__MAIN_TEXT__

Page 1

LE SUICSIDJEEUNES CHEZ LE PARLONS-EN!


I. INVERSE NCE LA TENDA Aujourd’hui, le suicide reste un des sujets les plus tabous dans notre société. Qui de la victime, de la famille ou des amis peut réellement briser le silence? En réalité, peu de personnes osent librement en parler de peur d’effrayer, de perturber voire d’importuner son entourage. Et puis, le suicide reste fortement lié à un sentiment de culpabilité et de honte…

8 2

ur 10 personnmee squesprès de huit personnes sur

se « On esti suicider ou qui se e d té n te t n o récédix qui ent déjà parlé p ai av en s ée id ic sont su ou une copine. » n ai p co n u à t demmen


Plus interpellant, le suicide abouti est devenu la deuxième cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 34 ans, après les accidents de la circulation. Quant aux tentatives de suicide - que les initiés appellent « TS » -, elles sont trente fois plus nombreuses… Alors pour tenter d’inverser la donne, les Jeunes MR veulent t’ouvrir les yeux sur ce phénomène pour que tu en parles autour de toi et pour que tu puisses aider un jour un copain ou une amie dans le besoin…

JEUNES MR

Et pourtant, la situation en Belgique devient préoccupante : les chiffres sont en constante augmentation ces dernières années si bien qu’on a compté, en 2007, plus de morts par suicide que de victimes de la route .

3


E C N E C S E L O D mal II. A [n.f.] : Etre . dans sa peau

Il n’existe pas de portrait-type de la personne suicidaire, car le geste qui peut amener au suicide dépend de trop de facteurs : le vécu, les relations affectives ou encore l’environnement scolaire, familial et socio-professionnel. Et pourtant, l’adolescence reste encore et toujours une période «dangereuse». En effet, c’est à l’adolescence que bon nombre de changements marquants se manifestent.

4

Alors que ton corps se modifie, tu dois aussi te construire une identité personnelle et te trouver un moyen de t’affirmer. Et ces transformations sont souvent liées à une pression associée à ta réussite à l’école, à la maison et dans la société - en te faisant accepter au sein de différents groupes de jeunes par exemple.


Pour certains, ce passage de l’enfance à l’âge adulte peut parfois s’avérer compliqué, pénible, intimidant et angoissant… Et comme tu n’as pas forcément suffisamment d’expériences pour savoir que les situations difficiles ont toujours une fin, certains sont amenés à penser au suicide pour mettre un terme à une souffrance insupportable.

”. r i n i f n e x u e III.“Je vignes avant-coureurs. En réalité, la plupart des jeunes qui pensent au suicide ne sont pas décidés à mourir. Ils ne savent pas s’ils préfèrent vivre ou mourir, alors ils prennent des risques plus ou moins grands dans l’espoir que quelqu’un leur sauvera la vie. Et même si le suicide est souvent un acte soudain et imprévisible, on peut dans la majorité des cas repérer des signaux d’alarme plus ou moins évidents chez eux. En quelque sorte, c’est leur façon de demander de l’aide ou de révéler l’importance de leurs problèmes.

TpoIVsé E? A N R E T L A E ste violent La «SLeEUsuL icide est un ge voit plus e e lorsque l’on n contre soi-mêm es. » m lè s à ses prob d’autres solution

JEUNES MR

Les s

5


Pour t’aider à détecter les signaux d’alerte, voici pêle-mêle quelques signes avertisseurs fréquents: x Changer soudain de comportement, de caractère, d’humeur, être irritable ou agressif. x S’isoler. x Manquer d’intérêt dans de nombreux domaines. x Se négliger. x Décrocher brutalement au niveau scolaire ou professionnel. x Consommer abusivement de l’alcool, des drogues ou des médicaments. x Avoir des sentiments contradictoires et de désespoir. x Parler du suicide via des messages directs du type: « Je n’ai plus le goût de vivre », « Je vais me tuer », « Je veux mourir », « Parfois, j’aimerais mieux être mort » ou via des messages indirects du type « Je vais faire un long voyage », « Vous seriez bien mieux sans moi », « Bientôt vous n’aurez plus à vous préoccuper de mes résultats scolaires », « Personne ne m’aime ». x Ecrire à propos du suicide ou le représenter sur une feuille. x Donner un objet personnel auquel on est attaché. x Idolâtrer des personnes ou des stars qui se sont suicidées.

