Page 1

Depuis plus de 20 ans au service des militaires

Mario Boilard pp

A

N O TA I R E

418 847-1000

Adsum, Garnison Valcartier, CP 1000, succ. Forces, Courcelette (QC) G0A 4Z0. No convention : 40012192

no st

Courtier immobilier agréé

u ro

LE MERCREDI 21 OCTOBRE 2009

s pe

Su pp ort

s

Notaire autorisé par le P.R.F.C.

Pour mieux vous servir

on uy

VALCARTIER

842-4448

Ou rT roo ps

L’équipe Martin Comeau

Le QG FOI-Afghanistan prêt pour sa mission de dix mois

Le départ des 435 militaires, qui formeront le Quartier général de la Force opérationnelle interarmées – Afghanistan a été souligné lors d’une grande cérémonie familiale, le 15 octobre sur la Garnison Valcartier. Leur commandant, le brigadier-général Daniel Ménard, en a profité pour leur adresser quelques mots.

LES RETOURS SE POURSUIVENT

 Articles en PAGES 3, 4 et 6 - Photo : cpl Kate Duggan, Imagerie Garnison Valcartier

L’IRDPQ aide les soldats blessés à se remettre sur pied Le sergent Patrick Bédard, du 12e Régiment blindé du Canada, voulait se tenir debout avant que le reste de son équipe revienne de l’Afghanistan. - Photo : Philippe Brassard, Adsum

 PAGE 5

Sécurité à l’Halloween, un sac qui brille dans le noir Le Service des incendies de la garnison offre aux enfants des sacs réfléchissants pour qu’ils soient plus voyants le soir de l’Halloween. Même la mascotte Funzeau s’est déjà procuré son sac!  PAGE 31 - Photo : Philippe Brassard, Adsum

Halloween

Faites publier la photo de vos enfants costumés

PUBLICATION LE 4 NOVEMBRE Détails en PAGE 30 et sur www.journaladsum.com

484, Côte Joyeuse, St-Raymond 418.337.2234 Sans Frais 1 877 337-2234 www.hyundaistraymond.com

 PAGE 3 - Photo : slt Dennis Noël, Affaires publiques 5 GSS


MONTEZ EN GRADE avec le

NOUVEAU OUTLANDER 2010 Garantie de 10 ans

ENT ÉQUIPEM T COMPLE

La

meilleure garantie de l’industrie

1,8%* 2,8%* 3,8%*

36 mois 48 mois 48 à 84 mois

* Certaines conditions s'appliquent. Votre concessionnaire MITSUBISHI vous donnera tous les détails sur place.

1000, boul. Pierre-Bertrand Sud, Québec

418 682-2226

www.mitsubishi.com

Les 2009 sont sur leur départ.

578 PDSF

$ PAIEMENT PAR MOIS † EN LOCATION 48 MOIS

52 900 -9 000 $

RABAIS À L’ACHAT COMPTANT

Page 2 / Adsum / 21 octobre 2009

$ $

43 900

Modèle CSX Type S avec accessoires illustré

Visitez acuraoptima.com

PRIX À L’ACHAT COMPTANT

4901, BOULEVARD DES GALERIES, QUÉBEC

418 622-8180 1 888 21 ACURA † Offre d’une durée limitée applicable à la location pour usage personnel seulement de modèle neuf Acura MDX 2009 (YD2829JN) par le biais de Services Financiers Honda sur approbation de crédit. Le versement mensuel pendant 48 mois s’élève à 578 $ moyennant un versement initial de 5 888 $ ou un véhicule de reprise d’une valeur équivalente pour le MDX. Les frais d’inscription au RDPRM, incluant les droits du registre, les frais de transport et d’inspection pré-livraison de 1 895 $, le paiement du premier mois et un dépôt de garantie de 0$ sont payables dès l’entrée en vigueur du contrat de location. Les taxes, frais d’immatriculation, d’assurance, d’enregistrement, ainsi que les droits sur pneus neufs sont en sus. Le locataire est responsable de l’excédent de kilométrage après 96 000 km pour 48 mois au taux de 0,15 $ pour le MDX. Sujet à approbation de crédit. Valide sur les véhicules en inventaire seulement. Offres valides pour les résidents du Québec seulement chez les concessionnaires participants Acura du Québec. Les offres de paiement en location incluent les rabais applicables. Le paiement en location du MDX inclut un rabais de 9 000 $ applicable avant les taxes. Photo à titre indicatif seulement. * Le PDSF est de 52 900$ pour une nouvelle Acura MDX 2009 (YD2829JN). Les frais de transport et d’inspection prélivraison de 1 895 $ ainsi que les frais d’immatriculation, d’assurance, d’enregistrement, les droits sur pneus neufs et les taxes sont en sus. Le rabais de 9 000 $ sur le MDX est applicable avant les taxes.


DÉPART DU QG FOI-AFGHANISTAN

Prêts à affronter les défis Par Philippe Brassard Journal Adsum

Le départ des 435 militaires, dont 130 de Valcartier, qui formeront le Quartier général de la Force opérationnelle interarmées – Afghanistan (QG FOIAfghanistan) durant au moins neuf mois à Kandahar, a été souligné lors d’une grande cérémonie familiale, le 15 octobre sur la Garnison Valcartier. C’est dans une atmosphère chaleureuse et informelle que les militaires se sont réunis avec leurs familles au bâtiment CSEM-3 pour la soirée, nommée Opération ÉPOPÉE. La cérémonie était présidée par le brigadiergénéral Daniel Ménard, qui remplacera le brigadier-général Jonathan Vance en tant que commandant de la FOI-Afghanistan. Comme invités d’honneur, le lieutenantgouverneur du Québec, Pierre Duchesne, et la ministre fédérale des Affaires intergouvernementales et de la Francophonie, Josée Verner, ont salué l’engagement des militaires qui partiront à la mi-novembre, de même que des familles. DE GRANDS DÉFIS Selon le bgén Ménard, les défis qui attendent son équipe sont «énormes». «En tout premier lieu, il s’agira de comprendre et de connaître les chefs afghans, parce qu’en bout de ligne, c’est pour eux que nous sommes là. Il faut s’assurer de bien coordonner nos efforts, s’assurer de bien connaître leurs besoins et répondre à leurs demandes», explique le brigadier-général. «Nous devons poursuivre l’intégration avec les forces américaines qui sont maintenant arrivées en grand nombre, tant celles sous mon commandement que celles de la brigade qui évoluera dans le même secteur que nous. Il reste beaucoup de travail à faire, notamment au niveau des procédures», affirme-t-il, ajoutant qu’il cherchera à travailler de pair avec les nouveaux états-majors américains qui s’instal-

lent. Durant les prochains mois, son commandement devra donc s’adapter à un grand nombre de renforts internationaux. «Nous n’avons jamais eu autant de troupes par rapport au nombre de population», dit-il. Un autre défi sera de poursuivre le travail concernant l’approche de village par village, privilégiée par les Forces canadiennes à Kandahar. «Maintenant que nous avons quelques villages en place, les conséquences d’avoir plusieurs villages, c’est nous qui aurons à composer avec ça. Il s’agira d’un gros défi», souligne le bgén Ménard. Le brigadier-général ne s’attend pas à ce que le nombre d’incidents impliquant des insurgés, en augmentation depuis quelques années, diminue en 2010. «On s’attend à autant sinon pire, mais on va être prêts», souligne-t-il. PRÊT À PARTIR Questionné sur place, le caporal Pierre Gladu s’envolera pour un deuxième déploiement au QG à Kandahar et il semblait peu nerveux à l’idée de répéter l’expérience. Pour lui, partir dix mois, il n’y a rien là. «J’ai passé au travers du déploiement du QG en 2007 sans aucun problème, et il avait duré neuf mois et trois semaines», soutient-il. Sa conjointe, Linda St-Pierre, qui a un enfant à sa charge, s’est montrée positive face à la situation. «C’est sûr que je trouve ça difficile, mais c’est son choix, je le respecte et je sais qu’il est content d’y retourner. Tout ce que je peux faire, c’est me croiser les doigts pour que ça se passe bien», affirme-t-elle. La plupart des militaires de Québec auront un travail logistique ou administratif. Le cpl Gladu retrouvera la cellule des visites, où il devra véhiculer les dignitaires canadiens, à l’intérieur comme à l’extérieur de la base. «Les contraintes en théâtre ne sont pas du tout les mêmes qu’ici : la quantité de visiteurs, les heures, les visites qui se chevauchent, ça fait beaucoup à gérer», constate-t-il.

Le brigadier-général Daniel Ménard, commandant du Quartier général de la Force opérationnelle interarmées – Afghanistan, en compagnie de ses deux jeunes enfants, Louis-Philippe, quatre ans, et Audrey, deux ans et demi. - Photo : Philippe Brassard, Adsum

Le caporal Pierre Gladu, qui se montre plus prêt que jamais à quitter au sein du quartier général, était accompagné de sa conjointe, Linda St-Pierre et du fils de cette dernière, Samuel Labrie, lors de la cérémonie Opération ÉPOPÉE du 15 octobre. - Photo : Philippe Brassard, Adsum

Les retours des militaires s’enchaînent L’atmosphère des retours commence à se faire sentir dans la communauté militaire. Un grand groupe de 110 soldats de Valcartier ont renoué avec leurs familles à l’aéroport Jean-Lesage, le 14 octobre, après un déploiement de six mois à Kandahar au sein de la Force opérationnelle 1-09. La plupart d’entre eux étaient membres de l’Élément de soutien national (ESN) en Afghanistan. Le commandant de l’ESN, le lieutenant-colonel Ann-Marie Tardif a également retrouvé les siens. Ce groupe est le dixième d’un contingent composé d’approximativement 1640 militaires de Valcartier à rentrer à la maison d’ici la mi-novembre 2009. Environ la moitié des soldats de la force 1-09 est revenu au pays. Ils participaient à la mission canadienne en Afghanistan depuis la mi-mars 2009. Au moment de mettre sous presse, un retour médiatisé était prévu le 20 octobre, tandis que deux autres auront lieu le 22 octobre et le 13 novembre. L’ESN fournit toute la gamme des services logistiques et d’entretien de l’équipement aux

Le sergent Jean-Marc Desbiens a enfin pu serrer son fils dans ses bras. - Photo : slt Dennis Noël, Affaires publiques, 5 GSS

unités et au personnel de la Force opérationnelle interarmées et soutient les opérations de sécurité, de gouvernance et de développement dans la province de Kandahar. Cet élément est, entre autres, responsable de la fourniture du matériel de combat, général et technique, du soutien aux déplacements et au transport, de l’entretien des véhicules et de l’équipement, et de l’escorte de convois.

21 octobre 2009 / Adsum / Page 3

Cette jeune femme en uniforme du désert renoue avec ses parents à l’aéroport Jean-Lesage, le 14 octobre. - Photo : slt Dennis Noël, Affaires publiques, 5 GSS


DEUX ANS APRÈS SON AMPUTATION

Le capitaine Mailloux retourne à Kandahar Par Philippe Brassard Journal Adsum

Accès aux points de service du 5 GSS Avec le rythme croissant des opérations, nous exigeons de plus en plus de nos chefs. Il est important que l’organisation reconnaisse le degré de responsabilités et de stress ainsi que les obligations associées aux grades, qu’il s’agisse de sous-officiers supérieurs ou d’officiers. Je tenais donc à vous adresser ces quelques lignes afin d’informer la communauté militaire et les employés civils d’une directive émise aux unités et services du 5 GSS. J’ai récemment demandé à mes Commandants et Chefs de service de faciliter l’accès aux points de service pour tous les militaires du grade d’adjudant et plus ainsi que pour le personnel officier. Cette approche, appelée service personnalisé, sera également applicable au personnel civil possédant l’équivalent de ces grades. De ce fait, au sein du 5 GSS, toutes les entités qui offrent un service à la clientèle instaureront le service personnalisé à nos adjudants, adjudants-maîtres, adjudantschefs et officiers afin de s’assurer que ces derniers soutiennent l’organisation et que nous puissions tirer profit de leurs compétences et de leur expérience. Ces derniers pourront ainsi s’attendre à éviter les files d’attente ou, au minimum, à ce que leurs requêtes soient prises en note rapidement. Évidemment, le traitement des requêtes suivra son cours normal selon les politiques et directives mises en place. Parmi les points de service visés, mentionnons notamment les sections d’habillement, le dépannage informatique, les cuisines et mess intégrés, les ressources humaines militaires, le renouvellement de permis de conduire militaire, les cartes d’accès, etc. Il s’agit ici d’un moyen de reconnaître ceux qui orchestrent nos opérations et assurent le bien-être de tous. Je m’attends à ce que ces privilèges soient octroyés à nos leaders de façon automatique et naturelle.

Page 4 / Adsum / 21 octobre 2009

ERRATUM Une erreur s'est glissée dans l'article "Un baume pour la communauté militaire", publié dans le numéro du 7 octobre. Sous l'une des photos, il aurait fallu lire le caporal Daniel Huard. Mille excuses au caporal Huard.

Retour à l’Heure normale Le dimanche 1er novembre, n’oubliez pas de reculer vos horloges d’une heure

Parfois, les pires épreuves sont celles qui rendent le plus fort. Moins de deux ans après avoir subi une amputation à l a j a m b e ga u ch e à l a s u i te d ’ u n e tragédie en Afghanistan, le capitaine Simon Mailloux repart pour Kandahar en novembre, afin de poursuivre la mission au sein du QG 6-09. L’histoire d ’ u n j e u n e offi ci e r d u R oya l 2 2 e Régiment (R22eR) qui a trouvé la force de continuer. Simon Mailloux s’enrôle dans les Forces canadiennes en 2001. Après cinq années au Collège militaire de Saint-Jean comme élèveofficier, il obtient son diplôme en 2006 et joint le 3e Bataillon du R22eR à Valcartier. Cette année-là, il participe à la montée en puissance pour la Force opérationnelle 3-07, en vue d’être déployé en juin 2007. C’est ainsi qu’il s’envole pour une rotation de six mois à Kandahar. Une fois là-bas, il commande un peloton d’infanterie sur le terrain, dont les tâches principales sont de mener des patrouilles, des opérations de combat et de défendre certaines bases d’opérations avancées (BOA). Durant quatre mois et demi, le capt Mailloux accumule beaucoup d’expériences, certaines plus difficiles, comme la perte du soldat Simon Longtin, âgé de 21 ans, en août. UN DRAME QUI CHANGE SA VIE Le 16 novembre 2007, le capt Mailloux doit commander des troupes de l’avant-garde dans le cadre d’une opération d’équipe de combat visant à installer un poste de police improvisé dans un secteur de Kandahar. En pleine nuit, il quitte la BOA de Ma’sum Ghar à bord d’un véhicule blindé léger, sixième dans un convoi formé de divers véhicules. Le convoi emprunte une route courante, à 40 kilomètres à l’ouest de la ville de Kandahar, sur laquelle il roule une quinzaine de minutes. Soudainement, sans crier gare, un engin explosif improvisé (EEI) de type «command wire» détone sous son véhicule, emportant sur le coup le soldat Michel Jr Lévesque, 25 ans, et le caporal Nicolas Beauchamp, 28 ans, basés à Valcartier, de même qu’un interprète afghan. Assis au fond, le capt Mailloux est expulsé violemment hors du véhicule par la porte arrière, avec deux autres soldats. «Le fait d’avoir été éjectés à l’extérieur du véhicule par l’explosion, c’est ce qui nous a sauvé la vie», relate le capt Mailloux. Le choc et la déflagration lui infligent plusieurs blessures et, à demi-conscient, il n’a aucune idée de la gravité de son état. Lui et les deux autres blessés sont immédiatement évacués à l’hôpital de la base aérienne de Kandahar. Peu après, il est transféré par avion vers l’Allemagne, afin d’y recevoir des soins plus avancés. Tout au long du voyage, il est endormi pour atténuer la douleur. C’est à son réveil dans un hôpital allemand qu’il constate la nouvelle réalité : une partie de sa jambe gauche a été amputée par les médecins, qui ont tout tenté pour la sauver. «Ça a été un choc, c’est certain. Mais en même temps, on regarde tout ce qui est correct. La tête va bien, on a encore toutes nos idées. Le reste du corps est en bon état», souligne le capt Mailloux, qui adopte une attitude positive. «C’est sûr qu’il y a un processus de deuil à faire et ce n’est jamais facile. On ne sait pas trop ce que l’avenir nous réserve : c’est comme un trou noir. On se retrouve dans le lit, sans pouvoir bouger et on se sent inutile. C’est dans les mois qui suivent qu’on est capable de voir si l’on pourra redevenir actif», confie-t-il. RETOURNER À KANDAHAR Tout juste après la tragédie, le capt Mailloux demandait déjà au major s’il pourrait retourner à Kandahar pour continuer la mission. Près de deux ans plus tard, le capitaine Mailloux sera le premier militaire canadien à retourner en zone de combat après avoir subi une amputation.

Aidé par sa prothèse, le capitaine Simon Mailloux transporte une coéquipière sur la piste de course du Centre des sports de la Garnison Valcartier, lors d’une journée sportive en octobre organisée en vue du départ du Quartier général de la Force opérationnelle interarmées 6-09 (QG 6-09). - Photo : cpl Claude Arsenault, QG 6-09

Mais où puise-t-il cette force? Modeste, il indique qu’elle provient de qualités communes chez les officiers d’infanterie ou d’armes de combat. «C’est de la ténacité et un petit peu de tête de mule en même temps. On est des gens qui aiment s’entraîner et qui veulent poursuivre la mission, envers et contre tout», explique-t-il. «Suis-je un gars têtu de nature? Je pense que oui», admet toutefois le capitaine. D’autres raisons ont également influencé son désir de retourner en Afghanistan. «À ce moment-là, le travail n’était pas terminé, le peloton était seul, donc j’avais le sentiment de laisser ma gang. On ne peut pas laisser tomber notre équipe», affirme-t-il, empreint d’un bon esprit de camaraderie. «Si je suis encore physiquement capable de me redéployer, je me dois de faire tout ce que je peux pour y retourner», pense-t-il. Ce dernier croit aussi pouvoir inspirer d’autres militaires vivant une situation similaire. «La plupart des militaires connaissent quelque part un blessé qui se demande qu’estce qui va se passer avec lui-même, et ce, à différents stades de la réhabilitation. Ces gens-là sont un peu dans le noir. Après nous être rendu au stade ultime de la carrière de militaire, c’est-à-dire être déployé en théâtre opérationnel, après ça, qu’est-ce qui nous empêche de continuer une carrière comme n’importe qui? J’ai la chance de faire ces premiers pas, et je m’attends à ce que d’autres fassent de même : je connais beaucoup de militaires en réhabilitation qui veulent repartir ou du moins réintégrer une unité», dit le capitaine. UNE RÉHABILITATION RAPIDE Après avoir subi quatre opérations pour diverses blessures, le capitaine Mailloux connaît une guérison relativement rapide. Afin de retrouver ses moyens, il fréquente le Centre François-Charron de l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ), où on lui fournit une assistance inestimable. De plus, il bénéficie depuis l’amputation d’une prothèse qui l’aide à se déplacer. Dès février 2008, il est en mesure de remplir des tâches administratives à raison d’une fois par semaine dans les Forces canadiennes. Cinq mois plus tard, il devient aide de camp de la gouverneure générale, Michaëlle Jean.

Au début, le capitaine a dû réapprendre à se débrouiller dans la vie quotidienne. Ensuite, il s’est entraîné dans l’espoir de réintégrer les rangs militaires. Pour ce faire, il devait réussir les tests physiques de l’Armée de terre. Avec sa prothèse, il a ainsi marché 13 kilomètres en deux heures 22 minutes avec un équipement de 60 kilos et parcouru 100 mètres avec une personne sur son dos. Il a également creusé une tranchée et couru cinq kilomètres en 33 minutes. Il a passé ces tests avec succès et ce, sans aucun accommodement. UN NOUVEAU DÉFI C’est dans cet esprit de détermination que le jeune officier s’envolera pour Kandahar à la mi-novembre avec le Quartier général de la Force opérationnelle interarmées 6-09, afin d’accomplir des tâches plus stratégiques, celles d’un poste d’état-major. «Nous n’avons pas terminé la mission. Il nous reste un gros travail à effectuer et il y a encore beaucoup de bénéfices que nous pouvons apporter aux Afghans», affirme le capt Mailloux. Il souhaite ainsi soutenir l’équipe en relevant les nouveaux défis qui l’attendent au QG. «Je veux d’abord faire mon job de capitaine sans aucun accommodement. En même temps, comme n’importe quel vétéran des anciennes rotations, c’est d’amener un côté connaissance du terrain : ce qu’on a fait, ce qu’on a appris et retiré comme leçons durant les mois qu’on a été là-bas, pour le réappliquer lors des prochaines rotations. L’idée, c’est de compiler toute les connaissances que nous avons, au lieu de réinventer la roue à chaque fois», souligne-t-il. «Cette expériencelà est critique, car si on la laisse aller, il y a peut-être des vies qui vont être perdues qui auraient pu être sauvées», croit-il. En parallèle, il souhaite aussi mettre à profit son vécu pour travailler la dimension des blessés en théâtre, en collaboration avec les aumôniers. Selon lui, il faut «visiter les blessés, leur dire que, peu importe les blessures qu’ils ont, c’est le plus bas qu’ils vont être en ce moment. Après, ça va en remontant. Il faut leur redonner de l’espoir, leur remonter le moral», conclut le jeune officier, visiblement prêt à repartir vers le front afghan.


CENTRE FRANÇOIS-CHARRON

L’espoir de retrouver une vie normale Par Philippe Brassard Journal Adsum

L’espoir de remarcher et de retrouver une vie normale, voilà ce qui anime deux soldats blessés suivant un programme de réadaptation au Centre Fr a n çoi s -Ch a r r on d e l ’ I n s ti tu t d e réadaptation en déficience physique d e Qu é b e c (I R DP Q), r e n con tr é s lors d’ une séance d’ information le 15 octobre. «Le progrès qui a été fait est incroyable», constate le sergent Patrick Bédard du 12e Régiment blindé du Canada (12 RBC), qui a reçu des greffes osseuses et de peau pour ses fractures ouvertes à la jambe droite à la suite d’une tragédie impliquant un engin explosif improvisé (EEI), le 13 avril à Kandahar. Le drame avait emporté le caporal Karine Blais. «C’est un travail immense de rebâtir une jambe qui n’a pas travaillé pendant six mois», indique le sgt Bédard, qui est suivi quotidiennement par les ergothérapeutes de l’IRDPQ. «Je voulais être debout quand les gars reviendront d’Afghanistan. Je suis capable, en béquilles. Mon objectif, c’est maintenant de pouvoir marcher», affirme-t-il.

Également victime d’un EEI en juillet, le sergent Étienne Aubé du 5e Régiment du génie de combat (5 RGC) a quant à lui perdu sa jambe droite, amputée jusqu’au genou. Depuis août, il travaille très fort à préparer son membre amputé, dans l’optique de bientôt recevoir une prothèse. Malgré la perte de son membre, le jeune homme de 28 ans affiche une attitude positive. «C’est assez dur, mais avec de la motivation et le soutien qu’on a, on est capable de facilement passer au travers. Mon objectif, c’est d’être le plus près de ce que j’étais avant l’accident et continuer ma carrière militaire», confie-t-il. Ce dernier dit recevoir un excellent appui moral des membres de son unité, qui le visitent régulièrement. UN PROGRAMME NATIONAL

En vigueur depuis 2008, le Programme de réadaptation physique des FC vise à assurer des standards équitables au niveau national quant à la qualité des soins de réadaptation offerts aux soldats blessés en déploiement. Depuis 2003, le nombre de soldats canadiens qui ont reçu des blessures sévères en Afghanistan se situe entre 150 à 170, d’après le lieutenant-colonel Markus Besemann, médecin physiatre et spécialiste qui mène le programme de réhabilitation. La plupart de ces graves blessures sont des amputations, des blessures orthopédiques graves, dont les fractures multiples, des blessures neurologiques, soit de la moelle épinière ou du système nerveux péri phérique, de même que des traumatismes crâniens sévères. La plupart du temps, des mines ou des EEI sont en cause. Selon le lieutenantcolonel, un partenariat entre les FC et les centres civils de réadaptation était devenu une nécessité. «Les militaires Forts d’une grande motivation et d’une forme physique irréprochable qui revenaient avec avant leurs accidents, le sergent Étienne Aubé et le sergent Patrick leurs blessures avaient Bédard récupèrent plutôt rapidement et inspirent les civils en réadapta- des attentes souvent tion du Centre François-Charron. - Photo : Philippe Brassard, Adsum

DEMANDE DE PARDON (RÉHABILITATION ET U.S. WAIVER)

Un dossier à suivre dans le prochain numéro de l’Adsum.

De retour à la maison depuis quelques semaines, le sergent Patrick Bédard travaille quotidiennement chez lui et au Centre François-Charron, dans l’espoir de remarcher. Il a reçu d’innombrables opérations à la jambe, à la suite de blessures subies lors de l’explosion d’une bombe artisanale. - Photo : Philippe Brassard, Adsum

Clinique de

PHYSIOTHÉRAPIE 13 arniensce d’expé

VALCA RTIER

PLACE SHANNON

438, boulevard Jacques-Cartier, suite 100

Véronique Blanchet

Kathleen Dubé

Thérapeute en réadaptation physique

Physiothérapeute

Catherine Turgeon Physiothérapeute

Notre expérience, notre formation et notre travail d’équipe nous permettent de vous offrir des traitements de qualité afin de vous aider à 3405, boul. Wilfrid-Hamel, bur 310, Québec, Qc. G1P 2J3

418-681-0609 poste 60 www.commissionnaires.ca

MIEUX BOUGER

MIEUX VIVRE

(418) 844-2177

21 octobre 2009 / Adsum / Page 5

Assistance pour l’obtention d’une réhabilitation rapide et efficace, ou pour une demande de levée d’interdiction aux États-Unis

démesurées par rapport à ce que le centre civil avec lequel on était affilié pouvait leur prodiguer seul. Ces gens-là voulaient retourner à leurs pleines activités physiques, telles la course et même retourner dans leurs unités de combat; de là est partie l’idée du programme, le but principal étant de pouvoir donner accès aux services de qualité pour que les militaires qui le veulent – on ne peut pas imposer à quiconque un objectif qui n’est pas à lui – aient le plein potentiel de retrouver leurs activités antérieures», explique-t-il. Pour ce faire, les Forces canadiennes se sont affiliées avec sept centres de réadaptation physique civils à travers le pays, où les soldats blessés sont systématiquement rapatriés. De cette manière, des physiothérapeutes et des ergothérapeutes des FC sont présents dans chaque établissement, pour que tous puissent travailler ensemble et non pas en silos séparés, indique le chef de la réhabilitation. Dans certaines circonstances, il sera possible pour les blessés de réintégrer les rangs, comme le fera le capitaine Simon Mailloux (voir texte en page 4). D’autres changeront de carrière au sein des FC, tandis que certains devront transiger par nécessité vers une carrière civile. «Dans tous les cas, on les prépare au maximum sur le plan physique pour qu’ils atteignent les objectifs qu’ils se fixent», précise-t-il. «On espère encourager les gens à rester le plus longtemps possible en uniforme. Il y a beaucoup de choses qu’ils peuvent faire pour nous aider, comme être l’aidant principal pour d’autres soldats qui reviennent», mentionne-t-il.


