allées. Horber a donc recouvert celles-ci avec des nattes en caoutchouc qui sécurisent la marche de ses vaches. Il s’agit par ailleurs d’un

caoutchouc abrasif qui garantit une usure suffisante des onglons. Aujourd’hui, Horber est très satisfait de la santé des onglons de son troupeau. Un ventilateur géant et des douches qui pulvérisent de fines gouttelettes d’eau veillent au confort des animaux lors des canicules. L’année prochaine, Horber va encore probablement installer des matelas chaux-paille dans ses boxes. Ces matelas permettent de faire d’une pierre deux coups. La chaux stabilise et hygiénise le matelas, les animaux se sentent mieux. Ensuite, la chaux éliminée via l’engrais de ferme sert au chaulage d’entretien.

Équilibrer la ration mélangée Depuis sa reconversion aux ensilages, en 2004, Horber donne à ses vaches une ration mélangée. La relève à la ferme

Exploitation Beat et Astrid Horber Schlatterhof 1 8565 Hugelshofen

Misé sur le lait Beat Horber a repris l’exploitation paternelle sise à Hugelshofen, dans le canton de Thurgovie. En 1997, il a eu la chance de pouvoir louer des contingents laitiers de plusieurs paysans des communes voisines. Il a également pu affermer une exploitation de 14 ha d’herbages, située à 5 minutes de chez lui, sur la commune d'Engelswilen. A

SAU: 29 ha, dont 2 ha de betteraves sucrières, 2 ha de blé fourrager, 5 ha de maïs et 1 ha de poires de table Cheptel: 40 vaches laitières, 30 têtes de jeune bétail Production laitière: 9133 kg de lait, 4.2 % MG et 3.5 % P Main-d’œuvre: le couple d’exploitants et un aide

BLICKPUNKT POINT DE VUE

Beat Horber

Matthias Löhrer, Im Buechwald 15, 9242 Oberuzwil

Un bon concept d’élevage

Né le

22. juillet 1981

Famille

Marié à Datjana, deux enfants: Leonie (5) et Larina (3.5)

Formation

Employé du commerce de détail agricole.

Hobbies

La course à pied, le sport canin et la terrariophilie

Devise

«Je vise une baisse des coûts de production par kg de lait, d’entente avec les exploitants dont je m’occupe.»

Chez Beat Horber, les génisses vêlent la première fois à l’âge de 27 mois. Pour atteindre cet objectif, l’exploitant a élaboré – d’entente avec Matthias Löhrer – un concept d’élevage taillé sur mesure pour son exploitation. Dans les trois heures qui suivent la naissance, tous les veaux reçoivent une première ration de colostrum et une ration de fer sous forme de pâte.

58

«Au stand UFA, à Tier & Technik, j’apprends chaque année quelque chose de nouveau.»

Ils sont détenus en petits groupes sur litière profonde avec parcours. 2 2011 · REVUE UFA


n’étant pas réglée, il n’a pas investi dans un silo. L’ensilage d’herbe et une partie de l’ensilage de maïs sont conservés en balles, le maïs destiné à l’affouragement hivernal et les pulpes de betteraves dans un silo boudin. La ration mélangée est valorisée avec un concentré énergétique UFA et équilibrée avec le concentré pro-

téique UFA 157. Le mélange est calculé pour 25 kg de lait. Les vaches qui produisent davantage reçoivent de l’aliment de production UFA 142 via le DAC ou de l’UFA 163 en phase de démarrage. La ration est présentée fraîche, plusieurs fois par jour, pour que les vaches mangent le plus possible.

Ici, on aime les Brunes Beat Horber est un éleveur passionné de vaches de la race Brune. Il a réussi son plus joli coup avec Jetvin Colette, vice-championne de l’exposition IGBS (Communauté d’intérêts des éleveurs de Brown Swiss) en 2002. Puis il a vendu cette vache à un éleveur tessinois, encore à St-Gall. Tier & Technik est l’une des expositions qu’il préfère. Au stand UFA, halle 7, il rencontre chaque année des collègues de toute la Suisse. Et il peut s’informer sur les nouveaux produits et les tendances en matière de gestion des étables. 䡵

Les génisses mangent à une fourragère installée à l’extérieur.

L’étable des laitières des Horber, à Hugelshofen TG.

Dès la première semaine, on leur donne de l’eau, du foin et de l’aliment d’élevage UFA 116, à volonté. Dès qu’ils ingèrent plus de 1.5 kg d’aliment d’élevage, on commence à réduire le lait de 6 l à 2 l /jour. Le sevrage a lieu ainsi, après quelque 10 semaines. A partir de là, au plus tard, on leur distribue de l’ensilage de maïs et on passe progressivement à l’aliment UFA 219 pour la deuxième phase. Âgées de 6 mois, les REVUE UFA · 2 2011

génisses s’en vont sur l’exploitation affermée. Dès lors, elles reçoivent une ration mélangée composée de restes de crèche, d’ensilage d’herbe, de foin et de minéraux. On complète la ration des plus jeunes avec un peu d’UFA 219.

Élevage intensif – malgré l’estivage Durant la deuxième année d’élevage, toutes les génisses montent à l’alpage après l’insémination. Ce mode de

Beat Horber et sa vache d’exposition Big Boy Sara, qui a terminé sa troisième lactation avec 9961 kg de lait, 4.1 % MG et 3.6 % P.

faire est tout à fait possible même en élevage intensif, avec un âge précoce au premier vêlage. A condition que le potentiel de croissance des animaux soit totalement utilisé pendant la première année! Et pour favoriser un bon démarrage de la lactation, il faut intégrer assez tôt les génisses au troupeau des multipares. 59


ERFOLG IN DER PRAXIS SUCCÈS DANS LA PRATIQUE

LESE-FUTTER À LIRE Un cycle dure 23.3 jours!

Gaudenz Ambühl, Davos Frauenkirch

Gaudenz Ambühl mise sur UFA 996 CYCLO EXTRA «Eu égard au vêlage saisonnier lié à l’estivage, j’aimerais que toutes mes vaches soient si possible à nouveau gravides très rapidement. Depuis que j’ai commencé à leur donner de l’UFA 996 CYCLO EXTRA, déjà 10 jours avant le vêlage, j’ai observé au moins une fois de bonnes chaleurs dans les 6 premières semaines après le vêlage, chaleurs qui ont généralement été suivies d’inséminations fécondantes» déclare Gaudenz

Ambühl, éleveur de Brunes, à Davos. Une carence en bêtacarotène au moment du vêlage retarde et inhibe la maturation folliculaire. Les chaleurs ne se déclenchent pas ou apparaissent tardivement. Le bêtacarotène présent dans le fourrage de base ne supporte pas la conservation et le stockage: il se dégrade rapidement. Partant, une complémentation s’impose dès janvier, surtout si les rations sont riches

Bien nourrir les agneaux en foin / regain ou en maïs. Les troupeaux qui mangent aussi beaucoup de fourrages conservés en été, atteignent plus rapidement le seuil limite à partir duquel une complémentation devient indispensable. Il faut donc leur donner du bêtacarotène en sus dès le début de l’affouragement hivernal. Profitez de l’action jusqu’au 12. 2. 2011. Dans votre LANDI.

UFA 856: un aliment excellent!

60

Il est important de bien nourrir les agneaux dès leur naissance. Le lait UFA 861 pour agneaux est un succédané de lait de brebis, nettement plus approprié que le lait de vache. Il complète aussi parfaitement le lait maternel, en cas de naissances multiples. UFA 861 est actuellement en promotion, dans votre LANDI.

Journée TORO 2011 Le 1er mars 2011, nous organisons un petite «excursion» pour les engraisseurs de taureaux, au cours de laquelle nous visiterons deux exploitations intéressantes, en Suisse orientale. Inscrivez-vous via Internet ou auprès du Service technique UFA, no de tél. 058 434 13 00 oder bdwil@ufa.ch an

UFA-SPEZIALITÄTEN SPECIALITÉS UFA

Francis Gay, à Sorens (FR), est l’un des 20 heureux gagnants du tirage au sort 2010 de la carte à points UFA. La LANDI Gruyère lui a remis un bon d’une valeur de Fr. 100.–. Avec toutes les félicitations d’UFA SA! Dans sa ferme située au bord du lac de la Gruyère, Francis Gay détient une trentaine de lapins, depuis 20 ans. À voir comment ils lui obéissent, on comprend d’emblée qu’il leur consacre beaucoup d’attention et de temps. Il lui suffit de siffler pour les ramener instantanément du pâturage au clapier.

Au cours d’une récente étude, des chercheurs ont suivi les cycles de plusieurs vaches, via une échographie quotidienne, pendant 80 jours. Les résultats montrent que la longueur moyenne du cycle des vaches en lactation – soit 23.3 jours – est plus longue que ce qu’affirment la plupart des données actuelles tirées de la littérature. Source: Elite

La santé des lapins revêt une grande importance pour Monsieur Gay. «Les lapins sont des animaux sensibles. Il faut vraiment bien les soigner et bien les nourrir pour réussir», précise-t-il. C’est pourquoi il utilise déjà depuis plusieurs années l’aliment UFA 856, dont il est très satisfait. Coller des points sur une carte est très facile et très intéressant pour tous les détenteurs de lapins. A part la participation au tirage final d’un bon LANDI de Fr.100.–, on reçoit un sac gratuit d’aliment pour lapins par carte pleine!

UFA-Berater Services techniques 3052 Zollikofen 058 434 10 00 1070 Puidoux 058 434 09 00 6210 Sursee 058 434 12 00 9500 Wil 058 434 13 00 ufa.ch 2 2011 · REVUE UFA


DISCUSSION PRATIQUE PRODUCTION ANIMALE

Aussi une question de distance LES CHEMINS D’ACCÈS AU PÂTURAGE ne devraient pas être glissants, être sans risque de blessure pour les vaches, faciles à nettoyer et avantageux. Il existe un grand choix au niveau des variantes d’exécution. Tendanciellement, on utilise un revêtement plutôt dur pour les courtes distances et un revêtement plutôt mou pour les distances plus longues.

A son départ un chemin d’accès au pâturage devrait avoir une largeur de 3 à 5 m. Pour les petits troupeaux, par la suite, cette largeur peut être réduite à 2 m. A partir d’un troupeau de 40 vaches, on recommande une largeur de 3 à 4 m car sinon, la rentrée du troupeau demande beaucoup de temps. Les chemins mous qui ressuient rapidement préservent les onglons et sont très appréciés des vaches. Mais chaque système a ses avantages et ses inconvénients, comme le montre la discussion entre Melk Staller, Ruedi Rathgeber et Fredy Sauber. Melk Staller: Il y a quelques années, j’avais confectionné un chemin de pâturage avec du sable fin compacté pour mes vaches. Mais aujourd’hui, tout est lessivé ou envahi d’herbe. J’examine à

Idéalement, un chemin de pâturage dessert un maximum de parcelles et permet en tout temps aux animaux de rentrer du pâturage à l’étable.

REVUE UFA · 2 2011

présent des alternatives car l’année passée, le chemin a été totalement emporté par un orage. Ruedi Rathgeber: Une géotextile synthétique recouvert de sable serait une variante, mais sa longévité est relative. Un revêtement alvéolaire serait plus stable… Melk Staller: … mais aussi beaucoup plus cher, notamment parce cela nécessite un coffre ou un non-tissé en souscouche. Mon voisin a un chemin de pâturage avec une couche de 10 cm de bois déchiqueté. Mais il a toujours des problèmes avec la qualité de son lait de fromagerie. Fredy Sauber: Les chemins en bois déchiqueté, gravier ou sur terrain naturel ont une mauvaise influence sur la qualité bactériologique du lait car ils ressuient mal ou sont souillés par la bourbe ou les déjections. Ruedi Rathgeber: Les chemins en bois déchiqueté ou en écorces peuvent être en grande partie réalisés soi-même, mais il faudrait les refaire à neuf tous les deux à trois ans. Les caoutchoucs de tapis roulants sont faciles à poser, mais lorsqu’il pleut, ils deviennent glissants Melk Staller: Avez-vous déjà entendu parler du goudron recyclé? Ruedi Rathgeber: Oui. Ce matériau ne nécessite pas de coffre et tient plus de dix ans. Il doit avoir été fraisé récemment car le bitume perd sa capacité à adhérer avec le temps. Au début, l’asphalte recyclé fait remonter de petits cailloux en surface, qui pénètrent facilement dans les défauts de la corne de la

«Les longs trajets sur des chemins en dur peuvent provoquer une inflammation du tissu podophylleux.»

sole. C’est aussi valable pour les chemins en béton, en goudron et évidemment en gravier. Fredy Sauber: La présence d’asphalte recyclé frais engendre parfois des problèmes d’intoxication par des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Melk Staller: A partir de quelle pente recommande-t-on d’utiliser des seuils en bois ou des caillebotis usagés pour former des marches? Ruedi Rathgeber: A partir d’une pente de 30 %. Avec des seuils en bois, la surface des marches doit être molle, c’est-à-dire remplie avec des copeaux de bois ou de la terre et avoir une largeur d’au moins 50 cm. Pour les endroits marécageux, on peut recourir à des caillebotis usagés, pour autant que la largeur des fentes soit encore correcte. 䡵

Auteur Matthias Roggli, Revue UFA, 3360 Herzogenbuchsee. L’interview de cet article fait appel à des personnes fictives. Les recommandations pour les chemins d’accès au pâturage s’appuient sur une recherche de Stefan Dubach, de l’Institut agricole de Grangeneuve.

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

2 · 11

61


PRODUCTION ANIMALE

Quel est le secret des exploitations avec un faible nombre de cellules? UNE NOUVELLE ÉTUDE confirme que le taux cellulaire du lait de vache est fortement influencé, outre la technique de traite et l’hygiène, par le confort à l’étable. Les analyses bactériologiques des quartiers malades donnent également de bons résultats.

Jakob Groenewold

La santé de la mamelle dépend d’un grand nombre de facteurs liés à la gestion. Dans une étude effectuée par la Haute école de Leeuwarden en Hollande, les données issues de 83 exploitations laitières avec des taux cellulaires constamment faibles ou très élevés sur deux années ont été analysées de manière approfondie (tableau 1).

