Page 1


Mensuel 100% gratuit : Vous êtes + de 22000 lecteurs mensuels sur www.joggermag.fr Nous remercions tous les lecteurs pour leurs emails d’encouragements. Pour nous transmettre vos témoignages, une seule adresse email : contact@joggermag.fr

JOGGER MAGAZINE ET ASSOCIATION MULTISPORTS EVENOS Siège Social : 110 chemin de la colle 83330 EVENOS Téléphones : 04-94-90-35-94 ou 06-11-60-07-40 CONTACT Email : redaction2009@joggermag.fr

Directeur de publication : Jérémy Ruiz Rédactrice en chef : Béatrice Glinche Coordonnateur Web-Presse et Trésorier : Clément Sintes Responsables Sponsors, partenaires et administratifs : Cédric Soria, Christelle Macannuco, Nady Berthiaux, Leatitia Allègre. Consultants sportifs : Morgan Ballager, Sophie Scanaruza, Michel Spada, Christian Bailly… Sections Tests et Médical : Christophe Lefranc, Delphine Gallet, Jennifer Berthiaux, Anne Sophie Collet, Yvan Debien… Journalistes : Naëlle Berthiaux, Quentin Auberger, Jacky Thaveau, Axel Pittet, Guillaume Aladel, Patrick Lamarre, Franck Salgues, Gael Faride, Thierry Lambert, E.P Marchand, Béatrice Glinche, Alain Heurteux, Stéphane Dumortier, Alexandra Flotte, Jean Philippe Deshayes, Philippe Cordero, Naëlle Berthiaux, Michel Tignol, Nicolas Perez, Stéphane Gourichon…

Chers lecteurs et lectrices, vous êtes chaque mois et cela depuis un an maintenant de plus en en plus nombreux à nous lire. Nous travaillons chaque mois pour que vous puissiez accéder à un magazine indépendant et gratuit. Nous recherchons toujours des volontaires passionnés pour renforcer notre équipe de rédaction dans divers domaines, tels que les rubriques « entrainements » et « médecine ». Les informations nécessaires sont à votre disposition sur notre site web. Je vous souhaite, quant à moi une bonne saison estivale car les courses hors stades ont repris de plus belles ainsi que les raids multisports. Un avantage pour nous car nous allons pouvoir vous proposer une diversité d’articles pour votre plus grande satisfaction… Bonne lecture à tous L’édito : Point de vue et équipe de rédaction


06

Actualité

37

Santé Forme

P 4 - 5 : REGARD

P 37 - 41 : L’ALOEVERA VERTUEUSE

P 6 - 9 : LES DERNIERES NEWS

P 42 - 44 : INFOS PRATIQUES

P 10 - 11 : L’ECO TRAIL PARIS

P 45 : RECETTES DU MOIS

P 12 - 15 : LA SENEGAZELLE P 16 - 17 : SUR LE FRONT DU DOPAGE P 18 - 22 : TEST : PAGAIES P 23 - 24 : RUBRIQUE CANICROSS

29

Dossier

P 25 - 28: AGE MATTERS – QUESTION D’AGE

66

BONUS P 29 - 36 : TRANSMAROCAINE 2009

P 66 : LA PLAY LIST avec Marc P 67 - 68 : COURSES D’UN AUTRE MONDE

En débarquant à MARRAKECH au mois de mars, on a toutes les chances de se prendre un petit choc thermique quand on arrive de France ...

Sommaire Avril 2009


46

Entrainement

P 46 - 49 : L’AGE ET L’INFLUENCE SUR LA PERF P 50 - 53: REVENIR DE BLESSURE P 54 - 56 : RUBRIQUE PHYSILOGIE - JEUNE

57

Journal des courses

P 57 - 60 : DEFI VELLAVE 2009 P 61 : A VENIR - LA TRANS AQ 09 P 62 - 63 : LE MARATHON DE PARIS P 64 - 65 : COURSES ET RAIDS A VENIR

Merci à tous nos partenaires car l’aventure ne pourrait être ainsi sans vos contributions. Merci à nos lecteurs pour vos messages d’encouragements… Quand on aime, on ne compte pas !

Sommaire Avril 2009


REGARD


Envoyez nous vos photos Ă : visuel@joggermag.fr

REGARD


Le Kenyan Bernard Kipyego s'est imposé dimanche lors de la 29e édition du semimarathon de Berlin (05/04/09) avec un temps de 59'34". Il a devancé ses compatriotes Sammy Kosgei (59"36) et Wilson Kipsang Kiprotich(59"38). Chez les femmes, l'épreuve a été enlevée par l'AllemandeSabrina Mockenhaupt, qui a amélioré de six secondes son record personnel sur la distance avec un temps d'1h08'51". Les classements HOMMES 1. Bernard Kipyego (KEN) 59"34 2. Sammy Kosgei (KEN) 59"36 3. Wilson Kipsang Kiprotich (KEN) 59"38 FEMMES 1. Sabrina Mockenhaupt (ALL) 1h08'45" 2. Hellen Kimutai (KEN) 1h09'27" 3. Lydia Njeri (KEN) 1h10'08"

HOMMES : 1. Vincent Kipruto (KEN) 2h05'47" 2. Bazu Worku (ETH) 2h06'15" 3. David Kyeng (KEN) 2h06'26" FEMMES : 1. Atsede Bayisa (ETH) 2h24'42" 2. Aselefech Mergia (ETH) 2h25'02"

Sous un temps printanier,Vincent Kipruto a remporté détaché, dimanche, la 33e édition (05/04/09) du marathon de Paris. Avec un temps de 2h05'47", le Kenyan, 22 ans, a battu le record de l'épreuve, qui était la propriété de son compatriote Mike Rotich, vainqueur en 2003 en 2h06'33". Kipruto a devancé l'Ethiopien Bazu Worku(2h06'15"). Un autre Kenyan,David Kiyeng, a pris la troisième place en 2h06'26". Kipruto (photo Reuters), dont le meilleur résultat était une troisième place sur le marathon de Reims l'an dernier, a fait exploser dans le bois de Boulogne un groupe d'une quinzaine de concurrents. «Je savais dans ma tête que je pouvais faire moins de 2h06'», a t-il déclaré. Chez les femmes, c'est une Ethiopienne Atsede Bayisa qui a raflé la mise en 2h24'42". Elle a précédé sa compatriote Aselefech Mergia (2h25'02"). La surprise est venue de Christelle Daunay, qui a pris une très belle troisième place en pulvérisant son propre record de France en 2h25'44". Sa précédente marque (2h28'24") avait été établie le 27 janvier 2008 à Osaka. La Marseillaise, 34 ans, disputait le quatrième marathon de sa carrière. Elle avait pris la 20e place aux JO 2008 de Pékin.«C'est un jour merveilleux. Je m'étais préparée à fond pour ce jour mais cette période de préparation a été très difficile», a t-elle indiqué. Elle a parfaitement géré sa course en prenant un départ prudent, passant au 15e km avec une minute de retard sur un groupe de tête fort de sept concurrentes. La championne de France de cross-country, qui a pu bénéficier de plusieurs leaders d'allure, a ensuite remonté de nombreuses positions dans les derniers kilomètres pour finir sur le podium. (Avec AFP)

Les dernières infos…


Le Kenyan Duncan Kibet s'est imposé dimanche dans le marathon de Rotterdam en établissant un nouveau record du parcours en 2h04'26" (temps officieux). L'ancien record, détenu par son compatriote William Kipsang, était de 2h05'49".

HOMMES 1. Bernard Kipyego (KEN) 59"34 2. Sammy Kosgei (KEN) 59"36 3. Wilson Kipsang Kiprotich (KEN) 59"38

Liu Xiang, héros déchu des Jeux Olympiques de Pékin en 2008 et forfait pour les prochains Mondiaux en août à Berlin, devrait rechausser les pointes à Shanghai en septembre prochain. Liu, champion du monde en titre et médaille d'or aux JO d'Athènes en 2004, a dû renoncer aux Mondiaux de Berlin car il souhaite récupérer de son opération en décembre d'une blessure au tendon d'Achille du pied droit qui l'avait contraint à déclarer forfait aux JO de Pékin. «Liu manquera les Mondiaux car nous devons être sûrs que son rétablissement se fasse sans problèmes et éviter tout risque», a dit son entraîneur Sun Haiping. «Si Liu Xiang décide de revenir, alors le Grand Prix de Shanghai sera la première compétition internationale à laquelle il participera», a déclaré l'un des responsables du Grand Prix, Gu Shuhang, cité par le quotidien Oriental Morning Post. (Avec AFP)

«Je ne comprends pas vraiment l'importance de ce match, a-t-il déclaré. Il y a beaucoup de Grands Prix et de meetings de Golden League au cours desquels on va être opposé, donc ça n'a pas beaucoup de sens pour moi. Les Championnats du monde arrivent et les mêmes athlètes seront présents, donc je ne vois pas vraiment l'intérêt».

Les dernières infos…


Vibram Sport 2000 Lafuma double vainqueurs du raid des Dentelles 2009 Guillaume Demangeon et Raphael Leloup ont remporté ce weekend le très attendu raid des Dentelles 2009 dans des conditions météorologiques dantesques (pluie le samedi, neige le dimanche). La lutte fut indécise quasiment jusqu’au bout et c’est sur la terrible ascension du Ventoux qu’il ont creusé l’écart sur Vincent Faillard et Jan Beguin (2ème, Outdoor Expérience). Mathieu Barthelemy et Jean Yves Ballot complète le podium (Sport nature Ville la Grand) profitant dans la descente vtt ultime d’une casse mécanique de l’équipe Durand-Lhermet (Raidlink’s 07). En mixte, Myriam Guillot et Jacky Boisset garde leur titre en revenant très fort le dimanche. En effet Anne Simon et Stéphane Dumortier (2ème, Arverne Outdoor) ont mené la course une bonne partie du week-end avant de lâcher prise également dans la neige du Ventoux… Sandrine Béranger et Denis Merlin (Planète Tonique) termine 3ème/ 300 raideurs s’étaient donnés rendez vous et beaucoup ont souligné la beauté du parcours et la qualité de l’organisation.

Gigabar et Mégagel La marque de nutrition sportive S.I.S (Science In Sport), nouvelle venue dans l’hexagone, propose des produits à l’aspect maousse costauds pour vous donner la pêche et prévenir les fringales sur vos épreuves et vos entraînements. La gamme comprend des gels, barres céréales et poudres énergétique ainsi qu’un délicieux Rego, à mélanger au shaker, composé de 30% de protéines, pour une récupération optimale et une préservation de la masse musculaire. Le gel, d’une texture particulière puisque plus liquide que les gels classiques, se boit avec beaucoup de plaisir car il est facile à ingérer. Plus besoin de presser le contenant, d’aspirer pour ne pas laisser du gel dans le tube, et l’impression d’avaler du volume, ce qui est loin d’être le cas avec pas mal d’autres gels. Quant aux barres, d’un volume apétissant, non enrobées, elles ne pas fondent pas avec la chaleur et ne partent pas en morceaux à l’ouverture. Deux parfums au choix, elles combleront les plus gros grignoteurs. Découvre z les http://withspirit.fr

produits

disponibles

sur

1 12:26:52 H1 SPORT 2000 LAFUMA VIBRAM 2 12:43:54 H1 OUTDOOR EXPERIENCES 3 13:41:05 H1 SPORT NATURE VILLE LA GRAND 1

Les dernières infos…


Sept années avant l'échéance des Jeux Olympiques 2016, la commission d'évaluation du Comité international olympique va entamer son périple d'un mois en Avril pour expertiser les projets des quatre villes candidates à l'organisation : Chicago, Tokyo, Rio de Janeiro et Madrid.

C'est ainsi que se présente l'Andorra Ultra Trail, prévu les 4 et 5 juillet dans la principauté limitrophe de la France et de l'Espagne. Les organisateurs ont voulu d'abord établir un coût d'inscription modique, préférant faire reposer les différentes charges inhérentes à l'organisation aux partenaires de celuici. Après la course, de multiples commodités seront aussi proposées gratuitement aux ultra-runners, comme par exemple des séances de sauna, hammam ou massage offertes à chaque finisher. 300 Espagnols ont déjà rempli leurs fiche d'inscription pour ce beau rendez-vous. Les Français et Andorrans se font encore un peu tirer l'oreille... Autant d'arguments qui sauront bientôt les décider ! Infos : www.andorraultratrail.org

Dans un contexte économique morose, c'est la capacité des villes à assurer le budget prévu qui sera l'un des éléments clés, comme le rappelait le président du CIO, Jacques Rogge, la semaine dernière : «Sept ans, c'est une éternité. On ne sait pas ce qui se passera en 2016 mais dans les circonstances actuelles, la commission fera particulièrement attention aux garanties présentées». Les dix membres de la commission, emmenés, comme pour les JO 2012, par la Marocaine Nawal El Moutawakel et qui compte un membre français (Guy Drut), devront se poser les questions suivantes : les hébergements sont-ils prévus en qualité et nombre suffisants ? Les Jeux sont-ils suffisamment compacts pour éviter les encombrements olympiques ? Le système de transport est-il performant et réaliste ? Les sites à construire auront-ils une vie après les Jeux ? Le budget est-il tenable ? Les Jeux Paralympiques sont-ils bien intégrés au projet ? Le rapport de la commission sera publié le 2 septembre, un mois avant le vote des membres du CIO, lors de la session de Copenhague.

Les dernières infos…


L'association "Les Trailers de Paris-Ile de France" a organisé la 2ème édition de l’Eco-trail, le samedi 14 mars 2009 Pour mémoire, le Trail de Paris Ile de France est la première course nature pour Paris et sa proche banlieue mettant en valeur le milieu naturel et culturel de la Région. Le parcours exploite les nombreux bois, forêts, parcs…soit 80 km de découverte des sentiers de la Région Ile de France pour rallier la ligne d'arrivée située ... AU PREMIER ETAGE DE LA TOUR EIFFEL !!! Encadré par 350 bénévoles au profit des 4000 participants pour l’ensemble des épreuves, le Trail de 80kms était limité à 1000 athlètes.

12h00, le départ, attendu par 1198 coureurs, est enfin donné. Emmenés par huit cavaliers, les trailers traversent la base de Loisirs de Saint Quentin en Yvelines avant de braver seuls les sentiers qui les mèneront jusqu’au premier étage de la Dame de Fer. Le peloton est entraîné par 3 coureurs. Les 20 premiers kilomètres déroulent tranquillement et le passage à Buc, au premier ravitaillement, est rapide mais c’est après que l’histoire se corse. L’arrivée aux 50 kilomètres se fait attendre, les coureurs sentent les premiers tiraillements. Mais enfin… voilà le ravitaillement de Chaville avec ses musiciens et ses animations. Il suffit d’un coup d’eau et de quelques friandises pour que les coureurs retrouvent la pêche et repartent avec une seule envie : arriver à ses fameuses marches dont on leur à tant parlé. C’est ensuite le passage aux Haras de Jardy, au kilomètre 63, pour la plupart, la nuit est tombée et c’est grâce à la lueur de leur frontale que les concurrents continuent leur périple.

ECO TRAIL PARIS 2009


v

Entrée dans le domaine national de St Cloud, le ravitaillement marque que les 70 kilomètres sont franchis. Il en reste peu mais ça parait encore si loin. On quitte rapidement le dernier ravitaillement et on quitte rapidement le dernier ravitaillement et aperçoivent déjà leur but. La Tour Eiffel est là, illuminée et grandiose, elle nous attend. On se donne un dernier coup de booste et on y va ! Les quais paraissent interminables, et pourtant, ça y est… L’arrivée n’est plus qu’à quelques mètres. Un tonnerre d’applaudissement sous le chapiteau se fait entendre, reste plus qu’un obstacle : la grimpette brise mollets. On la démarre en courant, on continue en marchant et on arrive à genoux… mais on est arrivé ! La fatigue laisse rapidement sa place au bonheur qui envahi tous les finishers

Une petite pochette destinée à la collecte des déchets des participants est remise à chaque coureur avec son dossard. L’utilisation de cette pochette est obligatoire, son port sera vérifié à des points de contrôles. Tout coureur pris en train de jeter ses déchets sur le parcours sera disqualifié. Tout inscrit s’engage à n’emprunter que les chemins balisés par l’organisation, sans couper. En effet, couper un sentier provoque une érosion irréversible du site et le dégrade donc durablement. Le non respect de cette directive entraînera une disqualification. Des poubelles sont disposées en grand nombre sur chaque zone de ravitaillement et doivent impérativement être utilisées en vue d’un tri sélectif des déchets.

LA COURSE EN CHIFFRES 1500: mètres de dénivelé positif sur tout le parcours 92 : pourcentage de sentiers et chemins sur la totalité du parcours 369 / marches pour gravir le premier étage de la Tour Eiffel

ECO TRAIL PARIS 2009

1° GAULT Emmanuel 2ème VIERDET Damien 3ème LAVAL Benoit 4ème RESSIN Pascal 5ème HAROUTEL Rodolphe

– Senior H – Senior H – Senior H – V1H – Senior H

1° MALEJONOCK Irina (31 scratch) 2ème FLEUREAU Rose (43 scratch) 3ème NISSEN Cécile (57 scratch)

– 6h02min51s – 6h07min06s – 6h11min27s – 6h29min45s – 6h30min45s

– Senior F - V1F – Senior F

– 7h29min11s – 7h42min12s – 7h54min56s


Depuis 1998, la Sénégazelle séduit… et toujours plus ! Nombreuses sont les athlètes à s’être élancées sur un raid pas comme les autres. L'originalité de cette épreuve 100% féminine tient dans le fait qu'elle allie une épreuve sportive à une action humanitaire assure Jean Michel Ferron, l’organisateur de l’association « Bretagne Outdoor », à la tête de la course depuis 3 ans. L'action humanitaire est dirigée vers les enfants. Après avoir composé son colis, chaque gazelle distribuera des fournitures scolaires quotidiennement dans les écoles qui nous accueilleront.

