Page 1

,\~ ,' โ€ข, '~

'~

ยก r

1

,,

.


~~-~\e~~~~~~~~ ~~~~~-~-~~~

~~~~~-~~~~

~~~-2~-~~~ ~-~-~~~-~~

~~~-~~~ ~~~--~~-~~-~~ ~-~~~~~2~~

~~~~2~•2•~~-~~


,


'

hs 2 /-100 --V" V{


... ,

(

•


A.

GRANDES VOUTES


(


GRANDES VOUTES PAR

Pau l SÉJOURNÉ INGÉNIEUR EN CHEF DES PONT

ET CHAUSSÉE

IN GÉ IEUR EN CHEF DU ERVICE DE LA CON TRUCTIO DE LA COM PAG JE PARI -L YO ' -MÉDITERRANÉE PROFE

EUR A L 'ÉCOLE

'A TIONALE DES PO T

ET CHAU

ÉE

T OME V

3ME PARTIE -

CE QUE L'EXPÉRIENCE ENSEIGNE

DE COMMU

A TOUTES LES VOÜTES

LIVRE l.

COMMENT ON PROJETTE UN PONT EN MACONNERIE

LIVRE JI.

COMMENT ON EXÉCUTE UN PONT EN MACONNERIE

LIVRE III. -

CONCLU IO

G-ÉNÉRALES

BOURGES IMPRIMERIE

vvE

15,

TARD Y-P IGELET ET FILS RUE JOYEUSE,

t 9t4

15


Tous droils de reproduction, de traduclion et d'adaplation réservés pour Lous pays. Copyright by Paul Séjourné - 1915.


3e PARTIE

CE QUE L'EXPÉRIENCE ENSEIGNE .A

DE COMMUN A TOUTES LES VOUTES

LIVRE I

COMME T

ON

PROJ ETTE

UN PONT EN MA{;:O

ERIE

LI VRE 11

COMMENT

ON

EXÉCUTE

UN PONT EN MA{;:ONNERIE

LIVRE III

CONCL USIO S

GÉNÉRALES

T. V.

- 1

.

·{..


PRÉLINIINAIRES

1

SYMBOLES

1. -

lntrados . Portée 2a 1

Surbaissenient

Montée b

Pleins Cintres . -

D EM I-

ffi- b&) (j

~

{Cu

Tangentes verticales aux naissances

CE\(h) --- -- > ___ 1

<2

conli nues

COMPLETES

2

Cuurbessurhaussées

1

(j

= ba

rI= ½

C

Courbes surbaissées

CouRBES

r,

E

i

_...__

OE

El~ip ~esd u~•~legré-,Co u rbes 2 ellipses, 2 nn ses de Ellipses s ur- 2 pleins-cin tres algebr1r¡ues n lorme d ellipse - pnnier 2 paraboles se Courbes composées de se¡;;- co up a ~t... bnussées - Anses se co up ant ... menls de co urbes - Anses ele ele panier surpani er a m centres ... baussées .. .

ARCS Ares pour lesq u e ls cr ;>-

SEGMENTS DE

dits :

i

CouRBES Tang entes inclinées aux naissances

A

' Are ¡wur lesquels - 2,.(3

A

_

-✓ 3

\

A

1

,. 3 ' 46 't

=

oi1

I

=

0,288

0,288

> v '>= · 7

a sez surbaissés

OA

I

Segmenls d'elO 143 lip ses, d'anses ' de p a nier surha uss ées, de par a boles ...

1

7 = 0,143 tres surbaissés

Ares pour lesc¡u e ls v ~

dits :

=

peu surbaissés t

dits :

1 9

OA

I

2. Ponts a une seule grande arch e et ponts a plusieurs grandes arches. - On a distingué les ponts a une seu le grande arche: C ~E ~i A~A... 1

et les ponts

a plusieurs

:

~ n ª n e n , En , A~ n , '"' , A , ....

3. Voie portee . Ponts- route : C r te, E rte, Arte, . . . . Ponts sous chemin de fer a voie normale ·. C F" ' E Fr ' A F" ' .... Ponts sou ch emin de fer a voie étroi te C f', E f', A fr, .... Ponts- aqu educs : C aq, E aq, ....

4 . Ponts en deux anneaux. -

Les voutes sont désignées comme précé-

demment, mais en doublant la lettre de l'intrados, par exemple : l. -

Résumé des prélimi11aires en te te des Tomes J1 II, III.

i i 1

1

r te . . ..


'


LIVRE I

COMMENT ON PROJETTE UN PONT EN MACONNERIE

iATÉRIAUX -

APPAREIL -

ASPECT -

..

.

DISPOSITION

DÉCORATION


TITRE 1

GRANDES VOÜTES EN PIERRE MATÉRIAUX -

APPAREIL -

TRAVAIL

CI-IAPITRE I

DÉSIG-NATION DES PRINCIPAUX MATÉRTAUX ' LEUR DISTRIBUTIO

USUELLE DANS LES OUVRAGES

2

1

(iJ

Dimension s usuelles

Retour d'equerre

E n p arement

D ésig nalion

------------

-------------

1

H auQueue leu r L ar, ou Epa is- ge ur se ur

1

Lits

JoinLs

rn

A

o

~

<:l

·;;:

Dislri bu lion usu e lle

-0)

'-

..o ~

1' h l r, q - - - - - - - -- - -- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -l - - - - - - -- - 1 - - - - - - - - - - - - - -

B é lon.

B

))

))

Voir plus loin, TiLre II .

1

Gros ce uvre; remplissnges; mass ifs de foncla tion; corp des culees ; noyaux eles pil es, tympans; murs en a ile el en retour ; parements caches ; paremen ts vus, quancl l'a pecL n'imporLe pas .

.i

employés e n blocage sans prépara li on spécial e.

1,

I Jus peLite dimens ion > 0"10 Poicls < 40'

MO

1

a j oints in certain s. P lu s peLite empl oyés « opus incer-tum ». dimension > 0·10 en choi s is, parement. par assi es ~ori- :;;:, 0·10 1 > 0·20 (c'est-azonlalesgross1éres. ::P' dire avec' - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - suj étion.) méplat , ce lités »; employés lits norrna ux a !'in- Plus petite climension en trados; assises 0• 10 prolongea nt des \ vou.te. assises de douelle.

Moellons ordinaires

1

1

P &rements vus eles Lympans, pi les, culees, p ieels-el roi Ls, murs en aile et en rel our, ---------raeliers, murs <le soutenemenL ( MOJ ou J\IOI-1 suioant > 0•15 > 0·10 MOH la carriere).

MOi

______________

--- --- ---- , a uss i pleins que possible

>

''¡ ¡

O•JO

MOV

Queutas-e eles voutes derriere la elouelie.

- - - - - - - - - - - - - - -- - -- - - - - ' - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -- - -- - - - - - - - - -- -- - 1,

> 0"15 '1.5 h

Moellons

a face reclangulaire, \ ~ les 4 arétes

))

Moel!ons

3

j

:.í;,?. ,,, ,-

:f, _;_

dans .

un m é m e p la n

~

équarris

> 0"30

0-20

Fixee par le 1.5 h > 0·30 Pleins ta ill és en vo ussoirs dessin > 0"15 a 2.5 h ~ 0•25

Moellonsj d'appareil} . 1 \ ta1 11 és en

» .

0·•15

ME

0·20

MEV

Douell e des voutes. QueuLage eles graneles vouLes.

MA

Angles eles piles et cul ées eles gr anels ouvra ges . Co uronnement des parapels.

MAV

VO U SSOl l'S

Pierre de taille de grand appareil gross iéremen t éq uarrie.

Libages.

a 2.5 h

1--- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

./ .. ... ..,;

f,

0"25

Dirnension s >

5•

Blocs appareillés sur les six fa ces . Toutes les d imen s ions imposées.

Briques. '

1• -

~~

Bandeaux eles voules .

L

Socles eles piles, soubassemenls.

PT

Baneleaux et arcbivolLes eles g raneles voutes . Crosseue. el'appui eles p iles des volites d'ev1elemenL. Plinlhes, so usplinLbes, co rb ea ux des refuges, bol uslres, para peLs aj oures, clés a leurs abou ls. Couronnement et cbaperon eles piles.

Br

Voütes, Lympans, parapel .

indiqu ées aux dessin s. Pi e rre ·d e lai ll e

Parements vus des Lympans, p iles el culees (sauf les angles) daos les granel ou vrages. Fut eles parapets.

Plein s.

C' es t, complétée, la nomenclature donnée da.ns l'Avertissement, en te te des Tomes I, II , 111 , IV.

2• -

Pour les ouvrages courants e t pour les viaducs, e lle est détaillée

J. -

Synonyme : Moellons tétués.

4. -

a 1'Appendice.

Synonyme : Moell ons sm ill és.

5. -

Pierre de taille de petit appareil : Synonyme, moellons piqués.


·'

\

1

CHAPITRE

II

COMMENT SO rr FAITES 6, 7

LES VOUTES APPAREILLÉES DE 40M ET PLUS

1

f -

f, -

Élé vation

Coupe sur XX de

f. -

r•.

Coupe sur

!J!J de f,

f X\ ¿e v i (\ l

JI;

§ 1. lnLrado Voie

Pont

OJ

P. to O)

o

\Cl

8

E1 rt• E1 r'º

de L avaur(\ ieux P onl) de Gi g nac

~

so

s

O

PorLée

en

-~

"'¡:..

~

..Q

::,

E-<

1-97

'1773-91

48•73

1-103

1776-1810

48 . 42

'""

~::i

!l

&3

o

~

A

Cl

e:

en

¡

'~ 5 1/ 2.98

A1 rl• C 1 r'º

de Coll o nges

IIl - 199

183/t

45

1-3"1

1869-73

40

r te . 111-40

1882

43

1/ 5

IIl-1'10

1890

47. 85

·l / 3.68

ele P ou ch

!l r A Fr

el e Fium' Alto

E1 rt•

elu Saulni e r (écroul é en 1912)

A

1

1

(

1/ 8. 181

1 l!e~ov\ MAV

~

/

PT

A1

r'º

1 III-26 1

42.67

1749-50

1

I

Al fr

s ur la Gravo na

'

des Bain -deLu cq u es

300'

Teil

))

Teil

i~;~ed~~'

11

60. 96

1833-34

1/ 4 .76

PT PT

11-1 83

1884

4-3.53

1/ 2.59

IJT -32

1845-1,7, 'l 74-77

47.84

·1/ 6.7 1 PT

Ill - 100

1877-78

42

1/ 3.53

111 - 130

190 1-02

40

1/ 4

l -'11 6

J 71-72

55

J/ ft.06

A

Al Fr ...... Al Fr E1 rt•

de Ca lc io s ur la Di ve ria du Diable

§ 2. -

VOÚTES

A

A1 r'º

de Nydeck

11-51

> 40"'

181,0-41,

45.~10

PT

¡

:: \

1

1 1

377'

10

T e il

1

1

~

clu p ays

1

T e il

1

1

1

1

1

1

1

1

1

• -

Gra nit

600'

Briques 1 ressées

Br

26'6

333'

335•

1 ch. J1rr·

450'

) P alazzolo

89,6

1cb .

3"1'8

666'

1

16'3

11'

12·

450'

23'

400'

¡;ra sse i (ch. ctu T e il j

"

15'8

333'

10'6

1/ 2.5 1

MEV

PT

¡-,,,"'~' Gran1L

/

Chaux e t Cimen t :

º""'":" 500 -

~ ch. 400'

Queutage

/

cim. 400'

211'

1

A

Al Fr

11-1 57

18 3- 4

41

d'Oloron

c 1Fr

1-45

18 1-82

4,0

An ni bal

E1 r 'º

6. 7. s. 10. -

1

1 I- 112 1 1868-70

1

55

i'

·10'6

A ll10RTIER BATARD (CHAUX ET CJMENT)

Gres de W iilclliLobel

1

500'

t,90G~e625 , } c b. nrn}gre ( Br.'l30 il l50' e n p ule )

Br

·11t•11

1

D 11 •etQueut.

))

1

14'6 350'

1

Mar b re

))

))

moy,

1

Grés

A

A1 r 'º

1

) Bandeaux

III-29

MAX.

e n litres

Palazzolo Virieu

Gra nit

MOV IMOH \) D oue ll e \ S chi s te

A

A1 rte

1

150' PT

11/ 4

R ein s ]

------ -...--

))

11/ 3.82 1

1

moy.

~

{ ch . %~asse

Que utage

1 I-110 1 1862-63 1 40

1

de Ches ler

»

MAX .

Kg/ Qmüi1

ch. g rasse

Gres cale.

) ""'

s.

ele I on t-y- Lu-Prield

Gres mollasse te ndre »

Cle f

~

R és islance Na ture -------------, · , Provenan ce p 0 1·d s , , o Jum e en Kgjo-oí

a lure

} Granit

))

-

- -P ~ o-u-r -, .- .-d-e-sa_b_le-

en Kg

p T

e

!\fosca

N

::,

Pressions,

Chaux

Appareil Pierre ~ - - - - - - - - - - · - - --

(l)

Dale

(

---- - --:----- ----- 1,- - - - -- -----

e:

1/ 3 . 10 ))

11/ 3.92 1

M O V

1

500'

¡ 1

PT I MEV I MOV Br

(

A MORTIER DE CH AUX Compo ition de la voute

~

(l)

óJ)

¡:..

porLée

1

. (l)

-~ "' ·;::

> 40"'

VOÚTES

.

1 1

1

On a classé les vofites d'aprCs l' ap pare il du q ueu t:t.ge, et pour le mf: me a ppare il, par dosage décro issant du li a nt. ponts a voUtes ~ 40• n'ont pu 1 faute de renseigneme nts, étre inscrits aux tab leaux § 1 1 2 1 3, Pour le sens des symboles, voir Prélimin a ires, p. 3. 9. - Pour le sens des ab réviati ons, voir Chapitre 1. 11. - Au - dessous de 33º, corps en calcaire. Ban deaux e t doue ll e : Calcairc a 300 ", mor tier de cimen t.

52'5

1

ch. 338' cim .111'

1

21

12 . -

Sab le : pouzzolane.

" 1

333'

1

1

12'2

1

11 '3

1 12' 1 1

1


§ 3. -

V OÜTES

1 ..

> 40"'

9

A M ORTIER DE CI MEN T Le5 r,o(ites articulées sont en italiqites.

InLrados

Pon t 1,

Vo ie porLée

¡

13

I

P orLée

-~ a>

..C

i:,..

m

éO

~

co ~

~ a)' e S o 0

;S

·-

5. g-

Dale

E-<

e (l)

~~

ee

S (l)

~-;

"

Bo "!l

!l

Me

¡¡

Composition de la voute

~

----

~ ~

~ o

Appa rei l

~

~

~

·@

-f:

J5

Q)

ª

"'

.;

~

,,:;

::,

:,

,: ~

o

P ierre

~o "'

O

O

---R . .

p

Na lure

---------------,---Ciment

--

Reins

Cle f

:.O Ul...

~~ É

,- _,, Pour 1• "

Pressionskg/0:oF ,~

~

de sable

"'

·o E

¡: c:!

es1slance Nature ......-----..,......-- -~·~ "'., "'e rovena nce en kg/O.OT2 Pro\'enance Poids \",o¡ume t},;!:. en K g en lit . .-.

Q)

>,

o E

v

1 """___:~-------,'------;------;-------:---,---;--- ~ - - - - - _ __ _ ;___ _ __ :....__ __ _ _ _ __ _:__ __'.__ ___:_ _ __.'.._ __'.__...:....__.:___ m

a

de Teinach Co rnéliits ltlla.:cimilien clct P rince-Régent ( Ma.:c-Jo ep h ) de Signac (ce rveau sur 22º)

r•• e Aº r••

A1

lll -203 I V- 'l ªO JV- 192 (l V-239 e 1 A rt• ) lV-242

46 '18 2 '1902-03 44 'l 903-05 45 . 87 1900-01 62.40 190 1-02 64

E 1 Fr

I-131

18i l -72

l V-lt'l

18 5

ele H ofen de Mo!·begno

I V -65

m

33 41 44 63 60

40

íO

»

lll- '177 1908-11 1,'I. '19

» 'l/ 4 :10

de S alcan o

A Fr

lll - '141

» 1/ 3.90

de l'Empere urEº r•• , Fra n«;o is n ur le Scbal chg raben A 1 Fr ¡urla Leyrling de Lange nbrand s ur la G u La ch sur le Schwandeholzdob el de J aremcz e de J amna de , orochla ur le Strandeel ven de venker ud de Bor!efos ele Baiersb ronn de Huzenbach

1; 1.. 95 1/ 3.l,6 1/ 4.1,5 1/ 4 J/ 3,97

126 1899-1900 57 ,a. A 1 fr 111 11 4 1893-94 65

1/!, 1/ 3.63

11 - 168 •J 37 152 122

11 I-46

1886

45. 72

t-

A 1 F'

el e

Iontan ges

de Canale

A r•• Aº Fr 1

II-1 60 111 -62

18 3- 5

45

190 -09 80. 29

lll -'1 ;¡ 1904-06

40

averne

)

de K rumm onau

A 1 fr lIT- '164 1910-11 63 .26

1/ 4.57

Edou ard V II

Eº r'º

1/ 5.43

de Dell ow -Fall s de

iesen

1901-03 40 . 54

111 -225

'1899

42 . 67

l -235

1907-09

55

de L uxembourg Boucica ut

lI-67 1899-1903 84 . 65 243 'l 88-90 40

m

255 1904-06 1,3. 85

Granit ))

ele

on sta ntine

Je Cinuskel de Tuoi

))

))

))

II-107

40

J90 -12 68 . 76

~189 1910-12 46. 98 ll u94 1911 - 12 47. 7'1

Gres

l

pT

"'

Ia sangisJ

,

28. -

Résistance du mortier au 1/ 3: 426"

a 28 jours.

29. -

27. -

))

16. -

2 3. -

23

¡24. 11

Pr. maxima : 27' 12

43.1

150.21 lT

I':'

17

50 .5

76

20.2

23.6

29 8

23

48

20

19.9

,

710'

lent Cancllot

600 a 1100'

600'

Pavin

de Lafarge A1·Lificiel Vi ca t de Valdonne ,

~

~9.6 19 .7 39 .5 19.6

BX 10 Corps 31 5 (25 a 30 ·

Ma ri lime

))

19 . -

19.71

1

Ru oms

1

))

21. 4

6.4

,. 1

))

~Iorti er avec tr Cs peu d' eau.

Sable de la Valserine .

141.1 1

35 35,8 30.8 53 52

400'

Chassigneules

Gra nil

2 5• -

26 . -

))

20 30.3 20 1,2 40

P ortl and

))

::ao . -

17 . -

Ancy-leFra nc, Lar r ·s,

1/ :l.~6 1

30.51

))

jOUl'S

Bnudeaux et Douelle

1

u"'

MAV

32 .i:l

333• 10 a 60 36.2 23. 6 46.2 23.1

Gilsdorf 11193a 1599'I Arlificiel Vi cat nº 1 Villebois 1096" \

J

/

'1/ 8

'l / 2.32/ 1/ 2.23)

1,0 . 7

Pr. maxima : 35'

))

332 a 401, •

a2

1

15 . - A la clef et aux retombées, 1500 .,. Voir ren vo i 8 . 14. - Voir renvoi 9. En te nant compte de la température. Résistance du mortier encubes : 255k . 1 8. Sable de la Gutach. Gres poreux, gé lif. 2 1. 22. 11 º/ 0 de mortier . .

13. -

,

270 '] 905-09

51

l7

P orlland

1200'

))

1 1' -1 · - 3•5 1

(.)

cl'Avig non

2

25

590'

mollasse

'1/ 7

1; 1.56

9" -"

~

~

1974'

Queutage

cl'Orléans

23

,~!i .5 18. au moms P1·. maxi ma ) 25 .1

,

1000' Portian 1 Grappier 1000' Lafarge A1'lifi ciel 24 , :l5 , 2 G Vi cal n' 1 600'

57la735'

VillelleCalcaire l oma neche (A in ) Calcaire Gres ca le. ))

\'¡:•¡

285

1

437'

Elyria

Graait

moulé

70,1

27. 9 19.8 Pr. max ima : 3,'

1/ 3 " 1/ 2,5 "

))

Gre

B

"

69.4

))

Gr e

L

24

29

16

~

·1ooo a2100· 900 a 1500· '1100a2100' 695'

bigarré

1/ 2.3 1

»

))

P orlla nd (Gali cie)

27'5 35 36 24' )) 43 )) 45

16.3

20

de Szczakowa

»

Gneiss Gres Gneiss Gres

1/ 5.55

'1/ 5

l,ºO a·" 11 0,

o

29'3 36 36 32' 41. 7 ,, »

400 a 600' ( P o rll a ncl ) Schifferdecker

"

"'"-

, Q)

25

> 333'

Po rll a nd Portla nd

A

1-1 2

700' Po rll and Dyckerhoff et fil s )) Boul ogne 666' " , Portland a ~66' 917 1036 de Blaubeuren

a. )

1/ 3.92

llOOO' "

~

Calcaire

1

A

de Cérel

·5ooa oo•

Porlland

1100' 1 )) ( 600' ey th enex HOO a 1600' Vicat n' ·1 ) 11 Porlla nd 1" choix '1200' Nabres in a de palato

))

1¡1, 1 93-91, 48 1893-91, 40 'l /!• '1902-01, 41 1/ 3 .6 ~ 41, 1/ 6,66 1905-07 40 1908- .. 1/ 4 40 33 1/ 10 '1889 1 89 41. 50 1 35 1/7 .1,4

1'18 '120 '132 150 1159 l V- 1,8 lII-206 1

d'El yria

1-168 1898-1901 1,2. 31, '1904-05 52 1901,-05 ,O '1907-09 59 1899-1900 64

A r••

lt<

Granit

1/7

An r••

85

Fra ncon ie

Gres

'J/'10

de S eythenex

1904-06

))

~

,a.

1

))

1/ 3.2b 28

'l 902-03

300'

Gres

1/ 10 '1/ 12 l/ l:UJ8 1/ 9 .69 '1/ 10

37.2

12 a ·1629

350•¡

))

-

250

))

22,8 Ji .5 24.5 20,4

Au-dessous du milieu de la montée, 300". Sable de l'Isonzo , lavé. º/ 0 de mortier. 24.

))

a 3 00k U 28 jours.

Voussoirs de toute l'épaisseur de la voíi te.

Sable : lai ti er granu lé.

T. V. -

2


10

VOÜTES ~ 40"' A MORTIER DE CJMENT ( Suite) . ·

§ 3 (Suite). Jnlrados , oie p rlée

Pont

Porlée -~

E

1J30

<lu Ca steleL

>'.

(/)

""

e:

~ J 2- 3

1,i'\o

m

J '3 - t,.

50

AP

III - J03

l '81i-89

62

'G l/ 3.í3

E 11 r'º

1- 165

]895-97

41

1/ lt.47

1

o::, O

el

1'º

p

Nnture

;::l Q)

PT

de sabl e ·

: ·o\::

e e

~-

e

E

u

12 20

Ax

1

Ba11 denux

Qu ercy

Cal ca irn

MEV

Rcini

--·-"

~ ~ - - ¡o-O

e> e -

Na lure . ----- ·;;; ·~~ I ós i ·tunee ro,·e nance en Kgjo-oi'' Provenance Poid \Volume ~] Q) en K g e n lit.

J Grani l

1/ 2.2'>

1Jli-5

~

1

1/ 2. 91,

~

to

Q)

Q)

' - Cl cf

Ciment

Pierre

Q)

::> ~

11 J35 J882-R'> 61. 50

ele L a,·au r Anloinelle <lu Gour-:'i o1r

------------31

Appnreil

e, (/)

Dale

~ ~

30

P ressions kg/o-üi

Q)

éO O. ro

~ o. fu • o Q) e: E o o

Compo iti on ele la voúte

=

Q)

Les ooCites a rticulées sonl en italiques .

1

Lexos Sido lJJ·e Cab irol

~

1/ 3. I '>' GraniL

daos la voCtte

MAX

»

17

" JO 15

Douelle et Queutage

23 ' 30' » »

A1·li ficiel

1

1, 20 á 11 27• 69 1 á 977'

" 10 J2

iu.

18 33'2 16.6

Bnudeawr et Douelle

de Y rdun - ur-l e-

Oou b.

Hu om

MAV

1

Queutoge

Remi¡.; n~·

Q)

13.5

,

9.3

1

Bnndenux et Douelle

J90 1-0j '>9.20

de Yalence

1 4.65

PT

MAV

Ru oms Le Pouzin

"'

1,6

1/ 4. 17

'] 90t-07

,.et

et

!/'•· o

d'EscoL

J907-09

56

1/ 2.99 MAV MEV

~

PT

Crussols Va riza

u"'

MEV

27. 9 1 . 8 30 . 6 17 .9

,) J oinls )111 1nces 40

Y ian ne

UJ

I

n° 1

Queutnge

<)

le. Amiclonni rd

1

L a iti er

))

27

50

36 .3

37

27

25

Ba11deaux

ele M arbach

'$.1 r'º

IV-45

188G-87 'i-3. 50 32 1/ J0.32

PT

~

MEV

5 ''ª 64 1.•,

Calcnire 1 K e up e1·

1 __ .

D011elle el Q~eulog<

-

de Freys in ct

A fr

11 1- J 12 J890-9 1

1¡1, .09

4.5

»

Grn n1t

500'

)

1992 a J J69'

" 1~ ~~::_el- ¡ 1

)

13oul og ne

>•

500'

Bnndea u.1: et Douelle

de R éb uzo

c rr 1

1-'>'

.

1 98- 1900 4.0

Ca I ca I re

r,

de Ramounails

11 - J 6

C 1 rt•

de 13renL ur le Yerclon

.

A 1 fr

E 1 fr

1-3'. 1- 133

J906-0

'.0.30

1/ 3. 12

1º99-1900 M 1905-06

MAV PT > r.-¡

J/ 4

En r••

1- .1 53

1854-55

43

1/ 5 )

de Claix

A

111 -36

J873-7-~

52

1/ 6.l,G~

( MEV

ur le HoLhw einbach

A11' r 11 --17'1 -.1901--0G

1,.¡

1/ 2.68 )

1

1

r t•

J90i -09 12. ' 2

d

,...._

A 1 r,r 111

J3!, 190~-Qj

0! 1s ele 'a inl- a u ve ur de r.J ante

d

Chemnilz

ele Gohren ele Plauen

A 1 Fr II - J!i4C 1 fr 1-55 C 1 r'º 1-27

En rt•

1-JG0

1

1908 10 '>5.í0

1/ 4 .63(

J90', -05 190 1-02 J8G0-6J

1,9 t,2

1 3.39

-1-2

))

J8, 3-i5

¡

> I a1

MEV PT

MOV "

PT

!oO

·¡

J 'G0-G I

!,.Q

1/ 3.M,

111 - 12\J

J90J-02

45

1/ 5.23

A1 rte

l \ ' - J39 J903-0'>

G0

l/' .88

A r'º I

111 -52 20, 20H

111 20\) 2 11

213 214

)265 Anr t• 111 (21;7

'aint- Pi cr r de PuLney

1903-05

l/ 5

90

J90'• 1905 1905-06 ]906 1907 1907 J905

50 loO

)

1 9. 10 1 9 .52 1/ ' .0'i

,,2

Voir renvoi 8.

35. -

J\u-dcs .. ou!i Ge 65º, chaux du Teil 350" .

3 1. -

Voi r rcnvoi 9.

1 r. mnx ima : 25' P ortland

/K

50

10 ú 30 2°

Baudeaux el Douelle

T e. uncourt Saillan courl

1 ortl a nd

¡

Queutage

1

~ P.."§

·=

400' Cerveau:

Le rn

Scl1i le dur ( Ph ylill e)

.... "'e:

·J5 0'

Reins et Culées :

Von rn hl er

o

1-< :

·0

35 .'i' 3'..9 1,0 .2 33 .1

Cer-

l

32 .4

I,~

22

333'

Reins

250' 20'

1

29.li-

:-

1 1

1

1 33. -

Sable de l' AgoCtt. Jj . -

alca ire

~ Ba_,udea~,x

1

L exos

Au-dessous de 48º46', c im cnt Sao". 38. -

Au-dessous C:c lL\ ch::u:x 35t." .

1

1

00'

Gran1L

\ P orLl a ncl 34. -

Sabl e de la Garonne.

5 ch:iincs c!e p:crre c!c ta ill e.

39. -

-.. .-oi r

1

\ 1

1 r. max im a : 33'8

1

Sans su rchargc .

153.4(69"

vea u

<) Q)

1/ 3.33 1 PPTT 1 1 7.46 1

30. -

lis

L onquéty de Boulogne

1/ 9. 52

36. -

125

Pr. max ima : 28' 23.2 20 .3

1 400'

Va ssy

j18

1

))

1 1:í.3:> I¡ .35 1/ .33

1 450•

de Boulogne

11r,7_ o e

52

t,'

t ''6 1 1,0 \ 1"2- '3 ~3. '9

30. -

Baudeaux et Douelle Queulnge

Meuli er

L

-Ql

30'

1poids)

Gres Calcai re Scl,i s Lc

PT

;

11 -128

Pr. max im a

(1/ 3 en

Grunil Cnlcairc

MAV PT

)1

A1 P AI f r

) e nv.

Cale. cl ur 1

1

de \\" ng rn ele Zi egenhals

rle r. l i¡;helnu el :Neuhammcr de Sch wu en de K upl'erhammer J de Krnppilz ele Gro ·s- K unzen • cl o rl

1000'

28 . 9

1 Art ifi ciel

Ca lca irc

MEV

r,

do 13e1·clo ul eL

Vas y

27 .5

10.2

/ Vi ca L n• 1 1000'

·1¡1,

1,0

r,

d

D011elle et Q11e11/oge

) 1 uli er

'

155

Lu . eral

su r le Palnl'• rabcn

333'

14.5

)l

500'

r,

> sur le K renngrabcn

Arlificiel lent P orLl ancl

1

~MAV I

( PT

13

Gres ca le.

1/ 3. íl MEV

9. 8

23.2 11. 6 20.2 10. 3

)l

))

~

ele l'.\ lrna

111- !Gl

11. 4

du T eil

Ca lca ire

A

]ir

Grappie r

1700'

Bandeau.'t' el D011elle

de Li c!t ten s leig

1

J900'

1)

»

40

1

Queuloge

TCfl\"Oi 17 .

)

1


CHAPITR E III

MATÉRIA UX § 1. - FIERRES

Art. 11.

Iature. -

Dun s les gra ndes vo utes , on a empl oyé ¡_\ peu pres toutcs les pi erres n a turelles, nuf les tendres '11 • '12 : g ranit ,J,J. , g n eis s '1·5 , 4 schi s te 6, bnsa lte 4 3 , lave '11 , cn lca ire 4 ª, grés '19 , m culi6re 50 ••• , toutes les nr ti fi cielle bri qu es 5 1 , b6Lon m aul é 5 2 , bé lon clamé 5 3 • 40

Art. 2.

É carter les matériaux sensibles a ux intemp éries .

Il fa ut ócn rter les m a té rinux qui cr nig nent lu g elée, la p lui e, l'humidité 5 '1 , l' nü· t;a lin ªS, les fum ées 5 6 ••• On é tudi era u til em ent les pierre des cim etiércs ell es sont fo rt ex po écs nu froid , a l'humidité, e t portent une da te. S'il n 'y a da n · le pnys q ue des pier r es gólives , on le entou rern de pienes qui n e gélen t pas 57 • V o ir les lab lea u x d u c ha pi tr e Ir . 41. - V ie u x P o n tde L ava u r e n g r es m o llasse le nd r c ( 1, p. 9, ). 42 . - V ia el u c s u r l eq u el la Ji g ne ele P a 1·is ó. B o releaux lr aver e , p r es le L il o u rn e, l a va ll ée de la D o rd og n e . •JO0 a rc hes el e 10me n ans e de p a n ie r au 1/ 3, e n calca ir e te ndre, le o•,o a la cle f. Co ns lruit el e 181,6 a 1850. D e no mb re u s es l é zard e s on l app a r u d es l es p re mi er es a n nées , p ui a ugm e nlé av ec l e p o ids e l l a v iles s e d es lra ins . En 1900, il y e n ava it p r es el e 150 ; ce rl a in es a va ie nl 5, cmel e l o ng, 15 a 20•• el e la rge ; l a p l up a rt para ll ele s au x te tes, l es p lu s g rand es p r es d e !'axe. L es p ierres , le m o r l ie r , se s on l écr asés, efl'ri lés, so u s l es lra in s . 40. -

R e vue Gén é ra le d es Ch e min s d e fe r, fév r ie r 19 13, p. 87 e t suiv a ntes : Cent a rches », M. Ad a m, lngé ni e ur d e la c•e d' Orl éans.

r.:

Con solida tion par i11 jectio1t de ci111e11t d u Via duc des

43 . - V iael u cs d'A u ve rg n e. V o utes appare ill ées >, 40m, t o ut o u partie en: 44. - Granit . 48. - Cr~ lccii l'e.

49. -

M o nograph ic P o nts: K r e nngrabe n Edo ua r d VII C as te le t Empe re ur•Fra n~o is Gravo na Putn ey M osca Cé re t Freyss in e t Nydeck L o nd r es T uo i P o u ch Vi c to ri a Anto ine t te Sch a lc hg r abe n \ Vi esen L a nge nbra nd C a bin -Jo hn M o rbegno Stey rl m g

45.

-

l[

168

55 70 70

I lII l ll IV I II

2 35

40 41

111 11!

15 9 132

59 67 . 10

15 2 75 65 1 37

ch iste.

5 t.Sa u ve ur P o nt-y-tu-Prid'd Pl a uc n (sc hi s tc dur, phylittc)

47. -

52

Gneiss .

B oil efos Strandcelvc n

46. -

P ortée T ~ e 40m 134 III 182 I 40 . 54 130 4 1. 20 11 168 I 42 . 34 183 lI 43 .53 2 39 11! 43 . 89 199 II I 45 160 II 45 1 12 lll 45 . 51 lI 4 5 . 90 I 46 , 33 147 194 II 4 7 •7 l 11 0 l!I 47 . 8 5 20 1 11 48 . 77 1 45 II 50

42 40. 67

I III

27 26

90

111

52

Vi e ill e- Bri oud e

45

I

23

l\ilonog raph ie

T~Page

P o nts : P o rtée T~~ 40• IV B a ier sb ro nn 48 W o rochta III 120 40 4[ J-l ófen lV 41 JI uze n bac h ll l 206 4 1 . 50 P o nt-y- tu-Pri d d 26 Ill 42 . 67 Li c htenste ig 42 . 82 t6t I II 11[ 4,, Sa ul ni e r 43 Sve nke r ud 111 15 0 44 E ly r ia 11 l 45 . 72 46 Nyd eck lI 51 45 · 90 T e in ac h .¡6 111 20 3 L o nd res I 46 · 33 14 7 111 l t8 J a m na 48 L avaur (Vie ux P o nt) I 48 . 73 97 Vi c to r ia 11 20 1 48 . 77 T o ur no n 49 . 20 lI 35 l[ P a lmg ra be n 164 49 S c h wü nde ho lzc!obc l 111 126 57 11[ Ch es te r 60 . 96 29 JI[ K rummenau 63 . 26 164 Gutac h 122 I ll 64 III J a r e mcze 65 11 4 nr Cab in- J o hn 67 . 10 75 Lu xe mbo u rg 11 8 4. 65 67

P on ts : P o rtée 40m R ébuzo Fium' A l to 40 5 t. P ie rr c 40 Kre nn g ra beu 40 C a na le 40 B o uci caut 40 A vig no n 40 Ve rdun•sur-l e - D o u bs 41 R o thw e inbac h 41 Vizill e 4 1 . os So li s 42 M a rb ac h 43 . 50 O rl éans 43 , 85 Corn e lius 44 Lusse rat 45 . 70 l\ll a xim il ic n 45, 87 Amido nni e rs 46 C la ix (Vie ux P o nt) 46 . 35 C inu ske l 46 . 98 Vé ro ne 48 . 70 Va le nce 49 . 20 E scot 56 C hester 60 . 96 L avaur 6 1 . 50 Prin ce - R égen t 60 . 40 M ax-J ose ¡, h 64 Cons ta n t i ne 68 . 76 1\il o nta ngcs 80 . 29 Sa lcano 85

52. 53.

-

I I I 111 11! Ill 111 I

n

1 1 lV II l IV Ill lV I JI 11 lll

I JI lll 11 IV IV l[

lll lll

48 11 0 120 13 4 18 5 24 3 270 165 17 1 93

55 45 55 180

2

1 55 192 193 42 189 1 73 173 174 29 1 35 2 39 242 107 60 14 1

55

2 35

Beton clam e.

Voir p lus lo in, Titre I I.

51,. - L 'a nc ie n p o nl el e V ie ill e-Brio u de , lo mb é en 1822, é la it e n lu f vo lca n iq u e, s'e ffr il a nl elans l'ai r hu mid e (11 , p . 17,-5, r e n Yo i 12) . 55. - Briq ues a ll a q uées par l'a i r alin. Gi orn a le d e l G e n io C i vile , ma r s 1902: p . sol/a li a lca l i n z" . »

56. b a tea u x .

1 14

50.

- .\Iealiere .

M an tes A lma N oge nt•sur•l\il a rne

51. -

B eton mou l e.

Wi esen

Laoe.

Gl'es .

1Vl o n o 6 r a ph ie

40 43 50

I I I

160 153 79

40 40 40

111 11 [ 111

93 98 130 46 100 32 173 11 2 11 6

Briqaes.

'tvl a retta, P raro lo lsola d e l Ca nto ne Di ve ri a C res p ano Calci o B a ins-d e-L ucq ucs Vé ro ne Anni ba l Di a ble

4 0 . 40

42 47 . 84 48 . 70 55 55

l[

11 [ 1 1[ 111 1

1

él 122 : e Su.lle corrosioui d elle m u ra t u re d i 111ato11 i d orut e a lln presen:;!l d ei

Gres ele la ca th éel r a le el e Col og ne a ltaq ué p a r l es fu m ées el es us in es, eles l oco m o t iv e , d es

Oester re ic h ische W oche nschri ft für de n 0 ffe ntli c he n B a ud ie ns t, 28 septe mbr e 1907 1 p. 6 16. « Der Zal11t der Zeit a m K.Olner Dom e . » J. L . A lge rmi sse n - K ü ln -R ie h l.

57. - P o n ts ele L a va u r e t An l o ine LLe : l es n o ya u x el es pil es, l es m a ss ifs el es cu lee e n fo u is cl a ns le sol so n t en g r es te nelre g éli f.


12

§ 2. -

Arl. 1. -

M_ORTJERS

Sable . -

On a employé du. sable de rivicre 58 , de carriére 5 9, de la pouzzolane 60 • 68 , du laitier granulé 61 ; on a broyé du calcuire 62 • 63 ; 6 '1, du grés 65 , du grunitº 6 •º1 • 68 , du gneis 68 , du basalteº8, de la pouzzol an e 61 , •••••

rt. 2. - Anciens mortiers ele chaux grasse et mortiers actuels . .A.vant le XIX• s iécle, on ne connaissait 1ue la chaux grasse 60 et on lui demandait 58. - Lava ur, ( JI, p. 135), An loine lle (II, p. 145), Gutach (III, p. '122), Salcano (III, p.141), Am id onni ers (I, p. 193), Monlanges (III, p. 62) ..... 59. - Sable de gore : Viaduc ele Mussy (Lig ne ele Paruy-le-M on iaJ a Loza nn e). 60. - Annibal (I, p . '1'12), Diable (I, p. ·11 6), V iaducs ele la lig ne ele La ngog ne au Pu y (1904-08). 61. - Lu xembourg (II, p. 67). 62. - Constnn tin e (JI, p. 107). 63 . - ,c. .. les mar,onne ries du canal de la Ma rne a la Saó ne .. . ant éte exécutées en grande partie, en tatalite ,neme clans les clernieres annees, aoec clu sab le a rtiflciel abtenu par le brayage de pierrns calcaires .. . Ce sable artiflciel n'es t pas sitjfisanunent can,w. ll est paurtant superiew·, a taus les paints -ele oue, a presqiie taus les sables nat urels. Les experience, camparatioes paursuioies penclant oingt ans a.nos laba rataires ele chantiers et surtaut au lab orataire dirige aoec tant d'autorite par M. Féret, a Baulagne-surMer, ant éte absalument cancluantes a ce sujet. » Génie Civil, 1 0 oc tobre 1908 , p. 397, e Le canal de la Marne a la Saóne ,, p. 396 a 400. M. O. Jacquinot, Ingénieur en chef des Pon ts-et-Chaussées . 1. Canat, lngé ni eur en chef' des P onts et. Chaussées e t el e la C" P.-L. -M . a fa it pour le g ra nel viad uc de Ca ron te (Mi ramas- L'Estaq ue) de nambreux essa is : cha ux, sable s ili ce ux des plages de Saint-Raphael et a int-T ropez, le me ill eur elu ud-Est, - calcaire broyé : iJ a lrouvé celui-ci 2 fo is plu s rés ista nt. Dans les es a is fa its pou r la ligne ele Nice a Coni, le calcaire broyé, avec c irnent P elJoux, a été trouvé 3 fois plus rés istant qu e le sable fin du Var. M. Bi ed, Directeur du Laborato ire Pav in ele Lafa rge a reconnu ele rnérne que le sable concassé de 'o tre-Dame ele la Garde valait mieux que le sable ele rner . 64. - Lig nes ele Mi ra ma a L'Es taq ue, ele Morez a Sai nt-Claude, ele Frasne a Vallorbe, ele N ice a Co ni. 65. - Viacl ucs ele la ligne de Li moges a Brive. (Ra pport sur la Construction des T ravaux, p.

66. 67. 68. 69.

2;),

34.)

- Lignes ele Saint-Bon net a Craponne, d'Arl anc a DarsD c. - Ligne <le Langogne a u Puy. - Ligne ele Briouel e a Sain t-Fl our. - Voici les ré i Lances a la co mpressi on eles anciens morliers et eles nótres Mor tier

Expériences faites au Laboralo ire :

Li an ts

Corn posi tion

Rés is ta nce, en kg/ O-OI2,

I

ª- _

Consis- jours¡ rnois ans tance 7 í¡"3'¡6 ~

I

! - - - - - - - - --'-- - - - - - - ' - - - - - - - - - - - ' -

~

í ~~b1/

Cl~it~1~~iysse

)) r ::5 !"i~ab¡t~º I par Ronelelet ( ployée en 1787 et 1802 Cha ux ...... 1"' jnnbnablatlulu 1 o Ll_1é_o_n_ _,__ _ _ _ _ _ _.:_~T_u_i_le_a_u_pe_ilé 1"' 5 l 1-"'-.:._ _a_u_ P_a_n__ ·t3

6111

I

l

Sable de et---=-= \250:-'--' clu Teil ele la normal 300' I (Lo fa rge, Société Le~:;:'te chaux / 350' ::, ficelle blanche) Pav in ele Lafarge .a "' '-' Cha ux I ', Snble 3• ~ ~

(env iran

500"

"'c.. Q)

'O

o

'

.

.

des Pants•etChaussées

¡ ¡

13 2:-::-'--:-::--2142 1 1 -:-1 :1•- -;-1 17 33 45 ;----'--__ .!.....1_8_,_3_4_..,_5_2_,__.:__,__..,___:__ moyenne de

4.000

de chaux J

Al lar<l et ' icollet

des Arts - ct-Métiers París 1903

de l'Ecole Polytechnique de Zurich - 1908

Demarle - 1 des ArtsLonqu éty et- Métiers Usine de la Souys • prCs Bordeaux

Pans

1911

::1

o<

"'

Cim ent 1' able 3'

'

(env iran 500" de cimen t pour l me de sable)

¡

200

essai5

J

204 358 41,·J ,

1

1

J

1

1

1

1

1

1

1

291 356 186 251 135 210 325

367

194 273 363

l,25

12'1 210

en briquettes b

en cu es

1

_

rn

essais 1

88 1132 1217 1290 1303 1330 1302 1365 1 ~~ 1282130814271311 13761 mo y e n ~ 100 essais 2 • 000 essais 1

.,,

quettes

.~rt1fi c1el París 1911 encubes E ~ V ,ca t n° 1 "' el o u bl e cui sso n de la _Société Q) ' v,cat E (pendant en cubts 8 ans) ·t3

81

( ~~11~1

du Teil 1 Larar/fe n• 'l fice ll e Dianche Artiñciel Lafarge ¡eles Arls et Métiers au fo ur rotati f Paris, 1914 de l'Ecole en bri

Q)

~ ll

65

1 --...!.-

_.;. \'c_lu_1_•e..i_l.,,,-m ,...a.,.,r,... it_im_e.:,__ _ _ _ _ _ _,;.....:;. Pº;;.;º;.;.'...;1_••_d;;.;e...;s:.;;a;:, bl;.;.e): .,_~

rn

1 1 1 1 1ii 1 1 147 1 1 ¡ ¡ l 4t>' 1 ¡ 1

1

237142514181 1125 247 343

1

1


.l\I.ORTIERS

13

1

tout a utant º qu'aujourd'hui aux excell ents ciment que nous devon ú -icut. L e grande voutes du -XVIII" s iécle sont en pierre de taille a joints min ce . De no excell ent m or ti er , on peut accepter beaucoup p lu dan le voúte . La plus grande, celle de Pl au en, est en tout petits m a léria ux de 10 u 12cm d'épais eur : ell e contient 45 % de mortier . On demande de plus en plus a u mortier, de moin · en moins a la taille.

rt. 3. - . ugmentation de r ésistan ce elu n1ortier en joints n1inces . - L e e sai de luboratoire donnent la i-ési Lance .;l l'écra~ement r du mortier en brique ttes normal e de 22mm d'épaisseur: en joint de 1oww ú 15ww, ell e dépa e 1,20 r 71 •

Art. 4, -

Faire au ciment les graneles voúles

Toutes le avant 1 54, ú mortie1· de chaux;

voutes de 40m et au-de u ont été con truites aprés 1890, a mortier de cim ent á pri e lente 12 • ous avon fait en cha ux, de plein cintre de 25w, 27w, 3- m; mai en ciment, des ares de 33m a 1/ 7,5 .. ... On n e fe r a qu'en ciment un e voúte de40m .

rt. 5. -

Dosages usuels pour un m. c . ele sable.

400k 73 , ''1, 350k 1 3, 333k 75 , 300k ,G ; A . Chaux 73 : B . Cúnent 77 : 700k, 650\ 600\ 500\ 400\ 350k 78 , 333'. On ch erchera , dan chaque cas . le do age d u liunt et le sable qu i donne le plus de ré ís ta nce 79 • 70. -

e n 'l , 22; -

Ponls de : Trezzo (1370-77, dé LruiL en 1416, - 72m25), ( IIT , p. ·J 9); V icill e-Brioude ( 1454, Lombé 54"'20) ( IT , p, 15); La vaur (1773-1790, - 4 m72) ( T, p. 97); Gignac (1777- 1 10, - 48m42) ( 1, p. 103)_

71. - Briquelles en 8 de 22mm d'épaisseur, 35•• 3 de surface horizo nlale, 5•, ele sectio n lran sversale a u m ili eu, Quand on écra e des cubes de mortier, les faces latérales « soufflent », En briquettes normales de 22mm cl'épai sse ur, Je mor ti er résiste d éjá de 1 fois '.1 / 2 á 2 fois, comme en c u bes; en joinl Lré minces, c'esla-dire sans surfaces lalérale pouvant soulfier, Je mortier, retenu par frouement entre le deux lils ele la pierre, resis te de 2 a 4 fois co mme encubes , - Voici le r ' u mé des essais fait á l'Ecole des Pont, sur du morlier de ciment de Boulog ne (Demade et Lonquely) a u elosage en poiels ele 1 de ciment po ur 3 de sab le norma l (500' par m. c. de sa ble) u cons istan ce plastique.

Cba 1·ge el'écrasemenl.

A 28 JOURS

A 84 JOURS

95 k.

142k.

en cu bes de omo7 . ... . ..... . .. .. ...... . ................ ... .. ...... ..... . . .. . en briquettes normales en 8 de 22 1111" d'épa.isseur ...... . ... ................. . Rapport a la résistance en cubes ............. . ............................ . En j oin t de x5mm

Charge proeluisant un commencement ele dé agrégati o n.

En joint

¡

1,8

a 270 k.

compri1né ...... .. ...................................... .... . R appo rt en cu bes de omo7 ....... . ..•.. . ......... la résista.uce. en briquettes en 8 ... . ................. .

18 k.

comp rimé .. .... .. ............. .. .... .. ............... . .. ... . Rapport ¡ en cu bes de omo7 ........•............. . a la résis tance . l en briquettes en 8 . . ................... .

224 k. a 283 k. 2,4d4 1,3 a r,4 182k.3.238k. 1,9 a 2,5

a

.. a

170 k.

2 a 2,s 1,1 a 1,6

272 k. 305 k. 2,8 a 3,2 1 ,6

non comprimé . ... . .. ..... . . .. ............ . ... . ............. R apport J en cubes de omo7.... ................... 1, 1 a 1,4 ¡). la résistance . ! en briquettes en 8 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Communication faite par 1\1. II. Ta.vernier, au CongrCs des méthodes d'essais tenu a Paris du 9 au 16 juillet 1900.

72. - sa uf, en 1901-02, celle en briques, de 40m, s ur Ja Diveri a (III , p. 130), qui esl (Voir Chap. IT, § 1). 73. - \ oír Chap. II, l. 74. -

sable 2"'.

75. -

Je-Mo ni al

a 1,

270 k. a 389 k. 2,8él4, 1 1,6 a 2,3 265k.i332k. 2,8 a 3,5 1 ,6

a morlier de

a2

chaux

Ouvrages a mortier de cha ux de la Ji g ne du lac de Con Lance au lac ele Zurich : cha ux l " ', Viaeluc de ~Ius y (arches ele 25m), Pon ts de l' Arconce (25•), du

a L ozanne), .....

ornin (35m). (Ligne ele Paray-

~6. - Avec la c haux du Teil, on e t de cend u a 250' nux viaduc de la ligne l11 Limoge a I eymac, pour les tympans du pont de Luxembourg ( II , p. 69, 12-B), á 200', meme a '.150' pour des maisons. 77. - Vo ir Chapilre JI, s 3 et 3 bis. 78. - Les voute du M étropolitain so nt en meuliére ou en pierre de o uppes a mortier de ciment ele la iti e r: 350' pour 1· de sable. oír les essa is fails pour le l on t ele Luxembourg (II , p. 69). 79. 0


14

GRANDE

VOÚTES E

PIERRE -

l\I AT Jt RIAUX

rl. 6. -

Nlorliers halards ( chaux et cimen l) ªº·

rl. 7. -

Fabrication. -

8 1 82 '

On peut acccpte l' le mélangc, mai a condition qu'il soit tl'c intime, c'e t-ú- dire que les <lcux poudl'cs, chaux et cimcnt, soicnt m élangécs mécaniqucment avont usage . -

P our les grand ouvragc , on fcra le morLicr au mancgc (l'oue broyeuscs pe ant au moin s 25k par om o1 2 de largeur de jantc) .

rl. 8. - Prolcction du 1norlier. A. - Conlre la gelée. - Quand il faut mac;onner

par le froid, on ajoute a J'cau du mol'licr du carbonate de soude (P de el a nhydre pour 12 litres d'eau) : cctLc di olution ne géle po ú - 12º 83 • . . I cndant quc lquc moi , le carbonate maintient humidc le ma<;onnencs : ce n'c t un in onvénicnt que pour le mur u en duire de plütrc. 8,1

B. - Contre les caux conlenant du sul(ale de chaux. -

Le

ea ux

gyp cuse. romolli ent le morl icrs, le mctlent en bouiilie. 11 faut : ech e épara nt 1º - le écoulcr promptcmcnt par des ch em isc ú pierre complétcment le ma c;onncrie de lerrain gypseux. On ne mettra pa de mac;onncri ú morLier en con tac t direct avec le gyp e ou les remb lais gyp eux 85 • 2º - n'cmployer que du gro sable (2 m a 5mm) : les mortiers de sab le fin e lai cnt I !u facilcment a lta ¡ucr. 3º - avoit· de mor-ticr tres pl cin s et compac Ls 80 , pour que l'cau n'y pui se pa entrcl' : dn gro al le ans gyp e, du cim ent inatlaquab lc par le gyp es;, 88 ; fa irc le mortier au mancgc avec de l'cau an gypse. 01

O. - \ oi 1· le T ablen u , Clrnpilre JI , § 2. 81. - Yi ncluc de Pompndour (J8í3-75) (Li gne de Lim oges a Brive - Y oüles de 25"). ur 6" ele chaque có lé de In clel', on a ajoulé a l a chaux 150' ele ciment Porlland par m. c. de mor ti er. (Rapport sur la Construclion eles Tra,;au:r;, p. 29). 2. - F on l de ?\Inu zac ur la D ordogne (1877-79) ( Li n-ne Je B e r ge rac au Bui s on - 7 a r c hes en ellip e; Portée 30•, montée 9"z0). ur 4" de chaq ue có té de la clel', o n a ajo uté a la chnux 200' de ciment I o rll ancl pat' m c. de morlier. (Rap¡,ort su r la Con lru ction des Traoaux, ¡. 23). 83. - Ont emplo ·é avec succés ce procé lé, les Compngn ies el e l'E sL, ele l' Oue t, cl'O r léuns, PLM. L e mo1·lie1· carbonaté e recou,T nl cl'eJTlorescences Llunches : elles clisparn issent au bout cl'un o u ele cleu.-.. ans. La clissolution clu sel se fail dans une grande marmite ou l'enu e t portée a 40° : c'e t la qu'on la puise pour !'a ire le morlier . . \ vec le sel hyclralé (le« c ri ta u» des ménagéres), nu lieu clu sel anhyclre, il fnut 1' de sel pour 4 lilre d'eou. 4. - On a employé ou - i le sel ( un e ol uli o n a 20 % géle a -14°), le cblorure ele cnlcium ... 85. - On ren co nlrn souve nt le gyps : en France (L ignes de Sa inl-G iro n s a Foix, cl'Ancluze u Sn inlJ enn-d u-Gal'CI, de ?\l oLi lier u B o urg- oint-t. l nurice, ele Ni ce u Coni, ... ) ; e n Algé ri e; en E pngne ( Li gne ele Linar· u Almérin). Depui qu'on y veille, on trouve elu gypse plus so u ven l qu'on ne le so uh ai le. 6. - Par des es a is, on clé termine pour choq u e sab le Je closage elu l iont qui Ion n e la " compncilé » maxima (volum e elu liar.t + volume du sable clans l'unit é ele volume d u morl ie 1·). (.'a é té 600' (c iment J elloux n• 2) pour le calcnire broyé employé sur le Ji gnes ele Fra ne u Vallorbe, el ele Ni ce a Coni. 7. - Dan le gypse et l'anhyclrile, nous avons employé Je c im ent « inclécompo ni le» Lafarge aux closage de 500' et 600' pour les mnr,onneries, ele 800' pour le chapes, pui Je ciment Pelloux « spéc ial n • 2 n oux dosnges de 450', 600', 650', 7 '0' po ur les mai;-on ner ies, de 800' po ur le c ha¡ es. En Algérie, clans les ea ux lrés sulfa tées, M . !' In pecteur générnl L. Godard met pa r m. c. de sable JOOO' de c im enl marilime Laf'nrge. º. - Le cimenl qui rési te aux enux sulfalées ré 1 le moins que cl'aulres a l'écra ement.


15

i\IORTIERS

Art. 9. - Joints du pare1nent. - Da ns les pa rcm ents en bo nn e pierre, .les joints en morti er s ont la I a rtie faib le 89 • 11 faut les tenir en a rriér e, et n on pas , comm e on l'a trop souvent foit, << r ejointoye r » 1:\ pla t, en creux, soit a ni vea u , so it urtout en sa illi e : c'es t laid et cela pa r t au I remi er hiYer . On r ejointoye a fl ur de pierre : les p ierr s tendres, ell es n e r é is tent pas p lus que le morti er, il n 'y a plus de r aí on de le teni r en a rriér e ; les m oulu res , pour n e pa en interrompre le li g nes. L a couleur du joint doit a ller avec cell e de la pi err e : joints cla irs ur les archivoltes moulurées bl an ch es ; j oints foncés s ur Jcs pi erres n oires.

CI-IAPITRE IV

DISPOSITION DES MATÉRIAUX. § 1. -

APPAREIL

PARTOUT, DA iV S UN OUVRA éE,

ON DOIT DIS POS ER L ES lvIA TÉRIAUX

PAR A SSJSES 1,0RM 1LES A L A PRESSION

Art. 1. -

Pourquoi ~ -

Con s idér on s un e sec Lion quclco nque A .B dan une voúte, une pil e, un e cul ée : so it R la r ésulta nte de ac ti ons qui agissent s ur ell e (fJ . A L es m a tériaux , pour n e pa s gli sser , cl oivcnt etre dis posés R perpendi cul a irem ent ú R . Si, da n l'assi e A B, il y a des pa r ti es pi us com pressibl es , ell es tendront ó 'enfoncer pa r r appo r t aux nutres , ú s'en sépar er. Don e, n'nvoir dan s un e assise que des m a tériaux óga lem ent compres ible . Jo rma lem ent ú R, on peut, comm e on veut, chan ger l'appa reil: pa r· exempl e, traver er une vo úte en m oell ons b rut , pa r des f" chai ne de p ierrc de taill e (f pl ace r nu somm et, de cle f et contrccl efs p lu épaisses (f,); co uper une I il e de viad uc en moellon s bruts par des assises de I ibage , fa ire un mur d'nssise s uperpo ées de I éton, de ga le ts, de m oell on , de b riqu e , de p ier res ele taill e. 7

0

)

;

89. - L es O ree , le R o mn i ns po sa ien l sans 01or ti er les I ie rres ele La ill e: il n'y en a pu s a u P a rlh é no n, a u Po nt d u Ga rd.


16

GRAN DES V0ÚTES EN PIERRE -

APPAREIL

Art. 2. -

Danger de faire autrement. -

Art. 3. -

Regle pratique pour la direction des assises . -

Mais il peut etre dangereux de changer les matériaux parallél ement a la résultante R; par exemple dans une voute surbaissée ou r. de grande portée, d'avoir des bandeaux de pierre de taille, c'est-a-dire avec peu de joints et des joints minces, et un corps en briques qui en a beaucoup "º (f,) ; ou bien de << queuter » un e douelle en pierre de taill e ou en moellons d'appareil par de moellons bruts, qui ont plu de joints et des joints plus épais (f,). 11 y aura tendance a sépa ra tion derriére les parti es qui tassent moins, c'está-dire en tre le bandea u et le qucutage, entre la douell e et le queutage, en tre le bandeau et la douelle "1, tendance a écrasement du bandeau, qui tasse moins 9 º, 92 , 03 •

Les a i ·es devraient etre normal es a la courbe de pression; on tachera d'obtenir, par des tracés appropriés de l'intrados et de l'extrados , qu'elle se confonde avec la fibre moyenne. fais, si on disposait les assises suivant des plan s normaux a la fibre moyenn e "4, on aurait des angles aigus a l'intrados . En p1·atique, on apparei ll e normalement ó l'intrudos.

§ 2. -

MATERJAUX DES TROJS PA RTJES DE LA VOÜTE, BA JVDEAUX, DOUELLE, QUEUTAGE

Art. 1. - Bandeaux. A. - Appared. - Il s sont

toujours en moellons d'appareil ou en pierre de taill e; dans les vi lles , toujours en pierre de taille, soit de petit échan90. - Au pont de Bell eperche, s ur la Garonne (Li g ne de Cas lelsa rro s in a Bea um o nt), ellipses de 33•, l e co r ps es L en briq ues, les vo ussoirs d u ba neleau e n cra ie ten el re de Cli a ncelade (1 pour 3 briques); a u elécintremen l, il y en e ut ele fenelus, d' ·co rn és, d'éclatés. 91. - Pont aint-Jean a Saubusse, - ellipses de 24" a 1/ 3.2, - mortier ele chau x, bandeaux en PT, elouell e e n M A, ¡u e utage en MOV. Au d éc intreme nt el e la 2' a rche, le 13 ma i 1881, 35 jours a pres clavage, la clouel le descendi t a la clef ele 40•• ele plu s que l es baneleaux, e t s'e n sépara s ur 1,• de part e t cl 'autre du sommeL. Annales des Pon ts et Chaussées, octobre 1885, p. 645 a 659 . e Note sur la co11structio11 du Pont Sat"nt-Jean sur l'Adour ti Sauhusse (Landes) ,, M. _T répied, Ingénieur des Ponts-et-Chaussées.

92. - De meme la fa9acle en g raneles pi err es de Lail le eles mai so ns Lend a se sépa rer des murs intérie u rs en briques; de me me, elans un mur e n moellons bruLs, co up é par un e chai' ne verli ca le ele ¡ ierres de LaiJle, il y a so uv ent elécoll eme nt le long de ]a chaí ne . 93. - On a souvent reve Lu les so uterrains avec clouelle en moellons d'appareil (MAV) e l c¡ueulage en moellons bru Ls lilés (MOV), - q ueuLage d iffic ile a bi e n fa ire. Nous l es fa isons ma inLenan l Lo ul en MOV. 94. -

On a fait ain i, un peu re in s .

a l'extrados nux

a lort,

a u pont eles Am i lonniers, pour ne pas avoi r d'angles trop a ig us


BA

10

17

EAUX

tillon, s oit ele grand, plus m onumenta l, plus difficil e ú poser et, en gén ér al, plus cber. Dan s les voutes en pl ein cintre, les bandeau x ont un e épaisseur uni for m e : on les fait avec les m em es moellon ·95 , Quand il s n e s ont pas extradossés pa r all élem ent, la longueur des m oellon s varíe en chaque point. Pour un pont de luxe, on fe ra diminuer, de fa <;o n continue des na is anees a la cJef, les épai seurs, hauteurs et queue r;. en douell e de moellons de bandea u ; on r églera les j oints ·s uivant des courbes continucs bien ajus tées ú l'intrado s e t ñ l'extrados 96 ' 97 ' 9 8 • Aux ponts de Luxembou rg 99 et des Ami do nni c rs 1 ºº (f,0), l' épaisseur des moell on s en dou elle es t le 1/ 6 de cell e des vo-0.tes . Ces 6pures n e lai sent I as d'e tre un peu compliquées . Aux ponts de Cha lonn es et de N antes , on a , pour fi g urer de la pierre de la ill e, groupé les moellon s par 4, creu sé des r efend de deu x en deu x assises, rejointoyé en creux les g ra nds joints, a pl a t les j oint interm édiaire (f Bi en qu' en príncipe il ·vaill e mi eux montrcrce qu'on fait, l' effet es t bon si l'ceil es t bi en tromp é. On a fa it ain i aux voutes la térales de Gig nac 101 • 11

) .

Quand le ba ndea u es t m ouluré, on n e peu t I a. ench evetrer les pierres : on a un j oint conlinu sou s chaque m oulure, a cbaque r essa ut. Au pont An to in ette 102 , au pont de L avaur 1 0 3 , il y a ain i deux r oul ea ux s u¡fo rposés; ú Luxembourg 10·1 , trois . L es pierres de ta ill e clu ban dea u n e ti enn ent au r es te que par leurs queu es.

95 . -

APPEND I C E:

\' inclu cs .

96. - A u x: p o nLs d u Ca s te le t ( IT , p . ·J::J0) de L ava ur (lI , p. 135) et A n lo i ne tLe ( TT , ¡ . 'll,5), l es ha ulcu rs d e s vo u ss o i1·. so nt dé fini es pa r d e are s d e c e r c le l e ur d o nn ant eles clé co u p e s :

a la cl e f, d e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . .. . a u x r e lom bées, de . . ..... .... .. .. ... . . . . . .... . ..... . . . •

Cas te lc L

L av a ur

A n lo i nelle

º'0 n•" 3,155

0mJ!, 0m J7

om14 ou.20

97 . -

On n e l' a p as fa iL a u x: Am i l o nni e r s (T, p . 193): j e l 'a i un p e u r eg- re LLé .

98 . -

Au po n L el e L ava ur ( IT , p. 135), l e s m oe ll on s d'appa r e il ( i\11/\ V) d u b a nd ea u o n L: Cl e f

N a iss a n e E pa isse ur . . .. . . .. . .. . ... . .. .. ....... . . . . . . . .. ... . . . . ..... . . .. . . .. .. . Qu e u es e n <l o u e ll e I b o uti sses . · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ( ca rr ea u x: . ..... . . . ..... . . . . . ... . . .... . ... ... .. .. . 99. 103. -

IT , p . 67 . II , p. '136 - f,..

100. -

101. -

T, p . 193.

104-. -

lT , p . 68

1v

-

T, p . 103.

O m 228 O m 52 O"' 35

102. -

0

o

f 11 • T . V. -

j

111

4,3

O "' 29

11. 1 . 11,5 ~

5

UI

r•.


18

GRA ' DES VOÚTES EN PÍERRE -

APPARE IL

B. - Pi.erre de taille simulée. - Sur un placage de mortier, on a parfois tracé des j oi nt et simul é du g r-and apparei l a des tetes de voute en petits moellons irréguliers 105 , en béton 106 • Ce n'e t pa a con eill er: l'coil n'es t pas trompé, e t ce gros appareil rapeti sse les vou tes 10 ' . C. - Saillie. C1• - En douelle. - L a sa illi e en douell e S. (f12), trop souvent acceptée, n 'a 1ue des inconvénients. Elle augmente un peu la dépen e et impose quelque s uj étion dan s l'exécuti on de voute . E lle diminue sa ns profit l'ouve rture util e, dessin e une deuxieme arete a cóté de la seul e qu'on doi ve voir. C2 • - Sur les tym,pans. - Mais la sa illi e S, (( ,) sur le nu du tympan accentue util ement Je bandeau, le détache du tympan 108 • Quand l'aspec t n 'importe .pas, pour les ouvrages couran ts, ac¡ucd uc , passages inféricurs, pctits viaducs, on la s upprimera .

Art. 2. - Douelle ((,) . - Ell e doit e tre tout entiére en moejlons óquarris ou d'apparci l, par assi es de meme queue : la découpe es t entre dcux assises et non pas entre deux moell ons d'une meme file 1 ºº. 11 y fa ut tenir la ma in. Art. 3. -

Queulage.

A. - Faibles pressions. - Alon,, on a peu a craindre des inégalités de tassement; on peut accepter, par économie, un queutage en moellons bruts (MOV) au-dessus d'un e douelle ou en a rriére de bandeaux en m oellons d'apparei l (MAV) ou en moellons équarris (MEV), mem e un corps en l éton avec parcmcnt en moell ons d'appa r eil. On a fait en moell on brut (M OV) a mortier de chaux des queutages de pleins cintres de 35m m, d'elli pses de 30m a u 1/ 4 m, de 36m a 1/ 3,6 112 , de 40m n 1/ 3,8 113 ; encare en MOV, mais n morti er de cim ent u,1, le pont d'Iguerande J05. - Ponls cor.slru its par MM. Li ebo lcl : Plauen (llf , p. 52), V.1engern (IIf, p. 20i), Ziegenhals (III , p. 208), Mi chela u (III, p. 209), 'e ub amme r llll , p . 2U ), Schwusen (111, p. 213), Kupferhamme r (111 , p. 2'14), Krappilz (III, p. 265), Gross- Ku nzenclo r r( lll, p. 26i), Chem nitz (lll, p. 129), Cobre n (I V. p.139). 106. -

Munclerkingen (IV, p . 5j), Grasclorf (IV, p. 129), Walnut- La ne ( lf , p . 83).

107. -

Chemnitz (IIT, p. 129), Goh ren ( IV, p . 139).

108. - Au pont e n bé to n ele l'Avenu e Edmondson (1, p. •J22), le bancleau et les tympans ne fon L qu'un; les vou tes appara i senL co mm e découpées clans un mur en bé lon . . 109. -

On ne « clécoupera » pas dans une meme file , comme o n !'a fa it

110. - P on l du orn in (Paray-le- Mon ial á Lozanne). 112. - I ont de Marm a ncle. 11 3. - Fium' Alto (T, p. 11 0). 114. -

Voir l e T ab lea u, p. JO.

111. -

a MonLanges

(III , p . 6i).

Ponts de Chalonnes et de Nantes.


Q

EUTAGE

19

s ur la L oire 115 (ares de, 28m60 u 1/ 7,62), le ponL d'Arciat su r la Saóne m (are de 31m a 1/ 7,12), le pont d'Epinay s ur la Seine m (ellipc:::es de 38m50 á 1/ 3,08) .

Pour réduire le tassem ent, prévenir ou limit er les fi ~s ures dans les voütes a queutage p lus compre sible que la doue ll e, on pourrait les traverser par des cha1ne de pierre de taill e ou de mo ell on d'appareil (f,J.

B. - Fortes pressions. -

L es pres ion au gmenta nt, il fa ut des matériaux de mieux en mieux éq ua rris, de p lus en plus r ésistan Ls, u j oints de plus en plus minces, en m eilleur morti er. Il fa ut , s urtout, qu'il y ait de moins en moins de différence de tassement entre la douell e, les b.:mdeaux, le queutage, c'est-a-dire que les ma tériaux oien t de plus en plus semblab les . Plus la voüte est hard ie, plus il la faut homogéne 118 • 119 • 1'15¡ . 1161

¡

,. . , · 0•90 • Epa1sse ur a la clefeo = 0 97

11 7. -

Lign e de S ain l-Ouen-l es-Docks

118. -

V o ir les Tableau x, p. 8, 9, ·JO.

119. art. 2) .

,

. ¡

'] 7' 50

Pr1x elu m . c. ele« MOV » 24 , 0 5

a Ermont,

La voute el'expér ien ce ele Sou ppes (3í •88J

a 1/ 17 .8)

é ta iL tou te en pierre ele taille . (llI , p. 3,5,


CIIAPITRE V

TRAVAIL § 1. -

DISTI TGUER E l TRE LES MA<;ON N ERI ES A PPAREILLEES ET LES A UT RES

ne m ac;o nneri e_fa i te d'a i e de pier re P et de lit de morLier m, d'épnisseur uniform e, normaux ú la p1·e ion I , r ési te ú l'écrnscm ent comme le moins r é i'- tant de e élém ent : pierre P, m orti er m (f,J . R fai s un e m ac;onn eri e de m oell on s bruts , qui n 'a pa de li t , de j oint 1·égulier , se fi s m er a , se di s loquera , ou un e chnrge Lrcs inféri eure ú cell e qui écra e les pi erres ou le ~. m o rtier, cha rge qui dép ndra de In di ~po ition de pi e1rc , de 1'aelh éren ce du m orlier .

§ 2. -

TRA11A IL DA l"\S QUELQUES 1/0ÚTES APPA REILLEES

L e tabl ea ux , p . 8 , ü, 10, donn ent, pour de voú.Le appareillée de 40m et plus , le eITot·ts et la r é i tanc de la pierre . Le vo-0.te el e 40m (a r e de cercle a u 1/ 4) de Maretta e t Praro lo 120 , ont été con tl'Uite en 1 31- 'l 52 avec de bl'iqu e 'écra a nt en m oyenn e a 54k 74 . Au pa age de dcux Lrain s, la _pre s ion a tteignait ú la cl ef 12k51, s oit le 23/ 100 de l_n cha rge d'écra em ent de briqu es . L 'nrche d'es a i de Souppe 1 2 1 a clonné s ur la char ge de rupture d'un e voúte de r enseignem ent tré précieux et, ju qu'ici, bi en peu mi a profit. C'é tait un ar e de 37"'881 de porLée, s urba i é u 1/ 17,8, en pi erre de taill e de Souppes 'écra anL, en m oyenn e, ú 4- 5\ e t m orti er de cim ent au do~age el e 750\ en j oints el e 12 m . L a con tl'e- clef, diminuée a. u ci eau, tenait en car e ous une pre ion de 3\)\)k6G et ne ' t écl'a ée qu'a 468k 57, c'e t- ft-dire ous la cha rge mcme de rupture de la pi erre. 01

§ 3. -

RA PPORT A ACCEPTER DANS LES 1/0ÚTES A PPA REILLEES

E N TRE LE TRA11 A IL PERJVJIS ET LA CHARGE D'ECRASElVIENT

ArL. 1. -

Travail eles moellon . -

P our le ouvr age m élalliqu e , rnpp ort d u lrava il pe1·mi ú la cha 1·ge el e rupture es t :

120. -

111 , p. 93.

121. -

Voir 111, p. 375, a rl. 2.


TRAV A IL D

21

l\lORTIER

25/ 100 pour les ci'.\bl c des pont s us pendus 122 ; 27/ 100 pout· le m ait res e poutre~ de plu ele 30111 d'ou vcrt u re 123 • P our .le bé ton ar mé 1 2 ", on ad m ct le 2 ·100 de la r ési ta nce e\ l'éct·a emcn t a 90 j our .m du meme b éton non urm é. Or, pour les ponts en picrre, - ú l'invc ,· e de ce qui a li c u pour· le ponts m é talliqu e · e t urtout pou r les r onts u pendus, - la u rclrn rge r oul ante e._t on t touj ou r dun le pcu de ch o e ú cóté de la ch arge m ot· te . L es effort m em o sen e t va ri cnt pcu; il n 'y a pas d'effot·t ins ta nta n é. L e lcmp , qui rouillc le m étal, qui de erre le. r i,,et , durcit le m ol'Li er . On J poui-rai t 1·é en cr l cau coup m oin de m a rge a l'imprévu . P ar cont rc, la répa r tition de effort es t cn co re ma l co nnue da n le Yoúles in articulées . Tout ceci permc t de fair e tra vaill e r les m oell on s d' une g ra nde vo ute, bi en a isée, l ien cxécutée, cla n le conditi on le p lu léfoYo r able de urch argc et de tcmp éra.tu rc, a u 1/ 4 le leu r cha rge d 'éc1asem cnt, - c'c t-a- dire bcau coup r lu qu'o n n e le fait.

Art. 2. -

Travail clu mortier . -

Bi en q ue les m ortic1· durcis en t avcc le Lemp , on con en era la m cm e limite ele LraYu il qu e pour le m oe ll on , le 1/ 1 de la rési tunee ú la rupturc lu m ortic r en joint mincc , oit 0,3 r 126 , r é la n t la rési tan"ce des brique ttes ·n orm nle a ynnt l'u g e des m orti e r au jour prévu pour l décintrem cnt ou pour l' ou ve rture ú In circul al ion . P a r x em ¡ le, da n une voute ;'.t décin trcr un m oi~ aprc le cla vn°·e, exécutée en mo r tier de ciment r ésis tant en brique ttes d'un m oi ú 150\ on pounait accepter un e pre ~ion m axima au cl écintrem ent de 45k 121 • 128 • 122. 123. -

Callier des Charges join t á la circulaire d u 7 mai 18, 0, ar t. 4. V oici le cbiffre du reglemenl d u 29 aoül 1891, art. 2: F e r !ominé

Acie r lam iné

32'

42'

Cha rge de ru pl ure a l'exlens io n par 0m0Ul .. .. . . . .. . . . . . . . . . . .. . . . . p = Li mi te ele lrarnil par 0"0012 daos les fe r me prin c ipa le des oll\·erl ures de pl u de 30m . . . . . . . . . .... . . ..... . . .. .. . .. . .... .. . . .... .. ...... . . . . . ... . [E = 2

Rapp o l't . . ... . . . . . . . ......... .. ..... .

8'5

¡3

27 100

p

l ~:4. - In s lru c li o n el u 20 oc lobrc 1906, a rl. 4 . '.1 25 . - M esurée s ur des c ul e le 0·20. '.1 26. - Voi r Chapi l re III , s 2, ar l. 3. 127. oit K la r ésislan ce a admellre po u r la ma c,o nne r ie, l,·1 celle ele la pierre encubes, k 0 ce lle 1 du mo rl ie r en Gu bes : 2 l,·1 + Oo a empl oyé a u Pool ele ulcano la formule K = k, (Tome I IT , p. 144, ren,·o i 5) .

3

3

'128. - V o ici l es p ress io n · en K g/ 0mu1 2 adm i es su irnnl l'appa re il e l le mor li e r cluns le vo ü les el e la l igoe d u lac ele Cons lance au lac de 1/,u r ich · : Chauxl1yelra ulinuc: 1••1 Cim e nl : 1" 1 Com p o ili o n Sabl e : 3••• 2·•' 1J l l\I o rlier , - - - - - - - - - - - - - ___ _ ,_ _)_e__:-=-- - - --.;;,;,.~-:..--- \ Age e n mois 2 3 4 l 2 3 lo 'l

-- --

\ br u ls (l\I O \' ) (Brnc hstein)

-- --

--

-- -- --

_ª_ " _ 1_0_ ! '•_• _ '.1_8_' _·1_s_• _ 2_2_• _ 2_1,_• _ 2_6_• • _'._

M oellons ) - · q_u_a_r_r _is_(_lv_J_E_\_')_(_p_i_lz_s_le_i_n)_ _ _ ·1_0__1_3_ _:1_6__1_9_ _2_3__2_5_ _2_ª_ _ 3_0_ ~ l'appareil (i\J.\. \' )( chichte,i-tein)

10

H

22

26

30

32

35

• Bodeusee. Toggenburg-Zuric/Js ae. Dcnksclrrift übcr d ie Eisc11bnl,11vcrbi11d1111g Rom c 11shor11-St- Gallc1i -l,flr. tfwil- V=1:ccl,, p. 79 •

Zollikoffer - 5'-Gallen,

19 11.


22

GRANDES VOÚTE S EN PIERRE -

TRAVAIL

rt. 3. - Travail permis dan une grande voúte en 1noellons bien équarris et morlier de ciment. - On trouve partout des pierres

'écra ant au-des u de 400\ c'e t-a-dire pouvant impunément travaill er a 100k par omo1 2 , charge qu'on n 'a tteint pas . C'e talar le morti er qui détermin e l'effort permi . En briquette , un morLi er pl a tique a 600k de bon ciment a prise lente par m. c. de ab le, po rte plus de 200k a 1 moi , plus de 300k a 3 moi . En joint de 10 a 15mm, ce m~me mortier, bien fait au m anége, bi en serré au m a ill et, travaill era impun émen t a 60k 1:\ 1 moi , a 9Qk a 3 moi . L e mortier empeche d'uti liser toute la ré i tance de la pi erre. Ce ont done le joint qu'il faut améliorer : on l'a e sn 1é 129 •

§ 4. - - RESISTANCE DES VOÚTES A LA TRACTION

L e rnorLier ad hére aux m ac;o nn eri es; c'est par cette adh érence, qui croit avec le lemp , que les mac;o nn eri c rési ~tent a la traction : i ln voute e t mal faite, les mnlérinux sale , il n 'y en a plu . Dnn les tré grn nde vouLes, le Lres urba i éc , sous les position les plus défavorabl es de la urcharge, aux gra nds abni scm ents de tempérn Lure, les calculs indiquent pre q ue toujour des ten sions , c'e t- á-dire des Lencla n_ces a fissures. A fk, 2k, il n 'y a pa de fi s ure 130 , ma i il e t prudent de lracer le voute pour que la cour·be de pre ion n e arte jamais du noyau centra l. On empl oiera le m eill eur ciment , cel ui qui ndhére le plu 131 • L e béton de ciment, bi en fa it, ré iste mieux t\ la trac tion que la ma c;onnerie appa reill ée.

129. - M. T ave rni e r a co nslr uil, e n 1906, a la ga re d'eau Brnnl a, pre de L yo n, un pon la de u x a res jumeaux en pierre ele taille, iJ. 3 arli cul a ti on , dt: 25ª a 1/ 10', a join ts en zin c co ul é. L a ré i lance du joinl en zinc a a ug-me nl é avec celle de la pierrc. Annalcs des Ponts et Chaussées, 1907, vo lume V, septembre et octobre, p. 6: • Po11t ti ares de Pierre de taille nrticulés ti la ele/ el aux uaissances, avec joints coulés en ::.i11c » , M. I-lenri Ta vernier, lngén ieu r en Chef des Ponts et Ch aussées.

130. -

Expé ri ence oulri chie nn es (II I, p. 376, a rl. 4).

131. -

L e cim enl happ e fo rtem e nl a la meuliere de Pari s, qui es l trouée , rugu eus e .


TITRE 11

VOÜTES EN BÉTON § 1. -

CE QU' ON A FAIT EN BETON

On a fait 1 en béton : sous route, des buses 2, des passages par-dessus 3 ' 4, de pon ts s ; sous chemin de fer, - li gn"es d'intéret local 6 et grandes Ii gnes 1 • ª, buses 2, de petils ouvrages 8, des moyens 1 , des grands 1 ; des sou terrains "· 10 •

des

1. - Daos Je urs aqu e lu cs, le urs Lhermes, les R o mains ont so uve nt fait le co rp s des vo utes co mme celui des gros murs, pa r nssises h o ri zo nta les de ca illo ux et de mortier : ce sont les m a léria ux du béton, ce n'es t pu s elu bé lo n. Choisy: « Histoire de l'Arc.!titectu.re », T ome I, p . 521 a 523 .

2. -

APPENDI CF..

3. - La C" d'Orléa ns a co nslru it, de 1873 a 1879, qu a nLiLé de pa ssages s up e r1 e urs e n bé lo n so it ele chaux, so it de chaux e t ele c im e nl, jusqu'a 28m Je p or tée (Briv e a Lim oges, 1873-1875; 'a ntes a Chálea ubri ant, 1875-1 878; Bergerac a u Bui sso n, 1877-1879, . .. ) 4. - De 1893 a ·1901, la Directi o n de s Chem in s d e fe r bavaro is a co nstru it 110 p assages s up t> r1 e urs e n an se ele pa ni er, en béton , el e om45 el'ép a isse ur a la c lef, so it de 15m10 ele portée avec tymp a ns plei ns, so i t de 13m70 avec Lympa ns Lra vers és par deu x voutes ele 5m_ N ouve ll es Ann a les de la Construc tion, juin Philippe , I ngén ieur des P o nts - e t-Chaussées .

19 0 1 ,

p. 88, PI. 23 , 24. « C.. intres métalliques ntobiles ent,Ployés en BnviCre ». R ené

§ 2. Art. 1-A , Arl. 2-A, Art. 3-A.

5. -

6. - Sur le che.m io de fe r cl' in lé r él local de Nurligen a Neuffe n (Wurtemberg), to us les p o nts voutés son t co nslr uil s en béton: Le plus grand (p o r tée = 19m60; su rb a issement = 1/ 5,6) s'est bie n co mp o rt é a ux épre uY es , sous une loco mo ti ve de 29T. Zeitschrift des CEste rre ic hi schen lngen ie ur-und Architek te n Vcreines ,

7. -

12

oc tobre

1 900.

2. Art. 1-C, Art. 2-B, Art. 3-B.

8. - S ur la lig ne ele Linares a Alm eria (Espngne), qu a n<l o n n' avn it ni ma i;o ns, ni carr1 e re , o n a co ns lru it en béton (ci ment: 450', pierre cassée e t g ravi er 2', s a ble l ' - el so u vent, a la place, 3' clu to ut venan t clu lit el es ton e nts sa os c ri!Jlage), quanlilé d' o uvrages co ura nls ju s qu'a 5m, - so u ve nt sous charge de rembl a i ele 3 a 4m. 9. -

Morti e r

So uterra in s

Dosage

Pierre cassée o u g ravie r

Métropolitain de Par is (p ieds-droits et rad ier) ..... .. . ... ... . ... . . . ..... . Mont d'Or (Frasne ii Vall orbe , I l i o -19 13) re ins e t pi e ds- droits parti e courante dans la ma rne bleue . . . ... . .. ......... . ...... . .. ... . . l:i oii. il y avait des suinte men ts d' eau gypseuse .. .. . ... ........ . . ... . 1.i o\l il fa lla it un reve te ment impe rméab le (béton

a petits

Cube

a me

55

1 m•

O mc

50 50

111

O mc,

Col de Tende

(1

voie, - Ligne de Nice a Coni) . . ........ . ...... . .. .. ... . .

(grav ier)

"90

om ,:6 0

omc g (ca lca ire cassé)

, m, o mfl 48 0

(quartzite)

l e nte

(laitier)

450 •

50 0' (Vi cat) 600 • (Pe lloux) 500""

(sable fin )

Mauvages (Canal de la Mame au Rhin) (488 0m dans une mame bleue se délita nt a l'air, - e n reco ns truc ti o n d epu is 19 10 ; - ce rveau de 3m9 0 de 1 111 ~

0

o•<i9 0

c iment

a prise

om fl 4

é lé me nts) ... om"S ("grav ill on'')

rayan ; reve tement de omso .. . . . ..... ..... ... .... . .. . . .. . .. .. . . .. . .. .

Sable

500'

(laitier) 25 0 "

lm ,

Col de Puymorens (traversée des Pyrénées, ligne d'Ax a Bourg-Madame). New-York Central.

(pi erre cassée

a omo6)

o",.67

Suivant le te rrn.in

10. - Et a uss i des écl uses : Ecluses du Canal de I a na ma, envira n 3,5 milli o ns ele m. c. d e bélon a 1' , 3', 6'. m ax imum: 21' pa r omo1 2 • Anna les des Ponts-e t-Chaussées, 19u 1 mars e t avril :

«

Le Canal d e Pana m a », M . Dumas.

Ecluse a la mer, de Emden (Deu tsche Bauzeitung, 12 a 2 3 juillet 1913) . Des formes de r ado u b : ca le séche GladsLone a L ive rp ool (Génie Civi l, D es murs ele so uténemen t ... . .

16

::,ou t

19 13);

Effort


§ 2. -

24

Q ELQ ES VOÚTES E"[\ BETO N

COMPOS ITION -

RÉ ISTAN CE -

c a)

Q)

Dale

Q) •Q)

li

'r ome,

E o z;

page

'-

o

o..

Pres ions e n kg/(RIT2 Rapport :

B ó lon

§ en •@

~

{:

---¡,,errecaisée ~

en vol u me: im e nL 1vo1

Cl e f - - • - -en K g / 0•01-

J5 Sable ! ou Gravier oúles inar Liculées

,

~1,

Ar t. 1. A. de Ki ncloven, ur l a Tu y 1 An g l e le rre s ur le Pin ey Creek, - il \\' a · hinglon¡ de l'Avenue Edm on<l o n, á J3allim o r de Be l! fi e ld , U Pill hu1·g" de l'Avenuc clu Co nn cl ic ul ", iJ \\'a ·h in g lo n Mehrin g \ Q) e: Schwe ich s ui · Ju to e:, n l osel le Trilt enhe im E

] 90:i J90i ]90 ª -09 l º93-97 l 9ú\.-O 1!)03-0'> ·J905-0G l 90i-Oª

G.OE

))

A

))

ui sse

el , ug,.,.e r sbnch de \\'a lnul-Lnne

-J90"

111 -59

Ú n ts- 'nis

ur l a R ock· Rive1·

·] 90 ' - 10

11 { 95

46 30 1,6 1¡ 3 31,

A

2

· Art. ·3.

5

p.

E s p ng ne Fron ce

P o nl- ur-Yonne

.\ llemngne

]90'. J8i0-73

5

15

))

l -213 lll -219

c. de Cheltenhnm, sur In 1 Ri,·iere des p · re.s ttats -

ni

Cnnnington "

e.le Gl e nfinnon

VI

(Wesl Higl,land Ry)

de :'\ orlhamp lon ( New J e 1·se y) ( Central Railrood -

J voies)

E

A

1

5 5

))

33'8

5

))

g r.

P our ,,u de béton

de ciment 5 p .. 33 1' •J an 1 3 4 p.c. ~~~: 6

] 5.21-

))

21

e

'] 5 .2/,

In gn r e de R n ng ie r

el'.\shtnbul o (Ohio)

VI

( lake Shore Ry -

1 voies)

de 13e 1·n e

(Ch. de fer de G,i,óethal)

ur le D eep Creek, pre de D en- ilb o d 13ellefi e lcl ,\ ven u e, a Phil ndelphie d e I ive r id e (Ca lil"orn ,e) /los Angeles and Sall lake Ry)

ele ll o rroeln le

,>

))

.\ llemag ne

] 906-0 º

))

]90 ',,

))

))

2'

A

21

E

21.06

190 1

))

e A

A

] 905

A e A

))

VI

e:

8

))

;:i 1

VI

(Wesl 1-/igMand Ry)

J-225

· u r In Il1 g ?.I udd y Ri ,·er

E

3

Mom s ch·

qu'en béton armé.le !'lle Slvani ce , sur la Id.,, nov. 1905 . . M o ld o u ó Progu e Minutes o/ Procecd,le .~r1l z, SU I' !e Canal de theAm. S oc. C. E. lellow, ] r s ele íl e rl111 p . 304 . le Stuulfocl1 e 1', iJ Zuri c h

' Pont biais - 1; 61 "' rédéri en 3 mois 1 / 2 . 1904 . -

2

4

P1·e

p. c. 225'

.Yeus,, e l\rloms e

-•

\ u 0"' us te

'

¡ vier 1913.

io n maximn : 16'

E11gi11eeri11g Record 7

mai 1911.

o

p.

e Mul1 111 0"'

e Necka1·ga rla c h

))

Dohc me

J9J J

Allemn g ne Sui s .

JSQ \. 05

266

j 890

))

1907-JO

266

ele In Coulouneni e 1·e

to

23.li-O

l / 3.9

E

"'

Cofi t15250' -En fr 1=e Mouli ns-l ez- Melz " Sc!1weicerisc/1e Buu·

14 déc. 1901.

li e ,.

E11gi11eeri11g1 2¡ juil , I

2 1,. 38 J¡:"1. 5

3

6

24-.38 J/ 4 .,2

"

))

26.2 1

p.c.

• k

nzig fen Grii,·cn ec k ::\'eckn1"110 usen l\lnnn heim " E11gineeri11g Reco 11 e la all : ll'll ·se, iJ

Moins cher qu'eo armé. e Enginee;ing Reco,J e 20 aout 1910. e

180' 3 moi .

lo-.5 ¡ .c.

2

))

9 septembre 190: 11/i11utes of ProceeJ, the Am . .Soc. C. E e Hothe nburg ~ p. 304 .

38. 73 1/ 5. 54 ~sable/~ ¡>ierre sor-

~ Lant du concasseur 1.2.6i l / 4.67 1 2 j 5

oúte

1.7 .7

23.9

10.3

13

e:,

E c.>

1

~ ui se

Jtl9::í-96

1

2

4

2

40

40

50

50

J/ 7 . 41

14'6

9'2

+

18

1

,\ 11 rno g n e

55

1 93

15. -

Pre . io n moximn : 36'

Pour 1•" d e béton Ciment 425"-

Sable

B. sar In ti - -

ec:na

ll ;_¡lie

1 1910 12

P.:rnr le s.:::, ; de :; s1m'.nlc,, v.Ji r Pré li:n:nJ. irc~, p. 3 .

I \ º- 26'> 12. -

l / 10 1 2.5

ou. che111in de fe!'

l 3 l 30

30 1

I I

,~ 1

. -

á,

295'

2~ j.

5 g r. 2W

28 j.

s

I

))

))

))

J/ 9.8

j

1!JOJ-O.í

J5 1 225 213 232

3' 39 36

\ 2 ( 4

\ 2 l 3 5 1 l

Il J 2

J J J 2

H3

.

\,

. ( · ··J8'.l'e-06

i '98

Q)

266 . 266

J

JOi

l 90..>.-0.'

-, 95

] 903-01-

J59

·] 903

J ]5

6'

» ))

1

·¡

, .

2 J.

Jí2'

5

))

2,

))

30

1/ JO

2.5

5

1¡ 9 . '

2

3

l / 9.8 1/ H .6 1 7.ti7 1 :-l.39

2.5 4 3

4 ·4 4.5 4,5

6 mois

))

))

»

))

1

4

i lil

1

39 39.CO l/ 10.7 39.:\0 34 . 10 · ¡ 6 .9 ))

))

))

))

))

))

))

I¡ 11. 2 1/ 12.l " » 39 .',.0 40 J 7.4] 2.5 I,0.30 1 ,'-l.\)3 2.5 40 40 40.50 1 '.56 3 40 l/8il l/JO 2.5 !oO M, 4J J/ 10 21'l 27 2.5 26 4'. M.í0 1 i. 75 40 40.5á 1 .-!.3i 47 50 43. 50 1/ 9. 9 2.3 4-í.90 1 43 1 9.8 1 2.5 11. s. 1,.2 1 6 .25 2 1., => 2 .5 1¡ 11 5\l.40 1 50 59.50 5:-l.50 1 10 . G I, ~l.83 65 .t,5: 57 3

{

»

»

:'7.90

»

» »

?6 .ü~

. »

»

?I .GO 20 .GO

28 34 Press io n maxima » 1 » 1 » 1 Pl'eR ·io n nrnxim o 27 26 »

96 j.

9_ ¡

29

D' von Emperger. Hn11dóuc/1 /ti r Eise11óetonóa11 1 Vol. Vl, p. 662 .

: 3i' » : 38' »

·1

Arche de 44m de Wittelsbach.

J8

)) )) 35 .í 37., 43. 9 23 . 2 33.6 Pre sion maximo: 39' 37 1 2; 1 35 1 3 1 57 j. 1P1·es i 11 llHl:\inrn : 1.0·

5 p. p. c. 3 p.c. 5 p. c . 3',.(i'

1,.51 • ~ Gravie r Pi c rrt: cassée 3' } 4 -'

]5

32

160 j.

l.'l l '

J/ 6

26

28 31

25 2ft, 27

4.:'i

35.3

))

39.2

))

·1/ 6.6

13. -

j 9•'0• j '>8 1 _.., - ·. D:rnde:rn x et do :iell~ e n

p:

rre de tai ll c .

14 . _

.Candc:i.ux en béton

Bandeaux e n pierre .

15 1•i..

-

Voir r e1n-o i 59, p. 62 .

16 . -

i::

19 12.

Bi ais ñ 69º .

gr.

5

D' vo11 Em/Jerger. Ha11dó11c/1 fti r Eise11óeto11óa11, Vol. VI, p. 662 .

Géuie Civil, 5 oct.

2' j.

5 p .c . 4 p.c. 228' 6 p. c. 4.5

,,

»

1

))

1

30. 50 1 7. 26 1

1

138'2

Pres io n moxima: 28'6

1 9 .1, ~ ·1 5.86/ t. ¡¡- _52 I p. c . 606' , 6.5 5 36 . li-2 l / 7 . ~ 4 4

Grav ie r

l/ 5

Pierre cassée

4"

¡ "~

0"5\ 4 .,

l /' .6

16

5

~

6 .,5

1,

4.5 p .c.

5

6 .5

1,.4. 35 3 ' . 55 1/ 3. 32 1 1 33.!)3 1 .! .51-l) { . l . :13.89. 1 2 . 65 59 57. 16 J1 5 . '2 2 . 5 1 l 1 61-.50 2 63 _80 50.60 1/ 5 .52 6 2

35' l 'ress io n mnxima

))

3l. 35 I,3 .1 0

,Id., p. 34 1.

Pres io n maxirna : 3:i'

ous chemin de jel' et oote normale 5

óuc/1 f ,i r Eise11óelo11bn11, Vol. VI, p. 340 .

1 , .5

,,

36 . 15 a 28.33 3!U 0 36 .:'3

~

Id., p. 340 .

·º"~' 1{~/l9 l ) ) l · 3 5 3 -

36

· lll~Xllll.l

Dr von EmPerger. H a11d -

25 ' 6 2'•''.!

))

2 .5

39

Pre s io n

1

))

26.33 I/ J6.5 28. 50 l / 7. 05

5 . 30 l

1900

-¡_

5

1

1

1

1

1

233' / ¡ , . . . { 28' 5 3 ni o is Pi e s 10 11 mox1m . _ 20" adm 1 e 2:i' 305' G9 j. P1·e io n maxima : 26' 1/ l l. i Gra ie r 1

2"51 ~"

Pie rre casséc 2•5 1 -'

5 p. c.J 240' 201'

p.q

. -9' J. 28 j.

Pressio n m oximu: 31' 11 7.í Press io n maxima : 35'

l/ .3

1

1

Voir a uss i, T ome l\', p. 249 et suh•:rntes . T . V. - ~ .

oo ie normale .

Cr.:cnt 350•

ab 1·v"" 5 gr. o•·s

Voir aus i, T o me 111, p. ::83 e t s:.i iva:1tes.

I

Sow· ·e.-;

voll te

~ C/L

5

Cravier= -

d e r-.'lund e 1·kin ge n

202

1,

))

30 .foO 30 30 30. /i O 30.13 28 0:2 33 33 3'..201 34

1-~

B. -

e mplen (3 pont s)

/8 de pi erres.

·]90'.-05

rno; .

hem nil z

17

\ ~l ~ 2.5

23 29.20 22 29.CO 23. 10 J 6 . 6 l / 6.9 38 38

))

1\ '

l 5

18 23

199

·] 905-08 · l!:J04 -05

lrn .'/

lerbeuren 5 6

183

. 189!:J-:i\JOQ

nrchino-

2.5

1902-03

))

))

))

\ l / 2 1 J

))

·J 90í-ü:i

191]-12

·

·t

ou route.

20

[;-,!)2

Jíl95 11"l95 l '95-96

·177 129 175 ·] 86

l ti95

e Drescle

1

em i-articulées .

21 23

1901 l!JQ l-03 J8H9- 1900 l '99--J 90J 1903-05

))

))

F

· 266 ))

15

vi~r 1905 .

totale ro tul es e:

))

J90í,

))

25

))

25.60 25.CO l / o.56~ GimPnl 750' so bl e ·J ·• 36.30 36 .30 1 9 . 2 pie rrecnssé•2· • 36 3G J/ 1 77 .5, .. ,; 34 311 '.3 2 .;J ~ 30- . 30 )) 3,. JO

))

"'

·J 909-JO

5 J

1/ 8.3 el

25 1, 9.09 )) J8 .50 1 10 )1 25.50 1/ / .21-l )) J¡ 9 .3 213

2 l

2G4 ' 26t 266 2111\ 269

266

en tre

d'Ehingen , ur le Do nube ) d'Ehingen ( P o_ . age up é 1'') ele H e ·hlen te111 ele l\l ühlheirn ur le L e in ele Gemmrigheim

266

] 906-0,

to

339.

P ortée

·] 897-98 l íl!l l

26 1

1296

e 00

Q)

bue!, ftirEisen b,1 e Heicli enbach "

Vol. VI , ))

C/L

1 9.3

))

28. IH

1

\. l

\

"' E

I l

269

~

a D 1'e · <.1e

~ qu'en béton armi e lloc]1 be rg Belon und Eisen,: e Gro d o l"l" 2

A.

Q)

j

'] 906

24 .60

, H

D' von Em,Perger.

22.5G

~1Ax. moy . ~1Ax . 1110 ·.

Vou.Lcs arliculées .

23•;2 1 22·

Í~

2G l , 266 »

Q)

Tübin "'en

Rnilroad Gacelh,: e \\'illel s bac h

rt. 2.

.\ ll ~magn e

¡

e Stuffel , s ur la Lahn Eugineering ,Y ews,; e D e nn hausen 19 0 4 . -

l

19] 1-]2

)

25

20

E11gineering

20

2

Í

))

))

I

6

))

_¿

lm el N e u- ·1m

'"' !

))

»

]907

ieg

u1· In S c hlilzn ~ 1902 (2 pon Ls) Aulri c he ·]¡ 12 Gros moell ons m,- le For ·l, sur_l 'EI t:h 1903 1 sui van t le rayon. e Du el d o rl J902 .\ ll e mn g ne ft'..J 137.l j 39 . : 32.3 ]¡ 5.6 )) e Ilou co nco u rt e Burz\\" e il e r ] 897 Al uce, 1 Rev istndeObras P116! e PorlPnss og-es . 'J 9 12-j3 1 Pre,·s io n rnnximn : 14' •J / 10 ele-Bou c supe n e urs 27 óctobre 1904 . Frori ce e Murti 0n-u e Alirnmas J9J3.J!. L)Estaque

22. 5 22 Pres io n mnximo: 26'6

1, sab le e t pi crre so rtant du co ncas5e ur

))

))

Q)

' lmna u le Turv i ,

6

] 6.33

3

Úuls-Uni .

.\ ngleterre

en tre

))

))

))

5

-"'.

29 . 2 21. 6

6

))

e e

))

.\ll emog ne

ui se

1 2 .5 1

1!JOí,

le Brook s ide Pork, 1 a C le velnncl l~lo ls -Uni: 1

J0.36\

]9 12

¡'.: ta ls -Unis

chaux o•t 250 ciment o•~ 125

E

le Eilorf', sur In

15.781

' l

(Ch. de /erSl-louis-S,,n Francisco)

so u

22. 5

13

))

3 1'5 18'6 32. 8 19 . 3

~t )

2 · :, .I·

to

26 1

e:,

e Hogen

))

de Li ndenwood, s ur Ju Hi,·ie 1·e eles P e r es

(une cltoussée et 3 voies)

9.52

E

1

2 1'3 2 1. l

1907-0 '

"'e:

e Snuvn ge 'l / 8

10

·J 89i -98

~

))

))

))

Ciment 225' 1 1Sab''500' Gr.8801 11,Q'

l/ 5

liO

))

e:

d e La usc h u (Viaduc: haut' 40•) de Ga l ve lo n

30 22.60

liO

,, e

;:i

\

E

\ "

0

e Hol cl e n

))

·J / 3

a N e ub o ur

)>

Sous chemin ele fer ci ooie normale.

(Ch. d e fer Sl -louis-S au Francisco)

d

15

H ¡

))

.\ n g l e le rre

E E

)1

t, .5 p.

2 2

r,

e Ilill es he i m

))

250•

a

1

A. - _Sou route.

1

l'.\ltwns

B. - Sou concluite el' eau. urla Sosa (Ca n" l'.\ rogo n)

mai

12

))

))

))

))

3 1/ 7.li-5) 2.5 1/ 7 .45 / 2 . 5 1/6.7 1 \ 1 7.45 1 8.05 J/ JO

°'..,

P,errecassée Sable ou Graviu

I

2.5

50.20 1/ 6. l 1 r.r.\íO.il .1 3. 32 AA ( 85. 31- J/ 3 .!,6

l

º3

1906-0

----....__-_

12

1/ 3. 17

2

Ob ervalion

ComposiLion Hé i s Lance ~!~ 1 ~ e } ~ Pression an vol u me: ~!AX. CimenL t 1•ol e n K g / O•QJdans la J

IV, page

C/

5' p.c.

1,6

~

Dale

Pay

""'l

2• 5

1,5. 72

279~

1

MAX · 1mo .. ~IAX. moy.

Pont

Sources

3 . 10 l 3 .20

e

1909-ll

L ong ui ch

-

1

E11gineeri11g Recort!, -z6 ja nvi e r 1907. p.~

A

!~!1 ~ 1 i

- ~ -- -

Pressionsen kg/ü"OI 2 Rapport:

Bélon

Tom

oJ

1,5 . 72 1/ 4.JO

11r

Pression MAX. d:~'it~ª

roul. 3• 1,. ~,; 1/ 4" · 56 11" 2' roul. 8"

l I T-li9

Q)

Reins

E11gi11eeri11g,

E

25

Voútes

Voir

Observali o n,

, ·ou route.

1- 122

1-67 5 252 1,

.

ª

BETOi'\

CE

- - ---:~=--__:_...:-::::..:=---....,..a=---:---:::=::=i--

V o ir Poy

V OÜTES

Voútes

P ont

§

PRESSIO


26

§ 3. -· COMPOSITION DU BETON

Art. 1. - Éléments . A. - Ciment. - On choisit pour les voutes le meill eur ciment. B. - Sable. - Sabl e na turel, - sabl e de pi erres broyées 17 • 18 • C. - Pie1're cassée ou gravier. - On a cmployé le plus souvent

de la

pierre cassée ; on !'a parfoi s m élan gée de gravi er 19 •

D. - Matériaux lavés. ,.

Art. 2. -

Dosage

En général, on lave les matéri aux 20 •

21

En Allema gn e, aux Éta ts-U nis , ou l'on a fait bea ucoup de voutes en béton, les dosnges les plus employés sont : •

-

~

Volumes............ .. .... . soil, pour i "'• de sable .. .. . .. Cu lées ~ Volumes... . ....... .. . . .... ( soit, pour 1"'• de sabl e . .. . ...

Voutes

Ciment

Sa bl e

Pi e rre cassée, ou Gra ,·ie r , ou méla nge des <l e ux

1 0'"•4 1

2.5 »

5 2"'•

3

6

Ü""33

>>

2""

Certa in s cahiers des ch a rges imposent seulement la résis tau ce que doit avoir le béLon, a ch a rge pour l'entrepreneur de trouver le dosage.

Art. 3. -

Pierres dans le béton. -

Pour diminuer le cube du béton, peut-etre pour en augmenter la résis tance, on y a noyé de grosses pierres : en fond a tion 22 ; dans de grandes voü.tes 23 • On y emploie le béton comme du mortier entre de grosses pierres plates posées dans le sens du rayon 24 •

§ 4. -

EFFORTS. -

RESISTANCE IMPOSEE

Dans les g randes voutes , on fait travaill er couramm ent le béton de pük cl 4Qk 25, 26,

1,

1: 1

1

17. - Necka rh a use n (IV, p . 232). Vo ir les essais de M. vo n Bach a Lullga rL, p. 235. - W all ~Lra ss e (IV, p . 143), m orLier de pa r ement. 18. - Vo ir p . 12, Art. l. 19. - Voi r Lab lea u p. 25, de rni e re colonne . 20 . - A ux essa is fa iLs po ur le p o nL de N ecka rh a u se n (IV, p. 232), les ma léri a ux lavé ~ et n on la vés o nL do nn é les meme s r és is Lan ces . 21. - Sur la lig ne de Mira mas a L' Es Laq ue, o n a co nslruiL, en 1911-H. de u x pa ssages s up éri eurs e n bé lo n, a rli c ul és, de 25"60 (•~"' p . 62) e t 36"30 de po rLée, a u dosage : cim e nt 750\ sa bl e 1••, pi e rre cassée 2··. 22. - B ofen (IV, p . 41), Ma r bach (IV, p. 45), In zig kofe n (IV, p. 225), Mo ulin s-lez-M elz (IV , p. 202), E dm o nds o n (1, p . 122), W alnut L a ne (11 , p. 83), R oc k y Rive r (11 , p. 95). 23. - W alnut L a ne (11 , p . 83), R ock y Ri ve r (11, p . 95). 24. - On a co nslruit e n béton de cim e nl et g r os blocs noyés les bnrrages de: Ba rossa, p res de la ville de Gowe r (A u s Lrali e), 29• de ha ul e ur. (E ng in ee ring Ne ws, 7 a vril 1904, p. 321 ); la S hos ho ne Ri ve r (M onLag nes R oche uses, - ELa L de W yo min g ), ha ule ur 100• a u-d ess us de la fonda li on, 75" a u-dess us du lit, - bé Lon a l ', 2' , 5', a vec 25 % e nviro n de blocs de 10 a '100', 0"15 a u mo ins de bé lo n en tre e u x (E ng in ee ring R eco rd , 23 juill e t 1910, p . 88). 25. - Vo ir § 2. 26. - Un e vo ute d'épreu ve fa ite en Wurte mb erg a do nn é, a u bouL de 2 an s el 8 mois , un e ré sis la nce 2 de 520' par 0•01 • Centra1bla tt der Bauverwa ltung,

'1

26

oc t.

19 0 1 .


§ 5. -

MODE D'EXECUTION DES GRANDES VOUTES EN BETON

Art. 1. -

Béton clamé. -

Sauf les premieres (celles de Pont-surYonne , qu'on reconstruisit trois fois), toutes les grandes voú.tes en béton sont construites par tranches entre cloisons normales a l'intrados ou plutót a la fibre moyenne, et sur toute l'épaisseur a la fois 28 • Dans chaque tranche, le béton est pilonné par couches horizontales. On maintient humide la surface du béton posé le soir : au besoin, on la nettoie et on y applique du mortier. Pour avoir encare une meilleure liaison, on y ménage quelquefois des rainures 29 • 27

Art. 2. béton maulé soit soit soit

Béton moulé. -

On a parfois employé des voussoirs de (pierre d'avance de taille arlificielle) 30 pour la douell e et le queutage 31 ; pour la douelle seulement 31 bi, ; pour les bandeaux seulement 32 •

Art. 3. -

Voute partie en béton, partie en pierre de taille. -

On fait, quelquefois, le corps seulement en béton et les bandeaux en pierre de taille 33 ; ou les bandeaux et la douelle en pierre de taill e, le reste en béton 34 •

Art. 4. -

Paremcnts. -

On a renoncé aux enduits; ils adherent mal. On fait les parements en meme temps que le corps, mais en béton plus fin, qu'on dresse ensuile au ci seau ou qu'on lo.ve quelqucfoi s a l'acidc chlorh ydrique pour lui donner l'a s pect de la pierre 35 • On a employé des ciments colorés 35 • 36 , des sables de couleur 37 •

Art. 5. -

Protection contre la gelée. - Quand il a fallu bétonner par a l'eau du mortier, du sel dénaturé 38 , du carbonate de soude 39 •

le froid, on a ajouté

2i . - I, p. 213 . 28. - Sauf les vo ul es d e Gu ggersbach (III, p. 59) et de Kin cla ven (V, p. 24), co nstru1les e n cle u x roule a ux. 29. - Big Mudd y (I, p . 225), - Av enue du Conn ecti c ul (I, p . 67). 30. - On a revelu sur om25 la calo lle clu soute rra in de M ontri c hard (Lig ne d e Vierzo n a Tours) en briqu es d e bé ton de c im e nl co mprim é (300' de c im e n t de P o rlland pa r m. c . ele sabl e a gros g rains). Au so ulerrain ele Pu ech Me rg ou (lig ne d'Albi a S a inl-Aff'riqu e), 960m d e lo ng ueur, s ur 920m dan s le s chi s te compac l, on a r e vé lu la calo Ue, s ur 0"25 , en bri q ues de cim ent : cim e nt 300', g ravill on 1•· . Dans so n R apport s ur les so ulerrain s des Alp es, a u Cong res de Be rn e e n 1910, M. H e nnin gs co nse ille l' empl o i d es vouss o irs e n béto n, m é me p our les fortes pres s io ns : a lor s, les a rmer. . Au d euxi e me so ute rra in du Simpl o n, o n e mpl o ie d es pi e rres artifi ciell es de 35• x 17' x 7'4 a in s 1 co mp osées : 5 % de ciment Portl a nd, 15 % d e cbau x, 85 % de sable s ili ce ux. On le s c hauffe s o us press io n de 6"' ; elle s p orten t 400 a 600' pa r 0"01 2 • Au s outerrain d e Pu y mo re ns ( tra~e r sée d es P yr é nées, lig ne d'Ax a Bo urg-Mad ome), o n a prév u ce d osage : ciment a prise le nte, 300' ; sabl e, 400 litres ; pi e rre cassée a l'anneau tl e 0"04, 800 litres . 31hi,. - Vi a duc d es T orrent s , a Finb a ut (Lig ne d e Ma rtig ny a u Cbale31. - Wi ese n (I , p. 235). lard), P o rt ée 35"40, Surba issem e nt 1/ 3.64. Cim ent P orllancl , '•00'; s abl e 450' ; pi e rre cas s ée á 0"04, 900'. 32. - A,;re nue clu Co nn ecli c ut (I, p. 67), - Cannin g ton (§ 2, Ar t. 1, C,) . 33. - R eicbe nba c h ( IV, p. 183) , vVillelsbacb (IV. p. 199), M oulin s-l ez-Melz ( IV , p. 202), Ma nnh e im (IV, p. 206), Eli se (IV, p. 15'1) . 34. - Bell efield ( III , p . 49) . 35. - Gra scl o rf (IV , p . 129). 36. - Munderkin ge n ( IV, p. 55), In z ig k ofe n (IV, p . 225). ';57. - Walls lra sse (IV , p . 143). 38. - A 7 % pa s d' accid e n t pa r - '14' (CEs terreich,sche Wochenschrift für den o ffentli chen Baudienst, 1 " novembre 1 9 0 2, p. 777 . « Ü ber Betonba ttten auf der Sa lr.ka mmergu.tbalrn », M. K a rl Muc k, lngé ni eur.

On a proposé au ssi le cbl orure ele calc ium qui a ba isse dava nlage le p oint d e co ngéla ti o n et renclra it le m orlier plu s é tan che. 39. - V o ir, p our l'e mpl o i du ca rb onate, p. 14, Art. 7- A.


28

§ 6. -

A VANT;1GES ET Il"VCQ]YVEN_Ip;NTS DU BETON

L e béto11 est économic¡ue, lorsqu'on a, a proximité, du ciment, du ab le, du gravier 4o, 41 ; ou quand il e t difficile Q.e trouver de:,, moellons 42 ou des mac:o ns . · Il c1¡ · pense les s uj étion d'appurei l dun le· ponts biais 4~ . Il es t foit par des ma chine , e t est vite fa it. _ Chuque jour, les bons mac:ons se font plus ra_res; ,m a lgr6 ·qu1 on· en ait, on construit de plu en plu . en bélon, que mettent en plac<? de impl e mano:mvre 44 • 4~ , bientól de machines 4 &_ Au~si, l'emploi e-t-on beaucoup aux l~ta t -Uni ·47 • 11 est moins lourd que la mac:onneri e e t pese moins s ur le sol 48 •

rt. 1. -

Avantages. -

rt. 2. - lnconvénients. A. - Perméabili"lé. - Si l'ea u

tra Ye rse un e voúte appareillóe, ell e n 'y peut appauvt'ir en mortier qu e le joints : il n 'y a du morti er que la . Si elle traverse le béton, oú. le m o1;ti er es t pa rtout, elle attaque tout. On devra don e, encore plus que pour le voú.tes en moell ons, m e ttre a l'abri de l'ea u le voil tes en bé Lon . L e b6ton es t tres perm _éa bl e 4v_ On a fait bea ucoup d'essais pour le rendre é Lan che: on n'y a pas enco re réus i 50 • L e m ieux es~ d_e forcer le dosage e t de n' , m ettre qu e de petites pi erres. L e 'bóton r-i che et ·,\ petits élém ents se lai sse moin traver ser .

B. - Fi·ssures. -

Il faut au béLon des formes I !cinc arrondi es 51 : pa s de re11tranL, pa~ de changements bru qu es de formes. S'i l y en a, comme aux. retombées eles ares tres urbai és, il faut l'articu ler. Autrem ent, il y ·a ura , non pas des ouvertures locali sées de joints comme dan s les voiltcs Dpp.areillées, mai s des fissures irr-égulier es , irréparnbl es .

C. - Vi'lciin aspect. -

Ju qu'ici, il dem ~ure elésagréablc d'a.·pec l : gra ndes s ur-fa ces nnuycuscs, tachées. On n e sa it cncore qu'y dessin er de mou lures, el e faux ·joints . 1,-0. - -Mun lerki nge n (IV, p. 55), Tn zig-k ofe n (]V, p . 225), Grnsdorf ( IV, p. ·-129), l l]erbeure n (TV-, p. 159). 4 1. - On se co nte nte p a r l'o is ele mé lange r le c ime nt il c qui so rL el u co ncasse ur: le fln e Ll e sable ( P onls ele Glen rin nan, 21", Il o rro !a le, 38•73, - § 2, ArL. 1-C,) . 1,.2. - \Vi esen ( T, p. 235). 43. Tunderkin ge n (l\' , p . 55), Éli se (IV, p. 151), P onL-s ur-Yonne ( l , p. 213), P o nts de l'Tl e S tv a ni ce a Prngue, de Britz, prés de B e rlín (p . 25), . .... M,. - Ilig M ueldy ( 1, p . 225). 45. - On le préfére pour remplir Je ch nmbres ele trarn il il l'n ir comp ri mé, o ú les nrn,;o ns-n e lra rn ill enL pn volont ic r s. 46. - On comme nce a le pilo nner mécnn iquemenL. 47. - On y vo iL· co ncasse r ele ben u g rnniL pou1· f'n ire eles p ie rre n bé to n mou lé. 48. - D nns les c ul ées q ui r és isLe nt par leur po ids, il f'auL de plu grn n le é pni seu r . · 4-9. - Le cnpitaine amér icn in T aylor a cons ta té eles su inlem cn Ls il trnvers plus ele 9• ele hé to n. (Rcvue du Génie, juillet 1903). 11•

50. - On ll end uit la surfnce cl'huil e. On a mélangé, a u momenLelu gcichnge, clu pé lrole, cl u snvo n n o ir, ... .lusqu'i c i, le bélons i mperménlJ ili é ne résis le nL qu 'nux fo ibJes pressions d' ea u. S o u s les fo rt es, il s son Lplu . perméahle q u e d'nuLres . L e m ieux pnraiL c lre ele f'orce r l dosag-e e L deba li geo nner d e go u el ro n. Au Cana l de la Ma me a la S aó ne, le b · to n le g rnvi e r, n1·ec ele grn in .de 0"02 nu plu , bien compr im e, a é lé « rema rr¡uabl e m e nL é tanch e ». Génic Civil, et Chaussées.

51. -

10

octobre

1908 1

p. 396

a 400 . . ,

a la

Saóne _» . l\i:1 . J acqu in ot, Ingén ieur e n chef des P onts ·

11 es L Lres bien emp loyé elans un phare ( Ph n re ele Raz-Tinn , Tuni s ie) . .

Anna les des Ponts et Chaussées, 189¡ 1

, ,,

Le Caual de la illarue

,u trimest~e,

p. z52, M. R~g nou l.


TITRE III

FRUIT DES TETES § 1. -

Art. 1. Art. 2 . rt. 3 . -

CE QUI A BTE F A IT

P etils ouvrages . - P ns de fruit 1 . -Viaducs . - -Voir a l'APPE 01cE . -PonLs bas a voútes de lTI Olil S de 40 111 • 1

P res 1ue

-

tou· ont de · tym pa n _ver ti cn u x .

Voútes de 4.0 111 et plu s . -

Art. 4 . -

Sur 153 ou vrages comporta nt des vo íHes de i Om e t p lus , 101 n' on t pas de fruit , dont tou les pon ts ous route ina r ticu lés , á un s eu l a nn ea u : 52 son t á frui t les voici 2

Vo ie 1 porLée I

Fruil •

P onLs de :

2

- - - - - - - - - - - - - - -A

1/ 4-5 = 0,022 \ F r

1 E empien, A

¡

1

Les ooíites a l'l icu lees so nt en ita liq ues.

- - --

- - -- --

Lu xcmbo u r g , \ ;\/a ln u L-L anc, R ock y Ri vcr, Co ns la n Li nc,

¡ ,t e

-

-

-"----

107.

AA 1

1

,

II, p . 67, 3, 95,

Am idon nie rs En E 11 , I, p. 193 .

·1

1/ 40= 0,0251

-

I V, p. 1'15.

,

~

C r e l, Escot,

Fr

A1 , JI,

R

p . 160 et '174•; K r urnrn c nau A

T y mpa ns 1/ 50).

1 ,

III, p . 164 (B anclccwx : 1/JO,

"

.

Solí · C 1, I, p . 55; \,V iese n , E ~, I, p. 235; Cinu sk el, Tu o i, A l , II , p. 189 c L194.

fr 1

F1'

1/ ::lo = 0,0~ol

1/ 33 = 0,0301 F"

1

B alloc hmy le C 1 , I , p. 4'1.

1 P o uch , F r eyssin e t

A 1

,

-III , p . 110 e l 112 . ;-,:.. 1

"

F " 1 Ca Lclc L A l, JI, p. 130 ; G ula ch, S cli wü.nd e holzd o bcl, L a ng c nhea nd, A , llI , p. 122, 126 e L152; Ga rching E 11, I V, p . 95 .

1/ 30= 0,0331

1/ 25 = 0,04 1 Fr , r t•

- -- - - - - -"- - - - -. - - - - - -- - - - - - - - - --

1 L avaur, Anlo in e lle , A a

1

1V alLs t rasse A

1 ,

1

,

II, p . 135 e t '14-5 .

I V, p. H 3.

"A l , II : \ ViUcl lilo bel , p . ·157 ; P al mg ra bc n, p. 161:;

S cl1 al chg rabc n, p . 168 ; R o ll 1-

wc inba c l1, p . 17'1. Al

A , JII : Ma re LLa , P1·arolo, p. 93; Gour-N o ir, p. 103; J arem czc , p. 114; J a rn m1, F1' ' p. 1 18; \ Vo r ocl1La, p, '120 ; D i ve r ia , p. 130 ; SLra ncl cclvcn, p. 132; Krc nn g 1·aben, p. 131: ; Slc~·r·lin g , p. 137 ; Salea no, p. 14 1; vc nke r ud, p. 150 ; B oi'lc fo , p. 150 .

1/ 20= 0, 05

~ ll

l

--

e. l

...

::::,1

\ Can a lc A , III , p. 180 ; Jvforbcg no, A , I V, p. 65; I LLcrbcarcn, A , I V, p. 150 .

1

1/ L0 = 0, '10

F ru i t com·be\

e

H ochúcrg,

r••

Fr

r t•

C li emniLz \

A 1

,

ccka rga rtach, A º , I V, p. 177 cL 186 .

A 1

,

III , p. 129 .

I V: Jn,:,ig lwf cn, p. 225 ; "/'\rcclw rh a usen, p. 232 ; JvfaJ-Joscph, p. 242.

L a p r emiére grande vo-0.tc 1. 2. 3. -

a fr uit , cell e de

Ba ll ochmyle 3 , e t de 1846.

Ou vro ges el e sm e Lou-cl es . o us . P ou r le se ns el es a brhi a lion. , ,·o ir P réli111in ofr es, p . 3. T, p. 41.

APPENDI ' E :


§ 2. -

30

I NCONVENIEN TS ET AVANTAGES DU FRUJT

L e fruit augmente les s uj étions d'ap pareil et la dépen se, mai s allonge les j oints de rein s et y réduit le travail. II augrn ente la résis tance aux efforts transversaux (vent, force centrifu ge) . 11 est souvent util e, quelquefois nécessa ire, dan s les ponls en courbe 4 • Mai , urtout, il fait bien. De plu , s i on se place sous la voute, pres d' une retombée, l'effe t des fruits s'ajoute a celui de la perspective : l'ouvra ge parait plu s gra nd. Au-des u s de pil es a fruit, on se ga rd era de placer des tympan s verticaux : il s parait raient en surpl omb 4 • II ne fa ut pa exagérer le fruit: 1/ 40 suffit 5 •

4. -

APPENDI CE :

Viaclues.

5. - Dans un e vou te en are ele ee rele ele r ayo n R , en fruit 11, les eo urb es ele léle cl'in lracl0s so nt eles a res cl'elli pse rnrhau ssée ele 1/ 2 axes R et R + ¡, 2 •

1/1

So ien L :

f,

l la lo ng ue ur el e la gé nératri ee el e elef ; J'angle a u ce ntre de l'are AB; s sa l ong ue ur s ur la eireo nférence de r ayo n 1. La s urfo ce de clo uell e D entre la elef et un e r eto mbée es t : D = R s [l + 2 R ¡,] - 2 R' p sin (l. (l.

Le rnlum e cl u vid e A B I A' B' l' (f,) es t :

r. ,,

·'

l•

V= R' [s -

s in/

(l.] ({ + R ¡,)-¾ í' R' s in'

(l.


TITRE IV

PILES

DIMENSIONS ET DISPOSITIONS

CHAPITRE I.

§ 1. -

EPAISSEUR DES PILES AUX NAISSANCES DES VO ÚTES

Art. 1. - Pleins cintres (fJ. - Pour un premier essai, - et m em e mieux, - on peut accept.er la formul e empirique : 2a e = - - +O 04H • 10 ' quel que soit H, c'est-a-dire pour les pl eins cintres bas 1, comme pour les tres hauts viad ucs 2 • Pour les ponts bas , ;~ est au moin s 1/ 8. , f, -

Pl ein cintre

f2

Plate -forme

Ellipse

-

f, -

T~

''

'' :a

Are

P/a{e-forme

P!ate - forme .

_e, _ ____ q, __ , __ L

'' ' _ez_ - i - -~ - - ~ - - -~ ---

;H

Art. 2.

,

Ce sont toujours des Ellipses (f ouvrages bas. Pour les surbaissements u s uels , 1/ 3 a 1/ 5, m eme entre _ __ ,¡ deux arches un peu in éga les , on peut encore accepter e, _ __ 1 ª·"1 1 5 __ e t meme moins, , 2a 8 9 10 2).

-

Avant Pcrronet 6 , on prenait e• = 1/ 5 et meme plus 7 2a r éduit a 1/ 9,2.

Art. 3. - Ares (f,). On prend ~ de 1/ 8 a 1/ 10 2a

a

i

eu1· 11 y, e.~ est 2

Ce sont aussi des ouvrages bas. 8

pour des pil es entre deux voutes de portées et

mo11tées (et par conséquent de poussées) égales, - et meme un peu différentes. 1. - Au ponL de N oge nt- s ur-Marn e ( I , p. 79): e, = 6m; 2a = 50m; H = 2Sm: ;• = 0;12. La formule donne 0,1224. a Au pont de S 1 Wa ast sur l'Agout (l igne de M o nLauban á CasLres) : 2a = I-I; e, = 3m; 2a = 20m ;

;; = 0;15. L'effe t est b o n. L a formule donne 0, 14. 2. - A PPENDICE : Viadu cs. - Pour 2a = 0,40 H, r apporL co nse illé, e, = 0,2 (2a) épaisse ur co uran te a ux na issa nces eles piles á morLier de c ha ux . 3. - PonL a u Ch a nge ( 1/ 4,5); ponLs d e P ort-S " M arie ('l / 3,2), Marmanele (1 / 3,6), Sa ubu sse (1 / 3), .... 4. - P on Ls : de l' Alm a (a rche ce nLrnle de 1,3m a u 1/ 5 enLre 2 de 38m50) (T, ¡ . ·153); des Amidonn ie rs, e nLre l'a rc he de 46m e t cell es de 42 m, - e ntre cell es ele 42m et de 38m50 (T, p. ·J!:13). 5. - Au p o nt d e Ve r el un- s ur-J e- D o ub s (T, p. '165), la pile a 4m en tre 2 arches ele 41m e L 38m:i0. 6. - L es Tn gé ni e urs romains, ce ux du M aye n age, r églaient so u,·en L les p il e. de fa<;>on á rés is ler á l a poussée d' un e a r che: o n pouvait ainsi co nstru1re l es vouLes !'un e a pres l'a utre . C hoisy. -

Histoire de l 'Arckitecture , I , p. 583, - II, p . 563.

7. •-Al a fin du XVI II· s iecl e, Ilélid o r conse ill e po ur les g r a ndes vou les: en plein c inLre, le ·J/ 6'; en an se de panier, l e ·l / 5". ilrclliteclure lrydrautique, seconde partie, Tome JI , p. 443 1

e, 2a

s.

P o n Ls

Dates

Portee Surbais2a sement

1/ 8.2 de la R ouvie re,su r le Lot ¡( Mmde- 1878-82 2 l • de la Fa~elle, , id .. /Séverac) ll,?9-82 ~6 l /8 .6 Nattonal, a Pan s. l ~2-53 .H.50 1/9 de S' L oup, sur l'A lli er (La Ferté-H auterive-Gmmat). 19 10-1 3 33 1/ 9 .3 185 28 de R oanne, sur la L oire.

1 /8.4

-

P aris, Firmin-Didot, 1\if.D CC.LXXXX.

e, 1

2a

P o nLs

0 n 1es

Portée Surbaissemen! 2a

-----

1/7. -~l 1/8.28 1/7.5 1/7.5 1/ 8

1/!J. 5 d'Igu erande, sur la L oiret(Sa6ne1 95 l /!J. 7 1 d'Arc ia t 1 sur, la Sa6ae e t-L"'") l!J0li, Cornetl le, a Rouen . 1 10-3,, 1/10 Boucicaut (III , p. 243) , 18 -90 l /10.4 d'Au sterli tz, a Pari s. 1854 1/ 11. 8 d'Orl éans (!JI, p. 255), 1904 -06

¡

18•60 31 31 40 32.30 43.85

1 / 7 . 62 1/7. l 1/7 .54 . l /8 ' l /6.86 1 1/ 7 .56


32

P I LE

§ 2. -

F R IT TR A 'f\'S VE RSA L DE S PJLE S

n parem nt ve r tica l e t ec et dur 9 • On donn ern un fruit de 1/ 30 u 1/ 20, oit 3""' ·'t 5""' 10 • Dan q uelq ue pont d e ville, on a d re é en courbe le piecl droit 11 , oit pour con ti n uer I ellip e d int i-aclo 12 , oi t mcm e ou de. trnvée. m é ta lliq ue 13 L e frnit comb ~'i mpo cnt l our le t re h nu t viaduc 14

§ 3. -

Il . 1. -

B EC

Trace en plan . -

On u fa it des uvn nt-bec en l ointc n I ointe effi lée (f.), plu tai·d en oo-1v (f , f0 ), e n dem i-cer cle (f10) ; de n rr-i érc-1 ce ca r ré (fJ, en f 19 flS f10 20 f,17 • ' po inte, n pointeeffi léc(f0 ) , en t rn pézc(f,), en ogi, c (f'0 ) , ~/ en demi-cerc le (f8 , f10) . ~ ujou rd'h ui , on fa i t trop de bec circ ul uirc (fio) : c'c t m onoton c.

(f., r., f, p.; o

-

9. -

P onl romnins de

nlamonc¡ue, ele

égov ie, d'Alcon ln r n s u r Je T age, . ..

10. - 5•• nux ponts de ~J onlloui , de i\l nrmnnde, oux ponls ur lo ine de lo Jio-ne de M onte á ,\ rgenleuil : -\•· d ceu:-.. de Chalonne , de ·, \\' oa t, 3••5 au pont d .\ rcint ( oune-et-Loi1·e). 11. -

P onL de D igoin,

ur lo Loi re ( aóne-el-Loir ) .

12. - P onts de Tierc y, á P o1·is; de l'Empereu r-Fran<;oi (1, p. 16'); EJo unrd V il (1, p. J 2); des A111 idonnier ( 1, p. 193). 13. -

Ponl d u i\l élropoli tain á Pass· .

1:i. -

P onL· romoin · : Rimini, alomanc¡ue, F abri c ius, i\l ilviu, -, ,\ no-e, . . .. E spo li a n (X • siécle); Albi (Xl '); ::;• Elienne, ·, i\ l orlinl, a Lim oge , Val entré E nt r a ·gues, Estaing (X III'), P av ie, é rone ( llf, p. ·173) (X I V •) .

J '.. -

A PPENDICE, - Y ioduc .

a

Colior,

JG. - H.ntisho nne, A1·ignon, La Guillotiere , ú L ·on (Xll '); P o nt-. '-Esprit ( X III '); ?lfontnuban (XTY •), T o ul o u ·e, Trinité i, Florence, l'on l-:'\ euf ú Parí s (XV I')· l'ont- i\J orie, Ponl Roya l (X \'JI '), .. . . . 17. -

<J>,-

PonL tic 13l o is:-

juillel 190 '

<P! -

P o nL de J oinville -

aoüL 1905

(<P,),

13 loi ( 171 6-1,2',) .loinv ille (W2) , •••

J '.- omp ieg ne(l 733), l'or L-de- Pi les, u r Ju Cr u e (1,4-'í) (<1>,, <1> 1) , Ol'leon (1,5 1-60;, t\l ante ( 1757 - 65), T our (1764-7,), ... 19. 'eu,· ille, ur l'Ain (1 770 - í'•l, Foucharcl, ur le T houe 1, a oumur ( I, 73- ' 1-), M irep o ix, url' H er (17,3-92), Jl omp , sur l'.\ utle (J,8 1- 8), .... 20. - .\ l'(lill le X IX• ieele: Louhon , ~em ou r ·, ur le L oing ( l,9J-1 01), ... .

Ul'

lo

eill e ( 1, '2- :5),

t- Dié, ." ur 111 ~l eurtlte (17 5-1 21),


BEC S

f11

PonL de

ainL-Loup

33

21

L 'a rriére-bee n e eomp te pa pour l'éeoulem ent des eaux . On peut le supprime r- e t r éd uire le vo lume de la p il e et de sa fondati on : si J'aspeet n 'en ouffre pa ; q ua nd les fo nda ti ons son t ur un ol peu affo uillab le . Sa ns le upprim er eompl é tem ent , on peut l'a pla tir en tr ia ng le ob tu e\ lig nes droites 22 , ou eourbe 23 , 24 (t). -

P o nL le P orl-de-Pil es,

ur la Cre use

<P 3 - a mont- sep lembre '1 906

-

.

cJ> -ava l-se ple m bre 1906

-

l

rt. 2. HauSi les nai teur . a nees on t au-de~ us de l'eau, on y arrete le bee ; inon, on les éléve au m oins ju qu'a l'ex trado des bandea ux . S 'il ya de la navigation , il doivent df pa er le <• ha utesea uxnaviga bl e » , pour qu e le ba toa ux le voient et que le eouran t le r ej e tte sous l'areho. Le bees des ponts bas en plein eintre et en ellipse, qui 'élévent a udessus des nai anees, sont eomme r a pportés , p laqué deva nt le ouvrage (<P3, <T>.) .

2J. ur l'AIJ 1er (La FerléI-Ia ulerive á Gannal), J910- J9 13, 7 a re el e 33m á J / 7 . 5 . 22. -

AmiJonnier

( 1, p . 193).

23. - Orléans (1 11 , p. 25,) ainl-Lo u p, (,·oi r renvoi 21).

21•. -

!J=C

-e✓~

e' e

p =-·

T. V. -


34

PILE

I onL d'EnLra ygue (Avey ron),

ur la Tru ye rc (XIIIâ&#x20AC;¢ siecle)

CD,, r:-:'~-~------------~-------__;;.,.

nmonL -

seplcmbre 1907


35

BECS

L a fondnt ion de la pil e es t m a l uti lisée s i elle n e s ert qu'a porter une estncade pou r cou per l'ea u . On peu t élever le bec j u~qu' a la voie et l' utili ser comme refu ge . On a nins i m oins t res heu reusement p rolongé des becs tria ng ul aire ou carré (CD,, <D 25 heureusem ent des becs rond s • ) ,

-

0

Art. 3 . -

ProGl des avant-b ecs . -

On donn e en génél'a l a ux becs

le m em e fr ui t qu'a ux pied -droit . f,, - P ont des A m ido nni crs f 13 P onL de Nav ill y

F <P, -

P on t

a

Dresde -

U n co urant qui heurte un e s urface ve rtica le e n a ffo uill e le pied . A.u pont de Navi ll y (1783-88), Ga uthey a p1·06l é l'nva nt-bec en proue de ba tea u 26 , form e __trés propre a provoquer des affo uil lem en ts _27 (f".) . A uJ pont des Amidonni er , la co urbe es t bco nca ve, en forme d 'épe ron : ell e 'es t l'en contrée bi en tracée po ur les prévenir 28 (f,J . sepLe mbre '1906

A un pont do Drosde (<P.) , le vo ú.Les repo ent urdes pi les de cou 1·onn e qui sont commo go nfl éessous leu r poids . Ceci n 'a guére é té imité, - he ureu em ent .

Art. 4 . -

Cha-

peron . -

L e fú.t des becs es t coiffé d 'un chaperon . On l'n sou vent. fa i t trop m a ig r e : ceux des pon ts de s • '\li/ aa t (f!G) , de s • L ou p U,) font bon effet. On luí don nera de fort e épnis e urs, · de for tes sa i ll ie : on n e vo it que s ur les dess in le mou lu ,:-e fin es . 25. - P on t ur la Bi ua soa, - Po nt ele l\!I auzac (Ligne ele 13ergernc a u B ui sson). 26. - Ann ales d es P o nt e t Cha u ·sée , 3' tri mes tre 'l904-, p. 5 ó. ·JoO, PL JI a 13. « La oie et le· lrai:>aux ele Em ilanel Gauthey . - Le Pont ele Naoilly sur le Doubs ». M. de Darte in. l\,I . de Darte in a reproduit ce mémo1re dans son grand ouv rage : • Eludes sur Les -jJn11ls en ¡,ierre remarquables pnr Leur décoration, nutérieurs nu X I X " sil!cle ll 1 vo l. IV . - P aris, Bé range r, 1909, p. I a 89, 173 ;\ 189, PL . ~3 a 30 .

27. - « On constalct en septembre 1787 un a.,(fouillement de 11 a 12 pieds ele profoncleu, · deoant le premier aoemt-bec et j u qu'au milieu ele la longueu r de la pile» . Loe. c i L. r en vo i 26, - p . J 29. ~3. -

r. ,.

1 ¡;_


36

PIL ES

Mai il n e fa u ti pas exagér el' 29 (<l\ ).

On a qu clqu efoi s u1 primé le cha peron (cJ)

§ 4. 1

b

L. 1 . -

s. -

Pn

0

) .

RE TOMBEES DES E A DEA UX S R LES BECS

L

naissances des

de diffi c ul té pour le

oule

ont plu s hautes que les

plei ns cintres (t ), le

ell ipse

(( 0) , les

a re ( f,.) . f,. - P lcin c in lre P o11 L J e St \Vaa s l'12

f,0 - El lip ·e P o nl J' O r zil la c

f,,_ - Are 33

P o nl d e St L oup

3'1

En fai ant porter la r e tombée sur la moulu r e. 35 , on r éduit la portée des vou te (f11 ) ; le E gyp ti en avaient ain i diminué pa r la a illie des cha piteaux la l ortóc des a rchitraves 36 • 29. - P on l de Garcbi no- (I V,

- éP 1 ,

p . 95,

<I\, p. 97).

32. -

s ur l'Ag oú l (Mo nla u ba n

33. -

u r la Loire (Le P uya

a Castres)

30. -

Voi r JV - p . 180.

31 . - V o ir IV - p . 183.

18 2-8'•, 5 arc bes en plein cintre, de 20 m.

ieigle -P rades), 5 arcbe e n elli pse, de 33~ (Projel).

31,. -

Voir renv oi 21.

35. -

P onl de Cbarrey, d'O rléans (1JI , p. 257, - 4 - renrni 4), de S a inl-Lo up (f.,).

36. - L a p o ussée de la vo ú le es l ou liq ue : la mo ulu re p o i-Le pe u . C' est uin i q u' on a re1, u u r un co r bea u e (f', 8) la re tomb ée des ne r vures, a Se ns, a Ch álons (Cbo isy : « H istoil'e de l' A,.ch iteclu/'e », 11 , p. 294-, 295) .


37

BECS

Ar t. 2. - Les nm sanees sont plus basses 1ue Je be s . .1. Pont en plei·n ántre ou en ellipse. - L e pont en plein cintre quelquefoi , Je ponts en ellip e ouvent, les bandeaux (<1\ 0) .

onl de ouvrages bas : le <J.) 10

f,.

le

-

Pont de Marmande

bec coupent alors 37

-

septem hre

rno1.