Le nombre plus élevé de vaches détenues par les exploitations présentant des taux cellulaires plus élevés implique

selon les responsables de l’essai une pression infectieuse plus importante, à laquelle s’ajoute un suivi individuel un peu moins poussé des animaux. Etonnamment, les exploitations ne différent pas entre elles en ce qui concerne la proportion de mammite cliniques aiguës. Dans le groupe avec des taux cellulaires plus élevés, les problèmes de mamelle sub-cliniques expliquent pour beaucoup les mauvais chiffres enregistrés. En ce qui concerne la quantité de lait quotidienne par vache, on a constaté des différences

importantes, ce qui indique d’une part un meilleur niveau de gestion dans les exploitations présentant des taux cellulaires plus faibles et, d’autre part, un impact négatif des mammites subcliniques sur la production laitière.

Epandre une litière s’avère avantageux Le tableau 2 regroupe des critères relatifs à la pression infectieuse, à l’affouragement, à la traite et aux traitements. 86% des exploitations présentant de faibles taux cellulaires dis-

Pour les professionnels, le recours aux gants de traite va de soi. Ces derniers contribuent à éviter la transmission des infections d’une vache à l’autre.

62

2 2011 · REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE posaient de logettes paillées ou recouvertes de matelas. On a également constaté que ces exploitations nettoyaient plus fréquemment les logettes ainsi que les couloirs et les caillebotis. Les vaches qui se couchent sur les caillebotis indiquent que l’aire de repos n’est pas aménagée de manière optimale. Ces vaches sont bien entendu beaucoup plus sujettes à des infections de la mamelle.

Traire avant le vêlage? Il est intéressant de constater qu’un tiers des exploitations qui se distinguent par des taux cellulaires bas commencent à traire leurs vaches avant le vêlage, dès que ces dernières commencent à perdre du lait. Dans le groupe témoin, seule une exploitation sur onze pratique de cette manière. Lorsqu’une vache perd du lait avant le vêlage, le canal du trayon s’ouvre et elle est davantage susceptible de contracter une mammite. C’est ce qui incite le service sanitaire bovin hollandais à conseiller de commencer à traire de tels animaux avant le vêlage déjà. Par ailleurs, les exploitations qui réussissent à maintenir le taux cellulaire du troupeau à un faible niveau éliminent de manière plus ciblée les vaches qui ont souvent des mammites ou des taux cellulaires élevés.

Affouragement Au niveau de l’affouragement, les exploitations se distinguaient surtout par des différences au niveau de l’approvisionnement en minéraux durant la phase de tarissement. Durant la première phase du tarissement, au cours de laquelle aucun concentré minéralisé n’est généralement affouragé, l’administration de minéraux est importante. C’est en effet la seule manière d’assurer un approvisionnement suffisant en minéraux et en vitamines importants pour la santé de la mamelle (p.ex. sélénium, natrium, vitamine E, B-Carotène).

Gants de traite et utilisation d’une solution de trempage En ce qui concerne les mesures de gestion qui sont prises dans le cadre de la traite, on s’aperçoit que les exploitations qui présentent une bonne santé de la mamelle traient beaucoup plus souvent avec des gants de traite, ce qui permet d’éviter la propagation de germes pathogènes via les mains du trayeur. La plupart REVUE UFA · 2 2011

du temps, ces exploitations pratiquent le trempage au moyen d’un gobelet. La variante qui consiste à sprayer les trayons offre l’avantage d’éviter la contamination de la solution de trempage avec d’éventuels germes pathogènes mais implique également une consommation plus élevée de produit. On encourt toutefois le danger que le sprayage ne soit pas suffisant et que le côté des trayons qui est le moins accessible soit insuffisamment désinfecté, d’où l’importance d’un sprayage méticuleux.

Eau chaude D’une manière générale, il est conseillé de traire les vaches affectées par des problèmes de mammite en fin de traite, pour éviter la transmission d’infections à des vaches saines. Dans de nombreuses exploitations, il est parfois difficile de procéder ainsi, pour des raisons d’organisation. Il ressort toutefois de l’étude que dans les exploitations à faible taux cellulaire, un tiers des producteurs trait les vaches sujettes aux mammites à la fin du processus de traite et qu’un sur cinq nettoie sa salle de traite à l’eau chaude (> 85 °C).

Traitement bien planifié En ce qui concerne les mesures de traitement, l’étude a démontré que les exploitations qui se distinguent par de faibles taux cellulaires effectuent beaucoup plus souvent les traitements selon un plan solidement établi et qu’elles analysent nettement plus fréquemment le type de germe pathogène qui est à la source de l’infection, dans le but de traiter les vaches de manière plus ciblée. L’utilisation de tarisseurs antibiotiques est en revanche devenu une routine pour la plupart des exploitations. Dans ce domaine également, force est de constater que les exploitations qui rencontrent peu de problèmes de mamelle se montrent également plus conséquentes au niveau de l’utilisation de tarisseurs. Les obturateurs de trayons sont de plus en plus utilisés, en particulier par les exploitations présentant des taux cellulaires durablement bas.

Conclusion Pour stabiliser le lait d’un troupeau à un niveau cellulaire favorable, il faut veiller à ce que le confort d’étable soit maximal et nettoyer régulièrement les logettes et les couloirs. Il

Tableau 1: Chiffres-clé des exploitations analysées Source: Veeteelt, 2010 Exploitations Exploitations avec numérations avec faible cellulaires élevées num. cell. Nombre d’exploitations 35 48 Nombre de vaches par exploitation 81 64 Quantité de lait par vache et par jour (kg) 23,3 27,2 Taux cellulaire dans le lait de mélange 293 228 91 992 Vaches souffrant de mammites cliniques (%) 23.9 20.0 Caractéristique

Tableau 2: Mesures de gestion appliquées Caractéristique

Source: Veeteelt, 2010 Exploitations Exploitations avec numérations avec faible cellulaires élevées num. cell. part en % part en %

Pression infectieuse Tapis caoutchouc dans les logettes Matelas dans les logettes Logettes avec matelas de paille Vaches se couchant dans les couloirs Traite avant le vêlage, lorsque la vache commence à perdre du lait Vente des vaches avec mammites fréquentes Vente de vaches avec numération cell. élevée Affouragement Minéraux durant la phase de tarissement Traite Utilisation de gants de traite Trempage à l’aide d’un gobelet de trempage Trempage par sprayage Traite des vaches à problème à la fin Nettoyage de la salle de traite avec de l’eau froide/tiède Nettoyage de la salle de traite avec de l’eau chaude (> 85 °C) Traitements Traitement des mammites selon un plan établi Traitement immédiat en cas de mammite clinique Analyse bactériologique en cas de mamm. clinique Tarissement avec antibiotique Utilisation d’un obturateur de trayon lors du tarissement

est également primordial d’éliminer les vaches qui souffrent fréquemment de problèmes de mammites. L’utilisation de gants de traite, le trempage (si possible avec un gobelet de trempage) et la traite des vaches souffrant de mammites en fin de processus influencent positivement la santé de la mamelle. Le fait de traiter les vaches malades selon un plan bien établi ainsi que les analyses bactériologiques servant à déterminer le type d’agent pathogène auquel on est confronté semblent avoir un effet très positif sur le taux cellulaire du lait de mélange. Il en va de même en ce qui concerne l’utilisation d’obturateurs de trayons durant la phase de tarissement. 䡵

47 32 15 29

10 44 42 4

9 86 66

33 98 83

77

96

41 47 37 19

57 80 18 33

47

41

9

22

34 86 40 89

58 96 67 96

14

38

Auteur Dr Jakob Groenewold, Chambre d’agriculture de BasseSaxe, Allemagne. www.lwkniedersachsen.de

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

2 · 11

63


PRODUCTION ANIMALE

Affouragement complémentaire précoce LORSQUE LES PORCELETS sont déjà affouragés de manière ciblée sous la truie, ils s’habituent à ingérer des aliments solides, ce qui diminue le stress lors du sevrage. L’utilisation d’un aliment pré-starter et starter durant l’allaitement a une incidence positive.

Barbara Eichenberger

Daniel Schmied

Afin d’assurer une appétibilité élevée, Daniel Fuhrer distribue de l’aliment pré-starter frais deux à trois fois par jour.

Carence en enzymes, mise en valeur réduite des nutriments

• production laitière trop faible des truies • maladies chez les truies (MMA, etc.) • sevrage précoce ciblé à trois semaines. Le but est d’arriver à ce que les porcelets consomment environ 1 kg d’aliment (p. ex. UFA 302 et 304) durant l’allaitement.

Affaiblissement de l’immunité

Cela en vaut-il la peine? Les por-

Graphique: Stress au sevrage Faible ingestion d’aliment durant les premières heures du sevrage

➠ ➠ ➠ ➠ ➠

Les pertes dépassent-elles 13 % chez les porcelets allaités et les 3 % chez les porcelets sevrés? A ce stade, c’est le dernier moment pour agir.

Déficit énergétique – 3e/4e jour du sevrage

De nombreux experts porcins

Aplatissement des villosités intestinales

sont aujourd’hui d’accord sur le fait que l’affouragement complémentaire des porcelets durant l’allaitement et le régime alimentaire subséquent ont une influence décisive sur le développement des porcelets. Cela est particulièrement important à partir de 25 porcelets sevrés par truie et par année pour que ces derniers atteignent un poids minimal de 7.5 kg au sevrage à l’âge de 28 jours. Un affouragement complémentaire précoce contribue à éviter une diminution de la croissance après le sevrage.

Adapter l’aliment au stade de développement Les porcelets âgés de moins de sept jours par exemple contractent une diarrhée en réaction aux supports protéiques car leur sys-

Chute de la croissance (durant 7-14 jours) maladies (E.coli, PMWS etc.) Source: www.tierklinik.cc

tème digestif n’est pas encore complètement formé. C’est pourquoi le recours aux céréales ou au maïs, plutôt utilisés pour apprendre aux porcelets à jouer, ne couvre pas les besoins. Il est recommandé d’affourager un aliment tel qu’UFA 302 avec de la protéine lactique ainsi que des enzymes et des vitamines spécifiques. Il est possible d’éviter les troubles digestifs si l’aliment porcelets dispose d’un faible potentiel de liaison des acides. Ce faisant, les bactéries nocives dans le tube digestif sont tuées. Au fil du temps, la concentration nécessaire aux porcelets en lysine par gramme de matière azotée et MJ EDP diminue.

Pourquoi aussi tôt? A partir du septième jour de vie, les porcelets commencent à s’intéresser à l’aliment solide. L’utilisation d’un aliment pré-starter à partir de l’âge d’une semaine est particulièrement recommandée dans les cas suivants: • porcelets petits • grandes portées 64

celets stressés lors du sevrage (cf. graphique) n’atteignent à nouveau leur poids au sevrage qu’après une semaine. On «perd» ainsi 2 kilos d’accroissement. Un affouragement complémentaire précoce des porcelets allaités permet de diminuer ces chutes de croissance. Même en présence d’un prix historiquement bas pour les porcelets à fin octobre 2010, l’utilisation de 0.4 kg de pré-starter UFA et de 0.6 kg d’aliment starter UFA par animal a permis d’atteindre un produit supplémentaire de 6 % car un affouragement supplémentaire précoce a permis d’éviter cette perte de poids de 2 kg.

Important pour l’engraissement L’ingestion d’aliment durant les premières semaines après le sevrage a une influence sur le succès de l’engraissement, comme le montrent des études. Il est ainsi prouvé que des accroissements de 100 g supérieurs après le sevrage diminuent la durée d’engraissement de cinq à dix jours.

Dans la terre à fouiller L’aliment pré-starter comme UFA 302 est mélangé à de la terre à fouiller (p. ex. UFA 303) et épandu dans le coin des porcelets. On diminue les pertes d’aliment 2 2011 · REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE la consommation ainsi qu’un risque de diarrhée. Une transition d’aliment sur six jours a fait ses preuves: diminuer l’aliment à remplacer de 25 % tous les deux jours et augmenter le nouveau dans la même proportion.

Egalement positif pour la truie

tout en facilitant le contrôle de la consommation si l’on dispose le mélange dans des coupelles.

Transition par étapes Entre la deuxième et la troisième semaine de vie des porcelets, on passe à l’aliment starter (p. ex. UFA 304). Ce dernier est distribué jusqu’à deux semaines après le sevrage. Par la suite, on change pour un aliment porcelets standard (p. ex. UFA 310). Il est important de changer le fourrage par étape car l’estomac des porcelets doit tout d’abord s’habituer à la nouvelle alimentation. Si l’on change trop vite, on encourt une diminution de

Une transition sur six jours a fait ses preuves. Cela signifie que la quantité de fourrage affouragée avant le sevrage diminue de 25% tous les deux jours alors que celle du fourrage de remplacement augmente quant à elle de 25%.

L’exploitation de mise bas Fuhrer en vidéo Dans le cadre d’un cercle de répartition du travail dans la production de porcelets (RTPP), Daniel Fuhrer exploite une porcherie avec 40 places mise bas. On est frappé par la santé et la vitalité de ses porcelets. Grâce à la vaccination contre les circovirus, une gestion ciblée de la température et un affouragement complémentaire précoce, ses pertes en porcelets sont très faibles. A partir du troisième jour de vie, les porcelets reçoivent déjà de la terre à fouiller UFA 303. Dès l’âge d’une semaine, Daniel Fuhrer distribue en plus deux fois par jour de l’aliment porcelets UFA. Tout d’abord, il épand le mélange terre à fouiller/aliment à proximité de la truie. Aussitôt que les petits ont appris à manger à côté de leur mère, il en affourage dans les nids à porcelets – avec une proportion plus faible en terre à fouiller. Alors que les truies primipares avaient du mal à suivre auparavant, elles sont aujourd’hui soulagées grâce à un affouragement complémentaire précoce des porcelets et elles peuvent mieux approvisionner leurs petits avec le lait qu’elles ont à disposition. Après le regroupement des animaux, sept à dix jours après le sevrage, on passe par étapes de l’aliment starter UFA 404 à l’aliment porcelets standard UFA 310. «Depuis que j’ai opté il y a une année pour UFA 310, mes porcelets sont prêts plus vite pour la vente», explique Daniel Fuhrer. L’utilisation ciblée d’amidon extrudé dans l’aliment porcelets UFA améliore la digestibilité, augmente l’ingestion, réduit les substrats pour les germes coli et minimise ainsi le risque de diarrhée. Markus Gerig a tourné un film sur l’exploitation de Daniel Fuhrer qui nous montre ses porcheries de mise bas et à gorets bien pensées, sa gestion de l’affouragement et qui répond à des questions sur le sujet. Voir à l’adresse www.ufarevue.ch REVUE UFA · 2 2011

Si les porcelets apprennent à manger tôt, la truie en profite aussi. Ce sont surtout les truies primipares qui risquent de s’épuiser dans la lactation suivante. Il peut en résulter le syndrome MMA ou de petites portées. Pour décharger la truie, on peut déjà sevrer les deux ou trois plus gros porcelets entre le 14e et le 21e jour et les approvisionner avec un aliment starter.

