__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

FRANÇAIS

 ÉTÉ/AUTOMNE 2020 - N° 5

PENTU ET POINTU

VIGNE VIN VAUD

Apprécier les produits locaux avec Guillaume Luyet Page 42

CULTURE ET VITICULTURE

Avec les conseils de la vigneronne Johanna Dayer pour déguster les meilleurs vins de la région

Chasselas, terrasses et carnotzets : le guide lausannois du terroir Page 36

LAUSANNE, CAPITALE DU CLIMAT Page 6

ALAIN FREUDIGER, ÉCRIVAIN LAUSANNOIS Page 30

LES BEAUX VESTIGES DE L’EXPO 64 Page 49


olympic.org/musee #olympicmuseum Quai d’Ouchy 1 – 1006 Lausanne


PENTU ET POINTU ÉDITO

Santé !

La vigne est omniprésente dans la vie des Vaudois. Elle a façonné des paysages, comme les coteaux raides de Lavaux, classés au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2007, ou encore les vastes étendues de La Côte. Mais surtout, les cépages ont inspiré une riche culture vaudoise, depuis les romans de Charles Ferdinand Ramuz jusqu’aux chansons de Jean Villard, dit Gilles. Il en est une, en particulier, qui résume parfaitement l’esprit de la région. Elle commence par ces paroles : « Ayant peint les océans, l’Himalaya, l’Amazone, fatigué d’avoir vu grand, Dieu créa le bleu Léman… Il ajouta des forêts, des champs de blé, des prairies. Et surtout, trait de génie : de la vigne pour le clairet. » C’est précisément pour explorer cette partie essentielle de l’esprit vaudois que The Lausanner a consacré ce nouveau numéro à la vigne et au vin. Un dossier à découvrir en dégustant un demi de chasselas (p. 36), confortablement installé dans un carnotzet ou dans un tout autre lieu avec une vue sur le lac (p. 44). Pour préserver ce magnifique environnement, et la nature en général, Lausanne a saisi à bras-le-corps la question de la lutte contre le réchauffement climatique. En l’espace d’une année, la ville a accueilli le sommet « Smile for Future » – avec la présence de Greta Thunberg et de Jacques Dubochet – ainsi que deux marches d’envergure en faveur du climat. Autant de manifestations qui contribuent à faire de Lausanne une capitale des enjeux climatiques (p. 6). Vous avez l’esprit aventureux ? Alors laissez-vous guider dans le Lausanne de l’artiste local Alain Freudiger (p. 30), auteur d’un livre étonnant dédié au sauteur à ski finlandais Matti Nykänen. Partez à la découverte de lieux originaux, qui proposent de déjeuner tout en participant à un jeu de société, ou de chiner avec, à la main, un café torréfié en Lavaux (p. 12).

1


ARCHIVES Cette photo a été prise à Lausanne en 1964 lors de la gigantesque Exposition nationale. Retour sur ses lieux et sur son histoire (p. 49).

IMPRESSUM The Lausanner, magazine d’accueil touristique et d’information sur la vie lausannoise

Iconographie : Sabrine Elias, Large Network

Direction : Steeve Pasche

Publicité : Michel Chevallaz +41 79 213 53 15

Couverture : Guillaume Luyet photographié par Nicolas Schopfer

Éditeur : Lausanne Tourisme

Réalisation éditoriale : Large Network

Impression : Gremper SA, Basel Disponible en français et en anglais

Graphisme : Saentys

Rédaction, administration et annonces : Lausanne Tourisme Av. de Rhodanie 2 Case postale 975 CH-1001 Lausanne +41 21 613 73 73 www.lausanne-tourisme.ch e-mail : direction@lausanne-tourisme.ch

Rédacteur en chef : Tiago Pires, Large Network

Suivi de production : Nathalie Roux

Rédaction : Trinidad Barleycorn, Carole Extermann, Erik Freudenreich, Tiago Pires, Nina Seddik

Photographies : Claude-Alain Fradel (p. 2, 49, 50, 51, 52) – Jean-Christophe Bott/Keystone (p.5) – OTV (p. 5, 38) – Gabriel Monnet/Keystone (p. 6) - Laurent Gillieron/ Keystone (p. 8, 26) – Cyril Zingaro/Keystone (p. 10) - Laurent Kaczor/LT (p. 11, 18, 19, 33, 44) – Mike Chavanne (p. 14) - DR (p. 12, 13) – JSBG (p. 13) - Etienne Claret/ Wabs (p. 13) - Trinidad Barleycorn (p. 15) – CS (p. 16, 17) – David Sandoz (p. 19) – François Wavre/Lundi13 (p. 21, 22) – Bea Del Villar Photography (p. 24) – Luca Carlino/ZUMA Press/Newscom (p. 24) – Luc Roux/Collection ChristopheL via AFP (p. 25) – Joël Saget/AFP (p. 25) – DR (p. 25) – Mimmo Rotella La Storia del cinema (détail), 1991, huile, sérigraphie et collage sur toile, 129,8 x 96,8 x 2 cm, Collection La Cinémathèque française, Paris © 2020, ProLitteris, Zurich (p. 27) – Ville de Lausanne (p. 27) – Groupement AMRP (p. 27) – Cécile Gretsch/ Saentys (p. 28) – Des Cendres (p. 30) - Alain Freudiger, Le Mauvais génie (une Vie de Matti Nykänen), Éditions la Baconnière, 2020 (p. 31) – Carine Roth/ cinematheque.ch (p. 32) – Gwenael Grossfeld (p. 34) - LT/www.diapo.ch (p. 36, 46) – Erling Mandelmann (p. 36) – Nicolas Schopfer (p. 42) - Laurent Ryser/OTV (p. 44) – Domaine Bovy (p. 46) – Tsampéhro (p. 47) – Roger Monnard (p. 51, 52) © Photos Lausanne Tourisme – LT/Laurent Kaczor (p. 57, 58, 59, 61, 65, 66, 69, 71, 79, 80) – LT/diapo.ch (p. 57, 58, 63, 65, 66, 69, 72, 80) – P. Waterton (p. 58, 59, 63, 76) – Christoph Schuerpf (p. 59) – Catherine Leutenegger Photography (p. 59) – Etienne Malapert (p. 63) – Sarah Jacquemet (p. 66) – LT/Julien Dorol (p. 67, 79) - F. Beaud-Cedotec (p. 69)

Avec le soutien de

2


www.vinsdelausanne.ch


SOMMAIRE ÉTÉ/AUTOMNE 2020 – N° 5

INTERVIEW L’écrivain Alain Freudiger raconte les lieux de Lausanne qui l'inspirent Page 30

L’ART VITICOLE VAUDOIS Comment la vigne a-t-elle façonné la région ? Grand dossier, avec sélection de vins et d’adresses emblématiques

LA VILLE EN PARLE Lausanne, capitale des enjeux climatiques Page 6

Page 36

LAUSANNE BOUGE Nouvelles adresses Page 12

Cuisine à l’emporter : quelques bonnes adresses Page 15

Un drapeau aux couleurs révolutionnaires Page 17

Rencontre avec un capitaine de la CGN

BALADE Revivre l’Exposition nationale de 1964

La cheffe d’orchestre Simone Young parle de son expérience lausannoise

LES INCONTOURNABLES Les lieux lausannois à ne pas manquer

Page 22

Page 49

Page 28

Page 56

5


L A V I L L E E N PA R L E

LAUSANNE, CAPITALE DES ENJEUX CLIMATIQUES En l’espace d’une année, la ville a accueilli un sommet international en faveur de l’environnement et deux marches du climat en présence de l’activiste suédoise Greta Thunberg. Ces événements illustrent un fort élan militant issu de la jeunesse et des universités lausannoises. Par Tiago Pires

Gare de Lausanne, 10h30 : une marée de militants écologiques se forme en ce 17 janvier 2020. Au-dessus des têtes, les pancartes « Pas de plan B », « I Have a Green Dream » ou encore « Save our Planet » illuminent le ciel brumeux. Les manifestants attendent l’arrivée de l’idole d’une jeunesse, Greta Thunberg, avec son emblématique panneau « Skolstrejk för klimatet » (en français, grève scolaire pour le climat) pour défiler pacifiquement dans les rues de Lausanne. L’enjeu est de

taille, car il s’agit de célébrer le premier anniversaire de la Grève du climat lausannoise. Au total, ce sont plus de 10’000 militants qui ont manifesté en janvier dernier dans la ville. L’événement a été largement commenté dans les médias suisses et internationaux, mettant en exergue le rôle joué par Lausanne. À tel point qu’ils désignent parfois Lausanne comme capitale climatique. UN ENRACINEMENT PROFOND « Il est évident que Lausanne a pris un rôle de leader et 6

Au milieu des défenseurs du climat, Greta Thunberg se prépare à tenir un discours devant le Palais de Rumine, sur la place de la Riponne.

fait preuve d’implications fortes dans ce domaine », remarque Rémi Vuichard, coordinateur de la Plateforme de développement durable des Hautes écoles spécialisées de Suisse occidentale (HES-SO). En effet, en l’espace d’une année, la capitale vaudoise a accueilli une longue liste d’événements consacrés à la lutte pour l’environnement, notamment deux marches pour le climat en janvier 2019 et janvier 2020. Malgré son agenda chargé, l’activiste suédoise Greta Thunberg s’est ainsi


« Personne ne s’attendait à ce que Lausanne et sa population, surtout sa jeunesse, prennent la cause climatique à bras-le-corps. » Dominique Bourg, Professeur honoraire à l’UNIL

7

déplacée deux fois à Lausanne en l’espace d’un an. La ville a également hébergé le sommet international « Smile for Future » au début du mois d’août à l’Université de Lausanne (UNIL). Pendant une semaine, lors de ce sommet, environ 400 participants, dont Greta Thunberg et Jacques Dubochet, Prix Nobel de chimie en 2017, ont discouru sur les enjeux climatiques et élaboré une « Déclaration de Lausanne sur le climat » (lire encadré p. 10). →


L A V I L L E E N PA R L E

Dominique Bourg, philosophe franco-suisse et professeur honoraire à l’UNIL, a été surpris par la tenue de ce regroupement dans la ville. « Personne ne s’attendait à ce que Lausanne et sa population, surtout sa jeunesse, prennent la cause climatique à bras-le-corps. Il y a eu une vraie alchimie entre plusieurs facteurs. » Pour Grégoire Junod, syndic de Lausanne, cette alchimie a été favorisée par les prises de conscience qui deviennent de plus en plus importantes, « à un moment où des événements tels que des vagues de chaleur et des feux de forêts inquiètent et choquent, où les modes de consommation sont remis en question. »

« Il est important de rappeler que les habitants ont toujours été sensibles aux enjeux environnementaux. » Rémi Vuichard de la HES-SO

« Il est toutefois important de rappeler que les habitants ont toujours été sensibles aux enjeux environnementaux », souligne Rémi Vuichard de la HES-SO, en faisant référence à Daniel Brélaz, fameux

Chaque année, Lausanne accueille des milliers de jeunes manifestants du climat comme ici en 2019.

politicien issu du parti des Verts, reconnaissable entre autres par ses cravates à têtes de chats. En 1978, il est élu au Grand Conseil, ce qui fait de lui le tout premier écologiste, au niveau mondial, à entrer dans un gouvernement. Puis, Daniel Brélaz entre au parlement suisse comme conseiller national en 1979 où il siégera dix ans. Démarre ensuite, au début des années 1990, une longue carrière au sein des autorités municipales lausannoises. Il occupera notamment le poste de syndic pendant près d’une quinzaine d’années, conjugué à son retour au gouvernement de 2007 à 2011, puis à nouveau en 2015. « Sans nul doute, cette carrière politique a marqué les esprits et donné une teinte verte à la ville de Lausanne. »


L A V I L L E E N PA R L E

Et le syndic de rappeler le caractère pionnier de la ville. « Elle fait partie des premières cités de l’énergie et a obtenu ce label en 1996 déjà. Nous sommes aussi signataire de la Convention des maires depuis 2009, nous engageant ainsi à soutenir la mise en œuvre de l’objectif européen de réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030. » Mais les autorités veulent déjà aller plus loin et se sont, dès lors, engagées en faveur d’un nouveau plan climat (lire encadré p. 11). FORTE CONCENTRATION ACADÉMIQUE Pour Grégoire Junod, ce militantisme se lit dans l’essence même de Lausanne. « C’est une ville qui se mobilise

souvent ; elle a une jeunesse très active depuis longtemps. C’est aussi dans la capitale vaudoise, par exemple, que la mobilisation a été la plus forte pour la grève des femmes en 2019. » Selon le philosophe franco-suisse Dominique Bourg, cette forte représentation de la jeunesse s’explique par l’importante densité d’écoles, d’universités et de gymnases dans un périmètre restreint. « En Suisse, il est rare de voir les gens manifester dans les rues et surtout les jeunes. Il faut aussi noter l’excellent travail des professeurs, qui ont réussi à sensibiliser les jeunes à la cause du climat. » En effet, depuis des années, les écoles, et notamment les universités, œuvrent →

-30%

La baisse des émissions de CO2 de la ville de Lausanne entre 2015 et 2016.

2,8

Le montant supplémentaire en millions de francs qui sera versé dans des fonds en faveur de l’environnement.

95%

La part de l’électricité lausannoise qui est d’origine renouvelable.

Vers la neutralité carbone à l’horizon 2030

accueilleront plus de 10’000 nouveaux habitants dans des logements respectant les standards énergétiques les plus élevés. »

À la fin de l’été dernier, Lausanne s’est engagée à mettre en place un plan climat d’ici à 2021 et vise la neutralité carbone en 2030. Dès cette année, les autorités renoncent également à proposer du courant issu d’énergies non renouvelables. Elles souhaitent alors faire mieux que l’objectif 2050 de la Confédération découlant de l'Accord de Paris, à savoir une limite des émissions de CO2 entre 1 et 1,5 tonne par habitant et par année.

Et Rémi Vuichard, de la HES-SO, de commenter : « Il est toujours difficile d’évaluer les mesures prises par une ville, mais au moins Lausanne se donne les moyens pour valoriser les enjeux climatiques. » Dans un second temps, les élus veulent effectuer un travail d’analyse et de recensement complet de l’ensemble des mesures afin d’atteindre l’objectif de la neutralité carbone en 2030. En ce sens, le développement des transports publics jouera un rôle majeur avec le futur métro m3 et le chantier du nouveau tram qui démarrera d’ici à quelques mois. « Dans cinq à dix ans, la mobilité à Lausanne aura totalement changé au profit de la mobilité douce et des transports publics », prévoit Grégoire Junod.

Pour l’atteindre, les autorités municipales veulent proposer un « plan climat » d’ici à 2021 qui se développe en deux phases. Dans les mesures immédiates, un important investissement sera injecté dans l’assainissement des bâtiments scolaires à hauteur de 300 millions de francs. « Nous bâtissons également un écoquartier aux Plaines-du-Loup, et un second bientôt aux Prés-de-Vidy, explique Grégoire Junod, syndic de Lausanne. Ces deux quartiers 9


L A V I L L E E N PA R L E

à réduire leur impact environnemental. À ce titre, l’Université de Lausanne figure au premier rang d’un classement sur les établissements académiques les plus respectueux de l’environnement, établi par le WWF (lire encadré). Pour Gary Domeniconi, étudiant à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et membre de la Grève du climat, le militantisme lausannois abonde également dans ce sens. « Je ne parlerais pas de capitale environnementale.

Lausanne compte plus de militantes et militants que la plupart des autres cantons romands, car c’est une ville très étudiante, et que ces milieux sont historiquement les plus représentés dans les luttes sociales. » Et cela s’est notamment vu à l’occasion de la « Grève pour l’Avenir », le 15 mai dernier, où les enjeux environnementaux et sociaux faisaient front commun. Ainsi, une vingtaine de jeunes activistes portaient chacun une lettre sur un grand carton, avec pour slogans : « Le climat n’attend pas »

d’un côté et « Changeons de système » de l’autre. « Il ne faut pas oublier également que Lausanne est une ville culturelle à la population instruite, ce qui favorise aussi une prise de conscience de l’état de la planète », précise Dominique Bourg. Et Rémi Vuichard d’ajouter : « Lausanne semble être l’une des premières villes à vouloir travailler sur les enjeux environnementaux. Elle n’est peut-être pas encore une ville modèle, mais elle veut le devenir. » ■

Le chimiste vaudois Jacques Dubochet (Prix Nobel de chimie en 2017) est l’une des personnalités ayant participé a la manifestation pour la défense du climat.

Les défenseurs du climat à Lausanne climatique en dessous de 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels et étudier les meilleurs travaux scientifiques disponibles.

Pendant une semaine, au début du mois d’août 2019, Lausanne a accueilli le sommet international de l’environnement « Smile [acronyme de Summer meeting in Lausanne Europe] for Future » à l’Université de Lausanne (UNIL). Plus de 400 participants issus de 38 pays ont discouru, participé à des workshops, échangé des idées et tenu des ateliers. Sur l’estrade de l’université, plusieurs militants ont pris la parole, dont Greta Thunberg et Jacques Dubochet, Prix Nobel de chimie en 2017.

Pourquoi Lausanne ? La capitale vaudoise a été préférée à Bâle, à Grenoble et à Anklam, en Allemagne, pour héberger ce sommet, surtout en raison de l’infrastructure à disposition : l’événement s’est déroulé sur le campus de l’UNIL. Pour clôturer le sommet « Smile for Future », une manifestation a traversé la ville de Lausanne de la gare jusqu’à Vidy.

Le sommet a abouti à l’élaboration d’une « Déclaration de Lausanne sur le climat » avec trois éléments clés : assurer la justice climatique et l’équité, maintenir le réchauffement 10


Depuis plusieurs années, une soixantaine de moutons paissent sur le campus de l’Université de Lausanne.