38e année, No 10, mercredi 21 octobre 2009 Le journal Adsum est une publication non officielle publiée un mercredi sur deux avec la permission du Commandant du 5e Groupe de soutien de secteur. Les opinions et les points de vue exprimés dans ce journal ne sont pas nécessairement ceux du MDN, des FC et de l’ASPFC/Personnel des FNP. Le journal Adsum informe la communauté militaire de la garnison et de la grande région de Québec depuis 1972. Notre publication constitue l’un des principaux outils de communication interne de l’Armée au Québec. C’est un moyen privilégié pour le Secteur du Québec de la Force terrestre (SQFT) de communiquer avec son personnel et les familles. Les succès, les intérêts et les préoccupations de la grande équipe du SQFT, voilà la matière avec laquelle est bâti l’Adsum. Tirage : 7150 copies Éditeur Col Daniel Genest, cmdt 5 GSS Rédactrice en chef Caroline Charest, poste 5672 caroline.charest@forces.gc.ca Journaliste Philippe Brassard, poste 6656 philippe.brassard@forces.gc.ca Conseillère en publicité Ginette Demers, 418 871-1274 gdemers@videotron.ca Responsable petites annonces et comptabilité Marie-Josée Simard poste 5598 marie-josee.simard@forces.gc.ca Infographiste Philippe Dionne-Raymond poste 6656 production_journalvalcartier@videotron.ca Imprimerie Les Presses du Fleuve

Toute correspondance doit être adressée à la rédactrice en chef. Les demandes de publication doivent être acheminées par courrier électronique à +adsum@forces.gc.ca. Soumettre les textes en format Word et les photos en jpg. La rédactrice en chef se réserve le droit de rejeter ou de modifier tout matériel rédactionnel ou publicitaire. Les auteurs des textes ne seront pas nécessairement avisés des modifications apportées à leurs textes. Les articles publiés dans ce journal sont la propriété de l’Adsum et ne pourront être publiés, utilisés ou reproduits sans l’autorisation de la rédactrice en chef ou de l’auteur. Le journal Adsum est une entité des Programmes de soutien du personnel (PSP) et est financé en grande partie par les fonds non publics. Les revenus générés par les annonces publicitaires contribuent en majeure partie au financement du journal. Nous vous remercions d’encourager nos annonceurs.

ABONNEMENT : GRATUIT pour les militaires et les employés civils du MDN. Pour les autres : 20,00 $ par année (22 éditions), taxes en sus ISSN 0705-0992

ADRESSE : Journal Adsum Garnison Valcartier, bât. 516 C.P. 1000, succ. Forces Courcelette (Québec) G0A 4Z0

Le prochain quartier général déployé en Afghanistan est aguerri Par le lieutenant de vaisseau Michèle Tremblay Officier des Affaires publiques, QG 6-09

Deux cent cinquante militaires membres du prochain quartier général (QG) de la Force opérationnelle interarmées en Afghanistan (FOI-Afg) viennent de terminer six mois de montée en puissance en vue d’un déploiement en novembre prochain. Le brigadier-général Daniel Ménard prendra le commandement d’au-delà de 4000 soldats, soit 2850 militaires canadiens et plus de 1500 américains. La FOI-Afg comprend en outre l’escadre aérienne, le groupement tactique canadien, un bataillon américain, un régiment de génie, l’équipe de liaison et de mentorat opérationnel, l’équipe de reconstruction provinciale à Kandahar, l’élément du soutien national, un bataillon de police militaire américain ainsi que la compagnie de la police militaire canadienne. Le QG et escadron des transmissions est formé de militaires et de membres de ministères partenaires de la mission. Le QG assumera le commandement et contrôle de la Force opérationnelle à Kandahar afin d’accomplir les missions de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) dans la province de Kandahar en Afghanistan. Il assurera également le lien de coordination entre les unités de la FOIAfg et le QG du commandement de la Force expéditionnaire du Canada à Ottawa. Les membres du QG partent pour un tour d’environ dix mois de mission en théâtre opérationnel. Ils travailleront à l’aérodrome de Kandahar. C’est le 1er avril 2009 qu’a débuté l’entraînement individuel et collectif des membres du QG à la Garnison Valcartier. «Mon intention est de générer un QG aguerri et agile qui sera prêt dès novembre 2009 à assumer son rôle au sein de la FOI-Afg. Les officiers d’état-major ainsi que le personnel de soutien posséderont des connais-

Plusieurs membres du QG sont regroupés une dernière fois lors de la clôture de l’exercice MAPLE GUARDIAN 09. - Photo : cpl C. Arseneault, QG 6-09

Le commandant du Quartier général de la Force opérationnelle interarmées en Afghanistan, le brigadiergénéral Daniel Ménard, prononce une allocation devant une assemblée constituée des militaires qui formeront le QG et l'escadron des transmissions et les membres de leur famille, lors de l’activité OP ÉPOPÉE tenue le 15 octobre à Valcartier.

sances étendues de la guerre contre-insurrectionnelle ainsi que des particularités tribales, en particulier celles du sud de l’Afghanistan», avait déclaré le bgén Ménard lors de la première rencontre à la Garnison Valcartier. La montée en puissance a été bien synchronisée pour inclure différents volets de préparation et de formation tels que l’entraînement spécifique à la mission en théâtre opérationnel, soit une formation interculturelle visant à se familiariser au sujet de l’Islam, de l’histoire de l’Afghanistan et de l’aspect tribal de la culture afghane. De plus, des témoignages d’intervenants gouvernementaux et d’orga nisations non gou ver nementales ont exposé la dynamique présente en Afghanistan sur les plans politique, médiatique et social, Deux membres du QG, sous le regard attentif d’un instructeur, appliquent les nous permettant de techniques de soins au combat apprises lors d’un scénario de validation du parfaire notre prise

de conscience situationnelle de notre environnement. Dans une ère de multiples sources d’information et de rapidité de communication, l’état-major a dû aussi suivre une formation sur la nouvelle version du système de soutien de commandement de la Force terrestre. Ce système permet à tous de visualiser la disposition des unités sur le terrain et de parler en direct avec les unités via un chat de groupe. Durant des exercices collectifs réalistes et exigeants tels MAPLE GUARDIAN à Wainwright, en Alberta, UNIFIED WARRIOR et tout récemment UNIFIED READY à Kingston, en Ontario, le personnel du QG a eu l’opportunité de commander les troupes sur le terrain dans des scénarios complexes ainsi que dans un environnement synthétique. Sur place, le QG travaillera avec les troupes fraîchement arrivées principalement du Secteur de l’Ouest initialement qui seront relevées au printemps par des troupes du Secteur Centre. L’entraînement s’est très bien déroulé, le QG est rodé et tous se sentent prêts à relever le défi. Pour de plus amples renseignements sur la FOI-Afg, vous pouvez visiter le www.comfec-cefcom.forces.gc.ca.

cours de secourisme en situation de combat. - Photo : cpl C. Arseneault, QG 6-09

TÉLÉPHONE : (418) 844-5000, POSTE 5598

TÉLÉCOPIEUR : (418) 844-6934

Page 6 / Adsum / 21 octobre 2009

SITE WEB : www.journaladsum.com COURRIEL : +adsum@forces.gc.ca PROCHAINE PARUTION

mercredi 4 novembre DATE DE TOMBÉE

lundi 26 octobre

Fondé par le 12e Régiment blindé du Canada

Le caporal François Pomerleau pratique ses techniques de détection de mines lors d’un exercice. - Photo : cpl C. Arseneault, QG 6-09

Les membres d’une des équipes formées lors de la journée de cohésion du QG tentent de résoudre un jeu questionnaire. - Photo : cpl C. Arseneault, QG 6-09


Un médecin d’exception Quand on parle de réadaptation physique des soldats canadiens blessés au combat, le rôle du major Serge Blier, médecin-chef de la Garnison Valcartier et médecin clinicien au rôle 1 canadien à Kandahar lors du déploiement de la Force opérationnelle 3-07, apparaît digne de mention. Deux militaires québécois ont tenu à souligner son grand dévouement pour les blessés. Ainsi, le lieutenant-colonel Linda Garand, médecin-chef du Secteur du Québec de la Force terrestre (SQFT), a livré ce témoignage : «À peine avait-il pris son poste de médecin-chef que le major Blier a dû faire face à des défis de taille, avec le retour des soldats blessés en provenance de l’Afghanistan. Alors que de nombreuses difficultés ne cessaient d’émerger, c’est avec une poigne ferme et un dévouement absolu qu’il s’est acquitté de sa tâche. D’abord, son dialogue avec le personnel clinique et administratif de l’hôpital Enfant-Jésus a permis la continuation d’un partenariat crucial au bien-être de nos soldats blessés. Subséquemment, grâce à son calme et son bon contact avec les familles de ces soldats, il a su mitiger une angoisse montante des familles. De plus, son contact cordial avec la chaîne de commandement a permis d’établir un milieu de confiance et de respect mutuel. Pour ce faire, le maj Blier n’a pas hésité à dévouer un nombre d’heures incalculable, à toute heure du jour, pour s’assurer du succès de sa tâche». Aux yeux de l’adjudant-maître André Renaud, dont le fils, le caporal Martin Renaud, a été blessé à Kandahar et suivi par le maj Blier, ce dernier est un médecin d’exception : «À l’hôpital de la base de Kandahar, c’est lui qui coordonnait les chirurgiens internationaux : il était capable de les sensibiliser afin

NOUVELLES

EXPRESS

Onze projets d’infrastructures à Kingston

Le major Serge Blier, médecin-chef de la Garnison Valcartier, est reconnu dans son milieu pour son grand dévouement envers les soldats blessés. - Photo : ltv Charles Tremblay, Affaires publiques, 5 GBMC

qu’ils se concentrent sur nos blessés à nous. Il a réussi à amener son expertise du civil dans l’armée et c’est grâce à lui que les militaires blessés ont de très bonnes relations avec les médecins civils. Si un blessé lui pose une question particulière, il est capable d’appeler n’importe quel chirurgien civil et d’avoir sa réponse dans les secondes qui suivent. Cet homme est une denrée rare pour le ministère de la Défense», dit-il. «Psychologiquement, le fait que les soldats aient toujours eu le même médecin traitant ici, ça a été un atout dans leur réadaptation. C’est aussi un frère d’armes : tous les blessés de la 3-07, il les a vus sur la table d’opération. Il a effectué le suivi de tous les dossiers et il ne les lâche jamais. En somme, il se dévoue corps et âme pour ses gars», ajoute-t-il. (P.B.)

Le ministère de la Défense nationale a annoncé 11 projets d’infrastructures évalués à 300 M $ pour la base de Kingston et le Collège militaire royal (CMR), le 13 octobre. Le premier projet est une nouvelle salle à manger de 13,3 M $ pour tous les grades à la base de Kingston. Un projet pour 97 logements Vimy de 8,6 M $ pour les effectifs en formation et le personnel d’appoint doit s’achever cet automne. Une installation de formation de 99 unités ou pièces évaluée à 689 000 $ à la base de Kingston devrait débuter en 2010 et être complétée en 2011. Un centre de formation de 300 000 $ destiné à l’École d’électronique et des communications permettra d’offrir de la formation aux effectifs nationaux et en déploiement dès 2010. Le sous-sol de l’édifice Mackenzie sera rénové pour un montant de 1,6 M $, afin d’ajouter bureaux, salles de réunion et salles de classe. Une sous-station électrique pour la partie Vimy de la base fournira l’électricité nécessaire dans le futur. Des travaux de 1,3 M $ d’amélioration de la chaussée, des conduites d’eau et des égouts sont déjà achevés sur la rue Lance et l’avenue Red Patch. Le CMR sera pour sa part doté de systèmes de sécurité et de contrôle d’accès, un projet de 2,9 M $. Le complexe d’enseignement du CMR sera l’objet de travaux de réfection de 2,9 M $. Les dortoirs seront également rénovés. Enfin, il y aura la construction d’un nouveau Centre de services de santé, qui répondra à la croissance des effectifs et sera livré pour 2012. Le contrat de ce dernier projet n’a toujours pas été attribué.

tion du Canada, à Ottawa. Le nouveau commandant du Commandement aérien et Chef d’état-major de la Force aérienne, le lieutenant-général André Deschamps, succède au lieutenant-général Angus Watt. Le lgén Deschamps cumule plus de 7500 heures de vol. Parmi ses récentes fonctions, il fut commandant de l’Élément de soutien du théâtre en Asie du Sud-Ouest, commandant de la 8 e Escadre Trenton, chef d’état-major responsable des opérations au Commandement de la Force expéditionnaire du Canada (COMFEC) à Ottawa et chef d’état-major adjoint de la Force aérienne.

Le NCSM Fredericton part en mission Le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Fredericton quittera bientôt son port d’attache de Halifax en direction de la mer d’Oman et de l’océan Indien pour une mission de maintien de la sécurité maritime à l’étranger, d’une durée de six mois. La frégate canadienne sera ainsi intégrée au 1er Groupe de la Force navale permanente de réaction de l’OTAN, dont les opérations visent particulièrement la piraterie. Le navire participera également aux activités de la force opérationnelle multinationale CTF-150 qui font de la lutte contre le terrorisme. Le NCSM Fredericton est commandé par le capitaine de frégate Steve Waddell et compte un équipage de 240 officiers et marins, de même que le détachement aérien nécessaire à un hélicoptère CH 124 Sea King. Il devrait intégrer la mission multinationale à la fin novembre.

Nouveau commandant de la Force aérienne La Force aérienne du Canada a changé de commandant, lors d’une cérémonie officielle le 1er octobre au Musée de l’avia-

Le NCSM Fredericton - Photo : cplc Blake Rodgers

21 octobre 2009 / Adsum / Page 7


e

Le 3 Bataillon remporte la journée e sportive du R22 R Par Philippe Brassard Journal Adsum

Plus de 500 militaires du Royal 22 e Régiment (R22 e R) se sont affrontés en équipes lors d’une journée sportive r é gi m e n ta i r e , l e 1 6 octob r e s u r l a Garnison Valcartier. Cet événement, tenu dans le cadre des fêtes régimentaires, a été remporté par le 3e Bataillon du R22 eR. Les trois épreuves de la journée : le touch football, le frisbee extrême et la souque à la corde. Des équipes avaient été formées par les trois bataillons du R22eR pour chacun des sports, sans oublier les membres du Centre d’instruction du Secteur du Québec

de la Force terrestre (CI SQFT) et de la Musique du R22eR, qui s’étaient regroupés. Selon le major Philippe Rhéaume, commandant de la compagnie des Services du 3 e Bataillon du R22 eR, qui a organisé l’évé nement, le but de la journée était «d’encourager la cohésion au sein du régiment et la fierté de chaque unité de représenter son bataillon». «Le Vingt-deux est un régiment combatif, et à travers ces événements sportifs, on démontre notre esprit guerrier», a-t-il ajouté. LES GAGNANTS

Les membres du 3 R22eR ont raflé le fanion régimentaire, décerné à l’unité qui remportait le plus de victoires aux diffé-

Deux bataillons de Vingt-deux s’affrontent dans une partie de frisbee extrême sur le terrain près de l’aréna de la garnison, lors d’une journée sportive régimentaire, le 15 octobre. Le but du jeu était de sortir le frisbee du côté adverse, le porteur du frisbee devant le lancer à un coéquipier. - Photo : Philippe Brassard, Adsum

rentes épreuves. Les équipes gagnantes des épreuves ont toutes reçu un trophée en bois. Le 2 R22eR a remporté la victoire pour la souque à la corde. Quant au touch football, c’est le 1 R22eR qui est allé chercher la victoire. Enfin, le 3 R22 eR a gagné l’épreuve du frisbee extrême. RIVALITÉ ENTRE BATAILLONS

Tout au long de l’avant-midi, les cris d’encouragement des militaires fusaient de tous les côtés, ce qui a largement contribué à installer une ambiance compétitive. Les joueurs attachaient une grande importance à la victoire, et ce, pour chaque sport. «Il faut beaucoup de compétition entre les unités présentes; c’est sain pour former un esprit de cohésion», a renchéri le major. La dernière journée sportive régimentaire du R22eR remonte à loin. Des com-

pétitions entre bataillons étaient fréquemment organisées dans les années 50-60, selon le major-général Alain Forand, colonel honoraire du régiment, qui a salué le retour de ce type d’activité. «Dans le temps, c’était pour défendre l’honneur du bataillon. Il y avait énormément de rivalité, mais ça permettait aussi un esprit d’équipe. Ça devrait se produire aujourd’hui. J’espère que tout le monde va s’amuser», a déclaré aux troupes le major-général à la retraite. «C’est l’honneur de votre bataillon qui est au bout du compte», a-t-il rappelé. Ce dernier a remercié le sergent-major du régiment et adjudant-chef de la brigade, Pierre Marchand, qui a réussi à convaincre les autorités régimentaires de réinstaurer ces compétitions.

Les membres du 3e Bataillon posent fièrement avec le fanion qui symbolise leur victoire à la journée sportive. L’équipe de frisbee porte le trophée de la compétition. À l’extrémité gauche (debout), le majorgénéral Alain Forand, colonel honoraire du régiment, et le lieutenant-colonel André Demers, commandant du 3 R22eR. À l’extrémité droite, l’adjudant-chef Pierre Marchand, sergent-major régimentaire et adjuc de la brigade. - Photo : Philippe Brassard, Adsum

Les Panzers sont sortis Par le cavalier Yan Naud Troupe 31, 12e Régiment blindé du Canada

Page 8 / Adsum / 21 octobre 2009

Lors du cours de commandant d’équipe de combat, qui s’est déroulé du 4 au 25 septembre sous la direction du 2e Bataillon du Royal Canadian Regiment (RCR), les 16 membres de la troupe 31 ainsi que des techniciens de véhicules de l’escadron C du 12 e Régiment blindé du Canada (12 RBC) se sont déployés dans les secteurs d’entraînement de Gagetown. Plusieurs éléments étaient au rendezvous afin de fournir une équipe de combat complète : les compagnies mécanisées Golf et Hôtel du RCR, un escadron de reconnaissance du Royal Canadian Dragoons, deux troupes de chars du Lord Strathcona’s Horse (Royal Canadian), ainsi que des éléments de soutien tels que génie, artillerie et logistique. Le tout a débuté par une semaine intensive d’entretien et de pratique d’attaques rapides de positions ennemies. Chacun a ainsi pu mettre ses connaissances à jour sur les différentes tactiques, techniques et procédures.

Une fois que les différentes tâches ont été maîtrisées, les candidats du cours ont pris les différentes positions de commandement et nous ont menés principalement au travers des opérations de nature offensive. La troupe 31 a été employée dans les différentes tâches et positions qui sont propres aux chars principaux de combat. Assurant le soutien intime de l’infanterie, en étant employés comme force d’assaut ou en constituant la base de feu, les membres des quatre équipages ont démontré leur grande flexibilité, leurs nombreux champs d’expertises et leur volonté d’acquérir de nouvelles connaissances qui leur seront bien utiles lors de leur mission en 2010. Une fois le cours terminé et tout le matériel rangé, c’est fourbus mais fiers du travail accompli que les membres de l’escadron C ont repris le chemin vers Québec. Ils ont aussi reçu l’excellente nouvelle que d’autres Léopard C2 et un ARV (véhicule de remorquage blindé) viendront s’ajouter à la flotte de l’unité en vue de la montée en puissance de la FO 3-10.

Les membres de l’escadron C démontrent leur devise «Quel que soit l’obstacle». - Photo : cvr Y. Naud, 12 RBC

Il n’y aura pas de repos pour l’escadron C dont plusieurs membres viennent de commencer leur cours de premiers soins tactiques au combat afin d’accroître leurs connaissances en matière de traitement

médical, tandis que d’autres partiront bientôt pour l’Allemagne afin d’obtenir la très attendue conversion sur le nouveau Léopard 2. Nous sommes tous impatients d’en faire la connaissance.


DÉFI DU COMMANDANT DU 5 GBMC

La condition physique des soldats sous la loupe Par Philippe Brassard Journal Adsum Pas moins de 1130 militaires ont relevé le défi du colonel Jean-Marc Lanthier, com m a n d a n t d u 5 e Gr ou p e -b r i ga d e m é ca n i s é d u Ca n a d a (5 GBM C), l e 9 octobre sur la Garnison Valcartier. L’activité avait pour but de dresser un portrait de la condition physique réelle des soldats de la brigade. «J’accorde une importance particulière au conditionnement physique de tous les soldats de la brigade. C’est un élément fondamental des compétences et du maintien au pouvoir du soldat», a expliqué le col Lanthier, qui a demandé la participation de toutes les unités de la brigade à son défi. Même le 5e Bataillon des services du Canada (5 Bn S du C), la 5e Ambulance de campagne (5 Amb C) et le Centre de santé Valcartier (CSV) ont envoyé leurs membres. Le défi se basait sur un tableau d’entraînement de la Force terrestre, qui comprend plusieurs objectifs recommandés de conditionnement physique. Le colonel Lanthier avait fixé le niveau 3 comme l’objectif de la brigade pour le défi. Il ne s’agissait toutefois pas d’une norme obligatoire au travail de soldat, comme les épreuves du NAPCFT. Concrètement, chaque participant devait viser les résultats suivants : courir un trajet de six kilomètres autour de la base dans un temps situé entre 30 et 27,5 minutes, exécuter entre 40 et 44 pompes (push-ups), effectuer entre 75 et 99 redressements assis et compléter de sept à neuf tractions à la barre (chin-ups). RÉSULTATS Bien qu’il s’agisse avant tout d’un défi personnel, l’activité a quand même permis de projeter une image d’ensemble : «C’est une

façon pour les commandants de chaque unité et pour la chaîne de commandement d’avoir un aperçu de l’état de conditionnement physique de leurs membres. Ça donne un aperçu plus global à mes yeux de différentes facettes du conditionnement physique. Par exemple, la marche avec une charge constitue le test formel, mais elle ne donne pas nécessairement une idée de la puissance et de la résistance de chacun», a souligné le colonel. Pour la course, le temps moyen enregistré a été de 31 minutes, 31 secondes. Pour les autres épreuves, la moyenne tournait autour de 37 pompes, 56 redressements assis et neuf tractions à la barre. Au total, 8 % des participants ont atteint le niveau 3 dans l’ensemble des épreuves. Notamment, la réussite était de 12,5 % pour les pompes, 12,3 % pour les redressements assis et 22,6 % pour les tractions. À la lumière de ces résultats, le col Lanthier a constaté qu’il y a du travail à faire, même s’il s’est montré plutôt satisfait des résultats cardiovasculaires. «D’atteindre l’objectif de niveau 3 n’est pas un reflet de la capacité d’atteindre la norme du test NAPCFT, dont le succès est très élevé. Mais ça me démontre qu’on a quand même beaucoup d’entraînement à faire, surtout pour la musculation», a-t-il affirmé. Les différentes unités pourront maintenant «réorienter leur programme d’entraînement pour inclure plus d’exercices qui visent la musculation au niveau des abdominaux, des bras et des épaules, surtout pour la force brute et la puissance», a indiqué le colonel. De plus, un prochain défi du commandant sera organisé lorsque la température sera plus clémente, mais le moment doit être déterminé, selon lui. En 2004, plus de 30 % des participants au défi du commandant avaient atteint l’objec-

Deuxième sur la barre à partir de la gauche, le colonel Jean-Marc Lanthier, commandant du 5e Groupebrigade mécanisé du Canada (5 GBMC), donne l’exemple en effectuant des tractions à la barre au Centre des sports en compagnie de membres de sa brigade, lors de son défi du 9 octobre. - Photo : cpl Kate Duggan, Imagerie, Grn Valcartier

Certains militaires ont affirmé que la difficulté des épreuves reposait sur la volonté de se dépasser, c’està-dire que ceux qui ont fourni un deuxième effort pour obtenir de meilleurs résultats ont trouvé le défi plus éprouvant physiquement. - Photo : cpl Kate Duggan, Imagerie, Grn Valcartier

tif. Selon le colonel, que le défi ait eu lieu peu après le retour des vacances estivales, de même que le fait que 1640 militaires en excellente forme étaient déployés à Kandahar, sont des hypothèses qui pourraient expliquer ces résultats plus faibles.

Questionnés après le défi, plusieurs militaires ont commenté avoir apprécié leur avant-midi. La plupart ont mentionné que l’objectif le plus dur à atteindre était celui des redressements assis.