L’action humanitaire existe depuis 11 ans. La dotation des fournitures scolaires se fait directement auprès des élèves, le soir après l’épreuve du jour. Et c’est là que le mot « solidarité » détrône « l’humanitaire » parfois chahuté, déformé, galvaudé ! Explication : dans de nombreux raids, la dotation se fait auprès des « maîtres d’écoles », des responsables institutionnels ; Hors, pas sur « la Sénégazelle », ce qui démontre une aventure d’une certaine qualité ! De 300 kg la 1ère année, l’offre de livres, cahiers, crayons etc. s’élève aujourd’hui à 8 tonnes pour 2009 ! Cela représente environ 40 kg de bagages par athlète, ok pour les affaires personnelles et 35 kg de fournitures scolaires glanées ça et là, lors de la préparation des participantes… Le poids de cette dotation a permis d’ouvrir des portes, d’établir des contacts indispensables pour ajouter ce maillon, le contact direct avec tous les élèves. Le volume apporté par « les Sénégazelles » permet d’offrir plusieurs contributions par élève. Fort de ce volume distribué, Jean-Michel Ferron a développé différents soutiens, commerciaux, sportifs et surtout politiques.

LA SENEGAZELLE 2009


v

L’approche des élèves a aussi été facilitée grâce au soutien du Ministère de l’Education nationale du Sénégal. Pour preuve d’un soutien affirmé, le ministre de l’éducation nationale du Sénégal, M. Kalidou Diallo, a fait une visite inopinée sur le terrain, lors de la course en février dernier. Autre soutien non négligeable, de par son parcours sportif (Marathon des Sables, Yukon arctic Ultra (Canada), foulées de la soie (Chine), raid gauloises (Vietnam), southern traverse (Nouvelle-zélande), Trophée du nil, Abha trophy (Arabie saoudite), Libyan challenge etc., Jean-Michel est en contact régulier avec les organisateurs de courses prestigieuses tel que Patrick Bauer, fondateur et organisateur du Marathon des Sables. Il souhaite une course propre et prend modèle autour de lui… Il peut aussi compter sur Malamine Koné, fondateur et patron de la marque Airness, Malien d’origine qui s’est pris d’affection pour la Sénégazelle au point d’être devenu co-organisateur en 2009 ! Nous avons un projet dans les cartons… avec Malamine, on travaille sur une Sénégazelle version Mali précise Jean-Michel. Enfin, le soutien local, les Forces françaises du Cap vert (appui militaire) qui apporte une aide à la logistique à Bretagne Outdoor.

Bilan des 2 séjours réalisés lors des vacances d’hiver : 9 écoles visitées, 17 projets pédagogiques préparés, 150 gazelles engagées, 4500 écoliers rencontrés, plus de 8000 kilos de matériel scolaire distribués et des dizaines de milliers de sourires échangés.

LA SENEGAZELLE 2009

Vainqueurs 2009 : Semaine 1 : Edith DOYEN et Caroline GUIBEY en 8H15’ Semaine 2 : Carole PEROUAULT et Marie FROTTIER


Paris Orly, dimanche 22 février 2009, 13h45, le vol AT 503 en provenance de Dakar via Casablanca se pose au sol. C'est la fin de 2 semaines sous le soleil de Foundiougne à 250 kms au sud du Sénégal. Deux semaines d'efforts sur les bords du fleuve Siné Saloum et à travers les pistes sablonneuses des petits villages de Soum, Thiaré Gagué Bocka, M'Bam, M'Bassis sans oublier l'éle de Félir, lieu d'une étape mémorable avec ses paysages magnifiques. Jean-Michel Ferron ajoute qu’il n’est pas nécessaire de chercher à évaluer ce que les gazelles ont ressenti au cours des différentes étapes : « Trop difficile et pas nécessaire. Il suffira de leur demander de fermer les yeux lorsqu'elles remettront leurs chaussures lors des prochains entraînements et elles vous emmèneront avec elles en pensées dans la région de la Teranga. Les images de cette aventure resteront un bon moment ancrées dans leurs mémoires et elles seront les plus belles ambassadrices de cette épreuve unique alliant sport et solidarité dans un contexte uniquement féminin. »

2009 : 3 courses – 220 participantes Course de 5 étapes 8 à 12 km par jour, Réalisée en allure libre, Course à pied ou randonnée. 3ème et dernière course 2009 : du 9 au 17 Avril

2009

Qu’on se le dise, le nombre de participantes est limité à 220 chaque année… et les places s’envolent comme des petits pains, toutes les éditions affichent complet ! Et pour conserver « l’âme de la course », il n’est pas prévu d’augmenter l’effectif par course, aventure qui se veut conviviale et « saine » dixit Jean-Michel Ferron !

Parcours vécu en février 2009 par Michèle, 51 ans, secrétaire comptable à St Malo. Pratiquante régulière de la course à pied, j’avais à cœur d’associer ma passion, la découverte d’une autre culture et surtout la rencontre avec la population du Sénégal. Participer à cette course a été l’occasion de s’inscrire dans une action humanitaire…

Merci à ce passionné de l’Outdoor et longue vie aux « Sénégazelles » ! Pour plus d’infos, n’hésitez pas à parcourir le site très riche de l’organisateur Bretagne Outdoor http://www.senegazelle.fr/ Crédit photos Bretagne Outdoor

LA SENEGAZELLE 2009


De ce côté-là, je n’ai pas été déçue avoue Michèle. Sans l’aide de la Croix Rouge, j’aurai eu plus de mal pour collecter les fournitures scolaires ; j’ai même eu des ballons de rugby grâce à l’un de mes fournisseurs. Le meilleur souvenir restera lié au dernier jour… au moment où nous avons distribué des cahiers, crayons, trousses, règes, ardoises etc. Nous avons été accueillis en musique et puis tout le monde s’est mis à danser, l’émotion était très forte, surtout au moment de se quitter. Ce voyage, restera gravé dans ma mémoire, j’ai vécu une aventure humaine très forte, un partage avec des gens simples ; reprendre son quotidien est difficile ; ici, certaines difficultés paraissent bien futiles en regard d’un peuple qui n’est pas malheureux mais qui ne vit pas dans le même confort ! Depuis mon retour, mon esprit vagabonde parfois, j’ai plaisir à revoir les images du séjour, l’esprit est ailleurs, là-bas… et j’espère bien revivre cette expérience un jour !

Les repérages se font 1 an avant… je profite d’une course pour aller repérer certains parcours et j’ai la chance d’avoir un appui sur place en la personne de Mamba, un guide local, « notre guide » avoue JeanMichel ! Pendant un séjour, l’équipe est composée d’une douzaine de membres, répartis entre le staff médical, logistique etc. Cette année, les droits d’engagement étaient fixés à 1450 euros comprenant le vol A/R ParisDakar, les transferts en bus, les repas, l'hébergement etc. Avec ce budget, le profil des participantes est très varié, la course est accessible à toutes. Les objectifs de chacune se divisant en 50% sport et 50% action solidarité.

La 3ème et dernière course 2009 aura lieu du 9 au 17 Avril. Mis il faut noter dès maintenant et surtout, une grande première, une « Sénégazelle» au Népal ! C’est un projet qui me tiens à cœur, je le prépare depuis longtemps, il repose sur le même concept, en un peu plus long (6 étapes contre 5 habituellement) et avec un peu de dénivelé (1200 D+ max), inscriptions en cours pour une réalisation du 27 octobre au 5 novembre.

LA SENEGAZELLE 2009


Après l'initiative du procureur du comité olympique italien de réquérir deux ans de suspension contre Alejandro Valverde, dans le cadre de l'affaire Puerto, les autorités espagnoles se lancent à la défense du coureur. Le ministère des sports et l'Agence antidopage espagnols ont estimé mercredi soir qu'il «appartenait à la justice espagnole» de résoudre le cas. Les deux organismes ont expliqué dans un communiqué commun que les procédures de justice éventuelles liées à l'affaire Puerto (relative au réseau de dopage sanguin) dans laquelle serait impliqué Valverde selon le parquet antidopage italien, relèvent avant tout de la compétence de la Fédération de cyclisme espagnole (RFEC) : «La Fédération espagnole de

cyclisme est la seule compétente pour imposer les sanctions disciplinaires relatives aux cas de dopage». La Fédération espagnole a confirmé dans un communiqué avoir «demandé au juge instructeur

les preuves précises permettant d'entamer une procédure (...)» et rappelé «la présomption d'innocence dont devait bénéficier le coureur». Mi-février, le tribunal supérieur de justice de Madrid avait fait part de son opposition à la poursuite de la procédure côté italien, sans effet sur le procureur du CONI.

Londres, organisateur des Jeux en 2012 est pressé par le CIO d'adapter sa législation dans ce Rappel : Née le 29 août 1981, Geneviève Jeanson a été la révélation de l'année dans le cyclisme canadien en 1999. Elle est rapidement devenue une des cyclistes canadiennes dont on parlait le plus dans les médias.Le 19 janvier 2006 Geneviève Jeanson a annoncé qu'elle prenait sa retraite du cyclisme. Et le 20 septembre 2007 elle avouait à Alain Gravel de Radio-Canada s'être dopée à l'EPO depuis l'âge de 16 ans. L'entraîneur et le médecin de la Canadienne Geneviève Jeanson (27 ans) ont été suspendus à vie le 1er Avril par le Centre canadien pour l'éthique dans le sport. Ils sont accusés d'avoir aidé l'athlète à se doper. Celle-ci consommait de l'EPO depuis ses 16 ans, et a écopé d'une suspension de 10 ans. C'est la première fois depuis la création du code mondial antidopage que les autorités canadiennes suspendent l'entraîneur et le médecin d'un athlète. «Les sanctions prises à l'encontre de l'entraîneur (André Aubut) et du médecin (Maurice Duquette) de Jeanson montrent que les athlètes ne se dopent pas seuls, la plupart du temps», a déclaré Louis Barbeau, directeur général de la Fédération québécoise, en accord avec ces sanctions. «Nos Fédérations envisagent de prononcer des sanctions supplémentaires et nous allons revoir les résultats et titres obtenus par Jeanson», a ajouté John Tolkamp, le président de la Fédération canadienne. (Avec AFP)

Sur le front du dopage…


Le parquet de Vienne a annoncé, jeudi, l'arrestation de trois nouvelles personnes dans le grand ménage antidopage qui secoue le monde du sport en Autriche depuis maintenant deux semaines. Non nommés par le parquet, ces trois nouveaux protagonistes rejoignent derrière les barreaux l'ancien entraîneur de la Fédération de ski Walter Mayer, au coeur de scandales de dopage aux JO de Salt Lake City en 2002 et de Turin en 2006, et l'ancien manager du cycliste Bernhard Kohl, Stefan Matschiner, tous deux accusés d'avoir fourni des produits dopants à d'autres sportifs, et placés en détention provisoire.

L'ancien biathlète est-allemand Frank Luck, onze fois champion du monde, a reconnu lundi avoir été dopé du temps de la RDA mais n'en avoir pris conscience que plusieurs années plus tard. «Lors d'une audition devant la police criminelle de (l'Etat régional) de Thuringe en 1994, on m'a présenté des substances et demandé si j'avais été en contact avec», a-t-il déclaré, avant d'ajouter : «C'est à ce moment-là que j'ai remarqué que j'avais pris des produits dopants.» Selon la police criminelle, ces pilules présentées étaient des stéroïdes anabolisants. (Avec AFP)

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a donné raison jeudi à la Fédération allemande d'équitation qui réclamait huit mois de suspension pour son cavalier Christian Ahlmann, dont le cheval avait été contrôlé positif durant les Jeux Olympiques de Pékin. Le cavalier allemand, qui avait également saisi le TAS en demandant une réduction de sa suspension, voit donc au contraire sa sanction doublée par les juges. Il sera toutefois requalifié dès le 20 avril prochain. Son cheval, Coster, avait été contrôlé positif à la capsaïcine, une pommade hyper sensibilisante interdite en compétition.

Sur le front du dopage…


Le canoë kayak fait partie des disciplines majeures du raid nature ou aventure, la discipline est souvent dans le trio de tête avec le VTT et la course à pied. Nous pouvons cependant constater que le niveau des raiders est souvent très limité et que peu d’entre eux pratiquent cette discipline en dehors des compétitions. Un entraînement plus soutenu sera pourtant nécessaire pour pouvoir s’aligner sereinement sur les grands raids. En effet, la pratique du canoë kayak permet de goûter à de nombreuses disciplines, et ses variantes offrent de belles perspectives pour l’organisateur. Le raid CANEO NATURE 2008 a présenté un menu gargantuesque en matière de kayak et il fallait être un minimum affûté pour s’aligner sur d’aussi longues distances, même si l’engagement technique n’était pas trop élevé. Sur les manches de coupe du monde (ARWS) il est impératif d’être correctement entraîné et équipé pour conclure les étapes kayak dans de bonnes conditions. La discipline est majeure sur les raids de l’hémisphère sud et incontournable sur le continent nord américain. On pourra y constater que les raids sont très souvent « open », c’est à dire que les raideurs courent avec leur propre matériel. Tout comme dans les parcs VTT, il est possible de voir sur les courses de bien beaux kayaks sur les galeries des voitures.

TEST : PAGAIES


Le raid CANEO NATURE a ouvert le bal dans notre pays avec les teams équipés de bateaux plus ou moins rapides, plus ou moins solides, plus ou moins adaptés. La recherche du matériel par les teams aura parfois été fastidieuse mais au combien bénéfique pour les raiders qui ont beaucoup appris sur le sujet. C’est dans ce but que je vous présenterai, au fil de quelques articles, différents matériels typés raid et canoé kayak, pour vous faire découvrir et vous faciliter vos recherches sur les matériels thématiques. Ce mois-ci je vous parlerai des pagaies. Non spécialiste kayak, je connais un peu le sujet puisque j'ai eu fait beaucoup de recherches sur l'équipement kayak en raid, ce qui m'a valu, il y a quelques années d’investir et acheter par exemple, une pagaie mer carbone américaine haut de gamme (Adventure Technologies) et un gilet (Hydrolics) made in New Zeland, de conception orientée raid. Pratiquant multisport assidu et commercialisant depuis peu du matos VTT, vertical, kayak et roller, je me suis penché à nouveau sur la question pagaie et j'ai trouvé des produits qui cumulent les qualités requises pour la pratique du raid multi et la longue distance. J’ai découvert de très bons produits dont les pagaies SELECT, de conception française, qui offrent un choix de matériaux et de profils différents en fonction de leur technicité et de leur prix. Il faut ajouter que, l'achat d'une pagaie est un investissement à long terme et qu'il faut faire le bon choix, au risque d'avoir des regrets. Même si l'emploi de pagaies perso en raid est peu répandu et souvent non autorisé dans l'hexagone, c'est un gage de performance sur les raids internationaux. De plus, le plaisir est bien meilleur sur les entraînements avec du matos personnel, que l’on connaît et qui nous correspond parfaitement.

TEST : PAGAIES

Je vous présente donc 3 pagaies de la marque Select: la First, la Sea Cruiser, la Rush et une pagaie Tchèque, la TNP Wolferine Light. Dans la gamme Select, la First, modèle d'entrée de gamme, composée d'un manche et de 2 pales fibre, pèse 1000 gr en pale de taille unique avec un manche 215/224cm. La longueur du manche est en effet modifiable à souhait par intervalle de 3cm. C'est là que réside l'astuce, ces pagaies (les 3 présentées) ont un manche réglable en longueur. Les avantages: pour un achat team, les pagaies sont personnalisables en réglant la longueur sur 10 cm (avec plusieurs longueurs dispo), vous pouvez aussi adapter la longueur en fonction du type de bateau ou pour augmenter ou diminuer le "braquet". La First est un modèle polyvalent, qui vous propulsera aussi bien sur lacs, canaux, rivières ou mers. Le manche, en fibre, est d'une certaine "souplesse" pour diminuer les risques de tendinites sur les "long stages" et va soulager nos petits bras de non-spécialistes. De plus, depuis 2009, elle devient fun avec une palette de déco au choix très sympa.

Testée et approuvée par le Team Issy Aventure sur le XPD Portugal 2008.


La Sea Cruiser, pagaie typée "mer", plus haut de gamme, avec des pales carbone, plus légère, pour encore plus de confort sur les longues distances. Le manche proposé le plus "souple" étant le Carbone Soft, le meilleur compromis poids/souplesse/rendement. Cette pagaie ne demande pas de technique particulière, elle reste efficace sur toutes les surfaces, et son poids de plus ou moins 800 gr (900 gr avec le Fast Lock ou Vario S-Lock) en fait un must pour les raiders au long cours. Une pagaie légère demandera moins d'effort musculaire qu'une pagaie plus lourde, logique, le maintien de la pagaie vers l'avant à bout de bras pour aller chercher l'eau loin devant sera facilité sur les nombreuses répétitions du mouvement. Possibilité aussi de régler l'angle avec le système Vario S-Lock pour modifier la rotation du poignet (feeling perso) ou pour s'adapter en fonction de la force du vent. Sans parler de la possibilité de démontage en 2 parties qui facilite le transport, l'emballage, en limitant le risque de casse ou de dommages.

Adoptées par le team Issy Aventure, ces pagaies courrons cette année sur le Bimbache Extrem (Espagne) et l’Explore Sweden. La Rush, en gamme de prix équivalente à la Sea Cruiser, est une pagaie plus technique, à profil de pale Wing pour un meilleur rendement. Cette pagaie nécessite un minimum de technique pour pouvoir en tirer toute la quintessence. Quelques petites séances auprès d'un club affilié et agréé vous fera découvrir toutes les subtilités, vous en profiterez pour réviser ou découvrir toutes les notions de sécu qui vous serviront un jour sur les raids. Sur le très long en temps et distance, cette pagaie perdra de son efficacité, car le raideur n'étant pas une machine, le geste va perdre de la qualité.

