PiccoloMag | N°02

Page 1

Le magazine des Jeunes MR qui démasque l’année 2020 !

  N°02 |   ÉDITION 2021 |   jeunesmr.be |   jeunesmr |   jeunesMR |   jeunes_mr

" 2020, année de mon P cul" oit Poelvoorde

Clind’oeil aux voeux de 2015 de Ben

Éditeur responsable : Laurie Semaille | Avenue de la Toison d’Or, 84-86 | B-1060 Bruxelles


ÉDITO 03

06

07 08 09 10

12

13

CONGRÈS

VIRTUEL DES JEUNES MR

06 RÉTROSPECTIVE 07 DE L’ANNÉE 2020 08 JANVIER À JUILLET 09 10 INTERVIEW CROISÉE DE LAURIE ET DE STEVE

RÉTROSPECTIVE DE L’ANNÉE 2020 AOÛT À SEPTEMBRE

COMPOSITION

14

15 16

21

22

23

03

DU GOUVERNEMENT DE CROO

RÉTROSPECTIVE DE L’ANNÉE 2020 OCTOBRE À DÉCEMBRE

INTERNATIONAL

12 13 14 15 16 17 18 19 20

LE CONGRÈS DU LYMEC

21

LES JEUNES MR

22 23

PRÈS DE CHEZ TOI

PICCOLOMag | n°02 |

Ça y est, elle est terminée! L’année 2020 a certainement marqué nos générations comme étant une “annus horribilis” à cause de la pandémie de Covid-19. La crise sanitaire n’a rien épargné et a laissé de profondes marques sur notre société. D’abord le personnel soignant dans les hôpitaux et les maisons de repos ainsi que notre système des soins de santé ont accusé le coup. Tout le secteur de l’HORECA et de l’événementiel, ainsi que les artistes, ont connu une vie professionnelle complètement chamboulée et ponctuée de périodes d’ouverture et de fermeture de leurs activités. Il en va de même pour tous les commerçants du secteur non-essentiel. Et que dire des élèves du primaire et du secondaire ainsi que des étudiants en supérieur qui ont vu, quasiment du jour au lendemain et de manière forcée, leurs journées de classe se transposer en ligne. Sans oublier la série de mesures sanitaires visant à ralentir voire même stopper la propagation du coronavirus en limitant nos contacts sociaux. Ainsi, le télétravail est devenu une norme incontournable pour continuer à faire tourner le moteur économique a minima en diminuant le risque d’exposition à ce satané virus. Un nouveau concept est également apparu pour réguler nos relations sociales: la sacro-sainte bulle de contact! Cette vague virale n’a pas non plus épargné les fêtes de fin d’année qui ont dû se dérouler en petit comité afin d’abaisser la courbe des contaminations. Les restrictions de nos libertés nous ont également bien peinés: limitation de la liberté de circuler surtout à l’étranger, plage horaire spécifique et nombre limité de personnes pour faire ses courses, du shopping ou même faire une activité physique à l’extérieur. La fin de l’année a même vu débarquer une mesure que nous pensions appartenir définitivement à la tumultueuse moitié du siècle dernier: le couvre-feu. Sans parler des quarantaines à répétition imposées partout dans le pays. L’année 2020 nous a quand-même réservé quelques surprises positives: l’avènement politique de Sophie Wilmès au plus profond de la crise et la formation d’un gouvernement fédéral 16 mois après les dernières élections législatives. Novembre a vu la défaite de Donald Trump lors des élections américaines et la victoire de Joe Biden. Quoiqu’il en soit, la coalition Vivaldi a du pain sur la planche et elle doit continuer à gérer la crise sanitaire qui, malheureusement, n’est pas encore terminée en 2021. De plus, la relance économique et la lutte contre la précarité financière et sociale, en plus du changement climatique, sont les défis qui attendent non seulement les autorités politiques belges mais aussi celles de toute l’Union Européenne. Nous sommes donc en droit d’attendre des mesures politiques d’envergure afin d’assurer un meilleur avenir à toutes les générations confondues. Vous l’avez compris, la tristement célèbre cuvée 2020 fut riche en événements et il nous semblait nécessaire, avec le Comité de rédaction, d’en faire la rétrospective afin de se souvenir des bouleversements significatifs qu’ont connus nos vies. En effet, leurs impacts seront d’autant plus importants sur le long terme. Et surtout pour ne pas oublier les décès qui, avec un virus arrachant la vie, furent trop nombreux et douloureux. Pour 2021, espérons de meilleures augures, libres de toutes inquiétudes sanitaires et de toutes contraintes liberticides. Julien LIÉGEOIS

Rédacteur en chef : Julien LIÉGEOIS | Comité de rédaction: Cindy CLAEYS | Virgile JOTTRAND | Gauthier JACQUES | Julie LABEILLE | Erika NOIRHOMME Mélis OZ | Julia PIRLOT | Pauline TRÉMERIE | Lisa MICHAUX | Mathieu VELTRI | Kevin PLETINCKX | Graphiste/infographiste: Thomas PIETERHONS Éditeur responsable : Laurie SEMAILLE Numéro d’identification ISNN: 1784-7192 | Jeunes MR ASBL | Av. de la Toison d’Or 84-86 | 1060 Bruxelles

2 | PICCOLOMag • n°02


 RETROSPECTIVE

Les 21 et 28 novembre, c’était au tour des Jeunes MR nationaux d’organiser leur Congrès. Prévu initialement en mars à Charleroi, celui-ci s’est tenu de façon virtuelle suite à la crise de Covid-19 et donc l’impossibilité de se réunir physiquement. Et qui dit visioconférence dans son salon ou dans sa chambre, dit pyjama ! Exit le costume-cravate !

Les thématiques abordées étaient larges : gouvernance, culture, environnement, énergie, mobilité, institution, emploi, fiscalité, société ou encore enseignement. Une vingtaine de motions ont été adoptées. Voici quelques exemples :

Pour le 2ème jour du Congrès nos présentateurs du jour Inès Claudot (présidente du Congrès) et Gilles Bruck (secrétaire politique) ainsi que Laurie Semaille (présidente) ont joué le jeu et se sont vêtus de leur plus beau pyjama.

• Pour la retransmission des conseils communaux ;

Pour rappel, avant, le congrès, c’était une thématique prédéfinie, des ateliers, des experts et des propositions autour de celle-ci. Ce congrès a subi de grosses transformations, puisqu’à partir de maintenant, ce sont les membres qui définissent la ligne politique des Jeunes MR.

• Contre la réduction collective du temps de travail ;

Vous avez eu l’occasion de déposer des motions et des amendements, que ce soit en tant que membre individuel ou avec votre section locale.

• Pour la formation des mandataires politiques communaux ; • Pour le développement du E-sport en Belgique ; • Pour un modèle migratoire européen efficace et solidaire ; • Pour la promotion et l’accessibilité des centres de plannings familiaux ; • Etc. Certaines motions ont suscité le débat. Merci pour votre participation et la qualité des échanges ! Vous pourrez bientôt retrouver en détail toutes les motions adoptées lors de ce congrès dans un petit livret ainsi que dans notre Policy Book via www.membres-jeunesmr.be. Stay tuned ! En espérant vous revoir, physiquement cette fois, lors de notre prochain Congrès. Par Pauline Trémerie

• • • |3


Le Staff

est là pour vous !

Lisa,

Pauline,

Elle a pour missions principales la gestion des tâches administratives et financières de l’ASBL. Mais elle est également le relais entre le staff, le Bureau politique et les membres. Enfin, elle sert aussi de lien entre les Jeunes MR et les différentes autres ASBL avec lesquelles nous sommes en contact régulier.

Elle a pour mission la gestion et le contenu de tout ce qui touche à l’aspect politique (Le congrès des Jeunes MR nationaux ou du LYMEC, le policy book,…) Elle est également chargée de la communication sur les réseaux sociaux.

notre coordinatrice.

Si vous avez la moindre question concernant les Jeunes MR, elle y répondra avec plaisir, ou vous redirigera vers la personne adéquate

collaboratrice politique.