21 octobre 2009 / Adsum / Page 9


La 5 UPM dans les secteurs d’entraînement La 5e Unité de police militaire (5 UPM) a rassemblé tout son personnel dans l e s s e cte u r s d ’ e n tr a î n e m e n t d e l a Garnison Valcartier afin d’y effectuer un exercice annuel. Un deuxième exercice a suivi, d’une ampleur différente mais aussi dynamique que le premier. Autant le personnel de la Réserve que de la Régulière prenait part aux deux activités. La première fin de semaine s’est limitée à l’entraînement de base avec les trois pelotons de police militaire, le 43 PMM du Saguenay, le 51 PMM de Saint-Hubert et le 55 PMM de Québec, en incluant les membres de la 4 Cie PM de Québec et du QG 5 UPM. Cette première fin de semaine a été remplie d’un certain «soleil» et bien évidemment, de bons témoignages de nos jeunes réservistes. Ceux-ci ont pu se concentrer sur leurs NIAC et en tirer de bons avantages. De plus, quelques promotions ont également été présentées. Tard dans la nuit de dimanche, tous les membres de la 5 UPM de Saint-Jean et de Valcartier se sont joints à l’exercice PRÉVOST RENOUVELÉ 09. Le Camp Dubé a été désigné pour les besoins de l’exercice «Camp Thunderbird». Des policiers de Montréal, de Québec et de Lévis ont participé à l’exercice. En outre, le constable-spécial Éric Patro a eu l’opportunité de démontrer son sens inné de fier compétiteur. L’exercice incluait du tir à la grenade, au 9 mm, au calibre 12, à la C7 et la C9, (jour et nuit), au M203, à la C6 ainsi qu’avec le Carl Gustav! À la grande surprise des évaluateurs, la 5 UPM a montré qu’elle détient d’excellents tireurs de 84 mm. Par la suite, les exercices de boussole ont été transformés en compétition de style «Rogaine». Bien entendu, l’initiative du capitaine Richard Clerk d’informer les compétiteurs que le commandant ainsi que le sergent-major du régiment allaient payer le déjeuner Tim Hortons aux gagnants de cette compétition a suscité un véritable engouement! Comme entendu, le major Steeve Grégoire et l’adjudant-chef Bernard Caron se sont levés aux petites

Nul doute que les deux exercices auxquels a participé la 5e Unité de police militaire ont rendu heureux tous les participants, à voir leur sourire.

heures du matin afin que les trois premières équipes puissent savourer leur déjeuner pour 6 heures avant de poursuivre l’entraînement. Merci capt Clerk! Dès la deuxième fin de semaine, l’exercice PRÉVOST RENOUVELÉ 09 a cédé sa place à l’exercice POLICIER VAILLANT 09. Cet exercice a été orchestré dans le but de compléter un entraînement de niveau 2 sous un encadrement de niveau 3. La 5 UPM a été divisée en deux pelotons afin de démontrer ses compétences dans un contexte d’opérations domestiques. D’ailleurs, la 5 UPM a pu démontrer sa grande capacité à se déployer tout en étant apte à réagir rapidement et efficacement à de nombreux scénarios demandant des capacités d’opération élevées. En outre, la dernière tâche du peloton 1 était de gérer une prise d’otage qui s’est développée au cours des dernières 24 heures. La force de frappe a été imminente

MENTION ÉLOGIEUSE POUR DES POLICIERS MILITAIRES AU 5 GSS Lors du Café du commandant qui s’est tenu à la Garnison Montréal le 22 septembre, le colonel Daniel Genest, commandant du 5e Groupe de soutien de secteur, a remis une mention élogieuse à trois membres de la 5e Unité de police militaire. Les caporaux-chefs Marc-Jocelyn Côté et Pascal Leblanc ainsi que le caporal Éric Dagenais formaient une équipe d’entraînement pendant l’exercice NOBLE GUERRIER 09 qui s’est tenu au Mississipi. L’équipe s’est particulièrement démarquée pour assurer l’entraînement des policiers militaires provenant de la Première

Réserve et cela, malgré le manque de ressources et les lacunes administratives. Grâce à leur sens de l’initiative, leur jugement et beaucoup de créativité, les membres de l’équipe ont développé un horaire progressif, captivant mais demeurant combattif, tout en restant cohérents avec leur mission future en Afghanistan. Les résultats obtenus, qui ont fait l’objet d’éloges de la part des autorités, ont eu un impact positif sur l’exercice en plus de susciter un rayonnement de la formation sur les deux brigades qui se sont exercées.

et directe. Ce fut aux yeux de l’adjuc Caron «spectaculaire» et tout à fait impressionnant. Même les acteurs assignés au scénario ont été manifestement surpris de la rapidité de l’intervention ainsi que du professionnalisme employé à cette tâche. Ces deux exercices ont également été une excellente opportunité pour se déployer et particulièrement, pour démontrer

la nouvelle culture que la police militaire entend entreprendre pour son futur : accentuer son «P» de policier et son «M» de militaire tout en étant capable de canaliser ses ressources de la Réserve et de la Régulière vers un but commun. L’appui des policiers civils a également contribué à l’excellent résultat de nos deux exercices. Bravo à tous.

Quel est le rôle de la Cellule d’inspection du 5 GSS? Par Guillaume Gauthier Directeur de la Cellule d’inspection

La Cellule d’inspection est une organisation de l’état-major du 5e Groupe de soutien de secteur (5 GSS). Vous aurez peutêtre l’occasion de recevoir la visite d’un des membres de notre équipe. Cet article vise à faire mieux connaître notre organisation. Notre travail consiste à visiter les unités et services du 5 GSS afin de regarder les procédures en place et de valider les contrôles. L’objectif est de proposer des solutions pour corriger les lacunes, améliorer les façons de faire, augmenter la capacité des unités et services à accomplir leur mission. La Cellule d’inspection est située sur les garnisons de Montréal et de Valcartier. L’équipe est composée de militaires et de civils. Nos inspections touchent principalement les finances, la gestion des ressources (humaines, matériels, infrastructures) ainsi que toutes autres activités régies par les lois, politiques et directives émises au sein du gouvernement fédéral.

L’approche que nous préconisons est de guider les membres du 5 GSS pour prévenir les problèmes et les aider à améliorer leur façon de faire. Nos méthodes d’inspection consistent principalement à poser des questions et à recueillir des documents. Cela nous permet d’avoir une bonne idée des procédures en place et nous aide à recommander des solutions lorsque nécessaire. Nos mandats d’inspection nous emmènent à visiter plusieurs unités et services du 5 GSS. Nous pouvons ainsi faire profiter à tous des bonnes idées et des bonnes pratiques que nous pouvons observer au sein de notre formation. Une bonne collaboration et une compréhension mutuelle sont primordiales pour notre travail. Lors de nos visites, il ne faut surtout pas hésitez à poser des questions et communiquer toutes appréhensions. Le temps que nous passerons dans vos lignes n’en sera que plus bénéfique pour le 5 GSS. Pour plus d’information sur notre équipe ou notre travail, je vous invite à communiquer avec moi à la Garnison Montréal au poste 4010.

Page 10 / Adsum / 21 octobre 2009

Continuez à recevoir l’Adsum même si votre proche militaire est de retour Si vous étiez sur la liste de distribution du Groupe de soutien au déploiement, sachez que cet envoi cessera au retour de votre proche militaire. Si vous souhaitez continuer de recevoir l’Adsum, vous pouvez vous procurer un abonnement au coût de 20 $ par année. L’abonnement est gratuit pour les militaires en service et à la retraite. Renseignez-vous en composant le 418 844-5000, poste 5598, ou rendez-vous sur notre site Web à www.journaladsum.com dans la section Abonnement.

Adsum, devise latine qui signifie

De gauche à droite, le colonel Daniel Genest, le caporal Éric Dagenais, le caporal-chef Marc-Jocelyn Côté, le caporal-chef Pascal Leblanc et l’adjudant-chef André Jutras.

PRÉSENT

Le journal Adsum, présent depuis 1972 au sein de la communauté militaire de Québec

www.journaladsum.com


Une participation énergique du 1 R22eR à la compétition du PFO Par le lieutenant Mathieu Côté Commandant du peloton 4 et capitaine d’équipe, 1er Bataillon du Royal 22e Régiment

Le mois de septembre a été fort chargé pour les membres du 1er Bataillon du Royal 22e Régiment (1 R22eR). L’entraînement individuel en vue de qualifier le personnel sur les normes individuelles d’aptitude au combat a pris beaucoup de place. Cela n’a pas empêché le bataillon de constituer une équipe en vue de la compétition du parcours de franchissement d’obstacles (PFO). Nous sommes le 7 septembre, la compétition est le 25 septembre, il n’y a pas de temps à perdre! L’enjeu est énorme : on se bat pour le trophée de la suprématie, récompense remise à l’unité du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada ayant obtenu les meilleurs résultats dans l’ensemble de la compétition.

Déjà, lors de la journée de sélection, on sent la ferveur des membres du 1 R22eR. Les participants sont nombreux — 32 au début — mais il n’en restera que 18 le jour de la compétition. Appelés à mener plusieurs tâches de soutien, certains participants sont forcés de quitter l’équipe non sans montrer leur déception. Tous s’entendent pour dire que la camaraderie règne chez les participants. Les fantassins vous diront que pour briser la routine, il n’y a pas mieux que ce genre d’entraînement. Plus encore, le PFO constitue un défi de taille qui allie force et endurance, un entraînement complet pour nos soldats. L’équipe du 1 R22eR comprend une seule femme. Tous les participants sont placés soit en catégorie individuelle, soit en catégorie équipe. Formée du capitaine Patrick Lévesque et des caporaux Pascal Raymond, François Leung et Carl Bérubé, la caté-

Les encouragements affluent pour le soldat Simon Thériault du peloton 4! - Photos : soldat PJMY Girard

Les participants du 1er Bataillon du Royal 22e Régiment.

gorie senior est bien représentée. Certains en sont à leur deuxième compétition. L’événement débute tôt le matin; la journée s’annonce magnifique. C’est le soldat Simon Thériault dans la catégorie individuelle qui marque les premiers points. Le caporal Jimmy Maltais-Boily, quant à lui, est le premier à se distinguer pour notre groupe. Ce dernier remporte la troisième place avec un temps de 6 min 27,08 s! L’avant-midi bat son plein, la compagnie B arrive pour encourager les participants. Le rassemblement ne passe pas inaperçu, les encouragements affluent de toutes parts. La pression, elle, est énorme pour nos participants. Le moment fort de la journée appartient sans conteste à notre équipe des 18-34 ans. Ceux-ci franchissent la ligne de départ à 13 h 22 précisément pour s’attaquer à la vingtaine d’obstacles qui se dressent devant eux. Toutes les tactiques sont bonnes pour réussir l’épreuve en équipe de trois pourvu qu’on respecte les règlements. Seulement trois secondes les séparent de la première

place. Le lieutenant Jessy Brown et ses deux acolytes peuvent se montrer fiers d’une pareille performance. Une autre équipe se distingue : l’équipe mixte. Elle est composée entre autres du soldat Mariana Fernandini-Alvarado. L’équipe est rodée au quart de tour, disciplinée et coordonnée, elle remporte la première place. C’est l’euphorie chez les membres de l’unité venus encourager ses participants. Une véritable démonstration d’un travail d’équipe! Finalement, c’est le 5e Régiment d’artillerie légère du Canada qui remporte le trophée de la suprématie laissant la deuxième place au 1 R22eR. Il faut dire que les résultats étaient serrés. Bravo aux différentes unités qui ont su relever le défi de la compétition annuelle du PFO. Au nom des participants du 1 R22eR, je souhaite remercier les organisateurs de l’événement ainsi que le personnel venu prêter main-forte pour faire de cet événement une réussite.

LE CI SQFT REPRÉSENTÉ À LA COURSE DE L’ARMÉE AMÉRICAINE Par le caporal-chef Chantal Bell Compagnie A, Centre d’instruction du Secteur du Québec de la Force terrestre

Six coureurs du Centre d’instruction du Secteur du Québec de la Force terrestre ont participé la course de l’armée américaine à Washington le 4 octobre. La US Army Ten Miler qui célébrait son 25e anniversaire a réuni plus de 30 000 coureurs, établissant un record de participation. Les capitaines Jocelyn Bordeleau, Roger Guay et Jocelyn Démétré, l’adjudant-maître Mario Desbiens, l’adjudant André Dugal et le caporal-chef Chantal Bell en étaient à leur première participation. Ils ont tout de même réussi une excellente performance, en se classant au 197e rang sur plus de 502 équipes internationales.

21 octobre 2009 / Adsum / Page 11


Le 6 RAC tire 300 obus pendant l’exercice PIÈCES MAÎTRESSES 2009 Par le sous-lieutenant Stéphane Roy Responsable des affaires publiques, 6e Régiment d’artillerie de campagne

Page 12 / Adsum / 21 octobre 2009

Le 6e Régiment d’artillerie de campagne (6 RAC) a participé à un exercice de tir réel à la Garnison Valcartier du 25 au 27 septembre. Plus de 70 militaires réservistes du 6 RAC se sont mobilisés, accompagnés par les membres du 62e Régiment d’artillerie de campagne de Shawinigan et ceux du 2e Régiment d’artillerie de Montréal, afin de répondre aux exigences des normes d’aptitude au combat (NAC). Samedi 6 heures, le soleil est radieux et le sol couvert de gel. On se prépare pour l’exercice. Le convoi s’ébranle à 7 heures et demie pour se diriger vers «T-Jonction». Précédées par la reconnaissance de la batterie, les six pièces d’artillerie du 6 RAC arrivées sur le pas de tir n’ont pris que quelques minutes pour être opérationnelles. Filet de camouflage installé, munitions à portée de la main, les chefs de pièces n’attendent que les missions de tir pour s’exécuter. Plus de 300 obus seront tirés au cours de l’exercice. Pour les nouveaux artilleurs, c’est le temps de mettre en pratique ce qu’ils ont appris durant leur formation de cet été et d’atteindre les normes de l’unité. Pour les anciens, c’est le retour à la routine du tir. La journée se déroule, les missions de tir se succèdent jusqu’au prochain ordre de mouvement. Fait intéressant, les trois unités se sont déplacées en même temps et sans anicroche malgré leur proximité. Installé au «pit de gravel», le 6 RAC entame la deuxième partie de son exercice. C’est le tir de nuit qui se terminera à 22 heures et demie. Au matin, c’est le tir

Il y avait plus de huit ans que toutes les pièces appartenant au 6 RAC n’avaient pas été en opération en même temps.

d’arrêt qui consiste en une demande de tir sur une cible préenregistrée. Les cibles sont enregistrées et on doit attendre les autres instructions et l’ordre du commandement pour engager le tir. C’est une routine que l’on doit maîtriser parfaitement. L’exercice s’est terminé à 9 heures et demie pour entamer la procédure de retour aux unités respectives. Un fait important à mentionner, il y avait plus de huit ans que toutes les pièces appartenant au 6 RAC n’avaient pas été en opération en même temps. Cela augure un avenir prometteur.


Des exercices très réalistes en sol français Par Philippe Brassard Journal Adsum

Des tireurs d’élite du 3 e Bataillon du Royal 22 e Régiment ont pris part à des exercices d’un réalisme très élevé chez les Français, en septembre. La suite d’un article paru dans le dernier numéro de l’Adsum. Pour remettre en contexte, à l’occasion d’un échange en France avec le Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN), quatre tireurs d’élite de Valcartier ont eu la chance de suivre deux semaines d’entraînement très intenses dans le secteur de Mondésir, accompagnés par deux tireurs de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Ce séjour était supervisé par la cellule des tirs spéciaux du GIGN, le groupe qui entraîne les tireurs d’élite en France. UN EXERCICE DE COORDINATION

La première semaine, après s’être familiarisés avec un éventail d’armes prêtées par les Français, les Vingt-deux ont participé à un premier exercice d’intervention anti-terroriste. La mission plaçait les snipers dans une situation de coordination avec le groupe d’intervention du GIGN, une équipe d’assaut. Le scénario : un bâtiment urbain est occupé par une quinzaine de terroristes, qui détiennent trois otages. «Après avoir reçu nos ordres, notre tâche était de s’insérer les premiers sur les lieux pour observer et donner de l’information sur ce qui se passait dans le bâtiment au groupe d’intervention. Nous avions déjà des photos et des plans de l’aménagement intérieur du building. En se basant sur nos informations, le chef d’intervention a pu planifier son assaut», explique le sergent Michel Desbiens, maître tireur d’élite au 3 R22eR. Une fois l’assaut déclenché, un hélicoptère Puma français est entré en scène pour déployer le groupe d’assaut, qui a descendu en rappel sur le toit du bâtiment. Peu après, les snipers canadiens ont tiré de façon synchronisée sur des cibles visibles dans les fenêtres. Pendant que l’escouade tactique nettoyait le deuxième étage, les

Voici des exemples de cibles représentant des terroristes ou des civils, que les snipers devaient départager pendant un exercice dans un stade de soccer français. Des précautions avaient été prises pour éviter d’endommager les gradins avec les balles. - Photo : Courtoisie

snipers continuaient leur appui en éliminant des cibles au premier. «Il y avait une coordination à faire tout au long de l’exercice avec le chef d’intervention pour être certains de ne pas tirer sur des cibles amies», précise le sgt Desbiens. C’était d’autant plus important que tous les participants aux exercices utilisaient de vraies balles à pointe creuse. «C’est un type d’entraînement destiné aux unités de forces spéciales normalement. Pour nous, c’était une première», signale le maître tireur d’élite. LE BOEING 747

L’exercice le plus impressionnant pour les Canadiens, c’était sans doute celui qui impliquait un véritable avion de passagers de type Boeing 747, dans un aéroport isolé. Le scénario semblait inspiré des plus grands films d’action : un avion est détourné par un groupe de terroristes, les pilotes

Reconnaissance historique à Chisasibi par le GCOA du 35 GBC

LES HÉLICOS EN ACTION

Avec la collaboration de trois modèles d’hélicoptères français, les tireurs d’élite canadiens ont pu pratiquer le tir en plein vol toute une matinée. «On a appris à coordonner nos actions avec les pilotes des hélicos, à se parler pour obtenir les positions et les effets désirés», indique le sergent. Ils ont aussi eu la chance de descendre en rappel pour établir une position sur un toit, à partir d’un de ces engins. La semaine suivante, les snipers ont même quitté un exercice à bord d’une nacelle en forme de parapluie, attachée au bout d’un grand câble fixé sous un hélicoptère. Cette invention française peut notamment servir à évacuer une ambassade. Perchés dans cette nacelle, ils ont été transportés au-

À la fin d’un exercice, les tireurs d’élite canadiens sont évacués dans une nacelle spéciale en forme de parapluie, fixée par un câble sous un hélicoptère français. Ils siègent à plusieurs dizaines de mètres du sol. - Photo : Courtoisie

dessus de la campagne et des routes, flottant à des dizaines de mètres du sol. LE STADE DE SOCCER

Un dernier scénario qui a particulièrement frappé l’équipe canadienne se situait dans un grand stade de soccer français, vide pour l’occasion. Dans les gradins, plusieurs terroristes étaient cachés dans une foule représentée par une cinquantaine de cibles dispersées dans le stade. Avec leur fusil, les tireurs d’élite devaient observer chacun des personnages dessinés sur les cibles et identifier les ennemis potentiels en basant sur les informations qu’ils avaient. «C’est un environnement qui nous sort de notre zone de confort. On n’avait pas le droit à l’erreur», signale le sergent. Encore une fois, cet exercice fut couronné de succès. Les snipers se disent maintenant mieux préparés à faire face à ce type de situation.

À TOUS LES MILITAIRES DÉPLOYÉS

Adjudant-chef Denis Bédard, chef Roderick Pachano, Daisy House et lieutenant-colonel JeanFrançois Bédard.

très honoré de cette délicatesse et a permis à l’équipe de planification dirigée par le major Daniel Lamoureux d’effectuer le travail approprié de planification et de coordination avec la coopération de tous. L’accueil a été formidable, notamment en raison des affinités sportives, particulièrement en matière de hockey, entre le chef Pachano et le lcol Bédard. Le chef Pachano étant un maître tireur, il a demandé qu’il y ait une compétition de tir ancestrale sur le champ de tir conventionnel préparé pour l’occasion en compagnie du brigadier-général Guy Laroche. Il s’agit d’un rituel pour les Cris qui aura un effet rassembleur pour tous. Ce fut une belle opportunité pour le 35 GBC de prendre contact avec les autorités locales avec qui une coopération continue et historique est en train de se tisser. Meekwech!

21 octobre 2009 / Adsum / Page 13

L’équipe de planification du groupecompagnie d’ opérations arctiques (GCOA) du 35 e Groupe-brigade du Canada (GBC) a effectué une reconnaissance à Chisasibi en préparation de l’exercice GUERRIER NORDIQUE 2010. Cette reconnaissance de trois jours qui s’est déroulée du 8 au 11 septembre a notamment permis à l’équipe de planification du GCOA de rencontrer les autorités civiles de Chisasibi. Le village de Chisasibi, dont le nom signifie «la grande rivière», est situé sur la rive est de la baie James. L’exercice GUERRIER NORDIQUE 2010 se tiendra dans cette région en mars 2010 et il était impératif que différentes réunions de planification et de coordination se tiennent entre les autorités civiles et militaires, afin d’assurer le succès de l’événement. Ainsi, le chef de la nation Crie de Chisasibi, Roderick Pachano, en compagnie de sa directrice administrative Daisy House et de son conseil de bande, ont accueilli l’équipe de planification GCOA du 35 GBC. Le tout a débuté par une cérémonie spirituelle avec le conseil de bande suivie d’une présentation effectuée par le lieutenantcolonel Jean-François Bédard, commandant des Voltigeurs de Québec et directeur de l’exercice. Ce dernier a présenté les objectifs de cet entraînement et les impacts positifs pour la communauté. Par la suite, il y a eu remise de cadeaux en compagnie de l’adjudantchef Denis Bédard, sergent-major des Voltigeurs de Québec. M. Pachano a été

sont morts. Trois terroristes détiennent les passagers en otages à bord, tandis que des négociations sont en cours sur une piste d’atterrissage. En pleine nuit, les tireurs d’élite du 3 R22eR sont appelés à s’insérer secrètement sur les lieux dans le but d’aller recueillir des informations visuelles et de les transmettre à la cellule de crise. Tout au long des négociations, ils ont été les yeux au GIGN. À la fin de l’exercice, alors que les trois terroristes (des cibles de bois) sont visibles tous en même temps dans la porte de l’avion, les snipers ont fait feu, mettant fin à l’opération sans aucune bavure. «Le niveau de réalisme, c’était génial. Après l’exercice, on n’en revenait tout simplement pas. D’avoir tiré avec de vraies balles dans un 747, c’était le moment fort de notre voyage. On a vraiment apprécié l’expérience», souligne le sgt Desbiens.


NOS MILITAIRES MÉRITANTS QUELLE MÉDAILLE EST PRÉSENTÉE AUX FAMILLES DE TOUT PERSONNEL MILITAIRE, POLICIER OU CIVIL QUI A DONNÉ SA VIE EN SERVICE POUR LES NATIONS UNIES? Par le capitaine Normand Tremblay et le lieutenant Julie Brouillette Respectivement J1 Cérémonial et officier d’affaires publiques, QG Secteur du Québec de la Force terrestre

Les Forces canadiennes (FC) accordent une très grande importance à la reconnaissance de ses membres qui s e s on t d i s t i n gu é s d a n s t ou s l e s domaines de la vie militaire, qu’il s’agisse de vaillance milita i r e , d e cou r a ge , d e bravoure ou de réalis a ti on s p r ofe s s i on nelles exceptionnelles. Dans cette parution du journal Adsum et l e s p r och a i n e s , u n e s é r i e d ’ a r ti cl e s vou s présentera quelques distinctions décernées à ceux et celles qui font acte de bravoure ou d’abnégation dans l’exercice de leurs fonctions. Réponse : La médaille Dag Hammarskjöld La médaille porte le nom de Dag Hammarskjöld en l’honneur de l’ancien Secrétaire général des Nations Unies (NU) qui a perdu la vie en service, le 18 septembre 1961, dans l’écrasement de l’avion qui le transportait lorsqu’il visitait la mission des NU au Congo. Pour marquer le 50e anniversaire des opérations de maintien de la paix, le 6 octobre 1998, lors d’une réunion de l’Assemblée générale des NU, l’ancien Secrétaire général

des Nations Unies, Kofi A. Annan, présenta aux familles des défunts, et pour la première fois, trois médailles Dag Hammarskjöld. Elles ont été décernées à Dag Hammarskjöld, au commandant français Labarrière, premier casque bleu tué lors d’une opération en Palestine en 1948 et au Comte Folke Bernadotte, médiateur pour les NU, qui fut assassiné à Jérusalem en 1948. Depuis une cinquantaine d’années, le Canada est le pays qui a perdu le plus de vies humaines lors d’opérations des NU. Le Secrétaire général Kofi A. Annan a décerné une médaille symbolique au premier Canadien à mourir au service des NU, brigadier intérimaire Harry Angle, D.S.O., E.D. Il a perdu la vie dans un accident d’avion le 17 juillet 1950 lorsqu’il était chef du Groupe d’observateurs militaires au Cachemire dans le cadre du Groupe d’observateurs militaires des NU pour l’Inde et le Pakistan. Si vous voulez en savoir plus à ce sujet, rendez-vous sur le site de Direction - Distinctions honorifiques et reconnaissance (DDHR) à l’adresse Internet suivante : http://www.cmp-cpm.forces.gc.ca/dhrddhr/index-fra.asp RÉFÉRENCES : Direction - Distinctions honorifiques et reconnaissance (DDHR) http://www.cmp-cpm.forces.gc.ca/dhr-ddhr/index-fra.asp Gouverneur général du Canada http://www.gg.ca/gg/rr/index_f.asp

• Tests • Conseils • Évaluation Réglages, réparation et adaptation de prothèses auditives quel que soit le modèle

100780.10

Page 14 / Adsum / 21 octobre 2009

Programme disponible spécialement pour les militaires ayant des besoin dans ce domaine.


Une opération conjointe perturbe les insurgés dans le district de Zhari Par le capitaine Manuel Panchana Équipe de liaison et de mentorat opérationnel

En compagnie de leurs mentors de l’Équipe de liaison et de mentorat opérationnel (ELMO) de la Force opérationnelle à Kandahar, des militaires du 6e Kandak, 1re Brigade, 205e Corps de l’Armée nationale afghane (ANA) ont récemment pris part à l’opération SPIN ARWA I près de Howze-Madad, dans le district de Zhari. Cette opération a été réalisée en conjonction avec le groupement tactique régional (Sud) de la FIAS, qui est composé de membres du Black Watch (3 e Bataillon du Royal Regiment of Scotland) et de militaires canadiens des équipes de neutralisation des engins explosifs improvisés (EEI) et des opérations psychologiques de la Force opérationnelle à Kandahar. L’opération SPIN ARWA I visait à perturber les activités des insurgés dans un secteur utilisé pour préparer des attaques contre l’infrastructure tactique de la FIAS et des forces afghanes ainsi que pour préparer des embuscades contre les convois sur l’autoroute 1. L’opération a commencé pendant la nuit avec quatre vagues d’insertion héliportées, notamment un assaut par une compagnie héliportée contre une position dangereuse. Alors que les membres de la première vague atterrissaient, ils ont entendu des coups de feu provenant d’hélicoptères qui s’attaquaient à des insurgés près de leur objectif. Les deux autres compagnies et les membres du quartier général tactique du groupement tactique régional (Sud) ont atterri ailleurs et ont marché toute la nuit pour arriver dans les secteurs où ils devaient mener des opérations de dégagement. Au lever du soleil, les militaires britanniques et afghans ont commencé à trouver de grandes quantités d’équipement et de matériel des insurgés, notamment des EET, des explosifs artisanaux, des armes légères, un canon sans recul, un lancegrenades avec des grenades, des radios et des motocyclettes. Toute la journée, des explosions contrôlées se sont fait enten-

District de Zhari, Afghanistan; 15 septembre 2009 — Un groupe d’opérateurs de mortiers du groupement tactique régional (Sud) effectue des tirs indirects à l’appui de militaires en situation de combat. - Photo : capt M. Panchana

Les mentors de la roto 7 de l’ELMO responsables du 6e Kandak . Rangée supérieure, de gauche à droite : l’adjudant Christian Doucet du 3 R22eR, l’adjudant Pierre Côté des Fusiliers du Mont-Royal, l’adjudant Marcel Landry du 1 R22eR et le capitaine Manuel Panchana de l’ELRFC Saint-Jean. Rangée inférieure, de gauche à droite : le bombardier Robert Limoge du 5 RALC, le caporal Vollant du 2 R22eR, le caporal Laflamme du 3 R22eR et le caporal Peloquin du 3 R22eR.

dre alors que des caches et de l’équipement des insurgés disparaissaient en fumée. Même s’ils ont été pris par surprise, les insurgés ont contre-attaqué à plusieurs endroits. Ces contacts ont rapidement été réduits au silence par des manœuvres conjointes avec le soutien des ressources aériennes de la FIAS et du peloton des mortiers du GTR(S), qui ont rapidement répondu aux demandes des compagnies sur le terrain. Cette nuit-là, les compagnies de carabiniers ont reçu de l’eau, de la nourriture, des munitions et tout ce dont ils avaient besoin pour le lendemain. Les bâtiments dégagés ont été utilisés pour dormir et pour maintenir un périmètre de sécurité. La seconde journée a beaucoup ressemblé à la première. Les militaires sur le terrain ont dégagé les objectifs qui se trouvaient dans leur secteur de responsabilité, détruisant ainsi de l’équipement ennemi et des positions offensives. À la tombée de la nuit, les unités étaient prêtes à com-

mencer à traverser les lignes pour se rendre dans les centres de résistance de la FIAS et des forces afghanes pour reconnaître leur secteur de responsabilité et continuer à les dégager. Les militaires afghans se sont comportés brillamment. L’opération se déroulait pendant le Ramadan, une période où ils ne pouvaient pas manger ou boire pendant le jour et où ils ne pouvaient rompre leur jeûne que deux fois par période de 24 heures : une fois immédiatement après le coucher du soleil, vers 18 heures et demie, et une seconde fois juste avant le lever du soleil, vers 3 heures et demie. Malgré ces restrictions et les lourdes charges qu’ils devaient transporter, les militaires de l’ANA ont non seulement réussi à suivre leurs homologues de la FIAS, mais ils ont également trouvé la majorité de l’équipement des insurgés. Ils ont également maintenu la communication tout au long de l’opération et présentaient régulièrement des rap-

ports à leur commandant, qui accompagnait le commandant du groupement tactique régional (Sud), ce qui facilitait la coordination et la transmission de renseignements entre les forces. Tous les militaires, peu importe leur nationalité, étaient fiers et heureux lorsqu’ils atteignaient les points renforcés. Après avoir maintenu les insurgés en fuite pendant trois jours et leur avoir fait subir le terrible revers de perdre la majorité de leur équipement local, les militaires pouvaient dormir relativement en sécurité et se préparer à mener d’autres opérations dans leur secteur de responsabilité. À ce moment, les militaires du 6e Kandak et leurs mentors canadiens se préparaient à rentrer à leur base alors que les membres du 1 er Kandak et leurs mentors arrivaient pour mener les trois derniers jours de l’opération. À la fin de la première journée de l’opération SPIN ARWA I, il était déjà évident que l’objectif avait été atteint : les insurgés avaient été pris par surprise et n’avaient pas pu protéger leur équipement et leurs positions contre l’avancée rapide des forces de la FIAS et de l’ANA. Leur capacité à mener des opérations dans la région de Howz-e-Madad a été grandement réduite pour l’avenir immédiat. Les mentors et les membres du 6e Kandak, quant à eux, sont rentrés de l’opération avec le sentiment du devoir accompli pour avoir rendu le secteur plus sécuritaire pour la FIAS et les militaires afghans ainsi que, plus important encore, pour les habitants.