Les universités lausannoises se mettent au vert Lors des deux marches en faveur du climat, la majorité des manifestants provenait des gymnases de la région ainsi que des universités et hautes écoles lausannoises. « Il est évident que les milieux académiques ont joué un rôle prépondérant dans la prise de conscience générale sur la cause environnementale », souligne Dominique Bourg de l’UNIL. Un impact qui ne s’observe pas seulement au niveau des cursus mais également de manière plus globale. En termes de « durabilité », l’UNIL est ainsi la meilleure haute école du pays, selon un rapport du WWF Suisse. En effet, l’institution œuvre depuis plusieurs années à un programme d’intégration de la cause environnementale. En 2011, l’UNIL se distingue

comme la première université du pays à nommer un vicerecteur spécifiquement chargé de la question : Benoît Frund. « Notre travail initial a concerné la définition même du terme ‘durabilité’, explique-t-il. À partir de là, nous avons pu concevoir un vrai projet environnemental au sein de l’UNIL. » Ce programme s’articule autour de la recherche, de l’enseignement et du fonctionnement du campus, avec la volonté de réduire l’impact énergétique. Favoriser la mobilité commune, utiliser davantage d’énergies vertes ou cultiver des terrains agricoles voisins pour la production alimentaire, en collaboration avec l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), 11

font partie des mesures mises en place par l’UNIL. « Nous devons tenir nos engagements afin de montrer qu’il y a une autre voie plus durable possible et continuer à générer une prise de conscience générale. » De leur côté, les Hautes écoles spécialisées de Suisse occidentale (HES-SO), la Haute école pédagogique (HEP) et l’EPFL se sont également impliquées dans des mesures concrètes. L’EPFL s’est d’ailleurs engagée à rénover sa centrale de chauffe en énergie renouvelable en 2021, à développer un parc solaire urbain d’envergure, à distribuer de la vaisselle lavable sur tout le campus et à favoriser une mobilité davantage axée sur la durabilité.


LAUSANNE BOUGE LIRE, CHINER OU JOUER EN DÉGUSTANT UN CAFÉ

La Galerie PortFranc, au Flon, expose du mobilier vintage avec un espace café.

Franchir le seuil d’un commerce et s’immerger dans une ambiance originale. De nouvelles adresses lausannoises s’illustrent dans le mélange des genres en proposant une boisson, ou une alimentation plus copieuse, entre deux parties de jeux de société ou lorsque l’on veut chiner. Cette nouvelle tendance s’observe notamment à la Galerie Port-Franc, au Flon. Dans le grand bâtiment rénové, les essences de café se mélangent aux odeurs du mobilier des années 1950 à 1970. Le client zigzague alors entre des créations signées Charles Eames, Max Bill ou Le Corbusier, une table Mario Botta ou un meuble Raymond Loewy, à des prix variables. Au fond de la boutique

des frères Joël et Emilien Grin, un petit espace détente et ses neuf places assises est géré par Vaga Bon Café, qui torréfie un café spécial élaboré en Lavaux. Autre endroit, même ambiance. Ouvert en octobre 2019, le Coffee Page de Jean Kehlhofer conjugue essences caféinées et livres. Une grande bibliothèque faite à la main expose des ouvrages d’architecture, de photographie et de design, entre autres. Tous les arts visuels sont mis en évidence pour que les clients puissent profiter de leur boisson en feuilletant un livre. On y déguste des cafés glacés, des desserts italiens dont l’affogato (une boule de glace avec un coulis d’expresso) et du café infusé à froid, le tout à l’emporter.

12

Le Meraki propose, outre des cafés, des tigelles italiennes et des mezzés, caviar d’aubergines et feuilles de vigne. L’espace offre surtout une seconde salle à l’étage où un véritable trésor se cache : des dizaines de jeux de société , de jeux coopératifs ou de stratégie. Galerie Port-Franc, Rue des Côtes-de-Montbenon 14, Lausanne galerieportfranc.ch Coffee Page, Rue du Midi 20, Lausanne coffee-page.com Le Meraki, Place de la Riponne 10, Lausanne


L AUSA N N E BOUG E | NOUVELLES ADRESSES

LE TEMPLE DES CRÉATEURS SUISSES

À un jet de pierre de la place de la Riponne, la nouvelle boutique JSBG Store met en valeur les créateurs suisses indépendants. Vêtements, chaussures, maroquinerie ou accessoires, toutes les pièces sont issues de collections originales et produites localement. Pour donner davantage de visibilité aux créations, le propriétaire, Jorge Guerreiro, renouvelle son assortiment tous les deux-trois mois en s’appuyant sur une liste de 200 créateurs. Pour aller au bout de son idée, il partage son espace boutique avec la styliste Mélisande Grivet, fondatrice de la marque lausannoise Nom Commun. JSBG Store, Rue des Deux-Marchés 13, Lausanne jsbg.me

LE SOLEIL DANS UN BOWL

Hawaï, produits suisses et conscience écologique se rencontrent dans un petit restaurant au bout de la rue du Midi. Le Spot pépare des poke bowls, essentiellement à l’emporter, d’inspiration hawaïenne avec une majorité d’aliments suisses et de saison. L’été fera ainsi la part belle à une large variété de légumes et de fruits qui s’ajouteront au saumon suisse ou à d’autres protéines végétales. Le Spot affiche une vertu environnementale en bannissant les plastiques à usage unique. Les clients pourront réutiliser le contenant ou apporter leur bol pour déguster ensuite leur plat au bord du lac ou dans les parcs lausannois.

LA SCANDINAVIE AU CENTRE-VILLE

L’immense carte de la Scandinavie laisse peu de doutes sur la destination gustative du restaurant Äta. À l’avenue de Rumine, sous le parc de MonRepos, la nouvelle adresse met à l’honneur les plats et les saveurs du Grand Nord. Ainsi, les smørrebrøds (les fameuses tartines nordiques), le gravlax (avec du saumon suisse) ou les desserts tels que le kanelbullar (des escargots à la cannelle) sont les incontournables du lieu où règne une ambiance douce entre les charmes du bois du mobilier et du bleu horizon du plafond. Pour les plus pressés, une petite extension prévoit des repas à l’emporter.

Le Spot, Rue du Midi 12, Lausanne le-spot.ch

Äta, Avenue de Rumine 22, Lausanne atalausanne.ch

13


L AUSA N N E BOUG E | NOUVELLES ADRESSES

UN ALLER SIMPLE VERS LES RIVES LATINO-AMÉRICAINES À deux pas de l’arrêt de métro Ours, le bar-restaurant Lucha Libre se distingue par ses couleurs flamboyantes, ses vives fresques peintes et son ambiance festive. Le lieu s’articule autour de trois espaces différents : une zone bar, un salon avec des canapés encadrés de murs végétalisés et une salle de restaurant. Au menu : tostones (toasts de banane plantain et fromage) ou chicharron (couenne de porc croustillante) en entrée, l’emblématique churrasco sauce chimichurri ou le ceviche en plat et en dessert, le fameux gâteau aux trois laits Tres Leches. À chaque salle, les clients s’envolent vers des destinations latino-américaines, que ce soit pour une assiette ou pour les cocktails colorés.

Le rez-de-chaussée se divise en un coin bar et ses luminaires colorés et quelques tables près d’une fresque de l’artiste lausannois Albin Christen.

Lucha Libre, Place de l’Ours 1, Lausanne luchalibre.ch

14


L A U S A N N E B O U G E | M I C R O -T R O T T O I R

DES PLATS À DÉGUSTER AU SOLEIL

Avec les beaux jours, il est difficile de résister à l’idée de déjeuner dans un parc ou au bord du lac. Sélection de bonnes adresses avec des plats à l’emporter.

Cathy Genty, employée aux CFF

Céline Piller Guérin, éducatrice de l'enfance

« Le restaurant Al Sacco propose une variété de plats faits maison. Comme il est situé à proximité de mon lieu de travail, je m’y rends souvent. En été, je prends un lunch bag pour déjeuner au parc de Milan juste sous la gare. Parmi toutes les propositions, je choisis surtout leurs salades et leur tarte au chocolat. Parfois, un collègue de travail m’accompagne et prend une tarte choux-fleurs-fromage, un sandwich végétarien et le bircher au lait de riz. Le lieu est tellement apprécié que nous commandons chez eux lors de nos réunions de travail. »

« Avec mon mari, nous nous rendons Chez Laurène presque tous les deux jours, soit pour simplement boire un verre, soit pour faire nos courses. Nous achetons notamment des bières artisanales et des petits plats faits maison. Lors des apéros au grand air, nous choisissons des saucisses sèches du Valais, des fromages de Peney-le-Jorat ou de Rossinière ainsi que des chips produites localement qui sont moins salées que celles des grandes surfaces. Nos enfants les adorent. »

Al Sacco Take Away, Rue du Simplon 13, Lausanne

Épicerie Chez Laurène, Chemin de Bérée 22D, Lausanne

Marco Engheben, employé à la Ville de Lausanne

Ben Ecoeur Moreira, apprenti employé de commerce chez Gefiswiss

« Depuis dix ans, je suis un fervent client du commerce naturel Terre Vaudoise avec son large assortiment de légumes, de pains, d’œufs et de miels. Tous les produits sont issus d’un réseau de proximité de la région. Contrairement aux idées reçues, les légumes ne coûtent pas plus cher que dans les grandes surfaces et sont de meilleure qualité. Lors d’escapades à l’extérieur, je vais jeter mon dévolu sur leurs saucissons aux herbes, le fromage, les flûtes, dont celles aux greubons, et sur leurs bières artisanales. »

« Pour des repas à l’emporter, je choisis sans hésiter le restaurant Be Oh !. Le menu proposé au quotidien, accompagné d’un dessert, ne m’a jamais déçu. Le concept de l’adresse est axé sur des produits frais, bio et durables. C’est un argument important à mes yeux. Il en va de même au niveau de leur assortiment de boissons comme les thés froids faits maison. Récemment, j’ai dégusté avec plaisir la gamme hibiscus-églantine, ainsi que celle aux arômes de chanvre (CBD). »

Magasin Terre Vaudoise, Rue de Genève 100, Lausanne

Restaurant Be Oh !, Rue de Bourg 16, Lausanne 15


L AU S A N N E B O U G E | HIS TO IRE S

L’HISTOIRE DE LAUSANNE SUR PELLICULE

Une cinquantaine de films courts racontant l’histoire lausannoise ont été réunis dans un élégant coffret DVD, avec d’anciennes publicités et une œuvre peu connue de Jean-Luc Godard.

première des actualités cinématographiques avec le Ciné-journal suisse (1923–1934). Les sujets étaient variés comme la retransmission d’une fraction d’un match de football entre la Suisse et la Tchécoslovaquie à Lausanne (1929), la présentation de la traditionnelle Fête des bouchers (1928 ou 1929) ou encore un « reportage cinématographique moderne » à Genève où le spectateur suit un incendie avec l’arrivée des pompiers. Une alerte téléphonique et l’on voit l’opérateur enfiler sa tenue de motocycliste, charger sa caméra 35 mm dans le side-car de sa moto et filer sur les lieux du brasier.

Une jeune femme dansant de joie sur le pont Bessières, une fête folklorique des années 1920 ou des images du Grand-Pont d’avant-guerre. Au total, près d’une cinquantaine de petits films retracent l’histoire de la capitale vaudoise au travers de documentaires, de publicités ou de longs-métrages. Avec ce coffret DVD, la Cinémathèque suisse a voulu rendre hommage à la ville, à son histoire et à sa topographie, en démontrant comment elle a évolué au fil des décennies et aussi comment l’utilisation de la ville a changé.

À LAUSANNE, COMME À BROADWAY En 1964, une série de films a été commandée par les autorités locales afin de présenter la beauté et le charme de la ville. À la manière des comédies musicales américaines, dont s’inspire la musique, un couple danse sur le pont Bessières ou au marché de la place de la Palud, se balade au bord du lac ou voit une ville lausannoise moderne. Une telle collection d’images, sans référence au fameux cinéaste franco-suisse Jean-Luc Godard, aurait été impossible. Loin de ses chefs-d’œuvre, le réalisateur y apparaît avec son court-métrage Lettre à Freddy Buache commandé en 1980 par la Ville de Lausanne et en tant qu’invité au Festival de Cannes en 1982 avec Inventaire lausannois d’Yves Yersin. Et à ce titre, Freddy Buache, ancien directeur de la Cinémathèque suisse, dira : « Il me semble que leur projection à Cannes, le plus important festival du monde, est un bon argument publicitaire. Les mots ‘ La Ville de Lausanne présente… ’ sur l’écran de la Croisette, n’est-ce pas touristiquement intéressant ? »

Ça c’est Lausanne (1964). Dans ses films promotionnels, Lausanne aime s’inspirer de Broadway et de ses comédies musicales.

Ainsi, les images de Lausanne à l’écran apparaissent dès la production de films, soit vers 1896. On y voit alors le débarquement du bateau à vapeur de plaisance Major-Davel au quai d’Ouchy un dimanche après-midi ou un bataillon de soldats en formation, avec fanfare en tête, à la caserne de la Pontaise. Ces images du quotidien seront la matière

Coffret DVD Lausanne – Des Lumière à Godard (1896-1982), publié par la Cinémathèque suisse. CHF 29.– Cinémathèque suisse, Casino de Montbenon, Allée Ernest-Ansermet 3, Lausanne

16


L AU S A N N E B O U G E | HIS TO IRE S

UN DRAPEAU AUX COULEURS RÉVOLUTIONNAIRES

1928 : Le Ciné-journal suisse a suivi le chantier du « plus beau cinéma de Lausanne, le Capitole ».

D’où viennent le vert et les mots de l’écusson vaudois ? Sa devise a failli être latine, avec une allusion à Guillaume Tell. Histoire. Et si les armoiries du canton de Vaud avaient été bleu et blanc avec un rappel de Guillaume Tell ? L’idée semble saugrenue, tant le blanc et le vert se sont imposés dans l’imaginaire collectif. Pourtant, les couleurs locales ont connu plusieurs variantes au début de l’indépendance du canton. À la fin du XVIIIe siècle, les Vaudois proclament leur libération du joug bernois en arborant la couleur verte, en soutien aux premiers révolutionnaires français. En 1798, la place de la Palud s’orne alors d’un drapeau vert avec l’inscription « République lémanique, Liberté, Égalité ». Cette couleur restera dans les esprits.

1932 : La modernité de Lausanne apparaît rapidement sur les écrans en mettant en avant sa tour Bel-Air.

Lors de la création officielle du canton de Vaud en 1803, les choix vont bon train quant à la définition des armoiries cantonales. Bleu et blanc en l’honneur des révolutionnaires français. Les couleurs verte et blanche sont maintenues, mais au milieu, deux mains jointes tiennent une épée surmontée du chapeau de Guillaume Tell avec la devise en latin Pro Libertate et Foedere. La proposition est décriée : exit les symboles de justice et d’union ainsi que la locution latine. Le gouvernement revient aux sources et orne l’écusson de sa devise : Liberté et Patrie. Une particularité puisque le drapeau vaudois est le seul des 26 drapeaux des cantons suisses à arborer une devise.

1980 : Dans son court-métrage Lettre à Freddy Buache, Jean-Luc Godard s’essaie au film promotionnel sur Lausanne.

17


L AU S A N N E B O U G E | HIS TO IRE S

ENTRE LUXE ET MYSTÈRE, LE CHÂTEAU D’OUCHY SE RÉVÈLE

Au bord du lac, un nouveau restaurant carnivore occupe cet étonnant édifice construit au XIIe siècle. Retour sur une histoire à la fois religieuse et audacieuse.

Un siècle plus tard, le bâtiment est reconstruit et transformé en résidence fortifiée destinée aux évêques. Au fil des siècles, le château est délaissé, et un incendie en 1609 finit de le réduire en cendres. Seul son donjon est maintenu, servant de grenier. Il faudra attendre 1885 pour que l’homme d’affaires lausannois Jean-Jacques Mercier rachète l’ouvrage au canton de Vaud. Il rase alors les ruines et les anciennes constructions, ne conservant que la tour.

Changement de décor au Château d’Ouchy. Fini les teintes blanche et bleu marine du restaurant. Sous son nouveau nom de 57° Grill, l’adresse mise désormais sur une décoration contemporaine avec un spectaculaire gril ouvert entouré d’un bar. Le ton est donné : le lieu fait la part belle aux plats à base de grillades. Une variété de viandes, de poissons et de crustacés sont au menu, préparés à 57° (d’où le nom du restaurant), qui est la température requise pour une viande de bœuf tendre. Les clients s’offrent un véritable spectacle avec une cuisine en direct, comme un show à l’américaine. « La majorité de nos produits vient de Suisse comme des poulets de la Gruyère, de l’agneau valaisan ou du bœuf grison », précise Pauline Lioté, porteparole de la Fondation Sandoz, propriétaire de l’établissement. Quelques plats végétariens et véganes figurent également à la carte.

Entre 1889 et 1893, avec l’aide de l’architecte Francis Isoz, il construit un bâtiment de style néogothique destiné à l’hôtellerie. S’ouvre alors un nouveau chapitre, durant lequel l’adresse est plébiscitée par les touristes anglo-saxons puis, un siècle plus tard, en raison d’aventures plus sulfureuses. La légende raconte que l’endroit devient un haut lieu de la drague et de fantasmes inavouables. Pour y accéder, il suffisait de commander un lait froid au bar, ce code donnait alors accès à l’étage supérieur… Rénové en 2008, et vendu à la Fondation Sandoz cinq ans plus tard, le Château d’Ouchy abrite aujourd’hui 50 chambres et s’offre une nouvelle jeunesse avec son restaurant moderne, mais aussi sa galerie d’art improvisée à l’entrée. « Tous les six mois, des artistes suisses seront à l’honneur afin de faire vivre le tissu culturel de la région », souligne Pauline Lioté.

DES FANTASMES INAVOUABLES La rénovation du restaurant donne aussi l’occasion de redécouvrir une bâtisse à la fois imposante et au charme discret. Les origines du château remontent à 1170 à la demande de Landri de Durnes, évêque de Lausanne, de faire construire une tour aux abords des rives lacustres.

Château d’Ouchy, Place du Port, Lausanne chateaudouchy.ch

18


L AUSAN N E BOUG E | REGARDS

LA VILLE TRANSFORMÉE

Animations spectaculaires et descentes à ski en pleine rue : Lausanne a porté haut ses couleurs olympiques. L’hiver dernier, le centre de Lausanne s’est transformé en une véritable enceinte sportive à l’occasion des Jeux Olympiques de la Jeunesse. En parallèle à la compétition, les milliers de visiteurs ont pu se prêter à des activités ludiques telles que la descente des rues escarpées à ski, ou assister à des spectacles en plein air comme BodyCity, qui explorait les liens entre les arts classiques et l’activité sportive. Les images de ces JOJ ont été diffusées sur 191 territoires et ont été regardées par un public estimé à plus de 150 millions de personnes dans le monde. Le spectacle BodyCity était le fruit d’une rencontre entre les arts classiques et le sport afin de montrer l’harmonie entre eux.

Des participants ont fait des acrobaties dans le ciel du Flon grâce à la rampe du Big Air.