Si vous avez besoin d’argumentaires pour la préparation de débat par exemple ou de positions officielles des Jeunes MR, elle se fera un plaisir de vous aider.  pauline@jeunesmr.be

 lisa@jeunesmr.be

Les membres du staff des Jeunes MR national sont à votre disposition pour tous vos projets, pour vous aider et vous soutenir dans la gestion des fédérations et sections locales, dans vos diverses activités, pour vous fournir des goodies, et bien plus. N’hésitez pas à prendre contact avec nous, nous sommes là pour VOUS!  02/500.50.60 |  info@jeunesmr.be |  84-86 Av. de la Toison d’Or à 1060 Bruxelles

44 || PICCOLO PICCOLOMag Mag •• n°02 n°02

Mathieu,

coordinateur de projets locaux Il est le relais entre les antennes locales de l’association et le Bureau politique national. Son rôle consiste principalement à accompagner les antennes dans la réalisation de projets, mais aussi de faire remonter au national les idées, propositions et recommandations des antennes locales. Il est aussi le garant de l’idéologie, des valeurs libérales et des grandes lignes directrices de l’Organisation de jeunesse lors de la réalisation de projets par les antennes locales. En plus de la gestion de projets, il est également en charge de la gestion des membres Jeunes MR et assure la communication ainsi que les impératifs incombant aux sections et fédérations.  mathieu@jeunesmr.be


 INTERVIEW

QUE PEUT FAIRE LE BUREAU NATIONAL POUR VOUS AIDER ?  Vous avez besoin de goodies ? Le bureau national posséde un stock de goodies avec le logo Jeunes MR que vous pourrez, par exemple, distribuer lors de vos activités.

Kevin,

détaché pédagogique.

Thomas,

graphiste - infographiste. On ne vous le présente plus tant il fait partie des meubles! Thomas est chargé de tout l’aspect visuel des Jeunes MR, tant au niveau national que pour les fédérations et sections locales. N’hésitez pas à le solliciter pour vos supports visuels pour vos activités! Il réalise également l’apport technique lors d’événements tant en virtuel qu’en présentiel.  thomas@jeunesmr.be

Le dernier arrivé au bureau, provenant de l’enseignement, il a en charge la gestion de projets avec le staff, la mise en place d’activités avec les Jeunes MR (visites diverses, animations,…) Il est également en contact avec les détachés pédagogiques des autres Organisations de Jeunesse politiques dans le cadre de la plateforme Apprentis-citoyens et de ces débats dans les écoles.  kevin@jeunesmr.be

 Vous souhaitez un support visuel ? Notre graphiste-infographiste est à votre disposition pour réaliser vos différents supports visuels.  Vous avez besoin d’une aide financière ? Chaque section locale reconnue possède la possibilité d’adresser une demande d’allocations sur base d’un formulaire de pondération. L’allocation peut être soit temporaire (le but est de vous aider à financer tout type d’évènement moyennant le remboursement de celle-ci, comme pour une caution de salle par exemple), soit définitive (le but est de vous aider à financer tout type d’évènement mais sans nécessité de remboursement)  Comment faire pour obtenir ces aides ?

www.membres-jeunesmr.be

Scanne-moi !

• • • |5


01/2020 LA PANDÉMIE PREND FORME

C’est en décembre 2019, en Chine et plus précisément à la ville de Wuhan dans la province du Hubei, qu’un événement majeur aura influencé toute l’année 2020. Cette ville chinoise est le point de départ d’une épidémie de la famille du SRAS, un coronavirus, qui, depuis son apparition, avait contaminé plusieurs centaines de personnes et tué 18 Chinois.

Le gouvernement chinois prend ses précautions et place en quarantaine toute la métropole de Wuhan (11 millions d’habitants) et les villes de Huanggang (7.5 millions d’habitants) et Ezhou finissent par suivre. Il n’est plus possible pour les habitants de circuler librement et il est interdit de quitter ces villes, que ce soit par train ou par avion. Ces restrictions n’ont toutefois pas empêché le virus de circuler à l’internationale, surtout dans des pays asiatiques (dont Japon, Corée du Sud, Thaïlande, Taïwan) et les Etats-Unis. Dans un premier temps, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est réticente à déclarer que cette épidémie est une “urgence de santé publique de portée internationale”. En effet, cette institution internationale est confiante que les mesures drastiques prises en Chine seront suffisantes pour diminuer le risque de propagation en dehors de ses frontières nationales. De plus, il faut savoir que cette appellation n’a été utilisée par l’OMS qu’en de rares cas de maladies épidémiques demandant une réponse internationale importante c’est-à-dire lors de la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l’Afrique de l’Ouest de 2014 à 2016 et la RDC depuis 2018.

Pourtant, le 30 janvier, l’OMS change son fusil d’épaule et reclasse l’épidémie du coronavirus 2019-nCov comme une véritable urgence de santé publique internationale. En effet, c’est l’augmentation importante de nouveaux cas en Chine et dans plusieurs pays adjacents qui motive l’organisation à utiliser cette appellation. Dès lors, l’OMS appelle à la collaboration et à la solidarité internationale pour endiguer cette épidémie. Elle conseille également plusieurs mesures fortes pour interrompre le plus vite possible la propagation du Covid-19: détecter la maladie, isoler et traiter les cas de contamination, rechercher les contacts et réduire les contacts sociaux dans une mesure adaptée au risque. Dorénavant, c’est aux pays touchés d’intervenir! Par Julien Liégeois

En Australie, suite aux incendies et feux de brousse, c’e st

15,9

millions d’hectares partis en fumée

SOURCES:

http s:// fr.st atis ta.c om/

info graphie

www.lecho.be www.who.int/fr

66 || PICCOLO PICCOLOMag Mag •• n°02 n°02

Photo by Freepick


02/2020

 RETROSPECTIVE

PREMIER MARIAGE ENTRE DEUX PERSONNES DU MÊME SEXE EN IRLANDE DU NORD Photo by Facebook

Alors que le mariage pour tous est légalisé en Angleterre, au Pays de Galles et en Ecosse depuis 2014, il ne l’était pas encore en Irlande du Nord. En novembre 2015, l’Assemblée se prononce majoritairement favorable au mariage pour tous, cependant, un veto connu sous le nom de « pétition de préoccupation » a été posé. En clair, la loi ne peut pas être modifiée si elle ne récolte pas au moins 60% des votes en sa faveur, dont 40% au minimum par parti votant, ceci dans le but de tenir compte des partis minoritaires.

LA PANDÉMIE S’EUROPÉANISE

En février, la pandémie commence à s’amplifier suite à l’apparition, dans plusieurs pays européens, de cas de personnes contaminées positives au Covid-19.

Photo by Freepik

Le mariage pour tous récoltant 53 voix en sa faveur, 52 voix contre, la loi n’a pas pu être ratifiée à cause de cette pétition. Il a fallu attendre novembre 2019 pour voir cette proposition resurgir dans les débats, en même temps que la question de dépénalisation de l’avortement. Ce sont cinq années de combat pour l’égalité, mené par Amnesty International, la campagne Love Equality et les syndicats nord-irlandais qui se terminent avec la légalisation du mariage homosexuel. Les premières inscriptions à l’état civil ont pu être faites en janvier 2020, pour voir les premiers mariages célébrés en février 2020.

Le premier pays européen le plus touché fut l’Italie. En effet, elle a été la première à constater sur son territoire une multiplication rapide des contaminations et à déplorer des premiers décès. De plus, elle fut également la première à instaurer un cordon sanitaire autour d’une dizaine de villes du Nord, cette région étant la plus touchée par l’épidémie. La ville de Venise finit même par annuler les festivités du Carnaval tant la situation se déplore rapidement. C’est ensuite autour de l’Espagne et de l’Autriche d’annoncer des cas de contamination au Covid-19. Sur l’île espagnol de Tenerife, par mesure de précaution, une centaine de touristes ont été confinés dans un hôtel suite au séjour d’un touriste italien. Ce dernier était

Ce sont deux jeunes femmes, Robyn Peoples de Belfast, et Sharni Edwards de Brighton, qui ont pu célébrer leurs noces le mardi 11 février lors d’une cérémonie dans un hôtel de Carrickfergus, dans le comté d’Antrim. Amnesty International ainsi que la campagne Love Equality se félicitent d’avoir pu concrétiser le rêve de ces deux jeunes personnes, et de plusieurs autres couples d’Irlande du Nord. Les autres couples déjà mariés peuvent maintenant rendre leur mariage officiel et légal. Cette avancée marque un tournant dans l’Histoire du pays et dans la lutte pour l’Egalité. Par Julie Labeille

un porteur potentiel du virus, sa femme ayant été testée positive. Une situation similaire s’est déclarée au sein de la ville touristique d’Innsbruck où tout un hôtel fut préventivement placé en quarantaine. Une réceptionniste italienne contaminée par le coronavirus y avait travaillé. Alors que plusieurs pays européens commencent à déconseiller leur voyage en Italie, la vague européenne de la pandémie suit son cours et de nouveaux pays comme la France et l’Allemagne découvrent des cas de contamination au sein de leur territoire. Il en va de même en Belgique où, parmi plusieurs Belges rapatriés de Wuhan, un seul a été testé positif au Covid-19. Par Julien Liégeois

SOURCES: www.bbc.com/news www.lefigaro.fr/sciences www.rtbf.be/info www.lesoir.be