Nous avons utilisé cette pagaie sur le raid CANEO 2008 et sur la XPD Race Portugal 2008, en mer, rivière et plans d’eau ; elle s’est révélé très polyvalente et très robuste. La finition polie est vraiment très résistante, la pagaie garde un aspect neuf et reste très belle malgré quelques chocs, dus notamment aux pagaies qui s’entrechoquent lorsque l’équipage K2 s’endort en pagayant et que la syncro « disparaît ».

TEST : PAGAIES


Quand on est fatigué, qu'il fait chaud, qu'on rame depuis 8 heures, le coup de pagaie est moins précis, on "baisse les bras". La pagaie ne sera pas aussi efficace et les appuis seront moins performants que si on le fait avec application, mais rassurez vous, on avance quand même. (tout comme pour les bateaux, une « formule 1 » très instable deviendra difficile à emmener sur une mer grossissant et le manque de stabilité deviendra handicapant quand la fatigue fait que l’on « zappe » , victime de « trous noirs ». Si vous êtes à l’aise techniquement et que vous voulez une pagaie belle et rapide, elle est faite pour vous. C’est sans doute la pagaie que j’emmenerai l’année prochaine au Québec sur l’Ultimate XC.

Testée et approuvée par le team Scientec Nutrition. Ces 2 pagaies (la Sea Cruiser et la Rush Racing) sont donc dispo avec le système Vario S-Lock permettant de régler longueur et angle de la pagaie, la gamme « mer » avec la First et la Sea Cruiser est disponible avec le système Fast Lock, plus rapide et plus facilement ajustable en longueur pendant l’effort (pas d’outils). Il présente tous les avantages précités et qui sont des atouts en utilisation raid. De nombreuses combinaisons de manches et pales sont possibles, mais je conseille les pales « large » pour une pratique raid, en conseillant des pelles médium pour les filles, surtout pour une pratique "marathon", ainsi qu'une composition de manche soft pour ménager vos bras (on peut faire la traversée des Alpes en VTT sur un tout rigide, mais on termine en meilleur état si on a un VTT suspendu, cqfd...). Donc un manche carbone soft semble le meilleur compromis, voire, au pire un carbon médium pour les « Iron arms » affûtés, rompus à la pratique du kayak. Sur ces pagaies de la gamme Select, les manches comprennent un ErgoDrive ou ovalisateur intégré au manche (en standard sur la gamme mer et sur demande sur la Rush ) qui permet, comme son nom l’indique d’avoir une meilleure prise en main du manche, du côté où le poignet reste fixe.

TEST : PAGAIES

La Wolferine Light de TNP (Rép.Tchèque) : Une belle pagaie très polyvalente qui conviendra aux moins attentionnés d’entres nous. Les pales sont en polyuréthane (blanc) d’une surface de 655 cm2. Le manche look carbone tressé, est en fait composé à 50% de carbone et 50 % de fibre de verre. Ce qui frappe à première vue, c’est la « dent de loup » dépassant sur la partie inférieure de la pale. On se demande bien quel est l’intérêt de cet appendice original. C’est tout simplement un ingénieux paregoutte qui évite l’écoulement de l’eau sur le manche. Ensuite, on remarque le bizarre « treillis » polyuréthane sur l’extrados de la pale, façon « spiderman ». Là encore, on pourrait s’interroger sur la traînée que pourrait engendrer ce treillis. Là encore, aucun souci, cette constructionpermet de rigidifier la pale pour restituer l’énergie, sans gêner aucunement la « passée dans l’eau ». Par transparence, on remarquera que le manche se prolonge loin dans la pale, toujours pour un souci de solidité et rigidité.


Lorsque l’on empoigne la Wolferine, on est épaté par la légèreté, seulement 843 grammes (vérifiés) pour une pagaie 2 parties en 215 cm. Le manche se sépare en son milieu et 2 ergots inox sur ressort assurent le maintien. que la syncro « disparaît ». En cours de test actuellement par le team ISSY et au club de Palavas, elle donne entière satisfaction en dynamique. Les pales PU sont appréciables en raid car on ne craindra pas les raclages et le chocs, on les emmènera partout, en eau vive, lacs et mer, sans crainte. D’un prix inférieur aux Select, elle n’en reste pas moins de gamme inférieure et parfaite pour débuter. Démontable, elle reste facile à manipuler et supportera très bien les voyages.

L’achat d’une pagaie n’est certes pas la priorité chez un raideur, mais le raideur averti, qui cherchera le meilleur de l’efficacité dans les disciplines majeures, devra faire l’effort dès lors qu’il envisage de s’aligner sur des raids aventure ou expédition. On connaît tous l’importance de la préparation matérielle sur les raids, avoir la grosse caisse ne suffit pas, des tas d’autres paramètres rentrent en jeu et celui du matériel est très important. Ensuite, tout comme on s’inscrit dans un club de CO pour apprendre à orienter correctement, on peut faire la même démarche auprès d’un club de kayak pour « apprendre le métier » et tâcher de devenir le plus polyvalent possible. Ainsi, on n’appréhende plus les spéciales aquatiques et le plaisir est encore plus grand. Le matériel présenté a été testé sur le terrain, en entraînement d’abord puis en compétition (sauf la Wolferine qui fera ses débuts compétition sur le Bimbache Extrem (Espagne) et sur l’Explore Sweden). Pagaies sélectionnées et validées par withspirit.fr, vous pouvez les trouver sur www.withspirit.fr et demander des informations par le biais de la boîte mail.

Boutique spécialisée du Raid et recommandée par le magazine Joggermag.fr

Article réalisé par Patrick LAMARRE (With Spirit), avec la collaboration de Stéphane GOURICHON (équipe de France de CK, plusieurs championats d’Europe et du monde, J.O de Sydney).

TEST : PAGAIES


9h15 les binomes s’approchent de la ligne de départ pour ce troisième canicross de Rouffach. La température est bien supérieure à ce que l’on a vu ces dernier temps. Les coureurs mouillent une dernière fois leurs compagnons avant le départ pour cette course de 9,100 km avec un dénivelé positif assez important. 9h30 Jacques Adam organisateur de la course, coureur et organisateur du trophée des Vosges, prend la parole pour le débreifing avant course ‘’nous sommes 44 au départ donc nous partirons en deux vagues espacées d’une minute, n’oubliez pas de mouiller vos chiens et de les faires boire aux ravitaillements, bonne course à tous’’. 9h40 le départ et donné sur cette grande ligne droite, trois coureurs prennent la tête Sylvain et Caline, David et Anouka, Alexandre et s’enzo, suivi de très près par moi-même et Brewen, 1km plus loin premier faut plat montant, je prends la tête de la course et commence à creuser l’écart, seul David et Anouka tente de s’accrocher. Les montées s’enchainent entre les vignes jusqu’à un plateau ou là, les coureurs attaquent des petits sentiers sinueux qui redonnent du baume au cœur de leurs chiens, ensuite les binomes attaquent la descente qui les ramènent sur Rouffach , la tête de la course ne change plus, l’écart se creuse. La bataille fait rage pour la troisième place Mickael et Falcon lutte avec Dominique et Cheyenne (1er féminine) pour garder sa place et monter sur le podium. Retrouvez Jean Philippe Deshayes sur le site de son association Canicross sur : http://fccanicross.ifrance.com/

INTERVIEW : Mickael : j’ai bien négocié la montée Falcon en voulait, mais sur le plateau il faisait chaud, Dominique est passé devant moi, nous nous sommes accrochés pour ne pas perdre le contact, ensuite on a tous donné dans la descente pour la troisième place je suis très content de la course que m’a fait Falcon.

Hommes : 1er Deshayes Jean-Philippe et Brewen 32’38’’ 2ème : Thouvenin David et Anouka 34’54’’ 3ème : Baumann Mickael et Falcon 37’10’’ Femmes : 1er Wachs Dominique et Cheyennes 38’20’’ 2ème Riff Elisabeth et Laska 39’50’’ 3ème Ury Cécile et Vanilla 43’30’

RUBRIQUE CANICROSS


Cette année c’est l’Alsace qui accueille le championnat de la fédération des sports et loisirs canins qui aura lieu les 2 et 3 mai prochain. Pour cette manifestation d’importance, le club extrême dog alsace et en charge de l’organisation, le club a choisi la commune de Grundelbruch dans le Bas-Rhin. Le lieu retenu est une station de ski de moyenne montagne située sur les contreforts vogiens au cœur d’un immense massif forestier. Le massif du Hohbuehl ou Hohbuhl et ses hauts chaumes accueillera les nombreux canicrosseurs et canivététistes attendus. Le parcours, physiques et techniques se situe à 750 m d’altitude et le point le plus haut du parcours culmine à 910m. Tous les amoureux des chiens aurons la possibilitée de s’exsprimer avec leur compagnon à 4 pattes. Parmi les binomes maitre et chien, les championnats pourront accueillir des champions et championnes de la discipline. Pour n’en citer que quelques uns : Nathalie Pascale : 3ème au championnat d’europe 2008 et qui remettra son titre de championne 2008 en jeu. Jean-Philippe Deshayes : Champion 2008 en categorie V1. Jean-Marc Dufief : Champion 2008 en categorie V2. Christophe Blaess : Champion 2008 en canivtt categorie V2. On attend beaucoup des nouveaux venus dans la discilpine : Spehler Sébastien, Houitte Gaelle …….. Mais nul besoin d’être un champion pour participer puisque l’épreuve est ouverte à tous (toutefois il sera demandé un certificat médical ainsi que les vaccins à jour pour votre compagnon.) L’essentiel dans notre discipline et de se faire plaisir avec notre compagnon.

RUBRIQUE CANICROSS

Le championnat se déroulera sur 2 manches, il faudra enchainer la course du samedi et celle du dimanche. Les épreuves débuteront le samedi dès 16h00, les départs se feront individuellement. Le dimanche dès 9h00 les épreuves se feront en course poursuite : les concurrents partiront en fonction de leurs arrivées de la veille avec l’écart réel qui les départage, le 1er partira premier, charge à lui de ne pas se faire remonter par ses poursuivants. Pour toutes informations prendre contact avec Frederic Simon : simonfredeve@neuf.fr


The two olympic marathon held last August in Beijing were literally races for the ages. Kenya's Samuel Wanjiru, 21, broke more than an olympic record with his 2h06min win, he crushed long-held coventional wisdom that marathon performance peaks among runners in their late 20s and early 30s. That conventional wisdom also took a beating when a 38-year-old mother with 10 marathons under her belt, Romania's Constantina Tomescu-Dita, won the women's event. To a casual observer, these Olympian efforts resembled an emerging trend, with runners young and old bursting through a narrow age boundary. The youth movement included two 25 years olds – Dathan Ritzenhein and Ryan Hall – Who qualified for the Us Olympic squad (and finished ninth and 10th, respectively, in Beijing), as well as 19 years-old Kum-Ok Kim, a North Korean who finished 12th in the women's race. And on the other side of the age spectrum, the Us women's team was led by two 35-years-olds – Deena kastor and Magdalena Lewy Boulet – While « old-timers » and world record holders paula radcliffe (34) and Haile Gebrselassie (35) showed no signs of slowing down.

Depuis quelques temps nous avons remarqué l’affluence de lecteurs européens et anglophones, cette nouvelle rubrique vous est destinée pour vous remercier de votre fidélité. Bonne lecture, merci encore a notre traductrice.

ARTICLE IN ENGLISH


Impressive results from youngsters like wanjiru and older runners like Tomescu-Dita might imply that marathon performance isn't bound by rigid age limits. But are these remarkable performances simply the exceptions to a rule, or are top marathoners truly stretching age boundaries? If so, how and what are the implications for those of use who finish races far behind? Is there an ideal age to run your best marathon? We posed these questions to top physiologists, statisticians, coaches and elite athletes. Their answers paint a picture that offers lost of encouragement to runners of all ages and talents. First, the bad news. Wheter you're an Olympic champ or a midpack runner, your aerobic capacity falls with age. For a heathly, trained athlete, it's not your hearts stroke volume or your ability to extract oxygen from blood that changes with ages, says exercise scientist Sandra Hunter, Professor « It's that your max heart-rates declines, and no one can change that. It just plummets. » While the classic formula for calculating max heart rate (220 minus your age) is just a rough estimate, « The reality is, your max heart-rate declines by about a beat a year. » No one knows the explanation, but this drop in aerobic capacity explains why the average 50-year-old can't compete against a 20-year-old. « you can't reach the same max heart-rate, so you're perating at a lower intesity to begin with » says Hunter. Aging also leads to a decline in muscle mass, as neurons supplying the muscles begin to die. « If the neurons shrink and die, the muscle fibers die » says Hunter. « Sometimes they get regenerated by new neurons, but as you age you can't keep pace with cell death. Training can slow the process, but it won't end it; » The atrophy seems to pick up about age 60, and hits fast-twitch muscle fibers hardest. That's why speed falls off before endurance.

ARTICLE IN ENGLISH

Usually, the age-related change that runners notice first is a drop in their ability to recover from training. Muscles store glycogen, so when you lose muscle mass with age, you also lose some of your glycogen reserves. And this means it takes longer to replenish these stores after a hard effort. Age-related hardening of the arteries also cuts blood-flow to your tissues, which means it takes longer for stressed muscle fibers to receive the materials they need to rebuild. In addition, with age your cells and their power-generating components (called mitochondria) begin to accumulate oxidative damage as a byproduct of normal metabolism, and as result they operate less efficiently. Adding insult to injury, levels of testosterone and growth hormones that aid recovery also fail with age.


Vous retrouverez l’intégralité de cet article dans la rubrique « Entrainement » entièrement traduit en français pour ceux et celles qui ne seraient pas bilingues.

These physiological changes inevitably alter marathon performance. Though individuals will age differently, studies indicate that beyond about age 35, endurance performance declines by about five to 15 percent per decade, says Dieter Leyk, a researcher at the Institute for Physiology and Anatomy in Cologne, Germany. Leyk recently examined age-related changes in marathon performance among 300 757 runners, and found that among to 10 finishers, running times slowed by about 10,5 percent per decade for men and 14,8 percent among women. But that study yielded encouraging news for runners outside of the lead pack. For the non-elites tracked, the decline was a little lower and began later. « For these runners, significant age-related losses in endurance performance did not occur before the age of 50. Mean marathon and half marathon times were nearly identical for the age groups from 20 to 49 years ». The bottom line : Keep up your training, and there's no raison you can't continue to put in solid performances well into middle-age. In fact, a 2004 study in the British Journal of Sports Medecine found that between 1983 and 1999, New York city marathon finish times for top runners age 50 and older improved more rapidly than did times for younger athletes. In the same vein, a 2008 Austrian study found no significant difference between the finish times of the top five racers age 35 to 49 in the World Mountain Running Championships. The authors say the results suggest that Vo2 max can be held at high levels up to age 49.

« Sure, there's an inevitable decline with aging, but people are breaking down that barrier », says mark tarnopolsky, director of a Neuromuscular and Neurometabolic Clinic. Tarnopolsky won a trail running better times in some races than I did in my 20s » says Tarnopolsky, now 45. The difference? He's smarter about training, cross-trains more, and can tolerate pain better than he did when he was younger.

ARTICLE IN ENGLISH


Tarnopolsky also says his decades-long endurance base lets him get by on fewer kilometers. Whether they're competitive non-elites like tarnopolsky or world class performers like Tomescu-Dita, masters runners who perform well past 35 share one trait. They've turned their experience into an advantage. While these runner's physiologies haven't improved with time, they have learned to recognize the types of training their bodies respond to best and they know how to reach their individual peak. Most studies of physical decline associated with aging haven't factored in the role of physical activity, says exercise physiologist Scott Trappe. « If you look at the cardiovascular system, people lose about one percent per year, » Trappe. « We used to think that decline started at about age 25, but we're starting to see that people can maintain their aerobic capacity longer if they keep training. I'm 42, and my Vo2 max is the same as it was at university ». «It's never too late to start, » says tarnopolsky. « We've put adults age 65 and older on exercise programmers, and it's incredible the kind of gains they can make ». Non-elites who came to the sport late are especially likely to hang on their performance, or even improve with age. « If you've never trained seriously until age 35, it's quite possible to keep improving in your 40s and beyond, » says coach and exercise physiologist Jason Karp, Runners who decide to get serious about the marathon at age 40 can easily continue setting for years because they have so much room for improvement, he says. As you age, factors like diet, body weight, time constraints and stress are just as likely to hurt your performance as is age and those are factors you can actually manage, Karp says. What's more, it's your top-end performance that falls off first, so you're unlikely to see drops in performance like elites who're pushing the limits of human performance. « the higher the level that you've achieved, »says Karp, « the farther you have to fall. »

ARTICLE IN ENGLISH

Once you've built an aerobic base, you can get by on fewer kilometers. « You've built the foundation, so you're trying to maintain and be really efficient », says elite coach Brad Hudson. « Start dropping the junk kilometers that helped you when you were younger». Aim for the same types of interval sessions and tempo runs you did at an earlier age, says Jonathan Dugas, an South African physiologist, though you might have to do fewer intervals in a session or simply lengthen the recovery time between efforts. EMPHASIE RECOVERY Age brings a decline in testosterone and growth hormone, which aid your recovery time says Dugas. The end result : You need to rest more. « Now that I'm older, I need more time to recover from my training, » says Constantina TomescuDita; who won Olympic gold in Beijing at the age of 38. She also uses massages and Jacuzzi baths to help her bounce back from hard training sessions. ADJUST FOR STRESS Whether it's a sick child, travel or a nasty deadline, stress hampers your recovery, so give yourself more rest so you're ready for the next training session, Tomescu-Dita knows that travelling takes a toll, so she builds extra rest into her programme when she journeys to a race.