Pendant trois semaines, certains ont pu réaliser le rêve de descendre les ruelles lausannoises à ski.

Revivez les moments de Lausanne 2020 sur : lausanne2020.sport 19


Ouverture de votre

lelixir.ch

Migros Partenaire Ouchy Jeudi 4 juin.

7/ 7 8h00 - 21h45

Av. de Rhodanie 2 • 1007 Lausanne


L AUSAN N E BOUG E | MARCHÉ

« JE METS TOUT MON AMOUR DANS MES EMPANADAS » Dans chaque numéro, The Lausanner vous présente un exposant du marché de Lausanne. Rencontre avec Maria Eliana Nunez, 68 ans, et ses chaussons à la recette secrète venue du Chili. Propos recueillis par Trinidad Barleycorn

D’abord à la rue du Pont, entre les magasins Globus et H&M, et maintenant à la place de la Riponne, son étal est bien connu des Lausannois. Chaque mercredi et samedi, Maria Eliana Nunez donne de la voix pour attirer les nouveaux clients. Originaire du Chili, elle a gardé un accent chantant, en ponctuant chaque phrase de ses fameux « mi hija » (ma fille) : « Venez, mi hija, goûtez mes empanadas ! Les meilleures de Lausanne ! » Ce titre, c’était le magazine L’Hebdo qui l’avait décerné, dans un article publié en 2015, à cette maman de jour reconvertie sur le tard dans la restauration.

Vendez-vous d’autres produits au marché ? Oui, le pebre qui est un condiment chilien que je prépare avec de la tomate, des poivrons, de l’oignon et de la coriandre. Des fois, des sopaipilla (beignets à la courge), des empanadas frites au thon, des papas rellenas (pommes de terre farcies), des chilenitos (biscuits à la confiture de lait) ou encore du pastel de Choclo, un gâteau gratiné au four avec une farce de bœuf, poulet, maïs et sucre.

Maria, d’où vient le nom Creacion Del Tata de votre stand et de votre petit restaurant ? Maria Eliana Nunez : Tata, c’était le surnom de mon père qui était directeur de prison. Sous la dictature, au Chili, il a été incarcéré et nous avons tout perdu. À sa libération, il a ouvert une petite boulangerie et mis au point ses propres empanadas dont nous gardons la recette secrète. Seuls mon frère, mon ex-mari et nos enfants, Rose et Hector, qui m’aident souvent, la connaissent !

Qu’aimez-vous le plus au marché de Lausanne ? Ma clientèle et surtout la dizaine d’enfants qui viennent chaque semaine chercher leur empanada. Cela me touche, car je m’y sens bien et j’aime rendre les gens heureux. J’aime aussi la diversité des vendeurs et la fraternité qui règne entre nous.

Comment s’organise votre travail ? Les jours de marché, j’arrive au restaurant à 6h30 pour préparer les empanadas. Puis un collaborateur transporte le matériel nécessaire jusqu’à mon emplacement au marché. De 10h à 14h, j’arrive à vendre 200 unités les samedis, et une centaine environ les mercredis. Puis à 15h, je retourne au restaurant.

Au marché, Place de la Riponne, Lausanne Mercredi et samedi de 10h → 14h.

Quel est le secret du succès de vos empanadas ? L’amour. Je mets tout mon amour dans mes empanadas. Mes clients me disent qu’on le ressent. Je suis fière de présenter un plat typique de mon pays, fait avec des ingrédients locaux et de qualité, pour seulement 6 francs. Je ne m’en lasse pas.

Restaurant Creacion Del Tata, Rue de la Borde 9, Lausanne Ouverture : mardi, jeudi et vendredi : 11h30 → 21h. Mercredi et samedi : 15h → 21h. Fermé dimanche et lundi. 21


L AUSA N N E BOUG E | NOUVELLES ADRESSES

« MON CADRE DE TRAVAIL, C’EST LE LAC ! »


L AU SA N N E BO U G E | COULISSES

Depuis dix ans, Claude-Alain Débonnaire est capitaine sur le Léman. Il évoque son métier et le sentiment de liberté qui l’accompagne. Propos recueillis par Nina Seddik

Ce n’est pas sur les eaux mais sur les rails que Claude-Alain Débonnaire entame sa carrière. Une fois son apprentissage aux CFF terminé, ce Valaisan d’origine décide de virer de bord et d’entrer à la Compagnie Générale de Navigation sur le lac Léman (CGN) en 1991. De batelier à contrôleur de billets, en passant par l’administration, il gravit les échelons jusqu’à gagner ses galons de capitaine en 2010. Un amour de la navigation nourri par le sentiment de liberté que lui procure ce métier et le contact avec des passagers venus du monde entier.

Enfin, on a le privilège de rencontrer des gens venus d’univers très variés et de tisser parfois des liens avec ceux de la région. Que représente la CGN à vos yeux ? Elle est là depuis 1873. Elle fait véritablement partie de l’histoire et du paysage romands. En parlant avec les passagers, on constate à quel point le public y est attaché. Certains nous disent même que le Léman sans les bateaux de la CGN, ce ne serait pas pareil. Quel est le moment le plus marquant de votre carrière ? Il est difficile de n’en choisir qu’un. De façon générale, je dirais que les moments difficiles sont les plus marquants. Comme les bateaux en détresse qui croisent notre route et le sauvetage de personnes tombées à l’eau lors d’une météo exécrable. Dans ces cas-là, on doit travailler dans l’urgence et en équipe. Et des liens se créent. Ce sont des événements intenses sur le plan émotionnel. C’est pourquoi nous nous réunissons tout de suite après ces mésaventures pour en parler, vider notre sac et lâcher la vapeur.

À quoi ressemble une journée type à bord ? Claude-Alain Débonnaire : Nous commençons toujours par une séance avec l’équipage au complet durant laquelle les points importants de la journée sont abordés, comme l’accueil d’une personnalité ou un événement spécial. On prépare ensuite le bateau en nettoyant le pont et en faisant les appoints, notamment, avant de mettre nos uniformes et d’aller accueillir les passagers. En haute saison, nous passons énormément de temps à bord, soit entre dix et onze heures, nous pouvons travailler jusqu’à tard le soir et aussi les week-ends. Quels aspects de votre métier préférez-vous ? La transmission, tout d’abord. En effet, il n’existe pas d’école de navigation, le métier s’apprend sur le tas. Les anciens capitaines m’ont enseigné les bases de la profession, du poste de batelier à celui de capitaine. Aujourd’hui, c’est à mon tour de transmettre le savoir. Et c’est un aspect fondamental de la fonction de capitaine. Je m’estime chanceux de faire ce métier. Imaginez-vous, mon cadre de travail, c’est le lac ! Pour moi, naviguer est une forme de liberté. On est tributaire de la météo mais cet aspect rend chaque journée différente.

Valaisan d’origine, vous embarquez souvent à Lausanne. Que représente cette ville à vos yeux ? C’est une ville où il fait bon vivre. Proche de la nature, des montagnes et de Genève, sa position est stratégique, cela permet de bien profiter de la région. J’aime aussi la diversité des activités qui y sont proposées, sur le plan culturel notamment. Enfin, je tiens à saluer les efforts de la Ville pour préserver ses endroits verts.

23


L AUSAN N E BOUG E | GA ZET TE

LE RÉALISATEUR DE CALL ME BY YOUR NAME EN VISITE Le cinéaste Luca Guadagnino, auteur de Call me by Your Name, est passé le 4 mars dans la région. Il devait être l’un des invités d’honneur des Rencontres 7e Art Lausanne, le festival cinématographique créé par l’acteur Vincent Perez, mais en raison de la pandémie de Covid-19, la majorité des prestigieux invités (comme Pierce Brosnan, Isabella Rossellini ou encore les réalisateurs Cédric Klapisch et Roland Joffé) ont renoncé à y participer.

LAUREN WASSER AU SERVICE DES FEMMES

Le mannequin américain Lauren Wasser, amputée des deux jambes suite à un syndrome du choc toxique causé par le port d’un tampon, était invitée à la 4e édition des conférences TEDx Lausanne Women le 5 décembre dernier. Lors de cette soirée au SwissTech Convention Center à l’EPFL, le modèle aux prothèses dorées a milité pour une meilleure prévention et un contrôle strict de la composition des produits d’hygiène féminine. Malgré un agenda chargé, la jeune femme, logée au BeauRivage Palace, a pris le temps de découvrir les charmes de Lausanne. « Lauren et sa manager sont restées quatre jours, confie l’organisatrice de la conférence, Ashley Puckett, qui leur a servi de guide. Nous avons visité la ville et fait notamment du shopping. Lauren a littéralement dévalisé le JSBG Store, spécialisé dans les marques suisses (lire p. 13). Nous avons également mangé des raclettes à Bô Noël, le marché de Noël de la ville. Nous avons aussi passé une soirée à danser au club XIIIe siècle. » La joyeuse équipe a encore visité les vignobles de Lavaux à Vespa avant de s’offrir un soin du visage chez Isabelle Moser-Jomini, à Lutry. 24

Qu’à cela ne tienne, Luca Guadagnino, qui rentrait de Londres en voiture et devait poursuivre sa route le lendemain en direction de Milan, a fait halte à Lausanne. Il s’est installé le temps d’une nuit dans la chambre qui lui était réservée au Beau-Rivage Palace. Il a ainsi maintenu ses obligations, et passé sa soirée avec Vincent Perez et l’ensemble de l’équipe du festival, dans l’enceinte de l’hôtel.


L AUSAN N E BOUG E | GA ZET TE

PHILIPPE GELUCK MANGE AU CHAT NOIR

À la fin de l’année dernière, le dessinateur belge Philippe Geluck, auteur de la série de best-sellers Le Chat, est venu à Lausanne. Il a visité le Musée cantonal des Beaux-Arts (MCBA) dans l’enceinte de Plateforme 10 à côté de la gare. Cette visite s’est faite dans le cadre de l’émission Sur les pas de de la RTS. Il a naturellement fait halte, comme à son habitude… au Chat Noir, à la rue Beau-Séjour. Arrivé vers 21h, il a suivi les recommandations de repas d’Olivia Visset, responsable de salle du restaurant, qui raconte : « C’est un homme ouvert et drôle. Il y a deux ans, il nous a offert le dessin que nous avons sur le bar où Le Chat dit : ‘ La nuit, tous les chats sont gris à part lui. ’ »

BERNARD CAMPAN EN TOURNAGE AU CIMETIÈRE DE MONTOIE L’ex-membre du trio d’humoristes Les Inconnus, Bernard Campan, et son grand ami le philosophe suisse Alexandre Jollien, se sont retrouvés fin novembre à Lausanne. Ils y ont tourné des scènes du film qu’ils coréalisent et co-interprètent, intitulé Presque. Des scènes ont notamment été tournées au crématoire du Centre funéraire de Montoie ainsi que dans le quartier de SaintRoch, vers la tour de l’Ale. Bernard Campan, qui logeait à l’hôtel Alpha Palmiers situé près de la gare, a passé plusieurs soirées au Café Romand, près de l’église Saint-François, un restaurant qu’il apprécie particulièrement.

25

Qui dit « amis », dit selfie pour Bernard Campan (à gauche) et Alexandre Jollien (à droite).


L AUSA N N E BOUG E | NOUVELLES ADRESSES

COUP D’ENVOI DU STADE DE LA TUILIÈRE

Après plusieurs années de travaux, la nouvelle résidence du football lausannois se dévoile enfin : le stade sera inauguré cette année afin que le Lausanne-Sport puisse s’exercer dans un nouveau cadre. du club, un restaurant et plusieurs lieux de conférences. Forte de sa volonté d’être une équipe majeure de la première division suisse, la direction du LS se dote de plusieurs terrains pour les entraînements et la formation des jeunes. Le centre sportif comptera également neuf terrains de football et buvettes destinés aux autres clubs de la ville : le FC ES Malley, le FC Concordia et le FC Racing-Club Lausanne. Côté mobilité, le stade de la Tuilière sera relié au futur tronçon du métro m3 qui fera la connexion, dès 2027, entre la gare de Lausanne et la Blécherette.

Un logo redynamisé, un nouvel équipementier pour les maillots et bientôt, une enceinte rutilante. Cette année, l’équipe de football du Lausanne-Sport (LS) inaugurera son nouveau stade de la Tuilière. Au nord de la capitale vaudoise, la résidence du LS d’une capacité de 12’000 places est construite selon les modèles des stades anglais, à savoir une proximité entre les supporters et les joueurs. Fini donc l’ovale d’athlétisme du stade de la Pontaise. À la Tuilière, la pelouse artificielle est « collée » aux tribunes. À l’extérieur, les quatre angles du bâtiment, courbés vers le ciel de l’enceinte, permettront de circuler facilement autour du stade, et serviront de portique d’entrée. Le complexe sportif comprendra également les bureaux

Stade de la Tuilière, Route de Romanel 20, Lausanne

26


L AUSAN N E BOUG E | GA ZET TE

L’ART ET LE CINÉMA À L’HERMITAGE

Le 4 septembre prochain, la Fondation de l’Hermitage va rouvrir ses portes avec l’exposition Arts et Cinéma. Jusqu’au 3 janvier 2021, l’événement va illustrer les échanges et les infuences réciproques entre les cinéastes et les plasticiens, depuis les premiers films de la fin du XIXe siècle jusqu’à la Nouvelle Vague. Des extraits, des affiches de films et des sculptures, entre autres, dévoileront ces liens intimes au travers d’œuvres de Fritz Lang, Charlie Chaplin, Pablo Picasso ou encore Jean-Luc Godard.

LAUSANNE EXPRESS

Lausanne figure au premier rang des meilleures petites villes du monde, selon un classement de Monocle, le magazine anglais du lifestyle. La Cabane des Cygnes, le petit chalet situé aux Pyramides de Vidy, a trouvé un repreneur. André König, diplômé de l’École hôtelière de Lausanne (EHL), y vendra essentiellement des produits d’artisans locaux. Le fameux jeu de société Monopoly sort une nouvelle édition sur Lausanne, avec de nouvelles adresses. Si la rue de Bourg et la place Saint-François ont disparu, le jeu de plateau accueille notamment l’EPFL et les jardins du Musée Olympique.

LA RIPONNE ET LE TUNNEL EN IMAGES

En 1723, la rivière La Louve coulait à ciel ouvert dans une ville de Lausanne verdoyante. Les diverses épidémies ont toutefois forcé les autorités à recouvrir le cours d’eau, entraînant la création de toutes pièces de la place de la Riponne. Cette histoire, et tant d’autres, se retrouvent dans le livre Riponne/Tunnel, Lausanne entre deux places, fruit d’une collaboration entre la Ville et les Éditions Favre. Avant d’avoir son propre tunnel, le quartier du même nom abritait un important marché au bois et une foire au bétail.

L’hôtel Royal Savoy célèbre son histoire au travers de l’exposition de photos et d’objets sur le thème « Le Royal Savoy en été 1920–2020 ».

LA GRANDE MUE DE LA GARE DE LAUSANNE

Le visage de la future gare de Lausanne est connu avec des quais plus larges et plus longs, des passages sous-voies élargis et plus lumineux. Cette rénovation est un élément central du programme Léman 2030 qui veut améliorer l’offre sur l’Arc lémanique et au-delà. Ce projet vise à accueillir les 200’000 utilisateurs de la gare de Lausanne attendus à l’horizon 2030 et à doubler la capacité entre Lausanne et Genève. Les chantiers devraient débuter fin 2020 et durer une dizaine d’années. 27


L A U S A N N E B O U G E | E X PAT

Simone Young est l’un des chefs d’orchestre les plus réputés au monde. Elle raconte son parcours et sa découverte de Lausanne, où elle vient de passer quatre ans. Propos recueillis par Tiago Pires

Lorsqu’elle parle de musique, Simone Young le fait avec émotion et poésie. La quinquagénaire australienne est aujourd’hui considérée comme l’un des chefs d’orchestre les plus importants au niveau mondial. De Sydney, sa ville natale, à New York, en passant par Berlin et Londres, toutes les grandes villes philharmoniques ont eu l’occasion d’accueillir sa direction artistique. Dans cette liste figure également Lausanne. Elle y a dirigé l’Orchestre de Chambre de Lausanne (OCL) à de nombreuses reprises durant quatre ans. Arrivée au terme de son mandat de principale cheffe invitée, elle raconte ses plus beaux moments lausannois.

TROUVER LE LANGAGE MUSICAL Comment êtes-vous devenue cheffe d’orchestre ? Simone Young : Le métier est né tardivement en moi. J’ai démarré ma carrière comme pianiste, puis pianiste-répétiteur à l’Opéra de Sydney. J’y jouais les partitions durant les répétitions. Un jour, en 1985, le chef d’orchestre est tombé malade et je l’ai remplacé au pied levé. À ce moment-là, j’ai senti que je venais de découvrir ma vocation. Ce fut un véritable choc ! J’étais alors une jeune femme de 24 ans qui voulait simplement faire carrière comme pianiste. Que s’est-il passé ensuite ? J’ai poursuivi des études dans le domaine de la musique, puis j’ai été nommée en 1986 nouveau chef résident de l’Opéra de Sydney. Puis j’ai obtenu une bourse d’études pour parfaire ma connaissance du métier et j’ai rejoint l’Opéra de Cologne. Par la suite, j’ai eu la chance d’être engagée par le grand chef d’orchestre israéloargentin Daniel Barenboim

28

pour diriger le Staatsoper de Berlin en 1993. J’y ai traité d’immenses œuvres telles qu’Elektra de Richard Strauss. À ce stade, ma carrière a vraiment décollé. Précisément, quel est le rôle d’un chef d’orchestre ? Lors d’une répétition, le chef d’orchestre doit donner un sens aux sons des musiciens afin de conférer un style particulier à l’œuvre. Le chef doit trouver un langage musical commun à tous les musiciens, et créer une harmonie dans les sons. Il y a presque un aspect mystique, car il faut aller puiser dans les émotions suscitées par l’œuvre. En ce sens, une représentation sera un succès seulement si le public partage cette même émotion et s’il se laisse guider par le langage musical. Et dans cette fonction, le fait d’être une femme a-t-il un impact ? Partout dans le monde, les chefs d’orchestre utilisent un langage connu de tous les musiciens. Que ce soit un


L A U S A N N E B O U G E | E X PAT

homme ou une femme qui dicte son style ne change rien. Notre rôle est de transmettre des émotions et de trouver le langage de la musique. L’Orchestre de Chambre de Lausanne vous a invitée comme cheffe à de nombreuses reprises. Qu’est-ce qui vous plaît à Lausanne ? J’avais déjà entendu parler de l’Orchestre de Chambre avant de me rendre à Lausanne en 2015. Et sur place, j’ai découvert une ambiance et une atmosphère plaisantes et studieuses. J’ai ressenti une réelle connexion entre les musiciens et mon rôle de cheffe d’orchestre. C’était quelque chose de naturel, comme un manteau que l’on met et qui nous sied d’emblée.