Visite du chef d’état-major de la Défense Par le capitaine Michel Girard Responsable des Affaires publiques, 12e Régiment blindé du Canada Trois-Rivières

Le commandant des Forces canadiennes, le général Walt Natynczyk, était de passage au Manège Général-Jean-Victor-Allard de Trois-Rivières afin de remettre à l’adjudant Serge Boily, adjudant des opérations, une mention élogieuse pour son

comportement exemplaire lors d’un incident en Afghanistan. Par la suite, le gén Natynczyk s’est rendu au Salon Amiens afin d’échanger quelques mots avec les militaires présents; il en a profité pour féliciter chaleureusement quelques membres de l’unité pour l’excellence de leur travail au sein des Forces canadiennes.

En compagnie du Colonel du régiment, le général Paul G. Addy, et du lieutenantcolonel retraité Robert Gauthier, le gén Natynczk a visité l’exposition permanente du Musée du 12 RBC. Il a notamment été impressionné par la qualité des pièces du Musée, soulignant l’importance de conserver et de développer la mémoire régimentaire.

capt M. Girard, 12 RBC T.-R.

Inspection de la garde par le CEMD - Photo : capt M. Girard, 12 RBC T.-R.

21 octobre 2009 / Adsum / Page 15

Le commandant des Forces canadiennes, le général Walt Natynczyk, accompagné de l’adjudant-chef des FC, l’adjudant Greg Lacroix, remet une Mention élogieuse du Chef d’état-major de la Défense à l’adjudant Serge Boily. - Photo :


PHOTO-REPORTAGE

Textes et photos : adjudant Roger D. Bibaud

De la grande visite à l’Escadre aérienne et au 430 ETAH Michaëlle Jean, gouverneure générale du Canada, derrière le drapeau du 430e Escadron tactique d’hélicoptères dont provient la majorité des membres de la Force canadienne d’hélicoptères (Afghanistan). Elle est entourée (de gauche à droite) du caporal Bolduc, de l’adjudant-chef Germain, du chef d’État-major de la Défense le général Natynczyk, du lieutenant-colonel Bigaouette et du sergent Morin.

La légende de hockey Guy Lafleur à bord du CH-147 Chinook lors de la visite de l’Équipe Canada.

Une partie de la Force canadienne d’hélicoptères (Afghanistan) avec les membres d’Équipe Canada devant un CH-147 Chinook.

OBTENEZ

1000$ DE PLUS

Recyclez votre véhicule datant de 1995 ou avant et obtenez des rabais pouvant atteindre

OFFRE RÉSERVÉE AUX MEMBRES DE COSTCO

3 300$

en plus des autres offres en cours chez Ford, lorsque combinés aux 300 $ offerts par le gouvernement du Canada grâce à son programme Adieu bazou. Les rabais varient de 1000$ à 3000$. Consultez ford.ca pour tous les détails.

0

FUSION 2010

%

MUSTANG 2010

FOCUS 2010

FINANCEMENT À L’ACHAT

Jusqu’à 60 mois

* Offre valide sur tous les modèles: Focus 2010 (à l’exception de la série S), Fusion 2010 (à l’exception de la série S et hybride), Mustang 2010 (à l’exception du modèle Shelby). Détails en magasin.

F-250 2010 Page 16 / Adsum / 21 octobre 2009

RABAIS DE

8000

$

Offre valide sur la plupart des modèles, à l’exception des Détails en magasin. modèles diesel et châssis cabine. Détails en magasin.

LOCATION FORD DISPONIBLE SERVICE PAR EXCELLENCE - Atelier réaménagé et plus fonctionnel - Techniciens certifiés OUVERT JUSQU’À 3 HEURES DU MATIN

175, rue Marais, Québec

RABAIS DE

Rabais aux

F-150 2010

7000

$

militaires 500$

Offre valide sur les modèles 2 X 4 et 4 X 4 à cabine double ou super crew 2010. Offre valide sur la plupart des modèles, à l’exception des Détails en magasin.

RABAIS

à l’achat ou à la location

Maintenant dépositaire Dépositaire

418 683-4451

PERFORMANCE PARTS

Visitez Ford.ca

Sur présentation de votre carte militaire ou PSP


LA CRÈME DES

VÉHICULES D’OCCASION

S

UPER LIQUIDATION D’INVENTAIRE

2007 Jeep WRANGLER SAHARA, vert, 6 cylindres 4x4 man., 46 046 km

21 995$

JEEP PATRIOT

Équipement selon modèle 26E Ensemble ACF et AL3

$

2009 4X4

2006 Chrysler PT CRUISER GT Cabriolet

9

noir, 4 cylindres auto., 41 849 km

16 995$

N A V A R 0 1 A 0 $ 2 C 5

noir, 6 cylindres 4x4 man., 84 638 km

15 995$

2009 Dodge JOURNEY rouge, 4 cylindres auto., 52 315 km

15 995$

9 9 0

6 cylindres auto., 21 953 km

18 995$

MÊME LES TAXES

Valeur Plus $ 9 POUR SEULEMENT

F

#24 LE È D MO ant SE, itreav A B D, v tC DE iseur, e T t M N a ME M/F lim IPE ant :c o A es i U d a ÉQ inclu inté e, r riqu tres te t c vi éle

*

2

DE PLUS PAR SEMAINE

Édition du 26e anniversaire de la Dodge Caravan SE avec sièges Stow’n Go us pne r 4 « ve d`hi ris » p com

CONTENU :

2007 Chrysler 300 TOURING

TOUT TOUT TOUT INCLUS

Offrez-vous le luxe de l’ensemble

AR 2006 Jeep LIBERTY RENAGADE

NT

EME L U E S

E D E G A V I R

/SEM.

OCK

EN ST

*

• Sièges en tissu gris ardoise • Volant gainé de cuir avec commande audio • Glaces à commande électrique à la deuxième rangée. • Glaces à custodes à commande électrique 3e rangée • Roues 17 pouces en aluminium et pneus de tourisme toutes saisons. • Rétroviseurs extérieurs chauffants et repliables de la commande électrique. • Moteur V6 de 3,3 L polycarburant et de 175 ch avec transmission automatique • Freins antiblocage à disque aux 4 roues • Système électronique d’antidérapage (ESPMC) • Radio AM-FM-CD à compatibilité MP3

• Coussins gonflables frontaux et rideaux latéraux multimode de pointe • Climatiseur • Tissu de siège antitache et antiodeur • Commande radio au volant • Régulateur de vitesse • Siège Stow’n go 2e rangée • Porte-bagages ET BEAUCOUP PLUS

LE SEUL CONCESSIONNAIRE CHRYSLER À QUÉBEC à vous offrir la chance DE GAGNER VOTRE ACHAT OU VOTRE LOCATION jusqu’à concurrence de 50 000$

et du programme du Prix d’excellence 2008 * montant correspondant à un financement sur 84 mois ** photo à titre indicatif

2005 Dodge CARAVAN SE 6 cylindres auto., 57 902 km

9 995$

15070, boul. Henri-Bourassa

418 622-4700

www.maisonchrysler.ca

Informez-vous des détails de ces différentes promotions auprès de nos conseillers experts qui vous guideront vers votre meilleur achat.

21 octobre 2009 / Adsum / Page 17

Récipiendaire du Lauréat des prix du Président


La vie d’une équipe de liaison et de mentorat dans un poste fortifié Par le soldat Jonathan Chalifoux Équipe de liaison et de mentorat opérationnel, Kandak 1

Un poste fortifié, c’est un peu comme un château fort que l’on utilise afin de conserver le contrôle d’un secteur géographique ou de confirmer sa présence dans un secteur. Les conditions de vie du poste fortifié qui se situe dans le district de Zharey sont assez rudimentaires pour la dizaine de personnes qui l’habite. Par exemple, pour faire notre lavage, la vaisselle ou toutes autres tâches nécessitant de l’eau, nous devons aller au puits et la pomper manuellement. Par contre, nous avons une laveuse depuis peu mais pas de sécheuse. Pour notre alimentation, nous utilisons de l’eau embouteillée puisque la qualité de l’eau de notre puits varie beaucoup. Pour nous nourrir, nous nous faisons réapprovisionner occasionnellement en nourriture fraîche. Nous avons aussi de la nourriture en conserve et évidemment des rations. Nous passons la majeure partie de notre temps dans une tente commune pour nous tenir à l’abri du soleil puisqu’il fait très chaud. Nous ne sommes pas seuls puisque nous cohabitons avec des membres de l’Armée nationale afghane (ANA). Ainsi notre horaire de travail dépend souvent de leurs coutumes.

Membres de l’ÉLMO à la base opérationnelle avancée de Lakokhel photographiés sur un poste d’observation : matelot de 1re classe Michaud, soldat Langfield, soldat Buteau, lieutenant Laprise, soldat Ladet, adjudant Steve Ouellet et soldat Roberge. – Photo : adjuc St-Pierre.

Du côté hygiène personnelle, nous faisons nos ablutions dans des bassines avec une douche artisanale et nous avons des commodités de campagne pour le reste de nos ablutions.

Une journée typique commence par un petit-déjeuner sur le pouce. Nous pouvons ensuite faire plusieurs patrouilles dans la journée. Ce sont des patrouilles à pied ou en véhicule faites conjointement avec

l’ANA. On s’assure qu’il n’y a pas d’engin explosif improvisé ou de menace potentielle sur la route et les environs. Les patrouilles permettent aussi de faire acte de présence sur les routes et dans les villages qui nous entourent. C’est souvent lors de ces sorties que nous avons reçu des tirs provenant des insurgés. Lorsque ces contacts se sont produits, c’est souvent par la bouche de nos canons que nous avons répondu. De retour à la «maison», nous nous reposons et l’un de nous cuisine sur le barbecue, lui aussi fabriqué de façon artisanale. L’après-midi est généralement tranquille en raison de la chaleur intense du climat désertique. Plus tard, nous prenons notre souper, encore une fois fait par un membre de notre équipe. La soirée se termine par la traditionnelle coordination avec l’état-major de la compagnie de l’ANA. On se retrouve ensuite pour un film dans la tente commune qui permet de se changer les idées pour ensuite dormir d’un sommeil bien mérité. En terminant, je trouve que mes frères d’arme sont des soldats courageux et qu’ils ont à cœur leur pays. C’est grâce à leurs efforts jumelés à notre persévérance qu’ils mettent en place les outils qui permettent de faire de l’Afghanistan un pays sécuritaire. Nous sommes sur la bonne voix, mais il reste encore du travail à faire.

Rebâtir un pont dans un secteur stratégique Par le lieutenant Jonathan Martineau 51e Escadron de génie, GT 2 R22eR

Le sergent Aubé et le lieutenant Jonathan Martineau, ingénieurs du 51e Escadron de génie, construisent un pont temporaire avec le Badger, véhicule blindé ingénieur, et des fascines (tuyaux de PVC). - Photo : cplc Way

Page 18 / Adsum / 21 octobre 2009

9 15

0$ 00

7 18

0$ 90

9 16

Les routes en Afghanistan sont très fragiles en raison de la piètre qualité de leur construction, mais elles sont essentielles pour les habitants et les membres de la coalition. Au cours du déploiement de la force opérationnelle 1-09, le 51e Escadron du génie a procédé à la réparation de plusieurs routes. Par exemple, en juillet, la troupe 2 attachée à l’équipe de combat C du Groupement tactique du 2e Bataillon, Royal 22e Régiment a construit un pont temporaire, ou dans le langage militaire «une brèche de combat», sur une route importante dans le district de Panjawi. Cette brèche a été construite afin de remplacer un pont afghan

0$ 00

9 18

0$ 50

LAC ST-CHARLES

ST-GABRIEL-DE-VALCARTIER

VAL-BÉLAIR

L’ANCIENNE-LORETTE

Première maison, petit budget, 2 chambres, possibilité de 3, 2 salles de bain, foyer au salon, terrain aménagé et clôturé, terrasse en dalles imbriquées, piscine et cabanon. Possibilité occupation rapide 30 jours après prêt!

Coquette propriété 1 1/2 étage, construite sur dalles de béton, pas de sous-sol. Magnifique terrain 36 000 pi² avec sous bois, grand cabanon isolé 12x16, garage isolé 16x20, terrasse avec vue magnifique sur la nature. Idéal première maison ou une retraite relaxante!

Maison en rangée, unité du centre. Garage, 2 chambres à l'étage, planchers flottant, grande salle de bains, SPA. Prise possession rapide.

Maison faite sur la longueur, 38X25, Coquette maison dans très beau secteur, beau terrain, sous-sol semi aménagé, salle de bain fraichement rénové! Possibilité de livraison rapide.

qui s’était écroulé quelques jours auparavant. La tâche confiée aux membres de la troupe a représenté un vrai défi en raison du fort courant de la rivière et de l’état du terrain à cet endroit. Les travaux de construction ont permis de ne pas perdre l’une des seules voies d’accès pour une base opérationnelle avancée située dans ce district. La tâche a été accomplie avec plusieurs ensembles de fascines (tuyaux de PVC), un Badger et des troupes ingénieurs démontées. Ce pont, en place pour plus d’un mois, a été très utile pour tous les types de véhicules militaires et civils


21 octobre 2009 / Adsum / Page 19


Un bel échange entre femmes dans un village afghan Par le cavalier M.J.A. Crépeau Chauffeur OL escadron B, GT 2 R22eR

Dans un petit village afghan du district de Dand situé au sud-ouest de la ville de Kandahar, des militaires patrouillent de jour et de nuit pour maintenir un climat de sécurité et récolter de l’information sur les actions potentielles des insurgés dans le secteur. Au cours de ces patrouilles, nous vivons des moments privilégiés en ayant de chaleureux contacts humains avec les hommes et enfants du village. Malheureusement, en raison des coutumes afghanes, il nous est très difficile de partager ces moments privilégiés avec les femmes puisqu’elles sont isolées de la population, principalement en présence d’étrangers dans le village. Toutefois, comme femmes militaires, nous sommes parmi les rares privilégiées à avoir la chance de vivre ces petits rapprochements tant appréciés des femmes afghanes. Lors de nos patrouilles, la présence de femmes donne effectivement la chance à la population féminine de voir et de comprendre le travail que nous effectuons sur leurs terres. Le fait que des femmes patrouillent elles dans le village rassure ces femmes et leur montre que dans d’autres pays, la

femme a des droits et vit sur un pied d’égalité avec les hommes. DU MAL À CROIRE QUE NOUS SOMMES DES FEMMES MILITAIRES

Lorsque nous rentrons dans leur environnement, les femmes du village sont très accueillantes. Aussitôt qu’elles reconnaissent que nous sommes des femmes, elles n’hésitent pas à se dévoiler montrant ainsi leur magnifique visage. Nous nous sentons vite à l’aise avec elles. Elles nous offrent de nous asseoir près d’elles en plus de nous offrir également à manger, signe typique de la grande hospitalité afghane. Les Afghanes nous observent beaucoup. Souvent elles nous demandent d’enlever notre casque et notre élastique pour bien voir nos cheveux, comme si elles avaient du mal à croire que nous sommes des femmes militaires. Une fois une partie de notre attirail retiré, le seul obstacle qui demeure est la langue. Malgré tout, on se comprend par nos expressions faciales et nos gestes. Chaque échange est unique et mémorable pour chacune de nous. Les différences culturelles créent des barrières qui font en sorte que nous ne sommes que quelques privilégiées à avoir pu tisser des liens avec les femmes afghanes dans ce climat de guerre. Malgré tout, je

Le cavalier Carrier a remis du papier et des crayons à des fillettes afghanes lors d’une de leur visite près notre camp. – Photo : cvr P. Blais, escadron B GT 2 R22e

crois que tranquillement, nous sommes en train de montrer une autre facette du monde à ces mamans, grands-mamans, adolescentes et fillettes. Par nos patrouilles,

je crois sincèrement que nous sommes en train de semer quelques graines qui permettront un jour aux femmes afghanes de pouvoir s’épanouir à leur juste valeur.

Rabais aux militaires

500$ RABAIS à l’achat d’un véhicule + 500$ RABAIS à l’achat de pneus

175, rue du Marais, Québec

418 683-4451

Page 20 / Adsum / 21 octobre 2009

www.autocollectiondequebec.com

VÉHICULES USAGÉS

2007 Ford EDGE SEL, noir, 6 cylindres AWD auto., 49 684 km,

2008 Ford ESCAPE XLT,

28 995$

Sur présentation de votre carte militaire ou PSP

2009 Ford F-150 Super Cab 145¨ WB XLT, noir, 8 cylindres 4x4 auto.,

2007 Ford F-150 Super Crew 139¨ WB XLT Crew Cab, gris, 8 cylindres

25 229 km

4x4 auto., 46 541 km

23 995$

30 995$

25 995$

2008 Ford F-350 Super Duty 4WD Crew Cab Lariat, noir, 8 cylindres

2007 Ford RANGER Super Cab Sport,bleu, 6 cylindres RWD auto.,

2007 Ford RANGER Super Cab FX4/Level II, noir, 6 cylindres,

2009 Ford ESCAPE LIMITED,

4x4 auto., 39 500 km

60 700 km

4x4 auto., 43 300 km

noir, 6 cylindres AWD auto., 16 000 km

45 995$

13 995$

20 995$

29 995$

noir, 6 ylindres AWD auto., 26 500 km

LE PLUS GRAND CHOIX DE CAMIONS ET DE VUS À QUÉBEC


Le caporal Rousseau vient de placer des charges explosives C4 sur des munitions conventionnelles trouvées dans une cache d’armes dans le district de Panjwai lors de l’opération COBRA AWAKENING. - Photo : sap Barrette

LA CHASSE AUX MUNITIONS ET EXPLOSIFS Par le lieutenant Jonathan Martineau 51e Escadron de génie, GT 2 R22eR

Les ingénieurs de combat jouent un rôle crucial auprès des compagnies d’infanterie en théâtre opérationnel. Les membres de l’escadron 51 ont toujours été intégrés dans les diverses patrouilles et opérations effectuées par le groupement tactique de la Force opérationnelle 1-09. Afin de réduire la quantité de munitions conventionnelles aux mains des insurgés en sol afghan, les ingénieurs de combat ont effectué une multitude d’opérations de fouille pour trouver les caches d’armes ainsi que les fabriques de dispositifs explosifs de circonstance (DEC) dans leur secteur de responsabi-

lité. À chaque semaine, des quantités exorbitantes de munitions et d’explosifs ont été trouvées dans les routes et bâtiments. Plusieurs éléments clés ont permis d’augmenter l’efficacité des sapeurs de combat au cours de la rotation, notamment l’intégration du chien dépisteur d’explosif K9 au sein des troupes de campagne. Les chiens K9 sont un excellent outil de confirmation et ont permis de trouver des explosifs à plusieurs reprises lors des fouilles. Après ces trouvailles, les ingénieurs de l’escadron 51 se font toujours un plaisir de disposer de façon sécuritaire de ces munitions ou armes pour perturber l’approvisionnement des insurgés.

PUBLI-REPORTAGE

21 octobre 2009 / Adsum / Page 21

Le concessionnaire de Loretteville est incroyable! Alors que plusieurs acteurs de l’industrie motocycliste sont debout sur les freins, SM SPORT met les gaz à fond. Le genou par terre, il maîtrise la glisse du marché, et accélère pour conserver la première place, comme celle obtenue en étant le seul concessionnaire Yamaha cinq étoiles à Québec. Il faut dire que Robert Bégin a choisi sa trajectoire et développe maintenant sa stratégie de course qui doit le mener à la victoire! SM SPORT bénéficie de 35 années d’existence et d’expérience : c’est un avantage supplémentaire. Tout d’abord il y a l’équipe de course: 53 équipiers qui accueillent, conseillent, administrent, maintiennent et réparent les véhicules des clients (13 mécaniciens s’en occupent…). Des passionnés qui ont obtenus de nombreuses récompenses, dont le «Choix des consommateurs», de 2006 à 2009. Après il y a les marques distribuées: sous un même toit, on retrouve les quatre plus grands manufacturiers: Yamaha, Suzuki, Honda et ArticCat. Des marques phares, avec une offre diversifiée, qui peuvent rejoindre la majorité des besoins et des envies des pilotes. Ensuite, il y a le choix entre l’achat et la location. Car SM Sport est un pionnier de la location, à la journée ou à la semaine, aussi bien pour les motos, les quads ou les motoneiges. Avec l’automne et ses couleurs, c’est le quad qui va avoir les faveurs de la location, en attendant la saison de la motoneige, avec une belle gamme de Yamaha 4 temps à tester. Et pour dominer la compétition, SM Sport a placé la barre très haute. Un investissement de près d’un million de dollars pour doubler la partie showroom au rez-de-chaussée et la boutique de vêtements et d’accessoires au premier étage, qui en fait le plus grand choix à Québec! Une action à la Valentino Rossi en MotoGP. Du panache et de la maestria que seul un leader peut réussir. Le drapeau à damier peut s’abaisser. SM Sport a pris la tête de la course. Une visite s’impose pour constater et pour apprécier le nouvel aménagement. Il n’y a jamais eu autant de motos, de quads, de motoneiges, à admirer! Impressionnant!


LE BAZAR DE HOWZ-E-MADAD

Une source d’information très importante Par le caporal Jonathan Wade-Moses Équipe de liaison et de mentorat opérationnel Kandak 1

Une des équipes de l’Équipe de liaison et mentorat opérationnel (ELMO) du Kandak 1, ainsi que les soldats de la 3e compagnie du Kandak 1 de l’Armée nationale afghane (ANA) patrouillent hebdomadairement le bazar d’HowzE-Madad en vue d’augmenter la stabilité et la sécurité. Le bazar d’Howz-E-Madad est le lieu de rencontre et le centre économique des environs. On y trouve environ 40 boutiques étalées sur une distance approximative de 400 mètres, et près de 200 personnes y font commerce pendant la journée. Le commerce se fait bien, malgré l’intimidation des insurgés qui plane sur les commerçants et les habitants de façon quotidienne. Notre déplacement vers le bazar se fait toujours par une route différente, ce qui

par leurs propres moyens, mais sans aucun résultat concret. De plus, les insurgés essaieraient de les chasser du bazar pour l’utiliser comme point d’attaque sur notre camp, croyant ainsi que nous ne pourrons répliquer par peur de détruire tous les biens des marchands. Nous sommes également à l’écoute de leurs problèmes. Nous avons appris que leurs puits étaient brisés. Nous avons donc fait en sorte qu’un entrepreneur puisse venir en creuser un nouveau près de la

La mosquée est l’endroit le plus fréquenté pendant la journée dans le bazar.

Un commerçant dans le bazar avec son frère, son fils et sa fille. Une scène du quotidien.

nous permet d’éviter les lieux d’embuscades préétablis par les insurgés. La première tâche est de sécuriser notre secteur pour empêcher la circulation qui peut s’avérer parfois dangereuse. Les habitants conduisent toutes sortes de véhicules et parfois à très haute vitesse. Une fois le secteur sécurisé, le commandant afghan ainsi que le commandant de notre équipe se déplacent pour discuter avec les différents commerçants présents. On y trouve des mécaniciens, une station service pour le diesel et l’essence, une pharmacie, trois médecins, des marchands de légumes, des bouchers et beaucoup de dépanneurs vendant de la liqueur et de l’eau embouteillée. La population est favorable à l’ANA et donne beaucoup d’informations pouvant augmenter sa sécurité. Nous avons appris récemment que les marchands du bazar tentent eux-mêmes de chasser les insurgés

mosquée pour que les Afghans puissent se laver le visage, les mains et les pieds comme ils ont coutume de le faire avant leurs prières. Puisque la circulation est également très rapide autour du bazar, les marchands nous ont fait part de leur inquiétude pour leurs enfants qui y jouent. Nous sommes présentement en discussion pour placer des dos d’âne des deux côtés afin de ralentir les voitures et de prévenir des accidents évitables. Après environ une heure et demie d’échange avec les gens présents dans le bazar, nous rentrons à la maison en nous assurant de démontrer la présence de l’ANSF et de l’ISAF entre notre camp et le bazar. Habituellement, les insurgés n’osent pas tirer sur la patrouille par peur de blesser un civil et de perdre le soutien de la population afghane. L’expérience vécue en Afghanistan par un soldat canadien ne peut être meilleure qu’en compagnie du peuple afghan. Le peuple afghan est très accueillant, souriant, gentil et prêt à se priver pour que ses invités ne manquent de rien. De quoi faire des jaloux à la maison! Personnellement, je ne peux pas demander mieux que passer six mois en compagnie de soldats afghans. J’ai pu découvrir leur culture et ils ont découvert la mienne, ce qui nous permet de mieux nous comprendre et de mieux travailler ensemble.