TRANSMAROCAINE 2009, la traversée de l'Atlas en 5 étapes. En débarquant à MARRAKECH au mois de mars, on a toutes les chances de se prendre un petit choc thermique quand on arrive de France ... le dépaysement serait presque total si ça ne parlait pas français à tous les coins de rues. Mais comme il n'y a que trois heures de vol de PARIS et que le budget voyage reste raisonnable, la destination attire. Des français venus donc en nombre sur cette 4° édition de la Transmarocaine, attirée par un raid de début de saison qui se coure sous des températures généreuses, et proposant un programme permettant au débutant comme au compétiteur avide de sensation de se faire plaisir. L'organisation de la Transmarocaine, la même que pour « la Boliviana », a d'ailleurs misé sur cet aspect convivial sans rien retirer de la difficulté d'un raid multisport. Les équipes ne s'y trompent pas et l'ambiance le soir au bivouac est exceptionnelle, permettant un échange entre coureurs qui ne peut exister sur des raids d'un week-end ou sur du non-stop ... Le plateau de cette édition, comme d'ailleurs celui des années précédentes, comporte donc de très bonnes équipes, tant en homme qu'en mixte, ce qui va donner lieu à de très belles confrontations tout au long de la semaine. Récit de 5 jours de sueur, vu de l'intérieur par le team Arverne Outdoor ...

Dossier spécial : Transmarocaine 2009


1ère étape: OUARZAZATE- TAMDAGHT Un départ en bulle et en run and bike du centre ville de OUARZAZATE, lance la course sur un rythme tranquille, l'occasion pour beaucoup d'équipes de se regarder. 5 kms plus loin une équipe sur deux est dirigée vers le kayak orientation, pendant que les autres font une co à pied au score. Devant, Arverne Outdoor et Sten partent en tête sur la section à pied. Le rythme monte alors d'un ton. Dans la lutte, les deux équipes oublient alors de pointer un poste. Nous nous en rendons compte un peu tard mais décidons de repartir le chercher pendant que Sten décide visiblement de le prendre sur le retour. Cette erreur profite à Raid nature 46 et aux deux équipes d'Esprit raid qui prennent la tête de la course. La fin de course voit la remontée d'Arverne Outdoor qui reprend la tête pour quelques mètres devant raid nature 46. Nous partons en kayak en faisant des choix complètement opposés mais arriverons sans avoir pu nous départager avant la longue section de vtt orientation (38 kms).

Cette section va d'ailleurs terriblement nivelé les valeurs, l'orientation se déroule sur un plateau désertique avec très peu de relief permettant de naviguer, et avec une carte laissant pas mal de place à l'incertitude. Le regroupement ne va d'ailleurs pas tarder à s'opérer, toutes les équipes se regardant et personnes ne désirant prendre le risque de faire fausse route. Le rythme est bien tombé et un gros peloton composé de Raid nature 46, Arverne Outdoor, Sten, Scientec nutrition, Esprit raid, Planète tonique et Endurance mag cherche a resté sur la bonne piste. Les hésitations des uns recalent les autres, et même un 4*4 de l'organisation y perd son latin ! Le poste est trouvé et le rythme repart alors, malheur aux lâchés sur ce billard marocain où le fait de rouler en groupe donne un avantage certain. La petite section à pied sur photo aérienne ne change rien et la dernière partie en vtt, alternant portage et traversée d'oued, permet à Arverne Outdoor, Sten et Scientec nutrition de prendre 18' d'avance sur raid nature 46. En mixte, c'est Esprit raid qui fait le holeshot devant Planète tonique et Endurance mag.

Dossier Spécial : Transmarocaine 2009


Le bivouac va faire du bien, les organismes ont déjà été mis à mal par le rythme élevé de la première journée. Une petite ballade dans le village Berbère qui nous accueille, l'occasion de récupérer un peu et surtout de rencontrer les habitants, dont cette française venue s'établir dans ce hameau perdu et qui nous ouvre les portes de sa maison pour nous faire apprécier les joies simples d'une vie sans fioriture. Merci à elle.

2° étape: TAMDAGHT / TALWAT Au programme un vtt de 19 kms enchainé avec un atelier de corde, à nouveau vtt sur 25 kms et pour finir une co à pied de 12 kms au relief très marqué. Le peloton se forme dès le coup de sifflet et les 4 équipes en tête au classement général file vers l'avant accompagné de St Just Aventure. Le parcours est très roulant mais le profil est éprouvant, fait de plein de relances, de grosses montées, de petites descentes caillouteuses ... La première équipe a en faire les frais est Raid nature 46 qui voit la cassette d'un de ses vélos se dévisser. C'est à notre tour, perdant successivement notre matériel de réparation puis sur une chute, le câble de dérailleur avant sortant de son logement et m'obligeant à rester sur le petit plateau. L'atelier de corde est neutralisé, ce qui permet de souffler et de profiter du paysage magnifique, une oasis de verdure au milieu de ce monde minéral. Les Sten ont pris un peu plus de temps et ne repartent pas avec le peloton. On retrouve donc Scientec, St Just et Arverne Outdoor. La piste commence à s'élever un peu, un coup d'oeil à gauche, un coup d'oeil à droite, les grimaces nous indique que c'est le moment d'élever le rythme. Le duo de St Just en fait les frais les premiers. Scientec nutrition recolle en haut de la bosse. L'orientation est simple et permet un rythme rapide. La terre laisse place à un goudron dégradé mais avec un meilleur rendement. Un dernier col à passer et c'est la bascule sur la co finale. Nous arrivons à une petite poignée de minutes d'avance sur Scientec.

Dossier spécial : Transmarocaine 2009


Nous oublions les définitions et le premier poste, situé dans le village, permet à Scientec de nous revenir dessus. Nous réalisons un bout de course ensemble avant de faire la différence grâce à William au milieu du parcours. Seul Raid nature 46 parviendra également à prendre tous les postes en 1h45. Les pénalités sont lourdes pour les postes non ramassés et au soir du 2° jour nous sommes donc installés en tête avec 37' d'avance sur Raid nature et 1h05 sur Scientec. En mixte, Esprit raid cède la première place à Planète tonique. Endurance mag est troisième. La soirée laisse place à une distribution de fournitures scolaires pour l'école du village. Le raid ne transige pas avec sa tradition humanitaire. Certaines équipes sont porteuses d'un projet et le concrétisent à l'issue des étapes de courses.

3° étape. Col de TIZI-N-TICHKA / TAZZITOUNT Une étape très particulière, complètement descendante en vtt sur 18 kms avant d'entamer une grosse section de 32 kms à pied et un col de 1000 mètres à passer.

Les Raids nature 46 ont décidé d'attaquer de bon matin, et seul Sten arrive à suivre dans la première descente, nous faisant au passage une grosse démonstration de pilotage en tout rigide !! Cette section est rendue physique par les nombreux portages obligatoires à cause des traversées de torrent ou des passages escarpés. Les gorges dans lesquels nous évoluons ont quelque chose de « verdonesque » mais je suis dans le rouge malgré le dénivelé négatif et le plaisir est un peu gâché. Pourtant de la lucidité il en faut ! Plusieurs passages par dessus le guidon se finissent sans mal mais la mécanique est soumise à rude épreuve. La transition arrive enfin ! Et ça repart de suite dans le raide, le très raide même pour Raid nature 46 qui fait le choix de couper tous les lacets. Nous sommes avec Scientec nutrition et prenons l'option de rester sur le chemin pour ne pas avoir les grosses cuisses en arrivant sur le plateau. La montée est sans fin quand on est dans le dur depuis le départ de l'étape ... l'option prise par l'équipe du Lot leur fait gagner de précieuses minutes. L'utilisation des bâtons leur permet sans doute aussi de s'économiser un peu les cuisses.

Dossier Spécial : Transmarocaine 2009


Derrière, Sten a lâché prise et c'est Planète tonique qui remonte en force !! Nous parvenons à faire la jonction avec Raid nature sur la toute fin de la montée, juste avant d'entamer la partie usante de la course sur le plateau. Nous sommes à 2200 mètres et traversons par endroit des plaques de neiges ou des torrents gonflés par le redoux. La bataille n'est plus seulement physique, elle est désormais mentale. Les Raids nature 46 sont moins à l'aise quand les parties sont moins techniques et Scientec et Arverne Outdoor parviennent à prendre jusqu'à 10' d'avance. Nous croyons que le tour est joué mais sur un poste mal placé nous perdons tout le bonus chèrement acquis. Il ne reste « que » la descente, mais elle va faire très mal. 1000 mètre de dénivelé négative dans la rocaille. Chaque équipe a heureusement un équipier qui est moins à l'aise que l'autre, ce qui ne permet à personne de faire la différence. Je vois passer des frites salées qui courent devant moi, suivi par des cuisses de poulets bien grillées !! En se retournant on peut apercevoir Planète tonique qui revient très fort. Les écarts vont être énorme à la fin de la journée, c'est sûr ... Le mur final ressemble plus à de la désescalade qu'à du trail, il s'agit avant tout de ne pas se casser. La ligne est là, le coca aussi. Le bivouac installé en bord de rivière nous fait oublier la fatigue, un bon tajin est au programme. Mais toujours pas de frites !!!

4° étape. TAZZITOUNT / OUKAIMEDEN Une étape sans aucune orientation. Mais un gros col à monter en vtt, 900 mètres en 21 kms. Un atelier de corde pour se reposer et un trail de 7 kms avec 1000 mètres de dénivelé ! Que de la montée, il ne faut pas être dans un jour sans. Les 5 équipes homme en tête du général partent ensemble. Raid nature 46 et Arverne Outdoor attaquent tour à tour, pour se faire mal aux cuisses avant le trail.

A ce petit jeu, St Juste décroche. Puis Sten. Scientec nutrition gère parfaitement et regarde la bataille. La décision ne se fera pas en vtt, et le rythme retombe peu avant la transition permettant à Sten de revenir et de régler tout le monde sur le final. Les cordes nous permettent de nous alimenter, la chaleur est assez pesante, et il va falloir être costaud pour l'ascension finale. Le trail est complètement balisé mais l'organisation nous fournit quand même une carte (?). Raid nature 46, Scientec nutrition et Arverne Outdoor repartent ensemble. On le sait sans se le dire, le but est de faire « péter » l'autre. Bien en jambes, William et moi parvenons à nous détacher petit à petit. Mais le balisage assez espacé nous ralentit énormément et nous oblige à chercher fréquemment la bonne piste. Le regroupement est inévitable. Sur une zone très mal fléchée, Raid nature décide de sortir de la zone balisée et utilise la carte. Scientec et nous, perdons du temps pour rester dans la trace. Planète Tonique en profite pour nous passer. Le but, maintenant qu'il n'y a plus contact visuel est de ressortir sur la crête en même temps que Raid nature 46. Le rythme s'en ressent mais malgré cela, nous voyons Jean Marc et Laurent déboucher avec près de 5' d'avance sur nous. William fait l'effort pour les recoller.

Dossier spécial : Transmarocaine 2009


Etape de nuit – Course au score dans la station d'OUKAIMEDEN. Nous arrivons dans la partie finale, une crête complètement enneigé où je n'aurais jamais osé passer en running hors compétition ! Nous grimpons à près de 1000 mètres / heures malgré la neige qui se transforme et qui nous oblige à retailler régulièrement des marches. Dans la partie finale, les bâtons qui étaient d'une aide précieuses jusque là, deviennent assez encombrant, il faut vraiment mettre les mains. Nous débouchons enfin sur le sommet et plongeons sur la station. Raid nature 46 fini au sprint et nous devance d'une petite minute. Suivent derrière Scientec nutrition à 6' puis Planète tonique avec Sandrine carrément impressionnante dans la montée ! Nous en sommes à 4 jours de courses et l'organisation nous a fait la surprise de nous faire dormir en chalet avec douches chaudes ! Malgré tout, nous ne pouvons complètement apprécier ce confort, la co de nuit nous attend et s'annonce déjà comme décisive.

Un bon plat de pâtes dans l'estomac, nous ouvrons le bal suivi toutes les minutes des autres équipes. C'est moi qui oriente à pied, une fois n'est pas coutume, et l'ordre de ramassage paraît assez évident. Le début de course est sans difficulté et il faut attendre le 6° poste pour commencer à stresser sur le temps de course. Mais ce 6° poste que nous trouvons relativement facilement fausse pourtant tous nos calculs. Il est placé en haut des pistes de ski, et la neige n'a pas assez durci malgré le froid. Je m'enfonce énormément, et si ça ne gêne qu'un peu à la montée, en revanche la descente est rendue très difficile avec des chutes incessantes. Quand nous arrivons sur le chemin en bas des pistes, il nous reste 12 minutes pour ramasser 3 postes et couvrir 2 kms. Ça semble faisable. Sauf que le poste suivant a disparu et que nous perdons 7' à chercher le pictogramme (peint sur un élément fixe) preuve de notre passage au poste. Au moment d'abandonner, nous le découvrons sous nos pieds, peint à même le sol !! il reste 5' pour ramasser le dernier poste et couvrir un peu plus d'un kilomètres.

Dossier Spécial : Transmarocaine 2009


Ça commence à sentir mauvais. Et en bons orienteurs que nous sommes, habitués à ramasser tous les postes sur les co scores, il nous paraît impensable de laisser une balise. Nous nous obstinons donc à aller chercher ce poste ... qui nous oblige à traverser un champ de neige transformé dans lequel nous ne pouvons courir sans nous enfoncer en permanence ! Très énervé de voir la victoire se défiler, nous abandonnons la recherche de cet ultime poste ! Nous franchissons la ligne d'arrivée avec près de 9 minutes de retard et un poste manquant. Nous prenons une pénalité de 55' qui va nous priver très probablement de la victoire finale. Malgré la déception, nous attendons Raid nature 46, espérant une improbable contre performance. Ils franchissent la ligne quelques minutes après nous et sont dans les temps ... mais ont dû laisser 3 postes ! Ils écopent de 50 minutes de pénalités, ce qui sauve notre première place au classement général. Scientec nutrition gagne cette section, malgré la chute de Gaëtan dans le lac dès le premier poste, ce qui l'oblige à courir et à orienter en allant puiser au fond de lui (pour mémoire, nous sommes à 2700 mètres d'altitude et l'eau du lac doit être entre 5 et 7° !!). Énorme performance qui les ramène au contact de la tête de course ! Notre première place est sauvée provisoirement mais nous avons grillé notre joker. Raid nature 46 et Scientec nutrition sont au coude à coude à maintenant 23' de nous ... Pour les équipes mixte, malgré une mauvaise section de Planète tonique, ils conservent assez largement la tête de course suivi d'Esprit raid toujours sous la menace d'Endurance mag.

5° étape – OUKAIMEDEN / TAHANNAWT Objectif: ne rien lâcher. 34 kms de vtt orientation sur profil descendant suivi d'une co score de 10 kms au relief marqué.

Le départ emprunte l'ancienne piste qui montait à la station. Celle ci est en majorité à l'ombre et la neige n'a pas fondu. Portage de rigueur. Raid nature 46 joue son joker sur cette section, avec Laurent à la boussole, champion de France 2005 en vtt orientation et de retour d'un périple en Argentine où il a dû lire des cartes de la même facture. Le début d'étape est très nerveux. Raid nature nous laisse passer devant et en profite pour couper les lacets en courant dans les éboulis avec le vtt sur le dos ! Nous ne les suivons pas et décidons de rester sur la piste jusqu'au poste 1. Nous arrivons en tête sur ce poste et nous engageant sur un single assez technique, dans lequel il va être difficile de doubler.

Dossier spécial : Transmarocaine 2009


Mais de toute façon doubler n'est pas dans leurs intentions. La course est très tactique et ils ont choisis de nous laisser faire l'orientation et de profiter d'une erreur pour nous passer. Le poste à poste 2/3 est tendu. C'est un long cheminement sur des traces de chèvres dans un décor qui n'est pas sans rappeler la région de Sisteron. Nous nous retournons régulièrement, Raid nature est toujours au ralenti derrière nous. Situation un peu bizarre qui rappelle les tournois de poursuite sur piste ... A l'approche du poste 3, nous faisons un léger écart mais corrigeons rapidement la situation. Trop tard, c'est le moment qu'ils ont choisi pour nous passer. Ils pointent le poste et repartent très vite pour rompre le contact visuel. Nous hésitons quelques minutes sur la sortie de poste, et finalement nous retrouvons dans leurs traces. Beaucoup moins fluides qu'eux, nous avons pourtant l'impression de réaliser une bonne section mais arrivés au PC nous ne pouvons que constater les dégâts. Raid nature 46 vient de nous reprendre près de 18 minutes en 15 kilomètres de vtt ! Il va falloir mettre le paquet sur cette section à pied qui s'annonce comme décisive. Je suis « sec », et la chaleur est étouffante, ce qui n'arrange rien. Une fois de plus nous tournons cette section à l'inverse d'eux, ce qui nous permet de les croiser et d'estimer leur fraîcheur et leur avance. Nous ne lâchons rien jusqu'à la fin et finissons avec 3' d'écart en notre faveur. L'ultime section est très courte, il s'agit d'un vtt de 6 kms suivi d'une course de 2 kms avec un départ en masse. Perdre 8' est toujours possible mais il faudrait vraiment un problème mécanique. Nous partons très fort dans le lit de l'oued, passant comme des sauvages dans le petit village marocain. Nous évitons les moutons de justesse mais mettons une poule au format A4 ! Scientec revient fort à pied et termine cette section juste devant Arverne. Raid nature suit à 2'. La course est jouée. Le podium place donc Arverne Outdoor en tête, suivi à 10' de Raid nature 46 et 13' plus loin le team Garmin- Scientec. Chez les mixtes, Planète tonique a conforté son avance. Esprit raid, malgré une erreur d'orientation sur le vtt qui les a conduit à descendre un cours d'eau le vélo sur l'épaule, consolide sa 2° place. Endurance mag vient compléter le podium, perdant tout espoir de remonter au classement à cause des pénalités obtenues sur la dernière co à pied.