Sevrage prématuré Si certains porcelets sont approvisionnés par le biais d’une nourrice artificielle – si la mère a une trop grosse portée par rapport à sa tétine –, en plus de l’alimentation lactée (p. ex. UFA 301) on utilise un aliment pré-starter. Le passage à un ali-

ment starter intervient parallèlement à l’élevage normal sous la mère.

Résumé Les aliments pré-starter et starter favorisent un bon développement des porcelets, réduisent le stress au sevrage et déchargent la truie. Dans le régime alimentaire, il est important que l’affouragement soit toujours adapté aux besoins actuels des porcelets et que la transition d’aliment s’opère par étapes. 䡵

Auteurs Dr Barbara Eichenberger, directrice du ressort service technique, UFA SA, 3360 Herzogenbuchsee Daniel Schmied, Spécialiste porcin au service technique UFA, 3052 Zollikofen A la Tier & Technik du 24 au 27 février 2011 à St. Gall, les spécialistes porcins UFA vous renseigneront volontiers au stand 3.1.15 dans la halle 3.1 en vue d’une alimentation optimale des porcelets. www.ufa.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

2 · 11


PRODUCTION ANIMALE

Apprendre des meilleurs LES JOURNÉES UFA 2000 ont fourni de nombreux sujets de discussion intéressants et démontré le potentiel d’optimisation possible dans le domaine de la production de porcelets. Il s’agit plus particulièrement d’améliorer le pourcentage d’inséminations fécondantes et d’utiliser une génétique de bonne qualité. L’affouragement d’une ration de haute qualité permet également d’améliorer le succès économique.

Les journées UFA 2000 ont été organisées à la mi-janvier 2011 en Suisse orientale, en Suisse centrale et dans la région du Plateau. Les intervenants se sont efforcés de démontrer comment réduire les coûts et augmenter les produits en production porcine.

L’évaluation annuelle des don-

1 · Les conseillers UFA Jürg Ammann (g.) et Peter Gantenbein. 2 · Lydia Gremlich, Raperswilen (TG), a gagné la truie Primera avec son mari Albert en Suisse centrale. 3 · Stefan Schwab, directeur de la succursale Anicom Plateau central. En 2010, Anicom a fortement contribué à l’écoulement des porcs de boucherie excédentaires. 4 · Rolf Eberle (g.) et Othmar Werder. 5 · Hansueli Christen, responsable d’UFA 2000, souligne l’importance du taux d’inséminations fécondantes. 6 · Marie Gobet (g.), Urs Haslebacher et Annemarie Badertscher. 66

nées issues du programme de production porcine UFA 2000 démontre qu’il existe de grandes différences entre les meilleures et les moins bonnes exploitations. En 2010, la marge brute par truie est tombée à Fr. 1194.– en raison du faible niveau de prix des porcelets, soit Fr. 400.– de moins qu’en 2009. A noter que le quartile supérieur des exploitations UFA 2000 a réalisé une marge brute de Fr. 1598.–. En moyenne, en 2010, le nombre de porcelets sevrés par truie s’est élevé à 21.6, soit 0.6 de plus qu’en 2009 (quartile supérieur: 25).

moins une fois par mois au centre de dépouillement UFA à Herzogenbuchsee. Les producteurs qui ne veulent pas attendre le dépouillement des données ont également la possibilité de louer le logiciel de gestion de truies UFA 2000planer.

lets par truie et par an. Les pertes de porcelets s’élèvent à seulement 11.1 % contre 15 % en moyenne suisse. «Celui qui achète des truies via UFA 2000 opte pour la bonne solution», conclut Hansueli Christen.

Les exploitations herd-book UFA 2000 font partie du peloton de

Les aliments pour truies et porcelets représentent environ 75 % des

tête européen. Les éleveurs nucleus et de multiplication sèvrent 26.37 porce-

charges spécifiques. La rentabilité d’un aliment se calcule sur la base des coûts

1

4

2

5

3

6

Le pourcentage d’inséminations fécondantes est un chiffre-clé important pour vérifier le succès économique. En 2010, il s’est élevé à 77% contre à peine 72% en 2009 (quartile supérieur: 84.7%). Hansueli Christen, responsable d’UFA 2000, a quant à lui calculé que dans une exploitation suisse élevant 60 truies, chaque augmentation de 1 % du taux d’inséminations fécondantes permettait d’augmenter le revenu d’exploitation de Fr. 16 842 par année.

Fournir ses données à temps Les exploitations qui procèdent au dépouillement de leurs données via UFA 2000 connaissent leur taux d’inséminations fécondantes. Pour obtenir ces résultats, le registre de saillie doit être envoyé au

2 2011 · REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE par MJ EDP, des effets des additifs ainsi que du niveau de performance des animaux (18 ou 25 porcelets sevrés par truie?). A travers sa gamme Extra, UFA propose un aliment spécialement conçu en fonction des différentes phases que traversent les truies hautes performances. Ils contiennent des additifs tels que la L-carnitine, des oligo-éléments liés organiquement ainsi que des vitamines de valeur. Des essais effectués à UFA-Bühl avec des aliments contenant de la L-carnitine ont conclu que l’utilisation de tels aliments permettait de produire un porcelet de plus par portée. Dans le cadre d’un autre essai, l’aliment

porcelets UFA plus onéreux, car plus riche en protéine, a permis d’obtenir, grâce à de meilleurs accroissements, une marge brute de près de 20 % supérieure qu’avec l’aliment Fr. 17.–/100kg meilleur marché et moins concentré.

Grâce à son exploitation de recherche UFA est en mesure de vérifier la qualité des additifs que lui proposent ses fournisseurs. Cela en vaut la peine. Les résultats obtenus à UFABühl démontrent en effet que moins de 5 % des nouveaux additifs permettent d’obtenir les résultats escomptés.

Les prix commencent à se rétablir Anicom estime que les prix des porcelets vont recommencer à augmenter en 2011 et 2012. Le nombre d’animaux qui vont arriver sur le marché devrait en effet se stabiliser en raison du cycle porcin. Anicom paie 94% des porcelets qui lui sont facturés dans les neufs jours. Il est important que les éventuels défauts des porcelets soient mentionnés au stylo sur le bulletin de livraison, ce qui évite des travaux de recherche fastidieux par la suite.

Vision? Henning Luther, responsable de l’élevage chez Suisag, a incité les producteurs à réfléchir à l’évolution de leur exploitation au cours des dix années à venir. Selon lui, un principe de base s’applique à toutes les exploitations: s’améliorer avant de s’agrandir. En effet grandir en s’améliorant est moins onéreux que grandir en construisant des volumes supplémentaires. Performances biologique et économique sont étroitement liées dans

7

8

10

la production de porcelets. Actuellement, les truies qui présentent la meilleure fécondité proviennent du Danemark, des Pays-Bas et de France (env. 27 porcelets sevrés par truie et par an). Pour H. Luther, si la production suisse veut se maintenir dans le peloton de tête, il faut qu’elle progresse encore au niveau des performances. L’achat ciblé de jeunes truies Primera et l’utilisation de sperme Premo est une solution pour y parvenir. 䡵

7 · Jörg Fuhrimann, Anicom (g.), escompte un rétablissement des prix des porcelets ces deux prochaines années. 8 · La tension monte au moment de tirer au sort le gagnant du concours. 9 · Christian Schüpbach, Biembach (BE), était le gagnant à Kirchberg (BE). 10 · Henning Luther, directeur d’élevage chez Suisag: «Celui qui veut s’améliorer doit connaître ses performances et ses coûts.» 11 · Willi Leutwiler, Leimbach (AG), gagnant du concours en Suisse centrale. 12 · Urs Stacher (g.) et Werner Krebs. 13 · L’année 2010 a été difficile en raison des prix. Mais la tendance en matière de performances est au beau fixe. 14 · Urs Liechti (g.) et Otto Walther.

Auteurs Daniela Clemenz et Matthias Roggli, Revue UFA, 8401 Winterthour. 11

13

Les pages suivantes de la présente édition de la Revue UFA sont consacrées à l’exposé présenté par Henning Luther, chef d’élevage Suisag, à l’occasion des journées UFA 2000. A Moudon, la journée UFA 2000 Romandie se déroule le 23 février 2011.

9

REVUE UFA · 2 2011

12

14

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

2 · 11

67


PRODUCTION ANIMALE

Les critères de performance et leur rentabilité MALGRÉ LES PRIX DES PORCELETS que se rétablissent lentement, la situation financière de nombreux producteurs de porcelets est tendue. Les mises en valeur des résultats démontrent que les critères de performances sont importants.

Henning Luther

Les performances biologiques d’une exploitation d’élevage de porcelets dépendent en premier lieu de la gestion appliquée par le chef d’exploitation. C’est ce que révèlent les grandes différences entre les quartiles supérieur et inférieur des producteurs suisses de porcelets. Le meilleur quartile des exploitations sèvre actuellement près de 26 porcelets par truie et par année, alors que le quartile inférieur n’en sèvre qu’un peu plus de 21.

Fr. 70.– de plus par porcelet Si l’on part d’un produit d’une centaine de francs actuellement pour un porcelet de 25 kg et si l’on en retranche les coûts d’affouragement de l’élevage (jusqu’au Fr. 30.–), chaque porcelet supplémentaire rapporte environ Fr. 70.– de plus à l’exploitant. En se basant par contre sur quatre porcelets de moins par truie et par année cela représente un manque à gagner d’environ Fr. 14 000.– pour un cheptel de 50 truies.

production moderne de porcelets devient de plus en plus exigeante. L’achat de cochettes permet de se concentrer entièrement sur une bonne gestion des inséminations ainsi que des mises bas. Dans ce contexte, c’est le succès économique de l’exploitation qui est en jeu. L’achat de cochettes permet d’éviter un plan d’accouplement ainsi que d’élever et de sélectionner les propres jeunes truies de l’exploitation. Les jeunes truies achetées doivent être intégrées méthodiquement dans le troupeau.

Il n’y a pas que les accroissements En ce qui concerne les gains journaliers, en réalité, ces derniers ne se traduisent économiquement pour les engraisseurs que s’ils parviennent à vendre rapidement les derniers porcs de boucherie de chaque série. Lorsque certains porcs à problème continuent de bloquer toute la porcherie, dans la pra-

Bon pour les engraisseurs Les engraisseurs qui acquièrent leurs gorets d’engrais auprès d’éleveurs qui recourent à l’achat de cochettes ont l’assurance que tous les porcelets livrés ont pour père un verrat produit terminal (Premo®, Duroc ou Piétrain). Ces éleveurs ne sont en effet pas contraints d’inséminer une partie de leurs truies avec des verrats de lignée maternelle. Quel verrat produit terminal?

Les avantages de Primera® La génétique à laquelle l’exploitation recourt pour les truies peut aider à améliorer les performances. Sur la base du Repro-Controlling de Suisag qui regroupe un peut plus de 700 exploitations, une truie Primera sèvre environ 0.6 porcelet de plus par année qu’une truie GPB de race pure. Cela s’explique surtout par une diminution des pertes en porcelets ainsi que des intervalles plus courts entre les mises bas.

Se focaliser sur la gestion des truies L’achat de cochettes Primera, en plus de performances supérieures, offre d’autres avantages de taille. La 68

Pour les engraisseurs, la question se pose de savoir quel verrat produit terminal produit actuellement les porcs d’engrais les plus économiques. Dans ce contexte, l’épreuve par le produit terminal de Suisag fournit de précieuses informations (cf. Revue UFA 12/2010). En résumé, Duroc et Premo sont à présent en tête. Duroc est légèrement supérieur en ce qui concerne les accroissements, alors que Premo l’emporte en matière d’indice de consommation et de pertes par exsudation! En raison de leurs indices de consommation moins bons et leurs accroissements plus faibles, les porcs de boucherie Piétrain sont nettement moins économiques. 2 2011 · REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE tique, des gains journaliers élevés n’ont qu’une faible utilité.

L’indice de consommation est décisif De prime abord, la différence au niveau de l’indice de consommation entre les descendants des différents verrats paraît insignifiante (2.35 pour Premo à 2.43 kg/kg pour Piétrain). Cependant, 60 à 80 g d’aliment en moins par kilo d’accroissement fois 80 kg d’accroissement dans la porcherie d’engraissement représente environ 5 kg d’aliment consommé en moins par porc de boucherie. Avec un prix d’env. Fr. 60.–/dt, cela équivaut à une diminution de Fr. 3.– des coûts d’alimentation pour chaque porc à l’engrais.

Homogénéité de la génétique On sait que les engraisseurs suisses perdent encore chaque année des millions de francs parce qu’ils livrent des animaux trop légers ou trop lourds, ce qui en-

traîne des déductions. Dans ce contexte, les résultats de l’épreuve par le produit terminal démontrent l’importance de disposer d’une génétique homogène dans la porcherie d’engraissement afin de réduire les écarts entre les porcs. Par exemple, si l’on détient simultanément des porcs à l’engrais Duroc et Piétrain dans une même série, les Duroc atteindront le poids d’abattage optimal environ une semaine plus rapidement que les Piétrain. Cela engendrerait encore davantage de déductions pour surpoids ou poids insuffisant, et il faudrait livrer les porcs en trois à cinq fois au lieu de deux à trois, ce qui suppose davantage de travail et pourrait entraîner des frais supplémentaires (petits lots).

Une réception ordonnée des gorets La production porcine suisse a encore gagné en professionnalisme au cours des dernières années. Les engraisseurs devraient ainsi pouvoir acquérir

des gorets d’engrais dans un cadre bien défini (un à trois fournisseurs, génétique définie et homogène). La collaboration systématique entre éleveurs et engraisseurs permet de continuer à optimiser conjointement l’ensemble du processus. En fonction de la situation des exploitations, il est même éventuellement possible de renoncer à la vaccination contre les circovirus, ce qui permet d’économiser 2 à 3 francs par porc.