PonL de Morm ande 37

II faut raccorder lesa . i. d la pile qui ont horizontale , ú celles du bandcnu, qui ont n o rmale ú _l'intrado : on le e< balance», de fac;on a n'a voi r ni a ise trop épai es, ni vou 0I1· trop pe tits (t) : on n'y réu it pa ~ toujour . Il convient qne le co ut·onnement oit á la ren co ntre de l'extrados du bandeau et de !'arete de la pi le 38 , - non plu haut. Au pont des Amidonnier , on a prolongó les a de la pi le ju qu'ñ I inti-ndo 39 sommiers sont en porte-a-faux, << en tas de charge » 40 • 37. - sur la Gnronne (Mnrmande á ~Iont-cle-~forson ), J 81-J' 5, 5 arche en ell i p e el e 3G· á 1/ 3 . 6. 38 . - On ne l'a pos fnil, - á Lorl, - oux ponls ele Moi snc (CP , p. 93), de 4 Bercy, au viatluc du Poinl-du-Jour. . 39 . - I , p. ·J 96 1" , f, 0 • 40. - On o rec;u a in si des nervures (f, 0 , f,,) (Choisy: « Hi toi,-e ele l'tl,-chitec/u,-e », 11 , p. 2,3, 29!,).


e

PILE,

B. Ponls en are- -

Qu lq uefoi , on a p1·olongé le fúts au-dessu des bandcaux. 11._ . ont aloi- coupó lJrutn lem nt, sans rn ccordcmcnt d'nppareil (<1\¡).

e'[) 11 -

§ 5. -

T\JVEAU D

Pont « di 1\lezzo » sur !'Amo,

a Pise -

0

J uin 1908_

SOCLE OU DU RESSAUT

11 co nvient que le mu if de foncluLion n e oit jamai découverL de plus de 40º"' ú "Üc"' t qu'on voie le ocle la plu grande partie de l'nnnée. C'e t d'ap1·é le g,·aphique des haut u1· d'en u qu'on en fixe le niveau 41 •

·.1----- - - - - - - - - 1 /H .. --· ,

.-"-----------~._,f___''.?º

,1s c_,_ ____~,,=e-_ _ _ __._,0.•o:r,s

4-J. - Au ponL des miclonniers, l'eau es l en moyenne paran: 1, jo urs au niveau AB; ·J 99 jours entre AB el CD. 10 j o urs entre CD e L EF. !,4jour e nL1· e EFeLGH. •JS jours au-dessus ele GII.


CIIAPITH.E II

M TÉRIAUX ET APPAREIL § 1. -

MASSIF DE FON DATIO

T

f

Da n le 1·ivi ér es qui cb a rri en t de g ravi ei· , rt . 1 . - Parem ent. des cailloux , on ¡ a r em ntc ra 1 m as if e n moell on s clul" , bien as i és , a vec peu d e joint ; on n e le fera jama i en bé ton, en b é ton urmé : dan la Dura n ce , les hau s es cl'un e fond a ti on de~cen d u e ci l'a ir cornp1·im 6 on t d is pa r-u en quelques année .

Art. 2 . -

foyau. -

En ma c: onn e1·ie 01dina i1 e ; e\ tléfa ut, en g a le t , en

bé to n.

§ 2. -

A U-DESSUS DE L'EA U OU DU SOL

Art . 1.

Socle . -

• rt. 2·.

Paren1ent du ful. -

L e ocle e t en libuges ou e n pi erre de ta ill e.

L e pa r em ent e t, uiva nt le li eu oú. le I on t e t l üti, - ca mp ag n e ou vill e , uiva nt so n ca rn c té re, en m oell on équaITis , en m oellon d'upp a r e il, en liba ge 42 , en pi e n e de laill e . On n e pa 1·em ente j a mai s un e pil e en moell on · brut : il y a tra p de j oint e t I' a u le atta qu e : il y faut de m uc;o nn eri e a i óe a vec tré peu de j oint .

Art. 3 . - Noyau . - L e n oyau cs t en m oellon 01·dino.ire , en ga le t , quelquefoi · e u Lúton, 'il co-0.te rn oin . Si J'on c ra in t qu' une tra p fo1·te p1·e ion tende ú épa 1·er le pa rem ent du coq) , on m uc,:onn e la pil e au ciment, on la coupe pnr ele assi e de libage rt. 4 . -

ppareil

a la

relon1bee de voúle .

A. Pleins cinlres. - J e r envoi ¡_i. I' \.Pl-' E NDIC E : ia ducs . B. Ellip es . - V oir f,, e t les m onog rapl1i e , Tome I. f," -

P onL el e :M armanele

13

f,, -

P onL el e

t

L oup ,r

C. Ares. -

Bouci aut (III, p. 243) e t d'Orléan 42 . -

V oir fe1 e t le m on ogr aphi e du Tome III, en pa l"ti culi er le pont (III, p. 2-5).

Pon t des A m idonn ier (T, p. ·J96 bi,, f3 ).

lt3. -

Vo ir rem·oi 37.

44. -

o ir ren,·o i 21.


40

PILE

~

rt. 5. -

Dans le are a g randes en pi erre de tn ille, de moellon

Quelques détails d'appareil. -

pou ée. , on di po e, derricre le équarri par assi es v 1-tica les ( f,J .

omm1 r

CHAI ITRE flI

EFFETS DES BECS SUR LE COURANT Deva n t un a van t-bec, l'ea u e go n fie, pu i cataracte (<J>.,), qui contrarient l'éco ul emcnt ou débouché 45 • n avant-bec effi lé gene moin l'ea u (cf? 13 ) .

'écroul e de chaque cóté en le voutes e t con tracten t le

CHAPITRE IV

ACTION DES PILES SUR LES FON DS AFFOUILLABLES I.a 1·ivi érc affouille l pied de l'avant- bec (f, 6 ), d po e deniére l'arriére-bec . Pont d e P e e ux

r•• -

ur le D o ub ,rn -

AvanL le com m ncem e nL de Lravaux

Plan f00

-

-

fmm

Apl'cs la cru e clu 14 avril 190'1

/4.5 . - On t1·ouve d a n les Co urs des valeurs du coeffi c ie ot de co ntraction : ~elles pre le nt for l cri ti que; o n n'en a pas d'autre . /4·6 . -

Lig n e de S 1 J ea n-cl e-Losne

a Lo ns-l e-

aulnier.

a la


~O 1 DS AFFOU IL LABLES

f2 ,

-

P asser lle du Coll ege,

f.,

f., -

a Lyon

41

Quand on n'a pas fondé a sez bas, on a défendu par des enroch ements le ol affo uillab le. Sous un pont a tres grandes portées , une pil e entourée d'enrochem ents creuse deux trous a l'ava l (f,,) . Sous de moindres , les affoui llem ents d'aval se réunissent en un seul, dans l'axe des voó.tes (f2, ) .

Pont de Tara scon, sur le Rhón

Pont de Serin , sur.la Saóne,

a L yo n

"

A l'ava l d'un pont a trop petites ar ches , il y a un creux généra l en travers de la riviére (f20 ), comme a l'ava l d'un barra ge. . Ccrtn in s ten ain s compucts, in compre s ibl e., ont lentem ent affo uillabl e (tuf de la Garonne) 48 , non pa r un e crue, m ai par l'actio n continue de en ux.

En tout terra in , il faut fonder nude ou des plus g rand affoui ll em en ts connu~. Avec l'a ir comprimé, c'es t ouvent facil e, toujo_urs possi_ble: un Ingéni eut· qui n e fonde pa as ez ba es t aujourd'hui sa n exc use.

f,.

f,, -

Goupe sur

X X

de r,. 47. -

Li g ne de T a r ascon

a Celle (1851).

48. - Au v ie u x p o nt de Toulouse (151-2-1632), la p il e 3 a é lé afl'o uillée j usq u'a 5m40

cr,.,

f,.). T. V. -

.6


TITRE V

CULÉES CTIAPITRE I

COM fENT ON CALCU LJ: LEU R

IH MENSJONS

EFFORTS Q E SUPPORTENT LES C LEES

S 1.

Arl. 1. D la parl de Yoútes . u1· le pile , le poid , le , urclrnr o-e. n e p1·odui cnt que d effo ,·t verticaux ou ú peu pré : mais , ut· le culée , il e 1·é -o lYent e n po u sée . :.loin la vouL a de fl é h , pi u la pou ée e t in ·I inée. L a r ou ée d · ter-re. 1 agi t en ·en ont l'ni!'c d cc ll ele la Yüllt' ; e ll e . ou lao-e l'a1·ete po. téri e ure le la c ul ée ; el le en écat·te la ·ou l'l)e de 1 1· ion. Dan le ca l ul de In c ul ée , on n'en tient pa comple : on ne r mbl a ie en effet l'ouVl'n gc qu'a h vé; la ul ée doit avoi 1· r é. i.·té ó l,1 pou . ée de la voute . an · l'a ide de ce l le de Le l'rc. .

Arl. 2. -

§ 2. -

De b pal'L ele ter res . -

E Q ' IL F 1 T PO R RE ISTER

X El•FORTS

i\ rl. 1. -

La voúle rclombe ur ]e roch r. On taille le roch e r cl e rni cr lit : c'c t le ca d e pa _·1gc upé1·ieur ur trnnchéc en roche1·, de a l' he jetéc p·:1r-d e u. un tonent entre d cu x paroi 1 l'oche t·.

uirnnL I

Art. 2. -

La ul 'e r' i te par on po ids.

i l'on a fond é [ ar é pui cm ent dan un batardeau, ou u1· piloti , , o u ·\ 1air comp rim é, le ol de fondation e ta peu pl'é hol'izontal : ·'e t pat· on poid que la culée r é, i te á la pou ée . \ louL hauteur, la ma c;onn e1·ie cloit n e pa 'écra -e r, n pa e couper ho rizo ntalcmcnt 2 • La culéc ne lo i t ni 'enfonce1· dan le o l 3 , ni g li ·cr u 1· lui. 1. - Yo ir le T ahleau:,.. numériques de l\I. Fl amonl '.\nn ale de Pont e t Cha u ées 1º 5, 1" semestre, p. ~,23), reprodui ts o la fin d u Cour de Pon/· en maron11erie de ::-.11\1. D egrand e l R é a l , T ome I, p. 3 O eL s ui,·a nl . 2. -

oie11t, par rapporl au pied de l'aréte poslérieure:

de re11rcr cmc11t. -

Jll,, le

mome11l de stabililé,

.Jll.

le niomenL

.'.)H,, 11 a ouve 11L admis que le rappo rl C = - - diL « coe ffi c ie nl ele tab ililé » mesuraiL

Jll.

lo Lallllité de la cu lée, el qu'elle ' tai l table avec C = 1,5. ~J . Hé al a mon lré que ce lle co n cep li on éLaiL f'ou e, cl angc rcu e; que, pour In s labili lé de l'o uvrage, 0 11 n' e 11 p o uv a il ríen o n c lur e (St a bilité des 011 ln1ctio11 , p. 559 el

Jlt, - Jll,, 3. -

un·an le ). -

Jll,

Ce n'e l pa le rapporl - - q ui e t intéres an l, mai

la clilTérence

.JR. lar¡u ell

en tre clans l' exp r es ion ele la pre

ion max111111.

P our une méme pre sion par unité, la cléfo rm al ion clu sol c roi trail avec la s ur face ele fo nd a ti on.

Zentra.Iblatt der J3auverwa.ltung, 1893, p. 306

a 308

: • Zu, 1'/uorie des Baugrro:des • Fr . En&essc r.


43

CO IJ\,[ENT RÉSISTER A X EFFORTS

Enfin, ell e doit etl'e rigide, c'e t-ú-dire ne pas e courb r ou la pou ée . L'arete po térieu1·e AB (f,) est plus comprim6e que CD : le haut de la culée 1·eculer·a done légerement ou la pous ée 4 : elle pliera comme un poteau vertical élnstiqu encastré a. on pied, pou é horizontalement ú son sommet 5 • Pour ca lcu ler· le pr · ions dan le vo-0.tes, on e A uppose expre ément que les retomb6e n - reculent pas . Les appuis d'un are tre urba i _6 a grande por-tée B~ - - ~ • doivent etre invariable : le moindre dép.Iacemcnt horizontal e t dangereux. Sur de culées hautes, conv iennent de plein cintre , de ellip e u1 hau ée Plu le ole t douteux, moin il faut le charger, plu il faut de fleche. Le voute tres u1·bai écs exigent el cu lée, 1·i g ide , partant, tres longue 6

CI-IAPITRE II

DISPOSlTlül\S DES CULÉES § 1. -

REl VOI AUX MO"i',OGRAPHIES ET A L 'A PPE"i\,'DJCE

Le cul e se font ú la demande du terrain. J e renvoi e aux monogi-aphi e (Tomes I á n) l our· ce ll c de voule d 40m e t plus, - a l'APP END l CE pour cell des ouvrage couran L et de viaduc .

-~-•

-L -

f.

'

3

-e

.

o iL une c ul ee cl'epo1sseur co n lnn te e, 9 Qh'

Je el · pl¡¡ ceme nl ou so mmeL esL :

_g_

o umi se

a un e

poussee Q;

/=--=--E , . 'e

, .' / 2 Q D o u . e= i Ef • . .

:/2

y

e rnrie: po ur un méme déplacemenL/, cnmm

'

Lrurnil

C.

a Lo uLe

ho ul e ur, co mme

la l1 a ul e u1· h ; p o ur un meme

J,;.

l\11. R ésal : « Stnbilifé d es Co11str11ctio11s », p. 556 .

5. - Arcbe d'experiences ele o upp es (PorLee = 37m 6, urbai s emenL J/ 18). La c ul ee avaiL -J :, mJO: o n a en le ve a l'arri ere des Lra nc he verticales. Qua nd elle a e te r eduile l e tassemen L to ta l ó. la clef a e le de : á le

--

J5mJO J2mJO JOmto

12mJO j()mJO ímJO

l)mm 3

2mm7 0 mm;]

A 7'"10, la c ul ee ne ·e r e n ve r oiL pas, ne s'ecrnsa it pa ; mai e ll e comme n c::u 1L

a plie1· so u

la pous ee .

Voir Tome 111, p. 376, renvo i 3 1.

6 . - Au p o nL Alexandre 111 (f,) (ares el'acier de lü7"'50 au J/ Jí•), l es cleux c ul ée les 6/t/ 100 ele la p o rtee .

f4

o nL e n emble Gím, -


44

CULÉES .

§ 2. -

ÉPA ISSEURS

On le dét rm in e pul' u ne épure 7•8 •

§ 3. -

C LÉES A

P A REJ\IJE T Ai'\ T É RIEUR Ei'\ PORTE -A -FA

OU El\ E l"\ CORBE LLE M E J"\ T . -

X

CULÉE S PERD UES

Dan u ne culée tell e que f8 , la mac;.onneri e AB C trava ill e peu ; on p u t la s upp rimer . La culée en por te-á-fa ux , for t économi que, es t á adopter I our le g rand e voutes pa r-dessu les to rrents , le ravin profond . On peut. fa ire nin si, non seul em ent av e re tombées inclinéc (Lavaur 9 , Antoinette 10 , Luxembo urg 11 , Amido nnier 12 , - pas ages s upé ri eu rs en tra nchée de rocher), mais memo avec fondat ion profonde ur so l hori 7.0n ta l m;, _ Comment o n

ole ule un e voúle .

í. -

APPENDICE, -

8. -

V o i i, po ur u n premie r essai , l es fo rmul es cltl Lévei ll é :

'

:6

-a

' :H

'

:a.

1°~---- - - --- _ _ __¡___ ---1° ;_-_-_-_-_-_:_ - ------ I½ ¡-- -- -- --__ , - - - _.. _ - - - - -- - ·- - - - :t

A re de eerele (f'5) Plein e inlre (f0 )

:

:

An e le panier (f,) :

'1

E = ( o,33

..Q

+

0,2J2 (2a)) • /

V

E = ( o,60

+

0, 162 (2a))

E = ( 0,43

+

0,15!• (2

.,a.,..

,

.

h x (2 a) . (b + e,)

f-J

- - - - -- - - - - -

a))

lh + 0,25 (2 CL)]

x o, 65 (2 CL) JI [0,25 (2 CL) + e,.]

(h

+ 0,5!• b)

x O, 't• t2 a) .

TI [0/ •65 b

+ e.l

• Note sur Les Po11/s en mafo1111erie » par M. L éveill é , Ingé ni e ur e n chef des Ponts et Ch aussées . (Extrait du Bullctin de ]a ociété d'Agriculture, Sciences et Arts de la Sarthe, - Le Ivlans, lmpr imeri e l\1onnoyer, 1855).

V o ie i, pour 3 pon ls en are, l'épa i se ur ealeulée par la form ul e L évcillé el eelle qu'on a acloplée: P o nts Bo ue iea ut ( 111 , p. 24-3). de lo Fa r lle (1 ,7-1 8 O d'Orléan ( 111 , p. 255).

9. -

Ligne de A!ende á

eoerac).

Fo r m ule Lévei ll é

Épai seu r aclop té e

·J3,u06 l 10118 J5m07

1411107 1 l ,.. 35 15m

11 , p. J35; 10. - IT , p. ·145. -Le g r e m olla sse a é Lé la illé s u iva nt Je l it ele la cler ni e re ass ise .

11 . - 11 , p. 67. - Gres en pelile ass ises horizontale. L e fo uill es fa iles formaien t un e serie ele pelil re a uls . On les a n oyé Llans cl u bélon ele e iment, clamé sui1·ant la co urbe ele la r elombée.

12 . J2b 1•. -

I, p. 193.

H 6fe n (I V, p. 41), Marbach ( IV , p. 45), Muncl e rkingen (I V, p. 55), Gra sclorf (IV, p. 129), Gohren ( IV, p. 139), Jnz ig kofe n ( 1\ , p. 225), 'eekarhauscn ( IV, p . 232), Teina c h (IIJ , p. 203), Mehr ing ( 111 , p. 252), Cas el ( IJI , p. 303).


DISPOSITIO S

Pour r és is ter ·i la pou avant du porte-a-faux 13 •

45

ée, on a quelquefo is chc1rgé les cu lées perdues en

§ 4. -

CULEES EVIDEES

11 n e fatlL pas couper ou entai ll er la re Lombée d'une gra nde vo-a.te A BCD (f0 ) par un évidement transve rsal a ll a nt d' un tympan a l'a utre. Mais il est permis d'évider par des puits ronds de petit diamétre la culée d'un ple.in c intre 13 bi, : la poussée passe a utour des puits.

e

§ 5. -

PRECAUTJO JV S CO NTRE LE GLJSSEMENT

Quand on le pe ut, on découpe le so l n orm a lement a la résultante des e:fforts 14 ; on bute le massif contre le rocher; on dispo e des ergots 15 , des grad in 16 ; on é la rg it la cul ée par rapport á la voú teP.

§ 6. - - CULEES LOJ, GUES E T H AUT ES COMMENT ON S UPPORTE ÉCONOMIQUEMENT L'ABOUT DU · PARAPET

Soient (t) : B F la trace du quart de cóne s ur Je mur de la cu lée, E F sa proj ection horizontal e. En AB, pour que l'extrém ité A n e soit pas · ~o déchaussée, on ménage un jeu de om30 ou orn40; de e A B meme, en F G, pour gara ntir le pied du ta]us. r--L 'ex Lrém ité A n e sert qu'c\ porter le garde-corps: si la cul ée est haute, la fonda ti on profonde, on Ja mettra en porte-a-faux : FG ur des da ll es por tées pnr des con oles ; 1 OE s ur des voúta in porté par des corbeaux;

13. - Bofen (IV, p. 41 ), Marba ch ( IV , p. 4-5), Bai e r bronn (IV , p. 48), I nz ig kofe n (I V, p. 225), Neckarhausen (IV, p. 232), Mehrin g ( IlI , p . 253), Cassel ( III , p . 303) . j3bis. -

14. -

Vo ir APPEND ICE, Viaducs. Lavaur (II , p. ·J35), An loineLLe (IT , p. ·J 45), Luxembo urg (1 I, p. 6í), Amiu onni e rs (I, p. 193) .

15. -

Marbach (IV, p. 45), Prince-Régent (IV, p. 239), i\ifax-J oseph (IV , p. 242), Go hren (IV, p . 139) .

J6. -

T e in ach (III, p . 203), lll e r beuren (IV, p. •J 59),· Mo ulin s-lez-l\,Jetz (I V, I . 202) .

17. -

Neckarhausen (I V, p. 232), Prin ce-Régent ( IV, p. 239).


46 con oles n béton armé (f,,, f, ,) 18 maint nant, u1· d re te r cach é dan le quart de cón e ; f

11

-

Coupc

11 10 11 °·

"\ iaduc d' Is :i cl'une cu lée - 2mm

le co n ole

doivent

18

f,. -

boul en porle-a-faux -

;:,mm

1

----- ~

f., -

Ponl de

t-Loup

Viaduc de la Li e u1· 20 - 5mm f',.-Coup 11 longd'unecu l ·e f.,- Coupe ur xx de f

mm

19

11

. 11q ,.

f', . - I onlcl c t_"\\ ' oo l21

-

- mm

ut· d béq ui ll e en bélon a l'mé (f,. , t) 20 : i l faut. qu'elle 'a ppuient, ur un tenain olid 'i l Las e ou le poid du remblai, la bé ¡uille de cend et n e por-te plu l'aLout de la co n ole. De meme, pou1· porter un dé ú l'abo ut du parapet, on n élarg ira pa la c ul ée s ur toute a hauleur : on le metlr·a en pol'te-ú-faux ur d vou.tain (f, 0 ) . l . - « 1 ole · ur les traoaux de la ligne d'J -sy a \ 'iroflay ». M. Rabul, Jngénieur en Cht:f des Ponl et Chaussées, Ingén ieur Prin cipa l de la C" de l'Oue · L. (R evue Générale des Chemins de fer, juillet 190,, p. 13).

!

:

19 . -

R ,,fl"'

:··•-······················,-··-

33•

a

20 . : ...... ··················¡

ur l'Allier ( 1910- 13). Lign e de la. Fcrlé

1 i .5.

21. -

Ouwage

de la lío-ne de Charleval

ur l'AgouL (1

a

a Gannat,

7 ares de

erqueux. i\I. Ra.bul.

2 t). Ligne de i\I o nLauban

a Castre ..


ARCHE

f., -

Pont d' rzillac 22

-

IN É

47

ALE

~mm

s

C LEES

7. -

Er.'TRE A RCHES l!\·Ec lLE n

la rge c ul é( enl1·

·ipal et d es al" h

l'ouvrnge pnn-

d'accé

n' e t point

ug réa bl e ú Yoil· : on l'ace;ide nte pa1· d e

pila , tJ"e

ouv nt

(<l>,) ; on y ouVI"e un

il-de-b c:e uf (f,, , <!>,) .

<P, -

PonL de J\la r·maml e

23

<JJ, -

P unL de P u ·sy

21

CH PITHE III

rt. 1 1

M TÉRlAUX. - APPAREJL .) uivant l'exp 1·e ~ion l aremenL 25 . -

• ú donn 1·, le face e ront n moe llon brnl (l\I O I ) 26 , en mo llon s as ·i {> (~I II ~r E II ) 26 , avcc arete e n moell o n d 'a ppareil (l\I \.) 26 , e n liba ge (l.) 26 • La cul ée doit ct,·e t parnHI"e l"ob u L • 11 convient ouvent d'y upprim r la plinth e 25 : Le c ul ée n e ont pa 1 ouv ragc : e ll e l'encad 1·ent; e ll e peuv nt etre bl'uta le 27 •

22. ur la Loil' . Li ·ne c.l u Puya Ni e igles -Prodes ( Proj e l) . 23. - V o ir r envo i 37, p. 37. 21•. - Lig ne P ar is- 't-Lazore- I nvalides ( 1 roje t de i\J. l3on ne l, Jnn-énieur en chel' ele. Chau ées e l de la " de l'Oue L). 25. - \' o ir a l'APPENDI .E, l'a ppareil ele c ul ees d ¡ eti l o uvrn ge., de ,·ioduc - . 26 . - P o ur le e n ele es ab ré \'Íalions, Yo ir Tilrc I , p.~. 0

27. -

Luxembo urg (11. p. 67) .

P on ls et


4

CULÉE

rt. 2. -

Coq s d e la cul 'e . -

Di po ilion d e as

1

es. -

on t n mat6 1·i au x de cho ix : on y adm et un trava il élevé. Mais leur c ul ée ,. a uf celle de tré. gra n de , on ten " M O" 28 , tout au p lu en" MOV " 28 : on y aba i e le trava il. ou~ 1 retombée de tré 0 -rand e , on ra nge les moell on par a i e cour be , no l'm a le ú la pre ion e t a ux de ux parem ent . Dan le voute en elli pse, le culée commen cent a u x r em . Dan les c ulée de grand a re urbai és, le devant, qui t_ra , ail le p u, re te en moellon ord ina ire . On a ppa reill la retombée de la voute : c'e~t comme une cu lée pe rdue dan la maGonn l'ie (f 18) . Le vou te

r l. 3. -

Cul '

ar mée . -

A de po n t a ll eman d récent 29 , fo ndé ur pi loti , on a noyé dan I c ulé plu ie ul' cour de ra il . Dan des pont aut l'ichi en , on a éla lé la pL'e s ion ur le ol par un e dal le en béton, ar-m ée de ra il 30

2 . -

Voir re nvo i 26.

29 . - W e nge rn ( III , p . 20i), Zi ege nhal s (1 11 , p. 20 ), Kra ppiLz ( 11 I, p. 265), Gro s- Ku nze ndorf (111, p. 267) . 30 . -

Pal mgrab e n (TI , p. 165),

c halchg rabe n (11, p. 169), Kre nng rab e n (J II , p. 134),

alcano

( I 11 , p. 14 1).

,\u ,·iad uc de ~1 o·rez (L i 0 ne de Mo rez a a inl-Cl a ude, - 9 a rche e n pl ein cinlre de 20m, 1909-1 1), nou avo n a in i réd uiL la p res ion de 7 '4 ü 3'4 ur l'argil e, - de 7 '!• a 5' s ur la mo ra ine.


TITRE VI

VOLUME ENTRE LES GRANDES VOÚTES ET LA VOIE PORTÉE CHA.PITRE I

, OLUME PLEIN rt . 1. -

T -mpan . -

Le volume entre le de u de grande voó.te et le d . ou de la voie portée e t occupé par un rempli age I entre deux mur de tete T, dit tympan 1 (fl' f,). f, -

Coupe en long

f, - Cou1 een Lravers ur xx de f,

1

x¡ . lJessous de la voie pur{e~ _

R

1

r t. 2. - Niurs de lete . 1at' r iaux et appar eil. Le tympan

chargent le voute et travaillent peu. II ~ faut de matériaux. léger 2 , et qui para is ent léger , au be oin peu ré i tant : ce qui t porté doit etr et paraitre moin lourd que ce qui poi-Le. rnme dan une tré grande ville, il n'y faut point de grand appareil. On y a employé du tuf3, de brique 4 , du l éton 5 , oit ur ·toute 1 épai eur, oit eulement n parement; on a doublé de béton maigre un mince. parement 6 • C' t a tort ¡u on le a fait pal'foi en meill ur maté1·iaux que la voute 7• Il peut convenir d le di tinguer de voó.te eL du ouronnement par la couleut· (bri 1ue 8), par la taille des matét-iaux (joint incertain .. . ), . ... Remphssage

1. - Pour l'épai eur des Lympans bandenux, voir APPENDICE, iaduc .

el le rempli

age entre eux

pour l'appareil le long des

2. - Les Romains on L Lre souvent employé dan leurs vouLes pour y r éel uire les effo rL , de ponce , des Lufs volcaniques poreux (Co lisée, Thermes de TiLus et de Caracalla, .... ) a l'exclusion des pierre a Lissu compacL. (Choisy : L'.Art ele bátir che::; les Romain, p. 96). 3. - Les L ·mpans sonL: au ponL elu Diable ( f , p. 116) en Luf lacustre ele P re Lum pesanL 1000' et s'écra anL a 10'; au pont ele Fium'AILo ( 1, p. 110), en moi;onnerie •·crosant a 32'. 4. -

PuLney (111, p. 239): corps en llriques .

5. - Parem en l en béLon moulé aux pont ele : Krenn o-raben ( III, p . 134), Palmo-rallen (II, p. 16'•), chalchgrahen ( II, p. 168). 6. -

teyrlino- (llf, p. 13i),

BoucicauL ( IIT . p. 243).

7. - Tympan s en pierre et voules en brique : Calcio ( II I p. 100), Diveria ( ll l, p. 130); viaducs iLalien , notamment ceux de la ligue en con tru ction ele Coni a VinLimille . Tympan s en pierre ele laille et vou tes en béton : Co ul o uvreni ere ( I , p. 81 ), ... . - Antoinelle ( Tl p. 14~), Yerdun -sur-le-D ouh ( 1, p. 193).

(I , p. 165) Orléon

(llf, p. 255), Amidonniers T . V. -

7.


CHAPITRE II

AU-DESSUS DE QUELLES VOUTES A·T-ON É' IDÉ, ET COMMENT ? § 1. -

QUA D FAUT-IL, QUA"f:\D

E FAUT-IL P AS EVJDER? 1eme en matériaux léger , le volume entre l'extradó et le de ous de la voie ne la isse pns de pe er lourdemen t ur le voutes . Quand il est grand, - c'est-c\-dire a u-des us des gran de voúte peu s urbaisées, - il y a intérét a l'évid er 9 • On n'évi lepa , - ou guére, - au-d e su des pl eins cintre de moins de 15m 10 , el are l cu urbai é ou des ellip e de moins de 20m, ele are tres plnts de toute portéc 11 • On n'évide pa non plus de fa<;on apparente un pont bas, qu'o n veut mn sif, robuste.

s 2. - COMMEl T O"f:\ EVIDE On év id c s oit en Lravcrs, par des vo utes 'nrrctnn t nux murs de tele (évidemenls cncli é ), ou le trave r nnt (évidemcnt nppnr-ent5); , oit en long, pnr des rnütcs , par <l es dalle oit ú In foi en long et en lrave r : voiltc ur arcade , voiltes cl'arcte, da ll e s u1· pilier~. Yoici ce qui a été fait au-dcs u de votllcs de 40m et plu : Pl eins , . ~~~ pe u lassczl tres cinlres Ell1pscs surb. surb. s urb.

~

I'a el' évidemen ts cnch és en lrOVCl' S vus ~

l

e::

Q)

(/J ___,

18 1

(/J ___,

s:::

o':;

ap r-é 1881

~

1

e n lon g

) sou dnll cs ) (_ ou plole -form e \ cachés 1 dans les 2 sens vus I Pas el ' évide,nents ) coché e n Lravers ( VLIS

oQ)

~

-o ;>

-µ¡

~

sous vou les en long sou dall e ou plale-form e cachés dans le 2 sensÍ\ vus

1

.-.

~

;J

2

2

))

·(

1

1

))

~ ~ ~ ~

>1

\ SOLIS YOÚI C

r"\

1 E•

L L 011

ll

1

JD¡'-

->-> 1-> -, 1 7 1 1·

\

[

l

: : : ! 23 142

: !

ll

: : ! ) ¡1

:

:

))

2

1

7

14

))

))

))

))

1

4 1

5 2

'16 ))

2

2

))

))

))

1

5

6 1

1

))

))

))

4

5 ¡ u 1 14

17 17

))

1 ))

/ 1

24 \

¡

5\ 16º 7

l 13

87 111

1

)) )) )) 2 7 in i, depui 1 1, on a con truit 111 pont ú voüte de 40m e t p lus a é idé 87, dont 59 par des voú.te, tran ver al e apparente

on en

9. - En é légisso nt, o n a abai sé la p re ion moyenn e á la c le f, a u p assage d'un tra in , de Hl' ó. 17' 1.1u p ont el e Lavaur, de 20' a 18' 1.1u p o nt AnL o in e lle. . JO. - APPEND I .E; - Viadu c . 11. re lres surbaiss és, d e 40m el plu s, á l y mp a n s n o n é vi dé : P o nt M osca Boucicaut de Huzenbac h de Ma iling Corné liu s

T ome , p .

Portée

111-1 99 lll-2•1é! 111-206 IV -175 lV-1 O

45m 40 41. 50 40 41

Surbai sse m'

1/ . 1

P o nt

l /'

d e Ziegenhals de N e uhamme r d e Gross-Kun zendor f

l / . 56 1/ 12

d e Be ll ows-Fa ll s

1/ .2:'I

d'A vignon

T ome , p .

P orté e

Surba isse m'

111-208 lll-2 11 1 ll-267 111-270 III -2?5

40m 52 40 40 42.67

l / 9.52 1/ 8 . 7 1/ 9 . ~2

J/ 1/ 7


CHAPITRE 111

ÉVIDEMENTS TRANSVERSAUX CACHÉS L e mur de tympan n') es t qu'un m asque. On a évidé, on évide ain i de viaducs u plein cintre 12 • Sur 8 ponts a ya nt des voú.te de 40m et plus, ó é videm enls tran versaux cachés, un eul em ent es t pos téri eur a 18 1 13• C'es t un mode d'évidem ent for t ancien 14 • CHAPITRE IV

ÉVIDEMENTS TR ANSVERSAUX APPA RENTS § 1. - V I A D UC D '.E V IDEME

TA PETITE ARCHES E

PLE!

r

CI

TRE

CO UR A NT SUR LE DOS DE L A GR A NDE VOÜTE

Art . 1 .

Ponts

a u ne

seule grand e ar che .

Voici ce qm a été foi t .,

Pour lesl Grund es vo úl es

~

voíi t es

Cl)

>

~

o'--

Dales

p.,

PonLs :

P ays

Cl)

~

P o rLée Surb,isst

i>

2a

Po1·Lée

R apport - --

:2 a

T ome, p .

Pleins cintres r t• ~1899-'1900 .B re n t 1901- 03 F r ~1898-1 900 1904'-05 f r 1 190 1-02

Le B ac h e lard R é uuz o Dosse nb ac lt S o li s

Sui sse I - 341 )) F 1·a nce F 1·an ce I - lt 8 )) AuLl'ic lie Sui se I - 55

4 4m

))

32

))

ltO 32 42

l

max. , •- a • Ji• pa1. -se ur "" "" ' "'P~• 2

2 a'

(;

-

Pil es

4 0• ,

vo i r la M o no~

graphie

o

Évid e m e nLs

-

I

E'

soua ele! ____:!:__ H'

H'

c1

)) )) ))

4m 0 . 090 1mQO lt. O8 0.127 0.80 ¡._ 10 0 .102 '1 , 10 1.5, 2.5, 3 0.092 1.20 et 1.30 3.50 o . o 3 1 e l 1.20

-i5m75 10.63 9 . 75 8.3 7 .5

1

0.2,::; 0. 38 0.42 0. 36 0.47

Ellipses surbaissées El r t• 1 '1886 ¡S a in L- Pic rre ¡ \ 1-120 40 11/ 3 . 33 1 4 r t• ) 1909-'10 H av rin co ur L) Fra n ce ( >> 1 38 .70 'l / 2 . 42 3.50 e1 F r

r-꼼 I

0. 90

17 10.5 7 8.53 0. 41

0 . 090

0. 80

¡o.073)

'l - 1 . 20 1.40

Ellip~e surhaussée E hl f r 1 1906-09 ¡w¡ se n 12. 13. -

! Sui sse

A P P END I CE - Viad ucs. E VIDEM E TS TRA NSVERSA UX

É,·ideme n Ls : e n plein cintre

l 1

1 -12-46

1 \ Saint-Etienne

13;; 1-1;; 3 1 llH7, 1874-77 1 j7-ü l 1 73-75 1906-07

en are

a nnul a ires

Da les

l

1868-70 1871-7t

¡1; 1. 65 1 4

\ I - 235 1 55

CAC H É , AU-DES US

I o nls: ( Autriclre}

1

Tou rn o n ( F rn n ce)

1

Anni bal 1 Diable 1

II

55

11 lll 111 I

Bains de Lucques (l talic) Cabin John ( Etats-Un is} M a ntes ( Fra n ce) Elise ( Allemagne)

DE

Monograp hie 1 T ome, p. 1

(voíite articu lée)

IV

ltalitt

1

I 1

1

3:; 32 lü0 151

- 11 2

II G

P or tée

43•00

1

1

55

Surbaissemen t 1 --471

1/2. 775 1/6. 71 1 ::l. t 113 .5 1/9 .89

[>~

1

. ¡a.19

VOÚTES ), 4O~ :

49 .2Q 47.ij3j 67. 10 40 47.p0

75

¡:21

1

1¡3.92 1/4.OG

14. - Au vie u x ponL cl'O rléa n s, la p il e 7 s'é la it enfo ncée e n '1758- 59 de 49••. On so uln gea les pil es 5, 6, 7, 8 en lrave r sa nt a u- clessu s d'e ll es p a r 3 vo úles la ma9on ne ri e des r ein s . P e rro ne t. e

Description d es Projets et d e la Constr11cl'ion d es Pon Is d e 1\leuilty, d e 1lla11/es, d 1 0 rléa 11s el aulres . . . · •

Paris, Imprimerie royale, MDCCLXX.Xlll , Tome 2', p. 14, 1;, PI. X X X III. En res ta u ra n Ll e pon Lde T o urs ( l,64- 77), Bea udemo ul in a lro u vé des vou les ·a1 é ri e ures qui s'app u ya ie nt, p a r un la rg e e m pa lle me n t, s ur le s r eins des g ra ndes a r ches . (Annales des Ponts et Chaussées, 1839, 2 ° semestre, p . 86

a

133.)

·J5 . -

P o ur l e s ens eles abré viali o ns, voi r Prélim ina ires, p . 3.


52

VOLUME E TRE LE

------------ --- ------- - - -- ---

>

Pay

Évidements

Grandes voules

P our les voíHes

Pont

PORTÉE

d·une grande voú.te (Suite) .

Viaduc d'év id(:lm ent en plcin cintrc sur l do

Da les

vorn

GRA 1 DES VOÚTES ET LA

Piles

40•,

voir la J.lfono-

Porlée Surbaist

graphie T ome , p .

2

Porlée

Rapj,ort - - - -- ~~ - 2 ci' Épais e ur Hauteur

2 et'

et

--

Rapport

E'

s~;~ief 2 n'

'1"'08 'l. 22 'l. 22

'15.6 ,0.34 21.5 0.25

2 et

H'

H'

A

Ares peu surbaissés A 1

rLo

1899-HJ03 Luxeml ourg '1906-08 \Yalnul-Lane 1908-1 O Roc k~•-Ri ver

jLuxem bourg

'1908-12 Co ns lanline

Algé1·ie

Élals-Un i

fr

Ramounai ls

19l0- 12 Cinu k el '1911-12 Tuoi 1910-'12 Mela

107 68.76 »

'¡ )

F1·an cc

I

Aulri c l1 e 1 Cérct v illefrancl1e de Confl e nL Fran cc Grunicret 1901--05 Palm g rabe n \ 190't-05 Schalchg raben j{ .AuLriche '19M-OG Rolhwe inba ch

1906-0

II

1

1905-07 Le Ba ch elard '18 2- 3 Ca lele t / 1 2- 't Lavaur AnLoineLLe \\ iildliLobel

1907-00 Esco L

5m40 0.0G3 6.10 o.o 6 6 .40 0 .075 4 75 -J / 2.76 · r. d./0.070 4.85 r. g. '1/ 2 .72 5 0.1G 1/ 2.01, 0 .097 4 'l / 2.24 4.50 0.073 1/ 3.14 4 0.080 'l / 3.10 2 0.050 1/ 2.31 3 0.066 1/ 2.3l 4.5 e l 5 0.127 0.08.J 1/ 3.27 3 0.061 1/ 3.93 3 0.0GJ 'l/ 3.46 3.20 0.072 ·1/ 2.68 3 1/ 2.99 ~~- 5 ]'. g . o.o .J (1:. 75 r. d. 'l/ 3.12 ~~- 50 r. el. O.O 6

67 8!tm65 t/2. 73 83 70.71 1/ 3.31 95 85.34 1/ 3.46

1

Fran ce

30 41.20 61.50 50 41 45 )) 39.35 )) 35.50 161, ¡.9 168 52 '17'1 4-1

~

130 135 II '145 / '157 \ 160

174 56

JI

186 40.30

1

¡

('t

189 46.98 1/ 2.32 ¡ 4 \ 191, 47.71 1/ 2.23) )) . 38.90 1/ 2.41 1 3.50

Sui se

Ares assez surbaíssés Saint-Ch ,]y-du-Tarn !\Ion lan o-e ·· La Bra g uc Gour- Io ir I ouc h Frcys incl Jaremcze 'l 93-91, Jamna \\ orochla Gula c h p r 1 90-1900 ~ Schwancleholzdobel Kre nng raben / JOO'i--05 Ley rlin g , Gralschacher Graben \ '1901,-06 alcano } '1907-00 Lan genbrand ( 1907-09 Lic hle n leig \ '1910-11 Krummenau HJO'i--0 6 ÍT'.'iege ) 1Finhaul ) fr 1909 1 Malavaux , sur le R ouillon l '1901 1908-09 1903-0t '188 -80 1 90 '1890-91

¡

¡ 1

s -

))

llI 1 62 »

'103 1IO

¡

112

A"Lciol,o

t All e magnc

'114 118 ·120 '122

1

m,

l

30 0.20 30 62 5 4.5 65 /i-8 40 61:

,~,.

126 7 '131, 40 \ 137 70 )) 32 '14 1 85 152 59 JJJ ' 16 l 4-2 . 82 -1M 63.26 1

Aulrichc

\llcmag ne

r.g.0.099 OO _

l

t 0.90 0.80 'l. 10 0.96 'l. 20 1.50 1 ))

1 .20 'l. 20 '1.20 0.91 0 .02 0.70 0.90

~3 -~5 13.15

(~~

(3.:>

7.50 ¡0.G(i 8.10 10.4,9

tu~o 9.50 8.50 9.tO 9.30 6.19 '10.20 '10.20 9.25 9.25

10 9

7.5

0.39 /o.42 0.24 0.33 0. 53 0.48 0.30 0.31 0.32 0.46 0.48 0.39 0.53

0

'l e t 1.2

15

0.27

0.090

'l et 'l.2

'l'l.8

0.29

0.057

0. 80 t.06 O.üO 0.95 '1.10 1.00

.

A

1

1/ 5.41 1/ 3.92

'l/6 1/ 3 . 73 lj3.ú8 1/f~.09 1/ 3.63

l/4 1/ 4 'l/ 3.97

1/ t l/4 1/ 4.4-5 1/ 3 . -5 1/ 3.90 1/ 4 t / 3.71 1; ~.57

2.25 5.30 'l. 90 4-.::10 4.90 4.50 S .60 3 . 50 3.50

0.0GG 0.0ü3

0.069 0.102 0.100 0 .055 0.072 o.o ' 7 0.062

0.061 3.50 0.062 2 .50 0.04G 3.25 0.09.J 3 3.4 a 5 o.o-8 0.06G 3 . 90 3.50 0.081 3.50 0.055

)) )) ))

1.35 1.20 '1 '1.20 ·1 .25 a t.45 1 .20 '1.35 a 1.5 'la 1.35 'la '1.25 ta 1.2

0.39 0.26 0.4.J 0.38 0.4G 0.52 0.21 0.34 0.39 9 '14.38 0.27 5. 74 20.4-0 4.25 l'l.20 10.50 8.50 '16.80 10 .20

12.50 6.32 10.96 5 .5 'l.9 13.2 U.5 10

0.28 0.39 o.30 0.5.J 0.26 0.30 0.30 0.35

Sui - e

))

35.4011/ 3.61,

3

0.08.J

1

8.40 0.35

France

))

35

1/ 5.22

4

0.113

0 .8

7

P our le sens des abréviations, voir Préliminaires , p. 3 .

0.57


ÉVIDEME TS TRA

53

SVERSAUX

Viaduc d'évidement en plein cintre sur le dos d'une grande vo-0.te (Suite). Les voií.tes articulées so11t e11 italique.

----------

voUtes

>

C.)

~

5 o.

Ponl

Dales

40m, voir la

Pay

M onographie

C)

o

,.....

T ome, p.

Évidements

Grandes voútes

P our les

!'.;

I

-

-

Porlée

Surb3i.t

Porlée

2a

17

2 a'

2 a' 2a

Épaisseur Hao""' R•p~ <l 2 a' E'

s;:;ief H'

H'

0m70 0.60 0.9-t o .7 a o.8

2m60 3.50 3.50 8

0.54 0.40 0.80 0.29

8

0.56

1

¡

a

Ares tres surbaissés Al

1885 r t• 1899-'1900 1ü03-0i 1903-0i aq j '1885 F ' 1902-03

)

Hofen Grascl01f Gohren Illerbearen \ Vei e nbach Morbegno

fo ce 8 C)

1

41 '28m ' ~ 'l/10 1 1m40 \O. 05 t / 8 . 93 1.30, u~o , o. 034 129 140.39 4 IV ' 139 60.56 ~ ·1¡ 8.89) 2 2 0 0 ~0.046 159¡57.16 10.041 1/ 5.82 1 2.35 III -219 40 1/ 8 0.064 4.50 'l / 7 \ IV - 65 70

(

C)

~ Ilalie

1

J

~

1

Ce qui s'évide le mieux, ce ont les reins d'une arche umque peu On n'évide pa que le ponts de luxe 16 •

rt. 2. -

Ponts

a plusieurs

Pour les voGtes

~ 40 m, voir la. Monographie,

Ponl

Dale

<:: ·-

- ;,. o

1.10

urba i

ée.

grandes arches . 1

- .,,

-

i

Piles

Rapport

Évid emenls au-dessus des voutes

- -~----- ------------------Grandes voúles

Portée

Surba.ist

Portée

2 a

17

2 a'

Tome, p.

Pleins Cintres

Rapport- ~

2 a,

2a

Piles

Épaisseur Hauteur Rapport 2 a' E'

s;;~ief H'

H'

en

22m10 )) / 1 1-5 ¡La Cadéne, sur la Truyére¡ )) 27.60 Fran ce 18u1--úú Albi, sur le Tarn )) 28 1895-97 Le Chambon, s ur la Loire r t• '1 99-'190 l )Avcnue du Conn clicul, I ÉLals- nis I - 67 45 .72 a \ Va l1in glo n 19M-190 )) 25 190 L-02 Ouccl Dar-el-Ouecl A lgérie )) 25 1901•-07 Le Rozier, sur le Tarn ) )) 30 '18 9-92 Sainl-Florenl, ur· le Cher F r 1890-92 Amélie-lcs-Bains, sur le France )) 26 Te ·li )) 22 LanLosr¡ue, sur la é ubic f r ~ 1908 )) 22 1903-05 Gros-Vallon

¡

4 2

0.135 0.144 0.0i1

0m80 1.05 0.80

5m74 0.52 7.58 0.52 5.40 0.3i

4.27 2.50 3 4 . 30

0.093 0.10 0.120 0 .143

0.91

13.50 0.32

0.65 0.80

0 .43 7 7.50 0.57

2.62 2.20 2.20

0.10 0.10 0.10

0.70 0.60 0.60

6.60 0.40 6 .20 0.35 6.35 0.34

0.067 0.056 0.10

0.75 0.68 0.50

4.20 10 .52 3.70 0.62 4.20 0 .38

3m

)) ))

))

)) )) )) l)

)) )) ))

))

))

))

Ellipses En

r t•

C)

'-' e: ce

,:..

19L0-13 Sai n L-VicLo r

aq Fr

It

70-73 Ponl-sur-Yonne 1901-03 Big-Muddy River ,1, 1

1/ 3.3 1 2.20 2 .32 1/ 4.47 1/ 3.26 ~ 1.60 1/ 3.20 2 ~ 23 )) 2L ¡1/ 3 1.90 19 1.t0 a1.23 I - 2L3 1 40 11/ 5 3.96 nis I - 225 42.67 t / 4.67 ))

1874-76 Courcellc - ur-Seine 1895-97 Verdun- ur-le-Doubs 1908-09 L e Creux, sur l'Aum a nce

¡:,:,.

IÉLals-

1 33m I - -165 4 L ) 16.30 )) 15.70

~

0.50 0.09 0 .50 0.10 0 .029 0.27 a o.35 0.61 0.093

4.13 0.48 3.77 0.50 0.22 5 ~ 0.25 ¡o.79 5

juillet '1912

a

'15. - Pour le sens des abrevialions, voir Preliminaires, p. 3. 16. - On a evide presque Lous les ouvrages de la ligne qui liescend de Bevers chuls (Engadine) (<1>,).


54

VOLU 1E E TRE LES GRAN DES VOÚTES ET LA VOIE PORTÉE

Viadue d' évidement en plein ein tre ur le_dos de grande voutes (Suite) Les voii.tes artic-ulées sont en ·i talique.

P our les

Grandes voutes

Évidemcnt.s

voUtes

Dale ·

Ponls :

Pa~•s

>

Monographie Tome, p.

PorLéc Surbaisst Porléc

2a

te

1 1 9i!-93 lVal -les-Bain s ¡ Franco l ued Amacin

Fr

1

190't-06 Canale

Al o-é rie ulri che

)) ¡ 2om 27 » III-185 40

r t•

1

¡

An

11/ 6 .66 1/ 6 1/ 5

Ares tres surbaissés 1900-0!t Arciat France 1 )) 1 31 190 1-03 Ho chberg IV-177 40 1901-05 MouLins - Le:: IV -202~ 44. 70 Nlet:: 40.51: '1903-0~ Mehring Allemagne . III -2521 46 1905 Krappilz III-265 50 1905-06 chweich JII-26 ~ 46 1907-0 TriLLe nheim JlI -276\ 36.4-5 )) 11)08-09 Andrézieux F1·ancc 1 33.30

2

(j

Ares assez surbaissés r 1 1901-02

Pil es

40m,

voir la

l

ª

,

Rnp¡,ort ~

¡; . Hauteur Rapport 2 a , 11pa1sseur max. , 2 2a E' sous ele!

H'

ª

H'

tm-408 10.07 l om45 , 2m4s 0.56 1. 70 0.063 0.45 » 1 » 2.50 0.061 1.20 5 0.50

An

2 .14 1.40 1 5 i j t46 ' · 1/ 7 .4-5 1 2 1/ 8.33 1 1/ 7.12 1/ 7.41

1/7 .45 1/ 7 .75 ·1/ 8.32

J

~

º

!

2 2

0.069 0.68 0.035 0.60 0.033 0.60 0.043 0.70 0.02 1 0.043 0.70 )º ·º54/ 0.70 0.060) eL 1

4 ¡o.s3 2.23 0.62 4.'10 0.36 4.50 0.4.J 3.40 0.29 4 o.so

¡4 . 07 0.49

rt . 3. - Portée 2 a' eles voúte cl'évicleinent (f,). On regle la portée 2 a' au mieux pour l'a speet, d'apré la hauteur II ' 17 , un peu d'o.prcs l'ouverlure des grandes arehes 2 a 18 : on n'a pas dépa sé 5m4Q 1 º. A Luxembourg, le pile trop haute ont été eoupées par deux ehapiteaux 20 • Quelquefoi , on a fait varier avee la bauteur H ' la portée 2 a' et l'épais eur E' 21 , ou, pour ne pa avoir de poussées inégale , ~eulemen t l'épai seur E' 22 • rt. 4 . - Comment les voútes cl'éviclement s'appuient sur les graneles . - On rec;oit le piles des voutes d'évidement ur les vousso1rs d.es grandes voute

tai ll és en ero settes dépassant l'extrados (fJ.

On a quelquefois, fort a tort, oit ereusé la grande vo-0.te (f.), soit déeoupé un angle rentrant dan une ero ette (f0). On étudiera avee oin l'appareil de erossette : il n 'y faut ni angles rentrant , ni bee de flute, ni délits. 17. - A des ponLs a pente uniqu e, 2 a' n'est pos le meme de choque cólé (Constan ti ne, JI, p. 107; E co t, II , p. 174; Ramounails, II p. '186). 11>. - On a donné, p. 51 a 54, les rapports 2 a' 2 ª'. '19. - Luxembourg (II, p . 67). l-1' ' 2 a 20. - II , p. 68' , Pl,, f... 2J. aleono (III, p. 141), Géihren (IV, p. 139). 22. - Wiesen (1, p. 235), GuLach ()JI, p, 122), chwandeholzdobel (III , p. 126), Sleyrling (III, p. 13í), Langenbrand (III, p. 152), Li ch tensteig (III, p. 161), Krummenau (III, p. 164), Illerbeuren (IV, p. 159).


ÉVIDEMENTS TRANSVERSAUX

55

Sur un extrados fuya nt, il est difficil e d'accrocher les pil es (f.) : on les r ec;o it pluLót s ur le couronnement horizonta l d'un mur (f8) 23 , (f0) 24 • On a quelquefois, da ns les gra nd es voutes en béton, a ncré de h a utes piles en béton arm é 25 . Da ns la disposition des évid em en ts , il fout un pcu de gout: on en a quelquefois manqu ó (<1\, <I>,) .

1/ 1/ 1/

Art. 5 . - - Ce qu'on 1net sur ~es pi les d es ponls a p lusieurs co uron no bien un arnnt- bec qui, autrearches . - Un pilastre ploin (f, ) 0

~o

~I

lr

26

m ent, n o por te rion. Quelquefois on a, d ' un e arche a l'a u ll'e, co ntinu é le viad uc d'évidemenl 27 : dnns ce en , on se gnrdera d'appuyer une petiLe pile s ur le milieu de la g rande.

Art. 6 . .-

Demi-piles le long eles

culees

(p de fil) . On a presqu e toudispo é une demi-pile· p le long d'un pilas tre ou d'une cul ée. C'est trne r ech erch e inutilc. 11 y n des demi-pil es L ava ur e t a u Castelet: on les a s upprimées e\ Luxembourg : c'est plus fer m e. jOUJ'S

a

§ 2. -

VIADUC D 'EVIDEME"f:\ T E l\

A RC D E CERCLE

On n, quelquefois, évidé par des ares 28 • L e dernier are, le plus voisin de la clef, n e fa it pa toujour bon effe t. S'i l y a un pil a tre nu-dessu s des piles, il faut au moins 3 petites voutes de chaque có té. Deux font mal : une, c'est pis. 2::l. - Ca . Le le l ( II , p.130). 24. - Luv a ur (TI , p. :135) . 25. - WalnuL-Lnne ( l f, p. 83), R,)c ky Riv e r (Tf , p. 95). 26 . - Connecli c u l ([ , 1. 67), 13i g Muddy River ( J, p. 225), Mehrin g (TIJ , p. 252), Orléa ns (I IJ , p. 255), Sch we ic b (111 , p. 268), Tr i llenbe im (I JI , p. 276), Neckargarla c h (1V, p. 18ti), Max i rnil ien (1V, p. 192), Moulins-lez-M elz (IV, 202). 27. - P on l-s ur-Yo nn e ( I, p. 213), Verd1,m -sur-l e-D o ub!e ( J, p. '165), Canal e (JTI, p. '185), Amél ie-lesBains, Arciat, ... .. 28. - P asse rell e de 13o ulainvilliers (Ligne de Paris-St-Lozare a ux I nval ides), Orléans (l lf, p. "255) Mllximilien ( I V, p. 192). A Orl éans, on a armé l es voúles d'éviclemenl . '


56

VOLU IE E TRE LES GRA ' DES VOÚTES ET LA VOIE PORTÉE

PASSAi!\ T

§ 3. - VIAD C D'EVIDENJE T P A R-DESS s LA CLEF DES GRA'f\TDES

va ,..TES

Quelquefoi , on a continué le viaduc d'évidement a:u-de su de Ju clef 29 (f1!) : c'e t évidemment plu cher. <l\ -

PonL-canal sur l'Orb,

a Béziers ('1856--7) 30 - a

f,. -

PonL de Bressuirc (t 67-68) -

2mm

~

De nl'cli aveuglc peuventdi imuler agr6ab lement la cuvette d' un pont-canal ( 11 >,), et fort bien décorer un tymp·m 3obi,.

§ 4. -

O VKAGES A PL SIE RS ARCH E

OUVERTURE U !QUE AU-DESSUS DES PILES quelque pont , on a traver é le tympan au-de u de pile pnr un ouverture unique, pour augmenter le débouché, quelquefoi pour décore r I ou, 1·age.

.Elle e t : en plein cintre 31 (él\) ; en ogive 32 (<l\) ; en ellipse : au pont de Amidonnier (!J. - PonL Fabricius,

a Hom e

-

33

,

(- 54) 30 -b

pour I a~pect et le débouché; <P 0 -

Ponl de Monlauban - (XI Y•)

30

-c

ronde, et s impl e motif d décornLiun 34 • 35

: ce trou rond e t de mé ]iocl'c cffet 'il e t petit et encadré d'un ma igre bandea u 35 · au vieux pont de Toulou e (<I>.),

29. -13ig ~Juddy ( l ,p. 22~ ). 30.-Dalesde pholograpliies:a-avrilJ90~;b-aouLJ90 ;c-juin·J902. 3Qbi,_ - Fa c;ade d'égli es roma ne . 3·1. - Ponts Fnbri cius et Emil iu s a Rome, - Pont d'Av ignon, pont aint-Esprit, .... 32. - Pont de la jeune Fil( (XII ' siecle, 1 ere). Annales des P onts et Chaussées, juille t, , 83 « Coustruclton

d,s Ponts m Perse •. M. Ojeulafoy. PI. 19.

33. 35. -

1, p. 193. 34. - Ponl l'Orléan (Ligne de Yi erz on). P ont de !'lle Verle s ur l'I ere, pre de Grenoble (1897-99) : ceil de bceuf avec ca<lre appareillé.


ÉVIOE 1hNT

TRAN VERSAUX

57

1'« ce il de pont » fait fort bie11 et augmente le dél ouch é ; <P, - Vieux PonL de Toulou se (151,2-1632)

30 -a

en anneau elli.ptiq ue á grand ax e vertical 3 a 1,;, : ce n 'e t point á .im i ter ; en are surbaissé: quand on élégit entre deux vo-0.te par un are unique, il e t bon de ménager un é]ément vertica l AB (f13 ) 37 •38 >· l'a pe t est peu agréab l qunnd ]'are 1·etombe ·ur 1 extrndo 39•4º : ú de l ont bn , cet Ó\'idement fa it bien 41, moin s b ien au-des u de haute pi le 37 _

,.

36. - Dot e de b - a o Lil 1907.

¡ ho log ra phi e - : a - s e pt e mbre 1903;

36his. - P o nls de s ]'.; ·lrn,·a nn esó. Chal o n-sur- au n e, \) (Ga ulhey), d e Ga r hin g- ( 1V, p. 95) . 1781-90, (<1 _37. - Vi a du c de l\I orez , 1909-11 (L ig n e d e i\l o r ez u a 1nl-Cl a ud e), - pl e ins c intre d e 20·, are d' é vid em e nL de º• . 38. - V, ad u c de F o ntp é drou e , pl e in c intres de 17·•, a r es cl'civid c 111 e nt d e 5• 0 0 ( Vo ir Titre XI). :19. - P o nl de I lessi s-l ez-To urs (Lig- ne de Tours u V e nd ó me) ( 1855-57), an ses d e p a oi e r d e 21,• are d 'é vid e m c nl d e 7•. ' 40. - ~ e de ux \'i a du cs d e oint-Ch o m as (<1\) el el e lo Ca d, e r e ( Lig-n e d ' Avi n- n o n u M a r se ill e , 1 º '.7; o nl élé ain i é vi lé : o n o f'~ndu un vi a du c en pl e in c 1ntre par le pi o n ve rti ca l de o n ox e e l f'ail o vonc er l'unc de s 111 0 \Li és . par r a pp o rl a l'ou tre , de l a d e m1 -o uve1·Lure . e l h e r e l lo 1cl . - F o rl h e ureu au g re nu n' o nl p os é té i m it és e m e nl, c e o u vron-e 41. - Amid o nni e r (1 , p . 193) . T. V . -

.


58

VOLU11JE EN T RE LES GR AN DE

§ 5. -

YOÚ T E.S ET L A VO IE PORTÉE

CE QU' IL i"\E F AUT PA S FA IRE

On n e r 6uss it g ucre ú óv icl er ng r-éabl em ent : le po nLs en plein cint re ú plus ieur. g rnndes arches : plu s il s sont ha ut s , p lLt m nl y font les óvi demen ts ( f,. ú f..)4lh'• .

·~if. .. ...•.;: ,..: :•: .. ·::·•:= ·: .~~--

ni le are. tré ui-ba issó : ni les ponls bia is : d ro ites ou bi ai e , les voútcs d'é videm ent y font tre m a l, et i l e t ma la isé de les aeeroch er su r les grandes. II n e fo u t pa 1uc les voútes d'évid em ent ou leurs pil es r etombent ur un r.xtrado trop fuyant: e' e t la id et les pil es s'y aeeroeh ent m a l. · II n 'est pas touj ours bon de prolon ger ur la eul ée un viadue d'évidem ent ; il eonviendra om·cnt de le fa ire bu ter eo nt re des cul ée pl ein es . II n' es t point faeile de réu s ir un év idem en t unique a u-des u d'un e pil e : on en a fa it de fort laids . On n'aeee ptera pa s vol onLi ers un a re unique de pa rt et d'a utre d'une g rnnde vo útc 42 ; en eore m oin un ar-e soutemmt la eul ée par la voúte (<l\o). 4l his. - S illi o ue LLes el e'• po nls exi s la n ls . 4-2. - Dc rdo ul e l ( 11 , p. 128) . Pu s age s up é1·ieur ele Compe ri es (li g ne ]e Q ui lla n u Ri vesalles) . 43. - R o ulc de Y ill a rs-d c-Lo n a u x l3 a raqu es (I sc re) - D a le de la pho log raph ie : juill e l J908 .


J7VIDFMENTS TR ANSVER A

§ 6. -

59

X A

FORME DES GRAi'\ DE S VO T ES

SO S DES ARCHES D'EVIDE"IVIEi:-.T TR Ai'\ S VERSALES L es ap pui de évidem ent tran ver aux pi·e ent ur une trnnchc de YOúlc pnrallele a ux génératrice , e t appellent ver l'ex trndo la o urbe de pre ion. Il peut convenir de cambrer l'intrado et l'ex trado pour bien l' encadrcr et réparti r- nu mi eux le effort urtout i l'on évide par une vo úte uniquc qui concentre le charges 44 • CHAPITRE V

É' IDElVIENTS LONGlTUDINAUX ve vou. Les 45 • On trouYcra ú l' \ PPbNDICE ce qui con ·orne le voO.te d' 6vid em ent longitudin a lc ele vind uc . On le a ado ptée plulót s ur Je~ voO.te moyennc 46 • 47 que ur les tl'c gnrndc ell e ont m oin d'appareil, m oin de ¡'. arem nt . . ur 153 pont ú voO.te de 40m et plu , 12 culcmcn t ont am i 6vidó 48 • -. urde arche de gra nde montée, on a po é plu ieur 6tag e.le vo0.Les 49 • Pour qu'ell e pe ent moin , on peut faire en br-iquc YOCtt _ et cloi on . Ell e onten pl ein c intre 48 , en arc 48 , mieux, en og irn 48 • 5º, en ell ip e ur-lrnu ·ée, pour m oins pou er le t ·m pan s . Toutes po u ent le t.• mpans, d'autant plus qu e plu gra nde , plu ~urbai

Arl. 1.

44. -

a l' inté rieur,

Au viacl uc de Nérarcl (Ligne de ain l-Germa in-cles-l•o é ü Hoanne), de arceaux on l rep ous é de 0m02 env iran, leu rs appu i u r le p;ran les voú le .

Croizette-Desnoyers, Constn,ction des Ponts, T ome II, p . .._84 .

, 45 .. -:-- 11 yª. el~ -~videmenl l<:rng!tudina~/ UUJ.Olll R oug~imili_e u du, xr s_iéd ~:. au ponl de la J eune F ilie (rnil1e u clu X ll 1ecle) . Loe. cit. re nv o1 3- , p. - ti, Pl. 1 , f1 . 3, p. 3, l J. 19, fi 0 • 3. 46. - C'esl l e mocle cl'é\'1d mcnt o rdi naire eles ouvra 0 ·e ele !\J ora ndi ére et de es élcrns : P on ls de Chalonnes , de an tes (el lipses de 30m); viacluc de P or l-Laun a · (22m), de P ompadour (25m), clu B]¡¡n c (2Qm),. , , ., , , 47 . 4 . -

V o ir APPE:-.DICE, Viaclu cs . VO TE D'ÉV IDE MENT LO GIT D IX ALE

> 40m

DE \'O ' TE

:

Les vo1íüs n rticulées sont en itnlique . Voir

Ponls

Dal es

Monographie T ome, p.

Epai eu r eles mur

----------- ---------- - I Evidemenl

Graneles voüle P ortée

I Surbaisst

Nombre

I

de

P ortée

tf!te

Q)

.:::e:

ydeck (Suisse). o gen t-sur-ft<larne si-sauveur

<J

o

¡¡

Co llonges t-. Oloron Teinach ( Allemng11e)

Q)

a.

CoulouvreuiCre (Srdsse).

e:

ll-5 l 1-7!) 1-'!.7

I-3 l I-1 :. Jll-2 3 IV - l

•l5•!J0 50

,12 •10

40 33 (rctombées) 40

l '.!.:il

3

.

1

. . •

5 ( 1él'") O• 0, 0"'!J5, l •:20 0•llü

.

2 1

1 10

J/7. l l

1

intermédiaire

1.50

3 - :..

l. 50- 1.65

3

1 1.40

!) (3 él'")

O.!•O

o. ~,o o. 15

Q)

co e:

Q)

1 3

1 :; 1.:;51 Alma (Froncc¿ .

I-1 :33 III-49

43

40,:;37

1 :; . .]3

1!)03-0::i

Be ll e fi e ld ( Etnts-U11is). Edouard V LI (A11gleterre Plauen (AllemtJg11e).

III- :32

!JO

l 5

Chcster (A11gleterTe).

lII- 2!)

60.!Jj!)

l .J. 76

l8!16-!l7 l!J0L-03

1

1-1 2

45.72

1/-1.1 0

1

1en ogivel 1 33- 3-l

49. 50. -

J

"oge nl-sur-!\Iarn e ( I , p. 0) : 4 élages uperpo Lux embo urg (ll , p . 6ª", f 0 ), a u-cle sus eles voütcs de 21-co.

7 7 ll

6

t.12

a 2.rr,

.

o.:J:;

2.~ l et 2. 5!) ,1 de l.30 2 de l. O

0.0!J

2.20

1 • 1

o..10


GO

VO L U i\lE EN T RE L E

GR AN DE S V O UTE

E T L A VO I E PORT ÉE

On l a, quelquefo i , ten u e aYcc de tirant de méta l. 11 ne on t pa a ·on i ll er il n e dil-:itent ni n e e con trac ten t de ce qu 'il fa udrai t. i on en met, il fo u t le J ien noye1· dan la mac;onn erie, pou r qu 'i] en aien t la tcm1 éra tu re. 11 conYi cnt d'a é1·er pai· de oupira ux , de j our , le éYid cm nt caché , - le mac;onn 1·i c e con ervent ma l da n l 'a ir hu mide, - et de le vi i tc1·. On m énage ú cet ffe t, dan le tl"ottoi1· o u l'entr voie, de rega r d (t1·ou d' homme) pe t·m e tta nt d'y de cend1·e ; on a une de pa age. dan le l ied - d1·oi t ~.

rl. 2. -

Dalle

ur m ur

long iLuclinaux . -

Pr·esq u e to u

le

on l ain i éYi lé 51 . 1 onl nn ofai 11 n y n la d po u éc u1· le tympan

rl. 3. Ludinaux . -

1 1a lc-forn1 e en 1 ' Lon ou rn é Lal liq ue ur 1nur longiOn a ain i ~vidé q uelquc ponl a ll emnnd

r l. 4. R é1 artiLion d s ffo1 L dan ou s 'vidcn1enl longiLud inaux . - En t1·e le lon o-itudina lc ou de dn ll ont mal r é1 a 1-Lie 63

51.

, le

52

le

gr and s voute

pied - d roit de voú.te n e porl ent 1·icn : le~ cha1·gc y

gnmd c \'Out

J~\ ' JDE :\I E :'\T . P o ur les voiltes

Da le

;>-

P on l

,•oí r l\lonogra phie, T ome , p .

JH:.> 1.:3 1 1 L ond res 18W-:.>7 Gloucestcr 1 '3U-3 Victoria 18 16-1 Ballochmyle 1 ' 2-8:J Pu tney 1 !l l - !li \Vh ee ling ( Eta t s- Uni s)

52.

40•

J~\" IDEl\ll:.l'\T

Gra n des vo ule

---~-

1-117 l - l07

S urbaisse-

P ortée

m ent

1 •16·33

-----I

No mbre

l 4.02 1 .J. ?!l

45 .72 4 ' .77

II-201 I-11 1Il -?39

,J:3.

l ll-17

4 .•Hi3

5 4 5 l:l D

1 2.2:.>

.

43. D 55 . lU

!JI

l / 7.'IU 1/5. 6 12

LONGJT Dl:\' _\ UX

OU

Epa isse ur el e m u rs

Évi ,lem ent

I

~

d

P o rtéc

t' t e e e

inte nnédiaires

. . .

1•07 O•!l l I . Oü e t l .07 O. '(j et O. u

0·61

0.7G

O.ü l

0. 57

O. U!

O.ül

PL\ TE-fORi IE: L es votítes arliculét.s so11t en ita liqucs .

P o nt,; : Tous sout en A lte111ng11e

1, G- 7 1 \!)

Voi r i\l ono1 graph ic, Tome , p .

1

jl/nrhac/1 Baiersh,01111

1 !J3

l V--1 :i IV-4

.l/1111derl..-i11ge11

IV-5:;

méta l- / li q uc \

Ino 1

1

W engern

1

lll- 207

Gra nd

vo lite

I

~

P ortéc

3~-

S urbaisse -

~

50 "e 150

ombre

m ent

-----

1

J /!J . 10

d

P ortée

1

l 10 .a2 3 3 ' 10 1 lO -1(4 é tages)

"" :i 33 > ;: e.,

Épa i e ur ele · mur

f :vicl em e nt s

1

2

o• o o. o

1·00 1. 07 0 . 90

1

l. !lO

I

t - t inte rmé e e e di a ires O•JO 0.50 O.üO

1. 00

1

O. GO

1

0. 50

53. - Yi atl uc ú cle u x é tage d u P o inl d u J o ur ú P a ri - : dan l a r égion ce nlra le de l'é lage infé rieur qui po rle le vi acl uc de Cc inture, on a a ug 111c nlé l'ép n i e ur d - vo lites .


CHAPITRE

I

EVJDEMENTS DANS LES DEUX SENS Tra er on par de évidement t1·an ver aux de évidement Iongitudinaux. On n'aura plu ~ que de~ vo-0.te ur arcade 54 , de vo-0.te d'arete 55 (f1 ) ou un e plate-form e urde pilier 56 • On n e peut pa élégir plu : on fera ain i quand il faut réduire le poid ...::::::>,;: ur l'arcbe, ou le poid total ur Je fondation . _-.;'(;ú/~s··_eri)o~g ! l \ t{ Toute la charge e t concentrée ou le pilier ::-Voutes en·/ohg ·.,,- : : ·<::· ur 153 pont a~ ant de o-O.te de 4Qm et piu ,

fl8 -

·::<·

:::/~·):~·_·_\-~;~~:::)~~\=.t.

: ;?:~: _:~~:~~\~~:~;_.:-~-·_:,:_~/i :

on en a ain i évidé 15 : 7 a é idement caché , évidement apparent 55 • 56

>l:';ule~ -~n)o~i, \ ( : l \ s(

~

a

54. - Ponl de And e lys, ur la eine (1 72-73). Ellip e de 34• á J 3. ' 6. 2 \'OÜ L lonn-itudinale de 1•35; murs de te le ele 1•27 L iolermédiaire 1 1•, Lra\·er · , au-des ou des nai "'anee ·, lar 5 voule de 2•10, o·,o. SU!' piles el Ponl du a ulni er (lll , p. 40). 55, 56.

É

IDEME 1"

-

"El'i. .\.U-DE -

LE ' DE X

DAN

DE V

TE .

~

40• :

Les voútes arliculées so11t en italique.

Porlée lesévidern"

Voir

VoGtcs ou plate-formc et piliers

Pool

Dales

en:

Tous sonl sous ro1tle

en long 1 travers rn

Tome,p.

1° Éoidement - ca,.;he· 1

55 . Ma~oonerie 1 1 73-74 1 Claix • (France) 56. Béton

1900-01 1901-02 1902-03 1904-05

1

Pri11ce•Régent Max-/oseplr Reicheuóacl, Wittelsbr.c/1

"~

" ¡;

::!

"<:

Béton armé

!1 /01111/U!int Edmondson-Avenue,

1005-0 190 -09

a Bal ti more (Etats-

nis)

¡¡_ III-36 1-?•

8

1/9.69 1/ 10 1/ 10 1/ IO

2061' .5 ~ I-206 ~t.367

1/ 10.6 l /3. 17

242 (iO 1 3 41 199 41

de la 1~ i l i e rs plateforme

en long

I traevne rs I)•

1• 50

1•50

.

o- o

.

0.25 0.40 0.25 0.25

0.90

1. 00

2.10 1. 00 1. 50

2.4-1

2 .01

12 .1 0 a 2.651

1.-:-0 O.ti

1/ 6.46

1''"' ('B!

IV

Épai s ur ~

Monographie

l.~

2.53 a 3·

.

.

.

o. -2·

.

o

o. ~t

0.50

0.70 0.30 0. 50

0.46

OAG

0. 10

0.90

o. o

0.30 0.32 0 .35

0.60 0.5 9 0.60

o.70

.

2• É oidement apparent

¡'~

Ma,;oonerie 1 1903-05

Béton

Béton anné

1

I

Jllaximilie11

~

lndgkofen

l 09-1000 1\leckarhnuscn 1Veckargartach !!JO:i-0100-1-05 190 -11 1909-ll 1911-12

l / .!1

19:11 44

" ~ ¡; ::! -s:

"' :i

12ft

e

IV

!e

.,

Wallslrasse

eythenex (France) Longuich AllcGriive11eck

• Tirants cntre _tympans.

mn.gne

111-177 111-270 IV-213

4l.19

46 J

.-125

•• Piliers en mac;onnerie.

i

1/9. 1 1.1 5 et l.:lO 11.07, l. 20 l/il 1 1.31 1/ 9. 1-1 1

o.73 l.~O

l.26et 1.36 2.55 1/9. 3 1/ 4.10 2.22(2 él'") ?.40 1/7..16 2.30 1. -15 1/6.t;; 2.35 1.29

0.16

o. 12 0.20 0.15

0.60 0.60

0.3,0. -15 0.3, 0.5 0.25 o.w 0. -10 0 . 40 0.25,0.3 0.2:.i


Cl lAPITRE VII

EMPLOI DU BÉTON ARMÉ

57

Il e t impl et pratique de placer la cliau sée ur un hourcli en béton a rmé, porL6 par de mur 58 ou des pilier apparcnt ou cach és 57 • Le hourdi e t légcr, ne pous e pa le mur de tympans, se prete bien aux cncol'bellcmcnt . On y m6nagc facil ment eles joints de dilatation , utile ur les grandes Yo-O.tes plate , n éce ait·e ur les o-O.te articuléc Quand on cmploic le béton al'm é, il fa ut adoptcr des platcs-bancles 59 , et renoncer ú rappclcr ele vou tcs 58 • ,1,11 - P as age :·up éric ur . de la gare de I ort-de-Bo uc - avr1l '1914

57. -

Vo ir rc1l\'O Í 56.

58. -

Guggersbach 111 , p. 59.

59. ur la ligne ele Mirama a ]'Estaque, nous a,·ons co n. lruiL eleux passages s up é ri eurs ele 25m60 (•1•11 ) el :l6m30 (ar · e n bélon non a rm é a 3 a rli culation e n pierre, tympans el La!Jlicr en !Jé Lon armé). (Voir Labl uu, p. 25 - A).


TITRE VII

COMMENT ON RÉDUIT LA LARGEUR DES VOUTES

" ENTRE TE.TES UN SEUL ANNEAU AVEC TROTTOIRS EN ENCORBELLEMENT PLANCHEA SUR DEUX ANNEAUX MINCES CI-IAPITRE I "" POUR ÉPUfSER LA RÉSISTANCE DES ·VOUTES, IL FAUT EN RÉDUIRE LA LARG-EUR

§ 1. - DANS UJV GRAND PO~N T EN PIERRE, AVEC' LES DIS PO S ITIO~N S HABIT UELLES , LES MATÉRI 1UX 1VE TRA VA ILLENT G[ ERE QU'A SE PORTER E UX-NJÉNIES, ET ILS NE TRA VAILLENT PAS ASSEZ

Art. 1. - Conditions a realiser pour reduire au n1inimum le cube des materiaux d'un grand pont en pierre . n pont est uniquement fait pou r les s urchargcs mobil es, - véhi cu les et p iéto ns , - q ui pa eront dessu s . 11 n e trava ille uti lem ent qu e du fait de ce s urcha rges. 11 fout clone que le travail de ses maté1·iaux so it produit s urtou t pnr ell es, et non par le poid s mort. 11 faut, ens uite, qu'en chaque point ce travail tota l oit le m ax1mum que permettent la résis tan ce des pi erres ú l'écra ement, leur préparation (c'est-ú-dire la Laille des lits et joint ), le m ortier emp loyé (chaux ou ciment) . Or, dun les grands ponL en pi erre, on ne peut rcmplir ni !'une ni l'autre de ce deux cond ition s .

Art. 2 . - L es charges roulantes con1ptent p eu clans le traYail total des 1na gonneries d'un grand ouvrage en pierre . - Dan l' effort total qu'on demande ó la ma c;onn erie, ces cha rge , en vue clesquelles, encare une f ois, le pont est uniquenient fait, comptent tres peu 1 . 1. -

\ ' o'ci, p o ur clive rs o u vra g-es, l e ur p ar L clans le Lrava il Lo La l des ma go nneri es : ~ _ E . E I.A SU R CH ARG E

R ~U LA

a Qm.¡;--

Qm35

P o rl ée

, ¡ ¡ f a a e e

Viaclu cs en pl e in c inlre~

Poots

,o

ell ips, ... ....

l

i 1

P o nls en arc ... . . ..... .

1

5• 20· 25• 20·

:J6m

4¡• 4-6· 16·8 31• 40• 61"5

1

112 112 112

'l /1• 113,6 "114,5 1 -1¡ 1.,2 'l / 6 ll? 1/ 8 112,24

0

1 1

1~ 6

/o 1

9,5 6 7 6

1

4 3

4,5 3,4 5 4

"

L'EFFO R T

TOTAL

1

4¼ 1,5 l

1

2,5 2 4 3

a la

1

1

4

9 9 7

8

5

4 3

))

))

))

a l m d'épaisseu r

de L 000

au plan 1 su r le so l hori zonta l de fondat ion des (so us na issances une pil e)

10 °lo

DANS

T E'

Qm95

d'épaisseur au-dess us

de la c lef. ISurba isSurcharge ro ulante d e 400 k par mq. seme nt 1

1

PONTS DE CHEMIN DE FEfl-

PO N TS-ROUTE

1

sur la cl ef. S u rcharge ro u lante a 1.1 00 k . par mi: tre carré .

clef

1

au pl an horizontal des nai:;sances

23 ºl o 1 13

'17¼ 8 6

21 '13 -Jl•,5 '14 1

12 7,5

1G

'17 16 '13 12

I

1

9 ºl o 3 1,6

1

5,3 4,6 8 8

11

11 :1 3 11.

10 ))

.

s ur le soT de fondntion (sous un e pile)

8 9 7 'l ,8 so us la cu lée

• D a ns to us ces o uvrages, o n n 'a pas appl iqué les mSmes rC!g les po u r la déterminat ion d es épa isse urs ; les profonde urs ele fo n dati o n et les densités des matériaux sont fo rt inéga les . li s ne son t pas rigoureusemen t co mparab les.

I


64

COM:\IENT O

RÉDUIT LA LARGEUR DES 'O ÚTES

Leur part °lo dan le travail total e t en ibl ement moindre dans un pontroute que dans un pont de ehem in de fer. La part d'une meme sureha rge cst d'autant plu f,-Viad ucd laCru ize 2 -1 mm faible qu'il y a plus de mac;onnerie intéres ée : dans un ouvrage, ell e va done en diminuant de la clef a ux fonda tion , a m e ure q u' on s'abais e ous la pla le-forme ( f,). Pour une meme portée, elle es t I Ju g rande dans une voute plate que dan un pl ein eintre qui a plus de mac;onnerie pour un e memo projeetion horizonlale. Pour deux ouvrage sembl ables, ell e diminue avee la portée. Dan tou les eas, ell e eompLe trés peu dan le t1 ava il lota], e'e t-a-dire que dan un grand ouorage en pierre, les voúte , les piles, ne travaillent ' ··- --···- 19 ~ ·--r' guere qu'a se p orter elles-m,éme., et les ma9onneries en sont d'autant plus ,nal utilisées que la portée et la hauteur sont plus grandes .

§ 2. -

A.VEC L ES DJSPOSJTJOr-.s US UELLES,

ar-.

r-.E PE UT PA.S

11\tfPOSEfi_ A.UX GRA.r-.DES V OUTE S TOUT L'EFFORT QU'E LLES PE UVE T SUPPORTER. -

IL FA.UT RED U JRE LE U R L A. RGE U R

En rédui ant le épaisseur , on n'augmente pas a on gré les pre ions dan le voute 3 • Le travail n ' dépas e 40k que lan les tres gr andes vou les 4 : il e t de 69k a Plauen (are de 90m au 1¡ 5), dan le eondition les plu défavorables de urehar-ge et de température 5 • Ain i done, avee les épai eur pratiques, et sa uf les eas de portée et smbaisement execptionnel , on ne peut pas fa ire travai ll er une bonne voute a ux 70\ 80k qu'cll c pcut sur porter 6 • Pour y arrioer, il Jaut la charger, c'est-a-clire en réduire la largeur : oit en fai ant déborder les trotloir s ur une voute unique de largeu r réduite; oil n plac;ant la vo ie s ur un planeher porté par deux minecs annea ux . 2. 56'

Ligne de ~I arvejol

a Neus

argues .

3. -

T ome !JI, p. 341.

1._ - 50' a Mon langes (a re de 0"29 au 1/f•) (IIJ, p. 62); 51 • a Saleano (are de 5• a 1/ 3,9) (III, p. 141 ) ; a ~I orbeg no (are de í0• a J/ i) (1\ , p. 65); 83' dans un plein cinlre de ']57· (M. Résal, Ponts en mar,on-

nerie, T ome 1, ¡. 224) . 5. -

111 , p. 54.

6. -

Titre I, p. 22. Al'l. 3.


CHAPITRE II

UN SEUL ANNEAU AVEC TROTTOIRS EN ENCOH.BELLEMENT " ES DE 40"' ET PL US CE QUI A E T E FA IT S UR L E S V OUT

§ 1. -

!"····~---• -, Types d'encorbellement

Voir Monographie Tome, ... p .

Ponts'

Dales

f~t:~~~ -...-....---Largeur entre

parapets

f

I

tympans

.l

EncorbelEconomie lement de chaque de coté largeur

Parapets

f -l

f -l

en:

2

Ponts-route Plinthe en sailliel

1 95 100:1.05

Plinthe sur sous-plin the

1903-04 100·-05 1907-0

1 6

Inzigkofen Maximilien

IV, 225 IV, 192

lll,

Elyria (2 sous-plinthes Mehring Schweich Trittenheim

lII.

1,

27

41 45 4 20ti

6.20 6.20 3.90 6.20

1903-05

Londres Plauen Neckargartach

IV, IV, IV, 111, IV, I, Ill, IV,

1906-07 190 -09

Elise Montangcs

IV, 15 1 Ill, 62

fnnd rkingen Brent Mailing Connecticut N eckarhausen

IV,

m, 203

Baier~bronn

Huzenbach Prince- R égent

.,t

ou

B

~

Consoles

¡; E

d e

B

"'

..o

7. 9t5 6.50 7. 00

6.50

St-Sauveur

.,e

2(i

22.00

111, 276

Teinach H ofen Ma rbach

Corbeaux ·a

46

III, 252

1 3· O

1 93 l 99-1900 1 99- 1901

l 99 -1908 1899-1900

.

1904-05 1906 1907

1908 1909-11 1911-12

Pla~e-forme en métal 1 1004 posee sur les tympans

Wallst rasse Gross-1,<.unzendorf G ugge~sba~h SchV(usen Seythc11e,c L o1111:1.1ich Grllve¡\Cck

239 147 52 l li

6.30

6.60 6.10 4.\JO 5.60

3.40

O•IO 0.10

l. 29

0.914 0.10 0.20

0.20 0.4') 0.40

o. 20

1.30 0.(iO 0.50

0.25

Métal

0.30

Métal

0.60 o. 79

o.ao

17. 00

5.60 5. 1 3.00 17.00 17. 07 16 .00

0.20 2. 75 1.00

0.10 ¡ Pierre de 1.375 1taille ajourée Métal 0.50

10. O

10.40

0.40

0.20

6.60

3. O 17 . 20

HJ. t

0.395 0.40

o.

8.90

.70

0.20

o. 10

6.20

5 .45

0.75

0.375 0 . 475 0.30

7. <10 7.25

0.60 0.95

6.00

5.72

0.2

0 . 14

15 .545

IV, 232

5.50

4. O

0 . 70

0.35

IV, 143

l0.00

.so

1.20 1.10 1.10

O.GO 0.55

3.f/0 4.60

0 .40

0.55 0.20

4.60

1.00 0.50 70

o.

0.50 0.25 0.35

.00 .20

.30

.

7.20

111, 177

5 .00 5.00 ;l.80

III, 279 IV, 213

5.70

4.10 5.00

III, 207

7.00

5 .50

1.50

O.i;;

lII, 213

Métal Pierre de 1taille ajourée

0.65

55 l, 34 IV. 175 l, 67

111, 267 111, 59

Wcngern

6.096

0•20 0.20

2.80

Pierre

de taillc Pierre de taille ajourée Métal

l

Métal

Bétonarmé Métal

Métal

Ponts sous chemin de fer Plinthe sur sous-plinthe

Modillons

~

.ñ .,

-o

Corbeaux

t

·a

ou

Consol es

Pouch Frcyssinet

lll, 110 III, ll2

.90

8.30

8.25

7 . 65

0.60 0.60

0.30

Calcio

111, 100

8.00

7 . 50

0.50

0 . 25

4.50

4.20

0 . 30

0.15 0 .40 0.40

Illerbeuren Kempten Poª" Garching \Viesen Verdon

Plate-forme en métaljl901 - 02j poséc sur les tympans 7. -

I, 131

Signac Gutach Schwandeholzdobel Solis Schalchgraben Steyrling Escot Langenbrand

Chcmnitz

a

III , 122 III, 126

I, 55

II,16

5.00

5.20 4 .00 fi .00

4.20 4.40

a.10

4.50

4 .;;o

III, 137 IJ., I7f

4.75

JU, 152

4.70

4.20

1 IV, ! 50 1 2 voics l IV, 11'>

4.00 lü.75

8 .25

4.00 16.00 7.50

1, 235

4 .00

3.70

4 voies

IV,

1

05

I , 133

111, 129

;l.

4.60

5 .5

7

3.80

4. 5

0.30

o. o o.so 0.30

0.15 0 . 25

0.50 0 . 25

0. 125

o.;;o

0.25

0.00

0.30

o.n 0.75 o.so

0.375

0.375 0 . 40

0.30

0.15

0.73

1 pa.sserelle cneocorb' 1 ,Je 0.855

2.70

Voir aussi les ponts en béton un peu armé de Spokane, III, p. 293, Bobcrullersdorf, 111, p. 298.

T . V. -

9


66

COMME NT ON RÉD U IT LA LARGEUR DES VOUT E S

§ 2. -

QUELQUES TYPES D'ENCORBELLEME1,TS ·

Jus qu'ici, on a pratiqué les encorbell ements surtout pour él arg ir les anc1ens ponts 8 • li s sont fort e\ cons eiller dans les ponts neufs pour supporter les trottoirs 9 ou n e passent que des piétons. On gagne beau coup et on couronn e agréab lement un pont par de grands corbeaux en pierre de taille portant des dal les 10 , des voutcs en briques 11 (él>J. <P 1

-

Hótel d'Assezul ó. Toulousc (XVI• sicc le) -

oclobrc 1911

Le béton arm é, hourdi s et grand es con oles , cst la tres spécial ement indiqué 12, 13. Sauf dans les ponts de vill e, ou ont pa ru parfoi s s 'imposer des parapets en pierre, on n e met en cncorbell ement que des ga rde- corps en m étal, plus légers , plus minces. li s gagn ent cléja 30 a 35°"' s ur la largeur du pont 14 • 8. - P o nl de Jura nc:o n s ur le G1l\·e el e I a u (•1•8 , p. '109), .. . 9. - A un po nl tl ' Andrin o pl e, le po ra p e t s' a p pui e s ur un e co rni c h e e n s ur p lomb; il es L, po ur mo i ns e n co m b re r , lnill é e n b isen u (f,) (Cho isy, H is toire de i' A. rchitecta re, T ome IT , p. ·J32) . 10. - P o nt d e L o ntl res , J, p . 150, 151 ; - A r e n es el ' A rl es (f,) (C hoisy, A.rt de bú l ir chez les Roma ins, Pl. XVI , fl g. 3); - !\llur5 la téro u x d es égli ses r om an es d 'Auv P. rg ne , . .. 1-J. - P o nt ele Coze res s ur In Ga r o nn e (C ro ize ll es- p es n oye rs, Co nstrn ct io n des P onts, T o m e 11 , p.1 32).

•J 2. - A u ,· iodu c d e So inL-Fl o re nL ( Li g n e ele So int-Fl o re nL á I sso uel un ), o n o posé un e vo ie de c hem in ele fer dé p a rl eme nta l ó. có lé eles de u x vo ies no 1·ni o les , e n m e ll íl nl le pnro pe ts e n p o rt e -ó. -f"11u x de 1·38, s ur d es co n soles e n bélo n a rm é a ncré s do ns les Ly m pn n (lv07). P o ur po u vo ir in s to ll e r un e n o u ve ll e vo ie s ur l e po nl s ur l' Is le, e n gn rP. de Co ul rns, on o mi s le g-a r de-co r ps e n e n corbe ll emen l d e 2"25, s ur co nso les e n l.J é Lo n a rm é, et pl acé l e ro il ex lér ie u r ó. 'JO•• e n or ri e re d u t ympa n (1908) . 'l 3. -

P o nl de Cor l.ie il , (Ann nles d es P o nls e l Cha u ssée , '] 907, IV, p . 89, - 1\1. L o ri e u x) .

]4. -

AP PEND ICE, - V iodu cs .


ENCORBELLEME TS

67

II ne fa ut pa avoir pcur des encorbellem ents : il y en a de célebres exempl es 15 •

§ 3. -

RED UCTJOJV DE L A RGE UR PO UR LES VOÜTES SO US RA ILS

On a r éduit la large ur des grandes voú.tes : sous une voie normal e : a 3mgo 16 • 1 7 au li eu de 4m50; sous deux voies norma les : a 7m50 18 au li eu de gm; sous une voie étroite : a 3m70 19 au li eu de 4m _ Au pont de Fontpédrouse 20 , on a obtenu la large ur de 4m14 en pl ac;,a nt une dall e en bét.on nrmé s ur des voú.tes la rges , au sommet, de 2m50 seulem ent. Plus l'ouvrage es t ha ut, plu s on gagne de cube 21 • CHAPITRE III

VOIE LARG-E SUR DEUX ANNEAUX MINCES PORTANT UN PLANCHER § 1. -

DESCRIPTION SOMMAIRE

Art. 1. - Principe clu systeme. - Soit ci étab lir un ouvrage d'un e large ur L (f.) . Au li cu d'un c vo úte co ntinue AB, con s lrui son s deux ou vrages indépendants AC, DB, et jetons sur le vide CD, un plancher EH _en ¾ béton armé, en mé tal 22, 23 • .• -- -·--··:- .. -·. L._ ..... .... ... ~ :

E-

H

:

Art. 2. - Son économic. No us réa lisons ain si les deux condition s pour réd uire au mínimum le cube des matériaux de l'ouvrage (Chap. I, - Art. 1), conditions irréali sab les avec la voú.te pleine AB: on augmente tres sens ibl ement la part % de la su rcharge dans le trava il total ; ·en co ncen tran t les cha rges s u r les voú.te de largeur réduite 1-\.C, BD, on y aug mente, ú volonté, le travai l par unité. Un e charge au mili eu es t portée, non par un a nnea u de ,;oúte de grande ou verture, m ais pa e un planch er léger de pe tite portée.

A • ~-·-- -·-· ,D-• B

,1,, -

oc lob re ·1908 15. - Au V ie ux Palais de Florence (,1,2 ), sur les corbea ux du co uronnemen t, s'éleve u ne tour dont le co uronnement est a ussi s ur co rbea ux. 16. -

Garch ing (IV, p . 95) .

17. - L e pont ele Chemnilz (III , p. 129) a ura it 2m70 e nlre tetes pour un e se ul e vo ie normal e _

18- 19. 20 _ 21. -

Calc io (III, P- 100), K emp ten (IV, P - 115). Sol is (I, p . 55), Wi esen (T, p. 235) . Voir plus loin , Titre XL APPENDICE, - V iael ucs, 22. - Cela revient, a u fo nd, a troiter un po nt comme une ma iso n_ Pour un e ma iso n, on co n truit d'abo r d les gros m urs: on les fo nde avec soin, o n y met les ma téria ux che rs. Oo y ménage l es fené tres, les parles : ce so nl les ele ux pory ts jum éa ux avec leurs g raneles voú les et leurs voúles d'évidemen t. Pui s, on les co uvre d' un plan cber léger ca lcul é po ur les s u rcharges qu'il pe u t avo ir il upporler, qu'on pe ut r empJacer par parti es, par feu ill es. C'es t le pla ncber en bé ton armé, e n poutrelles nvec briques, . . . 23. - C'est, comm e da ns les vou tes « go thiqu es », une coque lége r e s ur de ux nervures .


68

PONTS EN ·nEUX ANNEAUX

L e plancher tran porte toutes le charge verticale s ur les anneaux de tete; ceux-ci le transformen t en pou sées et le condui en t aux culée extremes qui les ab orbent. Les pou ée ne sont plu di per ée ur to1:1te la largeur du pont : elles sont concentrées sur eelle des anneaux 24 • On su¡:>prime tous les matériaux mal utilisés de l'intervalle CD ; on les remplace par un plancher qui , lui, travaill e partout au maximum permis. On supprime, en particulier, le ma tériaux de voute, qui sont cher . On supprime le cintre, dont le prix augmente avec le carré de la portée.

Art. 3. - Avantages divers. - Les deux ouvrages, étant indépendant , peuvent etre fondé a des niveaux fort différent , avantage sen ible si le rocher e rencontre ain i, - tandi que, pour une grande arche unique, il faut un appui continu, san ressa ut 25 • S' il y a des mouvements inégaux achaque tete (tassement, dilatation), pas de tendance a fi sures, les vo-0.tes étant indépendantes. La deuxiéme vo-0.te peut etre faite ur le cintre de la premiére, transporté ou réemployé 26 : on a trés facilement ripé de trés grands cintres . La premiél'e vo-0.te sert de pont de service pour la deuxiéme. Dans l'intervalle entre les deux voú.tes, on fera, s i l'aspec t ne le défend pas, pa ser l'égout, les conduites d'eau, de gaz, les fi.ls de télégraphe, de téléphone. Il n'y a en béton armé, en métal, ... que le plancher qui, seul, travaill e a la flexion, partie acce oire, facile a réparer. Les autres parties, qui, toutes, travaillent a la compression, - les essentielles : fondations, piles, culées, voú.tes, - sont en mac;,onnerie. 24. - De méme, Lan d is que s ur Loute leur long ueur, les vo ules rom a nes poussent un mur plein, les nervures « go Lhiques », dégagées de la masse de la vou le, locali se nt la poussée sur les arcs-bo uta nts. 25. -

A u pont de Pont-Sa inte-M axence, s ur l'Oise (177'1-86), P erronet posa 3 ares de 23"40 s urb aissés 2 co lonn es (•1•3 , r.), de 2"92 de di ametre, écarlés de 2"92. C'élaiL hardi ; <;'a été solide : le '1" av1·il 1814, on fit sa uter 111 premi ere voute riv e ga uche : il n'en res ta qu'un are de 2"40 de large ur ; les deux a u tres arches res le renL debo u L.

a 1/ 1"1,2 s ur 2 piles faites chacun e de 2 g roup es de

Pont de P on t-Sa inte-Maxe nce . f. - Coupe horizontale des piles - 2""

P ont de la Concorde. Coupe horizontale des piles - 2•• f0 - p rojel ée f, - exéc ut ée

Perronet, plus tard (il avait alor pres de O a ns), vou lait fa ire de méme a Paris, pres de !'admirable place Loui X V (Co ncorde) (f.) . On le trouva déjó. trop célebre ... : on rejela le projet. 26. -

Peul-e lre a-t-on oinsi co nslruit le pont du Gard qui est en arceaux accolés.


§ 2. -

P O TS E/'\ DEUX -Ai\f1\ EAUX

69

a

rt. 1 . - Pont dolph e Lu,' n1l our ·. - Cette tre économique di po ition a d'abord été appliquée au pont Adolphe a Luxembourg, de 15m de largeur entre parapet , en deux anncaux de 5m2- écarté de 6m. Art. 2. - Pont de midonniers. - On a fait mieux, en uite, a Toulouse 21 • Le nervure prolongée du planch er ou chau ée débordent le tympan et portent le garde- corp et le trottoü· Cet auvent en po1·te-ú-faux fait comrne <P, - Po.:n....t dme~R. omans - mai)90 un enea trement a l'appui de nervure 1111111 et oulage J ur milieu. On a donné ú la circulntion une largeur di ponible de 22m ur deux anncaux aynnt en emble 6m50. On tire ain i le mei llcur parti du sy teme. Art. 3. utre pont en Le ystéme deux anneaux . inauguré ñ Luxe.mbou1·g a été appliqué ú Con tantine, aux troi ponts américain de vValnut Lane, Rock RiYer et pokane qui ont,, raiment, une réplique de Luxembou rg; - a quelques autre : pont de Roman ur l' Isérc (<I>J 2 ;bi• • •• J'ai réuni au tablean ci- apré ce qui les conceme. 2í. - Aux ponts romains du Garu, de om mi ere , plus tard au pont cl'Avignon, (Vo1r p. 40, ,~ ..). les voussoirs des g randes voúles forment des anneaux accolé · san liaison : ces anneaux, on peut les écarler et le recouvrir de dalles. On a fail ain i au pont romain d'El K anlara, á l'enlrée du abara, ur la roule de Bi kra (Choisy, Tome· I, p. 51í; - Annales des Ponls et Chau ée, 19 12, llf , p. 4,,, J. Iloi nier), et, au i\Ioyen-Age au ponl d'Airvault sur le Th oue l ( 1> 3 ). 0

,.

On croit in,·cnler: on retrou,·e.


2

¡•t• (~-

mm)

L

( II, p. G7)

-.:::,--·t

EºEº 1,Lo(' 1.Qm) l

(f

' p.

1()3)

1

3

1

10

_l'to (> 1.Qm) 2

(II , p. 83)

3

/?,

A Al Al

r t• (~- 4Qm)

3

1

I

(II , p . 107)

(ALGÉRrn) 12

(II , p. 95)

4.12

5 .49

2

34

'1:.88

I ... 1G

L"'·"-'~

ces

nux relomb•

¡29

))

) i.05

e n vira n

om6o

r\ ux re ins

0.:J0

136 . 68 1 1.18 1 . .91

))

3 . 92

4 .88

O.DO

0.60

2 .90

70. ~4.l 1.68

128 . 4 0

en v.

J/ 2.76

68.76

J/ U -6

85.34

15.¡o

67.57

))

aux cul ées extrCmes

et

2.93

a 3••

lolale

1a :2•

voU te

sous

ri~ont é ou rem

l

« util e •

volume

~

311

Cl) :\ V

par 111 .c. de)

30 1 D: Sp

D

Dépcnse

par m. q. de 1 L e~• cintre smface utilei

Cinlres Type ,\ faleriau.1·

D

=

114.5 714r

1

))

0 l12. 2 l'l2.9

))

32 I 7 . 7 1 7. 7

~j;f

Foncl a lion co mmua e OLI X deux voúle s

i0:o_"'-'"'.?."!. .i

~..

:::.~

,. ::-'i?' . . .

015

·:···-·-······';' · -

4.50

de portée,

1m

.'i: .

de la1-geµr, espacé.!J de

1

•:1/ii:::

,·• n tr •·· :,b ., 11 t_-. ._1.,. .. p nrup._• t ."' X

15 •

Bélon orm é.

4 . 125

,,

13000r

D

=

268217r

~

D=

ID:

1

27600r

I

D

=

40170r

))

Retrou~.sé¡ D = 1 830000r sur 56 Sapin O : Sp = 34"1' 1 On :1 fait D: Vv = 13'4 2 cintres

Ripé

Acier

R elroussé sur ¡,5•31.

Bois O : Sp = 106'0 Remo nté D : vV = 17'7

Fi xe

Bois Sp = ·] 31' '~ R emo nté D : "\V= 26f 1

Fixe

Rip é

Fix e

D = 1830000r Bois D: S1, = 00 1' 2 et Metal 0,w - 21'2

o

~ C'I ~or:,

~(-

O : Sp = 183'7 O: W = -14 '9 ~ 'G\.I ca E

·~

~l0\•~g

Fi xe J

- -(

=

entre culées

O : s,, = 130' D : \ V = '15'\l

D

:-; .,, f , , c,;.•

vuc el ,;.•

l' é l év:tt i o n

X

..,S!..

;.:mSo. (Pi-ojcL et Tra\'aux: I\!. Bonnet, Ingénieur en

,,.

En tre les 2 pon ls, po ulres enrobées; a u-cless us. bét on urmé rl e 1Jor1·es r ond es . Ta blier coupe lous les /.5"'24.

~ :h W"'?i

íl élon ormé.

Fonclali on co mmune ouxcle ux YOÜles !3élon armé.

OJ S

voütes s'?nt IPoulres métallir¡ues enrobées dnns clu bélon faisurun ememe son l co 1·ps ovec cel ui eles tympons . Tab lie ,· 11d 1 cou¡1e au d roil eles petites pileci . fo ª t on

L es pilas tres d es g randes volites so nt ré unis parunevoúte e n béton a rm é Les 2 grandes

Fer, bélon, briques.

---ª·..2.ª.~

~. ··~ 7

. J,.6.o.. .... . . HP .. . .. -'I' •• • }~~º---

ul ée u niqu e pou r les 2 a nn ea ux !3élon nrm é. Les nrrs so nl 1·éuni s pnr une doll e de 10"" en bé ton orm é posee su r J'ex lrtJ< los .

61

))

D : S 1, = 202'5 7 . 3 !u n~ vou lel 3 2S . 3 2S ·-············¡o·oó· ............ constr:,¡~ en 13'5 m éme t emps O : \V = U O~e ve 1·l1 col Délon orm é. Les enlrel oises portenl sw · eles s0 111 les miers en pi erre ele taill e p a r ele~ ba lanciers en deux vofi tes I beton a rm e. jumelles

, 7.8 ¡ 8 . 7

l 32 I 6 . 4

,~ «~

h~:~1"'1~~-~~ ::::

7. 3 18 . l'o r - - ' - - - une voLil e en ellipse 25 \/ 7. (i ~ surhoussée 1

25 7 . 1

T ous ces croc¡uis son t

Dis¡.os itij pow· la dila ta /i on

En quoi il esl foil

T ablicr

):J.iU.? .,-. .......... J9L .. .•. ,. ..z ~.6.. .. ~. n .{J, ,\ u-dess us Helroussé\ D = 154-84.5Qí du sol c.... r - i ~ ' • ¡--, ? su r 5li":JU _ pa1· o · S = 1¡.5gr 1 , .::! lune voü le ~~<·· . 5 92 . D ; ,;, = 'IO'(l Sapin u axe Ye rli cal !3élon nrmé. Les entreloises s 11 t po~ées su r feuille~ R ipé de plomo.

2a

O U\TDges

2. 85 1 31- I 5 . 9 1 6 .1 - id . - 1

1.50

3.35

1 .83

\ 1 . 09

a

15 1 2 .ti·

14Ü.241 1. l.2l !)8 , ¡1,1 ¡ -1

Voiite ~ 16. 30 \HS . 45 ) 0.70 cen tr. ( l/ 3.26

1¡-

21

\

9 -

l

·---------

;331 G.2

,' _

-

¡

2 144.361 1. 6 1 . .98 {

7 2m

2 a,

2 . 40 ,Vod~esl \10 ri ve 1/ 3. _0

j

1

1

J/ 3.32

71.02

32

R D / I 2.92

Voti te \

33

R G ( 1 2.5i

Voíhe .\

'l / 10

25

\ p~,;}SO

{ Íf.10

46 J ,/,. Ji

J; 2.í3

84lll6µ

Surbaissemen t

. 2a Po,•lee

de_la

3 90IVoúteÍ 128 . 8 0 \ J · - centr. ¡ I 2 . ¡ 3

1 . 50 1 2

5

. 49

2 .u

1

17.07

6

6

1

1

110

O. 60 I U)64•

3 .2.J

5m9_2

Lv

e ux

aux

?u na1ssances

&paisseu r R t1 1' po 1·ls °lo Com menl

so nt 1 voute réuni,; les de ux la ___ lª .. Porlée i\ la c!ef la __ ___ }1IJ re

ln lrodos

-a ux fo nd a ti o ns

Pa.sscre\1e de la. garc de Boulainvillicrs (Ligne de S\-Lazt\re aux lnvalidcs) , large de 4"' , platc•Íorme .l poul1' <.•s en I et voihC's en briqucs, !->Ur:: anneaux de ._t.,, \ ,·._ C '• d e \ 'Ouc-t. l. . (G6,,0oc• C"ivll • .o juin ..;,r,.-.). ""• :-:,. P un l. de S p okn n c:, ( l': 1.a t.••U ui ,..) . ( 111, p . -'!.>. \). r.., . .... .,.. .. . ~, .,. -'9· -

1

i i rt•(~ ,.omf

c.\,e( , , ... ,._ -,-. ,-..-. 1... el. C hu.u ..... (:,co.., ._. 1,.

2 s. _

1908-12

a Constantine

Sidi-Rached, s ur l e Rhummel ,

1908-10

sur la Rocky River, pres d e Cleveland ( ETATS-UN1s, - Ohio)

1 E E r 'º 1908-0D Projel et Traoaax : M. Ferri eu, Ingé nieur des Ponts et Chau ssées .

3

du Creux, su r l'Aumon ce (FRANCE, -Allier)

Projet el Trai,aux : M . Schre nd ro rffer, l ngénieur en chef des P onls el Cho ussées .

¡ 1¡ 1

de Samoens, sur le G ilfre (Pn.AN CE, - H aufoSavoieJ (Oía is a 6.5') 1907_08 r t•

1906-08

"A Lr, Al

a Philadelphie (ET.\TS-UNis,-Pennsulva,iie), j 7.07

de Walnut Lane, s ur le ,Yi ssohickon Cree k, 1

P rojel el T raoaux : i\l. Cle rc, I ngé ni eu,· e n cher des Ponls et Choussées .

A A (1·t• e l fr)

3

( FnAx rn, - Jjróme) \

r, A

a Romans

1906-08

sur l'Ise r e,

1906; A A r ""; Proi el el Trai,cw,,·: i\l. To,·erni er, l ngé°ñieÜr en chef des Pon Is el C:hnussées.

1

e:: e,

la

a Ja clef

16m :r3

)..

1

entre ~n des parapets nea ux duenvide tre

(FnANCE, - H aute-(:aronne) \:2·::.. .

par-dess u s la gure d 'eu u Branla ( LV, p. :d5\:J) pre s de Lyon ( FRA;-./ CE, - R hóne)

Poo l 1903-0i/ Dalle '1910- 11 \

a Toulouse

d es Amidonniers, sur la Gnronnc,

189()-190 3

r. r. A'Al

I

··4··~i"""i

L a rgc u 1' ~

Adolphe, su r Ju P é lru s¡,c, ó Luxembourg 1

Pour le sens des symboles A. E , r<•, fr. voir Préliminaires, p. 3.1

E~ DEUX AXXEAUX ~n

PO NTS

~ "

~


§ 3.

FAIRE EN DEUX ANNEAUX LES PONTS LARGES

Art. 1. -

Ce qu'enseigne le tableau précédent.

A. Épaisseur des ann.eaux. pas augmenté usuelles .

1\ila lgré I'augmentation du travail, on n'a L uxembourg ni á Tou loµ sc, l'épaisseur a la clef des formu les

a

a la

B . Rapport

portée libre de la largeur d'un anneau.

Cette largeur cst : 7,3 % de la portée libre, a Luxembourg, aux Amidonn ier s ; 6 % de la portée total e, a Luxembourg . E ll e a suffi: au décintrem ent des deux voutes de Luxcmbou1·g, _des dix voutcs des Am idonniers, les appareil s d isposés ami tetes n 'ont accusé a ucunc tendancc au flamb emcnt.

Art . 2. -

Economie . - Par rapport á un pont « plein », l' économ ie r u Luxcmboürg, so it 16 % ; 300.000 r aux Amidonniers ,

a été d'envirn n : 250.000 soit 26 % 33 •

Art. 3 . - Fuire en cle ux anneaux les ponls larges. - Un pont cst fait pour la c irculation. Ce qui ~ert, c'est la la rgeur entre parapets, trop souvent in s uffisa nte da ns les ponts de vi l le 34 , 35 : ce qui coute, ce ont les m a<;o nn eries m al uti lisées des fondat ion s , des pil es et des voutes . P lac;,o ns done un e tres la rge chaussée · u1· de tres minces anneaux dont on aura réduit la la rgeur et. l'épai.. eur u jus te ce qu'il fout pour ne craindre ni écrasem ent, ni flamb ement transve rsa l. Si on demande a la ma c;,onnerie de ces anneaux tout l'effort qu'elle peut supporter sa n s danger, s i on peut ne ríen sacrifier pour I'as pect, on arrivera a un e économi e qu'aucun autre sys téme n e paraí't, en l'éta t, pouvoir donner 36 • Les prem iers ponts ainsi fa i ts pourront semb ler élarg:s aprés coup. Ivlais on s'y fera. L'idée est juste : on trouvera, - peut-etre a-t- on trouvé, - des formes que I'cei l accepte. 33 . -

I , p. 207.

31._ - Au XV II I • siecle, o n 11 clonné souvent n ux g-rnncl p o nt 45 p iecls (H mi5) e ntre parapels (Orléans , T o urs, Ca n ea r le, ... ): c'es L eleven u lo uL-a-fait in s um snnt á Ja Conco r de . D a n s une grande v ill e, ·¡¡ fa uL 11 u moin s 16m, mieux 20 m, 22 .. ,. - Le p o nt d'A u s Le rliLz a é lé e la rgi ele ·12 111 74 (1805) a 18m (1 85!i-), pu is á 29"'80 (1884). Le p o nt 11 u Cha nge a 30m, l e ponL A lexa nelre 111 , 40m , le pont ele CharloLLenbourg ú Berl in , 55m (Gé ni e C i\'il, 26 juin '1909) .

fa

e-------------~ -----------7 ~- ¿_ --~- ------ L -. -.. - _j _¿_ -~

ele vo ilures ele ~"'50:

l

0.7 5

T = 2.50 =

35. - On r egle L (f'8) s ui vanL c e qui pa s s e r a clessus: vo itures, tram,rny, c hemin ele fe r el' inLeréL l oca l ; l, ui rn nt Je n om bre de pi é to n s . Comme prem iere inclicaLion , o n peu t aclme llre que l es Lr o tlo irs eloivenL la isse r p asse r auLant ele piét o n s el e 0"'i5 q u e l a cba ussée 0,3 .

1/ 3 esL b o n po u r l 'aspec L;

a mo ins ele 1/ 4, le lro llo ir esl m a igre.

36. - Voi c i, po ur quelr¡ues pon ls , e~ qu'a_ cou te le n~ .q., el~ surfac~ <;iffer le ,ú, l a c irc ul _a Li o ~ ~, . ~ , 'l'l ponts - n mu ro nner1 e co n s lru1ls a lJa r1 s ele J 06 a Ji:;66 o nt co ut e de 30-• (A u Le rl1Lz, i8;:ia,), a 5,8 (Pe liL P o n t, ·J 853), l es 2 aulre s, 71•6' ( P o nt N a Li o n a J, 185il), í52' ( P o nL a u D o ubJ e, J¡j4í). - M o ranel ié r e, • . . . . . Co nsln te lion ctes P onts, T ome l. p. 340). , . ª , _ , , L es p onLs r ece nLs á 0 ·r a nd , ares el ac1e r o nt co ul e: P o nt M1ra b ea u, a. Par1s ( H,93-9::i), 59"' ; P on t A lexa nelre 111 , a P ar ís ( 18\Ji-1900), 1120'; 1 o nLs ur Je Hb óne a L yon: La F aye lle ( l 'tRHJO), ot3'; M ora nel . . . , . ( 1888-~0), 678'; ni ve r s ile (190:S), 44 1 '; P o nt d e H o u e n , 889' . L es Li·ois eler ni e r ponLs e n 11111¡;-onne r1 e co n s L1·u1Ls su r l a Ga r o nne (so u s c hem 1n de le 1· a 1 vo 1e) o nt co t.l lé a u 111.q. : p o nt de PorL-SainLe- M ar ie, 612 '; ele M a rm a nde (1877- 81), 6\J5'; ele 13e! Jeperc Le (1895·1900), 3'12 '. , Aux Am iclonnie r s, - p ont de lu xe , - Je m .q . ele s urfa ce offe rl e a la c irc ul at ion, n e co ute qu e 202 ( ! , p. 207).


TITRE VIII

PONTS BIAIS CHAPITRE I A

VOUTES BIAISES § 1. -

r l. 1. -

DEFI N ITION S

Berceau biais . -

T 1 T',, T, T'!, ne ont pa de la douell e ( fJ .

Un berceau es t biais quand ses tetes pcrpendi cul aire a u plém ve rtical de généra trices

Art . 2. -

ngle du biais. -

Le biais e t l'ang le ai g u 0 1 que fa it l'axe de l'ouvrage avec celui de la voie ou de la riviére traversée (fi).

Art. 3. Développement de la douelle. Deux systemes de lignes orthogonales . - Con idéron un berceau droit (f,) . F endon -l e

ui va nt AD et développons la douell e a u tour de B C. ur le développement, on voit deux sys témes de li gnes a an gle droit : de j oin ts discontinus pa rall éles aux tete , tel que R telle que MN, génératrices du de li g nes con tinue d'a si es, - ou lit b rceau, perpendicul aires aux tetes .

s

'l. - Qu a nd la vo ule esl d roite, o= 90°. Il e ut é té plus ra tio n ne l de mes urer le b iais pa r so n co mp léme nt O' ; la d1ffi c ul Lé d u biais eút c ru avec O'.


VOÓTES

73

BIAISES

De meme, soit un berceau biais de section droite ASB' (f,): fe ndon s-l e s ui va nt AD et développon s-le a u tour de B C. On tracera s ur la douell e développée, deux sys témes dHli g nes a ang le droit : les s inus ordes, développem ents 2 des tetes et des sections pa rall éles aux tetes : ce seront les lig nes des joints dis continus ; les traj ectoires orthogonal es de ces s inu sordes : ce seront les lits continus 3 •

§ 2. -

Art. 1. -

A PPAREILS BIA IS

4

Appareil orthogonal purallele. -

Sur la douell e développée , on trace les s inusordes (développem ents des secti on s para ll éles aux tetes) , leurs trajectoires orthogonales ; puis on les r eleve hori zontalemen·t et verticalem ent 5 •

2. -

U n point qu elco nq ue M de la té le vi e nt en M, (f,), te! que: KM,= x , = a r e B' M' BK =y,= MK = (a - x ') tg o tg o

Co mme les ar es se conse r ve nt e n dév eloppeme n t, la co urbe B O, A , es t incli née s ur les g é nératrices, de O en O, . S i c' es t un e vo ul e co mp lete (ple in c inlre, ellipse), ell e leur es t nor ma le en B et A , . S i AS B' es t un plein cintre de rayo n a ,

x, =

ª "'

a (l - cos w) lg O y, = s in º' dy , ta ng en te e n M = - - = - . On la co nslruil fa cilement. tg O ' dx ,

3. - X, = X,=ª"'

d Y, clX, = -

cl x , tg o dy , = - ~

Y , = - a lg O L tg

dY, = OJ

2 +

tg 0 a d o, s in w

co n s ta n te .

T o ules ces trajec lo ires so nt les mémes . On e n co ns trui t une, pu is on e n déco u pe u n pa tr o n. 4. -

4 bis. -

Dejó. le p o nt de Ri m ini es l nppa re 1ll é b ia is

(<I>J .

Da te de la pho tog raph ie: sep lembre 1908.

5. - J e r envoie, pou r les oppo reils et le ép u res, a u x Co urs de S téréo to m ie e t ó. la fo r t cop ie us e lillé ra lu re el es vo ütes b ia ises : on y d oil tout spécial e me nt di s ti ng uer l'ex cell e1: t T ra ilé : « A ppareil et Cons l ruction eles ponts biai » de Groe fl' (a lor s I ngé ni e ur e n c hef des P o n ts e t Cha ussées), P arís, Dun od, ·J86í . T . V. -

10


74

PO TS BIAIS

rt. 2. ppareil héligo:idal. - Divi on en partie ég ale le deux are de téte. enon la norm ale BH a la carde B0 1 A 1 • Prenon le point de divi ion le pi u voi in H' et joignon B H' Aux trajectoi re orthogona le de inu oides paralléle B0 1 A 1 , ub tituon le para ll éle ú BH'. Elle en différent d'autant m oin s que la cord e t plu voi ine de l'arc B0 1 A 1 , c'e t- a-d ire que 1 are e t plu urbai . é. Ces droite font avec le S ra o1¡ génératrice l'angle « intr-a/> 1 dos al rectifié » cp : elles 'en. / ., f/ s A - __ ___ ___ _9i. __ __• ______ --------------------------- ---- A, roulent ur la douelle en 1 / .1 / d6crivant des hélice de pa V 1

O¡F- - - - - - - - -- -

r·-------------

~ rr

•..

o

r

.

- - , d'ou le nom de l'appatg cp i-ei l. Tou le joint dan le plan de tete pa sent par un meme « foyer » F tel que :

D,

F = r (1

3. -

\.. J

HOIX DE L'APPAREJL

-·- --ri.~---e.--

.-------¡ .----·· ___ .¡--·

•. , .. ~ ~

l

+ tg 'f) lg O

JVA /\ T LE BJA IS (fJ

rt. 1. -

e > 80º. -

On appa reill e

comme i la voúte était droite .

rt. 2. oient ment co u rbe Il courbe courts, La

e ntre

70º et 80º.

AB, A' B' le inu oide , développede l'intrado du bandea u , et de la de queue de vou oir court . ontappareillé norm a lement a ce deux : le long , au-dela de la queue de ont retourné uivan tl gén ératrice douelle e t celle d une vo-0.te droite 6 •

rt. 3. -

o entre

60º et 70º. -

On emploiera l'appareil « hélic:ordal » quel que oit l'intrado . On trace le lit et joint ur le platelage du cintr en pliant de u un e regle flexible. auf aux let , le mat6riaux de douelle ont rect¡:mo-ulaire (moell on~, bl'ique 1 ) . 6. - \ ia<lu c de l'Epau (Ligne de Tour a endóm ) : porl e = JO•JO; O = i0°. N ou avons fail oin i des pas an-es su¡ érieurs, de léle de soulerrain . 7. - Des l'ori,,.ine des chemin de fer, en Ancrlelerre, po · de brique , on a employé l'appareil héli«;-oidal.


VOUT E

rt. 4 . -

0

r l. 5 . -

e < 50º. -

75

BIAISES

entre 50º et 60º. -

On adoptera quand on le pourra de are urbai é , e t alar l'appareil h élic;oid a l, lequel différe peu de I ap pa reil théorique pre de la cl ef, et de plu en plu u m e ure qu on 'en éloi g n e. Si un pl ein cintre ou une ellip e 'impose, e t que l'a pec t n'impol'le pa , 0!l acceptera la con truc tion d L éveill é 8, lequ el limite l'a ppa r eil h éli c:ordal au cervea u de la voüte, e t appa l'eill e le rein en voü.le dr-oite : ayee e j oin ts a in i bri é , il e ra ppr ch e de l'a ppa reil lh éo rique ú la lef e t a ux n a i a nee . 11 y a aux r ern un e fil e de ero~ ette m oli vées eul emcnt pour de yeux averti . Mai si !'a pec t importe, il faudra bi en pour l e..: pl ein cint1·e e t le elli p e , en Yenir ú l' « a ppa reil 01· th og on a l pa r a ll éle » . 11 e~ t ch er , de p roj e t labori eux , d 'cx éc ution dé lica le, et la id 9, m eme b ien ex écuté 1 º. L e appareil s biais ne ~ont plu pra tique . Si on ne peut pa découpe r l'ouvrage en are droit indépendanl , on fera un pont m étallique ou en béton armé .

s

4. -

TRES LO

GUES

va

A

TES BIA ISES

L e traité de Pont biai indiquent le di po ition ú adopter pour n 'appar eill er en biais que le abord de te te dc1 n le long ue Yoüte b ia ise (o uvrag ou grand r embl a i , te te de outerr-ain .... ) : appa reil Ol'th ogonal co nvergent , difli cil e e t ch er; - héli oi"d a l, qui l'e t un pe u m oin ; - np pai·eil L éveill é m otlifié

11

• A.

s 5. - PORTEE LI l_[JTE DES va TES 1 A PPA REIL BIA IS n e de plu g rand e pnro1t e tre cell c de T avign nno en Cor e (l ig n e de Ba ti a ú Corte) 12, ta b ia i e a 53º, - tete en cllip e de 30m a u 1 4, - appa reil Ol'thogonal parall éle. 8. -

Elle es l ind iq ué e il l'A PPE NDJCE, -

9. - J 'ai le d r o it,

o u ,-rage de "'d'o u ver lu re e l a u- de

ou .

omme a u leu r d u projel ('I 7í), de q ualifie r a insi le pon l de Ilec<lejeu (<l> !) u1· le Lot ( Li<>ne de i\Iende ú 'é ,·é rac), 4 a rches en plein cinlre de J6•, b1ai e il 5'•º, e n appa reil or lhognnal pa rallel . Cl>, P on l de Ilecdeje u. JO. - Da n · le T raités de ponls biai (re 1noi /•), on ind iq ue comme n l, u u x lé te l res biaise . on abat po r u n chanfrein les ang-le ai'"'u , commenl on é ,·a e la léle en ho uche de cloche, comme al on découpe le pa n neaux ,les ,·oussoi r ~ de lé le, e le ... JJ. - An nule de P o nl el Cha u sée , lécemb re 1 ' í 9, p . 339. « implijication pratique de l'appareil

orlhogonal conoergent. 1\ pplicalion aii pont souterrain des l ú:eurs ». i\l. A. Picard, Jnn-énie ur de P onl e t Cha u

ées.

12. nn a les ele P o ol el Cha u s ées. D écemb r e 1 2, p. 578. « Appareil orthogonal dans les oorltes

biaise dont la section droite e t une ellip e surbaissée » _ 13. _ ( IY . p. 151)

pa r 11.

amp ilé, Ingénie ur eles P onL!l e l Cha ussées. ( P o nt de T av igna no p. 5 í , PI. 32).

L a vo ule de 41)• de P o nt-s ur-Yo aa e ( 1, p. 213) esl bi a ise a í0°; ce ll e d e 4í•50 d u po nl E li e a 10 20• ; c ell e de 5Qm Ju po nl Ll e ;\l un de rki ng,rn ( 1\ ', p . 55) a í5°: e ll e s so nt lou le en bé lon.


76

§ 6. -

PONTS BIAIS

PRECA TJ07\S DA S L'EXECUTJ07\ DES VO "rES BIAISES

rt. 1. -

Cintres. -

rt. 2. -

Ma onnerie des vou.Les. -

Les cintre de voú.tes biai e doiven t clre exceptionnellement rigides ; il faut éviter le cintres retrou é , auf pour les petite ouYerture , et contreventer a outrance. Pour un ouvrage tres long, on dévier·a les plan des ferme a partir de chaque Léte, de fac;on a les orienter au plu lót uivant la section droile de la voú.te. Le ferme doivent etre reliée I ar de entretoi e biai e , ce t- a-dire parallél e aux géné ratrices de la voú.te, et par de entretoi e droile ou de tirant perpendiculaire aux plan de tete 14 • 11 st bon de clouer ur les couchi un platelage ur Jeque! on trace les lits de douelle. On mac;onnera I voulc en bon mortier de ciment; on le lai era tré longtemp ur cintre pour réduire le ta ements, tré dangereux pour elle 15 •

§ 7. -

OBSERVATJO S DIVERSES

rt. 1. :fas de You.Les d'évidement apparentes au-dessus des voute biai e . - II faut bien se garder de tr-aver er I tympan de~ voú.te biai par des voú.te apparente , droite ou biai e . ffet., et il y a, pour le accrocher ur le grandes Ell . y font a ez mauvai voO.te , des appareil fort compliqué .

- rt. 2. - Ne pa craindre, ne pas rech rcher 1 s voules l iai es . - Le voú.te biai e ont chéres, a ez dé agréable , meme bien faites. IJ convient de le éviter, mai an paycr Lrop cher un redres ement du tracé. II ne faut pa en avoir peur, mai encore moin les rechercher par amour du compl iqué.

§ 8. -

rt. 1. ,'!/ ' B

PILES BIAISES SO S VO "TES BIAISES TRACE DES BECS

B e en ellipse. -

a Ox,

On peut adopter une ellip e rapportée Oy', directions conjuguée (f1 ) :

x2

y'2

(~)' + (·~)' Pour ex = 1

OB = O

1

= OC

1 On l'effilera un peu avec ex= - .- : (c'e t m0 déplacer de M' en M chaque point de la 1/ 2 circonférence AB'C) (f.) . 14. - .\nn ale de Ponts el Chaussées, 1·· trimes tre 1905, p. 63. 11. Thérel: Deux pa sages supérieurs biais ele la Corniche ele l'Estérel, entre Fréjus et Cannes, par-clessu la ligne de Marseille a ice; voüte consLrui les ur cinLre relroussé, par rouleaux, joinLs secs; bandeaux reliés a la douelle par des feuillards; dépen e 113', 13,' par m. q. de urface couverle. 15. - Le pool par-ele us la rue d' lésia a P.aris (Ligne de Pari a ceaux) a été si éprouvé au décintremenl qu'il a fallu le reconslruire. On y aurait pu prendre la préca ulion, aulrefois recommandée, de relier les teles par des Liranls en fer.


VOÚTES DROITES

77

Art. 2. Bec en anse de panier a deux rayons 7\ r2. - C'est moins simple. Les centres sont sur AD et CF (f8). Je prend CO'. = A0 1 = 7\ . J e joins 0,0 ' 1 qui pa e pa r le mili eu O de AC, et j'éléve en O la perpendiculaire 00 2 a 0 1 0 ',. r.! O.- es t le 2• centre, O.C le 2• ravon .. r, a été pri s a rbitrairement. On peut 'impose r un e deuxiém e condition: par excmpl e cell e-ci, la pi us u i tée: OA =OC= OB (f0) 16, ou un e autre 17 • CHAPITHE II A

VOUTES DROITES DONT L 'AXE EST OBLIQ ES R LA RIVIERE O

LA VOIE TRA "\ ERSÉE

a

Art. 1. - Ouvrages une seule arche . - En augm entant la portée on peut, par une voute droite, franchir obliquement une riviére : il y ·en a mainls exemples 18 • Art. 2. Ouvr[lges a plu icurs arches . Voutes droites sur p il es binises . - La coupe horizonta le d'unc pil e aux naissances est un 1·cctangle dont le cótés sont: ·~~~~~~]]i ª

AB l'épais eur aux naissances; AC la largeur de la voute. Ce rectangle assure la stabilité de la voú.te, mais non l'écoulement des eaux.

•J6. - L es cenlres so nt les poin l de r e nco ntre des ha ulr. ur dan les cle ux Lri a ng les isocéles A BO, OB<:: ( f 0 ) : o o E E ,., = 2 lg 2 ,.. = 2 co tg 2

-8

'17. -

,.. -

L a d iffé rence

r, = O, o. (f,0 ) (lon -

g ueur inler ce plée enlre AD et CF) e t m ínim a po ur 0,0, pe rpe nd ic ul a ire a AD, c' esl- a- di re p a rall éle a !'axe de la pi le. On a (f10 ) :

~

E

F = ,.. - r,

I'•

=

2 (l +

E = r, +r,

1·1

=

2

E

COlg O)

(1 - co tg O)

L a co urbe es t fo rL a plali e a ux r ein : ell e peu t co nve nir a un a rri é re-bec . 18. - Castele t (II, p . 130), Escot (II, p. 174), Gour- "o ir ( III , p . ·103), P o uch ( 111 , p . 110), Freyssinel (111, p. 112), J arem cze (111, p. 114), Diveria (I II , p. '130), ...


78

PONTS BIAIS

Si le pont e t droit, il uffit d'ajouter des becs . S'il es t biai , enveloppons le rectangle « nécessaire >J par un po lygone, par une courbe, de fa<;on aavoir la moindre s urface (par économie), le moindre encombrement de la riviére. On tracera l'enveloppe au mieux s uivant le biais, la largeur du pont, l'épaisseur de la pi le. Aubesoin, on a platira l'arriére-bec 19 • Pour les faib les biais (0 > 80º), on acceptera le rectang le AGCI et deux M /-becs~(f 12 ) . Avec deux ore décrochés (f 13), on réduit l'enveloppe et l'encombrement. Nous avons fait le pont de la Croix sur le Doubs (Lignc de Frasne a Va ll orbe), biai s u 45º, en deux voutes droites de 19 4111 de largeur, déplacées l'une par 1 apport a l'auLre de 4m206 (<P 3) bi, . E ll es repo ent s ur une pi le rectangu laire sans bec qui fait sur l'eau l'effet d'un avant-bec a 90° 20 •

<l\ - Ponl de la Croix , sur le Doubs - mai 1914,

19. -

Canale (111 ,Jp. '185).

19bis. - . i ortée: 20m; montees: 4m374 et 4m35(),

20. - Les becs sont a 90°: au pont du Vieux-Chb.lea u, a Vérone (III, p. 173); au vie ux pont Lle Toulouse (1542-1632): il a aujourcl'hui plus de 300 ans; il a résisté a quantilé d'inondaLions, en parliculier a celle de juin '1875, qui a emporlé nombre de ponls plus jeunes ; au pont d'Ornaisons ('li50-1760) (1, p. 63); nu pont ele In Big-Muclcly River (1, p. 225); a un ponl sur In Del11wa re (111 , p. 289), .....


VOUTES DROITES

Voici ce que nous faison de 33 urbai ée á 1; 3,63 :

(fu

a f,

0)

79

au pont d'Abrest 21 , biais -~ 66º, 7 ellipses

01

PonL d'Abrest f" - ÉlévaLion

Pont des Colelles

Coupes f.,- ur xxde f,. r.. -sur yy de f,.

f.,-ÉlévaLion

f,.-Coupesur x.:c de f.,

et ce que nous ferons (f11 , f 1,) au pont des Colettes 22 , biais ti 75º, 4 ares de 23m a 1/ 7,5. Dans ces ponts, les 2 anneaux nccolés ne sont pas reliés : ils ne se contrarieront pas au décintrement.

Art. 3. - Voule en ares droits minces . - On peut découper une voute biaise, non plus seulement en deux, mais en autant d'anneaux que l'on veut, soit accolés, soit séparés 23 •24 • Le are doivent etre n sez larges pour ne pas flamber. JI ont beaucoup de parement et d'appareil. rt. 4. tampanle.

ÜuYrage¿; courants sous ren1blais, droils ,

a plinlhe

On les ndoptcra to u tes le foi c.¡ ue la hauteur le permett1·a 25 • 21. 22. Gannal).

su 1· l'Allier (Lig-ne de Riom ú Vi c hy). ur la Sioule (Ligne de La Ferlé-Haulerive

a

23. - Pont d'Albi sur le Tarn, biais a 74•, 5 pleinsc intres de 27m60 en 5 anneaux de 1m7H, espacés de o• 57. Ponl de Tounis, sur un bras de la Garonne a Toulou e, biais a ~-5', - a re de 24• a u 1/ 6 en 9 anneaux de -i · es pacés de o•so. 24. - Passage supérieur de la ga re ele Mende (<I>.), biais a 42°, e n 5 annea ux ele 24•í0 á 2¡m40 de portee·, 3•048 tle mo ntée, larg es de 1•575, espacés de 1•19. • L es • culées ne son t pas paralle les.

25. -

Voir

APPENDI CE.


.C HAPIÍRE III

VOÜTES DROITES, NON EN BERCEAU, SUR PILES RONDES Soit ABCD le « rectangle nécessaire » 26 • Trac;,ons le cercle circonscrit.

¡J.-. -·-a·-·-•',,,•••• •· . . .... .......

··r-·· ..... -.. ·-~•••••••,.•.•.·.·.•.~-. !6

.,:::-·

·-:.-.._

1 :

A_

:

'

·-:\..__

1

\

'.

·········J(_ ............... .q,:................ j :i ·············· · ·· ·· ··· ············t: ........ . :

['

:

:

- _; _____.. . ____:--~------ --:f.- - f{ _ __ .:

e

o ··· ······

.:

::

:

: : ~ -·- -· -·- -~ º - ·-· - ·- ·- ·-·- ·-·- - · - ·-·- ~ -- -·- -~---· -- ·- ·- ·:___ __ !

::

,

:

c ········ ··· · ·· · ····· · ·················· · r··--······ · ········· ············· ·· ··· ······ ·········

!Y

Engendrons la douelle par une courbe (ellipse, are, ... ) de montée constante et de portée croi sante, de OE a O' B 27•28 • Soit par exemple, une voú.te de 36m d'ouverture, sou chemin de fer a 1 voie, c'es t-a-dire de 4m50 de largeur. Donnons a la pile 1/ 8 de la portée, so it 4m50. Le « rectangle néce aire» e t, ici, un carré. Le « ventre » est{- (V2 - 1) = 0,207 l. On peut accepter cette douelle ven true pour l ,< e. On pourrait aussi conserver la voú.te en berceau sur la bande GHFE (fs 0), et échancrer les tete par les vou sures BF, EC. CHAPITRE IV

PONTS EN DEUX ANNEAUX Si le pont de Amidonniers eut été biais, on eú.t pu faire ceci (f 11 ) : . ..

· • · · · · · · · · · · · · ·· ·· ···· · . . . . . . . . . . ... .......

,

,

··· · - · ···· ·· ·· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · t m \ ·

~:~:~:~.·.·.·.~·.~:~:~.·-:~:~:~:~.~~···

~.~:~.-~.·.·

..~·.~.~.~.~ -~.·.· .·.~·.·.·.~ .~.·.· ..

~~·.·.~~~ ~·.· ..·.·.~.~.. ~.·.· ..

,.,

/

, ·/

/,.,

,

,-'

·:·: :~~- -:-:-: :::-:-: :::::: :.: ::::: ~~:::- - _: _:::::~.:-:~ _::

•.

~

II y a la, pour les larges ponts biai , des olution intéres antes. Chap. 11 , arl. 2. 27. - P on ts de Ma r ello el de Prarolo (III , p. 95). 2 . - L'éq uaL io n de la douell e r appo rt ée a Ox, O!J , Oz, es t : si la gé n éra tri ce es L une ellipse (a b), 26. -

si c'e t un ar e de ce r cle, [ b

¡; ;' +

¡!'_:: - [ca +

(b - z)'

!-

r)' -

u' + r'J

r

=4

ca + r)'

(r' _ !/)

2

¡(a+ r)'

+ b' + 1 ' - y'~ (ú- ..) ] =

4 (, ' - y') (a+ r/ (b - ::j' .


TITRE IX

VOOTES

EN

COURBE

1

A l'APPENDICE, on trouvera tout ce qui concerne les ouvrages courants et les viaducs en courbe. Dans les grandes vo-0.te 2, les plinthes et les parapets sont en général en ligne droite, suivant la corde du tracé; l'ouvrage est élargi, sur la portée 2 a, de la

! ~;

les tetes sont planes . fleche Au pont de Krenngraben 3 en courbe de 320m, du cóté du centre le parapet sui t le tracé; la plin the conca ve est portée pres des culées par des corbeaux de sai ll ie variable. TITRE X

PONTS

EN § 1. -

RAMPE, PONT S E

EN

DOS

D'ÁNE

RAA1PE

rt . 1. - Ponts sous route; ponts sous chemin d e fer . - Un ouvrage a rampe unique semble tomber ver a culée basse. On plie en dos d'áne les pont - route dans le villes ; mais le ponts ous chemin de fer suivent la rampe du tracé . . rt . 2.

Ouvrages courant

iadu

. -

"'\ oir l' PPENDICE.

Ouvrages has. - L'eau, les socles des pi les, font des rt . 3. plans horizontaux de comparaison tres voi in de naissance : on les met au meme niveau des deux cótés de chaque pi le. Pour les pleins cintres, voir l'APPE DICE, Viaducs . Pour les ares et les ellip es, on fait chaque voú.te de deux 1/ 2 voú.tes ayant la 1/ 2 ouver ture, et dont les montées different de: [2 a (portéc)

+

E

(~~t ;1f:)] i (rampe) i

b~----,

-~ - _______ _c_i ______t

.

1

6:~- ----

E --- ---- -----a -----r'

1. - L e frere J oconde, de Vérone, n con truit nu XV I ' siecle, pres d'Aquino, le célebre « ponte » en courbe cl'en,·iron 200m de rayon. co n vexe vers le cou rnnt.

CO!'OO

Croizette-Desnoyers. • Constructiou des Pon Is », Tome I, p. 54 ; PI. VI, fig. 8.

P onts a 2 voies: Mare tla, Pra rolo ( II T, p. 93) · Pouch (JII, p. ·JJO) . Ponts a 1 voie : Cas lelet (I I , p. J30), c llll'ilnd eholzclobeJ ( llT, p. 126), Krenn"roben (]JI, p. •J34), Salcnno (III , p. H J). 2. -

3. -

III , p. J34. T. V -

11.