Epilogue à Marrakech. Ne dérogeant pas à la tradition, un épilogue clôture cette Transmarocaine 2009. Le classement ne changera pas mais c'est l'occasion pour certaines équipes de se montrer, voire de remporter une étape. St Just Aventure remporte cette conclusion devant Esprit raid entreprise. Les podiums homme et mixtes décident de rouler ensemble pour sceller cette semaine de raid, très physique, très tactique mais également très solidaire. Le fait de nous « tirer la bourre » ne nous a pas empêché de nous apprécier et de partager des moments intenses. Il y a trois ans déjà, les organisateurs nous mettaient le pied à l'étrier en recevant Fred et William sur la Transmarocaine. L'association Arverne Outdoor était créé quelques temps plus tard, fort des moments vécus qui scellent une amitié entre coureurs mais également avec les organisateurs. Un grand merci à Jeff, Gilles, Patrice et toute leur équipe pour leur philosophie de course qui nous a permis de vivre une fois de plus une aventure sportive mais aussi profondément humaine. Une aventure avec une âme ...

Dossier Spécial : Transmarocaine 2009


La plante aux mille vertus

La fin des allergies sans effet secondaire

Le gel d'Aloé Vera est un précieux complément alimentaire extraordinairement varié. Il aide à compenser les carences alimentaires et les surcharges. Il faut savoir que l’Aloé Véra est un légume. Elle fait partie de la famille des liliacées, comme l’ail et l’oignon. Elle est considérée, depuis des millénaires, comme « la plante des premiers soins ».

Pour de plus en plus de personnes, le nez qui coule, les yeux larmoyants, les bronches irritées et les démangeaisons de la peau sont autant de symptômes qui deviennent le lot quotidien. Dans notre pays plus de 4 millions de personnes souffrent d'allergies diverses.

Aloé Vera, la plante capable de tout

L'organisme se défend par une réaction excessive face à une agression imaginaire en identifiant comme néfastes des substances tout à fait inoffensives. Il se défend donc massivement en secrétant des histamines. Les muqueuses enflent afin d'empêcher l'envahisseur de pénétrer. Le processus est si efficace que la personne allergique a du mal à trouver son souffle. L'Aloé Vera par son action régulatrice sur le système immunitaire, agit ici par voie interne comme externe.

En un coup d'œil : les effets de l'Aloé Vera en usage interne : anti-inflammatoire, antiseptique, hémostatique, antalgique, apaisant, immunisant, antibiotique, antiallergique, antipyrétique, purifie le sang, tonifie les intestins, stabilise la vue, calme la toux.

Quelle en est la raison ?

L’ ALOEVERA, UNE PLANTE VERTUEUSE


Utilisation : Boire 50 ml de jus d’Aloé Vera de préférence au miel 2 à 3 fois par jour (pur ou dans du jus d'orange). Faire des applications locales avec un spray et un gel à l’aloès. L'Asthme vaincu naturellement L'asthme est une maladie apparentée, qui touche l'appareil respiratoire à deux niveaux : les poumons et le nez. En effet, l'air que nous respirons passe d'abord par le nez puis descend jusque dans les poumons. En s'opposant au libre écoulement de l'air le long de cet appareil respiratoire, l'asthme provoque alors des problèmes de respiration. Dans le cas de l'asthme, l'inflammation de la muqueuse des voies aériennes (du nez jusqu'aux poumons) peut entraîner une augmentation de la production de mucosités, entraînant l'obstruction. L'essoufflement et le sifflement re respiratoire sont dus au rétrécissement des bronchioles. La toux sèche, qui se déclare alors, est une tentative de dégagement des voies aériennes.

Utilisation : Boire 30 ml d'Aloé d'Alo Vera 2 à 3 fois par jour (pur ou dans du jus d'orange). La hantise de la cellulite, c'est fini ! Les femmes, contrairement aux hommes, souffrent de cellulite, ce qui se traduit par des dépôts disgracieux de graisse autour des cuisses, des fesses et des hanches. Ils ont la fonction naturelle de servir de dépôt d'énergie pendant la grossesse. Avec l'âge, l'élasticité des tissus et de la peau diminue, et l'effet ffet "peau d'orange" apparaît. Les régimes alimentaires n'apportent malheureusement pas de solution car, tenace, il n'est pas possible d'éliminer ainsi la cellulite.

L’ ALOEVERA, UNE PLANTE VERTUEUSE


L'excès de cholestérol, cela peut avoir des conséquences graves pour la santé... et pourtant, on ne ressent généralement pas grand chose. Dans la grande majorité des cas, l'hypercholestérolémie est totalement dénuée de symptôme jusqu'à l'apparition des complications : • • • •

plaques d'athérome (rétrécissement de l'artère visible à l'échographie), attaques cérébrales (ou accident vasculaire cérébral) attaques cardiaques (infarctus), artérite des membres inférieurs ...

Autant de troubles qui peuvent occasionner des douleurs ou d'importants handicaps voire mettre la vie en danger. Il y a deux formes de cholestérol : • •

le cholestérol HDL (lipoprotéine de haute densité) le cholestérol LDL (lipoprotéine de basse densité).

Lorsque le taux de cholestérol LDL est élevé, celui-ci s'accumule sur les parois des vaisseaux sanguins, formant éventuellement des dépôts graisseux qui empêchent le sang de circuler librement. Il peut en résulter une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral, d'où l'appellation "mauvais" cholestérol. Á l'inverse, le HDL cholestérol favorise le dégorgement des vaisseaux sanguins par le transport de l'excédent de cholestérol jusqu'au foie en vue d'être éliminé par l'organisme. C'est pourquoi on l'appelle communément le "bon" cholestérol. Utilisation : Boire 30 ml d'Aloe Vera 3 fois par jour.

La solution naturelle pour le diabète Se caractérisant par un excès permanent de sucre dans le sang, le diabète peut résulter de facteurs génétiques et environnementaux agissant de concert. Le nombre de malades augmentant, les experts parlent aujourd'hui d'épidémie. Utilisation : Boire 30 ml d'Aloé Vera 3 fois par jour. Faire des applications locales sur les plaies avec spray et le gel à l’Aloé.

L’ ALOEVERA, UNE PLANTE VERTUEUSE


Utilisation : Boire 50 ml d'Aloé Vera 3 fois par jour pendant une semaine puis 30 ml. Faire une cure de 3 mois minimum.

Le terme de rhumatisme est utilisé pour définir, de manière assez large, diverses affections osseuses, articulaires ou péri-articulaires (autour de l'articulation), d'origine inflammatoire ou mécanique. Il en existe deux grandes catégories :

En un coup d'oeil : les effets de l'Aloé Vera en usage externe : Hydratant, apaisant, vulnéraire (favorise la guérison des blessures), antibiotique, antiinflammatoire, antiseptique, hémostatique, antalgique, antiallergique, calme les démangeaisons (ex : piqûres d’insectes ou maladies de la peau comme le psoriasis), favorise la cicatrisation, régénère les tissus (ex : dans le cas de la cellulite). Les substances actives de l’Aloé Vera guérissent les blessures 3 ou 4 fois plus vite que tout autre remède connu dans le monde.

• •

les rhumatismes inflammatoires, qui peuvent toucher les sujets jeunes, les rhumatismes dégénératifs, dus à l'arthrose, qui apparaissent après la cinquantaine.

Qu'est-ce que l'arthrose ? L'articulation est une jointure osseuse permettant le mouvement de deux os l'un par rapport à l'autre. La surface de contact est recouverte de cartilage pour limiter le frottement. L'arthrose résulte de la dégénérescence du cartilage articulaire, due au vieillissement, à des chocs ou à des mouvements anormaux. L'altération du cartilage provoque des douleurs lors des mouvements, puis l'usure des extrémités osseuses aboutit progressivement à un enraidissement de l'articulation. Il existe une inflammation lors des poussées douloureuses, mais cette inflammation est une conséquence et non une cause de l'arthrose. Le diagnostic d'arthrose est porté lorsque trois caractéristiques sont réunies : 1. La douleur est évocatrice : modérée le matin, rarement nocturne, aggravée avec une impression de "dérouillage" matinal, présente même au repos. 2. La radiographie montre des signes d'usure du cartilage. 3. La prise de sang ne montre pas de signe d'inflammation. Les principales formes d'arthrose L'arthrose atteint le plus souvent la hanche, le genou, la main, la colonne vertébrale, mais peut toucher d'autres articulations. L'arthrose de la hanche, ou coxarthrose, est très fréquente; elle est souvent due à une anomalie anatomique telle qu'un col du fémur de forme inadaptée. A la douleur initiale succèdent une boiterie et une limitation des mouvements.

L’ ALOEVERA, UNE PLANTE VERTUEUSE


Par ailleurs, l’Aloes renferme de nombreuses substances indispensables à l’organisme, et tout particulièrement aux sportifs, à savoir :

Le corps est au sportif ce qu’est la F1 au pilote de course, il est donc important de lui apporter une attention particulière pour limiter au maximum les risques de défaillances, et pallier au mieux et le plus rapidement possible aux éventuelles blessures. C’est pour cette raison que de nombreux entraineurs et médecins de grandes équipes sportives ont recours systématiquement à l’Aloé Vera. Voici une liste noire des blessures du sport : Les cloques, les brûlures et les brûlures dues aux frottements Les écorchures, les coupures, les lacérations, les contusions et les lésions Les étirements musculaires Les entorses et les foulures Les hyper extensions du coude et du genou Le syndrome douloureux latéral du coude (tennis elbow) et le syndrome du canal carpien Les entorses musculaires Les douleurs et blessures au bas du dos Les étirements du tendon achilien et les tendinites Les mycoses et les eczémas Les hématomes et les ecchymoses Les crampes Les maux de tête, les commotions cérébrales et la vision floue. Les douleurs d’estomac et de digestion Autant de blessures qui peuvent être soignées avec l’Aloé Vera de façon très efficace et naturelle. « L’Aloé Vera, c’est toute une pharmacie dans une seule plante » (Dr Windel Winters).

- 20 des 22 acides aminés nécessaires, dont 7 des 8 acides aminés essentiels que le corps ne peut produire lui-même - des enzymes - des sels minéraux qui sont des éléments vitaux : Calcium (pour les muscles et les nerfs), Potassium (pour l’équilibre hydrique), Magnésium (pour l’équilibre nerveux), Fer (pour la formation des cellules sanguines), Zinc (pour la protection contre les radicaux libres), Manganèse (pour désintoxiquer l’organisme et renforcer les défenses immunitaires). -Vitamines (toutes présentes dans l’Aloes : A, B1, B2, Pro B5, B6, C, E, béta-carotène - Substances végétales secondaires : Tanins (antioxydants naturels) et Acide salicylique (« aspirine naturelle »). De toute évidence l’Aloé Vera, bien qu’utilisée principalement dans les grandes équipes professionnelles, est un atout indiscutable pour les sportifs, aussi bien en entretien/prévention, qu’en remède à la majorité de ses blessures ou inconforts. Il existe 300 variétés d’Aloé différentes, et c’est l’Aloé Vera Barbadensis Miller qui offre le maximum de vertus pour l’homme. Elle contient 200 substances aux vertus pharmaceutiques, scientifiquement prouvées. Il y a deux critères importants à contrôler pour garantir une qualité et des résultats optimums : -Les labels de qualité. Choisissez de préférence des laboratoires de contrôle indépendants qui contrôlent tout au long de l’année, une multitude de caractéristiques, de la production à la culture, notamment la teneur du gel Aloé Vera en acemannan. (Institut FRESENUS, IASC notamment). -Le pourcentage : en usage externe, au minimum 35% de gel Aloé Vera pur, et en usage interne minimum 85%. Pour les produits à usage externe, vérifier bien entendu qu’ils aient été soumis à des tests dermatologiques. Tous ces éléments doivent être clairement indiqués sur l’emballage.

L’ ALOEVERA, UNE PLANTE VERTUEUSE


La caféine ralentit la croissance du foetus. La consommation de caféine pendant la grossesse contribue à faire diminuer le poids des bébés à la naissance, selon une étude publiée dans le British Medical Journal. Cette recherche a été menée auprès de 2645 femmes enceintes ayant une grossesse normale. Le risque de voir la croissance du foetus ralentir apparaît à partir d'une consommation quotidienne de 100 milligrammes de caféine, soit l'équivalent d'un expresso. La caféine est également présente dans le thé, les sodas, le chocolat et certains médicaments. Les auteurs de l'étude recommandent de diminuer sa consommation de caféine avant et pendant la grossesse.

3300 défibrillateurs cardiaques accessibles dans les lieux publics En France, plus de 3300 défibrillateurs automatiques externes (DAE) sont installés dans les lieux publics. Ces appareils sont disponibles dans les endroits très fréquentés comme les gares, les centres sportifs ou les salles de spectacles. Ils permettent de rétablir rapidement un rythme cardiaque normal chez les personnes victimes d'un arrêt cardiorespiratoire. La connaissance des gestes de premier secours couplée à l'utilisation des défibrillateurs permettrait de sauver 5000 personnes chaque année.

L'espérance de vie sans ennui de santé atteint 68 ans en Europe, selon une étude de l'observatoire européen des espérances de santé. Cet age détermine le moment où les personnes commencent à éprouver des difficultés à réaliser certaines activités quotidiennes, comme se déplacer, cuisiner ou se laver. La plus faible moyenne pour les hommes est enregistrée en Estonie, avec 59 ans. Au Danemark, cette moyenne s'élève à 73 ans. La France se situe dans la moyenne européenne, avec 68 ans pour les hommes et 69 ans et 8 mois pour les femmes.

INFOS PRATIQUES


L'alimentation discount attire 15 millions de ménages par an. Cet attrait grandissant s'explique par l'augmentation du prix des produits alimentaires dans les enseignes traditionnelles. Mais la nourriture à bas prix est souvent trop grasse, trop sucrée, trop salée. Des solutions existent pour bien manger sans se ruiner. Une pizza margherita avec plus de sauce que de tomates, des biscuits « diététiques » trop sucrés, un sandwich jambon beurre saturé de gras et e pauvre en viande. La majorité des produits vendus en grandes surfaces seraient trop gras, trop sucrés et trop salés. C'est particulièrement vrai pour les « premiers prix » des hypermarchés « mauvais pour la santé », avertit le nutritionniste jean Michel Cohen, auteur de Savoir manger, le guide des aliments 2008-2009. Ce constat est d'autant plus inquiétant que les grandes surfaces « discount » reçoivent 15 millions de ménages par an. La proportion de l'alimentation dans les budgets familiaux ne cesse de diminuer 15 % en 2007, contre 30 % dans les années 60. « Il ne faut pas rêver : la qualité a un cout » affirme le Dr Cohen. Pire des grandes marques elles mêmes soucieuses de proposer des prix compétitifs, ont régressé dans ce domaine. « Quelles que soit la marque , manger trop de produits industriel n'est pas bon pour la santé, car les fabricants rognent sur les matière premières pour baisser leur prix » explique ce médecin.

INFOS PRATIQUES


Il n'est pas difficile de bien choisir sa viande ou son poisson sur un étal ni de sélectionner les plus beaux fruits chez un maraîcher. Mais quand le produit est vendu sous emballage , « décrypter les étiquettes alimentaires est le seul moyen vraiment fiable de savoir ce que l'on mange », conseille le Dr Cohen; Le nutritionniste recommande de porter une attention particulière au taux calorique, exprimé en kilocalories (kcal). Les besoins d'un adulte tournent autour de 2000 kcal par jour pour une femme et 2400kcal pour un homme. De même, il faut surveiller les matières grasses, notamment les graisses hydrogénées. Quand un produit en contient plus de 5% , c'est trop ! Cette information commence à figurer sur les étiquettes. Enfin, un plat contenant plus de lipides que de protéines est forcement plus gras. « Il faut apprendre à lire entre les lignes », explique Jean Michel Cohen. La mention « huile végétale » est un terme qui peut désigner des graisses riches en acides gras saturés, mauvaises pour la santé cardio-vasculaire. « Si le fabricant utilise une bonne huile dans ce produit, il l'indique noir sur blanc, car cela lui confère une valeur ajoutée »., confie un professionnel de l'industrie agroalimentaire. Attention aux jus de fruits sans fruits (de l'eau sucrée aromatisée), aux céréales trop grasses, au pain de mie à plus de 300 kcal pour 100g... Vérifier les ingrédients permet d'éviter ces pièges. Enfin, les allégations nutritionnelles sont parfois trompeuses : des yaourts « allégées en sucre » peuvent être plus riches en matières grasses. En théorie, les règles d'une alimentation saine sont simples : cinq fruits et légumes, trois produits laitiers et un à deux apports en protéines par jour. Le pain, le riz et les pâtes sont à consommer avec modération, au profit des pommes de terre, des légumes secs et des céréales complètes. Et bien sûr, un carré de chocolat ou une pizza de temps à autre ne font pas de mal. En pratique, faute de temps et de budget, suivre ces préceptes n'est pas toujours évident. Pas de panique !

« Il reste possible de manger saine et pas cher », rassure le Dr Cohen. Pour y parvenir, préférez le marché au supermarché. Le développement de la filière biologique a fait refleurir ce type de commerce. On peut y trouver des produits frais, bio ou pas, à prix raisonnable. Allez sur le site internet de votre mairie pour en trouver les horaires et la localisation. Passez devant les stands juste avant la fermeture : certains produits sont bradés.

Les machines à pain déconseillées Autre conseil : Achetez votre pain chez le boulanger. « S'il porte le label « fabriqué à l'ancienne » il est exempt de produits d'additifs chimiques », précise le nutritionniste. En revanche, il déconseille l'usage des machines à pain. « Elles font un pain trop dense et on se retrouve avec autant de calories dans une seule tranche que dans une baguette entière ! »explique-t-il. Les légumes surgelés sont moins chers que les produits frais tout en gardant la même qualité nutritionnelle. En revanche, les plats cuisinés, surgelés sont souvent aussi néfastes pour la santé que les plats tout préparés vendus dans les rayons frais. La volaille est moins chère, moins grasse et aussi riche en fer que la viande rouge. On peut aussi combiner une légumineuse (lentilles, pois chiches, haricots secs...) et un féculent (riz, pâtes, semoule..). Essayez par exemple l'association riz-fèves : moins couteuse que la viande ou le poisson, elle apporte des protéines végétales d'aussi bonne qualité nutritionnelle.