Résumé De meilleures performances biologiques peuvent avoir une influence considérable sur le résultat économique. Les truies Primera et les verrats Premo offrent les meilleures bases génétiques, aussi bien pour l’éleveur que pour l’engraisseur. Cependant, pour que l’ensemble de la chaîne de production puisse profiter des avantages génétiques, il faut fournir les exploitations d’engraissement de manière ciblée avec des gorets d’engrais homogènes. 䡵

En présence d’une génétique hétérogène, il est difficile d’atteindre de bons résultats économiques. Photo: sinnart.com

Auteur Dr Henning Luther est responsable zootechnique et collaborateur scientifique auprès de Suisag, 6204 Sempach. Vous retrouverez chaque mois les derniers résultats de l’épreuve par le produit terminal à l’adres-se www.suisag.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

REVUE UFA · 2 2011

2 · 11

69


PRODUCTION ANIMALE

Qualité d’abattage en ZM III PRODUCTION DE NATURA BEEF Sur de nombreuses exploitations détenant des vaches mères, un affouragement complémentaire des veaux permettrait de réaliser un meilleur revenu. Tanja et Daniel Albertin montrent comment il est possible d’atteindre une production de Natura Beef excellente et rentable, même en zone de montagne III.

Eugen Signer

Les exploitations qui abandonnent la production laitière au profit de la détention de vaches mères renoncent souvent à affourager des aliments concentrés la première année. Mais si les décomptes des animaux de boucherie comportent des déductions, il faut repenser et adapter l’affouragement.

Tanja et Daniel Albertin sont des spécialistes des vaches mères: elle en tant que vétérinaire et lui en tant que maître agriculteur. Et ils ne se satisfont pas de la médiocrité. Les exigences des consommateurs y sont pour quelque chose, mais également et surtout la rentabilité de l’exploitation. La famille Albertin – avec les deux filles Patricia et Rebecca, une apprentie et un apprenti – exploite à Mon (GR) une ferme bio avec des vaches mères sur une surface de 40 ha en zone de montagne III. La conversion du troupeau de la Brown Swiss à l’Angus est bientôt achevée. La viande est commercialisée en grande partie dans le commerce, les veaux à l’âge de cinq mois et les Natura Beef à celui de neuf à dix mois.

Du 20 octobre jusqu’à début juin, les animaux reçoivent une ration

Tableau: Plan d’affouragement hivernal d’Albertin Fourrage grossier

Minéraux (par animal et par jour) Concentrés (par animal et par jour)

70

Vaches mères Natura Beef 60 % ens. d’herbe, 33 % regain 40 % fourrage sec 33 % ensilage d’herbe 33 % ensilage de maïs 100 g UFA 995 50 – 70 g UFA 995 080 g sel bétail 10 – 15 g sel bétail – jusqu’au 1 kg UFA 277 et 278. Rapport 1 : 2 (total 150 kg par animal)

hivernale composée de fourrages secs ainsi que d’ensilage d’herbe et de maïs. 150 kg de concentrés sont affouragés par Natura Beef (tableau). Les sols de l’exploitation sont très pauvres en sélénium. C’est pourquoi Daniel Albertin, lorsque les bêtes sont à l’étable, donne du sel minéral UFA 995, riche en sélénium, dans une crèche en libre service. En été, tout le troupeau part à l’alpage où il se nourrit exclusivement de l’herbe pâturée avec, en plus, du sel bétail et du sel minéral en bacs à lécher UFA 999.

Une question de rentabilité Les bons résultats d’abattage des veaux confirment que l’affouragement complémentaire de concentrés est judicieux. Une taxation d’au moins T3+ est la norme. «L’utilisation de concentrés pour un montant de Fr. 150.– par Natura Beef est économiquement rentable», a calculé Daniel Albertin. La remonte est affouragée avec une ration semblable à celle des Natura Beef. «Je préfère des vaches qui ont terminé leur croissance au moment du vêlage», explique Daniel Albertin. C’est la raison pour laquelle il affourage la remonte de manière intensive, afin de réduire la durée d’élevage. Distribution individuelle des concentrés Dans le cadre de l’action en cours sur les DAC Itin & Hoch, Daniel Albertin va prochainement faire l’acquisition d’un tel automate afin de pouvoir affourager individuellement les veaux mâles et les veaux femelles. Les mâles ont besoin de davantage de concentrés pour atteindre la qualité

d’abattage escomptée. S’ils reçoivent trop de concentrés, les veaux femelles ont tendance à un prendre trop d’embonpoint. Afin d’obtenir une charnure encore meilleure pour ses veaux, Daniel Albertin pense saillir ses vaches Angus avec un taureau Limousin.

La stabulation libre construite en 2006 comporte un compartiment de onze places pour les vaches qui vêlent en hiver. Les veaux ont à leur disposition exclusive une crèche séparée à côté de celle des vaches. L’autre côté de la fourragère est réservé à 19 autres vaches qui vêlent en automne. Un box en litière profonde sert d’infirmerie ou de box de vêlage. Du sel sur la courette Lorsqu’il neige beaucoup, Daniel Albertin déneige la courette aussi vite que possible. Car la neige se transforme en glace, avec un risque de blessures accru pour les animaux. Afin d’éviter la formation de glace sur les caillebotis, Daniel Albertin épand chaque jour 0.5 à 1 kg de sel. 

Daniel Albertin est convaincu que les apports de concentrés aux veaux Natura Beef sont largement rentables.

Auteur Eugen Signer, Service technique UFA, 9501 Wil. www.ufa.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

2 · 11

2 2011 · REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE

Produits fourragers

GOF 2.1 K / 11

Une bonne litière grâce à notre paille.

www.fourrages.ch Infoline gratuite

0800 808 850

Bourse aux bonnes affaires Suite dela page 36

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Walze Cambridge, 5teilig, 5 m breit, inkl. Transportanhänger, Fr. 6500  079 670 81 65 Pont plat, pour transporter Aebi ou autre trés solide  079 513 19 58 Kartoffelvorkeimkisten, Kunststoff, weiss, neuwertig, ca. 600 Stk., pro Stk. Fr. 3.90  079 295 12 84 Opel Vectra 2.0i, Limousine, 87’000 km, Jg. 91, ab Platz, Fr. 600  079 295 12 84 Hofauto Citroen Xantia 1.9 TDI, Diesel aus erster Hand, Anhängerkupplung, 185’000 km, ab MFK, Fr. 3500  076 323 13 44 500 Vorkeimharasse, aus Holz, Fr. 250  079 211 01 24

REVUE UFA · 2 2011

Umschlaggerät, für Beton oder anderes, Fr. 900; Silohäcksler Botsch IBR, 25 PS Motor, Fr. 1500  079 723 61 25 Förderband, 10 m, Elektro- und Zapfwellenantrieb; Spatenrollecke Ott, 2.8 m; Dieselgenerator, 220 + 280 V, 6.5 kW, alles guter Zustand  079 324 87 74 Ladewagen Mengele Garant 330, Pick-up, Kratzboden und Gatter, alles hydr., Bereifung 15x17, sehr guter Zustand  079 323 23 40 Zaunpfähle, aus Holz, 1.7 m lang  079 748 30 57 Traktor Deutz Agroplus 410, neu 85 PS, Lastreversierer, 3 Lastgänge, FH und FZ Garantie, Fr. 62 000  078 683 45 66 oder  024 425 47 86

Kleintransporter, ideal für Holztransport oder ähnliches  079 622 45 82 Opel Corsa, Jg 5.2002, frisch ab MFK, 1.4 l, Automat, Fr. 3700  052 233 60 19 Melkstand, Alfa-Laval, vierer Fischgerät mit Reinigungsautomat  041 980 12 78 Transporter, 50 PS, permanenter Allradantrieb, Sperre hinten und vorne, Perkingsmotor  079 245 11 39 Pflug 4-Schar, schwere Ausführung erweiterbar auf 5-Schar, mit Streifenriestern, Scheibensech, Halbautomat, Pendelstützrad; Rübenhackgerät Hatzenbichler, 6reihig, Gänsefussscharen, Parallelogramm geführt; Viehhüter Gallagher M800, Netzanschluss 220-240 V, AC 50 Hz, 10 W  079 796 92 68

Suite à la page 74 71


PRODUCTION ANIMALE

Sevrer à cinq semaines? AGNEAUX Dans la situation économique actuelle, beaucoup de producteurs de lait de brebis étudient comment réduire les dépenses pour les agneaux d’engraissement. La part des travaux manuels ainsi que la stratégie d’affouragement ont une influence prépondérante sur les coûts totaux de l’élevage de moutons.

Alfred Erni

Hubert Stadelmann

Depuis le découplage des importations de viande d’agneau et des abattages dans le pays, les prix des agneaux ont chuté. L’emploi de laits pour agneaux et l’achat d’un distributeur automatique est une des stratégies qui s’offrent pour réduire les coûts de production.

Agneaux d’élevage Cela vaut aussi pour les animaux de remonte, où l’on considère un âge au premier agnelage de douze mois et avec un poids vif de 60 à 70 kg comme étant idéaux. Jusqu’au sevrage, les agneaux d’engraissement et ceux d’élevage sont affouragés de la même manière.

Colostrum L’ingestion d’au moins 0,3 à 0,4 l de colostrum durant la première heure de vie est absolument primordiale. Il importe donc de placer régulièrement les agneaux à la mamelle. Congeler du colostrum peut servir à parer un manque de lait. En cas de manque

Tableau 1: Coûts durant les 35 jours (en Fr.) Options

Lait de brebis

UFA 861 (9 kg) UFA 861 + distributeur autom. Lait 137 44 44 Travail 84 126 5 Distributeur automatique 16 Total par agneau 221 170 65 Lait: quatre fois par jour. 2.5 fr./kg prix du lait de brebis. 18 fr./h de travail. 30 agneaux par distributeur Förster, 3500 fr. de frais d’acquisition, 974 fr. de coûts annuels. UFA 861 (en action jusqu’au 26.02.2011)

Tableau 2: Composition du lait Protéine Matière grasse Hydrates de carbone Minéraux 72

% % % %

Lait de brebis 5–6 7 – 7.5 4.4 – 4.8 0.9

Lait de vache 3.5 4 4.8 0.7

de colostrum, on peut s’adresser au vétérinaire, qui dispose de préparations contenant des anticorps similaires.

moyenne 2,2 kg de plus que ceux élevés au lait de vache.

Lait de remplacement Les beAutomate à partir de 6 agneaux Le tableau 1 résume les coûts des différentes variantes d’abreuvage par agneau. La durée d’administration du lait est décisive. Dans tous les cas, il est plus rentable de vendre le lait de brebis que de le donner aux agneaux. L’abreuvage à la main est fastidieux. Dans l’exemple présenté, les coûts avec un automate à buvée, pour un salaire horaire de 18 francs, sont les plus bas déjà à partir de 6 agneaux à abreuver ensemble. Pour que le lait ne deviennent pas acide dans l’automate, il faut toutefois disposer d’un certain nombre d’agneaux.

Lait de vache S’il est vrai que le lait de vache est meilleur marché par kilogramme que la poudre de lait de remplacement, il ne correspond toutefois pas aux besoins des agneaux. Il se caractérise par un déficit d’énergie d’environ 25 % (tableau 2), qui entraîne des gains journaliers plus réduits et peut, durant les premiers jours après le passage au lait de vache, induire un stress accru pour les agneaux. Tout cela favorise les diarrhées. Par ailleurs, les villosités de l’intestin endommagées par les troubles digestifs entraînent souvent des lésions irréversibles. Une étude L’Institut d’agriculture écologique en Allemagne a mis en évidence des différences significatives entre l’élevage au lait de vache et celui au lait de brebis. Le 41ème jour, les agneaux abreuvés au lait de brebis pesaient en

soins de poudre de lait pour agneaux sont d’environ 9 kg par animal. La composition de ces laits est en adéquation parfaite avec les agneaux. Ils sont adaptés à l’engraissement comme à l’élevage sans la mère ou en complément du lait maternel lors des naissances multiples. Il convient de prendre en compte les points suivants: • Température idéale de buvée: 40 à 42 °C (éviter les tuyaux de lait trop longs depuis le distributeur). • Des quantités trop importantes, des buvées contenant des grumeaux ou une aspiration d’air accroissent le risque de ballonnement et de diarrhée. Il convient donc de peser la poudre, de mesurer la quantité de liquide, de dissoudre le lait pour agneaux dans de l’eau chaude entre 50 et 60 °C et de contrôler la consistance de la buvée et les tétines. • Nettoyer tous les jours les gobelets, les tuyaux et les tétines, désinfecter une fois par semaine et vérifier régulièrement la consistance. Les poudres de lait conçues pour les agneaux telles que UFA 861 «fonctionnent» idéalement avec de l’eau. Cependant, une combinaison de 50 % de lait de vache avec UFA 200 ou «UFA 209 start» avec de l’eau peut fournir de bons résultats. Dans tous les cas, la part de protéines végétales dans la poudre doit être faible et la part de protéines du lait élevée.

Observer et intervenir rapidement Il importe de bien observer les 2 2011 · REVUE UFA


PRODUCTION ANIMALE un aliment grossier digeste et de l’eau propre. Avant le sevrage, un agneau doit consommer chaque jour environ 500 g d’UFA 763. Vers la fin de la période d’allaitement, la concentration de la buvée peut être légèrement réduite.

Au pâturage Les agneaux engraissés au pâturage ne reçoivent généralement pas d’aliment concentré. L’engraissement dure alors plus longtemps. Si la finition se fait en bergerie, les agneaux ont besoin d’une certaine période d’adaptation et affichent un arrêt de croissance à ce moment. Il faut toujours les vermifuger lors de la mise en bergerie.

Werner Lötscher devant le distributeur automatique qu’il a construit lui-même.