Page 22 / Adsum / 21 octobre 2009

L’AFGHANISTAN EN BREF La ville de Kaboul À la fois la capitale de l’Afghanistan et sa plus grande ville, Kaboul a une population évaluée à 2 994 000 habitants (2005), ce qui est comparable à la ville de Montréal. Bien que la date exacte de sa fondation reste indéterminée, Kaboul serait âgée de plus de 3000 ans. Sa superficie est de 950 kilomètres carrés. Cette ville représente le centre économique et culturel de l’Afghanistan. Son architecture est un mélange de constructions modernes et anciennes, car les infrastructures détruites durant les années de guerre sont graduellement remplacées par des bâtiments de style contemporain. Sur le plan stratégique, Kaboul est adjacente aux anciennes républiques soviétiques au nord et au Pakistan à l’est. La ville domine également les voies d’accès à travers les montagnes du nord. Du côté économique, ses industries importantes sont l’alimentation, la fabrication de meubles, le travail du marbre et le traitement des produits

dérivés de la laine. Kaboul abrite également sept universités, de même qu’un aéroport international. Cette grande ville constitue l’un des 15 districts administratifs de la province de Kaboul et elle se subdivise en 18 secteurs. (Source : Internet)

Un soldat canadien circule à bord d’un convoi dans la ville de Kaboul, en 2003. - Photo : Caméra de combat des FC


Denis Morin Agent immobilier affilié 1

Mélanie Savard

Josée Lefebvre

Francine Cayer

Jean-Yves Bouchard

Agent immobilier affilié

Agent immobilier affilié

Agent immobilier affilié

Agent immobilier affilié

Nouvelles propriétés résidentielles... Venez les visiter ! 2

3

Un Badger, véhicule blindé ingénieur du 51e Escadron, en action lors de l’opération GARDEN PARTY I dans le district de Panjwai.- Photo : sgt Lachance L’ANCIENNE-LORETTE. Bungalow brique et déclin, poutres QUÉBEC. Succession. Bungalow avec grand terrain à ST-FÉRÉOL. Magnifique jumelé avec une vue sur le Mont apparentes, armoires de chêne, beaucoup de rangement, plusieurs 5 minutes de la base. Vendu sans garantie légale aux Ste-Anne et la rive sud. 3 chambres, grand salon foyer au gaz, toit rénovations effectuées, 3 chambres, poêle aux granules, entrée risques et périls de l'acheteur. Terrain à être subdivisé. cathédrale. Sous-sol aménagé; entrée indépendante. À 5 minutes de la montagne, des 2 golfs, sentier de vélo, de marche et de raquette. extérieure au sous-sol, grand patio, terrain paysager et clôturé.

«AMÉNAGEMENT PAYSAGER» DANS LES ZONES CRITIQUES Par le lieutenant Jonathan Martineau 51e Escadron de génie, GT 2 R22eR

Les mois d’été ont été un vrai défi pour les membres de la Roto 7 du Groupement tactique du 2 e Bataillon, Royal 22e Régiment en raison de l’augmentation importante de la menace des dispositifs explosifs de circonstance (DEC) directionnelle. En effet, presque tous les jours durant ces mois, les membres de l’Escadron 51 ont trouvé plusieurs de ces dispositifs dans les secteurs de responsabilité où ils ont dû patrouiller. Pour contrer cette menace sur le long des routes principales dans les districts de Zhari et de Panjwai, l’escadron de génie a effectué plusieurs opérations de réaménagement paysager sur les bords des routes afin d’améliorer l’observation de celles-ci dans les zones critiques. Ces

4

travaux ont eu des effets très bénéfiques pour augmenter la sécurité des soldats sur le terrain. Ces opérations ont été divisées en plusieurs phases vue l’importance du territoire afghan sous le contrôle canadien. Les ingénieurs de combat ont principalement détruit toutes sortes d’obstacles qui nuisaient à la visibilité des postes d’observation, allant de la coupe d’arbre avec des scies mécaniques jusqu’à la destruction d’infrastructures telles que des bâtiments afghans inoccupés. Ces tâches ont été effectuées avec l’aide des troupes de campagne et des Badgers, un véhicule blindé ingénieur très utilisé ici en théâtre opérationnel. Voici une excellente démonstration de l’application de l’un des principes fondamentaux du génie militaire : la mobilité.

BEAUPORT. Élégante résidence , 3 chambres, gorges et moulures, beauté et souci du détail. Aménagement paysager exceptionnel avec cascade d'eau, piscine creusée et spacieux pergola: emplacement pour un spa. Venez découvrir la différence! 7

5

6

QUÉBEC LE MESNIL. LOFT, aménagé sur 520 pi² et très fonctionnel, idéal pour personne seule, porte-patio de 9 pieds avec balcon, beaucoup de rangement. Il ne fait que passer... 8

9

QUÉBEC. Belle propriété à 2 pas du parc des Voiliers près de la VAL-BÉLAIR. Mieux que du neuf! 4 côtés pierre, Promenade Samuel-de-Champlain, vue partielle sur le fleuve. Bien remise en pierre, superbe aménagement paysager, 4 aménagée et rénovée, 3 chambres, 2 salles de bains, sous-sol chambres, tourelle au salon, sous-sol aménagé, pièces aménagé, foyer. Idéal pour jeune famille. Une visite vous séduira... spacieuse très lumineuses. Vous serez conquis! 10

11

CHARLESBOURG. Ravissant condo de 2 chambres, 760 pi², avec balcon de 16 pieds, interphone, un stationnement, un rangement. Endroit paisible à 2 pas du Carrefour Charlesbourg. À VISITER !

CHARLESBOURG. Secteur de choix, bungalow très bien entretenu, au goût du jour, très éclairé, 5 chambres, verrière 4 saisons, terain aménagé avec cabanon. Osez une visite ! 12

STONEHAM. Pour les amants de la nature ! Propriété 28 X 33, VAL-BÉLAIR. RENTABLE! Triplex comprenant 2 x 3½ ST-GABRIEL-DE-VALCARTIER. Belle propriété un planchers de bois latté, bain podium avec douche indépendante, 2 loués non chauffés, non éclairés et 1 x 4½ pour le étage et demi, construction supérieure pièces sur pièces, 3 chambres dont une pouvant être transformé en salon, poêle à bois, chambres, armoire mélamine, grande remise, immense terrain borné propriétaire occupant. Une visite s'impose... par la Rivière Huron, dans un havre de paix très intime et boisé

bois franc et ardoise. Pour les amants de la nature. Faut voir !

Courtier immobilier agréé

L'ACHAT OU LA VENTE D'UNE PROPRIÉTÉ DEMANDE DE LA COMPÉTENCE. CONFIEZ-NOUS VOTRE PROJET.

Équipe Martin Comeau 418-847-1000

PARTICIPANT AU SERVICE DE RELOGEMENT DES FORCES CANADIENNES

FIERS DE SERVIR LES MEMBRES DE LA COMMUNAUTÉ MILITAIRE

Montrez-moi quelqu'un qui a accompli quelque chose de significatif dans la vie et je vous montrerai quelqu'un qui a dû faire face à l'adversité!

BON RETOUR À LA MAISON !

21 octobre 2009 / Adsum / Page 23

Nous saluons votre dévouement et votre bravoure et partageons le bonheur de vos proches


La vie d’un signaleur d’une sousunité de combat en Afghanistan

- Photo : Courtoisie

Par le caporal Dominic Marquis Escadron B, Groupement tactique du 2e Bataillon, Royal 22e Régiment

LE DRAPEAU ET LE DVD DE PORTNEUF ARRIVENT À DESTINATION Le colis renfermant un drapeau de Portneuf et un DVD d’appui a été reçu le 22 septembre à Kandahar par l’équipe du bombardier Manuel Jacques et de l’artilleur Michel Dion du 5e Régiment d’artillerie légère du Canada (5 RALC), qui sont originaires de Saint-Raymond-de-Portneuf. En août, plusieurs membres de la communauté de Portneuf ont produit un DVD dans lequel des dizaines de personnes signifient leur appui aux militaires déployés. Un drapeau de la municipalité avait également été signé par tout le monde et envoyé dans un colis. Selon Johanne Lelièvre, mère du bdr Jacques, ce dernier l’a appelé peu après avoir reçu le paquet en question, pour lui signifier le bienfait d’une telle initiative. «Il m’a bien mentionné que ce n’est pas seulement à lui que ça fait du bien, mais à tous. En ce qui me concerne, je suis bien heureuse que ce petit colis ait mis un baume sur leurs cœurs», dit-elle.

La Guerre de Corée Par Florent Tremblay, CD, PhD Collaboration spéciale

Page 24 / Adsum / 21 octobre 2009

Cet article est le deuxième d’une série de trois publiés dans le journal Adsum pour dire notre reconnaissance à ceux et celles qui firent du Canada, le représentant le plus respecté de la paix dans le monde. Après avoir rappelé le sacrifice des combattants de 1939-45 en Europe, nous nous tournons maintenant vers les combattants de 1950-53 en Corée. Après l’armistice de 1945, le monde de la diplomatie internationale ne goûta pas longtemps à la paix si chèrement acquise. À peine cinq ans s’écoulèrent et notre monde occidental sombrait de nouveau dans la guerre. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Union soviétique occupa la Corée du Nord dans l’intention d’exercer son influence dans la région. Les Américains prirent alors position en Corée du Sud. Le 25 juin 1950, les forces armées nordcoréennes décidèrent de franchir le 38e parallèle et de pénétrer dans la partie sud du pays appelée la République de Corée. L’ONU déclara que cette invasion rompait la paix et, 16 pays membres d’une association nouvellement formée, les Nations Unies, unirent leurs forces pour combattre cette agression. Notre engagement en Corée écrivait une nouvelle page de l’histoire militaire du Canada dont nous sommes maintenant tellement fiers. La première unité militaire canadienne qui se porta au secours des forces menacées de l’ONU fut la Marine royale du Canada. Le 12 juillet 1950, trois destroyers canadiens (Cayuga, Athabaskan et Sioux) furent envoyés dans les eaux coréennes et placés sous les ordres des Nations Unies. Le même mois, les marins furent aidés par un escadron de l’Aviation royale du Canada, l’Escadron 426 Thunderbirds, composé de 12 North Stars, qui, pendant toute la durée des hostilités, assura le transport des munitions et du ravitaillement entre la base aérienne de Tacoma dans l’État de Washington, jusqu’à celle de Haneda, Tokyo, via la base de Shemya, dans les îles Aléoutiennes. 1950-51, ROTO 1: LES 2E BATAILLONS AU FRONT En octobre 1950, les premières unités d’une brigade toute canadienne comprenaient les seconds bataillons du RCR, du PPCLI et du Royal 22e Régiment ainsi que certaines autres parties de régiments : les Royal Canadians, les RCHA , le Génie royal canadien, une unité de transport et la 25 e Ambulance de campagne du Service de santé du Canada. Il faut le dire, 40% des nouveaux volontaires étaient d’anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale; ils s’enrôlèrent pour une période de 18 mois et tous les Canadiens ensemble constituèrent la 25e Brigade d’infanterie canadienne.

En Corée, les Canadiens ont participé à la bataille de Kapyong, aux combats menés à Chailli, à l’avance qui permit de franchir la rivière Irnjin, et aux opérations de patrouille de la plaine de Chorwon. Les conditions de vie en Corée étaient souvent difficiles. Il faisait souvent froid et les mains devenaient engourdies. À genoux, dans la neige et dans la boue, ou lorsqu’il fallait avancer sous la pluie battante, l’avant des jambes devenait mouillé. Il semblait qu’on n’arrivait jamais à être au sec. Le 24 mai 1951, sous les ordres du lieutenant-colonel Dextraze, l’activité canadienne la plus remarquable de cette période reste la défense des positions dans le col de la côte 227 par le 2 e bataillon du Royal 22e Régiment pendant tout l’automne. En fait, les seconds bataillons de chaque régiment étaient demeurés sur la ligne de feu pendant toute l’année. Ils furent relevés par le 1er bataillon de chaque régiment, le PPCLI, le RCR et le R22eR. 1951-52, ROTO 2: LES 1ER BATAILLONS AU FRONT En raison du climat, les Chinois étaient particulièrement actifs pendant la nuit. Les patrouilles canadiennes pouvaient difficilement trouver le repos, elles devaient constamment fouiller l’obscurité afin de prévenir toute infiltration ennemie. Au mois de mars, les troupes canadiennes eurent à défendre la vallée de la rivière Kapyon. Pour faciliter la compréhension, on appelait chaque secteur du terrain par un numéro. Ainsi, la côte appelée 355 était passée aux mains des Américains. Les 22 réussirent à conserver leur position sur le terrain, mais une certaine nuit, la majeure partie de cette côte 355 tomba aux mains de l’ennemi. Et, ce n’est pas tout, les Chinois avaient également repris la côte 227. Le Royal 22e Régiment reçut la mission de protéger cette côte 355, connue dans le milieu sous le nom de «Petit Gibraltar». En soirée du 23 septembre, l’ennemi organisa une attaque qui fut si violente que lorsque nos soldats tentèrent de reprendre le terrain à la fin du mois, ils ne trouvèrent que tranchées effondrées, lignes téléphoniques coupées et fortifications dans un état misérable. 1952-53, ROTO 3 : DERNIÈRE ROTATION Désormais, sous le commandement du brigadier Jean-Victor Allard, la 25e Brigade canadienne occupait tout le secteur central pendant que la Division du Commonwealth prenait position à la côte 355. Commandés par le lieutenant-colonel Tony Poulin, nos gars du 3e R22eR allaient connaître leur baptême du feu dès le début de la saison chaude 1953. Pendant cinq jours et cinq nuits, nos gars eurent à soutenir les bombardements ennemis et à assurer des patrouilles régulières. Grâce à Dieu, ces opérations furent couronnées de succès bien que les pertes canadi-

Je me suis donc retrouvé en plein cœur du nouveau centre nerveux de l’Arghandab, qui assurait une coordination quotidienne avec l’armée et la police afghane (ANA et ANP) et le leadership du district. Le JDCC devait donc assurer des communications aussi efficaces et étendues que le PC de la BOA. Nous avons agi comme PRA et PC alternatif de l’escadron. J’ai dû partir de conditions austères pour

En tant que signaleur au sein d’un escadron de reconnaissance, je suis appelé à faire tout un éventail de tâches. J’en suis à ma deuxième présence en Afghanistan. Mon travail n’est pas de tout repos et loin de la routine puisque je fais toujours quelque chose de différent, ce qui rend mon métier très intéressant et stimulant. Je suis arrivé avec l’avant-garde de l’escadron. Ma tâche première a été d’assurer la relève de l’escadron avec celui des RCD. Lorsque le reste de l’escadron est arrivé, nous avons finalement pris le contrôle du poste de commandent (PC). Nous avons bien sûr apporté des modifications au PC et aux systèmes de communications pour mettre les choses à notre goût. Ce fut le début de la routine de PC : faire des réparations urgentes e e sur les véhicules qui par- Le lieutenant Lamarche du 2 Bataillon du Royal 22 Régiment discute avec un membre de l’équipe américaine d’inspection des routes pour avoir la tent en patrouille, assurpossibilité de repositionner son véhicule dans le district de Panwaji. La er le bon fonctionnement de tous les systèmes coordination multinationale et entre les nombreuses unités impose un présents sur la base échange d’information permanent. Les signaleurs sont donc présents d’opérations avancée partout sur le terrain, sur les bases avancées et incorporés avec toutes les (BOA), faire des tours de unités. Ils s’assurent que les canaux de communications soient maintenus garde radio, établir des et que la qualité des échanges sur les ondes reste adéquate. - Photo : cplc J. plans de communica- Johansen, roto 7 tions pour les opérations à venir, se famil- monter le PC avec ses différents systèmes de communications et en assurer le bon fonciariser avec l’équipement utilisé ici. Est venu le temps où j’ai participé à ma tionnement. Tout cela combiné à des première opération. Le premier ministre patrouilles à pied. C’est donc aux rations et Stephen Harper est passé dans notre secteur sans douche que j’ai passé mon premier mois d’opération pour constater l’accomplisse- de retour en théâtre opérationnel. Au bout de ce mois, j’ai été rappelé à la ment des travaux d’un projet international : le barrage de Dahla Dam. Ce barrage a été BOA pour participer à une opération majeure restauré à l’initiative de l’Agence canadienne dans le district de Khakrez. Nous nous sommes de développement international pour fournir donc déployés pour une semaine et, une fois un débit d’eau constant à l’année longue dans de plus, j’ai participé à des patrouilles démontées et montées, étant le seul membre de la vallée de l’Arghandab. Notre mission était donc d’assurer la sécu- l’équipage du commandant d’escadron qui rité du premier ministre. Comme signaleur, agissait comme sécurité arrière. Ce fut d’ailleurs mon rôle principal était d’établir le lien l’occasion pour moi de mettre en pratique par le biais de communications satellites ce que j’ai appris lors des cours de premiers entre l’escadron et les autres forces impliquées soins. En effet, lorsqu’un Ford Ranger de dans la tâche. Ma tâche secondaire était d’as- l’ANP a explosé sur un EEI, j’ai dû porter surer la sécurité arrière dans le véhicule assistance aux victimes de l’incident. Me voilà donc de retour à la BOA et, une du commandant de l’escadron et de voir à la sécurité locale. J’ai été emmené à conduire fois de plus, nous ne chômons pas, préparant des fouilles de points vitaux pour déceler le PC à déménager en conditions austères toute présence d’engins explosifs improvisés pour occuper notre nouvelle zone d’opérations. (EEI) potentiels. Mes vacances de mission ont marqué une Au moment de la publication de ces lignes, pause dans le rythme des opérations. À mon l’auteur et son escadron de reconnaissance retour, tout avait changé. Le lendemain de occupaient de nouvelles positions au sudmon retour à la BOA, on m’a avisé que je me ouest de la ville de Kandahar et y vivaint au déployais pour une durée indéterminée à sein de la population afghane afin de mieux Arghandab, au nouveau centre de coordina- protéger la population et stabiliser leur district. tion inter-agences de district (JDDC). ennes, pour le temps de cette roto seulement, totalisèrent 106 victimes au sein de la brigade. 1953, LA REDDITION : L’ARMISTICE À dix heures de l’avant-midi du 27 juillet 1953, dans une pagode de Panmunjom, se rassemblèrent dans le plus grand silence, le général W. Harrison au nom des Nations Unies et le général Nam II représentant le premier ministre nord-coréen; sans se dire un seul mot, ils signèrent l’accord d’armistice qui disait : «dans douze heures exactement, tous les canons se tairont et la guerre de Corée prendra fin». Effectivement, les hostilités prirent fin en 1953, mais nos soldats canadiens restèrent en Corée pour faire partie des forces du maintien de la paix. HONNEUR DE GUERRE Pour sa participation dans le rétablissement de la paix en Corée, chacun des régiments canadiens ayant servi entre 1950 et 1953 a reçu un «honneur de bataille» et l’au-

torisation d’ajouter le mot Corée/Korea sur ses couleurs régimentaires. Vétérans de la Corée, vous qui avez si vaillamment combattu au nom de votre pays, je dis : honneur à vous. Source : Souvenirs de vaillance, 3 vol., Gouvernement du Canada, Anciens Combattants, 2000.

QUELQUES STATISTIQUES - Au total, 26 791 Canadiens servirent pendant la guerre de Corée. Et 516 d’entre eux reposent en terre coréenne. - La Marine royale du Canada qui, la première, s’était portée au secours des forces menacées de l’ONU avec trois destroyers, avait permis à 3621 officiers et marins de servir en Corée sans incident majeur. - L’Escadron 426 des North Stars, nos Thunderbirds, a effectué pas moins de 600 vols aller-retour au-dessus du Pacifique, transportant ainsi plus de 13 000 passagers et 3 000 000 de kilos de marchandises et de courrier sans subir une seule perte.


$ 000 285

ENT URG

LAC ST-CHARLES : Bijoux de propriété! Luxueuse résidence, superbement rénovée, 3 chambres, possibilité de 4. Grande salle familiale, foyer gaz, garage 24x30, remise, piscine creusée chauffée, thermopompe, 2 entrées indépendantes, terrain 10328 pi²., situé près de tout. LIBRE IMMÉDIATE-MENT FAITES VOTRE OFFRE! Sous-sol refait au complet à neuf.

- Photo : Courtoisie

Un camion pour honorer son fils décédé Afin d’honorer son fils disparu, Raynald Bouthillier, père du cavalier Jack Bouthillier tué le 20 mars à Kandahar, a fait peindre une grande photo de ce dernier sur l’un des camions de sa compagnie de transport, en Ontario. Coiffé d’un chapeau de combat, son fils affiche un large sourire. La liste des soldats canadiens qui ont péri en Afghanistan a également été écrite sur un côté du camion. À l’âge de 20 ans, le cavalier Bouthillier a perdu la vie en même temps que trois autres militaires canadiens, lorsqu’une bombe artisanale a explosé dans le district de Zhari. Le jeune soldat était membre du Royal Canadian Dragoons (RCD), basé à la garnison de Petawawa, en Ontario.

VENDEUR

ACHETEUR

Vous désirez vendre sans tracas mais surtout au meilleur prix?

Vous désirez acheter sans tracas mais surtout sans pression?

JE VOUS OFFRE MES SERVICES:

JE VOUS OFFRE MES SERVICES:

0$

VUE SUR LE FLEUVE

31

* Rencontre sans obligation de votre part et surtout sans pression pour une évaluation de la valeur marchande de votre propriété * Service de dépersonnalisation de votre propriété * Mise en marché de votre propriété * Planification des visites avec compte rendu * Service d'un photographe avec feuillet couleur glacé pour remettre au futur acheteur * Rédaction de tous les documents légaux pour la vente de votre propriété * Protection et garantie Tranquilli-T * Disponible 7jours / 7 soirs * Accessible rapidement et facilement sur mon cell. en tout temps. Numéro inscrit sur mes pancartes.

* Rencontre personnalisée avec pochette d'information pour votre achat * Service de pré-qualification * Mise en vigueur d'une alerte pour vous permettre de recevoir les nouveautés dès leur sortie et ce de 24 à 48h avant leur sortie sur internet et ce peu importe la bannière, le courtier ou l'agent * Conseil judicieux pour votre achat * Prise de rendez-vous et planification des visites * Rédaction des documents légaux pour votre achat * Protection et garantie Tranquilli-T * Disponible 7 jours/7 soirs * Je négocie pour vous le meilleur prix sur le marché * Plus de 300 transactions en carrière avec acheteur et vendeur * LE TOUT SANS FRAIS POUR VOUS

Participante au service de relogement des Forces canadiennes...

BON RETOUR À TOUS LES MILITAIRES QUI REVIENNENT D’AFGHANISTAN 0 49

CHARLESBOURG EST : Superbe! Aucun tapis, 2 chambres, douche indépendante, balcon avec vue sur la piscine. 2 stationnements, salle communautaire, gymnase, sauna et piscine extérieure creusée. Seul le certificat de localisation de l'ensemble de copropriété sera fourni. LIBRE IMMÉDIATEMENT !

$

00

9 96

1

0$

0 99

16

SAINT-NICOLAS

SAINT-NICOLAS Petit coin de paradis! Magnifique propriété avec vue sur le fleuve, entièrement meublée, électroménagers et cuisine haut de gamme avec comptoir en granite et armoires en bois. Chambre des maîtres sur mezzanine inondée de lumière avec bain thermo-masseur. Superbe aménagement paysager sans voisin arrière dans un décor de rêve.

L’ANCIENNE-LORETTE Très beau jumelé de 3 chambres à coucher dans un secteur très recherché à 2 minutes de l’autoroute. Beaucoup de rénovations effectuées au fil des années. Fenêtres PVC, chauffage électrique et thermopompe, filage refait au complet, cuisine avec armoires de bois.

Magnifique jumelé de 3 chambres, 4 côtés brique, entrée asphaltée, cour intime sans voisin arrière et à 2 pas des ponts. Décoré au goût du jour avec de très belles grandeurs de pièces. Clé en main.

$

00

9 24

2

$

ST-GABRIEL-DE-VALCARTIER WOW! Superbe cottage champêtre sur très grand terrain bordé par rivière Neilson & lac à proximité. Intérieur très chaleureux, poêle combustion lente, cuisine avec armoires de bois & comptoirs céramique, vaste salle de bains avec douche céramique et bain podium. Une visite vous charmera !

VAL-BÉLAIR Vaste bungalow très bien entretenu dans un secteur de choix. Terrain très bien aménagé avec immense entrée asphalté et beau grand cabanon. Fenêtre de PVC et sous-sol entièrement aménagé.

21 octobre 2009 / Adsum / Page 25

9

28

0 90


Le savoir-faire du CFV partagé à Stockholm Par Philippe Brassard Journal Adsum

La directrice du Centre de la famille Valcartier (CFV), Marie-Claude Michaud, a partagé le savoir-faire du CFV avec d’autres pays européens, lors de la première conférence internationale Military Family Support à Stockholm en Suède, les 24 et 25 septembre. L’objectif premier de cette conférence était de rassembler l’information de différents programmes de soutien aux familles de militaires en provenance de plusieurs pays, afin de constituer un documentsynthèse sur la question. Pour ce grand forum, une cinquantaine de représentants de la Suède, du Danemark, de l’Allemagne, des Pays-Bas, de la Grande-Bretagne et de la Norvège étaient rassemblés sous le toit de l’Académie militaire suédoise. Le secrétaire général de Swedish Soldiers Homes Association et organisateur de la conférence, Björn Rubenson, avait invité Mme Michaud en juillet pour qu’elle y présente l’ensemble des services du CFV. M. Rubenson, qui a notamment le mandat de développer le soutien aux familles de militaires en Suède, s’intéressait au CFV depuis 2008.

Aux dires de Mme Michaud, les pays européens ont été particulièrement impressionnés par le programme canadien. «Ils ont été estomaqués de voir l’ampleur des services qu’on offre aux familles ici au CFV. De voir aussi que le modèle canadien, c’est un modèle indépendant de la chaîne de commandement, mais partenaire, et que ce sont les familles, à travers le conseil d’administration, qui décident des services, les gèrent et les offrent. Étonnés aussi du niveau de spécialisation de nos services : le service de répit, de garde d’urgence, d’accompagnement pour le deuil, etc.», affirme la directrice, ajoutant avoir été une source d’information pour tous ces gens durant les deux jours. Pour les pays comme la Norvège et la Suède, dont les programmes en sont encore à leurs premiers balbutiements, il s’agissait de connaissances inestimables, rapporte-t-elle. Au fil des ans, le CFV a développé un modèle pour comprendre les impacts de la vie militaire. Selon Mme Michaud, les conférenciers ont été surpris de constater que ces impacts se vivent d’une manière universelle. «Indépendamment de notre pays, de notre culture ou de notre langue, nous vivons tous la même chose. Nous avons tous

CHRONIQUE LECTURE

L’ANNÉE DES ANGLAIS : LA CÔTE-DU-SUD À L’HEURE DE LA CONQUÊTE Été 1759. L’armée britannique assiège Québec. De Pointe-Lévy, Monckton bombarde la ville. Campé sur la rive est de la rivière Montmorency, Wolfe cherche le moyen de faire bouger Montcalm, retranché à Beauport. En août, pendant que le siège s’éternise, Wolfe fait raser Baie-Saint-Paul et La Malbaie, plusieurs paroisses de Lotbinière et toute la côte de Beaupré. Début septembre, il ordonne à ses troupes de choc de ravager les riches fermes de la Côte-du-Sud, à l’est de Pointe-Lévy (Kamouraska, L’Islet, Montmagny et Saint-Jean-Port-Joli). TITRE : L’Année des Anglais : la Côte-du-Sud L’Année des Anglais raconte comment les habitants de la Côteà l’heure de la Conquête du-Sud ont vécu l’année 1759. Avec leurs faibles moyens, en l’absence de miliciens regroupés à Québec pour défendre TEXTE : Gaston Deschênes la capitale, les habitants ont multiplié les embuscades dans ÉDITEUR : Éditions Septentrion l’espoir de ralentir les pillards et les incendiaires. Originaire INFORMATIONS TECHNIQUES : de Saint-Jean-Port-Joli, l’historien Gaston Deschênes racon159 pages, 20,4 x 25,2 cm, couverture souple te cette parcelle méconnue de la Conquête, à travers les ISBN 978-2-89448-588-0 29,95$ témoignages, les documents et les illustrations de l’époque.