INFOS PRATIQUES


Préparation : 10 min Cuisson : 10 min Ingrédients (2 personnes ): - 300 g d'asperges vertes - 8 noix de Saint Jacques avec le corail - sel, poivre - 15 g de beurre - 1échalotte - 2 tranches d'orange non traitée de préférence

1. Nettoyer et couper la base des asperges. 2. Les cuire dans de l'eau bouillante salée à découvert durant 5 minutes environ (selon la grosseur des asperges). 3. Les égoutter sur un linge. 4. Peler et émincer très finement l'échalote. 5. Couper les tranches d'orange en deux. 6. Couper le beurre en petit morceaux. 7. Préchauffer le four thermostat 7 (200°C). 8. Sur 2 grands carrés de papier sulfurisé, déposer des asperges, 4 noix de Saint Jacques. 9. Parsemer d'échalote émincée, saler et poivrer. 10. Ajouter les tranches d'orange et les petits morceaux de beurre. 11. Fermer les papillotes. 12. Enfourner durant 4 à 5 minutes. Conseil : déguster dès sa sortie du four.

Préparation : 15 minutes Cuisson : néant Ingrédients (pour 6 personnes) : - 200g de mascarpone -3 œufs - 100g de sucre roux - 300g de fraises - 4 kiwis

1. Mélanger les jaunes d'œufs et le sucre roux jusqu'à obtenir le blanchissement de celui-ci. 2. Ajouter le mascarpone. 3. Monter les blancs en neige. 4. Incorporer les au mélange. 5. Couper les fraises et les kiwis en morceaux. 6. Dans un verre transparent : mettre une couche de tiramisu puis une couche de fruits en alternance. 7. Entreposer au frigo en attendant de servir Conseil : n'hésitez pas changer les variantes en utilisant le tiramisu comme base de départ au dessert.

RECETTES DU MOIS


Les deux marathons olympiques qui ont eu lieu en Août 2008 lors des jeux de Pékin étaient littéralement des courses pour la démonstration de tout âge. Samuel Wanjiru, 21 ans du Kenya, a cassé plus qu'un disque olympique avec sa victoire en 2h06min, annonçant l'arrivée de jeune athlètes sur cette discipline réservée encore sous peu à des coureurs d'élites approchant la trentaine. Une idée reçue qui s'est vue être remise en question à partir de ce jour. Dans cette même course nous avons pu aussi constater la victoire chez les femmes d’une mère de 38 ans avec 10 marathons sous sa ceinture, la roumaine Constantina Tomescu-Dita. Nous avons pu ainsi observer que la tendance d’émergence des moins de 25ans se lancer dans la bataille du peloton avec les deux américains -Dathan Ritzenhein et Ryan Hall – qui terminent respectivement 10ème et 9ème. Chez les femmes encore plus surprenant, de nombreux entraineurs auraient parlé de « se griller » terme employé dans le milieu avec la présence à la 12ème place d’une Nord Coréenne de 19ans. En contre partie, en terme de meneur d’allure, les avant postes étaient bien réservés aux trentenaires - Kastor Magdalena et Lewy Boulet – Sans oublier les deux incontournables de la discipline les deux détenteurs du record du monde Paula Radcliffe (34ans) et Haile Gebrselassie (35ans) n'ont montré aucun signe du ralentissement.

AGE INFLUENCE SUR LA PERFORMANCE


Les résultats impressionnants du jeune Wanjiru et des coureurs plus âgés comme Tomescu-Dita pourraient envisager de nombreuses hypothèses dont l’une des plus étudiés ces dernières années, l’âge joue-t-il sur la capacité des athlètes a allé vite sur de longues distances ? Est-ce tout simplement des exceptions à la règle, ou les marathoniens du niveau mondial ne rentrent pas dans les courbes établies dans des études sur des sujets standards ? Si oui, comment justifier cette différence entre chaque individu a battre son record à 35ans ? Y a-t-il un âge idéal pour établir son record personnel sur marathon ? Nous avons posé ces questions pour appui cet article à des physiologistes, des statisticiens, des entraîneurs et des athlètes parmi l’élite. Leurs réponses établissent un tableau qui démontre une corrélation entre le talent et l’âge. D'abord, mauvaises nouvelles. Que vous soyez un champion olympique ou un coureur de milieu de peloton, votre capacité aérobie réduit avec l'âge. Votre volume systolique du cœur ou votre capacité d'en extraire l'oxygène du sang, change avec l’âge, nous raconte la scientifique Sandra Hunter « c'est un déclin inéluctable et personne ne peut changer cela. Il descend juste. » Tandis que la formule classique pour calculer la fréquence cardiaque maximale (220 moins votre âge) est juste une évaluation grossière, « la réalité est autre, votre Fréquence cardiaque maximale diminue environ d'un battement par année. » Personne ne sait l'expliquer vraiment, mais cette baisse dans la capacité aérobie explique pourquoi un coureur de 50 ans ne puissent pas concurrencer un de 20 ans. « Vous ne pouvez pas atteindre la même FCM, ainsi vous obtenez un rendement inférieur de l’afflux sanguin transmis du cœur aux muscles. » dit elle. Le vieillissement mène également au déclin de neurones que sont constitués les muscles. « Si les neurones se rétrécissent et meurent, les fibres musculaires en font de même » dit-elle. « Une cellule meurt, une autre né, la régénération avec l’âge se ralentit. L’entrainement peut ralentir ce processus, mais il ne compensera pas entre la perte et le gain ; » L'atrophie apparait de plus belle vers 60ans, et frappe des fibres musculaires dite « rapides ». C'est pourquoi vous irez moins vite avant d’allé moins loin.

AGE ET INFLUENCE SUR LA PERFORMANCE

Habituellement, le changement relatif à l'âge que la notification de coureurs est d'abord une baisse dans leur capacité à récupérer de l’entrainement. Le glycogène emmagasiné dans les muscles, ainsi quand vous perdez la masse musculaire avec l'âge, vous perdait également certaines de vos réservations de glycogène. Et ceci signifie que cela prend plus longtemps pour compléter le niveau de ces magasins après un effort dur. Le durcissement relatif à l'âge des coupes d'artères également sangcoulent dans vos tissus, qu’en moyenne il prend plus longtemps pour que les fibres musculaires soumises à une contrainte reçoivent les matériaux nécessaires à leur reconstruction. En outre, avec l'âge vos cellules et leurs composants générateurs de puissance (appelés les mitochondries) commencent à accumuler des dommages oxydants comme sous-produit de métabolisme normal, et comme résultat ils actionnent moins efficacement. Ajoutant l'insulte aux dommages, les niveaux de la testostérone et les hormones de croissance qui facilitent le rétablissement également échouent avec l'âge.


Ces changements physiologiques changent inévitablement la réalisation d’un marathon. Bien que les individus vieillissent différemment, les études indiquent qu'au delà de 35ans, notre résistance à l’effort diminue d'environ 5 à 15 pour cent par tranche de 10 ans, indiquent Dieter Leyk, un chercheur à l'institut pour la physiologie et l'anatomie à Cologne, Allemagne. Leyk a récemment examiné les changements relatifs à l'âge lors de la réalisation d’un marathon parmi 300 757 coureurs, il a constaté parmi 10 marathons, que le temps d’arrivée évolue environ 10.5 pour cent par tranche d’âge de 10ans pour les hommes et 14.8 pour cent parmi les femmes. Mais cette étude a ainsi rapporté des nouvelles d'une manière encourageante pour des coureurs du peloton. Pour les non-élites observés, le déclin était un peu inférieur et a une tendance plus tardive. « Pour ces coureurs, les pertes relatives à l'âge ainsi que la perte de résistance aérobie ne se sont pas produites avant l'âge de 50. Les résultats de marathonien amateurs étaient presque identiques pour les groupes d'âge de 20 à 49 ans ». Donc aucune raison que vous perdiez votre niveau dans cette tranche d’âge si vous continuez un entrainement constant et régulier. En fait, une étude 2004 dans le journal britannique de la médecine du sport a constaté qu'entre 1983 et 1999, les temps arrivée du marathon de New York City pour les coureurs de plus de 50 ans et plus vieux se sont améliorés plus rapidement que ceux de tranches d’âge plus jeunes. Dans la même ligne, une étude de 2008 Autrichienne n'a trouvé aucune différence significative entre les temps d’arrivée de l'âge principal de cinq coureurs 35 à 49 dans les championnats du monde de course en montagne. Les auteurs disent que les résultats suggèrent que la Vo2 max puisse être tenu à un niveau élevé jusqu'à l'âge de 49 ans.

« Sur, il y a un déclin inévitable avec le vieillissement, mais les gens font outre cette barrière », dit Mark Tarnopolsky, le directeur d'une clinique neuromusculaire et neurotabolique. Mark Tarnopolsky a gagné de nombreuses courses lorsqu’il était jeune et maintenant, rien à changé ou presque. La différence ? Il est plus futé dans la manière de gérer son entrainement, il a plus confiance en lui, et peut mieux tolérer la douleur qu’à ses vingt ans.

AGE INFLUENCE SUR LA PERFORMANCE


Mark Tarnopolsky indique également que son expérience arrive parfois à compenser avec son manque de vitesse pure lors d’une course par rapport aux jeunes générations. Pour lui, si les meilleurs coureurs du monde ont la trentaine passée c’est parc qu’ils on réussi à transformer leur manque de vitesse par mettre en avant leur expérience car ils connaissent leurs corps et leurs limites. Ils atteignent leurs pic de forme en tant voulu et font la différence.... La plupart des études liées au vieillissement n'ont pas factorisé le rôle de l'activité physique, dit le physiologiste Scott Trappe. « Si vous regardez le système cardio-vasculaire, les gens perdent environ un pour cent par an, ». Nous avions l'habitude de penser que le déclin commence à environ 25 ans, mais nous commençons à voir que les gens peuvent maintenir leur capacité aérobie plus longtemps s'ils continuent à s'exercer. J'ai 42 ans, et mon Vo2 maximum est identique à celui que j’avais à l’université ». « Il n'est jamais trop tardif pour commencer, » dit tarnopolsky. « Nous avons mis des personnes de 65 ans et plus vieux sur des programmeurs d'exercice, et il est incroyable de remarquer les gains qu'ils peuvent obtenir ». Les Non-élites qui sont venues au sport tard sont particulièrement pour accrocher sur leur exécution, ou même s'améliorent avec l'âge. « Si vous ne vous êtes sérieusement jamais exercé jusqu'à l'âge de 35 ns, il est tout à fait possible de maintenir s'améliorer après vos 40 ans » dit l'entraîneur et le physiologiste Jason Karp, les coureurs d'exercice qui décident de devenir sérieux au sujet du marathon à l'âge de 40 peuvent facilement continuer de progresser en compétition pendant des années parce qu'elles ont un potentiel d’amélioration, incroyable » ditil. Car vous vieillissez, les facteurs comme le régime, le poids corporel, les contraintes de temps et l'effort sont des paramètres comme éviter les blessures, que nous pouvons contrôler.., Karp indique. Il précise une réalité plus ou moins logique, celui qui a été fort en étant jeune et qui a continué a s’entrainer conservera plus longtemps son niveau élevé que celui qui a commencé tard.»

AGE INFLUENCE SUR LA PERFORMANCE

Une fois que vous avez établi une base aérobie, vous pouvez passer sur peu de kilomètres. « Vous avez établi la base, ainsi vous essayez de maintenir et être vraiment efficace », dit Brad Hudson. « Commencer à laisser tomber les kilomètres qui vous ont aidé quand vous étiez plus jeune ». Viser pour les mêmes types des sessions d'intervalle et de courses de tempo que vous avez faites à un âge plus jeune, dites Jonathan Dugas, un physiologiste sud-africain, bien que vous pourriez devoir faire peu d'intervalles en session ou rallonger simplement le temps de repos entre les efforts. RETABLIR L EMPHASIE L'âge apporte un déclin en testostérone et l'hormone de croissance, qui facilite votre temps de rétablissement indique Dugas. Le résultat final : Vous devez se reposer davantage. « Maintenant que je suis plus âgé, j'ai besoin de plus d'heure de récupérer de ma formation, » dit Constantina Tomescu-Dita ; qui a gagné l'or olympique dans Pékin à l'âge de 38. Elle emploie également des massages et des bains de jacuzzi pour l'aider à rebondir des stages de formation durs. ADJUST FOR STRESS Si c'est un enfant malade, voyage ou une date-limite méchante, l'effort entrave votre rétablissement, ainsi se donner plus de repos peu être bénéfique pour le prochain stage de formation, Tomescu-Dita sait que le déplacement prend un péage, ainsi elle établit le repos supplémentaire dans son programme quand elle voyage à une course.


Si vous êtes blessé, en vacances ou vous vous sentez d’une humeur paresseuse et perdante, quelque chose vous fait craindre la reprise et ses difficultés, voila bien un article pour vous. Quand Lance Armstrong a annoncé qu'il reviendrait dans le monde professionnel avec l’envie de prendre le départ de la plus grande et renommée course du monde, le Tour de France, tout le petit monde du cyclisme ainsi que les médias se sont intéressés à ce come back. Chacun avec sa petite anecdote, parfois devin et annonçant un retour en arrière sur le ménage des dopés que la discipline se veut être. Y a-t-il une chance qu’il remporte une huitième fois la Grande boucle ? Nous savons que revenir d’un long arrêt au haut niveau même si cela se chiffre en quelques années et qu’il a été et restera un grand champion, nous ne pouvons pas nous avancer sur ce point. Seul son état de forme le jour venu pourra nous le dire.

Armstrong n'a pas été sans rien faire pendant ces trois dernières années, deux ou trois marathons et, plus récemment, quelques courses de montagne avant de s’aligner au départ de classique avec sa nouvelle équipe « Astana » et même s’il a chuté dernièrement et blessé pour un peu plus d’un mois la question se pose, le « detraining » comme disent les anglais aura-t-il raison de cette envie de revenir a son meilleur niveau ? « Detraining » est le terme qui revient de nombreuses fois quand on parle de la perte de forme physique qui se produit au cours d'une période de d’inactivité ou de méforme. Si vous êtes blessé ou faisant simplement une pause de l'équitation, quoi qu’il arrive vous perdez petit à petit votre niveau, que cela soit sur la forme, la vitesse, l’endurance... Dans une certaine mesure il n'est pas aussi mauvais que l’on peut le croire de faire une pause, car la perception commune est des pertes de forme physique peuvent être presque immédiates et prendre des mois d’entrainement durs pour retrouver son niveau, la vérité et les secret de l’entrainement sont plus complexes que l’on peut croire.

REVENIR DE BLESSURE


L'inactivité peut avoir comme conséquence des effets « Detraining » significatifs dans de nombreux secteurs. Mais savoir quoi faire au cours d'une période inactive et préparer votre retour peut nettement réduire ces pertes. D'abord, vous devez comprendre exactement ce qui arrive à votre corps quand vous cessez de monter sur un vélo ou d’aller courir ...

La perception commune est que les pertes de forme physique peuvent être presque immédiates et prendre des mois d'entrainement pour revenir en arrière mais la vérité est plus complexe.

Clairement la sévérité de l'effet « detraining » dépend de la durée d’arrêt ou ralentissement de l’effort. Deux ou trois jours devraient avoir un impact très petit et peut même avoir comme conséquence de légères améliorations pendant grâce à la récupération de votre corps suite à vos entrainements. Cependant, de nombreuses études ont prouvé qu'une fois que vous allez au delà de quelques jours, les avantages du repos sont inférieurs au gain de forme physique et de progression. Le système cardio-vasculaire, est le plus crucial pour des athlètes spécialisés dans l’endurance, et c’est le premier à être affecté. La raison principale à ceci est que le volume de sang est réduit. Du fait, votre fréquence cardiaque augmentera pendant n'importe quel exercice que vous pouvez contrôler, mais ne pourra pas compenser cette perte. Ceci signifie que votre débit cardiaque global descend et que votre capacité maximale de l'oxygène (Vo 2 maximum) la mesure la plus importante montre que la forme physique de résistance, diminue également. Des nombreuses études qui ont été faites laisse apparaitre que « la Vo 2 maximum d’athlètes bien entraînés diminue linéairement environ de 4% dès la première semaine et d’environ 20% après huit semaines » indique Inigo Mujika, qui a écrit plusieurs papiers sur le non entrainement et a travaillé avec le champion Miguel Indurain vainqueur cinq fois du Tour de France, notamment. « Après le niveau se stabilise au plus bas, mais qui reste généralement encore plus élevé que pour des individus sédentaires ».

REVENIR DE BLESSURE

Le glycogène est la clef ici, car c'est la source primaire de carburant pour l'exercice. Par la cessation de l’entrainement, vous attaquez votre métabolisme de deux côtés. Premièrement, le corps entre en moins en vigueur à convertir le glucose en glycogène ; en effet, une étude à l'université d'Odense, Danemark, montré la concentration en glycogène de muscle diminuant de 20% après juste quatre semaines d'inactivité chez des triathlètes confirmés.