Est-ce différent d’autres opéras ? J’étais cheffe invitée de l’Orchestre de Chambre et non de l’opéra. Ainsi, les musiciens travaillent davantage ensemble et l’acoustique de la salle est totalement différente. Outre ces particularités, j’y ai découvert un sérieux et une énergie incroyables qui font de Lausanne un lieu spécial. Ici, vous sentez que les gens portent une émotion particulière à la musique. Quels sont vos plus beaux souvenirs à Lausanne ? Il est difficile de n’en sélectionner qu’un, tant j’ai adoré la ville, les musiciens et la connexion que nous partagions. Mais la représentation de la Symphonie de chambre n° 2

d’Arnold Schönberg était une merveille. L’orchestre a joué avec le cœur et avec précision. Votre mandat à Lausanne touche à sa fin. Quelle est la suite ? J’ai déjà plusieurs voyages et invitations prévus dans le cadre de mon métier. Je vais notamment faire une représentation à Amsterdam avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne plus tard cette année, puis je vais prendre le poste de cheffe d’orchestre du Sydney Symphony Orchestra en 2022. Entre-temps, et si mon calendrier me le permet, j’espère pouvoir revenir à Lausanne.

LES ADRESSES DE SIMONE YOUNG

« Ce lieu emblématique de Lausanne a toujours été important pour moi. J’aimais me rendre à l’intérieur pour y chercher une place tranquille et isolée. Je pouvais alors m’installer et, dans la quiétude de l’église, chercher le silence en moi. »

CATHÉDRALE DE LAUSANNE MONUMENT

Place de la Cathédrale Lausanne +41 21 316 71 61

« Quand nous répétions à la salle Métropole, dans la tour Bel-Air, nous sommes souvent allés dans le quartier animé du Flon. Et particulièrement au restaurant japonais Le Tokyo où l’ambiance est aussi agréable que les plats délicieux. »

LE TOKYO R E S TAU R A N T

Rue des Côtes-de-Montbenon 22 Lausanne +41 21 311 00 13

« Les restaurants au sein du Lausanne Palace sont intéressants, car on y retrouve toutes les saveurs et ambiances festives. Je recommande particulièrement le restaurant japonais. »

SUSHI ZEN PALACE R E S TAU R A N T

Rue du Grand-Chêne 7-9 Lausanne +41 21 331 31 31

29


Alain Freudiger dans la performance théâtrale Thermal. « Les bains thermaux nous ont servi de matière à la fois sonore et narrative. »

Les recherches olympiques d’un écrivain lausannois


I NTE RVI E W

Le dernier livre d’Alain Freudiger a fait l’objet de critiques élogieuses dans la presse française. Rencontre avec un performeur littéraire qui connaît les moindres recoins de Lausanne et qui s’est passionné pour un champion finlandais de saut à ski.

fascination pour ces images de saut à ski. À partir de là, je me suis régulièrement informé sur ses activités. Une fois qu’il a arrêté le sport, il est entré dans une déchéance complète. Il a alors mené une vie entre le rock’n’roll, la prison et le striptease tout en restant un personnage que je trouvais drôle et attachant. C’est cette complexitélà qui m’a intéressé et qui me donnait les clés pour en dresser un portrait nuancé.

Propos recueillis par Carole Extermann

À quelques mètres du bord du lac, le Centre d’Études Olympiques regroupe toutes les archives liées à l’histoire des Jeux. Une base de données d’une valeur inestimable, sur les différentes disciplines sportives, est mise à la disposition de chercheurs tels qu’Alain Freudiger. L’écrivain lausannois vient de consacrer un livre très original au champion finlandais de saut à ski Matti Nykänen. Pour ses recherches, il s’est rendu à plusieurs reprises en bordure du quai d’Ouchy, dans cette villa du Centenaire qui, avec ses kilomètres d’archives, consolide Lausanne comme la capitale mondiale de l’olympisme.

Comment avez-vous construit votre récit ? Les voix et les temporalités se croisent, et là où il me manquait des éléments biographiques, c’est la fiction qui a pris le relais. L’histoire s’ancre en Finlande, mais elle est aussi liée à Lausanne dans la mesure où je me suis rendu au Centre d’Études Olympiques pour obtenir des informations sur Matti Nykänen. La ville de Lausanne a-t-elle une influence sur votre écriture ? Mes deux premiers romans* sont fortement imprégnés de mon environnement lausannois. Pour les écrire, je me suis énormément baladé dans la ville et j’ai prélevé des éléments sur le territoire urbain. La topographie lausannoise est inspirante, avec ses montées et ses descentes, c’est particulièrement dynamisant pour la création. →

C’est ainsi que Matti Nykänen (1963-2019), véritable figure nationale finlandaise, s’est retrouvé au cœur d’un récit intitulé Le Mauvais génie (La vie de Matti Nykänen), publié en février 2020 aux éditions La Baconnière. L’ouvrage revient sur la sensation d’envol que le triple médaillé olympique disait ressentir à chaque saut, mais aussi sur sa reconversion chaotique dans la chanson et sur son alcoolisme violent. L’élan et la chute. Le livre a été très bien accueilli dans les milieux littéraires parisiens, une réussite rare pour un auteur romand. Entre approche d’avant-garde et culture populaire, Alain Freudiger enrichit depuis plusieurs années la scène culturelle lausannoise en organisant des projets dans des espaces atypiques et des performances littéraires déroutantes. Les parcs, les piscines et les cafés lausannois sont autant de lieux qu’il fréquente pour amplifier son geste créatif. Interview par téléphone en mai 2020 avec un écrivain confiné.

Publié en février dernier, le dernier roman d’Alain Freudiger Le Mauvais génie (une Vie de Matti Nykänen) explore la face cachée du sauteur à ski finlandais.

D’où est venue l’idée de consacrer un livre au champion de saut à ski Matti Nykänen ? Alain Freudiger : J’avais vu Matti Nykänen à la télévision durant mon enfance, à la fin des années 1980. Je nourrissais alors une grande

* Bujard et Panchaud ou les Faux-Consommateurs (2007) et Les Places respectives (2011).

31


I NTE RVI E W

Où trouvez-vous votre inspiration ? Les cafés ont longtemps été des endroits d’écriture pour moi. Le fonctionnement du microcosme, les terrasses, les passants, la façon dont les gens s’habillent, la manière dont ils se croisent, tous ces éléments sont particulièrement inspirants. Mais le plus souvent, les idées me viennent quand je fais autre chose. À la piscine, surtout. Aller nager déclenche mon inspiration ou me permet de résoudre un problème. Je regrette beaucoup que Lausanne ait enterré ses rivières. C’est peut-être pour ça que j’ai écrit Liquéfaction, un roman de 300 pages qui se déroule entièrement dans l’eau. Aller me promener sur les hauts de Lausanne est aussi une source d’inspiration.

place Chauderon, au centre-ville, me fascine également. Elle a un aspect disproportionné avec cette immense cascade d’eau à l’entrée. Et bien sûr, les librairies, HumuS par exemple, qui est aussi une galerie singulière. Et la salle du Capitole de la Cinémathèque suisse.

« La topographie lausannoise est inspirante, avec ses montées et ses descentes, c’est particulièrement dynamisant pour la création. »

Quels sont les lieux de la ville que vous préférez ? Je suis un amoureux des parcs. Celui de Valency, particulièrement. J’aime son côté populaire, sa pente très marquée et son allée royale entre les tilleuls. La gare du train LEB enterrée sous la Ouvert en 1928, le Capitole, propriété de la Ville de Lausanne, est le plus grand cinéma de Suisse avec 869 places.

32


I NTE RVI E W

Alain Freudiger aime « le côté populaire, la pente marquée et l’allée royale du parc de Valency ». Situé entre Lausanne et Prilly, ce parc est l’œuvre de l’architecte Alphonse Laverrière, également auteur de la tour Bel-Air.

Vous avez écrit pour la revue satirique lausannoise La Distinction, pensez-vous qu’il y a un humour propre à Lausanne ? Davantage qu’un humour, je dirais plutôt un esprit lausannois : une forme de sarcasme spécifique, quelque chose de décalé. Pour moi, cela est lié au fait que la ville regroupe une population issue de diverses régions de Suisse qui s’approprie la ville. Cette pluralité engendre une sorte de détente, les gens bousculent volontiers ceux qui se prennent au sérieux.

Raccuia, nous explorons les liens entre le texte et la musique. Dans le projet Thermal, ce sont les bains thermaux qui nous servent de matière, à la fois sonore et narrative. La dimension rythmique et sonore semble occuper une place importante dans votre écriture. Le travail d’archiviste pour la radio que je mène en parallèle de mon travail d’écriture a aiguisé cette sensibilité au son. Je suis émerveillé par la richesse des bruitages. Cataloguer les émissions de radio et découvrir ce patrimoine lausannois m’inspirent aussi. Ces pistes sonores font revivre des fantômes. Ainsi, j’ai découvert un enregistrement effectué à bord d’un tramway avec un tramelot qui annonce les différents arrêts, alors que ce type de transport lausannois a disparu dans les années 1950. C’était émouvant et ça ajoute une dimension temporelle au spectre sonore de la ville. →

Vous vous définissez comme performeur littéraire, pourquoi ce titre ? Quand j’ai commencé à écrire, j’avais peu de contacts dans le monde de la littérature. J’étais plutôt proche de musiciens locaux avec lesquels j’ai imaginé des performances. J’ai participé à de nombreuses lectures publiques. Avec le groupe Des Cendres, par exemple, un trio que nous formons avec les musiciens Benoît Moreau et Raphaël 33


I NTE RVI E W

Votre travail d’écriture rayonne actuellement au-delà de la Suisse, à Paris, ce qui est plutôt rare pour un auteur romand… Oui, c’est une grande chance pour moi de pouvoir étendre mon lectorat. Aujourd’hui, les maisons d’édition mettent plus d’énergie dans la promotion francophone, et ce travail commence à trouver écho pour moi. En Suisse, la population francophone est relativement restreinte, je suis donc particulièrement heureux de partager mes textes en dehors des frontières helvétiques. ■

Avez-vous réussi à écrire ce printemps durant le confinement ? Lors de cette période suspendue, je me suis demandé : à quoi ça sert d’être écrivain ? Je pense que mon rôle est aussi d’entretenir le lien entre les êtres. J’ai alors choisi de réaliser un podcast intitulé DéCamera. J’ai contacté des écrivaines et des écrivains qui racontaient chaque jour une histoire depuis leur chambre. J’ai moi-même eu de la peine à écrire pendant le confinement. À mes yeux, la littérature réclame du temps et de la distance. Parler de cette crise au moment où elle était en train de se dérouler m’était impossible.  

« Le cinéma Bellevaux a su garder son âme », dit Alain Freudiger. Avant de devenir un « laboratoire d’art et d’essai » en 1959, le cinéma et son bar à l’entrée servaient… d’atelier de fabrication de machines à café.

« Je pense que mon rôle d’écrivain est aussi d’entretenir le lien entre les êtres. » 

LES ADRESSES D’ALAIN FREUDIGER LE MILAN

« C’est l’un des lieux les plus sympathiques de Lausanne où l’on est toujours bien accueilli et où l’on vous trouve toujours une place, au rez-de-chaussée ou dans la salle à l’étage. Le restaurant propose une cuisine italienne généreuse, si bien qu’on le quitte chaque fois en disant : a domani ! »

BELLEVAUX

« Le Bellevaux est plus qu’une salle de cinéma qui projette des films de grande qualité, indépendants et hors circuit. C’est également un lieu de concert, d’écoute radiophonique ou de soirées littéraires. Le Bellevaux a une âme, notamment grâce à son patron qui a su réactiver et maintenir l’esprit de la salle. »

Boulevard de Grancy 54 Lausanne R E S TAU R A N T

Route Aloys-Fauquez 4 Lausanne CINÉMA

34


Parlezvous Chasselas ?


d’exemplaires, et repris par des personnalités aussi diverses que Ray Charles, Coluche, Tina Arena, Frank Sinatra et Micheline Calmy-Rey, ancienne conseillère fédérale valaisanne.

« Car ce jus-là, quand on le boit, c’est lui qui nous fait bons Vaudois ! » Ce refrain a résonné plus d’une fois dans les cabarets de l’entre-deux-guerres. On le doit au chansonnier Jean Villard (1895 – 1982), qui est devenu, sous le nom de Gilles, l’incarnation parfaite du bon vivant vaudois. Le « jus » dont il vante les louanges dans cette chanson intitulée Vive la vigne de chez nous, n’est autre que le fameux chasselas. À en croire Gilles, l’essence même de l’esprit vaudois proviendrait ainsi de la consommation de ce vin local (lire encadré p. 38). Un soir de 1945, alors qu’il se produit dans le cabaret lausannois du Coup de Soleil, le chansonnier est interpellé par une Parisienne qui lui réclame un morceau. Elle se nomme Édith Piaf. Il lui propose un titre méconnu. Emballée, elle décide aussitôt de l’ajouter à son répertoire. Les trois cloches sera vendu à plus d’un million

Né en 1895, Jean Villard, dit Gilles, a fait une grande partie de sa carrière en France, sans toutefois oublier sa région natale et son vin. (Ici photographié en 1975 par Erling Mandelmann).

36


L’ART VITICOLE VAUDOIS

La vigne est enracinée dans la culture vaudoise depuis plus d’un millénaire. Outre son apport économique, elle a aussi imprégné le caractère des habitants de la région. Un dossier réalisé par Tiago Pires

Le succès international ne détourne pas Gilles de son canton d’origine. Après avoir tenu pendant près de dix ans un cabaret parisien, l’artiste décide de revenir s’installer sur les rives du Léman, en 1958, notamment à Saint-Saphorin en Lavaux où il continuera d’écrire sur la viticulture, héritage millénaire de la région qui l’a vu naître.

C’est précisément à ce moment que les pentes abruptes et arides de Lavaux sont défrichées, puis terrassées, pour exploiter un plant de provenance autochtone, le chasselas (voir infographie p. 40). La région, qui constitue une véritable image de carte postale, est intégrée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2007.

UNE IMAGE DE CARTE POSTALE La présence de la vigne dans la région vaudoise est en effet attestée dès le IXe siècle déjà et se renforce continuellement les siècles suivants. La vague de créations monastiques dans le Pays de Vaud, au XIIe siècle, dont la règle oblige les moines à effectuer des travaux manuels, provoque l’explosion du nombre de parcelles de vignes, indique Gilbert Coutaz, ancien directeur des Archives cantonales vaudoises. La viticulture est alors avant tout destinée au vin de messe.

Au fil du temps, les parcellisations de domaines s’accélèrent dans tout le canton « pour éviter toute faillite en cas de grêle ou d’intempéries », précise Gilbert Coutaz. Cette stratégie n’empêchera toutefois pas les ravages provoqués par l’insecte phylloxéra, entre 1886 et 1918. Au total, près de 10% des vignes sont perdues à l’époque. Fiers de leur tradition viticole, les Vaudois rivalisent volontiers avec les Valaisans. En termes de volume, le Pays de Vaud se classe → 37


LE DOSSIER

aujourd’hui comme second producteur de vin en Suisse, derrière le Valais. On y compte environ 400 domaines pour un total de 3800 hectares de vignobles (contre 4800 pour le voisin valaisan). On y fait la part belle aux vins blancs, qui constituent 66% de la production. LA VIGNE SOUS LA PLUME ET LE PINCEAU La viticulture imprègne toute la culture vaudoise. Il suffit de se plonger dans les œuvres des écrivains lausannois Paul Budry (1883-1949) et Charles Ferdinand Ramuz (1878-1947) pour en mesurer l’importance. Dans sa nouvelle Vigneron, moi aussi, Charles Ferdinand Ramuz clame son amour pour la vigne, lui qui a habité à Treytorrens (Payerne), dans une simple question : « Est-ce que je serai aussi vigneron ? Tu es vigneron, pour de bon. » En peinture, la vigne a souvent servi d’inspiration aux artistes. Le Chablaisien Frédéric Rouge (1867-1950) met en avant une viticulture idéale, comme le démontre la toile Le Retour des vendanges (1934). Cette œuvre a été jugée représentative de la culture vaudoise liée au vin au point d’être intégrée à la collection de la Banque cantonale vaudoise. Parmi les autres toiles de Frédéric Rouge qui méritent d’être mises en lumière figure La Leçon de Taille (1896), exposée au Château d’Aigle.

Le roi chasselas Symbole du canton de Vaud, le chasselas est également un puissant identificateur de chaque domaine de la région.

Difficile de ne pas mentionner le chasselas : il est présent dans plus de 60% du vignoble vaudois. Pour de nombreux spécialistes, dont Tania Gfeller, responsable des vignobles de la Ville de Lausanne, ce cépage est à l’image du Vaudois : simple et convivial. « Il est un puissant révélateur

du terroir de la région à l’image d’un pinot noir en Bourgogne, par exemple. » Il est également un important représentant de chaque terroir. « Le cépage va intégrer toutes les particularités du sol. Ainsi, on aura un chasselas de Féchy, plus enrobé, avec davantage de tension et de rondeur qu’un chasselas du Dézaley qui aura davantage d’opulence et une plus forte minéralité. » Cette mosaïque de spécialités fait la force du chasselas. « Ce cépage 38

est notre tradition, explique Benjamin Gehrig de l’Office des Vins Vaudois. Il fait partie de notre ADN donc il est essentiel de s’appuyer sur lui pour faire découvrir la myriade de trésors de notre terroir. »


LE DOSSIER

LE CARNOTZET VAUDOIS La viticulture s’invite aussi dans le quotidien des gens, notamment au travers de l’emblématique carnotzet. Cette salle sans fenêtre, un peu secrète, est une sorte de local à boire et à faire la fête. Selon l’historien Bruno Corthésy, « le concept, l’objet et le nom du carnotzet ont été inventés en 1894 à l’Exposition cantonale vaudoise à Yverdon-les-Bains ». De nature intime, un bon carnotzet est installé dans un lieu fermé, souvent en sous-sol et si possible à proximité de la cave. Aujourd’hui encore, on trouve des carnotzets dans tout le Pays de Vaud, ce qui ne manque pas

d’étonner les visiteurs. On en trouve même un au sous-sol du grand hôpital cantonal, le CHUV. Le carnotzet s’accompagne naturellement d’une verrée où les convives sont traditionnellement invités à boire un chasselas. Et pour le déguster, rien de mieux qu’un gobelet vaudois (aussi appelé « godet »). Ce petit verre de cave sans pied d’une contenance de 0,6 dl est un objet emblématique de la culture vaudoise. Arborant les armoiries d’une commune ou du canton, il est employé à l’origine par le vigneron pour goûter son vin. ■

Les cinq vignes de Lausanne

LAUSANNE MORGES

LAVAUX CLOS DES MOINES CLOS DES ABBAYES

ABBAYE DE MONT

DOMAINE DU BURIGNON

CHÂTEAU ROCHEFORT

ROLLE

Pendant des siècles, la capitale vaudoise a cultivé des cépages sur son territoire. Les premiers témoignages attestent une culture viticole lausannoise dès l’an 901. « Et les dernières vignes à être cultivées sur le territoire de la capitale sont arrachées dans les années 1940 », raconte Gilbert Coutaz. Entre ces deux dates, la Ville devient un acteur fondamental de la vigne.