Gagnez ce livre Vous pourriez gagner ces livres en soumettant tout simplement votre nom et numéro de téléphone par courriel à +adsum@forces.gc.ca ou par télécopieur au 418 844-6934 au plus tard le jeudi 29 octobre.

La gagnante de notre dernier tirage Roseline Beaudin est l’heureuse gagnante du livre présenté dans notre chronique du 7 octobre 2009 : «Québec, ville assiégée, 1759-1760» . Félicitations!

VOTRE SUDOKU

Page 26 / Adsum / 21 octobre 2009

Jouer au SUDOKU, c’est simple. Une seule règle : chaque ligne, colonne et carré de 3 x 3 doit contenir tous les chiffres de 1 à 9.

Voir solution en page 28

Des représentants de divers pays à la conférence devant l’Académie militaire suédoise, où avait lieu l’événement. Au centre, vêtue de noir, Marie-Claude Michaud, directrice du Centre de la famille Valcartier, et à droite d’elle en manteau beige, Björn Rubenson, secrétaire général de Swedish Soldiers Homes Association. - Photo : Courtoisie

des militaires déployés ou qui vivent la mobilité, les mutations, les exercices. Des familles à soutenir qui doivent gérer une mission à risques et tout le stress relié à ça. Partout à travers le monde, c’est une réalité commune», souligne-t-elle. APPRENDRE DES AUTRES Tout au long de la conférence, la directrice du CFV a également été inspirée par certaines pratiques qui se font dans les autres pays. «Ici, ça fait longtemps que les conjoint(e)s demandent à avoir une médaille après les mission. Certaines unités vont en donner, mais de façon nationale, ça ne se fait pas. Au Pays-Bas, le gouvernement offre une médaille aux conjoint(e)s de militaires après chaque mission», donne-t-elle en exemple. «C’est quelque chose que nous avions déjà soulevé dans le passé. Sauf qu’en sachant comment ça s’est fait dans un autre pays, peut-être que ça pourra nous permettre de l’instaurer ici», ajoute-t-elle. Une autre pratique des Pays-Bas a soulevé l’intérêt : là-bas, les militaires et leurs familles reçoivent chacun une sorte de journal avant

les absences prolongées. Dans ce journal, le militaire est invité à y écrire chaque jour ce qu’il vit, pendant que sa famille fait la même chose de son côté. Au retour, les deux carnets sont échangés. «Avec des études, les chercheurs se sont rendu compte que les militaires qui écrivaient ont un niveau de stress moins élevé que les autres», indique Mme Michaud. UN RAYONNEMENT POUR VALCARTIER Au bout du compte, le savoir-faire du CFV a vraiment attiré l’attention à Stockholm. «Pour le Canada, et surtout, pour Valcartier, c’est un rayonnement incroyable, une immense reconnaissance de notre savoirfaire. Cela fait 20 ans que nous développons notre programme, nous sommes chef de file, et nous voulons toujours être à l’avantgarde pour accompagner nos familles», indique Mme Michaud. Éventuellement, la conférence pourrait déboucher sur la constitution d’un groupe de travail international sur la question du soutien aux familles de militaires.

PAROLES D’AUMONIER

La principale richesse de l’humain, c’est l’humain lui-même Par le padré Hugues-René Bouchard Aumônier

Comme aumônier catholique, j’aimerais vous proposer cette semaine une réflexion sur notre société occidentale et sur notre rythme de vie effréné. L’actualité en France relatait récemment plusieurs incidents de suicides commis par des salariés qui vivaient une souffrance au travail parce qu’ils étaient victime de notre société de surproduction et de surperformance. La dernière victime, une jeune femme de 32 ans, est décédée dernièrement après s’être jetée par la fenêtre de son bureau. Deux jours plus tôt, un autre salarié avait tenté de se tuer en s’enfonçant un couteau dans le ventre en pleine réunion. La situation est tellement devenue importante en France que le ministre français du travail est impliqué dans le dossier. Ici aussi au Canada, il y a de graves problèmes — burn out, familles brisées, délinquance, etc. — produits directement par une société malade. L’Église catholique appelle à changer un système déshumanisant pour faire naître une nouvelle société mettant le respect de l’humain au cœur du système. C’est l’humain le plus important et non son travail même s’il est très vertueux. De plus, la «Doctrine sociale de l’Église» (DSE) affirme «la priorité de la famille par

rapport à la société et à l’État». La DES dit aussi : «Ce sont ces derniers qui sont au service de la famille et non le contraire.» La DSE nous parle aussi de la flexibilité des horaires «afin que chacun puisse assumer sa fonction, irremplaçable, au sein de son foyer. Les entreprises se doivent de soutenir leurs employés à préserver leur épanouissement familial et personnel, principal catalyseur de leur paix intérieure, de leur créativité et de leur productivité». Dans certaines entreprises, une vie personnelle épanouie est devenue presque impossible. Certaines cultures d’entreprise exigent même un dévouement illimité, ce qui est totalement en contradiction avec les valeurs chrétiennes, de l’Évangile et de l’Église et contre le bien même du tissu social de toute société (sauf une situation d’urgence). Certaines entreprises sont génératrices de problèmes personnels et familiaux qui dévastent leurs victimes et le tissu social encore plus que certaines guerres. L’Église appelle les croyants comme les non-croyants à ne pas seulement prier pour vaincre ces menaces, mais à affirmer également nos valeurs sociales afin de changer les choses. Rendre les travailleurs heureux et réaliser l’harmonie travail, vie personnelle et famille, voilà ce que nous propose l’Église pour une meilleure société. Réf. : http://www.lesedc.org/album/iso_album/dse_politiq uesrh_.pdf D’autres références disponibles sur demande.


Retrouvailles des bénévoles du Centre de la famille Valcartier Par Julie Boucher Membre du comité des bénévoles du CFV

Le 24 septembre, les bénévoles du Centre de la famille Valcartier, actuels et anciens, étaient conviés à un souper retrouvailles. Cette activité a permis à certaines bénévoles de se retrouver et à d’autre, comme moi, de connaître d’autres bénévoles qu’ils côtoieront. Étant nouvelle à Québec, j’allais à ce souper sans grande attente, et je l’admets, avec la peur de passer la soirée seule. À

ma grande surprise, j’ai adoré l’expérience. Le buffet était excellent et les gens accueillants. De nature calme et discrète, j’ai bien apprécié l’activité brise-glace. J’ai rencontré des personnes intéressantes et ouvertes à partager leur expérience de vie. Ce fut une soirée enrichissante qui m’a fait sortir de mes quatre murs! En vous remerciant, j’espère pouvoir participer à de futures rencontres en votre compagnie, et merci à l’équipe organisatrice, le comité d’action bénévole, de m’avoir accueillie parmi eux.

Concours de

dessin de Noël Aimerais-tu voir ton dessin sur la première page du journal? Le journal Adsum est à la recherche d’un beau dessin de Noël pour mettre sur la première page du 9 décembre.

Un concours du journal Adsum en collaboration avec

Tu as entre 6 et 12 ans et tu aimes dessiner? Dessine une scène de Noël et ton œuvre pourrait être celle qui sera choisie pour faire la première page du journal du 9 décembre.

r À gagne

1re place : un bas de Noël géant de 6 pieds 2e et 3e places : un bas de Noël moyen d’environ 5 pieds

Tous les dessins reçus seront affichés au Centre de la famille Valcartier. Le dessin obtenant la première place sera publié sur la première page du journal. Les dessins obtenant les 2e et 3e places seront publiés à l’intérieur du journal.

CRITÈRES DE PARTICIPATION : Les dessins ne respectant pas ces critères de participation seront éliminés. - Le dessin doit être en couleur et représenter une scène de Noël. - Il doit être réalisé sur une feuille 8,5 x 11 blanche placée à l’horizontale avec des crayons de bois, de feutre ou de cire. - Le dessin doit correspondre aux dimensions suivantes : 19 cm (7,5 po) de largeur par 21 cm (8,25 po) de hauteur. - Tu dois écrire tes prénom et nom et âge dans le coin inférieur droit de ton dessin - Tu dois remplir le coupon de participation ci-dessous ou celui qui est disponible sur www.journaladsum.com/concours.php, le découper et l’annexer avec un trombone à ton dessin.

Tu peux apporter ton dessin à l’un des deux endroits suivants au plus tard le vendredi 27 novembre à 16 h : - au journal Adsum, bâtiment 516 (Centre des sports), local 166, sur la Garnison Valcartier ; - au Centre de la famille Valcartier, bât. 93, sur la Garnison Valcartier. Ou tu peux l’acheminer par la poste Journal Adsum/Concours de dessin de Noël (en le mettant sans le plier dans une enveloppe 8,5 x 11) à : Garnison Valcartier, C.P. 1000, succ. Forces, Courcelette (Québec) G0A 4Z0 Un comité formé d’un membre du journal Adsum, d’un membre de CANEX et d’un membre du Centre de la famille sélectionnera les dessins gagnants.

Coupon de parti(cjoiipndreatauiodessin n avec un trombone )

Le comité de bénévoles du Centre de la famille : (en arrière) Chantal Thompson, Danielle Lacroix, Julie Boucher, Marie-Lyne Bédard, Marie-Claude Charrette; (en avant) Mélanie Lamothe, Johanne Lévesque, Caroline Lamothe et Nancy Charrette. — Photo : Nathalie Juneau

Prénom et nom : Âge : Nom d’un parent : Adresse :

Numéro de téléphone : à domicile : au travail du parent):

21 octobre 2009 / Adsum / Page 27


Centre de services des ressources humaines civiles (Région Est)

Démystifions la classification! Plusieurs se demandent ce qu’est la classification, quelle est son utilité, comment elle est régie, quels en sont les acteurs et quel rôle jouent-ils dans le processus. En fait, ce court article a pour but de vous en faire connaître un peu plus sur cette discipline assez méconnue des ressources humaines (RH). Tout d’abord, la classification est la discipline des ressources humaines qui consiste à analyser et à évaluer les fonctions et les responsabilités relatives à un poste en regard des critères établis dans les Normes de classification du Conseil du Trésor pour les divers groupes professionnels. Elle s’appuie sur trois principes fondamentaux permettant d’établir la valeur relative d’un emploi : la différence significative, le non sexisme et la relativité interne/externe. Pour cela, elle est régie par des lois, des politiques, des lignes directrices et des normes qui assurent la conformité des actions de classification et garantissent une évaluation des postes selon les valeurs de la classification qui sont l’efficacité, l’efficience, la faisabilité, l’intégrité, la probité, l’équité, l’objectivité, l’impartialité et la transparence. Ces lois, politiques, lignes directrices et normes sont accessibles sur le site Internet du Secrétariat du Conseil du Trésor ainsi que sur le site Intranet de la Sousministre adjointe en ressources humaines civiles (SMA-RH civ) de la Défense nationale du Canada. Il est essentiel de noter que ce qui est évalué et classifié en classification est le travail et non les employées ou les employés qui l’exécutent. En ce qui a trait au rôle de chacune et de chacun en regard de la classification, il est à noter que tous possèdent ses responsabilités. La gestion est responsable de comprendre le système de classification, d’obtenir des conseils et des avis de personnes qualifiées sur la conception organisationnelle et sur les descriptions de travail, de s’assu-

rer que la conception organisationnelle et que l’affectation des fonctions aux différents postes sont efficientes et efficaces. La gestion doit aussi garantir que chaque employé a une description de travail qui reflète les tâches à accomplir, l’exactitude et la mise à jour des descriptions de travail selon l’évolution et la modification des fonctions, l’établissement de dates d’entrée en vigueur raisonnables et justifiables ainsi que de signer et de dater les descriptions de travail afin d’en confirmer le contenu. Le gestionnaire doit aussi informer l’employé de toute décision de classification, accepter les décisions de classification ou demander une révision et participer, au besoin, à un comité de classification à titre de membre évaluateur. L’employé doit lire sa description de travail et comprendre les attentes liées au poste qu’il occupe, car son rendement sera évalué à partir des fonctions assignées. Plusieurs se demandent aussi en quoi se compose le rôle de l’agent de classification et comment ils peuvent évaluer des postes. Leur rôle consiste à fournir avis et conseils aux gestionnaires, à connaître le lien entre l’organisation, la classification et les autres disciplines de la gestion des ressources humaines, à être proactif, à connaître l’instrument de délégation du ministère, à connaître et à comprendre la stratégie gouvernementale, à faire de la recherche, à analyser et à évaluer les descriptions de travail ainsi qu’à approuver les décisions lorsqu’accréditées. Si vous avez des questions sur la classification, consultez les sites Web ci-dessous ou votre conseillère en ressources humaines qui saura vous donner plus de détails sur le sujet ou qui vous référera à une agente de classification au besoin. www.tbs-sct.gc.ca/gui/ncls-fra.asp www.tbs-sct.gc.ca/chro-dprh/cla-fra.asp hr.dwan.dnd.ca/hrciv/dgcesp/dcco/fr/home_f.asp

Un visiteur du Centre des sports consulte l’exposition Partis, revenus, qui était de passage à Valcartier du 4 au 17 octobre. Elle est maintenant déménagée à Bagotville. - Photo : Philippe Brassard, Adsum

Ces Québécois d’origine normande qui ont libéré la France L’exposition Partis, revenus, qui dresse le portrait de douze anciens combattants québécois d’origine normande qui ont libéré la Normandie pendant la Deuxième Guerre mondiale, a pu être consultée du 4 au 17 octobre sur la Garnison Valcartier. 6 juin 1944. Les forces alliées mobilisent une flotte massive de navires et d’avions, de même que 130 000 soldats américains, canadiens et européens, dans le cadre de l’Opération Overlord, visant à libérer la France, envahie par les Allemands. Tandis que des milliers d’hommes sont parachutés en Normandie quelques heures plus tôt, 15 000 Canadiens débarquent sur les plages de Juno et Gold Beach, à l’aube, sous les tirs des soldats allemands campés dans leurs fortifications. Le succès de cette opération a mené à la libération de l’Europe. Parmi ces soldats canadiens, de nombreux Québécois d’origine normande, qui ont risqué leur vie pour libérer la terre de leurs ancêtres. Bien que leur nombre exact reste indéterminé, ceux-ci ont combattu au sein de quatre unités francophones : le Régiment de la Chaudière, le Régiment de Maisonneuve, le Régiment des Fusiliers

Mont-Royal et le 4e Régiment d’artillerie moyenne. L’exposition Partis, revenus relate le vécu de Georges Isabelle, Romuald Ouellet, Pierre Clément, Gilbert (Gilles) Boulanger, Benoît Gonthier, Pierre Dubuc, Lorenzo Tremblay, Jean-Maurice Leduc, Roméo L. Boulanger, Gilles Gamache, Joseph Duval et Adrien Boivin, qui ont en commun des racines normandes et la participation à la libération de la Normandie. L’exposition retrace le parcours militaire et les exploits de ces soldats, qui ne «faisaient que leur devoir». Chaque biographie repose sur les rubriques suivantes : identité, origines françaises, scolarité, états de service, activité après la guerre. Une photographie du jeune soldat et celle du vétéran d'âge mur qu'il est devenu, ainsi que des photographies d'archives, viennent illustrer chaque panneau. Réalisée par le Centre Juno Beach, l’exposition était disponible à Valcartier du 4 au 10 octobre au Centre des sports, ainsi qu’à la Cuisine des hommes, au 505, du 11 au 17 octobre. Elle est déjà partie vers Bagotville, où elle est installée au complexe sportif jusqu’au 31 octobre.

Prestations de la Musique du 62 RAC de Shawinigan

Page 28 / Adsum / 21 octobre 2009

Par les caporaux Claudine Berthiaume et Isabelle Cloutier Musique du 62e Régiment d’artillerie de campagne

La Musique du 62e Régiment d’artillerie de campagne (62 RAC) de Shawinigan a offert une prestation bien spéciale lors du spectacle célébrant le 375e anniversaire de fondation de la ville de TroisRivières, les 26 et 27 septembre. Sous la férule de son directeur musical, le capitaine Luc Darveau, les musiciens ont interprété une pièce à saveur espagnole, aux sonorités éclatantes et au rythme endiablé en guise de numéro d’ouverture. Plus de 19 000 personnes étaient au rendez-vous pour ce concert qui avait lieu au Stade Fernand-Bédard, découvrant ainsi un visage peu connu des Forces canadiennes grâce au talent de ses musiciens Plus tard, sur la même scène, le réputé Cirque du Soleil proposait un spectacle

SOLUTION SUDOKU

Les musiciens de la Musique du 62 RAC ont ravi le public par une prestation relevée. - Photo : sgt Katy Richer

unique créé spécifiquement pour l’occasion. Le dimanche de la même fin de semaine, la Musique du 62 RAC a également donné un concert au Centre culturel de Joliette dans le cadre des Journées de la culture. Ce concert s’inscrivait dans la «Série classique Opus 130» visant à promouvoir la programmation de musique classique dans Lanaudière. Le public a grandement apprécié cette intimité avec l’harmonie et pu ainsi pu vibrer au son des différentes œuvres. Le programme de ce concert était essentiellement centré sur la musique de films, mais contenait également quelques marches dont celles de l’Artillerie royale canadienne et du Régiment de Joliette. Fait historique à noter, le compositeur de cette marche, M. Philippe Filion, dirigeait, dans les années 50, la fanfare du camp militaire de Joliette. M. Filion est aussi le fondateur de la musique du 62 RAC de Shawinigan. Ces prestations relevées de la Musique du 62 RAC de Shawinigan ont constitué une occasion privilégiée pour les Forces canadiennes de se rapprocher de la communauté civile.


Hommes victimes de violence conjugale : une réalité taboue Du 12 au 16 octobre dernier se tenait la Semaine de prévention de la violence familiale au sein des Forces canadiennes. Dans le cadre de cette semaine, l’équipe de la Promotion de la santé a tenu bon de se pencher sur la problématique de la violence faite aux hommes, un des grands tabous de notre société, tabou peu documenté mais qui n’en demeure pas moins bien réel et donc inquiétant. Oui ça existe! Depuis des siècles, la violence a toujours été reconnue comme découlant, fort majoritairement, du genre masculin. Qu’on pense ici aux guerres, aux meurtres, aux voies de faits, à la violence envers les femmes et les enfants pour illustrer cette réalité. L’homme étant au départ plus fort physiquement que la femme, on a peine à croire que l’inverse puisse exister, que l’homme puisse se retrouver en position de victime face à sa conjointe. Certains d’entre nous iront même jusqu’à trouver cela risible, étant victimes de préjugés, d’un manque d’information ou encore d’une adhésion aveugle aux stéréo-

types sexuels traditionnels. Ces stéréotypes font de l’homme un de la être fort, combatif et affirmé et à son opposé, la femme, une personne fragile et sans défense que l’on doit protéger. Avec de telles croyances, difficile d’admettre qu’un homme puisse être une victime et une femme être violente. Mais pourtant oui, les rôles peuvent être inversés, quoique l’ampleur de la problématique est difficile à évaluer en raison du fait qu’elle est peu révélée par les hommes et difficilement admise socialement.

bras), de violence psychologique (bouder, contrôler, manipuler, manifester de la jalousie), de violence verbale (crier, insulter, menacer, rabaisser), de violence sexuelle (avoir des rapports sexuels sans le consentement, dans un climat de peur, critiquer les performances et l’apparence physique de l’autre, harceler) et de violence économique (priver l’autre d’argent, l’obliger à rendre des comptes, l’empêcher de travailler). Très souvent, la violence se manifestera en premier lieu sous forme verbale ou psychologique pour ensuite se traduire par de la violence physique. Traiter son conjoint de stupide, le gifler, manifester une jalousie excessive ou encore lui lancer un objet sont autant d’exemples possibles. Selon Statistique Canada, les hommes se font plus souvent mordre, frapper avec les mains, les pieds ou un objet par leur partenaire que les femmes. Tout comme les femmes victimes de violence, les hommes violentés resteraient au sein d’une relation de violence pour des motifs similaires : pour les enfants (lors d’un divorce, les chiffres démontrent que dans 80% à 85% des cas la garde, souvent exclusive, revient à la mère), par amour et par espoir que la situation s’améliore, pour des motifs économiques, parce qu’ils se sentent incapables de se défendre, se sentent honteux, responsables de la violence et vivent une détresse psychologique.

PROMOTION SANTÉ

UNE VIOLENCE SIMILAIRE

Concrètement, la violence faite aux hommes dans un contexte conjugal revêt les mêmes formes que la violence des hommes envers leurs conjointes. On parle ici de violence physique (bousculer, frapper, lancer ou briser des objets, serrer le

DOUBLEMENT DIFFICILE DE DEMANDER DE L’AIDE

De par leur socialisation, voulant qu’un homme se doit d’être fort, combatif, indépendant, viril et protecteur, les hommes demandent difficilement de l’aide lorsque survient une difficulté.

Bloc-note 30 OCTOBRE ACTIVITÉ DE BISCUITS D’HALLOWEEN

La sorcière Ratatouille invite les enfants à venir décorer des biscuits d’Halloween avec elle, le jeudi 30 octobre à 10 h 30 au Centre communautaire de la Garnison Valcartier. Cette activité est organisée par le comité milieu de vie du Centre de la famille Valcartier. Les enfants peuvent être déguisés pour l’occasion et doivent être accompagnés d’un adulte. L’activité est gratuite et l’entrée est libre. Info : Chantal Thompson, au 418 844-6060.

31 OCTOBRE FÊTE D’HALLOWEEN

COLLECTE DE FONDS COSTUMÉE

Le magasin Vesto-Recyclo, géré par Aide à la communauté et services à domicile, organise une collecte de fonds sous forme de soirée costumée d’Halloween avec prix de présence, le 31 octobre de 21 h à 1 h du matin, à la Maison communautaire HenriBergeron, au 15, boulevard des Étudiants (Loretteville). Réservez tôt votre billet au coût de 10 $. Les dons en argent sont aussi acceptés. Costume obligatoire et tirage

5 NOVEMBRE PARTIE DE HOCKEY GRATUITE POUR LES MILITAIRES

Les propriétaires du Lois Jeans de PontRouge, une équipe de la Ligue nord-américaine de hockey, invitent les militaires à venir assister gratuitement à une partie de hockey contre le CRS de Saint-Georges, en l’honneur de l’engagement militaire de Valcartier en Afghanistan, le 5 novembre à 20 h, au Centre Joé-Juneau (51, rue du Collège, Pont-Rouge). Un soldat blessé en théâtre opérationnel, le sdt Martin Renaud, sera l’invité d’honneur. Un trompettiste des Voltigeurs jouera pendant l’hymne national. Des centaines de billets seront disponibles gratuitement pour les militaires au 10, boulevard Notre-Dame à PontRouge (Poêles et foyers Portneuf), si possible avant le 3 novembre. Info : Richard Pageau, au 418-520-1912.

6 NOVEMBRE

tion nécessaire. Info : 418 844-5000, poste 8143.

DIVERS MAGASIN VESTO-RECYCLO

Le magasin Vesto-Recyclo, géré par Aide à la communauté et services à domicile, ouvrira ses portes tous les samedis de 10 h à 16 h, au 15, boulevard des Étudiants (Loretteville). Une nouvelle collection de vêtements neufs griffés pour dame à partir de 6 $ le morceau y est disponible. Une vente spéciale, remplissez un gros sac vert de vêtements pour 5 $ ou 0,50 $ le morceau, est aussi en vigueur. NOUVEAUTÉ À LA JOUJOUTHÈQUE DU CFV

Une nouvelle activité pour découvrir les jeux de la Joujouthèque du Centre de la famille Valcartier, nommée les «Jeux-di en famille», aura lieu le 19 novembre et 17 décembre, de 13 h à 15 h. C’est l’occasion de jouer sur place, avec vos enfants. Cette période de jeu est gratuite et nul besoin de s’inscrire. L’activité se déroulera le troisième jeudi de chaque mois. Il n’est même pas nécessaire d’être membre pour y participer. Mais vous pouvez choisir de devenir membre (10 $ par année) pour emprunter des jeux pendant deux semaines, car la Joujouthèque est aussi un service de location de jeux/jouets pour tous les âges.

VENDREDI ON S’ART

MARCHÉ AUX PUCES

À l’occasion des «Vendredi On s’art», un comédien présentera des contes et légendes d’ici et d’ailleurs, le 6 novembre de 20 h à 21 h 30 au Centre communautaire de Valcartier. En cas de bonne température, cette activité gratuite se déroulera à l’intérieur et à l’extérieur du centre. Toute la famille est la bienvenue. Aucune inscrip-

Le marché aux puces de la garnison, situé au Centre communautaire, ouvre ses portes les lundis de 13 h à 15 h et de 19 h à 21 h, de même que les jeudis de 13 h à 16 h. CHAPELLE ST-ALBAN

Chaque dimanche à 9 h, il y a culte liturgique (deux fois en anglais et deux

VICTIME SANS DISCRIMINATION

Peu importe son sexe, son âge, son statut social ou encore sa nationalité, une victime demeure avant tout une personne souffrante, blessée dans son image de soi, vivant de la peur et qui doit se sortir de sa relation de violence. Que cette violence soit commise par un homme ou une femme, ce qui importe réellement c’est que cette violence cesse et que la victime retrouve ainsi sa dignité et l’estime que tous et chacun mérite.