Deuxièmement, l’exercice enseigne au corps à épargner le glycogène en brûlant rapidement les graisses à la place, mais la cessation renverse cette signification de processus qu'un plus grand pourcentage de glycogène est employé à chaque étape pendant l'exercice, ainsi vous vous épuisez plus rapidement. « La concentration en glycogène dans les muscles dit utiles à l’activité diminue très rapidement, retournant aux valeurs d’un sédentaire après quelques semaines » dit Mujika. Il y a quelques bonnes nouvelles cependant. La régression musculaire prend un peu plus de temps. Capilliarisation - Un processus par lequel des capillaires eux-mêmes enroulés autour des muscles sont la pour fournir un plus meilleur transport de l'oxygène et par conséquent une plus grande efficacité d'exercice a été démontré dans certaines études (cependant d'autres ont enregistré un petit déclin). En outre, le rendement des fibres musculaires demeure sans changement pour les premières semaines après arrêt. La perte concrète de fibres apparait au delà de huit semaines et on connait l’importance de celles ci pour des athlètes d’endurance. En outre, les études ont prouvé que des gains de force sont en grande partie maintenus pendant environ quatre semaines sans entrainements. De façon générale, la performance souffre assurément d’un manque d’exercice, rapidement. Les études regardant des essais de temps-à-épuisement ont enregistré un déclin global de la performance de 9.2% après deux semaines d'inactivité, atteignant 21% et 23% après quatre et cinq semaines au loin respectivement. Ainsi si vous sentez dérivé dans un manque qui vous pousse à reprendre parfois trop tôt ou parfois d’une manière trop rapide. « les athlètes d’endurance confirmés devraient éviter doivent éviter de prendre un repos total trop long », explique Dr. Cyrille Petibois de l'université du Bordeaux, qui a étudié l'effet du non entrainement sur des coureurs. « C'est parce que les changements des adaptations métaboliques à la formation peuvent devenir rapidement chroniques après un tel retard ».

L'âge, le sexe ou la forme physique antérieure font-ils une différence ? Il est clair de la recherche que, contrairement aux espérances, les athlètes chevronnés perdent réellement la forme physique plus rapidement que ceux qui ont commencé tout récemment des programmes d’entraînement. Les études prouvent que la diminution Vo2 maximum des individus bien entraînés est plus ou moins évolutive de deux à quatre semaines d’arrêt 4%-14% respectivement, tandis que pour les individus amateurs, elle est seulement 3-6%. Toutefois lors d’une longue coupure, les athlètes bien entraînés maintiennent toujours les niveaux physiologiques bien au-dessus des individus sédentaires tandis que des gains remarquables de forme physique alors qu’un amateur commençant et s’arrêtant dans l’immédiat perd ses acquis. « Par la suite le niveau se stabilise au plus bas, mais qui reste généralement encore plus élevé que pour des individus sédentaires ».

REVENIR DE BLESSURE


Clairement, si vous souhaitez prendre des vacances ou faire une pause de quelques semaines, faites moins de kilomètrage est très bien à condition que vous fassiez des séances courtes à haute intensité pour compenser. Vous n'obtiendrez une amélioration soudaine, mais vous ne devriez pas perdre trop et cela pourrait aussi être intéressant coté mental. Crucialement cependant, selon Mujika, bien qu'il soit très bien de diminuer le volume, vous devriez faire attention pour ne pas diminuer la fréquence d’entrainement dans le cas ou vous souhaitez faire une pause de 20-30%. Si vous ne pouvez pas faire de vélo ou courir ?

Intéressant cependant, la corrélation entre les différences faites entre les amateurs et les confirmés. Une étude à l'université d'Akdeniz en Turquie a trouvé un rapport positif entre l'âge et le déclin suite a un « detraining », mais elle a seulement pris en compte les hommes au-dessus de 60ans, et les chercheurs à l'Université du Maryland ont constaté qu'il n'y avait aucune différence significative dans l'effet detraining des jeunes hommes (de 20-30ans), des jeunes femmes, ou des vieils hommes (de 65-75ans). Seulement les femmes plus âgées ont enregistré des pertes sensiblement plus mauvaises de forme physique. Avec de l’intensité venez à bout de votre retard de préparation !! Votre arme la plus utile dans la bataille contre le non-entrainement peut se résumer en un mot : INTENSITE. Toutes les études qui ont examiné cet effet, ont constaté que les pertes de forme physique peuvent être réduites si vous conservez une certaine activité. L’intensité que vous mettez dans votre entrainement est le facteur clé en maintenant une activité physiologique et les adaptations d’entrainement au cours d’une pause ou d’un arrêt, car le volume peut être réduit de près environ 6090% sans avoir un effet conséquent, » indique Mujika.

REVENIR DE BLESSURE

Il devient alors plus rusé de trouver une activité moins traumatisante pour vos muscles et articulations. Présumant que vous n’êtes pas apte, le meilleur pari doit se tourner vers la natation. Plusieurs études ont montré qu’intégrer la natation dans son plan de « revenir en forme » peut être bénéfique si vous arrivez à retrouver une équivalence d’intensité dans l’eau. Parfois, « couper » comme disent les athlètes, permet de découvrir de nouvelles façons de s’entrainer, car lorsque vous êtes dans un cycle traditionnel d’entrainement, l’empirisme demeure car nous pensons que ce qui marche une fois, peut se répéter sans prendre en compte au mieux l’adaptation du corps et de la progression. Coté mental, bousculez vos habitudes car c’est le bon moment, et revenez prêt dans votre tête et physiquement à une activité régulière ou compétitive.


Que se passe-t-il lorsque tu te fractures un os ? Le fait de se casser un os s’appelle une fracture. Une fracture peut être ouverte (si l’os cassé apparaît par une lésion de la peau) ou fermée (lorsque la peau ne s’est pas ouverte). Si l’on pense que tu es victime d’une fracture, on fera une radio aux rayons X donnant un cliché de l’os sous la peau. L’os peut alors avoir besoin de broches pour le reconstruire ou d’une gouttière de plastique pour le garder en place jusqu’à ce que la fracture soit réparée. Combien d’os y a-t-il dans ton corps ? La plupart des adultes possèdent 206 os, mais quelques fois certaines personnes ont une paire supplémentaire de côtes, ce qui fait 208 os. Tes mains et tes pieds totalisent 110 os, plus de la moitié de tous les os de ton squelette. Les bébés naissent avec plus de 300 os, mais ils se calcifient entre eux en grandissant. De quoi sont faits les os ? Les os sont constitués de protéines et de minéraux apportés par la nourriture. Il existe deux types d’os. La couche dure supérieure de l’os, dite os compact, est composée de petits tubes appelés ostéons. A l’intérieur de l’os compact se trouve un os moins dur appelé os spongieux. Les os spongieux contiennent la moelle osseuse qui fabrique les cellules et stocke les graisses. Quels sont les plus petits et les plus grands os du corps ? Le plus petit os du corps est l’étrier, osselet de l’oreille, qui ne mesure que 2,5 mm de long. Le plus grand est le fémur qui mesure un quart de la taille de chaque personne. Le fémur est également l’os le plus lourd et le plus solide de ton corps.

1. Le fémur est ce long os qui relie le genou au pubis. 2. L’étrier est un tout petit os en forme d’étrier d’équitation. Il est situé dans l’oreille interne.

IMPORTANT L’os est cinq fois plus solide qu’une barre d’acier du même poids.

RUBRIQUE POUR LES JEUNES


Comment les os bougent-ils ? Les os peuvent bouger car ils ont des jointures (là où deux os se rejoignent) et des muscles qui y sont attachés. Les jointures qui bougent beaucoup, par exemple celles du genou, s’appellent des jointures synoviales. Les extrémités des os sont recouvertes de cartilages qui sont souple et les jointures sécrètent un fluide appelé fluide synovial. Ensemble, ils permettent aux os de bouger sans frotter les uns contre les autres. Les muscles se contractent, ou deviennent plus courts, et leur action entraîne le mouvement de l’os. Combien avons-nous de paires de côtes ? La plupart des êtres humains possèdent douze paires de côtes. Les côtes sont de longs os recourbés, attachés à la colonne vertébrale dans le dos. Devant, certaines côtes sont reliées au sternum par un cartilage. Les sept paires de côtes supérieures sont dites vraies côtes car elles sont attachées au sternum. Les trois suivantes sont rattachées à la dernière paire de vraies côtes par un cartilage. On les nomme fausses côtes. Les deux dernières paires de côtes sont appelées côtes flottantes car elles ne font pas tout le tour de notre poitrine.

Combien y a-t-il de types de muscles ? Il existe trois types de muscles dans le corps. Les muscles squelettiques servent à faire bouger toutes les parties du corps. Les muscles viscéraux se trouvent dans les organes internes, tels que l’estomac, les poumons et les intestins, et aussi dans les gros vaisseaux sanguins. On les appelle également muscles lisses et on ne peut pas contrôler leurs mouvements. Les parois du cœur sont constituées d’un muscle particulier appelé muscle cardiaque qui se contracte tout au long de la vie. Il y a plus de 100 muscles dans le visage et la tête. Nous utilisons environ 20 muscles pour sourire, mais plus de 40 pour froncer les sourcils. Cela voudrait-il dire que nous sommes d’un naturel heureux ? Combien as-tu de muscles dans ton corps ? La plupart des muscles du corps sont des muscles squelettiques, dit striés. Ce sont ceux que l’on utilise pour bouger. Il y a plus de 640 muscles striés qui nous aident à tout faire, depuis marcher, jusqu’à cligner des yeux. Le muscle cardiaque ne se trouve que dans le cœur. Il serait impossible de faire le décompte des muscles viscéraux, car ils sont en formes de strates, feuilles, poches ou tubes et se trouvent à l’intérieur des organes.

RUBRIQUE POUR LES JEUNES


Comment les muscles agissent-ils ? Tous les muscles sont composés de fibres. Les muscles squelettiques sont reliés aux os et ne peuvent que se contracter – devenir plus courts. Du fait qu’ils ne peuvent que tirer (sans pousser), les muscles fonctionnent généralement par paires – un muscle agit sur un os dans une direction et l’autre le ramène dans sa position initiale. Lorsque tu décides de faire un mouvement, ton cerveau envoie des messages aux muscles concernés, leur demandant de se contracter. Cela rend les muscles plus courts, ils tirent l’os avec eux, entraînant le mouvement. Quel est le muscle le plus solide du corps ? Peut-être penses-tu que le muscle le plus fort du corps se situe dans les fesses ou les jambes, mais, en réalité, c’est le muscle masseter, situé de chaque côté des mâchoires qui est le plus puissant du corps. Il permet de faire bouger les mâchoires et on l’utilise pour mordre et mâcher la nourriture. Croquer une pomme n’est pas très difficile pour ton puissant muscle masseter ! Quels sont les plus gros et les plus petits muscles du corps ? Le plus gros muscle du corps est le grand fessier, situé dans les fesses. On l’utilise pour courir, sauter et monter des escaliers. Il sert aussi de coussin, très utile pour s’asseoir. Le plus petit muscle est le stapedius, relié à l’étrier de l’oreille interne. Pourquoi les muscles font-ils mal après des efforts ? Lorsque l’on fait de nombreux exercices, les muscles ont besoin de beaucoup plus d’énergie pour faire correctement leur travail. Cette énergie dégage de l’acide lactique que le corps ne peut pas éliminer suffisamment vite. Cet acide atteint les fibres musculaires, produisant une sensation de douleur. Fort heureusement, cette atteinte ne dure pas et les muscles récupèrent assez vite. Cependant, une quantité trop importante d’acide lactique peut arrêter le fonctionnement des muscles, ce qui explique pourquoi des coureurs de marathons peuvent s’écrouler d’épuisement.

IMPORTANT Les muscles des paupières peuvent faire cligner des yeux jusqu’à cinq fois par seconde.

RUBRIQUE POUR LES JEUNES


Défi Vellave : une participation record ! 961 coureurs et plus de 1000 marcheurs étaient au rendez-vous, aux pieds des marches du château de Monistrol sur Loire (43), pour ce premier week-end de mars. Il faut dire que tout était prévu pour que ça fonctionne bien : conditions climatiques idéales (ni trop chaud, ni trop froid et surtout pas de pluie !!), un terrain de jeu vallonné, différents circuits selon sa forme du moment et une équipe d’organisateurs chaleureux et efficaces. Seul bémol à la journée, un certain cafouillage au niveau des classements et de la remise des prix. Autant dire un petit rien à corriger pour l’année prochaine.

Placé en début de saison, à une période où on hésite encore entre farter ses skis ou chausser ses raquettes, j’avais découvert le Défi Vellave de Monistrol sur Loire un peu par hasard en 2008. Cette petite balade champêtre de 35 km dans les sous bois de la Haute-Loire avait enthousiasmé beaucoup de monde. Et c’est en en parlant pendant les Milmil’s, une semaine avant, que nous avons recruté une bonne dizaine de Lyonnais pour aller vérifier si les sentiers Vellaves font aussi mal aux mollets que les escaliers urbains…

Après le traditionnel petit déjeuner d’avant course où chacun avale sa mixture préférée en baignant dans une léthargie encore palpable, nous voilà partis pour Monistrol

DEFI VELLAVE 2009


sous une pluie pas très motivante. Mais la température étonnamment douce pour les plateaux de la Haute-Loire nous rassure, au fur et à mesure que la pluie s’estompe. Tout le petit monde du Trail se retrouve pour la première fois de la saison, dans la bonne humeur soigneusement entretenue par la sympathique équipe d’organisateurs. Le départ se fait devant le superbe château de Monistrol, avec la banderole d’arrivée qui nous nargue tout en haut des escaliers du château : elles risquent d’être difficiles à affronter au retour, car, autant le dire tout de suite, ce petit Trail de début de saison est bien plus coriace qu’on peut le penser ! Les deux premiers kilomètres se déroulent tranquillement, avec devant, le grand champion Julien parti pour son footing de décrassage, accompagné par une vingtaine d’admirateurs qui semblent un peu moins faciles que lui ! J’essaie de ne pas me laisser griser par l’excitation de cette première course de la saison, avec un entraînement loin d’être optimal. Le petit troupeau commence un peu à s’effilocher dès les premiers chemins de terre, entre les quelques ornières et les traversées de près où les appuis sont un peu déstabilisants. Le plus dur est de ne pas se griller dès les premières montées : j’ai énormément de difficultés à courir dans les montées et ai vite tendance à marcher, surtout quand je pars sur une course longue. Mais en début de course, quand tout le monde court encore, c’est dur de se raisonner et d’accepter de voir les autres doubler alors que je marche dès les premières pentes. Heureusement que je me rattrape un peu en descente, sinon, le moral en prendrait un gros coup !

Le Défi Vellave 2008 m’avait laissé un excellent souvenir de ses descentes et montées ardues dans de magnifiques petits vallons encaissées. Et j’ai pu le confirmer ! La première descente est une vraie épreuve de glisse sur un sentier qui n’en est même pas vraiment un. Et la montée de l’autre côté se fait en s’agrippant à tout ce qui se présente sous la main : la tentation est grande d’attraper le mollet du copain devant pour ne pas repartir en marche arrière.

Mais le son du rock d’un groupe de jeunes du village venus spécialement se poser au milieu de nul part vient nous encourager : un petit plus fort sympathique qui donne au Défi Vellave ce petit supplément d’âme qui donne envie de revenir. Les kilomètres s’enchainent ensuite, avec des sensations dans les jambes qui font progressivement regretter de ne pas s’être entrainé un peu plus ! J’essaye de ne pas me faire doubler par trop de monde dans les montées, mais je sens déjà que ça va être dur dès le premier ravitaillement à 9 km, malgré les chaleureux encouragements des bénévoles… On attaque alors le petit vallon le plus sympa de la course : une nouvelle descente au milieu de nulle part, entrecoupée de violentes montées où on a l’impression qu’on va plus reculer qu’avancer. C’est sûr, les organisateurs doivent avoir plein de copains sangliers pour nous avoir déniché un tel parcours ! Et les sangliers de la Haute Loire ont bon goût, car ce passage marque autant les cuisses que les yeux… Je passe un petit moment avec un coureur plus

DEFI VELLAVE 2009


Je passe un petit moment avec un coureur plus habitué au plat qui m’avoue qu’il ne pensait pas que ça allait être aussi accidenté… Je n’ose pas lui dire qu’on n’a même pas encore fait la moitié…

Alors que la température commence à se faire agréable, je me retrouve subitement tout seul : tout le petit groupe qui m’a doublé dans le long faux plat montant a disparu. Je n’ai même plus personne pour discuter avec moi ! J’en profite pour mettre le MP3, histoire de me remotiver un peu juste après le deuxième ravitaillement, encore en musique et dans la bonne humeur… Quelques descentes et montées plus loin, à 13 km de l’arrivée, on retrouve les coureurs du 25 km avec lesquels on va terminer la course. Cette fois ci, je me sens moins seul ! Il y en a dans tous les sens. Et manifestement, ils semblent un peu moins fatigués que moi ! Ce ne sont plus 3 ou 4 coureurs qui me doublent désormais dans chaque montée ! Heureusement qu’il y a encore quelques belles descentes techniques pour me donner encore l’impression de ne pas être complètement cuit et rattraper une partie de ceux qui m’ont poussé dans les dernières montées. La montée le long de la conduite d’eau est particulièrement mémorable : sans les cordes placées à cette occasion, il serait impossible de la grimper. Même les bras sont fatigués à force de tirer sur la corde ! dans les dernières montées. La montée le long de la conduite d’eau est particulièrement mémorable : sans les cordes placées à cette occasion, il serait impossible de la grimper. Même les bras sont fatigués à force de tirer sur la corde !

Alors qu’il reste encore 8 km à parcourir, on entend déjà la musique sur la ligne d’arrivée : on a l’impression que la course est presque finie. Mais c’est à ce moment là que je me souviens d’une petit piège : une dernière boucle d’un peu plus de 4 km autour du village, redoutable à affronter alors qu’on rentre dans le village et qu’on se dit que c’est fini. Mais non ! Le retour direct vers le château, c’est pour ceux qui se sont alignés sur le 13 km, pas pour nous… Je ressors alors le MP3, histoire d’essayer de me concentrer plutôt sur la musique que sur les cuisses qui ont trouvé les petits sentiers de la Haute Loire un peu agressifs ! Une dernière descente free ride sur un sentier en sous-bois, et on se dit que l’arrivée ne devrait plus tarder. J’en profite pour doubler les 3 coureurs qui m’ont humilié dans la montée précédente, bien plus pour la griserie des descentes dans les petits sentiers que par esprit de compétition mal placé… Mais c’est sans compter sur la redoutable série de (très !) hautes marches en rondins pour ressortir de ce somptueux petit vallon. Heureusement qu’il y a une belle cascade à admirer pour mieux faire passer la pilule !