LAC LÉMAN

Dès 1536, elle devient propriétaire de vastes domaines situés en dehors de son territoire : le Clos des Abbayes (Dézaley), le Clos des Moines (Dézaley), le Burignon (Saint-Saphorin), l’Abbaye de Mont (à cheval entre Montsur-Rolle et Perroy) ainsi que le Château Rochefort (Allaman). Ces cinq domaines ont tous la particularité d’arborer des volets rouge et blanc, aux couleurs des armoiries de Lausanne. 39

Pour perpétrer davantage la viticulture dans les mœurs, Lausanne a rejoint, en 2018, le prestigieux réseau des Capitales de grands vignobles (Great Wine Capitals Global Network GWC). Cet organisme regroupe aujourd’hui dix grandes métropoles internationales reconnues à travers le monde pour la qualité de leurs régions viticoles, tant sur le plan économique que culturel. Un label qui pérennise l’héritage millénaire dans la culture.


DU RAISIN DE TABLE AU CHASSELAS

Cultivé depuis le XIVe siècle, le chasselas est le symbole du canton de Vaud. Comment ce raisin de table blond finit-il en bouteille ?

1

VENDANGES ~6–8 semaines

Aurélien Barrelet/Large Network

LEXIQUE

CHASSELAS Présent dans le canton de Vaud depuis le XIVe siècle, ce cépage est plus connu sous le nom de « fendant » en Valais car ses grains se fendent sous la pression. INTRANT En agriculture, ce terme désigne les produits qui ne sont pas naturellement présents dans le sol. On les ajoute afin d’améliorer le rendement d’une culture. LES SULFITES Ce minerai de soufre est utilisé pour assurer la bonne conservation du vin.

4 MÉTHODES DE CULTURE DU RAISIN Aujourd’hui, tous les vins ne sont pas produits de la même manière. Présentation des différents procédés. VIN Recours minimum aux produits chimiques et traitement de la vigne seulement en cas de nécessité. Ajout de sulfites lors de la vinification.

VIN NATUREL Insecticide de synthèse ou désherbage chimique autorisé mais aucun intrant (comme les sulfites) n’est ajouté. Aucune législation ni consensus autour d’une définition exacte n’existe.

VIN BIO Aucun traitement synthétique, insecticide ou désherbage chimique n’est autorisé dans les vignes. Les intrants de synthèse sont interdis en vinification. Seul le label Bio Suisse atteste un vin bio.

VIN BIODYNAMIQUE Le sol est renforcé à l’aide de substances d’autres plantes. Aucun traitement de synthèse n’est autorisé. L’ajout de sulfite est accepté lors de la vinification. Le cahier des charges est strict et plus restrictif que celui d’un vin bio. Seul le label Demeter fait foi.

Sources : Vinographie, Comprendre le vin en un clin d’oeil, Fanny Darrieussecq (2016) / Centre de Compétence Vitivinicole et Cultures Spéciales, canton de Vaud


2

ÉRAFLAGE ~30 minutes

Séparation des baies de raisin blanc de leur tige (rafle).

4

DÉBOURBAGE 24–48 heures

Stockage du moût dans des cuves afin que les résidus de peaux et pépins (bourbes) se déposent.

6

ÉLEVAGE 6 mois–2 ans

Sa durée dépend de l’acidité. Ajout ou non de sulfites.

3

PRESSURAGE 2 heures

Écrasement des baies pour en extraire le moût.

5

FERMENTATION ALCOOLIQUE 1 semaine

Transfert en barrique ou dans une autre cuve pour démarrer la fermentation.

7

MISE EN BOUTEILLE 10’000 bouteilles par jour pour une petite chaîne de production.


LE DOSSIER

« Chaque vin raconte une histoire » Guillaume Luyet et ses associés du bar Ta Cave viennent d’ouvrir un nouvel espace à Bâle, après avoir démarré l’aventure à Lausanne. L’occasion de revenir sur les débuts de l’aventure et d’évoquer avec lui la richesse des vins vaudois.

désolait de l’absence de produits locaux, de vins de la région et surtout d’une bonne convivialité. Nous avons alors eu l’idée de créer un espace avec d’immenses tables de cuisine afin de se sentir comme chez soi, à boire un verre autour du plan de travail avec des amis. Avec l’objectif de mettre en valeur des plats et des vins du terroir.

Propos recueillis par Tiago Pires

Et comment a germé l’idée du financement participatif  ? Nous suivions les campagnes présentes sur la plateforme américaine Kickstarter. L’idée nous est venue de faire la même chose : à savoir demander aux futurs clients s’ils étaient intéressés par une nouvelle offre de bar à Lausanne. Et comme le demande ce type de campagne, il fallait donner des « récompenses » aux investisseurs, donc nous avons décidé d’offrir l’apéro à vie. Le succès a été incroyable, avec plus de 850 personnes issues de toutes les classes sociales et de tout âge, prêtes à soutenir le projet.

L’idée a émergé sur la simple volonté de proposer un bar à vin communautaire où la convivialité serait la même que chez soi. Pour la concrétiser, Guillaume Luyet et ses deux associés ont mené une campagne participative pour financer le projet avec une belle récompense à la clé : la possibilité de déguster du vin à vie. Plus de 850 investisseurs ont permis d’ouvrir le premier Ta Cave à Lausanne en 2015 qui propose des produits et des vins de la région. Trois ans plus tard, les trois fondateurs ouvrent un nouvel espace à Genève et en mars dernier à Bâle, toujours en suivant le modèle du financement participatif. L’occasion de revenir avec Guillaume Luyet sur les particularités de l’enseigne et son amour du vin vaudois et valaisan.

Pourquoi avoir choisi Lausanne comme première ville ? Je suis Valaisan d’origine, mais j’ai étudié à l’École hôtelière de Lausanne (EHL). Dès le début, j’ai eu un excellent feeling avec la ville. De plus, j’ai toujours apprécié sa mixité sociale. Il était important pour moi de créer

Comment l’aventure de Ta Cave a-t-elle démarré ? Guillaume Luyet : Avec des amis, nous aimions faire la fête à Lausanne et découvrir de nouveaux lieux. À chaque adresse, ou presque, on se 42


LE DOSSIER

une ambiance qui permette de retrouver cette mixité, ce mélange de gens dans un bar. Aujourd’hui, on peut aisément retrouver des avocats, des étudiants, des expats, des jeunes et des plus âgés dans nos locaux. C’est exactement ce que nous voulions au départ. En ce sens, Lausanne était un choix évident. 

d’exploitation. Pourtant, dans l’intervalle, j’ai découvert une ville rhénane avec, à l’image de Lausanne, des airs de ville internationale et un caractère intimiste comme un village. Au niveau des vins, les Suisses alémaniques semblent préférer ceux qui ont du répondant en provenance d’Espagne ou d’Italie. Je vais donc en profiter pour leur faire goûter des vins romands.

Cette passion du vin est-elle née durant vos études ? Je suis né dans la restauration, car ma famille y travaille et nous possédions une cave dans la maison familiale. Ce que j’aime surtout, c’est l’histoire qu’il y a derrière le vin, celle des hommes et des terroirs. C’est pourquoi tous les produits que nous proposons racontent une histoire spéciale ou ont provoqué chez moi une vibration particulière. C’est aussi pour cela que nos clients vont trouver des produits locaux, comme des vins de la région, une truite du Jura, du fromage de chèvre de la commune vaudoise de Forel ou de la saucisse au marc de Neuchâtel. Nous ne proposons que des produits qui nous inspirent.

Vous êtes Valaisan d’origine et Vaudois d’adoption. Comment voyezvous la saine rivalité entre les deux cantons dans la viticulture ? J’adore les vins valaisans, car je suis un amoureux du paysage. La configuration des domaines, l’esthétique du terroir et son histoire m’inspirent. Dans le canton de Vaud, je suis subjugué par la richesse du sol et du terroir. Entre le Lavaux et La Côte, il y a autant de domaines qu’il y a de vins. Chacun aura sa particularité et ses propres notes. Il est intéressant de voir comment les vignerons se sont approprié une parcelle et ont su la valoriser. Et cela s’observe aussi dans toute la Suisse, où de nouveaux et jeunes vignerons reviennent à des techniques pour être en adéquation avec la nature. Je trouve cette tendance fascinante. ■

Après Lausanne et Genève, vous venez d’ouvrir un nouveau bar à Bâle. Comment se passe l’ouverture ? Elle a été chamboulée à cause du coronavirus, et nous avons dû fermer après une semaine

Ta Cave Rue du Simplon 35, Lausanne

LES ADRESSES DE GUILLAUME LUYET LA CROIX D’OUCHY

« La constance et la qualité de leur cuisine et de leur service est formidable. De plus, j’apprécie la chaleur et la tenue de cet établissement par Bernadette Blanc et maintenant son fils Gérard. »

LE VIEUX-LAUSANNE

« Depuis 33 ans, règne en ce lieu un véritable esprit de famille, notamment grâce à l’impulsion d’Anders Ahlgren et de son fils Gary. Surtout, il faut visiter leur vieille cave à vin contenant plus de 300 références de bordeaux et de vins toscans, entre autres. »

Avenue d’Ouchy 43 Lausanne R E S TAU R A N T

Rue Pierre-Viret 6 Lausanne R E S TAU R A N T

43


LE DOSSIER

À LA DECOUVERTE DU VIN VAUDOIS : Sélection d’adresses La viticulture est présente partout aux quatre coins du canton de Vaud. De La Côte jusqu’à Aigle, l’art viticole s’exprime à travers une grande variété de domaines et de caves à vins. L’ancrage de la viticulture s’observe aussi dans les bars spécialisés ou à des adresses emblématiques. Sélection de lieux incontournables dédiés à la vigne.

LE CHÂTEAU DU ROUGE

Ce château fait partie des cinq domaines appartenant à la Ville de Lausanne qui produit essentiellement des vins rouges. L’autre grande particularité du domaine concerne le passage à la culture en biodynamie depuis 2009. Le Château est également doté d’une terrasse où les visiteurs peuvent déguster du vin et des plats de la région. Le 3 octobre prochain, les Vins de Lausanne y organisent une dégustation sur le rythme d’un groupe de l’École de Jazz et de Musique Actuelle (EJMA). La même soirée se déroulera également au Domaine du Burignon, le 26 septembre prochain. Entrée libre sur inscription. Domaine du Château Rochefort Place de l’Église, 1165 Allaman chateau-rochefort.ch/fr/accueil

UN MUSÉE EN L’HONNEUR DU VIN

UNE ARCHITECTURE DÉDIÉE À LA VIGNE

Château d’Aigle Place du Château 1, 1860 Aigle museeduvin.ch

Lavaux Vinorama Route du Lac 2, 1071 Rivaz lavaux-vinorama.ch

Le musée de la vigne et du vin s’est établi en 1971 dans le Château d’Aigle avec comme objectif de sauvegarder le patrimoine viticole local. Près de 17 salles permettent de découvrir plusieurs milliers d’objets relatifs à la culture de la vigne et à la fabrication du vin. Parmi eux figurent un pressoir de 1706, des alambics, des bouteilles, des bouchons, des tastevins et des verres. Une exposition d’étiquettes termine la visite avec plus de 800 pièces provenant de 52 pays différents.

Le Lavaux Vinorama détonne par son architecture originale. Ce centre de découverte des vins et du vignoble en terrasses s’intègre parfaitement dans un environnement tout en roche. La cascade sur le côté accueille les visiteurs qui souhaitent goûter quelques-uns des 300 vins du vignoble de Lavaux : du chasselas bien sûr, mais aussi d’autres cépages emblématiques de la région.

44


LE DOSSIER

L’HOMMAGE À CORTO MALTESE

Difficile d’aller à Grandvaux sans se rendre au Caveau Corto où la statue du héros fictif de bande dessinée Corto Maltese fait face au lac Léman. Rendant un vif hommage au dessinateur italien Hugo Pratt, célèbre habitant du village jusqu’à sa mort en 1995, le caveau abrite aussi une exposition permanente dédiée à l’œuvre de l’artiste. Côté vin, le Caveau Corto est tenu à tour de rôle par dix vignerons installés en Lavaux. Caveau Corto Chemin du Four, 1091 Grandvaux caveaucorto.ch

UN NOUVEAU REGARD SUR LE VIN

METTRE L’ACCENT SUR LE BIO

Hôtel Beau-Rivage Palace Place du Port 17-19, Lausanne brp.ch

La Mécanique des fluides Rue du Midi 20, Lausanne mecaniquedesfluides.ch

Edmond Gasser a été nommé « Sommelier de l’année » par le guide Gault&Millau 2020. Au sein du restaurant d’Anne-Sophie Pic, le trentenaire parisien offre un nouveau regard sur l’accord des plats à l’aide d’une cave composée de 70’000 bouteilles.

Les associés de ce bar à vins ont décidé de mettre en exergue les gammes bio et naturelles, qui s’accompagnent volontiers d’une ardoise de produits locaux. À la rue du Midi, proche de la gare, l’adresse propose des vins suisses mais aussi français, italiens et espagnols.

45


LE DOSSIER

UNE ADRESSE HISTORIQUE

Hébergé dans une bâtisse de 1624, l’hôtelrestaurant Le Raisin est l’un des emblèmes de la viticulture à Lausanne. Par son nom et sa carte des vins, l’adresse transmet aux clients l’héritage de la viticulture lausannoise. En été, il est possible de déguster l’un des vins de la région sur la terrasse située sur la place de la Palud, juste en dessous de la Riponne où l’ambiance est festive lors des marchés les mercredis et les samedis. Le Raisin Place de la Palud 19, Lausanne leraisin-lausanne.ch

DU VIN ET DE LA MUSIQUE

Au centre-ville, on apprécie de déguster un verre de vin en écoutant un concert dans cet espace ouvert depuis l’automne 2017. Le Duke’s Bar a fait le pari d’allier vins (en majorité suisses), tapas et musique live de jazz, blues, swing, rock, musique classique, manouche ou balkanique. Duke’s Bar Rue du Flon 12, Lausanne dukes-bar.ch

LES YEUX VERS LE LÉMAN

Perchée sur les hauteurs de Chexbres, la demeure familiale Bovy s’inscrit dans la tradition vaudoise avec sa cave meublée de grands tonneaux de chêne. Les brunchs au rythme groovy d’un DJ se font dans une superbe véranda avec vue sur le lac et les Alpes. Pour une dégustation de vin, le charme de la capite du domaine saura vous séduire. Domaine Bovy Rue du Bourg de Plaît 15, 1071 Chexbres bovy.ch

46


LE DOSSIER

« La diversité viticole vaudoise est impressionnante » Johanna Dayer veut devenir la première Suissesse à décrocher le « Master of Wine », la plus haute distinction dans le monde du vin. Entre son activité de vigneronne et ses études, elle aime mettre en avant les trésors viticoles suisses et vaudois. Propos recueillis par Tiago Pires

Pour être distinguée du titre honorifique « Master of Wine », Johanna Dayer doit accumuler une masse importante de connaissances sur le monde viticole. Mais plus qu’un travail, il s’agit d’une passion pour cette Valaisanne d’origine, âgée de 29 ans, qui baigne dans la culture œnologique depuis son enfance. Pour elle, la Suisse devrait davantage exporter ses vins car le pays offre une réelle richesse dans ce domaine. Comment est née votre passion du vin ? Johanna Dayer : Lorsque j’étais enfant, mon père m’emmenait dans les vignes, voir les

cépages et sentir le vin. Plus âgée, j’ai commencé à faire de la dégustation. Au fond, j’ai toujours su que je voulais évoluer dans le domaine viticole mais le véritable déclic s’est manifesté lors d’un stage en Toscane. Ce qui me plaît particulièrement dans cet univers, c’est son éternel mouvement : il y a toujours des nouveautés ou des connaissances à acquérir, il faut constamment être proche de la vigne et suivre son évolution. Pourquoi voulez-vous décrocher le titre honorifique de « Master of Wine » ? Par humilité. Ce titre demande de la modestie car il faut toujours chercher à s’améliorer, à s’ouvrir aux autres cultures vinicoles et à découvrir le vin sous de nouveaux aspects. Lors des dégustations de vins à l’aveugle du « Master of Wine », il faut aller chercher les éléments de réponse en soi, et réfléchir comme un détective en cherchant des indices. Par exemple, on se concentre sur une saveur comme le bois de chêne américain qui a 47

des notes particulières de noix de coco. Donc il peut s’agir probablement d’un vin australien, californien ou d’un rioja. Si on perçoit des arômes rappelant le cuir, il s’agira d’un rioja. Au contraire, si les notes rappellent la pureté du fruit, ce sera avant tout des vins dits du Nouveau Monde (comme l’Australie ou les États-Unis, par exemple). Ce raisonnement est simplifié mais il démontre notre capacité à aller chercher des indices. En décrochant le titre, vous seriez la première femme suisse à devenir « Master of Wine ». Est-ce que cela ajoute de la pression ? Non, je ne ressens aucune pression car les femmes sont totalement intégrées dans le milieu viticole grâce au travail de femmes pionnières comme Madeleine Gay ou Marie-Thérèse Chappaz. Pour elles, c’était particulièrement difficile. Aujourd’hui, les mentalités ont changé et les femmes de ma génération doivent être reconnaissantes envers ces figures historiques. →