• • • |7


03/2020 LE CONFINEMENT GÉNÉRALISÉ EST DÉCRÉTÉ Si pour certains le 14 mars rime avec le couronnement de Charles Quint (1516), l’unification de l’heure en France métropolitaine et en Algérie coloniale (1891), la naissance de la chanteuse française : Vitaa (1983) ou encore l’élection de M. Gorbatchev (1990), pour d’autres, ce 14 mars 2020 rime avec une date fatidique. En effet, nous sommes jeudi midi… Le comité ministériel restreint va avoir lieu. Sophie Wilmès, Première Ministre à l’époque, convoque également un conseil national de sécurité. Très vite les réunions s’enchaînent et les experts du Risk Management Group (RMG) proposent une série de mesures. Concrètement, les experts estiment qu’il faut absolument éviter que des personnes de familles différentes se rencontrent. On peut résumer ça par la «théorie du silo». Ainsi, ce qui ne ressort pas du cercle familial est interdit. En pratique, et dans la logique politique, la décision est assez simple : on empêche la promiscuité des individus pour que le virus cesse de se répandre sur le territoire. Finalement, les restaurants et écoles doivent fermer. Les restaurants pourront, néanmoins, livrer et vendre leurs plats à emporter. Quant à la fermeture des écoles, la tâche n’a pas été facile. En effet, Jan Jambon, Ministre Président flamand face à Sophie Wilmès, Elio Di Rupo, Pierre-Yves Jeholet, Rudi Vervoort et Olivier Paasch, cède. Les écoles ferment ! Le confinement est au menu du jour !

Par Gauthier Jacques

SOURCES: www.lesoir.be www.rtbf.be

88 || PICCOLO PICCOLOMag Mag •• n°02 n°02

LE GOUVERNEMENT WILMÈS II EST NÉ ET RENFORCÉ Quelques jours après le lancement du confinement généralisé de la société belge, décrété par le gouvernement minoritaire Wilmès I, la Belgique retrouve un gouvernement de plein exercice. Et il ne s’agit de nul autre que du gouvernement Wilmès II avec, à sa tête, Sophie Wilmès. Au Parlement fédéral, la Première Ministre prolongée dans ses fonctions se voit accorder la confiance par une majorité de parlementaires (88 voix pour, 44 contre, 0 abstention) de plusieurs familles politiques. Cette confiance permet donc au nouveau gouvernement, bien que toujours minoritaire au sein du Parlement (38 sièges), d’obtenir les pleins pouvoirs afin de prendre toutes les mesures nécessaires pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

Suite à une décision du Conseil des ministres restreint et des représentants de 10 partis (PS, MR, Ecolo, Groen, N-VA, CD & V, Open VLD, sp.a, cdH et DéFI), les pouvoirs spéciaux lui seront également accordés uniquement dans le cadre de la lutte contre cette pandémie ainsi que ses conséquences sanitaires et socio-économiques. Et ce pour une période limitée. Il s’agit d’abord de 3 mois qui pourront être renouvelés si, à la Chambre, la situation sanitaire le nécessite. Voilà donc le nouveau gouvernement de Sophie Wilmès disposant de toutes les armes législatives et exécutives primordiales pour faire face à cette catastrophe sanitaire. Par Julien Liégeois


04/2020

 RETROSPECTIVE

LA TURQUIE FAIT PEU DE CAS DES DROITS DE L’HOMME, DES PREMIERS MÊME DURANT CHIFFRES IN- LA CRISE SANITERPELLANTS TAIRE

Le mois d’avril arrive et des premiers chiffres sur la mortalité du Covid-19 en Belgique tombent: 134 morts par 100 000 habitants, ce qui est similaire à la mortalité observée lors de l’épidémie de grippe de décembre 1989. Une étude prépubliée par des scientifiques belges sur le taux de mortalité indique même que le mois d’avril 2020 est le plus meurtrier des mois d’avril depuis la Seconde Guerre mondiale. Cette mortalité du mois d’avril reste néanmoins inférieure à la mortalité de l’épidémie de grippe de Hong Kong observée en janvier 1970, ainsi qu’aux épidémies grippales de février 1960 et de janvier 1951 (168 morts et 178 morts par 100 000 habitants, respectivement). Le pays est tout de même exposé à une surmortalité entre le 20 mars et le 28 avril. Durant le mois d’avril, pendant 21 jours, plus de 500 décès quotidiens dûs au Covid-19 ont été enregistrés. Au total, 15 398 décès ont été comptabilisés toute cause confondues, 7000 de plus que la mortalité des mois d’avril de 2015 à 2019, qui était de 8854 décès. Dans 80% des cas, cette surmortalité touchait les personnes âgées de plus de 85 ans. Un mois auparavant, le gouvernement Wilmès a mis en place un confinement strict, avec fermeture de tous les commerces et l’interdiction de sortir pour autre raison que faire ses courses, se soigner et prendre l’air.

SOURCES: lemonde.fr lefigaro.fr rtl.fr L’Echo Le Soir Plus www.rtbf.be/info Photo by Freepick

Suite à la réunion des dirigeants du G20 le 26 mars dernier, les dirigeants se sont mis d’accord pour la libération anticipée et la mise en liberté provisoire de leurs détenus. Le 13 avril, le Président turc a fait voter une loi d’amnistie au Parlement pour libérer 90 000 prisonniers sur 286 000 afin de limiter la propagation du virus COVID-19 mais cette loi exclut les prisonniers politiques comme des militants des droits de l’homme, des blogueurs et des maires de localité kurdes. De nombreuses personnes sont mises en détention provisoire sans preuve tangible et restent en prison des mois, voire des années, avant d’être inculpés pour des motifs infondés.

RELATIONS TENDUES ENTRE LE PRÉSIDENT TRUMP ET L’OMS Le mardi 14 avril, Donald Trump annonce qu’il suspend temporairement la contribution des USA à l’Organisation Mondiale de la Santé. Il faut savoir que les Etats-Unis sont les plus gros contributeurs de cette association, avec 500 millions de dollars versés en 2019. Dans un long réquisitoire dirigé contre l’OMS, le président Trump accuse l’OMS de ne pas avoir divulgué l’ensemble des informations concernant la mortalité et la transmission du coronavirus. Pourtant, le directeur général de l’agence onusienne, Tedros Adhanom Ghebreyesus, assure avoir été complètement transparent et n’avoir rien caché aux Etats-Unis et ce, dès le début de la crise sanitaire. De plus, Trump dénonce aussi les prises de position de l’OMS trop favorables à Pékin, selon lui. En effet, en janvier, le directeur de l’OMS avait félicité Pékin et son dirigeant Xi Jinping pour leur efficacité dans la gestion de la pandémie. Le Président américain a menacé de mettre fin au financement américain de l’organisation si des réformes n’étaient pas entreprises. L’administration exige une enquête interne sur la gestion de la crise et sur les origines du virus. Trump exige également que la Chine fournisse des échantillons vivants du virus et que ses journalistes et médecins ne soient pas censurés. Un mois plus tard, Trump a annoncé que les Etats-Unis quitteraient bel et bien l’OMS, ce désengagement deviendra effectif le 6 juillet 2021. Le directeur de l’OMS , docteur Tevros n’a donné aucune suite à ses demandes , ne présentant aucune contre-offre (NDLR: le 7 novembre, suite à l’élection de Joe Biden comme nouveau Président des Etats-Unis, celui-ci s’est engagé à ce que son pays ne quitte pas l’OMS). Par Melis Oz

• • • |9


05/2020 DES LIBERTÉS RETROUVÉES… ET ENCADRÉES Après un confinement annoncé mi-mars par le gouvernement de Sophie Wilmès, le mois de mai s’annonce sous de meilleures augures sanitaires et un retour à plus de libertés: un déconfinement progressif va démarrer. Le Conseil National de Sécurité structure ce relatif “retour à la normale” par plusieurs phases qui se succèderont l’une à l’autre. Il y a tout d’abord la phase 1A durant laquelle le télétravail reste la norme et les industries ainsi que les services B2B peuvent reprendre. La pratique de certains sports est de nouveau permise dont le tennis, le golf et le kayak. La bulle pour le sport à l’extérieur est aussi élargie. Vient ensuite la phase 2B où tous les commerces peuvent rouvrir sans distinction aucune. La phase 2 annonce un retour progressif à l’école avec le maintien des cours à distance et la reprise, dans certaines conditions, de cours en présentiel. Les musées ouvrent à nouveau et la bulle sociale est élargie. Enfin, la phase 3 permet la réouverture de l’HORECA avec des règles sanitaires à respecter et une bulle sociale toujours grandissante. Les excursions scolaires sont redevenues possibles.

