Page 1

Laser

REVUES DES APPLICATIONS CLINIQUES POSSIBLES AVEC UN LASER Nd YAP EN OMNIPRATIQUE

Docteur en chirurgie dentaire. Attachée Hospitalo-universitaire à la Faculté d’Odontologie de Rennes.

Christine Géronimi

CES de biomatériaux.

Cette présentation a pour but de montrer le réel intérêt d’adjoindre une technique laser assistée avec un Nd YAP dans différents actes d’omnipratique (dentisterie conservatrice, endodontie, parodontologie, chirurgie, dermatologie buccale, problèmes fonctionnels). L’utilisation de l’énergie photonique permet des résultats incontestables comparés aux techniques sans laser assistées

Fig.1: Pénétration des différents rayonnements lasers

Fig.2: Absorption dans les tissus des rayonnements lasers selon leur longueur d’onde

I. INTRODUCTION

Le laser est un appareil émettant un faisceau lumineux cohérent et en l’utilisant, il y aura des interactions entre les photons (comme

L’utilisation d’un ou plusieurs LASERS selon sa longueur d’onde per-

des grains de lumière) de ce faisceau et la matière.

met de potentialiser un certain nombre de traitements en omnipratique.

Chaque laser va être caractérisé par sa longueur d’onde.

Dans cet article sont présentés des cas cliniques réalisés avec le

En dentisterie, plusieurs lasers peuvent être utilisés : laser CO2, laser Erbium, laser Nd YAP, laser Nd YAG, lasers Diodes. (Fig. 1 et

laser Nd YAP d’une longueur d’onde de 1341 nm.

Fig. 2) Ainsi selon la longueur d’onde du laser utilisée, le tissu sur lequel le

II. GENERALITES SUR LES LASERS UTILISES EN DENTISTERIE

faisceau est dirigé, le réglage de la machine (puissance, fréquence), temps et distance d’application, les effets du laser ne sont

Qu’est-ce qu’un LASER ?

pas les mêmes.

C’est l’acronyme en anglais de Light Amplification by Stimulated

La connaissance de tous ces paramètres permet au praticien de

Emission of Radiation qui se traduit en français par une

moduler l’action du laser utilisé en fonction des effets recherchés et

Amplification de Lumière par Emission Stimulée de Radiations.

de la pathologie.

L S

N°60 - novembre 13

51

(...)


LES PRINCIPAUX EFFETS DES LASERS SONT :

1) Traitement des sillons.

- Effets photo-ablatifs

2) Traitement des collets.

- Effets de coagulation

3) Traitements des cavités après éviction des tissus cariés.

- Effets de vasodilatation

Laser

- Effets mécaniques Le but est d’obtenir :

- Effets photochimiques

- Une décontamination bactérienne.

- Effets de biostimulation

- Une augmentation de la micro dureté des tissus durs.

III. CARACTERISTIQUES DU N D YAP C’est un laser d’une longueur d’onde de 1341nm donc lumière invisible auquel est adjoint un laser de visée rouge de 655 nm. La transmission se fait avec une fibre optique de 200 µm ou avec une fibre de 320 µm. Laser pulsé avec une puissance de crête de 2.6 Kw et une durée d’impulsion de Fig. 5: Sillons

150µs. Trois fréquences sont utilisables : 5-10-30 Hz avec pour chacune d’entre elles trois possibilités de choix de puissance. Pour obtenir cette longueur d’onde de 1341 nm il est utilisé un cristal YAP (Yttrium Aluminium Perowskite) dopé au Nd (Néodyme).

Fig.6: Collets Fig.3: Laser Nd YAP

4) Traitement mécanique de l’émail en augmentant la

IV. REVUE DES APPLICATIONS CLINIQUES POSSIBLES AVEC UN N D YAP

puissance : Le faisceau laser permet d’obtenir des micro clavetages afin d’augmenter l’adhérence mécanique des matériaux de reconstitution

A. PROTOCOLES UTILISABLES EN DENTISTERIE CONSERVATRICE.

dans les cas extrêmes de collage (bruxisme).

5) Traitement de la pulpe lors d’un coiffage : Des études montrent : - A 5 jours : vasodilatation intense. - A 30 jours : néoformation d’un pont dentinaire. - A 3 mois : augmentation de l’épaisseur de la dentine, 3 fois plus qu’avec une technique traditionnelle.

Fig.4: Choix des réglages: D-, D=, D+

L S

N°60 - novembre 13

52

(...)


Des actes chirurgicaux

exsangues et une cicatrisation accélérée

Des soins

efficaces, doux, pérennes

Votre confort au fauteuil Le confort de vos Patients - Votre rentabilité : inégalés.

Microscope à Contraste de Phase 4 300 x & logiciel de visualisation-gestion « i-Lab Player »

Avantages pour vos patients : Pas de chirurgie, pas de douleurs Traitement très doux Elimination de l’halitose Résultat esthétique ultra-rapide Aucune contre-indication

SAS LOBEL MEDICAL – Lasers Médicaux & Microscopes 14, rue Fréderic Mistral - 38370 LES ROCHES DE CONDRIEU (France) Tél : 04 74 31 61 00 - Fax : 04 74 31 61 37 Mail : lobel@lobel-medical.fr - Site Web : www.lobel-medical.fr


Laser

B. PROTOCOLES UTILISABLES EN ENDODONTIE.

Fig.9: Traitement du réseau canalaire de la dent n°24

Fig.7: Choix des réglages C-, C=, C+

1) Utilisation après mise en forme canalaire. Le laser est un outil complémentaire permettant la décontamination canalaire par : - L’effet photomécanique (effet venturi). L’échauffement de l’hypochlorite va provoquer des bulles gazeuses dont l’expansion thermique provoque la propulsion de la solution dans les canaux Fig.10 : Traitement endodontique de la 45 avec obturation d’un canal latéral.

accessoires. - L’effet photochimique dans le système canalaire complexe. L’obturation se fait avec de la gutta selon la technique de chaque praticien.

Fig.11 : Traitement endodontique d’une 15 avec double courbure

Fig.8: Effets photothermiques dans un canal avec un laser Nd YAP.

2) Reprise de traitement. - Avec l’éviction des matériaux d’obturation en place. - Avec l’éviction d’instrument fracturé soit par l’effet venturi (effet

Fig. .12 : Traitement endodontique du réseau canalaire de la 44

de souffle qui va mobiliser l’instrument) soit par sublimation (passage d’un corps solide à l’état gazeux). - Avec le descellement de screw post ou tenon en alternant les ultrasons et l’effet laser qui va agir sur le coefficient de dilatation du métal. EXEMPLES DE CAS CLINIQUES AVEC ASSISTANCE DU LASER Nd YAP

Fig.13: Reprise du traitement endodontique de la 45 après extraction de

L S

N°60 - novembre 13

54

la racine résiduelle de la 46 et pose d’un implant

(...)


Une irrigation à l’eau oxygénée de chaque poche est réalisée. Puis la fibre laser est déplacée avec un mouvement vertical du fond de la poche vers le haut et avec impactage de l’ensemble de la lésion parodontale, les rafales du rayonnement laser étant entrecoupées de temps de repos.

Laser

L’association de H2O2 + Laser permet de produire de l’O2 singulet, bactéricide. (Protocole Gérard REY) L’étude par BioMaTech n° 4715 d’octobre 2001 montre que ce protocole H2O2 + Laser est efficace sur certaines bactéries respon-

Fig.14: Descellement d’un tenon sur la 33 et retraitement endodontique

sables

des

parodontites

(Aa,

Porphyromonas

gingivalis,

Micromonas micros, Fusobactérium nucléatum et Bactéroides fory-

C. PROTOCOLES UTILISABLES EN PARODONTOLOGIE ET IMPLANTOLOGIE.

thus). Après avoir traité les poches, le laser est utilisé en mode défocalisé au niveau de la gencive pour obtenir une action de biostimulation sur les tissus parodontaux. Ceci est particulièrement efficace en maintenance parodontale. En effet, les quanta de lumières absorbées provoquent une prolifération des cellules (macrophages, lymphocytes, fibroblastes, ostéoblastes, cellules endothéliales, kératinocytes) et une libération des facteurs de croissance.

Il est constaté une augmentation de la synthèse de l’ATP (adénosine triphosphate) et cliniquement, on observe après traitement une diminution de la profondeur des poches par formation d’un épithélium de jonction et radiologiquement après quelques mois une

Fig.15: Choix des réglages: G-, G=, G+

minéralisation qui peut être modérée ou plus importante suivant le statut médical et l’écosystème bucco dentaire des patients.

1) Traitement des gingivites hypertrophiques : Un peeling de la gencive peut être réalisé avec la fibre laser (après anesthésie et surfaçage radiculaire) afin d’éliminer les tissus hyper-

EXEMPLES DE CAS CLINIQUES :

trophiques et la cicatrisation sera potentialisée par la biostimulation

a) Mr P. 58 ans : consultation en urgence, parodontite aigue,

obtenue en passant la fibre laser en mode défocalisé.

poches de 7 à 9 mm, diabète non stabilisé, supraclusie.

Dans les jours suivants, il est constaté peu ou pas d’inflammation

En une séance : dans les poches, débridement, surfaçage, irriga-

des tissus traités, une cicatrisation plus rapide, le patient ressentant

tion H2O2 avec passage de la fibre laser et biostimulation en mode

peu ou pas de douleur comparativement à la même technique sans

défocalisé. Réalisation d’une contention.

utilisation du laser.

2) Traitement des parodontites : Après la consultation parodontale comprenant l’anamnèse, le bilan médical, l’examen clinique, radiologique et bactériologique, un diagnostic est établi permettant la classification de la maladie parodontale. Un plan de traitement est proposé, une information des techniques utilisées, un devis établi. Comme préalable à tout traitement de parodontologie, il faut s’assurer que les techniques d’hygiène sont bien assimilées par le patient. Surfaçage et débridement aux curettes ultrasoniques jusque dans le fond des poches, selon les méthodes de travail de chaque praticien, sur un quadrant, sur une arcade complète ou sur les 2 arcades.

L S

N°60 - novembre 13

Fig.16: Rétroalvéolaires Mr P

55

(...)


Laser

Fig.20: Rétroalvéolaire Mr K.

3) Traitement de certaines péri-implantites : Fig.17: Photos de Mr P. au 03/10/2011

De la même façon que l’on agit sur le parodonte autour d’une dent naturelle, certaines péri-implantites régressent par l’action bactéricide du protocole H2O2 + Laser, avec ou sans lambeau d’accès

b) cas de Mme P. 48 ans : extraction de la 12 en position palatine.

(selon la présence de tissu de granulation) et par la biostimulation

Poche en mésial de la 13 de 8 mm, une semaine après l’extraction.

en utilisant le laser en mode défocalisé.

En 1 séance : dans la poche, surfaçage, débridement, irrigation H2O2 avec passage de la fibre laser et biostimulation en mode

EXEMPLES DE CAS CLINIQUES :

défocalisé. Réalisation d’un bridge collé.

Mme F. 38 ans : implant posé depuis 8 mois, douleur, patiente ayant des problèmes professionnels. Poches autour de l’implant. 1ière séance: débridement, protocole H2O2 + laser et biostimulation en mode défocalisé. 3 séances de biostimulation à 15 jours d’intervalle.

Fig.18 :Rétroalvéolaires de Mme P

Fig.21: Rétroalvéolaires Mme F.

D. PROTOCOLES UTILISABLES EN CHIRURGIE Certaines interventions de chirurgie sont possibles au Nd YAP:

Fig.19: Photos de Mme P.

Par exemple, frénectomies et approfondissement de vestibules. Ces interventions sont exsangues, sans œdème et la cicatrisation est

c) Cas de Mr K. 37 ans : ce patient est atteint d’une parodontite

très rapide.

agressive, et ne présente pas de dépôt de plaque dentaire.

Pour la chirurgie de dissection précise, d’autres lasers sont mieux

Traitement avec surfaçage, débridement, protocole H2O2 + laser.

adaptés et la chirurgie osseuse n’est possible qu’avec les lasers Er

Sur la 12, infection aigue avec 2 fistules vestibulaires, poches

YAG et Er Cr YSGG.

extrêmes. Lors de la 1ière séance : irrigation avec de l’eau oxygénée 10 V dans les fistules, suivi de tirs avec le laser dans les trajets fistuleux. Biostimulation en mode défocalisé. 2 jours après, traitement endodontique assisté au laser, contention.

L S

N°60 - novembre 13

56

(...)


E. AUTRES APPLICATIONS EN OMNIPRATIQUE

5) Biostimulation des tissus : - Avec une action défocalisante de la fibre laser, on constate :

1) Test de vitalité :

- une cicatrisation plus rapide lors des chirurgies.

Il est beaucoup plus fiable; en effet la puissance peut être aug-

- une amélioration d’hypoesthésies post chirurgicales.

mentée lors des différents impacts et révéler une réaction sur les

- une amélioration des hyposialies.

Laser

pulpes peu sensibles aux stimuli thermiques traditionnels.

V. CONCLUSIONS

2) Hémostase :

La connaissance des effets photo-ablatifs, de coagulation, de vaso-

Après extraction, l’alvéole est décontaminée avec le protocole

dilatation, mécaniques, photodynamiques et de biostimulation, par-

H2O2 + laser. Ensuite, l’action du laser dans le saignement va per-

ticuliers à chaque laser va permettre d’utiliser l’énergie photonique

mettre l’afflux des facteurs de croissance puis la coagulation.

dans de nombreux domaines de l’omnipratique.

Lorsque le caillot est formé, on réalise une fermeture de l’alvéole

Le but est d’obtenir une potentialisation ou la réalisation d’un cer-

avec le laser en obtenant une sorte de membrane biologique appa-

tain nombre d’actes tout en préservant l’environnement buccal, en

remment peu perméable aux bactéries.

diminuant la prise d’antibiotiques, d’antalgiques et d’anti-inflammatoires par voie générale.

Une biostimulation par action défocalisante de la fibre laser permet de potentialiser la cicatrisation.

3) Préparation du sulcus avant une empreinte :

BIBLIOGRAPHIE

En inclinant la fibre de 45° à 60° vers la dent, pour ne pas léser l’attache épithéliale, le ligament et l’os, des balayages rapides sont Caccianiga GL, Urso E, Monguzzi R,Gallo K,Rey G: Estudio in

effectués.

vitro efecto bactericida del laser Nd YAP. Avances en Odontostomatologia 2007a;mars: 127-133.

4) Dermatologie : - Sur les aphtes par accélération de la cicatrisation.

Calas P, Rochd T: Utilisation d’un laser Nd YAP pour la préparation

- Sur le lichen plan en diminuant la douleur dans certains cas.

canalaire: étude préliminaire. Tribune Dentaire 1995;3: 29-116.

- Sur les herpès par accélération de la guérison. De Santis D, Bertossi D, Zanotti G, Rossetto A, Farronato G, Gelpi F, Marconcini S, Covani U: Nd YAP laser assisted frenulectomy:

EXEMPLE D’UN CAS CLINIQUE :

a case series on 23 patients.

Une patiente avec un herpès depuis 3 semaines, traitement crème

Farge P, Nahas P, Bonin P: In vitro study of a Nd YAP laser in endo-

antivirale inefficace.

dontic retreatment. J Endod.1998 May; 24(5): 349-63.

1ière séance en mode défocalisé. 2ième séance 2 jours après.

Lee BS, Chang CW, Chen WP, Lan WH, Lin CP: In vitrostudy of dentin hypersensitivity treated by Nd: YAP and bioglass. Dent Mater.2005 Jun; 21(6): 511-9 Epub 2004 Dec 15.

Rey G, Missika P(et coll: Bufflier P, Caccianiga GL, Costesseque M, Fromental R, Sebban A, Stroumza JM): Les lasers et la chirurgie dentaire; Innovations et stratégies cliniques. Ed CdP.

Rapport Biomatech, étude 4715, octobre 2001 ; Etude du protocole du Dr Gérard REY - Détermination de l’effet Bactéricide du laser Lokki Dt Nd : YAP en condition In Vitro.

Fig.22: Herpès

L S

N°60 - novembre 13

57

ls 60 Revues des applications cliniques possibles avec un laser nd yap en omnipratique  

Parution Lettre de la Stomatologie 60 - Novembre 2013

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you