Le distributeur automatique réduit la charge de travail et les blessures des trayons Werner Lötscher, de Schüpfheim (LU), exploite une ferme de 29 ha avec un employé. Il possède 200 brebis laitières produisant en moyenne 450 kg de lait par lactation. Il s’agit d’un élevage Lacaune d’excellente qualité, certaines de ses brebis affichant déjà une production à vie de 5000 kg, en ayant mis bas à plus de 10 reprises. Werner Lötscher a conçu lui-même et construit un automate à buvée pour les agneaux nouveau-nés, qu’il chauffe au moyen d’un chauffage à aquarium. Auparavant, il distribuait le colostrum à la main, ce qui se traduisait souvent par des problèmes de diarrhée. Il l’explique par les quantités élevées de buvée et des caillettes engorgées. En outre, l’abreuvage à la main est très fastidieux. Il avait bien pensé laisser les agneaux sous la brebis, «mais cela accroît le risque de blessures des trayons, qui ont pour conséquence des numérations cellulaires élevées et des mammites», nous explique-t-il. Aujourd’hui, les agneaux boivent environ cinq jours à l’automate «maison», avant de passer à un box plus grand muni d’un distributeur automatique usuel pour les veaux. Il leur distribue de l’aliment pour moutons UFA dès la deuxième semaine de vie. Pour s’assurer que les agneaux l’apprécient, il mélange un peu de poudre de lait au départ. Cette stratégie permet, selon lui, un sevrage à 35 jours. Auparavant, il avait installé des lampes à porcelets dans le parc sélectif à agneaux: «tous les agneaux se pressaient sous la lampe et souillaient cette zone», se rappelle-t-il. Au lieu de lampe, Werner Lötscher a maintenant isolé l’ancienne étable à bovins.

agneaux. Lorsque certains boivent lentement ou pas du tout, ou empêchent d’autres de s’abreuver, il faut intervenir. Les agneaux nés au printemps tendent à avoir davantage de problèmes de santé que ceux de l’automne. Une explication à cela pourrait être le climat plus chaud et humide, entraînant une pression infectieuse plus élevée.

Préparations de vitamines Les préparations telles que Pro 600, UFA REVUE UFA · 2 2011

top-start ou UFA top-fit peuvent être mélangées à la buvée pour prévenir les troubles. Elles offrent en particulier un soutien aux nouveau-nés faibles qui présentent une carence en vitamine E et en sélénium.

Habituer tôt à l’aliment solide Dès la deuxième semaine de vie, on propose un aliment de démarrage tel qu’UFA 763 à libre disposition dans le parc sélectif à agneaux. À cela s’ajoute

Minéraux L’administration quotidienne d’environ 20 g de minéraux (p.ex. UFA 998) ou la mise à disposition d’un bac à lécher (p.ex. UFA 999 ou Cake-Bloc Ovina) est nécessaire pour assurer un approvisionnement suffisant en minéraux, vitamines et oligo-éléments. 350 g de gains journaliers Si tout va bien, le gain de poids est d’environ 350  g par jour et le poids de l’agneau évolue de la manière suivante: • naissance: 3,5 à 5,5 kg • 30 jours: 13 à 18 kg • trois mois: 3 0 à 40 kg

Conclusion Un sevrage précoce et une réduction cohérente du travail d’abreuvage à la main diminuent les coûts d’élevage des agneaux. Bien que meilleur marché, le lait de vache contient moins de nutriments que le lait de brebis. L’emploi de poudre de lait constitue une alternative intéressante. Un apport précoce d’aliment concentré et de fourrage grossier réduit le stress au sevrage et prévient ainsi une dépression de croissance. 䡵

Auteurs Alfred Erni, 9501 Wil. Hubert Stadelmann, 6210 Sursee (les deux du service technique UFA). On peut obtenir non seulement des laits pour agneaux, mais également les distributeurs automatiques Förster (y compris le service) via le service technique www.ufa.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

2 · 11

73


Secteurs MACHINES

Utilisez les adresses du nouvel index des branches créé par la Revue UFA.

ALIMENTS

VEGETAUX

GVS AGRAR AG 8207 Schaffhausen  052 631 19 00 www.gvs-agrar.ch

Raufutter www.raufutter.ch Gratis-Infoline

0800 808 850

Stähler Suisse SA 4800 Zofingen  062 746 80 00 Bourse aux annonces de la Revue UFA. Comnuniquez-nous votre annonce par téléphone (058 433 65 20), par fax (058 433 65 35) ou par mail: info@ufarevue.ch!

Vous voulez tout savoir des dernières actualités? Alors consultez les Agro-News à l'adresse: www.ufarevue.ch Utilisez la bourse aux annonces de la Revue UFA.

TRAITE  058 434 04 10  058 434 04 20  026 675 21 41  026 663 93 70  062 956 62 25  032 312 03 70  026 413 17 44

2942 Alle 2800 Delémont 1564 Domdidier 1470 Estavayer-le-Lac 3360 Herzogenbuchsee 3232 Ins 1733 Treyvaux

Gesunde Kühe – bessere Milch Kriechströme und Wasseradern verursachen Probleme im Stall und Melkstand. Lassen Sie Ihren Stall auf Störstrahlen messen! www.stallmessen.ch  041 781 26 60 BRICONA , 6330 Cham Utilisez la bourse aux annonces de la Revue UFA. Comnuniqueznous votre annonce par téléphone (058 433 65 20), par fax (058 433 65 35) ou par mail: info@ufarevue.ch!

ANIMAUX

BURGMER Geflügelzucht AG 8570 Weinfelden  071 622 15 22, www.burgmer-ag.ch

Vous voulez tout savoir des dernières actualités? Alors consultez les Agro-News à l'adresse: www.ufarevue.ch

Bourse aux bonnes affaires Kreiselheuer, Fahr, KH500, Fr. 300; Schneeketten stark gebraucht, 420/70/24, Fr. 300  079 563 82 41 Getreidesilos, ca. 100 m3 gross, zum belüften, 2 Schnecken,

74

Bourse aux annonces de la Revue UFA.

CONSTRUCTION

Entmistungsanlagen

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre

Vous voulez tout savoir des dernières actualités? Alors consultez les Agro-News à l'adresse: www.ufarevue.ch

Vous voulez tout savoir des dernières actualités? Alors consultez les Agro-News à l'adresse: www.ufarevue.ch

www.umatec.ch

INSTALLATIONS D’ÉTABLES

Suite de la page 71

au (058 433 65 20), fax (058 433 65 35) ou info@ufarevue.ch

www.staehler.ch

1 Reiniger, 2 Stk. Elevatoren, Durchlaufwaage, Trockner ca. 18 m3 mit Gebläse und Oelofen 65 kW, alles demontiert u. abholbetreit, Fr. 27’000  079 278 55 68 Rad Bührer, 10 x 24 Felge, guter Zustand, Pneu 40 %, Fr. 80  071 651 15 37 Räder Bührer, Felge, guter Zustand, Pneu ca.

noch 40 %, 11.2/10-28 AS, Fr. 180  071 651 15 37 Autoanhänger, Marke Saris, frisch ab MFK, mit Aufbau, Leergewicht 200 kg, Nutzlast 800 kg, Gesamtgewicht 1000 kg, reeller Preis  071 971 17 16 Futtergabel, luftbereift, Fr. 200; Wiegebalken, elektronisch, für

Vous voulez tout savoir des dernières actualités? Alors consultez les Agro-News à l'adresse: www.ufarevue.ch Bourse aux annonces de la Revue UFA. Comnuniquez-nous votre annonce par tél.

Viehwaage fast neu, Fr. 1000; Heugebläse Lanker; Heulüfter und Strohmühle, günstig abzugeben  079 486 39 83 Kt. Thurgau Holzsilo Hegner, Ø 4 m, Höhe 5.1 m, dazu passende Betongewichte, 6 x je 1000 kg  079 713 34 82 oder  052 653 11 60 Spritzbalken, 12 m breit, Fr. 200  079 655 24 52 Doppelkrümler/Nachläufer Haruwy, 2.6 m, für

Bourse aux annonces de la Revue UFA. Comnuniquez-nous votre annonce par téléphone (058 433 65 20), par fax (058 433 65 35) ou par mail: info@ufarevue.ch!

Comnuniquez-nous votre annonce par tél. au (058 433 65 20), fax (058 433 65 35) ou info@ufarevue.ch

Haruwy Vielfachgerät, mit Anbaustangen und Höhenverstellung, in sehr gutem Zustand, von privat, Fr. 100  079 328 76 63 Kt. Bern

betriebsbereit  052 720 71 48

Frontmähwerk Pöttinger Cat, 3 m, höhenverstellbar, guter Zustand, Fr. 1500; 2-Schar Pflug Kverneland, betriebsbereit, top Zustand, Fr. 1600  071 633 36 07 Rübensämaschine, kleine Unikorn 3, Jg. 1997, 6-reihig, 45 oder 50 cm, hydr. Spurmarkeur, guter Zustand,

Utilisez la bourse aux annonces de la Revue UFA. Comnuniquez-

Säkombination, Amazone KG302, mit Reifenpacker, AD302 mit Scheibenscharen, top Zustand  079 847 95 33 Viehschere, Schafe und Rinder, 3 Schafschermesser, 2 Rinderschermesser, Ersatzmaschine mit Schafscherkopf, Fussfessel 60 cm lang, 12 cm breit, Fr. 250  079 708 29 40

Suite à la page 79 2 2011 · REVUE UFA


BRÈVES VIE QUOTIDIENNE

La Norvège en 7 jours Le voyage des lecteurs de la Revue UFA commencera le 19 juin 2011 et entraînera les visiteurs de Stavanger à Bergen Oslo. La tradition des voyages de la Revue UFA dans les pays scandinvaes se poursuit.

Semblable et pourtant différent La Norvège et la Suisse dif-

sages faisant la part belle aux îles, fjords, collines et autres paysages montagneux. La période estivale avec ses nuits claires ainsi que l’amabilité et l’hospitalité de la population norvégienne contribueront à faire de ce voyage un souvenir inoubliable! Le voyage débutera le mardi 21 juin 2011 avec vol au dé-

part Zurich en direction de Stavanger. Le retour d’Oslo en direction de Zurich se fera le 27 juin 2011. Une description détaillée du voyage sera présentée dans l’édition du mois de mars de la Revue UFA ou à partir du 14 février à l’adresse www.ufarevue.ch ou www.agrarreisen.ch.

fèrent par leur situation et leur taille. La Norvège dispose d’un niveau de vie très élevé et d’un des revenus par tête d’habitant les plus élevés au monde. Dans le domaine de l’agriculture et de la politique agricole, les deux pays présentent également des similitudes. La Norvège n’est par ailleurs pas membre de l’UE. Le voyage de la Revue UFA permettra aux lecteurs d’obtenir un aperçu de l’agriculture norvégienne et les conduira à travers des pay-

2011 est l’année internationale de la forêt

Penser global, consommer local

L’ONU a déclaré 2011 comme étant l’année internationale de la forêt. Elle attire ainsi l’attention sur l’un des plus importants écosystèmes de la planète. Les forêts fournissent d’innombrables prestations: du bois en tant qu’énergie renouvelable, de l’eau potable, elles protègent des dangers naturels, offrent un habitat pour les animaux et les plantes et servent de plus en plus d’espace de détente pour les hommes. En Suisses, toutes ces prestations sont majoritairement très bien perçues par la population. Mais de manière globale, la forêt est mise à mal.

L’USP organise en collaboration avec le forum des consommateurs et l’EPF Zürich un workshop consacré au thème «Penser de manière globale – consommer de manière locale: la recette à succès pour les producteurs, les consommateurs et la nature?». Ce workshop se déroulera à l’occasion du Naturkongress de Bâle, qui débute le 11 février 2011. www.natur.ch/Veranstaltungen

L’USP sur facebook Depuis le début de l’année, l’Union suisse des paysans (USP) dispose de son propre profil sur facebook. Dès maintenant, toutes les publications et nouvelles seront publiées simultanément sur le site Internet de l’USP et sur facebook. La nouvelle page de l’USP est accessible tant pour les utilisateurs annoncés que pour les personnes externes et peut être consultée en cliquant sur: www.facebook.com/bauernverband REVUE UFA · 2 2011

Dépôts de demandes pour les parcs suisses Le paysage des parcs suisses se concrétise. Huit demandes ont en effet été déposées auprès de l’Office fédéral de l’environnement pour bénéficier du label de parc national. Avec la demande déposée par le Tessin pour la création du Parco Locarnese, un nouveau parc national est actuellement en cours. Parallèlement, toutes les demandes d’aide financière pour les huit parcs suivants sont renégociées: Binntal (VS), Chasseral (BE/NE), Diemtigtal (BE), Gantrisch (BE/FR), Thunersee-Hohgant (BE), Ela (GR), Gruyère Pays-d’Enhaut (VD/FR) et Jurapark Aargau (AG/SO).

Sécurité alimentaire L’Union suisse des paysannes et des femmes rurales (USPF) s’est également exprimée à propos du scandale de la dioxine. Dans un communiqué de presse, l’USPF déclare que si elle s’investit en faveur d’une production alimentaire indigène à taille humaine et contrôlable, ce n’est pas par volonté d’en rester au statu quo! La production indigène est soumise à des règles claires et à des contrôles en ce qui concerne le respect des animaux et de l’environnement, la traçabilité de la provenance et de la composition tout au long de la chaîne de la valeur ajoutée. Il est dès lors logique que ces efforts soient récompensés. Il en va finalement de la santé de tous, ce qui mérite certains efforts.

A gagner

Soupes d’ici et d’ailleurs

Ce mois-ci, la Revue UFA tire au sort un recueil LE MENU contenant 50 recettes de soupes froides ou chaudes, du grand classique au potage vite fait pour tous les jours. Outre des informations générales sur la préparation, vous y trouverez une foule d'idées originales pour le service et sur les accompagnements possibles. Comme toujours, les ingrédients sont frais et de saison. 160 pages. La Revue UFA tire au sort 10 exemplaires du livre «Soupes d'ici et d'ailleurs». Envoyez un SMS (90 ct.) avec la mention KFL Soupes Nom Adresse au numéro 9292. Délai d’envoi: 18 février 2011.

Gagnants du tirage au sort de la Revue UFA 01/2011 Les trois livres «La Gruyère» de Romano Riedo ont été gagnés par les personnes suivantes: Lyne Berguer de Mollens, Séverin Arx de Broc et Odile Pharisa d’Epagny. Ceux qui n’ont pas remporté de prix peuvent commander ce livre dans toutes les bonnes librairies pour le prix de Fr. 48.–.

Blé complet et graisse abdominale Qui consomme du blé complet élimine plus facilement la graisse abdominale excédentaire, selon une étude américaine. Le blé complet permet de lutter contre le diabète et les troubles circulatoires, selon un rapport paru sur: www.foodaktuell.ch.

Toujours actuelles www.ufarevue.ch 75


VIE QUOTIDIENNE

Les compliments sont dignes de confiance STYLE ET PRÉSENTATION Les paysannes sont des femmes engagées et actives dans la vie publique. Comment s’habiller pour une assemblée des délégués, un comité ou un voyage associatif?