Le port du masque fait pour la première fois son apparition comme élément crucial à ce déconfinement. Il est obligatoire dans les transports en commun et ce à partir de 12 ans. Il doit également être porté à l’école, que ce soit par les élèves ou par les professeurs. D’ailleurs, le gouvernement fédéral ainsi que les autorités des régions s’engagent à garantir un masque en tissu répondant aux normes pour chaque citoyen et chaque citoyenne.

Un deuxième élément important à cette stratégie de déconfinement est une augmentation des capacités de testing et un lancement du contact tracing, comme recommandés par les experts du GEES (groupe en charge de “l’exit strategy”). Ainsi, pour permettre un déconfinement réussi, il faut atteindre une capacité de 25.000 tests (PCR) quotidiens. De plus, différents publics doivent être testés: les personnes avec des symptômes, leurs contacts et également continuer les tests dans les hôpitaux, les maisons de repos et dans d’autres zones à risques. Identifier les chaînes de contamination et les briser est donc crucial pour garantir un seuil faible d’hospitalisation et une limitation à 25% de l’occupation des lits en soins intensifs (ICU). Au final, ce qui se joue avec ce déconfinement, c’est, sur le moyen terme, assurer une diminution importante de la circulation du virus au sein de la population belge et éviter une deuxième vague. Par Julien Liégeois

SOURCES: www.rtbf.be www.lalibre.be

10 10 || PICCOLO PICCOLOMag Mag •• n°02 n°02

Photo by Freepick


06/2020

 RETROSPECTIVE

UNE NORMALITÉ TOUTE RELATIVE Avec l’approche de l’été, le déconfinement suit son cours. Nos bulles de contact s’élargissent, permettant ainsi d’y inclure jusqu’à 10 personnes sur une semaine. Les retours à l’école reprennent et les cours en primaire s’organisent à temps plein. L’HORECA peut souffler à nouveau car l’ouverture des bars, cafés et restaurants est autorisée et accompagnée de règles spécifiques comme la distance sociale d’1m50. De plus, l’enregistrement des données personnelles des clients dès qu’il y a consommation sur place est instauré. Cette mesure, bien que non-obligatoire, permet de prévenir, via call center, des clients qui auraient été en contact rapproché avec une personne positive au Covid-19 dans l’établissement et ainsi leur demander de se mettre préventivement en quarantaine. Le secteur culturel respire aussi avec la reprise de ses activités pour lesquelles le nombre de participants est limité. En effet, un maximum de 20 personnes et avec un animateur sont autorisés. Par contre, les représentations en public sont toujours interdites. Il en va de même pour les activités sportives où le nombre de participants est réduit. A la Chambre, suite à un accord politique entre les différents groupes parlementaires, une Commission spéciale Covid-19 est née. Elle aura pour objectif d’évaluer la gestion de la crise sanitaire des derniers mois. Il est possible que cette commission spéciale évolue en commission d’enquête ayant des compétences similaires à celles du juge d’instruction si les députés estiment ne pas avoir suffisamment d’informations à leur disposition. En effet, le travail d’une commission se terminant par une remise de conclusions et de recommandations, il est primordial que ce processus se fasse avec le plus d’informations disponibles.

Au sein de l’Union Européenne, la normalité se réinstalle aussi. Afin d’aider les voyageurs à préparer leurs vacances et à circuler au sein de l’espace Schengen, la Commission européenne lance le site Internet “Re-Open EU”. L’objectif est d’informer les citoyens européens sur l’état des frontières (qui avaient été fermées suite aux confinements décrétés dans plusieurs Etats Membres), les moyens de transport et les services touristiques disponibles au sein de l’Union. Les différentes mesures sanitaires sont également listées afin de faciliter tout voyage dans des conditions sûres.

Aux Etats-Unis, la vente de jeux vidéos et accessoires liés, de matériels informatiques et de logiciels a atteint un record impressionnant de

6.6 MILLIARDS ! Source: https://www.theverge.com

Cette initiative des autorités européennes est également une manière de soutenir le secteur touristique très impacté par cette crise et le rétablissement de la liberté de circulation chère aux Européens. De plus, cette disposition permet à la Commission de procéder à une réouverture coordonnée des frontières entre les différents pays européens qui avaient, de leur propre décision et à des moments différents, fermé leurs frontières pendant les périodes de confinement. La Belgique, la France et l’Allemagne jouent le jeu et réinstaurent la liberté de circuler au sein de l’espace Schengen dès la mi-juin. Par Julien Liégeois

SOURCES: www.bbc.com/news www.lefigaro.fr/sciences www.rtbf.be/info www.lesoir.be

Photo by Freepick

 •  •  •  | 11


INTERVIEW CROISÉE LAURIE ET STEVE 

Quel bilan tirez-vous tous les deux de cette année et demie en tant que Président et Vice-Présidente ?

Steve: un bilan contrasté. Ce qui est très positif, c’est qu’on a mis en place de nouvelles dynamiques. Après les élections à la Présidence, il y avait un besoin de trouver un nouveau souffle au sein des Jeunes MR, installer une nouvelle dynamique pour remotiver les membres à s’impliquer. Il faut savoir qu’on est une très grande organisation de jeunesse et c’est très positif mais il y a encore un pourcentage précis de jeunes qui sont très impliqués au sein des Jeunes MR et d’autres, pour des raisons diverses, observent de loin ce qui se passe. La volonté est de permettre un meilleur investissement. C’est pour ça qu’on a révolutionné nos congrès afin d’être plus participatif pour les membres. Malheureusement, le Covid-19 est passé par là et il faut savoir que les Jeunes MR, c’est majoritairement des activités de terrain et de natures différentes. Ça peut être des congrès, des verres de l’amitié, des conférences, de la tractation sur les marchés. Toutes ces activités n’ont pas eu lieu à cause du Covid. Donc il y a quand-même de la frustration à ce niveau-là. D’où l’idée que le bilan de ma présidence est contrasté car il y a beaucoup de choses qu’on a pas pu mettre en place à cause de la crise sanitaire.

Laurie: ce que je garde en tête, c’est l’arrivée du Covid-19. Le bureau politique s’est constitué en octobre 2019 et on a à peine eu le temps de s’organiser. Je pense notamment aux groupes de travail sur la réforme du congrès. D’octobre à mars, on a organisé peu d’événements. C’est dommage. En tant que Vice-Présidente en charge des sections locales, et ce malgré le coronavirus, j’ai eu pas mal de contacts avec toutes les sections locales pour des petits soucis et des questions. L’aspect positif que j’en garde, c’est que malgré les conditions, plusieurs sections se sont réinventées. Ils ont mis en place des événements, des interviews en live sur les réseaux sociaux ou en visioconférence. Ces initiatives étaient intéressantes et la situation sanitaire nous a permis d’innover. Même notre congrès national s’est organisé en numérique. Une autre difficulté était l’incertitude quant à l’organisation de certaines activités en présentiel. Par exemple, on espérait réaliser notre congrès physiquement et on y a cru jusqu’au bout. Mais avec les mesures sanitaires et le deuxième confinement, on s’est résolu à l’organiser en ligne. Cette incertitude nous a mis à mal car c’était bien plus complexe de préparer plusieurs mois à l’avance un événement sans savoir s’il pouvait être maintenu.

Votre série du moment? Steve: The Crown quand j’ai un peu le temps et Brooklyn Nine-Nine quand je n’ai pas trop le temps mais que je veux quand-même décompresser. Laurie: 24h Chrono depuis cet été et qu’elle est sortie sur Netflix.

12 12 || PICCOLO PICCOLOMag Mag •• n°02 n°02

Steve, il y a quelques mois, tu as décidé de mettre un terme à ton mandat de Président. Pourrais-tu nous expliquer les raisons qui t’ont poussé à arrêter ? Les raisons sont simples: on a un nouveau gouvernement et j’ai la chance de travailler avec la nouvelle Ministre des Affaires étrangères. Je serai amené, dans les prochains mois, à être plus absent. A la fois mentalement et physiquement car, avec ce poste, je voyagerai à travers le monde pour des missions économiques et des visites d’Etats. Au lieu de m’accrocher à un poste et de garder les orres de la Présidence, je préfère passer la main. De toute façon, j’ai 31 ans et, même si ce n’est pas très vieux, ça commence à faire «sénior» aux Jeunes MR (rires). De plus, je n’avais pas l’ambition d’y rester encore longtemps. J’affectionne beaucoup ce mouvement de jeunesse, d’ailleurs j’y ai travaillé en tant que collaborateur. J’avais aussi de très bonnes relations avec les membres. J’avais envie de relancer une nouvelle dynamique, j’étais très motivé. Mais je n’avais pas de projet de carrière si tant soit peu on peut faire carrière aux Jeunes MR (rires). C’est un choix guidé à la fois par lucidité et passer la main à la nouvelle génération. Un mandat de président au sein des Jeunes MR, qu’est-ce que cela représente comme investissement ? Il y a une équipe et donc cela demande un investissement quotidien. Quand on s’investit vraiment