LE DOSSIER

En marge des études, vous êtes également associée au domaine viticole du Clos de Tsampéhro en Valais avec la particularité d’utiliser de l’engrais vert. Pourquoi ? Nous cherchons à produire des grands crus et nous voulons proposer un vin de qualité. C’est pourquoi nous avons décidé d’abandonner les pesticides et herbicides afin d’obtenir le label bio Le Bourgeon. Pour ce faire, nous avons repensé notre système et notre vision de la viticulture. Par exemple, nous avons planté du trèfle rouge pour remonter le taux d’azote de la terre mais aussi pour limiter l’espace des mauvaises herbes. En revanche, il faudra ensuite penser à couper l’herbe pour

qu’elle ne prenne pas de la place. Tout cela demande l’exploration d’un nouveau modèle. Nous l’avons fait, mais nous y avons consacré quatre années d’exploitation. Il faut dont être compréhensif avec les vignerons qui ne se lancent pas immédiatement dans le tout-vert. Cela prend du temps et requiert un certain apprentissage, il faut y aller étape par étape. Comment définir le vin vaudois ? Il y a une telle mosaïque de terroirs dans le canton de Vaud (sols, ensoleillement, cépages), qu’il est difficile de donner une définition unique. On pourrait bien évidemment le résumer au roi chasselas mais même ce cépage connaît une forte diversité. D’autant plus que

plusieurs mythes sont véhiculés à son sujet : un vin qui ne vieillit pas, qui n’est pas complexe, etc. Or ce n’est pas un vin si simple, il est au contraire particulièrement précieux. Pourquoi ? C’est un ovni sur la scène viticole internationale. Plusieurs pays ne comprennent pas comment un raisin de table peut devenir un vin de qualité. On le sous-estime en le traitant de vin de soif, mais il faut lui redonner ses lettres de noblesse. C’est un vin d’apéritif frais et rafraîchissant qui représente extrêmement bien son territoire et ses localités. Un chasselas du Dézaley sera totalement différent de l’un de Villette. Et c’est précisément sa force et sa richesse. ■

LA SÉLECTION DE JOHANNA DAYER

Johanna Dayer, future « Master of Wine » et associée au Clos de Tsampéhro (VS), nous livre ses coups de cœur viticoles, sélectionnés parmi la multitude de caves et domaines du canton de Vaud. LA CÔTE Domaine Henri Cruchon (Echichens) : « Catherine Cruchon poursuit le travail de son père en s’intéressant tout particulièrement à la biodynamie. C’est cet esprit d’initiative qui est intéressant à découvrir au travers des vins, dont une « Altesse » sans sulfites, aux arômes de pêche. De plus, elle produit également un excellent pinot noir et un chasselas issus de différents crus et terroirs. » La Colombe (Féchy) : « Laura Paccot dispose d’un large domaine de dix cépages différents, mais son chasselas est divin. Le « Bayel » a d’ailleurs été le tout premier vaudois à briser l’hégémonie des valaisans et à remporter la Coupe Suisse du

chasselas. Sur les traces de son père, la vigneronne continue aussi l’exploration dans les vins dits mutés*, qui ressemblent au porto. » LE LAVAUX Clos du Boux (Épesses) : « Le chasselas « Chemin de Fer » de Luc Massy fait partie des incontournables de la région. On le déguste dans toute la Suisse. Il est considéré comme une figure importante du patrimoine vaudois. Luc Massy conçoit également un rouge « Chemin de Terre », assemblage de gamay, pinot noir et merlot. Toujours dans l’idée de proposer un vin généreux. » Bujard Vins (Villette) : « Dans un style totalement différent, Béat-Louis Bujard propose

48

également un chasselas d’exception, comme son « Villette La Combe ». Il fait partie des bonnes adresses de la région. C’est une valeur sûre en termes de vin. » LE CHABLAIS Domaine de la Pierre-Latine (Yvorne) : « Philippe Gex propose une définition totalement différente du chasselas, avec une senteur de fruits blancs et légèrement anisée, dont notamment le « Clos du Crosex Grillé ». On observe qu’un même vin produit des arômes différents sur un autre terroir. » *Le mutage du vin est le procédé visant à arrêter la fermentation alcoolique du moût (raisins pressés) par l’ajout d’alcool.


BALADE

SUR LES TRACES DE L’EXPO 64

Conçue comme un événement éphémère, la gigantesque exposition de 1964 a laissé plusieurs vestiges dans le paysage lausannois. Retour sur son histoire et visite des lieux qui ont attiré 11 millions de personnes en quelques mois.

sur l’éphémère. Dans sa vision, les installations seraient démantelées une fois la manifestation terminée. Près de soixante ans plus tard, il reste cependant quelques vestiges de la manifestation, qui peuvent encore être visités. Ils permettent de redécouvrir l’esprit d’une exposition portée par l’optimisme et la foi dans l’avenir.

Par Erik Freudenreich

La balade commence dans le quartier de Sévelin. Les visiteurs en provenance de toute la Suisse arrivaient auparavant dans la gare temporaire, qui était une réalisation architecturale spectaculaire, selon François Vallotton. « Elle comportait une construction audacieuse, associant deux voûtes aplaties suspendues par une série de câbles reliés à quatre pylônes métalliques. » Un bâtiment conçu à l’image de la modernité architecturale imaginée pour animer la manifestation. « La gare participait au dispositif scénographique de l’Expo, mais possédait aussi une fonction précise visant à gérer les flux de visiteurs. » Pour commencer la balade, il suffit de se rendre depuis la gare en métro m2 jusqu’à la place de l’Europe (arrêt Lausanne-Flon), puis de prendre ensuite le métro m1 en direction de Malley. À pied, depuis le Flon, le curieux peut visiter le quartier de Sévelin qui est devenu avant tout une adresse artistique, avec notamment les spectacles de danse contemporaine du Théâtre Sévelin 36 ou les concerts au sein des Docks. →

Pendant six mois, la Suisse entière s’est concentrée à Lausanne dans le cadre de l’Exposition nationale suisse de 1964. Plus de 11 millions de personnes ont découvert l’événement qui s’est tenu entre le 30 avril et le 25 octobre. L’organisation de cette première manifestation en terres vaudoises ne s’est pas faite sans susciter diverses controverses. « Le point qui a engendré le plus de débats concernait l’emplacement, explique François Vallotton, professeur d’histoire à l’Université de Lausanne. Un collectif d’architectes voulait notamment organiser une exposition décentralisée, dans le triangle compris entre Morges, Bussigny et Lausanne, dont certains éléments devaient être pérennes. » Au lieu de cela, le comité d’organisation a opté pour les rives de Vidy sur des étendues gagnées sur les eaux du lac. Proche du centre-ville, le parcours des visiteurs pouvait donc s’effectuer à pied. Alberto Camenzind, l’architecte retenu par le comité d’organisation, portait une réflexion basée 49


Comblée et créée pour l’Expo 64, la Vallée de la Jeunesse doit son nom au « jardin Nestlé » et à sa soucoupe volante dédiée aux enfants. 1

LA COURSE À L’ESPACE Une fois descendus du train, les visiteurs cheminaient pendant environ une dizaine de minutes jusqu’à la Vallée de la Jeunesse 1 . Un vallon créé pour le comblement du Flon où étaient présentées une variété d’activités destinées aux plus jeunes. Un parc automobile miniature permettait aux enfants de se familiariser avec les règles de la circulation routière. Un autre espace de jeu offrait la possibilité de revêtir une combinaison de cosmonaute, une thématique pleinement dans l’air du temps de la conquête spatiale des années 1960. « La Vallée de la Jeunesse se voulait comme un reflet miniature de l’Expo 64, avec pour mots d’ordre une projection vers l’avenir, et la mise en avant des forces de création et de progrès. » Aujourd’hui, ouverte au public 24h/24, la Vallée de la Jeunesse est un long chemin qui serpente et descend vers le lac au milieu d’une verdure luxuriante, avec des places de jeux. La structure la plus célèbre qui subsiste est le « jardin Nestlé » coiffé d’une sorte de soucoupe volante en béton, une construction « relativement inédite à l’époque. » On y trouve aujourd’hui l’Espace des inventions, un musée scientifique interactif pour les jeunes et les familles. En 1973, le vallon accueille également

une roseraie, encore présente aujourd’hui avec plus de 8000 espèces, imaginée comme symbole de la jeunesse. On la parcourt de bout en bout, à pied, à vélo ou en skateboard. Cette étape franchie, on découvre le rond-point de la Maladière, l’un des premiers de Suisse. Il marque alors la fin de l’autoroute construite à l’occasion de la manifestation. « Le rond-point permettait de canaliser le trafic et offrait ainsi une sortie d’autoroute dans les meilleures conditions. » S’ÉTENDRE SUR LE LAC Après la descente de la Vallée de la Jeunesse, nous arrivons sur le lieu central de la manifestation. Entre Vidy et Bellerive, ce sont près de 250’000 m2 qui ont été gagnés sur le lac pour bâtir cette zone jusque-là laissée en l’état sans espace de promenade. « La question du comblement du lac n’a pas suscité de levée de boucliers à l’époque, indique François Vallotton. Il faut dire que le projet d’exposition nationale jouissait d’un bon capital sympathie à Lausanne, du fait de son impact positif sur l’économie locale et de l’aménagement urbain de la ville. » Aujourd’hui, ces rives invitent à la promenade, avec de vastes étendues de gazon ou de sable le long du lac. 50


BALADE

 2

 3

Au total, l’Expo 64 comptait huit secteurs distincts. Les visiteurs découvraient en premier la voie Suisse  2 . Véritable cœur de la manifestation, elle invitait à une réflexion sur l’histoire du pays, son système politique mais aussi ses valeurs et ses aspirations futures. Tout autour se trouvaient des espaces dédiés à l’art de vivre, aux communications et aux transports, à l’industrie et à l’artisanat, aux échanges commerciaux ou à l’armée et ses capacités de défense. Le secteur Terre, et la forêt avec ses nombreux arbres, mettait en lumière la nature et le travail à la ferme ou dans les vignes. Les installations dans le port étaient, quant à elles, consacrées au divertissement : restaurants, cafés, boutiques. Un monorail,  3 le télécanapé ou encore des vedettes rapides permettaient de se déplacer aisément d’un secteur à l’autre. Ces installations n’ont pas été conservées, mais il est facile d’imaginer les visiteurs de 1964 se déplaçant sur ce site comme dans un gigantesque Luna Park. Pour essayer de s’y plonger, les enfants peuvent encore se

promener tout autour d’une petite colline à bord du Petit train de Vidy, attraction construite également à l’occasion de l’Exposition. La tour Spiral, haute de 101 mètres, offrait quant à elle une vue d’ensemble du site. Sans oublier Le mésoscaphe Auguste Piccard, un sous-marin touristique  4 aujourd’hui exposé au Musée des transports de Lucerne. À noter que l’inventeur de ce véhicule sous-marin n’est autre que le grandpère de Bertrand Piccard, copilote de l’avion solaire Solar Impluse avec lequel il a réalisé un tour du monde entre mars 2015 et juillet 2016. Toutes les structures de l’Expo 64 étaient vouées à disparaître. Malgré cette doctrine, le Théâtre de Vidy a subsisté et constitue l’un des vestiges architecturaux les plus emblématiques de la ville. Il a été conçu par l’architecte et designer zurichois Max Bill, qui s’est appuyé sur une architecture lumineuse, basée sur un système modulaire préfabriqué. « Le théâtre a eu un certain impact auprès du public durant l’Exposition. → 51


BALADE

Imaginé par Auguste Piccard en 1953, le sousmarin touristique mésoscaphe sera construit dix ans plus tard par son fils Jacques et effectuera plus de 1000 plongées dans le lac.

 4

Cela fait partie des raisons qui ont permis à un groupe mené par le metteur en scène Charles Apothéloz de sauver ce qui est devenu depuis un haut lieu de la scène culturelle lausannoise. » À l’autre extrémité du site se trouvent les fameuses Pyramides de Vidy, un espace aujourd’hui familier des Lausannois. Au milieu de vastes espaces de gazon s’érigent deux pyramides en béton construites sur le modèle des ruines aztèques et mayas au Mexique. « Il est amusant de constater que cette esplanade destinée à évoquer la tradition et l’édification politiques de la Confédération a été investie ensuite par une jeunesse marginale comme lieu festif et alternatif. » ■

Note : Plongez davantage dans les vestiges de l’Exposition nationale avec le livre Revisiter l’Expo 64, sous la direction d’Olivier Lugon et François Vallotton, PPUR, (2014).

M1 MALLEY

VALLÉE DE LA JEUNESSE

COMITÉ INTERNATIONAL OLYMPIQUE

M2 LAUSANNE FLON

ESPACE DES INVENTIONS

RUINES ROMAINES DE VIDY

BOWL DE VIDY

GARE DE LAUSANNE

PLAGE DE VIDY-BOURGET THÉÂTRE VIDY-LAUSANNE

PYRAMIDES DE VIDY

200 M

PISCINE DE BELLERIVE


«Ensemble, tout devient possible.»

Agence générale de Lausanne Jean-Michel Parra, Agent général Rue Pichard 22, 1003 Lausanne T 021 310 02 02

www.vaudoise.ch Heureux. Ensemble. Depuis 125 ans.

Assurances


38

ES

E

AV E

ED U RU

ON ER

ROUX

23

NT PO

PO

R VIE O LI

3 GR AN

DE

CY

AVE N

Y CH

U O

D’

E NU AV E

AVE N

DÉLICES

D

9

AV E

Y

E

DE

L’E

LY S

D’O

UCH

NU

OD AN

IE

1

500 m

ÉE

O

U

NT

CH

O

IS

AV E

I

NU

29

AVE N U E

RH

EN

M

JU RI GOZ

E D E

E

DE

NU

2

E

CO U R

E

AV

E D E

ÉÂ TR

T E-

E VA 19 RD

UE

AV E

100 m

LA GARE

N AVE

NU

TH

JUS

E

NU

UL

HARPE AV EN UE DE LA

AV E

31

0

NU ED 40 U

UE

BO

R

E

ÊN

E

12

33

AV E

6 10

14

AV EN UE DE

AV E

DES

CH

RU

T

S

UE

IN

I T-

S

NE

PE T

RE

ON

DU

CH

SS

RU

BE

S-

17

NT

UI

8

RU E DE B O U RG 4

PO

LO

E CA RU

T

NIN

18

E

DE M I L A N

BA

N

GO

D-

AVE N U E D U M O NT- D’O R

ES

AN

NU

JUL

CE NTR A L E RU E

GR

AV E

21

DU

41

15

UE

E

AVE N

RU

O LI AVE N U E DE T I V

36

16

13

O LINE

AU D

VE

CH

DE G ENÈ

11

AR-

RU E

L NE N22

TU

NU

CE

CÉ S

N

AV E

A

RU E

FR

ET

E

N

D

VI

E

UE

U

E D E B EA UL

IEU

IÈR

N

N

27

7

RD

RG

BO

S B E

LA

E D E

DE

NU

42

AV E

20

RUE

AV E

24

39

E D E

DE

25

N

A

N

TO

5

U

26

37

QU AI

D’O

28

UC

HY

32 34

CGN EMBARCADÈRE LAUSANNE-OUCHY

54 54

30

LAC LÉMAN

35


CARTE

LES ADRESSES DU NUMÉRO

BARS, CAFÉS & RESTAURANTS 1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

57° Grill Place du Port 1006 Lausanne Äta Avenue de Rumine 22 1005 Lausanne Al Sacco Rue du Simplon 13 1006 Lausanne Be Oh ! Rue de Bourg 16 1003 Lausanne Caveau Corto Chemin du Four 1091 Grandvaux Coffee Page Rue du Midi 20 1003 Lausanne Creacion del Tata Rue de la Borde 9 1018 Lausanne Duke’s Bar Rue du Flon 12 1003 Lausanne La Croix d’Ouchy Avenue d’Ouchy 43 1006 Lausanne La Mécanique des fluides Rue du Midi 20 1003 Lausanne Le Meraki Place de la Riponne 10 1005 Lausanne Le Milan Boulevard de Grancy 54 1006 Lausanne Le Raisin Place de la Palud 19 1003 Lausanne Le Spot Rue du Midi 12 1003 Lausanne Le Tokyo Rue des Côtes-de-Montbenon 22 1003 Lausanne Le Vieux-Lausanne Rue Pierre-Viret 6 1003 Lausanne Lucha Libre Place de l’Ours 1 1005 Lausanne Sushi Zen Palace Rue du Grand-Chêne 7-9 1002 Lausanne Ta Cave Rue du Simplon 35 1006 Lausanne

SHOPPING 20

21

22

23

24

Épicerie Chez Laurène Chemin de Bérée 22D 1010 Lausanne Galerie Port-Franc Rue des Côtes-de-Montbenon 14 1003 Lausanne JSBG Store Rue des Deux-Marchés 13 1005 Lausanne Librairie HumuS Rue des Terreaux 18 bis 1003 Lausanne Terre Vaudoise Rue de Genève 100 1004 Lausanne

HÔTEL 25

MONUMENTS & ARCHITECTURE 36

37

38

CINÉMA 39

40

Hôtel Beau-Rivage Palace Place du Port 17-19 1006 Lausanne

41

MUSÉES 26

27

28

29

Château d’Aigle Place du Château 1 1860 Aigle Fondation de l’Hermitage Route du Signal 2 1018 Lausanne Lavaux Vinorama Route du Lac 2 1071 Rivaz Le Musée Olympique Quai d’Ouchy 1 1006 Lausanne

DOMAINES VITICOLES 30

31

32

33

34

35

Domaine Bovy Rue du Bourg de Plaît 15 1071 Chexbres Domaine de l’Abbaye de Mont Route de Etraz 3 1185 Mont-sur-Rolle Domaine du Burignon Chemin de Burignon 2 1071 Saint-Saphorin Domaine du Château Rochefort Place de l’Église 1165 Allaman Domaine du Clos des Abbayes Chemin du Dézaley 1071 Puidoux Domaine du Clos des Moines Chemin du Dézaley 1071 Puidoux

55

Cathédrale de Lausanne Place de la Cathédrale 1005 Lausanne Château d’Ouchy Place du Port 1006 Lausanne Stade de la Tuilière Route de Romanel 20 1018 Lausanne

Cinéma Bellevaux Route Aloys-Fauquez 4 1018 Lausanne Cinéma Capitole Avenue du Théâtre 6 1005 Lausanne

Cinémathèque suisse Casino de Montbenon Allée Ernest-Ansermet 3 1003 Lausanne

PLEIN AIR 42

Parc de Valency Route de Prilly 18 1004 Lausanne

TRANSPORTS Gare Lausanne-CFF Place de la Gare 1003 Lausanne

Transports publics lausannois (tl) Métro m1 Métro m2

QUARTIERS CENTRE-VILLE RÔTILLON FLON CITÉ – MON-REPOS GARE – OUCHY SAUVABELIN PULLY


LES INCONTOURNABLES

Les incontournables sur www.lausanne-tourisme.ch/incontournables

Musique live

DOCKS.CH

Lausanne


LES INCONTOURNABLES

QUARTIERS

CITÉ / MON-REPOS C’est autour de la colline de la Cité, sculptée par les rivières du Flon et de la Louve, que la ville médiévale s’est développée. Ses ruelles pavées et piétonnes, ainsi que ses monuments en sont les témoins. Dès que vous traversez le pont Bessières, vous changez complètement de décor. Le quartier Caroline abrite un centre commercial, de nombreux bars, restaurants et boutiques. Un peu plus à l’est, le parc Mon-Repos offre un havre de verdure où la tanquillité est parfois interrompue par le gazouillis des oiseaux de sa volière.