82

PONTS EN RAMPE, EN DOS D'ANE

rt. 4. -

Trae' des grandes voutes en rampe. -

La 1/ 2 voú.te la plus haute e t la plus chargée: la courbe de pres ion s'y rapproche de l'extrados. On l'a, quelquefois, plus cambrée 1 • 2 , plu élégie 2 •

rt. 5. - Intrados des voutes en tres forte rampe (so us un escalier, sous un chemin de fer a crémaillere, sous un funiculaire). On peut adopter une ellip e rampante 3 , dont la lign e des nai anee soit inclinée uivant la pente et son diamétre co njugué vertical 4, ou une courbe compo ée d'un are de parabole et d'un are de cercle ...

§ 2. -

rt. 1. dos d'ane 5 • -

POJVTS E l,

DOS D'A.1, E

Pour l'aspect, un lon g pont doit Loujours etre en

Si le lignes du couronnement ne sont las convexe , elles paraHront creu es au milieu 6• 7 •

n ouvrage en do d'ane a un milieu et deux extrém ité : il fait un tou t. J. - Mund erkinge n ( IV, p. 55), r ampe ele 30""; Tli erbeuren ( I V, p. 159), rampe de 22""5 . 2. - Ramounail (II , p. 1'6), rampe de 59--. 3. - Dan un pont, un viacl uc en penle, les gó nérat ri ces de douelle clemeurent horizontales; dan un 1 o nt ou 1'emb lai, clans un so ulerrain en pente, ell es so nt in clin ées ur l'hor izon, la voute est e n pente: quancl les nai anee cl'une volite en berceau on t a eles niveaux cliffé renls, elle est «rampan te"· 4. - Amiclonnier ( 1, p. '193), arches so us l'esca li e r de culées. 5. - Le ponls de Pari s, de Lyon, cl'Orléan , de Bloi , de Toulou se, rle Borcleaux, sont en dos d'ane . G. - L es Grec o nt courbé vers le ciel l'entablement, le dallage du P a rlh éno n : l'oo il les voit horizon ta ux. 7. - L e pont de Tours est en palier : c'e t facheux. ibis. Voir T ome l II , p. 258, renvoi 8. - Dale de la photographie : aout 1905.


P0 1 TS E

I

DOS D'A

83

E

Quand le denx rive ont a de niveaux différent , on force la pente a partir de la rive haute pour avoir un point haut au mili eu 8 • L e deux rampe ne ont pas n éce airement égales: ell ont a la demande de quai 9 <Jl 2

-

PonL s ur le Serchio

13

• 1-1-a

Dan le long pont , pour l aspect comme pour la circulation, il ne faut pa un do d'ane a trop grandes pente 10, u; 1cm fait tré bien (<DI) 12 • Iai dan ~ les courts, surtout dans les pont a une arche, l'aúl accepte de tre fortes rampes (<1> 9 , <I> 1 , <I>.). 1

Po11L

a Veni

e

H-ó

L'ooil rapporte rt. 2. - lntrados des ponts en dos d:·1ne . tout nu plan de l' ea u. On place le nai anee au méme niveau, non plus eulement de part et d'auti·e de chaque pile, mai toute .

8. -

Pont de Luxembourg (II, p. 6', nº 2).

9. - Le pont au Cbange est en rampes ele 10 el 20=-; le ponl pont cl'Orl éans, ele 10 el 4mm.

ainl-Michel, ele 15 el 6.. ; Je noU1·eau

10. - Les rampes sont de: 17mm au pont de ]'Alma, 20mm aux ¡ onls 1irabeau et pont eles In valide , 26•• au pont du i\Iieli sur le Rhóne á Lyon.

lexandre III, 24mm au

11. - Pont de Blois (,1,1 , p. 32), en penle et rampe de 49mm; pont ele Toulouse (~•., p. 4), en déclivités ele 22mm7 et 4om•4; le sommet est trop haut au-elessus eles quais. 12. -

Vieux pont d'Orléans, 8 lignes par toi e, oit 0,097 ou 1 % (<1> 1) .

13. -

Entre Lucques et les Bains-de-Lucques.

·14. -

Dale eles photographies : a - oclobre 1906; b - mai 1911.


84

PONTS ~E

DOS D'A 'E

On a ugmente les montées, de rives a l'a rche du mili eu: oit en conservant la meme ouverture l 4 bis ; so it, l i n mieux, en augmentant en meme temp les portée dans un rapport a étudier 15 • L e pile doivent ré i ter a la différence. de.:, poussées : e est dangereux s i ell es ont fondéc - s u,· pilotis 16 • el>., -

rl. 3. -

Vi eux Pnnl. de Tou lou se (1542-1(.i32)

20

Raccordeinent des dócli ites au s0111met. -

On y peut: oit lais er les deux rampes avec leur angle (<1>_) 7; il s'accentue, vu de biais; soit les raccorder par un e courbe 18, 19 • 1

1/i, bis. -

~

Exemples:

I

Portée

P ont des In val ides (4 arcbes) de Valence (4 arches) 15.

Pont

31·87 49.20 Nombre d'arches

,-

-

Portée

- ----I

Voules de rive

i11011tée

centrale

Portée

Jll/ontée

3·338 31·69 11.575 49.20 Voutes

4·108 12.305

- - ------------

de rivc

i11011tée

-

central e 11/ontée Portée

Pente en mm

24-34 Pente en mm

Vieux Pont d'Orléans 29- 8 8•13 9 32·4 9•10 10·· P onl ele l'Alma 3 )) 7.70 38.50 43 8.60 Pool de T olb iac 5 29 7 .09 35 8.18 17 Vieux Pont de To ulou e 7 '] 3.36 7.68 31.82 12.54 4J et 23 .7 Pont de Verclun 3 38.50 8.52 41 9.47 30 et 15 16. - Accident du pont des I nvalides, en ·J T. · 17. - Ponts du Mo yen- ge : ponts ele Toulouse, ele Bl ois, cl'Orléans; - ponts de Lu xembo urg (II , p. 60), Plauen (III , p . 14), ... 1 . - Manles ( 1, p. 140), Yalence (1, p. 142), Édouard V II (I, p . 144), Am idonniers (1, p. 1 8), Orléans ( III, p. 232), . . . J9. - Pont l\Iorand et La Fayette, a L yo n, en are de cercle de 5206• ele rayon, incliné a 0•02 a la rencontre des murs de quai; - Ponl du I rince-Régen t (1 V, p. 222). 20. - Date de la pholographie : aout 1903.


TITRE XI

COMMENT ON AJUSTE L'OUVRAGE AU TERRAIN CHAPITRE I

QUELQUES SILHOUETTES D'OUVRAG-ES SUR QUELQUES FORMES DE TERRAIN § 1. -

1,

FAIRE LES OUVRAGES A LA DEMANDE DU TERRAIN

Art. 1. - lndications genérales. - Supposons arrétée la place des cu lées, - soit d'un pont, pour laisser pa sser les crues, - soit d'un viaduc, a la limite pratique de la hauteur des r emblais 1 • Quelles portées adopter? C'est affaire d'espece, de circonstances locales . La seule regle est d'ajuster l'ouvrage aux lieux, de le faire a leur mesure. Art. 2. - Cas 011 la place des piles est imposée par un ouvrage voisin. - Si deux ponts sont tout-a-fait voisins, les piles de l'un doivent, - pour la navigation et aussi pour l'écoulement des eaux, pres en prolongement des piles de l'autre 2 •

Art. 3. quatre arches 3•4 ,

Art. 4. -

Nombre pair 011 irnpair d'arches. -

a grand'peinc deux.

étre a peu

L'mil accepte a i)e-ine

Comment on arrete la silhouette· de l'ouvrage. -

On trace sur du papier calque les élévations possibles ; on les promen e s ur Je profil en long de la traversée, pour les bien placer, assurer le passage des chemins, mettre une arche au-dessus du creux de la vallée, etc ... 1 Pour un grand ouvrage, on étudiera ses dispositions d'ensemble ú tcmps pour modifier au besoin le tracé. Quand le choix est restreint a un petit nombre de solutions, on étudie des projets comparatifs, d'abord en gros, puis, s'il y a doute, de pres·. Les portées arrétées, on étudie pour chaque partí e toutes les variantes sur calques en retombe: c'est toujours trop tót qu'on cesse d'étudier.

§ 2. -

OUVRAGES BAS: PONTS

Si le lit mineur est bien défini entre des ber ges, de q·u ais, des levées 1.nsubmersibles, on le franchit par un ouvrage a grandes arches a peu pres égales . 1. -

Voir

APPENDICE, -

Viaclucs.

2. - A Paris, les bateaux avaien t quelque difficullé so us le pont au Change, qui n'en a que trois. On vient de dém olir le p rr nt Nobre-Dame.

a passer

du pont Notre-Dame, qui avait 5 arches

3. - P on t des Invalides. 4. -

Pont de Valence (I, p. 'l i3): la pile du mi·l ieu était pres et il. la suite de,cel_le d'un pontsuspendu ..


6

COMi\lEK!T O

AJUSTE L'OUVRAGE AU TERRAIN

'il e L creu é dan une plnine ._ubmer ible, on encadre l'ouvrage principal pal' de viaduc d'accc ú p l us petite arches (Pont de 1armande, fJ. f, -

Pool de Marmandc , ur la Garonne -

,&?;StE::::lfitj ',•

...... . '.

.

Qmm4

~ .

.

.

.

.

.

.

,,

.

. . . ~- ., ...

f, - Ponl de Port-Sainle-Maric, s ur la Garonne - Qmm4 .,,~•·l::¡\,íl .... .,~

·

~ ~: N l • J .i•• .~&!-~'-

.~

-~ ~•

1

.., '

'

....

~

'

•• . . .

.... .

'

•' .•

• •

C'e L. ouvent une faute que de prolonger les grandes arche hors du lit mineur (Pont de Port- ainle-Marie) (f!). ur les creux de cel'taine décharge 5 •

vallée

submersibles, on jette des ouvrage

de

De guiJeaux 6 enlonnent l' eau ou le· arche et arretent le courants latéra ux. On n'a i-é u

i qu'u Gignnc 7 une grande nrch e entre dcux pe lites.

§ 3. -

O VRAGES HA TS. -

VIADUCSª

On franchi1n: une vallée régulicre, par un viaduc ú nrches égales; un e val! e ú ponle douce , bru c¡uement creuse au milieu, par une grande arche ou plusieur grande arche au-de s u du creux, var de petite arches aux abord . i une val lée r6guliére ABCD (f.) est coupée d'un creux profond, on jettera ur le creux une voute C D ; ur le ommet de la voO.te, on appuiera une p il e P. Le crnux t upprim6 9 • Au-des u de Al3, on n'a plu qu'un viaduc courant. On a fait ain i au viaduc de Fontpédrouse :

5. -

On n'en a pas faiL sur l'Allier.

6. 1\Iarmande (1 1-1 84) (f,), puis a BeJleperche (1895 1900), on a, pou1· gu ide r le couranL, épano ui le remblai: l'ea u glisso san Lrop affouiller. A l'am on t eles remblais, o n planle eles saules: il c r éent un malela cl'eau morle qui les protege . 7. -

r, p.

'103.

8. -

Voir: APPENDICE,

iacl ucs.

9. C, SD onl comme les jambes cl'un homme clont le Lron c est PS, o u comme les eleux moiliés cl'une pile unique fenclue verlicalement.


86 bis 00

o

C')

..-l .

....,

,;::j

o

~ 1

T. V


VIADUC

SUR LA · TEl'; PRES · DE

-FONTPÉDROUSE

(P YRÉNÉES-OR IE N TALES) .

Ligne électrique a voie de Jm ele ViUefranche-de-Conflent a Bourg-Maclame (1906-08)

f. -

/

/f '

/

.

'

. , . ~~·

. ~: .

El evation - 0mm6

1. Ogive. Inlrados: y Extrados:

7/ =

= 0,24587 x [1 - 0,023385 x - 0,00075G x 2 ].

3,806i l2 [1-0,047-199 x -0,001 3736x2 - 0,0000!i-56\)7 x 3 ] •

Les cou rbes de p ression so n t bi en encadrees.

y' ,

2. Matériaux. -

L e po n t est en g ran it. L'og ive e t, ju qu'a 4m de la clef, a mo.rlier de chaux du Teil 300k; au-des u , ó mdrlier de cimenl du Teil a 600k. Le bélon de In dall e e ta 300i: de cimeul , 'i-00 1 de sab le, 800 1 de« g ravillon ».

3. Pressions .max1ma, ~

en kg¡ ()'•ID , so us la surc lrnrge.

A la lcmpóralure clu décinlremenL. . . A 10° au-de us ...... .. . .... . ... . ... . A 10° au-de sous . ........ ....... . ... .

--~

Voüles de 1,m 10

Ogive

Cler

l\' aissance

1Qk 17

12k

10

Retombée

Clcf

- , - . . . ._ _

R. G. k

'1 4 g

8 11

4. Disposi~i.ons en vue des variations de température. -

D'apres les tables de M. Pigeaud (Annalcs des Ponts et Chaussées,

1905, 2'

trimestre, p.

20 1

1 R. D. 2(3k

H 19

La dall e e Lcon-

Linu e, sans coupure . Ell e est a nc ree clans les cu lee . L es Lym¡rans so nt cha!nés par el e · feuillard . En aoO.t 19 l1; aprcs 3 ans, ni la dall e, ni les Lympans, n'etaient fi sures.

10.

a

et suiva~tes) ,

,,


f0

-

r

1

4mm

\\

~

....,

'~

,

.

·: ~.,:~-_,

. = ~/-!

,,.

!

.

1;¡",

.

l•~·

·•

---"\

== ,

(906.f! ?!. ······· 3000 ...~.

/.~~~\· ~~

o,: ,,

<:>: e~·

. ····· .... .. .. ·······························•·····?(lo.............. . .......... .

f, - Coupe sur yy de f,

Clef de l' ogive -

·~--

Élévation

2mm

f, Élévation

..6.SO

Corps central

l .

~ : ">:

~

~t-

:60·

6

so

1

· · · ··· ¡ z .

4mm

'60'

:

..1

f,, - Coupe sur :::;:; de f, 0 .7s . .9z.~ :60: / :60

7k

2

Éléva Lion

,zs.,..• 7s _

-

..

~

f, 0

Couronnement des tours -

f, Coupe en travers a la clef de l'ogive - 2mm

··-·····•• t-- ·· ~f!1_ __ _>;

.~~

'J

1

1

l

'

1" : ~• 1

• ~ -

,,f._, -. °' ,l '

<f<•-t:

¡'' :

, ]'

. ·"

..

'" ·)', h. .• --rr,·

,

. ,,,. .

'

'

ry-__...,.,,,,

.,, ,,

: :

1

:\': :

.,,· ~' :

T!J ¡

.

)-~., . . -q · :

·, )1,,"'I. 1,f

) ~,,

·\~~' ..::. . :~, '- - J..: :

1....

✓-1"

'

~ y. ,_-

:

;¡-. ,

:<l ,

~,.)(.., ,

1:' .

,:r'J,:

't""'--,. --- y',-.' ;e' . : -,

.: ·~

/

u• ··

\'

,i. ·'

Is_ ,::J V·

'Y"'"/" , .A

( !Jo6.'8J;

{

MAV

c,: ,.,, "' o.:

: <,¡,

:~:

--'M

... ,

.e,:"'':

00 00

tz

:ll

:ll

trl

...¡

> e::

trl

C'l

>

:ll

o e:: <

t"'~

trl

...¡

> c... e:: rn

z

o

a:: trl z...¡

~

(")

o

'


VIADUC DE FONTPiDRO USE

f12

-

Étage supérieur -

Coupe en long -

89 2mm 5

Dalle en béton armé. Dc mi-coupes en travcrs f., -

enl1·0 leux ncrvu1·es

IIourdis l,.-

3º"' fu -

s ur un e nervure

5°"'

us du cerveau des vo 1Hcs - - - - - - - -+' - - - - - - - - - - - -

J rq - .

au-clessu. les piles

T. V -

ll


90

CO 1i\IE ' T ON AJUSTE L ' OUVRA GE A

TERRAIN

5. Cin tre de l' ogive. f,. -

3mm

... · 'i,

...~: JO"' :r_____

- •••.• - • • - -

6. Exécution des voútes. A. - Ogive. -

On l'a consLruiLe a pleine épai seur ju squ'a AB; puis en deux rou leaux , don l'ordre des chiffres de f, 0 : on m énagea it f, 0 - Construclion de l'ogivc en a, b, ..... i, des joinls secs, mainlenus a H o ul cn ux, Lronc;o ns, cln vuges. l' intrados par de hund es de plomb de 25mm X 1501 m, a l' ex l.rados par des coins e t barreltes en fer 11 , 12 ; on les matait au morli er de cimenta l' éla t de terre humid e : daos l'ordre . .. . .... . a b e, el e J, [!, h, i a pres exécuLion des Lrongons ....... .. ..... 4 5 9 7 6

B . - Voútes ele 17"'. - En deux roul eaux; a la clef et oux r eLombées, joinLs secs maintenu comme ceux de l'ogive , puis matés en commengant par la clcf.

A

7. Décintrement de l'ogive (30 novembre 1907). A . - État cl'avancement clu pont. - L 'og ive porlaiL: au somm e L, LouLe la pi le; sur les reins, le voules d'évidemenl, clef e l retombées non clavées 13 . B. - Travail clans l 'ogive, en !cg/0"'01 2. en

-

On avait dispo ó, ó l'amonL e t

a l'ovo l,

, B, C ... D' E ' F ' (f.,), 24 appareil s Man el-Rabut.

11. -

Voir le pont de R amounails (II, p. 188) ,

Les coins e t les barrettes étaient suiffés, pou r empecher le morticr d'y adh érer. Nous ne le faisons plus (Voir plu s loin: 10. Line 11 , Titre 111 , hap. 11). Les joints, i l'extrado , étaient bourrés de chiffons afin ele rcstcr proprcs . 13_ -

On les a matécs aprCs le décintremcnt de 1'ogive.


VIAD

f., - Emp ln emen t des nppare il. · Mnnel-Rabut

Cote' Bourg-Nadame

91

C DE FONTPÚDROUSE

Voici, d 'oprcs le urs indicalions, le c fforls dus ou d écinlrement, en s u pposa nt le coetfici enl d ' é loslicilé du gran it: E (kg/ OmOt A

B

amont .. . 12k 7k aval . ... . >> 4-,5 moyenne ·12 5,7

2 )

C

= 5,5 X A'

B'

105 •

C'

D

E

F

D'

E'

F'

5k 5k 10k 5k lltk5 ltk5 » 3k5 7k5 » >> 4,5 » 7 LO » 9,5 8 » 5 5 lt,7 8,5 5 12 6,2 ,, 4,2 8,7 >>

La courbe des press io ns du es au décinl1'erne nl e rapproch e de I'inlrados la clcf, de I' exlrados a ux rcins.

a

8. Dales. Commencemen l des lravaux .... . .......... ...... .... . ... .. ........... . . Commen emenL de. ma,~o nnerics ................... ... . Monlage d u cinlrc .. . .. . .. . ...................... ... . . . ConsLrucLion ' . A • l d ( i •r rouleau .. . .. . . ...... . . ......... .. . e11evcmen el e ! og1ve u ( 2• roulca u ................. . ........ . Décinlreme nt . . ... . .. .. ... ... ..... . . .... ..... . .. . ..... . \ fou lage des e nLre loi. e ..... . ... .. . .. ...... . .......... . Da ll e en béLon armé I Po e de la dall e ........ .. . ................... . ... .. . .. . Ach é veme nt de tr·ava ux ...... ....... .... . .. . ..... .. .. .. . .. . . ......... . O u verlu re a l'exploitalion ...... .... ...... . ....... . . . ..... . .. . ......... .

¡

2 mai 1906 6 novembre 1906 i.J 24 mar - 7 aVl'il Hl07 24 aoüL 1907 15 seplembre '1907 30 novembr rno~ 1°r avril - fin mai '190 t 0 r juin - fin juillet "1908 D '>ccmbre '190 Juillel 1910

9. Quant.ités et dépenses. A. - Totales. {

Décomptc (mbcti de 8 ¼ dédail). F ouill e ....... . . . . . .... . ........................... . 12.309'62 R cm pi i;,sage .............. . ..... . . . ................. . 681'29 349.611'02 Ma t;o nn e l'i e a mo l'Li er ( 10 .352"' Chainage des Lym pa ns ......... . .... . ............. . . . 5.308 ' 23 Chapes et gargou ill cs .. .. . .... ..... . ... .. ........ . .. . 2 .2 13'54 Cin Lre ...... . ........ . .. . . . .... . ........... ... ...... . 26.288'97 '123.494''16 Inclcm ni fr alto uéc á, l 'ent 1·epreneur . ... 0

ou la dalle e n b · ton armé

) ••••

••

••••••• •

•• ••• ••

d1 =

5 19 .986'83

1 B éLon ( 11 6"' 72 a 70') ...... .... . . .......... .... .. .. .. . 2° Acier (2 l. 53 l ka 0'65) . . .... . ................. . .. . .... . Dall e EnduiL e n cimenL (220""1 a 2'50) ...... .. .............. . en bélon ar m é / CoalLar (2 cou hes) (7296k a 0'25 eL 0'15) ............. .

8.'170' 12 13.995'3 1 550' 1.2 lü'0 l

0

\

\

el, =

23.931' 44

3° Garde-corp (11. 456k a 0'85) . ....... . ..... .. . .... . . .... . ..... . ........ el, =

519.986' 3

23. 931' 41, 9.737'60

D= 553.655'87

B - P ar unité. 1° Ouvcage.~ Pcix

14 . 15. 16. -

¡

par m. q. de surface u Lile .......... ... . D : 99ftm,, H 15 par m. c. de volume « ulile >> •••••••• • • D: 2i.04Qmc8 16 par m. c. de ma <;o nnerie a morlier .. . . . D : 10. 352mc

Le mauva is temps arreta 3. peu prCs complC!tement les travaux de décembre 1906 L ongueur en tre abouts des garde-corps ·X L argeu r entre garde-corps . Surface vue de l'élévation X L argeu r entre garde-corps.

a mars

1907.

556'9 1 23'03 53'4


92

CO \li\íENT 0 :--/ A.JUS T E L'OU\"RACE A

T ERRA IN

C u be de bé lo n

e on arme. ~ pD1· m.rJ . en pla n. 2º D o 11e seu ¡e en b'l · par m. c. de b6lon.

P o id s le fe r

Prix

Qmo 1 [ 7 ))

1O. Personnel. p,.ojet : M., éjourn é, In géni e ur n Ch ef des Ponl e LCbauss ·es. M . Séjoum é . L L a nnu sse, In gó ni e ur el es Ponl · et Chau sées . E xécution : M. el e Noe ll, Ch ef el e seclion . Enfrep rene111 ·s : 'M M . .J eo n e LMarc Sanfourche .

ClIAI lTRE II

OU' ET POURQUOI ON A FAIT DES PO~TS A UNE SEULE GRA~DE ARCHE Par ccono1nie . - On a j eté un e gra nde a rch e : par- les u une riviére dan s lnquelle il eut, été difficile de fonder : so l de -fonda lion t1·és ba 17 ou m au\ai 18 ; crues haute , s ubi les , fr équentes 19 , urtout s' il cs t facil e de fonder s ur bergc (!'och cr apparenL 2º, terrain imperméab le 17 ) ; par-des ~u une go rge profonde 21 , a la place d'un viad uc a tres hautes pil es 22 , s urtout ent re deu x flanc e ca q és qui s uppriment murs ou viad ucs d'acccs 23 • Pour une g rande YotHe, co n truite. ur cintre retrou s é, la hauteur au-de us du fond n e coúte rí en 22 • ArL. 1. -

rL. · 2. -

S'i l fouL réduirc les remou s . -

S'i l y a des vill ages dans la va ll ée u! mer ibl e en arnont du pont, et en général dans les vill es , on uppt·ime1·a, s i on le peut, le~ ap pui s en riviére 24 •

Art. 3. - Si la vo ie coupe en hiais ] a riviere . - Dans cecas , ou les pi les en l'iviérn seraient da n Je sen du co urant, mais sou s des voutes ú n¡ pat·eil b ia is, - ou norma le ú la vo ie sous les voCttc.s droitcs , mai s alors ell es ~e t·u ient oL liques au coul'ant et en co mLreraient le li t. I

17. -

Anl o in e lle (lT , p. 145).

'18. -

Bain s -de-Lu cques (l!T , p. 32).

·J 9. - Co llonges ( 1, p. 3 1), Ol oro n (T, p. 1,5), Gravo na (IT , p. -J 83), B a in s el e Lu c ques ( 111 , p. 32), Mol'beg no ( I V, p . 65), Prin ce-Rege nL ( I V, p. 239) , l ax-.l o ·ep li ( I V, p. 21,2). 20. -

G ravona (1 1, p. l '3), Caslele l ( II , p. 130).

21. - A R o nda (Ancl~l o usie), o n o, n u XV III ' s iecle, r,·a n chi la go r ge llu 'J'njo pa 1· une 1:0 1il e ele 13 111 20 se ul eme nL(<.l),) . (Vo ir T o me 11 , p. 107, r e nvo i J). - D a le de l a ¡ ho Log ,·u phi e : oc Lob re '1893. 22 . 23. -

ol is ( 1, p. 5~), Wi ese n (1, p. 235), Conslanlin e (TT , p . 107) . \\' ii ldl iLo bel (11 , p. 157), Rolhll' e i nbach (11 , p. -J 7 J). S ley rlin g (111, p . 62).

(111 , p . 137), M o nla ng

21,. - Gro tl o rf (1\1, p. 129), Pr ince- H ége nL (IV, p . 239), M ax-J oseph (1 V, p. 21,-2).


OU

In

POURQUOI ON A FAIT U;\"E GRANDE ARC HE

03

Il vaut micux, quand on le peut, j e ter pnr- des us la 1·ivi ere une voüLe drn ite d'a ssez grand e portée pour que les cu lées s oi ent en dehors du cour-ant 25 •

Art . 4 . -

Pour l'aspect. -

Dan s un e vill e, on doit fo irn bea u et

grand • Quand le pont a co n truire es t pres d'une grande voO.te, on ne peut, avec de plu grands mo yens , se recon naHre inféri eur aux anciens Ingénicurs 27 • 26

Ar t. 5 . -

Q uand on a voulu une grande arche ª. 2

CHAPITRE III

Art. 1. -

CHOIX DE L'INTRADOS P leins cintres .

A. - A une seule arche. - On a j e té un pl ein: cintre par- dessus des tranchées de roche r, entre des berges tres inclinées 29 : il e t, lú , a sez peu g 1·aci eux; il lui fo ut préférer un are qui leur soit a peu pres normal.

B. - A plusieurs arches . B, - Ponts proprement dits. -

Qua nd les nai sanees ont pres du sol ou de l'eau, il y a , pour l'aspect, trop de tympa ns . Sont ain si le ponts romain s de R imini ªº, de Sa lamanque 31 , - assez malencontreusement imités au commencement du X I X• siecle (Sevres , <1\, ; Agen; Moissac, <l\ ; ... ) é[:> 3

-

PonL ele. S év r es -

mai 1906

é[)t -

Pont el e Moiss a c -

aoút HJ08

Ces pont ba , lou 1·cl ·, sembl ent faits pour porter quelqu e cho e 32 • 25 . - M a re lLa , Prarolo :111. p. 93), Tso la del Can tone (III , p. 98), Go ur-No ir (1 11, p. 103), P ouch (IIT , p. '110), Frey s in e t(l ll , p . JJ 2), J aremcze (1 11 , p. 114), Dive ria (llI, ¡ . '130), Cas Lele L (TI , p . 130), Esco l ( 11 , p . '174). 26 . - Prin ce-Rég-enL (IV, p . 239), Max-J osep h (!Y, p . 242), vV alnut Lane (lJ, p. 83), R ocky Rivc r (Ir, p . 95), Con s tanlin e (II , p. l 0i; . 27. -

Cla ix (I II , p. 3G), L a vnur (11 , p. 135), Cé re t (II , p. '1 60) .

29. -

P o nt ele S' S a u ve ur ur le Ga ve de Pa u (I , 27) .

30 . -

éf>i:,,

32. -

Projet de Pallaclio pour Je po nt d u Ria lto : le so cJe rapp ell e Je pon l ele Rimini.

p. l 'l'l .

GioYann i Rossi. Le Fnbbriche e

31. 1,·

<l\,,

28. -

PJ a u en (III, p . 52) .

p . 112 .

Disegni di Andren Pnltndio, T ome IV, p. 77 1 78 1 79 1 Tav. LII, LI H . Vi cenza, 1796.


1

94

Cül\I '1E .\'T O:'-1 AJUSTr. L OUVHAGE AlJ TERRAIN

Il fouL que les na is anees so ient fran chem ent au-des u s de l' éL iage 32 • L e piecls-droiL · dQivent etl'C, ou assez ba s pour un pont, ou assez lrnuLs pour un Yiaduc.

B , - Viacln cs . -- Voir l' Aí'PEN or cE .

rt. 2. - Ellipses. - L es naissances seront, comme cell es d'un pl ein eintre, nu-cle.· us de l' ea u; autrement, ú la moinclre erue, on n e voit p lu s qu'un pont ú ares LL·és peu s urbai és, ú nai sa nees noyée , d'aspect désngróab le 33 , - mai . pas trap haut: il ne faut pas jueh er une ellipse s ur de hauLs pi eds-droits : un pont en elli pse doit r es ter ba s 34 • A. - A une -arche. -

Il y a de fo 1·t bell e vo-0.tes Ll'e peu s mb8i s. ée. en peut au s i fa ire de tre 1 la tes (é!)J .

<P,1/f -

Pont sur le Canal de Brienn e,

32. - P onL en pl ein cinlre <le Sevres de na is. anee .

.

(<]),),

oú Je barrnge de

a Tn11 lnu •.a

3

ü -

ures nes a élevé l'eau

35 ,

,

011

juill et 1912

a 2m10 a u-clessus

33. - P onl de l'Alma ( !, p. 153), Vi acl uc cl u P oinL cl u J our.

31,. e L u Turin

Ceci, en dépiL ele q uelq ues ponls réce nls : P onls de la R ein e MargueriLe p . no), P onL Cavo ur, a R ome (<~,, p. 95) .

(<~ 10 ,

35. -

L aYa ur (V ieux I ont) (1, p. 9i ), Gi gnac (I , p . '103) .

36 . -

Pres du ponL des Amicl onni e ,·s.

a R ome (<l\

p. 95)


CHO I X DE L ' I i\: TRAD OS

B. - A plusieurs arches. B -Les naissanees sont au-dessus des ehap ero ns. 1•

<1> 0 -

Pont de la R ein e Marg ue rile, a R ome-aoút 190

-

-

-

-,

Ces ponts sont un peu juchés .

B , - L es naissanees so nt plus basscs que les ehap erons. C'es t l' empl oi ordinaire et le meill eur, de l'ellipse. ' . On aura un joli pon t en prenant: ' H 2a 2 a = 2.5 H (f.,) , Et,a e ; et le smbaissement du 1/ 4.

~ Art. 3. -

Ares. A. Un seul grand are.

A 1• A res p eu surb aissé ·. - L'ceil o.ccepte fort bi en un g rand a re a grande fl eche, retombant sa ns pieds- droits sur le terrain naLurel 37 : l'a rc-en-ciel, peu surbais é, es t fort gro.cieux . · Il n 'y faut pas de petits pieds-droits 38 : si on ne peut pas les s upprimer tout-úfait, on les élevera aux dépens de lo. montée. A,. Ares tres surbaissés . - Il faut, de sous, asscz d'a ir 39 •

B. Plusieurs arches. B,. JVf eillew · surbaissenient. - L 'ai·c es t disgracieux quand il n 'e ·L pas tres s urbai ssé. Un pont au 1/ 3 es t tres lourd: il fa ut au moins le 1/ 6. Le meilleur urbais ement es t 1/ 7,5, 1/ 8 4º; on n e dépasse g ucre 1/ 10 41 , 42 • Aux arches tres tendues , il faut des cul óe · tres r ésis tan tc : le moind1·e recul es t fort dangereux. 37 . - P o n t d u Ca s lele t, s urba i sé a J/ 2,94- ( IJ , p . 130) . L a parli e a u- el ess us cl u sol d u p o nt de L a vn u r es l Ul'iJa i sée a J/ 2,68 ( IJ, p. J35). Vie ux p o n ls de N yo ns ( 11 , p . 25), de T o urn o n ( 11 , p . 3;'¡), de Cla ix ( 11 , p . 42) . • 38. - Cére t (II, p . 160), J a re rn c ze (III, p. 11 4),.. . 39. - Tu r in ( II 1, p . 199), Cl a ix (JII , p. 36). 41.- I éno . 40. - Co nco rd e (<I>,0 , p. 117) 42. - L e po nt d e N em o urs ( 1, 95-180 '.), cons lru iL p a r B o is Larcl s u t· l es d ess i ns el e P e r1·o ne L, e L s urb a issé a u 1/ 15. L'a r c he cl'expó ri e nce ele o u p p es, ele 37mS ' ,l'o u ve l'Lu r e, óLa iL ur bnissó e i.t J1 JS ( 111 , p . 3, 5).

I!


06

CO Ii\IENT ON A.J

STE L ' ü

VRAGE A

TERRAL'~

B , - Ra1Jport entre la portée et la hauteur. ou un pont ú plusieur are , il faut de piedsdroits aju tés, ni trop bas 43 , ni trop h a ut . b: ,. , , 'H ,H L e rapport de la hauteut' h de pied -droit á 2a ---y- -- -:- - -la hauleur ou elef H ' e t 0,56 á 4 pont en are ª 'ª e =- -=-=--=-=--=·--=-=-~----_--..:-_~ réu i 44 • i on e t libre et qu'on ne e préoeeupe que de l'a peet, on prendra pour la portée 3 foi , 3 fois 1/ 2 la hauteur <I> - Pont Je Ti! ilt, ur la aóne , a Lyon ( 1861,) 48 bis totale, et le urbaissement l

·r;; -------- -

1/ 7,5 : on aura un joli pont. Si les eru e y obligent, on tend les ares e t on aeeepte des pied -droit trop hauts (<J\) .

Ar t. 4 . -

Ogi es . -

A. Ogive surhaussc:e. -

C'cst l'intrado de voú.te lourdem ent chargée ú Ju elcf 45 • On l' a adop tée auss1 pour d'autres motif~. Comme ell e pous e pcu, ell e eonvcnait I our de pont du Nioyen- Age, qui « 'ex écutai~nt arche par arche au Jur et ú nie ure ele re sources 46 », ehaque pile devant joucr ueee s ivement le rólc de ul ée; clic eonvient po ur· de vou te d'élég i sement longitudinal qui pou cnt le tympan 47, 48 • Gt·ti. ec ú a hautcur, elle 'in e1·it d·rn le toit pointu de eathédra le , dan s l'angl c d deux fo¡-tc rampes (<P 9 ) ; cli c a~ urc un passage ú tnner un e pi le, un pi las tre 49 •

-lc:t - P o nL el u M oye n-Age e n ores p e u urb a i és, av ec na is ·a nee á l'éLi ag e, s a n pieds-dro iLs. li s genen l les c n1 es e t o nL n ffo uill é (.\vig no n, a inl-Es ¡ ril , La Guill o Li ' re, H a lisb o nn e, ... ) /j

1,4. P o nL l'i a li o nal, a Pori .................. . PonL cl' .\u s te rlilz, á Pori s ... . ........... . P o nL ele Roa n ne ........................ .. P o nl orn e ille, á Rouen . . ............ .. .

b 2a

=-

J/ 7,5 1/ 6,8

1/'

·] ¡ 7,5

0,55 0,56 0,56 0,57

45. -

F o nLp éel r o u e (V, p. 87).

46. -

Ch o i y, llis toire de l'_\ rchitect ure, T o me JI , p. 563.

47. -

Ch e Le r (]JI , p. 29), Lux e mb o urg ( II , p. 67).

4 . - On o, forl á Lort, f'oiL e n on- iv e el es o uvra g e ele l a ligne d'.\rle s a ~far eill e (1 850-54) (,1,, 0 - p, 858' + 27!, ele Parí ). 4

bis. -

49. -

D a le d e la ph o Logr a phie: a oüt ·1907. L a vaur {II , p . 135), Lux e mb o urg (JI , p. 67) .


1

97

CHOIX DE L INTRADOS

Son cintre, peu chargé, es t léger. Comme il ne fa ut pas d'ang le rentrant dans un e pierrc, il y a un join t au sommet A (f,.), ou bien, comme e\ Fontpédrouse 50 , des clefs s upprimcnt la pointe de l'intrados.'

cI>, - Pont de Mos tar

53 b;,

51

B. - Om·ve surbaissée • - L 'ogive tl'e éléga nte et hardie du pont de la Trinité 52 ne fa it bien que bas : ell e a été füc heusemcn t employéc au pont ur la rue d'Alés ia a P arís 53 • L 'angl e du somm e(motivc e t justifie un cartouche.

50. -

V, p . 87.

51. -

P o nt de Mar lorell (IIJ , p . 313).

52. -

III , p . 34-0; V, ,1,,, p. 105.

53 . -

Li gne le Sceaux ( IlI, p. 3!i0).

531,;, _ -

D a le ele la pho Log raphie : mu i 1911 . T . V . - - 13


TITRE XII

QUELQUES RÉFLEXIONS SUR L 'ARCHITECTURE DES PONTS CH PITRE I

ENSEMBI.E DE L'OU\ RAGE _\ r l. 1 . - Cara l' re de f ar h ile lur de p n l . - L"n ponte t foil pour qu'on pa de u : 'e t une ce uvre d'utili té, t qui doit d u re r. II doit ctre t paraitrc aju té ú on obj t, olide, clair, simpl , bien exécu té, an vain ornement . E co u ton P erron e t : ce L es grand Ponts étan t .. .. des monuments qui pcuvent ce u

ce ce

servir ú f aire ·onnoítre la magnificence et le génie d'une ration, on ne saurait trap s'occuper des mayen d'en perfectionner l'Architecture, qui peut d'ailleurs étre usceptible de oariété, en ·onservant toujours dans le· for ,nes et la décoration, le caractere de olidité qui lui est propre 1 ».

Le pont », - de la place L o ui XV2, - ce clevant étre constr uit dans la ature e l'art ont rép anclu les plus beau.c e< Cap itale, .... . dans un lieu oü la « a :pects f des édijf ·e de la plus grande ,nagnificence, nou avon · c,·u iruli :pencc ·aúle de lui clonner un caractere de décoration : nous n 'v avo ns cep enclant ·ulpture, autant pour ne pas trop sortir ce emplo!Jé aucune e pece d'u ,·nements de ce clu uenre ele simplicité consacré ú ces sortes de monwnents, que pour ne· point ce ajfoiblir le caradere ,nále qui con vient a l' Architecture de Pont · ª » . ce

.\ 1 l. 2 . - Proporlion . - l n pont en ma c_:onneri e Ya u t I al' e formes g énél'u le , grand li gn e prnportion , on intrndo , par u n h eu1·eux 1·apport de la porté ú la haute ur, de la montée a la portée: la décoration n 'y compte guére. Chacun d e e~ lém ent , voute , I il , cul ée , t ·mpan , ouronncment, doit avoi1· !'importan e qui lui revient, ne pas entr prendre ur le autl'e , bien ~'aju te1· ú l' n emb l . Il eront tou I ger· dan un pont lé 0 ·e r; tou lourd , dan un pont lourd . pa d e lég' re Yo-O.te. par un lourd tympan, d pile 0 -rele n n 'écra I ar d bandea ux a grand appal'eil, d e tympan évidé par un I arapet p i in, ....

_\ rl . 3. -

_\ clap la lLon a u'( lLe ux . -

Le pont doit etre adapté,· non ul ment a ux lieux, mai au limat. aux monum ent voi in , ú la lumicre , á la couleur lo a l : il doit entir le terroi1·, avoir pou é naturellem nt ur le ol n'avoir pa l'a ir importó, tran plant : il fout ú Toulou e un pont loulou ain . J. - .\ la fin. clu 1 1é1~10ir ui: 1~ Rdducti'!n de l'~pai"eur de· Pi~es, · sur la Courúure qu'il conoient de do1111er a11.,- \ oute • Ju a l'.\ c:ade m1e de c1 nce - le L novembre l 1,í. 11 0,

Perronet: • Deurit,tio11 du fr,ojels el de lo co11slructio11 des 1'011/s de ,VeuilLy, de .l/011/es, d'Orléa11s el nutres•,· .. Tome I p. ' lmprim e rie R oya le 111. DCCLXXX I l.

2. -

3. -

,\uj o u1•d'hui: ele Ju oncorde. Loe . cit., rencoi 1, T ome JI, p. 2, " I'ont de fo place Louis

x,· ».


ENSEMBLE DE L'OUVRAGE

Art. 4 . -

99

iaducs . -

La beauté d'un viaduc est dans le rapport de la portée a la hauteur, dans ses aretes montantes et sa courbe d'intrados. Il faut que rien ne coupe les piles : pas de socles, pas de cordon aux naissances, pas de tailloirs aux contreforts, pas de chaines d'angles aux aretes de pile , pas de saillie des bandeaux sur la douelle ; pas d'autres lignes horizontales que celles du couronnement 4 •

rt. 5. -

Il ne faut pas se trop laisser conduire par les

calculs. -

Le projet fait, on s'assure qu'il tient: la science doit aider l'art, mais non pas l'étouffer. S'il manque de la matiére quelque part, on en ajoute, mai sans ble ser l'ceil ; au besoin, on ne lui fait pas voir tout ce qu'il fauL pour la tabilité : ainsi on cachera derriére un tympan plein un e vo-0.te trop épaisse aux reins ; s'il y en a trop, on en retranche, mai eulement ce qu e permet l'ceil.

Art. 6 . -

Si on copie, ne pas faire de faute de copie. -

Quand on se borne a copier, tout au moin faut-il faire s'accorder ce qu'on a emprunté: par exemple, ne pas juxtaposer des éléments d'un pont lourd et d'un pont léger. On a trop copié depuis quelque cent ans.

Art . 7. - Se préoccuper tottjours de l'aspect . - De tous les ouvrage , - je dis de tous, meme de petits, - l'a pect importe : il n 'e t pas permis de faire laid. C'est une étrange opinion que d'estimer cher ce qui e t beau, bon marché ce qui est laid : on a fai t laid et cher, beau et bon marché. C'e ~t dan les tracé qu'on économise : aprés, on n e fait plu que glaner, que grappiller. Ce qu'on gagne sur les ouvrage est misérable, et c'est faire voir bien peu de go-0.t que le gater pour si peu. rt. 8. -

Tra aill r tottjours au progres de l'art des ponts.

Tout n'a pas été fait, depui s quelqu e deux mille ans qu'on batit des pont . Dans une grande ville, dans une capitale, on n 'a pas le droit de faire un grand pont qui _ne marque un progrés. « Jl en résultera peut-étre un surcroít de dépense, mais l'art des Ponts ne « saurait étre trap perfectionné et il n e peut l'ét,·e que par de grands exemples; « il en coúte plus pour l 'ouorage qu'on en treprend, 1nais il en coúte moins pour « ceux qui suivent 5 • » On a maintenant d'excellents mortiers ; on se joue de difficultés de fondation . Avec de plus grands moyen , a-t-on fait mieux que les anciens Ingénieurs ~

rt. 9. -

Le

Ingénieurs doiY nt sa oir l' rchilecture.

Les avants qui ont fondé l'Ecole PolyLechnique : Laplace, 'Ionge,.... ont institué un Cours d' rchitecture. A l'Ecole des Pont et Chaus ées, ell e e t au i enseignée, - et fort bien. 4. 5. -

Viaducs . Mémoire présenLé au R oí par les ELats du Lang uedoc, 31 décembre 1779.

APPENDJCE,


100

A R CHIT ECT U RE DES PONTS

Sans doute, les Ingéni eur doiven t avoir appris la Résis tance des Matériaux : mais l'u til e n'est pa tou t. La culture in tellectuelle ne doit pas etre rétrécie a l'util e seul, et <;,'a été un crime que de lui sacrifie r, - pour un temps, j 'espere, - les vieille Humanités . CI-IAPITRE II

ÉLÉMENTS DE L'OUVRAG-E rl. 1. ppar il. - L es épais eurs de assi e , la vigueur de l'appareil, le poid apparent des ma tériaux doivent all er en diminuant du sol au couronnemen t 6 •

r t. 2. - Pile , culees . - Les pieds , le s uppor ts de l'ouvrage, doivent pa raitre tout par ticuli erement olides : pour en assurer l'reil, on les revet d'assises épaisses , avec bossages : on leur donne du fruit. rt. 3. oútes . - Dan les pon ts en ma<;,onnerie, la voute es t tou t . On accentue vigoureusemen t ses te tes par une fo rte sailli e sur le tympans , par l'appareil des vous oirs ; on les releve d'une archivolte ; on exagere les dimens ions de la clef : on la fait saillir au-de sus et au-dessous du bandeau; on la flanque de deux contre-clefs; on y sculp te un ca rtouche.

rt. 4. - Tyn1pans. - Les tym pans , qui son t un poids sur le dos de la voute, doivent etre et paraitre légers : on les rcvet d'assises minces, de briques . On se ga rdera, meme dans une capitale, de les faire en pierres de taille de grand appareil. On les traver e par des voute d'élégi ement ; dans un pont long , on les raye de lignes d'ombre par des pilas tres . r l. 5. -

Pila tr s. -

Au-des sus d'une pil e, un pi lastre sé pare et encadre deux ar che voi ine ; u r une pil e- cul ée, il peut séparer utilement une g rande arche de petites voutes d'acces . Pl aq ué sur une culée pl eine, il fa it partie de la culée, il ne sépare ríen. On appa reille un pil a tre avec plus de vig ueur que les tympans qu'il encadre, avec moin que les piles qu'il surmonte.

Ar L. 6. - Couronne1nent. - Pour r-egarder un pont, il faut recul er a sez loin : on ne voit plu alor les petites moulures des chaperons, des corniche , de bahuts . II en fa ut done peu, mais de simples , nettes de loin, avec fortes ailli es . La hauteur et la sa illie des co rnich es seront ajus tées au pont. On mettra s ur un pont lourd , a tympans plein s, une cornich e épaisse ; sur un pon t léger, tre évidé, un pa rapet tre a jouré ; sur les culées, qui doiven t toujours pa raitre robu tes, un parapet plein. 6. - A u P on t de ai nt-L o up (Lig ne de La Fe rté-Ha uleri ve a Ga nn a t, 19'11-1 4), la sa il l ie des bossages est de 4 a 5•• aux culées, 3 a 4•· a u x piles, 2•• aux pilas tra et a ux ba ndea ux. V oir IIUS i : APPENDICE, Viaducs.


TITRE XIII

RESPECT AUX VIEUX PONTS On a gaté de vieux pont pour le élargir. Au pont de la Tournelle a París, au pont de la Guillotiér e a Lyon, il n'y a pa tré grand dommage. Mai on a failli porter la main ur le_joli pont d'Entraygue 1 • De Ingénieur se ont rencontrés, qui ont propasé de démolir le l eau pont de Toulou e2, le eul du pay qu'ait lai sé debout la terrible crue de 1 T. C'e~t une méchante action que de jeter· par terre un fruit, une parure de la « terre des péres » : c'es t nous diminuer. On doit re pecter le cho e qui ont duré, urtout celle~ de cbez nou . R e ton fidéle aupa é, outien du pré ent et gal'ant de l'awnir, et gardon de Barbares no vieux pont , nos vieille égli e , toute notre vieille France ... PrceteT'iti fides, spes futu ri.

1. -

<l>,, ll>.,

2. -

<1>7, p. 57; <I>., p. 4.

p. 34.


TITRE XIV

DÉCORATION

DES

PONTS

CHAPITRE I

QUELQUES RÉFLÉXIONS SUR LA DÉCORATION DES PONTS Dans un pont, la décora tion doit seulement dis tinguer les différents m embres, marquer, accentuer le ról e et l'importance de ch acun. Mais ell e doit faire partie du co rps mem e de l'ouvrage : elle ne doit pa s en pouvoir etre détachée : elle ne sera j:>as rapportée, accrochée, plaquée. E lle doit etre sobre, discréte, modes te, raisonnabl e, utile 1 . Ell e sera a l' éch ell e du pont : du point d'ou on le regarde, il fauL qu'on la voie. Les Architectes qui ont décoré des ponts ont quelquefoi s oubli é qu'un pont n 'est pas une maison, ni un théft tre, qu'on regarde de tout pres , et les ont chargés de petite choses qu'on ne voit pas de loin. On doit se rendre tres exac tement compte 2 de l' effet que fera, réalisée en vraie g randeur, une di s position ag réabl e en dessin : on a eu des désillusions . On n 'es t poin t obli gé de traiter de meme les deux tetes d'un pont 3 • 4 • CHAPITRE II

TtTES DES VOÚTES § 1. -

BAN DEA UX A

CROSSETTES

Au XVIII• siecle, dans le centre de la France, on a presque toujours extradossé les bandeaux a crossettes 5• 6 (f.). On a fait ainsi, en Italie dans les premiers ponts de chemin de fe r 7, aux Éta ts- Unis 8 , en Suisse 9 , en Autriche 10 , en Allemagne 11 , en Angl eterre 12 • 'l. - L a co up e hori zo nlale de q uelq ues p il es de Ga utb ey es t en ovale. Les douell es de ses p onts ele Nav ill y s ur le Dou bs e t s ur la Guyo tte, qui ne so nt vues q ue eles pecbeurs e t des g r enouilles, son t á ca issons : c'est raffiner hor s ele pr opos. 2. - Par eles ma qu ettes en platre, en te rre, en p áte plas ti q ue . .. Il es t bon cl'avo ir clans les burea ux des cless ina teurs qu i y so ient exercés . Perronet a fa it fa ire beauco up de maq uettes : celles eles po nts de P on t-Sa inte-M axe nce et ele la Concorde so nt a l'Ecole des Ponts-e t- Cha ussées. 3. - Pont eles Amiclonniers (I, p . ·J 93). 4. - Pont de Saint-Loup s ur l'Al li er, 1910-1 914 (Ligne ele La Ferté-Ha u le ri ve a Gannat). La te te amont est revetue de briques et co u pée pa r eles p ilastres a u- cless us eles p il es; la tete ava l es t en moellons orcl inaires a jo ints incerta in s, sans l ilas tres . 5. - Ponts en anse ele panier: Blo is, 1716-24 (,1,., p. 32; ,1,., p . 107); Orléa ns, 1751-60 (•~., p. 82 ; ,1,., p. 107); Saumur, 1756-70 (•~es, p. 116); M a nl es, '1 757-65 (I , p . 160); T ours, 1764-77 (,1,,., p. '116 ; ,1,38 , p . 122); Neuill y, 1768-74 (•1•0 , p . 109; •~30 , p. •] 22); . .. 6. - Ponts en are : Foucbarcl, a Sa u mur, 1773-84 (,1, 20 , p. 116); P ont-Sainte-M axence, 177 1-86 (p. 68, renvoi 25); Bruno y, 1785-87 (,1,.., p. '116); Co ncorde, 1786-91 (,1,,., p. 1'17); Nemo urs, 1795-1804 (p . 95, re nvo i 42) ; .. . 7. - P rarolo ( III , p. 93), I ola del Can to ne, po n t aval (III , p. 98) . . - Cabin J ohn (III, p. 75), Wheeli ng (III, p . 47). 9. - Nycleck (II , ¡ . 51). JO. LEtienne ( II , p. 55). 1'1 . - Re icbe n bacb (JV, p. 183). -J 2. - Londres (I, p. 147), \ Va lerloo, a Lond r es (4•18 , l . 113), Gloucester (I , p . 107), P utn ey (III , p. 239), Edouarcl V II (I, p. 182).


103

ARCHIVOLTES

Les ba ndea ux ú eros ette ne sont pasó. conseill er. Il s sont cher ; la voúte et les tympans n e fo nt qu'un, a lors qu'il foudrait séparer ce qui porte de ce qui est porLé: les intrado semblent découpé dan. un mur plein.

§ 2. -

Art. 1. -

A R CHIVOLTES

AYanLagcs . -

L 'a rchi vo lte acce ntu e la voute, ln sépare franchemen t de ses Lym pan . C'c. t un e exce l len te décora tion : on ne !'a pa s as ez 1 pratiquóe. E l le es t particu lierement motivée so u tympans tl'é év idés , pa rce qu'on voit alors toute l'épai sseur de la voúte aux reins: il est bon, pour l'ceil, de Ja divi er. E ll e n 'e t pas jus l-ifi ée dans un pont rustique, s impl e, au-dessus d'un bandeau ó. bossage . é[) 1

Ponl S•-An ge (Ponl JE lin s)

-

a Rome

13

(138 ap. J.-C.)

Les Romain en ont fait g l'and usage dans leurs ponL (<I\), leurs porte , leur a res de triomph e, et a ussi les Italiens de la Renai sa nee : ponts · du Rialto (e(),,, p. 117) et des Soupirs (c(), p. 125) ú Veni e, pont Saint- Michel ú Vicence, pont de la TriniLé a PJorence (e(),, p. 105). En France, au XVIII• iécle, tandis que dan le Centre on s upprimait touLe sa ill le au bandeau, en Languedoc 14 , en Bourgogne 15 , revenant ú Ja traditiou romaine, on le...dé tachait par de vigo ureu es a rchi vo ltes . 0

13. H. -

,

Dale ele la pholograpl.iie : OOLil 190S . Lavaur ([, p. 97), Gignac (1, p. 103) .

·15. - P on l de Gaulhey: Ponl- Pi erre, ur lu Tlt alie, J,66-70; l'onls ele la Borc¡ue sur Ja Yallie re, 1777-80; ele G ue ug no n, s ur l'Arroux, 17::13-87; de Suiol-Luurenl, u1· la Satine, a Chalan, aval, 17 ' lc-89; ele l'iaYilly, s ur la Guyo lle, 1786-89.


DÉCORATION DES PONTS

104

Art. 2. -

P1ofils. -

avec une pente AC (f,)

17

L'a rchivolte peut etre un simp le fil et ACNM (f,)

16 ,

f. -

f.

Ponl de Lavaur

On y peut soit creuser un_cavet (fJ 18 , soit dégager le tore I K (f.) : c'es t l'arch ivolte de porches roman , - peut-etre un peu lourde a Lavaur 19 (f,), puis a Va lence 2º•21 • On adopte pour (f,) un rapport simple 1/ 3 22 , 1/ 4; a 1/ 6, l'arch ivoHe n'es t

t

plus qu'un mince filet 23 • On peut cncore divi er le l andeau en tabl es l'archivolte (f5). f, - Ponl S•-Ange, a Rome

25

24

(f0 , f,) , orner de moulures toute

f, - Pont de la Trinilé, aF lo rence

26

f, - Ponls de Luxembourg 27 et des Am idonni e rs 28

Pour toute ce arch ivolte , il faut, entre les hauteurs de In moulure et des table et l'épais eur tota lc de In vo-0.te, des rapports simpl es voisin s de ceux du Vieux pont de Lavaur 29 • Si on 'en écarte trop, l'effe t se per d. '16. 17 . -

(lIT , p. J55)_.

P on L ele Narni, sur la Nera (Tla li e). Voir III , p. 3'Ji. A nLo in e lle ( 11 , p. 145), Gour- o ir (l IT , p . '103), R éb u zo (I, p. 48), Morb eg no ( IV, p. 65), Lu sse r a t

P o rte de l é ro u se. Am idonn ie rs (fnce ava l) (T, p . ·J96 1v, PJ. 3, f.,) . 19. - IT , p. '] 35. 20. - I, p . 173. 2J. - On a relevé ai ns i par eles b o udin r o man s eles Le Les ele so uterra in s ur l es li g n es de R oelez ó. Niill au , ele 1\Iencl e a éve rac, d e Manles a Argen le uil. L' effet est excel lent pour ce u x a de u x voies (so uLe rra in de M e ul a n, li g n e l e Man tes iJ Arge n teu il ) . 22. - \nto in e lle (lf , p . Jl,5). 23. - Narn i. 2!i,. - Gignac (T, p . 103). 25. - Eau-f'or le el u Pira nése. - 1\l es photograph ies . 26. - Vo ir ,,,., p. 105. 27. - 11 , p. 68 1v, PI,, r.. . 2' . - r, p . J96 1v, I 1,, r.. . 29. - l , p. 96bi,, Pl., r•. On les a aclop tés a Lu xembo urg, a ux \ midonniers (f,) . '] 8. -


105

ARCH IVOLTES

Art. 3.

Appareil. -

Voir Titre I, p. 17, dernier a linéa.

Art. 4 . - Fruit. - Quand, ce qui es t le cas généra l, l'épaisseur de l'arch ivolte augmente a partir de la clef, il faut, de m eme, qu'augm ente la saillie ; ell e aura ains i plus de fruit que la voúte 30 • <P, - Pont de la Trinité,

Ar L. 5. -

Archivoltes de voutes en briques. -

il est fa cil e de faire, a peu de frai , des a rchivoltes d'un bon effe t m en t r e ·saute r cha qu e roul eau sur le roul ea u inférieur.

32

a Florence

31

Avec la brique, : on fa it s impl e-

ArL. 6 . rreter ou recevoir l'archivolLc . - Quand on fait un e archivolte, il faut la recevoir, l'a rr·eter quelque part, n e pa la laisser s uspendue. A Lavaur 33 , ell e se r etourn e horizontalem en t a 60º de la clef; au pont Antoi-; n ette 34 , ell e s'enfonce dans le sol avec !'are; e\ Lux embourg 35 , ell e est a rretée par un sommier . L e archivoltes e t leur re tour horizontal on t so uvent sous des voútes d'élégis ement. Si ce retour es t _ba , les ·p il es d'él égissement sont hautes et s'ap pui ent s ur une partie fuyante de la voúte ; s'il es t haut, il re te de ou trop de tympan, au détriment de l'aspect. 30. - Les f'ruils sont : 31. - Voir T ome JII , p. 31,0. - Da te de la 1 T e les I Archivoltes a u P ont de L ava ur 1/ 25 J/ 22 pho log raph ie : juin 190 ' . a u P ont An to in elle ·J/ 25 •J/ 20 32. - P o nt de Saint-Waast, s ur l'Agou t (1 82-84), Li g ne de Monla ub an a Cas_Lres (,1,, 11 p. ·118). 33. - IJ , p. 135. 34. - II, p. '145 . 35. - II , p. 67. T . V. -- 1'1


106

DÉCORATION DES PO ' TS

i des lila tre encadr nt la grande voú.te, il faut que le reto u r horizo n ta l soit a sez long. Il n'est pa facile d'accorder ce condition opposées.

§ 3. -

BA DEAUX, A VEC TABLE JJ.VFÉRIEURE E"N" RETR A ITE SUR LES TYMPA/\S

Dan le pont romain , plu tard en Languedoc, en Bourgogne, l'archivolte e t en aillie ur le tympans. Au moyen-fige, la voú.te e t ouvent en rouleaux : le ~upérieu r dans le plan du tympan-, l'inférieur en retraite (e]),), 3 6 • 3 ; . el>, -

Vieux pon t de Prag~e (x 1v•) ~

Quelquefoi , on a m1 en encorbell ement les tympa n s u r les tetes, les parapet ur le tympan 3 0 : la chau ée e t plu large que la vo-0.te.

§ 4. -

CLEFS PE DA TTE . -

CARTOUCHES

Dans le pont ornés, on mar que le mi lieu de la vo-0.te par une clef et des contre-clef 39 b" , oit plate ·10 , oit, mieux, culptées •n aux armes du pays, de la 36. - Daos les églises ogiv·a les, les voutes des nefs sont ains i. 37. - Ponls de Soisson (Choisy : Ili toire ele l'ilrchitec ture, II, p. 564); d'Espalion; d'Entraygu es : sur la Truyere (<P. ,<.)). , p. 34-), ur le Lol ; vieux ponl á Ches ter, . . .. 3 . - Dale de la photographie: epLembre 190t. 39. - Vieux ponl de Pise (Choisy : Ifistoire ele l'Architecture, to me II, p. 564). 39 bis. - Elles pourronl relier utilement une cornicbe á une archivolle (Luxembourg, II, p . 68v), Amidonniers (I, p. 1961V). 4-0. - Aux vieux ponls de Lavaur (I, p. 97) et ele Gignac (I, p. 103), on devait sculpter sur les clefs les armes du Lang uedoc. 1,1. - J onls Montaudran et des Minimes á Toulouse sur le canal du l\Iidi (é)),., é)),., p. 123).


CLEfS PENDA1 TES -

107

CARTO UC HE8

'province ·12 , de la ville, du ouverain '13 • Voici le bea u ca rtouche culpté a Bloi par Guillaume Cou tou (1724) ,u : <J> 4 -

PonL de Blois -

Cl ef amonl de la vou.Le du milieu

45 -a

7

Si le pont a plu ieu rs arche , on ne mettra de ca rtouche qu\i la clef de la voú.te centrale, pour bien marquer el>, - Vi p11x ponL cl'Or·l éa ns '15 -b le milieu du pon t, urtout 'il e t en do d'üne et a, alor , un omm et(cI>.) . On peut n' en m ettre qu'u l'amont 46 , ne pa fair e le meme ú !'aval '17 • Le gen qui pa en t ur le pont voien t le do du cartouche : il y faut de iner quelque cho e 4 G, •18 •

42. - Ornaisons (I, p. 65); Amidonniers (I, p. 193). 43. - Luxembourg (II, p. 67). 44. -

La R évol uli on bri a la co uronn e roya le, morlela les íleur de ly de l'écusson. De Dartein. Eludes sur les Pouts en pierre renrnrquaóles par kur décoratiou a11térie11rs nu XIX• siecle, vol. 11, p. 92 . .. Pout de Blois, ,Par /n cques Gabriel et Pilro11, 17 16• 1724 ''.

45. 46. 47 . -

48. -

Dale des ph olographie : a, anil 1914; b, aout 1905. Vieu x ponl d'Orléans (1751-60). Blois, Luxemb ourg ( II, p. 67), Amid onni er (I, p. J961V, f., , f, .). Luxembourg (11 , p. 67).


108

DÉCORATION DES PONTS

L e carto uch e doit e Lre a l'échelle du pont (<l\) : on l'u parfois fait trop peLit. A Toul ou se '19 , le car Louch e centra l a 801 ele long.

· A~x . pont clu Prince-Régent appliques d e bronze.

§ 5.

Art. 1. d e ponLs .

51

et Max-J ose ph

52

a Munich,

on a suspenclu des

VOUSSURES

Pourquoi on a échancré par une voussure des tetes

.1º Pour mieux entonn c r les r.a ux: ceci n'es t qu'un prétex te qui, au demeurant, ne le justifie pas u lo. Lcte ava l. 2º Pour réduire l'ava nt-bec de. pil c'c t un e raison. - On a fait ainsi aux Amidonniers, eulemen t ú lo. tete amont. 3º Pour l'n pect : c'e t, j e c rois, fort u lort; d e loin, d'un pont en cllipse avec vo u Ul'C, on voit s urtout le bandeuux en are: on dirait d ' un pont en are ren[orcé aux rein : c'e L lo ur l 5 3 • T o ut a u con t1·a ire, on a tré hcureu sement éb ra é en bouche de cloche les arche latérn lc de Gignac 54 • 49. 51. 53. -

Amidonniers (1, p. 196 1V, f.,). 50. - Dale de la pholographie: juin 1914. IV, p. 239. 52. - lV, p. 24-2. N e uilly (cj_) 0) , Alma(! , p.153), l~mpereur-Franc;ois( I, p. 168), Va lence (I, p._173).

54. - I , p.103.


109

VOU SSURES

· 4º P our élargir de vieux ponts (cL\, <.1\) . <.l?,-PontSt-L au 1·cnL,a Cha lan- / S.,amont 55 , 60 -a

<1) 8 - Pon Lde Juran on, s ur le Gave de Pou 56 , 60 -b

l ; ·~~~~

Arl. 2 . -

Que ls inLrac.los a -L -on

« vo u s u1·c >> g ucre que les ponts en e ll ip e ponts en a re 58 • <I), -

55 . 56. -

a

,

vou s u_rc

On ne » () on ce vo us uro » ra 1·em ent les

«

57

P onL de Neu il l y, su,· In Sc i nc

59

,

60

-c

Consl ru iLa u xv • s iécle, ~Jargi en 1,85-89 par GauLbey. (De Darte in , ]oc. ci L. renvo i 44. Vol. l V, p. 207.) Con s Lru iL vers 1739. é larg i en 1870-73.

57. - T ome I : Gloucc Ler, p. 107 ; A nni ba l, p.1 12; Dioble , p. 11 6 ; Alm a, p . ·153; Empereur-Fran c,:o is, Progue, p. 168; \ 'olence, p. 173; Amidonnier , p. 193. 58 . -

M osco,

a Turin

(111 , p . 199); poo l Vercli,

a Parme.

D esc rifJtion el'"- Proj ets et ele la Con · truction eles P onts ele Neuilly, ele Mantes, el'Orlecrn et aut res .... » T ome l ", Pari. l mprimerie R oyale, MDCCLXXX II, p. 1 ú 65, PI. 1 a X IX. Cu. - Dntes eles photogroph ies : a, mai 1909: /J, oc lob re 1()09; e, aoLiL '190 1. 59. -

1 errone L:

ce

,:


110

DÉCORATION DES PONTS

rL. 3. défini I cl.>

10

Tr

l

y u ure . -

corne de vache de I' Ima

61

J ai indiqué comment on a, ait

t celles, plu courLe , de "\ alence

l onl de la Rein e ?\Iarguerile, a Turin n-a

lllifrt.

P:'i-'11

-

PonL HumberL Jcr

'

62 •

a R ome n-a

Il fout que le ul'face oient bien réguli éres, nn. creux ni bo e : on n 'y a pa toujour ré u i (<1> 11 ) . Le vou ure com pli quent I'a1 pareil eL le cintre; ell e exigent beaucoup de pierr de tai lle et cout nt ti-é ch r. <1>

t!

Po11L de Chi'llel leraulL

;1-o

, ,~.

bentane u1· la Durance 66 , ú !'Alma 67 , pm On 'en t fol't cngoué n Italie 70 •

ª

~\ rL. 4 . - La vousur e L-ell fran -

ai . - On en voit au P ont-. euf de P arí (15781607) (<I>,,, p. 119), au pont de euill y (1768-74) (el.>,) imité a Glouce ter 63 , au pont en are de Homp (1781- ) 64 ,aupont foca a Turin 65 , imité d'un projet de P erronet, a Bordeaux (1819- 1822), a Chatclleraul t G5bi s (<I> t!), 8. Bar68 Prague , a Valence 69 •

61. - I, p. 153. 62. - I, p. ·173. 63. - I, p. l 0í. 64. - De Darlein, loe. cit. renooi 44, vol. lll , p . 173. 65 . - Ill , p. 199. 65 bi,. - Pont de halelleraull, 1564-'1609. Direcleur des travaux: de 159!• a J606, Charles Androuel du Cercea u: en uite on fil René, arcbilectes du Roi. - Les vous ures dateraient de 1 25-1 30. Bulletin et ?-1émoires de la SQciété des Antiquaires de l'Ouest. Tome XXIV (de la. 2• série). Année 1900. e: U11 ,l/011ume11t historique du XVI• siick. Le Po11t de Cháüllerault, 1jót1 - 1830, par ~1. Al&ed Barbier. ~Jémoire: p. 1 a 85; piCces justificatives, p. 87 a 1 51 .

6í. - I, p. 153. 66. - Ligne <l'A,·ignon a l arseille (1 46-49). 68. - I, p. 168. 69. - I, p. 173. í0. - P ont Annibal (T, p . 112), du Di able (1, p. 'J J6); nouveaux ponls de Rome (~, 11), de Turin (<1>, 0). 71. - Da les <les photographies: a -a ou l 190 ; b- mai 1907.


CH PITRE III

MURS DE TETE On y a creu é de niches 72 (<J>, 3) . On a tré souvent entouré d'un cadrc un panneau en recul en relief(<P 1J 74 •

<l\

3

-

73

,

avcc ornements

Pont d Rimini

rn

On a u pendu de couronne 76 ,_ de écu on a, ec 77 ou an 78 attribut , de médaillon 79 (<I>J, culpLé de initiale 80 , ouvent trop maigres. On a traver é le t mpan d'arche ; on y a ouvert un il-de-barnf 81 •

72. - Rimini; P onl :t-.Iari e, a Parí (X II 0 siecle); Glouce ter (T, p. 107); Chesler (lll, p. 29); Bain de-Lucques (III , p. 32); . . . 73 . - Trinilé (,1,., p. 105), Lavaur (V ieux Pont) (I, p. 97), Ballochmyle (T, p. 41), Calcio (III , p. 100), Bellefield (ITI, p. 49) . 74. - P ont de aYilly ur le Doub (<1> 10 , p. JJ 3). 75. - Date de la pbolographie : aout '1 90'. 76. - Bercy, Louis-Philippe, a Paris. 77. - Auslerlitz (~•,., p. 122). 7 . - Jéna, Til ilt (•~ •• p. 96), Edouard YJJ (I, p. 1 2). 79. - Bou cicaut (III , p. 243), Prince-Rén-enl (I\ , p. 239), Pont I abelle, a Turin, .. . O. aint-1'Jicbel; Pont-au-Change; aint-Jean, a aubu se· Poinl-du-Jour . . . 81. - Vieux Pont de Toulouse (•t•,, p. 57); ponl de l' Tsle sur le L oir, pres Bonneval (1710-1717).


112

D llCO R A T I ON DES PONT

4? 11 -

Ponle Rollo , l'ffl:lllmt--·-~ ,~-;;~~'--'w----¡,.---~----i~~mr;;nr~,-:-:'!':il;,w

él\ ,. - P onL

d e Snlflmfl 11 q11 e

sq - b

a Rome

82

• s G-n

Pour de longs ouvra ges , il e t bori d'é tablir, au-dcssus des pil es, des pila, tres : il s rayent d'une li gne d'omb r e la s urfa ce m onotone des tympan s 83 ; il s pieds et le couronne1 éunissent le nient du pont; il portent le dés du pa rapet, des candéla bres , des s ta-' tue , . . . On en voi t dans des pon ts roma rn (<l),J 84, dan des ponts du xv m • s iccle 83 , dan ce ux de no jours 85 •

82. - P ont P alaLi n, res tauré e l d éco ré e n -J 575 pa r l es Bo rg hese. ( Le ur c him e re es t sculp tée . cla ns l es ca lrc ) . - Auj o urd'liu i P onte Rolto . D e Dartein, loe. cit . rcnvoi 44-, vol. IV, l ntroduc ti on, p. xv11.

Au pont de Navilly (,1,10 ), pour Je r e li ef eles L_-mp a ns; Gau Lhey I a raft s'é Lr e so uY e nu du pont P a laLin . 83 . -

T o ur (,1,20 , p. 11 6),

84. 85. -

l o nL a inL-.\ nge (,1,1 , p . ·J03), ... L ondres (l , p. •l l,-i ); PuLn ey (1 11 , p. 239) ; Ma r mande (,1,10 , p. 37); T olbiac, ü Parí s; . ..

a u m ur (,1,0 ,, p. 11 6), F oucha r cl (,1,20 , p. 116), ...

' 6. -

D a tes eles pho tog rapb ies: a - aouL 1908; b - mai "1889.


113

MURS DE TETE

ct>, 0

-

P onL d , Navill r, ·ur le Ooub -

<l\, - PonL

d e Nnvilly, ~ur le·..Doul1s -

amonL

93

-a

aval ~3 - a

Sur les pi las tres, on culpte un motif de décoration : on l'a ouvent fa it trop maigre, trop menu 87 • On peut varier a 1 infini le forme et la décoration du motif au-de us des bec : pyramide (ll\ 0) 88 , 90 , co lonn es portan t un g lohe 89 • 90 , piédo uche portan t. un écu on (<1>,.) 90 ; g lobe ur la pointe d' un chape l'on 91, ur un piédouche -~ fó.t cannelé 92 ; ••• II y en a beaücoup ú ne pa imil er, par exempl e ce morceau de fri e· ur deux co lonn e ((J), ) . Dan ·e ponL, Ga uthey 90 a fo i t v01 r plu d' imagination que de gout . R etenon eul ement qu'il ne s'est pas cantonné dan un type, qu'il a traité rlifféremment. chacun de - es 15 ponts: ceci e ta imiter.

(J), s -

P ont de "\Vale 1·l oo,

a Lond1·es

03

í. - Nouveau ponL d'Ainay ur la aóne, a Lyo n. PonL e.l e l' ni,·er s ité, ur Je Rh óne, á Lyon.

8 . - P o nls des Ecbavannes (•~., p. 5í ), LaurenL a Chalan (,1,,, p. '109) .

ain l'

ª9. -

P on t de Cuisery (empo rl é en 1789).

90. -

Ponts de Gautbey: De Dartein, loe. cit.

renooi 44, vol. l V, lnt rod uc lion, p. x 1v. 91. -

PonL de Tour , aval (,1,.,, p. 116).

92. -

PonL de Tour , amont.

93. - Dat e· des pho lograpbi es: a - mai 1911 ; b - juin 1906 .

T. V -

15,


114

DÉCORATIO

<.1\ 0

<P,0

-

-

Po11l de Invalide ,

PonL sur le Hlióne Ponl La Fayelle

r

DES PONTS

a París Sur la pile, on a placé une statue (<.l\ 0 ) 94, un groupe (<I>, 0 ). Au pont La Fayette (<I>, 0) , les sujets ont, de loin, indi tincts, confus . Rien ne se dégage d'une tache générale ombre. On voit bien le colonnes du pont forand (<J\i).

a Lyon (18c 8-\JO)

05

La décoration ne doit pas envahir l'ouvrage : elle doit re ter modcste, effacée. I1 faut que les ornements soient a l'échelle du pont; qu'on le di Lingue de loin; qu'il s ne soien t pa ra I porté , mai fa en t corps avec lui . Je l'ai dit; je le redi .

CHAPITRE IV

COURONNEMENT § 1. -

PLI TTJ-IE ou CORNICHE

L'épa i eur, la a illie, varient uivant l'ouvrage, a hauteur, es formes . Aux haut iaducs, aux pont lourd , il faut une corniche épais e, donnant une ombre largc. ne corniche éparc les tympan du parapet; elle couronne l'ouvrage et s upporte l'attique, toujours plu léger: ce deux meml res doivent etre et para1tre fort différent : 'il ont meme aspect, la plinthe ne se comprend plu . On a dit que la plinthe indique á l'ccil le niveau de la voie ou du trottoir. Je n 'cntends plu guére cette rai on-lá. 9'•· 9.5. -

Alma (1, p.153); Mirab eau. Dale eles pho log raphies: juin 1909.


PLIKTHE

11 y a de beaux profil de corniche : celui de Rimini ((})u), ceux ú grand cavet de cathédrale :de xn• et xm• iécle 96 , le gro boudin du xnn• 97, 98 , po é ur un cavet (f 99, 100 , ur une doucine (f10) 101 • On a placé la plinthe urde modillon (cJ>u) 102 , de corbeaux : on en regle au mieux l'a pect, la hauteur, le pacement. On le arrete aux culée , il ne le pourtournent pa::;. cr, .. - Pont do Rimini lOG 0

)

ou upprimon maintenant la plinthe ur le culée 103 : c'e t plu vigourcux, plu cru . Le culéc ne ont pa l'ouvrage, el! en ont le cadre : un peu brutale , ell e l'arretent bien. Dan nombre de pont du foycn-úge 104 , dan. de plu récen t 105 , il n'y a pa de plinthe. 96. Voir au 97. 98. f0 -

-

Caslelel (II, p. 131 , f,), La mur (II, p. 136, f,), ntoinelle (II. p. 145, f 8 ), aint-Waast (<Jl.,, p. 11 ). i : APPENDICE, - iaducs. - Ornaison (J , p. 64, f3 ). - Sa surface supérieure, presque horizonlal e, e couvre de mous e, de végélalion, d'ordure . 99. - I onls du xvm' siecle en Lann-uedoc: de i\Iinimes, Ptde Neuilly-4mm sur le cana l du i\Iidi, a Toulouse (J760-1i63) ((}).,, p. 123), de Car bo nne, ur la Garonne (1764-17 O), de Gignac (I, p. 103). De Dartein : loe. cit. renooi 44. Vol. 11 l. 100. euilly ('1768-74) (<Po, p. 109,-f.), Luxembourg ( II, p. 67), Amidonniers (I, p. 193). 101. - Bloi (1716-1724) (f, 0 ,-cp,, p.107). 102. - On en a un peu abu é (Pon ts de Ro an ne, de Chalonnes, etc ... ). bis), 103. - Luxembourg ( II, p. 67), Fontpédrou e (cp,. p. La Croix (<1) 3 , p . 7 ). - Voir APPENDICE, - Viaduc . 104. - Enlraygues (él>,, (}) 0 , p. 34), Tournon (II, p. 35), Claix (III , p. 36). 105. - Passages supérieurs : Jio-nes de Lyon a i\Iarseille, de Mende á éverac, de i\Iar,·ejols á Neu argues. 106. - Dale de la pbolographie : aout 190'.


116

DÉ CORATION DE

§ 2. -

PO~TS

PARAPETS

Arl. 1. -

Parapet plein . - Sur un pont un peu long, un parapet con Lant e t monotone : on peut l'a ccidenter de dés en aillie, faire de encadrem ent de pi erres de différ entes couleurs , des pnnn eaux de brique , etc . . . ur la pa roi exté1·ieure, on pe ut de s iner un e « po te» (<P.,) , une grecque, plu ferm e (cJ\,) 107•

a pro51

!I).,.- P o 11L el e S11urnur

1 08

<I)" - P on t dC' B1·11n o v

u o.n

1 09 , iJO .b

A Saumur, ur la Loire (1756-1770) (<]>.,), ú Tour (1764-1777) (<J>,,), ú aumur, s ur le Thoue t (Pont Fouchard) (1773-17 4) (<l\ 0) , de Vogli e a adopté une dis poition 01·igina l , inté re a nte, imita bl e : <I\ . - P o nL- cl P T our,; , 11 vn l

n

110

<I>,, - P on L F o ucha rd

-c

110 - c

ltngc b::rncle pinte court cl'un bou t ú l'autre du pont, e.mbrnssa nt co rnichc e t I a1 ·npe t: ell e s'a ppui e a ud 1·oitde cbn<l>" " º-d que pil e. ur un e ta bl e verti cn le de meme a illie . L a bande e t les tabl e. font de '107. P e yro u ,

108 . p. b9.

109. · ur l' Yé r e (Jí 85-8í ) - Ponl d e P erro ne t icl ., p. '193. 11 0. - D a tes eles p h o tog ra p hies: a, ao úL 1907; b, av ri l !91 4; e, ao úL 1907 ; el, juin 19J/• .

.,

\" o ic i (<~.,) cell e de la l rome nade du du x v111 ° s iécl e) . D e D a rt e in , loe. cit. ren oo i 44, vo l. II ,

a M o n tpe lli e r ( fin


117

PARAPETS

cadres rectangulaires contenant chaque arch e, en mani ere « d'arcade renfoncée » m.

Art. 2 . - Parapets évidés . - Un parape t pl ein au- dessus d'une plinth e ne se comprend guére : un attique doit etre et paraitre léger. Ponts

a Venise

i u.a

On couronn e tres heL1reusement un pont par une fil e de balust res 112 , interrompue par de dés plein 113

L es ba lus tres du pont do la Concorde so nL' d'un joli dessin, bien fermo. •J J l. - D e Da rlein , loe. cit. ,-encioi 44, V ol. I I: No tice urJ enn de Vogl ie, p. 67; P onl de Tours, p.1:17; P o nl Fouc ha rd, p. 159. 112. - JI fa ul Lres pe u de vid e enlre les pun ses . J J3. - Lu xembo urg- (I l , p. 68 1•r, PJ ,, f',). 114. - Dales eles ph ologroph ies : a, juin ·J!JOS; b, j uill el ·J902.


DlkORATION DES PONTS

118

On ajoure trc [acilement un parapet en b1·iques : petit pilier m, fu.t troué de vide (f11 , f,.) . 11 y faut un peu de gout : on en a quelquefois manqué. Si le ponte t étroit, I ar xemple sous chemin de fer 1 une voie, et si l'on es t ú on ni vea u, on voit, ú travei-s le jours du parapet d'une face, le pleins de l'autre. n ouvrRge avec f,. - Pon L des Anclelys 116 2°m exécnté - 2<m pt de 5t_ \VaasL, projet f, un parapet trop léger f=====;;=======.;;:· ".:f en m étal ne parait =J l"""'·'"'"'""""""'"fl l""'·"""""""'"""""''I É pa couronnédu tout: on ne per oit qu'un « grisé », et des dé , s'il y en a. 11 faut étoffer le garde - corps en métal m . 1

-

110 11

<l>,11

-

§ 3. -

I onl de SainL-\'i·aast/ 1 8

REFUGES

11 n'est pa aussi faci le qu'i l emble de disposer, ans dommage pour l'a s1 ect, de refuges dans un parapet : il y faut quelque étude. On ne peut accepter des rcfugcs pleins que dans un parapct tres étoffé. n dé pl ein e t bien placé sur un con trefort, s ur un pilastre surmon tant un bec, s ur de voú.tains ou des consoles en pierre (<I>,., f, 3) . Si le garde-corps est léger, le micux est de le con erve1· pour les nich e , ma i un peu plus nourri, et de le outenir par de corbeaux di cret . T

115. - Anloinelle (IJ, p. 145); Saint-vVaast (<}) 31 ) : voir renvoi 32, p. 105. '1"16. - Sur la eine, 1872-73. V oir p. 6'1, renvoi 54. 117. - Pont de l'Universi lé, a

Lyon. 11 8. denu x .

Cliché Terpereau,

Bor-


REFUGES

119

Voici quelques dis pos itifs : f,. -

Pont de Saint-L oup ('LO l0-14) f 15

-

120 -

Pont de Man Les (1888-92)

110 -

1cm

1,m [f,. -

Amo n t

Ava l

Au Pon t-Ne uf, on a a ppu yé des niches rondes s u r des becs poin tus (<l> 32)· <I>.. -

P .:: n l-:fo u f,

a P or is (157

-1607)

11 9. - S u r le bras nav iga ble de la S e ine. « JJo nographie ele la ligne d' A rgentenil M. Bonnet, I ngénie ur des Ponls et Cha ussées, Pari ~, D u nod, Ali as, Pl. I X. 120. - Vo ir renvoi 21, p . 33. 121 . - Dale de la ph otog raphi e: juill et 1902.

121

a Mantes

»,


120

DÉCORATIO.\' ílES PONTS

§ 4. -

TrlTUES SUR UN PONT

Pour etre v ue avec lui, elle do ivenL etre a son échcl le, c'e t-ú-cli re énormes . Pour etre vues des gens q ui passen t sur le pont, ell e doivent e tre a l' échelle des pa sant , c'est-a-dire n'etre pas beaucoup plus graneles qu'un homme 122 • De petites tat L1e , a bon ne échell e de pr-6 , ont trop I etites vue avec le pont (<1\,) 122 • De grande , a bonne éche ll e de loin , sont écra ante de pres 123 • 11 n'e t done pa po ible ele placer ur un pont des s tatue , a voir ú la foi r1ve et du pont: il faut choi ir. <Jl,, - P onl de \Yurz bourg

d

121

-a

Pont des Belles-Fontaines (1728), (scu lptures de Gu ill a u me Cous tou ). <~ •• - Ensemble

Ava l

m-b

<l>,. - Délail

122. - P on l 'oin l- .\ nge á R ome (e]?., p. 103); Vieux P on l ele Prog ue (<1,) 3 , p. J06) : TriLLe nheim (111 , p. 276) J23. - Les socles posés su r les co lo nne s clu ponL ele la CoP.corele a lle ncl en l elepuis plus ele ce nt an d'ornir quelque chose á porler. Au lieu des p -ramieles ele P e rron el, e n mélol, creu es, á faces Pjo urée , o n songea á y placer des tatues de grand hommes. Douze éLaienL en place en 1836, mais elles écrosaie nl le pon l. On les envoya a \ 'ersaille faire corLége á celle ele J,.ouis X l V. 121•. - Dales des l ho log raph ies : a, juilleL Hl09; b, mai 19P7.


121

STATUES

On peut placer de grandes s taLues s ur les bec · de pil e , le pa ant n e les voient pas 125 , ou encare aux entrées élargies des ponLs , s ur de hauts piédes taux 126 • L es s tatues doivent etre d·u s tyle du pont : on se gardera de placer des m a l'b l'es du xvrn• s iécle s ur un vieux pont 127 • On n'a pa fait cette e rreur au pon t de Belle -Fontai ne 128 (<l>,., <J>,J. On peut trouver des motifs de décoration n 'aya n t pa , comme un e ta tue, de dimen s ions obligée , une échelle propre, par exempl e, le obéli ques qui co uronn ent tres h eureusem ent le pont lu Midi, sur le Rhón e, u L yon (<J.>, 0 ) .

q>,

0

-

Pont du Midi,

a Lyon ( L 89-91) m -a

"' li s cha rgent, comme il convient, le pila tres qui prolongen t les bec , et éparent les arches . Au pont voi!:iin de l' niversi té, le pila tres n e portent qu e des ca ndélabre : maigre charge s ur cette large ba'-e .

§ 5. -

D\fSCRIPTIOl\ S CONDYJÉ'I/JORATI VE On a so uvent inscrit la date de construction, le nom· de om ·erain , des aute ur de pont , urde piéde taux 129 , des colonn e , da n des cartou che , aux abouts de pont 130 , a u ommet de arches (Pont F ab riciu , ú Ro!D e) , sur un e partie urélevée de la face intérieure du parapeL (P ont de Rimini, Pont Cesti u , a Rome, <l>,;, .... )

'125. 127. 128. 129.

-

131. -

A l ma(I , p . 153), In valides (<J.) 11,, ¡ . '113), Mira bea u ,... . 126. - Iéna, Saints-Péres. Wurzb o urg (<]),,) . Sur l'Orge, pres de Juvi sy (1,28). - De Darlei n, loe. cit . ren ooi 44, Vol. 11 , p. JO, a 11 6, PI. i P ont eles Belles-l·on lain es (<]) 33). :130. - Pont Alexandre III, a Pari s. Da tes eles pholographies : a, juin '1909; b, a oüt 1908.

a 10 .

T . V. - - 16


CIIAPITRE V

CULÉES. rl. 1. -

ABORDS

bord . -

Aux pont des grandes vill e , il fa ut d'amples abord . On trouvera de beaux modeles dans les ponts du xvm • siecle, les grands (<l\ 8 , <.[>,0), le petits (<J> 0 , <J>J . <l>,s - PonL de T ours. ava l 133 ,

él>,. -

1 H •a

PonL de -eui ll ~·

13·1 ,1-1 1 -ó

On peut ébraser la derniere arcl1e par une trom1 e 13ó, un e voussure en pendentif (<1>, ). Les tours rondes de Lavaur 136 , de Turin maís condui ent mal la cir ulation . <l>,o -

P ont de Chanlilly in-e

137

,

encadrent bien la grande vo(He,

<f>,. - Pont d'Austerlitz

1-n-d

L e courbe de Vizille 138 , de Chantilly (<J\ 0), d'Aus terlitz (<J>,J, de Luxembourg 139 , des Amidonnier 140 , « ento1m ent » bien mieux la circulatio n dan le pon t, t·é i~tent bien ú la pou ée des ter re , font de belles li gnes d'ombre.

133. 13'•· 135. 13í. 139. 141.

- Voi r p. 116: <]>,, el renvoi 110. - Voir p. 109 : <l>, el renvoi 59. - Po nl-Royal, a Paris . 136. - I, p. 9í . 13 . - ], p. 93. - JJJ , p. 199. - JI , p. 6i. 14-0. - I, p. 193. - Dale s des pho tograp hies: a, aoul 190i ; b, aoul 1901 ; e, juill el 1Q03; el, j uin 1901.


DÉCORATION DES CULÜES -

123

ABORDS

<P.,. - Pont Monlaudran,

a Toulouse

132

l

<D., - Pont des Minimes,

a Toulouse

(1760-63) 132

~~~' .

11

'132. -

Sur l e Canal du Mi d i. -

Date des pho lographi es: juill et 1902.


124

DÉCORATION DES PONTS

Art. 2. -

Teles ou Portes de ponl. -

II y ava it de tetes de pont u Toul ousc ; il y en a au pont F lavien, sur la Touloubre, pre de Sain L-Chamas (<!\.); a u pont Val entré a Cahors (4\J , a Prague ; il en r este a Chatellerault 141 bi, _ L e Allemancl s en élevent a l'entrée de Jeurs grands ponts métalliques m. C' e tune intére sa nte clécoration: on y pourrait revenir clan le grandes vi ll es . éf>,. - P ont Flavien

Tout nu moin peut-on annoncer le pont pnt· des pyrnmide , J es obéli sques 143 •

CHAPITHE VI

TOURS, OBÉLISQUES, SUR UN PONT <P,o - P ont d'O rL11 ez (xII º) H G-a

éf>.,-Pont de Blois HG -b

On a élevé quclquefois ur les ponts, des tours, probab lem ent pour défendre le pnssage (<1\,, <1\ un obéli sque, une ai g uill e nu sommet d'un dos d'ane (<J>.,) , .u, w . 0

),

141 bis . - L es deu x lours de l'entrée ri ve gau che e nca draient un j oli há limenl ac hevé en ']61'1 p a r R ené Andro uel du Cerceau. On l'a el émoli en ·182~ : il n e l a iss pil qu ' un accés de 2• 92 á un po nt ele 21· .

/

Loe. cit . renvo i 65 h1• , p .

109.

14-Z. - Ponls s ur le flhin : de Bo nn ( 1896- 1898), de \\' o rm s (189º-1 900), de R uhror l-H omherg ("1904-190,), <le Colog ne (I\J IJ ;, ... . H 3. 141,. -

Ponl ele Po ol- a inl e-M axe nce, s ur l'Oi se (voir p. 68, r em·o i 25); P o nt Alexan<lre lll. i\l ou lins (proj e l le Ni a n sarl), IJJ , p . 306, f., f, .

14-5 . - L e po nl co ns lruít fin du x v111c si ilcle, s ur l'Oi se, a Co mpi eg ne (3 anses ele pani er el e 2Jm el 23m), por la il, su 1· lo clef de l'o rche ce nlra le, un o béli sc¡ ue s urm o nlé d'une c r oix . B eliclor. • Archilecture hydiaulique •, seconde partie , T ome JI , Pari s, MDCCLXXXX . PI. LVll , p. 480.

14li. -

))a tes des ph 0 Logr o1 li ies : a, oc lo bre 1909; b, aHil 1914 .


CI-IAPITRE VII

PONTS COUVERTS Pont de Pavie (x ,ve) <~ .. - Ensemble

oupi rs,

a Venise

i.a

149

9

On n'en fait plus. Pourquoi ~ n pont peut, ccpendant, porter quelque cho e (<l>, w. 11 y a plusieurs étagcs decirculation ur le grand ponts suspendus de Iew-York, ur le pont méta llique de Pa sy. On en peut concevoir ur les ponL en mn c;onnerie 148 • 0

)

14,. - Ch enonceaux:. Projet de Palladi o ·pour le Pool du Riallo, á Yenise. (Loe . cit. renooi 32, p. 93.) 14-8. - Au Po in t- du-Jour, á Bercy, les é Lages ele c irc ulalion ne so nL pas superposé . 149.

-

,iuin 190 .

Dale

eles

pho lographies :

11


CHAPITRE VIII

ÉTUDIER LES PONTS FRANCAIS DU XVIIP SIECLE 150 On ne sa urait as ez étudier le pon ts fra rn;ais du xv m • siécle : il y a la mieux et plus qu'un simple in téret his torique. San s dou te, on ne fond erait plus sur pilotis les grands ponts de la Loire, ni par épui emen t ou 26 pieds d'ea u les pile -culées du P on t de Gignac; sans do u te, on ne cons truira plus de g randes vo-0.tes s ur les cintres fl exibles de P erronet. Ce ne sont la q ue procédé d'exécution : il ont pas é, comme les coche d'ea u et le chaises a porteur. Mais ce qui n 'a point vieilli, c'est la beauté et la va ri été des form es de nos vieux pon ts , le choix j udicieux de leur décora tion ; c'es t l'ampl eu r, c'es t la majes té olennell e de leur accé : on n e les a pas éga lées.

150. - On lira avee le pl us grand profil les excellen les « Études sur les ponts en pierre remarquab¡es par leu ,· decora t ion, antérieiirs au X l X' siecle », pa r M. de Darlein , - I a ri s, Béra nge r, 1907 .


LIVRE II

COMMENT ON EX~CUTE UN PONT EN MACONNERIE

FO

DAT I ONS -

CI NTR E S -

VOÃ&#x161;TES


129

TITRE I

FONDATIONS § 1. -

COMJl!I EN T ET SUR QUEL S OL ON A F ONDÉ L E,S GR ANDES VOU TES 1

Art. 1 . -

Piles

Les ootites articultie- sont en italique -.

____________ Fondations ,,...._

r n tracios Ponts :

po rtee

Sol

Procédé

Vo ie

V o ir

~-1«1n

Dales

198 '166

20'1 '1 77 '193 '1 80 183 '192 199 202 182

1836-38 1 99-1 901 1904-07 1902-03 1902-03 1903-05 1904-05 1901,- 05 ']901-03

147 153 225 267 243

1824-31 1854-55 '1901 -03 1888-90

46.33 43 42. 67 40 40

252 239 95

1903-04 1882-83 1907-08

46 43 .89 44.35

160 79 213 206

1873-75 1855-56 ']870-73

40 50 40

1905-08

59.50

168 270 173 255 270 '165 270 206

,1898-1901 1905-09 1901-05 1904-06 1905-09 1895-97 1905-09 '1905-08

42.34 40 49 .20 43.85 40 41 40 59.50

.,

p ages

1

f-< ~

R oche r

TI

V ic to ri a

Calca ire fi ss uré

Hochbe ,·g

M oll asse (luf)

A mi do nni e rs

IV

EE rt•

I

'188 166 168

' Co m elius Reichenbac h j Ma rn e

Maxi m ilien

IV

Moulins-le;;-.Wet;; \ Edo ua r cl V II

I

¡

L o n d res' 1

.... r/l

A rg il e

+>

o ......

i5:

I

Alm a ) B ig Mudd y J: ive r \ Gross-Kun ze nd o rf

\ R ocher < A rg il e

M ehring Putn ey

III

/ Grav ie r

Ga rching

IV

\ M a nles N oge nt-s ur- M a rne

Grav ie r

P o nt-sur-Y o nne

Mannheim (RD) S c hi sle

Em pereur- Frarn;o is

E r t• e P E aq Él A r t•

E Él

-4)

Ca lca ire

....s i:.c

p..

s. o

Marne

-~1

Arg ile

o

-~

Gr av ie r 1

A vi g no n 1 \ Va le nce ) Orl éans

A

E Él

~ Av ig no n

A e ) rt• A

\ Ve r d un-s ur - l e- D o u bs

E

\ Av ig no n

( 1'\,fannheim (RG)

\ 144

¡

138 138 222

III 1 232 III 230

\ S a bl e a rg il e ux a ffo uill a bl ~\ B o uc ica ut

P o udin g ue

168

'170 , 170

Wittelsbac h \ Ar g il e

la

' A 1

P rcss ion admise su r le sol de fondat ion

~

l

230 230

1

92

I

140 76

I

2'10

IV

172

I

III

140 234

I

I

14-2

III

232

III

234

I

Í III ( IV

140

234 '] 72

--------¡ moy.

MAX.

"'

))

7-31 40 46 /,4

5. 29 6.6 7.2

45 .87

5

44

5

44

1,0 .54

36'

sous le thalweg

4.88

6.4 ' . 4. 9

3.3

6.30

4.3

6

7. 1

8.50

10.5.5 14.03 14.. 56 1 .60

9.8 12 .3 6.5 9.4 '

15. 01 6.'18 16.34

3. 6

5

11

i

1 I . 2 .

-

3. -

Fa ute de re nseig ne me nts, on n'a pas indiq ué aux Tab leaux, Art. 1 et 2, toutes les vofites de Sous les cu lécs : 81,r; 9. Aux c ul ées, on a inc lin é l es p ic ux. 4 . - Sous les culées: 171,r; 3 .

4 0 "'

3•7

5. 5 5. 5 4. 1 5 2.7

ou plus.

1

·-r.

V - 17


Ar L. 2. -

Cu]ées 5

Les ootiles a rticulees sont en italiques. Voir Inlrados - -~....__---._

Fondations Ponts : Sol

Procédé

, oie porlée

Q)

~

1

J

~~ j~ H ~ ~ ;g ~

Press ion admise sur le sol de fondation

Dales

J

A

Gneiss

1

Cinuskel

' Plauen Gravona

A 1 fr A 1 rt• A A 1 fr F,

Gour-Noir

Granil

II III

II

80 84 IlI / 84

Gu lach Sch wandebolzdobel \ Langenbrand

Micaschiste dur

Caslelet

II

Schiste crislallin

Solis

I

Tuoi

chiste

ª sec

11

Guggersbach

Gres

IlI

¡::;::=,

Calcaire

I II

IV

Montanges

III

) Lava ur

Mollasse (tuf)

~ Antoinetle

Moraine glaciaire

Brent

tres compacls

Steyrling

Schalcbgraben Salcano

( peu compacts

Krenngraben

Terre et pierrailles

1

Granuli te

Gohren Oloron (RG) { Rocky River j Fium' !lo

II

j 1'18 1'18

I

112

86 120 II • 120 86 III 86 III III 170

Palmgraben

compacls

Éboulis

\ 88 116 52 180 '14 232 ·122 124 16

III

¡ 1

178 14 '178

Seythenex (RG)

189 52 13 103

122 126 152 130 55 194 59 235 '174 143 62 135 145 34 137

164 168

141 '134 177

1910-'12 1903-05 18 4 18S8- 9 '1899-1900 '1899-1900 1907-09 1882-83 1901-02 1911-12 1906 1907-09 1907-09 '1904-05 1908-09 1882-84 1883-84 'l 99-1900 '1904-05 1904-05 1904-05 1904-06 1904 05 1908-11

46·98 90 43.53 62 64 57 59 4'1.20 42 47.71 50.20 55 56 65.45 80.29 61.50 50 44 70 49 52 85 40 41 .19

1903-04 188'1- 2 1908-'10 1862-63 1882 1885 1776-1810 1908-'10

60 40 85.34 40 46 41 4 .42 45.70 63.26 59 63

22'9 23 .9 14 9.8

20'

5.6 9.8 22.9

20 5

8. 6 '14.3 8

6.7 6.4

5.9 6.4 9

7.5 3.5 4

3.5 2

a

1

chiste dur Schisle tenclre

A 1 rt• I V I C1 P AA A 1 A 1 rt• II I E1 rt•

) Teinach

Gres Tuf Conglomérat solide Mame dure

/ Putney Glouces ter

155 164 159 239 242 116 239 107 51

, 222

1

88

E 1 rt• A

A1 rt•

I

230 86

II

12

Calcio

A1 P

III

Inziglwfen (RG) 1\lannheim (RD)

rt• rto A1rt• En rt•

IV

80 220

IV

172

Griioeneck

a plusieurs

88

222

Gravier

Les sculs ponts

103

. Prince-Régen.t

ydeck (arrii:re de la culée RD)

6

88

90 156

l Diaule (RG)

\ Sable et rogn ons de tuf

192 38

139 45 95 ·110 203 41

38 62

/ Hofen ) Gignac ~ Lusserat (RG) j Krummenau Illerbeuren ( Max-Joseph

Argile

124

Alma (RG)

B

A1

An

IV

210

I

'138

100

225 206 213 '153

1910-'11

'1893-94 1900-01 1901-02 187'1-72 1882-83 1826-27 1840-44 1877-78 1895 1905-08 1911-12 '1854-55

64

55 43.89 45.72 45.90 42 47 .90 59.50 48 43

7.5

8.9

8.2

7.5

6.5

3 7 .31

2.55 8

5.5

2

9

9

4.80 6

6.10 5.52

10 12 3.4 4.8

6.4

5

7.2

2.6

4.20 3.7 4.5 0.30

arches indiqués dans ce tableau sont ceux pour lc ~quels les culées sont fondées autremcnt ou sur autre sol que les pile~.


rt. 2. -

Culées

(Su ite)

Voir

Fondations

Voie porlée

Sol

7-., pnges

a,

E o

~;:: ~o

::--<

..0,..

1

Diable (RD) '

;

Verd un-sur-le-Doubs

Munderlúngen (RG) • , Mannheim (RG)

1

Gravier

( Garching

..... ....en

able

Empereur-Fran¡;ois

able mouvant

Chesler

Glaise et boue g lnciaire

(:irrieredel:iculéeRO)

Coulouo reniere (RG) • Vizille

....o

il:

Maules Yicloria

88

I

140 52 172 92 140 10 78 6 140 19"

'116 165 55 206 95 168 29 81

IV

Ell P

IV

En r te A1 rt• An r te E1 r t• E 0 rt• A An rt•

I III IV I I JI

Mosca \Vengern

> A1 rt•

Kup ferhammer •

1

Iffappitz •

1

0

Ziegenhals chwusen •

0

1

An a

-d)

..s. . ""p.. so

Craie tuffau ' Marne

()

.....""

<

Av igno n (RD)

Calcaire

Gravie r 1

Art. 3. -

l

Lusserat (RD) Verdon Avignon (RG)

¡

Collonges (RG) Valence

An

r te r t•

A Fr 1

c-g_

I IV

III

III III III

E 1 Fr

I

fn r te c 1 r t• Enrt•

III I I

1

192 192 194 '194 '196 232 234 88 128 234 10 142

Ce qu'indiquent les tableau

~

Dales

6·-

;:,. t¡,

E1 r t• En rt• a A1 r t• '-' An r te

e:

93 160 201 199 207 20 213 2'14 265 2í0 155 133 270 31 173

a, •Q)

~e::o

rn ::,

o.

o:

O d

~

¡'.;

Argile

a,

-o

Intrados

Ponts : Procédé

131

Les ooútes articulées sont en italiques .

1871-72 1895-97 1893 1905-08 '1907-08 1898-1901 1833-34 1895-96 Jí51-66 1757-65 1836-38 1834 1904 1905 1907 1907 1905 1905-09 1908-10 ·1905-06 1905-09 1869-73 1901-05

Pression admise

= u< ".. r,

~ ~ :~ .B ~:... o - ~ ~~~

-

---------

¡

YAX .

55• 41 59 59.50 44.35 42.34 60.96 40 41.0

su r Je sol de fond:ition

moy .

7'2

2'6 2.9 2.1

3 3'28

3.2

3.2

40

43. "9 45 50 40

3

48 48

50 40 45.70 40 40

40 49.20

6 12 . o 13.22 13 .10 6 6.85

JO 14

6.4 8

8.7

précédents. -

On a fondé de grandes voú.te par tou le procédés, et a peu pre sur tous le ol . On fonderait aujo urd'hui a l'a ir comprimé la plupart des ponts qu'on a fond és s ur pi lotis 7 ou ur béton immergé 8 •

§ 2. - IL FA TA X GRA DES VOUTE DE APPUIS I

VARIABLES

Il faut aux grande voú.tes de pile qui ne s'enfoncent pa , des culées qui ne s'enfoncent pa , qui ne reculent pa . Sur le~ sol compre ibles, on étale ou ent la pression par des dalles en béton armé 9 • Sur un ol douteux, il e t délicat, il peut etre imprudent de faire une grande voú.te. On y a incliné les pieux. Londres (I, 147); Alma ( I, 15:{) ; .... 8. - Nogent-sur-Marne (I, 79); .... 9. - Walnut-Lane (II, 9); Palmgraben (II, 165); chalchgraben (II, 169); Krenngraben (I II, 135); Steyrling (III , 6); alcano (III, 143); eyLhenex (III , i-8); " engern (III , 207); Ziegenhals (III, 20 ) ; Kra ppi lz (1II , 265); Gross-Kunzendorf (I II, 267). Nou avons fait ainsi a 3 piles du viaduc de Morez (ligne de Morez a Saint-Claude, 1909-1 J). Voir p. 4 , renvoi 30. 6. -

7. -

,,


TITRE 11

CINTRES

1

CHAPITRE I

G-ÉN ÉRALITÉS § 1.

rt. 1. -

Choix de

BOJ . -

ASSEMBLAGE

bois. -

Généralement, on fait en chene le p1 ece tré chargées, ou qui le ont perpendiculairement a leurs :fibre : semelle ur et ous le appareils de décintrement, chapcaux des pa lées doubles, sommiers d'une poutre armée 2, clef de trait de Ju pi ter, coins, pi ton de bo1te a sable; - en pin ou apin, le autre 3 • On a quelquefoi employé des boi en grume: pour tout le cintre'\ pour les étage inférieur eul ement 5 •

rt. 2. Ne pns trop pres ser le bois normalen1e11t fibres. - L e boi ré i te mal aux compressions transversa lesº· 1

a ses

On n'y a pa toujour a ez pris· garde 8 • Pour em1 echer 1u'une piéce ne s'enfonce dans une autre, on intercale entre ell e un e feuill e de zincº ou de tóle 1 º.

rl. 3. -

s emblages des bois. -

On a semble les pieces des cintres urtout avec des bou lons, des équerres, des étriers, des plaques de tóle. Ce a semb lages ont tré imple , peuvent ré ister a la tr·action, rédui ent la main-d' uvre et le déchets. Le couvre-joint en tóle de 5mm a 7 m, boulonnés, font des assemblages tres rigide et solide . 111

'J re

l. - Dans Lout ce t1tre, quand, a la s uite d'un ponl a vou tes de 40" ou plus, il cst celle du Labl eau synoptic¡ue, la 2°, celle de la monographie. 2. - Caslelet (JI , 1-J7, 132); Luxembourg (JI , 61, 72bis).

ya

2 pages ci lées, la

·

3. - Élaienl en cha laig nier les cinlres des p o nls Annibal et du Diable (I, 89); en peuplier, quelques pieces seconclaircs au ¡ ont de Bain de Lu cques (III , ·11, 33). 4. - Annibal (1, 9); Di able (I, 89): Gu gge rsba ch (III, 15, 61). 5. - Palmgra l en (ll , 12·J); c halchgraben (JI , 121); Kre nn graben (III, 87). 6. - Viaduc de la iller. E xpé ri ences failes par la maison T. Bell, qui a co nslruil la g rande pile en bois ur Jaquelle o n a monté la travé e de 120• . Du sap in r ouge, abaltu en hi,·er un an avant l'emploi, s'est écrasé a 40\ a 55• par 0 01 01'. Dans l es calc uls, on a ad mis comme effo rt- limile : pression parall ele a ux fi bres : 80'/ 0" 01'; pression normale : 12'/ 0"01 ' . cp 1 - 24 avril '1913 Schweizerische Bauze itung, 15 octobre 1 9 1 0, p. 2 05 a 21 o: « Der Sitlerv indukt der Bode11see-Togge11b11rgha/J11 », von den lngenieuren A. Acatos, L. Lüchinger, E. Ackermann.

7. - Pourconslruire la ligne de Frasne a Vallorbe, on a du dériver le Doubs en so ulerrai n, so us un e falai e : des Jong l'ine de 0"30 d'épaisse ur, coiffanl les po lea u x d'appui, on t été réduites a 0 01 05 (<J.) 1). 8. - Pont Cornélius (IV, ·182). 9. - Ponls du C::aslele.t (II, 132), de Lava u r(JI, 137), Anloinelle ( II , 146), ... . 10. - P o nt du Ca Le lel (ll, '132); pont de \Viesen (I, 241),


ASSEMBLAGES. -

FERMES

133

Art . 4. Te pas tirer les assemblages des bois : les con1primer . - Une piéce de bois résis te bien a la compression et a la traction; mais les assemb lages, eux, n e r ésis tent bien qu 'a la compression . Dans un cintre bien étud ié, sauf les vaux et les couchis qui sont fléchis, les picces m altr esses des ferm ~s travaillent de bout a la compression s impl e. Pour un e piéce trés tendue, on emp loiera un tirant en acier , - mieux, un cable dont on regle la tens ion .

§ 2. -

FERMES

Art . 1 .' - Nombre et écartement . -- Presque touj ours, les fermes sont espacées d' environ 1m50; on éca rto un peu plus cell e de rive qui n e s upportent qu e la moitié de la ch arge, et on en diminue l'épa i seur 11 • En gén é ra l, il y en a : 4 pour un pont de chemin de fer a une voie (4m 50 entre ga rde- corps); 6 pour un pont a deux voies (Sm entre garcle- co rps) ; 3 pour un pont so us unevoie é troite, - pour unpont-routede moinsde4m . Art. 2 .

Épaisseur. -

Pour les g ra nd s cintres, om20 a Qm25

11 •

Art . 3. Tracé. - On peut imiter ce qui a é té fait, mai il fa ut se bien r endre compte de ce que portera chaque piéce. On se gardera de placer des piéces au hasa rd : non seu lem ent on paie du bois inu ti ]e, mais on fatigue les au tres, et, quelqu efois , on introduit dans les principa les des effor ts dangereux . On peut avoir un trés mauva is cintre avec beau coup de bois. Art. 4 . -

Vaux. -

U n vau haut se fait en deux 12 , en trois piéces 13 ,

bi en bou lonnées . So]idement assemblés entre eux par des plaques de tóle, des va ux hauts sont comme les vo usso irs d'une vo ute de bois 14 •

§ 3. -

Art. 1. -

PIECES TRANSVERSALES

Contreventen1ent. -

On contreven te chaqu e ferme dans son plan par des moises longitudinal es, des écharpe ; mais ce sont s u rtou t les fe rmes entre ell es qu'il fa ut so lidement contreventer. E ll es sont ca lcul ées et con tr·u ites com m e devant re ter dans un plan verticn l : i l fout les y maintenir, c'es t-u-dire les empcch er de se voi ler, de gnuchi r, de f:lambcr. tr

l'l . 12. 13. '14-.

-

Voir I lus Join les Lab leaux sy noptiqu es, p. 136 a '141, p . '144, 145,148. An to in elte (II , 144 bº•); S orn in (p. '146, art. 3). Ca s lelet (TI, 132); Ramounail s (II, 187) . Ramounail s (lT, ·]88). L'arc des vau¡(, a p ri s la mo ili é de la ch a rg-e s ur Je cint ,·e.


134

CI 1 TR ES

-n grand cinLre étroit peut flamber : il faut le contreventer a outrance 1 • . L e croix de aint- ndré font un excellen t contreventement, a condition que .l e deux bras de la croix ne oi en t ni trop fermé , ni trop ouvert ; on contrevente au i par de simple écha rpe , par de moise horizontales. On ne calcule pa le piéce de contreventement : le ens praLiquc, c'e t-údü-e le bon sen , indique leur pl ace et leurs dimen sions . Quand on doute, il vaut mi eux en mettre tro1, m ettre le piéce plus faible et le multiplier .

rL. 2. de mad ri e1·

Cou hL . - Pour le moyens ouvrages, de 7 a 8° d'épai cur ou de pouLrelle ca rrée .

<k 6 ~ : r

Pour les couch i de grands, on prendra :

on po e jointif

5 ba = V12- , s o!L. 7

16

Avec ce ra ppott, on a la ré i tance maxima d'une piéce fléchi e t; __ __.;; découpée dan un boi rond: j ai pr·e que toujour pri 10° et 14º. ·.... ---On ca lcule l' e pacem ent e de couchis uivanL l'éca rtement des fermes et la cbarge. ·..

rL. 3. - Platelage. - On cloue ur le couchis , a angle droit sur eux, d volig mince jointive de 2° a 2° 1/ 2. u1· ce plancher continu, on trace le lig ne d'as i e , le cour-bes de tete, les queue de vou oir de tete, la place de· joinl ec , l'épure d'un pont biais.

CHAPITRE II

CINTRES FIXES C'EST-A-DII E BIE 1. -

PPUYÉ

QUELLES VOÚTE

SUR LE SOL E TRE LES NAI SA CES FAIT-01\ SUR CI TRES FL'\_ES?

Toute celle pour le quell e il e t faci le de prendre appui ur le ol, pécia lem ent le are et le ellip e urbais é , qui, pre que toujour , en sont pres.

15. -

Luxembo urg (JI , p. 721cr) .

16. -

Le couple de flexion par r appo rt

Jll = ~ I = ¼R 2 - ---- cj_ -- __ ,:.

. • 11 e t max1mum pou r a-

d'

=3,

ab'

axx

= ¼R

est (f.):

a (d' - a')


§ 2. - Q]\T PEUT CLASSER LES cnvTliES FIXE S UI VAl\ T LA DISPOSITIOJ\ DES MAITRESSES PIECES SOU TENANT L A COUROi\ E DES VAUX

Art. 1. -

Cintres

a poteaux . T

pe P. -

L es va ux sont pül'LÓ par.

deux poteaux verticau x P (f3) . I',

r,

IJ

Entre les potea ux, il pcuvent etre outenu : oi t pa r des contrefiches concourante (type poteaux et triang les PT, f4 , f,, f0 ) ; - le s ommet s outient ou le milieu d'un va u, ou l 'about de deux vaux; - on y peut s uspendre un poinyo n I qui porte un e moise horizon ta !e m ou plus ieurs ; - il y a souvent deux systémes de trian g les CC' (f0 ) ; s oit par de contrefi ches isolées (type PC), - y teme unique (f.) , ou double (f) : ell es travai llent isolément; elle n e s 'entr'a id ent pas . ~!.....-......-~-,--

rt. 2. -

Cintres

a ra

ons. T pe R. ~'

L e Yaux s ont porté par deux piéce R, dirigée uiva nt le r ayo n de I'inLl'ado (f,) . Entre le rayon R, il peu vent et r-e outenus par des contrefiches, oit con courantes(type rayon et triang les RT, f10), soit i olées(RC, f11 ) .

rt. 3. -Cintre

a treillis. -

On en a fa it en W (f..), en

(t) .

Art. 4 . -- CinLres a conlrefi ches rayo nnant de piles provioire (f..) . - A partir de pil e provisoi r es , on a éta lé en éven ta i 1 des con trefi ches . Mai il a fa llu fonder ces pi le : on n e compren l g u ér e que s ur elles on n 'appuie pa un ouvrage á plu ieurs a r ches.

Art. 5. -

Cintr

a un

ou plus cl.'un ' lage . -

Pour les voú.tes ba e , il n' ., a qu' un étage : il repo e directem ent sur les appui . Pour les hautes, il y en a deux, trois.


136

CINTR ES

~

3. -

CIXTRES FIXE. A POTEAUX Yoi r

Inlrados

(P )

Fermes

A la clef en m/ ni

Par m. q. de do uelle "

Ponl

rL. 1. -

Poleaux seul

Are

(P ) et nombreux élages .

Crespano

l "r

peu urbai sés á grande íl eche

al n u l- Lan e

II

11

47

i,0"'40 16"'

II

63

88

70 .71 21.4,1

1"'40 . 1 1. 521¡, 1 "'•20 202k

25·

1

(

1481601530"' "' 1370"'"' 95 , 3

les deux voíi tes ont é té con5truites ) su r le meme cin tre.

rL. 2. -

Poleaux et Lriangles (PT ). A. - Sans µoin9ons. n étagc 1 ª (f,J .

1º Ellip e

1

~

ignoe

3

1.25

0.63

11 . 1

1 .40

0. 4-86

7.6 1 28.50 ¡

3.4,8

0. 445

4. 82 30. O

31

4. 35

0.491

5.97 35.EiO

2G

3. 50 25-30

0 .595

9 .37 41. 90

30

1 1.25

39 .66 10.05

20

30.60

6.30

20

Lays-sur-le-Doubs 20

26

Areial

20

Digoin

20

Losde

III

171 179

10

I 54.801

i 0.71 i

1 I 11291132 / 40

Seylhenex

assez surbnis é

I 12.31 1

\ 29

63.50 ¡ 50

I

en

~· C.)

lrés surba issé

Morbe no 0

21

IV

63

71

1André:i eux 2º -

D ux étages

70

10

36.45 33.30

22

1. 44

25

1.40

4 .70 rive 16 1 inter· 18 · 65 4

120 0 . 52

":/~/\A!A

(fJO) . I

Plein einlre

1

Rébuzo

1 I

Are

Ill e rbeu ren

trc surbni ssé

(a rli cul é)

12 .24 32

j 39 j 4.9 j li-0

1

-9

1

t7. 16

20 9.82

entre ro tu les

25

1

1 ét•• s up' 1 ét;.9nf'

/1~/IX~/\

1 .57 1 0.80 1 17.3 1 31. 901 1.28

0.89

175 .801

26

1

60

j~~u 'au 1

B. -

Cn étao-c et deux y teme de trianglc (Lype Montlouis) (f.,) . Bléré 23

24

6.43

25

0. 662 12.~2 47. 96

Cha lon nes 0 •1

30

7.5

25

O. 729 10 . 16

28a 11

Marmand e

3G

10

30

O. 669 1O. 92 80. 05

.37 a 68

4,0

10

25

Le Verdon \

I

a sez surbai sé

en C.)

... <

tres s urbaissé

17. -

18. 19 . 02. -

23. 25. -

1

clavage

~

Avec poin9ons.

Ellips.·s

22

Claix

1 III

\ Boucieaut ( Argenlal

I

25

III

129 1. 4

i 13 1 37 1 52 231 2 i,6

1

1. 40

0.39

11.-0 10.741

10

39.10 168.901

4,0

5

25

1 .60

0.75

7. 8 35.93

32.64

5.47

25

1 .25

O.!JO

16.24- 60.33

50

1 4 - ---,---

Voi r a l'Ave rtisscmen t, en téte des tomes I d IV, comrncnt es t calculée la su rface de douelle. P on t sur l'Audc de la stati on de Saint-l\l artin-Lys (Ligne de Quillan a Rivcsaltes, 1896- 97): portée, 34•; montée, 8•86 . ur l'Ari Cge (Ligne de T arascona Ax, 1882-83). 20. - Sa6ne-c t-Loire . 2 1. - Dcux sys tCmcs de tri angles (comme au croqui s [ ) , 11 Plu d e o é tages: Pl eins ci ntres de N oge nt-sur-Marnc (I, 77 , 81 ); de Ballochmyle (I, 39, 42); are a ssez surbai ssé de J a mn a (III , 83, 119) . ur le Cher (Route ationale n• 76). 24. - MorandiCre: ~1 ootloui s, PI. 1 30 fig. 1 -2; Ch alonnes, Tantes, PI. 1 3 1 fig. 1. R oute a ti onalc n• 120 de R odcz ii Limoges ( 1 93). 1

1

44


CINTR ES FI XES A PO T EAUX

rt. 3. -

137

Poteaux et contrefiches isolées (PC). Voir

Fermes

page Inlrados

VI

o

Ponts:

"'

o

E--<

"'::,

..o

u -

A. -

-

"' "' .,::,

"' E

"'e::

..o

"' E

,

la clef en m / rn

A

Par m. q. de douell e

V,

"'

e,.

VI

'"' Ci

o

o..

e:: Q) E

V, V,

Q)

VI VI

o

..o :... ::,

[:-<

{/)

,- -- ¡

-

-

Un sysleme umque de contrefiches. (2 par poteau)

26

(f18 ) . 8· 02 8 .80

Ourou x Big Mudd y Rive r

E ll ipses

I

223 228

42 . 67 9 . 14

20·

1"'80

25

1 .225

0••435 o. 432

5' ·J9

5.02

30'80 1 30.1 5

)v::,::~1

33 (\ ~ 44 .35 13.34 18 1.235 Ga rching IV 93 98 ( 38.55 7. 23 O 48.20 , (vo ute articul ée) 39 ---A-rc- s - - --:,-_G_u_g_g_e_rsb_a_c_h_ _ _ __ -:-)---:-,-1-5--;--6-0--;-- 5-0-.-2-0-;--8-.-2-2-.-----;--1-.5-8---;--o-_-3_5_:.__7___ 3_!__3 7-.5_0...c__4_.o_..:_a_m _ _ 3~ 1

assez s11rbaissés (Ponts sui s es)

Li chlensLeig

) III

K rumm enau

162

4,2 .8211 .5t

22

1

91

165

63. 2613.85

22

0 .96

0 . 77

233 259

43 . 85 5 . 80

25

1 . 70

0 .58 1 15.2 1 40 .10

O

Or léans Mehring

I

25 20

231 252

46

6 . 17

20

1. 18

TrilLcnheim

235 277

46

6. 17

20

1 .17

Long ui ch

237 279

43

5 . 34

20

0 .96

0. 82

125

60 6 .75 60. 56 6. 80 65 .45 11. 94 57 5 .80 39.40 5.40 40 5 .40

20

1. 08 03 { 1. 1

0 .5 l

25

1. 40

0 .58

20

1 .48

0 .4-9

5.7

30. 30 100

3.42

24

2

0 .71

5 .5

120

4.10

25

2

0 . 70

5 .8

100

21,

2

0. 72

5 .7

120

25

2

0 . 70

5.71

120

4 . 38

1. 07

221 233 ~ 59 .40 12.585

1'6 1

4 .545

18

1 . 30

0 .35

223

6

21,

2 .10

0. 55

III

/ 1

1

Gohren

\

, 1Vall s trasse en '"O

o

~

co

)

167 1r

1

44

Corn eli us

167 181

R eichenbach

169 183 ~(

en

•Q)

~1

o

p..

125

Hochberg

;::I

o

fox im il ien

IV

I<

169 194

41

~

!¡!,

41 1,5.87 44

YViLLelsba ch

44 171 199 (~ 41

In zigkofen

47.90 221 226 ~ 43

1

\ Ncckarhausen \

T\ In x-J oseph

/

6 . 90 130

l\1oyen ne des 7 ci ntres, pieux compris

1

B. -

21. 6

I

1

I

89

aval 35 40

( 50 61• 244 1 / 60

4 .90 4. 10

8.30

27

íO

100

100 16

120

42.20

122

66

90

12

am'

4-0 am i 49

18 . 70 153

ava l 43 am1 67

21 . 90 200 2.4

ava l , 8

l20

4-i . 6O

45

(f10) .

1

El lipses

~

A nnibal

I

9

11 3

55

14. 02

~( 1

( Diable

I

89

117

55

13.55

T~~t

de 21' bo is ronds d e 21 e t 26'

1

1 . 32

0.51,

3. 3

6G.2O

1.30

0 .58

4 .5

57.50 130

\ Céret

1 II / 121 1161 145

,19 .50 1 30

260 6-

1

~

A re pe u surbaissé

!,.

,a val 47

~ ílf ~1/YV~J;\·

Deux syslemes de contrefich es. (4 par poteau)

0 .62

a 29

/ 1. 35 , 1.3 1 / 21. 7

/101:.20/

70

1

90

26 . - Michelau, III , 195 , 209; Schwusen, Ill, 195, 2 13; N eckargartach, IV, 169, 189 ; Grasdorf, IV, 12 5, 130 ; Grávene(;k, IV, 2 11, 2 q; Sigmaringen, I V, 25 1, 255 ; Boberu lle rsd orf, II I , 287, 299 ; Cabin -J ohn, lll , 73 , 76 . 27 . - P ont d e Vill e franche sur la T et ( 1890, Lig ne de Prnd es Ol e tte) : P ortée , 39• 346 ; montée , 1; • .

a

T. V -

l


138

C I NT RES

§ 4. -

Ar t. 1. -

CI N TRE.

Rayons seuls (R). -

a un

about ir tou tes les con trefich es

r•• -

A R A r ONS

F JSE.

A. -

Type Saint-Waasl (pleins cinlres bas) . -

P on l de Sain t-"\i\ aas l 28

page

~---- -

Ponls :

- --:e"--

<1)

""" "o~·i

E o E--<

~g f-;

--

~

--

c.

~

B. -

'e

i:l

'--

o

o

o.

."

:::8

B "

-a

~

<1)

::1

o

..,

<1)

rn

e:

e: <1)

E

rn

<1)

U/

o..

rn

..o

" " ~;,

e:

E <1)

<1)

<1)

<1)

". "

"~

..,

....

~

..o

¡¡" E e

---------------

rn

o

;! ~

o

·;;

<1)

::1

•<1)

rn rn

"'....

q

.e

"' E--<

o.. ::1 u Cf) -- --- --- --- --- --- --- --- --- - -'] 4 • 5m1n 20"' 10"' 1"'50 0"' 232 8k27 19r49

"

c.

~

~

32

Bach ela rd 29

¡

~

o o

P leins cinlres Luxembourg

:;

~

!

Saint- vVaas t 2 8 • 31

A res peu surbaissés

aJ

aJ

la clef en m/ m

A

Pa r m. q. de clo uelle

Fermes

~

1 Le

On fa it

ur u n D?-oyeu (f,0 , <l>,) .

eul s up por t, com mc des rayons de roues

Vo ir

Inlrados

(R)

16

1

21.60 10. 80~

(voGtes latéra les)

30

P lace Crni zie re 30

10

0

16

18

1. 74 O. 346 15.35 33. 04

']/;

1. 50

'] 6

o. 30 14 .39 44 .291 o. 606 24 . 16 51 .86

1

1

Typ e L avaur

(Voútes á grande ,flec he) Plusiew·s étage · 32 ( f" ) / P lein cinlre

1

Bren l

1

1

peu surboi ssés rn <..l '--

<

\

assez surbaissés

28. -

1

13

1

35

1

44, 1

22

1

25

1

l. 50 -

1

o. 77

L avaur

II l H) 137

Gl .50 27.50

20 25

Esco t

II 123 175

56

18.70

25

1.50 O. 52

50

25

20

1.50

62 70

i G.10 25 1. 56 o. 71 15 .70 30 x 4-2 1. 50 1. 72

Ea ux-Sa lées

'

I

33

III

Gour- 01r

III

1 Sleyrlin g

Ligne de Mon tauba n

a Castres,

81 104 87 139

¡

25

1

9 .6

1

67

1. 50 O. 66

22 .8

16 .3 135 .70

35

40

o. 70 20 .8 '112.32

o

31

7!..l .20 30 83.30 250

14

28 .6

76.90

1

1 Q n11n

18.7

-130

1882- 1884: vofates derive.

1\rche de 32• su r le Bachelard (Basses -A lpes), route na ti ona le nº 210 (190 1-1 903) ; cintre étudié, en 1900, sur 1a demande de M. l'lngénieur en chef Zürcher. MCmc cintre a une arche de 30 111 de la mCme route ( 1905- 1907) . 29. -

30 . -

Pres Ardes-sur-Couze (Puy-de-D 6me).

31. -

~lemes cintres aux arches derive du pont d'Amélie-les-Bains, sur le T ech,

32 . -

Gu tach (III , 104) ; Schwa ndeholzdobel (III, 127).

33. -

Li!P'C !'.le )\1iramas i\ !'Es taq ue. - \/oi r APrENDICE.

2611'1

(Chemin de fer d'Eln e

a Arles-sur-Tech,

1890- 189~) .


139

CINTRES F IX ES A RAY ONS

Art. 2. -

Rayons et triangles (RT) Type Antoinette

~

31 '

i

Un étage (f22 )

.

-------- ~

V oir

F erme s

~

p age

P onls :

lnLrados

Q)

E o E--<

-- -:e"" " O' ~g_ ~

~

-; g r< ~

/ \ ce n lra le

...

(f}

Q)

·ai::: o

-o

8

(f}

o...

<

~

o

~

'

~4-b

p eu s u rba issé

o..

"o bo e

o

~

-

;;

•o

o

e

"w

::E

~

~ ·¡.

... ~

8

in le rmécl ia ire ) : :a~nl\

Ir .1ve d ro1te. Íamo nl

I

"'o

~

..o

" C

Q)

B" w <J rj

'O

"' ..o

;,:

- --

189 199 42

,..

10 .38

u " ~'o

24'

8

¡ 1

1"'90

F e rmes de ri ve :

~

e::

Q)

Q)

"'e::

1/l

'O

·-o

Q)

a.. ¡::¡ ~

o.

"13 .7 13.2

44.70 42 .30

20 20

'19 21

46

í o. 44

6.90

20

la Samponn e 3 5 • 3 6

27

6.90¡

Belleperch e 3 5

33

8.20¡

20

1 40 O. 416 21. 3 ,44.24

50

15.90¡

20 25

1 .40

33

4.40

18 20

1. 65 O. 4-5

16 16

20 16

1

1 .40

o.'•º 24.38 23 .97 o. 375

1. 40

o. 386 24 .5

o. 59

24 .8 102.50 23.5

-

P as age supérieu1; de Corabeu f 3 8

Pa. sage supérie u r de La veix 39 -a

ra yons es t tres soupl e et

f., -

f2 0

Viadu c des Roches-Avises 3 8

-

Viaduc de MuraLel 3 9 - b

34 • -

Type An toine tte. Ponts en are assez surba issé de : Pouc h (111 , u1 ), Freyss ine t (III , 11 2) . 34- a. - P ont S a int•Pi erre (I , 100) . 34-b . - P ont de \,\l illd litobe l (II , 157) ; P ont Vi c toria (II , 205) .

a Beaumont.

36 . -

On y a emp loyé les c intres du via du c d es Ca lve ts,

35 . -

L ig ne de Cas te lsarras in

37 . -

L ig ne d e la F e rté-H a uteri vc il Ganna t.

39. -

L ig ne d e N o ntron a Sarl a t. Sec tion_d 'I-l autefort ;\ T e rrasson e t de Conda t a Sarl a t . Rapport sur l'exécution des Trav1111x : b) Vi a du c de Murate l , p . 37 , PI. 37 . a) P assage supé rie ur de L a ve ix, p . 6 1, PI. 25 ;

38 . -

45.76

a rayons seuls (Saint-W aast,

voutes. Exempl es

r•• -

"',., .a

rn

28 23

27

1'19 145

E

Q)

1/l

25 25

les Cal ve Ls 3 ó

11

Q)

::,

e::

47 .10 44.60

20'

Antoine tLe

~

1/l 1/l

13. 6 13.2

9.li-3

1

Q)

E <l)

O. 1,9 o. 47

38 .50

ava 1

,

Art. 3. - Quelques autres applications du type et a rayons et triangles (Antoinette) . - Le type a

f2

- ------------------

~ 'O

A la clef en m / m

"' E--< ::, o.. Cfl - - - - - - - - - - - - - - - - -- - - - - - 36·· 0••54 ·] 3' 5 51' 40 so·· 10"'99 Fermes 33 o. ;')2 :io 13 .·1 48 .40 i nteriné• "'

~

46"'

S~inL-Loup 3 7

( lrés s urboi s sé

...o

Q)

~ i:::

P a r m. q . de d ouelle

dia ires :

2

<;:::l

<

34-a

E ll ipses

(f}

-- -- -

Íaavamol nt¡·

O,

Q)

~

1

L ig ne d' Epin ac il Dij on. (Voir T ome III , p . 333 , ren voi 24 .)

o 30

13 4.0 a 50

Lavaur), s'ajus te a toutes


140

CI TRES

rt. 4. -

Rayons eL contrefiches isolees (RC ) 40 ( Type Gloucester)

Inlrodos

Ponls :

---

o

E:-<

"""

" ·;:; cr v

¡;

-g g

""

-

o.

Ares

Ifofen

'

Marbaeh

tres surba is és, ar li c ul és

--------------------------.o F ermes

~

..s

..s

_g .:

(])

~ ¡::

~

o

o... t~

::s

-~.:

.:

t

¡¡"

e

"

~

~ M

M

~"

~

P ar m. q. de douelle

;:! ~

o e

~

e

" U

"u "~ ~;,

</)

t..

o ..e

~

(1)

(1)

Ul

(1)

"O

"O

</)

(1)

"O

..a

e

(1)

c. ·<l)

o

A la cle f en m/ m ~ ~

e

(1)

~

E (1)

(l)

e

E

</)

Ul

<l) </)

:,

Ul

"'t.. ..e

:, "' E:-< o.. :, u lf) -- - - --- --- --- --- - - --- --- - -

39

4:1

39

4.5

39

4.S

·;;

~ ""

~

;g

IV Baiersbronn

.:::o

o e o

- -

--

·(])

c.

f-< ~

I

e

- --:.e"

E

~

~

·.j

page

(1)

~

~

Voir

~

(f,.)

c.

~

4•Jm 28

2-so

25°

43.50 32

3. 10

25

40 33

3 .30

o

56 1 4-0

'1"'35

2"'"'

'17 .30

72

'16 .20

1

1

L

56

53

Mund erkingen

1

1

1

! 5059

24

15

1

22.60 '120"'m

'l. 85

co nLrcflch es n e 'cntrº a idenL pa s . Ce type es t fort infér ieur a u précédcnt

§ 5. -

A rL. 1. -

CI NTRES A TREILLI . PL USIE URS ÉTAGES.

Treillis en vV

41

(f,8)

Polmgrab~n

¡

/'165

J

Ares Sehalchgcoben

et tria ng les.

ARCS A GRANDE FLECHE

l

sup' : 21

~

p eu s urb a issés

a rayon s

·.

121

II

Lo

1¡.9

'1 4 .44

1

~

Jl

inférr beis

~

ronds:

'l. 50

35

130

2027

1

}

sup•: ,

,,, 17 a 22

1 .50 80. 80 '150 '1'10 I 1 l 1 -----,1-----c-------'--------'----'----~ 1su¡¿: 1 1 52

'L5. 033

(

t:, in fér• rl bo,s

~

ro nds :

18 ii27,

- - -'

1

1

87 '13G

Krenngraben

4-0

'10

t~t·s: f /rond

~

assez s urba issés

\

4-9. 50 '100

20 a 25 ,

1

Ares

'l. 60

1

sup':

,,, 20 a2S

Sa lcano

7 Ví-4

III

85

2'1.80

i ~'//Z~5 'l. 30

~

in férr:

1. 51

'12. 5 359. 90 220

40

0.74

13. 9

48. 80 '1 50

52

21a 32

,\ 89

1 Langenbrand 1

I

'1 53

59

L4. 75

1

¡\\ su¡;: Jl ¡ in fé r': ~ ~

11

1.50

40

- - - - -- --'------- - -- - -----'------''--------'--------------'--- -'--------'------'---

Ar L. 2. -

Trcillis en

Monlanges

Ares assez s urboi ssés

40 . -

(

Slrandeel ven

Gl oucestc r, 1, 10S; Teinach , TIT , :? O-J;

(f,0

¡! III

,

4 1. -

1

'17

65

85 132

0.29 20.465

.a

25

1. 633 'l. 07 1

'11.25

Jare mcze, TTT , 11 6 ; Roth we in bach, II , 1¡-i.

¡

1.25 1.15

80. 5 '186. B0 '160 49. 10

s;

am 1 : ¡¡y l:

160

42


§ 6. -

C01VTREFI CHES RAYONNANT A PARTIR DE PILES PROVI SOJRE

------.

Voir:

---------- ---

Ferm es

pages

Inlrados

Ponls:

<l)

" "" " gO' ~_

E o

""'

~g

¡-. ~

-- -

E llipse

Avenu e Edmonson

'

Ches ler

assez surbaissés

1Oppedelle

(/)

(.) ~

<

I III

43

-

;:; o

.!!

p..

i. ~ o e o ~

(])

:;

~

o

e

e

o

"... " ~

~

""

·;.

"'

A la clef en 111/ m

Par m. q. J e douell e

-

fie e~

~

en

o

..Q <l)

~" "... "~

"O <l)

u " ~-

..o ::>

"O

u

~

- - - - - - --

""

,2 <l)

"O

e <l)

<l) U)

<l)

en

p.

o

Q

"O

o..

Q

en <I} ::> ro

<l)

-¡:

"'

<l)

Q • <l)

~

E

::> lf)

<l)

E en en

""'

--- --- - - - --- --- --- --16111111 Sm111 42"'37 13"'39 20· 3 1"'676 0"' 61'

91 124 1'1

(]) • (])

141

42

0

29 60 .96 12.so! 22 32 6 .40) 25

1.65

0.38 0.lt3

rnr90 1 9k!;)l

27 1

1 1

1

lres s ur ba issé (a rti c ul é)

IV 127 152

E li se

\

~

1

47.50 1 43.50

4 .40

0 .62

1.16

80

40 .

entre rotu les

§ 7. - COMMENT ON A APPUYÉ LES CI NTRES F I XES QUAND O~N NE PO UVA IT PAS BATTRE DE P I EUX On a: nivelé le rocher et fixé en suite les potea ux par des gouj ons 4'1 ; foré des trous dans clu rocl1 er ·15 , dans de la ma rne dure qui se serait étoil ée sous le batlage 46, pu 1s descend u dans ces trous les pieux co upés normalemcnt a leur axe, en les y main tenant par du ciment cou lé ou inj ecté; app uyé les poLeaux s ur des semelles en bois ·11 , sur des plates-formes en mac;onnerie '1ª, en béton ·10 •

§ 8. -

CUBE DE BOI S K, POIDS DE FER p, DÉPEJ.V SE d, PAR m. q. DE DOUELLE POUR LES DIVERS TYPES DE CINTRES F I XES

II rapproche et compare Art. 1. - Graphique des renseignements recueillis (p. t 43) . pour 62 cintres fixes les qu antités de bois et de fer, et au s i les prix, - le tout par m. q . de douell e, cell e-ci ca lcul ée comme !'indique l'Avertissement en tele des Tomes I a IV. Les portées sont comp tées au-dessus du sol 50 • Au graphique, n e figurent pas les cintre qui cubent plus de 1m• par m. q. de do uell e 5 1 •

42 . -

Nydeck (TI , 33); Cbemn itz ( I V, 109): appuis s ur palées.

43. -

Bas ses-Alp es (1904).

44. -

Bellows Falls (I II, 227).

45. -

Gour-Noir (III, 105); Rébuzo (I , 48) : que lques palées .

46. -

L ava ur (II , 13í); Anloinelle (II , '146); Amidonniers (I , 199).

47. -

S ig- nac (1, '132).

48. -

P lauen (III , 5l).

49. -

Rébuzo (T, 50); Cornél iu s (IV, '181).

50. -

On a r éd uit cell e de s ponts: Anloinelle, á 47m50; clu Diable, á 54m; de L ava ur, á 60"; de

aint-vVaast (é lud e '), á 63•.

• Projet d'une voQte de 6 5m, prése nté en 1882 , no n app rou vé.

"o tam menl, parmi ce ux de 4.0m et plus, ce ux de: vV alcllilobel, 1· •03 (IT, ·121); Calcio, •J ••08 (III , 81); Walnut Lane, 1· •20 (Il, 63)' 5'1. Pl a uen, 1·• 24 (I ll , '15) ; Nogent, 1•• 373 (I, 77); Salcano, 1•• 5J ( III, 8i); leyrling, 1"'72 (llf, 87).


142

CI TRES

rt. 2. -

Que condu re du graphi iue. -

on a pri le équarri

Pour q uelque einLres ,

age un peu au hasard .

Dan le eout de e intre

fixe , le fer eompte peu .

Pour le eintre a rayon ( eul s R, ou a triang les RT), tant qu e la hauteur entre la elef e t le te rrain naturel e t inférie ure a la moitié d la portée, on peu t aeeepter: 2a

K= 0,06

+ 100

L e eube tota l, par eonséq u ent le prix, varie do n e avee le eari-é de la porLée. K t a u i fonetion d la haute ur h entre la el f e t le so l, de la form e ele la vouLe, e t r¡uelque pe u eneo 1·e de a largeur. II augmente avee la hauLc.ur et le urbaissement. L e eintres

a rayo n

so nt lége r .

Pour· de portées voi in s, le eintres de Neeka ,·li ausen, Go h rnn, Max-Joseph e t "\\ ra ll trn e , embl e nt en ibl ement plus léger que eelui de Lavaur: mais i ls ont beaueo ur p l u bas . CHAPITRE III

CINTRES COMPLt TEME~T RETRO SSÉS C'EST A -DIRE NE S'APPUYA T Q 'A X

s

1. -

TAJ SA~CES OU TOUT PRES DES

QCANlJ ET POCR Ql/ELLES 1 OUTE LE CINTRE?

ª2 «

A I SSANCES

RETRO U · 'E- T- 01\ »

On « re trou se» un e ferme quand on n e pe u t pa l'a pp u yer s u r le ol , e'e t- údire quand il est trnp loin; - qu'il e t mauvai ; - quand on n'y peut pa enfoneer de pieux; - quand i l ne faut pas gener o us le eintre l'eau, le er ue , la nav igation; - pour deux voute j ume ll s, quand on veut tran s r ortcr tout d' u ne p iéee le eint1·e de la premi é re vouLe ou la deuxiém e 53 • 52. - Au xv111° iécle, on employait ysLémaLiquement po ur le anse de panier s urbai ées <les cinL res re lrous é fl ex ibl es, f'o rm · de plusieurs co urs cl'arbalélriers as emb lés sous eles a ng les tre s o u,·erts, r el iés pa r de moises I enela nles ( Pon ts d'Orléan , 175 1-1760, plus g ra nde a rche : 32"1,8; ele N oge nl- ur- eine, 1769 29m24; ele Ma nle , '1757-65, 3 "98; ele Neuilly, 1768-74, 39'"). On accep la iL eles tas eme nt éno rmes: 0"51 ü ::-i euilly. On vo ul a it 1u e les c inlre ui visse nl, uns jarrels, Lo us l es mouvemenls el e la voule: on e mpl oya it des mo rli ers ele cha ux g ras e q ui prenaienL Lre. le nleme nL e t r es Lai e nL tres lo ng lemps pl as tiq ues. On a en core, sur de Lels cintre , con Lruit les ponl de ieill e-Bri ouele (I, 25), de Prarolo et 1\JareLLa (l l J, 96), de Saint-Elienne ( 11 , 56). T o uLefo is, eles la fin du xv111' s i 'cle, Ga u lh ey recommandait de soulenir a ulant qu e p os ib le les cinlre su r Jeur longueur par ele app ui s po rtan L direc teme nL sur le fe rme. 11 a conslr uit sur cinlres fixes le ponL ele av ill y, ur le D o u b , achevé en •J , 90. 53 . -

Au pont de R oma ns , s ur l'J se r e (vo ir lal lea u, p. 70), les fermes relroussées AB, CD (f, 0 ) des

deux volite rive d roi te, éla ient po ées e n A e l C sur l es abo uls el'un ca nlil ever K in s tall é sur la pile rive dro ile.


lettres droites

t'e ttu:, 1: 0-M'Z>e,

Polea ux e l lri angles

P oleaux e l conlrefich es

1

1

o

par le s ig ne

¡ et ind iq ués

2a. ~

~

., ti-

"'e:,_

c:i.. t..

~~

c:i..

~<:,

- ~~

~ c.~

Portie

..:,,;:.·

.a

-<:)

~ ..,

-:::,

( .,~.oo)

cii

t

Auzon¡,3.1)

:::

shwaas

·:? <:,

0

10,131)

~

"'

c...

~

ti-

~

.g

..,::,

~ --.;;

(h,l,50)

Au~on

lil

(Ol8)

Cube de bois K, poids de fer

p,

par metra carré de douelle

51

o

..

IJ

Si Laup

:

:

C~JBGJ( ~1,00 :

~

"'

: Arci1t(s~1Í : : : é Opp4deliei,9,91¡

rz~ ~

IJ

(0,GG9)

:

oi1 · -~~í0.

,, ''

:

t'h',il,oo ,

Verdon

' .ío.391 , IJ

;,

(5.~9\

57 ,

1

: Q!JCQIJ.~: f;oclllli'lgWSignac

~r,...;

Marmandec E)(h,9,soJ

!t ' ºl;l-----dº·'··uroux ~2i.

(h7iJ c;,10,,a

-~ ~~

Amidonniers

~

'

~'/.1( ,LU.l): cs,! 1

o

:;

/

::

:.

•'ll• iJllamu71l1.t11 5 1

¡o~ 4I

'I

1

lil

6,90m

,

1 37 51 '

IJ

110:16/

'

t((7.3)

,

Eaux Salees

e

(ZO,SJ

IS.09) No~ent

é•

Cla1x

1451

:

Yi2J.

¡11,1/

Ballochlrlyli

o

vc.11.dVW(r1:2J

,,... o',._•,13,s)Onn.i.l:at' ,

!a

', h, 21.10¡

Escot

, 10! 11

,

cintr&:

(13:o,¡ 1J

:

gt1.9óe11b&acg ;

(R: 1;1,col

(<¡,351 :~

R IS:)

'

:

'

o Lavaur

(?f.8/

¡: :

cR·, d,so¡

:llecftd....ila.il.i)cn,

'•

(0,35/ :

, (Ít,7,85 )

(0,51 )

Gour Nn,r

: .~ : <;¡ofüie.n,

,

0

(h , 13,oo)

IJ

(0,89)

111erb:eu ren

tR,(2,001 ¿1O,s4/ i::tnni ~at'

~ºº '

'

(h ,jG,oo/-

Ballochmyl, fEJ

(O,n G/ (¡)

f ' o j ~ '.5S1 ; Cíl[a.ute ;

- '

¡h,1p,oo¡

Claix

l;I

(0,745)

(jugg~'¡¡)6a.cFc

-

'

;

1

:

:(fL ;,[2ol

1:1,5 ''

/ /¡ , 2~,90 /

(0,0~041

, Ea uxSa lees

Antoinetle ; c:>,osg¡{hdSOO) Amidbnniers :

' (e,s~¡ •

(<r,Gl)

91lJ'.VLLll9

0,1.

·

·e· ~ :n(l~)( fl. , ;:,:

::ehfénnb : /íl ,;» "'J

; ,

¡r; , 11,, .. 11,," 1 ~

. ~·' Am,donn, .rs:

~ 010,4'')

(n,,s.001

''

Gocl\G~1;g

(O.~S)

10,¡,s¡

1

' '

1

rh,s,oo)

ª. Seyt~e.nex

(O,G 9)(~,ll,2l ) (003)

Ouroux

,

(hdS,00)

Marmlinde

(htnJfwb

: - /0.~71

c'-.,r.t O (h,20)

(f.l , (4,20)

(o,11i1T,;s,w) Boucicaut ) , • Signa C(o,11s (h, 1s,oo 'i\'Ut.l'.1~acl\.oc o,1,xfi ,s,s~l, 7,,~) :Jktcrumflacr,,,,"')(Íi, . IJ Avl{lnon , , ,

IJ

¡o,1s)( h,11,00J

Reb'uzo

(0,80)(~ ,20,4 O)

(0.S2) ~

f ongu.icB

1k's'/ ,~~si¡ ( »f !1i18oucicaut ~étc11~¿:;R' , ·º t Marma nde t3(10!l2l Seylhe~ex¡n¡ 1J(1o¡Verdon,

Sampf!ff!, 1g10,375 jcalvets , Bachelard ------: c;id', 9 ,o.J¿i;Jlh,16,501 : · Los e m , , ' IO,~Sl [h¡10· l ;

'::

¡?

Oppe'det~eia ¿3 f1#Jff,-W,Gf ,, :: :: ,: cb)Ol '

, :

10M11 : : (O,!,S5_J '?', h ,9,GO J

A~ciat 1;11h. 9.so¡

:(hd,0.00)

Re'mo~lines

'

:10,mi

1h ,1p.10)

flare -,Cra,z,ere

(O,) Ol

Argfntat

'

~l'.I\QlL

(1Í,6)

O,

(15,7'/

~=~~~ft

:

reo 10', 1,0)

S!U'(~ast

1

'

:

:l~a.ro:Jooe¡tfL ;

. ;

(Ít , i3,GOJ

(o,ss )

"\·lhi tia 'Je : ; (o,SS)

:: •

:!

;:

:

~ ch, 16,~oJ

{0 71)

(fL1p,so-J

;JOu.un\nenau,

~

(0,77)

Les échelles so nt prises de tell e sor te qu'a u poin t de vue de la dépense, le bois et le fer so ienl équi valen ls; c'es la- dire q ue le m. c. el e bois élont es timé 75', le kil og. el e fer 0' 35, la cl is la nce verli ca le entre les deux po ints r ela li fs iJ. un ouvra g e donn e le prix par m. q . de douelle ¡\ l'écli ell e ele 0"002 p. 1'.

E chelles . - Porl éc QmQQ5 p. 1m; K cube de bois , Qm 15 p. 1"'•; p poid s de fe r, QmOQ07 p . 1kg ; E pa isseur du 1or r oul eau , QmQt p. 1m.

, , Q : , 8achelai:d: - -- Amidonniers e 13Amidonniers e : 8ren r9,51 6 : Blére(12,22¡ o éJl:rgentatoa1,¡ - -- -1,3,81 -IJ-:- -¡,J,oJ • (!) • \1s,21 A /13,5J Chalo,nnes : , , /1s,3s¡ . 11c¡ 1feanb m1donniers , 111 31 gBellef!_ erche121,3/ Samp_orine(1u¡ Reb'uzo, .fong tticB (?~ G/ rzi, 8¡ 21 Anto~ette Ca1v:t§l24,4/ Place-Cro,ziere Jrpr1 -•- Loup --

q

º·i'

1

c;i Digoin :<0~9s)(h,9,10)

,I?Ἴ

(0,GOG)

(h

Chal~nncs

(0,729)

Lays ¡o¿o)Ca/vets (h,s.so¡ ' 9 ,rh ~

: (h,~,50)

¡,lon\lou1s

; (o,~94 l

(h,?JO)

Blf ré

(0,662)

On a so uli g né ce ux qu e l'on sa it avo ir été calculés. h esl la hauteur a u- dess us du terra in na lu re l. (E) ind ique les cintres a royons, éluel iés, non exécutés .

Ita fiques

son l écri ls en

Rayons (éventail)

ª

L es Cintres

CINTRES FIXES. -

- ----,----------------------- - - - - - - - - - - - - - - - -- -- ---------- - - - - -- - ------- - -

~

ü:)

>l>-


en\ TRE

§ 2. -

144

Viaclucs en pl in cintre . Voúles jusqtdt 30m.

rt. 1. De 4

a 16rn,

RETROUSSÉS A ARBALÉTRIERS

2 vaux V,, V,, un arbalétrier A, (f,J

- --- - - - - -- -- - -- - - -. -- 20'!'00

-

.

De 16 a 25m, 3 vaux V,, V,, V,, 2 arba létriers A,, A, (f,.) . C'est le Lype classique des cintres de viaducs, justifié j usqu'a 25m par d'innombrables exemplcs. Il n'a guére changé depuis les premiers viaducs de Morandiére . Voici, pour quelques cintres á arba létriers, des quantités et des prix : F ermes

<l)

Viaducs :

~

Par m. q. d e douelle

------------

.... o o..

,_,

..,

::,-,

Q)

Q)

o

(f}'

-~º "' o.. e: Q)

¡,.:¡

(f}

Q)

e: ;-.

o

e:,

..o

E e:

~

Q)

,_,

Q)

Q)

'tl Q)

~ ;-.

¡,.:¡ "O -"'

u

1

...

~ Q)

'tl (f}

'tl

o

Q)

L ignes de:

,n

e: Q)

Da les

o.. • Q) Q

o..

-- -du Crél el de la Cul ée

12c

5"' 6 8 -10 12

12

el u aillard (calcu lé)

12 12

2 20

de Quimperlé

15

de Vezo uillac

16 18

du Puils de la Croix de Valfin de Chaleaulin de Parlhenay

de S ·nouard el'Ague du

20 20 28

25 30 27

18.4-6 20 20

RC

argel

20 20

25 25 25

20 25

25 27

de Mussy

25 25

de Plaincs

30

21 27 27

du Piou de Chonle-Pcrdl' ix de Barajo! de 1orez de I ompaJour ele la Crueize

1"'28 1.28 1.32

1.4-0

1 .60 1.60 1. 55 1.60 1.GO 1. 4-5 1.4-7

º"'º241:

o. 236 o. 264 o. 289 o. 343 o. 325 o. 21:0 o. 34.5 o. 289 o 318 o. 301: o. 460 o. 3G2 o. 336 o. 4-63 o. 443 o. 534

1.55

O. 434

1.4-7 1.333

O. 436 o. 692

A titre de comparaison avec le cintres rayonnant de nai ssa nces 5 '1 , cintre calculé. du Soillard

54. -

125

~

!:

11 .55

I mi té de cel ui de Ramounails (II , 1,9, 187).

3k67'l 3.083 4 .27 3. 164 3.74 2.24 2.077

2G.94 21. 81 23.86 13.54 17.54

3.73 10 .55 7.-10 13.80 13 .87 42.71 2.33 5.81 12.88 51.052

a arba létriers

1 O. 351

16'61: Morez 15.61: (

'16.1941

32.10

a Sain t-Claud e

1909-11

Bl'ives ó. Limoges

1873-75

a Sain t- Clau de Nan les a Chatea ul in Neuvill e a Bressui re Morez a Saint-Claude Nantes a Chateaul in Rodez a Mill a u Marv jols a Neussa rg ues Rodez a M ill ou

1909-11 1863-64

Mo rez

Brives

a L imoges a Ma rvejols

Séverac

a Neussargues

31- .62 02.80 27 .11

Ma rvejols

42.48

a Neussargues Paray-le-Monial a Givors Mouti ers a Bourg- Sainl-Maurice

Borl a Neussargues

a Saint-Claude Brives a Limoges

Morez

Morvejols

1879-81 1\)09-11 1861-63 1873-77 1879-82 1873-77 1873-75 1878 1879-82 1903-07 1909-11 '1873-75 1879-82 1892-97 1910-12

de 25m, voici celui du Saillard, á a rba létriers

31 34 1 Morezó Sninl-Claude

11909-11


145

CINTRES RETROUSSÉS

Vo-Crles de 40m et plus.

Art. 2. -

Voir:

--·-5

~

pag-es

Inlrados

Ponts:

-------- -----.~

"'6

""-"g_ ~-

o ¡... ·

-"

c.

"' t7

<l)

<l)

~

~

o

o

'-<

.::

p..

::;s

o

E

o

e

".

)

Oloron

Pleins cinlres 1

peu surbai sés

(J)

0 '-<

Saint-Sauveur

(

55

1

1

1

I

l

Ramounai ls

!

Gravona

1

<tj

assez s urbai ssé

1

~

I

30

40"'

46

11

20"'

40

29

20

42

21

179

"'

'v

"'

-.:::1

E"

ü

~ u ;, " í-4

,o :::>

"'

rn

o p.. - --

:::>

·Q)

:::>

w

1. 08

9./~

95.

1.57

2. 23 1.23

25.5 13.8

313./,0 ·] 55 .60

\ 187

40.30 12. 90~

1181:

43.53 16. 801

23

"' E-<

--- --- ---

35

18 22

00

"',:..,

,a

0""·99

)

"'"'6 "'rn

00

1.17 1. 84

30

...,

"'6 "'rn

"'rn "'"'o.. o

1m31,

1

1

~

30·

1

II

~

e

,:..,

·o ,o

u --- ---

~

32

11

rn

." " -

~

·2c.

""~ f-< - - - - - - - - - - - - - -Collonges

----- ---------------

E e

"

"oe:. "o ;al

.o o

A la clef e n m¡ m

Par m. q. de douelle

Fermes

19k7 122r70

]•º

30"""

a vec l'éc hafaudage cintre seul

1

1.35

0 .47

22.7

45.60

1.10

1 .13

3.6

69.30

21

30"'"'

1

1

Seylhenex (vo u te riv e droi te) I III 1171 1179 1 41. 191 10.05 1 27

1.25 1

1

0 .63 1

l1.1 1 63.501 50

29 1

L e cintre de Ramounails , avec ses arbalétrie rs rayo nnant des na issances et ses entraits h orizo ntaux, est fort bien compris . Mais, a ux au tres grandes voú.tes, le type a arba létriers n 'a pas é té h eureusem ent ap pliqué : a Olornn, a Ja Gravona, il est confus; a Collonges , les arbalétriers atteignent 21 m 20 avec 30• x 30•.

§ 3. -

CI NTRES A ÉTAGES E N PORTE- A -FA UX

Comme ils sont for-t épais aux n aissa nces, ils exagérent la portée de la voú.te : cell e- ci devrait peu dépasser la porlée retroussée du cintre, qui es t ce lle qu'imposent les li eu x: or, elle e t bien plus gra nde (tab lea u ci-dessous) . Ces cintres s ont un peu confus: il y a beaucoup de piccos , et il n 'est pas aisé d'en prévoir le travail 56 ' 57 • Voici ce qui concerne 4 gra nd cintres : Voir:

--------

t::l

_______ ______, pages

.,

Ponls :

Inlrados

E o

E-<

<l)

"""

v·zC'

"

Ellipse

"\iViesen 1

A,cs

)

pe u surbaissés

'-<

o p..

"e:.

-g g

<l)

~

,:..,

· Q)

2

C}

......,_....- ·-

•o

~ ~

"

>

"~

<"

c.

~

,:..,

o

~

"'

"' ,o "':::>

'v

-.:::1

M

5~ ~·"O

·a

.. "O

00

,o

E"0J

M

I

1

l

Cinuskel

II

Tuoi

1233 12411 55

133.34

1179 190

4·6.98 20.241

( 181 195

47.71 ::1 .4•2

16

39 1

1 36

122

10. 98 1 1s

a 281

rn

-.:::1

o

a 20~

2.65 1

1.00 0.95

"' "'"'a. o 00

· Q)

...,

"'"'6

"'

00

"' ' E

:::>

"'

..e,

co

"'rn

00 Vl

"':...

E-< o.. :::> w --- --- --- --- ---

u

1.33

it2011 .20

A la clef en m / m ...,

----- --------------Par m . q. de do u ell e

"" E e

e

e "

-

;al

----o

"" -"

~:::, o -.:::1

o e o

"

" oe ~ ·e:, o ~

"'·-"'

::;s

-

o "'

"

"O CN

,:..,

.:: o

Ferm s

. '" c. '

~

'

- - - - - - - -- - -- - - - - - - - - - - - 27m 15"' 22· a30· 1"'15 0"··85 I 53 57 42"' 21"'

Soli s

s urh a ussée

~

:.e"c.

- c.

f-< ~

Pl ein cinlre

CN

,.,"

"',,, <j ;o "" ..., .,,:.., ...,"'

-Q)

8k5

1

51. 9 1119.501 100

0. 53

14.8

0. 61

7 .6

511nm

66 1 10 100"'"'

100 1

o

62

61.10 100

33

52 . 20

55. -

11 a fall u soutenir le c inlre pa r un échafaudage parlant d u fo nd de la vallée. 56. - Chute du cin lre d u p o nL s ur le Val-M ela (Li g ne de Bevers a S ch ul ~, f., - P ont s ur l e Val-Mel a Engacline) (f 33 ), 29 a out 191 1. Cintre - É tat des tra va ux au moment de l a ch ute Il éta it ca lc ul é po ur Je "l" r oul ea u. ll y avait de s bo is ro ncls mal as semblés. L'é lé de 19H a éLé tres chaud: les bo is avai e nt trav a ill é. A l'am ont, le ba n lea u lébordaiL la ferme de 30 a 35••. Le 29 aout 19-JJ, - j ou r de l a ch ute, - les poinls O et p ava ient tassé p a r rapport a u x points ,n de : Aval Amont

o p

½

✓· · ··-

;~-.r.

· ·········-· ··· .• • •• .J~'!.'.

Schweizerische Bauzeitung 1 23 novembre 1912, p. Mela• Viadukts au f der L iuie Bevers•S chuls der Rlt.. B. n

. -~·~··- ··· ··· · ··· ··-·- ·--i)o)IJ;,,,,,..-~

--------- - -- -~ - - -----:J'2:.fl6_2__ _ _ ___ __ ___ __ _ __ _ __ _

le Tri ege ( P o rtée, 35"40; montée, 9·70), (Ligne élec trique de Bevers a chul s, Eagadine).

a

28 1

a 285

: « Zum Gsrtisteinslttrz des Vat -

57. - Meme type de c int re : ou p le in cintre de MuLtnertobel (c intre rel1·ous é s ur 16"50) (Albula-Bahn , De nk chr ift im Auflrag- e der Rhatis chen Bahn , - Prof. D' H enni ngs, PI. 13, Co i re, chez F . S chul er , 1\J0); - a l'arche de Triquenl s ur vo ie de 1• du Ch á telard a Marlig ny; - a u plein cin tre de 25• de SLul ertobel (Lign c T . V. -- 19


146

CINTRES

~ 4. -

Ar t. 1. -

IX1'RES RETRO(_;s ÉSA RArOi\'S (É 1'E \ ' TA JL)

Pleiri cinlre de gm a 12m.

E nlrail non arrn ' . -

L'évenlail repo e ur un chevalerncnt foit d'un cntrait et d e dcux al'I a létl'iel' (f," f,. , f,,). L'cntra it e t tlécl1i dan f,P f,. , non clan f,0. f,. - Viaduc du Cal~- 58

f,, - , iad uc d

ic

5s, so

r,, -

Viaduc de la Ba · era 60

~ ;

f~'¡ ~·' ~

\

--'~..8. ~"! ..'~·-· ·

f,, - PonL de SainL-'iYoa L58

Ar t. 2. Enlrail arn1é par un tira nl ( Type ainl-1 Vaast ). Plein inlre d 20 a 25m. - Pour 20 ú 25m, on a armé l'cntrait par un tirant en fer rond filcLé aux dcux bouL (f,.) 61 ' 02 •

- - .... _t_o_""!o - - - - - - - . - -

rl. 3. - Enlrait nnn6 p ar un cábl e cl' acier. Cinlre d l'Arconce, 25m(fa ),

clu ., or nrn , 35 (Í:m) . 111

Pouiarmer l ent1·ait, un cüb lc d'acier vaut mieux qu'un tiran t. 11 ré i te mieux ú ]a ten ion et e régle · comm on vcut.

r,. -

Pont ur l'Arconce

Qunnd la poi-té

03

,

1,. - Pont clu Sornin

65

01

augmente, on l ri e le at·balétl'iCI' ºº ¡ui po1·t nt l'entra it,

5 . - Li " ne el e ?. l ontu ub an a a lre (1 2- 1' !•) . 59. - L e t:pe de :'i ice a é té applir¡ué a ele ,·iadu c.- ele la ligne de ::\' o nlron á al'lal ( 1 '5- i ) : ainlJean-d -Cole ( J4•). aint-Germain (15•¡. 60. - Lin-ne de ' ice o Coni (1913). 61. - L Lype de aint-\ V11a ta élé ap¡1liqué a troi ponl. en plein c intre ele la li gne el'El ne a Arles - ur-Tech: ur la rivi e re Ample (13•); · ur 111 almere (21 •); ur le 'J'ech, á \ mélie-Ie --Buin (26•). 62. - On a, ele m é me , raieli par un tiranL l'enLra il ele c inLre parli ~llemenL relroussé · ele deux p o nts sur l'_\uele , ele 30• ( Li ,, ne de Quill a n a 1 i1•e alte , 1 99): ponl el'.\li e el d'.\ xut. 63. - Ligne de P aray-le-;\ l on ial á L a layette ( 1, 96- 1900). 6t,. l é me c inlre 11u p o nL de Courlan , sur la \' alliere (25•) ( Li gne ele Saint-Jean-ele- L osne ú Lon s le- ~a unier, 1900-1 902). 65. - Li gne de La layelle a L amure (1 96-1900). 66. - .\u po nl du a te le t (ll , p. 132), retrou é ur 26•4-0, l'écar tem ent é taiL mainlenu par ele cornieres allachée iJ un encoffremenlde Lüle qui o itfoil l'ab o ut des arbalé trier : on ne p o uvail pas r égler la tension .


CINTRES RETROU

É

A RAYON

147

(l~VENTAIL)

uivant un poi gone dont chaque ·omm e t est lenu par un cable : on n·y acceptc pa d'angle de plu. de 160º. • On a fait ain i : d'abord l cintre de 3-m du ornin (f,0 , <1?,), pui ceux de Luxembourg G; t de Con lnnlin Gs <T>, - Cinlrc du Pnnl du

\ oici e qu'ont coúlé le cintrc de l'Arconcc et du 1 o nL

J. NIain-cl' a:uc1·e :

Fondalions . . ...... . ................. . ....... . (/) Epurn , Lnille, monloge ..... . ..... . ...... . . . ·o . Démonlagc L en lhcm enl ...... . .......... . o:i { Oulils e l fnux-frni (enviran l/20) .. ... ... . . .

11J. Dive,-s : Cabl e ele conlrevenle menl, pi eux d'amorrage, boilc a oble .................. . .. ... . ..... . Total ... ... ... . 67. -

11 , J. 72 his.

6. -

11 , p. JJO.

ornin :

ur l ' A1 ·co nc e

¡__P_o_n_l _d_u_

o_r_n_in__

G1 35

113 70 1

1

1 . G0'i.r 20 Ji.. 709 20 fi. O 50 / 2.20 1 30 1.21-G G0 3;:¡- 10G G0

fi.

6.3 13 65 G.100

2.315 »

En cmbl e ......... .

JI. Fournilure (les mafériau✓• re.~tant á l'Entrepreneur) : Bois ur chanli r (déchet non compri~) .. . ..... . Tóle pour a e mblages ................... . F e r pour boulon , brides, broches, clam eaux, ~ chevill es .. .................. . ......... . Acier pou1· cabl e , le11deurs, éLrier , plaqu e ~ d'ancrage , e l fon le pour culoL ........... . Plomb pour n rli cu lalion , zinc nux abouLs des pi cc . . .... . .............. . ..... .. ... . .

ornin

»

7.23G G0 l.H G0

910 20

G GG 1.0'~7 10 19 . 200 ))


148

CINTRES

rt. 4. -

a rayons

Cintres retroussés

(Éventail)

Dimensions, quantités, pnx. Ponls

Via du cs

-

en ple in cintre

en p le in c inLre

en are peu s urb a is sé CJJ

Q) ~

»

"' '--

Q)

--z

Q)

CJ

u"'

rn

rn

"'

"' -¡::;

j,

o

C:

~""

rn

"'

"'

CQ

::,

u

(/)

~

C:

CJ

C:

Q)

~

C:

e:

~

<

...o

C:

(/)

u"'

V , '146 25• 12-50 6

V , 14-6 35• J7•50 6

Q)

o

,..CJ

V,1-1-6

20·· 'JO• 4

25" ·12-50 6

E

2rn

rn

Q)

K

C:

o

-- -Voir T ome, pag e __ ____ _________ _____ _____ .. - - - V, 146 V, 146 V , 'l46 P o rlée _____ ____ _____ _____ . __.. __... _-.. . . - . - . - 8m 12m 12m f o nlée __ ___.... ____ __ __ . . . ______ _. ____ . .... . - 5m 4• 6· 'omb re . __ . . . _. __ . . .. . __ . .. _ ..... . . . . 4 4 4 '

'"

::,

o ..o

II , 1'1 7,132 41•20 14· 5

::,

u

H

lT, 65, JI0

II , 61, 72bis 84"65 3t · 5

68-76 25" 4 sous c haq ue anne a u

~

0-12

0-14

cheva leme nL . . de ri ve ~ cer vea u _. _... o•JO o· rn ~ Epai sseu r O) _ _ _ cheva lem e nl.. 0 _1 5 0_ 16 .' J 5 0 µ, 1n Ler médw 1re ce r vea u .. ____ 0.10 J e ri1-e _. . _. _. , E co rl emenl d'ax e en axe 1 . 37 1. 50 i 11 le1· médi a i r e _ 1 ~ cle ri ve _______ 5••73 2· ·23 d'un e fe r me 0••95 2· ·647 i11Ler mé cli a1re. 2. 59 6. 41 C ube de lo ules les fe r mes C, ____. _. .. _.. 3 _34 9_ 54 10 _533 24 .28 de 1des p iéces comm un es (pla telage, bo is 5 _999 1 12_09 M oC,esea <emeo ts, M "chis) C, .. . 3 _49 6.37 lo ta ! d u cinLre C =C, + C, . . __. .. __.. 7.33 '16.01 (1 olea ux 16 .587 36_ 37 e co mp ri s) 0_ 223 par m. q. de douelle K = - . --. . --· · · - º -14 0 _204 8 1 º -281 0_ 33 r app o r t ~- ---- -- - - -··· ···· · ·····- · 0_ 48 0 _40 1 0 _36 1 _965' 'l . 400' P o id s ~ Lo La ] p _. - - - - - - - - - - - ~¡,-.... ... . --- ·1 ,9• 276' par m. q. de douelle p - _.. _.. __ ___ . _ 3_5 de 15 -19 3.51 ¡ 18 -8 - p 8 f'e 1· 84 _4 24.42 17 _21, pa r m _C - de U O IS 54 _83 2_943•33 3_293• )) D é p e n se ~ Lol~le D . . - - - - . -... .. D... ..... ----. r éelle pa 1 m_ q - de do uell e -- . . . _. . _... __ 39 _, 2 25 _46 ( IOUI com pris) pa r Jll _C- el e bois ~ - - - - - . . - - -... . . 177 _45 90_ 64 D é pense pa r m_ c. de b ois, rers non compris . . 109 _93 en a.,

om25 0_ •14 0_25 0_'17

s

~

¡

¡l

¡

1

e- ---.. . --... -.. . -

§ 5. -

'1 .50

7••10 8 _20 47 31_77 78 77 0 _248 0 _40 7 _3,9•

24 77 100 5 _820' 'i5 '18. 30 73_ 90 44 _55

7· ·082 7. 864 45- 62

0-25 0: 18 0 .30 0_23 J. 60 J. 50 21 · ·625 25.91 146_ 9

l

0-25 0_20 0_25 0_25 1. 65 1. 50 1 29••379 34 _391 '161. 931 .,"" ~

0'" 38 0_23 0. 38 0 _23

0-25 0 .'19 0 _38 0_23

1_ 50

1. 60

45"'716

,;

42••374

(-1¡ 55 _775 ., 365.724 e 252 _073 "' -S

" M 22_33 47.27 45.308 e 1-J'J .477 134.466 ~ ¡94 _16 67 _95 207.239 " 508 -907 2:1"' 386 .539 0_556 0 _257 0 _511 '" 0 .597 '"o> º -634 0_21., 0 _22 0_ 33 0.22 0_ 34 "'" .," ~ 14. 759• "O 83 .719' :E 57 _900 ' 9 _4 43• " 15 _520· 40 -81 39 60 99 95 35 -63 e" o "' 79 _94 139 71.2 1 163- 80 149 79 " " 6. 174' 56 '19_200' 30 -000' 250 .'132' 84 ~" 101.138' i5 e 23 -29 50- 48 296 )) ~ 80- 50 M 165. 80 90.87 98 _89 144.76 o" 489_ 50 "e~ 26-1 _65 75_ 53 62.77 102. 82 P< 376. 83 ¡;'.'. '140 . 11 ~

~

-

CUBE DE BOIS K, POIDS DE FER p, DÉPENSE d, PAR m . q. DE DOUELLE PO UR LES DIVERS T Y PES DE CINTRES RETROUSSÉS

A1 t. 1.

Graphique eles re'nseigne1nents r ecueillis

(p. 149). - Le graph ique, p . 149, rapproche et compa re pour 43 cintres r etrou ssé les quantités de bois et de fe r, et aussi le prix, - le tout pa r m. q . de douell e, celle-ci ca lcul ée comm e !'indiqu e l'Ave rtissement en tete des Tomes I a IV. Au g raphique, n e figur ent pas le cintres q ui cubent plus de om•SO par m. q . de douell e 11 •

rt. 2. -

Que condure clu graphique ~

-

Pour que lques cintres , on a pris les équar-

n sage au ha a rd . L e cintres a rayon s (seuls portéc , d'a utres cintres quand il Pour les cintre r etrou é empirigue : K

R, ou a triang les RT) sont lég ers ; toutefois , sauf pour les tres grandes ont calculés, peuvent l'etre aussi . á rayon s , on peut accepter, pour une prem iél'e indica tion, les formu les

= 0,04 + 0,012 (2a )

p = 1,2 (2a ) - 8

auf pour de hauteurs cxce ivc , le cin tre fix e es t toujour plu économique. íai s si, pour le cintre r ctrou é, le prix de r evient se peut as ez a pproximativement évaluer d'aprés les quantités de boi s et de fer, pour le cintre 6xe, il y fo ut faire entrer les dépen es de fond a tion, de ba ttage de pieux, etc...

69- -

A l'Arco nce, on a r éemployé l es ca bl es d u

70. -

Au

orn in , p rem ier c inlre

a ci. bles,

.ornin , Lrop fo rls p o ur un e vou le de 25m.

o n a é lé Li m ide _

71. - N olammen t, pa rm i ce u x de 40m et plu -, ce ux de: S oli s, o••85 (T , 53); Coll o nges, 0"'99 (I , 11 ) ; Ol or o n, 1m•08 (I, 39) ; Gravo na , 1·•13 (JI , 179); Sa int-~a u ve ur, 1m•23 (1, 11 ) ; Wi esen, 2••55 (I , 233).


Échelles

1

,

,, ,

1 1

1 I

1 1

1

11

t ~ ' -P-defa,vaur

(

t 1

1

1

~

se~ /

1

fÍpa,sseur . ,

:

J~~ 4)

1

t

1

(42.71)

t

fettu~ -ton~e~ 1

o

0

ltalíques 1

" iodiq,és Ipar le sig ne

lettres droites

0 (35,6)

. P-surl 'Arconce V'deBª · ara101

::

:

, ,r

1

::

1

, '

:'

t

•uh1farm:e •_ ,_ _ ,,

:

: :.

1

, ,

::

I

'

,,

,

son t écrits en

___ ,

:

I

On a souli g né ceux qu e l'on sait avoir élé calcul és . (E) in diqu e les cinlres a r ayons, étudi és, non exécutés.

Encorbellement

1 1

~: ..:

,

:

: ,

ií'uCatY.,:

(éventail)

Arbalé triers

ªRayons

Les Cintres

• E:: e:,__ '¡:g_

·c:5 . "'-~

{;~ ~{;

~::,

.... ~

1

1

!4 : :

' 1

~

: ¿o.w~J Pleiíl:cidtre(EJ: :

, V-deN,ce

'

:

: / : ~

, ,

: :

11

t,:~: "':t: t' 2a. ~:": .poree

.. ~

c.,

::,

'-<::o

.,

~

_g

-~

<:)._

~

t...

~

tj...

~ ~

..,::,

~ -..;

'

.

i¡I

(0,693) ve des.Plaines

_(O.J:81

0

e1·211

ptde $ejthenex . '

B

: (1l~ 1)

;

(40.8 )

0

'

¡s1,os2) Ptsurle Sornin V' des f1a1nes

1

:•~

(2Z,7l : Plein-c/ntre /E/ l;I ' rznPI em. c,r.: tre /E) é Pfde Ramo~nails

'

,

, :

&Jtd.e .,.LI.LOL•

.,,-•

(0,61

/

:•

( 14,8)

:

O

'

Wde Cüuwitet'

:

: (7,8)