LES RESSOURCES • Services de santé mentale : 418 844-5000, poste 5802 • Clinique médicale : 418 844-5000, poste 5705 • L’aumônier en devoir : 418 844-5000, 5777 • Centre de la famille Valcartier : 418 844-6060 • Programme d’aide aux employés (PAE) : 418 844-5000, 6729 Pour les employés des FNP, en français : 1 800 361-5676 Pour les employés des FNP, en anglais : 1 800 387-4765 • Programme d’aide aux membres (PAM) : 1 800 268-7708 Les services disponibles 24 h/7 jours • Ligne d’écoute téléphonique : 1-866-APPELLE (1-866-3553) • Centre de prévention du suicide de Québec : 418 683-4588 • Centre de crise de Québec : 418 688-4240 • CLSC, médecins, urgence de l’hôpital Centre de ressources pour hommes • AutonHommie : 418 648-6480

fois en français chaque mois). Ensuite, il y a culte évangélique francophone à 10 h 45. Il y a un temps de fraternité entre les deux services. Il y a une étude biblique à midi les mardis en anglais. Info : padré Harold Ristau, 418 844-5000, poste 7966. MARIAGE

Si vous avez un projet de mariage que vous souhaitez concrétiser, vous pouvez contacter le service administratif de l’aumônerie de la chapelle Sainte-Jeanne d’Arc, au 418 844-5000, poste 5473, et ce, au moins six mois à l’avance. La première rencontre dure 30 minutes, l’enquête prénuptiale, 120 minutes, et la session de préparation au mariage, une journée. Info : Mme J. Reid, au 418 844-5000, poste 6380. BAPTÊME

Les parents qui souhaitent le baptême pour leur enfant doivent se présenter au service administratif de l’aumônerie, situé à la chapelle Sainte-Jeanne d’Arc, entre 7 h 30 et 15 h 30, afin de compléter un formulaire d’inscription au moins trois mois à l’avance. Vous devez fournir une copie du certificat ou de la déclaration de naissance de l’enfant. Il n’est pas possible de réserver votre date par téléphone. Info : Mme J. Reid, au 418 844-5000, poste 6380. COMPTOIR DES AUBAINES

Le comptoir des aubaines de SainteCatherine-de-la-Jacques-Cartier, situé au sous-sol de l’église (2, rue Jolicoeur) sera ouvert le samedi 24 octobre de 13 h 30 à 16 h, le samedi 31 octobre de 9 h à 16 h et le dimanche 1er novembre de 9 h à 13 h.

Prochaine parution : 4 novembre Soumettez vos communiqués au plus tard le 26 octobre par courriel à +adsum@forces.gc.ca.

21 octobre 2009 / Adsum / Page 29

De 15 h à 16 h 30, des bonbons seront distribués aux enfants et il y aura de l’animation dans les rues de Courcelette. Pour les jeunes de 13 ans et plus, une soirée de films d’horreur se tiendra de 20 h à minuit au Centre communautaire de Valcartier. Info : 418 844-5000, poste 8143.

pour les costumes les plus originaux. Info : Lucie Laperrière, au 418 842-9791.

De par leur socialisation, voulant qu’un homme se doit d’être fort, combatif, indépendant, viril et protecteur, les hommes demandent difficilement de l’aide lorsque survient une difficulté. La majorité d’entre eux persisteront donc à cacher leur détresse afin

de répondre aux exigences de la masculinité, et ce, allant même jusqu’à s’enlever la vie plutôt que de demander de l’aide pour s’en sortir. On n’a qu’à penser qu’il se produit en moyenne quatre suicides chaque jour au Québec, commis en grande majorité par des hommes, pour illustrer cette immense difficulté à demander de l’aide. Imaginezvous donc si en plus de demander de l’aide, vous devez le faire en tant que victime de violence, et qui plus est, de la part d’une femme, la vôtre… Pas besoin d’aller plus loin pour comprendre que c’est ainsi l’identité masculine de l’homme qui se voit réduite en morceaux, avec en plus la crainte, souvent justifiée, de ne pas être pris au sérieux et d’être jugé par son entourage, les services sociaux, communautaires et les policiers.


Le journal Adsum vous invite à lui envoyer les photos de vos enfants en costume d’Halloween afin de les publier dans une page spéciale le 4 novembre.

FAITES VITE! Car la date limite de participation est le lendemain de l’Halloween, le dimanche 1er novembre!

COMMENT PARTICIPER 1) Transmettez-nous votre photo en format JPEG soit par courriel à +adsum@forces.gc.ca . OU

Remplissez le formulaire disponible sur notre site Web (www.journaladsum.com) dans la section «Concours/Appels à tous» 2) Veuillez fournir les renseignements suivants qui sont obligatoires : - le nom du parent, la ville de résidence et le numéro de téléphone Un tirage aura lieu - le nom et l’âge de l’enfant le lundi 2 novembre parmi tous les p articipants

À GAGNER : Le livre «Papa a peur des monstres» des éditions Imagine

Une carte-cadeau d’une valeur de 50$, gracieuseté de

Renseignements : 418 844-5000, poste 5672

t en re Lib iatem d mé im

U EA UV NO

SHANNON

NEUFCHATEL

LAC ST-CHARLES

NEUFCHATEL

AÉROPORT

ST-RAYMOND

Reprise de finance. POUR BRICOLEUR!!! Bungalow sur beau terrain offrant 3 chambres dont une au sous-sol, une salle de bains. Salle familiale au soussol. Vente sans garantie légale aux risques et périls de l'acheteur.

Seule et unique. Très spacieuse et chaleureuse propriété 30x44 avec garage intégré 16x25.4 grandes chambres à l'étage, grande salle de bains et salle de lavage. Superbe salon avec foyer de pierre, cuisine avec dînette+salle à manger. Sous-sol aménagé avec de grandes pièces. Une visite suffira. Secteur tranquille.

Superbe propriété avec tourelle, située dans un très beau secteur. 4 chambres dont 2 au sous-sol. Planchers bois et céramique, bain podium et douche indépendante, armoires mélamine grain de bois. Terrain clôturé et paysager avec piscine hors-terre et cabanon. Une seule visite vous suffira.

Condo de qualité, 2 chambres, bois franc, air climatisé, grand balcon, 2 stationnements, piscine intérieur & extérieur, ascenseur, très recherché. Mesures approximatives. Le certificat de localisation de la copropriété sera fourni.

Vous logez à peu de frais! Maison mobile 14x56. Située face au parc de l'Oasis offrant 2 chambres. Plancher céramique et flottant. Terrain loué à 153$ par mois et paysager! À voir !

Idéal pour investisseur ou propriétaire occupant. Très beau duplex récent. Deux 5½ avec très grand terrain. Sous-sol loué 525$, rez-de-chaussée libre présentement possibilité 625$ non-chauffé & non-éclairé. Secteur idéal pour 4 roues et motoneige. À voir absolument!

RECHERCHONS

Libre immédiatement

U EA UV NO

Page 30 / Adsum / 21 octobre 2009

Une invitation du journal

PROPRIÉTÉS À VENDRE SHANNON

DUBERGER-LES SAULES

Superbe propriété d'un an Novaclimat, garantie APCHQ, grande cuisine aire ouverte. Offrant 3 chambres dont 2 au sous-sol avec grand bureau ou salle de jeux. Possibilité de 4e chambre, poêle combustion lente dans la salle familiale, piscine 18', cabanon 12'x20'. Secteur recherché, libre rapidement. Une visite suffit.

Domaine Rive St-Charles. Beau condo 3½ situé au rez-de-chaussée. Aire ouverte, ensoleillé, bien décoré. Salle commune, salle d'exercice, sauna, piscine creusée, ascenseur, rangement au sous-sol 4x8. Secteur recherché près de tous les services.

Neufchatel Montchatel Val-Bélair Loretteville

VAL-BÉLAIR

BEAUPORT

SHANNON

Magnifique condo aire ouverte, rénové au goût du jour. Salle de bains 2008.Un stationnement. Vendu avec laveuse&sécheuse et cuisinière, réfrigérateur et lave-vaisselle stainless, neufs. Piscine chauffée, spa, salle de gym, sauna et salle de réception. Tout près piste cyclable et golf. Une visite suffit.

Beau cottage, 4 belles chambres à l'étage, possibilité d'une 5e au s-sol, planchers bois lattes& céramique, bain podium et douche indépendante, salle d'eau et salle de lavage au rez-de-chaussée. Piscine HT 21’, terrain paysager sans voisin arrière. Quartier de choix près des écoles, des services et des accès routiers. Tout pour vous plaire!

Auto-construction sur un superbe terrain. Mezzanine, plafond cathédrale, pièces spacieuses et lumineuses offrant 3 chambres, deux salles de bains. Grand garage 32x33. À voir!


La citrouille, plus qu’une décoration, un aliment riche et savoureux Malgré leur richesse nutritionnelle, la citrouille et le potiron (de même que les autres courges) restent aujourd’hui des aliments relativement peu connus et peu cuisinés. En Amérique du Nord, la citrouille jouit d’une gloire éphémère durant la fête de l’Halloween. Mais cette popularité est essentiellement ornementale, une bonne partie des fruits terminant leur existence à la poubelle sans qu’on ait consommé leur chair ou leurs graines. La citrouille et autres courges d’hiver sont d’excellentes sources de vitamine A et de potassium. On sait que la vitamine A renforce la résistance aux infections et favorise la cicatrisation alors que le potassium, lui, exerce une action positive sur la tension artérielle. Mieux encore, il pourrait aider à prévenir les maladies cardiaques et accidents cérébro-vasculaires. Alors ce serait bien triste d’avoir peur des citrouilles!

MUFFINS À LA CITROUILLE 12 muffins

2 tasses farine de blé entier 500 ml 1 c. à table poudre à pâte (levure chimique) 15 ml 1 1/2 tasse citrouille crue râpée ou hachée finement 375 ml 1 c. à thé cannelle 5 ml 1/2 c. à thé gingembre 2 ml 1 pincée muscade 2 œufs 1/2 tasse lait partiellement écrémé 125 ml 1/3 tasse huile de canola (colza) 80 ml 1/3 tasse sucre 80 ml 1 c. à thé vanille 5 ml Préparation

Voici quelques façons d’apprêter ces fruits automnales

Passer l’Halloween en toute sécurité : l’affaire est dans le sac! Les décorations d’Halloween ornent les maisons, les squelettes sont sortis des placards. Déjà, les jeunes enfants sont excités à l’idée de se déguiser pour aller recueillir des friandises dans leur quartier le 31 octobre. Afin que cette soirée se déroule en toute sécurité, tous les petits fantômes, fées ou pirates sont invités à utiliser des sacs réfléchissants, que le Service d’incendie de la Garnison Valcartier offre gratuitement. «Nos gens sont présents le soir de l’Halloween pour veiller à la sécurité des jeunes, mais on ne peut pas être partout en même temps. Souvent, les jeunes vont utiliser des sacs d’épicerie pour passer l’Halloween. C’est pourquoi on a eu l’idée d’offrir des sacs réfléchissants : ils vont permettre aux voitures de bien les voir dans les rues avec leurs phares. Ça permet d’augmenter la sécurité», explique le chef pompier, Gervais Deschênes. Ainsi, les sacs seront disponibles à la caserne de pompiers de la Garnison Valcartier, sur la rue Général-Tremblay. Les familles de militaires peuvent aller chercher le nombre de sacs nécessaire sans aucuns frais, et ce, jusqu’à l’Halloween. Peu importe si la famille demeure à l’extérieur de la base. Le soir de l’Halloween, un camion de pompier sera posté près des logements familiaux et la mascotte sera là pour donner des bonbons aux petits marmots et les conseiller sur les bonnes règles à suivre.

Mettre ensemble dans un grand bol la farine, la poudre à pâte, la citrouille et les épices. Bien mélanger. Dans un autre bol, mélanger ensemble les œufs, le lait, l’huile, le sucre et la vanille. Bien battre. Verser ce mélange dans le bol contenant la farine. Remuer juste ce qu’il faut pour humecter. Préchauffer le four à 175°C (350°F). Verser le mélange dans 12 moules à muffins antiadhésifs (ou dans des moules ordinaires dans lesquels ont été placés des moules en papier).

Cuire pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que le dessus des muffins devienne ferme.

POTAGE À LA CITROUILLE ET AUX HERBES 6 portions

1 c. à soupe (15 ml) de beurre 1 oignon moyen, haché 1/2 c. à thé (2 ml) de chacun : thym et romarin Une pincée de cumin 2 1/2 tasses (625 ml) de chacun : purée de citrouille, bouillon de poulet, lait 1 tasse (250 ml) de fromage Suisse canadien, râpé Préparation

Dans une casserole à fond épais, faire sauter l’oignon dans le beurre jusqu’à tendreté. Ajouter le bouillon, la citrouille et les assaisonnements. Saler et poivrer au goût. Réchauffer à feu moyen, puis réduire le feu et mijoter à feu doux 15 minutes, en brassant à l’occasion. Mettre en purée. Ajouter le lait et réchauffer sans faire bouillir. Retirer du feu. Incorporer le fromage en remuant jusqu’à ce qu’il soit fondu.

DÉGUSTATION DE RECETTES DE CITROUILLE LE 29 OCTOBRE Venez rencontrer l’équipe de la Promotion de la santé dans le hall d’entrée du Centre des sports le 29 octobre prochain de 7 h à 9 h et de 11 h à 13 h pour y déguster différentes recettes. De plus, repartez avec des idées de recettes succulentes faites à base de citrouille et de courge.

L’Halloween, une fête de partage Par Christine Dion Collaboration spéciale

La mascotte Funzeau du Service des incendies de la garnison prêche par l’exemple en passant l’Halloween avec un sac réfléchissant. Ce sac lui permet d’être bien vu par les automobilistes. Funzeau invite les enfants à adopter un comportement sécuritaire le soir de l’Halloween et les parents à aller chercher des sacs à la caserne. - Photo : Philippe Brassard, Adsum

CONSTRUCTIONS

NEUVES

Si on y pense bien, l’Halloween est une des fêtes, sinon la seule, où le partage est à l’honneur. C’est un moment unique où tous les gens de la rue laissent entrer chez eux chaque enfant qui demande l’hospitalité. La maison chargée de bonbons, les fenêtres illuminées de tout ce qui émerveille les enfants, nous ouvrons nos portes généreusement pour offrir friandises et sourires à tous les enfants du quartier. Jamais dans l’année, les portes de nos demeures ne s’ouvrent ainsi aux étrangers et par surcroît, pour offrir si généreusement ces denrées tant appréciées. Fête païenne pour certains, qui n’ont certes pas compris le nouveau sens de cette fête de partage! Jésus a bien dit : «Laissez venir à moi les petits enfants!» Il prêchait le partage et la fraternité. Je crois qu’il aurait bien apprécié ce qu’est devenue la fête de l’Halloween. On revêt nos plus beaux costumes de princesse, de fée ou d’ange pour faire plaisir!

À LA RECHERCHE D’UNE PROPRIÉTÉ DANS LA RÉGION DE

OROMOCTO / FREDERICTON, NB ?

Nos costumes de monstres, d’extra-terrestre ou d’étrange créature pour faire peur! Pour recevoir de beaux câlins, nous passons des costumes de petits chatons ou de lapins roses! Et pour nous faire plaisir et pour rire un brin, nous revêtons les costumes qui nous rappellent nos idoles de cinéma, des vedettes de contes et légendes! Et nos maisons sont illuminées, remplies de bonbons pour les petits et les grands! Et on attend impatiemment que la sonnette retentisse et qu’enfin nos foyers soient envahis de rires de satisfaction! Mais qui est-ce? Le petit voisin? Le fils de mon ami? Les jumeaux que j’avais vus à l’épicerie? Entrez mes amis, car ce soir c’est la fête dans le quartier! C’est la fête du partage et de la générosité! Entrez dans l’intimité de ma maison et remplissez vos sacs de friandises de toutes sortes! Ce soir j’accueille mon quartier chez moi et je distribue des petites douceurs! Bonne fête de l’Halloween à tous!

BON RETOUR À TOUS NOS MILITAIRES

Contactez

JE RECHERCHE

Karla Russell

COTTAGE 3 CHAMBRES ET PLUS

Agent immobilier

VAL-BÉLAIR

STE-CATHERINE

181 800$*

149 900$*

Tél. : 506.452.9888

DUPLEX ET MAISON EN RANGÉE

www.karlarussell.com

ST-RAYMOND

ST-RAYMOND

159 900$*

135 900$*

* Prix incluant le terrain. Taxes en sus.

LISE LESSARD

418 576-0853

Construction Cofort

Professionnelle et attentive à vos besoins, Karla vous offre un service personnalisé et exceptionnel qui mènera au succès de votre démarche.

Denis Bernier Agent immobilier affilié Accrédité au Programme de Relogement des Forces canadiennes ESTIMATION GRATUITE DE LA VALEUR MARCHANDE DE VOTRE PROPRIÉTÉ.

Pour Vendre ou Acheter

CONTACTEZ MOI : 418-843-1151 denisbernier@royallepage.ca

21 octobre 2009 / Adsum / Page 31

BUNGALOW 2 À 3 CHAMBRES, SOUS-SOL AMÉNAGÉ

cell. : 506.471.4567 fax : 506.452.1590 krlrsl@nbnet.nb.ca


Centraide 2009

Activités de collecte de fonds à la Garnison Valcartier CLINIQUE DE VÉLO

CLINIQUE AUTOMOBILE Le 5 Bataillon des services du Canada organise une collecte de fonds au profit de la campagne Centraide. Les samedi et dimanche 24 et 25 octobre de 8 h à 16 h au bâtiment 110. • Changement d’huile (huile et filtre doivent être fournis par le propriétaire) : 6 $ • Changement de pneus, pose et balancement : 7 $ la roue* • Lavage auto intérieur : 15 $ - extérieur : 8 $ - complet : 20 $ Une cantine et un barbecue seront sur place. *À noter que les véhicules munis d’un système de moniteur de pression des pneus ne seront pas acceptés. Premier arrivé, premier servi. Pour un service rapide, prenez un rendez-vous en communiquant avec Mme Sylvie Talbot au poste 5334. Renseignements : poste 5730 ou 5330. e

JAMAIS SANS MA BARBE

Le 5e Bataillon des services du Canada organise une collecte de fonds au profit de la campagne Centraide. Les samedi et dimanche 24 et 25 octobre de 8 h à 16 h au bâtiment 110. • Nettoyage, ajustement et lubrification : 20 $ Apportez vos pièces de rechange et nous vous les remplacerons (tubes, câble de frein, etc.) Cantine et barbecue sur place. Premier arrivé, premier servi. Pour un service rapide, prenez un rendez-vous en communiquant avec le sergent Dave Issa au poste 4430. Renseignements : poste 4430 ou 5330.

(SAUF POUR CENTRAIDE!) Dans le but de soutenir la campagne de Centraide, le sergent Michel Lacroix, superviseur d’entrepôt au magasin d’habillement (5e Bataillon des services du Canada), a offert de mettre en vente sa barbe et ses cheveux. Le sgt Lacroix qui porte la barbe depuis 16 ans la met en vente pour 500 $. Cet argent sera remis à Centraide. «Il n’y a pas grand monde qui m’ont vu sans ma barbe, même pas mon épouse», mentionne-t-il dans un courriel. Si les dons dépassent 500 $, Michel Lacroix coupera également sa moustache. S’ils dépassent 1000 $, il se rasera même les cheveux! «J’attends vos dons pour que nous puissions aider des gens qui ont besoin d’argent afin de passer à travers leursépreuves», indique le sgt Lacroix. Le rasage aura lieu le 27 novembre à 9 h 30 à la cantine de la compagnie d’Approvisionnement.

La Capitale Sélect* Courtier immobilier agréé Courtier immobilier agréé

Patrick LAMY c.d.

MICHEL TESSIER Agent immobilier affilié

418 627-3333

AGENT IMMOBILIER AFFILIÉ

(418) 847-1000 CELL:

TOUTES CES PROPRIÉTÉS SONT SITUÉES À MOINS DE 15 MINUTES DE LA BASE

(418) 569-4118

Pour effectuer un don, communiquez avec le soldat Blackburn au 418 844-5000, poste 3045, ou envoyez-le directement au sgt Lacroix (pour Centraide), cie Approvisionnement, bât.188.

patrick.lamy@remax-quebec.com Contactez-moi sans tarder. Il me fera plaisir de vous guider au cours des différentes étapes à suivre. Je vous garanti un service de 1ère classe.

BON RETOUR ET BONNES RETROUVAILLES AVEC VOS FAMILLES!!

DESCHAMBAULT-GRONDINES

Le sergent Michel Lacroix pourrait bientôt perdre la barbe et les cheveux si les dons qu’il récolte pour Centraide atteignent plus de 1000 $. Encouragez-le!

VAL-BÉLAIR t re en Lib atem i d mé im

U EA UV NO

STE-CATHERINE À 10 minutes de la base militaire. Magnifique maison neuve, secteur recherché, près des services. À voir! Taxes incluses, garantie APCHQ. 185 900 $

Très chaleureuse!! À quelques pas du fleuve avec accès privé, voici une superbe résidence partiellement en bois rond. Possibilité d'un bureau ou d'un logement. Rue tranquille en forme de fer à cheval, magnifique mezzanine de 23 x 11 et garage 37x19. À 35 minutes de l'autoroute Duplessis. Immense patio avec vue sur le fleuve. 289 000$

Superbe condo au dernier étage avec 2 chambres à coucher. Rangement au rez-de-chaussée. Beaucoup de soleil et près d'un terrain de golf et piste cyclable. Possibilité de prise de possession rapide. TRANSFERT. Pourquoi payer un loyer quand on peut être propriétaire. Appelez-moi! 145 000$

STE-CATHERINE Magnifique jumelé 2 étages, 2 chambres, très beau secteur, garantie APCHQ, près des services, à 10 minutes de la base militaire, taxes incluses. 185 900 $

LAC ST-CHARLES

VAL-BÉLAIR GE RA GA C AVE

NT GE UR

Amant de la nature et de plein-air, cette coquette petite maison saura vous ravir par sa proximité du fleuve, plage et des sentiers. Cour intime située près des garderies et écoles. Laveuse et sécheuse frontale 1 an inclus. Possibilité de prise de possession rapide! Soyez propriétaire au prix d'un loyer. Toiture et fenêtres récentes. À 38 km de la base militaire. 138 500$

Chaleureuse maison avec gros garage, dans un secteur très familiale. Cottage 26x30 pieds avec terrain 7500 pi². Tout près d'une école primaire. 1 bureau et 3 chambres possibilité d'une 4e. Revêtement canexel et toiture refaite. Beaucoup d'améliorations apportées à la propriété. À qui la chance? 210 000$

Participant au service de Relogement des Forces canadiennes

STE-CATHERINE À 10 minutes de la base militaire, magnifique jumelé 2 étages, 3 chambres, près des services. Secteur recherché neuf, taxes incluses, garantie APCHQ. 191 150 $

Courtier *

Diane Beaulieu

PLUSIEURS TRANSFERTS MILITAIRES ARRIVENT

418-843-1151

URGENT BESOIN DE PROPRIÉTÉS

Sylvie Audet

de la chambre immobilière de Québec

9105, boul. l’Ormière, Québec

dianebeaulieu@royallepage.ca

418-843-1151

sylvieaudet@royallepage.ca

DANS TOUS LES SECTEURS

ESTIMATION GRATUITE * VOTRE PROPRIÉTÉ SERA AFFICHÉE AU KIOSQUE DE LA BASE MILITAIRE DE VALCARTIER *

Page 32 / Adsum / 21 octobre 2009

Deux agents de confiance qui vous offriront un service par excellence. U EA UV O N

U EA UV O N

LES SAULES, Unifamiliale, grande propriété située sur un grand terrain avec arbres matures et bordé d’une haie de cèdres. Vous serez charmé par son intimité et ses grands espaces. Diane Beaulieu 418-843-1151

BEAUPORT, ANCESTRALE. Construction 1850 (4 logements). Possibilités multiples: bureau de professionnel, gîte, restaurant ou tout simplement propriétaire occupant avec revenus. À ne pas manquer. Diane Beaulieu 418-843-1151

ST-SAUVEUR, Bâtisse commerciale comprenant 2 très grands logements 5 1/2 loués NC/NÉ et un local commercial (présentement pizzeria). 4 stationnements à l'arrière pour les locataires. Secteur achalandé. Diane Beaulieu 418-843-1151

ST-APPOLINAIRE, Paisible plain-pied avec entrée mi-étage sur terrain de plus de 20 000 pi2. Diane Beaulieu 418-843-1151

Accréditées au programme de relogement des Forces canadiennes

ST-APPOLINAIRE, A moins de 30 minutes des ponts. Charmante propriété de 1 étage ½, 3 chambres, 2 vérandas. Terrain de plus de 23 000 pieds carrés. Diane Beaulieu 418-843-1151

IX VO LE R A CH

TERRAIN ST-URBAIN, Magnifique grande terre à bois et à culture bordée par la Rivière du Gouffre, possibilité pêche au saumon, chasse à l’orignal (cache existante). Sylvie Audet 418-843-1151

Vendeur émérite : Le lauréat s'est classé dans les 21 à 25 meilleurs percentiles dans son marché immobilier résidentiel en fonction de ses revenus* de vente. Maître vendeur : Le lauréat s'est classé dans les 11 à 20 meilleurs percentiles dans son marché immobilier résidentiel en fonction de ses revenus* de vente. Palme d'Or du Président : Le lauréat s'est classé dans les six à dix meilleurs percentiles dans son marché immobilier résidentiel, en fonction de ses revenus* de vente. *Les revenus correspondent aux commissions brutes conclues et reçues au cours d'une période déterminée.


SPORTS GALA LION D’OR 2009

COMPOSEZ AVEC LE STRESS LIÉ AU MODE DE VIE MILITAIRE

Quatre récipiendaires en quête d’un titre national Par Philippe Brassard Journal Adsum

Les cinq récipiendaires du mérite sportif de Valcartier ont eu droit à une cérémonie intime et à un souper gastronomique, lors du Gala du Lion d’Or 2009, le 15 octobre à l’île d’Orléans. Quatre d’entre eux iront à Ottawa pour la 21e Cérémonie annuelle du mérite sportif des Forces canadiennes, le 24 octobre, en tant que finalistes de la Force terrestre. Le Gala du Lion d’Or est une cérémonie qui vient mettre en valeur les exploits des athlètes militaires les plus méritants de Valcartier, selon Martin Dubé, coordonnateur aux sports de la garnison et organisateur. Cette cérémonie souligne le mérite sportif sur la base pour l’année 2008. Fort de ses performances internationales en escrime, le caporal Hugues BoisvertSimard du 1 er Bataillon du Royal 22e Régiment (1 R22eR) a obtenu le titre d’athlète masculin de l’année de Valcartier. Le capitaine Michelle Whitty du 5e Régiment du génie de combat (5 RGC) a pour sa part mérité le titre d’athlète féminine, pour son excellence en natationsauvetage. Elle n’ira toutefois pas à Ottawa pour représenter la Force terrestre. Ensuite, c’est l’équipe de Taekwondo de Valcartier, composée de huit athlètes, qui a raflé la catégorie équipe de l’année. Leur entraîneur, le caporal Frank Boily du 12e Régiment blindé du Canada (12 RBC), a été nommé entraîneur de l’année. Puis, le caporal Donald Pelletier du 3 R22eR a remporté le titre d’arbitre de l’année pour son implication en hockey sur glace, en hockey de rue et en soccer. La soirée, qui a rassemblé une trentaine de personnes, a eu lieu à l’Auberge du Canard Huppé. Comme prix de présence, un vélo et des gadgets électroniques ont été tirés, tandis que chaque personne recevait le chandail et la gourde des Lions. Parmi les invités au Gala, le lieutenantcolonel Michel-Henri St-Louis, commandant du 1er Bataillon du Royal 22e Régiment, qui représentait également le 5e Groupe de soutien de secteur (5 GSS) et le 5e Groupebrigade mécanisé du Canada (5 GBMC). Le collaborateur officiel, Patrice Bergeron, directeur général de la Caisse du ministère de la Défense, a rendu possible la tenue de la soirée.