Barbara Thörnblad Gross

Depuis quelques années déjà, la vulgarisation agricole propose des cours de formation agricole organisés sur la base de cercles de travail. L’objectif consiste à discuter des sujets actuels et à les aborder de manière ouverte avec une modératrice ou un modérateur. Les membres du groupe peu-

vent beaucoup apprendre de cet échange d’expériences. Dans le canton de Berne des cercles de travail ont été mis spécialement sur pied à l’intention des paysannes. Un de ces cercles de travail aborde le thème «la femme et sa participation à des manifestations publiques». Les paysannes participant au cercle de travail ont débuté leur première rencontre en procédant à un état des lieux. A cette occasion, elles se sont présentées en énumérant notamment les comités où elles exerçaient des responsabilités. Le résultat est impressionnant: les dix participantes sont actives au sein de 60 organisations telles que les commissions scolaires, les associations de femmes paysannes, les associations agricoles, les chœurs, les commissions culturelles, le travail de relations publiques, les activités au sein de la commune, le conseil aux mamans, les soins à domicile, les projets régionaux ou une activité accessoire. Ces cercles de travail ont abordé des thèmes tels que les principes de communication, l’organisation d’exposés, l’organisation de séances, la manière de résoudre les conflits, la confiance en soi et l’organisation d’exploitation. La question «comment m’habiller sans faute de goût pour participer à des manifestations publiques» faisait également partie des sujets abordés.

L’agricultrice Erika Hänni a l’embarras du choix. Photos: Aline Gsell

76

Look sportif, décontracté ou élégant – les possibilités de combinaisons sont très variées.

Que porter? Les habits servent à tenir chaud ou à se protéger de la chaleur. On peut choisir ses vêtements consciemment ou inconsciemment. Nos vêtements sont souvent l’expression de notre état psychique. On constate régulièrement que les personnes qui vivent des changements importants changent de façon de s’habiller et optent pour des couleurs différentes, ce qui traduit une volonté de montrer aux autres que l’on évolue intérieurement. L’habillement peut être porté comme une armure et faire office de protection contre le monde extérieur. Les habits sont quasiment comme une seconde peau et sont le reflet intérieur des personnes qui les portent. Lorsque l’on doit participer à une manifestation publique, les réflexions concernant le choix de l’habillement à porter font partie des préparatifs. Il est généralement déconseillé de tenter des expériences en matière de style et de couleurs. Il est également contrepro2 2011 · REVUE UFA


ductif d’opter pour une taille plus petite dans le but de se forcer à maigrir d’ici la date de l’événement en question. Ce genre d’intentions est généralement voué à l’échec et est source de frustrations. Les habits dans lesquels on se sent bien, qui mettent en avant les aspects positifs de la personnalité et pour lesquels on a peut-être déjà reçu des compliments aident à avoir confiance en soi.

Pas de deuxième chance pour la première impression A travers sa façon de s’habiller, on s’expose aux regards critiques de sa famille, de ses voisins et de ses amis. En tant que membre d’un comité ou responsable de séance, on éveille ainsi l’attention de toutes les participantes. La manière de se vêtir n’échappe à personne, même pas aux regards les plus bienveillants. Il vaut donc la peine de bien réfléchir à ce que l’on porte. Pour le choix de la tenue à revêtir pour les sorties publiques, il existe une REVUE UFA · 2 2011

règle d’or: c’est en n’en faisant pas trop que l’on obtient le meilleur résultat. Cela signifie: • Eviter les couleurs criantes et les motifs colorés, privilégier plutôt les couleurs neutres. • Eviter les gros bijoux et les foulards trop voyants • Ne pas arborer de décolletés trop plongeants ou de bustiers trop fins (même en cas de forte chaleur). Cela permet d’éviter que l’attention de l’auditoire se focalise sur des critères extérieurs et non sur les contenus que l’on désire transmettre.

Question de style Chacun doit décider du style qui lui convient le mieux. Il faut s’habiller de manière à ne pas se sentir complètement étranger à sa propre identité. Même les personnes qui ne sont pas des passionnés de mode finissent par développer leur propre style. Aujourd’hui la mode est d’ailleurs tellement variée que chacun peut s’habiller

Quelle écharpe va avec cette veste? Le personnel de vente donne volontiers un coup de main.

Ne pas oublier des chaussures assorties. En ce moment, ce sont les bottes qui montent jusqu’au genou qui ont les faveurs de la cote.

77


VIE QUOTIDIENNE comme bon lui semble. L’époque du «diktat» de la mode appartient au passé. Lorsqu’il s’agit d’assister à un événement où l’on ne se sent pas sûr, il est préférable d’opter pour des valeurs qui ont fait leurs preuves. Porter par exemple des habits dont on sait comment ils sont perçus par les autres. S’il s’agit par contre de participer à une réunion conviviale, il est en revanche plus imaginable de tenter quelque chose de nouveau. Lorsque l’on reçoit des compliments de la part de ses proches, il faut les accepter avec plaisir. Il est totalement idiot de dévaloriser un compliment par fausse modestie. En matière de style, on peut accorder du crédit aux compliments.

Où demander conseil? Le cercle de travail des paysannes bernoises qui se consacre au «travail de relations publiques» s’est efforcé de bénéficier des bons conseils en contactant la boutique de prêt-à-porter Minder à Huttwil (BE). Ce magasin dispose d’une longue tradition et est devenu un acteur incontournable de la mode pour femmes. Ces dernières peuvent y trouver des habits dans les tailles 36 à 54, adaptés à tous les usages, que ce soit pour se donner une

La gérante Erika Minder (g.), Barbara Thörnblad (m.) et la vendeuse Elisabeth Schär (d.) ont habillé Erika Hänni de pied en cap.

image détendue, sportive ou extravagante. Les collaboratrices de la maison Minder font une présentation de mode aux groupes qui s’annoncent à l’avance. A cette occasion, une participante est tirée au sort et habillée de la tête aux pieds. La gérante du magasin, Erika Minder, explique que les visiteurs n’ont pas nécessairement l’obligation d’acheter. Pour elle, ces présentations «sont des événements de relations publiques. Nous apprécions les beaux habits et conseillons volontiers nos clients.»

De l’Oberland bernois Pour la Revue UFA, Erika Hänni (43 ans), paysanne à Reichenbach, s’est laissé habiller par l’équipe de vente de la boutique de prêt-à-porter Minder à Huttwil (BE). Avec son partenaire Niklaus Hari, Erika Hänni exploite un domaine de 15 ha voué à l’élevage de vaches Highland. En outre, l’exploitation organise des «Olympiades à la ferme» pour des excursions en famille ou des sorties d’entreprises (www.quh.ch) qui font la part belle à différents jeux avec d’anciens outils utilisés autrefois dans l’agriculture. Erika Hänni fait également partie de l’association paysanne Frutigland qui commercialise des produits régionaux ainsi que des paniers cadeaux. E. Hänni commercialise ces produits régionaux lors du marché qui se tient dans la serre tropicale de Frutigen. Elle exerce également le métier de maîtresse en travaux pratiques.

Pas de rose «J’aime bien porter toutes les couleurs à l’exception du rose», explique Erika Hänni à la vendeuse, Elisabeth Schär. Manque de chance, c’est justement le rose ou, pour parler de façon moderne, les «tons framboise» associés aux gris qui sont à la mode. Mais même en renonçant au rose, Erika Hänni est habillée de la tête aux pieds. L’aspect visuel ne se limite pas aux seuls habits: les foulards, ceintures, colliers donnent également un accent particulier. La présentation de mode effectuée sur Erika Hänni (photos) illustre les multiples manières de combiner des habits. Conclusion Acheter des habits est aujourd’hui moins problématique que jamais. Il est possible de trouver des vê78

Le magasin de mode Minder à Huttwil organise souvent des défilés de mode à l’attention des associations de paysannes. www.mindermode.ch

tements pour toutes les tailles, couleurs, formes et classes de prix. Les prescriptions strictes en matière d’habillement ont cédé la place à un mélange de styles qui laisse de la place pour les goûts personnels. L’entretien des habits a également beaucoup évolué. Prendre du temps pour ses responsabilités est important. En consacrant un peu de temps à choisir ses habits on se sent tout de suite plus sûr de soi. 䡵

Erika Hänni est agricultrice à Reichenbach et fait partie du cercle de travail «Femmes dans la vie publique».

Auteur Barbara Thörnblad Gross est responsable de l’Economie familiale à l’Inforama Berner Oberland. Depuis 2006, elle anime le cercle de travail «Femmes dans la vie publique». www.inforama.ch

INF BOX INFO

www.ufarevue.ch

2 · 11

2 2011 · REVUE UFA


Suite de la page 74

TECHNIQUE AGRICOLE à vendre Kälberhütten / Lagerbehälter, Bausatz 1er, 4 bis 6 Wochen, Fr. 100  079 426 06 35 Wassertränke, aus Kunststoff, Höhe verstellbar, 40 x 1.90 cm, Tiefe 20 cm  079 708 29 40 2 Werkzeuggeräteboxen, aus Kunststoff, 1.15 x 46 cm, Tiefe 65 cm, blau; 2 Offizierskisten, 73 x 38 cm, Tiefe 28 cm  079 708 29 40 3 Fässer, Ø 35 cm, Höhe 60 cm; 2 Ferkelaufzuchtlampen, mit Ersatzbirnen; Hornbrennstift, elektronisch, Eurofarm; Säulentränke frostsicher, Höhe ca. 60 cm  079 708 29 40 Ladewagen Pöttinger Ladeprofi, Fr. 3500; Trommelmähwerk Fella KM 187 H, Fr. 500; Sichelmulcher Hermes HM 251, mit Tastarm links, Fr. 3500; Maishäcksler Pöttinger Mex GT, 1-reihig, Fr. 3500; Milchtank Griesser, 800 l, Fr. 500, ab 18.00 Uhr anrufen  079 476 55 73 Silohäcksler Claas, top Zustand, neue Messer, diverse Rohre, Fr. 4600  079 402 58 90 2 Innen-Futtersilo, H: 3.8 m, B: 1.3 x 1.3 m, 2.3 t, mit Elektrodos; Telleranker, L: 1.4 m, Ø 23 mm; Hagelnetze, L: 180 m, B: 4.3 m; Maschendraht, L: 200 m, H: 1.3 m; Stahldraht, Ø 3 mm, Rollen à 180 m  041 850 23 91 Big Bags, günstig abzugeben  079 426 06 35 Getreidetrockner Goldsaat; Spritzbalken Birchmeier, 10 m; Dieseltank, 1000 l, mit 100 % Wanne; Grübengabel, 2.1 m; Heugebläse Aebi AG 10  079 243 75 25 Buchenspalten, trocken, 33 Ster  034 493 32 40

REVUE UFA · 2 2011

Gebläse-Oelheizer Reddy-Heater BV 125; Elektro-Zentrifugalpumpe Saer, zweistufig; Bodenfräse Agria  079 523 14 85 Traktor-Schneeketten Pewag DS, neu, 360+ 380/70 P28; AutogenSchweissanlage, mittelgross, mit Zubehör A.G.A.11, wenig gebraucht; Abluft-Kamin

NEU NOUVEAU avec nouvelles rubriques Anderhalden, 5 m, Ø 400 mm, Dachanschluss Eternit  079 373 47 44 Frontmähwerk Pöttinger Cat, 3 m, höhenverstellbar, guter Zustand, Fr. 1500; 2-Schar Pflug Kverneland betriebsbereit, top Zustand, Fr. 1600  071 633 36 07 Ballenwagen, Länge 5 m, Breite 2.30 m  079 760 72 23 PVC Sickerrohre NW 125; Waage 2000 kg; Rockingerkupplung von LKW, 40 t Anhängelast; Rockingerkupplung, 6 t Anhängelast; Walze an Traktor, 75 cm breit, kleiner Anhänger L: 145 cm, B: 100 cm  079 641 21 74 Häckselgebläse Mengele; Epple Blasius mit Schleifapparat, top Zustand, mit 8 m Rohr Fr. 1500; Futtermischer Lanker, 1,5 m3, guter Zustand, Fr. 1600  071 633 36 07 Kia Sorento 2.5 Diesel Style, Jg. 2008, 25’000 km, Automat, Zuglast 3500 kg, Anhänge-Vorrichtung, Fabrik-Garantie, Zustand wie neu, unfallfrei, preisgünstig abzugeben  079 857 80 09 Schneefräse Aebi FS115, Arbeitsbreite 1.15 m, Auswurfklappe, Kamin hydr., Ausstellungsmo-

dell zu Aebi CC 56/66 oder TC07  055 440 34 64 Heckscheibenmäher Kuhn, GMR500, betriebsbereit  055 440 34 64 Bandheuer Reform, 3 Zinkenreihen, 2.3 m, betriebsbereit  055 440 34 64 Hochdruckreiniger, Kaltwasser, Kärcher Hd1050, 380 V, 15 l/min, 190 bar, mit Schlauchhaspel  055 440 34 64 Aebi AM70 mit Schneepflug, guter Zustand, Fr. 2100  055 440 34 64

TECHNIQUE AGRICOLE recherche Halle, AB, 10 x 20 m, kann auch selber abgerissen werden, bevorzugt Metallhalle; Messer, zu Rapid 505, ab 1.95 m  034 461 24 65 oder 079 636 42 64 Schneeketten, für Transporter 11.5/8015.3, für Traktorvorderrad Grösse 9.5/9-20  034 431 27 61 Schneepflug, für an Motormäher Bucher M500  061 841 27 82