6


de « Il n’existe urs. Se soucier re u co tan av es sign agit ent parce qu’il em u iq n u n ’u u q quel déuelle est un bon it ab h in re iè an de m ’agir comporter ou d se e d it fa e L part. rente ne manière diffé ’u d t en em n ai d sou qu’un ains et amies p co r te er al t peu iste. » problème réel ex

JEUNES MR

habituetelde in t n e m e t r mplè Compo pas de liste co

7


IV.

icider? u s e t x u e v “Tu . Parlons-ePnE!” UX-TU FAIRE? QUE

Pour être honnête, tu ne pourras pas résoudre toi tout(e) seul(e) les problèmes d’une autre personne. Evidemment, tu dois réagir : ta sympathie et ton soutien peuvent être très efficaces, mais tu dois surtout t’efforcer de détecter les signaux d’alerte (v. ci-dessus) et d’adopter le bon comportement. Pour aider un jeune suicidaire, les conseils suivants peuvent s’avérer précieux :

8

x Prends toujours au sérieux les signes liés au suicide. x Prends le temps de l’écouter vraiment sans le juger ni le mépriser, l’écoute est la chose la plus importante. x Trouve un moyen de rompre le silence et le secret. Aborde toimême le sujet du suicide avec lui. Parler du suicide n’en augmente pas les risques ! x Prends le temps de parler. Savoir que quelqu’un d’autre a déjà affronté de telles périodes difficiles peut l’aider à voir le bout du tunnel … x Aide-le à trouver des moyens pour soulager sa souffrance et fais-lui


découvrir les possibilités qui s’offrent à lui dans l’avenir. x Essaie de sensibiliser son entourage pour créer autour de lui un réseau de solidarité. Ne reste pas seul(e) à intervenir et à réfléchir ! x Oriente-le et accompagne-le vers un médecin ou toute autre personne compétente pour qu’il obtienne l’aide nécessaire le plus tôt possible (v. ci-dessous).

“L’e ne dit repérer ce qu’il mais surtout de r ce su ettre des mots pas ! L’aider à m e la dr d’en compren qu’il vit, tâcher tu a e qu lui refléter ce signification et entendu.”

JEUNES MR

R!outer ce qu’il dit UTesE ECssO éc d’ t el ti en

9


d’idEes p o r T V. usseS... fa Trop souvent, de nombreuses idées fausses circulent autour du suicide. Elles doivent être toutes combattues car tu seras, un jour ou l’autre, peut-être amené(e) à rencontrer une personne qui décide de mettre fin à ses jours. 1

Il vaut mieux éviter de parler de suicide à un jeune à risque, car cela peut déclencher un passage à l’acte. FAUX! Discuter du suicide sans aucune crainte et sans porter de jugements avec lui peut le réconforter et peut l’aider à se sentir moins isolé et mieux compris. Encourager un jeune à parler de ses pensées suicidaires peut réduire le risque d’une tentative.

2 Les jeunes qui menacent de se suicider ne passent jamais à l’acte. FAUX! Toute menace de suicide d’un jeune doit être prise au sérieux, car il s’agit d’un signe d’appel important. Il est difficile de juger si un jeune est susceptible de commettre l’irréparable. D’ailleurs, des études démontrent que sur dix personnes qui tentent de se suicider, huit ont donné l’un ou l’autre signal auparavant.

10

3 Les jeunes qui ratent leur suicide ne veulent pas vraiment mourir : leurs tentatives de suicide répétées sont de la comédie pour attirer l’attention des autres.