aux Jeunes MR, ça prend et ça demande du temps. Malheureusement, il n’y a que 24 heures dans une journée et j’aurais préféré qu’il y en ait plus mais c’est un choix raisonné et raisonnable. Laurie, lors du retrait de Steve, tu as récupéré le mandat de Présidente en intérim. Même s’il ne reste que quelque mois avant de nouvelles élections, quels sont les projets que tu réserves pour la période restante ? Ce que j’aimerais mettre en place, ce sont les projets qu’on a défendu durant notre campagne avec Steve et Annelise et qui n’ont pas été concrétisés à cause du Covid-19. Je pense au Liberal Awards. J’espère qu’on pourra l’organiser en 2021. Ce serait une belle réussite. J’aimerais aussi organiser un congrès en présentiel. C’est un moment où plein de jeunes se réunissent et rencontrent des membres d’autres sections. Une idée aussi est de faire une mise au vert en fonction de la pandémie et des règles sanitaires. Après une année difficile comme celle-ci, on pourrait se réunir entre jeunes et passer un bon moment ensemble. La thématique doit encore être définie avec le bureau politique mais j’ai déjà ma petite idée. Cela permettrait aussi à des jeunes de recréer du lien et de les motiver à nouveau pour participer à des événements en présentiel.

Un bon souvenir durant votre man dat au sein des Jeunes MR ? Steve: c’est la campagne car je suis allé dans plusieurs sections où je n’ai pas l’habitude d’aller. Je pense aux sect ions d’Hannut, Verviers et Durbuy. Cela m’a permis d’être dans un envi ronnement autre que Bruxelles. Laurie: lors du dernier bureau politique de 2019. Nous avions organisé un shooting photos pour Noël. C’est un mom ent simple qui, en comparaison avec la situation actuelle, avait beaucoup plus de valeurs. Nous avions bien rigolé, avec nos bonnets bleus de Noë l.


 INTERVIEW

Quels sont, selon vous, les futurs challenges qui attendent les Jeunes MR dans les années à venir ? Steve: je pense qu’il y a un challenge de forme et un challenge de fond. Sur la forme: il y a de moins en moins de jeunes qui s’engagent. Ceux qui s’engagent le font très fortement. Beaucoup de jeunes s’engagent pour une cause particulière ou à un moment T. Sur le long terme, les adhésions à un mouvement de jeunesse sont moindres. Il ne faut pas forcément voir cela comme une mauvaise chose mais il faut s’y adapter. Il faut donc trouver un moyen de motiver les membres et motiver d’autres jeunes à nous rejoindre. Il faut trouver de nouvelles façons de remplir nos objectifs CRACS (NDLR: former les jeunes à être des citoyens responsables, actifs, critiques et solidaires) tout en gardant ce côté attractif. C’est un grand enjeu pour les Jeunes MR et pour toute autre organisation de jeunesse. Cela passera probablement par certaines mutations aussi, que ce soit dans la manière de fonctionner ou dans l’identité visuelle. Sur le fond, le plus grand défi sera de se réinventer. Il faut se réinventer par rapport à la modernité, à la société qui évolue. Je pense que c’est un défi de plus en plus prégnant à la fois pour le parti et l’organisation de jeunesse en tant que telle. Je pense qu’expliquer ce qu’est le libéralisme, nos valeurs, se prononcer sur des projets très modernes et typiques du 21ème siècle auxquels on a pas forcément réfléchi avant sera une nécessité. Par exemple l’intelligence artificielle. Il y a un enjeu de renouvellement pour que les valeurs et les thématiques à défendre soient modernes et non pas juste celles du siècle dernier. Ce travail de modernisation doit nous permettre d’attirer de nouveaux membres ainsi que de garder des membres impliqués.

Laurie: sur la forme, je rejoins Steve. C’est difficile d’attirer et de garder des jeunes au sein d’un mouvement de jeunesse. Motiver des jeunes qui sont déjà membres, c’est difficile. Trouver de nouveaux membres n’est pas facile non plus. On pourrait le faire via les réseaux sociaux mais ils sont déjà bombardés de sponsoring d’autres mouvements politiques. Il faudra donc réfléchir à une nouvelle campagne de recrutement et aux meilleures méthodes pour les attirer. On pourrait aussi aller à des événements, distribuer des tracts. Un autre grand challenge sur le fond, c’est l’enseignement et l’éducation. La crise sanitaire l’a démontré, c’est un enjeu fondamental. En tant qu’organisation de jeunesse, nous sommes légitimes pour se positionner sur cette thématique. Il faudrait qu’on essaye de sortir plus là-dessus et défendre les étudiants. Que ce soit au niveau inférieur ou supérieur, il y a vraiment du travail à faire. Pour prendre un exemple: certains élèves sont en échec en première secondaire et savent qu’ils vont passer même s’ils ratent leur année. Ils ne font donc plus d’efforts. C’est choquant d’entendre cela et ensuite d’entendre les profs se plaindre qu’ils ne savent pas comment les motiver. Ces derniers nous contactent parfois et nous demandent ce que le MR et les Jeunes MR peuvent faire pour l’enseignement. Comment pourrions-nous motiver les jeunes à travailler alors qu’ils ne se soucient pas de leurs échecs? C’est très interpellant.

Vos bonnes résolutions pour cette ann ée 2021 ? Laurie: profiter plus des moments simples de la vie et les partager avec sa famille et ses amis. Steve: retrouver un équilibre de vie. Cett e crise est un peu un “wake-up call” pour pas mal d’entre nous: remettre notre rythme de vie et nos acquis en perspective. On ne peut pas vivre tout seul non plus et je souhaite retrouver un équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle.

Une lecture à conseiller pour cette année 2021 ? Laurie: je suis plutôt du genre à allumer Netflix quand j’ai un moment pour moi donc je n’ai pas vraiment de livres à recommander. Steve: je recommande “Economics” de Michael Goodwin. C’est un roman graphique qui permet de comprendre les bases de l’économie (l’offre et la demande, les crises économiques, etc.).

La tournée minérale, ça vous dit ? Steve: depuis le confinement, je bois moins car j’ai plutôt l’alcool social. Là, je fais un peu le confinement minéral! Laurie: je suis déjà en tournée minérale actuellement car je suis en blocus (comme plusieurs fois sur l’année). Conseils pour vivre au mieux un confinement ? Laurie: avoir un animal de compagnie Steve: comme Laurie, avoir un animal de compagnie! Aller se balader à l’extérieur, que ce soit pour promener ton chien ou jouer à Pokémon GO. Allez prendre l’air une fois par jour et s’aérer.

Par Julien Liégeois

 •  •  •  | 13


07/2020 JACQUELINE SAUVAGE, UNE JUSTICE EN PEINE

10 sept. 2012 – 31 janv. 2016

i amené L’année 2020 aura auss ilun peu de douceur. En ju ux let, deux bébés panda ro nne sont nés à Pairi Daiza. Bo ce en nouvelle pour cette espè mpa, sy t danger. Et comme on es trop on vous met une photo mignonne.

Devenue malgré elle le symbole des violences conjugales, Jacqueline Sauvage s’est éteinte ce jeudi 23 juillet 2020. Cette affaire a créé un émoi formidable au sein de la population, des politiques, des citoyens français mais aussi au-delà des frontières de l’Hexagone. Pendant plus de quarante années, Jacqueline Sauvage et ses enfants ont vécu dans la violence, les coups, les humiliations et les viols. Pendant quarante années, le patriarche a exercé sa loi, ses violences sur la famille. Et personne n’a rien dit. Une des filles du couple s’est cependant rendue auprès de la police après que son père l’ait violée. Elle avait 16 ans. Mais après avoir raconté les faits aux gendarmes, elle récupère sa déposition et la brûle aux toilettes. Après quarante-sept années de calvaire quasi-quotidien, Jacqueline Sauvage abat son mari de 3 balles. Tant en première instance qu’en appel, Jacqueline Sauvage est condamnée à 10 ans de réclusion. Elle passera quatre années en prison avant d’être graciée par le président François Hollande.

initial, ne sont pas rencontrées. En effet, l’arsenal juridique ne compte pas de disposition spécifique pour ce type de violence. Pour ces sévices qui existent depuis toujours mais qui, depuis quelques années, prennent enfin la lumière et sont traités médiatiquement, discutés.