Bourse aux bonnes affaires Besichtigung und Barbezahlung bei Abholung  079 603 85 63 Ladewagen, für auf die Alp, Marke egal, günstig, bis Fr. 4000; Siloballenspitz, bis Fr. 300; Heuschrotmesser, bis Fr. 200  079 575 25 52 Obstbau Traktor  079 230 32 02 Tracteur fruitier, MF ou autre  079 230 32 02 Heurüstmaschinen, Normalmodelle, guter Zustand  079 672 76 25 Traktor Massey Ferguson, Serie 100 oder älter  079 230 32 02 Tracteur Massey Ferguson, Série 100  079 230 32 02 Occ. Behälter 30-100 m3, Material: Kunststoff oder Chromstahl, Verwendung: Regenwasser sammeln, Aufstellort: unter der Erde, Grösse: 30 bis 100 m3, Anzahl: 1-3 Stk. je nach Grösse, max. 3 m  079 459 83 06 Tauchmotorrührwerk Hochdorf, fahrbar  041 921 16 73 Traktoren Bührer  078 824 93 19

kleinen Traktor, bis Fr. 1500  062 299 04 36 Dieselöltank, 2000 l, mit Auffangwanne, Raum TG SH ZH  052 657 19 61 Gummiförderband  078 910 87 39 Melkmaschinenpumpe, Alfa-Laval VP18, wenn möglich mit Vakuumbehälter aus Chromstahl  079 641 80 49 Ballenförderband, Leichtaufbau  078 910 87 39 Betonroste  079 622 45 82 Rasenraster  079 245 11 39 Traktor, 60 PS, ca. Fr. 5000-7000  079 387 51 83 Messer zu Busatis Mähwerk Aebi Terratrac  079 748 30 57 Mäusevergaser  071 651 15 37 Heuraupe Reform M12; Ladewagen Occasion, guter Zustand; Siloballenspitz; Heuschrotmesser  079 575 25 52 Traktor, 50-80 PS, mit Mistzetter, Rapid 505, Glattwalze  044 935 19 70

Vieh- oder Schweinewaage, guter Zustand  079 752 87 48

Sturzrahmen, zu Bührer PF 21, evt. Abbruchtraktor, abends anrufen  079 582 65 33

Zubringerband Gummi  078 910 87 39

4-Reihen Maispflücker, zu Deutz Fahr Mähdrescher  079 689 06 59

Futtersilos, für loses Futter, 2 Stück à 6-8 t, abends anrufen  079 582 65 33

Brunnentrog, alt, ca. 1.50 m lang, nehme auch andere Grössen  079 654 94 75

Schweinebetonroste, Spaltenbreite ca. 22 mm, Länge 0.90 - 1.10 m  079 723 61 25

NEU NOUVEAU

Vieh- oder Pferdeanhänger, mit Vorderausstieg, gut erhalten  079 245 25 02

Traktor Bührer Tractospeed, ab 19.00 Uhr anrufen  052 763 38 97

Gummimatten, Occasion  079 206 08 32 Kt. Bern

Traktor Kramer, ab 40 PS, auch Defekte  078 871 64 15

Tandem 3-Seitenkipper oder Einachs 3-Seitenkipper  079 278 45 31 Motormäher Rapid 505/606 Spezial/Super, Alter und Zustand egal,

Tandem Kipper, GG: 1214 t, wenn möglich Marolf, Untenanhängung, hyd. Bremsen  079 328 76 63 Kt. Bern Transporterli, Schilter, Bucher, Rapid ect. oder

avec nouvelles rubriques Zweiachs-Dreiseitenkipper, alles anbieten, ab 19.00 Uhr anrufen  052 763 38 97 Greiferzange, hydraulisch, zu Heukran Kiwa  079 464 69 61 Traktor, 60 PS, für kleine Waldarbeiten, zusätzlich hydraulische Ventile  056 441 16 57

TECHNIQUE AGRICOLE à donner

Luftfilter, zu Same Corsaro  079 723 61 25 Kaninchenstall  071 944 11 37 Ladewagen Mengele, alt, funktionstüchtig  079 754 98 50 Boiler Therma, selbststehend, elektrisch, 300 l, Occasion  079 312 65 94 Kraftfuttersilo, aus Polyester, 12 t  031 755 54 66 oder 078 831 62 49 2 Holzsilos Hegner, 80 m3, 3.5 m  079 404 87 06 Einweg-Holzharasse, ca. 100, 40 x 60 cm  052 657 19 01 Teleskopverteiler  071 642 16 06 KartoffelvorkeimHarassli, 400 Stk.  078 705 54 79

RARITÄTEN à vendre Kastendüngerstreuer IH McCormic, ca. 50-jährig, bodenangetrieben, Arbeitsbreite 2.5 m, Transportbreite ca. 3.4 m  079 331 81 02

RARITÄTEN recherche Traktor Fordson Dexta, fahrtüchtig  052 657 28 63

IMMOBILIER à vendre Freie Fohlenweideplätze, für FM- oder HFFohlen, ab März 2011, sehr günstiges Taggeld  078 819 34 87

IMMOBILIER recherche Geeignete Immobilie, für spezialisiertes Hundeferienheim, mind. 1500 m2 Land, im Umkreis von ca. 15 km ab Volketswil  076 427 00 78 Pachtliegenschaft, ohne Inventur, ab 25 ha, Pferdehaltung möglich, ganze Schweiz  079 211 32 96

Suite à la page 87 79


CÔTÉ JARDIN VIE QUOTIDIENNE

Taille des arbustes LA TAILLE d’arbustes d’ornement dépend du type d’arbuste et de la période de floraison. Plus facile à dire qu’à faire ! Certaines règles générales constituent une aide précieuse. Mais il faut aussi disposer d'un bon oeil. L'objectif consiste à obtenir une belle floraison ainsi qu'à maintenir la croissance et la vitalité des bosquets.

Edith Beckmann

Hamamélis, viornes et jasmins d’hiver sont très pressés et fleurissent en plein hiver. Ils sont rapidement suivis par les forsythias, groseilliers à fleurs ainsi que des types ornementaux de cerisiers, pruniers et pommiers. Hormis les quelques branches que l’on peut couper pour la décoration, il faut laisser tous les arbustes fleurissant au printemps déployer tranquillement leurs belles fleurs. Les ciseaux sont utilisés, si besoin est, quand les fleurs auront fané.

Du cran à la coupe

En février, raccourcir les clématites fleurissant en été telles que «Ville de Lyon» à 50 cm du sol. Photo: Silke Bahr/pixelio.de

Quand il ne gèle pas en février et mars, on taille les arbustes fleurissant en été et en automne. Tailler résolument toutes les branches du buddleia à max. 50 cm du sol. Ce procédé est aussi conseillé pour la potentille, quand elle commence à se dégarnir au point de croissance. Les glycines, kiwis et vignes domestiques envahissent pergolas et façades lorsqu’elles ne sont pas bien raccourcies. N’hésitez pas non plus à tailler les rosiers à massifs: seules quelques branches, de l'épaisseur d’un doigt et de

max. 10 cm de long, doivent encore surgir du sol! Cette cure radicale est récompensée par de nouvelles pousses vigoureuses aux fleurs luxuriantes.

Taille soignée Les bosquets doivent être aérés et légers pour laisser passer le soleil. Pour éclaircir, couper à ras du sol le vieux bois, reconnaissable à son écorce plus foncée. Raccourcir les pousses secondaires d’un bon tiers, si elles poussent vers l’intérieur ou si elles se gênent mutuellement. On taille un peu de biais directement au-dessus d’un oeil (bourgeon au repos) extérieur, donc dans le sens de croissance de la nouvelle pousse. Couper les pousses secondaires en surnombre directement à la base, sans blesser le tronc. Si des arbustes poussent au-dessus de votre tête, il est conseillé de ne raccourcir chaque année que la moitié des branches. Veillez à une forme de croissance équilibrée. Car la meilleure taille est celle qu’on ne voit presque pas une fois le travail effectué! 䡵

Nombreuses fleurs: en hiver raccourcir toutes les pousses secondaires des glycines de 15 à 30 cm. Photo: Holger Beckmann

Petites astuces pour le jardin potager et d‘ornement • Env. tous les 4 ans avant le début du jardinage, il est judicieux d’analyser le sol pour connaître les besoins en engrais. • Tamiser le compost à maturité à travers un treillis à grosses mailles, composter à nouveau les restes. Afin que la pluie ne noie pas les substances nutritives, recouvrir le compost tamisé jusqu’à utilisation. • Pour une floraison précoce, empoter les bulbes de bégonia, calla, canna, dahlia et lilas avec du terreau. • Raccourcir les fuchsias et les déposer à la lumière et au chaud. Réduire les branches coupées à 10 cm et les laisser prendre racine dans un verre d’eau. • En semant des pois-de-senteur (lathyrus odoratus) parfumés en février, on pourra mettre en terre de jeunes pousses vigoureuses dès avril.

80

2 2011 · REVUE UFA


     %

dans les 5 jours

SUBITO livrĂŠ + montĂŠ

MALOJA Sapin massif, l.: 163, h.: 197, p.: 60 cm. 117 096

"!

Chez diga on y va!

Exclusivement pour les clients

.-,

de rabais pour paiement comptant sur tout l'assortiment de meubles diga.

    

  

LAN-UFA-02-2011

LOUNGE Design sympa offrant beaucoup de confort. Etoffe Bella. 115 097

+*)




MYTHEN Chambre Ă coucher coeur de hĂŞtre nature cirĂŠ, composĂŠ de: 1 armoires Ă  5 portes y compris miroir au milieu, 1 lit avec tĂŞte et pied de lit 180 x 200 cm, 2 tables de nuit. 117 524

Hit Sideboard. 115 196



au lieu de 5120.â&#x20AC;&#x201C;

LINEA Coeur de frĂŞne massif, fabriquĂŠ selon une vieille tradition artisanale.

Chez diga on y va!

&+ ** )%"+) ' Prix LANDI-Foire cash. TVA, livraison et montage incl. Même modèle ailleurs meilleur marché = différence en retour!




au lieu de 2298.â&#x20AC;&#x201C;

Combinaison-hit



au lieu de 6350.â&#x20AC;&#x201C;

GULDBORG Highboard no 11, l: 167.8, h: 127.2, p: 45 cm. 115 381

Coin complet

 

au lieu de 4980.â&#x20AC;&#x201C;



 

dans les 5 jours

SUBITO livrĂŠ + montĂŠ

ANDREA Un bestseller de la collection de salons diga. Prix et qualitĂŠ imbattables. Appuie-tĂŞte et accoudoirs rĂŠglables. Cuir vĂŠritable. 117 377

,+**)('&)'%$")')!' &+)%%!)'+&)!*)' Costa Concordia

PAULINE

'%(' )!(+!'  ' %+(' '%&' ' ) *

Fr. 1740.â&#x20AC;&#x201C;

Les ĂŠtapes de votre voyage

Costa Concordia Dates de voyage 2011 13.06. / 20.06. / 27.06. / 12.09 Prix par personne

1er jour: Voyage en car Ă partir de votre lieu de dĂŠpart Ă  Savone. Votre bateau, le Costa Concordia, lève lâ&#x20AC;&#x2122;ancre en dĂŠbut de soirĂŠe.

En cabine double, transfert incl. de/à Suisse et pension complète à bord

2e jour: ArrivĂŠe Ă midi Ă  Barcelone, une des plus belles villes dâ&#x20AC;&#x2122;Espagne, oĂš vous prenez plaisir Ă  ďŹ&#x201A;âner dans la rue marchande en ce dĂŠbut de printemps. 3e jour: ArrivĂŠe le matin Ă  Majorque. Vous avez la possibilitĂŠ de passer une journĂŠe Ă  la plage ou de dĂŠcouvrir lâ&#x20AC;&#x2122;ile en participant Ă  une excursion facultative au dĂŠpart du Costa. 4e jour: Repos en mer. DĂŠcouvrez votre navire et proďŹ tez de ses agrĂŠments Ă  bord. 5e jour: Mouillage au port de Tunis-Hammamet. Nous vous recommandons de rĂŠserver une excursion facultative au dĂŠpart du Costa pour partir Ă  la dĂŠcouverte de la Tunisie.

Chez diga on y va!

Costa Concordia

6e jour: ArrivĂŠe le matin en Sicile, dans le port de Palerme. ProďŹ tez dâ&#x20AC;&#x2122;une journĂŠe dĂŠcouverte de la citĂŠ. 7e jour: Un point culminant de votre voyage: Rome, la ville ĂŠternelle, fascinante, qui accueille chaque annĂŠe des millions de visiteurs. Une ville impressionnante Ă ne pas manquer.

Cabine intĂŠrieure standard

1740.â&#x20AC;&#x201C;

Cabine intĂŠrieure supĂŠrieur

1900.â&#x20AC;&#x201C;

Cabine extĂŠrieure standard

2060.â&#x20AC;&#x201C;

Cabine extĂŠrieure supĂŠrieur

2150.â&#x20AC;&#x201C;

Cabine extĂŠrieure avec balcon standard 2480.â&#x20AC;&#x201C;

8e jour:

Cabine extĂŠrieure avec balcon supĂŠrieur 2570.â&#x20AC;&#x201C;

ArrivĂŠe le matin Ă Savone. DĂŠjeuner Ă  bord, puis dĂŠbarquement et retour en car en Suisse.

Nos prestations â&#x20AC;˘ Voyage en car Suisse â&#x20AC;&#x201C; Savone / Savone â&#x20AC;&#x201C; Suisse â&#x20AC;˘ Croisière en cabine comme rĂŠservĂŠe

Lieux de dĂŠpart

â&#x20AC;˘ Pension complète Ă bord

06.00 Bâle CFF, Meret Oppenheimerstrasse 07.15 Zurich, aÊroport, terminal gare routière rÊgionale 07.45 Affoltern am Albis, restoroute 08.15 Lucerne, Inseli 06.00 Kallnach, Car Terminal Marti 06.45 Berne, Car Terminal Neufeld 07.15 Genève, aÊroport 08.15 Lausanne, garre 09.15 Martigny, gare 10.30 Bellinzone, restoroute

â&#x20AC;˘ Service de cabine 24h/24

Places limitĂŠes â&#x20AC;&#x201C; rĂŠserver immĂŠdiatement!

Non compris â&#x20AC;˘ Boissons et dĂŠpenses personnelles Ă bord â&#x20AC;˘ Excursions facultatives au dĂŠpart du Costa â&#x20AC;˘ Pourboires obligatoires (payables Ă  bord) â&#x20AC;˘ Assurance annullation et SOS Forfait de rĂŠservation Fr. 30.â&#x20AC;&#x201C; par personne max. Fr. 60.â&#x20AC;&#x201C; par dossier.

TĂŠl. 0848 735 735


    insÂť our mo

ÂŤplus p

All inclusive

('.&%$

#

.â&#x20AC;&#x201C; au lieu de 9780

Table

..&%$#

Temps limitĂŠ!

Studio cuisine Ă Fribourg pour la Suisse romande!

Prix action exceptionnel sur toute la gamme

RĂŠnover et profiter maintenant.

au lieu de 2830.â&#x20AC;&#x201C;

Vous trouvez diga 10x en Suisse â&#x20AC;&#x201C; aussi près de chez vous!