~~~e[ uoi,

ders

it

Sor· ~'J.,+'J.,~' ptsurle ~íEJ : 6y •' - ~ 0 __.!}J_n ' li:I \)\ t ¡o..~'· li:lli:l\i." . P-duCaslelet./E1 co,ssl e , de CLnwitze '{.:-- . IO." 1

;

:

Castel et P· du (0,56 1

t

l;I 1

I0,63)

ptdeSeythenex

les

ca/cuis

P.tdeSil Rached

/99 )

des

P1deS,"dfPRached

10,60)

Cuba de bois K, poids de fer p, par m. q. de douelle

V· du Sarget V'dc Porhpadour : v, de Barajol 61 (;I ¡o~ V'de la Crueize 1M,4i s ror11: o¡ : (0,461 IO,ÚJI l¡l ¡ / Plem c,htre(E.' de Ra_11_10ynails 436 V' de Morez ' V'· d!~eM ussy , ,0/ ' , V'du' Piou , ·: . : ~ {0,364 V· du Saillard . .'o.401> V(de Qu1mperle ¡ e l;I ~ 'Plein cintre(E) (0,345 1 {0.3ól) 1¡1 V-de Chateaulin{0.343l1¡1 (ji iº•'s'~il;IV.deCHante-Perorox ' V'de Parthenay ¡o.mié 10 J4,tde e~ouard ?10.m1 9 _ {omi ' V>de Tpurion !?-'º"' : ,oJJJ '1;1 , , • v, ~'A gues~ V'd.u Cret ~ rf i V!dela Culee V'de~alfin: ::L ; e :10,2~91 Ptsur l'Arconce Vd ' ·¡¡ a,c~td 1;1 • ' Y r0,28// 10,m1 ; 10,2,,¡ · ~'VefOUI (0,2441 (0,26/Q i¡I c¡J V'de la Croix: l;I V!ctu S.ª1!@rct/ (¡) , ,· e r aas ,¡o,23s1 : ro.zm V'dela ~ Bassera?¡ : : , V~duPuits : f1ü,illl¡, :::::7<ó?,3¡: V' deCdur'lans :: ¡

Les échelles sont pri ses de telle sorte qu'au pointde vue de la dépense, le boi s et le fer soient équivalenls; c'est-a-dire que le me. de bois élant es li-mé 75', le kg . de fer 0'35, la cl islan ce verticale entre les deux p oints relatifs a un ouvrage donne le prix a l'échelle ele 0· 002 p. 1'.

Portée : Qm003 p. m. K, Cube de bois : Qm15 p . 1 me. p, Poids de fer : Qm0007 p. 1 k¡; . Epaisseur du 1•r rouleau: Qm01 p.1 m.

CINTRES RETROUSSÉS. -

cintres

c¡i

(0,65)

é--;--_

ptde Luxembourg

(9~)

Pide Lux~mbour7

,¡:,._ CD

¡..,.


150

CíIAPITRE 1'

SUPÉR IOHITJl DES Cll\ TRES A RAYO~S · (ÉVENTAIL) ET COMME Cl Tl E

FlXES ET COMME CI TRE

RETROUS ÉS

emb lnge ont impl e : au ornin (f,., <l> ,) , u Luxembourg ' 1 bi•, pa de tenon , de mortai e , d'embrévem ent : par excmp le, les vaux portent, an coupe, ur le contrefiche ; lout tient par les couvre-jóints boulonné . L'exécuti on en es t faci le et préci. e. lL n'ont pa de li gne urabo ndante ; le calcul en sont tré impl e par la tatiq ue g rap hique. 11 doivent don e etre le plus éco nom ique : il s le sont . 11 ta ent peu. Quand on con truit une voute, il faut conna1t1·e le poinls du cintre au droit de 1uel ell e tendra u 'o uvrir. Dun s un cintre usceptib le de déformat ion d' n embl , on ne le peut pa : a vec le lype en éven ta il, ce sont urement le abo ut. de ont1·efiche ; c·est la que, par un joint ec, un taquet, un coffrag , on ménnge ra une UL"ti cul a tion dans le rou lea u en cons tru ction. J 'ai em1 layé ce type : en cintre Axe , pour pleins cintre , pour are peu urbai é , as ez s urbai · é , tré s urbai s és , pour ellipses ; en cintrc i-etrou sé , pour toule portée . Le Ingé ni eur qui l'o nl ap pliqué 'en ont félicités . 11 e t fo L"t ·'t conseil le1·. CHAPITRE V

CINTRES MARINIERS RETRO

-R LA L RGE R DE LA PASSE NAVlGABLE

Au-de. s u. d'une pa e navi gab le, _o n u j e lé : de a 1·lmlétri er. peu in cliné concournnt ;2,ou outenantunep iécehorizontalen; des fermes a grand arbalétriers e]), - P onL de Marmn,~dc: Cinlres marinier. lré inc lin é qu i 1·ec;oivent la charge de flan e ''1 (<l\); des poutre de boi : 1:1 grande maill es 15 ; a tr-eilli er ré rn; des poulres : bois, e t tirnnt en fer; ; ; des poutre métallique 'ª í l 1i;,_ - 11, p. 71 "'· í2. - i\ l ehi-ing (111 , 231, 252), passe ele 11"20. í3. - Lu scrnL( lll ,89. 15G), pa · ede JO•; Orléan. ( 111 , 233, 259), pas ede9"; 13o uci ca ul ( lll , 231,24í), pase de 10"li0; Neckarga 1·L11ch ( I\' , 169, 189), pa. e ele 9" . .\u ponl 13o ucica ul, on a agrandi 111 pllsse pe ndanl la co ns lJ' uc lion d'une voule (IJI , 24í). í'i-. - i\ Io rnrnnd e, 188 1-1 "6: a rches d 36", passe de 18 111 • 7j_ - Lond ,·e (1, 139, 14,), passe de 13"50. ili. - Alma (1, 139, 155), pa sed 11 "80; i\l an les ( 1, 141 , 161), passe de '16"; Pont- ur-Yo n ne (J , 211 ,2 14), passe de 15". Vi o luc clu P o inl-d u-.l ur , J8G3-G6. ( Des in· di Ll·ibu és a u x l~li~ves de l'Éco le de P o nl s el Cba u ssées, série 3, ecli on , p. 20, PI. 8): á 2 a rche., pas e de 12'". íí. - P onl de: L n_-, ur I Doub (26"); Arciol, ur la aune (3 1"); cb we ich (1 11 ,235,268), pa e ele J6•; a el ( II I, 2 6, 303), passe ele 6·. íti. - L ong ui ch ( 111 , 237, 2,9), pn se de 'J9• .


CHAPITRE VI

151

CINTRES EN MÉTAL P9urquoi a-l-on fait des cintres en métal ¡l - Pour er pa ser les crue , la _navigation 80 • 8 1 • 8 2 , de~ trains 63 • Ils son t indiqués quand on a a con truire un grand nombre de voütes semblable 8 ·1 , ou q uand on doit faire un pont large en ncco la nt des anneaux minccs;º•85 • Art. 1. -

lai

Art. 2. - T pes de cintres en métal. - On a fa it en m étal un étage inférieur seul su, - la couronne des va ux eu le, et a lors á poutre pleine 8 7 , tout le cintre 88 • On en a app uyé 80 entre nai sanee. . On. en a retrou sé sur toute la portée 88 • P armi ceux- ci, le un sont posé a leur about , d'autre articulés ºº. Il y en a d'articulés a la clef et aux retombées 91 • 79. -

N o u veau p o nt d e B a le sur le Rhin ('1904- 1905), 6 vo ul es e n m a,;o nn e ri e : 2 el e 24m50, 2 de 2,m, 2 d e 28m. Ell es onL J8m d e la rge ur : o n l es a fa iLes c ha c une en Lroi ann en ux de 6m26 ur un se ul c inlre á 4 fe r mes mé talliqu e (f, 0 ) . C haqu e c inLre a se r vi 3 fo is p o ur un e vo u Le, 6 fo is p o ur l es d e u x vou te:; de meme po rlée . T a s eme nL pe n la nL la co ns lru c ti o n : JI.mm á 22mm.

Die Hazt/JL- , 1\leben - , uud Hilf sgertiste im Brticke11óa u., Pri va tdozent, - V\7. E rns t und S ohn , Berlin, 19 11, p . 95 .

80. -

f~I

von

nr

tec hn. R obert SchOnhO fer, K. K . Obe r•Ingeni eur und

o ur ea u p o nL Au g usle á Dresde. \ o úLes e n bé Lo n ; o u ve rlures : 32m95 á 39m3; la rgeu r: 1 m. Aux5 plu s g rande s, on mé nagea une pas e m a rini e r e ha ute d e6m' 0 a u-d e s us el e l' · ti age, la rge d e : 21 m:50 e n ba:;, •15m e n ha ut. L es c inLres (f.. ) av a ie nl 10 fe r mes e pa ées de t m74_ li s o n L Lassé d e 50mm a la clef, peud a nL le bé lo nnage. Loe. cit . reu voi 7().

l. T olk m iLt a co nslruit ( 1890- J:;91) un e a rc he, de 18m ele p o rLée, 3m40 de m o nt ée, Jüm d e large ur, d u pon L de Cope ni k á Berlin, ur un e p o uLre e n treilli s, mé na gea nl un e pas se d e 7m,0. L es fe rm es étai e nL nppuy é es aux na issa nce e t ur d e u x pa lées. On les a menail d e l'u s in e en Lro is morceau x . · ne fe rme pesa it J.3io• ; le cintre, 8. 550', - s o it 47' -lc p a r m . q . d e s urface co u verl e . Ze itschrift für Bauwesen, 1892 , p. 35 5 e t sui vantes .

82. - P o nt d e Val e nc e (I , 143, 1Ti). 83. - P as ages s up é rieurs e n I é lo n po ur rempl ace r d es pa ag-es a rniL co n lru il 110 po nl avec 6 c inlre : ]'un d' e ux a va it se rvi 24 fo is . N ouve llt:s Anna les de la Co nstruc tion, juin Ingénit:ur des Ponts e t Ch a ussées .

190 1 ,

a

niv ea u. -

A la fin de 1900, o n

p . 88: e Ciutres méta lliq ues m obiles em ployésen Bavil:re • • par R ené P hili ppe,

84-. o ut e rra in . - Au M o nl-d'Or (L ig ne de Fra ne a V a ll o rbe, '1911-1 914), les m e me c inLres o nt ser v i 55 á 60 foi s . 86. - K e mpl e n (IV , JJ3 , 117) ; p o ka ne (111 , 285, 296). 85 . - R oc ky R iver (11 , 63, 101 ). 87. - Puln e y (lll , 231, 24-1 ); E do uarcl V il (I, J/,5, l 4) . . 9. 90. -

V a l e nce (1 , 143. Jí9) ; o r c he ce ntrale riv e ga uc he. \' a le nce (1, 143, 178); a r c hes d e ri rn, a rc he ce ntra l e ri ve dro ile. venk e rud (111 , S7, '151). 91. - R ock y Ri,·e r (IT , 63,101 ); De la wa r e ( 111, 285, 29 1).


152

CI ' TRES

rt. 3. -

Poids et pr1x par m. q. de douelle. Vo ir:

P ar m.

q. de

A la clef en m / m

douelle

~

pages

c:: <1)

<11

o

Ponls:

E <1)

<1)

..Q

<11

c:: <1)

<1)

--0

<11 <11

o.

<1)

::s

•<1)

"'

o

"3u

..e; ,...

::s

~

e:: <1)

E <1) <11 <11

"' ¡...

¡f)

1

.9 ·Q)

S A Q)

rive droile \ I

app uyés

rive gauche

(2 pal ees enlre les na iss-an ces)

Q)

rn

e

••

2J ~

~

~ ; .8 ¡ - - - -, ~

U3 178 49"'20 10"'85 1"'66 Ü"'ºM 183k5 1'19' 10 60"""

'§; ~ ;>

enli erement ,

id.

0 .30180.934 . 70 50

41

12 30 1.66 0.28 209. 6 1'18 .10 100

91

id.

(2° emploi)

cenlrale rive droile

id.

\ cenlral e rive gauche I

Ü \ relrou ssés Rocky R iver

II

14-3 179 63

id .

id.

1.33 0.28 377 .1189.5°' 85

101 85. 31: 24. 64 7. 06

I

2

fe rm es

584

201

.sol

\

Élage iulérirur seul ru mélal (2 app ui s e nLre l es na issan ces)

5Qm111

1

~ 63.80 64 .50

1

K empten

IV 113 117

1 25 .í6

~

Pont amont

1

50.60 1

1

27.58

1

8 .85

1.55 0. 4,2

44.5 Bo is Etage supé rr

1

Pont aval

97

1'14.20 50 F er Etage infé rr

1

entre rotules

1

23.l.

L es cintres méta lliques sont fort chers de premi er emploi. CHAPITRE VII

SUR HA USSEMEN T

rt . 1. -

Cintres fixes . -

On a souvent surhaussé les cintres fixes 92 • Or, ils tassent peu; on ne sait pas a l'avance de combien, et il n 'importe guére que la clef soit ba se de quelques centimétres . Les urh nusser complique assez inutil ement les épures.

Art. 2. - Cintres retroussés . - L es g rands cintres retroussés tassent beaucoup 93 ; on ne peut prévoir de combicn. On le surhau se, un peu d'aprés ce qui a été ob ervé a des ci ntres comparables, beaucoup au sentiment. Pour les cintres a cables, c'est faci le en serrant leurs écrous 94 • CHAPITRE VIII

ACCIDENTS Un cintre s 'es t écroul é : parce que les palées portaient sur des semelles de bois ayan t ervi et petcées de trous 95 ; parce qu'il était mal assemblé ou mal conc;,u; parce que de longs poteaux, m al contreventés, ont fl ambé; parce qu'une crue a emporté des pal ées .... . 92. 94. -

Voir les T ablea u x sy nop li qu es, p. 136 a 14"1. 93. - Vo ir les Tableaux synop Liques , p. 145. Voir T ome II, p. 73, r enYoi 19 . 95 . - Voute de 38"50 d u pont Co rn élius (I V, 182) .


153

CHAPITRE IX

PRÉCAUTIONS DIVERSES Art. 1. -

Cintres ayant deja servi. -

Parfois les cintres employés a nouveau tassent beaucoup : il y est tout particuli erement nécessaire de m ettre des feuilles de tóle dans les assemblages 95, 99 , 100 •

Art. 2. - Arrosage . - On a quelquefois a rrosé les cintres pendanL la con s truction des vo-0.tes pour faire gonfler les bois ; puis on les a laissés séch er apres clavage pour favoriser le décintrement 101 • Art. 3. -

Incendie. -

Pour prévenir ou arreter un incendie, on organise une surveillance spéciale de jour et de nuit; on di s pose un réservoir d'eau tout pres 102 • CHAPITRE X

APPAREILS DE DÉCINTREMENT BOITES A SABLE 1º3

§ 1. -

Excellent appareil de décintrement, tres simple. Pour les grandes voutes , c'est, en France, a peu .pres le seul employé 1 º4 • On a logé des boites a sabl e dans des caisses rempli es de pl atre qui foi sonne pa r l'humidité et remplit bi en les vides 105 • Quelquefois , le cintre porte d'abord sur des billots qu'on rempla ce par des boites a sable au moment du décintrement 106 • Ce n'es t pasa con seill er: une vo-0.te en ciment, qui tasse tres peu, est décintrée au changemen_t. 98. - Au p ont de L osde (Lig ne de T a rasca n a Ax , 1882-1 883), are, p orl ée 30m60, montée 6m30, on a e mpl oyé le c intre du pont vo is in d e R e mouline s . 11 a ta s é : s ur c inlre, de 5Smm ; a u d écintremenl (60 jours aprés cl a va ge, - MOV, cha ux du T eil), de •Jmm4_ 99. - A un e ar cbe ele 25m (l a 2• a p a rtir ele la cul ee riv e el roile) du via elu c el e la Sille r, l e c inlre lassa ele •JSomm , tassemenl enorm e « impu ta ble p our la p lil g ra nde p a rt ie a ce fai t que les cintres a1Jaient d~¡a été employ és a rl' autres 1Jiaducs et que leu rs assem blages a1Jaient clu je u ». (Obse rv a li ons p end a nt l a co ns lru c li o n et au x épreuves, par M. l' ln gé nieur Acatos .) Schwe izerische B a uzeitung ,

29

octobre

1 9 10 ,

p.

242 .

e Der Sittervia du.kt der Bodeusee Toggenbu.rg bal,n

A u pont d es Amidonni e rs , les cintres en 2• e mpl o i n'o nt p as pi us lass é qu'au premi er. 100. -

Premi er e mploi (Ri ve droite) .. . .. . ... . .. D eux ie me emp loi (Ri ve gauche) ...... . . .

101. -

».

~¡ VoG t es de 42•

VoG tes de 38"50

ava l

~ , ava l "

2smm

23mlll

1 9mm

21

24mm

25mm

1 smm

17

111111 111

m

T einach (IV, 204) ; Gra vona (JI , '1 84) ; Mun der kinge n (I\7, 59); W a l nut L a ne (II , 90).

102. - W alnut L a ae (II , 89). Le 7 a vril 1905, le fe u a pri s a u cinlre d e S al ca no (III, p. 149, S ,) . 103. - On se servait d'abord d e s imples sa cs r emp li s de sa bl e, dont on réglait la so rli e P. n serra n t l'ajulag-e par un e cord e. Ce moel e el'opé r er a été im ag in é, en '1847, p a r Bea u elemo ulin , au po nl de P ort- dePil es ; ma is 11 é la it em ployé par les Egy p tiens po ur mettre e n p lace les obéli sq ues. (Ch oisy, H istoire de l'A rchitecture, I , p. 38.) '104. - T outes les vo útes fra n1,a ises el e 40m et plus ont é lé clécintrées sur b oi'les a a ble, sau f: a - s ur co in s: Fium'Alto (J,89, 1'1 0); Berdoul e l(Il , 1'17, 12H); Grav ona (JI, 179, 184) ; b - s ur vérin s : Sa inl-Sauveur (L 11 , 29) ; Bo uci ca uL (III, 231 ,246); e - a vec r oul e ttes des cen da nt sur un e ur fac e ele vis : 'oge nt- s ur-M a rn e (I, 77, 81). 105. - L av aur (II , 119, 137); Anto in e tte (II , ·J19 , 144 hi•). '106. - Cl ai x (III, 13, 37); Gra sdorf (IV, 125, 130) . T . V.- · 20


154

CINTRE S

§ 2.

COIN S

101

Les coin s s uffisent pour de petits cintres, jusqu'a 12m par exemple. Mais, pour les g rands , les boi s 'impriment !'un dans l'autre, l'humidité les gonfl e, et il es t a peu pres impossibl e de les faire g lisser. On les a cependant employés a des voutes de 40me t plus , récemment encore a l'é tranger 108 , - tres ra rement en France 104-ª . On les a munis de boulon s a vi s , et encore n'a-t-on pas toujours r éussi a les « décoll er » 109 • On desserre plus fa cilemen t trois coi ns : un mobil e entre deux fix es 110 • On a employé des coins d'acier manmuvrés par des vis 111 • On a placé quelquefoi s les coi ns sous les couchis 112 , sous les vaux 113 •

§ 3. -

V ÉRINS 114

Pour les voü.tes de 40m e t plus, on les a employés : en France, tres peu 115 ; en Allemagne, a quelques ponts inarti culés 116 , a la plupa rt des ponts articulés 117• 118 •

§ 4. - DÉCI N TREMEN T PAR É CRASEMEN T DE PIECE S D U CIN TRE On a entaill é les poteaux sous les vaux 119 ; - ruiné des billots pl acés au niveau du sol pour dégager des coins sous l'étag e s upéri eur 120 ; - diminué prog ressivement, a coups de scie verticaux, des billots a base évidée (sys teme Zuffer) 121,122.

§ 5. -

DÉCINTREMENT E 1.V DÉTEN DANT DES CABLES

Dans les cintres retroussés a cábl es d'acier, on commence le décintrement du 107 . - Boi les a sable et co i ns : E do ua rd V II (I, 145, ·184); Wi ese n (I, 233, 241); Gu ggersbach (III , 15, 60); Co ul ouvr eni e re (IV, 79, 82). '108. - Ball oc hrny le (I , 39, 42); Big Mu dcly R ive r (I , 223,228); W alnul L a ne (II, 63, 88) ; Vi cto ri a (II, 199, 204); J a re rn cze ( 111 , 83, ·1·16); Ca na le (111, 183, 18í ); Moca (III, '193,200); Putn ey ( III , 231, 241); Mehr ing (111 , 23'1, 252); Schwe ich (111 ,235,268); L o ng u ic h (111 ,237,279); S pok a ne (111 , 285, 296), (co in s en fon te so us les couch is); Bobe r ull e rsdo r f (III , 287, 299); El se n (111 , 287, 300) ; Cassel (III , 287, 30<!); Mun d erk in ge n ( IV, 53, 56); Cobren (IV, 125, '140). 109. - Lu xembo urg (II, 61, 72h1s). '110. - Glo uces ter (I , 87, 108); Mo rb eg no (IV, 63, 71 ) . 'I IL - « Screw weclges n (P o n t s ur l a R ocky R ive r , II , 63, 101 ). 11 2. - Gig nnc(I , 87, 105) ; Ches te r (III , 11 , 29); Cr esp a no (11 , '11 , 4í ) ; N ydeck (II, 13, 53) ; Bell o wsFalls (111 ,223, 226). '11 3. - Connecli cu t (I , 61, 71). 1 14. - V ér ins et co ins : a Reic henbach (I V, ·169, 183); a S id i R ached -(ll , 65, 110); Yé rin s, co in s et bolles a sable: a ignac (I , 129, '132). 11 5. - D es 1848, a ux po nts de Cé , P our les vou tes de 40m et p lu s, vo ir r envo i 10!,-b. A u pon t J3o uc ica ut, il s o nt se r vi á dég age r les co in s. 11 6. - L a ngenb ra nd (III , 89, 153). 11 7. - T ome IV: Ga rching (93 , 98); Chemn ilz (105, 109); K emp len ('11 3, 11 7); E li e ('127, '152); lll erbe ur en ('157, ·J60); Ma lli ng ('167); H ochber$' ( 167, '177); Co r neliu s (167, 181); W ille lsbach (171 , '199); M o ulin sl ez-Me tz (171); Mann he im ('173) , Necka rlia usen (221 , 233); Max-J osep h (223, 244); Prin ce R ége nt (223); S igrna ri nge n (251, 255). . '1'1 8. - A u po nl ele N eck arh a use n (IV, 221, 236), l es vér in s s'é ta ien t e nfoncés de 3,m da n s les se m elles penclant l e bé to nn age. On l es a en cnd r és de bill o ts, qu' o n a s c iés a u m ome nt de clécintrer. 11 9. - A n niba l ( 1, 89, '113); Di ab le (I, 89, 11 7). '120. - Pl a uen (III , 15, 55). 121. - D écrit da ns l a m o nog raphie d n po nt de Krenn g r abe n (III, 136). 122. - Sys téme app liq ué a u x po n ts a u tri ch iens d e: Kren ng ra ben (III , 87, 136); S teyrlin g (III , 87, 1_39) alca no (I II , 87, '144); 1-'a lmgraben (TII, 121, 165); Schalchg rabe n (II , 121, 170); Ro th we inbach (11 ,123, 172) ~ ui s e n S ui sse, a ux po nts ele: Li chtens teig (111, 89, 162); Krum rne na u (III , 91, 165); Cinu s kel (JI , 179, 190) fu oi (JI , Hl l , 195).


APPARElLS DE DJkI

155

TR EME T

cervea u en détenda nt les cab les 123 • On fait ens uite descendre les reins s ur co ins , mieux s ur boites

a sable.

§ 6. - .DIVERS Au pon t de N ogen t 124 , on a fa i t descendre des roulettes s ur un e s urface de vis. Au pont de la Delawa re 125 , les voutes sont baties s ur ferm es d'acier a troi s articu la tions : en manceuvrant des ti ges filetécs, on a diminué la longueur des deux panneaux de clef. CHAPITRE XI

CALCUL § 1. -

PRESSJO'/\T NORNlALE p PAR UNITÉ SUR LE CJNTRE A UNE DISTANCE ANGUL A /RE

DE L A CLEF

!7.

J'ai proposé en 1886 la formule : 126

p

= 7 e ( 1 + /R)

Veos {"

·¡ es l la densilé de la ma<;onnerie;

e l' épa isse ur en M (f,.)

1

a allribu er a u 1°r roulea u ;

R le rayon de courbure en M.

Pour les grands cintres, on néglige e devant ~ R, e t on applique la formu le s implifi ée : p=7c

V

127, 128

cos½"

Par ell e, les cintres se calcul ent tres facilement et tres vite 129 ; j'ajouterai, tres exac tem ent: au pont de Luxembourg , les efforts des cAb les mesurés par leurs fl eches éta ient ceux que donnélit le ca lcul. •J 23. - Lu xe mbourg ( IJ , 61, 80). Po nts d u Sornin, de J'Arcon ce ( vo ir leurs c inlres, p. 146, 147). ·J 2-i. - I, 77, 8'1. 125. - IJI , 285, 29 1. 126. -

J 'ai in diqué comment elle a été é tab l ie : Annales eles I onts et Chaussées, octobre 1886,

« Construction des Ponls clu Castelel, de L ar,aur et Anloinette », p. 508 á 527.

C'est une bonne formule pratique. Elle suppo e que les vou soirs s'appuient sur l e c intre des 22• ½ s ur l'ho ri zonlale, - ne g lissent s ur le cinlre qu'á 45°. Ces cleux hyp otheses sont p lu s défavorables que la réal ité. E n effet, so ien t : ¡, l'a ngle de g li sseme nt d'un voussoir s ur mortier, r' des voussoirs sur le c intre, j'ai lro u vé : Maximum I Minimum pour ? , sur 7 12 expériences . . . . . . . . . . . . . , pour O' sur 266 expenences.... . . . . . . .. 1 1 (Loe. cit. p. 5oó, 507.) i

90º

25º

o

,,~o -:>

44

1 Moyen ne

1

37° 36º 30'

127. - On a a in s i ca lc ul é n o mbre ,le c intres: Coslelet ( JI , p.132); Lavaur (11 , p. 137); Antoinette (IT , p. 'l 44bi•); Lux em bourg (JI , p. 72bis); Am idonn ie r s ( T, p. J99); Gour-No ir (I IT , p.10~); M onla nges ( 111, p. 65); So rnin, A r conce (p. 146), ....

'

,VÍ 4 -" cos 3

128. -

On lrouvera a l'APPENDICE, des tables de: log

129. -

Vo ir á l'APPEND ICE, le calcul clu c intre de Luxembourg.

veos¾" ·


156

CI 'T RES

§ 2. -

rt. 1. -

TRA VA IL PERMIS

Bois (Pin, Sapin). - A. - Pieces fléchies (vaux, couchis). -

L e 1/ 5 de la charge de rupture, pratiquement 80k/ 0m01

2

B. - Pieces comprimées. - B,. - Dans le sens desfibres. -

Soit cp « l'élan-

cement » d'une piéce, c'e t-á-dire le rapport: L (longueur libre) b (plus pelil cólé ou diamelre)

On peut admettre pour le travail par 0"'01 2 les formules s uivantes : Pieces rec langulaires (coefficienl de sécurilé de 1/ 5) : 130, 131

Bois ronds, pieux (coefficient de sécurité de 1/ 7) : 60 130, 131

{3m

=1

B ,. - Nor,nalement aux fibres 10k U 12k

132

1 ( '/'

+ 3 l2 •

-

)2

Le 1/ 4 de la charge d'écrasem ent,

133 •

Cables cl'acier. -

rt. 2. 100\ 120k; omoo1

2

L'acier de

fils rés i te couramment á

J 'ai admi 20 á 25k par omoo1 2 de urface utile.

CHAPITRE IX

POUR UN PONT A n ARCHES, COMBIEN DE CINTRES ?

Art. 1. rt. 2.

Pour 2, 3 arches. Pour 4 arches. -

On emploiera 2, 3 cintres.

On a foit quelquefois 3 cintres, presque

toujour 4.

rt. 3. ouvent 4

135

Pour 5 arches . -

On a fait rarement 3 cintres 134 (<P.),

Voir pour ce fo rmul es : Loe. cit. ren ooi 126, p. 529 a 534. On Lro u vera a l'A rPEND ICE un e ta bl e num ériqu e de /Em. - Voir p. 132, arL. 2. 133 . - Voir p. 132, renvoi 6. - P onls : des Amidonniers (I, p. 193); de Belleperche, 5 ellipses de 33m a 1/ 3,75. - I o nl : de Lays sur le Doubs, 5 ai'CS tres s urbaissés ele 26m; d'Ouroux le 33m a 3 m, s urbaissées a J/ 4,5.

130. 131. ·]32. 131•. 135. 5 ellip e

ur la Saóne,


P OU R U N PONT A

n

A R CH ES, CO:M Bi fü

cf). - Pont des Amid onn icrs

----

Ar t. 4 . -

DE CI NTR E S ?

157

Pour un pont a voutes tres tend ues , le mieux_ e t d'emp loye r 5 cintres et de tou t décin trer le meme jou r 136 • Au tr ement, les pil es ten den t a se déve r. er d u có té de la moindre poussée ; un e arche, décintrée avant que les au tres ne la contrebuttent, ta sse trop.

Pour plus de 5 arches . -

On s 'es t contenté quel-

quefo is de 3 cintres neufs • P our les plein s cintres , on en a, le plus souvent, employé 4. 5 138 • Pour les are s urba issés et les elli ps es , le nombre en a fort va rié 139 • Pour les ares s urba issés , il es t bon d'en faire 5. Si on es t pres sé, on aug m ente le nombre des cintres 140 • Quand on emp loie moins de cintres que de voú.tes , on conduit les voú.tes de fa <;on a ne pas trop pousser les pil es 138 • 137

136. -

Bo ueiea ut (I IT , p. 243).

137. -

Viu el ue el es Ca lve ls, 6 ellip ses el e 27m

138 . -

APPEND I CE, -

a '1/ 3,85; po ol de

Pui ehe ri e, s url'A ude, 6 ares el e20m

a 1/ 6 .

Vi adu es .

'139. - P o n ls : el' Are ia t, 7 a res ele 3·1m a '1/ 7,f.7, 4 eio tr es; el e D igo in , 9 a res el e 26m a '1/ 7,4, 6 ei nl res; cl 'Avig no n, 10 a r es d e 4-0m a '1/ 8, 5 e in lres (I II. p. 270); d e Sa int-Lo u p, 7 a r es de 33m á 1/ 7,5, 5 einlres; de Bl ér é, 6 el li p ses de 24"' a 1/ 3,65, 5 ein lr es ; de Cé, -J'1 ell ipses el e 25ma 1/ 3,27, 4 cin lres ; ele L a nn e, s ur l'A l o ur, 7 ellipses el e 24m a 1/ 3,'16, '• einlres; el e P o rt-S a inle-M a ri e, 8 elli pses de 32m a '1/ 3,2, 6 ein t res . 140. -

P o nt ele Cha lo nne s, 17 el lip ses el e 30m a u 1/ 4, 9 einlres.

'.


TITRE 111

COMMENT ON EXÉCUTE LES GRANDES VOÚTES EN MAQONNERIE APPAREILLÉE

1

CIIAPITRE I

ROULEAUX § 1. -

POURQUOI O i\ COi\T TRUIT PAR ROULEAUX

Le l rix de cintre a ugmente avec le carré de l'o uver ture et l'épaisse ur de la charge : il impol'te done de le charger au i peu quepo ible, urtout le grand . On con Lruit u pleíne épa i e u1· ju qu'a u j oint ú partil· duque! la voute commence a 'appu er ur le cintre : ce sera ve r 60º de la c lef pour le plcins cint1·e , 1 ellip e , le are peu u1·bai sé, ; aux naí anee pour le a 1·cs a ez e t tres s urb ai és . Au-de u , on n'exécute pa du premier coup la voute ur toute on épa isseur ; mais on l'étale par deux, par trois co uche ucce s ives .

§ 2. - CO.NIMENT, DEP UI S 1800, ON A CON TRUIT LES VOU1'ES DE 40"' ET PLUS De 1800 á 1850, toujours

a pl ein e épa i

a

-

Epai de 1850 1880 seur .,,.._ á 1 en 2 en 3 la c lef á pleine ¡ épais eur 1'ouleaux rouleaux e.

a pleine

apré 1880

-

épaisse ur 1

en 2 r o uleaux

1

en 3 roulea ux

1 en rou-4

Jeaux

r-.Ji chela u , Zi egenhal , Hu ze nbach, G r oss-Kunzenclod', Sch wu . e n , T e i- Seytbenex nach, Chemnilz, Avi- e,= o· 90 gnon, Boucica ut, Neubammer. Elyr in

jmJ5 et au-

dessous

¡-

J. 20 'l. 25

e ur; voici ce qu'on a fait en uite :

1

1

1

1

1

1

i ntEcloun,·d V I' •."'1e ngern, ¡::-a Ver IunlJ ie l' l'e 1AmiJonniers Bellow - Folh, Krapp 1tz Ramounails

/ ül'l é;,ns

ICostelet

/Am icl o nniers

1 1

1

1

1

l Oloron ljl'e 11 t Rébuz o ISnu lni er

1

1

1

1

, Putney, \Vh eel in g-

1

1

1

1

1

inl'l. 45 ¡sa ISa uveur

1

1

¡c é ,·e t GraYona Canal e ¡Emper urrran,ois

·J .óO

' Cloix

l:::iol i R othwe inba ch BoTlefos 1 1Luxem bourg· Lu sse rat 1 Antoinette. Pouch K ren ngrabe n ISLrancleelven Monlanges Conslan1ine ¡Yal e nce. Svenkerucll JLUl'AUI' 1 ¡Go ur- N oir Palmgraben ISchalchgra ben 1

J.30 IAlma 1.35

1

1.40 ¡Ca lc io

l" 'o rochla, Diveria

1

Ver Ion E ·co l Freyssine t

IPlouen 1

l. 60 'l. 65

1 Milntes

1

1

1

1

1

1

1

1

1

¡ ignac O rdoulet

1

jw aldlitobel

!Jamna

J. 70 1

J.75 l.

o

1

, 1-'i um'alto 1

1 Prarolo

IB ain -cle- ¡NogenturLucques ;\farne

'l. 90 ¡Collonges 1 ¡cabin2.00 1 J ohn 2.JO 1 1

J. -

Pou r les voule

1

Annib¡¡J Diable 1

1

1

1

¡sc1i wancle1 holzclobel W ie en Lon g-e n bra ncl

¡Iün mmenau

1

1

1

1

jcutach

1

1

en hélon , voir p. 27.

1

1

1

1

teyrling

¡Jaremcze, Sulcano

1 1


150

ROULEAUX

L e nombre de roul ea ux dépend de l'épa isseur de la voute. En général, on a - cons truit: en deux rouleaux, jusq u'á 1m40 d'épaisseur a la clef; en trois rou leaux, au-dela. § 3. - ÉPAISSEUR D U t er RO ULEA U

Art. 1. - Que porte le 1 er rouleau? - On constate que le 2• rouleau tasse peu 2, souvent ne tasse pas 3 , que le 3• ne tasse pas. L e premier fait office de cintre pour le 2• 3 • L e cintre et le premier roulea u ne sont pas également compressibles : il s ne portent pas ensemb le le 2•. De plus, aprés le clavage du 1°r roulea u, la tempéra ture peut s'élever a sez pour qu'il quitte le cintre et travaille seul. 11 doit etre assez fort pour se purter et porter le 2• rouleau, sans fl amber ou s'écrase r '1 •

A rt. 2 . Happort , dans les voutes exécutées , de l'épaisseur du 1 er rouleau e~, e'1 , a l'épaisseur to lale e0 , e1 5 •

a la c lef:

e~ eo

aux r e Lombées

se,

~

m1111mum ... . . .. . . .. maximum ...... ... . en gén éro l. ..... .... . m1111m um .... .. . . .. . ma x unum .. . ....... en gén é ra l. . . . . ......

¡

2 roul ea ux

3 rouleaux

0. 326 0 .72 0 .50 0.25 0. 67 0. 50

0. 33 0. 58 o. 33 a 0.4-3 0.28 0 .44 o. 30 a o .40

11 y a intéret a avoir des rou leaux minces : 1º po ur moin s cha rger le cin tre ; 2º pour bien r emp li r jusqu'a l'in trados, so it les fi ssures sur cintre s'il s'en produit, soit les joints secs m émigés pour les prévenir. On a donné, de l'épais,eur du 1°r roulea u, un ca lcul th éorique 6• 7 : dans m es voutes, je l'ai prise au sentiment 7 "; ' . Aux Amidonniers (I, 203), le 1°r rou leau n 'avait, au cervea u, qu'un moellon: nous avo ns fait ainsi a quantités de voútes . 2. - Au pont du Diable (I, '1'16), pouzzolane e t cha u x g rasse add itionnée de cbaux d u Teil, le cin lre tássa so us le 2° r oul ea u 3. - Pa_s de ta sseme nt ap ré,; le clavage d u j cr roule a u aux ponts d u Castele l (II , 134), de L ava ur (II, 142), A nlo rn ette ( 11 , ·148), .... 4. - S i les rouleaux sont ind épendan ls, on po urra it faire le 1"' en ma téria ux plu s résislants. A Cab inJohn (I II , 72), le t er rouleau es t e n granil, Je 2° e n g res. 5. - P ou r les épn i se urs des ro ul eaux, vo ir: Cns lelet (II , 132); Lavaur (JI , 138); Anloinelle (II , '146); Am idonni e r ( f , 203) . 6. - A ux ponls de \,Viesen (I. 21,2) et ele Ci nu ske l (II , 191), le 1°, 1·o ul ea u a élé calcul é comme un are él as lique po ur porler le 2° san~ fa ire trav a ill e r Je c inlre. 7. - « Lorsqa'on construit une ooiite prir rouleaax, aa lieit de l'e;.eécater en une seule opération, on " réclait les clistance · a l'intraclos eles clijférents points ele la coa rb e eles pressions clans un rappo rt sensi;'. blement égal a/ /2, qa~~ que soit le nombre ele roaleaux. » ( M. Résa1: « Traite eles Ponts en ma¡:onnerie n, l ome I, p. 211 . 1 ar 1s, J 1). Ce caJc uJ s ul?pose qu e « l'on clecintrerait le premier ,·ouleau aoant ele p roceder a l'execution clu n seconel "· (Loe. c it. p. 21 1, renvo i. ) S i on ne le fa it pas, - et il esL peu probnble q u'on ' y risque, - « le rappo rt eles clistances a l'intraclos » eles points corre'pondants eles eleux coarbes eles pressions relatwes l'ane á la ooúte constntite par rouleaux, n l'autl'e a la ooúte constraite en une seule j'uis, est egal: pour cleux rouleaux a 3 / 4, poitl' trois rouleaux " a 2/ 3 n. (L oe. c it. p. 212, r envoi. ) « Ce procede (la const ru c li on par roul ea ux) procure necessairement une recluction de traoail maximum " a la compress ion ou a l'extension a la ele/..... n ..... , par contre, .. ... clans la region elit joint ele raptare, les oaleurs clu traoail maximwn sont » augmentees. » ..... on peut co rrig er ce clefaut, ..... en reglant conoenablement les epaissears relatioes eles rouleaux » successifs, qai doi:oent oarier ele la ele/ aux nai ·sanees et non pas rester constantes, comme nous l'aoons n jasqu'ici sappose elans cette etade toute theorique. »•(i\lJ. Rés al : « Em¡;lacements, clebouches, fonclations . - P onts en ma¡:onnerie n, p. 217, Pa rí s, 1896.) ,, -L'epaissear a la ele/ cloit étre partagee a peu pres egalement entre les rouleaux successi/s . Ait joint ele rupture, elle cloit étre attrib aée en presque totalite au premier roaleau. » ( Loe. ciL p. 223.) Dans ces in el icalions toules thé oriqu e, o n ne li ent com ple ni des mouvemenls eles cin lres, ni des mnlages de j oin ls Ja issé vides dnns chaq ue ro ul ea u, lesquels créenl ou modifient les pressions. 7bis. - Y oi r I, 242, renvo i 6.


160

§ 4. -

EX~CU TI ON DES VO ÚTES

RO L EA X SOLIDA ! RES O

RO ULEA X J"i\,DEPEi DA TS?

rt. 'l . - Rouleau solidaires . - Pre que toujour , les queu e de a e d chaque rou lea u fo rm en t den t d' ng renage avec le découpe néce aires I our y nea trer le vo u oír du uiva n t 8 • L a dóco upe e t d' une a i e a l'a utre et n on d un m oell on a l'a u tre dan la meme a e. rt. 2.

Rouleaux

uperpo s ind 'pendant . -

Dan ou t r oma in e , pu i d u l\Io ·en-a.ge , da n quelque voú.te m oderne~ 11 , les ro ul a ux on t uperpo é an líen en tre eux . C'e t ain i qu'on co n truit ouven t le vou le en brique 12, 13 9

10

5. - A DOPT IOl, SYST El\1A T IQ U E DE L A c o r.. STR UC TIO1\ PA R ROULEA X n a r pro hé ú la co n truction par r oul ea ux de r épar tir tré inéga lement le chargc , le p remier roulea u porta nt l r csque tout. 1uelqu Ingéni eur I ont-il décon eillée 14 • 15 • , dan I voú.te con tr uite ans j oin t ec , e e L-a-dir-e avec fi u re , le cffort e '. r óparti ent plu m a l qu'entre les ro ul caux s ucce if d'un e vo úte . - L es rouleaux n'é la ien l relié que de d islance e n di lance: au ponL d u D iable (1, JJ ), par quelques briques enn-agée ; a u ponl nn ibal (l, 114), pa r eles vo u soi rs de lu f'. Ce n'es l pas á im iler . 9. - Dan « L'Art ele bátir che:; les Romain », Choi · donne de de in de voüles romaines en 2 rouleaux uperposés (Ba il ique le Con lantin , Therme de aracalla, ... ), en 3 (Pan théon). L'.\ queduc \ lexand ri na e Le n 2 ro ulea ux, la Cloaca- Max ima (500 an avan L J .-C.), en 3 (el>,). JO. - Bandea ux en 2 roulea u x ~u perpo é aux vie ux ponls de Cére l ( l. J 1 ), de Tourno o ( 11 , 36). JJ. - Ponl ele Cabin- J oho ( 111 , ~5). 12. - 3 r ouleaux: ponL su r la Gimone (L igne ele Toulouse á Auch); po nl el e L- " 'an L (V, 105, renvoi 32), 2Qm; 2 J'Ouleaux : ponl des Ba in de Lucq ues (1 11 , 33). Le l lalien con trui enL ainsi leurs ,·oüte : viaduc louL récent de la ligneConi-\ inlimille(J911-1+). J3. - Pour le pe tile voule , on moule les briq ue , a va nl de les cuire, en forme de vou oirs pour regaaner la liffé r ence le développemenl entre l'inlrados el l'extrado . 14. - « La ma1onnerie sera exécutée.... ur toute l'épaissew·. Il est de regle, en ~Oel, malgré des » e.i·emple contraire · , de ne poinl ma¡:onne,· une coiíte .... par :;ones paralléles a son épai., eur ... . » Dejardin: e Routiue de l'étahlissement des vorUes •, Paris,

1

45, p.

247.

Lire clan le méme en : Morancliere: « Con · truction des Ponts », p. J 7 · el, en sen conl rai re, Du puil : « Traité de l'équilibre des cotites et ele la con · trnction de· pont en ma¡-onnef'i~ », Parí , 1870, p. 2 3. J5. - La con lruc li on par rouleaux « renel fort i,icertaine la position de la cou,.be ele pl'ession .... » . l 1rsi y a-t-nn /'e11011cé e11 .\ llemagne pour le [/f'an_de ooútes surb?'issées ». . . Centra1blatt der Bauverwaltung, 1906, septembre, 5, p. 455 a 458 ; ..' p. 4_62 a 465 ; 19, p . 483 weitgespre11gter fioclter massiver /Jrllcken •• von Landesbaurat Leibbrand tn S1gmarmgen.

'J 6. -

Dale de la phoLographie: aouL 190 .

a 486

: • Fortsc/1ritle u n Bau


161

ROULEAUX

11 e t po ible qu'en t,héorie le effort soient mal réparti , que le 2• et 3• rouleaux travaillent peu t ne fas ent qu'empecher le premier rouleau de flamber. Iai , en fait, on n'a jamai vu le premier rouleau 'écra er . Pour fuir un danger qu'on n'a pa con taté, on ne peut pa renoncer aux aYantage , tré réel , de la con tr-uction par rouleaux : cintre léger, - chaque rouleau fermé vite, - fi '-Ures facile a bien remplir. Cette méthode a rendu pratique et économique l' exécu tion de tré grande voú.te . C'e tparrouleauxquonacon truitlaplupartde grande voute inarticul ée 17 L'expérience, « cette maHre e impérieu e», a tranché.

CH PITRE II

TRONCONS ET CLAVAGES IDE 0:-{ COUPE LE RO LEAUX EN TRANCHE PAR DE JOINT CAS URES, LE 10 VEMENT PERMETTA T A LA VOÜ rE DE SUIVRE, SA DU CINTRE ; PUIS, O M TE CES JOI T

§ 1. -

1

ÉCESSITÉ DES JOI TS VIDES

Le cintre e t éla tique : la ma9onnerie ne le uit qu'en s'ouvrant. II y a fi ure la ou, e\ un appui moin flexible, uccéde un appui plu flexible 18 • Un cintre, meme tré fixe, tré raide, tré fortcment chargé, plie ou le poid de la voúte plu que la culée ou la pile 19 : de le\, une pr miére fi ure inévitable 20 au point ou. le vou oir commencent a appuyer ur lui 21 ; d'auLres pourront s'ob er-ver au droit de parties plu pécialement fixe du 17. 18. ration, 19.

- Je ne ache pas qu'on ait con lruit, par rouleaux, de voúle a 3 arli c ulalions. - De méme qu'un aqueduc foodé sur deux terra-ios de compressibilité inégale se fend a la épade méme que, elans une pile élargie, la nouvelle ma,;o onerie se épare facilemenl de l'ancienoe, ...

-

Au cerveau, le YOÜle ele o ulerraio e éparent du rocher. Le agenl locaux s'enlétenl souYenl a les nier: il n'y a pourlanl qu'a regareler. Nombre ele con tru c teurs n'onl pa craiol de les avouer. oír les monographies ele ponts de Fium' Alto ( ! , 110); Annibal (l , 112); des Bain de Lucque (1 JI , 3ft); de Calcio (III, 102). Viaduc ele Puycheric, sur l'Aude (Ligne de Moux a Caune ), 1 3-1 6, 6 ares de 20m a 1/ 6: aux lrois premiére arche , con lruite san préca ulions spéciale , fi ures légéres aux nai anees. . Pool de Lourde , ur le Garn de Pau, 1 79, are de 2 m au 1/ : large fente aux na1 sanees du 1" roul ea u. Je pui ci ler, comme fissurées peodanl la co ns tru clion, plusieurs cenlaine de voútes. 2·1 . - Voici, par exemple, les fissure.s ó. l'exlrados ob ervées a des viaducs en ¡ lein cinlre: 20. -

Viaduc de :

r0---.t:.~ ~: (3. •

I

j

..

~ ~-

¡

---------------Grnngeneuve .... .. ... . .. ........

V ili on ...... , ...... • • • • • • • • • • · · • l\iontve neur ... ... .... • • • • • · · · · · · L a Boucle......................

Parny-le- Mouial L a mure

~

ombre

¡

d 'a.rches fissurées

(l.

Portée

-- - 15• -<l

l\lussy ......................... . l'Evalude (11/ore:-Saiut-Claude), octobre 1908 .... • •. -/

7 6 2

1

15

15 20 25 25

Fissu.res

A vancemcn t du ¡u ro ulcau a.u moment de la fissurc

5 • 60· 60' 62°-64' 60· 44• 4 • T. V. -

32· 15' 18' -

13"-~6· 15' :14° 4l'

2l


162

COMi\íE 1T ON EXÉCU T E L ES G R ANDES VOÚ T ES

cintre : palées 22 , abo uts de va ux longs, extrémités d'une fe l'me r etrous ée d'un cintre marinier 23 • 24 , etc .... La fixité, la . raid eur, le chargement du cintre, le mode d'exécution de la voute peuvent seul ement r éduire le nombre et l'a mplitude des fi ssures, mais non les supprimer 25 • 26 • 27 • eeep ton s-l es, puisque n ous ne pouvons pas les em peeher; mais loeali sonsles et soyons surs de les bien re mplir. Ménageons done, la ou ell es peuven t se produire, - e'est-a-dire aux rein s de la voúte et a tou les points fixes du eintre, - des joints vides qu'on bourrera, la voute aehevée .

§ 2. -

Ar t. 1. -

EMPLACEMEN T DES JOIN TS VIDES

Joints vides aux retombées seulement (c'est-a-dire

clava ges en trois points : clef et retombées). -

Tout d'abord, on n'a ménagé de joints vides qu'aux retombées seulement, - la ou la voute eommenee u s'app uyer sur le ein tre . On a fait ainsi: en 1788, a u pont de Ma li g ny (are peu surbaissé de 26m) 28 ; puis a des a res tres tendus : en 1853 , a ux 1•r et 2• rouleaux du P etit- Pont, a P a1·is (a re de eerele de 3 1m a 1/ 10) 29 ; en 1862, a u pont de Tils it t, s ur la Saóne, a Lyon (are de eercl e de 21 m40 a 22m84 a 1/ 8, 1/ 10) 30 ; en 1863-1864, a l'a reh e d'expéri enee de So up pes (are de eerele de 37m886 a 1/ 18) 31 ; en 1882, au pont de Tein aeh 32 •

Ar t. 2. -

Joints vides aux retombées et en d'autres points. -

En t 847, a u pont au Double (are de ee rele de 31"' a 1/ 10), le premier roul eau, exécuté en eiment prompt, fut divi sé en 4 grand s voussoirs par des interva ll es de 1"', maintenus pendant leur eonstruetion par des eneaissements et elavés les quatre ensembl e 29 • 22. - Fenles au cl roit des palées a u pont Ann ibal (I, 114), d a ns le 'l"' rouleau eles ponts de Saint-P é (are <le 31m a u 1/ 5) et ele L o ul' cles (a re de 28m au •J/ 8), s ur Je Ga ve de P a u , co ns truit s e n j879 . Aux ci nq volites el u P o int-clu-J o ur (30m25), exécutées il mor ti er de cimen t e n un se ul r o ul eau, légc res fissures au el ro it eles poinls cl'appu i de c haq ue ferme el u cintre. Annales des P onts e t Chaussées,

1870 1 1'r

semestre, p. 87.

23. - Deux a r ches el u pont ele Ma rmanele , sur la Goronne (1883-1 885), ellipses de 36m il 1/ 3,6, ont élé établ ies s ur c inlre mar inier pour un e passe de •J m Q uoiqu' o n elit cba rgé le ce rv ea u elu c inlre, malgré l es quatre coffr11ges eles reins, penelant la con lru c tion elu '] cr r o ul ea u, o n observa ele minces fissures /¡ un g ranel nombre ele vousso il's elu banelea u. 21,. - Pont el'Orléans (III , 262) . A la voli te ex treme rive elroi te, fi ss ure en tre la cl ef e t l'app ui clu cintre mar ini e r. 25. - 1 ont cl u Gour- o ir (IIJ . '106) . Les vo us, o irs des ban lea u x a u clro it des j o ints secs éla ien t p oses s ur mortier. On constata une fis s ure au elro it ele l'emplacement ele chaque clavage. 26. - 1 on t ele \ Vi ese n (I , 21,2). On a la issé o uve rt, elans la par tie co ns truile il p leine épa isse ur, l e J/ 3 extérieur cl u join t il 64' jusqu'oprés l'achévemen t de l a voú le, A u J écint r emen t, on observa l a un e ou ver ture ele ']mm . 27. - P o nt ele \ Valnut L ane (IJ , 90). Bien que ln volite elit é té atlaquée en plusie urse nclroit a Ja fois, on n'av a it pas mé nagé ele vicie a u x r etombées : ell es s'ouvr iren t. 2 . - Ga u they : Construction eles P onts, p. 88. 29. -

Clauelel el L a rroque : Pl'atique ele l'al't de constrni,--e, p. 469.

30. - M. Kleilz posa il sec s ur litea ux ele sapin les eleu x prem ie rs rangs ele vo ussoirs a u-cless us eles. naissances e t, ap r és acbévcment eles voú les, y co ul a clu ciment. (i\lJ o r a ncl iére : Const l'uc tion des Ponts, p . 19J.) Ill, p. 3í5, a rt. 2. 32. - JJJ , p. 204. 31

·,.


J OI NT S VIDES

163

En 1873-74, meme m é thode a u pont d e Cl aix 33 ; en 1883-84, au pont de Waldlitobel 34 , qua tre attaques s imultanées , a ux r eins e t a 24º de la clef ; en 1882-83, a u pont du Cas tele t, s ix trorn;on s a u 1°r roul eau 35 : un s'es t ouver·t audessus d 'une contrefi che du c intre. Aussi, a Lava ur 36 (1883-84), avons-nous a rti cul é l e pr emier roul ea u au d roit de tous les points fix es du cin tre, c'es t-a-dire a ux a bouts d e lous les va ux. L e mode de con s tru c ti on de L ava ur, décrit T om e II, p . 138 a 14-2, a é Lé a ppliqué, exactem ent, ou légér em ent modifi é, a nombre de g r a ndes voutes fran<;a ises 37 , s ui sses 38 , i ta li ennes 39 •

Art. 3. -

Tous les joints vides . -

Sur un cintre fl exibl e 40 , on n e sa it pa s oú s'o uvriru ln voute ; au li eu de ln d iviser en un pe tit n ombre de t-ron <;o ns , on pose tout s ur ca les , pui s on coulc, on fi ch e ou on m a te le m orti er 41 • Aux g rand es voutes so us ra il s d'Autri che 42 , du gra nd-d uc hé de Bade 43 , on a s uivi la m é th ode « fra n <;nise » 44 • 45 , m a is. en posant d 'a bord a sec les vo ussoi rs da n s chaque tron<;on, pui s en y bourra nt les joints de mortier a I'é ta t de ter-re humid e, enfin, cl avant a u morti e r sec les inte rva ll es entre les tron <;on s.

§ 3. -

COMMEN T, PENDA J\ T L A CON STR UCTION L E L A VO UTE, OJV MAI N TIENT LES JOINTS VID E S

Art. 1. -

Comrnenl on soulient les assises posees

a sec. -

Les ass ises a sec s ont tenues : a J'intrados pa r des ba nd es d e pl omb 46• 47 qui r es tent da ns la vo ute (plomb mou ordinaire, ou durci par 2 % d 'a ntimoin e), ou des tuya ux de pl omb 48 , lesqu els s ous les coups de matoir se moulent s ur la pierre e t n e font pas vibrer le cintre ; 33. -

ITI , 38.

34. -

II , '121 , '158.

35 . -

II , 132.

36 . -

H , 119.

37. - A nto in ell e, 1883-84 (JI , '11 9, '146); Cér e l, 1883-85 (II , 121, 162) ; Go ur- No il', 1888 -89 (]II , 81, '106); P o ucb, '1890 (III , 83. '1'10); F reyss in e t, 1890-91 ( III , 83) ; Sa int-Pi erre, 1886 ( J, 91, '121); Ve r el un-s ur-l e-Do u bs, 1895-97 (1,141); V er clon, '1905-06 (J , 129, '133); L uxembo u rg, 1899-1903 (IJ , 6'1, 76); Am ido-nni ers, 1904-07 (J, 189, 203); Ra m oun a il s , 1906-08 (IJ, '179, 188) ; E sco t, 1907-09 (JJ , 123); Mo nLa nges, 1908-09 (IJI , 17, 6'i); Lus se rat, 1908-10 (III , 89, 157); S ey lhenex, 1908-10 (III , '171 ); S icl i- Ra ched, 1908-1 2 (IJ , 65, ·11 2). 38 . - S ol is , 1901 - 02 (1, 53) ; \>V iese n, 1907-09 (1, 21-2). 39. - Mo r begno, '1902-03 (IV, 63, 72). 40 . - P a r exemple, les cin Lres m a rini er , . . . . .

a

co urs s upe rposés d'arba léLr ie rs ele Pe rronet, cerLa ins cinLr es

4'1 . - P on ls : M osca, u Turin , 1834 ( IIJ , 193, 201 ) ; "o lre-D ame, a P ar ís, 1853; ele Berclo ul eL, 1860-6 1 (II , 'l li , 128); Empe r e ur- l• ra ni; o is, a Prague, ·1 98-1901 (I, '141); Prin ce-RégenL, á Mu n ich, 1900-01 (I V, 233). 42. - J a r emcze, 1893- 94 ( JII , 83. 11 6); J am na , 1893-94 (IIJ , 83, 118); W Qrocb tu, 1 93 -91 (III , 83, 120); Krenn g rabe n, 1904-05 (JII, 87); S tey rl ing , 1904-05 (111, 87); S alcano, '1904-06 (III , 87, 145); chalchgrabe n, 1904-05 (II , 121) ; R otbw e inbach, 1904-06 (11, 123). 43 . - GuLach, 1899-1900 (III , 85, 124); 1907-09 (III, 89): 44 . -

chwiineleholzclobel, '1899- 1900 (III, 85, 128); L a nge n br a ncl,

« im Einlclange mitfranzosischen Bauaus/ührungen . ... » (Pont de J a r emcze, III , 1JO).

'•5. -

« i ,n Ei nlclange mit den resterreic hischen ocle,· CJielmehr den franzosischen Bauausführungen die hie ,fü r CJo rbilcllich waren. » ( P ont s ur la Gu La cb, III, 124).

46. -

'•7. 48. -

Ch es ler (III, 31); Mosca, a Turin (III, 201 ); N ydeck, a Bern e (II , 54). L ava u r (II , 139); AnLoine LLe (II, 146); L u xembo urg (II, 80); CasteJ et ( II , 133). No us avo ns fa it a in s i, récemme nt, á des vou tes de lo li g ne de Mor ez a Sa in t- Cl a uele .


164

COMMENT ON EXÉC TE LES GRANDES VOÓTES

par des liteaux de bois dur 49 , larges de 3 a 4°m , plus minces de 3mm ou 4mm que le joint, et qu'on enléve ens uite; a l'extrados, par ·des ca les de chene a la demand e, mieux par des coins et des barre ttes de fer 50 • On a proposé de remplir les joints en coul ant du plomb ou du zinc 51 ; mais ces métaux n'ont aucune adhérence avec la pierre, et le plomb résiste moins a la compres ion que le ciment. Dans les joints, on a mi s du ab le, du mortier 52 , du mortier maigre 53 , du sable en tre des bandes de mor ti r maigre 54 • On fe rm e l'extrados par de vieux chiffon s, des déchets de co ton, des sacs, .. .. 49 . - Si on emploie des lileaux Lrop m inces ou en boi s lend re, il s céde nl; les vo ussoirs , e touchent et s'écra se nL. Le fait s'es l produil récemment il un pont il 3 arcbes en urc de 20m a u 'l / 5: les 4 sommie rs des bandea ux eles 3 arches ont éclalé . 50. - PonL ele R amo un a il s (II , 188). On avaiL, auparavant, employé le méme sysléme aux reins el' un e ogive ele 30m (pont ele F onlpéelrouse, V, p. 90). Bien que le jo int y fut tres inclin é (60• s ur la verli cale) el le roule a u épa is, on r e tira Lrés fa c il ement les co i ns et barrelles aprés malage. Nou s employons ma inlenant, Lrés couramme nt, ce LLe mé tb oele . Voici ce qui a é lé fait il l'a rche de 25 m el u Saill a rel , a ux a rcbes ele 20m el u viaeluc ele Morez (Lig ne de Morez a Saint-Claucle) :

Viacluc de Morez f, -

Co upe e n long su r xx ele

r.

Comment é laient te nu s les j oinls vides - 5°'" f, - Co u pe en trav ers s ur yy de f2

x] o CCoin o Coin • ·¡,~pi11s'vJr1abl. •. ·-- .

~ _(qig

°

Co/1.1

C:

"

GOmm

,,

s'

a la

l lileau s'appuyant sur les moellons bien éq ua rris A (l'assise AA' est ma~onnée); p Luyau de plomb (tu yau a gaz) app u yé sur le litea u l¡ D barre lle s ur laquel le s'app ui eronL les moellons b ien éq u arri s BB' · ; l' lilea u so us le moellon B': il reLienL le mortier du j oin t m n; il tombe quand on enleve les barrelles . Les barreltes D retiennen t Je mort ier eles joinls ve rti ca ux rt permette nt ele les ficber. • A R amounails (11, 188), on a suiffé coins et ba.rrettes pour pouvoir les retirer fac il emen t; mais Ia le mortier adhere mal pierre; un matage bien fait décale sO.remen t les barrettes.

51. 52. -

V oir V, 1 . 22, renv oi '] 29. " Les coins en bois dur ont l'inconoénient que, souoent, on ne peut plus les enleoer... ..; aux ponts .... eles Chemins de.fe,· rhetiques, on a employé, a la place, .. .. eles bandes de mortier ... . aoec plein succes. » (Schweizer Ingenieur~Kalender 1912, p. 268.)

53. - M. Rab ut, In gén ieur eles Ponls et Chaussées: Viad ucs de 18m et 2ím ele la ligne ele V ire a Saint-Lo (1884). 54. - M. Sabouret, I ngénieur eles Ponts et Cbaussées: Passage supérieur, en are de 28m34, dans la sta ti on ele Bussiere-Gala nel (L ig ne ele Limoges il P érigueu x, 1885).


TRON<;0 1 S

165

Art . 2. - Coffrages , taquets entre les lrongons. - Au-de u des assise eches , aux reins de voú.tes, dan s les par tie tre inclinée sur la verticale, on tient les trorn;ons upérieur par des coffrage , des taquets : on les a décrit dans la mon ogra phie du pont de Lavaur 55 • § 4. -

COMMEN T ON REMPLIT LES JOINTS VIDES ORDRE DES CLAVAGES

Art. 1. - Les mater au 1nortier de cin1ent sec . - Au moment oú. vont commencer le clavage , la o-O.te est décompo ée en tronc;ons formant un polygone articul é au droit de chaque point fixe du cintre) II s'agit de raidir ces articul a tions . On ne peut e contenter du simp le co ulis , trap souvent employé pour di 1muler les fi ure . Il faut, da ns le joints vides , en foncer un coin 56 qui crée entre le vo u so1r des réactions normalc aux lit . On y parvient en matant les joint ec an refus ab olu avec du mortier de ciment a l'é ta t d sab le humide. Ce mortier acq uier t de s uite une dureté ex traordi naire. rt. 2. Employer pour les matages le cin1ent et non la 57 chaux • - Avec de la chaux a 300k ('1/ 5 en poid ), on obtient de pressions contre les joints presque a us i fortes qu'avec du ciment a 550k (t / 3) ; mais le morti er ré i te bien m oin s a l' écra ement. Si on augmente, au 1/ 3 par exempl e, la quantité de chaux, on n e peut plu bourrer assez énergiquement. Comme il s'agit de tres petites quantités, la différence de dépense e t in ignifiante. On m a tera done toujours au ciment.

Art. 3. -

Ordre des clavages . -

On clave d'abord la clef, pms s uccess ivem ent tou les vides en descendant de chaque coté 58 • En général, on peut, au cerveau, enlever le taquets . Aux coffrage inférieu rs, on enleve les boi par chambre s ucce si ves . L e plu souvent, on ne commence le deuxieme rouleau qu'apre avoi r clavé le premier 59 • 55 . - 11 , p . 139. 56. - On a clavé avec de coins en bois les peliles voutes de Luxembo urg ju qu 'au décintrement eles grandes (TI , p. 80). 57. nnales des P o nls eL Cha u ées, 1904, l e r trimestre, p. 75 a '100 : « 1Yote sur le matage des j oints de claoage dans les ooútes en ma¡:onnerie », M. Tour lay. 58. u pont d'O uro ux, s ur la aóne (1906-10), on a tini par Je 1/ 3 s u périe ur du join t de clef que l' on a maté modérément, et Je 1/ 3 s upérieur des joinls de naissance, que l'on amalé énergiquemenl. (No te de M. Bouleloup, I ngénieur des Ponts et Chaus ées, janvier 1909. ) 59 . - Au x ponLs eles Chemins ele fer rhétiques, pour que le 1°' rouleau ne se fenclfL pos sous le poids du 2•, on n'a fermé des joinls secs du J er rouleau qu'au momen l de claver le 2•. Schweizer Ingenieur~Kalender, 19 12, p. 268.


166

CO. 1 IE T O

EXÉC TE LES GRA DES VOUTES

i le cintres ont été ca lculé pour la charge totale, on peut ne claver les joints de rupture qu'apre achevement du deuxieme rou leau 60 •

rt. 4 . - Pratique des malages . A. - I'oids de ciment pour tmc de sable. -

Avec 750\ la résistance e t moindre qu'avec 5QQk : un mortier trop riche se ramollit par le matage. On mettra 5QQk au moins, 6QQk au plus 62 • 61

B. - Sable. -

Choi ir le mei ll eur : le sable de calcaire broyé e t parfois

trop peu régulier.

C. - Quanlüé d'eau.. - Le mortier doit etre tel qu'on puisse le mater. Il ne era done pa pla tiqu comme le mortier ordinaire, mai sec, pulvérulent, a I état de able humide : compt·imé a la main, il ne tient pas en bou le. Il y faut a ez d'eau pour que le ciment prenne. Voici comment on l'éva lue: le sab le, meme 'il parait ec, retient toujours un peu d'eau, généralement plu de 4 % ; on la m ure en le fai ant écher au feu. Dans les expérience faite , le quantité d'eau ont été les suivantes pour du mortier pul vérulen t tre ec 63 :

- -

~o age en poid Ciment

Sable

Poid

a pproxim aLif de cim ent po ur 1·• de sable (1500')

1 1 1

r

2.5

QuanLités d'eau pour % du poids du mélange sec

0.5 ¼ G4 7.5 ¼ Pour le dosage de 600k, on aurait : (3QQk 7.Q ¼ GS 1

approximalives en litres pour 1•· de sable (1500')

1301 1691

75Qk

1

-

-

5QQk

3 2 1

-

1471

1

Il y a a

ez d'eau quand, ous l'action d'un matage énergique, le mortier « sue » .

Fer rond

D. - Jnstrwnents pour le matage. - Au pont des Am idon-

, t1é jJm.m

4 .1

ded1,11n'

nier 66 (voute n moellons réguliers, a lits minces , bien équarris, pl ein en queue), on a employé cinq types de matoirs en fer (f.) : la1 ge ur :

épa i seur:

SOmm, 90mm, iOOmm, 110mm, 120mm 5mm, 10mm, 15mm, 20mm, 25mm

ª

60 . - On a fail aios i au ponl de Ma rmande : ellipses de 3Cm á 1/ 3,6. 61. - Loe. cit. renooi 57, p. 79. 62 . - Le do nge des joinls ecs é lait, comme pour tout le mor lier de la vo ule: 650' aux ponts de Lavaur (11, p. ·J35), A ntoi ne ll e ( ll , p.145), d u Gour- 'oir (III , p . 103); deSoai20"'-m 600' aux ponls de Luxembourg (JI, p. 67), des Amidonniers (I , p. !93), d'Avignon (111 , p. 270), d'O uro ux ur la 11 6ne (vo ir renvoi 75) '. 500' ou pon t de Digoin s ur la L oire (renvoi 75); 450' a u pont d'Arciat sur la Saóne (renvoi 75). 63. - Loe. cit. renooi 57, p. 78 . 61•. - Po ur le meme mortier, plaslique, il fa ll ail 1'l .::i % d'eau a u lieu de 6.5 á 7.5 %, 65. Poids Qua n tile d'eau de ciment _ pour , •• de sable º/, en poids du mélange Ponl de Lavaur el Antoinelle (1 1, p. 13:"l e l 11.:',)........... P o nl du Gour-:'-i oir (III , p.103)..... .. ..... . . . . . . .. . .. . . . . Vinduc d'Arquejol (Langogne a u Puy)........ . . . . . . . . . . . Viadu c de l orez l . . Vioduc du oillard 1 (Morez a a1nl-Claude)... .. .... . ... . •

able jugé sec sans expérience précise .

66. -

l. p. 193.

650' 650 600 600

•· Suivant l'état du sable.

130 117 130 110 108

á 150'

á 156 á 135

á 120 á 120

••• Sable séché.

6.04 5 . 44 6.20 5.23 5.14

á 6.65 •

a 7 . 77 .. á 6.40'" á 5.7'] .... á 5. 71." '

• ... Sable séché au fcu.


167

l\IATAGES

Dans les voutes en moellons ordinaires lités 87 , i-1 y a de. grands joints : on emp loie alors des matoirs épais, jusqu'a 50mm 68 • Pour pouvoir ma ter, il faut des joints assez larges, 20mm au moins si le rouleau est épa is .

E . - Opération du malage. - Avant de mettre du mortier dans les joints secs, on les nettoie avec soi n, on les arrose cop ieusement. Entre les parois tres propres et encore humides , on introduit le mortier par petites hau teurs (2 a 3cm) : on le régularise avec des fiches de fer ou des liteaux de bois. D'abord, un homme pilonne vigoureusement au matoir chaque couche de mortier a coups répétés; puis, quand le mortier commence a résister, un homme tient le matoir, un autre tape a gr-ands coups de masse sur la tete du matoir 69 • A chaq ue coup de masse, le matoir doit etre déplacé de la moitié de sa largeur . II y a deux équipes pour chaque joint a mater, chacune commen º ant le matage du cóté de la tete et se rejoignant vers le milieu. On a rrete le matage, pour chaque couche, au moment oú. le mortier s ue un peu d'eau. Puis on recouvre les joints matés avec du sable, des nattes, des paillassons, des chiffo ns, que l'o n entretient mouillés, aA n que le ciment prenne sous l'eau. Une vou te bien matée sonne comme un are en métal.

F. - Présence de l'Jngénieur·. - L'Ingénieur a le devoir d'assister a tous les matages et de s'assurer p ar lui-niém.e qu'ils ont été bien faits.

Art. 5. -

Cout du m. q. de joint maté 70 •

1

II a couté:

-

10 70 au Viaduc du Saillard (1908-09) (une a rch e en pl e in cinlre de 25m et 4 de 12) 1 Morez121 40 au Viaduc de Morez 71 ('19'10-11) (9 a rches en plein ci ntre de 20m) \ St-Claude 11 1 10 au Pont de Saint-Loup 71 (1912-1 3) (7 ares de 33m a 1/ 7,5), La Ferté-Hauterive-G,mnat. 71

67. - Voir renvoi 76, p. 168. 68. - Viaduc d'Arq u ejols (Langogne au Puy, 1905-07), pleins cintres ele J6m. 69. - Sur la Jigne de Morez a Sain t- Clauele, les matages ont été plus vite et mieux faits p a r el es min e urs habitués a manier la masse, que par eles ma 9o ns et l eurs aieles . 70. - Voir Pont sur le Verelon (I, 135). 71. Viaeluc du Saillarel Viaeluc el e Morez P on t de Sa int-Loup S ur fa ce eles jo ints matés . ..... 203mq43 44ímci39 800mq24

I ------------------------ ---------------Prix

.

Fournitures . Cimen t Vi cat .................. Sable . ..... .... .............. .. Plomb (baneles ou tuyaux ..... Ac ie r forg é I R épa rat ion eles . Fer forgé l mato irs, ba rrettes. I-Iuile................. .. . . . . . . . Charbon... .. ................. . Chiffons, étoupes........ .. .... Liteau x. ........... . .... . ...... Coin s en bo is... ...... .... .. ... r;oinsenfer,ba rreltes,mato irs·" Mai n-d'a:irn ,·e : Chef ele cba nti e r............... Ma9ons ........................ Man re uvres ....... . . . .... . .... Forgero ns..................... Assurance10 %....... .. ....... OCltils et Jaux -frais (1 ¡ 20 enviran).. . . . . . . . . . . . . . . . Totaux... .. .

Q!l~ntites

-27'3 o=• 055 3•03· 0'04

de

J·unité

Dépe nses

-0'07 ·1 '9 1 \J.» 0.49 0.90 2.73 '1.20 0.05

»

»

»

» »

»

»

»

de

D épe nses

0.50 0.23 0.20 0.52 0.10 0 .04

»

»

»

» »

» »

» »

20'7 0'07 1'45 0=• 039 9 » 0.35 ·p .. 0 .90 0.90 0'"l 'l 'l .20 0. '13 0'04 0.80 0.03 5'97

» "

0' '18 om99

!

» »

»

»

0 .58 4.11 0.80 0.07 »

"

Prix

de

I

Dé pen ses

~,

0.50 0.09 0.20 0.20

» »

» »

» »

»

»

»

»

1 »

O' 55 J0' ,0

» »

3' 15

l

0'01 0'75 0'75

»

"

»

»

0.60 0.0 1 ' 2'97 0.04 0.03 0.08 0.06

» ·

"

» »

» »

0 .98 /

1

3' 8= 0 .80 2.5'1 4' 17 10"19m 0.58 5.98 0'13m 0.80 0 .'17

»

25' 0'05 1'25 \ o=• 041 1.25 0.05/ 0'89 0.67 0.59

" »

/

7'5m 0' 5=

---------------

--;;:-------1 Q~~n-

P• tota les tites l' unité ~ to tales tites l' unité / 11 totales t1 e 11 es - - - - - - - t1e 11 es - - - - - - ie es - -

" 0'47 2m59 0.37

Prix

--;;:---------1 Qu~n-

»

»

"

»

»

l 1

0' 2= 0.90 0 .03 2' 17= 0.74 ·1 69 8'66 8' 14= 0.46 3.79 » »

» »

6'06

»

0.55 Fra is genér. 13 %1 2, 07 O' 59 et beiÍefice 1O % ¡__ 12'40 j 11'10

1

• Bandes de :?Sm"' X :omm. •• !uyaux a gaz , me i}l~urs e t moins chers qu~ les band_es. ... i. , , ••· Au Saillard, pu is a Morez, on a fa1t les ma tages en reg1e . - Les ba rrettes , coms, ma to 1rs on t coute 3,09 ,6 (4637 20 a o 80). #

_

,

,..


168

COi\Ii\IENT ON EXÉCUTE LES GR A

§ 5.

DES VOÜ T ES

ON PEUT CQj\STR UIRE PA R TR ANCHES S A JVS CO STR UIRE PA R RO UL EAUX

L e ectionn ement en tranches n'implique pas la con truction pa r roul eaux : on peut for t bien étab li r des coffrages s ur toute l'épais eur de la voú.te et la con trui re d'u n eul coup 72 • 73 • Ma i e joint e t plus profond, done plus diffi cile a bourrer; comme les repri e ont moin facile , on en fe ra moins; on perd le bénéfice de roul eaux: légére té de cintre , prompte fe rmeture de la voute.

§ 6. - ON PEU T COJ,STRUIRE PA R TRANCHES QUELS QUE SOIENT L ES ivlA T E RJAUX DE L A V OUTE J 'écri vai en 1886 74 : « L e sectionnemen t des voútes en tronr;on ... . s'applique » f acile,nent aux ooútes en ,noellons ordinaires » et « restreint pour le corps de » la voúte l'emp loi des nioellons d'app areil aux seuls clavages ». Depu i , on a con tr uiL po r tranche quan tité de voú. tes en moellons ordinaire 75 ; on en a mcme clavé en moel_lons ordin aires 76• 77 • J e préfére, pour un bou rrage exact, el a ver en m oell ons équarris . Da ns le voú.Le en b ri que , on ménage et on rem plit faci lement les joints vid s 7s, 79 . 72. -

Yoüles ~ 40m con lruiles par tran ches,

a pleine épaisseur:

----------________ ,_____ Voir

I nlrados

- - - -- - - peu url ai é a ez surbai sé

P o nts

~ P ortée

Dales

Tome Tableau Monosynopt. g raphie

--

- - - - - - - - - -- - -- - - -

Waldl ilobel 1 83- 4 121 JI C) Plauen 1903-05 15 <Teinach ·1 2 193 -< B ouc ica u t 23 1 -90 III 18 tres su rba i ssés Odéans 1904-05 233 Avignon 1905-09 235 73. - ,\ u pont d'Ouroux (voir renvoi 5 ), le troi premiere épais eu r, ¡oints vicies a la clef el a l'about de c haque vau. u,

74. Castel el, 75. 76.

de -

Ponls : 1

tres

157 56 204

l,l m 90

1m70 4 1 .50 6 1.00 2 1,0 248 J. 05 6 260 43 .85 1.25 10 272 40 1.05 8 YOÜles ont élé conslruiles

))

46

a

1l 3 7 11 9 pleine

Annales des Pon ls et Chaus ées, ocio! re 18 6, p. 1,72, p. 501 : « Construction des ponls clu Laoaw· et Anloinetle ", i\I . éjourné. Claix, ¡¡re de 52m a l / 6,46 ( IIT , 36); Ma r mande, ellipse de 36m a 1/ 3, 6 . . .. Volites clavées en moellons ordinaires ( M. l' I ngén ieur en chef To urlay):

I ntrados A re

Nombre de Epaisseur a la clef tronc;ons cla\lages

u r baissés

Anses de panier

Í 1

Iguerande, s u r la Loire rc iat, ur la aóne Digoin, ur la Loire Ouroux, sur la aóne

Dale

Nombre d'arches

1897-99 :1900-04 190'>-08 ·1906-JO

7 7 9 5

P o rlée

S urbaisseme n t

2 '"60 31 26 33, 35, 3

l /7,95 l / 7, :1 2 1/ 7,4 l / 4,53, J/ 4,36, 1/ 4,3 77. - i\'o us avon s ainsi clavé la voü te de 25m de l'Arconce, 189 ' (Ligne de Paray-le- Mo ni al a La Clayelle); celle de 35m du orn in , ·1897 (L igne de L a Clayelle a Lamure). 7 . -

Diveria (III , 5).

79. - A aint- \V aasl ( L igne de Montauban a Castres), pleins cinlres de 20m, construils en tro is ro ulea u x de briqu e , sur des cinlres tres légers, o n a simplement posé, a u droil des poi nt s fixes, une dem ibrique, el bourré en ui te le complémenl de l'épaisse u r avec d u bélon f:in de c imen l (f0 , f6 ).


169

MATAGES

§ 7. -

REACTIOJ\S

ORMALES AUX LITS

CRÉÉES PAR LE MATA GE DES JOINTS VIDES AU MORTIER PULVÉRULENT

M . Tourtay et moi, avons demand é a M. Mesnager de faire, au Laboratoire de l'École des Pont et Chaus ée , des expérience pour le éva luer 80 • En voici le résul ta t : En bourrant fortem ent un joint de 15mm enviran d'épa isseur avec du mortier de ciment sec 81, a 1/ 3 en poids ( oit en vi ron 550k pour 1 de able), on peut dé t.erminer da ns la mac;,on nerie u ne pression de 15 a 16k par omo12. Si, au lieu de bourrer un joint régulier de 15mm enviran d'épais eur, on Lourre un joint tres irrégulier de 12mm a 55mm, on peut obtenir encare, avec du ciment de mortier au 1/ 3, sec, une pression de 8 a 1Qk par Qm01 2• Ain i, avec de matage bien fait , en nombre suffisant et aux point convenab les, l'Ingénieur peut, a son gré, modifi er la courbe de pression 82 • Le joints vides sont aux points le plus fixes du cintre. Ce sont ces point -la qu'on abai e au décintrement. C'es t la que s' exercent les plu grand effo rts, que doivent e produire, par conséquent, le plus grands tas ement . Si done les joint ont été fortement bourrés, on a créé des réaction norm ales au lit, soulagé le cintre et amorcé le décintrement, qui s'achévera sans tassement appréciable 83 • 00

§ 8. -

CONCLUSIO"/\

ADOP T I ON SY.S T EMATIQUE DES CLAVAGES MULTIPLES En rés umé, le sys téme des clavages multip les : locali e les fi sure pendant la con truction et en a rempli age ;

p . 75

urea temp le parfait

80 . - M . Tourtay en a renclu comple dans les Annales des Ponls e t C_haussées, 1904, l " tri mes tre, a '100 : « Note sur le matage des joints de claoage dans les ooútes en ma¡;onnerie ».

8'1. - Par rapport a u mortier plaslique il. envi ra n 'll % d'eau, la résistan ce cl u mortier sec (6,5 % d'ea u), pilonné, est a ug mentée : il. l'arrachemen t, de 30 a 40 %; a ·l'éc ras e ment, de 170 a 220 %82. - On a pu ainsi l'ermer a u mortier sec une fi s ure ou verte de '12 00 (Lig ne d'Etampes a Bea une-l a-Rolande).

a l'intrados d' un passage s up érieur

Annales des Ponts e t Chaussées, 190 5 (II, p . 232, 234, 24 0 , 24 1).

3. -

Voici po ur 24 pon ts, les tassemen ts au décin tremen t t. de vou tes >, 40•1• construí les par lrongon s :

Intrados Plein c intre

Ponts : oli s Amidonniers

Ellipses) surbaissées Verdon ( surbaussée \Vi ese n Ares peu s urb a issés

T ome, page

-- 55 193 133 235 '135 '145 160 67

Lava ur Anloinelte Céret Lu xembo urg Rolhweinbach II 17'1 E sco t 'l 6 Ram ou nai ls '189 Cinuskel 194 Tuoi

r

t, lnlrados Portée -- - - -

omm '•2m 42-46 o a 2. 3 40 0.6 Ares 55 o 61. 50 0.6 50 0. 6 assez 45 o 84.65 6 el 5 s urbaissés 41 o 56 o 40. 30 1.6 46.9 ' o 47.71 o

Ponls : 1

Tome , Po tée pa ge -- --

Gour-Noir Pou ch Krenngraben al cano Langenbr a nd Lu sse rat I II Li c hlen leig Kru mmenau Guggersbac h Mon la nges S ey thenex

103 ·11 0 'l 31. 141 '152 '155 '161 164, 59 62 j77

62m 47.85 40 '5 59 45. 70 42. 2 63.26 50. 20 80.29 4'1. '19

t. 1mm 3 2.2 2 6 1 a 2 3.6 o 3.2 o 0.2 á 0.4 o

1

T . V•. -

22


170

CO IMENT ON EXÉC TE LE

GRANDES VOÚTES

crée, entre les vou soirs des clavages, de réactions qui soulagent le cintre et préparent le décintrement, en rédui ent le ta sement et préviennent le fi ure ; ha.te 1 exécution de la voute, pui qu'on y peut faire autant d'attaques que de vaux 84 ; ne Iai e guére ubsi ter, au décintrement, que les déformation éla tique . II 'applique, convenablement modifié, aux voute de toute ouverture, con truites par rouleaux ou a pleine épais eur, en moellons ordinaires ou d'appareil, a mortier de chaux ou de ciment, sur cintre fixes ou retrous é Enfin la ma vonnerie de clavages e t la meilleure de la voute. Nou l'appliquons tématiquement a toutes no voutes 85 •

CHAPITRE III

QUELQUES PRÉCAUTIONS o cimcnts ont dur : on ne peut dégrader les joints sans faire éclater la pierre. On di po era dan tou le joint vu des liteaux en sapin a ant une épai eur un peu inférieure a celle du joint. A l'extrado , les joints eront tenu creux et bien li sé pour découvrir de suite le fi ure qui pourraient e produire et qu'on explique trop facilement par le retrai t d u mortier. Dan le reprise des tronvons, tous le vieux mortiers ont repiqués et les joints ec lavé a grande eau. Tou~ les vou oir doivent étre vigoureu ement a sujettis par de fort maillet en boi qui réparti ent bien le choc san écra er la pierre; on l'impo e dan le Cahier des Charge : on ne l'obtient guére.

4. -

8

a 10 jours

A Lu xembourg, il y avait 10 attaques sim ultaoées, 20 lroo,.:oos : oo a fait chaque rouleau en eL la voute eoLiére en un mois et demi (II, p. 78).

5. - Da ns les souterraios, nous matoos de méme le joint de reprise des pieds-droiLs sous la caloLLe de la voute.


TITRE IV

171

DÉCINTREMENT CH PITRE I

MEILLEURE ÉPOQUE A CHOISIR , QUAND ON EST LIBRE, POUR CLAVER ET DÉCINTRER Le froid contracte le matériaux, abai e la clef de oú.te , fend le tympan , les corniches; la chaleur dilate le matériaux, éléve la clef de vo-0..te , re erre les tympans, le corniche . C'e t le froid qui e t dangereux. C'e t done en hiver, quand la clef e t ba e, le matériaux contracté , qu il conviendrait de claver la voute eL de con truire le tympan : mai il e t a ez rare qu'on le pui e. An décintrement, la voute e contracte par a mi e en pre sion et 'abais e : 'il fait plu froid qu au clavage, elle 'e t encare contractée par le froid : les deux abai emen t 'ajoutent 1 ; 'il fait plu chaud, elle 'est dilatée : le deux effets e contrarien t 2 • Si on décintre e·n été, le oleil a pu contracter le cintre en de . échant es boi : e' t ain i que e ont décintrée , toutes eule , la voú.te de la Gravona 3 , tou tes le voute de Con tantine 4 • CHAPITRE II

ÉTAT D'AVANCEMENT DES TYMPANS AU MOMENT DE DÉCINTRER On a ouvent décintré le plein cintres et les are peu urbai é , le tympan monté ju qua 60º de la clef; le ellip e , le ' ' are pour t ·mpan fait ju qu'au milieu de la montée; nu , l '' lesquels 0 est < 60º (f1) . Quelquefoi , avant de décintrer, on a chargé le cerveau 5 : on a élevé, ur le do de la grande voute, de pile de voú.te d'élégi em nt 6 • Si on a cambré la vo-0..te pour une certaine dispo ition de charge , il faut, avant de décintrer, mettre des u ce charge - la 7 • C'est ainsi qu'on a décintré : le pont Boucicaut 8 , le t mpan monté ju qu'au niveau d l'extrado ; le pont de Luxembourg9, quand le petite voute étaient fermées ur cintre, clavées eulement avec de coin ; l'ogive du pont de Fontpédrou e 10 , la clef chargée d'une pile de 15m de hauteur.

1/7

On a du, a Luxembourg, claver par la chaleur et décinlrer par le froid. Au Caslelet (41m), décintré en hiver, tassement ele 2mm (II, 117). Au ponl ele Lavau r (61m 50), clavé par 12' ele froid, elécinlré en éLé, lassem ent de omm 6 (11, 119). 3. - II, 1 5. 4. - II, '113. 5. - Cre pano ( II, '11); Gour- oir (III, 1). 6. idi-Rached (II, 65); chalchgraben (11,121); R othweinbach (11, 123); Escot (II, 123); Ramounails (II , 179); le ·rling (III, 7); alcano (III, í); Lich lens leig (III, 9); Krummen au (III, 91). 7. oir Tome 111, p. 367 : Relation entre quelques formes ele funiculai1'eS el quelque di po iLions des charges . 8. - lll, 249. 9. - 11, O. 10. - V, 90. l. 2. -


172

ÉTAT o'AVANCEl\IE T DES TY IPANS

Qu lquefoi , on a décint1·é, le tympan fait u et meme l'ounage achevé 12 • i on ne ménage pa de joint de dilatation, il convient que la voú.te ait été ma<;onnée au ciment, 1u'elle ait été clavée et le tympan fait par le froid; mon, l'hiver uivant, le tympan e fendront. 'il ont coupé par un joint de dilatation, on peut les achever avant de 13 décintrer • CIIAPITRE III h

TEMPS PENDANT LEQUEL ON LAISSE LA VOUTE SUR CINTRE Le ancienne ,oú.te étaient en chaux gra e, qui ne fai ait pri e que tres lentement. On décintrait, le mortier ncore pla tique , et on ne 'effrayait pa 1 une voú.te ta ait de 1 pouce par toi e, oit de 1/ 144º de a porLée 14 • vec no chaux, qui prennent en moin de d ux jour , urtout a, ec no ciment , qui prennent en moin de douze h ure , on décintre toujour le mortier pri : il faut qu il le oit a .:;ez pour ré i ter; on attend le plu qu'on peut. La regle attribuée a Morandiere, - un jour ur cinti-e par metre de portée, t tout ju te uffi ~ante, mcme pour une voú.te á ciment. Il faut plu attendre en hiver qu'en été. 11 faut plu attendre pour une voute en béton que pour une voú.te appareillée: il y a plu de mortier; il y durcit moin vite. Toute le foi, qu'on décintre trop tót, de joints 'ouvrent 15 • 11 faut décintrer t1·é dou ement, an choc. Quand une crue décintre l ru ·quement, il y a danger de fi ure 16 • Le voú.te con truite par rouleaux doivent re ter longtemp ur cin tre. 11 faut, en effet, qu'au moment du décintrement, le, mortier des mac;onneries, uivant une meme norma le á l'intrado , aient fait une. pri e a peu pres égale, c'e t-a-dire que l'intervall e entre leur exécution oit négligeable devant le temp lai é ur cintre.

Ca

11. 12. 13. el (lll ,

Alma (J, 139); Man les (I, 141); Jaremcze (lll, 83); J amna (I II , 3); venkerud ( III , 7). AnniLal (1, 9); Diabl e (I, 89); Vert.l on (1, 129). YotUe · inarticulc!es: Conn ecli c ul (I, 61); Guggers bacb (lll , 15); Gutacb (lll, 5); Elsen (III, 287) 2 ª 7).

Voútes articulées: Garcbing (1 , 93): Gra clo rf ( IV, 125); \Yallstrasse (1\, 125); I-Iochberg (IV, 167); ornélius (IV, 167); Eli e (IV, 127) : lll erbeuren (IV, 157); Reicbenbach (IV, '169); Maximilien (IV, 169); \ViUelsbach ( 1\ , 17"1) · l\l oulins-l ez- Jetz (IV, 171); Graveneck (IV, 211 ); Jnzigkofen (IV, 221 ); Neckarbausen (!\ , 221); Prince-Régenl (l\ , 223); Max-Jo e¡ b ( IV, j!23). 14. l'i euilly, - 5 vot.ile ele 120 pieds (39m) en an e de panier au 1/ 4, - on clava le 26 juillet 17i2: on com men c;a le décintrement le JI, aoüt, 18 jours apre·; on l'acb eva le 3 septembre. Le tassement a été: immédiatement a pre la po e ele la clef... ..... JO pouces 5 ]i ones (0m2 2) 12 6 (0m33 ) au commencement du clécintrement........... aprés décinlrem enL ............... . . . . . . . . . . . . 1 6 (0m500) » 22 (0m595) apres la pose du pavé et des parapels........ . 5 an a pres acbevement du pon t............... 23 6 (0m636) Perronet : Descriptiofl des Projets et de la Co11str11clio11 des ponls de 1Veuilly, de Jl/antes, d'Orléans et nutres.... Tome I. lmprimerie Royale, l\lOCCLXXXll, p. 49 et 107.

Voici les la emen l de l'arche centrale du pont de Man tes avant le ctécintrement...................... .... apre le décintrement,...... . .......... ..... .. . 15 moi a pre .. . . . .. . . . . . .. . . .. . .. .. . . . . . . . . . . .

(120 pieds), 1764: ·J3 pouces 6 lignes (0m365) (0m5QO) 1 6 7 20 (0m557)

Perronet, loe. cit . p. 73.

Pl ein cinLre de 25m de l'Evalucle (Lig ne de Morhier a l\Iorez), clavé le 26 eptemhre 1 9 , décinLré le 30: fis u res de 1mm a l'extrados, a 44° et 350 de la clef. (Tas ement de la clef: mm. ) 16. - Pont de Verdun-sur-le-Doub (J, 167). 15. -


CHAPITRE IV

173

TASSEMENT DE LA CLEF AU DÉCINTREMENT Nota. - Dans les Tabl~e ~ux, § 1, § 2, on a ~~ rit en carac_te res g ras ...ce qui concerne les voO.tes que l' on sa it avoir é té clavées en plusieurs points au mortier de cimen t sec ma té . Pour la nature des matenaux et la compos1t1on du mort1er des voutes de 40• et plus, voi r Tableaux, p. s, 9 , 1 0 • ,

:-< ~

"'

P on ts:

::, ::,

Les cltiffres aprCs les 110111s des ,Ponts indiquent, pour les vo1Ues de .f-Om et plus, le Tome et la page du Tableau. synoptique.

·-..,"'~ :... ., ::,

.,t:1' ..,.. ::, -""-"'-

Da les

Intra dos

§ 1. -

Art . 1. A. -

MAV Br

1/ 2.5

1145 j.

~ Are ele cercle ~

45

1/' .18

20

60.96

'l / 4 .76

))

55

1/ 3 .92

217

6 avr il

69

55

1 / lt.06

20 oc Lob r e

115

47.84

1/ 6.71

·12

10 aoi.it

1 34 1833-34

Annibal , I, 88

1868-70

Di ab le, I, 88

'1 871-72

1

1

~Anse de panier~

153 63

a 67

pays

Chaux hydmulique.

L an ne "

"1894-97 1871

Saulnie r, I II, 12 L o de"

2 ·1882- 3

P ouch, JII , 2 Amélie-les-Bains "

] 890

Pl e in c intre 1 nse ele panier

¡ 1

Aeo dececcl,)

20 24

(V' ele) M ouill ero"

Chal oones,.

'1/ 3.2

P ort-Sa inte-Marie ' ''

'l / 5

39

oclobre-nov.

52

1/ 5

60

10 ao üt

95

1,7 .85

1/ 3.68

55

4 a oüt

26

))

1898

Plein cintre

16

))

18

8

~

.30

Bl éré "

1909

Plein cintre

25

1ª 77-78

Are de cercle

42

Bellepe rche "

189

.,

33

(V' des) Calvets"

'189

amponne"

Di ve ria, III, 84

Art. 2. Ol oron,

Voutes r,

38

)

"' a.

(

1898 1901-02

Are de cercle

a mortier 1881- 2

max. ,/8 mi n. 19() moy. 67

l moy.

1

1/ 3 . 3

~

,,

¡~ 28

35 t moy . 33

1

27

15 janvier

2 décemb re

10 clécemb re

l

~ l

1/ 4

o

o

20 36

o

20 oc tobre 3 février

119 48

17 mrn. 30

21 janvi er 4 mai

53

¡lll:LX· 35 47

mm .

40

2

62

""E ! max .

·J/ 4

98

Doué

1

~ Teil 1

¡

SainL-As Lier

1

1Teil

48

max. ,11 mm.

1Teil

a 1.6

16

50

....,1

1

11

13 mai 2 juin

E cho i y

0.3 iJ. 2

36

32

1/ 3.53

.5 27

mm.

Z.I novem bre 28 juin

< 32

24

Calci o, III , 80

(V· de la)

févri er- mars

/ ma_ x. 35

24

1897-1900 An e de panier

Saillard "

1

a 14

~ :~:.-

32

O- 2

2.2

30

MOV

Sa ubu sse"

Teil

u 79

30.60

Plein cinlre

1 76-77

19

))

43

1 ª90-92

1863-65

<l

10

))

(V ' de) Saiot-Ge orges "

1 MOV I

65mm

juin

Chaux maigre.

¡ (V ' de) la Gasca ri e "

Br

Provenance e t marque de l a cha ux

de chaux. 4 •73

Chester, I II, 10

v· du

Tassemenl Da le en mm du au elécinlrement décintrement

VOUTES INARTICULEES

I Ba in s-de-Lucqu es, ! JI , '101 '1874-77 1 Are de cercle 1

MEV

Temps s ur cinLre aprés cla~age, en JOUI'S

1773-91 ¡Anse ele panier ¡

Mosca, III, 192

C. -

Surba issement

Chaux grasse .

B. -

MAV

a mortier

La va ur (V• Pont), l , 86

PT

Br

Voutes

P ortée

8

mars

12 juill e t

Pallazzolo

T eil

8 11 2 11

15

60

59

3

1

Palazzolo

batard .

Plein cinLre

1

40

))

16 . - O n a ajouté a la c haux grasse du ci ment de Vassy : 1/ en vo lume pou r le 1er rouleau, 1/ 4 pou r le 2•, 1/2 pour le 3• (I, 88) . C'est pour ce la que le pont Ann ibal a é té indiqué, a u tabl ea.u de la p. 9 , dans les voíites d. morti er b3.tard . 17 . - On a ajouté a la chaux grasse un peu de chaux du Teil: 1/8 en vo lume pour le 1er roul eau, 1/ 4 pour le 2c, 1 /3 pou r le 3• (l, 88). Ligne de Carmaux a R odez (Expos ition 1900: otice, Travaux publi cs, p . 555). R oute nationale nº 11 7 de Bayonne i Pe rpignan (id . 1878 , p. -:rn). 18. 19. 20. - Ligne de Tarascon ii Ax. 21. - Ligne d'Elne ii Arl es - sur-T ech (id. 1900, p. 6 12) . 22. - Li gne de Qu illa n a R ivesaltes (id, p. 592, p. 596). 23. - Lig ne d'Angers a Ni ort (l\li orandj Cre, Construction des Ponts, Tome I, p. 3¡4). 24 . - Lig ne de Condom a Port-Sainte-Marie (Exposition 1878 : Notice, Travaux publics, p. 306) . 25. - Annales des P on ts e t Chaussées, octobre 1885, p. 645 : Note sur la Construction du P ont Saint-Jean su r l'Adour, :i Saubusse (L andes). M. Trépied, I ngénieur des Po nts e t Ch aussées. -J-7. - Ligne de l\llorez a a int•Claude . 26 . - R oute na tionale nº 76 de N evers il T ours (Expos ition 1900: N o tice, T ravaux publics, p. 16) . 28. - Ligne de Castclsarraz in a Beaumo nt .


174

TASSE lE T DE LA CLEF AU DÉC I NTRE M EN T

;;, ~ ::,

"'

...

O)

Les cl1iffres apres les noms des ponts indiqueut, pour les vo,ítcs de 10• et plus, le Tome et la page du Tableau synoptique.

::,

;:¡¡"' O' ::, '"O

§ 1. -

rt. 3.

oútes

1 71-72

40•

Are de eercle

33

~

Gu taeh, lll , 4 ehwandeholzdobel, Ill ,84 Lrandeel ven, III , 84

1899-1 900

A r e de ee rcle

6

eylhenex, 111 , l í0

'1904-06

L

~

Bellows-Falls, 111 , 222

} Montanges, I II, 16

~ 1

Kr ummenau, 111, 90 Boucicaut,

111, 230

SoinL-MarLin-Lys" Luxembourg,

11, 60

Orléans, II1, 232

MAV

re de eercle

1 99 190 -09 1910-11

¡

A" de Meci,

~

o··

3 avri l

Bo ul ogne

43

de chainctte

Are eambré

I

1905-09

Cinuskel, 11, '178

1910-'12

Tuoi, 11, 180

1911-12

Are d'anse ele panier

Eaux-Salées ••

1911 -13

Plein e inlre

Castelet, II, 116

1882-83

1883-84

de

Gour-Noir, III, 80

1888-89

eercle

Villefranehe-de-Conflen L••

·18 9-91

I

Ellipse

Plein einLre

R éb uzo, l. 3 Valence ~ vou les de ri ve I, 142 voules inlerm.

l

1

1904-07

14 seplembre

1/ 4 .45

;,

éLé

9

85

'1/ 3. 90

38

8 aout

6

44

1/ 6 .66

108

2 mai

1/ 4.10

15

30 novembre

79

30 janvier

70

1/ 2.3'1

61

29

1/ 4.57

40

1/ 8

34

'1/ 3.84

84 .65

/ . 1 2 73

43 .85

1/7 .56 'l /

o o

~

o 3 .2

seplembre 5 J·uin

8, 13 6, 11

26

3 février

o.8 a 2.4

vofite aval: 93 am' : 10

octobre septembre

73-:=~:

29-31 mai 24-25 juilleL

Ivofite

i

:f:: ~~

8-6.6-8.3 5-7.4 6

JO . 7

o o

6 juillet

10

47 .í1

'l / 2.23

'l1

5 aout

38

12 aouL

60

26 janvier

0.6

0.1

10 seplembre

0.6

/

62

'l / 3 .73

52

28 seplembre

1.3

1 39.35

1/ 2 .31

53

22 juillet

l

1/ 4.1,7

30

I Are d'an e _ele 1 pan1er, pu, 49 .20 ~ de parabole

))

1/ 4.65 1/ 4

1

Ellipse aplatie a ux re ins

1906-08

Areel'anse ele p.

1.9

7 oetobre

29

22 j u in

33

1" seplembre

30

17 ma i

1.2

292 (RD)

8 aoílt 14 mars 26 fév rier 26 mars

20 33

505 (R O)

39 (RG) 299

46

'1/ 4 .17

42

'l / 4.10

38 .50

'l / 4.08

40

1/ 4

35

40 .30

1/ 3 .12

56

'l / 2.99

42.82

1/ 3 .71

236 159-Hi9 125-131 223- 232 100- 107

14 mars 22 décembre 23 aoút mai

23 aofit 19 juin

Vicat

amont : 19

48

29 (R G)

Candlot Paoin de Lafa rge mantime

2

99

41

i icat

a o.3

1/ 3.14

1

l ~

17 . 6

18 novembre 23 juillet

·l / 2.32

1/ 2. 94

Vicat

6 5

46.98

50

Vicat

0 .2 a o .4

7 novembre

185-67

5

))

Vicat

229-207

¡"0r !tasse-~ (vofites~ ment ( moy. 89

40

J Are ele eerele

68

1/ 3.92

Spalalo

a7

5.5

arche est : 21 arche ouest: 30

'l / 7

Seh i ffereleeker

1. 5

50

Ramounails, 11, 178

1907-09

357

1

Ellipse

Liehtensleig, 111, 88.

1/ 3.64

135

1905-06

'1907-09

21

1/ 2.24

Verdon, I, '128

Escot, 11, 122

'13 j uill et

1/ 4

61.50

1

Amidonniers, 1, 1

42

57

í ma i

189 - '1900 1901-05

21

41.20

Antoinette, II. 11 8

Alie "

¡ 1

Are

1898-99

l

1

'1882-84

AxaL••

9 juin

1/ 3.97

40

Lavaur, 11, ·1l

1 95-97

27

64

63.26

1896

1904-06

21

¡:

Are de projection

1888-90

1899-'1903

9 déeembre

8

4 1. 19

Ared'ansedep.

Avignon, 111, 234

29. 3 1. -

1/ 10 'l / 4.95

80 .29

Ar~ed~ 1;.;;~!:tt~on

erdun-s 1 -le-Do ub , I , 140

MEV

Ared'anse de p .

1908-11

18n3_ 5

Céret, 11, 120

~

Are de ee rele

1905-07 1

68 j. 42

42.34

Ared'ansedep. 1 41

11902-04 1904-05

IIJ,

1/ 3.25

apparente

Empereur-Fran¡,oi , J, 'J4.0 '1898-1 901 Anse de pa n ier

PT

Provenanee et marque d u eime n t

de ciment.