Cette affaire reflète l’histoire d’une multitude de familles, qui vivent dans un climat de violences, tant physique que psychologique. Cette affaire terrible lève un coin du voile sur ses violences exercées et trop souvent restées dans le silence. Cette affaire illustre la relative inadéquation du système pénal et répressif pour ce type de violence. Ici, la légitime défense, principe plaidé par les avocats de Jacqueline Sauvage, ne trouve pas à s’appliquer car les conditions de proportionnalité et de concomitance dans la réponse à l’acte

Et il est nécessaire de soulever les difficultés de mise en place de dispositions juridiques spécifiques pour réprimer ces actes. Cela nécessitera une préparation de tous les acteurs du système judiciaire ainsi qu’un nécessaire débat du droit pénal et de son ouverture plus grande pour protéger les victimes. Gageons que le libéralisme soit à même de répondre à ses enjeux urgents et nécessaires. Les victimes doivent pouvoir être sereines lorsqu’elles s’adressent aux autorités et la réponse donnée doit être humaine, proportionnée et, surtout, protéger la victime et au-delà, la société toute entière. Par Virgile Jottrand

SOURCES: www.vice.com

14 14 || PICCOLO PICCOLOMag Mag •• n°02 n°02


08/2020

 RETROSPECTIVE

L’AFFAIRE CHOVANEK Le 19 août 2020, les images de vidéosurveillance de ce qu’il s’est passé à l’aéroport de Charleroi dans la nuit du 23 au 24 février 2018 sont diffusées.

L’affaire tire son nom de ce Slovaque de 38 ans, arrêté à l’aéroport de Charleroi le 23 février 2018, suite à un comportement jugé agressif envers une hôtesse de l’air. Des images de vidéosurveillance diffusées le 19 août soulèvent l’émoi et posent question. On y voit M Chovanek se frapper la tête à plusieurs reprises contre le mur jusqu’à en saigner. Six policiers entrent ensuite dans sa cellule pour le maîtriser. Il est menotté, attaché et enroulé dans une couverture. Un policier appuie sur sa poitrine avec ses genoux pendant de longues minutes et une autre policière fait un salut nazi. Le SMUR arrive mais le cœur de Jozef Chovanek ne bat plus. Il est alors emmené à l’hôpital pour être réanimé. Il décèdera quelques jours plus tard. Dans les jours qui suivent la nuit du 23 février, l’ambassadeur slovaque à Bruxelles adresse une lettre au SPF Affaires étrangères dans laquelle il demande des explications. Un collaborateur du SPF Affaires étrangères envoie, à son tour, un mail au Comité P pour avoir des réponses. L’ambassadeur est reçu une première fois en mars 2018 au cabinet du Ministre de l’intérieur Jan Jambon (N-VA) par des collaborateurs du ministre et une deuxième fois en mai 2018 par le Ministre lui-même. La rencontre fut brève et le Ministre dit ne pas se souvenir de cette rencontre. En juillet 2018, l’ambassadeur est reçu par un directeur du SPF Affaires étrangères, un rapport est dressé et transmis au chef de cabinet de Jan Jambon. C’est en mars 2019 que la veuve de Jozef Chovanek apprend via l’ambassadeur slovaque que le juge d’instruction envisage de clôturer l’enquête. Celle-ci est sous le choc car des éléments importants n’ont pas été exploités. SOURCES: www.rtbf.be/info www.lecho.be

Dès le lendemain, le numéro 2 de la police fédérale, André Desenfants se retire. Il affirme ne jamais avoir été au courant de ces images et déclare avoir pris ses responsabilités dès qu’il en avait pris connaissance et a demandé au service de contrôle interne d’activer plusieurs enquêtes. Le 26 août 2020, Les Ministres de l’Intérieur Pieter De Crem (CD&V) et de la Justice Koen Geens (CD&V) sont entendus en commission par les députés fédéraux. Pieter De Crem annonce que « la police fédérale était au courant de l’incident mais pas des images» et que «le cabinet de Jan Jambon a rencontré l’ambassadeur slovaque ». Les députés demandent l’audition de Jan Jambon. 3 jours plus tard, Jan Jambon convie la presse. Il affirme n’avoir commis aucune faute en tant que ministre de l’Intérieur. Selon lui, son cabinet a fonctionné correctement. Tout au plus admet-il une «faute de communication». Le 1 septembre, à la demande des députés des Commissions de l’Intérieur et de la Justice de la Chambre, Jan Jambon, le commissaire-général de la Police fédérale Marc De Mesmaeker, et sa prédécesseure Catherine De Bolle, devenue présidente d’Europol en 2018, ont été auditionnés. er

Jan Jambon a insisté sur le fait que ni lui ni son cabinet n’avaient vu les images, il explique n’avoir disposé que d’un rapport de police « sommaire » et « neutre ». Le commissaire-général de la Police fédérale Marc De Mesmaeker explique lui aussi ne pas avoir eu connaissance des images avant leur diffusion dans les médias il y a quelques semaines. Catherine De Bolle rappelle avoir quitté la Police fédéral le 1er mai 2018 pour devenir présidente d’Europol et déclare ne pas avoir été informées des faits. Face à ces déclarations, les députés qui s’attendaient à d’autres réponses, restent sur leur faim. Pour eux, des signaux ont été émis à l’époque et ils ont été ignorés.

NÉGOCIATIONS FÉDÉRALES : AMOUR DE VACANCES ENTRE PS ET NVA Le mois d’aout a également été marqué par les négociations dans le but de conclure un accord pour la formation d’un gouvernement fédéral. C’est au tour du duo De Wever- Magnette d’être nommé « préformateur » par le Roi. 440 jours après les élections du 26 mai 2019, Paul Magnette (PS) et Bart De Wever (N-VA) cherchent des sièges supplémentaires pour élargir leur «bulle des cinq» entendez les cinq partis qui ont déjà promis leur soutien afin de tenter de constituer une majorité au Parlement. À savoir : N-VA, PS, sp.a, CD&V et cdH. À cette fin, les préformateurs ont eu des entretiens avec la famille libérale et la famille écologiste mais celles-ci ont émis des réserves sur la note proposée. Les écolos la qualifient comme l’antichambre du confédéralisme tandis que les libéraux exigent des mesures socio-économiques davantage à droite et des réformes institutionnelles moins profondes. Les libéraux ont rappelé que le MR et l’Open VLD restaient indissociables.

Par Pauline Trémerie

 •  •  •  | 15


09/2020 FUMÉE BLANCHE… LA VIVALDI EST NÉE Fin septembre 2020 : l’accord de gouvernement est proche. Qui d’Alexandre de Croo ou Paul Magnette, tous deux nommés formateurs par le Roi, sera le prochain Premier ministre ?

Le 29 septembre 2020, un accord de gouvernement fédéral a été trouvé entre les familles socialiste, libérale, écologiste et le CD&V. Cet accord a été validé par les militants des 7 partis prenant part à ce nouveau gouvernement lors de congrès de participation. Ils ont de cette façon, donné leur feu vert à la participation de leur parti au prochain gouvernement fédéral, qui sera dirigé par Alexander De Croo. 494 jours après les élections du 26 mai 2019, la Belgique a un nouveau gouvernement fédéral. Le 1er octobre, la nouvelle équipe a prêté serment devant le Roi.

Le gouvernement a défini six axes prioritaires pour la législature à venir :

1. Un pays solidaire : Investissement dans les soins de santé, avec un effort particulier pour la santé mentale, introduction de réformes pour rendre le système des soins de santé plus efficient, pensions progressivement relevées pour atteindre 1500 euros, rapprochement des différents régimes (salariés, fonctionnaires, indépendants), lutte contre la pauvreté… 2. Un pays prospère : Préparation d’une grande réforme fiscale et allégement de la fiscalité des ménages, lutte contre la fraude fiscale « sans relâche », plan de relance et d’investissement de 4,7 milliards d’euros pour donner « un puissant coup de fouet » à l’économie… 3. Un pays durable : réduction des gaz à effet de serre de 55% à l’horizon 2030 et neutralité climatique pour 2050, développement du renouvelable, principalement éolien et solaire, soutien au transport ferroviaire et à l’intermodalité, développement de la mobilité douce… 4. Un pays sûr : Le gouvernement investira « considérablement » dans la sécurité et la justice, investissements dans la numérisation de la justice et en faveur du personnel, renforcement de la police et plus grande marge de manœuvre octroyée aux bourgmestres… 5. Un pays de coopération et de respect : Préparation d’une réforme de l’État pour 2024 qui conduira « à un renforcement des entités fédérées dans leur autonomie et du niveau fédéral dans son pouvoir », renouveau politique : nouvelles formes de participation et initiatives citoyennes… 6. La Belgique : une voix forte dans l’Europe et dans le monde : Confirmation de l’engagement pro-européen de la Belgique, qui présidera le Conseil de l’Union européenne en 2024, approche « juste » et « humaine » en matière d’asile et de migration… Le gouvernement se compose de 20 membres : 10 hommes et 10 femmes, soit le premier gouvernement paritaire de l’histoire de la Belgique fédérale. Par Pauline Trémerie

SOURCES: www.rtbf.be/info www.belgium.be www.lavenir.net

16 16 || PICCOLO PICCOLOMag Mag •• n°02 n°02


 RETROSPECTIVE

GOUVERNEMENT DE CROO 1

Alexander De Croo

2

Pierre-Yves Dermagne

3

Sophie Wilmès

4

5

Vincent Van Quickenborne

8

Premier ministre ( OPEN VLD )

9

David Clarinval

10

Karine Lalieux

11

Ludivine Dedonder

Vice-Premier ministre et ministre de l’Economie et du Travail ( PS )

Vice-Première ministre et ministre des Affaires étrangères, des Affaires européennes et du Commerce extérieur, et des Institutions culturelles fédérales ( MR )

Vice-Premier ministre et ministre de la Justice, chargé de la Mer du Nord ( OPEN VLD )

Vincent Van Peteghem

Vice-Premier ministre et ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale ( CD&V )

6

Frank Vandenbroucke

7

Petra De Sutter

Vice-Premier ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique ( SPA )

Ministre de la défense ( PS )

Ministre du Climat, de l’Environnement, du Développement durable et du Green Deal ( ECOLO )

Meryame Kitir

Ministre de la Coopération au développement, chargée des Grandes villes ( SPA )

4

2

Secrétaire d’État à la Digitalisation, chargé de la Simplification administrative, de la Protection de la vie privée et de la Régie des bâtiments, adjoint au Premier ministre ( MR )

18

Sarah Schlitz

19

Sammy Mahdi

Secrétaire d’État à l’Egalité des genres et à l’Egalité des chances et à la Diversité, adjointe au ministre de la Mobilité ( ECOLO )

Secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, chargé de la Loterie nationale, adjoint à la ministre de l’Intérieur et des Réformes institutionnelles et du Renouveau démocratique ( CD&V )

Eva De Bleeker

20

Secrétaire d’État au Budget et à la Protection des consommateurs, adjointe au ministre de la Justice, chargé de la Mer du Nord ( OPEN VLD )

18 17

19 13

15

14 10

6

Mathieu Michel

Ministre de l’Intérieur, des Réformes institutionnelles et du Renouveau démocratique ( CD&V )

16

8

17

Secrétaire d’État pour la Relance et les Investissements stratégiques, chargé de la Politique scientifique, adjoint au ministre de l’Economie et du Travail ( PS )

Annelies Verlinden

14

12

Thomas Dermine

Zakia Khattabi

13

20

16

Ministre de l’Energie ( GROEN )

Ministre des Pensions et de l’Intégration sociale, chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre la pauvreté ( PS )

12

Vice-Première ministre et ministre de la Fonction publique et des Entreprises publiques, des Télécoms et de la Poste ( GROEN )

Tinne Van der Straeten

Ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME et de l’Agriculture, des Réformes institutionnelles et du Renouveau démocratique ( MR )

Georges Gilkinet

Vice-Premier ministre et ministre de la Mobilité ( Ecolo )

15

11 1

7

9 3

5

 •  •  •  | 17


10/2020 EN FRANCE, UNE LUMIÈRE S’EST ÉTEINTE 16 octobre 2020. Horreur et incompréhension face aux éditions des différents journaux de France et de Belgique. « Conflans-Sainte-Honorine. Un professeur décapité après un débat sur la laïcité. » pouvait-on voir défiler sur l’écran. Et puis, le choc. Un nom : Samuel Paty. Les informations arrivent petit à petit. Le 6 octobre 2020, pour illustrer ce qu’est la liberté d’expression lors d’un cours d’enseignement moral et civique, le professeur d’histoire-géographie Samuel Paty montre à sa classe deux caricatures du prophète Mahomet issues du journal satirique Charlie Hebdo. Il propose aux élèves qui le souhaitent de détourner les yeux ou de sortir de la classe quelques secondes, en présence d’une auxiliaire de vie scolaire. Mais la colère monte chez certains parents d’élèves qui ne peuvent supporter qu’on montre à leurs enfants des caricatures du prophète. Son

Photo by fr.wikipedia.org Photo by Facebook Photo by Facebook

nom et l’adresse de l’établissement scolaire où il exerce sont alors divulgués sur les réseaux sociaux. Le militant islamiste radical Abdelhakim Sefrioui s’empare de ces informations. La sécurité du professeur se dérobe sous ses yeux. Le 16 octobre vers 17h, le corps du professeur est retrouvé aux abords du collège, un couteau de cuisine ensanglanté près de lui. Les réactions sont vives. La population se lève pour rendre un hommage à cet homme tué pour avoir transmis à ses élèves sa passion de la connaissance et son goût de la liberté. Les unes de journaux se succèdent ; « Liberté, j’enseigne ton nom » Libération, « La France debout » La dépêche, « Merci » Elle. Et enfin, c’est dans le haut lieu de savoir et d’humanisme qu’est la Sorbonne que la nation rend un dernier hommage à Samuel Paty. Les mots du président de la République résonnent alors dans la cour de l’Université « Nous continuerons, oui, ce combat pour la liberté et pour la raison dont vous êtes désormais le visage parce que nous vous le devons, parce que nous nous le devons, parce qu’en France, professeur, les Lumières ne s’éteignent jamais. » A cet homme qui un jour a confié à ses proches « Je voudrais que ma vie et ma mort servent à quelque chose. » voilà qu’en se muant en visage de la République, ce « héros tranquille » comme décrit par Emmanuel Macron, tombé pour la liberté d’expression, est devenu plus qu’un symbole : un martyr français. Par Julia Pirlot

CONFINEMENT D’AUTOMNE, NOUS Y VOILÀ Il est autant attendu que craint et il est finalement arrivé. Le deuxième confinement est annoncé par Alexander de Croo, Premier Ministre du récent gouvernement Vivaldi. La situation sanitaire est critique car le Covid-19 circule activement. Il faut donc agir afin de diminuer la pression sur les hôpitaux et les équipes de soignants qui commencent à être débordées. De plus, les prédictions ne sont pas bonnes. Comme le dit le Premier Ministre lui-même: “D’ici la mi-novembre il y aura 10.000 personnes atteintes du Covid dans nos hôpitaux et 2800 d’entre elles se trou-

veront en soins intensifs à un degré différent d’intensité.» La stratégie est donc la suivante: limiter au maximum les contacts sociaux. Pour ce faire, plusieurs règles fortes sont instaurées. La règle du contact unique domine et entérine la bulle des quatres personnes sauf pour les personnes seules qui peuvent voir deux personnes en rapproché. Les commerces non-essentiels doivent fermer ainsi que les écoles. Elles ne pourront rouvrir qu’après le 15 novembre. Le télétravail redevient obligatoire partout où il peut être implanté. Dans la foulée, le Premier Ministre annonce également des mesures de soutien pour toutes les entreprises et commerces devant fermer leurs portes. Par Julien Liégeois

SOURCES: www.elysee.fr www.rtbf.be/info

18 18 || PICCOLO PICCOLOMag Mag •• n°02 n°02


11/2020 LA PRÉPARATION D’UN FUTUR SANS COVID-19

 RETROSPECTIVE

Dans cette lutte effrénée contre le Covid-19, un nouveau joueur vient d’entrer en jeu. Il s’agit des vaccins. Ils sont un élément crucial de la stratégie à moyen terme pour grandement limiter la transmission du virus au sein de la société et donc retrouver une vie libre avec moins de restrictions sanitaires. Alors que les chiffres de contaminations et d’hospitalisations diminuent, la Belgique peaufine sa campagne de vaccination. Et elle le fait en collaboration avec les autorités européennes et plus précisément avec l’agence européenne des médicaments (EMA) compétente pour autoriser la mise sur le marché des vaccins au sein de l’Union Européenne. Dans un premier temps, la Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, envisage d’autoriser, via l’EMA, des vaccins de BioNtech-Pfizer et Moderna si aucun contre-temps n’intervient durant les phases de testing. Une fois cette autorisation donnée lors de la seconde quinzaine de décembre, la Belgique pourrait recevoir des doses au début de l’année 2021, comme l’a annoncé le ministre de la Santé publique, Frank Vandenbroucke. De plus, afin de maximiser son stock de doses, la Belgique décide de réserver des millions de vaccins à d’autres firmes pharmaceutiques telle que CureVac. Cependant, et comme pour les autres vaccins, il n’a pas encore reçu une autorisation de mise en circulation de l’EMA. Quoiqu’il en soit, la Belgique assure, via la Conférence interministérielle Santé publique, en acheter 2,9 millions de doses si l’autorisation est donnée. Finalement, ce vaccin de CureVac vient s’ajouter à une liste de vaccins (dont AstraZeneca; Janssen) que les autorités belges avaient déjà approuvé il y a quelques mois.