SES INCONTOURNABLES

CATHÉDRALE DE LAUSANNE

La cathédrale, considérée comme l’un des plus beaux monuments gothiques de Suisse, fut consacrée en 1275. Ne manquez pas la rose, le portail peint, les stalles du XIIIe siècle, les vitraux anciens et modernes, et les grandes orgues. Les plus courageux iront admirer la vue panoramique depuis le beffroi (accès payant) après avoir grimpé 224 marches. Visite de la cathédrale libre et visites guidées gratuites en été.

MUSÉE HISTORIQUE LAUSANNE

Dans les murs de l’Ancien Évêché, ce musée témoigne du riche passé de la ville et possède une célèbre maquette offrant une vision exceptionnelle de la cité au XVIIe siècle. Les expositions temporaires, inspirées des recherches faites sur ses collections, explorent les mille facettes du patrimoine. Une approche inédite de l’histoire de la ville ; des multimédias malins !

57

mudac Cet espace est dédié au design et aux arts appliqués contemporains. Vous y entreprenez un voyage intense et surprenant où l’art antique d’Égypte et celui d’Asie côtoient les dernières créations des designers actuels. Le musée organise des rencontres et visites guidées thématiques, et ouvre régulièrement ses portes aux arts vivants tels que la danse et autres types de performances. Jusqu’à sa fermeture provisoire le 30 août 2020, le musée prépare le déménagement de ses collections vers PLATEFORME 10.


LES INCONTOURNABLES

ESCALIERS DU MARCHÉ

Lien direct et abrupt entre la cathédrale et la place de la Palud, ces escaliers en bois mentionnés dès le XIIIe siècle ont leur forme actuelle depuis le début du XVIIIe siècle : couverts, serpentant et

PARC MON-REPOS

Ouvert au public, c’est l’un des parcs les plus prisés des Lausannois de tous les âges avec ses immenses pelouses, ses volières d’oiseaux exotiques, ses aires de jeux et ses sculptures éphémères. Parcourez ses différentes allées pour y apercevoir une

jouxtant une rue pavée très raide. Faisant partie intégrante de l’iconographie populaire lausannoise, ils sont bordés à l’ouest par un ensemble pittoresque de vitrines de boutiques et de cafés.

orangerie ainsi qu’une tour néogothique surplombant une grotte et une cascade. La Villa Mon-Repos, au centre du parc homonyme, accueillit le siège du Comité International Olympique de 1922 à 1967 avant de servir d’espace de réception.

SES INCONTOURNABLES

QUARTIER

CENTRE-VILLE C’est ici que la vie lausannoise bat son plein de jour comme de nuit. Entre immeubles du passé et nouveaux quartiers branchés, foulez pavés et grandes allées pour profiter du shopping parmi les grandes marques et les créateurs locaux. La vie nocturne avec des salles de concert et un opéra, auxquels s’ajoutent des bars et des clubs, vous tiendra éveillé jusqu’au petit matin.

PLACE ET ÉGLISE SAINT-FRANÇOIS

Les Lausannois se donnent rendez-vous sur cette place névralgique surplombée par une église médiévale. Cette dernière est devenue un haut lieu de musique et de dialogue avec l’art contemporain sous toutes ses formes. La place accueille chaque mercredi et samedi matin des stands du fameux marché de Lausanne. 58


LES INCONTOURNABLES

QUARTIER DU RÔTILLON

PLACE DE LA PALUD

PALAIS DE RUMINE

QUARTIER DU FLON

ESPLANADE DE MONTBENON

COLLECTION DE L’ART BRUT

Dans les ruelles entrelacées de l’un des plus anciens quartiers de Lausanne, fresque de Titeuf, œuvres d’art, échoppes originales et cafés bohèmes attirent désormais la population branchée. Le Rôtillon, c’est l’un des nouveaux quartiers trendy, un petit air d’Italie en plein centre-ville.

C’est la réussite architecturale de la ville. Ce quartier d’anciens entrepôts, qui débute à la place de l’Europe, a été réhabilité en zone de vie avec une multitude de restaurants, bars, clubs, boutiques, un cinéma et des espaces d’exposition. Ne manquez pas de boire un verre sur l’une des terrasses aménagées sur les toits.

Une statue polychrome, symbole de la Justice, trône sur la fontaine Renaissance au centre de cette place piétonne où se trouve également l’Hôtel de Ville. En face, touristes et enfants attendent, à chaque heure pleine entre 9 h et 19 h, le ballet d’automates au son du carillon.

Profitant de l’un des plus beaux dégagements de la ville sur le lac Léman et les Alpes, vous pourrez vous prélasser sur les pelouses devant le Tribunal de district ou vous restaurer en terrasse. S’il pleut, rendez-vous à la Cinémathèque suisse dans le Casino de Montbenon.

59

Construit à la fin du XIXe   siècle sur la place de la Riponne, cet édifice de style italianisant abrite une foule de trésors dans ses divers musées de sciences, comme le plus grand requin blanc naturalisé au monde.

La Ville créa ce musée unique au monde en 1976 en échange du legs de 5000 pièces d’art brut de l’artiste Jean Dubuffet. Située en face du Palais de Beaulieu, cette institution compte aujourd’hui plus de 70’000 oeuvres, dont 700 montrées en permanence, et exporte ses expositions dans le monde entier.


Un havre de paix AU CENTRE DE LAUSANNE

Best Western Plus Hôtel Mirabeau Avenue de la Gare 31 1003 Lausanne, Suisse T +41 21 341 42 43 contact@mirabeau.ch

Mirabeau-Annonce-A5-FR.indd 1

L’hôtel est un des trésors méconnus de la ville. Situé à seulement 400 mètres de la gare et du métro, cet hôtel 4 étoiles propose 75 chambres au calme inattendu.

www.mirabeau.ch 16.04.19 13:30


LES INCONTOURNABLES

QUARTIERS

GARE / OUCHY Les quartiers situés entre les quais d’Ouchy, au bord du lac Léman, et la gare de Lausanne invitent à la balade. Ils dévoilent plusieurs oasis de verdure, d’élégantes demeures Belle Époque situées dans de larges avenues et deux musées de renommée internationale. Depuis 2008, le métro sur pneus m2 a remplacé la « Ficelle », qui fut en 1877 l’un des premiers chemins de fer métropolitains du monde.

SES INCONTOURNABLES

CRÊT DE MONTRIOND ET PLACE DE MILAN

PARC DU DENANTOU

Avec ses vastes pelouses, ses terrains de football, ses aires de jeux, sa fontaine et ses allées ombragées, cette place inaugurée à la fin du XIXe siècle attire les familles en toutes saisons. Accédez au Crêt de Montriond par un chemin tortueux pour découvrir un panorama à 360° sur la ville, les vignobles de Lavaux, le lac Léman et les Alpes. Petit coin de paradis, le Jardin botanique permet d’admirer près de 6000 plantes alpines, médicinales, tropicales et carnivores (accès gratuit).

D’abord privé, puis ouvert au public en 1928, ce parc fut aménagé au XIXe siècle à la mode anglaise par un banquier. Laissez vos enfants gambader dans les prairies sauvages entourées de bosquets, de massifs floraux et de statues, ou jouer avec l’eau du bassin. Cet espace vert abrite depuis 2007 un pavillon thaï au toit doré offert à la ville par feu Sa Majesté le roi de Thaïlande en remerciement de ses années passées à Lausanne entre 1933 et 1951.

61


EXPOSITION PERMANENTE

La collection Entrée gratuite

EXPOSITIONS TEMPORAIRES

À fleur de peau. Vienne 1900, de Klimt à Schiele et Kokoschka Prolongée jusqu’au 23.8.2020 Kiki Smith. Hearing You with My Eyes 9.10.2020 – 10.1.2021 ESPACE PROJET

Taus Makhacheva. 4’224,92 cm2 de Degas Prolongée jusqu’au 23.8.2020 Jorge Macchi. La Cathédrale engloutie 11.9 – 22.11.2020 Anne Rochat. Prix culturel Manor Vaud 2020 11.12.2020 – 14.2.2021 Entrée gratuite

ESPACE FOCUS

Yersin dessinateur. Quittez mines grises, le printemps est là ! Jusqu’au 20.9.2020 Giovanni Giacometti. Aquarelles 16.10.2020 – 17.1.2021 Entrée gratuite

mcba.ch


LES INCONTOURNABLES

MUSÉE ET JARDIN DE L’ÉLYSÉE

MUSÉE ET PARC OLYMPIQUE

Ce musée trentenaire, l’un des premiers dédiés entièrement à la photographie, tire son aura internationale de la qualité et de l’originalité de ses expositions à Lausanne et exportées dans le monde entier, ainsi que de la dizaine de fonds et archives complets*, dont ceux de Charlie Chaplin, de Nicolas Bouvier et d’Ella Maillart. La belle maison de maître, qui accueillit Madame de Staël en 1807, est entourée d’un jardin à la française organisé en terrasses avec une vue spectaculaire sur les Alpes et le lac Léman. Jusqu’à sa fermeture provisoire fin septembre 2020, le musée devient gratuit et prépare le déménagement de ses collections vers PLATEFORME 10.

Unique au monde, Le Musée Olympique représente la première attraction culturelle de Lausanne. Chacun de ses trois niveaux est dédié à une dimension particulière de l’olympisme, historique et moderne, faisant la part belle aux nouveaux moyens de communication interactifs. Il vous faudra peut-être plusieurs visites pour tout explorer. Dans tous les cas, une halte est bienvenue au Tom Café et sur sa terrasse, au dernier étage, qui offre une vue splendide sur le lac Léman et les Alpes. Dans le parc, admirez la collection de sculptures et testez vos performances sur une véritable piste d’athlétisme. Par un jeu de terrasses, on accède à une fontaine monumentale qui jouxte les rives du lac.

CROISIÈRES SUR UN BATEAU BELLE ÉPOQUE

MUSÉE CANTONAL DES BEAUX-ARTS (MCBA)

* Ne sont pas exposés de manière permanente, consultez le programme.

Impossible de repartir de Lausanne sans avoir navigué sur le lac Léman à bord de l’un des bateaux de la Compagnie Générale de Navigation. Hormis la traversée du lac côté français, sa flotte Belle Époque, la plus importante au monde, vous embarque pour des croisières gastronomiques.

Il fait partie des musées suisses les plus anciens dédiés exclusivement à l’art. Depuis 2019, le MCBA se trouve à deux pas de la gare, sur le site de PLATEFORME 10. Une sélection de 200 œuvres de la collection, qui en compte plus de 10’000, est à découvrir sur deux étages, dans ce bâtiment considéré comme exceptionnel au niveau architectural. Celui-ci est conçu pour offrir à ses visiteurs des espaces inédits : un restaurant, une librairie-boutique, un auditoire et une bibliothèque.

63


• 7 salles d’opération à la pointe de la technologie • Plus de 540 médecins accrédités indépendants • Quelque 600 collaborateurs à votre service

La qualité au service de votre santé www.lasource.ch

www.etcdesign.ch - Photos©Th. Zufferey

« PLUS DE 105’000 PATIENTS NOUS FONT CONFIANCE CHAQUE ANNÉE »


LES INCONTOURNABLES

QUARTIERS

VIDY / HAUTES ÉCOLES L’Ouest lausannois est dominé par le campus universitaire regroupant l’Université et l’École polytechnique fédérale. Un lieu qui ravit les 26’000 étudiants près des rives du lac où ils peuvent s’adonner à de nombreux sports nautiques.

SES INCONTOURNABLES

PISCINE ET MINIGOLF DE BELLERIVE Cette piscine en plein air est équipée de grands bassins, de plongeoirs jusqu’à 10 m et de pataugeoires ludiques pour les enfants. Envie de farniente ? Allez vous prélasser sur les larges pelouses ou sur la plage (surveillée) avec accès direct au lac. Restaurant et buvettes sur place. Jouxtant la piscine, le minigolf de Bellerive est une invitation au jeu et un régal pour les familles ou entre amis.

PARC LOUIS-BOURGET ET PLAGE DE VIDY

Entre forêt riveraine et prairies, le parc Louis-Bourget est une réserve naturelle qui abrite une réserve ornithologique, un étang bordé de lucioles, une piste vita et une grande place de jeux. C’est aussi la destination idéale lors de chaudes soirées estivales : venez profiter des grils et barbecues installés sur les pelouses avant de vous adonner à une partie de foot ou de vous détendre sur la plage de Vidy ! On y rencontre également de nombreux promeneurs profitant d’un agréable chemin longeant le lac.

65


LES INCONTOURNABLES

LA MAISON OLYMPIQUE Avec sa forme inspirée du mouvement d’un athlète, la Maison olympique est l’un des bâtiments les plus durables du monde. Conçue pour refléter la mission globale du CIO de rendre le monde meilleur grâce au sport, elle réunit sous un même toit l’ensemble du personnel du CIO, soit 500 employés. (Fermée au public.)

MUSÉE ROMAIN ET RUINES GALLOROMAINES

Le Musée romain de Lausanne-Vidy propose une présentation de la Lousonna (Lausanne) gallo-romaine, ainsi que diverses expositions temporaires. Dans un cadre bucolique mêlant verdure, plan d’eau et ruines, ne manquez pas la balade dans les vestiges du forum du vicus (bourg) Lousonna daté de 15 av. J.-C. et qui est l’un des plus grands de Suisse. Ce parc archéologique a été réaménagé en 2019.

ESPACE DES INVENTIONS Vos enfants sont des scientifiques en herbe ? L’Espace des inventions, situé dans un étrange bâtiment au toit concave de 1964, est un lieu pour eux ! Sa vocation est d’éveiller l’intérêt des jeunes à la science et à la technique grâce à des expositions interactives et ludiques qui se renouvellent régulièrement.

CAMPUS UNIVERSITAIRE ET ROLEX LEARNING CENTER

Le campus universitaire comprend l’École polytechnique fédérale de Lausanne, ainsi que l’Université de Lausanne, dont les premiers bâtiments furent construits dans les années 1970. Depuis, le site s’est rapidement agrandi et a intégré des bâtiments dont l’architecture est admirée au-delà des frontières. C’est le cas des douces ondulations du Rolex Learning Center signé par le bureau d’architecture japonais SANAA. Il sert à la fois de lieu d’apprentissage, de rencontres et d’échanges ; c’est aussi une bibliothèque abritant plus de 500’000 ouvrages.

66


LES INCONTOURNABLES

QUARTIERS

SAUVABELIN / CHALET-À-GOBET Au nord de la ville, les vastes étendues de forêts, qui représentent 400/₀ de la superficie communale, sont autant d’occasions de balades et de pratique de sports en plein air. À 873 m, le Chalet-à-Gobet est le point culminant de l’agglomération lausannoise, soit 500 m plus haut que le lac Léman. Le cadre bucolique de Sauvabelin avec son lac, son parc et sa tour vous enchantera.

SES INCONTOURNABLES

AQUATIS

Ce complexe architectural novateur, facilement atteignable en métro, intègre le plus grand aquarium d’eau douce d’Europe et le vivarium de Lausanne. Suivez le parcours

de découverte constitué de 50 bassins illustrant une vingtaine d’écosystèmes aquatiques situés sur les cinq continents.

67


– JARDINS & SCULPTURES –

Les Jardins les plus spectaculaires de Suisse ouverts jusqu’au 25 octobre 2020 Devenez membre de notre nouveau club, découvrez les cinq Grand Crus du Domaine et profitez de nombreux avantages exclusifs.

Un parc de 30 hectares de jardins offrant une vue à 180° sur les Alpes et le lac Une collection de milliers de fleurs au grès des saisons Plus de 80 sculptures monumentales d’artistes locaux et internationaux Le Royaume du Roi Lézard pour les familles Galerie d’art, boutique et dégustations des vins du domaine

Photos: Régis Colombo

chateauvullierens.ch/wine-club

• • • • •

Retrouvez-nous sur les réseaux: #chateauvullierens

www.chateauvullierens.ch | 079 274 79 64


LES INCONTOURNABLES

CAMPAGNE ET FONDATION DE L’HERMITAGE

CHALET-À-GOBET ET CENTRE SPORTIF DE MAUVERNAY

Cette localité abrite une école hôtelière, une piste de ski, un centre équestre, ainsi qu’un golf. Son centre sportif propose des parcours de course à pied et de VTT (vestiaires et douches à disposition).

Au cœur de la campagne de l’Hermitage trône une maison de maître construite vers 1850 et qui abrite aujourd’hui un célèbre musée de peinture. Dans les jardins à l’anglaise peuplés d’arbres majestueux, des bancs invitent à la contemplation d’un panorama unique sur la vieille ville, le lac et les montagnes.

PARC ET LAC DE SAUVABELIN

TOUR DE SAUVABELIN

Créé en 1888 au cœur d’une forêt de chênes, le lac de Sauvabelin est rapidement devenu un lieu de promenade prisé des Lausannois. Le parc alentour fait le bonheur des petits qui y découvrent des animaux peu communs comme des porcs laineux, des vaches grises, des chèvres bottées et des moutons miroirs.

Cette tour construite en bois massif local dans le respect de l’environnement est l’une des nombreuses destinations de balade dans les hauts de la ville depuis 2003. Profitez de la vue à 360° à 35 m de hauteur après avoir grimpé les 151 marches de son escalier en vis d’Archimède. Accès gratuit.