FAUX! Répétons-le ! Toutes les tentatives de suicide doivent être absolument prises au sérieux. D’ailleurs, le risque de récidive et de décès par suicide est non négligeable après une première tentative. 4 Tout jeune qui a eu un jour des idées suicidaires continuera à en avoir toute sa vie et sera toujours vulnérable. FAUX! Qui de nous n’a jamais eu des pensées suicidaires à un certain moment de sa vie ? Cette vulnérabilité peut s’apaiser en remédiant au problème ou en soulageant la pression. De nombreuses études scientifiques démontrent ainsi qu’une grande partie des jeunes qui suivent une psychothérapie après leur tentative de suicide se débarrassent définitivement de leur envie de mourir. 5 Les jeunes suicidaires sont résolus à mourir tellement leur souffrance est importante.

6 Il faut convaincre le jeune suicidaire que son intention de se donner la mort n’est pas une bonne idée et qu’il a tout pour être heureux. FAUX! La souffrance du jeune est tellement importante qu’il n’est pas sensible à ces arguments et le culpabiliser ne lui apportera aucune aide. suicide jeune : « Ne te Ne dis pas à un te suiux ve utôt : « Tu pas… », mais pl en ! ». cider ? Parlons-

LE BON

MOT

JEUNES MR

FAUX! Les jeunes suicidaires sont souffrants et ne veulent pas nécessairement mourir. Ils veulent simplement mettre fin à leurs difficultés de vivre. Il faut les aider à surmonter ces épreuves en les écoutant et en parlant avec eux.

11


e d i c i u S . S . O . S es il Adresses ut

Si, malgré toutes ces informations capitales, tu ne te sens pas capable de surmonter ces épreuves et si, malgré ton aide, ton copain ou ton amie continue de broyer du noir, il faut faire appel à temps à l’aide de professionnels de la santé. Pour en parler gratuitement et anonymement 24h sur 24 : x x

Telefonhilfe (Communauté germanophone) : 108 http://www.telefonhilfedg.org/ Centre de Prévention du suicide : 0800/32.123 www.preventionsuicide.be

x

Télé-Accueil : 107 www.tele-accueil.be

Pour une prise en charge ou pour accueillir un jeune en difficulté 24h sur 24 : x

Centre Provincial Patrick DEWAERE : 080/29.23.54 Rue du Doyard, 15 – 4990 Lierneux www.chsa.be

x

SOS Jeunes : 02/512.90.69 Rue Mercelis, 27 – 1050 Bruxelles www.sosjeunes.be

Pour s’informer, écouter, s’orienter et se documenter : x

Maison du Social de la Province de Liège (Commission provinciale de Prévention du Suicide) : 04/237.27.45 http://social.prov-liege.be Boulevard d’Avroy, 28-30 – 4000 Liège Pour un soutien de l’entourage de personnes suicidées ou de personnes ayant tenté de se suicider :

x

Centre de Prévention du suicide – « L’Autre Temps » : 02/650.08.69 Place du Châtelain, 46 – 1050 Bruxelles http://www.preventionsuicide.be

x

ASBL D’Clic. Prévention Suicide et Deuil : 061/22.44.15 Avenue Herbofin, 14c – 6800 Libramont x « La Porte ouverte » : 04/222.47.93 http://www.asblux.org/dclic/ Rue Saint-Denis, 8 – 4000 Liège http://www.laporteouverte.be x

3 Vivre sous les Oliviers » : 087/26.61.13 Rue de Liège, 37/001 – 4800 Verviers

Editeur responsable : Gautier CALOMNE | Président des Jeunes MR | Ave. de la Toison d’Or, 84-86, 1060 Bruxelles - Ne pas jeter sur la voie publique

Profile for Jeunes MR

Le suicide chez les jeunes : parlons-en  

Le suicide chez les jeunes : parlons-en

Le suicide chez les jeunes : parlons-en  

Le suicide chez les jeunes : parlons-en

Profile for jeunesmr
Advertisement