Les récipiendaires du Gala Lion d’Or 2009 posent en compagnie des invités d’honneur. À l’extrémité gauche, le collaborateur principal, Patrice Bergeron. À l’extrémité droite, le lieutenant-colonel St-Louis.

Une bonne gestion du stress est vitale pour augmenter notre niveau d’énergie, améliorer la qualité de nos relations et de notre vie. C’est ce que vous propose le service de la Promotion de la santé en permettant une prise de conscience de vos habitudes de vie et en vous offrant des outils afin de maîtriser votre stress lié particulièrement au mode de vie militaire. Cette sensibilisation est proposée aux familles des militaires, particulièrement en période de déploiement, le samedi 7 novembre entre 9 h et 12 h, au centre communautaire, bâtiment 93, salle 204. Pour toute information supplémentaire ou inscription, composez le 418 844-5000, poste 4677.

- Photo : Martin Dubé, coordonnateur sports, Grn Valcartier

COURSE DE L’ARMÉE

Les grands honneurs pour le 55 Bn S du C Par le sous-lieutenant Christiane Caya Responsable des affaires publiques, 55e Bataillon des services du Canada

Le lieutenant Charles Nadeau a enlevé la première place toutes catégories lors de la deuxième édition de la Course de l’Armée qui s’est déroulée à Ottawa, le 20 septembre. Plus de 11 000 participants, militaires et civils, dont 10 membres du 55e Bataillon des services du Canada (55 Bn S du C) ont parcouru le 5 kilomètres ou le demimarathon, ce qui en fait un événement unique en son genre au pays. Sous la supervision du lt Nadeau et du caporal Frédéric Fortin, tous les coureurs du bataillon ont atteint ou dépassé leurs objectifs et qualifié l’expérience de très positive. Notons, entre autres, l’excellente performance du lieutenant-colonel Telah Morrison, commandant du 55 Bn S du C, qui a complété l’épreuve en 2:23:21 en plus de celle du lieutenant Nadeau qui a remporté la palme en parcourant la distance de 21,2 km en 1:11:46. La Course de l’Armée, qui s’est déroulée dans une atmosphère de franche camaraderie, a été créée l’an dernier dans le but de rapprocher les militaires et la popula-

STONEHAM

VAL-BÉLAIR

Style chalet suisse. 4 chambres, très éclairé, aucun voisin arrière. Vue partielle sur les pentes de ski. Le terrain de droite peut être utilisé pour de la construction.

JEAN-GUY LAFRANCE

Grand jumelé 26 x 30, 4 chambres, salle familiale, beaucoup de rangement, piscine hors-terre, cabanon. Près de tous les services, aucun voisin arrière, possibilité de possession dans 30 jours. À voir sans faute !

(418) 843-1151

RICHARD GAUTHIER (418) 843-1151

LAC-BEAUPORT

Propriété conviviale avec beaucoup d’espace de vie. 4 chambres à l’étage. Logement d’appoint sur 2 niveaux avec revenu. Parfait pour bi-génération. Quartier jeune, familiale avec services. Sans voisin arrière. Beaucoup de cachet, ambiance invitante et chaleureuse.

Les membres du 55e Bataillon des services du Canada ont donné leur maximum lors de la Course de l’Armée, ce qui a même valu une première place au lieutenant Charles Nadeau (au centre, rangée du fond).

tion civile. En ce sens, cette deuxième édition fut un succès sur toute la ligne. Plusieurs coureurs amputés participant à cette course ont d’ailleurs reçu des éloges pour leur courage.

L’ILE-AUX-COUDRES

Secteur paroisse St-Louis. Terrain plat près de l’église St-Louis, 1 terrain de 20 382 pi², et un terrain de 22 307 pi². Avec services d’aqueduc et d’égoût municipal. Île reconnue pour vivre avec la nature. Profitez de ses caractéristiques touristiques et historiques. Vue sur le fleuve.

JENNIFER BIGNELL

AGNES G. RIVARD

(418) 622-7537

(418) 843-1151 / (418) 576-9322

Le 55 Bn S du C a l’intention d’augmenter sa participation à la prochaine édition de cette course qui se déroulera le 19 septembre 2010.

STE-CATHERINE

VAL-BÉLAIR

Spacieuse résidence. Terrain 24 412 pi². Prête à devenir bi-génération. Au sous-sol, logement 3 ½. Maison complètement rénovée et décorée avec goût. Grand garage pouvant servir d’atelier ou comme revenu potentiel à la location. Elle vous plaira.

Magnifique jumelé se distinguant par sa décoration et son grand patio 14 x 20 pour recevoir un spa. Sans voisin arrière. Planchers de bois franc et céramique rez-de-chaussée, 3 chambres, c’est à voir.

MARTINE POULIN

DENIS BERNIER

(418) 843-1151

(418) 843-1151

T ER SF AN TR

CHARLESBOURG

A moins de 30 minutes des ponts. Charmante propriété de 1 ½ étage offrant 3 chambres, dont 2 à l’étage. 2 vérandas. Terrain de plus de 23 000 pi².

Beau grand condo moderne 885 pi², confortable et très intime dans secteur central et très recherché. La propriété comprend aussi un stationnement intérieur chauffé. C’est à voir absolument!

Beau grand cottage 28 x 28 avec garage attaché et chauffé. LIBRE IMMÉDIATEMENT. Salon et cuisine à aire ouverte. Salle de bains avec baignoire à remous attenante à la chambre principale. Foyer au salon. Très beau secteur à 12 minutes de la base de Valcartier.

MARIO MORIN

JEAN-PIERRE GAMACHE

(418) 843-1151 / (418) 955-4418

(418) 843-1151

DIANE BEAULIEU (418) 843-1151

STE-CATHERINE DE LA J.-C.

CHARLEVOIX

SHANNON

VAL-BÉLAIR

Magnifique grande terre à bois et à culture bordée par la rivière du Gouffre. Possibilité pêche aux saumons, chasse à l’orignal (cache existante). Accès par la route 381, vue magnifique sur les montagnes, plusieurs sources et ruisseaux.

Beau bungalow 2005, 3 chambres, 1 ½ salle de bains, planchers bois huilé, céramique. Une 3e chambre sera finie au sous-sol. Beau grand terrain aménagé. Patio 16 x 24. Pas de voisin arrière, rue cul de sac. La tranquillité assurée !

Condo de luxe sur 3 niveaux avec belle fenestration. 2 chambres, possibilité de 3, balcon avant et 2 stationnements. Adossé au Golf de Val-Bélair. OCCUPATION RAPIDE. NÉGOCIABLE.

SYLVIE AUDET

DANIELLE BÉLANGER

BENOIT NADEAU

(418) 843-1151

(418) 843-1151

(418) 843-1151

ROYAL LEPAGE INTER-QUÉBEC C O U RT I E R I M M O B I L I E R AG R É É www.1000maisonsavendre.com

21 octobre 2009 / Adsum / Page 33

ST-APOLLINAIRE


PETITES ANNONCES Les petites annonces sont payables à l’avance et ne sont pas remboursables.

VISA MASTERCARD

CARTE DE DÉBIT CHÈQUE

418 844-5000, poste 5598 • www.journaladsum.com LOGEMENT À LOUER

TERRAIN À VENDRE

MAISON à louer à Val-Bélair 1000$/mois semi-meublé, libre le 1er novembre. 418 956-1487. 21/10

À SHANNON, plusieurs rues en développement, terrains prêts à construire, 22 000 p.c. et plus. Choix de votre constructeur ou auto-construction, taxes minimes. www.gestionart.ca 418 8494496. 09/12

« CONJOINTE D’UN MILITAIRE »

ST-ÉMILE

LEBOURGNEUF

CHARLESBOURG

MONTCHATEL

DIVERS

Jumelé à 2 étages, 3 chambres, piscine hors-terre, terrain paysager, quartier jeune, école primaire à proximité. Johanne Boivin 418-843-1151

Superbe, vraiment très intéressant condo très propre, 2 chambres et 2 rangements. Superbe décoration et finition. Emplacement idéal pour la tranquilité. Venez voir! Danny Roy 418-843-1151

179 900$ Beau grand condo moderne de 885 pi², confortable et très intime dans secteur central et très recherché. La propriété comprend aussi un stationnement intérieur chauffé. C’est à voir absolument! MARIO MORIN 418-843-1151 / 418-955-4418

Cottage avec garage intégré. Coin recherché avec vue sur la ville, patio, terrain intime. Occupation flexible. À VOIR! 264 500$ Benoit Nadeau 418-843-1151

ST-GABRIELDE-VALCARTIER

VALCARTIER 4 1/2 et 5 1/2 flambants neufs entre 650 $ et 875 $ Disponible le 1er novembre. Pour info 418 844-3334. 21/10 À LOUER 2 chambres Hamel\Henri IV. Une 10x10 (375$) une 10x18 (450$) maison 10 pièces. Câble\ Internet\ tél\ cuisine, cuisinette, bar, salle de bain, salle lavage, salon s.s., cour privée avec piscine creusée inclus. 877-5099 09/12 ST-GABRIEL de Valcartier, loft 480 pc. Chauffé, éclairé, meublé et plus. 418-8442821.21/10 SHANNON, chalet suisse bord de rivière à louer pour le 1er novembre. Autre logement à louer 5 1/2 à 200 mètres de la base. 418844-1189. 21/10

RECHERCHE aide aux devoirs pour élèves de 4e année. Du lundi au mercredi de 15 h 45 à 17 h personne bilingue. 418 844-0244. 21/10 VOUS cherchez une représentante Tupperware ou vous voulez faire de l’argent, contactez-moi. Doris Rioux 418 875-4162. 09/12 RECHERCHE homme retraité, ayant travaillé en construction, pour effectuer réparation. 418 844-1189. 04/11

Johanne Boivin

Danny Roy

Mario Morin

LA TUQUE

LEBOURGNEUF

DUBERGER

LAC KENNEDY, chalet en bois, 3 chambres, salon, cuisine, salle de bain, grand terrain de 44 000 pieds carrés bordé par le lac. La Nature à son meilleur. Johanne Boivin 418-843-1151

Beau grand condo de 4 ½ pièces dans un triplex, situé dans un secteur très convoité Les Méandres. Orientation idéale, pas de voisin arrière, beaucoup de services à proximité. Danny Roy 418-843-1151

299 000$ Beau cottage style anglais sur magnifique terrain de 7881 pi². 3 chambres, hall d’entrée, patio 16 x 16 avec gazebo. Planchers lattes, céramique. Très bonne isolation. À voir! MARIO MORIN 418-843-1151 / 418- 955 4418

LA TUQUE LAC LA CLOCHETTE CHALET EN MAURICIE, Site enchanteur, paradis de la chasse et de la pêche. À proximité de plusieurs pourvoiries. Comblez votre rêve…Contactez moi. Johanne Boivin 418-843-1151

Benoit Nadeau

Petit coin tranquille avec étang et remise sur 2 étages, rénové, sans sous-sol. Près de la rivière Jacques-Cartier avec grand terrain, sans voisin arrière. 139 900$ Benoit Nadeau 418-843-1151

NEUFCHATEL

ST-ÉMILE

VAL-BÉLAIR

Très grand jumelé de 24 x 40, 3 chambres, 2 salles de bains, salle familiale avec poêle à bois. IMPECCABLE. Danny Roy 418-843-1151

272 000$. Résidence de 4 ans avec vue magnifique sur la ville. Patio refait en 2009 (20x20). Planchers bois franc, salon et chambres. Un revenu d’un 4 ½ au sous-sol(2 chambres). C’est à découvrir. MARIO MORIN 418-843-1151 / 418 955-4418

Cottage avec 5 chambres dont 3 à l’étage. Quartier recherché, fenestration refaite, patio, cabanon, sous-sol aménagé. 239 900$ Benoit Nadeau 418-843-1151

JE RECHERCHE POUR TRANSFERT DE MILITAIRE ST-ÉMILE – VAL-BÉLAIR – SHANNON COTTAGE, 3 CHAMBRES JUMELÉ OU MAISON EN RANGÉE

St-ROCK DE MEKINAC

LAC ST-CHARLES

Garage situé dans la région de la Mauricie (remorquage 24 h) clientèle établie, bon chiffre d’affaires. Rentable. Johanne Boivin 418-843-1151

Cachet, confort,maison canadienne offrant 3 chambres à l’étage, 2 salles de bains, salle à manger indépendante. Superbe terrain aménagé. Danny Roy 418-843-1151

Les petites annonces du Journal Adsum... POURQUOI ANNONCER AILLEURS? Serge Boulay

L’ANCIENNE-LORETTE NEUFCHÂTEL BUNGALOW, 2 CHAMBRES ET PLUS COTTAGE, 3 CHAMBRES

CONTACTEZ-MOI! MARIO MORIN 418-843-1151 / 418-955-4418

VAL-BÉLAIR Condo de luxe sur 3 niveaux avec belles fenestrations, 2 chambres avec possibilité de 3, balcon avant et 2 stationnements. Adossé au Golf de Val-Bélair. 184 900$ Benoit Nadeau 418-843-1151

VAL-BÉLAIR

STONEHAM

ST-NICOLAS

167 500$ (taxes incluses). Jumelé en construction, 2 chambres, planchers de bois et céramique. Serge Boulay 418-845-5872 / 418-843-1151

289 000$. Superbe canadienne en pierre, 4 chambres, 2 salles de bains, foyer au salon, plancher en bois, Garage 22 x 27. Serge Boulay 418-845-5872 / 418-843-1151

78 000$. Maison mobile, 3 chambres, plancher flottant. Toiture neuve 2009. Situé à 2 minutes des ponts. Soyez chez vous pour plus ou moins 650$ par mois. Serge Boulay 418-845-5872 / 418-843-1151

JE RECHERCHE SECTEUR : VAL-BÉLAIR & SHANNON VAL-BÉLAIR

VAL-BÉLAIR

À voir! Maison très intéressante avec un terrain de 9742 pi². 3 chambres, 2 salles de bains. Mélanie Fournier 418-843-1151

Grand jumelé 26 x 30, 4 chambres, salle-familiale, beaucoup de rangement, piscine hors-terre. À VOIR SANS FAUTE! Mélanie Fournier 418-843-1151

21-10-09 ad

U EA UV O N

21-10-09 ad

Page 34 / Adsum / 21 octobre 2009

Mélanie Fournier

RABAIS

MILITAIRE

Denis Bernier

BUNGALOW ou COTTAGE PRISE DE POSSESSION JANVIER 2010 CONTACTEZ-MOI! Mélanie Fournier 418-843-1151

U EA UV O N

LAC ST-CHARLES

VAL-BÉLAIR

LEBOURGNEUF

Amoureux de la nature, d’espace et du grand air. 20 minutes du centre ville. Vaste propriété, 4 chambres. LIBRE IMMÉDIATEMENT. Denis Bernier 418-843-1151

Construction 2008. Superbe plainpied, belle fenestration, patio 16x24. Stationnement quadruple. Décoré au goût du jour avec mur de pierre au salon et planchers bois franc. 2 chambres au rez-de-chaussée, rallonge vitrée dans la salle à manger. Denis Bernier 418-843-1151

Superbe plain-pied très ensoleillé, aire ouverte, 3 chambres, 2 salles de bains. Foyer au gaz au sous-sol, thermopompe, spa. Plusieurs rénovations effectuées. Denis Bernier 418-843-1151


Québec – la Cité

Marc Bonenfant

Lélian Dumont Gagné

Vivre au coeur de Montcalm à deux pas de Cartier et Grand Théâtre. Construction luxueuse de 4 ans, clim., ascenseur, garage int. Ce magnifique 3 1/2 a tout pour plaire. Pratique spacieux, un investissement sûr. Venez visiter vous serez convaincu. Lélian Dumont-Gagné 418-653-0488

MONTCHATEL

MONTCHATEL

STONEHAM

NEUFCHÂTEL

Marjorie Smith-D.

À LOUER! Vaste cottage situé dans l’une des plus belles rues. Vous offre 5 chambres, grande aire de vie ainsi qu’un splendide terrain de plus de 25 000 pi² avec piscine creusée et chauffée. Marjorie Smith-D. 418-843-1151

Chaleureuse moderne située dans secteur paisible et recherché. Vous propose 3 chambres, aire de vie vaste et lumineuse, un grand terrain superbement paysager orienté plein soleil. Marjorie Smith-D. 418-843-1151

LIBRE RAPIDEMENT. Vaste cottage champêtre situé au cœur du paisible Domaine des Grands-Ducs. 3 chambres , chambre des maîtres avec salle de bain privée. Terrain intime et boisé. Marjorie Smith-D. 418-843-1151

LES MÉSANGES DE L’ORMIÈRE, Coquet 4 ½ pièces décoré au goût du jour. Aire de vie ensoleillée. Secteur recherché près de tous les services. FAITES VITE ! IL NE FAIT QUE PASSER ! Marjorie Smith-D. 418-843-1151

Jason Laforest

U EN EV R À

STONEHAM

STE-CATHERINE

ST-ÉMILE

QUÉBEC

STONEHAM

MONTCHATEL

Très jolie maison avec un terrain boisé et intime dans un quartier tranquille et recherché. Cuisine munie d'armoires en merisier, planchers en bois franc et toit cathédrale. Située en arrière du IGA, un petit bijou! Marc Bonenfant 418-653-0488

Spacieuse résidence avec terrain de 24 412 pi². Conçue pour la famille. Le sous-sol offre 1 logement de 3 ½ pièces. Maison complètement rénovée 1993. Décorée avec goût. Elle saura vous plaire. Martine Poulin 418-843-1151

Disponible rapidement! Joli jumelé situé dans un secteur recherché. Vous propose un intérieur chaleureux, des pièces de vie à aire ouverte et un accueillant terrain paysager. FAITES VITE! Jason Laforest. 418-843-1151

6 logements de 3 ½ pieces. Immeuble en très bonne condition. Plusieurs rénovations effectuées au cours des dernières années. Revenu annuel : 37 140$. À VOIR ABSOLUMENT ! Jason Laforest. 418-843-1151

DISPONIBLE RAPIDEMENT ! Grande moderne située dans secteur boisé. Vastes pièces ensoleillées, aires de vie ouvertes, garage double excavé. Jason Laforest. 418-843-1151

Coquet plain-pied situé dans secteur paisible et recherché. 3 chambres, décoration au goût du jour, fenestration abondante, terrain intime. Jason Laforest 418-843-1151

Martine Poulin

JE RECHERCHE À VAL-BÉLAIR POUR JEUNE FAMILLE

STONEHAM

STE-FOY

DONNACONA

DONNACONA

DESCHAMBAULT

NEUFCHATEL

Impeccable bungalow, construction 2 ans, grand terrain, patio 2 niveaux, idéal pour jeune famille, planchers de bois foncé. Céramique et ardoise, impressionnant foyer au salon. Petit bijoux! À voir! Marc Bonenfant 418-653-0488

Libre immédiatement. Grand condo de 2 chambres, 2 salles de bains et garage. Près des ponts. Unité de coin très éclairé. 234 900$ Sylvie Lacasse 418-843-1151

Canadienne de 3 chambres, salle-familiale. Fenêtres et toiture récentes. Patio en interbloc. 174 900$ Sylvie Lacasse 418-843-1151

AUBAINE! Maison à paliers de 4 chambres et 2 salles de bains. Sous-sol aménagé. Libre rapidement. 149 000$ Sylvie Lacasse 418-843-1151

Vous aimez la chaleur des ancestrales, elle vous charmera avec ses 3 chambres et sa cuisine d’été. Beau terrain paysager sans voisin arrière. Vue sur le fleuve. Vendeur motivé. Sylvie Lacasse 418-843-1151

Grande propriété, 3 chambres, porte-française, foyer à combustion, sous-sol aménagé. $199,000. Sylvie Lacasse 418-843-1151

Sylvie Lacasse

TERRAINS SAINT-RAYMOND Terrain avec petit lac alimenté en eau potable. Approximativement 179 438 pi². Terrain plat. Faut voir!

Nathalie Cloutier

SAINTE-CATHERINEDE-LA-JACQUES-CARTIER Petit havre de paix situé en bordure de la rivière Jacques-Cartier, belle fenestration ensoleillée, mezzanine, plancher de bois franc, armoires en bois, terrain boisé de plus de 65 000 pi². Occasion à ne pas manquer! Nathalie Cloutier 418-653-0488

Accrédité au Programme de Relogement des Forces Canadiennes. www.1000maisonsavendre.com

Jean-Pierre Gamache

STE-CATHERINE

FOSSAMBAULT

Impeccable, Faut voir! Superbe maison, 3 chambres au rezde-chaussée et la 4e chambre au sous-sol, salle de bain + salle d’eau. Très beau secteur, grand terrain. Jean-Pierre Gamache 418-843-1151

Domaine de la rivière aux Pins, accès au lac St-Joseph et à la plage. Chalet habitable à l’année sur pilotis et garage détaché. À qui la chance? Jean-Pierre Gamache 418-843-1151

SAINT-LÉONARD Ce terrain de 741 000 pi² est zoné BLANC. Plan préliminaire de lotissement disponible. Peut être vendu en lot ou en partie. Idéal investisseur.

CONTACTEZ-MOI! Jean-Pierre Gamache 418-843-1151

Cottage, 3 chambres et plus, Salle-familiale, Garage serait un atout BUDGET JUSQU'À 300 000$

CONTACTEZ-MOI! Sylvie Lacasse 418-843-1151

U EA UV NO

SAINTE-CATHERINEDE-LA-JACQUES-CARTIER Beau grand cottage 28 x 28 avec garage attaché et chauffé. LIBRE IMMÉDIATEMENT. Salon + cuisine à aires ouvertes, salle de bain attenante à la chambre des maîtres. Jean-Pierre Gamache 418-843-1151

NT GE UR

CHARLESBOURG

BEAUPORT

BEAUPORT

CHARLESBOURG

Situé à proximité de l’ancien Jardin Zoologique de Québec. 3 chambres au même niveau. Terrain intime de 9884 pi². LIBRE 30 jours. Lise Lamontagne 418-843-1151

Superbe propriété entièrement rénovée, présentement résidence pour aînés, aire de vie ensoleillées. Superbe terrain. 479 000$ Lise Lamontagne 418-843-1151

Condo récent près de tous les services, 2 chambres, grande cuisine, belles moulures, 2 stationnements. 159 000$ Lise Lamontagne 418-843-1151

6 logements de 3 ½ pièces, très rentable avec revenus de 40 212$ par année situé dans un secteur en demande. FAUT VOIR! 319 000$ Lise Lamontagne 418-843-1151

Lise Lamontagne U EA UV O N

SAINTE-CATHERINEDE-LA-JACQUES-CARTIER Triplex en bordure de la rivière Ontaritzi. Les trois logements sont tous loués semi-meublés, non-chauffés, non-éclairés. Accès à la rivière et quai. 2 X 3 1/2 et 1 4 1/2. Aucun tapis. Nathalie Cloutier 418-653-0488

Paule Buffin

LORETTEVILLE

SHANNON

LAC ST-CHARLES

STE-BRIGITTE

LORETTEVILLE

Magnifique maison très bien entretenue, dans une rue sans issue. La tranquillité avec la facilité de la ville. 10 minutes de Valcartier ; du golf, de l'autoroute, 4 chambres, 2 salles de bains, un grand bureau et un terrain de plus de 10 000 pi². PAULE BUFFIN 418-622-7537

Bungalow très éclairé, 4 chambres. Sous-sol aménagé, plusieurs rénovations effectuées. À VOIR! Jean-Guy Lafrance 418-843-1151

Bungalow avec garage attaché de 15 X 70. Grand terrain, 2 chambres, aucun tapis. Rare à ce prix! FAUT LA VISITER! Jean-Guy Lafrance 418-843-1151

Jumelé sur rue cul-de-sac, aucun voisin arrière, au centre du village, aucun tapis, 3 chambres, grandes pièces très éclairées. Plusieurs rénovations effectuées. Faut la visiter! Jean-Guy Lafrance 418-843-1151

Bungalow, 3 chambres,. Grand terrain à proximité des voies rapides et des services. Plusieurs rénovations effectuées. Rare à ce prix. NE LA MANQUEZ PAS! Jean-Guy Lafrance 418-843-1151

Jean-Guy Lafrance

SAINTE-CATHERINEDE-LA-JACQUES-CARTIER

Anny Courcy

Magnifique propriété où l’espace règne. Fenestration abondante, chambre des maîtres avec vaste salle de bain privée, salle cinéma-maison, bureau au rez-de-chaussée, piscine, cabanon… Prête pour vous! Anny Courcy 418-653-0488

Immeuble de 2 ou 3 logements

L’ISLE-AUX-COUDRES

Agnes G. Rivard

Secteur paroisse St-Louis, 2 terrains plats près de l’église . Services d’aqueduc et d’égoûts par la municipalité. Isle reconnue pour vivre avec la nature. Agnes G. Rivard 418-843-1151 / 418-576-9322

Maison en rangée, jumelé ou bungalow Pour couple 2 ou 3 enfants, propre, Planchers de bois Occupation discutable Cottage ou grand bungalow 3 chambres au même niveau Grand terrain.

CONTACTEZ-MOI! Agnes G. Rivard 418-843-1151 / 418-576-9322

21 octobre 2009 / Adsum / Page 35

JE RECHERCHE SECTEUR : DUBERGER / LES SAULES POUR CLIENTS SÉRIEUX


EN CE QUI NOUS CONCERNE, HENRI IV, C’EST DÉJÀ...

L’AUTOROUTE DE LA BRAVOURE!

on s i n r a g a l e ires d a t i l i m x u e r ire b a t m o c n n o e d d s , n e o r emb référ v p o s n u i o m N . a l n i a t c es c is n D’i e a d h e g f g A a ’ r d u t o n r le c trero e n u e l r a r s e t i t ô r t a u l c l p Va ur 2009 r! poLX u e o l t l ACCORD e e r u t x i u b e a r h u licité un he r e t i a h u notre pÀulablocation o s r u de la Capitale e a l d n t o H e e s ip En plus, obtenez L’équ emme f t e s e m m o h nt, Prix indéceement $ l u e s e c a l p sur Route : 6,4 L/100 km

268

*

$

par mois / 48 mois Comptant requis

1500 À la location

Ville : 9,4 L/100 km†

Transport et préparation inclus

Sur Henri-IV Nord, Sortie 5, Ste-Geneviève, (Val-Bélair et Lorettville)

Page 36 / Adsum / 21 octobre 2009

418 845-6060

www.hondadelacapitale.com

VOL_38_NO_10_ADSUM_2009-10-21  

http://www.journaladsum.com/ftp/journaux/Archives/2009/VOL_38_NO_10_ADSUM_2009-10-21.pdf