69


L A U S A N NLEE BS OI N UC GO EN | TNOOUURVNEAL B L EL SE SA D R E S S E S

LAUSANNE ET ENVIRONS

L’agenda des événements à ne pas manquer

18.09 → 20.09.20 LABEL SUISSE, FESTIVAL DE MUSIQUE 100% SUISSE www.labelsuisse.ch

25.10.20 LAUSANNE MARATHON 2020 www.lausanne-marathon.com

19.11 → 31.12.20 BÔ NOËL LAUSANNE – MARCHÉS DE NOËL www.bo-noel.ch

19.11 → 31.12.20 FESTIVAL LAUSANNE LUMIÈRES www.lausannelumieres.ch

17.09 → 21.09.20 18.09 → 20.09.20 02.10 → 14.10.20

14.10 → 18.10.20 25.10.20

28.10 → 01.11.20

19.11 → 31.12.20

19.11 → 31.12.20

BDFIL – Festival de bande dessinée de Lausanne

Label Suisse, festival de musique 100% suisse

www.bdfil.ch www.labelsuisse.ch

Cirque Knie

www.knie.ch

Lausanne Marathon 2020

www.lausanne-marathon.com

Lausanne Underground Film & Music Festival

JazzOnze+ Festival Lausanne

Bô Noël Lausanne – Marchés de Noël

Festival Lausanne Lumières

www.lausanne-tourisme.ch/evenements

Liste non exhaustive et sous toute réserve de modifications ou d’annulations en raison du COVID-19.

www.luff.ch

www.jazzonzeplus.ch

www.bo-noel.ch

www.lausannelumieres.ch


MUDAC_EXTRAORDINAIRE_ANNONCE_168x115_05-05.indd 1

06.05.20 15:02


I N FO S P R AT I Q U E S

LES ADRESSES DE

LAUSANNE TOURISME À (RE)DÉCOUVRIR

RENSEIGNEMENTS TOURISTIQUES Les trois centres d’information et d’accueil de l’Office du tourisme sont à votre service à la gare CFF, à la cathédrale et au bord du lac dans la gare du métro m2, station « Ouchy-Olympique ». Vous y découvrirez une foule de prestations mises à votre disposition – titres de transport, plans d’orientation, itinéraires conseillés et excursions au départ de Lausanne, brochures diverses, liste des hôtels, etc. – ainsi que les actualités culturelles et de loisirs. BUREAUX D’ACCUEIL AU PUBLIC DE LAUSANNE TOURISME GARE DE LAUSANNE Pl. de la Gare 9 Hall central de la gare CFF Septembre à mai : tous les jours : 9h → 18h Juin à août : tous les jours : 9h → 19h

LAUSANNE TOURISME & BUREAU DES CONGRÈS Administration Av. de Rhodanie 2 Case postale 975 CH-1001 Lausanne +41 21 613 73 73 www.lausanne-tourisme.ch info@lausanne-tourisme.ch

GARE DU METRO M2, STATION « OUCHY-OLYMPIQUE » Pl. de la Navigation 6 Septembre à mai : tous les jours : 9h → 18h Juillet à août : tous les jours : 9h → 19h CATHÉDRALE DE LAUSANNE Avril, mai et septembre : lundi à samedi : 9h30 → 13h / 14h → 18h30 ; dimanche : 13h → 17h30 Juillet et août : lundi à samedi : 9h30 → 13h / 14h → 18h30 ; dimanche : 13h → 17h30 Octobre à mars : lundi à samedi : 9h30 → 13h / 14h → 17h ; dimanche : 14h → 17h www.lausanne-tourisme.ch/bureaux-info

72

VILLE DE LAUSANNE - INFO CITÉ Point d’information de la Ville de Lausanne, le bureau « info cité » a pour mission de renseigner, d’orienter et de guider les Lausannois et les hôtes de passage. Pl. de la Palud 2 CH-1002 Lausanne Du lundi au vendredi : 8h → 17h +41 21 315 25 55 www.lausanne.ch/infocite infocite@lausanne.ch


I N FO S P R AT I Q U E S

INFORMATIONS GÉNÉRALES

LAUSANNE EN BREF Lausanne bénéficie d’une situation géographique privilégiée au centre de l’Europe. Elle est facilement atteignable en train, en voiture, en bateau. Si vous arrivez en avion, vous avez le choix entre l’Aéroport international de Genève (40 minutes) et l’Aéroport international de Zurich (2h30).

LAUSANNE, CHEF-LIEU DU CANTON DE VAUD ET QUATRIÈME VILLE DE SUISSE Lausanne se distingue par son dynamisme, sa capacité à innover et la diversité de son offre touristique destinée à tous les publics. Elle abrite le siège de plusieurs multinationales, de hautes écoles et de centres de recherche renommés, plusieurs dizaines de fédérations sportives internationales et de nombreuses institutions culturelles.

POPULATION Ville de Lausanne Agglomération Canton de Vaud

146’000 habitants 400’000 habitants 806’000 habitants

LANGUE Langue officielle Français

GÉOGRAPHIE Latitude Longitude

ALTITUDE 372 m au bord du lac 495 m au centre-ville 852 m au nord de la ville

46°32’ N 06°40’ E

HORAIRE GMT+1 (horaire d’été +1 = mars à octobre)

CLIMAT Température annuelle moyenne 14 °C Température moyenne en été 24 °C Du fait de la forte déclivité de la ville (500 m), le climat se modifie selon les quartiers puisqu’on compte 1 °C d’écart de température tous les 100 m. En hiver par exemple, il n’est pas rare que la partie supérieure de la ville soit enneigée pendant plusieurs semaines.

73


Affaire traitée par

Tissons des liens • • •

Conseil de direction Expertises Evaluations d’entreprises

Conseils et services fiscaux

• • •

Gestion fiduciaire et administration de sociétés Conseils et services juridiques Révision

• •

Révision de comptes des collectivités publiques Gestion financière et comptable

Comptabilité et gestion des salaires

Ofisa S.A . Siège social de Lausanne Chemin des Charmettes 7 • Case postale 7063 CH-1002 Lausanne • Tél. +41 21 341 81 11 Fax +41 21 311 13 51 • Email. fidu@ofisa.ch Succursales à Genève et Sion

Annonce_ofisa_168x115mm_11.05.20.indd 1

SERVICES

INFRASTRUCTURE | +41 21 643 74 74 | info@syselcloud.ch

50

ans

Ofisa S.A. Lausanne Ch. des Charmettes 7 Case postale 7063 CH-1002 Lausanne Tél. +41 21 341 81 11 Fax +41 21 311 13 51

Genève Place de Saint-Gervais 1 Case postale 1988 CH-1211 Genève 1 Tél. +41 22 311 24 66

CONSULTING

SÉCURITÉ

| +41 21 643 74 60 | www.syselcloud.ch

| Syselcom Mutuelle Informatique SA Chemin de Maillefer 36 1052 Le Mont-sur-Lausanne Suisse

Sion Av. de la Gare 16 Case postale CH-1951 Sion Tél. +41 27 323 78

Email fidu@ofisa.ch • www.ofisa.ch

Ofisa s.a. Lausanne • Ch. des Charmettes 7 • Case postale 7063 • CH-1002 Lausanne • Tél +41 21 341 81 11 • Fax

Vo s d é fi s , n o t r e m é t i e r

11.05.20 10:56

SyselCloud votre partenaire informatique de A à Z

CLOUD

1970-2020


I N FO S P R AT I Q U E S

LAUSANNE PRATIQUE

Voici quelques contacts à garder à portée de main pour faciliter votre séjour. Vous avez accès à toutes les informations nécessaires dans nos trois bureaux d’accueil répartis dans la ville.

TÉLÉPHONES D’URGENCE

ARGENT Franc suisse (CHF) 1 euro = 1.05 CHF (taux indicatif)

112 Numéro international pour appels d’urgence 117 Police (délits et vols, urgences seulement) 118 Service du feu

BUREAU DE CHANGE Gare de Lausanne Lundi à vendredi : 8h → 18h30 ; samedi : 9h → 18h ; dimanche : 10h → 18h

140 Service de dépannage routier 144 Ambulance

TÉLÉPHONES UTILES

OFFICES DE POSTE DU CENTRE-VILLE :

+41 21 314 11 11 CHUV Centre Hospitalier Universitaire Vaudois

LAUSANNE 2 SAINT-FRANÇOIS Pl. Saint-François 15 +41 848 888 888 Lundi à vendredi : 7h30 → 18h30 ; samedi : 8h → 11h30

+41 848 133 133 Centrale des médecins de garde 1811 Renseignements téléphoniques

LAUSANNE 1 DÉPÔT Pl. de la Gare 1 / Av. de la Gare 43 bis +41 848 888 888 Lundi à vendredi : 8h → 18h30 ; samedi : 8h → 16h  www.poste.ch

162 Météo suisse 163 Trafic routier

BUREAU DES OBJETS TROUVÉS POLICE DE LAUSANNE Pl. de la Riponne 10 +41 21 315 33 85 Renseignements téléphoniques uniquement le matin Lundi à vendredi : 13h → 16h www.lausanne.ch/objets-trouves

LAUSANNE ULTRACONNECTÉE La Ville ne cesse de développer les hotspots permettant de surfer gratuitement. Actuellement, 10 accès WiFi sont disponibles sur les principales places de la ville : Flon, Palud, Riponne, Gare, Saint-François, Montbenon, Navigation, Port, Musée historique, Aéroport de la Blécherette.

APPLICATIONS MOBILES UTILES Retrouvez ici les applications utiles pour votre séjour à Lausanne. Agenda, hôtels, location de vélos en libre-service, transports publics et bien plus encore ! PLUS D’INFOS SUR : www.lausanne-tourisme.ch/mobile-apps

PLUS D’INFOS SUR : www.lausanne-tourisme.ch/bon-a-savoir

75


I N FO S P R AT I Q U E S

LAUSANNE AU CŒUR DE LA RÉGION DU LÉMAN Située au coeur de l’Europe, la Capitale olympique représente le point de départ idéal pour découvrir ses environs enchanteurs entre lac, montagnes, campagne, vignobles et forêts.

SE DÉPLACER À LAUSANNE On se rend à Lausanne par les voies terrestres, aériennes et même lacustres. Cette ville modèle en termes de développement durable possède un réseau de transports publics idéal pour partir à sa découverte.

UNE CARTE QUI VOUS OFFRE TRANSPORTS ET RABAIS !

www.lausanne-tourisme.ch/ltc

N’oubliez pas de demander à votre établissement d’hébergement votre Lausanne Transport Card & more (LTC) personnelle ! Vous pouvez emprunter librement les transports publics de l’agglomération (bus, train, métro) durant tout votre séjour (maximum quinze jours). Mais ce n’est pas tout ! Grâce à nos partenaires, vous bénéficiez de rabais exceptionnels et d’avantages auprès de nombreux musées, commerçants et autres prestataires de loisirs.

TRANSPORTS PUBLICS DE LA RÉGION LAUSANNOISE L’application « tl_live » permet d’acheter son titre de transport, de rechercher les itinéraires et les horaires en temps réel. CENTRE CLIENTÈLE FLON Pl. de l’Europe 5b +41 21 621 01 11 Lundi à vendredi : 7h → 19h ; samedi : 9h → 18h www.t-l.ch

CARTE JOURNALIÈRE MOBILIS « GRAND LAUSANNE » Plein tarif CHF 9.30, tarif réduit CHF 6.90. Ce titre de transport vous permet de profiter durant une journée entière de toutes les entreprises de transport de la Communauté tarifaire vaudoise présentes dans le périmètre du Grand Lausanne. Disponible aux distributeurs à billets ou aux points de vente. Plus d’informations sur www.mobilis-vaud.ch

PLUS D’INFOS SUR :

www.lausanne-tourisme.ch/ltc

76


I N FO S P R AT I Q U E S

RENSEIGNEMENTS UTILES CHEMINS DE FER FÉDÉRAUX (CFF) Consultez les horaires pour les correspondances nationales ou internationales depuis ou vers Lausanne. Préparer son voyage et acheter des billets pour des voyages en Suisse devient un jeu d’enfant avec l’application « Mobile CFF » Infos CFF – service voyageurs : Pl. de la Gare 5a +41 848 44 66 88 (depuis la Suisse) +41 51 220 11 11 (depuis l’étranger ou avec un numéro étranger) www.cff.ch

AÉROPORT INTERNATIONAL DE GENÈVE Deuxième de Suisse après Zurich, l’Aéroport de Genève se situe à quarante minutes en train de Lausanne (cinq trains par heure). Il bénéficie d’un réseau fort de 142 destinations directes, dont 23 intercontinentales. Rte de l’Aéroport 21 Grand-Saconnex +41 0848 19 20 20 (infos départs et arrivées) www.gva.ch

AÉROPORT DE LAUSANNE LA BLÉCHERETTE Ce site aéronautique se situe à proximité du centre-ville de Lausanne. Baptêmes de l’air et vols-taxis. Av. du Grey 117 +41 21 646 15 51 www.lausanne-airport.ch

COMPAGNIE GÉNÉRALE DE NAVIGATION (CGN) De la simple traversée du lac pour se rendre en France à la croisière gastronomique sur un bateau Belle Époque à roues à aubes, chaque expérience sur les eaux lémaniques devient un souvenir inoubliable. Av. de Rhodanie 17 +41 900 929 929 www.cgn.ch

PUBLIBIKE – VÉLOS EN LIBRE-SERVICE Vous trouverez toutes les informations sur les nouvelles offres et les réseaux à Lausanne-Morges sur le site PubliBike. +41 58 453 50 50 www.publibike.ch/fr/publibike

CHEMIN DE FER LEB Envie de passer une journée à la campagne ? Embarquez dans le Lausanne-Échallens-Bercher qui part du Flon. Vélos et poussettes bienvenus à bord. Gare Lausanne-Chauderon +41 21 621 01 11 www.leb.ch

www.lausanne-tourisme.ch/se-deplacer-a-lausanne

SE LOGER À LAUSANNE Souhaitez-vous trouver un établissement central et bon marché après avoir profité de la vie nocturne lausannoise ou rêvez-vous de passer la nuit dans un cinq étoiles face au lac ? Avez-vous besoin d’une chambre confortable près du Centre de congrès de l’EPFL ? D’un hôtel disposant de salles de séminaires équipées high-tech ? Ou imaginez-vous un week-end romantique dans un boutique-hôtel ? Avec plus de 7000 lits de 1 à 5 étoiles supérieurs répartis dans une soixantaine d’établissements, la ville de Lausanne peut accueillir tous ses hôtes dans les meilleures conditions, qu’il s’agisse d’un séjour d’affaires ou de loisirs. PLUS D’INFOS SUR : www.lausanne-tourisme.ch/hebergements (pour les réservations hôtelières)

77


Lausanne par des Lausannois

Camille, la chasseuse de merveilles

Victoria, la green smoothie

SÊbastien l’aventurier

Retrouvez tous les Lausanners et leurs bons plans sur www.thelausanner.ch


Découvrez la ville autrement

LAUSANNE EN DOUCEUR

TASTE MY SWISS CITY LAUSANNE

Découvrez la magie de la ville et ses secrets en compagnie d’un guide professionnel. Explorez le centre de Lausanne, son architecture antique et moderne, ses coins pittoresques et ses quartiers branchés. Pour terminer en douceur, une surprise gourmande viendra rendre cette expérience inoubliable ! (Deux heures, tout public.)

Un voyage de découvertes culinaires. L’entrée, le plat et le dessert sont servis dans trois endroits différents au cœur de la ville, sur recommandation des locaux. Choisissez votre expérience culinaire et soyez gourmand !

www.lausanne-tourisme.ch/activites

www.lausanne-tourisme.ch/activites

UN CARNET DE VOYAGE POUR VOTRE SÉJOUR EN FAMILLE À LAUSANNE Pour divertir vos enfants pendant que vous visitez la ville, Lausanne Tourisme leur offre un Carnet de Voyage rempli d’activités ludiques et créatives, dans un kit avec une pochette ultralégère, des crayons de couleur, un taille-crayon, une gomme et un tube de colle. Venez chercher un Carnet de Voyage pour chacun de vos enfants âgés entre 5 et 10 ans dans l’un de nos bureaux d’accueil ou renseignez-vous auprès de votre lieu d’hébergement. www.lausanne-tourisme.ch/fr/carnet-de-voyage

PROFITEZ DE NOS OFFRES SPÉCIALES ET DE NOS BONS PLANS SUR : www.lausanne-tourisme.ch/activites

Bureaux d’information : Ouchy, Gare, Cathédrale +41 21 613 73 73 info@lausanne-tourisme.ch

79


I N FO S P R AT I Q U E S

DES ACTIVITÉS POUR PETITS BUDGETS Une offre de loisirs accessibles à tous

LA VILLE DE LAUSANNE PROPOSE PLUSIEURS ACTIVITÉS POUR LES BUDGETS MODESTES. VOICI QUELQUES EXEMPLES DE SORTIES À APPRÉCIER EN FAMILLE OU ENTRE AMIS.

DE CHF 0.– À 8.50 • Aquasplash avec cinq toboggans géants, Renens (entre CHF 4.– et 8.–)

GRATUIT • Bowl de Vidy pour les skaters • Concert à l’église Saint-François chaque samedi à 17 h

• Ascension de la tour de la cathédrale (de CHF 1.– à 5.–)

• Des centaines d’oiseaux multicolores à la volière du parc Mon-Repos

• Bowling de Vidy (entre CHF 4.50 et 7.50 par personne)

• Entrée libre dans la plupart des musées le premier samedi du mois

• Bowling du Flon (entre CHF 5.– et 8.50 par personne)

• Midi-concerts chaque mercredi d’octobre à mars à la Haute École de Musique de Lausanne

• Minigolf de Bellerive (gratuit jusqu’à 4 ans puis CHF 6.– jusqu’à 16 ans, sinon CHF 8.–)

• Parcours de VTT au Chalet-à-Gobet

• Petit train de Vidy (CHF 3.– la course)

• Ascension de la tour de Sauvabelin

80


Profile for LAUSANNE TOURISME

The Lausanner - Vigne, Vin, Vaud  

La vigne est omniprésente dans la vie des Vaudois. Elle a façonné des paysages, comme les coteaux raides de Lavaux, classés au patrimoine mo...

The Lausanner - Vigne, Vin, Vaud  

La vigne est omniprésente dans la vie des Vaudois. Elle a façonné des paysages, comme les coteaux raides de Lavaux, classés au patrimoine mo...

Profile for jiempe

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded