__MAIN_TEXT__

Page 1

N° d'agrégation: P801052 - Bureau de dépôt: Bruxelles X

SEPTEMBRE - OCTOBRE // N°53 // LE MAGAZINE DES JEUNES MR QUI NE PROMET PAS DE REMBOURSER VOTRE TÉLÉVISION SI DES JEUNES MR SONT ÉLUS

Dossier

ÉLECTIONS LOCALES : SPRINT FINAL POUR UNE JEUNESSE ENGAGÉE ÉDITO // EN BREF & EN IMAGES // DOSSIER // TWITTO'S & COMMENTS // INTERNATIONAL // PRÈS DE CHEZ VOUS www.jeunesmr.be | C/jeunesmr | M/jeunesMR |

 /jeunes_mr


www.jeunesmr2018.be (E)S T A ID D N A C S E L E V U O R T E R LOCALES JEUNES MR AUX ÉLECTIONS

Les in f chaqu ormations s e can ur Jeune didat(e) MR

let p m o c e au enir les t s i l La r sout R pou eunes M une J omm c de ta

Tu es Jeunes MR, candidat(e) aux élections locales  Inscris-toi sur www.jeunesmr2018.be/ je-suis-candidate/

| 2 | PiccoloMR | n°53 | Septembre - Octobre | 2018


ÉDITO

par Mathilde Otjacques, Rédactrice en chef

Nous sommes toujours ravis d’accueillir de nouvelles plumes ! N’hésitez pas à envoyer un mail à piccolomr@jeunesmr.be ! Vous êtes tous les bienvenus. Qui dit rentrée scolaire dit retour du Piccolo MR dans vos boîtes aux lettres. Plusieurs élections vont nous mener aux urnes dans les prochains mois. Ce sera donc le moment de soutenir plus que jamais les jeunes candidats mais aussi d'informer les primo-votants sur l'importance du vote et les conséquences de celui-ci. À vous, jeunes candidats, de montrer que nous pouvons prendre la parole. Défendez vos idées avec cœur, soyez constructifs. Il faut aller sur le terrain, écouter, poser des questions, débattre. Il ne faut pas être un « y'a qu'à ». Le meilleur avis est celui que l'on donne en ayant travaillé, en s'étant confronté à la réalité. Nous avons encore à apprendre de la sagesse et de l’expérience de nos anciens mais apportons la touche de rêve, de liberté et d’imagination. Cette liberté cultivons-la, soyons toujours à la recherche de savoirs et d’idées nouvelles. À vous, les jeunes qui partagez nos idées, vérifiez les informations qu’on vous donne, votez pour les propositions qui vous plaisent. On peut voter pour un ami proche mais pas sans avoir vérifié les bases de son raisonnement, son argumentation, sa philosophie sous-jacente. Le vote utile est le vote intelligent, pas celui de l'âne ou du mouton qui suit parce que c'est confortable. La démocratie cela se mérite ! Bonne lecture et rendez-vous le 14 octobre, nous comptons sur vous !

Numéro d’identification ISNN : 1784-7192 Jeunes MR ASBL Avenue de la Toison d’Or, 84-86 B-1060 Bruxelles

EN BREF & EN IMAGES

Le like et le dislike du mois...

DOSSIER

Élections locales : sprint final pour une jeunesse engagée

INTERNATIONAL

Retour sur les événements internationaux de l'été

p. 4 p. 5-9 p. 10-12

TWITTO'S & COMMENT'S

p. 13

CARTE BLANCHE

p. 14

PRÈS DE CHEZ VOUS

p. 15

Rien n'échappe à l'oeil des Jeunes MR sur les réseaux sociaux

La Belgique de demain passera par la Refédéralisation

Retour sur les activités locales, provinciales et nationales des Jeunes MR

PICCOLOMR // N°53 // SEPTEMBRE - OCTOBRE 2018 Éditeur responsable : Mathieu BIHET Rédactrice en Chef : Mathilde OTJACQUES Comité de rédaction : Pierre BRASSINNE | Hubert CHAPELAIN | Gwenaëlle WILLIOT Aurian DELLI PIZZI | Julien LIÉGEOIS | Cristian STANUC Amandine TACK | Alexandre SOMMA Infographiste-Graphiste : Thomas PIETERHONS www.jeunesmr.be | C/jeunesmr | M/jeunesMR |

 /jeunes_mr | 3 |


EN BREF EN IMAGES

PHRASE DU MOIS

Je ne suis pas l'employeur de cette personne. J'ai entendu dire qu'il était en charge de la logistique, des bagages... Christophe Castaner (Délégué général de La République En Marche) au sujet de la présence de Benalla dans le bus des Bleus lors du défilé sur les Champs Elysées.

PHOTO DU MOIS

LIKE DU MOIS

DISLIKE DU MOIS

Service garanti : une Venezuela : un réussite ! idéal politique pour l’extrême gauche ?

@freepik.com

Prise lors du dernier sommet du G7 au Canada, cette photo est rapidement devenue virale sur la toile.

SITE DU MOIS

www.walloniepluspropre.be

Parce que l’éducation à la propreté publique ne doit pas se limiter à des actions ponctuelles, nous vous rappelons que le site vous permet de devenir ambassadeur de la propreté au sein de votre quartier, et ce, tout au long de l’année !

C’était une promesse de François Bellot, Ministre fédéral de la Mobilité et c’est chose faite ! Voté il y a un peu moins d’un an à la Chambre, le service garanti à la SNCB est désormais opérationnel et a permis de garantir la continuité des services pour les navetteurs lors de la grève des cheminots du 2 juillet dernier. À ceux qui prédisaient un chaos complet, la réponse fut implacable : les 10 plus grandes lignes de train IC (InterCity) du pays étaient presque toutes opérationnelles. Outre le droit de grève respecté, ce fut donc aussi le cas pour le droit de travailler. Pour nous, Jeunes MR, qui avons milité pour ce service garanti depuis de nombreuses années, nous pouvons enfin dire qu’il s’agit là d’une véritable réussite et non d’un coup de Comm' du gouvernement fédéral ! Prochaine étape, peut-être, l’instauration d’un service garanti dans les autres sociétés de transports belges ?

CHIFFRE DU MOIS

16

C’est le nombre de buts inscrits par la Belgique lors de la Coupe du Monde 2018 en Russie. Un record absolu qui nous a propulsés sur la troisième marche du podium de cette compétition. Merci les Diables rouges de nous avoir fait rêver cette fois encore !

| 4 | PiccoloMR | n°53 | Septembre - Octobre | 2018

Étonné de la recrudescence actuelle d’extrémismes de gauche, le MR défend un meilleur enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles des crimes et exactions commis par les régimes communistes d’antan. Une bonne chose quand on sait que, endossant le rôle d’apôtre marxiste depuis 1979, le PTB affiche aujourd’hui son soutien au Venezuela. Pourtant, estce un si bon pari ? Le Venezuela connaît depuis 2014 une crise humanitaire et financière historique. Autrefois le second plus riche pays d’Amérique latine en pétrole et en monnaie, il se tient à présent parmi les pays les plus violents et endettés du monde. Maduro et son « Parti Socialiste Unifié du Venezuela » (PSUV) succèdent désormais à Chavez depuis 2013 et le bilan est lourd. De fait, la baisse du prix du pétrole fixée par ce premier a plongé le pays dans l’incapacité de financer les programmes d’aide sociale innovés par le président précédent. En bref, une inflation estimée à 2.610% en 2017, un manque sévère de denrées nécessaires ont poussé plus de 600.000 Vénézuéliens à s’exiler depuis maintenant quelques années. Tandis que les files d’attente et la famine ne cessent de s’agrandir dans les rues du pays, les négociations entre le PSUV et l’opposition soutenue par les Nations Unies ne mènent toujours pas à de réelles élections transparentes. Notons que celles d’octobre dernier, qui ont permis à Maduro de remporter le soutien de 17 Etats sur 23, ont été dénoncées par la communauté internationale. Voilà un bien triste tableau qui ne peut donc guère réjouir les promoteurs d’une gauche radicale au sud de notre pays…


DOSSIER

ÉLECTIONS LOCALES : SPRINT FINAL POUR UNE JEUNESSE ENGAGÉE Mise en Vert. Enfin, #JeunesMR2018 c’est également un site internet, www.jeunesmr2018. be, pour découvrir nos candidats et pas moins de 6 fascicules formatifs à destination des candidats mais aussi des primo-votants, tous disponibles sur le site web pré-cité : • La Composition des Gouvernements ; • Je souhaite être candidat(e) ; • Le Vade-mecum du/de la candidat(e) ; • La Vie Communale ; • Les Finances communales ; • Le fonctionnement du CPAS ; • La 1ère fois (brochure destinée aux primo-votants).

Depuis plus d’un an maintenant, nous avons plusieurs fois affirmé que notre génération était prête à prendre une place et à endosser des responsabilités. Cet appel a été entendu au Mouvement Réformateur. Inès, Charlotte, Victoria, Maya, Hélène, Antoine, Alexandre, François, Julien, Adrien, Geoffrey et Jérémy mais aussi beaucoup d’autres Jeunes MR auront l’occasion de faire leurs preuves le 14 octobre prochain. Une partie de ces jeunes vont d’ailleurs non seulement se présenter pour la première fois, mais voteront pour la première fois également. Nous n’avons jamais cessé de le répéter : une bonne idée n’a pas d’âge !

Nous entrons dans la dernière ligne droite de ces élections locales 2018 et au nom des Jeunes MR, je voudrais vous souhaiter une bonne campagne. Á vous de convaincre le plus possible autour de vous avec les idées et les priorités de notre génération. Mathieu BIHET Président des Jeunes MR

Il faut dire que depuis le lancement de notre campagne #JeunesMR2018, du chemin a été parcouru. Nous avons rassemblé et formé des centaines jeunes issus de Bruxelles et de Wallonie que ce soit lors de nos formations dans les différentes provinces ou lors de notre

Candidate

19e Candidat

Maya DE LA HERA

Alexandre SOMMA

Braine-L'Alleud

Tête de liste

Uccle

Tête de liste

Jérémy VAN GORP Auderghem

Julien BREUER

Tête de liste

Adrien CROISIER Herstal

Mont-Saint-Guibert

5 e Candidate

Victoria VANDEBERG Jalhay

4 e Candidate à la Province

Inès MONFORT Vielsalm

27e Candidat

Antoine CULOT La Louvière

Tête de liste

François FIEVET Fleurus

5 e Candidate

Charlotte DEBORSU Namur

Tête de liste

Hélène LEBRUN Houyet

Tête de liste

Geoffrey HUET Manhay

www.jeunesmr.be | C/jeunesmr | M/jeunesMR |

 /jeunes_mr | 5 |


JEUNES ET TÊTES DE LISTE

HOUYET

Province de Namur 122,31 km² 4876 Habitants

Liste Union Villageoise (Liste d’ouverture)

MONT-SAINT-GUIBERT

Hélène LEBRUN

Province du Brabant wallon 18,63 km² 7562 Habit ants

Liste MSG Co•H é•sio n (Liste plura liste)

Julien BREUER 32 ans

Comment vis-tu ta campagne en tant que tête de liste ? Est-ce fort différent de celle en tant que candidat ? pu Être un leader de groupe est une compétence que j’ai difmes et tère carac de force acquérir très jeune par ma férentes activités. Mais il est vrai qu'être à la tête d'une équipe de personnes de votre âge est une tâche plus aisée et qu’être à la tête d'une équipe dont l'âge varie entre 21 65 ans. suis À la grande différence de ma première campagne, je notre par uer effect à s tâche des reté l’entiè de e nsabl respo paséquipe. C’est certes plus stressant mais surtout plus ante. chiss enri et e uniqu sionnant. C’est une expérience qui Tête de liste, c’est une grande marque de confiance les -tu gères ent Comm lités. nsabi respo des engendre attentes de la population et de la section? ciJe pense que tant les candidats de la liste que les et ion minat déter ma t issen conna e villag toyens de mon la force de mon engagement. sont En me faisant confiance de la sorte, les candidats nt ueme publiq et t emen serein convaincus que je peux popula de s auprè its souha leurs et idées porter leurs lation. des er Mon mandat de 1 Échevin en charge des Finances, de r porte de sion l'occa était sse Sports et de la Jeune et lités nsabi respo mes re prend de ers, dossi nombreux . de démontrer que la jeunesse est un atout ? Qu’aimerais-tu dire aux jeunes qui n’osent pas s’engager Le climat politique actuel est difficile : le populisme, la méfiance envers les partis traditionnels et la désin ent. quem politi formation n’encouragent pas à s’afficher nt Mais la population a besoin de personnes qui pense vision leur de ivité, créat leur de tif, au bien-être collec aux nouvelle et de leur mentalité 2.0 pour répondre challenges sociétaux. et La jeunesse, c'est offrir l'opportunité à la démocratie s. temp son avec luer d’évo ue à la gestion publiq

29 ans

Quand et comment as-tu commencé à t’intéresser à la politique ? Dans un premier temps, je me suis intéressée à la politique locale essentiellement. Engagée dans différents mouvements de jeunesse et dans le comité du village dès mes 14 ans, j’avais et j'ai toujours d’ailleurs de fortes attaches au niveau de mon village et de ma commune. Je m’intéressais donc à la façon dont la commune était gérée, j’aimais aller à la rencontre des élus. Ensuite, je me suis lancée dans des études en Sciences Politiques, Relations Internationales, ce qui m’a permis d’étudier les autres niveaux de pouvoir, tout aussi captivants. Comment vis-tu ta campagne en tant que tête de liste ? Est-ce fort différent de celle en tant que candidat ? C’est différent. En 2012, bien que motivée, je n’avais pas de réelle ambition personnelle (nous étions également face à un cartel). Je me disais que c’était un challenge. Aujourd’hui, ayant siégé 6 ans dans l’opposition en tant que Conseillère communale, j’ai beaucoup appris et ça me plairait de faire partie de l’exécutif communal. En tant que tête de liste, c’est forcément un peu plus stressant car on représente la liste auprès de la presse. On a beaucoup plus de questions des citoyens et on doit pouvoir être sur le terrain en permanence. Mais j’essaie de ne pas me mettre de pression. J’ai de la chance d’avoir des colistiers très motivés et une équipe solide.

Tête de liste, c’est une grande marque de confiance qui engendre des responsabilités. Comment gères-tu les attentes de la population et de la section? Je considère évidemment cela comme une marque de confiance. Toutefois, je n’ai pas voulu être tête de liste moi-même. Après en avoir discuté avec mes colistiers, nous avons choisi de respecter le choix des électeurs qui m’avaient octroyé le plus grand nombre de voix de préférence en 2012. Je suis consciente des responsabilités. J’essaie d’être disponible au maximum pour les candidats, notamment les nouveaux qui ont des questions sur le déroulement des élections, le fonctionnement de la commune, etc. J’essaie d’être sur le terrain au maximum, aux festivités, de proposer une ligne de communication qui corresponde à chacun.

| 6 | PiccoloMR | n°53 | Septembre - Octobre | 2018

HER

Province 2 39958 H

Adrien CROISIER

29 ans

Comment vis-tu ta campagne en tant que tête de liste ? Est-ce fort différent de celle en tant que candidat ? C’est évidemment tout à fait différent. À la fois en termes de responsabilités mais également en terme s d’opportunités. Cela permet de marquer de son empreinte le programme et les points impor tants que l’on souhaite voir développés. Cela permet également de mieux se faire entendre puisqu’il revient à la tête de liste de participer aux différents débats organisés. C’est donc une période éreintante mais passionnan te. En tant que jeune tête de liste, te sens-tu soutenu par la population ? Nous le verrons en octobre. Je ne ressens en tout cas aucun manque de confiance dû à mon âge. Néanmoins , je pense qu’il faut réfléchir autrement. Jeune ou moins jeune, c’est aux politiques qu’il appar tient de soute nir les gens et de défendre et relayer leurs intérêts et revendications. Pour le reste, c’est à travers les combats quotidiens durant la législature que les personnes qui nous ont soutenu ou qui nous soutiendrons à l’avenir peuvent percevoir notre réel intérêt pour la chose publique et notre sincérité. Qu’aimerais-tu dire aux jeunes qui n’osent pas s’engager ? Sans hésiter. De foncer. La campagne électorale , comme l’exercice quotidien du mandat qui peut en découler constituent une expérience formidable d’un point de vue humain. Les rencontres faites, les discussion s nouées, les débats d’idées nous marquent profo ndément. Et puis, se battre pour ses idées, y a-t-il quelq ue chose de plus enivrant ou de plus noble ?


AUDERGHEM

Région de Bruxelles-C apitale 9,03 km² 33740 Habit ants

DOSSIER ÉLECTIONS LOCALES : SPRINT FINAL POUR UNE JEUNESSE ENGAGÉE

Liste MR-O penVLD

Jérémy VA N GORP

FLEURUS

29 ans

RSTAL

e de Liège 23,54 km² Habit ants

Quand et comment as-tu commencé à t’intéresser à la politique ? Je ne suis pas né dans une famille où les débats politiques étaient au centre des dîners de famille. Ma passion pour la politique vient de mes tripes. Elle s’est développée de par mon - humble - parcours et de mes expériences personnelles. C’est de là que brûle cette envie de réaliser des projets pour la société. Je ne me suis défini libéral que plus tard, à l’université, en revenant sur le fondement des courants politiques et des valeurs qu’ils portent.

Tête de liste, c’est une grande marque de confiance qui engendre des responsabilités. Comment gères-tu les attentes de la population et de la section? L’essentiel est de fournir les efforts nécessaires et de garder la confiance de ceux qui vous l’ont donnée. Il n’y a pas trente-six mille façons pour y parvenir : travailler, écouter et rester droit dans ses bottes. Qu’aimerais-tu dire aux jeunes qui n’osent pas s’engager ? Si vous êtes passionnés par la politique, si vous portez des valeurs et s’il brûle en vous cette envie de réaliser des projets pour la société…. alors foncez! Si vous ne le faites pas, alors qui le fera ?

M A NH AY

ourg Prov ince du Luxemb 0 119,8 km² 34 63 Habit ants

Liste MR

Lis te Av ec vo us Ma

nh ay (Li ste d’o uv er

tu re)

Geoffrey HUE T 2 7 ans

de se faire une t-ce qu’il a été facile es , ne jeu e qu t tan En place ? province, j’ai commune que de ma es ouverts ma de in se au nt Ta er des acteurs politiqu eu la chance de trouv efois évident que cette place tout à la jeunesse. Il est travail et de persévérance dans de ce for à re fai doit se le temps et les leurs, sans compter va s se de se fen dé la . rés à cet engagement déplacements consac e de liste ? têt e qu t mpagne en tan ca ta -tu vis t en mm Co idat ? celle en tant que cand Est-ce for t dif férent de ma position r pa mment renforcée La pression est évide s’agit d’une sensation positive. il de tête de liste, mais chef d’orchestre, elle renforce n d’u lle ion afin de Semblable à ce avec force et convict ochain. er ill va tra de pr e mon envie br to oc la victoire le 14 mener notre équipe à richissante, tant humainement en Une expérience très t. en que politiquem soutenu par la e de liste, te sens-tu En tant que jeune têt population ? lassitude des es ont montré une Les dernières anné le et ce à tous ra e de manière géné gens pour la politiqu nous sommes donc face à des s, les niveaux de pouvoir t le changement, une nouvelle en ch er ch citoyens qui re ent joue évipolitique. Ce sentim manière d’aborder la ur, la population souhaite de fave nouveau. demment en notre er la jeunesse et le re ag ur co en s plu en s plu

Province du Hainaut 59,28 km² 22738 Habit ants

Liste Union Villag eoise (Liste d’ouv erture)

François FIE VE T

32 ans

Comment vis-tu ta campagne en tant que tête de liste ? Est-ce fort différent de celle en tant que candidat ? La pression et la responsabilité que doit assum er une tête de liste sont toutes autres que celles d’un autre candidat. Le chef de file doit être celui qui rassemble, qui impose une ligne de conduite. C’est aussi le porte-drapeau du projet mis sur pied par la liste. A fortiori, pour ces élections, la pression sera d’auta nt plus impor tante que je suis également la tête de liste d’un cartel MR-cdH-écolo que nous avons voulu afin de remporter la majorité à Fleurus, et ainsi d’apporter du changement politique, d’insuffler un nouveau souff le et une vision différente pour notre très belle commune. En tant que jeune tête de liste, te sens-tu soutenu par la population ? Selon moi, la première qualité d’un responsable politique, c’est d’être respectueux envers sa population en ne faisant pas des promesses, qu’il sera impossible de tenir et de voir se concrétiser. C’est avec cette convi ction que je m’adresse aux citoyens et aux clients que je sers dans ma rôtisserie, et avec lesquels j’ai régulièrement l’occasion de discuter du fonctionnement de la commune. Ainsi, ceux-ci me semblent réceptifs et, par-là, me soutiennent quand je leur explique l’aven ir que j’envisage pour leur commune. Qu’aimerais-tu dire aux jeunes qui n’osent pas s’engager ? Il est primordial que les jeunes s’investissent, dès aujourd’hui, en politique. La raison en est que les défis à relever pour l’avenir et par la collectivité sont énormes, notamment en termes de mobilité, d’écologie et d’économie. Selon moi, les jeunes qui souhaitent s’investir en politique ont davantage cette spontanéité qui leur permet d’appréhender ces défis différemme nt. Personnellement, en tant que jeune, la citation « Agissez comme s’il était impossible d’échouer » de Winst on Churchill, me permet de constamment réfléchir à des solutions innovantes à ces différents challenges, communaux et sociétaux.

www.jeunesmr.be | C/jeunesmr | M/jeunesMR |

 /jeunes_mr | 7 |


CANDIDAT(E)S ET PRIMO-VOTANTS

VIEL SA LM

Province du Luxembourg

104 3 km² 45075 Habitants

Lis te MR – 4 e Can did ate à la Pro vinc e Arro ndis sem ent de Bastog ne

Inès MONFORT

19 ans

NAMUR

Qu’aimerais-tu dire aux jeunes qui n’os ent pas franchir ce pas ? Osez! Cela permet d'avoir de nom bre pouvoir s'exprimer sur des sujets ux contacts et de qui nous rassemblent. On travaille en équipe et c'est hum ainement enrichissant. Quelles sont les priorités que tu veu x mettre en avant dans ta Province ? Je souhaite met tre en avant la vie associative dans ma Province sans l’oublier au niveau communal. Sans cet te vie associative, nos villages ser aient des dor toirs. Vive la vie! Comment as-tu influencé le progra mme de ta liste ? Je me suis approprié le progra mme et je le conjugue avec mes mots.

Province de Namur 175,69 km² 110939 Habit ants

e Liste MR – 5 Cand idate

Charlotte DEBORSU 21 ans

ons Qu’est-ce qui t’a donné envie de te présenter aux électi du 14 octobre ? Mes grands-parents ! Ils m’ont fortement suggéré l’idée de faire de la politique. Je n’étais pas super convaincue s parce que j’estimais que j’étais trop jeune, que je n’avai hi réfléc oup beauc j’ai Puis, vie. de es pas assez d’expérienc le et je me suis dit que les jeunes avaient totalement des es somm droit d’être représentés en politique. Nous citoyens comme les autres. Nous avons notre mot à dire. nt On entend souvent dire que les jeunes ne s’intéresse prounes, comm leurs de vie la à et ue plus à la politiq vinces, … Es-tu d’accord ? Qu’en penses-tu ? n’en Je suis entièrement d’accord, la plupart des jeunes me de é décid j’ai Quand que. ont rien à faire de la politi que ce large en et long en uer expliq présenter, j’ai dû Je ça impliquait à mes potes qui n’y connaissaient rien. tela que politi trouve ça dommage mais je comprends, la lement une connotation barbante… Et puis, il n’y a quasi s que des personnes « âgées » dans ce milieu, les jeune et ça er chang doit On rnés. conce pas ne se sentent donc tout redynamiser. dans Quelles sont les priorités que tu veux mettre en avant ? une ta comm Namur a un potentiel énorme du point de vue touris e qu’ell veux Je plus. e encor opper tique. Il faut le dével soit digne de son statut de capitale wallonne. J’ai aussi un envie de mettre en avant la mobilité à vélo, c’est venir. à s année enjeu tellement impor tant pour les vue Namur est aussi une ville un peu morte point de e rendr la pour ça iorer amél ait « vie nocturne ». Il faudr e. festiv et yante encore plus attra

L A LOU V I Province d

ÈRE

u Hainaut 6 4,16 km² 8 0 6 3 7 H ab it ants

Lis te M R-I

Antoine CUL

22 ans

C – 27 e C a

OT

Q u’ai m er ai s-tu di re au x je un es qu i n’os en Je voudrais t pa s fr an ch ir leur dire qu ce pa s ? C’est mainte ’au contrair e n s’engager et ant, quand nous somm , c’est le moment. e s faut pas att e mettre au service de s jeunes, qu’il faut la communa endre que d uté. Il ne ’autres le fa les jeunes li s b en équipe et éraux ont une place à sent à notre place, pre c'est humain ement enrich ndre. On travaille Comment vi issant. s-tu en un mot ? ta première campagne ? Peux-tu la définir C o m m e un défi ! C’est une expérie enrichissan nc e t chaque jour humainement. On en à vivre, c’est très sur le mond apprend da e E n un m o t : vantage épatant ! et sur l’humain. Quelles son t le ta commune s priorités que tu veux mettre en ava ? nt d a n s Tout d’abord enseigneme l’enseignement car je n p esprit critiq t de qualité, on ne p ense que sans un ue chez les eut dévelop individus po des citoyen p e r un u s Ensuite la libres et responsab r qu’ils deviennent le c car c’est ce ulture, et plus précis s de leurs choix. ément le fo qui nous pro communion . Il est prim cure un sentiment d’u lklore, ordial de se n valeurs com retrouver au ité, de m un e s . tour de

| 8 | PiccoloMR | n°53 | Septembre - Octobre | 2018

n d id at


JALH AY

Province de Liège 107,89 km² 8590 Habitant s

DOSSIER ÉLECTIONS LOCALES : SPRINT FINAL POUR UNE JEUNESSE ENGAGÉE

Liste MR – 4 e Candidate à Jalhay 4 e Candidate à la Province : District de Dison

Victoria VANDEBERG

21 ans

EUD BR A INE-L’A LL ant wallon Prov ince du Brab

52,11 km² 39837 Habit ants

Lis te du Bo urgm es

tre

Maya DE L A HER A 19 ans

quelques lignes ? Peux-tu te présenter en suis d’orila Hera, j’ai 19 ans, je abite à de ya Ma lle pe ap m’ Je J’h de nationalité belge. gine franco-anglaise et n enfance et fais partie des mo Braine-l ’Alleud depuis ans. Passionnée de sport et de 16 s me is pu de Jeunes MR en vivant s études de kiné tout de me nta j’e n, tio éti comp by. ma passion pour le rug élections vie de te présenter aux en é nn do t’a i qu e t-c Qu’es du 14 octobre ? ive. Grâce c’est en tant que sport Si je me suis engagée, une, de ses infrastructures et mm aux soutiens de ma co u internai pu atteindre un nivea et que j’a nt, me dre ca en n de so pe lop ve dé se la continue, tional. Je veux que ce , quelle que soit sa passion. ficier chacun puisse en béné ntéressent e que les jeunes ne s’i On entend souvent dir vie de leurs communes, proà la plus à la politique et ? Qu’en penses-tu ? vinces,… Es-tu d’accord vie d’une que les jeunes sont la s à la Je pense au contraire tou s pa On ne s’intéresse commune, son énergie. nte, mais on a des opinions, cie politique de façon cons r. Bref, on en veut plus ! ore éli am on débat, on veut e. iqu lit po Et donc, on est

Qu’est-ce qui t’a donné envie de te présenter aux élections du 14 octobre ? Depuis environ deux ans, je suis engagée dans deux jeunesses libérales que sont les Jeunes MR et la Fédération des Étudiants Libéraux. Lorsque l’occasion s’est présentée, je n’ai pas hésité longtemps avant de me lancer dans l’aventure des élections locales, afin de poursuivre mon engagement, au niveau plus global de la vie en société, et plus seulement des jeunesses. On entend souvent dire que les jeunes ne s’intéressent plus à la politique et à la vie de leurs communes, provinces, … Es-tu d’accord ? Qu’en penses-tu ? Le désintérêt qui touche le monde politique n’est pas uniquement visible au sein de la jeune génération, mais est plus global. Afin de soigner ce désintérêt, deux solutions se présentent à nous : l’engagement personnel des jeunes et le renouveau du monde politique, marqué par plus de transparence, afin de redonner confiance à la population. Comment vis-tu ta première campagne ? En un mot comment la définirais-tu ? Exaltante. Cette première campagne est riche en découvertes, riche en rencontres et riche en idées. C’est une expérience particulière qui, du haut de mes 21 ans, changera nul doute énormément ma manière d’aborder les événements qui se présenteront à moi dans le futur.

UCCLE

Région de Bruxelles-Capitale 22,91 km² 82275 Habitants

Liste MR - 19e Candi dat

Alenxandre SOMMA

21 ans

Comment vis-tu ta première campagne ? En un mot comment la définirais-tu ? Challenge, je crois que ce mot définit bien l’état d’esprit dans lequel je suis pour le moment. J’aime beaucoup le côté relationnel qui s’installe avec les personnes que je rencontre sur le terrain. Quelles sont les priorités que tu veux mettre en avant dans ta commune ? J’aimerais pouvoir aider les jeunes talents artistiques et espoirs sportifs de ma commune en leur offrant un encadrement nécessaire pour pouvoir progresser dans de bonnes conditions. À côté de cette mesure concrète, les enjeux de mobilité et de sécurité seront au cœur de mes priorités. Comment as-tu influencé le programme de ta liste ? À Uccle, les candidats Jeunes MR ont eu un rôle prépondérant dans la rédaction du programme. Nous avons co-écrit toute la partie qui concerne la Jeunesse.

www.jeunesmr.be | C/jeunesmr | M/jeunesMR |

 /jeunes_mr | 9 |


CARTE BLANCHE

La Belgique de demain passera par la Refédéralisation

| LA LETTRE OUVERTE |

“Un tabou est tombé”

U

n tabou est donc enfin tombé. Ce qui, il y a peu, était encore un gros mot, réservé aux salons feutrés et aux “offs” des journalis­ tes, semble entrer dans le lexique sation”. En d’autres termes, remonter politique. Ce mot: “refédérali­ au niveau de l’Etat fédéral des compétences qui, dans le passé, ont été transférées aux entités fédé­ rées. Cette idée rencontre de plus en plus d’adeptes. Au point de dé­ construire les clivages politiques actuels ? De constituer un véritable courant transpartisan dans le paysage politique belge ? Il faut dire que l’actualité a joué en En 2014, l’avènement de coalitions faveur de la “refédéralisation”. politiques – parfois radicalement – asymétriques a montré toute la difficulté du fédéralisme de coopé­ ration belge. En particulier, lorsque certaines compétences ont été éclatées entre différents niveaux de pouvoir, dans une logique peut parfois nous dépasser. Alors qui que la Cop21 battait son plein à Pa­ ris, nos quatre (!) ministres du Climat – pour un pays de 30000 km², rappelons­le – peinaient à se mettre d’accord sur les futures ambi­ tions climatiques de la Belgique. Alors que l’Etat fédéral envisage sortir du nucléaire, il doit pouvoir de compter sur le développement énergies renouvelables… qui des sont la prérogative des Régions. Alors qu’un jeune réussit son examen de conduite à Waterloo, il ne se voit pas délivrer son permis de conduire par les autorités communales car… il est domicilié en Flandre. Typiquement belge. Même constat pour l’interdiction d’achat de véhicules diesel, pour les zones “low emission” de véhicules avec des normes différentes selon les régions les difficultés majeures d’établir ou une véritable vision interfédérale nr de l’intérêt d la mobilité articulée autou de es citoyens et des entreprises. “Un principe simple: efficacité” Les signataires de la lettre ouverte Climat, Energie, Mobilité, Commerce extérieur, Santé, les possibilités Les élus fédéraux en force: Christine Defraigne, de refédéraliser ne manquent pas. Evidemment du , la volonté n’est pas présidente du Sénat; Sophie Wilmès, ministre fédérale de ressusciter la “Belgique la Mobilité; la de de papa” fédéral qui ministre n’a plus de sens dans le con­ Budget; François Bellot, texte politique contemporain. n D’ailleurs, toutes les compétences députée Kattrin Jadin; les députés Gautier Calomne, citées ici n’ont et vocation à être refédéralisées Friartpas Fabian Culot (député wallon), Gilles Foret, Benoît dans leur le fédéralisme la belge doit reposer sur un principe intégralité. Mais Benoît Piedbœuf. A l’origine de la lettre appelant à simple: l’efficacité. L’efficacité des répond à deuxn impératifs refédéralisation, on trouve Mathieu Bihet, président modernes. Tout d’abord, elle permet démocratiques de nos sociétés Jeunes MR. de remédier aux problèmes de çon plus rapide et mieux coordonnée. fa­ Ensuite, elle entraîne de facto une rationalisation des structures et du personnel et, par conséquent, crée des économies dans les dépenses publiques. A l’heure où notre dette dépasse les 100% de PIB, ce n’est Aux Jeunes MR, nous souscrivons donc pas négligeable. à cette volonté d’efficacité des pouvoirs publics. C’est pourquoi, très tôt déjà, nous avons préconisé une refédéralisation du Climat et de certains pans des compétences énergétiques. Qui peut croire que les sont fondamentalement différents enjeux climatiques, par exemple, entre Wavre et Louvain ? A devra s’ajouter la question du cela rôle de pouvoir réel sur les entités fédérées, l’Etat fédéral. Aujourd’hui, sans il doit néanmoins endosser la ponsabilité de leurs décisions res­ face à des organisations comme la Com­ mission européenne. Les matières agricoles ou budgétaires en sont très bon exemple. un

Politique

La néce ssi d’une gr té osse majo rité

Le fédéral serait un juge

acheteus e

En vue de du 14 oct s élections L’Echo paobre prochain, chaque sse au crible, jou du scruti r, les enjeux n dans votre com mune.

L’ECHO

Plusieurs pointures du MR appellent à une refédéralisation

Économ ie & Poli tiq

L

LE RÉS UMÉ

Au MR, en particulier, d’une circonscription électorale fé­ vrait chercher ses alliés ailleurs que tée par Jean­Luc Crucke (“Le fait régional l’empor­ dérale). Pour lui, la répartition ac­ chez les libéraux, dont plusieurs tera un jour”, a­t­il prophétisé) ou encore Pierre­ dans tuelle des compétences entre le fédé­ poids lourds optent ici pour un ren­ Yves Jeholet, semblait avoir gagné du terrain rend toute vendredi et les entités 3 aoûtfédérées ral 2018 - La Libre gé­ forcement pragmatique de ce qu’il un parti qui est intellectuellement plutôt tourné lente: “LaBelgique compétences (Fis­ décision compliquée et reste de l’ancien Etat unitaire. même partielle, de la présente vers l’Etat fédéral et ses grandes nération de décideurs politiques des publication, Intérieur…). Justice, sous Politiquement, cet appel à la refé­ étrangère, quelque Politique forme Sécu, calité, que ce soit, est interdite sans autorisation un fameux hé­ nous a donné se années 80 préalable déralisation est aussi un avertisse­ et écrite de l'éditeurin­ Mais, au MR, les partisans d’une refédéralisation ou de ses ayants droit. un système institutionnel ritage: ment lancé à Bart De Wever: si le font désormais entendre. compréhensible”, expliquait­il. président de la N­VA veut ouvrir le débat commu­ aggrave­ N­VA la de institutionnel l’idéal Pour lui, qu’il Deux ministres fédéraux signataires ne se nautaire en 2019, c’est une refédéralisation Une rait la situation car francophones et Flamands à la place du confédéralisme. récolter pourrait A l’initiative des Jeunes MR, plusieurs responsa­ sans à la verraient plus que pour gérer les problèmes, le communautaire au bles libéraux de premier plan lancent un appel confédéralisme, stratégie du MR pour laisser lettre définir un projet commun. “L’idée du la reconduction du refédéralisation de compétences par une également frigo cinq ans de plus et assurer fé­ c’est de créer le conflit permanent”, avait­il ouverte publiée par “La Libre”. Deux ministres en début gouvernement Michel ? prési­ lancé. Cette petite phrase avait provoqué Frédéric Chardon pas déraux, Sophie Wilmès et François Bellot, la de semaine de fortes réactions en Flandre, mais dente du Sénat, Christine Defraigne, et plusieurs

EN BELGIQUE

04

En plein e fièvre

ue Refédé r tout bé aliser la mob il néfice p our l’éc ité, onomie

Certes, il serait contre­productif de plaider pour le retour d’un fédéral tout­puissant, apte à Etat imposer sa volonté aux autres entités. Néanmoins, l’idée d’un Etat fédéral capable d’endosser un rôle de dans la concertation entre les juge différents niveaux de pouvoir pourrait mettre de l’huile dans les rouages grinçants du processus décisionnel belge. La refédéralisation est une question sensible. Elle est une oppor­ tunité peut­être inespérée pour certains mouvements politiques répliquer. d’ouvrir à nouveau la boîte de retour au ni­ de la N­VA qui n’avait pas souhaité Pandore institutionne en faveur d’un se prononcent lle. Mais ellepar­ à structurer aussi est une questiondéputés, Les nationalistes flamands refuseront­ils de com­ a N­VA a une force: la capacité incontourna lui avaient été en quisociété matières ble. Dans une fédéral de veau terme. au rythme ef­la menter le nouvel appel à la refédéralisation venant, fréné son projet politique sur le long qui Même impose lisibilité, de l’Etat successives: transparence par les réformes tie retirées ainsi qu’une grande capacitéla cette fois, du MR ? C’est très sensible car MR et ses ennemis politiques le reconnaissent. d’adaptationSon et d’anticipatio le Commerce extérieur, l’Energie, peut Mobilité, n, nous devons institution­ fournir les armes adé­ N­VA sont alliés au sein de la “suédoise”. Et on moteur conceptuel pour l’avenir quates aux pouvoirs publics. Tout simplement, car Santé… le confédéra­ difficilement imaginer que le Premier ministre cela représente nel de la Belgique a un nom: avant tout un sortie démocratique majeur. la la Flandre etenjeu Charles Michel n’ait pas été prévenu de cette libérale est en phase lisme. Deux entités indépendantes –Si nous ne mo famille La de ses dernisons pas notre Etat, si nous ne flui gérer en com­ médiatique provenant, notamment, de deux Wallonie – se concerteraient pour de la lettre difions pas no MR signataires tre manière ­ Les dese­ du Sénat… prendre Bruxelles desmandataires décisions politiques, mun quelques maigres compétences. le vice­ ministres au fédéral et de la présidente que les citoyens ligne se tourne­ sont en fait sur la même ront à un moment donné ouvertevers ceux qui rait alors cogérée par les Flamands et les Wallons. promettent VLD, Alexan­ à De Wever en permanence Open ministre avertissement Un Premier l’efficacité for­ autres les souvent à grand renfort d’autoritaris Face à cette vision des nationalistes, me et du de “yaka”. Des Les De Croo. Dans “La Libre” systèmes verticaux der Voilà, en tout cas, le jeu institution­ et ultra­centralisésledont mations politiques n’opposent pas grand­chose, flamanda démontré libéral l’histoire week­end dernier, régio­ fédéraliste, se clarifie. S’il devait y avoir n’étaient bien souvent semblent hésiter, se divisent: être qu’ils nationalistes nel qui que faveur de desplaidoyer mirages àenl’opposé il en train de reprendre des couleurs? à un s’est livré de notre idéal une nouvelle réforme de l’Etat après MR et Open VLD semblent ou même confédéraliste ? libéral. naliste (et de la création le souhaiter. flamands l’option régionaliste, por­ la refédéralisation les élections de 2019, la N­VA de­

Toute représentation ou reproduction,

refuseront­ils de commenter l’appel 5 venant, cette fois, du MR ?

Violent, donc, mais mesuré. wallons, leurs propres politivoulaient ques de mobilité, d’énergie et Les nationalistes pour leur libéraux d’agriculture sous curatelle fé- punir les (“Un tabou est enfin dérale, le MR en revient à dire audace écrivaient les cosignaqu’ils ont besoin des Flamands tombé”, sujet de la refédérapour mettre de l’ordre en Wallo- taires au lisation), mais sans engager nie.” leur présence au sein de l’exéLA N-VA NE VEUT PAS DES cutif fédéral aux côtés du MR. “COMMUNISTES WALLONS” : le communiqué La réponse de la N-VA, trans- La preuve par Sander Loones, mise à toutes les rédactions, est signé de la N-VA, et avait même quelques tournu- vice-président Diependaele, Matthias par “Nous : menaçantes res plus N-VA au parleréjouissons que des mem- chef de groupe A En réaction à la lettre nous réponse du MR souhaitent ment flamand. Une ouverte de mandataires libé- bres éminents De Wever débattre de thèmes apportée par Bart raux appelant à la refédérali- à nouveau lui-même ou par son viet metsation de certaines compéten- communautaires ce-Premier ministre fin au ces, les nationalistes fla- tent ainsi Jan Jambon (tous “C’est commumands ont envoyé un missile ‘standstill’ les deux en va[…] Pour un coup de vers le MR, mais sans ogive nautaire. cances) aurait eu gouverner la Belgicanif au nucléaire. significaune manière Le communiqué de presse que de plus contrat”, juge un tion plus effiétait tout de même destiné à réellement lourde… À la nationaliste faudra mefaire mal, à vexer. “Il est regret- cace, il N-VA, on mesure débat insflamand table de devoir constater que le ner un vrai bien que le MR est donc et MR perd sa confiance en la Wal- titutionnel, un partenaire à préconfédéralisme. lonie et ses habitants (en appe- parler de server, malgré tout. Sans n’acceptera jamais la lant à rapatrier des compé- Car la N-VA politique flamande de les libéraux francophones, de tences régionalisées au ni- qu’une d’alliés santé, d’enseignement, N-VA n’avait pas veau fédéral, NdlR). Le MR soins de lind’immigration ou l’autre côté de la frontière semble penser que les responsa- de mobilité, au fésoit à l’avenir défi- guistique pour monter bles politiques wallons ne sont de sécurité également des socialistes ou des déral. Et le MR sera pas capables de prendre leurs nie par pour lui wallons. Pour la nécessaire en 2019 propres défis à bras-le-corps. communistes est la permettre de se maintenir au Quand ils réclament de re- N-VA, le confédéralisme pouvoir. structurelle.” mettre les soins de santé seule solution “UN COUP DE CANIF” Toutefois, si le plus grand parti de Flandre (et de Belgique) avait accepté en 2014 de LA PHRASE mettre les réformes institutionnelles au frigo pour cinq ans afin de mettre la sué“La N-VA n’acceptera jamais qu’une doise sur les rails, il ne faut politique flamande de soins de santé, tout de même pas trop le chad’enseignement, de mobilité, touiller. Un petit rappel idéologique était nécessaire alors d’immigration ou de sécurité soit à que l’on vote en octobre prol’avenir définie par des socialistes ou des chain et en mai 2019. Surtout ministres fédécommunistes wallons.” de la N-VA lorsque deux Wilmès (Budget) Communiqué raux – Sophie et François Bellot (Mobilité) –

LES LIBÉRAUX Les nationalistes flamands n’ont pas tardé à réagir à la proposition de personnalités MR souhaitant refédéraliser des compétences

8

des traces ?

8 La volonté est de reconduire le

gouvernement Michel sans préoccupations communautaires que l’avenir de la Belgique doit sur des Régions plus plusieurs mandataires libé- reposer C’est le cas du raux sur la refédéralisation ne fortes encore. wallon de l’Énergie doit pas masquer la réalité : le ministre Crucke. MR n’a pas une doctrine claire Jean-Luc “QUATRE RÉGIONS” et univoque sur les réformes Certains, “Est-ce que j’aurais pu signer institutionnelles. ouverte ? Sûrement comme Sophie Wilmès, Fran- cette lettre cas. Je ne partage çois Bellot ou Christine De- pas, en aucun pas ce point de vue fraigne, estiment en effet que absolument tranchel’on a régionalisé avec un man- sur la refédéralisation”, que je “Le modèle que flagrant de bon sens. Ils t-il d’emblée. Belgique avec une c’est défends, le que ligne sont sur la même fortes, dont la Révice-Premier ministre Open quatre Régions Plutôt que VLD Alexander De Croo. gion germanophone. des brûlots communauD’autres, au contraire, pensent de lancer

A La lettre ouverte cosignée par

www.dhPbe I SAMEDI 4 ET DIMANCHE 5 AOÛT

même partielle,

© BELGA

le débat est reporté à 2019

taires, il faut être très prudent. Le socle du gouvernement fédéral, c’est le fait qu’il n’y a pas d’évolution dans les institutions justement. C’est un gouvernement socio-économique, c’est déjà pas mal comme chantier et cela se passe bien.” S’il fallait réformer des institutions, estime encore Jean-Luc Crucke, c’est au sein de l’espace francophone qu’il faut chercher. “Il y a une piste que l’on peut suivre : la simplification institutionnelle. Faisons d’abord le travail chez nous avec la suppression des Provinces et le transfert des compétences de la Wallonie-Bruxelles Fédération vers les Régions afin qu’elles puissent assumer totalement leurs responsabilités.” CHASTEL TEMPORISE Du côté d’Olivier Chastel, président du MR, on temporise. Vis-à-vis de la N-VA comme visà-vis des points de vue divergents exprimés en interne.

L AVIATION > BELGIQUE

RÉACTIONS Olivier Chastel

PRÉSIDENT DU MR

“Pas l’heure !”

“L’heure n’est pas aux discussions institutionnelles. Le programme général du MR sera débattu début 2019. Le chapitre institutionnel et toutes les mesures permettant d’améliorer l’efficacité des

Ministre fédéral de la Mobilité.

La Libre Belgique - vendredi 3 août 2018

© S.A. IPM 2018. Toute représentation ou reproduction,

cosignent la lettre ouverte rédigée à la base par les Jeunes MR. “C’est un coup de canif au contrat”, juge un nationaliste flamand à l’égard des deux membres du gouvernement Michel. PREMIER VRAI TACLE DE LA N-VA C’est en effet l’appui officiel apporté par Wilmès et Bellot à la cause “refédéraliste” qui a choqué les nationalistes flamands. “Que Christine Defraigne ou les Jeunes MR soutiennent cela, on s’en fiche, explique une source flamingante. François Bellot s’était déjà prononcé en interview sur le retour au fédéral, mais le fait qu’il y ait une lettre ouverte, cela a un impact politique plus fort.” D’autant plus que le top du MR avait été mis au courant de la démarche des libéraux… D’où le ton du communiqué des nationalistes. Il s’agissait du premier du genre depuis le début de la législature. La N-VA n’avait jamais taclé le partenaire MR à ce point.

Bellotseront abordés à cette François institutions occasion.”

Sophie Wilmès

Ministre fédérale du Budget.

4

LE MR RESTE DIVISÉ :

de la Belgi“L’heure n’est pas aux discus- la réorganisation d’une sepnécessité sions institutionnelles. Elles que et la de l’État ne sen’ont pas été au centre des dis- tième réforme examinées maintecussions au cours de cette légis- ront pas publiquement, en lature et ne le seront pas avant nant. Pas son terme. Le programme géné- tout cas. Reste qu’au MR, la volonté ral du MR sera débattu début le gouverne2019 en vue des élections de mai. est de reconduire pour une nouLe chapitre institutionnel et les ment Michel sans préoccumesures permettant d’améliorer velle législature communautaires, afin l’efficacité des institutions seront pations les réformes soabordés à cette occasion.” Régio- de poursuivre que les libécio-économiques refédéet fédéralistes nalistes, nécessaires. ralistes libéraux devront donc raux estiment F. C. prendre leur mal en patience :

LA PHRASE

“Est-ce que j’aurais pu signer cette lettre ouverte ? Sûrement pas, en aucun cas. Je ne partage absolument pas ce point de vue sur la refédéralisation.”

Catherine Fonck

CHEFFE DE GROUPE CDH À LA CHAMBRE

“Pourquoi pas”

“Le cœur du débat, c’est comment être beaucoup plus efficace en politique. Refédéraliser? Pourquoi pas ! Depuis 10 ans, je ne cesse de dire que 9 ministres de la Santé, c’est 9 fois trop. Mobilité, Environnement, Climat, Énergie, même constat. Tout le monde est compétent mais personne n’est responsable.”

même partielle, de la présente publication, sous quelque

Ryanair annule 104 vols au départ et vers la Belgique le 10 août

Olivier Maingain PRÉSIDENT DE DÉFI

“Le bal de l’hypocrisie”

“Le bal de l’hypocrisie continue. La sixième réforme de l’État allait être si bénéfique aux citoyens, qu’ils disaient, tous ceux qui ont fait basculer la Belgique vers le néant du confédéralisme. Et aujourd’hui le MR permet à la N-VA de vider ce qui reste de l’État belge.”

Ryanair a annulé 104 vols au départ ou à destination de la Belgique, sur plus de 2.400 vols européens à la réguliers, le 10 août prochain en raison de l’appel grève des pilotes basés dans le pays, a-t-elle annoncé bas vendredi. La compagnie aérienne irlandaise à coût s’est dite “obligée” d’agir de la sorte.

Présidente du Sénat. de nuit : enquête

MINISTRE WALLON DU BUDGET

“Le modèle que je défends, c’est une Belgique avec quatre Régions fortes. […] Faisons d’abord le travail chez nous avec la suppression des provinces et le transfert des compétences de la Fédération Wallonie-Bruxelles vers les Régions afin qu’elles puissent assumer totalement leurs responsabilités.”

Mathieu Bihet

L ARGENT >

L SANTÉ >

Hausse des Christine Defraigne consultations

Jean-Luc Crucke

“Supprimons plutôt les provinces”

L’Institut national d’assurance-maladie invalidité (Inami) enquête sur l’augmentation des consultations de nuit auprès des médecins généralistes, rapportent vendredi Le Journal du Médecin et son équivalent flamand. Selon un audit de l’Inami, une hausse en la matière globale de 35 % a été constatée l’an passé.

Les comptes d’épargne ont toujours la cote

Président des Jeunes MR.

Taux d’intérêt ou pas, le Belge continue de faire appel à son compte d’épargne. En juin, les comptes d’épargne totalisaient 265,8 milliards d’euros, un record. Il s’agit d’une hausse des dépôts de 1,4 milliard d’euros par rapport à mai. Cette hausse s’explique par les congés payés qui ont encore gonflé les comptes d’épargne.

ce soit, est interdite sans autorisation préalable de la présente publication, sous quelque forme que

et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.

Frédéric Chardon

Ô

ACTION ÉPARGNE

6 VIGNETTES =

-50%

*

Chaque jour, du lundi 06 au dimanche 12 août, récoltez un timbre à découper dans vos journaux et collez-le sur le formulaire d’épargne pour bénéficier de -50% sur ces 3 Eaux de Toilette Ô de Lancôme : Ô d’Azur, Ô de Lancôme et Ô de l’Orangerie.* 125 ml sur présentation l’Ô d’Azur, l’Ô de Lancôme et l’Ô de l’Orangerie Offre valable du 06/08 au 31/08/2018 sur Dans la limite des stocks disponibles. *Formulaire disponible du 06/08 au 12/08/2018. cumulable avec d’autres promotions ou remises. donne droit à -50% sur ces 3 produits. Non du formulaire dûment rempli. Une carte épargne

Jean-Luc Crucke, ministre wallon de l’Énergie. LA DERNIÈRE HEURE - LES SPORTS I SAMEDI

2018 I LA DERNIÈRE HEURE - LES SPORTS

© S.A. IPM 2018. Toute représentation ou reproduction,

05

EN BELGIQUE

EN BREF

La N-VA recadre POLITIQUE

: Entre De Wever et Michel, l’épisode laissera-t-il

Un tabou est donc enfin tombé. Ce qu’il y a peu était encore un gros mot, réservé aux salons feutrés et aux « offs » des journalistes, semble entrer dans le lexique politique. Ce mot : « refédéralisation ». En d’autres termes, remonter au niveau de l’État fédéral des compétences qui, dans le passé, ont été transférées aux entités fédérées. Cette idée rencontre de plus en plus d’adeptes. Au point de déconstruire les clivages politiques actuels ? De constituer un véritable courant transpartisan dans le paysage politique belge ? Il faut dire que l’actualité a joué en faveur de la « refédéralisation ». En 2014, l’avènement de coalitions politiques – parfois radicalement - asymétriques a montré toute la difficulté du fédéralisme de coopération belge. En particulier, lorsque certaines compétences ont été LA LETTRE OUVERTE | éclatées entre différents|“Un niveaux de pouvoirs, dans tabou est tombé” une logique qui peut parfois nous dépasser. Alors que U la COP21 battait son plein à Paris, nos quatre (!) Ministres du Climat – pour un pays de 30.000km², rappelons-le - peinaient à se mettre d’accord sur les futures ambitions climatiques de la Belgique. Alors que l’État fédéral envisage de sortir du nucléaire, il doit pouvoir compter sur le développement des énergies renouvelables… qui sont la prérogative des Régions. Alors qu’un jeune réussit son examen de conduite à Waterloo, il ne se voit pas délivrer son permis de conduire par les autorités communales car… il est domicilié en Flandre. Typiquement belge. Même constat pour l’interdiction d’achat de véhicules diesel, pour les zones « low emission » de véhicules avec des normes différentes selon les régions ou les difficultés majeures d’établir une véritable vision interfédérale de la mobilité articulée autour de l’intérêt des citoyens et des entreprises.

mais reféd éralisé compéten Refédéraliser bien eu des matiè quelq mobilité ces en mati des compétenc ues minuscule res. Il y a ère perm s points e, très pellic beaucoup ettrait d’évi de niques, de ulair qui nements de dysfonct ter sens invers ont subi une es et techionévolution néfastes processuse». Mais à part Régions pour le cela, tous en déve sens: le se sont faits qu’elles la visibilité inter les économiq loppement ont acqu renforcem dans un lisme ue du l’Awex, seul ise. C’en nationale ent du . pays. or fédérasance walloelle a contribuésera fini de Pour le Par commerccontre, toucher deux préal constitutionn taux qui nne, et c’est un à la croisEUPEN fonct e exté des au aliste ables pêche , ces rieur étant posé une très Behrendt ionne le mieu parastapas mauvaise serait lancé. «Aca que le déba s, il n’emgionalisa rappelle aussix…» idée. tuellement démiquement t soit (re) rieur s’esttion du comm que la réOn est en , oui, le débat et intellecWallons, faite à la demerce extépeut un an desdémocratie.» De se poser. défavoriséqui se sentaient ande des nAtHALiE de l’été, élections, en savoir si, à tissemen s dans les dossi toujours bAmPS il ers d’inv c’est une était opportunplein cœur oui, cela t face à la Fland esIl aura BELGA indui autre de re. Le le t «Alors suffi d’un scrutin faire, tre les Régio plus de comp Venons-en question… gée par e seule manopho en Commun à présent les capables ns, mais si elles étition enlettre, rédiauté gerdeux mini jeunes MR, aux dossi d’être comp ne réforme ne sera marq cosig � La mob comment ers. bre étitives sont pas Bellot et stres fédéraux née par adoptée du code de démué par la nous2018. Au sein tian Behr ilité. Sur ce dossi tional?», le pourraient-elles entre elles, Sophie de la majo en 2016 ocratie flammer Wilmès), (François glisse s’interroge «Si on à l’inter . rité, on à ses yeuxendt donne un er, Chrispour réennasera néce qu’une telle Mais refédér taire. Pourle débat du feu , c’est le répartition la mult Behrendt. tom GuiL comme communau alise le lence agen dossier vert. Car législaturssaire pour la iplication PHILIPPE ces, FRANCOIS/BELGA LAumE cette lettre rappel, vend par excel proc - des sur lequel la redi et comm des attachés écon des enlève rce extérieur, de savoi e. Difficile évide haine , estam mis sur ercia pillée MR dernier, quencompétences régionalisationr omiq Changeme mment la un bon si le CSP peut a eu des donc, a visibilit aux Régions on du gaspilage? ux, cela ne serait-il ues ces ne faud table la question partenaire cons la comm nt majeur en consé«Oui, cela rait-i jourd’huinégatives, et prov coût, mais retrouver 2018 pour de majo tituer taines mati l pas reféd brûlante: induit un pas qu’ellesé internation la bourgmesune germanop ainsi rité, et qui vont des dysfonctio oque auéraliser porte. Et il faut voir ce surdes ères. ale ont hone tre rênes du au moins un extérieur, Mobilité, que cela cerpour l’attra jusqu’à ne sera acquise . Le CHRiStiAn le nom pement le bénéf bout entraver nnements pouv rapplus commerce énerg 2012. ctivité bre .» ice écon le déve Une lettre ie, santé… COnSTiTuT bEHREndt cas en Wall de voix commélu selon Hein Le bourgmes oir perdues en mique», est positif en des Régions, Vous vouleomique du pays. loptre sorta d’intentio e terme pour se iOnnALiST z onie. c’est estim Klink par s éconole lait nt z quelq e-t-il. enberg concrétise On vous n. Mais un pacte Il sera déter E (uLiè ues exem de son (PFF-MR) Karllever les qui, les sert. gE) miné de coali même issu avis (forc ples? lui obstacles: r, nécessiterait � La sant Le y niqu niques. ément alde nal,de la gestion de premier, c’est politiques les parti d’une discu tion, lui- nonc e), malgré Et feu oran é. Ici, Behrendt lacocel’aéroport ssion entre Zaventem s comp et techquestion: surtout, de é de la vie son retra ge. osants natio. Avec it anLa tripa bruits (régi pas de dysfo Le statut quo brandit le se polit de la ils gagn les citoyens en poser la n’entraîne onales) ses normes de d’une assisrtite au pouv majorité. Je toute façon une ique: «Il y aura nctio rienn la techn ants? «Pou sortiraient et sa sécur coalit oir ne faut de très icité pournnement, mêm - on est e (fédérale). «Rien r reféd sièges sur e confortab profite jorité vois aucun parti ion à Eupe ité aéles chos e si faire fonct n. le avec déjà prendre vent surto bonnes raisons, éraliser, il avec 13 que sur chrétiens 25, reléguant 17 ionner la masièges.» On ne vousdans un nœud cela, rendt en es est énorme. aux socio rationnels ut se fonder sur et elles doiinextricable fera pas restants. du CSP les - À rapp institutioappelle vivem Mais Behdes critèr d’efficacité .» huit juge le ent es titioneler les crises l’insulte de vous de l’allia Déjà à l’époque sièges Le part écono cons n’aura pas nnel. «Aller plus à un stop politiques nce à trois transfert auto le Behrendt titutionnaliste mique», SPPlus à répéPFF-MR, choix 2016 vol de Bruxur de la ques pétitivité, d’impact en terme loin, cela de pouv (ULiè Chris avait ça, les régio a confé ge). Car tion du tian Ecolo, DIDIER étonné: BAUWERAERTS elles et s de comles socia ré dava oir voté en très lourd mais éthiqueme surau-delà l’union voir à la nalis ont eu nt, de cru Autre exemple, de sa périphérie avec Commun ntage de pousaire pourlistes n’était pour avan ations succe complètemà supporter, car cela serait phone. pouvoir les route pas néce . auté germ ssive pays. tage de Pour but était accéder au s. «On les interv ent les soins de régionaliser anopacifier s tant du constfédéraliser les pouvoir. s- ler de commtant, on refus entions routes, par-a le du Petit rapp formes simple: au conteste médicales)santé (dont réseau at que le dével vu des Le plore mêm unautaire. e de parau prog el bien ser impl des réper oppement aura On réantic ramm e. le maximum routier était des gens. iquerait utile: refédéraliÀ sans cussions iper dél’instar Niess e, une 7e arriv » d’ouvrir sur la santé de Clau sions interd’éventuelles il fallait jours en (Ecolo): réfor tres dossi . Mais on a oubli é à son «Nous avon dia sitera une BELGAme de l’État le débat à ers de mobi é que BELGA RÉACTI maximum nes et s’oct dissen- diffici l’impression raien . lité routiè d’auque le dialo s tout venir royer un tiers: dansdouble majo Qui nécesle parce de siège ples de re pourgue est que rité des BEAUCO ONS toroutière, sur la table: la la mêm réformes? s. Des exem deux guistiques chacun des e langu nous ne parlons UP DE l’impôt, bouchons les péages, la vignette aue. On nous pas , à la Cham groupes linpeu popu La hausse - et parfois «NON», et une Alexander considère, béraux; de comm bre et au on majorité guistique, qui n’ont pas de gestion des MAIS UN l’abattage laire pour les Séna tiers à la e des habitse considère frontière Premier De Croo, le blocage li- ce GRAND Chambre.globale des deuxt, qui se réperla saturation linviceants à part.» aussi, Open Vld, pour les d’arbres class cons ce prism de «OUI» ouvert Rien qu’à tant, ces és, syne tat, l’échevine écologiste avait Cont (E411, E19, cute sur les axes Bruxelles, e, son collè la décisions travers rgies poss s. place, on vu les rapports évoque re gue Alexa de la refédbrèche de la déjà régionaux E40…).» léguant sont passé Pour- mun Le PS question des ibles Christian nder. auss le déba prend vite cons de force en let. Depu éralisation propre au second plan es, re- nant es francophoavec les comBehrendt ta ces dossi frigo, en i remise l’idée début is, à chaq deux la poin es. des actes peu de chance cience que juilnes ers, ligne tent. Dans ue parti cul, le cons camps te, dans un proc avoisinel qui compte se rendant bien au d’aboutir concrets. . Avec À note tat semb l’effet inver s’est tellem essus décis qu’en ouvra retrouve celui du non, s’affronSi à que ça aussi r égale le posit le re- tion on marc se: regar ce n’est d’avo ent comp ion, la men nt le if «C’est le brûlo du cum he Jean-Luccertains MR, on ir retarla Belgique, aujou dez la des comp gouvernance. lexifié t à peine ul adop t l’interdicl’omelette sur des œufs débat, comme décre Savoi rd’hu sur l’avan sur tous té lors BELGA lancé, a N-VA qui, «MêmdBELGA liste du Crucke. L’aile , et qui pour Et renve romis», nous gliss r faire «perd t de 2016. de ce jour si parti a les autre i, est en Eupe rait voir que rser e Athèn on terme que t-scène méd repropulsé e-t-o très mal régionasortie des s pays le Toujours le parti en place n. 2014 u» un échevin n avait déjà plus riche es, qui n’est voie pour persiste dans pris la , Antonios de cesse les francopho iatique le élu lorsq pas vraim . . dent Olivie collègues. Le que Bruxe reste d’act est-il que magn nes n’ont Du côté rait être explo cette d’écarter: u’en ent joint prési Anto le cons r Chas ualité à sive. des oui, eu créer ifique… Chez lles, a un métro dans le confédéral Autre tel a tranc tat Com l’équipe mini niadis a rela veille rangé vif: nous, on un RER… stérie ouvertem le cdH s’est mun tian Behrrappel historique isme. d’octomoment). oublions cela hé peine à » tabou ent et son élect auté, soit deux lle de la de Chris (pour le Toujours du réformes endt, «dans le sans non, le - � Le ion. ans après du côté cadre des REPORTERS/QUINET du plaid côté des signa de l’État CD&V, des par la voix oyer libéra , on n’a six tian commerce extér chef de taires nom presque groupe GEMBLO l et de son de l’effic ja- refédBehrendt met ieur. Ici, Chris Servais à acité. «Le ce au doit pas UX Verherstrla Chambre, un feu éralisatio pays ne «L’histoire aeten. n. «On enlèvrouge à la la N-VA tourner comm », e régionalis va dans le sens erait aux hier au disait Maxime le veut ation», Soir. Chez Prévot rétorquaitde la réfléchir Ecolo, -il à à on la question. dit dez-vous Et renen janvi Les prix er. grands de l’immobili projets er seront urbanisti et les rel en cours au mandatu cœur de la procques d’extensio guré en haine n sera 2019 et pourrait re gemblou d’animatio des progr inauvoir reco toise, qui ticket Baill ammes nduire nés», compn importants i-MR. le lète Alain ont été meGoda. JuLiEn Prix des bALboni logemen La majo rité ts Plusieurs gramme n’a pas arrêt é déjà prév listes électorale tique arrivmais l’aspect son proues s pour sont Gemblou les élect avec certi era en haut urbanisions à de la pile en tête) x. DéFI (Carl tude: les men o Dooms , Écolo (avec Mendola du ts sont élevé prix des logequi veut s, les jeun Laurence mal à sition à passer es ont la press accéder à la de siders. majorité) seron l’oppo- forte ion démo la propriété D.R. et Côté PS, grap t nœuvres les gran les out- zon . «Une étude préci hique se fait 2050, Gemb se qu’à l’hori rore Massont été réalisées: des ma- 2.000 loux aura la liste art et Dominiqu exit Au- note logements besoin de est profo e Nott le prem supplémentaires velée et ier éche voit arriv ndément reno e, croisseme vin. Un », Hautot, u- chan er à sa tête nt mass acman gemblou ager expert Valérie mun ger le visag if qui pourrait e de cette sur la listetoise depuis financier, «Des e riche de 26.00 com8 ans et e proje en 0 habitants 2012. «Je majorité ts couvr 5 logem ant absol cherche . à trac. «L’équ ue!», lance la men ents sont sur la moitié de ces la table se proje ipe est motiv-t-elle tout présente .» Un iml’ex-quarti t pour trans dans le ée, est très précise secteur en zone er industriel former assoc celle qui de la de logem rupture ne se voit iatif», rails. avec ents est gare bloux, chacu la majorité. pas «en sur les Côté écon À Gem n a ses n’est pas agressifs». opinions mais - mune relat omique, cette sera révél on face ivement Le prog comé la à des ramme favor Mais dans rentrée. jet d’ext zonings satur isée fait cette és. ension la majo du zonin Un profique rité symbcourse de fond g scien ticket Bailli , sur Crealys est en olisé cours. Du tilongueur -MR part avec e par le travala planche, pain donc quelq s d’ava . «On a ues la illé, il n’y a pas tre Beno nce. Le bien bourgmes majo de depuis ît Dispa (cdH - nent rité, si les électe tensions dans 2006 et ), La régio urs nous égalemenen poste conc le mandat, fédéral nalisation est on conti donde la mob Son 1 er écheplus que bien t député dans lut Alain Goda nuera ilité n’a . Le caillo », Goda, cares vin et allié, implanté. commla chaussure eu pour u ? Un effet que se l’espo le MR Alain erçant tête au qui souff centre-ville ir d’arr d’entraîne scrutin, iver en re. réaliste, r des dysf on a un «mais il faut onctionne être bourgmestr place et ments popu «À l’ho e et une Côté réalislaire», sourit-il. bien en rizo lourdeur Gemblo n 2050, ations de mandatu qui ralen la tit les cochées: re, plusieurs dernière dossiers. de 2.00 ux aura bes cases sont oin © BELgA 0 logem munale, nouvelle mais iMAgE supplém ent nouvelle extension du hallon comentaire s ALAin crèche… sportif, s.» GodA «Le centr PREMiER e cultuéChEVin

MARDI

7 AOÛ

T 2018

Après Alexander De Croo (Open VLD), les libéraux francophones appellent à une refédéralisation de compétences. Cela ne devrait pas plaire à la N-VA. Une stratégie pour neutraliser l’option confédéraliste?

L’idée de doter, à nouveau, l’État fédéral de certaines compétences qui sont actuellement entre les mains des entités fédérées fait son chemin dans l’opinion publique. Autrefois perçue comme saugrenue et à contre-courant, la « refédéralisation » commence à convaincre. Aux Jeunes MR, on y croit depuis longtemps. Et nous ne sommes plus les seuls. Une Opinion soutenue par : Madame la Présidente du Sénat Christine Defraigne, Madame la Ministre Sophie Wilmes, Monsieur le Ministre François Bellot, Messieurs les députés Gautier Calomne, Fabian Culot, Gilles Foret, Benoit Friart et, Benoît Piedboeuf.

forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable

et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.

© S.A. IPM 2018. Toute représentation ou reproduction,

même partielle, de la présente publication, sous quelque

4 ET DIMANCHE 5 AOÛT 2018 I www.dhPbe

forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable

et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.

Ce drapeau est-il en train de reprendre des couleurs?

encore un n tabou est donc enfin tombé. Ce qui, il y a peu, était des journalis­ gros mot, réservé aux salons feutrés et aux “offs” “refédérali­ tes, semble entrer dans le lexique politique. Ce mot: de l’Etat fédéral des sation”. En d’autres termes, remonter au niveau aux entités fédé­ compétences qui, dans le passé, ont été transférées de dé­ point Au d’adeptes. plus en rées. Cette idée rencontre de plus un véritable construire les clivages politiques actuels ? De constituer belge ? courant transpartisan dans le paysage politique “refédéralisation”. Il faut dire que l’actualité a joué en faveur de la radicalement En 2014, l’avènement de coalitions politiques – parfois coopé­ de fédéralisme du difficulté la toute – asymétriques a montré ont été ration belge. En particulier, lorsque certaines compétences une logique qui éclatées entre différents niveaux de pouvoir, dans son plein à Pa­ peut parfois nous dépasser. Alors que la Cop21 battait pays de 30000 km², ris, nos quatre (!) ministres du Climat – pour un les futures ambi­ sur d’accord mettre se à peinaient – rappelons­le fédéral envisage de tions climatiques de la Belgique. Alors que l’Etat développement des sortir du nucléaire, il doit pouvoir compter sur le des Régions. Alors énergies renouvelables… qui sont la prérogative il ne se voit qu’un jeune réussit son examen de conduite à Waterloo, communales pas délivrer son permis de conduire par les autorités belge. Même constat car… il est domicilié en Flandre. Typiquement les zones “low pour diesel, véhicules pour l’interdiction d’achat de selon les régions ou emission” de véhicules avec des normes différentes interfédérale de les difficultés majeures d’établir une véritable vision la mobilité articulée autour de l’intérêt des citoyens et des entreprises.

“Un principe simple: efficacité” les possibilités Climat, Energie, Mobilité, Commerce extérieur, Santé, la volonté n’est pas de refédéraliser ne manquent pas. Evidemment, de sens dans le con­ de ressusciter la “Belgique de papa” qui n’a plus compétences citées texte politique contemporain. D’ailleurs, toutes les intégralité. Mais ici n’ont pas vocation à être refédéralisées dans leur simple: l’efficacité. le fédéralisme belge doit reposer sur un principe nos sociétés de démocratiques L’efficacité répond à deux impératifs aux problèmes de fa­ modernes. Tout d’abord, elle permet de remédier entraîne de facto çon plus rapide et mieux coordonnée. Ensuite, elle et, par conséquent, une rationalisation des structures et du personnel A l’heure où notre crée des économies dans les dépenses publiques. négligeable. pas donc n’est ce PIB, dette dépasse les 100% de d’efficacité des Aux Jeunes MR, nous souscrivons à cette volonté avons préconisé pouvoirs publics. C’est pourquoi, très tôt déjà, nous des compétences une refédéralisation du Climat et de certains pans par exemple, énergétiques. Qui peut croire que les enjeux climatiques, et Louvain ? A cela sont fondamentalement différents entre Wavre Aujourd’hui, sans devra s’ajouter la question du rôle de l’Etat fédéral. endosser la res­ pouvoir réel sur les entités fédérées, il doit néanmoins comme la Com­ ponsabilité de leurs décisions face à des organisations en sont un mission européenne. Les matières agricoles ou budgétaires exemple. bon très

PHILIPPE FRANCOIS/BELGA

Le 3 août dernier, nous publiions une Carte Blanche en faveur de la Refédéralisation mais surtout pour une Belgique et des entités fédérées avant tout plus efficaces. Cette opinion a été largement soutenue. Ce fut pour nous l’occasion de réaffirmer de manière claire une conviction que nous défendons depuis plusieurs années déjà. Au vu des réactions et de la montée de la température politique au milieu de l’été, il nous paraissait important de la republier dans son intégralité. Nous continuerons de défendre cette idée qui, nous en sommes convaincus, est en accord avec nos idéaux libéraux et surtout représente la Belgique de demain.

MR et Open VLD semblent le souhaiter.

Le fédéral serait un juge le retour d’un Etat Certes, il serait contre­productif de plaider pour aux autres entités. fédéral tout­puissant, apte à imposer sa volonté un rôle de juge Néanmoins, l’idée d’un Etat fédéral capable d’endosser de pouvoir pourrait dans la concertation entre les différents niveaux décisionnel mettre de l’huile dans les rouages grinçants du processus Elle est une oppor­ belge. La refédéralisation est une question sensible. politiques tunité peut­être inespérée pour certains mouvements Mais elle est d’ouvrir à nouveau la boîte de Pandore institutionnelle. au rythme ef­ aussi une question incontournable. Dans une société capacité grande qu’une ainsi transparence lisibilité, fréné qui impose les armes adé­ d’adaptation et d’anticipation, nous devons fournir représente cela car quates aux pouvoirs publics. Tout simplement, avant tout un enjeu démocratique majeur. Si nous ne modernisons pas notre Etat, si nous ne fluidifions pas no­ citoyens se tourne­ tre manière de prendre des décisions politiques, les en permanence ront à un moment donné vers ceux qui promettent et de “yaka”. Des l’efficacité souvent à grand renfort d’autoritarisme a démontré systèmes verticaux et ultra­centralisés dont l’histoire de notre idéal qu’ils n’étaient bien souvent que des mirages à l’opposé libéral. vendredi 3 août 2018 - La Libre Belgique

5

Climat, Énergie, Mobilité, Commerce extérieur, Santé, les possibilités de « refédéraliser » ne manquent pas. Évidemment, la volonté n’est pas de ressusciter la « Belgique de papa » qui n’a plus de sens dans le

| 10 | PiccoloMR | n°53 | Septembre - Octobre | 2018

contexte politique contemporain. D’ailleurs, toutes les compétences citées ici n’ont pas vocation à être « refédéralisées » dans leur intégralité. Mais le fédéralisme belge doit reposer sur un principe simple : l’efficacité. L’efficacité répond à deux impératifs démocratiques de nos sociétés modernes. Tout d’abord, elle permet de remédier aux problèmes de façon plus rapide et mieux coordonnée. Ensuite, elle entraine de facto une rationalisation des structures et du personnel et, par conséquent, crée des économies dans les dépenses publiques. À l’heure où notre dette dépasse les 100% de PIB, ce n’est donc pas négligeable. Aux Jeunes MR, nous souscrivons à cette volonté d’efficacité des pouvoirs publics. C’est pourquoi, très tôt déjà, nous avons préconisé une « refédéralisation » du Climat et de certains pans des compétences énergétiques. Qui peut croire que les enjeux climatiques, par exemple, sont fondamentalement différents entre Wavre et Louvain ? À cela, devra s’ajouter la question du rôle de l’État fédéral. Aujourd’hui, sans pouvoir réel sur les entités fédérées, il doit néanmoins endosser la responsabilité de leurs décisions face à des organisations comme la Commission européenne. Les matières agricoles ou budgétaires en sont un très bon exemple. Certes, il serait contre-productif de plaider pour le retour d’un État fédéral tout-puissant, apte à imposer sa volonté aux autres entités. Néanmoins, l’idée d’un État fédéral capable d’endosser un rôle de « juge » dans la concertation entre les différents niveaux de pouvoir pourrait mettre de l’huile dans les rouages grinçant du processus décisionnel belge. La « refédéralisation » est une question sensible. Elle est une opportunité peut être inespérée pour certains mouvements politiques d’ouvrir à nouveau la Boite de Pandore institutionnelle. Mais elle est aussi une question incontournable. Dans une société au rythme effréné qui impose lisibilité, transparence ainsi qu’une grande capacité d’adaptation et d’anticipation, nous devons fournir les armes adéquates aux pouvoirs publics. Tout simplement, car cela représente avant tout un enjeu démocratique majeur. Si nous ne modernisons pas notre État, si nous ne fluidifions pas notre manière de prendre des décisions politiques, les citoyens se tourneront à un moment donné vers ceux qui promettent en permanence l’efficacité souvent à grand renfort d’autoritarisme et de « yaka ». Des systèmes verticaux et ultra-centralisés dont l’histoire a démontré qu’ils n’étaient bien souvent que des mirages à l’opposé de notre idéal libéral.


INTERNA TIONAL Campus Joven de Jovenes Ciudadanos du 20 au 22 juillet 2018 à Alicante

Les rencontres du weekend

C’est à Alicante, au coeur du Palacio de Congresos1, que j’ai eu le plaisir de participer à la Summer School des Jovenes Ciudadanos2 du 20 au 22 juillet 2018. Accueilli par les 2 délégués internationaux des jeunes libéraux espagnols, Jorge et Laia, je représentais les Jeunes MR au sein de la délégation internationale composée d’une dizaine de personnes provenant d’autres jeunesses politiques libérales telles que les JongVld3, les Jonge Democraten4, les Jeunes avec Macron, JUNOS5 ainsi que Iniciativa Liberal6. Retrouver de jeunes libéraux européens et faire connaissance avec les membres du mouvement libéral espagnol fut une expérience enrichissante qu’il me tarde de renouveler !

Les jeunes libéraux espagnols et la force qu’ils représentent En parlant de la jeunesse libérale espagnole, elle était venue en nombre (plus ou moins 400 participants) pour assister au campus d’été. Et elle resta fidèle jusqu’au dimanche et à la clôture de l’événement. Il faut dire que Ciudadanos, la nouvelle force politique libérale existant depuis seulement 12 ans dans le paysage politique espagnol, attire un certain nombre de jeunes séduits par l’idéologie libérale. Cette popularité s’explique également par la place qu’attribue le parti aux jeunes gens à l’esprit entreprenant. En effet, c’est par des discours vantant la force de l’esprit libéral que le campus a commencé. L’intervention qui m’a le plus frappé était celle d’Inés Arrimadas, Députée Ciudadanos et chef d’opposition au Parlement de Catalogne. Elle a résumé la jeunesse a un véritable état d’esprit se manifestant par la liberté d’entreprendre peu importe son origine, par une capacité à saisir les op-

1 5

portunités quand elles se présentent et la possibilité de se lancer en politique sans avoir des années d’expérience derrière soi. Par ailleurs, elle insistait également sur le fait que cet état d’esprit ne se limite pas à une tranche d’âge spécifique. Je pense que la force de son discours, et c’est d’ailleurs pour cela qu’il me plaît, présente la jeunesse comme étant un ensemble d’individus débordant d’énergies positives à soutenir pour concrétiser leurs projets au sein de la société et du monde politique.

La méritocratie et la place qu’elle occupe au sein de Jovenes Ciudadanos Une deuxième idée transversale est apparue plusieurs fois dans les différents discours des mandataires. Il s’agit de la méritocratie. En soi, rien de bien surprenant de retrouver ce concept au sein d’un parti libéral, d’autant plus qu’il est utilisé comme pierre angulaire afin de favoriser le développement économique de l’Espagne. Au sein de Jovenes Ciudadanos, cette idée de méritocratie s’exprime jusque dans la sélection des futurs mandataires politiques. Concrètement, comment est-ce que ça se passe ? Eh bien, lors de chaque congrès (qui se déroulent 2 fois par an), un moment est réservé à la mise en place de groupes de travail sur des sujets bien précis comme le chômage des jeunes, l’économie, l’éducation, etc. L’objectif des échanges est de proposer un projet qui permet de trouver une solution à un problème. Dans chacun de ces groupes, une personne est désignée comme rapporteur afin de présenter les résultats des discussions devant l’assemblée entière, c’està-dire devant les membres ainsi que les mandataires du parti-mère. Il s’agit en fait d’une simulation d’une assemblée

parlementaire. Avant cette présentation, un représentant du parti vient coacher le rapporteur pour l’aider à construire son discours. Une fois devant l’assemblée, la personne doit présenter son projet en un laps de temps limité et est évaluée par des députés de Ciudadanos. Si l’évaluation est positive, alors le parti prend contact avec cette personne afin de déterminer ses objectifs en politique avec, comme finalité, un mandat politique à la clé. Ce processus de « recrutement », en plus de donner un caractère professionnel à l’engagement politique, est une force qui solidifie Ciudadanos. En effet, c’est avant tout les personnes les plus motivées, portées par un projet positif pour la société espagnole, qui se retrouvent au sein du parti en tant que cellule active, et ce même si elles n’ont que peu voire aucune expérience préalable en politique. De plus, le parti reste cohérent avec l’importance qu’occupe la méritocratie dans son idéologie. Au final, ce n’est pas étonnant que Jovenes Ciudadanos attire autant de jeunes espagnols : si tu es motivé et entreprenant, tu peux y arriver ! Après ce dur labeur qui aura duré tout le weekend et un mot de remerciement de la part de Melisa Rodriguez, la Secrétaire de Jovenes Ciudadanos, le congrès s’est terminé sur une note festive par un célèbre « chiringuito ». Il s’agit d’un banquet organisé sur la plage d’Alicante. C’était de loin la meilleure manière de clôturer cet événement riche en rencontres et en apprentissages !

Palais des Congrès | 2 Jeunes libéraux espagnols | 3 Jeunesse politique de l’OpenVld | 4 Jeunesse politique de D66 Jeunesse politique autrichienne de NEOS | 6 Jeunesse politique portugaise

www.jeunesmr.be | C/jeunesmr | M/jeunesMR |

Julien Liégeois

 /jeunes_mr | 11 |


INTERNA TIONAL

Du 29 juillet au 4 août 2018 à Cracovie

Dikh he na bister : Regarde et n’oublie jamais! Compte-rendu d’une réflexion sur le génocide des Roms

Du 29 juillet au 4 août dernier, les Jeunes MR ont été invité par DIKH HE NA BISTER (Look and Don’t forget) à participer à leur Congrès annuel de Cracovie. Cette association a pour objectif de proposer à de jeunes Roms et non-Roms de se souvenir et de discuter de l'importance du devoir de mémoire à travers le Génocide des Roms et des Sinti durant l'Holocauste. Cristian, Gérard et Pawel s’y sont rendus pour nous. Les activités commencent dès dimanche soir dans une ambiance très enthousiaste de la part des quelque 250 participants, dans l’université Jagellon de Cracovie. Après la cérémonie d’ouverture, nous nous voyons attribuer nos groupes et nos “facilitateurs”. Ceux-ci ont pour rôle d’animer quotidiennement les séminaires dont le but est de nous apprendre à mieux connaître le peuple Rom et Sinti, qui reste méconnu de nos jours. Ces séminaires sont loin d’être strictement académiques ou ennuyants. Les facilitateurs n'hésitent pas à recourir à des mini-activités de danse, chaises musicales, etc… lorsqu'il est nécessaire de nous éveiller. Au cours des séminaires, nous apprenons l’histoire du peuple Rom, l’origine de leur nom (Rom signifie “homme” en Romanès, la langue des Roms). On nous explique les dynamiques de la haine qui ont poussé la plupart des pays européens à les persécuter pendant des siècles.

Mardi et jeudi furent deux jours consacrés essentiellement à comprendre le génocide des Roms. Alors que nous passons toute la journée du mardi à Auschwitz et Birkenau, le jeudi midi est consacré à la cérémonie de commémoration du génocide des Roms du 2 août 1944. D’un point de vue tout personnel, bien que la visite des camps d’Auschwitz-Birkenau est un devoir de mémoire inéluctable, ce fût un moment très difficile et j’ai ressenti un réel soulagement en quittant ces lieux témoins des pires atrocités. L’après-midi, nous sommes séparés en deux groupes qui écoutent des témoignages poignants de plusieurs survivants des camps d’extermination. Mon groupe eut l’occasion de poser des questions à Rita Prigmore, victime des expérimentations du “docteur” Mengele qui lui laissèrent des séquelles dont elle souffre encore aujourd’hui. Afin d’alléger l’ambiance de la journée, la possibilité de visiter la très belle ville de Cracovie et sa vie nocturne animée est offerte aux participants chaque jour. En conclusion, le vendredi fut dédié au partage des leçons tirées de notre séjour ainsi que de chaleureux adieux accompagnés d’une promesse de se retrouver l’année prochaine.

Cristian Stanuc

| 12 | PiccoloMR | n°53 | Septembre - Octobre | 2018


INTERNA TIONAL Echappée (très) libérale

du 3 au 5 août 2018 à Montréal

Nous nous sommes envolés le 3 août en direction de Montréal et plus particulièrement du Séminaire Libre Marché, organisé par l’Institute of Liberal Studies. Nous avons été accueillis par Alexandre Moreau, chercheur à l’Institut Économique de Montréal (IEDM) et coorganisateur du Séminaire. Après avoir découvert l’Institut, nous nous sommes dirigés vers notre logement pour le weekend, une nouvelle résidence de l’université McGill, également lieu des débats.

Après un diner servi à 17h30 heure locale (mais déjà 23h30 heure belge), nous avons été rapidement plongés dans le bain avec une première conférence sur les subventions données par les autorités publiques dans le domaine culturel. Après 10 minutes, et malgré l’heure tardive, nous étions tous les trois bien éveillés. « Libertarien », le mot avait déjà été lâché par nos hôtes à notre arrivée, mais après seulement quelques minutes d’exposé, on pouvait comprendre qu’il constituerait le fil rouge de notre séjour. Voilà à quoi nous allions être confrontés pendant trois jours : un retour aux sources du Libéralisme classique et de l’Ecole autrichienne.

Vu qu’il est difficile de résumer une telle école de pensée en quelques lignes, on se contentera malheureusement de la caricaturer. Il s’agit d’une conception qui place l’individu et ses choix au centre. Elle définit le marché comme la ligne de force censée régir tous les aspects de notre société, l’intervention de l’État ne pouvant que mettre à mal le bon fonctionnement des interactions entre individus. Le périmètre de l’État serait ainsi réduit au strict minimum, pour ne trancher que les questions régaliennes comme la justice par exemple : associations à dimension culturelle, enseignement supérieur, immigration,… Autant de secteurs dans lesquels l’État ne devrait plus intervenir, y compris financièrement. Si nous partageons de ce côté-ci de l’Atlantique finalement beaucoup avec cette doctrine qui nous sert d’inspiration, c’est le degré d’orthodoxie avec lequel elle est prônée qui tranche avec nos habitudes. Ce fut pour nous trois, en tout cas, une expérience plus qu’enrichissante. Si nous ne pouvons souscrire à l’en-

semble des propositions abordées lors de ce séminaire, comme la privatisation complète de l’enseignement, il est utile de pousser le raisonnement jusqu’à ce point, afin de remettre en question et déconstruire certaines « vaches sacrées » dans nos contrées, souvent décrétées par une vision de gauche de notre société. On retiendra, entre autres, un démolissage en règle de la théorie Keynésienne de la relance économique particulièrement savoureux. Ces discussions, d’ordre académique, nous ont permis de nous rapprocher de nos racines libérales. Une prise de recul nécessaire dans un monde qui s’accélère et qui ne laisse bien souvent que peu de temps à la réflexion. Ces échanges ont également permis de réaliser à quel point les (ré)actions systématiques et rapides du politique à tous les problèmes vont parfois à l’opposé de notre idéal libéral, en vertu duquel les individus sont (toujours ?) les mieux à même de mettre en place des solutions.

Aurian Delli Pizzi

POLITICS La Politics Academy 2018 bat son plein. Retour en images sur quelques stages.

Soumaya Othmani - Damien Thiéry

Benoît Friart - Arthur Laitem

Camille Dubois - Olivier Ch astel

Victoria Vandeberg - Daniel Bacquelaine

- Annelise Deville

Célestin Piette - Jean-Luc www.jeunesmr.be | C/jeunesmr | M/jeunesMR |

Crucke

 /jeunes_mr | 13 |


TWITTO'S COMMENT'S

Rien n'échappe à l'oeil des Jeunes MR sur les réseaux sociaux TWITTER FACEBOOK

MR de rire

@MR_derire | 30/06/18 -04:13

On critique, on critique, mais la NVA a finalement une fibre sociale : elle a préféré protégé les 700 000 euros d'un pauvre wallon de Seraing plutôt que ceux d'un notable de Uccle.

Erika Noirhomme est avec Julien Liégeois. 24 juillet, 12:20 · 

Cultural visit in Alicante with Ciudadanos and my dear Julien Liégeois who is representing Jeunes MR at the Summer School Ciudadanos #jcsciudadanos #quecalor Thanks for your warm welcome!

28

73

7

Guy Verhofstadt

@guyverhofstadt | 20/07/18 -03:48

#TrumPutin just got real. We need a strong and united Europe to face this nightmare.

35

0 commentaire

1 partage

Steve Detry est à : Woluwe-Saint-Lambert, avec Steve Detry et 4 autres personnes. 9 août, 20:54 · 

La RTBF Info s’intéresse à notre façon de faire campagne pour les élections d’octobre prochain ! Petit teasing: nous ne sommes pas que sur Facebook, Twitter, Instagram, etc. Rendez-vous le 12 septembre prochain pour en savoir un petit peu plus !

51

3

commentaires

6

| 14 | PiccoloMR | n°53 | Septembre - Octobre | 2018

partages

1345

3426

551

Michy Batshuayi

@mbatshuayi | 02/07/18 -18:27

So... who farted ??

8309

49595

752


PRÈS DE CHEZ VOUS

Jeunes MR de Liège-Ville Drink | 26/06/2018

Jeunes MR Mise au Vert | 29-30/06/2018

Jeunes MR du Péruwelzis Aqua Volley | 03-04/08/2018

Jeunes MR de Nivelles Blue Sunday | 24/06/2018

Jeunes MR des Sources Barbecue | 24/06/2018

Jeunes MR du Luxembourg Foire de Libramont | 27/07/2018

www.jeunesmr.be | C/jeunesmr | M/jeunesMR |  

/jeunes_mr

| 15 |


Pour la première fois, ce 14 octobre 2018, tu auras la chance de pouvoir VOTER !

Comment VOTER ?

14

Oct. 2018

ATTENTION : ta convocation et ta carte d’identité sont obligatoires dans le bureau de vote pour obtenir tes bulletins de vote. N’oublie donc pas ces documents le jour du scrutin !

CONVOCAT ION

CARTE D’IDENTITÉ

Il y a 4 possibilités pour VOTER VALABLEMENT :

Le vote en case de tête

Le vote en case de tête ET pour des candidats de la même liste

Le vote de préférence

Le vote blanc

Ton vote sera donc considéré comme NUL ET NON-VALABLE si : ATTENTION : sauf dans le cas du vote électronique, tu trouveras, dans l’isoloir, un crayon rouge que tu dois impérativement utiliser. Les bics, crayons et autres sont interdits et leur utilisation annulerait ton vote.

Tu votes pour plusieurs listes ou pour plusieurs candidats sur des listes différentes sur le même bulletin de vote.

Tu abîmes, modifies la taille, inscris des commentaires ou fais des ratures sur ton bulletin ou sur ta carte magnétique.

Retrouve le fascicule complet en téléchargement sur jeunesmr2018.be www.jeunesmr.be - PICCOLO MR n°53 | Septembre - Octobre 2018 Éditeur responsable : Mathieu BIHET | Avenue de la Toison d’Or, 84-86 | B-1060 Bruxelles Ne pas jeter sur la voie publique

Avec le soutien de:

Profile for Jeunes MR

PiccoloMR | n°53  

Élections locales: sprint final pour une jeunesse engagée

PiccoloMR | n°53  

Élections locales: sprint final pour une jeunesse engagée

Profile for jeunesmr
Advertisement