Issuu on Google+

Depuis plus de 20 ans au service des militaires

NOTAIRE

Mario

L’équipe Martin Comeau pp

A uy

418 847-1000

VALCARTIER

on

s

418 842-4448

u ro st

LE MERCREDI 24 FÉVRIER 2010

no

Notaire autorisé par le P.R.F.C.

s pe

Su pp ort

Adsum, Garnison Valcartier, CP 1000, succ. Forces, Courcelette (QC) G0A 4Z0. No convention : 40012192

Courtier immobilier agréé

Ou rT roo ps

Boilard

Pour mieux vous servir

- Photo : Philippe Brassard. Adsum

Comme dans du beurre Reçue tout récemment par le Service des incendies de la Garnison Valcartier, cette torche exothermique est capable de couper du blindage de véhicules militaires comme un couteau coupant du beurre. 

Article en PAGE 5

Ces femmes en uniforme

L’ombudsman des vétérans de passage à Valcartier

- Photo : cpl Julie Bélisle, Caméra de combat des FC

- Photo : Courtoisie 

Un dossier spécial à lire, PAGE 12 à 17

Le Génie à l’œuvre en Haïti

- Photo : Philippe Brassard, Adsum



Article en PAGE 3

BONNE SEMAINE DE RELÂCHE !

484, Côte Joyeuse, St-Raymond 337.2234 418.3 Sans Frais 1 877 337-2234 www.hyundaistraymond.com



Articles et photos sur l’OP HESTIA, PAGE 7 à 11


2010

64 0

95 $ $

0 % : 60 mois

1,8% : 72 mois

+

2,8% : 84 mois

semaine à l’achat (84 mois) Lancer DE

DE COMPTANT (TAXES INCLUSES)

QUATRE PNEUS D’HIVER

INCLUS!

AUCUN PAIEMENT PENDANT

90 JOURS SUR TOUS LES MODÈLES 2010

2010

Taux exceptionnels à l’achat

qui dit mieux pour un 2010! 0% 0% 0,8%

Page 2 / Adsum / 24 février 2010

**LES VÉHICULES LES MIEUX PROTÉGÉS AU MONDE :

10 ans / 160 000 km*

† Aucun paiement pendant 90 jours. L’offre de financement à l’achat s’applique sur les modèles Mitsubishi neufs 2010 par l’entremise de la Banque Scotia et de la Banque de Montréal. Aucun intérêt (s’il y a lieu) ne sera accumulé au cours des 60 premiers jours suivant la date de signature par l’acheteur du contrat de vente d’un véhicule admissible. Après cette période, les intérêts (s’il y a lieu) commenceront à s’accumuler et l’acheteur remboursera le capital et les intérêts (s’il y a lieu) s’y rapportant sur une base mensuelle pour la durée du contrat. *Selon la première éventualité. Entretien régulier non inclus. Veuillez rendre visite à votre concessionnaire ou visitez Mitsubishi-Motors.ca pour obtenir les détails et les modalités de la garantie. **L’affirmation « Les véhicules les mieux protégés au monde » ne concerne pas la Lancer Evolution et la Lancer Ralliart. Rendez visite à votre concessionnaire ou visitez mitsubishi-motors.ca pour obtenir tous les détails concernant le Programme Avantages Études. Photos à titre indicatif seulement. Toutes taxes incluses. Transport et préparations inclus.

RECOMMANDÉ PAR :

Jean-Guy Pilote

notre chroniqueur automobile

1000, boul. Pierre-Bertrand Sud, Québec 418 682-2226 • www.quebecmitsubishi.com

36 mois 48 mois 60 mois


VISITE DE L’OMBUDSMAN DES VÉTÉRANS À VALCARTIER

Vétérans, blessés de guerre et leurs familles se font entendre Par Philippe Brassard Journal Adsum

De nombreux vétérans, blessés de guerre et membres des familles ont exprimé leurs préoccupations en lien avec le programme des Anciens combattants devant l’ombudsman des vétérans, le 9 février à Valcartier. Dans le cadre d’une tournée de consultation canadienne, l’ombudsman Patrick Stogran et son équipe avaient invité ces gens à faire part de leurs doléances en grand nombre. Leurs interventions aideront l’ombudsman à identifier les problèmes, pour ainsi soumettre des recommandations au ministère des Anciens combattants. Prenant note de chaque témoignage, Jean-Pierre Blackburn, nouveau ministre depuis janvier, était d’ailleurs présent comme observateur. LA NOUVELLE CHARTE D’entrée de jeu, plusieurs vétérans ont déploré les dispositions d’indemnisation de la nouvelle Charte des Anciens combattants adoptée en 2006, qui instaure un montant forfaitaire pouvant atteindre 276 000 $ maximum pour une blessure, en remplacement des pensions mensuelles. «Je pense qu’on devrait avoir le choix en tant que vétéran. Il

L’ombudsman des vétérans, le colonel retraité Patrick Stogran, consulte les vétérans de l’ensemble du pays afin de formuler des recommandations au ministre des Anciens combattants. Son équipe était de passage au Centre plein air Castor, le 9 février. - Photo : Philippe Brassard, Adsum

y a du monde qui vont vouloir gérer les montants en tant que grosse somme, mais il y en a d’autres comme moi qui voient ça à plus long terme», a soutenu Jonathan Ouellet, jeune vétéran de 32 ans qui a été blessé gravement.

OP SOKOUR (DU CRÉOLE «SECOURS»)

Haïti : de l’aide à partir de Kandahar Par Joanne Blais Officier des Affaires publiques, Kandahar Ayant été déployé en Haïti dans les années 1990, le sergent-major Jocelyn Daigle s’est senti interpellé par la tragédie qui touche Haïti. Il a décidé d’organiser une collecte de fonds au nom des militaires déployés à Kandahar. En une fraction de seconde, les Haïtiens ont tout perdu! Quand votre richesse ne tient qu’aux vêtements que vous portiez lors du séisme, c’est évident que votre survie pendant quelques mois dépendra de l’aide internationale. Cela, les militaires déployés à Kandahar en Afghanistan l’ont compris rapidement.

Le défi était de taille cependant pour rejoindre la population militaire en poste à l’aérodrome de Kandahar, au camp Nathan Smith et sur les bases d’opérations avancées. «Cette collecte de fonds a pris plus de temps que je l’avais espéré» affirme l’adjudant-chef Daigle, justement à cause de cet obstacle géographique. La menace en Afghanistan se cache surtout dans les engins explosifs improvisés alors que pour les Haïtiens, la course aux civières improvisées, aux lits de fortune et à la nourriture est devenue l’ennemi à abbatredepuis le séisme. Les militaires en poste en Afghanistan saluent le courage et la détermination des Haïtiens dans ce qui s’annonce une longue et périlleuse reconstruction.

Une soixantaine de vétérans, blessés de guerre et membres de leurs familles ont exprimé leurs doléances sur le programme des Anciens combattants devant l’ombudsman des vétérans et son équipe. - Photo : Philippe Brassard, Adsum

Disant vivre avec des problèmes au dos et à la tête, ainsi qu’un stress post-traumatique, ce dernier a déclaré avoir «tout perdu», même son montant forfaitaire. Comme d’autres, il a mentionné qu’il devait rembourser plusieurs dettes au sortir des Forces. «Il y a un coup de hache qui doit arriver dans ce système», a-t-il ajouté, insistant sur le «niveau d’insatisfaction» des vétérans dans la même situation que lui. «Il serait préférable pour tous de changer ce système et de revenir à la pension mensuelle pour tout le monde», a clamé pour sa part Yves Bernier, un vétéran de 41 ans de service. LE CHEMINEMENT DES DOSSIERS REMIS EN CAUSE Le délai de traitement des dossiers aux Anciens combattants a également fait l’objet des interventions. «Tous mes dossiers ont une moyenne de quatre à cinq ans d’attente, de travail et d’acharnement avec Anciens combattants, pour réussir à avoir finalement presque rien», a affirmé Yves Bernier. «Les jeunes sont découragés par la lenteur du système. Ils vont d’appel en appel et un moment donné se découragent, restent assis dans le sous-sol pour attendre. Ils se sont battus à la guerre, ils se battent pour récu-

pérer un semblant de santé et continuent à se battre pour avoir un minimum de montant forfaitaire. Ils n’en peuvent plus», a déclaré une mère d’un jeune militaire blessé en Afghanistan, Francine Matteau. Cette dernière milite activement pour un retour aux pensions mensuelles. D’autres ont relevé des problèmes quant à l’accessibilité des services téléphoniques du ministère. C’est le cas d’Elphège Renaud, président de l’Association du Royal 22e Régiment. «On ne peut plus parler à personne, c’est ça que les gens déplorent», a-t-il soutenu. «Avoir un numéro de téléphone pour entendre les doléances des gens, ça règlerait bien des problèmes». Par ailleurs, l’ombudsman des vétérans a rappelé que le but de la soirée était de «mieux comprendre les besoins et les attentes des vétérans et de leurs familles». Selon lui, le principe le plus important pour chacun est la «tranquillité d’esprit» et cela devrait ressortir de ses recommandations, qui doivent être déposées dans quatre mois. D’ici là, il a invité tous les vétérans et leurs familles à contacter son équipe pour exposer leurs situations personnelles. Pour rejoindre le Bureau de l’ombudsman des vétérans : par téléphone sans frais au 1 877 330-4343 ou par Internet à www.ombudsman-veterans.gc.ca.

QUI EST L’OMBUDSMAN DES VÉTÉRANS? Le colonel (retraité) Patrick Stogran est à la tête du Bureau de l’ombudsman des vétérans depuis novembre 2007. Durant sa carrière militaire, il a évolué au sein du 3 PPCLI, où il a commandé le bataillon alors que l’unité était déployée en Afghanistan en 2002. Il a aussi servi en Australie, en Norvège et en Bosnie, en plus d’occuper des postes partout au Canada. Aujourd’hui, son rôle d’ombudsman consiste à examiner les plaintes des anciens combattants et des vétérans et à soulever les problèmes systémiques. En tant qu’agent indépendant et autonome, l’ombudsman relève directement du ministre des Anciens combattants. Impartial, il veille à la sensibilisation des enjeux et des préoccupations des vétérans et de leurs familles. Il peut émettre des recommandations au ministère, mais n’a pas de pouvoir décisionnel.

Première remise de Médailles du sacrifice à Valcartier Dans le cadre d’une cérémonie, 38 Médailles du sacrifice ont été remises par le brigadier-général Simon Hébert, commandant par intérim du Secteur du Québec de la Force terrestre, le 11 février sur la Garnison Valcartier.

24 février 2010 / Adsum / Page 3

En remettant un chèque de 12 699,83 $, le brigadier-général Daniel Ménard a inclus les militaires déployés en Afghanistan dans le mouvement de solidarité planétaire qui s’est mis en branle pour venir en aide aux Haïtiens. L’argent a été remis à la Croix-Rouge par l’entremise du gestionnaire des Services de bien-être à Kandahar, Jan Kwasniewski (à droite du chèque). À la gauche du bgén Ménard, l’adjudantchef Jocelyn Daigle, l’initiateur de cette collecte. – Photo : cplc M.B. McGregor, KAF

Des proches de soldats décédés en service ont d’abord reçu cette décoration au nom du défunt. Ces soldats honorés sont l’adjudant Hani Massouh du 2e Bataillon du Royal 22e Régiment (2 R22eR), le sergent Christos Karigiannis du 3 e Bataillon du Princess Patricia’s Light Infantry, le caporal Christopher Deliva du 5e Bataillon des services du Canada, le caporal Éric Labbé du 2e R22eR, le caporal Jérémie Ouellet du 1 er Régiment du Royal Canadian Horse Artillery, le soldat Frédéric Couture du 2 R22eR, le soldat Patrick Dessureault du 2 R22eR, le soldat Jonathan Dion du 5 e Régiment d’artillerie légère du Canada, le soldat Michel Jr Lévesque

du 3 R22eR et le soldat Richard Renaud du 12e Régiment blindé du Canada. Les autres médailles ont ensuite été offertes à des soldats blessés par une action hostile. À noter qu’une dizaine de décorations supplémentaires seront remises plus tard. Tous les commandants des unités concernées par les remises de médailles, de même que les sergents-majors régimentaires étaient présents à la cérémonie, qui avait lieu pour une première fois à Valcartier. La Médaille du sacrifice a été créée à la suite de l’augmentation des pertes en opérations outre-mer et afin de combler le désir des Canadiens et du Gouvernement canadien de fournir une forme de reconnaissance formelle, par l’attribution d’une médaille officielle émanant de la Couronne, à la famille de ceux et celles qui ont perdu la vie en raison du service militaire ou qui ont été blessés par une action hostile


Un soldat canadien tué et quatre autres blessés au cours d’un accident d’entraînement Le caporal Joshua Caleb Baker était membre du Loyal Edmonton Regiment (4e Bataillon Princess Patricia’s Canadian Light Infantry) basé à Edmonton en Alberta, et servait avec l’Équipe provinciale de reconstruction de Kandahar.

Par Daniel Rancourt Journal Servir

La dépouille du caporal Joshua Caleb Baker, membre du Loyal Edmonton Regiment, tué au cours d’un accident d’entraînement sur un champ de tir situé à environ 4 km au nord-est de la ville de Kandahar, a été rapatriée au Canada le 15 février. Quatre autres militaires canadiens ont été blessés lors de l’accident qui a eu lieu vers 17 heures, heure de Kandahar, le 12 février. Les quatre soldats blessés ont été évacués par hélicoptère vers l’installation médicale multinationale de rôle 3 de l’aérodrome de Kandahar. Leur état est qualifié de stable et leurs noms ne seront pas publiés.

Le caporal Joshua Caleb Baker était membre du Loyal Edmonton Regiment (4e Bataillon Princess Patricia’s Canadian Light Infantry), d’Edmonton, Alberta. - Photo: FC

ENQUÊTE Cet accident n’étant pas lié au combat, une enquête du Service national des enquêtes des Forces canadiennes (SNEFC) est en cours pour en déterminer les circonstances. «Ce type d’entraînement est normal pour les soldats et essentiel pour les aider à maintenir un niveau d’expertise élevé», a affirmé dans un communiqué le brigadiergénéral Daniel Ménard, commandant en chef à Kandahar.

La sécurité, une alliée indispensable pour préserver la capacité opérationnelle Par Jean-Sébastien Pelletier G4 Conservation Ressources, QG 5 GBMC

La Roto 7 a permis à nos soldats déployés de développer de véritables aptitudes préventives en fonction des différentes tâches qu’ils ont eu à accomplir en théâtre opérationnel. En effet, nos troupes ont été engagées dans un mandat comportant un très haut niveau de risque. Ce risque provenait de la nature même des opérations militaires et d’un ennemi qui a occasionné des dommages et des pertes irrévocables à nos militaires et à nos ressources matérielles. Cependant, près de 50 % des blessures subies par nos troupes en théâtre opérationnel n’étaient pas des blessures reliées au

NOUVELLES

EXPRESS

Le dernier vétéran canadien de la Première Guerre décède John Babcock, le dernier vétéran canadien de la Première Guerre mondiale, est allé rejoindre ses frères d’armes à l’âge de 109 ans, le 18 février, selon Radio-Canada. Le décès de ce caporal suppléant marque la fin d’une ère, a déclaré le bureau du premier ministre Stephen Harper. Lorsqu’il s’est enrôlé, M. Babcock était âgé de 15 ans. Membre du 146e Bataillon du Corps expéditionnaire déployé en Grande-Bretagne, il avait tenté malgré son bas âge d’être envoyé au front en France, mais son subterfuge avait été découvert. Il a principalement évolué au sein d’un bataillon de 1300 jeunes hommes dont la tâche consistait à creuser des fossés. Il a

Page 4 / Adsum / 24 février 2010

combat (1). Cette statistique brutale nous rappelle que l’accent sur les opérations doit donc être également accompagné de mesures parallèles afin de préserver notre capacité opérationnelle en prévision de la prochaine montée en puissance et du déploiement de la Roto 10 qui en résultera. En effet, c’est le développement d’aptitudes préventives de sécurité en garnison et lors de l’entraînement qui permettra de préserver l’intégrité physique et le bien-être de notre personnel. C’est également ainsi qu’on minimisera les accidents et les pertes matérielles afin d’assurer notre performance en théâtre opérationnel. Les chefs à tous les niveaux ainsi que chaque membre du 5 e Groupe-brigade mécanisé

aussi servi dans l’armée américaine durant les années 20.

La coalition mène une grande offensive en Afghanistan Depuis le 13 février, une offensive de près de 15 000 soldats de l’OTAN et de l’armée afghane progresse dans le secteur de Marjah, au sud de l’Afghanistan, selon l’ Agence France-Presse. Cette région de la province de Helmand est réputée comme étant l’un des derniers bastions des talibans dans le sud et également une pierre angulaire de la production de pavot destinée au financement de l’insurrection. Menée par les Américains, l’opération Mushtarak, qui implique aussi des forces afghanes et anglaises, vise à reprendre le contrôle. En date du 18 février, l’agence

du Canada (5 GBMC) doivent percevoir la sécurité dans le cadre de nos activités quotidiennes comme une alliée, et une véritable culture en sécurité doit en découler. Le leadership dans ce domaine nous permettra essentiellement d’atteindre les objectifs du Programme de Sécurité générale (santé et sécurité au travail), mais plus encore, de préserver notre capacité opérationnelle en prévision de notre prochaine mission. C’est une responsabilité de commandement, et je me dois d’insister sur la responsabilité et l’imputabilité des commandants et des chefs à tous les niveaux. La multiplication de tâches pour plusieurs d’entre nous a été essentielle à la réussite du dernier déploiement. Cependant, il n’est pas

La mort du caporal Baker porte à 140 le nombre de soldats canadiens à avoir péri en Afghanistan depuis le début de la mission, il y a huit ans. DÉCLARATION DU MINISTRE DE LA DÉFENSE NATIONALE Peter MacKay, ministre de la Défense nationale, a émis la déclaration suivante: «Nous pleurons la perte du caporal Joshua Caleb Baker, qui est décédé en Afghanistan. Un accident d’entraînement est à l’origine de la mort de ce courageux soldat. Je veux profiter de l’occasion pour souhaiter un prompt rétablissement aux quatre soldats qui ont été blessés au cours du même incident.»

acceptable que nos actions en sécurité générale fassent l’objet d’un relâchement, peu importe l’activité en cause. Le Programme de Sécurité générale a fait ses preuves et a prouvé son apport et son efficacité au sein du 5 GBMC. Nous devons donc maintenir les acquis dans ces périodes intenses dans le but d’assurer notre capacité à répondre aux objectifs opérationnels. Gardons à l’esprit que nos soldats formés, entraînés et aptes au combat sont uniques et difficilement relevables. Les différentes facettes du Programme de Sécurité générale ont été mises en place dans un but préventif, et nous devons continuer d’être proactifs et dynamiques dans leur application. L’adhésion de tous est nécessaire. Pour plus d’informations au sujet du Programme de Sécurité générale ou des autres programmes de Conservation des ressources, communiquer avec Jean-Sébastien Pelletier, G4 Cons Ress 5 GBMC, au 418 844-5000, poste 6483. (1) Source : Statistiques provenant de l’officier de sécurité de la Force opérationnelle de la Roto 7, Jean-Sébastien Pelletier.

rapportait que de 25 à 30 jours seraient nécessaires pour repousser les insurgés, qui répliquent avec des tirs sporadiques et des bombes. En une semaine, cette offensive a coûté la vie à 11 soldats de l’OTAN, ainsi que bien des civils et des talibans. Elle constitue une plaque tournante de la stratégie du président des États-Unis, Barack Obama, qui a autorisé l’envoi de 30 000 soldats supplémentaires en Afghanistan, il y a deux mois.

ce chef était très respecté et sa perte pourrait être démoralisante pour le mouvement. Un spécialiste rencontré par La Presse a pour sa part mentionné que cette arrestation aurait un impact à court terme sur les opérations militaires des talibans, Baradar étant reconnu comme un excellent stratège.

Le «numéro deux» des talibans afghans capturé au Pakistan

Le Canada va soutenir la construction d’une base administrative temporaire pour le gouvernement haïtien à Port-au-Prince, annoncé le premier ministre Stephen Harper, le 15 février. La base accueillera des ministères et des fonctionnaires clés pendant une durée pouvant atteindre un an, selon les besoins. Elle permettra au gouvernement haïtien d’avoir une plateforme opérationnelle centralisée, d’où il pourra mieux gérer et coordonner le travail à venir.

Les autorités pakistanaises ont confirmé le 17 février la capture du mollah Baradar, considéré comme le chef militaire des talibans afghans et le bras droit du chef suprême, d’après l’Agence France-Presse (AFP). Cet homme aurait été capturé par les services secrets pakistanais, au sud du Pakistan. Il faisait partie des fondateurs du mouvement taliban. Selon certains experts cités par l’AFP,

Aide du Canada pour la base temporaire du gouvernement haïtien


NOUVEL OUTIL POUR LES POMPIERS DE VALCARTIER

Couper du blindage n’a jamais été aussi facile Par Philippe Brassard Journal Adsum

Les pompiers du Service des incendies de la Garnison Valcartier ont désormais dans leur arsenal un nouvel outil très versatile : une torche exothermique capable de couper du blindage de véhicules militaires comme un couteau coupant du beurre. Acquise tout récemment, cette torche nommée «Prime Cut» émet 10 000 degrés Fahrenheit de chaleur, faisant fondre en quelques secondes tous matériaux se dressant sur son passage. «Ça coupe pratiquement n’importe quoi», résume Denis Côté, pompier chargé de montrer l’utilisation de l’outil à ses collègues. Fixée au bout de la torche, une longue tige en alliage ferreux alimente la combustion, une fois mise en réaction avec de l’oxygène pure injectée à haute pression. Ces tiges remplaçables se consomment en moins d’une minute. Les pompiers doivent donc traîner une bombonne d’oxygène et quelques tiges pour se servir de la torche.

DES POMPIERS PLUS POLYVALENTS

À l’origine, cette torche a été introduite pour aider les pompiers militaires en Afghanistan, eux qui doivent parfois intervenir auprès de véhicules blindés en détresse. L’outil venait carrément combler les lacunes rencontrées sur le terrain. «Les outils conventionnels qu’on utilise pour les véhicules automobiles ne sont pas tout à fait assez forts. On a fait des tests : ça fonctionne, mais c’est très ardu et on a même brisé certains équipements», explique M. Côté, faisant allusion aux pinces de désincarcération ou autres torches moins puissantes. À Valcartier, les pompiers pourront désormais intervenir efficacement advenant un accident dans les secteurs d’entraînement. Selon Yan Brassard, chef pompier par intérim du Service des incendies, bien que ces accidents restent rares, il est nécessaire d’être prêt à toute éventualité. INTERVENIR RAPIDEMENT

Avec la torche, le pompier peut rapidement détacher les trappes d’accès d’un

Un pompier manie la fameuse torche pendant qu’un autre aspire les vapeurs de peinture avec un grand tube, question de protéger l’air dans le bâtiment. La fusion est tellement rapide que le matériau reste tiède après l’intervention. - Photo : Philippe Brassard, Adsum

véhicule pour pénétrer à l’intérieur. Cette méthode permet de garder les particules de fusions à l’extérieur du véhicule, limitant ainsi les dégâts et les risques pour les passagers à l’intérieur, selon M. Côté. Très polyvalent, cet outil pourra également servir dans d’autres situations d’urgence telles qu’un effondrement de structure, afin de couper une poutre de métal, donne en exemple M. Côté. La rapidité de la nouvelle torche pourrait aussi inciter à l’utiliser en priorité sur d’autres outils. «Il y en a qui pensaient que l’arrivée de cet outil, c’était miraculeux. C’est très bon, mais ça reste complémentaire à tout ce qu’on a déjà», précise pour sa part Yan Brassard. Dans l’apprentissage de cet outil, les équipes de pompiers ont reçu une formation d’un jour. En première partie, ils ont appris les différentes caractéristiques et points d’entrée de chaque véhicule de la garnison, avec la collaboration d’experts de plusieurs unités. Le second volet consistait à mettre en pratique l’utilisation de la torche sur un véhicule Coyote inapte à rouler, gracieuseté de Recherche et développement de Défense Canada (RDDC). Enfin, les pompiers ont aussi tenu à remercier la 5e Ambulance de campagne pour avoir octroyé des ressources et l’espace nécessaires à la formation.

Des officiers d’environnement qui se démarquent En matière d’environnement, certaines personnes se démarquent par leur dévouement. C’est le cas de trois officiers d’environnement d’unité de la Garnison Valcartier, qui ont initié plusieurs projets verts dans leur milieu. À l’occasion de l’assemblée annuelle des officiers d’environnement de la garnison, la section Environnement leur a remis trois certificats de reconnaissance, le 17 février. D’entrée de jeu, l’adjudant Isabelle Proulx, responsable des opérations à la Gestion intégrée des déchets depuis 2007, a été récompensée. Aujourd’hui déployée en Haïti au sein de l’opération HESTIA, l’adj Proulx n’a pas pu recevoir son certificat; l’adjudant-maître Daniel Savard l’a donc reçu en son nom. L’adj Proulx s’est impliquée activement dans les dernières années au sein du Comité sur l’approvisionnement vert et les matières résiduelles. Par exemple, elle a ciblé des objectifs précis qui font maintenant partie du système de gestion de l’environnement du SQFT. Elle a également initié auprès de la section Environnement des démarches visant à réévaluer la possibilité de recycler le verre, le métal et le plastique utilisés dans les bureaux avec le papier et le carton. Bien qu’elle n’ait pas pu mener ce projet à terme, il est en bonne voie de se réaliser.

L’adjudant Isabelle Proulx, déployée en Haïti. - Photo : Courtoisie

Le deuxième méritant est Denis Jullien, directeur du Centre plein air Castor. Bien avant son arrivée à la tête du Centre, il avait réalisé un plan de gestion des pesticides qui a mené l’organisation à une certification prestigieuse : celle de la société Audubon. Il a également installé une baie de lavage pour les tondeuses du club de golf afin d’atténuer les rejets de pesticides dans la rivière Nelson, qui traverse le parcours de golf. Une fois promu directeur, son désir d’améliorer les pratiques environnementales du Centre s’est fait sentir, notamment dans sa rapidité à répondre aux recommandations des inspections multidisciplinaire du 5 GSS et ses actions visant à faire du Centre plein air Castor un endroit agréable pour pratiquer des activités, mais aussi pour travailler. M. Jullien a enfin hérité de la position d’officier d’environnement d’unité en 2009.

Les trois récipiendaires de certificats de reconnaissance en environnement : l’adjudant-maître Daniel Savard, qui a reçu le certificat au nom de l’adjudant Isabelle Proulx, Denis Jullien, directeur du Centre plein air Castor, et le sergent Éric Soulard, officier d’environnement du 12e Régiment blindé du Canada. - Photo : Philippe Brassard, Adsum

Puis, le sergent Éric Soulard a été honoré. En tant qu’officier d’environnement au 12e Régiment blindé du Canada (12 RBC) depuis 2007, ce dernier participe activement et respecte les délais en ce qui a trait aux différentes obligations administratives environnementales et de matières dangereuses.

Il a aussi participé à l’injection de plus de 40 000 $ au 12 RBC pour la prévention de la pollution en 2009-2010. Enfin, il a mené un projet d’achat de conteneurs de récupération permettant d’améliorer la performance de l’unité en récupération. (P.B.)

DEMANDE DE PARDON (RÉHABILITATION ET U.S. WAIVER)

3405, boul. Wilfrid-Hamel, bur 310, Québec, Qc. G1P 2J3

418-681-0609 poste 60 www.commissionnaires.ca

24 février 2010 / Adsum / Page 5

Assistance pour l’obtention d’une réhabilitation rapide et efficace, ou pour une demande de levée d’interdiction aux États-Unis


MESSAGE DE L’ARMÉE DE TERRE

Le journal Adsum est une publication non officielle publiée un mercredi sur deux avec la permission du Commandant du 5e Groupe de soutien de secteur. Les opinions et les points de vue exprimés dans ce journal ne sont pas nécessairement ceux du MDN, des FC et de l’ASPFC/Personnel des FNP. Le journal Adsum informe la communauté militaire de la garnison et de la grande région de Québec depuis 1972. Notre publication constitue l’un des principaux outils de communication interne de l’Armée au Québec. C’est un moyen privilégié pour le Secteur du Québec de la Force terrestre (SQFT) de communiquer avec son personnel et les familles. Les succès, les intérêts et les préoccupations de la grande équipe du SQFT, voilà la matière avec laquelle est bâti l’Adsum. Tirage : 6800 copies Éditeur Col Daniel Genest, cmdt 5 GSS Rédactrice en chef Caroline Charest, poste 5672 caroline.charest@forces.gc.ca Journaliste Philippe Brassard, poste 6656 philippe.brassard@forces.gc.ca Conseillère en publicité Ginette Demers, 418 871-1274 gdemers@videotron.ca Responsable petites annonces et comptabilité Marie-Josée Simard poste 5598 marie-josee.simard@forces.gc.ca Infographiste Philippe Dionne-Raymond poste 6656 production_journalvalcartier@videotron.ca Imprimerie Les Presses du Fleuve

Toute correspondance doit être adressée à la rédactrice en chef. Les demandes de publication doivent être acheminées par courrier électronique à +adsum@forces.gc.ca. Soumettre les textes en format Word et les photos en jpg. La rédactrice en chef se réserve le droit de rejeter ou de modifier tout matériel rédactionnel ou publicitaire. Les auteurs des textes ne seront pas nécessairement avisés des modifications apportées à leurs textes. Les articles publiés dans ce journal sont la propriété de l’Adsum et ne pourront être publiés, utilisés ou reproduits sans l’autorisation de la rédactrice en chef ou de l’auteur. Le journal Adsum est une entité des Programmes de soutien du personnel (PSP) et est financé en grande partie par les fonds non publics. Les revenus générés par les annonces publicitaires contribuent en majeure partie au financement du journal. Nous vous remercions d’encourager nos annonceurs.

ABONNEMENT : GRATUIT pour les militaires et les employés civils du MDN. Pour les autres : 20,00 $ par année (22 éditions), taxes en sus ISSN 0705-0992

ADRESSE : Journal Adsum Garnison Valcartier, bât. 516 C.P. 1000, succ. Forces Courcelette (Québec) G0A 4Z0

TÉLÉPHONE : (418) 844-5000, POSTE 5598

TÉLÉCOPIEUR : (418) 844-6934

Page 6 / Adsum / 24 février 2010

SITE WEB : www.journaladsum.com COURRIEL : +adsum@forces.gc.ca PROCHAINE PARUTION

mercredi 17 mars 2010 DATE DE TOMBÉE

lundi 8 mars 2010

L’instruction destinée à la classe A de la Réserve de l’Armée de terre sera revigorée Grâce à un apport de cinq millions de dollars annoncé à la fin de janvier, l’instruction des réservistes de classe A de l’Armée de terre sera revigorée. En outre, l’Armée de terre travaille activement pour obtenir encore plus de fonds afin de soutenir des activités vers la fin de l’année financière. Certaines réaffectations de fonds au Ministère avaient forcé l’Armée de terre à imposer des contraintes temporaires sur cette instruction pour la durée de l’année financière, mais un excédent non prévu provenant d’ailleurs au Ministère permet à l’Armée de réactiver une partie des activités interrompues. «Adapter les priorités de l’Armée de terre en fonction des priorités financières exigées par les circonstances est extrêmement difficile compte tenu de la cadence opérationnelle que nous connaissons, a indiqué le lieutenant-général Andrew Leslie, commandant de l’Armée de terre. De toute évidence, cette situation n’est pas idéale, car le financement en question arrive tard dans l’année financière et il est insuffisant pour reprendre toutes les activités de la Réserve. Néanmoins, je suis très heureux de savoir que les unités pourront réactiver des travaux importants et reprendre l’instruction plus tôt que tard», a-t-il ajouté. Les Forces canadiennes connaissent une cadence opérationnelle sans précédent tant à l’étranger qu’au Canada, et les priorités concurrentes ont donné lieu à des contraintes financières durant l’année. En décembre, le ministère de la Défense nationale a annoncé qu’il apportait plusieurs ajustements à son budget afin de répondre à des priorités stratégiques. En conséquence, l’Armée de terre a réorganisé ses dépenses dans certains secteurs pour qu’il y ait suffisamment de fonds pour l’instruction opérationnelle et pour l’achat de plateformes d’équipement essentiel.

constitue pour l’Armée de terre la période la plus occupée depuis des décennies. Le budget de l’Armée de terre et celui du MDN ont augmenté au cours des dernières années. Ce financement englobe des sommes destinées à des initiatives récentes comme l’expansion et le rééquipement de la Force terrestre. Les Canadiens ont manifesté un énorme soutien moral à l’égard des soldats; ils ont également appuyé l’attribution de ressources financières supplémentaires du gouvernement. Celui-ci a annoncé l’été dernier son intention d’acheter des véhicules blindés neufs ou remis à neuf afin que les soldats aient les outils et la protection nécessaires. Malgré ces augmentations, des décisions financières difficiles ont été prises et elles auront un impact sur de nombreux secteurs de l’Armée de terre. PRIORITÉ ABSOLUE : PRÉPARER LES SOLDATS AUX MISSIONS

Denis GAGNON I N F I R M I E R

Sur Rendez-vous 418.254.5689

Fondé par le 12e Régiment blindé du Canada

apportés dans l’ensemble de l’Armée de terre pour que l’on respecte les priorités stratégiques. À cette fin, l’Armée de terre devra : • réduire les activités planifiées et l’instruction des soldats qui ne se préparent pas à participer à des opérations dans l’immédiat; • reporter les travaux non urgents d’entretien et de réparation d’infrastructures et d’équipement; • reporter l’acquisition de biens non essentiels, dont certains véhicules commerciaux; • réduire les conférences et les voyages administratifs; • réduire les dépenses en informatique et en téléphonie cellulaire par exemple; • réduire le nombre de réservistes à temps plein. Le CEMAT a lui-même réduit au minimum ses voyages outre-mer jusqu’au début de la prochaine année financière en avril 2010. On a annulé les voyages en classe affaire pour tous les militaires, y compris le CEMAT. Ces voyages ne seront autorisés que dans des situations particulières, par exemple pour des soldats blessés qui pourraient nécessiter plus d’espace à bord des avions.

En annonçant ces mesures, le lgén Leslie a affirmé que la «priorité absolue» de l’Armée de terre est de préparer les soldats à la mission de combat en Afghanistan, à la mission de secours en Haïti et à d’autres missions internationales et nationales. On compte en outre s’assurer que les projets de modernisation d’équipement restent en bonne voie. Le commandant a affirmé que l’Armée de terre doit concentrer ses efforts RÉDUCTION DES POSTES DE CLASSE B sur ses obligations et non sur ce qu’elle On a surtout mis l’accent sur les réducaimerait faire. tions proposées aux postes de classe B. Le «Je suis extrêmement satisfait que l’Armée nombre de réservistes de classe B à temps de terre ait obtenu cinq millions de dollars plein a augmenté sensiblement depuis quelques années pour soutenir l’instrucL’argent économisé grâce aux pour atteindre un tion de nos réservistes de classe A au cours de cette compressions sera affecté à l’instruction sommet quasi historique : de 3430 dans des soldats qui partiront bientôt en année financière, a précisé le chef d’État-major mission, ainsi qu’à l’achat d’équipement l’Armée de terre en novembre 2008, il est de l’Armée de terre. Cela et de véhicules nécessaires pour passé à environ 4750 dit, il faudra appliquer assurer la protection et la mobilité en novembre 2009. des mesures de réaffecdont ils ont besoin. LA PÉRIODE LA PLUS OCCUPÉE L’Armée de terre tation dans d’autres DEPUIS DES DÉCENNIES domaines au cours de l’année à venir afin réduira ce nombre d’environ 300 à court Malgré cette injection de fonds dans de respecter les obligations de l’Armée terme. Les réservistes à temps plein conl’instruction des réservistes de classe A, de terre. En matière d’instruction, nous tinuent d’apporter une contribution certains défis demeurent. La contribution avons atteint certaines normes garantes inestimable aux activités quotidiennes de de l’Armée de terre en Haïti représente son de survie et de victoire; nous ne pouvons l’Armée de terre, mais la forte croissance quatrième déploiement en importance pas laisser d’autres dépenses nous faire de postes à temps plein a entraîné des dans le monde. En effet, un contingent de régresser». dépenses additionnelles. Les coûts assoplus de 3000 soldats se trouve en Afghanisciés au personnel représentent une part DES RAJUSTEMENTS FINANCIERS tan, un deuxième contingent suit une considérable du budget, et en raison de instruction préalable à son déploiement NÉCESSAIRES l’augmentation sans précédent de contrats en Afghanistan à Fort Irwin, en Californie, Le budget annuel de l’Armée de terre de classe B, des compressions sur ce plan et un troisième groupe soutient les activi- s’élève à 1,6 milliard de dollars. De ce mon- sont inévitables. tés de sécurité entourant les Jeux olympi- tant, environ 80 millions ont été affectés Le commandant a fait valoir que la ques de Vancouver. Au total, près de 9500 à d’autres priorités des FC au cours de l’an- Réserve fait partie intégrante de l’équipe soldats sont actuellement déployés, ce qui née. Des rajustements financiers sont de l’Armée de terre; ses membres partent en mission côte à côte avec ceux de la Force régulière et portent une part considérable Spécialiste en Immunisation et du fardeau associé aux opérations nationales et internationales du Canada. L’argent consultant en Santé Voyage économisé grâce aux compressions sera affecté à l’instruction des soldats qui partiront bientôt en mission, ainsi qu’à l’achat d’équipement et de véhicules nécessaires pour assurer la protection et la mobilité dont ils ont besoin. «Nous comprenons que ces compressions signifient que nous ne pourrons pas tout accomplir et qu’une telle approche comporte des risques», a déclaré le lgén Leslie, en réitérant que l’Armée de terre doit mettre l’accent sur ses priorités absolues si elle veut être prête pour les missions et les tâches futures. Afin de maintenir le niveau d’excellence de l’Armée de terre dans les opérations, «nous devrons passer nos dépenses encore plus au peigne fin», a-t-il dit. «Nos soldats méritent la meilleure instruction possible pour maintenir le calibre mondial dont ils ont fait preuve en milieux opérationnels.» 2425, Boul. Bastien, Québec, Québec 2627343

38e année, No 17, mercredi 24 février 2010


Une ambulance improvisée DES TECHNICIENS MÉDICAUX DÉPLACENT DES HAÏTIENS BLESSÉS Par le caporal Julie Turcotte Les Nouvelles de l’Armée, Montréal

LÉOGÂNE (Haïti) – Grâce au Rôle 2 et aux nombreux organismes non gouvernementaux, les soins médicaux offerts à la population de Léogâne sont nombreux. Malgré cela, certains Haïtiens n’ont toujours pas reçu de soins, faute de transport.

Les routes sont en mauvais état et la majorité des Haïtiens se déplacent en motocyclette. Ils doivent donc faire face à un grand défi lorsque vient le temps de déplacer un membre de leur famille jusqu’à une clinique médicale. Lorsqu’ils reçoivent des coordonnées, des techniciens médicaux, au volant d’une camionnette, se déplacent à travers les routes de Léogâne afin d’évacuer des

Les ressources étant limitées, les techniciens médicaux doivent transporter des blessés dans une camionnette. – Photo : cpl Julie Turcotte, Nouvelles de l’Armée, Montréal

blessés. À cause du manque de temps et de ressources, seulement les cas les plus graves peuvent être traités ainsi. «Ça fait vraiment pitié. Une dame amputée restait loin et personne de sa famille n’avait un transport. Une chance que nous étions là», explique le caporal Mélanie Mascolo, de la 5e Ambulance de campagne. «C’est vraiment particulier à Haïti. Jamais nous n’avons utilisé une boîte de camionnette

pour évacuer des blessés auparavant, mais ça fait la job», ajoute-t-elle. Les techniciens médicaux agissent rapidement, mais l’information prend parfois du temps à parvenir aux cliniques médicales. Une jeune fille de 18 ans ayant une fracture à la jambe droite depuis le 12 janvier était alitée chez elle jusqu’à ce que son frère parle de son état le 31 janvier. Des techniciens médicaux des Forces canadiennes sont alors allés la chercher. Les cas où les techniciens médicaux évacuent des blessés sont nombreux. Prochainement, ils auront la chance de les transporter... en ambulance.

Des militaires transportent une femme qui vient tout juste d’être opérée au Rôle 2 jusque dans son lit. – Photo : cpl Julie Turcotte, Nouvelles de l’Armée, Montréal

15 % OBTENEZ BTENEZ Z

p pu

DE E RABAI RABAIS IS N TOUT TEMPS S EN sur présentation de votre carte e d'identité militaire m des FC ou de membre me ersonnel civil civ du personnel du ministère de la Défense nse nationale.* national

s roop

rT Ou

y on

s no s tro u p es

ort Supp

A

5ÆWef9D3FG;F bagd^We

Vg$$Xhd[WdSg#&_Sde

Ave. Chauveau (358)

Aut. 40

†Marques †M arques de ccommerce ommerce de B Boston oston Pizza Pizza Royalties Royalties Limit Limited ed P Partnership artnership utilisées sous lic licence. ence. © B Boston oston P Pizza izza IInternational nternational IInc. nc. 2010

bostonpizza.com b

Savourez.

24 février 2010 / Adsum / Page 7

3) (57

) 371 re ( miè l’Or

Boul. de l’Auvergne

l. de Bou

t

IV rien

Boston Pizz Pizza za Neufchâtel 8445, boul. de d l’Ormière 418-845-0050 418-845-005 50

Au

.H

*Offre valide en restaurant seulement, au Boston Pizza de Neufchâtel. Applicable sur la nourriture seulement, avant taxes et le pourboire. Ne peut être jumelée à aucune autre offre promotionnelle. Offre valide pour un temps limité. mité. Détails en restaurant.

Demandez tous les détails à votre serveur/serveuse. Recevez un repas gratuit pour un enfant à l’achat d’un repas pour adulte d’une valeur minimale de 14 $ (excluant les pourboires, les taxes et les boissons alcoolisées). Ne peut être jumelé à aucun autre bon ou offre promotionnelle. Aucune valeur monétaire. Offre en vigueur en restaurant seulement du 22 février au 14 mars 2010 dans les restaurants du Québec seulement.


Stephen Harper et le président haïtien, René Préval, avec des membres de la Force opérationnelle interarmées en Haïti. – Photo : caporal Pierre Thériault, Caméra de combat des Forces canadiennes

Le sergent Erica Oliver, commandant d’une section d’ingénieurs du 5e Régiment du génie de combat, examine l’intérieur d’un bâtiment endommagé pour s’assurer qu’il n’y ait plus de victimes avant de le détruire. – Photo :

Le soldat Joey Miller, du 3e Bataillon Royal 22e Régiment, apporte du barbelé pour établir un périmètre de sécurité pendant une distribution de nourriture.

caporal Julie Bélisle, Caméra de combat des Forces canadiennes

– Photo : sergent Bruno Turcotte, Caméra de combat des Forces canadiennes

Le soldat Mathieu Sans-Soucis, du 3e Bataillon Royal 22e Régiment, conduit une femme haïtienne vers une file de gens qui attendent pour recevoir des soins médicaux. – Photo : sergent Bruno Turcotte, Caméra de combat des Forces canadiennes

Page 8 / Adsum / 24 février 2010

Le caporal Martin Lang, du 3e Bataillon Royal 22e Régiment, assure la sécurité pendant une distribution de nourriture. – Photo : sergent Bruno Turcotte, Caméra de combat des Forces canadiennes

Le caporal Hugo Labrie, du 3e Bataillon Royal 22e Régiment, assure la sécurité pendant une distribution de nourriture. – Photo : sergent Bruno Turcotte, Caméra de

Le caporal Patrick Demers, un signaleur du Quartier général et Escadron des transmissions, se prépare à soulever un mât de communications radio devant le camion logeant le poste de retransmission automatique (PRA). Les Forces canadiennes ont installé un PRA au sommet d’une des montagnes au sud de Port-au-Prince. – Photo : caporal-

combat des Forces canadiennes

chef David Hardwick, CIIFC, Ottawa

Le capitaine Dez Desjardins, un technicien en recherche et sauvetage en milieu urbain, est à la recherche d’un Canadien disparu dans les ruines d’une maison de Port-au-Prince. – Photo : caporal Pierre Thériault, Caméra de combat des Forces canadiennes

Le sapeur Zacharie Lafrance, du 5e Régiment du génie de combat, coupe une tige de métal dans un bâtiment endommagé de Léogâne. – Photo : caporal Julie Bélisle, Caméra de combat des Forces canadiennes


Le caporal Jonathan Meunier, de la 5e Unité de police militaire, surveille une file d’Haïtiens en face de l’ambassade du Canada à Port-au-Prince. – Photo : caporal-chef David Hardwick, CIIFC, Ottawa

Le brigadier-général Guy Laroche, commandant de la Force opérationnelle interarmées en Haïti, accueille le premier ministre Stephen Harper, à son arrivée à Port-au-Prince – Photo : caporal Pierre Thériault, Caméra de combat des Forces canadiennes

Le sergent Mario Bernard, avec l’aide du caporal Daniel Hudon, se sert de cisailles pour retirer des câbles ensevelis sous les décombres. – Photo : sergent

Le caporal Amélie Cases, de la 5e Ambulance de campagne, examine une femme enceinte – Photo : sergent Bruno Turcotte, Caméra de combat des Forces canadiennes

Bruno Turcotte, Caméra de combat des Forces canadiennes

Le soldat Charles-Olivier Bergeron, un signaleur du Quartier général et Escadron des transmissions, effectue un contrôle radio à partir du camion logeant le poste de retransmission automatique. – Photo : caporal-chef David Hardwick, CIIFC, Ottawa

Le caporal Heintie Schmiclt, un opérateur de matériel mobile de soutien du 5e Bataillon des services du Canada, nettoie la fenêtre d’un chariot tous terrains pour conteneurs. – Photo : caporal-chef David Hardwick, CIIFC, Ottawa

combat des Forces canadiennes

canadiennes

Le sergent Luc Tellier, de l’Unité régionale de soutien aux cadets, détachement Québec, est déployé à Léogâne en tant qu’ingénieur responsable de la section de l’unité de purification d’eau par osmose inversée. – Photo : sergent Bruno Turcotte, Caméra de combat des Forces canadiennes

24 février 2010 / Adsum / Page 9

Les soldats Gosselin, Dubé et Bilodeau chantent une chanson haïtienne en s’aidant d’un livre de chansons emprunté pendant une messe. Près de 100 membres de la Force opérationnelle interarmées en Haïti ont assisté à une messe pour démontrer leur appui au peuple haïtien. – Photo : caporal Pierre Thériault, Caméra de

Le caporal Sandie Walsh, de la 5e Ambulance de campagne, vérifie la pression sanguine d’une fillette. – Photo : sergent Bruno Turcotte, Caméra de combat des Forces


e

Le Groupement tactique du 3 R22 R en Haïti Par le capitaine Lyne Poirier Officier des Affaires publiques, GT 3e Bataillon, Royal 22e Régiment

À peine les images du tremblement de terre qui a semé la désolation en Haïti défilaient-elles sur nos écrans que des vérifications d’état-major débutaient au sein du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada afin de répondre à l’appel urgent d’aide. Moins de quatre jours après la catastrophe, une équipe de reconnaissance dirigée par le colonel Jean-Marc Lanthier, commandant adjoint de la Force opérationnelle interarmées en Haïti, quittait Québec en direction d’Haïti. Le lieutenant-colonel André Demers et l’adjudant-chef Charles Fortin étaient également du nombre à partir. À la demande du Gouvernement du Canada, les troupes du Secteur du Québec de la Force terrestre, dont le Groupement tactique du 3e Bataillon, Royal 22e Régiment (GT 3 R22 eR), ont été déployées en sol haïtien afin de porter assistance au gouvernement en place, à la MINUSTAH ainsi qu’au peuple éploré. Malgré les nombreux défis entourant un déploiement rapide d’une telle envergure, les troupes sont finalement toutes en place à Léogâne et répondent à l’appel d’aide humanitaire avec efficience et professionnalisme. Tous les moyens de transport disponibles, par air et par mer, ont été exploités afin de déployer nos troupes le plus rapidement possible. Certains de nos valeureux guerriers ont quitté la Jamaïque pour une excursion de 12 heures sur le destroyer NCSM Athabaskan avant le fouler le sol haïtien. Le camp Lynx, ainsi baptisé par le GT 3 R22 eR, loge un effectif d’environ 512 personne comprenant des fantassins

Un soldat sri-lankais et un soldat canadien dirigent une foule d’Haïtiens vers les vivres. – Photo : cpl Jean-Nicolas Minville, Nouvelles de l’Armée

des compagnies A et B, des ingénieurs et du personnel de la compagnie de commandement et des services. De plus, du personnel du 1er Hôpital de campagne du Canada, de Petawawa, ont érigé un hôpital à quelques mètres du camp où il prodigue des soins de santé à la population locale pouvant aller jusqu’à des chirurgies majeures. La population locale est très réceptive à notre présence, ce qui facilite beaucoup notre travail sur le terrain. Malgré toute l’adversité et les nombreuses pertes que le peuple haïtien a connues, les gens nous saluent de la main et nous gratifient de leur plus beau sourire. Toutes les opérations du GT s’effectuent en parfaite synergie avec les différents partenaires civilo-militaires : la Police nationale haïtienne, la Police de l’ONU, les U.S. Marines, la MINUSTAH et plusieurs organismes non gouvernementaux dont l’Agence canadienne de développement international (ACDI) et le ministère des

Affaires étrangères et du Commerce international. Les journées de travail sont enrichissantes et bien remplies. Il y a beaucoup de travail à faire, les troupes ne chôment pas et les tâches diversifiées contribuent à rehausser la présence du bataillon dans notre zone opérationnelle. Les militaires accomplissent différentes tâches humanitaires. Les compagnies d’infanterie œuvrent notamment à la sécurité de site pendant la distribution de nourriture en appui aux ONG et au bataillon sri-lankais, de l’ambassade, de l’hôpital canadien et de l’organisation non gouvernementale Canadian Medical Assistance Teams. Des patrouilles de présence s’effectuent dans le secteur d’opérations canadien afin de voir au bon fonctionnement des efforts sur le terrain et d’assurer la liaison avec la population locale. Des patrouilles médicales assurent la distribution des soins de santé aux habitants des zones rurales

Un coup de pouce de taille

Les ingénieurs de la force opérationnelle sont très en demande. Ils répondent tant qu’ils peuvent à la demande selon les priorités. C’est ce qui s’est produit lorsque les dirigeants de l’ONG français Acted ont demandé la participation des militaires canadiens de toute urgence pour la construction de latrines près d’un camp de réfugiés au centre-ville de Léogâne. «Il nous aurait fallu deux ou trois jours alors que l’armée canadienne est venue et a fait ce travail en l’espace d’une heure», explique Vincent Morel, chef de projet «water and sanitation» pour Acted.

LE DÉFI DES INGÉNIEURS Par le caporal-chef Jean-Nicolas Minville Les Nouvelles de l’Armée, Montréal

LÉOGÂNE (Haïti) – Le 3 février, les ingénieurs de la force opérationnelle du 3 e Bataillon Royal 22 e Régiment (3 R22eR) ont entrepris plusieurs projets de construction et de récupération dans la ville de Léogâne. Ces travaux sont très bien accueillis par les organismes non-gouvernementaux (ONG) et la population locale, car les besoins sont multiples et criants. La ville de Léogâne a été presque entièrement dévastée par le séisme du

Page 10 / Adsum / 24 février 2010

Deux militaires canadiens aident un homme haïtien qui souffre d’un coup de chaleur. – Photo : cpl Jean-Nicolas Minville, Nouvelles de l’Armée

12 janvier. Rares sont les bâtiments qui ne sont pas dangereusement endommagés, écroulés ou bien littéralement réduits en un tas de pierres. Puisque tout est à faire, il faut fixer des priorités. «Notre tâche ici a trois volets. Nous devons fournir de l’eau, fournir un soutien en équipement lourd pour enlever les débris de Léogâne et, troisièmement, offrir des conseils d’ingénieurs sur les infrastructures de la ville», explique le major Claire Bramma, commandant de l’escadron de génie pour le groupement tactique du 3 R22eR

Le sergent Mario Bernard du 5e Régiment du génie de combat montre à Vincent Morel de l’ONG Acted l’emplacement des latrines publiques qu’ils creuseront. – Photo : cplc Jean-Nicolas Minville, Les Nouvelles de l’Armée

DES TÂCHES QUI SORTENT DE L’ORDINAIRE

Certaines tâches que reçoivent les ingénieurs sortent un peu de l’ordinaire. «L’une des plus importantes tâches que nous avons accomplies jusqu’à maintenant était à l’hôpital Sainte-Croix. Nous avons

ENSEMBLE DE LA FORCE • Rôle 1 - Dr Hébert - 5e Ambulance de campagne • Rôle 2 – 1er Hôpital de campagne du Canada • Les ingénieurs • Peloton d’influence • Peloton des transmissions • Renseignement

plus éloignées de la ville de Léogâne. Des soins primaires y sont prodigués ainsi que des transferts à l’hôpital canadien. Les patrouilles de présence ont également permis l’identification de 27 ressortissants canadiens. Enfin, des escortes de convoi assurent la sécurité des équipements et cargaisons pendant les déplacements. Enfin, depuis notre arrivée, bien qu’il y ait beaucoup à faire encore, les réalisations sont néanmoins palpables sur le terrain. De prochains articles vous expliqueront de façon plus ciblée les tâches des différentes organisations œuvrant au sein du GT. enlevé les débris de leur bâtiment administratif et récupéré certains documents importants», affirme le maj Bramma. Ces documents étaient entre autres les archives médicales de l’hôpital, très importantes pour le traitement des patients. Finalement, les ingénieurs ont également travaillé à la solidification de la mairie de Léogâne, permettant ainsi aux autorités de la ville de se réunir et de continuer leur travail. Toutes ces tâches peuvent sembler anodines lorsque l’on regarde la situation générale d’Haïti, mais elles font la différence dans la gestion des besoins immédiats. Elles sont les premiers pas vers la reconstruction du pays. Grâce au soutien et aux conseils de nos ingénieurs, les Haïtiens auront les clés en main pour rebâtir leur pays.

Le sapeur Danny Lemay et le sapeur Junior Lecours du 5e Régiment du génie de combat observent la fouille des décombres de l’hôpital Sainte-Croix. – Photo : cplc Jean-Nicolas Minville, Les Nouvelles de l’Armée


Transformer un champ en camp BÂTIR À PARTIR DE RIEN LÉOGÂNE (Haïti) – Le 20 janvier 2010 au matin, le terrain qui deviendra le camp Lynx à Léogâne ne ressemblait qu’à un autre terrain vague, mis à part les vestiges laissés par le tremblement de terre du 12 janvier. Plus tard dans la journée, les membres de la compagnie A du 3e Bataillon du Royal 22e Régiment (3 R22eR) arrivaient, munis uniquement de leur équipement personnel et de leur moral. C’est ainsi que débutaient les travaux de construction.

Les soldats ont utilisé un trou de fosse sceptique d’un hôpital en construction détruit pour faire des latrines en murant le contour avec des briques provenant des vestiges de ce même hôpital. Le poste de commandement quant à lui consistait en seulement trois sections de tentes modulaires, une table faite d’une simple planche de bois supportée par quatre piles de briques. À ce point, les seules communications vers l’extérieur s’établissaient par téléphone satellite ou Black Berry. À cette étape des choses, il était impossible de dissocier le camp militaire d’un camp de réfugiés haïtiens.

ROME NE S’EST PAS FAITE EN UN JOUR...

CONSTRUCTION GRADUELLE

Dur réveil le premier matin. Personne ne s’attendait à ce que Léogâne possède autant de coqs brûlant de passion pour le chant matinal. Sur le terrain, boîtes à fourbi, sacs de couchage et soldats meublaient la plaine vide. Peu à peu, quelques abris de fortunes faits de couvertures de sol, d’un peu de cordage et de quelques branches ont fait leur apparition.

Avec l’arrivée d’autres soldats, l’expansion du camp était inévitable. Ces derniers, équipés de lits de camp, se sont établis sur le terrain, le rendant un peu moins vague. Les soldats devaient tout de même continuer à partager leur espace de vie avec de nombreuses mygales et tous les autres insectes vivant déjà sur les lieux. La rosée matinale s’ajoutait également à la liste des petits désagréments.

Par le caporal-chef Jean-Nicolas Minville Les Nouvelles de l’Armée, Montréal

L’étape suivante a été l’établissement d’un espace de stationnement, car le 3 R22eR louait des véhicules locaux pour le transport. Le camp comptait à ce moment 200 personnes. DU LUXE?

C’est vers la fin de la première semaine que des constructions plutôt inusitées ont fait leur apparition sur le camp : des tentes de fortune érigées avec des toiles achetées en ville ou bien par l’assemblage de couvertures de sol en série. La compagnie B, une fois arrivée, a entamé la construction d’un gym à l’aide de bouts de bois et de briques servant de poids. Les douches, très attendues, ont également poussé à gauche et à droite. Plusieurs abris à l’ombre des arbres ont été érigés pour les repas et les quelques rares pauses que s’accordaient les membres de l’expédition.

INDUSTRIALISATION

Une centaine de techniciens médicaux, infirmières, docteurs et chirurgiens se sont ajoutés au camp. Bien installés dans les tentes qu’ils ont pris le soin d’apporter, ils se sont établis confortablement en bordure du camp initial. On a vu rapidement l’apparition de toilettes chimiques, de matériel pour le quartier-maître et également de nombreux véhicules militaires augmentant la flotte du camp à près de 30 véhicules. Des génératrices ont facilité les opérations informatisées. De plus, des bulldozers sont venus aplanir le terrain permettant d’agrandir le camp où on commençait à se sentir à l’étroit. Le camp comptait maintenant environ 400 personnes. L’AVENIR?

Avec de plus en plus de gens qui affluent, le petit terrain vague se transforme graduellement en village militaire. Plus le matériel arrive, plus les améliorations et les innovations se multiplient. On ne peut qu’imaginer ce que l’avenir lui réserve.

Des projets à impact rapide pour assurer la sécurité et le bien-être des Haïtiens Par le caporal Julie Turcotte Les Nouvelles de l’Armée, Montréal

Cet abri est l’un des nombreux que l’on peut voir sur le camp Lynx. Il témoigne des conditions dans lesquelles nos troupes doivent vivre. – Photo : cplc Jean-Nicolas Minville, Les Nouvelles de l’Armée, Montréal

Les membres de la compagnie B du 3 R22eR ont cru bon de garder la forme. Ils se sont donc confectionné un gym de fortune. – Photo : cplc Jean-Nicolas Minville, Les Nouvelles de l’Armée, Montréal

Les opérateurs de la coopération civilo-militaire (COCIM) explorent les terres haïtiennes afin d’identifier l’ensemble des besoins de la population. Il est facile d’observer les besoins des grandes villes, mais il ne faut pas négliger les personnes dans les villages ou camp de réfugiés éloignés. Les équipes COCIM visitent aussi les espaces reculés et identifient leurs besoins en soins médicaux, eau, nourriture et infrastructure. Les renseignements recueillis grâce aux patrouilles sont ensuite communiqués aux cellules d’urgence haïtienne, aux organismes non-gouvernementaux (ONG) et aux Nations unies. Les équipes COCIM doivent ensuite assurer la coordination entre ces différents intervenants et les Forces canadiennes (FC) pour l’accomplissement des projets. Pour assurer la réussite, tous doivent travailler dans la même direction. Le nombre de projets à réaliser est énorme et la reconstruction d’Haïti prendra des années. En ce moment, le but est de réaliser des projets qui améliorent rapidement la vie des Haïtiens. Pour ce faire, les FC se concentrent principalement sur des projets à impact rapide, donc des projets qui peuvent être réalisés par nos équipes en une ou deux journées. «Par exemple, des ponts qui ont été endommagés ou détruits et que nos ingénieurs peuvent aller réparer pour donner accès à des villages qui, sinon, seraient coupés de contact avec le reste de la communauté. (...) C’est un exemple de projet qui a un impact direct et positif auprès de

Le sergent Mathieu Renaud et le caporal-chef Miguel Castellon-Rivera, deux opérateurs COCIM, discutent avec un représentant d’un bureau régional pour évaluer les besoins des villageois dans cette zone. – Photo: cplc Jean-Nicolas Minville, Les Nouvelles de l’Armée, Montréal

la population», explique le lieutenant Philippe-André Genest, opérateur COCIM à Léogâne. À QUEL PROJET DONNER LA PRIORITÉ?

Les priorités sont définies selon deux sources : les projets identifiés urgents par les différents acteurs civils sur le terrain et les ressources des FC disponibles. Les opérateurs COCIM ont donc, quotidiennement, un énorme travail de coordination et les décisions prises tiennent les ingénieurs occupés. Ces derniers sont partout, que ce soit à ramasser des débris, à égaliser des routes, à construire des latrines ou bien à solidifier des bâtiments en place. «Les gens sont très contents de nous voir, car ils réalisent que nous sommes là pour les aider et que nous comprenons leurs besoins», ajoute le lt Genest. Assurer la reconstruction et améliorer le bien-être des Haïtiens, voilà ce à quoi travaillent nos militaires depuis des semaines. Les projets ne manquent pas, mais tous ceux entamés devront être terminés avant le 5 mars.

24 février 2010 / Adsum / Page 11


LE 8 MARS PROCHAIN SONNERA LA 100E JOURNÉE INTERNATIONALE DES FEMMES. PROCLAMÉE PENDANT UNE CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE COOPÉRATION POUR LES FEMMES SOCIALISTES À COPENHAGUE LE 8 MARS 1910, CETTE JOURNÉE SOULIGNE AUJOURD’HUI LA LUTTE DES FEMMES DE TOUS LES CONTINENTS POUR L’ÉGALITÉ, LA JUSTICE, LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT, AU COURS DE L’HISTOIRE. À L’APPROCHE DE CETTE DATE SPÉCIALE, L’ADSUM REND HOMMAGE AUX FEMMES EN UNIFORME QUI ŒUVRENT PARTOUT À TRAVERS LE PAYS, EN BROSSANT LE PORTRAIT DE QUELQUES-UNES D’ENTRE ELLES BASÉES À VALCARTIER.

Une «médic» passionnée par son métier Caporal Kathleen Matte Unité : 5 Ambulance de campagne Métier : technicienne médicale Année d’enrôlement : 2001 Missions : Kandahar (2006-2007) e

Par Philippe Brassard Journal Adsum

Qui aurait pu deviner que le caporal Kathleen Matte deviendrait technicienne médicale, elle qui était massothérapeute juste avant de s’enrôler? Attirée par la diversité des tâches et le travail physique reliés à l’uniforme militaire, elle s’est lancée dans cette aventure sans trop savoir dans quel métier elle aboutirait. Celle qui était jadis ignorante du domaine médical peut aujourd’hui intervenir face à de nombreuses blessures graves et veiller aux soins d’une compagnie d’infanterie sur le terrain, grâce aux expériences acquises au fil des années de service. Milieu clinique et préhospitalier, salles d’urgence, cas complexes : des défis, elle en a eus. Et elle apprécie pouvoir aller beaucoup plus loin qu’une infirmière dans le monde civil. «Ici, on fait des points de suture, des soins aux plaies, des intraveineuses, etc. (…) Tu prends un patient amoché, tu es capable d’analyser la situation, poser un diagnostic, amener un plan de traitement et le traiter. On peut faire plus d’actes invasifs», explique cette passionnée de son métier.

Travaillant à l’UPS 4 au 3e Bataillon du Royal 22e Régiment, elle évolue dans une équipe dynamique, où elle peut discuter ouvertement des cas avec ses supérieurs. En 2006-07, le cpl Kathleen Matte a œuvré à l’hôpital multinational de rôle 3 à Kandahar, aux côtés de médecins occidentaux. Dans les baies de traumas où elle travaillait principalement, elle a traité des dizaines de cas, avant leur entrée en salle d’opération comme à leur sortie. «C’est ma plus belle expérience à vie», dit-elle sans hésiter. «Ça a ravivé la flamme du métier!» Même si son petit bonhomme avait deux ans et demi à l’époque et qu’elle a dû retisser les liens avec lui à son retour, elle est convaincue que les sacrifices en ont valu la peine. Étonnamment, ce ne sont pas les balles sifflant près d’elle qui l’ont marquée en théâtre, c’est plutôt «le côté humain». En exemple, elle raconte l’histoire d’un Afghan victime d’une mine alors qu’il transportait des marchandises en camion. Traité à l’hôpital, il perd une jambe et des doigts. Dans les jours suivant son opération, malgré de bons signes vitaux, l’homme récupère mal et ne mange plus, constate le cpl Matte. Aidée d’un interprète, elle apprend que sa femme et ses sept enfants ignorent où il se trouve. Sans tarder, on lui prête un téléphone pour qu’il appelle sa femme, soulagée d’entendre sa voix. Cette dernière a pu réconforter son mari, en lui disant que son fils plus vieux s’occu-

Le caporal Kathleen Matte, technicienne médicale de la 5e Ambulance de campagne, a œuvré pendant plusieurs mois à l’hôpital multinational de rôle 3 à l’aérodrome de Kandahar. On la voit ici au chevet d’une petite Afghane. - Photo : Courtoisie

perait de travailler à sa place. Rassuré, le père de famille s’est soudainement mis à prendre du mieux. Ce sont des cas comme ceux-ci qui fascinent le cpl Matte. Par ailleurs, ses sorties avec les troupes à Kandahar ont été enrichissantes à plusieurs égards. D’un seul coup d’œil, elle sait reconnaître les morsures nécrotiques

Une Vingt-deux dans l’âme Soldat Mariana Fernandini

une tradition dans sa famille. «Tout le monde était militaire là-bas, l’armée ça Unité : 1 Bataillon, Royal 22 Régiment faisait partie de la famille. J’ai vécu làMétier : canonnière dedans et j’ai toujours aimé ça», indique Année d’enrôlement : 2007 la jeune femme, précisant qu’autrefois le service militaire était obligatoire au Pérou. Missions : premier déploiement Arrivée à Montréal à l’âge de sept ans, à Kandahar en 2010 elle a grandi en entendant souvent parler Par Philippe Brassard des Forces canadiennes, surtout des Journal Adsum Casques bleus, et l’attrait de l’enrôlement Bien qu’elle porte un nom de famille n’a pas cessé de croître. Elle a tout de italien, le soldat Mariana Fernandini vient même jonglé avec l’idée d’intégrer la police du Pérou, en Amérique du Sud. Depuis durant quelque temps, pour finalement des générations, le service militaire est choisir le chemin plus direct des Forces canadiennes. À 21 ans, elle a sauté les pieds joints dans ce défi fait sur mesure pour elle. «Tout ce qui est entraînement physique, ça m’attirait. Le sport, c’est ma vie», ajoute celle qui est tombée toute jeune dans la marmite de l’activité physique. Elle est d’ailleurs atta quante depuis deux ans dans l’équipe régionale de soccer militaire. Entourée d’hommes – étant l’une des deux seules Le soldat Mariana Fernandini, l’une des deux seules femmes du femmes du 1er Bataillon 1er Bataillon du Royal 22e Régiment, se repose pendant un exercice à du Royal 22e Régiment – er

e

elle vit avec cette situation facilement. Au quotidien, la vie de groupe est une source de motivation pour elle. «La fraternité que tu as avec tes collègues, c’est unique. On n’est pas 24 heures sur 24 heures ensemble, mais on se soutient. Il se crée des liens avec du monde que tu n’aurais jamais pu créer en étant civil», raconte le sdt Fernandini, faisant allusion aux entraînements où tout le monde partage les mêmes épreuves. En quête d’excellence, elle dit apprécier le métier de fantassin, où les limites sont toujours repoussées. «J’aime me dépasser, voir jusqu’où je peux aller», dit-elle. Son premier déploiement est prévu l’automne prochain à Kandahar. Cette mission sera pour elle l’apogée de son entraînement. «C’est comme le soccer : on a beau se pratiquer sans arrêt, mais sans match, on n’est pas un vrai joueur. J’ai hâte de voir si j’aime mon job pour de vrai», explique-t-elle. Ce sera aussi l’occasion de connaître la culture afghane. Sa seule crainte est de laisser sa famille et ses proches derrière elle. Pour la suite de sa carrière, ses ambitions sont de suivre les traces du soldat Valérie Poliquin, la première femme du régiment à obtenir la qualification de chef d’infanterie.

causées par les araignées du désert. Elle a aussi pris conscience de son rôle précieux pour les troupes, avec qui elle a développé des relations fraternelles. Mais elle a également constaté l’importance de ses techniques de combat pour rester en vie et remplir son rôle en sécurité. Pour son prochain déploiement en 2010, elle aimerait d’ailleurs être détachée avec une compagnie sur une longue durée. Finalement, son métier lui a inculqué des «outils de vie incroyables» au quotidien. Son cours de conduite d’urgence l’a rendue beaucoup plus calme. «Sur la route, je vois les gens paniquer pour des affaires et j’ai envie de leur dire “Mon Dieu, relaxez!”», blague-t-elle. Mais les expériences qu’elle a vécues lui permettent de remettre ses propres épreuves en perspective, et de les affronter d’emblée. Atteinte d’un cancer ces dernières années, elle a ainsi réussi à surmonter la maladie et affiche maintenant un visage rayonnant de santé.

Page 12 / Adsum / 24 février 2010

Je vais vendre votre propriété. Contactez-moi.

FRÉDÉRICK MASSON Agent immobilier affilié

418-948-1000

• Nombre de femmes dans la Force régulière à Valcartier : 619 (hommes : 5832) • Nombre de femmes militaires à Valcartier (incluant les réservistes) : 1494 (hommes : 8643) • Nombre de femmes dans les armes de combat à Valcartier (infanterie, blindé, artillerie, génie) : 42 • Nombre de femmes du personnel civil de Valcartier : 532 • Nombre de femmes dans la Force terrestre au Canada (régulière) : 1117, dont 155 dans les armes de combat • Pourcentage de femmes dans l’effectif total des FC : 15 % (militaire) et 42 % (civil) (Sources : CRH de Valcartier et site des FC)

Fort Bliss, au Texas. - Photo : Courtoisie

Vous êtes muté sur une autre BFC ?

QUELQUES DONNÉES

CONDOS À VENDRE

À STE-CATHERINE

Condos de luxe NOVOCLIMAT à vendre PRIX NET ET PAS DE SURPRISES entre 172 900$ et 189 900$

Condos 5 pièces avec foyer au gaz Finition haut de gamme et bien pensée Phase 2 et 3 en construction Livraison MAI ET JUIN Piscine creusée, ascenseur, rangement, 2 stationnements, grand terrain boisé 15 minutes de la BFC Valcartier

Superficie de 1300 pi2.


Le Royal 22e Régiment voit sa première femme qualifiée chef Soldat Valérie Poliquin Unité : 1er Bataillon, Royal 22e Régiment Métier : Fantassin Année d’enrôlement : 2008 Missions : Premier déploiement en 2010. Par le sous-lieutenant François Thivierge Officier d’administration, QEL-INF 0907 avec la collaboration de Philippe Brassard Journal Adsum

Le 18 novembre, les 32 finissants du cours de qualification élémentaire de leadership pour fantassin recevaient leur diplôme du major-général Alain Forand, colonel honoraire du Royal 22e Régiment (R22eR). Parmi ces candidats se trouvaient deux membres de la Force de réserve ainsi que 30 fantassins de la Force régulière. Parmi ces 30 fantassins se trouvait le soldat Valérie Poliquin du 1er Bataillon, R22eR, première femme de ce régiment à obtenir la qualification de chef d’infanterie. L’histoire des femmes dans le R22eR a donc tourné une autre page de sa lente progression. Rappelons-nous que l’enrôlement de nos collègues féminins dans les métiers de combat a commencé en 1988. En ce qui concerne le R22 eR, il faudra attendre 1992 avant d’y voir surgir une première femme en la personne du capi-

Le soldat Valérie Poliquin, à bord d’un VBL 3, vient tout juste de terminer sa qualification de canonnière. – Photo : Philippe Brassard, Adsum

taine Perron, une ancienne officier logistique entrée en 1984 qui réussit à se qualifier officier d’infanterie en 1992 pour joindre par la suite le 2e Bataillon du R22eR. Peu de temps après, le soldat Valérie Binet devenait la première femme du rang du R22eR. Bien que plusieurs femmes, une fois la porte ouverte par le capt Perron, devinrent officiers au R22eR, il a fallu atten-

dre 17 ans avant de voir une femme du rang obtenir une qualification de leadership. Avec ce nouveau précédent établi par le sdt Poliquin, il est improbable que nous ayons à attendre encore plusieurs années avant de voir une autre femme se qualifier chef. Valérie Poliquin, originaire de l’ouest de Montréal, est entrée dans les Forces canadiennes il y a deux ans en tant que

fantassin pour tester ses limites physiques et psychologiques. Ce défi, elle l’a non seulement trouvé mais l’a surmonté avec professionnalisme, ce qui lui a valu d’obtenir ses qualifications de leadership. De son côté, la jeune militaire reste bien modeste par rapport à cet accomplissement. «Je ne pense pas que j'ai été meilleure que les autres. C'est sûr que je suis contente d'avoir réussi, mais il y a quelqu'un qui m'a donné ma chance à quelque part, et c'est ça que je trouve plaisant. Je sais qu'il y a d'autres femmes qui ont le potentiel pour ça», affirme-t-elle. Elle se prépare aujourd’hui à la Roto 10 qui sera sa première expérience outre-mer. Par rapport à ce déploiement, le sdt Poliquin se montre consciente que beaucoup de défis l'attendent comme adjoint au caporal-chef. «L'idée d'être en position de leadership, c'est un peu stressant, mais j'ai confiance», souligne-t-elle. «D'aller en théâtre, sur le terrain, c'est l'objectif ultime de notre entraînement. C'est sûr que j'ai hâte», ajoute-t-elle. C’est la persévérance, la compétence et le professionalisme de femmes telles que le sdt Poliquin qui font qu’à chaque jour qui passe il semble plus naturel de voir des femmes parmi les rangs de l’infanterie canadienne. Reste à savoir si d’ici quelque temps, nous aurons le plaisir de parler du sergent Poliquin…

LA ROUTE DES SUCRES Venez goûter le printemps!

Érablière Boulogne

Chaleur et Tradition VENE

Z

Location de salle Membre ARCSQ

• Dégustation de tire sur neige VOUS • Produits de l’érable en vente AMU SER! • Musique d’ambiance et danse • «Sleigh-ride» • Mini-fermette • TERRAIN DE JEUX • CONCOURS DE GODENDART

Bienvenue aux groupes sociaux ! Méchoui, épluchette de blé d’Inde, soirée d’anniversaire, mariage, shower et pour toute autre occasion.

OUVERT À L’ANNÉE SUR RÉSERVATION

223, route Grand Capsa, Pont-Rouge

Située à 10 minutes de l’aéroport de l’Ancienne-Lorette 1916 rue des Balises, Québec, Qc, G3K 0A5

418 873-2164 • 418 663-6520

(418) 842-6965

www.mart-l.ca

www.erablieredeboulogne.com

Domaine du Mérifick

Réservez

Érab lière de B oulogne

• Capacité de 150 personnes • Repas de cabane à sucre typiquement québécois • Animation, musique • Service de bar • À 2 minutes de la base • Accessibilité pour personnes handicapées • Dégustation de tire d’érable • Sentier pédestre

Repas et tire à volonté ACTIVITÉS ET ANIMATION

ÉRABLIÈRE tôt

La

Bonne Fourchette SOUPER SPECTACLE Jean & Christiane

6 mars 2010

REPAS DES SUCRES Brunch • Dîner • Souper

Route 365, Saint-Basile Cté Portneuf, QC

RÉSERVATIONS: 329-2557

329-3150

Neuville 20 minutes de Québec

Élevage de cerfs rouges

S CABANE À SU R E PA Menu servi à volonté C R E

t vin e votre ière b votre

RÉSERVEZ TÔT

1 seul groupe à la fois le groupe à l'exclusivité de la salle

Sur réservation seulement min. 10 pers. max. 50 pers. 241 Wexford, Shannon, 844-1237 www.domaine-merifick.com

MENU SERVI À VOLONTÉ • Soupe aux pois • Pain canadien Tire - Animation - Danse • Fèves au lard Promenade à chevaux. • Pâté à la viande Réception en tout genre. • Omelette au four Épluchette de blé dʼinde. • Oreilles de crisse • Jambon et saucisse • Patates en robe des champs • Salade de choux • Marinades • Crêpes avec sirop dʼérable • Grand-père au sirop dʼérable • Breuvages (Thé, café, jus)

13 et 14 mars 2010

• • • •

NS MUSICIE ET BEN

O duo: KAR

www.cabaneleclerc.ca

cabaneleclerc@globetrotter.net 1289, 2e Rang Ouest, Neuville sortie 281 Sud, autoroute 40 Ouest

418-876-2812 • 418 873-2333

• Réservation de groupe jusqu’à 200 personnes • Animation sur place • Musée de l’érable • Camp du Trappeur • Repas servis à volonté • Sports & jeux • Réservez dès maintenant • Cabane à sucre mobile 1.00$/palette • À 15 minutes de Québec

(418) 849-0066 200, chemin des Lacs, Lac-Beauport Internet: http://www.erabliere-lac-beauport.qc.ca

24 février 2010 / Adsum / Page 13

Soupe aux pois Pommes de terre Oeufs dans le sirop Saucisses de cerf dans le sirop Cretons de cerf Fèves au lard Pâté à la viande de cerf Crêpes maison rtez Tarte au sucre Appo

Prix spéciaux


Un rêve de jeunesse Bombardier-chef Isabelle Anctil Unité : 5e Régiment d’artillerie légère du Canada Métier : artilleur Année d’enrôlement : 1989 Missions : Bosnie (1993-1994, 1999-2000, 2001), Haïti (1996-1997), Afghanistan (Kaboul, 2004) Par Philippe Brassard Journal Adsum

Pour le bombardier-chef Isabelle Anctil, qui a été basée les 20 dernières années à Valcartier, devenir militaire était avant tout un rêve de jeunesse. «Je trippais sur l’uniforme, j’aimais le défi, le fait de devoir être en bonne forme physique», dit-elle. Très sportive étant jeune, jouant au hockey et au handball, l’armée était à la hauteur de ses ambitions. En plus, son frère avait servi un an dans les Forces, ce qui l’a influencée dans sa réflexion. Quant à son père, un capitaine de navire marchand, il lui aurait peut-être transmis le goût de partir sur de longues périodes. «Je ne suis pas le genre de fille à partir toute seule avec un pack-sac. Mais

pour une mission, oui!», explique l’artilleuse, qui a maintenant cinq missions en poche. N’aimant pas vraiment les études et n’envisageant pas d’autre carrière, elle s’est donc enrôlée à 19 ans. D’abord chauffeur d’obusier M-109 au début de sa carrière, elle a acquis plusieurs qualifications sur d’autres véhicules et comme signaleur. Mais elle n’a jamais laissé de côté les canons, passant près de 16 ans à les manœuvrer. Parmi ses nombreuses missions, la Bosnie en 1993 est celle qui l’a marquée le plus. Elle y conduisait une ambulance de campagne. «J’ai bien aimé mon expérience. On était tout le temps sur le terrain, on sortait à tous les jours avec les ambulances, on escortait les convois», se rappelle-t-elle avec un brin de nostalgie. Le «challenge», la vie de groupe, l’esprit d’équipe, voilà ce qu’elle apprécie de l’armée. «Pour une fille dans un métier de combat, c’est toujours du surpassement. Il faut tout le temps que tu sois capable d’en montrer», soutient-elle. «Mais c’est ça qui te garde en forme, qui te garde à jour dans ta discipline.» Et elle signale

Le parcours d’une femme officier dans l’artillerie Capitaine Marie-Ève Bégin Unité : Collège militaire royal de Saint-Jean Métier : Artilleur Année d’enrôlement : 1997 Missions : Kaboul (2004), Kandahar (2007-2008)

Durant sa mutation à Valcartier, MarieÈve est déployée une première fois à Kaboul en 2004. Puis, ayant terminé ses

Pour le bombardier-chef Isabelle Anctil, devenir militaire était avant tout un rêve de jeunesse. Un rêve qui tire à sa fin, après plus de 20 ans à Valcartier comme artilleur au 5e Régiment d’artillerie légère du Canada. - Photo : Philippe Brassard, Adsum

n’avoir jamais eu de problème à évoluer dans un milieu d’hommes.

spécialités d’officier d’observation avancée (OOA) et de contrôleur aérien avancé (CAA), elle est déployée une deuxième fois à Kandahar et est rattachée à un escadron de blindés. Responsable de coordonner et de fournir l’appui feu à l’escadron, elle a «trippé» durant son déploiement. «Lorsqu’on fait appel à nous, les artilleurs, c’est en règle

Par le capitaine Eric Le Marec Officier d’affaires publiques du CMR Saint-Jean

Page 14 / Adsum / 24 février 2010

Le capitaine Marie-Ève Bégin travaille au Collège militaire royal de Saint-Jean (CMR Saint-Jean) comme commandant d’escadron depuis 2008. Elle a fait l’année préparatoire au CMR Saint-Jean pour ensuite terminer un baccalauréat en histoire au Collège militaire royal du Canada à Kingston en 2002. Officier d’artillerie de profession, le capt Bégin a effectué sa dernière phase d’entraînement en 2002. «Plus j’avançais dans l’entraînement, plus c’était clair que j’avais ma place au sein de l’artillerie», précise l’officier. Après son entraînement, elle est mutée à Valcartier comme commandant de troupe au sein du 5 e Régiment d’artillerie légère du Canada.

Le capitaine Marie-Ève Bégin, commandant d’escadron au Collège militaire royal de Saint-Jean, a été déployée à Kandahar en 2007 où elle était rattachée à un escadron de blindés.

D’après le bdrc Anctil, l’armée a bien changé durant les deux dernières décennies. Elle a remarqué la croissance du nombre de femmes, qui est parti d’environ cinq femmes à plus de 15 aujourd’hui au sein du régiment d’artillerie. Elle se rappelle également qu’autrefois il y avait davantage d’activités de cohésion, surtout lors des exercices hors base. «La cohésion n’est plus la même», affirme-t-elle un peu déçue, donnant en exemple la disparition des soirées festives après le travail. Dans 13 mois, la longue carrière du bdrc Anctil tirera à sa fin en raison de problèmes auditifs. Elle ne peut plus tirer du canon ni d’arme légère (C-7), pour ne pas aggraver ses problèmes. Une situation qu’elle vit difficilement, car elle aurait aimé retourner sur le terrain. «De ne plus être capable de suivre la gang, c’est ça que je trouve dur», confie-t-elle, en pensant surtout à Kandahar, où elle aurait pu toucher à l’essence même du métier d’artilleur. Malgré tout, elle adopte une attitude positive. «L’armée, c’est un beau défi, une belle organisation. Souvent, on ne se rend pas compte comment on est bien dans l’armée. Oui, des fois c’est sacrifiant de partir sept ou dix mois et tout. Mais je ne regrette rien», retient le bdrc Anctil, à qui l’on souhaite bonne chance dans ses nouveaux défis.

générale parce que ça va mal. Comme OOA, on a une puissance de feu incroyable à notre portée. C’est extrêmement gratifiant de savoir qu’on peut sauver des vies. Souvent les gars sur le terrain viennent nous remercier à la fin de la journée pour le soutien qu’on leur a apporté», ajoute le capt Bégin. En 2008, Marie-Ève Bégin se voit mutée au CMR Saint-Jean. Elle passe sa première année au Collège à titre de commandant adjoint de la division des élèves-officiers et devient par la suite commandant de l’escadron Iberville. «J’aime mon travail parce que je contribue à former les élèvesofficiers, explique le capt Bégin. Les élèvesofficiers évoluent beaucoup durant les deux années qu’ils passent ici et c’est très valorisant de les voir s’accomplir.» Lorsqu’on connaît son métier, on comprend mieux le calme qu’elle arbore devant les situations stressantes. «La gestion du stress est une compétence transversale qu’on développe assez vite dans l’artillerie» explique-t-elle. Lorsqu’il s’agit de larguer une bombe à 200 mètres de troupes «amies», on comprend bien que la gestion du stress se développe rapidement. Le capitaine Marie-Ève Bégin devrait normalement quitter le CMR Saint-Jean cet été pour retourner au sein du 5e Régiment d’artillerie légère du Canada à Valcartier.


TOUJOURS LA PLUS VENDUE AU CANADA Sur HENRI IV NORD, à moins de 5 minutes de l’autoroute de la Capitale, vous évitez les embouteillages et les détours causés par les travaux routiers.

LOCATION

ACHAT

CIVIC BERLINE DX 2010

CIVIC BERLINE DX 2010

198

$† / MOIS

48 MOIS

Transport et préparation inclus

1240 $* COMPTANT REQUIS

288

$ ††

72 MOIS À 2,4%

/ MOIS

0$ COMPTANT

INCLUS : Transport et préparation Taxes sur le véhicule

P.D.S.F. RÉVISÉ DE 1000 $***

15 990 Aussi disponible : Taux de financement à l’achat jusqu’à 60 mois

0,9

%*

Vous louer déjà une Honda ?

Obtenez une réduction de taux jusqu’à

$

1% + 500$**

pour l’achat ou la location de tous véhicules Honda 2010

Sur Henri-IV Nord, Sortie 5, Ste-Geneviève, (Val-Bélair et Loretteville)

418 845-6060

www.hondadelacapitale.com 4901, BOULEVARD DES GALERIES, QUÉBEC

1-866-371-0362 acuraoptima.com

2003 ACURA 1.7EL PREMIUM, 2004 ACURA 1.7 EL TOURING, 2006 ACURA RSX PREMIUM, argent, manuel, full, cuir, 125 000 km, U7518

gris, auto, full, 88 900 km, U7519

bleue. manuel, full, 64 000 km, U7506

2006 ACURA TL, gris, auto, full, cuir 46 000 km, U7561

2005 ACURA RSX PREMIUM,

8 995$

9 995$

16 995$

24 995$

16 495$

argent, manuel, full, 80 000 km, U7508

noir, auto, full, cuir 75 967 km, U7544

gris, auto, cuir noir 53 000 km, U7552

19 995$

16 995$

25 995$

18 995$

32 995$

24 février 2010 / Adsum / Page 15

2008 ACURA RDX,

bronze, auto, full, cuir, nav 78 000 km, 10678A

2006 ACURA TL, noir auto, full, cuir 36 000 km, U7556

2005 ACURA TSX,

bleue, manuel, full, cuir, 27 000 km, U7468

2007 ACURA CSX PREMIUM, 2006 ACURA CSX PREMIUM,


De réfugiée politique à militaire canadienne Élève-officier Adriana Amador Garay Unité : Bureau des Affaires publiques 5 GSS Métier : stagiaire Année d’enrôlement : 2009 Missions: aucune Par Philippe Brassard Journal Adsum

Née à Bogota, la capitale de la Colombie, Adriana Amador Garay grandit dans une famille très active sur la scène publique. Son père est politicien et son frère est membre des Forces armées colombiennes. Dès l’âge de 16 ans, Adriana travaille avec sa mère, une journaliste à la télévision et à la radio. Parallèlement, elle complète une technique en radio-télévision, ainsi que des études universitaires en communication publique. La jeune Colombienne songe pendant un moment à s’enrôler, mais il lui aurait fallu débourser de l’argent pour entrer dans cette armée peu accessible aux femmes. Ce n’était que partie remise. Tranquillement, elle mène une carrière publique colorée : lobbyiste, journaliste politico-économique ou chef de presse d’un organisme, elle touche à tout. «C’était magnifique comme carrière», se souvient-elle. Mais en raison de la vie publique active de sa famille, ça n’a pas duré. «On a commencé à avoir pas mal de problèmes de sécurité», confie-t-elle. Sa famille devient victime des conflits politiques en Colombie.

L’élève-officier Adriana Amador Garay est à son poste de travail, au bureau des Affaires publiques du 5 GSS, situé au quartier général de la Garnison Valcartier. - Photo : Philippe Brassard, Adsum

En 2002, tout bascule : elle reçoit des menaces de guérillas qui veulent la censurer. Également l’objet de menaces, son père se fait enlever, avant d’être tragiquement assassiné. Pour sauver sa vie, elle quitte son pays par la porte d’en arrière à destination du Canada, où elle reçoit le statut de réfugiée politique. Quelques sœurs l’ont suivie depuis, mais une partie de sa famille demeure toujours là-bas. REPARTIR À ZÉRO

Ignorant l’existence même d’une province canadienne francophone, Adriana

aboutit à Québec avec «bonjour» pour seul mot de français. Depuis son arrivée, apprendre la langue a d’ailleurs été «le plus grand défi» pour celle qui a encore un vif accent espagnol. Malgré tout, elle signale avoir eu une adaptation assez facile. Une fois installée, son désir de s’enrôler refait surface. «J’ai toujours voulu porter l’uniforme militaire, me sentir fière de faire partie d’un organisme selon moi essentiel pour un État», dit-elle, elle doit toutefois attendre cinq ans avant d’obtenir sa citoyenneté canadienne et enfin pouvoir entreprendre les démarches d’enrôlement. Entre temps, elle retourne aux études en français langue seconde, suivies d’une maîtrise en relations publiques à l’Université Laval. Puis, elle replonge dans le bain de la vie publique et des communications, s’impliquant dans une multitude d’organismes pour les immigrants de la région de Québec. SERVIR DANS LES FC

Plus de deux ans après avoir fait sa demande d’enrôlement, Adriana reçoit un appel déterminant : elle est acceptée dans les Forces. Le 1er septembre dernier, elle enfile l’habit de combat pour la première fois au Collège militaire de Saint-Jean. Un rêve se réalise. Blessée durant son cours de recrutement, elle a été transférée temporairement comme stagiaire aux Affaires publiques à Valcartier. Ici, elle peut avoir un aperçu de ce métier de relation avec les médias, qui rejoint sa carrière civile.

Mais ses réelles ambitions pour l’avenir seraient d’œuvrer à l’étranger dans le milieu diplomatique, pour l’ONU particulièrement. Passionnée de géopolitique, ses yeux s’allument lorsqu’elle parle de travailler en Bosnie ou en Afrique. Aujourd’hui, la jeune aspirante officier se dit «très fière» de faire partie des Forces canadiennes et elle souhaite relever tous les défis. Huit ans après avoir quitté en trombe son pays natal, elle ne retournerait jamais en arrière. «Je m’ennuie de ma famille et du soleil, c’est tout!»

GAGNEZ UN LIVRE SUR L’HISTOIRE DES FEMMES DANS L’ARMÉE CANADIENNE Vous aimeriez connaître l’histoire passionnante de ces femmes qui ont forgé les Forces canadiennes? Le journal Adsum procédera au tirage du livre Les femmes dans le patrimoine militaire canadien. Vous pourriez gagner ce livre en répondant à la question «Combien de femmes militaires y a-t-il dans les unités de combat à Valcartier?» (réponse dans notre dossier) et en soumettant votre nom et numéro de téléphone par courriel à +adsum@forces.gc.ca ou par télécopieur au 418 844-6934 au plus tard le jeudi 11 mars. TITRE : Les femmes dans le patrimoine militaire canadien TEXTE : Barbara Dundas ÉDITEUR : Éditions Art Global INFORMATIONS TECHNIQUES : 157 pages, 22,5 x 29,3 cm, couverture souple 39,95$

NOUVEAU DÉVELOPPEMENT

Page 16 / Adsum / 24 février 2010

22 NOUVEAUX TERRAINS

SAUVEZ DES MILLIERS DE DOLLARS

47

46

43

40

L’ACHAT D’UN

TERRAIN,

Achetez maintenant et ne construisez

58

Que dans 1,2 ou même 3 ans

WWW.DOMAINEDESSEIGNEURS.COM

418 844-2724

un investissement sûr et des plus rentables

418 931-1446


QUELQUES DATES HISTORIQUES •1885 : les premières femmes assistent les FC à titre d’infirmières. • 1914-1918 : (Première Guerre mondiale) : 2800 femmes infirmières servent outre-mer dans le Corps de santé royal canadien. Au pays, des femmes revêtissent l’uniforme pour la première fois et apprennent à manier des armes au sein de groupes paramilitaires. • 1939-1945 : (Deuxième Guerre mondiale) : 5000 infirmières servent dans le Corps médical de l’aviation, la marine et l’armée, principalement dans les hôpitaux outre-mer. • 1941 : enrôlement de 45 000 femmes non infirmières. Création de divisions féminines dans chaque branche. Apparition des premiers métiers non conventionnels pour les femmes, tels que mécanicienne ou conductrice d’équipement lourd. • 1965 : plafond d’enrôlement permanent des femmes fixé à 1500 femmes dans les FC, soit 1,5 % des effectifs. • 1979 : les collèges militaires ouvrent leurs portes aux femmes. • 1982 : la Charte canadienne des droits et libertés interdit toute discrimination basée sur le sexe, la race, l’âge, la religion, les déficiences mentales ou physiques, etc. • 1986-1988 : à la suite d’une plainte de discrimination, le Tribunal canadien des droits de la personne ordonne notamment aux FC d’intégrer pleinement les femmes à la Force régulière et à la Réserve (à l’exception des sous-marins), de supprimer toutes les restrictions d’emploi et d’élaborer un plan dans l’intention d’atteindre l’intégration totale d’ici dix ans. • 1988 : le colonel Sheila A. Hellstrom devient la première femme promue au grade de brigadier-général dans la Force régulière. • 1989 : le soldat Heather R. Erxleben est la première femme au Canada à occuper un poste de soldat d’infanterie au sein de la Force régulière. • 2000 : le Chef d’état-major de la Force maritime annonce que les femmes pourront désormais servir dans les sous-marins. • 2002 : à titre d’adjudant-chef auprès du sous-ministre adjoint (Ressources humaines - Militaires), l’adjudant-chef Camille Tkacz est la première femme affectée à un poste de commandement en chef. (Source : Site officiel des FC)

Vue sur le

S’intégrer dans un milieu d’hommes Par Philippe Brassard Journal Adsum

Difficile pour les femmes de bien s’intégrer dans les Forces canadiennes? La personnalité et l’attitude jouent pour beaucoup, selon plusieurs femmes militaires de Valcartier interrogées par l’Adsum. «Personnellement, je pense que tout est une question d’attitude. Par exemple, si tu arrives avec une personnalité plus introvertie, remplie d’appréhensions et de préjugés, c’est sûr que tu pourrais être bien malheureuse. Ce n’est pas cette attitude que j’aime adopter; au contraire, je suis quelqu’un de fonceuse. J’arrive là et je fais ma place, j’ai un job à faire», soutient le caporal Kathleen Michaud, technicienne médicale de la 5e Ambulance de campagne. Cette attitude, elle la résume comme suit : «je fais ma place, je ne me laisserai pas désarmer par personne, je reste calme et positive.» Également, la perception que les hom mes ont envers les femmes serait bonne autour d’elle, «surprenante» même. «Dans les exercices, ils voient que tu as du cœur au ventre, que tu es capable de traîner tes affaires et que tu n’es pas en train de pleurer dans ton coin parce qu’il fait froid, au contraire. Et tu adoptes leur langage», indique le cpl Matte. Comme technicienne médicale, elle tente aussi de gagner le respect en prodiguant les meilleurs soins possibles à ses patients avec une touche d’humour, diligence et exactitude. Pour le soldat Mariana Fernandini, le fait d’être l’une des deux seules femmes du 1er Bataillon du Royal 22e Régiment ne pose pas problème. «Les gars sont corrects. Je m’entends bien avec eux. Ils sont encourageants, surtout qu’il faut que je force deux fois plus

qu’eux pour arriver à leur niveau», souligne cette jeune soldat d’infanterie. Selon elle, rien de mieux que les actions pour faire taire la moindre parcelle de préjugé. «Tu leur montres que tu as du cœur, que tu es capable de faire toutes les mêmes affaires qu’eux.» De son côté, l’élève-officier Adriana Amador Garay, qui est d’origine colombienne, a été surprise de constater l’abondance des femmes en uniforme. «C’est hallucinant, je vois des femmes partout. Nous sommes vraiment bien positionnées», décrit-elle. Cette recrue maintient qu’il revient à chacune de faire sa place. «Moi je me donne ma place en faisant mon travail. Mais je trouve qu’il y a beaucoup de respect ici.» Elle constate que c’est davantage son origine colombienne qui soulève des questions que le fait d’être une femme. GRIMPER L’ÉCHELLE

Côté cheminement de carrière, une femme peut aspirer aux mêmes responsabilités qu’un homme, en autant qu’elle détienne les qualités personnelles requi ses, selon le bombardier-chef Isabelle Anctil, du 5e Régiment d’artillerie légère du Canada. «Si tu as du leadership, il n’y a rien qui va t’arrêter, aucune barrière. C’est ta mentalité à toi qui va faire que tu vas monter ou pas», affirme-t-elle. «Si tu réussis à te faire respecter, que tu sois une fille ou un gars, que tu es capable de faire le job, il n’y aura pas de problème.» Mais autrefois, les femmes des armes de combat devaient prouver leur valeur aux autres constamment, témoigne le bdrc Anctil, enrôlée en 1989. «Avant, on était des cibles. Il fallait tout le temps se surpasser», explique-t-elle. Cependant, les mentalités auraient évolué avec le temps. «Maintenant, si tu n’es pas capable, ça finit là, que tu sois une fille ou un gars.»

0$

fle uve

SAINT-NICOLAS

Petit coin de paradis! Magnifique propriété avec vue sur le fleuve, entièrement meublée, électroménagers et cuisine haut de gamme avec comptoir en granite et armoires en bois. Chambre des maîtres sur mezzanine inondée de lumière avec bain thermo-masseur. Superbe aménagement paysager sans voisin arrière dans un décor de rêve.

X PLE DU

90

ST-JEAN-CHRYSOSTOME

SUPERBE BUNGALOW À PALIERS MULTIPLES DANS UN SECTEUR DE CHOIX. Aménagé sur tous les niveaux, et très bien entretenu. Cuisine rénovée récemment, douche indépendante, toit cathédrale, grand terrain avec superbe paysagement, entrée asphaltée, piscine, très grand patio, 2 cabanons. CLÉ EN MAIN!

$

00

49

18

VAL-BÉLAIR

FAITES VITE! RARE À CE PRIX! Grand bungalow 24x40, idéal comme 1ère maison pour petite famille. Belle cour arrière, idéal pour les enfants et près des écoles, parcs et services. 4 chambres et les salles de bains ont été refaites. Toiture et drain agricole refaits à neuf. Conditionnelle à la réception du message de mutation du vendeur.

24 février 2010 / Adsum / Page 17

NEUFCHATEL-EST Superbe duplex 27 X44, terrain très bien aménagé 7095 pi², piscine et immense cabanon. Le propriétaire occupant a 3 chambres au rez-de-chaussée et une autre au sous-sol avec salle familiale et atelier. 3 ½ au sous-sol avec 2 entrées indépendantes pour arrondir les fins de mois.

1 22


HAÏTI : pour envoyer lettres et colis Le service postal pour Haïti est désormais établi. Vous trouverez ci-dessous les adresses des différents points de chute en Haïti ainsi que les directives pour l’envoi de courrier et de colis. Veuillez prendre note que ces envois de courrier sont uniquement destinés au soutien du moral des troupes. Les dons de charité et les colis pour aide humanitaire ne sont pas autorisés par la poste militaire et ne seront pas acceptés. Tout don destiné aux habitants de pays où les Forces canadiennes sont déployées doit être acheminé à un des nombreux organismes humanitaires au Canada. Pour adresser une lettre ou un colis : inscrire le nom de l’opération; le rang, le nom, les initiales et les trois derniers chiffres du matricule; l’organisation, l’unité et la section (ou le peloton); puis la succursale postale des Forces canadiennes à Belleville. Exemple : Op Hestia Sgt Joe Manville, JRS, 665 Op Hestia ESN, 5 BnS, TPT, plt A CP 5054, Succ Forces Belleville, ON K8N 5W6

ADRESSES

Page 18 / Adsum / 24 février 2010

Voici les trois adresses pour envoyer du courrier ou des colis à Haïti : OPÉRATION HAMLET

OPÉRATION HESTIA

Port-au-Prince, Haïti (Ambassade canadienne) grade/initiales/nom/nm unité/section Opération HAMLET C.P. 5250, Succ Forces Belleville, ON K8N 5W6

Haïti Jacmel Support au désastre d’Haïti grade/initiales/nom/nm unité/section Opération HESTIA C.P. 5054, Succ Forces Belleville, ON K8N 5W6

DART Haïti EICC (DART) Équipe d’intervention en cas de catastrophe grade/initiales/nom/nm unité/section Opération HESTIA C.P. 5046, Succ Forces Belleville, ON K8N 5W6

COLIS Voici les dimensions/poids maximum pour les colis. Les colis dépassant les dimensions et poids maximum ne seront pas acceptés. Les dimensions maximales sont de 1 mètre pour la longueur, la largeur et l’épaisseur, pour un pourtour (le pourtour est le total de la largeur + hauteur + longueur) maximal de 2 mètres. Les dimensions minimales sont une longueur de 240mm, une largeur de 140mm et une épaisseur de 1mm. Tous les colis peuvent faire l’objet d’une inspection par les douaniers du pays hôte. Par conséquent, il faut dresser une liste détaillée du contenu de chaque colis dans le coin inférieur gauche du paquet. Les expéditeurs sont priés d’inscrire leur adresse et leur numéro de téléphone dans le coin supérieur gauche du colis afin que le service postal des Forces canadiennes puisse communiquer avec eux si le colis suscite des préoccupations liées à l’adresse ou au contenu. Si le colis contient des articles suspects et si aucune adresse de retour n’est indiquée, le colis sera ouvert et son contenu vérifié. Les articles prohibés seront retirés et une lettre expliquant les actes du service postal des FC sera ajoutée avant l’expédition du colis au destinataire. Un registre du colis, des articles retirés et de leur disposition, ainsi qu’une copie de la lettre jointe, doivent être conservés.

SERVICE DE RETOUR DU COURRIER Veuillez ne pas utiliser le service de courrier d’encouragement si le destinataire doit rentrer au Canada dans les quatre semaines suivant la date de l’envoi. S’il est impossible de livrer le colis dans le théâtre, le colis fera l’objet d’un dépistage postal, sera taxé et sera renvoyé à l’expéditeur. Si aucune adresse de réexpédition ou de retour n’est indiquée, le colis sera ouvert pour tenter de découvrir où il doit être envoyé. En cas d’échec, le contenu du colis sera mis au rebut dans le théâtre. Les maîtres de poste doivent maintenir un registre de ces colis, de leur contenu et de ce qu’il en est advenu. Ils doivent également conserver des photos des colis et de leur contenu dans les dossiers officiels. ARTICLES INTERDITS Les expéditeurs sont priés de noter que tout le courrier envoyé aux opérations déployées fera l’objet d’un filtrage de sécurité effectué par le service postal des Forces canadiennes. Il faut suivre les directives de la Société canadienne des postes concernant les articles qu’il est interdit d’expédier vers le pays hôte. Toutefois, voici une liste générale des articles qu’il est interdit d’envoyer par courrier. En cas d’incertitude au sujet d’un article donné, communiquez avec le Service postal des FC. - Armes ou répliques d’armes, répliques de munitions ou munitions inertes, ainsi que tout autre appareil qui simule l’apparence d’explosifs ou de munitions, y compris les répliques de grenades ou les grenades inertes ou d’autres répliques de munitions militaires, que ces articles soient obtenus aux fins d’exposition ou non. - Articles généralement jugés obscènes ou immoraux;

- Gaz comprimés (aérosols); - Liquides ou solides corrosifs (agent de blanchiment, acides, ammoniaque); - Liquides ou solides inflammables (essence pour briquets, allumettes); - Explosifs; - Boissons alcooliques; - Produits du tabac; - Drogues et narcotiques (y compris les médicaments prescrits); - Articles périssables (fruits, viande). - Articles fragiles, écrasables, de forme inhabituelle, coupants, liquéfiables ou en poudre: il incombe au client de s’assurer que l’article est bien emballé et qu’une quantité adéquate de produit de bourrage et de renforcement est utilisée afin d’éviter que l’article soit perdu ou endommagé, que le matériel postal ou les autres articles expédiés soient endommagés et que les personnes qui manipulent le courrier soient blessées. À titre indicatif, le paquet devrait pouvoir supporter une chute d’environ un mètre pour empêcher tout dommage ou bris. PERTE D’ARTICLES PERSONNELS Le service de courrier d’encouragement ne doit pas être utilisé pour envoyer des articles personnels de valeur. Pour ces articles, il faut avoir recours au service habituel de la Société canadienne des postes, et il est fortement recommandé de souscrire une l’assurance postale. Les employés du MDN et les membres des FC qui veulent présenter une réclamation pour dommages ou perte conformément à la DOAD 7004-2 doivent remplir le formulaire approprié conformément à la DOAD 7004-2B et le faire parvenir au bureau du JAGA concerné.


L’exercice TAZ URBAIN e de la compagnie A du 1 R22 R Par l’élève-officier Mihai Piaje Compagnie D, 1er Bataillon, Royal 22e Régiment

P rofitant d’ une opportunité d’ entraînement dans les secteurs civils, la compagnie A du 1er Bataillon, Royal 22 e Régiment (1 R22 eR) a organisé un exercice de guerre en zone urbaine du 1 er au 3 février. L’objectif poursuivi par l’exercice était le maintien de compétences et la création d’instructions permanentes d’opérations (IPO) aux niveaux de section, de peloton et de compagnie. Celles-ci permettent une bonne communication entre les différents éléments de la compagnie et par corrélation, une meilleure efficacité lors des opérations urbaines. Afin de s’assurer que tous maîtrisaient les techniques de base, l’exercice a donc débuté au Centre d’instruction du Secteur du Québec de la Force terrestre par un entraînement à l’échelon de détachement. L’instruction a commencé par un rappel des mots de commandement en anglais et leur signification. Cette étape essentielle complétée, les pratiques d’insertion par détachement de deux et de quatre ont commencé. Ainsi, les différentes sections ont eu l’opportunité de pratiquer des insertions de pièces dans plusieurs situations, des plus simples aux plus complexes. De plus, le rapport post-exercice des instructeurs après chaque pratique permettait de discuter des points à être corrigés et ainsi de continuer à s’améliorer constamment à chaque pratique. Grâce à l’effort fourni par tous et aux conseils avisés des instructeurs, nous avons remarqué qu’à la fin de la journée la confiance parmi les membres des sections s’était installée et que les soldats de la compagnie A étaient prêts à passer aux choses plus sérieuses. Lors de la deuxième journée, la compagnie s’est déployée dans la région de Beauport. Travaillant en partenariat avec les services de police de Québec, nos trois pelotons ont poursuivi l’entraînement dans une ancienne école secondaire, ce qui a permis de pratiquer des scénarios beaucoup plus élaborés. L’utilisation de la «simunition», les différentes sortes de cibles statiques et mobiles et la température glaciale se sont ajoutées à la complexité du bâtiment. Plusieurs sites avec des parcours différents ont été préparés par les instructeurs afin que chaque peloton puisse relever un défi différent à tour de rôle. De plus, il s’agissait surtout de pratiquer des nouvelles techniques telles que l’évacuation des blessés et des prisonniers, comment réagir devant un dispositif explosif de circonstance, etc. Enfin, une attention particulière a été portée à la communication au sein des pelotons afin que le com-

Le caporal-chef Comeau «nettoie» une grande pièce avec son détachement. – Photo : sdt E.R. Leprohon, 1 R22eR

Patrick Lamy c.d.

mandant de peloton puisse être au courant de la situation et en informer la chaîne de commandement. Cette journée a été très profitable, car des ajustements au niveau des IPO ont pu être effectués au sein des pelotons afin qu’ils soient fin prêts pour l’exercice final de compagnie le lendemain. Lors de la dernière journée de l’exercice, nous avons eu le privilège d’assister à une démonstration de l’escouade tactique du Service de police de la Ville de Québec. Les présentations de la police terminées, nous étions enfin prêts pour l’exercice final de compagnie. Le moment était venu de montrer de quoi les soldats de la compagnie A étaient capables! Dès le passage de la ligne de départ, le rouleau compresseur s’est mis en marche. Nous avons pu assister à des entrées dynamiques et à une bonne communication au sein des pelotons et tout cela en gardant le momentum. Encore une fois, les membres de la compagnie TAZ ont prouvé qu’ils sont en mesure de relever n’importe quel défi et ce, avec brio et professionnalisme. En d’autres termes, la grande réussite de l’exercice TAZ URBAIN témoigne de l’excellente instruction reçue ainsi que du désir de vaincre qui habite les membres de la compagnie A du 1 R22eR.

Courtier immobilier agréé

AGENT IMMOBILIER AFFILIÉ

(418) 847-1000 (418) 569-4118

CELL:

patrick.lamy@remax-quebec.com Contactez-moi sans tarder. Il me fera plaisir de vous guider au cours des différentes étapes à suivre. Je vous garanti un service de 1ère classe.

STE-CATHERINE

BEAUPORT

0$

0

29

SHANNON

0$

0

50

14

29

Superbe 3½ décoré au goût du jour. 3e étage avec ascenseur. Piscine creusée, sauna, gym, espace de rangement, 1 stationnement. Près de tous les services. Il ne fait que passer!

L’ANCIENNE-LORETTE

Tranquillité et calme assuré!! Immense maison construite en 2000, 32ʼ x 42ʼ, garage 18ʼ x 28ʼ et presque 20 000 pi² de terrain. Grande cuisine en thermoplastique. 4 grandes chambres dont 2 au sous-sol. Entrée indépendante au sous-sol. Possibilité de bi-génération ou logement. Beaucoup de rangement. Poêle à huile au sous-sol. Système dʼalarme.

SHANNON

LEBOURGNEUF $ 00

$ 00

$ 00

90

50

29

25

Superbe cottage avec 3 chambres à l'étage et 2 au soussol, entrée en interbloc, dans un secteur jeune, familial et en demande. Comptoir de cuisine en granite et lave-vaisselle inclus, 2 salles de bains complètes et 1 salle d'eau.

AGENT IMMOBILIER AFFILIÉ

0

00

12

Maison mobile avec SOLAGE sans voisin arrière. 14 x 64.5 pieds avec rallonge d'entrée et terrain de 6835 pieds carrés orienté sud. 4 chambres. Poêle à bois au sous-sol. À qui la chance?

0$

Superbe maison, 4 côtés brique avec garage, toiture récente. Foyer et poêle combustion lente, 5 chambres dont 2 au sous-sol. Terrain près de 8 000 pi2. Secteur familial et rue peu passante.

45

32

Charmant bungalow au style champêtre, terrain de plus de 31 000 pi.2, garage double avec grenier offrant une pièce de 12x25, superbe cuisine, comptoir céramique, armoires polyester, douche céramique. À 5 minutes Base militaire, prise de possession juillet 2010. Vous serez charmé....

Janick Pelletier (418) 847-1000 BUNGALOWS – COTTAGES Notre mission? Vous informer! Journal Adsum 418 844-5000, poste 5598

Val-Bélair – Neufchatel – Loretteville – Shannon Acheteurs sérieux pré-qualifiés en attente Participants au service de Relogement des Forces canadiennes

24 février 2010 / Adsum / Page 19

JE RECHERCHE


Lieutenant-colonel Daniel MacIsaac Première agrafe à la décoration des FC 5 RGC

Major Mathieu Primeau Décoration des FC 5 RGC

Major Alexandra St-Amand Promotion Bureau des procureurs militaires (Est)

Major Étienne Tremblay Décoration des FC 5 RGC

Capitaine de corvette Luc St-Pierre Promotion RDDC

Capitaine Stéphane Richard Deuxième agrafe à la décoration des FC 5 GSS CTSE

Adjudant-maître Jean-François Bélanger Promotion 5 Bn S du C

Adjudant-maître Pierre Rivest Deuxième agrafe à la décoration des FC 5 GSS Sn Pers

Adjudant Jean-François Boutin Première agrafe à la décoration des FC 5 RGC

Adjudant Sylvain Latulippe Première agrafe à la décoration des FC 5 RGC

Adjudant Chantale Ouellet Première agrafe à la décoration des FC 5 RGC

Adjudant Gaétan St-Laurent Promotion 5 RGC

Adjudant Robert Jason Trenholm Promotion 5 RGC

Sergent Francis Arsenault Décoration des FC 5 RGC

Maître de 2e classe François Cloutier

Sergent Erica Oliver Décoration des FC 5 RGC

Sergent Martin Samoisette Promotion 2 R22eR

Sergent Stéphane Trahan Décoration des FC 5 RGC

Sergent Jimmy Tremblay Décoration des FC 5 RGC

Caporal-chef Josée Chiarot Promotion 5 RGC

Caporal-chef Sébastien Chouinard Promotion 5 RGC

Caporal-chef Mélanie Gringas-Vaugeois Décoration des FC 5 RGC

Caporal Jean-Philip Beauchemin Promotion 12 RBC

Caporal Alain Beaulieu Décoration des FC 5 RGC

Caporal Michael Campbell Promotion 5 RGC

Caporal Pascal Gauthier Promotion 5 RGC

Caporal Frédéric Jean Promotion 5 RGC

Caporal Yannick Lacombe Décoration des FC 5 RGC

Caporal Pierre-Yves Lehouillier Promotion 12 RBC

Caporal David Lepage Promotion 5 RGC

Caporal Jean-Pierre Maltais Promotion 12 RBC

Caporal Danick Morier-Thibault Promotion 5 Bn S du C Cie Maint

Caporal Vincent Morneau Promotion 12 RBC

Caporal Jose Ramazani-Muyumba Promotion 5 RGC

Caporal Danny Rochon Promotion 12 RBC

Première agrafe à la décoration des FC

RDDC

Page 20 / Adsum / 24 février 2010

QUE SIGNIFIE BRAVO ZULU?

Caporal Mark Smith Promotion 5 RGC

Caporal André-Philippe Vollant Promotion 5 RGC

Soldat Jose Fernandez Promotion 12 RBC

Soldat Brian Kane Promotion 5 Bn S du C Cie Maint

Soldat Jean-Philippe Ross Promotion 12 RBC

C’est un terme emprunté à la marine qui signifie «bien fait» ou tout simplement «bravo». Pour soumettre la photo du récipiendaire d’une promotion, d’une décoration ou d’une distinction, ou encore de quelqu’un prenant sa retraite, veuillez nous demander le formulaire de rédaction pour Bravo Zulu par courriel à +adsum@forces.gc.ca ou composer le 418 844-5000, poste 6656.


De jour comme de nuit, l’escadron A se prépare pour la FO 3-10 Par le lieutenant Morgan Oliviero Chef de troupe 13, escadron A, 12e Régiment blindé du Canada

Du 9 au 11 février, l’escadron A du 12e Régiment blindé du Canada (12 RBC) a participé à un champ de tir de nuit conjoint avec les candidats d’un cours d’opérateur de tourelle. Sous le commandement du lieutenant Gaétan Aupin, les trois troupes ont perfectionné leurs habilités à utiliser l’arme principale du Coyote, le canon de 25 mm M242 Bushmaster. Le but de l’entraînement était d’accroître la confiance des opérateurs envers le système de tir de nuit. Après avoir ajusté les viseurs en faisant un zérotage de combat, les troupes ont dégusté un bon repas chaud en attendant que les dernières lueurs du jour disparaissent. La première nuit a été froide, mais claire. Ces conditions sont

idéales pour utiliser le système de visée nocturne du chef d’équipage communément appelé «coude». Malgré quelques difficultés et enrayages, le tir statique s’est déroulé rapidement. L’officier de sécurité du champ de tir a su ajouter du réalisme à cet entraînement. Le lt Aupin avait préparé un scénario dans lequel l’escadron A devait appuyer une force de sécurité locale. Selon le scénario, des insurgés avaient attaqué une station de police et un édifice gouvernemental. Toutefois, la route de repli de l’ennemi croisait un champ de tir improvisé de l’escadron. Après que les ordres eurent été donnés, un ordre fragmentaire (FRAGO) fut émis. Immédiatement après avoir effectué un ravitaillement de combat, les équipages ont engagé et détruit les cibles sous l’illumination des fusées éclairantes. Pendant trois nuits, le scénario a été rejoué

Le 28 janvier, le 1 er Bataillon, Royal 22e Régiment (1 R22eR) a organisé une journée de développement professionnel avec ses confrères du 2 e Bataillon, Royal 22e Régiment (2 R22eR). Question de bien débuter la journée, les officiers des deux bataillons se sont rencontrés afin de s’affronter au hockey. Sur la glace, les deux équipes ont joué avec beaucoup d’enthousiasme et d’énergie. Toutefois, ce sont les membres du 1 R22eR qui ont remporté la victoire. Une fois le surplus d’énergie dépensé, les officiers et les sous-officiers du 1 R22eR se sont tous retrouvés à l’Académie afin

Le lieutenant-colonel St-Louis présente le major Jourdain aux membres et sous-officiers du 1 R22eR.

d’écouter la présentation sur les expériences en Afghanistan du major Steve Jourdain, commandant de la compagnie des services, et des membres qui ont fait partie de sa compagnie. La présentation couvrait les expériences du maj Jourdain

pour permettre à chacun de mettre ses connaissances en pratique. Fatigués mais de bonne humeur, les membres de l’escadron A ont procédé au nettoyage avant de revenir au régiment. Ce genre d’exercice brise la routine régimentaire. C’est aussi un entraînement efficace et intéressant pour qualifier de nouveaux opérateurs et se préparer au regroupement pour la FO 3-10.

L’auditorium est plein : sous-officiers et officiers du 1er Bataillon, Royal 22e Régiment (1 R22 eR) et du 2 e Bataillon, Royal 22e Régiment (2 R22eR) jasent, échangent des histoires et rient un peu. La présentation du major Steve Jourdain est prête à commencer. L’indicatif d’appel 39 sur le dernier groupement tactique présente ses membres

triés sur le volet pour leur rôle joué au sein de la compagnie Cobra. Il est flanqué notamment de son sergent-major de compagnie, l’adjudant-maître Guy Lapierre, d’un commandant de peloton, d’un adjoint de section et même d’un représentant des ingénieurs de combat. Lorsque la présentation commence, l’atmosphère devient vite sérieuse. L’assemblée est attentive lorsque le maj Jourdain présente l’environnement dans lequel il a opéré pendant de longs mois. Tout est passé

au peigne fin : les routes, les bases d’opérations avancées, la situation rouge, la situation blanche, etc. Il faut admettre que la présentation fourmille d’anecdotes toutes plus intéressantes les unes que les autres. Le jeune commandant de compagnie couvre plusieurs aspects du théatre : les règles d’engagement, les bombes artisanales, la préparation à la bataille, les types de missions, l’utilisation des outils tels que le tireur d’élite, l’arme blindée, etc.

sylvieaudet@royallepage.ca

ÉDITEUR : Éditions Modus Vivendi INFORMATIONS TECHNIQUES : 256 pages, 27,6 x 22,1 cm, couverture souple ISBN 978-2-89523-571-2 24,95$

GAGNEZ CE LIVRE Vous pourriez gagner ce livre en soumettant tout simplement votre nom et numéro de téléphone par courriel à +adsum@forces.gc.ca ou par télécopieur au 418 844-6934 au plus tard le jeudi 11 mars. LA GAGNANTE DE NOTRE DERNIER TIRAGE Caroline Tardif est l’heureuse gagnante des livres présentés dans notre chronique du 10 février : «Je joue à Toc Toc Toc - La mer» et «La petite rapporteuse de mots». Félicitations!

Il nous dépeint la réalité telle qu’il l’a vécue avec son équipe. Les commentaires de l’adjum Guy Lapierre, du capitaine Hugo Dallaire et du lieutenant Alex Leblanc offrent une mine d’information au personnel présent. Ils répondent aux questions sans détour. Il est clair que les sous-officiers et officiers du 1 R22eR qui formeront la prochain GT ont soif d’en apprendre plus de leur frères d’armes du deuxième bataillon. Si la journée a commencé par une amicale compétition de hockey, remportée par le 1 R22eR, on retiendra surtout de cette journée les témoignages francs et directs qui ont été entendus lors de cette rencontre.

Diane Beaulieu

ESTIMATION GRATUITE * VOTRE PROPRIÉTÉ SERA AFFICHÉE AU KIOSQUE DE LA BASE MILITAIRE DE VALCARTIER *

Pour Valérie et Stéphane, un couple dans la jeune trentaine, la vie ressemblait un peu trop à un livre dont les chapitres sont déjà écrits d’avance. Leur quotidien les menait tranquillement vers un sentiment de vide intérieur. Plutôt que de choisir une vie stable, un boulot, une maison, deux enfants, tous deux rêvaient de vivre de plus grandes aventures. En quittant tout pour découvrir leurs rêves à travers le Québec, ils se sont retrouvés. «Le Québec – Un voyage de découvertes» est un récit photographique qui transporte le lecteur aux quatre coins de la province, à travers la lentille du jeune couple. L’ouvrage plaira autant aux amateurs de photographie qu’il pourra inspirer les personnes souhaitant sortir des sentiers battus de la vie.

TEXTE : Valérie Hébert et Stéphane Marchand

avec l’ANP et l’ANA, les types et la fréquence des patrouilles, ainsi que les leçons apprises durant le tour. Les membres de l’auditoire ont posé beaucoup de questions afin d’en apprendre davantage. Tous ont appris énormément de cette présentation et chacun désire maintenant mettre en application les conseils reçus. Finalement, pour clore l’événement, les officiers et les sous-officiers des deux bataillons se sont réunis dans leur cercle respectif au 1 R22eR. Avec de la bière et de la pizza, les discussions amorcées après la présentation du maj Jourdain se sont poursuivies dans un contexte informel. La journée de développement profes sionnel a été une réussite et a permis d’approfondir des sujets plus précis.

418-843-1151

Sylvie Audet

UN VOYAGE DE DÉCOUVERTES

TITRE : Le Québec - Un voyage de découvertes

Des témoignages francs et directs pour les sous-officiers et officiers du 1 R22eR Par le lieutenant Tom Brzozowski 1er Bataillon, Royal 22e Régiment

LE QUÉBEC –

Les équipages reçoivent les ordres.

Développement professionnel conjoint pour le 2 R22eR et le 1 R22eR Par le capitaine Jocelyn Bordeleau Commandant adjoint, compagnie de commandement

CHRONIQUE LECTURE

dianebeaulieu@royallepage.ca

NOUS RECHERCHONS

BEAUPORT, ANCESTRALE. Construction 1850. Plafonds 10 pieds. 4 logements. Possibilités multiples : bureaux de professionnels, gîte, restaurant ou tout simplement propriétaire occupant avec revenus. DIANE BEAULIEU 418-843-1151 8211592

CHARLESBOURG, Charmante et grande propriété située dans un secteur commercial + droit acquis résidentiel. Terrain de 11 600 pi². 3 chambres, poêle à combustion lente. Possibilité de posséder votre commerce. À qui la chance. DIANE BEAULIEU 418-843-1151

Vendeur émérite : Le lauréat s'est classé dans les 21 à 25 meilleurs percentiles dans son marché immobilier résidentiel en fonction de ses revenus* de vente. Maître vendeur : Le lauréat s'est classé dans les 11 à 20 meilleurs percentiles dans son marché immobilier résidentiel en fonction de ses revenus* de vente. Palme d'Or du Président : Le lauréat s'est classé dans les six à dix meilleurs percentiles dans son marché immobilier résidentiel, en fonction de ses revenus* de vente. *Les revenus correspondent aux commissions brutes conclues et reçues au cours d'une période déterminée.

CHARLESBOURG, Magnifique cottage 28 x 26 + halle d’entrée 4 x 12.6. Secteur Montagne des Roches. 3 chambres au même niveau avec un grand walkin + 1 chambre au sous-sol, 2 salles de bains, 1 salle d’eau. Foyer au salon, sous-sol fini. Entrée asphaltée pour 4 voitures. Idéal pour famille.

DES CHATELS, Très beau jumelé près de tous les services. Aménagé sur 3 étages. 3 chambres, salle de bains à l’étage. 4e chambre et salle familiale au sous-sol. Très beau secteur résidentiel. UN APPEL SUFFIT!

Courtier * de la chambre immobilière de Québec

VAL-BÉLAIR, Magnifique bungalow avec revenu au sous-sol, loyer 5 ½ loué. 3 chambres au rez-de-chaussée. Grand terrain sans voisin arrière avec garage détaché.

150 000$ À 300 000$ ACHETEURS PRÉ-QUALIFIÉS

Courez la chance de gagner 10 000$ Accréditées au programme de relogement des Forces canadiennes

24 février 2010 / Adsum / Page 21

ST-URBAIN, Magnifique grande terre à bois et à culture bordée par la Rivière du Gouffre, possibilité pêche au saumons, chasse à l’orignal (cache existante). Accès par la route 381, vue magnifique sur les montagnes, plusieurs sources et ruisseaux.

JUMELÉ COTTAGES BUNGALOW


Bloc-note

boration avec le Centre d’apprentissage et de carrière. Pour connaître les modalités d’inscription ainsi que l’horaire des cours, consulter le site Intranet http://hr.ottawa-hull.mil.ca/courses-cours/.

La journée de lancement de la semaine de relâche scolaire sera célébrée le 28 février de 10 h à 15 h au Centre plein air Castor. Glissade, animation et plusieurs surprises seront au rendez-vous. L’activité est gratuite. Info : 418 844-5000, poste 8143.

en connaître davantage sur la JIF, visitez le site Intranet des Événements commémoratifs d’équité en emploi, à l’adresse h t t p : / / h r. o t t a w a - h u l l . m i l . c a / e e c ece/index.html. Le site comprend un manuel sur «Comment organiser un événement commémoratif d’équité en emploi». Les régions sont invitées à faire part de leurs programmes, histoires de réussites et photos via ce site.

3 MARS

12 MARS

JEU DE KATAG

SPECTACLE DE MAGIE

Un jeu de combat d’épées en mousse de type «Katag» aura lieu le 3 mars à 13 h au Centre des sports de la Garnison Valcartier. Animation Laforge sera sur place pour organiser les différents jeux. Tout est gratuit, même les épées seront fournies. L’activité s’adresse à tous les âges, mais les enfants de moins de 12 ans doivent être accompagnés d’un adulte. Info : 418-8445000, poste 8143.

Venez découvrir le théâtre magique, un spectacle de magie fantaisiste qui plaira autant aux enfants qu’aux parents, le 12 mars à 18 h 30 au Centre communautaire de la Garnison Valcartier. Le magicien Patrick Rémond vous épatera avec ses tours mystérieux. Il s’agit d’un spectacle gratuit. Info : 418 844-5000, poste 8143.

SOUPER ANIMÉ

17 MARS

Chaque dimanche à 9 h, il y a culte à caractère liturgique (deux fois en anglais et deux fois en français chaque mois) à la chapelle St-Alban. Ensuite, il y a culte à caractère évangélique francophone à 10 h 45. Une étude (bilingue) et une discussion biblique a lieu les mercredis de 12 h à 13 h. Info : padré André Harper, 418 844-5000, poste 6716 ou 7929.

COURS D’ESSAI GRATUIT

COMPTOIR DES AUBAINES

Un cours d’essai gratuit de work-out «Objectif-santé» aura lieu le 17 mars à 19 h au Centre des sports de la Garnison Valcartier, en compagnie de la professeure Cynthia Leguilcher. L’activité s’adresse aux 16 ans et plus. Info : 418 844-5000, poste 8143.

Pendant le mois de mars, le comptoir des aubaines de Sainte-Catherine-de-laJacques-Cartier, situé au sous-sol de l’église (2, rue Jolicoeur), ouvrira ses portes le samedi 6 mars de 9 h à 16 h, le dimanche 7 mars de 9 h à 13 h, ainsi que les samedis 13, 20 et 27 mars de 13 h 30 à 16 h. Le

28 FÉVRIER JOURNÉE PLEIN AIR FAMILIALE

Un souper animé sous le thème des pirates aura lieu le 3 mars à 18 h 30 au Centre plein air Castor. Un animateur sera sur place. Le coût est de 5 $ par famille. Inscriptions et paiements avant le 26 février. Info : 418 844-5000, poste 8143.

5 MARS DISCO SUR GLACE

Une disco sur glace aura lieu sur la patinoire de l’aréna Clément-Boulanger de la Garnison Valcartier, le 5 mars de 14 h à 16 h. Un animateur sera sur place. Les participants doivent amener leurs patins. Cette activité s’adresse à tous les âges. Les enfants de moins de 12 ans doivent être accompagnés d’un adulte. Info : 418 844-5000, poste 8143.

8 MARS JOURNÉE INTERNATIONALE DES FEMMES

Cette année, c’est sous le thème «Les luttes qu’elles ont menées : les racines de notre succès» que l’Équipe de la Défense commémore la Journée internationale des femmes (JIF). Divers événement et activités de sensibilisation auront lieu à la grandeur de l’organisation. Pour obtenir des affiches, faites parvenir votre demande à Lise Charron au 613 944-7172 ou à l’adresse lise.charron2@forces.gc.ca. Pour

Divers

ACTIVITÉS DE LA RELÂCHE À LA CITADELLE DE QUÉBEC

Du 1 er au 4 mars, le nouvel atelier «Armée et science» sera présenté à 13 h 30. Vous explorerez des innovations et développements militaires faisant partie du quotidien et ayant des impacts dans les télécommunications, la médecine, etc. Le 5 mars à 13 h 30, la pièce de théâtre «Un soldat du 22 à Vimy» avec Danilo Vergara aura lieu. Réservation nécessaire. Tarif familial spécial à 11$ ; et pour les enfants de 7 ans et moins, c’est gratuit. Chaque activité est suivie d’une visite de la Citadelle de Québec. Info : 418 694-2815. CHAPELLE ST-ALBAN

comptoir sera fermé les 3 et 4 avril pour Pâques. SOUTIEN À L’ALLAITEMENT

La Ligue La Leche offre un service de soutien mère à mère. Toutes les futures mamans, les mères allaitantes, les conjoints et leurs enfants sont invités aux rencontres gratuites qui se tiendront à la chapelle St-Alban (150, Hodson, sur la Garnison Valcartier) tous les deuxième mardis du mois à 9 h 30. La prochaine réunion «Devenir mère, les changements et les adaptations» aura lieu le 9 mars. Toutes les questions en lien avec l’allaitement pourront aussi être posées. Au plaisir de vous voir nombreuses! Info : Manon, au 418-845-1243.

Prochaine parution :

17 mars 2010 Soumettez vos suggestions d’activités au plus tard le 15 février par la poste (voir notre adresse dans l’encadré en page 6), par télécopieur au 418 844-6934 ou par courriel à : +adsum@forces.gc.ca.

VOTRE SUDOKU

OMNIUM BOB PARKER

L’Association du Royal 22 e Régiment (succursale Montréal-Laval) organise l’Omnium Bob Parker, un tournoi de golf qui aura lieu le vendredi 18 juin au club de golf Bonniebrook (207, Côte Saint-Paul, Saint-Colomban). Les co-présidents d’honneur sont le major-général Terrence Liston et Bruno Heppell, ancien footballeur des Alouettes. Le golf formule Vegas (voiturette et souper) coûte 95 $, golf seulement 55 $ et souper seulement 40 $. La date limite d’inscription et d’annulation est le 8 juin. Info : Luc Renaud au 450 4736010 ou renaudluc@videotron.ca .

Jouer au SUDOKU, c’est simple. Une seule règle : chaque ligne, colonne et carré de 3 x 3 doit contenir tous les chiffres de 1 à 9.

RÉDIGER UNE DESCRIPTION DE TRAVAIL

Vous êtes gestionnaire et rédiger des descriptions de travail vous donne mal à la tête? Un cours sur la rédaction de descriptions de travail est offert par le Centre de ressources humaines civiles en colla-

Lequel est le marteau de plâtrier?

Voir solution en page 31.

Si vous aimez apprendre et aider les autres, Home Depot pourrait vous intéresser. En tant que premier détaillant dans le secteur de la rénovation résidentielle au Canada, nous devons notre prospérité à l’enthousiasme et aux compétences de chacun de nos associés. Pour vous, cela signifie que vous recevrez la formation théorique et pratique dont vous avez besoin pour apprendre, vous perfectionner et réussir. Avez-vous des questions? Êtes-vous à la recherche du poste qui vous convient le mieux? Visitez le site homedepot.ca/emplois pour postuler en ligne ou pour obtenir de plus amples renseignements. TRAVAILLER DANS UN ENVIRONNEMENT STIMULANT, c’est

beau

Nous favorisons la diversité et souscrivons au principe de l’égalité d’accès à l’emploi.

A. Celui de droite.

Page 22 / Adsum / 24 février 2010

Si vous le savez, nous aimerions vous rencontrer. Si vous l’ignorez, nous aimerions vous l’apprendre.


PROMOTION de la SANTÉ

Toutes les raisons sont bonnes pour manger québécois! Le Mois de la nutrition 2010 a pour thème «Célébrons nos aliments… de la terre à la table!». Il invite tous les Canadiens à célébrer les aliments, de la terre, d’où ils proviennent, jusqu’à notre table où ils sont servis en mets sains et savoureux. Rendez-vous tout simplement à votre marché public pour savourer la variété des aliments cultivés et produits près de chez vous. Une fois que vous aurez goûté aux aliments d’ici, vous ne ferez plus marche arrière... Ils procurent tant de bienfaits et de plaisir! Que ce soit pour le goût savoureux des aliments québécois, pour leur rôle économique, environnemental ou même simplement par fierté, découvrez les vraies bonnes raisons qui en font les ingrédients essentiels de notre vie. Une source de prospérité L’industrie alimentaire québécoise réunit plus de 485 000 passionnés qui travaillent, chaque jour, dans différents domaines. Ils sont plus de 60 000 dans le secteur de l’agriculture et des pêcheries, environ 60 000 dans le secteur de la transformation alimentaire et plus de 360 000 dans les magasins d’alimentation, les restaurants et les épiceries. Chaque fois que vous choisissez un produit alimentaire d’ici à l’épicerie, au restaurant ou au marché, vous contribuez à conserver des emplois et à faire croître l’économie du Québec, tout en soutenant les gens d’ici. Cet essor est profitable pour chacun d’entre nous. L’enjeu économique du développement de cette industrie est considérable. Un accroissement de 1 % des ventes de l’industrie alimentaire entraînerait la création de près de 1800 emplois directs ou indirects. Les retombées de la production agricole et de la transformation alimentaire sur le développement régional seraient immédiates, d’autant plus que ces deux secteurs d’activité jouent un rôle clé : • dans la création d’emplois; • dans l’accroissement des revenus des travailleurs; • à l’égard de la rétention des jeunes et de la main-d’œuvre qualifiée; • quant à la création et au maintien des infrastructures;

• de manière générale, dans l’amélioration de la qualité de vie dans les régions. Un geste pour l’environnement Aujourd’hui, les consommateurs sont de plus en plus préoccupés par l’environnement. Il en va de même pour les transformateurs alimentaires québécois qui prennent des actions proactives et volontaires comme l’utilisation d’emballage recyclable ou biodégradable. Lorsque des aliments doivent franchir une grande distance, certains doivent être suremballés pour en protéger l’aspect. Non seulement ce procédé requiert plus de matériel, mais il peut aussi exiger plus de véhicules pour la livraison, ce qui a pour

U EA UV NO

LES SAULES

LEBOURGNEUF

NEUFCHATEL

VAL-BÉLAIR

Belle propriété, 3 chambres au rez-dechaussée. Grande salle familiale au soussol. À proximité de tous les services, école, autoroute. Terrain aménagé avec patio et piscine. Toiture 2003, asphalte 2009. Une visite suffira!

Seule et unique. Très spacieuse et chaleureuse propriété 30x44 avec garage intégré 16x25.4 grandes chambres à l'étage, grande salle de bains et salle de lavage. Superbe salon avec foyer de pierre, cuisine avec dînette+salle à manger. Sous-sol aménagé avec de grandes pièces. Une visite suffira. Secteur tranquille.

Belle propriété dans un beau secteur tranquille et près de tout. 3 chambres, salle de bains rénovée en 2008, laveuse&sécheuse au rez-de-chaussée, grande salle familiale avec beaucoup de potentiel. Sise sur un beau grand terrain en pleine ville. À voir !

Grand jumelé haut de gamme, fini sur 3 étages, walk-in chambre des maîtres, 2 salles de bain, 1 salle d'eau, bois franc, 4 chambres, très bien décoré, 2 entrées de stationnement.

VAL-BÉLAIR

SHANNON

SHANNON

SHANNON

Superbe cottage dans un très beau secteur recherché, trois chambres à l’étage, planchers lattes de bois et céramique, fini sur 3 étages, sans voisin arrière. Faites vite…elle s’envolera !

Secteur recherché. Grande propriété 43x24 offrant 4 chambres dont une au sous-sol, foyer au salon, salle familiale avec combustion lente. Très beau terrain intime, à deux pas de la Base militaire. Une visite suffit!

Grande propriété haut de gamme, bois franc, superbe cuisine très éclairée, deux salles de bains avec douche en céramique, bien divisé, grande salle familiale avec poêle à combustion lente, garage 18x21, grand terrain sans voisin à l'arrière. Possession août 2010. Elle saura vous charmer. À visiter!

Auto-construction sur un superbe terrain. Mezzanine, plafond cathédrale, pièces spacieuses et lumineuses offrant 3 chambres, deux salles de bains. Grand garage 32x33. À voir!

U EA UV NO

U

U ND VE

ND

RECHERCHONS PROPRIÉTÉ

VE

STE-CATHERINE

VAL-BÉLAIR

VAL-BÉLAIR

Belle maison mobile sur un très beau terrain, salle à dîner, salon air ouverte. 3 chambres dont une au sous-sol, salle de bain, salle d'eau, grande salle familial avec entrée indépendante. Conditionnelle à la réception du message de mutation.

Bungalow situé dans un secteur recherché, 4 chambres, toiture 2006, salle de bains 2007, armoires en chêne, grande salle familiale. Occupation fin juin.

Superbe propriété, très bien entretenue, grandes pièces ouvertes offrant luminosité. Poêle à combustion lente au salon, 2 chambres. Grand terrain clôturé sans voisin arrière. Toiture fait en 2008. À ne pas manquer.

VAL-BÉLAIR SHANNON LORETTEVILLE

24 février 2010 / Adsum / Page 23

Pour en savoir plus sur le CIAPH, visitez le www.arc.gc.ca/ciaph. www.leditionnouvelles.com

Si vous désirez des trucs, des recettes ou plus d’informations, n’hésitez pas à consulter le site Web www.nutrition2010.ca ou la Promotion de la santé au 418 844-5000, poste 6097.

U EA UV NO

Pourquoi le crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation est avantageux pour le Canada (EN)– Le gouvernement fédéral a proposé et mis en place le crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation (CIAPH) afin de donner aux Canadiens un allègement fiscal. Dans le cadre des mesures de relance économique de 62 milliards de dollars du gouvernement fédéral, annoncées dans le Plan d’action économique, les acheteurs d’une première habitation peuvent maintenant obtenir un crédit d’impôt non remboursable pouvant atteindre 750 $ pour les aider à payer les frais juridiques, les déboursements et les frais de cession immobilière. Les personnes handicapées qui déménagent dans une maison plus accessible pourraient également être admissible à ce nouveau crédit d’impôt. Grâce au CIAPH, il est devenu un peu plus facile d’effectuer l’un des plus importants achats de notre vie : une nouvelle habitation.

effet d’augmenter les émissions de gaz à effet de serre liées au transport. Par ailleurs, un légume venant d’ailleurs nécessite pour son transport plus de pétrole que le même légume produit au Québec.

Par conséquent, acheter des aliments en tenant compte de l’emballage utilisé et de la distance parcourue, c’est faire un geste important et positif pour l’environnement. Un gage de qualité Les entreprises alimentaires québécoises déploient des efforts soutenus pour maintenir et augmenter leurs standards et, conséquemment, pour offrir des aliments sains, nutritifs et de première qualité. En contrepartie, lorsque vous exigez des produits de haute qualité, vous exercez sur les entreprises une influence qui les incite à poursuivre dans cette voie. Privilégier les fruits et légumes du Québec en saison, c’est mettre dans votre assiette des aliments au sommet de leur fraîcheur et de leur saveur. Un objet de fierté Le savoir-faire de nos producteurs et de nos transformateurs constitue une richesse pour la vie culturelle du Québec. Le secteur alimentaire rassemble des gens fiers et passionnés qui, jour après jour, façonnent nos paysages, renouvellent nos traditions et ravivent notre mémoire.


CHRONIQUE AUTOMOBILE

Le Hyundai Genesis 2010 : LE LUXE À LA CORÉENNE Par Jean-François Ross Chroniqueur automobile

Qui aurait pu croire que le manufacturier coréen Hyundai serait au cinquième rang de l’échiquier automobile mondial pour l’année-modèle 2010, dépassant même les Honda et Nissan de ce monde? Il y a à peine 25 ans, ce même constructeur n’avait à offrir dans ses salles de montre que la Pony et la Stellar; les temps ont bien changé avec cette toute nouvelle Hyundai Genesis. Lorsqu’on pense aux voitures de luxe, le constructeur automobile coréen Hyundai ne vient pas en tête de liste. La venue en 2009 de la toute nouvelle berline Genesis et du coupé sport du même nom devraient attirer votre attention, car le luxe et la qualité de fabrication sont au rendez-vous. À bord de l’habitacle, que vous preniez la version à moteur V8 ou celle munie du V6, le luxe est omniprésent dans cette berline pleine grandeur. De plus, elle est spacieuse, de belle facture avec une liste d’équipements qui n’a rien à envier aux voitures de luxe de la concurrence. On a l’impression que les ingénieurs de chez Hyundai avaient dans leur mire la division haut de gamme de chez Toyota, Lexus. Les sièges avant et la banquette arrière sont confortables, mais cette dernière ne s’abaisse pas pour en augmenter le volume du coffre. Par contre, pour y insérer des skis, par exemple, un petit tunnel s’abaisse dans la banquette arrière pour y permettre l’accès d’objets de grande taille. Côté motorisation, la berline Genesis offre un V6 de 3,8 litres qui développe 290 chevaux à 6200 tours/minute et 264 livres-pieds de couple à 4500 tours/ minute. Si ce n’est pas suffisant, un V8 de 4,6 litres est disponible, il génère 375 chevaux et 333 livres-pieds de couple. À mon avis, le V6 accomplit le travail de belle façon et le V8 n’est vraiment pas nécessaire. Une seule transmission au menu pour la berline Genesis, une automatique à six rapports avec mode SHIFTRONIC. Au niveau du coupé sport, le groupe motopropulseur diffère de la berline. Le moteur d’entrée de gamme est un quatre cylindres de 2,0 litres turbocompressé qui produit 210 chevaux et 223 livres-pieds de couple. Ce moteur consomme raisonna-

PAROLE D’AUMÔNIER

FICHE TECHNIQUE Marque : HYUNDAI Modèle : Berline GENESIS 3.8 PREMIUM 2010 (modèle d’essai)

Autre(s) modèle(s) : GENESIS 3.8 et GENESIS 4.6 (Berline) Catégorie : Berline intermédiaire et coupé sport Prix : 39 995 $ (modèle d’essai) Garanties : 5 ans/100 000 km Moteur : V6 de 3,8 litres Puissance ch. (kW) : 290 (216) à 6200 tr/min Couple lb-pi (N.m) : 264 (358) à 4500 tr/min Autre(s) moteur(s) : V8 de 4,6 litres (berline) et 4L de 2,0 litres turbo (coupé) Transmission : Boîte à six rapports Autre(s) transmission(s) : Manuelle à six vitesses (Coupé sport 2.0T) Traction : Propulsion Système antipatinage : Oui avec antidérapage

Suspension : Avant : indépendante à multibras Arrière : indépendante à multi-bras Direction : À crémaillère à assistance variable Freins : Avant : disques ventilés (ABS) et (EBD) Arrière : disques (ABS) et (EBD) Coussins gonflables : Frontaux, latéraux avant et arrière et rideaux gonflables Empattement : 293,5 centimètres Poids : 1837 kg

blement, mais on s’attendrait à plus d’un moteur développant 210 chevaux. Le meilleur compromis est le V6 de 3,8 litres, un peu plus vitaminé que celui de la berline; il fournit 306 chevaux et 266 livres-pieds de couple. Les deux transmissions offertes sur le modèle quatre cylindres sont la manuelle à six vitesses et l’automatique à cinq rapports avec mode SHIFTRONIC. Quant au V6, une seule transmission au menu, elle est automatique à six rapports avec SHIFTRONIC également. Bien que la Hyundai Genesis 2010 ne soit livrée qu’en mode propulsion et qu’au-

UNE MENTION ÉLOGIEUSE POUR L’UISP – RÉGION DU QUÉBEC - VALCARTIER

Page 24 / Adsum / 24 février 2010

Le 9 février, une mention élogieuse du directeur de Gestion du soutien aux blessés a été décernée à l’équipe de l’Unité interarmées de soutien au personnel - Région du Québec - Valcartier. La mention a été attribuée à cette équipe en reconnaissance de son dévouement exceptionnel et de son professionnalisme exemplaire envers les militaires blessés de la grande Région de l’Est du Québec. De gauche à droite, lieutenant de vaisseau Karolyne Gagnon, commandant de peloton, Personnel en rétablissement et transition UISPRégion du Québec, colonel Gérard Blais, directeur - Gestion du soutien aux blessés, et Tony Gauvin, gestionnaire des services, UISP - Région du Québec.

Capacité de remorquage : N/D Capacité du coffre : 450 litres Capacité du réservoir : 73 litres Consommation : Ville : 11,4 l/100 km ou 25 mi/gal* Route : 7,2 l/100 km ou 39 mi/gal* Émission de CO2 : 4370 kg/année* *Selon Ressources naturelles Canada

Sécurité : 3e selon les tests de collision par www.iihs.org

Autres modèles concurrents : - Acura TL - Buick Lucerne - Chrysler 300 - Ford Taurus - Lexus ES - Lincoln MKZ - Nissan Maxima - Toyota Avalon

Pour : - Belles lignes - Douceur de roulement - Motorisation performante V6 et V8 - Équipement complet - Prix compétitif - Qualité de fabrication - Habitacle spacieux Contre : - Propulsion (hiver) - Coffre peu profond - Pas de rouage intégral - Banquette arrière ne se rabaisse pas - Image de luxe non établie

cun rouage intégral ne soit offert en option, il faut admettre qu’elle a belle allure. Et en plus, un équipement des plus complets, une finition de qualité, un habitacle spacieux et une remarquable douceur de roulement. Les prix variant de 37 995 $ à 48 995 $ pour la berline et de 24 495 $ à 38 295 $ pour ce qui est du coupé. L’avenir nous dira si les consommateurs sont prêts à dépenser autant pour une Hyundai. Je tiens à souligner l’excellente collaboration de Hyundai Canada pour l’essai routier de la berline Genesis 2010 et du coupé sport Genesis 2010.

Trousse de secours Par le capitaine Pascal Kassis Aumônier, 1er Bataillon, Royal 22e Régiment

Dans notre chemin de vie, nous passons à travers plusieurs étapes et moments, et nous avons tous besoin d’une trousse de secours pour que nous puissions continuer notre vie et avoir la tranquillité et la paix du cœur. Le contenu de cette trousse n’est pas si lourd et compliqué : – des lunettes; – un élastique; – un pansement; – un crayon; – un fil; – un sachet de thé. À quoi peuvent servir ces ingrédients? Les lunettes sont pour voir et apprécier toutes les qualités des personnes qui nous entourent. D’être capable de voir le bon côté des choses et ne pas se limiter aux points négatifs. L’élastique nous rappelle d’être flexible lorsque les gens ou les affaires ne sont pas comme nous l’aurions souhaité (la liste pourrait être longue ici…). Être flexible, c’est être prêt à faire face à n’importe quelle situation. Le pansement sert à guérir ces sentiments blessés causés par nous-mêmes ou bien par les autres. Le pansement permet de se pardonner et de pardonner autrui. De laisser tomber le sentiment de culpabilisation d’une part, et la vengeance et la calomnie d’autre part. D’être conscient que chacun de nous peut commettre des erreurs et que nous avons l’occasion de les effacer. Nous prenons le crayon pour écrire tout ce que nous vivons de bon au quotidien, pour que nous puissions apprécier les moments paisibles et heureux dans notre vie. Et le sachet de thé, c’est pour qu’à la fin de la journée, on puisse prendre le temps de relaxer, se reposer et remercier le Seigneur de cette journée qu’on a passé.

UNE IDÉE

d’article pour le journal Adsum ? Nous sommes à l’écoute !

Communiquez avec notre journaliste au 844-5000, poste 6656, ou envoyez un courriel à +adsum@forces.gc.ca

La boîte à outils du parfait collaborateur Le journal Adsum met à votre disposition de nombreux outils pour vous aider à collaborer à notre journal. Tous sont disponibles sur le RÉD sous la rubrique «Journal Adsum» ou via notre site Web au www.journaladsum.com • Formulaire de soumission d’article • Formulaire de soumission BRAVO ZULU • Calendrier des publications • Guide du collaborateur • Archives des éditions publiées depuis 2002


Déploiement de la compagnie Décon Par le capitaine Lamine Bah Commandant adjoint, compagnie Décon

Le déploiement de la compagnie Décon a commencé le 4 janvier pour un certain nombre de personnes qui devaient déneiger 47 véhicules et les embarquer le lendemain sur des fardiers en destination de Chilliwac, en Colombie-Britannique. Le 10 janvier, un premier groupe est parti pour Edmonton et Wainwright via un vol commercial pour prendre possession des véhicules attitrés à la compagnie Décon. Le lendemain, un groupe précurseur s’est envolé pour Chilliwack afin de préparer l’arrivée du groupe principal au Pacific Region Training Centre (PRTC) prévu le 13 janvier. Les 114 personnes du groupe principal de la compagnie Décon se sont rendu compte de l’imminence du départ pour Chilliwack dès le 12 janvier lorsque le détachement de mouvement de Bagotville est venu ramasser les 67,5 kilogrammes de bagages que chaque membre avait le droit d’emporter pour la mission. Le départ du gros de la troupe prévu le 13 janvier à midi a commencé par la visi-

te des commandants du 5e Groupe de soutien de secteur, du 5e Bataillon des services du Canada, de la 5e Ambulance de campagne accompagnés de leur sergent-major. Ceux-ci tenaient à exprimer leur fierté envers l’organisation et l’importance du mandat qui lui est donné. L’embarquement à l’aéroport Jean-Lesage de Québec aux environs de 11 heures et demie, sous la supervision du détachement de mouvement, s’est déroulé avec le savoir-faire et le professionnalisme de ses membres. Le trajet Québec-Abbotsford, d’une durée de cinq heures, s’est passé dans la bonne humeur, avec un service professionnel de l’équipe Air Transat. À l’arrivée, un comité d’accueil du FOI(J) procédait aux formalités d’arrivée tout en proposant un repas froid à ceux qui le désiraient. Par la suite, la compagnie Décon est embarquée dans trois autobus en direction de Chilliwack, la ville d’accueil de la compagnie pour les 11 prochaines semaines. Le groupe précurseur, chapeauté par l’adjudant-maître Pelletier, sergent-major de la compagnie Décon, a accueilli le groupe principal avec le grand sourire en commençant par rappeler à tous les règles élémentaires à observer ainsi que quelques points d’administration. Par la suite, tout le monde s’est rendu dans ses quartiers afin de se reposer un peu. Après un réveil très matinal, à 7 heures qui était plutôt 4 heures pour les nouveaux venus en tenant compte du décalage horaire, une visite des lieux a été organisée. En après-midi, la préparation à la mission a débuté en commençant par déchargement de l’équipement et des véhicules pour être prêt lorsqu’on fera appel à nous!

UNE AVENTURE PLEINE DE REBONDISSEMENTS POUR UN PLONGEUR Le matelot de 1re classe Phil Henry, ainsi que neuf autres plongeurs-démineurs membres de l’Équipe de plongée opérationnelle combinée affectée à l’opération PODIUM, a pris part aux ratissages de sécurité d’un certain nombre d’exutoires de décharge d’eau pluviale, aménagés sous des sites olympiques proches de l’eau et à d’autres endroits importants. Pour ce plongeur de la Marine de plus de onze années d’expérience, les ratissages de sécurité dans les exutoires sombres et remplis d’eau salée ont certes été une tâche hors de l’ordinaire, avec parfois juste assez d’eau pour pouvoir manœuvrer librement. «Quand l’exutoire rétrécissait, je devais me servir de mes mains pour me dégager», a-t-il déclaré. «Plonger dans un exutoire rempli d’eau, on ne fait pas cela souvent!» Condensé d’un article rédigé par le lieutenant de vaisseau Peggy Kulmala

LA SOUPE DE DIX HEURES Le matelot de 1re classe Viridiana Simard-Beaulieu, prépare une soupe dans les cuisines du NCSM Discovery pour nourrir les 250 militaires de l’élément maritime de la Force opérationnelle interar-

mées Jeux dans le cadre de l’opération PODIUM. «J’ai joint l’unité de la réserve navale NCSM Radisson il y a un peu plus de trois ans et c’est ma première expérience opérationnelle», mentionne la jeune femme qui entreprendra l’automne prochain des études en droit à l’Université Laval de Québec. Comme ses coéquipiers, mat1 SimardBeaulieu travaille sur des quarts d’environ 10 heures afin d’assurer les services alimentaires.

Participante au service de relogement des Forces canadiennes

Condensé d’un article rédigé par le lieutenant Gabriel Rousseau

LAC ST-CHARLES A voir absolument! Propriété clé en main. 4 chambres, foyer au salon, planchers bois, armoires de bois, grande salle familiale au sous sol, piscine chauffée et plus. Prise de possession flexible et peut être rapide si désiré. WOW !! Terrain de 10 056 pi². FAITES OFFRE. TRANSFERT.

LAC ST-CHARLES

URGENT POUR VENTE RAPIDE. TOUTE OFFRE RAISONNABLE ACCEPTÉE. URGENT. En opération depuis 18 ans, garage mini-mécanique (VTT, Scooters, tondeuses, souffleuses, motoneiges, génératrices, pompes à eau...). Pièces, service, accessoires. Possède PERMIS MUNICIPAL ET SAAQ POUR VENTE ET TRANSFERT de petits véhicules. Dépositaire : Scooters, VTT. Cartes membres/sentier. FAITES VOTRE OFFRE. PROPRIÉTAIRE VENDEUR TRÈS MOTIVÉ. PRIX 29 000$ + INVENTAIRE

URGENT BESOIN DE PROPRIÉTÉS

BESOIN DE PROPRIÉTÉS À VENDRE TOUS LES SECTEURS - 150 000$ à 300 000$ - CLIENTS EN ATTENTE

– Photo : cplc Chris Ward, Services d’imagerie BFC Esquimalt

24 février 2010 / Adsum / Page 25

J’ai tout vendu !!! Vous désirez connaître la plus value de votre propriété ?... J’ai des acheteurs… CONTACTEZ-MOI DIRECTEMENT SUR MON CELLULAIRE


«L’équipe, c’est notre force» Portrait du capitaine de vaisseau Gilles Couturier, commandant de l’élément maritime, Force opérationnelle interarmées Jeux Par le lieutenant Gabriel Rousseau

Le commandement de l’élément maritime de la Force opérationnelle interarmées Jeux a été confié au capitaine de vaisseau Gilles Couturier, commandant du Quatrième groupe d’opérations maritimes d’Esquimalt. Lorsqu’on se promène dans le quartier général du capv Couturier, on peut constater que les gens prennent leur travail au sérieux tout en conservant une atmosphère détendue. Il n’est pas rare de voir quelques personnes regroupées dans un bureau pour discuter de dossiers et pour cause, le capv Couturier croit profondément au travail d’équipe : «J’adore le hockey et j’ai grandi avec ce sport. Tout comme les joueurs sur une patinoire, je demande aux membres de mon équipe de travailler ensemble vers un objectif commun». Il cite comme exemple Wayne Gretzky qui était certes un grand joueur mais qui avait aussi besoin de ses coéquipiers pour gagner. Au-delà du sport, capv Couturier a été grandement influencé par les officiers

Originaire de Sept-Îles, le capitaine de vaisseau Couturier s’est enrôlé dans les Forces canadiennes alors qu’il était jeune adulte. On le voit ici pendant une soirée d’appréciation des Forces canadiennes qui s’est tenue le 1er novembre dernier lors d’un match des Canucks à Vancouver. – Photo : cplc Chris Ward, Service d’imagerie, BFC Esquimalt

LE NCSM WHITEHORSE CONTRIBUE À LA SÉCURITÉ MARITIME Le NCSM Whitehorse, un navire de défense côtière de classe Kingston, a navigué aux alentours du port de Vancouver à la fin du mois de janvier et au début du mois de février pour permettre au «Dorado», un véhicule téléguidé sous-marin qui utilise un système de sonar latéral, d’effectuer un relevé du fond océanique. «Même si les données recueillies lors du relevé peuvent être utiles aux opérations de sécurité menées par la GRC dans le cadre des Jeux de Vancouver, les Jeux olympiques ne sont pas la seule raison pour laquelle nous avons effectué le relevé», affirme le capitaine de corvette Brad Henderson, commandant du NCSM Whitehorse. «La Marine canadienne a le mandat de garder un portrait fidèle du fond marin dans nos eaux territoriales. Le relevé fait partie d’une opération d’envergure qui dure depuis des années.» Le Whitehorse est retourné dans la région de Vancouver afin d’effectuer des patrouilles de surveillance maritimes dans les approches du port de Vancouver avec d’autres navires de la Marine canadienne.

supérieurs pour lesquels il a eu le privilège de travailler. Il fut entre autres chef de cabinet du chef d’état-major de la Défense, le général Rick Hillier, durant huit mois, période qu’il qualifie de très occupée. Il met aujourd’hui en pratique les leçons apprises en côtoyant ces hauts gradés qui avaient des grandes responsabilités à assumer. «Il faut donner l’opportunité aux gens de performer à leur niveau de responsabilité», insiste-t-il en parlant de la façon dont il exerce ses fonctions de commandant. Lorsqu’il donne des tâches à réaliser à un membre de son équipe, il s’assure de lui laisser le soin de s’occuper des détails et préfère plutôt se concentrer sur le résultat. Le capv Couturier s’est vu confier un mandat important en commandant l’élément maritime de la Force opérationnelles interarmées Jeux : «Il n’y avait pas de guide d’instructions. Nous avons dû planifier cette opération en partant de rien. Comme plusieurs autres partenaires étaient impliqués, nous avons pris le temps

de nous asseoir ensemble pour s’assurer d’élaborer un plan solide en matière de sécurité maritime». EN APPUI À LA GRC

L’élément maritime, comme l’ensemble des Forces canadiennes qui participent à l’opération Podium, appuie la GRC à qui le mandat d’assurer la sécurité des Jeux Olympiques 2010 a été confié. Pour ce faire, les dirigeants ont créé une structure intégrée qui regroupe tous les partenaires. L’intégration de la Marine et la GRC n’est pas nouveau pour le capv Couturier qui était commandant du NCSM Fredericton durant l’opération CHABANEL en 2006 au large des côtes africaines. Cette coopération avait permis de saisir la quantité record de 22,5 tonnes de hachisch destiné au marché de l’Est du Canada. «Grâce à cet expérience, je comprends bien la façon de travailler de la GRC et notre collaboration pour l’opération PODIUM est excellente», précise-t-il.

LES PATROUILLES DES MONTAGNES SOUTIENNENT LA SÉCURITÉ DES JEUX Le sergent Chris Harding, de la compagnie C, 2e Bataillon, du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, mène sa section en patrouille dans les montagnes entourant Whistler, dans le cadre des Jeux olympiques d’hiver de 2010 à Vancouver. Même si les militaires sont entraînés pour réagir au «pire des scénarios», on les a informés que dans 99 % des situations auxquelles ils auront affaire, il s’agira tout simplement de Canadiens et de visiteurs étrangers profitant du plein air. «Nous avons croisé une dame qui, en compagnie de ses trois chiens, se promenait sur un sentier de randonnée pédestre. Elle avait décidé de prendre l’air et de profiter de la journée, et ne pensait pas du tout aux mesures de sécurité entourant les Jeux olympiques», a déclaré le sgt Harding. «Mes gars se sont amusés avec ses chiens, lui ont expliqué la situation et l’ont raccompagnée jusqu’à la limite du secteur. Elle a parfaitement compris ce pourquoi nous étions là.» Condensé d’un article rédigé par le capitaine Adam Petrin, 2e Bataillon, Princess Patricia’s Canadian Light Infantry

Condensé d’un article rédigé par le lieutenant de vaisseau Michael Willis du NCSM Whitehorse

Page 26 / Adsum / 24 février 2010

– Photo : sdt Clayton Brown, Force opérationnelle Whistler

Résidants des logements familiaux

journal qui montre de quelle étoffe

Un mercredi sur deux, nos camelots livrent la dernière édition du journal Adsum à la porte de votre résidence. Si vous ne recevez pas votre copie du journal Adsum ou si vous désirez nous signaler un problème en ce qui à trait à notre service de livraison, faites-le sans tarder.

Le seul

418 844-5000, poste 5598

vous êtes

www.journaladsum.com


Les FC inspirent les équipes de hockey olympiques du Canada Les capitaines des équipes de hockey olympiques du Canada ont rédigé une lettre à l’intention des membres des Forces canadiennes. En voici la retranscription. 5 février 2010 À NOS troupes, Alors que nous nous préparons à représenter le Canada aux Jeux olympiques et paralympiques 2010 en février et mars, nous voulions prendre de temps de vous laisser savoir à tout un chacun d’entre vous que vous serez une importante source d’inspiration pour nous dans notre quête de trois médailles d’or au cours des prochains mois. Les gens utilisent souvent des mots comme guerre et combat en parlant de sports comme le hockey. En tant qu’athlètes, nous savons que ce que nous faisons pour notre pays ne peut jamais se comparer à votre contribution – le sacrifice et le dévouement dont font preuve chaque jour nos forces armées. Lorsque nous nous avancerons sur la glace à Vancouver, soyez assurés que vous serez dans nos pensées et nos prières. Nous sommes tellement fiers d’être Canadiens et nous devons une grande partie de tout ce dont nous profitons ici à vous, les militaires canadiens. Nous ferons de notre mieux pour bien vous représenter lors des compétitions et nous attendons impatiemment que vous reveniez sains et saufs au Canada dans un avenir rapproché afin que tous les Canadiens puissent

QUIZ SPORTIF TESTEZ VOS CONNAISSANCES SUR LA LNH 1. Quel joueur évoluant toujours au sein de la LNH a récolté le plus de points en séries éliminatoires? 2. Lors du premier match des étoiles où Scotty Bowman a été entraîneur, qui était l’entraîneur de l’équipe adverse? 3. Quel joueur a été choisi plus qu’une seule fois pour faire partie de l’équipe d’étoiles des recrues? 4. Quand a été disputé le premier match de la LNH à Philadelphie, et qui a gagné? 5. Quel a été le dernier joueur du Canadien à remporter le trophée Calder? 6. Quelle a été la première équipe de la LHN à perdre en finale trois saisons d’affilée? 7. Comment Wayne Gretzky a-t-il récolté son tout dernier point? 8. Quel est le seul joueur à avoir remporté le trophée Selke avec deux équipes différentes? 9. En 1993, quelle équipe a porté à 17 le nombre record de matchs remportés d’affilée? 10. Quel est le meilleur marqueur en séries éliminatoires originaire du Québec?

vous remercier en personne. Veuillez accepter nos meilleurs vœux, Le capitaine de l’équipe nationale sur luge, Jean Labonté Le capitaine de l’équipe nationale masculine, Scott Niedermayer La capitaine de l’équipe nationale féminine, Hayley Wickenheiser

UN ÉVÉNEMENT SPÉCIAL? Besoin des services de notre journaliste? Demandez Philippe Brassard au 418 844-5000, poste 6656

11. Quel joueur de Détroit est arrivé au deuxième rang du vote pour le trophée Calder en 1947? 12. Quels sont les trois joueurs à avoir disputé plus de 1700 matchs au sein de la LNH? 13. Qui a reçu le surnom de «The Edmonton Express»? 14. Quels deux joueurs ont réussi à compléter une saison de 50 buts tant dans l’Association mondiale de hockey que dans la LNH? 15. Le trophée Jean Béliveau est décerné au champion marqueur de quelle ligue? 16. Quel gardien a accordé trois buts à Bill Mosienko en l’espace de 21 secondes? 17. Quel est le dernier joueur des Rangers à avoir remporté le trophée Hart?

18. Qu’avait de particulier la saison de 50buts du Rocket (Maurice Richard)? 19. Quel joueur a réussi le plus grand nombre de saisons de 50 buts consécutives? 20. Quels deux joueurs sont arrivés ex æquo au vote pour le trophée Hart?

Réponses : 1. Niklas Lidstrom avec 165 points. 2. Toe Blake. 3. À cause des règles d’admissibilité, Jamie Storr a été choisi en 1998 et en 1999. 4. Le 11 novembre 1930, match remporté par les Rangers par la marque de 40 contre les Quakers. 5. Ken Dryden en 1971. Toutefois, Ryder et Chelios sont aussi passés près de le remporter. 6. Toronto a perdu en finale 3 saisons d’affilée pour un total de 6 défaites en finale en 8 saisons. 7. Pour une passe sur un but de Brian Leetch. 8. Mike Peca avec les Sabres et les Islanders. 9. Les Penguins. 10. Raymond Bourque. 11. Jim Conacher, qui a vu le trophée aller à Howie Meeker des Leafs. 12. Howe, Messier et Francis. Chelios en était à 56 matchs près au début de la saison. 13. Eddie Shore. 14. Bobby Hull et Blaine Stoughton. 15. La Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). 16. Lorne Anderson, qui n’a joué que trois matchs au cours de sa carrière. 17. Mark Messier en 1992. 18. C’était en 1945 alors que la guerre tirait à sa fin. 19. Mike Bossy avec neuf saisons de 50 buts consécutives. 20. Théodore et Iginla, mais c’est finalement Théodore qui l’a remporté grâce à un plus grand nombre de votes de premier choix.

24 février 2010 / Adsum / Page 27


SPORTS DÊfi de la condition physique‌ d’un ocÊan à l’autre Par Johanne Morin Coordonnatrice du conditionnement physique des PSP

Le 25 janvier s’est tenu le DÊfi de la condition physique du Centre des sports de Valcartier regroupant toutes les Êpreuves du test EXPRES des Forces canadiennes. L’objectif Êtait de reconnaÎtre les efforts des militaires et des moniteurs de conditionnement physique et des sports des PSP qui se sont distinguÊs au cours de l’annÊe 2009 par des performances en conditionnement physique. Les noms ainsi que les records Êtablis sont inscrits à vie sur les diffÊrents tableaux d’honneur qui sont installÊs dans le hall d’entrÊe du Centre des sports. L’activitÊ a même ÊtÊ reprise en parallèle de l’autre côtÊ du pays par l’unitÊ de dÊcontamination d’OP PODIUM dÊployÊe à Chilliwack en Colombie-Britannique. Au total, 10 participants ont osÊ relever le dÊfi. Les tableaux qui suivent rÊsument les meilleures performances pour l’annÊe 2009. FÊlicitations à tous les participants!

Il est à noter que l’adjudant AndrÊ Dugal du 1 er Bataillon, Royal 22 e RÊgiment (1 R22eR) a Êtabli une nouvelle marque pour les push up avec un total de 95! Chez les femmes, la barre est toujours plus haute. Le caporal Morin du 2e Bataillon R22eR a rehaussÊ le standard existant de la prÊhension de la main avec un total de 96 kg. L’effervescence olympique a certainement gagnÊ le lieutenant Jaclyn Troup de la 5e Ambulance de campagne qui a poussÊ la marque des redressements assis à 51 et le total musculaire à 193. Vous pouvez tenter de battre les records Êtablis en tout temps en communiquant avec la section du conditionnement physique des PSP au 418 844-5000, poste 6534. Le prochain dÊfi collectif est prÊvu en dÊcembre 2010. N’attendez pas à la dernière minute pour prendre soin de votre santÊ! Les moniteurs en CP&S des PSP peuvent en tout temps vous guider dans l’Êlaboration et le suivi de programmes d’entraÎnement. Un minimum de 30 minutes d’activitÊ physique par jour est recommandÊ.

Ils ont Êtabli des records pour l'annÊe 2009 lors du DÊfi de la condition physique : (de gauche à droite) sdt Fernandini, cpl Morin, sgt VÊzina, sap Rousseau, sdt HÊbert, sdt HachÊ, adj Dugal, lt Troup (absente). – Photo : RenÊe-Claude Rioux, PSP

 !"#$%%  !  $%!&&$% #'(&)  !( *&&&( + 

  

 

    

 





    

 



 

                

                        !   !         

 !"#$%%  !  $%!&&$% #'(&)  !( *$%& ( ,( !( ( + 

  

 

               

 

 





          

 

 

  

  "!    " ! !#!    

 

    

   

    ! !     "!

CHAMPIONNAT INTÉRIEUR D’ATHLÉTISME SUR COURTE PISTE

Les coureurs à l’honneur!

Terrains À VENDRE à partir de 72 500 $

Page 28 / Adsum / 24 fĂŠvrier 2010

R UE M RUE

APLE

MAPLE

VENDU

pour l’an prochain ou simplement prendre goÝt à la course à pied. FÊlicitations à tous et merci pour votre participation! 3172171

N

Il y a toujours l’Êquipe de course à pied de Valcartier qui se rejoint tous les mardis et jeudis midis de 11 h 45 à 12 h 45. Pour les intÊressÊs, c’est une bonne façon de se prÊparer physiquement en consÊquence

DES CER ISIE RS

Le 12 fÊvrier avait lieu la première Êdition du championnat intÊrieur d’athlÊtisme sur courte piste au Centre des sports de Valcartier. Cinquante-six coureurs se sont affrontÊs dans diffÊrentes disciplines. La compÊtition a permis à plusieurs coureurs de se surpasser et à d’autres, d’Êveiller le goÝt de pousser cette discipline un peu plus loin. Soulignons les performances des meilleurs coureurs dans chacune des disciplines. Avec un temps de 7 minutes 45 secondes à l’Êpreuve du 60 mètres sprint, le capitaine JÊrÊmy Lajeunesse du 5e Bataillon des services du Canada (5 Bn S du C) a su en surprendre quelques-uns. À l’Êpreuve du 1500 mètres, c’est le coureur vÊtÊran Fabien Bouchard qui a impressionnÊ les plus jeunes avec un temps de 4 minutes 37 secondes. Sur les

400 mètres, c’est le caporal-chef FrÊdÊric Demers du 5 Bn S du C qui a remportÊ l’or avec un temps de 1 minute. Finalement, à l’Êpreuve du relais 4 x 400 mètres, c’est une Êquipe du 5e RÊgiment d’artillerie lÊgère du Canada (5 RACL) qui s’est surpassÊe avec un temps de 4 minutes 5 secondes. FÊlicitations aux cinq femmes qui ont eu le courage de venir se mesurer aux diffÊrentes Êpreuves. À noter la performance de l’Êquipe de moniteurs de conditionnement physique et des sports des PSP au 4 x 400 mètres qui a rÊussi à terminer l’Êpreuve très près devant l’Êquipe du 5 RALC avec un temps de 4 minutes 3 secondes. Selon les commentaires recueillis auprès des participants, l’ÊvÊnement a ÊtÊ un succès. La plupart souhaiteraient voir la compÊtition revenir l’an prochain. Nous espÊrons fortement que cette première Êdition crÊera un engouement pour l’athlÊtisme et la course à pied.

RUE

Par VĂŠronique Lamothe Monitrice de conditionnement physique et sports des PSP

Les Hauts Bois de Shannon

www.gestionart.ca 418 907-2030 418 849-4496

DISPONIBLE

• Terrains boisÊs à 2 minutes de la base militaire • 100 pieds de façade • Service d’aqueduc

• Superficie de 21 500 pi2 et plus • Plus de 60 terrains prêt à construire • Auto-constructeur bienvenue • Taux de taxation minime


PETITES ANNONCES VISA

MASTERCARD

CARTE DE DÉBIT

CHÈQUE

Les petites annonces sont payables à l’avance et ne sont pas remboursables.

418 844-5000, poste 5598 • www.journaladsum.com MAISON À LOUER SUPERBE maison victorienne à louer à l’année ou au mois. Contacter Jean 418 951-5071. 17/03 LOGEMENT À LOUER SUPER grand 4 1/2 (850$) et 5 1/2 (1000$) à louer à partir du 1er avril 2010. Construction neuve (bi-génération) à 7 minutes de la base militaire. 418 844-2724 ou 418 931-1446. 24/02 CHARLESBOURG 5 1/2 chauffé, 800$ disponible le 1er mars, entrée sécurisée. 819 752-4143. 24/02 CHAMBRE À LOUER CHAMBRE À LOUER Villa Le Shamrock résidence pour aînés à Shannon. Convalescence, répit court ou long séjour. Appeler Guy 418-8447051, 418-998-0377. 24/02

CHALET À LOUER SAINT-LÉONARD de Portneuf, chalet neuf quatre saisons. En pleine nature, endroit calme et paisible. À proximité de la piste de motoneige et d’un centre d’activité hivernal. Peut accueillir six personnes. Réjean Jobin 418 337-2822 ou paule16@hotmail.com. 24/02 CONDO À VENDRE MONT STE-ANNE condo 1 chambre occupation quadruple, une semaine par année. Jour 514 252-2777 poste 4701. Soir 450 6354866. 17/03 MAISON À VENDRE LAC ST-JOSEPH aubaine, maison en brique 2 étages, garage double, 4 chambres,

accès à la plage. Terrain 20 000 pc, libre immédiatement, vente rapide. 290 000$ 418 871-0550. 418455-1464. 15/04 DIVERS FLORIDE, ST-AUGUSTINE Beach. Dans une ville historique hispanophone, condo impeccable à louer, à 2 pas de la mer, rénové et paisible. 2 cac, 2 s/bain, Internet gratuit, golf et Marineland (dauphins). 725$ US/sem, tout inclus, plus taxe de 9%. 514 298-5387, colettelong@hotmail.com. 14/07

SCULPTURES personnalisées avec Sculptures Luc Gagnon Enr. à votre service depuis 25 ans. Plaques de départ, sculptures, portraits, véhicules, armoiries, autre. Téléphone 418 337-6557. 17/03

Cours de MOTO

ÉBÉNISTE, fabrique ou répare meubles, armoires de cuisine, salle de bain et escalier d’intérieur. Contacter Jean au 418 4074721 ou visiter www.artisandubois.com. 31/03 OFFRE d’emploi Villa Le Shamrock, recherche préposé bénéficiaire/auxiliaire familial. Travail immédiat permanent temps-partiel Appeler Guy 418-844-7051, 418-998-0377. 24/02 CONCESSION d`un cassecroûte disponible au mess des caporaux-chefs de la base Valcartier édifice 301.Gérant du mess au 418 844-5000 poste 5155. 17/03

COURS PRATIQUE • PLACE FLEUR DE LYS

ÉCOLE DE CONDUITE CENTRE-VILLE INC.

Les petites annonces du Journal Adsum... POURQUOI ANNONCER AILLEURS?

École accréditée Association québecoise du transport et des routes 1379 chemin Ste-Foy, Québec

688-2221

FEMME de ménage fiable, honnête et discrète avec références. Demander Gaétane maison 418 8423551, 418 933-1701. 31/03

Besoin d’une hypothèque ? t1S±RVBMJmDBUJPO t"DIBU t3FmOBODFNFOU t3FOPVWFMMFNFOUEFWPUSFIZQPUI²RVF Le meilleur taux Le meilleur service Plus de 20 institutions financières Un seul rendez-vous

Appelez dès aujourd’hui ! Mes services sont gratuits*.

Courtage relatif à des prêts garantis par HYPOTHÈQUE immobilière Représentante en plans de bourses d’études

418-558-9134

clalonde@multi-prets.com *

Hypothèque résidentielle standard.

24 février 2010 / Adsum / Page 29

Chantal Lalonde, B.A.A.


SOLUTION SUDOKU

Denis Bernier Agent immobilier affilié

CHARLESBOURG Condo dans quartier recherché, 2 chambres. Occupation rapide. Fenêtres et porte-patio 2009. Balcon 184 900$

ST-FERRÉOL-LES-NEIGES

Certifié Novoclimat. Intérieur digne d’une revue. Secteur recherché avec vue (fils enfouis). 2 grandes chambres, possibilité d’une 3e au sous-sol, 2 salles de bains, foyer, grand patio, magnifique terrain aménagé.

André Chiasson

Jean Demers

Benoit Nadeau

418-622-7537

418-834-5300

418-843-1151

LÉVIS

Construction supérieure tout en brique, garage attaché. Secteur recherché près des services. 2 grandes chambres et possibilité d’une 3e au sous-sol. COUP DE CŒUR ASSURÉ.

Accrédité au Programme de Relogement des Forces canadiennes ESTIMATION GRATUITE DE LA VALEUR MARCHANDE DE VOTRE PROPRIÉTÉ.

Pour Vendre ou Acheter

ST-RAYMOND

SAINT-GILLES

VAL-BÉLAIR

LEBOURGNEUF

Grand duplex, terrain de plus de 19 700 pi² au coeur de St-Raymond. Revêtement de toiture réçent, 2 garages.

Hyperfamiliale, 4 côtés brique, aire ouverte très vaste, 3 chambres possibilité d'une 4e, 2 salles familiale, armoires en chêne, immense terrain + de 27 000p.c., garage excavé.

Condo sur 2 étages style mezzanine. Aire ouverte, foyer. Inclus un investissement sur une part voisine de terrain. 169 900$

Cottage avec design architectural rehaussé. Quartier recherché. Finition remarquable. Garage intégré. 421 000$

CONTACTEZ MOI : 418-843-1151 denisbernier@royallepage.ca

Un délai plus long avant la prochaine parution de l'Adsum Notre prochaine édition sera publiée non pas dans deux semaines comme à l'habitude, mais dans trois semaines exceptionnellement, le mercredi 17 mars. Veuillez noter les jours de tombée suivants :

ST-RAYMOND

SAINT-LAMBERT

VAL-BÉLAIR

ST-GEORGES

Immeuble commercial en excellent état. Situé sur une rue achalandée, offrant une localisation stratégique. Excellent potentiel d'affaires!

IMPECCABLE Chaleureux plain-pied rénové. 4 chambres, 2 grandes salles de bains, grandes pièces de vie, planchers de bois, décoré avec goût, sous-sol aménagé.

NOUVEAU PRIX ! Succession, cottage 4 côtés en pierre. Grand terrain avec arbres matures, coin tranquille, 3 chambres à l’étage. LIBRE 219 000$

Beau cottage dans secteur recherché, garage 16 x 32 avec entrée au sous-sol. Piscine creusée rue cul-de-sac. À VOIR ! 259 900$

- Articles : lundi 8 mars - Publicité : mardi 9 mars - Petites annonces : jeudi 11 mars Renseignements : 418 844-5000, poste 5598

Suivez les troupes!

CAP-SANTÉ

MONTCHATEL

LORETTEVILLE

Quelle magnifique Ancestrale! La maison "Marcotte". Restaurations et rénovations de qualité. Maison confortable et spacieuse. 4 chambres, plusieurs salles de séjour. Les combles sont spectaculaires. Vue sur le fleuve. Annexe dans le style CUISINE D'ÉTÉ.

Maison en rangée 20 x 32, secteur recherché. Près des services, terrasse, air climatisé mural. Occupation flexible. 182 900$

Bâtisse commerciale de 52 x 52 pieds. Toiture neuve. Utilisations multiples. Occupation flexible. 189 000$

Adrien Pichette 418-653-0488

PORTNEUF

STE-FOY

Grande maison de plus de 3650 pi² d'aire habitable. Toiture réçente. Vue sur la rivière. Secteur paisible.

ZONÉ COMMERCIALE 1-2-3-4 coin Hochelaga & Louis Riel. Localisation exceptionnelle, grande visibilité. À VOIR ! OCCASION EXCEPTIONNELLE! 329 900$

Le journal Adsum vous informe, un mercredi sur deux, sur des sujets qui vous concernent ! 418 844-5000, poste 5598 www.journaladsum.com

Lise Lamontagne

Agnes G.Rivard

418-843-1151

418-576-9322 / 418 843-1151

LEBOURGNEUF

BEAUPORT

LES SAULES

ILE-AUX-COUDRES

Condo impeccable 2004 près de tous les services, très éclairé, deux chambres, air climatisé mural, piscine, 1 stationnement extérieur. Occupation des lieux flexible.

Un sourire du passé, cottage 1913, intérieur impeccable au cachet d’origine. Ouvertures en bois d’orme, restaurées selon les règles de l’art. 2 salles de bains, 3 chambres. Situé arrondissement historique. 209 900$

De l’espace pour toute la famille, plusieurs rénovations effectuées. 5 chambres, Secteur très recherché près des écoles. À VOIR!

2 beaux terrains plats tout près de l’église St-Louis. Services d’aqueduc et d’égoût par la municipalité. VUE SUR LE FLEUVE! GÂTEZ-VOUS!

JE RECHERCHE

PLAIN-PIED ET COTTAGE DUBERGER

Page 30 / Adsum / 24 février 2010

4 chambres, intérieur très propre et lumineux, chauffage à eau chaude, terrain de 6 600 pi², entrée double, piscine creusée, secteur paisible, près de tous les services.

Denis Labrie 418-843-1151

BUDGET 225 000$ À 300 000$ CONTACTEZ-MOI! Adrien Pichette 418-653-0488

STE-FOY

LES SAULES

Secteur Gaudarville, cottage, 4 chambres, entretien exceptionnel. Sans voisin arrière, foyer, lattes de bois, décoration offrant beauté et luxe. Ne cherchez plus c’est la vôtre.

Secteur recherché, 3 chambres, 2 salles de bains. Sous-sol refait entièrement en 2006. Portique de verre, permanent. Terrain 6873 pi.² clôturé. À VOIR!

MONTCHÂTEL

LAC ST-CHARLES

LES SAULES

Très belle propriété, secteur recherché, 4 chambres. Belles grandes pièces ensoleillées, cuisine et salles de bains rénovées. Terrain avec piscine creusée.

Duplex, Grand logement de 3 chambres pour propriooccupant et 5½ pièces loué jusqu’au 30 juin 2010. À QUI LA CHANCE?

Clé en main! 5 minutes du relais d’autobus, 3 chambres avec possibilités de plus. Beaucoup de rangement. Solarium isolé avec fondation. Patio 14 x 10 avec toile d’hiver/été.


Martine Poulin

Jean-Pierre Gamache

418-843-1151

418-843-1151

CHARLESBOURG

LORETTEVILLE

MONTCHATEL

Superbe condo 4 ½ pièces avec stationnement intérieur. Construit en 2004, près de tous les services. TRANSFERT! FAUT VOIR!

FAUT VOIR SANS FAUTE! Superbe avec garage excavé, 3 chambres, salle de bain et salle d’eau. Sous-sol aménagé. Excellent rapport Qualité/Prix.

Superbe cottage, 4 côtés brique, 3 chambres à l’étage, salle de bain avec douche céramique. Belles grandes pièces de vie avec espace pour toute la famille. Secteur recherché.

ST-GABRIELDE-VALCARTIER Site à faire rêver. Faut voir sans faute! Bungalow 38 x 24. Garage double détaché. Terrain 81 000 pi², petit lac, ruisseaux et petite chute. 10 minutes de la Base militaire.

Marjorie Smith Dumonthier et Jason Laforest 418-843-1151

U EA UV NO

LORETTEVILLE

VAL-BÉLAIR

LAC ST-CHARLES

Superbe jumelé bien entretenu et décoré avec beaucoup de goût, cuisine refaite en 2008. Planchers de bois-franc, terrassement de toute beauté.

Faut voir! Superbe cottage 28 x 28, tourelle et garage attaché. Belles grandes pièces. Aménagé sur 3 étages, 4 chambres. Très beau secteur résidentiel.

Cottage avec tourelle, 3 chambres à l’étage, sous-sol aménagé avec bureau, atelier et salle familiale avec combustion lente. Très beau secteur résidentiel. FAUT VOIR!

FOSSAMBAULTSUR- LE-LAC Superbe propriété style condo, garage chauffé au Domaine de la rivière aux Pins, vue sur la rivière et accès au lac St-Joseph. Des vacances à l’année. À QUI LA CHANCE?

ACHETEUR ET VENDEUR JE SUIS AVEC VOUS DU DÉBUT JUSQU’À LA FIN

Serge Boulay

Sylvain Guilbault

418-843-1151

418-843-1151

BEAUPORT

LAC ST-CHARLES

L’ANCIENNE-LORETTE

CHARLESBOURG

Beau bungalow avec espace pour toute la famille, 2 chambres au rez-dechaussée et 4 chambres au sous-sol. Très beau secteur.

FAUT VOIR! Beau cottage, 3 chambres à l’étage. Sous-sol aménagé avec salle-familiale, chambre et atelier. Rue cul-de-sac. Très beau secteur résidentiel.

Grand cottage situé dans secteur familial, à proximité de tous les services. 3 chambres à l’étage, cuisine tout bois, charmant terrain paysager, piscine hors-terre. FAITES VITE, UN APPEL SUFFIT POUR VISITER!

REPRISE DE FINANCE - Grand condo, 2 chambres, 2 salles de bains, aire de vie très spacieuse et bien éclairée. Copropriété, gym, piscines intérieure et extérieure. À VOIR ABSOLUMENT!

GAGNEZ 10 000$

JE RECHERCHE

VENDEZ ou ACHETEZ avec ROYAL LEPAGE INTER-QUÉBEC

PLAIN-PIED, COTTAGE, JUMELÉ, JUSQU’À $350,000

Entre le 1er Nov. 2009 et le 28 février 2010-01-18

ESTIMATION GRATUITE DE VOTRE PROPRIÉTÉ

SECTEUR SHANNON, VAL-BÉLAIR, ST-GABRIEL-DE- VALCARTIER, STECATHERINE-DE-LA JACQUES-CARTIER

U EA UV NO

Contactez-moi, Sylvain Guilbault 418-843-1151 **certaines conditions s’appliquent

U EA UV NO

U EA UV NO

LAC ST-CHARLES

MONTCHATEL

Charmant plain-pied, secteur familial. Aire de vie ouverte, déco au goût du jour, sous-sol entièrement aménagé. Terrain paysager de plus de 5 000 pi.², piscine hors-terre. IL NE FAIT QUE PASSER!

UN PETIT BIJOU! Coquette maison de ville, à 2 pas du terrain de golf. Aire de vie ensoleillée, dimensions étonnantes, 3 chambres à l’étage, charmant terrain paysager, intime et clôturé. VISITEZ… ET TOMBEZ SOUS LE CHARME!

IE UR ÉC

VAL-BÉLAIR

NEUVILLE

Magnifique duplex 5 ½ pièces à l’étage loué $700/mois. Le rez-de-chaussée pour propriétaire 5 ½ et sous-sol aménagé, planchers de bois-franc.

Maison 1½ étage, 3 chambres, planchers de bois-franc, entièrement rénovée, garage. Grand terrain, vue partielle sur le fleuve. CLÉ EN MAIN! 219 000$.

Mario Morin 418-955-4418 / 418-843-1151

Danny Roy 418-843-1151

ST-ÉMILE

ST-NICOLAS

Au goût du jour, 3 chambres, 2 grandes salles de bains, sous-sol aménagé, boiseries, bien entretenu. Terrain paysager avec piscine et spa. 244 000$

Maison mobile, 3 chambres, foyer au salon. Garage chauffé parfait pour les mécanos. Grand terrain Prix revisé 129 000$

Accrédité au Programme de Relogement des Forces Canadiennes. www.1000maisonsavendre.com www.royal-lepage.qc.ca www.defieznostaux.ca www.condosquebec.ca

Sylvie Lacasse 418-843-1151

MONTCHATEL

NEUFCHATEL

À LOUER! Vaste cottage situé dans l'une des plus belles rues du secteur. 5 chambres, grande aire de vie, splendide terrain de plus de 25 000 pi.², piscine creusée et chauffée. À VOIR ABSOLUMENT!

POUR AMATEURS DE CHEVAUX! Vaste cottage situé à 2 minutes de l’autoroute Henri-IV. 3 chambres à l’étage, cuisine et 2 salles de bains rénovées. Petite écurie 2 boxes, enclos et paddock. OFFREZ-VOUS LA CAMPAGNE EN VILLE!

VENDU EN 15 JOURS

U EA UV NO

U EA UV NO

VAL-BÉLAIR

ST-ROCH

ST-SAUVEUR

Bungalow 4 chambres, salle-familiale, toiture, fenêtres et portes récentes. PD : 194 900$

Triplex rénové en très grande partie, abritant 3 logements de 3 ½ pièces. Toiture et fenêtres récentes. Excellent potentiel d'augmenter les revenus. Très bon rendement. À VOIR!

Beau 5 logis offrant un 6½ pièces, 2 X 4½ et 2 X 3½, tous loués non chauffés et non éclairés. Énorme potentiel au niveau des revenus. Beaucoup de rénovations effectuées au cours des dernières années. FAITES VITE!

VAL-BÉLAIR

BEAUPORT

LORETTEVILLE

PONT-ROUGE

LIMOILOU

BEAUPORT

Condo de 2 chambres, bien situé dans secteur calme et paisible. Facile d’accès, près des services , transport en commun et de la base militaire. À VOIR RAPIDEMENT!

Chaleureux cottage dans secteur familial, 3 chambres, plusieurs rénovations effectuées. Terrain bordé de haie. 205 000$.

Construction 2008. Superbe condo, 1125 pi.², unité de coin, 3 chambres, aire ouverte, 2 stationnements, vue panoramique sur toute la ville. Balcon 96 pieds carrés.

Imposant cottage, 4 chambres, salle de cinéma maison, garage. Véritable clé en main à 30 minutes de la base.

BELLE OPPORTUNITÉ! Immeuble en très bonne condition de 6 logis de 3 1/2 pièces. 4 logements avec entrée laveuse/sécheuse. Plusieurs rénos effectuées au fil des ans. À VOIR ABSOLUMENT!

Vaste propriété entièrement rénovée, exploitée en tant que résidence pour aînés. Ambiance chaleureuse et aire de vie. 5 chambres à l'étage et 2 au rez-de-chaussée. À VOUS D'EXPLORER TOUTES SES POSSIBILITÉS!

ST-GABRIEL-DE-VALCARTIER

Paule Buffin 418-622-7537

Daniel Bérubé 418-843-1151

STONEHAM Situé au pied des HautesLaurentides, calme et site de plein air à perte de vue. Projet d’ensemble de résidences unifamiliales haut de gamme, à 2 pas des pentes de ski!

STE-FOY

ST-GABRIEL-DE-VALCARTIER

Espace et lumière! Condo rénové au 5e étage, 2 chambres, 2 salles de bains. Ascenseur et stationnement intérieur. LIBRE IMMÉDIATEMENT!

Terrains Domaine St-Sacrement

Oasis de tranquillité, au cœur de la vallée, développement résidentiel pour amateurs de plein air et de grands espaces. Environnement exceptionnel à découvrir !

Terrains Domaine St-Gabriel

Situé au cœur du village, projet de résidences haut de gamme, nichées à flanc de colline, beaux terrains boisés, en pleine nature. Site idéal famille, à proximité des services.

SHANNON Grands terrains à 2 pas de la Base militaire, à proximité de l’autoroute Henri IV et de tous les services. FAITES VITE!

24 février 2010 / Adsum / Page 31

DONNACONA NOUVEAU! Duplex : 1 x 5½ et 1 x 4½ pièces, toiture (2007). Garage de 20 x 20. Idéal comme premier achat. AUBAINE 115 000$.


L'ACHAT OU LA VENTE D'UNE PROPRIÉTÉ DEMANDE DE LA COMPÉTENCE.

CONFIEZ-NOUS VOTRE PROJET.

Équipe Martin Comeau

L'objectif : Vous offrir sans frais une transaction en toute quiétude.

Courtier immobilier agréé

418-847-1000

PARTICIPANT AU SERVICE DE RELOGEMENT DES FORCES CANADIENNES

FIERS DE SERVIR LES MEMBRES DE LA COMMUNAUTÉ MILITAIRE

Page 32 / Adsum / 24 février 2010

VENDU

VAL-BÉLAIR

SHANNON

FOSSAMBAULT-SUR-LE-LAC

PONT-ROUGE

SHANNON

Beau plain-pied 4 chambres dont 3 au rez-de-chaussée, aire ouverte. Beaucoup de rénovations effectuées, chauffage air soufflé à l'huile. Terrain clôturé, façade de la propriété sur chemin cul-de-sac. Idéal pour les enfants. Prise de possession été 2010.

Beau plain-pied 3 chambres dont 1 au sous-solaire ouverte, foyer au bois salon, salle d'eau au sous-sol, garage attaché avec mezzanine, entrée double largeur. Grand terrain de 40 473 pi², près piste cyclable et base Valcartier. Transfert.

Maison modulaire 3 chambres sur fondation de bois, aire ouverte, aucun tapis, extension de 19.62 x 10, sous-sol hauteur 6½ pieds. Poêle à bois. Terrain aménagé, accès au lac St-Joseph.

Beau plain-pied de 4 chambres dont 2 au rez-de-chaussée. Aire ouverte, aucun tapis, foyer au bois au salon, salle d'eau au soussol avec douche, garage détaché chauffé, piscine hors-terre, entrée auto double, près des services, secteur jeune, prise possession flexible, excellent rapport qualité-prix!

Grand cottage 3 chambres à l'étage, aire ouverte, grande cuisine fonctionnelle, foyer au salon, sous-sol aménagé avec petite salle d'eau, grand garage détaché, prise possession à partir de Décembre, vente conditionnel au message de mutation.

SHANNON

SHANNON

CHARLESBOURG EST

SHANNON

LEBOURGNEUF

Spacieux plein pied construction supérieure, 5 chambres, 1 bureau, aucun tapis, armoires bois, comptoir granite, foyer au bois au salon, douche céramique au rezde-chaussée et une au sous-sol, salle d'eau avec laveuse&sécheuse pour les ados, entrée indépendante. Garage attaché 2 portes. À voir.

Beau cottage 3 chambres à l'étage, aire ouverte, foyer au salon, bureau au rez-dechaussée, plaque de cuisson au gaz, aucun tapis, baignoire à remous, grande salle familiale. Terrain paysager, entrée auto double largeur asphaltée. Secteur de choix. Transfert.

Beau plain-pied entrée mi-étage, 3 chambres au sous-sol, aire ouverte, foyer au salon, armoires thermoplastiques, garage attaché avec pièce transformée en bar, grand cabanon, entrée d'auto en pavé unis, terrain clôturé avec piscine hors-terre, secteur recherché. Prise de possession été 2010.

À paliers multiples, 3 chambres avec possibilité reconvertir pour 3 chambres au même étage, aire ouverte, foyer au gaz sous-sol, garage intégré avec beaucoup de rangement. Aucun voisin arrière, secteur de choix. Prise de possession été 2010.

Vue impressionnante sur la ville! Spacieux cottage en pierre, 4 chambres à coucher, 3 salles de bains, foyer salon et salle à manger, vaste cuisine digne d'une revue, plafonds de 9 pieds, finition haut de gamme. Magnifique terrain clôturé avec cour au sud. Secteur de choix, coup de coeur assuré...

www.martincomeau.ca


VOL_38_NO_17_ADSUM_2010-02-24