DEFI VELLAVE 2009


En haut des marches, on entend le speaker qui encourage les coureurs dans la dernière ligne droite en retrouvant les maisons. Chouette, c’est fini !... Mais le chemin redescend de nouveau dans le même vallon et j’aperçois les coureurs en train de remonter en face ! Je l’avais oublié, ce passage là ! Heureusement, il n’y a pas de marches : ça fait un peu moins mal aux cuisses… Il ne reste plus qu’à se perdre dans les ruelles du village médiéval : j’ai l’impression d’en faire 4 fois le tour, avant de retrouver la belle allée de platanes pour le sprint final ! Elle monte plus que je le pensais, cette belle allée ! Mais c’est la fin, il y a plein de monde pour nous encourager, alors on fait semblant de ne même pas avoir mal pour ces 200 derniers mètres ! Par contre, les escaliers du château ont pris le dessus sur mes cuisses explosées : je n’ai pas pu les faire en courant ! Dommage, il y avait un coureur du 35 km qui était juste quelques secondes devant moi, perdu au milieu des nombreux coureurs du 25 km. J’aurais peut-être pu gagner une place ! Mais je me raisonne vite : d’une part, doubler sur la ligne d’arrivée n’est pas forcément dans ma philosophie. Et on n’est pas à une place près ! Le sourire des bénévoles qui nous accueillent pour le buffet d’arrivée n’arrive quand même pas à me faire oublier le gros coup de fatigue des 10 derniers km ! Décidemment, ce « petit » Trail de début de saison, avec ses sentiers adorables et ses bénévoles qui le sont tout autant, il déchire vraiment ! Julien, lui, était déjà rentré depuis 50 minutes quand j’ai gravi les dernières marches du château ! Quant à notre petit groupe de lyonnais, il a terminé sans encombre, dans la joie, les courbatures et la bonne humeur ! Dommage, cette année, il n’y avait pas de séance d’initiation à la danse Country, comme en 2008 : pour l’ambiance et le spectacle, c’était super sympa ! Mais les cuisses et les mollets, avaient trouvé ça moins amusant ! Ou alors en guise de récupération, peut-être ? Après en avoir discuté avec les organisateurs, ils envisagent peut-être une session salsa pour l’année prochaine ! ! !

Beau succès pour cette 3eme édition du Defi Vellave à Monistrol sur Loire (43) proposée par la dynamique équipe d’ « Espace et Course » en ce dimanche 1er mars. En effet, ce sont plus de 2200 personnes qui ont foulé les marches du château en 2 jours. Il faut dire qu’il y en avait pour tous les gouts : Le samedi, une course enfants qui a vu défiler plus de 200 jeunes coureurs et le dimanche : 3 parcours de trail :  35 km offrant 1300m de dénivelé positif (200 inscrits,183 arrivants)  23 km (340 inscrits, 326 arrivants)  13 km (421 inscrits, 381 arrivants) 3 parcours de randonnée : 6, 12 et 22 km. Certes, vous pouviez venir courir pour la forme, mais aussi par solidarité pour les « Amis du Grand Toukou et du Cameroun», association que les organisateurs avait décidé de soutenir en reversant 1 euro de chaque inscription. Sur l’épreuve maitresse, c’est l’appelou Julien RANCON (SEM - ACO Firminy) qui s’impose en 2H34, avec quasi 19mn d’avance sur son poursuivant. Chez les femmes, c’est Martine VOLAY (V1F) qui franchit la 1ere les 10 marches d’escaliers du château qui menaient à la ligne d’arrivée en 3h38mn48s. Pour plus d’infos, vous pouvez vous rendre sur le www.defivellave.fr

DEFI VELLAVE 2009


Le parcours de la Trans Aq’ n’est décidé qu’en mars ou avril (autorisations…). Le détail des chemins ne vous est révélé que la veille de chaque étape, afin de ne pas favoriser les coureurs locaux. La Trans Aq’ suit la côte aquitaine depuis l’estuaire de la Gironde, jusqu’à Vieux-Boucau, ou pourquoi pas, le contraire… Le parcours est majoritairement en forêt (à 85%) et sur la plage, à marée basse autant que possible. En forêt, ce sont surtout des chemins plus ou moins sablonneux, en fonction de l’état avancé de sécheresse, entre autres facteurs. Mais aussi, des sentiers stables, de rares pistes en béton ou goudronnées ( 5 à 10 % de la distance totale). Parfois des chemins marécageux. Contrairement aux idées reçues, il y a du relief, les chemins sont très souvent vallonnés ! La Dune du Pyla ( 115 m d’altitude) est au programme ainsi que quelques traversées de dunes pour relier plage et forêt. En plein soleil de juin sur les plages et dans les clairières, à l’ombre dans les sous-bois. Six étapes en tout, dont le détail ne sera révélé que début mai. L’itinéraire exact sera précisé la veille de chaque étape. Le kilométrage de chaque étape variera de 25 à 60 km environ. Une étape se déroulera de nuit. En de rares endroit, une bonne interprétation du road book vous permettra de gagner un peu de temps en prenant des options plus osées, mais non balisées… Juste pour le fun, quelques très rares minutes tout au plus… Un ou plusieurs gués facilement franchissables sont probables… Attention à l’eau salée sur les ampoules ! La traversée de l’embouchure du Bassin d’Arcachon se fera en bateau. Aventure proposée par Dunes Organisation 20, rue de Mauricet 33990 HOURTIN 06 08 75 58 12 www.transaq.fr

LA TRANS AQ EN JUIN


C'est le quatrième marathon de sa carrière et elle en prend la troisième place du 33e marathon de Paris en battant son propre record de France, le marathon de Paris a souri à la Française Chritelle Daunay. L'épreuve féminine a été remporté par l'Ethiopienne Atsede Bayisa, en 2 h 24 min 41. (temps officieux), devant sa compatriote Aselefech Mergia (2 h 24:59. A 34 ans, Christelle Dauney disputait le quatrième marathon de sa carrière, elle avait pris la 20e place aux JO-2008 à Pékin. «C'est un jour merveilleux. Je m'étais préparée à fond pour ce jour mais cette période (de préparation) a été très difficile», a-t-elle indiqué. Comme prévu, Daunay a pris un départ prudent, passant au 15e km avec une minute de retard sur un groupe de tête fort de sept concurrentes. La championne de France de crosscountry, entouré par plusieurs leaders d'allure, a remonté de nombreuses positions dans les derniers kilomètres.

Côté messieurs, c'est le Kenyan Vincent Kipruto, 21 ans, qui a franchi la ligne d'arrivée en battant le record de l'épreuve avec un temps de 2 h 05 min 44 sec. L'ancien record appartenait à son compatriote Mike Rotich, vainqueur en 2003 en 2 h 06 min 33 sec. Troisième du marathon de Reims l'an dernier, sa référence jusqu'à ce dimanche, Kipruto a fait exploser dans le bois de Boulogne un groupe d'une quinzaine de concurrents. Il a précédé sur la ligne d'arrivée l'Ethiopien Bazu Worku (2 h 06:15.), vainqueur il y a un mois du semi-marathon de Paris, et un autre Kenyan, David Kyeng (2 h 06:26.), également sous l'ancienne marque de Rotich.

Dimanche, ils étaient plus de 40 000 à prendre le départ sur les Champs-Elysées noirs de monde jusqu'à l'Arc de triomphe. Une marée humaine déferlant vers la place de la Concorde au top départ, à 8 h 45 précises, dix minutes après les athlètes handisport. Sous un beau soleil de printemps, on était donc parti pour 42,195 km de course dans la capitale, d'ouest en est, des Champs Élysées à l'avenue Foch, en passant par les Tuileries, Bastille, Nation, les bois de Boulogne et de Vincennes… un parcours de 42,195 km que certains avaleront en moins de 2 heures et 10 minutes... Aux avant-postes, les professionnels, extrêmement concentrés, venus pour la gagne. Ceux qu'on voyait à quelques minutes du départ s'échauffer et se signer pour certains. Derrière, les novices, ceux pour qui c'est la toute première fois - beaucoup à voir le nombre de mains levées en réponse à la question du speaker.

MARATHON DE PARIS


Si le coureur avait la part belle aujourd'jui dans la capitale, l'automobiliste, lui, a quelque peu galèré. Dimanche matin, il était très difficile voire impossible de circuler dans Paris coupé en deux d'est en ouest.

Bien moins coté que les marathons de Londres, Berlin ou New-York, le marathon de Paris occupe toutefois une place à part dans la hiérarchie mondiale des courses sur route. C’est en effet à Paris que chaque année, les coureurs en moins de trois heures sont les plus nombreux. Le record du monde peut-il être battu à Paris ? C'est une certitude, non ! Le chrono d'Haile Gebreselassie, réalisé à Berlin l'année dernière, (le 28 septembre 2008 en 2h03'59s) ne sera pas battu à Paris. Au moins pour deux raisons : la qualité des concurrents élites engagés et la difficulté du parcours.

Selon son objectif, on reçoit un dossart et une place sur la «grille de départ».. Qu'on l'aborde sérieusement ou non, cette première fois avait des airs de fête sur la plus belle avenue du monde. Comme chaque année, les farfelus étaient au rendez-vous. Ainsi de cet homme déguisé en majorette, de ces anglais en tutu ou encore de ce schrtroumf...Si la foule des concurrents était très compacte sur la chaussée, celle des supporteurs et parents l'est également sur les trottoirs ça applaudit à tout rompre, tel ce petit garçon et sa une pancarte plus grande que lui, décorée de ballons de baudruche et sur laquelle on pouvait lire un simple «papa».

Moins prisé que le marathon de Londres qui se déroulera dans 15 jours après (le 26 avril), le marathon de Paris souffre d'un manque de moyens. Pour repère, les primes de courses allouées à Paris pour rémunérer la totalité des élites hommes (moins de 500 000 euros) n'atteignent même pas le montant de la prime accordée au seul vainqueur du marathon de Londres (dont le total des primes atteint les 4 millions d'euros !). Les grandes stars de la discipline susceptibles de faire trembler le chrono de l'Ethiopien seront donc à suivre de l'autre côte de la Manche. Le record du monde ne serait sans doute pas battu à Paris, même avec un plateau relevé, pour la simple raison que le parcours est réputé exigeant, surtout dans sa seconde moitié présentant beaucoup de dénivelée (montées et descentes). De quoi valoriser encore l'excellent chrono réalisé en 2003 par le français Benoit Z (record d'Europe de la discipline en 2h06'36s). Berlin, Londres et Chicago sont a contrario ce qu'on a coutume d'appeler des parcours roulants, plutôt propices à la performance. New-York avec ses ponts est à l'inverse, parmi les grands marathons, assurément l'un des parcours les plus durs.

MARATHON DE PARIS


Départ et arrivée près d’un plan d’eau dans le petit bourg de Cléguer. Chaque trail est tracé dans les vallées du Scorff et du St Sauveur en empruntant des chemins et sentiers parfois techniques traversant landes et sous bois.

LIEU Le trail a lieu dans le département Morbihan (Bretagne) a proximité de Lorient (15 Kms) sur l'axe Lorient direction Plouay Morlaix Lieu du départ de la course : keradennec - 56620 Cléguer

EPREUVE Public Tout public Equipe : individuel (assistance interdite) Epreuves : Trail grand public par étapes sur 2 jours - noz trail le samedi et trail de la vallée du scorff le dimanche Durée moyenne d'effort total : 4h

Le parcours, ponctué de chapelles et d’anciens moulins, permet de profiter de points de vue sur les hauteurs (rocher de St Anne, moulin de St Yves) quand la nature commence à renaître. Quelques curiosités : arbre s’emmêlant au dessus de la rivière et pêcheries à anguilles. Cette année une nouvelle distance de 50 km comblera les amateurs de trail long, avec toujours pour lien le Scorff.Sur les 2 jours 2 noz trail (Nocturne) 8 et 14 kms et 3 trails 14, 32 et 50 kms. 3 défis cumulant noz trail et trail du dimanche dont le défi ultra trail noz trail 14 + trail 50 kms. INSCRIPTION Droit d'inscription : 15€ par coureur Limite des inscriptions le 10/04/2009 Matériel obligatoire : lampe frontale où lampe torche pour le trail de nuit noz trail

Distance totale : 50km

Prestations fournies par l'organisation : buffet campagnard offert à l'issue du trail du dimanche

Dénivelé positif total : 1300m

Site internet : http://yanoo.net

Course à pied, marche

COURSES A VENIR


LIEU Le trail a lieu dans le département Gironde (Aquitaine) Lieu du départ de la course : - Camarsac L’EPREUVE Public Tout public Equipe : individuel (assistance interdite) Epreuves : Trail non stop sur une journée Durée moyenne d'effort total : 2h Distance totale : 22km Dénivelé positif total : 500m Course à pied, marche : 13 ou 22km Parcours vallonné et sympathique qui offre de belles vues sur le pays de l'entre deux mers et ses vignobles ! Passage inoubliable au château du prince noir ainsi que dans ses grottes !!! Départ des courses 22km et 13 km à 16h00 ! Randonnée : départ 15h00 ! Mini Trail enfant départ 16h15 ! En 2008 : 550 participants l'an dernier !!! 200 randonneurs et 80 enfants qui ont participé à cet évènement sportif ! On a doublé la population de notre village en une après midi ! Repas animé le soir sur réservation ! INSCRIPTION Droit d'inscription : 10€ par coureur Limite des inscriptions le 11/04/2009 Matériel obligatoire : matériel classique trail RENSEIGNEMENTS Ce raid est organisé par Amicale Sports Loisirs Randonneurs de Camarsac

COURSE A VENIR


BROOKLYN FUNK ESSENTIAL COOL AND STEADY AND EASY (ALBUM) 02 The Creator Has a Master Plan 03 The Revolution Was Postponed Because of Rain 04 Bob Hop 05 Brooklyn Recycles 06 Mizz Bed-Stuy 08 Big Apple Boogaloo 12 Take the L Train (To 8th Avenue)

EMILIANA TORRINI ME AND ARMANI (ALBUM)

Salut à tous pour cete nouvelle compil ! 4 albums… miscellanées de rythmes variés… espérant que chacun y puise son allure ! Clin d’œil au continent africain qui parfume le mag d’avril… pendant ce temps,les primevères flirtent avec les jonquilles… effluves qui nous ramènent dans notre hexagone ! « Goods vibrations ». Marc.-

11 Dead Duck 07 Jungle Drum

RON SEXSMITH EXIT STRATEGY OF THE SOUL (ALBUM) 08 Poor Helpless Dreams 11 Chased by Love

VICTOR DEME Victor Démé (ALBUM) 06 Burkina Mousso 09 Dankan' 10 Peuple Burkinabè 14 Tama Ngnogon

Ce mois ci, nous vous proposons une play list que vous pourrez écouter sur notre site internet. De la musique choisie par un spécialiste pour vous accompagner lors de vos sorties à l’aide d’un lecteur Mp3, pourquoi pas, laissez vous tenter…

La Playlist de Joggermag.fr


Vous êtes à la recherche de nouvelles sensations, vous aimez souffrir et venir à bout de vos souffrances par un défi démusuré... Rendez vous dans le Tennessee aux États-Unis. Le billet d'avion et l'inscription aura un coût conséquent mais surtout il faut rédiger une lettre de motivation. Seules les plus déjantées sont retenues. Période : Mars Distance : 100 miles en 5 boucles de 20 miles Dénivelé : 16,000 mètres positifs Temps limite : 60 heures, environ une moyenne de 3km/h de moyenne Site internet non officiel : http://www.mattmathoney.net/barkley/ Principales difficultés : Des statistiques impressionnantes, avec seulement une dizaine de coureurs terminant sur plus de 700 partants. Des différences de température allant de – 20° à + 30°.Un dénivelé monstrueux, terrain très accidenté, jonché de ronces et de tronc d'arbre. Autonomie totale sur chaque boucle.

230 kilomètres étalé sur 7 jours tel sera votre destinée. Le marathon des sables est le commencement d'une envie de faire de la course extrême. Un bon compromis pour débuter ou pour tenter l'expérience, très bien encadré, et disposant de barrières horaires larges, cela fait 24 ans que cette course en auto suffisance alimentaire entraine des centaines de coureurs à travers le somptueux désert marocain. Période : avril Distance : 230 km en 7 étapes, dont la plus longue de 80km Temps limite : basé sur une moyenne de 3km/h Principales difficultés : La gestion de l'autosuffisance alimentaire

DECOUVERTE DANS LE MONDE


C'est en pleine vallée de la mort aux États Unis à 85 mètres en dessous du niveau de la mer que se trouve un lac salé nommé Bad water. Le jeu consiste à traverser la Vallée sans mourir, par des températures avoisinant souvent les 50° à l'ombre. Parlons en de l'ombre, car vous ne la trouverez point. Cela implique la présence obligatoire d'une assistance de 2 personnes obligatoire. Pour venir à bout des 217 km, vous allez gravir les 2500 premiers mètres du Mont Whitney, qui peut offrir parfois à ses asseyants une petite tempête de neige. Période : Juillet Distance : 217km Dénivelé 4000m positifs - Temps limite : 60 heures

Cette épreuve porte bien son nom et même son surnom. A la réunion depuis les années 90 de nombreux coureurs ont tenté l'expérience et en sont revenus grandis dans leur dépassement de soi. Fête sportive de l'île, elle accueille chaque année des milliers de participants. L'année dernière c'était au tour de Laurent Jalabert de s'illustrer parmi les stars du peloton. Période : Fin Octobre Distance : 150 km (Traversée de l'île du Sud au Nord) Dénivelé : 9200m positifs Temps limite : 60 h Principales difficultés : Le parcours est extrêmement cassant, savoir gérer son effort en conséquence et être vigilant aux nombreuse marches, ou rochers glissants en cas de pluies.

DECOUVERTE DANS LE MONDE

Joggermag.fr - EDITION MARS 2009  

Site officiel de l'actualité du sport plein air : Joggermag.fr. Videos, photos, commentaires, retrouvez les analyses de l'actu sportive. + d...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you