La production et la distribution de ces vaccins ne sont pas le seul défi. Comme l’affirme Yves Coppieters, épidémiologiste et professeur de santé publique à l’ULB, la couverture de vaccination doit également être efficace et atteindre 70% de la population et une immunité acquise de 50%. En attendant d’arriver à ce taux de vaccination, ce qui ne se fera pas pour cet hiver, la stratégie du “tester-isoler-tracer” demeure fondamentale afin de garantir un taux de contamination et un taux de positivité bas au sein de la population sur de longues semaines. En parallèle de la préparation de la campagne de vaccination, la Belgique ébauche son plan de relance économique en concertation avec la Commission européenne. A la suite du sommet européen de fin juillet 2020, les Etats membres ont la possibilité de se répartir 337 milliards d’euros de subventions et 385 milliards d’euros de prêts pour redémarrer les moteurs économiques nationaux post-coronavirus. Notre pays recevrait 3,4 milliards d’euros de subventions, auxquels pourront s’ajouter 1,75 milliard d’euros les années suivantes. Cependant, l’attribution de ces fonds européens doit respecter une série de critères et de priorités spécifiques dont les transitions climatiques et numériques. La Commission se chargera d’évaluer le plan de relance de chaque pays afin d’assurer qu’il soit en adéquation avec les attentes des autorités européennes. Le temps presse car le gouvernement fédéral doit présenter la version définitive de ce plan en avril 2021.

Par Julien Liégeois

13 Novembre

c’est la victoire de Joe Biden aux élections América ines. SOURCES: www.rtbf.be/info Photo by Freepick

 •  •  •  | 19


12/2020 TRÊVE DE NOËL AUX OUBLIETTES Décembre arrive avec l’espoir d’une trêve pour les fêtes de fin d’année. Les chiffres ne sont hélas pas rassurants. Le nombre de personnes hospitalisées pour Covid-19 en Belgique est repassé au-dessus de 4000 le 1er décembre. En attendant l’annonce de nouvelles mesures, la vie se poursuit. Les marchés de Noël, interdits cette année, s’organisent en ligne. Saint-Nicolas fait le tour des quartiers en voiture ou en calèche et s’arrête parfois dans des maisons de repos en évitant au maximum la propagation du virus ; cela n’est hélas pas suffisant au home Hemelrijck à Mol où le Grand Saint aurait contaminé la plupart des résidents. Le 10 décembre, le Comité de concertation décide de modifier la réglementation liée à la liberté de culte suite à l’arrêt du Conseil d’Etat du 8 décembre 2020. Un maximum de 15 personnes est dès lors autorisé à être présent dans les bâtiments de culte. Bonne nouvelle mais insuffisante pour certains. Le Conseil d’État rejette par ailleurs le recours introduit par des prêtres pour sauver la messe de Noël. Le 18 décembre, le couperet tombe. Le Comité de concertation prend la décision de ne pas assouplir les mesures en vigueur. Et pour cause, les rapports concernant les nouvelles

 RETROSPECTIVE

infections, les nouvelles hospitalisations et le chiffre de reproduction sont mauvais. Ainsi, pour la célébration des fêtes de fin d’année, les foyers ne pourront inviter qu’une seule personne supplémentaire avec une exception pour les personnes isolées qui pourront en inviter 2. Les 6 règles d’or restent bien entendu d’application et il reste toujours la possibilité de se rassembler à 4 personnes en extérieur en suivant ces mêmes règles. C’est ainsi certain, les rassemblements de famille et d’amis seront interdits pour les fêtes, un an après le début de la pandémie de coronavirus. Les alternatives se multiplient donc pour apporter un semblant de joie dans les cœurs en cette fin d’année tout en respectant les mesures sanitaires. Et les Jeunes MR sont de la partie (liste non exhaustive). L’opération « Shoe-box » des JMR de Schaerbeek avec l’ASBL Les Samaritains rencontre un vif succès. Le but est de remplir une boîte à chaussures avec des boissons et aliments non périssables qui sera destinée aux sans-abris et démunis de Bruxelles. Les JMR de Charleroi lancent une opération similaire « Récolte de vivres à domicile » dont les aliments sont à distribuer directement aux plus démunis. Les enfants hospitalisés ne sont pas oubliés ; les JMR de Bruxelles-Ville organisent une récolte de cadeaux pour les hôpitaux bruxellois tandis que les JMR de Chastre mettent en place une action semblable pour l’hôpital « La Petite Maison ». Qui a dit que nous avions ou-

blié de rire durant cette pandémie ? Les JMR de la province du Luxembourg se retrouvent en ligne pour leur quizz à l’occasion de leur « Soirée Pull de Noël » tandis que les JMR de la région de Bruxelles organisent un Secret Santa et un E-Apéro de Noël à la place de leur habituel vin chaud aux Plaisirs d’Hiver. Par Erika Noirhomme

Sophie Wilmès dans le top 100 des femmes les plu s influentes de Forbes (n°71)

SOURCES: www.rtbf.be/info www.info-coronavirus.be

20 20 || PICCOLO PICCOLOMag Mag •• n°02 n°02

Photo by Freepick


LES JEUNES MR À L’INTERNATIONAL Le LYMEC est une organisation de jeunesse pan-européenne qui promeut les valeurs du libéralisme à travers l’Europe en tant qu’organisation de jeunesse du parti ADLE et du groupe parlementaire Renew Europe au Parlement européen. L’organisation implique environ 200 000 membres de 61 organisations à travers 39 pays. Le LYMEC est composé d’organisations membres (MO) et de membres individuels (IM). L’objectif est la création d’une Europe libérale et fédérale. Un groupe de travail a été instauré au sein des Jeunes MR pour se préparer au mieux aux différents congrès organisés par le LYMEC.

 INTERVIEW

Le Congrès du LYMEC Initialement prévu à Paris, le congrès d’automne s’est tenu en ligne pour les raisons que nous connaissons tous ces 13 et 14 novembre 2020. C’était l’occasion pour les membres du groupe de travail international de déposer une motion intitulée « A Better European Response to Health Crisis Management ». En effet, la coordination européenne est l’un des plus grands défis pour faire face à la crise du coronavirus, cependant les états membres ont choisi différentes stratégies pour lutter contre la crise sanitaire. Dès lors, une délégation des Jeunes MR demandait que de nouvelles compétences soient attribuées au centre européen de prévention et de contrôle des maladies. Nous pouvons par exemple citer : • La coordination et la mise en œuvre d’une stratégie vaccinale pour garantir un accès égal à la vaccination à chaque citoyen de l’UE. • Assurer la diversification de l’approvisionnement pour les importations de médicaments, vaccins et produits médicaux essentiels à l’infrastructure sanitaire de l’UE. Avec l’aide notamment des Jong VLD, cette motion a été adoptée et fait maintenant partie du Policy Book du LYMEC  . Remercions toutefois Alexandre Servais, Gilles Bruck, Romain Dupuis et Florent Rasseneur pour leur implication et leur travail. Grâce à eux, ce Congrès aura été très enrichissant pour les Jeunes MR. Les membres qui voudraient intégrer le groupe de travail international des Jeunes MR, peuvent contacter Alexandre Servais via relationsinternationales@jeunesmr.be Par Pauline Trémerie

Photo by Freepick

 •  •  •  | 21


LES JEUNES MR PRÈS DE CHEZ TOI Jeunes MR de Liège

Jeunes MR de Liège-Ville

Jeunes MR d’U

Jeunes MR de Bea

uvechain

Jeunes MR de Charleroi

Jeunes MR de Namur

Jeunes MR de W

avre

Jeunes MR de Chastre

Jeunes MR de Chastre Jeunes MR du Bra

bant Wallon

Jeunes MR

Jeunes MR de Chatelet

Jeunes

Jeunes MR du Brabant Wallon

22 22 || PICCOLO PICCOLOMag Mag •• n°02 n°02

Jeunes MR de La Louvière

Je


Jeunes MR de Bru xelles Capitale

Uccle Jeunes MR d’Ittr

e

Jeunes MR de Liège

Jeunes MR de la Phériphé rie Jeunes MR de Liège

ie R de la P hériphér Jeunes MR de Bruxelles Capitale

Jeunes MR de Rebecq

MR de Beauvecha in

eunes MR d’Evere

 •  •  •  | 23


20Février

Save the date Assemblée Générale pour tous les membres effectifs (Sont membres effectifs : le BP et les Présidents des Sections locales, de Plurilocales, d’Arrondissements et de Fédérations provinciales/régionale reconnues).

www.jeunesmr.be | PICCOLO Mag n°02 | Janvier 2021 | Périodicité annuelle ED : Laurie SEMAILLE | Avenue de la Toison d’Or, 84-86 | B-1060 Bruxelles Ne pas jeter sur la voie publique

Avec le soutien de:


Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.