Anse de pan ier

18 2

Teinaeh , lll , '192

Surbaisseme nt

V OUT ES I NA RTICUL EES (S uite)

a m ortier

ig nae, 1, 12

Porlée

l nLrados

Dales

TassemenL en mm au déeinLrement

Temps DaLe sur eintre du a pres el avage, déeintremen t en jours

Ponls :

"'~ ·-1l::,

aval :

24

Vicat

o.7 a 1 o.6 a o.7 Teil (grappierj

33 3

o

o

Vicat

o o.9 a 1. 8, J. 6 a 2.3 0- 0 0 .4 :'i. 0. 8, 0 . 7 :'i. 1. 5

19 sep t embre

0. 6

23

1 juillet

1.6

9

'10 oetobre

o

))

juin

o

30. - id. (id ., p. 585, 590) . Ligne de Quillan :'i. Rivesaltes (Exposition 1900, No tice Travaux publics, p . 582) . Ligne de Prades a Olette (id., p. 6 17). 32. - Ligne de Mi ramas ii. L ·Estaque . - Voir APPENDICE.

(laitier)


175

TASSEMENT DE . LA CLEF AU DÉCINTREMENT K~

Ponls :

"' a; a;~

·-"'., ,:..,

~:::, a; o-'

"'--o """'

Les clzif/Tes apres les 110111s des ponts i11dique11t, pou.r les vorUes de 40• et ,Plus, le Tome et la page dtt Tableau syuoptique.

Dates

Intrados

P ortée

--

§ 1. -

V outes

Art. 3. -

MOV

Petits MOV Br

a 1nortier

(Suite) .

1860-61

Are d'anse de p.

40"

1/ 3.44

20 j.

1 73-71,

Are de eercle

52

1/ 6 .46

42

1896-99

Are

Soli s. I, 52

1901-02

Plein ein tre

Palmgra ben, II, 120

1904-05

Kre nng r aben, III, 6

1904-05

39. 20 et 37 1/ 7 .84, 1

Are de eercl e

42

))

49

1/ 3.39

40

1/ 4

45.70

1/ 4.63

90

1/5

Lu sse r a t, III, 8

1908-10

Pl a ue n, III , 14 <15 º/, de mortie r

1903-05

Ared'anse le p.

Gimone

1 74-75

Ellipse

33

1/ 3 .'14

18 5

Are

40

1/ 8

Bell efield, III. 14

1896-97

Are de eercle

45 . 72

l / 4.10

Av• d u Conneetieut, I. 60

189fl-1 90 l 190-1-1908

Plein eintre

45.72

W e i e nba eb, III, 216

Big Muddy Ri ve r, I, 222

B

de ciment

B er<l o ul e t, II, 11 6

a G re noble

1901-03

M e bring, III, 230

1903-04

Sebweieb, III, 234

1905-06

Gugge rsbaeb, III, 14

1906

Ellipse

42.67

Are d'anse de panier

46 50.20

1 Are de eercle

'1906-01:i {

Trille nbeim , III, 234

1907-08

Wiesen, I, 232

1907-09 r Ellipse s urbssé, 1

Avenue Edmondson , I, 90 R oeky Ri ve r, II, 62

1908-09 ( 190 - '10 )

L o ng uieb, III, 236

1909-1-J 190 -09

B

Elsen, III, 286

peu armé

1909--JO

Cassel, III, 286

1909-10

pokane, III, 284

rt. 4.

1909-11

21

Are d'anse de pani er

Are d'a nse de p a ni er

¡

1

3 février

oa 5

21 juin

o

20 aout

3

8 mai

2

18

26 oeto bre

8 mois

juillet

58 j.

9 mars

1

{ commencement

~

<'5

'1/ 4.67

g

i

¡

nord 178 centr. 41 ]09 sud

de l'été

19 ¡ 15 / j a nvier 15 l

49-46-57-63

92

15 cléeembre

l n vu : 1 mois 2• vu : 6 sem•"

juill e t novembre

1/ 3.32

1

46

1/ 7 .45

3

D¡,ckerl,of/ et f ils

<2 67 a 70 21.3 a 2,1.4 51. 5

o 3.2 3.2

20

o

1/ 1 .65

Í

'1/ 3.17

½v" n ord 83

(

85.34

1/ 3.46

v" s u d

46

1/ 7. 45

15 eptembre

20

58 .10

1 / 6 . 31

aout

'100

46

'1/ 9.02

oe tob re

110

57. 50

'1/ 10. 99

aout

40

85.65

1/ 2.47

10 nout

Are de eerele 1

ccrveau : Steru reins: Von.vo/,ler

47.2

55

Are d'an e ele p a ni er

B oul ogne

a4

42.37

Are ele cerele 1

Vicat

20

1/ 6. 19

70.71

82

1

8- 30-10-15

1/ 7 .45

)

3.6

O

sept.-oe tob re

))

rn-a2

10 avr il

))

\ Valnut Lan e, II, 62

Bob er ull e rsdo rf, III, 286

.54

1

Í

Provenan ee e t marque d u eiment

VOUTES INARTICULÉES (Suite)

Claix, III, 12 ll e-Ve rte,

Tassement Date en ,n,n du au déeintrem e n t dé eintrement

T emps s ur eintre a pres ela':'age, en J OUl'S

urbai ss ement

4

14 celebre 3 mars

19 2 sep le mbre

8 juin

61

Alpha

11.6

Vorwohler

o

Que condure des tasse1nents observés ~ - On con tate ce qu'il étai t facile de prévoir. Le ta sement est plus grand avec mortier de chaux qu'avec mortier de ciment; plu grand pour les voute en briques, parce qu'e11e ont beaucoup de joint ; plus grand en hiver qu'en été. On le réduit ó. trés peu de cho~c par le clavages multiples au morti er de ciment ec. A le calculer d'ava ~ce d'aprés l'intrado , les matéria ux, l'époque du clavage et du décintrement, on perdrait on temps .


176

TASSEME 1 T DE LA CLEF AU DÉCINTREMENT

V OUT ES A RTIC ULEES (morti er de ciment)

§ 2. :,: fD

~

"' ·-.... "'::, -~ ::, ::, m

(1) ·5 ~ §:

Tome

~

IV,

Ponls:

m O' ""::,

.... "'

I n lrados

Da les

o..o"l::

page

""

~'Ü

PT

1

o

a mont l ava l

1

62 .4-0 63

1/ 9.69

55

29 mai

-J 901-02

64

60

1/ 10

42

25 juin

62

'1902-03

70

66

-J / 7

28

4 mai

'126

'166

'1902-03

44

41

1/ 12

28

8 mai

22

'1903-05

4:'> .87 /J-4

'l / 8. 98

50

13 juin

20

'l / 10 . 321

42

Prin ee-Rége nl

2~2

1900-01

Max-J oseph

222

Morbeg no Cornelius

'168

41m

1

!1-0

28m 33

Blaub euren

42·· 5 38··

1/ 10

38

Provenanee et marq ue du eim ent

en mm au déeintrement

28

1 n9

Ma xi mili en

....

o..

Tassemenl

Da te du déei n trement

35 j.

1885

Ba iersbrn nn

~

Temp s snr einlre a pres 1S urb aiselavage, semen t en j ours 1/ 10

38

I-Iofe n

Entre rotules

-------------"'

92•· ( Karlstadt

34 35

1

Dyckerlroff et fils

37

D¡•ckerlroff et fils

.,,

.

38

MEV 1 Marb aeh

121.

MOV 1 Gohre n

·1886-87 . 1903-04

rn rn

43, 50132

m

60

..Q

1

39

52

Munderkingen

220

In zigk ofe n

78

Coulou vren iere

'1893

rn

1895

220 1899-1900

Grasclorf

124 1899-1900

Mailing

'166 ·1899-1901

50

47.90 43

rn

1895-96

Neeka rhaus en

59

::,

40

.o,

....

40

59 .40 50

3'1.3

42

11-2 déeemb.¡

1/ '10

28

'1/ 9.81

35

4 sep tembre 30 138 7 .5 7 . í 12 oetobre

160.561 1/8 .89

1

....

vofi te RD : 79 Odécembre '1/ 7 .41 28 ja nvier RG : 74

24 .5

31. 2

56

28 ao ut 12 sep temb~

40

40. 39

'l / 8 . 93

1,9

40

40.50

1/ 8.56

))

<

39 .40 40

'1/ 7 .41 -Jj'JO

45 j.

Blaubeuren R e uchenette Le Pasquier

'12.'l / 12.5 Bla ub e uren

'] / -Ji

....

E hinge n, Bl aubeuren

24

c.)

B

I-Ioehberg

166

'l 901-03

Reiehenba ch

168

·1902-03

4/¡,

41

lll erbe uren

156

'1903-0!,

59

57 .1 6

'168

1903-05

40

'•º

·121.

'1904-05

65.45 57 44

4-J

4-1,

44.70

'eekarga r laeh Wall s trasse Wiltel sbneh

'170

1904-05

l\tf ouli ns-lez-M etz

'170

'1904-05

172

Mannh eim K empte n (pont

a 4 v"')

(2 ponts jumeaux P,, P,)

El ise Gnrehing Graveneek

1905-08

1

1

))

1 mois '1/ 2 mi-novemb.

))

12 ma i

21

I

18

'1/ 5 .82

30

2-3 novem b.

-J /8 il'l /'10

28

•JO novemb. 13(moyenne) L nu Ffen

·1/9.83

63

'l / '10

49

30 mni

31

1/ 8

50

29 juill et

7

59.50 58 .50

1/ 10.6

))

'1/ 5 .52

42

9 7.4

Dyckerlroff et fils

Bl a ub euren

¡v" RG : 150 25 oe tobre v" RD : 22,¡ 1

_ p; :

Pont P · ~91 3

112

1906

Are peu s urb . 63.80 50.60

'126

1906-07

Are tres s urb. 47.50 43.50

'1/ 9.89

92

1907-08

Anse de pan.

44 .35 38 .55

1/ 5.33

51

27 juin

'15

210

19'11-12

A. assez su rb . 48

48 .42

'l / 6.25

46

4 jnnvier

14

Dyckerlroff et fils

24

))

Bl a ubeure n

Les mouvements des voü.tes art icul ées devraient étre plus g rands que ceux des inarticulées. On ne le constate pas : l'effe t des ar ticul a tions es t masqué pa r d'autres causes 33 •

§ 3. -

CONTJJVUATIOlV D U TASSEMENT A PRES DECIN TREMEN T

Le tassement continue pendant quelque temps aprés le déci ntrement, sans qu'on charge la voü. Le 34 • 35 , surtout celui des vou tes en briques qui ont beaucoup de joints 36 • 33. - IV, p. 27. 34. - A . l'arehe rive dro ite clu pont de 'av ill y, sur le Doubs, l'aba iss11ment a u ~déein trement (16 novembre 1785) fut de '103mm; dix he u res plus tare!, il était ele 118mm et atte ig nit fina lement "176mm . De Dartein : « Etude sur les pouts en p1."erre remarquables par leur déco ration, autérieurs au X IX• siCcle "• Volume IV, p. 186.

35. -

Voir page 171, r envoi 14.

36. -

Ouvrnges en briques de In li gne de Cnslelsnrr ns in

a Beaumont,

-

in trndos en ellip se, -

Viaduc de décharge des Calvets ..... Pont de Belleperche ... . ....... .. . ..

Portée

Montée

27· 33·

6m7$ 8·25

au

déc intrernent

53mm

gomm

mortier ele eha ux :

Augmentati on au bout de :

Tassemen t ,

1 jour 17mm 29mm

5 jours 27mm

12 jours

.

39mm


§ 4. -

T A SSEMEN T DES A PP UIS DE LA V OUTE

177

a

Art . 1. - Voute construite pleine epaisseur. - Au décintrement, s i la voute est cons truite a pleine épaisseu r sur cin tr e fixe, ses appuis (piles , culées ,) recevront hrusquem ent tout ce que portait le cintre ; leur compression et celle du sol s'ajouteront au tassement de la voute : si le sol es t compressible, les piles s 'enfo nceront, les culées s'enfonceront et r eculer ont 37 • Si elle es t con s truite sur cintre retro ussé, ses appuis au ront tassé au fur et a m esure de la cons truction . Art. 2 . - Voute construite par rouleaux . - Jusqu'a sa fe rmeture, le premier r ouleau pese, sur le s ol si le cintre es t fi xe, sur les piles ou les cu lées , s 'i l es t re troussé. Le premier rouleau clavé r eporte sur les appuis de la voute une partie du poids du second . Art. 3. -

Dans le tassement total , faire la part des appuis.

On m esu rer a le tassem ent des appuis . Pour les voutes sur cintres :fh es des ouvrages fond és sur pilotis 38 , il n 'es t pas du tout négligeahle.

CI-IAPI TRE V

ACCIDENTS AU DÉCINTH.EMENT : FISSURES, ÉCRASEMENTS II y a fiss ure aux reins, si on décintre tr op tót 39 • 4º. Si les joints du handeau son t t rop minces, - sur tout si le queutage est en moellons hr uts, - les voussoi rs des reins se touchent par leur ariHe et écla ten t 41 • C'es t au décintrem ent que l'on cons ta te la nécessité des vou tes homogénes 42 •

37. - Au po nt de la Co ul o uvre niere, les cul ées ont r ecul é a u elécintrement ele 2mm et 5mm; ap res, de 4m m et 1mm5 (I V, p. 84) . 38. - Alma (I, p . 156, '1 57) . - Bo ucica ut (III , p. 249) : Pon t ele Sa u busse . - Tassement, en mm, eles p il es fonelées sur p ilo ti s a~o nt .. . . .. . . . .... · 1 'l" p ~=m(R D) 1 a, al . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Loe. cit., ,p. 173, renvoi 25 , p . 654 . 39. -

'l0~ m

8

1

19~ m 8

a tetes

0

0

0

1

2: m 7

noyées ela ns d u béton: 0

1

7~ m 5

1

5~: 8

1

Vo ir plu s ba u t, p .1 72, re nvo i 15.

4-0. - P ont de Po rt-Sa inte- Marie sur la Garo nn e (Ligne ele Port- Sa inte-Marie a Conelom); 8 ar cbes en elli pse : portée, 32m; mo ntée, 'lQm ; épaisse ur a la clef : ba nelea u, 1m20; corps, •J m35. A to u tes l es a rcbes, et ele cbaq ue có té, fissure imperceptible a u n joint vois in el u m ili eu de la mon tée . 4'1. - On sait cela elep ui s longtemps. Au po n t ele Nav illy, su r le Do ubs, on observa des épa ufr ures a ux rei ns ele la vou te. Ga uthey, clans u ne lettre el u 22 oc tob re 1785, se plai nt ce qu'on n'a:it pas clémaig ri les a rétes en· douelle eles oousso irs inférieurs "· M. de Dar tein . Loe. cit. ren voi 34- .

42. -

Vo ir pl us baut, p. 16, art. 2. T. V. -

23


CHAPITRE · VI

1í8

COMMENT ON MESURE LES TASSEMENTS On ne peut pas mesurer au niveau a bulle les tres petits tassements des voutes, en ciment a clavages matés. Au pont de Lavaur 43 , on a opéré ainsi : dix-huit leviers au 1/ 20• étaient fixés sur chaque tete, aux angles de Oº, 10º, 23º, 43º, 53º, e.t douze autres a l'extrados des joints a 55° de la clef. (Les contacts se faisaient par des Mesure des tassemenls f. - En s emble couteaux et étaient assurés Rtfx1e~e:d:i~:~~~~;:flement ________ .. 1 par des poids ou des bandes j de caoutchouc.) L ' . :'· : En sept points de l'extra1-········ · •O ·_···_ :' ·1 ·-·· --------·-· : M dos de la voute, sur l'axe, .-- W o : d :K ~- - - - - - -- - - - - - - -- - - - ---- -- -- -- ----- - - -- - ----- ---- -des lunettes plongeantes 44 étaient disposées comme l'indiquent f f,. f, - ConLac t K L'extrémité K était fixée au pont de service. Le ··-·· Axeo¡,tique. centre o, c'est- a-dire la voute, tassant de t = 00', on lisait sur la mire M ce tassement t multiplié par le rapport D : d (lequel a Lavaur variait de 500 a 700) ; d devant etre tres exactement apprécié, le contact K se fai sait par deux couteaux reposant l'un sur l'autre a angle droit (celui de la, lunette divisé en 0m0005), et était assuré par une forte bande de caoutchouc. Ce procédé a été, ensuite, conseillé par M. Rabut . Je renvoie a l'excellent m émoire ou. il a indiqué les méthodes et décrit les ins truments qui on t sauvé tant de ponts métalliques , injus tement menacés 45 •

4

--

--,'

2

43. -

Annales des P onts e t Cbaussées, octobre 1886, p. 476

,

a 478.

IJ.4. - L es levier s et lun e LLes é tai ent au droit des ab outs des co ntrefi ches du cintre, points correspond a nt a ux plus g ra nds tasse ments . 45. - Annales d es Ponts et Cha ussées, octobre •J896, p. 374 : Renseignements pr·atiques pow· l'étude

ex périmentale des P onts métaUiques.


TITRE V

179

ÉPREUVES DES VOÜTES EN MAQONNERIE

Art . 1. - Voutes inarticulées. - Les voú.tes en mac;onnerie travaillent, en général, fort loin de leur rupture : on n 'utilise qu'une faibl e partie de leur résis tance ; on ne leur a pas imposé d'épreuves et, en fait, on ne les éprouve pas 1 • C'es t fort regrettable. On devrait toujours observer l'effet des surcharges , non parce qu'il peut y avoir danger, mais pour s'ins truire. Si, cependant, l'effort se rapprochait de la charge d'écrasement, par exemple pour les ponts sous rail s sous des machines plus lourdes , surtout pour les larges ponts- route en deux minces anneaux, il deviendrait nécessaire d'éprouver les voú.tes , c'est-a-dire de mesurer, comm e pour une travée métallique, ou un pont suspendu, leurs déformations , leurs vibrations.

Art. 2. -

Voutes articulées. -

Celles_-la, on les a quelqu_efoi s

éprouvées 2 • II es t fort bon de le faire .

1. -

On a éprouvé la voute de J ar emcze (III, p. 117).

2. - Voir, T ome IV : V otites sem i- artic ulées : H i:ifen, p. 44; Morb eg-no, p. 72 ; Co ul ouvr eni ere, p . 85 . V ot1, tes a rt iculees : Ill erb euren, p.164; Mannheim , p . 208; In zig k ofe n, p. 2?0 ; Neckarh a usen, p. 237.


180

TITRE VI

MOUVEMENTS ET FISSURES DUS AUX CHANGEMENTS DE TEMPÉRATURE NÉCESSITÉ DE S 'EN PRÉOCCUPER POUR LES GRANDES VOLITES

JOINTS DE DILATATION § 1. 1°

sous

VARIATJOiV DE LO GUEUR D'UiV P RISME:

UNE COMPRESSION NORMALE ~ (kK/ OmOJ ) ; - 2° POUR UNE VARIATION DE TEMPÉRATURE ,º; - 3° PAR IMBIBITION 2

Art . 1. -

Forinules . -

ba e Q en omo12, pressée Soient : N (en krr)

Consi-déron un prisme droit de longueur L (en métres), de centre de gravité par une force normale·N (en kg .).

a son

--2

(pression moyenne, en kg /0mo1 ) . 9 E (coeffici enl d'élaslicité) =E X 10 (" 6/ 1""1) =E X 105 (•s /0'"01 2) a (coefficienl de dilalalion lin 'aire) = a' X 10-0 ---~º~2

Q (en omo1)

=

~m

La variation en microns (fl-) de la longueur du pri me es t : sous la pres ion (3m, si la déformation est proportionnelle Ó. r,

L (en 11-) =

10 ~

7

a I'efforL

(hypothése de Hooke) :

L (en metres;

pour une variation de température rº : 6., L (en 11-) =

II y faut ajouter l'allongcment d-0.

rt . 2. -

a.' -rº

L (en mclres) .

a l'imbibition ou le raccourcissement du a la dessication.

Quelques nombres . VariaLion de long u e ur e n¡,. par t m de long ueur po ur un e compre s io n de ·P •/ 0"01 2

MaLériaux

10

pour e=

óf,=0

~

Pierre

l de Viannc (P o nL des Amidonniers)

0,6 - 1 - 2

16 ,,. - 10 ,,. - 5 ,,.

5 (en moyenne)

2 ,,.

))

))

p o ur une variation ele Lempérature ele 1• t..\ T

=

U

po ur un e imbibi~i on á

salura li on

1, 2

au '1/ JO'

-

au 1/ 100'

- - --))

7 ,,.

6¡,.,

))

))

))

so ,u a 120 ,,.

10 ¡..i

1 ,,. ))

(rn moyóane '100 p.) M o rLier de cimenl Béton de cimen L

5 ,,. 2 22-25 0,4,,. A égalité de l f'aoail, l'acief' se

A titre de comparaison : A ier ci, ponts

deforme ele 5

1'l /1·, 11~,, 14,,. 11 p.

))

))

))

))

))

))

))

))

a 40 .fois moins

que la piel'l'e.

J. - Pour L = 100m, r1.' = 8, ó L (e n µ.) = 8 x 20 x 100 = '16.000 ,u= 16mm. e= 20° : Ainsi un mur de JO0m, po ur un abaissemenL de 20°, se conlrac le ele '15mm: la somme ele ses flssures sera J6mm_ 2. - On a Lrouvé •pour ~: : 7, 9 - grán it, d'apres la largeur eles fis ure el u parapet elu viarluc ele L apraelell e (Qu ill an á Rivesalle. ), Annales des Ponts et Chaussées, 1905, 1u trimestre, p. 175 a 195: e Etude sur les ef/cts de la dilatation daus les ouvrnges dJart en 111ar;o111lerit:,

bnrrages-réserooirs », M . Bouffct, In spec teur général honoraire des Ponts et Chaussées;

v iaducs et

11 , 8 - morlier de cimenL á 1 p. 2 en volum e,

4, 6 - · mai;onnerie de briques á morlier de ciment, Annales des Ponts et Chaussées, 1863 , et Chaussées ;

3 á 4-

1u

semestre, p. 178 : " E:rpériences sur la d:.'latntiou des

mafo1111eries »,

M. Bouniceau, I ngénieur en chef des Ponts

mavo nnerie ele briqu e á morLier de chaux,

Qhservations faites, sur ma demande, en l ngénieur en chef de la Compagnie du Nord.

1 9 1 0- 11,

sur le parape t du viaduc de Poix (Amiens-R ouen),

12

arches de

1 6m50,

par les soi ns de M. R ossigno l,


181

MO UVEME NTS DU S A UX CHANGE MEN TS DE T E M PÉ R A T U R E

. Art. 3. - L es changements de température raccourcissent un prisme plus que les charges usuelles . - Pour le ca lcaire de Vianne du ¡x mt de Arnidonniers, la varia tion es t la m eme : . pour une compression de 3\ une va r iation d e 1 °, u.n e imbibition el e 6 °lo ; pour un e compression d e 50\ un e variation ele 17°, un,e 1mbibition saturalion.

6 fL 100 p. -

a

Ains i, les changem ents coura nts de tempéra ture défo rment les m a¡;o nneries aut,mt, ou plus, que . leurs charges et surcharges us uelles 3 : il s'en fa u t done préoccuper dan s les grandes voutes.

Art . 4 . - Con1pression , si on contrarie la dilatation. - Si on empeche la dilata tion de (/., ,º L correspondant a une éléva tion de tempéra Li.lre ,º, on produit un effort de compres10 p, L = (/.' , L d'oú. ¡.J, z (/., ' P. 4 tel que · P. s10n ¡.Je ' • = 10 e P our (/. , = 6, et , = 25º

§ 2. -

p, = 15 ,;

P our

z

= 2;

COMMEN T V A RIE L A TEMPE RA T URE DES V OUT E S

La tempéra ture moyenne d'une voute par 24" es t a peu pres la meme que cell e de l'air 5 ; ses tempéra tures extremes s'en écartent moin s 6 que celle de l'air.·

§ 3. -

M OUVEME N TS OBSERV ES A UX CLEFS DES VO UT E S

Sous l'ac tion des varia tions de tempéra tu re, les voútes sont touj ours en m ouvemen t : ce elles n e dorment jam ais » ; souvent leurs clefs (pour celles a ciment) s'a baissent auLant et plus qu'au décintremen t.

]> .;, o .. "'" 0

Ponts :

H

::: "'""'4

0

H

<J O,

~';;'c. a

2

2¡:..

e:

queu tage

\,..j

·- o ~E-<

~e: "'E

"' "',... ..Q

S b <l) e:

<l)"'

Ul Ul

o ~

o P-<

cl u

bJJ

o

"'E

~

<l)

Plau e n

39 203 108 250 125 128 57

Lu sser a t

158

M orbegno

73

Claix T ein ach · Gour-Noir Bou cicaut Gutach S chwa nde holzdobel

M OV PT G rés PT G ra nit MAV Cale. PT Grés PT G1•és

8m05 3 .30 16.10 5 16 .10 H.25

M OV Pbylitte MOV

90 45.70

18 9 .87

1

1

PT Gra ni t

1

70

1

10

1/ 6.46 1/ 3.73 1/ 8 1/ 3.97 1/ 4 1/ 5 1/ 4 . 63

1

VOU TES A RTICUL ÉES Portée tota le

137 150 153 J 186 237

e: o ..., ~

o::¡

a

¡soi! ele

l "'

T ome III 1 a 2mm 1 7mm _,. +45• » )) 2 .5 43 1 » t. 3 11 a 15 hi ve r 1 été u a ·18 6a8 h1ver rigoureux •J 90-9 1 21 18 - 12 +22 1 34 +25 42 2t 17 - 17 été hiver )) 82 75 ) t908 1909 3 .2 6 1 -4 + 13 1 17

¡

Are tres surbaissé -

1/ 7

1

))

1

33

1

Ares tres surbaissés -

T ome IV

+26 I -8

1

34

T ome I V

----------Entre rotul es

Portée

2n,

Montée Surbais sement b,

---- ----

Grasdo1·f W alls trasse Eli se Neck ar g arLach Neckarhausen

¡

A 1·es sttrbciissés -

1/10

V O UTE SENII- A RTICUL É E -

de

mm

"' - - - - - - - -

VOU TES I NA R T I CUL ÉES 52m 33 60 40 64 57

qua ncl Ja te mpérature varie

en

;:l

w

b

-

en· en c.> " ' •Q) E-< 'Ü

::l

2a

Va rialion h cl u ni vea u de la cJef

e:

~

M atériau x

Q. H

24 40m39 4m52 1/ 8 .9 ~ 40m 5. 80 t/9.83 7.4 65 .45 57 47.50 43.50 4 .40 1/ 9.9 40 5 1/ 8 ( 40 4.54 '1 / 1:l 59 .40 50

24 13 12.4

+ 22 12 - 5 +27 48.5 - 12 +27 15 - 12 )) )) 10 3 juin 30 jaav .

20'!2~

1

Coefficient de clil a La Li on v. -, 10· • h • c,.'=10 v.= ( a,., ) b,. + b, T

27 39 39 35

4.7 8. 5 3 .4 3.4

))

))

3. - A l' intraclos el es na issa nces cl u po nt de MoÍ'begno, Ja compress ion est: so us la s urcharge, 1'1"4; so us l e po icls mo r t, 22"7; pour un refro icl issemen t de 34', 36' (IV, p. 74). · 4. - Da ns des murs de reveteme n t fa its en hiver, il y 11 eu en· élé des mac,on neries é'crasées; les _i:nor Li ers ele chaux sonl moi ns sensibles que ceux de cimen L; ceux de t uil ea u pil é Je son~ ¡:ieu; _les br1ques le sont mo_1ns qu!=l le calca 1re clu r. A• na les des Travaux Ptiblics de Belg ique, avri l

19 1 2,

M. Den il , Ingen1eur prmc 1pal des Po nts et Chí;lussees .

5. - Graph iques, f, a f,, p. 182. 6. - V iacluc de Po ix (Amie ns-fo uen), 12 arches dn 16m50. - T empéraLures ex tremes : de 1'air, - 4° a +38°; e.Ju corps cl u pa rapet, -2°5 a + 29°; du co rps de la voute, 0° a + '19°. 8. - Tome IV, p . 25.


182

MOUVEMENTS DES CLEFS DES VOÚTES

Si on trace deux courbes ayant pour abscisses les jours , pour ordonnées: l'une, le mouvement des clefs, l'autre, la tempéra ture, elles se suivent assez exactement. Je les ai données pour les ponts de Walnut Lane 9 • Plau en 1°, Morbegno 11 , Elise 12 • Les voici pour deux a u tres ouvrages : Pont de Saint-Loup 1 3 (voute nº 1) - Are de 33m f, - Températures

a 1/ 7. 6

\,-,,--,c-------,--- - - - - ~ - -- -- ~ - - - - ~ 30!

o'. Température

d .. { maxima et mínima _ _ ________ e1air moyenne { intérieure de la voute __

f2

-

o!

- - - - + - - - - - - - 1 - - -- ---'-v.

Mouvements ele la clef

o"'.5 ¡ - -- - - - - i1- - - - - - - t -- - - - - + -- - - - - - + - -----l--------lºm'."5

1m_ml----;---:;-;--;--:-:-:-=----j---¡--:--;----j------,;--,---;---f---':::-,----,-- - l - ------,----J--

Juillet 1913

Aout

Septembre

Octobre

Viaduc de Morez H (voute nº 1, coté Morez) f, - Températures

Novembre

~ - --

Décembr~

--1 jm-m

Plein cintre de 2am

- - , - - - - - - - - , - -- -~ - - ~ -- - - - - ~ -- ~ -- - - - - 3 0 !

_10!

,

Temperature

{dcl'air { maximaetminima _ _ - - - + ~ - -•ll- - - 1 - - - - - 1 - - - - + - - - - + -- - + º! moyenne _______ _ intér,eure de la voüte __

f. -

Mouvements ele la-clef

1'1. - IV. p. 73. 9. - II, p. 93. 10. - III, p. 57. 13- - Sur l'Alli er (L igne ele la Fer lé-Hauterive a Gannat). 14. - Ligne ele Morez a Saint-Claucle.

12. -

IV, p . 153.


183

MOUVEMENTS DUS AUX VARIATIONS DE TEMPÉRATURE

§ 4. -

Art. 1. -

FISSURES D'HIVER

Efiet du fróid. -

Le froid contracte les voutes, en diminue la longueur, abaisse la clef de S en S' (f,); AS se contracte, AOS tourne aulour · d'un point O voisin des retombées. Il y a fissure ou tendance :=aa __- __-_ . ~· a fissure le long de OA. A,:---. Á- ---------:: ___ En été, la clef de la voute monte, le tympan est soulevé par la voute et, de plus, se dilate. Il y a compression le long de OA.

Art. 2. -

f,

o

Ouverture de joints aux reins des

voutes . -

Pour les ares tendus, le centre de rotation O est dans les joints meme de retombée : ils s'ouvrent en hiver 15 • 16 •

Art. 3 . - Fentes des tympans. - Le tympan se contracte par le froid et, de plus, suit la voute qui s'abaisse : de la les fissur es constatée : dans les tympans pleins 17• 18 • 19 , spécialement le long de ccmtreforts de piles 20 , de murs en re tour de culées 21 ; dans les voutes longitudinales d'élégissement : elles se coupent en un ou plusieurs points, mais normalement a leur axe 22 • 23 ; aux clefs des derniéres voutes .transversales d'élégissement 21 • 24 (point de moindre résistance), quelquefois le long de leur extrados 21 • 15. - Pont sur l'Yonne, a Monter ea u (Ligne de Flamboin a Monterea u), ares de 24m Saint-Loup, sur l'Allier (Ligne de la Ferté-Hauterive a Gannat), ares de 33m a 1/ 7,5. 16. - Observations faites, sur ma demande, par M. Rétraint, Conducteur principal des Ponts et Chaussées .

Pont d'Austerlitz Amont Aval

-------....._--__

R.D.

I R.G .

Pont des In valides Amont Aval

~

R.D.

a 1 / 7,4; pont de

I R.G.

I R.G. Omm9 1mm2

~

Hiver, 30 ............. . . : ...... 1mm5 7mm3 2mm3. 3mm9 Et' í 20°. . .. . . . . . .. .. . .. . . . . . . fissures refermees e ¡ .26°7........ . . .... . . . ............. . ..... . . . . . . . . . . . . . .

R.D.

I 1mm3 R.G.

~

R.D. 1mm5

fissures refermées

Boucicaut, III, p. 260. - Pont du Brézou; arche de 29m2O a 1/ 4, ligne de Limoges a Brive par Uzerche. (A nnales des P onts et Chaussées, '1892, 1" semestre, p. 545 a 596, Pl. 6: « Notice sur la construction du oiaduc du Gour-Noir », M. Dra ux .) Pont d'Austerlitz et Petit Pont, a Paris. - Viaducs en plein cintre de : Pierre-Buffiére (Limoges a Brive par Uzerche); de Pompadour, de la Sagne, de Vignols (Lim oges a Briv'e par Pompadour); d'Albi (Castelnaudary a Carmaux); cl'Auray (Savenay a Landerneau) ; de Mus y (Paray-le-Moni al a Givors); de Saint-Sulpice (Montauban a Castres). 17. -

18. -

Dans les ponts en are, elles partent de l'extrados des retombées..

19. -

Elles peuvent etre dangereuses pour l es ponts-canaux; il n'y faut point de gra nel es arches platas.

20. -

Viaduc de Pierre-Buffiére (Limoges

a Brive).

21. -

Castelet, II, 130.

Pont eles Invalides (ares: ouverture, 32m; monlée: 3m'lQ pour les.arches derive, 4m1O pour les arches intermédiaires), « les ga leri es longitudinal es se disloquaien tau droit tles nais anees et menaQaient de s'écrou ler; on a. du les renforcer par un arcea u inférieur en mavonnerie de briques doublant l'épaisseur de la voute d'élégissement "· 22. -

M . Résal : « Emplacements, Débouchés, Fon~atious, Ponts en mafon11erie », Paris, Baudry, 1~96, p. 266 .

23. -

On y a vu u-ne supériorité eles voutes longitudinales sur Je~ transversales.

24. -

Gour-Noir (III, p . 108). -

Constantine (II, p. 107,

s.,

p. 509).

,


184

FISSURES D'HIVE R

rt . 4.

oute un1que d'élégissement j etée entre deux grandes voutes 25 • - En hiver, B et A (f des 0

)

grandes voú.te tournent auLour d'un point de DF e t CE; la distance AB augmente. P endant ce temps, la petite voü.te e con tracte : GH tend á diminuer . Done, tendance á fi ssure le long de GI, de HK. Voici ce qu'on a observé aux ellipses d'élégisse~ ment du pont des Amidonniers : Avant la pose, - qui a un peu ta rdé, - de la dalle en l éton armé, on y a vu de fi ssurcs de 1mm auplus d'épa isseur 26 : en hiver : ú l'intrados, a la clef; a l'extrado , nux r ein en été, par les fortes chaleur : a l'ex trado , a la clef; a l'intrados, aux rein s . Les arete des joint ouver t ont demeurées intactes. Le voú.tes se c::.ont articu lée . Mais la dalle a chargé lourdement les voú.tes; ell e le~ a abri tées du soleil : leur tcmpéra ture et cell e des grandes voü.tes ne varient plus g uére que de 5 a 6° dans la journée, au lieu de 24. On n'y a plus vu de fissure . C'e t pour l'as pec t qu'on a adopté des ellipses plates au lieu de plei ns cintres, de courbe urhau ées , qui souffrent moins d'un petit changement de portée. Au viaduc de Morez (ligne de Morez a Saint-Claude) , voü.tes d'élégissement de 8m entre de plein s cintres de 20m, on a, pour un abaissement de température de grandes voú.te de 18º (22º le 9 septembre 1911, 4º le 7 octobre 1911), m esuré 27 un éca rtem ent de pied -droits de Qmm34_ Quand l'as pec t ne les impose pa , ces grandes ¡voü.tes d'élégissement ne sont pa a con eiller.

rt. 5. -

Fentes des plinthes et des parapets . -

l rolongement des fentes des tympans

e

28 29 • ,

Il y en a en

et ailleurs ªº·

f'

25. - Amidonniers (I, p. 193); Fontpédrouse (V, p. 87). 26. - IV, p. 281, renv oi 34. - ú 2',. - On a mesuré la variation de AB (f,0 ), a u moyen d'u n fil d' invar Lendu entre A et B. En B était une crém aillere s'engrenant s ur un pignon denLé fixé a la mago nn erie. Les mouvements du pignon étai en t amplifiés / sur un cad r a n. 28. - Viad uc de L a Pradelle, 1898-1900 (Ligne de Quillan á Riv esaltes), 12 arcbes en plein cinlre de 12m, en co u rbe ele 300m : fissures dans les t ympans et l e pa rape t, au droi t des piles : ~

A

Dates -

190~............. . ... . .. . .. . ...... .. ... -

Température ........... . . . ............. . . . ..... . Epaisseur n mm eles fissures au-clessus des piles nº :

G

(coté concave) 7

(coté convexe)

Í Tympan ..• Ba/mt . ... . ... Í Tympan Baltut .... .

-

-

2 + 15•

-- -

J an vie r ~

31

-2º

Février ~

6 +12°

17 -4'

Juille t

Décembre

+25'

5 -5'

omm5

o=-9

Qm•2

/. !i

/. 3

o

¡mm5

4

o=-1 o. 7

Qmm9

o.

o.

2

o. 6

o. 8

8

!i

o. 3 /. 3

!! . 4

o. 1

l. 4 !! . 7 ma.ximum

o.

o.

/. 8 08

29. - Poot s ur l'Arman,;,on (3 arches en ellipse de 25m a 1/ 4): fissures -partant de l'ex trados et traver·nn Lles tympans. l• issures elans les p lintb es ele 2mm, a 5°. 30. - Viadu c ele Bramefo ncl (Ligne ele Saint-Denis au Buisson), parapet en pierre tendr e de Chancelaele, cellé a la I li otbe tou s les om50 environ, exé uté en juillet et aoíi t: fissures á peu pres tous les 20m. Anna les eles Ponts e t Chaussées, avri I 1892 : .. i'lotice su r la co nstn1ctzon. du. viad11c du. Go11r- 1Voir », par M. D raux, Ingén ieur en chef des Ponts et Chaussées, p. 583.


185

:MOUVEMENTS DUS AUX VAR IATIONS DE TEMPÉRATURE

Ces fissures, on n e peut pas les empecher. On ne peut que les dissimuler pour un temps (par exemple par un coulis de ciment): elles reparaissent achaque hiver. Aux angles du couronnement (rel.. fu ges au-dessus des piles, ressaut des e e:::-- f S ,'-'..J 9 murs des cul ées), la pierre P (f,) pivote . en été sou s les poussées FF' des . bahuts dilatés 31 , 32 • • A L 'hiver suiva nt, ils se con tractent : la fissure restée ouverte se remplit de poussiéres : l'été d'aprés, la rotation de p s'accentuera 33 • Dans des parapets en courbe, le bahut ABC (f8 ), plus dilaté que le fú.t S (f.), a été déplacé en AB'C (f 34 • l..

jºJ

d

,:i.,_

8

§. 3 -

Art. 1. -

)

DISPOSITIFS PERMET T ANT LA DILA T A TJOJV JOJN TS pE DILA T A TION

V ou.tes inarticulees et voútes articulees .

Dans les vou tes a rticulées, les mouvements n e sont pas contrariés, et doivent etre plus grands : aussi y a-t-on toujours ménagé le jeu de la dilatation. Dans les voutes inarticulées, on ne parait s'en préoccuper que depuis quelque quinze ans 35 •

Art. 2. - Les 1nt1rs des tympans sont pleins. - On les coupe verticalement au-dessus des retombées 36 • 37 en dissimulant, si possible, la coupure derriére un pilastre sur une pile, derriére le mur en re tour d'une culée 38 • 3'1. - Vi ad uc de Brabant (L ig ne de Briey -Villerupt), parnpe t en briq ues, niches en pierre de taille s ur les culées et les pil es-cul ées, reli ées a la plinthe par des go uj ons de fer scell és, co n~truit dans l'hiver 1905-06: a ux premi éres chal eurs du printemp s, des pierres des n ic hes se sont séparées et quelquefois i•ornpues; déplacement rnaximum 3mm; le mortier des joints des co uronn emen ts eles parapets a été rempl acé, de d istance en distance, par des feuilles de cao u tchouc. 32. - Viaduc d'Anderny, parapets et niches établi s a ternpérature moyenne : e n hiver, nombreux jo ints ouve rts. 33. - Pont de Tarbes sur l'Adour (3 arches de 1 m30, surb aissées a u J/ 7), '1877-1880: mouvements da-ns les angles des bahuts eles parapets; fissures de 4,m a u c0 urs de l'été, tres cha ud, de -1906.

34: -

Pont de Tarbes . L a sa illie intérieure s (f0 ) ele Om02 a disparu : la saillie extérieure s' a atteint 4' .

Les vou.tes in scrites en italiques a ux renvois 35 35. -

a 47

so nt articulées.

1899-1900: Gutach (III, 122); Schwaneleholzclobel (111, 126) .

36. - Plauen (III, 53), a 32m50 de part et d'autre de la clef, retombée cl'un cervea u de 65m sur des c ul ées en surplomb; Ziegenhals ( 111,208); S ch wusen (111, 213) ; Coulou¡;¡ reniere (IV, 81); Garching (IV, 95); Kempten (IV, '119); Elise (IV, 151) ; Hochberg (IV, 177); Mannheim (IV, 206) . 37 . - Au mur de ga rd e du ré servo ir des Settons, on a, devan t les joints de dilatation ménagés, elisposé des la mes de cuivre de 2mm, ployées en leur mil ieu, boulonnées par leurs borels sur la mai,onnerie. Annales des Ponts et Chaussées , IV, juillet-aofit 1911, p . par M. P. Breuillé, lngén ieur en chef de s Ponts et Chaussées .

Dans des murs de soutenement en béton, dilata tion fermés par du feutre.

:?04 :

« 1Vote, ST(. r les jo ints de .dila.talion du mttr de garde des Scttons

a Chicago,

ll,

ele '1.875m ele long, on a ménagé des joints de

Engineering Record, 27 janvier 1906.

38. - Munde rlúngen (IV, 57); Malling (IV, 175); Comélius (I V, 180); Reichenbach (IV, 183); Wittelsbach (IV, 199). T. V. -

1

24


186

JOINTS DE DILATATION

rl. 3. -

Les murs des tympans sont évidés par des voutes.

La coupure verticale des tympans e t alors : oit entre la derniére demi-pile du viaduc d'élégissement et la pile ou la culée de la grande voú.te 39 ; oit au-dessus de la retombée extreme 40 ou de la nai sanee extreme 41 de la dcrniere voüte d'évidement; oit au-de sus de la clef de cette voüte 42 ; oit a la fois au-dessu de sa clef et de ses retombées; parce qu'alors on l'a nrtic ulée en ces troi points 43 • On arme parfoi : oit ]'ensemble des voutes d'élégissement 44 ; soi t la derniére vou te eulemen t 45 •

rl. 4. - La chaussée est portée par une plate-forme en béton armé sur n1urs ou colonnes en bóton arn1é. - On coupe cette plateforme soit eul ement au-dessu des retombées 46 ; oit, en outre, en d'autres points 47 •

39. chalcbgraben (II, 168); Rothweinbacb (II, 172); Krenn graben (III, 135); Michela u (III, 209); Mebring (III, 253); Orléans (Je premier g rand ouvrage fran1,ais o ú J'on ait ass uré le jeu ele la elilalalion) (II I, 25 ) ; Schweich (III, 26 ) ; Gtihren ( IV, 14'1); Iiterbew'en ( IV, 161); Necha,·gal'tach ( IV, 1, fi); Moulins (IV, 202). 40. - Palmgraben (II, 164); Gutacb (III, 122); Steyrling ( III, 137); Salcano (III, 148); Langenbro.nd (III, 152); Maximi lien (IV, 192); Max -Joseph (IV, 242) . Aux ponls ele vValnut L ane (II, 86) et ele la Rocky River (II, 98), oú les vou les d'évielement sont en bélon armé, il y a, a ux retombées eles voútes d'élégissement, un joint ele dilatation par voute au premier pont, par deux voúles au deuxieme . 41. - Big Muddy River (I, 227); Grasdo,:f (IV, 131); Inziglcofen (IV, 227); Neclcarhausen (IV, 235). Au viaduc de la ilter (Ligne du lac de Zurich a u l ac de Constance), le joint des tympans a é lé r em pli de go udron; a Krenngraben (III, 134), a teyrling (III, 137), a Salcano (III, 143) de feutre asphallé; a Rothweinbac.h (II, 171), d'asbesle. 42. 43. -

chwandeholzdobel (III, p. 126). Morbegno ( IV, p. 68).

44. - Connecticut (I, p. 69), il y a des joinls de dilalation aux clefs des voutes d'élégissem,ent, de deux en de ux; Orléans (III, p. 258); lllerbeuren (IV, p. 161). 45. -

Grasdo,f (IV, p. 131); / nzighofen (IV, p. 227); Neclwrhausen (IV, p. 235).

46. -

Guggersba ch (III, p. 59); Long ui cb (III, p. 280); Wallstrasse (IV, p. 145).

47. - Edmondson (I, p . 124-); eyth enex (III, p . '178); Grlioeneck (IV, p. 215). Au po nt des Amidonniers (I, 199), la dalle en béton armé, non coupée, est posée sur des balanciers en béLon armé.


LIVRE III

CONCLUSIONS GÉNÉRALES

PONTS MÉTALLIQUES OU PONTS VOÚTÉS f

GRANDES VOÜTES CLASSEMENT PAR PAYS PLUS GRANDE VOÚTE ACHAQUE ÉPOQUE

PROGRES PART DE LA FRÁNCE

.


TITRE I

PONTS METALLIQUES OU

189

PONTS VOÜTÉS ?

CHAPITRE I

QUELQUES G-ÉNÉRAIJTÉS § 1. -

PIERRE ET METAL

Le métal de nos ponts est un produit indus triel; la na ture ne nous le donne pas : on ne l'y rencontre qu'oxydé. Abandonné a lui-meme, il retourne a l'état d'oxyde : il faut, continument, l'en empecher. La pierr e, nou s l'employon s tell e que nous la trouvons. On en peut choi sir qui ne craint pas les intempéries. Sa r ésistance aux effor ts ne diminue pas avec le temps 1 : la pierre des P yra mides résiste, aujourd'hu_i, comme il y a 50 siécles . Le liant des mortiers es t, lui, un produit industrie]; mais le temps, qm rouille le métal, qui desserr e les rivets, durcit le mo rtier. Puisque l'acier es t un produit fabriqué, il peut etre amélioré; la pi erre, non. Le m étal travaill e a tous les genres d'efforts on l'emploie depuis peu ; chaque jour on lui prete des formes nouvelles . L es voú.tes n e . travaill ent qu'a la compression : on en fa it depui s plus de 2.000 ans; tout n 'es t pas trouvé, mais il y a moins a trouver.

§ 2. -

CAS OU S'IMPOSE LE METAL

L e pont en métal es t mince, léger, se plie a toutes form es . II s'impose : quand on n 'a pas assez de revanche au- dessus des crues , des hautes eaux navigables , de la voie traversée; pour les ponts de ville entre quais, quand le débouché superfi.ciel manque, méme en exagérant le dos d'ane ou les rampes d'accés; ou qu'il fa ut diminuer le r emous et n e gener ni la naviga tion, ni les crues, ni les courants de marée, ni la circulation sur les bas ports ; quand le sol de fondation est mauvais , ou seulem ent douteux, que les appuis peuvent s'enfoncer ou reculer; quand il faudrait par trop dépasser ce qui a été fait: comme portée 2 , ou a la fois comme portée et surbaissement 2 ;

1. - L a ma c;onnerie de b ri q ues s'a mél iore en viei lli ssant. V itru ve fait rem arquer que, pour es li mer la va leur d'un mur en moe ll ons, on déclu it cl u pr ix d'exéc uti on 1/ 80' pa r an : « De la tericiis oero, dummocl_o ad perpencliculwn sint sta ntes, nihil cleclucitur; sed, quanti juerint oli,n jacti, tanti esse semper restimantur » (Li vre II, chap itre V III).

2. -

Voir plus loin, Titres II, III, IV.


190

PONTS MÉTALLIQUES OU PO TS VOÚTÉS

comme hauteur, - ou a la fois comme hau teur et portée 3 ; pour les ouvrages a travées tres inégales, a plan comp liqué, ir régulier ; pour les tre biai , quand il faut opérer vite ; quand il n'y a pa de bon matériaux ou de bons ouvricrs (colonies inhabitées ... . )

CHAPITRE II

COUT TRES VARIABLE DE PREMIER ÉTABLISSEMENT DES PONTS MÉTALLIQUES CO fME

DES PO JTS VOÚ T ÉS

Quand les deux solutions sont possib les, laquelle est la moi ns chere ~ A une question au i générale, il n 'y a pas de réponse. Le coú.t dépend d'un grand nombre d'élémen ts tres variables : prix des ma tériaux qui change avec les lieux, avec le temps4, - sol, profondeur, difficulté de fondation, - type d'ouvrage, sa largcur, sa long ueu r, - por tée des arches ou travée , - aspect, - décora tion, etc., etc ....

3. Ligne Aque d' de Roquefavo ur

D ate

I-Iauteur

H

OuverLure

de la plus" Somme grandearche H+2a

98m65

1841-47

I

Greltzscb Lbal L e ip z ig-H of ElsterLhul

1846-51

80.34 69.68

30. 875 30. 59

l'Altier

Brioude-Alais

1867-69

73.33

16

la Crueize

Marvejols- eu sargues 1879-83

63.30

25

Mussy

L a CluyeUe-Lamure

1892-95

60

25

1907-09

61.40

25

Via d ucs de

(Paray-le-Alo1lial-Givors)

\V e isse n bach Sain t-Gall-Wallwil

ou rces

2a

Morandiere, « Constructiou des Po11ts •• p . 31º . Annales des P on ts et Chaus111 . 215 sées,mai-j uin 1853,p. 04 1. Chemins. d_e fer saxons. l 00 . 27 ~ M. de V1ll1ers. Exposition, Paris, 1878, Notice Travaux publics, 9. 33 ~ p . 35 2 Ecole des Ponts et Chaus88 30 sées. Dessins di stribués · aux Eleves, T. III, 4• fas~ cicule, p . 485. Annal es des P onts et Chaussées, 190 1, I, p. 235. Via85 ducde Mussy. M.Pouthie r. Denkschrift über die Eisenbahnve rb indung R omans8~ /./ horn-S'.Gallen-Wattwil~ Uznach. PI. 8.

!

~o

Dans son Cours de Chemin de fer, l 68-69, p. 360, 361, Pl. 19, Bazaine décrit un aq u ed uc a Spolele, sans eloule el'apres Gaulhey; l'ouvrage exi lant a 76m 5 ele hau leur au lieu de 131m, des arcbes e n ogive de 5 a 9m eL non ele 2Im, a beaucoup plus ele pleins que de vides et pr~sente l'aspect l a urel e l massif d'un mur a arcades, a u li eu de l'eff'rayanle l égereté du dessin de Gauthey. Enfin, il n'a pas été construit en 741 par Théodoric, lequel est morl en 526, mais par la commune de polete, e ntre 1239 et 1278. Lire a ce s uj et une tre inléres ante brochure de M. Clericeui , profes e ur a l'Ecol e des lngé nieurs de Mil a n (Milan, 18 4). 4. - P on l en acier conslruils par l a Ci o P .-L.-M depuis 18 6 : 23.599 lonnes; prix m oyen annuel du kilog: 38•25 (1896) - 50•70 (1900) - 32• 15 (1904) - 52·97 (1908) - 55'58 (1913); mínimum, 31'30 ('! 904); maximum, 59• 50 (1909).


191

C:OÓT DE PREMIER ÉTABLISSEMENT

Si, pour un grand nombre de ponts méta lliques ou de ponts voutés, on releve le pr1x p d u m. q . de surface offerte a la circulation, on trouve pour les deux des écar ts énormes 5 • 6 • Des moyennes ne signifient nen, c'es t. affaire d'espéce. II fa ut, dans chaqu e cas, comparer le moins cher des ponts en méta l au moms cher des ponts voutés, l'un et l'a ut re évalu és sans par ti pris . 5. - Ponts en maQonnerie. - A 26 ponts vicinaux de l'Ardeche, constru its avec la pl us stricte éco no mi e, - fondations fac il es, matéri a u x a p iecl-cl'ceuvre, - p a va ri é de 34' a 265', moye nn e 105' 50. Po u r ele grancls ponts a fo nd at ions faciles, il faut déja cloubler: Ponts de Bléré, sur le Cher ('1898-99), 208'; des Ancle l ys (1872-73), 222'. Si les fonclations sont cheres, le prix s'éleve: Pont de Mareuil, sur la Dorclogne ('1891), ligne de Ca hors a Brive, 348'; ponts sur la Garonne (c hemin de fer a une voie) : Bell epe rche (1895-'1900), 312'; PortSa inte-Marie (1874-77), 6'12'; Marmande (1881-85), 695'. Voici, classés cl'apres le ur prix, 71 p on ts a voutes de 4Qm et plus, constru its depuis '1875; Voutes inarliculées JJ , ----- ------------ -- ----:--_____ --Ponts en 2 anneaux Huzenbach, 1889, lII, p . 193; Longuich, 1909-10, moins de 200'

de 200' a 300'

III, 237; Schweich, 1905 -06, III, 235; Michelau, 1905-06, III, 195 ; Guggersbach, 1906. III, 15 ; Me hriJ1g, 1903-04, III, 231 ; Lichtens te ig, 1907-09, III, 89; Brent. 1899-1900, I , 13; Sol is, 1901-02, I, 53 ; Teinach, 1882, III, 193.

Trittenheim, 1907-08, III, 235; Verdun-s.,D oubs, 1895-97, I, 1<11; Bell efield, 1896-07, lll, 15; Plauen, 1903-05, III , 15 ; Boucicaut, 1888-90, III, 23 1, Saulnier, 1882, III, 13; Cinuskel, 1910-12, II, 179; Waldlitobel, 1883•84, II, 121; Seythenex, 1908-11 , III, 171 ; Pouch, 1890, III, 83; Krumm enau,

------------Voir Tome V, p. 71 ~

.o

10

de 300' á 400'

e

Amidonniers,

11

Voutes articu lées (Tome IV)

Baiersbronn, 1889, p. 30; Marbach, 1886-87, 39; Munderkingen, 1893, 53 ; Neckargartach, 1903-05, 169; Inzigkofen, 1895, 221; Gohren, 1903-04. 125; Gr11.veneck, 1911-12, 211.

Wallstrasse, 1904-05, 125; Hofen, 1 85, 39; Moulins-lez-Metz, 1V04-05, 171; Ill erbeuren, 1903(),J, 157 ; Reichenbach, 1902-03, 169; Neckarhausen, 1899-1900, 222; H ochberg, 1901-03, 167; Grasdorf, 1899- 1900, 125; E lise, 1006-07, 127; Cornelius, 1902-03, 167.

1903-11, I, 189.

1910-11, III , 91. Calcio, 1877-78, III, 81 ; Bellows-Fa ll s, 1899, III, 223; Escot, 1907-09, 11, 123; Freyssine t, 1890-91, III, 83; Gravona, 1884, II, 179; Ram ouna ils, 1906-08, II, 179; Rebuzo, 1898-1900, I, 39; Avignon, 190S-09, III, 235; Gour-Noir, 18 8-89 , III, 81 ; Svenkerud, 1905-07, III, 87; Saint-Pierre,

!l

e~ o z~

--------

11

JO

Witte lsbach, 1904-05, 171 ; K empten , 1906, 113.

2

Prin ce - R égent, 1900-01, 223; Maximilien, 190-J-05, 169 ; MaxJ oseph, 19Gl -02, 223; Garching,

4

1886, I, 91 ,

de 400' il 500'

B ig Muddy River, 1901-03, I, 223; Langenbrand, 1907-09, III, 89; Canale, 19011- 116, 111, 183; Strandeelven, 1902-03, III, 85; Orléans, 1904.-06, III, 233 ; Valence, 1901-05, I, 143 .

Luxembourg,

6

1899-1903, II, 61.

i

1907-08, 93 .

- - - -- - - - - - - - - - -- - - - - - - - - --·•--- - - - - - - - - - - - - - - - - - de 500' a 600'

Wheeling, 1891-92, III, 13; Schwiindebolzdobel, 1899-1900, III, 85; W iesen , 1907-09, I, 233; Montanges, 1908-09, Ill , 17; Schalchgraben, 1904-05, II , 121 ; O loron, 1881-82, I, 39; L usserat, 1908-10, III, 89; Antoinette, 1883-84, II, 117; Castelet, 1882-83, II, 117; G utach, 1899-1900, III, 85; Palmgraben, 19011-05, II, 121.

'l'l

de 600' a 700'

Verdon, 1905-06, I, 129; M an tes, 1873-75, I, l<Jl.

2

ele 700' a 800'

Washington, 1899-1900, I, 61; Empe reur-Fran~ois, 1898-1901, I, 1<11.

2

de 800' a 900'

Cé ret, 1883-85, II, 121 ; L avaur, 1882-8 11, II, 119.

2

Steyrling, 1904-05, III, 87.

1 1

VVa lnut-Lane ,

'l .173' 1 .598' 6, -

l 006-08, II, 63. Sidi-Rached,

2

Morbegno, 1902-03, 63.

1

1908-12, II, 6~.

Salcano, 190<1-06, III, 87 .

Ponts en métal (métal, ma go nneri es, fondations)

Pou.tres droites sous c/J.emin de fer (deu1: vo-ies): Cosne (Bourges a Cosne, 1892), 345'; Melun, sur la Seine (Corbei l a Montere~u, 1895), 466'; Monte reau, sur la Seine (Corbe il a Mon te~eau, 1896), 562'; f vignon (racco ~d eme~t d~s-~eux lignes r~ve droit;. e t nve gauche du Rh one, 1902), 602'; Peseux, sur le Doubs (Saint-J ean-de-L osne a L ons-l e-Sau lmer, 1903), 63J; Caronte (M1ramas-L Estaque, 1909), travées de 82m 50, l. 298'. Ponts de graude ville (grauds ares d 1 acier sous cliaussée) : Ponts su r le RhOne, a Lyon : Université, 1903, 441'; La Fayette._, 1888-90, 623'; Morand, 1888-90. 678'; P on t Mirabeau, a París, 1893-95, 594'; Pont de Rou en, 1884-88, ·8 9'; Pont Alexandre lII, a P a rís, 1897-1900, 1.120'.


192

CHAPITRE III

SUPÉRIORITÉ DES PONTS EN MACONNERIE AU POI T DE VUE DE L' E TRETIE

§ 1. -

rl. 1. -

PROPRE 1ENT DIT

ENTRETIEN DES PONTS METALLIQUES

Entrelien proprement dit. -

On visite chaque année 7 le ponts métalliques; on remplace le rivets desserrés, les bois fatigués du platelage. On le repeint pour le préserver de la 1·ouille (une couche de peinture en moyenne tous les 5 ans) . On vérifie, tous le 5 ans, leurs fleches permanente 7 • Pour le ponts de chemins de fer, cet entretien est fait par les Services de Voie. Mais les Vill es, les Dépa rtement et les Communes n'ont pas de service organi é et souvent peu .de ressources : pour eux, c'es t un motif spécial a ne pas faire de ponts métallique .

a

rt. 2. - lnfluence du t pe de poutre sur le nombre de rivets reinplacer. - Des ponts lége1· , a petit-s éléments, a treillis mmce,

ferraillent » au pa sage des trains . On y a urtout a refaire les rivets qui attacbent les longerons aux entretoises 8 • On n 'a guere qu't\ repeindre le ponts a poutre pleine 9 , ceux a gros éléments 10 , les tres grand que lepa· age de trains impre sionne peu 11 , ceux qui sont tres bien r-ivés 12 • «

rt. 3. bord de lamer

13

Causes spéciales de détérioration. ,

les fum ées des machines attaquent le métal

L'air salin .au

14 •

7. -

La circuJaire d u :M ini stre des Travaux pub]ics n' 5 du 29 aout 1891 impose : une vis ite annueJle « portant principalement ur l'état ele la rioure »; une fo is lo us les 5 a ns « une inspection détaillée et une oériftcation des fleches perma nentes ». L a c irc ul aire du l\Iini Lre de ]'lnlé ri eur d u 21 mai 1892 prescrit ces visites e t épreuves pour les ponls mé Lalli q ues el épe ndanL eles c hemins vicinaux . Dep ui s leur m ise en se r vice ju qu'en 1901, on a rempl acé 263 % de ces rivets au viaeluc ele Ja BoubJe. Dépen ses par an > Ri vie re. S oit e: P on ls : P éri ode Observations par Lonne par m.q. " pendanL ~ de métal de plan .Nº 9 de L a ng-on Garonne 1 92/ VII-1911 / VIII 19 an s 3'47 1'71 Garabit a coílté 3.8,]5.000'. L' e n9 de 1 oissac T a rn 1 º93/ 1-1902 XII 10 a ns 1. 45 il.30 tretien annuel a é té de 4.650', soit a 10 de Bordea ux Garonne 1893/ 111 - 19 2/ IX 1.80 1 .-11 9 1/ 2 ,1 º/, un capita l d e ll6. 000' n e repré11 ele GarabiL Truyere 188 - '1902 14 a ns 1.10 2.31 sen tan t qu' un accroissemen t de 3,4 °/ 11 d u Viaur Yiat1r '1903/ I-191'1 / X.II 9 ans 1.00 0. 63 des dépenses de construction. ·12. - P our l es o uvrages bien fails, bien riv és, J'enlreli en es t insignifiant. Ex.: ces 3 p onls a 2 voies, a poulres d ro iles, en ac ier, a lravées solicla ires : 8. -

·¡;

~

0

~

Pont d e:

~

.

"6h.g 3

Ligne de:

Période

~

g _s de a - - - - - - - I- - - - - - - - - - - I ~ Mc lun, sur la ein e Corbeil-Montereau 1,r"' 1897 1910 A \lignon, sur le R h6ne R accordement des lignes de rive _53 190u, l 9l0 droi te et de rivegauchedu Rh 6ne O Pe~eux, sur le Doubs S'-J ean-de-L osne- L ons-Ie-Saulnier l •JS.27 1905 19ll 13. -

D épense

total e moyenne ~ par Durée de la pour pr m.q. période l' ouvrage en plan tonne 13 ans 8 mois 524' 72 ~ 0' 035 O' 0,15 - 940 36 5 , 115 1 188 o- O 96 O 30 o. · · · I .. . :.. • 560 87 .27 0.007'1 0.10 6 ans 5 mois

Genio Civile, sep lembre 1903.

14. - Aux passages supérieurs méLalliques de Ja Ji g ne ele Paris a Auteu iJ, les parLies inférieures eles poulres ron gées par la fumée, n'ava ient plus ele rés is la nce ; Je moment d'inertie des p outres é tait r éduit a u 1 /4 o u a u 1/ 5 de sa va le ur. R evue Générale des Chemins de fer, 5 novembre

1 90 1,

M. R abut: e Conférence sztr l'expérimentatiou des ,Ponts » .


193

ENTRETIEN

Art. 4 . - Capital a ajouter au coút de l'ouvrage pour tenir c01npte des frais d'entretien proprement dit . - 11 serait fort intéressant, mais il. est diffici le, de fa ire la part µe la dépense de consolidation due a l'augmenta tion des surcharges, et ce ll e de l'en tretien proprement dit. J 'essayerai seulement d'indiquer « l'ordre » des frais d'entretien Es t

Da Les des relevés .. 1902 1902 Longueur ..... ..... . . 767m 344 1. 570"' 2 1 Ouvrages 2 .525T 6.875T Poids ... ..... . ....... Dépense peodantuoepéciode de 6 a 46 ans 2 a 35 an s moye nne to tale .. . ............ . 8.089'44 14.700'54 d'cntretien par m . q. en plan 1 5 .• . 1'21 1'46 paran par ton ne . . .......... 2''13 3'20 ~ parm. q., de .. Corres pondant 30'25 36'50 . ·t a un cap1 a I 53 ' 25 80'00 d' en Lre t··1en ('a t.º/ º ) par ton ne, de .. 'l: Rapport du capital cl'enLre Lien au coút du lablier métallique compté 10 .6/ 100 au prix moyen de 500' la ton ne .. '16/ 100 En gros, dans lesgrand s ponts a poutres droites, le métal r eprésente so uvent les 70 °lo de la dépense : pour eux, le rapport du capital cl'en Lrelien au prix tota l de cons7 .4/100 tru c;l;ion s'abaisse a... ... ....... 11/ 100

¡ ~

.

-----

Midi

P.-L.-M.

Orléan s

19 12 1902 1912 19 11 3.635m 80 3 .784"' 40 6.859m 72 2. 792m 58 12. 142T '16.5'l9T 22 .30tT 12. 023T 5 a 10 ans 7a23an s 5a10an s 5 a 51 an s 25.818'99 33.917'66 31. 759 ' 00 16.008 ' 86 1'00 1'56 0' 81: 0'89 2r12 1'33 2'05 1' 42 25'00 53roo

39'00 51'25

22 ' 25 35' 50

21'50 33'25

10.6/ 100

10.2/ 100

7. '1/ 100

6.7/ 100

7 .4/ 100

7 .1/100

4.9/ 100

4. 7/ 100

Pour des ouvrages bien conc;us , le capital représentant l'entreticn proprement dit est probablement inférie ur a 10 % des dé¡.íenses tota les de con s truc tion.

§ 2. -

ENTRETIEN DES POlVTS VOUTBS

Art . 1. - Entretien proprement clit. - Aux ponts en ma c;onnerie, on a eu a refaire des joints (ce qui peut se faire sans gener la circulation), a r emplacer des pierres gelées, pourries; surtout, - c'est souvent la grosse dépense, a refaire en asp halte d'anciennes chapes en cimen t ou en béton 1 ". ·J5. - M. de Boulongne , Ingénieur en chef ele la V o ie de Ju e•• P.-L.-M. , évalu e l'enlre lien no rmal pa r m. q . et paran, ele 0' 45 á 0' 80 pour les ouvrages avec pl a lelage mé laJJiqu e, s oil, en ca pita l á 4 %, ele ·JJ '25 a 20'. Pour d es ouvrag es coulant 500' le m. e¡., ce n'est qu e 2,5 % il 4 % el es dép enses ele co ns tru c li on. 16. - Dépen ses el'enlre li en cl'o uvrages en mac,o nnerie so us r a il s : R e levés fa its e n.. .. ..... .. .......

¡

Est

Eta t

Midi

1902

1902

19 l2

2voies

lvo ie

- - - --------1--..,..,--

P.-L.-M .

Orl éans

-

-

-19_0_2 _ _

1012

IY1 2

~~s ~~ ,. ~

--1369 77 1'l 23 l ( J ~ - -3931 b d' ouvrages ...... ... ..... B9 57 20 329 •120 373 620 139 om re d' a rches ... . . .. . .. .. .. .. l(jl 785"' 1. 2 1• 371• 7. 343• 7. 23 [• 3. 313'" 10 .411• 2.023• 3 .61 5• Long ueur......................... 29.731 51. 23 l 1,1. 355 323 .873 400 .895 3 8. 19•1 G77 .900 72.371 Cube de ma ~onn e ri e (m.c . ), ..... .. 18B.582 Gii 43 5 a 10 a ns 10 a 40 D' ¡ p e nda ntune pé ri od e de 5 a48 ans 9 a 21 5 a ,17 9 il 47 4 a 43 88'84 SG3'05 39 l'23 7. 026' 29 9.234'52 5.83 ' 32 3.!J30'05 G.95!J' •IO epense \ totale ..... . .......... 15.375' 15 0' 0 17 0' 027 0'021 0'023 O'O lG 0'006 O'O!JO 0' 002!) 1:" oyentne ( par m. e . de ma~o nn cri e or 083 · 0' 05 1 0'0\13 0' 04 9 0' 09 0' 0<14 1 0'02 O' 18G 0' 006!J e1 entre ie n ) e n é lévati on O' 32 0' 18 O' 1<l 0' 14 0' 04 0' 067 O' 097 O' 132 pa ran pa r m. q .i e n plan . ... or4 5 O' Ol7 N

T . V.

~

333 3. 9aG• 107.402 ll a G2 G.200'56 0'037 O' 137 O' l!J l

- · 25


194

PO~TS

l~TALLIQUES ET PONTS VOÚTtS

A la plupart des ouvrages, qui ont aujourd'hui plus de 40 an , la chape étaít mauvai e: l'eau a traver é les mac;onneries, dissous et entra1né la chaux du mortier, attaq ué les matériaux sensibles a l'humidité (briques mal cuites, gres I oreux, certain tufs, .... ). Apres n'avoir rien coú.té pendant longtemps, des ponts en ma c;onnerie ont tout a coup demandé une grosse réparation, qui a été de refa ire entierement 17 la chape, - réfection qui, en cours d'exploitation, n coú.té jusqu'a 5 et 6 fois le prix d'urie chape neuve. Sur le ouvrages bien fait.s, il n 'y a ó. peu pres ríen ó. dépenser . En 10 an , on a dépensé 707r I our entretenir 7 grands ouvrages con truits par :i\fol'andiere et on éleve l\lI. Dupuy, ouvrage qui ont coú.té 6.754.39sr et cubent 105 .853mc18 .

Au pont de font loui , de 1844, long de 378m, on a, en 10 ans, dépen é 6f ou par moi .

un

CHAPITRE IV

SUPÉRIORITÉ DES PONTS , OUTÉS PO R RÉS ISTER A DE

§ 1. -

'IACHI ES PLUS LOURDES

IL FAUT CONSOLID ER

OU REFAIRE LES POJV TS 1VIETALLJQUES La gro se dépen e de ponts métalliques de chem in de fer, ce n'est pas l'entre ti en proprement dit de Lablier ne s upportant que les surcharge pour le quelle ils ont été calculés , - c'e t que, 'ils doivent lai er pa ser de machines ¡ lu lourdes , il fout le con olider, souvent les remp lacer. ·

17. -

On r é u s il ma l a ne r e faire qu' u ne partie de la chap e : il n' en co uLe g ue re plu s de la refaire Loule.

-----

:1 •

D épenses

Arches

D ates

-~

c,

d' exé- L ongueur Ila.. uteur cu ti on

~º¿1º¡!~;,;;ir la L oire .

P on~3,~é!~1

~

Portée

c,

.a

V

cJ

'"O

g

~ E

o

d 'entre ti en par an

de

~

conSt ruc tio n

pe nd ant

to ta l e

-------- ~ ----- ----1--t too 1843-,14

Viad uc de P ompaclour. .... . ..... J _ - (.Vexo 11 ,¡ B rive) . ¡ 1 I 3-I J

;:l7SmQ0 ~

-28 v

11• 30

55

24• 75

19 . 50 ., l.G20 .398') 1 1 9

8

25

l .'1 20

7 21

30 24

94 464 • ·

12

1

Ensemble, les 4 ponts de Mauzac, ~ Trémolat, All es, Lim euil . .. .. . 187G-7 ( Bergerac 011 B uisso11)

90 .3•1

Viaduc du Bl anc , sur la Creuse . ) 1 3 G 1Poitiers n11 Bla11c) j T ota ux et moyenn es ... i . 08 1'"!)~

12 · 1º l<I . 40 3 .11

1~ 6!1

¡

~ g ~ 8,

tota le

- (-en-fra- ncs)G'

2

E P.

ll

lO

•I

c,

(:n :lill~~s:

J

l

~ ~ 2.213. 000 l 892-~00 2¡106 . 4S 10.65

20 a30'" 10- . 53••• 6 . 754. 3!1

e·5

0'60 o •m 2 o m•03

1. 200 .000¡ 12 a ns _ 1 -lOOOJ1 59 · 30 4 94 4 1 ¡ -9 ¡ 000 1 l0 a ns 53- 3-1 53 54 - r. · /',., · 1 93-"IU03 J. · l .o

I

E

707' 15 G9' 73

,J

5.1

0. 2 9

•·

2

0.2 0.66


195

R l~S ISTANCE AUX MAC HI NES PLUS LOURDES

Or, le poids des essieux augmente contirnlment et tres vite 19 ; il faut done, continument, soit consolider les ponts métalliques si on le peu t 20 , 2 t, soit les refa.ire 22 , et souvent aprés peu d'années . On fa it travailler l'acier, so us les trains actuels, au 1/ 4 de sa rupture : si on ca lculait les tabliers pour les plus lourdes machines de l'avenir, il y foudrait beaucoup plus d'acier, et il s se raient tout de s uite bi en plus chers que les ponts voutés . Pour les ponts sous chaussée 23 et sous voie étroite, les augmenté.

.§ 2. -

urclrnrges ont peu

L ES PONTS EN J.VIA()OJV JVER I E RESISTENT

Quelques peti ts ouvrages, - s urtout de petits ares s urbaissés, - ont été d is loqués parce que le matelas de remb lai et de ballast était trop mince. On a quelquefois refait des murs de tympans ébranlés par les nouvell es machines plus lourdes. Mais les grands ouvrages en mac;onnerie ont pu porter sans fatigue les lourdes et vites « Pacific »; leur capacité de résistance n'était pas épuisée. Le pont en ma c;,onnerie travaille surtout au poids mort; il a de la masse : « niole suá stat ». Les surcharges ne l'impressionnent pas; on peut impunémen t les augmenter : elles demeurent fort au-dessous de cell es qu'il peut porter. '19. -

A ug m e ntaLi on du po ids d es machines et de l e urs tenders : Essieux des machines

~ ~c..i ~ ~ P o ur le p lu s Jourd

~ B~

..o

~

~~

Poids

- ';Z,

--

189. 1

4

o.:: S ;;; 8 Franc e (C'•P.- L.-M.)

~

a

3

_1,F

.8

1Augmentat1on

-

--

totale ~

4T5

M ach in es avec leurs Lenele r s

~ ~

~ cu ..0 ~ !:: ,..:

bJl

~ ~ ~

- - -- - --

~]

(/J

~

-

~

' /,

§ >-l

(/J

- --

pour un

-5 : :

~~

"' - -

1911

G

18. 5

5 5

12.13Si 9 84 17.605 4.771 i _ -~ L.81 IOJ .O 3.907 24 . 9<18 180 .1 20 . 753 8. 678

1

lla li e .. . .. .. . . . .

<ld e l5

l

1

5

33 .3

2

13.3

5 ele 20

I 1897

4.

15

~ 1909

5

17

~

~

de:

90

1;; .05 5.750 17.(iO 7. 210

Sources

totale _i_,1 1 - - - - - - - 150' 2.9

l

1.460

Circul aire mini stérielledu 2D aoíít 1891. Machine « Pacific ». .~] 1

• ,J.

20ans

105

,J.] ::í.!2.;

11 ans

260

,::!B"";:; Pacifi c Ry». ,1.3 ';;·~-~ g N'45,p.447a450 -o •i; E.¡ M. Bélébusky.

12 ans

J 99

2.1

~

97. 5 lG .!O 6.050 . 2.858 150 17. 50 8.91'1 127

-

nombre

80T ]5"'30 5.229'~ 1. 502' 10 ans 157. 3 23. 37 6. 731

32

-

par an

totale d'années ~

~I 1888 Amériq ue (M.issoun-•p aci•¡) ic 1008 ' 1890 Ru ss ie . . . . ... . .) ~ 1907

-

Augmentati_on de po ids

·¡¡ ';.í .2:l .

~

E

o

8

-~ §d ¡Q

~'ª~

:U ~

M.Byers, Ingénieur en chef du

a:

N' 22,

Missouri-

p.

198 .

20. - De 1892 a 1909, les Cbem ins ele fer ele l'Elat hongrois ont renforcé el es p o nLs m é lalliq u es cl'une l ong u e ur tota le ele 16.730'"; parm i l es plu imp orlants, 26 ouvrages co mp or lont /l0 Lravées le 26m a 111 53 298, cl'une long u e u r to la le ele 3.í97 01 05, co n s lru ils ele 1863 a ·1898, r enforcés de 1897 il 1909. ( 13ull eLin ele l'As sociaLion elu Congrés intern o li onal el es Chemins ele fer , Berne 1910, 1" fasci c ul e, ,·olume XX I V , .n' 6, p . 2el63 a 2-J36, - M. Ma urer, I nspe c leur pr incipal eles Ch e mins ele fer de l'Etat a uLri c hien.) 21. - Le v iacl u c el u Credo, s ur le Rh óne (ligne ele Bell egarele a SainL-G ingol ph), co n s truiL e n ·1 ' 78, a été renforcé en -1912-13 (clépense : 152.300'). L e pont el e Sa int-Germnin-cles- F ossés, s ur l'Allier (ligne ele S a in L-Germa in -eles-Fossés a ClermonL), cons lruit en 1858, a élé renforcé en 1912 (clépense : 357:J00').

22. - Viaduc de la V ézeron c e (l igne ele Lyon (dépense : 3'15.000') .

ele 11'

a Geneve), consLru il en 1855-58,

r eco ns LruiL e n '1912-1 3

23. -Les cl e u x c irc ul ai res eles 15 j uin -1869 et 29 aot1t '1891 prévo ient les m e mes surc ba rges : vé hi c ules ele •lfiT a'• rou es, - s urc harges ele 400' par m.q. sur l es trotloirs.

u 2 r o ue s,


196

PO . TS l\IÉTALLIQUES ET PO:\TTS VOÜTÉS

CHAPITRE V

AVANTAGES SPÉCCAUX DES PONTS VOUTÉS § 1. -

ILS SOJ T PLUS BEAUX

L es poutre droite , le poutrc a emellc upérieure courbe, en poi on, en ventre de poi son, - les croi sa nt de ]une de Porto, de Garabi t, - le ponts ou l' on a réali é, en métal la co urhe de moment de flexion (quelque -uns de ceux-la ont hidcux), - tout cela ne er t qu'a pas er l'eau : l' a pect n 'en importe pas p lus que d'un pont de ervicc ou d'un bac. On a beau décorer un pont métallique, ce n' es t qu'un outil, un instrument, un 6chafaudage: c'e t grele, c'e t m enu, ce la ent le provisoire. n grand pont métallique peut etre un e o!ution éléga nte, un beau travail d'lng6nieur, étonner par a port e, a hauteur, on urbai ement, par la difficulté vainc ue. 'étonner n 'e t pas adm irer . C q u'il y a encore de mieux dans le. beaux pont métallique , c'es t leur mac:onnerie, et i l' on accepte le grand ar·c d fonte ou d'acier, c'e t qu'il commencent ú re emb ler a d voú. Le 24 • L e pont en mac;onnerie, lui, peut ~tre plu qu'util e : il peut valoir, non eulement par on objet, mai par lui-m emo, os li g ne , e forme ; etre beau, bi en qu p tit ; - et1·e g1·nncl sn ns etre énor·me. L a décoration y peut fa ire partie do l' ouv rnge, n'y pa etre rapportée, pla 1uée. 11 peut s'aju ter aux li eux · - n 'y poi nt cmbl er étranger, importé. On peu t jeter ur un e 0 ·org e sauvage 25 un a re a pi erres gt·os iére , qui en fa se comme padie : on peut fa ire á Toulouse u n pont toulou ain .

§ 2. -

ILS SO T PL S SOLIDES

Jamai un pont voú.té n 'a été écra é ou un train 26 , crevé par un train déraill, 27 , renve1· é par le ven t 28 • 11 ré i tent aux choc de batoaux, des arbre emporté par une cru e, il ne ont pa rono-é par la fuméo d train ou de bateaux.

§ 3. -

ILS DURE T

La I a erelle en fon Le de A1·t a 112 an ; le pont u pendu ~u r l d :tvfonai, 9 an . 24. regrclle1·. 25. -

On les fera plei ns. ll est quelquefoi

détroit

Ceux du pont de l'Univers ilé, á Lyon, so nl á j our , il est permis de le

demandé -

non sans raison -

par les Syndicals ele défense des paysages.

26. - 14 juin 1 '91. 1 onl ele M ce nchen lein, pres de Bale. Travée de 42m. 27. - 4 avril 190-. Ponl de Cé. (Gé ni e Civil, 14 septembre ·1907, p. 320.) 2 . - 27 déccmbre 1879. P ont de la Tay. (Annales des l o nts el Cha ussées, mai el n ovembre 1 O. l\loranelierc, Tome 2, p. 750 el uivanle ,)


AVA TAGES

SPÉC I A UX DES PONTS VOÓT É

197

1vlai les pon ts de- :rrajan on t 18 . iecle , ceux d'Augus te 19; mais le P art hén on a 24 siecles , les T empl es de Thebes 34 et 37, les P yramides 54. Pour le fer, on compte enca re par année; pour la pierre, par iecle. On peut croire impéri sable un pont en mac;o nne rie bien fo ndé, en bons ma tériaux, avec une bonne chape bi en protégée.

§ 4. -

ILS SO NT PL US SIMPLES DE PROJET E T DE CO NSTR UCTJ00.

P our les pont méta lliques, il s'agi t de millimetre et de kil ogramme ; le proj ets sont délica ts , quelquefoi s labori eux ; ceux des ponts voüté , sauf des ou vrages exceptionnel , e dressent sans calcul : il sont fa ciles , coutants; on s'y contente de formul es empirique . Ce sont des entrepreneur péciaux qui cons truisent le ponts métalliques tous les entrepren eurs peuvent fa ire une voüte. Souvent, le m éta l vient de loin : la pier re, le sab le, sont ur pla ce ou pres.

OJ.,

§ 5. - SO US CHEM I DE F ER, B A LLA STE CONJ1vlE E N PLEI0.E VOIE

On bail as te les pon ts en mac;on nerie com me en plein e Yoie. II y a continuité dan le ma tela du rail , ta n dis que, da n le ponts rn ét,dliques , le Lrain pa e du bail a t qui fl. échit sous lui a des long rines ou des traverses ur tab li er r igide. En passant s ur un pont en mac;,onnerie, un train n'asso urdi t ni le voi inage, ni les voyageurs .

§ 6. -

QUELQ UE S GAS OÚ LE P01V T VOÚ TÉ E ST SP.E CJ.i-lLE M E./'-lT 11\DJQ UÉ

ArL. '1. -

'I'raver see d'une vallee profond e . -

L a g rand e voüte en mac;.onneri e est s pécialem ent ind iquée par de s u un e va ll ée profond e, a fl an c r aides , (il n 'y a pas de cul ée , pas d'ouvr age d'ncce ).

rt. 2 . -

Ouvrages en courb e . -

En cou rbe de r ayo n R, une travée

t;

métallique de portée 2 a doit etre élargie de la fl eche f = II y fa ut de peti te ou ver tures 29 • Dans les viaduc en courbe de 100m des chemin s de fe r d'intér et local, la mac;onnerie s'impo e 30 • 29. - JI y a e u éco nom ie á fa ire en ma,o nner ie avec voLl Les ele 16"', Je viaeluc ele l'AILier (Ligne ele Briouele á A lais), en co u r b e ele 400"', b a uleu r 73m.

30. -

i R =

___

_,___ 3Q Qm

_____

~ JQQm

pour 2a = 60 01 ¡2om 6Qm 120m a f = t m 50 Qm Ji 4m SO Qm 50

OU


Hl8

PONTS l'vI ÉTALLJQ

ES ET PONTS VOÚTJl

CHAPITRE VI

PHÉFÉRENCE DONNÉE AUJOURD'HUI AUX PONTS VOUTÉS Il y a quelque années, on a été de la mac;onnerie au métal. P arto u t aujo urd'hui, on revient du méta l a la mac;onnerie. On vient de faire en mac;,onnerie le grands ponts de Toulouse 31 , de Valence 32 , d' Or-léans 33 , d'Avignon 34 • Les Chemins de fer de l'État d'Autriche ont préféré ystématiquement aux ponts méLalliques les grand ponts voúté sur la ligne Stanislau-"\iVo ronienka 1893-1894 (il y ont coúté moins cher) 35 , s ur les nouvelles lign e des Alpes 36 • En Italie, le~ Chemin de fer de l'État r emplacent s ur les lignes existan tes les travées métallique par des ponts voú.tés ou en béton armé 37 , et les évitent s ur les nouvelle 38 • Sur les 148 kil. du Great Central R ailwa y Extension a L ondre , les arche en b L"iques ont été, partout oú. on l'a pu, préférées aux ares métalliques, a la fois pour les pont par-des u et par-de sous 39 • La piu grande Compagnie américaine, la P ennsylvania R .R., remplace, autant qu'clle le pcut, les ponts rn éLa llique par des ouvrages voú.tés. Depuis 1900, elle a construit : ur la Su quehanna , ó. Rockville, pres de Harrisburg , pour 4 voies, 48 votlte en plein cintre de 21m335 (doue ll e en pierre de taille, queutage en béton) ·10 , ú la place de 23 travées d'ncier de 48m77 sous 2 voies ; a New-Brun \Yick, ur la Raritan-River, 21 arche en mac;onnerie a 4 voics, (20 arch e en plein cintre de 15m54 ú 2om21, 1 biaise en are au 1/ 3 ele 21 m946)

•H .

A Con tantine, on a franchi le Rhumel : en 1864, ur un are en fon te de 57m40; en 1912, s ur deux voú.tes jumell e de 68m76 42 • 31. - T, 193. 32. - I , ·173. 33. - llI , p. 255 . Le. Conseil mun ic ipal cl'O rléans a mi s com me cond ili on de 111 par Li c ipa Li o n de la YillP q ue le ponL se rai t en ma<;onnerie(Délibéralions du 2 aoúL '1897 et du 6 avr il 1899). (llT , p . 264, renv. 20). 34. - I 11 , p. 270. 35 . - Gescbichle der E isenbahnen der Oe Lerreicbis c b-Un ga ri scben M ona r cb ie, 'VI B a ncl, 1898-1908, 11 Ba nd : « Tra .. ierung, Unterbau rmd Briic/cen bau, I , Der Eisenbahnneubau », J osef Zu ffer, K. K. Ober·baural :m Ei enbahirnnmin i Lerium, p. 60-61. 36. - ... . .. ....... id .. . ..... ... .. p. 74. 37 . - P o ur r empla ce r 20 ouvrages ayanl 4 Lravées de 5 a 4'1•76 par 7'l a rcbes en ma <;o nnerie o u Lravées en béton a rm é, on a clépensé 4.200.328 fr . : des Labliers neufs a uraienL couté 4.339.325 fr . Le nombre eles pont métalliques so us rails a é té récluiL: 1 1 s ur les ~~gnes FJore nc \Pi s Loie Venis;~Ud in e Bolog ne:tncóne, Ancó ~:Orte Modene;;é r one 269 a ·1s 42 22 46 10 ) 135 1

!

do,·

-

Bulletin de l'Association du Congrf:s international des Chemins de fer, B erne 1910, Janvier, volume XXIV, nº M. Randich, lngénieur du Service de l'Entretien des Chemins de fer de l'Etat italien.

1,

p. 3::25 ::\

4 10.

38. - Sur 433 kil. de lignes concéclées en '1 888, l a Compag-nie des Chemins ele fer m éridionaux n'a posé a uc un Lablier méLall ic¡ue . L'excéden t ele clépense e t insign1üant. 39. - The Enn-ineer, 21 juin 1901. · 40. - Engineerin~ N ews, 10 mai 1900, p . 310, 311 : « The 3820 ft stone arch briclge for the P ennsul-

oania RR, at Roc/coilie. Pa ».

Engineerin&" News, 12 clécembre ·]901, p. 448 : ,d\Iethocls of construction o/ the 3820 j't stone

anh bridge at Roc/wilie, P a; Penn·uloania RR. » . 41. -

.

En&"[nee rin g New.s, 18 .iuin '1903, P• 538 : « The Raritan Rioer stone Arch briclge of the Pennsyl-

oania RR, cit New B rannsimclc. NJ ». 42. - JI , p. 107.


TITRE ·II

VOLITES DE 40M DE PORTÉE ET PLUS, CLASSÉES PAR PA YS 1° PAR

INTRADOS,

2° PAR

PORTÉE,

3° PAR DATE

A

PLUS

GRANDE

Pour le sens des symboles C 1 '

.

VOUTE

A CHAQUE

/81

en, E1, . .. . A

1

' • • ' •• •

rt•, Fr, fr, aq,

VOÍT'

ÉPOQUE

Prélimmaires, P· 3

.

t


.

'

-

, ..;

.. TABLEAU 1

É Cº

Z

~ ,..,

c1 Cº

fe r

~

1

:::l

~

El

h

'~

~ :=; í:il ~

'.5 -...

en

:n

::i

:;J

, '14

~ A

~ Z ~

C/J

\~

1 SUR: HA USSEES

e: ..,;¡

1

rt•

r t•

•1854- 55 Alma 1873- 75 M a nles 1895- 97 Verduns-D o ubs :1901-05 Valen ce

\187 0-?3

E

45m,.,

;, 5 ,1 5

Avenue du Connectic ut a v\l asb ingto n '1 899-·J908 45m72

1

1

1

45m72

2

1

155m17 1 3 \ 3

1

11901-02 Solis 42ml

1

1 4.2m

1 1 1 1

\

\

\

\

\

1 50"'

\ 1• ¡· 5

155m,¡7 (Bal; ochmyle)I 1 2

1

\I

1

145m72 (Av. Connecticut)l 55 m171 · 1 Balloch- 12 5 myl e 20

44m (Bren t) 2 2

1

1

1

•1

1868-70 Annibal 55m '1 826-27 Glou ces ter '1871-72 Diable 55m 45m-¡2

Ave nu eEdmo nds on, a Baltimore '1908-09 42m37

55m

9

9

1

1824.31 L ondres . 46m33 42m67 Edouard V II ,it K ew 1901 -03 40m5t

4'1m 49m2Q \

\

1

Empereur- Fran <;o is a Pragu e '1898-190'1 42m34

49"' 20

7

12 \

/

i

1

\

1

\

46••

\

4

\ 1 \ 6

pi~~-o nn e 40m

\

j

1

1

\

\

1

\

\

i,om 40m

I

j

1

1

\

\

\

\

\

1

\

1

1

\

\

1

j

IBig-Mu•ldi l!:6; 190'1-03 1 42m57 \ 'l

1fr\

j

\

1

\

\

1 1907-0~_ Wi ese n ;¡;¡m

1

1

1

42m34(Emp'Fran 9o is) I

1

142rn67 (Big-Muddy-R') 2 4

\"1 87'1 -79 S ig n ac '1905-06 Ver clon

h

,

49m20 C; Ta ]ence) 13

A 1 r te

E: / ,:. ,

46 01 33 (L ondres) 3

155m(Annibal,D iabl e) 2 2 .

21

1340-1 1,79 Vi ~ill e. J:!r io u ~e 54m26 (Anc1en P', ecroul e en 1822) 1351-11<07 Nyo ns 1,om53 1351 -1583 Tournon 1,9m20 1608-11 Cla ix 45m35

12,

6

1

43m 40m

t• 11904-07 Am_idon- ¡46m mers 142m

í

o 5 t_/ ~

8 i'L

-

'> ~

g

1

43m89

(N ogent-s-M arne)I

·1 751-66 Vizille 4 1• 08 '1 773-91 Lavaur 48m73 '1776-1 8'10 Gignac 43m1,2 1862-63 Fium' all o40m 1886 S'-Pi e rre 40m

r

,

""~ 1A

1

\ ll,36-38 Vi c to ri a

Plus grande portée 1 d' ouvrages ..,;¡ ,P" 40• r:i:J \ Nombre de v"' ::;¡,

~ ~ 2 ., g

1

j

. E1 F' ~~ ( En 'Fr

~

1

\

" f\ ~~

'(fJ

\

1

1

, Eº aq

5

j

¡,J~:. ~ 1.5

\

1

Fr ¡·1855-56 Noge nt-s-. Marn e ;¡Qm

Eº Eº

P::

\

IÉT A TS- UNIS

..

11 846-48 B_all_9cbmyle¡ 5;irn·J , 1 1

~

CQ

i

!ORVIGB

200

V

1

~

~ ,_,

\

\

1899-1900 Brent 1,4 m

1898-1900 Rebu zo 40m fr 1

¡

sUISSE

ALLEMAGN E \ A UTRICHE \

1 1\

1

Plus grand e portée 150m \ d'ouvrage_s Nombre ¡ dev"" ;>, 4 0 •

'14

¡

IANGLETERRE

1 '1 881-82 OJ_oro n 40m

p

1

so u s c hd~in

o

r t• '1 745-52 Orn a is ons 42•9

¡C

E,-4 ,

1TALIE

1

1869-73 Collonges 40m route

~ ~

;:::;-

ILB!(;iftt\

FRAN CE

132 1-39 Cé r e t 45m45 1824-31 Vi eillert• Brioude 45m 1860-61 StSauve ur 42m

C1

so us

,

·VOLITES INARTICULEES DE 4Qm ET PLUS, CLASSEES PAR PAYS ET PAR INTRAOOS

¡ ,:::;., ;:

.

~

1

55m C\ V i ese n) 1 'l

1842-46 S 1-Elienne 43"'60

'1840-44 N y d eck 45m9b

1

5

1832-36 Crespan o 4om40

om [ 1 \ 'l

4Qm

55 m

\

1

l

\

2

2 3

1

11

'l

1

55m 1 Anmbal 22 D1_able W1 ese n

1

34

1 49m20 1 7'

7'

,

en en

CN

~

""'1 A A

1811

1

1908-12 Sid i- R ached , Ado lph e ta n'1899-1 903 a Cons Lin e 6Sm,6 34m55

rt•

h

1º G0 6'1 ti1 1882-83 1882-84 18ª3-84 '18::-3-85 1907-09

b

tll {;l::l 'tll ,.;:

12,

A,1 p·

..g ,. . ·§

~

< CQ

~~

~Al f r

C/J

D ~

d I t 40m er ou e 9 Castel et 41m_Q Lava u r 6 lm50 A ~toinelte 5Qm 1,5m Cere t Esco t 56m B

'1884 Gravona '1906-08 Ram o una ils

4:lm;i;l l 40m30

lliiii.,'

\ AAn pr

\

\

... . /'~' " grcu,d,· ponéc

z

1

~©:

;>,

(de v"'

68"',(;

1

W al cll i tobel 1883-84 41m Pa]m 5o-rabe n 1904-05 49m S cb a l cbgra ben 'l 904-05 52m Rothwei nbach 1904-06 41m

j

·1·

A1

r t•

/\ le,:,

en

! rn

:;J

E•

-

l

,

. P~nt-:l_'_.- lt1- Pr1dcl t ,49-:i0 42m67 Che s le r 1833-34 60"•96

ao•2' (Moo<ao•es)

6z

/

1

4S•· o V

1

'

0

82 82

d'ouvrages de v"' ::;, 9" 40•

10

46m98 Cin u skel '1910- ·12 19 l 'l -'l 2Tuoi 47m71

I

1

1

_¡.,m, J (.Tuot)

;:,5

90m .

a u en

i

/

),

1

\

1

1

1

1

,

1899-!900 9 ut ac h 1899-1900 S c h wa nd eholzdo_bel '190!-02 C he mn 1tz 190,-09 L ange nbrand

(

erone)

1

, 9 9'

:

60 m9G (C he s l e r)

1S93- 94 6Jtm .T nrem cze __ J a mna :i, m \ Voro c hl a 45m '190!.-'1905 Kr en ngrabe n 59m S leyl'l ing1904-06 Sa l c:nn o

1

1

;:::;-.

ª

a

A1 r t•

2;

2

'-

2:

,:.., \

1882 T e in ac h 1889 Hu ze nba c h ·J 904 vV e n n·e rn '1905 Z iegtfnh_a ls " . 190;i-0G M1 c bel a u '1905 Ne uh ammer 'l 907 S c h w use n ·] 907 K upfe rhamm e r

. ,

Jt;3!,

a 1 ur in 1 Mo~~~ a•::J

1 +- ~ l ~

.

-~

A 11

00 J8titi-90 Bo u c 1ca ut 40m :1904-06 Orl_éan s 43ms5 1905-09 Av1g n o n I,Qm

a

~ ,...

r t•

<tl

1882-83 l~uln ey 43"'t:i9

CQ

~

-~

ª

~

E-4

A1 p

G ug-g-e r s bach ·1906 50m20

1

1 1

A1 a

e-,

01

65 1 ,8m Li c hte n s te io· 40m 1907-09 42,,,8 2 K rummenau !¡Qm 19'10-'11 63m26 , 0m 85 m

q

)

1

1

!

1

(Kru mmena u)

44.m (Sve nke rud )

1

1

1

1

1

1 14·m .;¡ (M os~:, a· T uri· n) 1 :1

43mt35 (Orl éa ns) 3

22

bac h

l; us grande portée _§~ \Pl

2. ~ 1 E¡

~1 ,g , Plus grande \ portée 2• > 1Nombre ) d 'ouvrages H

g~

I

,.,,

o

p.-

. 8Qm29 (M o n la nges)

34.m55 (Adolpbe)

48m7Q (V e· i, o ne )

24--

J

·' k

9~

'][ 11

d'ouvrages de v"' ',::;-- 40'"

~

>-l

. :<

\ s7m10

1

4·1m50 50"'

0

4 '2

8Qm29 (M o nla nn·es) 0 45'' 76''

o'" ,::74 _ev "' ::;¡,

d

4

84m65 e) 55"( A nn 1'IJa ] • o·18 11 (Adolph ) e) 1 2

]

6 0"'· 9·6 (C hes ter )

·J 3' 13'

8

).

3-

( ).

-

4,

Dont

2

ecro ul é(e)s .

Dont

1

i

9

9

1

48m 1

1

·JO 31:l

50"'

¡

¡ 1

,

1

40•

40

1 1

1

1

1

!

1

1

1

1 1899 o 1::s-F alls . Bell 1,2m6,

1

1

1

· ¡4•2 "'67( 13ell ows-Fa ll s)¡· 5, ~ m 1 ¡ '] Neu - 21 1 hammer 2 50

21 30

5.

3 1

52 m 48'"

90"" ( Pl a ue n)

']1

1

52m

-9 1 30

1,

25

Pl auen 41; 43 _'

Qm 42m

90"' ( Pl aue n)

1

25

,

j ;¡ 2f.

· 111 96 (Ches ler ) 60

1 ·1

1 •

1

4.

52"' (Ne ~:rn trnner)

'lj

i 'l

\

ruin é (e) et, éc rou lé(e)s

1

85"' (Sa lca n o)

63•26 (lüumm e-

44-~ \Sve n-

85rn3~ (R ock y-Riv e r)

'14~

nau ) 6 6

k e rnel ) 3 3

•JO/

j9

~

85"' (Sa l ca no)

63m26 (Krumm e-

44~ (Sv e n-

85•34 (R ocky~Ri ve r )

·'1l 35

na u) 9 9

l,erud) 3 3

'10 .19

1 · Le pont Victor ia, a une voUte en plei n c in tre ele 43m89 e t une voUte e n are peu surba issé de 4 gm b · , ¡ \ 77 il es t co n t ' ¡ I p e e a ns es « f res peu ::iur a 1sses » . ~- Dont l écrou lé(e Dont I ruin é e ,

•'

48"',o 1 2 1 2

4 4

3

46'"

1 , 43mt;9 C_Putn ey)

67mJO (Cab in-J ohn)

~

gQm

3

3

·18:'5 W e ise n-

1

~

85"'

1

......,

1 '] 9; "9;

90m

40 1

3

9

1 1

S lra ncl eelve n 1902-04- 41m Svenkerud 1905-07 44m B o 'il efos 1908-19 . . 4Qm

1

~✓~o

4

RRiv ocky e r 27 ' 31 ,

/

¡·1857- 6t6?!fJn-Joh n

1

1

Plus grande portéel d'ouvrages ~ºz /de v'" ;>, 40m

~ ~~

1 48m77 / 'l ) 1

/

1

·18:,n,31, (RockJ·- H.i ,·cr/ls5 11134

,

1903-0t M e hrin g 4-6'" 1905 K r app i lz 50· :1 906 G r oss-Kun ze n clorr 40· 1905-06 S c bw e ic h 46• ·1907-08 Trillenhe i m 46"' 1909-'11 L o ng ui c h l,6'"4 3

b

tll

o " P.

1

,1886 Elyr1a . _ 4.5m,2 1891-92 \ Vhee lin g 4Sm!,6 1896-97 Bellefi eld 45m72

1

5

5

1

l\ 47m71 1 4

2 4

~

5

'

1\ ~ :::

f

j

3'3

Caoole 40• I 1190406 85m (Sa lca no) 63m26

U0m ( Pl a u e n)

2

/

1

11

-

1903-05 PJ

,

V/

'l'l

1

~ ~

h

\

,

1 1

185·1-52 M a r e lta 4.Qm 1851-52 Prarol o 40m ·1852 Jso la d e l Ca n tone 40m P':.:1 amont et P' en aval :1 8n-78 Ca l c io 4.2m 1901-02 Di ve ri a 40"'

'1 888-89 Go ur-N o ir62m 1890 P o u c h 47m35 1890-9 1 Freyss in e t45m ·1908-'10 Lu s"serat 45m70

ij '~""'~ª: : , ., ~

1354 56 - 48m,Yoé ron e

__ .

45m32 (Klei " ·0!111:-,Jorf; I;;:,m (.:::3c:l,D :c:l•gr¡¡ ben)

i

1370-77 Trezzo détruit en 141 5 72m Bain s -cle-Lu c q u es 1845-47, 74-77 , 47m84

1

0en

N

6l m50 /

~

c:Lo1·iaJ > 1

1

1

F'

4,:,,u,, (.

1

A1aq

~

00

-W"'4U ( \respa n o)

;J

A

e

< :;::>

(Ad oi pli eJ I

1

1

/

/1908-11 Sey lh enex 41m19I

8 1

"O

,<¡mr;,-,

An r t•

~ ~

-~ ,

!

~9

b

g

b

8

1

1

1

'1836-38 V i c toria , 1 43m77

\

\

·] 873-74 5 ¡ · , 52 m 1882 Claix (écrojl\~1~~1 2)43 m 1908-09 Monla n o·es8Qm9g

B.

g

1

14 2

40•

(

MI/\" ,cr.:. ,

3~

( ,-: idi-H11c hcd. ii Co~i5 11 ti ne)

j ) d'ouvrages

/

O p::l

-

4

'

¡¡,. \ en

r:n

Kl e in wo lmsclo rf .18 , 4 , 5 / - - 3\ 4 :im ~

1

\

1906 W a l~ut- LJnl;, 1 -0ti . 85m34 R oc k y-R_iver 1908-'10 · 8:im34

'º"''

o

¡:i;l

..

,

1

I

• 1

1I

42 m(j-/ , ,1 / 2 1

90 m PI auen

gQm

89 ' 124"

Pl auen 123• 178•


202

VOUTES INARTICULÉES ET ARTICULÉES DE 4Qm ET PLUS, CLASSÉES PAR PAYS ET PAR DATE

TABLEAU 11

Les r:J011 tes articulées sont en italiques.

FRANCE

Siecle

\it~"J-\

\

ITALIE

IAUTRICHE \ SUISSE I NORl'EG8 !ÉTATS-

ALLEMAGNE

\ANGLETERREI

1

"1321-39 Céret (Vieux P

1)

1354- 56 Vérone A" r " 48m70 1370-77 Trezzo

C' r" 45 .. 1,5

x1ve

Al

r UI

1340-1479 (A ne. 1351-1 407 ·1351-1583

xve

=

., 117011 750 ,1745-52

1 Vieille-Brioude P 1) écroulé en 18•• A' r " 54. 26 A ' r " 40 . 53 Nyon s Tournon A ' r" 49.20 ,

Or naisons

C' r" 4-2 .901

· E' r" 1751- ,17~1-6.6 Viz ill e 1713- 91 L ava u r (Vi e u x P') E ' r " 1800 •J776-1S10 Gignac E ' r"

1

1

!

1

1

1 1

1

1

1

1

1

1

1749-50 1 Pont-y-lu-P ridd A 1 rle 42m67

!:~~--,

1 1

1

1

1

1 1

1 1

1

1

1

1

·

1

1

C

J'to

)18511880

1

1854-55 1855- 56 1860-61 1860-61 1862-63 1869- 73 1870-73 '1871-72 1873- 74 '1873-75

Al ma N os:_e nt-s'-M arne St-::,a u ve ur Berdou let Fium'Alto Collonges P ont-s'-Yon n e Sig nac CJa ix M a ntes

E n r lº 4.3m C' F' 50

1

1

1

r te 1... 2 F' 40 r " 40 r" 40 ac¡ 4-0 F ' 40 r " 52 E " r" 40

1

146 "'35 1 1 \ 1

5

1

1

1

1842-46 S'-Etien n e A ' r" 43m60

'1840-4!. Nydeck A 1 r•• 45m90

Voúte s i nn r ti c ul ées

1857-64 Cnb in- John A 1 aq 67"'10

'1851-52 4,0m M are Ll a, Prarolo A 1 Fr 1852 I so Ja del Can to ne P ' en am o nt e t P 1 e n ava l A' F' 40m '1868-íO Annibal E ' r " 55 m 187'1-72 Diabl e E 1 r l ll 55m '1877-78 Ca lc io A' F ' 4-2"'

C1 A' E' C' E" E' A'

1

1

'1845- 47 '1874-77 1826-27 B a insGl o u ces ter d e- Lu cqu es 4.5m72 E1 r " A' r " 47ms4 1833-34 Ch es ter A' r " 60m96 ·1832- 36 Crespano 1 1836-38 V ictor ia A' r '• 40m40 • A' F' 48m77, 43m89 1846-48 Ball ochm yl e C' Fr 55m•l 7

.,

·

49m20

1

a

18261850

>

1

1

1824--31 L o ndres \1844- 45 Kl e in wolm sclo r f A ' F' 45m32 1 ·1834 M osca, \ Turin A' r " 45m E ' r" 46m33 , 42m67

45

v

o

~48"',3 1 5

,

1

:,

;,

~!:1:~ 3' 13'

1

r

1

(P ont actue l)

><

1.

1

1824-31 Vieille-Br io u de

>(

¡

1

1

1

o

: 0, !

48 "'70 - "" 3' 1 31

, 1

¡

Id.OSI 48 . 73 48 .42

.

~

14 16

"

¡:;f

72m detru1te

-

> >(

Por tee ~

1

1

72m

d é truit en

ums\ r;:,?.~ NO!IBR E

1

1

6r10I60' l 71' V oi1tes a rticulées 59m40 I 10 l 13

écrou lé en

1882-83 1882- 84 1881- 1883- 84 · '1884 1890 1.883- 85 1886 1888- 89 1888-90 '1890

1882-83 Putne y \ A' r " 43m39

C' F' 40 A ' r " 1;3

·1881-82 Ol oro n '1882 Saulnier

1885 H ófen 1886-87 Ma rbach

19I2

F' 4'1 . 20 F ' 61 .50 F· 50 f' 43 .53 F' 45 r " 40 F' 62 A' r " 40 A ' F' 47 .85

A' A' A' A' A' E' A1

Caslele t L ava ur An to in e tte Gravona Céret St-Pierre Gour-Noir Bo u c ica ut Pouch

1882 Tein ach 1885 \;,,' e ise nb ach '1889 Huz e nba ch

1889 Baie rsb ronn

Al A' Al A1 A1 A'

ru, 46m

1883-84 W al di i to bel 1 A F' 41m

aq 40m ,-" 41m

1S86 E l yria Al

r·" 43 .. ,50

r to

45m72

r " 4'1 m50

r" 40m

\

111...i,,.c;,

l: ' ..

1

,.. J-c,~ , ., ·o ,

~

D o ub s 1898-1900 Rébuzo

J 8fJ.) 111:::iy/,·,~r ('Jl

E " r " 4- 1 C'' F' 4-0

1891- ' 1900

T

·IR~l.i-~)1. A ,...,:,. , 'TT7Tif7~tngrn A' , . :, !J ffl A 1 / '1 .J-;- rn ru, .l ·11 · •:JILZC'

1

J t.:WJ-f)"; \ 'e rdun -::; u1 ·-J c-

l

1898-1 900 Chemn i tz

A'

Nec lw rhaus en A' A' Grasclo t;l A' 1899-1 901 Malling

V a len ce E 11 r " 49 .20 A" r•• 4-3 .85 Orléa n s Am icl o nniers E' E" r " 46·&-42 V ercl o n E ' F ' 4-0 .Avign o n. A' r '• 40 R a m o unails A' f' /;0. 30 A' F' 56 Escot M o ntan ges A ' r" 80 . 29 A' r" 41.'1 9 Seythenex Lus se rat A' F ' 45 .70 Co n s ta nline A ' A ' r •• 68.76

1899-1903 Ad olphe A1 A1 ru 84m65

1901-02 Di ver ia A' F' 40"'

1901-03 Ed o u arcl VII a K ew E' r " 40m54

1902-03 Morb er¡no A' F' 70m

Cualv lll r e -

A' r" A' F' Max-Josep h A ' ,-" H ochber·g A' ,-" Co rnéli us A' r" A' ,-" R eichenbac h A' F' I Uerbeu ren A" !'" M e hrin 15o· Gohren A ' r" PJ a uen A' r" Nec lrnrgartach A' r" l\Icix imilie n A" r" A' r " Wengern A' ,·•• \NaUstrasse

1896- 97 B ell efielcl Al r 10 /15m72 '1899 B ell owsF al ls A ' F ' 42m67

r lO

1900-01 Prince-Rég ent

63m 45 m

190 1-02 1901-03 1902-03 1902-03 1903-04

64 m 40m 44m 44m 59'"

1904-05 A' F ' Krenn g raben 40· P a lm g rabe n 49" Schal cho-raben 52• S te}rl ing 70•¡

46m

'1902-04 Strand eel ve n A ' F' 41m

1901-02 Solis C' f ' 42m

xxe

60m

¡64m50 A ' f'r ¡63m80 A' 1·" 47m50

1906 K empte n 1906-07 Eiise

A 1 ru 1907 Sch1rn se n 1907 Ku pferhammer A' r tº Aº rtº ·] 907-08 Trilte nheim 1907-08 Ga ,·ch ing E' F' A ' Fr '1907 - 09 L a nge nbrnncl

1_906, 1905-07 Gugge1sSvenketu cl bach A ' r " 50m20 A ' F' 4l;m

1909 -11 L o ng- ui c h

1911 -1 2 Grn oen ecl,·

"1910-12 Cinu skel Al f ' 45m9s

48m

4.Sm 46m

44 m3-3

1

1899-1 908 Avenu e clu Co nne c li c ut a vVas hin g lo n C' r " 45 m72

1904-06 A 1 Fr 1903 -05 90m S alca n o_ 85" R o lhw ern1903-05 40m 1907-09 1908-19 41m 1903-0.5 45m87 ba ch Borlefos \ V iese n 1904 50 m 1904-05 65m45 1904 -06 Canale E' h f' 55m Al F ' 4Qm (44 m A' F' 40m 1904-05 Moulins-lez-Metz A' r" ¡4om 1907-09 A" , " 44 m 1904-05 Wit telsbach Li cble nA ' r '• 4,0m '] 905 Z iege nh als s le1g 1905 Krapp ilz A" r" 50m A' F' 42'"82 '1905 - 06 Mi cbela u A ' r" 42m 1905-06 Schwe ich A" r" 4-6m A" ,.,. 59 m50 1905-08 Ma nnheim J 910-1 'l 1905 N e uh am me r A ' r" 52m Krum1906 Gro ss-K unzenmenau An r u 4Q m cl o rf A' Fr 63 '"26

1903-04

ro=~

1SQ [ -02 "\Yh c<'1i ni,:l A1 r t~ 1, ~111 .'it l

/ 8:/ .";-fUj

l)jm

4Sm niére l,Om A' r" 40'" 1898-1 901 Emp'1899-1 900 F' 57m Fra rn;:o is, Bre nt el 4/_1:nt r" 59 m40 a Pra g u e E" r " 42m34 r" 40m r" 40"'

1901-02 Chem nitz

·J903 -04

1· •

E " F ' 43'"10 Jamn a \ Voro cbla A ' F' 64m

· Gulach 1899Sch"•,indeh olzdobel 19

00

1901-05 1904-06 1904-07 1905-06 1905-09 1906°08 1907-09 1908-09 1908-11 1908-10 ·1908-1 2

1

1901-03 Big-Niucl cly E" F' 4-2m67 '1906-08 'Wa lnut L ane a Philaclelpbi e

A1 A1

r

10

Voules im,rti c ul ées

70m71

9r

1908-09 Ave nue Edmondso n á Baltim or e E 1 r u 42 m37 1908-10 Roci;:y-River prés el e Cl evela ncl A' A' r " 85m34

51

1

95

Voíites art iculées

7am

1 20 I 29

1911-'J 2 Tu o i A' f' 47'"7 1

59m

A" 1,tcí 46m

14.3m A l /'te 48m

1

1 Plu s rr<lcs

j'""''-1

80"29

(M o nlan g es)

c ul ees

v;ti tes . arti-1

))

))

in ar li-·1 c ul és

~r ,. . "'t..:,. g

§

E

z ~

A

-,. "'

""

a r ti- \

,.

in ar l1-1 c ul ées

arti- 1 culées D.ont 1 ruiné (e).

l 60m96 (Ches ter) 1

90m

(Pla ue n)

1 70m Morbegno 1

45'

1 1

J 3'

1

))

1

1 85"' (Sa lca no) 1

( \\'aUstrasse)

2

13 '

1

1

1

))

))

Dont 2 écroulé(e)s .

1

4. -

1

1 Do nt l ruiné (e) et 2 écroul é(e)s .

10

7 Qm 1 1 1123' 1

1 ))

))

9

3 1

2

))

1

1

1

1

1

1

l

1 30 1 1 15

39

¡,

1 1

))

1

1

))

))

3

9 1

190m1 1

14o• ccoi~fou-1 orenie re)

'13

30

))

1 3. -

1

1

1 44m (Sve n- , 85'"34 _(R ock.yk e ru d) Ri ver)

1

1

28

11

63m26 (Krumme na u )

1

1

1

))

21

))

1

76'

Do nt I écro ul é(e) ,

8

1

1

))

2. -

65m45

))

1

1

l. -

1 48 '"70 (Vér one)

1

' g'o

84m65 (Aclol phe)

1

culées

rn

1 1 1

1

·19 1

))

1

1

1

1

1

l , 8·

))

142 1

1


~

o

204

,

,..

,.

,

,..

,

TA,BLEAU 111 VOUTES INARTICULEES ET ARTICULEES DE 4Qm ET PLUS, CLASSEES PAR PAYS ET PAR PORTEE Les coíites cirticulées sq nt en italigues . .

Porlée

LUXEi\1-

FRANCE

ITALIE

BOURG

a 1 de-----\ exclus in clus

1

AUTRICHE I SUISSE

ALLETvIAGNE

.\NGLETE RRE

NO RV Br.E

Nombre

ETATS - UNISI ~~ª~ ~ 40·

1

'1

1

Plau en

t:

-~

]

-~ ~

t:!

....

·=

(;',:

11 111 Salcano 190!,-06 A ' F' 85"

90 l 85 85180

~

·-

1

A' r " 80'" 29J

~

-~

A' r " 90'"

1903-05

1908-09

..- - -

'"-;

90·

Monla ng es

~~

U'l

1

R ock y Riv er presdeCleveland 1 9 "1908-10 A' A ' r " 85"34 ""'

3

2

3

Aclolphe 1899-1 903 A' A' r " 84•65

80 75 \ 1 ruin é en 141 6

Al

75 70

r te

, Valnut Lan e

S teyrlin°· ·1904-05 ·A , F-770'"

Trezzo '1370-77

á Philad elphi e

A ' A' r " 70"71

\\lallslrasse a Ulm

Cabin-J ohn 'l 8oí-64 A' aq 67"10

J a rerncze 1893-94 A I F ' 55•

1904-05

A l ,... 65·45 1

70 l 65 Gour-N oir L ava ur

"1888-89 1882- 84

Ches ter '1833-34 ¡K emp ten ( 1 P ont A' r " 60m96 a2 r;oies) 1906 Gutach 1899 -1900 M ax -Jose¡ih, a 1'fonich 1901-0 2 E empten (2 P" a 2 r;oies, accolés) 1906 Prince-Régent, a Mwiich 1900-01 Gohren 1903-04

A ' F' 62" A' F ' 6l .50

65 160

E sco t

1907-09

A' F' 56·

1

Diabl e 187'1-72 E ' r l e 55 111

60 55

Vieille-Bri ou de 1340- 1479 A ' r " 54•26 Ancien p t écroul é en

....

::._ J.

Annibal 1868-70 E ' r " 55m

1 822

Claix 1873-74 An toi ne lle 1883-84 Nogenl-s-1\llarne '1855-56

A' r" 52'" A ' F' 50" C" F' 50•

'

Balloch myle '1846-48 C' F ' 55m17

1

11

11 1 1

ti 1 1ti

A ' r" 64"

A' F' 63"80

61 16

A' r" 63" A' r·" 60"

Mannheim Neckarhausen M u'ncledeingen L a nge nbrancl Illerbeuren Sc h w,indeholzdo bel

1905-08 A" r" 59"5 0 1899-1 900 A' r" 59"40 1893 A' r" 59• 1907 -09 A' Fr 59• 1903-04 A' F' 59•

Neuhamm e r , Venge rn Kra ppi tz

'1905 1904 '1 905

, V iese11 "1907-09 E 'h f' 55"

7

7

A' r" 52• A' r " 50'" A" r" 50'"

5

4

1899-1900 A' F' 57'"

Schalchgraben '1 904-05 A ' F ' 52'"

G ugge rsbach '1906 A' r " 50'"20

2

2

12

9

--:¡-.

-

50 45

Va lence 1901-05 E" r " 4H··20 135"1-'1583 A ' r " 49 .20 T o um on L a va ur(Vieu x Pt) •J773-91 E ' r " 48 .í3 Gi g nac 1776-1 810 E ' r" 48.42 A 1 F'47 .85 P o uc h 1890 Claix 1608-11 A ' r" 46.35 Am ido nni ers 1904-07 E' E " r " 46 Lusserat 1908-10 A ' P' 45. 70 Céret(Vi eu x Pt) 132'1-39 C' r " 45 .45 Freyssin et 1890-9"1 A ' F' 45 Céret 1883-85 A ' F' 45 Vieille-Bri ou de 1824-31 C' r " 4o (P ont actuel)

Orl éa ns Grav o na Alm a Sa ulnier

1904-06 1881, 1851,-55 1882

A" r " 4-3"85 A' f' 43.53 E " r 'º 43 A ' r " 43

(éc roul é en 1912)

45 40

J. -

31

Krurn menau •1910.·1·1 A' F' 63"26

. A' F'64•50 A' F ' 64•

141

1 ·

111

S idi-Rached, a Constan ti ne ·1908- '12 A 'A ' r " 68•76

55 50

311

1906-0~

72m

Nio rbegno 1902-03 A 1 r u 70

Orn a is ons 1745-52 C' r " 42.90 Amid onni er s 1904-07 E' E ' r " 42 S a int-Sau ve ur 1860-61 C' r" 42 Castel et 1882-83 A ' F' 41 .20 Sey th enex 1908-'11 A"r" 41. 'l 9 175'1 -66 E ' r '' 41 .08 Vi zille Ve rdun-s-l-Doub s 1895-97 E " r " 41 N yo ns 135"1 -H07 A' r " 40. 53 Ramounail s 1906-08 A' f' 40.30 Be rclo ul e t 1860-6'1 A' F ' \ Fium'Alto 1862- 63 E' r " r:ollon ges 1869-73 C' r " P on t-s ur-Yonne 1870-73 E " aq Sig nac 1871- n E' F' Man les 1873-75 E " r" \ 4 • Ol or on 1881-82 C' F' o E ' r" St-Pi erre 1886 Bou cica ul 1888-90 A' r " R é buz o '1898-1 900 C' F' Verdon 1905-06 E ' F' Avig non '1905-09 A" r "

D ont l ruin é(e).

2 .. -

n ·o nt l écrou lé(e).

Vérone 1354-56 A" r " 4Smí0 Bainsd e-Lu cq ues 1845-47 74- 77 A' r " 47 m34 Mosca , a Turin 1834 A' r " 4.5 m

V ictor ia '] 836-38 Sc hwu se n 1907 A" F' 48m77 Ku pfe rh a mm e r '1907 Griir;e n ec l.: 1911-12 L o ndres 1824-31 I nz ig lwfen 1895 E" r " 45m33 Elis e 1906-07 T e ina c h 1882 Gl ou ces ler M ehrin g ·1903 - 04 1826-27 Schwe ich 1905-06 E' r " 45m72 Tritlenh e im 1907-08 L o ng u ich '1909-11 Maxi milien 1903-05 Klein wo lm sdo r f 184-4 -45 Ch e mnitz "1901 -02

A' r " 48· A' r '" 48· A' r" 48· A' r" 47·90

Palrn g-raben 1904-05 A ' F' 49"

A' r " 45 m

J a mna '1893-94 A' F' 48•

A' ,.,. 47"50

J

A" ,.

r 46

Tu o i ·J9l 'l -'l 2 A' f' 47'" 7'1

Whe elin g ]891-92 A ' r " 48 ml,6 Elyria ·1886 A' r " 45"72 Bellefielcl a P i ttsburg 1896-97 A ' r" 45•72 Avenu e du Connecticut a Wa s hin g ton 1899-1908 C" r" 45•72

Cinu skel 1910-1 2 A' r 46•98 N~de ck 11.,40.41, A' r " 45"90

A",-" 45'"87 A' F ' 45 " 32 A ' F' 45 •

Calc io "1877-78 1Vi c to1j a 1836-38 ¡carcliing 1907-08 E " F' 44•35 Saint-Eti enne 181,2-4-6 A' F ' 42m A" I•' 43m39 Comelius 1902-03 ~ R eic hen bach 1902-03 A" 1.,. 44 • A ' r " 43"60 Wilt els bach 1904-05 · EmpereurCrespa no ·] 832-361 Putney 1882-83 ¡Moul ins-lez-/\1etz 1904-05 Fran Qo is Ma rbach 1886-87 A' r"' 43•50 A' r " 40m40 A" F ' 43m89 ·1898- '1901 Chem ni tz J898-J900 E" F' 43"10 E" r " 42•34 Pont- y -tu - Pridd ¡L o ng ui ch ·190~-11 A' r " 43• Wald lito bel 40m A' F' :· ·1749-50 M1 c helau "190::i - 06 A ' r " 4¡¡m '1883- 84 M areLta 1~51-52 1 A' r" 4<> m57 Hu ze nb ach 1889 A' r 'º 41 '"50 H ofen 188.5 ~ A' ,.,. 41'" A ' F' 41'" A ' aq W e ise nb ach 1885 Rothweinbach A' ,.,. 1889 Ed ouard VII , Baiersb ron n 1904-06 Pra r ol o 1851-52 a K ew "1901-03 Gra$do1'( 1899-1900 A' ,.,. A' F' 41" Ma llind 1899-1901 A" r'º E" r " 40m54 Vi' orochta H ochberg 1901-03 A" ,.,. 1893-94 Neclw rg a rtach 1903-05 A" ,.,. ) 40• !so la del Ca nton e A' F' 40'" Moulins-lez-Metz 1904-05 A" r"' 1852 Gross-Kun ze nKre nngrabe n P o n t en amon t A n r lº d orf 1906 e t P ont en aval '1904-05 r lª At 1Ziege nh als 1905 A' F' 40" Canal e '1904'-06 Di veria 1901-02 A" F ' 40'"

Brent 1899-'1900 C' r " 44'" Li chten-

19bti9 A' F' 42""82 Sol is '1901-02 C' l' 4~•

Coulour; reniere 1895-96 A" r" 40"

Svenke rucl 1905-07 A ' F' 44'"

Bellows-Falls 1899 A' F' 42·67

Stra ndeelve n '1902-0!, A' Fr 41'"

Big--Mudd y 190'1-03 E " F' 42"67

B oYl efos 1908-'19.. A' F' 40'"

Avenue Edmonds o n

• 34

ti1

4

21

ti71

5

I

2

188

a Baltimore 1908-09 r" 1,2•37

E'

141

124


1910

1905 1909

1902 1903 1904

1901

1900

'1893 '1895

1887

1864 1870 1882 1884 '1885

·1822 1834 1848

1791

14'16 11,¡9 1766

1

1

1

1

Céret

45m45

e

IV. -

A

Angleter-re

0 1 pr

Ballochmyle

55m17

France

0 1 r t•

(Vieux Ponl)

1-

1377 1 140i

1339 '1356

-

de:

partir

A

TABLEAU IV

1

1

Annibal E 1 rt• I talie

55m

France

(V ieux Pont) E1 rt•

Lavaur

4gm73

SUIVANT

LA

FORME

1

Wiesen E l fr Suisse h

55m

Eh \

54m26

49m2Q

France

Rocky-River A 1 Al r t• Etcds-Unis

85ID34

Adolphe Luxembourg A 1 A l rt• L uxembourg

84ID65

Franca

A l pr

Lavaur

61 m50

Tournon A1 r t• F1·ance

a

1

A rt•

Pont, écroulé en 1822)

(Ancien

VieilleBrioude

1

aq

Allemague

Allemagne

A l r t•

Neuhammer A 1 r t• Allemagne

rte

Plauen

1

5zm

A

50"'Wengern

46"' Teinach A l rt• Allemagne

I tcdie

9am

Etats-Unis

A

67 "'10 Cabin-John

A 1 rt•

-

a Turi n

45m

A rt•Angleterre¡ Mosca,

1

60m96 Che8ter

Italie

A D rt•

48"'70 Vérone

1

A

a

L ' INTHADOS

48 01 70 Vérone I talia A D rt•

1

\

A

DE

7zm25 Trezzo (détruit en l •I lG) 4om53 Nyons 1 A l ¡•L• I tcdie 1 A rt• Fl'cmcel - - - - - - -

-------

i

VOUTES INARTICULEES

' 41 mOS Vizille E l rt• France

E

,...

-

Allemag11e

Allemagne

7am

Munderkingen A l rt• Altenwgne

59"'

rte

Marbach

43 "'50

rte

I talie

A l pr

Morbegno

A1

A1

41 m Hofen

r te

Allemngne

1834

r te Allemag11e

\

(

1822 '

1479

)

{

1416 )

Allemag11e

A l rt• Allemagne

a Ulm

rte

65 "'45 Wallstrasse

A

a Mun ich 1

64"' Max- Joseph

¡

2-

41 -

28 -

12 -

B

Vérone

Vérone r t• (> 4Qm)1

Tournon

Plauen

e> 40111)1 A1r to (?,- 40ID)lº

12,.

Lu x embourg

Al Al r to

/B:,

Al aq e> 40ID)l

0 abin-John

Al r t• (?,- 4Qm)3

0hester

Al rt• C> 4Qm)3

/B:,

A 1 rt•

12,.

e> 40ID )1

Vieille-Brioude

An

a

Al

Trezzo (r uin é en 1416) rt• (>, 4Qm)1

An rt• C> 40m)1

1

Ancie n P ' écroulé en 1822\

1

1

1

))

1

l

l 5m56

))

FNmce

It alia

1 Fi-ance

23m30)

3m25

»

61ll 14I Etats-Unis

gom

5m35¡ Atlemagne

8 4 m65 l17m55ILuxembourg

67m10

60m96 \11m76 \ Angleterve

491ll20

54m26

48m70

721ll

48 m70

1

Toz¿{ es ces voiítes sont inartic¡¿lees

Pays

206'

Existaient a l ors : le P ont sur le Serchio, prCs de Lucques (36m8Q, an 1000, (<J):i, p . 83) Croizette-Des noye rs, Tome 1, p. 36 , P I. IV, fig . 12; le P ont dJAvignon (p lus g rande a r c he : 34mSQ - xuª s iCcle), T I I , p . 25 renvo i 3 ; le P ont Sain t-Esprit (p lus g ran d e a r che 35m20 - :x:111 15 s iCcle , T II , p. 25 renvoi 5 . L a p lus grand e voU t e rorn a ine, ce ll e du P on t Auguste, a Narni, ava it 34.m75 ? Elle est ruinée (III , p. 317). 2 . - Sont peut-etr e auss i du x1v•, les P onts de St- l\1art in sur le T age, a Tol Cde , 39m75; d'Orense, sur le Miño, 37•60 (III, p. 300 e t 311 ,1. l. -

1905

\

343-

63 -

\ 39-

53m Prince-Régent 1 A r t• Munich l 1903 1

A1

\

, 21 -

(

1377 /

1356

SANS TENIR COMPTE DE LA FOHi\IE DE L'INTRADOS

I r1,,, 1 soit ¡Laplusgrandevoütel Portée 91: 11;;1,i,1~• a élé peodant celle clu P ool ele: dente de,

fl

17 ans\ Céret (Vicux P on t)¡ 45 m45 c 11.te (?,- 4Qm)l

1-2

al

1339 \

~e -

IV. -

59m4Q 11862 Neckarhausen

A

1

Inzi gkofen

47 mgo

SEMI1 . ARTICULÉES ARTIC ULEES

VOUTES

PLUS GRANDE VOUTE A CHAQUE ÉPOQUE DEPUIS 1339

_-


TITRE III A

P0URQU0I N'A·T·0N PAS ENC0RE FAIT DE V0UTES DE PLUS DE 100 m ? Aujourd'hui, on a d'excellents ciments , on sait faire une vo-0.te : il es t permis d'e tre hardi, et on n 'y court pas g ra nd risque: une vo-0.te bien fond ée, bien fa ite, en bons matériaux, ne peut tomber 1, ?, 3, 4, 5. Il y a quelque 120 ans , Perronet rech erchait ce les 1noy ens que l'o n po urrait ce emp loy er po ur constru ire de grandes arches de pierre ele 200, 300, 400 et ce jusqu 'a 500 piecls cl 'o uverture, qui seraient destinées a Jr anchir ·de profo ndes « vallées borclées de roche1·s escarpés >J 6 (65m, 97m, 130m, 162m) . 1

Pl auen a 90mde portée et, s ur 30m de part et d'autre de la clef, 105m de r ayon: e es t le cerveau d'un pl ein cintre de 210m. On a déja é tudié des vo-0.tes de 100m s, 1. -

9 1 ,

º et plus

11, 12 , 13

L e po n t de Trezzo (III, p . '19) n'es t pas tomb é : on l'a jeté par terre.

2. - L a vo ute de Vi eille-:Brioud e (II , p. 15) a peri pa rce q u'ell e éta it en un tu f tendre, usé, po urri , et qu'on l'a mal g-a r a nLi e. Cep enda nt, ell e a duré envira n qu a tre siecles: il a fa llu, po ur en ve nir a bo ut, la surcba rg-er de rem bl a i, et enca re y a-t-ell e rés is Lé quelq ues a nn ées . 3. - L es vo utes de Neuill y (a nses de pa ni er de 39m au 1/ 4) on t, sa ns accide nt, ta ssé ap r es la po e de la clef de 63c (V, p . '17'1, r e nvo i '1 4).

Sa ns q ue les vo utes fu sse nt co mp rom ises, les pil es de l'Alm a ont tassé de 37c et 51• (I, p. '1 57), cell es de N antes, de 27", 40', 47' (Mora ndiere, Const raction eles P onts, p. 379). 4. -

Vo utes d'essa i en are tres surb aissé de V assy e t de S oupp es (III, p. 375); vo ir a uss i V, p . 20.

5. - L a vou te artic ul ée en bé ton de l'Expos iti on ele Dusseldorf, '1902, Lena it encare sion, 30' ele te ns ion (IV, p . 278, r envoi 9). 6. -

P arí s, Im p ri me ri e du L ou vr e, 1793.

7. -

III, p. 52.

a '1 96' de

pres-

8. - M. T ourtay en a esq ui ssé un p roje t : vo uLe min ce a 3 arti cul al ions, ele 64m ele po rté e, 8m de fl eche, app uyee s ur eles cul ées épa isses en surpl omb de 13,,,; intrados, ex tr ados e t cba ussée en chai' ne lLe, ty mpa ns év ielés; épaisse ur a la clef 1m40; press ion mo yenn e, 31' . (Gén ie Civil , 18 jui n 1892) .

9. - P ou r un po nt- r oute s ur le Rhin e n briq ues, a 3 arti cul a Li ons de basa lte. (All geme ine Bauzeitu ng, 1898 1 p , 19 Worms » MM . K r one e t Ebhard t).

a W or ms,

a 24 1 PI.

10

a 12

:

on ava it prop asé un e ar cbe de '100m entre 2 de 96",

« Eutwurf fiir cine gewiílbte Strnsseubriicke iiber den Rhei1l bei

10. - Proje t r écemment ap pro u vé d'un pont en béton a V ill eneu ve- s ur-Lot (Chem in s de fe r cl épar Lemen ta ux de L ot- et- Gar onn e): 2 ares jum ea ux en bé Lon, larg-es de 3m, espacés de 4 111 90 ; po rtée 98m ; mon Lée 15m39; épa isse ur a la clef, 1m45, a ux r etombées, 3m30. (Projet : l\ll. Freyss inet, Ingén ieur eles P onts e t Chaussées . Exécu tion : l\lIM. F . l\llercie r et L imous in, Entrepreneurs).

11. - Un eles p roje ts d u po nt sur le N eckar a Ma nn bei m, ét ud ié pa r M. Probst, p rése nté pa r la ma iso n Gr ün et B il finge r ('1 901), co mporla it un e a rcbe ele 11 3m entre ele ux de 60 m, Loutes Lrois lres s urbaissées, a 3 arti cul at ions. - Joli et ba r eli p rojet, prim é, non exécuté. Po ur le po nt exécu té (1905-08), vo ir I V, p. 206. '12. - Pour le viael uc ele la S itter (lig- ne d u lac ele Zuri ch au lac ele Cons tance), M. Acatos ava it prop asé, a u li eu de la travée métalli q ue de 120" exéc utée , une ar che en mac,o nn eri e, in arti culée, en anse ele pa ni er surb a ussée : P or tée, 121 m35 ; montée, 64m99; rayo ns, a u cervea u 54m265, a ux r ei ns, 66• 421 ; épaisse urs, a la clef 2m, a ux r etombées (a 4011194 so us la clef), 4"'58. · 0

(Dess ins gracieusement remi s par 1\11. Aca tos).

13. - On vie nt de co mme ncer les fo nd a Li ons el'u ne voú Le en bé Lon ele 173m ele po rtée (Po n t du Bernnnel, L oire, ligne el'intére t local ele Bal big n y a R égny), s urbaisseme nt envira n 1/ 6,5, épa isse ur a la clef, 2m10. Projet : 1\11. Freyss inet, l ngénieur des Ponts e t Chaussées . Exécu tion : M M. F. Me rcier, Président du Conseil d' Adminis• trat ion des Chemi ns de fe r du Centre, e t Limous in, E ntrep reneurs.

-

'


208

PO

1

RQUOI N A-T- ON PAS ENCO RE FAIT DE VOUTES DE PLUS DE

1QQm

~

Dans une tré grande voú.te, on fera travailler les matériaux jusqu'au quart de leur charge de rupture . 14 On y abaissera les pre s ion ~ en donnant du fruit aux tetes, en ajourant largement les tympans, en employant pou r les parties qui travaillent peu 15 des matériaux léger rn, par exemple de la brique. II y faut de bonnes pierre , de bon mortier, des appuis qui ne reculent pas, qui ne s'enfoncent pas . En coupant le rouleaux en trorn;on , en matant au refus les joints vides, n laissant longtem ps la voú. te sur cintre, on prévient les fissures sur cintre et au décintremcn t. Une grande voú.te ne coú. lera pas tres cher si on sa it se <léfendre des recherches d'appareil qu'entra1ne trop naturell ement un grand ouvrage. Si on employe de petit matériaux, un e petite insta llation suffira; si on construit par rouleaux, les cintres eront légers. E ll e sera vite faite, ion y occupe autant d'équipe de ma~ons que le cin tre a de vaux. Pendant la con truction, l'In géni eur vivra sur la voú.te et ne s'en remettra a per onne, - je dis, a personne, - de la su rveillance aux moments et aux points critiq ues . 11•. -

V, p. 20.

'15. -

V, p. 49, renvoi 3.

16. -

V, p. 49, r envo i 2.


TITRE IV

PROGRES DES GRANDES VOÜTES DEPUIS 1880 § 1. - AUGMEN TA TION DES PORTÉES; A UGMEN TATION D U NOMBRE, D U SUR BAI SSEMENT, D U R A YO N DE .COURB UR E A U . CER VEAU DES V OÚTES DE 40m ET PL US

Augmentation des portees.

Art. 1.

-

Voutes

¡¡

Vo ie p ortee -

sous route

en

~ ~

'"

a)

en

<l)

.e: o

en

;:!

P or tée

I , 15 I , 116 II , 35 III, 29 III , 199

45 .72 55 85.34 90 52

1

m

m

¡

1913 .

¡

P ont

\

-

Tome page

'"· ~

,

<l)•

"O

o

en

Au gmenta tion de la plus grande portée m

0 .27 Connecticut Avº I, 67 2f I , 116 o Díable ""' II , 95 36 .14 <O R ocky River ·¡;; III , 52 29 .04 ·¡¡;01) Plauen III , 211 7 Neuhamm er " o o

I, 213 P ont-sur-Yonne 40 40 1 Pon t-sur-Yonne I I , 213 III , 75 III, 75 67 .10 Cabin-John a~sez} s~r- _ 67.10 Cabin-J ohn III, 219 vVeisenbach 40 tres ba1sses P as de voúte ele 40m ou p lus

) ElJipses

¡::¡

·s

Tome page

P ont

í

¡::¡

'

-- -

1880

45 .45 Céret 55 Diable 49.20 Tournon sur¡'.l peu ,... assez . 60.96 Ches ler , ) bai ssés <t1 ·tres 45 Mosca

cor~duite ~ d eau 1 al

o

Portée 1

Plus grande portée

Pleins cinkes Ellipses

sous

<l) •<l)

-

Jnlrados

.

o o ))

I

a

1

semiartictílées

arlículées

~

sous route sou s chio de fer

~

sous route sous ch 111 de fe r

P as ele voútes articulées avant 1880

59 70

M unelerkingen M or beg no

-65. 45 vVa llstrasse 64 .50 K empten

\

lrv

l

:z

" .

"'

UJ

E~

Ó1) UJ

I , 4'l o 55 .171 Ballochmyle I ,41 55. 17 Balloch myJe 40 Signac I , 131 42.67 Big Muddy River I , 225 2.67 I ,235 )) vViesen 55 Pas ele voúte ele 40m ou plus II , 135 12.73 Lavau r \ peu 111, 201 61. 50 en sur- 48.77 1Victocia III , 141 43 Saléano ~ assez b . , 42 Calcio III , 100 85 <t1 , aisses III , 225 )) tres 42.67 Bell ow-Falls P as ele voúte ele 40m ou plus J 1ein cinlres ~ ~ surbai ssées surha ussées ¡:,:¡

·.¡;

~ -~

"' "' ::d: o o UJ

"' UJ •<!) "'

t: ~

ºi:>. ·-;::::: "' ~"'

'O UJ

"

o oo' -~~ ~

Cl

"'

<)

" ·-

E "'

55 65

Ó1J Cl )) ))

o ·-

"' "' ~-a UJ UJ ro

143 115

~"'

o.. .. ))

»

T. V. - · 27

o o

i:>.


210

PROGRES DES GRAN DES VOUTES

Augmentation du nombre de voútes de 40m et plus.

Art. 2. -

-

Voutes : Voie po rtée -

Intraclos

en 1880

1

peu ( sur.. assez 1 b . <i: _ \ a1 ssés tres , ~

roule ~

~

·t0

<l e voutes de 40m et plus

---~- 1- ~ --------~,--:-A_u_g_m_e,-i---

Pleins cintres Ellipses

so us

Nombre

cl'o uvrages ayant des vo lites ele 40m _et plus _

¡

5 10 6

- - - -----------'sous Ellipses ,condu ile ~ ~ assez~ sur' ... . el'eau <i: tres baissés

1 ))

1

\

' Pleins cintres sous [ Í surbai ssées h . =i ( surhau ssées e em111 · ¡:,.¡ peu 00 surassez de fer ~ baissés tres 1

27

65

o1

2

)

O, 1

1 \

Í sous route semiarticulées ( sous chin el e fer arLiculées

~

sous roule sous chin ele fer

· Ces quatre ouvrages sont

2

5

1

3 1

))

3 5

11

'

3

1

))

13

l

41

1

1

- -- - 1

.., )

6 15 8 7

1

82

46

3

23 2 ,

)) ! 6

18(-,-\ ) 24

q

1 1 1

tation

: \ 15

2~ )

1

Pas ele 5 l 6 voútes 1 Í articulées - - - aoant 1880

2 1

52

16 26

Augmen-:

en 1913

27 14 ) 111 12 47)

19 )

1

>

/

11

17 10 12

ctl

o ·~

en 1880

7

1

~) 1

tation

en 1913

24

Pas de voutes articulées

7

avant 1880

35

a 2 anneaux.

Art. 3. - Augmentation du surbaissement des voútes de 40m et plus.

- _____ _____ _____ ______ Plus grands surbaissements des voú.tes de 40m et plus

Voutes:

, en 1880

lnlrados -

¡

g~ -ai

·-:3

éti

.::

en ell 1 )Se I en are

Voie por lée

Surba.issl

Pont

1

coule )'°"' sous ch de fer

1/ 5 1/ 3.25 f so us route 1/ 8.18 . ( so us ch'" de fe r 1/ 4 10

. . ~ sous route sem1-articulées h. d f so us e m e er articulées ~ sous route sous ch 10 de fer

1913 en ..,...__

To= page

Alma I, 153 Signac I, 131 Mosca, aTurin III, 199 Maretta III, 93

P as ele voútes articulées aoant 1880

Surbaissl 1

Tome page

Pont

1/5 . 428 1/4. 667 1/9. 52 2 1/7

Edmondson Av• I, 122 BigMuddyRiver I,225 Ziegenhals III, 208 Bellows-Falls III, 225 1/10 Munderkingen 55 Morbegno 1/7 65 IV 180 1/12 Cornélius 1/5.82 fller.beuren 159

I

)

1. - On n'a ¡)as co mpté la voute détruite de Trezzo (III, p. 19), le s vou tes écr oul ées de Vieille-Brioucle (JI, p. 15), du Sau ni er (III , p. 40).

2. - P our des portées ele mo in s ele 40'", il y_ a le plu s g ranels s urbaissemenl , aux v ieux ponts ele Nemours (1795-1804), de Saint-Dié s ur la Meurthe (1 80 4'-1821), s urba issés a 1/ 15, 6 - J/ 18. _M. de D artein: « Etudes su.r les ponts en Pierre remarqunbles ,Par leur décoration, autérieurs frmifats du XVIII• siCcle, - Centre de la. France, p. 245 a 259, Pl. 44 a 46 ; p . 261 3. 270, PI. 47 a 49.

atl

XIX• siCcle »,

vo lume II: Ponts


211

PROGRES DE L'ART DES VOUTES

Art. 4. Augmentation du rayon de courbure de l'intrados au cerveau ( outes de 40m et plus) . Plus grand ray__?n de courbure

Voútes: Intrados -

Voie p orlée

en 1880 R aya n

P ont

1

1

m I U) Q) oQ)

en ellipse ~ sous route sous chin de fer

~

T ome page

-

en 1913

R aya n

P ont

1

1

T ome page

-

m

53.75 35.92

Alma Signac

48.77 25

P lauen Mosca, á Tucin' III, 1991105 Maretla III, 93 52.33 Salcano

I , 153 69.28 Empr-Fran gois I,'131 49.78 BigMuddyRiver

I , '168 1, 225

.8

t:

"'

.:;

1

en are

~ sous rouLe

sous chin de fer

.. l ¡

sous roule sem1-art1culées h. d t sous e '" e er articulées

sous route sous chin de fel'

III, 52 III, 141 1

Pas de voiUes

69.70 74

M underlcinyen Morbeqno

articulées avant 1880

55 65

IV 90 ·Neclcarhausen 48.25 fllerbeuren

232 159 1

La voúte de P lauen a la plus grande portée, 90m, et le plus grand rayon de courbure, 105m.

§ 2. - ONT FAIT PROGRESSER L 'ART DES VOÜTES LES INGÉNIEURS QUI E 1\ ONT CONSTRUIT BEA UCOUI' On commence par copier, puis l'expérience r end hardi. C'est a la fin de leur carriére, que de Saget '1, Garipuy5, ont construit les beaux ponts de Lavaur º et de Gignac 1 • Le pont de Neui11y est le 4• pont de P erronet; le pont de la Concorde, son 10" et dernier 8 • Le pont de Gloucester est le 11• pont en mac;onnerie, la 35• voú.te de Telford 9 • De 1843 a 1871, Morandiére a exécuté 71 grands ouvrages, ayant ensemble 509 arches 10 • C'est aprés 20 ans de travaux qu'il a cons truit les voútes de Chalonn es et de Nantes (ellipses de 30"'); son plus grand viaduc, celui de Pompadour (1873- 75), est son dernier 11 • Les progrés faits depuis 30 ans par l'Allemagne et par l'Autriche, on les a aLtribués a un calcul plus exact des e:fforts. 'est-ce pas, plus simplement, parce que leurs grandes vo-0.tes ont été faites par un petit nombre d'Ingénieur 12 ~ 3. - Le rayon de l'arche d'essai de ouppes ('1868) était 85=496 (HI , p. 375) . 4. - De Dartein: « Etudes sur les ponts en piel'/'e rema l'q uables p al' leu /' déco l'atio n, crntél'ieul's au X IX• siecle », vol. III: Ponts fran r,a is du XVIII' siecle, - La nguedoc, p. 15 e t 16. 5. - . . . . id . . . . p. 12 a 14. 6. - I, p. 97. 7. - I, p . 103. 8. - L oe. cit. renvoi 4, vol. 11, Ce n tre de la Fl'ance, p . 9 e t 10. 9. - Life of Th omas Tel fo rd (m ort en 1834), L ondr es 1838. 10. - Morandi ére : <i Con stl'uction des P onts », préface, p. VI, V II. 11. - Lig ne de Lim oges a Bri ve . - Rapport sur la Cons tru c li on, M. Du puy, Ingé ni eur en chef. 12. - Sur les 49 ponls d' llemagne _qui ont des voutes de 40m et pl_u s, 6 ont élé p roj e lés pa r le Pré~id_enl Leibbrand, 5 par M. Beulel ; les entrepr1 ses L1 ebolcl et C'' de La ngeb ru ck et d'H olzm in de n en onl proJe le et con s lruit 13: l'Entrepri se Sager et W mrn er de Muni ch, 7. S ur Jes 13 ponts d'Aulri che qui ont des voutes el e 40m e t plus, 11 ont été conslruils par la Di-rec tion des Chemin s ele fer de l'Etat.


212

PROGRES DES GRANDES VOUTES

§ 3. -

PART DE LA FRANGE

R écapitulons les progrés depuis quelque 35 ans . Tous son t fran c;,ais 13 • Articuler les vo-0.te , Dupuit l'avait propasé dé 1871

14 •

P artout ou il y a une fissure a craindre, couper les rouleaux en tronc;,ons et les claver au mortier ec, - méthode fran c;,ai e 15, 16 • Con truire les ponts larges s ur deux minces anneaux de tete, fran ,ai e.

méthode

Au xv m • siécle, le Ingénieurs de F ra nce ont enseigné au monde l'art des pont 17 : de ce maHres, nous n'avons pas dégénéré. Provi oirement , la France n'a plus la plu g rande des grandes vo-0.tes: mais ell e a les plus belles, le plu diverses; c'est ell e qui en a le plus. E lle a gardé on rang : le premier.

Paris, 29 Juin 1914.

13. - « Der Bau hiihner Steinbriiclcen mit g rossen Spannweiten uncl betrii.chtlicher I,ianspruch« na /une des Materials lwmmt a ngereg t clurch wohlgelungene f ranzosische Bauwerlw solcher A rt - auc h

in Deutschlancl allmahlig in Auf,w hme . .. . " « La construction ele ponts harclis en ma9onnerie de grande portée dans lesquels on fait beaucoup « traocúller le · matériaux , stimulée par le succes cl'ouorages /ran9ais semblab les, deoient peu a peu en « Jaoew· en Allem.agne . .. . » Zeitschrift fur Bauwesen, 1888, p. 235 a 259 : e !,teiubr,icken mit gelenkartt'gen Eiulagen », Leibbrand K g1. Ober-Baura th, «

Stuttgart, novembre 1887, p . 235.

14. -

Tome I V, p . 26.

1i. -

« E che di re ele lle opere pubbliche, e specialmente dei ponti J Mentre le arca te dei pon ti in

15. -

Voir p. 163, ar t. 3, renv oi 44.

16. -

Vo ir p . 163, ar t. 3, r e nvoi 45.

mura tura clell' epoca romana aoeoano una luce che ra ramente sorpassaoa i 25 me tri ', la F,·cmcia che fin clall' epoca del P erronet (1760), e stata mcwstra in/atto cli costruzioni cli ta l gene re, ha costruito neg li ,, ult imi tem pi dei ponti in muratura come il ponte Laoau r, il ponte Castelet, il ponte Antoinette, il ponte « sulla P etrusse nel Lus·emburgo ecl altri, nei quali ad un'a ,·ditezza strao rclinaria e congiunta un'ammi« reoole eleganza cli forme "· « «

C. Guidi : e / ,Progressi della scienzn e dell'a,;te del costru ire », - Discorso inaug uraJe del 1º anno scoias tico 1906-07 de l R. Politecnico di Torino, p. 19 Gt 20 . • L a voute sphérique du Pan théon d 'Agrippa a 43m de diametre ( Raynaud - Ar! de óátir, p. 364), le dome de Saint-Pie rre 42•60 (Raynaud, Edifices, p. 398) .


TABLE DES MATIERES DU TOME V

JME

PARTIE. - . CE QUE L'EXPÉRIENCE ENSEIGNE 'I

DE COMMUN A TOUTES LES V00TES

Pages .

3

PRÉLIMINAIRES . - SYMBOLES.. . ..... ... . . . . . . . .......... . . . . ....... ... . .......... 1. Intrados. - 2. Ponts a une seule grande arche et ponts a plusieurs graneles arches. - 3. Voi e po r tée. - 4. Ponts en cleux ann eaux.

LIVRE 1.- COMMENT ON PROJETTE UN PONT EN MACONNERIE MATÉRIAUX. - APPAREIL. - DISPOSITION ASPECT. - DÉCORATION

TITRE l. -

GRANDES VOÚTES EN PIERRE

MATÉRIAUX -

APPAREIL -

TRAVAIL

CHAPITRE l. - DÉSIGNATION DES PRINCIPAUX MATÉRIAUX LEUR DISTRIBUTION USUELLE DANS LES OUVRAGES . . . . . . .

7

CHAPITRE II . - COMMENT SONT FAITES LES VOUTES APPAREILLÉES DE 4 Qm ET PLUS

8

§ 1. - VOÚTES ;;;:,- 40m A MORTIER DE CHAUX ............ .......... .......... .. .. .' § 2. ~ VOÜTES ;;;:,- 40m A MORTIER BÁTARD (CHAUX ET CIMENT) . . . . . . . . . . . . .

8

§ 3. -

9

VOÜTES ;;;:,- 4Qm Aº MORTIER DE CIME TT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


214

TABLE DES MAT I ERES DU TOME V

TITRE l. -

GRANDES VOLITES EN PIERRE

MATÉR IAUX. -

APPAREIL. -

CHAPITRE III. -

TRAVAI L

(Suite)

MATÉRIAUX

§ 1. - PIERRES. P ages.

Art. 1. Arl. 2. -

atu re............. . ..... . ... . . . ... . . . ... . ........................ . ..... Éca rter les malériaux se nsibles aux inlempéries. . . . ..... . ... .. . . . . . . .....

11 11

§ 2. - MORTIERS.

A rt. 1. Art. 2. Art. 3. Art. 4. Art. 5. A. B. Art. 6. Art. 7. Art. 8. A. B . .ArL. 9. -

Sable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Anciens morliers de chaux grasse et morLiers actuels.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AugmenLaLion de r ésistan ce clu morLier en joints minces ........ . ..... . .... Faire au ciment les g rande voutes .. . . .... . ... .. ... . . . ... .. . . . . . .... : ..... Dosages usuels pour un m.c. de sable . Chaux... . . . .... . .... . ..... .... . .. .. . . . .. ... . . . ... . .. ..... . .. . . . . . ..... . . Ciment . ..... . : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mortiers bátards (cha ux et ciment)...... . .. . . . .. .. .... .......... . .. . ...... Fabricalion .... . ....... . ........ . . . . .. ........ . ........ . . . . . . . .... : . . . . . . Protectio n clu mortier. Confre lci gelée... . .... .. ...... . . . ... . ... . ... . . .. .. .. . ..... ..... . ... . . . . . Cont re les eaux contenant du sulfate de chaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . J oints du parement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

CHAPITRE IV. - DISPOSITION DES MATÉRIAUX. -

§ 1. -

MATÉRIAUX DES TROIS DOUELLE, QUEUTAGE.

PARTIES

DE

LA

VOÚTE,

Bandeaux . Appareil.......................... .. ........ ..... . ...... . .... .. ..... . .. . . Pierrn de taille sinwlée .. . . . : . ..... .... ... . . . . . .. . . . . ... ..... . ..... . . . ... Saillie.

C, . - En douelle... . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Su!' Les tympcms........ . . . ..... . .. ... . .. . .. . . . . . ...... . . ... . . . .... Art. 2. - Douellc .... . .... •. . .. ... .. .. ....... . .. ....... . . . .. . .... . . . . .. .... ...... ... Art. 3. - Queutage . A. - Faibles pressions ... . . .. . . ..... . ... . .. . ...... .. . ... .. . ... .. . ...... . . ..... . PHOTOGRAPHIE. - <l.\ ..Pont d'Epinay sur la Seine (p. 19). B. - Fortes pressions . . . .. . ...... ........ . .. . ..... . ..... . .... .. . . ... ..... . .. . .

1

'

1,

. t

15 16 16

BANDEAUX,

C,. -

1,

14 14 15

PARTOUT, DA S UN OUVRAGE, O DOIT DISPOSER LES MATÉRIAUX PAR ASSISES NORMALES A LA PRESSION.

Art. 1. A. B. C. -

1,

13 13 14 14

APPAREIL

Art. 1. - P ourqu oi 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Art. 2. - Dange r de faire aut1·ement....... .. ....... .. . ..... ... ............ .. .. . . .. Art. 3. - Régle praLiqu e pour la direclion des ass ises..... . ......... . . . . . ... . ... . ...

§ 2. -

12 12 13 13

16 18 18 18 18 18

19


215

TABLE DES MATIERES DU TO!l'IE V

TITRE l . -

GRANDES VOÜTES E N PIERRE

MATÉR.IAUX. -

APPAREIL. -

CHAPITRE V . -

TRAVAI L

(Suite)

TRA V A IL Pages.

§ '1. -

DISTI GUER ENTRE LES MA(;O NERIES APPAREILLÉES ET LES AUTRES .. . . .... .. . ... ... ..... . .. .. . . ..... . .......... .. .. . ... . . .. .. .. .. ... .

rs

§ 2. -

TRAVAIL DA

QUELQUES VOÚTES APPAREILLÉES . . .................. .

§ 3. -

RAPPORT A ACCEPTER DANS LES VOÜTES APPAREILLÉES ENTRE LE TRAVAIL PERMIS ET LA CHARGE D'ÉCRASEMENT . .. ............ .

Art. 1. - Travail des moellons... .. . ....... . ... ........... . .. . ......... .. . . ... .. ... Art. 2. - Travail du mortier.. . . .. .. ..... .. .. .... ... . ... ·........... .. . ....... . .. . . Art. 3. - Travai l permis dans une g rande vou.Le en moellons bien équarris et mortier de ciment...... . .... . ... . . . ..................... .. ...... ............ .... . ..... § 4. -

RÉSIST ANCE DES VOÜTES A LA TRACTIO

TITRE 11 . -

r .. .. .. .. . .. .. . .. .. . .. . .. . .. . .. .

20 20

20 21 22 22

VOÜTES EN BÉTON

§ 1. -

CE QU'01 A F AIT EN BÉTON.. .. .. .. .. .. .. .. . .. .. .. .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. .. . .

§ 2. -

QUELQUE S VOUTES EN BÉTON. COMPOSITION, RÉSISTA ICE , PRESSION.

23

Art. '1. - Voutes inarliculées.

A. - Sous route . . .. . ... . ....... .... .... . ..... .... · . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B. - Sous conduite d'eazt. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C. - Sous chemin de Je1· ii voie normcile. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

24 24 24

Art. 2. - Voutes semi-ar ticulées . A . - Soits rozde. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B. - Sous chemin ele fer a voie normale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

24 24

Art. 3. - Vou.tes arliculées. A. -

Sous roitte . . ......... . . . . ...... ...... .. ... ........ .. .... . . . ......... ... ..

B. - Sous chemin de fer a voie normale.... . . ......................... .. ..... . . § 3. -

COMPOSITIO

25 25

DU BÉTO

Art. 1. - Élémenls.

A. -

Cinient ... . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

B. - Sable. . . ...... ..... ..... . ... . . .... .. . .... . . . .. ..... . . ................... .

26

C. - Pie1Te cassee ou gravier ......... . . .. . . . ... ... .. .. . . . . .'..... .. ......... . . . D . - M ateriaux laves.. .... . . .. .. . . .......... ... ...... . .. ............ . ..... . ..

26 26

Art. 2. -

Dosage . . .. . . · . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Art. 3. - Pierres dans le béton. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . § 4. -

26

EFFORTS. - RÉSIST A CE IMPOSÉE. .. .. . .. . . .. . . .. .. . .. .. .. .. .. .. .. .. . . . . .

26 26 26

,.

~.


216

TABLE DES MATIERES DU TOME V

TITRE 11. § 5. -

VOLITES EN BÉTON (Suite)

MODE D'EXÉCUTION DES GRA DES VOÜTES EN BÉTO P ages .

Arl. Art. ArL. Arl. Arl. § G. -

1. 2. 3. 4. 5.

-

Béton clamé . .... . ..... . .. . ..... . ...... .. ........... . .... ... ... •. . . . . . . . . . . Bélon moulé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Voúle parlie en béton, parlie en pierre de taille . . .. . ..... . . . ........ . . ..... Parements ................ . . ... . ............... .. . . . . . ... ... . ............ Prolection con tre la gelée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

AVA TAGES ET I CONVÉNIE TS D

Arl. 1. Art. 2. A. B. C. -

§ 1. -

28 28

28

FRUIT DES TETES

1. -

2. 3. 4. -

P elits ouvrages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Viaducs. .................... . . . .... . .. . ... .. . .. . .. . . . .. ... . ... ... ..... . . . Ponls ha. a voules de moins de 4Qm . . . . . . . • . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Voules ·de 4Qm et plus..... . .... . .... . ........... . ........................ .

I CONVÉNIENTS ET AVANTAGES D

TITRE IV. CH A PITRE I. § 'l. -

28

CE QUI A ÉTÉ FAIT .

A1·l. Arl. Arl. Arl. § 2. -

BÉTO .

Avanlages ....................... . .. .. ..... ... . . Inconvénienls. Perméabilite. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Fissures ............... . .. .. ....... . ... . ... .. . . .. . ... . .. ... . . . .. . . . . ... ·. . Vilain aspect . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

T ITRE 111. -

27 27 27 27 27

ÉPAISSEUR DES PILES AUX

Arl. 1. -

FRUIT . .... .. .. .. ...... .. .... .. ......

29 29 29 29 30

PILES

DIMENSIONS ET DI SPOSITIONS

AISSA ICES DES VOÚTES.

31

Plein cintrcs . . . .. .. ... . . .. ... . . . . .. .. ... ..... ... ... .. .. . . . .. .. .. ... .... . DESSI S. - f,. Plein cintre . - f,. Ellip e . - f 3 • Are (p. 31) . Ellipses... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Are . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

31 31

§ 2. -

FR IT TRA ISVERSAL DES PILES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

32

§ 3. -

BECS.

Arl. 2. Arl. 3. -

A1·L. 1. Arl. 2. -

Arl. 3. Art. 4. -

.

.

Tracé en plan....... . ... ........ .... .. . . . . . ......... . .... . . . . . . . . . .... . .. DESSI . - f 11 • Pont de Sainl-Loup, (p. 33). Hauteur. ..... . .. . ... .. . ...... . .... . .. . . ... . . . . ........ . ........... .... . .. PHOTOGRAPHIES. - Pont de Port-de-Piles, sur la Creu e : éP, - amont, él>, - aval (p. 33). - Pont d'Enlraygues, s ur la Truycre : él.> 0 - amont, él.> 0 - aval (p. 34). Profil des avant-hecs ... . . ..... . .. .... .... .. .. . ... . ... ... ...... . . :.. .... . .. PHOTOGRAPHIE. - él>, Ponla Dresde (p. 35). Chaperon. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PHOTOGRAPHIES. - <l\ - Pont Cornélius, . a Munich. - g,0 - P ont de Reicbenbach, a Munich (p. 36).

32 33

35 35


217

TABLE DES MATIERES DU TOME V

TITRE IV . -

PILES (Suite) Pages

§ 4. -

RETOMBÉES DES BANDEAUX SUR LES BECS.

36

Art. 1. - L es naissances des vautes sa nt plu s haut es que les becs. ... ..... ..... . ... .

DESSI NS. - f.,. P lein cintre. Pant de Saint-Waas t. d'Orzillac. - f.,. Are. Pant de Sa in t-Laup (p. 36).

f 16 • Ell ipse. Pant

Art. 2. - Les naissa nces sant plus ba sses que les becs. A. -

37

Pont en plein eintr-e ou en ellipse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PHOTOGRAPHIE. - <P,. . Pant de iviarmande (p. 37). f,.. Pant de Marmand e (p. 37).

DESSI N. -

38

B. - Ponts en are.. .. . ..... .. .......... . . ........... .. . ...... . ....... . ...... . . PHOTOGRAPHIE. - <P 11 • Pant « di M e:;;:;;o » s ur l'A.rna, § 5. -

a

Pise (p. 38).

38

NIVEAU DU SOCLE OU DU RESSAUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHAPITRE 11. -

MATÉRIAUX ET APPAREIL

§ t. - · MASSIF DE F01 DATION.

39 39

Art. 1. - Parement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ar t. 2. - Naynu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . § 2. -

Art. Art. Art. Art.

AU-DESSUS DE L'EAU OU DU SOL. 1. - Sacie. ........ . ....... . ..... . ..... . ..... . ........... . . . . ... . . . . . . .. . ..... 2. - Parement du fú.t..... . ................ . . . ...... . . . ........ . . . ........ . ... 3. - Nayau.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. - Appareil a la r elambéc des vaules .

39 39 39

A. - Pleins eintres.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B. - Ellipses .. . . ....................... . ......... . .......... ............. . ....

39 39

DESSINS. -

f 23 , Pant de Marmande. -

f.,. Pant de SainL-Laup (p. 39) .

Quelques détails d'appareil .................... . . . ......... . ..... . . : . . . . . .

39 40

CHAPITRE 111 . -

40

C. - Ar-es..... . .................................... . . . ... . ...... . .. ...... . .... Art. 5. -

EFFETS DES BECS SUR LE COURANT ... ... .

PHOTOGRAPHIES. d'Avignan (p. 40).

<P 12 • Pant Saint-Clail·,

CHAPITRE IV. -

a

Lyan. -

<l_\ 3 • Pant

ACTION DES PILES

40

SUR LES FONDS AFFOUILLABLES . .... . ... . ... . .. . . .

DESSINS. - Pant de Peseux sur le Daubs . Plan s : f., . Avant le cammen cement des travaux ; f._. Aprés la crue du 14 avril 1901 (p. 40). f.,. Passe relle du Callége, a L yan. - f, •. Pant de Tara scan, sur le Rhóne. - f2 , . Pant de Serin, su r l.a Sa óne, a L)•an (p. l~I ). T. V, -

28


218

TABLE DES MAT I ERES DU TOME V

TITRE V . CHAPITRE l. -

CULÉES

COMMENT ON CALCULE LEURS DlMENSIONS P ages.

§ 1. -

EFFORTS QUE SUPPORTE IT LES CULÉES.

Art. 1. Art. 2. -

§ 2. -

De la part des voútes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . De la part des terres.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

CE QU'IL FAUT POUR RÉSI STER AUX EFFORTS.

Art. 1. Art. 2. -

La voúte r etombe sur le rocher..... . ............. .. ... .. . . . . . .. . ... . . ..... La culée résis te par son poids..... . ......... . ........... .. . . .... . . . .... . .. CHAPITRE II. -

s 1.

42 42

42 42

DISPOSITIONS DES CULÉES

-

RENVOI AUX MONOGRAPHIES ET A L'APPENDICE. .. ..... . .. . . . .... . . ... .

§ 2. -

ÉP AISSEURS.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

§ 3. -

CULÉES A PAREMENT ANTÉRIEUR EN PORTE- A-FAUX OU EN ENCORBELLEMENT. - CULÉES PERDUES .. ........... . . . ....... . .... . . . ...... ..

43 44

§ 4. -

CULÉES ÉVIDÉES . . . ........................ .. .. . .. . . . .. .. .. . ... . . ... ...... . . .

§ 5. -

PRÉCAUTIO S CONTRE LE GLISSEME IT...... . ..................... .. .....

44 45 45

§ 6. - ·cuLF.F.S LONGUES ET HAUTES. - COMMENT ON SUPPORTE ÉCONOMIQUEMENT L'ABOUT DU PARAPET..... . . . .... . .. . ............... . ....

45

DESSI NS. - Viaduc d'Issy: f 11 • Coupe en long d'une culée; - f.,. Abo u t en portea-faux. - f 13 • Pont de Saint- Loup. - Viaduc de la Lieure: f..- Coupe en long d'une culée; - f,.. Coupe en travers. - f,.. Pont de Sa int-"\Vaast (p. 46).

§ 7. -

CULÉES ENTRE AR CHES INÉGALES.... .. .. . . ..... . ....... .. ...... . . ... .....

DESSIN. - f.,. Pont d'O rzillac (p. 47). Marmande. - c~ 2 • Pont de Pa s ·y (p. 47). CHAPITRE III. -

Art. 1. Art. 2. Art. 3. -

PHOTOGRAPHIES. - <J) 1 Pont de

MATÉRIAUX . -

APPAREIL

Paremenl.............. .. ........ . . . ........ . . . ... . .. .. . .. ..... . ... . .. . .. Corps de la cul ée. - Disposition des assises... ... .. .. ........... .. ....... Culées armées ... . . ......... .. .... . .. . .. . ...... . ...... . ...... ... .. ·. . . . . . . .

TITRE VI. -

47

47

48 48

VOLUME ENTRE LES GRANDES VOÚTES ET LA VOIE PORTÉE CHAPITRE l . - VOLUME PLEIN

T ympans.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

49

DESSINS. - f, . Coupe en long. - f, . Coupe en lravers (p. 49). Art. 2. - Murs de té t . - MaLériaux et appareil ...... ... .. . ........ . ...... ..... ....

49

Ar L. 1. -


219

TABLE DES MATIERES DU TOME V

TITRE VI. -

VOLUME ENTRE LES GRANDES VOLITES ET LA VOIE PORTÉE (Suite)

CHAPITRE IJ. -

AU-DESSUS DE QUELLES VOUTES A-T-ON ÉVIDE , ET COMMENT? Pages.

§ 1. -

QUAND FAUT-IL, QUAND NE FAUT-I L PAS ÉVIDER t ... . . .. ...... .

§ 2. -

COMMENT O r ÉVIDE . ............ . ......... . ...... . ......... . .. . ..... . . . .... CHAPITRE III . CHAPITRE IV . -

§ 'l. -

ÉVIDEMENTS TRANSVERSAUX CACHÉS ... . . . . .

50 50

51

ÉVIDEMENTS TRANSVERSAUX APPARENTS

VIADUC D'ÉVIDEMENT APETITES ARCHES EN PLEIN CINTRE COURANT SUR LE DOS DE LA GRA DE VOÚTE. Ponts a un e seule grande arche.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2. - Pon ts a plusieurs grandes are hes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. - Porlée 2 a' des voúles d'év id emeM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. - Comm ent les voútes d'évidement s'appui en L sur les g1·a11Je:; ... . ........... 5. - Ce qu'o11 met sur les pile des ponls a plusieurs arches........ . ....... . .. 6. - Demi-piles le long des culées.... . .... . . . ... .. .......... . ................

55 55

§ 2. -

VIADUC D'ÉVIDEMENT EN ARC DE CERCLE...... . ........ .. . . ....... .. . .

55

s 3.

VIADUC D'ÉVIDEME IT PASSA IT PAR-DESSUS LA CLEI• DES GRANDES

Arl. Art. Art. Art. Art. Arl.

-

'l. -

VOÜTES.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

51 53 54 54

56

DESSIN. - f,.. Pont de Bressuire (1867- 68), p. 56. PHOTOGRAPHIE. -

él\. Pont-canal sur l'Orb, a Béziers (1856-57),

p. 56.

S 4. - OUVRAGES A PLUSIEURS ARCHES : OUVERTURE UNIQUE AU-DESSUS DES PILES................................................. .... .. . ... ... ..

56

PHOTOGRAPHIES. - <P,. Pont Fabriciu s, a Home (-54). - <P 0 • Pont de Mon lauban (XÍV•) , p. 56. - CD,. Vieux pon Lde Toulouse ('154-2-1632), p. 57.

S 5. - CE QU'IL

E FAUT PAS FAIRE................... .. ....... .. . . ... . ... . .....

58

PHOTOGRAPHIE. - <P". Pont de la Goule-Noire (1871), p. 58.

S 6. - FORME DES GRA1 DES VOUTES

SOUS DES ARCHES D'ÉVIDEMENT TRANSVERSALES.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHAPITRE V . -

Arl. Art. Art . Art.

'l. 2. 3. 4.

-

EVIDEMENTS LONGITUDINAUX

Avec voú les......... . .. . .... . ... . ............ .. .. . ................. . . . . . Dalles sur murs longitudin aux............ . .......... .... . . . .. . . ... .. .... Plate-forme e n bé lon ou métallique su r murs longitudin aux.......... . .... RéparliLi on des efforls clans les grandes voutes sous évidemenls longiLucli11aux.

CHAPITRE VI. -

ÉVIDEMENTS DANS LES DEUX SENS ..... . ....

CHAPITRE VII . -

59

EMPLOI DU BÉTON ARMÉ ....... . .......

59 60 60 60

61 62

-


220

TABLE DES MATlERES DU TOME V

TITRE VII. -

COMMENT ON REDUIT LA LARGEUR A

A

DES VOLITES ENTRE TETES UN SEUL ANNEAU AVEC TROTTOIRS EN ENCORBEL ... EMENT PLANCHER SUR DEUX ANNEAUX MINCES CHAPITRE l. - POUR ÉPUISER LA RÉSIST ANCE DES VOUTES, IL FAUT EN RÉDUIRE LA LARGEUR § ·L. -

DA S UN GRAND PONT EN PIERRE, A VEC LES DISPOSITJONS HABITUELLES, LES MATÉRIAUX E TRAVAILLENT GUERE QU'A SE PORTER EUX-MÉMES, ET ILS NE TRAVAILLENT PAS ASSEZ.

CondiLions a réaliser pour réduire au mínimum le cube eles malériaux el'un granel pon t eh pi erre .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Art 2. - Les charges roulantes comptent peu clans le travail tota l el es magonneries el' un grand ouvrage en pierre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DESSIN. - f,. Viaeluc de la Crueize (p. 64).

Pages.

Art, 1. -

§ 2. -

AVEC LES DISPOSITJONS USUELLES, ON NE PEUT PAS IMPOSER AUX GRANDES VOÚTES TO T L'EFFORT QU'ELLES PEUVENT SUPPORTER. IL FA T RÉDUIRE LEUR LARGEUR....... . ... . . .. . ......... .... ...... .

63 63

64

CHAPITRE II. - UN SEUL ANNEAU A VEC TROTTOIRS EN ENCORBELLEMENT § 1. -

§ 2. § 3. -

CE QUI A ÉTÉ FAIT SUR LES VOÚTES DE 40m ET PLUS... . ....... . ..... QUELQUES TYPES D'E CORBELLEMENTS.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PHOTOGRAPHIE. - <1> 1 • Hólel cl'Assezat, a Toulouse (XVI• siécle), p·. 66. RÉDUCTJON DE LARGEUR PO R LES VOLITES SOUS RAILS ... ... .... . . .

65 66

67

CHAPITRE III . - VOIE LARGE SUR DEUX ANNEAUX MINCES FORTANT UN PLANCHER DESCRIPTJON SOMMAIRE. Art. 1. - Príncipe clu s~1 stéme ........ .. . .. ...... . .. . ........... .. . Arl. 2. - Son économie ........ : .... .. .......... . .... . ... .. . . .. . ... . .... . ..... . .. . Art. 3. - Avantages elivers ........................... .. ..... ........... .. ... . ..... .

§ 'L. -

§ 2. - POr TS E DEUX ANNEAUX. Art. 1. - Punt Actolphe, a Luxembourg ...... . ................. . .... .. ............ . Art. 2. - Pont eles Amidonniers . .. . ................ . ... . . . . . .. . . . . : . . .. ...... . . . . . Art. 3. - Aulres ponts en deux anneanx .. ........ .. ...... . ...... . ............. . .. . PHOTOGRAPHIE. - <1>,. Pont de Romans (p. 69). § 3. - FAIRE EN DEUX ANNEAUX LES PONTS LARGES. ArL. 1. - Ce qu'enseigne le lableau précéelenl. A. - Épc¿isseur des anneaux . .... . . . ...... . ............................ B . - Rapport a la portee lib1·e de La [c¿rgeur d'un cmneau. . . . . . . . . . . . . . . Art. 2. - Économie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Art. 2. - Faire en eleux anneaux les ponls larges. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

67 67 68

69 69 69

71 71 71 71


TABLE DES l'VIATIERES DU TO lE V

TITRE VIII. CHAPITRE l. -

221

PONT BIAIS VOUTES BIAISES P ages.

§ i. -

DÉFIN ITIO S . Berceau hiais ... . ....... . ............... . .............. . ............... . Angle du bia is . . .... . .... . .. . . . . .. ...... . .. . .................. . .. . . . ... . Développement de la douelle. - Deux syst.émes de lignes ort.hogon ales ... ..

72 72 72

§ 2. - - APPAREILS BIAIS. Art. 1. - Appareil orthogonal para lléle .. . . ..... . ... . .... . . . ...... . . . .... . .. . . . .. .. Art. 2. - Appareil héligoidal.. .. .......................... .. . ...... ...............

73 74

Art.. 1. ArL. 2. Art. 3. -

~

3. -

CHOIX DE L'APPAREIL S IVA ' T LE BIAIS.

Art . Art. Art. Art. Art. § 4. -

1. 2. 3. 4. 5.

-

o> 80°................ .. ........................... . ...... ... .. ...... .. 0entre7O°e t8O°..... ....... . ............. ............. ... . .. .. . .... . ... . o entre 60° et 70°. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . o cnlre 50° et 60°... . .. .. .. . .. ... ...... . ..... .. ... .. ... . . . .. . .... . . ... . . .. o < 50° . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TRES LO GUES vo '· TES BIAJSES........... ... ...... . .......... . .. . .......

§ 5. -

PORTEE LIMITE DES VOuTES A APPAREIL BIAIS .. . . . . ...... . . .. . ...... .

§ 6. -

PRÉCAUTIONS DANS L'EXÉCUTIO ' DES VOUTES BIAI ES.

+',

74 74 74 75 75 75 75

Cint.res .... . .... .... . ........ .. ......... . . , . ....... . ... . .... . ........... Ma ~onner·ie des voúlcs........................... . . . ... . . .... . . . . . . . . . . .

76 76

§ 7. - OBSERVATIONS DIVER ES. Arl. 1. - Pas de voút.e d'évidement appa renles au-dessus des voúle · biaises ......... Art. 2. - Ne pas craindre, ne pas rec hercher les voúles bia ises.... ... ....... ... ....

76 76

Art. 1. A r t. 2. -

§ 8. -

PILES BIAISES SO

Art. 1. Art. 2. -

VOÜTES BIAI ES. - TR \.CÉ DES BECS.

Bec e n ell ipse.. .. .. ..................................................... Bec en an se de panier a deux rayons r·, r,. .. ... . ... . ... . . . . . . .......... . .

CHAPITRE 11. -

76

77

VOUTES DROITES

DONT L' AXE EST OBLIQUE SUR LA RIVIERE OU LA VOIE TRA VERSÉE Art. 1. Art. 2. -

Ou vrages Ouvrages

a u ne seul e arc he... . . ..... ...... .. .... . . .. . ........ . ... .. .. . .. a plusieurs arches. - Voúles droiles sur piles hiai es . ..........

77 77

PHOTOGRAPHIE. - <P,. Pont. de la Croix, sur le Doubs (p. 78). DESSI NS. - Pont cl'Abrest.: f,.. Élévat.ion. - f,., f... Coupes hori zon t.ales. Pont de Cole lt.es : f 11 • Élévat.ion. - f 18 • Coupc horizont.ale (p. 79). A r t. 3. Art. 4. -

Voutes en are droits minces .......... . ... . ...... . .. . .. .. ... . ........... Ouvrages courant.s sous remblais, droils, a plint.h e rampante.. . .. .. .. . . . . .

79 79

CHAPITRE 111. - VOÜTES DROITES, NON EN BERCEAU, SUR PILES RONDES .. .. . .... . .. CHAPITRE IV. -

PONTS EN DEUX ANNEAUX . . .. .. . .

80 80

~

.


222

TABLE DES MATIERES DU TOME V

TITRE IX . TITRE X. -

§ 1. -

PO ArL. 1. Art. 2. ArL. 3. Art. 4. ArL. 5.

§ 2. -

VOUTES EN COURBE ........ .... .. .

PONTS EN RAMPE, EN DOS D'ANE

TS EN RAMPE. - Ponts sous route; ponts sous chemir, de fer........ . . ...... .. .. . . ....... - Ouvrages courants. Viaduc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . - Ouvrages ba s.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . - Tracé des grandes vou.Le en rampe. . . . .... . ........... . ........ . . . . ... . . - Inlrados des vou.Les en tres forLe ramp e (sous un escalier, sous un chemin de fer a crémaill ére, sous un funi culaire) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PO 1 TS EN DOS D'A E. 1

ArL. 1. -

Arl. 2. ArL. 3. -

Pour l'aspect, un lon g pont doit Loujours ctre en dos el'ane............. PHOTOGRAPHIES. - <1\ . Vi eux Pont d'Orléan s ('175 1-1760), p. 82. <I>,. Pont sur le Serchio. - Ponts a Veni se : tj'n, e}), (p . 83). JnLraelos des pon Ls en dos d'an e . .. . .......... . . ................ . . . . . ... . . PHOTOGRAPHIE. - <l>,. Vieux Pont el e Toulouse (1542-1632), p. 84. Racco rdement des déclivités au sommet... . ......... .... ....... . .........

T ITRE XI . -

81

Pagcs.

81 81 81 82 82 82

83 84

COMMENT ON AJUSTE L'OUVRAGE AU TERRAIN

CHAPITRE l. - QUELQUES SILHOUETTES D'OUVRAGES SUR QUELQUES FORMES DE TERRAIN § 'l. -

FAJRE LES OUVRAGES A LA DEMANDE DU TERRAIN. A r t. 1. - Inelicalion s générales . .... . .... .... . ... . ... . . . .. ............ . ........ . . . . ArL. 2. - Ca s oü la pla ce des piles est imposée par u n ouvrage voisin.. ... . . . . . ...... 1 ombre pair ou impair d'arches.. .. ....... . . . ........ .. . . .... . . .... . . . ... ArL. 3. A rL. 4. - Comment on arr é Le la silh oue Lte de l'ouvrage.. . . ........ . . . . ......... . . . . § 2. - OUVH.AGES BAS: PONTS...................... .. .......... .. ................ DESSINS. - f, . Pont de Marmande, sur la Garonn e. - f,. Pont de PortSainLe-Marie, sur la Garonn e (p. 86). § 3. - OUVRAGES HAUTS. - VIADUCS....... . ... . . . . . ............ . .. . ..... .. . ....

Viaduc sur la Tet, pres de Fontpédrouse (Pyrénées-Orientales) . L ig ne électriq iie ci voie de 1m de Viltefranche-de-Conflent á Bourg-Madame (1906-08 TEXTE. - 1. Ogive. - 2. MaLériaux. - 3. Pressions maxima. - 4. DispoposiLions en vu e des varia Lion s de Lempérature (p. 87). - 5. CinLre de l'ogive. 6. ExécuLion eles voúLes. - A. Ogive. - B. Volites de 17m. - 7. Décintrement de l'og ive (30 novembre 1907). - A. Etat d'avcmcement da pont . - B. Travail dans l'ogive, en J.:g ¡ omo1 2 (p. 90) . - 8. Dates. - 9. Quantités et elépen ses. A. To tales. - B. Par uniié (p . 91). - 10. Personn el (p. 92). PHOTOGRAPHIE. - HoRS-TEX.TE (p. 86 bis). - éJ),. Aval. DESSINS. - f,. Éléva li on (p. 87). - Corps central : f0 • É léva tion; - f,. Coupe en Lravers a la clef el e l'ogive. - Clef de l'ogive : f, . ÉlévaLion ; - f, . Coupe en Lrave r s. -Couronnement des to urs : f, 0 • Éléva tion; - f 11 • Coupe en travers (p. 88). - ÉLage supérieur : f 12 • Coupe en long . - Dalle en béton armé: f 13 • Coupe en travers entre cleux nervures; - f.,. Coupe en travers s u1' une nervure. - Hourcl is : f, •. au-elessus du cervea u el es voú. Les; - f10 • au-eless us el es piles; - f.,. Coupe (p. 89). - Cintre : f ., . ÉlévaLio n; - f10 • Coupe en Lravers . - f, 0 • ConsLruction ele l'og ive (page 90). - f 21 • Empl acement eles appareils ManeL-Rabut (p. 91).

85 85 85 85 85

86


TABLE DES MAT I ERES DU TOME V

223

TITRE XI.-COMM~NT ON AJUSTE L'OUVRAGEAU TERRAIN (Suite)

CHAPITRE II. -

OU ET POURQUOI

ON A F AIT DES PONTS A UNE SEULE GRANDE ARO HE Pages.

Ar·t. Art. Art. Art. Ar t.

1. -

2. 3. 4. 5.

-

Par éco nomie .. .. .. . ..... . ....... .... ..... . . . . ...... . .... .. . . .... . ... . . . S'il fa ut réduire les remou s .... .. ..... ... .. . . ... .. . ..... . ...... ... ....... Si la voie co u pe en bia is la ri viére . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pour l'aspect. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quand on a voulu un e grande arche ................. .... . ...... . . . .. ... ..

CHAPITRE III. -

CHOIX DE L'INTRADOS

A r t. 1. A. B. -

P leins cintres . A une seule arehe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A plusieurs ctrehes. B,. - Ponts proprement dits. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PHOTOGRAPHIES. - él.> 3 • Pont de Sev res . - él.> 4 • PonL de Mo issac (p. 93). B 2 • - Viaclues............ .. . . . . . .................. . .................. . .. . .. Art. 2. .'....... Elli pses. A. - fl une ctrehe ......... ... .............. . . . ·.......... . . . .... ...... .. .. .. ... PHOTOGRAPHIE. - él.>, . Pont sur le canal de Bri cnn c, a Toulouse (p. 94-). B. - A plitsieurs ctrehes. B, - L es naissanees sont au-dessus des ehaperons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PHOTOGRAPHIES. - <P 0 • - Pont de la Rein e MargueriLe, a Romc. él>, Pont Cavo ur, a Rome (p. 95). B 2 • - L es naissanees sont plus basses que les ehaperons. ..... . ......... .. . ... Art. 3. - Ares . A. - Un seul granel are. A,. - Ares peu surbctissés . .. . .. .... . .... .... ..................... . .... . ... . A 2 • - Ares tres surbaisses . ..... . .. ....... . ..................... . . B. - Plusieurs arehes. E,. - M eilleur surbaissement . ... .. . . . .. . .......... .. .. . .... ... ... .. . ... .. . B 2 • - Rapport enfre la portée et la hcrnteur . .... . ........................ . . . PHOTOGRAPHIE. - él.> 8 • Ponl de Til siLt, sur la Saóne, a Lyon (1864-), p. 96. Art. 4. - Ogives. A. - Ogive surhaussée..... ... .. . . . .. . . . . ........ . ...................... . ... .. PHOTOGRAPHIE. - cJ\. PonL ele Moslar (p. 97). B. - Ogive .S Ul"baissee ....................... . ........ . .......... . . . .. . ....... .

TITRE XII. -

92 92 92 93 93

93 93

94 94

95

95

95 95 95 96

96

97

QUELQUES RÉFLEXIONS

SUR L'ARCHITECTURE DES PONTS

CHAPITRE l. - ENSEMBLE DE L'OUVRAGE Art. Art. Art. Art.

t. 2. 3. 4. -

Caractére de l'a rchi tecture eles pon Ls ... ...... . ..... . ....... . .......... . . . P1·oportion s .......... . . . ......................... ....... ....... . . . .... . . Adapta tion a ux lieux . ... . . . . . ... .. . . ...... . . ..... ... . .... . . ..... . ...... . Viacl ucs .. ..... . .. ... .............. . ........ . . . . . ... . . . . .. . ...... ...... . .

98 98 98 99

(

.

~

··-


,

224

TABLE DES MAT I ERES DU TOME V

TITRE XII . -

QUELQUES RÉFLEXIONS

SUR L'ARCHITECTURE DES PONTS (Suite) Pages.

Art. Ar t. Art. Art. Arl.

5. 6. 7. -

8. 9. -

JI ne faut pa s se LPop la iss e1· co neluire par les calcul s .. . .. .. . .... . ........ . Si on copi e, ne pas fair e el e faule el e copie . . ... . ....... .... .. . . .. ... ... ... Se préoccuper Lo uj ours el e l'a pect... ... ..... .. . . . . ... . . . .. .. .. . .. . . ..... Trava ill e r toujours au prog rés el e l'art el es pon ts . .. .' . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les In gé ni eurs doi ve nt savoir l'ArchiLeclure .. . . ... ... . ...... . . . .. .. .. . . . . CHAPITRE II. -

A rL. A r l. Ar l. Art. A rl. Art.

1. 2. 3. 4. 5. 6.

-

ÉLÉMENTS DE L'OUVRAGE

Appa re il . . ........ .. . .. . . . .. , ... .. ... . . . ..... .. ..... .. .... . ..... . ..... . . Pil es , culées .. . ..... .. .... . ....... . . . . . . ....... . . .. . .. .. . . .... . ... . . . . . Voules .. .. ... .. . .. .. . . . ..... .. . . . .. . ....... .. ...... . . ... . .. . . ... ..... . . . Tympa ns .. ....... . .... .. ... . .. . .. . ......... . ...... . ....... . . .. ...... . . . P ilas lre .......... . . . . . .. . . .... .. .. . . . .... . . . . . . ...... ... ... . . . ... .. ... . Couronn eme nl . . . . . . ... ........... ... ... ..... . ......... . . . .......... . . . . .

TITRE XIII. -

RESPECT AUX VIEUX PONTS .......... ..

TITRE XIV. -

100 100

100 100 100 100 101

DÉCORATION DES PONTS

CHAPITRE I. -

QUELQUES RÉFLEXIONS

SUR LA DÉCORATION DES PONTS . ... . .. . ... .. ... .' . . . .. . CHAPITRE II . -

102

TETES DES :VOUTES

BANDEAUX A CROSSETTES... . ........ .. . . . . . ..... . ....... ... ...... ... .. . . .

102

2. - ARCHIVOL TES . Arl. 1. - Ava nlages . . .. ...... .. ... ... . .. . ... .. .................... . . . .. . ... . . ... . PI-IOTOGRA PI-IIE. - <l\ . Pon t Sainl-A nge (Pont N.liu ), a Rome

103

('138 ap. J .-C), p. 103. Profils . . ... . . .. .. ...... . .. . .... .. ..... .. ... .... ......... .. .. . .......... . DESSI NS. - f,. PontAntoin e lle. - f,. Pont des Am idonn iers-aval. - f, . Pont

104

§ 1. ~

9!:) 99 99 99 99

Arl. 2. -

de Lavaur. -

f'0 • Pont St-Ange ,

a Rom e . -

f,. P onls de L uxembourg e t

des Am idonnier s. - r•. P ont de la Trin ilé, a Fl ore nce (p. 104). Ar l. 3. - Appa reil. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Arl. 4. - Fruit.... .. ......... . ...... . ........ . ....... .. ...... ... . .. ...... . .. . ... . PI-IOTOGRA PI-IIE. P onl de la Trin ilé, a Floren ce (p.105). Art. 5. - A rchi volles de voó. Le e n bric¡ues..... .. .......... . .. ... ..... . . .. .. ... ... . Arl. 6. - Ar re le r ou r ecevoir l'a rchi volle.. . ... ......... . . .... ................. . ... § 3. - BA IDEAUX, AVEC TABL E JNFÉRIEURE E r RETR \.ITE SUR LES TYMPANS . PHOTOGRAPI-IIE. - cJ) 3 • Vi e ux pont de Prag ue (xrv•) , p. 106. § 4. - CLEFS PE DA ITES . - CARTOUCHES....... . . .... . ..... . ..... . . ... .... . .. .. PI-IOTOGRAPHIES. - <I>,. Pont de Blois. - Cl ef amont de la voó.te du mi lieu. - <l). . V ieux pont d'O rléa ns (p. '107). - <P 0 • Ac¡ ucdu c de Mon't-

105 105

<J\ .

pclli e r (1770-72), p. 108.

105 105 106 106


225

TABLE DES MAT I ERES DU TOME V

TITRE XIV. § 5. -

DÉCORATIOJ'i DES PONTS (Suite) P ages .

VOUSSURES.

Art. 'l. -

Art . 2. A rt. 3. -

Art. 4. -

108

Pourquoi on a échancré par un e voussure des LcLes de ponLs.. .. . . ......... PHOTOGRAPHIES. - <P, . Pont St-Laurent, a Chalon-sur-Saóne, amont. - <P 8 , Pont de Jura ngo n, sur le Gave de Pau (p. 109). Quels inLrado a-t-on « vouss urés » 1. . . ........ ........ .. ..... . . ......... PHOTOGRAPHIE. - <l> 0 • Pont de euill y, sur la Seine (p. 109). Tra cé des voussures.. .. . .. ... ... . . .. ............... . .... ... . .. . .. .. .. . . . PHOTOGRAPHIES. - <P 10 • Pont de la Reine Marg ueriLe, a Turin. <]) 11 • Pont Humbert Jer, a Rome (p. 110). La votissure est-elle frangaise~... . ............. . ....................... .. PHOTOGRAPHIE. - q\,. PonL de Ch a tellerault (p. HO). CHAPITRE III. -

109 110

110

111

MURS DE TETE ... .... .. . .... . .. . .....

PHOTOGRAPHIES. - <P 13 • Pont de Rimini (p. 1'11). - <P 1, . Ponle Rouo, aRome.-<P 1, . Pontde Salamanc1ue (p.112). _<J), 0 . P ontdeNav illr, ur le Doul s-am onL.- <P.,. Pontde Navi ll y, ur le Doubs-aval.-{]) 15 • PonL de \ i\faterloo, a Londres (p. 113). -<P 10 • Pont des Invalides, a París. - PonLs sur le Rh óne, a Lyo n (1888-90) : <P 20 • Pon t La Fa yeLle. - <I> 21 • P onL Morand (p. 114). CHAPITRE IV. -

COURONNEMENT

114

§ 1. §

§

§

§

P LINTHE O CORr I CHE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PHOTOGRAPHIE. - <P.,. Pont de Rimini (p. 115). 2. - PARAPETS. Art. 1. - Parapet.s plein s. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PHOTOGRAPHIES. - éJ> 23 • Pont de Saumur. - q\,. Pont de Brunoy. <l>25 • P ont ele Tours-ava l. - é1> 20 • Pont Fouchai·el (p. H6). ArL. 2. - Parapets éviel és.. .......... . ..... .... ... .......... . ..... .. ... . ..... ..... PHOTOGRAPHIES. - PonLs a Venise: lP,s· Pre du Palai des Doges; é1> 20 • Pon t du Rialto. - éI>, 0 • PonL ~e la Concorde, a Paris (1786-9 1), p. 117. DESSINS. - f... Ponl de St-vVaast, p1·ojet non exécute . - f.,. Pont des Andelys (p. 118). 3. - REFUGES .................................................. ....... .. '... ....... PHOTOGRAPHIES.- éI>,, . Pont ele SL-Waa st (p. '1'1 8). - éJ> 32 , Ponl- euf, a París (p. 119). DESSINS. - f,.. Pont de St-Waa t (1882-84). - r... Pont de Man les (1888-92). Pont de SL-Loup (1910-14): f.,. AmonL; .- r... Aval (p. '119). 4. - STATUES SUR PONT .. .. . .. .. . .. .. .. . .. . .. .. .. .. .. . .. .. . .. . .. .. .. .. .. .. . PHOTOGRAPHIES. - <P 3 , . P onL de \\ urzbourg. - Pont des BellesFontaines ('1728). - Aval : <P,,· Ensemble; - él>,. . DéLail (p. 120). éJ.> 30 • Pont clu Micli, a Lyon (t889-9l), p. 12'1. 5. - INSCRJPTIONS COMMÉMORATIVES...... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . PHOTOGRAPHIE. - éJ.> 3 ,. Pont CesLiu , a Rome (20 av. J .-C.), p. '121.

116

117

118

120

121 29

.


226

TABLE DES MATifmES DU TOME V

DÉCORATION DES PONTS (Suite)

TITRE XIV. -

CHAPITRE V. -

OULÉES . -

ABORDS P ages .

A r L. 1. -

Abo rds . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PHOTOGRA PHIES. - <1>, 8 • Pont de Tours- ava l. -<!>,. . Po nt de N euill ~1 • -

122

él>.,. Pont de ChanLi lly . - él>". Pont d'Aus lerli tz (p. 122). - <!> 42 • Pon L Montaudran , a Toulou e. - él>., . Ponl des Mi.nimes, a Tou louse lP· 123). Arl. 2. -

Té Les ou Parles de ponL . ...... . ... ... ... . ... ... ...... . ... ... .. . . .. . . . . . . PHOTOGRA PHIES. -<I? 44 • P ont F lavie n. - <I\ 0 • PontVale ntr é (xm •) p . 124.

OHAPITRE VI . -

TOURS , OBÉLISQUES , SUR UN PONT ............

124

124

PHOTOGR APHIES.-<1>" . PonLd'Orth ez (xn •).-<1> 47 , PontdeBlois (p . 124). CHAPITRE VII . -

PHOTO GRA PHIES. -

ti\,·

PONTS COUVERTS .... .. . . .... . ..... .. . .

125

Pont de Pavie (xrv•) : <() 43 • ·E nsemble; a Venise (p. 125).

<P,0 • P ont des Soup irs,

Chau ssée. -

OHAPITRE VIII . -

ÉTUDIER LES PONTS FRANQAIS

DU XVIIIª SIEOLE ...... .... .... . . . . ... ... .. ... . .. .

LIVRE U. -

126

COMMENT ON EXÉCUTE

UN PONT EN MACONNERIE FONDATIONS -

CINTRES -

TITRE I. -

VOUTES

FONDATIONS

§ 1. -

COMME T ET SUR QUEL SOL ON A FONDÉ LES GRANDES VOÚTES. Ar L ·1. - Piles..... ........ . ... . ...... . ........... . ....................... ... . . . . Art. 2. - Culées. . . . .. .. .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Art. 3. - Ce r¡u 'indiqu ent les Lableaux précéde nls . .... .. . . ... .......... . . .·.. . . . .. ..

§ 2. -

IL FAUT AUX GRA JDES VOÚTES DES APPUIS I VARIABLES.... . .. ... .

TITRE 11. CHAPITRE l. -

§ 1. -

BOJS. -

A 1·t. ArL. Ar l. ArL

1. -

2. 3. 4. -

129 130 131 131

CINTRES GÉNÉRALlTÉS

ASS EMBLAGES.

Choix des bois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ne po s Lrop presser le boi s normo leme nL ú se. · fib ,·es . .. . . .. . .. .. .. . . ..... . Assemblages el es bois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . e p::i s Lire r le~ asse mbl ages des bo í : les co mp 1·ime r . ...... ....... ... . . . . .

132 132 i32 133


TABLE DES MATIERES DU Tül\fE V

TITRE 11 . § 2. -

227

CINTRES (Suite) .

FERMES.

P ages .

Nombre el éca rLemenL..... .. . . . ............. . ......... . . .. ... . ......... . Epaisseur.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tracé. .. .. . . .. .. . ..... .. . . . . .. ... ... . ... ... ... .. .... . .... ..... .. .. . ..... Va ux . ·...... . . ...... ... ..... . . . .......... . .. . .... .. ...... . .. . ........ . . .

133 133 133 133

PIECES TRANSVERSALES. Art. 1. - Cont.reventement.......... . ............. . ........ . ..... ... . .. . ...... . . .. Art. 2. - Couchi s . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Arl. 3. - Plate lage . . ..... . .... . .. . ....... . .... . . ... . .. ... .. _....... ... .. . .... ... . . .

133 134 134

Art. Art. Art. Art.

1. -

2. 3. 4. -

§ 3. -

CHAPITRE II . -

CINTRES FIXES

C'EST-A-DIRE BIEN APPUYÉS SUR LE SOL ENTRE LES NAISSANCES § t. -

QUELLES VOÚTES FAIT-ON SUR CINTRES FIXES ~... . . . . . ....... . . .. ....

§ 2. -

ON PEUT CLASSER LES CINTRES FIXES SUIV ANT LA DISPOSITION DES MAITRESSES PIECES SOUTE IANT LA COURONNE DES VAUX

ArL. Art. Art . Art . Art.

§ 3. -

i. 2. 3. 4. 5.

-

135 135 135 135 135

CINTRES FIXES A POTEAUX (P ).

Art. l. Art. 2. A. B. ArL. 3. A. -B. § 4. -

Cinlres a poteaux, Type P.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Cintres a ra yo ns, Type R..... . .. . . ................ . ....... . . . .... . . .... . Cintres a trei lli s . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Cintres a con lrefi ches rayonnanl de piles provi so ires... .. ..... .... ........ Cintres a un ou plu s cl'un é la ge . .. ...... . . . ......... . . .. .... . ... . ... .. ...

134

Poleaux seul s (P) e t nombreux élages . . ...... .·. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Poleaux et triangles (PT). Sans po in9ons. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Avec poin9ons ..... .. . ..... .......... : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Poteaux et contrefiches isolées (PC). Un systeme w iique ele contrejiches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Deux systemes de co ntrejiches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

136 136 136 137 137

CINTRES FIXES A RAYONS (R).

Art. 1. A. -

B. Arl. 2. Art. 3.

Art. 4.

Rayon s seuls (R) . Type Sa int- Waast (pleins cintres bas)... . .. . .. . . .. .. . . ..... .... . . ..... . . DESSI N. - f 20 • Pont de Saint-Waas t (p. 138). PHO-TOGRAPHIE. - el\. Pont sur le Bachelarcl (p. ·138). - Type L avaw· (volites á, gl'Cmde fleche). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . - Rayon s e t lriangl es (RT). Type Antoinette .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . - Quelque autres applicati ons du type a rayo ns seuls (Saint-'\,Vaast, Lavaur), et a ra yon s et triangles (Antoin elte). . . ........ .. .... . ..... ... ..... . . . DESSINS. - f.,. Pa ssage supérieur de Corabeuf. - f.,. Viaduc des Roches-Avises. - r••. Passage supérieur de Laveix. - f20 • Viadu c de Mueatel (p. 139). - Rayons et conlrefiches isolées (RC) Type Gloucester . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

138

138 139 139

140


228

TABLE DES MATIERES DU TOME V

TITRE 11. § 5. -

CINTRES (Suite)

CINTRES A TRE1LLJS. I LUSJEURS ÉTAGES. - ARCS AGRA DE FLECHE.

P ages

ArL. 1. -

Treillis en 'vV ... . ............. . . . . .... ... ... ...................... .. ... .

Art. 2. -

Treilli s en N .... . . ...... ...... . ...... ... ............... .. .............. .

140 140

§ 6. -

CONTREFICHES RA YON J A T A P \.RTIR DE PILES PROVISOIRES ........ .

141

§ 7. -

COMME T ON A APPUYÉ LES CI NTRES F IXES QUAND ON NE POUVAIT PAS B TTRE DE PIE X....... . ....... . . . ............ . . . ..................

· 8. -

141

CUBE DE BOIS E , .POIDS DE FER p, DÉPENSE d, I AR m.q. DE DO ELLE I OUR LES DIVERS TYPES DE CINTRES FIXES .

Ar L. 1. -

Gra phiqu e des renseig nern en L recueillis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

ArL. 2. - Qu e conclure du g raphique .. .. ..... . ...... ... ........ . ..... . ............

CHAPITRE 111. -

141 142

CINTRES COMPLETEMENT RETROUSSÉS

C'EST-A-D IRE NE S'APPUYANT QU'AUX NAISSANCES OU TOUT PRES DES NAISSANCES

R QUELLES VOÜTES « RETROUSSE-T-ON ,, LE CINTRE ~

§ 1. -

QUA O ET P

§ 2. -

CI TRES RETRO SSÉS A ARBALÉTRIERS.

Arl. 1. -

Viadu cs en pl ein cintre. Voüles jusqu'a 3Qm..... . .. . . . ... . ..... .. ...... . ..

Arl. 2. -

Voúlc de 4Qm et plus. . ................ . ... . ... . ....... . ...... . . . .... . . . .

§ 3. -

CI ITRES A ÉTAGES E

§ 4. -

CINTRES I ETROUSSÉ

Ar L. 'l. -

PORTE-A-FAUX...................................

144 145 145

A RAYONS (ÉVENTAIL) .

En Lrai Lnon armé. - Plei ns ci n tres de Sm a 12m. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

DE SI S. - f, ,· Viadu c du Caly. - f, •. Viaduc de la Basséra (p. 146). Art. 2. -

142

ice. -

146

f, 0 • Viadu c de

Enlrait armé par un tiranl ( Type Saint-Wa ast). Pleins cinlres de 20 a 25m .

146

DESSI N. - f,,. Pont de Saint-"\Naast (p. 146). Arl. 3. -

EnlraiL armé par un cable d'acier. Cintres de l'Arco nce, 25m, clu Sornin, 35m,

146

DE SIN S. - !',. . P onl ur l'Arconce. - f, 0 • Pont du Sornin (p. 146). PHOTOGRAPHIE. Arl. 4. § 5. -

<I>, . Cintre clu Pont du Sornin (p . 147).

Cinlres r elroussés a ra yon s (Éventail): Dimension s, quanlités, prix........

148

C BE DE BOIS E, POIDS DE FER p, DÉPENSE d, PAR m.q . DE DO ELLE POUR LES DIVERS TYPES DE CINTRES RETROUSSÉS.

Art. 'l. -

Grapltique eles r en cignemenls rccueillis . ....... . ... . . . ............ . ... . ..

Arl. 2. -

Qu e condure clu g raphique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

CH APITRE IV. -

148 148

SUPÉRIORITÉ DES CINTRES A RA YONS {ÉVENT AlL)

ET COMME CINTRES FIXES ET COMME CINTRES RETROUSSÉS. ......

150


TABLE DES MAT IERES DU TOME V

229

CINTRES (Suite)

TITRE IÍ . ·-

Pagcs.

CHAPITRE V. -

CINTRES MARI NIERS

RETROUSSÉS SUR LA LARGEUR DE LA PASSE NAVIGABLE ...... .

PHO T OGRAPHIE. -

<l\.

CHAPITRE VI. -

Art. 1. Art. 2. Art. 3. -

Art. 1. Art. 2. -

Pont de Marmande: Cinlres mariniers (p. 150). CINTRES EN MÉT AL

Po urquoi a-t- on fait des cintres en métal ~. . ...... . ... .. ......... .. .... ... Types de cintres en métal. . ... .... .. ... . .............. . ....... . ..... . .... Poids et prix par m.q. de douelle........ .. .. .... . . ....... . ........ . ......

CHAPITRE VII . -

CHAPITRE VIII. -

Art. 1. Art. 2. Art. 3. -

§ 1. § 2. -

§ § § §

3. 4. 5. 6.

-

152 152 152

PRECAUTIONS DIVERSES

153 153 153

APP AREILS DE DÉCI NTREMENT

BOiTES A SABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . COINS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VÉRINS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DÉCINTREMENT PAR ÉCRASEMENT DE PIECES DU CINTRE ... ..... ·.. . ..... DÉCINTREMENT EN DÉTENDANT DES CABLES.. .. .. . .. .. .. .. . .. . .. .. .. .. .. DIVERS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHAPITRE X I . -

§ 1. -

ACCIDENTS ....... . ......... .. . .

Cintres ayant déja serví . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Arrosage ........... . ..... . . . ....... . ..... . . . ...... ·. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Incendie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . CHAPITRE X . -

151 151 152

SURHAUSSEMENT

Cintres fixes ...... .. .. . ............. . ........ : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Cintres re troussés ....... . ........ : ... . . . ... . ...... ...... ........ . . ...... •

CHAPITRE IX. -

150

153 154 154 154 154 155

CALCUL

PRESSION NORMALE p P AR U IJTÉ SUR LE CINTRE A UNE DISTANCE ANGULAIRE a. DE LA CLEF . .... ...... .. ........................ . ..... . .. .

TRAVAIL PERMIS. Art. 1. - Bois (Pin , Sapin). A. - Piecesjfochies (vaux, couchis). ............ .... .. .... . . .. ..... .... . . ... .. B . - Pieces comprimées. B,. - Dans le sens desfibres. - B,. Normaleinent auxfibres.... ... .. . . .. Art. 2. - Cables cl'acier. . . . . . . . . . . . . . . . .. ......... . ...... .. .. . ............ ·. . . . . . .

155

§ 2. -

156 156 156


230

TABLE DES l\•f AT IERES DU TOMJ;: V

TITRE 11. -

CINTRES (Suite)

CHAPITRE IX. - POUR UN PONT A n ARCHES, COMBIEN DE CINTRES? P ages .

Art. 1. ArL. 2. Ar L. 3. -

Pour 2, 3 arches .. . :. .. .. . . . . ... . . . ·... . ... . . . . . . ...... . . ....... . ... . ... . . Pour 4 arches ... ... . . . . . .................. . . ... . ....... . . . . . .. .. . . . ... . . Pour 5 arches ................... . .......... . .. .. . . . . ....... . ........... . PHOTOGRAPHI E. - <l\ . Ponl des Am idon niers (p . 157). ArL. 4. - Po ur plus de 5 a rches .. . . ....... .. ........ . . ..... . . . .......... .... ..... .

TITRE 111 . -

156 156 156 157

COMMENT ON EXÉCUTE

LES GRANDES VOLITES EN MAQONNERIE APPAREILLÉE CHAPITRE l. -

ROULEAUX

§ t. -

POURQUOI ON CONSTRUIT PAR ROULEAUX...................... . .......

§ 2. -

COMMENT, DEPUIS 1800, ON A CONSTRUIT LES VOÜTES DE 40m ET P LUS.

ÉPAISSEUR DU 1•r ROULEAU. Arl. 1. - Que porte le 1•r rou lea u ~................. .. ............. .. ............ . Art. 2. - Rapport, dan s les voutes exéculées , de l'épaisse u1· du J•r rou leau e', e;, a l'épaisseur tola le e,, e,............. . . . . . .. . ....................... .

158 158

§ :l. -

ROULEAUX SOLIDAIRES OU ROULEAUX INDÉPENDANTS ~ Art. 1. - Rouleaux solidaires . ... .. .... . .. ....... . . ... . . ..... .. ....... . . . ..... . . .. Art. 2. - Roulea ux superposés ind épendants.. . .. . ............ . ..... . .. . ...... .. ...

159 159

§ 4. -

§ 5. -

ADOPTION SYSTÉMATIQUE DE LA CONSTRUCTJO CHAPITRE II . -

J

PAR ROULEAUX...

160 160 160

TRONQONS ET CLAVAGES

ON COUPE LES RO ULEAUX EN TR ANCHES PAR DES JOJN TS VI DES PERMETTAN T A LA VOÚTE DE SUJVRE, SA NS CASSURES, LES AIOUVEMENTS DU CJNTRE ; PUJS, ON NIATE CES JOJN TS

NÉCESSITÉ DES JOINTS VIDES ..................... ·. .. .. .. .. .. .. .. .. . . .. .. .

161

EMPLACEME T DES JOINTS VIDES. ArL. 1. - Joints vid es aux retombées seu lernent (c'es t-a-d ire clavages en tro is points : clef et retombées) ... .... ... .. .... .. .. . . . .. . . . ........ . ...... Art. 2. - Joints vides aux re tombées et en d'a utres points. . .............. ... . . ..... Art. 3. - Tous les joints vides.. .. . . ......... .. ......... . . . .... . ...................

162 162 163

§ t. § 2. -

§ 3. -

COMMENT, PE LES JOINTS Art. 1. - Comment Art. 2. :__ Coffrages,

DANT LA CO STRUCTION DE LA VOUTE, ON MAINTIENT VIDES. on soutient les assises posées a sec . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . taquets entre les trongo ns.. . .. . .. ... ... .. ....... . ......... . ...

163 165


231

TABLE DES MATI E R ES DU TOME V

TITRE 111. -

COMMENT -ON EXÉCUTE

~

.

LES GRANDES VOUTES EN MAQONNERIE APPAREILLEE (Suite) Pages.

§ 4. -

COMMENT ON REMPLIT LES JOINJ:S VIDES. - , O~DRE DES CLA VAGES. Art. 1. - Les mater au mortier de ciment sec..... . . .. ..... . . . . .. .. ..... . .... . . .... Art. 2. - Employer pour les malages le ciment et non la chaux . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . .. Art. 3. - Ordre des clavages..................... ..... ... .... . . . .... . .... . . .. .. . .. Art. 4. - Pratique des matages. A. - Poids de ciment pow· Jmc de sable ... . ..... . ·.... : ............. . .. ... . .... B. - Sable . . .... .... ............... . ......... ...... . . . . . . . .... ...... . . . . . . ... C. - Quantite d'eau. .... .. . . ... ........ . ....... . . . . .... .. . . . . . ... . . ... .. . .. . . D . - I nst nunents p our le matage.... . ... . . . ... . . . .. . . ...... . ..... . . . .. ... . .. . E. - Opération du matage .. ·.. ..... . .... ~ . .' . ..-.............. : .. . .. . .. :. . .. ... F . - Présence de. l 'higénieur:., . . .. . . . . . . .. , ._.. .... . . .... . . ........ .. ........... . Art. 5. - Cout du m. q. de joint ma té... . .......... .... ... ......... . . ........ ... . ..

165 165 165 166 166 166 166 ·167 167 167

§ 5. -

ON PEUT CONSTRUIRE PAR TRANCHES SANS CONSTRUIRE P AR ROULEAUX . . ...... .. .. . : . .......... . ... . ..... . .. . .................. : . . . . .

168

§ 6. -

ON PEUT CONSTRUIRE PAR TRANC HES QUELS QUE SOIENT LES MATÉR IAUX DE LA VOÚTE .. ... ·....... .. ........ . .......... .. .... : . .. ..

168

§ 7. § 8. -

RÉACTIONS NORMALES AUX LITS CRÉÉES PAR LE MATAGE DES JOINTS VIDES AU MORTIER PUL VÉRULENT .. .. . .. .. .. .. . .. .. .. .. .. . . CO TCLUSION : ADOPTION SYSTÉMATIQUE DES CLAVAGES MULTIPLES. OHAPITRE III. -

T ITRE IV. OH APITRE l . -

QUELQUES PRÉOAUTIONS . . .... .. .. . . . ... .

MEILLEURE ÉPOQUE A OHOISIR ,

171

ÉTAT D'A VANOEMENT DES TYMPANS

AU MOMENT DE DÉOINTRER .. . .. . ..... . ........... . .. OHAPITRE 111. -

171

TEMPS PENDANT LEQUEL

ON LAISSE LA VOUTE SUR OINTRE .... . ... . .... . .... . . . OHAPITRE IV . -

170

DÉCINTREMENT

QUAND ON EST LIBRE, POUR CLAVER ET DÉOINTRER. ..... .. . .. OHAPITRE 11. -

169 169

172

TASSEMENT DE LA OLEF AU DÉCINTREMENT

VOÚTES INARTICULÉES. Art. 1. - Voutes a mortier de chaux. A . - Chaux grasse. - B. Chaur.c mcdgre. - C. Chau:.c hydrautique . . . . . . . . . . Art. 2. - Voutes a mortier bátard .. . : .... . ... . .. . . . ........... .. . ...... .. . .. .. .. . Art. 3. - Voutes a mortier de ciment . ........... . .... .. . . ... .. . . . . . ... ...... . . . ... Ar t. 4. - Que concl ure des tassements observés ~. .. . . . . . ... . . . ... ..... .. . . . . . .....

§ 1. -

§ 2. -

VOÚTES ARTICULÉES (mortie1· de ciment) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

173 173 174 175 176

'


232

TABLE DES MATIERES DU TOME V

DÉCINTREMENT (Suite)

TITRE IV. -

P ages .

§ 3. - CONTi r UATIO DU TASSEME JT APRÉS DÉCINTREMENT.... . . . ... . ..... § 4. - TASSEMENT DES APP IS DE LA VOÚTE. ArL. 1. - VoúLe co ns LruiLe a plein e épai seur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Arl. 2. - Voüte co nstruí Le par rouleaux.............. . . .. ................ ......... A1· L. 3. - Dan s le La ssemenL tola!, fa ire la part des appui s....... . .. ... .... .... ......

CHAPITRE V. - ACCIDENTS AU DECINTREMENT: FISSURES , EORASEMENTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHAPITRE VI. - COMMENT ON MESURE LES TASSEMENTS... .. . DESSINS. - Mesure eles tassements: f,. Ensemble. - f,. ConLact K (p . 178).

TITRE V. ArL. 1. Art. 2. -

176 177 177 177 177 178

ÉPREUVES DES VOUTES EN MAQONNERIE

VoúLes inarLiculées............... . ............. . . . .......... . . . .. ... ... . Voutes arLiculées .... ...... ............. . ....... .. ....... .. . .............

TITRE VI. -

179 179

MOUVEMENTS ET FISSURES

DUS AUX CHANGEMENTS DE TEMPÉRATURE NÉCESSITÉ DE S'EN PRÉOCCUPER POUR LES GRANDES VOÜTES JOINTS DE DILATATION § 1. -

VARIATJON DE L ONG EUR D' r N ORMJ\LE ~ (kg / OmOJ 2 ) ; 3' PAR HIBIBITIO ~.

-

PRISME: 1° S0.US U VE CO MPRESSION

2• POUR UNEVAR I ATION D1_., TEMPÉRA T URE-rº;

Art. 1. - Formul es ......... . ...... . ... . . . .. .......... . .. . . ..... . .. : ... . .. . ... .. .. ArL. 2. - Quelques nombres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ArL. 3. - Les chan geme nts de Lempérature raccourcissent un prisme plus que les charges us uelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Art. 4. - Compression, si on co ntrari e la dilatation ...... .... .. .·... ............... . .

180 180

COMME T ·v ARIE LA TEMPÉRATURE DES VOÜTES ... ." .. . .............. . MO VEMENTS OBSERVÉS A X CLEFS DES VOÚTES .. ..... .......... . . . DESSJNS. - Pont de Sainl-Loup: f 1 • TempéráLures ; - ( Mouvemenls de la clef. Viaduc de Morez: f,. Tempéralures; - f,. Mou vemenLs de la

181 181

§ 2. § 3. -

clef (p. 182). § 4. - FISSURES D'HIVER . ArL. 1. - Effet du froid . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ArL. 2. - Ouverture de joinLs aux r ein des voutes....... . ..... . . . ................. A rL. 3. - F e ntes des tympan ... . ... . . . ....... . ...... ...... . .... ... .. : ...... . ·.·... Art. /~. - Voúte unique cl'élégi sement jeLée entre deux g r·and e vouLes.. ... ... . . .. . Arl.. 5. - F enLe. de plinl11es eL des parapets ...... . .. ....... . .... ........... ... .. . . § 3. - DI POSITIFS PERMETTANT LA DILATATION. - JOINTS DE DILATATION. Arl. 1. - VouLe ina rLicul ées et voutes arLicul ée . ... . .... . ... . .. . .. . . ......... ... : . Arl. 2. - Le murs de tympa n sont plein s ... . . ... . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

ArL. 3. Art. 4. -

Les murs des tym pans sont évidés pa r des voúles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La chau,- ée est porlée par un e plate-form e en l.iéL01í armé s ur murs ou colonn es en béton armé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

181 181

183 183 183 184 184 185 1-85 186 186


TABLE DES MATIERES

LIVRE III. -

DU

233

TOME V

CONCLUSIONS GÉNÉRALES

PONTS MÉTA LLIQUES OU PONTS VOÚTÉS?.

GRANDES VOÜ TES CL ASSEMENT PAR PAYS PLUS GRANDE VOÚTE A CHAQUE ÉPOQUE

PROGRES. TITRE l. -

PONTS MÉTALLIQUES OU PONTS VOÜTÉS?

CHAPITRE l. § 1. § 2. -

PART DE LA FRAN CE

QUELQUES GÉNÉRALITÉS

Pages.

189 189

PIERRE ET MÉT AL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CAS OU S'IMPOSE LE MÉT AL...... .. . .. . .. .. .. .. .. .. .. .. . .. . .. .. .. .. .. . . . ..

CHAPITRE II. -

COUT TRES VARIABLE

DE PREMIER ÉTABLISSEMENT

190

DES PONTS MÉTALLIQUES COMME DES PONTS VOUTÉS... . .. CHAPITRE 111. -

SUPÉRIORITÉ DES PONTS EN MAQONNERIE

AU POINT DE VUE DE L'ENTRETIEN PROPREMENT DIT § 1. - ENTRETIEN DES PONTS MÉTALLIQUES. Art. 1. - Entretien proprem ent dit... ... . . .. ... . .. . ... . . . ............ . ............ Art. 2. - Inf!uence du type de poulre sur le nombre de rivets a remplacer ........ . .. Art. 3. - Causes spéciales de détérioralion...... . . . . ... . ..... .. ........ . ...........

192 192 192

Capita l a ajouter au coút de l'o uvrage ponr tenir com pte des frai s d'enlretien propremcnt dit.......... . ......... ... .. ..... ........... ..............

193

§ 2. - ENTRETIEN DES PONTS VOÚTÉS. Art. 1. - Entretien propremenL dit............... .. ...............................

193

Art . 4. -

CHAPITRE IV. -

SUPÉRIORITÉ DES PONTS VOUTÉS-

POUR RÉSISTER A DES MACHINES PLUS LOURDES § 1. § 2. -

194 195

IL FAUT CONSOLIDER OU REFAIRE LES PONTS MÉTALLIQUES.. ...... LES PONTS EN MA<;:ONNERIE RÉSISTENT........ . ... .... .................

CHAPITRE V. -

AVANTAGES SPÉCIAUX DES PONTS VOUTÉS

196 196 196

ILS SONT PLUS BEAUX.......... .... ................. .... .................. - ILS SONT PLUS SOLIDES................................................... - ILS DURENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . - ILS SONT PLUS SIMPLES DE PROJET ET DE CONSTRUCTJON.......... . - SOUS CHEMIN DE FER, ON BALLASTE COMME EN PLEINE VOIE . ...... - QUELQUES CAS OU LE PONT VOÜTÉ EST SPÉCIALEMENT INDIQUÉ. Al't. 1. - Traversée él'un e vallée profonde.......................... . ............... Arl. 2. - Ouvrages en co urbe ........ .. ..... ·.·.... ...... .... ... . . ..... .... .. .. . . . .

§ 'l. -

§ 2. § 3. § 4. § 5.· § 6.

197

197 197 197 30


234

TABLE DES

1AT IJ\: RES DU TOME V

PONTS MÉTALLIQUES OU PONTS VOUTÉS? (Suite)

TITRE l. -

CHAPITRE VI. -

PRÉFÉRENCE DONNÉE AUJOURD'HUI A UX PONTS VOUTÉS ... ..... . .... . .. . ... . ... . .

TITRE 11. -

Pages .

198

VOÜTES DE 40m ET PLUS

CLASSÉES PAR PAYS 1° PAR INTRADOS, 2 ° PAR PORTÉE, 3 ° PAR DATE

PLUS GRANDE VOÜTE A CHAQUE ÉPOQUE I. - VOUTES INARTICULÉES DE 40m ET PL US, CLASSÉES PAR PAYS ET PAR I NTRADOS. ... . .. . . ... ........ TABLEA II. - VOÚTE I ARTICULÉES ET ARTI CULÉES DE 40rn ET PL US, CLASSÉES PAR PAYS ET P AR DATE.... .. . ...... ... .... . . TABLEAU III. - VOÚTES I NAR T I CUL ÉES ET AR TICULÉES DE 40m ET PL US, CLASSÉES PAR PAYS ET PAR PORTÉE......... .... .. . . . . TABLEAU IV. - PLUS GRANDE VOÚTE A CHAQUE ÉPOQUE DEPUIS 1339....................... . ............ TABLEA

TITRE 111.

202 204

206

POURQUOI N'A-T-ON PAS ENCORE FAIT DE VOÜTES DE PLUS DE 100m ? . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TITRE IV. -

200

~07

PROGRÉS DES GRANDES VOÜTES DEPUIS 1880

§ 1. -

ADGMENTATIO DES PORTÉES; AUGMEr TATIO DU NOMBRE, DÚ DE COURB HE AU CERVEAU DES S RBAISSEMENT, DU HA YO VOÚTES DE 4Qm ET PLUS. rL. 1. - AugmentaLion des porLées. . ......... .. .. .. . .. .............. . ....... .. .. . . ArL. 2. - Augmentation du nombre de vouLes de 40m eL plu s ...... . .......... . ... . .. ArL. 3. - AugmenLation du surbai sseme nL des vouLes de 40m eL plu s_. ... . .. . .. ... . . . . ArL. 4. - Augmentation du rayon de cou rbure de l'intrados au ce rven u (voúles de 4Qm et plus). .. ... .. ...... ..... . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

§ 2. -

§ 3. -

ONT FAIT PROGRESSER L'ART DES VOUTES LES I JGÉNJE RS QUI E ONT CO lSTR IT BEAUCO P. . ........ . ... .. .... . ...... . .. .. .. .. .... . .. .

209

210 210 211

PART DE LA FRANCE..................... . ........ . .......... . .....

211 212

TABLE DES

2'10

fATIERES . . ......... : . . ...... ..... ................. . .......... .

ERRATA DU TOME V Pnge 34: au li eu de: <l>, - amont ... , lire: ép, - aval. . . et nu lieu de: <J.), - aval. .. , Jire: cp 0 - amont ...

Page 103, clans le Litre de la pholograph ie: a u l ieu de: ... (Pont lElins) . . . , lire : ...

(Pont lElius)". . .


r

1.

'·

.

,

1


1

I'

!

-


S~lilOA s~aNVll{) V

JI

~

'

..

rr JOS~ GALL4RT FOLCH . INGENIERO INDUSTRIAL DELPG DO DfL CO:ISrJO DE LA HISPANO FÁBRiCA 02 Al,J,TOMÓVILES Y MATERIAL DE GUERRA

\--

GUADALAJARA . =-

--

_;::::¡

1,

.

,.


'

',

'

-


. A.

GRANDES VOUTES PAR

Paul SÉJOURNÉ INGÉNIEUR EN CHEF DES PONTS ET CHAUSSÉES INGÉNIEUR EN CHEF DU SERVICE DE LA CONSTRUCTION DE LA COMPAGNIE PARIS-LYON-MÉDITERRANEE PROFESSEUR A L'ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES

TOME VI -

APPENDICE A

PRATIQUE DES VOUTES iRE

PARTIE

INSTRUCTIONS POUR PROJETER ET 'CONSTRUIRE 2ME

PARTIE

CALCULS ET ÉPURES •

3ME

PARTIE

TABLES NUMÉRIQUES

ANNEXES

BOURGES IMPRIMERIE

yvE . TARD.Y -P-IGE:tET

15,

RUE JOYEUSE,

1916

.-

.

•.

15

ET FILS


.

Tous droits de reproduction , de traduclion el d'adaplation réservés pour tou s pays . Copyright by Paul Séjourné - 1916 .

.

POUR RELIER, CONSULTER, CONSERVER L'OUVRAGE, voir p. 283.


APPENDICE

.

A

-PRATIQUE DES . VOUTES

1RE

PARTIE

INSTRUCTIONS POUR PROJETER ET CONSTRUIRE 2ME

PARTIE

CALCULS ET ÉPURES ~M E

PARTIE

TABLES NUMÉRIQUES

T. VI. - · l bis •

..


I'

1

1

l

·1


lre

PARTJE

IN-STRUCTIONS POUR PROJETER Erf CONSTRUIRE

LIVRE I

OUVRAGES DE Sru D'OUVERTURE ET AU-DESSOUS

LIVRE II

VIADUCS


LIVRE I

OUVRAGES DE 8M D'OlJVERTURE ET AU-D.ESSOUS

.

I'


'

..

,,


TITRE I

PROJETS D'EXÉCUTION

CHAPITRE I

DÉBOUCHÉS Il est fort important, - mais fort difficile, - de déterminer le débouché des peti ls ouvrages. On a pour eux beaucoup moins de renseig nements que pour les grands : les circonstances locales y comptent beaucoup plus . Il n'y a de sú.r que la comparaison avec les ouvrages voisins, reconnus , apres examen attentif, suffisants sans exagération d'ouverture. On relevera done, avec le plus grand soin, leurs débouchés 1 .linéaire et superficie!, leur revanche, leur remous, etc ... En l'absence de renseignem ents précis, ou a défaut d'ouvrages voisins, on a généralement exagéré les débouchés des petits ouvrages. Or, ils sont tres nombreux : leur cout augmente tres vite avec leur ouverture et leur long ueur. Il faut done ne faire pour eux que ce qui est strictement nécessaire.

Art. 1. - Difficulté de fixer les débouchés des petits ouvrages.

Art. 2 . - Nécessité de réduire les débouchés a juste ce qu'il faut.

Pour les petils ponts métalliques, au contraire, on peut augmenter un peu la porlée sans bi en grande dépense. Sous la condition essentiell e qu'il y ait une revanche suffisante sous la clef ou sous les poutres, un pont trop élroit suffit a débiter les eaux des crues s'il est bien fond é, si les terrassements et les quarls de cóne aux abords n'ont rien a craindre, et si la vitesse sous l'ouvrage ne peut pas affouiller le terrain, au cas ou il n'y aurait pas de radier. Un ouvrage sous charge de remblai peut méme élre aveuglé sans inconvénient sérieux : le remous a l'amont form e une charge qui augmente le débit et crJmpense l'insuffisance du débouché ; mais il faut étre absolum ent sú.r des fondations; il faut que les parafouilles, ou les murs, s'il n' y a pas de radier, soi ent bi en enca strés dans un lerrain solide en contre-bas des affouill ements possibles . La r evanche sous la clef ou sous les poutres es t un élément encore plus important a déterminer que le débouché. II y a beaucoup d'ouvrages qui sont insuffisants, ma lg ré un e ouverture exagérée, parce qu'ils n'ont pas assez de revanche. Sur des torrents a largeur démesurée, il convi endra souvent de réduire l'ouverlure, non seulement par économie, mais pour que les eaux fassent chasse sous l'ouvrage; avec trop de débouché, le lit s'éleve , et un ouvrage d'ouvertu re exagérée devient insuffi sant. En l'absence d'ouvrages exü¡Lants voisins , voici différentes mélhodes qui permettent une premiere approximalion : elle suffil quelq_uelois. 1. Ort reconnaflra en com paran t ces r ense igneme nts que, pour beaucoup, les débo uc hés ont été pris au hasard.

Art. 3. - Méthodes approchées pour :fixer les débouchés.


8

A. - Débouché en Jonction du débit du cours d'eau.

INSTRUCTIONS. -

OUVRAGES DE

8m

E T AU-DESSOUS

On calcule le débit de l'ouvrage a l'aide de la labl e T, (APPENDICE, - 3• partie) . On s'assure qu'il esl a peu pres le méme qu e celui du cours d'eau, Jequ e! s'évalue comme suit : Lorsqu e, s-ur une certaine long ueur , le lit est a peu pres régulier el qu'on connait bien la hauteur des plus hautes eaux , on leve, en différents poinls bi en choisis, la seclion et le périmetre mouillés par les hautes eaux, et on ca lcule Je débil a l'aide de la table T,.

Pour les petits ouvrages établi s sur des cours d'eau qui ne dépassent pas 5 ou 6k, on peut B. - Débouché en admettre sans bi en g rande erreur que, dans la méme région, les ouvert11res sont proporlionf onction de la lon- · neJles aux longueu rs des cour·s d' eau. Des ouvra ges existants, on déduira facil ement le coefficienl gue11r du cours d'eau. de proporlionnali lé 2 • Dans une elud e d'avant-proj et, et comme premiere approximation, on pourra sans grande erreur adopter 1m d'ouverture par km. de développemenl de la branche principale du cours d'eau , soit : 0m60 pour de simples dépression de moin s de 250m 3 ; 0m70 pour des dépl'essions de 250 a 500m ; 1111 00 pou r eles dépressions de 500 111 a 'l km; 1m50 pour des dépressions de 'l km a 1km500, ele ... On mesure la long ueur sur le plan ou sur la carte, ou ~ défaut au_pas. On augmente le débouché pour les ravin s qui charrient; on le diminue pour les ouvrages sous charge.

C. _:_ Débouché en Jonction de la surJace du bassin versant.

J 'ai fait relever, pour plusieurs centaines d'ouvrages, les ouvertures, bassins, penles, ele: .. ll esta peu pres impossible d'en dégager une loi, méme par régions bi en défini es. On a toutefois le senliment, en établissant des graphiques, que, dans la méme région et pour de petits bassim;, les ouvertures sont proportionnellés a la racine carrée du bassin versant. Soient: 2a l'ouverture en metres, S la surface du bassin versant en h eclares. On peut admeltre comme premiere approximalion :

2a =

P our un bassin de : 4 heclares et au-dessous ...... . ............ .. . . .. . .. . 4 a 400 hectares . . ............. . . ...... ... ..... .... . plus de 400 hectares etju squ'a 30.000 .... . ..... . . . ... .

º"'60. om30+0,16 0,17

vs.

Js.

Voici, d'apres ces formules, les valeurs de 2a pour S de O a 7 .000 hectar~s : Surface du bassin en h eclares

Surface du bassin en h ectares

Surface du bassin en hectares

Ouverlure

s

2a

s

2a

s

2a

Om 60 o 70 1 00 1 50 2 00 2 50 3 00

4241, 554 701 865 1.047 1.247 . 1. 4-62

3m 50 4 00 4 50 5 00 5 50 6 00 6 · 50

1. 6951, 1.946 2.214 2.803 3.460 4 .982 6.782

7m· 00 7 50 8 00 9 00 .10 00 12 00 14 00

41, 7

19 56 113

173 285

Ouverlure

Ouverture

· 2. En Anda lous ie, pour les co urs el'ea u torrenti els (Ramblas), lesqu els n' on t el'eau qu'a la suite el,.orages, nous admeUions ele 1 me tre á 1m20 el'ou verture par kiJometre áe développeme nt de la bra ncbe principale. On ava it opéré de meme á l'Ouest Algé ri en. · 3. En prin c ip e, 011 place un aq ued uc au fo nd ele toutes les dépressions barrées par un remblai . On s'es t quelquefo is conCe nté, po ur les to u tes petites, d'un d ra in , d'un filtr e : c'es t un e ma u va ise pratique.


. 9

LEVERS DE DiTAIL

CHAPITRE II ·

LEVERS DE DÉTAlL AUX ABORDS DES OUVRAGES Dans les limites qui inLéressent l'ouvrage, on levera un plan spécial avec le nombre de cotes convenable. Les plans levés aux abords des ouvrages doivent élre dressés avec le procédé le plns pratiqu.e dans chaque cas; ordinairement, avec une pelite ligne de base et des profils en Lravers sur cette base ; exceptionnellement, dans les terrains difficiles, au tachéometre. lis auront assez de cotes et s'é tendronL assez loin de chaque cóté, surtout a l'amont, pour bien assurer l'entrée et la sortie des·eaux, bien placer les tétes, bien orienter l'ouvrage . C'es t sur ces plans spéciaux qu'on levera le profn' en long de l'ouvrage, puisque c'est sur . eux qu'on arrétera sa direcLion. P~ur les ouvrages a faible pente, spécialement pour ceux d'irrigation, on vérifiera sur le terrain ce profil en long . Sur le profil en long et sur les profils en travers des cours d'ea u, on marquera, s1 on a pu l'avoir, la ligne des hautes eaux. CHAPITRE III

HAUTEUR DES PIEDS·DROlTS § 1. -

0[ VRAGES SERVANT EXCLUSIVEMENT A L'ÉCOULEMENT DES EAUX

On regle la hauteur des pieds-droils sur celle des hautes eaux. La revanche sera déterminée comme suit : Pour le~ aqueducs de Qm60 el ·Om70 établis sur des dépressions de moins de 500m, une revanche de om25 est en général suffisante. . A des ponts sur de grands .fleuves, on s'est contenté d'une revanche de moins de 2mOO. ,On peut, sauf dans des cas tout-a-fait exceptionnels, fixer a 1m5Q la revanche des ponts de SmOO en plein cintre . On fera varier la revanche d'une maniere continue de Om25 a 1m5Q comme !'indique ce tableau: Ouverture

R evanche minima

Ouverture

R evanche m1111ma

Om60 O 70 1 00 2 00 3 00

om25 O 25 O 35 O 60 O 80

4moo 5 00 6 00 7 00 8 00

tmiO 1 20 1 30 1 40 1 50

Art. 1. - Revancha mínima au-dessus · des ·p lus hautes eaux.

Pour les voútes surbaissées, on admettra les mémes limites, avec cette deuxieme condition que les hautes eaux ne dépasseront pas la ligne des naissances. II est bien entendu qu e ces revanches sonL des minima, qu'on les augmentera s'il y a lieu, - par exemple, si le cours d'eau entraine de gros blocs, charrie des arbres, etc., - dans les régions a pluies torrentielles , a sol nu ét friable il faut la, pour prévenir les. obskuctions, élever sensiblement les pi eds-droils des ouvrages. T. VI -

2.

I


10

INSTRUCTIONS. -

OUVRAGES DE

8m

ET AU-DESSOUS

Les AgenLs qui débu tenL, cherchent, pour réduire les terrassem enls, a lécher de trop pres le Lerrain naLurel : on empeche ainsi les ouvrages de bien foncLionner, et on expose la plateform e a eLre surmonlée. Art. 2. - Hauteur des pieds - droits des ouvrages en plein cintre. A. -Minima: Qm55,

B. - Max ima: t mQO.

Pour visiler el curer un aqueduc, il faut une ouverture d'au moins Qm6Q et, sous clef, une hauleur d'au moins Qm85, soit, pour un aqueduc de Qm6Q, une hau leur minima de pi eds- droiLs de Qm55 _ Pour la plus g rand e ouverlure d'un ouvrage courant, Sm, on ne peut accepter de poser s ur le sol la lig ne des naissances. J'adopterai la meme limi te de Qm55_ Ra_il~ ~ ~ ~

~,.·., ·º ,·. · ~: ~:':' · .": : ·.:~··.-.,u:··: ., .."f',-, ¡ª ·

~

~

Base

des

--L4----""'-

C. - Entr e les deux limites de Qm55 et 1"'00.

~ oieds _ t}rofts

Soient deux ouvrages O et O' (f,) de meme ouverlure, pour lesquels il y a meme différence de coles entre le rail el la base des pieds-droits; O, plus haut et plus courl, est (y compris murs en ai le ou en retour) plus cher que O', plus has et plus long. Il convient done de limiLer s tricLement la h auteur des piedsdroiLs a ce qu'impose la revanche de la clef au-dessus des hautes eaux. Sauf castres exceptionnels, 1mQQ suffit.

E lle sera déLerminée dans chaque cas, soit uniquement par la revanche au-dessus des ea ux, soi t si, bien que l'ouvrage soit fait pour écou ler l'eau, on veuL permeLLre - a l.ilre excep Li onnel - a un pi élon d 'y passer en se courbant. On adoplera, pour chaque ouverture, 3 hauteurs types de pieqs-droi ts: Qm55, 1m, et une hauteur inlermédiaire.

§ 2. -

OUVRAGES SERVANT DE PASSAGE

Art. 11 d u Cahi er des charges des grandes Coro pag ni es : « Lorsqw1 le chemin de fer devra passer au-dessas d'une route nationale ou départem entale, ou d'un chemin vicinal, l'ouverture <e du viaduc sera fi.xée par l' Administration, en tenant compte des circonstances locales; mais « cette ouoerture ne pourra, dans aucun cas, etre inférieure a 8m pour ,me route nationale, ce a 7m pour la route dépadementale, a 5m pour un chemin vicinal de grande communication, ce et a 4m pour un simple chemin vicinal '1 . ce P our les viaducs de forme cintrée, la hauteur sous ele/, a partir clu sol de la route, sera ce ele 5mQQ au moins. Pour ceux qui seront formés de poutres horizontales en bois ou en fer, ce la hautew· sous poutre sera de 4m3Q au moins ... « La hauteur des parapets sera fi xée par l' Administration, et ne pourra, dans aucun cas, (( etre inférieure a Qm8Q )) 5 • ce

,.__

Pour les chemins ruraux, en général peu importants, on pourra réduire l'ouverture des ouvrages a 3m et la hauleur sous clef a 3m5Q_ Enfin, da ns les acc¡uisitions de terrains, il a pu convenir d'accorder aux propriétaires des passages particu li e rs pour pi étons et bestiaux, de tmQQ a 2m5Q d'ouverture; on ménagera sous clef des hauleurs variant de 2m a 2mí5. On ne dépasse ra pas 3m pour la hauleur des pieds-droils des ouvrages en plein cintre de 4m a Sm. Les angles des cul ées des passages inférieurs doivent elre en pi erre du re. On les p rolégera co nLre le choc des roues des véhicu les, pa r des trottoirs avec bordures, ou par des boute-roues. 4. T oule!'o is, sa uf cas excep ti onnels, l'ouverlure de s passages ne sera pas supérieure pa r l'arrété de classe ment de la route ou d u chemin

a la

large ur fix ée

5. D'ap r es un e décis ion mini léri ell e du 31 aoút 1855, la ha uleur des parape ts en mar,o nn eri e d oit el re portee a 1m50 pour les ponts placés a rr.oins de 200m en ava nt, et moins de 150" en a rri er e du milieu des trotloirs des ga r es.


11

DI S PO S ITIO NS DES OU VRAGES EN P LA N

CHAP ITRE IV

DISPOSITIONS DES OUVRAGES EN PLAN J 'appelle tres spécialement l'attenLion sur la nécessité de bien placer les ouvrages. Il fa ut qu e la direction soit bien celle qui convient , et qu e les tétes soient placées 011 il faut . Des qu'il y aura doute ou diffi cullé, les chefs de section devront faire indiquer devant eux , sur place, avec des jalons, l'empl acemen t des létes. On peuL relever, dans les ligues construi tes, qu anLiLé d'erreurs d'implantation 6 qui sa utent aux yeux, et qu' un chef el e section un peu soigneux eu t évitées en « présentan t ,, l'ouvrage. I1 faut surtouL bien éludi er sur place l'enLrée des eaux, les bi en en tonne r dans l' ouvrage . Si un fossé latéral am ene beaucoup d'eau, on l'infléchira un peu avanL d'arriver a u co urs d'ea u. Éviter en principe de dévier les cou rs d'eau , surtouL les torrenLs. Si on les mod ifie, les modifi er le moins possibl e : bi en s'ass urer qu'il n 'y aura ni affouillement, ni dépóL, devan t, sous, derri ere l'ouvrage. Une modificalion de cours d'ea u impose souvent d'importants Lravaux de défense. Dans certains to rren ts a la rge li t, il fa ut pa rfois prolonger les murs en ail e, évasés par des g uideaux en enrochements ou en blocs de béton, pour entonner les eaux sou s le pont . Ce son t les courants obliques qui sont les plus dangereux. Il fa u t enfin que les eaux sorten t fa cilement , eLaussi qu'elles ne ravinen t pas les propriétés en aval du chemin de fer.

Art. 1. - Direction, entrée, sortie des eaux.

Les murs en ail e 1 cotllent toujoqrs un peu plus cher que les mu rs en reLour 8 , surtout pour les ouvra ges a radi er, du moins en apparence, quand on fait les mé trés com paralifs ; mais les murs en retour comporlent des gazonnements, souvent des perrés, qu'on ne peu t pas évalu e r d'avance. Dans les ouvrages s ur torrents, il faut non seulement défendre le pi ed des c¡ ua rLs de cóne, mais qu elquefois empécher par des guid eau x les eaux de se jeter sur les remhl ais et d'y faire brech e. Pour les ouvrages san s radier , la diffé rence de dépense es t tres peu importa nte; pour les ou vrages a radi er, elle peut étre négligée pour les portées de 3m et a u-d essou s. S'il y a beau coup a épuiser, s'il faut fond er sur pilotis , le mur en retour ramassé vau t mieux que el e long ues et étroites fondation s de mur en aile. Sa uf ces cas, les murs en ail e se ront touj ours adoptés : 1° pou r lous les ouvrages sous cha rge de remblai, parce qu'ils résisten l mi eux a la poussée sur les tétes ; 2° pour tous les ouvrages su r cours d'eau , parce qu 'ils assu ren t mieux l'entrée et la sor li e des eau x, et qu'ils ne comportent pas d'ouvrages accessoires; élever dans ce cas la murelle de retour un peu a u-d essus des hautes eaux; 3° pour tous les ouvrages sans radier . En prín cipe, on n 'étudiera de murs en retour qu e pour les passages in férieurs ne ren Lrant pas dans les ca tégories précédentes, c'est-a-dire ceux fo ndés sur radi er génóra l eL sans surcharge, ceux 011 le Lracé des chemins imposerait des m urs en ail e Lrop évasés ou des murettes trop h a utes.

Art. 2 . - Murs en aile ou murs en retour?

6. Pa r exemple : un po ncea u débo ucha nt en face d' u ne pa roi de rocher te te .... 7. Dits q uelquefo is en p rolongeme n t des p ieds-clro iLs. 8. D ils q uelq uefois en p rolongement des tétes .

a chaq ue

'

ou trop b iois sur le lit

A. -

C!wix a/aire.


12

I NT R UCT IONS. -

OUVRA GES DE

Sm

ET AU- DES SOU S

B . - E vasement des murs en aile.

Sauf exception molivée, pour les ouvrages de 0m60 a 1m00, les murs en aile seront établis sans évasement, en prolongement des pieds-droits. Les ouvrages de plus de 1m seront évasés suivant ce que les li eux demandent (entrée des eaux, raccordement avec les chemins la téraux , ele.). Quand l' évasement ne sera pas molivé, le supprim er. On pourra le supprimer a !'aval, tout en l'admettant a l'amont. En pratique, l'évasement vari e de 1/ 10 a 1/ 5. r ' a' Les murs en aile (f,) seront, soit rectilignes (il y aura !llors , ' une a rete en a), soit suivant une courbe tangente en b aux -· - ·-·Axe.,! de __ /óuvrage ___ ____ _ pieds-droils . ""'' - -- ------, Aux ouvrages de ligues a 1 voi e que l'on prévoit devoir étre ' ~ mi ses a 2 voi e;;, il peut étre prudent de ne faire commencer b' e,.:, l' évasement qu'au dela de la place de cette seconde voie.

C. - R emblais derriere les murs et murettes de retour.

F aire ces remblais en graviers ou en matériaux non décomposables par l'humidiLé ou la gelée ; exclure les terres argileuses, le gypse, ele. Les mureLtes de relour s' ouvrent quelquefoi s en A (f,) par l'effet du tassement des remblais : ne pas les faire trop longues, ·et renforcer l'angle rentrant A .

CHAPITRE V

PENTE DES OUVRAGES SUR COURS D'EAU Sauf ceux pour irrigation qui écoulent des eaux claires el qui sont sur dei;i canaux a faible pente, les ouvrages pour l' écoulement des eaux doivent avoir au moins 0,02 de pente. II faut donner aux ouvrages le plus de penle qu'on peut. Il vaut bien mi eux augmenter la pente qui ne coute ri en, que l'ouverture qui coule cher, Plus l"ouvrage est pelit, plus il est long , plus il faut forcer la pente pour augmenter le débil el prévenir les qépóls. Un ouvrage peut avoir plusieurs pentes, a condition que la plus peLite soit encore suffisante et qu' elles soient bi en raccordées . A la sorLie de l'ouvrage, avoir un e pente telle qu e les malériaux enlrainés ne s'y déposent pas ; il suffira pa rfoi s de creuser un peu plus en aval qu 'en amont la dérivation ou le lit. Bien éviter les réductions de penle a l'amonl et sous l'ouvrage par rapport au lit d'amont: elles diminuerai ent la vitesse et provoqu eraient des dépóls. Un ouvra ge bien fond é peut avoir une inclinaison allant jusqu'a 1/ 1 º. Au-dela de 30/ 100, on rejointoyera au cimenL le has des pi eds-droiLs et le radier ; a vec de pareilles pentes , 011 n'a jamais a débiter beaucoup d' eau . D. Exemples d'ouvrages en for te pente: L ignes de : R odez ii Millau .. ..... .......... ... .. ..... .. . , .... .. . ...... .. . Mende i\ L a Bastide . ......• . .•. .. .... . . .• . .. .. .. . ... .. • . . ... Brioude ii Saint- Flour ... . . . ...... . . .. . ... .. . , .. . . .. . .... ... .. Mo rez ii Saint-Claude . . ... . .•. .... . . ... • . .•. .. . . .. .. . . .. , . . . . Frasne

a Vallorbe .. . . . . . .. . . . .. . .. , .. .. . . . . ... ... . .. . .... • . . ·

I

Ouve rture

P ente

2-50 1 00 O 70 1 00 O 70 2 00 O 70 4 00

O 168 O 200 IJ 37 O 335 O 58 O 71 O 39 O 36

Cha rge de remb la i sur la vofi te

0-50 2 90 6 70 9 20 3 60 1 80 ü 40


PE NTE D ES OUV R AG .E'.S SUR COURS D' E A U

13

Sous aucun prétex te, on ne fera d'ouvrages a chutes , sauf quand le rocher en form e naturellement. Les ou vrages a chutes sont tres chers, cassenL fa cilement 1 0 • Dans certains cas exceptionnels, on acceptera un mur de chute, mais seul ement a la téte aval, en dehors de la voute : on protégera le pied de la chute par des dalles ou des enrochements. Dans les Lerrains friables a forte pente, on coupe ra les rav ins a l'amont pa r un e séri e de petits barrages a pierres seches , comme eri fait le Servi ce des F oréts. Quand la pente dépassera 30 Ü/ 0, on retournera h01·izontalement la léte aval, afi n de supprimer les angles aigus du band eau. On a quelqu efois disposé la téle amont perpendiculairement a la pente : c'est laid .

CHAPIT,RE VI

DES DIFFÉRENTS TYPES D'OUVRAGES § I. -

DALOTS 11

Bien qu'on en ait fail beaucoup , il faut éviler les dalots sous le chemin de fer, parce que les dalles peuvent casser brusquement 12 • Les dalots sous rails doivent avoir au moins Orn60, a u plus Om80 de portée, une ha uteur sous dalles d'au moins Om85. On a fait des dalots avec des dall es direclement sous ballas t, d'auLres sol.is charge de 4 a 5m_ Il conviendra ele ménager sous ballast un matelas ele Om::lO au moins , Om40 si c'es t possibl e. On acceptera les dalots sous rails a l' entrée des sou terrains, quand il s'agira <l e fai re passer un fossé ou les deux fossés de la voie dans l'aqueduc du sou terrain . Da ns ce cas, la dall e es Ldirectement so us le ballast, et la portée es Lrédui te a Om40, a Qm50. Les dalots sous rails ne seront pas couronnés au nivea u du rail , ni méme a u niveau de la plate-forme ; on appareillera en crosselLe la dalle de téLe, comme pour un ouvrage sous charge. Pour ceux -la, pas d'ouverture minima; on pourra descendre a Om40 et méme Om~O.

§ 2. -

BUSES

Les buses en ciment ont été souvent employées sous rails 13 • Elles son t trois foi s moins cheres que les aqueducs el e méme ouverture. Comme leurs parois sont plus lisses, a égalité de section et de penle, elles débiLent plus. (Voir plus loin la table T, .) Elles sont ordinairement moins cheres que les dalots ; mais, com me eux , exposées a casser . JI est prudent de ne les accepLer que dans des cas tout a faiL excepLionnels, et de préférence p·our écoul er des eaux claires (irrigations, sources) . Pour éviter des ruptures, on ménagera touj ours, entre le dessous du ballast el le dessus de la buse, un matelas aussi épais que possible, jamais moins de Ü"'5Ü. On n 'emploiera pas de tuyaux ach elés tout faiLs. Les buses seront toujours faites, en place, autour d' un moule donL la surfa ce est la elou ell e de la buse. 10. Il y en a eu bea uco up de cassés entre Mill au et Séverac. 11. On a écrit dalots et non dall ots, d'ap res Littré . 12. On pour r a it, toutefo is, les adme ttre da ns certai nes r égions o ú l'o n Lro u ve eles da ll es cl' un schi s te tres résis tant et élas ti q ue (pa r exemple a L ourdes). 13. Sou s la lig ne de Ma r vejols a Neussargues, il y a 1.023m de b uses de 0m70. J'en a i cons tru it beauco up: en E spag ne, et so us de tres g ra nds r embla is; - sous les lig nes de Me nde a L a Basticle, ele Brio ucle a Sa int- F lour (42 b uses - charge maxima de rem bl ai : 4m) . 11 n'y a jam ai s eu d'accidents ni d'i nconvén ients p our l'éco ule ment de s ea u x , me me sales, a co nd ition q ue la b use eil t un e pe nte d'a u mo ins 0,02.

Art. 1. -

!\.rt. 2. v oie .

Sous rails.

Hors la

Art. 1 . - Buses en ciment.

A. -

Sous mils.


14

INSTRUCTIONS . -

OUVRAG E S DE

8"'

ET AU-DESSOUS

On ne tolerera que tres exceptionn ellement qu'elles soient faites par tuyaux pil onnés verticalement a coté de l'ouvrage : les joints en seront fermés par un bo urrelet en béton (500k de ciment pour 1"'º de sable et cc gravi lle ))) . Le diametre sera d'au moins 0"'60, d'au plus 0m80 : au-dela, il devi ent diffici le de bien faire une buse en ciment non armé.

B. - Hors la voie.

Art. 2. -- Buses en fonte pour irrigations.

Hors la voie, la rupture d' une buse est plu s rare et moins grave. On ménagera un matelas de 0m30 a u moins entre le chemin et le dessus de la buse. Pas de minimum d'ouverLure prescrit; on ne descendra pas toutefois au-dessous de Om30. Les buses sous et hors la voie seront enveloppées de terre pilonnée sur 0m30 au moins. Pour les eaux cl'irriga tion , on peut aussi employer des buses en fonLe. Jl convi enl de les établir en déblai sous une certaine charge de plate-form e. Avoir soin de

ménoge r , a l'amont, un petit puisa rcl pour décanter les eaux , et de tenir l' entrée de la bus0 puisnrd . La pente de ces buses peu t étre abaissée a 0,002. El les sont en général plus cheres qu e les buses en ciment de mtime section: pour leurs joinls (a emboitemenL et cordon), il faut des ouvriers spéciaux. On n e les emploi cra done que pour les diametres inférieurs a Om30, lim ite au-d essous de laqu ell e il n 'esLpas pratique de faire, sur les chanLiers, des buses en béton de ciment.

a 0m15 au-dessus du fond du

§ 3. - CHOIX, POUR LES PETITS OUVRAGES HORS LA VOIE, ENTRE L ' OUVRAGE VOÚTÉ, LE DALOT ET LA BUSE. En général , l'aqueduc vouLé est beaucoup plus cher q ue le dalot, et celui-ci, un peu plu s cher que la buse. Sauf excep tions moLivées, employer le dalot pour les ouvertures de moins de 0m30. Pour ccll es de Qm30 inclus a 0m80 inclu s, employer toujours la buse en cim ent ou le da lot: on c hoi sira d'opres le prix. 0m80 es t la limite d'ouverture des buses en ciment (en ciment non armé). Pour les dalots , la limite est cell e qu e donn ent les matériaux du pEiys. On n cl épassera pasen génóra l 0m80, ce qui exige des dalles de 1m10 a 1m20. S'i l s'agit el e canaux cl 'irrigation , préférer toujours en príncipe la buse en ciment, qui a éga litó de secLion débiLe plus , ou la buse en fonte pour les diametres inférieurs a 0m30.

§ 4. - SIPHONS SOUS RAl LS On les évitera , parce qu'i ls sont diffici les a entretenir, et qu'ils donnent li eu a des difficu ltés avec les inLéressés. 11 ne faut pas non plus en avoir une peur exagérée : ils fonctionn ent bien lorsque les eaux sont claires el bi en d ·cantées par el es puisarcls . Les tuyaux de siphons seront en fonte ou en béton de ciment, ou meme en mac;onn erie, s uivanl leur ouverLure et la charge d'eau . Quand on a beaucoup d'eau a cl ébiter, il vaut mieux accoler deux Luyaux qu 'é tablir un seul Luyan d'un g rand diametre, parce qu'on a toujours intéret a réduire la houleur et que, d'au lre part, en cas cl'acciclent ou d'obsLru cLion , il y a chance qu'un tuya u s ur deux foncLionne. § 5. -

BA CHES EN TOLE OU EN BÉTON ARMÉ

Quand une rigolc d'irri gation es t coupée a plus de 4m80 au-dessus du rail , on examinera si, au lieu de la faire siphonner, il n'y auroit pas avantage a la faire passer par dess us le rai l dans une bache. § 6. - OUVRAGES SOUS CHARGE DE REMBLAI Art. 1. - Les adoptar en príncipe.

Un ouvrage sous charge coúle Loujours moins cher qu'un ouvrage couronné au nivea u el e Ja plato-forme H . On ne ch erchera clone pas a aug menler la hauLeur des pieds-clroiLs, sauf pour H. Vo ir plus haut p. 10.


DES DIFI-ÉRENT S TYPES n 'ouvRAGES

15 ceux s ur cours cl'eau, quancl il y a intéreLa augmen ter le clébouché, et lorsqu'it" y aurait peu a augmenter la hauleur, pour aLteindre le niveau de la plate-form e . Pour les ouvertures de 2"' et au-dessus , sous charge de remblai de plus de 5m, on pourra adopter, si l' économie en vaut la peine, des ouvragds en ellipse surhaussée 1 5 • Il n 'y aura que 2 types (f.) :

3

b

=

1,5 a

b 2a

b

=

2a

:a =

·- -~- _Cft _- -- ~- - - - _ q,_-- -

4

Art. 2 . - Ouvrages en ellipse surhaussée .

(Type 1).

0,75

1 (Type 2).

Pour la meme hauteur sous clef, l'ellipse surhaussée cube moms de mago nn eri e qu e le pl ein-cintre su r pi eds-Jroits. On adoptera le type 1, moins cher, quand sa revanch e suffira. Coupe longitudinale (Le remblai supposé

r.

Sous un haut remblai , et surtout s1 l'ouvrage est en tres forte pente, on peut craindre qu e la tele la plus basse se délache du corps. Pour reporter la poussée sur les murs en aile, on a guelguefois 1 6 établi , a la tete la plu s basse, une voú.te a axe vertical en plein cintre ; elle serait, plus ulilemenl, en ellipse s11rhaussée ou en ogive (f.-f.) . Ce di spositif ne sera pas appliqu é i,ous charge de remblai de moins de 5"'.

Exemples: 15

R envoi 15 (suite).

Lignes de:

Ou ve rture

de remb la i

sur la volite Mende

a Sévé rac . ...... ...... .

Lina res ií. Alméria (Espagne) . .. ~ Men de

a L a Bastide ....... ..... 1

Embranch'deStravopol (Russie) . Pé trovs k ii Bakou (Russ ie) .. ....

---1

Charge

¡ ¡

2m ÜÜ

25m ÜÜ

3m ÜÜ ,¡m ÜÜ 7'" 00

23'" l4

2'" 00

8'" 09 9"' 8f> J m 30

l'" €0 2'" 43

12m (i5 19· 76

6'" ,JO 8· 54

J6m 85 (jm ÜÜ

-

Ouvertu re

~= ~~

. Bn.oude a, Samt-Flour ... . .. ,. ..

i 16

50 2·· 00 3• ,¡- 00 5· 00 5'" 00

Lignes de:

Ouverture

P ente

R odez ii Mill au . ... . ...

1· 20 2· 00 l '" 00 ¡ m 50 l "' 00 l "' 00 2"' 00

0. 148 0.075 O.lü7e t 0.20 0 .20 0.15 et 0.20 0 . 20 0.13

de rcmblai sur la voll te

7'" 5,¡ 9'" 65 32· 20 15'" 77 13• 03 ]3• 88 1'J'" lQ ,Charge de remblai s ur la voli te

Tikhoreskaia aT zarytsine ('lussic)~

1· 92 2"' ü7 6m Oü

Mende i\ Sévérac .. . ...

l

2[m 27 5m 38 34'" ~o

2"' 00 ,[• 00

5"' 50 10'" 00

Marvejols ií. N eussargues~

Langogne a u Puy .. . , . ........ ·

Charge

- -- L-ig_n_es--d e_:

~

25• 00

12· 65 12· 30 17'" 10

no

5· 10

Art. 3 . - V oütes a axe vertical rep ortant sur l es murs en aile la poussée du remblai.


16 Art. 4 . Supplément d' épaisseur des ouvrages sous charge de plus de 3m de remblai.

A. -

A la ele/: t.e

(f,).

P!ate . forme

~~~.f..,W ~W

r,

]Jí . '

B. -Aux naissances

I

I

TRUCTIO S. -

O VRAGES DE

gm

ET AU-DESSOUS

Les premi,Jrs me.tres de surcharge pesent de tout leur poids sur la voúte, mais le remblai des metres suivants s'arc-boute au-dessus; ne Plate.forme . pese sur la voúte que la terre comprise daos une sorte d'oe¡ive ou d'ellipse surhaussée (f.) dont la monLée augmente avec l'ouverture de l'ouvrage. II doiL y avoir, pour chaque ouverLure, une hauleur limite de surcharge h" a partir de laquelle un supplément de remblai ne donne plus de supplémenL de po ussée 17 • C'est ainsi qu e des so uterrains tiennent sous d' épai sses masses en mouvement. J 'admeLs qu e M doit : 1° - etre nul pour des surcharges de .3"' et au-dessous ; 2° - augmentar avec l'ouverlure 2a et la surcharge h'; 3° - cesser de croitre a partir d'une certaine limite h" de surcharge, laquelle augmente avec ........... 2q.......... . l'ouverture 2a ; 4° - elre limité : po ur la portée de 5"' (souterrai n a une voie): a Om25 avec une hauleur limite h" = 16m. po ur la portée el e Sm (sou terr•a in a 2 voies) : a Qm36 avec une hauteur limite h" = 20m. C'est d'ap res ces données qu'a été dressé au Titre II, chapitre I, § 1, art. 3, le tableau II des va leurs numériques de t:,.e. On a admis 2

M.

(f.) .

~. r

C - Comment varie l'épaisseur ele la voúte, d'une tete a l' aidre (f, 0

) .

N

+

t.e sur Loute la larL'épais eur aux tetes et jusqu'a 3"' de s urcharge est e0 . Elle est e0 geu r ele la plate-forme. De chaque tele au bord de la plate-forme, on gagnera le supplément M soit par une ligue conLi n ue d'extrados M N, oit pa r de::; ressauLs r (f10 ) .

§ 7. -

OUVRAGES COURONNÉS AU N I VEAU D U R A IL OU AU NIVEAU DE L A PLATE.FORME?

J usqu'a 3m de porLée, l'ouvrage couronné au ni vea u el e la plate-form e coúte moins cher; de 3m a 6m, il coúLe plus cher, mais lo différence est négligeable. II a l'avantage de con erver a la plaLe-forme sa largeur norma le; on le préférera done jusqu'a 6m inclus. 17. On a impunémenl cha rgé Jes buses en ciment de hauls remblais, déposé rembl ais sur un e file ele lonneaux fai an t aqueduc ...

a litre

provisoire des


17

1

DES DII- FÉ RENTS TYPE S D 0 U VRAGE S

Po u r 7m e t 8m, bi en que les différences soienL peu importantes, on fera l' élud e comparative. Il peut y avoir qu elquefois inlérel a couronner au niveau du raíl les passages inférieurs a murs en reto ur, lorsqu e les ch emins a ux abords tournent tres courL; on gagne ain si 0"'65 envi ran a chaque téte .

§ 8. -

P UI SARDS

Pour les ouvrages a flanc de coteau , il faut souvenl placer un pu isard a la tete amont. L'inconvén ien t 1 8 d·es puisards est qu'ils s'obstruent par les malieres entrain ées, la n eige ... il est particulierement gra~e la ou, comme dans les Cévennes, tombent de grosses pluies d'orage e t ou le Lerrain est tres friab le. Pour réduire le danger d'obstruction, il faut : 1° - diminu er, au lant que possib le, le cube des matie res ent ralnées, en magonnant les fo ssés, les deseen tes d'eau e t les parois des puisards, quand la roche n'est pas tres solide;

2° - pour que les matieres n e séjournent pas dans le pu isard, se bien garder, comme on l'a fait souvent forl a Lort, d'araser horizonLa lement le plafond du puisard (f il faut, tout au contra ire, lui donn er beaucoup de pente, ou le dresse r en courbe a tres forte pente (f..); 3° - pour éviter, en outre, les accumulations d'atterri ssemen ls le long des pieds-droiLs et foc il iter le n ettoyage du pu isard, dresser en fruit ses murai llements (f,,) ; 4° - pour que les matieres soient faci lement entrainées par l'aqu ed uc, lui donn er un e tres forte pente, 20 0/ 0 au moins si on le peut. 11

§ 9. -

)

:

OUVRA GES BIA JS 1 9

Il faut éviLe r les appareils biais. Sur un cours d'eau tranquille, on peut presq ue toujou rs placer l'ouvrage normalement au ch e min de fer; les ouvrages droits sont plus courls, leurs té tes plus foci les a appareiller . On pourra aussi courber en plan les longs ouvrages pour supprime r ou réd uire le biais des te tes . S'il faut accep ter un ouvrage biais, on se conformera aux indications suivantes : 1° - Le biai s (ang le aigu du tracé e t des pieds-d roils) sera en nombre rond de degrés . 2° - 11 n'y aura pa de changemen t de pente du tracé en tre les projections sur lui des points ex tremes de l'ou vrage . Au besoin, on modifierait légerement son profil en long. 3° - De 90° a 80°, les tétes seront appa reillées comme droites . 4° - De 80• a 70°, la douelle sera celle d' une voute droite . On retournera seulement les voussoirs de téte normalement a ux tetes (V, p. 74) . 5° - De 70° a 55°, on adoptera rapparei l héligoi'dal pour les ares sur baissés, l'appareil 18. Il ne fa u t pas se l'e xagé rer. Entre Marvej ols et a in t-Sa u ve ur de Peyre , su r 34 aq ued ucs a p ui sa rd, au bout de 15 a ns (de J 79 a J 94), tou ont élé lrouvé en bo n é tat, fonctionna nl bien, sauf un q ui éta it e ngorgé, parce q u'il n'é ta il pas r eve lu et que la roche éta it délitée. 19. V o ir T o me V, p. 72 . T . V I. -

3.

Art. 1 - Ouvrages couronnés au niveau du rail ou au niv e au de la plateforme .


18

INSTRUCTIO S. -

OUVRAGES DE

8111

ET AU-DES OUS

Léveill 20 pour les pleins cintres et les ellipses; 6° - Quand le biais sera de moins de 55° 2 1 , on éludiera un labli er a poutrelles enrobées de bélon, ou, a déf'aut, un tabli er métallique. Pour les ouvrages donl la longueu r enlre Léles sera supéri eure a c¡uatre fois l'ouverture biui e, on n'appareillera en biai , a partir de chac¡ue tele, qu' une longueur égale a cetle ouverlure. Art. 2 . - Ouvrages sous charge.

Pour lous les ouvrages sous cha rge, les Léles resleront droiles, c'est-a-dire perpend iculaires a l'axe de l'ouvrage, sou plinlhes rampantes, a condiLion qu e le remblai soit a sez haut pour qu e la plinLhe ne sorle pas de la plate-forme. (Voir plus loin Tilre II, chapitre V).

§ 10. - TABLIERS MÉTALLIQUES, POUTRELLES ENROBÉES. Art. 1 . - Tabliers métalliques.

La longrine sous le rail repose : soit direclemenl sur la poulre principale soit sur un longeron (Type B, f, .) ; soiL dans une poutre a caisson (Type C, f.,) . On choisira suivanl l'épaisseur dont on dispose, (l' épaisseur est la distance le des us du raíl has el le point le plu s bas du dessous de poutres principales). Si la hauleur es l suffisanle, on adoplera le Lype A plus économic¡ue ; si non, dont les longeron s s'in crivenl facilem ent dan s les courbes a petit rayon, si la ha uteur manqu e .

(Type A, f, .); verticale enlre soit le Lype B, soit le type C,

fIG Type B

Pour un ponl biai , la porlée des poutres sera comptée suivant le biais; a l'ouverture hiaise, on ajoulera la di s lance a ré erver entre les bords des sabols et les paremenls des cu lées, lac¡u elle esl au moins Qm1 Q complée norma lement au parement de la culée . 1

s f·1~

e"

A D1

E . A, . ::. : _._._._._._._ :·_:·::: ·.: ·.: ·::::: -::: : : : : : :::::.:::::: :: : : _-::::::.·::::::::.:::: ::·: ::::: :·_-_-_-_-_-D'. -- -

A

20. Dan s l'appareil Léve ill é (fu), les segme n ts de voule AC et BD, audessous du milieu de la monlée, son t traites co mm e un berceau droit (assises para lléles a la ligne des naissances); le cervea u C S D, a udess us du mili e u de la monlée, est en appareil hél igoYclal. P oue CSD, s ue la douelle <léveloppée, les lig nes d'assises on Ldes dr oi Les perpend ic ulaires aux cordes C'D', C"D" des co urbes de téle déveJ oppées. Pratiqu em ent, l'a ng le C OS = O D sera p1·i s (peés de et un pe u a udessus de 60°), de fa\on que Lous les voussoirs des teles aien t méme largeur en clo uelle et que le point S Lombe au milieu cl'un vo ussoir.

21. A la page 75 du Tome V, on a indiqu é 50° comme limite du biais : o n l'a élevée ici ouvrages co ura nls.

a 55° pour Jes


19

DES DIFFÉREI TS TYPES o'ouvRAGES

Voici les épaisseurs des trois lypes :

dro ite

Om 60 o 70 1 00 1 50 2 00 3 00 4 00 5 00 6 00 7 00 8 00

des Lypes

Epaisseur de tabl ier

))

))

))

))

))

))

Type C

Type B

Type A

Ouverlure

Epai sseur de Labli er

des Lypes 1

N° 1 2 3 4 5 6 7 8

Au-dessous de o·,O d'épaisseur, on n'a plu assez ele ba uteur pour bien fixer les longerons a ux entretoises.

Om 600 640 652 740 812 900 980 1 080

o o o o o o

0

Om 730 735 735 793

13 14 15 16

o o o

des Lypes -

Epaisseur ele Lab lier

-

e

Om 502

)) ))

lo hou l") manque,

O ft01 o 502 o 502 o 502 o 504 o 5H o 526 o 558 o 624

))

N° 21 22 23 24 25 26 27 28

Ces épaisseurs de tablier sont pour le rail de 130"'"" de hauleur (Vignole de 39k). Elles devront e tre augmentées de 0m0t2, pour celui de 142"'"' de hauteu r (Vignole de 48k). Depuis quelques années, on fait couramment des tabliers so us rails avec des poutrelles d'acier en :r enrobées de béton de ciment: ciment 300\ sable 400 1, gravier ou pie rre cassée 800 1• Jusqu'a la portée de t0m, les poutrelles ont les hauteurs que fournissenl couramment les forges. Dans les calculs de résistance, on ne tient compte que des poutrelles. Les tabliers a poutrelles enrohées ont, sur les métalliqu es, les avantages suivanls: 1° - ils sont tres faciles a exécu ler; 2° - on y pose la voie sur ballast et sur Lraverses, comme en voie courante ; 3° - ils n e demand enl pas plus d'entretien que les ouvrages voútés: l'acier enroh6 de béton ne craint plus la rouille. Si l'épaisseur de l'ouvrage n 'est pas slrictement limitée, on p rolégera le dessous des poutrelles, spécialement au- dessus des cours d'ea u et des voies de chemins de fer, par un enduit en , morti er de ciment: l' épaisseur du tablier es l alors augmentée de 0m030 . Voici, pour des ouvertures de Om60 a 8"' en palie r, l'époisseur des divers types d'ouvrages, comptée a partir du dessus du rail bas (0"'50 au-dessus de la plate-forme).

Ou verture

Om 60 70 1 00 1 50 2 00 2 50 3 00 3 50 4 00 5 00 6 00 7 00 8 00

o

-

Epaisseur entre le des us elu ra il has (0"'50 au-clessus ele la pla te-forme) et le elessous eles : poutrelles en robées (non compris la chape inférie ure)

clefsde~;ges

ta bl iers métall iques (lype C)

Om 401 OU Om 502 401 ou O 502 40"1 ou O 502 o 502 o 502 o 502 o 502 o 502 o 504 o 511 o 526 o 558 o 62~

Om 760 760 760 780 800 820 850 880 9'LO 970 1 030 1 090 1 150

Om 90 91 94' 98 1 02 1 05 1 08 1 1t

o o

o o o o o o o o o

-

aux ou vrages avec poutrelles e nrobées

voli tés (sans le matelas 111, sur la cha pe f,. - p . 2 1)

o o o

16 20 25 1 28 1 32

1 1 1

Economie cl'épaisse ur des Labli ers métalliqu es elu Lype C par ra pport:

Om 359 OU Om 258 359 ou O 258 359 ou O 258 o 278 o 298 o 318 o 348 o 378 o 406 o 459 o 504 o 532 o 526

-

aux ou,rages voll tés (sans le matelas m sur la chape f., - p. 21)

Om 499 Om 509 Om 539

o o

1

22. Acloptés el es ·1901 par la C" ele l'Es t ; aujnurd'hui, par l'Elat, l'Orl éa n , le PLM.

o o o o o o o o o o

Om 398 Om 408 Om 438 478 518 548 578 608 656 689 724 722 696

OU OU OU

Art. 2 . - T abiiers a pout relles e n r obées de b éton 22 .


20

INSTRU CTIONS. -

OUVRAGES DE

8m

ET AU-D ESSOUS

Les -épaisseurs des ponts a poutrell es enrobées peuvent légerement varier s'ils sont en rampe . En pali er, ou en rampe de moins de 0,01 5, on elresse la chape en dos d'ane, a penles de 0,01 5, el e maniere a renvoyer les eaux vers les culées ; en rampe de 0,015 ou plus, la chape a celle de la voie : les ea ux vont a la culée basse. Art. 3. - Choix a faire entre les voutes, les tabliers a poutrelles enrobées et les tabliers métalliques 23 •

Adop ter Loujours l'ouvroge voü.té, lorsqu'il es l possi ble. Lorsqu'il ne l' es t pas (manqu e de hauleur, bi ais Lrop aigu), préférer le tabli er a poutrelles enrobées au labli er métalli que. N'accepter le tablier mélallique que si on n'a pas la hauteur pour le tablier a poutrelles enrobées. Sous les tabliers sur cou rs d'eau, a poutrelles enrobées ou mélalliques, les revanches mínima sont cell es données po ur les ouvrages voü.Lés en plein cintre (p. 9) .

§ 11. -

QUELQUES DISPOSITIONS EXCEPTIONNELLES.

Les ouvrages devront toujours étre exoctement adaptés, aju stés au terrain . Ce ne seront pas des ouvrages « de confection >> : ils seront fails sur mesure, je veux dire qu'ils doivent élre foits pour le terrain et le cours d' eau, et non le terrain ou le cours d'eau pour eux. Il faudra, dans cer tains cas, accepter des ouvrages courbes en plan et méme courbes en profil. Dans les ravins a g rand e pente, il y aura quelquefois avantage a faire déboucher les ouvrages de flanc, en dehors et au-dessus du thalweg. Dans ce cas, si la tete amont es t aussi en dehors du thalweg, il faut remblayer a l'amont pour combler l'oncicn lit, conduire les ea ux au nou veau, les éca rler du pi ed du remblai. Dans l'anci ec thalweg, sous le remblai, on disposera un dra in a pierres sech es ou un simple filtre pour écouler les eaux d'infiltration . Les ouvrages ainsi établis en deh ors du thalweg doivent etre tout enti ers en déblai, je veux dire que le lit d'amont, l'ouvrage et le lit d'aval doivent etre en déblai.

CI-IAPITRE VII

CHAPES Art. 1 . - Leur const i tu ti o n suivant l'ouverture.

Pour les voü.tes de moins de 4m, l' extrados se ra revétu d'une chape en mortier de chaux hydraulique, en 2 couches de 0m03 massivées a la savale. Pour celles de 4m el a u-d essus, sur la premiere chape en chaux de 0'" 03 , on élalera une chape en asphalte de 0m015 (2 couches de 0m0075 - la premiere en maslic pur addiLionné de 7 0/ 0 de son poids de bitume, la second e avec une 1/ 2 parli e de sa ble, 1 de masti c pur additionné de 7 0/ 0 de son poids de bitume), puis on el éfendra celte chape par une con lre- chape en béton maigre de ciment de 0m04. On barbouillera de 3 couches ele coaltar (goudron min éral bou ill a nl et flamb é) : 1° - les chapes non asphaltées (ouvrages de moins de 4m) ; 2° - tous les parements cach s des magonneries . 23 . On ava it ju sq u'a ces derni ers Lem¡ s accep Lé, pou r eles ou verLures el e Om70, des aq uedu cs d ils a pla:icher: rails s ur longrin es e n bois. Sous les cbarges e t les vilesses cro issa nles, les long rin es ne sont plu s assez sures.


21

CHAPES

Au-dessus de la chape, on ménagera, autant que possible, sous le ballast, une épaisseur de remblai de Qm40, ce qui porte la h auteur totale entre le dessus du rai l e t l'exlrados de la clef a : Ouvrages de moins de /~m d'ouverlure : Qm06 (chape) + om4Q (matelas) +om5Q (ballast = Qm96. Ouvrages de 4m d'ouverture et au-dessus : Qm085 (chapes et contre-chape) +om4Q (matslas) +om50 (ba ila L) =0m9 5. Mais en appliquant r igoure usement cette prescription, on réd uirétit beaucoup le nombre des ouvrages voú.tés, ce qui serait fort regrettable. Pour la plupart des ouvrages couranls de la ligne de Montauban a Castres, situ és dans la plaine du Tarn e t de l' Agoú.t, souvent sur d'autres li gnes, on n'a pu adopter la magonnerie qu' en réduisant sensiblement, voire méme en supprimanL, le matelas de remblai ous le halla t. f' Au-dessous de la lraverse porlant le raí l de 48 kilos, il 18 • d e b a 11 ast de Om22 ( f 18) ; avec un mate1as m ~~~~~~-, res te une épa1sseur réduil a Qm18, on disposera done encore d'une épaisseur de 0m40, bi en suffisante pour prolége r contre les pinces des poseurs les chapes des ouv rages qui, du reste, ne sont exposées qu'au sommet de la voú.Le. . A nombre d'ouvrages, il n'y a qu e Qm65 entre le dessus du ra il et la chape, soit un matelas de Qm15 sous le ballast. Il doit done étre enlend u que l' épa isseur de Ü"'40 pour le malelas es t o désirable; qu'un malelas de Ü"'30 est encore forL convenabl e; qu'on pourra saos tres g rave inconvénient le réduire a Qm20, a Qm15, qu'il pourra encore étre réduit, el méme a la rigueur supprimé.

Art . 2. - Matelas entre le dessus de la chape et la plateforme, pour les ouvrages non sur chargés .

•. . .,.

;tJ,~~½~~;r ~

f 10

D

essous de la P.Jinthe

b,trados

!J >,0m15 :du bandeau

Enlrn le desrnus de la plinthe et l'exlrado (f,.) j >, 0.15, épaisseur d'un moell on. Si le matelas m (f,.) alors on prolongerait clefs jusqu e sous la bandeau, soit en les

du bandeau

2-1,

il faut

éta it trop réduit, on n'aurait pas om15 : la clef et, au besoin, les deux contreplin th e, soit en continuant les lils du retournant verlicalement.

CHAPITRE VIII

COURONNEMENT § 1. -

PLINTHES

Pour les ouvrages couronn és au nivea u de la plate-forme, la plinLhe se ra en saillie de Qm05 sur la plate-forme . Pour ceux couronnés au niveau du rail , le dessus de chaque p lin the sera toujours de Qm10 en contre-bas du rai l voisin. Done, dans les courbes, la plinthe du cóté du grand rayon sera surha ussée du dévers par rapport a l'autre. Da ns les pentes, chaque plinthe aura la pente du raíl vo isin. Pour les ouvrages sous charge, la plinthe se1·a en crosseltc, sans sa illie sur le plan du Lalus. 24. Les cl ime nsi ons de la plin tb e et du bancleau sont clonnées TiLre II , Chapilre l.

Art. 1. - Niveau du dessus .


22 Art. 2. - Tracé dans les courbes.

INSTRU CTIO ' S . -

OUVRAGES DE

8

111

ET AU-DESSOUS

En courbe et en raccordement parabolique : Pour les ouvrages a murs en aile, les plinLhes et les teles sero nt droites el paralieles tracé sur la longueur des plinthes . 2° - Pour les ouvrages a murs en relour, les plinthes, tetes et murs en r elour seront courbes et paralleles a la courbe du tracé. 1° -

a la corde du

§ 2. Art. 1 . - Ouvrages sous rails.

A. -

Types.

GARDE-CORPS

Pour lous les ouvrages sous rai ls , 011 n'emploiera que des gardes-corps mélalliqu es et 11011 des parapets en magonnerie, savoir : dans tous les ouvrages hors des f f2,¡ gares, le Lype a 2 lisses hori zontales (f. 0), de 0ru90 de hau leu r pcsa11t 13 1' le 20 ·,. ..·_ ;:--1·· melre courant; "· . c=lls=======.¡j= !¡

=aa====¡;=··;-1--

ª

o

l.,

..

- -

•--

-~ 77T,'7Ti'777777.,7T,'77?7.,u·'T>,,,,- -t"i -:. / ~

150m en arri ere du mili eu des Lroltoirs), le garde-corps pesa11t 21 1' le mctre couranL.

B. - Sur quels ouvrages?

a

dan s les gares et aux abords (a moi11s de 2QOm en avant el moins de trois lisscs (f•.) de 1ru00 de hauLeur

011 ne rnellra de garde-corps que :

1°- sur Lous les ouvrages couronnés au niveau du rail; 2° - sur ceux de 1"'ÜÜ el' ou verlure et au-d essus, si le cl essous de la pli nLhe r emplit les deux conditions suivantes : (f.,) u - étre a plus 2mOO au-dessus du raclier; ~ - 6lrc au niveau de la plaleform e ou a moins de 1"'50 au-dessous. On prolongera les ga rcl e-corps si les abords des ouvrages sont dangereux, murs en a ile biais ou courbes (f,,) .

C. - Distance a l' axe de la voie voisine.

f24

_.,,

1..:::.

____,,i ·- --r --~\ --------:: : : :¡ : ' : -}- ..:fl.d.i. .. _ : /_O'!_V(j!J_C_ ,

'I

:

: !~

:

:'

'

:1

- - - - , 1:.,.. ..•.. ...:!•....... .. :. ---..J;....J . . .

L. ¡

!"'

.'

I

'~

a

2m90 pour les ouvrages couronnés au niveau de la plaLe-

\~

.

ouvrages

En alignem ent , la dislance de la foce inLérieure du gardccorps a J'axe de la voie voisin e sera de :

I_•.,

25

form e;

2m255 rail.

26

pour les ouvrages couro1111és au mveau du

En courbe (f2 _1) , pour les ouvrages avec murs en aile, la di s Lance de la foco intéri cure du gard e- corps a l'axe de la voie voisin e, mcsurée suivant !'axe de l'ouvrage, se ra :

25. Une dépecbe mini s téri elle elu 15 février 1898 in v ite la Compognie P.L.M. a prolonger les ga rel e-corps el es ouvrages elange reux . 26. tm50 (el islance libre a l'axe elu r ail vois in. - R eg lemenls ministér iels s ur les ponls m é lalliques eles 1 1 (demi-voie) = 2m255. 29 aoúl 1 91, o rt. '11 , e t 8 J a nvier '191 5, a rt. 27) +

"t


COU RONN EMEN T

23

Du có té du g ra nd rayon

Ouvrages couronnés au niveou de la plate-forme ... Ouvrages couronnés au nivea u du rai l . . . . . . . . ..

2m90 +-} D 2m255

2 '

Du có té du petit rayon

2m9Q +J 2 D

2m255

+ i-

+J

D est le déve rs maxi mum de la voie;

J=

l

2

SR est la fl eche du tracé en courbe de rayon R, sur la longueur l des plinthes ,

y compris la large ur des rampanLs.

Pour les ouvra :,,es avec murs en reLour, on n e Li endra pas compte de la flech e J.

t

··rl "''

o,,

,;:::;:

.,;

~~~~~~~~~

:

>;!,u'7?777.7,77,7;77,7;777.77.7,77,7;7,7;,L!7,/ - • -·L . / ~ '

On adoptera : pour les ouvrages hors des vi ll es, le gard e-corps a maillons 29 de Qmgo de h auteur (f•• ) pesant 33k le metre courant; aux abords des vil les ou su r les routes Lres fréquentées, un type (f,.) un peu plus robuste pesant 35k le me tre courant. Dans certains cas, bien qu'il aug mente la largeur entre tétes, on adop lera un parapet en magonnerie ; il es t un peu plus sur, et n e demand e pas d'enLreLien. On suppr1mera alors la plinLhe : elle n 'es t pas motivée entre un tympan et un parapet pleins de méme aspect.

Art. 2 . - Ouvrages hors l a voie .

En dressa nt les projets des ouvrages, on distribuera les panneaux du o·a rde-corps et on appareillei·a les pierres de tai lle du couronnement, de man iere a ne pas avoir de monLants a sceller a moins de Qm15 des joinLs. Les ga rd e-corps mélalliqu es doi vent. étre pein ls en gris tres clair e t non en nuance foncée, pour réduire la dilatation, pour mieux vo1r si le garde-corps commense a s'oxyder. CHAPITRE IX

ABORDS De part et d'aulre des abouLs des ¡ilinLhes (f,,), la banqu ette sera relevée de Qm4.Q et se raccordera a la plate-forme sur une longueur de 4m. Si l'o uvrage est avec murs en retour, on élablira le remblai de fa gon que les somme ts des quarts de cerne soient au niveau du dessus de la plinLhe et dans le plan du parement du mur. Sans ceLte précaution souvent négligée, ces ouvrages semblent décha ussés ou mal lra cés. Les quarts de cc'me non revé lu s seron t toujours au talu s de 3/ 2.

f 28. f

27. D, po ur ne pas retrecir la largeur de la banquette s ur les o uVl'ages a ra ses a u ni vea u de la plaleforme du cóte extérieur eles courbes. D, po ur co nserver la méme clistance entre le sommet du ga rcl e-co rps s uppose de om90 de bauteur et les wagons in clin es par le clévers: 0"90 (garde-corps) _ ~ D D X 1"50 (Ja rge ur ele la voie) - 5 29. Avec vides d'a u plus 14 cm, un enfant q ui commence á marcher be peut pas passer á travers.

Art. 1. - Com.ment on releve la banquette aux abords des ouv rages cou.ronné s au niv eau du rail. Art. 2. cóne.

Quarts de


24

I STRUC TIO S . -

gm

OUVRA GES DE

ET AU-DESSO S

On aura soin de les bien défendre: s'ils s'éboulaient, ils pourraient enLra1ner assez de remblai pour interrompre la ci rculation. Art . 3. - Ouvrages hors la voie.

Sauf le cas ou le urs terrassements feraient corps avec ceux ele la ligne, les ouvrages sous un chemin laléra l doivent étre bien séparés des ouvrages sous la voie, ceci en vue de la r emise aux intéressés. On réduira autant que possible le nombre des ouvrages a remettre plus tard a des parLiculi ers : passages p rivés, aqu educs, baches , siphons pour canaux d'irrigation, le . La remise et l' enLreLi en u!Lé t·ieurs donnen t fréquemment li eu a eles difficultés avec les intéressés : il peuL étre moins cotlteux de les indemniser que de faire l'ouvrage.

Art. 4. - Remblais contra les ou vrages.

On choi ira el es déblais perméables e t qui n'altaquent pas le morli er : des déblais rocheux, du g ravi er, des pi erres cassées; on excluera l'argile, le gypse ... Quand ce se ra Lrop cher, on entourera l'ouvrage (pi eds-d roits e t voute) d' une chemi se a p ierres eches rangées a la main, ele Om30 d'épai seur pour les ouvrages de 2m et a u-d essous, de Om40 pour ceux de plu s de 2m. L'eau filtran t a Lravers ceLte chemise es t écoul ée par une fil e de barbacanes au bas des pieds-droits; da ns les ouvrages s ur cours d'eau , on n' en ménagera pas; on assurera l'écoulement de l' eau vers les té tes.

A. N ature des remblais.

B. - Précautions a prendre pour que l' ouorage ne se déverse pas pendant l'exécution clu remblai.

II fau Lbien éviter de charger de flanc, d' un seul coté, les ouvrages sous charge, surLouL ceux en elli pse su rhaussée, surtout ceux avec b=2a. (p. 15). Des ouvragesen plein cintre 30 , en ellipse surhaussée 31 , ont subi des déversements ou tout au moins des fi ssures, qu'on aurait du éviter. .l rappell e les précauLions a prendre pour l'exécuLion des ouvrages sous charge et des remblais autour d'eux. 1° - Bien enca strer les fondaLions dans le terrain solide, magonner a pleine fouill e dans le roe. 30. Sur les ligues ele Brioude il Alai s, L a Clayette

31. Ligne de Brioude

a Saint-Flour

a L am ure,

Paray

a La

Clayette .

: 111

Pont de 5 (fH) d'ouverture sur le ruisseau de Vendage, sous 20 111 de remblai 1º - fon dé sur rocher - enve loppé d'une chemi se en pierres sC.ches de 0 111 40 d' épaisseur.

La d écharge de coté D y produisi t 4 fi ss ures : f?, (8"") e t il (3"") apparen tes, a. --¡ seulement décelées par quelques pl aquettes de mortier détach ées d~ns les joints. Fissu. re 3. - On la refouíll a sur rulen t de ciment.

e t on

om30 ,

y bourra, a refus , du

morti e r pu lvé-

Partie de la ftssu re /3 . - On enleva la fil e de moe ll ons a u-dessus de /3, par long ueurs de 1m50 ; de rri f: re, on ouvri t e t on creusa la fi ssure sur om25 él om30 ; pu is on y mata él re fus du mortjer pulvérulent , ou re pl a~a les moe ll ons, on mata les lits. Reste d e la fissu re fi et fiss11, res ce e t ·¡. On dégrada les joints sur om20, 011 per~a sur la fiss ure des trous de 3cm5 de 2m en 2m, de préférence sur un joint, on y engagea de 0 111 1 0 des tuyaux de plomb de 0 111 20 par lesque ls on injecta, sous pression d'air, un coulis de ciment (50 k. de ciment pour 35 Ji tres d'eau). On a dépensé 2.0 17 fr., soit par mC.tre courant de fissure, 57 fr. 95 pour le matage, 15 &. 92 pou r l'injectioo : c' est 2,7 °¡ 0 du cofit de l'ouvrage (74. 135 fr.).

~

111 2º Ponceau de 2 50 (f2 , ) sur 1' Al agnonette, sous 34 111 de rembla..i enveloppé d'une 1 chemise en pierres sC.ches de 1 111 recouver te d'un matelas de 4 111 • L a décharge D y produisit 3 fi ssures: a: 1 - qui ava it 34 111 m sur 76 111 de long;

½9

'/ 1 -

fente dans le rad ier: 9 m5 sur 66 111

111

/3,. On soutint la voii te par des centre-fiches. L e mouvement sJarré ta quand le remblai atte ignit 20 de hau t. 111

On fi cha ·¡ 1 au ciment.

Pour réparer

pt on' dut

démolir

Pour réparer ªt on enlevait deux files de moell ons par longueur de 2 111 enviran ; derri ere, on ouvrait et on creusai t la fen te, on y ma tait du mortie r pulvérulent, puis on re pla~a it les moellons et on ma tai t les lits. assises ; on rempli t ensuite /3 1 comme !X •

On a dépensé 5.583 fr., soit 36 fr. 20 par mf! tre cou ran t d~s fi ssu res 9,4 º/ 0 du coíl t ele l' ouvrage (59. 169 fr .).

1

ªt e t {B 1 ,

I ""

fr.

20

par ml! tre courant de la fi ssure 'li : c'est


25

ABORDS

2°-Pour que l' ouvrage ne soit pas cisaillé, bien éviter toutesurfacehorizontale; la magonneri e des pieds-droits y sera tres enchevétrée, t res héri ssée, faisanL bien corps avec le massif de fondation . 3° - L'envelopper de chemises superposées de pierres seches appareillées grossi erement en voute, s ur une épaisseur augmenLant avec l'ouverture de la voó.te et la hau teur du remblai, - réduite vers les tétes. 4° - Entourer le tout d' un é pais matelas de terre bien pilonnée, pour résister au déversement de l'ouvrage, pour amortir les chocs des pierres t.ombant de haut : au moins 2m sur l'axe de l'ouvrage pour une ouverture de 3m; 2m5Q a 3m sur les flanes; moins aux téles . Il faut un fo~t matelas :-consolider ou réparer un ouvrage fendu ou déversé couterait beaucoup plus qu e lui. 5° - On ne commencera a décharger des remblais poussant contre l'ouvrage qu'apres l'achevement du matelas. 6° - Si on le peuL, lorsque la décharge arrivera (f, 0) en A par exemple, on l'arréLera. On traversera l'ouvrage sur nne charpente provisoire, et l'on déchargera les terres de l'auLre c6lé jusqu'a atteindre le talus BB', puis on remblaiera l'intervalle AB, A'B' de lerres légeres, perméables, de g ravier ... jusqu'a unehauteur audessus de l'ouvrage, a spécifier dans chaque cas. 7° - Si on est forcé de décharger les terres d'un seul cóté, 011 devra d'abord étayer par du remblai pilonné le cólé opposé a la f 31 Plate -forme décharge. 8° - Il ne faut jamais laisser faire la décharge directement contre le talus. P ar exemple , une fois que le talus est arrivé suivant AB (f.. ), il faut remplir, par du remblai remanié, le trapeze ABCD , puis quand le talus est en GE on remplit de remblai remanié le trapeze GEDF, de fa gon qu'il y ait toujours du remblai horizontal entre le talus du matelas pilonné et le talus de la décharge.

10° - Sous une charge de flanc, les ouvrages se déversent toujours comme !'indique le croquis ci-contre (f, 3) . 11 faut cons-

'~-:e&rf:, tamment

r

7

32

.

avoir l'reilsurlesparti es les plus exposées a se fendre. Le chef de

"· ,;-.>¡~>~::,,,,.,_:•' (.

section doit mettre partout des témoins en platre ou en ciment, et les suivre tous les jours. _.- ,-::..;·_.'\:~/).;-':~/-;")''::'':·'·"'. 11° - Si, malgré les précautions prises, on . ,,,,:;i\i:···:·•·/·. ,. . apergoit une fente en un point, il faut immédiatement remettre la voute sur "··· ,, cintre, et la soutenir par des étais contre la poussée. Des qu'on a quelqu e crainte, ne pas attendre qu'il y ait des fissures: étayer par avance . y

T. VI-4.


26

CHAPITRE X

MA TÉRIAUX DÉSIG7VATIO r. -

AbréviaLions a inscrire sur les dessins

Désignalion des Matériaux

1

pierre de Laille

1

.

liboges.

-.. Cl)

Cl)

. ¡:

Cl)

Q Q

DISTRIBUTI ON

Parlies des ouvrages ou

011

les emploiera

PT

Plinthes, tablettes rampantes, crossettes et dés aux abouts des rampants, couronnement des 1nurettes de retour.

L

Garde-radiers . - Dés ou sont scellés les garele-corps sur les murs en retour d'ouvrages en rase campagne.

MA

moellon d'appareil.

-o

ABRÉVI ATIONS. -

Encad1·ement des puisarcls . -

Cha Enes d'angle.

moell ons d'appareil employés eln ns les voules (taillés en form e de voussoirs) .

MAV

Bandeaux des tetes.

moellons équarris employés dan s les vo utes (taillés en voussoirs) .

MEV

Douelleeles voútes sur om30 d'épaisseur moyennejusqu'aux naissanees elans les pleins cintres, jusqu'au 1nilieu ele la montée dans les ellipses surhau sées; cerueau des uoútes de moins de 3m el' ouuerture sw· toute l' épaisseur.

o

<..»

ct)

;;g

moell ons ordinaires en parem enls vus: 1 par as ises horizontal es. a joiots incerlains.

~

moell ons ordinaires méplals, bien li lés, employés dans les voule . moell ons ordinaires a morlier.

MOH MOi MOV

Parements vus des pir:ds- elroits, murs en aile, murs en retour, 11iu1·ettes ele retour, tympans, puisarels, etc ... , sur une épaisseur moyenne ele om25, Parements vus des raeliers sur une épaisseur de 0"'20. Queutage des uoútes : en plein cintre, au-dessus du milieu de la montée; en ellipse surhaussée, au-de,sus des 3/ 4 de la montée .

MO

Toutes les mar;onneries de moeltons a 1nortier non désignées ci-dessus.

B · Lon el e choux.

BO

En fonelation, si le béton est plus économique que la mar;onnerie (M O).

Bélon de ciment.

BC

Au lieu du béton ele chaux, quand ce sera nécessaire. (For.dations dans l'eau, en terrains gypseux, etc ... )

PS

Che,nise derriere les pieds-droits, murs en aile, murs en retour, murettes ele retour, etc . ..

1

1

Malérioux rangés lo derri ere les magonn eri e

ª

main

Dalle .

D

I

el e 0m0;J d'é paisse ur en morti er ele chaux hydraulique. o.. ele 0m06 d'épaisseur •n mortier ct) de chaux h ydrauliqu e . ..a

))

Cl)

))

Couuerture des dalots . Sur les voútes ele 4"' et au-dessus et sur les glacis eles murs ele tympans, murs en aile, murs en retour, 1nurettes ele retour. Sur les voútes ele moins ele 4"' d'ouverture.

u

de 0m015 d' épai sse ur en ospha!Le (2 couches de 0mQ075) . Conlre-chape de 0m01, cl 'é pai seur en hélon moig re de ciment (100 k de cimenl pour 1 m. c. de gravi llon son sable) . Gou dronn agea3 couch s decoaltar.

))

))

))

Sur les chap es en mortier ele chaux ele 0"' {)3 des voútes de 4"'00 et au-dessus. Sw· les chapes en asphalte.

Taus les parements cachés eles mar;onneries et les chapes en 1nortier ele chaux non recouvertes el'asphalte.

1. Pour l es pelils ou vroges, il est en gé néral inutile ele boucbard er la pierre ele laille.


SONDAGE S. -

FONDATIONS

27

CI-IAPITRE XI

SONDAGES 1. - Les sondages doivent élre faits u coté des fondations , et non a leur emplace ment meme ; car, comme ils sont d'ordinaire plus profonds qu'elles, il faut alors les remplir de magonneri e, ce qui est une dépense inuli le, et ce qui peut, en outre, dans les terrains qui ne sont pas rigoureusemenl incompressibles, former sous les magonneries un point dur, et les faire casser.

2. - J'appelle toute l'atten tion sur les sondages u l'emplacement des ouvrages. 11 en faut assez pour bien définir la nature du lerrain sur toute la longueur de l'ouvrage, pour représenl er sur la coupe en long , sans grande erreur, par des lig nes continues, les séparations des différentes couches; un sondage unique peut suffire pour un ouvrage court dans un terrain connu; mai s pour des ouvrages longs et en terrain variable, il en faut au moins 3 : 1 au milieu et 1 a chaque tete. 3. - Dans certains cas , on fera une saignée longitudinale sui vant l'axe de l'ouvrage. 4. - Quand on lrouve du rocher, il faut non seulement s'assurer qu'il regne sous tout l'ouvrage, mais encore vérifi er son épaisseur en le per gant a la ba rre a mine. On peut avoir, en effet, rencontré une dalle peu épaisse ou un bloc isolé. Il faut Loujours savoir ce q:i'il y a uu-dessous du sol de fondation sur lequel on s'arrete.

CI-IAPITRE XII

FONDATIONS Je n e puis évidemment donner ici que des indications tres gén éra les. 1° - 11 ne faut pas elre aussi exigeant pour les fondation s d'un ouvrage cournnt que pour celles d'un g rand : il est absurde, comme je l'ai vu faire, de fo n der a 14m de profondeur un ouvrage de 2m . 2° - Qua nd le rocher es t Lrop loin , on peut : soit fonder sur radier, soit descendre sur le rocher des piliers qu e l'on relie par des vou.Les sur lesquelles on établit les pieds-droits, soit encore soutenir le radier par de petits pilotis dont les pointes touchent le lerrain fe rme. (Exemples, p. 28, 29. ) 3° - Pour les petits ouvrages, il n'est pas nécessaire d'avoir un terrain de fond a tion _incompressible : il suffit qu'il soit peu, mais uniformément compressibl e. Quelquefois le terrain est moins solide en dessou s qu'en dessus ; dans ce cas, se garder de descendre Lrop has. 4° - Quelquefois, une partie de l'ouvrage se trouve sur le rocher in com pr essible, l'aut.re sur des apports, sur des terrains vaseux, ele ... ; da ns ce cas , il se cassera au point de passoge - c'es t sa ns grand inconvénient. On peut d'ailleurs, par un coup de sabre vertical, ménager d'avance une sépa ration réguliere. 5° - Qúand il n 'y a aucun dange r d'affouillement, on peut, a !'extreme rigueur, fond er les aquedu cs hors la voie de Qm60 a 1"' sur une couche uniform e de pi erres cassées, de gravier ou de sable, arrosée d' un lait de chaux.


28

INSTRUCTIONS. -

OUVRAGES DE

Sm

ET AU - DESSOUS ·

Coupes en long sur l'axe et coupes LIGNE DE MENDE A LA BASTIDE

Aqueduc vouté de imOO d'ouverture

Aqueduc vouté [de imOO d'ouverlure

e

o

60 }1. (

·C

,j_;,,

Gneiss

LIGNE DE BRIOUDE A SAINT-FLOUR

Ponceau vouté de 2mOO d'ouverture, biais

a

50°

-~

~-

. ~-~; ~- '~¼~· ·.-1; /::;,;,· ·•

1

.. NsF,_ .. ¡X~/ \

\1

1 /

•v.-

·. ---=~

-----:,


29

FONDATIONS

en traoers sur xx des coupes en long -

5mm

LIGN E DE BRIOUDE A SAINT-FLOUR

Aqueduc voú.té de Qm7Q d'ouverture

.~:t

~~º

!

r·;: -~:.-;- --------------------:--------------iL ____________________________________ --__ .;.. ~

~ - -- - -~~- - -.~-•.:.: _3._'!1. ______~

¡¡,, ~I

f44

~

:

¡

(/~,z'!'

<¡.º--~

: .

\

ó?'.

-- -

·:

,Y

•-- ----~-_,X----- -- -------,'

{-,,¿_'!?:.!_'!'_ <¡.'·'

'

/ /.

_______ '!_:yo___ ___ _____ _~ 1

1

/.

:

------\;,•: ·.7c~~

50 . /

1'-:•1/·R,Jm '

2:00

;

'

7. .fP

.. / - ·· -

·-

~--- ------ . . -- . --\_-·--7· -- -------· -..

v ·

LIGNE DE MOREZ A SAI NT- CLA UDE

Aqueduc voú.té de Qm7Q d'ouverture

Ponceau voú.té de 1m5Q d' ouverturc

Aqueduc voú.té de Qm7Q d'ouverture :,.

.. ~:r· ·:J.' · ":;¡

"'' _.-·

_.-·

~o_ch,Br.--·_>(/

' __z,,_.,_,__ __ l_1,,p_¡_1,t1c~L~~~-~3It!f. __ ___ '-1

l !~~-l ______ __s,o_o__ . __ __ __¡_1,~o_

_i,_ ____ __ ._U,! ____ ._ .. _ J._'l! _

i

~/ I

1

- -. - ·¡·

._,,

~:

1

_é,~'- -i

'-1

_s_1co ________ _;,__1,~•- - ~o_


30

INSTRUCTIO 'S . -

OUVRAGES DE

gm

ET AU- DE SSOUS

6° - Il conviendra quelquefois de réunir , par une voúte dont l'extrados forme radier, les fondations des deux pieds-droits. 7° - Dans les terrains en pente, on accroche tres solidement l'ouvrage au sol par des redans , pour qu'il ne glisse pas. Ne faire des redans que dans les terrains incompressibles.

a

peu pres

1

e pas les foire trop hauts, afin d'éviter des fissures résullant de tassements inégaux. On disposera les redans : comme au croquis (f..) si l'on est sur rocher; comme au croquis (f,.) si l'on n' est pas sur rocher. 8° - II ne faut pas placer systématiquement le radier des ouvrages au niveau du fond du lit des cours d'eau, méme quand ce lit est tout a fait plat; d'abord, parce qu'en .,),•!.,f.. général les terres de surface sont moins résistantes et plus ,. ,:J~í[,~?!~~n__d_c_!'?~~-~ compressibles; ensuile, parce qu'il_y a tout avantage a faire ..·~·-·' •.,•i.••.. ' ' ,o·,, suivantle terrain aboutir les eaux, tout au moins a !'aval de l'ouvrage, dans ,'lf-. · Sol autrc. que le rocher ,,,.,., un fossé d'un peu de profondeur pour les y concentrer, et les empecher de s'éparpiller a la surface du sol. Il n'y a évidemment pas de regle générale pour la profondeur des fossés d'amont et d'aval; a moins de circonstances locales spéciales, on peut admettre Qm25 a Qm30 pour un ouvrage de Qm60; Qm30 a Qm4Q pour un aqueduc de 1m, etc ...

.:.i.,, .,~/:_.

9° - Il peut arriver qu'un radi er AB (f00 ) , tout en ayant ses extrémités A et B assez enfoncées dans le terrain naturel, soit en remblai au.., f,. dessus de trous C et D. On peut accepter ceLte disposition en remplissant les trous, soit de pierres seches rangées a la main, soit de gravi er pilonné arrosé d'un lait de chaux, ou, plus simplement, de terre pilonnée; mais il vaut mi eux, en général, enfoncer le radier au-dessous des trous 10° - Dans les ouvrages a radier, la profondeur des parafouilles dépend de la vilesse des eaux, de leur rétrécissement sous l'ouvrage, et de l' « affouillabilité ,, du terrain . 11° - II y a généralement avantage, pour les ouvrages sur torrents, a tenir le radier en contre-bas du lit actuel, de Qm5Q a Qm80 suivant les cas; les apports ont vite comblé le dessus du radier et le garantisc;;ent ; dans ce cas, on augmentera la hauteur des pieds-droits de la hauteur présumée des apports. 12° - Dans les alluvions tres meubles a g rand es décli vités, le radier général doit étre défendu , a l'amont et a l'avol , par un parafouille s'élendant entre les bouts des deux murs en aile, avec une profondeur dépendant del' « affouill abilit.é » du lit, de la pente, de l'étranglement sous l'ouvrage, etc .. . (en général de 2m a 5m) . Dans ces terrains, les radi ers sont souvent affouillés par !'aval ; il faut défendre !'aval par des enrochements. A l'abri de ces parafouilles, il est inutile, sauf en mauvais terrain, d'enfoncer les culées en contre-bas du radier. 13° . Quand le radier et le lit a !'aval ont peu de pente, et que les eaux charrient, il y a quelquefois, pour les ac¡ued ucs de Qm6Q a 1m()(), avantage, pour éviter les obstructions par !'aval, a ten ir !'aval du radier en contre-hout du li t, de Qm4Q a Qm5Q.


31

DESSINS A PROD IRE

CHAPITRE XIII

PRINCIPALES D.JMENSIONS ET DISPOSITlONS DES OUVRAGES DE

sm ET AU-DESSOUS

L es dessins, les dimensions, les matériaux, sont donnés au Titre II : pour les ouvrages droits sous rails en plein cin tre ............. .... ..... . ..... .. . pour les ouvrages droits sous rail en ellipse surhaussée ....... . ........ ........ . pour les dalots ......... . ........... . ....... .. .................. .... ..... .. ... . pour les buses . . . . .................................................... . ...... . pour les ouvrages sous charge, biais sur le tracé, a tetes droites et plinlhes rampantes ........ . ....... . ... ... :.. .. . . .... .... .... ... ..... ...... ..... .. . .

Cha¡.iitre Chapitre Chapitre Chapilre

I. II. III . IV.

Chapitre V.

CHAPITRE XIV

DESSINS A PRODUIRE 1° - Plan au 1/ 500• (0m002) avec courbcs de niveau de metre en me tre, mais sans cotes, s'étendant as ez loin de part et d'autre de l'ouvrage pour s'assurer que la direction est bonne, que les eaux y entrent bi en, en sortent bien. Il pourra, dans cerlains cas, étre supprimé pour les ouvrªges de moins de 1m00 : on se contentera alors des indications du plan de travaux a 1/ 1.000. 2° - Profil en long au 'L / 500• pour les hauteurs et les long ueurs. Il se ra prolóngé de ce qu'il faut , a l'amont et a l'aval ; il donnera la cote de la plate-forme sur l'axe, la longueur totale de l'ouvrnge, les cotes du terrain naturel et du lit, les pentes de l'ouvrage et du lit. 3° - Coupe en long de l'ouvrag e avec les sondages. 4° - Demi-plan, les magonneri es découvertes, e t demi-plan au mveau des fondations, limités a l'axe parallele aux pi eds-droils. 5° - Elévation amont, élévation aval. 6° - Une coupe en travers avec indication du le rrain, - ou plusieurs coupes en travers, si, en raison de la surcharge du remblai, il y a des ·paisseurs différentes . 7° - Détails au 1/ 20º aussi res trein ls que possible. Ne rien mettre d'inutile sur les dessins. Ne pas tracer les lits des voussoirs, n e pas dessiner de moellons ordinaires, ne faire aucune proj ection de coupe en pointillé .. .

Art . 1 . clature.

Pour les ouvrages de 3m et au-dessus, la coupe e n long (3°), les demi-plans (4°), les élévations et coupes (5° et 6°) seront a l'éch elle de 1/ 100°. Pour les ouvrages de moins de 3m, les élévations (5°) et coupes (6°) seront au 1/ 50•. La coupe en long (3º) et les deux demi-plans (4°) qui sont toujours a la méme échell e seront en général au 1/ 50°; s'ils é tai ent trop grands, au 1/'LOO•.

Art. 2 . - Echelle's ,

Nomen-


32

IN STRUCTIO S . -

OUVRAGES DE

gm

D'OUV E RTUR E ET AU- DESSOUS

TITRE II

DESSINS

TABLEAUX

CHAP I TRE I

OUVRAG-ES SOUS RAILS EN PLEIN CINTRE § 1. -

COUPE EN TRAVERS

Art. 2 . -

Corps des volites et pieds-droits . Appareil (f, a f,)

Ouvertures de : om70

Ouvertures de : Exemple : f0

1. - Pour la réd uclion exceptionnelle de h 1 0ª40, voir T itre I (p . 21).

Ouvertu1°es de : Exemple: f0

-

a.

-

Pon ceau de 2m50- 1cm 5

moins de

P onceau de 3m50 -

Ouve rtures de :

1º"'5

Exemple : f 1

l

-

Pont de 5m - 1cm

<s

~~

~

t

~ <..

"'

gm

Ouverture de : f, - 1cm CpnJr!-Chi't! g'e_Ojlt,_ e.!' g~~'!.1/ _mi'!Jt:.e_ tft cy(!Jent. 0?/!.e_ ?_, _0._111[ ~n_ a_spj,.,_¡t'-' ~ _ (_h~f._• p'~ O_OJ_ e'! '!'~r!i•: i~l,.

..,_

' ' :

""

NOTA

. --'(,---§__tJ• 1 ---_,:_··· ! -~-~----- tJ<::/ 'ci:, __

-- -,

. 1

:--

..

"- 1/ ...

'•

-·:~- --- --- -·~--------~s~io---------_-/- -- -- ~fo~i;u-Ao ,. , r-'-''-"-"-~~...,_,,'"'-"'-, -~~ ________ __ : ~ - ____ - ,-- __ --;,- /_ __________ . __

."" i /

y

MO

~J

· rª=25'.=m_or_ _ _

La m oitié de ga u cbe de cbaq ue fig ure montre commen t l'o uvrage se ra réellement exécuté. - _L a moitié de drQite in diq u e commentles différentes na tures de matéria ux ser o nt indiquées et représentées a u projet s ur la co up e en travers .. Ces co upes s u pposent que la bauteur des pieds-droi ts est réduite a u minimum de 0m55 (p. 10) et qu e la cbarge de remblai a u-dess us de la chape es t -<;3m. P our le sens de MO, MOV, .. . voir Ti tre I, (p. 26).


""

::l

..,

11

~ en

11

o

1. 24

1. 46

1.82

2.1 9

2.55

2.92

3.28

3.65

0.35

0.38

0.42

0. 46

0.49

0.52

0.55

0.5í

0.70

1.00

l. 50

2. 00

2.50

3.00

3.50

4.00

4

e,

o.. ¡.¡

"' "::l "' -~"'ro

::l

E

::l

"'

"'

ro

~

E

o

c::

"'

~

1.34

5.'11

5.84

6.57

0.66

0.69

0.73

6.00

7. 00

8 . 00

rn

"'

5

Em

,ro

+

o o

e

¡;.:¡

11

cr:,

.

~

o"

<:!

+

'l.90

1.30

+ 0.20 h

h

h

h

0.20 h

0.20 h

0.20 h

+ 0.20 1.50 + 0.20 1 .íO + 0.20

. 0.90 + 1.00 + 1.10 +

0.42

"'

Q)

ro

e:: > Q)

Q)

<+a

1

::l <ti

"' ~

rn Q) ro

P.

~

::l

u,

"' ,-C'I

"'

v,

1.22

,l.18

1.']5

1.10

1.06

1.01

0.98

0.95

0.92

0.88

0.84

0.81

o.so

-a

ro

1

1.50

1.40

1.30

1.20

1.10

2.72

2.58

2.45

2.30

2.'16

1.91

1.78

o.so 0.90

1.65

'1.52

1. 38

1.19

1.06

1.05

r+ d

"O

"'

0.70

0.60

0.50

0.35

0.25

0.25

r

Q)

ro ro

E

ro " ~

-3

Q)

-----~__

_______

Ou vrages servant de passage Hauteurs

des pieds-droits

I Hm HM

4.55

4.05

3.55

3.05

2.55

2.30

2.05

1.80

1.55

1.30

1.05

0.90

0.85

5.00

4.50

4.00

3.50

:{ .00

2.75

2.50

2.25

2.00

1.75

1.50

1. 35

1.30

hM

·M

H- a

MAXIMA

0• 55

1

I

/

\ 0

, , 00

11 12 I ------l - - - - -

hm

m

H-a

mínima 1 111Ax1111A I mínima I

______,______--I ~

sous clef

sous clef

1.65

5.77

5.23

4.70

4.15

3 .6'1

3.31

3.03

2.75

2.47

2.18

1. 89

1.71

m

11

H 'm

H 'M

I MA~IMA

6.22

5.68

5.15

4.60

4.06

3.76

3,4,8

3.20

2.92

2.63

2.34

2.16

2.'10

m

1

)}

Ru Nat 19

5

R " Dép'• 5

)}

commun ºn

Ch. de grd• 5

))

))

7.00

6.50

))

5.50

5•00

3. 75

3 · 50

2. 75

Chemin v" 1 m ordina ire 5

ruraux (

1

2•00 2. 25 2. 50

¡ Chemin s ~

piéton s et be..tiaux

pour

culiers

Passa!l'es partJ -

)) ))

des pi eds-droits

2moo

l m50

1

1

3.00

3.00

3.00

3•00

))

))

18

h 'M

. M

H '-a

I sous plate-formc

1 HM +d

MAXIMA

i

;

6.22

6:18

))

6.10

6.06

4.76

4.48

3.70

3.1,2

3.13

2•s4

))

))

+ 0,05 /,,

8.22

7.68

))

6.60

6.06

4.76

4.48

3.70

3.42

3.13

2•34

))

))

19 20 , - - -, -- - -

m

H '+ d

lminima 3 1

1---------------

0,0~ /,; i\ la base: E 0 = Em

1.00

1.50

2.50

3•00

))

))

17

h 'm

m

H '- a

I mínima ¡ MAXIMA

1- ---------------

H 15 16 ----1 - - - - 1 - -- _ ,

Hm+ d¡H M+ d

lminima 3 1 ll1AXIMA I mínima

1- - - - - - 1 ~

I sous plate-forme

,...___

Si la hauteur maxima (H., ou H ' .;,) ne permet pas ele couronner l'oiiorage au niveau ele la plate-forme, on aeloptera l'ou vrage sous charge de remblai en luí elonnant la hauteur mínima (Hm ou H'm).

so us réserve d'assurer da ns tous les cas la revanche né cessaire a u-dess us eles hau les-eaux

Ouvrages servant a l'écoulement des •~a ux Hauteurs

Ouvrages sans surcharge ou sous une charge ne dépassant pas 3m (Voir f.)

7 8 9 10 1 - - - -1- - - - 1----1- - - - 1 - - -m m m m m

6

d

c::

::l

<)

.::"'

"'

Ul

o~

::l

Ul

"' ~ ro ro

Q)

~ "' "O

rn ::l

ro

::l

K

I. -

~

~

al

,:)

Q) ,.e:

.,....

s ·a s

al

TABLEAD

~

P.

~

·o ~ ";'

en "

2 E

c::

~ Q)

"' ~

>

,:)

Q)

Q)

~ el) '-, 'tl

<.)

-al o"'

"'::l

"'

'tl

o" Q)

~

c3

Q)

" ""'

o(N

~

+ 0.20 h 0.44 + 0.20 h 0.50 + 0.20 h 0.60 + 0.20 h 0.70 + 0.20 h O. SO + 0.20 h

m

~

P.

ro

"'"'Ul

~

~ ..c:l<N

ro

"'

P.

~

·-"'rnc::

"'"'

c::

"'rn

<)

"'' ro

.ro"

·-

o

ro "' ~

.,,::¡ ·a,

ro

::l ~ ::l

"

~

Dimensions. -

2. Pour les ouvrages de plus de 2m, dans lesquels le parem ent postérieur des pieds- droits n'est plus vertical, mais en fruit de 1/ 10 (f,), l' épaisseur des pieds-droits es t: aux naissances E, = Em 3. On a supposé, ce qu i es t le cas général, que le dessus de la chape es t il 0•40 au-dessous de la plate-forme.

1. 46

1.23

4.38

0.61

5.00

1.'10

0.99

0.93

0.86

o.so

0.74

0.66

0.58

0.53

----1 - - --1----1---- 1 m m m m 0.31, 0. 60 0.51 1.17

3

2

~

al

>-,

·o

e::

~

~ Q)

al t..

"O

ea

"'o.. ¡;.¡

-~"'

Q)

;::l

'-,

·O:S

~

o

Q)

'--

o

0

o"

"'

r--

R

2a

o

> ;::l

Q)

3'-,

Q) '-,

e,-:)

~

+

O> .,..;

+ ..... .____,

~ '>

C\l

~

Art. 3. -

§ 1. - COUPE EN TRAVERS (Suite)

:.:>

w


§ 1. -

34

Art . 3 . -

COUPE EN TRA VERS (Suite)

Dimensions (Suite). - T ABLEAU II . Quantité

t,.e,

en centimetres,

a ajouter a l 'épaisseur a la clef e

0 et an rayon R, pour une hauteur de surcharge h' jusqu' a la plate-forme, de :

Ouverture 2 a

3• au plus

4m au plu s

- --

- --

omao et om7 0

Ocm

1cm

2cm

3cm

3cm

1"' 00

o

1

2

3

4

1• 50 et 2• 00

o o

1

3

4

2 . 50et3 . 00

1

3

3.50et4 . 00

o

2

s· oo

o

2

6 . 00

o

3

5 6 7

5 7

7. 00

o o

3

8 . 00

1,

5m

8 9

6m

Ouvrages sous charge de plus de 3m_ (Tit re I, p. 16 et f,)

7m

8m

-----

9m

10m

11m

- - - - - - - -- - - 5cm 7cm 4cm 6cm

5

7

5

6

7 10

9 12

8 11 14

9

12

15

17

10 12

13 16

16 19

19 22

13

17

21

25

12m

14m

16m

- - - - - - -- -

8cm

¡

9 12

10

15 18

16

17cm)

20 23

21

26

27

25

24 27

29

28

30

32

30 33

8 10 13 16 19 22

13

21

Pour 12m et au-d essus

Po ur 14m et au-dessus

21,

25cm} Pour I5m el au-dessus 28 33 cm 31 32cm 1 31, 35 36

L'épaisseur aux naissan ces sera majorée de 2 M. (Voir f.). Memes ha uteurs minima de pieds-dro its que pour les ouvrages non surchargés, c-a -d hm ou h',,, colonn es 11 et 17).

§ 2. -

20m et audessus ---

18m

(Tablea u I,

BANDEA UX

Types. - Dimensions

____

TABLEAU

f, -

Ouvrages a murs en retour -1'm

Q)

1 ~~

E

"'::,:>'"' o

il. - P our un moell on d' é paisse ur e, il convicnt que sa plu s pe tite Jongueur soit 1,5 e, sa plus g ra nde '¾ 3 e.

>,

oi::

,n

Q)

:>

·a>

e'

o·ao

Om30 0.30 0.30 0.30 0.35 0,35 0.35 O.t10 O.t10 0.45 0.50 0.60 0.60

______

Voussoirs ,,..___ du bandeau

<ti

ola,5'ü!::

2a

0 .70 1.00 1.50 2 . 00 2 .50 3 . 00 3 .5 0 4 . 00 5 00 6 .00 7. 00 8 .00

~

a,

e

Epaisseur

Nombre

Queues daps le se ns de la douelle

jo ints

o

Om942 1.100 1.571 2.356 3.Hc2 3.927 4.712 5.11c98 6.283 7 .854 9.t,25 10.996 12.566

compris

5

7 9

13 15 19 23 27 31 37 43 .49 55

Om188 o.157 0.175 0.181 O. 209 Om30 0,207 > et Om40 0.205 .o. 204 0.203 0.212 0.219 O. 221, IOm:i5 et Om40 O. 228 om35 et Om50

Aqueducs de Qm60 et Qm70 a mu r s en aile, sous charge de r emblai

fil

f,.

Coupe

Élévalion

en long sur l'axe

III .

-

·. :,~

.,_

.

·~


§ 3.

MURS EN AILE

Art. 1 .

Plinthes 5 et rampants

Plinthe a

A.

35

om 1 O au- dessous du raíl voisin

Position des garde-corps en alignement ou

a l'extérieur

a l'intérieur des courhes

des courhes

~ Ou p_are11:~11{_,iyténeur_du_ 9i!rde-corps , á láxedela voie voisine 2"'2.55 •} 2J.f ·

•-Ou p.i:_ef!e_nl_ ,i1[ér,eurdu_ 9-a,_-qe_-_c_orp_s_~ . ,; t;ue de ta vo,e vois1i1e 2 "'2SS '

i

1

__,._s_o ________ ..... _!,_1~s_ ___ . ~

f,.

Oévers Ra_yon efe tacourbe du tracé Fleche du tracé sur ta lo,1g11eur L des plin{/,es = _lZ_

Oístance

1

i

daos le CdS ' . dune dotible voje i

y- ---j'"s-i - - - -~ B. -

Plinthe

8R

a 0"'05 au-dessus de la 1ilate-Jorme

Position des garde-corps en alignement ou a l'extérieur des courhes

a l'intérieur

des courhe

.._ _f!_,¿_,l}__a.:_e!J..e_n,é_1_n_ls,!'-1.1,r:. _c(t{ .s,a_r_cf..e: ,'!!:Pé. ___ J

·

? .!JO+f ..!ti

a Félx e aeta vo1e vo1.s,ne

: o 47

l.f- - - -

o.6J,:Z.::,O

-:-¡<- - -

1 o4S

. ,5 - - --:..< - - - - - -

1

o 7SS

- - - - ->t<-- - - - - - - -

-- ------- oos

~ ::·•:·~---~ ==---

"

~

~: " ' Piafe

O,slan-ce dam le cas d 'u ne :

lr!,,'!N~- yq(e__~

C. -

i J .57 Plinthe sous charge de remblai (p. 21) avec garde-corps

saos garde-co rps La plinthe est celle des ou vrages s a ns surcha rg e, échanc r ée sur la ha uleur DG. P our les plinthes s a ns g ardeco rps, DG e t donné au lablea u IV. Pour les plin lhes avec ga rde-corps, DG = QmJ2. Da ns les. 2 cas, MS = AB, PG = 2/ 3 DG .

TABLEAU

D. -

IV

Dimensions (f,.

a f.,)

Plinthes

Ou ve rlure :les o uvrages 2a

Longueur

AM

AK

1.202 h

omao- om70 1.00 l. 50 2.00-2 . 50 3 . 00 3.50 4 . 00 5.00-6.00 7. 00-8 . 00

Qm4Q 0.45 0.50 0.50 0.55 0.55 0.55 0.60 0.60

Qu,Q75 0.075 0.105 0.105 0.12 0.12 0.12 0.15 0.15

om15 0.15 0.18 0.18 0.20 0.20 0.20 0.22 0.25

Sai llie

AB=

DG= 2/ 3 K

QmQ5 0.05 0.07 0.07 o.os 0.08 o.os 0.10 0.10 a murs en

BD= 'l .202 AK

omog 0.09 0.126 0.126 0.144 0.144 0.144 0.18 0.18

Epa isseur

DK

- L arge ur hori zonta le

9 (f••)

Qm3Q 0.30 0.40 0.-40 0. 45 0.45 0.45 0.4fi 0.50 d.roi tes e t para.ll e les a la corde om20 0.20 0.25 0.25 0.28 0.28 0.28 0.32 0.35

Ramp a nts Epaisseur

h

0"'125 0.125 0.15 0.15 0.166 0.166 0.166 0.18 0.21

-

Crossettes' OR = 3/2 TR

om25 0.25 0.30 0.30 0.35 0.35 0.35 0.35 0.40

TR

Qm166 0.166 0.20 0.20 0.233 0.233 0.233 0.233 0.266

--

OT= 1. 202 OR

om30 0.30 0 .36 0. 36 0.42 o.t~2 0.42 0.l~2

0.48

5 . - E n courbe, les plinthes e t les t€tes des ouvrages a il e seron t de la courbe du tracé sur la longueur des plinthes L es dis tances a !'axe d e la voie indi quées aux figures f,l a f 1 5 , sont mesurées s ur l'axe transversal de l'ouvrage . 6. - S i la. hauteur du rampant cst en tr e 1m5Q et 3mQQ, une crosse tte ; au de la, un e par c haque 1""50 de hauteur. - On tra.itera le parement O fR comme le reste du mur.


§ 3.

36

Art. 2 . r,. - Dem i-coupe sur XX der••

MURS EN A ILE (Suite) Murs avec murettes de retour f01

f., Demi-élévation

Elévation suivant t t de f, 0

-

f.,

r••

Coupe

Coupe sur y y ele

sur

:1 z

de f. 0

r••

~

1

1

Wl

~If+H--',-1111 JI

1'..L.L)..L11

T ABLEAU

V Couronn eme nt ele la mureLte de reLour (f._)

Ouve r ture

-

des ouvrages

r••

CD

EF

273\ :n 1

om60-om70

Demi-plan, les ma\{onneries découvertes

i

0m15

1 . 50 )

0m05

0m08

3. 00-3.50 4. 00 5. 00-6 . 00 7.00-8.00

I 1

0.10

Le Lalu s du quart ele có ne PQ (f,0 ) sera ele 3/ 2. En le gazo nnant, on p ourra le raid ir

0 . 07

FG

l

l

0 . 20

1 0 .23

0m23

0m50

0.23

0 . 60

0.27

0.60

0 . 27

0.60

0 . 30

0.70

0.30

0.80

0 .33

0.80

0. 38

0 .90

a 1/ 1.

Les moellons d'appare il de la chafne l'ang le L M ( f, 0) auront, po ur les ouvrages de 0m60 a 6m, 0m30 et 0m40, om35 eL 0m45. L'abouL d u dé KL (f, 0 ) aul'a la méme queue que les moellons les plu s longs de la chaine d'angle. i l'on doit gazon ner le talus, !'a r ete s up érieure R S (f.,) du mur en a ile sera clu r a mpant.

(f•• )

---

1.00 2. 00-2 . 50

Epaisse ur d u mur de tympan T

a 0mjQ

de 7m et Sm,

au lieu ele 0m05 en con tre-bas du dess us

L e parement I J ( f._) sera ve rLi cal: '.lº pour les ouvra ges de 2m e t au-dessous; 2° qu a nd la hauLeur H ' ne dép asse pas 2m . L'épo isse ur moyenn e du mur e n oile dans la secti on C' D' (f, 0) passant par le pied clu pa r eme nt arri ere cl u mur en retour se ra calculée par la formu le: Em = 0m30 + 0m30 I-1", I-1" (f22) é tant la hau leur d u mur en a ile dons la secLion C' D'.

Art. 3. -

f2 ,

-

Elévations de cóté

r•• -

Murs avec dés au lieu de murettes de retour

de face

f.. - P lan, les magonneries découver les

T AB L EAU

Ouverture des ou vrages

10 •

VI AB

BC

f.,

' u

B

om6o 2moo 3moo 7moo

C

f., -

Art. 4 . - Raccordement

de la chape avec les tympans et la plinthe (f.,, 108 )

Coupe s u1· uu de f, 0

a 1m50 a 2m50 a 6moo a s moo

om20 0. 25 0.30 0.35

f,. -- Coupe su r

88

0m40 0.45 0.50 0.60

de f, 0


§ 4. - MURS EN RETO UR

37

Art . 1. -'- Tracé. - Arasement. - Position des garde-corps. - Pour les ouvrages couranLs, on n 'adoptera qu' exceptionnell ement les murs en r etour (p. 11) . - En courbe, les plinth es , té tes, murs en r etour, seront cou r bes et paralleles a la courbe du tracé (p. 22). - Pou r les ouvrages couronnés au niveau du ra il ou uu niveau de la plate-form e, les plinthes seront arasées, et les gard e-corps disposés comme pour les murs en a ile (voir f,. a f,.), sauf que , les plinthes étant co urbes, il n'y aura pas a tenir compte de la fleche f du tracé s ur la lon g ueur des plinLhes (p. 22). Art . 2 . - Ooupe en travers . ....:.1 Quand les murs n e seront pas · fe rmés par une cloison 0,25 H (f.,). du coté des terres, on leur donnera l' épaisseur: E= Qm25 Toutefoi s, l'inlervalle entre parements _i ntérieurs des murs en retour d'une méme culée n e devra pa s descendre au-dessous de 2"'_. Quand la hauteur H atteindra 4 ou 5m, et méme, ~I dans certains cas, pour des hauteurs moin<lres , on évi. ~ . . . dera la culée, soit pa r des puils circulaires r emplis de ~I déblais rocheux (f, 0) , soi L pa r des voú.tes el' évicl ement transversales, . .. : ces dispositions fe ront l'obj e t d' une étucle spéciale .

+

~ t ,,'-dele: ~¡

Art. 3. -

Plinthe (f20 ) . T AB LEA U

Ouver tu re d es ou vr ages

Long ueur AM

Epa isse ur MN

S a illi e AK

AB

DG

B G= 2D G

0m06 0. 08 0.10

om12 0. 16 0.20

- - - - - - -- Ju squ'a 2m inclu s De 2m a 6m in clu s De 6m a gm

om50 o. 60 0. 70

0m10 0.15 0 . 20

0m25 0. 30 o. 35

om1s o . 21 0.25

VII

Po u r les ouvr ag es de plu s de 2m, on c r euse ra un lar mier L (f.,) .

Art . 4. - Oouronnement des ouvrages couran!s en rase campagne Exemple. -

Passage infé rieur vouté de 4m Coupes sur xx de f31 su'r yy de f,.

Elévation 5mm

Face s upérieure des dés arasée aux mémes niveaux q11 e les plin thes des ouvrages a -murs en aile couro nn és au nivea u du rai l ou de la plate-forme (p. 2'1). Il co n vien t que la ver ticale de -la clef coincide avec le milieu d'un pan neau du ga r de-corps, a défa ut, avec un mo ntant.

§ 5. Art. 1 . -

RADIERS

Ooupe en travers

Art. 2 . T AB LE A U

VIII

Ouverture Fleche Epaisseu r 2a g J

- - - ---

om60 - om70 1moo - 1m50 2 . 00 3 . 00 - 3 .50 4 .00 5 . 00 6.00 - 7 8 . 00

Ἴ

0•05 0•35 0.075 1 0.35 0 .10 0.40 0.125 0.40 0.15 0. 45 0.175 0.50 0.20 0.55 0. 25 0.60

..

: Pa remen{ de la muretle ou du mur en

i 1~{o~;ur

~,

·ID

Garde-radiers .

N' <:::>:

Parafouilles T AB L EAU

Ouve r Lure

IX

2a

NP

om60-o m70 1moo - 1m50 2. 00 3.00 4. 00 - 8.00

0•40 0.40 0 .50 0 .50 0. 60

"'> .

~:,,

0.30, /J. t0 a

Les r ad iers se ron t, a l'a mon t e t a ]'ava l, ar r e tés s ui va nt un e li g ne dr o ite.


38

CHAPITRE II

OUVRAG-ES DROITS SOUS RAILS EN ELLIPSE SURHAUSSÉE PORTÉE DE

2m

ET PLUS -

5m

SURCHARGE DE PLUS DE

(Ti lre l. p . 15)

§ 1. -

CORPS

Coupe en travers Type 1

b=i.5 a

Type 2

r--- -----. r+-- -- ... ' -- - - - • --S:2·s1,' ·• ~~-:í-G..

·--~ó' ·

-._J'1·

b=2a

P our les chapes, voir p. 20 el 26. Pour les ch em ises voir p. 24.

.

' \ ' - - - - - -· -- - - - - - - -1--:' '

:,

"<:>/»: :

-----.-------1-· ~l:l-----------..;-., ~,--

"<:>/-,;' I::!' ..... - . - -- -- - - -. - - - - - : si - )( •

'

--

, -..::,

-=-.; :

-'2 ;

' '

º::I: ''

'

11

:~ ""'i"'::::

'

- r" ,

'

0

¡

MO

10

+ de + 0,2a + 2 de e + 0,3a+ 2 de

e= e0

On donne les vale urs numériqu es de:

+

E,= e0 E,=

~

3:- ~

,

E,

Epaisseurs

1

eo = 0,'19 (1 v2a) . . . ........ Tableau I , p. 33. !ie, su répaisseur a la clef...... . . Tableau II , p. 34

0

Pour les malériaux, voir p. 26.

§ 2. Dem i-coupe sur xx de f41

TÉTES

Bandeaux

Dem i-coupe su1· yy de f,.

Dévelop p eN ombre Ouver- Epa is - ment d e la de voussoirs demi-ellipse lure se ur ' cl'intrad os ~ 2a e' Type 1 T ype 2 Type 1 T ype 2

0.06

'f-- -

~

---.-.

~

--- - 2moo 2 .50 3 . 00 3 . 50 4 . 00 5 . 00 6 . 00 7 .00

Plan, les ma¡;onnerfos découvel'tes L'exlrados du bandcau esL une courbe para llele a l'ell ipsc.

L'épaisseur T du Lympan e Ldonn ée au Cha p. I, Tableau V, p. 36.

- - --- ---

4m84 6.05 7.27 8.48 9.69 '12.11 '14 .53 16.95 19.38

19 25 29 33 37 45 53 .. 61 69

25 29 35 41 47 57 65 75 85

Om30 et

Om40

¡

0.35 el 0.50

Voir pour:

(Tome Jll , p . 329).

(f.. )

8 . 00

--

Om35 3m97 0.35 4.96 0.35 5.95 0.40 6.94 0.40 7. 93 0.45 9.91 0.50 11 .90 0.60 13.88 0.60 15.86

Queue dan s le se ns de la d ouelle

~,

y¡;------+,, ~¡

fru,t.1.

'

:T

:.'7-----10 ___ _;, _

ll

les plin th es, rampan ts, crosse Ltes . art. 1, p. 35. les murs en ail e, murettes de r etour, dés ........... . . .. .. . . art. 2, p. 36. les radiers ...... .. .. . .. .. ...... . art. 1, p. 37. les matériaux autre que ceux du corps de la -voúte . .. ... . ..... . p. 26. 7. L a meme que pour les pleins cintres {p. 3•1, Tableau III).


CHAPITRE III

39

DALOTS (Voir, p. 13) f,.

Coupe

Ouverture

en

2a

Retraile Epaisseur La rge ur Epaisseur Epaisseur Fleche des pieds- minima de la de la dalle • d'appui radier du droiLs du radieifondation ,. ni p e E f

travers

A. om50

0 .70 0.80

Ouvrages couronnés au niveau du ch em in (coupes en long) avec murs en aile

avec mur en reLour

1

0 .50

exemple pour permetLre

1

a

0"'15 0.20 0.20

1

B. 0.05 0.05 0.05 0.10 0.10 0 .10 0.15

0.10 0.10 0.15 0.15 0.20 0.20 0.25

0. 20 0 .30 0 .40 0 . 60 0 .70 0 .80

Si, exceptionnellemenL, pa r

om25 0.30 0.30

Sous rails 0"35 0"50 0.40 0.55 1 0.40 0.60 1

H ors la ooie 0.30 0.10 0.30 0.15 0.20 0.35 0.20 0.35 0.40 0.30 0.30 0.40 0.45 0.30

~

omo5 1

! ~

0-10

0.00

0.05

0.05

O 10

un homme de pa sser, on est obligé de dépas!;:er la hauteur

h = 2ct + 0m10, on calculera E par la formule: E= Qm15 + 0,30 a+ 0,20 h . On ne mettra de garde- corp · q ue sur les ouvrages de 0m50 e t au-dessus, quand la hauteur e nlre le dessus de la plinthe et le radier dépasse 1 m. En rase cam pag ne , le rampant sera e n moellons ordinaires; la plinthe, en libages sa'.ls chanfrein, sa ns saillie s ur la le Le.

CHAPITRE IV

BUSES (Vo ir p. 13)

CORPS HORS LA VOIE Dimensions Coupe e n travers

SOUS RAILS Coupe e n travers

Dimensions D

a

b

e

d

f

Cube par m. cour' ~ ~

B,

B,

0"60 0- 10 om10 0- 20 om20 om11 om,220

om,570

o. so 0.11 0.15 0.30 0.25 0. '17 o. 31'•

1. 206

Composition:

B,

B, Ciment .........

800 •

Sable et «graville» de 2 cm .... .. . 1 me

ComposiLion:

Mortier de chaux

a3oo• ........

1 vol.

Gravier de 2 cm a 3 cm ........ 2vol.

M ortier de c iment a 500" 1 vo l. Gravier ou pierre cassée de 3 cm .............. l vol.

TÉTES Type I

Au-dessus du plan XX (f.,), la buse est coupée par une droiLe normale a son axe s'app uyant sur cet axe et s ur l'ellipse inter ecLion du plan du talus avec le cylindre d'exlrados. ' Au-dessous, la tete es t daos le plan du talu s.

D

E=0,06+ 10

Cube par m. cou ran t

0-30

0-09 0.10 0.11 0.12 0.13 0.14

0"'135 o. 196 o. 266 O. 347 o. 438 o. 539

0. 40 0 .50 0 .60 0 .70

o.so

D

Type II Applicable quand la buse est faite par Luyaux pilonnés á có té ele l'ouvrage (p. '13).

On peut couper par le plan vertical ZZ le bec de flt1te rnp . La tele sera entourée de gazon su r 0"30. . 8 . L'inte rsection de cette s ur face avec le cylindre d'intrados es t une ellipse qui se projette sur le plan vertica l passant par l'axe de la buse, suivant la droite m n ( f,~)-

Quand on ne c raindra bourrelet de i0•w x i0•m. On On ga rnira d'un enduit partie de l'exLrados q ui sera

pas d'affou illemenLs, spécialement pour les buses hors la voie, on réduira le parafouille a un pourra memc le upprime r . au morLier de ciment de 2••• la partie vue de la tete, e t, sur 0m20, l'inLérieur de la buse et la recouverLe de remblai.


40

CHAPITRE V

OUVRAG-ES BIAIS SOUS CHARG-E DE REMBLAI AU

VOUTES

ET

TETES

TAL S DE 3/ 2

DROITES

PLINTHES RAMPANTES

(Voir Titre I, p. 17)

Les téles sont dans un plan vertical PQ perpendiculaire au plan verti cal F de !'axe de l'ouvrage. L'aréle du couronnement d'une tele PQ est l'interseclion du plan PQ et du lalus de remblai.

',,< . .

.1a:

..

e

•e.O

', ·•":'o /,g /

V

/

~/

f~ I.

3 ,;:¡;r

"\<:,~

"J,~

i

~t/ -¡.

..c d-.... .. __ _ '\~-.-·

t

::>

P,

<····. ex-~.- - - - - - + g - - - - - -

¡;, V ·· ', ·. : . i _Plate-forme __ en .. pente .. i __ _ __ _¡ ___ __ \'o_l __ _ __ J,-- , ..:p - -- - ·· - ·· _ ··- e -··t/ ',-:_ (Jens de la descente-J u,

··- ·· -

: - ,,

~/

,::.-- .

p,:'

,o

}in cx.

R

·- ...:_

NN1= f)L Gotang ex.· · M ' -- , .~an 9 ~ =icos.CX _/ 1

/

/

Cólé

/

Angle avec la verlicale de l'interseclion du talus de remblai avec le sens de la descente et du plan F Angle

. F F

1

ce

(angle aigu)

71'-C(

(angle obtus)

Tang

e. --

Tang e. =

3 2 sin ce

+ 3 i cos ce 3

2 sin ce -

3 i cos ce

Inclinaison sur l'horizon de l'a réte rampante, inlersection du talus de remblai et du plan de téte PQ

T ang ,j,, =

Tang ,J,. =

2 cos ce -

3 2

3

cos ce

.. sm ce

i

+ i sin ce


LIVRE II

VIADUCS SOUS CHEMIN DE FER A VOIE

NORMALE

,.

A ARCHES EGALES EN PLEIN

CINTRE

A UN SEUL ÉTAGE

'l , VI. - · ü.


TITRE I

VIADUCS EN ALIGNEMENT DROIT ET EN PALIER

CHAPITRE I

CONDlTIONS IMPOSÉES PAR LA. CIRCULATION DES TRAINS ET PAR CELLE DES A.G-ENTS U n pont, un viaduc , sont faits pour la circulo tion; c'est le dessus qui l'assure: c'est don e luí qui m ene l' étud e et regle le dessous . La largeur lib re minima entre les faces intérieures des garde- corps es t: Pour les ou vrages a 2 voies (f,, f3 ) • • ••• • • . • • • Sm081 ; Pour les ouvrages a 1 voie (f0 , f3 ) • • • • • • • • • • • 4w51 2 _ f, -

Ouv rage

1 rae~ !_njerlf'!..r~

a2 ¡

voies -

1cm rJce 1n{er1etJr(' 1

I20

l ,l"gar~-co,¡os

o'vgarae--coi,os ¡

z,t :: _-_-_-_-_-_- _-:: :~)¿~::---~:~~~~~t~: ~:~-?~::~-!~:: _-_-_ ·_ ~:: _- _-_-Jz, ~ __ u_o!'~ __.,,¡z-!sJ+O:ii~-.:_-_·{q.f 2 _H } __ ,.. __ JJ! __

Yo~,-

4

_o_s_o~:':, ___ : ----~---~~-~--~_J. P_6 ____ ·:·;;:,o"kif·'· · · ~

f, -

Ouvrage

a 1 voie -

.--. -

:

¡

. ,... _

uq 1' 1 . - ~

.

1cm

1. -

A u li e u de Sm (Ca hier eles c harges des g randes C'" , a rt. 1'1) .

2. -

A u lie u ele 4m50 (Cahier des c ha rg es d u P-L-M et de l'Orl ea ns, art. 'l'l ).

3. -

R eglement mi n is te ri el d u 8 J a nv ie r 1915 po u r les p o n ls me lalli q ues '. art. 27).

4. 5. -

-

id -

R ie n ne do it dep asse r la l ig ue b r isee LKJH FE D (f 3 ).

Cahier des charg es des g ran des C'", art 7.

Art. 1. - Pourquoi il faut arreter d'abord le dessus. Art. 2. - Largeur libre entre gardecorps.


44

VIADUCS

Toute saillie s (f,, f.) sur la face intérieure des gardes-corps élargit l'ouvrage de 2 s .

Art. 3. - Pas de saillie du bahut ou de la lis se supérieure, sur la face intéríeure du gardecorps.

lz.

Un encorbellement, di sposé pour la regagner, sera bien mieux employé a réduire la largeur entre tympans. Ríen ne doit faire saillie 1 sur le plan vertical a f,) : ni le bahut d'un parapet en magonnerie, ni, dans un ga rd e-corps métallique, la main courante, les pontels en fonte.. . .

z, Z, (f.

Peuvent toutefois faire saillie sur garde-corps métalliques :

z,

Z, dans les

1° les renforts des man tants (f..) parce qu'ils n' empietent pas sur le gabarit de construction (f.) ;

e>

'o

2° les pilastres en fonte, parce que ce sont des obstacles isolés a plus de 1"'35 du bord du rail voisin. G Art. 4 . - Distance minima t entre l 'about des traversas et la face posté rieure de la plinthe (f,).

Elle est seulement de 0m155 le lon g des trottoirs des gares.

Art . 5. - Largeur p de la plinthe en dedans de la face intérieure du garde-corps Z, Z, (f 0 ) .

1° -

Adm ettons qu e la distance minima, pour éviter aux plinthes des chocs au passage des trains, soit 0"'305 7• 8 •

iz1 M axim.a. - Ce sera, d'apres l'art. 4:

z1 ,~ ----------- - - - - - -~-~ ~ H~ - -1.JS >o. !JOS

~.-9:t.~~--------~-~

0m905 - 0m305 (mínimum de t) = Om60 9 0m60 n'est justifié que pour équilibrer un grand portea-faux: on ne l'a g uere dépassé.

-~

·i 1,.

~

2°. - Minima. -

Z,

La plinthe, en dedans du plan

z,, doit étre assez large pour :

a - servi r de troltoir aux Agents de la Voie. om35 suffit a la rigueur10 pris 0m45. b - faire équilibre au porte-a-fau x de la plinthe en avant du tympan. Entre 0m35 et 0m60, on réduit p a ce qu'il faut pour la stabilité de la plinthe. Art . 6 . - Niches derefuge . Largeur. Profondeur . Place (f u) ·

:

on a souvent

Taus le 50m enviran de chaque cóté de !'axe, soit de 25m en 25m en quinconce, on ménage des niches de refuge c'.e largeur l ;;> 1'"50, de profondeur e ;;> 0m30. Avec 0m30, un gros homme esta l'abri. 6-

Déci ion minislérielle du 31 décembre 1890 fix a nt la disLance entre le raíl et les obstacles isolés le long des vo ies principales.

-~~§~~¡Z¿_¡i]~~~~~

9 -

7 - Elle est de : 0m365 a ux viad ucs de la nouvelle lig ne de Parí s a Cba rtres (E ta t '1910). 0m355 (traverses de 2m60) au viad uc de Tbil lig ne de fü·iey a Hussigny et Villerupt (Est '1905).

8 - L e ballas t pousse p eu la plinthe. Sur des lig nes du Midi en tra ncbée ele rocher, on le maintenait par un e mure tte ele 0m30 en co uronne (f..). Viadu cs ele la lig ne de Vendes a Ma uri ac (1 888).

10 - A cóLé el'un parapeten mai;:on neri e de 1m de hauteur, on s'est co nten té ele 0"'22 au viadu c d u 131anc (Ligne de Poitiers a u Blanc - 1881-85).


NICHES DE REFUGE -

NIVEAU DES PLINTHES

45

On prendra: e= 0m35 avec un garde-corps métallique ; e= 0m30 avec un parapet en magonnerie, qui est lourd et dont il importe de r éduire le porte-a-faux. Suivant la portée des arches, on peut ne mettre de niches qu'a une pile sur deux, sur trois . ... - ~ :e C'est l'aspect qui reglera la largeur l au-dessus du mínimum de tm50, d'apres l'ouverture des arches, l'épaisseur des piles, suivant que les tympans sont ou ne sont pas élégis. Les niches seront toujours au-dessus des piles, jamais au-dessus des clefs des grandes voutes. Quand des voutes d' élégissement traversent les tympans, on continuera a placer les niches au-dessus des grandes piles : elles y sont moins désagréab.les qu'a la clef des grandes voules. Le ballast descend en pente de 0,05 a partir d'un plan passant a Om05 au-dessous du plan supérieur des rails Y0 Y 0 • 1 1 Sil Le dessus de la plinthe est au-dessous de Y 0 Y 0 de : - - - - - - - - - - - - - - - - -~ - - ~ Z =Om05 0 ,05 (im50-p) =0"'125-0,05 p. ~ f · 1 . "f'Señied'e iJ g - ·;-:-:-,rY0 12 . Y 0p est généralement Om50. Alors z = O, 10 ; il est ex~ ceptionnellement (maximum) Om60 ; alors z = Om095. 1 On arasera toujours la plinthe a Om10 au-dessous du raíl.

z~

+

Art. 7. - Dessus des plinthes a QmiO plus bas que le rail voisin (f, J.

+

w✓✓//////h

CHAPITRE 11

RECONNAISSANCE DU SOL DE FONDATION A L'EMPLACEMENT DU VIADUC A temps pour changer le tracé, si on rencontre de trop mauvais terrains . C'est par des puits qu'on reconna!t le mieux le sol: on le voit, on le touche, on l'éprouve.11 11. - Da ns les terrains arg ileux, m ouillés, la surfa ce est un e bouillie sans cons ista nce: il ne faut pas s'en effrayer. Au pont ele Peseux, sur le Doubs, forielé a l'air comprim é sur ele la marne argileus e, on en forn;:ait da ns cette m arne eles cubes ele Qm3Q de cóté a l'aide de vérins pressant contre le plafond de la cha mbre de travail. (Il ne fa ut pas opérer sur ele petits cub es, q ui s'en fo ncent tout de s uite parce que la terre se souleve tout autour). Voici ce qu'on a cons taté: Enfoncement en centime!tres

Charge par-O•-oi2

-----,-~---- ~e:---- - -

Culée L ons -l e -Saulnier Pile 1

-----

-----

1 2 3 ,1 5

1•94 3.61 4.50 4.83 5.1 7 5.72

o

Pile 2

Culée

Jean-de-L osne ---- - --- -S' 3•10 4.60 5.70 6.80 .50 9.60

3•55 4. 10 4.75 5 20 5.55 6.30

3• 4.44 5.77 7.00 8.00

9.10

L'ouvrage (métall iqu e) terminé et sur2 chargé, ne pese pas plu s de 5•5 par 0•01 • Sous l'ou vrage achevé, le sol ne peut pas r el:luer latéralement parce qu'il es t mainLen u par le poids des co uches s up éri eu re s; la pression est réduite par le frottement laléral des massifs ele fondation . Sans doute, l'essa i ne dure que quelqu es minutes et l'ouvrage, lui, pesera indéfiniment; l'expérience montre que l'on peut conclure de. l'un a l'a utre.

Art.1. - Quanddoiton faire les sondages? Art. 2. - Puits de sondage.


46

VIADUCS

Si on ne peut pas les foncer par épuisemenLs, on descendra a l'air comprimé 12 un petit caisson en tole. Les puiLs seront, en général , creusés a coté des fondaLions et non a leur emplacement méme, car, comme d'ordinaire ils descendent plus has, il faul les boucher , ce qui est une dépense inutile ; de plus, dans les Lerrains un peu compressibles, les ·magonneries qui les r emplissenl form ent, sous les massif' de fondation, des poinls durs qui peuvent les faire casser 13 • Art. 3 . - Sondages a la tige.

Quand le so l de fondation est trop has ou quand il y a trop d'eau, 011 fait peu de puils parce qu'il s coillent cher : on acheve de le reconnaHre par des sondages a la Lige dans des Lubes en Lóle14 • Ils n'indiquenl gue re que l'épaisseu r et la nature des couches; ils renseignen t mal sur ' la quanlité d'eau, assez peu sur la résistance1 5 , surlout des sois argileux 16 •

Art. 4. Nombre et profondeur des sondages.

Il en faut assez, et assez pom,sés : 1° pour bien définir la nature du lerrain sur toute la surface de chaqu e fondation: le rocher rencontré au mili eu peul di spara!Lre sur une partie de la fouill eu; 2° pour représenter s ur la coupe en long de l'ouvrage, par des lig nes conlinues, les différenles couches; quand on fonde par épuisemenls, il ne faul pas se Lromper sur la position 12

Caissons 1 onl

Lig ne de

Date N ombre

Forme

Prix

-

Profon-

Terrains

deu r

traversés

Dim ensions ou diametre

--d e Caron te du Marais de 5t1.Marie du Prégo-Diéu sur la Durance

Miramas

a !' Estaque

1904

Frasne Va!lorbe

1911

a

Chorges

a Barcelonnette

3

r ectangu l 111

1

rond

18·40 20 . 40 23 .76 27. 60

2·x2•50 3·

1

1912

2

ronds

¡ 1

29 .30 30 . 40

par m. el

T ota l

par m. c.

du vo lume occupé deseen te par les caissons

de

--vase, / argile moll e, 74624 fr. 1192 fr. sablon

238 fr. 56

vase molle \51193 fr . 1855 fr.

262 fr . 40'

sable, g rav iers, j 62670 fr. 1050 fr. galets

148 fr. 48

1

• P our 195·• occu pés pa r le cai son, on a eleblayé 542"' . 13. -

Dit po ur les ouvrages de 8" et au-elessou s (p. 27).

14. - Sondages de 0"21 - Vallée de la Garonne (Ligne de Marmanele a Cas telj aloux) - 28 sondages long ueur cumul ée 45 1" (] 879) - Prix: maye n d u metre co urant: dan s la terre et sab)e 26 fr. 58 ; elans les g rav iers el ga lels 97 fr. 85; elans le« tu f» 64 fr. 62 - en moye nn e 65 fr. 65 (A nn ales des P onts et Cba ussées - févr ier 1883, p. 174). Au pont de SLLo up s ur l'Alli er (Lig ne ele Gannat a La Ferté-Hauterive), profo neleur ele 4m52 a 33m22long ueur cumul ée 275"38 ('1907) - 70 fr. le metre co urant.

15 Terrain Ira verse

A Tendre

B Mov

On a essayé de s'en r endre comp te el'apres le nom bre de co up s ele trépan produisant un enfo ncement donné . !Enhnrement Au pont d' Orl éa ns, (III , p. 255) on trll ga it un e co urbe par n cov¡,.r llombre d'e cov¡s d'e tre¡an elont les or elon nées éta ient les profoncleurs, e t l es nbsdetré17an. cisse les nombres tota ux de co ups de trépa n dep ui s le commencement el u sonelage: la co urb e se coucbe dans un \ terra in dur, se redresse clans un terra in mo u. (f, 3 ). On peut auss i (f13 ) indi quer par un trait l'enfoncement ·corres ponda nl a un e volée de 50 co ups, de 20 co ups. ~3 Plus les traits sont rapprochés, plu s le terra in est elur. An nales eles Ponls etCba u. sées, octobre 1893. Notice surla Construction d'un oiaduc a la traoe rsée du Val de la -· Loire a Gien (Lig ne ele Bourges a Gien) M. Ross ignol.

e

16 - Dans ces sois, le trépan fait un e bouilli e ele terrains so uvent suffi samment soli des, et on n'am ene au jo ur qu'une boue liquide . .

As.su dvr - -- - -- -

o Tresdvr

- --- ----------- ------

17 - Au viacl uc eles Crotles (Lig ne ele Morb ier a Morez), deux piles se son l trouvées en p orte-a-faux sur la Lra nche el'un feuill et ca lca ire r elevé verti calem en t. (Vo ir pl us loin, renvoi 73, f00 ) .


SONDAGES

47

du sol de fondation: 011 n' est oulillé que pour les profondeurs présumées et a n e plus pouvoir épuiser, s1 on descend plus ha s; 3°. dessous.

011

est exposé

pour etre su r que la couche de fondation peut porter l'ouvrage et savoir ce qu'il y a

Les ·sondages faits a la barre a min e a u fond d' une fouill e n 'y suffisent null ement. On s'assurera done al'avance qu'on n'est pas sur une crou te mince cachant une couche compressible1 8 ; sur un pavage de gros blocs avec de la vase dessous 19 ; sur un gros bloc isolé; que dans le rocher calcaire, il n 'y a pas de cavernes 2 º; que, dans le g ranit, il n'y a pas de plan de gli ssemen l21 . ... Si on est dans la mame ou dans l'ar gile , ou les sondages ne sont pas ch ers , on les descendra bien a u-dela du niveau probable de la fondalion 22 •

CHAPITRE III

PREMIERES INDICATIONS GÉNÉRALES POUR FIXER L'OUVERTURE ET LE NOMBRE DES ARCHES ET DESSJNER UNE SILHOUETTE APPROCHÉE DE L'ÉLÉVATION ·

Soit H la hautenr du raíl au-d essus du point le plus creux de la va ll ée (f,.) sur la face aval l?a,I X du viaduc . 0 Xa~ On adoptera pour l'ouverture commune des f H arch es : 1 2 a = 0,4 H 4' C' est la proportion des beaux viaducs. 23 18. - Au viad uc de la Gagne (Ligne du Puya L a ngogne) , les premiers sondages s' étaien t a rr etés a une dalle de basalte. Or e ll e n'avait que 2,n d'épaisseur et reposait sur un e couche indé fmi e d'argi1e; elle ne couvrait mCme pas toute la fo uill e . On a dfí re noncer a u viaduc e n mac;onnerie projeté e t accepter une travée métall ique de 57'\ au g ra nd dommage de l'aspect. 19 . - P ont sur le Verdon, a Fontgai llarde (Basses-A lpes, - Lig ne de S'-André a Puget-Théniers).

20 . - P on t de Beynac sur la Dordogne (Ligne de Saint-Denis au B ui sson, 5 arches de 24"') . On trouva, a l' empl acement d'une pil e, sous une croúte rocheuse de 0'"20 i Qm7Q, un vide ayant jusqu 'a l "'. (Anna les des Ponts et Chaussées, mars 1881) : Fo11dati'o11s a l'afr Ubre et a l 1aiT comprúné, M. Li ébeaux). Pont de Mareuil sur la Dordogne (Ligne de Cahors a Brive, - 7 arches de 23"' fondées a l'air comprim é). - En sond ant a la barre a mine le ro~her de fondation de la pile 2, on découvrit une cav ité de 2'" a 2m50 de profondeur, dépassant la pi le a l'amont et a !' aval. (Compte-rendu des Travaux p. 26) . Au vieux pont d'Orléans, en novembre 1758, a la 7• pile, il y e ut un affa issemen t Qm50. Au pont du Chem in de fer a Orléans (Ligne d'Orléans a Vierzon, - arches de 24'"20 en anse de panier au 1/ 3), les tassernents at te ig niren t 0'"736. (Revue Générale des Chern ins de fer, mars 1890, p. 131: Note sur la r.1construction d'u11e Pile du pont sur la LoiTe, ti OTléaus, M. Gr ippon-Lamothe) ; Au viaduc du Bla11c, sur la Creuse (Ligne de Poitiers au Blanc) , on a trouvé sous la p il e 13 un trou de plus de 20 111 • Au fond, on a battu des pieux; puis, dessus, coul é du béton.

21. - Au grand viaduc des Fades sur la Siou le (Ligne de S'-Eloy a P a uni a t), le coteau ri ve gauche, sous la c harge de la culée e t de ses 1/ 4 de c8ne, a glissé sur un mince li t d'argile qu i coupait le grani t a quelque 35'" de profondeur.

22. - On a poussé : au pont de M a rm a nde 7 sondages a plus de z7m (An na les des Ponts e t Chaussées, février 1883, p . 178); a u viad uc de P r égo-Diéu sur la Durance (Lig ne de Chorges a Barcelonnette), 3 a 40m. 23 Viaduc

sur l' Aulne, pres de Port-Launay

Ligne de

Nantes

a L anderneau

Dates

J,'I

2a

2a

H

1864 - 66

49·30

22m

0,44

de Pompadour

Brive - Lim oges

1873 - 75

25m

de S' L a ure nt d'Olt du Piou

Séverac - Marvejols

1877 - 79

55· 52m68 46·50

de la Crueize

Marvejols - N eussargnes

1879 - 83

de Mussy

L a C laye tte - Lamure

0,45 0,38 0,43 0,39 0,41 0,41 0,41

de la Gascarie

Ca.rmaux - R odez

1892 - 95 189,1 - 97

de Weissenbach

S' Gall - Wattwi l

1907 - 09

~

63'"30 60m 49•10 61·40

20·· 20· 25· 25· 2025·

Art. 1. - Ouverture commune des arches, 2a.


48

VIADUCS

Avec elle, sur vallées en V bien accentué, l'arche centrale n'esL pas trop petite, les arches extrémes ne sont pas trop grandes. Mais quand le has de la vallée est large, plat, il faut s'inquiéter surtout des arches du milieu et alors augmenter l'ouverture. On l'augmentera si les fondations sont cheres, s'il y a un grand creux a franchir ..... Il n'y a pas inlérét a prendre 2a sensiblement au-dessous de 0,4 H 24 • Pour les plus hauts viaducs, on n'a guere, jusqu'ici, dépassé 25"'. 25 , 26 Au-dessous de l'horizontale du rail X 0 X 0 , on portera verlicalement : h=0m95+0,19 (1 +v2a) 2 ' L'horizonlale x. X, est la tangente au som met des arches.

Art. 2 . - Epaisseur de l'ouvrage. Niveau des clefs des intrados (f ,.).

Art. 3 . - Premiare valeur approchée de l'épaisseur des piles aux naissances. Art. 4 . - Fruit provisoire des piles en élévation.

Art. 5 . - Silhouette de l'élévation sur « calque"·

~5

A- ~ ruil.r en

On admettra provisoirement pour toutes les piles: e, = 0,20 (2a)

)040-0

ee valioñ.

Au-dessous de l'horizontale des naissances, X, X,, on profilera les piles : d'abord verlicalement sur 0m40 de hauV; puis avec un fruit de 0,025 (1/ 40).

Avec ces élémenls, et des ouvertures variant par melre a u tour de 0, 4 H, on dessine quelques silhou eltes sur« calque». On a , auparavant, sur un profil en travers de la vall ée a l'emplacement de l'ouvrage, indiqué les cours d' eau, les chemins, le sol de fondation, la plate-forme (ligne rouge). Sur ce profil, on promene les silhouettes; on place les piles de fa gon a les fonder facilement, a bien encadrer le creux, bien franchir la riviere, les chemins. L'ouvrage doit étre bien encadré par ses culées. Il n'es t pas bon que les quarts de cóne aveuglent les derni eres voú.tes: tout au plus, peuvent-ils atteindre leurs naissances. Au besoin, on augmente l'ouverlure ; a l'extréme rigueur, on la diminue un peu. Aveé cetle silhouette, on arréte: l'ouverture 2a; le rn;imbre d'arches; et, a tres peu de chose pres, l' emplacement des piles eL des culées.

24. - Les ouvertures sont 2a •15• H = 45 =0,33.

trop petites au viaduc d'Arquejols (Ligne de L angogne au Puy):

A celui du Landwasser (Chemins de fer rhétiques), pour H =66•, on a pris 2a =20• seulement, mais parce qu'il est en courbe de 100•. 2:>. -

A Saint-Florent (Isso udun

a Saint-Florent),

la portée est de 30•, ma is la hauteur n'e;,t que de

24m70; c'est plus un pont qu'un viad uc. 26. -

"o us avons projeté le viad uc de Chanteloube, haut ele 65m, avec des arches de 27m (Ch orges

a Barcelonnette).

Sur la lig ue a voie élroite de Bevers a Schuls (Chemins Rhétiques Engadine), le viaduc sur le val Püzza a 4 arches de 27m, un e hauteur de 53m. 27. -

L e produit a (1 + \12a) est donné, 3• Partie, Table T., pour 2a de Om60

a 100m,

et

ex.

de O, 10

a O, 25.


CHAPITRE IV

4\;l

COURONNEMENT § l. -

PARAPETS

L es premiers, et la plupart des tres grands viaducs de chemins de fer, onl des parapets en ma gonnerie. lis sont chers, surtout parce qu'ils augmentent la largeur entre tympans. 28 Un mince garde-corps en métal est d'autanl plus économique que l'ouvrage est·plus ·h aut . Les parapets pleins sont lourds: ils écrasent un viaduc qui doit élre élancé, ilsle font ressembler a un pont-canal.

Art. 1 . - Parapets en ma~onnerie.

A. -

Ils sont chers.

B. - Plus de parap ets pleins.

La plinthe, entre deux surfaces pleines, le tympan et le fut, c'est-a -dire entre deux parements d'aspect peu différent, n 'a plus d'autre róle apparent que d'indiqu era l'reil ou est la voie : ce n' est pasassez pour lajustifier. Sur une plinthe, il faut un altique léger, un parapet ajouré : dans nos cathéd rales, on ne voit pas de parapet plein au-dessus d'une corniche. On ne conetruira done pas de parapets pleins, mais des parapets ajour ·s , et seulement pour un tres grand ouvrage dans une vi lle.

t:::::;f::;:IG============:::;:;::='·· ·~-- --·· .,,, '<>· 1

'

..,,

1

1

(::)

1

1--l=fl ====""=========fll=l9 ~:

Pour un petit viaduc entre deux murs de soutenement, on conservera le garde-corps des murs (f, 0 ) avec des dés en libages au droit de chaque montant. Sur le viaduc et les murs, on assurera discretement le jeu de la di latat.ion .

~:

">;

L I -...I..L-----';'---- ------......._.:... f_---'CJ..L.f

i1

Poiús /ilr me/re courant = 13 K

28. -

g

i-r··u

Soit MN le nu du tympa n (f.,).

lz1 ·

Pour un pa rapet en ma i,o nn erie de om30 d'épaisseur, porté par un e plinlhe sans eo rbeaux, la distanee entre Z, Z, et MN est cl'environ 0m20. Avee un ga rcl e-eorps métallique, qui n'a que 0m05 d'é paisseur (a u lieu de 0m30), qui ne pese que 30 ou 40' a u métre co uran t (a u li eu de 600 ou 700'), on peut faire eo rn cider l es plans MN et Z 1 Z,, et meme faire. déb orcler un peu le plan z, Z, par rapport au pla n MN. On gagne done au moins 0m20 pour toute l'élévation ele l'ouvrage.

a ehaque

te te, so it en tout 0m40 ele largeur

Sur un viaduc eomme eel ui ele Port-Launay, qui a en élévation une sur faee de pl ein ele 4570mq, e'est une éco nomie de e ube c!F 1828mc, soit, a 40 fr. le ·me., 73:120 fr.

T. VI. -

7.

Art. 2. Gardeeorps métalliques .

A . - En fer ou en acier.


50

VIADUCS

S'il n'y a pas de murs aux abords, on appliquera sur les viaducs courants le type f, . ; faut et pour varier, f, .2º·

½e

½9

(0)

[ ílílílíl[ íl í l J ~ l U

dé-

<-------------- -- ·· .. ,'!'so. -- --- ---- ----·-

==;:;:==l l====;,==i!=¡,===;,===;:;==rr===n===;;=::::::;:r1

==

.,., .,,, "''

! ,,

;=

~ J

:;:;'i, _g~

a

0,., '//

0f1~

Poids par mét,·e cou1·ant

Poids par melre courant , J8 •

a

33 k

Daos les gares et aux abords, a moins de 2QQm en avan t et 15Qm en arriere du milieu des trottoirs , la hauteur du garde-corps sera portée a 1 m. Pour les viaducs exceptionnels, on étudi era des types spéciauxªº. A ces garde-corps ténus, on a fait ce reproche qu'a distance, un ouvrage ne parait pas couronn é du tout: tout compte fait , est-il si nécessaire qu'on voie qu elque chose au-dessus de la corniche ~ A de belles églises romanes, il n'y a rien, et c'est fort bien.

f2 0

-

Viaduc du Sarget

Limoges

B. -

a Brive

par PompadottT

Sur des ouvrages tres ornés, il pourra quelquefois convenir de placer des garde-corps en fonte, bien étoffés, - mais ils sont chers31 •

En Jonte.

Les évidements f20 , un temps fort employés, sont ennuyeux.

Poids par mefre couranl = 135 •

z

,?', s :,e,. -

.

- - - - - - - - - - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - - -JI!

29. -

En mars 1913, on pouvait aelmettr e: Prix

Typc

Poids par métre· courant, 6J .•

du kilog.

d u m. et

f,.

0fr. 50

6 fr. 50

f,.

Ofr. 56

21 fr. 28

f,.

Ofr . 52

32 fr. 76

30. - On a appliqu é f2 1 a u P ont ele Sa int-Lo up , s ur l'Alli er (La Ferté-Ha ut.:. rive a Ganna t).

31. - Vo ici (f,.) cel uf tlu pon t en co nstruc ti on a Abrest, pres ele Vi chy (lig ne ele Riom a Vichy) : il p ese par m. e' '1 80'.


COURON EME

§ 2. -

51

T

L ARGEUR ENTRE T YMPANS. ([¡ arde-corps en métal)

4m50 pour une voie; Sm0S pour deux voies, - largeur comptée au niveau de la plate-forme, c'est-a-dire a 0m50 en contrebas du plan supérieur des rails. A ti tre exceptionnel, on pourr a m eltre en encorbellement le garde-corps s ur des corbeaux, an crés au besoin 3 2 s ur une sous- plin lhe3 3 , sur des consoles en béton ar mé3 <1. . Si le viad uc es t haut, on fait ainsi une grosse économie.

§ 3. -

PLI NTHE

L 'épaisseur de la plinthe varie avec l'importance, la hauteur, les ouverlures , le caractere de l' ouvrage. 11 faut une plinthe épaisse sur les viaducs tres hau ts , pour qu'on la voie, - et aussi sur les viaducs has a grandes a rches, parce que ce sont des ouvrages lourds.

Art. 1 . h (f .,) .

Epaisseur

Elle protege contre la pluie les teles de l'ouvrage; elle doil done croitre a vec leur frui t. Quand elle es t trop fa ible , la pluie les verdit, les noircit a parti r de l'ap lomb de la plinthe . On a ugmen tera la sailli e, si l'on veu t sous le couron n emenl une large ligne d'ombre . 11 faut au moins om20 ; mieux 0m25. On creuse en dessous un larm ier L pour empécher les goutles d' eau de r uisseler sur le tympan.

Art . 2, -

Saillie S

On le trace suivant le caractere de l'ouvrage, la durelé, l' épaisseur de la pierre. On n e doit r efouiller que des pierres tendres.

Art . 3 . -

On adoptera le profil f., et les dimensions que vo1c1 :

Art. 4 . - Plinthes courantes sous garde-corps en métal.

- ---

--

Di mension s de la p linthe (f, 3 )

H a uteu r max ima d u viad uc H

Ouve r tures des a rches

Epa isse ur

L a rge ur

2a

h

l

s

L a rge ur AN

H a uteur AM

Jusq u'a 20m

Ju sq u'a 8m (in clus) De 8 a 1(Im (in clus) De 10 a '15m (inclus) De 15 a 20m (inclu s)

om30

Om70

om25

om15

Om075

o. 35

o. 75

0. 275

o. 17

o . 085

0 .40

o. 80

0 .30

o. 20

o. 10

0. 45

o . 90

0 .35

O. 22

o . 11

De 20 a 25m De 25m a 37 m50 De 37m50 a 50m

Sa illi e

Clia nfre in____

NG sera toujours d'au moins 0m05 , pour qu'on scelle les monlanls en <lega de l'aréte. Si le garde-corps avail plus de 0m045 d'épaisseur, on conserverait G a 0,05 et on

diminuerait AN . 32. r 24

Au viadu c a vo ie no rma le de l'Ou ed Bej a (Tuni sie), la largeu r e nt re ty mpa ns es t •réd u ite a 4m_ 33. - Vi ad uc de Cha nteloube (Ch o rges a Barcelonn e tte) P roj e t, f., , f5 ,, - H a u te ur, 6J m. L a rgeur entre tetes, 4m30. 34. - On a réd u it la large ur entre tympans a 2m50 au V iadu c de F o ntp éd r ouse, V, p . 87 (Lig ne électriqu e a vo ie de 1 m), - a 2m, a ux o uvr ages de la lig ne a voie de tm de la Vo uga (Portugal). On a do nné 4m 20 seulement a ux ou vrages so us voie nor male de Mo ntrej ea u a Bagneres-de-Lu chon . Grace a d es co nsoles en bé ton a r mé, la C" d'Or léa ns a p lacé : 3 vo ies, don t u ne de t m, (en to u t 4m de vo ie), su r le viad uc de ain tFlore n t de Sm30 e n tr e te tes (L igne d' Isso ud un a L FJ ore nt); - 3 vo ies, do nt l es deu x d e sa g r a nde lig ne, (so it 4m50 de vo ie), s ur le po nt sur l' Isle de la gar e d e Co u tr as, q ui a Sm4:; en tre tympans .

(f .,) .

Profil .


52

VIADUCS

Art. 5. - Quelques profils un peu exceptionnels de corniches35.

Viaduc qe Pompaqour

Viaduc de Piou

Viaduc de Vezouillac

Limog,s á Brive, 1873-77

Séverac á M arvejols , 1878-80

Rodez á Millau, 1874-77

Pont de St-ViTaast

Viacluc sur le bras navi gable ele la Seine Mantes á Argenteuil, 1888-89

Monta1tbnn á Castres, l 83-8~

r••

r.,

A l'imitation des églises romanes d'Auvergne, on placerait heureusement des corniches sur corheaux ; je <li s des corbeaux, et non de menus modillons comme ceux de f.,.

f est emprunté a nos ca thédral es du~XIII• siecle. 36, 37 2

,

§ 4. -

NICHES DE REFUGE. -

LEURS PARAPETS, LEURS SUPPORTS

Dans un parapet pl ein, niches pleines ; - dans un parapet a jours, une niche pleine ne se comprend que pour couronner un contrefort, - et encore a condition que le parapet courant ait assez de pleins. Si_non, de loin , on ne voit que les rectangles pleins des niches. Sur nos viaducs, qui n 'ont pas de ·contreforts, les niches doivent étre discretes, presque dissimulées, avoir le garde- corps courant, reposer sur deux ou trois corbeaux.

35. - Voir les co uronn ements des ponts du Castelet (II , p. 131, f 3), de Lavaur (II, p. 137, f., Antoinette (11, p . 145, f8 , t' 11 ).

a f..),

36. - M. R obagli a, alors Ingé ni eur en chef eles P onts et Chaussées, a ain s i co uronné de g ra nds viadu cs de l'Aveyron e_t ele la L oze re. C'est d'un bon effe t, mais cher s i la pierre es t dure. 37. - On a posé ces plinth es go thiqu es s ur ele p etils ouvrages, meme s ur des culees de ponts métalliqn es : c'est abuser.


53

REF UGES

Voici quelques études: f, 0 (

f, , -

ElévaLion

-

• • •• • •• •• • •••..2.20 •.

,s EJ

; 25 :

f,. -

~1 .......)

(

EJ ~: EJ's

..f7. S

.. •. l : 2S : 5 1S

• - - 4- --- - - . - -J,. -

- - - - - - _ , _ - •

Elévation

•. • •••••••.••• • 2,20•.• •.••.•• • • •• . .

EJ

-*-; 25-- •:

f,, -

Coupe en Lravers de·f, 0 et f.,

j

EJ f,. -

El évation

Coupe

l-················u• ·····•········· ~

,s B q

Ej's

q

.g_.L:s:l. !~..l.!!.l. l:!~·.j .3.0•.

L?!.~..3

R efu ge au-dessus d' une pi le de 4m d'épaisseur Proj e t du V iad u c de Cha n telou be (Chorges a Barcelonnette)

f,. -

f, 0

Eléva tion

3 90

-

Coupe en travers ........ _... 2,6JJ .de. /',¡]xe. . ...

~:

- - - - -- - - - • - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - •• l • • • . • - , · · • • • --- -- • ·- • • • • • - - - - - . - -

.

;

"': . ';! :

.i

...,. ...,:

;

40

:

:

11:- -- -- - -)

40

:

,c. - - - • - ~

CHAPITRE V

VOUTES 38 § I. -

CORPS

A nombre de viaducs , on a, au lieu de 0,19 adoplé 0,18 et méme moins .39 Pour tenir compte du poids et de la vitesse croissanls des machines , il a paru prudent, - dans une Instruction sur les viaducs couran ts, - d'adopter 0, 19.

A.-

Ouvertures de 8m et au- clessus (e, =2 e0 ) (II). - L 'extrados est un are de cercl e passanL par les trois 1)01·n ts A. A A (f ) Aº '

o

'

" .

A rt . 1 . - Epai sseur a la clef: ea= O, 19 ('1 + v2a) (I) Art. 2 . - Epaisseur e, au milieu de la montée et tracé de l'e xtrados.

B . - Ouvertures de moins de Bm . La formu le (II) donnerait aux rein s des épaisseurs trop for les : l'extrados sera un are de cercle de rayan R = 0,73 ( 1 + 2a) 4 º

,..


54

VIADUCS

§ 2. Art . 1. - Epaisseur .

BANDEA UX

Les bandeaux des viaducs a tympans pleins seront extradossés parallelement, c'est-a-dire qu'ils auront une épaisseur constante e' tres voisine de e0 • En la r éduisant, on fai t une tres petiLe économie, aux dépens de l'aspecl : un bandeau mince est désagréable. ·· ··· ·-- ~2- ..... .

II faut qu'aux naissances, entre les bandeaux de deux arches voisines, il y ait au moins 15•m, place d'un moellon: Om15 (f,.) e2 >, 2 e' S'il n' en es t pas ainsi, par exemple pour les petiles portées ou pour des piles basses, on adoptera les dispositions des croquis r,. r••. Les pierres A, B, C, D, E, F, G, sont dans le plan du bandeau ; si le bandeau est en saillie, elles sont en saillie sur le tympan et sur la pile. On indiquern plus loin 11 comment varie l'épaisseur aux naissnnccs e2 suivant la hauteur des piles : il en peut résuller quelque difficulté a appliqu er la regle : e,>, 2e' Qm15.

+

+

Si dans certains petits viaducs, il n'y a qu'aux plus hautes piles seulement un intervalle de Qm15 aux naissances entre les ex trados des bandeaux , on fera au mieux pour l'aspect : par cxemple, on ad oplera f, 0 aux piles centrales ; on supp rimera la saillie des bandeaux sur les tympans .... Art. 2. - Saillie.

Le bandea u ne fera jamais saillie sur la douell e de la vo u.te. II sera en soillie de 3•m 42 sur la pile et sur le tympan: il y aura une pelite ligne d'ombre sous ses naissances. Sans doule, il est peu rationnel que, sur celte saillie, le bandeau ne soit pas sou tenu; mais elle est fort uLile pour le détacher des tympans, - pour qu'il ne s' y perde pas, surtout s'ils sont a bos ages. On pourra, toulefois, la supprimer pour les viaducs

a arches de moins de Sm.

Il ne faut pas que le bandea u et la pi le soient dans un méme plan en saillie sur le tympan: le tympan a l'air de rentrer dans la pile, cela engonce l'ouvrage. Art. 3 . -

A ppareil.

Il sera en moellons d'appareil (MA V.), et non en pierre de taille. L cur épaisseur h sera voisine de Ü"'20 (nu moins Qm18, exceplionnell ement Cm25) .

41. -

rarem enl plus de 0"'22, -

tres

Chap. VI, § I.

42. - On a donné assez so u ven t 5°m c'esL beaucoup; - Je pi us généralemen t 3cm aux pi us peli ts viad ucs et aux plus grands (Pompadour, Crueize .. .. )


55

BANDEAUX

Afin d' éviter les carreaux , q ui sont désagréa bles, on prendra au moins 1,5 h pour la longu eur l dans le sens du rayan et pour la queue q dans le sens des génératrices de la douelle. (f.J l ne devra, d'ailleurs, pas dépasser 3h, soit en pratique Qm60.

Dans le sens du rayan, il n'y aura qu'un seul moellon pour les bandeau x d'une épaisseur de 0m60 et moms; au-dela, il y aura deux , trois moellons. La découpe d de deux moellons vo1sms, sur la face du bandeau comme en dou elle, sera au moins ~ ' soiL a u moins 0mi0, le plus souvent 0m15, quelquefois om20. Pour ne pas mulLipli er les échantillons, les dimensions seront en nombre rond de 5• 00

Voici l'appareil a adopter pour des moelloJ1s d'épaisseur voisine de 0m20 : Ouverture eles arches 2a 5m 6 7 8 9 10 11

12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25

Epaisseur de la voute a la clef e,

Epaisseur du bandeau e'

om61 0.66 0·69 0.73 0.76 0.79 0 .82 0 .85 0.88 0.90 0 . 93 0.95 0 .97 1.00 1.02 1 .04 1.06 1.08 1.10 1.12 1.1l1

om50 0.55 0.60 0.70 0.75 0.75 0.80 0. 85 0.85 0.90 0.90 0. 95 0.95 1.00 1.00 1.05 1.05 1.10 1 .10 1 .15 1.15

§ 3. -

M oell ons el u baneleau

-

-

Nombre dans le sens el u r aya n 1 1 1 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2

}

\

~

2 ou 3 2 ou 3 3 3 3 3

L ong ueur s ui va n t le rayan l (f,.) 0m50 0 .55 0.60

Queue en elouelle q (f.. )

om30 0.30 0.35 0 .t,0 - 0.30 0.35 0.30 0.t,5 - 0.30 0.30 0.30 0.45 0 .35 0.45 - 0.35 0 .35 0.35 0.50 0.35 0.35 0.50 0.40 0.40 0.50 0.40 0.50 0.40 0.t,0 0.40 0 .55 0.t,0 0.40 0.55 1 0.t,0 0.60-0.40 ou 0.30-0.30 - 0.40~ 0 .40 0 .l,5 0.60 - 0.45 ou 0.30-0.30 - 0.45 0.t,5 0.45 0 .30 - 0.30 - 0.50 0.1,5 0.30 0 .30 - 0.50 0.35 0.35 - 0.45 0.45 0.35 - 0.35 0.45 0.45

0m40 0.t,0 - 0.50 - 0.50 0.45 - 0.45 - 0.45 - 0.50 - 0 . 50 - 0.50 - 0.50 - 0.55 - 0.55 - 0.60 - 0.55 - 0.60 - 0.60 - 0 .60 - 0.60 - 0.60 - 0.60

-

-

VOUTES EN OVALE SURHAUSSÉ

Un plein cintre vu de face, de has, paraH s urbaissé : pour: l'élancer, on peut le surhausser légerement, 43 tou t en conservant sous les naiss~nces, au sommet des pi les, un petit élément v ertical. 44 On fera ainsi pour les tre:;, g rands viaducs. 43. -

Par exemple(f,.): 2a = 20m b = 11m (a u lieu de 1Qm). 2a = 26m b = •14m (au lieu de 13m). 2a = 2,m b = 14m50(au lieu ele 13mfi0). Projetelu v iadu c de Chantel oube (Cborges a Ba rcelonnette) silboueue (f,.).

44. -

Voir plu s loin Chap . V I, S 2, art -J.

'

1h a - -- ~: - - - a·· - ------ ---

....


CHAPITRE VI

56

PILES § 1. Art. 1 . - Piles a mortier de chaux.

A. P ortées moins de 8'11.

de

É PA JSSEURS DES PILES A UX N AISSA NCES DES VOÚTES e,

On a assez souvent pris e,=0,20 (2a). Pou r les pelites porlées, c'es t mince. Sur la la rgeur de la pile aux naissances , il n'y a qu e 3 ou 4 moellons . Sous les lou rdes machines d'auj ourd'hui , un défaut esl plus dangereu x qu'autrefoi s . Si done on n 'est pas assuré d'une exéculion parfaile, on adoplera pou r 2a ~ 8m au li eu de 0,20 (2a), 0,40 O,15 (2a) et meme 0, 80 O, 10 (2a) .

+

P our le rapporl e~, on a 2

P ortées de 8m et plus .

B. -

+

a

peu pres toujours pris 0,2 45 et pour Loules les pi les d'un meme viaduc, quelle qu'en f11t la hauteur (f.,) .

Rail

''

____ __ 2~---- - -

Au poids mort, ou sous les surcharges recouvrant tout l'ouvrage, la pression au sommet d'une pile ne dépend évidemm enl pas de sa hauteur , mais seulemenl de la porlée 2a : la hauteur n ºintervient qu e dans le cas de surcharges dissy mélriques, une arche chargée , l'aulre non.

_e, _Na,ssances

'''

:H

Pour les piles les plus hautes des viaducs dont l'ouverLure des arches est, en gén éral , voi sine des 4/ 10 de la hau teur tolale, les épures de stabililé juslifient ce rapport ;: = 0,2.

Mais ce qu i n'est pas ralionnel, c'est de le conserver pour toutes les piles. Pour les pleins-cinlres has , comme le sont général ement les arches extremes des viaducs , il est excessif de prend re e, = 0,2 comm e dans les ponls d'avant P erronel 46 • 2a r . cmtre, . . 1a 1ormu 1e e. et Ha a· que1ques b ons ouvrages en p 1em on peul de. d mre Des rapporls ~ 2 2a e, = + 0,04 H empirique 4 7 (f..).

10

(H, hauteur en lre le raíl et le terrain 45. -

On fa it une g rosse économie en rédui sant -e2

9 .a

:

a l'aval de la pile) . a 0, 16

on est descendu

au viad uc de Cize sur l' Ain , arches de 2Qm, maís

il est a 2 é tages (Lig ne d e Bourg a Bell egarde par la Cluse) . J' a i ad opté 0,183 a u viaduc d e Mira ndol (L igne de Me nde a L a Bastide). Da ns nombre d e via ducs italiens, on tro uve

½

¾=

0,167.

j

a ~ pour les ponts e n are (V, p. 31) . 1

46. -

O n ad opte coura.mment

47. -

L igne moyenne a vec de gra.nds écarts de part e t d 'autre.

pour les ponts en ellipse,

La Crue, ze Fi d 1s1s-~2 BaraJol 8 Ne Ma[veJols- 19og.::9s ~ " 8 Sl~enis-o O uasargues Bort 187J -75 Limoges-Brive _.Sou1//ac Neussargues La Gascarie 0 ~ _ _ allréme 1894-97 , • 1882 Carmaux-Rodez LHopita/ du Gros 801s-Lods Pompadour

Le Blanc 1881 -85

0,'20

C,vray1e-Blanc

0,19

~i: ~

Mirando!

0.18

\\)_,.\),\) ~'l.

O,l G Bas -Vals S!Florent 1889-92 1889 -91 . lssoudun S!FJorent

o,15 A'J.enteu,1a~/.Ps 0.14

0

Hennebont 1860-62 ~ S r a ant SfWaast Na~tes · 1905

1884-86

Ch ti ,-

0

Briey-Huss19ny

ª;!JI in

Montauban-Castres . Thil 1906. 8r1ey-~ss19ny~

J\:: 'l.

1897-1900

Mende-li Basfide

~ \) ,

~

0,17

b-

Prés,qnac 1882-85

Montau'b°an-8rlve

Commel le 185G-58

St Oenis-Cre,1

Avenue du lonnec~cu o-"Amelie-les-Ba1ns 7 flnes-~8 i1~;:~u,..fech I, p.G o Va l de la Lo1 rr 0,12 0 1885-92 Nogent-sur-Marne Gien-Argenl

0,13

0,11

I , .79

.,, ""

~

-· -·

~

--

~

, .;

~

Ji

.,..; 2a.


57

ÉPAISSEUR DES PILES

On majore au besoin ce qu'elle donne, de fagon qu 'il n 'y aiL pas entre 2 piles voisines de différences d'épaisseur choquantes. Si dans des piles ainsi définies, on calcule les effo rls par les mélhod es Culmann-RiLLe r' 8 , on Lrouve que, sous les surcharges dissymétriques, les piles basses travaillent plus que les hautes , plus fl exibles: ces mélhodes juslifieraient plutól

0,25a

+ 0,03H

e t méme

0 ,30a

+ 0,02H.

Mais elles supposent que les piles aux naissances sont libres de se d · placer hori:wnlaleme11t, a lors qu'elles en sont empéchées par les tympans. J e n e sais pourquoi 011 n'a pas plus lót fait varier e. avec H: l'aspect est m eilleur , la dépen e moindre'19 • La variation du rapport ;

1n' est appréciable que sur le dessi11; ell e ne l'est pas, e t c'es l ce

qui importe, dans l'ouvrage: les piles les plus hautes paraitronl encore les plus minces.

De lout temps, 011 a fait varier l' épaisseur des supporls avec leur haul eur: c'est ai11si que les Grecs réglaient; d'apres le rayon des colonnes a leur pied (module), le ur hauteur e t leur espacement. Qua11d la large ur des piles en élévation est infé ri e ure a 1 m5Q, il reste, entre la queue des moellons d'ang le, trop peu de place pour y loger pratiquement des moell ons a joinls ince rtains ; on y mellra alors des moellons équarris par assises réglées prolongeant celles des moellons d'ang le . Dans un petil viaduc, il peut arriver qu'aux naissances les piles centrales aicnt plus de 1m5Q de large ur , e t les pi les ex tremes moins de 1m50: s'il convient de fair e en moellons ince rl~ins les paremenls des grandes piles , on élargira les pelites a 1m5Q_

et

On y admel un travail plus élevé, par conséqu ent une épaisseur moindre aux naissances il n'y a pas encore assez d'exe mples pour préciser 5~, 53 •

a toule hauleur ~o. 5L:

On la fixera d'apres ce que peuven t porter les maté riaux employés.

'•8- -

Voir pl us loin (2 • Parlie, Livre II ).

49. - J'avais conse ill e celle d isp os ili o n en 1908, po ur le viadu c de l'O ue I Bej a (T uni s ie). J e l'a i adop lée aux. viadu cs el e la ligne de Ni ce a Coni, en parliculi er a celui de l'Escaré ne (H arc hes el e 15"', hauleur max im a 39m) J9'13- 'J 4; e, es lde 3m a u milieu el desce nd a 2m25 , 2m30 pour les piles de ri rn; l'éca r t max imum d'une pi le a sa vo isine est de 0m3o. 50. - Au viadu c du L a ndwasse r (ha ute ur 64m, arches de 20m, R = 100m), e ll e es t de 3m50, so it 0, 17 de la p orlée ; (pressi o n su r le sol : '1 2'5). Albula-Balm-Denkschrift im Auftrage der Rh:'itiscl,e,z Balm zusammengestellt von P rof. D• Hennings. -

Coire et Zurich, 1908;

p. 2ü, PI. 15 et 18.

51. - Au viad uc de W eissenbach (ha ule nr 62"' , a rc hes ele 25m), ell e esl de 3m50, so it 0,14 de la por Lée; . . . . . . (press ion sur le so l '11 '7). Au viadu c sur la Silter (a rches d'accés de 25m , a u mi11 eu , un e lravee metalhque de ·J20m ), une des piles111 c ul ees de 7m70 d'épa isse ur a u x naissances de la vo íite d'accés, a un e ha ut eur de 93 ; elle r é isle, sa n co ntre-p o ussée, a une arche de 25m. Sur le p areme nt oppose, elle travaille a 25' .) Bodensee- Toggenburg- Zürichsee, Denkscl,rift üóer die Eisenbaluz - Verbi11dung Romans/1orn-S1• Galten. Wattwit- U:::nac/1, 1911 : Sitter, p. 82, PI. 7 ; Weissenbach, p. 94, PI. et 9.

Sl-Gall

52. _ Au viacluc ele Malvan (hauteur 62m, arches de 22 m), l'epaisse ur aux nai ssa nces est se ul eme nt de 2m50, so it 0,'114 de la portee; mais c' est so us tramway (Lig ne de Cagnes a Ve nce, - Alpes-Marili mes).

::,3. _ A des viaducs projete (Lig nes de Chorges

a Barcelon nelle,

du Puy

P., =0,'15. a Nieigles-P1·ades), 2a,

T , VI. -· S .

Piles li Art. 2. mortier de ciment.


58

VIADUCS

§ 2. Art . 1. - Ménager sous les naissances, en élévat.ion, un élément vertical.

Pour adoucir le raccordement des piles aux volltes, on disposera sous les naissances, en élévation, un élémen t verticnl:

v>

X4

Na,ssances . _ . _ _ _ Oriqine . __ _ECf. _ _

Art. 3. - Fruí ts droits constants ( f, 0 ) .

v=Om20 + :; avec la condition 0"'40. 0 On arrondira o, de fagon a comprendre un nombre entier d'assises . C'es t au plan horizontal X.X. (f,.) que co mmence le fruil en élévation.

X,

fr~-;¡_/--u- - ·~

X5

Art. 2 . - Co.mment on profile les piles.

FRUIT DES PILES

X,

On adopteª 1 : ou bien des fruils conslonts, avec un ressaut quand on atteint le lrovail li mite; ou bien , pour les hauts viaducs, des fruits croissant avec la hauleur au-dessous des naissances; soit suivant des li gues brisées, soit suivant des courhes continues .

A. -

En élévation. -

On a admis au moins et le plus souvent 2cm, au plu s et moins souvent 3cm, que l'reil accepte a peine. D'ailleurs, en forgant 'f', on réd uit trop le vi<le a la base.

B. -

En lravers. - Pour '1'', on va de

2cm

a 5cm.

C. - R essauts. - Dans les hautes piles, on atteint la pression -limite fort au-dessus du sol, par exemple a h, au-dessous des naissances (f.,).

\--°~ f!-_o___ _X_ _____OL .- bo ___ _y_ __X

5

t

1

i

·h 1 1

1

r;

ih

1 1

1

1

!b=b+/1(( ,_,. . º--'-· ¡--' r.'1 1 1

1

i\

S'il n'y en a qu'un, et qu'il soit to ut pres du sol, il es t comme le sacie de la pi le. C'est tres acceptable . S'il est haut, il coupe fort désagréabl ement des lignes verticales q u' i l fa u t respecter.

1

¡a=a+Mf? ,, ;.-'·-·º·-'-'· 1 1

rr

!

1 1 1

~

!/i 1

2

1 ¡..... -.... --..·... r:,

r- ............. - .. - -- -

i

1

1

On élargit alors la pile par un ressaut r, ; puis on repart avec le méme fruit ou un plus g rand, et on cst ohligé, si la pi le est assez haute, a un deuxieme ressaut r,.

r:.' 2

Deux rPssauls sont choquants, comme on a le regret de le constate r au heau viaduc de Pompadour (55m de hauteur): l'effet de hauteur en es Lfort amoindri.

54. - Les Romains dressaient verticalement les fu ls des p il es (Aq uedu c de Ségovie). Reynaucl a projeté ainsi le viaduc de Dinan, - exemple qui a été Lres peu s uivi (Traité d'Architecture. - Ediftces, p. 495, PI. 7J): on en Lrouve de tels sur la ligne de Marseille á Avignon (avant 1847), par exemple: le viaduc des Riaux pres de ]'Estaque (5 arches en plein cintre cle8m, cordo ns aux naissances, bandeaux a crossettes); le viaduc ele la gare de Tarascan (61 arches dont 58 en pl ein cinLre ele 4= d'ouverture, avec arcbivolte, co rdons aux naissances). C'est un ouvrage romain: les Arenes de fmes, le pont du Gard sont Lout pres. 55. -

Le vol u me de la Lranche h, est: V,= 4h, [ a 0 b0

+ (bo?, + a 0 ¡,',)

h,'J

h, , 2 +í", 1', - 3-


59

FRUITS DES PILES

Il en eut fallu trois au viaduc de la Crueize (63m de hauteur) . Pour les lres hauts viaducs, il faut done faire varier les fruits . Au-dessous du plan x. x., origine des fruits en élévation, on divise la pile en tranches de méme hau teur h el de fruits croissanls : 'f.. 'f 2

••••••

en élévation ; en travers.

'l'n

q,' 1 cp' ~ • • . . . . q>' n

X5_ ·r ·-~--A 0 _ 0ri9ir1edesfruits _ _ __ _ 7

b,, __ B0 _x~

1

1

ih

({J,

cp,'

¡h

(8

1

1z,lg:!?,~A5!L __ B,

~0i=~~A$:?_A1

1

¡h

Cf.. <f, +ch r=~k~J~~A.2

Cf,~c¡tEh

1

2h r~=l?,d._<rf,_~_9?,'J. 82

I_ - - - - - - - - - -.

ll-2

1

h ,_-- ---- - - - - -- 1

r.p,._,

t---_l!n-, ___ --

1

(n-t)h

Ari-1

¡1i,

L__ __p&,____ ___ , Bn-1 1

<fn=.<f?+(n-,)Eh

Cfli_: r¡¡:(l1r1Jeh .

1

nh ~- -- __ _fan_ --. --. Bn

(-- --- ~ ------ A"

Soient a,,, b,, , les demi-c6tés de la section de base de la nieme tranche :

a,, =

ªº -i-

h [ '!',

+ r'. + ····· 'Pn]

b,,

= bo

+ h [ + + ····· 7' n ] <p' ,

<p' •

Si chaque fruit croil, par rapport au précédent, de la méme quantité .h, o' h : a,, = a 0

n-1 + nh [ '1', +-2

J

b,,

.h

=

bo

+ nh

[ '!'',

+n

1 2

Posons Les courbes A 0 A, A 2 ••

56. -

• ,

V ol u me au-dessous de

a 0 b0 W=4H (

+

í'o

+ (ao

í' ,o

+

B 0 B, B •. . . . sont les pa raboles :

x. x.

des : n Lra nches de ha ute ur h

2+

bofo) H

[ªº i 2+

0

b e(

2

3 n'

4

'•

9n'

J

H' 1+ 21n' ) + ?o í' ,o 3

e'+ i'~ s ( 1 + _·_ 1_) !:!' + se ( 1 + - 5- +_1_) tt• 9n·'

5

l

(n h = H )

E° h

J

Fruits croissants. - Profils en ligne brisée (f ••).

Art . 4.


1mm

de la Crueize

Viaduc

tmm

de Vezoui'l.lac

Viaduc

"':

<Q'

.i~:

- .. - - ?~~!?-. - --

a:,

r:n

e:: n

ti

<

>

o


FRUIT

61

DES PILES

On a pris , po11r le fruit en élévalion, avec h = 4m, 5"' : 'l', _= 15mm, 2Qmm,

Pour élancer la pi le, il convicnt de commencer par un ·peLiL fru iL: p croit souvent de 5mm par Lranche de 5"', soit i = 1mm;

<D,. -

Viaduc de la Cru eiz~. 6 3

Pour le fruil en travers : <p', i'

= 4Qmm' 45mm = 1mm_

Au pied de grands viaducs, 'f' aLleint 65mm, _75mm, tp'

85mm 1QQmm, 12Qmm, 14Qmm,

Si l a stabi lit é l'ex ige, on augm ente 'f', el i, p', et E'. A qu elqu es viaducs, les fruits so1Jt droils en élévation, courbes en lravers 57 • L e premierviaduc a pi les ainsi profilées est celui de V ezouillac 58• 59 (f,.) , mais la pression n 'y atteint que 6"28: ce viaduc, joli par en baut, a les pieds trop g ros. On a fait mieux a St-Laurentd'Oll 60 , et encare mieux a la Crueize 61 • 6\ parc e qu'on y a élevé le travail limite (9" sans surcharge ni vent). C'est le plus beau viaducd e France(f00 , <J),) . 57. -

Lim oges a Brive par Uze rche.

58. - L e mé rile en r e vi e nt a M. R obagli a, a lor s Tngé ni e u r e n Ch ef a R od ez .

G

Lig oe de •

59 60 61

Da te

Ro dez a 1Iilla u 1873-77 éver ac a M a rvej ols 1877-79 r vej ols ú Neu ssa rg u es 1879-83

P o rlée H a uteur 16m 2Qm

4.3m 53 m 63m

62. - A la Cru e ize , s i la g ra nd e pile de 46m50 eut eu l es a r é tes droites e n cons erva ntses 25 m ép ais eurs e l s es la rge urs au x na issa nces et e n bas, les fruits eusse nt é té: e n élévati o n Qm035, en tra Yers QmjQ2; le cu be de la p il e eul é té porté de 4392mc a 47 7··, c' es t- a-d ire a ugm enté de 395·· (9 %). 63. -

Cli c hé de M. T erp e r eau , pho tog ra ph e a Bo rd ea ux .


62

VIADUCS

On les préferera aux profils en ligne brisée.

Art. 5.- Fruitscroissants . Profils en courbe (f .. ) .

A. - Para boles du 2' degré.

'/?,

i

f51

xºa,,'

i

'

Cfo

i

X

- ---5- -~ -- --~- · - · -· ~ · - ·- ·- ·- -·- · - ---,¡- -- --5

¡O

X

:

.

y

¡O

1° - Equalion. Soienl: , et / les accroissemenls des fruils rp et rp' par melre de hauleur.

..

Les profils sont (f,J :

1

Parabole P :

p'

p

= a + 'Po z --j- i = a +

x

Z

0

2

0

Z

(rp0

f

i z).

Parabole P' : '

1 ;

.

1

1

i

Ío

+½ = +

+

+ ~z).

64 2 y= bo z (rp; b0 rp~ z Z A z au-dessous du plan X X,, les fruits sont:

1

__x·- ·it - - _} - - ·- ____y ___ j___

0

rp

= tang 0 ='Po+ ,z

2° -

'b

'!;

=

lnng 0'

= rp; + ,'z.

Aréte. Elle es t dnns le plnn:

/ (x-a 0 )

-,

(y-bo)

=

(q, 0 e'-

1 ,) Z

Sa projection horizontale O'A (f,.) est la para bole : 2 (rp 0 ,' -rp~ ,) [q,; (x-ao) -rpo (y-bo )]= O [e' (x -ao)-, (y- bo)]2 ou, en prenant comme origine O' sommel de !'arete : (e' x ' - E y ') 2 2 (rp 0 e' - rp~ ,) (rp~ x' -rp0 y' ) = O

+

+

a la droite:

L'axe est parallele

ó ·- ·- ·- ·- ·- ·~ , -- -~-i<-·is !

y

E

Tang p.o en O' =~-

0

'Po

!

1

,'

y=- x

1

¡

On a vu qu e l'aréle es t dans un plan: ce plan es t vertical, par

1

conséquent la projection horizonlale est une droite si j_ = ~ . A 'fo E Voici les silhou eltes de 2 viaducs a fruits courbes (f.,, f..); l 'épaisseur des piles aux nai ssan-

y

ces y varie avec la hauleur (p. 56); a Chanteloube (f,.) , les voutes sont en ovale surhaussé (p . 55) Si la section n'aug menlait pas assez vite avec z, on ajouterait un terme en z 3 •

B. - Paraboles du 3• degré.

Parabole P (f.. ) : x

= a + rpo z +iz +½ z 2

3

0

Tang e' = '1'~

64. V

=

+ e' z + 2 z-. ~·

o

Vol u me a u-desso us de X 0 X, sur un e hauteur 'I-I:

4H [

ªº bo + (ao ro, +

bo 9'o)

21-I +

(ªº ,, +2 b

0

,

+

,

)

9'o 'P o

3 + ('1'º < +2

H'

9'~

¿)H'4 + 4, s'

X

H'J

5


Choroes/

f., Lig ne de Nice

. ,.:-".'=":•¼.' .. .. •~'r-"~:~ .

L igne ele Chorges

~ • .. .. .-;,;~:~-:~·--·-

a Barcelonnette.

:'ó·~~~,r-;o:'"->':"~~f:';llf,,~~\Y.•'

Mortier ele Ciment

Viaduc de Chanteloube - - 1mm (Proj et)

f0 , -

Mortier de chaux

1mm (1913-15)

a Coni.

Viaduc de l'Escarene -

,,

1

<::-

~,, ~

~~~~

~:~

'<,. f~:,,, ,e

y/:;~¡ ./

/ ,' ¡:

///¡

.

'

1

!

1

~

~

b

~

\\

\Q.\

\:-

~~c.

~

,., ~ ·~

~~

~N~

~~-

::

,,,, ,:

.

-

v=

¡r'=

)ªo=

Chanteloube

0.0125 0.0006 2·574 0.025 0.0012

0•45 ] •90

--- ---

rene

!'Esca-

0'"40 1•475 X en í'o= 0.02 élévation o_ 0.0012 y \b,= 2·488 0.025 en tra vers e'º=0.002

--

,_f~--:;

._ ff:ps_Jances __

Profils des Piles

'-=l

:,:,

e,,;¡

o:,

r:n

....

'"e t-< l:I1

l:I1 , r:n

e,

e ..... --3 r:n


64 Art. 6 . - Hauteur a partir de laquelle o n adoptara 1es fruits courbes.

VIADUCS

De fruiLs va riables donnenL quelqu es suj éLions: si faibl es qu'elles soient, elles absorbent une peliLe parLi e de l' économie sur le cube . On peuL, arb ilrairemenl, fixe1' a 35 111 la hauLe ur (a 14"' la porLée) jusqu'a laquelle on conse rve ra les fruils consLanLs.

§ 3. -

PILES- CULÉES ENTRE ARCHES ÉGALES N'EN PLUS FAIRE

Si une arche Lornbe, touLes tombenL les unes aprcs les auLres. Pour limiLer les chutes, quelqu efoi s a de récenl.s 6 7, on a épaissi, au grand dommage de l'aspect, une pile sur 3, sur 4. Mais il esL a craindre que, ca lculées pour étre stab les, ces <e pi les-cu lées » n e soient pas as ez rigid es et que, saos Lomber elles-rncmes, elles laissent Lomber les arches 68 , 60 • On a consLruiL sans pil es-cul ées nombre de g rands viaducs : les tres rares que l'on fait encore semb len.Ldes organes-Lémoins reproduits par Lradition.

a d'anci ens .viaducs 65 • 66 ,

§ 4. -

CONTREFORTS

Dan les hauLs viaducs, on a ouvenL plaqué sur les pi les eles conLreforts (f •• , f ••) , plus pour les décorer qu e pour les renforc r.

65 . - Vi [lllu cs a de u x rn ies e t de ux e tages : Dn Gouet, 59m1,5 el e ha uteur, d eu x pil e -c ul ees (R e nn es á Bres l) ; - de Morl a ix, 62mJ6 le ha u le uL" trois pil es-c ul ees (Re nn es u Bre l) 186'1-63 ; - le Vel a rs , el e la Combe-Boucba rd , de la Combe-de-Fin , une p il e-c ul ee pa r 5 a rche (to ns les tro is s ur la lig ne de P a ris a Dij on, clesce nte el e Bl a izy a Dij on) '184.7-!19. 66. -

Ce ll e preca uti on es t ro rt a ncienne: il y a 2 pil es-c ul ees _a u pont ele Bl o is (1716-172!1').

67. - Vi a clu cs : d u Bl a nc( P oiti e r a u Bl a nc) 18 1-85, 21 a rch~ le 20"', t" pil es-c ul ees ; - el e l'Au zon ur l'Oueel Beja (A1•n-e nto n u La Clui tre) '1897-1 900, l12 "'70 de ha ute ur, 20 a rc hes ele 20"', 2 p il es -c ul ée ; (i\J a le ur a ebe ur, Tu n is ie) 1908-J 0, 5l1m ele ha ule ur, 12 arches ele 21"' , p il e co ura ntes d e l1 m20 a u x nai ssa nce , pil es- u! ·es ele 6"' ~0, un e 1,il c-c ul ée pa r 4 arches . Au x viaclucs el e la lig ne du L cn lsc hb erg 19'10-'1 2, on a « re nfo rcé » chaque 6• pil e pour de s vo lites ele 10"', c ha qu e 5° pour '1 2'" , 14."' , chaq ue l1° po ur '16"' , 'J 8m 20"'. 68. -

Chute d u pont de V e rn o n (Ir!, p. 378). ([>, . -

Vi a elu c el e P oix

69. - Le 3'1 ao üt 19'll1, le Ge ni e Frnn c:a i a fait s auter des a rc hes có te Ami e ns du viadu c d e Poi x (li g ne el'Ami e ns a R ouen), ou vr age e n briques, ha ul eur max ima 30"', '1 2 a rcbes de 16"'50 e n l1 g roup es el e 3, limites par des p iles-cul ées . L es a rc hes có lé A miens so nt tombées jusq u'a un e pil e- cul ée (([>,) qui s'es t in clin ée ve rs Amiens de l18•m a u niveau du raiJ; l'a r c be au del a (có té R oue n) s'es t fendu e : on n'en a co nser vé q ue les r elom bées. ll es t pe rmi s de pe ns er qu e ceLle p il e-cul ée a s a uve les 6 arches có te Amiens. A cerla in s ba uts vi a clu cs a coup er en te mr s de g ue rre , pe ul- etre co n vient- il el e mena g er eles piles-c ul ées, ma is as.-ez e pa isses pour ne pa fl échir s i un e de a rcbes qui les e nca d rent e t ruin ée .


CONTREFORTS

Élévalions

X

Coupe ur

XX

de r••. r.,

Les 4 areles A,A,,A' ,A',, doivent, pour l' aspecL, concourir en un mc me poinL au-d ess us el e l'ouvrage (f,.). L es fruils des contreforts sonL moinelres en éléva tion qu e ceux des areles de la pile, par exemple de 1cm, plus g rands en coupe transversale, par exemple el e 2cm . Le conLreforL laisse apparaitre Jes banel eaux eles tleux arches qui l'encadrenl: pour qu'il n e soit pas lrop maig re, il faut des arches el'au moins 16m. On lui a, guelqu efois , donné la large ur mem e el e la pile (f.,) . On supprime ainsi de ux a retes; mais il y a un peu plu s de cube. Quoiq ue les band eaux soient assez facheusement co upés , ce n'esl pas laid.

cJ). . -

Vi ad uc de Piou 70 ,

n_

Souvent, aux viaducs diviséspar des piles-culées, 011 n'a fait de conLreforLsqu'a ces pi les-la. Il y a de fort beaux via ducs avec conlreforl s (<P.) : 011 en pe uL faire de lout aussi beaux sans contrefo rts. Au-dessus des naissances, ils ne serven t qu'a s upporter les niches de refu ge ; il s complique nt l'appareil des tympans. 70. - Ligne d e Séverac a M a rvej ols (1 77-79). II es t de la famill e des viaducs de Mo rand ii:re (A ulne , P ompadour, ... ) 71. - Contre les tailloirs des contreforts, voir V p.;99.

T . VI. -

9.


66

VIADUCS

Au-d essous, ils renforcent la pi le; mais on peut trouver nécessa ire en faisant croltre les fruits.

a

meilleur marché la surface

Il va ut mieux n'en plus faire . Ceci ne s'applique qu'aux viaduc a arches égales. Un contrefort, un pilastre peuvent util emen t encadrer une g rande arche, sóparer un corps central a g rand es arches d'un viaduc d'acces a pctites. § 5. Art. 1 . - En regle générale , dresser le sol horizontalement sans gradins 72

A. - On e t s W' rncher.

B. SW'

On n'est pas rocher.

MASSIF DE FONDATION

Suppo on qu'on uit Laill é le rocher en gradins, avec marches horizontales AB, CD, EF (f.0). La Lranche de magonnerie B B' C C' tasse; les poin tes de rocher qui, elles, ne lassent pas, lendent a y en trer comme des coins et a la fentlre ; Je danger augmente : 1° - avec la charge. - Done pas de gradins sous les piles des hauts viaducs. On dres era horizontalement le fond de la fouill e, rnéme au prix d'un g rand déblai de rocher. 73 2° - avec la hauteur des gradins . Done, si on accep le les g radins , qu'ils soient petits. 3° - avec la calure de la magonnerie sur les gracl ins. - Employer des moellons a assises horizontal es au li eu de rnoell ons bruts, du mortier el e ciment au lieu de morlier de chaux, et la is er durcir le mortier avant de continuer. Supposons maintenant qu e l'o n ait affaire a un Lerrain moins r ésistant que la magonnerie (ca lca irc tendre, marne, tuf, etc ... ) Si on y Laille de grad ins, ce sero nl eux qui tasseront plus que la mugonneri e: leurs pointes cederonl et ne la souti enclront plus. Done, pour Lous Lerrains, un e haute pile sera batie su r plate-forme horizonlale sans gradins.

Art. 2 . - Ne pas s'arreter ala surface du rochar. S'encastrer dans le vif. Art . 3. - Bien nettoyer le sol de fondation .

Souvenl, le clcssus du rocher n'est pas bon. II faut atteind re le vifH.

Au moment oü l' on commence bien purgée, bi en propre.

72. -

a magonner,

la fouille cloil étre

P0ur les graclins sou les ouvrages ele Sm et a u-clesso us, voi r p . 30.

73. - Au viacluc eles Croltes (Morbier a Morez), on a renconLré le roche r d i ·po é comme !'indique f0 0 • On a LouL déblayé jusqu'a une pJaLe-forme horizon LaJe tout enli ere dans Je rocher. 74. - Au viaduc de ~Iu sy (Paray-Je-Monial a (,ivors), 63m de hauteur, on esL descend u ó Sm daos Je rocher Lenclre. A u ponL s ur Ja eine, pres de Montereau (Corbei l a Monterea u), on a rencontré ou le gravier une craie lendre ó 4m J7 so us J'éLiage. 11 faJJ ut descendre a 15'"45 pour lrouver une bonne craie rés istante.


67

FONDATION DES PILES

S'il restail a sa surface une couche moll e, la magonne ri e la chasserait par son poids et tasserait de l'épaisseur de cette couche . Si le fond est du rocher, il faut le piquer a la grosse pointe , bien enlever les recoupes et la poussiere, puis bien laver a g rand e eau et poser la premi ere assise sur une couche de mortier. Certains terrains, le sable argileux pa r exemple, se ramollissent par l'eau et sous les pieds des ouvriers. 11 faut bien nettoyer et décaper la fouille a vif et couler rapid ement une couche générale de béton de ciment qu' on laisse prendre e t sur laqu ell e on magonne. Sur quelque terrain que l'on fonde, il est bien entendu que l'Ingénieur ne laissera pas commenger les magonneri es ava nt d'avoir, lui-meme, vérifi é et accepté la plale-forme; il surveillera, lui-meme, la pose des premie res assises . Si la plate-forme est ramollie par l'eau, on l'assechera , si on le peut , par des galeri es 75 • On les nettoi e a vif et 011 les bourre de béton de ciment 76 • Si une fissure profonde traverse la fondation, on la vide sur 2 ou 3m, on la bourre de béton de ciment, dessus on construit une voute V (f0 . ) 11 •

Art. 4. - 11 y a des fissures dans le rocher de fondation.

On fait alors au mi eux, suivant les circonstances, pour diminuer la pression sur la parlie la plus faibl e e t la répartir le plus éga lement possible sur Loute la fondation . Si, par exemple (f02) , on trouve d'un cólé du rocher, de l'autre des éboulis, on élargira la fouille du coté des éboulis; on cou lera dessus un massif de bé ton de ciment B: par dessus_la surface séparant le roche r des éboulis, pour égaliscr les pressions, on jettera une voule V, une dalle en bé ton armé .. ..

Art. 5 . - On trouve, en fondation, deux natures de sol.

Au-dessous du sol naturel, il faut ménager un ressaut : 1°. - pour élarg ir la base d'app ui, en vue de réduire la pression sur le sol ou sur les magonneries. On le détermine d'apres la pression limite admise. 2°. - pour parer aux erreurs cl'i,nplantation. On lui donn e , en gén éral, 0m20, 0m25, 0m30, - jusqu'it 0m40 . Quand la ma gonneri e r epose sur du béton, il faut augm e nter le ressaut pour qu 'il n' y ait pas de pression pres de l'are te du bé ton. On a é té j usqu'a 0m90, 1 m. 3°. - pour parer aux déplacements des massijs descendus, soit ¡iar havage, soit al' air comprimé. On le fera d'autanl plus grand qu e les massifs auron ~ plus a descendre 7 8 ; s'ils doivent traverser une épaisse ur H de terrain, on donnera a u ressaut : 0m20 0,02 H.

+

75. - Travaux d'ass a ini ssem e nt et de consoli da ti on de la lig ne de L o ns-l e- a ulni e r vi a du cs de l'Ermitag e et de Verta ncul . Anna les d es Ponts e t Ch a ussées, 1893, 2' semes tre, p. 573, -

76. -

Viaduc de Puyredon (Nontro n

77. -

Viaducs d u Boul e t (Cahor s

a Champag nole, -

MM. M oron e t Ca na t.

a Sarl a t), 1893-94.

a Briv e),

de Bra mefond (Sa int-D eni s a u Bui sso n) .

78. - On a constaté des déplace me n ts : de om65 a une pile du vi adu c du V al S a int-Lég er (Lig ne de la Gra nd e-Ceinlure) de sce ndu e

a 30m ;

Annales des P onts et Ch aussées, novembre 1882. « 1Votice sur la T raversée d tt Val St-Léger », M. Geoffroy.

de Qm20 a une pile du pont de M a rm a ncle, (Lig 1i e de Ma rm a nde daos du gra vier, puis clu tuf.

a Cas telj alo ux,

1880) desce nd ue

a

6m

Art . 6 . -

Ressaut.


68

CllAPITRE VII

TYMPANS § 1. -

FRUIT DU PAREMEN T VU

Art. 1 . - Il faut donner du fruit aux tympans.

Les lympans sont au-dess us de piles en fruit. A nombre de viaducs, ils n'onl pas de fruit (f0 ") , mai s l'mil y redresse la pil e CB el voit le tympan BA en surplomb: c' es t choqu ant. Quandon 'esl inqui élé de l'a pecl,-elil 'enfaulloujours inqui éter,on 11 donné du fru it aux Lympans: a beaucoup 2Qmm, as ez souven l 3Qmm 79 • C'es l aussi un pcu plu s slablc.

a

A. - Tumpan ayanl meme jruit que la pile. - Ce tte disposilion augmenle un peu le c ubo des ma go nneri es : on ne l'adoptera done qu e Rail pour le pclil viaducs. J 'adm els , un peu arbilrflircmcnl, 20 comme limit e de 'H-·- . _ yf'fi.ie)Q_r171.e_ 'f.; : haulcur 80 • Pour la pi le, comme pour le ly mf' ..,1 64 ] ! :T pan , le fruit lran versal ,¡,' sera 30mm, 'll 1 '-· ~ ! . /¡.Qmm, au pi us 5Qmm.

Art . 2 . -- Fruits adoptar .

1•r Ca . Pileúfruit

constant.

111

x:- 8 iX-

B. - T¡pnpan paraboliqae (f,J. Le lympan cs l drcssé suivant un e parabol o ABC a axe horizonlal , langenlc en B a la pile de fruit ,¡,' el a yan l so us la plin lhe un fruit lrc faibl c p~, par exem pl e, 2mm; ell e a pour óqualion : Y= .:;

2• Cas. Pile á J r uit courbe (f0 J.

(

CD' 10

+ 2T ,¡,' - '/'~ ) z

r

¡_U-j

L _N31:¿_~ª-nse~--

X

J f!Dg!..nt¿d§sfr.!/.1J.s_x:

e

,

A

e

La coupe du lympan AB esl une droile tangente en Bala parabole de la pile.

79. - e L méme 5Qmm. C'esL Lrop po ur eles viaclucs en al ig neme nt. On a été ju s qu'a 70mm , m a is pour les lympa ns convexes ele viael ucs e n co url e. SO. oie nl, pout' un viaduc de hauleur H et d' o uve rLure 2a (f") : V , le vo lume les ma c; on ne ri es entre les plans ve rli ca u x des clefs de deux ,·o úles voisine ; l es p il es on t un fruit cons la nt ele 25mm e :1 é léva Li o n, de 5Qmm e n co upe Lran versa le; Je tymp a ns son L d r es és s ui va nL un e para! o le ABC Lon g-e n Le a u x p il es a l e ur8 nais so nces B et d o nL l' oxe p a. se p a r le des o us de la plinthe. V, le volume el é fini ele méme, ma is avec tym pa n e t p il e clre sés e n co up e Lran ve r sa le suivant un fruit unique AB'C. On lrouve:

I-lauleur I-I

Ouverlure 2a

V,-Y,

= O,l1H

I-IauLe ur H

Ouverture 2a

= 0,4. H

V,-V.

12m5Q

5m

1mc57

3Qm

12m

1?m5Q

7m

3mc95

37m 5Q

15m

34.mc

1Qm

1omc73

5Qm

2Qm

73mc

25m

1smc

e

' - - - - - --

--- --L


TYMPA S PLEI

§ 2. -

S

69

TYMPANS PLEINS

Pour les·tympans pleins, ou óvid és par des voúles long itudinales de 1m30 au plus de portée, E ne descend pas audessous de QmS0, n e dépasse g uere tm20, est d'ordinaire ·tm. 81

Art. 1. -

Epaisseur .

Le plus souve nt, le paremenL inté rieur est vertical. On a quelquefois donné un fruit intérieur (f•• ) ; ce n 'est pas bon: au passage des trains, le re mplissage peut faire coin e t tendre a les ouvrir . Il est préfé rable de ménage r des redans de Qm20 tous les 2m (f.,) . JI doit: 1°. - 6Lre el reste r incompressibl e, sec ou moui ll é , pour n e pas s'e nfonce r sous les trains; 2°. - clre insensibl e a l'action de l' eau, c' est-a-dire n '6Lrc 111 g onfl.é, ni imprégn é , ni décomposé, ni enlralné par ell e : done pas de re mblais lerre ux , arg il e ux , crayeux , g yp cux; 0º. - tenir, sec ou mouillé, a un lalus aussi raid e qu e possib le, pour ne pas pous e r sur les ty mpans: clone pas de rnmb lais arg il e ux, sab lonne ux, qui poussenL quancl ils sont mouill és; 4°. - au -dessus de la chape, étre tres perm ' able, pour qu e l' cau y arrive toul de suite e t n e séjourne pas dans l'ouvrage . 5°. - élre lég er, pour réduire la pou sée dans les voútes e l la charge sur le sol.

Art. 2. - Remplissage entre les tympans .

Toutes ces conclilions sonl satisfoites par un re mplissage en g rav ie rs bien lav ·s; mieux, par des déb lais roche ux rangés a la main. Entre les voútes et la chape (si ell e n 'est pa appliqu ée sur les voútes ell cs-memes) , on peul c mploycr du bé ton maigre conlenant seul e menl '100k de chaux par m.c. de sable. Mais il fauL le faire par le mps sec e t l'abrite t' aussilót fail: 'il p leul dessus , il s' y emmaga in e de l' eau qui n e peut plus sortir ensuile qu'a travers les voútes ou les lympans. Si le Lympan esta joinLs incertains (MOi), aucun e clifficullé . Mais, si le moellons de parernenL sont par assises horizontal es (MOH, ME), ils renconlrent l'exlrado du bancleau suivanl des becs de flúte de plus en plu s a igus a m esure que l'on se rapproche el e la clef. ·. Le plu ral.ionn cl se rai~ el'appareille r en ero selles les moellons de raccord eme nt (f, 0 ) . On l'a fail qu elqu efois, mai s au dé triment el e l' aspect: les pointes a , e, e ... b, el ... clessinenL des courbes d'cxlrados qui nuisent a cell e du band eau. Il vaul m ieux conserve r le

81. -

Voir I lus l o in renv o i 90 .

ossises horizontal es e L couper simplemenl les ang los

Art. 3 . - Raccordement de l'appareil des tympans avec celui des bandeaux.


70

VI ADUCS

Lrop aigus (f,.) ~ on commence, pour les pleins cinLres a bnndeaux ex Lrados és parallelement, a 45° de li. ver tical e. Les pointes mn, ,n'n' . .. des moellons auront au moins Ü"'1Ü.

§ 3. Art. 1 . - Portée a partir de laquelle on élégit. Art. 2. - Elégissem en t s transversaux. 83 ·

On n'évidera pa

TYMPANS ÉLÉGJS 82

au - dessus de pleins cintres de moins de 15"' ; on évidera Louj ours

a plus de t9m_ On se ga rdera de l(')s montrer. On ne jeltera pas d'a rc uniqu e entre deux g rand es voutes 8 1, . On élégira par de peLits pleins cinlres cachés (f,., f,,)85 .

1

~1 -fo.• ~

1

__.. :

;-, ✓

¡_,,,

'

1

'J

Ils relienL les tympans que tendent a écarter les voutes longitud inales : ceux-ci ne sont plus qu'un masque, on en réduit l'épaisseur a 0m70, ()m80. Art. 3. - Elégissem en t s longitudinaux. 86

Les voutes d'évid emenL ont 1"'20, 1m30 sur · cloisons de· 0rnG0: il y en a deux aux viaducs

82. - Voir V, p. 50 et suivanLes. 85 . -V, p . 59, §6.

86. -

83. -

v. p. 59.

V, p. 51, 57, 58.

si._ -

a

Viaducs de la ligne de Millau everac (18í3-77),


71

TYJ\IPA 'S ÉLÉGI S

a 1 voie

(f 7,,, f7 5 )87 • 88 ' lrois a ceux a 2 voies (f iG' f 75)S 9 • 90 • A partir du milieu A (f,.), elles auron l des penles d'au moins 5cm _91 Elles sonl p resq ue loujours en plein cin lre : elles se rai enl mie ux en og1ve, en ellipse surhaussée, pou r moins pousse r les Lympans 86 . Elles réparlissenl mal les charges sur les grandes voú.tes 92 • Dans les courbes, a leur poussée s' ajoute la force centrifuge.

On y descend ra par des regards déb ouchant, pour les viaducs a. 1 voie, so il dans les troltoirs contre les plinlhes, soit dans l'axe de la voie ; pou r les viaducs a 2 voies, dans l' enlrevoie. L es ma gonneries se conservenl mal dans l'air hu mide. Dans nos derniers grands viadu cs, nous avons traversé le lympan par une barbacane B (f,,). CI-IAPITRE VIII

CULÉES 9ª 1.es culée¡, so nt les partie·s les plus variables des ouvrages ; elles dépendent encore plus que les autres de la form e e t de la nature du te rrain. On ne peut done donner ici que des indications lout a fait générales . 87 . - Il n'y en a qu'uae a ux viad ucs des li gnes de Tournemire a u V igan ('1886-95), d'Espalion á Bertholene (1903- 07); elle a alors 1m60, 1m80 . Il faut pour la tenir des tympan s épais . 88. - 11 y en a 3 de Om O au vipduc de Léga ud (Eymo utiers-Meymac), 3 de Om70 á celui de la Donne (Sa int-André á PugeL-Théniers 1905-07). 89. - Il n'y en a que de ux ·a ux viaclucs de l'A ul ne (Nantes-Landerneau), de Mussy (La ClayetleLamure 1892-95) . Elles ont 2m, 2m30. C'est trap. 90. -

Vo ici quelques exemples :

V iad uc

Ligne de

de

O u verDates ture ele eles co nslru c- g rand" arches Lion

Voules d'élégissement en plein cin Lre

-------------

Ouverture

- ¡2a

·a ~

ºM ...

-~o,.,~

,_;-

>'o . . . . B....;...,

1 (

"'o> ""

V ig nols Pompadour La Sagne Le arget L e Bl anc Ba rajo! Saint-Waast L' uz on Piou

¡Limog,s A Beis,

GJ

Séverac á Marvej ols

...

Sai n t-Satur

91. -

1

Po itiers au Rlanc 1881- 85 Bort á Neu ssa rgues 1903 Montauban á Castres 1882-84 Argentan á L a Ch li tre 1897 - 1901

·e • 1 .~ .... ~ .... Senouarcl O c g •tA) 1 ( Chan teperdrix ~ M arvejols > ,,.~ "/ La Crueize C\lc:,~i..;V)~

1872-75 )

á

N cussargues

¡Bourges á Cosne

1878

20 18 1879-83 20 25 1891- 93 1 13

Au viaduc du Blan c, ce tte pente atte int 24<m5.

93 . - V, p. 42 et suivantes.

20m 25 20 20 20 20 20 20

!

g

1m30 1. 30 1. 30 1. 30 1. 05 1.00 1. 20 1 . 20

1. 1. 1. 1. 1.

20 20 20 20 60

92 . -

Epaisseur des tympans E ~

Epais- Hauteur hors seur du raíl du des au-dessus cloiso ns du creux contrefort e !,

y compris

le contrefort

--- --- --Om60

o. 60 o. 60 o. 60 0.75 o. 60 o. 59 o. 60 o. 80 o. 80 o. 80 o. 80 0.70

V, p . 50.

Om70

6m10 8. 2'1 6.10 6.10 6.90 3. 59 6. 00 7. 19

0.70 0.70 1. 03 1.10 o. 96 o. 89

Pas de contrefort

6. 4.5 6.15 6. 50 7.70 4 . 40

1. 60 1. 60 1. 66 1. 66 1.15

2.2'1 2.15 2. 40 2.60 1.75

o. 96

1m15 1.35 1 15 1.15 'l.l18

Art. 4. - 11 faut visiter les élégissements cachés.

· Art. 5, aérer .

11 faut les


72

VIADUCS

§ 1. -

P .flR TIES VUES

Art. 1. - Róle apparent des culées . Elles arretent, elles encadrent l' o uvrage.

On les fera ressauler de 0m35 a 0ru50 par rapport a u nu eles Lympans (f,., f,,); on les s urm on lera d' un pa rapet plein , sans plinlhe. On ne comprend guere en effet une pl inLhe se prolongeant sur la culée et se perdant dans un· q uarl de cerne ou dans le Lerrain. Ces cu lées bruta les arrélenl bi en l' ouvrnge 01 .

Art. 2. cóne.

On a souvenl perreyé les quarls de cerne pour raielir leurs La lus : c'est laid et d'enlrelien coule ux; 011 ~ 9 ne fera de perrés qu e pour les proRessaul de o"'.3s aomso Lége r conlre les crues . ·-.• E n príncipe, les quarls de c6ne . . . . . ·- ·. -·-·- ·- ·- ··. ·. - · . . . -.·.· .. -:_- _-· _:.. ·. se ront a 3/ 2 : ce n'est qu 'excepLionn ellement, s'il faut réduire les murs en retour, qu 'on acceplera une inclinaison de 5/ 4 sur . leur parement ; ma 1s alors il faudra bien pilonner les Le rres e t gazo nn er leur surface. Il es t bon qu e sur 0m30 le quart de cóne cl écouvre le pi ed P de l'aréle de la cu lée, et recouvre l' ex trémilé S du parapet (f,.). Pour raccourcir les murs en relour, on a qu elquefois noyé elans de grands quarls de c6ne les pi eds des pi les voisines (f. 0 ) . La derni ere a rche, ainsi aveuglée, est d' un aspecl fort désagréab le. De plus , il est arrivé qu e l.a pi le voisine de la c uléo a · té renversée par la poussée de la Lerre 05 . , Il es t prudent el e bu le r un e pile noyée dans le quarl de c6 ne par un ma ssif a b c. Il vaut mieux , s'il y a éco nomi e app réciable, porler les ex lrémilés des m urs en retour sur des consoles en pi ene, ou mi eux , en bélon armé, qui pe rm eltent un plus g rand porte- a-fa ux. Ce::; consolas doivent élre cachées dan s le quart de c6ne 06 •

Quarts de

--q

.

·····/···

Art. 3 . _ Fruit des parements .

Le pareme nl a nléri our des c ulées, qu anel il es t vu, e t les aréles en élévalion du ressaut des cu lées, seron l au fruit de 0,025 (1/ 40). Leurs faces a uronl le fruit moyen des Lympans: si les fru ils diffé ra ient, la surface de moindre fruit parallrait se déverser .

94 . -

V, p. fl.

96 . -

V , p. 4-5, 46 .

95. -

Pon t ele Po nt de Bordes (Lig ne de Concl o m

a P ort-Sa int e-Marie) .


73

PARTIES CACHÉES

§ 2. -

PARTIES CACHÉES

Tant que la h a u te ur est fa ible (t ou 5m au p lus) les deux murs en resler indépendanls (f.,). On leu r donne une épaisseu r moyenne: Em

=

0,25 (1

retour peuvenL

+ H).

Art . 1 . - Culée s a murs en retour indépendants .

Leur parement caché es t vert.icol ou avec des grad ins de Qm20 tous les 2"' enYiron. II faut, pour ne pas amorcer de fissures, adoucir les angles r entrants A et A' par des congés a grand rayon (f.,) . On remplit, e ntre les murs en relour comme entre les tympans, avec des déb lai. rocheux rangés a la main.

f8 3 .

-

Pour des hauleurs de p lus de 4'", 5m, les murs seraient e n bus tres épai , l'inle rvalle entre leurs parements cachés, tres réduit : on aura it beaucoup de magonnerie pour peu soutenir.

Coupe en long

Art. 2. dé es.

Culées évi-

A. - Types d'éoidement.

Il faut, alors, évid er les culées: soiL par des voutes a g énératrices para lleles a l'axe de la voie; ell es poussent les murs en retour; on n'en fait plus g uere; soit par des voutes a génératrices perpendicu la ir es a l'axe de la voie (évid emenls transversaux); soit, m ieux, par des puits verticaux.

r••. - Coupe sur·

Les murs en re tour n e sont plus olors que de imples masqu es ; leur épo isseur pout elre réduil.e a 1"' .

xx de f.,

B. - Eoidements transversau:r: (f.3 ) .

L 'épaisseur C' de la cu!· e de la voute extré me doit assurer la stobilité, sons tonir compte de la poussée des terres 97 . Pour prévenir les feotes aux ongles rcntran ls M (f•.), on les amorlit por des pnns coupés mn; mieux, on les arrondi t. On es t ams1 condu it a u meill eur systeme d'évidement, qui es t par puiLs verticaux.

97. - On pourra accepler la formule précédemment clonnée pour les ouvra ge c intre, de Sm d'ouverture et au-clessous: C'

=

0m30

+

0,20 A'

+

so u

rails, en plein

0,20 h. T , VI. -- 10 .


74

CULÉES

Jls son La secli on hori zonlale circulaire (f,.) ou, exceplionnellemenl, un peu a ll ongée (f 80 ) : le g rand axe dans le sens de la voi e et non normalement a la voie comme on l'a fait quelqu efois fort a tort.

C. - Puits verticaux.

a1

m

On peut r éduire a 0"'80 la cloison entre puils, le ma sque m (f.,, f,.) . L es puits sont:

soit co uverls par des vou.Les sph ériqu es ou, plu s pra liq uemen t, par des voutes transversa les en berceau ; on les laisse vides ; on les a ere par des soupiraux g rill és, - on évacue l' eau au pi ed et, si c' es t possible, on permet d'y accéder, par exemple par une porte percée dans la cul ée ou dans un des murs en r etour (f~,. f.. ); soit ou ve rts ; on les r emplit a lors de déblais roch eux et on assure avec soin l'écoul ement des eaux par des barbacanes, so it so us la derni ere arche (f..), so iL dans un e pierrée enveloppant la cu lée .

i '~ :.·. - - · ···. ~

.• - ·-u:« -·;-:-:-.-.... ;: -,:., -·- · .~.-:t-··j

•·..... 1 ·.~

:- : ·.:. ·. ·...

: .. - - - - - - ·

.

'..'

·.

·~

-- l

·----·

: ··:·····

...... ·

··½o.....~]]]1t-=:_-=:-__-_-_-_-_-_j-, _.!1~e_

Art . 3 . - Epaisseur des culées .

·

·: ..

'

....Js1...~ __,4,,_ 1,_~

c._

11 n'y a pas de bon ne form ule pou r délerminer l'épa isseur d' une cul ée de viadu c . On l'arréle par un e épu re. Dans la rés is lance de la cu lée, on co mple Lout ou parti e des murs en re lour, les puils. Dans f 00 , f.,, on adme ll.ra que toul ce qui est ce h achuré n r ésis le

a la pousséeº

8

Voici qu elqu cs disposiLions de culées:

· ~-JL-...

9S. - Soien l : n la s urfoce ele la seclion, évielernenls elédu ils ; G le centre de g ravité ele na o de l'arete; I le moment d' in erli e par r appor t a l'axe tra ns ve rsa l mené par G (délerm in é e n lenant co mp le des év idements); N l'effort n orma l ag issa nt a u de G (f00). On cal cul era l'effo rt max imum s ur l'aréle par l a for mul e or dina ire : max f3

=

N[ n 1 + -UO1- !l]


CULÉES

Culées non

75 évidées

zmm

Coupes en long sur l'axe et coupes hof'Lzontales su,· xx des coiipes en long -

Viaduc

Viaduc

de Chapchinies

du Puits

Maroejols ll'eussa ,·gues

Morez - SLClaude 1909-11

1882-84

~ ~4

4 arcbes de 8m Cul ée Marvejols

>

9 arches de 6m Culée Morez

i··- -· -··-

~

i.. .. .r-Jq ___J

Viaduc Viaduc

des

de la Gasca rie

Aragnols

.,. .,, '

S?:

~9

Carmaux - Rodez 1894-97

Mi ramas L'Estaque

12 arches de 20m

1910-12

Cul ée Carma ux

f

20m

Culée

w

··-~:

::

Miramas

....

-·+ .,, ,

Carmaux -Rodez 1894-95 7 arcbes de 10m et 1 de J7m

~:

..!

...lf~.

~q

, . '

L JOO

ff. ...8.~':.J~'!..~- -- --' '

.,,'•

'

. ''

__ ..

Culée butée

Viaduc de la Mou line

~+ .

: '

:r. ... ... .. Jtlll. -------~

Pont al e St Waast

··1---

.

; " ,,

'

Nfontauban-Castres 1882- 84 5 arc bes de 20m Culée Castres

•-- ~·

, ________ : n11P~ ..... ____ --: __,

t .

Culées perdues

.

20~mºº ... 1

'

--~

- ··

n•

3 arcbes de

r.1'.02

.

Culée Rod ez

:-~ .f~

..?

---~3.G;:_ 1

\q~

1

r

~04

e-. ,

~- J.J'JJ. . ..

i ......6.:f4 . • .•.• ~

contre le terrain Viaduc du Li gnon Ma roejols-Neussa rg ues 1880-82 10 arcbes de 10m Culée Neussargues


76

V IADUCS

Culées élégies par des v outes longitudinales Coupes en long su r l'axe et coupes en t ,·aC!ers su ,· xx des coupes en long -

2mm

Viaduc de Pompadour Limoges-BriC!e, 1873-75 a r ches ele 25m Culee Brive

P, 23"'!"1

,,

~¡ <;:,

~!

~

_.t ., ,;

·:\·.~.f':.~ ~08

s

·

~ ...,

L... ______ ... __ ..f!f.f. ______ . _. __ . __ --~

1

ijo

<.:

~

"'i '<,

·· i.S

-.. -.~~

·,1

OJhS

~:.·_~.. .-_. - - - Jg ._8§_ ... i

Viaduc de Civrieux P a ,"ay-le-Monial-GiC!ors, '] 903 Cul ee Givors

Viaduc de L éga ud

3 a rches de •J5m

Ey moutiers -Mey mac, 1880-81 5 a rch es ele ·J2m

Viad uc el e Barajol Viaduc du Bandia t Le Qwil'oy-Nonlron, ·]882-83 3 arches ele 20m50, 6 arches de 1Qm Culee Le Queroy

Viacluc de Salsig nac Bort-Neussargues, ']903 -

']4 a rches ele 1Qm

Cul ee Neussargues

Bort-Neussa rgues, 1903-05 - 12 arches ele 20" Culee Neussargues


J':':- ·

Culée Ne ussargues

9 arches de 18m

Mai·vejols-Neussargues 1879-82

Viaduc de Sénouard

--,·

1878

14 a rches de •17m - Culée Brive

Limogesa Brivepar Uze1·che, 1887-91

.,.

St-Denis-Le Buisson 1881-82

• i..

!;r

7 arches ele 17m -

LO

~: . ~:

.

-

,,..

o__¡

;;¡

Culée Tourn em ire

Viaduc clu Bassin - Tournemire-Le Vigan 1886-92

14 arches ele 17m Cul ée Le Bu isso n

Viaduc de Bramefond -

Viaduc de St-Germnin-les-Bell es

. ----- ·ª·ºº· .-.. .

Mende-Séverac -

6 arches de 20m

Viad uc du Piou -

Coupes en long snr l'axe et coupes en traoers sw" xx eles coupes en long - 2mm

Culées élégies par des voutes transversales cachées

"-1 "-1

rn

tzj. tzj

t'"'

(")

e::


78

V I ADUCS

Culées évidées par des puits verticaux Coupes en lon,q sw· l'a::ve et coupes hol'izontales sur xx eles coupes en long -

l

1

1 1

f

.1

2mm

.t

Viaduc Viaduc

sur le Truel

sur l'Auzon

A lais-Le Pouzin

Alais-Le Pou~in

1876

1 76

r

6 arches de 8" a rches de 12" Culée Culee Alais

Le Pouzin

Viaduc

Viaduc

des Terrals

de Triboulin

Rodez -Millau

Maroejols - Neussa rgu es

1873-77

188'1-83

..

H a rches de 1'J m96 ~32

Cul ée R odez

~-

.,, .,,

5 a rches de 8" .,. ... ['!?. __ ~

Culé e Neussargues

,-

;;,

~i.

Viaduc de Morez

Viaduc de

MorezSLClaude

la Lavina Nice-Coni

19'10-12

Projet

9 arch es

3 a rches

de 20 111 - - . -'~:7~- . - . . - --

Culée ~3 6

SLCJaucle

..,,. .,, "-:--,

~:

..,:

.v


CHAPITRE IX

79

COMMENT ON ÉVACUE L'EAU QUI TOMBE SUR LES VIADUCS § 1. -

CHAPES

Une bonne chape doit étre imperm éable. Mais, pour qu'elle demeure Lelle, ell e doit aussi élre un peu élastiqu e, se pr eler, sans se fissurer 99 , aux mouvements des voúles sous les surcharges ou aux changemenls de tem péra lu re. Elle sera ainsi constiluée : d'a bord une premiere chape de 3cm en morlier de chaux gaché sec el forlemenl ce massivé )) 100 ; dessus, un e deuxi eme chape de 1cm5 en aspha!Le 101 , 102 • Quand l'extrados des voúles est trop irrégulie r, on l' unit avanl de le e< chaper )) 1 par une premiere couche de bélon fin de á a 6cm.

Art. 1 . - Deux chapes sur les volites : la premiére de 3cm , en mortier de chaux; la deuxieme, de 1 cm 5, en asphalte.

Il ne suffit pas qu'une chape soit imperméable : il faut encore que r·eau ne puisse pas enlre r dessous par ses bords, par exemple par A de f.,. : . ~40 une goutte d'eau, si elle• enlre, lraversera les magonn eri es. I Il faul Lout a u moins l'engager daos un e rainure creusée dnns le tympan (fu 0 ) . Mieux, on remon tra la chape en asphalte le long des pRrements et on l' enga ge ra sous la plinlhe (f,., ) . . / Pour qu'elle s'applique bien et tienne sur les parements verticaux, on la fait en asphalte pur, sans sable , et on l'étend sur un enduit de Qm01 en mo rtier de chaux lissé a la « taloche)) 103 •

Art. 2. - Comment on empéche l'eau d'entrer sous la chape par ses bords .

Pour protéger une chape en nsphalte, ne conviennenl: ni l'argile, qui arrele l'eau; ni le sable qui , a la longue, disparait, en trainé par l' eau ; ni les pierres plates, qui égratignent la chape. _._ (!q_u1_t frt 0o_r{1e_r p~ c}'!v_x ge_lljll V / / / / / , ; ' / , , / , ' / JII Le mieux parait étre une couche de Ü"'Ü4 Co~jr}'c_h§fl..e_f!J.. /,_PIJJ'!. Pi!.'.fCe_ e& ,c1menl ue (J. 09 d~ bélon tres maig re: 100k de ciment pa r ' m. c. de e< gravillon)) bien lavé, saos sable1 º'1 • Celte contre-chape es~ tres poreuse, _c_/2_a/!:e_ e_n _m_o:l~'c: -~ cl,aux ma..s,vée de {l.{IJ l'eau la traverse immédialement, - et tres résislante . Elle porle sans s'écrase r le remplissage et les surcharges : sur des surfaces tres inclinées, elle empeche l'asphalle de couler.

Art. 3. - Contrechape pour protéger la chape.

99. - Pas de chape en cirnent; le cimen ta du retra il et se fendille. '100. - 350' de la meilleure cha ux par m. c. ele sable, et 100 liLres el'eau seulement. Sur l'exlrados, lav é, puis épongé, mais encore hnmide, on opplique le mortier, a l'élat ele sable humide; ensuile, on le bat a la savate jusqu'a ce que l'humidité paraisse a la surface. Pour l'empécher de sécher trop vite, on le recouvre de sable qu'on e nle ve apres la prise. 101. - En eleux co uches de 7m•5_ La 1" est en mas li c d'asphalle ; la 2' est faite de deux parlies de mastic et une partie de sable la vé et sec. Pour les eleux co uches, on ajoule au mastic 7 % de son poids de bitume. 102. - On a essoyé quanLilé de ma lieres: feuille de plomb entre 2 carlo ns bi lum és (isolateur iebel); asphalte a rm é par ele la lo il e de jute (chape Leiss-Zuffer, appliq uée s u r les grandes voutes des Al pes outr ichie nnes, JI, p. 164); toi le de j ule e nduite de bitume (« Callendrite », du nom de Callender, son fab ri cant, - nous l'avons employée au viaduc du CréL-Mo rez-St-Claude) ; .... 103. - Bouclier en bois avec un manche. 104. - L a C" de l'Est a employé avec succes ce procédé pour refaire la chape d u via<luc de Ch a um ont. E ll e l'applique sys lémaliqu eme nt a ses nouv eaux o uvra ges.


80

VIADUCS

Art. 4. - Pentes de la chape, et drains pour conduire rapidement l'eau a des points bas .

Il faut, le plus vile possible, conduire l'eau a des poinls has, puis dehors. En travers , on crée, avec de la magonnerie ou plus simplement du béton maigre, deux pentes de 0,03 a 0,05 vers un pelit drain en pierres seches de 0m20 X 0m20 (( ••): il a, en long, le plus de pente possib le, au moins 0,05.

Art. 5. - Comment on fait passer l'eau a travers les voutes ios.

A. - Par la clef. - Ce semble plus simple (f,.,) : le Luyau est vertical, aussi court que possihle ; les ea ux n e sont pas rej etées ·p ar le vent sur la douelle. ' . Rfm.JJ.liss,1ge Mais, pour d~nner aux chapes des pentes _eñ 'betoñ m-,:ugre longitudinales suffisantes, on augmen te, aux dépens de l'aspecl, l' épaisseur enlre le rai l et l'intrados des voutes a la clef. Sur des viaducs a tr ' s g rande pente, on a quelquefois conduit toute l'eau jusqu'a la culée la plus hasse; c'est une erreur: un pelit harrage de ha llasl terreux arréle l'eau. I1 faut , au moins, un écoulement par voú.te . B. - Par les reins. - C'est le meilleur mode d'écoulement. On a quelquefois posé directement la chape sur les extrados des voútes (f.,J-: ses points has sont alo rs sur les axes des piles; ils sont mieux enlre 30° el 45° de la clef (f,.J; l'eau est moins facilement jetée par le vent · · .fl!'!:és.!a..gf sur la douelle ou sur les en bélon mai_gre piles ; · la gargouille es t plus courte, plus inclinée, le puits de visite moins haut.

Art. 6 . Cas de tympans évidés . Art . 7. - 11 est extremament important de bien faire les chapes.

On ne fail de chape que sur les voittes d' élégissement . L'eau, pet,il a pelit, enleve la chaux des morti ers. Dans des ponts a heaucoup de joinls, en particulier dans des voules en hriques, elle a prod uit de véritables crevasses, parce que le morlier des joints avait disparu, que des hriques étaient tombées et qu e d'autres, constamment imbibées d' eau, avai e~t. gelé. C'es t la chape qui conserve les ouvrage!:l 1 º6 •

105. - On a, a utr efo is, co neluit l'eau par un Lu ya u ve rti cal placé el a ns l'axe eles piles a un p etit , aqueeluc traversant Je pied des pil es. P our el e hauts viaelucs, on avait eles tuyaux tres lon gs, im poss ibles a vi s iter, fort cl iffic iles a déboucher . Ce dispositif n'est plus _a p pl iqu é.

'106. -

V, p. 193.


CHAPES

A. -

Nature. -

81

Voir plus haut Chap. VII,§ 2, arL. 2.

B. - Epaiss~ur au-dessus des clejs. - Elle doiL garan lir surem enl la chape contre toule .détérioration au passage des trains ou par les outil s des ·poseurs.

Art. 8. - Remplissage au-dessus de la chape .

Mais un matelas é pais augmente, a ux dépens de l'aspect, la hauleur du Lympan_entre la plinlhe el le bandeau: on ne dépassera pas Qm,W. C'est encore lrop pour l'aspect des viaducs a petites arch es (Sm e t au-dessous) : on pourra r éduire l'épaisseur du matelos a Qm30 et m em e a Om25 (soit sous traverses Qm47 ( .), a condilion de le faire en magonneri e a pi e rres seches 1 0-7 , 108 • Tous les parements cachés, non chapés, doivent étre laves, brossés, n ettoyés, puis · barbouillés de Lrois couches de coaltar .

Art . 9. -Parements cachés,non chapés.

§ 2. GARGOUILLES. Pour visiter les g arg ouill es, on élablit des r egards (f,.. , f,..) dans l'axe de la voie sur les viaducs a une voie, dans l'axe de l'enlrevoi e sur les viaducs a deux voies. On les coiffe d'une crépine J)0Ur empecher les graviers de passer au travers e l les grosses pierres de les engorger (f,.,) . On les foit dépasser d'au moins Qw10 l'intrados pour que l'eau ne soiL pas rejetée par le vent sur la douelle: on « bisea~te » l'about pour qu 'ell e Lombe de suite . Il faut empecher l'eau de s'introduire en tre la magonnerie e t la gargouille. Voici qu elqu es dispositifs (f..,, f,.., f, . .) :

107. -

V o ir plus haut p. 21.

108. - Le ma lelas n'esl q ue de om30 a ux ponts de Lavaur e t An toinelle. Les .chapes n'o nl pas s ouITerl. A de pelits ouv r ages n' ayant sous les lraverses qu'un matela s de O• J5, le Serv ice de la oie ele la C'" d'Orléans n'a pas co ns taté d'avarie dans le vo ute (p . 2J). T. VI. -

11.


CHAPITRE X

82

MATÉRIAUX LEUR RÉPARTITION USUELLE DANS LES DIFFÉRENTES PARTIES DU VIADUC 109

§ 1. -

-

-

En parement

---------------H auQueue Leur

D ésignalion

--------~

Dimensions usu elles (( ••)

. ou Epa isse ur

Retour d'eq uerre

moellons

Large ur

Lits

Joints

<1'!

en paremenL.

ordinaires

.. (1)

\

\

.....s.. (1)

1

moellons

Á Á

a foc e

oo,

:2

en en ._ i::: t.

rectan-

c1S

g ulaire , les 4 aréles } dans un meme plan

ff 1

~---.t. .. --~

(f,..)

> 0·20 > 0·10 > 0-10

::=o

'

~

g ::,

s tr -Q)

'

'

auss i pleins que possibl e

~

-

a.. '

~

Fixee J'.ªr le 1.5 h essin > 0·•15 a 2.5 h ..,,;;; 0•25

o-10

MOV

0"'15

ME

Futs eles lurapels. Dan s les g ran s viaelucs, parements vus des Lym pa ns, des piles, des cul ees, sa uf _Jes angles.

MEV

Dou elle <les voutes. 11 '

MA

Angles eles piles, des culees, angles et bah uts eles parapels sur cul ées .

--0·20

>, 0-30

Pleins

--0·20

horizontales

g- ¡

S· ' "'O

1

taillé en vo ussoirs

MAV

Dim en sion s indiqu ées

libages.

)

Pl ein s

la ill e .

Des pour scel1er les garde-corps entre g rand s murs ele soutenement (p . 49).

PT

Plinlh es, sous-plinlh es, co rbe a ux de r efuges, co uronnement eles rega rds ele visite, loge ment des crep ines des ga rgo uil1 es.

B

En fo nda ti on a la place du « MO », s'il cou le sens il.Jle me nt moins.

I

Á

o

1de chaux

+>

))

d e _ciment.

~

p:¡

BC '

----

ma1gre.

Bandeaux des voútes (p. 54).

L

a ux dessins d \ . 1 p1e rre

Pacemeots vus des tympous, des piles. des cul ees sauf Jes a ng les; parements intéri eurs des r e00 ·ar els de v isite. Queutage des granel es voutes"º elerriere Ja do ueJJe au-el ess us du quarl de la monlée á partir des nai ssa nce·s; douelle et queutage des voü les d'eJég issement.

~ 7@ \ par assises

Toutes les ma c,o nn eries de moellons á mortier, sa uf cel1es qui son t specifiees ci-el esso us: g ros re uvre ; rempli ssages; ma ssifs de fo nelati on; noya ux eles piles; corps eles culees, des tympans; par emenls caches.

------

--- --- ---

taillés en voussoirs

MO I "l, (

g·;:: ou .:: ~ > 0"20 > 0"15 > O• JO MOH 5: ~

par > 0"15 1.5 h as sis.e > 0"30 horizontales ¾ 0•25 a 2.5 h

(

MO

- - - - -- -- -

méplats, « lités »; les lils prolongeant Plus pelite dimension soit chaq ue li t de > 0·10 dou elle, soit un liL sur 2, ur 3.

en vouLe .

(1)

Plus pe tile dimension > 0·10

par a i e horizonlales grossiér es. > 0-101

choi i , (c'est- adire avec ujétion.)

'C

Plus pelite dim ens ion > 0"10 Poiels < 40'

a joint ince rtail]S.

i

R éparlilion

... ..o

-Q)

1

péciale.

a)

·¡;

r r1 l q • - - - - - - - - - - --

h

en blocage, sa ns prépa ration

rn

.:: o ....,

Aulour des ga rgo uill es .

BM

Entre Lympan s sous les chapes; radiers des puits eles culees.

))

Exlmdos des vou tes, revers d'eau eles lyinpans et des murs en relour, radi er des puits des cul ees.

Chape de QmQ3 d 'épaisse ur e n morlier de chaux massivé.

))

Enduil ) QmQ1 d 'épaisr en morli e r q e chaux laloché . QmQ2 d' épaisseur e n morti e r de ciment. de

))

))

Chape d e QmQ15 d' épaisse ur en asphalle.

))

))

))

))

Sur la chape en asph alle el es voutes.

))

))

Tous les paremenls caches non reco uve rts d' un e chape en asphalle.

PS

Entre tympans au-dessus des cha pes; chem 1ses derri ere les culees el les murs en relour; rempli ssage des puils eles cul ées r¡uanel il s ne sont pas co uv erts par des vou tes.

...,cñ .....

::s

'O Á

P areme nts caches eles t ympa ns. ur l'exlrados des g ra nel es voules so us les voules d'évjdement. S ur les chapes en mortier de cha ux ele Om03 el s ur l'enduit en morLier de chaux derriere les tympan s .

(1)

+> 1 <I)

r/l <I)

P.

Conlre-chape d e QmQ4 d 'épaisse ur en b é lon m a i;:;r e de g rav illon et d e cimenl (p . 79) (100k d e cimenl pour 1mc de g ravillon s an ~ sable).

,

c1S

~

3 co u ch es d e coallar.

o

\ Pierre·s seches rangées

ª la main .

1 . 109: - Donnée pour les mac;onneries des Grands ouvrages Tome V, p. 7. 111. -V, p.1. 110.-V,p. l , 19.

))


/

1

QUELQUES DÉTAILS D APPAREIL

§ 2. -

83

QUELQUES DÉTAILS D'APPAREIL

Les moellons équarris (MEV) ont leurs lits dressés normalem ent a la douelle saos démaigrissem ent sur toute leur longueur, leurs joints retournés d'équerre sur Ü'"25 au moins. Tous les MEV d' une méme assise ont la méme queue. II y aura toute une assise courte, - puis toute une assise longue .

~51

La découpe, de Qm1Q au m01ns, est d' une assise a_._l'autre, et non entre deux moellons d'une méme assise.

1 1

a= 1 ,

1

f/uarl de la montee

-1 =

- - - - - •• - - - - - - - - - '1' - - - - - - - - - - - '

1

:4

1

:a -a'..,.

r•••

1

Une coupe suivant xx de f'"' sera et non 1: .. .

A vec f, ••, on lie beaucoup mieux la <louelle a son queutage.

1

- ----- -t

1

1

1

1

On a souvent coupé les hautes piles, tous les 8 a 10m, par des assises de libages 113 • Elles ont pour obj et de mieux répartir la pression et d'arréter, s'il s'en produisait, une fissure verticale 1 1<1.. On a faiL, sans assises de libages, de tres grandes piles avec parements, soit assisés 1 15 , soit a joints incertains m. Peut-élre ne sont-elles utiles que daos les tres hauts viaducs a parements non assisés, tout entiers en moellons ordinaires, surtout en béton 117 ; peut-étre pourrait-on les y remplacer par d.es assises en béton armé 118 •

112. -

Art. 1 . - Douelle des va-O.tes 112 •

V, p. 18.

113. - Viaduc d e la l• ure, projeté en 1855 par T on y Fontenay (Ligne de Lyon a Gi·enoble). Viaduc el e Mu ssy (Li gne de P aray-le-M o nial a Givors, ·1892-1 95): les lib ages des ass ises y sont cramponnés Jes un s a ux a utres. On en a mis tous les 10m e nv iro n aux v iad ucs des lignes de Coire a Sa int-Ma uri ce (A lbula Babn . Den/f.schrift im Auftrage der Rhiitischen-Bahn, z usammen gestellt von Prof'-D' Hennings, - Co i re 1908); et du lac de Constan ce a celui de Zuri ch (Bod ensee-Toggenb urg -Züri chsee-Denl schrif t übe ,· die Eisenbahn Ve rbindung R om ans horn St-Gallen- \1/attwill- Uz n ach, Saint-Gall, 1911 , p . 94, PI. 8, 9) ; a ce u x eles nouv e lles lignes des che min s d e fer Rhétiques: Ila nz-Dise ntis et Bevers-Schuls, Schtoeiz. Bauzeitung, 20 a oril et 4 mai 1912; a u v iacl u c de Castiel er d e l a li g ne de Coire a Arosa, Schweiz. Bauzeitung, 19 juin 1915. 1'14. - On &. dit que les « ass ises d e lia ison», qui, elles, n e« so ufflent » pas, retiennent par froLtement l es a u tres ma c,onneri es et fret tent la pile. 115. - Pompadour (Bri ve a Lim oges) H ' =55m, Saint-Laurent (Sé ve ra e a lVI a r vejols) H'=53m, La Cruei ze (Marvej ols a Neuss a rg u es) H '=63m, Les Fad es (Saint-El o i a Pauni a t) piJ-es de 92m sous trav~es m é lalliques.

a R oelez) H'=49m,

116. -

La Gascarie (Ca rmau x

117. -

Comme on co upe pa r des ass ises de briques des ma c,o nneries de ga lets.

Arquej ols (Le Puy-Langogne) H' =45m.

118. -

Tran ches armées ele piles de viaducs co nstruits par M. l'lngé nieur en Chef Harel de l a N oe.

Art. 2. - A ssises de libages coupant les piles.


84

VIA DUCS

§ 3. Art. 1. -

A.-

Fayon .

Taille plate.

PA REMENTS

On n'emploi era la tai lle pla le que dans des villes ou qua nd la p10rre ne permettra pas d'oblenir de bons bossages . Les faces plates seron t striées et non picotées dans lous les sens . Les stries de taill e seront régulierement espacées el toutes inclinées a 4-5°. Dans un ouvrage, les s lries seron l dans le meme sens. La pierre de laille des viaducs couranls (plinlhes , refu ges) , ne sera pas bouch ardée, ma1s dressée a la poin te. On ne bouchardera que le dessus des plinlhes, pa rce qu'il serl de LroLtoir : des stries peuvenL reLen ir l'eau, qui gelerait en hi ver .

<l>,· - Viaduc d u Caly m taiUe plate

B.-

Bossages.

Ciselw·es.

Art. 2 . -

Couleur.

cp •. - Viadu c des Pla nch e·s 1 2 0 bossages

Les g randes surfaces plaLes so11l ennu yeuse.-; : il faut les accidenter, les égayer par des bossages (c1> Le moellons des pi les et des bandeaux auront des bossages de QmQ3 ou QmQ4 ; ceux des culées, des bossages de QmQ5 a Qm06 en moyenn e; - plus meme, entre de grand s rochers. On a presque toujours lail lé pla ts les moellons de dou ell e pour qu'ils s'appuien Lbien sur le cinlre. Une douelle pla le est désagréable au-dess us de piles a bossages : on y peut tres bien accepter un léger bossage de Qm02 qui im pose peu de sujéLion . 0

C. -

·

) .

On n'enlou rera jamais d'une ciselure la face d' un moell on , meme les moellons d'angles ; on n 'en fera q ue pour bien dresser les a reles des piles, des culées, de l'intrados du bandea u ; elles au ront, s ur ch aque face, Qm02 a QmQ3 de largeur. On emploiera les memes ma Léria ux dans loutes les parti es du viadu c. S'il en faut employer de coule urs diffé rentes, on les di s tribu era au mieux pour l'aspecL: des bandeaux en pierre sombre fonL pa rfoi s bien . On n e fe rtl pas d'aretes de piles en ce MA » noirs ou blancs encadranL des ME, des MO hla ncs ou n oirs. 119. - Ma n tauban

a Castres 1883-85.

'120. - L aza nne a Givars 1902-05. Le ca rda n et les car bea ux eles naissa nces sa nt ele trap.


COULEUR -

85

PILES ET TYMP ANS

Pour les viaducs courants, les paremenls des piles et Lympans seront, suivant les carrieres, en moellons ordinaires de choix a joinls incerlains (MOI), ou par assises (MOH). <D •. -

Viacluc cl'Arquejols 121

T!Jmpans et piles en

« MOI ».

-~-

é[>, . -

Viacluc ele Morez 1 2:i

3. - Piles et tympans.

Art.

,.

Tympans,piles, clouelles en ME a bossages.

Pour la stabilité d'un tres grand viaduc, on pourra les faire en moellons équarris (ME) . Mais, dans tous les cas, les tympans et les piles (tout au moins leurs faces en élévation) seront parementés avec les memes malériaux , c'es t-a-dire tous cleu x en MOH ou tous deux en MOI, 9u tous de ux en ME. Si l'on n 'avait pas assez de l'un des ruatériaux pour faire tous les parements, on ferait en MOH les piles , en MOI les tympans, - autant que possible, de meme coµ leur. Peul- élre conviendrait-il alors d'accep ter, malg ré qu'on en eú. ~, un cordon aux naissances pour les séparer, parce qu'il est choquant de meltre l'une au-dessus de l'autre deux ma gonneries différenles, sans les séparer par qu elque chose. Cecine s'appJique qu'au x piles tres épaisses, aux naissances desquelles il y a un g rand inter valle entre les extrados des bandeaux. Les angles des piles et des culées n e se clisting ueront en ríen des parements voisins: mémes bossages, méme aspect, meme carriere, meme couleur ... Si les faces élaient en MOI, les angles resterai ent en MA, mais taill és de fa gon a n e pas trop se disting uer des MOI (<D.) Les angles n 'auront j amais de saillie sur les parements t¡u'ils encadrent : elle rend confus l'aspect de J'ouvrage . Si on les fait en g ros matériau x (libages, pierres de tailJe) , on prépare des lézardes : c'es t mau vais, laid, cher. II convient qu e les murs en retour soient plus rustiques, plus vigoureux que les tympa n1;, . o ·n y pourra met.tre des moellons assisés a bossages a cóté de tympans en ce opus incertum ,, plat qui est moins ferme; on a méme, a cóté de tympans en moellons assi sés, revétu des culées en « opus incertum J> ; mais il y faut de gros moellons et de g ros bossages.

121. '122. -

L a ngog ne a u Pu y 1905-12, a rches ele 16m, I-I' max ima 49m_ M orez- S'-Cla uel e 1908-12, arches ele 20m, I-I' max ima 40m50. On n'en imiLera pas les év idemenLs.

.

Art. 4 . -

Culées


TITRE II

DISPOSITIONS SPÉCIALES AUX VIADUCS EN COURBE

CHAPITRE I

VOUTES EN BERCEAU § 1. -

TRACÉ DES TYMPANS

TYMPANS A FACETTES

CHA.QUE FACETTE PLANE ET PARALLELE A LA CORDE DU TRACÉ SUR LA PORTÉE DES ARCHES, OU SUR LA LARGEUR DES PILES

Menons deux ares concentriques a11 tracé,

a 2l

de part et d'autre (f.) . Les polygones

A, C, E, G, inscriL dans l'arc concave, A, C, E, G, énveloppan l l'arc convexe, sont des

:,,. ---_r.. ---

horizonLales des deux tympans.

- - - _..[' - - - ~

C2:

La secLion des piles aux naissances est un trapc1ze ; sa largeur esL : sur l'axe, e,, et tres approximativement : sur la face concave e, - l sin ,¡, s ur la face convexe l sin ,¡,

I

¡ ~/

/

e.+

~--*- .

1

/

La différence d'épaisseur des deux faces est 2 l sin ,¡,.

/

La voute est en berceau sur le rectangle C, E, C, E,. Les bandeaux sont plans. La largeur des voutes entre léles est augmentée de la fleche ~ ~

r2

J -- 2R - ·

Les tympans présentent une suite de facelLes d'aspect peu agréabl e quand, - ce qui est le cas généra l, - ell es ne sont pas dissimulées par des contreforts. En exécution, on arrondit les angles. On peut a ussi tracer les faces des piles suivant deux ares de cercle de centre P (f.) 1 Malgré ses défauts, c'est ce sysleme qm a été le plus employé.

1. -

Viaduc de Morez (Ligne de Morez

a Sa inl-Cla ude), 1909.

2r = 20•,

e,= 4m624, R = 250m.


87

TYMPAN CONVEXE EN COURBE

§ 2. -·- Tl MPAN CONVEXE EN COURBE A VEC UN FRUI T SUFFI SANT POUR QUE LA CLEF NE SOIT PASEN PORTE- A - FAUX PAR RAPPORT A UN AUTRE POI NT DE L'I NTRADOS

Si le lympan convexe éla it dressé suivant un cylindre ayant comme rayon R

I

-·1'

·í'·¡,

:'2

-

1

·· - .._ 4.re- . --~· 1 ]"

r

1

°7F' ·s l

A

(f3 ) , le

bandeau serail toul enlier en porle- a--faux par rapport a la corde AA'. Le porle-a-faux est maximum a l a clef ; il y est : r2 r2 f' = 2 R l ou , a tres peu pres : R 2

I

'$.

+~

A rt . 1. - N écessité d e ce frui t .

+

Pour le rédu ire, on donne du fruit au tympan, fru'il qui, d'ailleurs, resiste au renversement des murs de tete sous l'aclion de la force centrifuge.

A

Cherchons le fruit minimum a adopter pour que, a l'intrados du band ea u convexe, la clef ne soit pas en porte- a-faux par rapport a un aulre poinl. J'omn1elducone du(ympan convexe

Dé.·.

r:~:-·· . ._

Soit O, (f,), le centre de la courbe du tracé.

i.

1 _A, r-;n · •. 1,. ...

Dans le plan horizontal de O,,

1

tragons !'. are ABC de rayon R \:

i

/(entre de la courbe : dera_y,on R

•.

'2'.

:'¡, i ,, Axe 1du trac{fil~-df-::: '.: .' f-i'n - · - +---· B ·- ·

A. /

Y,,, /

I ,:-:i m an con. exe Tracesurx,O,Y,dut.J P ~ . ;\ 1 !

,,

1,1

~----l

1

''. ; 1

Ir :

!

:

1

I? l

... .........2'°_

j -/

C

.,yon P. z 1arcder

/

1

tion dont l'axe es t la ver ticale du cen tre O,, et dont les gén6ratrices ont le fruit cp •

<

. ""'-\'•!' ~

~

-;

Ses éq ualions sont(axesO x , Oy, Oz, plan des naissances a:Oy, f.) : cóne du lympan

·- ·-·- ·- ·- · ~-

cylindre ele douelle

f;i;: /

<P.k

x

<: ---- ..... .;.

: }J-º -·-·-·-·-·- ·-·-·-·-·-

,.,¡.

·..

--)- ~ -

( '

"i

/

Définition .

convexe suivant un cóne de révolu-

·..

L ··...

·.. R ·.

. . : ~ ,,~e-:.:__- -·-·~;1~1r;-~---

/

A. -

dressons le parement du tympan

,.. '

+: ,

Art . 2 . Surface conique du tympan conv exe.

O, O, 0 3 O y plan ver lica l de la généralrice de clef. x , O, y, plan borizonlal du dessous du raíl. x O y plan hori zo ntal des naissances. S dessous de ~a clef a la tete.

B. - lnte1·s ection de la swface conique du tympan convexe avec l a douelle ele la voute.


8

V IADU CS E ' CO U HBE

C. - Projection ele e e ti e intersection sur le p lan vertical ele la génératrice ele ele/ ( r., f 0

El iminon s :x:2

hy pcrbo le a axe verlical el horizontal. Son inclinaison sur la ver tical e est :

!

).

z -'I' [

a u somm el S

R+y

y =- + tph

~= r

2

7'

Tang . ¡,.=-

R+ +tp(h+1·-z)J

= --------------

Tan o· ,!, º, l

l

soi t, en nég ligca n l

o/

~

+'I' h devant R,

R+ 2 + 7 h y=

z= O

au x nai ssan ccs

l

2

r

- -<¡-

R

( flech e el u tra-cé ,.~ ) + (1·+h)'!' - f' s ur la corde 2r = R 2

l

R+ ~ +(r+h) 'l' Tan oo-

l ~

,!," = - m . ,

(r + h) rp R+-+ 2

soi l p ra li qt 'l' • fruil de la généralrice elu tympa n .

f'

Si l'in traelos esl une elli pse de porlée 2a, de mon tée b, on lrouve: Tang

ª2 (rayon el e courbure a la clef) +. =---¡; Ta no·,1 o ••

'i c'c tu n are de rayo n r, Art . 3 . - Condition pour qu'il n'y ait p as d e por te-a-faux

'l'

r

= -R -m,

Pou r qu'il n 'y ail pas de porle-a-fau x, il s uffit que la tangen te a la clef soi l verli cale, c'est-a-dire qu e la clef soit le somme t de l'h yperbole, laq uell e sera ain si tout entiere d'un mf\ me có-lé par ra pport a cette tangente vertica le (f,.) .

A . - La coupe en travers du ty ,npan est une droite de f ruit rp . It J aut : T'

(r ra ·on de l'in lrado s' il est en plein cintre ou en are, rayon de courbure au sommet s'il est en elli pse) .

rp ~ R

:'1--<f. ,'

:

' , ~ _,:' _ _ _' __ Na,ssaf}_ce§-~,,

N

N

R

- --- --~- · - ·· - · 1

1

o)~ ~

s·~

/

p¡,¡/Jj, ~ --- -- - - - ~ ,, : : ' 1

'

-- - --

~'ij ~ c..,

.~

/ l _~1- ____ _-:~_____ r l~

' .......... . : ,' :~ --- - Q'!_- _K ~_:_-- - _-_--_-=_ ~ =- =v

o. - , : 2

' '

~

~

-~ - ~.~, Axe aü cyl111rli;- O 1

ele clt>tfelle

2 . - En construisan t l'in te rsection , on re trouve cette regle . Soien t: O O, )'axe d u cylind re de d ouell e, O O , celui du céine du tympa n (f,) . Un e sph Cre de centre O coupe le cO ne sui vant deu x c ircon fé re nces PP', QQ', la douell e sui vant MM' : J et K son t de ux points de l 'in tersection. Abaissons d e O la perpen dic ul a ire O T . L a sphere de rayon O T coupe le cóne sui vant la circonférence TT' (les deux ci rconfé rences PP', QQ' sont réd ui tes a une), la douell e sui vant M, M' 1 • Ces deux lig nes se cou pent e n t. M , M ', est la ta ngen te verticale ii la projecti on de l' intersec ti on, laque ll e projection es t tout en tiCre asa gauche . Ce qui es t a u- dessus du poin t t est en porte-3. - faux . L e point t doit done e tre au somme t

S ou p lus ha u t:

¡>

>---r___ l

R+ i+¡,h

>R T

, pra tique me nt


89

TYMPAN CONV EXE E N COU RB E

~-

---~

~:': /!-.· :

~:': <:,' '

'§!-----:: :

·"'-' ·,'

~/

'

'-<:' /

-

.

:

-

:

' :r :· -: -- - --

'

Ná11:SsanceS1 ¡

On s'es t quelquefois borné a supprimer le r.orte-a-faux de la clef, non sur tout autre point, mais seulement sur les naissances (f.).

:

11 suffit alors d' un fruit qui place la clef sur la verticale des naissances :

cp X r (montée) ---

i . -:

.

----

' '

. (fleche)

.-..:::.¡ '

,--___ __.:; icenératrice_d~_,~a_i~~i!!'_c:f_ : ,/:'

C'est la moitié du fruit précéclent ; mais la clef esl en porte-a-faux par rapport aux reins.

,, :'

:--..__

'I';

r2

:> 2 R

'-- R

"---

''

''

'--

'--

: ! f-~-,c-ri -

',_

Le tympan est une surface de révolution a yant pour a xe la verticale du centre du tracé et pour méridienne, dans le plan vertical passant par l'axe de la voute, la parabole S N (f.).

'-- _-:,,,¡ ,/

: :2 R '·

/

.. /

/ /

r-:

Soit cp, l'inclinaison sur la vertical e de la tangente a cette parabole au nivea·u du sommet de la voute S,

/ /

~-- .... ''_'_ '

' Génératrice-iles-,iat'"ssañée.i

B. - L a coupe en travers du tympan convexe est une p arabole. - S oit <p, son J ruit au niveau clu som.met ele la voúte . Il J aut : r

>R

cp,

Pratiquement, SN,, proj ecLion de la courbe de tele, est en S, verLicale pour cp, =

f . 8

;

en N,, ·parallele a la parabole en N. La table T, (Appendice 3• partie) donne cp pour 2r (portée) de 4 00 a 60rn, et R (rayon du ~racé) de 150"' a

;r

800"' .

Le fruit de 60 0000 est un peu fort : on l'acceptera plutót que de briser les tympans. Mais, en dépit de quelques N N , ' exemples contraires, on ne le dépassera pas; un fru it plus g rand est disgracieux ; de plus il oblige a donn er au moins le méme fruit initial aux piles, et ainsi augmente inutilement leur cube.

-4- __

~ - : _ ; _ __ Na,ssaoceJ _ _

R

On dressera le tympan convexe suivant une surface de révolution aya nt pour axe la verticale du centre du tracé et pour méridi enne : r cp 60mm soit une droite de fruit cp te! que : R

Art. 4 . - Tracé du tympan convexe suivant le rapr port R.

A. -

B.

r

Ta ble deR .

r

R < 6Qmm.

< <

soit une parabole dont la tangente sous la plinthe ait ce méme fruit. On choisira d'apres les regles données p. 68 pour les viaducs en alig nement droit.

3. - C'es t ce qu'a fa it M . Ba rra nel , alor s Ingé ni eur e n chef, a u viaq uc el e R evig ny (a rches de 1~m, en courbe de 1QOm, Tra m way, el e L o ns-le-Sa ulni er a.S t- Cla ud e e t a Orgele t). T . VI. -

12.


90

c.

.!.'... R

>

VIADUCS EN COURBE

GQmm

·,

'·'

r"

•\

\

\

'

·,

1

1

\ , °¡

'

' •\\· 'i

\.

Í¡ I

i;¡ ~

1/.' ··/

'

_// /

.

/ , /

'

,'

', ')·.,

.\

-~. \'./, 1.. './' . '.I'.

/

I. ./

,,

.

/R /

_/

/

/

/)·

1 ' '·· '

,,.,,

i

\~-/v \j / / \ ·_/

/ I

,. ·/ /

.

¡,

/

I .

·· 1 Jo ~; au •trace'., .1• Cetitre 1 .' 1 1

,

I

./ /

/

/

':-. I -,

·,

i

/

/

. ' ··i . \

\_ 1 I

1

.

I

i

/

/ . ·/

/ . ·/

/ . ¡. ·/

·¡

1

I

i

1

ii

\

\

\.

,,

'

\

\

.

§ 3. -

' . \ .\

' ..' .\,.\ . . ,\

EN COURBE

·,~o'1

i_j¡

3

1¡;

io~ Ce11u·e de la courbe du t,racé

l

R-½ 2 X 0,r- - ·-·- ·- ·- ·- ·- ·- ·- ·- ·- - · ·- ·- ·- · -,,.-·- - ·-' -

~,J/

l.

,/

fH

1

1

/tymp;;n conca

1 1

·

,,.

t _/ :

¿¡i

ve de rav·

0 f1

,

.. d era ce- ··,.. A~f. .. -~!- --- ··

~

J.

~

i. , ! // ¡ i

03~ · - :

- ·,

! t : h 1 i --~

• ✓-

:j/

/

On pourrait le dresse r s uivant un cylindre verti ca l ayant comme . pas rayon R - l : 1·1 n ' y aurmt

2

1

~o

TYMPAN CONGA VE

·,,

iii

clo'

4

On raccord e sur la Iargeur de la pile les courbes de rayon R' de deux voutes voisines (meme ra yon R', mais centres différen ts) par un are de ra yon r", de centre O" (f,) . C'es l d'un meilleur aspect que les tympans a faceltes (p . 86), el moins cher du volume indiqu é par des haG.hures croisées.

/

/

,

r R' = q>' = '6Qmm

¡ '

. ,.

1

1 \ ' · 1;·

'

_/ /

/

;il

R \ R' ',R' / f\' '-.

,2

Q::!

1' \

/

Jo"

io' e

1\\

''

/

~j

~-¡

t ,,o"1 11} .,,

'R

/ / ·1

-~í

1

1

/~

/

/

' ·

/ . /

l ·,

/

1

\

''

r" /

1

· ,.

Pour rayon en plan du tympan convexe , sur la portée de chaque voule, on prend. non plus le rayon R du tracé, mais le rayon plus grand R', lel que: ·

de porte-a-faux; mais il convient pour l'aspect qu'il ·y ait un peu de fruil. On le profilera comme il l'eut été en alignement; on en pourra réduire un peu le fruit.

Si en alig nement ·c ;eút été un plan de fruit on le dressera sui vant un con e (f, 0 ) de ce fruit .

cp'.

i/ ,

Son équation es t (axes O'x , O'y, O' z -xO'y, pla n des naissances) : 1

1 \,

1

x 2 + (R - y)2 = [ R -

,

r 1· .'

/

/

. 'i / O,!._ - ·- - ·-

·- ·- - -- X

~ _: rp' (h ±. r

-

z)J

ce'ne de la douell e x 2 + ;;2 = ,.2 celle de la proj ection de leur inlersecLion sur y O' z :

z2 -( R -yJ2+ [R -~-¡:;'(h+r- z)J - r·2 4. -

Table T , .

= Ü


TYMPAN CONCAVE EN COURBE

·: .f.. Coupe : . ,p ar yO' ;:;

Cette hyperbole es t in clinée sur la verlicale de :

Rail ~-------

!h

. z +~ R - f -11'(h+ 1•- ;:;) ~r' Tang ,¡/ = - - - - - = - - - - - - R- y

de f, 0

au sommet S

R

91

z

=

r

y

=

Tan o o- ,,1,' = o.' ,'+----,--rl ] s [ R11'h

:

l

2

+h

¡,'

prati c¡t

o' T

+ - Rr

2

- · · -.. - .. _ .. _ .. __ v _ _

:: rn'

tlcl

au x naissances Tang ,¡,; = 11'

·

y

z = O

l 2 +

=

(r

+ h ) ?'

CHAPITRE II A

VOUTES 'NON EN BERCEAU A VEC GÉNÉRATRICES DES NAISSANCES CONVERGEANT AU CE 1TRE DE LA COURBE DU TRACÉ Cette différence (f,) E 2 G, - E, G, est 2l sin,¡,, _ soit, .

a peu de chose

e, est tres généra lement 0,20 (2r).

·

pres :· ( 1

21· (ou 2a)) e. l

+.----

R-

~

·

6el/ :ell e peut étrete~le qu.e les pil es soient a une té te ~rop

La différence d'épa1sseur est

On atténu e ce défaut en fa-i sant converger E 2 E,, G 2 G, sur la verticale du centre du tra cé (f,.) . La su rfa ce a couvrir par la vou te est le trapeze C, C2 E 2 E, (a u lieu du ' r ectangle C, C2 E. E, de f.). La différence d'épaisscur

E 2 G2

-

moindre

//

\

' j , '

\

',

~

~

,'

~

Cf., _ - __ g:: '¿- . .

,'

,'

' I

I

,

I

I '

\

',

1

\ \

I,

\

r

'

Centre du lrJ¡

' ,

I I

I

,

~t

5

¡/,

soit 6 fois

On peut 1resser l'introdos suivant un cón e ayant son somm e t (f,., f 13 ) au point O oü la verlica le du centre du tracé perce le plan des naissances, pour axe l'horizontale R. ·

Cl"

'

E, G, est

Si le fruit

?

a

du tympan convexe e t R, la

génératr ice s~périeure du cóne d'intrados OS est perpendiculaire a la gén ératrice du cern e du tympan S T (f, 3 ) . Soie nt 2a_= 2r = 20•, e2 = 4·, R = 300•, La diffé rence entre les épa isse urs aux 2 tetes d'un e pi le aux naissances est 0m642 pour la vou le en· bercea u, 0mJ07 pour l'autre. 5. -

l = 8·.

Art, 1 . - Avec les voütes en berceau, il peut y avoir une différence exagérée · entre les lar-: geurs d'une pile a chaque tete.

Art. 2. - Douelle en eón.e.


92

VIADUCS .EN COURBE

On trouve pour l'équation (axes O'x, O'y, O' z): de la surface du tympa0 convexe:

de la douelle:

o --.. -- :·tf)

Centre du

trae.e

~

__ _ _11

-

de la projection de leur intcrsecLion sur le plan yO' z

(R+y) 2 ( 1+ ;:

)= z + [ R+{+ ca+ h- z)¡,T 2

L'in clinai so n de ceUe h~1perbole sur la verticale es t : z (1+ r> 2)-( R+

+)

r>-(a+h)r>

2

Tang .¡, (R +y) ( 1 +

et .

au sommel S

.

;: ) l a h--2 R l Y =-+tD---2 ' a

h-_!:__ .::._]

l

2' R

z =R R+2+ ?

[

a

1+ ¡, R

1+,, R

. l l a º . N ég l 1geon.· ,> - e t r'-, pu1 s r' i e evant R

R

+-l 2

2

Tan o- ,1, = - - R º ,• a2 +R2Pa s de porte-a-faux pour ,>)',

a)

rp--

R

a R, méme r égle que pour les voutes en berceau.

aux na issances

z

=O

Négli geo ns les termes en

y=

[R + .!:_2 +

(ci+ h)rp]

R -R

JR2+a2

?2

'f ang .¡," = - r'

Art. 3. _ Douelle en conoi:de .

(

.

R-=~ ----=

J R2+ a2

On peut aussi dresser l'intrado~ suivant un cono'ide a gén ératrices horizontales a yant pour directrices (f,J : la ve rljcul e d u centre d u tracé; le cercle de ra ye n a siLu ~ dans le plan vertical LangenL !'axe du tracé au mili eu de l' ouve rture de la voó.te el ayant so n centre ·a u point O', dans le plan des nais-

a

sa¡1ces.

1 / !'........ : .......

o i.,.1:--centre du tracé


VOÚTES NO

93

EN BERCEAU

On trouve pour l'équation (axes O' x, O' y, O' .:r):

(R+y)2 (a 2 - z2 ) = R 2 x 2

du ,cono1de

de la s urfa ce du tympan convexe (comme

a l°art.

2 ci-dess us)

x 2+(R+y)2= [R+

!

2

+ (a +h- z) ?J

de la projection de leur in te rsection sur le plan y O' .:r

(R+y)2 [1+ ª2 R2z]=[R+

!

+ (a: +h- .:r) ?T

L'inclinaison de cette courbe sur la verti cale est:

H'[R+ Tang ,¡, =+

!

+(a+h)p] 2 ] R +a2 • [ -,, R+f+ (a+ h) ? z (R2+ a2--:-z2y,

ou, négligeant (a +h) í' devant R +

z varie de O

a a.

l

2,

Pour que Tang ,¡, ne change pa de sign e entre ces 2 limites, il faut:

a< í'

l R+2 11>a--R2+a2

R2 + a2 l

R+2

R2+ a2 [

au somm et

:; = a

Tan g 'f• = ~

aux naissances

.:r=o

R - 7' Tang ,:,. = - -

JR2+a2

R +}

a R2 + a2

,]

(comme pour la douelle conique) l

R+2 Pa s de chan gement de sig ne pour ¡,>a - - - , soit pratiquement R2+a2 .

> -Ra

Les courbes de téle d'amont et d'aval ont des longu eurs peu différentes, sauf pour les tres grandes ·o uvertures. Il n 'y aura pas a prévoir d'appareil spécial : les moellons de douelle auront tous la m éme épaisseur: on fera ,converger les ass1ses en variant, d'ailleurs de tres peu , l' épai sseur des joints 6 •

6. - Pour une vo uLe de 25m, en courbe c1ei250m, avec 195 as.s ises de Qm20 env iran d'épaisseur, l'épa is·se ur des j oints ne devrait varier, d'une t ete a l'autre, que de 4mm.

Art. 4. - Sujétions d'exécution.


94

VIADUCS EN COURBE

Toutes les formes du cintre seront taillées comme la ferme de la tete concave qui est la plus pelite; on augmen tera , a la demande, leur développement en clouant des fourrures su-r les vaux. Il ri'esl pas plus difficile d'exéculer une voule encone ou en conoi"de qu'en berceau: Le cone el le cono'ide differenl tres peu, surlout pour les viaducs Art. 5. - Fruit des piles .

a une voie.

On adoplera des fruits droits constants ou des fruits paraboliques, .d'apres la haule~r t()tal ~ de l'ouvrage, comme il est spécifié p. 64. Du coté convexe, comme le fruit des pi les doit étre au m•oins égal a celui des tympans, il sera généralemen t plus grand qu'en alig nement"droit: c'es t d'ailleurs justifié po~r rési!5ter· a la force centrifuge. Du coté concave, OI\ pourra le réduire un peu. Il n' est pas indispensable d'avoir les mémes fruits sur les deux éléva lions. Sans doute, on peut voir en méme te_mps deux aréles amont et aval d'une pile; c'est un tres -léger inconvénient cl'aspect pour les viaducs a une voie ; mais de tres beaux ouvrages sont ainsi.

Art. 6. _ Le viaduc est en courbes de rayons di:fférents, ou en raccordement parabolique.

On adoptera pour les tympans, tout le long du viaduc, le méme fruit, celui qui ,correspond au plus pe lit rayon. •

'

~

,

'j

CHAPITRE III

POSITION DES GARDE-CORPS Art. 1. - Tracé des garde- corps.

Que! que soit le tracé des tympans (polygonaux ou · cour,bes), les .g 9rde-~orps seront toujours posés verlicaux; sauf dans le raccordement parabolique colé concave, ils seront paralleles a l'axe du tracé.

Art. 2. _ Surécarte-

En alignement droit , il y a Qm655 entre le gabarit et la face inlérieure du garde-corps (f..). Sur une voie en dévers D, le gabarit s'incline du coté D ou , a tres ·peu pres = 2/ 3 D. concave de tanga= m 1 51 L'espace lib re au nivea u du sommet du garde-corps, 2 a h au-dessus du rail bas est- réduit de: m , hD . 3 Les garde-corps ont, au plus, 1m de _hauteur: le dessus

ment du cóté concave.

de la plinth:e esta QmiQ en contrébas du rail_voi sin ;' h=Ü'"9Ü 3D 2x 0m90x D D'ou : 1n = 3 5

1 1

Le garde-corps sera done écarté du colé concave de 3/ 5 D ou, comme D -<; 0m16, au

'

plus de 0"'096. '

¡ j

'

Art. 3 . - Parties en courbes de rayons di:fférents ou en raccordement parabolique .

!

a !'axe de la voie sera : 2m255 + D. En alignement comme en courbe, la di stance du garde-corps a !.a face vertical~ vue. c;le

En tous poinls, la distance du garde-corps

plinthe est constante.

la


CHAPITRE IV

95

PLINTHES La plin the du co té concave sera, comme en alignement, a 0m10 en contre-bas du rail voisin, soit a 0m40 au- dessus de la ·plate-forme ; la plinthe du coté convexe sera a 0m40+D audessus de la plate-forme.

A . - Regle commune aux deux tetes. Les deux pli nth es seront posées en courbe, sans brisures. B. -

Coté concave. -

Pour suivre le ga rde-corps, la plinthe sera déplacée vers le

~D

centre de la courbe et son po rte-a-fa ux augmenté de

(p. 91~)- On augmentera sa queue

;)

pour qu' elle reste slable, mais non la distance du tympan a l'axe. S upposons les tympans plans ·s ur chaque arche et su r chaqu e pile (tympans IF

s: s:'•·+----IK ·'S, ------ ·---~--. ____ B-~---

~7

\

~!C -- :··-- ---. l -~ 1 ·r ·.ce'· "'~------- --;-- ---- --.1

tra___ .. - ~... --- .. __,

d

::x' ----

-- \\

Soien t (f,,) : S la saillie en alignement droit,

G

• - -.,. -1.'. - --

__

'

,._,r:.:·~---·-···il -----i~-'.--~-/-,.

~Y-!.

~

,,,,.,

1

.---- ·· + --- -.. ¡.___

.....-··\. l

1

1

'.2

,

/

CF 1 ; S, la saillie minima a admettre, BG (0m20) ; m la surlargeur dile au dévers, 3D

---.,,~

I

1

-' -,

t?·-._

,

·-·t- . __B

,'e~: ~,¡,/

......

.,._.,.'l.,/

'

5 ' ,

rz R la fl eche du tracé sur 2 la portée 2 r. Le rayon de la plinthe sera: l . R - 2 - S- m., Sl

·x:1<· iI ..,, ... · ·•-t:- -- -.!_ GJ· ~i if' ' ---- / -- - ~¡i -~1¡~Ri '

S,:;

' ·,

\ \ \

\

·C'

:

1

:

\ \. \

1

/ :

:

\

\

. 1

¡

1

/ =

,

f

f

i ¡

\

/

_/

I

/

s+m>J+s.

/

(ou f <; s = s, :..1--m).

/

I

Si / > S-S,+m, on prend C'F' =S, K'H'=S+m. On conslruit 2 ares de cercle F' G', G' H' tangents entre eux, l'un passant par F' et ayant son centre sur O K, l'autre passant par H' el ayant son centre sur OH.

,_,_/

: //_ 1°2 \ : ii \ i 1/ i c}j/: i 11

\

Centre ltJ trace' I• /

¡/i

, ¡:,

ia, 1

C. -

a faceLtes p. 86)

Coté convexe. -Le rayon de la plinthe sera R+

~

+s, si S>J+ S, ou / -<; S-S 1 •

Si / > S -S,, on prend CK= S-S,; au mi lieu de BK, on éleve la perpendicu laire EO,. De O, comme centre, avec le rayon O,K+s,, on décrit !'axe J!G. D e 0 2 (rencontre de O, G avec l'axe de la pi le) comme centre, on décrit l'arc G H ¡tangenL en G a GF. 7. -

P . 5t •

Art. 1. (f ,.).

Niveau.

Art. 2. plan .

Tracé en


TITRE 111

DISPOSITIONS SPÉCIALES AUX VIADUCS EN RAMPE § 1. -

Art . 1. - J or systéme. Chaque vo'O.te est décrite avec un rayon uniq ue, comme en palier : les naissances, de partetd'autre d'une pile, sont a des niv e a u x différents (f,.) .

INTRADOS

Les centres sont sur une parallele aux rails en rampe i. Au-dessus de l'horizontale BC de la naissance C de la voute la plus basse, on prend un élément droit: IB= 0 K = (2a+e.) i. 2

Ce petit élément ne se voit pas, si on ne met pas de cardan aux naissances, et, pour l'aspect, il convient précisément de n'en point mettre. A !'origine des chemins de fer, c'était le seul systeme appliqué, - c'est toujours le meilleur, - sauf sous tres forte rampe.

.a

a

J' admets, - un peu arbitrairement, qu'on en limite l'application a 30mm.

f?.am e i

Art. 2 . - 2" systéme. Les deux moitiés d'une vo'O.te sont décrites avec un rayon différent: les naissances, de part et d'autre d'une pile, sont au mame niveau (f, 0 ) . 8

'

R·R

·-. .

·,

o·L...R.' ,_O- -.

R

. -._

.

--·--·102-·J RI __

~ R'

_\fla_m.p11.l - - - - -R- - -.

......··'· "'1,,.~..J ---- ·

·R'

éz

1

.

) R+R' =2a ( R-R' = (2a+e.) i

:

. . -· ·'"''f'·~·--...

R=a + i (a+ ; • )

2)

R'=a-i (a+ e

u

~- - __- ~-2~~ -+_e.i_=_~+-~':.~=L : __ - ...\

Le sommet de la voute n'est pas au milieu, - les deux 1/ 2 voútes et leurs cintres ne sont pas symétriques, - on ne peut pas reLourner les fermes des cintres.

8. -

V , p. 81.

9. -

E xe mple: Viaduc de la Cru eize (Lig ne ele Marv ejols á N eussa rg ues) : 2a = 25 m

e,~ 5m2O R = 12m9J5

i = QmO2í5 R' = 'J 2m085

(a + e; ) i = om 4¡5 R-R' = Om83O.


97

VIADUCS EN RAMPE

Il y a done un peu plus de sujétion dans la taille, l'assemblage et le « remploi » des cintres. Il a été et est encore fort employé . 10 ,

§ 2. -

11

TYMPANS ET CULÉES EN 1VIOELLONS ASSISÉS

Dans les viaducs en rampe, les assises des tympans, si elles sont horizontales, rencontrent le dessous de la plinthe sous un angle tres aigu. Souvent, on s'est borné a recouper les becs de fhlte par les moellons de l'assise inférieure (f, 0

).

Mais il vaut mieux, incliner progressivement les assises a partir des naissances, de telle so rle que l'assise sous la plinthe ait la méme pente 12 •

a Brive par P o mp adour, - de S éverac a Neussarg ues .... de fe r a c ré ma illere, funi c ul a ire), on peut prenclre p o ur l'in-

10. -

Gra nds viaducs des lig nes de Limoges

1'1. - Si la rampe est tres fo rte (chemin lraclos un e ellipse a ya nt co mme di a melres co njug ués la lig ne des na issa nces et un e ve rticale ( f.. ) (Tom e V, p . 82) ; s o n équati on es t:

,y·

.·s~_M"'"""="x.;y;J__ ___

f

/ . _1--Y·

J..?·

a' 2

b'2

_ ----- T

6'

21

~

y' " x'2 --+-=1

----

B

o .

MT, lang en M (xo' -

yo')

¡

OT = ~ x 0'

b" OS=!/ o'

A 12. -

Viacluc de Pompaclour (Brive-Limog es) 1873-75.

T, VI. -· 13..


TITRE IV

VIADUC

A

UN

GRAND

NOMBRE

D'ARCHES

NOMBRE DE CINTRES 1 ,

EXECUTION

~

DES

VOUTES « EN

CASCADE ))

Pour tracer ces quelques schémas d'ex écution, on a dú faire force hypotheses: ce ne sont que de simples indications.

Art. 1. -

cintres.

A vec 5

Avant de commencer la volite V,, on «leve>> les cintres de V,, V,, V", (f,), - ¡mis, a ternps, ceux de V, et V •. J'admets qu'il faille le méme lemps pour exéculer: la retombée R (f,) entre 60° et 80°, le 1e• rouleau, le 2•.

~l:i;- -·-e

,,

1 ->'

, -',,q - -~. 'b\J,.,.

,,

/

·--.. ____ )~>::_-J _________ __ ____ __ Il y a trois équipes de magons, M,, M,, M,. Dans le méme temps, M, fait le 2° rou leau de la voule n (par ex. V,), M, le 1°• de la voute n+1 (V,), M, la relombee comrnune aux d'eux voutes n+2 , n+3 (V,, V,). Le jour du décinlrement de la voule n (par ex. V,) , le 2• roul eau de IR voule n+1 (V,) et le 1°,. de .n+2 (VJ sont en cours: la relombée deV,i+ 2 et Vn+S (V,, V,) est achevée, cell e de Vn+S' V n+ 4 (V,, V.) en cours. Soit te le 1.ernps nécessaire pour « déposer » et « leve r » un cintre .

te a pres le décintrement de la voute n (V.) , son cintre est prét pour V 11 + 5 (V,) : le 2• rouleau de Vn+l (V,) et le 1°• de V 11 + 2 (VJ sonl clavés : les retombées de Vn+ 2,Vn+S (V, , V.) et V n+S , Vn+4 (V. , V 0 ) achevées.

'l. -

v.

p. 156, 157.


EXÉCUTION DES VOÚTES EN CASCADE

JourJ

99

"

o 10 20 30 40

On a essayé (f,) de représenter l'exéculion en «cascade )) de douze voütes 2 • 3 • 4 en supposant:

50 60

1° qu' on décinlre une voüte 20 jours apres l'avoir clavée;

70 80 i--+---->i<----'-'-f-'-C•~

90

2° que te= 10 jours .

100 11 O

120 130 140

150 160 17 0

180

190

Ordre et duree d'execution

200 2 10

220 230 240

250 f - - - - - - - - - - -- ---_,._._-~---¡.>,------1""'"-

--'--"<-~-

Jovrs - - , 25 O 26 0 27 0

280 290

2. - Vi a du c de Barajo], lig ne de Bort a Neussarg ues, '12 vo u tes de 20m (1903-05). A partir de la cul ée Neu ssarg ues, on a monté 5 cintres A, B, C, D, E . On fit s ur A les voutes 1, 6, •JO - sur B, 2, 7, 1'1 s ur C, 3, 8, 12 - s ur D, 4, 9 - sur E, la vo ute 5 se ulement. Temp s sur cintre : 12 · jours pour 4 voútes, 13 p our 1, 14 pour 2, el e 15 a 23 pour les aulres.

~---_,.,_,-~.'---~--;....--; 300

3. - Vi a du c d'Arquejol s, Lig ne de L a ngog ne a ú Pu y, 'l'1 voútes de 15m ('1906-07) .

31 0 32 O

33 0 340

--"'-c----"k::--~i-----; 350 3€ 0 --"'-c---i---,' 370 380 ,390

4. - Au vi a du c de Mu ssy (P ar ay-l e-M oni al a Gi vor s - 1892-95), les ·J8 voúles de 25m onL é lé fa ites sur 5 cintres, mais a pl ein e ép a isse u1· (f,).

Quancl on clécinLra it une voúLe V,, (Vi), V,,+J (V,) éta it clavée - les ma,;on neries élaie nt élevées :

+

pour V 11 2 (V,), pour V,,+ 3 (V J, po ur V,,+ 4 (V.),

a 20° de la clef, de chaque co té; a 60° de la cle f, de cha qu e có té; a 60° de la clef, rn a is a ga uche se ulement.


100 Art. 2 . cintres .

Avec 4

VIAD UCS

On est moins a l'aise. II faut accepter quelque inconvénient. On peut choisir deux ordres d'exécution :

A.

On accepte de faire en deux fois le massif de retombée commun

a deux voutes

(f.).

5

L'ordre d'exécution est le suivant: Voute nº n

Etat d'avancement simullané de 4 voules se suivant : 1•r rouleau clavé Retombées monLées 60° de la clef

ª

décintrée 2° rouleau clavé

2° rouleau clavé 1•r rouleau cla:vé R etombées montées 60° de la clef

))

ª

R etombées montées 60° de la clef.

))

))

i •r rouleau clavé

ª

B. -

Ou bien on accepte de claver une voute n avant d'avoir constr uit le 1•r roU:leau de la voute n + 1 (f.)º.

Art. 3 . _ cintres .

Avec 3

Art. 4. cintres .

Avec 6

II faut accepter a la foi s ces deux inconvénients: de faire en deux parties la retombée commune a deux vou tes, de claver une voute n avant d'avoir construit le 1•r rouleau de n+1 (f,) 7 •

On emploie six cintres, 8 et plus, 9 quand on veut aller vite.

5. -

Viad uc ele la Gasca ri e - Lig ne ele Ca r ma u x a Rodez, '12 vou tes ele 20m (1894-97); V iael uc el u Pló - Lig ne el'Espali on a Bertholene, 7 voú tes ele t7m (1903-04); V iael uc de l'Oued Beja (Tunis ie), 4 cin tres po u r 12 voutes ele 21m (1908-10).

6. -

Viadu c de Morez - Lig ne de Mo r ez

a Sa in t-Cl aude, 9 voutes

de 20m (1909-1 2).

7. -

Viaduc ele la Bargeasse -

8. -

Viael uc el e Sa i nt-Fl oren l - L igne cl'Isso uel un a Sa in t-F lorent, 14 vo utes el e 30m (1889-92); V iad uc ele l'Auzon - Lig ne el'Arge nlon a L a Chátre, 20· vo ul es el e 20m (1896-1900).

Ligne de L a ngog ne au P u y, 6 vo ules ele 'l 0 m ('1906).

9. -

V iacl uc de la Basse ra - L ig ne de N ice

a Co ni , 7 vot'.i les

d!I t 2m, 7 c inlres (19'13-'14).


TITRE V

CUSES E T

.

DEPENSES

CHAPITRE I

UNITÉS ADOPTÉES L

~- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - ' N, vea11 du ra,/

- - _. - - - - - - -.- - - - - --~

Soient: Se - la surface vue d'élévation entre le rail, les 1/ 4 de cóne et le lerrain 1 , 2 ;

p - la surface du plein en élévation; v -

Q

le cube de magonnerie

D

sa dépense.

Q : Se -

D : Se

1. -

3

-

celle du vide, p+v=Se;

a morlier du viaduc;

est le cube par mq d' élév ation (vides et pleins ensemble) ; esl la dépense par mq d'élévation.

Pour un e prem iere approximalion gross iere d'avanl-projet, on peut a<lmettre que 2 L H).

(c'est-a-dire plus grande que le tri angle 1/ 2 L H, plus pe lile que la parabole

s. est 0,6 L H

3

2. - Pour les ouvrages é tudi és aux T omes I a IV, - en gé néral o uvrages has, sous route ou sous rail, c'est-a-dire de la rge urs entre parapets tres variables, - on a r appo rté les quantités et dépenses: "1° a la surface offerte a la circul a tion Sp = L x (La rge ur enlre parapet ), - surface ulile ; 2° au volume W = Se x (Largeur enlre parapels), - volume « utile ». (Averlissement e n tete des Tomes I a IV). Pour les viaducs so us chemi n de fer, ou vrages hauts, de largeur entre parapets a peu pres fixe (4m50 p our une voie, 8m pour deux voies), il est plus pratique de rapporter a s. les qu a nti tés et dépenses. 3. - D: Se varie beaucoup suivant les lieux, les da tes, la difficulté des fondations . On a propasé pour D : Se : Viaducs a un e voie : 60' + 0,8 H ; Viaducs a deux voies: 80' + H. Ma is il y a de tres g rands écarls par rapport a ces moyen nes.


102

CHAPITRE II

CUBES ET DÉPENSES PAR UNITÉ VIADUCS A DEUX VOIES

§ 1. -

TABLEAU SYNOPTIQUE

HauLigne Date

Viaduc

Leur maxima

de:

Arches Lon-

,_

g ueur· Nombre

H

Portée

L --

m

Na nt es

ª

Bres t

54.00 41.60 38.10 31.35 29.00

357.00 222.00 357.00 156.60 206.00

Henn ehonL . . ... . ...... : . ...

27.37

222.00

Clii\Leauli11 ... ............. ..

24.20

1'17.00

J859 a 1866

Moy ennes .... . . .

m

7

m

i'\eus arg ues

ª

63.30 43.00 42.00 22.90 19.90

218.78 231.'10 238.34 86.76 129 .58

·r n,9 a 1 8

'fai on-Rougc ....... . ......

'15.30

~7 .74

Ch apchini 6s ................

'13.'17

5 t .25

lVIorvejol

~

12 9 15 7 10 5

22.00 '18.00 18.00 15.0() 15.00 22.00 10.00 12.00

V

e

Q

-pV

se

6 9 9 2 10 4 'l 4

D -s e

-QD

f

me

f

0.68 0.64 0.57 0.62 0.64

2.13 1.90 2.04 '1.54 1.74

3. 3. 3. 3. 3.

46 67 51 46 88

154.00 154.00 135.00 134.0U 152.00

44.00 42 .00 38.00 39.00 39.00

( 0.64

1.80

3. 63

197 .00

54 .00

0.6'1

1.58

3. 63

1'12 .00

31.00

0.63

1.70

3mc42

'143 .20

41 1.90

25.00 0.68 18.00 0.67 0.67 20.00 0.53 20.00 '10.00 0.6'1 8.0o ( 0.54 15.00 \ 0.58 8.00

2.'l5 2.05 2.00 1.H '1.54

3. 78 IL 33 3. 91 5. 84 3. 22

'176 .70 166. 70 173.00 224.90 136.20

46.70 38.50 4-4.20 38.50 4-2.30

'1.17

5. 45

213 .00

39.20

1.38

5. 02

170.80

34.10

4mco9

173 1.60

4-2 1.40

. . . . . . . . . . . . . . .. ... . . . . . . .

Crueizc ...... . . . .... . .... . .. énoual'd ........... . ... . ... ChanLepe1·clrix ..... . ........ Merdarie ............. . . . ... Lignon . . ............. .. .. . .

-s

m

m

l'Aulnc ... . ......... . ... .... Pon L-cl e-Bui s ............... Daoulas . ............... . . . . , Quimpe rl é .................. Aurny ........ . ........... ..

En élévation Prix Rapport mo en Par méLre carré d u vide v du m. c. ~ ~ a la surde au Cube de f'ace Dépense mac,on" plein c,o n" ma total e

m

Moyennes .... . . . . . . . . . . . . . . . . ...... . ......

0.66

1.93

me

1

f

f

- --

Ca hors

ª

Brive ·1 81 u 1 9

BoulcL. ..................... ouilla c ... .. . . ............. Sorbicr . ... . .. . . . . .. ........ Lamolh c .................... Plan chc-Torle . ..... . .... . .. Lign ~,1·oux ....... . .. . ....... i\Iarja u des ... .... ...... . .... P1°é i 0 ·nac . . ............ . . .. Calaman e .... . ......... . . . .. Sain L-Dcnis ................. L_amouroux . . ...............

m

m

37.00 32.47 28.30 25.90 23.00 21.75 21. 70 21.70 21.30 20.00 19.50

476.00 571. '13 113.72 313.95 'l8t.00 10 1.60 227.60 150.00 308.00 81.22 '118. 00

26 30 9 15 15 8 '14 12 25 7 9

m

'15.00 15.00 10.00 15.00 10.00 10.00 '10 .00 '10.00 '10.00 8.00 10.00

Moy ennes .... . . . . . . . .. . . . .... . . . . . . . . . .... m

Lim oge

ª

Bri ve par Uz erche J º6 il. 1892

Sa int- , e1·main-le, -B ellcs .... lt8. 38 Vige n . . .... . ............. . . 44.60 Pie rre-Buffi é re .............. 42 .00 la P éli s_sel'ic ................ 32.60 Limog ....... .. ........... 31.50 Clan ......... . .. .... .. ... . .. 25.'14 la Hozellc . . ................. 16.70

Moy ennes ....

m

300.00 210.00 211.00 1'14.00 423.40 168.80 73 .20

. . . .. . . .. . . . . . . .

'14 10 H 7 23 13 5

...... . ......

f

f

2.50 2.50 2.38 1.70 2.33 2.00 2.80 1.93 2.53 2.08 2.00

3. 52 3. 48 2. 80 4. 67 3. 71 4. 22 2. 94 3. 50 3. 95 7. 46 6. 01

H2.00 129.00 94.00 141.00 '127 .00 137.00 '109.00 '126.00 112.00 196 .00 175.00

40.00 37.10 33.60 30 .20 34.20 32.50 37.10 35.90 28.20 26 .30 29 .00

0.70

2.29

3mc33

'132 1.50

3r 1.60

0.60 0.66 0.67 0.65 0.69 0.65 0.58

1.53 1. 97 2.07 1.87 2.22 'l.87 1.39

4. 3. 3. 3. 2. 2. 4.

1. 88

3mc51

m

17.00 16 00 '15.00 12.00 15.00 10.00 10.00

me

0.71 0.71 0.70 . 0.63 0.70 0.67 0.74 0.66 0.72 0.68 0.67

0.66

- --

me

30 92 65 34 98 91 29

f

f

'109.70 lh.70 121. 80 105.80 100.10 102.60 126.30

26.50 29.30 33.30 31.60 33.70 35.20 29.40

1'10 1.30

30 1.50


§ 1. -

103

VIADUCS A DEUX VOIES (Suite)

TABLEAU SYNOPTIQUE

HauLigne Date

V iad uc

Lon-

teur

gu ur

maxima

de:

En él · valion - Prix Rapport Par mc tre carré mayen du vide v du m. c. de a la sur- au Cube de face Dépense maca n'' plein ma gan" Lo tale

-

Arches

·------

~

......___....--

NomPortée

bre

H

L -m

m

ArgenLeuil

ª

NJanles 1888

Sur le granel ravin ele La Frette. Ma u recourt . .. . ...... : ... . .. la Montcient . ............... S urle pelit ravin ele La Frette. Bas-Vals ...................

22.4-0 15.31 13.39 11.77 l'l.43

96.00 52.57 48.60 33.30 85.80

Triel . ........ .. . .. .........

8.63

72.15

u 1892

10.00 '11.00 11.50 7.00 20.00 5.10 8.00 9 .00

3

l

3 3 6 1 1

m

m

Baurges Casne

ª

'1889

a 1893

428.65 190.20 45.83 38.48

1.91 1.06 1.25 1. 05 0.88

3. 68 4 . 43 6.48 3. 87 4. 65

'132 .10 134: .50 299.10 112.60 226.30

35.90 30.4-0 46.10 31.20 48.70

0.50

1.01

6. 57

216. 70

33.00

178'.30

38'.50

e

lVloyenncs . . .. . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

e

---

1

1.28

---

4mc63

me

m

D Q

0.66 0.52 0.56 0.51 0.47

0.56

13.00 10.00 10.00 8.50

26 15 3 3

D -s

-pV

¡

Moy ennes .. . . . . . . . . . ......... . ... . . . . . . . . .

Saint-Salur . ............. . .. 27.80 Mé nétréol ............ . .. . . . 19.30 Tbauvenay ... . .. . . . ... . .... 15.26 Moultonneaux .... . ...... . .. 15.54

--º-s

-sV e

me

m

7 3

--------

0.66 0.65 0.61 0.62

1.98 1.82 '1.56 1. 60

0.66

1. 91

f

f

38 05 30 00

'117.50 119.50 24'1.70 152.20

4mc57

'123'.10

4. 4. 10. 7.

f

f

26.90 29.50 23.50 2L.70

- --

26'.90

---

á

Issa uclun Saint-Flarent 1889

m

m

Saint-Florent ..... . ....... . .

21.60

Mussy ......... . ........... . Villon ......................

59.76 31.50

la Boucle .................. .

29.00

524.46

30.00

'18 8 4 2 8 6 7 6

25.00 15.00 12 .00 20.00 12 .00 15.00 12.00 15.00 15.00

me

f

121. 00

f

39.70

O. 73

2.75

3. 05

0.68 0.64

2.15 1.81

4. 03 3. 20

·128.60 77.90

31. 90 21-.30

1.14·

4. 13

·t05AO

25 .50

0.63 0.57 0.62 0.59 0.58

1.73 1.33 1.61 1.43 1.39

3. 37 3. 5L 3. 58 3. 55 3. 99

94.00 95.1-0 100.00 88.10 108.60

27.90 27.20 28 .00 24. o 27 .30

0.65

1.85

3m<85

114'.60

27 '.80

a 1893 m

m

Paray-le-Manial

ª La mure 1892

m

14

a 1899

561.00 '155.00 130 .00 1

Chez Aulas . ... . .. .... ... . . . la Foraizc ......... . . . . . .. . . . Collier . .... . ..... .. .. .. .... 'lontveneur ................ la Grange-Neuve .... . ... . . . .

26 .65 25.00 24.60 24.50 20.00

128.00 '119.00 '121.00 127 .00 109.00

m

5

¡ 0.53 1 1

1

Moy ennes ... . ....... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

1

1

me

f

f


§ 1. -

104

VIADUCS A DEUX VOIES (Suite) TABLEAU SYNOPTIQUE

-

E n é lévation HauViaduc

Ligne

maxima

de :

Date

teur

A r ches

I 1

Miramas á

L'Estaque 1910 ó. '1914

m

------ ---------------

Lon~

á la sur-

gueur Nombre

H

- -lªtfJ:t:-- /,Par métre carré

L

38 .89

90.74

Aragnols . .. .. ..............

37 .54

112 .00

Jonquie r . ... .. . . ..... . .....

37.00

137. 60

la Vesse ....... ... . ....... . . 35.38 Méj ea n ....... . . . ....... . . . . 34.50 Riaux .... ... .. . ..... . ... . . . 33.00 Mauvallon ..... . ........... . 3t.40 Loubatons ........... ..... . . 30.83 la Baume de Lume . .... . . . .. 27.90 l'Ai g le ...... . ..... . . . .. .... 27.60

168 .00 122.40 178.90 154.50 182.30 61. 10 107.50

la Corbiére .. . ........ . . ....

27 .18

226.62

Verdon ................. . ... Grand Vallat ..... . . . .. . .... la Réraille .... . . . . .. .. . ... . . Va uclair . ....... . ..... . .. . . Pi che ... . . . ................

26.40 20.30 19 .60 11.50 11.00

115.00 151.00 99. 00 64.50 53.00

1

Moyennes . .. . . . . . . . . . . ' . .... .

Portée

plem

ª~

Cube de mago n"

Dépense

V

Q

D

se

-

p

se

0.44

0.79

3. 71

150.27

40.53

0.57

1.32

3. 72

155.85

41 .88

0.61

1.53

3. 28

161. 77

49.25

.0.64 0.61 0.48 0.54 0.51 0.54 0.50

1.79 1.55 0.92 1.20 1.05 1.19 1.01

2. 48 3. 30 3. 83 3. 07 3. 09 2. 33 4. 28

192.50 142.43 151.74 136 .45 131 ;58 118 .04 224.66

79.73 43 .12 39.61 44.42 42.58 50.73 52.52

! 0.57 0.64

t.30

3. 21

128.62

40.13

0.62 0.50 0.38 0.23

1.76 1.60 1 .43 0.60 0.29

2. 84 3. 52 3. 25 2. 75 4. 46

114.44 205 .53 162.99 137.84 243 .00

42.62 58.41 50.13 50.17 54 .40

0.56

1.27

3mc24

155 1.40

48 1.02

0.65

1.82

3. 68

m

1 2 3 1 4 6 5 8 6 7 3 4 6 7 6 8 5 5 5

25.00 15 .00 20 .00 30.00 Hi.00 20.00 15 .00 15 .00 15.00 15.00 13.00 15. 00 6.50 20.00 15.00 15 .00 15 .00 8.00 8.00

... ... . ......

Moyennes genérales SU /' 67 vic¿ducs ayant ensemble 267.t0Qmq de surface d 'élévcLtion to tale, 983.396'" de nw9onnerie a mortier, ayant coilté 36.274.984 fr. 0

D Q

-sV e

- -

m

l'Etable . . . . ... ... .. ........

face lo tale

Prix moye n du m. c. de mago n"

me

~

me

f

f

135.81

f

f

36.89


§ 2. -

VIADUCS A UNE VOIE

105 TABLEAU SYNOPTIQUE

En é lévation HauViaduc

Ligne

1•

--------·.,..__--....._

ó. In s ur- ¡

g ueur

maxima

de:

Date

fo ce lolale

ombrc

H

P ortée

-

L --

m

ID

Brive

Pompadour ...... . .......... la Sagn e ............. . . . ... la Boucheuse . .... . . . ....... la Donn e .......... .... ..... la Loue ........... . ... . .... Sarge t ...... . ... . . .. .. ... . . Vignols .......... . ..... .... . l'Isle .. . ........ . ......... . .

55.00 36.40 28.60 26.00 24.70 24.45 21.00 ']6.60

285.00 157.50 178.00 130.00 '135.80 143.00 252.00 51.00

1873 á 1875

Combes .....................

13 .50

54 .60

la Pouge ......... .. ... . .... la Meyze . . . . ........... . ... Haute- Vézé re .............. Monteil. ........... . ........ la Croix .... . ...... .. . .. . ...

13.30 12.00 '12.00 12.00 10 .70

84 .00 75.20 42 .00 83.00 63. 90

Boulou ..... . ......... . .....

10.00

37.60

. Lim oges á

l

m

8 5 7 5 5 5 10 3 1 2 3 3 3 7 5 1 2

25.00 20.00 20 .00 20.00 18.00 20 .00 20.00 12 .00 16.00 10.00 20.00 18.00 10.00 8.00 8.00 9.00 8.00

~

La Fl eche

l

m

m

285.00

Sablé ... ...... ..............

21.50

Blaud ...................... Rimeize ........... .. .. . ... . Varille LLe . . . . .. . .. . ... . ... . . Ma ssalés .. . ....... . .. . ..... Saillan t.. . .... . . .. .. ........ la Combe ................... Triboulin .... . ..... . . .. .... .

21 .60 '18 .70 17.00 '16 .50 16 .50 13.80 '10.80

'1'14.00 129.35 '134 .30 90.20 51.30 47.20 56.31

Marvej ols á

Neus arg ues '1 879

a 1888

Malag aza nn e . .... . .. ........

6.90

34 .20

. . . . . . . . .... . . ..

Moy ennes ....

1880

m

m

Saint-Den is au Buisson

321 .65 141.80

44.'14 35.00

Bramefond ...... . ........ .. Courtils .. . . . . . . . . . . . . . . . . .

~

Dépense

-V-

Q

o

p

se me

s·e

o Q -

- -

f

f

0.65 0.65 0.67 0.63 0.63 0. 61 0.58 0.55

2.08 1.88 2.04 1 .67 1. 69 '1.57 1.3\J '1.22

2. 25 1. íO 2. 02 2. 20 2. 30 2. 81 2. 36 2. 57

116.00 99 .00 92.00 101.00 99.00 · 136.00 13'1.00 111.00

65 .00 59 .00 /~5.00 46.00 43 .00 48 .00 55.00 43.00

0.56

'1.25

1. 65

124 .00

í 6.00

0.51 0·51 0.52 0.52 0.48

1.02 1 .04 '1. 08 'l.09 0.92

2. 16 3. 31 3. 25 2. 09 2. 06

105.00 ']3'1.00 145.00 132 .00 129. 00

49.00 40.00 4'~. 00 63 .00 63.0U

0.50

t.ou

3. 27

136.00

---

2m26

42 .00 - --

'1.59

2. 18

0.65 0 .64 0.64 0. 63 0.57 0. 60 0.56

'1.8\J 1.80 '1. 76 ·1. 68 '1.35 '1.53 1.31

2. 2. 2. 2. 2. 3. 3.

60 92 33 95 83 35 26

87. 50 93.80 97 .80 8\J .00 1'11~. 30 ·]26. 20 '16 .60

33.70 32.'10 41. 90 30.20 40AO 37 .70 51.70

0. 45

0.89

3. 64

167.70

46. '10

. . 0. 63

1. 67

2mc79

101 '.\JO

30'.50

0.68 0.66

2.H 1. 94

2. 29 2. 60

75.30 ·J01:. 80

0. 68

2.'11)

2 36

81'.60

8 10 t<J 5 3 3 5 2 1

'10.00 10 .00 10.00 12.00 10.0U 10.00 10.00 4.00 12.00

m

m

'17.00 15. 00

Moy ennes . . .. . . . . . . . . . ... .... . . . . . . . . . . ...

a 1884

pl ein

Cube de ma ,;-o n"

0. 61

m

14 7

~

DU

Prix moye n du m. c. de ma<;on"

1.66

20.00

. . . . . . . ....

se

P a r mctr e ca rré

0 .62

11

m

m

V

v

)

M oy ennes . ... . . . . . . . . . . . . . . . . ...... . . . ....

á La Suze et á Sabl é ']875 á 1877

-----

du vid e

Lon-

Leur

_,,.

~ a p po r t

Arches

~

0

me

me

me

110

'12Qí. 80

f

'104.00

f

f

53'.40

f

47. 80

f

f

32. 80 40. 20

- --

31-'.60

1 1

!

'

1

!

T, VI. -· 1~.


§ 2. -

106

VIADUCS A UNE VOIE (Suite) TABLEAU SYNOPTIQUE

HauViaduc

Lig n e

de :

Dale

Arches Lon-

Leur maxima

gueur Iombre

H l'Isle-J ourclain ... . .... . .. .. . 38.60 Blan c ... . . . ... ............. 38.11 la Vill eriu . ... . ..... . .. .... . 24 .26 la Chare nte ..... .. .... . . . ... 24.00 la Ca ronni é re .......... . .. . . 18.28 la Fa ye . ...... . . ' ... ..... . . 15 .90 T er sac .... . .. . ............. 14 .60 Ch ez-Di ne LLe .. .... . ........ 14.50 Bourbes . . ..... .. . .. . . . .. . .. 14.30 Sa lier on .... . . . ............. Gra nd-Vice¡ . . ........... . :.

m

304.00 528 .00 113.60 140.00 92.00 55.00 41.60 74.20 55.00

12.69

47.50

1'1.55

51.00

12 21 5 6 7 5 3 7 5 'l 1

~

(

2 1 1 1

M oyennes .... . . . . . . . .. . .. .... . ... ..

Aur ill ac á Sa inL- Deni s 1883 á '188I;

l'Aull11·e ... . . . ....... . . .. .. . la Cér e . . . ... .. . ... .. ... .... l'Auze . . . .. . ....... . . . . .....

Moyennes ....

la Gascarie .. . . ... . . ... .. ...

Arge nlon

l'Auzo n . .. . . . . . ........ . ....

1897

V

se

m

118.35 123.35 108. 75

V

l

1. 15

5. 13

239. 00

46 .50

0.56

1.27

3. 98

205.00

51.60

2mc54

126'.00

47'.70

- - - - ---

2.17

- -- - -me

0.68

2.08

20.00

f

2. 07 1. 83 1 . 89

85.oo · 92.00 73 .00

1mc94

83'.80

--me

111

20

a '1905

f

0.56

...... ......... . ... .. . . . . . . .

20.00

- --

48.00 51.00 40.50 38.80 44 .20 38.80 53.70 35.30 47.40

. . .. . . . . 0.69

12

D

Q

97 .00 142.00 106.00 103.00 101.00 14-1. 00 167.00 163.00 128.00

m

m

f

-

2. 01 2. 80 2. 63 2. 66 2. 28 3. 64 3. 10 4-. 63 2. 70

2.15 2.02 2.07

296.30

se

2.4'1 2.32 1.75 ·J .77 2.13 1.82 1.56 'l.95 1. 55

0.68 0.67 0.67

49.00

D

se

0.71 0.70 0.64 ·0.64 0.68 0.64 0.61 0.66 0.61

16.00 12.00 12.00 ·

5 7 6

Q

me

m

20.00 20.00 15.00 16.00 10.00 8.00 10.00 8.00 8.00 14.00 '10.00 9 .89 '10.'11 '16.00

-

JJ

Prix moyen du m. c. ele ma c;on"

0.68

2.15

2. 04

0.70

2.30

3. 79

f

41.00 50 .00 38.00 43'.20 ---

f

61.90

f

30.40

, m

4-2.70

m

499.00

m

me

f

f

122.50

32.30 ---

la Creuse . ..... . ...· . . ...... . la Glanc . ....... . .. . . . ...... la P e ti Le Cre use . . . . .... . ...

M oyennes . ...

1

-

----------

a 190'J

Gu éreL a La ChdLre ,¡ 901

'

m

34 .'14 24.89 23.02

m

Ca rm a ux á R ocl ez '1894 á '1897

u La Chdlre

Portée

-----------

--- - - m

1880 á '1885

-

L

-

Tourn on au Bla nc

-

1---

--

En é lévation ~Rapport Par métre carré du vide v á la s urCub e de au fa'ce plein ma<;: on" Dépense lotale -

m

19.50 19.40 19.20

m

202.10 152.20 208. 60

me

m

0.68 0 .69 0.67

2.08 2.20 2.01

.. ..... . . . . . . . . . . . . . . . . .. . ... 0.68

2.08

16 12 '16

10.00 10.00 10 .00

2. 35 2. 36 2. 61 ---

2mc45

f

f

94.50 103 .40 124.00

40.30 43.90 47.50

107f.70

44r_oo


§ 2 . V IADUCS A UNE VOIE (Suite)

107 TABLEAU SYNOPTIQUE

HauViaduc

Ligne

d e:

Dal.e

Arches Lon-

Leur maxima

~

gueur Nombre

H

Porlée

Es pal ion á Bertholene 1903 á '1904

m

m

30.00 30.00 29.08 23.20

158.00 114.00 123 .70 172.20 103.50

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42.20

Lahaume .............. . .... Goudal . . .. ...... . . ..... .... Conq nelles .... . ....... . .... la L oub ié re . . . . . . ........ . ..

7 0 7 12 7

----------p s V

L

V

e

-Pió

En élé vation ~pport Pal' m e ll'C carré du vide v - -----á la s urau Cube de f'ace pl ein ma<:o n" Dépen e Lolal(;l

m

17.00 14.00 12.50 H.00 1'1.00

Moyennes .. .. ...... . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . .

Q

se me

m

á

Borl eussargues 1901 á 1907

56.41 30.30 25.90 24.30 22.24

m

Moy ennes ... . .. .... . . . . . . . . . .

m

Langogne au Puy 1905 á '1908

Arquejol s ... . .......... . ... la Bargeasse ...... . ........ ·.

44.90 21.48

12 10 12

317.00 205.70 153.21 189.41 97.54

D

se

Q

f

0 .09 0.68 0.68 0.70 0.68

.2.18 2.'10 2.08 2.30 2.14

2 . 13 1. 95 2. 11 2. 08 2. 07

85.00 78.10 79.10 73.70 83.80

0.09

2.'18

2m•·08

79'.70

m

209.00 93.50

f

40.20 1~0 .00 37.40 35.50 40.40 38'.30 - -- -

me

f

f

0

20.00 15 .00 10.00 10.00 12 .00

0.09 0.70 0.68 0.02 0. 00

2.22 2.30 2.11 1.05 1.47

3. 3. 3. 1. 3.

17 23 70 87 73

107.20 1H.99 130 .58 74.51 195.47

52.75 34.70 35.33 39.91 52.45

.. . . .

. ......

0.68

2.08

3m•12

140f.90

45f.22

0

10.00 15.00

f

f

0.07 0 .57

2.03 1.34

2. 14 2. 96

74.84 87.20

35.02 29.43

0.05

1.85

2mc31

77f.37

33r_55

1.07

2. 10

80.97

'

30.95

2.'12 1.09 1.03

2. 78 2. 97 3. 06

121. '13 125 .40 151.20

43.00 42 .22 49.37

1.00

3. 01

132.06

44.13

2.05 1.36

3. 06 3. 58

128.20 175. 93

:i,1.96 49.13

2me75

117f. 56

42f.73

H'lf.57

42f.75

14 .

m

Prix. moyen clu m. c. de ma<:on "

D

--

'

Barajo ! ..... .... ....... ..... Saint-Saturnin .. . . ......... Lu garde ....... .... ..... .... Sal sig nac .. ......... . .... . .. Chassagny .. .. ............

1

11

m

Moy ennes . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . ...... . .. ....

me

111

m

a

m

Saillard ....................

40.40

97 .68

Morez Saint- Claucle

Mo1°cz ...................... Val fin .. .... ........... ..... Cret . ... . .................

40.68 27.80 15.75

238.05 77.50 34.90

'1908 á 1910

Pain de Sucre . .. ...........

15.30

Puits ......... .. . . .. .. . ... .. la Culée ... ........... ......

14.40 12.12

1

1 4 9

0 5 1 1 121.78 ) 15 g 71.00 22.20 3

25.00 1 12 .00 1 0.03 20.00 0.68 10.00 0.03 5.00 0.51 15.00 5.00 1 0.50 6.00 1 0.67 5.00 0.58

Nloy ennes . . .. ...... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . .

0.<31:

'I. 77

me

---

Moyennes generales SU/' 64 viaducs ayant f! nsemblc 1 84.446"'q ele szujace d'élévation totale, 4.81.4.Q2mc ele ma9onnerie ci, mor-tier, aya nt couté 20. 577. 900 f r.

0.66

2m•61 1.98 ---·

f

.


2e

PARTIE

·cALCULS ET ÉPURES

LIVRE I

COMMENT

ON

CALCULE

UN

CINTRE

LIVHE 11

COMMENT

ON

CALCULE

UNE

VOÜTE

,,


LIVRE I 1

COMMENT ON CALCULE UN CINTRE

PONT ADOLPHE, A LUXEMBOURG

2

CHAPITRE I

FERMES § 1. -

PRESSION NORMA LE SUR LE CINTRE, A

Par metre carré, e' est :

Pu. = 7c

V

3,

~"

Cos

o:º

DE LA CLEF

4

7 densité de la magonnerie = 2. 400k e épaisseur admise en M.

s f2 K o -

~

~

!::,. t. -<-- - _,. A

'

9-

.....

!t1

~

~

M K

Tz

'.

"

T, - - - - - - - - 84~55 --- --- - ----

,;

~- - - -- -

- - -- - -- -

Soit A l' écarlement des formes (1m60). La charge sur 1m de long ueur de form e en M, a e.e de la clef, est: pour une form e intermédiaire, tell e que F , (f.) , pM = ~ p lX

=~: [

pour une form e de rive F , : PA i

1. -

V , p . 132

4. - V o ir, p our

a '156.

k0

2

5

i- hr ] 2. -11 , p . 70

a 74,

pi. 4e t 5.

a la fin du T ome VI , les ta bles nu mé ri q ues de log

ix de 0° a 67°30' .

5. -

3. -

V

Cos

V, p. 155.

¡ix, ✓ Cos f ix,

L a press ion s ur M (f,) es t p" dx , do nl la composa nLe e n M, es LP,x clx

!!!.... ,l,

P our la la rg eur M' M., e lle es t: ~ ,,_

i!' x

cl x

= ; : ( k0

+ h¡, )'


~·j j

,

r---

' '

~~1 J

"' I , ,

As

J/

e) cy

f, -

5

Forces ex terieures

/ T

K. /rJ ¿ T.

As

1

,c

~

o/

1:i9oooK

.----------:::::::'s~~~~-~-:---~"ª A~ ,j"'

Tz

i;

f. -

lR

a\~

A,

r

Ejforts dans les pieces J mm pour 1 Tonne

\"-.

\¿L

o o

o

"

c.,;

,,,

<:

-o -o

"'

ro

b...

"'ro

n

., "'S"

<

:::,

o

~

n

O)

<O•

=---t--..:::::::__

ººo,i-

,::, '1c9

,

1

&.

... .§>

,:; ºº'/-/ ,;--

"''c,011>~<:. >"'

A 5=14700 0K

e:,

~

"'

a,

>e

1

c5

':!

"'

",l___,¿_~===~~=,~~~~~;:-- ~:----t- - - - --- ~5..::.:....:::::..:.~~------- - - - - 7"'~ ~

}

CHEVALEMENT

Nl

>--"-


113

FERMES

Voici, délaill é, le calcul d' une ferme intermédiaire : § 2. -

EFFORTS DANS LES PIECES La pression tota le sur le vau V (f.) est représentée par l'aire abgd.

Art. 1. -

Vaux.

On l'a remplacée par l'a ire ab'g'cl de hau leur constante p' :

p

. v =

,

avec

(X=

fi. 1CCOS

4.

3a

,

2 «,+a, 3 Art. 2 . fiches .

Une conlrefiche C (f,.) rec;oiL: 1 1 .. c l ✓ cos 42a' 1 +a. P=- (Vau V)+3 3 . 2 2 .' ' 1

1

t:. .. c

l ✓ cos -4 2a •+a"(Vau V )

, ..

3

3

A . - Suivant le rayan. B. - l nclinées sur le rayan .

L'effort P en M (f.) se divise en

fG '

P ' (sur C') = P

sin (3 sin ((3+(3' )

P" (sur C") = P

sin (3' sin ((3+(3')

p

Les efforts intérieurs (compressions dans les arbalétriers, tensions dans les cables) font ' p ,' e ' ' équi libre aux forces extérieures (f,) (réactions des deux appuis, compressions transmises pa r~les contrefiches). C'est ce qu 'exprime la fi g . 8.

§ 3. -

Press ion F leche par

g ueur m. et p' m

4.45 v. 4.45 v. 4.50 v. 4.50 v. 4.55 v. 4.55 v, 4.60 v. 4.60 v. 4.10 V,o 5.40 V,

6. -

f m

3450' 31,40 3425 3450 3460 3',70 3490 3400 3100 3970

0.05 0.05 0.06 0.06 0.06 0.06 0.06 0.06 0.06 0.1 4

H a uteur a ux a bouts b

,::;:¡-;;;;;:

::····-• a ----

6Jf//JA .--

P -

m

0.48 0. 48 0.47 0.47 0.1.8 0.48 0. 49 0. 48 0.40 0.54

Art. 3 . ment .

Chevale-

Art. 1. -

Vaux.

SECTI ONS DES PIECES

Bien qu'encastrés a leurs abouts, entre eux et .avec les contrefiches par les couvre-joints en tole, on les a calcu lés comme sim plement posés: Lon-

Contre-

A a

m

0 . 48

.::m. ( moment ~e flexion ) =__!__ max1mum

0 . 56

8p

, (§ 2 , art. i ) X l2 =

effort permis)x 1ü4xa(b+J) 2 ( enK 6/ 0"'01 2 6 (3 (3 = 80k G a = Ü"' 23

V, p. 156 . T. VI. -

1;; .


114

COMMENT ON CALCULE UN CINTRE

Aux ponts de Luxembourg et des Amidonniers7, les vaux ont été peut-étre un peu faibles. On les avait calculés seulement pour ne pas rompre. II conviendra de s'imposer une flech e maxima 8 fonction de la portée du vau . On avait fait ainsi au pont du Castelet9, au pont Antoin etleº . Art 2 . ches.

·t l'él ancement = S 01 rp

Contrefi-

l (longueur libre de la piece) . . b (plus pel1t coté de la sectwn)

On a ad mis comme pression moyenne permise par OmOt

80 ~m

-

2 :

10, 11

-----

1+ (;4y

On a pris pour l la long ueur totale de la contrefiche, bien qu'elle soil coupée p.ar un ou deux cours de moises.

g ueur

Plus pe lite dimens ion

i

b

Lon-

E!a nceme nt i ¡,=-

b

(e n élé vaLion) m

c. e, c. e;

5.50 5.1,0 1.,90 6.30 6.80 f.>.30 6.80 7.80 6.60 7.80 9.60 8.80 9.20 '] 1. 50 •JJ .00

Ca''

e,

C'. Ca''

e,

C,' O,"

c. C,'

C/'

e,.

6.70 7.80

Art. 3 . triers.

Arbalé-

Com press ion moye nne

_,

permise par 0.01 80

¡¡

Effort total

/3m =

p

'l

p n=ab=-

f3 m

k

ralculée

11500 15380 17400

534 630

25 26

23 19 23 23 19 25 25 21 21,

32 33

28.80 27.68

11100

I

edoptée

20 cm 24 22 '17 2'1 18 20 2'1 20 23 28 21 25 25

15380· 15350 15390 9000 9600 15570 8600 10000 '15700 7600 10400 14940 6400

b

----~ Epaisse ur a =

418cmq 453 418 325 390 406 349 422 483 372 528 655 400 648 627

36 .80 33.88 36.80 27. 68 24.61 38.36 24.6'1 23.69 32.52 20.42 19.69 22. 81 16.00 '17.12 18.34

21

_ ,

en 0.01

+ (;4)2

26 28 26 33 36 25 36 3, 29 41 42 38 48 46 44

2] cm 19 19 ']9 ']9 21 '19

Section

19

)

~

23cm

25

1

~

26

Equarrissage adopté :

7. - I, p . 193.

~o

i6

8. - Un va u de longueu r l, de section s upposée constante a X b, prend, sous une charge p par mCtre

A F_!--4~-.-=?B ¡y,

9. _

Annales des P onts et Chaussées, octob re 1886 -

couran t, une fl Cche :

=az5Epl'a b:i

z

z

1

5P

E· ,

· coe ¡¡·1c1ent

V, p. 156.

11. -

= 1,.. . X 10' . 9

( l )'

= 32Ea h

Constrttciiou des pouts du. Castelet, de Lavau.r et Antoi11ette, M. Séjourné,

p. 538, 539.

10. -

d"e 1ash· cJte · '

Voir plus loin les tables numériques de

/3m

pour

í' de O a 50 .


115

FERMES

Longueur

Compression moyenne

Elance-

-

ment ¡,= 38

7m30 7.65 7.85 7.90 4 .00

(1

+

Lo lal

• 0 .01

p n = ab = -

/3 m

p

~)2

H a uteur a=

n 38

--------------I calc,léo

252lcmq 2499 2604 2715 2'] 56

']24000 • 118000 118000 '123000 147000

49' '] 8 47.21 45.31 45.31 68 .17

19 20 21 2'1 10

SecLion en

permise par 0.01 80 /3m =

l

l

Effort

adopté,

~

66cm 66 68 7'1 57

7scm

1

Travai l par 0,001

Tension

T

T

2

Chaque cable a été fait de 61 fils de 3mm9. Seclion uLil e:

i1

,{1

T, T. T3

T, T•' T•"

18.200· 12 .000 11.600 13.000

16.5 '16 17.8

28.600

19.6

Art. 4. -

12

== í28111111r17.

25"

CHAPIT RE

II

COUCH IS Bien qu e d'une seu le piece et cloués sur les va ux , on les a calculés comme coupés au droit de chnque ferme el simplement posés dessus . a 5 13 f.,. - Coupe en travers a= OmiO, b = Om14. On a admis: b =-;:¡ • ; La pression par me Lre courant ele couchis,

Pu. X e 4 ( 1 ., moment de flexion \ travail maximum . . .Jlt ( • max1m . um ) = -8 p a ea-=10 (3 permisenK•/ = so• IRIT-

e. •:

•~ f, 2 •

-

Ici :

Coupe en long

K- - - • - - -

- - - - • - -

12. -

V, p. 156.

a" de la clef,

es t :

press ion par mq.) ( de douelle

( -

-

~

->'

1 x 6 -ab 2

1306,66

e = - - - - -pression ------par mct d'arc ) P(;( !\

P

(

indiquée sur f,

On trouve : Entre Oº et 51° (sommiers), de Om38 au-dessous, de 0 01 23

13. -

)

a Om43 : a 0"'39 :

on a adopté Om38; on a adopté Om25 .

V , p. 134.

e croit de la clef aux rei ns; il esL infini pour r- = O (o:=67°30'); la dépense en co ucb is par me tre . . d onc Lh eor1quement JI e a . ab ' . économ 1e, . co uran t d e ferme es t proport1onne - = , 3p" :,.2b: 1·¡ y aura1t pour ,.¡3x '] 0' e un e épa is e ur do nn ée de plaLelage, a augmen Ler la hauteur et J'espacemen t des co uchis. 14. -

Cables .


1,

-1

1


'

LIVRE I I

A

COM~fENT ON CALCULE ·uNE VOU1 E 1

ARC ÉLASTIQUE INARTICULÉ SUR APPUIS IMMOBILES

.

MET_H.ODE CULlVIANN-RITTER


TITRE I

PRÉAMBULE MOMENTS DU SECOND DEGRÉ D'UNE SURFACE Q PAR RAPPORT:

f,

A UNE DROITE P (-y,p 2 dw, moment d'inertie) A DEUX DROITES P,Q (-y,pq d,.,, moment centrifuge1, f.) -Q-

CHAPITRE I

MOMENTS PAR RAPPORT A DEUX AXES PASSANT PAR LE CENTRE DE GRAVITÉ § 1. -

LES _ DEUX AXES SONT RECTANGULAIRES (f,)

• •Iy 1

M

Tragons les diam eLres I-I, H,, K, K . conj ugués a GX', GY' : abaissons les perpendiculaires I-I, H/ = ix' K, K,' = j y' Ce sont les rayons de gyration relatifs aux axes X' el Y' -y,y ' 2 dw=lx,,=J.1j\,. C'est le moment d'inertie par rapport a GX' de la surface n. concentrée en I-I,. i: x' 2 d w = IY,, = n.j 2 y'. C' est le moment el, inertie par rapport a GY' ele la surface n concentrée en K,.

,,,/1''~

,, ..

..

\

M

= n. (a b sin" cos" = .n X e sin" X ecos " = .nx~ y~ C'est le moment centrifuge par rapport a GX' , GY' ele la surface .n concentrée a un f oyer.

-y, x'y'dw (moment cenlrifuge)

=

On a les moments I x• = n b2 , I y• = na 2 par rapport aux axes G X , G Y de l'ellipse centrale d'inertie . Calculer les moments I x" , I y", I x• y' par rapport a deux autres axes rectangulaires GX', GY'.

Art . 1 . -

I x'y'

2

-

2

)

Les tangentes en I-I,, K,, les points H,, K, sont tres simplemen t obtenus en considérant l'ellipse comme la projecti on du cercle de rayon a.

GX est incliné sur GX' d'un angle" tel que : a2+b2

1·2x' +1·2 y' = GM2

tg 2« =

2 I x'y' ----=I y'~ - I x'2

a2 -b2---:c2 =

2 I x'y'

.n sin 2"

Avec· e, on place sur GX le foyer F : a jx, de GX' , on mene la clroite MM, (c'eet une tangente). On abaisse sur elle la perpendiculaire FF' ; F'_G = a.

1. -

Désig nati o n acceptée, sans clouLe

Kcechlin ....

a défaut d'une

meille u re, par Culmann , RiUer, par MM. Guicli,

Art. 2 . - On a les moments I x"=r>-:Fx'• I y12=flj 2 y•, l x'y' par rapport a deux axes rectangulaires quelconques G X ', G Y'. Trouver les directions GX, GYetleslongueurs a, b, des axes de l'ellipse centrale.


120

COMME 1 T ON CALCULE . UNE VOUTE .

§ 2. -

LES DEUX AXES S ONT DEUX DIAMÉTRES CONJUGUÉS DE L'ELLIPSE CENTRALE D 'INERTIE

Art. 1. - Antipóle 7r d'une droite /1, antipolaire /1 d'un point Tr, parrapport a une ellipse donnée par ses axes ci, b ou par deux diametres con1ugués a', b'(f ,).

Soient une droile /1 et P son póle. Son anlipóle rr es t le symétrique de P par rapport au centre G.

y'

/1 es t polaire de P, antipolaire de 7r : elle es t conj uguée au diametre D de P et 7r,

n ·. ---- , - ' ' . A ~o!v'ug}i.~ a_GY · .._ R

x'

G es t entre rr el /1. Si /1 coupe l'ellipse, 7r est hors de l' ellipse et réciproquement: si /1 passe par G, 7r es ta l'infini sur D.

., ff\,_•. . .

. ··

m'

/ B;

¡<---· · ·

. . GX , GY : x F, aux axes prmc1paux a2 .

.

.

.

a 2 diametres COllJUgues

'

ex,

'

L'éq uation de portée:

+ yb2y¡ -- x'~'

GY : ---;-:;a-

es t, rap-

1

+ y'r,' -b '''- = -

1

Sont « anliconjugués » 2 les points des g rou pes (f,) H,R A,A, K,S B,B, H',R' A' ,A' 1 K',S' B',B,'

=

D,.

=

=

7r,T M ,M, 2

=

c'est-a-dire que : m'f, á2 n,, b2 • m'F,' · a' 2 n' y¡' b' GT x Grr GM AyanL R' (du_g roupe H'R', A'A'.), on a ura ainsi H': élever un e perpendi culaire GA' 2 = a', joindreR'A: , menerA'.I-1' perpendiculairea R'A' ayant H' , onfera de méme pour avoir R '. 2

Art. 2 . - Deux expressions du moment d'inertie.

;

/1 une droite que lconque les co upanl

Soi ent (f.) GX' GY 2 diametres conjugués de G - rr (1;' n' ) l'antipóle de /1 .

I y'

:

2

( les x comptés ) _ ºd 61 para 11. a. GX • = i x = n.a' 2 cos2 11

I _ ( les x complés ) y· parall. a GX'

= I

. - · - ,¡.

7)::ft

l: '

1

x"

=

I x' 2 dw . 2 n.a' = m'i;n.

=

a m',

n•

= D.J.

2

Y

_1_ "I.x 2 d 6, ·cos 2 11

'ºd b'" , , . ( les y a rrélés) ="I-y - w =D. -=nnn. aGX'

,,. . . . ~

,; .···

Antjp51e de t.

1

Le momenl cenLrifuge es t nul. 2. - Soient ( f,) A, B, 2 points : G ,l e mil ieu de AB ; si H e t K sont « a nticonjugu és • pa r ra pport ii A,B

GK X GH

= GB'

G es t entre H e t K El ~vo ns la perpendi cul aire GB ' =- GB. Fixons en B' le somme.t d'un ang le dro i~: ses c8 tés coupent AB e n 2 po ints ant iconju gu és de ~ et B .


CHAPITRE II

121

MOMENTS PAR RAPPORT A DES AXES P, Q NE PASSANT PAS PAR LE CENTRE DE GRAVITÉ § 1. -

EN FO"N'CTION DES MOMENTS PAR RAPPORT

1r• EXPRESSION. -

AUX AXES PARALLELES P ', Q' PASSANT PAR LE CENTRE DE GRAVITÉ ET DES DISTANCES DE CE CENTRE A P ET Q (f.)

= IP, = IP,, + np~ = n(j~, + p~) dw = IQ, = IQ,, + nq~ = n (j~, + q~)

Ip' dw ¡q

2

'Lpqdw

=

IPQ

=

IP'Q'

+npGqG

Les moments par rapport a deux axes P, Q sont égaux aux moments par rapport a eleux axes paralleles P', Q' m.enés par le centre ele gravité, augmentés eles moments par rapport aux axes P, Q ele la surface .n concentrée au centre de gravité. § 2. -

\j;

2me EXPRESSION

~"'t$r · .k+¿,

DES EXTRÉJVllTÉS

+P~, = 21 ( P;, +P;1'• ) q~

du diametre conjugué a cet axe.

=;

~

¿

'

:

....

11,

~ 1

I

s

+ q~, )

On obtient le moment d'inertie par rapport a un axe en concentrant

JPQ

11'

1

----- --: -- pN'---- ------.: ~N' -+-----"----...L,-"----º~-~--~~~--

1

!(

:

'

'

~

+ q~ =

t:r;

'

A UX AXES DES MO~M ENTS

j~,

+.

:

DES DIANIETRES CONJUGUÉS

·2 Jp•

u,

t;:;'- ~

EN FO CTION DES COORDONNÉES

[plllqM+P~,,qll]

=;

()

2 aux extrémités

[pNqN+pN,qN ]

On obtient le moment centrifuge par rapport a eleux axes en concentrant ~ aux extrémités du diametre conjugué a l'un des axes. Pour P' et Q' , J!lM-p -p' M ' - lll'-

I P'Q'

qM= q~l

= np '

M

1

=

q'M ....

q' M = n p ' N q' N T. VI. -

16.


122

COMM E 1 T ON CALCULE U E VOÚTE

§ 3. -

D 'U Art. 1 . -

Moment

31110 EXPRESSION . -

EN FONCTION DES DISTANCES AUX AXES

A N TIPOLE ET DU CENTRE DE GRAYITÉ (Théore,ne de Cubnann.)3

Soi enL (f.) n- , x les anLipóles de 2 axes P et Q par rapporl

a l'ellipse cenlrale de la surface .o

centrifuga .

On a lrou vé : au § 1

I PQ --

I P'Q'

+ op --

G

au § 2

q G'

I P 'Q'

= Dp' -

i1

qM'

= .op' '

N

q'N

Comm e 1r el Y. sonl les anlipóles de P el Q, GM

2

= Gn- X

GT

GN2 -:--GX x GS

GM ou GT GN ou GS

=

GnGM

=

GN

Gx

P'M

q~...

ou-- = - ,qM Po

q~ p'x ou - - = -qG p~

p ~ q~ ' ou-- =Px qG

ins i le moment cenirifuge ele 0. p ar rapp ort á P et Q est égal au p roeluiL ele .o. p ar 2 elistances : celle elu centre ele g ravité á l'un eles axes; celle ele l' antipóle ele cet ax e á l' autre ax e. Art. 2. - Moment d'inertie.

Si les 2 a xes P el Q se confond enL,

IP Q

esLle moment d'inerli e :

Le ,noment el'inertie de n par rapport a l' ax e Q est égal au procluit de n pa,• les distances a Q elu centre ele g ravité et de l'antipóle de Q : au § 1, on a lrouvé : I 0 , On a done j2, Q

+q

2

G

= n(i~, + q~)

= qG qX

q.

X

=

j~.

q -+ qG

G

D'ou celle conslruclion simple de la distance a un axe Q de son anlipóle : prendre GG, = j ,; Lirer G,G. . Luí élever en G, 0 un e perpend icu lairc G.IC' : K 'G, = qx

3. - Culm nnn - 1 rofesse ur a l'Ecole P ol ytechniqu e de Zuri ch . « D ie {J l'aphische Sta ti/c» . Zuri cb, chez l eyer e t Zell er. ·J " éd ilio n 1866 - 2•• édili o n 1 75. L e 'l" vol um e ,;e ul en a p a ru. JI a élé Lrnduit par MM. Glasse r, J acq ui er e l V nia l - P ar ís . Dunod 1880 . L'ex press ion d u mome nl ce nLrif'u ge en fon c ti on de la lis la nce des a nlip ól es es L incliqu ée dnn s l'écliLion de 1875 (a ll em and p. 10.J - traductio n fra nr;aise, p . 377-378) .


.

TITRE II

COMMENT, EN PRINCIPE, ON DÉTERMINE LES RÉACTIONS DES APPUIS DUES A UNE FORCE P MÉTHODE, FORMULES CHAPITRE I

MOUVEMENTS, SOUS L' ACTION D'UNE FORCE P

(fJ,

D'UN POINT J (X,Y)

INVARIABLEME T LIÉ A U E RETOMBÉE B , SUPPOSÉE LIBRE, D'UN ARC ÉLASTIQ E DO IT L'AUTRE- RETOMBÉE A DEMEURE IMl'VlOBILE § 1. -

o

PRÉLI.1l tJ.INAIRES

Considé rons un are inarticulé, symétrique par rapport au plan verLical Y O X (f.) . On suppose que louLes les forces exLé rieures agissent dans ce plan. 1 (

A B, sa fibre moyenne, est le li eu des centres de gi:avi té des secLions transversales, telles que Mg M, faites par des plans normaux au plan YOX, et dont les traces MM sur ce plan sonL également inclin ées B g M sur l'intrado8 e t l'exLrados; c'est, en pratique, la ligne O'----- - - - - - - - X des milieux des joints normaux a l'intrados. 1 Appliq uons a l'arc une force P . Dans la réalité, ses ·deux relombées A, B resLeronL immobiles; mais imaginons qu e la retombée de gauche A demeure seule fixe sur son appui, et que celle de droite B soiL libre. Sous l'aclion de P , la parlie de !'are entre l'appui de gauche A et P se déformera; cclle entre P et l'appui de droiLe ne subira aucune déformation, mais sera enlrainée par les mouvements de celle de gauche. On va étudie r les mouvemenls d' ú.n point J ( X ,Y) invariablement lié a l'exLrémité B c'esla-dire ca lculer les variations @X, @Y de ses coordonnées el déterminer de qu e! angle @o il Lourne, e t au tour de que! point. On calculera successivement: d'abord, les variations dX, dY, de , dues a la déformation d' un e Lranche infiniment mince lelle que MM (f.) ; puis les variations D.X, D. Y, .M , pour une Lranche d'épaisse ur finie dans laquelle sont constanLs le coeffici e nt d'élasticité E et le moment d'inerLi e I de la section transversa le de !"are ; enfin , les va riations @X, @Y, @ij, pour la déformation de !'ensemble de toules les tranches de !'are entre l'appui immobile de gauche A el la force P.

P,

\M

y

J (xy)

0

§ 2. -

VARIATIONS dX, dY, DUES A LA DÉFORJJ1ATION D 'UNE TRANCHE INFINIMENT MINCE ANGLE DE ROTATION de ET CENTRE DE ROTATION

Au point S (f je décompose P en: r, perpendiculaire a MM , efforl normal qui contracle ou dilale la lranche ; T suivant MM, effort tangentiel, dit effort tra nchant , qui produit un gl issemenl transve rsal a la fibre moyenne : dans les voú.Les en magonnerie, on convi ent de le négliger. 1 2

'l. -

),

Art. 1. - Effort normal N . Couple de flexion Jll (f.) .

Dit, Tome III, p. 351.

'


124

COMMENT ON CALCULE UNE VOÓTE

Par g, je mene deux forces égales et paralleles a N et de sens contraires, N', N" . MM est soumis : a l' effort normal N' = N, appli qué en g ; a u couple de flexion (ou moment fléchissanL) .Jll = N X h = P X p

Jll fait Lourner la fa ce m' de la tranche par rapport a la face m (f,) d' un angle de. Dans les cours de R ésistan ce des Matériaux , on enseig ne que : J(xYl , d _ .Jll dx _ Pp dx ¡~ J' e- E I - E I ;e:,; d X . .

Art. 2 . - Effet du couple de :fl.exion

.Jlt.

J'

_ jll, --;--,

E, coefficient d'élasticité de l'arc en MM ; J, mom enL d'ine rti e de la section MM par rapport a !'axe transve rsal g'g" (f,). Cette section es t (en négligean t le fruit transversal, s'il y en a un) un r ectangle de large ur e, de hauleur e= MM (épaisseur de l'arc en M) 1 I = - e e3 12 Sous l'action de .Jlt, J, invariablement li é a l' extrémité de droite de !'are supposóe libre, tourne de do a utour de g et vient en J'. Are J J' = g J de D'o i.t : 2 d,111 Y = (X- x ) de d.Jn. X= -Yde

'y~ji,· .d\'l~-. -~

1

' '' '

Y'.1

',.

J. . - --2:..-

~-- ·-x·-

e·.e o ..l-

'

'11. . - .

1

Art. 3 . - Effet de l'effort normal N .

1

i

'

1

9"' 9-·-9, 1 e¡:

1

1

'

L '----~

N' produit suivant OX une compress10n ou un allongement : N dx Pp clx hE.o. E.o.

J, déja ven u en J' sous l'action du couple Pp , vient sous l'action de N' en J" (f, ). J' J" est para llele a OX et égal a l'allongement ou a u raccou rcissement de la tranche :

el X= J' J" = Pp clx N

Ppclx Art. 4 . sultant.

clX = cl.Jll x + dNX=

Effet ré-

v el 1.

El

hED.

)=_· El (Y-~) (--Y+-I h.o. 12h Ppdx

r Pp dx l (X= ªl JllY = E x)

. d'1rectement en J" en tourn an t de de = E Pp clxl autour d e S' ( x, e2 h ) J peuL d onc vernr 12 point de la section M « an ticonjugué » de S par rapport a deux points B, C, tels que e gB = gC =-=J12 2. -

Les cl e ux triangl es r ecta ng les J J ' J,, g J J, (f,) so nt se mblable s; o n a (au s ig ne pres) :

dJn,Y JJ' =g J cl0 d_ 111 X --=--=----=Cl0 y X- :.v g J L es c/8, co mme les Pp, so nt

>

O clans le se ns OX vers OY.


MOUVEMENTS n'uN POINT LIÉ A UNE RETOMBÉE SUPPOSÉE LIBRE

§ 3. -

VARIATIONS ~X, ~ y

125

DUES A LA DÉFORMATION

D' UNE TRANOHE REOTANGULAIRE EN ÉLÉ.VATION DE LONGUEUR FINIE L, DANS LAQUELLE E ET l PEUVENT ÉTRE SUPPOSÉS OONSTANTS Pour la lranche entiere on a (f.) : L

+-2

~ X=

1 L

- .¡

r

L

L

+-2 + 2,.. , ', p . p ~ ~ d X = - - ( Y i ¡~dx - -dx ) ', EI 12 h ', L L • ·. -2 .... - -:¡

___

J (~,Y)

.b. -2

P,

k -X _P_ = _G_ _ leG

Or: P _PG h - hG

!.t-- s

L

+2

d'ou:

1

L

-~

+.!:2

p PG -dx=-L h hG

1

L

-2

PpGL r ~X=- ( Y- -e2-) 12 h EI G

Les axes de l'ellipse central e de la tranche sont : a Soit H le point de

coordonnées : GR' = -ª2lcG

PpGL