Chaise

.'%$#

au lieu de 358.â&#x20AC;&#x201C;

dans les 5 jours

SUBITO livrĂŠ + montĂŠ

FLEXTABLE Plateau ardoise, support acier, 90 x 200 cm. 116 966 SWING Chaise microfibre rouge, piètement tube dâ&#x20AC;&#x2122;acier (115 422) ou anthracite (115 423).

Chez diga on y va!

3400 Burgdorf/Bern 1023 Crissier/Lausanne 8953 Dietikon/Zßrich 8600 Dßbendorf/Zßrich 6032 Emmen/Luzern 1700 Fribourg Nord 8854 Galgenen/SZ 4614 Hägendorf/Olten 9532 Rickenbach/Wil 4133 Pratteln/BL Service info diga: tÊlÊphone 055 450 55 55 www.diga.ch

Bachweg 7, vis-Ă -vis McDonaldâ&#x20AC;&#x2122;s Sortie Crissier Lerzenstrasse 17 Neugutstr. 81 (Ă  cĂ´tĂŠ dâ&#x20AC;&#x2DC;Interio) Hasliring Granges-Paccot Sortie Lachen Industrie Est Près de la Coop Zurlindenstr. 3 nouveau

TĂŠl. 034 420 95 95 TĂŠl. 021 633 44 90 TĂŠl. 044 743 80 50 TĂŠl. 044 802 10 10 TĂŠl. 041 268 84 84 TĂŠl. 026 460 76 76 TĂŠl. 055 450 55 55 TĂŠl. 062 207 02 20 TĂŠl. 071 929 47 00 TĂŠl. 061 826 50 20

Horaires dâ&#x20AC;&#x2122;ouverture:

Places de parc

lu â&#x20AC;&#x201C; ve 10h00 â&#x20AC;&#x201C; 18h30

gratuites devant toutes

sa 09h00 â&#x20AC;&#x201C; 16h00

les ďŹ liales

LAN-UFA-02-2011 Sous rĂŠserve de modiďŹ cations de prix et de modèles. Prix valables au: 11.1.2011

MEXIKO Cuisine compacte à prix avantageux de grande qualitÊ. Plan de travail, appareils de marque avec four à air propulsÊ, champ de cuisson vitrocÊramique et lave-vaisselle, Êvier Blanco compris. Dimensions: 245 cm / 225 cm. Disponible Êgalement à l'inverse. Façades en rÊsine synthÊtique en 14 coloris diffÊrents. 117 230


RECETTES DE PAYSANNES VIE QUOTIDIENNE

Rustique et nourrissant MENU DE CARNAVAL Giswil est l’épicentre du carnaval d’Obwald, dont le point culminant est le jeudi gras et le cortège du 6 mars 2011. A Giswil, personne ne manque à ce cortège, pas même Theres Halter. Voici sa proposition de menu. Jambon à la Szegedin beurre à rôtir 500 g de jambon roulé (non cuit) ou carré de porc 1 – 2 oignons 2 gousses d’ail 500 g de choucroute (cuite) 2 – 3 c. c. de paprika doux 11⁄2 dl de bouillon de viande sel, poivre 1 gobelet de demi-crème acidulée 1 c. c. de paprika Couper le jambon en tranches et le rôtir dans le beurre. Réduire la chaleur. Ajouter les oignons hachés. Presser l’ail et l’ajouter, étuver. Ajouter la choucroute et le paprika. Mélanger le tout et déglacer au bouillon. Laisser mijoter à couvert à petit feu pendant 15 à 20 minutes. Assaisonner. Mélanger la sauce acidulée et le paprika, ajouter à la fin.

Délicieux déjeuner confectionné par Theres Halter: pommes de terre déguisées et jambon à la choucroute.

Pommes de terre déguisées Peler les pommes de terre cuites lorsqu’elles sont chaudes. Rôtir de la panure dans une poêle avec un peu de beurre. Assaisonner de sel ou de condiment en poudre. Ajouter les pommes de terre et les faire revenir dans la panure. Couper les pommes de terre plus grandes en deux.

Cuisses de dames à la Schwandbertis 100 g de beurre 250 g de sucre 3 œufs 1 zeste de citron râpé 1 prise de sel 1 c. s. de kirsch 500 g de farine 1 pointe de couteau de poudre à lever Pétrir les ingrédients en une pâte et la mettre au frais pendant deux heures. Former des cuisses de dame et les frire dans de l’huile.

Les cuisses de dame font partie de la tradition du carnaval. Avec la recette de Theres Halter, c’est toujours un succès. La recette vient de sa mère. A l’époque les cuisses de dames étaient cuites dans de la graisse de porc.

Avec son mari Werner et ses quatre enfants adultes (André, Esther, Stefanie et Patricia), Theres Halter (47) gère une exploitation laitière à Giswil (OW). Theres Halter est polyvalente. Elle est par exemple active au sein de l’association des paysannes, du comité agricole et du groupe folklorique. Elle seconde également le sacristain de la paroisse et est la personne de contact pour le groupe apéritif des paysannes d’Obwald. «J’adore cuisiner, surtout bien sûr nos propres produits. J’apprécie de ne pas devoir faire des courses et de pouvoir aller chercher les réserves à la cave» explique T. Halter. www.aperogruppe.ch

REVUE UFA · 2 2011

85


J’AIME MON MÉTIER D’AGRICULTEUR VIE QUOTIDIENNE

Disposer de plusieurs options

Peter Reinhard, 28 ans

«Prendre des responsabilités est un peu à double tranchant. On est récompensé pour ses succès mais on est souvent seul face à ses responsabilités. »

86

Nouveau système de paiements directs, négociations concernant un accord de libre-échange avec l’UE et réduction de la protection à la frontière dans le cadre de l’OMC – l’agriculture est confrontée à un processus d’évolution important. «Rester flexible», telle est la recette de Peter Reinhard dans l’environnement politique actuel. P. Reinhard est maître agriculteur et gère à Madiswil (BE) une exploitation laitière. Celle-ci s’étend sur 17 ha dont 3ha de céréales, 1 ha de maïs et 0.7 ha de betteraves fourragères. P. Reinhard se dit préoccupé du fait que les denrées alimentaires ne soient considérées à leur juste valeur, ce qui ne l’empêche malgré tout pas de voir son avenir dans l’agriculture. Il apprécie en effet énormément le travail à l’extérieur, avec les machines et les animaux. Chaque année est différente et constitue un défi que P. Reinhard est toujours prêt à relever. Les installations d’étable sont modernes (traite directe et dispositif d’évacuation du fumier) alors que les investissements dans les bâtiments sont maintenus à un niveau aussi faible que possible. P. Reinhard explique en effet «qu’il veut être plus sûr de l’évolution de la production laitière avant de procéder à des investissements plus importants». Après sa formation de maîtreagriculteur, P. Reinhard a travaillé à temps partiel pour un entrepreneur en travaux agricoles. Par la suite, il s’est constitué sa propre entreprise de travaux agricoles (fauche,récolte des betteraves, pressage du foin et travaux forestiers). «Les machines me fascinent» avoue Peter Reinhard. C’est la raison pour laquelle il consacre son temps libre à sa passion, les machines, en s’adonnant au tractor pulling. Le jeune agriculteur de Madiswil a repris l’exploitation en 2008, année au cours de laquelle il a également passé ses examens de maîtrise. Les connaissances acquises lui permettent d’analyser et d’optimiser sa propre exploitation tout en lui ouvrant des opportunités professionnelles en dehors de la production agricole proprement dite. mr 2 2011 · REVUE UFA


Bourse aux bonnes affaires Suite de la page 79

IMMOBILIER recherche Alp, für 2011, Bergregion, für ca. 40 BFS Schafe, zum Sommeraufenthalt  032 351 23 58 Winterfütterungsplatz, für 3-4 Gusti  079 710 61 58

ANIMAUX à vendre 4 Miniatur-Harveystuten, mit gutem Charakter, ein Geschenk für Kinder, auch als Begleitpferd geeignet, können unverbindlich besichtigt werden, wegen Betriebsumstellung günstig abzugeben  056 634 18 91

weisser Behang, braucht Gesellschaft und Auslauf, evtl. auch ans Futter  079 678 59 85 Gitzi, für Mast und Aufzucht Saanen, günstig  076 503 34 88 2 Ziegen, weisse, männlich, kastriert  052 747 12 71 Wasserbüffel Kühe, Rinder und Kälber; Braunscheck-Hengstfohlen, 8 Monate, Endgrösse ca. 165 cm  034 493 32 40

NEU NOUVEAU avec nouvelles rubriques

Sehr lieben, schönen Haflingerbub, zum Reiten, ca. 14-jährig,

www.landi.ch

ANIMAUX recherche

LE BOU D’ATOU R T

Rinder für Aufzucht, spezialisierter Betrieb, gute Futtergrundlage  031 731 00 58 Simmentaler Kuh oder Rind, Code 60/70 oder F1 Limousin, wenn möglich mit Währschaft, für Mutterkuhhaltung  079 857 80 09

EMPLOYS Angebote Selbstständigen landw. Mitarbeiter, auf 1.4.2011 oder nach Vereinbarung, in der Region Bern, auf vielseitigem Landwirtschaftsbetrieb – Milch, Wald, Weiterbildung möglich  078 892 94 82

Abreuvo ir Inox 5 litres. 21776

69.-

Valable du 2 au 19 février 2011 QUANTITÉ LIMITÉE!

Notre prochaine édition abordera les thèmes suivants

Perspectives dans l’agriculture

Les tracteurs Valtra fêtent leurs 60 ans

Avec la formation d’agrocommerçant ES ou d’agrotechnicien ES, de nouvelles opportunités professionnelles s’ouvrent aux jeunes agriculteurs.

Les tracteurs finlandais Valtra existent depuis 60 ans. Le constructeur venu du nord a-t-il des nouveautés à présenter pour cette occasion?

Fertigation dans les pommes de terre Si les pommes de terres sont irriguées par goutteà-goutte, il est facile d’apporter les fertilisants par la même occasion.

Editeur fenaco société coopérative, Erlachstrasse 5, 3001 Berne

REVUE UFA · 2 2011

Les paysannes et leurs loisirs

Avec le concept de nettoyage de Halag/UFA, on peut prévenir de nombreuses maladies aviaires. A cas spécial, produit spécial.

Les loisirs des paysannes ont évolué au cours de ces dernières années. Lorsque l’on travaille sans relâche, il faut recharger les batteries plus souvent.

info@ufarevue.ch

Impressum UFA-Revue Périodique spécialisé des membres des LANDI. Les numéros 1, 3, 5, 7-8, 9 et 11 sont accompagnés du LANDI Contact, compris dans l’abonnement. ISSN 1420-5106 Cette édition paraît avec une édition spéciale «Tier&Technik».

L’hygiène au poulailler

Coéditeurs LV-St. Gallen et GVS Schaffhouse. La participation des éditeurs à d’autres entreprises est indiquée dans les rapports d’activité respectifs, disponibles auprès de la maison d’édition. Rédaction Tél. 058 433 65 30 Fax 058 433 65 35 Theaterstrasse 15a, 8401 Winterthour Dr. Roman Engeler, réd. en chef; Christian Hirschi, Cyril de Poret, Daniela Clemenz, Matthias

Roggli, rédacteurs; Anne-Marie Trümpi, assist.. Rédaction romande fenaco, c.p., 1070 Puidoux Tél. 079 408 73 61 Fax 021 946 02 22 le lundi et le mercredi Annonces/Abonnements Tél. 058 433 65 30 Fax 058 433 65 35 Revue UFA, Conseils pour les annonces, Theaterstr. 15a, 8401 Winterthour, Martina Bernet, Alex Reimann

Prix de vente Gratuit pour les membres des coopératives agricoles. Les personnes abonnées à la Revue Maison d’édition UFA acceptent que leur adresse Tél. 058 433 65 20 postale soit utilisée et Fax 058 433 65 35 communiquée pour des envois Editions LANDI-Médias, un ciblés. Si les abonnés désirent secteur de fenaco, case postale, que ce ne soit pas le cas, leur 8401 Winterthour, Hans Peter Kurzen, responsable des éditions. adresse peut être bloquée chez l’éditeur. Tirage Abonnements membres 75’580 Prepress en allemand 62’307 Stephan Rüegg, Aline Gsell, en français 13’273 AMW, Winterthour; Mattenbach SA, Winterthour (contrôlé REMP/FRP en 09) Nombre d’exemplaires 78’327 Délai 20 jours avant la parution

www.ufarevue.ch

Impression Print Media Corporation, CH-8618 Oetwil am See La reproduction de tout ou partie d’article ou de photo est soumise à un accord exprès de la rédaction. Les articles de la rubrique «Know-how» sont des PR ou des publireportages.

Papier Imprimé sur du papier Leipa 60 g/m2 avec certificat FSC- et PEFC.

87


MV 57.01.11

Pepita, Championne européenne Crémone 2010, Propriétaires: Everdes Holstein, Echarlens

OFFRES SPECIALES

Pepita mange des aliments UFA hygiénisés

UFA top-form Rabais Fr. 20.–/100 kg jusqu’au 26.02.11

Aliments pour moutons et chèvres Rabais Fr. 3.–/100 kg jusqu’au 26.02.11

UFA 861 lait pour agneaux Rabais Fr. 5.–/sac de 10 kg jusqu’au 26.02.11

UFA 213*** bio lait pour veaux Avec Bon dans votre LANDI Rabais Fr. 30.–/100 kg jusqu’au 12.03.11

UFA 996 CYCLO-EXTRA

• Aliments démarrage UFA 263 / UFA 173 F • Aliments production UFA 242 / UFA 244-8 • Aliments protéiques UFA 248 / UFA 249 Rabais de Fr. 3.–/100 kg d’aliments UFA pour vaches laitières, jusqu’au 26.02.11

Rabais Fr. 5.–/sac de 10 kg jusqu’au 12.02.11

Aliments UFA pour vaches laitières Assortiment principal et succédané fourrage grossier UFA 250 Speciflor UFA 256 Fibralor Rabais Fr. 3.–/100 kg jusqu’au 26.02.11

Service technique UFA: Zollikofen 058 434 10 00

Dans votre

Puidoux 058 434 09 00

LANDI www.ufa.ch

Revue UFA 2/2011  

Revue UFA 2/2011

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you